Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3677, 16 Août 1913
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3677, 16 Août 1913" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3677, 16 Août 1913

LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro contient: LA PETITE ILLUSTRATION, Série-Roman n° 11: LA VOIX
QUI S'EST TUE, par M. Gaston Rageot.


L'ILLUSTRATION SAMEDI 16 AOUT 1913
_Prix du Numéro: Un Franc._
_71e Année.--N° 3677._

[Illustration: LE TSAR NICOLAS II. LE GÉNÉRAL JOFFRE. LA MISSION
MILITAIRE FRANÇAISE EN RUSSIE à la revue de Krasnoié-Selo: l'empereur,
suivi de ses cosaques, s'entretient à son arrivée sur le terrain avec le
général français. _Phot. C.-O. Bulla.--Voir les autres photographies et
l'article, page 128._]

La Bourse de Paris étant fermée les 15 et 16 août, et les séances
précédentes ayant été, comme il arrive toujours à la veille des
vacances, dépourvues d'activité, L'Illustration ne publie pas cette
semaine de _Supplément économique et financier_.



COURRIER DE PARIS

APRÈS LA GUERRE

Voici la guerre finie et la paix signée.

La paix! Cela nous semble, par moments, une pousse nouvelle. C'est un
mot qui n'a pas l'air balkanique, et je dois, pour y croire, faire un
véritable effort de volonté. Est-ce que l'entente des négociateurs ue va
pas, à la dernière minute, craquer sur un point de frontière, sur un nom
de ville disputée? N'allons-nous pas apprendre demain que ces peuples,
agités de spasmes rentrés, se sont relancés les uns sur les autres? Nous
le trouverions fort naturel. Et cependant, non. Une certitude secrète,
nécessaire, nous dit tout bas que l'arrêt des hostilités est définitif,
ou, du moins, que, si c'est du provisoire, il va durer un bon bout de
temps. Nous sentons que l'heure a sonné de la suprême lassitude,
qu'aujourd'hui Grecs, Serbes et Monténégrins vainqueurs, Turcs et
Bulgares éprouvés, Roumains agrandis et intacts, tous n'ont plus qu'un
désir, celui de liquider, de récolter, grasse ou maigre, la terrible
moisson, et de commencer à «s'y reconnaître» aussi bien dans l'élévation
que dans la chute. Trop de sang a coulé. Même rouge on se lasse à la
longue de la pluie. Celle-ci a donné tout ce qu'elle pouvait donner.
Elle a fait tout le bien et le mal exigés, attendus. Elle a arrosé,
fécondé, noyé, submergé, desséché et rafraîchi. La terre en est
saturée... et ne le boit plus. Elle le rejette, le rend à ses enfants,
comme pour leur prescrire qu'ils aient maintenant à garder le peu qui
leur en reste, car il n'y a plus une goutte à perdre.

                                      *
                                     * *

On est sans voix dès que l'on songe à la quantité, à l'étendue de deuils
et de ruines qui crient «réparation», la seule désormais efficace, celle
de la paix, succédant à celle des armes. Tout la réclame, l'impose, les
morts et les vivants, le ciel et le sol, les drapeaux fatigués et les
canons brûlants, les rois pensifs et les soldats sublimes d'hébétude. Le
repos, le noble repos est la conséquence fatale et souveraine des
saintes fatigues, le sommet des escalades épiques. Le mort... que
veut-il dès qu'il a gagné ce triste et magnifique nom? qu'on l'enterre
et que sur sa tombe on ne fasse plus de bruit. La chair... que veut-elle
dès que trouée, taillée, elle a conquis ces beaux galons pourpres de la
blessure? qu'on la panse et qu'on la laisse doucement se recoudre et se
refermer. Ainsi, la guerre, par une juste et mystérieuse loi, qui montre
bien qu'elle n'est pas aveugle et sauvage, mais juste et divine,...
ainsi la guerre est-elle la première, quand le silence qui suit la
tuerie lui dit que l'instant est venu, à se tourner du côté où elle sait
que va venir la paix, et à lui faire signe de loin d'approcher, qu'elle
est désormais prête à s'en aller, à lui céder la place, car la guerre,
plus intelligente, encore une fois, que ne le laissent croire aux
esprits superficiels son brutal extérieur et ses façons de massacre,
n'ignore pourtant pas qu'elle n'est faite, n'existe, n'est permise et
n'a de raison d'être inévitable, que pour _son résultat_, celui de la
paix, d'une paix meilleure, plus grande, plus longue, assise sur de plus
solides bases de richesse et de gloire.

                                      *
                                     * *

Voilà près d'un an qu'elle durait, cette guerre! Pendant des mois elle
nous a passionnés. Nous en avions la curiosité quotidienne, l'émouvante
habitude. Nous en suivions avec une ardeur infatigable et souvent
malsaine les récits d'épouvante et de beauté. Elle était notre
feuilleton vécu, héroïque et affreux. Rien ne nous en a été dissimulé,
malgré les précautions initiales. Tout s'est découvert, au fur et à
mesure. Nous avons su les batailles, les victoires, les défaites, les
marches foudroyantes, les retraites débandées, les convois et les exodes
dans la boue, dans ta neige, les prises de mosquées, les bombardements;
les espoirs et les déconvenues, et les hideurs aussi, dont la
photographie et le dessin ne nous ont pas fait grâce... Par les lettres
des correspondants et les sinistres images prises sur ces lieux de
tristesse et de dévastation, nous pouvons dire que nous avons tout
connu, tout vu... Et cependant, même en ayant dévoré les comptes rendus
sans sauter une ligne, même en ayant scruté d'un oeil sec et décidé les
plus terrifiants témoignages de l'appareil et du crayon, nous savons que
nous n'avons rien vu qui approchât de la réalité!... Et nous ne pouvons
également, sans une espèce de honte et de confusion, nous empêcher de
nous rappeler que très vite, avec l'accoutumance, nous avions pris, de
cet état et de cet enchaînement de catastrophes, un besoin monotone
d'abord, et puis une fatigue dégoûtée. Nous commencions à être blasés.
Le poignant récit de guerre et le cliché horrifique portaient moins sur
notre esprit et nos nerfs. Encore un trimestre et nous n'y aurions pas
plus fait attention qu'à une réclame-pilule de quatrième page.

A la fin nous devions nous appliquer, nous donner une grosse névralgie
pour nous persuader qu'à une distance relativement petite, en plein
choléra, on se coupait le nez et les oreilles et que la terre était à
feu et à sang pendant qu'ici les jeunes femmes dansaient, avec une
inquiétante et onduleuse grâce, le _tango_ provocateur. Mais cet effort
même à nous souvenir, succédant à la passion de nos curiosités
premières, a eu pour nous des effets d'une puissance utile. Nous avons
pris l'habitude d'entendre parler de la guerre et de l'accepter,
d'apprendre qu'en dépit de tout elle peut arriver, d'un instant à
l'autre, qu'elle est humaine, foudroyante comme un mal, contre lequel on
ne peut rien et que personne au monde n'est capable d'empêcher. C'est
l'appendicite des nations. Nous l'avons vue à l'oeuvre, cette guerre,
nous en avons ressenti le formidable contrecoup. Et cela nous a fait
réfléchir, au moment même où, dans notre pays, sous la patriotique et
généreuse impulsion du gouvernement et de la France entière, était votée
de pied en cap la nouvelle loi militaire de contrepartie, de défense et
de sauvegarde.

Ainsi la secousse des Balkans, qui a ébranlé l'Europe depuis onze mois,
a fait lever chez nous des résolutions et des hommes. Je sais bien que
beaucoup de gens trouvent que l'on parle trop de la guerre, qu'on y
pense trop, qu'il n'y en a plus que pour elle. C'est la faute et le
devoir des temps présents. Il faut qu'elle soit notre _préoccupation
nationale_ si nous voulons éviter _l'occupation étrangère_. Nous ne
pouvons pas, quelque amour, quelque désir et quelque respect de la paix
que nous ayons, nous désintéresser de la guerre. Cela est partout en
menace, autour de nous, contre nous, sur nous.

Ces choses ont été dites des milliers de fois. Répétons-les en ne
craignant pas de perdre la pudeur du rabâchage. Un libraire parisien
vient de faire traduire une brochure, très répandue, paraît-il, en
Allemagne, et que j'ai reçue ces jours derniers. Cela est intitulé: _le
Partage de la France en l'an 19..?? Ce qu'on verra un jour._ Et il y a
une carte de la France démembrée, après anéantissement rapide de ses
armées, et envahissement de son territoire. Je ne parlerais pas de cet
opuscule d'une sottise et d'une pauvreté sans nom, si, malgré son
absence totale de valeur militaire, littéraire, scientifique et
documentaire, il n'était révélateur de l'état d'esprit et de convoitise
haineuse de nos voisins ennemis. Feuilletez ce petit rien. Pour ridicule
qu'elle soit, la lecture n'en est pas indifférente, grâce au cynisme de
la gourmandise qu'elle étale. Après que nous avons nous-mêmes déclaré
les premiers (bien entendu!) la guerre à l'Allemagne, nous sommes
aussitôt abandonnés par l'Angleterre et la Russie. Écrasés sur toute la
ligne en très peu de temps... envahis de tous les côtés, nous ne pouvons
bientôt plus continuer la lutte... et savez-vous pourquoi?... _«parce
que le lieutenant d'artillerie Nuglish, descendant du parfumeur
universellement connu, a inventé une bombe asphyxiante qui rend
illusoire la guerre dans les airs»_. C'est donc la fin de la France. Et
elle est ainsi dépecée, de la façon la plus simple, comme vous allez
voir, au congrès de Zurich. L'Italie reçoit la Tunisie, l'Algérie, la
Gascogne, la Guyenne, le Dauphiné, le Languedoc et la Provence.
L'Angleterre a l'Artois et la Picardie, et nos possessions de l'Inde
française. L'Espagne obtient le Maroc, l'Autriche Madagascar. Le reste
de la France est la part de l'Allemagne. Quant à la Russie, elle n'a
rien à prendre chez nous et on lui a donné la Perse et l'Afghanistan...

Tout cela serait risible, encore une fois, s'il n'y avait pour arrêter
le rire, non point l'idée que de pareilles exceptions sont réalisables,
mais l'idée qui ressort de semblables petits faits et de bien d'autres
faciles à relever, que jamais, jamais l'Allemagne n'a eu et n'aura
l'intention de nous provoquer ni de songer à nous attaquer, qu'elle veut
la paix, la bonne paix... et qu'en mettant sur pied une armée de huit
cent mille hommes elle ne pense évidemment qu'à travailler pour le roi
de Prusse!

Partage de la France en 19..??

HENRI LAVEDAN.

_(Reproduction et traduction réservées.)_



AVEC LES VAINCUS

Marcher derrière une armée heureuse; suivre à pas allègres, d'un minaret
à l'autre, l'essor de la Victoire; n'avoir à dépêcher jamais à son
journal que des bulletins triomphants, quel sort digne d'envie, pour un
correspondant de guerre! On participe à l'ivresse des succès; on savoure
sa part des vivats et des fanfares alternant avec les sifflements des
obus. Et les narines se dilatent, et la poitrine se bombe... il semble
qu'on ait un peu gagné la bataille à laquelle on vient d'assister du
quartier général.

Georges Rémond n'eut point tant d'heur, ni tant de gloire; les fidèles
lecteurs de ce journal le savent, il était avec les vaincus,' et, dans
le fond de son âme, il leur demeure fidèle, à sa louange. Le livre
pathétique où, reprenant et parachevant les nerveuses correspondances
qu'on a lues dans ces colonnes pendant toute la durée de la première
guerre balkanique, il vient de fixer ses souvenirs (1), porte au seuil
cette dédicace: _Au colonel Djemal bey, gouverneur militaire de
Constantinople qui, au milieu_ _de la défaite, conserva une âme
invaincue et ne douta jamais de la, Patrie._

[Note 1: _Avec les vaincus._ La campagne de Thrace, octobre 1912 mai
1913. (Berger-Levrault, éd.)]

Sa sympathie pour les Osmanlis remonte au temps où, pour
_L'Illustration_, Georges Rémond assistait, au milieu des camps
turco-arabes, à la défense de la Tripolitaine et de la Cyrénaïque.
Témoin de l'héroïque résistance qu'avaient opposée à l'envahisseur ces
patriotes, il en avait conçu pour eux une estime profonde, et, partant
pour Constantinople au début des hostilités, il comptait bien retrouver
aux rives du Bosphore, aux champs de la Thrace le même enthousiasme
indéfectible, le même farouche désir de vaincre. D'ailleurs, les chefs
qu'il avait connus et admirés dans les sables africains; n'allaient-ils
pas, libérés par la paix avec l'Italie à laquelle cette agression
soudaine avait acculé la Porte, accourir au secours de la Patrie,
expérimentés, aguerris, inestimables auxiliaires? De fait, il devait
revoir et Enver bey et Fethi bey, admirables entraîneurs d'hommes,
animés toujours des mêmes vertus, et quelques-uns encore de leurs
meilleurs camarades et collaborateurs. Mais, hélas! que pouvaient leur
vaillance et leur foi, en présence du démoralisant état de choses créé
par l'impéritie d'un gouvernement incapable, occupé seulement de
misérables rivalités de partis?

Ainsi, une amère déception attendait ces braves qui avaient accompli, en
d'autres lieux, d'un coeur si exalté, leur devoir de soldats. Rémond
leur était attaché par trop de liens, périls courus en commun, joies,
espoirs partagés, pour ne point s'associer à leur rancoeur. Sa constance
n'en fut point ébranlée et si, à ces hommes qu'il appréciait hautement,
il ne ménage pas, parfois, les rudes vérités, il ne peut toutefois leur
retirer ni l'estime, ni l'attachement qu'il leur a voués en des
circonstances moins inclémentes.

De leur côté, des sentiments qu'il leur avait de longtemps témoignés,
les Ottomans gardaient à Georges Rémond, et c'est encore à leur honneur,
une cordiale gratitude. Ils la lui manifestèrent par l'accueil qu'ils
lui réservaient à son retour au milieu d'eux, par les facilités
exceptionnelles que, sitôt qu'il leur fut possible, ils lui donnèrent de
se rendre au front et de tout voir, par ses yeux, d'où il lui plut. On
trouve dans ce captivant livre assez peu de stratégie--point du tout,
autant dire--non plus que de considérations savantes sur l'art de la
guerre. Pourtant, personne n'a frôlé de plus près que son auteur le
grand drame sanglant. Mais qu'on veuille bien se rappeler l'aventure de
Fabrice au milieu des champs de Waterloo. Il est vrai qu'il n'eût tenu
qu'à Rémond, plus favorisé en cela que le héros de Stendhal, de
compiler, le soir venu, des documents d'état-major. Il a coquettement
dédaigné cette source de science jaillissante à sa portée. Il a préféré
se contenter de regarder, avec de bons yeux largement ouverts, ce qui
l'entourait, de noter les impressions profondes qui l'émouvaient. En
quoi son flair de journaliste et d'écrivain le guidait infailliblement:
ce caractère de témoignage direct est l'une des qualités primordiales de
son ouvrage.

Si prévenu que soit Georges Rémond en faveur des Turcs, un doute entame
sa confiance dès le premier contact qu'il prend avec Constantinople.
Certes, l'armée nourrit de grands espoirs. Elle les couve, plutôt, comme
la cendre fait d'une braise. Il faut tisonner pour les découvrir. Un
soldat que l'on questionne: «Où vous envoie-t-on?» répond tout franc: «A
Sofia». Mais il le dit sans élan. Quant à la ville, au peuple, il est
indifférent, apathique, impassible. Et bientôt un oeil sûr a discerné le
point faible de cette armée prête à s'ébranler, de cette nation--si c'en
est une--qui va engager la lutte pour elle décisive: Elle n'a plus la
foi.

Le train qui emporte les correspondants de guerre n'a pas démarré depuis
vingt-quatre heures qu'on rencontre les premiers fuyards, le lamentable
convoi des chariots primitifs escortés d'une pauvre foule apeurée,--et
bientôt aussi les premiers vaincus: la débâcle est déjà commencée!
Kirk-Kilissé a été une panique; Lule-Bourgas, après trois jours de
combat, une déroute.

Ah! les lamentables, les lugubres tableaux! et quel regard plana jamais
sur des visions plus horrifiques. Tous les maux que peut bien endurer
l'humanité qui peine sont là ligués contre elle, la faim, le froid,
l'épouvante, l'anéantissant désespoir. La nature elle-même conspire pour
accabler les hommes. Ces abominations ont pour cadre un paysage
diluvien, harcelé par la tempête, une «campagne liquéfiée», qu'opprime
un ciel ruisselant. Enfin, voici vraiment le Roi des Épouvantements: le
choléra, venu mettre le sceau à tant de détresses. Les plus funestes
prédictions des prophètes en leurs anathèmes les plus véhéments sont
dépassées. Si maître qu'il soit de sa plume, si pleines, si vigoureuses,
si bellement émouvantes que soient les quarante à cinquante pages
consacrées à décrire ces choses atroces, Georges Rémond se sent presque
impuissant à exprimer tant d'effroi. Ce lettré, cet artiste, évoque
Orcagna, Bossuet... les maîtres de l'expression. On sent qu'il pense à
Dante: «Tout cela, dit-il, dépassait la parole et l'écriture». Eh oui,
ce seraient des choses à vociférer avec le verbe de flamme d'un Isaïe ou
d'un Ezéchiel.

Ce que dut être, au milieu de cette «orgie de souffrance et de
désespoir» la vie du journaliste, on ne saurait guère l'imaginer. Tout
cela pour procurer à quelque désoeuvré attendant un soir sur la peluche
rouge d'un café les partenaires accoutumés de la manille quotidienne,
une distraction d'un quart d'heure! Ah! si l'on n'aimait pas, d'ardente
passion, pour lui-même et pour soi, égoïstement, ce métier-là!...

L'armée turque bat en retraite,--sans être même très sûre d'être
vaincue: les Bulgares ne la poursuivent pas, incertains s'ils sont
vainqueurs. La résistance ottomane se concentre derrière les lignes de
Tchataldja, où allait venir se briser l'élan de l'ennemi. Le choléra
seul est sûr de sa victore. Il a suivi l'une et l'autre des deux armées.
Il est le grand triomphateur. Seulement lorsque l'armistice est signé
entre les belligérants, il consent, lui aussi, une trêve.

[Illustration: Djemal bey, gouverneur militaire de Constantinople.
_Photographie prise dans la cour du musée impérial des Antiques._]

L'attention alors se reporte vers Constantinople, où un «Divan» solennel
va décider de la paix ou de la guerre. Mais la grande résolution
prise--consentie plutôt--c'est le sanglant «coup de théâtre _alla
Turca_», l'assassinat de Nazim, l'acte révolutionnaire par lequel
quarante mécontents ramenaient au pouvoir les Jeunes Turcs, au milieu du
silence, de la stupeur, de l'apathie de ce peuple léthargique. Admirable
occasion d'enquêter, de chercher à savoir les dessous de ce drame
d'État. Hélas! malgré ses relations amicales avec quelques-uns de ceux
qui en ont été les témoins, les acteurs, malgré tout son discernement,
encore qu'il ait pu réunir les meilleurs témoignages, Georges Rémond ne
parvient pas à déchiffrer l'énigme avec certitude: «L'âme de l'Orient
nous est fermée, a-t-il écrit dès ses premiers chapitres, ses réactions
profondes nous demeurent incompréhensibles.»

On inclinerait volontiers à croire que de tant d'hommes divers qu'il a
coudoyés là-bas, dans les conditions pourtant, en face du danger couru
en commun, où les coeurs se livrent plus aisément et plus complètement,
il n'ait vraiment pénétré à fond qu'une seule individualité, mais une
âme d'élite parmi l'élite, l'Homme, peut-être, de la Turquie actuelle:
le colonel Djemal bey, à qui, on l'a vu, il a dédié son livre,--suprême
marque de profonde estime, d'amitié, de gratitude, aussi, car il lui
doit d'un de ses plus saisissants chapitres, le récit frémissant de
toute la première partie de la néfaste campagne depuis les fautes des
premiers jours jusqu'à l'irrémédiable catastrophe de Lule-Bourgas, où
sombrèrent tous les espoirs de la Turquie. Je ne sais rien de plus
poignant dans sa concision.

Au moment où, une fois encore, le sort d'Andrinople qu'on eût pu croire
si bien, voilà un an, fixé pour des siècles, est remis en question, je
ne voudrais retenir, de ses entretiens familiers avec le colonel qu'a
rapportés de si expressive façon Georges Rémond, que ce seul
paragraphe,--sur lequel on pourra méditer à loisir.

Mon colonel, lui disait-on devant moi, à quoi bon gaspiller encore tant
d'hommes et tant d'argent? Que vous importent quelques tombeaux et
quelques mosquées à Andrinople, qui continueraient d'exister sous un
statut spécial? Pourquoi ne pas reconnaître la défaite et ne pas
réserver pour l'avenir tant de forces aujourd'hui gâchées en pure,
perte?» Et lui de répondre: «Ecoutez bien ceci: il ne s'agit pas de
quelques tombeaux et de quelques mosquées; Andrinople, c'est pour nous
aujourd'hui un cri de ralliement, le cri de ralliement de tous deux qui
ont à coeur l'honneur de la Turquie; si les Bulgares la prennent et
qu'ils prennent Constantinople, et qu'ils prennent Damas et Mossoul et
Bagdad, et que je reste à Bassorah avec quinze Turcs, je réclamerai
encore Andrinople. La paix tant que l'on voudra, mais la paix avec
Andrinople! Que nos ministres le sachent bien, car, s'ils cèdent
Andrinople, je referai moi-même la révolution contre eux. S'ils veulent
la paix à tout prix, il leur faut être décidés à risquer leur vie pour
elle!

Enfin, l'effroyable cauchemar cesse. Le 14 avril, à 5 heures du soir, on
voit s'évanouir sur les hauteurs de Fanasakris le flocon blanc du
dernier shrapnell. Avec la même impassibilité qu'elle avait accueilli le
commencement des hostilités, Constantinople, «la ville sans âme»,
apprend, un matin, que la paix est proche. Que lui importe? Tandis qu'on
souffre aux avant-postes, elle danse, applaudit des comédies stupides,
non peut-être la ville entière, mais sa partie déjà conquise par
l'étranger, Péra, Galata, quartiers des métèques. Douloureux contraste,
et à quelles réflexions il nous doit inciter à quel retour sur
nous-mêmes! Rémond ne peut retenir un cri d'alarme, le même que poussait
naguère M. Stéphane Lauzanne, au retour des mêmes bords. Voix dans le
désert, il faut le craindre...

Toutefois, ce tête-à-tête de six mois avec tant de laideurs, la
faiblesse, le désordre, la criminelle veulerie, la défaite hideuse,
enfin, n'a point entamé cette âme forte. Rémond a connu l'une après
l'autre toutes les infamies de la guerre, ce que Saint-Victor appelle
«le revers lugubre de la gloire militaire», mais il en a découvert aussi
les poignantes beautés: les dernières lignes qu'écrit ce clairvoyant et
ardent Français sont, pour nous, de virils conseils de vigilance, de
sagesse, de fierté, d'énergie,--son dernier mot est un _sursum corda_
sonore comme un coup de clairon.

Et maintenant, une fois refermé ce livre, aux deux tiers composé de
tableaux de deuil et de désolants récits, je cherche à pénétrer le
secret de son charme.

Ce par quoi il captive d'abord, c'est par sa vie, son mouvement, sa
fièvre. Chaque page porte la marque d'une sensibilité frémissante comme
la feuille du tremble. Las! à quelles tourmentes ne fut-elle pas
exposée! Elle n'en demeure pas moins vibrante aux plus douces brises,
et, après avoir palpité désespérément au vent d'épouvante monté du grand
charnier de Tchataldja, aux heures où «l'on sentait sur la nuque la main
de la mort même», elle frissonnera d'un voluptueux émoi aux souffles
insensibles caressant une nuit printanière, la Corne-d'Or ensommeillée.

Cette faculté rare, inestimable, essentielle de l'artiste est servie ici
par une culture profonde, étendue, raffinée, et aussi par de précieux
dons d'écrivain.

Artiste, celui-là l'est dans l'âme qui, durant le «Grand Divan», à
l'heure solennelle où se décide le sort de la. Turquie agonisante,
savoure le liant ragoût d'un Fromentin pendu au mur, son «beau ton chaud
de coucher de soleil d'été et sa pâte ambrée à la manière de Decamps»;
et sa maîtrise s'accuse de chapitre en chapitre dans d'incisifs
portraits burinés en quelques mots, ainsi celui d'Izzet pacha, «large,
la tête puissante, massif comme un bloc»: aussi celui de Gabriel
Noradounghian, «très étonnante tête au pif démesuré, aux yeux brillants
de vieil oiseau qui se serait coiffé d'un fez», ou celui de Djemal bey
convalescent, comme en de prestigieuses descriptions, tableaux
d'horreurs sombres et violents à la manière de Salvator Rosa ou de Goya,
alertes croquis dans le genre de Raffet ou de Charlet, ou frais paysages
lavés à l'aquarelle.

Enfin, quelle indicible joie de saluer au passage un souvenir classique,
un rappel d'histoire, une citation, et de reconnaître, de page en page,
à des signes certains, langue limpide, ferme, tout imprégnée de
classicisme, un honnête homme, comme on disait au dix-huitième, en
commerce intime et suivi avec ce que Huysmans appelait «l'art le plus
compliqué, le plus verrouillé, le plus hautain de tous»: la littérature!

GUSTAVE BABIN.



[Illustration: Au camp de Krasnoié-Selo: le général Joffre salue les
troupes qui défilent devant lui.]

LA MISSION MILITAIRE FRANÇAISE EN RUSSIE

Conformément à une convention arrêtée en vue de maintenir le contact
entre le haut commandement des deux armées amies et alliées, le général
Joffre, chef d'état-major général de l'armée française, rend à l'armée
russe la visite que nous avait faite, l'an dernier, le grand-duc
Nicolas. Un état-major de seize personnes, dont les généraux d'Amade, de
Lastours, Delarue, Desaleux, Hély d'Oissel et de Laguiche, l'accompagne.

L'accueil qui a été fait par l'empereur, le grand-duc Nicolas, et tous
les milieux officiels au généralissime et à ses collaborateurs a été
plus cordial que jamais.

C'est ainsi qu'à l'arrivée de la mission à Krasnoié-Selo, le 3 août, la
compagnie d'honneur de service à la gare avait été fournie par le
régiment Préobrajensky, comme pour la réception d'un chef d'État. Le
lendemain, à Peterhof, et bien que ce fût fête familiale au palais, à
l'occasion de l'anniversaire de l'impératrice Marie, le général Joffre
était présenté à l'empereur.

Le général Joffre est logé, à Krasnoié-Selo, dans le coquet palais
Vorontzof, et vit au milieu même de l'armée russe, en ce moment au camp
pour les manoeuvres d'été. Le 5 août, il assistait à l'émouvante
_Tsaria_, la prière du soir, et à la retraite qui l'accompagne; le 7,
avait lieu une grande revue; le 9, ont commencé les manoeuvres qui se
poursuivent actuellement.

[Illustration: La mission française assiste, devant la tente de la
famille impériale, à la revue de Krasnoié-Selo: en avant et à droite, le
tsar et les grands-ducs. _Photographies C.-O. Bulla._]



[Illustration: CAVALLA ET SA BAIE.--Un port de l'ancien empire turc, sur
la mer Égée, conquis l'hiver dernier par les Bulgares et acquis
maintenant à la Grèce. A l'horizon, dans la première photographie, l'île
de Thasos.--_Phot. Dimitri Karastoyanov._]

DEUX VILLES DISPUTÉES: CAVALLA ET ANDRINOPLE

Dimanche dernier, au son des cloches et du canon, a été signé, à
Bucarest, le traité qui met fin à la seconde guerre balkanique. Il faut
souhaiter qu'en dépit de certaines rumeurs inquiétantes il marque le
commencement d'une ère de paix.

Un moment, on a pu redouter qu'il ne fût le prélude de difficultés
nouvelles entre les puissances; l'Autriche et la Russie se proposaient,
disait-on, d'en demander à l'Europe la révision. L'Autriche s'inquiétait
de l'agrandissement territorial dont va bénéficier la Serbie. La Russie
souhaitait que Cavalla revînt à la Bulgarie, qui le considérait comme
son débouché naturel à la mer Egée, et qui, l'ayant conquis l'hiver
dernier, y tenait comme à l'une de ses plus précieuses acquisitions. Les
armes l'en ont chassée, et il apparaît peu vraisemblable que sa
puissante protectrice le lui fasse rendre. Le traité de Bucarest
attribue Cavalla aux Grecs. Déjà, afin de marquer sa prise de possession
de ce joli port, accroupi au bord d'une anse, au pied d'un cirque de
collines, le roi Constantin annonce son intention d'en faire le terme du
voyage qu'il entreprend à travers la «nouvelle Grèce» et, après avoir
visité Demir-Hissar, Serès, Drama et Doxato, de s'y embarquer pour
Salonique.

Le sort d'Andrinople, reprise par les Turcs sans coup férir, va donner
lieu, peut-être, à de plus âpres contestations. Si le traité de Bucarest
est reconnu valable, sinon approuvé par toutes les puissances, va-t-on
réviser le traité de Londres, qui reconnaissait à la Bulgarie la
possession de la seconde capitale turque qu'elle occupait alors?

[Illustration: Un meeting d'Andrinopolitains des différentes races en
faveur d'Andrinople turque.--Un aéroplane vole sur la ville.]

Une fois leurs soldats réinstallés à Andrinople, le premier soin des
Ottomans fut de consacrer cérémonieusement cette reconquête. Il y eut,
le 29 juillet, en faveur de la domination turque, ce meeting monstre
dont nous avons parlé dans notre dernier numéro. Le prince héritier de
Turquie, Youssouf Izeddine, fils du sultan, et son frère Djemal Eddine
vinrent en grande solennité dans la ville reprise et accompagnés du
généralissime Izzet pacha, ministre de la Guerre, de Hurshid pacha,
commandant d'armée, et d'Enver bey, passèrent en revue les troupes de la
garnison.

Cet acte symbolique va-t-il désarmer les puissances qui ont contresigné
l'acte de Londres,--non ratifié, d'ailleurs, par les signataires?

La semaine dernière, mercredi, leurs ambassadeurs communiquaient à la
Porte, chacun de son côté, une note identique rappelant «dans les termes
les plus catégoriques le gouvernement impérial au respect et au maintien
du principe posé par le traité de Londres, notamment de la disposition
relative à la ligne Enos-Midia».

Le gouvernement ottoman oppose à ces représentations un _non possumus_
absolu. Il ne peut abandonner Andrinople et la Thrace, où il disposerait
de forces supérieures à celles qu'il y entretenait avant la guerre, sans
s'exposer à provoquer de graves événements. Et, interviewé par un
rédacteur du _Daily Telegraph_, l'un des ministres lui a déclaré:

«Même, si nous donnions l'ordre d'évacuer Andrinople et la région, cela
ne servirait à rien. Non seulement l'armée n'obéirait pas, mais très
probablement, dans son exaspération, elle franchirait la frontière
bulgare. En outre, nous ne pouvons donner un ordre semblable, car notre
conscience se révolterait.»

G. B.

1 2 3 4 5

[Illustration: LA RENTRÉE DES TURCS DANS ANDRINOPLE.--Le prince héritier
(1) et le prince Djemal Eddine (2), fils du sultan, le généralissime et
ministre de la Guerre Izzet pacha (3), Hurshid pacha (4), Enver bey (5)
et les officiers de l'état-major venant passer en revue l'armée
ottomane.--_Phot. S. Weinberg._]



[Illustration: Sur la scène du Théâtre antique: Posthumia et Fabius
devant les licteurs assemblés. Mme Segond-Weber et M. Paul Mounet
pendant une répétition de _Rome vaincue._]

LES APRÈS-MIDI D'ORANGE

A l'occasion des fêtes d'Orange, _L'Illustration_ a précédemment montré
quelques-uns des tragédiens du Théâtre-Français sous les costumes de
_Sophonisbe_; devançant singulièrement l'actualité, elle les
représentait, non devant le fameux Mur antique, mais dans les décors
futurs de la Comédie-Française où cette tragédie sera reprise. Après ces
«anticipations», voici des documents rétrospectifs. Ce sont des
instantanés pris à Orange même, dans l'après-midi, au cours des
répétitions des autres oeuvres que comportait le programme, en attendant
la solennité du soir. L'objectif a surpris les interprètes des auteurs
tragiques sous des aspects comiques à leur insu; mais, de ces
photographies, les intéressés seront assurément les premiers à sourire.

Fabius, les pouces aux entournures du gilet, le chapeau cabossé rejeté
sur la nuque, reste insensible à la gesticulation pathétique de
Posthumia gantée de blanc, cependant que, derrière eux, de jeunes hommes
nu-tête ou en casquette portent sur l'épaule de singuliers objets qui ne
sont pas, comme on pourrait tout d'abord le supposer, des étuis à
parapluies, mais des faisceaux de licteurs. Hermione apparaît coiffée
d'un vaste chapeau cloche orné de rubans noirs et tient sous le bras sa
jaquette tailleur. Oreste se montre en veston flottant et sa dextre
levée dans un geste tragique découvre une manchette empesée. D'autres
clichés auraient pu fixer, pour la joie de nos lecteurs, Lentulus, sous
un feutre mou et le menton sur un faux col, enlaçant la belle Opimia,
mince et souple dans une robe trotteur; on eût dit que ce couple élégant
se disposait à danser le tango devant ces messieurs de la figuration,
négligemment accroupis sur les degrés de la porte. Et Vestoepor, les
mains enfoncées dans les poche de son pantalon, regardait à ses pieds le
trou béant du souffleur, d'où celui-ci, estimant sans doute que quand on
prend du «plein air» on n'en saurait trop prendre, avait trouvé bon de
sortir pour venir s'asseoir au premier plan de la scène, dos à
l'hémicycle, sur un siège de jardin...

[Illustration: Creste (M. Mounet-Sully) et Hermione (Mme Segond-Weber)
faisant un «raccord» pour la représentation
d'_Andromaque.--Photographies A. Lang fils aîné._]

Mais les photographies que nous reproduisons indiquent déjà suffisamment
que la règle, l'ordonnance, la discipline s'exercent sans rigueur à
Orange. L'exiguïté de la ville regorgeant de foule, fait qu'on s'y
coudoie partout, dans les rues, au restaurant, au café. Et peut-être
cette promiscuité sans-gêne, ce facile laisser-aller, cette bonhomie
accommodante, cette absence complète de morgue, cette belle ignorance du
_bluff_, concourent-ils à assurer le «charme» d'Orange. Tout s'y passe
au grand jour, dans la plus aimable familiarité. Sans doute, en
allait-il ainsi, jadis, en Hellade. On s'inquiète moins de la
présentation que de la représentation. Les menus détails d'organisation
s'improvisent à la dernière heure. Ainsi, on distribue les tickets
d'entrée par des guichets peu décoratifs; ils se montrent en toute
simplicité dans l'ombre du Mur, ce Mur formidable, «la plus belle
muraille de mon royaume», aurait dit le Grand Roi; la petite baraque des
guichets, qui n'a pas d'histoire, supporte sans humeur ce voisinage
encombrant. Et la foule n'y prend pas garde, non plus qu'à d'autres
négligences de même nature; la curiosité de la foule va Vers les
artistes. Elle les admire ingénument--respectueusement--qu'ils lui
apparaissent sous la majesté de leurs vêtements de tragédie ou dans le
négligé du costume moderne. Et c'est pourquoi les voisins de M. Raymond
Duncan, sur les gradins du théâtre, le prenant apparemment pour un
tragédien au repos, le regardaient avec déférence draper sur son veston
(comme le temps fraîchissait) le péplum grec que, dans un double
sentiment d'esthétique et de prudence, il avait apporté, en guise de
pardessus.

[Illustration: Le bec de gaz, les guichets et le Mur.]



[Illustration: LA FÉMINISTE QUI A RÉUSSI.--Aux récentes élections de la
Diète de Finlande: une électrice déposant son bulletin de vote.]

C'est en pleine province finlandaise, à Rantalampi, qu'a été prise, le
1er août dernier, jour des élections à la Diète du Grand-Duché, la
photographie reproduite ici: cette image, d'une séduction inattendue, où
l'une des plus charmantes Finnoises de la haute société est représentée,
dans le moment qu'elle accomplit ses devoirs de «citoyen», témoigne
qu'au merveilleux pays des mille lacs la grâce féminine sait s'accorder
avec la gravité du geste par lequel l'électeur dépose dans l'urne son
bulletin de vote.

«En Finlande, nous écrit, en nous communiquant ce cliché, M. Jean
Bouchot, fort averti des choses de ce pays, les femmes sont admises
depuis 1905 au droit d'élire et d'être éligibles. Tandis qu'en
Angleterre les suffragettes s'épuisent en violences, jouent de la bombe
ou de l'incendie, ici elles ont conquis ce droit par la seule élévation
de leur caractère et par l'importance de leur rôle social, qui est
considérable. Les professions les plus diverses s'ouvrent à leur
activité. Elles deviennent architectes, ingénieurs, agents d'assurances;
on les retrouve aux comptoirs des banques, à la poste, dans presque
toutes les administrations publiques. Et ce ne sont point, pour cela,
des «déclassées»: la femme du monde vient chercher dans le travail
quotidien une occupation à ses loisirs, peut-être aussi une source de
revenus pour les mille fantaisies qui l'attirent.»



[Illustration: LE 14 JUILLET AU TIDIKELT.--Méharistes de la compagnie
d'In Salah, alignés pour la revue, sous les murs du camp Bugeaud, devant
les indigènes accourus de l'oasis et du désert. _Phot. Désiré.--Voir
l'article, page 140._]



«TANGOVILLE»

Par son nom même, bref, sonore, de tournure un peu exotique, mais se
prêtant aisément à former des «composés» bien français, le tango était
prédestiné à entrer dans nos moeurs. C'est là un signe certain de son
triomphe: en même temps qu'il s'est installé en maître dans tous les
salons bien dansants, il a conquis notre langue, qui lui a tout aussitôt
ouvert les trésors de sa grammaire. «Voulez-vous tanguer?»
interrogeait-on, le plus naturellement du monde, dans les bals de
l'hiver et du printemps derniers. Des chroniqueurs, qui sont les
moralistes de notre siècle, ont dénoncé les méfaits de la «tangomanie»,
affection maligne, contagieuse, assurent-ils, et capable de faire
tourner la tête aux plus sensés. Et voilà qu'un dessinateur toujours
prompt à saisir les travers de nos contemporains, Sem, dont on aura
reconnu, au premier coup d'oeil jeté sur ces pages, le libre et plaisant
crayon, nous présente, avec un album de dessins prêt à paraître, un
nouveau mot, qui est encore un hommage à la danse du jour: _Tangoville._

_Tangoville_, entendez bien que ce n'est pas exclusivement cette
capitale consacrée de l'élégance et du bon ton, cette résidence d'été de
la mode, qui, comme on sait, se fixe traditionnellement, au mois d'août,
sur la côte normande. L'année passée, à semblable époque, quelques
croquis de Sem, choisis pour _L'Illustration_ dans un précédent recueil,
nous avaient apporté l'écho de la rivalité qui, plus profonde que les
faibles eaux de la Touque, séparait les deux plages voisines, Trouville
et Deauville. Les soeurs ennemies vivent-elles maintenant en paix, l'une
et l'autre heureuse et prospère? Ou la lutte se poursuit-elle, à coups
de fêtes, d'attractions et de palaces? Beaucoup, cette saison, y sont,
comme on dit, allés voir. Mais ce n'est plus là, aujourd'hui, pour le
spectateur amusé de notre temps, la grande affaire. Tout a fini, non par
des chansons, mais par du tango. On danse, à Trouville ainsi qu'à
Deauville, on danse n'importe où et toute la journée, dans les salons,
dans les casinos, sur les yachts, au bord de la mer, dans les bars, et
presque dans la rue. Et si le, tango est roi, sans contredit, il tolère
à ses côtés, pour varier les plaisirs, d'autres chorégraphies
d'aujourd'hui et d'hier (l'impayable _turkey-trott_, la valse chaloupée,
l'effréné _two-step...)._

[Illustration: Le peintre Flameng et son modèle, Mlle Forzanne.]

[Illustration: M. G. d'Annunzio et l'interprète de la _Pisanelle_, Mlle
Ida Rubinstein.]

[Illustration: Le statuaire Rodin et sa dernière oeuvre. La «femme de
Boldini» et son peintre.]

Mais _Tangoville_ ne se trouve pas que sur les rivages fortunés de la
Manche. Elle est, cet été, à la mer, comme aux champs, comme à la
montagne. Partout où les Parisiens se sont installés, aux quatre coins
de la France, ils ont amené avec eux le germe de cette maladie dansante
qui nous vient, dit-on, d'Argentine. Le vertige s'est emparé des villes
d'eaux, il a saisi les stations balnéaires. «_Every body is doing it
now_», dit le refrain d'une chanson anglaise qui fait fureur en ce
moment de l'autre côté du détroit, et de celui-ci, et qui connaît la
vogue de notre _Petite Tonkinoise_ ou de notre _Mattchiche_. Il faut
traduire, un peu librement: «Tout le monde aujourd'hui danse le tango.»

C'est toute une suite de divertissantes variations sur ce thème que nous
donne Sem en son nouvel album, dont quelques dessins sont reproduits
ici, avant son apparition. Avec une verve espiègle, une bonne humeur qui
ne trahit nulle désobligeante malice, il a mis la «tangomanie» en
images. Et l'on retrouve, en feuilletant les planches, pittoresquement
coloriées, de ce recueil, les silhouettes familières de nos plus
notoires contemporains, «pris» de tango, selon la fantaisie de
l'ingénieux dessinateur, qui, s'il traite parfois un peu
irrévérencieusement ses sujets, fait toujours sourire.

[Illustration: Le Dr Henri de Rothschild, auteur du _Crésus_ joué à
Londres, et son interprète, Mlle Dorziat.]



[Illustration: Les distractions du bled: un «petit air de phonographe»
offert aux indigènes de Ben-Slimam, venus à la ferme de Sidi-Sreier.]

UNE FERME FRANÇAISE AU MAROC

Les terres, au Maroc, n'avaient rapporté, jusqu'à maintenant, qu'aux
spéculateurs qui achètent des terrains susceptibles d'acquérir plus tard
une grosse valeur, soit par leur position, soit par l'avenir du pays
environnant. De vaillants agriculteurs commencent pourtant à mettre ces
terrains en valeur. Aux environs de Casablanca, où les communications
sont faciles, le ravitaillement aisé, quelques fermes montrent leurs
toits étincelants de tôles neuves, leurs murs fraîchement crépis.

La ferme de Sidi-Sreier, appartenant à M. Yves Salvy, est, par sa
situation près de Ben-Slimam, à la limite des territoires zaers, une des
dernières fermes européennes sur la route de Casablanca à Fez. Elle est
une des premières fermes construites en maçonnerie dans le bled
marocain. En effet, une simple baraque de bois sert habituellement
d'habitation au colon, qui cultive généralement par métayage avec les
indigènes (contrats dits «khramès», où le cultivateur touche le
cinquième de la récolte), à l'aide de charrues arabes.

La ferme de Sidi-Sreier, cultivée en exploitation directe, avec de la
main-d'oeuvre européenne et indigène, possédant des machines agricoles
perfectionnées, des écuries et des bâtiments d'exploitation, luxe
inconnu au Maroc, est en pleine prospérité, dans un pays pacifié depuis
peu de temps, à 20 kilomètres duquel un sanglant combat était livré il y
a à peine quelques mois.

Les douars environnants, assez sauvages d'abord, se sont apprivoisés,
ont rapproché leurs tentes, et heureux d'avoir trouvé un écoulement pour
leurs produits, sont maintenant en très bons rapports avec les
propriétaires. C'est à la ferme un défilé continuel d'indigènes venant
offrir poulets, oeufs, moutons, grains; de malades venant se faire
soigner; de simples curieux désireux de se régaler d'un petit air de
phonographe, la «machina» toute nouvelle pour eux.

Non seulement la transformation économique qui doit s'opérer au Maroc,
pour le rendre semblable à l'Algérie, se trouve ainsi commencée, mais
l'oeuvre de pacification entreprise par nos soldats se trouve couronnée:
peu à peu l'amitié pour les Français remplace chez le Marocain le
respect pour les vainqueurs.

CHARLES SALVY.

[Illustration: Le défrichage du bled marocain par la charrue à sept
mulets.]



[Illustration: Soldats du 171e d'infanterie allemande et du 15e
chasseurs à pied de Remiremont arrivant au sommet du Hohneck, les uns à
droite les autres à gauche de la borne frontière.]

UNE RENCONTRE AU SOMMET
DU HOHNECK

Des soldats français et des soldats allemands manoeuvrant, les uns et
les autres, vers le Hohneck se sont, il y a quelques jours, rencontrés
sur les sommets que partage exactement la ligne frontière. Ce fut un
rapprochement d'uniformes imprévu, mais tout à fait courtois, et qu'une
première dépêche annonça en ces termes:

«Au cours d'une marche manoeuvre vers le Hohneck, le 15e bataillon de
chasseurs à pied, de Remiremont, sous les ordres du commandant Duchet,
s'est trouvé en face d'un bataillon du 171e régiment d'infanterie
allemande, en garnison à Colmar. Celui-ci a rendu les honneurs auxquels
le 15e chasseurs a répondu. Les nombreux touristes qui étaient présents
ont été profondément impressionnés.»

Nos gravures de cette page ajoutent à ce communiqué les détails amusants
et complémentaires de l'illustration. L'ascension, en manoeuvre, avait
été laborieuse, évidemment, et les soldats des deux pays l'avaient
achevée, curieusement, côte à côte pour ainsi dire, partageant la même
fatigue, qui leur faisait à ce moment-là une âme sympathique et
camarade. Aussi se salua-t-on élégamment en atteignant le sommet. Bien
entendu, on n'alla point jusqu'à fraterniser. Chacun demeura du côté de
sa borne frontière, laissant libre un passage neutre où, seul, un
excellent curé touriste aventura son bon sourire et sa pacifique
soutane. De part et d'autre, chacun chez soi, on fit la pause. Les
Français, envahirent joyeusement la baraque-cantine tandis que les
Allemands, malgré les rangs «rompus», conservaient presque l'alignement,
les uns et les autres s'observant gaiement, avec un sourire curieux et
bon enfant. Et, de nouveau, en partant, on se rendit galamment les
honneurs.

[Illustration: A LA FRONTIÈRE DES VOSGES.--Les deux détachements au
repos de chaque côté de la ligne frontière entre les deux, un prêtre
excursionniste. _Photographies E. Zeiger, Gérardmer._]



CE QU'IL FAUT VOIR

PETIT GUIDE DE L'ÉTRANGER

On n'est pas plutôt sorti du Petit Palais,--où l'on était appelé par
quelque exposition nouvelle «à voir», qu'une autre nouveauté vous y
rappelle. Tout dernièrement, je vous y signalais les extraordinaires
Gobelins--la série de _Saint-Cloud_--prêtés par le Garde-Meuble à la
Ville, et qui seront pour quelques mois encore la parure du Petit
Palais; et voici que de nouvelles richesses viennent l'orner. Il s'agit
même ici d'un don, et non d'un prêt. Ce don est fait à la Ville par une
artiste, une «femme-sculpteur» de beaucoup de talent, Mme Agnès
Rossolin. Il comprend le tableau des _Tombeaux_, de Fernand Sabatté, qui
fut un des bons envois du Salon de cette année, un remarquable buste de
ce peintre par Mme Rossolin; une étude de fleurs du regretté peintre
Lottin; une étude de Camille Roqueplan pour son tableau célèbre: les
_Prunes_; un dessin de Forain, cinq aquarelles de Boudin, des dessins de
Tony Johannot et de Guillaumet... Voilà de quoi intéresser les amateurs
de peinture qui, venus à Paris dans un moment de l'année où les Salons
chôment, ne seront pas fâchés de rencontrer çà et là quelques surprises
dans les Expositions et les Musées demeurés ouverts, malgré les
vacances, à nos curiosités et dont, peut-être, les richesses leur
étaient déjà connues.

Une surprise pareille leur est réservée à Carnavalet où va être
prochainement exposée une partie de la très curieuse collection de
souvenirs relatifs à la Comédie-Française, et qui vient d'être donnée au
Musée par Mme Edouard Pasteur. M. Edouard Pasteur n'était pas seulement
un habitué fidèle; il était un amoureux fervent de la maison de Molière;
et pendant quarante ans il en avait, dans sa propre maison, arrangé
l'histoire présente et reconstitué l'histoire d'autrefois. Des tableaux
(près de cent cinquante toiles), des dessins, des bustes, des
statuettes, des médaillons, composaient ce précieux petit musée.

Les portraits de la plupart des sociétaires et des pensionnaires que
connut au foyer de la rue Richelieu M. Edouard Pasteur, figurent dans
cette collection. Si je dis qu'une partie seulement en sera présentée
aux visiteurs de Carnavalet, c'est que, suivant la tradition observée à
Carnavalet qui est un musée _historique_, les documents et oeuvres
postérieurs à 1890 n'y seront montrés que dans quelques années.
L'exécution des portraits de nos sociétaires et pensionnaires
contemporains avait été confiée par M. Edouard Pasteur à des artistes
renommés; Chartran, Joseph Blanc, Schommer, Aimé Morot, sont parmi les
signataires de ces toiles. Au total, excellente acquisition pour
Carnavalet; mais ne pourrait-on reprendre ici un mot dont on a fait un
tel usage qu'il en est fatigué, et dire que les musées n'ont que les
richesses qu'ils méritent?

Si nos quatre musées d'art municipaux--Carnavalet, le Petit Palais,
Galliéra, Cernuschi--doivent être comptés aujourd'hui au nombre des
curiosités que l'étranger en visite à Paris n'a plus le droit de
négliger, c'est qu'un esprit nouveau les anime, et qu'on a cessé de
considérer comme une sinécure l'honneur de les administrer. Le
conservateur d'un musée parisien, ce n'est plus un fonctionnaire
sommeillant qui redoute les visites; c'est un artiste très éveillé qui
les appelle; c'est, comme eussent dit les Concourt, un chercheur de
neuf, incessamment préoccupé d'enrichir sa maison, de la rendre, au sens
relevé du mot, plus «amusante»; d'en varier le programme.

Un musée est un spectacle. Le conservateur, pour bien faire son métier,
doit se sentir, au fond de l'âme, des curiosités d'imprésario...

                                      *
                                     * *

Un homme qui vient de se conduire--sans le savoir peut-être--en
imprésario très intelligent, c'est celui qui eut l'idée d'ouvrir à Paris
une Exposition de _l'Emballage_!

Elle a été inaugurée ces jours-ci par un ministre. Elle est
internationale, s'il vous plaît; et c'est la première du genre. On lui a
livré la moitié de l'immense rez-de-chaussée du Grand Palais. Elle
l'emplit fort bien.

--Une Exposition de l'Emballage? Vous voulez rire. Cela ne saurait
intéresser que les commerçants, les entrepreneurs de transports, les
commissionnaires... et les emballeurs!

A quoi je répondrai qu'une Exposition qui n'intéresserait «que les
commerçants» intéresserait déjà bien du monde, et que ce ne serait pas
avoir perdu son temps que de l'entreprendre. Mais non! l'Exposition de
l'Emballage vaut d'être visitée par tout le monde. Elle est amusante;
elle est instructive; elle est pleine d'imprévu; veut-on toute ma
pensée? Elle est spirituelle; et je m'y suis infiniment diverti.

Allez vous y promener. Vous y verrez comment l'ingéniosité des hommes,
qui crée et perfectionne les produits, a su s'appliquer aussi à mettre
de plus en plus de sécurité et d'élégance dans les façons diverses de
les transporter. Vous apprendrez comment sont employés à ces
manipulations innombrables la fibre de bois, la paille et le foin; les
papiers de toute espèce et les poussières de liège, et le «bois armé» et
le «cuir armé»; vous admirerez la diversité des agrafes, crochets,
crampons propres à assurer la solidité d'un emballage; et quel génie
savent déployer nos emballeurs dans la confection de ces caisses, de ces
boîtes de tous formats dont les architectures imprévues amusent l'oeil,
comme des jouets. La Chambre syndicale de la droguerie a fait au Grand
Palais une Exposition très édifiante: celle de produits exotiques
importés par nos droguistes--aloès, maté, quinquina, baume de tolu,
poivre de Cayenne, pyrèthre, essence de badiane, rhubarbe et cannelle de
Chine, coca de Bolivie, civette d'Abyssinie--et présentés sous
l'enveloppe même--toile grossière, natte, coffret peau brute ou corne
--que l'expéditeur emploie à leur transport. Que nous voilà loin de ces
procédés sauvages!

Près de ce stand allez voir celui où nos chimistes exposent les plus
dangereux de leurs produits, emballés suivant les procédés qui en
rendront le transport inoffensif. Et voici d'autres chefs-d'oeuvre: les
mécaniques à emballer! Ici, c'est l'étroite bobine de papier qui se
déroule, s'imprime en couleur, se découpe, se plie, se colle, et
devient, en quelques secondes, la plus coquette des petites boîtes à
chocolat; plus loin, c'est une autre feuille de papier qui marche, se
transforme en sac, elle aussi; puis est saisie par des doigts
métalliques plus délicats que des mains humaines, qui remplissent ce sac
de café, en vérifient le poids, le rejettent s'il ne pèse pas, à un
gramme près, ce qu'il faut qu'il pèse; et autrement le ferment, et le
déposent avec précaution sur l'alignement des sacs déjà remplis. Je vous
dis qu'à l'heure qu'il est les machines elles-mêmes ont de l'esprit!

Il faut voir l'Exposition du Grand Palais.

UN PARISIEN.



AGENDA (16-23 août 1913).

EXPOSITIONS.--A Bagatelle, du _15 août_ au _15 septembre_, exposition
organisée par la Société des artistes de Neuilly, avec exposition
rétrospective de dessins du peintre John Lewis Brown (1829-1870).--Au
Grand Palais: concours Lépine.

L'OUVERTURE DE LA CHASSE.--L'ouverture de la chasse pour la deuxième
zone est fixée au _31 août_.

INAUGURATION DE MONUMENT.--Les _16 et 17 août_, à Belfort, fêtes à
l'occasion de l'inauguration du monument des trois sièges _(1813, 1815,
1870-1871)_ élevé à la mémoire des défenseurs de Belfort.

PÈLERINAGE PATRIOTIQUE.--Le quatrième pèlerinage patriotique, sous la
direction du général Canonge, aura lieu au champ de bataille de Bapaume
le _24 août._

LA FÊTE DES «CAF-CONC».--La fête sportive annuelle des Caf-Conc aura
lieu, au vélodrome Buffalo, le _25 août._

SPORTS.--_Courses de chevaux_: le _16 août_, Deauville (obstacles); le
_17_, Deauville (Grand Prix); le _18_, Deauville, Ostende; le 20,
Deauville; le _21_, Deauville, Ostende; le _22_, Dieppe, Bade; le _24_,
Saint-Cloud (trot), Dieppe, Bade, Ostende.--_Aviation_; le _24 août_,
course d'hydroplanes Paris-Deauville; départ du Pecq.--_Automobilisme_:
du _18 au 23 août_, dans la région de Carlis (Cumberland), les «Six
days», relability trial (motocyclettes).--Les _23 et 24 août_, meeting
du Mont-Ventoux.--Les _24 et 25 août_, Grand Prix de
Belgique.--_Lutte_: à Trouville, critérium international de lutte de
combat.--_Aviron_: le _17 août_, à Juvisy, championnats de France; les
_23 et 24 août_, à Gand, championnats d'Europe.--_Escrime_: à Dieppe, au
Casino, tournois d'escrime, les _16, 17 et 18 août_ à Houlgate, Cabourg,
Villers et Trouville, du _20 au 26 août.--Tir aux pigeons_: à Deauville,
le _16 août_, prix de Villers; le _18_, prix d'Houlgate; le _19_, prix
de Trouville; le _22_, prix de clôture.--_Tennis_: tournois de tennis:
le _18 août_, Evian, Aix-les-Bains; le _20_, Cabourg; le _24_, Paramé,
Deauville.--_Cyclisme_: le _17 août_, au Parc des Princes, championnat
de France de vitesse.--Le _24 août_, au Parc des Princes, arrivée des
coureurs du circuit de l'ouest; réunion d'athlétisme, championnats de
Paris.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

UN HOMMAGE AU PRÉSIDENT KRUGER.

Un juste et éclatant hommage vient d'être rendu au président Kruger,
dans ce Transvaal dont il a été, pendant de si longues années, l'âme
même, vaillante et tenace: il a désormais sa statue sur l'une des
promenades publiques de Pretoria, à Prince's Park. Dans la grande ville
sud-africaine embellie, promise à une prospérité toujours croissante,
elle rappelle un passé tout proche de nous, et qui pourtant semble
lointain déjà.

[Illustration: Le monument Kruger, à Pretoria.]

Le monument, d'imposant aspect--il a coûté plus de 250.000 francs--se
compose d'un haut socle de porphyre brun et noir, sur lequel se dresse
la vivante effigie du grand patriote. Il est représenté debout, en
redingote, coiffé de son fameux chapeau de soie, la poitrine barrée par
l'écharpe présidentielle, et portant les insignes de grand-croix de la
Légion d'honneur. De la main droite, il s'appuie sur sa canne à boule
d'onyx, tandis que sa main gauche tient la charte des libertés
sud-africaines. Cette fière statue, dont nous devons la communication,
accompagnée d'intéressants commentaires, à M. Fritz Van der Linden, a
son histoire. Elle allait être inaugurée lorsque survint la guerre
anglo-boer. On la mit en dépôt à Lorenço Marquez, et, au mois de mai
dernier, le gouvernement britannique a enfin permis, l'oubli s'étant
fait des inimitiés anciennes, qu'elle fût élevée à Prétoria, près de la
maison où le président donnait ses audiences, avec cette familiarité qui
lui avait attiré tant de sympathies. Non loin de là, dans l'ancien
cimetière de la ville, se trouve la tombe de l'homme d'État, que
surmonte un buste en marbre... La mémoire de Kruger est dignement
honorée au Transvaal.

UN NOUVEAU POIVRE ARTIFICIEL.

Chignons d'olives, noyaux pulvérisés, maniguettes, baies de
laurier-cerise, graines de céréales, riz, pommes de terre, gingembre,
galanga, etc., etc., on trouve un peu de tout dans certains poivres
moulus du commerce, sans compter des poussières, du sable et des débris
minéraux. Malheureusement, ces falsifications complexes ne peuvent guère
être mises en évidence que par des chimistes ou des micrographes
spécialisés, et le grand public des consommateurs est à peu près désarmé
contre elles.

Malgré cette impossibilité pratique de les reconnaître à première vue et
malgré le prix relativement élevé du poivre pur, on s'explique mal le
succès que rencontrent, depuis quelques mois surtout, certains
succédanés du poivre, mis en vente sous des noms plus ou moins
fantaisistes. Ils sont, en effet, d'un prix marchand élevé, car, s'ils
coûtent de 30 à 40% moins cher que le poivre pur, il en faut en moyenne
de trois à quatre fois plus pour obtenir un résultat culinaire identique
à celui que donne le bon poivre. Le plus connu de ces produits
artificiels coûte à fabriquer 0 fr. 75 le kilo environ; il est vendu en
gros au prix de 3 fr. 75, tandis que le poivre blanc qu'il se propose
d'imiter et de remplacer vaut de 5 fr. 50 à 6 francs le kilo. Mais,
comme il est composé de farine de sarrazin macérée dans de la teinture
de myrrhe et du jus d'oignons, additionné de piment de Cayenne, d'une
faible quantité de poivre moulu, de clous de girofles et de plantes
aromatiques séchées, ce qui constitue un ensemble dont la valeur
«poivrante» est assez faible, il est permis d'estimer que l'économie
réalisée par son emploi est beaucoup plus apparente que réelle.

LA CULTURE DU SOL À LA DYNAMITE.

Pour mettre en culture des terrains jusque-là vierges, où la charrue
entre avec peine, les colons américains employent souvent la dynamite
qu'ils font exploser au fond de trous de mine ayant 0 m. 75 ou 1 mètre
de profondeur, et forés à intervalles variant de 4 à 7 mètres.
L'établissement fédéral de chimie agricole, à Lausanne, pour se rendre
compte des avantages du procédé, vient de faire faire des essais qui
sont intéressants. Il s'agissait de préparer le terrain destiné à une
plantation d'arbres fruitiers. A la place destinée à chacun de ceux-ci,
on fit exploser une cartouche de 250 grammes de gamsite, contenant 24%
de nitroglycérine. Il fut évident, à l'examen du sol, après l'explosion,
que celle-ci le préparait fort bien. La terre est soulevée et triturée
pour un volume d'un mètre cube et demi, volume de forme conique dont la
base a environ 2 mètres de diamètre à la surface du sol.
L'ameublissement est parfait, et lors de la plantation des arbres on n'a
qu'à creuser à la pelle un trou tout juste suffisant pour recevoir les
racines qui n'éprouveront aucune difficulté à se développer dans la
terre remuée et légère.

L'opération représente une dépense d'environ 75 centimes par arbre: or
le travail à la main qui ne remue pas un demi-mètre cube de terre coûte
généralement plus.

L'expérience a montré que les arbres plantés dans le sol ameublé à la
dynamite se développent plus vite et produisent plus tôt des fruits.

Une observation a été faite en passant à Lausanne: c'est que le procédé
ne vaut rien pour les terrains humides, à nappe d'eau proche de la
surface. On voulut défoncer un terrain humide destiné à recevoir, après
drainage, une culture de luzerne. Mais la résistance de l'eau s'opposa à
un travail utile; l'énergie de l'explosif ne servit qu'à projeter la
terre à une grande hauteur, en creusant des trous d'un demi-mètre cube.

Quoi qu'il en soit, l'industrie des explosifs paraît pouvoir trouver
dans l'agriculture un emploi pacifique de ses produits et gagner de
l'argent sans massacrer des hommes.

L'INOCULATION DE BACILLES TYPHIQUES VIVANTS.

MM. Nicolle, Conor et Conseil avaient démontré, il y a peu de temps, que
l'inoculation intraveineuse de vibrions cholériques ou de bacilles
dysentériques vivants, séparés des substances du milieu de culture par
des centrifugations et des lavages successifs, est sans danger pour
l'homme. De nouvelles expériences semblent établir qu'il en est de même
du bacille typhique.

Deux sujets, inoculés deux fois dans les veines à quatorze jours
d'intervalle, ont reçu 100 millions, puis 1.200 millions de microbes, et
n'ont éprouvé aucun mal. Des inoculations relativement beaucoup plus
fortes ont été pratiquées sur des lapins et ont donné des résultats
analogues.

Un procédé de vaccination avec des cultures vivantes paraît devoir être
très actif, mais il présente à la fois un avantage et un inconvénient.
D'une part, il ne détermine aucune réaction locale; d'autre part, les
cultures vivantes doivent être utilisées dans un délai très court.

Les auteurs espèrent trouver un procédé où la vitalité du microbe sera
supprimée, mais où son altération sera moindre qu'avec les méthodes
actuelles de stérilisation par la chaleur ou par des antiseptiques.

[Illustration: VIEILLES COUTUMES DE FRANCE.--Un baptême à cheval aux
Saintes-Maries-de-la-Mer. _Phot. G. Bouzanquet._]

Devant ces murailles patinées par le temps, dont on ne saurait dire au
juste si elles sont celles d'une église ou d'une citadelle, voici une
étrange réunion de cavaliers, rangés comme pour une parade. Sous leurs
larges sombreros, on les prendrait tout d'abord pour des «cow-boys».
Mais, à l'examen, on s'avise que la plupart de ces centaures ont en
croupe une jeune Arlésienne. Ce détail de costume situe à peu près la
scène sans toutefois l'expliquer. Disons tout de suite que c'est un
cortège de baptême peu banal. La marraine, montée à califourchon, tient
dans ses bras le nouveau-né qui vient de recevoir l'eau sainte; près
d'elle, fièrement campé sur sa monture et s'appuyant sur son trident
enrubanné, le jeune, frère du héros de la fête--un précoce cavalier de
quinze mois!--lui sert de garde du corps; et le prêtre, revêtu du
surplis et de l'étole, bénit l'assistance.

Que sont donc ces gens? Des «gardian» de chevaux et de taureaux
sauvages. Habitués à vivre isolément, parmi leur bétail, dans les vastes
steppes de la Camargue, ils sont restés à _cheval_--c'est le cas de le
dire--sur les us et coutumes de leur race. Et c'est pour obéir à la
tradition que l'un d'eux, «lou Mazard», baptisant son fils, convoqua ses
compagnons à lui faire escorte jusqu'à l'antique église fortifiée des
Saintes-Maries-de-la-Mer.

FÊTE NATIONALE A IN SALAH

_(Voir notre gravure de double page.)_

Les émotions n'ont point manqué, au cours des derniers mois, au «camp
Bugeaud», qui est la redoute et le quartier des méharistes d'In Salah,
au Tidikelt. D'aucunes agréables et distrayantes: passage de la mission
chargée de préparer l'installation de la télégraphie sans fil; visite de
l'intrépide général Bailloud, en promenade à travers le
Sahara;--d'autres plus pénibles, mais que ces rudes hommes n'acceptaient
pas d'un coeur moins vaillant: escorte, jusqu'à Agadès, de
l'intéressante mission conduite par le capitaine Nieger pour étudier le
tracé du chemin de fer transsaharien; combats de-ci de-là, dans l'Adrar
du Niger, où l'on culbutait vigoureusement un groupe de Berbères venus,
fidèles à de vieilles habitudes, pour razzier cette région; poursuite
des pillards dans l'Erg Chache, sur 800 kilomètres de distance, et
enfin, plus récemment, affaire d'Esseyen, où une bande de 300
assaillants, bien sûrs d'anéantir la quarantaine de méharistes qu'ils
avaient surpris dans un camp sommaire, étaient par eux mis en déroute.

Toute cette activité a eu sa répercussion sur la fête du 14 juillet, qui
a été célébrée à In Salah comme jamais encore elle ne l'avait été.

Chose digne de remarque, la population indigène, si indolente, pourtant,
s'était, pour la circonstance, émue. Tous ces gens, ont, parmi ceux qui
combattent pour nous, des parents, des amis; ils étaient donc au courant
de la bonne besogne accomplie. Leur semblait-il qu'un peu de gloire en
rejaillissait sur eux? Ils accoururent allègrement, au matin de la fête
nationale, à l'appel des clairons et des trompettes sonnant le réveil en
fanfare, vers le camp Bugeaud, chacun paré de ses gandouras les plus
brillantes, foule chatoyante parmi laquelle des Touareg mettaient des
notes sombres. Et tout ce monde bien sagement s'aligna, les uns debout,
les autres accroupis, sur l'esplanade où allait avoir lieu la revue.

C'était à l'aube, à 5 heures du matin. Et le soleil déjà resplendissait
d'un vif éclat, inondant de sa lumière ces beaux groupes décoratifs, et
la file des soldats rangés en avant du mur crénelé du camp, comme
fichés, ainsi que des soldats de plomb, sur la bande d'ombre que traçait
sur le sable leur rangée impeccable,--mâles figures de bronze de blanc
vêtues, poitrines bardées de cartouchières, et de très farouche et très
noble allure, fiers de la tâche accomplie, souriant aux _youyous_
sonores dont les saluaient les femmes. Un cerf-volant planait, emportant
haut dans l'azur le pavillon tricolore.

Le commandant d'armes, avec son état-major, officiers et caïds, passa
devant le front, au milieu d'un silence profond. A quelques-uns de ces
hommes, il remit les médailles chèrement gagnées, et la revue s'acheva
par un défilé très imposant de cette poignée de braves à toute épreuve.

Les traditionnelles réjouissances commençaient. Dans ce pays perdu, nos
jeux, ou des jeux pareils!--une course de méharis, un carrousel, un
concours de tir... Mais le soleil, montant vers le zénith, mit fin, vers
9 heures, à ces amusements martiaux.

Ils devaient reprendre le soir, après la chaleur passée, et il ne manqua
pas même, à cette évocation si lointaine de la fête de France, le
classique feu d'artifice, à la nuit close,--pas même la «représentation
gratuite». Ce qui mena jusqu'à minuit.



[Illustration: Le colonel Cody.]

UN GRAND AVIATEUR ANGLAIS

Le colonel Cody, qui vient de trouver la mort, avec un passager, dans
une chute d'aéroplane au camp d'Aldershot, en Angleterre, ne doit pas
être confondu avec cet autre qui devint célèbre sous le nom de Buffalo
Bill. Comme son homonyme, il avait été cow-boy dans le Far-West et, sous
le costume original qu'il portait, il n'était pas sans avoir aussi avec
lui quelque ressemblance physique. Virtuose de l'équitation et du tir,
sa réputation dans ces exercices de force et d'adresse s'établit
rapidement et fut universelle.

Depuis quelques années, il s'était installé en Angleterre et s'était
adonné résolument, l'un des premiers, au sport nouveau; il devait y
connaître de brillants succès. Tout ensemble inventeur heureux et pilote
exercé, il ne montait que des appareils étudiés et construits par lui.
Il s'était, l'an dernier, attribué la première place dans le concours
d'aviation institué par le ministère de la Guerre anglais.



L'APOTHÉOSE DES VAN EYCK A GAND

_Notre correspondant de Bruxelles, M. Gérard Harry, nous écrit;_

Le génie artistique a rarement reçu un hommage pareil à celui dont vient
d'être l'objet, à Gand, la mémoire d'Hubert et Jean Van Eyck. C'est en
1432 qu'apparut au public leur chef-d'oeuvre, leur merveilleux retable:
l'_Adoration de l'agneau mystique_. Et c'est en 1913 que le monde dédie
un monument aux admirables peintres. Leur prestige, loin d'avoir subi
l'outrage du temps, reluit donc plus que jamais au bout de cinq siècles.

[Illustration: Le monument des frères Van Eyck, à Gand.]

L'apothéose des Van Eyck ne résulte pas d'une simple initiative locale
et flamande: elle traduit un sentiment universel. C'est un comité
international, englobant jusqu'aux États-Unis, qui a voulu et payé ce
monument, érigé sur le square Saint-Bavon, à côté de la vieille église
qui garde les ossements d'Hubert Van Eyck et le morceau capital du
prodigieux polyptique tronçonné par la cruauté des hommes et des
événements en trois parties, dont une est exilée au musée de Bruxelles
et une autre au musée de Berlin.

Oeuvre du statuaire gantois Georges Verbanck, ce monument est un peu
massif, mais original et imposant. Sur les larges degrés, en hémicycle,
un double cortège ascendant de personnages en bronze vert--adultes et
enfants--figurant l'humanité de tous les âges vient faire l'offrande de
ses fleurs, de son adoration, aux deux peintres immortels du quinzième
siècle, assis côte à côte sur leur siège d'idéale royauté. Au dos du
monument de pierre grise, sur lequel tranchent toutes ces figures,
s'éploient les ailes d'un ange hiératique encadrant la Muse de l'Art
pictural et dont les mains tiennent la couronne méritée par ces deux
chefs de l'école des primitifs. Sur le soubassement du monument se
détache une théorie de cartouches polychromes reproduisant les armoiries
des pays qui ont souscrit à cette oeuvre de glorification.

Rien n'a manqué, au point de vue de l'enthousiasme public, à cette
exaltation des deux sublimes artistes. Le précieux passé flamand auquel
ils appartinrent les a salués en quelque sorte, en même temps que la
génération actuelle. Car, après les discours, un cortège historique,
richement et archaïquement costumé, a défilé au son des fifres et des
flûtes devant le monument. Et on eût dit les grands seigneurs et grandes
dames de la cour de Philippe le Bon ressuscités pour venir s'incliner,
comme la société du vingtième siècle, devant les images de bronze de
leurs deux illustres contemporains.



LE PEINTRE AIMÉ MOROT

A Dinard, où il était en villégiature, le peintre Aimé Morot, membre de
l'Institut, professeur à l'École des Beaux-Arts, commandeur de la Légion
d'honneur, vient de succomber, âgé seulement de soixante-trois ans,
vaincu par une maladie dont il souffrait depuis longtemps. Le portrait
que nous donnons de lui avait été fait il y a cinq ou six ans, alors
qu'il était encore officier de la Légion d'honneur.

Nancéen d'origine, il avait étudié à l'atelier Cabanel, d'où il était
sorti avec le grand prix de Rome (1873).

Au Salon de cette même année, il débutait avec une toile mythologique
remarquée pour sa fraîcheur et sa belle juvénilité, _Daphnis et Chloé_.
Il y montrait déjà ce souci de conception, de précision du dessin, cette
conscience qui devaient l'imposer plus tard comme un maître, quand son
habileté, sa science de la technique si compliquée de l'art pictural se
furent affirmées.

[Illustration: M. Aimé Morot.--_Phot. A. Braun et Cie._]

Enumérer ses oeuvres, c'est rappeler autant de succès. Ce sont: la
_Médée_, du Salon de 1877; la _Bataille des Eaux sextiennes_, de 1879;
le _Bon Samaritain_, qui lui valut, en 1880, la médaille d'honneur;
cette émouvante _Charge des cuirassiers à Reichshoffen_, l'un des plus
beaux spécimens de la peinture militaire contemporaine,--pour ne citer
que les pages les plus retentissantes.

La municipalité de Nancy, sa ville natale, lui avait confié la
décoration des salons de son Hôtel de Ville; il fut aussi de la pléiade
chargée de décorer l'Hôtel de Ville de Paris. Enfin, il laisse de
nombreux portraits, entre autres celui de _Léon Gérome_, le peintre et
le sculpteur célèbre, de qui il avait épousé l'une des filles.



[Illustration: CE QU'ON DIT QUAND IL FAIT CHAUD..., par Henriot.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3677, 16 Août 1913" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home