Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Correspondance Diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Troisième
Author: Fénélon, Bertrand de Salignac de la Mothe
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance Diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Troisième" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Notes de transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Quelques caractères, en exposant dans l'original, et dont l'abrévation
n'est pas évidente ou non courante, ont été mis en accolade dans cette
version électronique. Ainsi, l'abréviation {lt} signifie livre
tournois.

Texte imprimé en lettres gothiques dans le livre d'origine est
marqué =ainsi=.



     CORRESPONDANCE

     DIPLOMATIQUE

     DE

     BERTRAND DE SALIGNAC

     DE LA MOTHE FÉNÉLON,

     AMBASSADEUR DE FRANCE EN ANGLETERRE

     DE 1568 A 1575,


     PUBLIÉE POUR LA PREMIÈRE FOIS

     Sur les manuscrits conservés aux Archives du Royaume.


     TOME TROISIÈME.

     ANNÉES 1570 ET 1571.


     PARIS ET LONDRES.

     1840.



     DÉPÊCHES, RAPPORTS,

     INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES

     DES AMBASSADEURS DE FRANCE

     EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE

     PENDANT LE XVIe SIÈCLE.



     RECUEIL

     DES

     DÉPÊCHES, RAPPORTS,

     INSTRUCTIONS ET MÉMOIRES

     Des Ambassadeurs de France

     EN ANGLETERRE ET EN ÉCOSSE

     PENDANT LE XVIe SIÈCLE,

     Conservés aux Archives du Royaume,

     A la Bibliothèque du Roi,
     etc., etc.

     ET PUBLIÉS POUR LA PREMIÈRE FOIS

     _Sous la Direction_

     DE M. CHARLES PURTON COOPER.

     PARIS ET LONDRES.

     1840.

     LA MOTHE FÉNÉLON.



     Imprimé par BÉTHONE et PLON, à Paris.



     AU-TRÈS-NOBLE

     GEORGE HAMILTON GORDON

     COMTE D'ABERDEEN.

     CE VOLUME LUI EST DÉDIÉ

     PAR

     SON TRÈS-DÉVOUÉ ET TRÈS-RECONNAISSAINT SERVITEUR

     CHARLES PURTON COOPER.



DÉPÊCHES

DE

LA MOTHE FÉNÉLON.



LXXXIe DÉPESCHE

--du IVe jour de janvier 1570.--(_Envoyée jusques à Callais par Jehan
Vollet._)

  Audience accordée par la reine d'Angleterre à l'ambassadeur de
    France.--Désir du roi de rétablir la paix en son
    royaume.--Satisfaction qu'il éprouve de ce que les troubles du
    Nord paraissent apaisés en Angleterre.--Protestation
    d'Élisabeth qu'elle ne désire rien tant que la réunion des
    églises.--Instances de l'ambassadeur en faveur de Marie
    Stuart.--Explications sur la conduite qu'il a dû tenir dans
    cette négociation.--Nouvelles arrivées à Londres sur l'état des
    affaires des protestans en France.--Nouvelles des troubles du
    Nord; déroute des comtes de Northumberland et de Westmorland.


     AU ROY.

Sire, j'ay faict entendre à la Royne d'Angleterre que, pour la bonne
estime que Voz Majestez Très Chrestiennes ont de sa bonne et droicte
intention en l'endroit de voz affères et de la tranquillité de vostre
royaulme, vous n'avez sitost veu donner ung peu de commancement et
ouverture à la paciffication des troubles et guerres d'iceluy, que
vous ne m'ayez incontinent commandé de le luy notiffier, affin que,
devant toutz les aultres princes vos alliez, elle ayt le plaisir
d'entendre que les choses s'acheminent par la voye qu'elle a désiré;
et ainsy, luy particullarisant ce qui est advenu à la reddition de
Sainct Jehan d'Angely, et les propos que le sieur de La Personne vous
a tenuz, avec la vertueuse responce de Vostre Majesté, laquelle elle a
vollu curieusement lyre par deux foys, j'ay suivy à luy dire: qu'encor
que vous ayez grand occasion de vous rescentir des choses mal passées,
du costé de ceulx de la Rochelle, de ce qu'ilz ont mené une très
viollante et dangereuse guerre dans vostre royaulme, et y ont
introduict les armes et armées estrangières, à la grand ruyne de vos
bons subjectz; et qu'il soit maintenant en vostre pouvoir de prendre
par force toutes les places qu'ilz tiennent, et de poursuyvre et venir
bien à boult du reste qui est encore en campaigne; néantmoins vous
aymez mieulx uzer envers eulx de la clémence toutjour accoustumée à
vostre couronne, et plus usée de vostre règne, que de nul de toutz voz
prédécesseurs, et les regaigner par doulceur, que de les mener à
l'extrémité d'ung chastiment, espérant qu'ilz auront tant plus de
regrect de leurs deffiances passées, et persévèreront dorsenavant plus
constantment en la confiance, fidellité, et amour qu'ils doibvent à
Vostre Majesté, leur prince naturel, que moins ils espéroient d'estre
jamais receuz en vostre bonne grâce, laquelle néantmoins vous ne leur
avez différée d'ung seul moment, aussitost qu'ilz ont offert de
s'humilier et de se remettre en vostre obéyssance.

La dicte Dame, d'ung visaige joyeulx, m'a respondu qu'à ceste heure me
voyoit elle, et oyoit mes propos, de trop meilleure affection qu'elle
n'avoit faict despuys ung an, et qu'elle rendoit grâces à Dieu d'avoir
miz au cueur de Voz Majestez Très Chrestiennes, et pareillement en
ceulx de vos subjectz, de retourner à ce mutuel bon ordre de vostre
bénignité envers eulx et de leur subjection envers vous; qu'elle vous
remercye mille et mille foys de luy avoir, ainsy soubdainement et
particullièrement, faict entendre en quoy les choses en sont, ès
quelles elle vous desire tant de bien et de bonheur que vous les
puissiez effectuer à vostre grand advantaige et au repoz de toute la
Chrestienté; et que, si son moyen y peult servyr de quelque chose,
elle le vous offre de tout son coeur, bien qu'elle ne peult fère que
ne porte quelque envye au bonheur de celluy qui a sceu si
oportunéement mettre en avant ce sainct et desiré propos, qu'il ayt
heu meilleur rencontre que quant, d'aultre foys, elle a entreprins
d'en parler; et qu'elle n'a regrect sinon à ce que voz subjectz
peuvent monstrer au monde que, pour leur avoir esté viollé vostre
propre éedict de la paciffication, tant par attemptatz contre leurs
vies, que par contraires lettres contre l'exercisse de leur religion,
ilz ayent heu quelque aparante coulleur de prendre les armes; non que
pourtant elle aprouve qu'ilz ayent bien faict, car plustost s'en
debvoient ils estre allez, et qu'il est tout certain que de quelles
persuasions qu'on luy ayt usé, qui n'ont esté petites, sur la
justiffication de leur cause, elle ne les a jamais volluz secourir.

Je luy ay répliqué que tout le tort de ceste guerre se manifeste en ce
que ceulx de l'aultre party, en leur plus grande résistance, se
trouvent vaincuz par vos forces, et sont par vostre clémence surmontez
en leur humillité, et que cella vous faict prendre meilleure espérance
de voir bientost remiz vostre royaulme en son premier estat et
grandeur; adjouxtant, afin de parler de la réunion du sien, que ce que
je luy ayt dict de ceste réconcilliation de vos subjectz, Voz Majestez
desirent qu'elle le preigne pour ung tesmoignage que, comme vous
estes correspondant à son desir sur le bien de vostre royaulme,
qu'aussi bien le serez vous sur le bien et paciffication du sien, et
sur ce que vous entendrez bientost que ceste eslévation, qui a apparu
en son pays du North, est esteinte ainsi que je le vous ay desjà
mandé.

La dicte Dame, usant là dessus de beaucoup de mercyementz, m'a fort
prié de vous assurer que toute ceste guerre du North est véritablement
achevée, et que le comte de Northomberland, se retirant en Ecosse, est
tumbé ez mains du comte de Mora; que le comte de Vuesmerland s'en est
fouy seul, et abandonné des siens, aux montaignes des frontières; et
que plus de cinq cents gentishommes des leurs sont prins, le reste
discipé, et plusieurs exécutez; et qu'elle ne prendroit que pour une
risée toute ceste entreprinse, tant elle a esté folle et légière,
n'estoit qu'il luy faict mal au cueur qu'il s'y soit trouvé meslé ung
seul homme de qualité.--«Car jamais subjectz, dict elle, n'eurent
moins d'occasion que les siens de mouvoir choses semblables contre
leur prince.»

Et luy ayant seulement répliqué ce mot: «c'est qu'il est fort à
craindre que, tant que la division de la religion durera, que l'on
sera toutz les ans à recommancer,» elle m'a soubdain respondu qu'à la
vérité, puisque les Protestans commancent de proposer entre eulx,
assavoir s'il y a aucune cause pour laquelle l'on puisse, sellon Dieu
et conscience, se soubstraire de l'obéyssance d'ung prince, et le
démettre de son estat; ainsy que le Pape, de son costé, déclaire aussi
les estats de ceulx, qu'il tient pour scismatiques ou hérétiques,
toutz comis et vacquans; elle estime que toutes les couronnes de la
Chrestienté sont assez mal asseurées, et que, de sa part, elle ne se
montrera jamais opiniastre de ne se conformer aulx aultres princes
chrestiens, quant Dieu leur aura mis au cueur de procurer, toutz
ensemble, la réunyon de l'esglyze de Dieu.

Après cella, Sire, j'ay mené le propos à parler de la Royne d'Escoce,
faisant toutjour instance de sa liberté, bon traictement et
restitution. Sur quoy elle m'a dict que Voz Majestez Très Chrestiennes
en avez parlé amplement à son ambassadeur, et qu'elle vous prie de
considérer que le différand est entre deux princesses qui vous sont
parantes, allyées et confédérées; desquelles vous debviez égallement
peser leur droict, et n'avoir en tant d'affection celluy de la Royne
d'Escoce que ne regardiez à conserver le sien; et qu'elle vous fera
remonstrer encores d'aultres choses par son dict ambassadeur, ès
quelles elle espère que vous luy ferez favorable responce; et ay
cogneu, Sire, que les propos que Voz Majestez ont tenu là dessus au
dict ambassadeur ont grandement esmeu la dicte Dame, à laquelle j'ay
dict que, puysque vostre intention se trouve conforme aulx
continuelles instances que je luy ay faictes icy de vostre part pour
la Royne d'Escoce, que je la suplye de déposer à ceste heure le cueur
et le courroux qu'elle a contre elle, puysqu'elle s'est justiffiée de
toutz ces troubles du North, pour se la randre désormais tant attenue
et obligée, qu'elle n'ayt à estre jamais rien tant que toute sienne;
et que, pour l'amour de Voz Majestez Très Chrestiennes, qui tant l'en
priez, elle veuille aussi faire quelque chose pour son bien, n'estant
possible que vous puyssiez laysser de le pourchasser tant que vous la
voyez restituée, ce que vous desirez toutesfoys estre sellon son gré
et contantement.

Elle m'a promiz là dessus, qu'aussitost qu'une responce, qu'elle
attant d'Escoce, sera arrivée, elle ne diffèrera d'ung seul jour
d'entendre en l'affaire de la dicte Dame, et y prendre ung si bon
expédiant qu'elle espère que vous en serez contant; dont de tout ce
qui s'en résouldra elle mettra peyne que vous en soyez adverty: et
remettant, Sire, plusieurs aultres choses, que j'ay notées de ses
propos, au premier des miens que je vous dépescheray, je bayseray en
cest endroict très humblement les mains de Vostre Majesté, et
supplieray le Créateur qu'il vous doinct, Sire, en parfaicte santé,
très heureuse et très longue vie, et toute la grandeur et prospérité
que vous desire.

     Ce IVe jour de janvier 1570.

   Je crains assés qu'on veuille mettre en avant l'eschange de la
   Royne d'Escoce et du comte de Northomberland; vray est qu'il ne
   s'en entend encores rien.


     A LA ROYNE.

Madame, je mectz en la lettre, que j'escriptz au Roy, aulcuns propos
de la Royne d'Angleterre, touchant ceulx que, par les deux dernières
dépesches de Voz Majestez, vous m'avez commandé de luy tenir, sur
lesquelz me reste à vous dire, Madame, qu'il semble que ceste
princesse et les siens soyent bien ayses, mais diversement, qu'il se
face une paciffication en vostre royaulme; elle, affin d'estre exempte
de bailler secours à ceulx de la Rochelle, et ne venir à vous faire
quelque manifeste offance pour eulx, et mesmes aura plaisir que les
choses se facent à votre grand advantaige; et eulx, pour n'ozer
meintenant guières presser leur Mestresse de les secourir, ny
d'attempter rien qui vous puysse desplayre; mais ilz vouldroient que
l'advantaige demeurât à ceulx de l'aultre party, sur la soubmission
desquelz, laquelle leur ambassadeur a escripte par deçà, encores que
le jeune comte de Mensfelt fût desjà despêché, ilz le font temporiser,
affin d'attandre quelle yssue prendra ce que le Sr de La Personne en a
commencé de traicter. Et doublant assés que la paciffication ne s'en
puysse bien ensuyvre, luy et le Sr de Lombres incistent grandement de
fayre résouldre icy quelque secours de pouldres et d'armes, et de
quelque nombre de gens de cheval, pour l'envoyer à Mr l'Admyral,
s'esforceans de persuader qu'il est encores si fort qu'avec bien peu
d'ayde, il se monstrera plus relevé que jamais, et qu'on luy veuille
aussi (soubz caution) assister de quelques deniers, pour envoyer au
duc de Cazimir, affin de souldoyer des gens de pied, sans lesquelz il
n'oze mettre en campaigne les gens de cheval qu'il a toutz prestz; et
que d'ailleurs le prince d'Orange, voyant qu'une sienne entreprinse
qu'il avoit en Flandres est descouverte, se dellibère de tourner tout
son aprest aulx choses de France; lesquelles propositions demeurent
encores en suspens; et je metz peyne, en tout évènement, de les
retarder ou empescher, aultant qu'il m'est possible.

Quant à ceulx du North, j'ai vollu vérifier si ce que m'en a dict la
dicte Dame estoit vray, parce qu'on luy déguyse assés souvent les
nouvelles; mais l'on m'a confirmé la route des deux comtes et de toute
leur armée, laquelle a esté de quinze mil hommes; dont y en avoit sept
mille de pied bien armez, et deux mil de cheval en aussi bon équipaige
qu'il s'en peult trouver en Angleterre; et que n'ayantz, pour leur
irrésolution et mauvais accord, ozé venir au combat, ilz se sont
retirez en la frontière d'entre l'Angleterre et l'Escoce, où celluy
de Northomberland et sa femme sont tumbez ez mains d'un armestrang[1],
qu'on a estimé le devoir incontinent livrer au comte de Mora; et que
celluy de Vuesmerland, en habit déguysé, s'en est fouy au plus haut
des montaignes, ayant pour ceste occasion ceste Royne envoyé casser
incontinent son armée, et révoquer le comte de Vuarvic. Mais aulcuns
estiment que le dict armestrang n'est pour consigner le comte de
Northomberland à celluy de Mora, ains plustost pour le relever et pour
luy ayder à remettre sus nouvelles forces.

  [1] Partisan, chef de bande.

Au reste nul propos n'esmeust tant ceste Royne que quant on luy parle
de la Royne d'Escoce, et ce que Voz Majestez en ont dernièrement dict
à son ambassadeur a faict beaucoup d'effect envers elle. J'ay bien
vollu, pour mon regard, tirer de la propre parole de la dicte Dame ma
justiffication de ne luy avoir, sur les affaires de la dicte Royne
d'Escoce, ny en nulle autre matière, jamais dict ung seul mot qui
l'ayt peu offancer; de quoy elle m'a randu le tesmoignage tout clair
et prompt, que non seulement elle n'a trouvé jamais mauvaise, ains
très agréable, ma façon de parler, et la substance de toutz mes
propos, ainsy que je les luy ay dictz, et qu'elle vous fera expliquer
que ce qu'elle a prins à cueur de mon dire est pour luy avoir asseuré
que Voz Majestez réputeroient toucher à leurs propres personnes les
torts et indignitez qu'on feroit à celle de la Royne d'Escoce; et
qu'elle s'estime vous apartenir en si bonne part, qu'elle doibt bien
estre tenue en quelque compte et respect envers Voz Majestez aussi
bien que la dicte Royne d'Escoce. A quoy je luy ay satisfaict si bien
que, prenant rayson en payement, elle a promis d'entrer bientost en
quelque expédiant touchant les affaires de la dicte Dame; et m'a prié
au reste de vous escripre fort affectueusement que, à ce changement de
gouverneur de Bretaigne, il vous playse de commander à celluy qui
l'est meintenant, et à son lieutenant, de donner libre et sûr accez
aulx Angloix, de leur pouvoir aller demander justice; et que
dorsenavant ilz la leur vueillent administrer eulx mesmes, puysqu'il
n'est possible qu'ilz la puissent aulcunement avoir des officiers et
magistratz du pays, car ses dicts subjectz ne peuvent plus supporter
les oltraiges qu'ilz y reçoipvent ordinairement.

Depuis le partement du Sr Chapin, l'on a fait exorter les estrangiers
de s'abstenir de tout commerce avec les subjectz du Roy d'Espaigne et
de ne couvrir aulcunement leurs trafficqs par lettres, ny soubz noms
empruntez d'aultres merchantz; et néantmoins la dicte Dame a
vollontairement offert au dict Sr Chapin d'admettre l'ambassadeur
d'Espaigne à parler et traicter avecques elle comme auparavant, sur le
moindre mot que le Roy d'Espaigne luy en vouldra escripre.

Je bayse très humblement les mains de Vostre Majesté et prie Dieu,
qu'il vous doinct, etc.

     Ce IVe jour de janvier 1570.

   La Royne d'Angleterre, outre les susdicts propos, m'a très
   honorablement parlé, et avec aparance de bonne affection, de Voz
   Majestez et de Monseigneur vostre filz, et qu'elle avoit avec
   grand playsir ouy, du filz de Mr Norreys, plusieurs actes
   généreux et de grand vertu du Roy et de mon dict Seigneur,
   lesquelz elle luy avoit faict réciter plus de deux foys, sellon
   qu'il disoit les avoir veuz et les avoir aprins de ceulx qui les
   sçavoient bien.--Ceulx de ce conseil, et mesmement le comte de
   Lestre, m'ont faict pryer d'octroyer mon passeport au Sr
   Barnabé, qu'ilz dépeschent, avec commission de ceste Royne, pour
   aller recouvrer une grande nef vénicienne, chargée de plus de
   cent cinquante mil escus de merchandize, qu'on envoyoit en ceste
   ville, laquelle le capitaine Sores a prinse despuys ung mois;
   affin que, si le dict Barnabé est rencontré par les gallères ou
   navyres françoys, ilz ne luy facent poinct de mal. Je ne sçay
   s'il yra poursuyvre le dict Sores jusques à la Rochelle.



LXXXIIe DÉPESCHE

--du Xe jour de janvier 1570.--

(_Envoyée jusques à Callais par homme exprès._)

  Ferme persuasion où l'on est en Angleterre que la paix sera
    conclue en France.--Nouvelles du Nord et de la
    Flandre.--Meilleur traitement fait à la reine
    d'Ecosse.--Crainte des Anglais que le roi, délivré de la guerre
    civile, ne donne assistance aux Espagnols dans les Pays-Bas
    pour attaquer l'Angleterre.


     AU ROY.

Sire, il est venu adviz à la Royne d'Angleterre, par la voye de la
mer, que ceulx de la Rochelle tiennent déjà comme pour conclud le
propos qu'ilz vous ont faict requérir de la paix; et, par ainsy, que
vostre royaulme s'en va hors de troubles, et vous, Sire, en bon trein
de remettre sus fort bien et bientost vos affères, sans qu'il
aparoisse que, pour toutes ces horribles guerres passées, il vous y
soit advenu aulcune diminution, ny en l'estendue de vostre estat, ny
en l'affection de vos subjectz, ains plustôt, une augmentation partout
de vostre grandeur; de laquelle le fondement, en cette mesmes
division, s'est monstré si ferme qu'on a opinion, s'il est une foys
bien réuny, que nulles forces humaines le pourront jamais esbranler.
Dont ceste Royne et les siens continuent, à ceste heure, de me fère
meilleure démonstration que jamais de vouloir persévérer en bonne paix
et amytié avec Vostre Majesté; et n'ont encore dépesché le jeune comte
de Mensfelt, ny rien respondu au Sr de Lombres, attendans si la fin du
dict propos viendra à bonne conclusion, ou bien s'il sera rompu. Et,
cependant, est arrivé ung homme d'Allemaigne, lequel, à ce que
j'entans, raporte que le Cazimir ne lève pas encores ses reytres, mais
qu'il a distribué, ces jours passés, une somme de deniers aulx
capitaines, affin d'estre pretz, quant il les mandera; et il parle
aussi des praticques et menées du prince d'Orange.

Les choses d'icy ne monstrent, à ceste heure, guières grand mouvement,
estantz ceulz du North séparez et rompuz d'eulz mesmes, ainsy que je
le vous ay confirmé par mes précédantes du IIIIe de ce moys. Il est
vray que, de tant que les deux comtes ne sont au pouvoir de la Royne
d'Angleterre ny ne sont pour y estre aiséement livrez, parce qu'on
dict que celluy de Northomberland est avec milor de Humes et avec le
ser de Farmihirst, comme avecques ses amys; et celluy de Vuesmerland,
avec le comte d'Arguil, qui le trette bien; la chaleur de leur
entreprinse n'est encores réfroydie aulx cueurs des Catholiques, ny en
ceulz des malcontantz; lesquelz demeurent d'ailleurs en quelque
espérance du duc d'Alve, par la mesme peur et grande souspeçon qu'ilz
voyent que la Royne d'Angleterre et ceulx de son conseil se donnent
des aprestz qu'il faict, qui leur sont confirmez par plusieurs
secrectes lettres qu'arrivent ordinairement à la dicte Dame des Pays
Bas; et mesmes l'asseurent que, despuys le retour du marquis de
Chetona, le dict duc s'est résolu de vouloir recouvrer, commant que ce
soit, ses deniers, et les marchandises d'Espaigne arrestées par deçà,
et que, pour y commancer par quelque bout, il a commandé de consigner
toutz les biens des Anglois, qui estoient en Anvers, à certains
Gènevois qui ont faict ung party de six centz mil escuz avec le Roy
d'Espaigne; dont ceulx cy se préparent, avec grand dilligence, au long
de la coste qui regarde vers Flandres, pour résister à ses
entreprinses. Je prendray garde à quoy, jour par jour, cella
s'acheminera, affin de vous en donner toutjour adviz.

Despuys la dernière instance que j'ay faicte à ceste Royne pour la
Royne d'Escoce, elle l'a faicte ramener à Tutbery, en la compaignie du
comte de Cherosbery seul; s'en estant celluy de Untington allé, qui a
esté du tout deschargé de sa garde, et elle remise en ung peu plus de
liberté, avec démonstration à monseigneur l'évesque de Roz de quelque
faveur davantaige en ceste court, et d'y mieulx recepvoir ses
remonstrances, qu'on n'avoit faict toutz ces jours passez. Ce qui nous
remect en quelque espérance que nous pourrons bientost (si nouvel
accident ne survient) obtenir une ou aultre provision ez affères de la
dicte Dame. Sur ce, etc.

     Ce Xe jour de janvier 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, ce qui s'espère de la paciffication des troubles de vostre
royaulme ne monstre aporter, à ceste heure, tant de soupeçon à la
Royne d'Angleterre ny aulx siens, comme il sembloit que, du
commancement, ilz eussent très ferme opinion que la fin de nostre
guerre seroit ung commancement à eulx d'y entrer. Il est vray qu'ilz
ne sont du tout dellivrez de cette peur, craignantz, à ce qu'ilz
disent, que l'estroicte intelligence, que le duc d'Alve a avecques Voz
Majestez, vous attire de son party contre l'Angleterre; car,
aultrement, il leur semble qu'ilz n'ont guières à le craindre, veu le
crédict et faveur de ceste Royne en Allemaigne. Et ainsy, ilz vont
temporisant avecques luy, sans admettre ny rejecter aussi les termes
de l'accord, espérantz qu'ilz se pourront, dans peu de jours,
esclarcyr de vostre cousté, pour sçavoir commant mieulx se conduyre du
sien; et n'estantz encores bien asseurez si le propos de la paix
prendra bonne résolution en France, ilz tiennent leurs dellibérations
en suspens, dillayantz la dépesche du jeune comte de Mansfelt, et leur
responce au Sr de Lombres; et pareillement de ne toucher aux affères
de la Royne d'Escoce, jusques à ce que leur ambassadeur, Mr Norrys,
leur ayt mandé la certitude du tout; et n'ont faict plus grand
empeschement à ung courrier du duc d'Alve, qui est arrivé depuys cinq
jours, que de l'avoir conduict à la court et visité seulement le
dessus de ses pacquetz, lesquels, se doutans bien qu'ilz estoient en
chiffre, l'ont renvoyé avec les dicts pacquetz bien cloz à Mr
l'ambassadeur d'Espaigne, et luy ont ottroyé passeport pour s'en
pouvoir retourner de dellà, bien qu'ilz ne layssent pourtant de vivre
toutjour en grande deffiance du dict duc. A l'occasion de quoy ilz
dressent de grandes forces et ordonnent beaulcoup de gens de cheval,
pistoliers, et renforcent les garnysons tout le long de la coste qui
regarde les Pays Bas; sur ce, etc.

     Ce Xe jour de janvier 1570.



LXXXIIIe DÉPESCHE

--du XVe jour de janvier 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Callais par Olivier Cambernon._)

Efforts que l'on fait en Angleterre pour impliquer le duc de Norfolk
et la reine d'Écosse dans la révolte du Nord.--Le comte de
Northumberland livré dans sa fuite au pouvoir du comte de
Murray.--Mission d'Elphinstone en Angleterre.--Proposition émise dans
le conseil de demander l'échange du comte de Northumberland contre la
reine d'Écosse.--Préparatifs de guerre faits en Allemagne pour
soutenir les protestans de France.--Forces redoutables réunies sur mer
par les protestans de France et d'Allemagne.--Négociations de
l'Angleterre avec les Pays-Bas.--Motifs politiques qui engagent
Élisabeth à soutenir les protestans de France; espoir que cependant la
paix ne sera pas troublée.


     AU ROY.

Sire, il ne se faict, à ceste heure, aulcune plus grande dilligence
par deçà, après avoir esteint l'eslévation du North, que de cercher
d'où elle est procédée, et qui sont les principaulx, qui ont heu
intelligence avec les deux comtes; en quoy s'engendrent plusieurs
malcontantemens et malveuillances qui se descouvrent toutz les jours
en plusieurs endroictz et villes de ce royaulme, et se continuent
jusques à la court; mesmes semble que, des champs où la guerre estoit,
elle se soit transférée ez cueurs et affections des hommes, et dict on
que de là procède le retardement de la liberté du duc de Norfolc,
lequel aultrement estoit en trein de sortir bientost de la Tour pour
estre remis en son logis de ceste ville; mais les divisions et
compétances de ceulx du conseil l'empeschent, lesquels veulent
monstrer qu'ilz concourent toutz contre la cause de l'eslévation, et,
encor que nulz manifestement ne le chargent de rien d'icelle,
néantmoins les ungs s'efforcent de l'y trouver embrouillé, et les
aultres de l'en déclairer exempt; ny n'est moindre leur contention sur
le faict de la Royne d'Escoce, soit pour le regard de la dicte
entreprinse du North, ou soit pour ses aultres affères, ès quelz ses
amys et serviteurs, qu'elle a en ce royaulme, ne se monstrent, pour
chose qui soit advenue, moins fermes en sa faveur, ny aussi ses
adversaires moins véhémentz contre elle que auparavant. Et cependant
le gouverneur de Barvich a envoyé à la Royne d'Angleterre une lettre
du comte de Mora, par laquelle, de tant que la dicte Dame ne l'a
vollue communiquer à personne et qu'elle a fait semblant d'y avoir
trouvé plusieurs vériffications de l'entreprinse du North, quelques
ungs des grandz en demeurent en peyne; et bientost après, est arrivé
devers elle le ser Nicollas Elphingston, très familier et inthime du
dict de Mora, lequel elle a curieusement et avec grand affection ouy,
mais ne se publie encores rien de l'occasion de sa venue, si n'est
qu'on dict qu'il a aporté la depposition du comte de Northomberland,
lequel estant enfin tumbé ez mains du comte de Mora, il l'a faict
mettre dans Lochlevin, où la Royne d'Escoce estoit prisonnière; mais
je crains que le dict Elphingston ayt charge de renouveller le propos
de consigner la Royne d'Escoce au dict de Mora, moyennant les ostages
qu'on luy a demandé, ou bien de fère l'eschange d'elle et du dict
comte de Northomberland, ce que je sçay avoir esté déjà proposé en ce
conseil, ainsy que je l'avois auparavant bien préveu; mais il semble
qu'il ne peult aucunement venir au cueur de la Royne d'Angleterre de
le debvoir fère, et y a aulcuns des siens qui ne sont pour le
consentyr, tant y a que la pouvre princesse et ceulx, qui portons icy
son faict, en sommes en grand peyne; mesmement à ceste heure que le
comte de Lestre, lequel a accoustumé de procéder d'une plus honneste
et généreuse façon envers elle que les aultres du dict conseil, s'en
est, pour quelque occasion (et croy que pour les différans de court),
allé en sa mayson de Quilingourt, où, toutesfoys, l'on croyt que la
Royne d'Angleterre ne le larra longtemps sans le fère revenir.

J'entendz que ung secrétaire du comte Palatin vient d'arriver, lequel
fault que soit passé par Flandres (car la navigation de Hembourg et de
Hendein est serrée des glaces jusques en mars) ou bien échappé par la
France. Il est allé droict à Vuyndesor, et n'ay encores rien peu
aprandre de sa commission, si n'est par ung qui l'a observé en
passant, qui a comprins de luy qu'il vient pour avoir de l'argent, ou
bien lettre de crédit et de responce à certains juifz qui ont promiz
de fornir une somme en Allemaigne, et qu'il est tout certain que le
Cazimir et le prince d'Orange ont une armée preste pour entrer en
France, à ce prochain primtempz; dont le jeune comte de Mensfelt s'est
eslargy de dire, qu'aussitost qu'il arrivera en Allemaigne avec la
dépesche de ceste princesse, le dict de Cazimir commancera de marcher;
ce que l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, lequel j'avois hier à
disner en mon logis, m'a confirmé, bien qu'il crainct, si le propos de
la paix se conclud en France, que tout cella aille tumber sur les bras
du duc d'Alve; et, ce pendant, le capitaine Sores a prins une seconde
nef vénicienne, plus riche que la première, et faict on compte que la
charge des deux vault plus de trois cenz mil escuz, oultre quatre
vingtz pièces de bonne artillerye qu'il y a dedans, et oultre les
deulx vaysseaulx, qui sont les deux meilleurs de la mer; de quoy toutz
les merchans, tant naturelz que estrangiers, de ce royaulme, demeurent
fort scandalizez contre Mr le cardinal de Chatillon, et requièrent
ceste Royne d'y pourvoir; mais, ou soit qu'elle et les siens n'ayent
moyen de le fère, ou bien que, pour s'exempter de prester de l'argent
à ceulx de la Rochelle, ilz leur veuillent permettre de se prévaloir
de ceste riche et grande prinse, ilz dissimulent et prolongent les
remèdes; et est à craindre que le dict Sores, avec tant de bons et
grandz vaysseaulx, et bien artillez, qu'il a à ceste heure, et le Sr
de Olain, et le bastard de Briderode, qui en ont ung aultre bon
nombre, ne tiennent dorsenavant bien fort subjecte ceste estroicte
mer, et mesmes qu'ilz ne dressent quelque entreprinse sur vos
gallères; bien qu'on m'a dict, Sire, que le dict de Olain est allé
jusques en Allemaigne porter soixante mil escuz au prince d'Orange du
butin de ses prinses de mer.

Le Sr Thomas de Fiesque poursuyt d'accomoder icy le faict des deniers
et merchandises, prinses et arrestées par deçà sur les subjectz du Roy
d'Espaigne, au nom des merchans à qui elles appartiennent, proposant
que les deniers, qui sont en espèces, et pareillement ceulx qui
proviendront des merchandises, demeurent ez mains de ceste Royne
jusques à ung entier accord, en ce qu'elle leur permette de les
vandre, et qu'elle leur veuille bailler pour respondant la chambre de
Londres, de payer le tout à bons termes, après qu'elle s'en sera
servye. Sur ce, etc.

Ce XVe jour de janvier 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, le surplus que j'ay à dire à Vostre Majesté, oultre le contenu
en la lettre que j'escriptz présentement au Roy, je le réserve à vous
mander par le Sr de La Croix, aussitost que l'ung des miens, qui sont
par dellà, sera arrivé, et n'adjousteray icy, Madame, si n'est qu'on
parle diversement en ce royaulme de la paix qui se trette en France,
estantz ceulx des deux religions en contraires espérances là dessus;
sçavoir: les Catholiques, que des grandes et notables victoires, que
Monseigneur vostre filz a gaignées, ayt à réuscyr ung accord fort
advantaigeux pour nostre religion et très honnorable pour le Roy; et
les Protestantz, que monsieur l'Admyral s'estant aulcunement reffect,
et près d'estre, dans six sepmaines ou deux moys, secouru du prince
Cazimir, n'ayt à quicter rien de ce qui apartient à la leur, ny en
l'exercisse, ny en l'establissement d'icelle dans le royaulme; et
estiment, les ungs et les aultres, que leur propre faict deppend du
succez des choses de dellà; dont, encor que la Royne d'Angleterre et
les plus modérez d'auprès d'elle dettestent assés les guerres des
subjectz, néantmoins, ceulx qui ont plus d'auctorité et de manyement
près d'elle, desirans que la part des Catholiques demeure fort oprimée
par deçà, condamnent en toutes sortes l'entreprinse de ceulx du North
comme inique, et luy coulorent de quelque équité celle de France et
luy persuadent, que du maintien d'icelle deppend la seureté de son
estat et du tiltre de son royaulme, et de la légitime qualité de sa
personne; laquelle aultrement seroit par les Catholiques tenue
illégitime. Ce qui faict, Madame, qu'encor que ceste princesse ayt
grand regrect à la prinse de ces deux grandes nefz véniciennes, et
qu'elle sente que, pour aulcun respect, il tourne au préjudice de sa
réputation que, l'une, en partant d'icy, et l'aultre, en y arrivant,
ayent esté prinses en la plaige et quasi dans les portz de son
royaulme; néantmoins, pour n'incommoder ceulx de la dicte religion,
iceulx de son dict conseil la contraignent de différer et dissimuler
le remède, que très volontiers elle donroit aulx merchans; et le
secrétaire Cecille a assés soubdain respondu à ceulx qui l'en ont
sollicité, que ceulx de la Rochelle avoient guerre contre les
Véniciens, parce qu'ilz ont preste de l'argent au Roy; et mesmes,
aulcuns à ce propos m'ont interrogé si la Royne de Navarre n'estoit
pas en actuelle possession de quelque partie de son royaulme, ayant
esté proposé en ce conseil, si, comme Princesse Souveraine, elle ne
pouvoit pas déclarer une guerre, après l'avoir jugée juste et
légitime. Sur quoy, me doubtant bien pourquoy l'on me faisoit ceste
demande, j'ay respondu que la dicte Dame n'a rien qui ne soit, ou
mouvant de la couronne de France, ou tenu soubz la protection
d'icelle, et ainsy n'ont rien gaigné sur moy de cest endroict.

J'ay receu l'acte de mainlevée, qui a esté faicte à Roan, des biens
des Anglois, de laquelle ceste Royne et les siens se sont fort
contentez, et ont, de leur part, desjà procédé de mesmes à la
restitution des biens que les Françoys ont peu monstrer leur apartenir
par deçà, et continuent encores toutz les jours de leur faire justice.
Ilz se plaignent seulement de Bretaigne, et suplient Vostre Majesté
d'y donner ordre. Il me semble qu'en toutes sortes, ceste Royne et le
général de son royaulme veulent persévérer en bonne paix, et ouverte
amytié, avecques Voz Majestez Très Chrestiennes; mais que, en
particullier, aulcuns passionnez feront toutjour, soubz main, tout ce
qu'ilz pourront, et icy, et en Allemaigne, pour ceulx de la Rochelle,
et feroient davantaige si, avec vostre authorité, je ne mettois peyne
de les empescher. Sur ce, etc.

     Ce XVe jour de janvier 1570.



LXXXIVe DÉPESCHE

--du XXIe jour de janvier 1570.--

(_Envoyée exprès jusgues à Callais par Letorne, estant le sieur de La
Croix tumbé malade, dont il est allé à Dieu._)

  Intrigues à la cour de Londres; rivalités entre Leicester et
    Cécil.--Nombreuses exécutions faites par le comte de Sussex à
    la suite de la révolte du Nord.--Modération du comte de Warwick
    à l'égard des insurgés qui sont tombés en son pouvoir.--On
    croit que les Ecossais aideront le comte de Westmorland à
    rentrer en Angleterre.--Négociation d'Elphinstone.--Crainte que
    l'on doit avoir en France du côté d'Allemagne.--Sollicitation
    faite auprès de la reine d'Écosse par le comte de Huntingdon
    pour qu'elle consente à se marier avec Leicester.--Clauses d'un
    traité qui lui est proposé pour son
    rétablissement.--Préparatifs faits par le prince d'Orange
    contre les Pays-Bas.--_Avis_ donné au roi de divers bruits que
    l'on fait courir à Londres sur les mésintelligences qui se
    seraient élevées à la cour de France.--_Mémoire secret_.
    Soupçons élevés contre le duc de Norfolk, le duc d'Albe, la
    reine d'Écosse, et l'ambassadeur de France au sujet de la
    révolte du Nord.--Menées du duc d'Albe en
    Angleterre.--Déclaration d'Élisabeth que la reine d'Écosse a
    formé le projet de s'emparer de la couronne d'Angleterre pour
    réduire le royaume à la religion catholique.--Proposition faite
    par l'ambassadeur d'Espagne au roi de France de former une
    ligue pour rétablir Marie Stuart sur le trône d'Écosse, et la
    religion catholique en Angleterre.--Conduite qu'a dû tenir
    l'ambassadeur de France à cet égard.--Projets que l'on doit
    supposer à l'Espagne.


     AU ROY.

Sire, pour l'occasion des troubles du North, la Royne d'Angleterre,
au commancement de ceste année, a advisé d'augmenter son conseil d'ung
nombre de personnaiges miz à sa dévotion, lesquelz elle a pourveuz
d'aulcuns offices qui vacquoient de longtemps, qui ont lieu en son
dict conseil, comme est le contrerolleur, trézorier, vychambrelan, et
aultres de sa mayson; en quoy la contention n'a esté petite en sa
court, entre ceulx qui aspiroient à cella, ou pour eulx mesmes ou pour
y en mettre de leur faction, ou bien pour empescher qu'il n'y en
entrât plus grand nombre; et est advenu, par le moyen du comte de
Lestre, que le sire Jacques Croft a esté faict contrerolleur, bien
qu'on ayt cryé qu'il estoit papiste; mais, possible, l'y a t on admiz
plus vollontiers pour estre auculnement estimé ennemy du duc de
Norfolc, et le Sr de Frocmarthon, qui y prétandoit grandement, a esté
du tout descheu pour ceste foys, demeurant comme banny de court; et
semble que, pour ces contentions, le comte de Lestre se soyt despuys
absenté, et qu'entre luy et le secrétaire Cecille, lequel est en plus
grand crédict que jamais, y ayt beaulcoup de simulté, et que
néantmoins il ne sera longtemps sans revenir.

Le comte de Sussex poursuyt de fère de grandes exécutions à Durhem et
Artelpoul, et aultres lieux de son gouvernement, sur ceulx qui avoient
prins les armes, ayant desjà faict pendre, outre ceulx du commun, bien
cent personnaiges de qualité, baillifz, connestables ou officiers, et
pareillement les prestres qui estoient avec eulx, nomméement le Sr
Thomas Plumbeth, estimé homme fort sçavant et de bonne vie, et pense
l'on qu'il se monstre aussi véhément, pour effacer le souspeçon qu'on
a heu de luy; et, au contraire, le comte de Vuarvich s'y porte fort
modestement, lequel a envoyé supplier la Royne d'octroyer rémission à
ces pouvres gens, ce que, en partie, elle a concédé; et l'admyral
Clinton est demouré encores à Vuodderby, avec mil hommes, pour
contenir le pays, et pour empescher que le comte de Vuesmerland, avec
l'assistance des Escossoys, ne puisse rentrer en armes en Angleterre,
ce que l'on crainct assés qu'il face, parce qu'il est avec le ler de
Farnihyrst, affectionné serviteur de la Royne d'Escoce, et que les
aultres principaulx de l'entreprinse sont avecques d'aultres seigneurs
escossoys, leurs amiz, de ce mesme party; et que aulcuns se sont
acheminez à Dumbertran. Le seul comte de Northomberland a esté prins
et livré au comte de Mora, qui l'a incontinent faict mettre dans
Lochlevyn; et a soubdain dépesché devers ceste Royne le Sr Elphiston,
son familier, lequel, à ce que j'entendz, raporte plusieurs choses de
la depposition du dict de Northomberland, et plusieurs aultres, pour
fère acroyre que la Royne d'Escoce et l'évesque de Roz ont induict le
dict de Northomberland de prendre les armes; à quoy semble qu'on
n'adjoute grand foy: et, d'abondant, monstre excuser le dict de Mora
de ne pouvoir, en bonne conscience, ny sellon son honneur, ny encores
sellon les loix du royaulme d'Escoce, rendre icelluy comte, mais par
mesme moyen, il faict instance à la Royne d'Angleterre de luy prester,
pour chose fort importante au bien des deux royaulmes, une somme
d'argent; et tout ainsi qu'on luy donne l'espérance qu'il en pourra
avoir, il la donne, encores plus grande, que le dict de Northomberland
pourra estre randu, et espère davantaige qu'en le rendant, il se
pourra aussi tretter de randre au dict de Mora la Royne d'Escoce: dont
il prépare de s'en retourner en grand dilligence devers luy.

Cependant, Sire, nous ne serons paresseulx de luy préparer toutz les
obstacles qu'il nous sera possible, et pareillement au secrétaire du
comte Pallatin, lequel demande en général assistance de deniers, affin
de lever gens pour les secours et deffance de la nouvelle relligion en
France, et pour fère une descente contre le duc d'Alve en Flandres;
dont aulcuns estiment qu'il ne s'en retournera sans quelque provision,
tant y a qu'il ne luy a esté encores respondu sellon son desir.
Néantmoins, je vous supplie très humblement, Sire, de fère
soigneusement prendre garde aulx mouvemens d'Allemaigne; car l'on
tient icy pour chose fort certayne qu'il y a armée preste, et qu'elle
n'est pour aller en Flandres, ny pour s'adresser ailleurs qu'en
France, tant que la guerre y durera, et que le Sr d'Olain a porté au
prince d'Orange plus de six vingtz mil escuz, oultre que les bagues de
la Royne de Navarre sont en Allemaigne, et les nefz véniciennes,
riches de trois centz mil escus, sont desjà arrivées à la Rochelle; et
quant bien ceste Royne ne vouldra rien débourcer, les esglizes
protestantes de son royaulme ne lairront pourtant d'y envoyer quelque
notable subvention, comme celle de l'année passée, qui fut de cent mil
escuz, ny la dicte Dame, quant bien ne le vouldroit, ne le pourra
contredire, tant le feu de cette matière est, à ceste heure, ardemment
espriz en ce royaulme comme je croy qu'il est de mesmes ailleurs.

La Royne d'Escosse est meintennant à Tutbery, accompagnée seulement du
comte de Cherosbery et des siens, qui luy octroyent plus de liberté
qu'ilz ne souloyent; elle se porte bien, et encores que plusieurs
choses se soyent opposées aulx espérances que nous avions de ses
affères, il nous en reste quelques aultres qui, possible, viendront à
bon effect; et j'ay desjà quelque adviz que ceux de son party en
Escosse prétendent de se mettre bientost en campaigne, remectant,
Sire, au Sr de La Croix de vous faire entendre aulcunes aultres
particullaritez, sur lesquelles je vous supplie très humblement luy
donner foy. Sur ce, etc.

     Ce XXIe jour de janvier 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, par le contenu de la lettre que j'escriptz au Roy, et par
l'instruction que j'ay baillée au Sr de La Croix, je fays entendre à
Vostre Majesté les principalles choses, qui me semblent regarder
meintenant icy l'intérest des vostres; et ne vous diray davantaige,
Madame, si n'est que le comte de Huntington, pendant qu'il a esté à la
garde de la Royne d'Escosse, l'a si souvant sollicitée de se départir
du propos du duc de Norfolc, pour entendre à celluy du comte de Lestre
son beau frère, que, pour ne se pouvoir la dicte Dame excuser de
quelque responce, elle luy a dict que, pour ceste heure, elle n'avoit
rien moins à penser qu'à se marier, et qu'aussi le comte de Lestre
avoit bien toute aultre prétencion, avec ce que, si elle contradisoit
meintennant au desir de ces seigneurs, qui luy avoient si expressément
escript en faveur du duc, elle craignoit fort de les irriter et
offancer, et que le comte de Lestre mesmes, qui en estoit l'ung,
prendroit une fort mauvaise opinion d'elle. De quoy l'aultre ne se
contantant, et la pressant de luy fère une plus particullière
responce, elle, enfin, luy a dict tout rondement, que, si la Royne
d'Angleterre et les siens, lesquelz luy avoient proposé le duc, ne
trouvoient bon que le propos passât en avant, qu'elle estoit toute
résolue de n'espouser jamais Anglois. Sur ce il s'est advancé de dire
qu'elle faisoit fort bien, car aussi tout ce royaulme inclinoyt à ce
desir, et qu'il voyoit que, nonobstant toutz empeschemens, avant ne
fût deux ans, elle et le duc seroient maryés ensemble. Puys luy a
parlé fort expressément de quatre choses; la première, de tretter
conjoinctement, entre l'Angleterre et l'Escosse, de l'establissement
de la nouvelle religion; la segonde, de fère une bien seure et
perpétuelle ligue entre les deux royaulmes; la troisiesme, de
consentyr que, par décrect de parlement, ce royaulme soit, après elle,
toutjour transféré aulx mâles plus prochains de la couronne, parce que
le dict de Huntington vient de l'estoc d'iceulx; et la quatriesme, que
Voz Majestez Très Chrestiennes veuillez depputter aulcuns pour
assister, de vostre part, icy, aulx choses qui seront proposées, entre
la dicte Dame et ses subjectz, sur la restitution d'elle, et sur le
faict du feu Roy d'Escoce son mary. Et a adjouxté que monsieur le
cardinal de Lorrayne feroit bien, comme prochain parant, d'intervenir
au jugement d'une si grande cause.

Nous sommes après pour sçavoir d'où sont parvenus ces propos, et
semble que le dict comte de Lestre ne les advouhe, et que mesmes il
pense que la Royne d'Angleterre sera fort courroucée contre le dict
Huntington, quant elle les saura, et que tout cella est party de
l'invention du secrétaire Cecille. La dicte Royne d'Escoce a tiré ung
adviz du dict de Huntington, que le prince d'Orange praticque de fère
descendre dix mil Anglois en Flandres, et qu'avec cella, et ce qu'il
prépare en Allemaigne, joinct l'intelligence du pays, il espère d'en
chasser le duc d'Alve et les Espaignols, ce qui a esté notiffié à
l'ambassadeur d'Espaigne. Sur ce, etc.

     Ce XXIe jour de janvier 1570.


AULTRE LETTRE A LA ROYNE

     (_du dict jour, écrite en chiffres_).

Madame, parce qu'on publie, icy, à mon grand regrect, qu'il n'y a bon
accord entre le Roy et Monsieur, son frère, voz enfantz, et que douze
des principalles citez de France s'opposent à ce que Voz Majestez ne
puissent aulcunement accommoder, par voye de paciffication, les
guerres de vostre royaulme; qui sont deux choses dont Vostre Majesté
auroit, de la première, le plus extrême desplaisir, et nous, le plus
notable dommaige qui nous pourroit onques advenir; et la segonde
seroit pour torner à une fort pernicieuse conséquence contre
l'auctorité du Roy, et droictement contre la vostre; mesmes qu'on m'a
dict qu'en quelques endroictz du monde l'on faict desjà des desseings
là dessus, et que ceste Royne m'en pourra possible toucher quelque
mot, je vous suplie très humblement, Madame, me commander ce que
j'auray à luy en respondre, ensemble à plusieurs seigneurs de ce
royaulme, et mesmement aulx Catholiques, qui envoyent souvant m'en
interroger, lesquelz demeurent toutz esbahys et desconfortez de ce
que, sept sepmaines a, je n'ay nulles nouvelles de Voz Majestez;
ausquelz toutesfoys j'ay bien desjà desnyé l'une et l'aultre de ces
nouvelles, comme les tenant toutes deux fort faulces, et sur ce, etc.

   MÉMOIRE ET INSTRUCTION de ce que le Sr de La Croix a à dire à
   Leurs Majestez, oultre le contenu de la dépesche.

   De ces troubles du North, qu'encor qu'ilz ayent esté bientost
   apaysez, néantmoins, parce que, en mesme temps, s'est descouvert
   qu'en Norfolc l'on avoit entreprins de se saysir des armes, qui
   estoient ez maysons du duc de Norfolc, et de contraindre le sire
   Henry Hemart, son frère, d'estre chef d'une troupe de douze mil
   hommes qui se tenoient prestz pour marcher droict à la Tour de
   Londres, affin de tirer icelluy duc de pryson; et que, en Galles,
   les choses ne se monstroient guières plus paysibles, ceste Royne
   est demeurée en plusieurs doubtes et deffiances de ses subjectz.

   Ce qui luy est augmenté par l'opinion, qu'elle a, que
   l'intelligence du duc d'Alve y soit bien avant meslée, sellon
   que, par l'examen d'aulcuns du North, qui ont esté exécutez, et
   de la depposition du comte de Northomberland, laquelle celluy de
   Mora a envoyée, il semble que cella luy ayt esté confirmé.

   En laquelle depposition, oultre que le dict de Northomberland
   charge les plus grandz de ce royaulme, l'on dict qu'il affirme,
   qu'ainsy que luy et le comte de Vuesmerland furent en campaigne,
   l'ambassadeur d'Espaigne et l'évesque de Roz envoyèrent devers
   eulx ung homme exprès, avec lettres, pour les conforter à leur
   entreprinse, et leur promettre un prochain secours du duc d'Alve,
   et pareillement de France, s'ilz se saysyssoient de quelque port.

   Duquel acte de l'évesque de Roz la dicte Dame a prins argument
   que la Royne d'Escoce, sa Mestresse, a bien peu estre mellée en
   cella, et par conséquent moy à cause d'elle; car, aultrement,
   elle n'a aulcune conjecture que je m'en soys entremiz, ny que
   deçà ny dellà la mer il y ayt esté mené aulcune pratique au nom
   du Roy; et le dict acte n'est suffizant pour luy en fère prendre
   guières grande opinion, parce qu'il ne se trouve que j'aye rien
   escript, ny mesmes que j'aye dict une parolle, ny heu aulcune
   conférance, avec personne qu'elle ayt occasion de souspeçonner.

   Elle reçoit assés souvant lettres d'aulcuns siens secrectz
   serviteurs, qui sont en Flandres, qui l'advertissent que le duc
   d'Alve prépare des entreprinses contre ce royaulme; et que la
   plus part de la noblesse d'Angleterre sont de son party; et que
   plusieurs d'icelle ont desjà receu force escuz au soleil de luy;
   dont j'entends que milord de Coban, depuys naguières, a envoyé
   quatre des dictes lettres tout à la foys en ceste court, les deux
   signées de noms supposez et les aultres non signées lesquelles
   estant leues; au conseil auquel s'est trouvé le comte de Pembrot,
   toutz les Protestantz ont incontinent jetté les yeux sur luy, et
   il a fort hardyment répondu que ceulx qui escripvoient telles
   lettres estoient toutz meschantz d'accuser ainsy en général la
   noblesse d'un royaulme, et, s'ilz avoient cueur ny valleur, ilz
   debvoient nommer ceulx qui ont prinz ces escuz et se nommer eulx
   mesmes pour le leur maintenir, mais que ce n'estoient que
   menteries, et que, quant la Royne, sa Mestresse, aura ses
   subjectz bien uniz, les effortz du duc d'Alve luy seront bien
   aysés à repousser.

   Pour l'occasion de ces advertissements, l'on dict que la dicte
   Dame et ceulx de son conseil ont advisé de dresser une grand
   milice, d'envyron quatre vingtz dix mil hommes de pied et trente
   mil chevaulx en trois endroictz de ce royaulme; sçavoir: trente
   mil hommes de pied et dix mil chevaulx du costé de France vers le
   Ouest; aultant en Suffoc, Norfolc et Germue, qui regarde le pays
   de Flandres; et le tiers restant vers le costé du North contre
   l'Escoce; de quoy l'on asseure que les rolles et descriptions
   sont desjà bien avancez, et que surtout l'on s'esforce de dresser
   grand nombre de pistolliers, et mettre à cheval beaulcoup plus
   d'hommes qu'on n'a oncques faict de nul aultre règne.

   Tout cest ordre est conduict par ceulx de la nouvelle religion,
   lesquelz, pour l'occasion des victoires du Roy et des batailles
   que Monsieur, son frère, a gaignées, et des préparatifs du duc
   d'Alve, et de ce qu'il leur semble qu'il se va trop establissant
   en Flandres, aussi pour la réduction du nouveau roy et du
   royaulme de Suède à la religion catholique, et pour le mouvement
   des Catholiques de ce pays, ilz sont entrez en grandes
   délibérations, et ont tenu plusieurs conseils comme ilz pourront
   conserver et maintenir leur nouvelle religion.

   Et, bien que ceste Royne n'est d'elle mesme mal affectionnée à la
   partie des Catholiques, ains seroit pour requérir fort
   vollontiers la réunyon de l'esglize et ne s'opposer guières à ce
   qu'elle se fît par ung bon concille; néantmoins les Protestans la
   retiennent par une véhémente persuasion qu'ilz lui ont donné de
   la perte de son estat, si elle n'est toujours opposante à
   l'authorité de l'esglize romaine.

   Ce que je conjecture par le propos qui s'ensuyt, lequel elle m'a
   naguières tenu, c'est qu'elle dict avoir deux grandes occasions
   de regarder de bien prez au faict de la Royne d'Escoce; l'une,
   parce que la dicte Dame ne s'est pas attribuée le tiltre de ce
   royaulme sans une bien profonde dellibération, et sans une fort
   grande opinion de son droict; l'autre, qu'elle voyt bien que la
   dicte Dame se veult prévaloir de la division de la religion, et
   cerche de s'insinuer par là ez cueurs de la noblesse
   d'Angleterre, et que desjà plusieurs briefz du Pape ont été
   interceuz, par lesquelz il déclare absoulz ceulx qui cy devant
   ont obéi à elle, bien que illégitime et scismatique, pourveu
   qu'ilz veuillent dorsenavant recevoir la Royne d'Escoce pour leur
   Dame et Princesse. Et a adjouxté qu'on se trompoit bien en cella;
   car, encor que le feu Roy, son père, eust espousé la Royne, sa
   mère, à la religion protestante, il a toutesfoys obtenu le
   rescript du Pape là dessus; par laquelle persuasion des dictz
   briefz, que je croy estre chose supposée, les Protestants
   retiennent bien fort le cueur de ceste princesse contre les
   Catholiques et contre la Royne d'Escosse, bien que j'ay miz peyne
   de luy en diminuer l'opinion tant que j'ay peu.

   =>Chiffre.= [Le premier jour de ceste année 1570, et le Xe
   ensuyvant, monsieur l'ambassadeur d'Espaigne et moy avons esté en
   conférance en mon logis sur l'estat des choses de ce royaulme, et
   avons considéré que, puysque les Catholiques n'ont heu le cueur
   de s'ozer prévaloir de la première prinse d'armes qu'ilz avoient
   faicte avec une assemblée de quinze mil hommes, où y en avoit bon
   nombre de pied et de cheval bien armez et en bon équipage, et
   avec ung assés heureux commancement, sans que les Protestans
   fussent préparez ny pourveus pour leur résister, qu'il sera bien
   mal aysé, qu'à ceste heure qu'ilz les ont comme advertys, ilz
   puissent rien plus entreprendre; et qu'estant, au reste, le duc
   de Norfolc prisonnier, le comte d'Arondel fort réfroydy, celluy
   de Pembrot retourné à la court pour servir à ses amys, et
   conserver ses estatz et les estatz de ses enfans, milor de Lomelé
   encores en arrest et toutz les Catholiques en général fort
   inthimidez, qu'il est dangier que les Protestans, qui sont seulz
   en authorité, viegnent à tumultuer plus que jamais, et mener
   leurs pratiques, icy et en Allemaigne, et pareillement leurs
   entreprinses par mer et par terre, plus ouvertement qu'ilz n'ont
   encores fayct. Dont le dict ambassadeur, après que nous avons heu
   accordé l'ung à l'aultre ce que chacun de nous avons peu sentir
   que les dictz Protestans menoient contre l'intérest de nos
   Mestres, il m'a dit que le sien et pareillement le duc d'Alve
   avoient une très grande affection que ce royaulme fust réduict à
   la religion catholique, parce qu'on ne peult espérer que
   oltraiges et indignitez d'icelluy, tant qu'il demeurera entaché
   de ceste nouvelle religion; et, de tant qu'il s'asseuroit que le
   Roy, Mon Seigneur, avoit le semblable desir, il me prioyt fort
   affectueusement de lui persuader qu'il voulût escripre
   promptement une lettre au Roy Catholique, son beau frère, par
   laquelle il luy mît en avant la commune entreprinse d'entre eulx
   deulx contre l'Angleterre pour la restitution de la Royne
   d'Escosse, seulement, comme pour cause juste et apartenant
   proprement à Sa Majesté Très Chrestienne, et en laquelle il le
   pryât d'y vouloir employer ses forces; ce que le dict ambassadeur
   asseuroit que le dict Roy, son Mestre, accorderoit de fère plus
   vollontiers qu'il n'en seroit requis, et qu'après cella, les deux
   ensemble tinsent leur armement prest pour l'heure que nous, qui
   sommes sur les lieux, leur manderons; car, si les choses
   d'Angleterre n'étoient prinses sur le poinct qu'elles se
   présentent, elles estoient si soubdaines qu'on les perdoit
   incontinent;

   Et que j'advertisse aussi Leurs Majestez Très Chrestiennes
   d'envoyer promptement devers le comte de Mora, pour le garder de
   ne randre les comtes de Northomberland et Vuesmerland à la Royne
   d'Angleterre; et que, pour la confédération que la France a non
   tant avec la Royne d'Escosse que avec sa couronne et avec toutz
   les Escossoys, ilz le voloient bien admonester de son debvoir en
   ce qui se offre, affin qu'il ne face ce tort à l'honneur de ce
   royaulme, où les dictz comtes ont heu leur reffuge, que de les
   randre au mandement des Anglois; et que mesmes, pour estre les
   biens et estats de toutz deux en la terre débattable, ou en celle
   de la conqueste faicte sur l'Escosse, qu'il se présente occasion,
   par leur moyen, de la recouvrer.

   Ces mesmes choses m'a il faict despuys remonstrer par l'évesque
   de Roz, lequel toutesfoys ne les a prinses, pour luy mesmes, en
   suffisant payement de ce que, au nom de sa Mestresse, il a pryé
   le dict Sr ambassadeur de fère meintenant descendre en Escosse le
   secours de quatre mil hommes, et cent mil escuz, que le duc
   d'Alve a mandé avoir toutz prestz pour envoyer aulx deux comtes,
   s'ilz eussent peu meintenir encores quinze jours les armes; et
   qu'à cest effect, elle fera passer quelques seigneurs d'Escosse
   devers le dict duc pour adviser avecques luy de leur descente et
   réception dans le pays, et, si besoing est, elle envoyera un
   gentilhomme jusques au Roy d'Espaigne pour avoir son
   commandement; en quoy le dict ambassadeur a seulement promiz d'en
   escripre, mais qu'il failloit que, de mon costé, je fisse en
   dilligence ce qu'il m'avoit dict, et que surtout l'on fût bien
   advisé de ne toucher entre Leurs Très Chrestienne et Catholique
   Majestez ung seul mot du faict de la nouvelle religion de peur de
   mouvoir les Allemans.]

   Je n'ay monstré aux dictz sieurs ambassadeur et de Roz que toute
   bonne affection en ce qu'ilz m'ont proposé, sinon que je leur ay
   allégué aulcunes difficultez pour les présentes guerres de
   France, et que, pour le dangier des pacquetz, j'estimois qu'il
   seroit meilleur que le duc d'Alve envoyât sur le lieu tretter par
   quelq'un des siens ou bien par Dom Francès [le faict de
   l'entreprinse contre l'Angleterre] que non que le Roy en
   escripvît au Roy, son Maistre; et que, d'empescher la reddition
   des deux comtes, de tant que celluy de Mora s'est monstré trop
   adversaire de la Royne d'Escosse, mal vollontiers le Roy le
   vouldra requérir, ny de cella ny d'aultre chose, sans toutesfoys
   que je leur aye reffuzé, ny accordé aussi d'en rien escripre à
   Leurs Majestez; vray est qu'auparavant il avoit esté desjà donné
   tout l'ordre qu'on avoit peu [pour envoyer empescher en Escosse
   que les deux comtes ne soyent rendus].

   L'ambassadeur d'Espaigne a très bonne affection à la religion
   catholique, et procède fort droictement en tout ce qui est pour
   l'advancement d'icelle; il fault considérer aussi qu'il peult
   bien en ces choses estre aultant esmeu du desir qu'il sçayt que
   le Roy, son Maistre, a de recouvrer l'argent et merchandises de
   ses subjectz, prinses et arrestées par deçà, et de se vanger des
   offances receues en cella, et pareillement de celles que le duc
   d'Alve se sent en particullier fort picqué, pour les indignitez
   usées à luy mesmes et à ceulx qui sont venuz de sa part, que non
   de l'intérest de la couronne d'Escosse, ny pour vouloir diminuer
   la grandeur de celle d'Angleterre, qui est alliée de la maison de
   Bourgogne; ou bien qu'il cognoist que, si ceste Royne sent que le
   Roy conviegne avec le Roy d'Espaigne contre elle, qu'elle sera
   plus facille de se réconcillier avec le duc d'Alve, dont Leurs
   Majestez Très Chrestiennes adviseront ce qui sera le plus
   expédiant pour leur service.

   Il est bien certain que, despuys le commancement des différans
   des Pays Bas, et lors mesmement que le Sr d'Assoleville et puys
   le Sr Chapin Vitelly sont passez de deçà, que ceste princesse m'a
   toutjour faict sonder de quelle intention le Roy et la Royne
   seroient en son endroict, affin de s'accommoder avec celle des
   parties qu'elle cognoistra luy estre de meilleure disposition; de
   quoy ayant heu cognoissance, et encores quelque adviz, je me suys
   conduict de telle façon envers elle, que luy donnant bonne
   espérance du costé de France, sans luy parler toutesfoys qu'en
   très bonne et advantaigeuse façon des choses d'Espaigne, je l'ay
   retenue en quelque dévotion envers Leurs Très Chrestiennes
   Majestez, et je croy qu'elle s'est de tant monstrée plus
   difficille et contraire au duc d'Alve.

   Davantaige conférans le dict sieur ambassadeur et moy noz adviz
   sur la négociation que faict le secrétaire du comte Pallatin en
   ceste court, il nous a esté raporté à toutz deux qu'il poursuyt
   argent affin de lever gens en Allemaigne, tant pour envoyer au
   secours de ceulx de la nouvelle religion en France, que pour fère
   une descente contre le duc d'Alve aulx Pays Bas; et de tant que
   le Sr de Lombres, flamant, qui a esté envoyé icy par ceulx de la
   Rochelle, sollicite vifvement ce fait au nom du prince d'Orange,
   le dict ambassadeur l'a pour plus suspect, et me presse pour cela
   fort vifvement que nous veuillons [induyre conjoinctement noz
   deux Maistres d'entreprendre promptement quelque chose contre ce
   royaulme], bien que, à propos du dict prince d'Orange, il m'a
   dict qu'il sçavoit que ce qu'il préparoit en Allemaigne estoit
   pour retourner en France. Sur quoy luy ayant respondu qu'il
   n'avoit receu aucune offance du Roy pour le debvoir fère, il m'a
   seulement demandé si le Roy ne lui avoit pas confisqué son estat
   qu'il a en France; à quoy je lui ay respondu que ce n'estoit
   chose qu'il dût tenir en tant, pour en commancer une guerre,
   quant bien le Roy le luy auroit confisqué: et, là dessus, il m'a
   faict ung discours comme si l'Allemaigne n'estoit pour plus luy
   consentyr de retourner à main armée aulx Pays Bas, mais bien de
   procurer son retour en ses biens par le pardon et bonne grâce du
   Roy son Seigneur.



LXXXVe DÉPESCHE

--du XXVIIIe jour de janvier 1570.--

(_Envoyée jusques à Callais exprès par Pierre Bordillon._)

  Arrivée de Mr de Montlouet à Londres.--Mission dont il est chargé
    pour l'Écosse; état des affaires dans ce pays.--Projets du
    comte de Westmorland, qui prépare une nouvelle prise
    d'armes.--Avantage remporté en Irlande par mylord
    Sidney.--Espoir d'Élisabeth que les différends avec les
    Pays-Bas pourront s'arranger à l'avantage de
    l'Angleterre.--Préparatifs du duc Casimir qui se dispose à
    entrer en campagne.--Efforts de l'ambassadeur pour empêcher que
    des secours d'argent soient donnés aux protestans de la
    Rochelle.--Réclamation de la république de Venise afin
    d'obtenir la restitution des prises faites par le capitaine
    Sores.


     AU ROY.

Sire, je n'avois rien entendu de la venue de Mr de Montlouet, quant,
le XXe de ce moys, il m'a esté mandé de ceste court qu'il avoit desjà
passé la mer, et qu'il estoit à Douvres; au quel lieu l'on l'a arresté
deux jours et demy, sans luy permettre de passer plus avant; et croy
que c'est le filz de Mr Norrys qui, ayant passé avecques luy, et
laissé madame de Norrys sa mère à Boulloigne, a advisé les officiers
de fère ceste difficulté, afin qu'il eust loysir d'en advertir la
Royne sa Mestresse, laquelle a mandé tout aussitost qu'on le laissât
venir, monstrant d'estre marrye qu'on l'eust aulcunement retardé. Par
ainsy, Sire, il est arrivé en ceste ville le XXIIIe, et, le lendemain
XXIVe, nous avons envoyé à Hamptoncourt, où la dicte Dame est à
présent, pour demander son audience; laquelle elle nous a incontinent
accourdée au XXVIe; mais ceulx de son conseil, qui avoient à se
trouver toute ceste sepmaine en ceste ville pour l'ouverture du terme
de la justice, la luy ont faicte prolonger jusques à dimanche
prochain, qui sera le XXIXe; et semble, Sire, que monsieur Norrys ayt
donné adviz à la dicte Dame que le voyage du dict Sr de Montlouet est
pour les affères de la Royne d'Escoce, dont elle s'est desjà préparée,
ainsy que j'entendz, de la responce qu'elle luy doibt fère; et je
doubte assés qu'elle luy veuille accorder de passeport pour aller en
Escoce; car, oultre que l'ordinaire souspeçon et jalouzie qu'elle a de
l'auctorité de Vostre Majesté en ce pays là luy administre assez
inventions pour y trouver toujour quelque excuse, il luy semblera, à
ceste heure, qu'elle en ayt une fort aparante pour les troubles
naguières suscitez en son pays du North, et pour la retrette qu'ont
faict les chefz et autheurs d'iceulx avec leur cavallerye vers ces
quartiers de terres débattables d'entre les deux royaulmes; où, à la
vérité, l'on dict que le comte de Vuesmerland se va refaysant, et
assemblant une trouppe, qui ne sera moindre de quatre mille chevaulx
anglois ou escouçoys, lesquels il pourra joindre toutes les foys qu'il
vouldra, en moins de quatre jours; et le comte de Northomberland n'est
mal tretté du lord de Lochlevyn, qui, encor qu'il soit beau frère du
comte de Mora, ne monstre le vouloir randre à la Royne d'Angleterre.
Néantmoins, ayant le dict Sr de Montlouet et moy desjà heu
communication avec monsieur l'évesque de Roz, nous n'obmettrons rien
de tout ce qui se pourra dire et fère, au nom de Vostre Majesté,
envers ceste Royne, pour la liberté, restitution et advancement de la
Royne d'Escoce, et pour avoir permission de l'aller veoir, et puys de
parfère son voyage.

Il est certain que la retrette des comtes de Northomberland et de
Vuesmerland n'a tant apaysé les troubles du North, que la dicte Royne
d'Angleterre et les siens ne craignent bien fort qu'il se fasse
encores une reprinse d'armes, non seulement au mesmes pays du North,
où l'exécution de tant de pouvres hommes, qu'on y faict mourir, ne
faict qu'endurcyr et aigrir davantage les aultres, mais aussi en
plusieurs endroictz de ce royaulme; et que, si ceulx qui se sont
retirez en Escoce retournent, la seconde entreprinse sera trop plus
dangereuse que la première. Il est vray que ce pendant la dicte Dame
se trouve dellivrée de deux aultres grands soucys, l'ung du costé de
l'Irlande, et l'aultre des Pays Bas; car milord Sideney luy a mandé
qu'en une course, qu'il a faicte sur les saulvaiges au plus fort de
l'hyver, lorsqu'ilz s'en doubtoient le moins, il a reprins vingt huict
lieux fortz sur eulx, et a ramené de prisonniers cent soixante des
plus principaulx des leurs, de sorte qu'il se promect une briefve et
fort heureuse yssue de toutz les affères de dellà. Et de Flandres la
dicte Dame estime avoir ung bien asseuré adviz que les aprestz du duc
d'Alve contre ce royaulme se vont réfroydissant, et vont estre remiz
en ung aultre temps; ce qui lui semble estre davantaige confirmé par
la dilligence que les Srs Espinola et Fiesque font icy d'accommoder le
faict des deniers et merchandises d'Espaigne, bien fort à l'advantaige
de la dicte Dame.

Les adviz des aprestz et mouvemens d'Allemaigne continuent en ce que,
sans aulcun doubte, le duc de Cazimir sera en campaigne avec cinq mil
chevaulx et huict mil hommes de pied, à la fin de febvrier ou au
commencement de mars; et que desjà le payement de ses gens pour deux
moys est consigné, et que le troisiesme moys se payera le jour qu'il
commencera de marcher. L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, a ung
non guières dissemblable adviz, disant ouvertement que c'est pour
entrer en France. Néantmoins, son parler monstre qu'il crainct assés
que ce soit pour descendre en Flandres, de tant que le prince d'Orange
s'entremect beaulcoup de l'entreprinse, et qu'il a esté devers le
comte Pallatin à Heldelberc, et puys en poste jusques en Saxe devers
le duc Auguste; dont le duc d'Alve a mandé haster la levée que luy
faict le duc de Bronsouyc, affin de garnyr tout à temps le Luxembourg
de bonnes forces. Tant y a qu'ayant monsieur de Lizy naguières escript
que, nonobstant les grandes difficultez qu'il avoit trouvées aux
princes protestans, ilz l'avoient enfin asseuré du secours qu'il leur
avoit requis, il est à croyre que leur premier effort se fera en
France pour ceulx de la Rochelle. Le secrétaire du comte Pallatin, et
ceulx qui sont icy pour le prince d'Orange et pour les dicts de la
Rochelle, n'ont encore heu résolue responce de ce conseil sur le prest
des deniers qu'ilz demandent, et ceste Royne s'en excuse bien fort;
mais ceulx qui ont auctorité près d'elle trouvent moyen que son crédit
et celluy de son royaulme y peuvent estre de telle façon employez,
sans qu'il luy coste rien, que desjà les aultres s'asseurent de tirer
de cest endroict cinquante mil escuz; mais ilz incistent à plus grand
somme jusques à cent cinquante mille, non sans espérance de l'obtenir,
pourveu qu'il n'y aille rien de la bource de la dicte Dame; et ceulx
qui mesurent les finances, dont l'on peult avoir quelque notice qu'ilz
pourront fère estat ceste année, disent que c'est de cinq à six centz
mil escuz. Je mettray peyne de les empescher de ce costé le plus qu'il
me sera possible.

Les Seigneurs Magniffiques de la Seigneurie de Venize, qui sont icy,
ont obtenu lettres de ceste Royne fort expresses à la Royne de Navarre
pour le recouvrement de leurs vaysseaulx et merchandises, et m'ont
prié de bailler mon passeport à l'ung d'entre eulx, qui les est allé
présenter, affin que si, pour le temps, il estoit contrainct de
relascher en France, ou qu'il fût rencontré par aulcuns navyres de
guerres de Vostre Majesté en la mer, il puisse tesmoigner de la juste
occasion de son voyage au dict lieu de la Rochelle. Sur ce, etc.

     Ce XXVIIIe jour de janvier 1570.



LXXXVIe DÉPESCHE

--du IIe jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée par Guillaume de La Porte exprès jusques à Calais._)

Audience accordée par la reine d'Angleterre à Mr de Montlouet et à
l'ambassadeur.--Reproche fait par Élisabeth à la reine d'Écosse
d'avoir favorisé la révolte du Nord.--Crainte qu'il ne soit permis à
Mr de Montlouet ni d'accomplir sa mission vers Marie Stuart, ni de se
rendre en Écosse.--Nouvelle de la mort du comte de Murray; mesures
prises par Élisabeth pour conserver son influence en Écosse, malgré
cet évènement.--Vives instances faites par les protestans de France
pour obtenir en Angleterre des secours d'hommes et d'argent.


     AU ROY.

Sire, deux jours après ma précédante dépesche, laquelle est du XXVIIe
du passé, nous avons esté à Hamptoncourt devers la Royne d'Angleterre,
à laquelle Mr de Montlouet a présenté voz lettres et reccomendations,
et luy a d'une fort bonne et agréable façon récitté le contenu de sa
charge, sans rien obmettre de ce qui a esté requis pour dignement luy
porter la parolle, et la créance de Voz Majestez, et pour luy faire
bien expressément entendre vostre intention sur le faict de la Royne
d'Escoce: en quoy la dicte Dame a monstré que la matière luy estoit de
bien grande conséquence, mais qu'elle n'estoit encores en guières de
disposition d'y entendre pour des occasions, qu'elle a faict semblant
d'avoir descouvertes de nouveau contre la Royne d'Escoce et contre
l'évesque de Roz, d'aulcunes leurs menées avec le comte de
Northomberland sur les derniers troubles du North; et n'a toutesfoys
layssé de donner des responses pleynes à la vérité d'indignation
envers la dicte Royne d'Escoce, mais de quelque respect envers Voz
Majestez Très Chrestiennes, et s'est réservée d'en bailler, dans trois
ou quatre jours, de plus amples après qu'elle aura heu le loysir d'y
penser.

Le dict sieur de Montlouet luy a faict des remonstrances et
réplicques, fort convenables à ce propos, avec instance de luy
permettre de visiter la dicte Dame de vostre part, et de passer, puys
après, jusques à ses subjectz, pour aulcunes bonnes occasions que Voz
Majestez le dépeschent devers elle et devers eulx. A quoy j'ay adjouté
ce que j'ay estimé convenir à ceste négociation, sellon celle que j'ay
assés continuée jusques icy de ce faict, et sellon les advertissemens
du dict Sr évesque de Roz; mais la dicte Dame a remis de respondre au
tout, après qu'elle y aura pensé.

Cependant elle a couppé assés court le dict propos, comme si elle s'en
trouvoit pressée, pour demander curieusement des nouvelles de Voz
Majestez et de celles de la paix. A quoy le dict Sr de Montlouet luy a
amplement satisfaict; dont, des propos qu'elle luy a tenuz et de ses
responses, et pareillement de ce qu'elle luy a dict sur le faict de
la fille de Mad{e} de Mouy et sur ce que Mr de La Meilleraye vous
avoit escript des désordres qui continuent encores en la mer, je
laisse au dict Sr de Montlouet de le vous fère bientost entendre par
luy mesmes, s'il ne va plus avant; ainsy qu'il semble qu'à grand
difficulté le luy vouldra l'on permettre, ou bien de le vous escripre,
si, d'advanture, il accomplit son voyage.

Et seulement adjouxteray icy, Sire, ce que la dicte Dame nous a dict
de la mort du comte de Mora, comme en passant par une rue, en la ville
de Lithquo, il a esté tué d'ung coup de pistollé, avec quatre balles
au travers du corps, par le fils du chérif du dict lieu, lequel est
des Amelthons, qui s'est despuys saulvé[2]. Duquel coup la dicte Dame
n'a peu dissimuler le regrect qu'elle y avoit, ce qui la nous a
(sellon mon adviz) randue moins bien disposée en ceste première
audience, sentant possible debvoir advenir beaulcoup de mutation de
ceste mort ez choses d'Escoce, et, possible, beaucoup en celles de
toute l'isle; dont a dépesché en dilligence le Sr Randol par dellà
pour deux occasions principallement; l'une, affin de solliciter
l'eslection d'ung aultre régent, qui soit de mesmes disposition envers
elle qu'estoit le dict de Mora; et l'aultre, pour empescher que le
comte de Northomberland ne soit mis en liberté sur ce changement, et
fère beaulcoup d'offres et promesses là dessus.

  [2] Cet évènement arriva en plein jour, le 23 janvier 1570, au
  moment où le régent traversait la petite ville de Linlithgow, à
  dix-sept milles d'Édimbourg. Jacques Hamilton de Bothwell-Haugh,
  qui se vengea par ce meurtre des relations que Murray avait
  entretenues avec sa femme, trouva moyen de s'échapper et de se
  réfugier en France.

Ung certain capitaine alleman, nommé Oulfan d'Arnac, est despuys
naguières arrivé de la Rochelle; par la venue duquel le jeune comte de
Mensfelt haste son partement; et toutz deux sont pretz de s'embarquer
pour passer en Allemaigne, affin de se trouver bientost avec le
Cazimir; lequel ilz cuydent se debvoir, dans peu de jours, mettre en
campaigne; et cependant la subvention des esglizes protestantes de ce
royaulme commence à se lever ainsy que je l'avois desjà préveu, et
possible que par mes premières, je vous pourray mander combien elle se
montera. Sur ce, etc.

     Ce IIe jour de febvrier 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, ayant la Royne d'Angleterre remiz à fère, d'icy à quatre
jours, responce à Mr de Montlouet et à moy sur les choses qu'il luy a
proposées de la part de Voz Majestez, il n'y auroit guières lieu de
vous dépescher ce pacquet jusques alors, n'estoit la nouvelle qui
cependant est survenue de la mort du comte de Mora; laquelle je ne
vous veulx aulcunement retarder, pour l'aparance qu'il y a que
d'icelle ayt à naistre bientost beaulcoup de nouvelletez en Escoce, et
possible assés de mutation ez choses de ce royaulme, où ce coup se
faict desjà tant sentyr, qu'il semble qu'en la court, et par tout le
pays, ung chacun en soit bien fort esmeu; et n'a la dicte Royne
d'Angleterre, après l'avoir sceu, différé que bien peu d'heures de
dépescher Randolf en Escoce, pour fère en toutes sortes qu'on y
substitue ung aultre régent, qui soit pour persévérer aulx mesmes
trettez qu'elle avoit avecques le deffunct, avec offres d'argent et de
forces pour meintenir l'authorité de celluy qui le sera, et pour
empescher que aulcuns estrangiers puissent estre appellez contre luy
dans le pays; dont aulcuns estiment que le frère du dict de Mora
tiendra meintenant ce lieu. En quoy Vostre Majesté considèrera, au cas
que Mr de Montlouet n'ayt permission de passer jusques en Escosse par
terre, s'il sera expédiant d'y dépescher ung aultre par mer, qui y
puisse arriver avant que les choses y soient establyes à la dévotion
des adversaires de la dicte Royne d'Escoce. L'on a adviz icy que
Dombertrand a esté avitaillé par deux navyres françoys, dont ne fault
doubter que le party de la dicte Dame ne s'en trouve grandement
confirmé dans le pays, et je sçay qu'il en faict grand mal au cueur à
plusieurs en ceste court. Sur ce, etc.

     Ce IIe jour de febvrier 1570.



LXXXVIIe DÉPESCHE

--du Xe jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée par Mr de Montlouet s'en retornant devers le Roy._)

Nouvelle audience accordée à Mr de Montlouet.--Refus fait par
Élisabeth de lui donner passage.--Motifs qui ont dû l'engager à
prendre ce parti.--Arrestation de l'évêque de Ross.--Protestation
de la reine d'Angleterre qu'elle veut se maintenir en paix avec
le roi, et qu'elle ne donnera aucun secours à ceux de la
Rochelle.--Préparatifs faits en Angleterre contre l'Écosse.--Nécessité
d'envoyer sans retard, par mer, un député en Écosse, et de ne rien
négliger pour arrêter l'exécution des projets des Anglais.--_Note_
remise à Mr de Montlouet sur l'état général des affaires d'Angleterre
et d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, ayant la Royne d'Angleterre, au boult de huict jours, faict
entendre à Mr de Montlouet et à moy, avec quelque aparat, en présence
de unze seigneurs de son conseil, touchant les affères de la Royne
d'Escoce, que de laysser passer le dict Sr de Montlouet jusques au
lieu où est la dicte Dame, et puys de là en Escoce, elle ne le pouvoit
meintennant en façon du monde consentyr, pour des occasions,
lesquelles, si eussent esté bien sceues, lorsqu'il fut dépesché, elle
s'assure que Vostre Majesté ne luy eust donné charge d'y aller; et que
de la seurté de la dicte Dame Vostre Majesté pouvoit croyre que, quand
la dicte Royne d'Escoce auroit bien machiné de la fère tuer à elle
d'ung coup de haquebutte, elle pourtant ne consentyroit jamais qu'on
touchât ny à sa vie, ny à sa personne; et que de son bon trettement
elle le luy fesoit fère tel et à telz frays qu'elle sçayt que l'Escoce
ne seroit pour y fornyr de mesmes. Au regard de sa plus grande liberté
et restitution à sa couronne, qu'encor qu'elle n'eust à rendre compte
qu'à Dieu seul de ses actions en cella, elle néantmoins les vous
feroit entendre par son ambassadeur, ou par ung gentilhomme exprès,
avec espérance, que vous les trouverez si équitables, que dorsenavant
vous ne seriez tant pour la dicte Royne d'Escoce, que vous ne fussiez
aussi pour elle; et de tout ce que, avec ung bien long et préparé
discours et avec plusieurs démonstrations, elle a desduict là dessus,
le dict Sr de Montlouet le saura trop mieulx représanter à Voz
Majestez que je ne le vous sçaurois escripre, vous pouvant asseurer,
Sire, qu'il a si vifvement répliqué et tant fermement incisté à la
dicte Dame sur toutz les poinctz de l'instruction, que Vostre Majesté
luy avoit baillée, qu'il ne s'y peult rien desirer davantaige. Et j'ay
adjouxté ce que j'ay peu de plus exprès pour la presser de luy fère
meilleure responce; mais le mariage du duc de Norfolc et l'ellévation
du North lui sont deux offances si rescentes, lesquelles elle impute à
la dicte Dame, et la mort du comte de Mora les luy a tant rafreschies,
que nulle sorte d'apareil y peult encores estre bonne; mesmes, sur ce
dernier courroux de la mort du comte de Mora, elle a faict resserrer
l'évesque de Roz ez mains de l'évesque de Londres, qui sont deux fort
différantz personnages, en meurs et en religion, l'ung de l'autre;
dont semble qu'il fault qu'avec le temps vienne le remède de ce mal.

Je laisse au dict Sr de Montlouet de vous dire le contantement que la
dicte Royne d'Angleterre à monstré avoir de ce que Voz Majestez Très
Chrestiennes se sont vollues conjouyr avecques elle sur la
paciffication des troubles de son royaulme, et les bonnes parolles
qu'elle a dictes en cella, qui toutjour en use de fort bonnes ez
choses qui luy sont proposées de Voz Majestez, sinon en ce qu'on luy
touche de la Royne d'Escoce; et vous dira pareillement les promesses,
qu'elle nous a faictes, de n'assister en aulcune sorte à ceulx de la
Rochelle contre Vostre Majesté et sur ce, etc.

     Ce Xe jour de febvrier 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, il n'a tenu ny à soing, ny à dilligence, ny à fère bien
dignement et expressément entendre, par Mr de Montlouet, à la Royne
d'Angleterre les choses de sa charge, ny encores à les avoir bien
préparées et sollicitées par Mr de Roz et par moy, aultant qu'il nous
a esté possible, que le dict Sr de Montlouet ne raporte une meilleure
responce qu'il ne faict sur les affères de la Royne d'Escoce; mais le
mariage du duc de Norfolc et l'ellévation du North y font ung très
grand obstacle et, possible, y en faict davantaige la mort, naguières
survenue, du comte de Mora; laquelle la dicte dame et ceulx de son
conseil, qui sont protestantz, monstroient de la prendre plus à cueur
que nul aultre accident qui leur eust peu advenir, et sont après à
fère plusieurs grandz et nouveaulx desseings là dessus; dont desjà ont
mandé renforcer bien fort la garnyson de Barvich, et crains assés
qu'ilz veuillent dresser, du premier jour, armée pour l'envoyer par
dellà, comme j'en ay quelque sentyment; laquelle survenant en la
division, où est à croyre que ce royaulme se trouve meintennant, elle
sera pour y fère des effectz, qui seront, par avanture, dommaigables à
l'advenir; dont je perciste en ce que, par mes précédantes, j'ay
escript que, ne voulant ceste Royne permettre que le Roy et Vous y
puissiez envoyer quelqu'un des vostres par terre, qu'il sera bon que y
dépeschiez promptement ung personnaige de bonne qualité par mer, qui
soit pour moyenner et establyr, avec vostre auctorité, une bonne
concorde entre les seigneurs du pays; et les bien disposer de résister
aux estrangiers, et y relever le nom de leur Royne; en quoy semble
aussi, si Voz Majestez n'y peuvent pour ceste heure envoyer forces,
qu'il sera fort à propos que envoyez au moins quelques capitaines, et
gens d'entendement et de valleur, qui les saichent bien conduyre. Sur
ce, etc.

     Ce Xe jour de febvrier 1570.

CE QUI S'ENSUIT a esté baillé à Mr de Montlouet pour luy servyr de
mémoyre.

De la communicquation que Mr de Montlouet et moy avons heu ensemble,
touchant ses deux instructions, il se pourra servyr de l'ordre
d'icelles comme d'ung mémoire, pour tout ce que je luy ay dict sur ung
chacun article, affin d'en satisfère Leurs Majestez.

Et l'extraict de la lettre, que j'escriptz au Roy, s'il luy playt de
l'emporter, sera pour nous conformer l'ung à l'aultre ez choses que la
Royne d'Angleterre nous a respondues sur le faict de la Royne
d'Escoce.

De la continuation de la paix;--Il pourra dire que la Royne
d'Angleterre monstre d'y vouloir persévérer, et semble que ceulx de la
Rochelle ne tireront d'elle aulcun manifeste secours; mais ne fault
doubter que, par moyens secrects et soubz aultres prétextes, les siens
ne les accomodent, par mer et en Allemaigne, aultant que, sans mettre
leur Mestresse à la guerre, ilz le pourront fère.

Le jeune comte de Mensfelt est desjà embarqué, lequel anticipe de deux
moys son partement, parce que, par ung navyre venu du North, l'on a
sceu que ceste année la mer n'a point gelé; et va descendre en
Hendein, dont s'estime qu'à son arrivée en Allemaigne, avec les
responces et lettres de crédict d'icy, le Cazimir et le prince
d'Orange se mettront incontinent en campaigne. Les dictes lettres, à
ce qu'on dict, sont pour trente mil livres esterlin en tout, c'est
cent mil escuz, ce que je n'ay encores bien vériffié.

De l'estat des affères de la Royne d'Escoce et du duc de
Norfolc;--J'ay monstré à Mr de Montlouet aulcunes petites lettres, qui
tesmoignent ce qui en est, et ce qu'ung chacun d'eulx espère
particullièrement pour soy, et ce que l'ung espère pour l'aultre.

Et pareillement ce qu'elle, pour son regard, espère du secours de
Flandres, et l'instance qu'elle en faict, et ce que luy espère de
celluy de France, et comme il presse de le haster.

L'estat des choses d'Escoce.--Ledinthon et milor Herys, hors de
pryson, ont relevé avec les principaulx de la noblesse le nom et
tiltre de leur Royne.--Le duc de Chastellerault encores
prisonnier.--Le comte de Morthon et Lendzey ont juré la vengeance de
la mort du comte de Mora.--S'entend que le comte de Northomberland est
en liberté. Celluy de Vuesmerland a couru jusques sur quelque garnyson
d'Angleterre et l'a surprinse.

La Royne d'Angleterre semble vouloir préparer une armée. Je n'ay
poinct argument que ce soit contre la France, sinon par aulcuns adviz
de l'année passée que une descente d'Anglois en Picardie doibt
concourir, quant le Cazimir conduyra son armée vers ce quartier là,
ayant promiz de s'employer à la reconqueste de Callays pour la dicte
Dame; à quoy, à toutes advantures, Leurs Majestez feront prendre
garde.

La plus grand opinion est que ce sera pour aller en Escoce, affin d'y
establyr le comte de Morthon régent, ou bien fère intervenir le comte
de Lenoz au gouvernement de l'estat, et de la personne du prince son
petit filz; et le maintenir comme son subject en ce sien droict, par
toutz les moyens qu'elle pourra, ou bien pour se saysir, si elle
peult, du dict petit prince et le transporter en Angleterre; et,
possible, pour y fère quelque conqueste; et, en monstrant de vouloir
appeller à la succession de son royaulme le dict petit prince, se
saysir cependant des deux, le tout par prétexte d'aller contre ses
rebelles du North, qui se sont retirez au dict pays.

La détention de l'évesque de Roz et des aultres seigneurs catholiques
porte grand empeschement à ma négociation de la liberté et
eslargissement; desquelz ne se parle ung seul mot.

Des différandz des Pays Bas, et ce que Espinola et Fiesque en trettent
d'ung costé, et ce que l'ambassadeur et Anthoneda en trettent de
l'aultre, pareillement ce que Cecille cerche d'en fère mettre en avant
par le Sr Ridolfy, et la remonstrance que j'ay faict au dict
ambassadeur pour empescher l'accord des deniers.

Du Sr Chapin Vitel.

De ce que Leguens a mandé.

De fère administrer justice en Bretaigne aulx Angloys.

Au cas que la Royne d'Escoce se veuille retirer en France, me mander
si Leurs Majestez l'auront agréable, et qu'est ce que j'auray à fère,
si elle entreprend de passer en Flandres.

Parler à Monsieur le duc de la pleincte que ceulx ci font qu'on
retarde par trop à Paris les passeportz à leur ambassadeur.



LXXXVIIIe DÉPESCHE

--du XIIIe jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais, par Olyvier Cambernon._)

Efforts faits en Angleterre pour obtenir le consentement de l'Espagne,
afin de disposer des deniers saisis et déposés à la Tour.--Intérêt du
roi à l'empêcher pour que cet argent ne serve pas à faire des levées
d'hommes contre la France.--Affaires d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, les choses que Mr de Montlouet a vues, et entendues icy, et
celles dont nous avons heu communication ensemble, il les sçaura si
bien représenter à Voz Majestez, que je n'entreprendray de vous en
toucher icy ung seul mot; seulement je vous diray, Sire, touchant
celles qui sont venues à ma cognoissance, despuys qu'il est party, que
le voyage qu'il sçayt que Mr le cardinal de Chatillon a faict à
Hamptoncourt, le jour de caresme prenant, a esté pour deux occasions;
l'une, pour prier la Royne d'Angleterre de permettre à Rouvrey, lequel
par fortune de temps est arrivé mallade et blessé à Grènezé, qu'il y
puisse demeurer quelque moys pour se guéryr, nonobstant l'estroicte
deffance qu'il y a de n'y souffrir aulcun estrangier, ce qu'il a
facillement obtenu; et l'aultre occasion est pour très instemment
prier la dicte Dame, avec les ambassadeurs des princes protestans, et
avec ceulx, qui naguières sont venuz de la Rochelle, qu'elle veuille
acquiter, à ce prochain mars, certaine portion d'ung sien debte
qu'elle a promiz de payer en Allemaigne, affin qu'ilz s'en puyssent
ayder à fère leurs levées, prenant sur eulx la dicte portion du
principal avec les intérestz _pro rata_. Mais à cecy la dicte Dame a
respondu qu'elle avoit meintenant tant d'affères en son royaume,
qu'elle estoit pour entrer plus tost en nouveaulx empruntz que de
payer les vieulx debtes, et qu'il n'estoit possible qu'elle entendît à
faire aulcun payement, si elle ne s'aydoit des deniers d'Espaigne,
ausquelz elle n'avoit encores touché, attendant qu'il s'y fît quelque
bon accord. Sur quoy, se trouvant que Espinola et Fiesque avoient miz
en avant une composition au nom des merchans, de laysser les dicts
deniers à la dicte Dame, jusques à l'entier accord des différans des
Pays Bas, à intérest de dix pour cent pour l'advenir, sans payer rien
du passé, et baillant seulement la chambre de Londres et mestre
Grassein pour respondans, tant du principal que des dictz intérestz,
il se faict une extrême sollicitation que cella s'effectue; et je
inciste, de tout ce qu'il m'est possible envers l'ambassadeur
d'Espaigne, qu'il le veuille empescher, luy remonstrant que ce sera
accommoder d'aultant ceulx qui vous mènent la guerre en vostre
royaulme, lesquelz se prévauldront de ces deniers; et il sçayt combien
il y court un grand préjudice pour son Mestre: à quoy il m'a promis de
fère tout ce qu'il pourra pour l'interrompre, mais il creinct que
Albornoz, secrétaire du duc d'Alve, tienne la main à cella pour
l'amytié qu'il a avec les dicts Espinola et Fiesque, ou pour avoir
receu d'eulx un présent de douze ou quinze mil escuz, ainsy qu'on dict
qu'ilz en offrent icy ung aultre de cinquante mil escuz au comte de
Lestre et de vingt mil à Cecille. Mais je ne puys croyre que les dicts
Espinola, Fiesque et Albornoz mènent ung tel faict, qui touche
grandement l'intérest du Roy d'Espaigne, duquel ilz sont subjectz, et
bien fort sa réputation et celle du duc d'Alve, pareillement
l'offance de son ambassadeur, icy résidant, et des aultres deux
ambassadeurs qui, à diverses foys, y ont esté envoyez, ensemble celle
qui a esté faicte à leurs navyres, à leurs subjectz et merchandises,
sans que le dict Roy Catholique et le duc d'Alve y soient consentans.
Et j'ay freschement heu adviz, assés conforme à ce que j'ay dict au
dict Sr de Montlouet, que l'on est après de tirer le Roy d'Espaigne
hors de l'obligation des merchans, et du risque des dicts deniers; et
qu'avec cella, il dissimulera pour ceste foys tout le reste, dont
semble estre fort requis, Sire, que Vostre Majesté face instamment
requérir le dict duc d'Alve de ne souffrir que les dicts deniers
soyent ainsy délayssez à la dicte Dame par la composition des
merchans; car, s'il s'y oppose, la dicte Dame n'y ozera toucher, et,
aultrement, il est tout certain qu'il en sera envoyé une partie en
Allemaigne pour fère les levées; vous suppliant très humblement, Sire,
me pardonner, si je vous oze dire que, au poinct où vous et vos
affères se retrouvent meintenant, une telle chose n'est aulcunement
tollérable au dict duc d'Alve.

Au surplus, il semble que ceste Royne et les siens se veuillent
bientost résouldre à l'entreprinse des choses d'Escoce; car ils sont
toutz les jours à consulter là dessus, dont je mettray peyne de
descouvrir, aultant qu'il me sera possible, leurs dellibérations, et
de fère que les partisans de la Royne d'Escoce par dellà en soyent
advertys; et suys toutjours d'adviz, Sire, que debvez envoyer
promptement ung ou deux personnaiges de bonne qualité par dellà pour
confirmer le pays à vostre dévotion, ainsy que ceulx cy y dépeschent
de leur part aulcuns de leur conseil, pour le disposer, s'ilz peuvent,
à la leur; et cependant j'ay advyz qu'ilz ont mandé armer promptement
deux grandz navyres à Bristo, et mettre cent cinquante bons hommes
dessus, pour surprendre les deux navyres françoys qui sont allez
avitailler Dombertran, ainsy qu'ilz s'en retourneront. A quoy Vostre
Majesté advisera du remède qui s'y pourra donner. Sur ce, etc.

     Ce XIIIe jour de febvrier 1570.



LXXXIXe DÉPESCHE

--du XVIIe jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée par Joz, mon secrétaire, exprès jusques à la court._)

Nécessité de se prémunir en France contre l'expédition qui se prépare
en Allemagne.--Secours d'argent et de munitions que l'on se dispose à
envoyer d'Angleterre à la Rochelle.--État des affaires en Écosse après
le meurtre du comte de Murray.--Armement fait à Londres que l'on
pourrait craindre de voir diriger contre Calais.--Divisions qui se
continuent entre les seigneurs d'Angleterre.--Offre faite au roi de la
part d'un seigneur anglais.--_Mémoire_ sur les affaires générales
d'Angleterre et d'Écosse.--Regret éprouvé par Élisabeth de la mort de
Murray.--Dispositions prises en Angleterre pour mettre le royaume en
état de défense, et fournir de l'argent aux protestants de France.


     AU ROY.

Sire, ayant miz peyne de vériffier l'adviz que, par mes précédantes,
du XIIIe du présent, je vous ay mandé touchant certains deniers, qu'on
presse la Royne d'Angleterre de fornyr en Allemaigne sur l'acquit de
ses debtes, afin que les princes protestans s'en puyssent accommoder
au payement de leurs levées, je tiens pour asseuré, (nonobstant que la
dicte Dame et les siens facent démonstration toute au contraire, et
que Mr l'ambassadeur d'Espaigne, qui n'a moins suspect en cest
endroict ce qui s'en pourchasse au nom du prince d'Orange, que moy la
sollicitation de ceulx de la Rochelle, n'en ayt encores rien
descouvert,) que néantmoins la chose est desjà toute conclue, ainsy
que j'ay baillé, par instruction, à ce mien secrétaire, de le fère
particullièrement entendre à Voz Majestez; et semble, Sire, que ne
debvez plus demeurer sur le doubte si les Allemans descendront ou non,
mais vous préparer comme pour leur résister et pour leur empescher
l'entrée de vostre royaulme; à laquelle dellibération, de fornyr
deniers, j'entans que la dicte Dame a beaulcoup résisté, comme celle
qui ne s'en vouloit auculnement despourvoir; mais elle n'a sceu
comment enfin s'excuser de n'acquicter son debte et fère tout ensemble
playsir à ses amys, sans qu'il luy coste que la seule advance de
l'argent qu'elle doibt, dont elle demeure quiete; et néantmoins luy
sera dans quelques moys rembourcé. J'ay d'ailleurs envoyé
soigneusement enquérir, par les portz de ce royaulme, s'il y auroit
aulcun congé, ou permission, d'enlever pouldres et monitions pour la
Rochelle; et m'a l'on raporté qu'à la vérité il n'y a nulle expresse
permission de cella, mais qu'aulcuns merchans ont bien achapté
secrectement des bledz et des chairs en ce pays, et ont faict venir de
Nuremberg, de Hembourg et d'Anvers, des pouldres, des armes, des
beuffles et choses semblables pour les envoyer à la Rochelle, afin de
faire leur profict; à quoy j'essaye bien de les empêcher, mais ils
nyent que ce soit pour la Rochelle; néantmoins j'ay adverty ceulx de
ce conseil que Vostre Majesté déclairera de bonne prinse tous les
vaysseaulx qu'on trouvera retournans du dict lieu. Les choses
d'Escoce se racontent en diverses façons, mais l'on tient pour la plus
vraye que le comte de Morthon s'est vollu ingérer au gouvernement du
pays en qualité de régent; et que plusieurs des grandz s'y sont
opposés, et ont si bien relevé le nom de leur Royne que son auctorité
y est pour ceste heure la plus recogneue; et que le duc de
Chatellerault est encores prisonnier et resserré davantaige pour la
souspeçon du murtre du comte de Mora; que Ledinthon est hors de
pryson; que les principaulx des deux factions ont convenu de laysser
courir, pour ceste heure, le seul exercisse de la religion nouvelle
dans le pays, et que pour l'establissement des affères l'on assemblera
les Estatz, où s'espère que le retour et restablissement de leur Royne
sera requiz.

J'entans que ceulx cy arment plus de vaysseaulx que les deux que j'ay
mandé par mes précédantes, tout au long de la coste d'ouest, pour
garder que nulz navyres estrangiers puissent aller ny venir en Escoce,
espéciallement à Dombertran. Sur ce, etc.

     Ce XVIIe jour de febvrier 1570.

   Je viens, tout à ceste heure, d'estre adverty que ceulx cy sont
   après à ordonner ung grand armement des navyres de guerre de
   ceste Royne et aultres de ce royaume, pour une grande
   entreprinse, qu'ilz veulent exécuter avec intelligence du prince
   d'Orange, qui les doibt ayder de ses vaysseaulx qu'il a en mer,
   sous la charge du Sr de Olain et du bastard de Briderode; et
   espèrent aussi se prévaloir de ceulx de la Rochelle. Aulcuns
   soupeçonnent que ce soit sur Callais, dont j'ay réouvert le
   pacquet pour y adjouxter cest article, encor que je ne l'aye plus
   avant vériffié. J'ay aussi présentement receu les deux dépesches
   de Vostre Majesté, du XXVIIe du passé et du sixiesme d'estuy cy,
   par un mesme courrier, sur lesquelles je verray bientost ceste
   Royne, et ne changeray rien pour la venue d'icelles en ceste
   dépesche.


     A LA ROYNE.

=Chiffre.=--[Madame, la division continue toutjour en ce royaume, et le
malcontantement croyt de plus en plus ez cueurs des principaulx et des
Catholiques, parce que les gouverneurs, qui sont des moindres et toutz
protestans, procèdent insolentement contre eulx; dont ne peult estre
que bientost l'altération ne s'en monstre bien grande, et que la cause
de la religion, celle de la Royne d'Escoce, celle des seigneurs
prisonniers, et encores celle de l'incertaine succession de ce
royaulme, qui ont chacune leurs partisans, ne produyse de divers
effectz; en quoy je mettray peyne de tenir le nom du Roy le plus
relevé que je pourray, et qu'il n'y en ayt point de plus respecté que
le sien.

X.... m'est venu trouver, sur les dix heures de nuict, pour me dire
que, s'il playt au Roy de le recepvoir, il passera très vollontiers à
son service, avec une si bonne entreprinse en main que, quant Sa
Majesté la vouldra exécuter, il la trouvera très utille pour sa
grandeur, adjouxtant plusieurs occasions de son malcontantement et de
celluy des principaulx seigneurs de ce royaulme. Sur quoy, ne saichant
s'il venoit pour m'essayer, j'ay respondu que je ne sçavois que le Roy
eust aultre intention que fort bonne à l'entretennement de la paix
avec la Royne d'Angleterre et avec son royaulme; mais, parce que
toutes ses prétencions et desirs ne me pouvoient estre cognuz, je ne
fauldrois de l'advertir de ce qu'il me disoit, et qu'il pouvoit bien
considérer que Sa Majesté avoit à se douloir, aussi bien que luy, de
ceulx qui gouvernoient en ce royaume; et qu'à ceste occasion il le
pourroit bien accepter et l'employer à s'en revencher ensemble; dont
il m'a dict qu'il viendra, dans quelque temps, sçavoir la responce que
Vostre Majesté m'aura faicte]. Sur ce, etc.

     Ce XVIIe jour de febvrier 1570.

   INSTRUCTION AU SR DE JOS de ce qu'il aura à dire à Leurs
   Majestez, oultre le contenu de la dépesche.

   Ainsy que la Royne d'Angleterre estoit après à esteindre les
   troubles du North, et à pourvoir qu'ilz ne se peussent plus
   rallumer; et qu'elle faisoit estat, que d'Escoce, d'où elle heut
   heu le plus à se doubter, ne luy viendroit que toute faveur et
   assistance, tant que le comte de Mora y commanderoit, mesmes
   qu'il tenoit le comte de Northumberland en ses mains; et ne
   cerchoit sinon comme elle et luy pourroient concourre en ung
   mesme intérest contre la restitution de la Royne d'Escoce; il
   n'est pas à croire combien la dicte Dame a vifvement senty la
   mort du dict de Mora.

   Pour laquelle, s'estant enfermée dans sa chambre, elle a escryé,
   avecques larmes, qu'elle avoit perdu le meilleur et le plus
   utille amy, qu'elle eut au monde, pour l'ayder à se meintenir et
   conserver en repos, et en a prins ung si grand ennuy que le comte
   de Lestre a esté contrainct de luy dire, qu'elle faisoit tort à
   sa grandeur de monstrer que sa seurté et celle de son estat
   eussent à dépendre d'ung homme seul.

   Et parce que l'avitaillement de Dombertran, la venue de Mr de
   Montlouet, quelque course du comte de Vuesmerland sur la
   frontière, et la retrette d'aulcuns Anglois en Escoce, sont
   advenues en mesme temps, la dicte Dame et ceulx de son conseil
   sont entrez en grand opinion que les Catholiques de ce pays, avec
   l'intelligence des estrangiers, ayent mené ceste practique, et
   qu'il y ayt bien d'aultres entreprinses en campaigne.

   Et mesme l'on s'esforce de randre suspect à la dicte Dame le
   propos de la paix de France, comme si, la faisant, l'on debvoit
   incontinent luy déclairer la guerre; ce que toutesfoys elle ne se
   veult ayséement persuader, et pourtant ne peult laysser de la
   desirer, pourveu qu'il ne s'y conclue rien contre elle, ny trop
   au désadvantaige de sa religion; affin qu'elle demeure deschargée
   de tant de demandes et importunités qu'on luy faict pour
   l'entretennement de ceste guerre.

   Mais parce qu'aulcuns luy remonstrent que des exploicts de ceste
   année a de résulter l'establissement ou la ruine de sa dicte
   religion, et pareillement le repos ou l'altération de son estat,
   car ilz conjoignent l'ung avecques l'aultre, j'entendz que la
   dicte Dame et ceulx de son conseil ont desjà résolu la plus part
   des choses qu'ilz estiment estre besoing d'y pourvoir, desquelles
   j'ay sceu en premier lieu:

   Qu'ilz ordonnent de continuer la description des forces, que j'ay
   cy devant mandées, de quatre vingtz dix mil hommes de pied et
   trente mil chevaux, en trois endroictz de ce royaulme; et que la
   charge en sera principallement commise aulx Protestans, et qu'on
   regardera de si près aux Catholiques, qu'on ne leur permettra de
   se trouver plus de six ensemble, sur peyne de pryson: que les
   seigneurs, qui sont dettenuz, seront resserrez davantaige, et
   sera continué d'enquérir contre eulx, mesme a esté parlé de
   _convoquer ung parlement_ pour trois occasions seulement; l'une,
   pour avoir deniers; et l'aultre, pour déclairer criminels de lèze
   majesté ceulx qui se sont ellevez, et leurs adhérans, affin de
   procéder à leur confiscation; et la troisième, pour confirmer les
   décrectz de leur religion. Mais de peur que le dict parlement ne
   veuille toucher à d'aultres choses, il n'est encores résolu de le
   convoquer; et est, en toutes sortes, si rigoureusement procédé
   contre les dicts Catholiques, qu'ilz vivent en grand frayeur,
   dont les Protestans, qui ont toute l'auctorité, pensent que par
   ce moyen ilz les pourront contenir.

   Pour le regard des choses d'Escoce, ayantz faict passer le
   mareschal de Barvich, et ung capitaine de la mesme garnyson, au
   dict pays, incontinent qu'on a entendu l'inconvéniant du dict de
   Mora, affin de relever le party qu'il tenoit, ilz y ont despuys
   envoyé Randof, et sont après à y dépescher encores Raf Sadeller
   qui est du conseil, avec lettres à huict principaulx du pays et
   créance de leur offrir hommes et argent au nom de ceste Royne; et
   ont donné charge au comte de Sussex de doubler la garnyson de
   Barvich, dont il emporte commission d'y mettre promptement cinq
   centz hommes, et trois centz chevaulx de renfort; et, à cest
   effect, luy a esté baillé douze capitaines de la suyte de ceste
   court, estimans que la dicte garnyson de Barvich, ainsy
   renforcée, laquelle sera de mil harquebouziers et six centz
   chevaulx, avec l'ayde du gardien de la frontière, suffira contre
   les courses de Vuesmerland, jusques à ce que cest esté, ou plus
   tost, ils auront dressé armée pour aller courre l'Escoce, affin
   d'y establyr les choses à leur dévotion, estant l'opinion
   d'aulcuns qu'ilz se saysiront, s'ilz peuvent, du petit prince du
   pays; et qu'ayantz la mère et le filz en leurs mains, il leur
   sera aysé de annuller le tiltre que la mayson d'Escoce prétend à
   la succession de ce royaulme.

   Et ne deffault qui persuade à ceste princesse qu'affin qu'elle ne
   soit, ny par le costé de France, ny de Flandres, empeschée en ses
   affères de deçà, qu'elle doibt accommoder les princes protestans
   en leurs entreprinses de dellà, et leur donner moyen qu'ilz se
   puissent prévaloir d'aulcuns deniers de ce royaulme, pourveu
   qu'elle n'en desbource rien; dont j'entens qu'après s'en être
   quelque temps fort excusée, enfin elle a condescendu de dire à
   ceulx de son conseil qu'ilz advisent comment cella se pourra
   fère; dont desjà ont résolu que la dicte Dame payera, dans le
   moys d'apvril, une partie de ses debtes en Allemaigne, laquelle
   iceulx princes prendront des mains de ses créditeurs; et encor
   que les deniers reviegnent toutz à son acquit, ilz luy seront
   néantmoins remboursez, la moictié des prinses, et l'aultre
   moictié par les esglizes protestantes de ce royaulme; lesquelles,
   à ce qu'on dict, ont accordé de bailler quatre vingtz mil escuz
   dans huict moys, ainsy que de mesmes les aultres esglizes
   protestantes de France, de Flandres, d'Allemaigne, des Suisses,
   d'Itallie, et mesmes disent d'Espaigne, contribuent à ceste
   guerre: dont l'on faict compte que la contribution de toutes
   ensemble, comprins les dix mil escuz de ceste cy, monte envyron
   trente mil escuz toutz les moys.

   Mais la difficulté est en ce que, sans mettre la main aux deniers
   d'Espaigne, la dicte Dame ne peut, ny veult payer aulcune portion
   de ses debtes, ceste année, en Allemaigne, affin de ne se
   desfornyr d'argent; et ce qui a esté cause de quoy Espinola et
   Fiesque ont esté mieux ouys sur les offres qu'ilz ont faictes, au
   nom des merchans Espaignolz et Gènevoys, de laysser les dicts
   deniers à la dicte Dame, ainsy que je l'ay mandé par mes
   précédantes. Et j'ay advis qu'on tient cella pour si accommodé,
   que desjà est ordonné à Me Grassein d'en distribuer quarante cinq
   mil livres d'esterlin aulx merchans de ceste ville, c'est cent
   cinquante mil escuz, pour les fornyr, à ce prochain apvril, en
   Allemaigne, aux dits créditeurs de ceste Royne et vingt mil {lt}
   aussi d'esterlin, c'est soixante douze mil escuz, ordonnez pour
   les affères d'Escoce.

   Reste seulement que la dicte Dame demande aus dicts Espinola et
   Fiesque ung mot de lettre du Roy d'Espaigne, par lequel il
   advouhe que les dicts deniers sont des merchans, et non siens;
   ce que l'ambassadeur d'Espaigne, qui est ici, me promect que son
   Mestre ne le fera jamais. Aultres estiment que, pour sortyr hors
   de l'obligation et du risque des dicts deniers envers les
   merchantz, qu'il ne reffusera de le fère; aultres disent que,
   ores qu'il ne le face, qu'on ne lairra pourtant d'accorder des
   dicts deniers avecques les merchans, et s'en ayder en Allemaigne;
   néantmoins, il sera toutjour bon d'incister au duc d'Alve qu'il
   empesche le dict accord:

   Car il est desjà nouvelles que Quillegrey sera dépesché pour
   aller porter les lettres de police du dict payement, et pour
   aller faire semblables offices, ceste année, qu'il fit la
   précédente envers les princes protestans; dont s'estime, qu'à son
   arrivée par dellà, plus qu'à celle du jeune comte de Mensfelt,
   les dicts princes s'esmouveront et commenceront de marcher; et
   que le dict de Mensfelt n'a emporté que quelques lettres
   d'acquit, pour vingt mil livres d'esterlin, qui avoient esté
   desjà prinses sur les bagues de la Royne de Navarre. Par ainsy,
   il fault fère estat que l'armée de Cazimir yra au secours de
   ceulx de la Rochelle.

   Il semble qu'on ayt vollu imprimer quelque peur à ceste princesse
   du duc de Olstein, luy donnant entendre qu'il a esté devers le
   duc d'Alve à Bruxelles pour tretter quelque entreprinse contre
   elle, et qu'il faict une levée de gens de pied et de cheval vers
   Hembourg et Osterelan, de quoy elle a certain adviz, et que le
   duc Ery de Bronzouye a aussi la sienne toute preste; dont, encor
   que le dict duc d'Alve monstre que son principal prétexte soit
   pour résister aulx entreprinses du prince d'Orange, néantmoins la
   jalousie qu'elle s'est donnée de cella, et possible le desir de
   favoriser les affères du dict prince d'Orange, et les choses
   advenues par la mort du comte de Mora sont cause dont elle se
   laysse ainsy aller à la forniture de deniers en Allemaigne;
   aulcuns estiment tout le contraire du duc d'Olstein, qu'il est
   pour le dict prince d'Orange, bien m'a l'on dict qu'il y a desjà
   trois ans que ceste Royne a osté de son estat le dict de Olstein
   lequel souloit être son pencionnaire.



XCe DÉPESCHE

--du XXIIe jour de febvrier 1570.--

_(Envoyée par Hamberlin, chevaulcheur d'escuerye, jusques à la
court.)_

  Audience accordée à l'ambassadeur; communication faite à
    Élisabeth de l'état des négociations en France pour arriver à
    la pacification.--Conditions proposées par le roi.--Offre faite
    par la reine d'Angleterre de sa médiation.--Nouvelle assurance
    qu'elle n'a donné aucun secours aux protestans de
    France.--Affaires de la reine d'Écosse.--Élisabeth propose
    d'accepter la médiation du roi pour ses différends avec Marie
    Stuart.

     AU ROY.

Sire, pour faire entendre à la Royne d'Angleterre ce qui a passé avec
les depputez de la Royne de Navarre, des princes de Navarre, de Condé,
et des aultres de leur party, qui vous ont très humblement requiz la
paix, je luy ay récité les mesmes bons et bien convenables propos de
vostre lettre du VIe du présent, avec ung peu d'expression de
l'incroyable débonnaireté et infinye clémence qu'il vous playt user
envers eulx, sur toutes les offances, ruynes et dommaiges, que vous et
vostre royaulme avez receu de leur ellévation et de leur prinse
d'armes; et que si la dicte Dame veult considérer les grâces et
concessions que vous leur offrez, je m'asseure qu'elle les estimera,
sinon excessives, à tout le moins telles que de plus grandes vous ne
leur en pouvez bonnement concéder, sinon que pour les contanter à eulx
seulz, Vostre Majesté se vollût par trop se malcontanter soy mesmes,
et offancer vos aultres bons subjectz catholiques, qui sont de vostre
party, qui ont toutjour suyvy vos intentions, n'ont onques contradict
à icelles, ont combattu avecques vous et pour vous, et n'ont rien
espargné du leur pour vous secourir; et pareillement offancer bonne
partie du reste des Chrestiens, espéciallement les princes, vos alliez
et confédérez, qui monstrent avoir intérest en ceste cause pour la
religion catholique et pour la souveraine auctorité, qu'ilz desirent
estre, l'une et l'aultre, bien conservées en vostre royaulme, comme en
ung siège principal de la Chrestienté, en quoy, en lieu qu'ilz vous
penseroient avoir regaigné pour bien veuillant et favorable prince, il
est à croyre qu'ilz vous trouveroient à jamais offancé, irrité et bien
fort ulcéré contre eulx.

La dicte Dame, d'ung visaige bien fort joyeulx et contant, après
plusieurs bien bonnes parolles du mercyement, qu'elle m'a prié de vous
fère, pour une tant favorable communication du pourparlé de paix avec
vos subjectz, a curieusement vollu lire les articles d'icelluy, et
j'ay miz peyne de les lui fère trouver plus que raysonnables de vostre
costé; et que, si ceulx de l'aultre part se monstrent tant sans rayson
qu'ilz ne les acceptent, que Vostre Majesté la prie de les tenir
dorsenavant pour ceulx qui ne sont meuz d'aulcun desir de religion,
ains d'une pure ambicion d'occuper l'authorité souveraine s'ilz
pouvoient; et que, pour le debvoir de l'alliance et bonne amytié, qui
est entre Vostre Majesté et la dicte Dame et voz deux couronnes, elle
les veuille à jamais exclurre de sa protection, faveur et secours, et
nomméement de l'assistance de deniers qu'ilz se vantent debvoir avoir
ceste année d'elle ou de son royaulme; et, comme ennemye conjurée
contre eulx, se veuille unyr avec Vostre Majesté pour les réprimer, et
pour vous ayder de reconquérir sur eulx les droictz souverains,
qu'ilz s'esforcent [d'usurper], et donner exemple aux aultres subjectz
d'ozer, par prétexte de religion, entreprendre d'usurper sur leurs
vrays et naturelz princes et seigneurs.

A quoy elle m'a respondu qu'elle ne doubte aulcunement que, en Vostre
Majesté et en celle de la Royne, ne soit le mesmes bon desir que les
dicts articles monstrent pour la réunyon et réconcilliation de voz
subjectz, et comme elle le loue infinyement, ainsy vous prie elle de
croyre qu'elle a grand affection de la veoir bien effectuée; et que,
si ceulx de la Rochelle ont de quoy pouvoir, sans contraincte de leur
conscience, vivre soubz vostre auctorité, en paix et bonne seurté de
leurs vyes et de leurs personnes, elle ne voyt commant ilz le
puyssent, ny doibvent reffuzer; dont, si pour la conclusion d'ung si
bon oeuvre, au cas qu'il y intervienne aulcune difficulté, il vous
playt qu'elle s'y employe, elle le fera droictement à l'advantaige deu
à Voz Majestez, comme si c'estoit pour le sien propre; et quant à
secours, elle peult jurer devant Dieu qu'il n'en est procédé d'elle,
ny en argent, ny en aultre chose, dont ilz se puyssent raysonnablement
vanter qu'elle leur en ayt baillé contre vous, et qu'elle n'ozeroit
jamais lever les yeulx pour me regarder, si, après tant de parolles et
de promesses qu'elle m'a faictes vous escripre là dessus, elle venoit
meintenant à leur en donner.

J'ay esté en doubte, Sire, comment uzer de ce, qu'en lieu que je l'ay
requise de leur estre ennemye, s'ilz n'acceptent les condicions de
paix, elle s'est offerte d'en composer les difficultez; dont, sans en
rien acepter, je l'ay seulement remercyée, au nom de Voz Majestez, et
que je ne fauldrois de le vous escripre, et ay poursuyvy que
j'espérois que la mesme responce conviendroit à ce que j'avoys à luy
requérir très instantment de vostre part, qu'elle vous vollût tout
ouvertement signiffier si une levée de huict mil reystres, qu'on vous
a mandé que le duc d'Olstein et le comte d'Endein font pour elle en
Allemaigne, est en faveur de ceulx de la Rochelle, ainsy qu'on le vous
veult persuader, et qu'il vous semble bien que la dicte Dame doibt
ceste franche et claire déclaration à la bonne amytié, que Voz
Majestez Très Chrestiennes luy portent, et que le cueur ne vous peult
dire que vous ayez en ce temps à espérer actes si ennemys et si
contraires du costé de la dicte Dame.

Elle m'a respondu, de fort bonne façon, que Mr Norrys luy a touché ce
particullier par ses lettres, et que par lui mesmes elle vous y fera
satisfère: cependant me vouloit bien asseurer qu'elle ne faict point
fère la dicte levée, et qu'elle ne veult jamais estre estimée Royne,
s'il se trouve aultrement; et a passé oultre à me dire qu'il se parle
bien de quelque levée à venir, mais qu'elle ne sçayt encores ce qui en
est; et, quand elle l'entendra, s'il y a rien contre Vostre Majesté,
elle me le fera notiffier.

Je croy que la dicte Dame m'a respondu assés sellon la vérité et
sellon son intention en ces deux choses; mais je mettray peyne de
mieulx les vériffier, et sur ce, etc.

     Ce XXIIe jour de febvrier 1570.

     A LA ROYNE.

Madame, ayant envoyé me condouloir à Mr le comte de Lestre du peu de
satisfaction que la Royne, sa Mestresse, a vollu donner à Voz Majestez
Très Chrestiennes, par Mr de Montlouet sur les affères de la Royne
d'Escoce, il m'a mandé que je debvois excuser la dicte Dame sur les
espouvantables conseilz qu'on luy donnoit, de la subversion de sa
couronne et de son estat, si elle ne procédoit encores plus
rigoureusement contre elle, ce qui n'estoit aulcunement sellon son
cueur; et que, n'ozant de luy mesmes se ingérer de luy en parler, si
je luy en voulois escripre une lettre à part, il la feroit si
oportunément veoir à la dicte Dame qu'il espéroit que les affères de
la dicte Royne d'Escoce s'en porteroient mieulx. Je luy ay escript
aulcun peu de motz, lesquelz il luy a monstrez, et elle m'a faict
cognoistre, en ma dernière audience, qu'elle les avoit bénignement
receuz; lesquelz ont heu tant d'effect qu'elle m'a offert d'elle
mesmes que, s'il playt à Voz Majestez mettre en avant ung moyen ou
expédiant entre elles deux, qui soit honneste et non préjudiciable à
elle ny à sa couronne, ny contraire à son honneur et conscience,
qu'elle y entendra très vollontiers; et ainsy m'a elle, une et deux
foys, prié de vous le mander. Dont je mettray peyne, Madame,
d'entendre là dessus le désir de la dicte Royne d'Escoce, et le
conseil, s'il m'est possible, de Mr l'évesque de Roz, lequel est
encores bien resserré, pour en user le plus oportunément que je
pourray. Cependant il plairra à Voz Majestez m'en commander ung mot
par une lettre que je puysse monstrer, et sur ce, etc.

     Ce XXIIe jour de febvrier 1570.



XCIe DÉPESCHE

--du XXVIe jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Callais par Lepecoc_.)

Opinion générale répandue en Angleterre que la paix sera prochainement
conclue en France.--État des affaires en Flandre.--Incertitude sur les
nouvelles d'Écosse; nécessité d'envoyer un prompt secours dans ce
pays.--Réclamation des Anglais contre la conduite qui est tenue à leur
égard en Bretagne.--Vives instances de Marie Stuart pour obtenir un
secours de France.


     AU ROY.

Sire, après avoir, le XXe de ce moys, amplement discouru à la Royne
d'Angleterre en quel estat estoient demourées les choses avec les
depputez de la Rochelle, lorsque Vostre Majesté m'a commandé de luy en
parler, et que la dicte Dame m'eust prié de luy laysser le mémoire des
condicions que vous leur offriez, lesquelles elle ne fit semblant de
les trouver que bien fort raysonnables, et qu'elle ne voyoit plus
aulcune difficulté en cella, sinon possible ung peu de l'asseurance, à
cause de l'infraction des précédantz traittez, elle manda, le jour
d'après, Mr le cardinal de Chatillon pour les luy communiquer; et ne
sçay encores, Sire, ce qui en fut débattu entre eulx, sinon qu'on m'a
adverty que le dict Sr cardinal dict que la Royne de Navarre, plus de
douze jours auparavant, luy en avoit en substance mandé le contenu, à
la mesure que les depputez, durant le pourparlé, le luy escripvoient,
et qu'il faisoit grand difficulté que la paix se peult conclure là
dessus, qu'il ne leur fût en quelque chose mieulx satisfaict, et en
quelque aultre plus seurement pourveu. Je mettray peyne de sçavoir si
la dicte Dame a trouvé fondement en sa dicte difficulté, veu qu'elle
m'a dict que ses plus sçavantz prescheurs maintenoient, par
tesmoignages de l'escripture saincte, que nulle eslévation contre son
prince, ny mesmes pour la conscience, peult estre juste ny
raysonnable.

Il semble qu'on ayt icy assés d'opinion que la paix se conclurra, et
néantmoins je n'entendz qu'on révoque l'ordonnance des deniers pour
Allemaigne, bien qu'aulcuns estiment que les levées de gens de guerre
sont retardées pour attandre quelle fin le dict traitté prendra; et se
parle beaulcoup plus, à ceste heure, des aprestz du prince d'Orange
que de ceulx de Cazimir, et qu'encores que en Flandres ne s'en face
aulcun semblant, que néantmoins le duc d'Alve ne laysse de pourvoir
secrectement à ses affères; dont ceulx cy ont quelque adviz de ses
aprestz, et mesmes tiennent pour assés suspectz ceulx qu'ilz entendent
qu'il faict pour la mer, qui ne peuvent, ce leur semble, estre dressez
contre le dict prince; et par ainsy, doubtent que ce soit contre eulx,
mais ilz monstrent de ne les craindre guières. La composition des
deniers et merchandises, arrestées par deçà sur les subjectz du Roy
d'Espaigne, se poursuyt toutjours. Il est vray qu'il semble qu'on
attand la responce d'une dépesche, que le duc d'Alve, après le retour
du Sr Chapin en Flandres, a faicte au Roy son Mestre sur ceste affère,
qui n'est encores venue.

Je ne puys avoir certitude des présentes choses d'Escoce, et semble
que le Sr Randolf mesmes, qui est sur le lieu de la part de ceste
Royne, ne peult comprendre quelles elles sont, et qu'il en escript
confuzément. Le comte de Lenoz se prépare toutjours pour y aller;
mais il creinct quelque malle adventure par dellà, et n'ayant la dicte
Royne d'Escoce faulte d'adviz en ses propres affères, elle nous a
faict tenir celluy que je vous envoye duquel nous mettrons peyne d'en
avoir plus grande vériffication; et d'aultant qu'avec icelluy vous
verrez, Sire, l'instance qu'elle me prie de vous fère pour son
secours, il ne sera besoing de le vous exprimer davantaige, si n'est
pour vous dire, Sire, que peu d'ayde à ce commancement vous pourra
espargner les frays d'ung grand secours, que possible cy après vous y
vouldriez avoir envoyé; lequel, ou n'y pourra lors passer, ou n'y
viendra jamais assés à temps. Je ne sçay si, suyvant mes précédantes
lettres, ceste Royne vouldra entendre à quelque bon expédiant avec la
dicte Royne d'Escoce, elle m'a faict démonstration d'y estre assez
bien disposée; mais la dicte Royne d'Escoce a trop d'ennemys en ceste
court.

La dicte Royne d'Angleterre m'a faict dellivrer trois Françoys qui
estoient prisonniers à Colchester, et m'accorde ordinairement, et fort
libérallement, les provisions de justice que je luy demande pour voz
subjectz. Il est vray que ceulx de son conseil m'ont faict escripre
par le juge de l'admyraulté que, s'il n'est faict rayson à trois
Anglois, qui vont pourchasser la restitution de leurs biens à
Granville en Bretaigne, qui leur a esté deux et trois foys desnyée,
que les Bretons ne s'esbahyssent plus s'ilz n'ont dellivrance des
biens qui leur seront prins ou arrestez par deçà; vous supliant, Sire,
mander au Sr de La Roche, cappitaine du dict Granville, qu'il les leur
face dellivrer, et que dorsenavant Vostre Majesté commande estre
mieulx pourveu à l'administration de la justice aux dicts Anglois en
Bretaigne, qu'ilz disent qu'ilz n'y en ont heu jusques icy; et sur ce,
etc.

     Ce XXVIe jour de febvrier 1570.

   Sur la fin de la présente m'est venu advis qu'il y a heu
   rencontre, sur la frontière du North, entre millord Dacres, qui
   se retirait en Escoce avec quelque troupe, et milord de Housdon
   gouverneur de Barvich, qui l'a vollu empescher.

   EXTRAICT de la lettre de la Royne d'Escoce à Mr l'évesque de Roz,
   son ambassadeur.

   J'ay receu, par ce pourteur, la lettre que m'avez escripte du VIe
   du présent, et suys fort marrye de vostre emprysonnement, à ceste
   heure que mes affères ont grand besoing de vous, sur le poinct
   qu'on m'a dict que le Roy a accordé d'envoyer deux mil hommes en
   Escoce; je vous prie, sollicitez Mr l'ambassadeur de fère
   instance à son Mestre qu'il les veuille haster, et advertissez
   l'arsevesque de Glasco et Rollet, de faire le mesme par dellà. Je
   vouldrois bien entendre quel secours nous aurons de Flandres. Je
   crains qu'il sera assés petit, et qu'il viendra bien tard; car
   j'entends que desjà la Royne d'Angleterre faict lever une armée
   de douze mil hommes en ce pays, et en veult envoyer, du premier
   jour, trois mil en Escoce, et puys après, y fère acheminer le
   reste par mer et par terre, avec intention, comme on dict,
   d'avoir, ou par moyen, ou par force, mon filz en ses mains, et
   puys après disposer de ma vie. Mais, si Dieu m'est favorable,
   comme je n'en doubte poinct, je ne crains poinct cella;
   néantmoins, je vous prie très affectueusement de le nottifier
   aulx ambassadeurs, affin que, s'ilz m'ayment et ayment mes
   affères, qu'ilz procurent de fère envoyer en dilligence le
   secours en Escoce. Il est bruict que le Roy d'Espaigne est fort
   mallade, et que le Roy a aultant à fère dedans son royaulme comme
   auparavant, et qu'il n'a peu fère la paix avecques ses subjectz,
   dont vous prie m'en faire entendre la vérité.

   EXTRAICT d'aultre lettre escripte par la dicte Royne d'Escoce à
   Jehan Cobert, secrétaire de Mr de Roz, du XIIIe febvrier 1570.

   Jehan Cobert, si vostre mestre est si estroictement gardé qu'il
   ne puisse vaquer à mes affères, ne faillez de trouver quelque
   moyen de me donner toutjours adviz des occurrences, le plus
   souvent que vous pourrez. Faictes mon excuse à Mr l'ambassadeur
   de France, si je ne luy escriptz par ce pourteur, car je ne m'ose
   fyer en luy; supliez le de parler à la Royne pour vostre mestre;
   et luy dictes que c'est Huntington qui, par malice, a procuré son
   emprisonnement; car luy mesmes m'a dict qu'il se vengeroit de
   luy. Priez le aussi, en mon nom, de solliciter le Roy, son
   Mestre, comme je le mande en l'aultre lettre, de haster le
   secours; car il peult veoir le grand dangier en quoy mon royaulme
   et mon filz et moy sommes.



XCIIe DÉPESCHE.

--du dernier jour de febvrier 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Callais, par le sire Crespin de Chaumont_.)

  Détails circonstanciés de la rencontre qui a eu lieu entre milord
    Dacre et milord Houston; défaite de milord Dacre qui a été
    forcé de se réfugier en Écosse.


     AU ROY.

Sire, au fondz de la lettre que j'ay escripte, le XXVIe du présent à
Vostre Majesté, j'ay faict mention d'ung rencontre naguières advenu
vers la frontière du North, du costé d'Escoce, entre millord Dacres et
millord de Housdon, subjectz de ce royaulme, de quoy la confirmation
est despuys arrivée, qui se racompte ainsy: c'est que ayant la Royne
d'Angleterre, pour aulcuns soupeçons du dict millord Dacres, et parce
qu'il différoit de venir devers elle, mandé à millord Housdon de
l'aller surprendre, le plus secrectement qu'il le pourroit fère, en
une sienne mayson, où il s'estoit retiré douze mil près l'Escoce;
icelluy Dacres, ayant descouvert l'entreprinse, le jour auparavant
qu'elle deust estre exécutée, par l'interception d'aulcunes lettres,
où il vit que desjà le dict de Housdon avoit mandé à millord Scrup se
trouver en certain lieu avec deux mil hommes, et qu'il s'y rendroit à
heure déterminée avec mil chevaulx et cinq centz harquebouziers de la
garnyson de Barvich, pour l'aller assiéger, il fit dilligence d'en
advertyr incontinent ceux qui estoient en la frontière d'Escoce; et,
de sa part, il déliberra d'assembler ce qu'il pourroit des siens pour
aller combattre l'une des deux troupes, avant qu'elles se peussent
joindre. Et ainsy, en une nuict, il mict ensemble trois mil hommes,
et, le matin, alla rencontrer ceulx qui estoient sortys de Barvich, et
présenta la bataille au susdict de Housdon; lequel, se trouvant avoir
de meilleures gens et mieulx équipés que luy, bien que en moindre
nombre, se résolut de le combattre, et néantmoins fit semblant de se
retirer, affin d'attirer l'autre en ung lieu estroict, où avec
l'harquebouzerye il le deffyt, et luy tua quatre centz des siens, et
en print cent ou six vingtz de prisonniers. Et à peine se fût saulvé
le dict Dacres mesmes, sans ce qu'il se descouvrit quelques gens de
cheval, en compaignie, qui lui venoient au secours, à la faveur
desquelz il se retira, avec tout le reste, en Escoce. Quoy qu'il y
ayt, Sire, et que ce récit, qui vient de la court, soit à l'advantaige
de ceste Royne, elle et ceulx de son conseil sont bien fort marrys de
la retrette du dict Dacres, qui est, après le duc de Norfolc, ung des
plus principaulz hommes de ce royaulme. Et sur ce, etc.

     Du dernier jour de febvrier 1570.



XCIIIe DÉPESCHE

--du IIIIe jour de mars 1570.--

(_Envoyée jusques à la court, par le Sr de Sabran_.)

  Irritation causée à Londres par la nouvelle de l'expédition
    préparée en France pour porter des secours en Écosse.--Effet
    produit par cette nouvelle sur la reine d'Angleterre, dont elle
    change tout-à-coup les dispositions à l'égard de la
    France.--Résolution d'Élisabeth de porter ses armes en Écosse,
    et de secourir ouvertement les protestants de la
    Rochelle.--_Mémoire_: détails des préparatifs faits sur mer en
    Angleterre pour empêcher le secours de France d'arriver en
    Écosse.--Affaires de l'Écosse et des Pays-Bas.--Demande faite
    par l'Espagne que le commerce avec l'Angleterre soit interdit
    en France.--_Mémoire secret_: dispositions des seigneurs
    anglais, qui sont poursuivis en justice, à soutenir les efforts
    de la France.--Vives instances du duc de Norfolk pour que la
    reine d'Écosse soit promptement secourue.--Proposition faite
    par l'ambassadeur à Leicester d'appuyer de tout le crédit de la
    France son mariage avec Élisabeth; sous la condition de la
    restitution de Marie Stuart.

     AU ROY.

Sire, je n'avois poinct esté encore plus favorablement ouy de la Royne
d'Angleterre, et n'avois point receu d'elle meilleures responces sur
les choses, que je luy ay ordinairement proposées de vostre part,
despuys que suys par deçà, que en ceste dernière audience du XXe du
passé, ny les seigneurs de son conseil ne m'avoient plus privéement
traicté, ny ne s'estoient monstrez plus favorables à me parler des
affères de ce royaulme que ceste dernière foys; de sorte que je m'en
retournay assés satisfaict, et au moins avec quelque opinion que les
choses seroient pour aller de bien en mieulx entre Voz Majestez et voz
deux royaulmes; mesmes qu'ung du dict conseil passa si avant de me
dire que, pour quelques occasions ès quelles la France n'estoit
poinct meslée, j'entendrois bientost parler d'ung armement que,
longtemps y a, l'Angleterre n'en avoit gecté ny de plus grand, ny de
plus brave sur mer; et qu'il ne failloit que j'en prinsse aulcun
souspeçon, car tant s'en failloit que ce fût contre Vostre Majesté,
qu'il n'y auroit rien qui ne fût à vostre bon commandement: et oultre
cella, la dicte Dame me tint lors toutz propos fort bons sur les
affères de la Royne d'Escoce, et sur la bonne disposition, en quoy
elle estoit, d'entendre à quelque bon expédiant avec elle, s'il
playsoit à Vostre Majesté de le mettre en avant.

Par lesquelles choses j'estimay, Sire, que les plus modérez d'auprès
de ceste princesse eussent gaigné ung grand poinct envers elle, mesmes
que je sceuz, avant que partir de là, que le comte d'Arondel avoit
esté mandé en court pour le desir que la dicte Dame monstroit avoir de
regarder, avec son conseil et avec sa noblesse, les moyens qu'il luy
falloit tenir, tant envers les princes ses voysins que envers ses
subjectz, pour maintenir la paix dehors et dedans son royaulme. De
quoy les passionnez, qui ont le crédit, monstroient n'estre
aulcunement contantz: et voycy, Sire, ce que, deux jours après, leur
est venu en main pour divertir le bon cours de ces affères, et pour
altérer les choses plus que jamais, c'est que, par les lettres de Mr
Norrys et par celles du Sr Randolf, qui en mesme jour sont arrivées de
France et d'Escoce, du XXIIe du passé, ilz ont eu adviz que Vostre
Majesté préparoit d'envoyer ung nombre de gens de guerre en Escoce,
qui se doibvent embarquer en Bretaigne le IIIe jour de may prochain;
ce qui leur a donné de quoy si bien irriter la dicte Dame et ceulx de
son dict conseil que, toutes aultres choses délayssées, ilz se sont
miz après à consulter et dellibérer comme ilz pourront empescher ou
prévenir ceste vostre entreprinse; dont j'ay baillé une instruction au
Sr de Sabran de tout ce que, pour ceste heure, j'ay peu descouvrir de
leurs préparatifz et aprestz en cella, ensemble du présent estat des
aultres choses de deçà, auquel me remectant, je prieray, etc.

     Ce IVe jour de mars 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, ce n'est de mon gré que je donne à Vostre Majesté des adviz,
qui quelques foys sont bien contraires et divers à ceulx que
auparavant je vous ay mandez; mais le changement et la contrariété,
qui sont assés ordinaires en ceulx de ceste court, me contraignent
d'en user ainsy; dont Vostre Majesté, s'il luy playt, m'en excusera
sur le soing que j'ay de luy mander leurs actions et dellibérations,
ainsi clairement et par le menu, comme, jour par jour, je les puys
aprendre et descouvrir. Il n'y a que huict jours que ceste princesse
se monstroit bien disposée envers Voz Très Chrestiennes Majestez, et
de ne cercher rien tant que de vous contenter et complaire en ce qui
luy estoit proposé de vostre part, et de vouloir vivre en grand paix
et repos en son royaulme, chose fort sellon sa naturelle inclination;
mais, aussitost qu'on luy a raporté qu'il se préparoit en France des
gens de guerre pour passer en Escoce, il n'est pas à croyre combien la
grande jalousie de sa cousine, laquelle s'est représentée en cella,
luy a soubdain faict changer son premier bon propos; et comme, en lieu
d'aller par moyens paysibles, ainsy qu'elle disoit, ez choses
d'Escoce, elle a proposé meintennant d'y procéder par les armes. La
dicte Dame estoit lors après à espargner l'argent, meintennant elle
ne parle que d'en despendre; elle cerchoit de payer et à ceste heure
d'emprumpter; elle disoit vouloir regaigner par douceur ses subjectz,
meintennant elle faict resserrer plus que auparavant ceulx qui sont en
prison; et crainctz assés, Madame, que l'affection, qu'elle disoit
avoir à la pacification de vostre royaulme, se soit desjà changée à
ung contraire désir de vous y nourryr les troubles, si elle peult,
comme desjà l'on m'a dict qu'elle est pour se monstrer plus libéralle
à promettre secours et assistance à ceulx de la Rochelle, qu'elle n'a
faict jusques icy. Je la verray sur la première occasion de quelque
dépesche de Voz Majestez, et mettray peyne de notter les
particullaritez de ses propos, affin de fère quelque jugement de ses
dellibérations. Sur ce, etc.

     Ce IVe jour de mars 1570.

   INSTRUCTION pour satisfère Leurs Majestez sur le contenu de la
   dépesche, comme s'ensuyt:

   Que, le XXe du passé, la Royne d'Angleterre se monstroit bien
   disposée envers Leurs Très Chrestiennes Majestez et envers leurs
   présens affères, avec bonne affection à la paix de leur royaume,
   et d'estre preste, pour l'amour d'eulx, de condescendre à des
   expédiens gracieulx avec la Royne d'Escoce, et me dict l'ung des
   seigneurs de son conseil qu'elle avoit ung grand contantement de
   veoir que Leurs dictes Majestez, ny nul de leurs ministres,
   n'estoient meslez en ces choses du North.

   Ung autre des seigneurs du dict conseil, me parlant en affection
   d'aulcuns aprestz, qu'on faisoit contre la dicte Dame, en un
   endroict qui, sellon qu'il me le désigna, ne pouvoit estre sinon
   Flandres, me dict qu'ilz estoient après, de leur costé, à
   préparer en dilligence ung des plus grandz et des plus braves
   armemens qu'ilz eussent, longtemps y a, miz en mer, et qu'on
   cognoistroit que, si l'Angleterre n'estoit pour assaillir ung
   aultre estat, qu'elle estoit suffisante pour deffandre le sien,
   et que, continuant ainsy la bonne paix, comme elle faisoit,
   avecques le Roy et la France, ilz n'avoient que bien peu à
   craindre le reste de leurs voysins.

   Le troisiesme jour après, estantz deux pacquetz, l'un de Mr
   Norrys et l'aultre du Sr Randolf, arrivez de France et d'Escoce,
   quasi en mesmes heure, et avec conformité d'ung mesmes advis de
   certain nombre de gens de guerre, qu'ilz ont mandé que le Roy
   préparoit d'envoyer en Escoce, qui se debvoient embarquer en
   Bretaigne, le IIIe de may, et estre conduicts par le Sr Estrocy,
   la dicte Dame fit incontinent assembler là dessus son conseil,
   où, du bon estat que les choses monstroient estre deux jours
   auparavant, elles furent, par la contention des mal affectionnez,
   soubdain converties en une présente aygreur; et voicy ce que
   j'entendz qui fut là arresté:

   Que Mr Bach, pourvoyeur de la marine, seroit promptement mandé
   pour lui enjoindre de mettre en ordre et en bon équipage toutz
   les grandz navyres de guerre de la dicte Dame, affin d'estre
   prestz dans la fin de mars ou au commencement d'avril, avec trois
   mil bons hommes dessus, avytaillez pour un moys, affin de servir
   aulx deux effects; l'ung, de résister aux entreprinses de
   Flandres, et l'aultre, pour empescher le passaige et la descente
   des Françoys en Escoce;

   Que le comte de Sussex et Raf Sadeller s'en yroient au Nort, et
   lèveroient six mil hommes, qu'ilz envoyeroient le plus tost
   qu'ilz pourroient en Escoce, et en prépareraient aultres douze
   mil pour doubler et tripler les premiers, s'il estoit besoing;

   Que ceste mesmes levée pourroit servir à réprimer les esmotions
   qu'on craignoit au dict pays, et servyroit aussi pour tenir la
   main forte à l'exécution de justice qu'on y prétendoit fère
   contre ung nombre de gentishommes, qu'on a trouvez coulpables de
   la première ellévation;

   Que, pour subvenir à telles choses, l'on dresseroit trois estapes
   de vivres et de monitions pour les pouvoir transporter par mer où
   le besoing le requerroit, l'une à Londres, l'aultre à Rochestre,
   et la troisiesme, laquelle j'ay la plus suspecte, à Porsemue, car
   c'est vis à vis du Havre de Grâce;

   Que courriers seraient promptement dépeschez par toutes les
   provinces avec lettres aulx officiers, pour fère advertissement à
   ung chacun de se tenir pourveuz d'armes et de chevaulx sellon les
   ordonnances, et d'estre prestz pour marcher, quand ilz seront
   mandez;

   Que Me Grassein feroit dilligence de trouver promptement
   cinquante mil livres d'esterlin parmy les merchans pour subvénir
   au présent besoing de la dicte Dame, oultre et par dessus la
   somme de quarante cinq mil livres d'esterlin desjà ordonnées pour
   Allemaigne;

   Que les affères de la Royne d'Escoce et les propositions qui se
   mettoient en avant pour sa restitution, et pour la dellivrance de
   l'évesque de Roz, son ambassadeur, seroient mises en surcéance et
   elle ung peu plus resserrée;

   Et seroit pareillement surcise la dellibération, en quoi l'on
   estoit, de pourvoir à la liberté du duc de Norfolc, sur la
   caution qu'il offroit de deux centz mil livres d'esterlin; et à
   l'eslargissement de millord de Lomelé; et à rappeler en court et
   au conseil le comte d'Arondel, et que les dicts seigneurs
   seroient plus observez et resserrez que auparavant.

   Et m'a l'on dict, dont je suys après à le vériffier, qu'il fut
   aussi là arresté que la dicte Dame se monstreroit plus libéralle
   et prompte, qu'elle n'avoit faict jusques ici, à accorder secours
   à ceulx de la Rochelle pour meintenir la guerre en France, affin
   de divertyr celle toute aparante, qui s'alloit susciter dans
   ceste isle pour les choses d'Escoce.

   Despuys, est survenu ce rencontre en la frontière du North,
   lequel aulcuns disent n'avoir tant succédé au désadvantaige de
   millord Dacres, comme le filz de millord de Housdon, qui en a
   porté les premières nouvelles, l'a publié; et qu'il y est mort
   plus de deux centz soldatz de la garnyson de Barvich, et qu'il a
   apareu ung si notable secours, qui venoit d'Escoce au dict
   Dacres, qu'on a heu assés de doubte d'une surprinse sur Varvich,
   dont ceulx cy font plus grand dilligence que jamais de haster les
   ordonnances et provisions dessus dicts.

   Quant à l'estat des choses d'Escoce, j'entendz que les comtes
   Morthon, Mar, Mareschal et millord de Lendzey ayantz, avec leurs
   complices, relevé en ce qu'ilz ont peu la part du feu comte de
   Mora, ont transféré toute l'authorité au dict de Morthon, lequel
   se trouve meintenant dans l'Islebourg, assisté de la faveur de la
   Royne d'Angleterre; et semble qu'il veut establyr le comte de
   Lenoz régent au dict pays à la dévotion de la dicte dame;

   Que les comtes d'Arguil, d'Onteley, d'Atil et aultres bons
   subjectz de la Royne d'Escoce, ayantz tenu une assemblée près de
   Dombertran, où le Sr de Flemy s'est trouvé, ont dellibéré de
   s'achemyner vers l'Islebourg, pour ordonner, en quelque bonne
   façon, de l'estat des choses, et qu'ilz veullent que le duc de
   Chatellerault preigne le gouvernement; et que, pour le
   commencement, il l'ayt au nom du jeune prince, affin qu'il y
   interviegne tant moins de contradiction: mais le dict duc, qui
   est encores prisonnier au chasteau de l'Islebourg, demeure
   fermement résolu de n'accepter aulcune charge, sinon au nom et
   sous l'auctorité de la Royne. Il s'espère quelque convocation
   d'Estatz au dict pays, le IIIIe du présent; ce qui s'en entendra,
   je ne fauldray de le mander à Leurs Majestez. Il semble qu'on n'a
   trouvé Ledinthon si bon Anglois qu'on cuydoit, et qu'il est tout
   du dict duc de Chatellerault.

   Ceulx qui jugent des dicts affères d'Escoce, et qui désirent la
   restitution de la Royne au dict pays, et y vouldroient veoir
   succéder les choses sellon l'intention du Roy, disent que, sans
   venir à guerre ouverte avecques ceste Royne, il se pourra (avec
   vingt ou trente mil escuz et deux personnaiges de bonne qualité
   qui saichent, au nom du Roy, réunyr et accorder les seigneurs du
   pays, et avec demy douzaine de capitaines pour conduyre leurs
   gens de guerre, et quelques monitions et armes), fère ung si bon
   fondement dans ce royaume que les effortz des Anglois n'y
   pourront en rien prévaloir; mais il fauldroit que cella y passât
   tout promptement, avant que ceulx cy soyent sur mer.

   L'accord des deniers et merchandises d'Espaigne se poursuyt
   toutjour fort instantment, et pourra bien estre que, quant aulx
   deniers, il preigne encores quelque tret, pour attandre celle
   lettre du Roy d'Espaigne, par laquelle il veuille advouher que la
   somme est à des merchans; mais, quant aulx merchandises, j'estime
   que cella sera bientost conclud, parce qu'il se dépesche quatre
   principaulx merchans de ceste ville avec généralle procuration
   pour en aller, en compaignie du Sr Thomas Fiesque, tretter avec
   le duc d'Alve à Bruxelles; et doibvent partyr dans ceste
   sepmayne. Dont le Roy pourra fère incister sur l'ung et sur
   l'autre de ces deux poincts envers le duc d'Alve, qu'il n'en
   veuille accommoder les Protestans, ains entretenir et prolonger
   la matière, au moins jusques après l'esté prochain; dont, de ma
   part, je travailleray, aultant qu'il me sera possible, d'y fère
   toutjour naistre quelque difficulté, et il s'y en trouveroit
   assés du costé mesmes de ceulx cy, n'estoit la craincte qu'ilz
   ont du Roy sur les choses d'Escoce.

   Je suys bien fort pressé par l'ambassadeur d'Espaigne de suplier
   Leurs Majestez Très Chrestiennes qu'ilz veuillent exclurre aux
   Anglois le commerce de la France, parce que, nonobstant la
   suspencion d'entre l'Angleterre et les Pays Bas du Roy son
   Mestre, ilz ne layssent d'estre accommodez, par le moyen des
   Françoys, des choses qu'ilz ont besoing d'Espaigne; lesquelles,
   pour le gain, ilz leur aportent toutjour en abondance, bien que
   ceulx cy se monstrent aussi difficilles de n'admettre les
   merchandises d'Espaigne ny de Flandres par deçà, comme l'on le
   pourroit estre en Espaigne ou en Flandres d'y recepvoir celles
   d'Angleterre; tant y a qu'avec des moyens cella se conduict, et y
   a quelcun qui, au nom des Catholiques de ce royaulme, m'est venu
   prier pour la dicte exclusion de traffic, comme de chose laquelle
   admèneroit bientost une telle nécessité en ce pays, qu'on s'y
   eslèveroit contre ceux qui gouvernent; en quoy Sa Majesté
   considérera ce qui est le plus expédient et le plus utille pour
   son service, car je crains que par là l'on s'incommoderoit assés
   pour accommoder aultruy.

   Sur la closture de ceste dépesche, le Sr de Garteley est arrivé,
   qui m'a dict que le secours pour Escoce est desjà tout prest en
   Bretaigne, dont semble estre fort requis de le haster de partir,
   affin de prévenir ceux cy, lesquelz sont tous résoluz de getter
   dehors, avant la fin de ce moys, quinze grandz navyres des
   premiers prestz pour nous empescher la mer.

   AULTRE INSTRUCTION A PART.

   Ce qui est advenu de nouveau en la frontière entre millord Dacres
   et millord de Housdon, joinct les façons dont l'on continue de
   procéder de plus en plus fort rudement contre ces seigneurs qui
   sont arrestez, et d'observer de près le reste de la noblesse,
   descouvre assés qu'il y a une grande contrariété dans ce royaume
   tant sur la religion, et sur le faict de la Royne d'Escoce, et
   sur les divers tiltres de la succession de la couronne, et sur
   l'emprisonnement des grandz, que pour ung général malcontantement
   contre ceulx qui gouvernent.

   Et semble que le duc de Norfolc est plus que jamais désiré d'ung
   chacun, mais il demeure fermement résolu en soy mesmes de ne
   pourchasser sa liberté par nulle aultre voye que par celle de
   l'équité de sa cause; en quoy il se persuade d'avoir ung très bon
   et très asseuré fondement, lequel il ne veult aucunement altérer;
   mais les aultres seigneurs, qui ne sont si resserrez que luy,
   sont dellibérez que, si, dans quinze jours, ilz ne se peuvent
   prévaloir, ou pour le dict duc ou pour eulx; de leurs amys et
   moyens de court, qu'ilz se résouldront à cercher d'aultres
   expédians, et m'ont faict remercyer du reffuge et retrette que je
   leur ay dict que le Roy leur donroyt en son royaume.


Or, se trouvans les comtes de Northomberland et de Vuesmerland et
millord Dacres, qui sont trois bien principaulx personnaiges de ce
royaume, et quelque nombre de gentilshommes de ce pays avec eulx,
meintennant fuytifz en Escoce, toutz bien affectionnez à la Royne
d'Escoce et bien fort catholiques; et desirant le duc de Norfolc, de
sa part, que les affères de la dicte Dame y soient secouruz,
nomméement du costé de France, il est à espérer que, s'il playt au Roy
de les favoriser en quelque bonne sorte, non suspecte à ces seigneurs
angloys partisans de la dicte Dame, qu'elle et son royaulme pourront
estre préservez contre les entreprinses de l'Angleterre à honneur et
utillité de la France, et la Royne d'Angleterre et les siens divertys
de ne pouvoir tant nuyre, comme ilz font en aultres endroicts, aulx
affères du Roy, non sans que Sa Majesté se forme, par ce moyen, ung
bon nom, et possible quelque bonne part en l'affection de ceulx de
ceste isle.

Le duc d'Alve, à la vérité, a des ambassadeurs escoçoys, et anglois
devers luy pour avoir secours, et il a escript par deçà qu'il est tout
prest de le bailler, mais que nul de ceulx qui sont venuz ne luy sçayt
donner compte du temps, du lieu, de la forme et des condicions qu'ilz
veulent avoir le dict secours, et qu'il ne veult advanturer l'honneur
et les affères de son Mestre, de mettre en évidence un telle
entreprinse, sans y voyr bon fondement. Par ainsy, il sollicite que
quelcun des principaulx le vienne trouver pour conclurre avecques luy
de toutes les particullaritez du dict secours; et, de tant que le duc
de Norfolc a suspect ce qui vient de ce cousté là, il me faict
solliciter de haster l'assistance du Roy en faveur de la Royne
d'Escoce.

Le comte de Lestre, en une privée conférance qu'avons heu ensemble,
m'a dict que la Royne, sa Mestresse, avoit esté naguières pressée par
ceulx de son conseil de prendre party, affin de remédier tout à ung
coup à plusieurs difficultez qui se présentent en son royaulme, et
qu'elle, de son costé, s'estoit monstrée, encores ce coup, aussi
dégoustée de mariage, comme toutes les aultres foys qu'on luy en avoit
cy devant parlé; mais enfin elle leur avoit respondu que, si pour
annuller les divers tiltres qu'on prétend à sa succession, lesquelz
mettent en division son royaulme, elle estoit contraincte de se
maryer, qu'elle est toute résolue de n'espouser point de ses subjectz.

Je luy ay respondu qu'il sçavoit bien que Leurs Majestez Très
Chrestiennes avoient toutjours heu désir que ce fût luy qui tint ce
lieu, et que ceste leur bonne vollonté continue encores, dont ne
failloit sinon qu'il regardât comment les y employer; que de ma part
je luy serviray de bon cueur; que le temps sembloit fère pour luy,
parce que tout le royaulme plyoit meintennant au désir de la dicte
Dame, et les principaulx qui estaient travaillez concouroient toutz à
luy complayre, pourveu qu'il fit quelque chose pour eulx; et la Royne
d'Escoce, qui pouvoit assés dans ceste isle, favorisoit ses nopces,
s'il favorisoit sa restitution; et quoy qu'il y eust, puysqu'il estoit
ainsy advancé en la bonne grâce de la dicte Dame, qu'il advisât de
prendre ce premier lieu, et à tout le moins de ne le laysser aller à
nul, qui ne luy sache le bon gré de l'y avoir miz.

Il m'a rendu plusieurs bonnes parolles de mercyement, pour les mander
de sa part à Leurs Majestez, et, après m'avoir touché ung mot de
l'extrême déplaysir, que la Royne, sa Mestresse, avoit du mariage de
la Royne d'Escoce avec le duc de Norfolc, il m'a prié qu'en une de mes
audiences, je face venir à propos à la dicte Dame que, pour obvier
aulx inconvénians où elle et son royaulme pourront tumber par les
diverses prétencions de sa succession, qu'ung chacun estime qu'elle
feroit bien de se maryer, et que le Roy avoit toutjour desiré que,
s'il ne pouvoit pour luy ou les siens avoir ce bien, que au moins,
pour évitter la jalouzie de quelque aultre party estrangier, ce fût
quelque bien heureulx de ce royaulme qui y parvînt, ce que je ne luy
ay reffusé de fère; mais j'attendray là dessus le commandement de
Leurs Majestez.



XCIVe DÉPESCHE

--du IXe jour de mars 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Callais, par Olyvier Cambernon_.)

  Affaires d'Écosse.--Crainte de l'ambassadeur que tous ses efforts
    ne puissent empêcher la guerre d'éclater.--Son désir de voir
    donner satisfaction sur les diverses plaintes d'Élisabeth
    contre la conduite tenue à l'égard des Anglais en
    France.--Mission du Sr de Garteley.--Arrêt prononcé contre
    milord de Lomeley.--Nouvelles des Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, quant j'ay dépesché le Sr de Sabran devers Vostre Majesté, le
IIIIe de ce moys, je l'ay instruict, le plus particullièrement que
j'ay peu, de l'estat des choses qui se passent icy, lesquelles
continuent en l'apareil de guerre, qu'il vous aura dict, de lever
toutjours soldatz en ceste ville de Londres et ez envyrons, pour les
envoyer au North; et dilligenter l'aprest des navyres; et fère les
provisions pour iceulx; et cercher deniers de toutes partz, bien que
la malladie, intervenue là dessus, de Mr le comte de Lestre, a donné
quelque peu de retardement aulx dellibérations de ce conseil, lequel
ne s'est assemblé durant son grand mal, mais à présent il se porte
bien; et aussi que toutz en ces choses ne se sont trouvez d'accord en
ceste court, néantmoins j'entends qu'on y a résoluement conclud
l'entreprinse d'establyr, par toutz les moyens qu'on pourra, le
gouvernement d'Escoce ez mains de ceulx qui ont relevé la part du
comte de Mora, parce qu'ilz se monstrent fort contraires aulx fuytifz
d'Angleterre; et se soubmettent à la protection de ceste Royne; et luy
demandent le comte de Lenoz pour régent; qui sont choses qu'elle
trouve bonnes, et qui sont conformes à ce qu'elle desire pour tenir
le dict royaulme divisé, et avoir toutjour l'une des partz à sa
dévotion. Je ne sçay si l'assemblée des Estatz, qu'on attandoit au
dict pays le IIIIe du présent, aura esté tenue, et si elle aura heu
nul effect; il ne s'en dict encores rien, et croy qu'il sera bien
tard, quant j'en auray des nouvelles, car l'on tient les passaiges
bien fort serrez.

Cependant la Royne d'Angleterre est entrée en grand deffiance sur ce
que Mr Norrys son ambassadeur luy a escript que Voz Majestez Très
Chrestiennes luy ont tenu quelque propos fort exprès sur les affères
de la Royne d'Escoce et de son royaulme; duquel je n'ay encores
entendu le particullier, sinon qu'on m'a dict que la dicte Dame en est
fort fâchée, joinct que, par le mesmes pacquet, le dict ambassadeur
luy a envoyé ung discours, imprimé à Paris, sur les troubles de son
royaulme, qui ne parle à l'advantaige d'elle ny de ceulx qui
gouvernent ses affères; et d'abondant elle a sceu qu'un homme de son
dict ambassadeur a esté naguyères arresté à Amiens, et que son
pacquet, qu'elle luy avoit baillé à porter, luy a esté osté;
desquelles choses il n'est pas à croyre combien elle s'en trouve
offancée, et combien les siens en sont mutinez, jusques à dire qu'il
vauldroit mieulx venir à une guerre déclairée, et que leur ambassadeur
s'en retornât, et que je me retirasse, que d'user de tels déportemens;
dont, de tant que je les ay fort asseurez que la publication du dict
discours, ny la détention du pacquet ny du messagier, ne sont
aulcunement procédées du vouloir ny commandement de Voz Majestez, je
vous suplie très humblement, Sire, qu'il vous playse luy en fère
donner quelque satisfaction, comme d'accidens que vous n'aviez ny
préveuz, ny pensez, et luy fère aussi satisfère sur une pleinte,
qu'elle m'a faicte renouveller, de certains pescheurs de Dièpe et
aultres de dellà, qui abusent en la coste de deçà de leur forme de
pescher et de leurs filetz contre l'ordonnance du pays, affin de ne
mesler si petites choses avec les plus grandes, qu'avez à démesler
ensemble.

Le Sr de Garteley s'en est revenu très contant en toutes sortes de Voz
Majestez; il a heu congé de passer en Escoce, mais non d'aller veoir
la Royne sa Mestresse, à laquelle toutesfoys nous avons trouvé moyen
de fère entendre tout l'effect de son voyage, de quoy je m'asseure
qu'elle aura receu grande consolation.

Millord de Lomellé a heu ampliation de son arrest, luy ayant esté
permiz d'aller demeurer avec le comte d'Arondel son beau père à
Noncich, et de pouvoir jouyr de l'air et de l'esbat des champs deux
mil à l'entour, ce qui donne espérance de veoir bientost quelque
modération ez affères de ces seigneurs.

Les depputez de Flandres, estantz prestz à partir, ont trouvé quelque
deffectuosité en leurs charges et pouvoirs qui les a retardez huict
jours, mais j'entendz qu'ilz s'acheminent demain, et le Sr Thomas
Fiesque avec eulx, avec opinion de pouvoir accorder facilement le
faict des merchandises, mais difficilement celluy des deniers. Sur ce,
etc.

     Ce IXe jour de mars 1570.



XCVe DÉPESCHE

--du XIIIIe jour de mars 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet_.)

  Contentement de la reine d'Angleterre au sujet de la satisfaction
    qui lui a été donnée sur l'une de ses plaintes.--Impossibilité
    de connaître quelles sont ses véritables intentions à l'égard
    de la France.--Continuation des apprêts maritimes et des
    préparatifs contre l'Écosse.--Nécessité de prendre des mesures
    pour empêcher le capitaine Sores de continuer ses courses sur
    mer.--Départ des députés envoyés dans le Pays-Bas pour traiter
    des différends de l'Angleterre avec l'Espagne.


     AU ROY.

Sire, le jour d'après ma précédante dépesche, laquelle est du IXe du
présent, j'ay receu celle de Vostre Majesté du XXIe du passé, en
laquelle j'ay trouvé l'honneste satisfaction qu'il vous a pleu donner
à la Royne d'Angleterre sur celle de ces trois pleinctes que je vous
ay mandé qu'elle avoit le plus à cueur, qui est du discours des
troubles de son royaulme imprimé à Paris; de laquelle satisfaction,
despuys que Mr Norrys luy en a donné adviz, elle et les siens ont
monstré qu'ilz n'estoient plus si offancez comme auparavant: ce qui me
sera ung argument, la première foys que j'yray trouver la dicte Dame,
de la prier qu'elle veuille user de pareille sincérité et
correspondance d'ung bon cueur envers Voz Majestez Très Chrestiennes,
comme par cest acte vous luy avez monstré que vous l'avez clair et
droict, et entièrement bien disposé envers elle; et luy continueray la
mesmes instance, que je luy ay ordinairement faicte, de ne porter ny
souffrir estre apporté par les siens aulcun secours ny assistance à
ceulx qui troublent vostre royaulme, et qu'il n'est possible qu'ilz en
puissent tirer d'Angleterre, sans qu'elle tumbe en l'infraction des
trettez et en une manifeste ropture de la paix.

Plusieurs parlent diversement de l'intention de la dicte Dame sur le
présent estat de voz affères; les ungs, qu'elle l'a bonne et qu'elle
incite à la paix ceulx de la Rochelle; les aultres, au contraire,
qu'elle l'a très mauvaise et qu'elle les sollicite à la guerre. Vostre
Majesté pourra assés juger ce qui en est par la condicion de ceulx qui
m'en ont donné les adviz, desquelz je réserve vous mander les noms, et
la façon des propos qu'ilz en ont tenu, par l'ung des miens que je
dépescheray bientost devers Vostre Majesté.

Je n'ay encores rien entendu de l'effect de l'assemblée que les
seigneurs d'Escoce debvoient tenir à l'Islebourg, le IIIIe de ce moys,
ny s'ilz ont prins nul bon expédiant entre eulx sur l'ordre et
gouvernement du pays. Bien m'a l'on dict que le comte de Morthon et le
sir Randolf ont escript à ceste Royne, que, si elle ne faict bientost
aparoistre son assistance par dellà, que toutz les Escouçoys cryeront
_France_ et que le nom de Vostre Majesté y est bien ouy et bien receu,
et qu'ilz demandent d'avoir leur Royne; par ainsy, que le jeune prince
s'en va déboutté de l'authorité, et du nom de Roy qu'on luy a
attribué, si elle n'y remédye. Dont quelcun m'a adverty que la dicte
Dame y a envoyé en dilligence six mil {lt} d'esterlin, c'est vingt mil
escuz, et que le comte de Sussex, lequel a esté mallade trois
sepmaines en ceste court, mais à présent se porte bien, partyra du
premier jour pour s'aller présenter sur la frontière d'Escoce, avec
quatre mil hommes de pied et douze centz chevaulx, lesquelz sont
desjà bien avant; et ce, principallement parce que de la dicte
frontière, despuys que millord Dacres s'y est retiré, l'on a faict
cinq ou six courses en celle d'Angleterre, et brullé des villaiges, et
admené plusieurs prisonniers: dont le dict Dacres a esté déclairé
traistre et rebelle.

J'entendz que les seigneurs de ce conseil ont fait dépescher cinq ou
six centz lettres missives à des particuliers, gentishommes du North,
pour les prier de se pourvoir en toute dilligence de quelques hommes,
et d'armes, et de chevaulx, chacun le mieulx et le plus
advantaigeusement qu'il pourra, oultre l'obligation de l'ordonnance,
affin de fère promptement ung bien relevé service à la Royne leur
Mestresse, sellon l'expécialle fiance qu'elle a en eulx. Et en ceste
ville de Londres l'on lève de nouveau cinq centz harquebouziers pour
les mettre sur les cinq navyres premier pretz, qu'on dellibère getter
dehors dans huict jours; et en prépare l'on aultres dix pour les
getter, à la my apvril, dont l'argent pour les avitailler est desjà
dellivré au pourvoyeur de la marine, et ne cesse l'on d'aprester aussi
toutz les aultres pour estre prestz à l'entrée de l'esté.

Je viens d'estre adverty que quatre vaysseaulx du cappitaine Sores ont
de rechef investy ung aultre navyre vénicien, qui partoit de ce
royaulme chargé de draps, et qu'ilz l'ont prins; et, encor qu'il ne
soit si riche que les premiers, il y a néantmoins pour cinquante mil
escuz de merchandise, oultre l'artillerye et le vaysseau, qui est des
meilleurs qui se puissent trouver; et semble, Sire, qu'il est
expédiant que Vostre Majesté se dellibère de pourvoir à ces grandz
désordres de la mer, en quoy pourra estre que ceste princesse
concourra d'y ayder de son cousté, s'il vous playt que je luy en face
instance.

Les depputez, qui vont devers le duc d'Alve, sont partys despuys
devant hier, et croy qu'ilz passent aujourduy la mer. J'entendz que,
oultre la commission qu'ilz portent ouvertement par escript, il leur
en a esté baillé une à part, pour entrer, s'ilz peuvent, en ung
général accord de toutes choses; et le Sr Thomas Fiesque, qui m'est
venu dire adieu, m'en a touché quelque mot, et qu'il espère avoir
charge de retourner bientost pour cest effect par deçà. Aulcuns
pensent qu'il s'y trouvera beaulcoup de difficultez; ce que je
croyrois, n'estoit qu'il semble que le Roy d'Espaigne sent si fort la
prinse qu'on dict que le roy d'Argel a faicte de la ville de Tunis[3],
et crainct tant que ce soit ung commancement d'attirer les
entreprinses du Turc en ces quartiers là, qu'il sera bien ayse
d'accommoder gracieusement ceste querelle qu'il a avecques ceulx-cy.
Sur ce, etc.    Ce XIVe jour de mars 1570.

  [3] Au commencement de 1570, Aluch-Aly, dey d'Alger, s'empara de
  Tunis, et chassa de ses Etats Muley Homaidah, dernier roi de
  Tunis de la dynastie des Hafsides, qui s'était reconnu feudataire
  de l'Espagne. Les Espagnols, sous la conduite de don Juan,
  reprirent Tunis, en 1573.



XCVIe DÉPESCHE

--du XIXe jour de mars 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Monyer_.)

  Nouvelles de la Rochelle et d'Allemagne.--État des affaires du
    Nord.--Succès remporté par les révoltés d'Irlande.--Nouvelles
    de la reine d'Écosse.

     AU ROY.

Sire, il n'y a que quatre jours qu'ung navyre de la Rochelle est
arrivé, dedans lequel sont venuz aulcuns françoys qui ont esté
incontinent devers Mr le cardinal de Chatillon à Chin; et luy, à ce
que j'entendz, despuys avoir parlé à eulx, a faict démonstration en
ceste court, de désirer plus la paix que de l'espérer; et sont arrivez
aussi, dans le mesmes vaysseau, sèze allemans qui s'en retournent en
leur pays assés mal contantz. Cependant le dict sieur cardinal a
envoyé solliciter la subvention des esglizes protestantes de ce
royaulme, avec grand instance d'avoir promptement celle que les
estrangiers ont offerte, de laquelle il a desjà retiré quelque somme;
mais celle des Flamens, qui est la plus grande, ne luy est venue
entière comme il pensoit, parce qu'ilz l'avoient accordée
principallement pour le prince d'Orange, en intention qu'il descendît
en Flandres; dont, voyantz à ceste heure que c'est pour la guerre de
France, aulcuns reffuzent de payer, et m'a esté raporté que aus dicts
Flamens est venu ung adviz d'Allemaigne que le dict prince a bien des
forces, mais qu'il ne les peult bonnement employer durant la guerre de
France, sinon en la Franche Comté, sur le chemyn du secours qui va
trouver monsieur l'Admyral, affin de ne s'esloigner les ungs des
aultres; et m'a l'on asseuré que, le neufvième de ce moys, ung facteur
du sir Grassein a esté dépesché en Hembourg, pour aller donner ordre
aulx deniers, qui doibvent estre payez en Allemaigne sur le crédit des
merchans de ceste ville. Ung homme du comte Pallatin est freschement
arrivé, et encores, despuys luy, ung capitaine itallien nommé Roc,
lequel, quatre moys a, avoit esté dépesché en Allemaigne, mais je n'ay
sceu encores au vray ce qu'ilz raportent.

Le comte de Sussex est sur son partement pour aller au North, et les
quatre mil hommes de pied et douze centz chevaulx, qu'il doibt mener,
sont desjà devant. L'on a tenu plusieurs assemblées de conseil sur sa
dépesche, dont bientost se pourra entendre quelque chose de ce qu'y
aura esté résolu. Il semble que des cinq cens harquebouziers qu'on
levoit de nouveau en ceste ville, l'on n'en fornyra encores les
navyres, et qu'ilz seront envoyez en Irlande, où j'entendz que les
saulvaiges ont donné une estrette aulx gens de Millord de Sydenay;
mais ceulx cy le tiennent fort caché.

J'ay obtenu enfin de la Royne d'Angleterre de pouvoir envoyer les
lettres de Voz Majestez, que Mr de Montlouet m'avoit laissées, à la
Royne d'Escoce, par un secrétaire de Mr l'évesque de Roz qui les luy à
dellivrées bien clozes en ses mains, en présence du comte de
Cherosbery; et la dicte Dame a envoyé la response, laquelle est
encores devers le secrétaire Cecille, qui ne la dellivrera jusques à
ce que le dict sieur évesque de Roz ayt esté ouy et examiné, lequel
pour cest effect a esté mené despuys devant hyer à la court, soubz la
garde de six serviteurs de l'évesque de Londres; et la dicte Royne
d'Escoce a trouvé moyen de me fère tenir en chiffre le petit mémoire
cy encloz[4], où Vostre Majesté verra ce qu'elle continue de vous
requérir. Elle se porte bien de sa santé, mais craint bien fort
d'estre remise ez mains du comte de Huntinthon ou du visconte de
Harifort, desquelz deux elle se craint comme de ses grandz ennemiz.
Nous espérons avoir en brief quelque certitude des choses d'Escoce.
Sur ce, etc.

     Ce XIXe jour de mars 1570.

  [4] A partir de cette époque, les pièces jointes aux dépêches ont
  cessé d'être transcrites sur les registres de l'ambassadeur.

   _Par postille à la lettre précédente_.

   Le comte de Pembrot morut hyer en ceste court; l'on ne dict
   encores qui sera son successeur en l'estat de Grand Mestre, mais
   cy devant à esté parlé du comte de Betfort.



XCVIIe DÉPESCHE

--du XXVIIe jour de mars 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par le Sr de Vassa._)

  Détails circonstanciés d'audience.--Bonnes dispositions
    d'Élisabeth envers le roi.--Explication donnée par
    l'ambassadeur sur les articles proposés pour la
    pacification.--Nouvelle insistance de la part de la reine pour
    que sa médiation soit acceptée.--Sollicitations faites par
    l'ambassadeur en faveur de Marie Stuart.--Déclaration
    d'Élisabeth qu'elle est résolue à porter ses armes en Écosse
    pour y chercher les révoltés du Nord qui s'y sont
    réfugiés.--Avertissement lui est donné par l'ambassadeur que si
    les Anglais entraient en Écosse, le roi considérerait cet acte
    comme une rupture des traités.--Offre qu'il fait de la
    médiation de la France pour apaiser tous les différends
    d'Écosse.--Avis secrètement donné par Élisabeth d'une levée
    d'armes en Allemagne contre la France.--_Mémoire._ Résolutions
    prises dans le conseil tant à l'égard des troubles du Nord que
    des affaires d'Écosse.--Nouvelles de ce pays.--_Mémoire
    secret._ Avis donné par le duc d'Albe au sujet du traité de
    paix qui se prépare en France.--Opinion de l'ambassadeur que la
    reine d'Angleterre desire sincèrement la
    pacification.--Propositions faites séparément et secrètement à
    l'ambassadeur par Cécil et par Leicester.--Avis secret sur le
    dessein arrêté par le comte d'Arundel et milord de Lomeley de
    reprendre, même en recourant aux armes, l'exécution de leur
    projet pour rétablir la religion catholique en Angleterre, et
    Marie Stuart en Écosse.


     AU ROY.

Sire, j'ay esté, ceste saincte sepmaine, devers la Royne d'Angleterre
pour luy fère veoir que le bon ordre, que Vostre Majesté avoit miz de
deffandre, pour l'amour d'elle, la publication du discours des
troubles de son royaulme imprimé à Paris, luy debvoit estre ung bien
asseuré tesmoignage de vostre droicte intention envers elle, et que,
prenant par là toute asseurance de vous trouver toutjour franc, clair
et bien disposé à ne favoriser les entreprises de ceulx qui
vouldroient troubler son estat, qui mesmes ne vouliez souffrir leurs
escriptz, que de mesmes elle cessât, et fît cesser ses subjectz de ne
porter aulcune faveur à ceulx qui troubloient le vostre; et qu'au
surplus, j'estois bien ayse que ce qu'on luy avoit raporté du
serviteur de Mr Norrys, qu'on l'eust arresté à Amyens, et qu'on luy
eust osté les pacquetz de la dicte Dame, ne fût vray, affin de n'estre
si offancée de ces deux choses, comme, par le propos de son principal
secrétaire, il sembloit qu'elle les print à cueur; luy récitant les
dicts propos en la façon que par mes précédantes je les ay mandez; et
que je luy voulois respondre de ma vye pour Voz Très Chrestiennes
Majestez que, despuys la paix, il n'estoit en cella, ny en nulle
aultre chose, rien procédé de vostre vouloir et commandement, par où
vous eussiez jamais prétandu qu'elle deubt estre offancée; et que,
pour mon regard, je serois à trop grand regrect une seulle heure en ce
royaulme, après que j'aurois tant soit peu commancé de cognoistre que
je ne luy seroys plus agréable; et que je suplieroys très humblement
Vostre Majesté d'y envoyer ung aultre; mais ne lairroys pourtant de me
plaindre meintennant à elle du tort qu'on avoit naguières faict à ung
mien secrétaire, qui portoit vostre pacquet, de luy avoir osté son
argent à Douvres, la priant de m'en fère rayson.

Sur lesquelles choses la dicte Dame m'a respondu qu'elle n'avoit rien
sceu du petit discours imprimé à Paris, parce, à son adviz, que
Cecille ne luy avoit vollu donner l'ennuy de luy en parler, mais ne
layssoit pourtant de vous avoir grande obligation de l'avoir deffandu,
dont vous en remercyoit de bon cueur; et puysque luy aviez monstré ce
bon tesmoignage de vostre droicte intention en ses affères, qu'elle
correspondroit de mesmes aulx vostres de ne pourter aulcune faveur à
ceulx de la Rochelle, ny souffrir que les siens leur en portassent; et
encor que aulcuns luy incrèpent le désir qu'elle a à la paix de vostre
royaulme, comme ung désir qui admènera la guerre au sien, qu'elle n'en
veult rien croyre, ny ne veult cesser de la desirer; qu'elle estoit
bien ayse que l'homme de son ambassadeur et ses pacquetz n'eussent
esté arrestez, bien qu'il avoit esté unze jours sans qu'on sceût de
ses nouvelles; que pour le regard de ma négociation, je ne vollusse
aulcunement doubter qu'elle ne luy fût bien fort agréable; et usa de
toute l'expression qu'il est possible pour me le donner ainsy à
cognoistre; et que j'avois bien veu en quelle peyne elle avoit esté
pour mes pacquetz perduz; dont me feroit fère si bonne rayson
meintennant de l'argent de mon secrétaire, que j'en demeureroys
contant.

Et, en toutes sortes, sa responce a esté si honneste que, l'en ayant
remercyée, j'ay suyvy à luy dire que j'avois d'aultres choses à luy
faire entendre, lesquelles je la supplioys prendre la peyne elle
mesmes de les lyre aulx propres termes que Vostre Majesté me les
mandoit, qui estoient si bons que je n'y voullois rien adjouxter, ny
rien diminuer; et ainsy, luy ay monstré celle partie de vostre lettre
du IIIe du présent, dont vous renvoye l'extraict, laquelle elle a leue
bien fort curieusement; et puys ay adjouxté que vous expliquiez là
dedans si à clair vostre intention, que je n'avois à y fère aultre
office envers elle que de bien recuillyr ce que, pour satisfère à
trois choses principallement, il luy plairroit de m'y respondre: la
première, quelle opinion elle avoit des honnestes condicions que vous
offriez à vos subjectz; la segonde, quelle elle l'auroit de voz
subjectz, s'ilz estoient si durs et si obstinés de ne les accepter; et
la troysiesme, si, en ce cas de leur obstiné reffuz, elle non
seulement les exclurra de sa faveur et de celle de son royaulme, mais
si elle ne se unyra pas avec Vostre Majesté pour réprimer leur
témérité et le pernicieulx exemple qu'ilz s'esforcent de relever au
monde contre l'authorité des princes souverains: car, quant à la levée
qu'on disoit se fère en Allemaigne pour elle, et aulx deniers qu'on
dict encores qui s'y espèrent et d'aultres qui s'espèrent aussi à la
Rochelle d'elle et de son royaulme contre vous, je ne la vouloys
suplier, sinon de vous en esclarcyr si bien une foys qu'il ne vous en
peult plus rester aulcun doubte.

La dicte Dame, après m'avoir par beaulcoup de bonnes parolles et en
plusieurs façons donné à cognoistre qu'elle avoit ung très grand
contantement de ceste confiance, que vous monstriez avoir d'elle sur
la paciffication de vostre royaulme, m'a respondu qu'elle vouloit très
fermement croyre que le contenu ez articles, que je luy avois
dernièrement monstrez, estoit proprement ce que vostre Majesté avoit
intention d'accorder et meintenir de bonne foy à ses subjectz pour
parvenir à une bonne paciffication, et qu'elle me diroit de rechef le
mesmes qu'allors, que, si eulx de leur costé ne monstroient rayson
suffizante pourquoy ilz ne puyssent avec cella vivre soubz vostre
authorité, leur conscience saulve, et leurs vyes asseurées, que non
seulement elle ne les vouldra favoriser, ains les réputera pour
traistres et rebelles, dignes d'estre chassez de tout le monde; et que
si, pour entendre à quoy ilz se pourroient arrester, il vous playsoit
luy donner congé qu'elle s'en meslât, qu'elle y procèderoit avec
aultant de considération de l'authorité qui vous est deuhe sur voz
subjectz, comme s'il estoit question de saulver la sienne sur les
siens; et que si, par voz lettres, je cognoissoys que vous l'eussiez
agréable, qu'elle s'y employeroit tout incontinent.

Je luy ay respondu que je ne pouvois ny voulois m'advancer à rien de
plus que ce qu'elle venoit de lyre; car n'en avois aultre
commandement, dont tornasmes relyre le dict extret de la lettre mot à
mot; puys, me pria que je vous vollusse asseurer de la continuation de
sa bonne vollonté et grande affection à la paix de vostre royaulme, et
que s'il vous playsoit qu'elle s'en meslât, qu'elle envoyeroit devers
Vostre Majesté, ou bien là où il seroit besoing, ung personnaige de
qualité correspondante à ung si grand négoce, comme elle estime cestuy
cy, pour y besoigner, ainsy que vous adviseriez, ou bien tretteroit
icy avec Mr le cardinal de Chatillon; lequel elle cognoissoit très
desireux de la paix, et l'avoit toutjours cogneu très respectueulx à
Voz Très Chrestiennes Majestez; et qu'elle estimoit qu'il ne vous
pourroit revenir qu'à honneur, comme elle mettroit bien peyne qu'il
vous revînt à proffict, qu'elle s'employât envers ceulx de sa religion
à les exorter qu'ilz se veuillent contanter des offres de leur prince
et seigneur, ou bien de suplier Vostre Majesté d'eslargir ung peu sa
grâce envers eulx; et qu'elle sçayt bien que le différer en cecy sera
pour vous rendre en brief la dicte paciffication beaucoup plus
malaysée, encor qu'elle peult bien asseurer que, en Allemaigne, ny à
la Rochelle, il n'est allé, ny yra rien, de sa part, qui soit contre
Vostre Majesté.

Je luy ay grandement loué ceste sienne bonne intention, avec promesse
de la vous fère bien entendre, et qu'elle se pouvoit asseurer que la
paix de France seroit la paix d'Angleterre; et que, si l'occasion de
ceste guerre, laquelle faisoit toutjour mal passer quelque chose entre
voz deux royaulmes et voz communs subjectz, estoit ostée; et que
d'ailleurs elle vollût donner quelque accommodement aulx affères de la
Royne d'Escoce, elle se pouvoit asseurer que nul prince ny princesse
de la terre n'auroit son règne plus estably ny reposé que seroit le
sien; et que Vostre Majesté avoit acepté l'offre qu'elle faisoit de
vouloir entendre à quelque bon expédiant entre elles deux, si vous le
leur métiez en avant; que vous aviez estimé, si les propres offres de
la Royne d'Escoce ne luy sembloient suffizantes, que c'estoit à elle
d'en adviser de plus grandes, et que, si elles n'estoient par trop
disraysonnables, vous croyés fermement, que la dicte Dame les
accorderoit, et que vous, comme son principal allié, non seulement les
confirmeriez, mais métriez peyne de les luy fère accomplyr.

Elle a répliqué que la Royne d'Escoce n'avoit jamais parlé que en
général, et qu'il failloit venir aulx choses particullières, dont,
s'il luy en estoit miz en avant quelques unes, que pour l'honneur de
Vostre Majesté elle les suyvroit; ayant néantmoins à se pleindre
encores de nouveau de la dicte Royne d'Escoce, qu'estant, ainsy
qu'elle est, entre ses mains, elle n'avoit toutesfoys layssé, par
ceulx qui tiennent son party en Escoce, de fère retirer ses fuytifz;
et que, en toutes sortes, elle estoit résolue de chastier et
poursuyvre ses dicts fuytifz, et ceulx qui les soubstiennent, me
signiffiant aulcunement qu'elle entreprendroit de fère entrer des
forces dans le pays.

Je luy ay respondu qu'elle advisât de ne contrevenir aulx trettez, et
que, s'il luy plaisoit de mettre en liberté l'évesque de Roz, luy et
moy adviserions de luy ouvrir des moyens pour esteindre toutz ces
différantz d'entre elles deux et leurs deux royaulmes.

«Il n'est pas, dict elle, tant prisonnier qu'il ne puysse tretter par
lettres avecques sa Mestresse, et n'est retenu que _pro formâ_ pour
quelque démonstration contre la pratique qu'il a meue avec ceulx du
North; mais bientost il sera en liberté.» Et ainsy gracieusement s'est
achevée ceste audience, laquelle je vous ay bien vollu ainsy au long
réciter, Sire, affin que l'intention de la dicte Dame vous soit mieulx
cogneue, et remectz les aultres choses au Sr de Vassal, présent
porteur, auquel je vous supplie très humblement donner foy: et sur ce,
etc.

     Ce XXVIIe jour de mars 1570.


     A LA ROYNE.


=Chiffre.=--[Madame, je n'ay peu contanter l'homme, duquel je vous ay
naguière escript par mon secrétaire, de la responce que mon dict
secrétaire m'a raportée, bien que je la lui aye baillée en la façon
que ce mien gentilhomme vous dira; par lequel il vous plairra, Madame,
me mander comment je l'en debvray résouldre, car il me presse bien
fort de le fère, et si, a des considérations telles qu'il ne peult
penser que ne le debviez accepter. Au reste, Madame, la Royne
d'Angleterre, pour me tenir la promesse qu'elle m'avoit faicte de
m'advertyr des choses qu'elle entendroit se fère en Allemaigne contre
Voz Majestez, m'a dict que, dans trois sepmaines, ceulx de la religion
doibvent envoyer gens exprès devers les princes protestans pour
résouldre l'entreprinse de France, si la paix ne sort à effect; et que
pourtant elle seroit bien ayse de pouvoir ayder à la conclurre
bientost; de quoy je vous ay bien vollu fère ce mot et le vous
escripre ainsy à part, parce que la dicte Dame m'a dict qu'elle m'en
advertissoit soubz sacrement de confession, en ce temps de caresme,
affin que je ne la nommasse pas; car, si les aultres se plaignoient
qu'elle m'eust donné cest adviz, elle serait contraincte de dire
qu'elle ne m'en avoit point parlé; et bien que ce ne soit ung faict de
grand importance, je ne vouldrois toutesfoys l'avoir mise en peyne de
me désadvouher.] Sur ce, etc.

     Ce XXVIIe jour de mars 1570.

   OULTRE LES SUSDICTES LETTRES, le dict Sr de Vassal pourra dire à
   Leurs Majestez:

   Qu'il a esté naguières remonstré à la Royne d'Angleterre qu'elle
   et son royaulme estoient pour tumber en ung prochain
   inconvéniant, pour la multitude des difficultez, ès quelles elle
   se trouvoit embroillée avecques le Roy, avecques le Roy
   d'Espaigne, avecques la Royne d'Escoce, avec les Irlandoys, et
   avec les naturelz de ce royaulme, qui sont prisonniers, fuytifz,
   ou mal contantz, si elle s'opinyastroit de les vouloir toutes en
   ung temps surmonter par la force ou par la despence; dont,
   induicte par le conseil des plus modérez d'auprès d'elle, avoit
   advisé d'y procéder par les gracieux expédians qui s'ensuyvent:

   En premier lieu, pour le regard du Roy, que, pour effacer la
   mémoire des choses qui pourroient avoir mal passé contre luy du
   costé de ce royaulme, despuys ses derniers troubles, elle
   s'employeroit tout ouvertement de luy procurer une paix tant
   advantaigeuse et honnorable avecques ses subjectz, qu'elle le se
   randroit bienveuillant, et luy offriroit au reste quelque
   honneste accommodement ez affères de la Royne d'Escoce; dont, par
   ces deux poinctz, elle se conserveroit la paix avecques luy;

   Que, du costé du Roy d'Espaigne, elle envoyeroit des depputez en
   Flandres, ainsi qu'on luy en faisoit encores lors grande
   instance, affin d'accorder les différans des prinses, et que ces
   mesmes depputez essayeroient d'entrer plus avant en matière pour
   voir s'ilz pourroient parvenir à ung général accord de toutes
   aultres choses.

   Au regard de la Royne d'Escoce, qu'elle luy escriproit une bonne
   lettre, et que, jouxte ce qu'elle m'avoit naguières promis, elle
   l'exorteroit de mettre en avant quelques bons et honnestes
   expédians entre elles deux, et luy promettroit d'y entendre et
   les recepvoir de bon cueur.

   Quant aulx choses d'Irlande et de ce royaulme, qu'elle
   rapelleroit gracieusement aulcuns des seigneurs qui sont les
   moins offancez, et par le moyen de ceulx là, elle essayeroit de
   radoulcyr les aultres et les remettre en leurs degrez et estatz;
   et puys, avec l'unyon et conformité de leurs bons conseilz, et de
   leur ayde, elle pourroit ayséement remettre les choses en ung
   paysible et bien asseuré estat; dont luy fut sur ce proposé une
   forme de rémission pour les fuytifz, et la comtesse de
   Vuesmerland s'aprocha en ceste ville pour poursuyvre le rapel de
   son mary.

   Suyvant laquelle délibération, parce que ceulx qui vouldroient le
   trouble n'eurent de quoy suffizamment la débattre, aulcunes des
   dictes choses ont esté despuys commencées, aultres ont esté en
   aparance accomplyes, mais nulles n'ont sorty à bon effect; ains
   les ont ces gens là tornées en aultre et quasi contraire sens de
   ce qu'on espéroit.

   Car, touchant la paix de France, estant la dicte Dame sur le
   poinct d'envoyer ung personnaige de grande qualité devers le Roy
   pour ayder à la conclurre, ilz ne luy ont pas ozé oster ce sien
   honneste desir, parce qu'ilz ont pensé que la dicte paix se
   pourroit conclurre de deçà comme dellà, et possible à leur
   dommaige; mais ilz luy ont bien persuadé, qu'ayant la dicte Dame
   esté mal ouye, la première foys qu'elle s'est offerte d'en
   parler, qu'elle debvoit meintennant attendre que le Roy l'en
   pryât, ce qui se raporte au propos qu'elle m'en a tenu en ceste
   audience.

   Et des choses de Flandres, ilz luy ont persuadé de deffandre aulx
   depputez, qui alloient par dellà, de ne s'ingérer à rien
   davantaige qu'au simple faict, duquel la dicte Dame estoit
   maintennant recerchée, qui estoit des merchandises; aultrement ce
   seroit faire amande honnorable au duc d'Alve; et que pourtant
   leur commission debvoit estre leue publicquement en présence du
   Sr Thomas de Fiesque; et à icelle adjouxté la restriction de ne
   parler ny tretter d'aultre chose que des merchandises
   d'Angleterre, et de pouvoir simplement accorder que personnaiges
   de semblable qualité puissent venir par deçà pour tretter de
   celles d'Espaigne, ce qui a esté ainsy faict.

   Et pour l'importance des affères d'Escoce, affin que la dicte
   Dame ne s'obligeât trop par ses lettres à la Royne d'Escoce sa
   cousine, le secrétaire Cecille les a escriptes et a contrefaict
   la main de sa Mestresse, avec plusieurs parolles de consolation
   et de commémoration des bénéfices passez, mais tellement couchées
   qu'on ne peut comprendre où va son intention; toutesfoys la Royne
   d'Escoce ne laysse d'y respondre.

   Quant à radoulcyr et rappeller les seigneurs mal contantz, l'on
   a, à la vérité, miz en plus grande mais non en entière liberté
   millord de Lomellé; et le comte d'Arondel, qui estoit, plus de
   six sepmaines a, sur le poinct d'estre rappelé, demeure encores
   confiné en sa mayson de Noncich, et n'y a nulle apparance de la
   liberté du duc. Par ainsy la noblesse reste aussi mal satisfaicte
   que auparavant, et le comte de Pembroc, qui estoit ung médiateur
   en cella, est naguières trespassé.

   Or, sur la grande instance que le sir Randolf, despuys qu'il est
   en Escoce, a toutjours faicte à la dicte Dame, de vouloir, par
   les meilleurs et plus promptz moyens qu'elle pourroit, assister
   ces seigneurs de dellà, qui veulent dépendre d'elle, lesquelz,
   pour establyr l'authorité du petit prince, et oster celle de la
   Royne d'Escoce, demandent avoir le comte de Lenoz pour régent, ou
   aultrement, que la part de la Royne d'Escoce va prévaloir dans le
   pays; la matière en a esté avec grande contention débattue entre
   ceulx de ce conseil, qui enfin ont miz en considération que le
   dict comte de Lenoz estoit suspect de la religion catholique, et
   qu'il n'estoit de suffisance ny d'expériance pour conduyre, à
   l'intention de la dicte Dame, les grandz affères qui se
   présentent meintenant en Escoce; ains seroit pour y aporter plus
   de retardement que d'advancement: par ainsy, ont résolu qu'on se
   déporteroit de plus luy pourchasser la charge ny la régence du
   dict pays, et que, estant le comte de Sussex desjà dépesché, avec
   tout ample pouvoir, au pays du North, il luy seroit encores
   commis cest affère d'Escoce, car c'estoit tout vers ung mesmes
   quartier.

   Dont, à sa commission des choses du dict pays du North, laquelle
   portoit de marcher seulement jusques à la frontière d'Escoce,
   avec quatre mil hommes de pied et douze centz chevaulx; et de
   faire procéder au jugement des coulpables de la première
   ellévation et exécuter les condampnez, et poursuyvre par deffault
   les absentz, confisquer leurs biens et prendre possession
   d'iceulx au nom de la dicte Dame, et en vendre ce qu'il pourroit;
   a esté adjouxté qu'il pourra lever jusques à dix mil hommes, et
   qu'il procèdera aulx affères d'Escoce tant contre les rebelles
   qui s'y sont retirez que au faict de l'estat; qu'il marchera en
   pays, s'il est besoing, et ainsy que l'occasion s'en présentera;
   et qu'il pourvoirra surtout que nulz Françoys ny Espaignolz, ny
   aultres estrangiers preignent pied par dellà; et, pour cest
   effect, ordonné luy estre forny contant XX mil {lt} d'esterlin,
   c'est LXVII mil trois centz escuz, et que, dans six sepmaines, il
   luy en sera envoyé aultant. Despuys, la dicte Dame m'a
   résoluement déclaré qu'elle envoyera poursuyvre et chastier ses
   fuytifz et ceulx qui les soubstiennent, jusques dans l'Escoce.

   L'on faict aller fort secrètes et fort déguysées les nouvelles
   qui viennent du dict pays d'Escoce; néantmoins l'on m'a dict que
   le duc de Chastellerault, et les comtes d'Arguil, d'Honteley,
   d'Atil et toutz les principaulx du pays estoient à l'Islebourg au
   commencement de mars, et les comtes de Northomberland, de
   Vuesmerland et aultres fuytifz d'Angleterre avec eulx; qu'ilz
   estoient après à tenir une assemblée d'Estatz, remise du IIIIe au
   Xe du dict moys, pour regarder à ce qu'ilz auroient à fère pour
   la restitution de leur Royne; que cependant ilz avoient faict
   proclamer par tout le pays l'authorité de la dicte Dame; que,
   parce que le comte de Mar faisoit difficulté de se joindre à
   eulx, ilz avoient proposé de marcher en armes vers Esterlin pour
   le dessaysir du gouvernement du petit prince; que despuys il
   s'estoit rallyé avecques eulx; qu'on ne sçavoit qu'estoit devenu
   le comte de Morthon, et sembloit qu'il se fût retiré en
   Angleterre; que quelques navyres, avec gens de guerre, avoient
   apparu au North d'Escoce, dont aulcuns disoient que c'estoit le
   secours de Flandres, que le frère du comte d'Honteley admenoit,
   les aultres disoient que c'estoit le comte de Bodouel qui venoit
   de Danemarc, avec quelques gens qu'il avoit ramassez.

   SECONDE INSTRUCTION A PART AU DICT SIEUR DE VASSAL.

   L'ambassadeur d'Espaigne m'a dict, despuys huict jours, que le
   duc d'Alve luy avoit escript deux notables considérations qu'il
   avoit mandées au Roy par le mesmes gentilhomme, que Sa Majesté
   luy avoit expressément dépesché pour avoir son conseil sur la
   paix de son royaulme; la première, que d'octroyer liberté de
   conscience ou exercisse de religion à ses subjectz, de tant que
   c'estoit pure matière éclésiastique, il ne s'en debvoit
   entremettre aulcunement, ains le remettre du tout au Pape; la
   seconde, que de pardonner aulx ellevez, il le trouvoit bon, pour
   le désir qu'il avoit à la paix de France, si cella en estoit le
   moyen, mais en lieu d'establyr ses affères, ce seroient eulx qui
   les establyroient et se fortiffieroient par la dicte paix, et
   guetteroient le temps de reprendre les armes à leur advantaige,
   lorsqu'ilz cuyderont mieux emporter la couronne; par ainsy qu'il
   estoit nécessaire qu'il y mit meintennant une entière fin:

   Que le dict ambassadeur trouvoit ce conseil fort prudent, et que
   le Roy, suyvant icelluy, se debvoit résouldre à la guerre, non de
   donner souvant des batailles, car c'estoit trop hazarder l'estat,
   mais de myner les ennemys à la longue, et qu'aussi bien la paix
   n'estoit près d'estre faicte, parce qu'ung de ses amys de ce
   conseil l'avoit adverty que la Royne d'Angleterre avoit promiz au
   cardinal de Chatillon de secourir l'Admyral, son frère, de deux
   centz mil escuz; et que le dict cardinal luy avoit obligé sa foy,
   et celle de son dict frère, qu'ilz ne permettroient qu'en nulles
   conditions la dicte paix se conclûd.

   Je luy ay respondu, quant au premier, que le duc d'Alve estoit
   ung si prudent et si entier et modéré seigneur qu'il ne faudroit
   de conformer toutjours ses adviz sur les affères de France à
   celluy de Leurs Majestez Très Chrestiennes, et des saiges
   seigneurs de leur sang, et de leur conseil, qui les entendoient
   très bien et sçavoient comme il les failloit manyer, et qui
   auroient toutjours le soing qu'il ne s'y fît, pour paix ny pour
   guerre, rien qui ne fût sellon Dieu, à l'honneur du Roy et repos
   de la Chrestienté:

   Et quant à l'aultre, de l'obligation du cardinal à la Royne
   d'Angleterre, que je le prioys de vériffier davantaige ce qu'on
   luy en avoit dict, et où, et commant se feroit le payement des
   deux centz mil escuz.

   Mais voulant, de ma part, descouvrir si cella estoit vray, car,
   quant à la promesse des deniers, j'en avois desjà quelque adviz,
   mais non de ceste obligation du cardinal, ny d'une si malle
   volonté de ceste Royne, j'ay, par une interposée personne, faict
   toucher la matière au comte de Lestre et au secrétaire Cecille,
   desquelz deux se comprend toute l'intention de la dicte Dame, et
   l'ung et l'aultre ont monstré que eulx et leur Mestresse
   desiroient la paix; dont, oultre la conjecture des propos, que je
   sçay qu'ilz en ont tenu à celluy par qui je les ay faictz sonder
   et à d'aultres, voycy ceulx que Cecille a dictz à ung mien
   gentilhomme tout exprès pour me les raporter:

   Que, par les adviz de Mr Norrys et par aultres conjectures, il
   cognoissoit que la paix demeurait d'estre faicte en France, parce
   que le Roy n'y vouloit permettre l'exercisse de la religion, et
   que ceulx de la Rochelle ne combattoient ny pour terres, ny pour
   empyres, ny pour aultre chose quelconque que pour cella; dont il
   s'advanceroit de dire un mot, que possible l'on ne l'estimeroit
   sage de me l'avoir mandé, que, s'il plaisoit au Roy leur ottroyer
   le dict exercisse en leurs maysons, il pensoit fermement qu'il
   conclurroit quant au reste la paix, tout ainsy qu'il la
   vouldroit; et que, s'il avoit agréable que la Royne, sa
   Mestresse, s'y employât, laquelle y pouvoit possible aultant que
   prince ny princesse de la terre, qu'elle le feroit aultant à
   l'honneur et advantaige de Leurs Majestez Très Chrestiennes, et à
   la tranquillité de leur royaulme, comme si c'estoit pour elle
   mesmes.

   Le comte de Lestre, par ung gentilhomme italien catholique, qui
   est commun amy entre luy et moy, m'a mandé que la dicte Dame
   estoit bien disposée à la dicte paix, et qu'il estoit d'adviz
   que, comme de moy mesmes, je l'en misse en propos, la première
   foys que je parleroys à elle, pour l'exorter de tenir la main à
   ce qu'on la pût conclurre à l'advantaige du Roy, et que les
   subjectz eussent à se contenter de ce que leur prince leur
   pourrait, avec son honneur, ottroyer, sans en vouloir tirer
   davantaige par la force; et que je luy remonstrasse que la paix
   de France serait la paix d'Angleterre, voyre de toute la
   Chrestienté, et luy toucher à ce propos le restablissement de la
   Royne d'Escoce; et comme, par l'accomplissement de ces deux
   choses, si elle s'y vouloit bien employer, elle pourrait régner
   très paysiblement en son royaulme:

   Que, de sa part, il y tiendrait la main, comme très obligé de
   desirer le bien du Roy et de son royaulme, et que, touchant la
   dicte paix, il sçavoit que le cardinal de Chatillon y avoit une
   extrême affection, et que la noblesse de ce royaulme la desiroit,
   et desiroit tout ensemble l'accommodement des affères de la Royne
   d'Escoce, comme deux choses d'où dépendoit le repos et la seurté
   de leur Royne et de son royaulme; et que Cecille, pour estre
   ennemy conjuré de la Royne d'Escoce, et pour la frustrer de la
   légitime succession qu'elle prétend à ce royaulme, affin d'y
   establyr ung roy de sa main, et ellever ceulx de Erfort à la
   couronne, lesquelz il nourryt en ceste espérance, comme ses
   pupilles, en sa mayson, empeschoit que la dicte Dame ne peult
   bien user de sa bonne intention en nulle de ces deux choses, la
   tenant comme enchantée sur l'éguillon de la jalouzie, qu'il luy
   propose toutjours de la dicte Royne d'Escoce.

   Mais, qu'après que j'en auroys encores une foys parlé à la Royne,
   sa Mestresse, si elle venoit à luy en toucher ung seul mot, il
   s'ingèreroit de luy représenter franchement le debvoir à quoy,
   l'honneur, la foy et la conscience la tiènent obligée envers le
   Roy et envers la Royne d'Escoce pour l'entretennement des
   trettez; et comme, en leur satisfaisant en ce qui seroit de
   rayson, et s'asseurant par ce moyen de la paix de France et
   d'Escoce, elle demeureroit très asseurée et establye contre les
   dangiers et entreprinses de toutes les aultres partz du monde;
   et, au contraire, si, pour ne se porter bien envers le Roy sur
   ceste paix, ny envers la Royne d'Escoce sur sa restitution, elle
   venoit à tumber en guerre de ces deux costez, à ceste heure
   qu'elle ne sçavoit comme elle estoit avec le Roy d'Espaigne, et
   que ses subjectz estoient divisez, dont possible une partie
   seroit contre elle, il est sans doute qu'elle seroit en ung très
   grand dangier.

   Et ne craindroit de luy remonstrer que, nonobstant le mal qu'elle
   pouvoit vouloir au cardinal de Lorrayne, elle avoit à considérer
   qu'il estoit d'une mayson grande, et de nouveau plus allyée que
   jamais à celle de France, et qu'en estant yssue la Royne d'Escoce
   de par sa mère, monsieur et madame de Lorrayne ne permettroient
   qu'elle fût habandonnée du Roy, oultre les aultres notoires
   obligations d'entre les couronnes de France et d'Escoce:

   Qu'il n'eust tant tardé de remonstrer cecy à sa Mestresse, sans
   ce que Cecille le guettoit pour le désarçonner, ainsy qu'il avoit
   désarçonné les aultres principaulx du conseil, par prétexte de la
   Royne d'Escoce; et qu'il tenoit ceulx qui y estoient de reste
   encores toutz bandez contre luy, ne se souscyant de hasarder sa
   Mestresse, son estat et toutes aultres choses, pour establyr la
   fortune des dicts de Erfort, et qu'ayant luy à suyvre celle de sa
   Mestresse, il luy vouloit remonstrer le dangier où elle estoit,
   encore qu'il en deubt estre ruyné.

   Despuys, trouvant que l'intention du Roy estoit conforme à celle
   du dict comte, j'ay parlé à la Royne d'Angleterre en la forme que
   je le mande à Sa Majesté, et le dict comte monstre à présent
   d'estre si affectionné à la matière qu'il désire fère luy mesmes
   le voyage devers le Roy avec grand opinion, voyre asseurance,
   qu'il ne s'en retournera sans que la paix soit conclue; sans que
   les affères de la Royne d'Escoce soyent accommodez; et sans que
   l'amytié d'entre le Roy et sa Mestresse soit bien estroictement
   confirmée.

   Ainsy, par les propos de ces deux, se peult conjecturer la
   division qui est entre ceulx de ce conseil, et comme, en ce qui
   concerne la France, encor que toutz monstrent d'y désirer la
   paix et de vouloir que leur Mestresse s'y employe de si bonne
   façon que le Roy luy en sache gré, c'est néantmoins diversement;
   car Cecille et les siens ne veulent qu'il se parle des affères de
   la Royne d'Escoce, et le dict comte et ceulx de son party
   desirent qu'ilz soient par mesmes moyen accommodez, dont, pour
   avoir quelcun qui luy fasse espaule au dict conseil pour
   fortiffier son opinion, il est fort après à solliciter le retour
   du comte d'Arondel, qui n'est amy du dict Cecille, et tout
   contraire à ceulx de Erfort.

   =Chiffre=. [Et à propos du dict comte d'Arondel, luy et millord de
   Lomellé m'ont envoyé remercyer de mes bons offices et
   démonstrations envers eulx, et que, si les choses ne prennent icy
   meilleur trein pour eulx, ilz sont pour accepter la faveur du Roy
   à se retirer soubs sa protection en France, et le dict de Lomellé
   y mener sa femme;

   Que, pour le présent, il faut qu'ilz attendent veoir que
   deviendront les promesses de leurs amys, et leurs moyens et
   espérances de court; car l'on leur a mandé qu'ilz sont sur le
   poinct d'estre rappelez en leur auctorité accoustumé, laquelle
   s'ilz ont une foys reprinse, ilz jurent de ne s'en laysser plus
   dépossèder et de la retenir, ou par leur droict, ou par la force,
   contre quiconque leur y vouldra fère tort;

   Et, si ce paysible moyen d'y retourner ne leur succède dans peu
   de jours, qu'ilz en essayeront quelque aultre plus viollent, car
   desirent, comment que soit, pourvoir aulx désordres de ce
   royaulme, et au faict de la Royne d'Escoce, et aulx affères du
   duc de Norfolc, et encores plus expressément s'ilz peuvent, quant
   ilz en auront le moyen, au restablissement de la religion
   catholique; pour lesquelles quatre choses ilz veulent tout
   hazarder.

   Et disent que l'importance de cecy gyt principalement en deux
   poinctz; l'ung est que le dict duc veuille bien employer les
   moyens, qu'il a dans ce royaulme, pour se mettre en liberté, pour
   fère prendre les armes à ceulx de son party, et pour empescher au
   conseil les dellibérations de ses adversayres:

   L'aultre poinct, que ceulx du North, qui se sont retirés en
   Escoce, soyent secouruz; car est sans doubte, s'ilz se peuvent
   remettre en campaigne, et marcher en çà, que ceulx de leur
   intelligence se déclaireront et les repcevront avecques faveur
   aux meilleurs endroictz d'Angleterre, et se joindront à eulx en
   grand nombre;

   Et que le bon succez de toutes choses deppend de ce dernier,
   sans lequel il semble que le premier ne sera essayé, non que miz
   à exécution; car le dict duc de Norfolc ne veult rien mouvoir de
   luy mesmes de peur d'empyrer sa cause.]



XCVIIIe DÉPESCHE

--du dernier jour de mars 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le nepveu du Sr Acerbo._)

  Modération des mesures adoptées par la reine d'Angleterre.--Mise
    en liberté du comte d'Arundel, qui est reçu en grâce par
    Élisabeth.--Promesse faite à l'évêque de Ross que sa détention
    va cesser.--Préparatifs d'une expédition qui doit être dirigée
    vers le Nord.--Nouvelles d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, les dernières lettres que je vous ay escriptes et l'instruction
que j'ay baillée au Sr de Vassal, qui les vous a aportées, vous auront
donné assés ample notice de ce qui estoit advenu de plus principal en
ce royaulme, jusques à la datte d'icelles, laquelle est du lendemain
de Pasques. Meintennant j'ay à dire à Vostre Majesté que les festes se
sont passées bien paysiblement en ceste court, sans qu'il y soit
survenu aulcune chose de nouveau, par où ceste Royne et les siens
ayent monstré d'en estre esmeuz davantaige; et toute expédition
d'affères a cessé, s'estans la pluspart des seigneurs de ce conseil
absentez en leurs maysons pour y fère la solempnité; et a l'on espéré
que les choses, desquelles l'on craignoit debvoir le plus advenir de
mouvement en ce royaulme, comme sont celles de ces seigneurs mal
contantz, celles de la Royne d'Escoce et celles de la religion,
seroient bientost réduictes à quelque modération, ayant la dicte Dame
faict une soubdaine faveur au comte d'Arondel de l'admettre à luy
venir bayser les mains, le jour du Jeudy sainct, avec une gracieuse
satisfaction de ce qu'elle luy avoit faict sentyr son courroux sur le
faict du mariage du duc de Norfolc avecques la Royne d'Escoce, parce
qu'on l'avoit asseurée que c'estoit luy qui en estoit l'autheur: de
quoy il s'est excusé, et qu'il n'avoit esté que en la compaignie de
ceulx qui en avoient parlé comme de chose qu'ilz estimoient convenable
au service d'elle, et au bien et repoz de son royaulme, et en laquelle
ilz n'avoient jamais entendu qu'on y deubt procéder, sinon avec son
bon congé et consentement; et que, de sa part, il ne seroit jamais
trouvé aultre que son très fidelle subject et très loyal à sa
couronne. Et ainsy luy ayant dès lors randue sa pleyne liberté, il
s'en retourna pour quelques jours en sa mayson de Noncich, avec
promesse de revenir en brief trouver la dicte Dame pour résider près
d'elle, autant qu'il luy plairoit le commander; et à l'évesque de Roz
fut donnée parolle qu'il seroit eslargy dans trois jours, mais despuys
luy fut mandé que par ung mesmes moyen, après les festes, la dicte
Dame le feroit mettre en liberté, et luy permettroit de venir tretter
avec elle des affères de sa Mestresse; et aulx Catholiques n'a esté
usé d'aulcune rigueur ny recerche à ces Pasques; mais aulcuns pensent
que toute ceste gracieuse démonstration se faict pour gaigner le
temps, et pour amortyr les entreprinses qu'on crainct devoir estre
cest esté.

Aultres ont opinion que, à bon escient, l'on veult accommoder les
affères, et plustost plyer ung peu que venir au dangier de rompre,
dont le temps nous fera veoir ce qui en sera; tant y a que le comte de
Sussex marche toutjours vers le North, avec quatre mil hommes de pied
et douze centz chevaulx, et que l'admyral Clinton est après à lever
encores (à ce qu'on dict) des gens de pied et de cheval vers son pays
de Linconscher pour s'aller joindre à luy; et a l'on tiré, ces jours
passez, de la Tour trente chariotz d'armes et de monitions, et créé
des cappitaines de pionnyers pour leur envoyer; ce qui donne à penser,
avec d'aultres adviz précédans, qu'on a intention de dresser camp, et
d'entrer en Escoce; vray est que la sayson ne semble propre pour
commencer encores ceste guerre, jusques à la fin d'aoust, car jusques
alors ne se trouvera vivres au dict pays du North ny en toute la
frontière d'Escoce.

L'on continue de dire que les seigneurs Escouçoys font aller toutes
choses dans leur pays à l'advantaige de la Royne, leur Mestresse, et
qu'ilz ont faict proclamer son auctorité, et qu'il ne reste des grands
du royaulme que quatre que toutz ne soyent pour elle. L'on dict qu'ilz
ont encores remiz jusques au premier jour de may la tenue de leurs
Estatz. Sur ce, etc.

     Ce XXXIe jour de mars 1570.



XCIXe DÉPESCHE

--du IIIIe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Cambernon_.)

  Retour du comte d'Arundel à la cour.--Prolongation de la
    captivité de l'évêque de Ross.--Affaires d'Écosse.--Bon accueil
    fait par le duc d'Albe aux députés d'Angleterre.--Nouvelles
    d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, retournans après ces festes les seigneurs de ce conseil en ceste
court, le comte d'Arondel y est arrivé des premiers, auquel la Royne
sa Mestresse a faict beaulcoup de faveur, monstrant prendre toute
confiance de luy; dont semble qu'il ne reffuzera de se laysser
introduyre de rechef aulx affères, mais ce sera possible plus pour
servyr à la liberté du duc de Norfolc, son beau filz, et aulx affères
de la Royne d'Escoce, ausquelz il a toutjour porté bonne affection,
que pour ambicion qu'il ayt; car le présent manyement de l'estat ne
semble aller aucunement sellon qu'il le vouldroit.

Je suys bien marry qu'en leurs premières dellibérations, iceulx
seigneurs du conseil, après leur dict retour, ayent changé ce qu'ilz
avoient auparavant ordonné pour l'évesque de Roz, de luy donner sa
liberté incontinent après Pasques, et qu'il seroit admiz à parler à la
Royne leur Mestresse; là où meintennant on luy faict dire qu'il ayt
encores pacience, et qu'elle n'est bien résolue quant, ny commant,
elle la luy pourra donner. Il semble que le sir Randolf ayt donné
adviz à la dicte Dame que ceulx, qui ont relevé le party du comte de
Mora en Escoce, ont desjà dépesché l'abbé de Domfermelin et Nicollas
Elphiston pour venir tretter, avecques elle et avec les seigneurs de
son conseil, de toutes choses de dellà; et que possible elle y veult
avoir pourveu, premier que d'eslargyr le dict sieur évesque, de peur
qu'il ne luy traverse ses desseings. Et de ce, Sire, que je vous avois
cy devant mandé, que le voyage du comte de Lenoz estoit interrompu,
les dicts du conseil ont changé d'opinion à cause d'une lettre que les
comtes de Mar et de Glencarve, et les lordz Lendzay, Semple, Ruthunen
et Drunquhassil ont escripte au dict de Lenoz, qu'il veuille venir en
dilligence prendre la régence du pays, affin de conserver l'authorité
au jeune prince son petit filz, et haster le secours que la Royne
d'Angleterre leur a promiz; de tant mesmement que les fuytifz de son
royaulme non seulement se sont joinctz aulx Amelthons en faveur de la
Royne d'Escoce, mais publient aussi qu'ilz n'attendent, d'heure en
heure, que l'arrivée du renfort qui leur doibt venir de France et de
Flandres. Sur quoi, de tant que iceulx du conseil ont senty que le
comte de Morthon, duquel ilz espéroient beaucoup, n'estoit bien vollu
ny de la noblesse ny du peuple d'Escoce, et que mesmes il n'estoit
soubsigné en la dicte lettre avec les aultres, ce qui monstroit de
n'estre bien d'accord avec eulx, par ainsy qu'ilz ne pouvoient fère
aulcun bon fondement sur luy, ilz ont advisé de laysser aller, plus
par nécessité que par ellection, le dict de Lenoz par dellà; réservant
néantmoins la charge principalle du tout au comte de Sussex, et ne
fornyssant à icelluy de Lenoz que, comme pour fère le voyage, envyron
trois mil cinq centz escuz. Vray est que la comtesse, sa femme, a
engaigé ses bagues et sa vaysselle d'argent pour luy fère plus grand
somme; et cependant l'on a dépesché, coup sur coup, force courriers
devers le comte de Sussex, ne sçay encores à quelles fins; car le
bruyt est que les frontières ne sont plus tant pressées comme elles
estoient par les fuytifz; mais je pense que c'est pour le haster vers
l'Escoce, me confirmant toutjour en l'opinion qu'ilz le feront entrer
dans le pays avecques forces, et mesmes que, pour pourvoir à la faulte
des vivres qu'on pourroit avoir par dellà, j'entendz qu'on faict grand
provision de farines, partout icy autour, pour les y envoyer par mer:
ce que je mettray peyne de vériffier, et de vous donner de cella, et
d'aultres choses, ung plus exprès et un plus certain adviz par mes
premières. Je ne cesse cependant de fère, au nom de Voz Majestez Très
Chrestiennes, toutz les meilleurs et plus exprès offices que je puys
pour les affères de la dicte Royne d'Escoce, mais je ne sçay que
espérer d'iceulx en un si grand changement et variation, comme l'on
m'y use ordinairement, sinon que je croy qu'ilz se rangeront enfin
d'eulx mesmes, ou qu'ilz ruyneront ceulx qui les vouldront ruyner.

Icy court ung bruyt que le duc d'Alve a vingt six grands navyres
prestz à mettre sur mer, avec nombre d'hommes de guerre, et de
monitions, mais ne se dict à quel effect; néantmoins, cella met ceulx
cy en assés de souspeçon, lesquelz ne layssent pourtant de solliciter
par leurs depputez l'accord des différans des Pays Bas; et leur a fort
pleu que le duc d'Alve les ayt ainsi bien receuz comme il a faict avec
grand faveur; et que, à Bruges et en Envers où ilz ont passé, l'on les
ayt caressez et trettez en amys; et que les officiers les ayent
visitez et leur ayent envoyé présens; et que desjà le dict duc ayt
depputé personnaige de sa part pour tretter avec eulx; dont s'espère
qu'ilz s'accommoderont, comme, à la vérité, pour avoir les ungs et les
aultres où entendre assés en d'aultres choses, il semble que tant plus
vollontiers ilz vouldront sortyr de celles cy.

Il se parle d'ung grand emprunct que ceste princesse propose de fère
tout de nouveau; dont suys après à descouvrir si c'est pour recepvoir
les deniers icy ou en Hembourg, et semble bien que les propos et
pratiques de la dicte Dame et des siens en Allemaigne demeurent en
mesmes suspens que faict la paix de France; et n'ay point sceu qu'il
soit venu, de tout le moys passé, aultres nouvelles de dellà, si n'est
de la diette du XXIIe de may à Espyre, et de l'aprest des deux Roynes,
filles de l'Empereur, pour aller en France et en Espaigne; et du faict
du prince d'Orange, duquel l'on parle diversement, car les ungs disent
qu'il sçayt où prendre gens et argent pour fère une grande entreprinse
et que la faveur des princes protestans ne luy manquera: aultres
asseurent, et mesmement l'ambassadeur d'Espaigne, qu'il n'a ny gens,
ny argent, ny moyen de rien entreprendre, et qu'il a perdu toute sa
réputation envers les dicts princes protestans. Sur ce, etc.

     Ce IVe jour d'apvril 1570.



Ce DÉPESCHE

--du IXe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Rossel et Christofle_.)

  État des forces levées pour le Nord, et sans doute destinées à
    entrer en Écosse.--Nouvelles de Marie Stuart.--Sommes
    importantes réunies par Élisabeth.


     AU ROY.

Sire, l'occasion pour laquelle la Royne d'Angleterre a dépesché,
despuys huict jours, plusieurs courriers vers son pays du North, ainsy
que je le vous ay mandé par mes précédantes du IIIIe du présent, est,
sellon que j'entendz, pour mander aux trouppes et compagnies de gens
de guerre, qu'on a levées en ces quartiers là, de se randre toutes
ensemble à Yorc le XIIe de ce moys; et au comte de Sussex qu'il leur
face fère incontinent la monstre, et qu'il les face acheminer à si
bonnes journées qu'il puysse avoir son armée toute preste à Barvyc, le
premier jour de may; laquelle les ungs disent debvoir estre de dix mil
hommes de pied et cinq mil chevaulx, les aultres de la moytié moins
des ungs et des aultres, ce que, pour encores, je croy estre le plus
certain, mais qu'il a bien commission de lever l'aultre plus grand
nombre, s'il est besoing. Il ne se dict encores ouvertement qu'il
doibve entrer en Escoce, mais il se tient pour résolu qu'il le fera,
si les seigneurs du pays, entre cy et là, ne se trouvent d'accord, ce
que la dicte dame crainct assés; auquel cas, elle regardera ung peu de
plus près comme elle devra poursuyvre l'entreprinse, et possible
adviendra cependant que de l'avoir seulement entamée, elle leur aura
donné plus prompte occasion de se réunyr. Il est bien certain que ses
fuytifz ayant ainsy couru, de jour et de nuict, comme ilz ont faict,
la frontière de deçà, et pillé et brullé les villaiges, et enmené
force prisonniers, luy donnent occasion d'y envoyer des forces pour
leur résister; mais elle dict que non seulement elle les veult
chastier, mais qu'elle veult chastier ceulx qui les ont retirez; ce
qui s'adresse principallement aulx Escouçoys: car l'on m'a asseuré,
quant aux dictes frontières, que, despuys quelques jours, elles se
trouvent assés paysibles, par l'ordre que les Escouçoys mesmes y ont
miz; et que les principaulx chefz des fuytifz sont après à trouver
moyen de passer en France ou en Flandres, ce qui debvroit fère
abstenir la dicte Dame de son entreprinse; mais je crains que ce sera
cella qui l'y convyera davantaige pour luy sembler moins difficile, et
pour vouloir en toutes sortes establir les choses d'Escoce, si elle
peult, à sa dévotion.

Et fault estimer, Sire, que son desseing au dict pays ne peult estre
petit, veu le nombre de canons de batterye, de couleuvrines, de
monitions, d'armes et de vivres qu'elle y envoye. La Royne d'Escoce
luy a naguières escript là dessus, mais l'évesque de Roz, qui est
encores en arrest, ny moi, n'avons peu entendre du contenu en sa
lettre que ce qui concerne seulement sa santé: qu'elle se porte bien,
qu'elle se loue du bon trettement du comte de Cherosbery, et qu'elle
trouve bon qu'il la conduyse en une aultre sienne mayson pour changer
d'air et pour avoir plus grande commodité des vivres. L'on attend
l'arrivée de l'abbé de Domfermelin, et le comte de Lenoz est desjà
party, duquel l'on ne se peult si bien asseurer qu'on ne voye encores
plusieurs difficultez en son voyage, et se parle de quelque marché sur
le comte de Northomberland, que ceste Royne donnera quatre mil {lt}
d'esterlin pour lui estre livré entre ses mains, par où semble qu'il
soit encores dans le chasteau de Lochlevyn; et, à la vérité, Sire, je
n'ay peu encores avoir assés de certitude des choses de dellà, car les
passaiges sont trop serrez, et ce qui en vient en ceste court est tenu
bien fort secrect, ou bien l'on le baille tant au contraire de ce qui
est que je n'y donne poinct de foy. J'espère que par d'aultres moyens,
que nous avons essayez, il nous en viendra bientost quelque notice.

Quant à l'emprunct, dont en mes précédantes je vous ay faict mention,
j'entendz que la dicte Dame a fait expédier mil Ve lettres de son
privé scel, la moindre de cinquante {lt} d'esterlin, et la pluspart de
cent, aulx particulliers bien aysez de son royaulme pour luy estre
forny par chacun sa cothe part en ceste ville de Londres, dans le
prochain moys de may; dont faict estat qu'il montera à la somme de
cent cinquante mil {lt} d'esterlin, qui est cinq centz mil escuz. L'on
commance de préparer une flotte de draps pour Hembourg et deux navyres
de guerre pour la conduyre aulx despens des merchans; mais plusieurs
estiment que ce sera pour aller en Envers, et que les depputez
conclurront quelque chose sur ces différans, affin de pouvoir
continuer leur mutuel traffic comme auparavant. Ceulx cy demeurent en
grand suspens sur la longueur du tretté de paix de Vostre Majesté, et
semble, Sire, qu'ilz en désirent et qu'ilz en craignent tout ensemble
la conclusion pour des considérations et respectz, qui sont assés
divers, dont je suys après d'en vériffier ce que desjà l'on m'en a
dict, affin de vous rendre plus claire leur intention. Sur ce, etc.

     Ce IXe jour d'apvril 1570.



CIe DÉPESCHE

--du XIIIe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Le Tourne_.)

  Continuation des préparatifs militaires contre
    l'Écosse.--Inquiétude des Anglais sur la négociation des
    affaires de Flandre.--Détail des nouvelles arrivées en
    Angleterre sur l'état de la guerre civile en France, et les
    entreprises faites par les protestans.


     AU ROY.

Sire, ce que j'ay aprins de l'expédition de l'armée que la Royne
d'Angleterre envoye vers le North, despuys les dernières nouvelles que
j'en ay escriptes à Vostre Majesté du IXe du présent, est que le comte
de Sussex, en marchant en là, a assemblé six mil hommes, tant de pied
que de cheval, à Duram, dont il en eust heu davantaige, s'il n'eut
renvoyé ceux des gens de cheval qui n'estoient protestans; mais n'a
regardé de si près aulx gens de pied, et, avec ceste troupe, il
dellibère s'acheminer vers Barvyc, non qu'il ayt encores toutes choses
si bien prestes qu'il s'y puisse randre le dernier de ce moys, comme
il luy a esté mandé, ny qu'il puisse, devant le XVe du prochain,
entrer en Escoce. Et de tant qu'on publyoit par dellà que la dicte
armée seroit de dix mil hommes de pied et cinq mil chevaulx, quelcun
m'a dict que ceulx du party contraire de la Royne d'Escoce ont mandé
qu'il suffiroit, pour ceste heure, de fère entrer la moictié des
dictes forces dans le pays, à cause qu'on ne trouverait assés de
vivres pour tant de gens et de chevaulx; et qu'avec cella le petit
prince pourroit estre facilement enlevé sans aulcun empeschement,
pourveu que le reste se tînt sur la frontière pour venir au secours,
si besoing estoit. L'on m'a confirmé qu'il est venu adviz bien certain
à ceste Royne de l'arrivée d'ung ambassadeur de Vostre Majesté par
dellà, et adjouxte l'on qu'il a conduict dans Dombertran six mil
harquebouzes et trois mil corseletz, et qu'il faict une grande
dilligence de réunyr et mettre les seigneurs du pays en bon accord,
leur promettant l'assistance et secours de Vostre Majesté; et que les
fuytifz d'Angleterre qui estoient près de s'en aller par mer, se sont
arrestez; bien que quelcun m'a dict que le comte de Northomberland a
trouvé moyen d'eschapper de Lochlevyn, et qu'il s'est retiré en
Flandres. Il est vray, Sire, que jamais nouvelles ne furent baillées
plus diverses que celles qui viennent de ce quartier là, parce que la
matière est affectée de plusieurs, qui les publient sellon qu'ilz y
ont différante affection. L'abbé de Domfermelin n'est encores arrivé.
Le comte de Lenoz poursuyt son voyage, et la liberté est promise dans
trois jours à l'évesque de Roz.

Ceulx cy ont si grand désir que les depputez, qu'ilz ont envoyé en
Flandres, facent quelque bon accord, que, pour garder que
l'ambassadeur d'Espaigne ou aultres de deçà n'escripvent chose qui y
puisse donner empeschement, ilz ont ung grand aguet sur toutes les
dépesches qu'on y faict, et n'en layssent passer une seulle qui ne
soit visitée. J'entendz qu'il est arrivé quelcun, assés freschement,
de la Rochelle qui publie que les princes de Navarre et de Condé sont
en Languedoc ez envyrons de Thoulouze, qui pillent, brullent et
ruynent tout ce qui deppend des habitans de la dicte ville et non
d'ailleurs; qu'ilz ont leur armée plus forte et en meilleur équipaige
que jamais; qu'ilz font toutz les jours amaz d'argent et de gens, et
mesmes de bandolliers, desquelz ilz ont desjà ung bon nombre, des plus
mauvais garçons de la montaigne; que Mr de Biron est encores avec eulx
pour tretter de la paix, mais parce qu'il ne propose nulles condicions
raysonnables, l'on commence à souspeçonner qu'il n'a esté envoyé pour
dire rien de particullier, mais pour espyer leurs forces et
recognoistre l'estat de leur armée; qu'ilz ont d'aultres forces bien
gaillardes à la Charité, qui courent ordinairement jusques à Bourges
et à Orléans, et deux mil hommes de pied et cinq centz chevaulx à la
Rochelle, avec lesquelles le Sr de La Noue tient tout le pays subject;
qu'ilz ont reprins Maran et aultres lieux, nomméement Oulonne qui leur
tenoit les vivres serrez, et qu'à présent ilz en recouvrent
abondantment de toutes partz; et que Vostre Majesté estoit toujours à
Angiers, sans argent et sans grand moyen d'en recouvrer. Lesquelles
nouvelles aulcuns de ce conseil les magniffient, et les font encores
courir plus amples affin d'intimider davantaige les Catholiques de ce
pays. Néantmoins l'on m'a dict que la Royne, leur Mestresse, continue
toutjour au mesmes désir que je vous ay cy devant mandé de la paix de
vostre royaulme. Sur ce, etc.

     Ce XIIIe jour d'apvril 1570.



CIIe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Jos, mon secrétaire._)

  Détail de ce qui s'est passé en Écosse après le meurtre du comte
    de Murray.--Assemblée des états à Lislebourg.--Espoir du
    rétablissement des affaires de Marie Stuart, si son parti est
    promptement secouru par la France.--Nouvelles de la Rochelle et
    de Flandre.--Nécessité de faire la paix en France, et de
    s'opposer avec vigueur aux projets de l'Angleterre sur
    l'Écosse.--Conséquences désastreuses qu'aurait pour la France
    la réunion de l'Écosse à l'Angleterre.--Avis secret donné à
    Catherine de Médicis.--_Mémoire._ Résolutions arrêtées dans le
    conseil d'Angleterre.--Dessein que l'on suppose au roi
    d'attaquer l'Angleterre aussitôt après la pacification.--Projet
    imputé au cardinal de Lorraine de vouloir faire périr Élisabeth
    et Cécil par le poison.--Dissensions causées dans le conseil
    par la rivalité des enfans de Hereford et de Marie Stuart,
    comme héritiers présomptifs de la couronne
    d'Angleterre.--_Mémoire secret._ Communications confidentielles
    venues des Pays-Bas sur les projets de mariage des filles de
    l'empereur avec le roi de France et le roi d'Espagne, et de
    Madame, soeur du roi, avec le roi de Portugal.--Desseins
    secrets du duc d'Albe.


     AU ROY.

Sire, jusques à ceste heure, je n'ay peu mander rien de bien certain à
Vostre Majesté du costé d'Escoce, à cause que la Royne d'Angleterre,
sentant les diverses affections que les siens portent aulx choses de
dellà, a miz bon ordre qu'il n'en puisse venir nouvelles sinon à elle,
et de tenir icelles bien secrettes; mais ung des moyens que nous avons
essayé pour en sçavoir a réuscy; par lequel une lettre est arrivée à
la Royne d'Escoce, du XIXe de mars, d'ung de ses bons subjectz qui luy
escript, que bientost après que le comte de Mora a esté tué, ceulx de
son party se sont efforcez de tenir une assemblée à Lislebourg, le
VIIe de febvrier, pour establyr de rechef la forme du gouvernement à
leur poste, au nom du petit prince. A quoy aulcuns d'entre eulx,
mesmes qui estoient desjà retournez en leur première bonne affection
vers leur Royne, aydez du desir du peuple qui demandoit la convocation
généralle des Estatz, y ont donné empeschement, estant par le layr de
Granges, et sir Jammes Baffour formée une opposition, laquelle n'a
esté de peu de moment: car par là l'on a cogneu que le chasteau de
Lislebourg, duquel le dict de Granges est capitaine tenoit pour la
dicte Dame et que les choses avoient esté conduites en façon que dès
lors une assemblée généralle fut publiée, au IIIIe de mars ensuyvant,
au mesmes lieu de Lislebourg, en laquelle la pluspart de la noblesse
s'estoit trouvée, réservé aulcuns des Amilthons pour la souspeçon du
murtre du dict de Mora, et réservé le comte d'Arguil, qui n'avoit
passé plus avant que Glasco, et que les deux partz ne s'estoient
pourtant guières meslée l'une avecques l'aultre; ains avoient tenu
leurs assemblées séparées, sinon quelquefoys que les amys et partisans
de la Royne avoient condescendu de convenir avec aucuns des aultres en
la maison du secrétaire Ledinthon, qui estoit mallade, pour tretter de
certaines particullaritez; et qu'enfin n'y avoit esté faicte plus
grande détermination, que de assigner une aultre nouvelle assemblée au
mesmes lieu, au premier jour de may prochain, de laquelle assemblée à
venir les bons serviteurs de la dicte Dame ne pouvoient prendre
aulcune bonne espérance, s'il n'aparoissoit premier pour elle quelque
bonne faveur et assistance par dellà, ou de France, ou de Flandres,
ainsy que ceulx qui estoient demeurez fermes en la foy et obéyssance
de la dicte Dame, l'avoient toutjour espéré: car ceulx du contraire
party s'asseuroient d'estre favorisez et secouruz, dans le temps, par
la Royne d'Angleterre et d'hommes, et d'argent, pour maintenir
l'authorité du jeune Roy et la religion nouvelle dans le pays, ainsy
que Randolf, son ambassadeur, les en asseuroit; et qu'il estoit bien
vray que le comte d'Atil, milord de Humes, le ler de Granges, le
secrétaire Ledinthon, et plusieurs aultres qui avoient esté du
contraire party, se déclaroient meintennant estre de celluy de la
dicte Royne d'Escoce; et le dict Ledinthon pratiquoit encores d'y
admener le comte de Morthon, avec lequel il en estoit bien avant en
termes; et que les fuytifz d'Angleterre estoient aussi toutz déclairez
pour elle et pour la religion catholique, mesmes le comte de
Northomberland, qui avoit commancé de tretter de son rappel avec le
dict Randolf pour sortyr de pryson, avoit, par la persuasion du dict
Ledinthon, demeuré ferme en son premier propos, de sorte que les
aultres restoient bien foybles dans le pays; mais qu'il estoit certain
que les deniers et les forces d'Angleterre les relèveroient et leur
mettroient toutes choses en leur main, si quelque aultre main bien
forte ne s'y trouvoit opposante pour la dicte Royne d'Escoce; et
contenoit aussi la dicte lettre que l'abbé de Domfermelin estoit
dépesché par ceulx du contraire party devers ceste Royne, et que les
aultres avoit advisé d'envoyer conjoinctement Robert Melin devers
elle, pour la prier de moyenner par son authorité une bonne
réconciliation dans le pays et en oster la division, affin que les
estrangiers n'y fussent par les ungs ou par les aultres appellez, au
grand détriment de la paix et du commun repos des deux royaumes.

Lesquelles susdictes nouvelles, Sire, nous tenons pour plus vrayes,
que nulles aultres qu'on nous ayt encores raportées; et sur icelles la
Royne d'Escoce m'a prié de fère aulcuns offices envers la Royne
d'Angleterre, pour l'exorter à l'entretennement des trettez, et de ne
rien attempter par son armée au préjudice d'iceulx, ce que j'ay desjà
faict, et y incisteray encores bien fermement; et que je veuille aussi
fère entendre de sa part à Vostre Majesté qu'elle et son royaulme, qui
sont l'ung et l'aultre de vostre alliance, pourront estre facillement
remédiez à ceste heure par le secours qu'il vous a pleu luy accorder,
pourveu qu'il vienne promptement, sellon que les choses sont encores
en fort bonne disposition; de quoy elle vous supplie très humblement,
mais que si vostre dict secours luy deffault, qu'il adviendra deux
grandz inconvénians, qui vous seront non guières moins dommageables
qu'à elle; l'ung, que les affères siens et de ses subjectz, qui sont
proprement vostres et ceulx de la religion catholique, recepvront ung
préjudice et détriment perpétuel dans son pays; l'aultre, que, pour se
rachapter de la pryson où elle est et recouvrer son estat et sa
liberté, elle sera contraincte de mettre le prince d'Escoce, son filz,
ez mains des Anglois.

Voylà, Sire, quand aulx affères de ceste pouvre princesse, qui sont si
pressez par la dilligence que ceste Royne faict de haster toutjour son
armée vers l'Escoce, qu'on pense que dans deux moys elle aura achevé
son entreprinse, et n'est sans soupeçon qu'elle veuille fortiffier
Dombarre, ou Aymontz, ou quelque aultre lieu dans le pays, veu les
pyonniers qu'elle y envoye.

Au surplus, Sire, certainz petitz discours qu'on a envoyés imprimez
de la Rochelle font aulcunement mal espérer ceulx cy de la conclusion
de la paix de vostre royaulme. Néantmoins la Royne d'Angleterre
monstre toutjour de la desirer, bien que quelcun m'a dict que si elle
estoit déjà faicte, que la dicte Dame yroit plus retenue ez choses
d'Escoce, et n'y procèderoit sinon ainsi que vous le vouldriez, mais
qu'elle pense, durant le pourparlé d'icelle, avoir exécuté ce qu'elle
prétend. Il semble par aulcuns propos qu'on m'a raporté du Sr de
Lombres que les pratiques du prince d'Orange en Allemaigne ne sont
mortes et que bientost il s'en manifestera quelque chose; dont les
Flamans, qui sont icy, desireroient la paix de France, affin que la
guerre fût transférée en leur pays. Sur ce, etc.

     Ce XVIIIe jour d'apvril 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, estant les choses d'Escoce en l'estat que je les mande en la
lettre du Roy, et ceulx cy sur le poinct de les aller par armes
réduyre à leur dévotion, plusieurs gens de bien sont, avec grand
desir, attandans quel ordre Voz Majestez Très Chrestiennes y mettront
pour les remédier, et me viennent souvent alléguer qu'il pourra venir
beaucoup de diminution à vostre grandeur, si vous layssez aller en
proye aulx Anglois la Royne d'Escoce, et son royaume, et la religion
catholique de son pays; car, oultre qu'il yra assés en cella de la
réputation de vostre couronne, ilz disent qu'en la présente guerre de
vostre royaulme, la réduction de toute ceste isle au pouvoir de ceulx
cy et l'entière réunyon d'icelle à leur religion nouvelle sera ung
très grand apuy de deniers, de munitions et aultres moyens à ceulx de
la Rochelle et aulx Allemans, qui les favorisent, en dangier que ceste
Royne, par après, entrepreigne elle mesmes ouvertement la guerre avec
eulx, et davantaige qu'à l'advenir, se trouvans les Anglois hors de
toute souspeçon de l'Escoce, laquelle s'est toutjour trouvée preste
pour nous contre leurs entreprinses, mesmes l'ayant mise de leur
costé, qu'ilz ne vous meuvent une perpétuelle guerre, pour leurs
prétencions; ou bien que, par quelque mariage ou par aultre accession,
ilz aillent joindre toute ceste isle à la grandeur de quelque aultre,
parce qu'ilz craignent naturellement la vostre, qui vous sera de grand
préjudice.

Sur quoy je leur répondz, Madame, que les choses d'Escoce ne sont si
foibles d'elles mesmes, ny si mal apuyées de Voz Majestez Très
Chrestiennes que les Anglois les puissent ayséement plyer; et, quant
bien ilz se seroient prévaluz de l'oportunité de ce temps, auquel ilz
vous voyent fort empeschez aulx guerres de vostre royaume, que
néantmoins vennant la paix, comme Voz Majestez ne sont loing de
l'avoir, que vous radresserez bien ayséement le tout; et que l'Escoce
ne sera jamais à eulx, que quand ilz la cuyderont bien tenir. Je
considère assés, Madame, que la Royne d'Angleterre entreprend d'une
grande affection ce faict d'Escoce, et que les ennemys et malveillans,
que la Royne sa cousine a dans son propre royaulme et dans cestuy cy,
l'y persuadent si fort, qu'il est très difficile de l'arrester;
néantmoins, je vous suplie très humblement, Madame, me commander par
ce mien secrétaire ce que j'auray à dire ou fère là dessus envers la
dicte Royne d'Angleterre, oultre l'office que je luy ay desjà faict;
car je ne fauldray d'ung seul poinct de très humblement vous y obéyr.
Sur ce, etc.

     Ce XVIIIe jour d'apvril 1570.

AULTRE LETTRE A PART A LA ROYNE.

Madame, j'ay donné charge à ce mien secrétaire de vous bailler ce mot,
à part, pour avoir meilleur moyen de compter à Vostre Majesté la
façon, dont l'on a usé, pour fère venir en mes mains le propre
original de cest escript, qu'il vous baillera en forme d'une lettre
qu'on m'adressoit; où trouverez, Madame, ung conseil[5], lequel je
vous suplie très humblement ne communiquer, du commancement, sinon au
Roy et à Monseigneur, voz enfans, et puis à quelcun de voz plus
expéciaulx et saiges serviteurs, qui, possible, vous ouvrira
l'expédiant comme vous vous en pourrez servyr. Il vous pourra, par
advanture, estre venu ung semblable adviz d'ailleurs, mais je vous
puys bien jurer, Madame, avecques vérité, que je ne sçay ny ne puys
penser d'où cestuy cy est procédé. Cella considérè je bien que, par
icelluy, il y pourroit cy après avoir moins d'ellévation dans vostre
royaulme et aussi moins de moyen d'oster ce qu'y auriez une foys
introduict. Sur ce, etc.

  [5] La pièce n'ayant pas été transcrite sur les registres de
  l'ambassadeur, on ne connaît pas la teneur de cet avis.

   Que les choses de ce royaulme s'entretiennent encores en quelque
   apparence de repos, non d'elles mesmes, car tout est plein de
   malcontantement, mais par la dilligence de ceux qui sont en
   authorité; lesquelz font ce qu'ilz peuvent pour gaigner le temps,
   mais non pour remédier du tout au mal; car semble plustost
   qu'ilz le vont norrissant pour le fère cy après devenir plus
   grand.

   Ilz s'esforcent de passer cest esté sans troubles par le moyen de
   l'armée, qu'ilz ont faicte dresser à leur Mestresse vers le North
   par prétexte des choses d'Escoce, et d'aller contre les fuytifz;
   en quoy ilz exécuteront, sans faulte, ce qu'ilz pourront; mais il
   n'y a assés de deniers en repos pour entreprendre choses si
   utilles, sans ce qu'on estime que la mesme armée se trouvera
   preste et en estat contre l'ellévation, qu'on crainct bien fort
   debvoir advenir avant la racolte.

   Et à ceste force ilz ont adjouxté l'artiffice, car, pour donner
   quelque satisfaction aulx principaulx de la noblesse, affin
   qu'ilz ne se meuvent, et pour leur fère prendre espérance d'ung
   meilleur estat des choses, ilz ont rappellé en court et au
   conseil le comte d'Arondel, et ont miz en pleyne liberté millord
   de Lomelley, et ont donné espérance au duc de Norfolc d'estre en
   brief eslargy hors de la Tour, soubz quelque garde en sa mayson
   qu'il a à Londres, et que mesmes se pourra ottroyer une forme de
   pardon au comte de Northomberland et aultres chefz des fuytifz,
   pour remettre toutes choses en bonne unyon.

   Mais il adviendra, possible, que l'artiffice produyra ung aultre
   effect que le simulé, parce que ceste princesse n'a le cueur ny
   l'intention esloignée de celle de sa noblesse, n'y n'est mal
   affectionnée à ses subjectz catholiques, pour lesquelz elle
   résiste assés souvant aulx conseilz, que leurs adversaires luy
   donnent contre eulx, affin qu'avec les ungs et les aultres elle
   puisse passer son règne en paix.

   Et semble bien que les seigneurs catholiques seront pour tenir
   dorsenavant leur partie bien ferme et rellevée, de tant que le
   comte de Lestre se monstre entièrement pour eulx, ayant esté luy
   le moyen de les fère eslargir et rappeller; et il descouvre qu'il
   a assés d'aisne au secrétaire Cecille, pour cause de ceulx de
   Herfort, lesquelz le dict Cecille cherche, par toutz moyens, de
   les ellever à ceste couronne au préjudice du dict comte et des
   aultres seigneurs, qui estiment qu'il ne leur va de moins que
   leurs testes et de la ruyne de leurs maysons, s'ilz y
   parviennent.

   Mais le dict Cecille, oultre ce qu'il tient meintennant sa
   Mestresse assés bien disposée envers les dicts de Herfort, pour
   la grand jalouzie qu'il luy imprime toutjour de la royne
   d'Escoce; de laquelle le tiltre seul précède celluy de Herfort en
   la succession de ce royaulme, il y bande aussi toute la part des
   Protestans et mesmes les évesques et officiers, et toutz ceulx
   qui sont en quelque authorité, et pensoit bien y avoir aussi
   conduict le dict comte de Lestre par le moyen de la dicte
   religion, et par beaulcoup d'asseurances et promesses qu'il luy
   avoit faictes; mais j'entendz que, lundy dernier, estantz huict
   les plus protestans de ce conseil assemblez, en la mayson du
   comte de Belfort aulx champs, pour dellibérer de ce qu'ilz
   avoient à fère pour la légitimation des dicts de Herfort, et pour
   advancer leur tiltre, ilz se plaignirent grandement du dict comte
   de Lestre, de ce qu'ayant faict rapeller le comte d'Arondel au
   conseil, il avoit préparé ung grand obstacle à leur entreprinse.

   Et le dangier est que la Royne d'Angleterre (de laquelle la
   vollonté et disposition peult beaulcoup en cella) se mette toute
   de ce party pour les grandes impressions, qu'on luy donne,
   qu'elle est en dangier de son estat et de sa propre vie, si elle
   n'oste et l'estat et la vie à sa cousine.

   Car, oultre les propos qu'on luy a dict que Monseigneur, frère du
   Roy, avoit tenuz, lesquelz j'ay naguières escriptz à mon dict
   seigneur, j'entendz qu'on luy faict acroyre que Mr le cardinal de
   Lorraine sollicite, à ceste heure, ardentment la paix en France,
   pour avoir plus de moyen de dresser une entreprinse contre
   l'Angleterre en faveur de la Royne d'Escoce, sa niepce; et que,
   pour y pouvoir à moindres fraiz conduyre son intention, et y
   trouver moins de difficulté, qu'il a convenu avec ung Itallien,
   dont le nom et le visaige, disent ilz, sont cognuz, de fère
   empoysonner la dicte Royne d'Angleterre et le secrétaire Cecille,
   et que les plus grands de France inclinent à fère la guerre par
   deçà.

   Et la met on en souspeçon que le Roy d'Espaigne sera pour
   concourre facillement à l'entreprinse, pour revenche de l'injure
   de ses deniers, et des prinses de mer que ceulx cy ont faictes
   sur ses subjectz; et mesmes l'on s'esforce de luy en monstrer
   desjà quelque indice par l'interprétation d'une dépesche, que
   j'entendz qu'on a intercepté, de Mr de Forquevaulx, et envoyée
   par deçà; en laquelle, après ung propos de trois mariages, il
   faict mencion du grand amaz de gens, et d'argent, et des
   préparatifs, par mer et par terre, que le Roy d'Espaigne faict,
   avec aulcunes particullaritez de plus estroicte intelligence avec
   Leurs Majestez Très Chrestiennes. Ce que n'estimans ceulx cy que
   cella puysse estre pour résister seulement aulx Mores, ilz
   veulent inférer que c'est contre eulx.

   A quoy l'on m'a dict qu'ilz sont davantaige confirmez par une
   lettre, qu'on a escripte de la Rochelle à la dicte Dame, en
   laquelle l'on l'a prié que, si le Roy vient à offrir des
   condicions de paix à la Royne de Navarre, et aulx princes ses
   filz et ses nepveux, et aultres de leur party, qui soyent
   raisonnables, comme Sa Majesté monstre s'en aprocher, qu'elle
   trouve bon qu'elles soyent aceptées; car ne les pourront
   bonnement reffuzer, sans se monstrer mauvais subjectz, et que la
   noblesse désire grandement satisfère au Roy; aussi qu'on voyt
   bien qu'elle et les princes d'Allemaigne sont longs et tardifz à
   les secourir, et néantmoins adjouxtent beaucoup de grandz
   mercyemens et offres à la dicte Dame, et la prient qu'elle
   veuille bien pourvoir à la seurté de ses affères, parce qu'il
   semble qu'on projecte desjà de grandes entreprinses contre elle
   et son estat, en faveur de la Royne d'Escoce.

   Desquelz adviz aulcuns icy ont heu de quoy manifester si
   ouvertement leur malice, qu'ilz ont ozé dire deux choses à la
   dicte Dame; l'une, que si elle n'empeschoit la paix de France,
   qu'elle aurait certainement la guerre en Angleterre; et l'aultre,
   que jusques à ce qu'elle aura faict arracher du tout une si malle
   plante, comme est la Royne d'Escoce, qu'elle ne verra jamais
   bien, ny repos, en ceste isle.

   Ce que m'ayant esté raporté, j'ay miz peyne, par d'aultres plus
   modérez personnaiges, de luy fère si bien diminuer ceste opinion
   qu'elle monstre, quant à la paix de France, qu'elle y a toutjour
   fort bonne affection, mais qu'elle desire infinyement luy estre
   donné moyen de s'y employer, affin de pouvoir gaigner la
   bienveuillance du Roy, et se confirmer en paix et amitié avecques
   luy; et, quant à la Royne d'Escoce, qu'elle est bien disposée
   envers sa personne et sa vie, comme je croy qu'elle n'y a heu
   jamais mauvaise intention, et que mesme elle goutte aulcunement
   sa restitution, et ne la rejecte plus tant qu'elle souloit; mais
   elle prétend à quelque entreprinse en Escoce, qui est cogneue de
   peu de gens, laquelle elle pense avoir exécutée plustost qu'on
   luy en puysse, ny de France, ny de Flandres, donner empeschement;
   et que le tout sera faict dans deux moys, pendant lesquelz je ne
   fays doubte qu'elle ne vollût que Leurs Très Chrestienne et
   Catholique Majestez fussent ailleurs bien fort empeschées.

   AULTRE MÉMOIRE A PART.

   En la dépesche d'Espaigne, dont, en l'aultre mémoire, est faicte
   mention, qui a esté intercepté, j'entendz que Mr de Forquevaulx
   escripvoit à la Royne que l'ambassadeur de l'Empereur l'avoit
   prié de fère entendre au Roy comme son Maistre, pour l'affection
   qu'il avoit de veoir effectuer les mariages de ses filles avec
   les deux Roys, desiroit que, du premier jour, il y fût procédé
   sans plus le dilayer;

   Qu'il avoit dellibéré d'envoyer les deux Roynes ensemble, par la
   mer, de Gênes à Marseille, avec la moindre compaignie et le moins
   d'officiers qu'il pourroit, s'asseurant qu'elles en amasseroient
   assés en chemyn;

   Que l'ambassadeur de Portugal l'avoit asseuré que le party de
   Madame, soeur du Roy, playsoit grandement au jeune Roy, son
   Maistre, et aulx deux douarières ses mère et ayeulle, et n'y
   avoit que ce seul différant, qu'elles vouloient que le tout se
   fît par le bon adviz et conseil du Roy d'Espaigne; et les Estatz
   de Portugal, au contraire, s'estimoient assés suffizans pour
   cella, sans y embesoigner aulcunement le dict Roy:

   Mandoit avoir entendu que le dict Roy de Portugal estoit subject
   à ses opinions, et ne vouloit guières croyre conseil et qu'il
   n'avoit près de luy que jeunes gens;

   Que les médecins et phisiciens ne l'estimoient de longue vie,
   pour quelque defflussion de cerveau qu'il avoit, et que les ungs
   conseilloient qu'on le maryât bientost affin de la divertyr et
   pour avoir lignée; les aultres que le mariage luy abrègeroit ses
   jours;

   Que, quoy que ce fût, venant le dict jeune Roy à mourir, celluy
   qui luy debvoit succéder, par le commun consentement des Estatz,
   espouseroit la veufve; par ainsy que, en toutes sortes, Madame
   seroit longuement Royne:

   Que le Roy d'Espaigne s'estoit acheminé à Courdova pour aller
   tenir ses cours de Castille, et pour s'aprocher de l'entreprinse
   contre les Mores, priant icelluy ambassadeur Leurs Majestez Très
   Chrestiennes de luy donner moyen de le pouvoir suyvre, et leur
   touchoit ung mot de sa révocation;

   Que le Roy d'Espaigne faisoit tel amaz de gens et d'argent, et
   ung si grand aprest par mer et par terre, qu'il estoit aysé à
   veoir qu'il tendoit à de plus grandes entreprinses que de se
   deffandre des Mores;

   Que s'il playsoit à la Royne d'avoir une entrevue avecques luy à
   Marseille; que le dict ambassadeur espéroit de l'y pouvoir
   facillement induyre, parce qu'il l'y trouvoit fort bien disposé,
   pourveu que cella fût tenu fort secrect, et quasi communiqué à
   nul, de peur des traverses qu'on y mettroit pour la jalouzie que
   plusieurs en auroient.

   De laquelle lettre ceste Royne et les siens ont prins beaucoup de
   souspeçon, et sont, à ceste heure, tant plus desireux de
   raccommoder leur différans avec le Roy d'Espaigne, comme ilz en
   poursuyvent dilligentment l'accord, par leur depputez, qu'ilz ont
   à cest effect envoyé en Flandres; lesquelz, à ce que j'entendz,
   ont mandé qu'ilz en espèrent une bonne yssue.

   Et semble que le duc d'Alve, en une façon ou aultre, y
   condescendra, sellon qu'on m'a dict qu'il désire bien fort
   esteindre ceste querelle, ainsy qu'il estime avoir si bien
   vaincue celle du prince d'Orange, et ensepvelye celle des Gueux,
   qu'elles ne se pourront, l'une ny l'aultre, jamais plus
   ressuciter;

   Et qu'à ceste heure, il a bien fort grande affection d'aller en
   Espaigne, comme pour triumfer des choses qu'il a bien faictes, et
   bien saigement et vaillamment conduictes en Flandres, d'y avoir
   conservé la religion catholique, et estinct l'hérésie; d'avoir
   saulvé l'estat, et quasi l'avoir conquiz et estably de nouveau au
   Roy son Maistre, qui auparavant n'en estoit guières bien le
   maistre; et le luy avoir soubmiz à y pouvoir imposer tribut,
   comme il vouldra, là où auparavant l'on y souloit ordinairement
   contradire; et avoir augmenté le revenu jusques à deux millions
   d'or toutz les ans, qui à peyne en valloit la moytié:

   Et, avec l'honneur de ces choses, retourner près de son Maistre,
   où la jalouzie du prince d'Enoly le tire, et près de sa femme et
   des siens, qui l'appellent par dellà, à la venue de la nouvelle
   Royne, pour se trouver à l'establissement et à la mutation de
   diverses choses, qui lors se pourront ordonner, mais
   principallement pour mettre le gouvernement de Flandres ez mains
   de Dom Fadrique, son filz aisné:

   A quoy il a grand affection, luy ayant pour cest effect baillé
   tiltre et merque nouveaulx de cappitaine général des Espaignolz
   et gardes, ce qu'il n'estime toutesfoys pouvoir bien obtenir,
   s'il n'est présent avec son Maistre;

   Et que, pour n'estre son dict retour empesché par la querelle
   d'Angleterre, qu'il la vuydera, et qu'au reste procurera, avant
   son partement, que la consulte et distribution des biens
   confisqués en Flandres se face, affin qu'il puisse entrer en
   possession de Brada ou d'Ostrante, ou de quelque aultre bien bon
   estat, que son Maistre luy donnera; et desireroit bien fort que
   son dict Maistre remit une partie de la dicte consulte à fère à
   luy, affin de pouvoir gratiffier et récompenser ceulx qui l'ont
   suyvy.

   Toutes lesquelles choses m'ont esté dictes du dict duc par
   aulcuns, qui les peuvent aulcunement sçavoir, et qui les font
   paroistre estre vraysemblables.



CIIIe DÉPESCHE

--du XXIIIe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par la voye du Sr Acerbo._)

Publication faite en Angleterre de la prise d'armes contre
l'Écosse.--Préparatifs de défense faits par les Écossais.--Nouvelles
difficultés survenues dans la négociation avec les Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, persévérant la Royne d'Angleterre en sa dellibération d'envoyer
des forces en Escoce, elle a faict, despuys trois jours, publier
l'occasion de son entreprinse avec le prétexte et colleur, que Vostre
Majesté verra par la teneur de sa proclamation; et a mandé au comte de
Sussex qu'avec les troupes, qu'il a assemblées à Yorc et à Durem, il
ayt toutjour à s'acheminer à Neufcastel, et qu'il temporise là jusques
à tant qu'il ayt receu les monitions qu'elle a ordonné luy estre
envoyées, lesquelles y pourront arriver envyron la fin de ce moys.
Cependant, Sire, luy ayant le dict comte de Sussex naguière escript
que, pour la nouvelle de sa venue, les Escouçoys prenoient de toutes
partz les armes, avec intention de courre sus à ceulx qui parloient
d'introduyre les Anglois dans le pays; et que desjà milor Herys estoit
aproché avec quelques forces pour luy deffandre les frontières, ceulx
qui ont icy la matière bien affectée ont conseillé à la dicte Dame de
luy respondre que, sellon sa plus ample commission, il ayt à doubler
promptement ses forces pour poursuyvre son voyage; à quoy elle a faict
assés de difficulté, voyant que l'entreprinse se monstroit à ceste
heure plus grande et plus difficille, et de trop plus grand coust
qu'on ne la luy faisoit du commancement, tant y a qu'à leur persuasion
elle le luy a mandé; et néantmoins l'on pense qu'il trouvera assés de
résistance par dellà.

L'on commence à sentyr qu'il y aura assés de difficulté en l'accord
des différans des Pays Bas, parce qu'on offre par dellà de restablyr
toutes choses jusques à la valleur d'une maille; et demande l'on qu'il
soit faict le semblable de ce costé, et mesmes que de ce qui aura esté
substraict, emporté, ou qui se trouvera aultrement dépéry, des
merchandises des subjectz du Roy d'Espaigne, parce que cella est
advenu par la coulpe des Anglois, que le tout soit réparé par eux, en
quoy très difficilement ilz veulent entendre. Néantmoins il y a très
grande affection de chacun costé d'en sortyr. Sur ce, etc.

     Ce XXIIIe jour d'apvril 1570.



CIVe DÉPESCHE

--du XXVIIe jour d'apvril 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Gerin Marchant_.)

  État des partis en Écosse.--Arrivée d'un ambassadeur de France
    dans ce pays avec un secours d'hommes.--Débats entre les
    seigneurs écossais pour la régence.--Vives sollicitations des
    ennemis de Marie Stuart pour presser l'entrée de l'armée
    anglaise.--Départ de la flotte pour Hambourg, et envoi des
    sommes levées en Angleterre pour l'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, après que j'auray, dimanche prochain, faict entendre à la Royne
d'Angleterre les louables et vertueux propos qui sont contenuz en
vostre dépesche du XIIe de ce moys, laquelle le Sr de Vassal m'a
randue le XXIIIIe, je vous informeray bien particullièrement de
l'intention, en quoy je l'auray trouvée sur les choses que je luy
proposeray de vostre part; et cependant je diray à Vostre Majesté,
touchant celles d'Escoce, que l'arrivée de vostre ambassadeur par
dellà, et ce qu'on dict qu'avec luy sont arrivez à Dombertran cinq
cens harquebouziers françoys et assés d'armes pour armer encores deux
mil hommes, faict aultrement penser à ceulx cy de l'entreprinse qu'ilz
ont au dict pays, que quant ilz l'ont premièrement délibérée; mesmes
qu'ayantz les principaulx seigneurs d'Escoce desjà heu conférance avec
luy au lieu de Donquel, l'on asseure qu'ilz ont prins, par les lettres
et bonnes offres de Vostre Majesté, une bonne résolution; sçavoir,
ceulx qui estoient demeurez en la foy de leur Royne d'y persévérer
constantment, et ceulx qui se portoient neutres de se déclairer pour
elle; tellement que tous ensemble se sont despuys acheminez à
Lislebourg: d'où les adversayres, avec l'ambassadeur de ceste Royne,
se sont aussitost despartys; et que, illec, ilz ont faict proclamer,
le XIIe de ce moys, l'authorité de leur Royne, là où millord de
Granges a déclairé qu'il tenoit le chasteau de Lislebourg pour elle;
et le duc de Chastellerault, lequel n'est encores eslargy du dict
chasteau, pour quelque occasion bien considérable, s'est aussi
déclairé du costé de la dicte Dame; et, bien que le comte de Mar n'ayt
du tout faict le semblable, il a promiz néantmoins de ne délivrer, en
façon du monde, le jeune prince aulx Anglois, et dict davantaige qu'il
ne le délivrera pas aussi aulx Françoys, ny aulx Espaignolz, ny mesmes
aulx Escoussoys. Et, par ainsy, les choses ont commancé de prandre
quelque train, pour le bien des affères de la dicte Royne d'Escoce, à
l'advantaige et réputation de Vostre Majesté. Mais, Sire, voycy
l'ordre qu'on me dict que ceulx de l'aultre party ont tenu pour y
donner empeschement; c'est qu'ilz se sont incontinent assemblez au
lieu de Domfermelin, où ilz ont résolu deux choses; l'une, de fère
tout sur l'heure aprocher le comte de Lenoz, qui est à Barwich, pour
se porter pour régent de la personne et estat de son petit filz à la
faveur de l'armée de la Royne d'Angleterre qui est en campaigne;
l'aultre, d'accorder et signer les articles de l'instruction qu'ilz
ont baillée à l'abbé de Domfermelin de tout ce qu'il vient dire,
requérir et offrir de leur part à ceste Royne.

Sur quoy l'on m'a donné adviz fort secrect, mais de bon lieu, que
celle partie des dictes forces qui s'est trouvée plus advancée, et la
garnyson de Barwich, en nombre de quatre mil hommes de pied et quinze
centz chevaulx en tout et huict pièces de campaigne, ont desjà marché
oultre les frontières pour favoriser le dict de Lenoz, et qu'il a esté
mandé au comte de Sussex de parfère promptement sa levée de dix mil
hommes de pied et quatre mil chevaulx, et que le susdict Domfermelin
arrivera icy dans deux ou trois jours. L'on estime que les aultres
seigneurs Escouçoys envoyeront millord de Sethon ou millord Boyt
devers la dicte Dame pour l'effect que je vous ay cy devant mandé;
mais je ne laysse pour tout cella d'espérer encores bien des affères
de la royne d'Escoce.

La flotte pour Hembourg est déjà chargée, et commance d'avaller
contrebas la Tamise. Elle est d'envyron cinquante voylles et n'y a que
deux grandz navires de ceste Royne ordonnez pour les conduyre, mais il
y en a aultres trois équipez en guerre soubz la charge de Haquens, qui
y vont, le tout aulx despens des merchans; et, soubz ceste mesmes
conserve, partent aussi les munitions qu'on envoye au North parce que
c'est tout une mesme routte. J'entendz que desjà les lettres
d'eschange, pour le parfornissement de cent cinquante mil escuz cy
devant ordonnez pour Allemaigne, sont expédiées, et qu'elles vont
avecques ceste flotte, oultre soixante mil escuz en espèces, cuillys
sur les esglizes des Flamans qui sont en ce royaulme, que le Sr de
Lombres envoye au prince d'Orange; et luy eust envoyé plus grand somme
sans ce que, à mon instance, la Royne d'Angleterre a deffandu de ne
fère aulcune cuillette de deniers, pour ce prétandu prétexte de la
deffance de la religion, sur ses subjectz, lesquelz s'y monstrent
assés vollontaires.

Ceulx cy font tout ce qu'ilz peuvent, de leur costé, pour parvenir à
quelque accord sur les différans des Pays Bas, et en sont toutjour en
bonne espérance. Sur ce, etc.

     Ce XXVIIe jour d'apvril 1570.



CVe DÉPESCHE

--du IIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Antoine Grimault_.)

  Audience.--Déclarations faites par l'ambassadeur, au nom du roi,
    tant au sujet de la pacification de France que des affaires
    d'Écosse.--Irritation causée à la reine d'Angleterre par la
    déclaration touchant l'Écosse, qui renferme une menace de
    guerre.--Nouvelles de l'entreprise des Anglais sur l'Écosse, où
    ils sont entrés en armes.


     AU ROY.

Sire, prévoyant que la Royne d'Angleterre n'auroit guières agréable
les deux poinctz, que j'avois à luy proposer de la dépesche de Vostre
Majesté du XIIe du passé, en ce que vous n'acceptiez son offre
d'intervenir à la paciffication de vostre royaulme, et que vous luy
touchiez vifvement le faict de la Royne d'Escoce, j'ay miz peyne,
Sire, de luy dire l'ung et l'aultre en la plus gracieuse façon que
j'ay peu; et m'a bien semblé, quant au premier, qu'elle en est
demeurée assés satisfaicte, par ce mesmement que j'ay monstré que
Vostre Majesté acceptoit plustost qu'il ne reffuzoit son offre, mais
de tant que l'affère, par la venue des depputez des princes, estoit
sur sa conclusion sans qu'il fût besoing d'entrer en nouveaulx
trettez, ainsy qu'ilz avoient toutjour dict qu'ilz ne vouloient
aulcunement capituller avec leur Souverain Seigneur, vous estimiez
que cella seroit bientost faict ou failly, par ainsy, que vous en
donriez incontinent adviz à la dicte Dame; de laquelle vous requériez
cependant de vouloir demeurer en son bon et honneste desir, qu'elle
monstroit avoir vers vous et vers voz présens affères, avec asseurance
que, en pareille ou meilleure occasion, du bien des siens vous luy
feriez paroistre par effect que vous luy correspondiez en ung
semblable debvoir de vostre bonne et mutuelle amytié envers elle.

A quoy la dicte Dame m'a respondu que ce luy estoit ung singulier
playsir de veoir que Vostre Majesté eust prins son intention en la
bonne part, que vous l'avoit offerte, de s'employer aultant
droictement à la conservation de vostre grandeur et authorité sur voz
subjectz comme si c'estoit pour sa propre cause; et que la
satisfaction que vous luy donniez là dessus estoit si grande, que
c'estoit à elle meintennant de vous en remercyer et à prier Dieu pour
le bon succez et ferme establissement de vos dicts affères et de la
paix que vous desirez en vostre royaulme, avec plusieurs aultres
parolles, dont aulcunes, à la vérité, touchoient les difficultez qui
pouvoient encores rester en cella, et d'aultres exprimoient son
affection d'y estre employée: toutes néantmoins bien fort honnestes et
pleynes de grande démonstration d'amytié.

Mais, quant c'est venu à l'aultre poinct, du faict de la Royne
d'Escoce, bien que je ne le luy aye baillé, sinon avec les mesmes
termes par lesquelz Votre Majesté monstre de vouloir, jusques à
l'extrémité du debvoir, constamment persévérer en son amytié et en la
paix, elle néantmoins en a heu le cueur si atteinct qu'elle n'a peu,
ny en son visaige, ny en sa parolle, dissimuler l'ennuy qu'elle en
recepvoit: dont, après aulcuns peu de motz assés incertains, tantost
de l'esbahyssement d'ung tel propos, tantost de ce que Vostre Majesté
estoit mal informée du faict: ayant là dessus appellé ceulx de son
conseil, qui estoient dans la chambre, elle leur a dict que je venois
de luy fère une bien estrange proposition, de la part de Vostre
Majesté, et qu'elle me vouloit bien prier de la leur exposer tout de
mesmes, affin qu'ilz en demeurassent mieulx instruictz. Ce que ne luy
voulant reffuzer, je l'ay de tant plus vollontiers faict et avec plus
d'expression de toutes les particullaritez de Vostre lettre, que je
sçavois que l'armée de la dicte Dame estoit desjà entrée en Escoce, et
qu'il y'en avoit là présens de ceulx qui l'avoient conseillé; lesquelz
je desiroys bien qu'ilz en demeurassent confuz: et y en avoit aussi,
qui n'attandoient qu'une semblable occasion, pour avoir de quoy luy
parler librement du faict de la Royne d'Escoce. Dont leur ay récité,
tout à plain, vostre intention, et ay miz peyne de leur monstrer
qu'elle n'estoit moins fondée en toute justice, que remplye de grande
magnanimité.

A quoy nul d'entre eulx n'a rien respondu, sinon le marquis de
Norampthon aulcun peu de motz sur l'aprobation de l'entreprinse
d'Escoce. Mais la dicte Dame, (après m'avoir dict, ung peu en collère,
que Vostre Majesté avoit faict comme le bon médecin, qui, ayant à
bailler des pillules bien amaires à son mallade, en faisait tout le
dessus de sucre, et qu'ainsy, vostre premier propos du mercyement
avoit esté bien fort gracieulx et doulx, mais celluy d'après estoit
bien fort amer et piquant,) a commancé de me desduyre amplement
l'occasion et justiffication de son entreprinse en Escoce; et croy
qu'avec les mesmes démonstrations, que luy avoient faict ceulx qui la
luy ont conseillée, en termes assés véhémentz, mais toutesfoys bien
fort honnorables en l'endroict de Vostre Majesté; qui, en somme,
tendent à trois poinctz: l'ung, à vous fère veoir qu'il n'y avoit que
droict et rayson, en ce qu'elle faisoit et qu'elle vouloit fère, vers
la Royne d'Escoce et vers son royaulme; le second, que nul ne debvoit
trouver mauvais que justement elle poursuyvît de vanger les injures,
que injustement l'on avoit faictes à elle et à ses subjectz; et le
troisiesme, que, nonobstant tout cella, et sans s'arrester à tant de
véhémentes ou bien vériffiées, occasions de malcontantement, à quoy la
dicte Royne d'Escoce et son ambassadeur, et ceulx de ses subjectz qui
tiennent pour elle, l'avoient extrêmement provoquée, elle ne lairroit
de recepvoir les condicions qu'elle luy offriroit sur l'accommodement
de ses affères, ou bien que Vostre Majesté luy feroit offrir pour
elle; ains se disposerait tout présentement d'y entendre: mesmes que
luy en ayant desjà la dicte Dame escript une lettre et son ambassadeur
une aultre, lequel luy avoit d'abondant mandé qu'il s'estoit encores
réservé d'aultres choses, pour les luy dire en présence, elle me
promettoit, qu'il seroit bientost ouy, me priant au reste de luy
vouloir bailler par escript ce que je luy avois proposé de vostre
part, affin d'en pouvoir mieulx dellibérer, et vous y fère plus claire
et plus ample responce; comme je pense, Sire, qu'elle fera par son
ambassadeur.

Et parce qu'il seroit long de réciter icy toutz les propos de la dicte
Dame et ceulx que je luy ay responduz, je remetz de les vous mander en
ma prochaine dépesche, par ung des miens, que je dépescheray exprès
devers Vostre Majesté, avec d'aultres choses, lesquelles avecques
ceulx cy vous feront prendre quelque jugement des intentions de la
dicte Dame. Cependant j'ay à dire à Vostre Majesté que le comte de
Sussex, sire Jehan Fauster, et milor Scrup, estans entrez par trois
divers endroictz en Escoce, y ont allumé des semblables feuz, que
aulcuns Escouçoys, avec les fuytifz d'Angleterre, avoient auparavant
allumez en la frontière de deçà, non sans que ceulx cy y ayent
toutjour crainct quelque rencontre: comme il est nouvelles que le dict
Scrup et sa trouppe y ont esté fort bien battuz. L'artillerye et les
munitions qu'on leur envoye sont desjà hors de ceste rivière, et m'a
l'on dict qu'on a adjouxté à icelles mille litz avec leurs matalas et
paillasses, comme pour accommoder deux mil soldatz dans quelque place;
et de tant que la dicte Royne d'Angleterre, parmy son discours, m'a
dict qu'elle n'estoit si sotte qu'elle ne cognût bien que toute
l'affection, que Vostre Majesté et la France ont aulx Escouçoys,
n'estoit pour proffict ny pour commodité qu'on peult tirer d'eulx,
mais seulement pour nuyre à l'Angleterre; et que Dombertran avoit
toutjour esté le port et l'entrée des Françoys et des estrangiers dans
ceste isle pour troubler le pays; (et que d'ailleurs la dicte Dame a
donné la grâce à ung Escouçoys, qui avoit esté prins au North, lequel
luy a baillé le pourtraict du chasteau de Lislebourg), il y a quelque
souspeçon qu'elle veuille assiéger l'une des dictes places, ou bien y
en fortiffier quelque aultre dans le pays pour y entretenir garnyson.
Et viens d'estre adverty, Sire, qu'elle faict mettre promptement en
mer quatre de ses grandz navyres et une gallère, avec commandement de
tenir les aultres bien fort prestz; dont, de tout ce qui succèdera de
nouveau, je mettray peyne de vous en advertir le plus promptement que
me sera possible. Sur ce, etc.

     Ce IIIe jour de may 1570.



CVIe DÉPESCHE

--du VIIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée jusques à la court par le Sr de Sabran_.)

  Vifs débats dans le conseil d'Angleterre sur le parti à prendre à
    l'égard de Marie Stuart, et sur la réponse à faire au roi au
    sujet de vasion en Écosse.--Ravages opérés par les Anglais dans
    ce pays.--Emprunt fait pour la Rochelle.--Négociation des
    Pays-Bas.--Espoir de l'ambassadeur que la paix ne sera pas
    rompue.--_Mémoire._ Détail des opinions émises dans le conseil
    d'Angleterre.--Réponse faite par Élisabeth à la déclaration du
    roi touchant l'Écosse.--Insistance de l'ambassadeur sur les
    motifs qui imposent au roi l'obligation d'exiger que les
    Anglais se retirent d'Écosse, et que Marie Stuart soit rétablie
    sur le trône.-_Mémoire secret._ Motifs particuliers qui ont
    forcé l'ambassadeur à faire connaître à la reine d'Angleterre
    la déclaration du roi sur les affaires d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, ayant la Royne d'Angleterre prins ce que je luy ay dict, de
vostre intention touchant la Royne d'Escoce, en la façon que, par mes
précédantes du IIIe de ce moys, je le vous ay mandé, elle a monstré
despuys qu'elle tenoit en tant ceste vostre déclaration qu'elle
vouloit bien considéréement adviser comme elle auroit à s'y gouverner;
dont ayant là dessus assemblé les principaulx de son conseil, ilz ont
fort vifvement débattu la matière devant elle, et aulcuns d'eulx luy
ont remonstré qu'il n'y avoit nul prince de bon sens au monde, s'il
tenoit ung aultre prince entre ses mains, qui se dict compétiteur de
sa couronne, comme faisoyt la Royne d'Escoce de celle d'Angleterre,
qui le vollust jamais lascher; et qu'il n'y en avoit poinct aussi qui
vollust espargner la vie de la dicte Royne d'Escoce, si elle avoit
excité en leur estat le trouble et la rébellion des subjectz, qu'elle
avoit esmeu en cestuy cy. Les aultres luy ont représanté le contraire,
et que la plus grande seureté qu'elle pouvoit prendre pour elle, et
pour sa couronne, et pour la paix universelle de ceste isle, estoit de
s'employer droictement à la restitution de la dicte Royne d'Escoce, et
d'establyr une bien ferme amytié et bonne intelligence entre elles
deux et leurs deux royaumes; et en est leur contention venue si avant
que, les voyant la dicte Dame desjà aulx grosses parolles, les a priez
d'en remettre la dispute à elle, et qu'elle cognoissoit bien que la
matière n'estoit sans difficulté: néantmoins leur deffandoit fort
expressément de ne parler jamais de chose qui touchât ny à la vie, ny
à la personne de la Royne d'Escoce.

Je suis attandant, sire, qu'est ce qui résultera de cette
détermination de conseil, et quelle responce la dicte Dame sera
conseillée de fère à Vostre Majesté. Cependant j'ay esté adverty que
l'exploict du comte de Sussex en Escoce a esté d'entrer en pays par
trois endroictz; sçavoir: luy avec le principal de l'armée par
Barvich, et sire Jehan Fauster avec la seconde troupe par Carleil, et
milord Escrup avec le reste par ung aultre endroict; et que, le XVIIe
d'apvril, le comte de Sussex a commancé de fère le gast, et mettre le
feu à Ware, continuant ainsy jusques à Gadenart, où il a faict miner
et pourter par terre la mayson du ler de Farneyrst; et là, le sir
Jehan Fauster, ayant aussi miz le feu partout là où il a passé, s'est
venu rejoindre à luy; et du dict Gadenart, après l'avoir bruslé, ilz
sont allez brusler la ville de Fanic, et ont pareillement miné et rasé
la maison du ler de Balchenech; puys, ont passé oultre jusques à
Quelso, auquel lieu le ler de Suffort leur est venu offrir pleiges
pour satisfaction de ce que l'on luy pouvoit demander; et peu après,
milord de Humes y est aussi venu, lequel a parlé au dict comte de
Sussex et luy a offert le semblable; mais ny l'ung ny l'aultre n'ont
raporté aulcune bonne responce: et ce faict, icelluy Sussex a ramené
ses gens, le XXIIIIe du dict moys, à Barvich. Mais, quant à milor
Escrup, qui est entré par les marches d'Ouest, les choses ne luy ont
succédé de mesmes, car il a esté rencontré par les Escouçoys qui luy
ont deffaict la pluspart de ses gens, et dict on que luy mesmes est
blessé; et que le comte de Vuesmerland s'est trouvé au combat, qui a
cuydé estre prins. Despuys, l'on m'a dict qu'ayant le dict comte de
Sussex receu le reste des forces, qui estoient demeurées derrière,
délibère de rentrer du premier jour au dict pays et aller assiéger le
chasteau de Humes, sinon que, sur ma remonstrance, ceste Royne luy
mande de ne passer oultre; tant y a que s'il le faict, je ne pense pas
que les Escouçoys ne luy donnent la bataille; mais je ne vous puys
mander, Sire, aulcune chose certaine de leur apareil, parce que les
passaiges sont tenuz extrêmement serrez.

Il est nouvelles que le duc de Chastellerault est hors de prison, et
que ceulx qui tiennent le party de la Royne d'Escoce sont en beaucoup
plus grand nombre, et sont les principaulx et les plus fortz du pays.
Ceulx qui les favorisent icy, m'ont faict dire que, si la paix se
conclud en France, leur affère se pourtera en toutes sortes fort
bien, et que ce que j'ay déclairé à ceste Royne ne sera venu que le
plus à propos du monde; mais, si la paix ne se faict poinct, qu'ilz
craignent beaucoup que les choses n'en aillent que plus mal; et
semble, Sire, que aulcuns de ceulx de la Rochelle, qui sont icy,
n'espèrent guières qu'elle se puysse fère: mesmes j'ay adviz qu'il a
esté mandé en Hembourg de fournir promptement les cinquante mil escuz
de la lettre de crédit qui, en janvier dernier, a esté baillée à Mr le
cardinal de Chatillon, ainsy que dès lors je le vous ay escript, et
que le Sr de Lombres y envoyé présentement une aultre lettre de LX mil
{lt} sterlings pour le prince d'Orange, qui est une somme qu'il a
levée sur les esglizes des Flamans protestans résidans par deçà, et
que le cardinal de Chatillon et luy sont après à dresser des contractz
et des obligations pour fère fornyr encores par dellà cent cinquante
mil escuz sur la prochaine flotte qui va au dict Hembourg. En quoy me
semble qu'il y aura assés de difficulté, tant y a qu'ilz n'en sont
hors d'espérance; et la Royne d'Angleterre, pour recouvrer deniers
pour elle, a doublé l'emprunct, dont je vous ay naguières faict
mention, jusques au nombre de trois mille privé scelz, desquelz elle
espère tirer jusques à six ou sept cens mil escuz.

Elle et les siens monstrent avoir une très grande affection à l'accord
des différandz des Pays Bas, et parce qu'il semble que la plus grande
difficulté est meintennant à contanter les merchans anglois, l'on m'a
dict que le secrétaire Cecille les ayantz assemblez là dessus, et les
trouvans ung peu opiniastres, leur a résoluement déclairé que les
princes veulent demeurer d'accord, par ainsy qu'ilz advisent entre
eulx d'accommoder leurs affères. Sur ce, etc.

     Ce VIIIe jour de may 1570.


   Tout meintennant l'évesque de Roz me vient de mander qu'il a esté
   appellé, ceste après dinée, pardevant quatre seigneurs de ce
   conseil; lesquelz, après plusieurs propos, luy ont dict, que si
   la Royne d'Escoce veult rendre les rebelles d'Angleterre, qui se
   sont retirez en son royaulme, que cella mouvera grandement la
   Royne, leur Mestresse, d'avoir son cueur bien disposé envers
   elle; et n'ont passé plus avant: ce qu'il voyt bien estre une
   invention des ennemys de sa Mestresse pour retarder toutjour ses
   affères, es quelz ne luy reste plus aultre espérance, tant que
   ceux qui sont ici en authorité gouverneront, que celle que la
   dicte Dame a miz en Vostre Majesté. Et viens d'estre adverty que
   le comte de Sussex est rentré en Escoce, qu'il a prins le
   chasteau de Humes, et qu'il a miz garnyson dedans.


     A LA ROYNE.

Madame, saichant que la Royne d'Angleterre estoit, tous ces jours,
après à dellibérer en son conseil qu'est ce qu'elle auroit à fère ou
dire sur ce que je luy avois proposé, de la part de Voz Majestez, en
ma dernière audience, et voyant que je ne pouvois plus intervenir à
luy fère là dessus nul aultre office, que celluy que j'avois desjà
faict; qui, à la vérité, m'avoit bien semblé tel que je l'avois
plustost disposée à la modération que à continuer son entreprinse en
Escoce, j'ay envoyé ramentevoir par lettre à Mr le comte de Lestre, et
par parolle au secrétaire Cecille, les occasions qui ont meu Voz
Majestez de luy déclairer ainsy vostre intention; et comme ilz
cognoissent assés que c'est ung debvoir, notoirement apartenant à
vostre réputation: et à l'honneur de vostre couronne; lequel, quant
vous n'en eussiez rien dict, ou que vous eussiez dissimulé de ne vous
en soucyer, leur dicte Mestresse et eulx n'eussent layssé pourtant de
penser que vous ne le pouviez obmettre; et que partant ilz veuillent,
à ceste heure, bien pourvoir, de la part d'elle, qu'il ne soit faict
chose qui puisse donner commancement d'altération à ceste tant bonne
et mutuelle intelligence, qui rend Voz Majestez et la dicte Dame très
utilles amys les ungs aulx aultres, et de laquelle bonne intelligence
vous protestiez bien de ne vouloir en façon du monde (sinon contrainct
par grande nécessité du debvoir et à trop grand regrect) jamais vous
despartyr.

Sur quoy l'ung et l'aultre m'ont mandé de fort bonnes parolles, et
telles qu'ilz me font encores reprendre quelque espérance: tant y a,
Madame, que des premières responces que la dicte Dame m'a faictes,
lesquelles je vous envoye par le Sr de Sabran, il se peult aulcunement
bien cognoistre où va son intention. Je ne cognois pas que, pour
cella, elle ayt encores changé de désir sur la paciffication de vostre
royaume; mais il me semble bien que ceulx de la nouvelle religion, qui
sont icy, n'espèrent guières qu'elle se face, lesquelz font toute la
dilligence qu'ilz peuvent de recouvrer deniers comme pour continuer la
guerre; et j'entendz qu'il vint hyer lettres d'Allemaigne à ceste
Royne, par lesquelles l'on luy mande que le duc Hery de Bronsouyc a
licencyé, par faulte de payement, la levée qu'il avoit arrestée pour
Vostre Majesté; et que le maréchal de Hes, tout aussitost, a commencé
d'en dresser une pour luy; et que l'Empereur, estant contrainct de
s'en retourner à Vienne pour mettre ordre à une grande ellévation qui
s'est sussitée en Austriche pour le faict de la religion, à laquelle
semble que le Vayvaude veuille tenir la main, qui a desjà chassé les
prestres et pillé les esglizes de ses pays, s'est excusée d'intervenir
à la prochaine diette du XXIIe de ce moys, laquelle estoit assignée à
Spire; et que, si ceulx de la religion avoient deniers, il ne fit
jamais si bon en Allemaigne que meintennant. Sur ce, etc.

Ce VIIIe jour de may 1570.

   INSTRUCTION AU DICT SR DE SABRAN de ce qu'il aura à fère entendre
   à Leurs Majestez, oultre la dépesche:

   Que naguières furent miz en dellibération au conseil de la Royne
   d'Angleterre, elle présente, les trois poinctz qui s'ensuyvent:
   Le premier, qu'est ce qu'il estoit besoin de fère pour se
   pourvoir contre le Roy et le Roy d'Espaigne, desquelz l'amytié
   estoit desjà si suspecte qu'ilz estoient pour se monstrer tous
   déclairés ennemys, aussytost que l'ung pourrait avoir la paix
   avecques ses subjectz, et que l'aultre seroit venu à boult des
   Mores révoltez; le segond est quel ordre de bien maintenir la
   religion protestante, et effacer la mémoire et le désir de la
   catholique en tout ce royaume; et le troisiesme, comment procéder
   si seurement au faict de la Royne d'Escoce et de son royaulme,
   que tout l'advantaige en demeurast à la dicte Royne d'Angleterre
   et au sien.

   Les adviz furent divers, car, quant au premier poinct, il y en
   eust qui dirent que n'ayans les deux Roys aulcune juste
   entreprinse en ce royaulme, comme ilz n'y avoient aussi aulcune
   juste prétention, il estoit à croyre qu'ilz ne cercheroient que
   d'estre satisfaictz de quelque offance, es quelles il les falloit
   honnestement contanter, et par ce moyen les retenir pour amys;
   les aultres opinèrent qu'il ne se failloit attandre à cella, ains
   se pourvoir de bonnes et bien fermes ligues avec les princes
   protestans, qui seroit le vray rempart et maintien de ceste
   couronne contre leur effort. Au regard du segond, les ungs dirent
   qu'il estoit bon qu'avec l'exemple de la bonne vie et de la
   droicture des évesques protestans, il fût uzé de si bons
   déportemens envers les Catholiques, et les fère jouyr d'ung si
   paysible repos, qu'ilz n'eussent qu'à se bien contanter du
   présent estat de la religion, qui avoit cours en ce royaulme,
   sans essayer, avec le dangier de leurs vies et de leurs biens,
   d'attempter rien pour remettre la leur; et les aultres, au
   contraire, que c'estoit par toutes sortes de deffaveur et de
   craincte qu'il les failloit abattre et tenir réprimez: et sur le
   troisiesme, du faict de la Royne d'Escoce, parce que la matière
   estoit fort affectée, il fut seulement dit qu'il failloit, devant
   toutes choses, regarder à ce qui estoit plus expédiant, ou de
   retenir ou de délivrer la personne de la dicte Dame; et pour lors
   n'y eust que des remonstrances bien fort considérément desduictes
   pour admener, de chacun costé, la dicte Dame à leur opinion, sans
   qu'on en vînt rien à conclurre.

   Peu de jours après, les principaulx de la noblesse avoient si
   bien disposé la dicte Dame qu'ilz pensoient n'y avoir rien plus
   près d'estre exécuté que la satisfaction envers les deux Roys et
   le soulaigement des Catholiques, et la liberté et restitution de
   la Royne d'Escoce; et de ce dernier, l'évesque de Roz en avoit
   conceu une si certaine espérance qu'il avoit desjà commancé de
   proposer des conditions et offres à la Royne d'Angleterre; et
   l'avoit on asseuré qu'il seroit, le lendemain, introduict vers
   elle pour en traicter en présence: mais s'estant huict du conseil
   bandez au contraire, ilz firent le matin venir milord Quiper
   devers la dicte Dame, garny d'une préméditée remonstrance, par
   laquelle il luy mit tant de dangiers et d'inconvénians devant les
   yeulx, et l'irrita si fort sur des livres, que le dict évesque
   avoit faict imprimer sur la deffense de l'honneur de sa Mestresse
   et sur les droicts qu'elle a à la succession de ceste couronne,
   que la dicte Dame, après l'avoir ouy, estima ne pouvoir, en façon
   du monde, estre plus Royne, si la Royne d'Escoce luy eschapoit;
   et qu'il falloit qu'avec le temps elle veist les choses
   d'Angleterre et d'Escoce en meilleure disposition pour elle
   qu'elles n'estoient, premier que de la délivrer. Et sur ce, les
   affères de ceste pouvre princesse furent remiz en surcéance, et
   le dict évesque de Roz resserré, et courriers incontinent
   dépeschez vers le North pour haster le comte de Sussex à son
   entreprinse.

   A quelques jours de là, j'allay déclairer l'intention du Roy là
   dessus à la dicte Royne d'Angleterre, aulx propres termes qu'il
   me l'avoit mandé par sa dépesche du XIIe du passé; sur lesquelles
   elle fit les démonstrations de rescentymens et de courroux, que
   j'ay mandé par mes lettres du IIIe du présent, mais non en sorte
   qu'elle ne monstrât bien qu'elle tenoit en grand compte la
   déclaration du Roy; et comme princesse nourrye à la modération et
   à beaulcoup de sortes de vertu, me fit les responces qui
   s'ensuyvent, par lesquelles se pourra juger ce qu'elle avoit lors
   en son désir; dont cy après s'entendra si elle l'aura en rien
   changé:

   Que le Roy, son bon frère, s'il l'estimoit Princesse Souveraine
   et légitime, et non accusée d'aulcun mauvais cryme, et estre
   aussi bien son alliée comme la Royne d'Escoce, laquelle n'estoit
   mentionnée en nulz trettez, qu'elle n'y fût premier nommée et
   comprinse, qu'elle s'esbahyssoit comment il voulloit meintennant
   procéder d'une tant diverse vollonté entre elles deux, et comme
   il voulloit avoir tant d'esgard à l'une, et si peu à l'aultre,
   qu'il trouvât bon que toutes les offances de la Royne d'Escoce
   luy fussent réparées, et nulles des siennes à elle; à qui
   toutesfoys elles avoient plustost esté commises et en si grand
   nombre, et tant dommaigeables que tout ce qu'elle cerchoit
   meintennant de la dicte Royne d'Escoce et des siens n'estoit
   sinon comme elle pourrait estre satisfaicte du passé et demeurer
   bien asseurée de l'advenir:

   Car, oultre les vielles querelles, il estoit trop vériffié que
   c'estoit la dicte Royne d'Escoce et l'évesque de Roz qui avoient
   esmeu les troubles du North, et qui avoient envoyé lettres,
   messaiges, bagues, argent, et fère offres de grandz sommes et
   secours aulx comtes de Northomberland et Vuesmerland, pour leur
   fère prendre les armes; et, après qu'ilz avoient esté deffaictz,
   elle avoit donné ordre de les fère recepvoir par ceulx qui
   tiennent son party en Escoce, non comme fugitifz pour garentyr
   leurs vies, mais comme ennemys, poursuyvans une guerre contre
   elle, et contre ses bons subjectz, à feu et à sang, et avec tant
   de cruaulté sur ses frontières qu'elle seroit trop indigne
   d'avoir royaulme, ny couronne, ny tiltre de Royne, si elle le
   comportoit;

   Qu'en l'entreprinse, qu'elle avoit faicte pour y remédier, elle
   avoit suivy l'ordre des trettez, sellon lesquelz elle avoit
   escript et envoyé messagiers exprès, devers les principaulx
   seigneurs et officiers d'Escoce, pour fère cesser les désordres
   et avoir réparation de ceulx qui estoient desjà commiz, lesquelz
   avoient respondu qu'ilz n'y pouvoient donner ordre jusqu'à ce
   qu'ilz auroient accommodé leurs différandz; et en avoit aussi
   adverty la Royne d'Escoce, bien qu'elle fût entre ses mains, qui
   avoit seulement respondu qu'elle n'en pouvoit mais:

   Par ainsy, qu'après avoir satisfaict aux trettez, desquelz elle
   sçavoit bien les termes, et ne les vouloit transgresser; ains,
   suyvant sa proclamation sur ce faicte, vouloit droictement
   conserver la paix avec la couronne d'Escoce, et non moins bien
   tretter les bons Escouçoys, et ceulx qui ne reçoipvent ny
   accompaignent ses rebelles à luy fère la guerre, que les propres
   Anglois: elle avoit bien vollu aussi satisfère au debvoir qui
   l'obligeait à la deffance, tuition et conservation de ses
   subjectz, et qu'il n'y avoit lieu de penser qu'elle eust une plus
   grande entreprinse que celle là en Escoce, et, si elle l'y
   avoit, ce ne seroit à si petites forces qu'elle y entreroit.

   Et de la dicte entreprinse, quant le Roy l'entendroit bien à la
   vérité, elle ne pensoit qu'il vollût condampner rien de ce qui,
   en semblable occasion de la deffance de ses subjectz, il est très
   certain qu'il en feroit davantaige; et bien qu'elle n'eust à s'en
   justiffier qu'à Dieu seul, si avoit elle bien vollu qu'il y
   intervînt tant de justice qu'elle ne peult estre raysonnablement
   blâmée de nul; et que le Roy, son bon frère, ny le Roy
   d'Espaigne, duquel je luy avois faict mencion, ny nul aultre
   prince du monde ne la garderoient qu'elle n'essayât toutjours
   tout ce qu'elle verroit et trouveroit, par conseil, estre
   expédiant de fère pour la deffance de son estat, et qu'elle
   vouloit bien dire que le debvoir obligeroit plus justement le Roy
   de luy ayder à repoulser ses injures, que de maintenir celles que
   injustement la Royne d'Escoce luy faisoit;

   Que, quant à la liberté et restablissement de la dicte Dame,
   encores que le dangier des choses présentes, et l'espreuve des
   passées, et le peu de seureté qu'on pouvoit prendre de ses
   promesses, veu ce que son ambassadeur, en parlant d'icelles à
   Ledinthon avoit dit: _Quæ in vinculis aguntur, rata non habebo,
   et frangenti fidem fides frangatur eidem_; et nonobstant aussi
   que la dicte Dame se fût bien fort efforcée de se déclairer
   seconde personne de ce royaulme, ce que ne luy estoit loysible de
   fère; et que son dict ambassadeur, oultre ses aultres mauvais
   offices, eust freschement publié trois livres en ceste matière,
   qui touchoient à l'estat et honneur d'elle, et de sa couronne, et
   de ses conseillers; et qu'en toutes sortes la Royne d'Escoce
   l'eust si mal traictée, et remué tant de choses pernitieuses en
   son royaulme, qu'elle eust grand occasion d'estre infinyment
   irritée contre elle, et de ne recepvoir aulcun expédiant de sa
   part:

   Si, ne reffuzeroit elle toutesfoys d'ouyr et recepvoir les offres
   et condicions qu'elle ou le Roy luy vouldroient fère, ainsy que
   desjà la dicte Dame et l'évesque de Roz luy en avoient escript,
   et luy avoient envoyé des articles assés semblables à d'aultres,
   que cy devant l'on luy avoit présentez; et le dict évesque luy
   avoit mandé qu'il avoit à luy proposer encores quelque chose
   davantaige, de parolle; dont seroit bientost ouy: mais cependant
   le Roy ne debvoit trouver mauvais qu'elle poursuyvît la vengeance
   des tortz qu'on luy avoit faictz, et néantmoins me prioit de luy
   bailler par escript ce que je luy avois proposé de sa part, affin
   de pouvoir mieulx dellibérer, et luy en fère, puys après, plus
   clayre responce.

   Je luy respondiz seulement qu'elle debvoit prendre de bonne part
   ceste grande franchise, dont le Roy usoit envers elle, de luy
   ouvrir ainsy clairement son intention; et que, quant bien il ne
   luy en eust ainsy parlé, elle n'eust layssé pourtant de penser
   qu'il estoit de son honneur et de son debvoir, non seulement de
   le dire, mais de le fère ainsy qu'il le diroit; et que ce
   n'estoit d'aulcune malle vollonté envers elle, ains d'une notoire
   obligation envers la Royne d'Escoce, qu'il estoit contrainct d'en
   user ainsy; et qu'il n'en feroit pas moins pour elle, en vertu de
   leur commune confédération, si elle et son royaulme estoient en
   pareille nécessité, car la loy des aliences portoit de subvenir à
   ceulx des alliez qui sont oprimez, voire contre les aultres
   propres alliez qui les opriment;

   Que le Roy, pour n'en venir là, desiroit qu'elle mesmes, par le
   conseil de sa propre conscience, ou par celluy de son cueur qu'il
   estimoit royal et droict, et encores par le conseil de ceulx, qui
   plus parfaictement ayment son bien et sa grandeur, vollût adviser
   qu'est ce que de ceste pouvre princesse, sa niepce, elle pouvoit
   desirer davantaige, de ce qu'elle luy avoit offert; que s'il n'y
   couroit ung manifeste dangier de sa conscience, ou de son
   honneur, ou de sa vie, ou de la perte de son estat, il
   s'asseuroit qu'elle l'accorderoit, et que luy, comme son
   principal allyé, non seulement le confirmeroit, mais mettroit
   peyne de le luy faire droictement accomplyr;

   Et que je luy voulois bien dire qu'après cecy, si la détention de
   la dicte Royne d'Escoce continuoit, et l'invasion de son pays ne
   cessoit, que le Roy demeureroit très justiffié envers Dieu et la
   dicte Royne d'Angleterre, sa bonne soeur, et envers toutz les
   siens, comme aussi il s'en justiffieroit envers les aultres roys,
   et mesmes envers les princes d'Allemaigne, qu'il n'auroit tenu à
   luy d'obvier au mal qui pourra advenir, si ses tant raysonnables
   offres, sur la liberté et restitution de sa belle soeur, ne sont
   acceptées, et qu'il ne luy en debvra estre rien imputé.

   AULTRE INSTRUCTION A PART AU DICT SR DE SABRAN.

   La peur que j'ai heu que la déclaration du Roy à la Royne
   d'Angleterre, pour les affères de la Royne d'Escoce, mit les
   siens en dangier, m'a tenu en suspens si je la debvois différer,
   ou non, jusques après estre bien asseuré de la paix; mais, voyant
   que de demeurer sans fère quelque prompte démonstration, sur ce
   que l'armée d'Angleterre estoit entrée en Escoce, diminuoit par
   trop la réputation du Roy, et luy faisoit perdre les bons
   serviteurs qu'il a icy et au dict pays d'Escoce, je ne l'ay
   vollue différer; bien ay miz peyne d'user de tout l'artiffice
   qu'il m'a esté possible pour garder, qu'en aydant les affères de
   la dicte Royne d'Escoce, je n'aye poinct faict de dommaige à
   ceulx du Roy; car il est sans doubte qu'ilz se portent mutuelle
   faveur, et qu'on respecte les ungs pour l'amour des aultres en
   ceste court.

   Et n'a esté sans que aulcuns principaulx seigneurs de ce
   royaulme, et l'évesque de Roz avec eulx, n'ayent cuydé monstrer
   un grand signe de malcontantement de ce que le secours de France
   ne paroissoit desjà en Escoce, et que je ne protestais tout
   promptement la guerre, puysque les Anglois avoient commancé
   d'entrer en pays, et y fère toutz actes d'hostillité.

   Et disoient, tout hault, qu'il falloit que le Roy cessât d'estre
   amy ou des Angloys, ou des Escouçoys, car il ne pouvoit meintenir
   l'amytié avecques les deux, et qu'il debvoit bien considérer que
   si les seigneurs catholiques de ce royaulme, qui s'estoient
   asseurez qu'il favoriseroit et secourroit les affères de la Royne
   d'Escoce et les leurs, quand il seroit besoing, n'eussent tenu la
   main ferme à la paix d'entre la France et l'Angleterre, qu'il est
   très certain que ceulx de l'aultre party eussent fait déclairer
   ouvertement la Royne, leur Mestresse, pour ceulx de la Rochelle,
   sur la grand instance que les princes protestans d'Allemaigne luy
   en faisoient.

   Disoit davantaige le dict évesque de Roz que, si la Royne, sa
   Mestresse, vouloit quicter l'alliance de France, il est sans
   doubte qu'elle et luy seroient en liberté, et toutz les affères
   d'Escoce se porteroient bien; et qu'il est certain que les choses
   estoient venues au poinct où l'on les voyoit, d'avoir les comtes
   du North prins les armes pour la liberté et restitution d'elle,
   et pour l'advancement de la religion catholique, par l'exortation
   de nous deux ambassadeurs de France et d'Espaigne; et que
   meintennant il n'aparoissoit nul secours du costé de noz
   Maistres; ains ceulx qui, soubz leur confiance, s'estoient
   déclairés, demeuroient en proye de la Royne d'Angleterre, et
   ceulx, qui avoient bonne intention de se déclairer, restoient, à
   ceste heure, bien fort descouraigés et intimidez.

   Or, l'office, qu'ilz ont veu que j'ay despuys faict envers la
   Royne d'Angleterre a beaucoup rabillé cella, et si, a miz tant de
   doubte au cueur de la dicte Dame et tant de contrariété entre
   ceulx de son conseil, que, confessans les ungs et les aultres la
   déclaration du Roy estre très raysonnable, et fondée au debvoir
   qu'il a aulx deux Roynes de vouloir retenir l'amytié de l'une et
   subvenir à l'extrême nécessité de l'aultre, il semble que les
   choses en viendront à quelque modération.

   Et ayant le dict évesque de Roz, par aulcuns des siens, faict
   exorter l'ambassadeur d'Espaigne de concourre avecques moi en ung
   semblable office, de la part de son Maistre, envers ceste Royne,
   pour la Royne d'Escoce, il s'est excusé de le fère, disant y
   avoir assés longtemps qu'il a devers luy une lettre à cest effect
   de son dict Maistre pour la Royne d'Angleterre, mais qu'il n'a
   jamais peu avoir audience d'elle, comme, à la vérité, il y a dix
   sept moys qu'il ne l'a veue, et que de luy fère venir meintennant
   ung nouveau ambassadeur sur cest affère, puysqu'elle en a renvoyé
   deux de grande qualité, sans quasi les ouyr, qui estoient envoyez
   pour les propres affères de son dict Maistre, ny aussi
   d'entreprendre de parler pour aultruy, jusques à ce qu'on se sera
   accommodé soy mesmes, le duc d'Alve estime qu'il seroit fort
   impertinent de le fère. Néantmoins, il donne espérance du
   contraire, ainsy que ce pourteur le dira à Leurs Majestez.



CVIIe DÉPESCHE

--du XIIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Oratio d'Almarana_.)

  Nouvelles de l'invasion des Anglais en Écosse.--Prise du château
    de Humes, dans lequel ils se sont établis.--Nouvelles
    d'Allemagne et des Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, ce qui est survenu de nouveau au quartier du North et d'Escoce,
despuys le VIIIe de ce moys, que je vous ay mandé, par le Sr de
Sabran, tout ce que, jusques alors, j'en avois aprins, est que la
Royne d'Angleterre, le jour précédant que je luy fisse instance, de
vostre part, de ne fère entrer ses forces en Escoce, ou de les
retirer, si elles y estoient entrées, avoit desjà mandé au comte de
Sussex d'y retourner par la seconde foys, pour y fère le gast; et le
dict comte n'avoit failly de se remettre incontinent en campaigne:
dont, le XXVIe et XXVIIe du passé, il a marché avecques l'armée
jusques au chasteau de Humes, lequel délibérant prendre par force, et
l'ayant faict recognoistre et aprocher le canon, ceulx qui estoient
dedans envyron quatre vingtz hommes, après qu'on a heu seulement tiré
trois coups, se sont randuz, bagues saulves, le XXIXe dudict moys: et
milord de Scrup qui, en mesmes temps, avoit marché plus avant, a esté
encores ceste foys rencontré par les fugitifz anglois, et par aulcuns
Escouçoys qui l'ont chargé, et y a heu ung assés aspre combat; mais il
s'est retiré avec la perte seulement de huict vingtz des siens, et
sans que le dict de Sussex ny luy ayent passé à plus grand exploict.
Après avoir layssé deux centz Anglois dans le dict chasteau de Humes,
ilz s'en sont retournez, le IIe de may, à Barvich, d'où j'entendz,
Sire, que icelluy de Sussex a incontinent dépesché un gentilhomme
devers la Royne, sa Mestresse, sur divers occasions: sçavoir, sur les
difficultez qui se présentoient plus grandes en ceste nouvelle guerre,
qu'on ne les pensoit du commancement; sur le peu de confiance qu'elle
doibt mettre en ces Escouçoys, qui disent estre de son party; sur
avoir suplément de deniers, affin de complyr le nombre d'hommes que
porte sa commission, car ceulx qui, jusques à ceste heure, sont entrez
en Escoce, n'ont esté guières plus de cinq mil hommes et douze centz
chevaulx en tout; et aussi, si la dicte Dame entend de fère razer le
dict chasteau ou bien le tenir; et, au reste, à quoy elle veult que
son armée s'employe le reste de cest esté.

Sur toutes lesquelles choses l'on m'a dict que, sabmedy dernier, luy a
esté seulement respondu, que la dicte Dame luy gratiffie grandement le
bon debvoir qu'il a faict en ce voyage pour son service, et qu'elle
est après à donner ordre qu'il luy soit bientost envoyé argent et
toutes aultres provisions qui luy font besoing; qu'elle n'est encores
bien résolue du chasteau de Humes qu'est ce qu'elle en fera, mais
qu'il advise cependant de bien entretenir la garnyson qu'il y a mise;
et qu'il ne se haste de lever plus grand nombre de gens de guerre,
mais qu'il dispose si bien ceulx qu'il a avecques luy le long de la
frontière pour la garde d'icelle, qu'on n'y puisse plus retourner fère
les courses, pilleryes et brullement, que par cydevant l'on a faict;
et ne luy ordonne rien davantaige. Je ne sçay si, cy après, elle luy
commandera de rentrer encores pour la troisième foys en Escoce.

Il est quelques nouvelles que milord de Herys a mandé au dict de
Sussex que ses mauvais déportemens contraindroient enfin les
Escouçoys, à leur grand regrect, d'avoir la guerre à la Royne, sa
Mestresse; et que s'il ne cessoit d'entreprendre en leur pays, que non
seulement ilz se mettraient en debvoir, avec le secours des Françoys
qu'ilz attandoient d'heure en heure, de l'aller combattre, mais aussi
d'entrer et venir bruller plus en avant en Angleterre qu'il n'a faict
en Escoce; et dict on que le dict de Herys et le duc de
Chastellerault, entendans que les comtes de Mar et de Glanquerne
s'estoient assemblez avec le comte de Morthon à Lislebourg, pour
s'aller joindre aulx Angloys, se sont venuz loger avec bonnes forces
sur une rivière, et leur ont empesché le passaige. J'espère que par
ces difficultez, et par la déclaration que Vostre Majesté a faicte
fère à la Royne d'Angleterre, elle se layssera ramener à quelque
meilleure rayson. Le comte de Lenoz, à ce que j'entendz, est demeuré
mallade à Barvich, et le sir Randolf l'y est venu trouver. Je ne sçay
encores s'ilz auront mandement de retourner à Lislebourg.

La flotte des draps a heu si bon vent qu'elle peult estre meintennant
arrivée à Hembourg, et, au retour des navyres, qui la sont allés
conduyre, nous pourrons entendre quelque nouvelle d'Allemaigne. Cella
m'a l'on confirmé que les lettres de crédit, que ceulx de la nouvelle
religion ont obtenues icy, y ont esté apportées pour être forny de
dellà, jusques à cent cinquante mil escuz, s'il est besoing, ou si les
draps peuvent avoir bonne vante; et que cependant les premiers
cinquante mil escuz, ottroyez despuys le mois de janvier dernier,
seront en toutes sortes payez contant. L'on espère du premier jour la
conclusion de l'accord sur les deniers et merchandises, qui ont esté
mutuellement arrestées icy en Flandres, et ne pensent les Anglois
qu'il y puisse plus intervenir aulcune difficulté pour l'empescher. Il
est vray que l'ambassadeur d'Espaigne m'a dict que les choses n'en
sont encores si près. Sur ce, etc.

     Ce XIIIe jour de may 1570.



CVIIIe DÉPESCHE

--du XVIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le Magnifique Donato._)

  Changement survenu dans les résolutions de la reine d'Angleterre,
    qui hésite à poursuivre avec vigueur la guerre
    d'Écosse.--Espoir de l'ambassadeur qu'elle va consentir enfin
    au rétablissement de Marie Stuart.--Nouvelles d'Écosse, de la
    Rochelle et des Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, ce n'est sans une très grande difficulté, mais non aussi sans
beaucoup d'estime de vostre réputation, qu'il se commance à manifester
quelque effect du bon office, que m'avez commandé de fère icy pour la
Royne d'Escoce; et ne sera encores, comme j'espère, sans quelque
accommodement de voz affères, s'il peult estre conduict à sa
perfection. Il est vray, Sire, qu'il est venu en temps que le feu
estoit le plus allumé, et que la Royne d'Angleterre se sentoit
extrêmement offancée, et que son armée estoit desjà entrée en Escoce;
à l'occasion de quoy le dict office a trouvé de l'obstacle et de
l'empeschement davantaige à estre bien receu. Néantmoins il a esté
proposé tel, et en tel façon, et sur tel rencontre que voycy, Sire, ce
que despuys s'en est ensuyvy:

Que la Royne d'Angleterre n'a poursuyvy la guerre d'Escoce de la mesme
ardeur qu'elle l'avoit commancée, ainsy que mes précédantes vous l'ont
tesmoigné; qu'elle est entrée en ung grand doubte de son entreprinse,
puysqu'elle vous y voyt opposant, et semble bien, que desjà elle
commance de quicter l'obstinée résolution, qu'on luy avoit faict
prendre, d'en venir à boult par la force, pour dorsenavant s'y
conduyre par ung plus modéré expédiant; que les seigneurs de son
conseil en sont entrez en une grande contention et en manifeste
contradiction entre eulx; que ceulx du bon party ont reprins cueur,
qui est d'aultant diminué aulx autres; finalement, que la dicte Dame
monstre de vouloir meintennant beaulcoup plus entendre à la
restitution qu'à la ruyne de la Royne d'Escoce; et en sont les choses
si avant qu'elles doibvent estre débattues à plain fondz, et
déterminées, à Amthoncourt, mercredy prochain, que le conseil y sera
pour cest effect assemblé, et monstrent les malveuillans de reffouyr
assés la lice, dont les amys se disposent, de tant plus gaillardement,
à bien deffandre la cause qu'ilz voyent, Sire, que avez desjà commance
de la prendre à cueur, et qu'ilz ont grand confiance que vous la
favoriserez de mesmes en tout ce qu'elle aura besoing, cy après,
d'estre aydée de parolle, ou des démonstrations, ou des bons effectz
de Vostre Majesté: car sans cella ilz despèreroient non seulement de
vaincre, mais de pouvoir soubstenir les effortz et l'impétuosité des
aultres.

Je ne sçay encores, Sire, que me promettre, ny que vous debvoir fère
espérer de l'yssue de ce conseil, veu l'instabilité que j'ay veue et
souvant esprouvée de ceulx qui en sont, et veu les artiffices de ceulx
qui plus possèdent ceste princesse; lesquelz luy ont desjà formé mil
préjudices dans son esprit contre la Royne d'Escoce. Néantmoins, de
tant qu'on m'a adverty assés en général, et sans grande
expéciffication, qu'elle veult, en toutes sortes, prandre expédiant
avecques sa cousine, et veoir comme elle pourra tretter seurement
avec elle des poinctz qui s'ensuyvent: sçavoir; du tiltre de ceste
couronne, d'une ligue et de la religion; je vous suplie très
humblement, Sire, me commander comme j'auray à me conduyre sur toutz
les trois; s'il convient que j'y intervienne au nom de Vostre Majesté;
et aussi comme, et en quelz termes il vous plairra que, au cas que on
veuille interrompre ou prolonger la matière, je poursuyve l'instance,
que j'ay desjà commancée, pour luy donner l'accomplyment que convient
à l'honneur de la parolle et déclaration de Vostre Majesté.

J'entendz que le lair de Granges, cappitaine du chasteau de
Lislebourg, a esté essayé, par argent et par grandz promesses, de
vouloir prendre le party de la Royne d'Angleterre, mais il a fermement
respondu qu'il sera fidelle jusques à la mort à sa Mestresse; et dict
on que, despuys que l'armée d'Angleterre a heu faict les deux courses
dans l'Escoce, le comte de Morthon et ses adhérans ont esté proclamés
traystres, et rebelles, et autheurs d'avoir introduict les ennemys
dans leur pays.

Barnabé est revenu despuys trois jours de la Rochelle, lequel monstre,
par ses propos, qu'il a esté jusques au camp des princes. Il confirme
bien fort que la paix se fera, et que Mr l'Admyral la désire; de quoy
aulcuns icy mal affectionnez monstrent n'en estre guières contantz.
Ung des gens du prince d'Orange, après avoir toutz ces jours faict de
grandes sollicitations en ceste court, se prépare de partir pour
Allemaigne. Je ne sçay encores avec quelles expéditions il y va. L'on
dict, touchant les différans des Pays Bas, qu'il y a desjà des
articles accordez sur le faict des deniers et merchandises, et que
bientost doibvent venir des commissaires flamans par deçà, pour
conclurre le tout. Sur ce, etc.

     Ce XVIIe jour de may 1570.

   En fermant la présente l'on m'est venu advertyr que l'abbé de
   Domfermelin est arrivé, je ne sçay si cella traversera ce qui est
   bien commancé pour la Royne d'Escoce.



CIXe DÉPESCHE

--du XXIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Le Tourne._)

  Propositions faites à l'évêque de Ross par le conseil
    d'Angleterre pour la restitution de Marie Stuart.--Déclaration
    de l'évéque sur les conditions qui lui sont offertes.--Mission
    de l'abbé de Dunfermline en Angleterre.--Nouvelles
    d'Écosse.--Doutes sur la conclusion de la paix en France;
    continuation des emprunts pour la Rochelle.--État de la
    négociation dans les Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, le jour que le conseil de la Royne d'Angleterre a esté assemblé
pour dellibérer, devant elle, s'il estoit expédiant ou non qu'elle
entendît à la liberté et restitution de la Royne d'Escoce, de tant que
desjà la dicte Dame estoit aulcunement bien disposée d'y entendre, les
malveuillans n'ont peu empescher que la conclusion ne soit venue à ce
que l'évesque de Roz seroit incontinent mandé pour adviser, avec luy,
comment et à quelles conditions il s'y pourroit moyenner ung bon
accommodement, qui peult estre à l'honneur et à la seurté de la Royne
d'Angleterre, et au commun repoz des deux royaulmes. Sur quoy, estant
le dict sieur évesque appellé, l'on luy a proposé les trois poinctz;
desquelz, en mes précédantes du XVIIe de ce moys, je vous ay faict
mencion: du tiltre de ce royaulme, d'une ligue et de l'establissement
de la nouvelle religion; et y a esté adjouxté celluy que je vous avois
auparavant mandé, de rendre les rebelles; et encores ung cinquiesme,
d'abstenir de tout exploict de guerre entre les deux pays pendant que
aulcuns depputez d'Escoce pourront venir par deçà pour tretter de ces
choses. Mais ce en quoy l'on a le plus incisté au dict sieur évesque a
esté des pleiges et seurtez que sa Mestresse pourra bailler pour
l'accomplissement de ce qu'elle promettra; et si elle sera poinct
contante de mettre son filz et aucuns principaux personnaiges
d'Escoce, comme le duc de Chastellerault, ou ses enfans, ou bien
d'aultres seigneurs, et quelques forteresses ez mains de la Royne
d'Angleterre; et aussi si vous, Sire, vouldrez poinct donner parolle
et bailler ostaiges pour l'entretennement du tretté qui s'en fera,
parce que principallement la dicte Dame desire que vous y soyez
comprins, affin de s'asseurer de la paix avec Vostre Majesté.

Le dict sieur évesque leur a respondu, en général et bien fort
saigement sellon sa coustume, qu'ilz debvoient demeurer très fermement
et bien persuadez de l'affection et intention de la Royne, sa
Mestresse, qu'elle n'en a nulle plus grande, ny plus certaine dans son
cueur, que de donner à la Royne d'Angleterre, et à toute la noblesse
de son royaulme, le plus grand contantement d'elle et la plus grande
satisfaction sur ses affères qu'il luy sera possible, et qu'ilz ne
veuillent aulcunement doubter qu'elle ne condescende très
libérallement à tout ce que la dicte Royne, sa bonne soeur, et eulx
estimeront estre honneste et raysonnable de luy demander; et, quant
aulx particullaritez, qu'ilz venoient de luy desduyre, de tant que les
unes estoient en la puyssance de sa dicte Mestresse et les aultres
non, et que aulcunes sembloient estre assés aysées, les aultres très
difficiles, il les requéroit, en premier lieu, de luy ottroyer sa
liberté, et, après la liberté, d'en aller conférer avec sa dicte
Mestresse, et puys, permission à elle d'envoyer devers les Estatz de
son royaulme, affin de leur communiquer et leur fère bien recepvoir le
tout, sans lesquelz rien ne pouvoit estre bien légitimement arresté là
dessus.

Voilà, Sire, l'ouverture qui a esté desjà faicte en cest affère, sur
lequel en celle partie qui deppend de Vostre Majesté, et toutes en
doibvent assés dépendre, il vous plairra me commander comment j'auray
à m'y conduyre, ayant cependant proposé d'ayder, en tout ce qu'il me
sera possible, l'advancement de la matière, et vous advertyr souvent
de ce qui, jour par jour, s'y fera, et puys sur la conclusion d'icelle
suyvre, le plus près que je pourray, ce que Vostre Majesté m'aura
mandé estre de son intention, et convenable à l'honneur de sa couronne
et utilité de son service. Le dict sieur évesque, ouy l'abbé de
Domfermelin, a esté appellé, mais je ne sçay encores ce qu'il a
proposé, ny ce qu'il pourra avoir obtenu, seulement l'on m'a dict
qu'il a fort incisté d'avoir de l'argent. Or, Sire, j'ay sceu
d'ailleurs que sur ce que les comtes de Morthon, de Mar et de
Glancarve, ont mandé au comte de Sussex, qu'il leur vollût promptement
envoyer ung nombre de gens de guerre, affin de conserver l'authorité
du jeune Roy, premier que tout le pays se fût remiz à l'obéyssance de
la Royne d'Escoce, sa mère, parce que le duc de Chastellerault, pour
y trouver moins de difficulté, s'efforceoyt de fère publier que toutes
choses eussent à s'administrer dorsenavant au nom et par l'authorité
d'elle, durant la minorité de son filz, il a esté mandé au dict de
Sussex qu'il ayt à leur envoyer, tout incontinent, deux mille des
meilleurs et mieulx choysiz soldatz de l'armée, soubz la conduicte du
capitaine Drury, mareschal de Barvich; non que sur ceste dellibération
n'y ayt heu beaucoup de débat dans ce conseil, mais enfin il a esté
résolu que ce ne seroit violler ny enfraindre la paix aulx Escouçoys
que d'envoyer du secours à leur Roy, et qu'il falloit ainsy tenir les
choses divisées de dellà jusques à ce qu'elles seroient composées,
icy, avec la Royne d'Escoce.

J'estime, Sire, que cest affère marchera de mesmes que la paix de
vostre royaulme, car si l'on vous voyt démeslé de la guerre de voz
subjectz, ne fault doubter qu'on ne condescende plus ayséement icy
aulx choses justes et raysonnables que vous vouldrez demander; mais il
semble qu'ilz tiennent pour assés doubteuse la conclusion de la dicte
paix, à cause d'ung discours qui a esté envoyé de la Rochelle sur la
négociation de Mr de Biron avec Messieurs les Princes; et n'ont ceulx
de la nouvelle religion, pour le propos de la dicte paix, layssé de se
pourvoir du plus de crédit de deniers en Allemaigne qu'ilz ont peu; et
desjà y ont envoyé les lettres, ny ne cessent d'y entretenir leurs
pratiques aussi vifves comme si la guerre se debvoit encores
longuement continuer.

Ceste princesse trouve assés de difficulté à lever l'emprunct de trois
mil privés scelz qu'elle a naguières imposez, et n'entreprend d'user
de grand contraincte en l'exaction d'iceulx, de peur de quelque
nouvelle eslévation. L'on attand l'arrivée de deux commissaires, des
quatre qui estoient allez en Flandres, lesquelz viennent pour tretter
d'aulcuns particulliers faicts qu'on leur a miz en avant, pour en
sçavoir l'intention de leur Mestresse. Ung chacun espère qu'ilz
s'accommoderont quant aulx deniers et merchandises arrestées, mais que
néantmoins le libre commerce d'entre les deux pays demeurera encores
en suspend à cause de certaines difficultez de la religion et de la
jurisdiction, dont ne se peuvent bien accorder. Sur ce, etc.

     Ce XXIIe jour de may 1570.



CXe DÉPESCHE

--du XXVIIe jour de may 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Bordillon._)

  Discussions dans le conseil d'Angleterre.--Résolution qui a été
    prise d'éviter la guerre avec la France.--Mise en liberté de
    l'évêque de Ross.--Audience.--Communication donnée à Élisabeth
    de l'état des négociations sur la paix en France.--Vive
    insistance de l'ambassadeur pour obtenir que les Anglais se
    retirent d'Écosse, et que Marie Stuart soit rendue à la
    liberté.--Nécessité où se trouve le roi de prendre les armes
    pour défendre les Écossais.--Explication donnée par Élisabeth
    des motifs qui ont dû la forcer à envahir l'Écosse.--Résolution
    du conseil.--_Accord touchant l'Écosse._ Traité conclu, sauf la
    ratification du roi, entre l'ambassadeur et la reine
    d'Angleterre, contenant les conditions sous lesquelles la reine
    consent à retirer son armée d'Écosse, et à négocier la
    restitution de Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, despuys la déclaration que Vostre Majesté m'a commandé de fère à
la Royne d'Angleterre touchant la Royne d'Escoce et son royaulme, je
n'ay cessé de la presser bien fort qu'elle y vollût prendre ung
présent expédiant, et voyant que desjà je l'y trouvois ung peu
disposée, j'ay instantment sollicité les amys de ne laysser réfroydir
la matière; lesquels ont tant faict que, nonobstant l'audacieuse
opposition des adversayres, dont les ungs ne se sont peu tenir d'user
de parolles insolentes, et les aultres se sont expressément absentez
pour y cuyder mettre du retardement, le conseil a esté tenu là dessus;
auquel, entre aultres choses, j'entendz qu'il a esté résolu, par
l'opinion de la dicte Dame, plus que par celle de nul des siens, qu'il
falloit en toutes sortes éviter d'avoir la guerre avec Vostre Majesté;
et qu'ayant bien cogneu par mes propos qu'indubitablement l'on y
viendroit, et que mesmes les Françoys seroient bientost en Escoce, si
son armée passoit plus avant en pays, et s'il n'estoit bientost prins
quelque expédiant sur les affères de la Royne d'Escoce, qu'elle
vouloit que, tout présentement, l'on y advisât.

Sur quoy, ceulx qui nous sont contraires n'ont failly de luy
remonstrer que, pour estre le propos de la paix de vostre royaulme
plus près d'estre rompu que conclud, vous n'aviez garde d'envoyer
meintennant en Escoce les gens qui feroient bien besoing à vostre
propre défance; et que, si vous entrepreniez d'y en envoyer, ainsi que
je le donnois entendre, qu'il failloit qu'elle fît sortir ses navyres,
qui sont toutz pretz, en mer, pour vous empescher, et qu'ilz ne voyent
qu'il y eust encores nulle occasion qui la deubt divertyr de la
première dellibération.

Les amys, au contraire, prenans fondement sur ce qu'il falloit évitter
d'avoir la guerre avec Vostre Majesté, ont asseuré, par la
cognoissance qu'ilz ont des choses de France, que les Françoys ne
fauldroient d'entrer en Escoce, si vous entendiez, Sire, que les
Anglois y prinsent pied; et que, de jetter leurs navyres dehors, il
fauldroit, s'ilz rencontroient la flotte françoyse, qu'ilz la
combatissent, et que la guerre se commenceroit trop plus ouvertement
en ceste sorte contre la France, que quant les Françoys seroient
descendu en Escoce, lesquelz ne seroient lors prins que pour
auxiliaires: mais que le meilleur estoit qu'elle commençât de tretter
avec l'évesque de Roz et avec moy de quelque bon accommodement là
dessus.

Laquelle opinion ayant prévalu, l'évesque de Roz a esté, le deuxiesme
jour après, appellé, avec lequel ceulx de ce conseil ont entamé les
choses que je vous ay escriptes le XXIIe de ce moys; et despuys, sa
liberté luy a esté ottroyée: bien que la dicte Dame ne luy a encores
permiz de parler à elle. Et par mesme moyen elle avoit advisé que je
serois mandé, mais les adversaires l'en divertirent, sur quelque
poinct de réputation, qu'ilz lui représentoient, qu'il valloit mieux
attandre l'ocasion que je y vinse de moy mesmes; et luy célébrèrent
cependant bien fort la ropture de la paix, et mesmes firent que, sur
la confirmation de ce que Mr Norrys en avoit escript, Mr le cardinal
de Chatillon fut convyé en court, qui disna avec la dicte Dame; mais
le lendemain je vins devers elle, et ne volluz, pour aulcuns respectz,
lui monstrer les articles que Vostre Majesté m'avoit envoyez des
dernières offres faictes aulx depputez, mais pour luy oster l'opinion
que le propos de la dicte paix fût rompu, et pour remédier les choses
qui pressoient en Escoce, je luy diz que, vous ayant la Royne de
Navarre et les Princes, ses filz et nepveu, faict fère des
supplications et requestes plus amples que ne portoient les premiers
articles que leur aviez accordez, et ayant Vostre Majesté miz en
considération les infinys maulx que vostre royaulme, despuys dix ans,
a quasi continuellement souffertz par les horribles guerres, que ces
troubles ont produicts; que, pour obvier à plus grandz inconvénians,
vous aviez bien vollu condescendre à la pluspart de leurs dictes
requestes, et me commandiez de luy dire que vous vous estiez de tant
plus eslargy envers eulx, que vous vouliez qu'il aparust au monde, et
nomméement à la dicte Dame, comme aussi Dieu vous estoit tesmoing, que
vous n'aviez nulle chose plus à cueur que de réunyr toutz voz subjectz
en bonne amytié, et esgallement trestoutz les conserver; et qu'en ce
que leur aviez ottroyé de nouveau y avoit tant de quoy se contanter
pour l'exercisse de leur religion, pour l'accommodement de leurs
affères, et pour la seureté de leurs personnes, sans aparance aulcune
de deffiance à jamais, que vous ne pensiez qu'ilz se peussent tant
oublyer qu'aussitost que messieurs de Biron et de Malassize le leur
auront faict entendre, qu'ilz ne l'acceptent; qui sont deux de vostre
conseil que Vostre Majesté a renvoyé devers eulx pour en sçavoir la
résolution; et que faisant, de rechef, ung bien exprès office de
mercyement envers elle pour la bonne affection qu'elle a monstré avoir
à la paciffication de vostre royaulme, je la requisse, de vostre part,
de deux choses, lesquelles elle estoit tenue de vous accorder: la
première, que, si par ces grandes et plus que raysonnables offres, il
advenoyt qu'il ne fût besoing que Vostre Majesté lui donnast la peyne
de se travailler à les leur fère recepvoir, ains que d'eulx mesmes ilz
se disposent d'humblement les accepter, qu'il luy playse néantmoins
vous garder bien entière ceste sienne bonne vollonté, laquelle, ou
soit que vous ayez la paix, ou qu'il vous faille continuer la guerre,
vous l'estimerez très utille, ainsy que l'avez toutjour estimée très
honnorable pour vous; la seconde, que, s'ilz estoient si obstinez
qu'ilz ne s'en vollussent aulcunement contanter, ains vollussent
persévérer en leur viollente entreprinse, qu'elle veuille ainsy juger
d'eulx comme de gens qui aspirent, et néantmoins sont bien loing
d'abattre l'authorité de leur Roy et prince naturel; et qu'elle les
veuille tout aussitost déclairer non seulement indignes de sa faveur
et protection, mais très dignes qu'ilz soyent poursuyviz et réprimez
par les justes armes et d'elle et de toutz les honnorables princes qui
vivent aujourd'huy au monde.

La dicte Dame, d'ung visaige fort joyeulx et contant, après plusieurs
mercyemens de la privée communication, que luy faisiez de voz affères,
m'a dict que les choses, à ce qu'elle voyoit, estoient en meilleurs
termes qu'on ne le luy avoit dict, et qu'elle desiroit toutjour que la
fin s'en ensuyvyst sellon le bien et repos de vostre royaulme; et
qu'elle pensoit bien qu'il pouvoit y avoir des considérations que,
possible, Vostre Majesté estimoit toucher et à sa réputation, et au
debvoir de ses subjectz, qu'ilz acceptassent d'eulx mesmes vos offres,
sans y estre induictz par la persuasion de nul autre prince, ce
qu'elle sera très ayse qu'il puisse ainsy advenir; mais si,
d'advanture, il y intervient aulcune difficulté, qu'elle vous
réservera toutjour ceste vollonté et affection qu'elle vous a offerte
pour s'y employer à toutes les heures, que vous cognoistrez qu'il en
sera besoing, avec aultant de désir de vous y conserver les
avantaiges, qui vous sont deuz, comme si elle avoit l'honneur que vous
fussiez son propre filz.

Sur lequel propos je l'ay layssée assés discourir, et estant peu à peu
venue d'elle mesmes à parler de la bonne affection que vous monstrez
luy porter, j'ay suyvy à luy dire que c'est ce qui vous faisoit plus
de mal au cueur, qu'estant vostre dellibération de persévérer
constantment en son amytié, vous ne pouviez toutesfoys estre jamais
bien ouy d'elle sur les affères de la Royne d'Escoce, et que vous
vouliez bien dire que c'estoit, par grand force et à vostre très grand
regrect, que vous estiez contrainct d'avoir là dessus différant avec
elle, et que vous estiez hors de toute coulpe de l'altération qui en
pourroit venir entre vous, et des maulx qui s'en pourroient ensuyvre
au monde; qu'ayant Vostre Majesté, despuys l'aultre foys que j'avois
parlé à la dicte Dame, entendu ce qui avoit succédé en Escoce, vous me
commandiez de luy dire que, désormais, vous aviez, de vostre part,
satisfaict à toutz les debvoirs et paysibles offices, en quoy vous
pouviez estre obligé envers son amytié; d'avoir premièrement exorté la
Royne d'Escoce de luy donner tout le contantement d'elle et toute la
satisfaction sur ses affères, et luy réparer, à son pouvoir, toutes
les affères qu'elle luy pourroit redemander; et puys à elle, de
vouloir condescendre à telles raysonnables condicions envers la dicte
Dame, pour sa liberté et restitution, comme elle mesmes pourroit juger
estre honorables, advantaigeuses et bien seures pour elle et pour sa
couronne, non toutesfoys esloignées de l'honnesteté et modération qui
doibt estre gardée entre telles princesses, avec offre que vous les
feriez accomplyr; dont estimiez que, non seulement il vous estoit
meintennant faict tort d'estre rejetté et reffuzé là dessus, mais
encores grand injure, de ce que, sans respect de voz offres et
remonstrances, elle avoit commencé de procéder par la force, de fère
le gast, de brusler, de raser les maysons des gentishommes et usé de
toutes voyes d'hostillité dans l'Escoce; que pourtant, oultre ce que
je luy avois dict, par voz lettres du XIIe d'avril, je n'obliasse
rien de ce que je verroys par voz présentes, du IIIIe de may, estre
de vostre intention de prier et exorter la dicte Dame qu'au nom de
vostre commune amytié, et de la paix, alliance et confédération
d'entre Voz Majestez et vos couronnes, elle vollust retirer ses forces
hors du dict pays et n'en y plus envoyer; et que je vous résolusse
promptement de ce qu'en aurez à espérer, et en quelle vollonté je
pouvois cognoistre qu'elle estoit meintennant envers la liberté et
restitution de la Royne d'Escoce, parce que, allantz ses affères de
mal en piz, vous commandez de cognoistre qu'il vous falloit désormais
prendre les dilays, dont l'on luy usoit, pour manifestes reffuz; et
que vous me tanciez bien fort de quoy je vous avois longuement
entretenu sur les bonnes parolles de la dicte Dame; et qu'en lieu de
la modération que je vous avois promiz d'elle envers la Royne
d'Escoce, vous voyez qu'il n'avoit succédé qu'ung grand commancement
de guerre; que meintennant elle me mettoit encores en une plus grand
peyne commant vous pouvoir satisfaire sur ce que, de nouveau, j'avois
entendu qu'elle avoit envoyé deux mille harquebouziers au comte de
Morthon jusques à Lislebourg; en quoy je la prioys de considérer que,
puysqu'elle avoit ainsy baillé son secours aulx ennemys de la Royne
d'Escoce, avec lesquelz elle n'a nulle confédération, que vous
estimeriez vous estre beaucoup plus loysible de bailler le vostre aulx
amys de la dicte Dame, laquelle vous estoit très estroictement alyée;
et que je ne sçavois si desjà il y avoit des compaignies embarquées,
et que pourtant je luy voulois bien fère, de rechef, la mesmes
instance que dessus de vouloir retirer ses dictes forces affin de ne
vous contraindre d'user de plus grandz, extraordinaires et violantz
remèdes, que vous ne vouliez essayer en choses qu'ussiez jamais à
démeller avec elle.

La dicte Dame, se trouvant en grand perplexité de ce propos, m'a
respondu que, despuys ma précédante audience, elle avoit toutjour
estimé que son armée seroit retirée à Barvyc, et me pouvoit jurer que
de ceste segonde entreprinse il n'y avoit que vingt quatre heures
qu'elle en avoit receu l'advis par le comte de Sussex; qui luy mandoit
qu'il avoit esté contrainct d'en user ainsy, parce que le duc de
Chastellerault avoit retiré les rebelles d'Angleterre, et les avoit
introduictz au propre conseil d'Escoce, et ne luy avoit jamais vollu
fère aulcune bonne responce, ou de les randre, ou de les habandonner;
et que pourtant vous, Sire, ne debviez trouver mauvais qu'elle
poursuyvît par dellà une entreprinse qui touchoit tant à son honneur.

Je luy ay toutjour grandement incisté de retirer ses dictes forces, et
qu'au reste elle poursuyvyst la reddition de ses dicts rebelles par
une aultre meilleure sorte de quelque honneste traicté avec la dicte
Royne d'Escoce; sur quoy elle m'a bien dict beaucoup de bonnes
parolles, mais non qu'elle ne l'ayt ainsy lors vollu accorder: de quoy
estant sur l'heure entré en conférence avec les seigneurs de son
conseil, avec remonstrance des inconvénians qui s'en pourroit
eusuyvre, j'ay esté, le jour après, contremandé de la dicte Dame pour
me trouver de rechef avec eulx; avec lesquelz j'ay enfin arresté les
choses que Vostre Majesté verra par ung mémoire à part, lesquelles
m'ont esté après confirmées par la dicte Dame; et Vostre Majesté
aussi, s'il luy playt, les confirmera: et je mettray peyne qu'il en
sorte quelque bon effect, bien que j'entendz, Sire, que, nonobstant
cella, la dicte Dame a ordonné sortir promptement six de ses grandz
navyres, avec douze centz hommes dessus, pour garder la mer; par ce, à
mon adviz, que son ambassadeur l'a certainement advertye qu'il y a des
gens toutz prestz en Bretaigne pour passer en Escoce; et elle
vouldroit bien que ceste démonstration les retînt. Sur ce, etc. Ce
XXVIIe jour de may 1570.

   CERTEIN ACCORD FAICT AVEC LA ROYNE D'ANGLETERRE et avec les
   seigneurs de son conseille touchant les choses d'Escoce, du dict
   jour.

   L'ambassadeur de France a dict à la Royne d'Angleterre que le
   Roy, son Maistre, la prie et l'exorte, au nom de leur commune
   amytié et de la bonne paix, alliance et confédération, qui est
   entre eulx et leurs couronnes, qu'elle veuille retirer ses forces
   hors d'Escoce, et n'en y envoyer plus d'aultres; et que le Roy,
   son dict Maistre, luy commande de le résouldre promptement en
   quoy il en doibt demourer, et en quoy il doibt demeurer de
   l'intention qu'il peult cognoistre qu'a meintennant la dicte
   Royne d'Angleterre vers la liberté et restitution de la Royne
   d'Escoce, parce que, voyant aller les affères de la dicte Dame
   toujours de mal en piz, il commance désormais de prendre les
   dilays, qu'on use vers elle, pour manifestes reffuz;

   Et que nul ne doibt trouver estrange, s'il prend ainsy à cueur
   ceste matière; car il y va, d'ung costé, de la conservation de
   l'amytié de la dicte Royne d'Angleterre, sa bonne soeur, qui est
   une chose qu'il estime estre de grande conséquence pour luy et
   d'une grande importance pour son royaulme; et, de l'aultre, de la
   protection et deffance de la Royne d'Escoce, sa belle soeur, de
   laquelle il n'y a celluy qui ne voye combien il touche à sa
   réputation et à l'honneur de sa couronne, et combien il est
   abstraint par grandes obligations de nullement l'abandonner.

   Sur quoy la dicte Royne d'Angleterre, ayant faict aucunes
   responces sur l'heure au dict ambassadeur, elle luy a, le jour
   d'après, faict dire par les seigneurs de son conseil, et encores
   despuys elle mesmes le luy a confirmé de sa parolle, que, pour
   satisfère au désir du Roy, son bon frère, elle trouve bon qu'il
   soit envoyé ung gentilhomme de qualité devers le duc de
   Chastellerault et devers ces aultres seigneurs Escouçoys, qui
   tiennent le party de la Royne d'Escoce, pour leur dire que, s'ilz
   veulent rendre les fugitifz d'Angleterre ou bien les habandonner,
   ou bien les retenir pour en rendre tel compte, comme sera porté
   par le tretté qui se fera entre elle et la Royne d'Escoce,
   qu'elle est contante de retirer toutes ses forces hors du dict
   pays d'Escoce;

   Et, en ce que le dict duc de Chastellerault et les siens, et
   pareillement le comte de Morthon et ceulx de son party, se
   désarmeront d'ung costé et d'aultre, et que toute hostillité
   cessera dans le dict pays et entre les deux royaulmes
   d'Angleterre et d'Escoce;

   A la charge aussi que, si le Roy, avant que ces choses soient
   acomplyes, avoit de sa part desjà envoyé ou faict passer de ses
   forces en Escoce, la dicte Dame ne veult estre tenue d'observer
   ce dessus, sinon que le dict Roy Très Chrestien les vollût
   révoquer, auquel cas elle révoquera pareillement les siens;

   Et que Mr l'évesque de Roz nommera à Me Cecille le gentilhomme
   que la Royne, sa Mestresse, vouldra, pour cest effect, envoyer en
   Escoce, affin de luy bailler saufconduict, et en donner adviz à
   Mr le comte de Sussex, devers lequel il passera, et auquel sieur
   comte la dicte Royne d'Angleterre mandera d'acomplyr ceste sienne
   intention, aussitost qu'il aura sceu celle du susdict duc de
   Chastellerault;

   Et que, par le dict ambassadeur de France et par l'évesque de
   Roz, seront baillées au gentilhomme qui yra en Escoce leurs
   lettres, servans à l'accomplissement de cest affère.

   Et, quant à la liberté et restitution de la dicte Royne d'Escoce,
   la dicte Royne d'Angleterre promect que, aussitost qu'elle aura
   receu la responce, que la dicte Royne d'Escoce luy vouldra fère
   sur les choses, qui naguières ont été trettées par son
   ambassadeur, l'évesque de Roz, avec les seigneurs de ce conseil,
   qu'elle y procédera avec tant de dilligence qu'elle veult bien
   que le Roy Très Chrestien, son bon frère, demeure juge que plus
   dilligentment il n'y pourroit estre procédé; et ainsy l'a elle
   confirmé et asseuré au dict sieur ambassadeur, en parolle de
   Royne et de princesse chrestienne pleyne de foy et de toute
   vérité;

   Que, suyvant les choses susdictes le dict ambassadeur escripra au
   Roy, son Seigneur, de ne vouloir envoyer de ses forces en Escoce,
   ou, s'il y en avoit desjà envoyé quelques unes, qu'il les veuille
   tout incontinent révoquer.



CXIe DÉPESCHE

--du Ier jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Efforts de l'abbé de Dunfermline pour arrêter l'exécution du
    traité conclu.--Nouvelles d'Écosse.--Armemens faits en
    Angleterre.--Exécution des Northon à Londres.--Espoir que le
    duc de Norfolk sera bientôt rendu à la liberté.--Nouvelles de
    la Rochelle et des Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, ceulx qui sont promptz de nuyre toutjour à la Royne d'Escoce,
voyantz que la négociation que je faisois pour elle commançoyt de
succéder, se sont esforcez d'introduyre l'abbé de Domfermelin pour m'y
donner empeschement; lequel, n'ayant aporté qu'une simple lettre à la
Royne d'Angleterre pour créance, ni pour toute aultre sienne
instruction qu'ung seul blanc de ceulx qui l'ont envoyé, affin d'estre
remply icy par l'adviz de deux de ce conseil, il a vifvement incisté à
la dicte Dame, que, suyvant sa vertueuse dellibération et ses
promesses, elle vollût recepvoir le jeune Roy d'Escoce en sa
protection et le deffandre de la main meurtrière, qui naguières a
faict mourir le père, et bientost après l'oncle; et que meintennant
elle veuille, par son authorité ou par ses forces, fère aprouver les
décrectz qui, durant le gouvernement du dict oncle, ont esté faictz,
tant en faveur du dict jeune Roy que pour l'establissement de la
nouvelle religion en son royaulme; et qu'à cest effect elle envoye
réprimer les Amilthons, lesquels s'esforcent d'infirmer deux si bonnes
causes, et sont proprement ceulx qui ont receu ses rebelles; et qu'au
contraire elle haste son secours à ceulx qui soubstiennent l'une et
l'aultre, qui n'ont onques consenty de les recepvoir; et que beaucoup
d'honneur et de réputation à elle, grande seureté à son estat et
couronne, perpétuel establissement en la religion par toute ceste
isle, et ung très grand proffict et accommodement en toutz ses affères
s'en ensuyvra, sans que, en l'exécution d'une si glorieuse et utille
entreprinse, il s'y voye aulcun dangier, et bien fort peu de
difficulté. Nonobstant lesquelz artiffices, la dicte Dame n'a layssé
de fère confirmer, par le marquis de Norampton et par le comte de
Lestre, à l'évesque de Roz, les mesmes choses qu'elle m'avoit
accordées et qui estoient arrestées entre nous; dont sommes après à
les effectuer. Et cependant est arrivée la responce de la Royne
d'Escoce, sur les ouvertures que ceulx de ce conseil avoient naguières
faictes au dict évesque, lequel a demandé là dessus audience de la
dicte Royne d'Angleterre, qui ne la luy a reffuzée; et aussitost que
j'auray entendu ce qu'y sera tretté, je ne fauldray d'en donner adviz
à Vostre Majesté.

J'entendz que les Anglois, qu'on a envoyez au comte de Morthon, sont
arrivez à Lislebourg sans aulcun rencontre et qu'ilz se tiennent là
sans fère grandz actes d'hostillité, et que le chasteau de Lislebourg
ne respond rien à la ville, seulement les lairs de Granges et
Ledinthon se tiennent dedans avec quelques aultres Escouçoys, qu'ilz y
ont miz de renfort; que le duc de Chastellerault est à Glasco, avec
bonne troupe des siens, lequel soubstient fermement l'authorité de la
Royne, sa Mestresse; et que les comtes d'Arguil et d'Honteley s'en
sont retournez pour s'establyr de mesmes en leurs quartiers. Quant à
l'aprest des six navyres de ceste Royne, il se continue, et de deux
davantaige, qui sont huict en tout des plus grandz, pour les fère
sortir en mer du premier jour avec deux mil hommes, si ne trouvons
moyen de les arrester; mais j'y feray tout ce qu'il me sera possible.

Vendredy dernier estantz trois gentishommes de bonne qualité du North,
qui s'apelloient les Northons, condampnez à mort comme coulpables de
la dernière ellévation, ainsy qu'on les tiroit de la Tour pour les
mener au suplice, le secrétaire Cecille survint en dilligence, qui fyt
surceoyr l'exécution, et parla à eux, et estime l'on qu'il espéroit
trouver en leur dernière déposition quelque vériffication contre la
Royne d'Escoce, et contre le duc de Norfolc, mais ilz n'ont rien dict:
et le lendemain les deux ont esté exécutez. Il semble qu'il se
commance d'ouvrir des expédians pour la liberté du dict duc, auquel
trois de ce conseil sont desjà ordonnez pour aller après demain parler
à luy; et son filz aysné, le comte de Sureth, est arrivé despuys huict
jours, qui est venu trouver le comte d'Arondel son grand père
maternel. Quelcun a bien osé entreprendre d'aposer sur la porte de
l'évesque de Londres une bulle du Pape[6] contre la Royne
d'Angleterre, mais on l'a incontinent ostée, et faict on grand
dilligence de descouvrir d'où elle est venue; mais pour donner
entendre au peuple que c'est quelque aultre chose, l'on a imprimé un
aultre placart.

  [6] Cette bulle, en date du 25 février 1570, déclarait Elisabeth
  hérétique et schismatique, et relevait ses sujets du serment
  d'obéissance. La publication qui en fut faite à Londres causa le
  supplice de Felton, mis à mort le 8 août suivant. Elle est
  rapportée en entier par CAMDEN, _année_ 1570.

L'on commance, despuys ma dernière audience, d'avoir quelque meilleure
espérance de la conclusion de la paix de vostre royaulme qu'on ne
faisoit; et aussi ung certain messagier, qui est naguière venu de la
Rochelle, semble le confirmer, bien qu'on dict qu'il a esté long temps
en mer. Je mettray peyne d'entendre ce qu'on publiera de la dépesche
qu'il aporte, et d'une aultre qui est freschement arrivée du comte
Pallatin, pour vous donner adviz de toutes deux par mes premières. Les
depputez de ceste ville, qui sont revenuz de Flandres, ont esté desjà
ouys de leur Royne, et puys en son conseil; ilz ont remonstré les
difficultez qui s'offrent encores sur le faict de ces deniers et
merchandises arrestées, et a esté remiz de leur fère responce d'icy à
huict jours, à cause des affères d'Escoce; ce qui me faict juger que,
sellon qu'ilz pourront accommoder les ungs, ilz vouldront reigler les
aultres. Tant y a qu'ilz pensent que, pour le bon succez que le Roy
d'Espaigne commance d'avoir contre les Mores, le duc d'Alve se rend
meintennant plus difficile à cest accord. Sur ce, etc. Ce Ier jour de
juing 1570.



CXIIe DÉPESCHE

--du Ve jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Nycolas de Le Poille._)

  Hésitation du conseil d'Angleterre à assurer l'exécution du
    traité conclu.--Résolution prise par la reine de le
    maintenir.--Audience accordée par Élisabeth à l'évêque de Ross.


     AU ROI.

Sire, premier que le comte de Sussex ayt sceu, ou au moins premier
qu'il ayt peu fère sçavoir au capitaine Drury à Lislebourg, l'accord
d'entre la Royne d'Angleterre et moy, touchant retirer les Anglois
hors d'Escoce, icelluy Drury avoit desjà envoyé sommer le duc de
Chastellerault et ceulx de son party, qui estoient au siège de Glasco,
de luy randre les fugitifz d'Angleterre, ou bien de les habandonner,
et surtout de luy donner parolle de ne recepvoir aulcuns estrangiers
dans le pays. A quoy luy estant baillé pour responce par le secrétaire
Ledinthon, qui eut charge de la luy fère, qu'ilz n'estoient prestz ny
de randre les fugitifz, ny de reffuzer aulcun secours estrangier,
ains, si les Françoys ne venoient bientost que luy mesmes les yroit
quéryr, le dict Drury avec ses Anglois, et le comte de Morthon avec un
nombre d'Escouçoys du contraire party, ont marché jusques au dict
Glasco, là, où ne les ayant le dict duc attanduz, ilz ont estimé
qu'ilz pourroient exécuter d'aultres plus grandes entreprinses, s'ilz
passoient plus avant vers Dombertran. Mais estant, sur ce poinct,
arrivé au dict de Sussex l'advertissement de l'accord, il l'a
incontinent envoyé notiffier au dict Drury, affin d'arrester son
progrès; et néantmoins parce que, par une dépesche du mesme jour, il a
escrit à sa Mestresse que les siens avoient commancé de bien fère à
Glasco, et que despuys ilz s'estoient acheminez à Dombertrand, et
qu'en mesmes temps ce que je vous ay mandé, Sire, de la bulle du Pape
estoit advenu, et aussi que de France l'on mandoit y avoir plus grande
aparance de guerre que de paix, la dicte Dame a cuydé délaysser toutz
nos bons propos d'accord pour retourner à celluy, qu'elle avoit
auparavant, de continuer la guerre en Escoce; mais j'avois desjà sa
promesse si expresse du contraire, et le fondement avoit esté miz si
bon aulx bonnes dellibérations; que les mauvais n'ont peu, pour ce
coup, remettre sur les mauvaises, dont avons tant faict qu'il a esté
résolument escript au dict de Sussex d'acomplyr icelluy accord, quant
de l'aultre costé l'on l'accomplyra. Bien luy a esté mandé qu'il ayt à
entretenir toutjours ses troupes en estat de la frontière, de peur de
la descente des Françoys, comme de mesmes a esté ordonné icy que,
pour encores, les grandz navyres ne partent point, mais que, pour la
mesmes peur du passaige des Françoys, l'on les tiegne toutz prestz à
la voyle; et les seigneurs de ce conseil ont mandé à l'évesque de Roz
et à moy qu'on avoit desjà bien advancé de satisfère de leur part aulx
choses promises, et qu'à nous touchoit meintennant de dilligenter
l'exécution du surplus.

Cependant le dict évesque a esté admiz à la présance de la dicte Dame,
laquelle toutesfoys ne l'a receu sinon cérémonieusement et assés
sévèrement, en présence de ceulx de son conseil, à cause des
souspeçons auparavant conceues contre luy; mais après qu'en se
purgeant fort honnorablement, il a heu tout librement confessé qu'il
avoit une seule foys, et non plus, ouy ung messaige du comte de
Northomberland, qui luy offroit de mettre la Royne sa Mestresse en
liberté, et de la ramener en son royaulme, pourveu qu'on luy fornyst
de l'argent, auquel il avoit respondu que sa Mestresse ne vouloit
partir d'Angleterre sans le gré et bonne grâce de la Royne sa bonne
soeur, ny elle n'avoit point d'argent pour luy envoyer; et qu'il a eu
offert qu'au cas qu'il se peult jamais vériffier nulle aultre pratique
contre luy avec ceulx du North, qu'il renonçoyt à toutz ses privilèges
d'ambassadeur, d'évesque, et d'estrangier, et de son saufconduict,
pour se soubzmettre aulx extrêmes punitions des plus rigoureuses loix
de ce royaulme, la dicte Dame a monstré qu'elle en demeuroit
satisfaicte; et l'ayant tiré à part, a receu fort humainement de ses
mains les lettres que la Royne d'Escoce luy escripvoit, et a commancé
de tretter privéement et fort familièrement sur icelles avec luy, de
sorte que, se raportant ceste négociation aulx miennes trois
précédantes, ung chacun juge que la chose s'en va si bien acheminée,
qu'il s'en peult espérer ung assés prochain et assés bon succez.

Je mettray peyne, Sire, de vous expéciffier par mes premières les
poinctz et particullaritez où l'on en est meintennant, et adjouxteray
seulement icy que les seigneurs du dict conseil sont en ceste ville
pour adviser de quelque expédiant avecques les marchantz, touchant
l'accommodement des différandz des Pays Bas; et aussi pour veoir comme
il faudra procéder sur le faict de la bulle du Pape, ayant esté
l'adviz d'aulcuns qu'on debvoit purger et examiner par sèrement là
dessus les principaulx Catholiques de ce royaulme, et procéder tout
incontinent contre ceulx qui se trouveront ou coulpables, ou attainctz
du faict, par la rigueur des loix mareschalles[7], qui portent
condempnation de mort sans figure de procès; mais j'entendz que la
prudence de la dicte Dame ne leur a acquiescé, laquelle ne s'est
vollue esloigner des conseilz des modérez, qui la persuadent de
n'offancer les Catholiques qui luy sont obéyssantz. Sur ce, etc.

     Ce Ve jour de juing 1570.

  [7] C'est-à-dire, les _lois martiales_. Voyez DU CANGE au mot
  _Marescalcialis_, tom. IV, col. 543.



CXIIIe DÉPESCHE

--du XIe jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par le Sr de Vassal._)

  L'Évêque de Ross mis en entière liberté.--Négociation pour le
    rétablissement de Marie Stuart; conditions proposées par
    Élisabeth.--Espoir de l'ambassadeur que le traité pourra se
    conclure prochainement, et demande d'instruction à ce
    sujet.--Même espoir que la liberté sera bientôt rendue au duc
    de Norfolk; chefs d'accusation sur lesquels il a été tenu de
    s'expliquer.--Affaires des Pays-Bas; grand armement fait en
    Angleterre, où l'on craint une entreprise de la part du duc
    d'Albe.--_Mémoire._ Conditions que l'on dit être offertes par
    la reine de Navarre pour la pacification de France.--Affaires
    d'Écosse.--État de la négociation dans les
    Pays-Bas.--Sollicitations faites auprès d'Élisabeth pour
    obtenir la liberté du duc de Norfolk.--_Mémoire secret._
    Détails circonstanciés de toutes les discussions qui ont
    déterminé le conseil d'Angleterre à se déclarer pour le
    maintien de la paix avec la France.--Intrigue de ceux du parti
    contraire, afin d'empêcher cette décision.


     AU ROY.

Sire, pour s'aquitter la Royne d'Angleterre de la parolle, qu'elle
m'avoit donnée, qu'aussitost qu'elle auroit receu une responce,
qu'elle attandoit de la Royne d'Escoce, elle procèderoit au faict de
sa restitution avec tant de dilligence, que Vostre Majesté jugeroit
qu'avec plus grande ne se pourroit fère, elle a desjà fort amplement
traitté, avec Mr l'évesque de Roz, des moyens et expédians qu'elle
veult estre suyviz en cella, et des seuretez et condicions qu'elle
désire luy estre gardées. A quoy le sieur évesque ne luy a contradict
en rien, ny ne luy a rien reffuzé; mais luy ayant monstre les choses
qui en cella se pourroient trouver facilles ou difficiles, elle a
monstré de ne se restraindre tant aulx plus difficiles, qu'elle ne se
veuille bien accommoder à celles qui seront en la puyssance de la
Royne d'Escoce d'acomplyr; et ainsy elle a ottroyé au dict sieur
évesque sa pleyne liberté, avec licence d'aller conférer librement
avec sa Mestresse; lequel desjà l'est allée trouver, et a emporté ung
bien ample saufconduict pour envoyer les sires de Leviston ou de
Bethon en Escoce, affin d'exécuter ce qui a esté arresté, entre la
dicte Dame et moy, de retirer les siens hors du pays.

J'estime, Sire, que le dict évesque de Roz aura escript toute sa
dernière négociation à Mr l'archevesque de Glasco pour la fère
entendre à Vostre Majesté, qui sera cause que je ne vous toucheray icy
les particularitez d'icelle sinon en ce qu'il a semblé que la dicte
Dame vouloit fort incister d'avoir le Prince d'Escoce en ses mains; et
qu'il fût envoyé par Vostre Majesté aulcuns des parans de la Royne
d'Escoce à estre icy quelque temps ostaiges, pour l'observance des
choses qui seront promises; et que la ligue se conclût offancive et
deffancive entre l'Angleterre et l'Escoce. Mais j'espère, Sire,
qu'elle se contantera à moins; et affin que aulcune longueur n'y
puysse venir de nostre costé, le dict sieur évesque m'a très
expressément requis de suplier très humblement Vostre Majesté qu'il
vous playse m'envoyer, par ce mesme gentilhomme présent porteur, ung
pouvoir ample pour assister en vostre nom au traitté qui se fera;
lequel, pendant que les choses se monstrent en assés bonne
disposition, il estime estre très nécessaire de conclurre sans délay,
ou aultrement il y courra ung manifeste dangier d'en perdre pour
jamais l'occasion. Mais, par mesme moyen, il sera vostre bon playsir,
Sire, de m'envoyer une particulière instruction des poinctz où vous
desirez que cest affère se réduise pour vostre service, affin que
vostre intention soit (s'il m'est possible) toute la règle de ce qui
s'y fera.

Les affères du duc de Norfolc semblent prendre ung mesme acheminement
que ceulx de la Royne d'Escoce, car la Royne, sa Mestresse, a enfin
envoyé deux de son conseil parler à luy, qui ne luy ont touché que
cinq poinctz; sçavoir: celluy de son mariage avec la Royne d'Escoce,
comme est ce qu'il l'avoit ozé pratiquer sans le sceu de sa Mestresse;
celluy d'une lettre qu'il avoit escripte au comte de Mora, où il
disoit avoir passé si avant au mariage qu'il ne pouvoit avec son
honneur et conscience s'en retirer; le troizième, s'il ne s'en vouloit
point despartyr maintennant, sans jamais y entendre, sinon avec le
congé de la dicte Royne sa Mestresse; le quatriesme estoit de la
religion, comme souffroit il que toutz ses principaulx officiers et
serviteurs fussent ou déclairez ou suspectz Catholiques; et le
cinquiesme, quelle seurté vouloit il donner à la Royne sa Mestresse de
luy demeurer à jamais fidelle et obéyssant subject et serviteur. A
toutes lesquelles choses j'entendz qu'il a si bien et sagement
respondu que la dicte Dame en est assés satisfaicte; et s'espère qu'il
sera remiz, du premier jour, en sa mayson de ceste ville, mais encores
soubz quelque garde, pour quelques jours.

L'espérance de la paix de vostre royaulme ayde grandement à
l'advancement des affères de l'ung et de l'aultre, et estime l'on que,
succédant icelle, tout yra bien pour eulx; mais aussi, si elle ne se
conclud, aulcuns ont opinion que cecy n'aura esté qu'une aparance pour
pouvoir passer l'esté sans trouble, et qu'ilz tremperont encores cest
yver en leurs accoustumées prysons.

J'entendz que le duc d'Alve mène ceulx cy d'ung grand artiffice sur
l'accord de leurs différantz; car, d'ung costé, il les brave bien
fort, et les adoulcit encores plus de l'aultre, et leur donne de
grandes espérances de la bonne affection que son Maistre a
d'accommoder, mieulx que jamais, leur trafficqz en toutz ses pays;
bien que, entendant la Royne d'Angleterre qu'aulcuns de ses fugitifz
sont passez devers le dict duc, et d'aultres sont allez en Espaigne,
et qu'on lève maintennant des gens de guerre en Flandres, elle
souspeçonne que c'est plustost contre elle que pour la réception de la
Royne d'Espaigne, comme l'on en faict le semblant; et, à ceste cause,
elle a commandé de mettre encores en ordre quatorze de ses grandz
navyres, oultre ceulx qui sont desjà pretz. Sur ce, etc.

     Ce XIe jour de juing 1570.

   INSTRUCTION AU SR DE VASSAL de ce qu'il fault fère entendre à
   Leurs Majestez, oultre le contenu des lettres:

   Qu'après que la Royne de Navarre, en apvril dernier, eust expédié
   devers le Roy les Srs de Telligny et de Beauvoys, lorsqu'ilz
   venoient du camp des Princes, et avec eux le Sr de La Chassetière
   pour adjoinct, elle fit une dépesche par deçà, laquelle a esté si
   longtemps sur mer, qu'elle n'est arrivée que despuys huict ou dix
   jours: et par icelle semble qu'on ayt cogneu que la dicte Dame
   inclinoit à la paix;

   Et que par le dict La Chassetière elle ayt faict dire à part au
   Roy et à la Royne qu'il ne tiendroit à elle que la dicte paix ne
   se fît, et qu'elle suplioit Leurs Majestez de vouloir ottroyer à
   ceulx de la nouvelle religion l'éedict de l'an LXVII, qu'ilz
   apellent l'éedict de Chartres, et encores ung presche davantaige
   en la prévosté de Paris, et qu'avec cella elle s'esforceroit de
   les fère contanter et de conclurre la dicte paix;

   Qu'aulcuns icy ont esté bien ayses de ceste disposition de la
   dicte Dame, comme advenue contre leur espérance, car pensoient
   que les ministres la tiendroient la plus destornée de ce désir
   qu'ilz pourroient. Aultres ont estimé qu'elle s'est trop hastée
   de parler d'icelluy éedict de Chartres, lequel ilz disent estre
   fort dangereux et de nulle seureté; et qu'il eust toutjours esté
   assés à temps de le requérir, car les menées de court ne
   permettent qu'on accorde jamais les choses ainsy qu'on les
   demande; ou bien attendre que le Roy l'eust offert de luy mesmes,
   et que eulx l'eussent lors tout librement et avec humilité receu
   de la pure concession et ottroy de Sa Majesté;

   Que despuys, ne venant de France sinon toutjours nouvelles de
   continuation de guerre, et comme le Roy reffuzoit de rendre les
   offices et bénéfices à ceulx de la dicte religion, et de ne payer
   leurs reytres, Mr le cardinal de Chastillon, désespérant assez,
   pour ceste cause, de la paix, a sollicité plus vifvement que
   jamais les choses qui pouvoient servyr à se maintenir et à
   maintenir ceulx de son party en réputation par deçà, et à se
   procurer toutjours nouveaulx crédictz en Allemaigne.

   A quoy semble que l'ayt davantaige confirmé de fère la venue
   d'ung aultre messagier, qui a esté dépesché de la Rochelle après
   le retour des depputez; lequel a aporté une forme d'articles,
   lesquelz à la vérité je n'ay pas veuz, mais l'on m'a dict qu'ilz
   contiennent que le Roy ottroye pour seureté à ceulx de la
   nouvelle religion la Rochelle, Sanxerre et Montauban, plus vingt
   quatre villes pour leur exercisse, lesquelles il nommera après la
   confection de la paix; que les haultz justiciers pourront fère
   prescher pour eulx, leurs subjectz, et ceulx qui y pourront
   assister; les gentishommes, qui ont moyenne justice, auront aussi
   presche pour eulx et leur famille seulement; que la vendition des
   biens eclésiastiques faicte par les Princes sera cassée; les
   offices de ceulx de la dicte religion demeureront vanduz; et que
   les Princes payeront et renvoyeront leurs reytres; et m'a l'on
   dict que desjà l'on a envoyé les dicts articles en Allemaigne
   avec des additions au marge, qui contiennent les raysons pourqnoy
   on ne les peult ainsy accepter.

   Ung Allemand, qui naguières est arrivé de la part du comte
   Pallatin pour donner compte à la Royne d'Angleterre de l'estat
   des choses de delà, nomméement de ce qui se présume de la diette
   et des nopces du prince Cazimir son filz, dict que, parce que les
   levées du Roy en Allemaigne ne passent en avant, celles des
   aultres demeurent aussi en suspens, mais qu'au reste elles se
   tiennent prestes pour le besoing, et que le prince d'Orange s'est
   retiré pour quelques jours en l'estat d'une sienne parente,
   attandant les nopces du dict Cazimir, auxquelles il espère de
   pouvoir radresser ses affères; et que Mr de Lizy ayant passé par
   Helderberc, où il a séjourné ung jour ou deux, après avoir heu
   quelque petite conférance avec le dict Sr Pallatin, a prins le
   chemin de Genève avec une troupe de gentishommes Françoys qui
   vont trouver le camp des Princes.

   Desquelles apparances de guerre, parce que ceulx cy voyent
   qu'elles ne font poinct cesser les propos qui se mènent de la
   paix, et qu'il se trouve encores des difficultez sur l'accord des
   différandz des Pays Bas, ilz deviennent assez irrésoluz comme
   debvoir procéder ez choses d'Escoce, et craignent bien fort que,
   de les poursuyvre davantaige, la paix de France et la victoire du
   Roy d'Espaigne sur les Mores[8] ne se convertissent en une guerre
   sur eulx; ce qui les faict plus vollontiers incliner aulx
   remonstrances que je leur fays là dessus. Et encores que le temps
   et l'ocasion pressent bien fort de pourvoir aulx affères
   d'Escoce, ou aultrement ilz vont incliner à la part des Anglois,
   sans que les Anglois y facent plus grand effort, le mesme temps
   et la mesme ocasion néantmoins semblent se monstrer bien à propos
   au Roy pour pouvoir meintennant conserver, sans grand coust et
   quasi par moyens paysibles, ce que sa couronne a heu toutjour
   d'alliance et d'authorité au dict pays; et croy que mal ayséement
   une aultre foys y pourra il, sans viollance et possible sans une
   grande guerre et à grandz fraiz et difficulté, y remédier.

  [8] Cette victoire se rapporte aux avantages obtenus par don Juan
  sur les Maures d'Espagne, qui s'étaient soulevés en 1569. Il
  s'agit plus particulièrement ici, soit du combat devant Finix,
  qui entraîna le pillage de la ville (fin avril 1570), soit du
  combat livré dans les montagnes de Baza et de Filabres dans les
  premiers jours de mai 1570. Ces victoires furent immédiatement
  suivies d'un traité conclu ayec Abaqui, l'un des principaux chefs
  des révoltés, qui se rendit auprès de Don Juan, le 19 mai, et fit
  le lendemain sa soumission solennelle. Cependant la guerre
  continua quelque temps encore, par suite de la résistance
  d'Aben-Aboo, qui s'était fait proclamer roi d'Andalousie, sous le
  nom de Muley-Abdala; elle ne finit qu'au mois de novembre
  suivant, après qu'Aben-Aboo eut été tué par Seniz, autre chef des
  Mores.

  Les souspeçons ne sont légiers à ceulx cy, du costé du Roy
  d'Espaigne, parce que deux des principaulx hommes d'Irlande sont
  allez à recours à luy, et luy sont allez offrir accez, entrée et
  obéyssance pour la protection de la religion catholique en leur
  pays; et pareillement aulcuns des principaulx fugitifz Anglois,
  qui s'estoient retirez en Escoce, sont passez devers le duc
  d'Alve. A l'ocasion de quoy, le comte de Lestre a, despuys dix
  jours, faict fère une plaincte à Mr l'ambassadeur d'Espaigne de ce
  qu'on recepvoit les rebelles de ce royaulme en Flandres; et il a
  respondu qu'il n'en sçavoit rien, mais qu'il ne fesoit double
  qu'ilz ne fussent bien receuz ez terres du Roy Catholique,
  puysqu'ilz estaient chassez pour estre Catholiques, mais que ce ne
  seroit pour y mener rien par armes contre la Royne d'Angleterre.

  Or, en ce qui concerne les différandz des Pays Bas, il a esté bien
  près d'y mettre ung bon accord, car le duc d'Alve en a faict
  toutes les démonstrations du monde; et en mesme temps est advenu
  par des intelligences, que la Royne d'Angleterre a en Flandres,
  qu'on luy a faict veoir la coppie d'une lettre que le Roy
  d'Espaigne escripvoit au dict duc, par laquelle il luy mandoit de
  regaigner, par toutz les moyens qu'il pourroit, l'amytié de la
  Royne d'Angleterre et des Anglois; dont ilz estiment que la
  difficulté, qu'il sentoit lors en la guerre des Mores, le faisoit
  parler ainsy, et qu'à ceste heure ayant quelque bon succez en
  icelle, il se veult tenir plus ferme sur la restitution des
  prinses.

  Sur laquelle restitution icelluy duc, à l'arrivée des dicts
  commissaires, leur a dict que la demande, qu'ilz estoient venuz
  fère des biens des Anglois, estoit très raysonnable; mais que
  celle des subjectz du Roy, son Maistre, qui demandoient
  pareillement d'avoir les leurs, n'avoit moins de rayson, et qu'il
  failloit venir à une mutuelle satisfaction des deux costez. Et
  néantmoins, s'estant puys après laissé aller à des expédiantz qui
  revenoient assés à son proffict, et qui donnoient grand espérance
  d'ung accord, il s'en est despuys desparty par ung adviz, qu'on
  luy a envoyé de deçà, d'ung aultre proffict plus grand d'envyron
  cent cinquante mil escuz, s'il retient les biens des Anglois;
  lesquelz biens il a desjà, pour ceste ocasion, faictz remettre de
  nouveau soubz sa main, ou bien les deniers qui sont provenuz de la
  vante d'iceulx; et meintennant l'on est après à fère quelque
  évaluation des ungs et des aultres, pour veoir si l'on pourra
  venir à quelque compensation.

  Ceulx qui ont esté les plus contraires à la Royne d'Escoce et à
  ses affères commancent, à ceste heure, de se fère de feste et de
  luy promettre toute faveur et secours; et le mesmes est du duc de
  Norfolc, car ceulx qui ont esté ses plus mortelz ennemys se
  gettent à genoulx devant la Royne, leur Mestresse, pour la suplier
  pour luy; et bien qu'en cella y puisse avoir de la simulation,
  pour plustost prolonger que pour désir d'ayder ses affères, ilz
  semblent néantmoins estre resduictz à ung poinct que, si quelque
  nouveau accidant ou quelque grand malheur ne survient, ilz seront
  pour estre bientost accommodez.

   AULTRE INSTRUCTION A PART:

   Que ce qui plus me fait incister icy aulx choses d'Escoce, et en
   solliciter pareillement Leurs Très Chrestiennes Majestez, est
   qu'il ne peult revenir que à une merveilleuse diminution de leur
   estime et grandeur, de se laysser ainsy arracher comme par force
   la Royne d'Escoce et les Escouçoys de leur protection; et de
   souffrir que la Royne d'Angleterre leur emporte de leur temps
   ceste alliance, qui a esté conservée huict centz ans à la
   couronne de France, et laquelle assés souvant luy a esté très
   utille, et quelquefoys bien fort nécessaire.

   Et je considère que, de s'y opposer meintennant par Leurs
   Majestez, ce n'est les mettre en nouvelle guerre, ains plustost
   divertir celle qui leur pourroit venir d'icy; ny mettre le Roy en
   grandz frays de ses deniers, ains empescher que les Anglois
   n'envoyent les leurs en Allemaigne contre luy; ny l'attacher à de
   grandes difficultez, car la seule démonstration de vouloir
   envoyer mille harquebouziers en Escoce, ou le passaige d'iceulx
   seulement, rendra ceste entreprinse achevée sans aulcunement
   venir aulx mains, de tant qu'ung chacun juge que la Royne
   d'Angleterre ne les sentyra sitost joinctz aulx Escouçoys
   partisans pour leur Royne, lesquels à présent sont les plus
   fortz, qu'elle ne viegne à telle composition qu'on vouldra; et
   si, ne demeurera que plus ferme en la paix, joinct que je n'ay
   faict ceste instance, sinon après que, par la conférance de ceulx
   qui entendent bien l'estat de ce royaulme, j'ay comprins que
   c'estoit jouer à boule veue.

   Et puys, je voy que ceulx qui ont persévéré jusques icy en
   l'affection du Roy, s'ilz ne sont entretenuz de quelque bon
   espoir, voyre de quelque démonstration de son présent secours,
   comme de celluy seul entre les princes chrestiens, qui justement
   et légitimement peult mouvoir ses armes en ceste cause, ilz se
   vont sans aulcun doubte jetter ez braz du Roy d'Espaigne, et bien
   que ce ne soit aultant de droict, comme ez braz du Roy, ilz ont
   néantmoins desjà leurs messagiers devers luy, et à ceulx là est
   desjà faicte promesse de secours; mesme le duc d'Alve leur donne
   entendre qu'il est si prest qu'il ne reste sinon que la Royne
   d'Escoce envoye son pouvoir et consantement pour l'acepter.

   Et de ce, la dicte Dame a naguières receu ses lettres ou bien
   celles de son Maistre, car je ne sçay encores duquel des deux;
   tant y a qu'on l'asseure fort que, en toutes sortes, elle sera
   assistée et aydée à sa restitution par le Roy Catholique, lequel
   cependant l'exorte de se réserver libre de son mariage, et de ne
   s'obliger à nul, sinon avec l'adviz et bon conseil qu'il luy en
   donnera.

   Néantmoins commanceans les affères d'Escoce de s'acheminer par la
   gracieuse voye de la négociation, que Leurs Majestez m'ont
   commandé de fère, j'espère qu'elles succéderont assez sellon leur
   désir, sans y fère aultre effort ny despence; mais à toutes
   advantures, parce que la malice des ennemys, et la faulte de
   cueur des amys, et la jalouzie de ceste Royne contre sa cousine
   sont choses que j'ay toutjour fort suspectes, je désire que Leurs
   Majestez voyent à clair quel a esté et quel est le cours de ceste
   affère, affin qu'ilz puyssent juger quant, et commant, et en
   quelle sorte il y pourra fère bon.

   Après que j'ay heu, par deux foys, résoluement déclairée à la
   Royne d'Angleterre qu'elle ne pouvoit, sans contravention des
   trettez, envoyer ses forces en Escoce, et que pourtant elle
   debvoit accepter les honnestes condicions et offres que la Royne
   d'Escoce luy faisoit, par le moyen desquelles elle obtiendroit,
   mieulx que par la force et sans aulcune despence, ce qu'elle
   prétandoit, et si, auroit conservé l'amytié du Roy, la dicte Dame
   a demeuré quelques jours fort incertaine comme elle en uzeroit;
   dont aulcuns des siens, craignantz le changement de sa
   dellibération, ont trouvé moyen, il y a envyron quinze jours, de
   luy fère signer une lettre au comte de Sussex pour le fère passer
   si avant en l'entreprise qu'on ne s'en peult plus retirer.

   De quoy m'ayant esté donné adviz, et estant bien informé que la
   dicte lettre avoit esté substraicte, j'envoyay incontinent
   solliciter ceulx, qui avoient bonne affection en ceste cause, de
   le fère entendre à la dicte Dame, et de convaincre vers elle
   ceulx qui avoient ozé entreprendre ung tel faict, et qui la
   vouloient, contre toute rayson, mettre en guerre avecques le Roy.

   Ce que ayant bien oportunéement sceu fère, ilz ont si bien irrité
   la dicte Dame qu'elle a monstré d'en estre fort courroucée, et
   qu'en toutes sortes elle vouloit sortir par quelque aultre
   meilleur moyen hors de cest affère; dont, assignant jour à ceulx
   de son conseil d'en venir délibérer devant elle, les ungs, pour
   rompre le coup, ont trouvé bon de s'absenter en ceste ville par
   prétexte du terme de la justice, et les aultres, ne pouvant
   contradire à cella, y sont venuz aussi pour le mesme prétexte,
   mais en effect ce a esté pour fère des assemblées séparéement
   avec les partisans et amys, pour voir comme ilz pourroient, de
   chascun costé, advancer leur intention et retarder d'aultant
   celle des aultres.

   Et enfin milord Quiper, qui est chef de la partie contraire,
   après avoir bien consulté avecques les siens, avoit, au partir de
   ceste ville, délibéré de s'en aller en la contrée pour allonger
   et interrompre la matière; mais le comte d'Arondel le prévint en
   son propre logis, et le somma de se trouver, le IIIe jour après,
   devers la Royne leur Mestresse pour résouldre cestuy et aultres
   très urgentz affères, «qui ne pouvoient, disoit il, sans mettre
   la dicte Dame et son royaume en grand dangier, estre plus
   prolongez.»

   Icelluy Quiper, en grand collère, luy respondit qu'il ne
   délibéroit de retourner en court, qu'il ne fût plus de trois foys
   fort expressément appellé, veu que la Royne tenoit si peu de
   compte d'observer les choses une foys arrestées, et qu'elle
   mesprisoit à ceste heure ses conseilz, et ne recepvoit plus sinon
   ceulx qui luy estoient très dommaigeables, ès quelz il ne vouloit
   en façon du monde intervenir.

   Le comte répliqua que à la charge qu'il avoit ne convenoit bien
   de gouverner ainsy ce royaulme par collère, car c'estoit par
   rayson et justice qu'il le debvoit modérer, et qu'il se sçauroit
   aussi bien courroucer que luy s'il vouloit; mais qu'il prévoyoit
   ung si grand inconvéniant d'une généralle sublévation en ce
   royaulme et de tant de guerres avecques les estrangiers, qu'il ne
   pouvoit pour son debvoir différer plus longtemps d'en avertyr sa
   Mestresse, et qu'il falloit que luy, comme son premier
   conseiller, s'y trouvast présent pour en dellibérer, ce que, s'il
   reffuzoit de fère, qu'il fût asseuré qu'il luy seroit reproché;
   et que, absent ou présant, il ne lairroit de bien chanter les
   vespres au secrétaire Cecille, car ce n'estoit que d'eulx deux
   que procédoit le retardement de toutz les affères de ce royaume.
   Cella fut lors cause que le dict Quiper s'estant ung peu remiz,
   et estant le propos venu à plus gracieulx termes entre eulx, ilz
   se promirent l'ung à l'aultre de se trouver, le cinquiesme jour
   après, à Amptoncourt.

   Pendant laquelle assignation, le secrétaire Cecille fit tout ce
   qu'il peult pour destourner la dicte Dame de son bon propos, et
   luy oza bien dire assés licentieusement, présent le comte de
   Lestre, qu'elle s'en alloit habandonnée de ses meilleurs
   serviteurs, puysqu'elle se vouloit ainsy précipiter d'elle mesmes
   en ung manifeste et trop certain péril de sa propre personne et
   estat par la restitution et dellivrance de la Royne d'Escose.

   A quoy, en collère, elle luy demanda comme il cognoissoit cella,
   car jusques à ceste heure, elle n'avoit ouy nulle rayson de luy
   là dessus qui ne fût playne de passion et de hayne, et comme il
   ne respondoit rien, le comte de Lestre dict: «Voyez, Madame, quel
   homme est le secrétaire, car se trouvant hier avec nous tous à
   Londres, il asseura qu'il vous donroit conseil de restituer la
   Royne d'Escoce, et meintennant il parle en toute aultre
   façon.»--«Ainsy, respondit elle, me raporte il plusieurs choses
   assés souvant de vostre part, qui puys après est tout le
   contraire. Quoyqu'il y ayt, maistre Secretary, dict elle, je
   veulx sortyr hors de cest affère et entendre à ce que le Roy me
   mande, et ne m'en arrester plus à vous aultres frères en Christ.»

   Sur cella, m'estant arrivée la dépesche du Roy du IIIIe de may,
   il a esté le plus à propos du monde que j'aye faict ceste
   troisième recharge, du XXIIe du dict moys, à la dicte Dame, comme
   je luy ay desjà mandé, par laquelle voyantz les adversayres
   qu'elle se layssoit conduyre à la rayson, et que desjà elle
   m'accordoit de retirer ses forces hors d'Escoce et de procéder à
   la restitution de la Royne sa cousine; après que j'en ay heu
   aussi parlé au conseil, ilz ont préparé l'ung d'entre eulx pour
   venir, en présence des aultres, tenir le merveilleux et bien
   insolant propos qui s'ensuyt;

   C'est de dire à la dicte Dame «qu'elle estoit estrangement pipée
   et trompée en ceste affère, car il estoit désormais trop clair
   que ceulx, de qui elle commançoyt de suyvre le conseil, estoient
   toutz gens partiaulx et bandez contre elle en faveur de la Royne
   d'Escoce, et qu'il n'y avoit rien plus aparant et vraysemblable;
   que les propos de moy ambassadeur estoient emprumptez, ou de Mr
   le cardinal de Lorrayne qui m'avoit mandé d'ainsy parler, ou de
   la Royne d'Escoce qui m'en avoit prié; et que, veu les affères
   que le Roy avoit chez luy, il n'estoit pour mander et encores
   moins pour fère ce que je disoys; et que desjà l'on avoit passé
   si avant aulx choses d'Escoce qu'il n'estoit plus temps de s'en
   retirer, ny la dicte Dame ne pourroit désormais, sans dangier et
   sans perdre trop de réputation, rappeller ses forces de
   Lislebourg; mais que, si elle poursuyvoit son entreprinse, il
   estoit trop évidant que l'Escoce s'en alloit conquise, et les
   Escouçoys toutz renduz ses subjectz et tributaires, et son
   authorité establye au dict pays, et sa religion à jamais
   confirmée par toute l'isle;

   »Que ce qu'il disoit estoit ung bon et droict conseil, et ce
   qu'on alléguoit au contraire estoit tout faulx et suspect, et
   qu'il vouloit mourir pour une si digne querelle, laquelle
   convenoit à la grandeur et dignité de la couronne d'Angleterre,
   non de se mouvoir ainsy ny de changer de délibération pour les
   parolles d'un ambassadeur, comme il sembloit que la dicte Dame
   vouloit fère, et que le Roy, Henry VIIIe, n'eust pas lasché
   prinse, ainsy que honteusement et misérablement l'on le
   conseilloit à elle de le fère; et qu'il offrait, au cas que, pour
   l'amour de la Royne d'Escoce, les Françoys passassent de deçà,
   que luy mesmes luy yroit trancher la teste, s'il playsoit à la
   Royne luy en bailler la commission, s'atachant particullièrement
   au comte de Lestre comme pour le taxer qu'il ne se monstroit
   fidelle en cest endroict à sa Mestresse.»

   Le comte luy a respondu «que ces propos estoient d'ung homme
   indigne d'estre au conseil de la Royne, et que, de sa part, il
   l'avoit conseillée droictement sellon conscience et honneur, et
   sellon qu'il estoit dellibéré de vivre et mourir en l'opinion
   qu'il luy avoit donnée, et mesmes à maintenir, contre quiconques
   vouldroit dire le contraire, qu'il ne luy avoit rien dict qui ne
   fût digne d'ung très bon et très fidelle conseiller, serviteur et
   subject; et puysqu'ilz en venoient là, qu'ilz fissent tout le piz
   qu'ilz pourroient de leur costé, et que la dicte Dame regardât
   quel party elle vouldroit prandre, car luy et plusieurs aultres
   estoient résoluz de persévérer à jamais en leur délibération.»

   La dicte Dame, se trouvant en perplexité, a respondu en collère
   au premier qui avoit parlé, «que ses conseilz estoient toutjour
   semblables à luy mesmes, qui ne luy en avoit jamais donné que de
   témérayres et dangereux, et que, tant s'en falloit qu'elle vollût
   avoir ung aultre royaulme au pris qu'il disoit de la vie de sa
   cousine, qu'elle aymeroit mieulx avoir perdu le sien que de
   l'avoir consenty; et qu'il n'entreprint sur sa teste de tenir
   jamais plus un tel langaige, et qu'au reste eulx toutz mettoient
   ses affères, et elle, et son estat, en grand dangier, de se
   porter ainsy tant contraires et opposans en leurs opinions.»

   Sur cella, après quelque peu de silence, le comte d'Arondel a
   commancé de dire «que la collère, ny la passion, ny la hayne ou
   amytié, qu'on pouvoit avoir à la Royne d'Escoce, ne les debvoit
   mouvoir de donner conseilz précipitez ni dangereux à leur
   Mestresse, ny de venir à nulle contention entre eulx, ains
   procéder en tout par prudence et modération; et que luy vouloit,
   en présence d'elle et de son conseil, librement dire qu'il estoit
   trop clair qu'en l'entreprinse d'ayder une partie des Escouçoys
   qui estoient désobéyssantz, ou qui avoient quel autre prétexte
   que ce fût contre leur Royne Souverayne, ne pouvoit avoir rien
   de seurté, ny d'équité, ny de proffict, ny rien aultre chose que
   force difficultez, force despences, une très mauvaise estime des
   gens de bien, une grande offance des aultres princes, et une très
   certaine ouverture de plusieurs guerres, que la dicte Dame et son
   royaulme n'estoient pour pouvoir soubstenir;

   «Que c'estoit mal juger des parolles miennes, qu'elles fussent
   empruntées, car jusques icy l'on les avoit trouvées conformes à
   celles du Roy Mon Seigneur, et leur mesmes ambassadeur par ses
   lettres les avoit souvant confirmées; et qu'on n'avoit encores
   veu, quant ung ambassadeur d'ung si grand prince avoit
   résoluement dict _ouy ou non_, qu'il se trouvât puys après
   aultrement; car seroit exemple fort nouveau, qu'ung ambassadeur
   se mît en dangier d'estre désadvouhé, et n'en fauldroit plus
   envoyer si l'on en venoit là; par ainsy, qu'ayant esté mon dire
   clair et exprès, il n'y avoit point de doubte qu'il ne fût
   procédé du commandement et de l'intention du Roy Mon Seigneur;

   »Qu'il n'y auroit ny honte, ny dangier, de se retirer de ceste
   entreprinse d'Escoce; de honte, parce que cella se feroit sur
   l'instance et prière d'ung grand Roy pour conserver la paix et
   les trettez, lequel promettoit non seulement de n'attempter rien
   de son costé, mais d'accomplir toutes choses à l'advantaige de la
   Royne; et encores moins de dangier, car ne seroit mal aysé de
   ramener les gens qui estoient à Lislebourg jusques à Barvich,
   sans qu'on en perdit pas ung;

   »Que possible le Roy Henry VIIIe n'eust pas vollu lascher prinse,
   mais de son temps l'Angleterre estoit en meilleure disposition et
   mieulx unye que meintennant, et si l'avoit il merveilleusement
   espuysée et ruynée pour les guerres de France; ès quelles
   toutesfoys il n'avoit jamais ozé rien entreprendre qu'il n'eust
   ung Empereur pour compaignon, là où tant s'en failloit qu'on
   peult fère meintennant estat du Roy Catholique, son filz, que au
   contraire l'on l'avoit bien fort offancé, et si enfin les
   entreprinses du Roy Henry en France estoient tornées à rien; que
   pourtant la dicte Dame advisât de prendre l'expédiant qui plus
   luy pouvoit admener de paix et de seurté en son royaulme, qui
   plus luy pouvoit confirmer l'amytié des aultres princes, et qui
   plus pouvoit justiffier la droicture de ses intentions envers
   Dieu et les hommes.»

   A ceste opinion ayant celluy du conseil, qui est le plus homme de
   guerre, adjouxté qu'il se offroit d'aller luy mesmes retirer les
   Anglois, qui estoient à Lislebourg, en si bonne sorte que, sans
   aulcun dangier et à l'honneur de la Royne, il les reconduyroit
   toutz à Barvich, il fut conclud qu'on advertiroit incontinent le
   comte de Sussex de l'accord d'entre la dicte Dame et moy, pour
   donner ordre qu'on n'eust à fère nulle entreprinse davantaige
   dans l'Escoce.

   Mais, le lendemain, survint ung inconvéniant qui cuyda tout
   gaster, car ayant l'évesque de Roz escript une fort courtoyse
   lettre au comte de Lestre pour obtenir de la Royne qu'elle luy
   vollût donner audience, affin d'avoir confirmation de sa bouche
   des choses que je luy avois dict qu'elle accordoit, pour les
   pouvoir, plus seurement escripre; elle ne se peult tenir qu'elle
   ne dict au dict comte que la lettre l'arguoit de souspeçon, qu'on
   luy imposoit, d'avoir trop prins à cueur le party de la Royne
   d'Escoce: laquelle parolle le piqua si fort qu'après s'estre
   plainct de ce qu'elle vouloit ainsy tourner l'honnesteté de la
   lettre à son trop grand préjudice, il luy dict: «qu'il ne luy
   avoit jamais donné occasion de penser aultrement de luy que comme
   d'ung sien bon conseiller, qui a toutes les obligations du monde
   de ne luy estre jamais aultre que son très obéissant et très
   fidelle serviteur;

   «Que, en ce qu'il luy conseilloit de la Royne d'Escoce, il
   croyoit, comme en Dieu, que consistoit tout son repos et sa
   principalle seurté, et que de fère le contraire estoit sa ruyne
   et destruction, et qu'il ne changerait jamais d'adviz, estant en
   elle de suyvre lequel qu'elle vouldroit; mais que, pour ne luy
   donner aulcun souspeçon de luy, il se privoit désormais fort
   vollontiers de n'entrer plus en son conseil.» Et ainsy s'en
   partit pour lors, et s'en vint à Londres, bien que, incontinent
   après, la dicte Dame luy envoya, et au marquis de Norampton, une
   commission pour parler au dict évesque de Roz, affin de luy
   confirmer les choses qu'il desiroit, car pour encores elle ne le
   vouloit admettre en sa présence; toutesfois cella a esté rabillé
   despuys, et le dict comte mesmes a faict parler le dict évesque à
   la dicte Dame.

   Ceste tant grande division de court, laquelle est encores plus
   grande dans le royaulme, est cause dont, pour ne laysser
   intéresser le Roy ny sa couronne d'une si ancienne alliance, j'ay
   ainsy entreprins de m'oposer à ceulx de ce conseil qui
   s'esforcent de la luy oster, qui ne sont personnaiges guières
   principaulx, ny bien fort authorizez, pour me joindre aulx
   aultres qui font tout ce qu'ilz peuvent pour la luy conserver,
   qui sont les premiers et plus nobles de ce royaulme, et d'en
   escripre ainsy que j'ay faict à Leurs Majestez.



CXIVe DÉPESCHE

--du XVIe jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Vollet._)

  Nouvelle irritation d'Élisabeth contre l'évêque de Ross, Marie
    Stuart et le duc de Norfolk.--Changement opéré dans les
    résolutions de la reine d'Angleterre.--Nouvelles d'Écosse, où
    le traité conclu par l'ambassadeur a commencé à recevoir son
    exécution.--Mesures prises contre ceux qui répandraient les
    bulles du pape en Angleterre.--Affaires
    d'Allemagne.--Propositions que doit faire le pape à la diète de
    Spire.--Messager envoyé à Londres par l'amiral Coligni.--Motifs
    qui ont changé les résolutions d'Élisabeth.


     AU ROY.

Sire, il n'y avoit guières plus de deux heures que le Sr de Vassal
estoit party, pour vous aporter ma dépesche du XIe du présent, quand
le Sr de Sabran est arrivé avec celle de Vostre Majesté du dernier du
passé, sur laquelle m'ayant la Royne d'Angleterre assigné audience à
demain, je mettray peyne, Sire, de fère, s'il m'est possible, qu'elle
veuille bien conformer son intention à ce que me mandez estre de la
vostre; et de luy oster, si je puys, une nouvelle offance, que,
despuys huict jours, elle a conservé contre l'évesque de Ross avec
tant d'indignation qu'elle jure de ne le vouloir jamais veoir, ainsy
que le Sr de Vassal vous l'aura peu dire, chose que je crains assés
que me sera bien difficile de remédier, et qui pourra possible
retarder beaucoup les affères de la Royne d'Escoce; mesmement que
ceulx, qui nous sont contraires, ont heu desjà de quoy fère de là ung
mauvais office contre elle, c'est de changer la pluspart des bonnes
dellibérations qui avoient esté faictes sur les choses du Nord et
d'Escoce; et ont aussi miz tant de traverse à la liberté du duc de
Norfolc, qu'il semble qu'elle soit meintennant bien fort retardée, ny
ceulx qui veulent bien à la Royne d'Escoce et au dict duc n'ont peu
mieulx, pour ce coup, que de céder ung peu au courroux de leur
Mestresse; dont le comte de Lestre s'est absenté pour douze ou quinze
jours en sa maison de Quilingourt, et le comte d'Arondel s'en est venu
en ceste ville. Et cependant noz affères dorment, sinon en tant que
noz ennemys les vont réveillant pour les fère eschapper; mais j'espère
qu'après le retour du dict évesque et de ces seigneurs, nous y donrons
telle presse qu'il nous y serra baillé une bonne ou bien une mauvaise
résolution.

J'entendz que la dicte Royne d'Angleterre a heu si grand désir de
contanter Vostre Majesté, sur ce qu'elle m'avoit promiz de révoquer
ses gens de Lislebourg, que, l'ayant, incontinent après ma précédante
audience, mandé au comte de Sussex, il les a heu retirez premier qu'on
luy ayt peu fère nul contraire mandement; de sorte que Drury, avec ses
quatorze centz hommes, car plus grand nombre n'en avoit il mené par
dellà, a esté de retour à Barvyc le IIIIe de ce moys: j'en sçauray
demain par la dicte Dame encores mieulx la certitude, et pareillement
si elle aura poinct retiré sa garnyson de Humes et de Fascastel. L'on
dict que le comte de Lenoz est arrivé à Lislebourg, et que ceulx du
party du jeune Prince, son petit filz, l'ont associé au gouvernement;
néantmoins que le duc de Chastellerault et les trois comtes
d'Honteley, d'Arguil et d'Athel, lesquelz ont, dez le Xe de may,
soubzsigné à l'authorité de la Royne d'Escoce, et qui se portent toutz
quatre conjointement lieutenants d'elle, avec l'aprobation du reste
de la noblesse et du pays, commancent de réduyre toutes choses bien
fort à leur dévotion.

Cependant l'on se trouve icy en grand perplexité et en plusieurs
difficultez, pour la bulle dont vous ay cy devant escript, et en ont
ceulx de ce conseil miz la matière en délibération; mais ne s'en
pouvans bien accorder, ilz ont faict une grande assemblée des plus
sçavans de ce royaulme pour veoir comme il y fauldroit procéder; et
m'a l'on dict qu'il est résolu que ceulx, qui auront ozé, ou qui
auzeront cy après, entreprendre d'aficher bulles, proclamations,
placartz ou aultres telles choses si expresses contre la Royne, en
lieux publicz, seront attainctz et convaincuz de lèze majesté, et les
aultres qui s'en trouveront seulement saisis, n'encourront pas du tout
si grand crime, mais ilz n'évitteront pourtant l'indignation du
prince; et semble bien que, à l'ocasion de la dicte bulle, les
Catholiques sont plus durement traittez, et qu'on a plus grand aguet à
les observer de près qu'on n'avoit auparavant; mesmes le dict évesque
de Roz a senty que cella est venu ung peu hors de temps pour sa
Mestresse.

L'escuyer du prince d'Orange arriva icy la sepmaine passée, sur les
navyres qui revenoient de conduyre la flotte de Hembourg; qui a aporté
lettres de son maistre à ceste Royne, et au comte de Lestre, et au
secrétaire Cecille, et encores d'aultres lettres à la dicte Dame de
son agent qui est en Allemaigne, en datte ces dernières du XXVIe de
may; qui contiennent divers adviz, premièrement, que la diette a esté
prolongée du XXIIe de may au XXIIe de juing, et que le Pape a fort
conjuré l'Empereur de s'y trouver, qui aultrement s'en vouloit fort
excuser, et ce, pour deux considérations, que Sa Saincteté a heues,
dont l'une se publie assés, qui est pour mettre en avant ung décrect
qu'il ne soit désormais plus loysible aulx Allemans d'aller travailler
les estatz des aultres princes chrestiens, par prétexte de secourir
leurs subjectz pour la cause de la religion; et l'aultre, laquelle on
tient secrecte, est pour fère passer ung aultre décrect contre les
comte Pallatin et duc de Vitemberg, et contre quelconques princes, ou
aultres, qui se seroient despartys et séparez des deux religions
receues en l'Empire: sçavoir, la Catholique et celle de la confession
d'Auguste, affin de les priver non seulement de l'eslection, dignitez,
charges, estatz et aultres leurs prééminances, mais y en subroger tout
incontinent d'aultres, et les exclurre eulx, pour jamais, de la paix
publicque d'Allemaigne. Ce qu'ayant le duc Auguste descouvert, et
craignant que la présente désauthorisation et ruyne de ces princes ne
fût puys après celle de luy mesmes, a vollu interrompre la dicte
diette; mais ne le pouvant fère, les dictes lettres portent que, par
prétexte de conduyre sa fille en son mesnaige, il s'est accompaigné du
Lansgrave et de huict ou neuf mil chevaulx, pour s'opposer aulx
décrectz, et qu'ung chacun juge, puysqu'il s'en vient ainsy à
Heldelberg, qu'il se trouvera sans faulte à la dicte diette et que mal
ayséement s'achèvera elle sans quelque tumulte, puysque luy et les
aultres princes se vont ainsy acompaignant; qu'il s'estimoit que le
Cazimir, incontinent après la dicte diette, ou bien plustost,
s'achemineroit avec ses reytres au secours des Princes et de l'Admyral
de France; que le duc Jehan Guillaume de Saxe avoit donné pour Vostre
Majesté le alliguet[9] à ses gens pour les fère marcher par tout le
moys de may; et qu'il avoit dict aulx aultres princes protestantz que
ce qu'il en faisoit n'estoit que pour se maintenir en crédit vers
Vostre Majesté, et en la pancion que vous luy donnez; laquelle luy
faisoit bien besoing pour s'entretenir, mais qu'il ne nuyroit en façon
du monde à ceulx de la nouvelle religion; et qu'au reste, l'on se
resjouyssoit bien fort en Allemaigne de ce que le Roy d'Espaigne
s'estoit modéré vers les Flamans de leur avoir ottroyé ung pardon
général par où l'on espéroit que les Pays Bas se maintiendroient en
paix; et est l'on icy après à dépescher le dict escuyer pour s'en
retourner devers son maistre.

  [9] La solde du mois.

Mr l'Amyral a trouvé moyen de fère passer jusques icy en grand
dilligence devers Mr le cardinal de Chatillon ung messagier, qui n'a
point aporté de lettres, mais seulement créance de bouche; de laquelle
je n'ay encores entendu le contenu, sinon que on m'a dict que c'est
pour les choses d'Allemaigne, et si n'ay rien sceu du dict homme
jusques à ce qu'il a esté renvoyé, car n'a esté arresté que deux jours
icy, et s'en retourne, à ce qu'on dict, par Paris soubz quelque
passeport emprumpté.

     Ce XVIe jour de juing 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, de ce que Mr l'évesque de Roz, deux jours après que la Royne
d'Angleterre luy eust ottroyé sa liberté, a esté trouvé partant de
nuit avec le comte de Southanton, jeune seigneur catholique; et de ce
qu'on se persuade que la bulle du Pape n'a esté expédiée sans le
consentement de Voz Majestez Très Chrestiennes et du Roy d'Espaigne;
et qu'en mesmes temps milord de Morlay, principal seigneur
d'Angleterre, beau filz du comte Derby, estant appellé en ceste court
n'y est vollu venir, ains est passé delà la mer à Doncquerque;
plusieurs choses en ce royaume monstrent tendre à quelque altération,
mesmes que, pour les dicts accidentz, icelluy comte de Soutanthon a
esté mandé et aussitôt miz en arrest ez mains du capitaine de la
garde; et maistre Cormuaille, ancien conseiller, et plusieurs aultres
Catholiques ont esté examinez et aulcuns d'eux miz en la Tour; et le
duc de Norfolc, qui attandoit quelque eslargissement, a esté resserré.
Dont je crains aussi que les affères de la Royne d'Escoce, qui
commançoient de s'acheminer, en soient de mesmes bien fort esloignez
et retardez, mais je feray, pour le regard de ce dernier, le mieulx
que je pourray envers la dicte Dame pour la fère passer, oultre en ce
qu'elle m'a commancé d'accorder: et j'espère, Madame, que j'en
descouvriray demain assés son intention, bien que, pour l'absence du
comte de Lestre, ny elle ne vouldra m'en donner sa résolution, ny moy
cercher de l'avoir, si je sentz qu'il n'y face bon. Sur ce, etc.

     Ce XVIe jour de juing 1570.



CXVe DÉPESCHE

--du XIXe jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Jacques Tauriel._)

  Détails d'audience.--Changement de conduite de la reine
    d'Angleterre.--Ses plaintes contre le pape.--Sa colère contre
    Marie Stuart et l'évêque de Ross.--Insistance de l'ambassadeur
    pour que le traité touchant l'Écosse reçoive son
    exécution.--Déclaration d'Élisabeth qu'elle va donner les
    ordres nécessaires à l'effet de faire retirer ses troupes, et
    qu'elle consent à traiter de la restitution de Marie
    Stuart.--Motifs secrets qui font agir la reine
    d'Angleterre.--Nouvelles des protestans de France; leur désir
    d'en venir prochainement à une bataille décisive.


     AU ROY.

Sire, il n'est advenu sinon, ainsy que je l'avois pencé, que je
trouverois à ceste heure la Royne d'Angleterre aultrement disposée que
lorsque je parlay à elle, le XXe du passé, non toutesfoys ez choses
qui sont particullières de Vostre Majesté, car en celles là m'a elle
respondu comme les aultres foys; c'est de desirer toutjour la paix de
vostre royaulme et que son ambassadeur luy puisse bientost mander la
conclusion d'icelle, estant bien marrye qu'on la va ainsy prolongeant;
et qu'elle vouldroit bien sçavoir si tout ce que les aultres, de leur
costé, disent que Vostre Majesté leur a offert est vray; et, quoy que
soit, que, comme Chrestienne, elle desire que vous les accommodiez en
leur religion, et, comme Royne, qu'ilz vous randent entièrement ce
qu'ilz doibvent à vostre authorité.

A quoy je luy ay satisfaict, sellon que la lettre de Vostre Majesté,
du dernier du passé, m'a baillé ample argument de respondre au tout,
avec ung sommaire récit de l'estat de votre armée, soubz la conduicte
de Mr le mareschal de Cossé, et des exploictz que Mr le mareschal de
Danville a faictz du costé du Languedoc; ce qui n'a esté sans parler
des aprestz d'Allemaigne et des nopces du Cazimir, par manière
toutesfoys de me demander ce que j'en sçavois: et je n'ai obmiz de
mencionner aussi les levées du duc Jehan Guillaume de Saxe et de
Bronsouyc, comme elles commançoient de bransler pour Vostre Majesté.

Et a la dicte Dame faict venir, par deux foys, à propos de me dire que
l'Empereur luy a naguières escript avec aultant d'abondance,
d'affection et de bienveuillance, comme au contraire le Pape s'est
esforcé de luy donner ung bien mauvais salut par une sienne bulle, en
laquelle il l'appelle _flagiciorum serva_; mais que c'est chose de
quoy elle ne se soucye guières, sinon qu'elle pense que tant
d'estranges et insolantz désordres, qu'on voyt advenir, présagent
bientost la fin du monde; et, avec un rire extraordinaire, m'a compté
la façon dont mylord de Morlay, estant désembarqué à Donquerque, a
demandé de parler au bourgemestre de la ville, se faisant ung des plus
avancez et des plus illustres seigneurs d'Angleterre.

Et se sont jusques là toutz noz propos passez bien fort gracieusement;
mais, quant c'est venu à toucher du faict de la Royne d'Escoce, il est
bien mal aysé, Sire, que je vous puisse dire en combien de façons la
dicte Dame a monstré qu'on l'avoit de nouveau exaspérée et aigrie
contre elle et contre l'évesque de Roz; car luy ayant seulement suyvy
la teneur de voz lettres avec les honnestes satisfactions qui y sont,
elle, en commémorant ses bienfaictz vers sa cousine, m'a récité les
offances vieilles et nouvelles qu'elle a receu d'elle et de ses
ministres, et qu'elles luy estoient si griefves que, si elle les eust
tenues aussi vériffiées, il y a ung moys, comme elle faict
meintennant, elle n'eust heu garde d'entrer en nul tretté des affères
de la dicte Dame avec moy; et qu'elle entendoit que, nonobstant le
dict tretté, Vostre Majesté faisoit embarquer quelques gens en
Bretaigne pour envoyer à Dombertrand, ce qu'elle remettoit bien à
vostre discrétion, et vouldroit qu'il fût vray, car ne fauldroit plus
parler d'accord; toutesfoys qu'elle pence que c'est parce que je vous
ay mandé l'acheminement de ces harquebuziers, que le comte de Sussex
avoit envoyez au comte de Morthon, en quoy je eusse bien faict de ne
me haster de le vous escripre sans en parler à elle ou à son
secrétaire, qui m'eussent faict entendre que ce n'estoit aulcunement
pour se mesler des droictz du royaulme entre la Royne d'Escoce et son
filz, mais pour s'opposer à ceulx qui favorisoient et recepvoient ses
rebelles, et pour donner ayde à ceulx qui les vouloient chasser; que,
en ce que je lui avois dict que les Escouçoys estoient après à vous
sommer de leur envoyer secours par vertu de voz alliances, qu'elle
croyoit bien que Ledinthon, qui avoit esté le plus traystre de toutz à
sa Mestresse, conseilloit meintennant de ce fère, mais qu'elle pense
que Vostre Majesté n'escoutera de si meschantz subjectz que ceulx là,
et ne vouldra pour eulx oublyer une si rescente preuve d'amytié, comme
est celle qu'elle vous a monstrée ez présentes guerres de vostre
royaulme, d'avoir rejecté toutes les persuasions qu'on luy a faictes,
et toutes les occasions qu'on luy a offertes, d'y pouvoir fort
incommoder voz affères, et porter ung grand proffict aulx siens; que,
de ce que son ambassadeur vous avoit requiz de n'envoyer voz forces en
Escoce avec l'asseurance qu'elle n'y envoyeroit point les siennes,
que je croye fermement que tout ce qu'elle vous aura mandé ou qu'elle
vous mandera par luy, elle l'acomplyra, mais qu'il fault considérer la
distance des lieux, et qu'il n'est possible de si tost exécuter une
parolle comme elle est dicte; qu'elle remercye Vostre Majesté du
commandement que m'avez faict de ne m'espargner d'aller jusques vers
la Royne d'Escoce, s'il est besoing, pour l'exorter qu'elle luy
veuille fère d'honnestes offres, et icelles acomplyr et inviolablement
observer; qu'elle ne fait doubte qu'elle ne promette assés, mais
qu'elle ne tiendra jamais; et que l'évesque de Roz est desjà allé
devers elle pour luy parler, qui me relèvera de ceste peyne, duquel
toutesfoys elle ne peult plus espérer aulcun bon office, et que
hardyment la Royne d'Escoce envoye ung aultre ministre, car celluy là
ne parlera jamais plus à elle.

De toutz lesquelz propoz de la dicte Dame, plains de courroux, voyant
que je ne pouvois recuillyr rien de certain, je luy ai demandé s'il
luy playsoit point accomplyr les deux choses, qu'elle m'avoit
naguières promises; de procéder dilligentment à la restitution de la
Royne d'Escoce et de retirer ses forces hors de son pays.

La dicte Dame, intermélant plusieurs aultres propos, m'a enfin
respondu que, pour l'honneur de Vostre Majesté, elle continuera et
paraschèvera le tretté avec la dicte Dame aussitost qu'elle luy aura
faict entendre son intention sur ce que l'évesque de Roz luy aura
dict; me touchant, en passant, que d'aultres foys elle luy avoit
escript que, s'il n'estoit trouvé bon de la remettre avec
magnifficence et aparat en son pays, qu'elle estoit contante qu'on
l'envoyât privéement comme une qui retournoit aulx siens; en quoy
elle a toutjours vollu pourvoir que ce fût avec seureté de sa vie: et
quant à retirer ses forces, que je donne toute asseurance à Vostre
Majesté que, suyvant sa promesse, le comte de Sussex les a desjà
révoquées à Barvych, hormiz quelque peu de gens, qu'il a miz à la
garde de deux chasteaux; lesquelz elle ne dellibère randre, qu'elle ne
soit satisfaicte des outraiges que luy ont faict ceulx à qui ilz
apartiennent.

A cella je luy ay répliqué que ce ne seroit retirer ses forces que de
laysser garnyson dans deux chasteaulx, et que je la pouvois asseurer
que Vostre Majesté ne s'armeroit jamais pour maintenir les rebelles
d'Angleterre, ainsy qu'elle, de son costé, disoit ne s'armer aussi
contre les droictz de la Royne d'Escoce: néantmoins de tant que ceste
alliance d'Escoce, qui a duré neuf centz ans à vostre couronne, vous
abstreinct d'assister meintennant l'auctorité de la Royne d'Escoce,
vostre belle soeur, contre ses propres rebelles; et y voulant elle, en
mesmes temps, poursuyvre les siens, qu'enfin vous viendriez aulx armes
et à la guerre entre vous contre votre propre vouloir et intention; et
que vous aviez trop plus de rayson de mettre garnyson dans Dombertrand
que elle d'en tenir dans Humes et Fascastel.

Elle allors m'a respondu qu'elle ne sçavoit, à la vérité, comment le
comte de Sussex en a usé, ny quelles gens il a layssé dans ces
chasteaulx; mais que tout cella se pourra accommoder par le tretté, et
qu'elle desire bien sçavoir quelle responce Vostre Majesté me fera, et
ce que vous aurez respondu à son ambassadeur sur ce qu'elle, a
dernièrement tretté avec moy.

Et layssant ainsy ces propos, nous sommes passez à d'aultres plus
gracieulx, avec lesquels s'est finye ceste audiance, despuys laquelle
m'estant pleinct au secrétaire Cecille de la dicte garnyson des deux
chasteaulx, il m'a respondu que ce n'estoit chose de conséquence; car
n'y avoit que quarante hommes en l'ung, et vingt en l'aultre; et que
le tretté mettroit fin à tout cella; me priant de continuer à fère
tousjours bons offices entre Voz Majestez, et qu'il contendra avec moy
de les fère encores meilleurs, s'il peult. Sur ce, etc.

     Ce XIXe jour de juing 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, les propos, que Vostre Majesté verra, en la lettre du Roy, que
la Royne d'Angleterre m'a tenuz, procèdent, à mon adviz, de l'une de
trois occasions et, possible, de toutes trois ensemble: la première,
des véhémentes inpressions qu'on luy a données, et qu'on luy donne
encores, de ne se debvoir jamais tenir bien asseurée de la Royne
d'Escoce, dont aulcuns me disent que, quoy aussi que la dicte Dame me
promette, son intention, ny celle des siens, n'est de se despartyr
aucunement des premières dellibérations qu'ilz ont faictes sur ceste
paouvre princesse et sur son pays, sinon qu'ilz y soyent contrainctz
par la force; la seconde, qu'on l'asseure que le capitaine La Roche et
le capitaine Puygaillard sont desjà embarquez à Suscivye, avec cinq
centz harquebouziers brethons, pour passer en Escoce: ce que la dicte
Dame m'a dict le sçavoir bien au vray, mais qu'elle est bien advertye
aussi que, le IXe de ce moys, ils n'estoient encores bougez, et,
possible, a elle vollu ainsy braver lorsqu'elle s'est trouvée en plus
grand peur; et la troisiesme est qu'on luy a fort magniffié les
forces, qui sont en l'armée des Princes de Navarre et de Condé,
l'asseurant qu'elles sont suffisantes de travailler assez toutes
celles de Voz Majestez, sans qu'en puyssiez envoyer dehors.

Car, voycy, Madame, ce que j'entendz qu'on a miz par escript et
monstré à la dicte Royne d'Angleterre et puys publié, de main en main,
de la créance qu'a aportée le messagier de Mr l'Amyral. C'est que le
dict sieur Amyral fortiffie Roane, pour estre ung lieu très oportun et
commode à maintenir la guerre, et y fère son magazin, et pour y
retirer ses mallades; et avoir ce passaige de Loyre à son
commendement, pour y pouvoir sans difficulté recuillyr les secours
d'Allemaigne et incommoder grandement toutz les aultres pays
d'alentour; que, oultre qu'il a avec luy les viscomtes, et les troupes
de gens de cheval et de pied qui estoient en Gascoigne, qui ne sont
petites, il a recuilly en Languedoc ung grand nombre de bien bons
soldatz, et que le comte de La Rochefoucault l'est venu trouver avec
huict centz chevaulx et deux mil harquebuziers, toutz gens d'eslite;
que de la Charité est arrivé dans son camp une troupe de quatorze
centz bons hommes, toutz à cheval; que Mr de Lizy y est aussi arrivé
d'une aultre part, avec douze centz harquebuziers et cinq centz
chevaulx, lesquelz il a recuilliz en revenant d'Allemaigne; et que
tout cella ensemble faict la plus brave armée de Françoys qui de
longtemps ayt esté veue en France, oultre les reytres qu'il a, qui ne
sont guyères diminuez; et qu'il ne désire rien tant que de venir à une
journée, laquelle il cerchera de donner bientost par toutz les moyens
qu'il luy sera possible; et que l'armée du Roy, que Mr le mareschal de
Cossé conduict, est composée de huict mil Suisses nouvellement levez,
car des vieulx n'en y a guières plus, et de quatre mil Françoys, d'ung
nombre de reytres, qu'on paye à trois mil, qui ne sont que dix huict
centz, soubz la charge du jeune comte de Mensfelt, duquel il ne se
deffye pas trop, et d'envyron quatre mil chevaulx françoys; et qu'il a
esté mandé à Mr le mareschal de Damville de se joindre au sieur
mareschal de Cossé, affin de donner la bataille, laquelle néantmoins
semble qu'il la vouldra évitter; car s'est logé vers Dun le Roy, et se
couvre de la rivière d'Allyé. Lesquelles nouvelles, comme elles
mettent en grand suspens les opinions des hommes, aussi suspendent
elles les dellibérations des affères; et croy qu'elles retarderont
ceulx que nous traictons icy meintennant, attendant ce qui pourra
succéder; mesmes que j'entendz que, parmy leurs esglizes, il est desjà
ordonné de fère prières et jeunes pour ceste prochaine bataille, tant
ilz pensent que les choses en sont prez; et encores que je m'asseure,
Madame, que si cecy est vray, Voz Majestez l'auront bien entendu
d'ailleurs, toutesfoys, pour l'inportance de l'affère, et pour le
dangier qu'aulcuns personnaiges d'honneur et de bien, qui conférons
quelquefoys ensemble, avons peur que puysse avenir, je n'ay vollu
différer de le vous mander incontinent par ce courrier exprès, avec
les responses de la dicte Royne d'Angleterre. Et sur ce, etc.

     Ce XIXe jour de juing 1570.



CXVIe DÉPESCHE

--du XXIe jour de juing 1570.--

(_Envoyée jusques à la court par Groignet, l'un de mes secrétaires._)

  Message de la reine d'Angleterre, afin que le roi soit
    sur-le-champ averti qu'elle se considérera comme dégagée de sa
    parole si l'expédition française, destinée à porter des secours
    en Écosse, sort des ports de Bretagne.--Désir de l'ambassadeur
    que l'on ajourne cette expédition.--Nouvelles d'Allemagne, où
    tout se prépare pour donner d'importans secours aux protestans
    de France.--_Lettre secrète à la reine-mère._ Dispositions
    prises par les protestans de France, en Angleterre et en
    Allemagne, dans le but de continuer la guerre avec vigueur.


     AU ROY.

Sire, les responces et adviz, que je vous ay escript despuys trois
jours, m'ont semblé estre assez pressez pour les vous debvoir fère
sçavoir par ung courrier exprès, comme j'ay faict; et meintennant,
Sire, je suys instantment requiz par la Royne d'Angleterre de vous en
dépescher encores ung, tout présentement, pour vous notifier ce que,
par ung sien secrétaire, nommé maistre Sommer, elle m'a envoyé dire
jusques en mon logis: c'est qu'elle avoit bonne souvenance des choses
naguières accordées entre elle et moy, touchant la Royne d'Escoce, et
qu'elle estoit preste de les acomplyr tant à continuer et paraschever
le tretté avecques elle, que à révoquer ses forces hors de son pays,
comme desjà elle les avoit faictes retirer à Barvyc; mais que, ayant
très certain advertissement comme il s'embarquoyt des compaignies en
Bretaigne pour les envoyer de dellà, qu'elle vouloit bien déclairer à
Vostre Majesté que, si elles y passoient, elle se tenoit, d'ors et
desjà, quicte et deschargée de la promesse qu'elle m'avoit faicte, et
qu'elle exploicteroit dans le dict pays par son armée, qui est
encores entière et en estat, tout ce qu'elle verroit estre expédiant
et à propos pour son service; et qu'elle continueroit de retenir la
Royne d'Escoce là où elle est, sans plus entendre à nul tretté
avecques elle; et, de tant que cella importoit beaulcoup à vostre
commune amytié, à laquelle elle avoit regrect d'y veoir intervenir
ceste altération, me prioit que je vous en voulusse promptement
advertir par homme exprès, qui peult retourner en dilligence, affin
que je l'en peusse résouldre.

Et bien, Sire, que j'aye respondu au dict Somer que j'avois
freschement reçeu une responce de Vostre Majesté, laquelle j'yrois
aporter à la dicte Dame, et j'espérois qu'elle la contenteroit, il n'a
layssé pourtant de percister que je debvois dépescher promptement
devers Vostre Majesté; qui est l'occasion du voyage de ce mien
secrétaire, par lequel je vous suplieray très humblement, Sire, que,
en voz propos à l'ambassadeur d'Angleterre et en voz apretz de
Bretaigne, il vous playse monstrer toutjour que vous estes prestz
d'entretenir ce qui a esté accordé en vostre nom à la dicte Dame, et
de différer l'embarquement et passaige de vostre secours en Escoce,
jusques à ce qu'aurez veu ce qui succèdera du tretté qu'elle a
commancé avec la Royne vostre belle soeur; et qu'elle veuille achever
de retirer la garnyson qui est demeurée dans Humes et Fascastel, comme
elle a desjà retiré le principal de ses aultres forces du pays,
nonobstant que vous rescentiez beaucoup ce dernier exploict de ses
gens, qui ont abattu quatre maysons du duc de Chastellerault et brullé
toutz ses villaiges.

Et après, Sire, que j'auray parlé à la dicte Dame sur la bonne
responce, que m'avez commandé luy fère par vostre dépesche du Xe du
présent, je feray entendre ce que j'auray peu comprendre de ses
propos, tant sur ce faict de la Royne d'Escoce que sur ce que la dicte
Dame peult avoir sceu des choses d'Allemaigne: d'où j'entendz qu'elle
a freschement receu lettres, qui lui parlent de l'acheminement de
l'Empereur à Espire pour la diette; et comme la Royne d'Espaigne passe
oultre vers les Pays Bas, laquelle deux mil chevaulx allemans viennent
accompaigner jusques à Nimeguen, où le duc d'Alve la doibt aller
recepvoir, et qu'elle meyne deux de ses petitz frères pour les passer
en Espaigne, (au lieu des deux aisnez) qui s'en retourneront sur les
mesmes vaysseaulx, qui la seront allez conduyre; et que les nopces du
Cazimir ont été accomplyes, où se sont trouvez trèze mil chevaulx,
lesquelz on tient pour chose asseurée que s'acheminent incontinent en
France, au secours de Messieurs les Princes et Amyral; que les trois
électeurs laycs se sont liguez ensemble pour s'oposer aulx décrectz
qui pourroient estre faictz ou contre leur religion, ou contre les
libertez d'Allemaigne; et qu'il semble encores que c'est
principallement pour empescher que l'Empereur ne puysse fère créer son
filz roy des Romains, non sans quelque esbahyssement commant celluy de
Brandebourg s'est joinct à cella, veu qu'il est pensionnaire à six mil
escuz par an du Roy d'Espagne, et qu'il s'est toutjours monstré amy et
serviteur de la mayson d'Austriche; et que aus dictes nopces du dict
Cazimir a appareu quelque désordre de l'ung des deux ducz Jehan de
Saxe, Frédéric ou Guillaume, qui sur quelque débat a vollu tuer le
comte Pallatin; et que quelque homme Gantoys a esté prins et exécuté
pour avoir confessé qu'il estoit venu à la dicte assemblée, pour
donner un coup de pistollé au prince d'Orange. De toutes lesquelles
nouvelles, Sire, celle de la descente de ces Allemans en votre
royaulme me semble considérable, parce qu'il y a grand aparance qu'on
l'exécutera, si la paix ne se conclud bientost; et j'en ay icy de
grandz indices, et pareillement d'une armée de mer, qui se prépare par
ceulx de la nouvelle religion, de bon nombre de vaysseaulx pour fère
une descente de deux ou trois mil hommes en quelque lieu de Normandie,
Bretaigne ou Guyenne; et ne monstrent qu'ilz espèrent encores, en
façon du monde, la dicte paix, bien que, tout à ceste heure, l'on me
vient de dire qu'il a esté semé quelque bruict à la bource de ceste
ville qu'elle est desjà conclue. Sur ce, etc.

     Ce XXIe jour de juing 1570.


     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part du dict jour._)

Madame, ce n'est tant pour satisfère à la Royne d'Angleterre, que je
vous envoyé présentement ce mien secrétaire, comme pour vous aporter
ceste mienne lettre à part, par laquelle je veulx bien asseurer Vostre
Majesté que, sur la créance du messagier de Mr l'Admyral, duquel je
vous ay naguières faict mencion, il a esté tenu, dez dimanche dernier,
entre les principaulx, qui sont icy, de la nouvelle religion, Françoys
et Flamans, ung conseil bien fort secrect; duquel, à la vérité, je
n'ay pas bien descouvert toutes les dellibérations, mais ceulx cy sçay
je bien de certain, c'est que, incontinent après la tenue du dict
conseil, il a esté dépesché de par eulx, coup sur coup, deux
messagiers en Hembourg, pour y aporter les lettres de responce et de
crédict, que de longtemps ilz se sont pourveuz icy pour fère leurs
payemens en Allemaigne; et que c'est pour fère incontinent marcher
leurs nouvelles levées; et qu'ilz sont après à ordonner deux d'entre
eulx pour les aller trouver, affin de les conduyre et leur servyr de
mareschaulx de camp, jusques à ce qu'ilz seront arrivez en l'armée des
Princes; et estiment le nombre des dicts Allemans non moindre que de
douze à quinze mil chevaulx; et pour ordonner aussi ung général de
mer, d'entre les gentilhommes qui sont icy, pour l'envoyer bientost
fère une descente de deux mil cinq centz hommes, en quelque lieu de
Normandie ou Bretaigne, où ilz ont intelligence; et que desjà les
vaysseaulx, les vivres et tout l'apareilh de l'entreprinse est prest à
la Rochelle, où s'yront joindre les vaysseaulx du prince d'Orange, qui
sont en ceste coste, et encores deux toutz nouveaulx qu'ung sien
serviteur a heu, despuys deux jours, permission d'aller armer et
équiper à Amthonne. Et semble qu'il y ayt icy aulcuns gentishommes
françoys qui, à regrect, feront ce voyage, et que, si Vostre Majesté
les vouloit gratiffier et les retirer au service du Roy, ilz
habandonneroient très vollontiers l'aultre party, lequel aultrement
ilz sont contrainctz de suyvre; vous suppliant très humblement,
Madame, de ottroyer au gentilhomme, pour qui le sieur de Vassal vous
aura parlé, la seureté qu'il vous demande, laquelle j'estime que
reviendra au proffict de vostre service. Et faictes semblant, Madame,
s'il vous playt, que vous n'avez heu ces adviz de moy, aultrement il
sera dangier que je ne vous en puysse plus mander, s'ilz cognoissent
que j'aye tant de notice de ces affères; car les dicts de la nouvelle
religion sont bientost advertys de tout ce que le Roy, et Vous, et
Monseigneur, dictes et faictes; et mesmes l'on m'a asseuré que, en
France, oultre ceulx de l'aultre party, il y en a aulcuns, lesquelz on
ne m'a poinct nommez, qui ne sont point déclairez de leur costé, qui
toutesfoys sont respondans de la paye de ces reytres, qui doibvent
venir.

Par ainsy, Madame, considérant l'estat des choses, et le peu de
confiance que Voz Majestez doibvent mettre en rien qui soit que en
Dieu seul, et en vous mesmes; et que la descente du Cazimir vous doibt
estre très suspecte, pour l'alliance du duc Auguste, qui ne l'a prins
pour son gendre pour sa présente grandeur, ains possible pour celle où
il aspire par les troubles des aultres estatz; et que la Royne
d'Angleterre ne fauldra d'incliner à leur entreprinse; je ne puys que
prier Dieu bien fort dévottement qu'il vous doinct, Madame, à bientost
conclurre la paix, et la conclurre telle que la descente des Allemans
en soit bien certainement divertye, et Voz Majestez exemptes de toute
surprinse, déception et dangier. Et sur ce, etc.

     Ce XXIe jour de juing 1570.

   Je vous puys asseurer, Madame, que ceulx de la nouvelle religion,
   qui sont icy, ne s'attendent aucunement à la paix, ains à
   continuer la guerre; et semble que l'ambiguité et la longueur,
   dont l'on procède à vous rendre response sur les articles de la
   dicte paix, n'est que pour gaigner le temps et attandre leur
   secours.



CXVIIe DÉPESCHE

--du XXVe jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès par Jehan Monyer, postillon, jusques à Calais._)

  Retard apporté à la désignation d'une audience demandée par
    l'ambassadeur.--Interrogatoire subi par l'évêque de Ross devant
    le conseil d'Angleterre.--Conditions arrêtées dans ce conseil
    au sujet du traité qui peut être conclu avec la reine
    d'Écosse.--Nouvelles d'Allemagne.--Avis donné au roi d'une
    entreprise qui se prépare pour opérer une descente en France.


     AU ROY.

Sire, affin de mettre la Royne d'Angleterre hors de la peyne, où elle
est, de l'aprest qu'on luy a dict que Vostre Majesté faict en
Bretaigne pour envoyer des gens en Escoce, je luy ay, dez mardy
dernier, envoyé demander audience, pour luy fère veoir vostre bonne
responce là dessus en la façon que par voz lettres, du Xe de ce moys,
il vous playt me le commander; et le secrétaire Cecille, ayant conféré
avecques elle, m'a respondu qu'elle ne me la pouvoit si tost ottroyer,
à cause qu'elle se trouvoit mal, comme à la vérité elle faict, de sa
jambe, mais que je luy pourrois escripre cella mesmes que j'auroys à
luy dire. Dont de tant, Sire, qu'on m'a adverty qu'il y a de
l'artiffice en cella, pour fère tremper l'évesque de Roz, et pour fère
en sorte que la dicte Dame renvoye cependant ses forces en Escoce, et
qu'elle face jetter de ses grandz navyres en mer, pour la persuasion
qu'on luy donne que, nonobstant voz bons propoz, qu'avez tenuz à son
ambassadeur, vous ne lairrez d'envoyer gens par dellà; j'ay escript ce
matin à la dicte Dame que, de tant qu'une lettre ne pourroit suffire
pour tout ce que j'avois à luy dire, ny me raporter sa responce, et
que les propos, que j'avois à luy tenir de vostre part, n'estoient
toutz que pour son contantement, que je me garderoys de les employer
ny par escript, ny par présence, en actes si contraires, comme seroit
d'en travailler sa santé, et que partant j'attendrois fort paciemment
et de bon cueur la commodité de sa convalescence; laquelle je prioys
Dieu de luy donner bientost et bien parfaicte.

Je ne suis trop marry, Sire, de ce retardement parce que le comte de
Lestre et ceulx, qui portent faveur à ceste cause, seront cependant de
retour; en l'absence desquelz ayantz les aultres ouy l'évesque de Roz
sur le faict, dont on le chargeoit, d'avoir tretté en secret avec le
comte de Surampthon, et ayantz vollu aussi tirer de luy ce qu'il
aportoit de l'intention de sa Mestresse, sans l'admettre à la présence
de la Royne d'Angleterre, après qu'il s'est bien deschargé de l'ung,
et qu'il leur a heu remonstré qu'il ne pouvoit fère l'aultre pour
aulcunes choses secrectes qu'il ne pouvoit commettre qu'à elle mesmes,
ilz se sont desbordez jusques là de luy dire qu'ilz ne se soucyoient
pas tant de l'advancement de ceste matière qu'ilz le vollussent
presser de la leur proposer; mais, de tant que la Royne d'Escoce et
luy, qui est son ministre, et toutz les princes qui parlent pour elle,
estoient papistes, et par ainsy ennemys de leur Mestresse et de son
estat, qu'ilz tenoient pour très suspect tout ce qui se trettoit de sa
restitution; à l'ocasion de quoy il falloit, avant toutes choses,
qu'elle et luy fissent profession de la religion réformée, et bien
qu'ilz y ayent meslé quelque soubzrire, ce n'a esté toutesfoys sans
parolles véhémentes pour essayer s'ilz pourroient gaigner ce point.

En quoy le dict sieur évesque a usé de saiges responces, qui seroient
longues à mettre icy; mais cependant j'ay descouvert, Sire, comme ne
pouvant ceulx cy vaincre le désir, que leur Mestresse a de sortyr de
cest affère, qu'ilz se sont dellibérez de se tenir fermes et résoluz
aux condicions qui s'ensuyvent: Que la religion protestante soit
establye et confirmée en Escoce; que la Royne d'Escoce se doibve
obliger, par sèrement solemnel, et fère obliger les siens, qu'elle
n'entendra jamais à nul party de mariage, sans l'exprès consantement
de la Royne d'Angleterre; qu'elle chassera les rebelles anglois, qui
se sont retirez en son pays, sans jamais plus en recepvoir, et que
désormais ilz seront randuz mutuellement par l'ung prince à l'aultre
sans contradict; qu'elle cèdera à la Royne d'Angleterre, et aulx
descendans qui procéderont d'elle, tout le droict et tiltre qu'elle
prétend à ceste couronne; qu'elle déclairera, d'ors et desjà, pour son
successeur à celle d'Escoce et à ses droictz prétanduz de ceste cy son
filz le Prince d'Escoce; que le dict Prince sera mené pour être nourry
en Angleterre soubz quelque promesse, que la dicte Royne d'Angleterre
fera, de le déclairer pareillement son successeur immédiat après elle,
au cas qu'elle n'eust point d'enfans; que ligue sera faicte, offencive
et deffencive, entre les deux roynes et leurs royaulmes à jamais, à
laquelle sera donné lieu à Vostre Majesté d'y pouvoir entrer si bon
vous semble, mais soubz des condicions que je n'ay encores peu bien
sçavoir quelles elles sont; qu'il ne sera loysible d'introduyre nul
estrangier en armes, d'où qu'ilz soient, dans le pays, ny par quelque
couleur ou prétexte que ce puisse estre; et, finalement, que Vostre
Majesté baillera ostaiges, à estre icy quelque temps, pour la seureté
des choses susdictes.

Je n'ay encores, Sire, donné cest adviz à l'évesque de Roz, lequel
aussi n'a pas heu loysir de me conférer les offres qu'il aporte de sa
Mestresse; mais Vostre Majesté, s'il luy playt, me commandera de bonne
heure sa bonne vollonté là dessus, affin que je me trouve bien préparé
d'icelle, quant il en sera temps; car j'espère que nos amys vaincront
l'opiniastreté de noz ennemys de ne demeurer trop fermes sur si dures
condicions comme seroient toutes celles icy ensemble.

Au surplus, Sire, il se continue fort que ceste nuée d'Allemans des
nopces du Cazimir yra estre ung orage en vostre royaulme au secours
des Princes et de l'Amyral, ayant le comte Pallatin escript par deçà
que en la dicte assemblée ne seroit rien obmiz de ce qui apartiendroit
au secours de leur religion en France; duquel secours, pour
l'incertitude de l'intention du duc Auguste, les déterminations
n'avoient peu prendre aulcune bonne résolution jusques à ceste heure;
qu'il avoit déclairé que le sien seroit le premier prest, et qu'il
l'envoyeroit à ses despens. Et estime l'on que la dicte assemblée des
nopces a esté principallement projettée pour estre une contrediette de
celle que l'Empereur a assignée à Espire, affin de résouldre, de eulx
mesmes et sans le dict Empereur, les affères d'Allemaigne à la
dévotion des trois ellecteurs laycs, qui semblent avoir tiré celluy de
Colloigne eclésiastique à leur party; et pour ordonner aussi de
l'establissement de leur religion en France et en Flandres, mais
surtout pour empescher que l'ellection du roy des Romains ne se puisse
fère en la personne du filz, ny du frère de l'Empereur, non sans
quelque opinion qu'ilz veuillent, entre eulx et de leur propre
authorité, nommer le dict Auguste roy des Romains. Et de tant, Sire,
que, de jour en jour, me viennent plusieurs indices que ceulx de la
nouvelle religion ont une descente en main en quelcun de voz portz ou
places de mer de dellà, où ilz prétendent mettre deux mil cinq centz
hommes en terre, et qu'à cest effect ilz aprestent ung grand armement
à la Rochelle; et que je sçay que les vaysseaulx du prince d'Orange,
qui sont en ceste mer estroicte, s'y préparent; aussi que j'entendz
qu'ilz sont sur la dellibération s'ilz convyeront les Anglois d'estre
de la partie, lesquelz tiennent quatorze grandz navyres et plusieurs
aultres vaysseaulx en estat, et grand nombre d'hommes enrollés pour
quelque effect; je vous suplye très humblement, Sire, qu'il vous
playse advertyr incontinent les gouverneurs de Normandie, Picardie,
Bretaigne et Guyenne, car je ne sçay proprement où s'adresse leur
entreprinse, qu'ilz ayent à y prendre garde et se préparer si bien
qu'ilz ne puissent estre surprins. Sur ce, etc.

     Ce XXVe jour de juing 1570.



CXVIIIe DÉPESCHE

--du XXIXe jour de juing 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Dièpe par Brogle, messagier._)

  Audience.--Discussion des affaires d'Écosse.--Promesse de la
    reine d'arrêter toute hostilité, et d'entendre les propositions
    de l'évêque de Ross.--Désir manifesté par Élisabeth de voir la
    paix rétablie en France.--Communication faite par la reine à
    l'ambassadeur des nouvelles qu'elle a reçues d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, s'estant la Royne d'Angleterre assés tost repentye de ne
m'avoir, le XXIIIe du présent, ottroyé audience, elle m'a mandé, le
deuxième jour après, que je la vinse trouver quant il me plairroit; et
se sont, la lettre qu'elle me faisoit escripre là dessus par le
secrétaire Cecille et la mienne, que pour cest aultre effect je luy
escripvois, laquelle elle a heu bien agréable, rencontrées en chemin,
dont je suys allé trouver la dicte Dame le XXVIe de ce moys à Otlant;
où m'ayant faict appeller en sa chambre privée, en laquelle elle
estoit en habit de mallade, ayant sa jambe eu repoz, après m'avoir
compté de son mal, et faictes ses excuses de ne m'avoir peu si tost
ouyr comme je l'avois desiré, je luy ay ramentu les choses cy devant
accordées entre nous, et comme je n'avoys failly, suyvant son désir,
de dépescher ung homme exprès pour aporter à Vostre Majesté la
déclaration que sur icelle elle m'avoit envoyé notiffier par son
secrétaire Sommer; laquelle déclaration je luy voulois bien dire que
je ne l'avoys peu trouver guières mauvayse, encore qu'il y eust
quelque peu de menace, parce qu'il y avoit aussi de la franchise et
une vraye démonstration qu'elle faisoit de vouloir évitter toute
altération entre Voz Majestez, dont j'espérois que ce qu'elle
entendroit meintennant de vostre intention en cella la contanteroit.

Et ainsy, Sire, je luy ay récitté mot à mot le contenu de vostre
lettre du Xe de ce moys, non sans qu'elle ayt donné une claire
cognoissance, sans en rien dissimuler, qu'elle recepvoit ung singulier
playsir de ce que je luy disoys; m'ayant tout aussitost prié bien fort
expressément de luy en vouloir bailler aultant par escript, affin de
le monstrer à quelques ungs de ses conseillers, qui luy disoient
qu'elle ne debvoit laysser de procéder et pourvoir aulx affères
d'Escoce, tout ainsy que si Vostre Majesté ne luy avoit rien faict
promettre par moy, ny luy mesmes rien dict à son ambassadeur: car
croyoient que vous n'aviez aulcune vollonté d'en rien observer, ainsy
que voz aprestz de Bretaigne, qui ne cessoient pour cella, leur en
donnoient assés bon tesmoignage; ce néantmoins qu'elle s'en vouloit
reposer en vostre parolle, comme d'ung magnanime Roy et Prince
vertueux et saige, qui regardiez à conserver l'amytié des princes voz
voysins, entre lesquelz ce seroit elle qui vous randroit la sienne
plus parfaicte et accomplye; et qui, oultre le remercyement très grand
qu'elle vous fesoit de l'esgard qu'avez heu maintennant à icelle, vous
cognoistriez qu'elle ne l'auroit moins ferme en l'observance de ses
promesses qu'elle s'asseuroit de la persévérance de la vostre, en
celles que vous luy faysiez.

J'ay suyvy, Sire, à luy dire qu'elle trouveroit toutjour toute seurté
et vérité en voz parolles et en celles de la Royne vostre mère, et que
toutz les jours il luy viendroit nouvelles preuves, que Voz Majestez
n'avoient aultre intention que de vivre en grande unyon de paix, et de
toute bonne intelligence avecques elle; bien que je luy vollois
confesser tout librement que, le lendemain de l'aultre audience
qu'elle m'avoit donnée à Amthoncourt, je n'avoys failly de vous fère
une dépesche, non pour aigryr ainsy les matières, comme il m'avoit
semblé que je l'avois trouvée elle aigrye et changée en peu de jours,
(ce que je n'atribuoys aulcunement à elle, ains à d'aultres, qui
avoient fort à regrect la bonne unyon de Voz Majestez), mais que je ne
vous avois pas vollu celler ce qu'elle m'avoit résoluement dict de
vouloir en toutes sortes retenir les deulx chasteaulx de Humes et
Fascastel, jusques à ce que ceulx à qui ilz apartiennent eussent
satisfaict à l'obligation des frontières; et que meintennant j'avois
à la requérir très instantment de deux choses: l'une, que, de tant que
Vostre Majesté avoit tant vollu defférer à nostre accord qu'ayant ung
armement tout prest pour le secours d'Escoce, et les Escouçoys sur le
lieu qui vous requéroient de l'envoyer, et qui vous remonstroient le
gast, le bruslement et la démolition de leurs maysons nobles du pays,
et la détention de leur Royne en Angleterre; et que, nonobstant tout
cella, vous aviez différé et quasi interrompu le dict secours pour luy
complayre, qu'elle, de sa part, vollût entièrement retirer ses forces
hors du dict pays, comme elle me l'avoit promis, et nomméement celles
qu'elle avoit encores dans les deux chasteaulx; la segonde chose
estoit qu'ayant Mr l'évesque de Roz aporté toute l'intention et ung
ample pouvoir de tretter et conclurre toutes choses avec elle pour sa
Mestresse, qu'elle y vollût meintennant procéder, ainsy dilligemment
qu'elle vous avoit promiz de le fère, sans plus remettre la matière en
longueur.

Sur lesquelles deux choses, Sire, nous avons heu beaucoup de
contention, et n'ay, pour le regard de la première, peu obtenir rien
de mieulx que ce que la dicte Dame vous prie, Sire, de vouloir laysser
les loix de leurs frontières aller leur cours accoustumé, suyvant
lequel, le différant des dicts deux chasteaulx et des aultres
attemptatz doibvent estre vuydez par les gardiens d'icelles, qui ne
fauldront de randre lors les dicts deux chasteaulx, sans que cependant
ceulx qui sont dedans facent nul acte d'hostillité, qui estoit une
rayson que, quand elle seroit vostre vassalle, vous ne la luy pouviez
bonnement reffuzer; et, quant au segond, encor qu'elle eust proposé de
ne veoyr jamais l'évesque de Roz pour des occasions, lesquelles il
n'avoit peu ny nyer ny excuser, que néantmoins elle me promettoit de
l'ouyr dans deux ou trois jours; et qu'aussitost que le sir de
Leviston, lequel nous avions dépesché en Escoce, seroit de retour avec
les aultres commissaires escouçoys, elle vacqueroit sans aulcune
intermission aulx affères de la dicte Dame.

Après lequel propos estimant, Sire, que je ne le debvois pour ceste
fois poursuyvre plus avant, la dicte Dame m'a dict d'elle mesmes
qu'elle desiroit fort que, la première foys que je retournerois vers
elle, je lui peusse aporter la conclusion de la paix de vostre
royaulme, estant bien marrye qu'elle alloit ainsy traynant.

Je luy ay respondu que je n'avoys nul plus grand desir que de la
pouvoir satisfaire en cella, et que ceste sienne bonne intention
obligeoit Vostre Majesté et tout vostre royaulme beaucoup à elle, ne
faysant doubte, quant elle y pourroit ayder de quelque chose, qu'elle
ne le fyst.

«Il n'y a, respondit elle, nulle oeuvre en ce monde où je m'employasse
plus vollontiers, ny où je courusse de meilleur cueur, encores que je
soys boyteuse, que je ferois à celle là, et que de ce j'en asseurasse
Vostre Majesté.»

J'ay là dessus passé oultre à luy dire que je craignois bien que ceste
longueur peult admener quelque chose entre deux, et attirer encores
possible en vostre royaulme une partie de ces Allemans, qui s'estoient
trouvez aux nopces du duc Cazimir; et qu'elle sçavoit bien ce qui en
estoit, qui seroit ung bon tour de bonne soeur si elle vous en vouloit
advertyr, comme je luy vouloys bien dire que la condicion de la cause
et celle de sa qualité, qui estoit Royne, l'obligeoient de le fère, et
mesmes d'empescher qu'il ne se préparât rien pour soubstenir
l'opiniastretté et obstination de voz subjectz contre vous, qui
n'estoit exemple que pernicieulx pour elle mesmes.

Elle m'a respondu qu'elle ne sçavoit pas entièrement tout ce qui en
estoit, mais que l'Empereur luy avoit bien escript que, par prétexte
du secours de la nouvelle religion en France, il s'estoit faicte une
plus grande assemblée à ces nopces du Cazimir, que ne requéroit
l'ordre des maryez, et qu'il monstroit par sa lettre qu'il la tenoit
fort suspecte pour luy mesmes; adjouxtoit d'aultres gracieulx propos
de ce qu'il avoit veu maryer son frère l'archiduc, encor qu'il l'eust
d'aultres foys tout dédyé à elle, mais qu'il la prioyt que les dictes
nopces ne luy fussent d'aulcune jalouzie, car elles n'empescheroient
qu'il ne fût encores tout sien; et que par le propos de la dicte
lettre et par plusieurs aultres indices elle croyoit asseuréement
qu'il y auroit ung nouveau secours d'Allemans pour ceulx de la
Rochelle, si la paix ne succédoit. Et par ce, Sire, qu'il seroit trop
long de mettre icy toutz les aultres propoz qu'avons heu en ceste
audience, je les remettray à une aultre foys; et adjouxteray seulement
ung mot de la réception de vostre dépesche du XIXe de ce moys, par le
Sr de Vassal, et du voyage que faictes fère par deçà au Sr de Poigny,
lequel nous mettrons peyne de l'aprofitter le mieulx qu'il nous sera
possible. Sur ce, etc.

     Ce XXIXe jour de juing 1570.



CXIXe DÉPESCHE

--du Ve jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par le Sr de Sabran._)

Résolutions d'Élisabeth de maintenir l'accord fait au sujet de
l'Écosse, et d'entrer en négociation sur la restitution de Marie
Stuart.--Espoir de la prochaine liberté du duc de Norfolk.--État de la
négociation des Pays-Bas.--_Mémoire général_, sur les affaires
d'Angleterre.--Bienveillance montrée par Élisabeth aux seigneurs
catholiques.--Condition mise à la liberté du duc de Norfolk.--_Mémoire
secret._ Communication faite par l'ambassadeur à la reine d'Angleterre
de la réponse du roi sur les articles proposés pour la restitution de
Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, pour avoir Vostre Majesté et la Royne, vostre mère, ainsy
vertueusement parlé, comme vous avez, à l'ambassadeur de la Royne
d'Angleterre; et pour m'avoir commandé de déclairer icy à elle vostre
résolue intention de ne vouloir habandonner aulcunement la Royne
d'Escoce, ny les affères de son royaulme; il est advenu que la dicte
Dame a cessé d'en poursuyvre plus avant l'entreprinse par la force, et
qu'elle s'est condescendue d'en venir au tretté, duquel je vous ay
desjà envoyé le commancement. Il est vray, Sire, que, despuys dix
jours, l'on luy a si bien faict acroyre que, nonobstant vostre
promesse, vous ne larriez d'envoyer des gens en Escoce, que la dicte
Dame, changeant de dellibération, avoit desjà mandé au comte de Sussex
de rentrer de rechef avec son armée en pays, et d'y saysir toutes les
places qu'il pourroit; et à l'amyral Clynton de getter promptement six
grandz navyres en mer, non pour aller attaquer la flotte des François
au combat de main, laquelle ilz entendoient estre pourveue de deux
mil bons harquebouziers, mais pour la mettre à fondz à coups de canon,
s'il estoit possible; et mandé davantaige que le sir de Leviston,
lequel nous avions dépesché vers le duc de Chastellerault et vers les
aultres seigneurs escouçoys, pour leur apporter nostre accord, fût
arresté aulx frontières; et qu'au reste elle ne tretteroit ny
admettroit jamais plus l'évesque de Roz en sa présence; s'esforceans
encores ceulx, qui menoient ceste mauvaise pratique, de me fère
retarder mon audience, affin que je ne peusse assés à temps y
remédier; dont a esté assés mal aysé, Sire, de retirer la dicte Dame
de ceste opinion. Néantmoins, j'ay miz peyne de luy dire et encores de
luy bailler par escript, si à propos, la responce de Vostre Majesté du
Xe du passé, et de l'asseurer tant de la seurté et vérité qu'elle
trouveroit toutjour en voz promesses, que, oultre les choses que je
vous ay desjà mandé qu'elle m'avoit en présence lors accordées, voicy,
Sire, ce que de ceste vostre bonne responce s'en est despuys ensuyvy:

Que la dicte Dame a escript au comte de Sussex de casser son armée et
se retirer luy à Yorc, laissant quelques compaignies aulx gardiens des
frontières, et une petite garnyson dans Humes et Fascastel; qu'elle a
ordonné à son admyral de ne getter nulz navires dehors, ains de fère
cesser pour ceste heure tout l'armement et apareil d'iceulx; qu'elle a
mandé au comte de Lenoz, qui estoit à Lislebourg, avec trois centz
Escouçoys entretenuz aux despens de la dicte Dame, de se retirer à
Barvyc; qu'on n'eust à donner aulcun empeschement au sir de Leviston
en la frontière, ains de luy laysser librement poursuyvre son voyage;
et finalement, suyvant sa promesse, qu'elle a si paciemment ouy
l'évesque de Roz, et si favorablement receu des ouvrages, qu'il luy a
présentez de la part de sa Mestresse, lesquelz elle mesmes avoit
faictz de sa main, qu'il m'a dict n'avoir jamais heu une plus bénigne
audience de la dicte Dame ny plus pleyne de satisfaction, qu'il a
faict ceste foys, avec promesse que, aussitost que le sir de Leviston
et aultres commissaires escouçoys seront arrivez, qu'elle procèdera en
toute dilligence aulx affères de la Royne d'Escosse. Et si, semble,
Sire, que le duc de Norfolc ayt aussi assés advancé le faict de sa
liberté, et qu'il est en termes d'estre bientost remiz en son logis de
ceste ville, soubz quelque soubzmission qu'il pourra fère à la dicte
Dame.

Au surplus, Sire, de tant qu'il se trouve meintennant beaucoup de
diminution et de deschet en la merchandise d'Espaigne, qui a esté
arresté par deçà, et que ceulx cy ne la veulent fère bonne, ny veulent
pareillement estre tenuz de celle des trèze ourques, que ceulx de la
Rochelle en ont emmené pour leur part, il semble que leur accord avec
le duc d'Alve n'est près d'estre faict; mesmes que une ordonnance, de
nouveau publiée en Flandres contre les Anglois, monstre que le duc en
est assés esloigné, bien que par aultres moyens il en faict de plus en
plus attaicher la pratique, affin de la faire tumber à son poinct,
ainsy qu'on attand là dessus des commissaires de Flandres qui doibvent
bientost arriver; et ceulx cy desirent tant d'en sortyr qu'il semble
qu'à la fin ils se layrront plyer à ce que le dict duc vouldra, comme
desjà la dicte Dame lui a offert cinquante mil escuz du sien; mais la
demande passe ung million. Les sollicitations et dilligences de ceulx
de la nouvelle religion ne s'intermettent d'une seulle heure, ce qui
faict acroyre au monde qu'ilz sçavent très bien que le propos de la
paix sera acroché à quelque difficulté, et que la guerre sera encores
continuée. Sur ce, etc.

     Ce Ve jour de juillet 1570.

   INSTRUCTION AU DICT SR DE SABRAN des choses qu'il fault fère
   entendre à Leurs Majestés, oultre les lettres:

   Que la Royne d'Angleterre est bien fort sollicitée d'interrompre
   la paix de France par aulcuns, qui luy font acroyre, qu'aussitost
   que le Roy l'aura conclue, il se ressouviendra des mauvais
   déportemens, dont les Anglois, durant ceste guerre, ont usé, par
   mer et par terre, à la Rochelle, icy, et en Allemaigne, contre
   luy; ce qui n'est toutesfoys leur principalle craincte, ains
   qu'avec la dicte paix s'en ensuyve l'accomodement des affères de
   la Royne d'Escoce, laquelle ilz cerchent de ruyner, pour préférer
   à son tiltre, de la succession de ceste couronne, ses aultres
   compétiteurs qui y prétendent.

   Mais comme la dicte Royne parle toutjour en fort bonne façon de
   la dicte paix, aulcuns m'ont asseuré que, à bon escient, elle la
   desire, et qu'elle vouldroit en toutes sortes que la querelle des
   subjectz fût bien esteincte au proffict et advantaige du Roy, ny
   les affères d'Escoce ne la peuvent mouvoir au contraire, parce
   qu'elle veult, commant que soit, sortir d'iceulx; et seulement
   elle crainct que le Roy et le Roy d'Espaigne s'accordent à sa
   ruyne, car aultrement elle estime bien que, se concluant la paix
   en France, le Roy recepvra en grâce ceulx de ses subjectz, qui
   ont senty quelque faveur et support d'elle, et que ceulx là
   seront toutjour moyen que la dicte paix soit aussi entretenue
   entre la France et l'Angleterre.

   Et la cause de luy fère ainsy souspeçonner, que l'intelligence
   des deux Roys soit à son dommaige, procède de la bulle; car ne
   peult croyre que, sans leur consentement, le Pape l'ayt ozé
   expédier ainsy rigoureuse contre elle comme elle est; joinct que
   le duc d'Alve se tient à ceste heure trop plus ferme sur l'accord
   des prinses qu'il ne faisoit, et a monstré une très grande
   anymosité contre les Anglois par une ordonnance, qu'il a faicte
   tout de nouveau publier contre eulx; et si, voyent les dicts
   Anglois qu'il se pourvoyt de beaulcoup plus de forces par mer et
   par terre, qu'il ne leur semble estre besoing pour la réception
   ou conduicte de la Royne d'Espaigne; ce qui leur donne occasion
   de croyre qu'il ayt quelque entreprinse sur ce royaulme;
   entendans mesmement que le Roy d'Espaigne est fort à bout de ses
   Mores, et que toutz les Catholiques, qui s'absentent d'icy, vont
   à recours à luy.

   A l'occasion de quoy j'ay prins, entre deux, l'oportunité de fère
   recepvoir, le mieulx que j'ay peu, à la dicte Dame les honnestes
   expédians et moyens, que le Roy luy a offertz, sur ce qu'ilz
   peuvent avoir à démesler l'ung avecques l'aultre; dont semble que
   enfin elle se lairra conduyre à quelque rayson, et m'a l'on
   asseuré que, en l'endroit des Françoys, Allemans et Flamans, de
   la nouvelle religion, qui sont icy, elle a faict, despuys cinq ou
   six jours, des démonstrations assés expresses qu'elle desiroit la
   paix de France; et pareillement a monstré, touchant les choses
   d'Escoce, qu'elle vouloit contanter le Roy; et a commandé à ceulx
   de son conseil de me donner satisfaction sur les choses
   raysonnables que je leur pourray demander pour les subjectz de Sa
   Majesté.

   Non que, pour tout cella, je cognoisse que ceulx du dict conseil,
   qui portent le faict de la religion nouvelle, aillent en rien
   plus froidz ny plus remiz que de coustume, ny que les principaulx
   agentz, qui sont icy pour ceste cause, intermettent une seule
   sollicitation ny dilligence vers eulx, ny à tenir souvant conseil
   avecques les ministres, pour envoyer lettres et messaigiers de
   toutz costez et pour recouvrer pollices de crédit pour
   Allemaigne, ensemble pour pourvoir, par mer et par terre, à tout
   ce qu'ilz pensent estre besoing pour continuer la guerre, me
   venans confirmez de plus en plus les adviz, que j'ay desjà
   mandez, qu'il s'apreste ung nouveau secours d'Allemans pour eulx,
   et qu'ilz préparent une descente par mer en quelque lieu de
   Normandie, Picardie ou Bretaigne; dont je crains bien que ung des
   serviteurs de Mr de Norrys, nommé Harcourt, qui est Françoys,
   lequel a esté naguières dépesché d'icy vers son maistre, ayt heu
   commission de passer pour cest effect plus avant jusques en
   Allemaigne, ou jusques au camp des Princes.

   Néantmoins la démonstration de la dicte Dame est, pour ceste
   heure, de vouloir trop plus entretenir l'espérance des
   Catholiques en son royaume que d'essayer de la leur rompre, ny de
   les mettre en aulcune souspeçon des Protestans, ayant par son
   garde des sceaux, en l'audience du dernier jour du terme passé,
   faict dire à l'assemblée qu'elle avoit ung très grand regret de
   veoir que ses subjectz catholiques se monstrassent intimidez pour
   leur religion, ny qu'il y en eust qui, pour cause d'icelle,
   s'absentassent, comme ilz faisoient, de son royaulme; et qu'elle
   les vouloit toutz admonester de bon cueur de déposer ceste peur,
   et de prendre telle asseurance d'elle, qu'elle n'innoveroit ny
   permettroit estre innové rien des ordonnances sur ce establyes
   par ses Parlementz et Estatz, soubz lesquelles son royaulme avoit
   desjà vescu plusieurs ans en grand repos, et qu'elle n'entendoit
   en façon du monde que les Catholiques fussent forcez en leurs
   consciences.

   Dont despuys, la dicte Dame, entendant qu'on avoit rigoureusement
   examiné et tenu assés estroict le sir Jehan Cornouaille, jadis
   conseiller de la Royne Marie, et trois aultres personnaiges
   d'assés bonne qualité, qu'on avoit envoyé à la Tour pour estre
   cognuz affectionnez catholiques, elle s'en est asprement prinse à
   ceulx qui l'avoient osé fère; et, pour leur fère plus de honte,
   elle a ottroyé que le dict Cornouaille puysse venir luy baiser la
   main, pour le renvoyer libre en sa mayson, et a commandé que les
   aultres soyent tirez de la Tour.

   Et, encor qu'on luy ayt vollu imprimer beaucoup de nouvelles
   souspeçons du comte d'Arondel, de milord Lomeley, du viscomte de
   Montégu et d'aulcuns aultres seigneurs réputez catholiques, qui,
   pour ceste cause, s'estoient tenuz retirez, elle n'a layssé de
   les envoyer quérir avecques faveur; et n'a rejetté les propos que
   eulx mesmes et d'aultres luy ont meu sur la liberté du duc de
   Norfolc, nonobstant que, ez quartiers de son duché, ayent esté
   naguières surprins deux gentishommes, assés familiers et
   serviteurs de sa mayson, qui pratiquoient de soublever le peuple
   et se saysir du chasteau de Farlin, qui est la principalle
   forteresse du pays.

   Et semble que le dict duc seroit desjà délivré, sans la
   compétance où en sont le comte de Lestre et le secrétaire
   Cecille, lesquelz veulent chacun en avoir tout le gré, et estime
   l'on que le comte soit marry de ce que n'ayant peu conduyre ce
   faict avant son partement, il ayt trouvé, à son retour, que le
   dict Cecille l'avoit bien fort advancé, lequel, à ce que
   j'entendz, a tenu un tel moyen vers sa Mestresse: c'est de luy
   avoir persuadé qu'elle debvoit concéder l'eslargissement du dict
   duc, s'il luy déclaroit par une lettre, escripte et signée de sa
   main, qu'il confessoit l'avoir offancée en ce que, sans son sceu,
   il avoit presté l'oreille au mariage de la Royne d'Escoce, bien
   qu'il eust toutjours estimé que c'estoit pour la seurté d'elle et
   pour le repoz de son royaulme, mais puysqu'elle n'estimoit qu'il
   fût ainsy, et qu'il s'apercevoit à ceste heure qu'il estoit assés
   aultrement, il s'en despartoit entièrement et pour jamais, et
   promettoit de n'entendre à cestuy, ny à nul aultre mariage, en sa
   vie, que ce ne fût avec le congé et bonne grâce de la dicte Dame:
   lequel expédiant je croy qui sera suyvy.

   Estant ce dessus escript, j'ay heu adviz comme un pacquet du
   docteur Mont, agent pour ceste Royne en Allemaigne, estoit
   arrivé, dez hyer au soyr, par lequel il mande que le Pape faict
   bien fort presser l'Empereur de commancer la diette et de
   procéder à la privation et désauthorisation des trois ellecteurs
   laycs, pour substituer trois princes catholiques à leur lieu;
   sçavoir: l'archiduc Ferdinand, le duc de Bavière et le duc de
   Bronsouyc; mais que, se trouvans les aultres accompaignés de dix
   ou douze mil chevaulx, et le dict Empereur seulement de douze ou
   quinze centz, il faict grand difficulté de se trouver à la dicte
   diette.

   Et que, par lettres du comte Pallatin venues en mesmes pacquet,
   le dict sieur comte escript que le Pape s'esforce de troubler
   l'Allemaigne, ainsy qu'il a troublé le royaulme de France; et que
   Dieu lui est tesmoing que, de sa part, il desire la tranquillité
   et le repoz de la Chrestienté et singulièrement du dict royaume,
   en ce toutesfoys que la paix s'y puisse fère estable et à la
   seurté de sa religion, aultrement il promect qu'il ne sera rien
   obmiz de ce qui sera besoing pour réprimer ceulx qui la veulent
   empescher. Il semble que, sur ceste altération d'Allemaigne, le
   dict Pallatin s'employeroit assés vollontiers à procurer la dicte
   paix, dont le Roy pourra essayer de se prévaloir de leurs mesmes
   divisions, et je mettray peyne de fère sonder icy, parmi les
   Protestans, s'ilz sentent que d'icelles leur vienne nul
   retardement ou changement en leurs affères; car j'estime bien
   qu'on attandra de veoir que pourra produyre ceste diette, qui est
   si suspecte aux princes protestans, premier qu'ilz se
   divertissent à nulles aultres entreprinses, et cella donra
   quelque loysir à Sa Majesté.

   DIRA DAVANTAIGE, DE MA PART, A LEURS MAJESTEZ:

   Que ne sachant comme la Royne d'Angleterre eust peu prandre ce
   que Leurs Majestez me commandoient de luy dire, touchant la ligue
   d'entre la Royne d'Escoce et elle, comme le Roy estoit contant
   d'y entrer, j'ay estimé que, pour réserver tout l'advantaige à
   Leurs Majestez, et obvier qu'on n'y puisse rien calompnier, que
   j'en debvois parler en la façon que j'ay faict:

   C'est que j'ay dict à la dicte Dame qu'ayant le Roy entendu les
   trois poinctz, ausquelz s'estoit restreinct tout le premier
   pourparlé d'entre les seigneurs du conseil d'Angleterre et
   l'évesque de Roz; sçavoir: de la religion, du tiltre de ceste
   couronne et de la ligue; que, quant au premier, de la religion,
   estant desjà certain ordre receu là dessus en Escoce, lequel la
   Royne n'a jamais enfrainct, il vouloit tant seulement prier à
   ceste heure la dicte Dame de ne fère force ny viollance à la
   conscience de la dicte Royne d'Escoce, ny innover rien en ceste
   matière qui peult admener plus d'altération au monde qu'il n'en y
   a:

   Et du segond, qui est le tiltre de la couronne d'Angleterre,
   qu'il desiroit que la dicte Royne d'Escoce luy en fît toute la
   cession et transport, qu'elle et son conseil estimeroient luy
   estre besoing pour sa perpetuelle seurté et pour ceulx qui
   pourroient provenir d'elle:

   Au regard du troisiesme, qui concerne la ligue, qu'il ne seroit
   marry qu'elle se fît entre elles, pourveu que ce ne fût contre
   luy, ny au préjudice des aultres ligues qu'il a avec la dicte
   Royne d'Angleterre et son royaume, et pareillement avec la Royne
   d'Escoce et le sien; et layssay là dessus amplement discourir la
   dicte Dame et estendre ses responces, sans l'interrompre de rien,
   ainsy que je l'ay desjà mandé.

   Mais reprenant, puys après, le propos, je luy diz que, ayant
   considéré de moy mesmes combien il sourdoit à toute heure de
   grandes espines et de nouvelles difficultez en ce faict de la
   restitution de la Royne d'Escoce, à cause qu'on la luy proposoit
   toutjours fort suspecte du costé de France, j'avois suplié le Roy
   de vouloir luy mesmes intervenir en la ligue deffencive, qui se
   feroit entre elles deux, affin qu'en lieu de se deffyer de luy,
   elle en print dorsenavant toute asseurance et seurté; et que le
   Roy m'avoit respondu qu'il le vouldroit bien, mais qu'il ne
   voyoit pas le moyen commant cella se pourroit fère; toutesfoys,
   si je le voyois icy sur le lieu, qu'il s'en remettait bien à moy
   de passer oultre;

   Et que je pensoys qu'il avoit regardé à la jalouzie, que les
   aultres princes en pourroient prendre, et possible encores à la
   diversité de la religion; dont, de tant qu'il ne m'avoit commandé
   d'en déclairer si avant à la dicte Dame, et que néantmoins
   c'estoit chose que je ne pouvois effectuer sans elle, je prenois
   sa parolle pour garant que le propos seroit réservé et ne
   passeroit plus avant qu'entre nous deux, ou bien, si elle en
   vouloit communiquer à son conseil, qu'elle me promettait de ne
   dire jamais que cella fût procédé de moy.

   La dicte Dame, ayant très agréable le dict propos, lequel a esté
   cause que tout l'affère est retourné en bons termes, et
   néantmoins, estant marrye que je y allois si réservé, me demanda,
   trois ou quatre foys, si j'avois poinct pensé nul bon moyen en
   cella. Je ne luy volluz soubdain respondre, affin de luy en
   laysser à elle mesmes mettre quelcun en avant; mais enfin je luy
   diz que celluy que je voyois le plus honeste estoit que la Royne
   d'Escoce le requist, et que le Roy, pour le bien et considération
   d'elle, auroit plus grande ocasion d'y entendre: et n'en est
   encores la chose plus avant.



CXXe DÉPESCHE

--du IXe jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Dièpe par Me Allexandre._)

  Arrivée de Mr de Poigny en Angleterre.--Affaires d'Écosse et
    d'Allemagne.--Nouvelles apportées de la Rochelle; combat de
    Sainte-Gemme près Luçon.--Déclaration du duc d'Albe que les
    préparatifs maritimes faits dans les Pays-Bas n'ont d'autre but
    que d'assurer la conduite en Espagne de la nouvelle reine.

     AU ROY.

Sire, estant Mr de Poigny arrivé le IIIIe de ce moys en ceste ville de
Londres, j'ay envoyé, le jour d'après, fère entendre sa venue à la
Royne d'Angleterre, et la prier de nous donner audience, laquelle la
nous a prolongée jusques aujourduy, dimenche, que nous l'allons
trouver à Otland, assés incertains que pourra réuscyr de son voyage;
car il semble que la dicte Dame ayt escript à son ambassadeur par
dellà qu'il s'estoit trop advancé de vous requérir de l'envoyer, et
que desjà il s'est excusé de n'avoir onques pensé de vous parler de
telle chose. Et encores est advenu que les Escouçoys ont freschement
couru et pillé le bestial en la frontière d'Angleterre, à l'ocasion de
quoy le comte de Sussex, non seulement n'a séparé son armée, mais a
faict grande instance qu'il luy fût permiz de rentrer encores une foys
en Escoce, et a retenu pour ceste occasion quelques jours davantaige à
Auvyc le sir de Leviston, que nous envoyons en Escoce. Toutesfoys
l'on nous asseure qu'il est meintennant passé; dont n'estant encores
les choses qu'en assés bons termes, nous incisterons, aultant qu'il
nous sera possible, qu'elles soyent effectuées ainsy qu'on a commancé
de les tretter.

Et cependant, Sire, je diray à Vostre Majesté qu'il y a quelque
aparance, parmy ceulx de la nouvelle religion qui sont icy, que la
nouvelle, qu'ilz ont despuys trois jours d'Allemaigne, leur jette
l'espérance de leur secours ung peu plus loing qu'ilz ne pensoyent,
entendans comme l'assemblée de Heldelberc s'est séparée; et que le duc
Auguste, estant allé devers l'Empereur, luy a parlé en si bonne sorte
de l'ocasion qui le pressoit de s'en retourner chez luy, que non
seulement l'Empereur le luy a permiz, mais ne luy a reffuzé son
excuse, de ne se pouvoir sitost trouver à la diette; et que despuys,
le comte Pallatin l'est semblablement allé saluer, qui luy a offert
d'intervenir luy mesmes à icelle diette, si les aultres princes y
viennent; et que, contre l'opinion qu'on avoit que, pour craincte de
ceste assemblée de Heldelberc, le dict Empereur ne passeroit oultre,
l'on mande qu'il est arrivé le XVIIIe de juing à Espire, accompaigné
seulement, oultre ceulx de sa court, du duc Jehan Georges Pallatin,
qui monstre de vouloir asprement quereller une quarte part du
Pallatinat; et que le dict Empereur est allé descendre à l'esglize
principalle, au grand contantement des Catholiques, se descouvrant de
plus en plus que icelle diette est principallement indicte pour
procéder contre les trois ellecteurs protestans, desquelz n'ayant leur
dignité prins aultre origine ny fondement que de l'authorité du Pape,
par la bulle jadis sur ce expédiée, il semble n'estre sans rayson que,
par la mesmes authorité, puysqu'ilz s'en sont substraictz, joinct
celle de l'Empereur, ilz en puissent meintennant estre fort
légitimement privez; non que les dicts de la religion se tiennent pour
cella moins asseurez que devant d'avoir leur secours, ains plus, à
ceste heure qu'ilz disent que, parce que les dits princes ont
descouvert ceste entreprinse, ilz se veulent plus évertuer, qu'ilz
n'ont encores jamais faict, pour la deffense de la religion; bien
pensent qu'affin qu'ilz se puissent mieulx opposer à tout ce qui se
pourroit décretter contre eulx, ils vouldront retenir les forces dans
le pays jusques à la fin d'icelle diette; et aussi que n'ayantz les
draps de ceste dernière flotte d'Angleterre heu encores assés bonne
vante en Hembourg, leurs lettres de crédit, qui sont assignées là
dessus, n'ont peu estre si tost employées; et le payement est retardé
d'ung moys: mais ilz n'intermettent cependant aulcune poursuyte ny
dilligence en cella, mesmes qu'on leur a escript que les deniers, pour
la levée de Vostre Majesté, sont desjà arrivez par dellà.

Et j'entendz, Sire, que jeudy dernier, arriva ung soldat de la
Rochelle, qui magniffie bien fort quelque routte que les Huguenotz ont
donnée aulx capitaines La Rivière et Puygaillart près de Lusson[10],
où est demeuré, à ce qu'il dict, plus de cinq centz des nostres sur la
place, et dix sept capitaines avec plus de deux centz aultres
prisonniers; et, sellon les lettres que le dict soldat a apportées,
lesquelles ont esté veues en ceste court, le comte de La Roche
Foucault, qui estoit party pour s'aller joindre au camp des Princes,
s'en est retourné d'Angoulesme, à cause de la blessure du Sr de La
Noue, de qui l'on n'espère guyères la guéryson, affin de ne laysser la
Rochelle et le pays sans gouverneur; et que le dict sieur comte est
après à mettre aulx champs envyron cinq mil hommes de pied et cinq
centz chevaulx, avec trois pièces d'artillerye, pour aller reprendre
Xainctes, et de là marcher en Brouaige; et que le capitaine Sores
estant adverty que deux très riches flottes revenoient des Indes,
l'une pour Espaigne, et l'aultre pour Portugal, qui doibvent arriver à
ce moys d'aoust, est allé essayer s'il en pourra piller quelque une,
ayant, comme il semble, pour ceste occasion remiz l'entreprinse de
leur descente, dont vous ay ci devant escript, jusques à son retour;
et cependant les vaysseaulx du prince d'Orange et ceulx de quelques
pirates françoys, qu'ilz nomment le capitaine Joly, du Mur, Bouville
et aultres, ont combattu, vendredy dernier, dans ceste mer estroicte,
une flotte de douze grandes ourques, lesquelles, soubz la conserve de
deux aultres grandz navyres de guerre, passoient de Flandres en
Espaigne, et ont prins l'admyralle et une aultre des plus riches.

  [10] Combat livré à Sainte-Gemme-la-Plaine, en Poitou, dans
  lequel la Noue, qui commandait les Protestans dans la Saintonge,
  remporta une victoire signalée sur les troupes royales. La
  blessure qu'il reçut quelques jours après, à l'assaut de
  Fontenay, nécessita l'amputation du bras gauche, mais il ne tarda
  pas à reprendre son commandement.

Le duc d'Alve a fait déclairer icy par l'ambassadeur d'Espaigne que
l'armement, qu'il prépare en Flandres, n'est pour aultre effect que
pour conduyre la Royne, sa Mestresse, devers le Roy son mary, avec
l'apareil qui convient à une si grande princesse comme elle est, pour
le dangier des pirates; ce que j'estime, qu'il a fait expressément
pour garder que les Anglois n'arment de leur costé; car ilz ne
pourroient, puys après, se tenir qu'ilz n'allassent se présenter en
mer au passaige de la dicte Dame, en dangier qu'il y peult survenir
quelque accident, ce qu'il veult bien évytter; et a mandé que ceulx
qu'il a faict depputer sur le différant des merchandises, sont desjà
partys pour venir par deçà. Sur ce, etc.

     Ce IXe jour de juillet 1570.



CXXIe DÉPESCHE

--du XIIIe jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Dièpe par Jehan Girault._)

  Audience accordée par la reine d'Angleterre à Mr de Poigny,
    envoyé vers elle pour négocier la mise en liberté de Marie
    Stuart, et son rétablissement.--Nouvelles d'Écosse.--Insistance
    de l'ambassadeur pour qu'Élisabeth refuse toute protection aux
    protestans de France, s'ils ne consentent pas à accepter les
    conditions offertes par le roi.


     AU ROY.

Sire, nous avons esté, despuys quatre jours en çà, trouver la Royne
d'Angleterre à Otland, laquelle a monstré de recepvoir, avec playsir,
les lettres et recommendations, que Voz Majestez lui ont faictes
présenter par Mr de Poigny, et l'a receu à luy mesmes bien fort
favorablement; dont, après aulcuns bien honnestes propos, de l'ayse
qu'elle avoit d'entendre de voz bonnes nouvelles et vostre retour en
bonne santé vers les quartiers qui sont plus près d'icy, elle a
commancé de lyre assés hault voz lettres; sur lesquelles monstrant de
s'esbahyr de l'occasion que luy mandiez du voyage du dict Sr de
Poigny, que ce fût à l'instance de son ambassadeur, elle nous a dict,
tout clairement, qu'elle n'avoit point donné ceste charge à son
ambassadeur, ainsy qu'il se pourroit bien vériffier par la minute des
lettres que, despuys deux moys, elle lui avoit escriptes: et le
Secrétaire Cecille, lequel elle a appellé là dessus, n'a failly de le
confirmer de mesmes.

Puys, elle a suyvy à dire qu'il estoit advenu l'ung de deux; ou qu'on
avoit équivoqué sur ce qu'elle avoit accordé que la Royne d'Escoce et
moy peussions envoyer ung gentilhomme jusques en Escoce pour voir
comme les armes s'y poseraient, et comme elle feroit retirer ses
forces hors du pays, ainsy que, pour cest effect, le sir de Leviston
estoit desjà par dellà, mais non de fère venir exprès ung gentilhomme
de France; ou bien qu'il y avoit de l'artiffice; mais, d'où que peult
venir la faulte, elle n'estoit que heureuse, puysqu'elle luy estoit
moyen de pouvoir mieulx entendre l'estat et bonne disposition de Voz
Majestez.

A quoy ayantz vifvement incisté qu'il n'y avoit, ny pouvoit avoir, nul
mescompte ny artiffice de vostre costé, le dict Sr de Poigny a allégué
qu'il avoit veu son dict ambassadeur estre longtemps en l'audience
avec Voz Majestez à vous discourir et monstrer plusieurs papiers; et
que, au sortir de là, vous luy aviez commandé de s'en venir, qui ne
pouvoit estre, sans que le dict ambassadeur l'eust ainsi requis. Et a
poursuyvy de réciter à la dicte Dame bien particulièrement tout le
contenu de sa charge, en si bonne et gracieuse façon, qu'elle a
monstré d'en avoir tout contantement.

Il est vray, Sire, qu'elle a commancé de respondre par une plaincte,
qu'elle nous a faicte, de l'affection que Vostre Majesté monstre de se
souvenir trop plus de la Royne d'Escoce et de ses affères que des bons
tours de bonne soeur et vraye amie, qu'elle vous a monstrez en ces
troubles de vostre royaulme; mais que pourtant elle ne veult laysser,
sur la considération qu'avez heue de n'envoyer voz forces en Escoce,
de vous en randre ung bien fort grand mercy, et non moindre pour
l'amour de vous que pour l'amour d'elle mesmes, car l'honneur est égal
à toutz deux; et qu'au reste, encores qu'on dye que les femmes ont
toutjours des responces et deffaictes toutes prestes, qu'elle n'en
usera en cest endroict, ains prendra temps pour bien consulter
l'affère, affin de nous donner, par après, plus grande satisfaction.

Et ainsy, Sire, nous sommes attandans qu'est ce qu'elle trouvera par
son conseil qu'elle nous debvra dire; et, de tant qu'elle nous a
touché de l'armement, qu'elle dict estre encores tout prest en
Bretaigne, contre l'asseurance que je luy avois donnée que vous
l'aviez contremandé, et aussi de quelque personnaige qu'avez
freschement dépesché par mer en Escoce; et que, parmy cella, elle nous
a ramentu plusieurs offances que la Royne d'Escoce, à ce qu'elle dict,
luy a faictes, avec grande deffiance d'elle et de Mr le cardinal de
Lorrayne, je ne vois pas que nous soyons encores bien prez de
conclurre quelque bon marché entre elles. Tant y a que comme il n'a
esté, à mon adviz, rien oublyé de ce qui se pouvoit desduyre en ceste
première remonstrance, nous ne dellibérons d'estre moins pressantz en
la segonde. Ce poinct, au moins, nous demeure gaigné despuys dix
jours, que l'armée de la dicte Dame, suyvant ce que je vous ay cy
devant mandé, est entièrement cassée, et ne reste nulles aultres
forces en la frontière du North que la garnison acoustumée de Barvich
et celle qu'on a layssé dans les deux chasteaux de Humes et Fascastel.
Il est vray que, dedans Barvych, demeure ung bien fort grand appareil
de guerre, qu'on y avoit desjà préparé pour la généralle entreprinse
d'Escoce, et l'armée peult, en bien peu de jours, estre rassemblée. Je
ne sçay si le comte de Lenoz aura de mesmes obéy à ce que je vous ay
mandé, Sire, qu'on luy avoit escript de se retirer au dict Barvych et
de licentier les trois centz Escouçoys qu'on entretenoit près de luy;
car, sellon les dernières nouvelles qui sont venues de dellà, il
s'entend que le dict de Lenoz estoit encores à Esterlin, le XXVIe du
passé, avec les comtes de Morthon et de Mar, créez lieuctenans du
jeune Roy son petit filz, jusques au dixième de ce moys; auquel jour
toutz ceulx de ceste faction se debvoient trouver à Lislebourg pour
mettre quelque résolution en leurs affères. Ilz ont esté en termes de
porter le dict jeune Roy au dict Lislebourg affin qu'avec sa présence
ilz peussent recouvrer le chasteau, mais le lair de Granges a respondu
que le dict Prince y seroit le bien venu; néantmoins qu'il vouloit
demeurer le plus fort dedans, attandant que la Royne sa mère et luy
fussent d'accord comme ilz entendroient qu'il en usast. Cependant la
dicte Dame a envoyé confirmer à sa dévotion le dict de Granges, et ses
aultres bons serviteurs de dellà, par le dict sir de Leviston, qui
leur a apporté, de par elle, trois mil escuz, de la somme que je luy
ay naguières fornye, affin qu'ilz ayent de quoy se pourvoir des choses
qui sont nécessaires pour la garde du dict chasteau de Lislebourg et
de celluy de Dombertrand.

Sur la fin de nostre audience, Sire, j'ay faict mencion à la dicte
Dame de l'estat auquel sont encores les affères de vostre royaulme, et
comme Vostre Majesté, ayant donné ung clair tesmoignage au monde de sa
bonne intention à réunyr toutz ses subjectz, et esgallement les
conserver, et d'avoir concédé à ceulx, qui se sont ellevez, une si
grande satisfaction, pour leur religion et pour leurs affères, et
encores pour la seurté de leur personnes, qu'il ne leur reste plus
aulcune excuse de ne debvoir poser les armes, ny de quoy pouvoir
alléguer à la dicte Dame, ny aulx aultres princes protestans, que vous
pourchassiez d'exterminer leur religion, puysque permettez qu'elle ayt
cours et exercisse en vostre royaulme; qu'elle veuille donques croyre
que vous ne cerchez en ceste guerre que le seul recouvrement de
l'obéyssance qu'ilz vous doibvent; et que leur entreprinse, s'ilz
passent oultre, ne peult estre dressé que contre vostre estat et
authorité; et que n'estantz naiz au pareilh degré d'honneur de Voz
Majestez, il est sans doubte que, s'ilz pouvoient avoir quelque
advantaige sur vous, que eulx et leurs semblables entreprendroient de
fère le mesmes, par toutz les aultres estatz de la Chrestienté, pour y
abattre l'authorité et esteindre le sang royal des princes souverains;
dont la priez que, s'ilz diffèrent ou reffuzent d'accepter vos
honnestes offres, qu'elle les veuille tout aussitost priver de toute
faveur et retraicte en ses portz et pays, et employer ses bons moyens,
icy et en Allemaigne, et vers les princes protestantz, desquelz ilz
attandent leur secours, et partout où elle pourra, par mer et par
terre, qu'ilz ne puissent exécuter leurs mauvaises et violantes
intentions.

A quoy la dicte Dame m'a respondu que je luy estois tesmoing, que,
entre ses meilleurs desirs, elle avoit toutjours heu bien expécial
celluy de la paix de vostre royaulme, et qu'elle espéroit que voz
subjectz ne se diffameroient tant que de la rejetter, si les
condicions estoient telles que je disoys; et que d'autresfoys elle
m'avoit dict qu'elle vouloit réserver une oreille aulx raysons que les
aultres pourroient alléguer, lesquelz, si n'en avoient de si bonnes
qu'ilz se peussent bien excuser de l'obéyssance et déposition d'armes
que Vostre Majesté leur demande, qu'elle les tiendroit puys après pour
rebelles; et qu'elle croyt que leur longueur vient de ce que les
exemples du passé leur font peur; comme encore elle pense que, quant
Dieu vous aura donné la paix, l'on ne cessera, avant deux ans, de vous
pousser à la guerre, pour oster ceste religion, et mesmes à vous
anymer contre ce royaulme comme contre ung coin de terre qui sert de
retrette aulx Protestans; ains qu'elle sçayt bien qu'on a vollu
imprimer au cueur de Monsieur d'aspirer par ce moyen à quelque
couronne, mais qu'elle espère que vostre prudence et la sienne, et
vostre modération, résisteront à si mauvais et pernicieulx conseilz;
et, quant aulx choses d'Allemaigne, qu'elle m'a naguières adverty de
ce que l'Empereur luy en avoit escript, et bientost elle attand
lettres de dellà, desquelles elle me fera part, c'est en substance,
Sire, ce qui s'est passé en la dicte audience. Sur ce, etc.

     Ce XIVe jour de juillet 1570.

   Tout présentement viennent d'arriver les commissaires de
   Flandres, que le duc d'Alve a envoyez pour venir visiter les
   prinses et en fère l'évaluation. Et semble que l'espérance de
   liberté est prolongée au duc de Norfolc encores pour trois moys.



CXXIIe DÉPESCHE

--du XIXe jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet_.)

  Audience accordée à Mr de Poigny et à l'ambassadeur.--Refus de la
    reine d'Angleterre de laisser passer Mr de Poigny en
    Écosse.--Consentement qu'elle lui accorde de se rendre auprès
    de Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, la Royne d'Angleterre nous a prolongé six jours entiers sa
responce, et, le septiesme, elle nous a mandé venir à Otland pour la
nous fère, qui y sommes arrivez sur le poinct qu'elle estoit preste
d'en desloger, à cause que, la nuict précédante, quelques ungs y
estoient mortz si soubdainement qu'on eust souspeçonné que ce fût de
peste. Néantmoins s'estans ceulx de son conseil incontinent assemblez,
Mr de Poigny et moy avons esté premièrement introduictz vers eulx, et
ilz nous ont faict entendre par milor Chamberlan ce qui s'en suyt:

Que la Royne, leur Mestresse, ne voulant aulcunement contradire la
parolle de Vostre Majesté, en ce que mandiez avoir dépesché Mr de
Poigny vers elle, sur l'instance que son ambassadeur vous en avoit
faicte, elle a estimé avoir occasion de vous en remercyer, comme elle
faict de bon cueur; mais qu'elle vous prie, Sire, de croyre que son
ambassadeur n'a poinct heu ceste charge; et, quant à celle, qu'avez
donnée au dict Sr de Poigny, d'assister par deçà au tretté qui se fera
entre elle et la Royne d'Escoce, encor que ce soit chose apartenant à
elles deux, où nul aultre qu'elles et leurs subjectz n'ont que voir,
et où l'arbitrage ny l'authorité de nul aultre prince n'est requise,
néantmoins elle est contante que, luy ou moy, ou toutz deux ensemble,
interveignons pour Vostre Majesté en ce qui s'y fera, comme en ung
acte qu'elle veult vous estre tout clair et cogneu; et au regard
d'aller visiter la Royne d'Escoce, qu'ilz layssoient à la Royne, leur
Mestresse, d'en tretter avecques nous; mais, quant à passer plus avant
jusques en Escoce, de tant que cella leur sembloit debvoir plus
aporter d'empeschement que de proffict au tretté, et possible
engendrer de grandes difficultez en tout l'affère, comme desjà ung
pareil exemple les en avoit faictz saiges, qu'ilz avoient tout
librement dict à la dicte Dame, qu'il n'estoit besoing qu'elle l'y
layssât passer; à cause de quoy ilz prioient Vostre Majesté de trouver
bon que, pour n'interrompre ung si bon oeuvre, il se déportast
entièrement d'y aller.

A quoy ayant le dict Sr de Poigny fort particullièrement et bien
respondu, et s'estant principallement arresté à ne debvoir estre
aulcunement empesché de passer en Escoce, par des raysons très
aparantes, qu'il leur a sagement et fort vifvement remonstrées; et y
ayant aussi fort fermement incisté de ma part, avec prière qu'ilz le
vollussent acompagnier d'ung aultre gentilhomme des leurs pour pouvoir
esclayrer ses actions, affin de n'en prendre point de deffiance, nous
les avons fort pressez de n'uzer en chose de si petite importance,
laquelle n'estoit que pour leur proffict, d'aulcun reffuz qui vous
peult ou mal contanter, ou préjudicier à la liberté des trettez.

Sur quoy iceulx seigneurs, ayantz de rechef miz l'affère en
dellibération, nous ont, par le secrétaire Cecille, présens toutz les
aultres, faict dire que, considéré que en ceste cause les personnes
qui y interviennent sont Vostre Majesté, la Royne leur Mestresse et
la Royne d'Escoce, sçavoir: les deux comme principalles en intérest,
et Vous, Sire, comme allyé fort estroit à l'une, et en bonne amytié
avecques l'aultre; et que la matière touche principallement à leur
Mestresse comme invahye en son tiltre, et au nom, armes et enseignes
de son estat, par la Royne d'Escoce; laquelle n'a jamais vollu,
quelque dilligence qu'on en ayt sceu fère, aprouver le tretté sur ce
faict avec ses depputez, bien que légitimement authorisez du feu Roy
son mary, vostre frère, non sans indignité de ceste couronne:
considéré aussi que ceulx, qui tiennent son party en Escoce, non
seulement ont retiré les rebelles d'Angleterre, ains se sont joinctz
avec eulx pour venir assaillyr ce royaulme, et que, nonobstant tout
cella, ainsy que les choses estoient en termes de quelque modération
entre le comte de Sussex et les Escossoys, au moys d'apvril dernier,
survenant là dessus ung gentilhomme françoys, tout fut interrompu, et
commancèrent incontinent ceulx du dict party de la Royne d'Escoce de
tumultuer et de devenir si insolantz, que le dict de Sussex fut
contrainct de exploicter ses forces contre eulx; et encores tout
freschement le sir de Leviston n'a esté sitost par dellà que ceulx de
la frontière d'Escoce n'ayent incontinent entreprins de courre et
piller celle d'Angleterre: considéré aussi que le dict sir de Leviston
sera en brief de retour avec les aultres depputez du royaulme,
lesquelz, si ne sont desjà partys, sont si près de le fère, que le
mieulx qu'adviendroit au dict Sr de Poigny seroit ou de les faillyr en
chemyn, ou de les rencontrer en lieu, d'où possible ilz ne vouldroient
passer plus avant, jusques à ce que sa légation fût entendue de ceulx
qui les envoyent, qui seroit d'aultant retarder la besoigne; joinct
que; tant plus nous incisterions au dict voyage, plus nous le leur
rendrions suspect, et leur donrions à penser que Vostre Majesté ne
l'auroit commandé, ny pour satisfère à leur ambassadeur, ny pour
l'utillité de leur Mestresse, ainsy que nous nous esforcions de le
leur persuader; ilz percistoient, en ce qu'ilz avoient desjà conseillé
à la dicte dame, qu'il n'estoit aulcunement expédiant que le dict Sr
de Poigny passât oultre. Bien nous vouloient, quant au reste, donner
seurté pour elle qu'aussitost que les dicts seigneurs escouçoys
seroient arrivez, elle sera preste de procéder sur les affères d'entre
la Royne d'Escoce et elle, sellon le tretté qui en a desjà esté
commancé avecques moy, et dont j'en ay mis quelque forme en escript,
et d'entendre à la restitution de la dicte Dame, aultant, qu'avec son
honneur et sa seureté, elle le pourra fère.

Et sont demeurez si fermes en cella que, ne pouvant gaigner rien
davantaige avec eulx, nous sommes allez trouver leur Mestresse; et
elle nous a tenu le mesmes langaige, adjouxtant seulement, pour le
regard de l'indignité et moquerie, que nous alléguions estre en cest
empeschement du voyage du dict Sr de Poigny en Escoce, puysqu'il
estoit si avant, qu'elle prenoit en sa charge d'en contanter Vostre
Majesté; mais, quant à aller devers la Royne d'Escoce, s'il me
sembloit que d'une telle visite, après les occasions que je sçavois
bien qu'elle luy avoit données de beaucoup d'offances, et sur
l'opinion qu'on pourroit prendre que ce fût par craincte ou par
menaces qu'elle l'ottroyoit, il n'en peult advenir de préjudice à sa
réputation, ny aulcun intérest à votre commune amytié, qu'elle estoit
contente de le permettre.

Sur quoy je l'ay priée de prendre de bonne part l'honneste office que
Vous, Sire, faisiez envers vostre belle soeur, et qu'elle layssât aux
mal affectionnez, d'y donner telle interprétation qu'ilz vouldroient,
car ce ne pourroit jamais estre qu'à la louange de sa bonté, et vertu,
et encores à son honneur et proffict. Et ainsy, Sire, elle a donné
saufconduict au dict Sr de Poigny d'aller trouver la dicte Dame; chose
que nous n'espérions guyères et laquelle monstre desjà debvoir estre
de beaucoup de moment pour vostre service, en ce royaulme et en celluy
d'Escoce. Et avant s'acheminer, le dict Sr de Poigny a advisé de
donner entier compte de toute sa négociation à Voz Majestez, ainsy
qu'il vous plairra le voyr par ses lettres, ne voulant, Sire, pour
quelques aultres empeschemens, qui commancent de paroistre tout de
nouveau en cest affère, venantz de lieu d'où moins vous l'attandiez,
laysser d'espérer que la paix de vostre royaulme ne soit pour bientost
vuyder ceste, et encor d'aultres plus grandes difficultez; ainsy que
ceste Royne n'a vollu finir l'audience sans monstrer une conjouyssance
du bon espoir qu'elle dict avoir d'icelle, et que ce luy sera aultant
de joye, de santé et de bon portement, si elle en peult bientost
entendre la conclusion. Sur ce, etc. Ce XIXe jour de juillet 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, nous n'avons peu, pour ce coup, obtenir rien de mieulx en la
négociation de Mr de Poigny que de luy permettre qu'il puysse aller
visiter la Royne d'Escoce de la part de Voz Majestez; qui n'est si
peu, Madame, qu'on ne le tienne icy en beaucoup, et que la réputation
de vostre couronne n'en semble estre en quelque chose relevée, et
qu'on ne commance de bien espérer de tout le reste. Nous avions, avant
aller à ceste segonde audience, heu advertissement de certaynes
traverses, que la communication du Sr dom Francès avec Mr de Norrys
vous y faict, qui a esté cause que j'ai, avec le plus de véhémence et
d'affection que j'ay peu, touché à la Royne d'Angleterre les poinctz
qui la doibvent asseurer de vostre amytié, et ceulx qui la luy peuvent
rendre utille et pleyne de confiance, et le mesmes aulx seigneurs de
son conseil; dont le comte de Lestre et le secrétaire Cecille m'ont
despuys recerché de plus estroicte conférance avec eulx; et Mr de Roz
a raporté d'elle, et d'eulx, plus amples promesses sur l'advancement
de toutz les affères de sa Mestresse; ainsy que plus en particullier
je le vous manderay, dans quatre ou cinq jours, que je dépescheray ung
des miens devers Vostre Majesté. Et vous diray cependant, Madame, que
le dict Sr Norrys a mandé qu'il y avoit grand apparance que la paix
succèderoit bientost, ce qui faict monstrer ceulx cy en meilleure
disposition vers toutes les choses de vostre service. Ilz sont après à
jetter cinq grandz nayyres avec mil hommes dehors, avitaillez pour
deux moys, par prétexte d'aller réprimer les pirates, mais c'est pour
le souspeçon qu'ilz se donnent de l'armement du duc d'Alve; auquel
toutesfoys ceste Royne a naguières, par persuasion du dict Sr Norrys,
escript une lettre pleyne d'affection, affin de prendre asseurance de
luy, et luy en donner tout aultant d'elle, touchant le passaige de la
Royne d'Espaigne. J'entendz qu'il est arrivé plusieurs lettres
d'Allemaigne, et entre autres du comte Pallatin, qui semble inviter
ceste princesse à desirer la paix de France. Sur ce, etc.

     Ce XIXe jour de juillet 1570.



CXXIIIe DÉPESCHE

--du XXVe jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Joz, mon secrétaire._)

  Délibération du conseil sur la mise en liberté du duc de
    Norfolk.--Dispositions prises par Élisabeth pour apaiser les
    troubles de son royaume.--Préparatifs maritimes et militaires
    dont on doit se défier en France, malgré les assurances de paix
    et d'amitié données par la reine, et la bonne volonté qu'elle
    montre à l'égard de Marie Stuart.--Nouvelles d'Écosse et
    d'Allemagne.--_Mémoire général_ sur les affaires
    d'Angleterre.--Détail des mesures prises en Angleterre pour se
    défendre contre toute agression.--Bonnes dispositions montrées
    en faveur de Marie Stuart et du duc de Norfolk.--_Mémoire
    secret_. Intrigues de l'Espagne en Angleterre pour traverser
    tous les projets de la France.--Mission secrète de don Francès
    d'Alava.--Désir du cardinal de Chatillon de voir la
    pacification s'établir en France; conditions auxquelles les
    protestans offrent de se soumettre.


     AU ROY.

Sire, aujourduy, et tout demain, la Royne d'Angleterre sera en la
mayson du comte de Betford, à XX mil d'icy, où elle a mandé venir son
garde des sceaulx et ses aultres principaulx conseillers pour
dellibérer de la liberté du duc de Norfolc; de laquelle l'on luy donne
grande espérance qu'il la pourra obtenir bientost, à tout le moins
d'estre remiz en sa mayson. Et de là, la dicte Dame veult continuer
son progrez, sans toutesfoys esloigner guières plus que de trente mil
la ville de Londres vers Suffoc, Norfolc et Sussex, affin d'appayser
ces trois pays, qui sont voysins d'ici, lesquels ont monstré d'estre
disposez à quelque nouveaulté; et elle espère de modérer par sa
présence l'affection des hommes, et fère exploicter la justice contre
ceulx qui sont prins, et abattre toute l'intelligence qu'on luy faict
acroyre que les estrangiers ont en ces quartiers là; et, par mesme
moyen, pourvoir à la seureté de ses portz tout le long d'icelle
frontière, ainsy que, à grande dilligence, elle les faict fortiffier,
à cause qu'ilz sont exposez vers Holande et Zélande; d'où elle crainct
les entreprinses du duc d'Alve, nonobstant que dom Francès d'Alava
ayt, à ce qu'on dict, remiz elle et luy à traicter amyablement et par
lettres bien gracieuses l'ung avec l'aultre, et que le dict duc luy
ayt freschement envoyé des depputez sur le faict des prinses; mais ces
démonstrations ne la peuvent tant asseurer, comme les aultres
apparances de la sublévation, qu'elle a senty en son pays, et le
raport qu'on luy faict, qu'en l'armement de Flandres se prépare
d'embarquer trois mil chevaulx, grand nombre de gens de pied, force
artillerye, pouldres, pionniers, monitions et tout aultre appareil de
guerre, la mettent en deffiance. De quoy est advenu que la dicte Dame,
despuys six jours, a faict arrester toutz les navyres tant estrangiers
que aultres, qui sont par deçà, et serrer les passaiges, et envoyé son
admiral à Gelingan et le long de la Tamise pour ordonner une armée de
mer, du plus grand nombre de vaysseaulx et de maryniers qu'il luy sera
possible, affin de l'avoir preste à tout momant, quant il sera
besoing; et commande aussi qu'on tienne deux mil chevaulx et huict mil
hommes de pied toutz pretz. Dont je suys après, Sire, de regarder si
cest appareil se feroict poinct à quelque aultre fin contre vostre
service; mais, encore que je n'en descouvre rien, je vous suplie
néantmoins, Sire, très humblement que cecy vous serve d'ung adviz pour
ne laysser à l'arbitre des Anglois rien du vostre, qui ne soit pourveu
contre les entreprinses qu'ilz y pourroient fère; car vostre royaulme
est ouvert et exposé à toutes injures, tant que cette guerre durera.

Je veulx toutesfoys bien asseurer Vostre Majesté que ceste Royne et
les siens m'ont, despuys dix jours, tenu des propos plus exprès de la
confirmation d'amytié entre Voz Majestez, et de la persévérance de
paix entre voz deux royaulmes, qu'ilz n'avoient faict despuys que je
suys en ceste charge; ny Mr de Roz, ny moy, ny toutz ceulx qui portons
icy le faict de la Royne d'Ecosse, n'avons jamais mieulx espéré de la
restitution d'elle que meintennant; mais il ne se fault arrester aux
parolles ny aparances de ceulx cy, ains se donner garde d'eulx,
puysqu'ilz se mettent en armes. La dicte Royne d'Escoce aura un
singulier playsir, et une fort grande consolation, d'estre visitée par
Mr de Poigny de la part de Voz Majestez, et ne vous sçaurois exprimer,
Sire, combien ung chacun estime que cella luy sera ung commancement de
bonheur et ung advancement au reste de toutz ses affères, ès quelz
l'on nous promect toutjours une prompte expédition, aussitost que les
depputez d'Escoce seront arrivez; mais je crains qu'ilz soyent
retardez pour l'occasion d'une assemblée, que ceulx du party du jeune
Prince se vouloient esforcer de tenir à Lislebourg, le Xe de ce moys,
pour y créer ung régent; à quoy le duc de Chastellerault et le comte
de Honteley délibéroient de s'oposer, et à cest effect s'estoient
acheminez avecques bonnes forces vers le dict Lislebourg. L'opinion,
que ceulx cy ont, que la paix se doibve conclurre en vostre royaulme
les faict monstrer mieulx disposez aulx choses d'Escoce, et si
d'avanture elle succède, je pense qu'ilz passeront oultre à les
accommoder.

J'entendz que les nouvelles d'Allemaigne sont que l'Empereur n'advance
guières rien en la diette, et que les seulz ecclésiastiques le sont
venuz trouver; qu'il semble que les princes protestans, pour
empescher qu'il ne puisse fère créer son filz roi des Romains, se
veulent servyr d'une ancienne observance de l'Empire, que jamais la
dignité d'Empereur n'a passé successivement que jusques à cinq d'une
mesme famille, et qu'il est à présent le cinquiesme Empereur de la
maison d'Autriche, à quoy les princes éclésiastiques ne monstrent
guières contradire pour ne laysser aller cest estat héréditayre; que
le comte Pallatin est aproché une lieue près d'Espire accompaigné
seulement de quatre centz chevaulx, offrant de se trouver à
l'assemblée, si les aultres ellecteurs y viennent; que le reste de la
trouppe de Heldelberc est entièrement séparée, parce que l'Empereur a
faict entendre au dict Pallatin et au duc Auguste que, s'ilz se
tenoient ainsy accompaignez, qu'il manderoit aulx aultres princes de
l'Empire de s'accompaigner de mesmes, en le venant trouver; qu'il
semble que le secours, pour ceulx de la nouvelle religion en France,
est de quelques jours retardé pour attandre que produira ceste diette,
et aussi pour l'espérance, qu'on a, que la paix se doibve conclurre;
que le susdict comte Pallatin a exorté ceste Royne et les siens, et
pareillement le cardinal de Chastillon, de procurer la dicte paix;
qu'il a esté reffuzé au duc de Bronsouyc de fère une levée aulx terres
de l'évesque de Munster, et que vers le dict Munster se sussitent les
mesmes sectes qu'on y a d'aultres foys veues; que les deniers pour
ceulx de la nouvelle religion en Hembourg seront prestz à fornyr dans
la fin de ce moys; qu'il y a quelque apparance que le voyage de la
Royne d'Espaigne sera retardé, et qu'elle ne passera point par
Flandres, ains yra prendre ung aultre chemin, et que, à cause de
cella, l'on estime que le duc d'Alve commancera de réduyre bientost
son armement à ung moindre équipage, qui ne soit que pour combattre
seulement les vaysseaulx du prince d'Orange, lesquelz, en la prinse
qu'ilz ont faicte de deux grandz navyres de conserve, qui alloient
conduire une flotte vers Espaigne, et d'ung vaysseau de la dicte
flotte, ilz ont jetté en mer toutz les Espaignolz, qui estoient
dessus; et despuys le Sr de Galeace Fregose qui est icy, et ung aultre
gentilhomme, qui se dict escuyer du prince d'Orange, ont esté faictz
cappitaines des dicts deux grandz navyres de conserve, lesquelz ilz
rabillent en dilligence pour s'aller incontinent joindre aulx aultres.
Sur ce, etc. Ce XXVe jour de juillet 1570.

   INSTRUCTION DES CHOSES qu'il fault fère entendre à Leurs
   Majestez, oultre le contenu des lettres:

   Qu'il semble que, par l'examen des gentishommes qui ont esté
   prins en Norfolc, l'on a descouvert que l'assemblée, qu'ilz
   prétandoient de fère le jour de St Jehan au dict pays, n'estoit
   pour chasser les estrangiers, ainsy qu'ilz le donnoient à
   entendre, ains pour commancer une généralle ellévation en ce
   royaulme, tendans à trois fins: l'une, de changer l'estat du
   gouvernement; l'aultre, de recouvrer l'exercice de la religion
   catholique; et la tierce, de tirer le duc de Norfolc hors de
   prison: sur lesquelz trois poinctz se trouve qu'ilz avoient desjà
   minuté une proclamation pour l'envoyer publier partout.

   Et cella, avec la bulle qui est formelle contre ceste Royne, et
   avec ung escript qui a despuys couru, encores plus formel, contre
   aulcuns de ses conseillers, (et nomméement contre Quiper,
   Cecille, le chancellier du domayne et le chancellier des comptes,
   et dont la conclusion d'icelluy est que la communauté du
   royaulme, quoyque coste, veult avoir la religion catholique), met
   ceulx cy en une indubitable opinion qu'il y a une grande
   conjuration desjà dressée dans le pays;

   Et qu'elle est fomentée par le Roy et le Roy d'Espaigne, sans le
   consentement desquelz le Pape, comme ilz disent, n'eust jamais
   osé expédier une bulle si rigoureuse comme il a faict; joinct que
   l'armement qu'ilz entendoient se préparer en Bretaigne pour
   colleur de secourir les Escouçoys, et l'apareil du duc d'Alve,
   trop plus grand qu'il ne sembloit estre requis pour le passaige
   de la Royne d'Espaigne, leur a faict croyre, jusques icy, que
   tout cella se dressoit contre eulx en faveur des Catholiques de
   ce royaulme.

   Dont, pour y remédier, ilz ont, en premier lieu, expédié une
   ordonnance fort furieuse, du dernier du moys passé, contre les
   porteurs de bulles et semeurs de ces libelles; laquelle porte
   commission d'apréhender les autheurs d'iceulx, si fère se peult,
   affin de les punir et de descouvrir par eulx qu'est ce qu'il y a
   de plus caché en leurs déllibérations.

   Après, ilz ont dépesché trente cinq lettres aulx trente cinq
   comtes de ce royaulme, pour mander aulx officiers qu'ilz ayent à
   fère enroller promptement en chacune d'icelles, sellon sa portée,
   ung nombre d'hommes, jusques à cinquante mil en tout, tant de
   pied que de cheval, et à iceulx bailler cappitaines, lieutenantz,
   enseignes, tabourins et trompettes, et leur ordonner une paye par
   an d'envyron trois escuz à chacun, et ung peu plus aulx
   capitaines; dont les deniers se prendront sur le plat pays, avec
   commandement de fère monstres par tout ce moys, et le continuer
   puys après de quartier en quartier, et qu'on ayt à les exercer
   principallement à la haquebutte;

   Et ont ordonné à l'admyral Clynton de dresser ung estat, par
   lequel il puysse mettre en mer, toutes les foys que la Royne, sa
   Mestresse, le commandera, cinquante bons navyres de guerre avec
   douze mil hommes dessus, maryniers et soldatz, et que
   l'avitaillement en tout aultre appareil en soit prest et tout
   dressé ez lieux qu'il cognoistra en estre besoing;

   Faisans leur compte de combattre les ennemys en mer, premier que
   de leur permettre nulle descente par deçà, avec opinion que,
   quant tout le monde aura bien conjuré contre eulx, qu'ilz
   pourront avec ceste provision ayséement se deffandre:

   Car jugent que, s'ilz gaignent une bataille navalle, ilz pourront
   bien garder qu'on n'aproche, puys après, leur coste, et, s'ilz
   demeurent égaulx, qu'encores empescheront ilz qu'on n'y puysse
   descendre;

   Et si, d'avanture, ilz perdent, que ce ne pourra estre sans avoir
   tant rompu les ennemys qu'ilz seront contrainctz de s'en
   retourner pour se reffère; que si, à toute extrémité, il advient
   que les ennemys facent quelque descente, qu'allors les cinquante
   mil hommes se trouveront prestz pour les combattre au
   désembarquement.

   Lequel apareil inthimide grandement les Catholiques, lesquelz si
   l'esté se passe sans qu'il aparoise quelque confort pour eulx, ne
   s'attandent de moins que d'estre fort rigoureusement trettez
   l'yver prochain; car ilz voyent que leurs adversayres, lesquelz
   ont la Royne, l'authorité et la force en leurs mains, commancent
   desjà de les menacer, et monstrent de n'attandre sinon que le
   temps les asseure contre les entreprinses des estrangiers pour y
   mettre la main.

   Et avoient les dicts Catholiques prins pour mauvais signe la
   longueur que ceulx de ce conseil usoient ez affères de la Royne
   d'Escoce, et en ceulx du duc de Norfolc; vers lesquelz, à cause
   de ces rescentes deffiances, ilz voyoient qu'ilz alloient
   changeant toutes leurs premières bonnes dellibérations, car ilz
   remettoient de commancer le tretté avec l'ambassadeur de la dicte
   Dame jusques à la venue des depputez d'Escoce; et sur ceulx du
   duc, ilz luy avoient faict dire, le XIIe de ce moys, que, pour
   aulcunes occasions, qui estoient fort considérables, la Royne, sa
   Mestresse, estoit conseillée de ne luy ottroyer sa liberté
   jusques après la St Michel, qui monstre bien qu'ilz ne vouloient
   que gaigner temps; et cependant ilz travailloient de se liguer
   davantaige avec les princes protestans.

   Et n'avoit esté sans apparance que les dicts Catholiques eussent
   fondé grande espérance en l'apareil du duc d'Alve, et possible
   encores quelque peu en cellui qu'ilz entendoient estre prest en
   Bretaigne, mais la venue des depputez de Flandres la leur oste de
   ce costé là; et l'opinion, qu'ilz ont, que la guerre doibve
   continuer en France la leur fait perdre de l'aultre.

   Cella surtout les descoraige qu'ayantz, jusques à ceste heure,
   pensé que le Roy d'Espaigne et ses ministres procèderaient de
   bonne intelligence avecques le Roy sur les affères de la Royne
   d'Escoce, qui sont conjoinctz avec ceulx de la religion
   catholique en ce royaulme, ainsy que je m'en estois quelquefoys
   prévalu; et comme aussi nulle aultre chose n'avoit, tant que
   ceste cy, retenu ceulx de ce conseil en quelque crainte, il s'est
   meintennant descouvert qu'il va tout aultrement, et que dom
   Francès d'Alava a tenu de telz propos à Mr Norrys, (ainsy que le
   dict Norrys l'a escript par ses dernières lettres, arrivées à sa
   Mestresse, pendant que Mr de Poigny et moy attendions sa
   responce,) que aulcuns, qui en ont heu assés tost la
   communication, m'ont tout incontinent adverty que, à l'ocasion
   d'iceulx, nous serions fort mal responduz; et que toutz les
   affères, où le Roy Très Chrestien pouvoit avoir intérestz par
   deçà, en demeureroient fort traversez.

   Qui a esté cause que, en l'audience ensuyvant, je me suys
   eslargy, premièrement vers les seigneurs de ce conseil, parce
   que, d'arrivée, nous avons esté introduictz vers eulx, et puys
   envers la dicte Dame, en toutz les plus francz et ouvertz propos,
   que j'ay estimé les pouvoir confirmer en l'amytié du Roy, et à
   bien espérer d'icelle, sans toutesfoys toucher ung seul mot ni du
   Roy d'Espaigne, ny de ses ministres; et est advenu, sur noz
   remonstrances, que l'on nous a accordé une partie de ce que nous
   demandions, et qu'on nous a faict, sur le reste, assés meilleure
   responce que l'on n'espéroit, ainsy que je l'ay mandé par mes
   précédantes.

   Et bien qu'à la grande instance de Madame de Lenoz, l'on eust
   auparavant envoyé par mer vers le North un nombre d'armes, de
   pouldres et d'argent, pour les fère tenir au comte de Lenoz en
   Escoce, j'ay sceu néantmoins que, despuys cella, la Royne
   d'Angleterre a dict à la dicte dame de Lenoz qu'elle estoit
   résolue de remettre la Royne d'Escoce en son royaulme, sur les
   offres qu'elle et le Roy luy faysoient, qui estoient telles
   qu'avec son honneur elle ne les pouvoit reffuzer. A quoy la dicte
   dame de Lenoz ayant respondu que la dicte Royne d'Escoce n'en
   observeroit rien, la Royne luy a répliqué que si feroit, parce
   qu'elle l'y obligeroit à peyne d'estre privée de la succession de
   ce royaulme, si elle y contrevenoit, car aultrement elle ne luy
   en vouloit fère tort; et n'a la dicte dame de Lenoz peu gaigner
   rien davantaige, encore qu'elle ayt très instantment priée la
   dicte Dame que, si elle persévérait en ceste vollonté, il luy
   pleût de mander à son mary qu'il s'en retornât.

   Et le secrétaire Cecille m'a mandé que je croye fermement qu'il
   ne sera miz aulcun retardement ez affères de la Royne d'Escoce,
   et qu'il ne cerche, de sa part, que la seurté de sa Mestresse,
   laquelle estant mortelle, et n'y ayant, après elle, nul plus
   prochain au droict de ceste couronne que la Royne d'Escoce, qu'il
   ne luy sera, ny meintennant, ny à l'advenir, jamais contraire; et
   le mesmes a il confirmé à l'évesque de Roz, avec lequel il est
   desjà entré si avant en matière qu'ilz sont quasi d'accord de
   toutz les poinctz, qui sembloient estre les plus différantz.

   Encores, monstrent les affaires du duc de Norfolc qu'ilz pourront
   aussi mieulx réuscyr que la responce du XIIe du présent ne le luy
   faisoit espérer, et que la Royne permettra qu'ilz soient, dans
   trois ou quatre jours, miz en dellibération pour après estre
   procédé à sa liberté, sellon qu'ung chacun dict qu'il demeure
   fort deschargé et justiffié de toutes les choses qu'on luy
   pourrait imputer.

   Je veulx bien advouher que je ne cognois rien de plus exprès en
   ceulx cy que leur simulation, ny rien de plus certain que leur
   inconstance; par ainsy, je ne puys fère grand fondement sur
   chose qu'ilz disent, ny qu'ilz promettent. Néantmoins ilz peuvent
   incliner de nostre costé, aussi bien que d'ung aultre, et
   j'estime qu'il n'est que bon de les y tenir bien disposez, si
   l'on peult, affin de se prévaloir de la paix qu'on a avec eulx,
   et évitter les inconvénians et incommoditez qui pourroient
   advenir, s'ilz se despartoient du tout de nostre intelligence.

   AULTRE INSTRUCTION A PART POUR DIRE A LEURS MAJESTEZ:

   Que, jusques à ceste heure, la Royne d'Angleterre et ses
   conseillers protestans avoient esté retenuz d'une grande
   craincte, et les seigneurs, et gens de bien catholiques,
   conduictz de grande espérance sur le faict de la Royne d'Escoce,
   et sur toutz les affères de ceste isle, par l'opinion qu'ilz
   avoient que le Roy d'Espaigne et le duc d'Alve seraient toutjour
   en bonne intelligence avec le Roy.

   Et n'estoit peu de consolation aus dicts Catholiques de veoir en
   quelle peyne les dicts Protestans vivoient pour ne sçavoir si la
   bulle estoit expédiée, ou du propre mouvement du Pape, ou bien
   par la réquisition du Roy, ou bien à l'instance du Roy
   d'Espaigne: car ilz disoient que si c'estoit seulement du Pape,
   ce n'estoit chose de moment; si c'estoit du Roy seul, encor
   croyoient ilz que Mr le cardinal de Lorrayne l'auroit procuré,
   sans que pour cella le Roy se vollût trop haster de rien
   entreprendre; mais, si c'estoit par le commun consentement du Roy
   et du Roy d'Espaigne, ilz tenoient pour indubitable que
   l'entreprinse de ceste isle estoit desjà jurée entre eulx.

   En quoy, pour en avoir quelque lumyère, ilz cerchoient de toutz
   costez s'il se trouveroit que moy, ou Mr l'ambassadeur
   d'Espaigne, eussions tenu la main à la fère notiffier et publier
   par deçà, mais il semble qu'ilz n'ont rien trouvé contre moy,
   sinon qu'il leur est venu un adviz d'Itallie, par la voye de
   Flandre, comme la dicte bulle a esté expédiée à l'instance de
   l'ambassadeur de France, qui est à Rome, et que l'ambassadeur du
   Roy Catholique par dellà n'a faict que y prester son
   consentement, comme à chose apartenant de si près à la religion
   catholique qu'il ne luy a esté loysible de la contradire; dont
   leur semble que j'en debvois estre participant, mais je croy qu'à
   ceste heure ilz en demeurent toutz esclarcy.

   Et, quant à l'ambassadeur d'Espaigne, parce que Me Felton, lequel
   est accusé d'avoir affiché la dicte bulle, a confessé, estant sur
   la question, que le prestre espaignol du dict sieur ambassadeur
   la luy avoit baillée; qui, pour ceste occasion, s'est despuys
   absenté, car il estoit commandé de le prandre, quelque part qu'il
   pourroit estre trouvé, jusques en sa chambre; non seulement l'on
   en a chargé le dict sieur ambassadeur, ains aussi luy impute l'on
   les aultres libelles, qui ont couru en ce royaume, contre le
   garde des sceaux et Cecille, et contre quelques aultres du
   conseil; mais ne pouvant son prestre estre trouvé, l'on ne sçayt
   commant procéder contre luy.

   Et n'ont layssé pour cella les Catholiques de s'entretenir
   toutjour en l'espérance de la faveur du Roy son Maistre et du duc
   d'Alve, pour les affères de la Royne d'Escoce et de la religion
   catholique; de sorte que le dict Felton a bien ozé dire tout
   hardyment qu'il y avoit trente mil hommes de valleur en
   Angleterre, dont les six mil estoient gentishommes, et vingt cinq
   milordz parmy, qui estoient toutz prestz d'exposer leurs vies
   pour la mesmes querelle, qu'ilz le vouloient fère mourir à luy.

   Mais, despuys quelques jours, iceulx Catholiques non seulement se
   sont retirez de ceste espérance, ains sont entrez en grand
   frayeur d'estre descouvertz qu'ilz l'ayent heue, parce qu'ilz
   estiment que le dict sieur ambassadeur ayt communiqué toutes
   choses au Sr dom Francès d'Alava, lequel ilz tiennent aujourduy
   pour trop plus grand serviteur de la Royne d'Angleterre que de
   son Maistre; car Mr Norrys a escript qu'il luy a promiz de
   disposer si bien les affères de la dicte Dame vers le Roy, son
   dict Maistre, et vers le duc d'Alve, qu'elle n'a garde de
   recepvoir aulcun mal ny dommaige d'eulx, et que hardyment elle ne
   preigne peur des démonstrations et préparatifz du dict duc, car
   il la veult bien asseurer qu'il n'a aulcun commandement de luy
   nuyre, ny d'attampter, pour quelque occasion que ce soit, rien
   par armes contre elle; et qu'au reste le dict dom Francès luy a
   descouvert que c'est Mr le Nonce, qui est en France, qui a envoyé
   icy la bulle à l'ambassadeur d'Espaigne pour la publier.

   Duquel acte du dict dom Francès plusieurs seigneurs et gens de
   bien de ce royaulme se sont fort escandalizez, et les aulcuns se
   sont confirmés en une opinion, laquelle ilz avoient desjà
   conceue, que les ministres du Roy d'Espaigne vont procurant vers
   ceulx cy, et partout où ilz peuvent, la continuation de la guerre
   de France; et que, voyantz le faict de la Royne d'Escoce, de
   laquelle ilz s'estoient desjà promiz et l'aliance, et le filz, et
   le royaulme, et le tiltre d'Angleterre, se conduire meintennant
   au nom et soubz la faveur du Roy, qu'ilz le veulent traverser; et
   qu'ilz sont jalouz de ce que aulcuns seigneurs de ce royaulme se
   monstrent bien affectionnez à Leurs Très Chrestiennes Majestez,
   qui est ung propos qu'on m'a tenu, présent Mr de Poigny, auquel
   je réserve d'en fère entendre le surplus à Leurs Majestez, à son
   retour; et adjouxteray seulement icy une preuve, que le duc
   d'Alve nous a donné de son intention en ce [qu'ayant le Pape
   envoyé, par la banque d'Anvers, douze mil escuz, pour les
   gentishommes fuytifz d'Angleterre, il a conseillé qu'on ne leur
   envoye ny tout, ny partie de la somme, tant qu'ilz seront en
   Escoce, et par ce moyen il a interrompu le dict secours.]

   Il est bien certain que, jouxte ceste communication grande
   d'entre dom Francès et le dict Sr Norrys, ceste Royne a naguières
   escript une bonne lettre au Roy d'Espaigne, laquelle le dict dom
   Francès a prins en sa charge de la luy fère tenir, et une aultre
   au duc d'Alve, par laquelle elle l'exorte de vouloir entretenir
   l'alliance d'entre ceste couronne et la mayson de Bourgoigne,
   comme, de sa part, elle la veult entièrement conserver: et, quant
   aulx prinses, qu'elle est preste d'y satisfère de sa part, en ce
   qu'il s'y veuille disposer de la sienne, et qu'il veuille
   depputer des personnaiges propres pour en accorder, qui ne soyent
   de ceulx qui veulent troubler ce royaume, ainsy que
   l'ambassadeur, icy résidant, et ceulx, qui cy devant y ont esté
   envoyé, se sont esforcez de le fère; et que de l'apareil qu'elle
   entend qu'il faict bien grand par mer, il ne veuille rien
   attampter en ses portz, car elle offre toute faveur et seur accez
   en iceulx à la Royne d'Espaigne et à ceulx de sa troupe: tant y a
   que l'ambassadeur d'Espaigne, nonobstant tout cella, ne laysse
   d'estre bien fort offancé contre dom Francès, de ce qu'il a parlé
   de la bulle, et desjà il en a escript au duc d'Alve.

   J'ay faict sonder, par interposée personne, Mr le cardinal de
   Chatillon et le Sr de Lumbres quel desir ilz avoient à la paix et
   à transférer la guerre hors de France; et voycy ce qui m'a esté
   raporté des propos du dict sieur Cardinal: qu'il desire
   infinyement la dicte paix, espérant par icelle jouyr de la bonne
   grâce de Leurs Majestez et de six vingtz mil {lt} de rante en
   France, en lieu de mille pouvrettez et indignitez, qu'il
   s'esforce de supporter, le plus dignement qu'il peult, en
   Angleterre;

   Que se souvenant que le Roy, et la Royne, et Monsieur, pour
   fermeté de l'aultre dernière paix, luy firent l'honneur de luy en
   donner leur promesse de leurs propres mains dans la sienne, et
   que ceulx, qui la leur ont faicte rompre, sont ceulx mesmes avec
   qui ilz ont à conclurre meintennant ceste cy, les cheveulx luy en
   dressent de frayeur;

   Que le Roy a la paix très ferme et bien asseurée, toutes les foys
   qu'il luy playrra, à bon esciant, que ceulx de la religion
   puyssent vivre, en conscience et honneur, soubz la faveur de sa
   protection, en son royaulme;

   Que, de transférer la guerre ailleurs, c'est ce que son frère,
   Monsieur l'Admyral, a toutjour desiré, mais de le fère
   meintennant, et laysser ceulx, qui sont de leur mesmes religion,
   estre cependant massacrez, murdriz et ruinez en leurs maysons, en
   France, par ceulx qui ont la justice et l'authorité et les forces
   à la main, ilz sont entièrement tout résoluz du contraire;

   Que, si le Roy les veult recepvoir en sa bonne grâce, et leur
   ottroyer la dicte paix et seurté qu'ilz luy demandent, comme à
   ses bons subjectz, et qu'il se veuille servyr de son frère et de
   luy, ilz ont en main de quoy luy fère le plus grand et le plus
   notable service, que sa couronne ny nul de ses prédécesseurs
   ayent receu de deux centz ans en cà;

   Qu'il cognoist bien que les Anglois ne cerchent de fère rien pour
   la religion en ceste guerre, ains de travailler la France, et
   qu'il crainct bien que, se faisant la paix, l'on ne le layrra
   sortir, de trois moys après, de ce royaulme.

   Quant au susdict de Lumbres, lequel s'intitulle ambassadeur de
   toutz les princes protestans vers ceste Royne, l'on m'a dict
   qu'il desire aussi bien fort la paix de France, et vouldroit que
   la guerre fût desjà transférée aulx Pays Bas, et n'eust tenu à
   luy que la descente, que ceulx de la Rochelle dellibéroient de
   fère en quelque port de Normandie ou Picardie, si Sores ne fût
   allé sur la route des Indes, ne se fût faicte en Olande: et desjà
   luy et beaucoup de ceulx de son pays font estat, par ceste paix,
   de se retirer en France, car semble qu'il y ayt mutuelle
   obligation entre les Françoys et Flamans, qui sont de ceste
   religion, de se subvenir les ungs aulx aultres, et de ne cesser,
   qu'ilz ne soyent toutz remiz en leur maysons pour y pouvoir vivre
   en seurté avec l'exercice de leur religion.

   Aulcuns Françoys de la dicte religion, qui sont icy, ne prennent
   nul party, attandans la dicte paix; ou bien, si elle ne succède,
   ilz dellibèrent de recourir à la grâce et clémence de Sa Majesté.



CXXIVe DÉPESCHE

--du XXXe jour de juillet 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Crainte des Anglais qu'une ligue générale n'ait été formée contre
    eux.--Résolution du conseil de rendre la liberté au duc de
    Norfolk, et de lever une forte armée navale.--Armement de la
    flotte.--Mission de Me Figuillem dans les
    Pays-Bas.--Déclaration faite à l'ambassadeur que l'armement de
    la flotte n'a d'autre objet que de rendre les honneurs à la
    reine d'Espagne sur son passage, et de se tenir en défense
    contre les entreprises que pourrait tenter le duc d'Albe.


     AU ROY.

Sire, s'estant la Royne d'Angleterre aperceue que le mal de son pied
empyroit par le travail de son progrez, encore qu'elle n'allât qu'en
coche, elle s'est arrestée à Cheyneys, qui est celle mayson du comte
de Betfort, où je vous ay mandé, par mes dernières, qu'elle debvoit
demeurer tout le XXVe et XXVIe de ce moys; mais elle y a séjourné
davantaige, et n'en bougera encores de quelques jours. Ceulx de son
conseil se sont assemblez au dict lieu pour prendre quelque bon ordre
sur aulcunes choses qu'ilz ont veu estre aultres, ou bien avoir aultre
événement, qu'ilz ne pensoient; premièrement, sur la détention du duc
de Norfolc, par laquelle, au lieu d'en avoir assoupy et retardé les
troubles de ce royaulme, ilz cognoissent meintennant que c'est par là
qu'ilz les ont advancez et faict naistre, car auparavant il n'y en
avoit point; et sur la guerre d'Irlande, laquelle ilz cuydoient desjà
achevée, ilz ont nouvelles que, despuys naguyères, l'on s'y est bien
battu, et que ceulx du party de la Royne, leur Mestresse, ont heu du
pyre, et que mesmes les saulvaiges monstrent de vouloir passer
oultre, et qu'ilz attandent du secours d'ailleurs; aussi sur le faict
de la Royne d'Escoce, duquel, parce que Vostre Majesté le porte et le
favorise, ilz voyent que toutz leurs affères d'Escoce en succèdent si
mal qu'ilz sont bien en peyne commant le remédier; pareillement sur
leurs différans des Pays Bas, lesquelz viennent meintennant à leur
estre de tant plus suspectz, que, par le pardon général publié en
Envers par le duc d'Alve, à vestemens blancz[11], le XVIe de ce moys,
où l'on leur faict acroyre que le prince d'Orange est comprins, et
qu'on a randu ses biens à ses enfans; et aussi par l'accord des Mores
en Espaigne[12], ilz estiment que les affères du Roy d'Espaigne
demeurent si establys en ses pays qu'il n'a rien plus à fère
meintennant que se rescentyr de l'injure, qu'ilz luy ont faicte et à
ses subjectz, ainsy que le duc d'Alve semble d'en avoir l'apareil tout
prest; et encores sur la paix de vostre royaulme, laquelle, de tant
qu'ilz la tiennent desjà comme conclue, sans qu'ilz s'en soyent
meslez, ilz craignent que Vostre Majesté se veuille de mesmes conduyre
meintennant en icelle vers eulx, comme ilz se sont assés mal déportez
vers vous durant la guerre; mais principallement sur la division et
mal contantement de leurs propres subjectz, d'où ilz prévoyent que,
s'il n'y est, devant toutes aultres choses, pourveu, ce sera de là que
leur viendront les plus dangereuses guerres et les plus grandes
difficultez dont, de tant que la Royne leur Mestresse s'oppose
toutjour bien fort aulx moyens, qu'on luy met en avant, qui tendent
ou à la guerre ou à la despence; après avoir bien longuement débattu
toutes ces matières, ilz luy ont enfin conseillé que, d'ung costé,
elle veuille mettre le duc de Norfolc hors de pryson, et que, par sa
liberté et par l'ayde qu'il luy pourra fère, elle se tirera ayséement
hors des plus apparans dangiers; et dresser, de l'aultre, tout
promptement une bonne armée de mer, qui serviroit de remédier à tout
le reste, sans regarder de si près à la despence, qu'elle y pourra
fère, qu'elle ne regarde encores plus à la conservation de son estat
et à l'honneur et grandeur de sa couronne.

  [11] Le duc d'Albe déploya, pour la publication de cette
  amnistie, une pompe extraordinaire. Ces mots _vêtements blancs_
  se rapportent probablement à quelque particularité des costumes
  employés dans cette cérémonie.

  [12] Voir la note ci-dessus, p. 183.

Sur laquelle leur résolution s'estant la dicte Dame assés collérée
contre ceulx, qui l'avoient faicte estre jusques icy trop rigoureuse
contre le dict duc, leur a respondu qu'elle estoit contante de prendre
bientost ung bon expédiant avecques luy, qui ne viendroit toutesfoys
ny d'aulcun d'eulx, ny de toutz ensemble, et dont il n'en auroit à
remercyer que elle seule; et quant à dresser une armée, qu'elle ne se
vouloit opposer à leur conseil, mais seulement les prier qu'ilz
advisassent de n'entreprendre rien qui ne fût bien nécessaire, et qui
ne la mist en plus de peyne qu'elle n'est. Dont, tout sur l'heure, les
commissions ont esté dépeschées, telles que j'ay cy devant mandées à
Vostre Majesté: de dresser une armée royalle de toutz les grandz
navyres de la dicte Dame et de bon nombre d'aultres vaisseaulx
particulliers, et de lever quatre mil maryniers, et tenir prestz huict
mil hommes de pied et deux mil chevaulx; dont, quant aulx navyres et
hommes pour mettre dessus, qui sont maryniers et soldatz tout
ensemble, cella s'exécute en toute dilligence; et, dans le Xe du
prochain, j'entendz qu'il sortyra en mer sept grandz navyres des
premiers prestz, les meilleurs à la voyle, avec douze centz hommes
dessus, et les aultres suyvront après, à la mesure qu'on les aura
fornys d'hommes et de vivres; car, ilz ont desjà tout leur aultre
apareil et fornyment. Mais, quant aulx huict mil hommes de pied et
deux mil chevaulx, l'on ne se haste encores de les fère marcher.

Or, en ce mesmes conseil, a esté advisé de renvoyer devers le duc
d'Alve maistre Fyguillem, bourgeois de ceste ville, l'ung des
commissaires des prinses, par prétexte de luy aporter une honneste
responce sur l'accord de leur différandz, comme ceste Royne le prye
d'y vouloir entendre en quelque bonne sorte, et qu'elle est contante
de reffère le nombre des merchandises et tout ce qui en est dépéry et
descheu, despuys le premier inventoire qui en fut faict; ce que
n'estant encores aprochant de la satisfaction, parce que le dict
inventoire ne contient guières bien le tiers des dictes merchandises,
ny que celle moindre partie des deniers qui estoit ez quaysses
merquées pour le Roy d'Espaigne, j'ay bien pensé qu'il n'y alloit que
pour descouvrir l'intention du dict duc, et à quoy tandoit son
armement, et quelles pratiques menoient les Anglois catholiques, qui
ont naguières passé d'Escoce et d'icy devers luy. Tant y a, Sire, que,
nonobstant cest argument, lequel m'a bien faict juger qu'en leur faict
y avoit plus de peur que d'entreprinse, voyant néantmoins que leur
appareil estoit tel qu'il le falloit avoir suspect, mesmes que nul ne
me sçavoit asseurer au vray de l'occasion d'icelluy, et qu'ilz ne
cessoient de tretter toutjour d'accord avec le duc d'Alve, j'ay pensé
qu'il estoit expédiant de les fère parler; dont ay suplié la dicte
Dame et iceulx seigneurs de son conseil que, de tant que j'avois à
vous donner adviz de leur armement, il leur pleust m'advertyr comme
ilz desiroient que je le vous escripvisse, affin d'évitter que, pour
la jalouzie que vous en pourriez avoir, vous ne leur en fissiez
prendre une aultre en vous armant de vostre costé.

A quoy ilz m'ont respondu que je sçavois bien que le duc d'Alve
faisoit une bien fort grande armée de mer, et encor qu'il leur eust
notiffié par l'ambassadeur de son Maistre, qui est icy, et encores
faict dire à Mr Norrys par celluy qui est en France, que c'estoit
seulement pour conduyre la Royne d'Espaigne et non pour occasion
quelconque, d'où ilz deussent prendre tant soit peu de deffiance de
luy, que néantmoins la dicte Dame luy avoit bien vollu dépescher ung
messaigier pour l'advertyr qu'elle estoit dellibérée de mettre aussi
ses navyres en mer, avec sept ou huict mil hommes dessus, pour
accompaigner la dicte Royne d'Espaigne, sa bonne soeur, tout le long
de la mer de son royaulme, avec commandement à son admyral, lequel
yroit luy mesmes en l'armée, de la recepvoir, honnorer et bien tretter
en toutz ses portz et hâvres, où luy viendrait à playsir de descendre
et prendre terre: dont me prioient d'asseurer Vostre Majesté que, sur
leur vie et honneur, il n'y avoit aultre chose; et que le dict sieur
Admyral ne bougeroit que la responce du dict duc ne fût arrivée. Bien
me vouloient dire que aulcuns de leurs rebelles trettoient en secrect
et ouvertement avecques le dict duc, et que les Escossoys se vantoient
aussi qu'ilz auroient bientost ung secours de Flandres; dont se
vouloient trouver prestz à tout besoing.

Voylà, Sire, ce qu'ilz m'ont dict, et en quelle façon ils se sont
descouvertz de la légation du susdict Figuillem, qu'ilz avoient
toutjour tenue fort secrecte; et comme, soubz démonstrations
honnestes, ilz se pourvoyent contre les malles intentions les ungs des
aultres. Je observeray le progrez de leurs actions, du plus près que
je pourray, pour vous en donner toutjour les plus seurs adviz qu'il me
sera possible; et sur ce, etc.    Ce XXXe jour de juillet 1570.



CXXVe DÉPESCHE

--du VIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Mr de Poigny._)

  Visite de Mr de Poigny à la reine d'Écosse.--Audience de congé
    lui est donnée par la reine d'Angleterre.--Heureux effet de son
    voyage.--Meilleur traitement fait à Marie Stuart et au duc de
    Norfolk, à qui il est permis de sortir de la Tour pour être
    gardé chez lui.--Remontrances de l'ambassadeur à Élisabeth sur
    les nouvelles entreprises faites contre l'Écosse.--Excuses
    données par la reine.--Résolution prise de signifier le traité
    aux deux partis en Écosse.--Continuation des armemens maritimes
    en Angleterre.--Déclaration du duc d'Albe à Me Fuyguillem
    envoyé vers lui par Élisabeth.--Arrivée à Londres d'un député
    de la Rochelle.


     AU ROY.

Sire, après que Mr de Poigny a heu satisfaict à la visite, que Vostre
Majesté luy avoit commandé vers la Royne d'Escoce, par l'espace de
quatre jours, qu'il luy a esté permiz d'estre auprès d'elle, avec ung
infiny contantement et très grande satisfaction de la dicte Dame, il
s'en est retourné par deçà; et estant icy, nous avons ensemble
considéré que, puisqu'il estoit contrainct de se déporter du surplus
de son voyage en Escoce, parce que la Royne d'Angleterre ne le
trouvoit bon, et que les commissaires escossoys n'estoient point
arrivez, qu'il estoit expédiant qu'il ne temporisât plus en ce lieu;
dont sommes allez, le IIIIe du présent, trouver la dicte Dame à
Cheyneys, où elle est encores. A laquelle le dict Sr de Poigny a faict
entendre, bien à propos, les choses qu'il avoit veues et aprinses de
l'estat de la Royne d'Escoce, et de sa santé, et aussi de son
estroicte garde, et d'aulcunes aultres particullaritez de ses affères,
luy incistant bien fort de luy vouloir ottroyer ung peu plus de
liberté qu'elle n'a; et luy ayant au reste ramentu de rechef les
principaulx poinctz de sa charge, avec offre de passer encor en
Escoce, s'il estoit besoing, pour disposer ces seigneurs de dellà à la
continuation du tretté, la dicte Dame luy a faict plusieurs diverses
responces ès quelles, sans luy reffuzer ny accorder aussi tout ce
qu'il demandoit, sinon touchant aller en Escoce, qu'elle luy a bien
ouvertement dényé, elle a monstré, au reste, qu'elle vouloit beaucoup
defférer à Vostre Majesté; et, après qu'avec de bien honnestes
répliques, il a heu tiré d'aultres secondes et meilleures responces de
la dicte Dame, il a prins congé d'elle. Dont, de tant, Sire, que
Vostre Majesté entendra mieulx au long et par ordre de luy, que ne
feroit par ma lettre, tout ce qui s'est passé en son audience, et ce
qu'il y a proposé, ensemble ce qu'il y a obtenu, et ce que la dicte
Dame l'a prié de vous dire, je me déporteray de vous en toucher icy
plus avant, si n'est pour vous dire, Sire, qu'encor qu'il ne vous
raporte résolution de toutes choses, son voyage ne laisse pourtant
d'estre et bien utille, et heureux, puisque par icelluy est advenu que
ceste Royne a commancé de se modérer tant envers la Royne d'Escoce
qu'elle l'a layssée visiter de vostre part et luy a eslargy ung peu sa
liberté; et qu'en mesmes temps le duc de Norfolc, qui estoit en
pryson, a esté remiz en sa mayson, bien que ce soit encores soubz
quelque garde; qui sont tout présaiges de quelques bon succez ez
aultres affères de la dicte Dame.

Or de ma part, Sire, ayant heu à remercyer la dicte Dame de la
déclaration qu'elle m'avoit mandé fère, que son armement n'estoit
aulcunement dressé ny contre Vostre Majesté, ny contre vostre
royaulme, et de ce qu'elle avoit monstré se resjouyr infinyement de la
nouvelle, que je luy avois faict entendre, qu'on tenoit en France la
paix pour faicte; et que sur le dict armement elle m'a heu confirmé le
mesmes, adjouxtant que c'estoit le duc d'Alve et non Vostre Majesté
qui avoit à se doubter d'icelluy, et qu'avec plusieurs parolles, et
par tout aultre semblant, elle a exprimé ung très grand désir à la
dicte paix, et luy tarder beaucoup que je la luy puysse bien asseurer
de vostre part, j'ay tiré le propos à luy parler des choses que nous
avions entendu d'Escoce: comme pour empescher l'effect de l'accord,
qui estoit tant bien commancé, l'on avoit trouvé moyen de retarder Mr
de Leviston (qui l'alloit notiffier aulx seigneurs d'Escoce) vingt
deux jours en la frontière de deçà, et despuys, estant passé en celle
de dellà, les adversaires de la Royne d'Escoce ne permettoient qu'il
passât oultre pour acomplyr sa légation; que cependant le comte de
Sussex avoit envoyé solliciter ceulx du party de la Royne d'Escoce de
poser les armes, d'abandonner les rebelles angloys, de ne recepvoir
les estrangiers, et de casser les proclamations, qu'ilz avoient faicte
de l'authorité de leur Royne, pour remettre le faict du gouvernement
du pays en tel estat que le comte de Mora l'avoit layssé; et que,
pendant que la dicte Dame se prenoit bien asprement à la Royne
d'Escoce de ce que ses fuytifz trouvoient faveur et retrette en son
pays, c'estoient les mauvais subjectz de la Royne d'Escoce qui
avoient relevé une forme d'authorité, en tiltre de régent, contre et
au préjudice d'icelle en son royaulme, soubz l'adveu et protection des
lettres de la dicte Royne d'Angleterre, qui avoient esté leues
publiquement en l'assemblée, y assistant maistre Randolf et son agent
par dellà; et que le comte de Lenoz, à présent créé régent, se vantoit
qu'il auroit tout secours d'elle pour estre meintenu en ceste sienne
nouvelle authorité, et que mesmes le comte de Sussex, en sa faveur,
rentreroit de rechef avecques forces en Escoce, et que l'armée de mer
de la dicte Dame seroit bientost devant Dombertran pour l'assiéger;
dont, de tant que, sur ce que je vous avois escript et asseuré du
contraire, vous aviez contremandé voz forces, qui estoient toutes
prestes en Bretaigne, et vous estiez venu de toutz ces différantz à
ung tretté d'accord, duquel ne voyez à présent sortyr nul effect, je
ne pouvois, pour ma justification envers Vostre Majesté, que recourir
à la promesse, qu'elle m'avoit faict fère là dessus par les seigneurs
de son conseil, laquelle elle m'avoit despuys confirmée en parolle de
Royne et de Princesse chrestienne, pleyne de foy et de vérité; et,
suyvant icelle, la suplyer de vouloir demeurer aulx bons termes du
dict tretté et icelluy paraschever, ou bien me dire quelle
satisfaction elle pensoit que j'en debvois donner à Vostre Majesté.

La dicte Dame, se voyant fort pressée de ce propos, et voyant que
j'estois adverty de toutes les pratiques qui se menoient en Escoce,
s'est efforcée de leur donner le meilleur lustre qu'elle a peu,
alléguant que ceulx du party de la Royne d'Escoce, pour avoir de
rechef rentré en la frontière d'Angleterre, et avoir dressé avec milor
Dacres une bien dangereuse entreprinse sur icelle, si le comte de
Sussex ne l'eust descouverte, et pour avoir, en proclamant l'authorité
de la Royne d'Escoce, déclairé ceulx de l'aultre party rebelles,
avoient commancé les premiers de donner occasion à elle de se départyr
du dict traicté, dont estoit délibérée de ne souffrir plus leurs
attemptatz et de remédier à leurs mauvaises entreprinses.

Je luy ay répliqué que Vostre Majesté ny la Royne d'Escoce n'aviez
rien innové de vostre part, et qu'on ne pouvoit prétendre que ceulx du
party de la Royne d'Escoce eussent aussi peu violler le tretté jusques
à ce qu'il leur auroit esté légitimement notiffié; par ainsy, que je
incistois toutjour à l'entretennement et continuation d'icelluy.

Enfin la dicte Dame, laquelle faict grand fondement de sa parolle
jusques à me dire que si je la trouve jamais manquer d'icelle, je la
veuille estimer indigne que je face jamais plus nul office de vostre
ambassadeur vers elle, et les seigneurs de son conseil, ausquelz j'ay
aussi faict la mesme remonstrance, m'ont accordé qu'il sera donné
moyen à Mr de Leviston, ou bien à quelque aultre, qui sera
présentement dépesché d'icy, de pouvoir aller seurement jusques vers
le duc de Chastellerault, et vers les aultres seigneurs du party de la
Royne d'Escoce, pour leur signiffier l'accord encommancé, et les
sommer d'envoyer des depputez pour le continuer et parfaire.

Cependant, Sire, la dicte Dame continue toutjour son armement en fort
grand dilligence, et n'en remect rien pour chose que le duc d'Alve luy
ayt respondu, lequel aussi, à ce que j'entendz, a parlé ung peu bien
ferme à maistre Fuyguillem, depputé de la dicte Dame, lequel est
revenu despuys trois jours: c'est qu'il luy a dict qu'il préparoit
son armée de mer pour conduyre seurement la Royne, sa Mestresse, en
Espagne, et que rien n'en estoit dressé contre les amys et confédérez
de son Maistre, mais bien pour se deffandre et se venger des injures
de ses ennemys; et quant à la pleincte qu'il faysoit que l'ambassadeur
d'Espaigne, icy résidant, avoit donné des saufconduictz aulz rebelles
d'Angleterre pour passer en Flandres; que le Roy, son Maistre, le
chastieroit s'il avait mal faict, mais que, pour un rebelle anglois
qu'il y avoit en Flandres, il y en avoit cinq centz flamans en
Angleterre: au regard de se contanter de l'accord des merchandises
sellon l'inventoire qui en avoit esté faict, qu'il vouloit de sa part
rendre aulx Anglois tout entièrement ce qu'il leur avoit faict saysir
et arrester, et qu'ainsy entendoit il qu'il fût de mesmes satisfaict
aulx subjectz de son Maistre. Bien m'a l'on dict qu'il a usé à part
d'aultres parolles gracieuses au dict Fuyguillem, qui les mect en plus
grande espérance d'accord que jamais.

Il est arrivé, despuys lundy dernier, ung des superintendans des
finances de la Rochelle, nommé le présidant des comptes de Bretaigne,
lequel on dict estre principallement venu pour trois choses; l'une,
pour adviser le moyen de desdommaiger la Royne d'Angleterre et les
siens des trèze ourques de merchandises d'Espaigne, qui furent, dès le
commencement, menées des portz de ce royaulme à la Rochelle, et fère
pour cella, ou pour recouvrer nouveaulx deniers, pour du sel et du
vin, quelque nouveau contract entre eulx; la seconde, pour consulter
avec Mr le cardinal de Chatillon des articles de la paix, et les
notiffier, de la part de la Royne de Navarre, à ceste Royne; la
tierce, pour aporter à la dicte Dame quelques adviz et pacquetz qui
la concernent, lesquelz ilz ont surprins quelque part. Sur ce, etc. Ce
VIe jour d'aoust 1570.



CXXVIe DÉPESCHE

--du XIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Forces de l'armée navale que l'Angleterre vient de mettre en
    mer.--Crainte qu'Élisabeth, rassurée contre toute attaque de la
    part du duc d'Albe, n'emploie cet armement à une entreprise sur
    l'Écosse.--État des négociations au sujet de l'Écosse et de
    Marie Stuart.--Conclusion de la paix en France.--Nouvelles de
    la Rochelle et d'Allemagne.--Exécution de Felton à Londres;
    continuation des exécutions dans le Norfolk.


     AU ROY.

Sire, sellon la bonne communication que j'ay faicte à Mr de Poigny,
pendant qu'avons esté ensemble, de toutes choses de deçà, dont j'ay
peu avoir quelque notice, j'espère qu'il aura donné bon compte à
Vostre Majesté non seulement de celles là qui s'y mènent ouvertement,
mais aussi d'aulcunes qui se présument, lesquelles ne sont encores
qu'en discours; et pareillement de l'estat où sont demeurées celles de
la Royne d'Escoce, de façon que je n'auray à toucher icy, sinon de ce
qui a succédé despuys son partement; qui est, Sire, que la Royne
d'Angleterre a faict donner une si grand presse à son armée de mer
qu'on l'a rendue toute preste à sortyr, dans le XXe du présent, en
nombre de XXIX de ses grandz navires, bien artillez et bien garnys de
toutes monitions de guerre, et avitaillez pour trois mois, avec cinq
mil cinq centz hommes dessus et son admyral en personne pour y
commander, oultre ung nombre d'aultres vaysseaulx, que le comte de
Betfort faict équiper en guerre au pays d'Ouest, qui doibvent sortir,
soubz la conduicte de Haquens, et trèze navyres des Françoys et des
Flamans, de la nouvelle religion, qui sont attendans en l'isle d'Ouyc.
Quelcung est revenu de la mer sur un batteau légier, qui raporte avoir
veu, sur la coste de Flandres, envyron cinquante quatre voyles desjà
hors des portz, ce qui faict davantaige haster ceulx cy en leur
entreprinse; et les seigneurs de ce conseil ont envoyé signiffier, par
deux aldremans de Londres, à Mr l'ambassadeur d'Espaigne qu'il les
veuille venir trouver, à St Auban, à XX mil d'icy, affin de conférer
ensemble; mais ne saichant comme ilz vouldroient user vers luy, il est
en doubte s'il yra.

Je ne descouvre point encores, Sire, que la dicte Dame ayt à nul
aultre effect entreprins cest armement que pour le souspeçon du duc
d'Alve, et croy, à la vérité, que cella seul en est la première
ocasion; mais, à ceste heure, qu'elle a faicte la despense, et que le
duc luy a en plusieurs sortes déclairé qu'il ne veult rien
entreprendre contre elle, et aussi n'y a il nul aparance quelconque
qu'il soit pour le fère, ny qu'il divertisse ailleurs son armée qu'à
la conduicte de la Royne, sa Mestresse, tant qu'elle soit du tout
descendue en Espaigne, je crains que la dicte Royne d'Angleterre
employe cependant la sienne contre l'Escoce; car de la dresser contre
la France je n'en ay ny indice ny sentyment, mais quelcun m'a bien
dict qu'on la conseille de se saysir de Dombarre, et m'a l'on donné
adviz qu'elle a mandé de nouveau au comte de Sussex de tenir mil cinq
centz harquebouziers, six centz corseletz et quatre centz chevaulx,
toutz prestz en la frontière, qui est argument qu'elle espèreroit, par
ce secours de terre, facilliter l'entreprinse à son armée de mer; et
que, par mesmes moyen, elle satisferoit au comte de Lenoz, lequel luy
ayant demandé une grande provision de deniers pour souldoyer des
Escossoys près de luy, elle luy a respondu qu'elle ayme mieulx
employer son argent à souldoyer des siens que non d'en acquérryr des
estrangiers; néantmoins j'entendz qu'on l'a tant pressée qu'enfin elle
luy a envoyé trois mil {lt} d'esterlin, qui est dix mil escuz. De
cecy, Sire, et d'aulcunes conditions assés dures, que la dicte Dame a
naguières proposées, bien qu'en ryant, à Mr l'évesque de Roz, de
vouloir pour sa seurté, en restituant sa cousine, avoir des ostaiges
d'elle, et le Prince son filz, et le chasteau de Dombertran; et luy
ayant le dict sieur évesque respondu que mal ayséement se pourroit
tout cella fère, je crains que la dicte Dame se veuille pourvoir, de
bonne heure, d'aulcuns aultres moyens bien contraires à celluy du
tretté, que nous avons commancé; mais, nonobstant ceste démonstration,
nous ne layssons de luy incister toutjour qu'elle doibt demeurer aulx
bons termes du tretté, et icelluy paraschever, sellon qu'elle mesmes a
prié Mr de Poigny de vous asseurer, Sire, que, si la Royne d'Escoce
luy faict de bien honnestes et honnorables offres, qu'elle procèdera
très honnorablement envers elle; et, suyvant cella, elle nous a
despuys baillé ses lettres pour fère passer sans difficulté milord de
Leviston jusques là où le duc de Chastellerault et les aultres
seigneurs du party de la Royne d'Escoce sont assemblez, affin de leur
notiffier l'accord encommancé, et les sommer d'envoyer des depputez
pour ayder à le conclurre; et, par mesmes dépesche, nous avons adverty
les dicts seigneurs de se donner garde des entreprinses de deçà. Ceulx
qui portent icy bonne affection à la Royne d'Escoce estiment, Sire,
qu'il importe beaucoup que, en parlant à l'ambassadeur d'Angleterre,
et par aultres démonstrations en Bretaigne, Vostre Majesté face
toutjour cognoistre qu'elle desire secourir et remédier les affères de
la dicte Dame.

J'entendz que Mr Norrys a escript, du IIIe du présent, que la paix
estoit desjà conclue dez le premier[13], et qu'il restoit rien plus à
accorder que quelque formalité sur le désarmer et sur reconduyre les
reytres hors de vostre royaulme, ce qui faict regarder à plusieurs
icy, si Vostre Majesté vouldra incister plus fort, à ceste heure, au
restablissement des choses d'Escoce, et s'il en pourra bien sortyr du
différant entre la France et l'Angleterre; mais je leur en oste
l'opinion le plus que je puys.

  [13] Cette paix, connue sous le nom de _paix boiteuse et mal
  assise_, parce qu'elle fut négociée par Mr de Biron, qui était
  boiteux, et par le sieur de Mesmes, seigneur de Malassise, fut
  conclue à Saint-Germain-en-Laye, le 11 août 1570. Les articles au
  nombre de quarante-six sont rapportés dans l'édit de
  pacification, donné à Saint-Germain, le 15 du même mois.

Le présidant venu de la Rochelle est allé desjà une foys jusques à
ceste court, et m'a l'on dict que, à cause des adviz et des lettres
interceptés, qu'il disoit aporter concernant ceste princesse, elle l'a
vollu ouyr, mais bien fort en secrect. Les depputez aussi des princes
d'Allemaigne ont esté ouys une foys, et puys se sont retirez à
Londres. Il semble que leur négociation demeure en quelque suspens par
le retour d'ung Oynfild, qui vient freschement d'Allemaigne, l'y
ayant, dez le moy de may, ceste princesse envoyé pour tretter
d'aulcunes choses fort secrectement avec les dicts princes, et mesmes
a heu grande communication avec l'évesque de Colloigne. La dicte Dame
commance de n'avoir plus si suspecte la diette d'Espire comme l'on la
luy faisoit, puisque le comte Pallatin y intervient. L'on dict que ung
agent du jeune duc des Deux Ponts est venu poursuyvre icy, contre
ceulx de la Rochelle, le payement d'environ quarante mil escuz, qui
furent trouvez ez coffres du feu duc, son père; lesquelz monsieur
l'Admyral print, avec obligation de la Royne de Navarre et des
principaulx de l'armée, qu'ilz seroient acquittez contantz en
Angeterre. Maistre Felton a esté, despuys trois jours, exécuté devant
icelle mesme porte de l'évesque de Londres, où il avoit affiché la
bulle, ayant soubstenu toutjour fort opinyastrément que l'interdict du
Pape sur ceste Royne est juste et juridique. L'on continue aussi les
exécutions en Norfolc. La dicte Dame poursuyt son progrez vers Oxfort,
et a vollu que je soys sorty de Londres, à cause de la peste, pour
pouvoir plus librement négocier avec elle. De quoi, Sire, et du
desloignement de sa court, je crains demeurer moins bien adverty de
beaucoup de choses au villaige que je n'étois à la ville, mais j'y
mettray toutjour la meilleure dilligence que je pourray. Sur ce, etc.
Ce XIe jour d'aoust 1570.

   J'ay faict courir après ce pacquet, qui estoit desjà dépesché dez
   le matin, pour y adjouxter la réception de voz lettres du IIIIe
   du présent, qui m'ont esté rendues par mon secrétaire, avec la
   bonne et desirée nouvelle de la paix; sur laquelle, après avoir
   remercyé Dieu, et, de rechef, de tout mon cueur très humblement
   baysé les mains de Vostre Majesté, j'en yray demain fère la
   conjoyssance à ceste Royne, laquelle, à ce que j'entendz,
   dépesche ung gentilhomme en France, mais ne sçay encores sur
   quelle occasion.



CXXVIIe DÉPESCHE

--du XIIIIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais, par Bordillon._)

  Résolution prise par la reine d'Angleterre d'envoyer Walsingham
    en France.


     AU ROY.

Sire, il y a trois jours que la Royne d'Angleterre avoit dépesché le
Sr de Valsingan pour aller fère aulcuns offices vers Vostre Majesté,
et pour les fère en une façon, si la paix estoit faicte, et en une
aultre, s'il trouvoit qu'elle fût encores à fère; dont, à ceste heure,
que j'ay envoyé demander audience à la dicte Dame pour la luy aller
annoncer, toute bien faicte et bien conclue, elle m'a mandé que je
seray le très bien venu avec ceste très bonne nouvelle, et qu'elle a
desjà expédié ung sien gentilhomme en France pour vous en aller fère
la conjouyssance de sa part; en quoy je vous suplie très humblement,
Sire, lui agréer, et gratiffier en toutes sortes ceste sienne bonne et
prompte démonstration, ainsy qu'elle s'atend bien que, pour avoir
toutjour ouvertement déclairé qu'elle la desiroit, et pour s'estre
offerte de s'employer à la fère, et mesmes pour avoir, durant la
guerre, rejetté toutes les persuasions qu'on luy a données de se
déclairer de l'aultre party, et avoir encores, sur le pourparlé de
paix, procédé en sorte qu'elle veult bien estre veue d'avoir aydé en
quelque chose à la conclurre, elle se répute avoir grandement mérité
de vostre amytié. Et j'entendz, Sire, que, par mesmes moyen, elle vous
fera tenir quelque propos du faict d'Escoce, estant le dict de
Valsingan principallement envoyé pour notter et comprendre, aultant
qu'il luy sera possible, à quoy, après ceste paix, va l'intention de
Vostre Majesté, tant sur les choses qui ont passé du costé de ce
royaume durant la guerre, que pour voir en quoy vous persévérez
touchant celles du dict pays d'Escoce et touchant la Royne d'Escoce,
vostre belle soeur; dont j'estime, Sire, que le plus de faveur et de
grattiffication que pourrez monstrer sur celles premières, et plus de
fermeté et persévérance ez aultres, sera ce qui plus donra
d'accommodement à vostre service et plus de réputation à voz affères
de deçà. Icelluy Valsingan est tenu icy pour bien habille homme, fort
affectionné à la nouvelle religion, et très confidant du secrétaire
Cecille; qui va desjà fère ung commencement d'essay en la charge que,
à mon adviz, l'on luy a désignée d'ambassadeur ordinaire vers Vostre
Majesté après Mr Norrys. Sur ce, etc.

     Ce XIVe jour d'aoust 1570.



CXXVIIIe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par l'homme du Sr de Valsingan._)

  Audience.--Communication officielle donnée par l'ambassadeur à
    Élisabeth de la conclusion de la paix en France.--Contentement
    manifesté par la reine de cette nouvelle.--Vives démonstrations
    en faveur du roi.--Promesse de la reine de hâter la conclusion
    du traité avec Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, le jour de la my aoust, j'ay esté porter la certitude de la paix
de vostre royaulme à la Royne d'Angleterre, à Penleparc, qui est
trente deux mil loing de Londres; laquelle a monstré non seulement de
la bien recepvoir, mais d'en vouloir caresser et honorer la nouvelle,
ayant faict parer sa court, et estant elle mesmes parée et
merveilleusement bien en poinct; et m'a, à l'arrivée et au retour,
faict mieulx recueillyr et accompaigner que de coustume, et encores me
reconvoyer par des gentilshommes exprès une grand partie du chemyn, de
sorte qu'elle et les seigneurs de son conseil, vers lesquelz j'ay
faict aussi la conjoyssance de vostre part, n'ont rien obmiz de ce qui
se peult monstrer d'extérieur pour donner entendre qu'ilz ont ung très
grand plésir de cet accord. Mais, pour descouvrir quelque chose de
l'intérieur, j'ay dict à la dicte Dame, en luy présentant les lettres
et recommandations de Voz Majestez, que Dieu vous avoit faict la grâce
de vous donner la paix avecques voz subjectz; et qu'aussitost que vous
l'aviez peu conclurre vous luy en aviez faict la première part, affin
de luy advancer, devant les aultres princes, voz alliez et confédérez,
l'ayse et le playsir que vous estimiez qu'elle en recepvroit, parce
que, plus que nul de tous eulx, elle avoit toutjour monstré de la
desirer, et mesmes de se vouloir employer à la fère; dont cecy luy
estoit ung très asseuré tesmoignage que vous n'en avez miz rien en
oubly, et que vous luy rendrez la tranquillité de vostre royaulme
aultant utille, comme elle avoit toutjour faict paroistre qu'elle
l'auroit très agréable.

La dicte Dame, usant de toutes les démonstrations d'ayse et de
contantement qu'il est possible, m'a respondu qu'elle ne pouvoit assés
à son gré vous remercyer de la faveur, que luy aviez faicte, de luy
advancer ceste bonne nouvelle de vostre paix, ny assés s'en conjouyr
avecques Voz Majestez; et que n'ayant heu moindre desir que vous
mesmes de la voir bien succéder, ainsy que sa conscience l'en
faisoit, à ceste heure, estre bien fort contente, et que la certitude
s'en pouvoit encores vériffier par lettres et tesmoings, elle ozoit
bien esgaller l'ayse qu'elle recepvoit d'en entendre la conclusion, à
celluy que Vostre Majesté et la Royne, vostre mère, et Messieurs vos
frères, voyre quel que soit de voz propres subjectz, en pouviez avoir;
ce que estant bien conféré avec le peu de desir que vous sçavez que
les aultres princes en avoient, elle vous layssoit à juger si une
première conjouyssance ne lui en estoit pas deuhe, et pourtant que
vous ne doubtissiez qu'elle ne la receust avec trop plus d'abondance
de playsir et d'affection, qu'elle ne le pouvoit, par parolle ny par
nulle aultre démonstration, bien exprimer; seulement elle prioyt Dieu
de la vous fère, et à voz subjectz, très longuement et heureusement
jouyr; et qu'encor qu'on luy eust vollu imprimer que vostre paix luy
seroit ung commancement de guerre, et que vous vous layrriez aisément
aller à l'instigation, que ses ennemys vous feroient, de la luy
commancer sinon directement, au moins par moyens indirectz de la Royne
d'Escoce, qu'elle ne le se vouloit toutesfoys persuader; et vous
pryoit, de tant que vous estiez sur le poinct de vous former une
inpression d'amytié ou d'ayne pour l'advenir, que vous vollussiez
retenir elle et son royaulme, qui ne sont pas des plus grandz mais non
aussi des moindres, au mesmes degré d'amytié qu'elle veult droictement
persévérer vers vous et le vostre; et que, ayant auparavant proposé de
vous dépescher le Sr de Valsingan, affin qu'il servyst à quelque bon
effect entour la conclusion de la dicte paix, elle l'y feroit encores
plus vollontiers passer, à ceste heure qu'elle estoit conclue, pour
non seulement vous en aller fère la conjoyssance, mais vous remercyer
infinyement de celle que vous luy en aviez desjà faicte.

Je n'ay failly là dessus, Sire, d'user des meilleurs et plus
convenables propos, que j'ay peu, pour mettre la dicte Dame en grande
confiance de Vostre Majesté et de vostre royaulme; et, après avoir
touché quelque mot du commandement, que me feziez, d'avancer toutjour
les affères de la Royne d'Escoce; à quoy elle m'a respondu en très
bonne façon et avec nouvelle promesse d'y procéder du premier jour,
sellon qu'elle avoit bonnes nouvelles que les seigneurs escossoys des
deux costez s'y vouloient disposer, elle m'a licencié avec tant de
bonnes paroles et démonstrations de son contantement, et de vouloir
donner toute satisfaction à Vostre Majesté, que je craindrois d'en
diminuer la meilleure part, si je m'esforcoys de le vous vouloir
davantaige exprimer: dont la layrray à tant jusques à la prochaine
dépesche d'ung des miens, que j'envoyeray bientost devers Vostre
Majesté, par lequel je vous feray amplement entendre toutes aultres
choses. Et seulement, Sire, j'adjouxteray à ce pacquect la lettre, que
la dicte Dame vous escript, oultre celles qu'elle a baillé au dict
Valsingan pour Voz Majestez, lequel est desjà dépesché, et avecques
luy le sir Henry Coban pour aller saluer, de la part de ceste Royne,
la Royne d'Espaigne au Pays Bas; et croy qu'il passera jusques à
Espire devers l'Empereur. Sur ce, etc.

     Ce XVIIIe jour d'aoust 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, j'obmetz, tout à esciant, d'escripre à Voz Majestez par ceste
dépesche beaucoup de propos, qui ont esté tenuz entre la Royne
d'Angleterre et moy en ceste dernière audience, pour les vous mander
cy après plus expressément par ung des miens; et suffira, s'il vous
playt, Madame, que, en ceste cy, je vous dye, sur la nouvelle que j'ay
annoncée à la Royne d'Angleterre de la paix de vostre royaulme, qu'il
ne se peult exprimer ung plus grand ayse que celluy que, en parolle et
en semblant, elle a monstré d'en recepvoir; et croy que, sans la
crainte des choses d'Escoce, que son cueur aussi s'y conformeroit.
J'entendz qu'elle a prins quelque souspeçon de ce que les depputez des
Princes n'ont faict rien entendre de ceste dernière conclusion à son
ambassadeur, comme ilz avoient faict les aultresfoys; au moins n'en
avoit il encores rien escript à la dicte Dame, quant j'ay esté devers
elle, laquelle en estoit mal contante; et discouroient quelques ungs
là dessus qu'il y pourroit bien rester encores quelque difficulté:
tant y a que les choses d'icy ne layssent pourtant de prendre aultre
forme, sur ce que je leur en ay desjà dict, mesmes en l'endroict de
l'ambassadeur d'Espaigne, auquel aultrement l'on estoit prest de fère
piz que jamais. J'espère qu'il en réuscyra aussi de l'utillité à
vostre service. Sur ce, etc.

     Ce XVIIIe jour d'aoust 1570.



CXXIXe DÉPESCHE

--du XXIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Guilliaume Beroudier._)

  Rapport de ce que l'ambassadeur a pu savoir des instructions
    données à Walsingham.--Conclusion définitive de la paix de
    France.--Instance de l'ambassadeur pour que le roi se prononce
    avec fermeté sur les affaires d'Écosse.--Effet produit en
    Angleterre par l'assurance que la paix est définitivement
    signée en France.


     AU ROY.

Sire, ceste bien asseurée confirmation de la paix, qui m'est venue par
les lettres de Vostre Majesté du XIe du présent, avec les articles
d'icelle, qu'il vous a pleu par mesme moyen m'envoyer, ont miz la
Royne d'Angleterre et ceulx de son conseil hors de tout doubte qu'elle
ne soit à présent bien conclue et arrestée; car, parce que Mr Norrys
leur avoit escript que, de vostre costé, Sire, elle estoit bien
signée, mais qu'elle restoit à signer par Messieurs les Princes et
Admyral, et que Mr le cardinal de Chatillon n'en avoit encores nulles
nouvelles, aussi que de dellà l'on mandoit que aulcuns s'y opposoient,
et que le parlement de Paris ne la vouloit en façon du monde
recepvoir, plusieurs ont estimé que la matière estoit encores bien
acrochée; et le Sr de Valsingan mesmes, quant il m'est venu dire
adieu, n'a sceu tenir son langaige si mesuré qu'il n'ayt assés monstré
qu'il estoit dépesché sur telle opinion. Et j'ay despuys entendu que,
l'ayant la dicte Dame faict arrester, lorsque je la suys allé trouver,
jusques après qu'elle m'auroit ouy, aussitost qu'elle a comprins par
mon récyt que les depputez estoient de rechef renvoyez avec les dicts
articles vers les Princes, elle l'a soudain faict partyr, sur la
mesme dépesche qu'elle luy avoit desjà baillée, luy mandant qu'il
n'estoit besoing d'y rien changer.

Or, Sire, ce que j'ay peu descouvrir de sa charge est qu'ayant ceste
princesse l'esprit fort agité de tant de deffiances, que je vous ay cy
devant mandées, et se trouvant mal satisfaicte de ce que ceste
dernière conclusion de paix s'est menée si estroictement que son
ambassadeur a souspeçonné y debvoir avoir des conventions qui la
touchoient, puysqu'on les luy tenoit secrectes, elle a advisé
d'envoyer cestuy cy tout exprès par dellà affin que, trettant avec
ceulx de l'ung et l'aultre party, il puysse juger de quelle
disposition, après la dicte paix, se trouvera Vostre Majesté et vostre
royaume vers elle et le sien, avec commandement d'accommoder son
parler à l'estat où il verra que les choses seront, et de se conduyre
néantmoins en ce qu'il aura à négocier avec ceulx de la nouvelle
religion, sellon certain règlement qui a esté arresté avec les
depputez, qui sont icy, des princes d'Allemaigne, et dont l'ung d'eulx
est allé avecques luy; et de mesler, à ce que j'entendz, parmy
l'aparance d'exorter ceulx de la dicte religion à vostre obéyssance,
qu'ilz veuillent bien regarder à l'establissement de ce qui leur sera
promiz pour l'exercice d'icelle et pour l'establissement de la paix,
et que, en ces deux choses, elle et les dicts princes ne sont pour les
habandonner jamais, comme ilz ont encores tout présentement et auront
toutjour toutes choses bien prestes pour les secourir; leur
remonstrant aussi qu'ilz n'ont assés bien faict leur debvoir d'avoir
obmiz, en l'instruction qu'ilz ont donnée à leurs depputez pour fère
ce tretté, laquelle a esté envoyée icy de la Rochelle, et traduicte
incontinent en anglois et imprimée à Londres, de n'y avoir faict
quelque honnorable mencion d'elle et du bon reffuge qu'ilz ont trouvé
en son royaulme, avec d'aultres particularitez que je suys bien ayse
qu'elles n'arrivent qu'après la paix faicte; car possible n'eussent
elles de guières servy à la conclurre.

Et au regard de Vostre Majesté, j'entans, Sire, que sa commission
porte que, au cas qu'il trouve les choses non encores bien accordées,
qu'il vous offre toutz les moyens et offices, qui seront cognuz
pouvoir procéder d'elle, pour vous ayder à les accorder avec vostre
grandeur, réputation et advantaige; mais s'il trouve la paix desjà
conclue, ainsy que, grâces à Dieu, elle l'est, qu'il vous en face la
meilleure et plus expresse conjoyssance qu'il pourra, et qu'il vous
exorte, Sire, à l'entretennement et observance d'icelle, avec offre de
tout ce qui est en la puyssance de la dicte Dame pour vous assister
contre ceulx qui la vous vouldroient traverser ou empescher; et vous
prier, au reste, de ne vous laysser jamais persuader du contraire, car
vous ayant elle jusques icy gardé ce respect d'avoir rejetté toutes
les très véhémentes persuasions qu'on luy a données de se déclairer
contre vous, elle proteste que, par cy après, elle ne le pourra plus
fère; et que, si vous entreprenez la guerre contre la religion d'où
elle est, qu'elle employera toutes ses forces, son estat et sa
couronne à la deffance, faveur et protection d'icelle; et qu'elle
entrera en la ligue des princes protestans contre Vostre Majesté,
ainsy qu'ilz ont encores icy à ceste heure leurs ambassadeurs pour
l'en solliciter; et avec charge aussi au dict Valsingan de vous fère
entendre, de la part de la dicte Dame, touchant la Royne d'Escoce,
qu'elle ne luy veult aulcun mal, ny veult en façon du monde procurer
sa ruyne, que seulement elle cerche de s'asseurer des guerres et
dangiers, qui luy ont esté toutjour imminentz du costé d'elle et de
son royaulme, chose qu'elle estime que ne debvez trouver mauvaise; et
qu'encores, pour l'amour de Vostre Majesté, sera elle contante d'user
si honorablement vers la dicte Dame, que ung chacun jugera qu'elle luy
aura la plus grande de toutes les obligations, qu'elle ayt jamais heue
à personne de ce monde.

Qui est tout ce, Sire, que j'ay aprins de la dépesche du dict
Valsingan, et ne sçay encores s'il y a heu rien de plus ou de moins,
ou de changé despuys; dont je suplie très humblement Vostre Majesté de
gratiffier si bien à la dicte Dame ses bonnes parolles que ses
intentions en puyssent toutjour devenir meilleures, car aussi estime
elle vous avoir beaucoup obligé de ne vous avoir faict sentyr tant de
mal et d'empeschement, de son costé, comme l'on l'a bien incitée et
conseillée de vous en fère.

Au regard, Sire, des choses d'Escoce, encores que la dicte Dame ayt,
de rechef, très expressément donné parolle à Mr de Roz de procéder au
tretté, aussitost que les depputez d'Escoce seront arrivez, car
plustost n'y veult elle nullement entendre; néantmoins, de tant que je
suys seurement adverty que le comte de Sussex, lequel a encores des
forces en la frontière, et le secrétaire Cecille mènent des pratiques,
et croy que [c'est] sans le sceu de la dicte Dame, pour tirer la
matière en longueur et pour fère rentrer de rechef les Anglois en
Escoce au secours du party du régent, qui se trouve le plus foible; il
sera le bon playsir de Vostre Majesté d'en parler en telle sorte aulx
ambassadeurs de la dicte Dame qu'ilz cognoissent que vous incistez,
Sire, très fermement à la continuation et accomplissement du tretté et
à l'entretennement de ce qui en est desjà arresté; ou autrement que
vous n'estes pour manquer de secours à ceulx de voz allyés qui ont
recours à vostre protection, et faveur. Et sur ce, etc.

     Ce XXIe jour d'aoust 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, ce peu de temps qui a passé, despuys la première nouvelle de
la conclusion de la paix, laquelle Voz Majestez m'escripvoient du
IIIIe du présent, jusques à la confirmation que j'en ay présentement
reçeue, qui n'est que six jours entre deux, nous a donné à dicerner
ceulx qui desirent icy véritablement la paix de vostre royaulme, et
l'establissement de vos affères, d'avec ceulx qui n'en cerchent que le
perpétuel trouble et la diminution de vostre grandeur; et n'en est
l'affection de la religion aulcunement la reigle, car plusieurs
catholiques et plusieurs protestans meslez ensemble, bien que par
divers respectz, monstrent d'en estre très marrys, et de mesmes
plusieurs des deux partys s'en réjouyssent conjoinctement; mais ceulx
sur toutz, ès quelz gist toute l'espérance de la religion catholique
en ce royaulme, en font une très solemnelle resjouyssance, et desirent
la conservation de vostre couronne, et croyent et espèrent que
d'icelle a de procéder la réunyon de l'esglize et le restablissement
de la religion catholique en ceste mesmes isle, aussi bien qu'en tout
le reste de la Chrestienté, par les moyens que Dieu vous inspirera,
plus qu'aulx aultres princes chrestiens, puysque à vous, plus qu'à
eulx toutz, il vous a faict sentyr combien en est dangereuse et pleyne
de toutz maulx la division.

Les Huguenotz, qui estoient par deçà, commancent de n'y estre plus si
bien veuz qu'ilz souloient, et n'y peuvent désormais vivre sans
soupeçon. J'entendz que ceulx, qui estoient pirates, se vont peu à peu
retirant, et Clément Joly, ayant réduict tout son équipage à deux bons
navyres, s'en va avec Haquens, qui dresse une flotte pour retourner
aulx Indes. Ceulx cy ont desjà miz dehors six de leurs grandz navyres,
soubz la conduicte de maistre Charles Havart, filz de milord
Chamberlan, lequel commandera en l'armée parce que l'admyral est
mallade, et y en mettront encores quatre dans ceste sepmayne, mais ilz
ne donnent grand presse aulx aultres vingt navyres, parce qu'ilz ont
adviz que l'apareil du duc d'Alve ne peult estre prest, jusques
envyron la St Michel, bien qu'ilz sçavent qu'il est allé desjà
recuillyr la Royne, sa Mestresse, à Nimegen. Maistre Henry Coban
s'apreste toutjour pour l'aller saluer, de la part de ceste Royne, et
avecques luy s'en retourne par dellà le mesmes merchant depputé sur le
faict des merchandises, nommé Fuiguillem, qui en est naguières revenu;
et sur ce, etc. Ce XXIe jour d'aoust 1570.



CXXXe DÉPESCHE

--du XXVIe jour d'aoust 1570.--

(_Envoyée jusques à la court par La Bresle, chevaulcheur._)

  Assurance de l'ambassadeur que l'armement des Anglais n'est pas
    dirigé contre Calais.--Recommandation qu'il fait de se prémunir
    néanmoins en France contre toute surprise.--Instance de la
    reine d'Écosse pour obtenir du roi un secours efficace; sa
    conviction qu'Élisabeth ne veut pas lui rendre la
    liberté.--Nouvelles des Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, je n'ay trouvé nouveau l'adviz, qu'on vous a donné, de
l'entreprinse de ceulx cy sur Callais, car je pense en avoir mandé
quasi aultant à Vostre Majesté par le Sr de Sabran, sur le
commancement de juillet, et vous avoir dez lors particullarisé quant,
commant, et en quel lieu, ilz avoient proposé de fère leur descente,
mais que bientost après ilz avoient changé de dellibération, parce
qu'ilz avoient jugé que ce seroit attacher une grosse guerre, de
laquelle ilz n'avoient ny rien de bien prest pour la commancer, ny nul
moyen de la meintenir, sinon par noz troubles, lesquelz ilz voyoient
desjà incliner à la paix; et aussi qu'il m'advint lors de toucher ung
mot à quelcun des leurs de ce que j'en avois senty, et en mesmes temps
Mr de Gordan saysyt des armes qu'on pourtoit à Callais, dont
estimèrent que le tout estoit descouvert, de sorte que leur présent
armement ne monstre qu'il soit à nul aultre effect que pour tenir la
mer, sans pouvoir mettre gens en terre, ainsi que, pour en esclarcyr
davantaige Vostre Majesté, je renvoye ce mesmes courryer pour vous en
aporter l'estat, tel que je l'ay peu recouvrer, duquel encores il s'en
fault beaucoup qu'il soit ainsy bien prest, comme le dict estat le
porte; et ne le pourront avoir si soubdain faict plus grand, ny levé
les gens de guerre que n'en soyons, de quelques jours devant,
advertys. Néantmoins, Sire, ayant premièrement descouvert qu'ilz ont
heu intention de tenter quelque chose sur le brullant desir de
recouvrer Callais, et les voyant à ceste heure (bien que pour aultres
fins) estre en armes, j'ay adverty Mr de Gordan, et les aultres
gouverneurs de vostre frontière, de se tenir sur leurs gardes; et ay
suplié Vostre Majesté, comme je la suplie encore très humblement, de
leur mander de rechef qu'ilz ayent à se monstrer si préparez et
pourveuz qu'ilz facent perdre à ceulx cy toute l'ocasion et la
vollonté, qu'ilz pourroient avoir, d'y rien entreprendre.

La Royne d'Escoce renvoye ung serviteur du Sr Douglas en France,
auquel elle a commiz une dépesche pour Vostre Majesté; et croy, Sire,
qu'elle vous persuade de tout son pouvoir, que, touchant sa liberté et
restitution, vous ne vous en veuillez plus attandre à ce que la Royne
d'Angleterre vous en fera dire ou promettre, car elle pense avoir
assés d'aparans argumens pour juger que l'intention de ceulx, qui
guydent les conseilz de la dicte Dame, n'est aulcunement d'y entendre,
ains de s'opiniastrer, de plus en plus, à sa détention et à luy fère
perdre son estat; ainsy que, despuys le commancement du tretté, ilz
ont, soubz main, faict créer le comte de Lenoz régent en Escoce, et se
préparent à ceste heure d'y envoyer gens, argent et tout aultre
secours pour le maintenir; en quoy la dicte Dame me prie que, quoyque
ceulx cy me puissent dorsenavant alléguer, je ne vous veuille plus
entretenir en aulcune espérance du dict tretté; ains que je vous
suplye très humblement, Sire, d'aller au devant de la malle
entreprinse qu'ilz ont sur elle, premier qu'ilz l'ayent du tout
ruynée, et premier qu'ilz ayent achevé de vous oster une telle allyée,
et l'alliance, et les allyez que vous avez en elle, son royaulme et
ses subjectz. Dont semble bien, Sire, que, ayant Vostre Majesté porté
jusques icy, par voz vertueuses parolles et bonnes démonstrations,
beaucoup de faveur aulx affères de la dicte Dame, lors mesmes que les
vostres sentoyent plus d'empeschement, que, grâces à Dieu, ilz ne font
à ceste heure, s'il vous playt d'en user meintennant de semblables, ou
ung peu de plus expresses, et les fère sonner au Sr de Valsingan,
avant qu'il s'en retourne, qu'elles seront de bien fort grand moment
pour meintenir la cause de la dicte Dame, jusques à ce que y puyssiez,
à bon esciant, adjouxter les effectz. Mais affin, Sire, que voyez
plus clayrement quel il y fera, je vous manderay, du premier jour, par
le Sr de Vassal, le plus particulièrement que je pourray, l'estat de
toutes choses d'icy, et ce que la Royne d'Angleterre m'aura respondu
sur le faict de son armement; laquelle je vays présentement trouver.

Et ne vous diray davantage, Sire, sinon que le jeune Coban s'apreste
toutjour pour passer en Flandres, et ne me suys trompé du jugement,
que j'ay faict, qu'il yra jusques à Espire, dont je mettray peine
d'entendre quelque chose de sa commission. La nouvelle de la paix de
vostre royaulme a esté utille à l'ambassadeur d'Espaigne; car, oultre
qu'elle est cause qu'on ne l'a resserré, l'on luy a despuys faict
beaucoup de favorables démonstrations. Il est vray qu'on a envoyé
surprendre, jusques dans le port de Bergues en Flandres, le docteur
Estory et ung maistre Parquer, toutz deux Anglois catholiques, qui
estoient là depputez par le duc d'Alve sur la visite des merchandises
d'Angleterre pour les confisquer, et les a l'on transportez par deçà,
et tout incontinent miz dans la Tour de Londres; en quoy l'on a
manifestement viollé la franchise des Pays Bas, chose qu'on ne peult
croyre que le duc d'Alve puisse aulcunement dissimuler. Sur ce, etc.

     Ce XXVIe jour d'aoust 1570.



CXXXIe DÉPESCHE

--du Ve jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par le Sr de Vassal._)

  Audience.--Plainte de l'ambassadeur au nom du roi, qui est averti
    que l'armement de la flotte d'Angleterre est destiné à une
    entreprise sur Calais.--Vive protestation de la reine qu'elle
    n'a jamais eu un pareil projet, et qu'elle n'a d'autre
    intention que de repousser les attaques, qui pourraient être
    dirigées contre elle.--Demande d'explications sur les armemens
    faits en Bretagne.--Débat sur les délais apportés à la
    conclusion du traité concernant Marie Stuart.--Nouvelle
    invasion des Anglais en Écosse. _Mémoire._ Discussions des
    Anglais sur la paix de France.--Leur crainte qu'une ligue
    générale ait été formée contre eux.--Changement de conduite
    d'Élisabeth à l'égard de l'ambassadeur d'Espagne.--Dispositions
    prises pour éviter une attaque de la part du duc
    d'Albe.--Résolution de faire sortir la flotte pour rendre
    honneur à la reine d'Espagne, et se tenir prête au besoin à
    livrer bataille.--Négociations d'Élisabeth en
    Allemagne.--Nouvelles de la diète.--_Mémoire secret._ Assurance
    donnée parle duc de Norfolk, depuis sa mise en liberté, qu'il
    reste dévoué à la reine d'Écosse.--Nécessité d'imposer à la
    reine d'Angleterre un délai, dans lequel le traité avec Marie
    Stuart devra être conclu.--Utilité de faire quelque changement
    dans la garnison de Calais.--Projet d'une entreprise du roi
    d'Espagne sur l'Angleterre: insistance faite auprès de Marie
    Stuart pour qu'elle s'abandonne entièrement au duc d'Albe du
    soin de sa restitution.--Disposition d'Élisabeth à renouer la
    négociation de son mariage avec l'archiduc Charles.--Avis d'une
    correspondance entretenue avec l'Angleterre par quelqu'un qui
    approche le duc d'Anjou.--Nouvelles répandues à Londres sur les
    projets du roi.


     AU ROY.

Sire, estant la Royne d'Angleterre en une mayson esquartée dans les
boys, à quarante cinq mil de Londres, qui s'apelle Vuynck, elle m'a
mandé dire que, si l'affère dont j'avois à luy parler estoit hasté, je
vinsse prendre ma part de l'incommodité du lieu où elle estoit; mais,
si ce n'estoit chose pressée, qu'elle me prioyt d'attandre jusques au
VIIIe jour ensuyvant, qu'elle se randroit près d'Oxfort, en la mayson
de Mr de Norrys, qui seroit plus commode. Et comme elle a entendu que
je ne vouloys temporiser, et que j'estois desjà prez du dict Vuynck,
elle a envoyé trois gentishommes pour me conduyre, non en la mayson où
elle estoit, mais en une fueillée, qui lui estoit préparée pour tirer
de l'arbaleste aulx dains dedans les toilles; auquel lieu elle est
venue bientost après, grandement accompaignée, où m'ayant, avant
descendre du coche, et après en estre descendue, fort favorablement
receu, premier qu'elle se soit divertye à la chasse, m'a demandé des
nouvelles de Voz Majestez.

Et parce qu'on m'avoit dict que le Sr de Vualsingan, touchant son
voyage en France, luy avoit escript qu'il trouvoit le monde par dellà
mal contant de la paix, je luy ay bien vollu dire, Sire, que Vostre
Majesté estoit venue à Paris en sa court de parlement pour y fère bien
recepvoir les articles de la dicte paix, lesquelz y avoient esté
acceptez avec ung grand consentz de tout ce sénat, et que de là vous
en estiez allé randre grâce à Dieu en la grand esglize de Nostre Dame,
et solemniser la feste de la my aoust; et que, le soir, estiez allé
prendre le souper en l'hostel de ville, pour mieulx establyr le repoz
entre ce grand peuple, lequel a accoustumé de servyr d'exemple aulx
autres villes voysines; et que vous estiez après à regarder
principallement à deux choses: l'une, de bailler argent aulx reytres
et estrangiers, au premier jour de septembre, affin de les chasser
eulx, et le trouble et malheur, hors de vostre royaulme; et l'aultre
estoit de jouyr heureusement de ceste paix, premièrement avec voz
subjectz, et puys avec les princes voz voysins, allyez et confédérez,
chose qui estoit bien conforme à ce qu'elle m'avoit prié dernièrement
de vous escripre: (que vous vollussiez conserver l'amytié des princes
voz voysins, comme je la pouvois bien asseurer que vous la vouliez
conserver droicte et entière envers elle, aultant qu'avec nul prince
de vostre alliance); mais qu'il y avoit ung aultre ambassadeur, lequel
je ne cognoissois point, qui vous avoit advisé, Sire, de penser tout
aultrement d'elle en vostre endroict, et qu'elle avoit fermement
résolu de vous fère bientost la guerre; dont je remercyois Dieu que la
vigillance de celluy là m'eust relevé de la plus notable infamye, où
gentilhomme eust peu tomber, d'avoir miz mon Roy, Mon Seigneur, et ses
affères en ung manifeste dangier, s'il ne vous eust advisé d'y prendre
garde, et de vous bien deffandre du costé, duquel je m'esforçoys de
vous persuader que vous seriez le moins assailly; bien que je ne
demeurois sans coulpe de m'estre layssé endormyr par ses bonnes
parolles, sur ce que m'aviez commandé d'avoir les yeulx plus ouvertz,
qui estoit l'observance et l'entretennement des trettez.

Sur quoy la dicte Dame, pleyne d'esbahyssement, m'a demandé qui ce
pouvoit estre, et que l'infamye tumberoit plus sur elle que sur moy,
et qu'elle espéroit de nous en descharger si bien toutz deux que la
honte en demeureroit à celluy qui la nous vouloit fère.

J'ay suyvy à luy dire que je luy en communiquerois, au long et au
plain, tout ce que Vostre Majesté m'en escripvoit, affin de procéder
ainsy clairement vers elle, comme j'avoys faict jusques icy, et comme
je la suplyois de ne me contraindre d'en user aultrement; car, pour ne
le sçavoir fère, et pour ne mettre, par ma sotise, voz affères en
dangier, j'aymois trop mieulx d'estre révoqué, et qu'elle me renvoyât
d'où j'estois venu.

Dont, luy ayant baillé là dessus la lettre de Vostre Majesté, avec
l'adviz du VIIIe du passé, elle a leu très curieusement l'ung et
l'aultre; et puys, sans avoir guières pensé, m'a dict qu'elle me
feroit en cella une responce franche et pleyne de vérité: c'est
qu'elle prioyt Vostre Majesté de croyre que l'adviz estoit tout
entièrement faulx, et que, en son armement, elle n'avoit aultre
entreprise que celle, qu'elle m'avoit faict escripre par ceulx de son
conseil, et despuys confirmée de sa propre parolle, qui est celle,
Sire, que je vous ay desjà escripte; et que, quant il se trouveroit
aultrement, elle vouloit que vous la tinssiez pour descheue du rang de
Vostre Majesté, où Dieu l'a constituée Royne légitime et Princesse
chrestienne. Il est vray que chose semblable, ou peu différante, luy
pouvoit avoir esté offerte, mais non de six mois en ça. A quoy elle
vouhe à Dieu qu'elle n'a jamais vollu entendre, et ne le fera, soubz
tant de bonnes parolles de paix et d'amytié, comme elle m'a prié vous
asseurer de sa part; et qu'elle vouloit bien dire aussi qu'ayant
Vostre Majesté procédé en bonne façon vers elle sur les affères de la
Royne d'Escoce, qu'elle ne vouldroit que bien user vers vous, et
achever droictement le tretté qui est là dessus commancé; mais que si,
pour l'ocasion de la dicte Dame, laquelle vous sçavez qu'elle luy
tient beaucoup de tort, vous la vouliez ennuyer, (ainsy que le comte
de Betfort luy avoit escript despuys deux heures, du pays d'Ouest, que
Vostre Majesté avoit douze navyres toutz prestz et garnys de toutes
monitions de guerre à St Malo, pour les passer en Escoce, et
n'attandoit on plus que les gens de guerre pour les mettre dessus; et
que, d'abondant, vous aviez faict arrester en Bretaigne toutz les
navyres anglois comme en temps de guerre,) qu'elle s'esforceroit de
vous fère tout le pis qu'elle pourroit.

Je répliquay, Sire, que je mettrois peyne de vous fère bien entendre
sa responce touchant le faict de Callays; et je la prioys de vous en
fère dire aultant par son ambassadeur, affin que peussiez cognoistre
que ce que je vous en escriprois procédoit de son intention, ce
qu'elle m'accorda; et, quant au reste, je la pouvois asseurer que je
ne sçavois rien de l'apareil de St Malo, mais que je mettrois
toutjours ma vie pour la seurté de la parolle, que vous luy aviez
promise: tant y a que je la suplioys ne trouver mauvais, si, pour
n'estre faulx ny desloyal à Vostre Majesté, je vous escripvois,
touchant le faict d'Escoce, qu'elle nous remettoit à un tretté, duquel
je n'espérois ny fin ny commancement: car elle n'y vouloit procéder
jusques à ce que les depputez des seigneurs d'Escoce seroient arrivez,
et le comte de Sussex empeschoit qu'ilz ne se peussent assembler pour
en eslire quelques ungs; et que la création de ce régent, lequel avoit
tout incontinent faict pendre trente trois bons serviteurs de la Royne
d'Escoce, et les aultres rolles qui se jouoyent entre le dict comte de
Sussex et les ennemys de la dicte Dame par dellà, me faisoient veoir
qu'on ne tendoit à rien moins que à la paciffication.

A cella la dicte Dame m'a respondu qu'il n'y avoit nul tort de sa part
ny des siens, et qu'elle est toute résolue de procéder au dict tretté,
et n'attand sinon une responce de la Royne d'Escoce, laquelle
l'évesque de Roz luy doibt porter dans deux jours, pour, incontinent
après, envoyer deux de son conseil devers elle affin de tretter
ouvertement de tout ce qu'elles ont à démesler ensemble; et que
j'asseure Vostre Majesté que, s'il y a nul des siens qui veuille
traverser le dict tretté, qu'elle l'en fera amèrement repentyr. Et
m'ayant la dicte Dame tenu plusieurs aultres fort gracieulx propos,
tant du présent des haquenées qu'elle vous veult fère, que de ce
qu'elle a envoyé saluer la Royne d'Espaigne et l'Empereur, estant
venue l'heure de la chasse, elle print l'arbaleste, et tua six daims,
dont me fit faveur de m'en donner bonne part; et au prendre congé, me
pria très instantment de vous donner toute satisfaction d'elle sur le
faict du dict Callais, et luy procurer pareille satisfaction de Vostre
Majesté sur ce qu'on luy a dict de St Malo. Sur ce, etc. Ce Ve jour de
septembre 1570.

   Sur la closture de la présente, est venu adviz comme le comte de
   Sussex est rentré en Escoce, ainsy que luy mesmes l'a escript.
   Nous sommes après, icy, d'en demander réparation, et Vostre
   Majesté y pourvoirra, s'il luy playt, par dellà.

   OULTRE LE CONTENU DES LETTRES, le dict Sr de Vassal dira, de ma
   part, à Leurs Majestez:

   Qu'on juge icy diversement de la paix de France, car les ungs
   disent que le Roy l'a faicte ainsy que monsieur l'Admyral l'a
   vollue, luy laissant, après l'avoir veincu, plus d'exercice de sa
   religion qu'il n'avoit auparavant, et toulz les estatz et villes
   qu'il a demandé: les aultres, au contraire, disent que le dict
   sieur Admyral s'est layssé aller aulx promesses du Roy, et qu'il
   s'est condescendu aulx plus honteuses et dommaigeables condicions
   de paix qu'il se pouvoit fère, ayant layssé perdre les
   principalles esglizes, que ceulx de sa religion eussent ez bonnes
   villes du royaulme, pour se contanter de quelques meschantz
   faulxbourgs; et d'avoir soubmiz, de rechef, eulx et leurs biens
   aulx parlemens, lesquelz leur sont capitalz ennemys; et d'avoir
   accordé au Roy le quint de leur revenu pour payer les reytres,
   dont beaucoup de Catholiques et de Protestans estrangiers, et
   mesmement ceulx, qui n'ayment ny la grandeur ny l'establissement
   du Roy, arguent par là qu'il y doibt avoir quelque secrecte
   convention contre les estatz voysins; et descouvrent qu'en leur
   cueur ilz sont marrys de la paix de France, et qu'ilz la
   craignent.

   Mais d'aultres plus modérez, qui en désirent la conservation,
   jugent tout librement que nul moyen plus heureux, ny plus
   prudent, ny plus conjoinct d'honneur avec proffict, se pouvoit
   trouver au monde, que cestuy cy de la paciffication; par laquelle
   le Roy a regaigné l'obéyssance de ses subjectz, et eulx la bonne
   grâce sienne, et toutz ensemble chassé le trouble et le malheur
   hors du royaume.

   Et, à ce propos, la Royne d'Angleterre m'a dict que quelquefoys
   ung prince pouvoit bien avoir fort bon droict sur un estat, qui
   pourtant ne le jouyssoit pas, et que, hormiz le titre, il estoit
   toutjour en peyne ou d'en conquerre ou d'en deffandre tout le
   reste; et par ainsy que le Roy a conquiz, par ceste paix, le plus
   beau royaulme de tout le monde; lequel auparavant il ne possédoit
   pas, et dont nul aultre que le sien n'eust peu si longtemps
   suporter les maulx de la division, sinon avec la mutation ou avec
   la ruyne entière de l'estat, dont elle le conseille de ne le
   mettre plus en hazard.

   Néantmoins monstrans aulcuns des principaulx du conseil de la
   dicte Dame qu'ilz craignent meintennant la dicte paix, ilz
   donnent à cognoistre qu'ilz ne la desiroient pas; et mesmes ung,
   qui sçayt assés de leurs secretz, a raporté qu'ilz ont dict que,
   si leur entreprinse de Picardie n'eust point esté descouverte, et
   que je n'en eusse rien senty, ou bien que monsieur l'Admyral eust
   peu conduyre son armée vers la frontière du dict pays de Picardye
   ou Normandie, ilz luy eussent bien donné moyen d'évitter
   l'honteuse paix qu'il a faicte.

   Et despuys la conclusion d'icelle, ceulx de ce pays n'usent de si
   familière conversation avec les Françoys de leur mesmes religion,
   comme ilz faisoient auparavant, et ne leur layssent nulz
   marinyers anglois dans leurs vaysseaulx, bien qu'ilz n'en ayent
   quasi point d'aultres; et seulement vers Mr le cardinal de
   Chastillon ilz monstrent luy porter encores quelque honneur et
   respect, pour l'obliger davantaige à estre ministre de conserver
   la paix entre ces deux royaulmes.

   Et, encor que de certains propos qu'on leur a faict acroyre, qui
   ont esté naguières tenuz près du Roy, au préjudice de ce
   royaulme; et de la rescente mémoire de la bulle, avec la division
   qu'ilz voyent croistre toutjour parmy leurs subjectz; et de
   certaine coppie de lettre qu'ilz pensent avoir recouvert, que le
   duc d'Alve a escripte à Monsieur, frère du Roy, pour l'inciter, à
   ce qu'ilz disent, contre eulx; et de l'advertissement, qu'ilz
   ont, que le dict duc pourchasse, envers l'Empereur, de fère
   mettre en arrest toutes les merchandises d'Angleterre, qui sont
   en Hembourg, pour la réparation des prinses, que les Anglois ont
   faictes en mer sur les subjectz de son Maistre, la dicte Dame et
   les seigneurs de son conseil soyent entrez en de bien grandz et
   divers pensements, néantmoins ilz n'en ont esté guières esmeuz
   jusques à la nouvelle de la paix; mais lorsqu'ilz ont veu qu'elle
   estoit conclue à l'honneur et advantaige du Roy, ilz n'ont heu
   rien plus hasté que de consulter et dellibérer, tout incontinent,
   comme ilz se pourroyent munyr contre l'orage, qu'ilz craignent
   leur advenir; en quoy ilz ont pensé qu'ilz le pourroient divertyr
   par gracieuses négociations et bonnes parolles, bien que possible
   esloignées de ce qu'ilz ont en intention.

   Et ont commancé de dépescher premier devers le Roy le Sr de
   Vualsingan pour la conjouyssance de la paix, et pour luy donner
   bonne espérance des affères de la Royne d'Escoce, avec le surplus
   de sa commission, sellon que je l'ay mandé, en la sorte que je
   l'ay peu descouvrir; bien que la dicte paix leur semble
   formidable parce qu'ilz n'ont esté appellez à la fère, et que les
   principaulx, qui guident les conseilz de la dicte Dame,
   s'opinyastrent, de plus en plus, à la détention de la Royne
   d'Escoce, et à interrompre le tretté encommancé, pour fère de
   rechef rentrer les Anglois en Escoce, ainsy que l'empeschement
   qu'on a donné à Mr de Leviston en la frontière, pour créer
   cependant le comte de Lenoz régent, et la forme de procéder du
   comte de Sussex contre ceulx du party de la Royne d'Escoce, le
   tesmoignent; dont le Roy me commandera s'il sera expédiant que je
   tire de la dicte Royne d'Angleterre une résolue responce sur le
   dict affère.

   Et pour le regard du Roy d'Espaigne, ayans eulx pensé de tretter
   plus mal que jamais son ambassadeur, et luy ayant mandé par ung
   sien secrétaire que la Royne d'Angleterre ne le tenoit plus pour
   ambassadeur, et faict dire par deulx aldremans qu'il s'en vînt
   trouver ceulx du conseil à St Aulban, à XL mil de Londres, où
   j'ay sceu despuys qu'ilz avoient faict préparer ung logis pour le
   resserrer; l'asseurance de la paix n'est si tost arrivée qu'on
   n'ayt changé de toute aultre façon en son endroict, l'envoyant
   visiter avec bonnes parolles et offres d'accord sur les
   différans; et luy ont envoyé Haquens pour se justiffier de ce
   qu'on luy avoit rapporté qu'il dressoit une flotte pour aller aux
   Indes, qui l'a asseuré qu'il n'en estoit rien, et qu'il n'avoit
   intention de naviguer en lieu d'où le Roy, son Mestre, peult
   estre offancé. Ilz ont envoyé Fuyguillem devers le duc d'Alve,
   et ont dépesché le jeune Coban devers la Royne d'Espaigne, avec
   les plus expresses parolles et les meilleures démonstrations
   d'amytié, dont ilz se sont peu adviser.

   Et néantmoins, ne se trouvans bien satisfaictz de la responce,
   que le duc d'Alve leur a faicte touchant son armement, parce
   qu'il a faict mencion qu'il estoit dressé contre les ennemys, ilz
   ont résolu de se présenter en mer, quant la dicte Dame passera,
   et de disposer leurs grands navyres, en sorte qu'ilz luy gaignent
   le vent, (ainsi qu'ilz disent qu'ilz ont cinq ventz qui leur
   servent et qui leur donnent l'advantaige,) et en ceste sorte la
   saluer et luy monstrer toutz signes d'amytié; mais s'il n'est
   prins en ceste sorte de l'aultre part, et qu'ilz ne ressaluent,
   et ne rendent les mesmes signes d'amytié et d'amayner, avec la
   soumission requise, que, à la moindre mauvaise démonstration
   qu'ilz feront, ceulx cy se tiendront pour provoquez, et
   attacheront le combat. Et y a grande apparance que, si la dicte
   Dame est contraincte, par quelque occasion de temps, de relascher
   par deçà, qu'elle ne s'en pourra partyr quant elle vouldra, bien
   qu'on luy fera tout l'honneur et bon trettement qu'il sera
   possible; et monstrent ceulx cy estre toutz advertys de l'apareil
   du duc d'Alve et de celluy d'Espaigne, mais ne craindre l'ung
   ni l'aultre; et ont donné charge par tout le pays d'user de
   signalz pour courir aulx portz, au cas que l'on y aborde, affin
   d'en demeurer les maistres.

   Et ont donné charge au susdict jeune Coban, après qu'il aura
   visité la Royne d'Espaigne, de passer oultre devers l'Empereur,
   avec lettres, parolles et offres de grande amytié et de grande
   intelligence en son endroict; et pour l'exorter de demeurer en
   bonne unyon avec les princes de l'Empyre; et luy donner compte
   des différans des Pays Bas; et aussi, à ce que j'entendz, quelque
   peu des choses d'Escoce; mais surtout de le prier qu'il n'ordonne
   rien en Hembourg contre les Anglois, ny contre leurs
   merchandises; et, affin de le disposer mieulx vers elle, que
   icelluy Coban luy remettra en termes, avec affection, le propos
   du mariage avec l'archiduc son frère, bien que nul se peult
   persuader qu'elle ayt intention de l'effectuer.

   Et cependant, en l'endroict du dict Empereur et des aultres
   princes catholiques, elle faict valoir et se sert de ceste
   légation des princes protestans, qui ont encores icy leurs
   ambassadeurs; et je les ay faict fort observer, et ay trouvé que
   entre eulx y a ung docteur, qui a seul la charge de toute la
   négociation, et porte seul la parolle, sans en rien conférer aulx
   aultres, personnaige si secret et réservé, qu'on ne peult tirer
   ung seul mot de luy: seulement l'on m'a adverty qu'il a porté une
   lettre à la dicte Dame, soubsignée de plusieurs princes, sçavoir;
   des trois ellecteurs Pallatin, de Saxe, Brandebourg, les premiers
   des lansgraves, après et succecifvement d'aultres, jusques à
   douze des principaulx d'Allemaigne; réservé cellui de Vitemberg,
   qui a accepté, à ce qu'on dict, pencion du Roy d'Espaigne, et
   qu'en la dicte lettre est faicte mencion de ce que le Roy leur a
   escript de la paix, et la responce qu'ilz luy ont faicte, et
   qu'ilz exortent la dicte Dame d'espérer toutjour bien d'eulx, et
   de s'asseurer que toutz ensemble luy demeureront bien unys en
   affection et intelligence, ainsy qu'ilz le luy ont promiz; et
   qu'ilz n'obmettront rien de ce qui sera requiz pour
   l'establissement de leur religion, et pour la seurté des princes,
   peuples et estatz, qui l'ont receue; et que, sur la dicte lettre,
   il a heu quatre foys conférance, à part, avec la dicte Dame,
   laquelle, à mon adviz, l'entretiendra jusques après avoir heu
   responce des aultres princes, car elle ne se veult vollontiers
   obliger à nulle ligue, et ne le fera sinon bien contraincte, de
   tant que les plus grandz frays en auroient à tumber sur sa
   bourse.

   Ce qui s'entend icy de la diette est que les trois ellecteurs ont
   fort suspecte la proposition, que l'Empereur y a faicte, parce
   qu'il leur semble qu'elle tend à leur oster l'authorité des
   armes, et de ne pouvoir fère levées de gens de guerre en
   Allemaigne, et de diminuer la grandeur de celluy de Saxe, par
   prétexte de relever celle de ses cousins; et que le dict Empereur
   finira la dicte diette par tout le moys d'octobre, pour s'en
   retourner avant l'yver à Vienne, non sans en avoir premièrement
   indicté une aultre; et qu'encores qu'il n'ayt, pour ceste foys,
   procédé à la création du roy des Romains, il a néantmoins si bien
   dressé la pratique, que, pourveu qu'il puysse gaigner les trois
   eclésiastiques, dont ne se deffye plus que de celluy de
   Colloigne, il espère qu'il le pourra effectuer, en baillant le
   tiltre de roy de Bohème à ung tiers pour avoir ceste voix
   davantaige aulx suffrages; et n'y obstera plus que le reiglement
   de la bulle dorée de n'admettre tant d'Empereurs d'une mesmes
   famille, mais le Pape y dispensera; et semble bien que, cella
   advenant, l'on procédera aussi à la privation du Pallatin, car
   l'on a opinion que, celluy là séparé des trois, les aultres deux
   demeureront bien foybles, et que le plus grand soing, qu'ayt à
   présent le Roy d'Espaigne, est de fère créer son nepveu roy des
   Romains pour la conservation de ses Pays Bas et de ses estatz
   d'Itallye, et qu'il n'espargne peyne, ny argent, ny nul de toulz
   les moyens dont il se peult adviser, pour l'effectuer.

   DIRA D'ABONDANT, A PART, A LEURS MAJESTEZ:

   Que le duc de Norfolc, despuys estre hors de la Tour, m'a envoyé
   remercyer des bons offices, qu'il a sentys de ma bonne vollonté
   durant sa pryson, lesquelz luy ont esté d'un singulier espoir et
   très grande consolation; et s'asseurant que cella est procédé du
   commandement de Leurs Majestez Très Chrestiennes, il m'a prié de
   leur en bayser très humblement les mains de sa part, et de les
   asseurer qu'après sa Mestresse, il leur demeure très dévot et
   fidelle serviteur plus qu'à nul prince de la terre, et qu'il leur
   recommande toutjour la cause de la Royne d'Escoce, pour la
   restitution de laquelle il veult mettre sa personne, sa vie et
   son bien.

   Il suplie néantmoins Leurs Majestez que l'expécial propos de sa
   dévotion et affection, vers leur service et vers la Royne
   d'Escoce, ne passe plus avant que entre Leurs dictes Majestez et
   Monseigneur, pour le dangier qu'il y a que, s'il estoit sceu de
   deux endroictz, lesquelz j'ay expéciffiez au Sr de Vassal, il ne
   luy en advint beaucoup de mal; bien desire qu'en ce que Leurs
   Majestez vouldront parler en leur conseil des gens de bien et
   principaulx de ce royaulme, qui desirent la continuation de la
   paix, et l'entretennement des trettez d'entre la France et
   l'Angleterre, et la restitution de la Royne d'Escoce, qu'ilz luy
   facent l'honneur de le nommer toutjour des premiers.

   Leurs Majestez ont veu de quelle façon j'ay procédé ez affères de
   la Royne d'Escoce, et parce qu'il semble adviz à la dicte Dame
   que je me repose trop sur les parolles de la Royne d'Angleterre,
   et que par icelles je pourrois interrompre le bon secours qu'elle
   attend du Roy, elle m'a escript: dont Leurs Majestez, s'il leur
   playt, orront là dessus le dict Sr de Vassal, et me manderont par
   luy comme j'en auray à user, et si le Roy trouvera bon que, de sa
   part, je face instance à la Royne d'Angleterre de restablyr, dans
   ung moys, la Royne d'Escoce en son estat par la voye du tretté,
   en s'acommodant entre elles mesmes de leurs différans, ou bien
   luy bailler son secours pour estre remise; et, à faulte de ce
   fère, que la dicte Royne d'Angleterre trouve bon que le Roy luy
   baille le sien, soubz bonne seurté qu'il ne portera aulcun
   dommaige ny à la Royne d'Angleterre, ny à son royaulme, ny
   n'usera par mer, ny par terre, vers elle, ny vers les Anglois,
   sinon comme avec bons amys, allyez et confédérez, pourveu qu'ilz
   facent de mesmes.

   Au regard de l'adviz, qu'on a donné au Roy, de l'entreprinse de
   Callais, je pense avoir toutjour mandé à Sa Majesté ce qui en a
   esté ordinairement proposé à ceste Royne et à son conseil,
   despuys que je suys par deçà, et les choses n'en sont pas passées
   plus avant. Il est vray que milord Coban, despuys le XVe d'aoust,
   a faict entendre à la dicte Dame que, si elle veult entretenir
   quelques compaignies, l'espace de deux ou trois moys, toutes
   prestes, en la coste de deçà, qu'il a promesse d'aulcuns, qui
   habitent dans la ville et territoire de Callais, lesquelz ont
   desjà prins argent de luy, de les mettre d'emblée dedans la dicte
   ville, et de surprendre Mr de Gordan, et de le luy randre
   prysonnier entre ses mains. A quoy la dicte Dame a respondu que
   son advertissement venoit tard, de tant que la paix estoit desjà
   conclue en France; et qu'il fauldroit rompre toutz les trettez et
   commancer, à ceste heure, qui est bien hors de sayson, une grosse
   guerre; en quoy je suplie très humblement Sa Majesté de regarder
   s'il sera bon que la garnyson du dict Callais soit changée,
   puisque les choses en sont en cest estat.

   Touchant l'intention, que le Roy d'Espaigne a sur les choses de
   ceste isle, il se descouvre, de plus en plus, qu'il dellibère d'y
   fère quelquefoys ung essay, quant il en aura le moyen; car il a
   mandé à son ambassadeur qu'il entretienne les plus vifves qu'il
   pourra, les bonnes intelligences qu'il a dans le pays, et que,
   quant bien on le vouldroit renvoyer, qu'il ne bouge en façon du
   monde de sa charge, jusques à ce que tous les différans de ces
   prinses soyent vuydez; et, quant au faict de la Royne d'Escoce,
   que le duc d'Alve a commandement résolu de la secourir, mais ne
   dict en quelle façon; seulement le dict ambassadeur inciste
   qu'elle se veuille mettre ez mains du dict duc, et que, sans
   doubte, il pourvoirra à ses affères et à sa restitution.

   La Royne d'Angleterre, vivant en très grand deffiance du Roy
   d'Espaigne, et en peu de confiance du Roy, a mandé à l'Empereur
   que, si l'archiduc Charles veult passer en Angleterre, qu'il y
   sera le très bien venu, et que n'estant demeuré la conclusion de
   leur mariage que sur le différand de la religion, elle espère que
   ses peuples luy accorderont l'exercice de la catholique à luy et
   à sa mayson très vollontiers, en contemplation de ce mariage. Et
   à quoy que aille ce jeu, car quelques ungs l'extiment plein de
   tromperie, la dicte Dame commance de publier qu'elle assemblera
   bientost ung parlement pour cest effect; et, en la dernière
   audience, elle m'a dict qu'elle n'avoit nul aultre regrect, sinon
   de n'avoir pensé à sa postérité, et comme je luy respondiz qu'il
   y avoit encores assés temps: «Je crains, dict elle, que mon temps
   ayt emporté la vollonté à ceulx qui y eussent vollu prétendre.»

   Il y a ung certain personnaige prez de Leurs Majestez et de
   Monseigneur, qui escript assés souvent au secrétaire Cecille par
   aultre voye que celle de Mr Norrys, et naguières luy a envoyé
   deux lettres, lesquelles le Sr Espinolla et Fortivy luy ont
   baillées, par où il s'esforce merveilleusement de broiller les
   matières par deçà, et aigrir ceste princesse, et la mettre en
   grand deffiance du Roy; mais le plus souvant il luy représente
   des motz et des propos, qu'il dict que Monsieur a tenuz contre
   elle, tant en sa chambre que en ses repas: et, en toutes sortes,
   celluy là se monstre si malicieulx que ung Anglois, qui a
   communication des dictes lettres, lequel n'ayme pas beaucoup la
   France, mais ne vouldroit pourtant que la guerre se print entre
   les deux royaumes, m'en a faict toucher assés expressément ung
   mot, affin que j'advertisse Leurs Majestez, mesmement Monsieur,
   de fère observer qui peult estre celluy qui faict ung si mauvais
   office près d'eulx. Il ne se soubscript guières aux lettres,
   seulement il s'est une foys soubsigné _Emanuel_. Il y a en son
   cachet ung lyon rampant, et compose assés souvent ses lettres,
   partie en itallien, partie en françoys, et partie en latin. Il
   avoit mandé cy devant plusieurs choses, lesquelles, ayant esté
   trouvées manteuses, on n'y adjouxte grand foy; mais, despuys
   trois moys, ayant faict entendre à Mr Norrys que Leurs Majestez
   le feroient appeller pour luy tenir ung tel et ung tel propos, et
   estant ainsy advenu, il a fort regaigné son crédit.

   Il a esté escript une lestre de ceste court en la contrée, dont
   les chefz m'ont esté raportez: c'est que la paix de France a esté
   conclue au préjudice et pour aller faire la guerre aulx Pays Bas;
   que le Roy ne prétend plus espouser la fille de l'Empereur, ains
   la soeur du Prince de Navarre, et donner Madame, sa soeur, en
   mariage au dict Prince de Navarre, ayant pour cest effect
   interrompu le propos du Roy de Portugal, et que Mr de Guyse avoit
   prétandu d'espouser Ma dicte Dame, soeur du Roy: à quoy Mr le
   cardinal de Lorrayne luy tenoit la main, dont toutz deux en sont
   mal veuz à la court.



CXXXIIe DÉPESCHE

--du Xe jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Maladie de l'ambassadeur.--Mission de sir Henri Coban auprès de
    la reine d'Espagne et du duc d'Albe.--Continuation des armemens
    en Angleterre.--Troisième invasion du comte de Sussex en
    Écosse; changement apporté dans ses résolutions par la nouvelle
    de la paix de France.--Demande d'une réparation pour cette
    dernière atteinte portée aux traités.


     AU ROY.

Sire, despuys mes précédantes, lesquelles sont du cinquiesme du
présent, je n'ay point sorty de mon logis à cause d'une grosse
fiebvre, qui m'avoit desjà surprins, quant j'allay trouver la Royne
d'Angleterre à Vuynck, et ce voyage là me l'augmenta bien fort, parce
que je le fiz par ung bien mauvais temps, de sorte qu'il ne m'a esté
possible de me ravoyr jusques à ceste heure, que, grâces à Dieu, je
commence à me trouver mieulx, et pourray continuer le service de
Vostre Majesté comme auparavant; et si, ne l'ay tant intermiz, durant
mon mal, que je n'aye toutjour heu soing de m'enquérir comme alloient
les affères en ceste cour; d'où l'on m'a raporté, Sire, qu'on y est
fort attendant de sçavoir quelle aura esté la négociation du Sr
Vualsingan devers Vostre Majesté, ainsy que le sir Henry Coban a desjà
mandé, touchant la sienne de Flandres, qu'il a esté bien veu du duc
d'Alve, et bien fort gracieusement receu de la Royne d'Espaigne, et
qu'elle a monstré tenir grand compte du messaige qu'il luy a faict de
la part de la Royne d'Angleterre, sa Mestresse, et luy a grandement
gratiffié non seulement les bonnes parolles et offres, que la dicte
Royne d'Angleterre luy a mandées, mais encores le voyage qu'elle luy
a commandé fère devers l'Empereur, son père; dont, pour ceste
occasion, elle l'a tant plustost licencié avec faveur et avec ung
présent d'une chayne de quatre centz escuz. Il a mandé aussi la belle
distribution et consulte, qui a esté faicte, de beaucoup de bienfaictz
aulx seigneurs de Flandres, à l'arrivée de la dicte Dame; ce que l'on
estime qui confirmera grandement le pays à la dévotion du Roy, son
mary, et d'elle.

Ceulx cy cependant se hastent de getter dix grands navyres dehors, et
maistre Charles Havart, qui a charge d'y commander, est passé, despuys
trois jours, en ceste ville avec les capitaines et gentishommes qui le
vont accompaigner. L'on dit que, parce que le duc d'Alve a miz douze
navyres en mer pour la conserve de la pescherie, que ceulx cy se
veulent trouver en esgalles forces dans ce canal.

Le comte de Betfort est encores au pays d'Ouest, où a semblé, du
commancement, qu'il n'eust esté envoyé que pour dresser certayne
flotte, de laquelle je vous ay desjà mandé que Haquens se préparoit
pour la conduyre aulx Indes; mais s'en estant despuys le dict Haquens
venu excuser envers l'ambassadeur d'Espaigne, et l'asseurer qu'il n'a
point pensé en la dicte entreprinse, et ne cessant pourtant le dict
Betfort de fère toutjour armer et équiper vaysseaulx au dict quartier
d'Ouest, je ne puys fère que je ne suplie très humblement Vostre
Majesté d'en fère donner adviz aulx gouverneurs de voz portz et places
de dessus ceste mer; et je mettray peyne d'en fère aussi advertir en
Escoce, car, pour ceste heure, je ne puys descouvrir rien de plus
particullier de la dicte entreprinse; seulement, Sire, par un nouvel
adviz qu'on m'a donné, je me confirme en l'opinion, que je vous ay
desjà mandée, qu'il est expédiant de changer quelque partie de la
garnyson de Callays sellon que Mr de Gordan estimera qu'il se debvra
fère, en la vertu et vigilance duquel ceulx cy cognoissent bien que
conciste grandement la conservation de ceste place.

Le comte de Sussex a escript freschement une lettre au comte de
Lestre, en laquelle il s'esforce de fère trouver bon son dernier
exploict en Escoce, encores qu'il l'ayt exécuté sans le commandement
de ceste Royne ni de ceulx de son conseil, alléguant qu'il a estimé
importer beaucoup à l'honneur de la couronne d'Angleterre, et bien
fort à sa propre réputation, de ne laysser inpuny ung seul de ceulx
qui ont retiré et soubstenu les rebelles de ce royaulme; et qu'à la
vérité, il se soucye bien fort peu que la Royne d'Escoce et les siens
se trouvent offancez, pourveu qu'il ayt bien servy à la Royne, sa
Mestresse; mais qu'il a entendu que la paix est conclue en France,
sans que la dicte Royne, sa Mestresse, y soit comprinse, ny sans
qu'elle s'y soit entremise si avant qu'on ayt grand occasion de luy en
sçavoir grâce; par ainsy qu'il crainct que Vostre Majesté tourne
meintennant ses entreprinses aulx choses d'Escoce, et qu'il luy semble
que la Royne, sa Mestresse, les doibt accommoder, le plustost qu'il
luy sera possible, avec la Royne d'Escoce, et la restituer par ses
propres moyens, sans attandre que les estrangiers y mettent la main.
Qui est desjà, Sire, bon commancement de veoir réprimé, par
l'establissement de la paix et de vos affères, le cueur de cestuy cy,
qui monstroit de l'avoir merveilleusement obstiné; et le réprimera
aussi, comme j'espère, à plusieurs aultres, qui se débordoient, à
cause des troubles de vostre royaulme, en plusieurs audacieuses
entreprinses contre vostre grandeur.

Or n'ayant, Sire, pour mon indisposition, peu aller trouver la Royne
d'Angleterre, affin de me plaindre du dict comte de Sussex; et estant
aussi Mr de Roz conseillé de n'y aller point, toutz deux avons escript
à la dicte Dame et aulx seigneurs de son conseil, et, pour mon regard,
je leur ay demandé, au nom de Vostre Majesté, que rayson et réparation
soit faicte des choses attamptées au préjudice du tretté, et que la
dicte Dame me veuille mander quelle satisfaction j'auray à donner à
Vostre Majesté de ceste dernière expédition du dict de Sussex, et en
quelle intention elle demeure du susdict tretté; dont l'on m'a desjà
adverty qu'il me sera faict une bien fort bonne responce, aussitost
que le secrétaire Cecille se trouvera ung peu mieulx; lequel, pour
quelque indisposition, n'a ozé, il y a plus de six jours, venir en la
présence de la Royne, sa Mestresse; et maistre Mildmay a esté envoyé
quéryr en dilligence, affin que le dict Cecille et luy, et Mr
l'évesque de Roz s'acheminent incontinent devers la Royne d'Escoce.
Sur ce, etc. Ce Xe jour de septembre 1570.

   Je viens d'estre adverty que le sire Guilhemme Stuart est
   présantement arrivé d'Escoce, de la part du comte de Lenoz; je
   croy que c'est pour mettre quelques mauvais partys en avant: nous
   prendrons garde à sa négociation.



CXXXIIIe DÉPESCHE

--du XVe jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Me Lavaur Féron._)

  Sortie en mer d'une partie de la flotte anglaise.--Explications
    données par Élisabeth sur la récente expédition du comte de
    Sussex en Écosse.--Nécessité de se montrer prêt en France à
    porter secours aux Écossais.--Message du cardinal de Chatillon
    à l'ambassadeur.


     AU ROY.

Sire, lundy dernier, XIe de ce moys, le sire Charles Havart est sorty
en mer avec dix grandz navyres seulement de ceste Royne et envyron
trois mil cinq centz hommes dessus, envitaillez pour deux moys, dont
les huict centz sont harquebouziers; le surplus de l'armement se va
entretennant en petitz appareilz, sans y donner trop grand haste: dont
semble qu'on se contantera d'honnorer le passaige de la Royne
d'Espaigne de ce nombre de dix vaysseaulx, sans en mettre davantaige
dehors; et qu'on tiendra le reste de l'armée preste pour ung besoing,
si d'avanture quelque ocasion survenoit, comme, à la vérité, ceulx cy
ne se peuvent fyer ny aulx parolles ny aulx démonstrations du duc
d'Alve. Néantmoins ilz ont, despuys la paix de vostre royaulme, changé
de dellibération touchant les choses d'Espaigne, car ayant proposé,
commant que ce fût, de renvoyer ou bien de resserrer estroictement
l'ambassadeur d'Espaigne, j'entendz qu'ilz ont meintennant résolu en
ce conseil de ne parler plus de cella, et que la Royne d'Angleterre se
layssera conduyre à luy permettre de continuer son office vers elle,
si son Maistre le requiert; bien qu'elle ne le peult avoir guières
agréable parce qu'elle estime qu'il a dict et faict aulcunes choses
directement contre elle et contre l'estat de son pays.

Au regard de ce que j'avois escript à la dicte Dame, et aulx seigneurs
de son conseil, de me fère rayson et réparation du dernier exploict,
que les Anglois ont faict en Escoce, la dicte Dame m'a mandé que je ne
vouldray estre si inique juge que de condampner l'une des parties sans
l'ouyr; et que je n'imputeray la coulpe de ce faict au comte de Sussex
son lieuctenant, quant j'entendray que milord Herys et aultres, de la
frontière d'Escoce, sont venuz accompaigner en armes les rebelles de
ce royaume pour courre et piller de rechef la frontière d'Angleterre,
et fère de telles insolances qu'ilz ont donné de très grandes
occasions au dict de Sussex de leur courre sus; choses toutesfoys
qu'elle m'asseure estre advenu sans son commandement et sans
l'ordonnance de son conseil, et en laquelle le dict de Sussex a
procédé de luy mesmes, mais avec telle modération qu'il n'a touché
qu'à ceulx qui l'avoient provoqué, dont le dommaige n'est pas grand,
et il s'est desjà retiré; et elle luy a mandé qu'il ne passe plus
oultre, parce qu'elle est résolue de pourvoir par le tretté à toutz
ces différans, qu'elle a avec la Royne d'Escoce et son royaulme, ainsy
que desjà elle a ordonnée à maistre Mildmay et au secrétaire Cecille
d'aller, pour cest effect, devers la dicte Dame; et, en ce qu'il
semble que je me voulois atacher à sa parolle et promesse, qu'elle me
veult bien dire que je n'ay heu nulle occasion et ne l'auray jamais de
me plaindre qu'elle ne me l'ayt toutjour randue véritable, me priant
de vous donner là dessus, Sire, ceste mesmes satisfaction de
l'expédition de son lieuctenant, affin que Vostre Majesté ne la
preigne en pire part qu'elle n'est. Qui est tout ce que la dicte Dame
et ceulx de son conseil ont respondu à ce que je leur avois escript.

Or, Sire, il semble bien par aulcunes coppies de lettres, que j'ay
veues du dict de Sussex, et par ce que Mr le comte de Lestre m'en a
faict entendre, que ceste entreprinse est advenue sans le sceu de la
dicte Dame, et qu'elle n'en est guières contante; tant y a qu'on ne
désadvouhe pour cella le dict de Sussex, lequel a son garant en court,
et il a cependant porté beaucoup de dommaige d'avoir abattu sept ou
huict maysons nobles et faict le gast partout où il a passé dans le
pays. L'aparance est que ceste princesse veult en toutes sortes passer
oultre au dict tretté, meue de l'apréhention du dangier, où il luy
semble qu'aultrement elle va tumber, lequel les ennemys de la Royne
d'Escoce n'ont de quoy le luy pouvoir meintennant effacer; mais ilz la
font opiniastrer à des condicions trop dures, comme d'avoir le Prince
d'Escoce entre ses mains, quelque place et des ostaiges; dont ceulx,
qui entendent bien les affères, estiment que, pour les bien effectuer,
il est requis que la dicte Dame sente vostre secours en Escoce, ou au
moins si prest d'y passer qu'elle ne le craigne moins que s'il estoit
desjà par dellà.

Je n'ay encores peu savoir quelle est la commission du sire Guilhaume
Stuard, lequel le comte de Lenoz a envoyé; bien m'a l'on dict qu'il
asseure que les seigneurs d'Escoce ont desjà ordonné quelques depputez
pour venir icy, mais nous incisterons qu'on passe oultre sans les
attandre. Sur ce, etc. Ce XVe jour de septembre 1570.

   Ainsy que je fermoys la présente, Mr le cardinal de Chatillon m'a
   envoyé visiter et dire qu'il avoit esté se conjouyr de la paix
   avecques la Royne d'Angleterre, et que bientost il retournera
   prendre congé d'elle pour aller trouver Voz Majestez; mais
   qu'avant partyr il ne fauldra de me venir saluer, comme
   ambassadeur de son Roy et Maistre, et prendre le diner en mon
   logis; et qu'il desiroit bien entendre, comme procédoient les
   choses de la dicte paix en France, parce que plusieurs
   attandoient de le sçavoir pour s'y retirer. J'ay respondu qu'il y
   avoit assés longtemps que je n'avois point heu de dépesche, mais
   que je sçavois bien que Voz Majestez donnoient bon ordre que la
   paix prînt establissement et durée, dont vous plairra me
   commander comme j'auray à me gouverner et conduyre envers le dict
   Sr cardinal et aultres Françoys qui sont par deçà.



CXXXIVe DÉPESCHE

--du XIXe jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Champernon._)

  Nouvelles de la flotte.--Négociation avec l'Espagne.--Affaires
    d'Écosse.--Incertitude où sont les protestans français de
    savoir s'ils peuvent rentrer en France.--Nouvelles d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, estans sortys les dix navyres de la Royne d'Angleterre soubz la
conduicte de sire Charles Havart, ainsy que je le vous ay mandé par
mes précédantes, ilz se tiennent meintennant parez en la coste de
deçà, attandans que la flotte de Flandres se mette à la voyle, et
demeurent ceulx cy assés persuadez que le passaige de la Royne
d'Espaigne sera paysible, sans rien attempter en nul de leurs portz;
mais ilz craignent grandement qu'estant arrivée par dellà, le retour
de l'armée ne soit à leur dommaige, et qu'on n'y embarque des
Hespaignolz pour fère quelque descente en Irlande, ou bien ez
quartiers du North d'Escoce, ou en quelque aultre endroict de ceste
isle, attandu mesmement que milord de Sethon et ung frère du Sr de
Ledinthon sont passez en Flandres, et qu'on dict que le comte de
Vuesmerland et la comtesse de Northomberland sont arrivez devers le
duc d'Alve, et que plusieurs fuytifz de ce royaulme sont en l'armée,
qui va conduyre la Royne d'Espaigne; dont a esté miz icy ung nouvel
ordre de tenir si pretz les aultres grandz navyres de ceste Royne
qu'il n'y puysse avoir une seule heure de retardement, quant ilz
seront commandez de sortyr, et ordonné d'augmenter les vivres, qui y
sont nécessaires pour quelque moys davantaige; bien que la dicte Dame
et les seigneurs de son conseil se contantent bien fort des bonnes
responces, que le dict duc d'Alve a faictes au jeune Coban, en ce
mesmement que, luy ayant faict pleincte de l'ambassadeur d'Espaigne,
de ce qu'il avoit dédeigné de venir devers iceulx seigneurs du
conseil, et qu'à ce moyen l'accord de leurs différans avoit esté
retardé, il luy a respondu que l'ambassadeur avoit quelque rayson de
n'avoir vollu complayre du tout à ce que les dicts du conseil luy
avoient mandé, parce qu'ilz avoient usé de trop dures formalitez
envers luy, et ne l'avoient, il y a tantost deux ans, tretté ny
recogneu pour ambassadeur, et mesmes ceste foys avoient envoyé des
aldremans devers luy comme s'il eust esté crimineulx; néantmoins qu'il
luy escriproit de ne fère plus de difficulté de convenir avec eulx,
toutes les foys qu'ilz le feroient appeller pour tretter des affères
d'entre le Roy, son Maistre, et la Royne d'Angleterre; et ainsy l'a
escript le dict duc au dict ambassadeur, de sorte qu'ilz vont, de
chacun costé, cerchant les moyens de renouer leurs affères et
d'acommoder leurs différans.

La malladie du secrétaire Cecille a donné quelque retardement aulx
affères de la Royne d'Escoce; néantmoins l'on avoit desjà ordonné à
sire Quainols de s'aprester pour aller avec Me Mildmay devers la dicte
Dame, mais se trouvant le dict secrétaire Cecille meintennant ung peu
mieulx, le voyage luy est réservé; et cependant milor de Sussex a
escript que les seigneurs escouçoys, du party de la Royne d'Escoce,
ont tenu une grande assemblée sur les choses que nous leur avions
mandées par milor de Leviston, et qu'ilz y ont prins une résolution,
laquelle ilz envoyent fère entendre à la Royne d'Angleterre par le
dict mesmes Leviston et par aultres leurs depputez, lesquelz il
attandoit du premier jour en la frontière pour leur bailler
saufconduict de passer plus avant. Et mande néantmoins le dict de
Sussex que, en Escoce, l'on ne s'attend guières d'avoir secours de
France; tant y a qu'on m'a dict que madame de Norrys s'est pleincte
grandement à la Royne sa Mestresse de ce que le dict de Sussex est
rentré en Escoce, parce qu'ayant son mary asseuré Vostre Majesté que
cella ne se feroit point, elle craint que ne vous en preigniez
meintennant à luy, et que ne le faciez arrester et resserrer.

Les Françoys, qui sont icy, se préparent pour retourner toutz en leurs
maysons: il est vray qu'entendans qu'à Roan, à Dieppe, à Callais, et
en quelques aultres endroictz, l'on faict difficulté de les recepvoir,
il y en a quelques ungs qui demeurent en suspens, dont envoyent devers
moy pour sçavoir comme ilz en auront à user; et je leur répond que je
n'ay pas de plus expresse déclaration de vostre intention là dessus
que celle qui est contenue par vostre éedict, et que, de ma part, je
ne voy qu'ilz ayent nulle occasion de doubter. Je ne sçay si cella
sera occasion que Mr le cardinal de Chatillon prendra le chemin de la
Rochelle pour voir, de là en hors, comme il se pourra asseurer de
l'establissement de la dicte paix. Mr le vydame, à ce que j'entendz,
part dans deux jours et va passer ou à la Rye, ou à Callais; et, de
tant, Sire, qu'on donne entendre à aulcuns merchans voz subjectz, qui
poursuyvent encores icy la restitution de leurs biens, que tout le
faict des déprédations est remiz par vostre éedict, il vous plairra me
commander ce que je leur en auray à respondre, affin qu'ilz ne facent
dorsenavant la poursuyte en vain.

Il semble que le Sr de Chantonay, escripvant icy à l'ambassadeur
d'Espaigne, luy ayt mandé que l'Empereur n'aprouve guières la paix de
France, comme ne l'estimant de durée; et que la diette se prolongera
beaucoup oultre le moys d'octobre; et que les fianceailles de Vostre
Majesté se feront avant la Toutz Sainctz, sans toutesfoys qu'on y
attande pour cella la venue de Monseigneur vostre frère, mais plustost
celle de monsieur de Lorrayne; et que, estant le comte Pallatin à
Espire, il a entendu que ses ministres avoient presché publiquement
l'arrianisme à Heldelberc, dont il dellibéroit d'aller réprimer une
telle inpiété, mais qu'il fauldroit qu'il corrigeât premier la sienne.
Sur ce, etc. Ce XIXe jour de septembre 1570.



CXXXVe DÉPESCHE

--du XXIIIIe jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par la voie du Sr Acerbo._)

  Interruption des armemens.--Mouvement dans le pays de
    Lancastre.--Négociation de l'évêque de Ross.--Conférence de
    l'ambassadeur avec le cardinal de Chatillon.--Sollicitations
    faites auprès de lui par le vidame de Chartres.


     AU ROY.

Sire, l'aprest des vingt navyres, que ceulx cy debvoient jetter
dehors, après les dix qui sont desjà sortys, se va peu à peu
discontinuant, et les a l'on ramenez de l'embouchure de la rivière de
Rochestre, où desjà ilz estoient, jusques à leur arcenal accoustumé de
Gelingan, ce qui monstre qu'à peyne s'en servyra l'on de ceste année;
les aultres dix se tiennent toutjour sur la coste près de Douvres,
attandant le passaige de la Royne d'Espaigne, à laquelle le temps ne
sert aucunement, et ceulx, qui s'y entendent, disent qu'à peyne luy
servira il encores de trois sepmaines; et est venu quelque adviz en
ceste court que le Roy d'Espaigne, son mary, luy a mandé que, si l'on
voyt que la navigation ne soit bien fort propre et fort seure, qu'elle
attande de se mettre sur mer jusques au prochain printemptz, et que
possible, entre cy et là, il aura faict dessein de la venir trouver
pour visiter ses Pays Bas: ce que possible a donné occasion à la Royne
d'Angleterre de fère cesser son armement. Laquelle aussi, comme
j'entendz, est tumbée en une grande souspeçon d'une nouvelle
ellévation qu'on luy a dict qui se prépare au pays de Lenclastre, où
semble qu'elle ayt desjà envoyé gens pour recognoistre que c'est, et
des secrettes commissions pour y remédier et apréhender quelques uns.

Cependant il nous est venu des lettres de la Royne d'Escoce, par
lesquelles elle mande que les seigneurs d'Escoce, qui sont de son
party, luy ont envoyé la déclaration de leur vollonté: laquelle est de
fère toutjour ce qu'elle leur commandera, dont Mr l'évesque de Roz est
allé devers ceste Royne pour haster sur cella la conclusion du tretté;
et j'espère, puysque le secrétaire Cecille est à présent bien guéry,
que luy et maistre Mildmay et le dict sieur évesque s'achemineront
tout incontinent devers la dicte Royne d'Escoce pour y mettre une
bonne fin.

Au surplus, Sire, Mr le cardinal de Chatillon est venu, despuys quatre
jours, prendre son diner en mon logis, et m'a dict que, comme vostre
très humble subject, il se sentoit tenu, et obligé à vostre service,
de ceste visite qu'il faisoit à vostre ambassadeur; et que ce qui
l'avoit engardé de la fère, durant les troubles, estoit que vous
monstriez lors, Sire, de ne prandre à gré, ains d'avoir quasi en
horreur tout ce qui procédoit de ceulx de sa religion; mais à ceste
heure qu'il playsoit à Dieu les fère jouyr du bien de vostre grâce, et
de celle de la Royne, et de Messeigneurs voz frères, et qu'il vous
playsoit les tenir au nombre de voz loyaulx et fidelles subjectz, tout
son plus grand soin estoit de vous obéyr et complayre, et prier Dieu
pour Voz Majestez et pour Mes dicts Seigneurs voz frères, et fère en
sorte que Dieu et le monde cognoissent que la contraincte demeure,
qu'il a faicte icy, ne l'a randu moins bon françoys ny moins dévot et
fidelle serviteur de vostre grandeur qu'il a esté par cy devant; et
qu'il n'a rien oublyé de l'obligation naturelle, ny encores de celle
expécialle, qu'il a à Voz Majestez et aulx feuz Roys voz
prédécesseurs; que, puys peu de jours, Messieurs les Princes de
Navarre et de Condé, et Mr l'Admyral, son frère, ont envoyé ung
gentilhomme devers ceste Royne, par lequel ilz luy ont escript à luy
de s'en aller à la Rochelle, et qu'ilz s'y rendront le plustost qu'ils
pourront, affin de pourvoir à l'accomplissement des choses qu'ilz vous
ont promises, lesquelles ne se peuvent bien effectuer sans luy et sans
aulcuns principaulx d'entre eulx; lesquelz fault que conviennent
ensemble pour admonester les aultres, ainsy qu'il a desjà fort
expressément admonesté toutz les ministres, qui estoient icy, premier
qu'ilz s'en soyent retournez, de n'excéder en rien qui soit, ny pour
quelconque occasion que puisse estre, voz permissions, ny transgresser
aulcunement voz deffances; et qu'il est besoing aussi que ce soyent
eulx qui, pour donner exemple aulx aultres de contribuer à ce qu'ilz
vous ont promiz de payer, se cothisent les premiers bien largement:
dont dellibéroit, dans six jours, aller prendre congé de ceste Royne
pour s'acheminer puys après à Ampthonne, affin d'y attandre la
commodité de son passaige, me priant bien fort de fère entendre ceste
sienne dellibération à Vostre Majesté avec plusieurs aultres bons
propos, qui seroient trop longs à mettre icy.

Je luy ay respondu, Sire, le mieulx que j'ay peu, sellon que j'ay
estimé estre de vostre intention, conforme à la notice que j'en
pouvois avoir par vostre éedict, car de plus expécialle je n'en avois
poinct; mais je luy ay principallement incisté de vouloir dresser son
premier retour en France devers Vostre Majesté, affin de monstrer
qu'il a plus de confiance en vostre bonté et parolle que aulx rempartz
des places, qu'on a demandées pour seureté.

A quoy il m'a répliqué que ce avoit bien esté son premier desir, mais,
puysqu'on luy mandoit de se randre ainsy bientost à la Rochelle, affin
de donner forme aulx choses qu'il falloit ordonner, à ce commancement,
pour satisfère à Vostre Majesté, et qu'avec très grande incommodité il
pourroit fère ce grand tour par terre, qu'il estoit contrainct d'y
aller par mer; mais qu'aussitost qu'on auroit pourveu à vostre
satisfaction, qu'il vous yroit très humblement bayser les mains, et à
la Royne, et à Messeigneurs voz frères, sellon qu'il espéroit que Voz
Majestez le luy permettroient, me priant cependant de le vous fère
ainsy trouver bon, et que ne veuillez jamais penser de luy que comme
d'ung vostre très humble et très obéyssant serviteur.

Le deuxiesme jour après, à l'exemple de luy, Mr le vydame de Chartres,
estant prest à partyr, m'est aussi venu visiter avec plusieurs bonnes
parolles de l'affection et dévotion, qu'il dict avoir à vostre
service, et m'a requis de deux choses: c'est de vous vouloir
tesmoigner, par mes premières, que ses déportemenz par deçà n'ont esté
en rien contre vostre dict service; et l'aultre, de luy bailler ung
mien passeport pour se conduyre, luy, sa femme et son trein, jusques à
la Fretté, pour, incontinent après, vous aller très humblement bayser
les mains. Je luy ay agréé, en la meilleur façon que j'ay peu, sa
bonne intention vers Vostre Majesté, mais j'ay faict plusieurs
difficultez sur l'une et l'aultre de ses demandes; et qu'encor que je
ne voulois pas nyer que je ne l'eusse faict observer, je ne pouvois
toutesfoys vous justiffier en aultre sorte ses actions, parce que
toutes ne me pouvoient estre bien cogneues, que de vous dire, Sire,
que je ne sçavois pas qu'il en heust faict icy de plus mauvaises
contre vostre service que d'y estre venu; et, quant au passeport, que
ce seroit préjudicier à la liberté de la paix de luy en bailler. A
quoy il m'a répliqué que, pour le regard du premier, il se contentoit
bien de ce mien tesmoignage, mais du second, il m'en a tant pressé que
j'ai esté contrainct de lui bailler mon dict passeport. Et voylà,
Sire, tout ce qui a passé entre les dicts sieurs cardinal et vydame,
et moy, dont semble bien que les Anglois n'ont prins grand playsir à
ces deux visites; car par icelles ils sont contrainctz de fère quelque
meilleur jugement de la réunyon de vostre royaulme qu'ilz ne la
pensoient; mais je ne suis point allé randre la pareille à l'ung ny à
l'aultre en leur logis, parce que je n'en avois nul ordre de Vostre
Majesté. Sur ce, etc.

     Ce XXIVe jour de septembre 1570.



CXXXVIe DÉPESCHE

--du pénultième jour de septembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivyer Campernon._)

  Négociation avec les Pays-Bas.--Retard apporté au voyage de la
    reine d'Espagne.--Résolution d'Élisabeth de procéder à la
    conclusion du traité avec Marie Stuart.--Mission de Mr de Vérac
    en Écosse.


     AU ROY.

Sire, par le retour du Sr de Sabran je demeure assés esclarcy
d'aulcunes choses de vostre intention, lesquelles j'espère que me les
ferés plus parfaictement et plus particulièrement entendre, quant le
Sr de Vassal me viendra retrouver; et vous diray cependant, Sire, que
la Royne d'Angleterre, achevant son progrez de ceste année, arrive
aujourduy à Vuyndesor, où elle dellibère fère du séjour, et y
attandre le retour des gentishommes, qu'elle a envoyé en France, en
Flandres et en Allemaigne, pour, puis après, y assembler son conseil
affin de prendre résolution sur les choses qu'ilz raporteront. Les
commissaires de Flandres, qui estoient allés visiter les merchandises
arrestées ez portz de deçà, dizent qu'ilz y ont trouvé perte et
diminution de plus de la moictié; mais, touchant celles qui sont dans
Londres, l'on leur a faict acroyre que, si le duc d'Alve veut procéder
à ung bon accord de leurs différans, sellon les honnestes offres que
la Royne d'Angleterre luy a faictes, qu'on leur en révellera pour plus
de cent mil escuz davantaige qu'on ne leur a encores monstrées. A quoy
ilz respondent qu'on leur baille premièrement le vray estat d'icelles,
affin d'en fère un certain raport au dict duc, et que, puys après,
l'on pourra facillement parvenir aulx condicions de l'accord; et
veulent, chacun de son costé, gaigner l'advantaige de ce point: dont
le différant s'en entretient plus longuement, mais non sans une grande
espérance que bientost il s'accommodera: car le duc d'Alve et les
principaulx ministres du Roy d'Espaigne, qui sont en Flandres,
monstrent n'avoir aulcun plus grand soin que de regaigner l'amytié de
la Royne d'Angleterre et de s'esforcer de luy complayre; ce que la
dicte Dame, à ce qu'on m'a dict, attribue plus à la paix de vostre
royaume que à leur bonne vollonté: et dellibère, de sa part, de suyvre
et entretenir cella par les meilleures démonstrations qu'elle pourra,
mais non sans qu'elle demeure toutjour en beaucoup de souspeçon et de
deffiance, à cause de la retrette de ses subjectz fuytifz, et de la
légation d'aulcuns Escossoys devers le dict duc en Flandres. Cependant
les dix grandz navires de la dicte Dame demeurent toutjour en la coste
de deçà pour honnorer le passaige de la Royne d'Espaigne, non sans
qu'elle se repente assés de les avoir si tost faictz jetter dehors,
parce que la despance y va grande, et ne se peult juger si le temps
pourra encores servyr, de deux moys, à la dicte Royne d'Espaigne.
Néantmoins il est venu nouveau mandement à Londres de tenir encores
ung nombre de marinyers prestz, comme pour quatre navyres davantaige:
je ne sçay encores à quel effect.

Nous avons tant pressé l'advancement des affères de la Royne d'Escoce
que le secrétaire Cecille et maistre Mildmay ont esté du tout
dépeschez, dez mardy dernier, pour aller devers la dicte Dame, et Mr
de Roz avec eulx, où j'espère qu'il se prendra quelque bon ordre pour
le restablissement d'elle à sa couronne; mais, de tant que, sur les
condicions, qu'on luy propose, plusieurs nous donnent divers conseilz,
je ne m'advanceray d'y intervenir, au nom de Vostre Majesté, sans vous
avoir faict quelque aultre dépesche plus ample et plus expresse là
dessus. Bien me confirme l'on, de plus en plus, Sire, que ceste Royne,
veult résoluement entendre à conclurre le tretté, et que cependant
elle a mandé au comte de Sussex de casser toutes les compaignies
extraordinaires, qu'il avoit levées en la frontière du North.
L'arrivée du Sr de Veyrac en Escoce met ceulx cy en quelque jalouzie,
mais il ne seroit que bon qu'ilz l'eussent encores plus grande, car je
crains bien fort qu'ayant Mr Norrys escript icy que Vostre Majesté est
résolue de n'envoyer nulles forces par dellà jusques au printemps, que
cella leur face prolonger le tretté, soubz espérance qu'il puysse
cependant survenir quelque chose à leur commodité et advantaige. Sur
ce, etc.

     Ce XXIXe jour de septembre 1570.



CXXXVIIe DÉPESCHE

--du Ve jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée jusques à Calais par ung qui s'en est allé avec le Sr
Frégouse._)

  Retour de Walsingham en Angleterre, chargé de faire connaître à
    la reine la déclaration du roi touchant l'Écosse.--Prochain
    départ de la reine d'Espagne.--Suspension des affaires
    politiques à Londres pendant l'absence de Cécil envoyé vers
    Marie Stuart.--Nouvelles d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, j'ay receu, le XXIXe du passé, les lettres qu'il a pleu à Vostre
Majesté m'escripre, du XXIIe auparavant, par le Sr de Valsingan, qui
me les a envoyées passant par Londres, et m'a mandé qu'au retour de
randre compte à sa Mestresse de ce qu'il a faict en France, qu'il me
viendra voir. Il me semble, Sire, que rien n'a pu venir plus à propos,
pour les présens affères de la Royne d'Escoce, que d'avoir Vostre
Majesté ainsy fermement et vertueusement parlé, comme avez faict, à
l'ambassadeur Mr Norrys et à luy; et dont je ne fauldray de
représanter à leur dicte Mestresse voz mesmes propos, telz qu'ilz sont
contenuz en vostre lettre, la première foys que je l'yray trouver,
ayant estimé qu'il estoit bon, pour aulcuns respectz, de les luy
réserver jusques à la venue d'une aultre vostre dépesche, pour luy
laysser cependant digérer ce faict sur le récit, que le dict de
Valsingan luy fera, des propres paroles et démonstrations qu'il a
ouyes et veues de Vostre Majesté, et aussi pour n'interrompre rien en
la commission qu'elle a donnée au secrétaire Cecille et à Maistre
Mildmay vers la Royne d'Escoce; ausquelz j'ay opinion qu'elle envoyera
en dilligence notiffier la déclaration qu'avez faict à ses dicts
ambassadeurs, affin qu'ilz ne s'en retournent sans résouldre quelque
chose avec elle; ayant plusieurs adviz, de divers lieux, assés
certains qu'il tarde infinyement à la dicte Royne d'Angleterre qu'elle
puysse, en quelque seure façon qui ayt aparance d'honneur et
d'advantaige, se démesler du faict de la dicte Dame, non sans se
repentyr de s'en estre si avant entremise. Et est sans doubte que, si
l'affère pouvoit tumber en la main de quelque aultre, qui le manyât
avec plus de modération que ne faict le secrétaire Cecille, ou que luy
mesmes, après avoir veu la Royne d'Escoce, se volust modérer, et ne
fère plus, sur des petitz momentz, naistre de si grandes difficultez
et longueurs, qu'il a faict jusques icy, que toutz les différans
d'entre ces deux Princesses et leurs deux royaulmes se pourroient
facilement et bientost accommoder, dont de ma part, Sire, je ne
fauldray d'y incister à toute heure; mais la vifve parolle et la
démonstration que Vostre Majesté fera d'un prochain secours, attandant
qu'il s'ensuyve à bon esciant, s'il est nécessaire, y servyront
infinyement.

La dicte Royne d'Angleterre a dépesché ung saufconduict pour les
depputez d'Escoce, et a mandé au comte de Sussex de les bien recepvoir
et honorer, et qu'il advertisse ceulx du party du régent d'envoyer
promptement les leurs. Le susdict de Valsingan a desjà parlé à
quelques ungs de ses amys de la continuation de la paix de France
comme en doubte, alléguant des occasions qui luy font juger qu'elle
aura quelque establyssement, et d'aultres qui lui font croyre qu'elle
ne pourra estre de durée; dont de ce qu'il en a dict, et du rapport
qu'il en aura faict en ceste cour, je mettray peyne qu'il m'en viegne
quelque adviz, affin de le vous mander par mes premières. Il aura
encores rencontré Mr le cardinal de Chastillon en ceste dicte court,
car son congé luy avoit esté différé jusques à hyer.

L'on estime que la Royne d'Espaigne s'embarquera à ce commancement
d'octobre, car, ayant le retour de la lune esté sur un temps propre et
qui sert bien à sa navigation, l'on estime qu'il durera assés pour la
conduyre jusques en Espaigne; dont s'atand de sçavoir comment et en
quelle bonne façon se seront déportez les navyres de la Royne
d'Angleterre à la saluer, et la convoyer le long de la coste de ce
royaume. Les commissaires de Flandres pourchassent leur congé, mais il
semble qu'on le leur prolongera jusques au retour du secrétaire
Cecille, car en son absence rien ne se dépesche; et mesmes l'on a
remiz, à cause de luy, l'ouverture du terme de la justice jusques au
premier de novembre, par prétexte toutesfoys de la peste; laquelle va
néantmoins diminuant, et chacun s'en retourne à la ville. Il semble
que Henry Coban, qui est allé devers l'Empereur, ayt heu charge de ne
presser guières son retour: dont il a cependant renvoyé ung des siens
avec une dépesche, de laquelle je n'ay encores bien aprins le contenu,
si n'est qu'il semble mander que, ne pouvant l'Empereur fère guières
réuscyr aulcune bonne résolution ez choses qu'il a proposées en la
diette, qu'il dellibère bientost la rompre; et j'entandz que le comte
Pallatin a aussi escript qu'il a quelque opinion que le Pape se soit
advancé de créer de luy mesmes, sans attandre la vollonté des
ellecteurs, l'archiduc Charles roy des Romains, et que cella sera pour
admener beaucoup de trouble en Allemaigne; dont est bruict icy que
desjà quelques princes ont esté vers Hembourg, comme pour s'asseurer
d'aulcunes levées de gens de guerre. Sur ce, etc.

     Ce Ve jour d'octobre 1570.



CXXXVIIIe DÉPESCHE

--du Xe jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le Sr Troies._)

  État de la négociation en faveur de Marie Stuart.--Conduite faite
    à la reine d'Espagne par la flotte anglaise.--Crainte où l'on
    est en Angleterre que les hostilités commencent au retour de la
    flotte espagnole.--Négociation avec les Pays-Bas.--Départ du
    cardinal de Chatillon pour la Rochelle; mauvais accueil reçu à
    Dieppe par le vidame de Chartres.--Prise nouvellement faite en
    mer, malgré la paix, par le capitaine Sores.--Affaires
    d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, rendant le Sr de Valsingan compte à la Royne, sa Mestresse, de
la négociation qu'il a faicte en France, j'entendz qu'il luy a faict
ung très bon rapport des louables qualitez de Vostre Majesté, de ce
que ung chacun vous tient pour prince magnanime, constant, certain et
bien fort véritable, et uny par ung grand et naturel amour avec la
Royne vostre mère, et avec Monseigneur vostre frère, desquelz il a
aussi fort dignement parlé; et que, par la force de leur conseil et la
fermeté de voz éedictz, la paix de vostre royaulme a d'estre
perdurable, et voz aultres affères à recepvoir beaucoup
d'establissement: dont la dicte Dame a de beaucoup davantaige estimé,
et heu en plus grand prix, les bonnes parolles de paix et d'amytié,
que Vostre Majesté luy a mandées. Et luy ayant le dict de Valsingan,
par mesmes moyen, touché le propos, que luy avez tenu, de la
restitution de la Royne d'Escoce, vostre belle soeur, avec
l'expression de l'affection qu'il a cognu que vous y aviez; et ayant,
de ma part, faict fère là dessus, le plus à propos que j'ay peu, ung
office par le comte de Lestre, il est advenu que la dicte Dame a tout
incontinent dépesché vers le secrétaire Cecille pour l'advertyr qu'il
ayt à procéder en si bonne façon vers la Royne d'Escoce, qu'il ne s'en
retourne sans conclurre quelque chose avecques elle. Dont, à la
première occasion qui me viendra d'aller parler à la dicte Dame, je
luy confirmeray ceste sienne vollonté, et n'obmettray rien de ce qui
pourra servyr à bien advancer et effectuer le propos, et à establyr
pareillement l'amytié d'entre Voz Majestez.

L'on tient que la Royne d'Espaigne est passée, et que les navyres de
la Royne l'ont saluée et accompaignée jusques en la coste de Biscaye,
et que sire Charles Havart luy a baysé les mains avec ung présent
d'ung beau dyamant, que la Royne sa Mestresse luy a envoyé, qui est
l'ung de ceulx que le Roy d'Espaigne avoit donnez à la feu Royne
Marie, sa soeur, ou à elle, qui sont estimez valoir, l'ung huict mil
ducatz, et l'aultre cinq mil; et que la dicte Royne d'Espaigne, de son
costé, a faict bailler quatre mil ducatz au dict Havart et aulx siens;
mais la vérité et certitude de cecy se sçaura mieulx quant le dict
Havart sera de retour, lequel est encores en mer. Tant y a que ces
démonstrations, lesquels sont devenues toutes aultres qu'on ne les
sembloit préparer du commancement, donnent à cognoistre qu'il n'y a en
effect nulle malle vollonté entre les Espaignols et les Anglois, ains
qu'ilz cerchent de s'accommoder ensemble en gaignant, aultant qu'il
leur sera possible, chacun de son côté, quelque advantaige; dont usent
d'artiffice à fère bien espérer ou à intimider l'ung l'aultre en ce
qu'ilz peuvent; et semblent néantmoins que les dicts Anglois ne
demeurent meintennant sans une grande souspeçon du retour de l'armée
d'Espaigne, par ce mesmement qu'on leur a raporté que une partie
d'icelle est demeurée toute appareillée, et bon nombre de gens pretz à
s'y embarquer en Olande; et qu'ilz sçavent que aulcuns fuytifz et
aulcuns Escossoys sont toutjour près du duc d'Alve pour l'inciter à
quelque entreprinse par deçà: et à ceste occasion, mècredy dernier,
ceste Royne a faict de rechef appeller toutz les officiers de la
maryne à Vuyndesor, mais je ne sçay encores ce qu'elle leur a ordonné;
et est la dicte Dame après a fère cercher deniers de toutz costez.

Les commissaires de Flandres s'attendent d'avoir demain leur congé, et
semble qu'ilz ne s'en retournent guières plus contantz ny mieulx
satisfaictz que quant ilz sont venuz; car, oultre la perte et
diminution qu'ilz ont trouvé ez merchandises, qui estoient encores en
estre, l'on leur a baillé ung compte si désadvantaigeulx de celles qui
ont esté vendues par auctorité de justice, tant au priz que aulx
fraicz, qu'elles ne reviennent pas au cinquiesme de la juste valleur.
Par ainsy l'accord se monstre encores assés difficile à fère, et
cependant l'on ne sçayt si le temps, et la longue souspencion du
traffic, pourra produyre quelque chose de nouveau entre eulx.

Monsieur le cardinal de Chastillon print congé de ceste court lundy
dernier, non sans recepvoir beaucoup de faveur de ceste Royne et
plusieurs présens (de haquenées et de chiens de sang) des seigneurs
d'auprès d'elle; et s'en est allé à Hamptonne attandre la commodité de
son passaige à la Rochelle. Aulcuns demeurent escandalisez des
difficultés qu'on a faictes à Mr le vydame de Chartres à Dièpe, mais
je rendz quelque rayson là dessus, qui monstrent de les satisfère. Ung
agent de Portugal, qui est en ceste ville, dict que le capitaine Sores
s'est esforcé de piller de rechef la Madère, et qu'au retour de ceste
entreprinse il a prins un des galions du Roy de Portugal venant des
Indes, qui estoit demeuré derrière, lequel estoit bien fort riche; de
quoy ung chacun monstre icy estre fort offancé d'entendre ung tel acte
après la paix, et crainct on que de la Rochelle ayt à sortyr beaucoup
de désordre en la mer, s'il n'y est remédié.

J'entans qu'il est arrivé des lettres d'Allemaigne, qui semblent
confirmer ce qu'on avoit auparavant escript de la création du roy des
Romains par le Pape, jusques avoir envoyé une coppie du brevet, et que
ung chacun pense que les princes ellecteurs procèderont à une
contraire ellection de leur part; mesmes qu'il semble que l'Empereur
face toute démonstration d'avoir ignoré et de n'aprouver aulcunement
ceste procédure de Sa Saincteté; et qu'il a esté descouvert qu'on
avoit de rechef incidié à la vie du comte Pallatin. Sur ce, etc.

     Ce Xe jour d'octobre 1570.



CXXXIXe DÉPESCHE

--du XVIe jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Groigniet, mon secrétaire._)

  Conditions proposées par Cécil à la reine d'Écosse.--Soulèvement
    des catholiques dans le pays de Lancastre.--Ordre donné au
    comte de Derby de se rendre à la cour.--Retour à Londres de sir
    Charles Havart, amiral de la flotte anglaise.--_Mémoire._
    Opinions diverses sur la durée de la paix en
    France.--Conférence de l'ambassadeur avec l'ambassadeur
    d'Espagne.--Ligue du roi d'Espagne avec le pape et les
    Vénitiens contre les Turcs.--Vives sollicitations pour que le
    roi consente à en faire partie.--Offres faites par le duc
    d'Albe à Élisabeth.--Négociations des Écossais avec le duc
    d'Albe.--Conditions proposées à Marie Stuart, si elle veut
    obtenir l'appui de l'Espagne.--Détails sur la négociation de
    Cécil avec Marie Stuart.--Crainte que les Écossais n'acceptent
    toutes les conditions imposées par l'Angleterre.


     AU ROY.

Sire, ayant le Sr de Vassal couru une si dangereuse fortune, en
voulant repasser la mer, que le naufrage de luy, et de ceulx qui
estoient en son mesme navyre, a esté tenu pour vériffié en ceste
ville, il n'est pas à croyre combien je me suys resjouy, quant, oultre
l'espérance des hommes, il a pleu à Dieu de le saulver et le fère
retourner sauf à Callais, avec les lettres et dépesches de Vostre
Majesté, où il est encores attandant le vent; mais j'espère qu'il sera
bientost icy, et qu'il me rendra instruict de l'intention de Vostre
Majesté, laquelle je mettray peyne, Sire, en ce qu'il sera besoing de
la notiffier à la Royne d'Angleterre, de la luy fère bien entendre, et
de fère, par toutz les moyens, persuasions et instances, qu'il me sera
possible, qu'elle y veuille conformer la sienne.

Le secrétaire Cecille et son adjoinct sont arrivez avec l'évesque de
Roz, le premier de ce mois, devers la Royne d'Escoce, à laquelle ilz
ont présenté, avec grand respect et révérance, une lettre, que la
Royne d'Angleterre luy a escripte, laquelle avoit le commancement fort
rigoureux et plein d'une recordation de beaucoup d'offances qu'elle
reprochoit à la dicte Dame; mais que, pour en abolyr la mémoire, elle
luy dépeschoit ces deux siens confidans conseillers, pour préparer le
chemyn d'ung bon tretté d'amytié entre elles deux; et n'y a heu aultre
chose que cella pour le premier jour, sinon l'humayne et favorable
réception, que la dicte Dame leur a faicte. Mais, le lendemain, estans
entrez en conférance, elle leur a respondu, à chacun poinct de la
dicte lettre, avec tant de fondement de rayson et avec tant de
modestie qu'ilz ont monstré de demeurer très bien satisfaictz; et
ayant convenu la dicte Dame, pour son regard, et eulx, pour la Royne
d'Angleterre, d'ensepvelir pour jamais les choses mal passées, et de
procéder à ung renouvellement de vraye et parfaicte intelligence entre
elles, sellon que le debvoir de leur proximité et du commun proffict
de l'une et de l'aultre, et de leurs deux royaulmes, le requéroit; ilz
luy ont leu les articles de l'instruction, qu'ilz portoient, lesquelz
se sont trouvez, pour la pluspart, concerner l'expresse cession et
résignation du tiltre de ce royaulme par la dicte Royne d'Escoce au
proffict de la dicte Royne d'Angleterre, sans préjudice de la future
succession d'icelluy, au cas que la dicte Royne d'Angleterre n'ayt
point de lignée:--Que, pour seurté de cella, le Prince d'Escoce doibve
estre mené et norry en Angleterre, sans préfiger temps de le randre,
sinon au cas que la Royne, sa mère, arrive à morir, ou qu'elle luy
veuille résigner sa couronne d'Escoce;--Que gouverneurs luy seront
baillez, telz que la Royne d'Angleterre advisera, comme les comtes de
Lenoz, de Mar ou aultres;--Que trois comtes et trois lordz Escoçoys
viendront estre ostaiges, l'espace de trois ans, en ce royaulme, pour
la seurté des choses qui seront promises;--Que trois chasteaulx,
sçavoir: Humes, Fascastel et encores ung aultre, en Gallovaye ou
Quinter, demeureront, pour le dict temps, ez mains de la Royne
d'Angleterre;--Que, sans le consantement d'icelle ou de la pluspart de
la noblesse d'Escoce, la dicte Royne d'Escoce ne se maryera;--Que
ligue sera faicte entre elles et leurs deux royaumes;--Que, au cas que
nul prince estrangier, sans ocasion à luy raysonnablement donnée,
entrepreigne d'assaillyr ce royaulme, la dicte Royne d'Escoce sera
tenue de le secourir d'hommes et de navyres, aulx despens toutesfoys
de la Royne d'Angleterre;--Que le murtre du feu Roy d'Escoce et celluy
du comte de Mora seront punys;--Que le comte de Northomberland et
aultres fuytifz d'Angleterre seront randuz;--Et que, au cas que la
dicte Royne d'Escoce meuve à jamais pleinte ny querelle du tiltre de
ce royaulme, ny assiste à nul aultre, qui la veuille mouvoir en
quelque façon que ce soit contre la dicte Dame, qu'elle demeurera
privée de la future succession d'icelluy. Et avoient d'aultres
articles, concernans la seurté des subjectz d'Escoce, lesquelz ilz
n'ont encores monstrez, mais ilz ont fort incisté d'avoir promptement
la responce sur ceulx cy.

Je ne sçay si la Royne d'Escoce l'a encores faicte, seulement j'ay
entendu qu'ung pacquet du dict secrétaire arriva, sabmedy au soir, à
la Royne d'Angleterre, et que, tout incontinent, elle assembla son
conseil; et le lendemain matin, le courrier fut renvoyé avecques
responce.

Aulcuns amys de la dicte Royne d'Escoce m'ont faict advertyr qu'elle
est au plus grand dangier, où encores elle ayt poinct esté, à cause de
la sublévation qui se descouvre estre toute formée au pays de
Lenclastre, de laquelle on luy attribue l'ocasion, aussi bien que de
celle passée du North; et que pourtant, elle et nous, qui soubstenons
icy son faict, debvons condescendre à ce que la Royne d'Angleterre luy
vouldra demander, et luy complayre du tout, pourveu qu'elle puysse
avoir sa liberté; et ne fère difficulté de luy accorder le Prince
d'Escoce, pour quelque temps, avec honnestes condicions. Aultres de
ses amys conseillent le contraire: qu'elle peut bien accorder
hardyment toutes choses raysonnables à la Royne d'Angleterre, mais non
de luy bailler son filz, ny ostaiges, ny places; mais plustost qu'elle
mesmes offre de demeurer en Angleterre pour asseurance de ce qu'elle
promettra. Je sçay, à la vérité, qu'on tient de très dangereux
conseilz sur la personne de ceste princesse, pour l'opinion qu'on a
qu'elle ayt trop bonne part en ce royaulme, et que, quant elle sera du
tout ostée, que pareillement sa querelle sera du tout esteincte, se
persuadant que, ny les Escouçoys, ny les Anglois, ses partisans, ny
mesmes Vostre Majesté ne se soucyeront guières, puys après, de la
relever. Et est incroyable combien la Royne d'Angleterre et ceulx de
son conseil sont esmeuz pour les choses du dict pays de Lenclastre,
sans toutesfoys en fère grand démonstration; car les ayant vollues
remédier par la voye de la justice, envoyant par dellà ung procureur
fiscal, ilz ont veu que cella ne suffizoit, et que plusieurs
ouvertement se déclairoient substrectz de l'obéyssance et jurisdiction
de la Royne d'Angleterre, jusques à ce qu'elle se seroit jettée hors
de l'interdict de l'esglize catholique: dont elle a mandé au comte
Dherby, principal seigneur de tout le dict pays, de la venir trouver,
par prétexte de vouloir assembler toutz ceulx de son conseil, dont il
est l'ung des principaulx, affin de pourvoir à l'estat de ce royaume;
et qu'il veuille mener ses enfans avec luy, pour monstrer qu'ilz ne
sont coulpables d'aulcunes choses qu'on leur a vollu imposer. L'on ne
sçayt encores si le dict comte vouldra obéyr; tant y a, Sire, que je
vous ay bien vollu envoyer le susdict adviz de la Royne d'Escoce, par
homme exprès, affin qu'il vous playse m'y commander vostre vollonté;
et cependant je verray ceste princesse pour l'adoulcyr et modérer, le
plus qu'il me sera possible, sur icelluy, et pour la fère passer
oultre au tretté encommancé.

J'entendz que sire Charles Havard a raporté à la dicte Dame ung grand
contantement du debvoir, qu'il a faict envers la Royne d'Espaigne, et
des honnestes propos, que la dicte Royne d'Espaigne l'a enchargé de
dire à la dicte Dame de sa part, ayant accepté, avec toute affection,
le présent qu'elle luy a envoyé, et ayant faict donner une chayne de
mil ducatz au dict Havart, et une aultre ung peu moindre à son vis
admyral, et encores dix aultres chaynes aulx capitaines des dix
navyres. Sur ce, etc.

     Ce XVIe jour d'octobre 1570.

   POUR FAIRE ENTENDRE A LEURS MAJESTEZ oultre ce dessus:

   Que, par aulcunes lettres, que la Royne de Navarre et Messieurs
   les Princes, ses filz et nepveu, et Mr l'Admiral ont escriptes
   par deçà, et par des parolles et démonstrations, dont Mr le
   cardinal de Chatillon a usé, en prenant congé de ceste court, la
   Royne d'Angleterre et les siens demeurent assez persuadez que la
   paix de France sera de durée.

   Et y sont confirmez davantaige par la réputation, qui court, que
   le Roy a prinz une ferme résolution de vouloir que, en cest
   endroict. et toutz aultres, où sa parolle interviendra, qu'elle
   ayt à estre très certaine et véritable, et que la Royne et
   Monseigneur, frère du Roy, interposent, par une bonne
   intelligence, si fermement leur conseil et authorité à cella,
   qu'il n'est en la main de nul aultre de le pouvoir rompre.

   Et a raporté le Sr de Valsingan, qu'encor que le mariage des deux
   filles de l'Empereur avec le Roy et le Roy d'Espaigne, et
   l'intelligence que ung chacun présumoit demeurer toutjour
   secrecte entre la Royne et Mr le cardinal de Lorrayne, et
   l'authorité de Monseigneur, frère du Roy, lequel après avoir mené
   la guerre et heu plusieurs victoires contre ceux de la nouvelle
   religion, ne comporteroit jamais qu'ilz demeurassent dans le
   royaulme, fussent trois occasions qu'aulcuns remarquoient pour
   réputer la paix fort douteuse; néanmoins ilz jugeroient, à ceste
   heure, que c'estoit par la vraye et parfaite intelligence de la
   Royne, et de Monseigneur, et de Mr le cardinal de Lorrayne, et de
   toutz les Princes avecques le Roy, que la dicte paix se randroit
   plus ferme et plus estable; et que mesmes le conseiller Cavaignes
   luy avoit dict qu'il s'en promettoit une bien longue
   continuation, et en plus d'advantaiges pour eulx que les articles
   ne portoient.

   Ce qui a remiz en réputation les affères du Roy en ce royaulme,
   et croy que de mesmes ilz en sont relevez ailleurs, car
   l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, despuys la première foys
   qu'il me raporta le jugement, que le duc d'Alve faisoit de la
   dicte paix, comme s'il l'estimoit pleyne de dangier pour la
   Chrestienté, il dict meintennant qu'il ne faict doubte que le Roy
   et son prudent conseil ne l'ayent cogneue nécessaire, et qu'il
   faut que Sa Majesté Très Chrestienne la rande utille, et luy face
   produyre, non seulement pour luy et pour son royaulme, mais aussi
   pour ses voysins et pour toute la Chrestienté, ung vray repos.

   Et s'est le dict ambassadeur curieusement enquiz à moy de deux
   choses: l'une, si je sçavois que Mr le cardinal de Chatillon eust
   parlé en ceste court de tranférer meintennant la guerre, qui est
   achevée en France, au pays de Flandres; et de cella il a vollu
   que j'en aye sondé le dict Sr cardinal, quant il est venu en mon
   logis, lequel m'a tout franchement respondu, qu'il pourrait estre
   qu'il en eust parlé comme d'ung commun souhait, que toutz ceulx
   de sa religion y avoient; mais non qu'il en vit l'entreprinse
   bien preste; et j'en ay satisfaict le dict ambassadeur.

   Et l'aultre chose, qu'il m'a demandée, est si j'avois entendu
   pourquoy le Roy avoit faict renforcer la garnyson de Péronne, de
   St Quintin et des aultres villes de Picardie, et changé celle de
   Callais, monstrant que le duc d'Alve en avoit prins quelque
   souspeçon; à quoy je luy ay respondu que le Roy n'avoit en cella
   que renvoyé les garnysons en leurs lieux accoustumés, car l'on
   les en avoit tirez, durant la guerre, pour s'en servir au camp,
   et que meintennant il distribuoit en ses frontières ses gens de
   guerre pour plus sollager son royaume et pour ne demeurer
   pourtant désarmé.

   Et, en la mesmes conférance, icelluy sieur ambassadeur, me
   magniffiant grandement la ligue[14] qui a esté faicte entre le
   Pape, le Roy Catholique, son Maistre, et les Véniciens contre le
   Turc, m'a dict que le Roy, son Maistre, s'estimoit estre miz hors
   par icelle de tout le dangier de la guerre du dict Turc, et qu'il
   n'avoit qu'à contribuer seulement au secours accordé, dont se
   trouvoit fort adélivré pour mettre bientost fin à la guerre des
   Mores, et pour entendre aulx choses de Flandres, d'Allemaigne et
   du costé de deçà;

   Que le dict ambassadeur pensoit que l'Empereur enfin entreroit en
   la dicte ligue, comme il en avoit une fort grande vollonté, mais
   il desiroit le fère par aprobation de la diette, affin d'obliger
   les estatz d'Allemaigne à la contribution et au secours de la
   dicte guerre.

  [14] Cette ligue ne fut définitivement conclue que quelque temps
  après, au mois de mai 1571. Don Juan fut nommé général de la
  ligue, et remporta, le 7 octobre de la même année, la célèbre
  victoire de Lépante. Le pape choisit pour commandant de sa flotte
  Marc-Antoine Colonne, et la république de Venise nomma pour son
  amiral Sébastien Venicri, qui fut élu doge en 1577.

   Et a adjouxté que, si le Roy Très Chrestien y vouloit entrer et
   quicter la pratique du Turc, retirant son ambassadeur qu'il a
   près de luy, qu'il s'aquerroit ung grand nom et une grande
   louange envers le Siège Apostolique et envers toute la
   Chrestienté; et, quant il ne bailleroit que quatre gallères de
   secours, que son nom et la réputation de la couronne de France y
   en vauldroient cent.

   Je luy ay respondu que ceste ligue estoit faicte pour la
   conservation des estatz, qui estoient exposez aulx entreprinses
   du Turc, et que l'Empereur avoit rayson d'y entrer pour l'ocasion
   des siens, aussi bien que le Pape et le Roy, son Maistre, et les
   Véniciens, car toutz ensemble y estoient bien fort intéressez, et
   leurs dicts estatz y couroient de grandz dangiers; mais que Dieu
   avoit constitué le Roy et son royaulme en lieu, qui estoit tout
   gardé des incursions du Turc; par ainsy qu'il n'avoit à fère
   ligue deffencive contre celluy qui ne l'assailloit, ny le pouvoit
   assaillir; et seroit en vain consommer ses forces et ses deniers
   pour aultruy, et entrer en une guerre non nécessaire; mais que je
   croyois bien que, quant toutz les princes chrestiens
   conviendroient en une entreprinse de ruyner l'Empire du Turc et
   amplier la Chrestienté, et que le Roy y verroit quelque bon
   fondement, que ce seroit luy le premier qui y employeroit sa
   propre personne et ses forces, aussi bien qu'avoient faict ses
   prédécesseurs.

   Laquelle rayson le dict ambassadeur a monstré d'aprouver, et a
   adjouxté que possible n'estoit on pas trop loing d'une si grande
   et vertueuse délibération; et puys a continué me dire que les
   Anglois, pour ne pouvoir bien entendre toutz les secretz de la
   dicte ligue, la tenoient pour fort suspecte, comme, à la vérité,
   j'ay sceu qu'iceulx Anglois discourent entre eulx, qu'ayant le
   Pape passé si avant que d'avoir ouvertement interdit cette Royne
   et son royaulme, et estant le Roy d'Espaigne fort offancé des
   dicts Anglois, et les Véniciens assés mal contantz des prinses et
   déprédations de l'année passée, qu'il est à croire qu'on n'a
   dressé ceste ligue dans Rome, sans y incérer quelque article bien
   exprès contre l'Angleterre, et que le général de la mer qui a
   esté créé par icelle, qui est don Juan d'Austria, aspire bien
   fort à l'entreprinse.

   Néantmoins, le duc d'Alve entretient les dicts Anglois en une si
   ferme opinion de l'amytié du Roy, son Maistre, qu'ilz s'en
   tiennent trop plus que bien asseurez; et semble que, ny luy de
   son costé, ny eulx du leur, ne s'ennuyent de laysser encores les
   choses en suspens, sans aultrement les esclarcyr, parce que le
   temporiser vient à propos pour chacun, bien que possible non
   guières pour les Mestres ny pour leurs estatz, mais pour ceulx
   qui les manyent; et m'a l'on asseuré que le dict duc a offert à
   ceste Royne de luy envoyer dix mil hommes de guerre, pour la
   servyr en ses affères, qu'elle pourroit avoir dans son royaulme,
   ou bien contre l'Escoce, si elle en a besoing: mais qu'elle n'a
   accepté ny l'ung ny l'aultré, ny ne demeure pour cella trop
   dellivrée du souspeçon qu'elle s'est conceue du dict duc.

   J'entendz que milord de Sethon, estant arrivé en Envers, a
   soubdain envoyé demander audience à icelluy duc jusques à
   Bergues, lequel s'est excusé de la luy pouvoir si tost bailler,
   pour estre fort empesché à l'embarquement de la Royne, sa
   Mestresse; dont le dict de Sethon, ne voulant prolonger les
   matières, luy a envoyé incontinent les lettres des seigneurs
   d'Escoce et une coppie de son instruction, mais le duc ne s'est
   hasté pour cella de luy rien respondre, ains l'a remiz à quant il
   seroit en Envers, que le conseil du pays y seroit assemblé; et
   cependant il l'a faict convyer à dyner par le marquis de Chetona,
   où le secrétaire Courteville s'est trouvé, avec lesquelz il a heu
   grand conférance; et despuys il a envoyé icy demander qu'est ce
   qu'il aura à respondre, si le dict duc requéroit d'avoir la Royne
   d'Escoce entre ses mains, ou qu'elle y veuille mettre le Prince
   d'Escoce son filz; s'il inciste qu'elle ne se marye sans le
   conseil du Roy Catholique, et qu'elle veuille entrer en ligue
   avecques luy, sans exception d'aulcune aultre ligue; s'il demande
   avoir quelques portz et places au pays, pour la retrette de ceux
   qu'il y envoyera; et finallement, s'il requiert que la réduction
   de la religion catholique soit faicte en tout le royaulme, et que
   l'aultre en soit chassée, et toutz ceulx qui en sont.

   En quoy semble que le dict de Courteville ayt desjà touché toutz
   ces poinctz au dict de Sethon, et, quoy que soit, on m'a bien
   baillé pour chose asseurée que maistre Jehan Amelthon, qui a
   résidé despuys quinze moys, ordinairement, près du dict duc
   d'Alve, a esté naguières envoyé par icelluy duc avec deux aultres
   gentishommes, ung italien et ung espaignol, jusques en Escoce,
   pour recognoistre quelque commode descente; et que le dict
   Amelthon leur a monstre les ports et villes de Montroz et
   Abredin.

   Quant, après plusieurs miennes instances et de Mr l'évesque de
   Roz, la Royne d'Angleterre eust, à la fin de septembre, commandé
   au secrétaire Cecille, et à maistre Mildmay, d'aller devers |a
   Royne d'Escoce, elle ne se peult tenir de jetter quelques motz de
   jalouzie des perfections de sa cousine, demandant au dict
   secrétaire, s'il se lairroit point gaigner à elle, comme les
   aultres, qui l'avoient veue; dont il tomba en ung merveilleux
   doubte que le voyage luy fût pernicieux, et escripvit dez lors à
   ung sien amy qu'il s'en excuseroit, s'il luy estoit possible, ce
   qui donna à penser, estant incontinent après devenu mallade,
   qu'il le contrafaisoit, mesmes qu'il ne se sentoit estre bien
   vollu de la dicte Royne d'Escoce, et n'estimoit pouvoir raporter
   honneur de ceste négociation; tant y a que, ne voulant qu'ung
   aultre l'eust, il dellibéra de veincre toutz ces doubtes et
   difficultez, mais, premier que de partir, affin d'oster toute
   souspeçon à sa Mestresse, il dressa les articles de son
   instruction, ainsy durs qu'ils sont contenuz en la lettre du Roy,
   et les communica à la dicte Dame, qui les aprouva, et puys au
   conseil, où quelques ungs luy remonstrèrent qu'il seroit bon de
   les modérer, affin qu'ilz ne malcontentassent par trop ceste
   princesse, et qu'ilz fussent aprouvez des aultres princes; mais
   il respondit qu'on luy layssât manyer cest affère, lequel il
   entendoit très bien, et le conduyroit à bonne fin, à l'honneur de
   sa Mestresse et de son royaulme; et qu'il feroit que la Royne
   d'Escoce et les princes, ses allyez, ne seroient que bien ayses
   d'en passer par là. Tant y a qu'estant sur le lieu, Mr de Roz m'a
   mandé qu'il monstre d'avoir une grande vollonté de conclurre le
   tretté, et qu'il espère que le retour du Sr de Valsingan, sur
   lequel l'on luy avoit faict une dépesche, seroit cause de luy
   fère modérer les dures condicions de sa première instruction.

   Et m'a le dict sieur évesque mandé davantaige que creinct que les
   seigneurs escossois, partisans de sa Mestresse, commençant de
   n'espérer guières nul secours de France, condescendront à telles
   condicions de tretté qu'on leur vouldra imposer; et que quelques
   ungs sont desjà après à s'acommoder à l'authorité du comte de
   Lenoz; ny l'arrivée du Sr de Vayrac ne les a peu tant confirmer
   qu'ilz veuillent demeurer davantaige en doubte, ny mettre plus en
   hazard leurs vies et leurs biens.

   Tant y a que le lair de Granges, cappitaine de Lislebourg, a
   mandé que, s'il playt au Roy fère descendre mille harquebuziers
   seulement ez quartiers, du Nord d'Escoce, qu'il rechassera le
   dict de Lenoz et les Anglois plus loing que Barvich, et réduyra
   la ville de Lislebourg à l'obéissance de la Royne sa Mestresse,
   et qu'il ne sera plus parlé que de l'alliance de France en tout
   le royaulme d'Escoce.



CXLe DÉPESCHE

--du XVIIe jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée exprès par ung des miens, jusques à Calais._)

  Communication officielle des articles proposés à Marie
    Stuart.--Nécessité de remontrer à la reine d'Angleterre qu'elle
    ne peut enlever à la France l'alliance de l'Écosse.


     AU ROY.

Sire, vous ayant escript, du jour de hier, assés amplement toutes
choses de deçà, ceste cy n'est que pour dire à Vostre Majesté comme,
ce matin, Mr l'évesque de Roz m'a envoyé, en grand dilligence, les
articles[15] que les depputez de la Royne d'Angleterre ont baillez à
la Royne d'Escoce, sa Mestresse, me priant de lui envoyer, tout
incontinent, le messagier avec ma responce et mon adviz là dessus; et
que je veuille considérer que le moindre dilay ou empeschement, qui
puysse intervenir en cest affère, est ung extrême détriment à sa dicte
Mestresse; mais qu'il mettra peyne d'entretenir la matière en suspens,
jusques à ce que ma response arrive, et qu'il est tout certain, si
l'on fault ceste foys de conclurre quelque chose, que la dicte Dame et
ses affères, et ceulx de son royaulme, demeurent déplorez et hors de
tout remède pour jamais. Sur quoy, Sire, j'ay esté en grand peyne, car
le faict me semble d'un costé si important, que je ne me doibz ingérer
de rien dellibérer ny respondre sur icelluy, sans exprès commandement
de Vostre Majesté, et, de l'autre, je voys ceste pouvre princesse en
si dangereux estast, que le moindre retardement peult admener une
extrême ruyne sur elle et sur son royaulme; dont, en telle extrémité,
j'ay prins expédiant de respondre premièrement au dict sieur évesque,
en la meilleur façon que j'ay peu, sellon le peu de loysir qu'il m'a
donné d'y penser, et d'envoyer tout aussitost à Vostre Majesté les
dicts articles et ma dicte responce, affin qu'il vous playse, en
mesmes dilligence, me remander vostre bon commandement; lequel je
mettray peyne, aultant qu'il me sera possible, d'exactement accomplyr;
et j'espère qu'on ne s'opiniastrera du tout à toutes les conditions
des dicts articles, ayant desjà faict office, là où j'ay cogneu en
estre besoing, pour les fère modérer; et je sçay que ce que Voz
Majestez en ont fermement et vertueusement mandé, par le Sr de
Valsingan, à ceste Royne, en fera bien rabattre quelque chose. Tant y
a que Vostre Majesté verra s'il seroit bon que, faisant appeller
l'ambassadeur d'Angleterre en sa présence, et luy monstrant d'estre
bien ayse de la continuation du tretté, vous lui faysiez tout
clairement entendre que vous ne pourriez tout ensemble meintenir
l'amytié avecques la Royne, sa Mestresse, et veoir qu'elle s'esforçât
de vous soubstraire l'alliance d'Escoce; et que, de tant que vous avez
entendu que ceulx, qui dressent le tretté, y aspirent, que vous l'avez
bien vollu exorter d'advertyr sa Mestresse qu'elle se veuille déporter
d'entreprendre une telle offance contre vous; laquelle vous ne
pourriez comporter, attandu mesmement que vous n'avez désiré ny
procuré que tout bon accord entre elle et la Royne d'Escoce, et bonne
paix entre leurs deux royaumes, pourvu que ce ne soit au préjudice de
vostre dicte alliance. Sur ce, etc.

     Ce XVIIe jour d'octobre 1570.

  [15] Ces articles, ainsi que les réponses de Marie Stuart, n'ont
  pas été transcrits sur les registres de l'ambassadeur; mais ils
  sont textuellement rapportés par les historiens, et notamment par
  Camden at Rapin Thoiras.



CXLIe DÉPESCHE

--du XXVe jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Audience.--Assurances réciproques d'amitié.--Consolidation de la
    paix en France.--Plainte du roi contre la dernière invasion du
    comte de Sussex en Écosse.--Vive insistance de l'ambassadeur
    pour qu'il soit procédé à la restitution de Marie Stuart, sous
    des conditions honorables pour la France.--Plaintes
    d'Élisabeth contre la reine d'Écosse.--Instance de
    l'ambassadeur afin qu'une résolution définitive soit prise sans
    retard.--Protestation d'Élisabeth qu'elle ne veut plus retenir
    Marie Stuart en Angleterre.


     AU ROY.

Sire, je n'ay receu jusques au XVIIIe du présent, la dépesche de
Vostre Majesté, du XXVIe du passé, car le Sr de Vassal, qui me
l'aportoit, oultre la première tourmente, que je vous ay mandé qu'il
avoit soufferte, il a, par trois fois, despuys, s'esforceant de passer
de deçà, toutjour esté rejetté en la coste de dellà, et a esté si
travaillé de la mer, que d'une fiebvre quarte, qu'il avoit auparavant,
il est tumbé en une continue, qui l'a contrainct de demeurer du tout à
Callais, d'où il m'a envoyé le pacquet; sur lequel, Sire, ayant veu,
le XXe de ce moys, la Royne d'Angleterre, j'ay estimé luy debvoir fère
entendre le retardement d'icelluy, et comme beaucoup plustost qu'à
ceste heure, vous m'avez commandé que je l'allasse trouver, affin de
luy randre, de vostre part, le plus exprès et le plus grand mercys,
qu'il me seroit possible, pour la tant prompte et ouverte
conjouyssance, qu'elle avoit usé vers vous sur la paix de vostre
royaulme; et qu'ayant prévenu en cella toutz les aultres princes,
voz alliez, vous demeuriez très fermement persuadé que, plus
que toutz eulx, elle vous avoit véritablement desiré ce bien, et
l'establissement de voz affères; dont la priez de regarder en quoy
elle se vouldroit meintennant prévaloir de vous et de vostre présente
paix; car vous métriez peyne de la luy randre aultant utille, comme
elle avoit monstré de l'avoir toutjour très agréable; et que me
commandiez, au reste, de n'obmettre rien qui peult servir à luy fère
bien cognoistre vostre bonne affection et celle de la Royne, vostre
mère, en cest endroict; mais que je n'entreprendrois de luy en dire
davantaige, parce que Voz Majestez s'estoient mieulx sceu explicquer,
par leur propre parolle, au Sr de Valsingan, que je ne le sçaurois
fère sur vostre lettre: et comme il avoit dignement représanté
l'intention d'elle à Voz Majestez par dellà, qu'ainsy espérois je que,
à son retour, il se seroit très bien acquité de luy fère bien entendre
les vostres, et toutz les bons propos que luy avez tenuz de la
parfaicte amytié, en laquelle dellibériez persévérer avec elle et son
royaume. Et suyviz, Sire, à luy toucher quelques motz du bon et
asseuré establissement, que prènent les choses de la paix en vostre
royaulme, affin qu'elle ne donnast foy à certaine lettre, que je
sçavois qu'on luy avoit monstrée de quelcun de vostre court, qui a
escript à ung seigneur de ce royaulme, en langaige françois et lettre
françoyse fort proprement, sans toutesfoys se soubsigner, sinon par
parrafe, qu'il voyoit que les troubles alloient recommancer plus fort
que devant, en vostre royaulme, à cause de plusieurs désordres et
viollances qu'on fesoit à ceulx de la religion; et que Messieurs les
Princes avoient envoyé fère des remonstrances là dessus à Vostre
Majesté, qui leur aviez rendu de fort bonnes responces; et aviez
soubdain dépesché lettres pour y pourvoir, mais l'on n'y avoit vollu
obéyr; dont ilz avoient renvoyé vous en fère nouvelle pleinte; et
vous aviez de rechef escript que justice en fût dilligemment faicte,
mais que l'on avoit contempné et mesprisé vos lettres, ce qui leur
faisoit penser qu'il y avoit quelque très dangereuse entreprinse
couverte contre ceulx de la dicte religion; dont les dicts Princes
s'estoient retirez mal contans à la Rochelle, non sans avoir desjà
adverty leurs amys en Allemaigne. De laquelle nouvelle l'on me vouloit
bien asseurer que la dicte Dame et ceulx de son conseil seroient pour
changer beaucoup de leurs premières dellibérations, mesmement en
l'endroict de la Royne d'Escoce, si je ne mettois peyne de luy
persuader le contraire.

Ce qui m'a faict estendre plus avant le propos, lequel seroit long à
mettre icy; mais elle a monstré de l'avoir bien fort agréable, et m'a
respondu que le dict sieur de Valsingan avoit trouvé les parolles,
dont Vostre Majesté et la Royne, vostre mère, luy avoient usé sur la
conjoyssance de la paix, si pleynes d'honneur et si dignes, qu'il
n'avoit osé entreprendre de plus particullièrement les luy exprimer
que de l'asseurer que de plus dignes n'en pouvoient estre proférées de
nulz princes de la terre; et que, sur ce que je luy en disoys
meintennant, elle remercyoit infinyement Voz Majestez d'avoir vollu
ainsy pénétrer en son cueur, pour y bien cognoistre l'affection,
qu'elle a, trop plus certaine et vraye, que nul de toutz vos allyez, à
la dicte paix de vostre royaulme; et que, tout ainsy qu'elle a cy
devant prié Dieu de la vous donner, que ainsy, à ceste heure, que vous
l'avez, elle le prie de la vous conserver si entière que nulz plus
obéyssantz ny plus fidelles subjectz à leur prince que les vostres, ny
nul meilleur prince que Vostre Majesté à eulx, se puyssent trouver en
tout le monde.

Et a poursuyvy aulcunes particullaritez qui sembloient bien extraictes
de la susdicte lettre; mais je y ay respondu en façon qu'elle m'a
semblé demeurer bien édiffiée des choses de vostre royaume; et puys
j'ay adjouxté que le Sr de Valsingan, à mon adviz, n'avoit failly de
luy dire ce que Vostre Majesté me commandoit de luy représanter
encores une foys, c'est que vous aviez esté bien fort escandalisé du
dernier exploict du comte de Sussex en Escoce, et que une seule chose
vous avoit contanté, que ses deux ambassadeurs, et moy pareillement
par mes lettres, vous avions asseuré que cella estoit advenu sans son
sceu et sans son commandement; en quoy vous la vouliez donc très
expressément prier de fère quelque réparation ou démonstration là
dessus, par où les Escouçoys peussent cognoistre que son intention,
aussi bien que la vostre, avoit esté d'abstenir de toute voye
d'hostillité, et de remettre toutz leurs différans à ung bon tretté
d'accord, ainsy que, sur la parolle d'elle, vous les en aviez
asseurez, et aviez différé de leur bailler vostre secours; et qu'au
reste vous aviez heu ung singulier playsir d'entendre qu'elle eust
envoyé ses depputez devers la Royne d'Escoce pour commancer de
procéder au tretté; et que Vous, Sire, et la Royne, chacun séparément,
en voz lettres, me commandiez de la prier et conjurer, au nom de
l'amytié, que luy portez, qu'elle vous fît meintennant cognoistre
combien elle vouloit satisfère aulx choses, qu'elle vous a faictes
espérer, et que assés souvant elle vous a promises, pour la liberté et
restitution de la Royne d'Escoce, et de tourner son cueur à ne vous
vouloir ny offancer ny mescontanter en cella, ains correspondre à ce
que, pour le seul respect de son amytié, et non d'aultre chose, vous
desiriez qu'on ne vînt aulx viollantz remèdes, dont l'on vous
recherchoit très instantment d'y user; et que plusieurs raysons,
lesquelles vous luy aviez desjà faictes entendre, pressoient vostre
honneur et vostre debvoir, et l'honneur de vostre couronne, de
n'abandonner, en façon du monde, ny la liberté, ny la restitution de
ceste pouvre princesse, vostre belle soeur, ny mesmes les affères de
ceulx qui soubstiennent son party en Escoce, quant bien elle n'y
seroit plus, et de n'y espargner nul moyen, ny pouvoir, que Dieu vous
ayt donné en ce monde; dont desiriez infinyement que le dict tretté
sortît à effect, et que, par icelluy, elle demeurast contante et bien
satisfaicte de tout ce qu'elle pouvoit honnestement et honnorablement
demander à la Royne d'Escoce, pourveu que ce ne fût contre sa
consience, ny contre sa dignité, ny contre son estat, ny au préjudice
des trettez, que vous avez avec l'Angleterre, ny derrogeant à vostre
alliance avec les Escouçoys; car, au reste, vous vouliez, de bon
cueur, estre garant de toutes les choses qui seroient promises et
accordées par le tretté.

Auquel propos, qui a esté avec attention, mais non sans passion, fort
dilligemment escouté de la dicte Dame, elle m'a respondu qu'elle
s'esbahyssoit grandement, comme Voz Majestez Très Chrestiennes avez
tant à cueur la Royne d'Escoce, que ne vollussiez avoir aulcune
considération aulx grandes offances, qu'elle luy a faictes:
premièrement, de luy inpugner sa condicion pour la fère déclairer
illégitime; puys de s'estre attribuée le titre de son royaulme; et
finallement, d'avoir esmeu ses propres subjectz contre elle; et que ce
eust bien esté assés à Voz Majestez de l'avoir faict admonester une
foys d'y procéder, sellon que l'honneur et debvoir l'y pouvoit
convyer, sans luy en fère si souvant répéter les instances, comme, à
toutes les audiences, je ne faillois de les luy renouveller; et que,
puysque j'en avois esmeu le propos, elle me vouloit bien dire que ung
pacquet d'une dame d'Escosse luy estoit, despuys deux jours, tumbé
entre mains, dedans lequel elle avoit trouvé une enseigne d'or, en
laquelle estoit engravé ung lyon avec les armes d'Escoce, soubstenuz
de deux cornes, et ung liépart avec les armes d'Angleterre, lequel le
lyon dessiroit, et ung mot en Anglois qui dict: _ainsy abattra le Lyon
Escouçoys le Liépart Anglois_; et puys une lettre d'une dame, qui se
soubsigne _Flemy_, laquelle mande à milord de Leviston, de présenter
la dicte enseigne à la Royne d'Escoce, sa bonne Mestresse, laquelle en
entendra bien la signiffication, qui est celle propre qu'elles ont
souvant devisée et desirée entre elles; et que cella, avec plusieurs
aultres occasions, la randoient de plus en plus offancée contre la
dicte Dame.

A quoy j'ay répliqué que, si elle considéroit en quelle bonne sorte et
modeste façon vous l'aviez toutjour faicte requérir sur les affaires
de la dicte Royne d'Escoce, elle se réputeroit vous en avoir de
l'obligation, et non qu'elle s'en tînt mal contante, comme j'espérois
que le temps le luy feroit quelquefoys cognoistre; et que, si elle y
eust vollu entendre la première foys, nous en fussions à ceste heure
aulx mercyemens, et non plus aulx tant répétées instances; et qu'au
reste je ne faysois doubte que plusieurs en Angleterre, et plusieurs
en Escoce, ne cerchassent, par le moyen d'elle, de ruyner la Royne
d'Escoce, et plusieurs aussi, par la Royne d'Escoce, de la ruyner à
elle, s'ilz pouvoient; mais qu'elles feroient bien de s'accorder
ensemble à la propre ruyne d'eulx, et à leur confusion; et que
c'estoit à elle de cercher meintennant ou sa vengeance, ou sa
seureté, en cest affère; et si c'estoit sa vengeance, qu'elle
considérât les dangereuses conséquences qui en pouvoient advenir, et
combien elle s'aquerroit par là l'indignation de toutz les aultres
princes, et la hayne généralle des habitans de ceste isle et de
presque toute la Chrestienté; si, sa seureté, que Vostre Majesté
concourroit à la luy fère trouver telle, comme elle la pourroit
désirer.

A quoy la dicte Dame, avec affection, m'a prié de vous escripre que,
pour l'honneur de Vostre Majesté, et non pour aultre respect du monde,
elle a commancé d'envoyer ses depputez, et de procéder, envers la
Royne d'Escoce, en une façon que nul aultre prince, ny princesse
offancée comme elle, ne l'eust jamais faict, et qu'elle se contraindra
à toutes les conditions, qu'il luy sera possible, pour remettre la
dicte Dame, par la voye du tretté, le plus honnorablement qu'elle
pourra, en son royaulme; et, quant elle ne le pourra en ceste façon,
qu'encor vous donne elle parolle de la renvoyer, commant que soit, à
ceulx qui tiennent son party en son pays, car ne la veult plus retenir
en son royaulme; et que, par ainsy, elle espère vous satisfère si bien
que vous n'aurez plus occasion de vous quereller de ce faict, ny de
luy en fère plus parler. Qui sont, Sire, les principaulx poinctz qui
ont esté desduictz en ceste audience. Sur ce, etc. Ce XXVe jour
d'octobre 1570.



CXLIIe DÉPESCHE

--du XXXe jour d'octobre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Estienne, le postillon._)

  Négociation concernant Marie Stuart.--Nouvelles d'Écosse.--Avis
    que le duc d'Albe demande à quitter le gouvernement des
    Pays-Bas.--Affaires d'Allemagne.--Ligue contre les Turcs.


     AU ROY.

Sire, le retour des depputez de la Royne d'Angleterre ne nous faict
que bien espérer du tretté, qu'ilz ont encommancé avec la Royne
d'Escoce, de laquelle, et des responces qu'elle leur a faictes, semble
qu'ilz ayent miz peyne d'en fère prendre beaucoup de contantement à
leur Mestresse, et qu'enfin le tretté se conclurra; lequel se fût
desjà advancé de dresser, avant la venue des depputez d'Escoce, si la
malladie de milord Quiper ne fût survenue, laquelle est cause qu'on
s'est résolu d'attandre qu'ilz soient arrivez; et que cependant
icelluy Quiper pourra estre guéry. Je mettray peyne, Sire, d'entendre
par Mr de Roz, aussitost qu'il sera de retour en ce lieu, les
susdictes responces de la Royne d'Escose, affin de les vous mander; et
vous manderay, par mesmes moyen, ce que j'auray aprins d'une dépesche,
qui vient d'arriver du comte de Lenoz, laquelle aulcuns présument
estre pour certaine surcéance d'armes, qui doibt estre accordée pour
deux mois en Escoce. Et j'entens que le gentilhomme, qui l'a apportée,
dict que le duc de Chastellerault, et ceulx du party de la Royne
d'Escoce, s'opiniastrent de vouloir tenir une assemblée, sur le faict
de l'estat du pays, nonobstant la dépesche de leurs depputez par
decà; et que le Sr de Flemy est sorty en armes de Dombertran pour se
saysir des lieux plus prochains de sa place, affin d'y dresser des
logis et estables, comme pour y recepvoir la gent et cavallerie qu'il
attand bientost de France; laquelle persuasion, avec le raport que le
cappitaine Comberon faict de la ferme affection, en quoy il a trouvé
Voz Majestez vers les choses d'Escoce, pourront aulcunement servyr à
l'advancement du dict tretté.

Et y eust pareillement servy assés le doubte, auquel la Royne
d'Angleterre demeuroit du retour de l'armée, qui est allé conduyre la
Royne d'Espaigne, si elle n'eust receu ung adviz, (qui est assés
semblable à ung aultre, que l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, en
a, bien qu'il dict ne le tenir du duc d'Alve), que la dicte armée est
réservée pour ramener en Flandres la princesse de Portugal, affin d'y
estre régente, et le duc de Medina Celi, qu'elle admeyne pour y estre
cappitaine général et superintendant des affères soubz elle; et
qu'avec la mesmes armée le dict duc s'en retournera, puis après, en
Espaigne, et que, despuys l'embarquement de sa Mestresse, icelluy duc
a encores dépesché ung des siens, en dilligence, devers le Roy son
Maistre, pour fère, en toutes sortes, résouldre son congé,[16]
remonstrant son eage et son indisposition; et qu'il a remiz le pays en
ung si bon et si paysible estat, et si hors de toute souspeçon de
guerre, qu'on ne doibt plus rien craindre de ce costé, ayant faict
exécuter les principaulx chefz de la cédition, et ruyné si bien toutz
les moyens et la réputation du prince d'Orange, qu'il n'ose plus
sortyr de Nausau; qu'il a miz ung si bon nombre des principaulx
princes d'Allemaigne en la pencion de son Maistre, que les aultres ne
luy pourront nuyre; qu'il a accreu ses revenuz de Flandres de douze
centz mil escuz par an; qu'il a aschevé la forteresse d'Envers;
ordonné celle de Vallenciennes; estably les évesques; confirmé la
noblesse; réduict les loix, coustumes et ordonnances; et si bien
pourveu à toutes choses au dict pays, qu'il ne reste qu'à y entretenir
le bon ordre qu'il y layssera; et que mesmes il a acheminé en si bonne
façon ce qu'il avoit à démesler avecques les Anglois, qu'on vit en une
doulce surcéance avec eulx, avec grande espérance d'un fort prochain
et entier accord. Lequel adviz semble que la dicte Dame tienne pour
assés véritable, et quoy que ce soit, elle a fait ramener en leur
arcenal accoustumé de Gelingan les dix navyres qu'elle avoit envoyez
convoyer la Royne d'Espaigne, et a faict licencier les gens et
mariniers qui estoient dessus, et faict cesser toutz ses aultres
aprestz et apareilz de mer.

  [16] Le duc d'Albe avait été investi du gouvernement des Pays-Bas
  en 1566. Le projet dont il est ici mention ne fut pas exécuté; il
  fut maintenu dans sa charge jusqu'à la fin de 1573, époque à
  laquelle il céda le gouvernement à don Louis de Requessens,
  commandeur de Castille, après avoir publié une amnistie générale,
  au mois de décembre de cette année.

Le sire Henry Coban escript d'Espire qu'il sera respondu sur les
choses qu'il a proposées à l'Empereur, incontinent après que les
nopces de la princesse Élizabeth seront faictes, et j'entans que, à la
vérité, il a renouvellé le propos du mariage de l'archiduc Charles,
mais l'on ne l'a suyvy ainsy chauldement qu'il espéroit. D'aultres
lettres sont venues d'Allemaigne, qui font mencion de certein
différant, qui cuyda arriver à Heldelberc, devant l'Empereur, entre
Jehan Georges Pallatin et Jehan Guilhaume de Saxe, sur leur
précédance, à qui seroit premier assiz au festin, de sorte qu'ilz
furent prestz de mettre la main aulx armes; mais l'Empereur assembla
soubdein les principaulx, qui estoient près de luy, et prononcea pour
le dict Georges, remonstrant si bien la rayson à l'aultre, que la
chose se passa gracieusement; et que le comte Pallatin avoit
instamment prié l'impératrix et la princesse sa fille, qu'elles
vollussent accompaigner l'Empereur en sa mayson de Heldelberc; mais la
dicte Dame s'en estoit excusée en une façon si résolue de n'y vouloir
aulcunement aller, que le dict Pallatin en estoit demeuré assés mal
contant; que l'Empereur avoit une grande affection d'entrer en la
ligue contre le Turc, et qu'il estoit après à persuader le Vayvaulde
de renoncer à l'alliance et à la souverayneté d'icelluy, et de luy
deffandre l'entrée de la Transilvanie, luy promettant, s'il perdoit,
pour ceste occasion, rien de son estat qu'il le récompenseroit en
Bohesme; et qu'on avoit opinion, s'il pouvoit conduyre le dict
Vayvaulde à cella, que les Estats de l'Empyre luy consentiroient
vollontiers d'entrer en la dicte ligue, et s'obligeraient à luy
bailler deniers et secours pour icelle, bien qu'on souspeçonnoit assés
que, n'ayantz les Vénitiens esté secouruz à propos de ceulx de la
susdicte ligue, ils cercheront d'accommoder leurs affères et de
procurer en toutes sortes par deniers, ou bien en accordant quelque
tribut sur Chipre, de fère paix avec le dict Turc; au moyen de quoy
ceste ligue demeureroit, puys après, assés froide, et bien fort
foible. Sur ce, etc. Ce XXXe jour d'octobre 1570.



CXLIIIe DÉPESCHE

--du IXe jour de novembre 1570.--

(_Envoyée à la court par Mr le secrétaire de L'Aubespine._)

  Audience.--Vives plaintes de la reine contre la réception faite
    par le roi à Mr de Norris, son ambassadeur, et contre la
    déclaration du roi en faveur de la reine d'Écosse.--Nécessité
    où se trouve le roi de réclamer la liberté de Marie
    Stuart.--Protestation qu'il ne veut pas rompre la
    paix.--Communication officielle du mariage du roi.--Compliment
    de la reine sur cette union.--_Lettre secrète à la reine-mère_
    sur la proposition du mariage de la reine d'Angleterre avec le
    duc d'Anjou.--_Mémoire._ Bruits répandus en Angleterre et en
    Allemagne que la pacification de France n'est point sérieuse,
    et qu'elle cache quelque secret dessein du roi.--Détails
    particuliers concernant la négociation avec la reine
    d'Écosse.--Rapprochement entre l'Angleterre et
    l'Espagne.--Plainte de Walsingham au sujet de l'accueil que lui
    a fait le roi dans son audience de congé.


     AU ROY.

Sire, estant, sabmedy dernier, avec la Royne d'Angleterre pour luy
fère part de la dépesche, que Mr de L'Aubespine m'a apportée, et des
aultres choses qu'il m'a sagement faictes entendre de l'intention de
Vostre Majesté, j'avois advisé de luy commancer quelque gracieulx
propos de vostre mariage, ainsy qu'on m'avoit adverty que je me
gardasse bien de luy user d'aulcune rigoureuse démonstration, si je ne
voulois donner aulx ennemys de la Royne d'Escoce l'entier gain de leur
cause, et advancer grandement les affères d'Espaigne, pour d'aultaut
deffavoriser toutz ceulx de France en son endroict; et que c'estoit à
l'occasion de certaine deffaveur, que son ambassadeur luy avoit mandé
qu'il avoit naguières receu de Vostre Majesté, meslée de quelque
menace contre elle mesmes, sur les affères de la Royne d'Escoce, de
quoy elle estoit fort offancée; et que noz ennemys s'esforceroient d'y
semer encores du verre, pour randre la playe incurable; par ainsy,
qu'il estoit besoing que je radoulcisse le faict.

Mais la dicte Dame me prévint, car aussitost que j'entray en sa
chambre privée, elle s'advança de me dire qu'elle me recepvoit mieulx
que son ambassadeur ne l'avoit esté en sa dernière audience en France,
me remonstrant la façon dont Vostre Majesté avoit parlé à luy; de
laquelle disoit estre de tant plus marrye que deux aultres
gentishommes anglois, qui n'avoient jamais plus veu vostre court, luy
avoient raporté, premier que son ambassadeur luy en eust rien escript,
qu'elle ny ses messagiers n'estoient guières prisez ny respectez en
France.

Sur quoy l'ayant escoutée paciemment, je luy respondiz que je n'avois
rien entendu de cest affère, et que je sçavois, et estois bon
tesmoing, que Vostre Majesté avoit toutjours bien receu, avecques
beaucoup d'honneur et faveur, ses ambassadeurs, et toutz les propos
qu'ilz vous avoient toutjours tenuz de sa part, aultant que de nul
aultre prince ny princesse de la terre; ce qui me faisoit croyre que
l'ocasion n'estoit meintennant procédée de Vostre Majesté; et j'en
comprenois quelque chose parce qu'elle-mesmes disoit que vous aviez la
botte, quant son ambassadeur arriva, et que vous luy aviez demandé
comme est ce qu'il venoit à telle heure; et qu'au reste, elle debvoit
interpréter à bien la franchise de vostre parler sur les affères de la
Royne d'Escoce; mesmes que s'estant la dicte négociation continuée
despuys par lettres, vous m'aviez envoyé la coppie de celle, que vous
aviez escripte à son ambassadeur; laquelle je trouvois fort
honnorable, et bien conforme à tout ce qui pouvoit convenir à
l'entretennement de vostre commune amytié.

Elle me répliqua qu'elle ne sçavoit que penser de la dicte réponse par
escript, et s'esbahyssoit assés comme Vostre Majesté y avoit vollu
adjouxter de sa main, me priant de la luy monstrer, si je l'avois
présente, affin que la débatissions ensemble, dont la luy ayant
monstrée, elle me dict, par deux foys, qu'elle n'estoit semblable à
celle qu'elle avoit desjà veue; et que néantmoins elle trouvoit en
ceste cy cella bien dur, que vous disiez vouloir secourir la Royne
d'Escoce en ceste sienne nécessité, et procurer sa liberté par toutz
les moyens que Dieu avoit miz en vostre puyssance; et qu'estant la
dicte Royne d'Escoce entre ses mains, vous infériez par là que si elle
ne la restituoit par le tretté, que vous luy dénonciez desjà la
guerre.

Sur quoy je luy desduysis les raysons, par lesquelles Vostre Majesté
ne pouvoit moins dire que cella, ny moins fère que ce que vous en
disiez; et quant elle vouldroit, d'un coeur non ulcéré, considérer
l'estat de cest affère, que non seulement elle ne se tiendroit pour
offancée, ains cognoistroit vous avoir beaucoup d'obligation de
l'honneste et modeste façon, dont vous y aviez procédé; et que,
nonobstant les lettres de son dict ambassadeur, suyvant les
honnorables propos et honnestes démonstrations de contantement, dont
elle vous avoit usé touchant vostre mariage, lorsque luy en aviez
premièrement escript l'accord, vous me commandiez de luy dire en quoy
en estoient meintennant les choses; qui espériez que son playsir
augmenteroit de sçavoir qu'elles fussent ainsy bien advancées qu'elles
estoient, et prestes de recepvoir ung bien prochain et bien heureulx
accomplissement; et luy particularisay le voyage de Mr le comte de
Retz à Espire, affin d'apporter les pouvoirs à l'archiduc Ferdinand,
pour espouser, au nom de Vostre Majesté, la princesse Élizabeth sa
niepce, et comme la cérémonye s'en debvoit célébrer, le XVe du passé,
par l'archevesque de Mayance, et puys s'acheminer la dicte Dame, le
XXIIIIe du dict moys, grandement accompaignée, en France; et que
Monseigneur, frère de Vostre Majesté, et Madame de Lorrayne, vostre
soeur, estoient desjà vers la frontière pour la recepvoir et pour la
mener fère sa première entrée à Mézières, où toute sa mayson luy
seroit présentée, et de là à Compiegne, auquel lieu Voz Majestez
préparoient desjà ce qui convenoit à un si solempnel et si royal
mariage, pour le XVe du présent; et puys l'on conduyroit la dicte Dame
à St Deniz pour la sacrer et couronner Royne de France; et se parloit
de l'entrée à Paris au premier jour de l'an, quant messieurs les
mareschaulx et aultres principaulx seigneurs, qu'aviez envoyez, pour
establir, sans dilay ny excuse, vostre éedict par toutes les provinces
de vostre royaume, pourroient estre de retour; et que, comme Vostre
Majesté et la dicte Royne d'Angleterre aviez accoustumé d'agréer,
l'ung à l'aultre, la communication de voz bonnes fortunes et
prospéritez, que vous luy aviez bien vollu fère part de ceste cy, pour
l'asseurer que ceste vostre nouvelle alliance n'estoit pour diminuer,
ains pour fortiffier et augmenter davantaige celle que vous avez, et
en laquelle vous voulez bien persévérer, avec elle; et que je croyois
que vous seriez bien ayse d'entendre qu'elle fust en ces mesmes
termes, où à présent vous trouviez, fort allègre et bien disposé,
affin que mutuellement vous vous peussiez conjoyr de son contantement,
comme vous vous asseuriez qu'elle se resjouyssoit bien fort du vostre.

La dicte Dame, avec abondance de playsir, me respondit que cest
agréable propos effaçoit beaucoup la dolleur qu'elle avoit pris de
l'aultre, et qu'elle vous randoit le plus exprès grand mercys qu'elle
pouvoit de la communication, qu'il vous playsoit luy fère, de chose si
privée, et apartenant de si près à vostre personne, comme est vostre
mariage; et qu'elle n'avoit pas pensé que les choses fussent si près
de leur accomplissement, car eust préparé d'y envoyer de ses
gentishommes pour y assister; et qu'il semble qu'encor que les
espousailles du Roy d'Espaigne ayent précédé, que néantmoins voz
nopces seront plustost consommées, et qu'elle vouldroit de bon cueur
pouvoir estre à la feste; car monstreroit à tout le monde qu'elle se
resjouyt plus véritablement de vostre prospérité et contantement,
qu'il ne luy est possible de l'exprimer par parolle; que, touchant le
premier propos concernant son ambassadeur, elle me prioit de vous en
mander le mal qu'elle en avoit sur le cueur, et qu'elle espéroit que
vous luy en donriez quelque satisfaction, qui la guériroyt, et luy
osteroit tout l'empeschement, qu'elle avoit, de ne se pouvoir tant
resjouyr de ce segond propos du mariage comme elle desireroit de le
fère; que, touchant le dict segond propos, elle vouloit prier Dieu de
bényre l'espoux, et l'espousée, et les nopces, avec toute la postérité
qui en viendroit, laquelle se pourroit dire estre de la plus royalle
et noble extraction de la terre; et que, touchant la Royne d'Escoce,
qu'elle avoit trouvé les responces, qu'elle avoit faictes à ses
depputez, fort honorables, dont n'estoient guières loing d'accord
entre elles; et que les depputez d'Escoce seroient bientost icy, pour
y procéder du premier jour, comme il luy tardoit, plus qu'à nul aultre
de ce monde, que cella prînt bientost une bonne fin; et, au regard de
ce que je luy avois touché de la pleincte de ceulx de Roan, qu'elle y
feroit dilligemment regarder par ceulx de son conseil, affin de vous
donner, en l'endroict de ceulx là, occasion de fère bien tretter toutz
ses subjectz en France, comme elle désire qu'ilz y continuent leur
traffic.

Et y a heu plusieurs aultres privez discours entre la dicte Dame et
moy; lesquelz je remetz, avec plusieurs aultres choses, à Mr de
L'Aubespine pour les vous fère entendre, de la mesmes suffizance,
qu'il m'a très dignement raporté celles que Vostre Majesté luy avoit
donné charge de me dire, et vous présentera les recommendations de la
Royne d'Angleterre, comme elle l'a enchargé de ce fère. Sur ce, etc.
Ce IXe jour de novembre 1570.


     A LA ROYNE.

Madame, il est venu fort à propos, par l'arrivée de Mr de L'Aubespine,
que j'aye heu à parler à la Royne d'Angleterre du contenu de la
dépesche, qu'il m'a apportée, de Voz Majestez, du XIXe du passé;
suyvant laquelle j'ay adoulcy, par les gracieulx propos du mariage du
Roy, le mieulx que j'ay peu, le courroux, que la dicte Dame avoit, du
malcontantement, que son ambassadeur, Mr Norrys, luy avoit mandé qu'on
luy avoit naguières donné en France, ainsy que, plus au long, je
l'escriptz en la lettre du Roy, vous supliant très humblement, Madame,
que, la première foys que Voz Majestez verront le dict ambassadeur,
elles luy veuillent dire quelque bonne parolle de faveur, et me
commander, par vos premières, d'en dire quelque aultre de satisfaction
icy à la dicte Dame; car, avec bien peu, j'espère que tout cella se
rabillera. Elle a suyvy avecques playsir et a faict longuement durer
le propos, que je luy ay commancé, du dict mariage du Roy, et est
venue à parler du sien: qu'elle n'avoit faict bien de ne se maryer
poinct, mais qu'elle estoit desjà si vieille que nul, de ceulx qui y
pourroient prétandre, n'en avoit plus de volonté, et qu'elle n'avoit
jamais pensé d'en espouser, qui ne fût de mayson royalle; que
l'Empereur avoit bien employé son voyage d'avoir logé ses deux filles
aulx deux plus grandz Roys; et qu'elle avoit esté bien ayse de pouvoir
honorer celle qui estoit allée en Hespaigne, pour l'amour du père, qui
la luy avoit recommandée, et l'avoit priée de favoriser et asseurer
son passaige; et que, ayant sceu comme elle estoit arrivée, à
saulvement, en Espaigne, elle avoit soubdain dépesché ung homme exprès
à Espire pour l'en advertyr; qu'elle s'asseuroit que, là où l'Empereur
establyroit son alliance, qu'il procureroit d'y confirmer aussi celle
d'Angleterre.

Ausquelles choses je luy ay respondu que Voz Majestez recepvroient
grand contantement des honnorables propos, qu'elle tenoit du mariage
du Roy, et loueroient fort sa prudente dellibération d'avoir réservé
franche sa vollonté pour se maryer, quant il luy plairoit, et que
mesmes ce soit avec un royal prince; que, à la vérité, elle avoit
favorisé et honnoré grandement le passaige de la Royne d'Espaigne, de
laquelle j'entendois qu'elle se contantoit bien fort, par les bonnes
parolles et honnestes lettres, que sire Charles Havart luy en avoit
raporté; et que j'espérois qu'elle recepvroit encore plus de
contantement de la Royne, sa soeur, et se termina pour lors le propos,
et toute l'audience, avec beaucoup de plésir et contantement de la
dicte Dame; laquelle, demeurant en quelque craincte de la déterminée
résolution en quoy elle voyt que Voz Majestez Très Chrestiennes, pour
leur honneur, persévèrent de vouloir secourir la Royne d'Escoce, et
néantmoins que vous avez désir de conserver son amytié, et ne
l'offancer, elle se monstre plus disposée de parachever le tretté;
lequel nous poursuyvrons, avec la plus continuelle instance, qu'il
nous sera possible, comme la Royne d'Escoce, de son costé, ne pert en
cella heure, ny moment. Sur ce, etc.

     Ce IXe jour de novembre 1570.


     A LA ROYNE.

     (_Aultre lettre à part._)

Madame, quant Vostre Majesté me dépescha, présent le Roy et
Monseigneur, voz enfans, pour venir en ceste charge, elle me
descouvrit ce mesmes désir, dont, à présent, il luy playt me fère
mencion par sa petite lettre du XXe du passé[17]; et je vous suplie
très humblement, Madame, de croyre que j'ay toutjour, despuys, fort
soigneusement regardé s'il y auroit nul moyen de l'effectuer, sans que
j'ay esté ny endormy, ny paresseux, de pénétrer, aultant qu'il m'a
esté possible, ez affères de deçà et en l'intention de ceux qui les
manyent, par des voyes toutesfoys bien esloignées du dict propos, pour
voir s'il y auroit rien qui s'y peult bien raporter et accomoder. En
quoy, si j'eusse trouvé quelque fondement, je n'eusse différé une
seule heure de le vous mander, ny en eusse perdu une aultre à le bien
et dilligemment poursuyvre. Mais, Madame, voycy en quoy, pour quel
regard que ce soit, en sont meintennant les choses: que la Royne
d'Angleterre, quoy qu'elle ayt donné charge au jeune Coban de
renouveller, par motz couverts et artificieulx, le propos du mariage
de l'archiduc; et que, assés souvant, elle et les siens en jettent
d'aultres, bien exprès, touchant Monseigneur vostre filz, ce n'est
toutesfoys, quant à l'archiduc, que pour monstrer de vouloir accepter
l'alliance de la maison, d'où les deux grandz Roys se sont
nouvellement allyez; et rabiller par ce moyen, si elle peult, ses
différans avec le Roy d'Espaigne, et fère prendre de là quelque
jalouzie à Voz Majestez Très Chrestiennes, comme aussi en fère prendre
encores une plus grande au Roy d'Espaigne du propos de Mon dict
Seigneur, vostre filz; et s'entretenir, par la réputation de ces deux
grandz partys, en plus grande estime envers les siens. Mais le
jugement d'ung chacun est conforme à celluy que faict Vostre Majesté,
qu'elle ne se soubsmettra jamais à nul mary, ainsy que, d'elle mesmes,
elle s'en monstre toutjour assés esloignée; et les siens l'en
détournent davantaige, affin de disposer toutjour, ainsy qu'ilz font,
d'elle et de son royaulme.

  [17] _Lettre, escrite de la main de la Roine mère, à Mr de La
  Mothe Fénélon, pour lui estre rendue en mains propres_, du 20
  octobre 1570:--«Monsieur de La Mothe Fénélon, monsieur le
  cardinal de Chastillon a faict tenir propos à mon fils, le duc
  d'Anjou, d'une ouverture de mariage de la royne d'Angleterre et
  de mon dict fils...» Voir le _Supplément à la Correspondance
  Diplomatique de La Mothe Fénélon_, contenant les lettres qui lui
  étaient écrites de la cour.

Et ung des principaulx, qui soit auprès d'elle, a naguières dict que,
despuys trois moys, le vydame de Chartres a mené une secrecte pratique
avec le secrétaire Cecille, pour le mariage de Mon dict Seigneur,
vostre filz, avec elle; et qu'il a offert de fère, par ce moyen,
advancer le tiltre de ceux de Herfort à ceste couronne, au cas que la
dicte Dame ne puysse avoir d'enfans; et que le propos n'a peu estre
que bien ouy, pour le regard de Mon dict Seigneur, de presque toute la
noblesse; mais que la pluspart d'icelle l'a mal receu et heu fort
odieux touchant ceux de Herfort; et qu'il jugeoit que le dict vydame
n'y avoit pas grand moyen, mais qu'il avoit advancé cella pour
complayre au dict Cecille, sachant l'extrême affection, qu'il a, à
ceulx de Herfort; lesquelz sont deux petitz masles, issuz de celle
madame Catherine[18], prochaine de ceste couronne, qui est morte dans
la Tour. Et n'y a poinct de fille en ce royaulme, petite ny grande,
qui prétande à la dicte succession, sinon une soeur de la dicte dame
Catherine, qui est bossue, et a espousé un huissier de la salle de
présence, ny la Royne d'Angleterre n'a la vollonté d'en adopter pas
une; et croy que, quant elle le vouldroit fère, au préjudice de ceulx
qui y prétandent droict, qu'elle ne le pourroit effectuer par le
parlement, ny mesmes en fère déclairer ung des prétandans, tant les
partz sont contraires, et les maysons principalles de ce royaulme
opposantes l'une à l'aultre sur ce poinct. De quoy j'estime que le
droict de la Royne d'Escoce ne s'en rendra que plus fort, bien qu'il
semble qu'un tel faict ne se démeslera, sans beaucoup de débat.

  [18] Catherine, soeur puînée de Jeanne Gray. Elle avait épousé le
  comte de Hereford, et deux enfans étaient issus de ce mariage,
  Henri et Édouard. Marie, dernière soeur de Jeanne Gray, avait été
  mariée à un simple gentilhomme nommé Keyt.

Quelcun m'a dict qu'on a vollu aussi proposer le mariage du Prince de
Navarre avec ceste Royne, le faisant le plus riche subject de
l'Europe, et allégant quelques droictz, qu'il a nouvellement gaignez,
en la chambre impérialle, contre le Roy d'Espaigne, qu'on dict valloir
plusieurs millions d'or, mais le propos n'a esté suyvy.

Or, Madame, je ne voys pas qu'il y ayt lieu de mettre, pour ceste
heure, rien en avant de nostre costé, et, par ainsy, je m'en tayray du
tout, ainsy qu'il vous playt me le commander, bien que je vous suplye
de ne laysser de suyvre et escouter bénignement ce qu'on vous en
pourra toucher, monstrant que les plus grandes difficultez vous
semblent estre du costé de la dicte Dame; sans toutesfoys advancer
parolle, de laquelle elle se puysse advantaiger. Et cependant je
veilleray, plus que jamais, sur ce qui se pourra descouvrir ou venir
en lumyère, propre à cest effect, vous voulant bien advertyr, au
reste, Madame, que de France, l'on a naguières escript à la Royne
d'Angleterre que Vostre Majesté ne desire aulcunement l'expédition des
affères de la Royne d'Escoce, ains que vous auriez playsir qu'elle ne
bougeât encores d'Angleterre; de quoy semble que l'évesque de Roz ayt
heu un semblable adviz de ceste court, mais je luy ay faict cognoistre
qu'il n'y a rien au monde plus faulx que cella. Sur ce, etc.

     Ce IXe jour de novembre 1570.

   POURRA LE DICT SIEUR DE L'AUBESPINE, oultre le contenu de la
   dépesche, dire à Leurs Majestez:

   Que quelques ungs du conseil d'Angleterre incistent fermement à
   la Royne, leur Mestresse, de ne debvoir, en façon du monde,
   tretter avec la Royne d'Escoce; et que, pour nulles menaces, ny
   effortz, qu'elle ayt à craindre du costé du Roy, elle né se doibt
   haster de la délivrer, car jugent que la paix ne sera de durée en
   France; et que, par aulcunes lettres et adviz, qu'ilz ont de
   dellà la mer, ilz ont descouvert que le Pape, le Roy d'Espaigne,
   et les Véniciens sont proprement ceulx qui ont conseillé de la
   fère ainsy qu'elle est, pour peur, qu'ilz avoient, que ceux de la
   nouvelle religion ne gaignassent tant d'advantaige, pendant que
   eulx seroient occupez en la guerre du Turc et en celle des Mores,
   qu'il ne fût, puys après, plus temps d'y remédier; et que
   néantmoins, ilz ont promiz au Roy, qu'aussitost qu'ils se
   verroient démeslez de ces deux guerres, qu'ilz luy fornyroient
   ung si notable secours qu'il pourroit fort ayséement purger son
   royaulme de toute ceste secte de Huguenotz;

   Que cella se trouvoit ainsy confirmé par une dépesche de Mr le
   Nonce à l'aultre Nonce, qui est en Espaigne, laquelle avoit esté
   interceptée, et qu'on avoit trouvé dedans la coppie d'une lettre
   du Pape à Mr le cardinal de Lorrayne, qui en faisoit assés
   expresse mencion;

   Que, nonobstant les bonnes démonstrations du Roy sur l'observance
   de la paix, que les aultres Princes et les principaulx de la
   court ozoient assés ouvertement déclairer qu'ilz l'avoient à
   contre cueur; et que, à Thoulouse et à Lyon, ne la vouloient
   encores bien recepvoir, ce qui estoit signe qu'elle s'en iroit
   plustost rompue que establye;

   Et qu'ilz sçavoient que le Roy mesmes, accompaigné de Mrs les
   cardinaulx, et d'aulcuns princes, et aultres plus privez de son
   conseil, avoit, par acte fort secrect, dict et déclairé, en sa
   court de parlement de Paris, que son intention n'estoit
   d'entretenir aulcunement deux religions en son royaulme; et que
   ce, qu'il avoit instantment pourchassé la paix, avoit esté pour
   séparer l'armée des Huguenotz, et renvoyer les estrangiers; mais
   qu'après cella il mettroit aultre ordre et une meilleure forme
   aulx affères de la dicte religion; et que aulcuns des assistans
   avoient fort loué et magniffié son opinion, et avoient tout hault
   randu grâces à Dieu qu'il eust miz un si catholique desir dans le
   cueur de nostre Roy;

   Que Messieurs les Princes et Admyral, estantz assez informez de
   cecy, se tenoient sur leurs gardes, et avoient desjà envoyé
   notiffier toutes ces particullaritez à leurs amys en Allemaigne;
   et que mesmes les cappitaines et colonnelz, qui estoient venuz
   vers Hembourg, pour s'asseurer de certaines levées de gens de
   guerre pour les princes protestans, en avoient parlé assés clair;
   par lesquelles remonstrances l'on a fort essayé de persuader la
   dicte Dame qu'elle devoit attandre l'événement de ces choses de
   France, premier que de rien remuer en celles d'Escoce.

   Mais j'ay, à ceste heure, tout à propos, par la venue du dict Sr
   de L'Aubespine, notiffié à la dicte Dame, et assés publié en sa
   court, le bon ordre, que le Roy a prins, d'envoyer messieurs les
   mareschaulx et aultres seigneurs et cappitaines, avec des
   maistres de requestes et des commissaires, par toutz les lieux et
   provinces de son royaulme, pour y exécuter son éedict sans dilay,
   ni excuse; ce qui faict prendre à la dicte Dame et aulx siens
   meilleure opinion de nostre paix, et semble qu'elle se résould de
   passer oultre au tretté de la Royne d'Escoce.

   Car voycy en quoy en sont meintennant les choses, que le
   secrétaire Cecille et maistre Mildmay, estans de retour vers
   elle, luy ont, d'entrée, protesté qu'encor qu'ilz eussent
   l'honneur d'estre toutz entièrement siens, ses conseillers et
   subjectz, qu'ilz avoient néantmoins juré à la Royne d'Escoce de
   luy rapporter aultant fidellement et à la vérité tout ce qu'ilz
   avoient veu, cogneu et ouy d'elle, comme s'ilz fussent ses
   propres messagiers; et ainsy ont faict leur raport si bon que la
   dicte Dame est demeurée fort satisfaicte de la dicte Royne, sa
   cousine, et en grande vollonté de conclurre ung bon tretté avec
   elle.

   Sur quoy, icelluy Cecille luy a demandé d'où estoit doncques
   advenu que, pendant qu'ilz estoient sur le lieu, elle leur eust
   mandé d'agraver les condicions à la dicte Royne d'Escoce, et les
   luy proposer plus dures, qu'elle ne leur avoit commandé de le
   fère, quant ilz partirent:--«Prenez vous en, respondit elle, à
   millord Quiper, vostre beau frère; car c'est luy qui m'y a
   contraincte.»

   Et j'ay sceu, à la vérité, que, quant le Sr de Valsingan revint
   de France, la dicte Dame assembla ceulx de son conseil pour
   déterminer des affères de la dicte Royne d'Escoce, suyvant ce que
   le Roy luy en mandoit, et leur ayant elle mesmes proposé les
   choses en une façon, qui la monstroient incliner bien fort à la
   restitution de la dicte Dame, le dict Quiper luy respondit
   seulement:--«Qu'il la voyoit si disposée en cest affère, qu'il ne
   failloit que l'exécuter, sans plus le mettre en
   dellibération.»--«Ouy, dict elle, beaucoup d'ocasions, à la
   vérité, me meuvent de le desirer ainsy: mais je veux modérer mon
   desir par vostre adviz.» Il répliqua soubdain:--«Qu'il estoit là
   pour la conseiller et non pour la contredire, et que, voyant son
   conseil ne pouvoir avoir lieu, qu'il se déportoit de le bailler.»
   Sur quoy la dicte Dame, assés en collère, luy adressa ces
   parolles:--«Je vous ay creu, ces deux ans passez, de toutes
   choses, en mon royaulme, et je n'y ay veu que troubles, despenses
   et dangiers. Je veux, à ceste heure, user, aultant de temps, de
   mon propre conseil, pour voir si je m'en trouveray mieux.» Et,
   sur ce poinct, elle se retira dans son cabinet; mais le dict
   Quiper et ceulx du conseil ne layssèrent pour cella, d'altérer
   assez la besoigne, et s'esforcèrent, par plusieurs moyens, de
   randre, touchant ceste négociation, bien fort suspect Cecille à
   la dicte Dame.

   Néantmoins, despuys le retour du dict Cecille, ayant de rechef
   esté le conseil rassemblé pour ouyr son raport et les responces
   de la dicte Royne d'Escoce, encor que le dict Quiper se soit
   opiniastré contre la restitution d'elle, et soubstenu qu'on
   debvoit délaysser ce tretté, il semble qu'il n'ayt peu rien
   gaigner; et qu'à ceste occasion, il soit party de court mal
   contant; et que la dicte Royne d'Angleterre se soit confirmée, de
   plus en plus, de vouloir tretter.

   Dont despuys, ayant Mr l'évesque de Roz esté devers elle, elle
   luy a dict:--«Que ses deux depputez luy avoient raporté beaucoup
   de satisfaction de la dicte Royne d'Escoce, et qu'elle trouvoit
   ses responces fort honnorables; dont elles deux s'acorderoient
   fort ayséement des aultres choses, qui sembloient demeurer
   encores en différant; et qu'il ne restoit plus que l'arrivée des
   depputez d'Escoce, lesquelz elle vouloit attandre, premier que de
   passer plus oultre.» Et, comme le dict sieur évesque luy toucha
   ung mot de la difficulté, qu'il y avoit, de conclurre la ligue,
   de peur de préjudicier à celle de France, et qu'il la pryoit
   qu'il en peult communiquer avecques moi:--«Je veulx bien, dict
   elle, que vous en communiquiez à l'ambassadeur du Roy, mais il ne
   fault que luy, ny aultre, m'estiment si sotte, puysque la Royne
   d'Escoce est entre mes mains, que je ne veuille bien pourvoir,
   premier qu'elle en sorte, qu'elle n'aille estre ung instrument à
   ung aultre prince de me fère la guerre.»

   Et ainsy le dict sieur évesque de Roz, et moy, sommes après à
   conférer ensemble les articles et condicions, qu'on propose à la
   dicte Royne d'Escosse; en quoy je incisteray fermement que
   l'intention du Roy soit suyvye, ou, au moins, qu'il ne soit faict
   préjudice à rien, qui touche son service; et semble qu'il est
   expédiant d'accommoder ces affères par le présent tretté, sans
   les remettre à une aultre fois, car aultrement la dicte Dame et
   son estat restent en ung très grand dangier; et de tant que les
   dicts depputez d'Escosse sont desjà acheminez, sçavoir: du party
   de la Royne, milord Herys, milord Bonet et le dict sieur évesque,
   qui est desjà icy; et, de la part du régent, le comte de Morthon,
   milord Clames et l'abbé de Domfermelin; et qu'on les attand toutz
   dans six ou sept jours, et que desjà il se parle de l'entrevue
   des deux Roynes, ung chacun espère que l'accord réuscyra.

   Pendant que les dicts depputez estoient avec la Royne d'Escosse,
   elle a dépesché ung sien tapissier, nommé Serve, en Flandres,
   devers milord de Sethon, luy apporter ung pouvoir et procuration
   d'elle, en forme, pour tretter avec le duc d'Alve; et luy
   communiquer les articles, que les dicts depputez luy ont
   proposez; et l'asseurer, qu'encor qu'elle soit en beaucoup de
   nécessitez, qu'elle toutesfoys ne conclurra rien sans l'adviz de
   ses amys. Néantmoins, elle a, d'elle mesmes, accordé, par une
   lettre de sa main, de bailler le Prince, son filz, à la Royne
   d'Angleterre; et l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy,
   conseilloit néantmoins qu'elle luy accordât plustost les places
   de Dombertran, Lislebourg, et d'Esterlin, et force ostaiges, que
   non le dict Prince.

   Les gracieulx propos et honnestes lettres, que la Royne
   d'Espaigne a mandez à la Royne d'Angleterre, sont cause que le
   dict sieur ambassadeur commance d'estre plus respecté et favorisé
   des Anglois qu'il ne souloit, et qu'il est recherché, soubz main,
   de vouloir demander audience de la dicte Dame, à laquelle il n'a
   parlé, XXII moys a, et qu'elle la luy ottroyera fort vollontiers.
   Sur quoy il a respondu qu'en ayant esté plusieurs foys reffuzé,
   il importe beaucoup à l'honneur de son Maistre que la dicte Dame
   la luy veuille ottroyer d'elle mesmes; et, par ainsy, qu'il est
   dellibéré d'attandre qu'elle le luy mande, ou le luy face dire
   par quelcun des siens.

   Et cependant, l'on a pareillement recerché le Sr Ridolfy de
   reprendre le propos de l'accord des différans des prinses, sellon
   ce qu'il en avoit quelquefoys miz en avant, dont desjà il en a
   escript une lettre à Mr le comte de Lestre, qui monstre d'y avoir
   quelque affection, et il a esté assés bien respondu. Je croy que
   cest affère se rendra de tant plus facille, que les Anglois
   trouveront de difficultez en nous; et semble que Mr Norrys se
   soit, puys peu de jours, pleinct de quelque deffaveur, qu'on luy
   a faicte en France, et que sa Mestresse en soit bien mal
   contante:

   Comme aussi le Sr de Valsingan, parmy les propos, qu'il m'a
   tenuz, des honnestes faveurs, qu'il avoit receues de Leurs
   Majestez Très Chrestiennes, il y a meslé je ne sçay quoy de
   deffaveur, qu'il luy sembloit que le Roy luy ayt faict, en la
   seconde audience, de ne luy avoir monstré si bon visage, ny usé
   de si gracieuses parolles, que en la première; et d'avoir, luy
   présent, dict à Mr Norrys qu'il estoit marry qu'il s'en volust
   sitost retourner, l'ayant trouvé homme de bien en sa charge; et
   qu'il vouloit prier la Royne d'Angleterre, sa bonne soeur, de ne
   luy bailler poinct de successeur, qui fût turbulant, ny homme qui
   n'aymât la paix et le repos; comme si Sa Majesté entendoit de
   dresser ce propos à luy, car il estoit en termes de luy succéder;
   et qu'il croyoit que Mr de Glasco luy eust faict donner ceste
   attache, bien qu'il ne se soit, à ce qu'il dict, jamais ingéré ez
   affères de la Royne d'Escosse, sinon quant la Royne, sa
   Mestresse, le luy a commandé; et que je sçay bien qu'il fault
   obéyr à son naturel prince, quant il commande quelque chose.

   Ce qui l'avoit fort descouragé d'accepter la légation en France,
   craignant de n'estre agréable à Sa Majesté; toutesfoys que la
   Royne, sa Mestresse, luy avoit commandé de s'aprester, me priant
   d'asseurer Leurs dictes Majestez Très Chrestiennes que nul jamais
   ne tiendra ce lieu, qui ayt plus droicte intention à meintenir la
   paix et la bonne amytié entre nos deux Maistres et leurs deux
   royaumes que luy; et que, s'en allant l'affère de la Royne
   d'Escoce composé, il luy sembloit qu'il ne restoit plus aulcune
   occasion de différant entre la France et l'Angleterre. A toutes
   lesquelles choses je luy ay respondu, sellon l'honneur et
   grandeur du Roy, et comme il debvoit prendre la franchise du
   parler de Sa Majesté en bonne part; et luy ay donné, au reste,
   toute bonne espérance de sa légation, voyant qu'aussi bien elle
   luy estoit desjà commise; et estime l'on qu'encor qu'il soit tenu
   pour homme fort affectionné à la religion nouvelle, et assés
   contraire de la Royne d'Escoce, que néantmoins il se rendra
   modéré.



CXLIVe DÉPESCHE

--du XIIIIe jour de novembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par le corier de Flandres._)

  Discussion des articles du traité proposé concernant la reine
    d'Écosse.--Efforts de l'ambassadeur afin de faire accepter les
    conditions envoyées par le roi.--Consentement de Marie Stuart à
    ce que son fils soit donné en ôtage à la reine
    d'Angleterre.--Motifs de cette détermination, qui est contraire
    aux instructions reçues de France.--État de la négociation avec
    les Pays-Bas; nouvelles de Flandre.


     AU ROY.

Sire, après le partement du Sr de L'Aubespine, j'ay communiqué le
contenu des lettres de Vostre Majesté, du XXVIIIe du passé, qui me
sont arrivées, ainsy qu'il partoit, à Mr l'évesque de Roz; et, suyvant
icelles, je l'ay pressé d'incister vifvement à la Royne d'Angleterre
de passer oultre au tretté encommancé, et que, de sa part, il la
veuille dorsenavant poursuyvre par la forme, et non aultrement, qu'il
a pleu à Vostre Majesté me le prescripre, luy desduysant les raysons,
pourquoy la Royne, sa Mestresse, ny luy, ne la doibvent excéder;
lesquelles raysons j'ay aussi mandées à la dicte Royne, sa Mestresse,
avec ung extraict de ce qui en est porté par vos dictes dernières.

Sur quoy le dict sieur évesque m'a asseuré de la parfaicte
correspondance de sa dicte Mestresse, et de luy, à vouloir, en tout et
partout, suyvre l'intention et les conseils de Vostre Majesté; et que,
ayant despuys trois jours esté devers la Royne d'Angleterre, pour luy
présenter ung pourtraict, que la dicte Royne d'Escoce luy envoyoit, du
Prince son filz, il l'avoit instantment sollicitée de passer oultre à
parfère le dict tretté, et de luy déclairer si les responces, que sa
dicte Mestresse avoit faictes à ses depputez, luy sembloient
raysonnables, affin qu'il la peult advertyr de ce qu'elle en debvoit
espérer; et que la dicte Dame luy avoit respondu que les depputez,
qu'elle attandoit d'Escoce, d'ung chacun des costez, debvoient arriver
dans quatre ou cinq jours, avec le comte de Sussex et maistre Randolf,
qui venoient toutz de compaignye, et qu'estantz icy, elle feroit
incontinent procéder au dict tretté; que, quant aulx responces de sa
dicte Mestresse, elle les avoit prinses de fort bonne part, et
n'estoient trop esloignées de ce qui convenoit à fère ung bon accord;
qu'encor que la dicte Royne d'Escoce fit grande difficulté sur
l'article de la ligue, à cause de celle de France, qu'il ne falloit
qu'elle s'y arrestât; adjouxtant, avec ung soubzrire, que, puysque
Vous, Sire, vous estes meslé avec la mayson d'Autriche, qui est de sa
ligue, que vous ne debviez trouver mauvais qu'elle se meslât avec
celle d'Escoce, qui est de la vostre. A quoy luy, de Roz, luy avoit
soubdain respondu qu'il fauldroit donc qu'elle constituast ung
semblable douaire à sa Mestresse, et donnast ung semblable
entretennement des gardes, des gendarmes, des bénéfices, plusieurs
privilèges, et aultres grandz advantaiges aulx Escouçoys en
Angleterre, que Vostre Majesté leur faisoit jouyr en France; et que,
sellon son adviz, il n'aparoissoit aulcun honneste moyen de fère ligue
entre elles deux, sinon en y comprenant Vostre Majesté; et que la
dicte Dame luy avoit répliqué, là dessus, que les dicts entretennemens
estoient trop grandz pour en vouloir charger son estat, mais que,
touchant la ligue, elle m'en parleroit, et en feroit parler par son
ambassadeur à Vostre Majesté.

Or, Sire, ce poinct de la dicte ligue, plus que nul de ceulx, qui sont
contenuz ès dicts articles, me semble importer grandement à l'honneur
et réputation de vostre couronne, et, à ceste cause, j'ay desjà dict
tout hault que j'interrompray en vostre nom l'accord, et protesteray
de l'infraction des précédans trettez, plustost que d'en laysser rien
passer. Au regard de l'aultre article, auquel Vostre Majesté estime
que je n'ay assés expressément respondu à l'évesque de Roz, touchant
ne bailler le Prince d'Escoce aulx Anglois: je vous supplie très
humblement, Sire, de croyre que je luy ay, par ung adviz escript de ma
main, premier qu'il soit allé vers sa Mestresse avec les depputez,
ainsi que je l'ay communiqué au Sr de L'Aubespine, expressément
conseillé de ne l'accorder en façon du monde; mais la dicte Dame,
suyvant d'aultres adviz, que le dict évesque mesmes luy a pareillement
apportez par escript, de plusieurs ses affectionnez et meilleurs amys
et serviteurs de ce royaulme, et aussi par l'adviz des seigneurs, qui
tiennent son party en Escoce, l'a offert à la Royne d'Angleterre par
sa lettre du séziesme du passé, comme chose, sans laquelle le dict
évesque de Roz dict que la dicte Royne d'Angleterre ne fût jamais
entrée en tretté, et sa Mestresse fût demeurée au plus dangereux estat
de sa personne et de toutz ses affères, qu'elle ayt encores esté, pour
l'ocasion de ceulx qui avoient monstré se rébeller au pays de
Lenclastre; avec ce, Sire, que ceulx de ce conseil ont toutjours
estimé qu'il ne se pourroit prendre aulcune aultre assez bonne seureté
de la dicte Royne d'Escoce, que d'avoir son filz par deçà, affin qu'il
leur fût ung instrument tout accommodé pour contenir sa mère ou pour
la déchasser; aussi qu'il semble bien que les Escouçoys, qui procurent
la restitution d'elle, ne sont que bien ayses que le Prince s'en
aille, affin que ceulx du contraire party ne puyssent plus redresser
aulcune compétance dans le pays; et encores y a il plusieurs
principaulx personnaiges en ceste court, qui incistent assés que le
dict Prince ne viegne en façon du monde en Angleterre, de peur qu'il
n'y advance et establisse par trop le droict, que sa mère a à la
succession de la couronne, au préjudice des aultres prétendans. Ce qui
faict que plus vollontiers, la dicte Royne, sa mère, consent qu'il y
soit mené, et mesmes qu'elle voyt bien que le contredire ne luy
serviroit de rien, tant la chose est hors de sa puyssance; mais l'on
n'a layssé pourtant d'envoyer solliciter les deux partys, en Escoce,
de s'y opposer; et aussi le grand père, et l'ayeulle, et plusieurs
aultres, en ce mesmes royaulme, de ne le trouver bon, et de le debvoir
empescher; pareillement à la mesme Royne d'Angleterre de luy jecter
ung escrupulle dans le cueur, touchant ce petit Prince, disant que, à
son advènement au monde, il à déchassé sa mère hors de son estat, et
qu'il pourroit bien, en venant en Angleterre, chasser sa tante hors du
sien. Tant y a, Sire, que ce poinct est desjà tenu comme pour accordé
entre elles deux; et sur cella se faict le fondement de tout le reste;
et estime l'on, Sire, pourveu que vous obteniez la restitution de la
dicte Dame et la réunyon des Escouçoys, et que l'authorité des Anglois
et leurs forces soyent mises hors du pays, que Vostre Majesté, quant
au reste, ne doibt empescher qu'elle ne se puysse prévaloir de son
filz à le bailler ostage quelque temps, pour recouvrer sa liberté, et
retirer sa personne, et son estat, horz du grand dangier où ilz sont.

Néantmoins, Sire, en cella, et en toutz les aultres chapitres du
traicté, j'incisteray toutjour, le plus fermement qu'il me sera
possible, que l'intention de Vostre Majesté soit entièrement suyvye;
et, de tant que la Royne d'Angleterre s'est plaincte à moy des
dommageables condicions, qu'elle dict estre apposées contre
l'Angleterre, dans le dernier tretté d'entre le feu Roy, Françoys le
Grand, vostre ayeul, et Jaques quatriesme, Roy d'Escoce, lequel je
croy estre de l'an 1535[19], je supplie très humblement Vostre Majesté
de m'en fère envoyer une coppie affin d'y respondre; et me commander
au reste, Sire, touchant ce dessus, si je doibz incister tout oultre,
que la Royne d'Escoce se retire de la promesse, qu'elle a faicte, de
bailler son filz, et qu'il vous playse d'en déclairer franchement
vostre vollonté à Mr de Glasco, son ambassadeur.

  [19] Jacques IV était mort en 1513; deux ans avant l'avènement de
  François Ier. L'ambassadeur veut sans doute parler du traité de
  Rouen, conclu le 26 août 1517, entre Jacques V et François Ier,
  et renouvelé en 1535, lorsque Jacques V épousa Madelaine de
  France.

Au surplus, Sire, les différans des Pays Bas demeuroient acrochez en
ce que, sur la diminution que le duc d'Alve a trouvé estre ez
merchandises des subjectz du Roy d'Espaigne, pour en avoir une partie
esté gastée et les aultres mal vendues par deçà, il vouloit que celles
des Anglois fussent prinses en récompence, sellon qu'elles valloient
en Angleterre, et non sellon qu'elles ont esté vendues en Flandres; en
quoy il faisoit proffict d'envyron cent mil escuz; mais ceulx cy,
ayant, à ce qu'ilz disent, plus d'esgard au déshonneur que à la perte,
qui leur viendroit en cella, n'ont vollu passer ce poinct, ni accorder
aulcune inégalle et plus advantaigeuse condicion aux Espaignolz et
Flamans que à eulx; dont les lettres estoient desjà signées de ceste
Royne pour mander à maistre Figuillem, son agent à présent en
Flandres, qu'il s'en retournast tout incontinent, si le dict duc ne
vouloit tenir compte du prix, à quoy les merchandises d'Angleterre ont
esté vandues, ainsy quelle offroit de fère le semblable par deçà, de
celles d'Espaigne, et d'estre preste d'administrer justice pour
celles, qui ne se trouveraient en estre, contre ceulx qui en seroient
coulpables, ce qui alloit fère une grande interruption en tout
l'affère; mais, voulant le duc en toutes choses l'accommoder, il l'a
si bien faict négocier icy, soubz main, par l'ambassadeur d'Espaigne,
et par aultres personnes interposées, qu'il n'y a rien, à ceste heure,
plus eschauffé entre ceulx de ce conseil que d'en vouloir bientost
sortyr. Et, à cest effect, le Sr Ridolfy, qui s'en estoit auparavant
meslé, est appellé en court, et pareillement Cavalcanty et Espinola;
et s'entend que le Sr Thomas Fiesque arrivera demain, ou après demain,
de Flandres, qui aporte la résolue intention du dict duc; et est l'on
après à trouver moyen que le dict ambassadeur d'Espaigne escripve, sur
l'ocasion du passaige de la Royne d'Espaigne, et sur l'honneur et
convoy que luy ont faict les navyres d'Angleterre, et sur son arrivée
à saulvement par dellà, une bien honneste lettre à la Royne
d'Angleterre, affin qu'elle envoye aulcuns de son conseil pour en
conférer davantaige avec luy; lesquelz auront charge de lui octroyer
audience de la dicte Dame pour le jour, qu'il vouldra l'aller trouver.
Et de tant, que le Roy d'Espaigne a mandé au dict duc de regaigner,
par toutz les moyens qu'il pourra, l'amytié des Anglois; et qu'il ne
veult, sur son partement, laysser ceste besoigne en détail, il la
presse bien fort, estans venues nouvelles que le duc de Medina Celi
est prest de s'embarquer à Laredo pour passer en Flandres, où il
pourra arriver à la fin de ce moys, sur la mesmes armée qui a conduict
par dellà la Royne d'Espaigne, et que la princesse de Portugal n'y
vient poinct pour encores, mais ce sera le cardinal de Grandvelle, qui
viendra assister au dict duc de Medina Celi. Sur ce, etc.

     Ce XIVe jour de novembre 1570.



CXLVe DÉPESCHE

--du XIXe jour de novembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Olivier._)

  Retard apporté à la négociation du traité concernant la reine
    d'Écosse.--Mission de lord Seyton, dans les Pays-Bas, auprès du
    duc d'Albe.--Demandes faites au duc de la part de Marie
    Stuart.--Nouvelles des Pays-Bas et de la Moscovie.


     AU ROY.

Sire, j'ay de nouveau faict entendre à la Royne d'Angleterre que les
longueurs, qu'elle avoit uzé, et qu'elle continuoit d'user, ez affères
de la Royne d'Escoce, vous avoient donné grande ocasion de parler
ainsy ferme, comme vous aviez faict, à son ambassadeur, et d'essayer,
à la fin, si pourrez accomplyr ce que franchement vous luy en avez
dict; laquelle s'est excusée que le retardement n'est cy devant
provenu, ny encores ne provient, de son costé, ains de celluy de la
Royne d'Escoce et de ses depputez, qui ne sont encores arrivez, et
qu'elle ne voyt pas comme l'on puysse bonnement procéder à fère le
tretté sans eulx, et sans ceulx du contraire party; et n'y a heu nulle
rayson, ny offre, qui l'ayt peu mouvoir de ceste opinion parce, à mon
adviz, qu'elle a promiz à ceulx du dict contraire party de ne fère
rien, qu'elle n'ayt premièrement pourveu à la seureté du jeune Prince
d'Escoce et à celle d'ung chacun d'eulx. Et ainsy nous sommes
attendans l'arrivée d'iceulx depputez, desquels je n'ay encores nulles
bien certaines nouvelles, sinon que le comte de Lenoz a escript qu'il
avoit ottroyé de bailler saufconduict à ceulx du bon party, et qu'il
nommeroit les siens aussitost qu'il sçauroit qui sont les aultres,
affin d'en envoyer de semblable qualité; et que cependant il
dépeschoit l'abbé de Domfermelin, lequel, pour ceste occasion, est
attandu, d'heure en heure, en ceste court.

Je prends quelque argument, Sire, de l'intention de la dicte Dame,
qu'elle a vollonté d'en sortyr, sur ce que Mr Norrys l'ayant fort
instantment requise de luy donner son congé; et s'estant le secrétaire
Cecille desjà miz à dresser la dépesche du Sr de Valsingan pour luy
aller succéder, elle a considéré que, s'il partoit sur ce poinct,
Vostre Majesté pourroit concepvoir quelque mauvaise espérance des
affères de la Royne d'Escoce, tant pour le changement d'ambassadeur,
que pour le souspeçon que ce nouveau leur fût trop contraire; dont
elle a mandé au Sr Norrys d'avoir patience jusques à ce que les dicts
affères soient achevez. Bien m'a l'on dict qu'il a renvoyé en
dilligence ung des siens, pour remonstrer à la dicte Dame que le
dillay seroit par trop long; car dict qu'il n'espère veoir les affères
de la dicte Royne d'Escoce jamais accommodez, tant que certaine
occasion durera en France; laquelle, Sire, je n'ay pas encores bien
sçeu quelle elle est, et semble aussi qu'il l'ayt mandée assés en
général; car l'on m'a dict que plusieurs y font diverses
interprétations. Cependant Mr de Sethon, qui est en Flandres, m'a
escript que, si ung certain pacquet, que la Royne d'Escoce, sa
Mestresse, m'avoit adressé pour luy, luy eust esté randu pour se
pouvoir expédier du duc d'Alve, qu'il fût desjà devers Votre Majesté;
et, à la vérité, Sire, le dict pacquet a esté, par mesgarde, aporté,
dez le XXVIIe du passé, par mon secrétaire jusques à Paris; dont
j'estime qu'il l'aura meintenant receu.

Et voycy, Sire, ce que j'ay entendu de la négociation du dict de
Sethon, qu'il a esté ouy à part, et puys en conseil, par le duc
d'Alve, sur les trois poinctz, pour lesquelz il estoit envoyé
principallement devers luy: le premier, pour avoir le secours, qu'il
leur avoit souvant promiz, le quel le dict de Sethon offroit de
conduyre en lieu seur, où il pourroit commodéement descendre, et où
l'assistance des Escouçoys et des Anglois catholiques, et tout bon
entretennement et bonne retrette ne luy deffauldroit dans le pays; le
second, pour recepvoir dix mil escuz, que le dict duc avoit accordé à
la Royne, sa Mestresse, pour la fourniture des chasteaulx de
Lislebourg et Dombertran; et le troisiesme, pour le prier d'interdire
de mesmes le commerce aulx Escouçoys en Flandres, que Vostre Majesté
le leur a prohibé en France à ceulx, qui ne sont du party de la
Royne, sa Mestresse. Sur quoy, le dernier jour du moys passé, Mr de
Noerguerme a esté envoyé devers luy pour luy fère la responce que,
touchant le secours, le duc y estoit très disposé, lequel avoit trouvé
son offre et ses autres expédiantz fort convenables à l'entreprinse;
mais l'importance d'envoyer une armée de mer en pays estrangé estoit
si grande que l'exprès commandement du Roy, son Maistre, y estoit
requis, auquel il en avoit desjà escript; et pourtant il falloit
attandre sa responce, laquelle ne tarderoit guières; que touchant les
dix mil escuz, de tant que l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy,
avoit escript au dict duc que la Royne d'Escoce luy dépeschoit ung
homme exprès, avecques un pacquet, pour l'advertyr en quelle sorte
elle entendoit qu'on ordonnast de la dicte somme, qui est, Sire, le
susdict pacquet qui a esté apporté à Paris, qu'il prioyt le dict de
Sethon d'avoir pacience jusques au quatriesme du présent, que le
messagier pourroit estre arrivé, dedans lequel jour, l'on la luy
feroit fornyr contante. Au regard du troisiesme, de tant que le
commerce d'Angleterre estoit fermé, et si l'on restreignoit encores
celluy d'Escoce, il en pourroit venir grand détriment aulx Pays Bas,
le dict duc, premier que d'y rien ordonner, en avoit vollu escripre au
Roy, son Maistre, duquel il feroit bientost entendre son intention,
tant sur cestuy que sur le premier article au dict de Sethon. Et
semble, Sire, que icelluy de Sethon ayt escript à sa Mestresse qu'on
l'avoit faicte plus espérer du secours du dict duc qu'il n'a trouvé
qu'elle en eust occasion, et que icelluy duc ne pense plus que à
quicter les choses pour se retirer en Hespaigne.

Maistre Jehan Amilthon a continué une négociation séparée de celle du
dict Sr de Sethon avec le dict duc, dont monstrent n'y avoir bonne
intelligence entre eulx. C'est luy qui a conduict les deux
gentishommes espaignolz en Escoce pour visiter la descente, et les a
faict parler au comte d'Honteley, et les a promenez et festiez en
divers lieux dans le pays.

Au surplus, Sire, l'on a appellé, despuys trois jours, les principaulx
merchans de ceste ville à Hamptoncourt pour le faict de Roan et pour
celluy des Pays Bas. J'entans, quant à celluy de Roan, qu'on me
baillera la responce par escript sur ce que j'en ay remonstré à la
Royne d'Angleterre; et, quant à l'aultre, que le comte de Lestre et le
secrétaire Cecille, si aultre empeschement ne survient, en yront
conférer avec l'ambassadeur d'Espaigne, lequel a desjà escripte la
lettre à la dicte Dame, dont, par mes précédantes, je vous ay faict
mencion; et presse l'on, de chacun costé, bien fort l'accommodement de
ces différans. A quoy sert beaucoup le mauvais trettement qu'ont
naguières receu les merchans anglois en Moscouvie, où ilz pensoient
dresser quelque grand commerce; mais l'ambassadeur moscovite, qui
naguières estoit par deçà, s'en estant retourné mal satisfaict de ce
pays, a faict emprisonner tous les Anglois, qui se sont trouvez au
sien, et a faict arrester leurs merchandises. Le susdict ambassadeur
d'Espaigne s'est conjouy en ceste court des bonnes nouvelles qu'il a
heu, que la guerre des Mores avoit du tout prins fin[20]. Quelcun, à
ce que j'entans, luy a escript que le duc de Medina Celi diffère sa
venue en Flandres jusques en janvier, et qu'il a la vollonté de passer
en France. Sur ce, etc.

     Ce XIXe jour de novembre 1570.

  [20] Voyez ci dessus la note, p. 183.



CXLVIe DÉPESCHE

--du XXVe jour de novembre 1570.--

(_Envoyée par Jehan Monyer jusques à Calais exprès._)

  Déclaration du roi à l'ambassadeur d'Angleterre concernant
    l'Écosse.--Irritation causée à la reine d'Angleterre par les
    menaces du roi.--Opinion de l'ambassadeur qu'Élisabeth est bien
    décidée à éviter la guerre.--Instance faite auprès d'elle pour
    l'engager dans l'alliance d'Espagne.--Succès des efforts de
    l'ambassadeur, qui parvient à empêcher l'exécution de ce
    projet.--Assurance de dévouement au roi donnée par Walsingham,
    désigné pour l'ambassade de France.--Remontrance faite par
    l'ambassadeur à la reine d'Angleterre des motifs qui doivent
    forcer le roi à secourir, même par les armes, la reine
    d'Écosse.


     AU ROY.

Sire, entendant que Mr Norrys, par sa dernière dépesche, avoit
rafreschy à la Royne, sa Mestresse, les mesmes propos, qu'il luy avoit
auparavant escript, qu'il trouvoit en Vostre Majesté une ferme
résolution de secourir la Royne d'Escoce, et que vous continuez d'user
de parolles et démonstrations fort expresses en cella, j'ay miz peyne
de sçavoir comme la dicte Dame le prenoit; dont aulcuns, qui desirent
la modération des affères, m'ont mandé qu'elle se trouvoit toute
scandalizée qu'allors que, pour vous complayre, elle avoit envoyé deux
de ses principaulx conseillers devers la Royne d'Escoce, pour donner
commancement à ung bon tretté, et qu'à vostre instance elle avoit
envoyé retirer son armée de sur la frontière d'Escoce, c'estoit lors
proprement qu'il luy sembloit que vous aviez délayssé la voye, que
vous aviez toutjours tenue, de procéder en cest endroict par
gracieuses prières et honnestes remonstrances, pour y aller
meintennant par une aultre façon de la menacer, et de rudoyer son
ambassadeur; et qu'encores ne se sentoit elle si piquée de ce que
vous en aviez dict de vous mesmes, qui aviez parlé en Roy, ainsy qu'il
luy avenoit bien à elle de parler quelquefoys en Royne, comme de ce
que vostre conseil avoit trouvé bon qu'il en fût escript une lettre
bien expresse et bien considérée à son dict ambassadeur; et qu'elle se
résolvoit de ne fère rien par menaces, et de monstrer à tout le monde
que, si elle condescendoit à quelque accord en cest endroict, ce ne
seroit que par le seul bénéfice de sa bonne vollonté envers vous, et
de sa propre bonté envers la Royne d'Escoce, et que toutz aultres
effortz et instances ne servyroient que d'empyrer et retarder
davantaige la besoigne.

D'aultres, qui cognoissent assés bien son intention, m'ont faict dire
qu'encor qu'elle ayt parlé ainsy devant ceulx de son conseil, affin
d'estre estimée princesse de cueur, comme, à la vérité, elle l'est, si
a elle monstré, en d'aultres siens propos, à part, qu'elle vouloit
évitter, en toutes sortes, d'avoir la guerre à Vostre Majesté; et que
c'estoit par voz vertueuses responces et par voz démonstrations et
appareilhz, qu'elle avoit passé si avant à tretter, et que, sans
cella, il y en a assés qui l'eussent bien engardée d'y toucher, et la
destourneroient encores d'y prendre jamais aulcune bonne résolution;
par ainsy, qu'ilz estimoient que toute la ressource et restablissement
de ceste pouvre princesse, et de son royaulme, concistoit en la seulle
faveur et assistance, que Vostre Majesté luy feroit; dont semble
qu'entre deux si contraires adviz le plus expédiant sera de suyvre une
voye de millieu.

Et, à ce propos, Sire, ayant une foys la dicte Dame faict
dellibération d'envoyer ung des plus grandz d'auprès d'elle en France,
ainsy qu'elle mesmes m'en avoit touché quelque mot, pour honnorer, à
son pouvoir, les nopces de Vostre Majesté, et la venue de la Royne
Très Chrestienne; et mesmes ayant pensé que ce seroit le comte de
Lestre, comme plus agréable à Vostre Majesté, affin de fère en cella
quelque démonstration, qui correspondît à celle de l'honnorable
convoy, qu'elle a faict fère, avec grande magnifficence et grande
despence, par dix grandz navyres de guerre, à la Royne d'Espaigne,
j'ay sceu que quelques malicieulx luy sont venuz mettre en avant qu'il
y avoit grand apparance que le dict comte ne seroit bien receu; et que
Vous, Sire, aviez donné à cognoistre, en l'endroict de Mr Norrys, que
ses aultres ambassadeurs seroient peu respectez, dont debvoit
considérer combien elle demeureroit moquée et offancée, si, à ung tel
et si grand des siens, comme le dict de Lestre, n'estoit faicte la
faveur et bon recueilh et bon trettement qu'elle s'attandoit;
s'esforceans d'imprimer à la dicte Dame, bien qu'au plus loing de leur
affection, qu'elle debvoit, par toutz moyens, retourner à la bonne
intelligence du Roy d'Espaigne; et qu'allors elle n'auroit à se
craindre de la France, et pourroit, à son playsir, disposer de la
Royne d'Escoce. Sur quoy, voyantz qu'elle ne rejettoit le propos, ilz
ont essayé de l'induyre à donner audience a Mr l'ambassadeur
d'Espaigne sur l'occasion d'une lettre, qu'il luy a escripte; et
semble bien, Sire, que si, de mon costé, j'eusse aultrement usé envers
elle que sellon qu'il vous avoit pleu me le commander, sçavoir, de la
plus gracieuse et modeste façon qu'il me seroit possible, qu'elle s'y
fût condescendue, et heust du tout résolu de n'envoyer point en France
et d'interrompre possible les affères d'Escoce; mais elle s'est tenue
ferme à ne vouloir encores rien céder aulx choses d'Espaigne; et croy
que si, du costé du duc d'Alve, ne vient quelque honneste
satisfaction, que les différans auront plus empyré que amandé, d'y
avoir faict cest essay, ayant la dicte Dame mandé à son depputé, qui
est en Flandres, que, si le duc ne veult admettre la compensation des
merchandises et prendre celles d'Angleterre au priz qu'elles ont esté
vandues, qu'il s'en viegne, avec résolution qu'aussitost qu'il sera
icy, l'on procèdera à la vante de celles d'Espaigne. Dont chacun
estime que le dict duc plyera à ce poinct, et qu'il envoyera, pour
cest effect, nouveaulx depputez par deçà; bien que l'entrecours et le
commerce d'entre les deux pays n'est pour estre encores radressé.

Cependant le propos de n'envoyer poinct en France, et d'interrompre le
tretté de la Royne d'Escoce, n'a poinct heu lieu; et a remiz la dicte
Dame d'y dellibérer, dont j'ay esté conseillé de fère là dessus une
petite négociation par lettre avec Mr le comte de Lestre, affin de luy
bailler argument d'en parler à sa Mestresse. Je ne sçay encores ce qui
en réuscyra; tant y a que, ayant moy mesmes à parler, dans ung jour ou
deux, à elle, sur l'occasion de la dépesche de Vostre Majesté, du VIe
du présent, qui m'est tout présentement arrivée, je mettray peyne de
rabiller les choses, le plus que je pourray.

Le Sr de Valsingan est venu, ce dimenche passé, prendre son disner en
mon logis, et m'a dict que Mr Norrys avoit tant faict qu'il avoit
obtenu son congé, et que à luy estoit desjà résoluement commandé, par
la Royne, sa Mestresse, de s'aprester pour luy aller bientost
succéder; mais qu'elle n'avoit encores ordonné à l'ung le jour de son
retour, ny à l'aultre celluy de son partement; et que, pour le peu
d'establissement, qu'on disoit que la paix prenoit en France, qu'il
n'ozoit y admener encores sa femme; jusques à ce qu'il eust veu sur ce
lieu, comme il en alloit. A quoy je luy ay si bien respondu, jouxte le
contenu de ce qu'il vous avoit pleu m'en escripre, qu'il en est
demeuré aultrement persuadé; et au reste, Sire, il jure et promect
d'estre ambassadeur paysible près de Vostre Majesté; et de ne cercher
aultre chose, en sa charge, que les moyens d'accroistre et augmenter
davantaige l'amytié d'entre Vous et la Royne, sa Mestresse, et la
bonne paix d'entre voz royaulmes et subjectz. Sur ce, etc.

     Ce XXVe jour de novembre 1570.

     A LA ROYNE.

Madame, par la lettre, que j'escriptz présentement au Roy, Voz
Majestez verront comme la Royne d'Angleterre se répute estre mal
trettée et ung peu rudoyée de certains propos, qui ont esté dictz et
escriptz à son ambassadeur, touchant les affères de la Royne d'Escoce;
et n'a pas long temps qu'elle me dict qu'il sembloit que Voz Majestez
Très Chrestiennes fussent constituées entre elles, comme alliez à
toutes deux, mais tenans l'oreille, qui devoit estre ouverte de son
costé, toutjour bouchée, et celle du costé de la Royne d'Escoce très
prompte et toutjour fort ententive à toutes ses pleinctes; et que vous
ne vous portiez en cella ainsy égallement, comme l'équité et la rayson
le requéroient.

A quoy je luy respondiz que, à la vérité, l'une et l'aultre vous
debvoient compter pour leurs principaulx alliez et confédérez; et que,
pour le regard d'elle, veu le bon estat de ses affères, Voz Majestez
n'avoient à fère aultre office, en son endroict, que de vous conjouyr
de sa prospérité, et luy offrir ce qui pouvoit estre en vostre
puyssance, pour meintenir et acroistre sa grandeur, comme, à toute
occasion, vous seriez prest de le fère; mais, quant à la Royne
d'Escoce, je craignois bien fort que ceulx, qui la voyoient ainsy
captive et deschassée de son estat, comme elle est, ne vous
estimassent beaucoup plus abstreinctz par les trettez de pourchasser
chauldement sa liberté et restitution que vous ne le faisiez; et,
quant elle vouldroit considérer ung peu de plus près cest affère, et
la despence que vous aviez desjà commancée pour préparer, dez l'esté
passé, ung secours, et l'avoir, pour l'amour d'elle, despuys révoqué,
et d'en entretenir meintennant ung aultre, sans l'envoyer, pour
attandre le tretté; tant s'en fault qu'elle se deubt tenir offancée de
Voz Majestez, que, au contraire, elle réputeroit vous avoir de
l'obligation de l'honneste et modeste façon, dont vous y aviez
procédé; et dont vous luy déclariez encores tout franchement la
contraincte nécessité, que vous aviez, d'entreprendre quelque aultre
essay, comme vous le pourriez fère, au cas qu'elle vollût rejetter
celluy de voz honnestes prières et gracieuses remonstrances.

Ainsy la dicte Dame se modéra pour lors, et proposa d'envoyer le comte
de Lestre devers Voz Majestez, pour fère la conjouyssance des nopces
du Roy et de la venue de la Royne, vostre belle fille, et accommoder,
par mesmes moyen, le faict de la Royne d'Escoce; mais quelcun,
despuys, en a traversé le propos; dont j'en suys aulx termes, que je
mande en la dicte lettre du Roy; et essayeray, Madame, à ceste
prochaine audience, de rabiller le faict, et de moyenner, en quelque
bonne sorte, si je puys, que le dict voyage du comte de Lestre, ou au
moins de quelque aultre milor, ne soit interrompu, si toutesfoys
Vostre Majesté me faict entendre qu'elle l'ayt agréable. Sur ce, etc.

     Ce XXVe jour de novembre 1570.



CXLVIIe DÉPESCHE

--du dernier jour de novembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par Joz, mon secrétaire._)

  Audience.--Notification officielle des fiançailles du roi et des
    fêtes ordonnées pour célébrer le mariage.--Invitation faite à
    la reine d'Angleterre d'envoyer une ambassade extraordinaire au
    roi, et aux seigneurs anglais d'assister au tournoi qui est
    annoncé en France.--Vives sollicitations en faveur de la reine
    d'Écosse.--Gracieuses réponses d'Élisabeth sur la communication
    du mariage du roi.--Son emportement contre les déclarations qui
    lui sont faites au sujet de l'Écosse.--Sa ferme volonté de
    conclure le traité avec Marie Stuart sans l'intervention du
    roi.--_Mémoire général_ sur les affaires d'Angleterre.--Détails
    secrets sur les projets des catholiques dans le pays de
    Lancastre; secours qu'ils demandent au roi; appui qu'ils
    espèrent du duc de Norfolk.--Hésitations d'Élisabeth sur le
    parti qu'elle doit prendre à l'égard de Marie Stuart; opinion
    émise dans le conseil qu'il faut la faire mourir; crainte de
    l'ambassadeur que l'on ait voulu l'empoisonner.--Négociations
    avec l'Espagne; persistance d'Élisabeth dans son refus
    d'accorder audience à l'ambassadeur d'Espagne.


     AU ROY.

Sire, je me suys bien aperceu, ceste foys, qu'on s'estoit efforcé de
randre la Royne d'Angleterre fort offancée contre Vostre Majesté, car
je l'ay trouvée preste de me recommancer les mesmes querelles et
plainctes, qu'elle m'avoit faicte, en la précédante audience; et, sans
ce que Mr le comte de Lestre estoit, peu d'heures auparavant, arrivé
de dehors, qui l'avoit entretenue sur une lettre, qu'il avoit
naguières receue de moy, elle ne m'eust encores randu de si gracieuses
responces, comme enfin, après avoir longuement débattu ensemble je
les ay raportées; et croy que ce a esté aussi parce que, d'entrée, je
luy ay dict que Vostre Majesté me commandoit de luy compter comme voz
fianceailles avoient esté fort honnorablement faictes à Spire, le
dernier dimenche du mois passé; et que, incontinent après, la
Princesse Elizabeth s'estoit acheminée, en bonne et grande compaignye,
pour venir en France; et que, sellon le compte de ses journées, elle
debvoit arriver à Mézières le XXe du présent, où Vostre Majesté
l'alloit rencontrer pour y célébrer, au playsir de Dieu, voz nopces,
le XXIIIe, et que bientost après, vous en retourneriez vers Paris,
pour y fère vostre entrée; auquel lieu vous aviez remiz les triumphes
des nopces, parce que Mézières estoit trop petite ville pour un tel
appareil; et y aviez, à ceste occasion, faict cryer un tournoy
général, qui seroit ouvert, à toutz venantz, le premier jour de l'an.
Ce que vous me commandiez de luy notiffier et aulx seigneurs de sa
court, affin que, s'il luy playsoit d'y en envoyer, ou permettre
qu'ilz y allassent, que Vostre Majesté et Monsieur promettiez qu'ilz y
seroient bien receuz, et leur donriez lieu, avec vous mesmes, de
s'esprouver aux honnestes exercices d'armes, qui s'y feroient; et que,
pour l'honneur d'elle, ilz y seroient respectez et favorisez; qu'il me
souvenoit bien de ce qu'elle m'avoit dict, que l'Empereur, envoyant la
Royne d'Espaigne à son mary, la luy avoit recommandée, dont elle
l'avoit grandement honnorée, et faict fort honnorablement convoyer,
avec magnifficence et despence, par dix de ses grandz navyres de
guerre, passant en ceste mer; et que, si le dict seigneur avoit,
d'avanture, oublyé de luy fère une pareille recommendation, par
lettre, de son aultre fille, qu'il envoyoit à ung grand Roy, son
mary, qui luy estoit allyé, qu'il ne layssoit pourtant de la luy
recommander de tout son cueur, et qu'il s'atandoit bien qu'elle
useroit de toutes démonstrations de bienveuillance envers elle; et,
quant bien il luy auroit plus expressément recommandé celle qu'il
envoyoit en la mayson d'Austriche, d'où il est, qu'il y avoit
plusieurs aultres bonnes occasions, qui la doibvent convyer d'avoir en
non moindre recommendation celle qui vient en la mayson de France, où
je la pouvois asseurer qu'elle estoit aultant aymée, honnorée et
respectée que en nulle aultre part de la Chrestienté; et pourtant je
m'asseurois qu'elle n'oblyeroit de envoyer quelque honnorable
ambassade en France, pour fère, tout ensemble, deux grandes
conjouyssances: l'une, pour les nopces de Vostre Majesté, et l'aultre
pour la venue de la Royne Très Chrestienne, sa bonne soeur, et bonne
voysine. Et luy ay bien vollu dire cella, Sire, parce que je sçavois
qu'on luy avoit faict rompre sa dellibération d'y envoyer; puys j'ay
adjouxté qu'elle debvoit prendre pour ung grand signe d'amytié, que
vous luy feziez communication de chose si privée, comme vostre
mariage, et que mesmes, il sembloit que vous augmentiez votre ayse du
contantement que vous pensiez luy donner de celluy que Vostre Majesté
recepvoit; que, outre cella, vous me commandiez de luy fère encores
fort bonne part d'ung aultre bien grand contantement que vous aviez de
voir vostre royaulme très paysible; et que vostre éedict s'y alloit
establissant, ainsi que vous le pouviez souhayter, de quoy vous vous
en conjoyssiez avec elle, comme avec celle qui proprement desiroit que
ceste prospérité vous fût entière, et accomplye en vostre royaulme; et
que vous luy en desiriez une toute semblable au sien, et luy offriez
tout ce qui estoit en vostre puyssance pour l'y meintenir;

Que, pour la fin de vostre lettre, vous me commandiez luy fère
entendre le singulier playsir, que ce vous avoit esté, de voir que voz
honnestes prières et gracieuses remonstrances eussent eu tant de lieu
que, pour l'amour de vous, elle heût envoyé ses depputez devers la
Royne d'Escoce, pour donner commancement à ung bon traicté, et eust
mandé retirer son armée de sur la frontière d'Escoce; de quoy ne
vouliez faillyr de la remercyer; et la remerciés encores bien fort de
vous avoir déclairé qu'elle seroit bien ayse de pouvoir honnorablement
restituer la Royne d'Escoce par la voye du traicté; et que, quant
cella n'adviendroit ainsy, qu'encores la renvoyeroit elle aulx
seigneurs escouçoys qui tiennent son party; en quoy vous la supliez
très affectueusement d'y vouloir persévérer, et de vous en fère
bientost paroistre ceste sienne bonne intention par effect, affin de
vous descharger de l'inportunité de ceulx qui vous abstraignoient, par
vertu des traictez, de luy bailler secours; lesquelz se monstroient de
tant plus ardantz à le pourchasser, que le comte de Lenoz poursuyvoit
toutjour d'user de viollance contre eulx, au préjudice de la surcéance
d'armes; et que vous desiriez, Sire, que les conditions du traicté
réuscissent toutes bien fort seures et honnorables pour elle, et
pareillement bien honnestes et esloignées de toute offance pour la
Royne d'Escoce, et pour vous: ou bien, si c'estoit par l'aultre moyen
qu'elle la vollust restituer, que vous y requériez sa sincérité et sa
grandeur de cueur à le fère; en sorte que la liberté qu'elle luy
donroit ne luy fût ung nouveau tourment et peyne.

La dicte Dame, depposant ung peu de la sévérité, qu'elle avoit usé à
me recepvoir, m'a respondu que ces propos luy sembloient meilleurs
qu'elle n'avoit espéré de les ouyr de Vostre Majesté, après une telle
menace et rigoureuse démonstration, que vous aviez usée vers son
ambassadeur, et préparée en Bretaigne; et qu'elle ne pouvoit fère que,
pour ceulx de vostre mariage, elle ne vous en remercyât aultant, de
vraye et bonne affection, comme il luy estoit possible de le fère, et
que vous ne vous tromperiez jamais, si vous vouliez droictement croyre
qu'elle estoit et seroit toutjours très ayse de voz prospéritez et
contantemens, aultant et plus que nul de toutz les princes de vostre
alliance; et, quoy qu'il y ayt, que vous luy feriez grand tort si ne
demeuriez très fermement persuadé que vostre mariage luy est
singulièrement agréable, et qu'elle prioyt Dieu d'y envoyer ses
bénédictions, affin qu'il fust très heureux aulx espousez, et que la
postérité en fust de mesmes très heureuse. Et s'est le propos
poursuyvy à dire que Vostre Majesté se pouvoit promettre une bonne
part de la vigne, qui est pour ceulx qui peuvent passer le premier an
de leurs nopces sans se repentyr, et que ceste vigne estoit proprement
pour les mariages si bien et si convenablement faictz comme le vostre.

A quoy j'ay adjouxté que Vostre Majesté n'avoit garde de tumber en
nulle sorte de repentailles, et que celle de la vigne s'entendoit que
nul n'estoit maryé de si bonne heure, qu'il ne se repentît de ne
l'avoir esté plustost, et que j'espérois voir ung matin qu'elle seroit
touchée de ce repentir; ce que, en soubzriant, elle a advouhé, et que
mesmes elle en estoit desjà bien fort attaincte; et a continué que,
quant à la recommendation que l'Empereur luy avoit faicte de la Royne
d'Espaigne, cella estoit advenu, parce qu'elle avoit envoyé devers
elle en Flandres, et puys devers luy à Spyre, sur l'occasion du
différant, qu'elle avoit avec le Roy d'Espagne, qui n'estoit procédé
de luy, mais de ses ministres; et que, voyant que sa fille auroit à
passer en ceste mer, il luy avoit escript de luy vouloir randre son
passaige bien asseuré, qui aultrement, possible, ne l'eust guières
esté; et qu'encores que la Royne Très Chrestienne ne vînt poinct en
ceste mer, si ne lairroit elle de l'honnorer; et puysque je luy
faisoys ceste notiffication de la remise des triomphes à Paris,
qu'elle adviseroit d'envoyer quelcun de sa part pour fère la
conjouyssance, mais quant à tournoyer, qu'il y avoit quelques ans
qu'elle avoit entretenu sa court, comme en veufve, sans y fère
tournoys; dont craignoit que les braz de ses gentishommes fussent
devenuz si engourdiz qu'en lieu d'aller aquérir de l'honneur; ils y
gaignassent de la honte pour eulx et pour leur nation; au regard de la
paix de vostre royaulme, que Vostre Majesté ne s'en resjouyssoit pas
plus droictement qu'elle, qui ne cédoit à nul, qui, plus qu'elle, la
vous desirât stable et de durée; ce qui la faisoit de tant plus
esbahyr pourquoy Vostre Majesté entreprenoit de la rudoyer, et mal
traicter pour la Royne d'Escosse, et qu'elle n'eust jamais pensé que
vous l'eussiez vollue accomparer de respect à elle, et ne tenir en
trop meilleur compte son amytié que celle de la dicte Royne d'Escosse.

Et s'est eslargie en tant de parolles aigres contre la dicte Royne
d'Escosse, et sur vos dictes menaces, et sur les secours qu'elle
entendoit s'aprester de rechef en Bretaigne, que je suys demeuré assés
esbahy comme la dicte Dame estoit si changée despuys l'aultre foys,
dont ne me suis peu tenir (luy gardant néantmoins toutjours tout le
respect qu'il m'a esté possible), que ne luy aye fermement répliqué
qu'elle se faisoit grand tort de prendre ainsy en mauvaise part les
très honnestes et gracieuses remonstrances, que Vostre Majesté luy
faisoit pour la Royne d'Escosse, et la franchise dont vous luy
déclairiez comme vous estiez contrainct de la secourir; qui pourtant
monstriez, par la patience dont vous y procédiez, que vous auriez
grand regrect qu'il vous en fallust venir à tant. Et n'ay obmiz de luy
respondre à toutz ses aultres argumentz, ung à ung, luy demandant
enfin quelle aultre voye donques estimoit elle que Vostre Majesté
pourroit tenir pour, tout ensemble, conserver son amytié, et
s'acquicter de son debvoir envers la Royne d'Escosse.

A quoy, après y avoir ung peu pensé, elle m'a respondu qu'elle vous
prioyt, de toute son affection, de ne monstrer, par voz parolles et
aprestz, que vous mesprisez son amytié, et de ne vouloir traitter que
honnorablement avec elle et avec son ambassadeur, comme elle estoit
preste d'user de mesmes envers vous; car aymoit mieulx venir à toutes
aultres extrémités que de souffrir rien qui fût indigne de sa
réputation, ny de celle de sa couronne. Et quant au reste, elle me
vouloit bien dire qu'elle ne prétandoit que nul aultre prince
s'entremît du traicté d'entre elle et la Royne d'Escosse, que elles
deux, et que je ne debvois craindre qu'il s'y fît ligue contre Vostre
Majesté, mais bien pour se deffandre entre elles, si quelcun les
vouloit assaillyr; et qu'elle avoit mandé, pour le jour d'après,
l'évesque de Roz, et puys, pour le lendemain, l'abbé de Donfermelin
qui estoit desjà arrivé, affin de les ouyr, l'ung après l'aultre, et
donner, puys après, le plus d'advancement qu'elle pourroit au dict
traicté.

Et n'ay raporté, pour ceste foys, aultre chose de la dicte Dame sinon
que noz propos se sont terminez gracieusement, et j'ay sceu despuys
qu'ilz ont eu beaucoup d'effect à la modérer sur tout ce qui peult
concerner vostre commune amytié et les affères de la dicte Royne
d'Escosse. Sur ce, etc. Ce XXXe jour de novembre 1570.

   POUR FÈRE ENTENDRE A LEURS MAJESTEZ, oultre le contenu des
   lettres:

   Que d'aulcunes choses, dont la Royne d'Angleterre est en peyne,
   il y en a principallement trois, qui, à ceste heure, la
   travaillent: l'ellévation à quoy se sont monstrez promptz ceulx
   de Lenclastre, où elle n'ose toucher, de peur que le mal n'en
   deviegne plus grand et plus universel en son royaulme; la seconde
   est les affères de la Royne d'Escosse, lesquelz sont suportez du
   Roy, et soubstenuz avec tant d'affection par une partie de ses
   subjectz, et contradictz si opiniastrément par l'aultre,
   mesmement par les évesques et principaulx de la nouvelle
   religion, qu'elle ne sçayt quel expédiant y prendre; la
   troisiesme est les différans des Pays Bas, desquelz tant plus
   l'accord s'en prolonge, plus les prinses se dépérissent, et elle
   s'en tient comme responsable, et les commerces cessent, desquelz
   avoit accoustumé de tirer les meilleurs et plus clairs revenuz;

   Et, qui pis est, qu'il semble que ces trois causes se vont
   confortant l'une à l'aultre, et qu'elles sont pour devenir toutes
   à ung: à fère quelque grand effect dans ce royaulme, dont la
   dicte Dame assemble souvant ceulx de son conseil pour y remédier;
   et je ne sçay encores quelles résolutions ilz y mettent, parce
   qu'ilz les tiennent fort secrectes, mais voycy ce que j'ay aprins
   de particulier sur chacune des dictes occasions, d'où se pourra
   aucunement colliger à quoy elles auront à devenir.

   Un seigneur bien entendu ez affères de ce royaulme, qui naguières
   estoit en conversation avec d'aultres personnaiges de bonne
   qualité, en ceste ville, leur dict que la Royne, leur Mestresse,
   estoit à présent fort particullièrement informée de ce qui se
   passoit au quartier de Lenclastre; et que ung des principaulx
   autheurs de l'entreprinse en estoit venu descouvrir si
   véritablement tout ce qui en estoit, qu'il n'avoit espargné
   d'acuser son propre père, et avoit esté enfermé quatre heures
   avec le secrétaire Cecille, pour luy notiffier les personnes, et
   luy expécifier les dellibérations, et luy ouvrir encores les
   moyens d'y remédier;

   Et que, sellon son rapport, sembloit que le comte Dherby, deux de
   ses enfans, et la pluspart de la noblesse du pays se fussent
   ouvertement soubstraictz de l'obéyssance de la dicte Dame, et
   eussent déclairé de ne vouloir plus respondre à sa justice, ny
   obéyr à chose qui se fit par son autorité, allégans que Dieu et
   leur conscience les pressoient de ne recognoistre pour leur Royne
   et Souveraine celle qui estoit déclairée illégitime et interdicte
   par l'esglize, jusques à ce qu'elle se fût mize hors de
   l'interdict; et que c'estoit sir Thomas Stanlay, second filz du
   dict Dherby, qui conduysoit principallement cest affère, lequel
   se promettoit d'avoir toutz les principaulx de ce royaulme de son
   parti, hormiz le comte de Betfort, le comte de Huntington et le
   duc de Norfolc, parce que ceulx là estaient l'un épicurien,
   l'aultre sacrementaire, et le tiers neutre; et que la dicte Dame
   estoit pour demeurer en grand peyne de cecy, si de Lenclastre
   mesmes l'on ne luy eust mandé qu'elle ne s'en donnât poinct de
   peur, car il restoit encores des gens de bien en si grand nombre
   dans le pays qu'ilz romproyent ayséement les entreprinses de ces
   papistes.

   J'ay entendu d'ailleurs que ung gentilhomme, que les dicts de
   Lenclastre avoient envoyé devers aulcuns seigneurs des quartiers
   de deçà, leur a dict qu'ilz se mettroient trente ou quarante mil
   hommes assés promptement ensemble, si eulx se vouloient déclairer
   ouvertement de leur party; et que iceulx seigneurs luy ont
   respondu qu'ilz ne pouvoient rien fère de eulx mesmes, si le duc
   de Norfolc n'estoit de la partie, lequel estoit encores dettenu,
   et ne monstroit qu'il eust vollonté de rien remuer.

   Laquelle responce semble que, sans en rien communiquer au dict
   duc, ilz l'ayent ainsy expressément faicte à icelluy gentilhomme
   pour ne se descouvrir à nul anglois, car ilz ne se fyent les ungs
   des aultres; et que néantmoins semble qu'ilz sont assez délibérez
   et résolus à l'entreprinse, pourveu qu'elle soit conduicte
   secrectement, et que le dict duc en veuille estre, et donner
   parolle qu'il advancera le droict de la Royne d'Escosse au tiltre
   de ce royaulme, et qu'il promettra que l'exercice de la religion
   catholique aura cours pour ceulx qui la vouldront avoir; car
   aultrement ilz aymeroient mieulx que la Royne d'Escosse print le
   party du plus estrangier du monde que le sien; mais, cella
   accordé, qu'ilz tiendront l'entreprinse pour bien, fort advancée,
   en ce que le Pape, et le Roy, et le Roy d'Espaigne les veuillent
   secourir de six mil harquebouziers seulement, en six divers
   lieux, qui soient conduicts par gens, qui ne sachent en façon du
   monde où ilz vont.

   Aulcuns estiment que le duc de Norfolc n'accepteroit que très
   vollontiers les dictes deux conditions, mais il ne peult fère
   aulcun bon fondement sur ceulx qui se meslent de l'entreprinse,
   s'estant trouvé une foys trop déceu en celle de son mariage; et
   aussi, qu'estant encores resserré, il estime, possible, qu'il ne
   se pourroit assés bien prévaloir de ses propres moyens.

   Et d'ailleurs il se sent assés offancé d'aulcunes choses, que les
   principaulx de son intelligence ont exécuté contre luy, despuys
   sa détention, mesmement le viscomte de Montagu, lequel a faict
   tout ce qu'il a peu en faveur de millord Dacres, de qui il a
   espousé la soeur, pour débouter la niepce, qui est maryée au filz
   ayné du duc, de toute la succession Dacres; et millord de
   Lomelay, qui a espousé la fille du comte d'Arondel, de laquelle
   il n'a poinct d'enfans, voyant que toute la succession de son
   beau père va au filz ayné du dict duc, qui est filz d'une aultre
   sienne fille, il l'induict de vendre, pièce à pièce, tout son
   estat et ses terres; dont n'y a bonne intelligence entre les
   principaulx, qui sont pour fère quelque effect. Par ainsy semble
   qu'il seroit mal à propos de rien remuer, et le dict duc, de sa
   part, fonde toute son espérance des affères de la Royne
   d'Escosse, au secours et démonstrations du Roy; duquel il dict
   qu'il veult dépendre, et qu'il espère qu'avec une bien médiocre
   assistance de luy, les choses d'Escosse viendront à estre bien
   remédiées, et ne trouve bon que la dicte Royne d'Escosse ny luy
   s'embroillent avec les dicts de Lenclastre, lesquelz néantmoins
   se promettent du dict duc et des aultres principaulx seigneurs du
   royaulme, et encores des estrangiers, tout secours, quant il en
   sera besoing; et, attandans cella, ilz ne remuent rien, ny ne
   sont pareillement recerchez.

   Au regard des affères de la Royne d'Escosse, les depputez, qui
   ont esté devers elle, ayant faict un très bon rapport des propos
   et démonstrations, dont elle leur a usé, tendans à une bonne paix
   et sincère amytié, sans fraulde, entre les deux Roynes et leurs
   royaulmes, ilz ont ayséement induict la dicte Royne d'Angleterre
   de vouloir venir en accord; laquelle a miz en considération ce
   que aulcuns aultres de son conseil luy ont remonstré, qu'elle
   avoit desjà beaucoup despendu pour les choses d'Escosse, sans
   avoir rien estably de ce qu'elle prétandoit, et que, quant ceulx
   du party de la dicte Royne d'Escosse ne viendroient estre qu'à
   moictié prez secouruz du Roy, de ce que le comte de Mora et
   celluy de Lenoz l'ont esté d'elle, que non seulement ilz
   déboutteroient leurs adversayres, mais pourroient procurer une
   dangereuse revenche contre l'Angleterre.

   Ce qui a faict que la dicte Dame s'est fort opposée à ceulx qui
   vouloient interrompre le tretté, lesquelz n'ont heu enfin aulcun
   plus fort argument que de luy remonstrer que, puysque le Roy
   s'affectionnoit si fort à le pourchasser, elle debvoit croyre
   qu'il y prétandoit quelque grand intérest, qui ne se descouvroit
   encores, lequel pourroit bien revenir au dommaige d'elle; et que,
   quant bien il n'y auroit, à présent, sinon ce, qu'il l'a menacée,
   et qu'il a rudoyé son ambassadeur, encores importoit il
   grandement à sa grandeur et réputation qu'elle ne fist rien pour
   ceste foys.

   Et a cella faict tant d'impression en l'opinion de la dicte Dame
   qu'elle s'est cuydée estranger de l'amityé du Roy, et se
   despartyr de tout bon propos d'avec la Royne d'Escosse.
   Néantmoins, en ma dernière audience, après avoir paysiblement
   escoutté tout ce que je luy ay vollu dire là dessus, conforme à
   l'intention du Roy, en la plus gracieuse façon et esloignée
   d'offance qu'il m'a esté possible, elle m'a enfin respondu ce qui
   est desduict en la lettre du Roy.

   Dont ceulx qui sont contraires au tretté, voyantz qu'elle
   inclinoit toutjour de passer oultre, ont advisé de l'abstraindre,
   par la conscience, de ne le vouloir aulcunement fère, que,
   premier, la Royne d'Escosse n'ayt expressément promiz et fort
   solennellement juré qu'elle n'innovera rien en la religion, quant
   elle sera de retour en Escosse, ny pareillement en ce royaulme,
   si, d'avanture, elle y vient à succéder; et nous a esté raporté
   qu'ilz avoient encores passé oultre à dellibérer sur la vie de
   ceste pouvre princesse; dont en estant venu un tel advertissement
   à l'évesque de Roz, et s'estant là dessus la dicte Dame trouvée
   bien mal, nous avons esté en grand peur d'elle, et avons miz
   peyne que d'icy luy a esté envoyé aulcuns bien bons remèdes en
   fort grande dilligence.

   Or, de ce qui se peult espérer de l'yssue de son faict, je l'ay
   assés desduict par toutes mes dépesches précédentes, et par celle
   de ceste datte, et que, nonobstant mes traverses, et empeschemens
   qu'on y faict, qu'il y a grande apparance que le tretté succédera
   avec le temps; et que l'abbé de Domfermelin, lequel, à ce qu'on
   dict, est venu devant, de la part du comte de Lenoz, pour
   l'interrompre, ne pourra sinon le retarder quelque peu de jours.

   Quant aulx différans des Pays Bas, ceulx qui ont senty que la
   dicte Dame se tenoit offancée du costé de France, luy sont venuz
   mettre en avant qu'en toutes sortes elle debvoit retourner à
   l'intelligence du Roy d'Espaigne, et ne se soucyer de toutz les
   aultres accidans du monde. A quoy l'ayans trouvée en général fort
   bien disposée, ilz ont espéré de la pouvoir fère condescendre à
   ce particullier, de recepvoir une lettre de l'ambassadeur
   d'Espaigne, et de fère qu'elle luy randroit responce, ou luy
   accorderoit audience, ou bien envoyeroit quelques ungs du conseil
   pour tretter avecques luy; et, à la vérité, ilz ont trouvé moyen
   de luy fère bien recepvoir la dicte lettre, en laquelle le dict
   ambassadeur s'est seulement conjouy avec elle de ce que la Royne
   d'Espaigne, après avoir esté honnorablement convoyée par ses
   navyres, est arrivée à bon port le IIIIe du mois passé; et n'a
   touché aulcun autre poinct. Mais, quant il a esté question
   d'avoir la responce, et de passer plus avant avec le dict
   ambassadeur, elle a respondu qu'il suffizoit, pour ceste heure,
   qu'on dict à son secrétaire qu'elle avoit receu sa lettre, et
   avoit esté bien ayse, comme elle le sera toutjour, d'entendre
   toutes bonnes nouvelles de la Royne d'Espaigne, sa bonne soeur.

   Sur quoy aulcuns se sont entremiz d'accommoder, et les aultres de
   traverser l'affère, qui enfin est demeurée en ce, que, si
   l'ambassadeur avoit quelque lettre de son Maistre pour la dicte
   Dame qu'il la luy envoyât, et elle adviseroit d'entrer en si bon
   tretté avecques son dict Maistre, qu'elle donroit à cognoistre de
   n'avoir heu jamais aultre desir que bien conserver son amytié; et
   que desjà elle luy avoit escript trois lettres, despuys ces
   différans, à nulle desquelles elle n'avoit esté respondue, et
   qu'il importoit beaucoup à sa réputation qu'elle ne parlât ny
   escripvît plus en ceste affère, jusques à ce qu'elle eust de ses
   nouvelles.

   Et n'a rien servi de remonstrer à la dicte Dame que le dict
   ambassadeur pouvoit avoir des lettres de son dict Maistre,
   lesquelles ne luy estait loysible de présenter que par luy
   mesmes; car a respondu que si son Maistre ne la pryoit, par une
   sienne bien expresse lettre, de luy redonner sa présence, qu'elle
   ne l'y admettra jamais; et qu'il feroit bien d'en envoyer ung
   aultre, car la souvenance des choses qu'il avoit escriptes
   d'elle, et de ce qu'il s'estoit meslé de l'eslévation du North et
   de la bulle, ne permettoient qu'elle le peult avoir jamais
   agréable.

   Et, sur ceste résolution, elle n'a plus vollu différer d'escripre
   à son depputé en Flandres, que, si le duc d'Alve ne vouloit
   admettre la compensation des merchandises, et prendre celles
   d'Angleterre pour le priz qu'elles ont esté vandues par dellà,
   qu'il s'en vint; et que, aussitost qu'il seroit icy, il seroit
   procédé à la finalle vante de celles d'Espaigne, dont s'entend
   que le Sr Thomas Fiesque sera de rechef dépesché pour venir
   accorder ce poinct; et que le duc d'Alve ne s'y opiniastrera; et,
   quant au principal faict de l'entrecours, que le Sr Ridolfy
   passera bientost devers icelluy duc, pour mettre en avant quelque
   bon expédiant.



CXLVIIIe DÉPESCHE

--du VIIe jour de décembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Guillaume Bernard._)

  Sollicitations pour ramener Élisabeth à de meilleurs sentimens
    envers la France.--Prière de l'ambassadeur au roi afin de
    l'engager à faire un plus favorable accueil à l'ambassadeur
    d'Angleterre.--Maladie subite de Marie Stuart.--Arrivée de
    quelques-uns des députés d'Écosse.--Affaires des Pays-Bas et
    d'Allemagne.--Prochain départ du cardinal de Chatillon.--Espoir
    de l'ambassadeur que Leicester, ou quelqu'un des grands
    d'Angleterre, sera envoyé en France à l'occasion du mariage du
    roi.


     AU ROY.

Sire, après vous avoir dépesché mon secrétaire, le dernier de l'aultre
mois, j'ay cerché de sçavoir en quelle disposition continuoit d'estre
la Royne d'Angleterre vers Vostre Majesté et vers la Royne d'Escosse;
et j'ay aprins, Sire, que luy ayant esté naguières parlé de l'ung et
de l'autre, à heure bien propre, et en termes convenables pour luy
oster l'impression de ces menaces et rigoureuses démonstrations, dont
son ambassadeur s'est plainct qu'on luy avoit usé en France, elle a
monstré d'avoir beaucoup de regrect que cella fût advenu pour
interrompre les tesmoignages de la bonne affection, qu'elle se
préparoit de manifester bientost au monde qu'elle avoit vers Vostre
Majesté; et encores de celle que, pour l'amour de vous, elle vouloit
fère sentyr à la Royne d'Escosse; et qu'on sçavoit bien qu'elle avoit
desjà proposé d'envoyer une ambassade en France, non moins honnorable
que si elle y eust dépesché ung sien propre frère, pour fère la
conjoyssance de voz nopces et de la venue de la Royne, et pour
honnorer l'ung et l'aultre, ensemble la Royne, vostre mère, de
quelques présens, et de vous gratiffier et vous accorder tout ce
qu'elle eust peu pour la Royne d'Escosse.

Sur quoy luy ayant, l'ung de ceulx qui estoient là présens, assés
soubdain remonstré qu'elle ne debvoit laysser de le fère pour chose,
que son ambassadeur luy eust escript, parce que moy, vostre
ambassadeur par deçà, asseurois bien fort que Vostre Majesté n'avoit
aulcune vollonté de l'offancer, et que mesmes elle pouvoit cognoistre
qu'encores que vous travaillissiez de satisfère à ce que vous debviez
à la Royne d'Escosse et aulx Escossoys, vous cerchiez néantmoins de
n'avoir poinct de guerre à elle; car, d'ung costé, vous pourchassiez
le tretté, et lui déclairiez, de l'aultre, qu'au cas qu'il ne succédât
vous seriez contrainct d'envoyer vostre secours en Escosse; et s'est
esforcé, par ce moyen, de ramener la dicte Dame à sa première bonne
dellibération d'envoyer en France; de quoy elle ne s'est monstrée trop
esloignée. Néantmoins, de tant que sa principalle entente est de fère
veoir aulx siens que les princes estrangiers l'honnorent et la
respectent, et que, là où ilz ne le vouldroient fère, qu'elle a le
cueur bon pour ne leur rien céder, affin que cella luy serve pour se
maintenir en plus d'authorité dans son royaulme, elle a enfin respondu
que nul ne la debvoit conseiller de porter honneur à celluy qui luy
vouloit oster le sien, ny de recercher d'amytié celluy qui mesprisoit
la sienne, et qu'elle abaysseroit par trop la dignité de la couronne
d'Angleterre, si elle monstroit de fère quelque chose par menaces;
dont attandroit de veoir comme ses démonstrations de bonne vollonté
auroient à être bien receues en France, premier qu'elle advanturast de
les envoyer offrir.

Sur quoy j'ay esté advisé, Sire, par ung, qui est bien affectionné à
vostre service, de vous debvoir escripre que, de tant qu'il ne vous
peult estre imputé que à grande courtoysie de defférer quelque chose
aulx dames, et que ceste cy n'a, au fondz de son cueur, que très bonne
affection de persévérer en toute amytié et intelligence avec Vostre
Majesté et avec la France; et qu'il est dangier qu'elle s'en retire,
pour s'adjoindre ung aultre party qui la recerche infinyement, et où
vous pourriez estre quelquefoys bien marry qu'elle y eust passé,
lorsque, possible, vous vouldriez, avec très grand désir, l'avoir
réservée du vostre; et que les affères d'Escosse ne succéderont que
mieulx à vostre désir, et mesmes il vous viendra plusieurs aultres
commoditez de ceste princesse et de son royaulme, si vous la
regaignez; que Vostre Majesté fera bien de porter quelque faveur à son
ambassadeur, et de luy tenir des propos honnestes, et plains d'amytié
et de bienveuillance vers elle, luy faysant quelque part des nouvelles
de vostre mariage; et que, estant les choses d'Escosse accommodées,
ainsy que vous espériez qu'elles le seroient, par le tretté, et dont
vous la priez que ce soit bientost, que vous pourrez, puys après,
vivre en une très parfaicte intelligence et entière amytié avec elle;
et que desjà le dict ambassadeur est adverty que s'il vous plaît,
Sire, parler à luy en ceste sorte, que, pour deux motz que Vostre
Majesté luy en dira, il y ayt à luy en escripre plusieurs de si bons à
sa Mestresse, qu'il luy face perdre la mémoire de ceulx qui luy ont
faict mal au cueur; et que, si Vostre Majesté avoit agréable de m'en
fère aussi toucher quelques unes en vostre première dépesche, qui
fussent assés exprès pour les pouvoir monstrer à la dicte Dame,
qu'elle en demeureroit très grandement satisfaicte, et toutes choses
en yroient mieulx. Dont de tant, Sire, que ce conseil ne peult estre
que décent à Vostre Majesté, et que ceulx, qui portent icy les affères
de la Royne d'Escosse, m'ont prié de le vous fère trouver bon, je n'ay
vollu faillyr de le vous escripre tout incontinent, et adjouxter,
Sire, qu'il me semble qu'il ne pourra estre que honneste et utille à
vostre service d'en user ainsy.

Cependant il est advenu que la Royne d'Escosse est tumbée fort
mallade, et qu'ayant changé d'air et de logis, à Chiffil, pour cuyder
s'y trouver mieulx, son mal est augmenté, de sorte qu'elle a mandé à
l'évesque de Roz de l'aller trouver en dilligence, et de luy admener
ung homme d'esglize pour l'administrer; lequel est party ce matin pour
luy aller luy mesme fère ce sainct office, par faulte d'aultre, et a
mené deux bons mèdecins, que la Royne d'Angleterre luy a baillez,
laquelle a escript une bonne lettre à la dicte Dame, qui la consolera
grandement; car aussi nous a elle mandé que son plus grand mal est
d'ennuy de ses affères, et que nous ne demeurions en souspeçon de
l'adviz que nous luy avions mandé, parce qu'elle a fort bien prins
toutjour garde à son vivre. Nous estimons que c'est son accoustumé mal
de costé, et que bientost nous aurons meilleures nouvelles d'elle;
lesquelles, Sire, je vous feray incontinent tenir.

L'abbé de Domfermelin a faict plusieurs vifves remonstrances à la
Royne d'Angleterre pour rompre le traicté, desquelles elle a esté
assés esmeue; mais enfin elle l'a renvoyé pour aller quérir les
aultres depputez du party du régent, avec dellibération de passer
oultre, monstrant toutesfoys n'estre contante que les depputez, qui
viennent pour le party de la Royne d'Escosse, ne sont personnaiges
plus principaulx qu'ilz ne sont: car a entendu que c'est seulement
l'évesque de Galoa et milord Leviston; mais l'on luy a donné espérance
que le comte d'Arguil pourra venir, ce qui fera encores quelque
longueur en cest affère; mais j'y donray toutjour le plus de presse
qu'il me sera possible.

L'on s'esbahyt qu'il y a plus d'ung mois que nul courrier n'est venu
de Flandres, mais l'on ne le prend que pour bon signe, de tant
qu'ayant esté escript au depputé, qui est en Envers, d'aller
incontinent trouver le duc d'Alve à Bruxelles, pour luy proposer la
dernière offre; et que, s'il y faict nulle difficulté, qu'il s'en
retourne tout incontinent, l'on estime que le dict duc l'a acceptée,
et que l'on est meintennant après à conclurre les chappitres de
l'accord. J'entendz que le jeune Coban a esté licencié de l'Empereur,
dez le VIIIe du passé, pour s'en retourner devers sa Mestresse; il est
encores en chemin, mais ung personnaige d'assés bonne qualité,
allemant, est arrivé despuys deux jours, qui se dict ambassadeur du
duc Auguste de Saxe, duquel je n'ay encores rien aprins de sa
légation; je travailleray d'en entendre quelque chose. Monsieur le
cardinal de Chastillon partit hyer de ceste ville pour aller à
Canturbery, pour estre plus près du passaige, dellibérant d'attandre
là des nouvelles de son homme, qu'il a envoyé en France. Il m'est, de
rechef, venu visiter, avec plusieurs bonnes parolles de sa dévotion
et fidellité vers vostre service, et qu'il n'a nul plus grand desir au
monde que de vous en fère, et qu'il espère bientost vous aller bayser
les mains pour plus expressément le vous tesmoigner. Sur ce, etc. Ce
VIIe jour de décembre 1570.

   Je pense avoir desjà tant rabattu de courroux de la Royne
   d'Angleterre que, si elle n'envoye le comte de Lestre en France,
   que au moins y dépeschera elle ung aultre milord de bonne
   qualité.



CXLIXe DÉPESCHE

--du XIIIe jour de décembre 1570.--

(_Envoyée jusques à la court par Antoine Jaquet, chevaulcheur._)

  Maladie de Marie Stuart.--État de la négociation qui la
    concerne.--Incertitude sur la négociation des
    Pays-Bas.--Nouvelles d'Allemagne.--Réclamations relatives aux
    plaintes des négocians de Rouen et de la Bretagne.--Résolution
    de la reine d'Angleterre d'envoyer un ambassadeur en France, à
    l'occasion du mariage du roi.


     AU ROY.

Sire, il n'est venu aulcunes nouvelles de la Royne d'Escosse despuys
mes aultres lettres, de devant celles icy, lesquelles sont du septième
de ce mois, qui est signe, Sire, qu'elle se trouve mieulx, ou au moins
qu'elle ne va en empyrant; car son mal est assés tost publié en ce
royaulme. J'espère que, par mes premières, je vous pourray mander
quelque chose de particullier de sa convalescence, sellon que les bons
mèdecins, qu'on lui a admené d'icy, et les bons remèdes qu'on luy a
envoyez, luy auront, avec l'ayde de Dieu, peu servir. Cependant l'abbé
de Domfermelin a fort négocié en ceste court, pour interrompre le
tretté, mais il ne l'a peu fère; dont, voyant que la Royne
d'Angleterre incistoit toutjour que les depputez de son party
vinssent, il s'est résolu de les attandre icy, et a dépesché ser
Guilhaume Stuart en poste pour les aller quéryr, et pour apporter une
dépesche et responce de la dicte Dame au comte de Lenos. Il estime que
les comtes de Morthon et de Glames viendront. L'on a opinion que les
depputez de l'aultre party sont desjà à Cheffil avec la Royne
d'Escosse, leur Mestresse, et que l'évesque de Roz, qui l'est allée
trouver, les admènera bientost par deçà. Je vays, en son absence,
entretenant, la plus vifve que je puys, la pratique du dict tretté et,
par toutes les sondes que je y fays, je trouve que la résolution
demeure ferme de passer oultre; non que pour cella, Sire, il ne s'y
voye beaucoup de difficultez, semblables à celles du passé, et mesmes
que le comte de Sussex, à son arrivée, y en a semé plusieurs de celles
qui tesmoignent le regrect, qu'il a, d'estre depposé de sa charge, et
de ce que son armée luy a esté cassée, magniffiant ces derniers
exploictz d'Escosse, et monstrant combien il seroit facille, et hors
de dangier, d'y en exécuter de plus grandz, veu les ordinaires
empeschemens, que Vostre Majesté et les princes de dellà la mer ont en
leurs affères. Néantmoins l'on pourra juger plus à clair du succez de
cest affère, quant toutz les depputez seront achevez d'arriver, ce que
je n'espère devant le huictiesme de janvier.

Il est, coup sur coup, arrivé trois courriers de Flandres, qui sont
allez descendre au logis du secrétaire Cecille en ceste ville, où il
est encores mallade; qui les a examinez à part, et les a assés tost
expédiez vers la Royne sa Mestresse, sans permettre qu'ilz ayent rien
publié de leur dépesche. Tant y a que j'ay ung adviz d'assez bon
lieu, que le duc d'Alve, en baillant sa responce au depputté de la
dicte Dame, ne luy a accepté son offre, ny aussy ne la luy a reffuzée;
mais il luy a miz en avant d'aultres gracieulx expédientz, par
lesquelz il faict espérer à ceste princesse, et aulx siens, que non
seulement le faict de ces prinses, mais aussi celluy du commerce et de
l'entrecours, et pareillement toutz aultres différans, d'entre le Roy
Catholique et elle, et d'entre leurs pays et subjectz, se pourront
facillement accommoder, avant la fin de febvrier, ou au moins, dans
tout le mois de mars. Je ne sçay si elle s'y endormyra, mais ceulx de
son conseil monstrent qu'il y a une extrême nécessité de trafiquer en
ce royaulme, et pressent bien fort l'ambassadeur d'Espaigne de leur
ottroyer des passeportz, pour envoyer des navyres et merchandises en
Biscaye et Andelouzie.

Le jeune Coban est arrivé, despuys trois jours, en ceste court, lequel
n'a passé en ceste ville; dont n'ay encores rien aprins de certain de
ce qu'il a raporté de sa légation. Il est vray que quelques lettres
sont venues d'Allemaigne, par lesquelles l'on escript que l'Empereur
luy a notiffié le mariage de l'archiduc Charles, son frère, avec la
fille de Bavière, et que cella, avec quelques bonnes parolles
d'amytié, ont esté toute la substance de la responce qu'il luy a
faicte.

Il a esté procédé si gracieusement ez choses de Lenclastre, que les
sires Thomas et Edouart Stanlays et le sire Thomas Gerard, soubz
parolles de seureté, se sont enfin venuz représanter en ceste court,
où le comte de Lestre et le secrétaire Cecille leur ont, d'entrée,
monstré grand faveur. Je ne sçay quelle sera l'yssue de leur faict. Le
dict secrétaire Cecille m'a envoyé, par le Sr de Quillegray, son beau
frère, la responce, que les maire et eschevins de Londres font aulx
remonstrances de voz subjectz de Roan, et m'a mandé que, si les dicts
de Roan ne s'en contentent, qu'ilz les apostillent, ou bien qu'ilz
depputent deux d'entre eulx pour en conférer avec deux aultres de
Londres, affin de s'en accommoder ensemble. Car sa Mestresse; desire
que, pour l'honneur de Vostre Majesté, ilz soyent contantés, et le
commerce continué. Et m'a dict aussi le dict Cecille que, pour
remédier aulx désordres d'entre la Bretaigne et l'Angleterre, il vous
playse, Sire, ordonner à Mr de Montpensier de fère une recerche des
prinses et déprédations faictes aux Anglois par dellà, et y depputer
des commissaires pour en juger sommairement; et sa dicte Mestresse
pourvoyra de fère le semblable par deçà, pour la restitution des biens
des Bretons, et qu'aultrement le commerce d'entre les deux pays va
estre de tout interrompu.

Monsieur le comte de Lecestre m'a envoyé dire, ce matin, par ung de
ses gentishommes, qu'il a continué vers la Royne, sa Mestresse, la
négociation que j'avois commancée avec luy, suyvant laquelle ayant
priz en bonne part noz remonstrances, elle s'est résolue de persévérer
en tous debvoirs de bonne amytié vers Vostre Majesté, et qu'elle
envoyera une bien honnorable ambassade en France, pour fère la
conjouyssance de voz nopces et de la venue de la Royne. J'entendz que
ce sera milord Boucart, parant en mesme degré de la dicte dame qu'est
milord d'Ousdon. Sur ce, etc. Ce XIIIe jour de décembre 1570.



CLe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour de décembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Nouvelles de la santé de Marie Stuart.--Préparatifs de départ de
    lord Buchard et des seigneurs de sa suite pour assister aux
    fêtes du mariage du roi.--Négociation des Pays-Bas.--Nouvelles
    d'Allemagne.--Affaires d'Irlande.


     AU ROY.

Sire, suyvant ce que, en mes précédantes du XIIIe de ce moys, j'avois
espéré de vous pouvoir, par celles de ceste heure, mander de bonnes
nouvelles de la Royne d'Escoce, il est advenu que Mr l'évesque de Roz
m'a escript, du XIe de ce moys, tout l'estat auquel il l'a trouvée,
quant il est arrivé vers elle; qui est chose pitoyable à ouyr, mesmes
que, oultre la complication de beaucoup de malladies, qui la pressent,
elle est affligée d'ung extrême ennuy de ses affères, et d'un
crèvecueur trop grand, qu'elle a d'aulcunes mauvaises parolles qu'on a
aprins au Prince d'Escoce, son filz, de proférer d'elle. Néantmoins,
par la bonne dilligence et les bons remèdes, qu'on luy a usé, les
médecins jugent qu'elle est à présent hors de dangier; ce que je vous
confirmeray, Sire, par mes subséquentes, sellon la certitude qui m'en
viendra chacun jour. Les depputez de son party ne sont encores
arrivez, et estime l'on qu'on a changé l'ellection, et que le comte
d'Athil, ou celluy d'Arguil, avec milord Herys, seront envoyés. Leur
longueur aporte beaucoup de retardement à leurs propres affères, et à
ceulx de leur Mestresse.

Cependand milord Boucard se met au plus honneste équipage qu'il peult,
pour aller trouver Vostre Majesté, et a commandé la Royne, sa
Mestresse, au comte de Rotheland, et encores à vingt chevaliers ou
gentishommes de sa court, de l'acompaigner, monstrant qu'elle veult
honnorer, à son pouvoir, ce tant illustre mariage des deux personnes,
qui sont les plus royalles et de la plus haute extraction de la
Chrestienté, et d'honnorer encores particullièrement la venue de la
Royne, comme d'une princesse, que, oultre les communes occasions de
leur mutuelle bienveuillance, elle veult, pour l'honneur de
l'Empereur, son père, contracter une fort estroicte et bien fort
espécialle amytié avec elle. Et s'attand bien aussi la dicte Dame que
Voz trois Majestez Très Chrestiennes et Messeigneurs voz frères, et
Mesdames voz soeurs, et pareillement toute la France, luy gratiffierez
ceste sienne bienveuillance et grande démonstration; laquelle je vous
puys asseurer, Sire, qu'on me la tesmoigne icy pour une fort grande
expression du desir, qu'elle a, de persévérer en toute bonne amytié
avec Vostre Majesté, et d'accommoder encores, pour l'honneur de vous,
les affères de la Royne d'Escoce; ce que je remets bien à le voir par
les effectz. Tant y a que je vous suplie très humblement, Sire, de
commander que les choses, qui conviennent à bien et favorablement
recepvoir une si notable ambassade, soient ordonnées de bonne heure.

Au regard des différans de Flandres, j'entendz que le duc d'Alve a
faict remonstrer, soubz main, au depputé de la Royne d'Angleterre
qu'il ne pouvoit, en façon du monde, accepter son offre de prandre les
merchandises d'Angleterre au pris qu'elles avoient esté vandues; car
il y feroit, par trop, le dommaige de son Maistre, mais qu'il
s'esforceroit bien de luy fère trouver bon que ce fût sellon qu'elles
avoient vallu en Envers, ung mois auparavant les saysies, parce que
l'empeschement, survenu despuys, sur le commun commerce des deux pays,
les avoit faictes venir beaucoup plus chères; et que c'estoit ung
expédiant, qui luy sembloit fort raysonnable, et par lequel il
espéroit qu'on viendroit facillement au moyen d'accommoder les aultres
affères du commerce, et de l'entrecours, et de toutz les différans
qu'ilz pouvoient avoir ensemble; auquel expédiant, Sire, semble que
ceulx cy condescendront, mais, de tant que le dict duc n'en a encores
rien escript à l'ambassadeur, qui est icy, l'on estime que ce n'est
matière bien preste.

Il ne se publie encores rien de la responce, que le jeune Coban a
raportée de l'Empereur; pourra estre qu'avant mes premières j'en auray
aprins quelque chose pour le vous mander, mais, quant à l'allemant,
qui estoit arrivé ung peu devant luy, c'est ung capitaine qui
s'appelle sire Mans Olsamer, d'Auxbourg, qui desire estre receu au
service et à la pencion de la Royne d'Angleterre; et, pour tesmoignage
de sa valleur, il a aporté des lettres de recommendation du duc
Auguste, et quelque présent de coffres d'Allemaigne à la dicte Dame,
et six belles pères de pistollés au comte de Lestre. L'on estime que
luy et ung aultre ambassadeur, que le comte Pallatin et le comte de
Mansfelt en mesmes temps envoyé icy, par prétexte de quelque reste de
payement de reistres, poursuyvent ce que leurs aultres ambassadeurs,
l'esté passé, avoient miz en avant d'une ligue avec ceste princesse,
dont je mettray peyne d'en entendre ce qui en est.

L'ambassadeur d'Espaigne m'a dict qu'on avoit icy adviz d'Irlande
comme les sauvaiges ont surprins ung chasteau sur ung port de mer,
appartenant au comte d'Esmont, prisonnier en la Tour de Londres,
lequel la Royne d'Angleterre avoit commis en garde à quelque aultre
gentilhomme du pays, et que les dicts sauvaiges y ont miz une garnyzon
de Bretons, de quoy l'on ne m'a encores parlé, et je n'en ay poinct
d'adviz d'ailleurs; ayant au reste, Sire, bien dilligement considéré
ce que Vostre Majesté m'a escript, du premier de ce moys, touchant le
dict pays, qui est une chose qui se raporte assés bien à ce que je
vous en manday, dez le XIe de juing dernier; et me semble, Sire, que
ceulx cy ont meintennant fort oublyé la plus grand souspeçon qu'ilz
eussent en cest endroict, car ilz n'ont nul appareil sur mer; et si,
estiment que l'Espaigne n'est encores bien délivrée des Mores, et que
le Roy Catholique a receu honte et perte en l'entreprinse du Levant,
n'ayant son armée de rien servy au secours de Nicocye[21], ny rien
exploicté de bien, en tout le voyage, que la perte de quatre ou cinq
mil soldatz, et s'est retirée, sans bonne intelligence, d'avec celles
des aultres allyez. Possible qu'ilz s'endorment ez belles parolles du
duc d'Alve. J'essayeray de voir, ung peu de près, où en sont, à
présent, les choses, affin de vous en escripre plus à certain par mes
premières; mais il est requis, Sire, qu'on y ayt principallement
l'oeil ouvert du costé d'Espaigne et de Flandres; car c'est là, où
desjà sont passez ceulx qui ont à conduyre l'entreprinse, si aulcune
s'en faict. Sur ce etc. Ce XVIIIe jour de décembre 1570.

  [21] La ville de Nicosie, malgré les efforts de la flotte
  combinée des chrétiens, fut prise par les Turcs, le 9 septembre
  1570.



CLIe DÉPESCHE

--du XXIIIe jour de décembre 1570.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais, par Jehan Monyer._)

  Retour de sir Henri Coban de sa mission en Allemagne.--Rapport
    qu'il fait à la reine de ce qui s'est passé aux fiançailles du
    roi à Spire.--Conférence de l'ambassadeur et de lord
    Buchard.--Instructions qui ont été données à lord Buchard par
    la reine d'Angleterre.--Espoir de l'ambassadeur de ramener
    Élisabeth à une entière confiance dans le roi.--Convalescence
    de Marie Stuart.


     AU ROY.

Sire, j'ay fort dilligemment cerché de sçavoir si ceulx cy avoient nul
sentyment de l'aprest, que Vostre Majesté m'a mandé par sa lettre du
premier de ce mois, mais je trouve qu'ilz ne se deffient à ceste
heure, peu ny prou, de cest endroict, estans en termes de bien
accorder leurs différans avec le duc d'Alve; et ayant la Royne
d'Angleterre receu, par le retour du jeune Coban, qui a repassé par
Flandres, une lettre du Roy Catholique et une aultre du dict duc,
desquelles, à la vérité, je ne sçay encores la teneur; tant y a que le
dict duc luy faict espérer beaucoup de l'amytié de son Maistre, et luy
promect plusieurs bons offices de sa part; sur quoy elle et les siens
sont à présent endormys. Il est vray qu'ayant la responce, que icelluy
duc a faicte au depputé d'icy, (laquelle, du commancement, avoit
semblé fort raysonnable), esté baillée à examiner aulx gens de lettre
de ceste ville, ilz l'ont en quelque part trouvé captieuse, de sorte
qu'on estime qu'il y aura encores bien à débattre. Le dict jeune Coban
a faict ung honnorable rapport des fianceailles de Vostre Majesté,
lesquelles il a veues cellébrer à Spire, et de la bonne grâce, vertu
et débonaireté de la Royne, des vertueulx déportemens de Mr le comte
de Retz aus dites fianceailles, avec honneur et dignité, et
pareillement de monsieur le comte de Fiesque, et de toutz les
Françoys, qui estoient en leur compaignie; et s'est loué des
honnorables propos, que le dict Sr comte de Retz luy a tenuz de la
Royne d'Angleterre, sa Mestresse, et de la faveur qu'il luy a faicte
particulièrement à luy; mais quant aulx aultres contantemens, qu'il a
raporté de la cour de l'Empereur, j'entendz que sa dicte Mestresse ne
les a aulcunement goustez, ains qu'elle demeure offancée des
responces, que l'Empereur luy a faictes; lesquelles j'espère que, par
mes premières, je les vous pourray mander.

Lundy dernier, Mr de Valsingan me fit ung somptueulx festin, auquel il
appella milord de Boucart, le comte de Rotheland, et une trouppe des
plus habilles hommes de bonne qualité de ceste ville, qui me vinrent
quérir fort honnorablement en mon logis; il me dict qu'il estoit du
tout dépesché pour aller succéder à Mr Norrys, et qu'il me donnoit
parolle, en homme de bien, de se comporter en telle sorte, en sa
légation, que Vostre Majesté en auroit tout contentement; et me fit
toute ceste compaignie une fort honneste démonstration de
bienveuillance envers la France. Le dict Sr de Boucard me dict, à
part, que sa Mestresse luy avoit commancé de bailler son instruction,
et que, sans les choses que son ambassadeur luy avoit escriptes, elle
eust faict fère le voyage par le comte de Lestre, lequel, à présent,
ne pouvoit plus estre ainsy bien prest comme elle le desireroit; bien
que je luy eusse, à ce qu'elle disoit, desjà interprété en si bonne
sorte ce que Vostre Majesté avoit faict et dict, en l'endroict de son
ambassadeur, qu'elle en demeuroit fort satisfaicte, mais qu'elle
vouloit que le dict de Boucart accomplyst si honnorablement ceste
légation au lieu du dict de Lestre, que Voz Majestez Très
Chrestiennes, et toute la France, en puissiez recepvoir le
contantement, qu'elle desireroit; et luy avoit parlé en une façon
qu'elle monstroit ne vous porter moins bonne affection, que si elle
vous estoit propre soeur germayne, et qu'elle fût vrayement fille de
la Royne, vostre mère; et qu'il y en avoit, qui luy conseilloient de
composer aultrement son langaige, quant il seroit en France, mais
qu'il n'avoit garde, et qu'il vous représenteroit droictement les
propos de sa Mestresse. Il est, à la vérité, ung bien modeste
gentilhomme, et aussi bien intentionné que j'en cognoisse poinct en
ceste court, il eust desiré que le terme de vostre entrée à Paris
n'eust pas esté si court, affin d'avoir plus de loysir de se préparer;
et luy ay donné quelque espérance qu'elle pourra estre prolongée
jusques au VIIIe ou Xe de janvier.

Je vays demain trouver la Royne, sa Mestresse, et espère, puysqu'elle
a commancé de bien prandre mes raysons, que je la ramèneray aulx
premiers termes de la bonne amytié, que Vostre Majesté desire
continuer avec elle, sellon le bon argument que je luy en feray voir
par vos lettres du XXIIe du passé; et ne larray de luy toucher des
affères de la Royne d'Escoce, encores qu'ilz luy soyent toutjours fort
espineux; et la remercyerai de la consolation, qu'elle luy a donnée
par ses lettres, en ceste grande malladye où elle a esté, de laquelle
l'on pense icy qu'elle ne soit encores bien hors de dangier; mais,
tout présentement, ung sien serviteur, qui est son fruytier, et faict
l'office d'apoticquaire, et qui la servyt vendredy dernier à son
disner, m'a apporté certaines nouvelles qu'elle se trouve mieulx. La
Royne d'Angleterre est après à l'envoyer visiter par ung gentilhomme
des siens, et luy envoyer une bague, qu'elle a faicte fère exprès,
pour renouveler quelques merques d'amytié entre elles; et semble qu'il
ne tient plus qu'aulx depputez d'Escoce qu'on ne procède au traicté.
Sur ce, etc. Ce XXIIIe jour de décembre 1570.



CLIIe DÉPESCHE

--du XXIXe jour de décembre 1570.--

(_Envoyée jusques à la court par le Sr de Sabran._)

  Audience.--Explication sur le mauvais accueil dont s'est plaint
    l'ambassadeur d'Angleterre.--Satisfaction de la
    reine.--Discussion des affaires de la reine d'Écosse.--Plainte
    d'Élisabeth au sujet des menaces faites par le roi.--_Lettre
    secrète à la reine-mère._ Conférence du cardinal de Chatillon
    avec l'ambassadeur; projet de mariage du duc d'Anjou avec
    Élisabeth.--Commencement de cette négociation.--Déclaration de
    Leicester qu'il favorisera ce projet.--Propos tenu à ce sujet
    par l'ambassadeur à la reine d'Angleterre.--_Mémoire._
    Proposition du comte de Sussex sur les affaires de Marie
    Stuart.--Efforts des Anglais pour enlever à la France
    l'alliance de l'Écosse.--Poursuites dirigées au sujet des
    troubles du pays de Lancastre.--Affaires d'Espagne et des
    Pays-Bas.--Confiance des Anglais dans les promesses du duc
    d'Albe.--Négociation de sir Henri Coban en
    Allemagne.--Mécontentement d'Élisabeth contre
    l'Empereur.--Nouvelle d'un grand armement fait en Espagne.


     AU ROY.

Sire, j'ay dict à la Royne d'Angleterre que sur la dépesche que je
vous avois faicte par le Sr de L'Aubespine, touchant le
malcontantement qu'elle avoit des choses, qui avoient esté faictes en
l'endroict de son ambassadeur, Vostre Majesté ne m'avoit guières vollu
différer sa responce, en laquelle j'avois trouvé tout ce qui s'étoit
passé avecques luy, le jour dont il se pleignoit; dont me commandiez
de le représanter à elle par le menu, et que, s'il luy restoit nul bon
desir, ni aulcune bonne affection envers Vostre Majesté, et si elle ne
vouloit condempner la franchise et sincérité, dont vous desiriez uzer
en son endroict, vous espériez qu'elle n'interprèteroit que à bien
tout ce qui vous estoit advenu de fère et dire, lors, à son dict
ambassadeur: et néantmoins, parce que je vous avois mandé qu'elle
desiroit d'en estre satisfaicte, vous n'aviez vollu différer d'en
mettre la satisfaction dans vostre lettre, et y aviez adjouxté
l'intention, dont vous aviez parlé, des affères de la Royne d'Escoce,
et ce que vous en aviez encores sur le cueur; à quoy vous la supliez
toutjour de pourvoir, et puys veniez, en vostre lettre, à d'aultres
particullaritez, qui estoient toutes à son contantement; dont, de tant
que vous y expliquiez si bien vostre intention, que je craignois
d'offusquer beaucoup la clarté d'icelle, si je la rédigoys en mes
propos, j'avois aporté le propre extraict de vostre chiffre, pour le
luy monstrer, après toutesfoys avoir impétré d'elle qu'elle ne
prendroit, sinon en fort bonne part, tout ce qui y estoit contenu.

La dicte Dame, me remercyant de la communication que je luy vouloys
fère de vostre dépesche, affin d'y comprendre mieulx vostre intention,
la leust fort curieusement du commancement jusques à la fin, et
considéra de prez toutes les particullaritez qui y estoient contenues;
et puys me dict qu'elle vouloit bien demeurer contante et satisfaicte
de ce qu'il vous playsoit, et prendre de bonne part les bons argumens,
qu'elle voyoit dans vostre lettre, de vostre bonne amytié vers elle;
mais cella luy faisoit mal que vous l'y colloquiez segonde, après la
Royne d'Escoce, bien qu'elle méritast d'estre première, et que, si
vous y aviez touché aulcunes honnestes et bien gracieuses
particullaritez pour elle, vous y aviez encores plus amplement
poursuyvy les affères de la dicte Royne d'Escoce; dont eust desiré
que, au moins ceste foys, vous eussiez oublyé d'y mettre le mesmes
langaige, que vous aviez escript à son dict ambassadeur, mais il y
estoit tout semblable; et qu'elle voyoit bien que vous ne l'aviez peu
dire, ny escripre, à luy, ny à moy, sans que vous ne l'eussiez heu
ainsy dans le cueur; néantmoins qu'elle estimoit que vous luy
réserviez toutjour une très bonne affection, ainsy que vous
l'escripvez; et que, pour le regard de la Royne d'Escoce, elle avoit
esté très desplaysante de sa malladye, et de ce qu'il sembloit qu'elle
ne fust encores hors de dangier, néantmoins elle l'envoyeroit visiter
par ung gentilhomme, affin de luy donner toute la consolation qu'il
luy seroit possible; qu'elle espéroit que ses depputez seroient
bientost icy, luy ayant néantmoins mandé d'en fère venir de plus
capables que ceulx qui avoient esté nommez, car c'estoit derrision
d'envoyer ceulx là; et, qu'aussitost qu'ilz seroient venuz, des deux
partys, qu'on procèderoit au tretté, auquel, quant à ce que Vostre
Majesté me commandoit de prendre garde qu'il n'y fût rien faict à
vostre préjudice, qu'elle ne le prétandoit aulcunement, mais seulement
de fère que la Royne d'Escoce ne luy nuysît poinct à elle; au regard
de voz nopces, qu'elle avoit receu ung singulier playsir d'en entendre
l'honnorable récit, que je luy en avois faict, et qu'elle se délectoit
de les ouyr cellébrer et magniffier, comme les plus honnorables de
nostre temps; (ès quelles n'avoit esté besoing de dispence, ainsy que
aulx aultres, où sembloit qu'enfin le Pape permettroit de se mesler
avec les propres soeurs); et qu'elle les envoyeroit honnorer et
aprouver encores de sa part, par ung de ses barons, qui estoit son
parant fort prochain du costé de sa mère, lequel elle avoit
expressément choisy à cest effect pour vous contanter; et vous pryoit,
Sire, de le vouloir bien recepvoir, et l'accepter avecques faveur; et
vous remercyoit, au reste, de tout son cueur, de ce que, pour vous
avoir desiré toute félicité en vostre mariage, et avoir invoqué la
bénédiction de Dieu sur icelluy, vous luy en avez souhayté ung pour
elle, qui fust à son contantement, chose qu'elle s'asseure que vous
luy vouldriez procurer de bonne affection, et elle aussi y vouldroit
suyvre très vollontiers vostre jugement, sellon qu'elle s'asseuroit
que vous luy vouliez beaucoup de bien, si elle en venoit à cella; et
qu'au reste elle n'avoit poinct doubte de l'establissement de la paix
de vostre royaulme, néantmoins qu'elle estoit infinyement bien ayse de
vous voir bien résolu de la maintenir, et que toutz vos subjectz se
rangeassent, comme ilz faisoient, à bien exactement l'observer.

Toutz lesquelz bons propos, Sire, elle a estenduz en plusieurs
honnestes termes d'amytié et de bonne affection envers Voz Majestez
Très Chrestiennes et au plaisir, qu'elle disoit participer avec celluy
qu'elle jugeoit fort grand, et quasi incroyable, de la Royne, vostre
mère, sur les prospéritez qu'elle voyoit aujourduy en ses enfans et en
la France; ce que j'ay suyvy avec les meileures parolles, que j'ay
estimé convenir à vostre grandeur et à l'honneur et dignité du présent
estat de voz affères; et me suys ainsi licencié d'elle.

Or, Sire, le comte de Lestre m'a faict une ouverte démonstration de
la bonne intelligence, en quoy la dicte Dame veult demeurer avec
Vostre Majesté, mais que voz ennemys luy objectent que ce n'est de la
dignité de sa couronne, ny de l'honneur de son royaume, qu'elle se
laysse aller à voz menaces sur les affères de la Royne d'Escoce, et
qu'il me vouloit dire que la dicte Dame avoit heu mille et mille foys
plus de respect à vous pour la Royne d'Escoce, que non pas à elle, et
que je pouvois dire qu'en vostre nom j'avoys tiré son affère hors des
abismes, néantmoins qu'elle en vouloit bien avoir le gré et l'honneur,
et que tout seroit gasté, si l'on y procédoit par rigueur; dont ayant
Vostre Majesté à procéder en cella avecques une femme, desiroit qu'il
vous pleust luy uzer de toutes agréables parolles, et encores de
gracieuses prières, et qu'avec ceste courtoysie le dict sieur comte
espéroit de vaincre les adversayres de ceste cause, lesquelz il estoit
incroyable combien ilz lui avoient donné de peyne jusques icy. Et sur
ce, etc. Ce XXIXe jour de décembre 1570.

     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, j'ay à dire à Vostre Majesté touchant le particullier de la
petite lettre du XXIe de novembre que, quant Mr le cardinal de
Chastillon a repassé en ceste ville, en s'en retournant d'Amptome, il
m'est venu visiter pour satisfère, à ce qu'il dict, à son debvoir
envers Voz Majestez, et a curieusement examiné de quelle intention
Elles et Monseigneur estoient en l'entretennement de la paix, et si
elles se vouloient poinct tirer hors de la subjection du Roy
d'Espaigne et des aultres princes, qui tirannisent vostre couronne,
et si Mon dict Seigneur estoit si avant au party de la princesse de
Portugal qu'il ne peult entendre à celluy de la Royne d'Angleterre,
lequel, s'il le vouloit, se pourroit meintennant conduyre, estendant
son propos en plusieurs aultres choses, lesquelles revenoient toutes à
ces trois poinctz.

Je luy ay respondu, quant à la paix, qu'il ne doubtât que Voz Majestez
et Monseigneur ne la rendissiez stable et de durée, jouxte l'édict,
qui en avoit esté faict, pourveu que eulx, de leur costé,
l'observassent; que vostre dellibération estoit de fère voz affères,
sans dépendre de nul aultre prince, mais qu'il seroit bien dangereux,
à la fin de ceste guerre des Protestans, d'en laysser renoveller une
des Catholiques, veu l'intelligence que luy mesmes disoit que les
aultres princes avoient dans le royaume; par ainsy qu'il vous failloit
laysser bien establyr, et qu'il considérât combien il avoit esté
besoing que Voz Majestez et Mon dict Seigneur eussiez usé d'une ferme
et constante vertu, et d'une grande magnanimité, à fère ceste paix,
estant assez contradicte de toutz les aultres princes catholiques;
que, touchant la Royne d'Angleterre, elle avoit toujour monstré ne
vouloir poinct de mary, ou de ne vouloir entendre à nul autre que à
l'archiduc; mais si, à ceste heure que Mon dict Seigneur estoit en
fleur d'eage, et florissant en toutes vertuz, aultant et, possible,
plus que nul prince de la Chrestienté, elle trouvoit bon de
l'espouser, je ne faisois doubte que luy et Voz Majestez, et toute la
France, embrassissiez ce party avec toute affection, comme le plus
grand et le plus honnorable de toutz les aultres, et duquel j'estimois
qu'adviendroit plus de réconcilliation au monde, plus de paix à la
France, et plus de terreur aulx ennemys d'icelle, que de nulle chose,
qu'il se peult aujourduy mettre en avant.

Ce qu'il monstra de recepvoir avec affection et d'en demeurer bien
fort consollé; et s'en retourna, puys après, au logis du comte de
Lestre, où il fut tout le soir en privée conférence avecques luy:
puys, le matin, il me manda qu'il espéroit que noz propos produyroient
quelque bon effect.

Peu de jours après, ainsi que j'étois bien mallade, le Sr Guydo
Cavalcanty me vint, par forme de visite, en mon lict entretenir d'ung
grand circuyt de bonnes parolles; lesquelles il fit tumber sur Mon
dict Seigneur, et que le mariage de l'archiduc avec la fille de
Bavière, l'indignation, que la Royne d'Angleterre en avoit prins, et
ce qu'elle vouloit bien monstrer qu'elle estoit pour trouver aussi bon
party que le sien; et puys les différans des Pays Bas, ceulx de la
Royne d'Escoce, la paix de la France, l'accommodement qui se pourroit
fère de Callais, s'il y avoit enfans, la disposition venue de
Monsieur, qui estoit desjà homme, celle qui commanceroit doresenavant
de passer de la dicte Royne d'Angleterre, estoient toutes influances
pour fère effectuer, ceste année, ung bien heureux mariage entre eulx;
et que, si je le trouvois bon, il en mettroit quelque chose, comme de
luy mesmes, en avant au secrétaire Cecille, avec de si bonnes
considérations, qu'il espéroit qu'elles auroient effect, me priant de
fère entendre ceste sienne bonne intention à Vostre Majesté.

Auquel Cavalcanty, parce que je le cognoissois fort de ceste court, et
que c'estoit luy qui avoit toutjour entretenu le party de l'archiduc,
je respondiz que le propos me sembloit si honnorable et si
advantaigeux pour Monseigneur, que j'avois ung grand playsir qu'il me
l'eust miz en avant, et que je ne fauldrois d'en donner adviz à
Vostre Majesté, ne voyant qu'il y peult avoir que tout bien d'en
entamer telz propos, comme il les sçauroit bien penser et bien
sagement conduyre, car je le réputois pour ung expécial serviteur de
Vostre Majesté et bien affectionné à la France; que, pour ma part, ne
saichant, à présent, en quelle disposition vous en pouviez estre, je
ne luy pouvois dire sinon que, de toutz les partys, dont je vous avois
ouy fère grand cas; mesmes pour le Roy vostre filz, vous aviez
toutjour estimé le plus grand et le plus digne celluy de la Royne
d'Angleterre; et que sur ung tel fondement se pourroit bien establyr
une bonne alliance, si l'on s'y disposoit du costé de deçà.

A trois jours de là, le dict Cavalcanty me revint trouver, qui me dict
avoir desjà ouvert ce bon propos au dict secrétaire, et qu'il l'avoit
receu avec affection, mais que, ayant esté longtemps mallade, sans
avoir veu sa Mestresse, il ne l'avoit peu suyvre; mais il l'avoit pryé
de l'aller trouver à Amthoncourt, aussitost qu'il y seroit, et qu'ilz
en tretteroient plus amplement.

Despuys cella, Madame, j'ay esté au dict Amthoncourt, où me trouvant à
part avec le comte de Lestre, après d'aultres discours, je luy ay dict
tout ouvertement qu'ung personnaige de bonne qualité, lequel
toutesfoys je ne luy ay point nommé, m'avoit tenu le susdict propos,
lequel j'avois receu avec honneur et respect, mais que je n'en voulois
user sinon ainsy qu'il me conseilleroit; car je sçavois que Voz
Majestez le réputoient comme conseiller et protecteur de tout ce que
vous auriez à fère en ce royaulme, et que, si quelque chose debvoit
advenir de cella, vous ne vous en vouldriez jamais adresser qu'à luy.
Lequel me respondit qu'il y avoit plusieurs jours qu'il avoit desiré
de conférer avecques moy de cest affère, sur ce qui en avoit esté
desjà miz en termes par le vydame de Chartres et par d'aultres, mais,
plus expressément que par nul, par Mr le cardinal de Chastillon, qui
avoit parlé si haultement des grandes qualitez de Monsieur, comme le
cognoissant bien, qu'il l'avoit faict le plus desirable prince de la
terre; que, de sa part, il s'estoit toutjour opposé au party
d'Austriche bien que, en aparence, utille à sa Mestresse, mais
puysqu'elle estoit résolue de n'entendre à celluy de nul de ses
subjectz, qu'il se vouloit sacriffier pour conduyre celluy de
Monsieur; et qu'il y vouloit procéder en telle façon que ung esgal et
mutuel advantaige fût gardé aulx deux, affin de ne fère naistre d'ung
tel pourchaz d'amytié aulcune matière d'offance, comme il voyoit bien
qu'il en restoit quelcune assés grande du propos de l'archiduc, et
qu'on estoit pis que jamais avec le Roy d'Espaigne, nonobstant les
bonnes lettres, que luy et le duc d'Alve avoient naguières escriptes;
et que, en brief, il viendroit exprès à Londres pour me festoyer en sa
mayson, et pour tretter amplement de cest affère avecques moy; duquel
il estoit d'adviz que je touchasse cependant quelque mot à la Royne,
sa Mestresse; et qu'il espéroit que, sur ceste occasion, se dresseroit
ung voyage pour luy en France, puysqu'il avoit failly ceste foys d'y
aller; et qu'il avoit ung infiny desir d'aller bayser les mains à Voz
Majestez, comme recognoissant le Roy pour son supérieur, à cause de
l'honneur, qu'il luy avoit faict, de son ordre.

Et de ce pas il me mena en la chambre privée de sa Mestresse, où je la
trouvay mieulx parée que de coustume, et qui monstra qu'elle
s'attandoit bien qu'en luy parlant des nopces du Roy, je luy en
desirerois une pour elle; à quoy elle m'achemina, par aulcuns siens
propos, sur lesquelz enfin je luy diz qu'il me souvenoit bien de ce
qu'elle m'avoit asseuré de n'avoir poinct faict de veu de ne se maryer
pas, et que le plus grand regrect qu'elle eust estoit de n'avoir pensé
de bonne heure à sa postérité, et qu'elle ne prendroit jamais party,
qui ne fût de mayson royalle, convenable à sa qualité; sur quoy je
serois marry qu'elle m'estimât si mal abille que je n'entendisse bien
que cella quadroit merveilleusement bien en Monseigneur, frère du Roy,
comme en celluy, lequel j'osois (sans passion ny flatterye) réputer le
plus acomply prince, qui aujourduy vesquit au monde pour mériter ses
bonnes grâces; et que je me réputerois le mieulx fortuné gentilhomme
de la terre, si je pouvois intervenir à quelque commancement d'une si
heureuse alliance, qui peult revenir à bon effect; car j'en
demeurerois cellèbre à toute la postérité.

La dicte Dame receust merveilleusement bien ce peu de motz, et me
respondit que Monsieur estoit de telle estime et de si exellante
qualité qu'il estoit digne de quelque grandeur qui fût au monde, et
qu'elle croyoit que ses pensées estoient bien logées en plus beau lieu
qu'en elle, qui estoit desjà vieille, et qui, sans la considération de
la postérité, auroit honte de parler de mary, et qu'elle estoit desjà
de celles dont on vouldroit bien espouser le royaume, mais non pas la
royne, ainsy qu'il advenoit souvent entre les grandz, qui se maryoient
la pluspart sans se voir; et que ceulx de la mayson de France avoient
bien réputation d'estre bons marys, à bien fort honnorer leurs femmes,
mais à ne guières les aymer. Et suyvyt assés longtemps ces propos avec
toutes les plus honnestes et favorables parolles, qui se pouvoient
respondre à ung, qui monstroit ne parler aulcunement que de luy
mesmes, et sans aulcune charge. Dont ne fault doubter, Madame, que ce
qui en seroit meintennant miz en avant ne fût receu d'elle, et
embrassé de tout son royaulme, avec affection; mais je ne puys juger
encores si elle l'acomplyroit par après, car souvent elle a promiz à
ses Estats de se maryer, et puys elle a trouvé moyen d'en prolonger et
interrompre les propos. Néantmoins, de tant qu'on imputera à une très
grande faulte à la France d'avoir layssé eschapper ung si grand party,
comme est cestuy cy, qui semble se présenter à Monseigneur, je
desirerois que vous l'eussiez desjà disposé de le vouloir; et que, sur
ce qui en est desjà entamé entre Mr le comte de Lestre et moy, Vostre
Majesté me commendast de passer oultre, et me prescript la forme comme
j'aurois à le fère: car il me semble bien que ce sera à nous (si l'on
en vient là) de parler les premiers, mais qu'il fauldroit qu'ilz y
respondissent si clairement que l'affère fût plus tost conclud que
divulgué, à cause des jalouzies, traverses et inconvénians, qui y
pourroient survenir; et puys après, l'on y pourroit bien adjouxter les
cérémonyes et respectz qui y seroient nécessaires pour honnorer
l'acte; surtout je prendray garde, aultant qu'il me sera possible, que
n'y soyez trompez ny remiz à nulle longueur. Sur ce, etc.

     Ce XXIXe jour de décembre 1570.

   Encores tout présentement, je viens de recepvoir adviz, de bon
   lieu, que le susdict propos commence de prendre icy grand
   fondement; dont je continueray d'en escripre toutjour quelque
   mot, à part, à Vostre Majesté; mais il n'y a rien plus requis que
   de tenir la matière secrecte.

   ADVERTYRA LE DICT DE SABRAN LEURS MAJESTEZ, oultre le contenu des
   lettres:

   Que milord de Sussex a proposé, à son arrivée, de fort mauvais
   conseilz contre les affères de la Royne d'Escoce, remonstrant
   qu'avec quatre centz mil escuz, qui ont esté employez ceste
   année, par ses mains, contre les Escouçoys, il a bien chastié
   ceulx d'entre eulx, qui avoient osé offancer la Royne, sa
   Mestresse, en retirant et supportant ses rebelles; et qu'il avoit
   estably aulx aultres un régent à sa dévotion; et relevé si bien
   la part du jeune Roy, que ceulx de l'aultre party ne faisoient
   plus que ce qu'il leur ordonnoit, et les avoit presque rengez à
   se soubsmettre à luy; et que, pendant que le Roy Très Chrestien
   estoit encores bien laz des guerres civiles de son royaulme, et
   les aultres princes de dellà la mer assés empeschez, chacun en
   son estat, il s'esbahyssoit comme la Royne, sa Mestresse, se
   retranchoit ainsy court à elle mesmes son entreprinse, de ne se
   saysir de l'Escoce, comme il luy avoit facillité la voye de ce
   fère, et de pouvoir establyr par là ung repos en ceste isle;
   lequel aultrement il n'espéroit l'y veoir jamais bien asseuré,
   mesmement si la Royne d'Escoce estoit restituée; et qu'on ne
   pouvoit donner ung plus loyal conseil à la Royne, sa Mestresse,
   que d'interrompre ce propos encommancé, et de luy fère poursuyvre
   chauldement, à ce prochain printemptz, son entreprinse de
   renvoyer l'armée en Escoce; car s'asseuroit dans peu de jours, la
   randre maistresse de Lislebourg, Esterlin et Dombertrand, et de
   forclorre aulx Françoys leur descente et retrette au dict pays;
   lesquelz aussi, sellon son opinion, n'avoient, à présent, guières
   à cueur les choses de deçà la mer, se trouvant seigneurs de
   Callais.

   Auquel conseil s'estantz joinctz ceulx, qui avoient toutjours heu
   le mesmes adviz, ilz ont euydé traverser grandement toutz noz
   affères; mais la Royne mesmes n'a monstré qu'elle y inclinast; et
   aulcuns seigneurs plus modérez ont remonstré au dict de Sussex
   qu'il y avoit plus de dangier et d'inconvéniant, en ceste
   entreprinse qu'il n'y en voyoit, de sorte qu'il n'est demeuré
   bien ferme en son opinion. Il est vray que l'abbé de Domfermelin
   est fort ordinaire en sa compaignye, ce qui le nous rend toutjour
   assés suspect, mais l'évesque de Roz, avant partyr, luy est allé
   remonstrer plusieurs choses, par lesquelles il l'a ramené à ceste
   rayson que, s'il se pouvoit establyr quelque bonne seureté entre
   les deux Roynes, il confessoit, veu la proximité d'elles, et le
   droict de la future succession à celle d'Escoce, que le plus
   expédiant seroit de la restituer; mais n'a parlé que
   condicionnellement, et par difficultez, avec un désir très
   ambitieux de demeurer en charge; et qu'en tout événement, il
   failloit que la dicte Dame quictast l'alliance de France pour en
   fère une nouvelle et perpétuelle avec la Royne d'Angleterre.

   A quoy le dict évesque luy a remonstré qu'il estoit impossible de
   ce fère, et qu'il ne seroit honneste ny proffittable à la Royne
   d'Angleterre de le requérir, joinct que, si elle pressoit de
   cella sa Mestresse, elle la presseroit à elle de renoncer à
   l'alliance de Bourgoigne. A quoy il a soubdain respondu que Dieu
   vollust garder sa Mestresse d'un si dangereux conseil, comme de
   quicter les anciennes alliances de sa couronne, mais qu'il
   n'estoit de mesmes à ceste heure, en l'endroict de la Royne
   d'Escoce, parce qu'il falloit qu'elle print la loy de la Royne
   d'Angleterre. Tant y a que, despuys, il semble que, à cause du
   duc de Norfolc, le dict de Sussex se soit ung peu modéré; et
   toutjour le comte de Lestre et le secrétaire monstrent persévérer
   droictement à vouloir que l'accord succède par le traicté; dont
   nous vivons en meilleure espérance.

   Et ceste honnorable ambassade, que la Royne d'Angleterre envoye
   meintennant en France, monstre qu'elle n'a le cueur esloigné de
   cella; mesmes Mr le cardinal de Chastillon m'a asseuré, ceste
   dernière foys qu'il m'est venu visiter, qu'il sçavoit
   certainement que la résolution estoit prinse, entre la dicte Dame
   et ceulx de son conseil, de restituer la Royne d'Escoce, mais que
   je ne m'esbahysse de la longueur; car elle estoit naturelle à
   ceulx cy, sellon que luy mesmes l'avoit esprouvé; et que, despuys
   l'aultre foys qu'il avoit esté avecques moy, ayant considéré, par
   les choses que Mr de Roz et moy luy avions desduictes, que le Roy
   avoit grand intérest à la restitution de la dicte Royne d'Escoce,
   il en avoit parlé si à propos à la Royne d'Angleterre qu'il
   l'avoit fort disposée d'y prendre quelque bon expédiant. Ceulx
   aussi, à qui cest affère est aultant à cueur en ceste court comme
   leur propre vie, m'asseurent qu'il ne tient plus qu'à la venue
   des depputez d'Escoce qu'on ne passe oultre à conclurre le
   traicté, et m'ont faict advertyr de suplier Leurs Majestez Très
   Chrestiennes de fère, en cest endroict, l'office que j'ay donné
   charge au Sr de Sabran de leur dire.

   Le sire Thomas Stanlay a esté ouy et examiné eu ce conseil sur
   les mouvemens de Lenclastre; et puys son frère Édouart après luy,
   et le sir Thomas Gérard, après, en présence de toutz deux, leur
   estant remonstré qu'ilz proposoient ung très mauvais exemple
   d'eulx au dict pays de ne se ranger à la forme de religion, qui
   estoit ordonnée, sellon les parlemens, à la tranquillité publique
   du royaulme; et que, s'ilz ne s'y déportoient plus sagement, la
   Royne, leur Mestresse, ne pourroit de moins que procéder contre
   eulx par la voye de justice; et, pour ceste foys, ne leur ont
   touché que ce point de la religion. A quoy ils ont respondu
   qu'ilz estoient personnaiges qualiffiez, et bien cautionnez en ce
   royaulme, et que, s'ilz se fussent sentys coulpables d'aulcune
   chose envers la Royne et son estat, qu'ilz ne fussent point
   venuz, et qu'ilz avoient, en toutz leurs actes, toutjours procédé
   en fort gens de bien, dont les requéroient qu'ilz ne vollussent
   prendre aulcune mauvaise opinion d'eulx, ny rien ordonner à leur
   préjudice, que leurs accusateurs ne fussent présens, car ils
   s'asseuroient de leur bien respondre, et de se bien justiffier
   devant eulx. Ilz sont encores à la suyte de la court, et
   cependant est venu nouvelles que celluy, qui les avoit defférèz,
   est mort de quelque accidant fort soubdain et fort estrange.

   J'ay faict dire, de loing, à aulcuns, qui ont parfaicte
   cognoissance des choses de ce royaulme, que j'avois entendu que
   la Royne d'Angleterre et ceulx de son conseil avoient toutjours
   heu pour suspect le retour de l'armée d'Espaigne, et qu'il
   sembloit qu'à ceste heure ilz en fussent en plus grand doubte que
   jamais; dont je les pryois de me mander en quoy ilz estimoient
   que les choses en fussent. Lesquelz m'ont respondu quasi
   conformément, de plusieurs endroictz, qu'à la vérité l'on estoit
   en assés de deffiance du costé d'Espaigne et de Portugal, tant à
   cause des prinses de l'an 1569, que de ce que les fuytifz de ce
   royaulme s'étoient retirez vers le duc d'Alve; et que Estuqueley
   estoit passé devers le Roy Catholique pour l'inviter à quelque
   entreprinse en l'Yrlande, ainsy qu'il estoit homme pour le luy
   sçavoir imprimer et pour se offrir à la conduyre; et que ung
   itallien, nommé Lotini, lequel ceste Royne entretennoit en
   Yrlande, avoit esté naguières chassé pour souspeçon, qu'on avoit
   heu, qu'il s'entendit avec le dict Estuqueley; néantmoins que la
   dicte Dame et toutz ceulx de son conseil demeuroient fermement
   persuadez que le Roy d'Espaigne ne romproit jamais avec eulx,
   tant qu'ilz seroient saysys des merchandises et deniers qu'ilz
   ont prins sur luy, car il auroit aultant perdu; joinct qu'ilz
   estoient si avant en traicté avec le duc d'Alve, qu'ilz
   attendoient plustost accord que guerre de son costé; et que l'on
   estoit après à y regarder de si près, qu'on estimoit bien qu'il
   ne seroit rien layssé en différand, d'où l'on en peult venir cy
   après aulx armes. Par lesquelles responces se peult assés
   cognoistre que ceulx cy ne sont bien aperceuz des appareilz
   d'Espaigne ni de Portugal; ce qu'ilz monstrent encores mieulx par
   le peu de prévoyance qu'ilz donnent aulx choses de la guerre; car
   je n'ay entendu qu'ilz ayent, pour encores, ordonné aultre chose
   que aulx pourvoyeurs de la marine de sçavoir où prendre
   l'avitaillement pour vingt cinq navyres, dans quinze jours, quant
   il leur sera commandé.

   Tant y a que le duc d'Alve, par les difficultez qu'il faict
   naistre, l'une après l'aultre, en ces différans des prinses, et
   qu'il ne se haste de parler guières expressément de l'accord du
   commerce, et de l'entrecours, monstre qu'il vouldroit, en quelque
   façon, s'asseurer des dictes prinses, lesquelles montent à grand
   somme; et puys essayer de se revencher; dont il va temporisant et
   entretennant ceulx cy de parolles et de bonnes espérances, affin
   qu'ilz n'y preignent garde. Et je sçay, à la vérité, qu'il a
   naguières envoyé, par le jeune Coban, une lettre du Roy, son
   Maistre, à la Royne d'Angleterre, en laquelle son dict Maistre
   rend seulement ung fort grand et fort exprès grand mercys à la
   dicte Dame pour l'honnorable convoy qu'elle a faict fère par ses
   grandz navyres à la Royne, sa femme, passant en ceste mer; et ne
   touche nul aultre poinct, ni mesmes luy faict aulcune mencion des
   trois lettres, que la dicte Dame luy a escriptes, despuys les
   dictes prinses; et, par mesme moyen, le duc d'Alve luy en a
   escript une, de sa part, pour accompaigner celle de son Maistre,
   et pour prendre congé d'elle, et l'exorter à l'entretennement de
   la paix et de l'alliance avec son dict Maistre, avecques grandz
   offres de s'employer droictement à le randre de mesmes bien
   disposé envers elle.

   Quant au voyage du dict jeune Coban à Espire, l'on m'advertyt,
   avant son partement, qu'il y alloit pour renouveller le propos de
   l'archiduc Charles, mais ce n'estoit que une démonstration, que
   la Royne d'Angleterre vouloit faire pour s'en prévaloir en ses
   présens affères de dehors et de dedans son royaulme, et qu'en
   effect l'envye ne luy estoit crue de se maryer; mesmes que n'y
   ayant le comte de Sussex rien advancé, quant il y alla, encores
   estoit il à croyre que ung jeune gentilhomme de nulle authorité,
   qui à peyne avoit poil en barbe, y feroit à ceste heure encores
   moins.

   Tant y a qu'avec plusieurs aultres propos d'amytié le dict Coban
   a proposé à l'Empereur que sa Mestresse l'avoit envoyé vers luy
   pour continuer la mesmes négociation, que, trois ans a, le comte
   de Sussex luy avoit commancé; à laquelle elle n'avoit, plus tost
   qu'à ceste heure, peu randre responce, pour avoir esté souvent
   despuys assés mallade, et pour les guerres de France, Flandres et
   aultres empeschemens, qui estoient jusques en son propre pays
   survenuz; mais qu'elle n'avoit toutesfoys, en différant la
   responce, pensé de rien interrompre au propos de l'archiduc son
   frère, et que, s'il luy playsoit de passer meintennant en
   Angleterre, il y seroit le très bien venu, et qu'estant resté
   tout le différant sur sa religion, elle espéroit que ses subjectz
   y consentyroient qu'il eust, pour luy et les siens, si ample
   exercice d'icelle qu'il en demeureroit contant.

   Lequel propos le dict Empereur monstra recepvoir de bonne part,
   et print temps de luy respondre, affin d'advertyr l'archiduc son
   frère; et enfin la responce a esté que luy et son dict frère
   estoient bien marrys que la bonne intention de la dicte Dame leur
   eust esté si tard notiffiée; de laquelle ilz luy demeureroient
   néantmoins bien fort obligez; et que son dict frère n'avoit peu
   penser de moins, luy différant, elle, trois ans sa responce,
   sinon qu'il n'estoit accepté; dont il avoit regardé à ung aultre
   party, et desjà s'y estoit obligé avec une princesse, sa parente,
   catholique, avec laquelle il n'auroit point de différent pour sa
   religion; qu'il luy vouloit dire, encores une aultre foys, qu'il
   avoit grand regrect que l'ocasion n'eust esté acceptée de toutz
   deux, quant elle s'estoit présentée, et qu'il ne lairroit
   pourtant de demeurer très bon amy et comme frère à la dicte Dame;
   laquelle il vouloit au reste exorter, pour son bien, de vivre en
   bonne paix avec les princes, ses voysins; dont estant meintennant
   les deux plus grandz ses gendres, il auroit grand playsir qu'elle
   se déportât comme bonne soeur avec eulx, et qu'il la vouloit
   advertyr que de là dépendoit sa seureté et celle de son estat. Et
   avec ces honnestes parolles, et quelque présent de vaysselle
   d'argent, il a licencié le dict Coban.

   Laquelle responce n'a peu, en façon du monde, estre bien goustée
   ny bien prinse de la dicte Dame, laquelle en demeure offancée
   jusques au cueur; et ne s'est peu tenir de dire que l'Empereur
   luy faisoit injure, et que, si elle estoit aussi bien homme comme
   elle est femme, qu'elle le luy redemanderoit par les armes. Sur
   quoy il m'est tombé entre mains une lettre d'ung seigneur de
   ceste court qui mande aussi à ung aultre:--«La cause du dueil et
   fâcherie de nostre Royne est asseuréement le mariage de
   l'archiduc Charles avec la fille de sa soeur, la duchesse de
   Bavière, soit ou que véritablement elle eust assis son amour et
   fantasie en luy; ou bien qu'elle est marrye que sa beaulté et sa
   grandeur n'ayent esté plus instantment requises de luy; ou bien
   qu'elle a perdu, à ceste heure, l'entretien qu'elle donnoit par
   là à son peuple, craignant qu'elle soit pressée par ses Estatz et
   par son parlement de ne différer plus à prendre party, qui est le
   principal poinct que tout son royaulme luy requiert.»

   Despuys ce que dessus escript, j'ay esté adverty qu'il vient
   d'arriver ung navyre de Cadix, qui porte des lettres du IIe de ce
   mois, par lesquelles l'on mande le grand aprest de guerre, qui se
   faict en Espaigne; et que aulcuns l'interprètent estre contre le
   Turc; aultres disent que c'est pour parachever la guerre des
   Mores, qui encores se renouvelle; et aultres que c'est pour
   descendre en Yrlande. Je prendray garde comme ceulx cy le
   prendront et comme ilz y pourvoyrront.



CLIIIe DÉPESCHE

--du VIe jour de janvier 1571.--

  Nouvelles d'Espagne.--Pompe déployée pour le mariage du
    roi.--Mouvemens dans les Pays-Bas et en Irlande.


     AU ROY.

Sire[22]

...............................................................
Il se continue icy que le duc d'Alve partira en mars pour s'en
retourner en Espaigne, et qu'il prendra le chemyn d'Itallye, où il
layssera quelques compaignies italliennes, qui l'accompaigneront
jusques là; lesquelles pourront servyr à la guerre contre le Turcq, au
commancement du printemps; et que le duc de Medina Coeli s'embarquera,
à ce prochain febvrier, pour passer en Flandres, et qu'il admènera les
deux filz aysnez de l'Empereur; ne se faisant icy aulcune
démonstration qu'on se doubte de luy, ny de l'armée de mer, qui le
vient conduyre, parce que plusieurs vaysseaux de la dicte armée ont
passé, et qu'il est desjà arrivé en Flandres plus de deux centz voyles
d'Andelouzie ou de Portugal; qui faict encore discourir à aulcuns que
le dict duc et iceulx petitz princes pourront s'acheminer par la
France, puysqu'ilz ont layssé venir tant de vaysseaulx par deçà.

  [22] Le premier feuillet du registre, qui contient les dépêches
  de l'année 1571, se trouvant déchiré, le commencement de cette
  lettre manque: c'est au reste la seule lacune que présente le
  manuscrit.

L'on a heu en admiration en ceste court l'ordre, l'apareil, les riches
habitz, les présens et la despance, dont a esté usé aulx nopces de
Vostre Majesté, ainsy soubdain après la guerre passée, et de ce qui se
prépare encores pour une entrée à Paris; qui leur faict bien juger que
la grandeur de vostre estat a ung bien solide fondement, et que si
Vostre Majesté joue ung peu son jeu couvert, et commance de s'aquiter
et de fère les affères, il n'est pas à croyre combien il demeurera
d'impression au monde des grandes forces et oppulance de vostre
royaulme, et de la merveilleuse ressource qui est en icelluy. Sur ce,
etc.

     Ce VIe jour de janvier 1571.

   L'on me vient d'advertyr qu'au soir arrivèrent deux nouvelles en
   ceste court: que ceulx de la nouvelle religion des Pays Bas ont
   surprins un chasteau près de Groninguem, où le duc d'Alve y a
   envoyé huict centz Espaignolz pour le reprendre; et que, en
   Irlande, sont descenduz quelques soldats françoys, en moindre
   nombre de deux centz, appellez par les saulvaiges du pays, et que
   desjà le comte d'Ormont s'est esforcé de les combattre; mais ilz
   se sont faictz lascher. Si ainsy est, cella troublera assés les
   affaires de ce royaume.



CLIVe DÉPESCHE

--du XIIIe jour de janvier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par la voie du Sr Acerbo._)

  Affaires d'Écosse.--État de la négociation de lord Seyton en
    Flandre.--Nouvelles d'Espagne et d'Allemagne.--Projet de
    Walsingham de traiter avec les protestans d'Allemagne.--Bruit
    répandu en Angleterre que les armes ne tarderont pas à être
    reprises en France.--_Lettre secrète à la reine-mère_ sur la
    proposition du mariage du duc d'Anjou.


     AU ROY.

Sire, bien peu d'heures après que je vous ay heu faict ma dépesche du
VIe du présent, mon secrétaire est arrivé avec celle de Vostre Majesté
du XXVIe du passé, en laquelle j'ay trouvé deux de voz lettres;
desquelles l'une répond fort bien aux particullaritez que je vous
avois auparavant mandées, et l'aultre est pour la faire voir à la
Royne d'Angleterre, qui en recepvra une très acomplye satisfaction,
laquelle luy sera davantaige confirmée par les bons propos et
démonstrations, pleynes de faveur, qu'avez usé à son ambassadeur. De
quoy je mettray peyne, Sire, d'en faire icy le proffict de vostre
service, et n'obmettray de toucher à la dicte Dame les principaulx
poinctz de vos dictes lettres; et ceulx mesmement qui concernent
l'honneur et grandeur de Vostre Majesté, dont, de ce qu'elle m'y aura
respondu je ne fauldray de le vous mander par mes premières; vous
voulant au reste bien dire, Sire, touchant la mainlevée qu'avez donnée
aux merchans escossoys, qu'encor que la Royne d'Escosse se soit tenue
ung peu opiniastre à ne vouloir que cella se fît, si, étions après, Mr
de Roz et moy, à luy en oster l'opinion, parce que le comte de Lenoz
acrochoit le tretté à ce seul poinct, disant qu'il ne passeroit jamais
oultre sans que les merchans jouyssent de l'abstinence d'hostillité,
aussi bien que les aultres subjectz, et qu'elle leur estoit viollée
quand on leur faisoit saysir leurs biens et navyres. Les députez de la
dicte Dame commencent [d'arriver] aujourduy, et nous avons nouvelles
que ceulx [de l'autre parti sont] desjà en chemin; par ainsy, j'espère
que bientost [il sera procédé] au dict tretté, sellon que j'ay aussi
entendu que la Royne d'Angleterre [a] ordonné six depputez pour y
vaquer de sa part, assavoir [lord Quiper] garde des sceaulx, le
marquis de Norampthon, le comte de Lestre, le comte de Sussex, le
secrétaire Cecille, et le sixiesme reste à nommer, qu'on pense sera
maistre Mildmay.

Cependant est advenu à Lislebourg qu'ayans deux soldatz du chateau
esté saysiz par l'autorité du comte de Lenoz, ainsy qu'ilz s'en
retournoient du Petit Lict, et menez ez prisons de la ville, le
capitaine Granges, qui en a esté offancé, a, le soir mesmes, sur le
tard, faict lascher toute l'artillerie du chasteau par dessus la
ville; et, à l'instant mesmes, a faict sortir cinquante soldatz qui
sont allez forcer les dictes prysons, et ont ramené leurs compagnons
avec eulx. De quoy le dict de Lenoz se plaint grandement, comme d'une
infraction d'abstinence d'armes, mais non sans avoir tant de peur
qu'il a cuydé habandonner Lislebourg pour se retirer à Esterling.

J'estime, Sire, que le Sr de Sethon est maintenant devers Vostre
Majesté, ayant prins congé du duc d'Alve dez le XVIIIe du passé, après
avoir obtenu de luy les dix mil escuz, que je vous ay ci devant mandé;
desquelz j'entendz qu'il a envoyé les sept mil en Escosse, par le
frère du secrétaire Ledingthon, qui est party, le mesme jour, pour
s'aller embarquer à Fleysinghes; il en a miz deux mil en Envers pour
faire tenir à sa Mestresse, et mil pour luy; et semble qu'il n'a esté
respondu sur ce qu'il demandoit, de faire serrer le trafic aux
Escouçoys en Flandres, parce que l'ordre n'en étoit encores arrivé
d'Espaigne. Je croy, Sire, qu'il sera bon de luy temporiser aussi,
avec bonnes parolles, la responce des propositions qu'il fera à Vostre
Majesté, attandant ce qu'il succédera de ce traicté, et attandant
aussi que je vous aye mandé deux particullaritez fort considérables
qui se presentent maintenant en cest affaire. J'ay adviz que le duc
d'Alve est fort marry de ce qu'on vous a rapporté qu'il avoit envoyé
deux gentishommes en Escosse, et néantmoins l'on m'a asseuré qu'il y
en a encores despuys renvoyé ung troisiesme, mais j'eusse bien desiré
que dom Francès d'Allava n'eust pas sceu que je vous en eusse adverty.

Le voyage que les gallaires ont faict, l'esté passé, en Levant, a
sonné fort mal icy pour la réputation du Roy d'Espaigne, mais son
ambassadeur s'esforce de luy donner beaucoup de raysons et de
couleurs, qui seroient longues à mettre en ceste lettre, dont je les
réserve à une aultre foys; tant y a qu'elles tendent toutes à rejetter
les faultes sur la malle pourvoyance et peu de conduicte des Véniciens
au faict de la guerre, ainsy que eulx mesmes, à ce qu'il dict,
l'advouhent meintenant; et sur ce qu'on s'estoit esbahy que la ligue
tardoit tant à se résouldre, il asseure qu'elle se conclurra bientost
sellon les propres chappitres, que le Roy, son Maistre, a desiré y
estre apposez; et publie encores la généralle victoire des Mores[23]
et plusieurs aultres prospéritez de son Maistre.

  [23] Cette victoire se rapporte aux divers avantages remportés à
  cette époque, qui amenèrent la réduction de tous les Mores. Voyez
  _note_ p. 183.

Au reste, Sire, il s'entend, par lettres freschement venues d'Espire,
que la diette s'en alloit finyr, et que le jour estoit desjà indict,
auquel l'on la conclurroit, qui seroit sans que l'Empereur y eust
faict passer en décrect guières des choses qu'il y avoit proposées;
desquelles encor les déterminations ne seroient divulguées jusques à
ce qu'il arriveroit en Prague, qu'on les auroit cependant réduictes
par ordre et faictes imprimer; et que la liberté du duc Jehan
Guilhaume de Saxe[24], encor qu'elle fût très agréable aux princes
d'Allemaigne, elle monstroit néantmoins d'avoir quelque chose de
suspect contre le duc Auguste; et par ce, Sire, que je vous en ay
desjà mandé quelles responces le jeune Coban avoit rapportées du dict
Empereur, je ne vous en toucheray icy rien davantaige; seulement vous
diray que, suyvant la négociation, qu'il avoit commancée par dellà
avec aulcuns princes protestans, le Sr de Vualsingan a esté dépesché,
de quelques jours plus tost, pour rencontrer encores en France leurs
ambassadeurs, avec lesquelz ne faut doubter qu'il ne traicte, s'il
peult, avec affection et véhémence les choses qui concernent sa
religion, car il est des plus passionnez; dont sera bon, Sire, de le
faire ung peu observer: et a l'on aussi hasté davantaige son partement
parce que le frère du comte de Sussex, qui est ung des fugitifz du
North, s'estant retiré à Mr Norrys, pour retourner par son moyen à
l'obéyssance et grâce de sa Mestresse, et ne l'ayant le dict Sr Norrys
vollu ouyr, sans l'exprès congé d'elle, le dict de Vualsingan a heu
commandement de l'accepter, et luy offrir sa rémission, et mesmes de
l'employer, s'il est possible, à regaigner le comte de Vuesmerlan et
les aultres, qui sont dellà la mer: ce qui sera bon, Sire, de trouver
moyen d'empescher pour quelque temps, attandant que les affaires
d'Escosse soyent accommodez.

  [24] Il s'agit ici de Jean-Frédéric II, mis au ban de l'empire
  pour avoir donné retraite à Guillaume de Grumbach et à ses
  complices, meurtriers de l'évêque de Wurzbourg. Le duc Auguste,
  chargé de l'exécution du décret, l'avait assiégé et pris par
  famine, le 13 avril 1567. On négociait alors sa liberté, mais
  elle ne lui fut pas rendue: il est mort en prison, à Neustad, le
  9 mai 1595, après vingt-huit ans de captivité. Le duc
  Jean-Guillaume, son frère, loin de partager sa disgrâce, avait,
  au contraire, été appelé à profiter de la confiscation de tous
  ses biens.

Et pour la fin, il y a ici ung advis, venu de Gennes, comme par
lettres de Thurin, du IIIIe du passé, l'on mande que les armes se vont
reprandre pour deux occasions: l'une, parce que la Royne de Navarre
use en Béarn d'une extrême rigueur contre les Catholiques; et
l'aultre, par la difficulté que Mr de Savoye faict à la comtesse
d'Autremont de luy randre quelques chasteaulx; et qu'encor que Vostre
Majesté ne puisse mais de l'une ni de l'aultre, que le feu néantmoins
s'en ralumera plus fort que jamais en vostre royaulme. Sur ce, etc.

     Ce XIIIe jour de janvier 1571.


     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, je puys asseurer Vostre Majesté que le faict de la petite
lettre commance d'aller bien chauldement en ceste court, duquel ayantz
les dames de la privée chambre heu quelque sentyment, elles l'ont
desjà descouvert à quelques seigneurs de ce royaulme, qui y font
diverses interprétations; et aulcuns d'eulx m'ont mandé que, de tant
qu'il semble que le cardinal de Chastillon le conduict sans moy, qu'on
n'y cerchoit guières de faire le proffict du Roy ni de son royaume.
J'ai monstré que le propos m'estoit nouveau, et que je ne pensois
qu'il y en eust rien en termes auprès de Voz Majestez; et de faict,
Madame, je travailleray, aultant qu'il me sera possible, qu'il soit
mené par le plus secret et destorné cheming que faire se pourra; car
je sentz qu'il en est besoing. Je suys adverty que celluy qui va en
France aura charge de suyvre bien curieusement ce qui luy en sera
touché, et que mesmes quelcun neutre sera possible pryé de passer en
mesme temps affin d'en entamer le propos. Je croy que Mr le comte de
Lestre m'a envoyé prier de disner demain avecques luy pour m'en
parler, et que Mr le cardinal de Chastillon revient expressément en
court pour ce faict, et que mesmes il y est, à ceste occasion, bien
desiré, possible qu'il se plaindra, par mesmes moyen, de la détention
de ses biens en France; dont de tout ce qui succèdera, et que j'en
pourray entendre, je ne fauldray d'en advertyr incontinent Vostre
Majesté. Sur ce, etc.

     Ce XIIIe jour de janvier 1571.



CLVe DÉPESCHE

--du XVIIIe jour de janvier 1571.--

(_Envoyée jusques à Calais par homme exprès._)

  Audience.--Vives démonstrations d'amitié de la part d'Élisabeth
    au sujet du mariage du roi.--Son intention de procéder au
    traité avec la reine d'Écosse.--Nouvelle que les Gueux ont
    repris les armes en Flandre.--_Lettre secrète à la reine-mère_
    sur l'état de la négociation relative au mariage du duc
    d'Anjou.--Confidence de Leicester à l'ambassadeur.--Proposition
    faite au nom du roi par le cardinal de Chatillon à la reine
    d'Angleterre.--Discussion dans le conseil.--Divisions causées
    en Angleterre par ce projet.


     AU ROY.

Sire, j'ay esté trouver la Royne d'Angleterre à Hamptoncourt le
XIIIIe de ce mois, laquelle n'a failly de me demander incontinent
quelles nouvelles j'avois de Vostre Majesté, et comme vous vous
trouviez en mariage. A quoy je luy ay respondu que vous me commandiez
de luy continuer encores le mesmes propos, que je luy avois desjà
commancé, de vostre conjoyssance touchant la Royne; et que, si vous
aviez receu ung singulier playsir de sa venue, il s'estoit despuys
redoublé et devenu si grand, par les vertueuses et excellentes
qualitez qui se trouvoient en elle, que vous en demeuriez le plus
content prince de la terre; mesmes qu'elle se faisoit merveilleusement
aymer et bien vouloir de la Royne, vostre mère, de Messieurs voz
frères, de Mesdames voz soeurs, de Monsieur de Lorrayne et de toutz
les princes et seigneurs de vostre court, et générallement de toute la
France; ce que vous mettiez en compte d'une grand félicité; oultre
que, à l'ocasion d'elle, les princes d'Allemaigne, (lesquelz je lui ay
nommez, sellon le contenu de vostre lettre), s'estoient despuys, par
leurs ambassadeurs, conjouys avec Vostre Majesté de ce que Dieu avoit
en ce temps réuny et renouvellé le sang de l'ancienne alliance de la
Germanye avec la France; et que, pour ceste occasion, ilz vous avoient
envoyé offrir, et à Messeigneurs voz frères, toutz leurs moyens et
forces pour vous en servyr, ainsy qu'il vous plairoit les employer, et
que leurs dicts ambassadeurs n'avoient obmiz de se conjouyr
pareillement de la paix de vostre royaulme, et de ce qu'ilz l'y
avoient trouvée très bien establye, et vous avoient suplyé de l'y
vouloir entretenir. Qui estoient choses qui vous avoient apporté
beaucoup de satisfaction; desquelles vous vouliez bien faire part à la
dicte Dame, pour le playsir que vous estimiez qu'elle en recepvroit.

A quoy, par parolles fort expresses, elle m'a respondu qu'elle se
sentoit grandement obligée à Vostre Majesté de la communication qu'il
vous playsoit luy faire de ce propos, lequel elle réputoit très
honnorable et vrayement digne d'estre tenu entre princes, qui avoient
bonne et vraye amytié ensemble, comme elle vous suplyoit de croyre
que, de son costé, elle la vous portoit entière et parfaicte, et de
bien bonne soeur; et qu'à ceste occasion elle se resjouyssoit, non
guières moins, du beau serain que Dieu monstroit meintennant en voz
affères, après tant de divers orages que vous y aviez souffertz, que
si c'estoit pour elles mesmes, car aussi pensoit elle y participer. Et
a suyvy à parler de ceste ambassade d'Allemaigne comme d'une chose
qu'elle réputoit authoriser bien fort vostre grandeur: et puys est
retournée à ce qu'elle avoit entendu de la louable et vrayment royalle
norriture de la Royne; chose que je luy ay asseurée qui demeuroit très
confirmée par les exemples qu'elle en monstroit, et que, non moins par
effect que en tiltre, elle estoit Royne Très Chrestienne et Très
Dévotte, et au reste tant de bonne grâce, doubce et débonnaire, et
sans cérémonye, que Vostre Majesté n'avoit nul plus grand playsir que
d'estre, jour et nuict, en sa compaignye.

A quoy elle m'a respondu que la recordation des amours du père et
grand père luy faisoient ung peu craindre que vous les vouldriez
imiter, et m'a révellé ung secrect de Vostre Majesté, lequel je
confesse, Sire, que je n'avois pas sceu; et que néantmoins si vous
continuez de rendre ainsi vostre parolle certayne et véritable, et
estre bon mary, comme vous en avez desjà la réputation, qu'elle ne
faict doubte que vostre règne n'en soit très heureux et éloigné de
ces inconvénians et disgrâces, qui ont accoutumé de venir aux princes
qui ne tiennent leur parolle, et à ceulx qui ne gardent leur loyaulté.
Et a continué ce propos et plusieurs aultres, en termes bien fort
honnorables de Voz trois Majestez très Chrestiennes et de Monseigneur
vostre frère; lesquelz j'ay suyviz sans rien obmettre de ce que j'ay
estimé convenir à vostre honneur et grandeur.

Et pour la fin, je luy ay faict voir vostre lettre, qui portoit sa
satisfaction, laquelle elle a entièrement leue, et n'y a heu nulle
partie qu'elle n'ayt bien considéré, et où elle ne se soit arrestée
pour m'y faire de fort bonnes responces; lesquelles, en somme, sont:
qu'elle remercye Dieu que Vostre Majesté commance de cognoistre son
intention, laquelle elle peult jurer n'avoir jamais esté de vous
vouloir offancer ny nuyre; ains d'avoir toutjours désiré la
conservation de vostre authorité et l'establyssement de vostre
grandeur comme d'elle mesmes; et que son malcontantement est seulement
procédé de ce qu'elle ne s'est trouvée si aymée et bien vollue de
Vostre Majesté comme elle pensoit le mériter, et qu'elle n'advouera
jamais, quant bien on la mettroit sur la roue, qu'elle n'ayt heu
occasoin de se douloir; mais la satisfaction en est meintenant si
ample qu'elle vous en doibt de retour beaucoup de grandz mercys, et ne
vouldroit n'avoir esté offancée; qu'elle vous remercye bien grandement
du compte que vous voulez tenir de son parant, lequel elle a desjà
dépesché pour se trouver à vostre entrée; (et le comte de Lecestre
aussi a faict harnacher les haquenées, qui s'aschemineront devant;) et
que ce luy est ung singulier playsir, que vous veuillez bien recepvoir
son nouveau ambassadeur; que quant à celluy qui s'en retourne elle
vous prie de croyre qu'il a faict toutjours toutz les meilleurs
offices, pour l'entretennement de l'amytié, qu'il est possible, et
qu'il en sera pour ceste occasion mieulx receu d'elle à son retour;
qu'au surplus elle vous veult asseurer de la convalescence et bonne
santé de la Royne d'Escosse, et que desjà elle a donné audience à ses
depputez, avec lesquelz elle procèdera à faire le traicté aussitost
que ceux de l'aultre party seront arrivez, qui sera dans huict ou dix
jours au plus loing; et qu'il luy tarde, plus qu'à nulle personne qui
vive, que cest affaire soit bientost accommodé.

Lesquelles siennes responces, Sire, j'ay miz peyne de luy gratiffier
le plus que j'ay peu au nom de Vostre Majesté, et me suys ainsy
licentié d'elle bien fort gracieusement. Et parce que j'ay trouvé une
conformité de tout ce dessus en ceulx de son conseil, je ne puys sinon
bien juger de la présente intention d'elle et d'eulx envers Vostre
Majesté; et néantmoins cella sera cause que j'observeray de plus prez
toutes choses pour voir si, soubz ceste apparance, il y auroit quelque
chose de caché, qui soit contre vostre service; car, à ce que
j'entendz, le mesmes comte de Lenoz, celluy de Morthon, et le lair de
Glannes, viennent pour se trouver au traicté.

Au regard des différandz des Pays Bas, il n'en est rien venu par le
dernier courrier, dont ceulx cy ne sont contantz, sinon qu'on a
escript que le duc d'Alve n'a encores rien respondu au depputé
d'Angleterre sur sa dernière proposition, parce qu'on pense qu'il est
attendant sur icelle quelque ordre d'Espaigne. Sur ce, etc.,

     Ce XVIIIe jour de janvier 1571.

   Présentement l'on me vient de donner adviz que les Gueux ont
   recommancé la guerre en Flandres; ce qui feroit prendre assés de
   nouveaulx desseings à ceulx cy. Le Sr Guilhaume Lesley, bon
   subject de la Royne d'Escosse, parant de l'évesque de Roz, est
   venu avec les depputez de la dicte Dame; il estime avoir de
   bonnes intelligences icy, et se dict très dévot au service de
   Vostre Majesté.


     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, avant que monsieur le comte de Lestre me menât, dimanche
dernier, en la présence de la Royne d'Angleterre, il m'entretint
quelque temps sur le faict de la petite lettre, et je me plaigniz à
luy qu'il estoit desjà trop divulgué, ce qu'il m'asseura n'estre
procédé de la court, ains de ce qu'on voyoit n'y avoir rien de plus
convenable; et, par ainsy, ung chacun en parloit; dont il vouloit
sonder, à la vérité, l'intention de la dicte Dame et de ceulx de son
conseil, affin de dresser, puys après, l'affaire en si bonne sorte
que, s'il venoit à succéder, ou bien qu'il demeurast sans effect, il
n'eust à raporter sinon contantement à chacun des costez; et qu'il me
voulloit dire tout librement, que la dicte Dame ne s'estoit jamais
monstrée disposée à prendre party, comme elle faisoit meintenant, par
ce, possible, qu'elle s'y voyoit contraincte, pour les nécessitez de
son royaulme; et que sur les privez propos, qu'il luy en avoit tenuz,
elle n'avoit rien objecté que l'eage; à quoy il avoit respondu qu'il
ne layssoit pourtant d'estre desjà homme: «Mais aussi, respondit elle,
ne laisseroit il d'estre toutjour plus jeune que moy.»--«Tant mieulx
sera ce pour vous,» avoit il respondu, en ryant. Et me pria le dict
comte d'en toucher quelque mot à la dicte Dame, laquelle, à la vérité,
a prins de fort bonne part toutz les motz que je luy ay proposez
aprochans de cella; car je ne luy en ay poinct touché de plus exprès
que de luy avoyr dict, sur le contantement que le Roy avoit de vivre
en grand amytié et privaulté avecques la Royne, que je conseillerois à
une princesse, qui vouldroit rencontrer un très parfaict et accomply
bonheur de mariage, d'en prendre de la mayson de France.--A quoy elle
m'a respondu que madame d'Estampes et madame de Vallantinois luy
faisoient encores peur, et qu'elle ne vouldroit un mary qui ne
l'honnorast seulement que pour Royne, s'il ne l'aymoit aussi pour
femme.--A quoy j'ay réplicqué que celluy, dont j'entendois parler,
entre les exellantes qualitez, dont il abondoit aultant que nul prince
de la terre, il avoit celle péculière qu'il sçavoit extrêmement bien
aymer, et se randre de mesmes parfaitement aymable.--«A la vérité, m'a
elle respondu, il a tant de perfections en luy qu'on n'en ouyt jamais
parler qu'avec grand louange.» Et, peu après que je fuz party d'avec
la dicte Dame, Mr le cardinal de Chastillon vint parler longtemps à
elle, dont je n'ay sceu ce qu'il luy dict; car, ny auparavant, ny
despuys, nous n'avons conféré ensemble: mais voycy madame ce que j'ay
aprins d'ailleurs et de fort bon lieu:

Qu'après qu'il fût retiré, la dicte Dame assembla ceulx de son conseil
pour leur dire que le dict sieur cardinal luy avoit demandé trois
choses: l'une, si elle estoit point libre de toute promesse pour se
pouvoir maryer où elle vouldroit; l'aultre, si elle en vouloit prandre
de ceulx de son royaulme ou bien ung estrangier; et la troisiesme que,
au cas que ce fût ung estrangier, si elle vouldroit point accepter
Monsieur, frère du Roy; et qu'elle luy avoit respondu qu'elle estoit
libre, qu'elle ne vouloit point espouser de ses subjectz, et qu'elle
vouloit de bon cueur entendre au party de Monsieur avec les condicions
qui se pourront adviser. Sur quoy le dict sieur cardinal luy avoit
dict qu'il avoit donques charge de luy en parler, et luy avoit
présenté à cest effect une lettre de créance du Roy, et l'avoit priée
que, de tant que l'affaire estoit de grande conséquence au monde,
qu'elle le vollust communiquer à son conseil, premier que passer
oultre; de quoy elle leur vouloit bien dire qu'elle n'avoit trouvé
cella bon, et luy avoit respondu qu'elle estoit Royne Souverayne, qui
ne deppendoit de ceulx de son conseil, ains eulx toutz d'elle, comme
ayant leurs vies et leurs testes en sa main, et qu'ilz n'auseroient
faire que ce qu'elle vouldroit; mais, de tant qu'il luy avoit
représanté les inconvéniantz, qui avoient cuydé survenir à la feu
Royne, sa soeur, d'avoir vollu tretter son mariage avec le Roy
d'Espaigne sans ceulx de son conseil, elle luy avoit promiz de le leur
proposer; dont vouloit que eulx toutz luy en donnassent promptement
leur adviz.

Sur quoy, iceulx du dict conseil bayssans la teste, n'en y eust pas
ung qui respondit ung seul mot, parce que le propos estoit nouveau à
la pluspart d'eulx, sinon, au bout de pièce, ung des principaulx
s'advancea de dire que Monsieur sembloit estre bien jeune pour la
dicte Dame:--«Commant, respondit elle, prenant le mot en aultre sens,
suys je pas encores pour luy satisfaire.» Et puys, suyvit à dire que
le dict sieur cardinal, oultre la lettre de créance, avoit des
articles à proposer, sur lesquelz elle estimoit estre bon de l'ouyr
pour voir si les condicions pourroient estre acceptées; ce que ung
chacun aprouva. Et pour lors, n'y eust rien davantaige sinon que, le
lendemain, Dupin et le ministre du dict sieur cardinal furent là
dessus en privée conférance plus de trois heures avec le secrétaire
Cecille.

Duquel propos l'on me vouloit bien advertyr qu'il commançoit à courir
une merveilleuse contention dans ce royaulme sellon les parciallitez
de Bourgoigne, et sellon celles de la religion, et que aulcuns
estimoient que la dicte Dame ne se servoit d'icelluy sinon pour la
commodité de ses affaires, sans qu'elle eust aucune affection de se
maryer; et, par ainsy, que je prinse garde que le Roy ne fût trompé et
moqué. Et d'aultres, qui sont bien affectionnez au Roy, et portent le
faict de la Royne d'Escosse, et mesmes les seigneurs catholiques,
m'ont mandé qu'ilz demeuroient fort escandalizez que cest affaire se
menast par le dict sieur cardinal, et qu'ilz voyoient bien que
c'estoit plus pour accommoder le faict de ceulx de la Rochelle, que
non celluy d'entre ces deulx royaulmes, à l'intérest des catholiques;
dont ilz vouloient penser à leurs affaires, me priantz seulement de
leur vouloir estre toutjours tel comme je sçavois qu'ils s'estoient,
en temps et lieu, monstrez bons amys et serviteurs du Roy; et se sont
esforcez de m'imprimer une grand jalouzie de ce que je n'estois
participant de ce propos.

Sur quoy, pour leur faire prendre bonne espérance et les retenir
toutjour en la dévotion, qu'ilz ont esté jusques icy vers Voz
Majestez, et pour descouvrir plus avant toutes choses par leur moyen,
je leur ay mandé que j'avois esté toutjours réputé si fidelle à vostre
service, et si loyal à voz intentions, que si cest affaire estoit en
telz termes qu'ilz dizoient, il ne passeroit guières que Voz Majestez
ne m'en fissent entendre leur intention, et que la conclusion ne se
feroit sans que je y fusse employé; dont je les asseurois que Voz
dictes Majestez ne consentyroient jamais le passaige de Monsieur en ce
royaulme, sans qu'il eust bonne intelligence avec eulx, et sans que
les affaires de la Royne d'Escosse, et les leurs, n'en demeurassent
bien accommodez, et que de cella vous leur en donriez la main et
vostre promesse; chose, Madame, que, comme elle semble nécessaire et
fort importante pour bien asseurer le négoce, ainsy est il requis
qu'elle soit tenue fort secrecte et menée bien dextrement.

Il est venu quelque sentyment de ce party à la notice de l'ambassadeur
d'Espaigne, et de celluy, qui est agent icy pour le Pape, dont en ont
escript chauldement dellà la mer. Je sçay aussi que l'évesque de Roz
en a escript à Mr le cardinal de Lorrayne, dont ne luy fauldra dényer
le faict, s'il vous en parle, mais luy donner meilleure espérance par
là des affaires de la Royne d'Escosse que jamais. Le Sr Cavalcanty a
grand désir de passer en France pour servyr d'un tiers neutre à
mouvoir ce propos entre Vostre Majesté et milord de Boucard, parce
qu'il estime ne se pouvoir avec dignité entamer par l'ung ny l'aultre
party, sans ung tel moyen; et sur ce, etc.

     Ce XVIIIe jour de janvier 1571.

  Il semble fort requis que Vostre Majesté ne se haste de dépescher
    message ny ambassade par deçà sans voir que l'affaire soit
    comme tout asseuré.



CLVIe DÉPESCHE

--du XXIIIe jour de janvier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Volet._)

  Retour d'Élisabeth à Londres après la cessation de la
    peste.--Affaires d'Écosse.--Audience.--Plainte de la reine au
    sujet de la descente d'un parti de Français en Irlande.--Avis
    donné par elle d'une levée qui se prépare en Allemagne.--Son
    désir de voir la réunion des églises proposée par le
    roi.--Négociation des Pays-Bas.--_Lettre secrète à la
    reine-mère._ Conférence de l'ambassadeur avec le cardinal de
    Chatillon sur le projet de mariage du duc d'Anjou.--Avis sur
    l'entreprise faite en Irlande par des Bretons.


     AU ROY.

Sire, ceulx de ceste ville de Londres ont monstré beaucoup de
resjouyssance à la venue de leur Royne, laquelle, pour cause de la
peste, n'y avoit esté, il y a deux ans. Elle va aujourduy veoir ung
bastyment nouveau qu'on y a édiffié, fort commode, et de grand
ornement, affin de luy donner le nom; qui, jusques à ceste heure, a
esté appellé par provision la _Bource_. Le festin luy est préparé en
la maison de maistre Grassein. L'on dict qu'après demain elle
descendra à Grenwich pour y passer le reste de l'yver, où se dresse
desjà le lieu pour faire ung tournoy à ce caresme prenant; duquel le
comte d'Oxfort et sire Charles Havard doivent estre les tenans.

Les affaires de la Royne d'Escosse demeurent toutjour en bonne
disposition, attendant l'arrivée des depputez de l'aultre party,
lesquelz, parce que j'avois incisté qu'on ne les debvoit attandre, le
secrétaire Cecille m'a opiniastrément débattu que l'honneur de sa
Mestresse n'estoit de procéder sans eulx, mais, que je ne fisse nul
doubte que les choses n'allassent bien; et encores que, despuys quatre
jours aulcuns de ce conseil se soient plainctz à l'évesque de Roz
d'une entreprinse, qu'on a vollu faire en Escosse, pour tuer le comte
de Lenoz; et de ce qu'ilz ont entendu qu'on fornyst de l'argent dellà
la mer aulx rebelles d'Angleterre, ilz n'ont guières répliqué à ce
qu'il leur a respondu, qu'il estoit esbahy comme le dict de Lenoz
duroit tant au dict pays, veu les viollances et désordres qu'il y
faisoit; et, quant aux fugitifs d'Angleterre, qu'il croyoit que rien
ne leur manqueroit, mais que ce n'estoit de sa Mestresse qu'ilz
estoient secouruz, parce qu'elle n'avoit de quoy le faire.

Et hyer, la Royne d'Angleterre, m'ayant envoyé quéryr, me dict que, si
l'on faisoit nul oultrage au dict de Lenoz, qu'elle ne procèderoit
aulcunement au dict tretté; dont j'ay conformé ma responce à celle du
dict sieur évesque de Roz, adjouxtant que rien n'en debvoit estre
imputé à la Royne d'Escosse, parce qu'elle n'en pouvoit mais, et que
mesmes l'on avoit de sa part desjà dépesché ung gentilhomme en Escosse
pour obvier à cest inconvénient.

Et suyvyt la dicte Royne d'Angleterre à me dire que la principalle
occasion, pour laquelle elle m'avoit prié de venir, estoit pour me
communiquer ung adviz par escript, qu'on luy avoit envoyé d'Irlande,
lequel elle me prioit de faire tenir à Vostre Majesté; et que, pour ne
faire voir au monde que les armes fussent prinses entre les Françoys
et les Anglois, et ne rompre aulcunement la paix avec la France, elle
avoit faict gracieusement remonstrer au capitaine La Roche et à ceulx,
qui sont avec luy en Irlande, de se retirer; ce que, trois moys a, ilz
avoient promis de faire; mais monstrans à ceste heure qu'ilz ont une
aultre dellibération, elle vous en vouloit bien advertyr, affin qu'il
vous pleust, Sire, y pourvoir sellon que les bons trettez de paix,
qui sont entre Voz Majestez, le pouvoient requérir.

J'ai respondu que ce propos m'estoit nouveau, comme celluy, duquel je
n'avois cy devant ouy parler, et que je le vous représanterois le
mieulx que je pourrois, avec l'exprétion des mesmes parolles, et de
l'intention, que j'avois cognue en elle, de vouloir évitter toute
occasion de différand avec Vostre Majesté; et luy en ferois tenir
vostre responce, aussitost que je l'aurois receue.

Et s'exaspéra bien fort la dicte Dame contre celluy Fitz Maurice, qui
est en Bretaigne, disant que luy et son père avoient usurpé, comme
traystres, le tiltre du comte d'Esmont, bien que le vray comte soit
encore vivant en ce royaulme.

Après ce propos, il en succéda ung aultre, par lequel nous vinsmes à
parler des aprestz d'Allemaigne, qui seroient longs à mettre icy, mais
je prins par là occasion de demander tout librement à la dicte Dame si
elle entendoit qu'il y eust rien de dressé contre Vostre Majesté, ny
contre vostre royaume, ainsi que, d'aultre fois, elle vous avoit bien
faict ce bon tour, de vous en réveller quelque chose par moy.

Elle me respondit qu'encores que ses intelligences n'estoient plus
telles vers l'Allemaigne, ni avec l'Empereur, comme elles souloient,
néantmoins elle y en avoit encores d'assés bonnes pour pouvoir
asseurer Vostre Majesté qu'il s'y préparoit une levée; laquelle elle
ne sçavoit encores si viendroit à effect, mais croyoit que ce n'estoit
pour vous nuyre, car elle le vous diroit, et y opposeroit le crédit
qu'elle y pourroit avoir, mais c'estoit en faveur du prince d'Orange;
et qu'elle estoit fort marrye qu'on poursuyvît ainsy les affaires de
la religion par les armes, de quoy ne pouvoit revenir, à la fin, que
une grande ruyne à la Chrestienté; et qu'elle me prioit de vous
exorter, Sire, qu'avec la bonne intelligence, qu'avez meintenant avec
l'Empereur, vostre beau père, avec lequel elle continuoit aussi
toutjour une bien fort estroicte amytié, et avoit naguières receu de
ses lettres, il vous pleust, à ceste heure, mettre en avant quelque
favorable moyen d'accord et de réunyon en l'esglize; et que, de sa
part, elle vous y assisteroit, et ne s'y monstreroit aulcunement
opiniastre.

Je luy louay grandement cestuy sien très vertueux desir, et, sans
toutesfois accepter ny reffuzer aussi d'en faire rien entendre à
Vostre Majesté, affin que vostre intention en cella soit réservée au
temps et moment qu'il vous semblera bon de la manifester; je la priay
seulement, en ryant, qu'elle ne vollust observer l'extrémité de ne
concéder aulx Catholiques l'exercice de leur religion en Angleterre,
comme il n'en estoit permis pas ung aulx Protestans en Espaigne, ny en
Flandres, et qu'elle suyvist l'exemple de Vostre Majesté, qui estiez
au milieu, qui avez permiz le cours des deux en vostre royaulme.

Elle respondit que les Catholiques ne se pouvoient pas beaucoup
plaindre d'elle, et qu'elle cognoissoit le Roy d'Espaigne d'ung si bon
naturel qu'il ne vouldroit aussi retenir la Chrestienté en ce
dangereux suspend, où elle est, s'il y ozoit procurer les remèdes,
mais que les passionnez l'en empeschoient, lesquelz elle vouldroit qui
en sentissent seulz le mal.

Et se continua assés longtemps ce propos entre la dicte Dame et moy,
au millieu duquel, me venant à toucher des différans, qu'elle accusoit
le duc d'Alve luy avoir succité avec le Roy son Maistre, me dict que
je serois tout esbahy si je sçavois quelles choses le dict duc,
despuys ung mois, avait vollu tretter avec elle, au préjudice de ses
voysins, ce qu'elle réservoit à une aultre foys, et que néantmoins
c'estoit une parenthèse digne de noter.

Or, Sire, touchant les dicts différans, le depputé d'Angleterre, qui
est aulx Pays Bas, a escript, ceste foys, à la dicte Dame qu'il avoit
présenté à icelluy duc les derniers articles, qu'elle luy avoit
envoyez; qui les avoit cognuz si raysonnables que, ne luy restant plus
que contredire pourquoy il ne les deubt accepter, il avoit respondu
qu'il y vouloit penser: et ainsy le faict en demeure là, qui se
conforme assés à ce que Vostre Majesté m'en a mandé, en chiffre, par
ses dernières du IIIe du présent, que j'ay bien notté. Et sur ce, etc.
Ce XXIIIe jour de janvier 1571.


     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, s'estant Mr le cardinal de Chatillon, jeudy dernier, convyé à
disner en mon logis, il m'a compté la favorable expédition, qu'il a
obtenue de Voz Majestez, sur le recouvrement de ses biens, et comme il
s'en est venu conjouyr avec la Royne d'Angleterre; et puys m'a parlé
du faict de la petite lettre en bien fort bonne sorte, et que ce dont
je m'estois plainct au comte de Lestre, que le propos en estoit trop
divulgué, n'estoit procédé d'ailleurs que du peu de discrétion, que le
vydame y avoit tenu, qui en avoit parlé et escript icy et en France à
trop de gens, et que, de sa part, il n'en avoit jamais faict rien
sçavoir qu'à Voz Majestez; desquelles, après qu'il avoit heu responce,
il y avoit procédé le plus secrectement qu'il avoit peu; et que les
choses en estoient en assés bons termes, et ceux du conseil en
beaucoup de diverses opinions là dessus entre eulx, mais qu'il n'y
avoit encores rien de conclud. Sur quoy luy ayant aprouvé grandement
son intention et les sages moyens, qu'il tenoit, pour la bien
conduyre, je l'ay sondé de plusieurs endroictz pour voir s'il y avoit
nulle aultre fin et prétention en luy que celle qu'il monstroit en
aparance; mais toutz ses propos sont revenuz à la considération de la
grandeur que ce seroit pour Monsieur, et combien elle accroistroit
celle du Roy et de sa couronne, et ravalleroit d'aultant celle
d'Espaigne; ne me touchant toutesfois tant de particullaritez de
l'affaire comme j'en sçavois, et comme je vous en ay desjà escript;
dont j'ai fait semblant d'en sçavoir encores moins, attendant si
Vostre Majesté (pour y procéder avec plus de lumyère, par les adviz
que pourrons avoir de divers lieux) trouvera bon que nous nous
communiquons secrectement l'ung à l'aultre, car je croy bien que les
Protestans reçoipvent mieulx ce propos, venant du dict sieur cardinal
que ne feroient de moy. Et il y va, à mon opinion, d'une droicte et
bien bonne vollonté.

Les Catholiques, qui sont la partie la plus grande, plus noble et plus
forte, et où y a plus d'asseurance, le tiennent fort suspect, et
vouldroient avoir quelque asseurance de Voz Majestez par mon moyen. La
dicte Dame nous oyt fort bien, et avec grande affection, l'ung et
l'aultre, dont Vostre Majesté me commandera comme j'en auray à uzer;
et seulement vous suplie très humblement, Madame, de réserver, entre
le Roy et Vous, et Monsieur, ce que je vous ay escript par ma petite
lettre de devant ceste cy, et ce que, cy après, je vous pourray
escripre ou mander des propos, que la dicte Dame tiendra en privé, ou
avec ceulx de son conseil, sans qu'il se puysse jamais cognoistre
qu'ilz vous viennent de moy. J'ay dict à Mr le cardinal que si le
propos alloit en avant, qu'il estoit bien besoing de le conduyre à ce
poinct qu'on ne s'advançât de le publier, ny de faire aulcune ouverte
démonstration, du costé de Voz Majestez, d'y vouloir entendre, jusques
à ce qu'on le vît tout conclud et bien arresté; car, puys après, l'on
y adjouxteroit bien toutz les honnorables actes et respectz, qu'on
vouldroit; et que surtout il n'y fût usé de longueur ny de remises. A
quoy il m'a respondu que, le lendemain, il estoit convyé en court et
qu'il verroit ce qu'il y pourroit advancer.

J'ay sceu, Madame, que, pendant que nous estions ensemble, la Royne
d'Angleterre estoit enfermée avec ceulx de son conseil pour prandre
résolution de ce qu'elle debvoit respondre au dict sieur cardinal, et
qu'elle a la matière si à cueur qu'elle ne prend playsir de parler, ny
ouyr parler, d'aultre chose; et, de ma part, Madame, tant plus je
considère le party, plus il me semble estre grand, honnorable et
advantageux pour le Roy, et pour Monsieur; dont je ne desire sinon
qu'il soit exempt de tromperie, comme je prendray bien garde, du plus
prez qu'il me sera possible, qu'il n'y en ayt point, et que Dieu le
veuille bien achever. Et sur ce, etc. Ce XXIIIe jour de janvier 1571.

   Millord de Boucard est bien fort affectionné à ce propos, et
   desire y estre employé. Sa Mestresse luy a dict qu'elle réserve
   de lui bailler son instruction à l'heure qu'il partyra. J'entendz
   que le comte de Lestre, si cella va en avant, est desjà désigné à
   passer en France pour l'aller conclurre. Je suys convyé aujourduy
   avecques la Royne; sur ceste bonne occasion, je notteray ce
   qu'elle me dira.

   ADVIZ SUR LES CHOSES D'IRLANDE:

   Que on auroit suborné certaines gens pour pratiquer et suciter
   une rébellion en Yrlande, dont ung d'eulx se nomme de La Roche,
   gouverneur de Morlays en la Basse Bretaigne, qui s'en est allé
   là, avecques quatre navyres, pour se randre en l'endroict où le
   comte de Desmond se tenoit, et qu'il s'en est retourné de là et a
   admené avecques luy ung gentilhomme, nommé Fitz Maurice, qui,
   pour le présent, se tient secrectement en la Basse Bretaigne, et
   sollicite d'avoir des forces pour les mener ce printemps en
   Yrlande.

   Que le capitaine de Brest auroit prins ung fort, nommé d'Ingin,
   et une petite isle, non guières loing de là, en Yrlande.



CLVIIe DÉPESCHE

--du dernier jour de janvier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Jehan Monyer._)

  Réjouissances faites à Londres pour célébrer la rentrée
    d'Élisabeth.--Conversation de la reine et de l'ambassadeur au
    sujet de cette fête.--Affaires d'Écosse.--État de la
    négociation des Pays-Bas.--Nouvelles d'Allemagne et
    d'Espagne.--_Lettre secrète à la reine-mère._ Négociation du
    mariage du duc d'Anjou.


     AU ROY.

Sire, le jour que j'ay esté convyé, pour accompaigner la Royne
d'Angleterre au festin de la Bource, n'a esté guières moins solemnel
en Londres, que celluy du couronnement de la dicte Dame, car on l'y a
receue avec concours de peuple, les rues tandues, et chacun en ordre
et en son rang, comme si ce eust esté sa première entrée; et elle a
heu grand playsir que j'y aye assisté, parce qu'il s'y est monstré
plus de grandeur, ainsy soubdain, que si la chose eust esté préméditée
de longtemps; et n'a obmiz la dicte Dame de me faire remarquer
l'affection et dévotion qui s'est veue en ce grand peuple; lequel,
despuys le matin jusques à l'heure qu'ayant donné le nouveau nom de
_Change Real_ à la Bource, elle s'est vollue retirer, envyron les
huict heures de nuict, il ne s'est lassé d'estre par les rues, les
ungs en leur rang, les aultres à la foule, avec force torches, pour
l'honnorer, et luy faire mille acclamations de joye, chose qu'elle m'a
demandée si, au petit pied, ne me faisoit pas souvenir des
resjouyssances, qu'on faisoit à Paris, quant Vostre Majesté y
arrivoit; et qu'elle me confessoit tout librement qu'il luy faisoit
grand bien au cueur de se veoir ainsy aymée et desirée de ses
subjectz, lesquelz elle sçavoit n'avoir nul plus grand regrect que, la
cognoissant mortelle, ilz ne voyoient nul certain successeur, yssu
d'elle, pour régner sur eulx, après sa mort; et que la France estoit
très heureuse de cognoistre ses Roys, et ceulx qui, par ordre,
debvoient, les ungs après les aultres, succéder à la couronne.

J'ay respondu, le plus au contentement et satisfaction de la dicte
Dame, à toutz ses propos, qu'il m'a esté possible, louant beaucoup ce
que je voyois de sa grandeur, qui estoit à priser, sans rabattre
néantmoins rien de ce qu'on sçait assés estre de plus en la vostre; et
qu'au reste, il me sembloit qu'elle auroit bien à faire à s'excuser
envers Dieu et le monde, si elle frustroit ses subjectz de la belle
postérité, qu'elle leur pouvoit bailler, et qu'ilz attandoient d'elle
pour les gouverner; qui a esté ung article, sur lequel elle s'est
prinse à discourir plusieurs aultres choses, avec playsir et avec
modestie, lesquelles je vous puys asseurer, Sire, que ne se sont
passées sans qu'elle ayt monstré, en plusieurs endroictz, de vouloir
persévérer en grande amytié avec Vostre Majesté; et, le soir mesmes,
la résolution du voyage de milord Boucard a esté du tout prinse, luy
commandant la dicte Dame ne faillyr d'estre prest à partir demain, qui
est le premier jour de febvrier, ainsy qu'il faict.

Or, Sire, nonobstant l'acclamation du peuple, la dicte Dame et ceulx
de son conseil ne layssent de craindre la division et sublévation du
pays: car ayans les filz du comte Dherby essayé d'obtenir leur congé
pour retourner vers leur père, il leur a esté dict qu'ilz n'en
parlassent poinct, s'ilz n'en vouloient estre du tout reffuzez,
jusques à ce que les affaires de la Royne d'Escosse fussent
accommodez, qui monstre que, par iceulx, ilz entendent acquiéter les
leurs. Et le semblable a esté dict au duc de Norfolc, de ne presser sa
plus ample liberté, jusques à ce qu'il ayt esté ordonné de celle de la
Royne d'Escosse et de sa restitution, de laquelle l'on nous faict
toutjour espérer de bien en mieulx; et qu'il n'y a retardement que de
ces depputez de l'aultre party, desquelz le comte de Lenoz a, de
rechef, escript qu'ilz estoient partys, et qu'il avoit surciz la tenue
du parlement, ainsy que la Royne d'Angleterre le luy avoit mandé, pour
remettre toutes choses à ce qui seroit ordonné par le tretté.

Hyer, on tenoit en ceste court la pratique des différans de Flandres
pour toute désacordée, non sans beaucoup d'indignation contre le duc
d'Alve et contre l'ambassadeur d'Espaigne; mais, ce matin, par
aulcunes lettres d'Envers, s'est entendu que le dict duc avoit
condescendu à la pluspart des choses, que le depputé de Londres avoit
desirées; et que le Sr Thomas Fiesque seroit en brief par deçà pour
entièrement les conclurre. Je ne sçay s'il est ainsy, ou si c'est
artiffice: tant y a que cella ne pourra estre que pour le regard des
merchandises; car, quant à l'entrecours et commerce, j'entendz qu'il
n'en est, pour encores, faict aulcune mencion.

Il est nouvelle icy que le duc de Sualsambourg a quatre mille chevaulx
et six mil hommes de pied ez environs d'Hembourg, et que c'est en
faveur du roy de Dannemarc, pour se rescentir d'aulcuns mauvais
déportemens, que icelle ville a uzé contre luy, durant la guerre
contre le roy de Suède, et m'a dict l'ambassadeur d'Espaigne que le
duc d'Alve est très bien adverty que ce n'est à aultres fins que pour
branqueter la dicte ville; et que ce que le comte de Vuandeberg a
aussi entreprins, de retourner en quelcune de ses terres en Frize, n'a
esté qu'une légière course, laquelle ne luy a bien réuscy; et que le
dict duc craint si peu, pour ceste année, les mouvemens d'Allemaigne,
qu'il renvoye une partie de sa cavallerie au secours des Vénitiens
contre le Turq, estimant qu'il n'eust peu rien succéder plus à propos
pour le repos de la Chrestienté que la mort soubdainement advenue du
duc Auguste[25]. Néantmoins il m'a confessé que, pour quelque
souspeçon de guerre aulx Pays Bas, le dict duc ne parloit plus de s'en
retourner en Espaigne, et que le propos du duc de Medina Coeli estoit
réfroydy, s'estans desjà expédiez les princes de Bohesme de Leurs
Majestez Catholiques pour s'en retourner par Gennes en Allemaigne,
sans qu'il fût nouvelles que le dict duc les accompaignât; qu'au reste
toutz les articles de la ligue contre le Turc estoient accordez; ne
restoit plus que celluy de la création du lieuctenant de général: que
le Pape vouloit que ce fût Marc Anthonio Collonna, et le Roy
d'Espaigne, puisque dom Joan d'Austria estoit le général, desiroit
que le commandador major de Castille ou bien Joan André Doria eussent
à commander soubz luy. Sur ce, etc. Ce XXXIe jour de janvier 1571.

  [25] Cette nouvelle était fausse. Auguste, duc et électeur de
  Saxe, est mort seize ans après, le 14 mars 1586.

     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, estant en ce festin, où j'ay esté convyé pour accompaigner la
Royne d'Angleterre, le XXIIIe de ce mois, elle a prins playsir de
deviser l'après dinée, fort longtemps avecques moy; et, entre aultres
choses, elle m'a dict qu'elle estoit résolue de se maryer, non tant
pour ne s'en sçavoir passer, (car elle en avoit assés faict de
preuve), comme pour satisfaire à ses subjectz; et aussi pour obvier,
par l'authorité d'ung mary, ou par la nayssance de quelque lignée,
s'il playsoit à Dieu luy en donner, aux entreprinses qu'elle sentoit
bien qu'on feroit contre elle, et sur son estat, si elle devenoit si
vieille qu'il n'y eust plus lieu de prendre party, ny espérance
qu'elle deubt avoir d'enfans. Il est vray qu'elle craignoit grandement
de n'estre bien aymée de celluy qui la vouldroit espouser, qui luy
seroit ung second inconvénient plus dur que le premier, car elle en
mourroit plustost; et que, pourtant, elle y vouloit bien regarder.

Je luy ay respondu que à si prudentes considérations et si vrayes,
comme celles qu'elle disoit, je n'avois que adjouxter, sinon qu'elle
pouvoit, dans ung an, avoir bien pourveu à tout cella, si, avant les
prochaines Pasques, elle se maryoit à quelque prince royal, dont
l'ellection s'en pourroit aiséement faire; et j'en cognoissoys ung qui
estoit nay à tant de sortes de vertu, qu'il ne failloit doubter
qu'elle n'en fût fort honnorée et singulièrement bien aymée, et dont
j'espèrerois qu'au bout de neuf mois après, elle se trouveroit mère
d'ung beau filz; par ainsy, en se rendant très heureuse de mary et de
lignée, elle amortyroit, par mesmes moyen, toutes les malles
entreprinses qui se pourroient jamais dresser contre elle.

Ce qu'elle a aprouvé bien fort, et à suivy le propos assés longtemps,
avec plusieurs parolles joyeuses et modestes; et estoit Mr le cardinal
de Chatillon au mesmes festin, auquel elle n'a point parlé à part;
mais, le lendemain, il a demandé audience, et a esté quelque temps
avec elle; puys, au retour, il m'est venu dire adieu, parce qu'il
partoit le lendemain pour Canturbery, et m'a compté l'estat où il
layssoit l'affaire, qui luy sembloit estre en termes d'y pouvoir
commancer quelque fondement, mais non qu'il y en vît encores nul pour
s'y debvoir arrester; dont dépescheroit Dupin pour le vous aller
représanter tel qu'il estoit, affin que Vostre Majesté, sellon sa
prudence, nous vollût commander, à luy et à moy, ce que nous aurions à
faire.

Je luy descouvriz quelques choses que j'avois aprinses de sa
négociation, pour luy donner plus grand lumyère comme elle estoit
receue, et avons advisé d'user de bonne intelligence ensemble, mais
secrectement, affin d'obvier aulx soupeçons de ceste court, qui
bientost seroient si grandz en ce faict, que plus ne se peult dire; et
n'ay point faict semblant au dict sieur cardinal que Vostre Majesté
m'en ayt encores faict mencion; mais ceulx qui m'ont donné les
premiers adviz de ce qu'il en a proposé, m'ont adverty qu'à la vérité
il n'a point monstré lettre de Voz Majestez, qui luy en donnast
expresse commission; dont la dicte Dame s'estoit retirée, et avoit
dict que, quant vous y vouldriez entendre, vous m'en commanderiez
quelque chose, comme vous fiant beaucoup de moy. Et ceulx là mesmes
m'ont mandé qu'elle a parlé de ce faict à plusieurs des siens, à part
l'ung de l'aultre, et mesmes a vollu avoir le conseil du duc de
Norfolc, qui a respondu qu'il avoit esté le principal autheur
d'induyre les Estatz de ce royaulme à la suplyer de se maryer, et de
laysser à sa liberté de prendre le party que bon luy sembleroit: dont
ne vouloit changer d'opinion; que quant à Monsieur, toutes choses
estoient grandes en luy, mais qu'il falloit regarder aux condicions,
sur quoi le mariage se pourroit conclurre, qui fussent honnorables
pour sa Mestresse et heurées pour son estat.

D'aultres m'ont mandé que les quatre principaulx, qui guydent les
intentions de la dicte Dame, se sont assemblez pour résouldre qu'est
ce qu'ilz luy en conseilleroient. Je vous manderay bientost leur
conseil, et vous adjouxteray cependant, Madame, cestuy cy du mien,
qu'encor que ceste princesse soit bonne et vertueuse, je ne la tiens
toutesfois esloignée du naturel de celles qui veulent monstrer de
fouyr, lorsque plus elles sont recerchées; et ceste nation a aussi
cella de péculier que, plus on desire quelque chose d'eulx, encor qu'à
leur proffict, plus ilz la souspeçonnent; dont sera bon de ne
descouvrir trop d'affection de vostre costé, Madame, jusques à ce
qu'ilz se soyent layssez clairement entendre du leur. Je vous
escripray bientost d'aultres choses plus importantes de ce propos par
le Sr de Vassal, qui vous pourront assés esclayrer: et sur ce, etc. Ce
XXXIe jour de janvier 1571.



CLVIIIe DÉPESCHE

--du VIe jour de febvrier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à la court par le Sr de Vassal._)

  Négociation concernant Marie Stuart.--Congé accordé par la reine
    aux fils du comte de Dherby.--Concession faite par le pape au
    roi d'Espagne du royaume d'Irlande, sous la condition d'y
    rétablir la religion catholique.--Entreprise préparée par les
    Espagnols pour s'emparer de ce pays.--_Lettre secrète à la
    reine-mère._ Négociation du mariage du duc d'Anjou.--_Mémoire._
    Nouvelles d'Allemagne.--Projet des protestans de faire une
    entreprise contre les Pays-Bas.--Affaires d'Écosse.--_Mémoire
    secret._ Détails circonstanciés et confidentiels sur la
    proposition de mariage du duc d'Anjou.


     AU ROY.

Sire, s'estant la Royne d'Angleterre bien trouvée de sa santé en ceste
ville de Londres, d'où le grand yver a chassé toute souspeçon de
peste, elle s'est résolue d'y passer le reste du caresme prenant, et,
à ceste cause, s'est allée loger en sa mayson de Ouesmestre, où l'on
radresse les lisses pour le tournoy, dont je vous ay cy devant
escript; ayant remiz la dicte Dame de ne descendre à Grenvich jusques
à environ la my mars, que noz amys de ceste court nous donnent grand
espérance que les affaires de la Royne d'Escosse seront, entre cy et
là, accommodez, nonobstant les grandz empeschemens que les comte et
comtesse de Lenoz s'esforcent d'y mettre; qui, despuys huict jours,
ont donné entendre qu'il y avoit une entreprinse dressée en Escosse
pour venir enlever la dicte Dame du lieu où elle est, et l'aller
remettre par force en son estat. De quoy est advenu que le comte de
Cherosbery l'a faicte despuis fort observer, et luy a usé ceste
rigueur qui l'a faicte recheoir en fiebvre, mais l'on y a remédié le
mieulx et par le plus sage moyen qu'on a peu. Les depputez de
l'aultre party s'espèrent en ce lieu, dans cinq ou six jours, et n'est
possible que plus tost qu'ilz arrivent nous puissions aulcunement
advancer le tretté. Ceulx qui portent icy ce faict m'ont prié, Sire,
de vous advertyr en dilligence que milord Boucard a commission
expresse de vous en parler et de remander incontinent par deçà vostre
responce, et tout ce qu'il aura pu noter de vostre intention en cella,
affin que, sellon qu'il vous y aura cogneu ou remiz, ou affectionné,
l'on procède icy ou froydement, ou bien avecques effect, au dict
tretté; dont Vostre Majesté luy pourra user des mesmes parolles
vertueuses et modestes qu'il a faict jusques icy, affin de consommer
l'honnorable oeuvre, qu'avez commancé, de la restitution de ceste
princesse, qui touche assés à Vostre Majesté et à la réputation de
vostre couronne; et aussi pour obvier aulx inconvéniens qu'à faulte de
ce pourroient cy après survenir.

Les deux filz du comte Derby, nonobstant qu'on les ayt advertys de ne
demander leur congé, n'ont layssé d'instantment le pourchasser; et
leur est advenu ce qu'ilz avoient pansé, qu'on ne le leur auzeroit
reffuzer, dont, après que la Royne leur a faict quelque réprimande, et
les a heu admonestez de se mieulx déporter pour l'advenir, avec
quelque difficulté de ne leur bailler sa main à bayser, elle les a
licenciez.

Au surplus, Sire, aulcuns seigneurs catholiques de ce royaulme me
viennent d'advertyr qu'ilz ont tout freschement receu nouvelles de
Rome, comme le Roy d'Espaigne a envoyé proposer au Pape l'offre que
Estuqueley luy a faicte du royaulme d'Yrlande, de la part de ceulx du
pays, qui sont prestz de le recepvoir, et comme il n'y a vollu
entendre, sans la concession de Sa Saincteté, comme de celluy, de qui
relève, de droict, icelle couronne; et que Sa dicte Saincteté luy en a
desjà envoyé son consens avec permission d'entreprendre, au nom de
Dieu, ceste conqueste, en ce qu'il restablyra la religion catholique
au dict pays; et que le dict Roy est dellibéré d'y faire descendre
bientost, ou du costé d'Espaigne ou de Flandres, dix mil hommes. Je ne
sçay encores si les dicts seigneurs catholiques ont encores descouvert
rien de cecy à leur Royne; tant y a que je ne vois pas qu'il se face
nul préparatif pour y résister: et l'ambassadeur d'Espaigne m'a
curieusement enquiz comme il alloit de ces Brethons, qui estoient
descenduz au dict pays, et en quoy en estoit la plaincte, que la Royne
d'Angleterre m'en avoit faicte. A quoy je luy ay respondu, sellon
l'intention que j'ay estimé qu'il me le demandoit. Et a l'on opinion,
Sire, qu'affin que ceulx cy ne souspeçonnent rien de l'entreprinse, et
qu'ilz ne preignent nulle deffiance du Roy d'Espaigne, le duc d'Alve
les va entretenant d'ung grand artiffice sur l'accord des
merchandises, lequel pourtant se monstre enveloupé chacun jour de
nouvelles difficultez. Sur ce, etc.

     Ce VIe jour de febvrier 1571.


     A LA ROYNE.

     (_Lettre à part._)

Madame, j'ay sceu que des quatre seigneurs que je vous escripviz, par
ma précédante petite lettre, qui s'estoit assemblez pour dellibérer de
ce qu'ilz avoient à conseiller à leur Mestresse touchant le party de
Monseigneur vostre filz, le premier l'a plainement aprouvé comme très
bon et très honnorable; le second l'a entièrement contradict, comme
suspect à la religion protestante, plein de jalouzie aulx aultres
princes, et très dangereux pour ce royaume; le tiers a assez suyvy
ceste seconde opinion; et le quatriesme s'est joinct au premier, mais
avec ung conseil assés dangereux: c'est qu'il a dict qu'il falloit, en
toutes sortes, suyvre le propos, car si leur Mestresse estoit résolue
de se marier et de ne vouloir point des siens, il n'y avoit nul prince
si commode au monde pour elle que Monsieur, et qu'il ne falloit
doubter que le mariage ne s'en ensuyvyst, avec l'honneur et advantaige
d'elle et de son royaume: si, d'advanture, elle n'en avoit nul desir,
encores sçavoit il le moyen comme, avecques le mesmes honneur et
advantaige, après qu'on se seroit servy du propos, l'on le pourroit
rompre sans offancer Monsieur, qui n'en demeureroit que bien
affectionné à la dicte Dame, mais que tout le mal gré en tumberoit sur
le Roy, par ce qu'il n'auroit vollu accomplyr les condicions; et s'en
engendreroit une division entre les deux frères, qui ne seroit que
utille à l'Angleterre. Ce n'est pourtant, Madame, que celluy, qui a
donné ce conseil, n'ayt bonne affection au party, mais il est anglois,
et possible il a proposé cella, affin qu'il se trouve tant moins de
contradisans au présent desir de la dicte Dame, laquelle monstre
cercher bien fort qui le luy veuille aprouver; et c'est cependant un
adviz à Vostre Majesté pour divertyr que tel inconveniant n'adviegne.

J'ay cerché de sçavoir qu'est ce qui avoit réussy du dict conseil, et
aulcuns de ceulx, qui ne sont encores bien résoluz s'ilz debvoient
trouver le dict party bon ou mauvais, m'ont mandé que toutes les
parolles et démonstrations de la dicte Dame et des siens ne sont que
simulation, affin de pouvoir bientost tenir ung parlement là dessus,
et tirer de l'argent des subjectz, et se meintenir en quelque
réputation vers eulx et vers les princes estrangiers; et que pourtant
l'on ne se doibt haster d'en parler plus avant, jusques à ce que l'on
y voye quelque meilleur fondement; et que mesmes le comte de Lestre
s'estoit de nouveau faict proposer à sa Mestresse par aulcuns des
principaulx du conseil, qui avoit fort réfroydy le propos. D'aultres
m'ont mandé que la dicte Dame persévéroit, et à bon esciant, et pour
causes nécessaires, à se vouloir marier; et que, sur le partement de
milord Boucard, entendant les diverses opinions que ceulx de son
conseil avoient là dessus, elle les avoit assemblez pour leur dire, la
larme à l'oeil, que, si nul mal venoit à elle, à sa couronne et à ses
subjectz, pour n'avoir espousé l'archiduc Charles, il debvoit estre
imputé à eulx et non à elle; qui aussi estoient cause que le Roy
d'Espaigne avoit esté offancé, et que le royaulme d'Escosse estoit en
armes contre le sien, et qu'il n'avoit tenu aussi à eulx que le Roy
n'eust esté beaucoup provoqué davantaige par leurs déportemens en
faveur de ceulx de la Rochelle, si elle ne les eust empeschez; dont
les prioit très toutz de luy ayder meintenant à rabiller toutz les
maulx par ung seul moyen, qui estoit de bien conduyre ce party de
Monsieur; et qu'elle tiendroit pour mauvais subject, et ennemy de ce
royaulme et très déloyal à son service, qui aulcunement le luy
traverseroit. Dont me vouloient bien asseurer que nulz, à présent, n'y
ozoient plus contradire.

Je n'ay layssé, pour cella, de tenir fort suspect le comte de Lestre,
à cause de l'adviz précédant, jusques à ce que luy mesmes, lundy
dernier, s'est convyé à dyner en mon logis avec le marquis de
Norampthon, le comte de Sussex, le comte de Betfort, milord
Chamberlan, et aultres seigneurs de ceste court, tout exprès pour me
venir compter comme les partisans d'Espaigne, qui craignent
infinyement le mariage de Monsieur, et aussi le secrétaire-Cecille qui
ne veult en façon du monde que sa Mestresse ayt ny luy, ny nul aultre
mary que soy mesmes, qui est roy plus qu'elle, l'avoient fort
instantment sollicitée de vouloir accepter le dict comte de Lestre
comme celluy qui seroit de très grande satisfaction à tout le
royaulme, et qu'elle mesmes l'avoit pryé de les en remercyer; mais il
luy avoit respondu que, quant le temps luy estoit bon, ils luy avoient
esté contraires, et meintenant que le temps ne luy servoit plus ilz
monstroient de luy ayder, et qu'ilz ne faisoient cella, ny comme bons
serviteurs d'elle, ny comme vrays amys à luy, ains pour interrompre le
propos de Monsieur; par ainsy, qu'elle l'excusât s'il ne leur en
sçavoit nul gré, ny leur en randoit nul mercys. Et a adjouxté qu'il
espéroit que les amys pourroient plus en cecy que les adversayres.
J'ay donné instruction, Madame, d'aulcunes aultres particullaritez là
dessus au Sr de Vassal, comme à ung gentilhomme, que je tiens fort
secrect et fidelle, qui vous en rendra bon compte; et sur ce, etc.

     Ce VIe jour de febvrier 1571.

   DIRA LE SR DE VASSAL A LEURS MAJESTEZ, oultre les choses
   susdictes:

   Que, despuys quelque temps en çà, la Royne d'Angleterre a déclaré
   qu'elle se vouloit maryer, et a monstré que ce sien desir estoit
   fondé sur une tant raysonnable et quasi nécessaire occasion que
   plusieurs, qui souloient opinyastrer le contraire, commencent
   d'en parler, à ceste heure, aultrement; néantmoins, sur ce qui
   ne se peult bien dicerner encores, si elle le veult à bon
   esciant, ou bien si elle le veult ainsy donner à croyre, et sur
   la diversité des partys ausquelz elle pourroit entendre, et des
   condicions qui auroient à se requérir, non seulement ceulx de son
   conseil, mais ceulx de sa noblesse, et presque toutz ses
   principaulx subjectz en sont en grand contention entre eulx, et
   se bandent desjà en plusieurs conseils et assemblées secrectes
   pour en tretter, sellon que le desir, ou de pourvoir à la
   religion protestante; ou d'ayder à la catholique; ou de
   préjudicier aulx tiltres prétendus de la succession de ce
   royaulme; ou de favoriser les affaires de la Royne d'Escosse; ou
   de nourryr amytié avec la France; ou bien de confirmer plus que
   jamais celle de Bourgoigne; ou de n'innover rien au présent estat
   de ce royaulme, qui est doulx à plusieurs, pousse les ungs et les
   autres à interrompre ou bien advancer le propos.

   Néantmoins, pour estre encores ceste matière trop peu meure, la
   dicte Dame réserve la tenue de son parlement jusques en may ou
   juing, pour en mieulx dellibérer, lequel aultrement debvoit estre
   convoqué en ce moys de janvier, sur la nécessité d'avoir argent;
   car l'Allemaigne et l'Escosse, despuys deux ans, luy ont assés
   espuysé ses finances; et l'interruption du commerce n'a permiz
   qu'elle les ayt peu remplyr, bien que, en certain propos, elle
   m'a naguières donné entendre qu'elle avoit heu si peu de
   nécessité, que encores n'avoit elle aulcunement touché aulx
   deniers du Roy d'Espaigne.

   Par lettres, naguières venues de dellà la mer, de divers lieux,
   l'on est en diverses opinions, en ceste court, des choses
   d'Allemaigne; car les ungs mandent que le duc d'Alve a
   intelligence avec le duc de Sualsambourg, pensionnaire du Roy
   d'Espaigne, contre la ville de Hembourg, parce qu'elle a receu le
   commerce des Anglois, et est encores pleyne de leurs
   merchandises, et si, a favorisé les pratiques du prince d'Orange,
   et forny argent pour icelles contre les Pays Bas.

   Les aultres escripvent que les princes et capitaines, qui lèvent
   gens en Allemaigne, s'entendent avec le dict de Sualsambourg et
   avec le comte de Vuandeberc, et que, soubz colleur, l'ung
   d'assiéger Hembourg pour le roy de Danemarc, et l'aultre de
   recouvrer ses terres, ilz se préparent toutz deux, et le roy de
   Dannemarc aussi, à l'entreprinse des Pays Bas, avec le secours
   que le Prince d'Orange, beau frère des trois, doibt admener
   d'Allemaigne; et que icelluy roy de Dannemarc dellibère
   d'interrompre toutz les trafficz d'Ostrelan, et des régions
   froydes, aulx Flamans; et mesmes leur serrer une rivière, par où
   ilz ont accoustumé de recouvrer leurs bledz et aultres
   provisions, affin de commancer, de bonne heure, à leur retrancher
   vivres.

   Et adjouxtent que Monsieur, frère du Roy, n'est que bien disposé
   à ceste entreprinse pour recouvrer ceste portion des dicts Pays
   Bas, qui apartient à la couronne de France; et qu'il a suplié le
   Roy de luy permettre de faire ung essay pour en agrandir son
   appanaige, et d'y employer la gendarmerye, et ce grand nombre de
   gens de guerre, qui sont meintennant en France, mesmes que les
   Françoys ne desirent rien tant que cella; s'apercevans enfin des
   tromperies et simulations du Roy d'Espaigne et de ses ministres,
   et murmurans que les jours ont esté advancez à sa dernière femme,
   Fille de France, par mauvais trettement qu'elle a reçeu avecques
   luy, dont j'ay merveilleusement rejetté tout le contenu de cest
   article, quant on m'en a parlé;

   Et que le duc d'Alve, craignant ung si grand orage, commance de
   mettre ung grand ordre à ses affaires, à recueillyr deniers et
   armes de toutz costez, et faire secrecte description de gens de
   guerre. Néantmoins l'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, monstre
   de ne croyre, en façon du monde, qu'il y ayt nulz aprestz contre
   les Pays Bas, ains tout le contraire, ainsi que je l'ay mandé par
   ma précédante dépesche, qu'encor qu'il pense bien qu'il ne
   tiendroit aulx Anglois que telles choses ne fussent mises en
   avant et exécutées, que néantmoins la Royne d'Angleterre n'y
   veult advancer ses deniers contans, ni aultre chose que parolles
   et promesses, qui ne sont suffizantes pour mouvoir les Allemans,
   ni pour faire marcher une armée.

   Comme, à la vérité, j'entendz que le capitaine, qui est icy pour
   le duc Auguste, et qui asseure n'y avoir aulcune certitude de la
   mort de son maistre, mais bien qu'il estoit fort mallade, n'a
   esté encores guières bien respondu sur la pratique qu'il mène
   d'avoir deniers pour les dicts aprestz d'Allemaigne; et si,
   semble qu'il n'inciste pas fort que la dicte Dame veuille entrer
   en nulle ligue avec les princes protestans, s'estant layssé
   entendre que le dict duc Auguste aussi n'y entrera pas et qu'il
   ne cerche que fère amys de toutz costez, pour s'en ayder au
   besoing; néantmoins qu'il favorisera et assistera la dicte
   entreprinse d'iceulx princes.

   Le susdict ambassadeur d'Espaigne a heu adviz que Mr le cardinal
   de Chatillon a proposé à ceste Royne, et à ceulx de son conseil,
   s'ilz trouveroient bon que le comte Ludovic de Naussau vînt avec
   aulcuns bons navyres de guerre de la Rochelle pour se joindre à
   ceulx du Sr de Lumbres, affin de tenir ceste mer subjecte contre
   le duc d'Alve à la dévotion toutesfoys de ce royaulme, et que
   cella a esté bien receu du dict conseil et favorisé du comte de
   Lestre, et qu'il entend qu'on arme à cest effect à la Rochelle
   plusieurs navyres, chose qu'il estime ne pouvoir estre trouvée
   bonne du Roy.

   Les depputez de la Royne d'Escosse sont venuz plusieurs fois
   prandre familièrement leur disner en mon logis, et m'ont, entre
   aultres choses, remonstré qu'ilz sont envoyez, de la part des
   principaux seigneurs de leur pays, pour assister au tretté et y
   procurer la restitution de leur Mestresse, avec charge de
   procéder en tout sellon qu'elle leur ordonnera, et avec article
   espécial de ne faire rien au préjudice de l'alliance de France;
   et qu'ilz supplient très humblement le Roy, qu'au cas que le dict
   tretté ne succède, qu'il veuille avoir souvenance d'eulx; car ilz
   disent avoir esté toutz essayez, l'ung après l'autre, par grandes
   offres et présens, de la part de la Royne d'Angleterre, pour
   suyvre son party, et qu'ilz ont tout rejetté, et ont choysy de
   souffrir plustost toutes extrémitez que de quicter ung seul point
   de l'alliance et dévotion qu'ilz ont à la couronne de France;

   Et que les dicts seigneurs requièrent une chose de l'évesque de
   Roz et de moy, c'est que nous les veuillons advertyr, de bonne
   heure, s'il y aura apparance que le tretté ne succède, affin de
   se pourvoir; et que, sans mettre le Roy en nulle guerre ouverte,
   s'il luy playt les ayder, quelque temps, de quatre mil escuz par
   mois, pour entretenir trois cens hommes dans le chasteau de
   Lislebourg, et sept cens hommes en la campaigne, ilz promettent
   de faire ce qui s'ensuyt:

   Sçavoir, le lair de Granges, capitaine du dict chasteau de
   Lislebourg, de surprendre les comtes de Lenoz et de Morthon, et
   les mettre dans son dict chasteau, pour en faire ce que leur
   Mestresse commandera, et de randre paysible et obéyssante la
   ville de Lislebourg à la dicte Dame; les aultres seigneurs
   qu'avec les sept centz hommes, ilz chasseront les Anglois de tout
   le pays, estandront leur ligue, remettront partout l'authorité de
   la Royne d'Escosse, de sorte qu'il ne se parlera plus que de luy
   obéyr, et de demeurer fermes en l'alliance de France, et qu'ilz
   réduyront, tout entièrement, le royaulme en l'estat qu'il estoit
   auparavant, estantz toutz les principaulx de la noblesse de ce
   desir, sinon le dict Lenoz, qui n'a, à présent, cinq cens escuz
   de rante au dict pays, et Morthon, qui est homme nouveau et
   sordide.

   Le Roy d'Espaigne a escript à son ambassadeur, qui est icy, qu'il
   le résolve clairement, et en brief, de ce qui se doibt espérer de
   la restitution de la Royne d'Escosse, et en quoy l'on est du
   tretté, monstrant qu'il a bien fort à cueur la matière; et
   icelluy ambassadeur a dict à l'évesque de Roz que son Maistre ne
   regarde sinon comme le Roy commancera d'y procéder, car, de sa
   part, il y est tout prest et tout résolu. Et par lettre de Rome
   s'entend que le Pape a desjà miz une provision de deniers ez
   mains du duc d'Alve, pour ayder l'entreprinse sellon que l'ordre
   en sera mandé par Ridolfy; lequel Ridolfy et les seigneurs
   catholiques de ce pays, me recerchent fort de mettre en avant que
   les deux Roys se veuillent entendre et se unyr à la dicte
   entreprinse; ce que j'ayme mieulx qui me soit proposé par le dict
   ambassadeur, qui ne m'en a parlé, longtemps y a, que non pas par
   eulx.

   Je ne puis encores juger au vray si la dellibération de la dicte
   entreprinse est bien certaine, et moins encores quel événement
   elle pourra avoir. Tant y a que, pour la conformité de celle
   d'Yrlande, elle me semble trop esloignée du vraysemblable, et je
   sens bien que les Escouçoys, doubtans du secours de France,
   commancent fort d'espérer en cestuy cy; et le duc d'Alve leur a
   desjà advancé quelques deniers, ainsy que je l'ay desjà escript.

   AULTRE MÉMOIRE ET INSTRUCTION A PART:

   Que le propos de maryer Monsieur avec la Royne, a prins son
   commancement de ce que, ayant, en une mienne audience, parlé à la
   dicte Dame des fianceailles du Roy, qui se debvoient faire à
   Espire, après qu'elle se fût retirée avec ses dames, elle se
   plaignit que, se faisans plusieurs honnorables mariages en la
   Chrestienté, nul de son conseil ne luy parloit à elle de prandre
   party, et que, si le comte de Sussex fût présent, au moins luy
   ramentevroit il l'archiduc Charles.

   Ce que ayant l'une des dames raporté au comte de Lestre, il
   s'esforcea, le lendemain, affin de luy complayre, de luy remettre
   si bien le dict archiduc en termes, que le voyage de Coban en fut
   incontinent dressé; et, de là en avant, elle monstra, de plus en
   plus, estre résolue de se maryer, et de parler d'affection de
   l'archiduc, de sorte que le dict comte se repentyt assés d'en
   avoir meu le propos.

   Sur quoy arrivant le vydame de Chartres pour prandre congé
   d'elle, il luy parla de Monsieur, frère du Roy, et en parla aussi
   à plusieurs de son conseil, qui en furent les ungs bien ayses
   pour traverser l'aultre propos, et les aultres marrys, qui ne
   vouloient qu'on mit, en façon du monde, cestuy cy en avant.

   Dont, après que le dict Coban fût de retour avec la responce de
   reffuz, elle commança lors d'ouyr, avec plus d'affection, ceulx
   qui luy proposoient Monsieur; et arrivant là dessus quelque
   responce du vydame, et survenant, peu après, Mr le cardinal de
   Chatillon, la matière s'est si bien eschauffée que la dicte Dame
   ne parle plus que de luy, et a dict, tout hault, «que les siens
   l'avoient souvant pressée de se maryer, mais puys après ilz y
   avoient adjouxté tant de dures condicions qu'ilz l'en avoient
   engardée, et qu'elle cognoistroit meintenant qui seroient ses
   bons et fidelles subjectz, et les sauroit bien remarquer, et
   qu'elle tiendroit pour desloyaux ceulx qui luy traverseroient ce
   tant honnorable party».

   Et comme l'une de ses dames regrettoit que Mon dict Seigneur
   n'eust quelques ans davantaige, elle respondit:--«Il a vingt ans
   qui en vallent vingt cinq, car il n'y a rien en son esprit, ny en
   sa personne, qui ne soit d'homme de valleur.»

   Et à milord Chamberland qui luy faisoit ung compte, comme Mon
   dict Seigneur avoit faict une course jusques à Roan pour voir une
   jeune flamande fort belle, que le père, craignant qu'elle ne se
   derrobât pour le suyvre, l'avoit jettée en haste hors de la ville
   et conduicte à Dièpe, où n'attendoit que le vent pour la passer
   en Angleterre, l'une des dames respondit:--«Et bien c'est qu'il
   n'est point paresseux pour aller voir les dames, il ne craindra
   guières de passer la mer.»--«Ce ne seroit, respondit la Royne, à
   mon proffict qu'il fût si dilligent, mais il n'en est pourtant
   moins à priser.»

   Et au baron de Vualfrind, lequel je luy présentay de la part du
   Roy, après qu'elle luy eust assés amplement parlé du mariage de
   l'archiduc, en une façon pleyne de jalouzie et de desdein,
   réprouvant bien fort les nopces d'entre si prochains, comme
   l'oncle et la niepce:--«Bien que le Roy d'Espaigne, disoit elle,
   comme grand prince, eust possible estimé que son exemple
   servyroit de loy au monde, mais c'estoit une loy contre le ciel;»
   luy dit:--«Que l'archiduc luy estoit grandement obligé de ce que,
   l'ayant reffusé, elle luy avoit faict trouver mieulx qu'elle, et
   où l'amytié ne deffauldroit, car, s'ilz ne s'aymoient comme
   espouzés, ilz s'aymeroient comme parans; et qu'elle espéroit
   aussi trouver mieulx que luy, dont le regrect cesseroit des deux
   costez.» Puys se corrigea que;--«A la vérité elle ne l'avoit pas
   reffuzé, mais elle avoit bien différé la responce, et il ne
   l'avoit vollue attandre; néantmoins elle ne lairroit d'aymer et
   honnorer toutjour l'Empereur, et toute sa mayson, sans aulcun
   excepter.»

   Et, au retour de là, le dict sieur baron me demanda si je pensois
   qu'elle eust parlé d'affection et avec jalouzie du dict archiduc,
   ou bien par manière de deviz, et qu'il se repentoit de ne luy
   avoir proposé le prince Rodolfe, qui a desjà dix sept ans. Je luy
   respondiz que «le voyage, que le jeune Coban avoit dernièrement
   faict devers l'Empereur, monstroit que, si l'archiduc eust vollu,
   à ceste heure, entendre à ce party, qu'il eust esté accepté.»--Il
   répliqua «qu'il en auroit doncques beaucoup de regrect, et qu'il
   s'estoit trop hasté de s'obliger à celle de Bavière, bien qu'il
   me vouloit dire que les conditions, sur lesquelles on le vouloit
   maryer avec ceste Royne, estoient, à ce qu'il avoit ouy dire, si
   dures et iniques qu'il eust esté trop plus subject que Roy.»

   L'on me vient d'advertyr que, sabmedy dernier, se plaignant la
   dicte Dame à l'admyralle Clinton et à milady Coban des
   difficultez, qu'aulcuns des siens trouvoient au party de
   Monsieur, comme trop jeune, elle les avoit conjuré de luy en dire
   librement leur opinion, et que, comme les deux plus loyales, et
   où elle se fyoit plus qu'en dames de ce monde, elles ne luy en
   vollussent rien dissimuler; et que la dicte Clinton, luy ayant
   fort loué ses perfections et confirmé grandement son opinion de
   se maryer, avoit aprouvé entièrement qu'elle deût espouser
   Monsieur; et que sa jeunesse ne luy debvoit faire peur, car il
   estoit vertueux, et elle, pour luy en donner, en toutes sortes,
   plus de satisfaction que nulle aultre princesse du monde ne
   sçauroit faire. Ce que la dicte Dame avoit accepté avec tant de
   démonstration de playsir, que milady Coban, n'y ozant rien
   contradire, avoit seulement dict que les mariages estoient
   toutjour mieulx faictz et plus plains de contantement, quant l'on
   espousoit personne de âge pareil, ou aprochant au sien, que quant
   il y avoit grande inégalité. A quoy elle avoit respondu:--«Qu'il
   n'y avoit que dix ans de différant entre deux, et qu'il eust esté
   fort à propos que ce eust esté luy qui les heût davantaige; mais,
   puysqu'il playsoit à Dieu qu'elle fût la plus vielle, elle
   espéroit qu'il se contenteroit des aultres advantaiges.»

   Il semble que milord Boucard va par dellà fort pourveu de bonne
   intention en cest endroict, et qu'il desire infinyement d'y estre
   employé; et le secrétaire, qu'il mène, qui luy a esté ordonné par
   la dicte Dame, s'est venu offryr à moy de servyr, en tout ce
   qu'il pourra, jusques à la mort; et le Sr Cavalcanty y est plus
   ardant que nul, mais je ne sçay s'il a encores descouvert en
   quelle intention en est Cecille; tant y a que deppendant
   entièrement de luy, il sera bon d'aller ung peu réservé en son
   endroict, et néantmoins s'en servyr en ce que Leurs Majestez
   cognoistront qu'il leur y pourra estre ministre commode et
   opportun; car, oultre qu'il se dict très dévot à la France, et
   péculier serviteur de la Royne, il est fort bien entendu ez
   humeurs de deçà. Il n'a vollu partyr avec le dict Boucard pour
   n'estre veu aller aulcunement pour ce fait, et m'a dict qu'il
   n'est pas expressément commandé de faire le voyage, mais qu'on
   est bien fort ayse qu'il le face, et il part demain matin.



CLIXe DÉPESCHE

--du XIIe jour de febvrier 1571.--

(_Envoyée exprès par Jehan Volet jusques à Calais._)

  Négociation de Walsingham, ambassadeur en France.--Affaires
    d'Irlande; crainte des Anglais qu'une entreprise ne soit tentée
    sur ce pays.--Affaires d'Écosse; retards apportés à la
    conclusion du traité.--Ligue contre les Turcs.--Nouvelles
    d'Allemagne.


     AU ROY.

Sire, par la première dépesche, que le Sr de Vualsinguan a faict par
deçà[26], il s'est si grandement loué à la Royne, sa Mestresse, de
l'honorable réception et des vertueuses responces qu'il a eues de
Vostre Majesté, et des bons propos et démonstrations que la Royne,
vostre Mère, et Monseigneur, luy ont usé, que le comte de Lestre m'a
mandé qu'elle m'en rendra ung bien fort grand mercys, la première fois
que je l'yray trouver, affin que je le vous face puys après entendre
de sa part; et que je vous représante le grand contantement qu'elle en
a reçeu, qui ne la pourriez, à ce qu'il dict, en nulle chose du monde
plus grandement gratiffier que de favoriser ses ambassadeurs. Et n'ay
point sçeu, à la vérité, Sire, que, pour ce commancement, il ayt donné
que une bien fort bonne satisfaction de Voz Majestez à sa dicte
Mestresse. Il est vray qu'il a asseuré la dicte Dame, ainsy qu'on m'a
dict, que la pratique, que le capitaine La Roche mène en Yrlande,
n'est incogneue en vostre court; de quoy aulcuns de son conseil luy
ont vollu persuader qu'elle devoit donc révoquer milord de Boucard
qui, pour ceste occasion, a esté arresté ung jour à Canturbery; mais
elle a vollu qu'il ayt passé oultre, espérant que, sur ce qu'elle m'a
naguières proposé d'icelluy faict, Vostre Majesté l'en satisfera
bientost.

  [26] Voir les _Mémoires et Instructions pour les ambassadeurs ou
  Lettres et Négociations de Walsingham, ministre et secrétaire
  d'état sous Élisabeth, reine d'Angleterre_, 1 vol. in-4º,
  Amsterdam, 1700.

La dicte Dame commance de tourner ses pensées aulx choses du dict pays
d'Yrlande, car, oultre le faict du dict capitaine La Roche, elle a
toutjours crainct que le Roy d'Espaigne se vouldroit revancher des
prinses de mer par quelque entreprinse sur icelluy pays; et, encores,
par le dernier courrier de Flandres, entendant que le duc d'Alve se
monstroit si réfroydy en la composition des dictes prinses, que
l'agent de la dicte Dame estoit sur le poinct de s'en revenir, sans
avoir rien faict, elle en entroit en plus grande deffiance, mais ung
aultre courrier extraordinaire en vient d'arriver, qui dict que
icelluy agent a heu, despuys huict jours, une meilleure responce du
dict duc. Néantmoins, estantz desjà aulcuns indices venuz à la dicte
Dame de la dellibération du dict Roy d'Espaigne en cella, et luy en
ayant Mr le cardinal de Chatillon, à ce qu'on m'a dict, mandé, despuys
six jours, d'aultres certains adviz, elle monstre, à présent, de le
croyre; dont a mandé à millord Sydney debitis d'Yrlande, qui estoit
prest à s'en venir par deçà, de ne bouger de sa charge, et de pourvoir
soigneusement à la garde du pays, et qu'elle donna promptement ordre
qu'il luy soit envoyé tout ce qui luy sera besoing.

Les choses d'Escosse se brouillent de nouveau, car ceulx du party de
la Royne commancent de se revancher par dellà sur ceulx qui suyvent le
party du comte de Lenoz, et le comte de Morthon, faisant le long à
venir, prolonge icy beaucoup le tretté, ce qui donne cependant loysir
à la comtesse de Lenoz et aulx siens de remettre en l'opinion de la
Royne d'Angleterre plusieurs malles impressions contre la Royne
d'Escosse, luy persuadant qu'elle aspire à sa vie et à la déboutter de
son estat, si bien qu'elle en est entrée en de grandes souspeçons,
mesmes contre ses plus intimes conseillers; qui faict que toute ceste
court s'en trouve divisée et en grand perplexité. Dont les depputez de
la dicte Royne d'Escosse, craignans qu'enfin cella n'admène une
ropture du dict traicté, suplient, de rechef, très humblement Vostre
Majesté, de les vouloir, de bonne heure, et par secrectz moyens,
secourir de ceste provision de quatre mil escuz par moys, qu'ilz vous
demandent, durant quelque temps, affin d'exécuter promptement ce
qu'ilz ont projecté pour le restablissement de l'auctorité de leur
Mestresse, et pour la conservation de leur pays, et pour l'honneur et
la gloire de Vostre Majesté et de l'alliance qu'ilz ont avec vostre
couronne; s'asseurans que la guerre ne durera jamais ung ou deux tiers
d'an. Et m'ont proposé, au cas que voz présens affaires ne permissent,
Sire, que les puyssiez si tost ayder de ceste somme, qu'il soit vostre
bon playsir de la leur faire recouvrer sur l'afferme du douaire de
leur Mestresse, en la faisant délivrer à quelques merchans pour deux
ou trois ans à venir, moyennant qu'ilz advanceront les deniers,
desquelz, s'il en debvoit survenir cy après nul intérest à Vostre
Majesté, ou quelque diminution à leur dicte Mestresse, ilz se offrent
de le faire rembourser par les Estatz de leur pays; et ne vous auront,
à ce qu'ilz disent, moindre obligation que si le secours estoit tout
entièrement sorty de voz propres finances. A quoy vous playrra, Sire,
me faire respondre par voz premières, car, sellon que j'en entendray
vostre vollonté, je les laysseray, ou bien les divertiray d'en envoyer
poursuyvre le moyen par dellà, comme ilz ont dellibéré de faire.

Il est nouvelles icy que l'Empereur a offert d'entrer en la ligue
contre le Turq, et que, en propre personne, il luy commancera la
guerre, pourveu que les confédérez luy veuillent souldoyer vingt mil
hommes de pied, et luy donner douze mil escuz par moys, pour les
aultres provisions de l'armée; et qu'il a esté de nouveau provoqué à
cella, à l'ocasion de ce que le Turq luy a mandé qu'il ayt à luy
remettre entièrement le tiltre du royaulme de Transilvanye, sans
jamais plus le s'aproprier.

L'ambassadeur d'Espaigne, qui est icy, a adviz que le comte de
Sualsemberg, après avoir composé avec ceulx d'Embourg, pour quarante
mil tallardz contants, et avec ceulx de Brème pour vingt cinq mil, a
séparé ses gens; par ainsy, toute la peur de ceste guerre est
estaincte. Sur ce, etc. Ce XIIe jour de febvrier 1571.



CLXe DÉPESCHE

--du XVIIe jour de febvrier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par Bon Jehan._)

  Affaires d'Écosse.--Efforts de l'ambassadeur pour empêcher que le
    prince d'Écosse ne soit livré à la reine
    d'Angleterre.--Sollicitation faite par le duc d'Albe, au nom du
    roi d'Espagne, en faveur de Marie Stuart.--Négociation des
    Pays-Bas.


     AU ROY.

Sire, par la dépesche de Vostre Majesté, du premier de ce mois, que le
Sr de Sabran m'a apportée, il m'a esté si sagement et avec tant de
bonnes considérations satisfaict sur tout ce que, par mes précédantes,
jusques au vingt quatriesme du passé, je vous avois escript de l'estat
des choses de deçà, qu'il ne me reste rien à présent que de bien
ensuyvre ce que clairement et fort exprès il vous playt m'en
commander, qui mettray peine, Sire, que vous y soyez le plus
exactement bien servy qu'il me sera possible; seulement je me trouve
empesché du faict du petit Prince d'Escosse, lequel je vous suplie
très humblement, Sire, de croyre que j'ay travaillé aultant que j'ay
peu, et sans trop me descouvrir, à disposer icy les depputez de la
Royne, sa mère, et ay pareillement envoyé disposer ceulx de l'aultre
party jusques en Escosse, pour s'opposer à ce qu'il ne soit admené par
deçà, et n'ay obmiz nul des inconvéniens qui en pourroient advenir,
que je ne les leur aye toutz représentez; et ay sondé si avant iceulx
depputez de la dicte Dame qu'ilz m'ont confessé que les seigneurs qui
les ont envoyez, déclairent, en ung article de leur instruction,
qu'ilz ne le peuvent consentyr; néantmoins qu'ilz leur ont baillé
pouvoir, à part, d'en user comme la Royne, leur Mestresse, leur
ordonnera; et m'ont remonstré que, demeurant les choses en l'estat
qu'elles sont, la Royne d'Angleterre tient en ses mains la mère, le
filz et le royaulme, et a desjà estably un sien subject pour régent au
pays, et qu'ilz ne peuvent, sans ung notable secours de Vostre
Majesté, plus différer de se soubmettre eulx mesmes à ce que la dicte
Royne d'Angleterre vouldra: sçavoir est, d'obéyr au dict régent, et
recognoistre le jeune Prince pour leur Roy, si, d'avanture, leur
Mestresse n'est bientost restituée; et que, si le tretté n'eust esté
miz en avant, par lequel l'armée d'Angleterre a esté retirée, il est
sans doubte qu'ilz se fussent desjà toutz rangez à ce party, de sorte,
Sire, qu'il ne se fault guières attandre que, du costé de la Royne
d'Escosse, laquelle a desjà baillé son consentz, ny de ceulx qui
tiennent pour elle, il se face grande résistance à cest article; qui
est néantmoins le principal, auquel la Royne d'Angleterre et les siens
incistent, et sans lequel elle monstre de vouloir poursuyvre ses
entreprinses, ainsy qu'elle les a commancées au dict pays.

Je verray ce que je pourray faire secrectement avec les depputez de
l'aultre party, qui ne sont encores arrivez, mais l'on les attand dans
quatre jours; car il est nouvelles qu'ilz ont desjà passé Barwich, et
ne voys point, Sire, qu'il reste plus de ce costé nul moyen en cecy,
que je ne l'aye desjà tanté; dont adviserez s'il s'en pourra trouver
quelcun aultre d'ailleurs qui y puysse mieulx remédier.

Au regard de l'article de la ligue, j'en useray tout ainsy, sans plus
ny moins, qu'il vous playst me le prescrire, et semble bien que desjà,
sur les fermes et résoluz propos, que j'en ay tenuz à la Royne
d'Angleterre et aulx siens, ilz soyent en quelques termes de n'en
parler point.

L'évesque de Roz est allé presser les seigneurs de ce conseil de
vouloir commancer le dict tretté, plus pour cognoistre si leur
Mestresse avoit changé de vollonté que pour espérance de rien faire,
jusques à ce que les aultres soyent icy; et a trouvé qu'à leur arrivée
elle dellibère de passer oultre, meue beaucoup plus des difficultez,
qui surviennent chacun jour plus grandes, et en Escosse, et en son
pays, que de bonne affection qu'elle y ayt; et luy ont iceulx du dict
conseil dict deux choses: l'une, qu'il ne fault que la Royne, sa
Mestresse, escoutte les conseilz qu'on luy mandra de dellà la mer, de
ne consentyr que son filz viegne en Angleterre, car, sans ce poinct,
qui estoit desjà accordé par elle, il ne fault plus parler de tretté;
la segonde, qu'elle veuille délaysser du tout la pratique de se maryer
avec dom Joan d'Austria, et n'ouyr plus sur cella Mr le cardinal de
Lorrayne, qui en renouvelle, à ce qu'ilz disent, encores à présent le
propos. A quoy il a respondu en général, que, si la Royne d'Angleterre
veult bien user envers sa Mestresse, elle se peult asseurer qu'elle la
trouvera toute disposée à son amytié, et à faire toutes choses à son
contantement.

Or, a le duc d'Alve escript, par le dernier ordinaire, une lettre à la
Royne d'Angleterre, en laquelle, entre aultres choses, il luy faict
entendre la charge, qu'il a du Roy d'Espaigne son Maistre, de la prier
bien fort affectueusement qu'elle veuille condescendre à quelque bon
accord avec la Royne d'Escosse, et luy moyéner sa restitution; et
qu'une des choses qu'il désire aultant à ceste heure est de les voir
elles deux et leur deux royaulmes en bonne paix et unyon, en quoy,
s'il se peult rien ayder et servyr, il offre de bon cueur s'y
employer. Je n'ay encores aprins les aultres particullaritez de la
dicte lettre, sinon qu'on m'a asseuré que la dicte Dame l'a heue fort
agréable, et que le secrétaire Cecille a dict que le duc d'Alve se
monstre à ceste heure fort rabillé vers elle, et la recherche beaucoup
d'amytié; et que sur ce que Me Prestal l'avoit, puys peu de jours,
vollu estreindre à quelques pratiques avec les rebelles d'Angleterre
et d'Yrlande, et avec les Escouçoys du party de la Royne, il n'y avoit
vollu entendre. Ce qui faict meintenant, Sire, que ceulx cy se
rasseurent des choses d'Yrlande; et à la vérité, la comtesse de
Northomberland, et aulcuns fuytifz, qui sont en Flandres, ont
naguières escript que le Roy d'Espaigne a bien bonne affection de les
secourir et d'entreprendre en Yrlande, mais que le duc d'Alve en
estoit tout réfroydy, et qu'il leur est besoing d'envoyer ung
personnaige de bonne qualité en Espaigne pour négocier, par eulx
mesmes, leur affaire avec le Roy d'Espaigne. Je ne sçay s'ilz auront
esleu à cella millord de Sethon; tant y a que je vous puys asseurer,
Sire, qu'il estoit, le XXIIIe du passé, au logis de l'ambassadeur
d'Escosse à Paris, possible qu'il aura passé oultre.

L'accord des prinses estoit venu à une manifeste ropture avec le
depputé de ceste Royne, qui s'estoit desjà acheminé pour s'en
retourner, sans avoir rien faict, quant le duc d'Alve l'a contremandé
pour luy dire qu'il avoit receu nouvelles lettres d'Espaigne, par
lesquelles il luy vouloit bien signiffier la bonne intention du Roy,
son Maistre, envers la Royne d'Angleterre, sa bonne soeur, et comme il
avoit desir d'accorder à toutes les choses raysonnables qu'elle
vouloit; par ainsy que les difficultez seroient bientost vuydées, et
qu'il envoyeroit un notable conseiller par deçà pour l'accommodement
de toutes choses; dont s'attand, à ceste heure icy, l'arrivée du Sr
Suenegheme de Bruges, qui vient avec le dict depputé d'Angleterre. Sur
ce, etc. Ce XVIIe jour de febvrier 1571.



CLXIe DÉPESCHE

--du XXIIIe jour de febvrier 1571.--

(_Envoyée exprès jusques à Calais par ung gentilhomme escouçoys._)

  Audience.--Assurances d'amitié.--Maladie de la reine de
    France.--Désaveu du roi au sujet de la descente des Bretons en
    Irlande.--Satisfaction d'Élisabeth à raison du refus qu'aurait
    fait le duc d'Anjou de se mettre à la tête d'une entreprise sur
    l'Irlande.


     AU ROY.

Sire, à la dellibération, que j'avois, d'aller trouver la Royne
d'Angleterre sur ce que le Sr de Sabran m'avoit apporté, il m'y est
encores venue nouvelle occasion, par la dépesche suyvante, que j'ay
cependant receue de Vostre Majesté, du VIIIe de ce moys, de laquelle
j'ay faict de tout ung avec la première; et n'ay séparé les poinctz de
l'une ny de l'aultre, sinon par l'ordre que je les ay trouvez en
icelles, qui y sont si bien et si distinctement comprins, qu'il n'a
esté besoing d'y adjouxter du mien que seulement ce que j'ay estimé à
propos pour les faire bien prandre à la dicte Dame.

Laquelle m'a respondu, quant au premier, qu'elle avoit ung singulier
playsir que ses ambassadeurs vous eussent bien signiffié la droicte
intention, qu'elle a, à la commune paix d'entre Voz Majestez, et à
celle particulière de vostre royaulme; et qu'elle vous prie, Sire, de
croyre que, quant au debvoir de persévérer en vostre amytié, et à
desirer le bien et establissement de voz affaires, qu'elle y est si
parfaictement disposée que nul du monde ne le sçauroit estre
davantaige; et que vous cognoistrez qu'elle l'a desjà ainsy monstré
par effectz, quant plusieurs choses, de celles qui ont passé despuys
trois ans, vous seront mieulx cogneues qu'elles ne le sont à présent;
et qu'elle vous promect, pour l'advenir, qu'il ne sortyra, de son
costé, occasion aulcune, par où vostre dicte amytié puysse estre
offancée, pourveu que vous ne veuillez poinct offancer la sienne;
qu'elle avoit grande occasion de vous remercyer de ce qu'il vous avoit
pleu fort favorablement licencier l'ung de ses ambassadeurs, et
recepvoir avec mesme faveur l'aultre, et de ce, encores, qu'avez
commancé de faire honorer grandement milord Boucart à Callais, à
Bolloigne et à Montrueil; dont il luy avoit escript le bon trettement
qu'on luy avoit faict en ces trois villes, et que Vostre Majesté aussi
ne trouveroit en eulx, s'ilz ne veulent estre traystres à elle et
désobéyssans à ses commandemens, que toute disposition de vous honorer
et servyr, et vous complayre en tout ce qu'il leur sera possible; que
la nouvelle que je luy apportois de la malladye de la Royne, à ceste
heure qu'elle guérissoit et alloit en amandant, n'estoit si facheuse à
ouyr, comme si je la luy eusse dicte, quant elle estoit en dangier,
dont elle prioyt Dieu pour sa convalescence, comme pour la sienne
propre; et que Dieu vous avoit vollu tempérer à toutz deux, par ce
petit ennuy, le grand ayse de vostre mariage, affin de le vous randre
meilleur et de plus de durée cy après; qu'encor que le sacre et
couronnement d'elle, et son entrée fussent remiz à une aultre foys,
et que ceulx, qu'elle a envoyez par dellà, ne puyssent voir toutz les
triomphes qu'ilz s'attandoient, elle toutesfois ne vouldroit avoir
différé davantaige la conjoyssance de voz nopces, ny de la venue de la
Royne, pour ne deffaillir à ce que, non moins de son affection que de
son debvoir, elle estimoit estre tenue en cella; au demeurant, qu'elle
demeuroit très contante et bien satisfaicte de la responce, que vous
luy faisiez sur les choses d'Yrlande, et encores plus de ce qu'elle
s'asseuroit que Vostre Majesté l'accomplyroit ainsy par oeuvre, comme
elle avoit desjà entendu que, sur ce que Mr le cardinal de Lorrayne et
Mr le Nunce et l'arsevesque de Glasco avoient naguières proposé à
Monsieur, frère de Vostre Majesté, de faire une entreprinse au dict
pays, il avoit esté si vertueulx et si sage, qu'il n'y avoit vollu
entendre, ny Voz Majestez Très Chrestiennes y prester l'oreille, dont
ne vouloit obmettre de vous en remercyer toutz trois de tout son
cueur; mais pourtant elle n'avoit vollu ottroyer de saufconduict au
dict arsevesque de Glasco, bien que la Royne d'Escosse le luy eust
fort instantment faict demander par l'évesque de Ross; car avoit
opinion que c'estoit plus pour venir interrompre le tretté que pour
l'advancer; et que, estant le comte de Morthon prest à arriver dans
peu d'heures, l'on procèderoit incontinent au dict tretté avec le plus
d'expédition que faire se pourroit.

Je luy ay seulement répliqué, Sire, quant à l'entreprinse, qu'elle
disoit avoir esté proposée à Monsieur, si elle sçavoit à la vérité que
cella fût vray, et m'ayant soubdainement respondu que _ouy_, tant
certainement que mesmes elle avoit par escript le mesmes propos, qui
luy en avoit esté tenu, j'ay suyvy à luy dire qu'elle prînt bien
garde que cella ne procédast de quelque mauvaise boutique pour cuyder
luy en mettre la jalouzie dans le cueur, car Mr le cardinal estoit ung
si prudent et si advisé seigneur en ses conseilz, qu'à peyne en avoit
il miz ung tel en avant à Monsieur, en temps de si bonne paix;
néantmoins, commant que la chose allât, elle voyoit que Vostre Majesté
faisoit ung grand fondement de la parolle, que luy aviez donnée, de
désister de toute entreprinse d'armes, jusques à ce que le traicté fût
achevé, et que vous faisiez aussi pareil estat de celle que vous aviez
d'elle, pour la liberté et restitution de la Royne d'Escosse; dont je
la suplyois qu'elle y vollust meintenant mettre le desiré effect, que
Vostre Majesté attandoit de sa bonté et de sa promesse.

Elle m'a respondu qu'elle voyoit bien que Vostre Majesté ne pourroit
jamais oublyer cest affaire, parce qu'il y en avoit assés qui le vous
recordoient, et qu'elle espéroit qu'il s'acommoderoit bientost, non
sans qu'on se mouquast assés par tout le monde d'elle, d'estre si
indulgente et facille envers celle qui l'a infinyement offancée; qu'au
reste elle recepvoit ung singulier playsir d'entendre que Vostre
Majesté eust une si vertueuse et si droicte intention à la réunyon de
l'esglize, comme je le luy asseuroys, qui ne pourroit estre que cella
n'admenast ung grand bien à la Chrestienté, et qu'elle vous y
correspondroit de sa part, avec telle affection et promptitude, comme
vous le pourriez desirer; qui pourtant vous prioyt de persévérer en ce
sainct propos, et ne vous laysser persuader à ceulx qui vous y
vouldroient proposer les armes.

Et ainsy me suys gracieusement licencié de la dicte Dame, mais j'ay
comprins despuys, par aulcuns propos du secrétaire Cecille, qu'elle
avoit heu ung singulier playsir que Vostre Majesté n'a advoué les
choses d'Yrlande, parce qu'elle a envoyé pour surprendre ce qui s'y
trouvera de Bretons et estrangiers pour les chastier. La dicte Dame a
faict dépescher lettres à toutes ses provinces pour convoquer ung
parlement, au deuxiesme jour d'avril prochain, en ceste ville de
Londres, avec secret mandement de n'eslire aulcun depputé, qui ne soit
déclairé protestant. Elle estime que la tenue d'icelluy ne sera que de
dix jours, dedans lesquelz elle espère avoir obtenu ce qu'elle
prétend, de quelque subvention de deniers; d'un decrect sur les biens
et personnes des fugitifz; et sur quelque reiglement plus estroict en
leur religion; qui sont les trois poinctz pour lesquelz l'assemblée se
faict. Les commissaires de Flandres ne sont encores venuz, mais l'on
me vient d'advertyr que le comte de Morthon est tout meintenant
arrivé. Sur ce, etc. Ce XXIIIe jour de febvrier 1571.


FIN DU TROISIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES DU TROISIÈME VOLUME.


ANNÉE 1570.

                                                                   Pages
     81e _Dépêche._--4 janvier.--

       AU ROI.                                                       1
     Audience.                                                     _Ib._

       A LA REINE.                                                   6
     Nouvelles de la Rochelle.                                     _Ib._
     Déroute des révoltés du nord.                                   7

     82e _Dépêche._--10 janvier.--

       AU ROI.                                                      10
     Nouvelles du nord.                                             10

       A LA REINE.                                                  12
     Craintes des Anglais.                                          13

     83e _Dépêche._--15 janvier.--

       AU ROI.                                                      14
     Le comte de Northumberland prisonnier.                         15
     Affaires d'Allemagne et des Pays-Bas.                          16

       A LA REINE.                                                  18
     Affaires de la Rochelle.                                      _Ib._


     84e _Dépêche._--21 janvier.--

       AU ROI.                                                      20
     Exécutions dans le nord.                                       21

       A LA REINE.                                                  24
     Propositions faites à Marie Stuart.                           _Ib._
     _Lettre en chiffre._                                           26
     _Mémoire secret._                                              27
     Projets du duc d'Albe.                                         29
     Proposition d'une ligue avec l'Espagne contre l'Angleterre.  _Ib._

     85e _Dépêche._--28 janvier.--

       AU ROI.                                                      33
     Mission de Mr de Montlouet.                                   _Ib._
     Nouvelles d'Allemagne.                                         35

     86e _Dépêche._--2 février.--

       AU ROI.                                                      37
     Audience.                                                     _Ib._
     Mort du comte de Murray.                                       39

       A LA REINE.                                                  40
     Affaires d'Écosse.                                           _Ib._

     87e Dépêche.--10 février.--

       AU ROI.                                                      41
     Audience.                                                     _Ib._
     Arrestation de l'évêque de Ross.                               43

       A LA REINE.                                                 _Ib._
     Préparatifs contre l'Écosse.                                   44
     _Note._ État général des affaires.                             45

     88e _Dépêche._--13 février.--

       AU ROI.                                                      47
     Négociation avec les Pays-Bas.                                _Ib._
     Affaires d'Écosse.                                             49

     89e _Dépêche._--17 février.--

       AU ROI.                                                      50
     Sollicitations des protestans.                                 51
     Préparatifs de guerre.                                         52

       A LA REINE.                                                  55
     Divisions en Angleterre.                                      _Ib._
     _Mémoire général_ sur l'état des affaires.                     54

     90e _Dépêche._--22 février.--

       AU ROI.                                                      58
     Audience.                                                     _Ib._

       A LA REINE.                                                  61
     Affaires de Marie Stuart.                                      62

     91e _Dépêche._--26 février.--

       AU ROI.                                                      63
     Affaires de la Rochelle.                                      _Ib._
     Instances de Marie Stuart.                                     66

     92e _Dépêche._--28 février.--

       AU ROI.                                                      67
     Défaite de lord Dacre.                                        _Ib._

     93e _Dépêche._--4 mars.--

       AU ROI.                                                      69
     Affaires d'Écosse.                                            _Ib._

       A LA REINE.                                                  71
     Changement dans les dispositions d'Élisabeth.                 _Ib._
     _Mémoire._ Préparatifs de guerre en Angleterre.                72
     _Mémoire secret._ Projet pour le rétablissement de
     Marie Stuart en Écosse, et de la religion catholique
     en Angleterre.                                                 76

     94e _Dépêche._--9 mars.--

       AU ROI.                                                      79
     Continuation des préparatifs de guerre.                       _Ib._

     95e _Dépêche._--14 mars.--

       AU ROI.                                                      82
     Satisfaction donnée à Élisabeth.                              _Ib._
     Affaires d'Écosse.                                             83

     96e _Dépêche._--19 mars.--

       AU ROI.                                                      85
     Nouvelles d'Allemagne.                                         86
     Succès des révoltés en Irlande.                                87

     97e _Dépêche._--27 mars.--

       AU ROI.                                                      88
     Audience.                                                     _Ib._

     A LA REINE (_lettre secrète_)                                  94
     Avis d'une levée d'armes en Allemagne.                        _Ib._
     _Mémoire_ sur les troubles du nord.                            95
     _Mémoire secret._ Avis du duc d'Albe; propositions de
     Cécil et de Leicester; projets des seigneurs catholiques.      98

     98e _Dépêche._--31 mars.--

       AU ROI.                                                     103
     Modération d'Élisabeth.                                       _Ib._
     Le comte d'Arundel mis en liberté.                            104

     99e _Dépêche._--4 avril.--

       AU ROI.                                                     106
     Faveur du comte d'Arundel.                                    _Ib._
     Projet contre l'Écosse.                                       107

     100e _Dépêche._--9 avril.--

     AU ROI.                                                       110
     Préparatifs de guerre.                                        _Ib._
     101e _Dépêche._--13 avril.--

       AU ROI.                                                     113
     Continuation des préparatifs.                                 _Ib._
     Nouvelles des protestans de France.                           114

     102e _Dépêche._--18 avril.--

       AU ROI.                                                     116
     Nouvelles d'Écosse.                                           _Ib._

       A LA REINE.                                                 120
     Nécessité de la paix en France.                               121
     _Lettre secrète._                                             122
     _Mémoire._ Résolution du conseil d'Angleterre.                _Ib._
     _Mémoire secret_ sur divers projets de mariage.               125

     103e _Dépêche._--25 avril.--

       AU ROI.                                                     128
     Prise d'armes contre l'Écosse.                                _Ib._

     104e _Dépêche._--27 avril.--

       AU ROI.                                                     130
     État des partis en Écosse.                                    _Ib._

     105e _Dépêche._--5 mai.--

       AU ROI.                                                     133
     Audience.                                                     _Ib._
     Nouvelles d'Écosse.                                           137

     106e _Dépêche._--8 mai.--

       AU ROI.                                                     138
     Débats dans le conseil.                                       _Ib._
     Première invasion en Écosse.                                  139

       A LA REINE.                                                 142
     Déclaration du roi touchant l'Écosse.                         _Ib._
     _Mémoire général._                                            144
     _Mémoire secret_ sur la déclaration du roi.                   148

     107e _Dépêche._--13 mai.--

       AU ROI.                                                     150
     Nouvelles de l'invasion.                                      _Ib._

     108e _Dépêche_.--17 mai.--

       AU ROI.                                                     154
     Hésitation d'Élisabeth à poursuivre son entreprise
     sur l'Écosse.                                                 _Ib._

     109e _Dépêche_.--22 mai.--

       AU ROI.                                                     157
     Proposition d'un accord touchant Marie Stuart et l'Écosse.    _Ib._

     110e _Dépêche_.--27 mai.--

       AU ROI.                                                     161
     L'évêque de Ross mis en liberté.                              163
     Audience.                                                     _Ib._
     Résolution du conseil d'éviter la guerre.                     168
     _Traité_ concernant l'Écosse.                                 169

     111e _Dépêche_.--1er juin.--

       AU ROI.                                                     171
     Affaires d'Écosse.                                            _Ib._
     Exécution des Northon.                                        173
     Bulle qui déclare Élisabeth hérétique.                        _Ib._

     112e _Dépêche_.--5 juin.

       AU ROI.                                                     174
     Maintien du traité conclu.                                    175
     Audience accordée à l'évêque de Ross.                         176

     113e _Dépêche_.--11 juin.--

       AU ROI.                                                     178
     Liberté de l'évêque de Ross.                                  179
     Conditions de la restitution de Marie Stuart.                 _Ib._
     Interrogatoire du duc de Norfolk.                             180
     _Mémoire général._                                            181
     _Mémoire secret._ Discussion sur le traité.                   185

     114e _Dépêche_.--16 juin.--

       AU ROI.                                                     192
     Changement dans les résolutions d'Élisabeth.                  _Ib._

       A LA REINE.                                                 196
     Mesures de rigueur contre les catholiques.                    _Ib._

     115e _Dépêche_.--19 juin.--

       AU ROI.                                                     198
     Audience.                                                     _Ib._

       A LA REINE.                                                 203
     Nouvelles de la Rochelle.                                     204

     116e _Dépêche_.--21 juin.--

       AU ROI.                                                     206
     Expédition de Bretagne.                                       _Ib._
     Nouvelles d'Allemagne.                                        208

       A LA REINE (_Lettre secrète_)                               209
     Projets des protestans de France.                             _Ib._

     117e _Dépêche_.--25 juin.--

       AU ROI.                                                     212
     Conditions du traité pour Marie Stuart.                       214
     Nouvelles d'Allemagne.                                        215

     118e _Dépêche_.--29 juin.--

       AU ROI.                                                     216
     Audience.                                                     _Ib._

     119e _Dépêche_.--5 juillet.--

       AU ROI.                                                     222
     Négociation touchant l'Écosse.                                _Ib._
     _Mémoire général._                                            223
     _Mémoire secret._ Articles concernant Marie Stuart.           228

     120e _Dépêche_.--9 juillet.--

       AU ROI.                                                     230
     Mission de Mr de Poigny.                                      _Ib._
     Combat de Sainte-Gemme, près Luçon.                           232
     Déclaration du duc d'Albe.                                    233

     121e _Dépêche_.--14 juillet.--

       AU ROI.                                                     234
     Audience.                                                     _Ib._

     122e _Dépêche_.--19 juillet.--

       AU ROI.                                                     240
     Audience.                                                     _Ib._

       A LA REINE.                                                 244
     Espoir de la restitution de Marie Stuart.                     _Ib._

     123e _Dépêche_.--25 juillet.--

       AU ROI.                                                     246
     Délibération concernant le duc de Norfolk.                    _Ib._
     Préparatifs de guerre.                                        247
     Nouvelles d'Allemagne.                                        248
     _Mémoire général._                                            250
     _Mémoire secret._ Intrigues de l'Espagne.                     254
     Dispositions du cardinal de Chatillon.                        256

     124e _Dépêche_.--30 juillet.--

       AU ROI.                                                     258
     Crainte en Angleterre d'une ligue générale; armemens.         _Ib._

     125e _Dépêche_.--6 août.--

       AU ROI.                                                     263
     Visite de Mr de Poigny à Marie Stuart.                        _Ib._
     Audience.                                                     264

     126e _Dépêche_.--11 août.--

       AU ROI.                                                     269
     Force de la flotte armée en guerre.                           _Ib._
     Paix de France.                                               272
     Exécution de Felton.                                          273

     127e _Dépêche_.--14 août.--

       AU ROI.                                                     274
     Mission de Walsingham en France.                              _Ib._

     128e _Dépêche_.--18 août.--

       AU ROI.                                                     275
     Audience.                                                     276

       A LA REINE.                                                 278
     Doutes sur la paix de France.                                 279

     129e _Dépêche_.--21 août.--

       AU ROI.                                                     280
     Instructions de Walsingham.                                   281
     Affaires d'Écosse.                                            283

       A LA REINE.                                                 284
     Effet de la pacification.                                     _Ib._

     130e _Dépêche_.--26 août.--

       AU ROI.                                                     285
     D'une entreprise sur Calais.                                  _Ib._
     Instances de Marie Stuart.                                    287

     131e _Dépêche_.--5 septembre.--

       AU ROI.                                                     289
     Audience.                                                     290
     Deuxième invasion en Écosse.                                  294
     _Mémoire général._                                            _Ib._
     _Mémoire secret._ Dévouement du duc de Norfolk à
       Marie Stuart; projet de l'Espagne contre l'Angleterre.      299

     132e _Dépêche_.--10 septemb.--

       AU ROI.                                                     302
     Mission de sir Henri Coban aux Pays-Bas.                      _Ib._
     Troisième invasion en Écosse.                                 304

     133e _Dépêche_.--15 septemb.--

       AU ROI.                                                     304
     Sortie de la flotte.                                          _Ib._
     Explications sur la dernière invasion en Écosse.              307
     Message du cardinal de Chatillon.                             308

     134e _Dépêche_.--19 septemb.--

       AU ROI.                                                     309
     Négociation avec l'Espagne.                                   310
     Affaires d'Écosse.                                            311

     135e _Dépêche_.--24 septemb.--

       AU ROI.                                                     313
     Mouvement au pays de Lancastre.                               _Ib._
     Conférence avec le cardinal de Chatillon.                     314

     136e _Dépêche_.--29 septemb.--

       AU ROI.                                                     317
     Négociation des Pays-Bas.                                     318
     Mission de Mr de Vérac en Écosse.                             319

     137e _Dépêche_.--5 octobre.--

       AU ROI.                                                     320
     Retour de Walsingham.                                         _Ib._
     Cécil envoyé vers Marie Stuart.                               321
     Nouvelles d'Allemagne.                                        322

     138e _Dépêche_.--10 octobre.--

       AU ROI.                                                     323
     Passage de la reine d'Espagne.                                324
     Prises faites par le capitaine Sores.                         326

     139e _Dépêche_.--16 octobre.--

       AU ROI.                                                     327
     Conditions proposées à Marie Stuart.                          328
     Soulèvement au pays de Lancastre.                             330
     _Mémoire général._ Intrigues de l'Espagne, affaires
        d'Écosse.                                                  331

     140e _Dépêche_.--17 octobre.--

       AU ROI.                                                     336
     De l'alliance d'Écosse.                                       337

     141e _Dépêche_.--25 octobre.--

       AU ROI.                                                     339
     Audience.                                                     _Ib._

     142e _Dépêche_.--30 octobre.--

       AU ROI.                                                     346
     Négociation de Marie Stuart.                                  _Ib._
     Nouvelles d'Allemagne.                                        348

     143e _Dépêche_.--9 novembre.--

       AU ROI.                                                     350
     Audience.                                                     _Ib._

       A LA REINE.                                                 355
     Nouveaux détails d'audience.                                  _Ib._
     _Lettre secrète._ Proposition du mariage du duc d'Anjou
        avec Élisabeth.                                            357
     _Mémoire général._                                            360

     144e _Dépêche_.--14 novemb.--

       AU ROI.                                                     365
     Articles proposés à Marie Stuart.                             _Ib._
     Nouvelles des Pays-Bas.                                       369

     145e _Dépêche_.--19 novemb.--

       AU ROI.                                                     371
     Mission de lord Seyton.                                       373

     146e _Dépêche_.--25 novemb.--

       AU ROI.                                                     376
     Déclaration du roi concernant l'Écosse.                       _Ib._

       A LA REINE.                                                 380
     Détails d'audience.                                           _Ib._

     147e _Dépêche_.--30 novembre.--

       AU ROI.                                                     382
     Audience.                                                     383
     _Mémoire général._ Projet des catholiques dans
        le pays de Lancastre;--Opinions émises dans le conseil
        contre Marie Stuart;--Négociations de l'Angleterre avec
        l'Espagne.                                                 389

     148e _Dépêche_.--7 décembre.--

       AU ROI.                                                     394
     Maladie de Marie Stuart.                                      397
     Affaires des Pays-Bas et d'Allemagne.                         398

     149e _Dépêche_.--13 décemb.--

       AU ROI.                                                     399
     Négociation de Marie Stuart.                                  _Ib._
     Retour de sir Henri Coban.                                    400

     150e _Dépêche_.--18 décemb.--

       AU ROI.                                                     403
     Préparatifs de départ de lord Buchard.                        _Ib._
     Nouvelles d'Irlande.                                          405

     151e _Dépêche_.--23 décemb.--

       AU ROI.                                                     407
     Rapport de Coban à son retour d'Allemagne.                    _Ib._
     Instructions de lord Buchard.                                 408

     152e _Dépêche_.--29 décemb.--

       AU ROI.                                                     410
     Audience.                                                     411

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              414
     Négociation du mariage du duc d'Anjou.                        _Ib._
     _Mémoire général._                                            421

ANNÉE 1571.--PREMIÈRE PARTIE.

     153e _Dépêche_.--6 janvier.--

       AU ROI.                                                     426
     Nouvelles d'Espagne.                                          _Ib._
     Mouvemens dans les Pays-Bas et en Irlande.                    427

     154e _Dépêche_.--13 janvier.--

       AU ROI.                                                     428
     Affaires d'Écosse.                                            _Ib._
     Mission de lord Seyton.                                       429
     Nouvelles d'Allemagne.                                        431

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              432
     Négociation du mariage.                                       _Ib._

     155e _Dépêche_.--18 janvier.--

       AU ROI.                                                     433
     Audience.                                                     _Ib._
     Prise d'armes des Gueux.                                      437

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              438
     Négociation du mariage.                                       _Ib._

     156e _Dépêche_.--23 janvier.--

       AU ROI.                                                     443
     Audience.                                                     444

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              447
     Négociation du mariage.                                       _Ib._
     _Avis_ sur les affaires d'Irlande.                            450

     157e _Dépêche_.--31 janvier.--

       AU ROI.                                                     _Ib._
     Fêtes pour le retour d'Élisabeth à Londres.                   _Ib._
     Affaires d'Écosse.                                            452
     Nouvelles d'Allemagne.                                        453

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              454
     Négociation du mariage.                                       _Ib._

     158e _Dépêche_.--6 février.--
       AU ROI.                                                     457
     Nouvelles de Marie Stuart.                                    _Ib._
     Concession de l'Irlande faite par le pape au roi
       d'Espagne.                                                  458

       A LA REINE (_lettre secrète_).                              459
     Négociation du mariage.                                       _Ib._
     _Mémoire général._                                            462
     _Mémoire secret_ sur la négociation du mariage.               466

     159e _Dépêche_.--12 février.--

       AU ROI.                                                     469
     Négociation de Walsingham.                                    _Ib._
     Affaires d'Irlande.                                           470
     Nouvelles d'Écosse.                                           471

     160e _Dépêche_.--17 février.--

       AU ROI.                                                     473
     Affaires d'Écosse.                                            _Ib._
     Nouvelles des Pays-Bas.                                       476

     161e _Dépêche_.--23 février.--

       AU ROI.                                                     477
     Audience.                                                     _Ib._
     Convocation du parlement.                                     481


     FIN DE LA TABLE DU TROISIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Correspondance Diplomatique de Bertrand de Salignac de La Mothe Fénélon, Tome Troisième" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home