Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0034, 21 Octobre 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0034, 21 Octobre 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0034, 21 Octobre 1843

L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

Nº 34. Vol. II.--SAMEDI 21 OCTOBRE 1843.
Bureaux, rue de Seine, 33.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr. Prix de
chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

Ab. pour les Dep.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr.--Un an, 32 fr. pour
l'étranger.          --   10       --     20        --   40



SOMMAIRE.

Procession séculaire de Fourvières, et pose de la première pierre du
Pont du Change à Lyon. _Deux Gravures_--Courrier de Paris.--Histoire de
la Semaine, _Boutons du rappel; meetings tenus à Dublin et en plein
air_.--Théâtres--Opéra-comique, _Mina_; Palais-Royal, _Le brelan de
Troupiers_; Gymnase, _Jean Lenoir_; Odéon, _Tôt ou Tard_;
Délassements-Comiques, _la Fille du Ciel. Une scène de Mina; Levassor
dans ses trois rôles du Brelan de troupiers; une scène de la Fille du
Ciel._--De la Traite et de l'esclavage. Onze Gravures.--Révolutions du
Mexique. Le général Bustamante. (Suite et fin.)--Margherita Pusterla.
Roman de M. César Cantù. Chapitre XIII, Reconnaissance. _Sept
Gravures_.--Bulletin bibliographique. Le Nord de la Sibérie, par M. de
Wrangell; Les Pyrénées, par M. le baron Taylor; les Rues de
Paris.--Annonces,--Armée. Chasseurs à cheval, nouvel uniforme.
_Gravure_.--Caricature, _Une Sentinelle perdue_. Logogriphe
musical.--Rébus.



Procession séculaire de Fourvières, et pose de la première pierre du
Pont du Change à Lyon.

Pendant la durée du camp de Lyon (V. t. Ier, p. 407, et t. 2, p. 97),
une cérémonie religieuse d'un haut intérêt a été célébrée dans cette
ville le 8 septembre, jour de la Nativité de la Vierge. La procession
séculaire, instituée en mémoire de la cessation de la peste, qui, il y a
deux cents ans, ravagea cette seconde capitale de la France, s'est
rendue en grande pompe à Fourvières, colline située sur la rive droite
de la Saône. A la procession assistaient l'archevêque, deux évêques, le
clergé de la cathédrale et de toutes les paroisses de la ville, de
nombreux fidèles, et, parmi ces derniers, un vieillard de cent neuf ans,
qui avait déjà figuré à la cérémonie cent ans auparavant, en 1743.

La présence du duc et de la duchesse de Nemours à Lyon a été marquée par
des fêtes plus mondaines, à l'une desquelles cependant le clergé est
venu aussi prendre part. Des huit jours que le prince et la princesse
ont passés à Lyon, du 20 au 28 septembre, le dimanche 24 est celui dont
le programme a été le plus chargé: pose de la première pierre du pont du
Change, joutes sur la Saône, courses de chevaux, festin à la Préfecture,
et soirée au Grand-Théâtre.

La cérémonie de la pose a été favorisée par un temps superbe. Des
préparatifs bien entendus avaient été faits sous la direction des
ingénieurs des ponts-et-chaussées. Une tuile recouvrait la partie
centrale du pont actuel, sur lequel la circulation avait été interdite
depuis la veille au soir. Le petit bâtiment servant de vigie qui est
assis sur la pile du milieu, avait été transformé, pour la duchesse, en
un élégant boudoir, garni de tapis, de draperies, de causeuses, de
fauteuils et de chaises. Une plate-forme en charpente, recouverte d'une
tente, et élevée de quelques marches au-dessus du sol de la voie
charretière, avait été établie sur l'éperon de cette pile, en amont du
pont. De chaque côté une double rampe conduisait à une autre plate-forme
située au-dessous, et dont le niveau était un peu inférieur à celui du
massif de maçonnerie placé à son centre, et sur lequel devait être posée
la première pierre.

Ce qui rendait le coup d'oeil imposant, c'était l'immense multitude de
spectateurs qui couvraient le pont et ses abords, les deux rives de la
Saône, les fenêtres et les toits de toutes les maisons, d'où l'on avait
la moindre échappée de vue sur ce point. En dedans de ce vaste
amphithéâtre irrégulier et sur le lit même du fleuve, une double
ceinture de bateaux de toute forme et de toute dimension, et chargés de
spectateurs, entourait cette estrade. A peu de distance, et sur
l'espace libre du bassin compris entre les quais et les deux ponts du
Change et de la Feuillée, d'élégantes embarcations, pavoisées de mille
couleurs et recouvertes de riches tentures, sillonnaient les eaux du
fleuve.

[Illustration: Procession séculaire de Fourvières.]

A midi précis, M. l'archevêque est arrivé, suivi du clergé
métropolitain, et il est immédiatement descendu sur la plate-forme
inférieure, où il s'est mis en devoir d'officier. LL. AA. RR. sont
arrivées à midi et demi. Madame la duchesse de Nemours a été conduite
par le maire jusqu'à un fauteuil, au milieu et sur le bord de l'estrade
supérieure, d'où elle pouvait embrasser l'ensemble de l'imposant
spectacle qui se déroulait devant elle, et suivre les moindres détails
du cérémonial. Le duc de Nemours, accompagné du préfet, du maire, des
membres de l'administration municipale et des personnes de sa suite, est
descendu vers la plate-forme inférieure, et s'est placé au centre d'un
cercle formé par les nombreux assistants qui avaient pénétré jusque-là,
par le clergé, les fonctionnaires, les ingénieurs et les diverses
notabilités.

Après la cérémonie religieuse, M. Cailloux, ingénieur en chef du
département, a lu un discours dans lequel il a fait l'historique de la
voie de communication que le nouveau pont est appelé à remplacer, et a
demandé au duc de Nemours l'autorisation de lui donner son nom; le quai
voisin porte déjà celui de _quai d'Orléans._

La double boîte en cèdre et en plomb contenant les médailles destinées à
être scellées dans la première pierre, a été ensuite remise par le
prince aux ouvriers plombiers, qui l'ont fermée hermétiquement; puis
elle a été placée dans la cavité rectangulaire pratiquée à la surface de
la dalle qui occupe le sommet du massif un maçonnerie, et recouverte
d'une plaque en tôle. Le préfet a alors présenté au duc une truelle en
vermeil avec laquelle celui-ci a pris, dans une caisse tenue par M.
Auguste Jordan, ingénieur, chargé de la construction du pont, deux
pelletées de mortier qu'il a étendu sur les joints de la boîte. Cette
opération terminée, des ouvriers maçons ont poussé à l'aide de rouleaux
une seconde pierre de taille sur la première. Le duc de Nemours a frappé
sur celle-ci trois coups avec le marteau en vermeil que lui a également
présenté le préfet. Alors le maire a remis à S. A. R. un coffret
contenant les doubles exemplaires des médailles commémoratives scellées
dans la première pile du pont. Quant au marteau et à la truelle, ils ont
été repris par le maire, pour être déposés au musée de la ville.

Immédiatement après, LL. AA. RR. se sont rendues sur la terrasse de
l'archevêché, d'où elles ont assisté au spectacle animé des joutes qui
ont eu lieu sur la Saône, dans le bassin compris entre le pont Tilsitt
et le pont du Palais.

De là, le cortège s'est dirigé vers l'hippodrome de Perrache, où les
courses de chevaux, préparées par le jockey-club de Lyon, avaient attiré
une affluence de plus de soixante mille curieux. Les prix principaux ont
été gagnés par _Tiger_, appartenant à M. de Pontalba.

La soirée a été consacrée à une représentation au Grand-Théâtre. Des
dames en grande toilette occupaient les premières loges; des officiels
de tous les corps et de tous les grades étaient disséminés aux premières
et aux secondes galeries; les troisièmes, les quatrièmes et le parterre
étaient en partie occupés par des sous-officiers et soldats de la
garnison. «C'est dire assez, ajoute le Ouvrier de Lyon, dans un article
reproduit par le Moniteur Universel, que le public n'avait été admis que
dans une proportion fort restreinte à cette fête. C'est là, continuent
les feuilles ministérielles (et l'observation nous semble curieuse à
noter), c'est là, suivant nous, un tort; et, en cette circonstance,
comme en quelques autres, il nous semble qu'on a trop isolé de la
population nos illustres hôtes.»

Le prince et la princesse ont été reçus sous le péristyle du
Grand-Théâtre et conduits à leur loge par M. Pougin, régisseur-général,
avec le cérémonial en usage au théâtre-Français, depuis Louis XIV,
chaque fois qu'une représentation doit être honorée du la présence du
roi. Ce cérémonial consiste à recevoir Sa Majesté un flambeau à la main,
et à éclairer sa marche jusqu'à la loge royale: il a été exactement
suivi en cette circonstance. Madame la duchesse de Nemours portait l'une
des robes qui lui avaient été offertes la veille par la chambre de
commerce. On a joué un petit intermède intitulé _l'Algérie conquise_,
dont les paroles avaient été ajustées tant bien que mal sur des
fragments de Paulus, oratorio de Mendelsohn. On y voyait figures des
Arabes, des soldats français, la Civilisation et Religion. Une
décoration de M. Savette, représentant Constantine, paraît n'avoir pas
manqué de vérité.

Avant le spectacle, et au retour de la course, tous les hôtels et
restaurants de la ville ont été littéralement envahis. Non seulement il
était impossible d'obtenir une place dans les salles, mais l'on se
trouvait dans la nécessité de faire queue et d'attendre son tour. Des
personnes, après avoir parcouru quinze ou vingt des principaux hôtels,
ont dû se résigner à aller dîner dans les plus lointaines extrémités des
faubourgs. A huit ou neuf heures du soir, les provisions considérables
qui avaient été faites la veille étaient complètement épuisées, et plus
d'un estomac affamé a été soumis à un jeûne involontaire.

Au bal donné par la ville, le 23, au Grand-Théâtre, et où figuraient
environ quatre mille invités, madame la duchesse de Nemours a dansé
d'abord avec M. Arnaud, l'un des adjoints du maire. Cette première
contredanse, suivant l'expression des journaux officiels, avait été
donnée à l'édilité; l'armée, dans la personne de M. le général Duchamp,
a eu les honneurs de la seconde; M. Girardin, procureur du roi, a
représenté, dans la troisième, la magistrature; et, dans la quatrième,
M. Paul Eymard, fabricant, le commerce lyonnais.

Mais quels étaient les représentants de la population des travailleurs?
C'est ce que les organes ministériels ne nous ont point appris.

[Illustration: Pose du la première pierre du pont du Change, à Lyon.]



Courrier de Paris.

Mais vraiment où allons-nous? on ne pourra bientôt plus ni boire, ni se
vêtir, ni manger, et peu à peu nous mourrons tous, vous, moi, notre
voisine et notre voisin; oui, nous mourrons de faim et de soif, comme je
ne sais quel pauvre diable qui expira d'inanition à côté d'une table
amplement servie, n'osant toucher ni aux mets ni aux vins, de peur
qu'ils ne fussent empoisonnés.

Ceci vraiment passe la plaisanterie, et _National_, qui a le premier
révélé cette cuisine pendable, mérite qu'on porte un toast à sa santé et
qu'on l'arrose du plus pur nectar qui mûrit au soleil de la Côte-d'Or.

Chacun son goût! _le National_ n'aime pas plus les produits frelatés en
boutique qu'en gouvernement; et en même temps qu'il s'attaque aux
débitants de politique falsifiée, il déclare la guerre aux fabricants de
marchandises suspectes et de denrées de mauvais aloi; le manifeste qu'il
vient de lancer tout récemment contre ces industriels prévaricateurs
contient les faits les plus curieux et les plus graves.

On fabrique de l'huile d'olive avec du saindoux; du papier avec du
plâtre; du pain et de la brioche avec du sulfate de cuivre; du blé avec
du sable; du son avec de la sciure de bois; du thé vert avec du jaune de
chrome ou de la mine de plomb; du sel avec de l'iode et du cuivre; du
vin avec de la litharge et du bois de Campêche; du savon avec des
pierres à fusil, et du lait avec des cervelles. Quant à l'eau, ce
complice immémorial des marchands de vin, il s'en débite à Paris
seulement cinq cent mille hectolitres par an, sous prétexte de bordeaux
et de bourgogne; onde innocente du moins, qui n'en veut qu'aux gourmets
et aux ivrognes! débit de consolation breveté par la société de
tempérance» Mais, hélas! hélas! le sincère Bacchus, Bacchus généreux est
mort et enterré sous le pont Neuf, dans le lit de la Seine. Ainsi la
Parisien peut dire comme Auguste:

        Dieux! à qui désormais voulez-vous que je fie
        Le soin de ma personne et celui de ma vie?

Est-ce vivre, en effet, que de soupçonner partout le sulfate, l'iode et
la mine de plomb?--Comment manger maintenant un petit pâté sans cuivre?
comment savourer sa tasse de thé sans rêver de jaune de chrome? comment
choquer les verres sans y voir flotter un bois de Campêche?

Pour moi, qui ai la prétention d'être un franc Bourguignon, et d'appeler
les choses par leur nom, je suis bien résolu à ne pas m'associer à cette
atroce comédie; qu'on m'empoisonne, soit, puisqu'il est impossible
aujourd'hui de vivre sans cela, et que le siècle présent est un
empoisonneur fieffé; mais il ne me convient pas d'être pris pour dupe;
voici donc le moyen que j'ai adopté pour sauver mon amour-propre du
ricanement sournois de tous ces mystificateurs de boutiques et
d'entrepôts: ai-je affaire au pâtissier, «Envoyez-moi deux douzaines de
sulfate de cuivre bien chauds,» lui dis-je.

Au cafetier et au restaurateur: «Garçon! une tasse de mine de plomb'.
Garçon! de l'iode, s'il vous plaît. Garçon! vous n'avez pas mis assez de
saindoux dans cette salade. Garçon! du lait frit pour deux, et une
bouteille de Campêche première qualité!»

Au marchand de papier, je demande un cahier de plâtre à lettre, et je
m'informe au marchand de farine de la dernière mercuriale de la halle au
sable.

Au moins nous est-il permis de nous envelopper avec sécurité dans notre
pantalon et dans notre manteau, pour nous mettre à l'abri et nous
consoler de toutes ces impostures? S'ils sont mal abreuvés et mal
nourris, nous pouvons, en revanche, tenir notre corps et notre estomac
chauds et solidement vêtus? Non pas, vraiment; les tailleurs ont aussi
leur litharge! les draps et les étoiles mentent aussi bien que le sel,
le thé, le vin et la farine. On vous sert de la charpie pour de
l'elboeuf pur, et le papier mâché se présente effrontément sous le titre
et le nom de louviers superfin.--Votre habit bleu de la veille est jaune
le lendemain; les coutures blanchissent au bout de trois jours, et à la
fin de la semaine, vous montrez la corde. Tout habit sortant des mains
d'un tailleur de Paris est moins un habit qu'un énorme morceau d'amadou;
on n'a plus qu'à battre le briquet pour allumer son cigare.--S'adresser
pour les renseignements à un très-honnête bourgeois de mes amis, candide
habitant du Marais.--Mon homme s'en allait l'autre jour au
Jardin-des-Plantes, se pavanant fièrement dans un pantalon de drap tout
neuf; une ondée survint, mouilla l'étoffe, qui se rétrécit en un clin
d'oeil, de manière à découvrir la cheville, et à dessiner, d'une façon
compromettante, les formes de mon malheureux ami, qui n'est ni un
Apollon ni un Hercule.--Il était sorti avec un pantalon, il rentra avec
une culotte!

Tel est le siècle: ce n'est ni par la bonne foi ni par la sincérité
qu'il brille; un peu de drogue se mêle à tout ce qu'il fait. On lui a
tant conseillé le mélange! On lui a si fort prêché qu'il ne se tirerait
d'affaire qu'en mettant de l'eau dans son vin!

Les hommes vont comme les choses, et les âmes se ressentent de la
falsification des denrées.

Cette excellence qui fait grand bruit de son désintéressement et de son
indépendance:--litharge!

Ce tribun qui fulmine son anathème.--saindoux!

Cet utopiste qui sonne la réforme du monde:--sulfate de cuivre!

Cet éloquent apôtre du bonheur universel:--amadou!

Ces virginités politiques et ces candeurs administratives:--jaune de
chrome!

Ces conciliateurs qui veulent mêler le rouge au blanc:--eau claire!

Ces fiers sentiments, ces beaux discours, ces grandes fidélités, ces
superbes serments:--plâtre!

--Tous les jours il nous arrive quelque bête célèbre. Je ne parle pas
des renommées qui se font chaque matin dans la politique, dans les arts,
dans le roman, dans le feuilleton, dans l'industrie, dans la
philosophie, dans la philanthropie et dans le vaudeville. Cela me
mènerait trop loin; que les bipèdes s'illustrent tant qu'ils voudront!
Je ne m'occupe aujourd'hui que de la gloire toujours croissante des
quadrupèdes. Nous songerons aux autres plus tard.

La dernière course du Champ-de-Mars a mis au jour le nouvel et déjà
fameux animal dont je veux parler; il s'appelle _Ratapolis_. C'est là un
beau nom, et la capitale des rats doit s'en glorifier. Ratapolis avait
pour adversaire Prospectus et Napoléon II, fils de Napoléon: il les a
vaincus tous deux, l'un de quatre, l'autre de sept secondes. Certes, le
triomphe est rare! Quel ennemi plus redoutable à la course qu'un
Napoléon du sang de ce Napoléon qui enjamba l'Europe en un clin d'oeil?
Quel plus dangereux concurrent qu'un Prospectus? Prospectus n'est-il
pas, en effet, le plus hardi coureur de ce temps-ci? N'est-ce pas
Prospectus qui va par la ville avec la rapidité de l'éclair? N'est-ce
pas lui qui escalade les murailles, monte bride abattue à travers les
plus rudes escaliers, passe par toutes les portes, et galope en même
temps, ici et là, à Paris, à Londres, à Berlin, sur toutes les routes du
monde? Eh bien! dans cette lutte du Champ-de-Mars, Prospectus a cédé le
pas à Ratapolis. Aussi Ratapolis est-il inscrit maintenant au livre d'or
du _sport_.

Mais si les uns montent, les autres descendent: tandis que Ratapolis,
hier inconnu, se faisait un nom dès son premier galop, nous apprenions
ailleurs combien sont périssables les grandeurs chevalines, et combien
la gloire du _sport_, comme tant d'autres gloires, est une vaine fumée.

O misères de l'écurie! ô fragilité! ô néant! vous avez entendu parler de
miss Annette. Les échos du Champ-de-Mars et de Chantilly répètent encore
ce glorieux nom avec amour; les _sportsmen_ se signent en l'entendant;
les palefreniers s'agenouillent; les grooms, en signe de joie, agitent
leurs cravaches et leurs éperons. Que de purs-sangs elle a distancés!
que de couronnes se sont entrelacées à sa crinière bai-brun!

Elle a été l'admiration du gentilhomme _reader_, la terreur et l'amour
de l'hippodrome, et tout étalon de grande race aurait donné le plus beau
crin de sa personne, pour mériter un seul de ses regards.

Eh bien! miss Annette, la charmante, l'invincible, la glorieuse miss
Anette, remplit, au moment où je parle, l'emploi de Rossinante au
Cirque-Olympique, dans le mélodrame nouveau; c'est bien elle, je l'ai
reconnue, malgré la maigreur de sa fortune et le délabrement de ses os.
Heureuse encore, miss Annette, de porter dans sa ruine le héros de la
Manche, coiffé de l'armet de Mambrin! Que de miss Annettes se
trouveraient ravies de pouvoir, comme elle, clore le dernier chapitre de
leur histoire par un chevalier de la Triste-Figure! demandez plutôt à
nos miss Annettes de boudoir et d'Opéra.

--_Le Constitutionnel_ annonce avec grand fracas que M. Schimper,
professeur d'histoire naturelle à Strasbourg, est de retour d'un voyage
en Carniole; nous ferons remarquer au _Constitutionnel_ qu'il n'est pas
plus dangereux d'aller en Carniole et pas plus étonnant d'en revenir,
que d'entreprendre le voyage de Pontoise avec retour. La Carniole ne
peut épouvanter que le _Constitutionnel_, qui n'est jamais sorti de la
rue Montmartre. Mais ce n'est pas tout: M. Schimper a fait un bien autre
prodige que de visiter lu Carniole: il en a rapporté un animal
extraordinaire, un protée vivant, né dans les profondeurs des grottes
terribles d'Adelsberg. Ce protée cause une grande admiration au
_Constitutionnel_, qui n'admire pas moins M. Schimper d'avoir doté la
France de ce miraculeux protée, comme si déjà elle n'avait pas assez de
ceux qu'elle produit.

Que _le Constitutionnel_ conserve son extase pour une meilleure
occasion: le protée de Carniole n'est pas si rare qu'il le pense; les
petits mendiants qui rôdent pieds nus dans le village d'Adelsberg en ont
plein les maint et plein les poches. Si _le Constitutionnel_ allait
faire un tour par là, il s'en convaincrait aisément: à peine aurait-il
mis le pied dans l'auberge pour se reposer de la route, que les protées
et les mendiants lui tomberaient sur le dos; et, pour un petit sou donné
à ces vauriens, le vénérable voyageur deviendrait adjudicataire du plus
formidable protée des grottes d'Adelsberg. Que dis-je! on les lui
adjugerait par douzaines. C'est ce qui nous est arrivé, à mon ami
Adolphe J.... et à moi, un jour que, conduits par la fantaisie, nous
allâmes fumer un cigare de pur havane au nez de ces formidables
souterrains d'Adelsberg et de tous ses protées, aussi nombreux que les
goujons et les ablettes du pont d'Austerliz.

Mais le _Constitutionnel_ n'entreprendra pas le voyage: il aurait trop
peur de ne plus admirer M. Schimper ou d'être dévoré tout cru par le
protée vivant.

--On avait annoncé à tort que M. Musard allait reprendre le commandement
des concerts de la rue Vivienne; c'est M. Elwart qui en devient le
général. Napoléon-Musard lui a transmis son bâton impérial; quant à lui,
il s'est complètement retiré du galop et de la ronde infernale. Musard
travaille exclusivement à rédiger ses mémoires; mais, plus heureux que
l'autre Napoléon, il n'a point de Sainte-Hélène. Musard s'est retiré
dans toute sa force, dans toute sa puissance, dans toute sa liberté;
Hudson-Lowe n'a rien à démêler avec lui; et si le grand homme a la
fantaisie de se promener au bois de Boulogne, Albion, se mettant en
travers du chemin, ne lui crie pas: Halte-là!

Il y a huit jours, j'allais à Neuilly; chemin faisant, j'aperçus sur la
route une maison d'une belle apparence: une grille élégante, un parterre
charmant; des rideaux de soie et de velours colorant les vitres de leurs
nuances chatoyantes. «A qui cette délicieuse habitation? demandai-je au
cocher qui me conduisait; à quelque grand seigneur, sans doute?--

Oh! oui, monsieur, dit mon homme en soulevant son chapeau d'une main
respectueuse; c'est le Neuilly de M. Musard.» L'admirable chose que le
cornet à pistons, pensais-je, et pourquoi mon père ne m'a-t-il pas
appris à en jouer!

--Les théâtres font de grands préparatifs d'hiver; apprêtons-nous à une
inondation de drames, d'opéras et de comédies de toutes qualités et de
toute espèce. Ici, M. Scribe, l'inépuisable; la, M. Alexandre Dumas; M.
Leon Gozlan de ce côté; de cet autre, M. Casimir Delavigne. Ou verrait
surtout avec joie l'auteur des _Messeniennes_ apporter au
Théâtre-Français une de ces oeuvres brillantes et sérieuses qui ont
donné à son nom un si grand crédit de conscience littéraire et de
loyauté; ce serait un certificat de vie fourni par le poète, dont la
sauté, profondément altérée depuis un an, donne de vives inquiétudes;
mais au milieu de son mal, M. Casimir Delavigne n'a rien perdu de son
amour pour la poésie et le travail: l'ouvrage qu'un annonce est le fruit
de ses veilles courageuses. Allons, noble poète! au parterre ce cher et
douloureux enfant de votre souffrance; les bravos sont un remède
souverain qui font refleurir le corps et l'âme!

--Les concerts et les soirées commencent à renaître; on se retrouve, on
se reconnaît, on s'assemble. Nous voilà! nous voici! causons, chantons
et mettons-nous en danse.

Un élégant salon de la cité d'Orléans a donné le premier signal de cette
résurrection de la vie mondaine; il avait réuni, l'autre soir, quelques
jolies femmes et des hommes plus ou moins célèbres; les heures se sont
passées au bruit des voix mélodieuses; Salvi en était; Salvi va devenir
indispensable; puis, avec Salvi, Ricci et MM. Méquillet; Donizetti,
enfoncé dans les coussins d'un vaste fauteuil, parlait de ses opéras et
du don _Sebastien_ encore en état d'enfantement: mais le jour de sa
naissance n'est pas loin; puisse le public carillonner au baptême et
crier _Vivat!_ Ce Donizetti est un père infatigable; il aura mis au
jour, avant un mois, trois de ces enfants lyriques coup sur coup: _Maria
di Rohan_ et _Betisario_ pour le Théâtre-Italien, _don Sebastien_ pour
l'Académie-Royale-de-Musique. Que de soins! que de veilles pour soutenir
les frais d'une telle production! Eh bien! Donizetti est aussi leste et
aussi dispos que vous ou moi, qui dormons toute la nuit et la grasse
matinée: c'est une de ces paternités intarissables et faciles qui ne se
lassent jamais et pullulent.--Puisque les salons chantent, ils valseront
bientôt. Ouvrez les pianos, et sortez de leurs étuis les violons, les
hautbois et les flûtes!

--La tragédie classique ne veut pas en avoir le démenti: elle tient bon
contre le drame et fait de jour en jour des recrues pour soutenir la
campagne contre son farouche ennemi: un jeune prince tragique, M.
Randoux, et une jeune princesse, mademoiselle Araldi, viennent de
renforcer l'armée de la vieille Melpomene; ni l'un ni l'autre ne sont
excellents, mais ils peuvent le devenir: les conscrits ne passent jamais
capitaines au premier coup de feu.--Le drame s'inquiète cependant de
cette victorieuse révolte de la tragédie, sous le drapeau de
mademoiselle Rachel, son généralissime... Dans un autre temps, j'aurais
dit sa Jeanne d'Arc.



Histoire de la Semaine.

La France fournit un faible contingent à l'histoire politique de la
semaine. A l'intérieur, la polémique sur l'extension de la fortification
de Paris a encore presque seule défrayé nos journaux. L'un d'eux, dans
sa préoccupation, a cru voir dans des trottoirs qu'on établit, dans des
rangées d'arbres que l'on plante dans le faubourg Saint-Martin, dans
l'élargissement, résolu par la ville de Paris, de la partie resserrée de
la rue Saint-Martin, et dans celui des rues des Arets et Planche-Mibray,
un plan stratégique pour faciliter le passage des canons, des bataillons
et des escadrons. En vérité, c'est une étrange sollicitude pour la
population parisienne que de vouloir qu'on la laisse s'atrophier dans
des rues étroites et malsaines, de peur qu'elle n'arrive à voir quelque
jour sa liberté compromise par des rues spacieuses et aérées. Il nous
semble qu'il est plus naturel et plus raisonnable de se réjouir, quant à
présent, des sacrifices que l'on fait pour lui donner du bleuâtre, sauf
à s'en remettre au courage dont elle a plus d'une fois fait preuve pour
combattre, si jamais les craintes, que nous ne partageons pas, se
réalisaient, des projets dont la connexité avec l'observation des
règlements de voirie ne nous paraît pas, pour notre part, bien
clairement démontrée.--Des nouvelles reçues de Taïti ont appris que
depuis le départ du l'amiral Du Petit-Thouars, la renie Pomaré avait été
poussée par un missionnaire anglais à faire des semblants de
protestation contre la prétendue violence morale qui aurait été exercée
sur elle par les Français pour l'amener à reconnaître leur protection.
Mais l'arrivée et la fermeté des démarches d'un de nos officiers de
marine ont suffi pour confondre ces impostures, déjouer ces manoeuvres
et faire rentrer les choses dans la situation où l'amiral les avait
laissées.--Une correspondance de Turin annonce qu'un navire corse,
passant dans les eaux de Bizerte, aurait été, malgré le pavillon
français qui flottait au haut de son mât, visité par un des bateaux
gardes-côtes que le bey de Tunis a établis depuis peu. Aucune des
représentations faites au capitaine de ce visiteur, par son propre
pilote-interprète, ne serait arrivée à épargner cette humiliation à nos
couleurs, ce capitaine ayant prétendu qu'il ne faisait qu'exécuter les
ordres du bey, son maître. La source indirecte de cette nouvelle,
l'étonnement que cette démarche aurait causé aux subordonnés mêmes du
capitaine tunisien, enfin les bons termes dans lesquels la France se
trouve avec le bey, tout nous porte à croire que le fait sera démenti,
ou que, si l'outrage a été véritablement commis, réparation nous sera
faite, sans que, pour l'obtenir nos rapports avec la régence de Tunis
puissent en être altérés.--Ce que nous avions prévu, quant à l'effet que
nous paraissait devoir produire la façon sauvage de procéder de M. de
Ratti-Menton envers un autre agent français, ne s'est que trop réalisé;
et, à en juger par la satisfaction qu'en éprouvent et que ne savent pas
dissimuler les journaux anglais, on peut se faire une idée du parti que
leur nation en saura tirer contre nous en Chine. Pour les chinois,
disent-ils, la distinction de _sérieux_ et de _non sérieux_ de M. de
Ratti-Menton, ne sera pas suffisamment claire. Ils distingueront les
barbares en nations qui disputent et nations qui négocient.--La part
brillante que nos nationaux de Montevideo ont prise aux succès de
l'armée de la bande orientale de la Plata contre l'armée d'Uribe, a
attiré sur les Français établis à Buénos-Ayres les mauvais traitements
et les persécutions de Rosas. Les dernières nouvelles reçues, en les
dégageant de tout ce que peut avoir de passionné un récit fait par des
Français qui voudraient entraîner leur gouvernement dans une guerre où
ils ont pris parti comme individus, donneraient toutefois à penser que
l'Angleterre, sans s'engager plus que notre gouvernement n'entend le
faire, aurait du moins trouvé moyen de protéger plus efficacement les
sujets qu'elle compte sur ces rives. L'armée de Montevideo avait
remporté de nouveaux avantages, et l'esprit de vengeance de Rosas en
avait reçu une excitation nouvelle dont un cabaretier français établi à
Buénos-Ayres aurait été la victime innocente. On annonce un rapport à ce
sujet de l'envoyé de France, M. de Ladre.

L'Autriche, au dire de la _Gazette d'Augsbourg_, se trouverait en ce
moment dans une position analogue à celle où nous a placés la ruse
musulmane pour la réparation de l'outrage fait à notre drapeau et à
notre consul à Jérusalem. Un sous-gouverneur de la province de Fazoglo
s'était permis de faire donner des coups de bâton à un jeune chirurgien
autrichien. Celui-ci s'était rendu à Alexandrie et avait porté plainte
au consul d'Autriche, qui avait sur-le-champ demandé justice. Le
sous-gouverneur a été destitué, mais l'ordonnance de destitution est
motivée sur un déficit qui se serait trouvé dans la caisse de ce
fonctionnaire. Conformément à sa politique, le gouvernement n'a pas
voulu avoir l'air de condamner un musulman pour avoir maltraité un
chrétien.--La lutte en Catalogne est plus engagée, plus sanglante, plus
désastreuse que jamais. Prim bloque encore Girone, sur laquelle il vient
déjà de faire une tentative qui lui a coûté un grand nombre des siens.
D'un autre côté, la junte de Barcelone, qui n'a pas craint d'attaquer la
citadelle de cette ville, prend, au milieu des bombes lancées par les
forts, toutes les mesures qui indiquent la détermination d'une
résistance opiniâtre. A Madrid, où les cortes viennent de se réunir, le
temps se passe en baise-mains et en réceptions de la jeune reine, qui
vient d'accomplir sa treizième année.--Le ministère anglais s'est montré
d'abord assez incertain sur les suites à donner à la première mesure
qu'il avait prise contre le meeting de Cloutarf. Il est évident qu'il
s'était flatté que sa proclamation rencontrerait de la résistance et
qu'il se trouverait ainsi autorisé à recourir à l'emploi de la force qui
eût pu, pour un certain temps, la tirer de ces difficultés. Mais la
conduite si habile, si courageusement humaine d'O'Connell, l'empire
qu'il a su exercer, contre l'attente de tout le monde, sur une
population ameutée qu'il a déterminée à s'incliner devant la légalité,
ont déjoué ces calculs et rendu plus grands encore les embarras de la
situation. L'association du _repeal_ n'ayant point été supprimée par la
proclamation, O'Connell a tenu à Dublin des réunions nouvelles, où il a
montré la même prudence, mais aussi la même fermeté. Comme la démarche
qu'avait faite le cabinet anglais aurait été souverainement ridicule
s'il s'y était engagé sans avoir de parti pris sur les suites à lui
donner, les feuilles de Londres ont prêté au ministère divers projets.
Mais le _Morning Chronicle_ avait annoncé que les modèles des mandats
d'arrêts qu'on devait décerner contre les principaux repealers avaient
été envoyés de Dublin-Castle à Londres, le ministère ayant donné l'ordre
formel à lord de Grey de ne rien faire sans la sanction du gouvernement,
et c'est ce programme qui vient d'être suivi. Les mandats ont été lancés
contre O'Connell, son fils John O'Connell et les principaux membres de
l'association. On annonce même que la poursuite doit comprendre
plusieurs prélats catholiques. Les chefs d'accusation sont nombreux et
comprennent celle de conspiration. Les accusés ont été conduits devant
un des juges de la cour du banc de la reine, et, ayant fourni caution,
sont demeurés en liberté, suivant la loi anglaise. Un grand
rassemblement de forces militaires avait eu lieu à cette occasion; mais
O'Connell, qui se sent invincible tant qu'il maintiendra le peuple
d'Irlande dans la légalité, lui a adressé et a fait publier à Dublin une
proclamation pleine de dignité et de mesure qui a empêché l'émotion
populaire de se traduire en actes de résistance et de révolte. Il est
donc probable que, quant à présent, le cabinet anglais n'aura pas besoin
du secours des 20,000 Hanovriens que leur excellent monarque tient,
suivant le dire de quelques journaux de Londres, à la disposition des
ministres de sa nièce. Mais il a d'autres difficultés à vaincre,
d'autres embarras à surmonter. Un acquittement des prévenus sera pour
eux un triomphe menaçant, et pour les poursuivants une condamnation
effrayante dans l'avenir. Or, peuvent-ils douter qu'un jury irlandais,
c'est-à-dire les juges naturels, prononcera un verdict d'innocence?
Peuvent-ils douter, d'un autre, côté, que si, par une mesure
d'exception, la cause était portée devant un jury anglais, une
condamnation serait regardée par le monde entier comme nue monstruosité
judiciaire? Pour nous, qui n'avons jamais cru à la possibilité et à
l'efficacité du repliai, nous sommes convaincus que le ministère anglais
donne des chances à la séparation des deux royaumes en se lançant dans
la voie de mesures judiciaires aussi mal entendues, au lieu de chercher
un remède à des maux trop réels et d'accorder une satisfaction équitable
aux plaintes de l'Irlande. _L'Illustration_ ne peut donner une vue du
meeting de Cloutarf, puisqu'il a été interdit, mais elle met aujourd'hui
sous les yeux de ses abonnés une réunion tenue à Dublin avant que
l'association eût fait hommage à O'Connell de la loque de velours qu'il
a juré de porter jusqu'à sa mort, et un meeting en plein air postérieur
à l'offrande nationale. Elle y joint les boutons que portent les
innombrables membres de l'association, et que portaient les accusés
quand ils se sont présentés devant le juge.--M. le duc de Bordeaux,
voyageant sous le nom de comte de Chambord, qui s'était embarqué le 4
octobre à Hambourg sur un bateau à vapeur, est débarqué le 6 à Hull,
dans le comté d'York. Il s'est rendu à York, qu'il a visité, et de là
s'est dirigé vers l'Écosse. Il est accompagné de M. le duc de Lévis, de
M. le marquis de Chabannes et de M. de Villaret-Joyeuse. On annonce
qu'il séjournera chez le duc de Northumberland, qui fut envoyé comme
ambassadeur extraordinaire à l'occasion du sacre de Charles X.--La
Suisse, dont la diète a dernièrement sanctionné l'abolition d'un certain
nombre de couvents dans le canton d'Argovie, est en ce moment agitée par
des intrigues ayant pour but la dissolution de la Confédération, dans le
cas où ces mêmes couvents ne seraient pas rétablis. Des meneurs
nationaux et étrangers, dans le canton d'Uri, de Schwitz et d'Underwald,
ont tracé le plan d'organisation d'une Suisse catholique, qui ferait
scission avec l'ancienne Confédération, aurait ses diètes particulières
et se ferait reconnaître au dehors comme État indépendant. Les
gouvernements de ces petits cantons semblent, dit-on, disposés à prêter
leur appui à ces étranges prétentions. Si de tels projets recevaient un
commencement d'exécution, il est probable que les gouvernements des
cantons y mettraient bon ordre.--_La Gazette du Rhin et de la Moselle_
annonce la mort de Kamram-Shah, roi de Hérat. Si cette nouvelle est
vraie, il est probable que ni la Russie ni l'Angleterre ne resteront
indifférentes au choix du successeur de ce gardien de l'une des
principales portes de l'Inde.

[Illustration: Boutons du Repeal.]

Le même journal annonce aussi qu'un incendie vient de détruire deux
mille maisons à Manille.--Une lettre de Breslau, du 9 octobre, porte:
«Nous venons de recevoir la triste nouvelle que la foudre est tombée
hier à Bernstadt, et a allumé un incendie qui a dévoré une grande partie
de la ville. A Paris, dans des maisons de la rue Saint-Nicolas, faubourg
Saint-Antoine, habitée par un grand nombre de petits fabricants et de
pauvres ouvriers à façon, le feu est également venu exercer ses rasades.
Nous devons, quoique arrivant laid, ne pas hésiter à répéter à notre
tour le beau trait de courage d'un jeune pompier qui est entré dans une
chambre tout embrasée, où une famille de quatre personnes était cernée
par le feu. Ce brave jeune homme s'est jeté à travers les flammes, et a
sauvé deux malheureuses femmes, qu'il a déposées dans une cour. Ses
vêtements brûlaient. On vient à lui pour le secourir: «Non, laissez-moi,
dit-il; je n'ai fait que la moitié de l'ouvrage!» et il disparaît de
nouveau. Les spectateurs attendaient terrifiés. Cinq minutes se passent,
et l'intrépide pompier reparaît portant deux enfants sains et saufs. Il
les dépose à ses pieds, et, couvert de brûlures, épuisé de fatigue, il
s'évanouit. On ne nous a pas dit le nom de ce brave homme, et nous le
regrettons. On ne nous a pas appris qu'il ait reçu la décoration, et
nous nous en affligeons pour l'institution de la Légion-d'Honneur.--A
Raguse, en Dalmatie, plusieurs secousses très-violentes du tremblement
de terre ont, les 14 et 15 septembre, déterminé toute la population à
fuir la ville et à transporter dans la campagne les vieillards, les
malades et les enfants au berceau.

[Illustration: Meeting tenu à Dublin.]

La terreur était au comble, parce qu'en même temps que les redoutables
oscillations se faisaient sentir, on remarquait à l'horizon un nuage
particulier qui, dans ces contrées, passe pour devoir accompagner chaque
cataclysme, et qui se montra notamment pendant le tremblement de terre
qui, en 1667, détruisit cette même ville. Toutefois aucun bâtiment n'a
été renversé, et la population est rentrée dans ses habitations. Les
mêmes secousses, quoique moins violentes, se sont fait sentir à une
grande distance dans les contrées voisines, et même jusqu'à Trieste. Le
3 octobre, à trois semaines de là, une nouvelle secousse est venue
effrayer ces mêmes villes. A Felsberg, canton des Grisons, en Suisse, un
roc immense qui se décompose a menacé d'ensevelir une population de
trois à quatre cents personnes. Les pauvres habitants ont d'abord
déserté leurs demeures; mais, sans abri dans la campagne, ils se sont
déterminés à y rentrer, malgré de continuels éboulements partiels qui
semblent annoncer une prochaine et infaillible catastrophe.

La statistique a fourni quelques nouveaux documents. Le ministère des
finances a publié un état comparatif des impôts indirects pendant les
neuf premiers mois des années 1841-42-43. La recette totale du 1er
janvier au 30 septembre 1843 a été de 557 millions: elle avait été de
547 en 1842, et de 521 en 1841, dont les recettes ont servi de base aux
évaluations de 1843. On peut donc calculer que la plus-value des impôts
pour la présente année sera d'à peu près 48 millions. La loi de Nuances
a été votée avec un déficit prévu de 38 millions environ. L'équilibre
entre les recettes et les dépenses serait donc rétabli si les crédits
extraordinaires, supplémentaires et complémentaires n'excédaient pas 10
millions.--Le recensement de la population qui a été fait en France en
dernier lieu donne le chiffre de 34,494,875 individus; en 1820, il n'en
avait constaté que .30,464,875; en 1789, 25,065,883; en 1762,
21,7769,165; enfin, en 1700, le chiffre n'était que de 19,699,320.
Ainsi, dans l'espace de moins d'un siècle et demi, la population de la
France a presque doublé.--Une publication récente, _l'Almanach
populaire_, donne ainsi la moyenne du tirage des journaux politiques de
Paris: _Siècle, 12,000; Presse, 11,500; Journal des Débats, 9,559;
Commerce, 5,711; National, 4,925; Constitutionnel, 4,792; Gazette de
France 4,614; Courrier Français, 2,914; Quotidienne, 2,615; Moniteur
Universel, 2,250; Moniteur Parisien, 1,974; France, 1,148; Globe, 1,409;
Univers religieux, 1,266; Messager, 878; Législature, 825_.

La Société d'Encouragement, qui a déjà tant fait pour la prospérité de
la France, vient de publier le programme des prix qu'elle se propose de
décerner de 1844 à 1847 inclusivement. Ces prix sont au nombre de 18, et
leur valeur totale ne se monte pas à moins de 224,400 francs. Ainsi, un
prix de 6,000 francs est proposé pour la découverte d'un procédé salubre
et convenable pouvant remplacer le rôtissage du chanvre et du lin. Trois
prix de 1,500 francs ensemble sont destinés aux introducteurs filateurs
de soie dans les départements où il n'en existe pas encore. La
multiplication des sangsues sur une large échelle sera récompensée par
deux prix de 2,500 et 1,500 francs. L'introduction en grand de plantes
étrangères à l'Europe donnera droit à une prime île 2,000 francs. La
plantation des terrains en pente sera également l'objet de plusieurs
récompenses. La fabrication des tuyaux de conduite des eaux en fonte,
fer laminé, bois, pierre ou terre cuite, partagera six primes montant
ensemble 15,500 francs; les perfectionnements dans la fabrication des
faïences dures auront également droit à des récompenses diverses montant
à 13,000 francs. Enfin, un grand prix de 12,000 francs est destiné à
l'auteur de la découverte qui sera jugée par la Société le plus utile au
perfectionnement de l'industrie nationale, et dont le succès aura été
constaté par l'expérience. L'inauguration du chemin de fer belge-rhénan
a été célébrée par des fêtes à Anvers et à Liège; il le sera à Cologne,
c'est-à-dire sur l'Escaut, la Meuse et le Rhin. Les feuilles de Belgique
sont remplies des détails des fêtes dont les deux premières villes ont
été le théâtre, et des discours prononcés dans ces solennités. Le jour
de la liberté du commerce et de l'abaissement définitif des douanes
internationales y a été appelé par tous les voeux, et l'on s'est
vivement félicité des communications qui confondent désormais la Prusse
et la Belgique. Le nom de la France n'a pas été prononcé une seule fois,
et M. le baron d'Arnim, ministre de Prusse, a exprimé, par une figure un
peu tudesque, les sentiments de sa nation, en disant: «La Prusse tend sa
_main de fer_ à la Belgique pour serrer la sienne dans une étreinte
amicale et sincère, et pour unir les deux pays par un indissoluble
lien.»

Y a-t-il encore quelqu'un à qui ne soit pas démontré le mal, peut-être
irréparable, qu'ont fait aux intérêts commerciaux et politiques de la
France les quelques égoïstes en faveur qui ont, l'an dernier, figuré une
émeute pour faire avorter le projet d'union douanière avec la Belgique?

Une autre solennité, plus harmonieuse que l'éloquence de M. d'Arnim, a
eu lieu dimanche dernier à la Halle-aux-Draps. On sait que M. le
ministre de la guerre a autorisé, dans les régiments, l'introduction de
renseignement du chant selon la méthode Wilhelm. Depuis environ quatre
mois, mille soldats des huit régiments d'infanterie composant la
garnison de Paris reçoivent des leçons de M. Hubert, inspecteur du chant
dans les écoles primaires de la capitale. Trois cent quatre-vingts de
ces élèves réunis ont subi, pour la première fois, un examen public.
Après le solfège sur les notes écrites et sur l'indication des doigts;
après quelques exercices sur la mesure, pour démontrer leur connaissance
des différents rhythmes, ces trois cent quatre-vingts voix ont chanté
quatre morceaux de l'Orphéon avec un ensemble des plus remarquables. M.
le préfet de la Seine, le général commandant la place et les officiers
supérieurs de la garnison de Paris assistaient à cette réunion, où tous
les yeux se portaient sur notre poète national Béranger. L'on remarquait
que tous les exécutants appartenaient à l'infanterie, et l'on se
demandait si la cavalerie n'avait pas encore demandé ou obtenu
l'autorisation de suivre ces cours.--Plusieurs conseils-généraux ont
reconnu le bon effet de ces distractions artistiques mises à la portée
du peuple et répandant du charme sur des existences laborieuses. Les
conseils du Rhône et de l'Ain sont particulièrement entrés dans cette
voie.--Le goût des arts se rencontre plus communément dans les classes
ouvrières que beaucoup de personnes ne le pensent. Un jeune homme qui
promet à la Belgique un bon artiste de plus, Bottemann, âgé de vingt-un
ans, vient d'obtenir à Rome le premier prix de sculpture à l'Académie
pontificale de Saint-Luc. Il n'avait que huit ans quand il perdit son
père, tailleur de pierres à Hal, et il fut obligé de prendre le ciseau
et le maillet dans le chantier paternel. Mais ses heureux instincts
l'appelaient à autre chose qu'à équarrir humblement la pierre. Il vint à
Bruxelles suivre les leçons de l'Académie de dessin, et fréquenta les
ateliers de MM. Simon et Creefs. Muni des certificats les plus
honorables, il partit pour Rome le 26 août 1842; et, en attendant des
succès qui, comme on le voit, n'ont pas trahi ses espérances, le conseil
communal de sa ville natale lui a voté annuellement des subsides.--C'est
avec une vive satisfaction que nous avons vu également le
conseil-général de la Meurthe se joindre, dans sa dernière session, au
conseil municipal de Nancy pour contribuer aux frais de l'éducation
artistique d'un jeune ouvrier potier nommé Jiorné Viard, né à
Saint-Clément, arrondissement de Lunéville, «qui, depuis son enfance,
dit la délibération du conseil, s'est fait remarquer dans la faïencerie,
où il a été constamment employé, par son habileté, son amour pour le
travail et ses dispositions extraordinaires pour la sculpture.»

[Illustration: Meeting en plein air.]

Il y a dans un recueil publié il y a quelques années, _le Salmigondis_,
une charmante nouvelle de M. G. Cavaignac, intitulée _Est-ce vous?_
C'est le récit fait par un fataliste de toutes les contrariétés et de
tous les malheurs qui lui sont successivement advenus toutes les fois
qu'on lui a posé cette question en trois mots: Est-ce vous? Elle le
força même un beau jour, adressée qu'elle lui fut par un aéronaute
s'embarquant dans sa nacelle et cherchant dans la foule assemblée,
autour de lui un compagnon de voyage, elle le força d'entreprendre une
course aérienne pour laquelle, par amour-propre, il ne voulut pas
laisser voir son peu de propension. Un officier en garnison au Mans
vient de faire le même voyage très librement et sans provocation. Une
ascension aérostatique avait été annoncée dans cette ville, pour un jour
de la semaine dernière, par M. Kirsch, de qui nous avons déjà eu
occasion d'entretenir les lecteurs de ce journal. Une foule considérable
était assemblée-; tout était disposé, et le ballon gigantesque se
trouvait prêt à quitter le sol, lorsqu'un spectateur, abandonnant sa
place, écarte M. Kirsch, s'élève dans la nacelle aérienne, salue le
public ébahi et s'élance dans les airs. C'était un commandant de
cuirassiers, M. Verdun, que le public suivit des yeux avec une vive
anxiété dans son aventureuse excentricité. Le Mans tout entier était
dans les rues et aux fenêtres. Une heure après, le commandant débarqué
heureusement, racontait à ses amis ses impressions de voyage.

La Cour d'assises de la Mayenne vient de mettre fin à une procédure
politique engagée depuis longtemps. M. Ledru-Rollin, poursuivi à
l'occasion du discours prononcé par lui devant les électeurs du Mans qui
l'ont envoyé à la Chambre, après s'être vu condamner à quatre mois de
prison par la Cour d'assises de Maine-et-Loire, dont le jugement avait
été cassé, vient d'être acquitté par le jury de la Mayenne.

M. Lerebours, ancien secrétaire de la Commune au 9 thermidor et qui
échappa à la réaction de cette journée, est mort aux environs du Mans,
où il s'était retiré depuis une quarantaine d'années. Il avait été
directeur de l'instruction publique et successeur, dans ces fonctions,
de conventionnel Lakanal. Il était père du tragédien Victor, que nous
avons vu dans l'emploi de Talma à la Comédie-Française et à l'Odéon, qui
a fait représenter sur cette dernière scène une tragédie intitulée
_Hérald ou les Scandinaves_, dans laquelle il remplissait le principal
rôle, et qui, retiré du théâtre, est aujourd'hui lecteur du roi de
Hollande,--M. Lehuérou, professeur suppléant à la Faculté de Rennes,
déjà connu par d'importants travaux, et qui avait publié notamment un
volume sur les _Institutions mérovingiennes_ et un autre sur les
_Institutions carlovingienne_, vient, par suite d'un fatal
découragement, de mettre fin à ses jours.--M. de Montrond, intime ami du
Prince de Talleyrand, vient de mourir. Il avait été le confident de bien
des secrets et l'intermédiaire de beaucoup d'intrigues. Il touchait,
depuis longtemps une pension de 40,000 francs par an sur les fonds
secrets, qui lui a été servie jusqu'à sa mort.



Théâtres

THÉÂTRE DE L'OPÉRA-COMIQUE.

_Mina, ou le Mariage à Trois,_ opéra-comique en trois actes, paroles de
M. F. de PLANARD, musique de M. AMBROISE THOMAS.

[Illustration: Opéra-Comique--Scène de _Mina ou le Mariage à Trois_, 3e
acte: Moreau-Cinti, madame Félix, Roger, mademoiselle Darcier.]

Un roi de Prusse,--je ne sais lequel, et le lecteur a trop de bon sens
pour tenir à le savoir: tous les rois de Prusse d'opéra-comique se
ressemblent;--un roi de Prusse avait un ministre qui passait assez
généralement pour un grand ministre; du moins, sa soeur, madame la
comtesse, de ***, n'en doutait pas, et le proclamait à tout propos,
pourquoi n'en croirait-on pas madame la comtesse de ***.

J'y suis très-disposé pour ma part, et voici pourquoi:

Ce ministre avait un ami, brave militaire ainsi que lui; vous voyez que
notre ministre était probablement chargé du département de la guerre.
Dans une bataille, l'un des deux amis, voyant l'autre menacé d'un coup
mortel, se jeta au-devant et reçut la coup. Il en mourut, comme de
raison, en disant à l'autre: «Ma fille, monseigneur, ma fille unique,
elle n'a plus que vous, je vous la recommande!...» Le survivant était le
ministre; il n'oublia ni son ami défunt ni la jeune fille. A la vérité,
il ne s'inquiéta guère de l'éducation que recevait cette intéressante
enfant; il avait apparemment trop d'affaires pour cela. Mais au moment
de sa mort, il voulut réparer le temps perdu. Son testament fut conçu en
ces termes, ou à peu près:

«Je lègue tous mes biens à mon neveu le colonel de Romberg, à condition
qu'il épousera la jeune Mina, fille de mon meilleur ami, etc. Si, le 30
juillet prochain, mon neveu Romberg n'a pas rempli la condition, il
perdra mon héritage, qui sera partagé entre mes parents de la ligne
maternelle.»

Romberg était jeune, et il y avait dans le monde une jeune veuve appelée
la baronne de Rosenthal, à qui la nature avait donné des cheveux noirs
magnifiques, des veux noirs pleins d'éclat et de feu, un visage et un
cou d'une blancheur éblouissante, et des épaules arrondies avec une
grâce parfaite.

[Illustration: Palais-Royal.--Levassor, dans ses trois rôles du _Brelan
de Troupiers._]

J'avoue que la baronne déparait un peu ces présents du ciel par la
manière dont elle les portait. Elle marchait habituellement la tête
basse, et, en parlant, elle regardait son interlocuteur _en dessous_.
Mais qui peut tout avoir? comme dit La Fontaine. Romberg avait compris
que la perfection n'est pas de ce monde, et s'était mis à aimer la
baronne avec toute la fougue d'un colonel de trente ans. Qu'en
résulta-t-il? que le 30 juillet, terme fatal assigné par le testament
pour la célébration du mariage, Romberg avait pris les devants, et se
trouva marié... marié secrètement avec la baronne, et fort, inquiet des
suites, car les charmes de la baronne n'avaient pu fermer tout à fait
ses jeux sur les charmes de la succession.

Romberg eut recours aux grands moyens: il s'adressa au roi, et lui
demanda l'annulation du testament. Pendant qu'il attendait, avec toute
l'impatience d'un héritier et d'un colonel amoureux, la décision de Sa
Majesté, la comtesse sa tante, cette soeur du défunt dont je vous ai
déjà parlé, arriva tout à coup, tenant d'une main le testament, et
présentant de l'autre la jeune Mina de Ronsfeld.

«Allons, mon cher neveu, voici le grand jour; il faut que vous soyez
marié ce soir. Êtes-vous décidé? avez-vous fait toutes vos dispositions?
Le devoir qui vous est imposé ne sera pas d'ailleurs très-pénible à
remplir.... du moins j'ai assez, bonne opinion de vous pour le croire.
Regardez votre fiancée: est-elle assez jeune et assez jolie?»

Fille était ravissante, en effet: taille légère et fine, minois piquant,
avec un petit air ingénu et mille petits mots naïfs qui doublaient le
charme de ce minois et de cette taille. Il faut savoir qu'elle avait été
élevée par une vieille tante, qui s'était retirée dans un ermitage après
avoir juré haine mortelle à tout le sexe masculin--apparemment elle
avait eu à s'en plaindre--et qui n'avait jamais souffert qu'un homme
adressât la parole à sa nièce, ni même qu'on prononçât devant elle le
mot de mariage. Bref, en comparaison de Mina, Agnès aurait pu passer
pour un prodige d'érudition.

«Il faut dissimuler et gagner du temps, se dirent tout bas Romberg el la
baronne;» et Romberg ajouta tout haut: «Ma tante, me voilà prêt.»

Qu'en serait-il advenu? je l'ignore. La bigamie est un cas terrible et
qui peut mener bien loin un colonel. Heureusement que M. de Limbourg,
capitaine d'ordonnance, arriva tout à point pour le tirer d'embarras. Il
venait chercher madame la comtesse, par ordre exprès de la reine, dont
cette noble dame était dame d'atours. La reine l'attendait pour
s'habiller: il n'y avait pas une minute à perdre.

«Je pars, mes enfants, dit la vieille dame; mais vous connaissez le
testament; il faut absolument vous marier aujourd'hui, mariez-vous donc
sans moi. Dès que mes importantes fonctions me le permettront, je
reviendrai jouir du spectacle de votre bonheur.»

La Prusse n'est pas un pays comme un autre: on peut s'y marier sans
témoins... Il faut du moins que vous ayez la complaisance de le
supposer, si vous voulez que je continue cette très-vraisemblable
histoire. La comtesse partie, il vint à la baronne une idée
très-originale, qu'elle mit sur-le-champ à exécution.

«Allons, mon enfant, dit-elle à Mina, il faut vous marier.

--Me marier? mais je ne sais ce que c'est.

--Je vais vous le dire. Nous allons nous rendre au temple, où vous
trouverez M. de Romberg; vous vous mettrez à genoux avec recueillement;
vous élèverez votre coeur vers Dieu; vous lui promettrez d'être toujours
bonne, modeste et sage, comme aujourd'hui. Puis vous reviendrez, vous
habiterez ce pavillon, vous aurez de jolies robes el de belles parures,
et vous vous appellerez madame de Romberg.

--Comment! voilà ce que c'est que le mariage?

--A très-peu de chose près.»

Tout s'exécuta comme la baronne l'avait dit; et au retour, Romberg et
elle installèrent Mina dans l'appartement qu'elle devait occuper seule,
lui souhaitèrent une bonne nuit, et se retirèrent dans le pavillon que
madame de Rosenthal habitait, et où, chaque nuit, elle recevait en
secret l'amoureux colonel, pendant que tout le monde le croyait à son
poste, dans la forteresse voisine, dont il était commandant.

Quinze jours écoulés, Mina était reconnue partout femme légitime du
commandant Romberg, et avait, à ce titre, reçu la visite de toutes les
autorités constituées et de toute la noblesse du pays. Romberg était
plein de bonté pour elle, il l'entourait de soins et d'attentions;
seulement, comme il tenait à ses devoirs, et qu'il était intraitable sur
la discipline, dès que le tambour de la citadelle sonnait l'heure de la
retraite, il prenait en soupirant congé de Mina; c'est-à-dire qu'il
quittait son ménage ostensible, et se rendait dans son ménage secret. Il
n'avait pour cela qu'une, allée de jardin à traverser et une porte mal
fermée à ouvrir.

Mina passait donc aux yeux de tous et se croyait elle-même la plus
heureuse femme de la Prusse. Que pouvait-elle désirer de plus? Elle
avait seize ans, une charmante figure, une grande fortune, une
habitation délicieuse, un mari très-aimable et un amant plus aimable
encore que son mari.--Comment, un amant! Qu'était donc devenue cette
innocence si vantée?--Eh! ne savez-vous pas ce que dit la sagesse des
nations? _Aux innocents les mains pleines_.

Romberg s'accommodait à merveille de cet arrangement. Il épiait du coin
de l'oeil et en souriant les naïves coquetteries de Mina et la stratégie
amoureuse de son ami Limbourg; et quand les billets doux de ce dernier
étaient surpris par la comtesse, il s'en déclarait l'auteur. Mais la
vieille dame avait lu dans le jeune coeur de Mina, et n'entendait pas
raillerie sur le chapitre de l'honneur conjugal.

«Mon cher neveu, dit-elle à Romberg, les choses ne peuvent aller ainsi
plus longtemps. Vous ne voyez rien de ce qui se passe: c'est le
privilège des maris. Mais je vois tout, moi, et je sais ce qui se dit
tout bas autour de vous. Limbourg est ici toute la journée, et je vais
lui signifier...

--Ah! ma tante, gardez-vous-en bien! Je vais vous dire le mot de
l'énigme, que vous ne soupçonnez pas. Apprenez que Limbourg est amoureux
de madame de Rosenthal. C'est pour elle qu'il vient; il doit l'épouser
dans huit jours.

--S'il est ainsi, je n'ai plus rien à dire.»

Elle se garda bien pourtant de se taire. Elle n'eut rien de plus pressé
que de tout conter à Mina, et de la manière la plus propre à troubler la
sécurité de la pauvre enfant, à éveiller son imagination, à déchirer son
coeur: Limbourg doit épouser la baronne, il l'aime, il n'aime qu'elle,
et lui jure toute la journée qu'il est indiffèrent à toute autre femme.

Mina, jalouse sans le savoir, ne pouvait rester plus longtemps dans sa
charmante ignorance. Il y avait au château un jardinier qui avait été
jadis le serviteur et, jusqu'à un certain point, l'ami de son enfance.
Elle l'appela soudain.

«Jacquet, m'aimes-tu?

--Moi, madame? mon sang, ma vie vous appartiennent...

--Je n'en veux pas; je veux seulement que tu me répondes avec sincérité.
Qu'est-ce que c'est que l'amour?»

Jacquet n'était guère en état d'improviser une réponse satisfaisante à
une pareille question, il passa plusieurs fois de suite son chapeau
d'une main dans l'autre, et fit porter alternativement le poids de son
corps sur son pied gauche et sur son pied droit; c'était sa manière de
réfléchir. Quand il eut cherché quelque temps, il jugea qu'il devait
avoir trouvé quelque chose.

«L'amour, madame... mais... c'est l'amour.»

Et comme Mina ne paraissait pas complètement éclairée par cette
définition:

«Attendez, je m'en vais vous dire: l'amour, c'est un homme, ou une
femme, qui aime de tout son coeur une femme ou un homme. Voila.

--Eh bien! s'écria Mina, qui comprenait, à peu de chose près, tout ce
que Jacquet ne lui avait pas dit, je vais l'apprendre une chose
épouvantable: M. de Limbourg est amoureux de madame de Rosenthal.

--Ah! ah! dit finement Jacquet, c'est donc lui qui s'introduit chaque
nuit chez la baronne, et que je guette depuis quelque temps sans avoir
jamais pu l'atteindre?

--Eh bien! mon pauvre Jacquet, il faut que tu m'introduises, moi aussi,
cette nuit même, chez la baronne, sans qu'elle le sache. Je veux savoir
ce qu'ils se disent. Je veux prendre M. de Limbourg en flagrant délit de
trahison!»

La nuit suivante, en effet. Mina vint se blottir derrière un paravent
dans le salon de la baronne. Elle entendit bientôt entrer, par
l'extrémité opposée du pavillon, celui qu'elle croyait être M. de
Limbourg. Mais que devint-elle quand Limbourg, qui l'avait suivie (il ne
la perdait jamais de vue), vint se placer auprès d'elle à l'abri du
paravent?--Ce n'est pas lui qui est avec madame de Rosenthal!--Qui donc
alors?--Elle écoute, elle regarde, et reconnaît son mari! Romberg en
robe de chambre et en pantoufles, et buvant avec la baronne le thé
conjugal! Quel charmant tableau! Limbourg n'avait ni thé ni robe de
chambre, mais, à cela près, il sut à merveille tirer parti de la
situation, et répéter, d'un coté du paravent, tous les détails de la
scène qui se passait de l'autre, et je prie le lecteur de consulter la
gravure annexée à ce véridique récit, laquelle a été faite pour empêcher
son imagination d'aller trop loin; si bien que lorsque la comtesse vint
tomber tout à coup au milieu de ce double tête-à-tête, apportant la
déclaration du roi qui cassait enfin le testament du ministre défunt,
tous la reçurent à bras ouverts, tous convinrent qu'elle était arrivée
fort à propos, et elle fut, sur ce point, de l'avis de tout le monde.

Tels sont, en abrégé, les faits dont M. de Planard a fait une
très-spirituelle comédie. M. Ambroise Thomas s'est piqué d'honneur, et
n'a pas voulu être en reste avec lui. Sa musique est vive, légère,
spirituelle et toute gracieuse.--Faut-il analyser sa partition? Non, la
musique est comme l'amour: les plaisirs qu'elle donne sont d'autant plus
vif? qu'on est moins en état de les expliquer.

_Brelan de Troupiers_ (THÉÂTRE DU PALAIS-ROYAL),--_Jean Lenoir_ (THÉÂTRE
DU GYMNASE).--_Tôt ou Tard_ (ODÉON).

--_Le Château de Valanza_ (THÉÂTRE DE LA GAIETÉ).--_La Fille du Ciel_
(DÉLASSEMENTS-COMIQUES).

Levassor vient de rentrer au théâtre du Palais-Royal, qu'il avait trahi,
pendant deux ans, pour le théâtre des Variétés; et, pour racheter sa
désertion, il débute par un succès et par un véritable tour de sorcier.
Voyez-vous ce jeune Jean-Jean? c'est Levassor! voyez-vous ce troupier
rompu à la bataille et relevant fièrement une moustache grise? encore
Levassor! voyez-vous ce soldat sexagénaire, blanc, courbé, chevrotant?
toujours Levassor! et, pour comble de surprise, c'est dans le même
vaudeville et presqu'au même instant que Levassor représente ces trois
âges de troupier. La métamorphose s'accomplit si lestement; au menton
imberbe succède si vite la moustache grise, à la moustache grise le
front chenu de l'invalide, qu'il semble qu'en effet ils sont trois à
l'oeuvre; mais, en réalité, il n'y a que Levassor, un Levassor en trois
personnes!

Les trois sont du même sang et du même nom; l'aïeul, le père et le
petit-fils, tous trois nommés Gargousse et tous trois soldats. Le
Gargousse invalide conte ses batailles et ses victoires passées à qui
veut l'entendre; le Gargousse fils, héros en pleine activité de service,
vole de belle en belle et de triomphe en triomphe; les bastions tombent
devant lui aussi bien que les coeurs; et Gargousse le petit-fils?
celui-là a besoin d'être aguerri; jusqu'ici il semble dégénéré de ses
pères; c'est lui qui baisse les yeux et rougit à la vue de mademoiselle
Césarine; ah! si Gargousse Ier et si Gargousse II étaient à sa place,
comme mademoiselle Césarine y passerait! Or, non-seulement il se conduit
comme un Jean-Jean en amour, mais encore le petit Gargousse a peur d'un
sabre; à son premier duel, ne s'enfuit-il pas à toutes jambes?

«Diable! dit Gargousse le père; qu'est-ce que cela veut dire? ce n'est
point un Gargousse!--Laissez faire, dit Gargousse l'invalide, plus sage
et plus expérimenté: il a peur, soit! nous avons tous commencé par la; à
son second coup de sabre et à son second amour, vous verrez comme le
petit bonhomme ira: il sera digne des Gargousse.»

Le vieillard a dit vrai: Gargousse le petit-fils devient un démon qui
sabre les gens à coups redoublés, assiège les coeurs, et réduit la fière
Césarine à merci. Les deux Gargousse, le grand-père et le père, poussent
des _vivat_, et se mirent dans leur digne petit-fils: Dieu merci, les
valeureux Gargousse ne périront pas.--Cette histoire militaire des
Gargousse est amusante et agréablement semée de mots plaisants; ajoutez à
cet esprit des auteurs le talent de Levassor et sa triplicité
phénoménale, et le vaudeville de MM. Étienne Arago et Dumanoir
triomphera sur toute la ligne!

Ici on rit un peu moins; il est vrai que le Gymnase se plaît dans le
sentiment et le larmoyant; et puis ne faut-il pas travailler pour tous
les goûts? S'il est amusant de rire, n'est-il pas, de temps en temps,
agréable de pleurer? Pleurons donc!

Comment rire, en effet, des infortunes du comte de Boisménil et de sa
fille Alix? Il faudrait avoir le coeur bien cannibale.

Le comte, vieil émigré retiré en Angleterre, se trouve sans ressources;
l'hôte qui l'abrite et le nourrit, un horrible avare, va le chasser,
faute de paiement. Que faire? que deviendra Alix, une si charmante
fille? C'est la surtout la grande douleur du comte.

Un jeune homme, Armand de Courvil, s'est attaché au malheur de cette
famille; il aime Alix, et pour tout au monde voudrait soulager
l'infortune de la fille et du père. Il y a un moyen de le faire; mais ce
moyen est plein de périls; il ne s'agit de rien moins que d'exposer sa
vie, et voici comment: le comte, en quittant la France, a caché 100,000
livres dans un mur de son château: si on pouvait les reprendre! «Eh
bien! je les aurai,» dit Courvil, bravant la loi qui prononce la peine
de mort contre tout émigré surpris en France. «Que m'importe!» s'écrie
le brave jeune homme. Voilà du dévouement et de l'amour.

Il part déguisé en matelot, aborde en Bretagne, et, au milieu des plus
grands dangers, arrive enfin au château de Boisménil. C'est quelque
chose, mais ce n'est pas tout: il faut trouver le trésor, l'enlever, et
surtout déjouer la surveillance de Jean Lenoir, ancien fermier du comte,
et républicain clairvoyant. A cette qualité d'ennemi politique de M. de
Boisménil, Jean Lenoir joint une vieille rancune: le comte l'a renvoyé
injustement, et a injustement soupçonné sa probité.

La tentative réussit d'abord: Armand de Courvil découvre le trésor, s'en
empare, et se dispose à regagner l'Angleterre, quand Jean Lenoir arrive.
Il a flairé l'émigré et l'arrête. L'affaire devient sombre. Armand fait
volontiers le sacrifice de sa vie; mais Alix, mais le comte, que
deviendront-ils?

[Illustration: Théâtre des Délassements Comiques.--_La fille du Ciel_,
2e acte, 3e tableau: mademoiselle Bergeron, Phosphoriel; mademoiselle
d'Harcourt, la Fille du ciel.]

Heureusement, Jean Lenoir n'a pas l'âme aussi noire que son nom. Il
s'émeut en apprenant le dévouement d'Armand, et lui rend non-seulement
la liberté, mais la précieuse cassette; puis Jean Lenoir imagine un
moyen très-noble de se venger de l'injustice du comte: il remplit la
cassette de pièces et de papiers qui prouvent clairement sa probité et
son innocence. Or, Armand de Courvil arrivant avec la chère cassette, le
comte n'a rien de plus pressé que de l'ouvrir. «Les quatre cent mille
francs sont là,» dit-il. Point du tout; il ne trouve que ce compte-rendu
de l'honnête gestion de son fermier. «Le traître m'aura volé!» Non pas:
Jean Lenoir, craignant que l'or ne fût saisi en route, a substitué à la
somme un bon de quatre cent mille livres sur un banquier de Londres, au
nom de M. de Boisménil. Voilà comme Jean Lenoir se venge.

Grande joie parmi les Boisménil, et mariage d'Armand et d'Alix. Tout
cela est bien joué par Tisserant, Julien et mademoiselle Rose Chéri. Le
public a soupiré, le public a pleuré, le public a pris plus d'une fois
son mouchoir. Quand le mouchoir s'en mêle, le succès est flagrant.

L'Odéon nous donne une comédie assez gaie, et qui porte le titre de _Tôt
ou Tard_. Ce titre veut dire que tôt ou tard il faut que jeunesse se
passe. Si vous avez, payé votre dette au diable avant de vous marier,
tant mieux; vous ferez un excellent mari; sinon vous serez un mari
détestable, coureur, volage, ami du bal, des petits soupers, des
débardeurs, et fort enclin aux nuits vagabondes et aux lettres de
change. Des mots spirituels et des scènes plaisantes ont attiré la manne
des bravos sur cette comédie de MM. Léonce et Moléri.

Nous tombons en plein mélodrame: le château de Valanza est bien le plus
souterrain et le plus scélérat de tous les châteaux: des faux monnayeurs
et des bandits y travaillent de compagnie, et pour surcroît de terreur,
un affreux monstre, le comte de Monzzani, y joue toutes sortes de tours
pendables à son cousin Lucio et à la belle Virginie Salviati. Quel est
le but de toutes ces infamies de Monzzani? Oh! mon Dieu! le traître veut
tout simplement, comme c'est l'habitude de ses pareils en mélodrame,
escroquer à son cousin Lucio la belle Virginie, qu'il aime, et un
héritage de plusieurs millions; ceci vaut la peine que Lucio y fasse
attention. Mais Lucio est le meilleur des hommes et la plus docile des
victimes; on l'empoisonne, on l'assassine, on le jette à trois cents
pieds sous terre, on l'enterre avec une facilité digne d'étonnement.
Lucio a cependant ceci de remarquable, que si, par imprévoyance, il se
laisse tuer sept à huit fois et précipiter dans les abîmes du château de
Valanza, il en revient toujours et ne meurt jamais; tel est son
caractère; il met de l'entêtement à vivre autant de fois qu'on
l'enterre. Mais on se lasse de tout, même de faire le mort. Un beau soir
d'août, Lucio ressuscite définitivement au nez du féroce Monzzani, qui
pâlit, chancelle, et tombe aux mains des gendarmes, vengeurs du
crime.--Ce terrible mélodrame arrive en droite ligne du cerveau de MM.
Alboise et Paul Foucher.

Le théâtre des Délassements Comiques a aussi son méchant génie: ce drôle
s'appelle Rocaillon, il en est bien digue. Rocaillon poursuit de son
furieux amour la Fille du Ciel, qui ne veut pas entendre parler de lui;
Eloa, en effet, a bien d'autres choses à faire que d'écouter ce vilain
Rocaillon. Elle a de tendres rendez-vous avec Phosphoriel, charmant
esprit en chair et en os, qui lui conte fleurette à l'ombre des arbres
et des charmilles. En vain Rocaillon fait jouer des ficelles
abominables, Phosphoriel et la Fille du Ciel se marient à sa méchante
barbe, et Rocaillon retombe au fond des plus épouvantables abîmes. Il
faut bien que justice se fasse.

Le dialogue est plein de trappes et de feux de Bengale.



De la Traite et de l'Esclavage.

Les grandes questions, celles qui touchent aux plus chers intérêts de
l'humanité, ont cela de particulier que de tout temps, et à propos de
toute chose, elles attirent vivement l'attention et préoccupent les
esprits. Le mouvement industriel qui semble dominer et absorber notre
époque se lie intimement à ces vastes problèmes, et leur solution peut
seule donner à l'activité prodigieuse qui, de toutes parts, se manifeste
dans l'ordre des progrès matériels, un caractère de moralité et de
grandeur.

Parmi ces problèmes, il en est trois que la prochaine session devra
aborder; la loi sur l'abolition de l'esclavage d'abord, préparée avec
tant de soin par les travaux et le rapport de la commission que
présidait M. le duc de Broglie; la réforme de notre système
pénitentiaire, question ardue dont le rapport de M. A. de Tocqueville à
la Chambre des Députés doit faciliter la solution; enfin la liberté de
l'enseignement, qui, dans ces derniers temps, a soulevé de solennels
débats.

_L'Illustration_ doit, non résoudre, elle n'en a pas la prétention, mais
exposer du moins l'état de ces difficiles problèmes qui intéressent
directement l'amélioration des masses et l'avenir des sociétés. Elle ne
manquera pas à cette tâche.

Dernièrement encore, à la tribune du Parlement anglais(1), lord
Palmerston interpellait le ministre pour savoir de lui si à l'avenir,
lorsque par suite d'une tempête ou pour toute autre cause, un navire
ayant des nègres à bord aura été jeté dans un port britannique, le
gouvernement se proposait de déclarer ces hommes libres. M. T. Duncombe
accusait le gouvernement de n'être pas animé d'un désir sincère de
supprimer la traite. N'est-il pas déplorable qu'aujourd'hui encore on se
livre à ce commerce honteux, et que la France, fut-ce au prix de lourds
sacrifices, hésite à émanciper ses esclaves, elle qui aurait dû donner
cet exemple au monde, elle qui a manifesté pour le droit de visite une
si légitime et si unanime réprobation!

[Note 1: Séance du 11 août 1843.]

Récemment encore, la session des conseils-généraux a appelé l'attention
publique sur la grande question de l'esclavage. Déjà, dans leur session
de l'année dernière, répondant aux voeux de l'opinion publique, les
conseils avaient réclamé avec une généreuse instance le projet de loi,
depuis si longtemps attendu qui doit prononcer l'émancipation des
esclaves. Cette année encore ils ont protesté contre la lenteur du
gouvernement, et c'est un devoir pour la presse de constater ces
plaintes énergiques parties du sein même de la bourgeoisie, dont les
conseils-généraux sont surtout l'organe.

La prochaine session des Chambres législatives verra enfin éclore, il
faut l'espérer, ce projet de loi si longtemps couvé. Il ne sera donc pas
sans intérêt de jeter sur l'état de cette grande question un coup d'oeil
rapide.

I.

ABOLITION DE LA TRAITE.--INITIATIVE DE L'ANGLETERRE. ABOLITIONS
SUCCESSIVES.--IMPUISSANCE DE LA LÉGISLATION.

Il y a plus d'un demi-siècle déjà que, pour la première fois, au sein du
Parlement britannique, une voix généreuse s'éleva pour flétrir la traite
des nègres, et ce cri d'humanité, régulièrement jeté, d'année en année,
au milieu des luttes des partis et des intérêts de la politique, a
trouvé de l'écho dans l'Europe entière. Le commerce infâme des esclaves,
réprouvé par la loi religieuse, a également été condamné par les lois
civiles, et les souverains de l'Europe, réunis au congrès de Vienne, ont
solennellement proclamé l'abolition de la traite et flétri ce fléau qui,
suivant leur énergique parole, «avait trop longtemps désolé l'Afrique,
dégradé l'Europe et affligé l'humanité.»

L'Angleterre a eu la gloire d'entrer la première dans cette voie
nouvelle où l'entraînaient les véritables intérêts de sa politique, non
moins que le sentiment de sa foi chrétienne; ce n'a été toutefois
qu'après une longue résistance. Pendant près de vingt ans, la tribune a
retenti de ces luttes mémorables où les intérêts maritimes et
commerciaux de l'Angleterre résistaient avec acharnement à ce flot
irrésistible de liberté que la civilisation pousse incessamment dans
toutes les contrées et sur toutes les nations du globe. Dans ce débat,
solennel, les plus grands esprits, les voix les plus éloquentes, les
intelligences les plus élevées apportèrent le tribut de leurs efforts;
les Pitt, les Fox, les Burke, les Shéridan, les Windham, les Dundas, les
Clarkson, les Grenville, ne craignirent pas d'aborder et de traiter,
sous toutes ses faces, cette question immense qui a dominé les plus
ardents débats du Parlement. Les esprits hardis que Wilberforce avait
appelés sur ce terrain nouveau ne se contentaient pas de proscrire la
traite; mais, envisageant dans ses plus extrêmes conséquences ce grand
acte de justice et d'humanité, ils préparaient les éléments d'un acte
plus solennel et plus grave encore, celui de l'émancipation des esclaves
aux Indes-Occidentales.

Le plus ardent et le plus courageux apôtre de l'émancipation, alors
qu'il poursuivait avec une si admirable persévérance la réalisation de
l'idée qui remplissait sa vie, ne faisait pas mystère de ce voeu de son
coeur. «Certes, je ne nierai pas, disait Wilberforce à ses adversaires,
dans la séance du 2 avril 1792, que je désire assurer aux esclaves les
bienfaits de la liberté, et je ne suis point alarmé de m'entendre
attribuer le dessein de les émanciper. Quel homme se refuserait à
s'associer a ce voeu? Mais la liberté que j'entends est celle dont,
hélas! les noirs ne sont pas encore susceptibles. La vraie liberté est
fille de la raison et de l'ordre; c'est une plante céleste, et le sol
doit être préparé à la recevoir. Quiconque la veut voir fleurir et
porter ses véritables fruits ne croira pas qu'il faille l'exposer à
dégénérer dans la licence!»

C'est ainsi que, dès l'origine, la question de l'émancipation fut liée à
celle de l'abolition de la traite; c'étaient les deux termes d'une même
proposition; résoudre l'une, c'était s'imposer l'obligation d'aborder et
de résoudre l'autre; et c'est la prévision de cet enchaînement
nécessaire qui souleva contre les premiers abolitionnistes la foule
ardente et passionnée des intérêts coloniaux de la Grande-Bretagne.

Ces intérêts furent vaincus enfin. Déjà réformée et contenue dans de
certaines limites par un bill qui interdisait aux sujets anglais toute
participation au commerce des noirs, lorsqu'il serait entrepris pour le
compte et au profit d'une puissance étrangère, la traite fut entièrement
abolie le 2 mars 1807. Presque en même temps, les États-Unis imitaient
l'exemple de l'Angleterre.

Dès lors la Grande-Bretagne était directement intéressée à l'adoption
universelle de cette mesure. Elle venait de rejeter un des éléments de
sa fortune publique, une arme réprouvée, il est vrai, mais qui n'en
était pas moins une arme puissante, et elle ne voulait la voir dans
aucune main rivale. Au nom des intérêts les plus sacrés de la religion
et de l'humanité, elle poursuivit ce but politique avec cette
opiniâtreté qui est le caractère principal de sa diplomatie.

Le Portugal, alors seul allié maritime du cabinet de Londres, résista à
ses instances; cependant un traité conclu le 19 février 1810 limita la
traite, alors même qu'elle était poursuivie sous pavillon portugais. Il
fut interdit aux Portugais de se procurer des nègres ailleurs que dans
leurs propres établissements sur la côte d'Afrique, et de faire la
traite sur d'autres navires que ceux construits dans des ports soumis à
la nation portugaise.

Le gouvernement de la province de Carracas et le gouvernement
républicain de Buénos-Ayres proclamèrent, en 1812, l'abolition complète
de la traite.

Lorsqu'en 1813, pour récompenser la Suède de sa défection, l'Angleterre
lui céda, par le traité du 3 mai, notre ancienne colonie de la
Guadeloupe, ce fut à la condition que cette puissance s'engagerait à
prohiber toute importation d'esclaves soit dans cette île, soit dans
aucune autre de ses possessions aux Indes-Occidentales.

On le voit, au milieu même de la conflagration générale du continent,
l'Angleterre ne perdait pas de vue la nécessité d'imposer à toutes les
puissances maritimes l'obligation à laquelle la conscience publique et
les progrès de sa propre civilisation l'avaient obligée de se soumettre;
et quels que soient les motifs secrets de sa persistance, il ne faut pas
moins se féliciter de voir ainsi les intérêts matériels des nations liés
à l'existence même des grands principes sociaux.

La chute de Napoléon et la paix de 1814 ouvrirent un nouveau champ à
l'activité anglaise. Le premier soin qui préoccupa les diplomates
anglais fut la conservation des intérêts et de la puissance maritimes de
la Grande-Bretagne. Une ère nouvelle s'ouvrait pour le monde; le
commerce, longtemps interrompu, allait mettre en contact pacifique les
peuples qui, depuis un quart de siècle, ne se rencontraient que les
armes à la main; la mer allait devenir libre. L'Angleterre songea avant
tout à utiliser à son profit l'abolition de la traite, dont elle a
constamment essayé depuis lors de se faire un instrument de
domination et de puissance.

Le Danemark et les Pays Bas cédèrent facilement aux considérations
élevées que les agents de la diplomatie anglaise firent valoir auprès
d'eux. Un traité, conclu avec la première de ces puissances, interdit la
traite à tous les sujets danois; un décret du roi des Pays-Bas porta
semblable interdiction pour tous les sujets de ce royaume.

La France et l'Espagne, plus directement intéressées dans la question,
résistèrent à une mesure aussi absolue, et consentirent seulement à
restreindre le commerce des noirs aux nécessités d'entretien et de
service de leurs colonies; elles prirent en outre l'engagement de
prononcer l'abolition définitive du commerce des esclaves, la France au
bout de cinq ans (2), et l'Espagne dans le délai de huit années (3).

[Note 2: Article additionnel au traité du 30 mai 1814.]

[Note 3: Traité du 15 juillet 1814.]

[Illustration: Nègres conduits à la côte.]

Le congrès de Vienne(4) n'ajouta aux divers résultats déjà obtenus par
le cabinet de Londres qu'une déclaration solennelle dont nous avons eu
déjà occasion de parler, admirable, et énergique protestation faite avec
d'autant plus de bonne foi par la Prusse, l'Autriche et la Russie, que
ses conséquences ne pouvaient porter aucune atteinte aux intérêts de
leur commerce et de leur domination.

Pendant les Cent Jours, en 1815, Napoléon, mieux éclairé sur les
véritables intérêts de la France et sur les exigences de l'opinion
publique, fit plus de concessions qu'il n'en eut fallu en 1814 pour
sauver son trône et sa dynastie. Un des premiers actes de son
gouvernement (5) fui l'abolition complète de la traite. Louis XVIII
confirma authentiquement cette résolution par le traité du 20 novembre
1815.

[Note 4: 8 février 1815.]

[Note 5: Décret du 29 mars 1815, prohibant la traite, sous peine de
confiscation de navire et de sa cargaison. Une ordonnance royale du 8
novembre 1817, convertie en loi le 15 avril 1818, a confirmé les termes
du décret impérial, et a en outre, prononcé, contre tout capitaine de
navire négrier, l'interdiction de son emploi.]

[Illustration: Marchand d'esclaves.]

Le Portugal et l'Espagne consentirent à restreindre encore la faculté
qu'ils s'étaient réservée, soit en se soumettant à l'obligation
d'interdire immédiatement la traite au nord de l'équateur, soit en
rapprochant le terme où cette interdiction complète serait prononcée.

[Illustration: Nègres dans les entraves.]

Jusqu'ici le premier terme, de la proposition était résolu; le principe
était consacré théoriquement. Le commerce des esclaves était déclaré
infâme; mais l'insuffisance des mesures répressives, l'attrait de
bénéfices considérables semblaient enhardir les misérables qui se
livraient à ce trafic. Les précautions prises pour assurer l'impunité
engendraient des crimes nouveaux; les esclaves étaient entassés dans de
plus étroits espaces, les négriers poursuivis jetaient leurs victimes
dans la mer; sur tous les points de nos colonies, ce commerce odieux
s'accomplissait avec une audace et une activité devant lesquelles la
surveillance légale était impuissant; les agents de l'autorité
eux-mêmes, les juges qui devaient prononcer sur la culpabilité des
négriers participaient à cet infâme trafic et en partageaient les
bénéfices. Dans nos ports de mer, la construction, l'armement des
navires négriers, leur destination, la fabrication des instruments de
torture nécessaires pour contenir les nègres, n'étaient un mystère pour
personne. A Nantes, au Havre, des prospectus d'armement et de cargaison,
où étaient cotés les prix d'achat et les prix de vente du _bois
d'ébène_(6), circulaient publiquement; le taux des assurances (7) pour
ces sortes d'expéditions était plus élevé; on forgeait et on vendait,
aux yeux de tous, les menottes, les poucettes, les barres de justice,
les carcans, qui servaient à conduire les malheureux nègres de
l'intérieur des terres au rivage où les attendait leur prison flottante,
véritable _carcere duro_, auprès duquel l'esclavage et le travail
étaient une sorte de bienfait. Une lettre adressée en 1816, par M. le
baron de Staël au président du comité pour l'abolition de la traite, lui
transmettait une copie exacte de ces fers, et les notes explicatives
qu'un forgeron de Nantes lui avait très-naïvement fournies sur l'usage
de ces instruments et la manière de les employer.

[Note 6: C'est le nom que les négriers donnent aux esclaves; on les
désignait également sous le nom de _mulet, pièce d'Inde_ ou _ballot_.]

[Note 7: Ces assurances étaient désignées sous le nom d'_assurances
d'honneur_.]

[Illustration: Carcan servant à enchaîner les esclaves pour les conduire
de l'intérieur des terres jusqu'au lieu de l'embarquement.]

Evidemment la législation était impuissante, non pas seulement chez
nous, mais en Espagne, mais en Portugal, en Angleterre même, et, au
mépris de la loi, au mépris de la morale publique, la traite prenait de
plus larges développements sous l'empire même des mesures qui devaient
assurer sa répression.

[Illustration: Barres de justice, poucettes, cadenas et clé, servant à
enchaîner les esclaves à bord du navire.]

M. de Broglie, à la tribune de la Chambre des Pairs, accusa plus d'une
fois cette impuissance de notre législation. La France était en effet le
seul État qui n'eût point sanctionné l'abolition de la traite par des
peines corporelles, par des précautions menaçantes, et cette tolérance
contribuait à faire de nos ports de mer le centre où se dirigeait la
plus grande partie des capitaux destinés au commerce des esclaves. Le
pavillon français couvrait non-seulement la traite faite par nos
nationaux, mais il servait à mettre les négociants espagnols, anglais,
hollandais et portugais à l'abri de la rigueur des lois de leur propre
pays.

Et ce n'était pas seulement la douceur de notre législation qui
enhardissait les coupables manoeuvres des trafiquants d'esclaves; le
défaut des plus simples mesures d'ordre et de police faisait de nos
colonies un marché général où l'impunité, était en quelque sorte
assurée.

Ainsi l'Angleterre avait imposé aux gouverneurs et aux administrateurs
de ses colonies l'obligation de procéder au dénombrement complet, au
recensement exact de la population esclave existante à une époque
déterminée dans chaque habitation, en désignant chaque individu par son
sexe, son nom, son âge, son emploi. Un registre public, contenant toutes
ces indications, devait également constater les naissances, les décès,
les ventes, les échanges. Cette mesure si simple, d'une exécution si
facile, pouvait à elle seule prévenir efficacement l'introduction de
nouveaux esclaves dans les colonies anglaises.

Chez nous, au contraire, la fraude une fois consommée, et nous avons dit
avec quelle facilité elle pouvait être faite, il devenait impossible de
la constater, car tout esclave trouvé dans l'habitation ou la demeure
d'un colon était présumé de plein droit lui appartenir.

Cette imperfection, ou plutôt cette imprévoyance des mesures
législatives et administratives destinées à la répression de ce trafic
si solennellement condamné par toutes les puissances européennes, loin
de contrarier les projets de la Grande-Bretagne, les a favorisés au
contraire. Ce que l'Angleterre voulait sans doute, c'était l'association
de tous les cabinets dans un même voeu pour l'abolition de la traite,
mais elle espérait surtout parvenir à les réunir autour d'elle pour leur
faire adopter le moyen d'atteindre ce but. C'est de la recherche de ce
moyen, c'est du besoin de l'imposer à tous les cabinets, et notamment
aux États-Unis et à la France, que sont nés dernièrement chez nous les
débats relatifs au droit de visite, débats passionnés qui ont soulevé
tous les vieux ferments des haines et des rivalités nationales.

Les fameux traités contre lesquels l'opinion publique a si énergiquement
protesté naguère, opposent aujourd'hui au commerce des esclaves un
obstacle salutaire sans doute, mais insuffisant. On continue à faire la
traite, moins ostensiblement il est vrai; le prix des esclaves n'est
plus coté publiquement comme celui du plus vil bétail, mais ce trafic
dégradant n'a pas cessé; la chair humaine trouve encore, sur la côte
d'Afrique, des vendeurs et des acheteurs barbares, et les vignettes que
nous publions ont été copiées d'après nature sur un navire négrier
capturé en 1842.

[Illustration: Négrier chargeant ses noirs.]

[Illustration: Coupe de profil d'un navire négrier.]

[Illustration: Vue de la cale de base d'un navire négrier.]

Nulles mesures, quelque énergiques qu'elles soient, pénalité,
surveillance, droit de visite, et nous savons avec quelle rigueur
intéressée ce droit est exercé par les navires anglais, rien ne sera
donc efficace pour empêcher la traite tant que les colonies à esclaves
lui offriront un débouché. Les justes susceptibilités de notre orgueil
national ne sauraient d'ailleurs se plier longtemps aux exigences de
pareilles mesures, fussent-elles seules capables de prévenir ce commerce
odieux. Mais il n'en est pas ainsi. Le droit de visite est un palliatif
momentané dont l'application cessera avec le mal qu'il doit prévenir;
c'est à attaquer le mal lui-même, c'est à effacer de nos Codes ce nom
affreux d'esclavage, indigne des notions chrétiennes, que les hommes
d'État doivent appliquer leur puissance et leur énergie. Alors seulement
la traite et les crimes qu'elle enfante cesseront d'affliger le monde,
et notre pavillon ne couvrira plus ces spéculations indignes dont la
honte rejaillit sur toutes les nations civilisées.

L'Angleterre, nous a devancés dans cette voie; elle a émancipé ses
esclaves, et la France, dans l'intérêt de son honneur, de sa propre
dignité, ne peut tarder à suivre ce généreux exemple. Déjà des travaux
considérables, et surtout le rapport de la commission présidée par M. le
duc de Broglie, ont préparé les éléments de cette oeuvre nationale, qui
doit être une des gloires du notre siècle.

Ce travail si remarquable jette un jour nouveau sur les nombreuses
questions qui se rattachent à celle de l'émancipation. Mais avant
d'examiner l'état actuel de l'esclavage dans nos colonies, il importe
d'apprécier les conséquences de l'acte pour l'abolition de l'esclavage
dans les colonies anglaises.

II.

ABOLITION DE L'ESCLAVAGE DANS LES COLONIES ANGLAISES.--ÉTAT ACTUEL DE
L'ESCLAVAGE DANS NOS COLONIES.

Il y a vingt ans aujourd'hui (15 mai 1823) que, sur la proposition de M.
Buxton, le collègue et l'ami de l'honorable Wilberforce, et sur les
observations de M. Canning, la Chambre des Communes adopta une motion
qui servit de base et de point de départ à l'acte d'abolition. Elle
proclama qu'il était expédient d'adopter des mesures décisives et
efficaces pour améliorer la condition des esclaves dans les pays placés
sous la domination anglaise, Prévoyant que de semblables mesures
amèneraient progressivement l'amélioration des facultés morales de la
population esclave, et la rendrait bientôt digne de la liberté et de la
participation aux droits et privilèges civils, la Chambre émettait le
voeu d'une prompte exécution dès qu'elle serait compatible avec le
bien-être des esclaves et la sécurité des colonies.

Lord Bathurst, alors secrétaire d'État des colonies, soumit aussitôt à
l'examen des diverses législatures coloniales les points principaux sur
lesquels le gouvernement voulait être éclairé, et les objets sur
lesquels devaient d'abord porter la réforme et les améliorations
sollicitées par le Parlement. La nécessité de l'enseignement religieux,
l'admission du témoignage des esclaves devant les cours de justice,
l'institution du mariage; l'abolition définitive de toute taxe sur les
affranchissements, la vente des esclaves pour dettes de leurs
propriétaires, la réforme du système pénal et l'affranchissement, pour
les femmes, de la punition au fouet, la nécessité d'assurer aux esclaves
la jouissance des propriétés quelconques qu'ils étaient aptes à
posséder, et la création de _banques d'épargne_ instituées à cet effet,
telles furent les questions soumises à l'examen et aux délibérations des
législatures locales.

Ainsi qu'on devait s'y attendre, les colons repoussèrent obstinément
d'abord tout projet de réforme, et l'intervention du Parlement
métropolitain dans la législation coloniale fut déclarée
inconstitutionnelle. Sur plusieurs points, les esclaves, enhardis par
des espérances de liberté et irrités des résistances de leurs maîtres,
se soulevèrent; l'incendie, cette arme terrible dans les mains de
l'esclave, l'incendie dévora de nombreuses habitations; le sang coula
sur plusieurs points, surtout à Demérary et à la Jamaïque, et ces
déplorables excès retardèrent pour longtemps le triomphe de la plus
sainte des causes.

Des réformes partielles furent cependant introduites, par les pouvoirs
coloniaux eux-mêmes, dans les colonies où la couronne possédait seule le
pouvoir de législation, à l'exception toutefois de Honduras et de
Maurice. Parmi les colonies ayant des chartes, les Bahamas, la Barbade,
la Dominique, la Grenade, la Jamaïque, Saint-Vincent et Tabago
adoptèrent seules quelques améliorations, dont la plupart portaient sur
le système pénal et le droit de propriété des esclaves.

Notre révolution de Juillet, qui eut en Angleterre de si longs et de si
généreux échos, hâta sans contredit le grand acte de délivrance. En
1831, la couronne donna elle-même l'exemple aux colonies, en prononçant
l'affranchissement immédiat et général des esclaves qui lui
appartenaient. Une circulaire fut adressée à cet effet, par le vicomte
Goderich, à tous les gouverneurs de colonies à esclaves. Cette
déclaration et les dispositions diverses qui en furent la conséquence
(8), excitèrent d'unanimes et énergiques protestations à Sainte-Lucie, à
la Trinité, à Demérary et à Maurice. La Chambre des Communes dut prendre
en considération cet état de choses, et, pour éviter de nouvelles
collisions, elle nomma un comité chargé de proposer les moyens de
concilier la liberté à donner aux esclaves avec l'intérêt des maîtres.

[Note 8: Ordre en conseil du 2 novembre 1831.]

Le rapport de ce comité ne fit que constater la gravité du mal, mais il
ne formula aucun moyen de le faire cesser. La situation du gouvernement
était dangereuse; placé entre la nécessité de sévir contre les colons
pour assurer l'exécution des mesures qu'il avait prescrites, ou de céder
devant leur attitude menaçante, et de s'exposer ainsi au soulèvement de
la population esclave et au rejet indéfini de toute tentative
d'émancipation, il prit une résolution hardie et décida l'émancipation
générale.

Lord Stanley, secrétaire d'État des colonies, soumit au Parlement (mai
1833) le projet d'abolition. Le 12 juin 1833 ce grand acte fut voté, et
la couronne le sanctionna le 28 août suivant.

Un système d'apprentissage sagement conçu ménagea la transition du
travail forcé au travail libre. Les esclaves devenus apprentis
travailleurs (apprenticed labourers) étaient divisés en trois classes,
et le temps de leur apprentissage était fixé à quatre et à six ans;
pendant ce temps leur travail, dont la durée était déterminée,
appartenait aux personnes qui y auraient eu droit s'ils fussent demeurés
esclaves. Une somme de 20 millions de livres sterling (500 millions) fut
affectée aux indemnités que le gouvernement devait aux maîtres
expropriés. L'affranchissement était en effet une expropriation forcée
pour cause de _moralité_ publique.

Des ordres généraux, transmis par le secrétaire d'État des colonies,
assurèrent l'exécution de cet acte et prescrivirent les mesures d'ordre
et les dispositions réglementaires nécessaires pour coordonner un
mouvement aussi vaste. Le gouvernement anglais et les Chambres
déployèrent dans ces circonstances une activité, une harmonie dont notre
gouvernement parlementaire offre peu d'exemples, et qu'on ne saurait
trop lui proposer pour modèle. Ainsi, le 16 novembre 1833, le ministre
des colonies adressait au ministre des finances une lettre par laquelle
il lui demandait de proposer une allocation de 20,000 livres sterling
(500,000 francs) pour l'établissement d'écoles normales primaires
consacrées à l'enseignement des noirs; plus, une somme de 5,000 livres
sterling (125,000 francs) pour l'entretien de ces écoles. Neuf jours
après, le 25 novembre, le ministre pouvait annoncer aux gouverneurs des
colonies que le Parlement avait non-seulement voté, à l'unanimité, les
sommes demandées, mais encore qu'il avait témoigné le voeu que les
législatures coloniales concourussent à répandre dans la population
affranchie le bienfait de l'éducation religieuse.

[Illustration: Vue des deux étages situés à l'arrière au-dessus des deux
batteries.]

[Illustration: Coupe de face de navires négriers à une et à deux
batteries.]

Rien, dans l'histoire des nations, ne ressemble à cette oeuvre immense,
accomplie sans secousses, sans convulsions violentes; et si nous avons
le légitime orgueil de croire que nous sommes le premier peuple du
monde, nous devons avouer hautement que le gouvernement anglais est le
plus magnifique et le plus puissant instrument administratif dont
l'histoire fasse mention. Ce que l'Angleterre a fait depuis dix ans dans
ses colonies porte le cachet d'une gloire nouvelle, à laquelle nulle
gloire ne peut être comparée. Alexandre, César, Charlemagne, Bonaparte,
ont rempli la terre de leurs noms et de leurs triomphes, mais ils ont
soumit, et humilié les peuples; des champs de travail ils ont fait des
champs de bataille; c'est dans le rang humain qu'ils ont assis la
puissance de leur force el de leur génie; l'Angleterre a racheté en un
jour toutes les infamies et toutes les horreurs de sa politique, elle a
appelé 800,000 esclaves à la liberté. Grande et glorieuse conquête de
l'Inde et l'Irlande, ces deux plaies douloureuses de la Grande-Bretagne,
ne ternissent pas l'éclat. Longtemps indécise, l'opinion est aujourd'hui
fixée sur les résultats de l'émancipation anglaise. La liberté, qui
d'abord, avait apporté quelques désordres dans le fait de la production
et du travail, leur est aujourd'hui favorable. Mais il est évident que
les perturbations dont tous les grands centres industriels sont le
théâtre, et qui sont les fruits amers du système de concurrence et
d'isolement, ces perturbations, disons-nous, devront surtout se
manifester dans les colonies émancipées. La prévision de cette crise,
qui ne saurait être éloignée, et qui sera plus grave encore pour les
colonies que pour les industries continentales, doit éveiller toute la
sollicitude des hommes d'État. Émanciper, ce n'est que la moitié de la
tâche; pour la compléter il faut organiser le travail et y introduire
l'ordre, non cet ordre public qui ne sait que réprimer et punir, mais
l'ordre qui vivifie, double les forces de la production et l'aisance des
travailleurs.

Mais la France est loin encore de ces difficiles problèmes. Depuis dix
ans que l'Angleterre a émancipé tous les noirs de ses colonies,
qu'avons-nous fait, nous, le peuple le plus hardi, le plus généreux, le
plus chevaleresque, le plus aventureux entre tous les peuples?
qu'avons-nous fait pour nos colonies? qu'avons-nous fait pour améliorer
le sort des 250,000 esclaves qui y sont dispersés? qu'avons-nous, ou
plutôt qu'a-t-elle produit cette merveilleuse machine parlementaire si
féconde en vaines paroles? Rien, hélas! Les années s'écoulent, les
sessions législatives passent, et nulle résolution généreuse, nulle
grande idée n'éclot sous les stériles efforts de ces assemblées
chétives. Ce n'est point ici le lieu de tirer les conséquences d'un fait
déjà si triste à constater; mais dans le sujet qui nous occupe, en
présence d'une population esclave qui attend de nous sa liberté; lorsque
depuis dix ans l'Angleterre, qui, en fait d'honneur et de moralité, ne
devrait marcher qu'à notre suite, nous a frayé la route où nous aurions
du entrer les premiers, et que nous n'osons aborder encore, ce n'est pas
au peuple qu'il faut s'en prendre, c'est au gouvernement qu'il faut
reprocher son indolence et son incapacité.

Qu'on nous pardonne ce cri d'impatience et de douleur; mais sans exposer
ici tous les crimes, tout l'abaissement que produit l'esclavage; sans
vouloir faire un horrible tableau des tortures et de la dégradation des
esclaves, un fait récent peut suffire pour justifier nos plaintes. Dans
une de nos colonies, à une journée de Cayenne, il y a quelques mois à
peine, un misérable, maître d'une douzaine d'esclaves, a fait fouetter
pendant six heures, sous les veux de sa pauvre mère esclave aussi, un
pauvre enfant de douze ans; et après avoir épuisé tous les raffinements
de la cruauté, quand le corps saignant n'a plus laissé une seule place
au fouet du bourreau, l'enfant, qui respirait encore, a été pendu; et sa
mère n'a pas osé élever la voix; elle n'a pas même osé montrer ses
larmes. La Cour d'assises qui a constaté ces faits, dont nous n'oserions
pas transcrire les détails, a condamné le meurtrier à huit ans de
travaux forcés.

N'est-ce pas une honte publique que de pareilles horreurs
s'accomplissent dans un pays soumis à la France, et que l'institution de
l'esclavage puisse engendrer sous nos yeux de pareils excès? Si la
France en est responsable, chacun de nous ne porte-t-il pas une part de
cette responsabilité? De pareils faits sont rares. Dieu merci! mais il
suffit qu'ils puissent se produire pour qu'on modifie sans retard le
régime qui les fait naître.

Un homme de coeur et de talent, M. Victor Schoelcher, qui a récemment
visité les Antilles, a publié, sur la situation actuelle de l'esclavage
et sur la nécessité de son abolition immédiate, une oeuvre remarquable
pleine de faits et de document précieux. Le fait dominant qui résulte du
livre de M. Schoelcher, comme de tous les travaux publiés depuis dix ans
sur cette haute question, c'est qu'au point de vue moral, comme au point
de vue économique, pour l'oppresseur comme pour l'opprimé, l'esclavage
est non-seulement une institution dégradante, mais encore une mauvaise
affaire, une spéculation détestable.

La liberté seule donnera au travail colonial tout le développement dont
il est susceptible; seule, elle pourra féconder ces terres généreuses
que la nature a si prodiguement douées seule, elle pourra effacer ces
préjugés de couleur, si puissants, encore aujourd'hui, et qui, vus de la
métropole, ne sont plus que ridicules et odieux. La liberté d'abord;
l'organisation du travail viendra ensuite, elle se présentent comme la
conséquence nécessaire, inévitable de l'émancipation. Déjà des esprits
éminents ont étudié au point de vue pratique cette dernière question;
mais avant tout, que l'esclavage, que cette plaie honteuse disparaisse!

Une grande idée domine notre époque, et si la liberté _doit faire le
tour du monde_, elle le fera avec elle; cette idée est celle de
l'association. Dans l'ordre religieux, dans l'ordre moral, politique et
industriel, l'association est la loi suprême de l'avenir. Associer la
royauté et le peuple, les bourgeois et les ouvriers, les musulmans et
les chrétiens, les blancs et les noirs, telle est l'oeuvre imposée à
notre siècle. Que les efforts de chacun, dans quelque sphère qu'il soit
placé, contribuent à ce grand résultat!

La question de l'esclavage est aujourd'hui une question plaidée et
jugée; il ne lui manque plus que la sanction des pouvoirs publics. Les
travaux de la commission présidée par M. le duc de Broglie ont préparé
cette solution si impatiemment attendue; les voeux des conseils-généraux
l'appellent avec impatience. Chacun a fait son devoir, que l'État fasse
le sien!



MARGHERITA PUSTERLA.

Lecteur, as-tu souffert?--Non.
--Ce livre n'est pas pour toi.


CHAPITRE XIII.

RECONNAISSANCE.

Ce monde serait parfait si on portait dans l'exécution des desseins
louables l'ardeur que les méchants mettent à accomplir leurs méfaits.
Mais, pour eux, le mal qu'ils n'ont pu faire est comme une dette qu'ils
se croient obligés de solder. Luchino et Ramengo s'étaient saisis de
Marguerite et des prétendus conjurés, mais ils avaient laissé échapper
Franciscolo, et cela suffisait pour qu'ils crussent leur oeuvre manquée.
Ramengo surtout s'en consumait de rage. Son ennemi avait pu partir avec
son fils, ce fils qui excitait dans son âme une si infernale envie,
parce qu'il lui rappelait la seule joie innocente dont il avait pu jouir
sur la terre, et dont il se plaisait à se persuader qu'il avait été
privé par Pusterla, «Qu'importe, se disait-il, qu'il doive, errer sans
patrie par le monde? il a un fils. Je vis dans mon pays, mais seul, mais
sans avoir jamais un fils dont la beauté et la gloire rejaillissent sur
moi, qui aide à mon élévation et me rende à mon tour l'objet de l'envie
que je porte à autrui.» Ivre de haine, il résolut de se mettre à la
poursuite des fugitifs. Il fut convenu avec Luchino que, pour faciliter
ses manoeuvres, Ramengo serait mis sur la liste des proscrits, et il
partit donc la bourse bien garnie, mais vêtu comme un pauvre banni, et
il se mit à parcourir l'Italie.

Un jour, il pleuvait à torrents, il errait dans cette contrée qui
avoisine l'embouchure, de l'Adda, et, au milieu de ce marais, il ne
savait où trouver un refuge. Sa fortune lui fit rencontrer un jeune
meunier qui pressait le pas de son âne à force de coups, et semblait
regagner sa demeure.

«Eh! mon garçon, pourrait-on trouver un abri de ce côté?

[Illustration.]

--Venez avec moi. A main gauche, où il y a un petit bois de peupliers,
vous trouverez le fleuve et le moulin de mon père.»

Ainsi répondit le jeune garçon; mais comme l'âne allait avec plus de
lionne volonté que de vitesse, Ramengo prit les devants et frappa à la
porte de la cabane. Un chien accueillit ce bruit avec de vifs
aboiements, et la maîtresse de la maison, abandonnant une friture dont
on entendait de dehors le grésillement qui se mêlait avec la pluie,
interrompit un _Ave-Maria_, et courut tirer le verrou en disant: «C'est
lui! Entre, Omobono; tu dois être trempé comme...»

La comparaison demeura en suspens, lorsqu'elle vit au lieu de son âne un
beau cheval, au lieu de son fils un inconnu. Mais plus mécontente
qu'étonnée, elle l'invita à entrer avec une rustique politesse. Ramengo
alla se placer auprès du feu, sur l'invitation du maître de la maison.

«Surtout, dit-il aux offres qu'on lui faisait, je vous prie de bien
panser mon cheval.

--Oh! pour cela, répondit le vieux meunier, votre seigneurie n'a pas
besoin de se mettre en peine. Nous avons là une étable pour notre âne,
où les haleurs de bateaux font quelquefois reposer leurs chevaux; le
vôtre y trouvera aussi la compagnie d'un destrier, qui, je puis le dire,
en vaut un autre. Eh! Donnino, va conduire le cheval de sa seigneurie à
l'écurie.

--Un autre destrier? dit Ramengo. Et à qui est-il? à vous?

--Votre seigneurie veut railler! à nous un animal de cette espèce; Il
appartient à un seigneur notre ami.

--Un seigneur votre ami? répéta Ramengo avec un sourire railleur. Et
comment s'appelle-t-il?

--Il s'appelle..... oh! sûrement votre seigneurie le connaît, il est si
renommé! il s'appelle le seigneur Alpinolo.»

Et il prononçait ce nom avec autant de complaisance qu'un médecin qui
prononce le nom grec de la maladie qu'il traite. Mais Ramengo, à ce nom,
releva la tête, prêta l'oreille comme son cheval lorsqu'il entendait le
fouet, et il s'écria: «Alpinolo? qui venait de Milan? un beau jeune
homme de belle venue? cheveux noirs frisés, oeil de feu?....

--Mais oui, mais oui, dit le bon meunier en interrompant cette
description de passeport. Il n'y a pas plus deux Alpinolo en ce monde
qu'il n'y a deux tours de Crémone. Oui, votre seigneurie, lui, lui-même
en personne.

--Et comment est-il venu de ce côté? on n'y peut guères voir qu'un
voyageur égaré. Et vous le dites votre ami? D'où le connaissez-vous?

--C'est toute une histoire, répondit le meunier avec un visage où
rayonnait l'orgueil le plus excusable, je suis son père, ou du moins il
me doit la vie. Il y a dix-huit ans, sauf erreur, un matin avant l'aube,
comme c'est la coutume de nous autres meuniers, je me levais pour
conduire ma barque en pleine eau, quand voilà que là-bas, à l'endroit où
le fleuve fait un détour sous les aulnes, je vois arrêter une barque
d'une toute autre forme que les nôtres, et personne pour la mener.
Quelque malheur! me dis-je en moi-même, les bateliers se seront noyés;
mais courons ramener au rivage, si jamais le patron venait la réclamer;
sinon, ce sera du bois pour cet hiver. Mais devinez un peu?.... Il y
avait dedans une femme et un enfant.»

A ces paroles, le bâillement uni errait sur les lèvres de Ramengo se
convertit en une exclamation, et se sentant gagner par un trouble
profond, il se dressa subitement sur ses pieds. Son attention avait
changé de nature; il fixa ses yeux effrayés sur le vieillard, qui
poursuivait:

«Une femme et un enfant, oui messire, mais une danubien vêtue, n'est-ce
pas vrai, Nena? (Le lecteur a sans doute reconnu que le vieillard et la
femme n'étaient autres que le Maso et cette Nena qui avaient reçu
Alpinolo à Ottovino Visconte.) Elle devait être de condition: jeune,
belle comme on n'en voit guère, et l'enfant n'avait guère plus d'un
mois; mais l'un et l'autre étaient entièrement trempés d'eau et morts.

--Morts! cria Ramengo.

--Morts, oui messire. Je dis: Quelle pêche que j'ai faite aujourd'hui!
Je les tire sur le riva; j'appelle de l'aide. Nous les transportons de
la barque dans la maison, et ma femme, qui est quelque peu magicienne,
se met autour d'eux, en s'obstinant à les faire revenir; mais ils
restaient pâles, froids, sans pouls, sans souffle, Que veux-tu? lui
disons-nous, veux-tu renouveler la résurrection de Lazare? lui
disions-nous.

Mais elle, cette bonne femme, persuadée qu'ils étaient encore vivants,
elle fit tant et tant qu'on les vit encore respirer.

--Ils étaient donc vivants?» interrompit Ramengo avec une vive
impatience.

Et le meunier: «Oui, votre seigneurie, vivants; mais si ce ne fut pas un
miracle, je ne crois plus à ceux des saints de Padoue. Le bambin, à
peine revenu à lui, se jeta sur le sein de ma femme, et en peu de temps
il redevint beau et vigoureux.

--Si vous l'aviez vu! dit la Nena, un enfant qui paraissait peint;
blanc, ferme comme la cire, de certains yeux à croquer, droit comme un
fuseau, seulement un doigt de moins à la main gauche.

--Et on voyait qu'il avait été coupé récemment. Mais, pour continuer,
votre seigneurie..., mais ces sornettes vous donnent peut-être de
l'ennui?

--Non, non, continuez, mais hâtez-vous. Comment cela finit-il?» disait
Ramengo. Et si la chambre n'eût pas été si obscure, ils l'auraient vu
pâlir et rougir tour à tour; ils se seraient aperçus de la contraction
de ses lèvres et de ses sourcils, et des secousses que des convulsions
violentes imprimaient à son corps. Cependant Maso, avec ce mélange de
bonhomie et de rusticité qui caractérise les moeurs campagnardes et
ensemble avec la générosité de ces sentiments dénués de toute
ostentation qu'on trouve d'autant plus parfaite qu'on descend aux plus
bas degrés de l'échelle sociale. Maso poursuivait paisiblement:

«Si bien que..... mais où en suis-je resté? Ah! oui, je me souviens
maintenant. Si bien que le bambin reprit à vue d'oeil une santé
parfaite; mais avec la mère ce fut une autre chanson, elle revint aussi
à la vie; quand elle ouvrait les yeux, elle regardait autour d'elle et
appelait..., un certain nom..... un nom bizarre.... Nena, peux-tu le
repêcher ce nom-là?

--Elle disait: Ramengo, mon Ramengo, où es-tu?

--Elle appelait Ramengo, s'écria l'inconnu d'une voix de tonnerre.

--Bien sûr, continuait le pêcheur, proprement Ramengo; ce nom ne m'est
jamais sorti de l'esprit. Elle ne savait pas dire autre chose; et même,
quand elle délirait, elle ne faisait que répéter ce nom, et.....

--Et quel autre?.... demanda le traître.

--Et elle disait aussi: Pauvre enfant! et beaucoup d'autres fois: Cher,
pourquoi ne viens-tu pas? je t'ai tant attendu! Mais tu as eu peur,
n'est-ce pas? Il est brutal, mais bon; et d'autres choses dénuées de
sens, parce qu'elle n'avait pas sa raison. Il ne fut jamais possible de
la guérir. Ce que ma Nena fit pour elle ne se pourrait dire.

--Oh bien! reprit la femme avec une complaisance ingénue, j'ai fait mon
devoir. Nous sommes nés pour nous aimer et nous secourir les uns les
autres. Ai-je bien dit, seigneur étranger? Et qui n'aurait porté,
secours à cette pauvre créature? Â la voir, on comprenait qu'elle était
accouchée récemment; belle, qu'elle devait avoir été un ange; mais
abattue, exténuée, elle vous regardait avec deux yeux à faire pleurer
un tigre.»

Ramengo s'éloigna du feu en s'éventant et respirant avec force; il
arpenta la petite chambre.

«Est-ce qu'il a trop chaud? demandait Maso. Pourtant ses habits fument
encore sur son dos.

--Oui, oui, cria celui-ci d'un ton de colère; mais finissez votre
chanson avant qu'il ne vous vienne un cancer de la langue. Je ne vois
pas quel rapport ont toutes ces niaiseries avec ce que je vous ai
demandé.

[Illustration.]

--Quel rapport? niaiseries? reprenait le meunier, un peu étonné de
l'agitation de son hôte. Vous allez maintenant le comprendre, le
rapport. La dame alla donc de mal en pis. Dans cette barque, du soleil,
de l'eau, de la faim, il n'y a que Dieu et elle qui sachent ce qu'elle a
souffert. Enfin elle mourut.

--Et quand elle expira, reprit la Nena en s'essuyant les yeux avec son
tablier, si vous l'aviez, vue! elle me serrait les mains de toutes ses
forces. Je comprenais bien ce qu'elle voulait me dire; elle voulait me
dire; Gardez avec vous mon enfant, et....

--Et vous, qu'en avez-vous fait?

--Que voulez-vous que j'en aie fait? Je le nourris de mon lait, il
devint un grand garçon, bon comme le pain, mais vif comme un poisson et
hardi comme un chevreau; et il nous aida dans notre métier, jusqu'à ce
qu'un seigneur du nom de ceux qui règnent dans Milan l'ait emmené avec
lui, et il est aujourd'hui le seigneur Alpinolo.

--Mais qui ils étaient, personne ne vous l'a dit? vous n'avez pu le
savoir? demanda Ramengo avec une ombrageuse curiosité.

--Jamais, répondit la Nena. Que n'aurais-je pas donné pour le savoir!
Une dame si belle, un enfant si innocent! quelle douleur pour leurs
parents de les avoir perdus! Et si j'avais pu me présenter à eux, et
leur dire: Je sais ce qui en est arrivé; leur joie m'aurait rendue la
plus heureuse femme de l'univers.

--Et comptes-tu pour peu le plaisir d'en savoir l'histoire? disait Maso.
Dieu bon! elle devait venir de loin. Les barques de cette génération, je
les connais toutes sur le Pô, dans toute sa longueur, et celle-là ne
leur ressemblait en rien.»

La femme reprenait: «L'histoire sera qu'un jour son mari l'aura menée à
la promenade, il sera tombé dans l'eau, le fleuve était gros, etl la
malheureuse aura été entraînée.

--Peuh! répondait Maso en secouant la tête; mais souviens-toi donc
comme elle criait: «Pourquoi le frappes-tu? ce couteau, que ne le
plonges-tu dans non coeur?» Il serait plutôt à croire que quelque ennemi
l'aura réduite en cet état.

--Et pourquoi l'aurait-on laissée vivante? dit Omobono.

--Que tu es bête! pour la tourmenter davantage. Des méchants, il y en a
beaucoup, crois-moi, moi qui connais le monde; et ils savent bien que
mourir est peu de chose; mais boire la mort, goutte à goutte, comme l'a
fait cette infortunée!...

--Oh! mon père, celui qui eut le coeur de faire cela, n'était pas un
homme, mais un démon en chair et en os.»

Le lecteur imagine facilement combien ces paroles étaient terribles pour
Ramengo. Aux reproches de sa conscience, il opposait le féroce plaisir
de la vengeance. Il le savourait d'autant plus qu'il comprenait
maintenant combien elle avait été atroce, maintenant qu'il voyait
qu'elle n'était pas encore complète. Sans le savoir, il avait préparé,
contre le fruit du crime de Rosalia, de nouvelles trames destinées à le
perdre, et ce qui lui plaisait le plus, à perdre en même temps le père
de cet enfant de l'adultère. Un seul coup allait donc anéantir tout ce
qu'il exécrait en ce monde. Après un court silence que les bons paysans
crurent suscité par la pitié, il demanda: «Alpinolo, où est-il?

--Qui le sait? répondit le meunier; il y a quatre ou cinq semaines, une
nuit, l'heure était fort avancée, nous étions au lit. L'approche d'un
cheval se fait entendre. Il s'arrête; on frappe: «Qui va-là?--C'est moi,
mon père. «Il m'a toujours conservé ce nom de père! «Ouvre-moi.» Je
courus, la Nena courut, Omobono et Donnino coururent. Son arrivée fut
une fête pour tous. Il passa la nuit dans la plus grande agitation: il
voulut nous faire coucher, mais nous demeurâmes autour de lui assis sur
ces sacs de farine. Il était comme absorbé par ses pensées; puis tout à
coup il s'écriait: «Infâme maudit! Et cette infortunée!... et moi qui
l'ai écouté!...» A la venue du jour, il parut se calmer. Il nous fit des
excuses, le pauvre jeune homme, de la tristesse qu'il nous avait
occasionnée pendant la nuit. Il nous dit que de grands malheurs étaient
arrivés à Milan, que ses plus chers amis avaient été jetés en prison. Il
devait repartir tout de suite. Il nous laissa son cheval et son argent,
en nous disant que s'il passait une semaine sans revenir, c'était bon
signe, et qu'il aurait pris une autre route: l'argent et le cheval nous
appartiendraient. Il nous laissa en outre un anneau de diamants, et une
petite bourse qui contient deux lettres. Il ne s'en sépara qu'en
pleurant, et nous les recommanda comme tout ce qu'il a de plus cher au
monde. C'est tout l'héritage de sa mère.

--Donnez-moi ces deux lettres, s'écria Ramengo d'une voix tonnante. Ses
yeux jetaient des éclairs. Deux lettres de Rosalia! où sont-elles? à
moi, je les veux! je veux les voir. Donnez-les moi!»

Cependant les deux vieillards délibéraient s'il fallait accéder aux
désirs de ce forcené, et, dans l'indécision, la Nena avait toutefois
tiré les deux lettres du coffre, et elle finit par les lui présenter, en
lui disant avec un regard soupçonneux: «Mais promettez-moi de me les
rendre.»

[Illustration.]

Avant de répondre, Ramengo lui avait arraché les papiers de la main, et
pressé l'anneau avec un tremblement fébrile: c'était l'anneau de ses
fiançailles avec Rosalia. Il fit un mouvement pour le porter à ses
lèvres; puis la colère l'emportant, il le jeta loin de lui. Pendant que
la Nena le ramassait, il se mit à lire les deux morceaux de parchemin.

_«Puisque le destin de notre patrie est décidé, je t'abandonne et je
vais combattre les infidèles. Ma seule douleur est de m'éloigner de toi,
que j'aime par-dessus toute chose. Il me reste encore cinq jours avant
mon départ; si tu peux tromper la vigilance de ton mari, fais que je
puisse encore une fois le voir et t'embrasser. Le valet qui te porte ce
billet reviendra demain soir chercher la réponse. Quelques risques mie
je doive courir, je m'y exposerai avec plaisir si je puis te dire
combien tu es aimée de ton frère.»_

Ramengo voulait encore les preuves d'un crime; il ne trouvait que celles
de l'innocence de Rosalia. Peut-être l'autre billet lui fournirait-il ce
qu'il cherchait; mais il était de la même main, et voici ce qu'il
contenait:

_«Tous jours j'ai attendu le valet avec la réponse: rien n'est venu.
Qu'est-ce que cela veut dire? Je pars donc sans te voir, ma soeur
chérie: mais dans quelque lieu que je sois, quel que sait le sort qui
m'attend, je te porterai toujours dans mon coeur, toujours je prierai le
ciel de t'accorder le bonheur que je ne doit plus connaître. Adieu.»_

[Illustration.]

«Donc elle était innocente,» s'écria Ramengo d'une voix qui fit frémir
la famille. Il marchait par la cuisine à pas précipités, tantôt
blasphémant, tantôt poussant des cris inarticulés: puis tout à coup,
d'un coup de pied, il enfonça la porte de la maison et sortit. La nuit
était noire comme ses pensées, la pluie violente et accompagnée de
tonnerre et des éclairs. Mais il ne voyait, il n'entendait ni la nuit,
ni la pluie, ni le vent, ni les fureurs du ciel. Donnino, qui le suivit
longtemps, quoique de loin, le vit traverser à grands pas la campagne:
bientôt il le perdit de vue, et revenant à la cabane, il racontait avec
stupéfaction les folies et les agitations de l'étranger, s'écriant: «Il
doit avoir l'esprit bien de travers.»

C'est avec un démon dans le coeur que Ramengo continua sa course
errante. Avoir tué une femme innocente, et de cette manière,
justifierait suffisamment le trouble de ce désespoir dans une âme moins
criminelle. Mais dans l'âme de Ramengo, ce n'étaient pas là les tortures
du remords, mais la fougue de la colère, parce que ce coeur dépravé, ne
pouvant se résoudre à se reconnaître des torts, tirait de ses propres
fautes une excitation à de nouvelles haines. Vase corrompu où la rosée
elle-même se corrompt; serpent dont le sein transforme jusqu'au miel en
poison. Cette femme, il l'avait cependant aimée; elle lui avait fait
connaître les douceurs d'un amour partagé. Et il l'avait tuée! il
s'était privé, du seul bonheur pur qu'il eût jamais goûté dans sa vie!
Si elle avait vécu, oh! combien différente se serait écoulée mon
existence tranquille dans le sein de ma maison! J'aurais été le père
d'enfants adorés! Père! oh! être Père! Cette consolation, j'en ai joui,
mais seulement assez pour me faire sentir plus vivement la malédiction
d'en être à jamais privé. Si elle eût vécu, que m'importerait l'orgueil
de Marguerite? Qu'aurais-je à envier aux joies de Pusterla? Et tous ces
malheurs, qui les a causés, sinon Pusterla lui-même. Maudit, il a
empoisonné la coupe de mes jours. Oh! si tu m'as ravi les douces joies
de l'amour, tu me procureras du moins celles de la vengeance. O Rosalia,
Rosalia! je te le jure, je te vengerai, je le vengerai!»

[Illustration.]

Ainsi le sentiment de son crime l'excitait à d'autres crimes. Semblable
à celui qui, dans le trouble d'un incendie, jette à la flamme de
nouveaux aliments en croyant ainsi les éteindre. Il se tut, et
poursuivit sa course comme un insensé à travers ces landes marécageuses,
s'enfonçant dans les flaques d'eau et sautant les fossés. Puis il
ouvrait la main et considérait les lambeaux des deux lettres qu'il avait
déchirées et qu'il conservait. «Hélas! disait-il, elle les aura baisées
bien des fois, bien des fois elle les aura couvertes de ses larmes; elle
sera morte en les pressant sur son coeur, avec le nom de son frère sur
les lèvres. Cependant elle se sera répandue, en imprécations contre son
meurtrier... comme lui, et non contre celui qui le poussait à ce crime.
Avec le lait, elle aura fait sucer à son fils la haine de son père, elle
lui aura enseigné, à m'abhorrer... Mais non, oh non! il était d'un âge
trop tendre: il ignore quel est son père, et il brûle de le savoir,
pour pouvoir paraître dans la société avec un nom et obtenir la dignité
de chevalier qui ne lui fut refusée, qu'à cause de l'incertitude de sa
naissance. Certes, il cherche son père, et il ne sait pas qu'il épiait
ses traces pour le conduire à sa ruine. Mais maintenant je le trouverai
bien, je me découvrirai à lui. Je lui dirai que je suis son père. Quelle
joie pour lui d'avoir trouvé un père! comme il me chérira! Et moi, je
l'aimerai, ma tendresse pour lui compensera mes torts envers
l'infortunée; je pourrai reparaître dans le monde en tenant à mes côtés
un fils qui sera ma gloire, le soutien et la consolation de ma
vieillesse!... Mais moi! non: peut-être cela ne me sera-t-il jamais
donné; le voilà enveloppé dans la ruine, de Pusterla! Enfer! il faudra
que ce Pusterla traverse toutes mes joies, après avoir été la cause de
tous mes tourments; malédiction sur sa tête!»

Et il retombait dans ses inprécalions: puis il s'arrêtait à regarder la
nuit, le frémissement de la pluie, unique voix de la campagne
silencieuse. Cette campagne, cette nuit lui rappelaient cette autre
campagne et cette autre nuit où il avait reçu de Marguerite un affront
que le sang seul pouvait laver. Alors ce souvenir rallumait sa fureur,
et il concevait les projets de la plus atroce vengeance.

Lorsque le jour vint, comme la pluie avait effacé jusqu'aux moindres
traces des sentiers au milieu de cette lande, il se dirigea vers la
cabane des meuniers, guidé par le bruit du fleuve, el il y arriva enfin
en suivant ses rives. Il s'en approcha comme un homme qui va entendre sa
sentence de mort. Il entra; et à la Nena, accroupie auprès du feu, il
demanda: «Est-il revenu?

--Qui? reprit la femme.

--Lui, lui, Alpinolo!

--Oh! messire, non... j'ai peur... Dieu ne veuille, mais il doit bu être
arrivé quelque accident. Une âme le murmure à mon oreille. Pauvre jeune
homme!»

Et en parlant ainsi, elle jetait un regard soupçonneux sur cet inconnu,
en pensant dans quelle furie elle l'avait vu le soir précédent. Il fit
seller son cheval, et partit en leur disant que si Alpinolo arrivait, ils
le retinssent à tout prix jusqu'à son retour, parce qu'il y allait de la
vie qu'il lui parlât. Le jour, le lendemain et les suivants, il erra à
l'aventure, suivant son caprice, l'occasion, la volonté de son cheval,
quelque idée, quelque superstition; il s'arrêtait en une contrée sans
savoir pourquoi, cheminait, revenait sur ses pas, enfin il revenait
toujours chez le meunier. Sa venue troublait la vie ingénument
insouciante de ces bonnes gens, qui, se souvenant toujours de ses
transporta, auraient vu avec moins de peine le débordement du fleuve.
«Si celui-là, était au moins la fièvre, disait la Nena, je m'en
délivrerais avec une messe à Saint-Sigismond»; et d'autres fois;
«Jusqu'à Judas qui trouva un refuge le dimanche dans la maison du
diable: mais pour celui-là, il n'y a pas de fête qui le tienne.»

Ainsi, la tête pleine de préjugés avec le meilleur coeur du monde, elle
ne savait pas pourquoi, mais elle ne pouvait pas souffrir cet homme. «Ni
notre chien non plus, ajoutait-elle; il n'a jamais pu s'accoutumer à le
voir sans crier comme si on l'écorchait.

Ramengo retournait toujours, assidu comme un créancier; La première
demande qu'il faisait était toujours si Alpinolo avait paru. Mais la
réponse était toujours la même; «Non!»



Bulletin bibliographique.

_Le Nord de la Sibérie_; par M. DE WRANGELL (9).--_Les Pyrénées_; par M.
le baron TAYLOR (10).--_Les Rues de Paris_; 1er volume (11).

[Note 9: Traduit du russe par le prince Emmanuel Gallitzin, 2 vol. in-8,
avec une carte. Amyot 15 fr.]

[Note 10: 1 vol. in-8 de 600 pages. Gide 7 fr. 50.]

[Note 11: 1 vol. in-8, avec 500 dessins. Kugelmann. 12 fr.]

Il y a deux siècles, la Sibérie septentrionale était complètement
inconnue des nations de l'Europe. Ce fut en 1640 environ qu'un chef
Cosaque nommé Bouza, chargé de soumettre quelques peuplades au _yasak_
un tribut en pelleteries, s'embarqua sur la Léna, cette grande artère
qui partage la Sibérie, et la descendit jusqu'à la mer Glaciale. A dater
de cette époque, de nombreuses découvertes eurent lieu d'année en année
dans cette, vaste contrée du globe; mais les marchands ou les
navigateurs qui s'y aventurèrent manquaient, en général, de ressources
et d'instruction, et n'ont laissé d'ailleurs aucune relation
authentique de leurs voyages. La première expédition scientifique
remonte au règne de l'impératrice Anne Ivanova. Formée de trois
divisions, cette expédition partit en 1734; elle avait pour but
principal de reconnaître toutes les côtes de la Sibérie de la mer
Blanche jusqu'au détroit qui sépare l'Asie de l'Amérique, et surtout
d'examiner s'il serait possible de se rendre par mer d'Archangel au
Kamtschatka, il ne nous appartient pas d'énumérer ici les résultats et
les désastres de cette expédition; qu'il nous suffise de rappeler que,
malgré l'héroïque dévouement de ses chefs, et surtout de Lapteff, malgré
les tentatives et les découvertes ultérieures de Chalaouroff, de
Lyakoff, d'Andreyeff, de Cook (1778), de Billings (1785, 1794), et de M.
Genthtrom (1808 à 1811), cet important problème géographique n'était pas
encore complètement résolu, lorsqu'en 1820, Sa Majesté l'empereur
Alexandre donna l'ordre d'expédier deux officiers de marine aux bouches
de la Vana et de la Kolima. Ces deux expédiions devaient, d'une part,
s'assurer si, comme le prétendaient certains navigateurs, il existait un
grand continent arctique dans la mer Glaciale, et, d'autre part, relever
les côtes de la mer Glaciale, de l'Olenek, vers l'est, jusqu'au delà du
cap Nord.

M. le lieutenant de marine Anjou (actuellement capitaine de premier
rang) fut placé à la tête de l'expédition chargée de se rendre à
l'embouchure de la Vana, pour aller ensuite reconnaître les îles
Kotehuoy et Fadeyevski, et la Nouvelle-Sibérie, et relever la côte entre
les bouches de l'Indiguirka et de l'Olenek. La relation de son voyage
n'a point été publiée. M. le lieutenant de Wrangell (actuellement
contre-amiral) reçut le commandement de la seconde expédition; on lui
adjoignit deux officiers de marine, MM. Matiouchkine et Kozmine; M. le
docteur Kiber accompagna l'expédition en qualité de naturaliste. C'est
de la relation russe de ce voyage que le prince Emmanuel Gallitzin vient
de publier une traduction française, sous ce titre: _Le Nord de la
Sibérie_.

Parti de Saint-Pétersbourg le 23 mars 1820, M. de Wrangell n'y rentra
que le 15 août 1824.--Comment avait-il employé ces quatre années et
demie d'absence? Le 3 avril il avait quitté Moscou; le 18 mai, il
arrivait à Irkoustk, capitale de la Sibérie, à 5,630 kilomètres de
Moscou. S'étant embarqué sur la Léna, il la descendit jusqu'à Yakoutsk
(à 2,650 kilomètres d'Irkoustk), puis il se rendit à cheval à
Nidje-Kolkimsk, misérable village situé au delà du 60e degré de
latitude, à 3,380 kilomètres de Yakoutsk, (11,660 kil. de Moscou), qui
allait devenir pendant trois ans son séjour habituel et le centre de ses
opérations. Le 2 novembre, jour de son arrivée, le thermomètre marquait
32 degrés de froid.

Durant les trois années qu'ils passèrent à Nidje-Kolkimsk, MM. de
Wrangell, Matiouchkine et Kozmine firent, outre diverses excursions dans
les environs, quatre grands voyages à la mer Glaciale et le long de ses
côtes. Malheureusement des obstacles impossibles à surmonter ne leur
permirent de résoudre qu'un des deux grand problèmes géographiques qui
leur avaient été posés.--En relevant toutes les côtes de la mer
Glaciale, depuis l'embouchure de l'Indiguirka jusqu'à l'île Kolioutchine
(Hurney's Island), c'est-à-dire sur une étendue de 35 degrés de
longitude, dont une partie, celle comprise entre le cap Chelagsk et le
cap Nord, n'avait été visitée par aucun européen, ils prouvèrent que si
la mer était jamais libre de ses glaces, un navire pourrait se rendre
d'Archangel au Kanitschalka, d'Europe en Amérique par la mer Glaciale;
mais il ne leur fut pas possible d'atteindre les terres arctiques qu'ils
espéraient découvrir en se dirigeant vers le pôle sur les glaces de la
mer, dans des _nartas_ traînés par des chiens, leur dernière tentative,
faite en 1823, ne réussit pas mieux que le précédentes. Pour donner une
idée des dangers auxquels ils s'exposaient, nous citerons le passage
suivant (tome II, p. 279):

«Le 17 mars au soir, le vent tourna à l'ouest-nord-ouest; il continua à
augmenter, finit par se transformer en tempête, et brisa la glace près
de notre campement. Nous nous réfugiâmes sur un grand glaçon d'environ
100 mètre en largeur. Cependant la violence de l'ouragan ébranlait la
glace; de nouvelles crevasses se formaient, les anciennes
s'agrandissaient, et plusieurs étaient d'une largeur énorme. De quelque
côte que l'on portât ses regards, on n'apercevait que glaces brisées et
une mer furieuse. Tout à coup le glaçon sur lequel nous nous trouvions
se détache, et, soulevé par la vague, part et flotte au gré des vents,
emportant les voyageurs, qui s'attendent à être engloutis d'un moment à
l'autre!... C'est dans cette situation lamentable que nous passâmes une
partie de la nuit dans une obscurité complète et dans de mortelles
angoisses! Mais le vent se calma, et le glaçon, qui, par bonheur, ne
s'était point brisé, fut poussé avant le jour contre des glaces
immobiles où il s'arrêta. Sur ces entrefaites, la gelée survint, et
souda notre glaçon à ceux qui l'entouraient, en sorte que nous nous
trouvâmes de nouveau, le 18 mars au soir, sur une plaine de glace
immobile.»

M. de Wrangell continua donc son voyage; mais, le 23 il rencontra une
large crevasse qui, dans les parties les plus étroites, avait 300 mètres
de largeur; elle s'étendait d'une extrémité à l'autre de l'horizon. Le
vent d'ouest, qui augmentait de violence, élargissait de plus en plus ce
canal, M. de Wrangell gravit un grand rocher de glace pour examiner s'il
n'existait pas un passage quelconque par où l'on pût avancer; mais il
n'aperçut qu'une mer libre et sans limite... Sur les vagues remuantes
flottaient d'énormes glaçons; ils allaient échouer contre la glace
ramollie qui formait le bord opposé du canal «Peut-être, dit M. de
Wrangell, eussions-nous pu traverser le canal sur quelques glaçons; mai
sa quoi bon? la glace, de l'autre côte, n'avait plus de consistance!
Déjà, près de nous, ébranlée par le vent et la rapidité du courant dans
le canal, elle commençait à se lézarder, et l'eau, pénétrant avec bruit
dans les fentes, en détachait des parties et démolissait la plaine
glacée. Nous ne pouvions plus avancer! Ainsi tout espoir d'arriver à la
découverte d'une terre dont _l'existence n'avait plus rien de
problématique_, Venait de disparaître; il fallait renoncer à atteindre
au but de trois années de travaux incessants, accomplis au milieu
d'obstacles sans nombre, de dangers et de privations de toute espèce.
Nous avions but du moins tout ce que l'honneur et le devoir exigeaient
de nous. Je me décidai à rebrousser chemin.»

M. de Wrangell déclarait ainsi que l'existence de la terre qu'il
cherchait n'avait rien de problématique, parce que quelques jours
auparavant un vieux _kamakay_, ou chef tchouktcha, lui avait donne les
renseignements suivants: «Entre les caps Yerri et Irkaypi (cap Chelagsk
et cap Nord), près de l'embouchure d'une petite rivière qui se jette
dans la mer, à travers des rochers peu élevés, durant les beaux jours
d'été, l'on aperçu au nord de hautes montagnes couvertes de neige.
Autrefois il nous arrivait de ce pays-là de grands troupeaux de rennes;
mais les chasseurs et les loups les ont détruits. J'ai moi-même
poursuivi un de ces troupeaux qui se dirigeait vers les montagnes; mais
la glace, à une certaine distance du rivage, devint tellement inégale,
que mon traîneau se trouva arrêté, ce qui m'obligea à m'en retourner.
Ces montagnes se trouvent dans une contrée aussi étendue que le pays des
Tchouktcha, et forment l'extrémité d'un cap très-allongé. La terre dont
elles font partie doit être habitée; car une baleine, portant un dard
armé d'une pointe en pierre, est venue échouer sur les bords de l'île
Araoutane.»

Tels furent les grands résultats géographiques de l'importante
expédition commandée par M. de Wrangell. Ces résultats étaient connus
depuis longtemps, et, en 1840, la _Revue Britannique_ avait consacré
plusieurs articles à l'analyse de l'ouvrage que M. le prince Emmanuel
Gallitzin a eu l'heureuse idée de traduire en français. Peu de relations
de voyages offrent une lecture tout à la fois plus agréable et plus
instructive. Ne connaissant pas la langue russe, il nous est impossible
de juger de la fidélité de la traduction; mais nous n'avons que des
éloges à donner au style facile et même élégant du traducteur. Quant à
M. de Wrangell, il a su, tout en payant dans le compte-rendu de ses
travaux le tribut qu'il devait à la science, écrire un livre aussi
intéressant pour la masse de ses lecteurs que pour les géographes. Mieux
qu'aucun autre voyageur, il a décrit les horreurs et les béantes de ces
affreux déserts, où l'hiver règne en tyran absolu pendant dix mois de
l'année, et raconte la vie monotone et pourtant animée de ses habitants,
avec lesquels il a vécu pendant quatre ans; leurs luttes perpétuelles
contre le froid et la famine, leurs chasses, leurs pêches, leurs
coutumes, leurs moeurs, etc.; enfin, il nous a fait connaître la nation
des Tchouktchas, dont le nom seul était parvenu en Europe, et qui n'a
point été soumise à l'époque de la conquête de la Sibérie par les
Cosaques. Veut-on savoir ce qu'est le _nord de la Sibérie?_ qu'on lise
le passage suivant emprunté au tome II, page 345:

«Le 17 décembre, nous quittâmes Verkhoyansk. La température continuait à
être rigoureuse; le mercure se tenait constamment à 10 degrés au-dessous
de zéro, par un froid pareil, toute course, même en traîneau, est
sujette à difficulté; à cheval elle n'est point supportable. Il est
impossible de se représenter les souffrances auxquelles on est exposé en
un pareil voyage, sans les avoir éprouvées soi-même. On chemine le corps
enveloppé dans des vêtements fourrés, pesant près de 20 kilog. Ce n'est
qu'à la dérobée que l'on se hasarde à respirer de temps en temps un peu
d'air frais; car on a la bouche cachée dans un vaste collet montant en
fourrure d'ours, autour duquel s'étend une épaisse couche de givre.
L'air est tellement âpre, que chaque aspiration occasionne une sensation
douloureuse insupportable dans la gorge et dans la poitrine. Un énorme
bonnet fourré recouvre le visage tout entier. Pendant l'espace d'environ
dix heures (terme habituel d'une étape), le voyageur est pour ainsi dire
cloué à la selle du cheval. Il va sans dire que, sous un accoutrement
pareil, tout mouvement est à peu près impossible. Les chevaux se fraient
un passage à grand'peine à travers une neige si profonde, qu'un homme
s'y perdrait. Ces animaux souffrent beaucoup du froid; les bords de
leurs naseaux se garnissent de glaçons qui augmentent de plus en plus et
finissent par les empêcher de respirer; ils poussent, en pareil cas, une
sorte de hennissement douloureux auquel se joint un tremblement de tête
convulsif; il faut alors que le cavalier se hâte de secourir son cheval,
qui, sans cela, ne tarderait point à étouffer. Lorsqu'on traverse, des
steppes glaces, dégarnis de neige, il arrive souvent que les sabots des
chevaux se crevassent, ce qui les empêche de marcher. La caravane est
toujours entourée d'un épais nuage bleuâtre qui provient des exhalaisons
des humidités et des chevaux. La neige elle-même, en se contractant de
plus en plus, dégage du calorique; les particules aqueuses des vapeurs
se transforment immédiatement en une infinité du paillettes glacées;
elles se répandent dans l'atmosphère en faisant entendre une espèce de
craquement prolongé ressemblant à un bruit produit par le déchirement du
velours ou d'une étoffe de soie épaisse. Le renne, cet habitant des
régions septentrionales les plus éloignées, cherche un refuge dans les
bois contre ce froid épouvantable. Dans les tondres, les rennes se
rassemblent par masses serrées, pour tâcher de se rechauffer par la
communication de la chaleur qui leur est propre. Un corbeau seul se
hasarde à traverser l'air d'un vol faible et lent, en laissant après lui
une traînée de vapeur déliée comme un lit. Non-seulement les objets
animés, mais les objets inanimés eux-mêmes éprouvent la terrible
influence du froid. Des arbres énormes éclatent avec un bruit
retentissant qui résonne dans le steppe comme le bruit du canon dans la
mer. Le sol des tondres et des vallées se crevasse, et il s'y forme de
profondes fondrières; l'eau contenue dans les entrailles de la terre
sort par ces ouvertures, se répand au dehors en fumant et se transforme
immédiatement en glace. Dans les montagnes, d'énormes rochers se
détachent et forment des avalanches qui roulent avec fracas dans le fond
des vallées. Les fortes gelées étendent même leur influence sur
l'atmosphère: la beauté si majestueuse et si justement vantée du ciel
bleu foncé des régions polaires, disparaît dans un air épaissi par le
froid; les étoiles n'ont plus leur éclat habituel, et ne brillent que
faiblement. Le charme mystérieux d'une nuit que la lune éclaire se perd
là où une nature morte est cachée sous un vaste tapis de neige.
L'Imagination, affaissée sous le poids de l'uniformité, cherche en vain
un aliment é son activité dans une contrée où tout est immobile, et où
les derniers efforts de l'organisme humain tendent uniquement à échapper
à un froid qui souvent est mortel...»

Après avoir passé quatre années avec M. de Wrangell dans ces déserts
glacés, on éprouve le besoin d'aller sous d'autres latitudes respirer un
peu d'air tiède et revoir de la verdure. Des extrémités les plus
reculées du Nord, transportons-nous donc à la frontière méridionale de
la France. Du sommet du mont Panleley élançons-nous d'un seul bond au
pied du Canigou; accompagnons M. le baron Taylor dans les _Pyrénées_.
Quel meilleur cicerone pourrions-nous choisir? M. le baron Taylor nous
réserve même jusqu'au plaisir de la surprise. Dans une trop courte
préface, il nous avertit, il est vrai, que ce beau volume de 618 pages
publié par M. Casimir Gide, son éditeur, ne traite ni de physique, ni de
géologie, ni de botanique, mais d'histoire. Sans doute il n'a pas pensé
à écrire l'histoire générale et complète des Pyrénées; il a voulu
seulement, selon ses propres expressions, «reproduire les notes qu'il
avait prises en Espagne, dans ses chroniques si riches et si poétiques,
et telles qu'il avait recueillies en France dans les débris de ses
archives, que l'ignorance et le vandalisme ont trop souvent livrées à la
destruction.» Cet aveu fait, M. le baron Taylor se renferme dans un
silence que nous ne saurions approuver. Poussée à l'excès, la modestie
devient un défaut. Que M. le baron Taylor n'énumère pas lui-même, en les
exagérant à la façon de certains charlatans littéraires, toutes les
merveilles que le public verra dans son livre, nous le concevons; le
titre de l'ouvrage et le nom de l'auteur suffiront pour attirer une
affluence considérable de curieux. Cependant, M. le baron Taylor aurait
dû, avant de commencer son voyage, faire connaître d'avance à ses
lecteurs l'itinéraire qu'il se propose de suivre, leur accorder, de
distance en distance, quelques instants de repos, et enfin leur donner
les moyens de rechercher les faits importants dont leur mémoire aurait
perdu le souvenir. Parmi les touristes qui partiront avec lui, beaucoup
l'abandonneront en route, et ceux qui, comme nous, l'accompagneront
jusqu'au terme de son excursion, s'apercevront plus d'une fois qu'un
ouvrage d'histoire de 618 pages, si intéressant qu'il soit d'ailleurs,
ne peut pas se passer d'une table raisonnée des matières, d'une certaine
division par chapitres et d'un index général.

«De la mer qui voit les rayons du soleil se lever, à l'Océan, dont les
flots baignent le coucher du soleil,» M. le baron Taylor parcourt, dans
ces 618 pages, «les deux rivages liés par les monts pyrénéens, et les
contrées que ces montagnes séparent et défendent.»--Parti de Narbonne,
il ne s'arrête qu'à Biaritz. Pas un monument, ancien ou moderne, qu'il
n'étudie, dont il ne constate l'origine, dont il n'écrive l'histoire,
toutefois, ses visites aux châteaux et aux églises ne remplissent qu'une
faible partie des _Pyrénées_. Les villes et les provinces y occupent la
place qui leur est due.--Outre les histoires particulières de Perpignan,
de Pamiers, de Foix, de Tarbes, de Pau, de Bayonne, les lecteurs y
découvriront les histoires générales du Roussillon, du Languedoc, du
comte de Comminges, du Bearn et du pays Basque.--Les _Pyrénées_ sont le
premier ouvrage écrit à ce point de vue sur ce pays si plein de la
mémoire des grands faits historiques de la vieille France et de
l'Ibérie.

Les documents authentiques lui manquent-ils, M. le baron Taylor sait
toujours trouver une légende poétique qui les remplace parfois fort
avantageusement. Ainsi la science n'est pas de son domaine; il l'avoue
lui-même. En vain la géologie prétend que, comme toutes les grandes
chaînes de montagnes du monde, le soulèvement des couches du globe a
seul amoncelé ces masses terribles dont se composent les Pyrénées, M. le
baron Taylor préfère croire à la tradition mythologique. «Alcide, nous
apprend-t-il, après avoir terrassé le triple Geryon, après avoir élevé
les murs d'Alexia, fut vaincu par les charmes de Pyrène, fille d'un roi
des Celtes nommé Bebrix. Alcide oublia quelque temps, dans les bras
d'une femme, sa gloire et ses travaux. Cependant sa vertu se réveilla
bientôt: il s'éloigna et poursuivit au loin sa lutte avec les monstres
de la terre. Pyrène, abandonnée, cacha dans le fond des forêts sa
douleur et ses larmes; et quand Alcide, rappelé dans ces lieux par
l'amour, y revint charge des dépouilles de ses nouvelles victoires, son
amante avait cesse de vivre. Il retrouva ses membres; déchirés que des
animaux sauvages venaient de disperser dans les cavernes de ces
montagnes. Après avoir fait éclater ses regrets par des cris dont le
monde fut ébranlé, ce héros rassembla les membres sanglants de la fille
des rois, et, pour laisser un monument éternel de son désespoir, il
souleva, il entassa les rochers qui forment aujourd'hui les Pyrénées,
tombeau colossal qu'il éleva de ses mains puissantes aux cendres de sa
bien-aimée.»

Il est temps de revenir à Paris, car avant de clore ce bulletin, nous
aurions encore, grâce au beau volume illustré que vient de publier M.
Kugelmann, plus d'une promenade amusante et instructive à faire dans ses
rues. La première partie de cet ouvrage a seule paru; mais la seconde et
dernière sera mise en vente avant la fin de l'année.--Un nombre
considérable d'exemplaires ont été retenus d'avance pour les
étrennes.--les auteurs des _Rues de Paris_ n'ont pas cherché à esquisser
les traits du caractère et de la figure des Parisiens de leur siècle;
mais ils racontent, avec des formes variées, l'histoire de chaque rue et
de ses habitants célèbres, depuis la fondation de la primitive Lutèce
jusqu'à l'an de grâce 1843. Que de choses intéressantes et ignorées ils
apprendront à leurs lecteurs!--Ce sont d'ailleurs, pour la plupart, des
écrivains aimés du public. M Louis Lurine, le directeur de l'ouvrage, a
sous ses ordres plus d'un soldat qui serait digne du commandement.--M
Jules Janin a fait l'histoire de la Place-Royale; M. Eugène Guinot,
celle de la rue Laffitte; M. Étienne Arago, celle de l'allée et de
l'avenue de l'Observatoire; le bibliophile Jacob, celle de la Cité... M.
Tavile Delort a révélé les mystères de la rue Pierre Lescot. Enfin, la
rue de la Paix, le Palais-Royal, la rue de la Harpe, les quais, la place
Louis XV, la rue Lepelletier, la rue Saint-Florentin, la rue
Notre-Dame-de-Lorette, etc., etc., ont eu pour historiens: MM. Marco de
Saint-Hilaire, E. Briffault, Roger de Beauvoir, Mary Lafon, Theod.
Burette, Albert Cler, Louis Lurine. Albéric Second. Les 300 gravures sur
bois qui illustrent cette première partie sont signées Nanteuil, Jules
David, Français, Baron, Markl, Godefroy, Daumier et Gavarni.



Armée.

CHASSEUR À CHEVAL.--NOUVEL UNIFORME.

Ce serait une longue histoire que celle des variations qu'a subies
incessamment l'uniforme de tous les corps de notre armée. Des volumes
entiers ne suffiraient pas à les décrire; aucune arme d'ailleurs n'a été
respectée par cette manie d'innovations, la cavalerie pas plus que
l'infanterie. Ces perpétuels changements ont-ils été toujours des
améliorations réelles? nous laissons à des juges plus habiles et plus
compétents le soin de résoudre cette grave question. Les _chasseurs à
cheval_ ont eu leur bonne part dans ces fréquentes vicissitudes, dans
ces mobiles caprices de la mode militaire, comme nous l'apprend la
biographie de ce corps, dont l'origine ne remonte guère plus haut que
l'année 1779.

Les chasseurs avaient été d'abord un corps de fantassins d'élite petits
et robustes, attaché à chaque régiment de hussards, et combattant dans
les rangs de la cavalerie. En 1776, chaque régiment de dragons, composé
de 6 escadrons, en font un de chasseurs à cheval. Réunis en 1779, ces 24
escadrons de chasseurs formèrent les 6 premiers régiments de chasseurs à
cheval qui parurent dans les rangs de l'armée française. Le 8 mai 1784,
un bataillon de chasseurs à pied fut attaché à chaque régiment;
l'uniforme fut l'habit vert, la veste de drap chamois, et la culotte de
tricot de la même couleur. En 1788, 6 régiments de dragons passèrent
chasseurs, et portèrent à 12 le nombre de ces régiments: la même
ordonnance supprima leur bataillon d'infanterie.

[Illustration: Nouvel uniforme des Chasseurs à cheval.]

Le 6 septembre 1792, le corps des hussards américains forma le 13e
régiment de chasseurs à cheval. Des compagnies des hussards de la Mort,
des hussards de l'Égalité, formèrent l'année suivante le 14e régiment;
les 15e et 16e furent organisés le 7 mars 1793, et, le 11 mai, les 17e
et 18e, où furent incorporés les chasseurs belges; 6 nouveaux régiments
vinrent la même année porter l'effectif des chasseurs à cheval à 21
régiments. En 1799, il y avait 25 régiments de chasseurs.

L'organisation de 1804 en conserva 24. De 1812 à 1814, 31 régiments se
trouvent dans les états militaires; mais les 17e, 18e et 30e avaient été
supprimés et ne figuraient que pour mémoire. Un régiment de chasseurs à
cheval avait fait partie de la garde des consuls; la garde impériale en
comptait aussi un dans ses rangs en 1805; ce régiment portait le dolman
vert garni de galons, tresses et franges jaunes, collet vert, parements
rouges, pantalon de peau jaune, bottes à la hongroise bordées d'un galon
jaune avec un gland pareil; pelisse écarlate avec galons jaunes,
fourrure de la pelisse noire, gilet rouge avec galons jaunes, ceinture
verte et rouge, sabretache et colback à flamme rouge, plumet vert et
rouge. Cet uniforme était, on le voit, plutôt celui des hussards que
celui des chasseurs; mais, indépendamment de cette tenue, les chasseurs
en avaient une autre: c'était un frac ouvert sur l'épigastre et un gilet
tressé.

La première Restauration conserva 15 régiments de chasseurs à cheval.
Comme les autres corps, les chasseurs prirent les dénominations: le 1er,
de chasseurs du Roi; le 2e, de la Reine; le 3e, du Dauphin; le 4e, de
Monsieur; le 5e, d'Angoulême; le 6e, de Berri; le 7e, d'Orléans; le 8e
de Bourbon. Napoléon, le 25 avril 1815, rétablit les chasseurs sur
l'ancien mode impérial, pendant que Louis XVIII, à Gand, formait, par
une ordonnance du 14 juin, le régiment Royal-Chasseurs.

Après la seconde Restauration, l'armée fut réorganisée par une
ordonnance du 30 août 1815. Les chasseurs, portés à 24 régiments,
prirent des noms de départements; 1er, Allier; 2e, Alpes; 3e Ardennes;
4e, Arriège; 5e, Cantal; 6e, Charente; 7e, Corrèze; 8e, Côte-d'Or; 9e,
Dordogne; 10e, Gard; 11e, Isère; 12e, Marne; 13e Meuse; 14e Morbihan; 15e
Oise; 16e, Orne; 17e, Pyrénées; 18e, Sarthe; 19e, Somme; 20e, Var; 21e,
Vaucluse; 22e, Vendée; 23e, Vienne; 24e, Vosges. Ils eurent pour
uniforme; le schako noir, l'habit vert, les collets et passe-poils de
couleurs variées. Les régiments furent de 4 escadrons à une seule
compagnie; le dernier escadron fut armé de lances et composé des
cavaliers les plus agiles et des meilleurs chevaux.

Un régiment de chasseurs à cheval fit partie de la garde royale;; il eut
successivement pour coiffure le casque, le schako et le colback; pour
habillement, l'habit-veste vert, revers, parements et retroussis
cramoisis, pantalon cramoisi, aiguillettes et boulons blancs, bottines.

En vertu d'une décision ministérielle du 2 août 1821, les changements
suivants furent faits à l'uniforme des chasseurs à cheval de la ligne;
les revers verts, les ornements des retroussis, les passe-poils des
retroussis et des poches simulées, de la couleur distinctive pour chaque
régiment, savoir: de 1 à 6, garance; de 7 à 12, jonquille; de 13 à 18,
bleu céleste; de 19 à 21, chamois.

De nouveaux changements furent introduits dans l'uniforme des chasseurs
à cheval, par une autre décision ministérielle du 28 mai 1822; les
couleurs distinctives furent pour les régiments, de 1 à 4, écarlate; de
5 à 8, jonquille; de 9 à 12, cramoisi; de 13 16, bleu de ciel; de 17 à
20, rose foncé; de 21 à 24, aurore; les pantalons, rouge-garance, ornés
d'une tresse mélangée de la couleur du fond de l'habit et de la couleur
tranchante.

Le 26 février 1823, les chasseurs furent portés à 6 escadrons. Par
ordonnance du 27 février 1825, les 6 derniers régiments de chasseurs
passèrent dragons, et réduisirent ainsi l'effectif des chasseurs à 18
régiments. Le 17 novembre 1826, le 1er chasseurs prit le nom de
chasseurs de Nemours.

Depuis la Révolution de juillet, une ordonnance du 18 février 1834
diminua encore le nombre des régiments de chasseurs, et les fixa à 14,
chacun à 6 escadrons, dont 2 de lanciers. Une ordonnance du 9 mars 1834
n'a conservé que 5 escadrons, dont un armé de lances. Réduit plus tard à
12, puis porté à 15 par ordonnance du 29 septembre 1840, le nombre des
régiments de chasseurs a été, par l'ordonnance organique de l'armée du 8
septembre 1841, fixé à 13, chacun à 13 escadrons sur le pied de paix, et
à 6 sur le pied de guerre. Dans le cas de guerre, il sera formé, pour le
service des états-majors des armées, 2 régiments de chasseurs à cheval
guides, chacun de 6 escadrons.

Par décision royale du 25 juillet 1843, l'uniforme des 13 régiments de
chasseurs à cheval a été réglé ainsi qu'il suit: habit vert boutonnant
droit sur la poitrine, au moyen de 13 gros boutons blancs à numéro, et
demi-sphériques; collet, doublure de collet, corsage, manches, basques
et patte de ceinturon, à fond vert pour tous, et passe-poils de couleurs
distinctives pour chaque régiment: de 1 à 4 et 13, orange; de 5 à 8,
jonquille; de 9 à 12, garance; parements de manches et doublures des
basques formant retroussis des mêmes couleurs entremêlées fonds et
passe-poils; épaulettes en fil blanc doublées de drap vert, pantalon
garance, colback noir à poil sans flamme, au lieu du schako garance
précédemment en usage, plumet droit et plumes de coq, ceinturon de sabre
en buffle blanc, avec plaque à cor de chasse en cuivre estampé.

La nécessité d'opposer une cavalerie légère aux nuées de cavaliers
arabes, aux rapides Bédouins, a fait créer 4 régiments de _chasseurs
d'Afrique_, chacun de 6 escadrons, qui ont rendu les plus grands
services dans la guerre poursuivie depuis plusieurs années en Algérie.



Caricature.

[Illustration: Une sentinelle perdue.]



[Illustration: Logogriphe musical.

RÉCOMPENSE HONNÊTE A CELUI QUI LE DEVINERA.]



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Bonaparte fut grand sans couronne, fut moins grand couronné et mourut
sur un rocher.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0034, 21 Octobre 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home