Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0035, 28 Octobre 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0035, 28 Octobre 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0035, 28 Octobre 1843



L'ILLUSTRATION,
Nº 35. Vol. II.--SAMEDI 28 OCTOBRE 1843.
Bureaux, rue de Seine, 33.

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr. Prix de
chaque Nº. 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75,

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr.--Un an, 32 fr. pour
l'Étranger.          --   10        --    20       --    40



Courses au Champ-de-Mars. _Vue générale du Champ-de-Mars; les Coureurs
au départ_.--Courrier de Paris.--Histoire de la Semaine. _Éclairage au
gaz sidéral_.--Théâtres. _Deux scènes de Pierre Landais; Cinq scènes de
Don Quichotte_.--De l'autre côté de l'eau. Souvenirs d'une promenade,
par M. O. N.--La pêche de la Morue. _Onze Gravures_.--Projet d'une
Caisse de Pensions de retraite pour les Classes laborieuses--Romanciers
contemporains. Charles Dickens. La Table d'hôte.--Margherita Pusterla.
Roman de M. César Cantù. Chapitre XIV, Pise. _Sept Gravures_.--Bulletin
bibliographique.--Annonces.--Modes. _Gravure_.--Amusements des
Sciences.--Logogriphe musical. Solution.--Rébus.



Courses au Champ-de-Mars.

Les courses d'automne sont terminées à la satisfaction publique, et
surtout à la satisfaction de deux éleveurs privilégiés, le prince Marc
de Beauvau et le baron Antony de Rothschild, qui ont, seuls, remporté
tous les prix. Le premier a gagné 27,000 fr., et le second 9,000 fr.
Depuis les fameux triomphes de _Miss Annette_, qui, deux ans durant, fut
invincible, aucun cheval de course n'avait eu sur ses rivaux la
supériorité qui, cette année, a été le partage de _Nativa_, au prince de
Beauvau. Au printemps, elle avait trompé bien des espérances: elle avait
médiocrement couru; la faute n'en était pas à elle, mais à son état de
santé. A Chantilly, _Nativa_ a commencé à prendre sa revanche en gagnant
le Saint-Léger; à Paris, elle a continué le cours de ses exploits;
désormais elle a conquis la plus belle place au sommet de l'aristocratie
chevaline. Tous les prix qu'elle a courus elle les a gagnés sans effort,
sans coups d'éperon, avec une facilité désespérante pour les autres.
Comme César, _Nativa_ peut prendre pour devise: _veni, vidi, vici_.

Le dimanche 15, elle débuta par un prix de 3,500 fr., qu'elle enlève
lestement à des chevaux de haute réputation; le même jour, M. de
Rothschild et son cheval _Drummer_ battent _Ratopolis_, à M. Lupin.
_Capharnaüm_, à M. de Gamins, et bien d'autres encore; 3,000 fr. sont la
récompense de cette prouesse au galop.

Le jeudi 19, MM. de Beauvau et de Rothschild se partagent encore le
gâteau des courses; le premier, toujours avec _Nativa_, gagne 5,000 fr.;
le second, avec _Muse_, remporte le prix royal, qui se paie 6,000 fr.

Jusqu'ici la lutte se soutient assez égale entre les deux éleveurs; mais
le moment est arrivé où le prince français va remporter de deux chevaux
et de deux prix sur le baron anglo-allemand. _Nativa_ n'est pas au bout
de ses succès; il reste un prix de 4,500 fr.: il est pour elle.
_Amanda_, au comte de Cambis, _Prospero_, à M. de. Rothschild,
_Vespérine_, à M. Vasquez, n'ont pas la moindre prétention à lui
disputer la victoire.

Le grand prix royal de 14,000 fr. peut et doit même rétablir la balance
en faveur de M. de Rothschild; _Annetta_, la digne fille de _Miss
Annette. Annetta_, qui a si bien couru l'année dernière, et plus
récemment ce printemps, _Annetta_ a été ménagée par le prudent _Carter_.
De peur de la fatiguer, il ne l'a engagée dans aucune course; elle
arrive fraîche, légère, au combat; sa condition est parfaite;
l'entraîneur a droit à tous nos éloges; tout le monde parie pour
_Annetta_, elle est favorite. Si quelques joueurs hardis osent aventurer
quelques louis contre elle, ils s'adressent à _Adolphus_ magnifique
cheval du comte de Cambis, et ils contient leur sort à la vitesse bien
connue de ce bel animal. Mais en matière de course, les hommes proposent
et les chevaux disposent. Personne ne songeait à _Jenny_, la modeste
_Jenny_, qui n'a pour elle que des succès insignifiants de province, et
le mérite négatif d'être une fois en sa vie arrivée seconde au Derby de
Chantilly; mais depuis, _Jenny_ est devenue la propriété du prince de
Beauvau; le roi Midas changeait en or tout ce qu'il touchait; dans les
heureuses écuries de la maison de Beauvau, les mauvais chevaux se
changent en bons chevaux, les _Jenny_ se changent en _Nativa_.

_L'Illustration_ a saisi le moment où va être donné le signal du départ
pour le grand prix royal. Tout le monde est à son poste; on aperçoit la
tribune du jockey-club, les juges et les coureurs. _Jenny_ est confondue
dans la foule, mais bientôt elle en sortira: elle sera victorieuse.

Elle a gagné les deux épreuves avec une supériorité incontestable.
Quoique pleine de sept mois, quoique restée en arrière de quelques
longueurs, par la faute de son jockey, elle arrive première, au bruit
des applaudissements et des bravos.

[Illustration: Courses de septembre au Champ-de-Mars.]

_Jenny_ a autrefois appartenu à lord Seymour, dont l'hippodrome regrette
aujourd'hui l'absence. Lord Seymour, cet Achille des courses, est en ce
moment renfermé sous sa tente, laissant prendre sa place par de jeunes
éleveurs. Il est à regretter, malgré les succès de ses héritiers, qu'un
homme si intelligent, et à qui les courses doivent tant en France, se
soit laissé dégoûter par des revers immérités. Il a été dignement
remplacé et suppléé par MM. Lupin, A. Fould, Sabatier, de Beauvau et de
Pontalba; mais lord Seymour est presque dans notre pays le créateur de
cette industrie, qui peut devenir nationale; et, tout en rendant justice
au présent, pour être juste, il faut donner un regret au passé.

[Illustration: Les coureurs au départ.]

Une remarque assez curieuse à faire, c'est que depuis plusieurs années
le nombre des bonnes juments l'a emporté sur celui des bons chevaux.
Ainsi, en 1841, nous avons eu _Fiametta_; en 1842, _Annetta_; en 1843,
_Nativa_ et _Jenny_; puis, dans un ordre inférieur, _Tragédie, Amanda_
et _Muse_. Les chevaux sont bien loin de valoir leurs rivaux du sexe
féminin. Cette, bizarrerie de la nature, est un malheur pour nos races
françaises; des étalons pourvus des qualités qui distinguent _Nativa,
Annetta_ et _Jenny_ eussent été précieux; leur sang se fût répandu par
tout le pays, et eût amélioré les espèces; bornées à la condition du
mères, ces juments perdent presque toute, leur valeur publique et
nationale, et nous obligent à aller chercher en Angleterre, les étalons
que nous eussions trouvés chez nous.



Courrier de Paris.

M. de Talleyrand n'était pas mort tout entier, tant que M. de Montrond a
vécu; c'était la seconde moitié de lui-même; Talleyrand n'allait pas
sans Montrond, et Montrond sans Talleyrand; l'un complétait l'autre;
mais maintenant tout est dit; M. de Talleyraud est bien mort; M. de
Montrond a été enterré la semaine dernière.

On ne trouvera plus son pareil; cette espèce d'hommes est finie, et M.
de Montrond en aura été le dernier et, on peut le dire, le plus parlait
représentant; il faut une corruption en grand et de très-grands
seigneurs pour faire éclore une telle race et pour l'alimenter; faites
naître un Montrond de notre temps, il végétera et s'étiolera bien vite;
dans ce monde de petits vices et de petites intrigues vulgaires, il n'y
a plus place pour une intrigue si savante et pour un vice si raffiné;
quand il séduirait la femme d'un député d'arrondissement et enlèverait
deux ou trois Pénélopes de la garde, nationale; quand il ferait pour
cinquante mille francs de dettes, la belle affaire! Et où placerait-il
sa charmante impudence, sa fine raillerie, ses airs de Momcade, son
cynisme élégant et son esprit de démon? Au service d'un millionnaire
enrichi dans la cannelle ou dans le trois-six: le bel emploi pour le
chevalier de Grammont mélangé de Casanova!

M. de Montrond fut l'un et l'autre, et, comme tous les deux, il se fit
de sa hardiesse et de son esprit l'existence la plus romanesque et la
plus singulière. Sans fortune, sans crédit, perpétuellement en butte à
la rancune des protêts et des huissiers, il mena toute sa vie un train
du grand seigneur, et fit face aux situations les plus périlleuses et
les plus diverses par des bons mots.

M. de Montrond est mort à suivante-dix ans; pendant cinquante années de
cette vie équivoque, la curiosité publique chercha le mot caché de ce
luxe et de cette prodigalité, fondés en apparence sur les brouillards de
la Tamise et de la Seine. Fallait-il en demander le secret au jeu, à
l'amour ou à la politique? M. de Montrond était-il un de ces bons amis
du hasard, qui se donnent un équipage d'un coup de carte, et d'un coup
de dé se bâtissent un château? Comme les petits chevaliers de l'ancienne
comédie, se faisait-il un gros revenu de l'estime des tendres baronnes
et des douairières sentimentales? ou bien, araignée de la diplomatie,
tendait-il secrètement ses toiles dans les coins ténébreux de la
politique dont son ami Talleyrand tenait les fils? On a cru l'une et
l'autre chose, et M. de Montrond était homme à justifier tout ce qu'on
pouvait en croire.

La moralité de ces exigences est d'ailleurs payée ce qu'elle vaut par
ceux-là mêmes qui s'en servent ou qui s'en divertissent.--Un jour, M. de
Montrond racontait en riant, à M. de Talleyrand, la grande colère d'un
de ses créanciers, qui l'avait menacé la veille de le jeter par la
fenêtre: «Le drôle oubliait, ajouta-t-il, que nous étions au troisième
étage.--Montrond, dit Talleyrand, je vous ai toujours conseillé de vous
loger au rez-de-chaussée!»

Il nous est mort un autre comédien; mais du moins celui-ci ne
dissimulait pas sa qualité et y allait de franc jeu. Son nom s'étalait
bravement sur l'affiche, et dévoilait le rôle que mon homme allait
jouer. Du reste, sa noblesse valait celle de M. de Montrond; il
s'appelait M. de Rosambeau... M. Jules Janin a publié l'autre jour, en
l'honneur du défunt, un article nécrologique dans le style de l'oraison
funèbre du grand Condé et de Turenne. Entre nous, Rosambeau ne demandait
pas une telle éloquence, et Bossuet est de trop pour un acteur de
vaudeville et d'opéra-comique. Scarron aurait mieux fait l'affaire.
Rosambeau, en effet, avait recueilli tout l'héritage des héros du _Roman
comique_: la vie errante, l'insouciance, la pauvreté, l'habit en loques,
et la résignation philosophique; plus d'une fois il trempa sa croûte de
pain au courant d'une eau claire, comme son aïeul Melchior Zapata.

Rosambeau avait commencé, par être beau, jeune, élégant, adoré; Ellevion
le redoutait, et les succès de ce rival étaient venus le troubler dans
sa _Maison à Vendre_. Mais, tandis qu'Ellevion, désertant
l'Opéra-Comique, s'arrondissait en riche propriétaire et allait jusqu'à
la croix d'honneur il à l'éligibilité, mon Rosambeau perdait ses
cheveux, perdait ses dents, et tombait, de chute en chute, jusqu'au
théâtre des _Folies-Dramatiques_. Il eut encore une heure d'éclat: ce
fut le jour où l'Odéon lui donna asile. Hélas! l'Odéon ne se montra pas
charitable longtemps; un an avant sa mort, Rosambeau, rendu tout entier
à la vie philosophique, errait à la grâce de Dieu dans les rues de
Paris, plus délabré que le Juif Ahasvérus, et n'ayant pas même cinq sous
dans sa besace.

Il s'adressa plusieurs fois à mademoiselle Mars, qui l'accueillit avec
bonté et le renvoya toujours moins pauvre qu'il n'était venu; mais
l'argent ne tenait pas à Rosambeau, et Rosambeau tenait à l'argent moins
encore. Ses poches étaient percées, la manne qui par hasard y tombait
passait bien vite à travers.

Il revint si souvent à Araminte et à Célimène, qu'à la fin leur humanité
se lassa; d'ailleurs, le Rosambeau était si peu vêtu et si peu parfumé
que le boudoir de Célimène ne s'en arrangeait guère, et que le délicat
odorat d'Araminte s'en effarouchait.--Un matin, arriva mon Rosambeau,
encore moins musqué que de coutume; Célimène, qui venait sans doute de
congédier Acaste et Clitandre, lui dit en prenant son flacon d'eau de
mélisse, qu'elle aspira avec grâce: «Et que voulez-vous que je fasse,
mon pauvre Rosambeau? je n'ai plus rien à vous donner!» Puis, se
ravisant: «Tenez, prenez ceci;» et en même temps elle lui présenta une
petite carte découpée en losange. Rosambeau la prit d'un air stupéfait,
et y lut ces mots: _Bains Vigier_: bon pour une personne.

Le trait était sanglant et digne de Célimène; Araminte y eût mis plus
d'humanité.--Rosambeau, qui avait des moments de fierté, sortit
magnifiquement et sans mot dire.

Il n'avait pas déjeuné le matin ni dîné la veille, et son estomac criait
miséricorde. La belle consolation à lui offrir qu'un bain d'eau douce!

Cependant Rosambeau suivait tout pensif le quai du Louvre; et, poussé
peut-être par une secrète envie de faire faire un plongeon à sa faim, il
descendit sur le bord de la Seine; et la, se trouvant face à face avec
l'établissement aquatique de M. Vigier, il y entra machinalement: «Que
voulez-vous? lui crie le garçon d'un ton rogne, avisant le pauvre hère.
--Ce que je veux? Vous le voyez bien.» Et Rosambeau donne la carte qu'il
tient de Célimène.--A peine a-t-il dit, que son oeil affamé entrevit ces
mots affiché» sur la muraille: Un bain, 1 fr.; un consommé, 1 fr.; un
peignoir, 5 cent.; un petit pain, 5 cent.

«Holà! eh! garçon! s'écrie Rosambeau d'une voix formidable.--Voilà,
monsieur!--J'ai demandé un bain!--Oui, monsieur.--Un consommé coûte 1
fr.?--Tout juste, monsieur.--Cette carte de bain que je vous, ai donnée
représente 1 fr.?--Certainement, monsieur.--Donnez-moi un consommé!»

Le lendemain, il entrait chez Célimène: «Eh bien! lui demanda-t-elle,
Rosambeau, avez-vous pris un bain?--Non, madame, j'ai pris un potage: ça
m'a paru plus nourrissant.»

Ce n'est pas un potage que doit prendre M. Eugène Briffault le
feuilletoniste, mais une femme. Qu'ai-je dit? La femme n'est-t-elle pas
un potage, suivant Molière? Heureux le mari, dit Alain, quand les
voisins n'y viennent pas goûter l'un après l'autre!

Les bans sont affichés; dans trois ou quatre jours, M. Eugène Briffault
donnera la seconde représentation du _Mariage d'un Critique_: M. Jules
Janin tiendra le poète.

Il paraît que la littérature se range et songe à finir sa vie de garçon;
après M. Eugène Briffault, ou annonce M. Roger de Beauvoir. Déjà les
cloches carillonnent; soit! Que M. Eugène Briffault se marie, cela le
regarde, mais M. Roger de Beauvoir, c'est autre chose! On s'étonne de
voir ce léger papillon, qui a si longtemps voltigé de fleur en fleur, se
fixer enfin et s'abattre sur la plate-bande du mariage. Les roses vont
sécher sur pied, et le myrte en mourra. M. Roger de Beauvoir, dont les
opinions politiques sont bien connues, reste fidèle à son drapeau jusque
dans le choix d'une femme: il épouse une nièce de Cabrera, cousine de
Gomez et filleule de Zumala-Barregui. M. Roger de Beauvoir en est devenu
éperdument amoureux pendant son dernier voyage en Catalogue. Charles V a
promis la grandesse à M. Roger de Beauvoir, aussitôt après son
rétablissement sur le trône légitime. On croit que M. Roger de Beauvoir
l'attendra longtemps.

Un autre écrivain beaucoup moins gros que M. Eugène Briffault et non
moins léger que M. Roger de Beauvoir se trouvait, il y a un an, dans une
situation financière peu rassurante. Sans le secours de la machine
pneumatique, et par le seul effet d'une consommation trop fréquente de
monnaie, le vide complet s'était fait dans sa bourse et dans sa caisse.
Il avait beau en sonder toute la profondeur, sa main n'y rencontrait pas
les deux mille livres dont il avait un besoin urgent. Enfin, il se
souvint d'un banquier, son ancien camarade de collège, alla tout droit
frapper à sa porte, et lui fit adroitement comprendre le charme qu'il
trouverait à caresser deux billets de la banque de France. L'homme aux
écus saisit l'affaire au premier mot, et comme la finance n'a pas un
grand penchant naturel à hypothéquer son bien sur la littérature, il
hésita d'abord; mais enfin il s'agissait d'un ancien condisciple; et
puis, pour deux mille livres, on se donnait un certain reflet de Mécène
et un air de François Ier et de Léon X; c'était vraiment pour rien!

Il tira donc les deux billets d'un joli portefeuille de maroquin brun,
et les donna à notre homme. «Mon cher, lui dit celui-ci, sois
tranquille, je te rembourserai sur le produit de mon _meilleur_
ouvrage.»

Depuis, le créancier a mis au monde un roman, deux opéras-comiques, une
comédie, une histoire universelle, cinq mélodrames et six vaudevilles. A
chaque apparition de ces produits littéraires, le débiteur, songeant à
ses deux mille livres, vient en personne pour complimenter l'auteur.
«Charmant! dit-il, délicieux! un bijou! un véritable chef-d'oeuvre!
C'est ton _meilleur ouvrage_,» appuyant avec intention sur l'épithète.
«Ah! laisse donc, réplique l'autre; tu te moques. J'espère faire cent
fois mieux.»

M. Fornasari, qui a débuté mardi dernier au Théâtre-Italien, est ce
qu'on appelle un bel homme, tradition populaire, il a de grands bras, de
grandes jambes, de grandes mains, de grands pieds, de grands yeux, de
grands cheveux, de grandes dents blanches et de grands gestes; on le
croirait plutôt destiné à faire un superbe tambour-major qu'un
chanteur.

A toutes ces richesses athlétiques M. Fornasari joint une formidable
voix de basse qu'il emploie de manière à briser les vitres. M. Fornasari
s'est fait entendre dans le _Belizario_ de Donizetti, oeuvre
prodigieusement bruyante. Quelqu'un disait, après avoir entendu l'opéra
et M. Fornasari: «C'est une musique chantée par un aveugle et faite pour
des sourds.»

Tout le monde ne sait peut-être pas que le goût de la publicité par la
presse a gagné jusqu'au jeu d'échecs. Le jeu d'échecs a son journal tout
comme s'il était le tiers-parti, la gauche, l'extrême gauche ou le
ministère. Il y a sept ans qu'il imprime ainsi ses opinions sur la
marche du Roi et de la Reine. Cette feuille d'échec et mat est intituler
le _Palamede_, rendant ces sept années d'existence paisible, _le
Palamede_, se croyant abrité par la loi, a paru sans timbre et sans
cautionnement. Mais l'autorité se ravise et lui en demande raison.
Est-ce qu'il y a vraiment de la politique au fond d'une partie d'échecs,
et la Tour cacherait-elle des complots secrets contre la forme du
gouvernement? O timbre, laisse donc vivre en paix ces pauvres fous et
ces innocents cavaliers!

Voici quelque chose de plus grave: un grand trouble agite depuis huit
jours le théâtre des Variétés. Qu'est-ce? qu'y a-t-il? Il s'agit d'un
enlèvement.--Est-ce que mademoiselle Boisgoutier aurait fait un faux
pas? Mademoiselle Flore se serait-elle égarée dans les petits sentiers
d'Amathonte et de Cythère, à la suite de quelque noir ravisseur? Non
pas. Dieu merci! où en serait-on si des vertus si mûres, si
expérimentées, et d'un tel poids, faisaient encore de ces
légèretés-là?--La fugitive a dix-huit ans, des yeux noirs, un petit air
innocent et candide et une jambe de biche; avec cela, elle ira loin
avant qu'on la rattrape.

Deux diplomates ont quitté Paris tout récemment: l'un est M. de
Salvaudy, qui va montrer à la cour de Turin la chevelure d'Alonzo;
l'autre, M. le marquis de Lavallette, nommé consul-général à Alexandrie.
M. de Lavallette a longtemps étudié la diplomatie dans les coulisses de
l'Opéra; il y a approfondi particulièrement la pirouette et l'entrechat.
On blâme cette faveur rapide qui l'a pris entre deux coulisses et une
danseuse, pour le transformer tout à coup en homme d'État. Pourquoi
blâmer? Il est clair que M. de Lavallette a fait sa fortune politique
pas à pas.

L'Académie royale de Musique donne le meilleur de son temps aux
répétitions du _Don Sébastien_ de M. Donizetti; les quatre premiers
actes sont complètement achevés. M. Donizetti met la dernière main au
cinquième; il a livré hier le morceau final et deux choeurs importants.
Dans quinze jours au plus tard, _Don Sébastien_ se montrera tout entier
au soleil de la rampe, armé de pied en cap. On loue d'avance la
partition; on parle de la magnificence des décors: jamais l'Opéra n'aura
été plus prodigue et plus magnifique. Il est particulièrement question
de la pompe funèbre du troisième acte. La situation est toute
dramatique: don Sébastien, qui passe pour trépassé, assiste à son propre
enterrement, comme on la raconté de Marion de Lorme. Il est peut-être
dangereux pour un poète et pour un musicien de jouer ainsi avec les
morts: le parterre s'avise quelquefois de les mettre tous les deux sur
la liste nécrologique. Mais ici, dit-on, ce genre de mortalité n'est pas
à craindre; si l'on fait une pompe funèbre sur la scène, ce ne sera ni
M. Scribe ni M. Donizetti qui y seront enterrés.

L'Odéon est dévoré par les tragédies sublimes; le succès de _Lucrèce_
les fait pulluler; en voulez-vous, en voici! Rome et Athènes, l'Italie
et la Grèce, ont envahi les cartons de M. Lireux; qu'allons-nous faire
de tous ces trésors? Il est vrai que l'Odéon nous ménage et y met de la
prudence; tous les jours on annonce que quelque nouveau chef-d'oeuvre
tragique a passé le Pont-Neuf et s'est glissé au comité de lecture du
Second-Théâtre-Français, mais jusqu'ici ou n'en a pas encore vu paraître
un seul. On fait grand bruit cependant d'un certain _vieux Consul_ en
cinq actes, qui, dit-on, nous la garde bonne. Nous verrons bien; pourvu
que ce vieux nous paraisse nouveau!

Une charmante femme, d'une vertu au-dessus de tout soupçon, madame B...,
assistait hier à la représentation du nouvel opéra-comique de MM. Panard
et Ambroise Thomas, _le Ménage à Trois_; madame de C..., la fausse
prude, attaquait l'invraisemblance du sujet, «Allons donc! lui dit
vivement Madame B...; vous ne voyez que ça toute la journée.»

Cependant les omnibus continuent à écraser les enfants et les
vieillards, les voleurs à détrousser les passants, et partant Paris est
toujours le plus charmant pays du monde.



Histoire de la Semaine

Aucun événement, aucun fait de politique intérieure de quelque
importance n'est venu cette semaine occuper les esprits. La lutte du
conseil municipal d'Angers contre le maire, auquel il refuse son
concours, a presque seule remplacé dans la polémique des journaux les
longues discussions sur les fortifications de Paris et sur le programme
d'opposition mis en avant par M. de Lamartine. La politique prend ses
vacances, et le ministère ne paraît pas encore d'accord sur la date
précise où il doit les faire cesser. Ceux des ministres au bonheur
desquels la présence des Chambres n'est pas absolument indispensable,
voudraient que leur réunion fut différée jusqu'au 9 janvier; des
scrupules constitutionnels font, dit-on, désirer à quelques autres
membres du cabinet que la convocation ait lieu pour le 27 décembre, afin
qu'on puisse appeler cette session la session de 1843, et demeurer dans
la lettre de la Charte, qui en veut une par année. Nous sommes donc,
quoi qu'il arrive, à peu près sûrs de pouvoir célébrer avec nos
législateurs soit la nuit de Noël, soit la fête des Rois; nous voudrions
être également certains que tous les travaux nécessaires à la session
seront prêts au moment où la réunion aura lieu, que les séances pourront
se succéder sans interruption, que les projets de loi auront été bien
mûris, et que de nouveaux et fâcheux ajournements ne seront pas
nécessaires.--A l'extérieur, l'attention de la France a également été
peu absorbée par ses propres affaires. L'Autriche a-t-elle ou n'a-t-elle
pas refusé au fils de M. le maréchal Soult, à notre ambassadeur à Turin,
voyageant dans la partie de l'Italie qui se trouve sous la domination de
Vienne, le titre de marquis de Dalmatie? Voilà la question qui a été
débattue entre les feuilles du gouvernement et celles de l'opposition.
Ce qui paraît être vrai, au milieu d'assertions contradictoires, c'est
qu'on a dispensé notre ambassadeur de la formalité du passeport, pour ne
pas lui en remettre un qui aurait porté ou une qualification qu'on
n'aurait pas voulu lui donner, ou un nom qui n'aurait pas été celui qu
il voulait prendre. Du reste, cette guerre à l'histoire est bien pauvre.

L'Irlande est la scène politique vers laquelle tous les yeux sont
tournés. O'Connell et ses amis y poursuivent leur oeuvre avec calme et
mesure. Le peuple irlandais a compris que ses destinées à venir
dépendaient peut-être de l'esprit d'ordre et de modération qu'il
montrerait dans cette circonstance critique et décisive. Son attitude
prouve son intelligence et fait le procès à ceux qui n'ont pas su et qui
ne savent pas encore le traiter en égal et en frère. Autant O'Connell et
ses compatriotes remplissent bien leurs rôles, autant le ministère
anglais paraît n'avoir pas étudié le sien. Une feuille d'un comté dit
qu'il n'y a autre chose à faire qu'à, pendre O'Connell. Il est évident
que si ce journaliste voulait bien, dans son petit coin, se charger de
cette mission, il tirerait sir Robert Peel d'un grand embarras. On a
fait procéder à des enquêtes pour établir toute la série de crimes
imputés aux chefs de l'association; les témoignages recueillis ont été
ceux d'agents de la force constabulaire. On ne s'est pas encore arrêté
dans le choix d'accusés qu'on se propose de faire parmi les prélats
catholiques; quant aux rédacteurs du journal _the Nation_, et de
quelques autres feuilles irlandaises, on ajoutera pour eux le chef
d'accusation d'avoir cherché à séduire et corrompre les soldats de la
marine et de l'armée anglaises. L'affaire sera appelée le 2 novembre
devant le jury de Dublin, pour être remise, d'après les calculs les plus
vraisemblables, aux derniers jours du même mois.--Les cortès espagnoles,
depuis leur réunion, n'ont procédé encore qu'à des travaux
préparatoires; la vérification des pouvoirs des députés n'a donné lieu à
aucune discussion, à aucune lutte où l'on ait pu apprécier la force
respective des partis. Outre ceux que les élections ont fait connaître,
il s'en est, dit-on, formé un autre qui ne se propose sans doute que de
jouer un rôle convenu pour faire regarder comme moins extrême le parti
de Narvaez: c'est un parti qui fait semblant de vouloir que l'abdication
de l'ex-régente soit déclarée nulle et de nul effet, parce qu'elle n'a
pas été libre et volontaire. Nous ne croyons pas que personne le puisse
prendre au sérieux. Rien de terminé, rien de plus avancé en Catalogne.
Barcelone est encore dans la même et désastreuse situation. Quant à
Girone, Prim a écrit à Madrid qu'il y entrerait ou se ferait tuer. On
peut donc prédire que le sang coulera encore abondamment sur cette
malheureuse terre d'Espagne. Au profit de quels principes et dans quel
intérêt avouable? Nous serions bien embarrassés de le dire.--Du reste,
au milieu de toutes ces crises sanglantes, le ministère espagnol trouve
moyen d'organiser le service postal dans la péninsule. L'empereur de
Russie, de son côté, a opéré dans ses États la réforme du tarif des
lettres, que la France réclame toujours vainement. Que faudra-t-il donc
pour vaincre l'obstination de notre administration?--Il vient de
paraître à Madrid un nouveau journal politique, _L'International_. Cette
feuille, rédigée en français, se propose pour but de faire connaître
l'Europe à l'Espagne, et surtout l'Espagne à l'Europe. Dans le premier
numéro, une nous avons sous les yeux, ses rédacteurs font preuve de
talent et de sentiments patriotiques qui n'ont pas ce caractère
d'hostilité envers l'étranger qu'on rencontre trop souvent dans les
journaux de Madrid.--Des bruits très-contradictoires ont couru sur les
troubles de la Romagne et les mesures récentes dont ils auraient été
l'occasion. La _Gazette du Rhin et de la Moselle_ avait
très-positivement annoncé que le feld-maréchal autrichien Itadesky était
entré à Bologne, à la tête de quatre mille hommes tirés du royaume
lombardo-vénitien, sur une réquisition du gouvernement papal. La
_Gazette Universelle Allemande_ se borne à dire que la demande de les
tenir à disposition à effectivement été faite, mais qu'elles ne seront
entrées dans le Bolonais que si le cardinal-légat l'a jugé nécessaire.
Il faut espérer que le cabinet français ne s'en remettra, pour cette
question, ni au jugement du cardinal-légat ni aux bonnes dispositions du
feld-maréchal autrichien, et que le souvenir de la conduite de Casimir
Périer ne sera pas plus perdu pour le ministère que ne le serait pour la
marine et pour l'armée l'exemple de l'amiral Gallois et du colonel
Combes. La _Gazette d'Augsbourg_, au contraire, renferme une
correspondance d'après laquelle le Saint-Siège ne songerait à venir à
bout des mécontents qu'en entrant dans la voie de réformes politiques
qui lui auraient été conseillées par plusieurs cabinets.

Il séculariserait d'abord une grande partie des hautes fonctions
publiques qui sont dans ce moment dans les mains du clergé. Nous
voudrions pouvoir croire à cette version.--Pour en finir avec les
nouvelles des États pontificaux, nous dirons que le prêtre Abbé, dont
nous avons annoncé la condamnation à mort en même temps que le bruit
répandu de sa commutation de peine, aurait été exécuté le 4 octobre, si
l'on en croyait les organes habituellement officiels. On a donc vu
imprimer: «Hier matin, de bonne heure, le prêtre Abbé, originaire du
Piémont, a été décapité dans le château Saint-Ange. Jusqu'à présent, on
s'était imaginé qu'il obtiendrait une commutation de peine, parce qu'on
pensait que le gouvernement ne se déciderait point à laisser un prêtre
monter sur l'échafaud. Le pape a bientôt dissipé cette illusion. S. S. a
voulu prouver qu'un criminel ne méritait aucune faveur à raison de son
rang et de sa condition. Si l'exécution n'a pas eu lieu sur une place
publique, mais dans l'intérieur du château, c'est uniquement que le
Gouvernement a voulu éviter la trop grande affluence de peuple sur le
lieu de l'exécution.» Mais personne à Rome n'a cru à cette nouvelle, et
tout le monde s'est estimé autorisé à penser que le gouvernement papal a
voulu donner une sorte de satisfaction à l'opinion publique indiquée à
la nouvelle d'une commutation, et sauver ce misérable en considération
de son caractère sacerdotal. Ou a pensé aussi qu'en faisant croire à la
nouvelle de cette exécution, le gouvernement de Rome tenait à être
considéré comme libre de ne pas reculer devant l'application de la peine
de mort, si elle était prononcée contre des détenus du fort Saint-Léo.

Les mois de septembre et d'octobre auront été cette année cruellement
féconds en désastres. Les journaux de nos ports de la Manche et de
l'Océan sont pleins de détails sur les avaries et les échouements d'une
foule de bâtiments du commerce.--Un tremblement de terre très-violent,
accompagné de tonnerre souterrain, s'est fait sentir, le 3 octobre, à
Jassy, en Moldavie, et a fait fuir dans les champs une grande partie de
sa population effrayée.--Des nouvelles de Port-Léon (Florides) donnent
les plus affligeants détails sur un ouragan et une inondation qui y ont
exercé leurs ravages dans la nuit du 13 au 14 septembre. La ville fut
soudainement inondée, tous les magasins situés sur les quais furent
renversés par le torrent; la plus grande partie des maisons fut
également détruite, et les malheureux habitants, à demi nus, durent
aller chercher un refuge sur les hauteurs voisines. A Saint-Mareks,
toutes les maisons ont été également détruites ou endommagées. Mais le
désastre a été plus immense encore à Light-House; là, pas un seul
édifice, excepté le phare, n'est resté debout, et l'on compte en outre
quatorze victimes. Les habitations disséminées sur la côte ont aussi
beaucoup souffert: dans l'une, tout le monde a été noyé. Aux dernières
dates, on n'avait pu encore constater toute l'étendue du désastre,
compter tous les noyés; mais on s'était assuré déjà de la disparition
d'un très-grand nombre de personnes, qui ont sans doute été entraînées
par les Ilots.

On a enfin le dernier mot sur _le Télémaque_ et les richesses; que ses
flancs recelaient pour les actionnaires de cette opération, dont
_l'Illustration_ (t. I, p. 4) a entretenu ses lecteurs au point de vue
du procédé de sauvetage. Le notaire de Quilleboeuf devant lequel avait
été passé l'acte d'association ou de mystification a fait publier, dans
les colonnes de plusieurs journaux, l'avis suivant: «Les actionnaires de
l'entreprise du sauvetage du _Télémaque_ sont informés que les travaux
viennent d'être entièrement terminés. La cargaison est déposée sur le
quai de Quilleboeuf; elle consiste en cinquante-deux pièces de bois de
construction. Ou avait aussi embarqué à bord du _Télémaque_ une quantité
considérable de barriques, mais on n'en a retrouvé que des débris qui
attestent qu'elles ont contenu du suif et de l'huile. Jusqu'au 23
septembre, il était resté beaucoup de sable dans le navire; mais des
ouvertures pratiquées à dessein ont donné passage aux courants; les
grandes marées de la fin de septembre ont suffi pour le déblayer
entièrement. Alors on a pu faire les plus minutieuses recherches, et
l'on a acquis la certitude que l'opinion de l'existence de valeurs dans
_le Télémaque_ était absolument chimérique. Il ne reste plus aujourd'hui
de ce navire qu'une carcasse informe. Il sera bientôt procédé, par
l'autorité maritime, à la vente, tant de la cargaison que des débris du
navire.»--Les actionnaires du _Télémaque_ auxquels il resterait encore
quelque argent à placer, pourraient le porter à une compagnie
commerciale dont le siège principal est, dit-on, à Londres, et qui a des
succursales dans les principales villes de l'Europe. Cette société, qui
a pris pour titre _The Iberian mercantile Company_, offre au public 3
pour 100 _de rente pour rien_. D'après les combinaisons de cette
compagnie, qui paraît s'être formée pour enrichir l'humanité, certains
marchands désignés par elle, ayant un dépôt de ses actions et coupons
d'actions, les délivreront, _pour rien_, sur la demande de l'acheteur
qui viendra faire chez eux des emplettes. Si l'achat s'élève à 125
francs, on aura droit à une action principale portant intérêt à 1 et
demi pour 100 la première année, 2 et demi pour 100 la deuxième, et 5
pour 100 les années suivantes. Si l'achat ne se monte qu'à 25 francs, on
recevra un coupon d'action. «Les achats d'un particulier, dit le journal
_la Presse_, s'élevant, terme moyen, à 3,000 francs par an, il en
résulte qu'en dix ans, et _sans débourser un sou_, on peut se faire
1,000 ou 900 francs de rente.» C'eût été véritablement voler les
lecteurs de _l'Illustration_, que de ne pas leur faire connaître une
aussi bonne occasion de faire fortune sans s'en apercevoir.--Quant aux
actionnaires des fameuses mines de Saint-Bérain, les pauvres victimes
des Cleemann, Blum et consorts, ils paraissent aujourd'hui complètement
désillusionnés; car les annonces judiciaires fixent le jour de la
prochaine vente sur licitation sur une mise à prix qui n'est pas du
douzième du capital social.

Un marché où à coup sûr l'acquéreur n'a pas été dupe, c'est celui que
vient de conclure le ministère de l'intérieur avec un jeune paysagiste
de l'École de Lyon, M. Amaranthe Roulliet, inventeur d'un procédé il
l'aide duquel l'homme qui n'a jamais dessiné de sa vie peut trouver en
quelques minutes la reproduction exacte d'un dessin ou la parfaite
ressemblance d'un corps placé devant lui, soit dans des proportions
identiques, soit avec diminution ou augmentation, et, dans ces derniers
cas, avec une scrupuleuse observation de la perspective, sauf la beauté
du trait, qu'une main exercée peut seule atteindre (Voir
_l'Illustration_, t. I, p. 90,). Le procédé est, dit-on, des plus
simules, sans machines, sans recours à la chimie, sans attirail
incommode et coûteux. Il y a à peu près un an, M. le ministre de
l'intérieur demanda un rapport à l'Académie des Beaux-Arts, qui, sur un
examen superficiel et peu bienveillant, on ne sait trop pourquoi, refusa
net de s'occuper de cette affaire, alléguant que de telles inventions
nuisent à l'art en lui ôtant ses difficultés. Le ministre, peu touché
d'une telle fin de non-recevoir, qui n'irait à rien moins qu'à proscrire
la règle, le compas, la chambre noire ou claire, le daguerréotype, et
bien d'autres instruments dont on use fort à l'Académie, et qui n'ont
jamais nui à l'art, parce que l'art est très-distinct de l'exactitude
matérielle, le ministre nomma une commission dans laquelle durent
figurer MM. Cavé, Vilet, Mérimée, Lenormand, Lassus, Flandrin, Léon
Coignet, Allaux. Après une étude longue et approfondie, à la suite
d'épreuves multipliées dans lesquelles les difficultés de dessin des
plus épineuses ont été vaincues avec une rapidité, une facilité, un
bonheur incroyables, la commission a conclu à ce que la direction des
Beaux-Arts achetât la découverte dans l'intérêt des beaux-arts et de
l'industrie. On sait les lenteurs administratives; le secret fut enfin
révélé à un membre de la commission, savant architecte, qui, dans un
nouveau rapport au ministre, a déclaré la découverte plus étendue et
plus féconde encore, que ne le croyait l'inventeur; sur quoi, une
pension de _douze cents francs_ a été accordée à M. A. Roulliet. Il y a
de cela près de deux mois, et on ne comprend pas pourquoi la découverte
n'a point encore été livrée à la légitime impatience de beaucoup
d'artistes de premier ordre, moins dédaigneux de progrès qu'on ne l'est
à l'Académie. Nous comprenons avec quelle prudence une telle affaire
doit être officiellement traitée. Nous savons les ménagements qui sont
dus à un corps respectable à tant de titres; mais enfin, si quelqu'un
s'est endormi par hasard, une fois sans plus; si quelqu'un a manqué de
goût et de pénétration, le public n'en est pas cause et ne saurait être
puni. Le public, lui non plus, n'aime pas qu'on le fasse attendre.--Ce
n'est point à ce procédé mécanique, mais au pinceau habile de Sigalon,
que sont dus douze grands tableaux dont vont être décorés les plafonds
de l'ancienne église des Petits-Augustins dépendant de l'école des
Beaux-Arts. Ces peintures, qui ont chacune une dimension de quatre
mètres de large sur six de hauteur, représentent les douze apôtres de la
chapelle Sixtine à Rome. Ces beaux tableaux feront suite à la magnifique
copie du _Jugement dernier_, exécutée par le même artiste, qui décore
déjà l'abside de ce musée.

[Illustration: Éclairage au gaz sidéral.--Expérience faite le 20 octobre
sur la place de la Concorde.]

De nombreuses tentatives sont faites en ce moment pour enlever au gaz le
monopole de l'éclairage. Dans la séance du l'Académie des Sciences du 29
mai dernier, MM. Busson, Dumaurier et Rouen avaient lu un mémoire sur
l'éclairage par la combustion des huiles essentielles provenant du
schiste, de la houille et du goudron. Ce mémoire avait attiré
l'attention de l'Académie; mais comme, tout en sachant bien que ces
huiles étaient très-riches en carbone et en hydrogène, ou n'ignorait,
pas non plus qu'elles donnaient une flamme tellement fuligineuse qu'il
avait toujours fallu renoncer à les employer à l'éclairage, on avait
besoin que l'expérience vînt constater si MM. Busson-Dumaurier et Rouen
avaient vaincu la difficulté devant laquelle jusque-là chacun avait
échoué; ils l'ont en effet heureusement surmontée. Nous ne savons pas
bien par quels calculs on arrive à établir, comme quelques journaux
l'ont avancé, que cet éclairage est au gaz comme 6 est à 1, et à
l'éclairage à l'huile comme 8 est à 1. Tout ce que nous pouvons dire,
c'est que cet éclairage, qui, quant à présent, doit coûter peu puisqu'il
est alimenté par un liquide dont les usines de gaz, qui en produisent
beaucoup, ne tiraient jusqu'à ce jour qu'un parti insignifiant, après
avoir fonctionné pendant trois mois à la gare du chemin de fer de
Saint-Cloud, depuis l'avenue du Château jusqu'à la station de
Montretout, vient d'être essayé avec un égal succès, par
l'administration de la ville de Paris, dans la rue de la Huchette et sur
la place du Musée du Louvre. Si la difficulté d'allumer, sensible
aujourd'hui, ne devient pas presque insurmontable par le froid, cet
éclairage, que son odeur rendra toujours inapplicable dans les
intérieurs, pourra être extérieurement d'une certaine ressource là où le
gaz ne peut être établi, et les petites villes, qui ne sauraient
supporter les dépenses de pose de conduits, pourront, en se procurant
les lampes fort simples qui constituent l'appareil de ce nouvel
éclairage, profiler à peu de frais d'un perfectionnement
incontestable.--Vendredi 20, à neuf heures du soir, un nombreux public
était rassemblé sur la place de la Concorde pour assister à l'essai d'un
autre éclairage, l'éclairage électrique. Deux cents éléments de pile
Bunzen, réunis dans le papillon qui sert de piédestal à la statue de la
ville de Lille, étaient préparés pour illuminer un cylindre de charbon
ouvert aux deux bouts, renfermé dans un bocal en verre plongeant dans de
l'acide nitrique. Le cylindre de charbon renfermait lui-même un bocal de
porcelaine poreuse contenant de l'eau acidulée à quinze degrés à l'aide
d'acide sulfurique, et un cylindre d'amalgame de zinc plongeant dans
l'eau acidulée. Deux conducteurs en cuivre partant des deux pôles de la
pile, et terminés par du charbon aiguisé, se rendent dans un ballon vide
d'air, où ils se rencontrent à une courte distance. Les deux fluides de
nature opposée, en se réunissant, produisent une lumière douce et
abondante. Les becs de gaz avaient été éteints sur presque toute la
place, et ceux qui étaient demeurés ne servaient qu'à faire ressortir,
par le rouge fauve de leur lumière, au milieu du brouillard où régnait
ce soir-là, la blancheur éclatante de la lumière nouvelle. Il a été
démontré que cinq foyers de cet éclairage illumineraient la place mieux
qu'elle ne l'est, et lui ôteraient cette apparence de surtout de table
que l'architecte lui a donnée. Mais quel est le prix de revient de
l'application de ce procédé? C'est ce que personne n'a pu nous dire, et
ce dont les inventeurs, hommes de science, ne se sont pas, dit-on, rendu
un compte très-exact. Toutefois, on annonce un nouvel essai, avec un
foyer beaucoup plus puissant placé au haut de l'obélisque; et cette
fois, ou se propose d'asseoir des calculs qui puissent mettre à même de
prononcer sur le côté pratique d'un procédé qui, s'il ne pouvait devenir
usuel, serait toujours d'un bel effet dans les fêtes et illuminations.
Les journaux américains nous ont appris la mort d'un savant astronome et
mathématicien français, M. J.-N. Nicollet, ancien professeur du Lycée
Impérial à Paris, décédé à Washington. Les feuilles des États-Unis lui
paient un juste tribut d'éloges et de regrets.--Le _Courrier
d'Indre-et-Loire_ nous apporte la nouvelle de la perte que vient de
faire l'émigration polonaise, d'un des hommes qui l'honoraient le plus.
M. Pietkiewiez, ancien professeur suppléant à l'Université de Wilna,
ancien nonce à la diète de Pologne, vient de mourir à l'âge de
trente-huit ans, à Tours, qui lui avait été fixé pour résidence. Cet
homme, qui avait la passion du bien, s'était dévoué à seconder
l'établissement primitif de la colonie agricole de Mettray. Il avait été
nommé professeur d'allemand au collège royal de Tours, et ses vastes
connaissances, son esprit fin et doux, son caractère bienveillant, ses
autres vertus, qui faisaient le charme et l'admiration de tous ceux qui
l'ont connu, sont aujourd'hui l'inépuisable source des regrets de ses
compatriotes, qui le respectaient, de ses amis, qui ne l'oublieront
jamais, et d'une veuve qui pleure sur une union formée il y a quelques
mois, et si prématurément, et cruellement rompue.



[Illustration: Théâtre de l'Odéon.--_Pierre Landais_. 4e acte.--Albin,
Milon; Marie, mademoiselle E. Volet; Étienne Chauvin, Darcourt.--Etienne
Chauvin remet à Albert l'écharpe ensanglantée de son frère.]

Théâtres.

_Pierre Landais_, drame en cinq acte de M. Émile SOUVESTRE (THÉÂTRE DE
L'ODÉON).--_Don Quichotte et Sancho Pança,_ (CIRQUE-OLYMPIQUE).--_Les
Naufrageurs_, (PORTE-SAINT-MARTIN).--_Le Capitaine Lambert_,
(GYMNASE),--_Jacquot_ (THÉÂTRE DES VARIÉTÉS).

La véridique histoire de Pierre Landais est assez singulière et assez
intéressante pour qu'un homme de talent et d'imagination comme M. Émile
Souvestre y ait vu les éléments d'un drame. Qu'y a-t-il de plus
dramatique, en effet, que la vie de ce simple fils de tailleur d'habits
qui, parti de l'échoppe de son père, s'élève peu à peu, par son habileté
et son esprit, à la plus haute fortune, et devient le ministre
tout-puissant de François II, duc de Bretagne? Gouvernant le duché sous
ce prince faible et ami des plaisirs, Pierre Landais tient tête à Louis
XI lui-même, et entreprend contre la noblesse bretonne une lutte
acharnée, brisant ses privilèges et abattant son audace factieuse.
Quelques historiens, il est vrai, parlent de Pierre Landais comme d'un
parvenu ambitieux et violent qui n'aurait cherché dans cette lutte qu'à
satisfaire sa cupidité et sa haine; mais d'autres, rehaussant le
caractère de Pierre, lui donnent les vues profondes de l'homme d'État;
s'il frappait sur la noblesse, ce n'était pas pour satisfaire de vaines
rancunes et de coupables passions, mais pour affranchir le pouvoir du
duc et délivrer la Bretagne du joug d'une aristocratie oppressive. Sous
ce point de vue, Pierre Landais est non-seulement un politique, mais un
philosophe.

[Illustration: Théâtre de l'Odéon--_Pierre Landais_. 3e acte.--Pierre
Landais, Bouchet; Marie, mademoiselle E. Volet; Albert, Milon; Étienne
Chavin, Darcourt.--Étienne montre le bourreau à Landais.]

[Illustration: Théâtre d'hiver du Cirque-Olympique.--_Don
Quichotte_.--Le Tournoi]

C'est ainsi du moins que M. Émile Souvestre nous le présente. Ce Pierre
Landais, atteint de philosophie démocratique, devait plaire, en effet, à
l'énergique auteur de _Riche et Pauvre_, lequel défend, dans tous ses
écrits, avec une noble chaleur de talent, la cause de l'opprimé contre
l'oppresseur. M. Souvestre prend Landais à son humble origine; voici sa
demeure indigente. Qui vient troubler le silence de ce réduit? Les
agents du fisc: le pauvre tailleur n'a pas de quoi payer le loyer, et la
main impitoyable des recors le dépouille de ses dernières ressources:
tous ses meubles sont vendus; Landais ne sauve de cette rapine qu'un
escabeau et le grabat où repose sa fille Marie.

Il faut voir son désespoir: c'est à la noblesse qu'il s'en prend, à ces
insolents gentilshommes qui surchargent d'impôts les malheureux pour
nourrir leur luxe et leurs débauches. Ah! si je pouvais me plaindre au
duc! s'écrie Pierre Landais.

Cependant l'orage gronde au ciel et l'éclair sillonne la nue. Un homme
enveloppé d'un manteau demande asile à Landais: c'est le duc en
personne; Landais l'a reconnu. Séparé de ses gens par l'orage, le prince
a faim et froid; et Landais n'a rien pour le nourrir! Il ne lui reste
que les débris de l'escabeau pour allumer un peu de feu et sécher les
vêtements de monseigneur.

Frappé de tant de misère, le duc interroge Landais, qui expose ses
griefs avec chaleur. «S'il était le maître de la Bretagne, il
soulagerait le peuple!--Eh bien! lui dit le duc, dès aujourd'hui je
l'attache à ma personne; suis-moi!»

[Illustration.]

Le tailleur est devenu le trésorier-général du duché de Bretagne; le
pauvre habile un palais; l'opprimé est tout-puissant; Pierre Landais, en
un mot, gouverne le duché, tandis que le duc s'abandonne au plaisir.

La prospérité et la justice renaissent; mais Pierre Landais n'est pas
arrivé à ce grand résultat sans rencontrer des obstacles, sans soulever
des inimitiés: plus d'une fois même, il a dû châtier ses ennemis;
ainsi, le chancelier Chauvin, son adversaire le plus décidé, est mort en
prison, dépouillé de toutes dignités et de tout pouvoir.

La noblesse, menacée, s'irrite et se met en garde; d'abord elle poursuit
Landais de ses railleries: «Un vil artisan!» dit-elle; quelques-uns
viennent hardiment jusqu'au palais, du duc faire étalage de leur
ressentiment. Après les paroles, les actions: les nobles complotent et
s'arment en secret; ils ont pour chef Etienne, frère de Chauvin.

[Illustration.]

Le complot éclate: le duc, surpris par les gentilshommes en armes, signe
l'ordre d'arrestation de Landais. Déjà ils s'applaudissent et savourent
la vengeance; mais la victime leur échappe au moment où ils croient la
tenir. Instruit par ses agents, Landais s'est mystérieusement introduit
dans le lieu occupé par les conjurés; là, maître de leurs secrets, il
surprend les coupables en flagrant délit et dans leur propre repaire;
des soldats apostés les obligent à rendre les armes.

Landais victorieux ressaisit le pouvoir; mais le gouvernement de la
Bretagne et la défaite de la noblesse ne sont pas les seuls intérêts qui
l'occupent: à côté de l'homme d'État, il y a le père; Landais songe au
bonheur de sa fille Marie, qu'il idolâtre; il rêve la fortune pour elle
et une brillante alliance. S'il retient le pouvoir, ce n'est que dans
l'intérêt de Marie. On voit qu'ici le caractère de Landais dévie, et
que, tout en frappant les grands, il songe aux grandeurs. M. Émile
Souvestre explique cette faiblesse par l'amour paternel: Landais n'a
d'ambition que pour sa fille; soit! mais le coeur humain n'explique-t-il
pas l'affaire encore mieux?

Cependant Marie n'a pas cessé d'être une simple fille; les rêves de son
père la touchent peu: elle a donné son amour à Albert, un simple
gentilhomme. Ce qu'on sait d'Albert est tout mystère; on le tient pour
homme de bonne maison, voilà tout; le nom de son père reste caché;
Albert l'ignore lui-même.

Ce nom qu'Albert ne sait pas, je veux vous le révéler: Albert a pour
père Chauvin, l'adversaire de Landais; Chauvin, que Landais a fait périr
misérablement en prison: Marie aime donc le fils d'un ennemi, et Albert
aime Marie la fille du bourreau de son père.

Etienne connaît cette énigme fatale de la naissance d'Albert, et il en
profite pour jeter le trouble dans la maison de Landais et déchirer le
coeur de Marie. Le jour où, étendant la main vers Albert, il lui dit:
«Venge ton père,» tout est fini. Les deux amants se désespèrent, et
Marie s'évanouit.

Etienne a beau faire, Albert tient à Marie plus qu'à Chauvin: l'amour
pur l'emporte sur l'amour filial. Vainement Étienne veut l'entraîner
dans sa haine et dans ses intrigues, Albert résiste: il fait plus
encore: il sauve la vie à Landais et arrache Marie aux ravisseurs
soudoyés par Étienne.

Vous dites; «Comment Etienne peut-il ainsi aller et venir et comploter
dans le, palais après sa défaite?» Il faut s'en prendre à l'imprévoyance
de Landais, qui a eu la maladresse de lui laisser la liberté.

Landais paie cher cette imprudence: Étienne et ses complices s'emparent
de la ville; Landais, surpris, ne peut résister; tout est dit: son
bonheur est passé et sa puissance s'écroule. Landais, prisonnier
d'Étienne, n'a plus qu'à se préparer à la mort; un seul regret affaiblit
son courage: que deviendra Marie? «Je veillerai sur elle, dit Albert, je
serai son défenseur et son époux.» A ces mots, il anéantit l'écrit qui
constate sa noble naissance, et se fait un homme sans titre et sans nom,
afin du pouvoir aimer Marie, la fille du tailleur. Landais, consolé, va
d'un pas ferme à la mort.

Ce n'est là qu'une esquisse incomplète du drame de M. Émile Souvestre:
on y trouve bien d'autres événements et d'autres complications;
peut-être, même est-ce le défaut de l'ouvrage; les faits ne s'y
produisent pas toujours nettement et jettent çà et là, par une certaine
confusion, quelque obscurité sur les sentiments et sur les caractères;
mais, à tout prendre, le drame intéresse; il a été constamment applaudi:
c'est le succès le plus réel que le Second-Théâtre-Français ait obtenu
depuis sa réouverture; d'ailleurs, et ceci n'est pas à dédaigner par le
temps qui court, une pensée généreuse et un noble coeur se remuent
partout au fond de ce drame; on n'aurait pas nommé M. Souvestre, qu'on
l'aurait deviné.

--Don Quichotte et son Sancho Pança chevauchent, depuis quelque temps,
au Cirque-Olympique, et y courent les hasards: du noble chevalier,
toujours vaillant, généreux, éthique, comme il convient à son caractère;
le fidèle écuyer, gros, gras, rond, roulant, plein de bon sens, de bon
appétit, et semant les proverbes sur sa route, ainsi qu'il lui
appartient. Nous ne suivrons pas ces deux illustres amis dans toutes les
sinuosités de leurs nombreuses aventures; nous ne marcherons pas pied à
pied à la suite de la fortune vagabonde de Rossinante et du grison;
cette entreprise nous mènerait trop avant, et nous ne sommes pas, pour
courir si loin, suffisamment éperonnés et armés chevaliers errants.

Choisissons seulement quelques épisodes de ce poème mémorable; et
d'abord, voici ce bon Sancho: dans quelle situation, ô ciel! et comme il
a besoin ici de toute sa philosophie! Les muletiers ont saisi et jeté
notre homme sur une couverture de laine; les voyez-vous qui le lancent
en l'air à tours de bras et le font rebondir comme une balle élastique;
ô mon brave Sancho! jamais ballon joua-t-il son rôle aussi naturellement
que toi!

Plus loin, don Quichotte devient la victime de sa philanthropie et de sa
candeur; vous savez comme quoi, au détour d'un buis, le valeureux
chevalier rencontra une bande de forçats escortée d'une escouade de la
sainte hermandad. «Holà! oh! seigneurs cavaliers, rendez la liberté à
ces malheureux, s'écria-t-il, ou je vous pourfends de ma redoutable
épée!» Et aussitôt, piquant des deux et croisant la lance, don Quichotte
mit les gendarmes en pleine déroute et délivra les bandits, qu'il
prenait pour des esclaves opprimés. Ce qu'il en advint, vous le voyez; à
peine les forçats ont-ils brisé leurs chaînes, qu'ils se tournent contre
leur libérateur, le jettent bas et le rouent de coups, de compagnie avec
Sancho.

Que devenir après une telle ingratitude? Se retirer du monde, se faire
berger, chercher si la vertu et la reconnaissance, exilées des villes et
des grandes routes, se sont abritées sous la houlette; ainsi font don
Quichotte et Sancho.

Mais la vie champêtre convient-elle à un tel héros? Don Quichotte a
bientôt repris le fer, la cuirasse et l'armet de Membrin. Qu'il fait
beau le voir sur son Rossinante immobile, tandis que Sancho Pança
enfourche le bât de son âne, en attendant le fidèle baudet qui broute
quelque part l'herbe fleurie.

Hélas! don Quichotte a beau être le plus vaillant des héros de la
Manche, il succombe enfin dans un terrible tournois contre le redoutable
chevalier du Miroir; quelque enchanteur, sans doute! Le clairon sonne,
les casques retentissent, les cuirasses étincellent; quels rudes coups
d'épée! cependant don Quichotte est vaincu.

Était-ce pour être partout trahi, berné et battu, qu'un beau jour, ô don
Quichotte! ô innocent héroïque! tu as quitté ta maison, ta nièce, ton
curé et tes livres de chevalerie, suivi de ton ami Sancho; le grison
portant l'un, Rossinante portant l'autre?

--Le théâtre de la Porte-Saint-Martin ne s'amuse pas à de tels jeux
d'enfants; il se plonge dans le crime le plus noir avec _les
Naufrageurs_ titre barbare, mais moins barbare que la prose de M. Boulé,
l'auteur de ce formidable drame. Ces naufrageurs sont d'affreux bandits
qui dépouillent les malheureux que la tempête a jetés sur la rive, et
les assassinent au besoin. Aussi, leur histoire est-elle surabondamment
ornée de tempêtes, de naufrages, de meurtres, d'enlèvements, de morts
subites, de résurrections, de cavernes, d'incendies, de fureurs, de
repentirs, de reconnaissances et de grincements de dents. Au dénouement,
le crime est châtié amplement, comme cela est de règle, et les
naufrageurs s'abîment sous les ruines d'une immense caverne. Que Dieu
leur pardonne, et à M. Roulé aussi!

--_Le Capitaine Lambert_, du gymnase, recommence _le Joueur_ de Regnard,
et celui de Victor Docange; mais il n'a ni l'esprit de l'un, ni la
terrible passion de l'autre. A force de jouer, Lambert perd jusqu'à son
dernier sou. Que deviendra sa fille? c'est là le grand désespoir de
Lambert. Heureusement, un Arthur vertueux, le fils de l'homme qui a
ruiné Lambert, répare tout le mal, et rend à Lambert la fortune qu'il
regrette: c'est bien le moins qu'il devienne son gendre. Lambert
jouera-t-il encore? je ne sais, mais je crains que le Gymnase ne le joue
pas longtemps.

Les lauriers de Levassor emmenaient sans doute le théâtre des Variétés
de dormir; il a voulu avoir aussi sa pièce à travestissements.
_Jacquot_ ne sert pas à autre chose; Jacquot est tout à la fois Vernet,
Alcide Tousez, Odry, Numa, Lepeintre jeune, Ravel; tous les acteurs de
Paris y passent; Neuville exécute ces métamorphoses et ces imitations
avec une vérité et une ressemblance dignes d'étonnement. La pièce est
d'ailleurs semée de mots plaisants. Les auteurs sont MM. Paul Vermont et
Gabriel.



De l'autre côté de l'Eau

SOUVENIRS D'UNE PROMENADE. (Suite.--Voyez t. II, p. 6, 18 et 30.)

SUR LA TAMISE.

Tout ce qu'éprouvait de patriotique jalousie le vieux Caton pendant sa
résidence à Carthage, un Français,--je parle du moins farouche citoyen
de Paris,--doit le ressentir en arrivant à Londres par cette belle
avenue marine qui commence à Gravesend.

Ce n'est pas que l'entrée des Champs-Elysées n'ait son mérite et
l'Arc-de-Triomphe ses glorieux souvenirs; mais Vienne a son Prater;
Berlin, son allée de tilleuls; Rome avait des arcs de triomphe sur
toutes ses routes. Aucune ville de ce bas monde n'a eu et n'aura
jamais,--il faut le croire,--ces huit lieues de rivières encombrées de
quatre mille vaisseaux.

Voici les lourds charbonniers de Newcastle, voici les bricks de commerce
qui reviennent de Calcutta et de Bombay, voici les pêcheurs de morue,
voici les yachts de la _Royal Navy_, voici les stationnaires,
sentinelles imposantes, voici le pavillon russe, le pavillon
danois.--hélas! et Copenhague?--le papillon américain,--et Boston?--le
pavillon français,--diable, et Trafalgar?

Noble et glorieux pavillon, que n'était-tu du moins sur quelque beau
navire aux agrès bien ordonnés, brillant de la poupe à la proue, les
sabords ouverts et montrant les dents! Mais non; à l'arrière de cinq on
six méchantes carènes, sales et mal tenues, pendait un chiffon tricolore
dont à peine on distinguait les nuances éteintes. Sans le souvenir de la
Colonne, il y avait de quoi se voiler la face et s'enfuir à fond de
cale.

Encore des vaisseaux, des vaisseaux encore, des vaisseaux toujours.
Quelquefois, nous ne voyons de loin, acculé à la rive, que le profil
d'un beau navire; mais ce profil nous en marquait dix, quinze, vingt,
rangés côte à côte. Cette immense force ne s'étale pas, bien au
contraire; chaque vaisseau se serre et se fait petit, dans une
agglomération monstrueuse de voiles et de mâts et de tuyaux à vapeur.

Puis, derrière les toits du rivage, vous avisez d'autres cordages,
d'autres vergues, d'autres pavillons: ce sont les _Docks_, ce sont des
ports creusés par douzaines, où vont encore se cacher des flottes
entières, se reposer les bâtiments avariés, se décharger les opulentes
cargaisons... Bref, au bout d'une heure ou deux, la tête vous tourne, ce
panorama mouvant vous enivre; vous vous croyez le jouet d'un rêve,--et
d'un mauvais rêve, puisque vous n'êtes pas Anglais.

J'avais d'abord donné carrière à mon étonnement à mesure qu'un obligeant
gentleman me signalait l'un après l'autre tous les points remarquables
devant lesquels nous passions. Mais je crus voir briller dans ses yeux
une orgueilleuse satisfaction qui me déplut, et ménageant de mon mieux
la transition, je passai en peu de minutes à une indifférence fort bien
jouée. Comme dernier symptôme de cet insouciant dédain, le _tillaburelo_
de _my uncle Toby_ me vint admirablement en aide. Le Gentleman
s'inquiète de mes airs blasés; et après avoir essayé deux ou trois fois
encore ses triomphantes insinuations, il me quitte, presque offensé de
les voir si tranquillement accueillies.

SOUTH MOLTON STREET.

On m'avait spécialement recommandé de loger dans l'_East-End_. En ce
pays où tout est strictement classé, mieux vaut un grenier du quartier
noble qu'un hôtel tout entier de la Cité. Nous primes donc notre essor,
mon compagnon de voyage et moi, vers la région très-noble ou Hyde-Park
semble retenir la crème anglaise.

Et comme j'étais pressé d'en finir avec les ennuis du premier
établissement, nous nous installâmes chez un estimable chapelier qui mit
à notre disposition tout le superflu de sa petite maison: à savoir, un
salon et deux chambres à coucher.

Sans me permettre une critique trop générale, voici mes observations sur
l'intérieur hospitalier qu'il nous offrit en échange de guinées assez
nombreuses.

Les cheminées avaient, en guise de devants de feu, des tabliers de
soubrette excessivement ornés. Ces tabliers étaient en papier de couleur
découpé, brodé, bariolé, rehaussé de paillettes.

L'unique canapé du salon était d'une maigreur attristante. La maîtresse
du logis,--Dieu me garde de la nommer à présent!--ressemblait au canapé
du salon.

Quelque chose de plus maigre encore, c'était Anne, l'unique soubrette de
l'établissement. Bien que l'escalier criât volontiers sous le moindre
poids, elle le montait et le descendait sans le plus léger bruit, à la
manière des fantômes, dont elle avait la pâleur et l'oeil hagard; je
parle de son oeil,--ou plutôt de ses yeux,--pour les avoir aperçus de
temps à autre, à la dérobée. En général, ils étaient respectueusement
baissés vers le parquet.

Le salon était pauvre, mais décent. La chambre à laquelle il donnait
accès affichait un certain air de propreté menteuse. Je la cédai à mon
compagnon de voyage.

Quant au _garret_ où je fus relégué par cette déférence toute naturelle,
il mériterait une description en vers à la manière de Gresset; mais je
me bornerai à quelques détails prosaïques.

Mon lit,--un véritable _four-posted-bed_,--était d'une ampleur
conjugale; mais les matelas, évidemment destinés à un célibataire, ne le
garnissaient ni en largeur ni en longueur. Ils formaient au milieu du
plancher qui les soutenait une espèce de monticule quadrangulaire
très-élevé. Je les comptai par curiosité: ils étaient cinq, dont le
mieux fourni n'avait certainement pas l'épaisseur d'une galette du
Gymnase. En revanche, par la consistance, ils en auraient facilement
remontré au biscuit de mer le plus solide.

Après de vains efforts pour dormir sur cette couche dure, je me résignai
à demander, non pas un, mais cinq autres matelas supplémentaires, qui me
furent octroyés avec une certaine stupéfaction, et un lit de plumes, par
la vertueuse mistriss...--j'ai juré de ne pas la nommer.

Loin de m'enhardir, cette complaisance m'empêcha de lui faire remarquer
que le couvre-pieds de coton qui devait me dérober aux yeux indiscrets,
tandis que je me livrerais au sommeil, manquait évidemment des qualités
indispensables à ce voile nocturne. Les souris ou le temps en avaient
fait un véritable crible dont les trous multipliés, laissant passer mes
jambes, ne pouvaient guère arrêter un regard curieux.

Les serviettes étaient contemporaines du couvre-pieds. Elles devaient de
plus à une lessive particulière je ne sais quelle odeur nauséabonde qui
remplissait la chambre quand j'y montai pour la première fois.

«Par bonheur, pensai-je, nous sommes au mois de juin,» Et je courus
ouvrir la fenêtre.

La fenêtre,--infernale guillotine!--résista obstinément à tous mes
efforts pour la relever; je la crus condamnée par quelque droit de
servitude, et je m'assis sur ma malle, dans l'attitude de Marins sur les
ruines de Carthage, mais beaucoup moins résigné que le vieux proconsul.
Il était en plein air, lui. Quant à moi, j'aurais volontiers pleuré.

Pourtant l'excès même du malheur, dans une âme forte, amène, une
énergique réaction; puis le tablier de ma cheminée était si plaisant, il
affectait de si étranges grâces, et ses grâces ressortaient si bien,
éclairées par une affreuse chandelle de suif enfoncée dans un bougeoir
énorme, que la résignation reprit sur mon coeur son heureux empire. Je
doublai de mon manteau le couvre-pieds transparent; je m'isolai, autant
que faire se put, du contact cotonneux de mes draps, et si le sommeil
n'avait fui mes paupières, j'aurais pu me croire sur le plus délicieux
édredon.

Mais je ne fermai pas l'oeil et mal en prit à certains petits animaux
qui, dès cette nuit même, avec un empressement tout britannique,
voulaient se repaître de sang français.

SIGNALEMENT D'UNE CAPITALE.

        _Rues_--larges.
        _Passages_--étroits.
        _Parcs_--nombreux.
        _Maisons_--noires.
        _Portes_--petites.
        _Squares_--ronds ou ovales.
        _Quais_--hideux.
        _Cabriolets_--faits en citadines.
        _Pavés_--rares.
        _Édifices_--bien portants.
        _Cafés_--invisibles.
        _Boue_--abondante.
        _Décrotteurs_--ignorés.
        _Soleil_--étonné (1).
        _Passants_--tristes.
        _Dimanches_--tristes.
        _Ponts_--magnifiques.
        _Valets_--bien mis.
        _Maîtres_--mal habillés.
        _Mendiants_--pieds nus.
        _Mendiantes_--en chapeaux de satin.
        _Grisettes_--nus-bras, nu-cou, épaules nues.
        _Omnibus_--bruyants.
        _Marteaux de porte_--plus bruyants.
        _Vieux habits_--très-bruyants.
        _Watchmen_--admirables.
        _Soldats_--très-longs.
        _Pieds de femmes_--très-longs.
        _Nez d'hommes_--tout le contraire.
        _Bas de coton_--bon marché.
        _Tout le reste_--fort cher.

[Note 1: Ceci demande un commentaire. Le soleil, à Londres est étonné
comme le doge de Gênes dans les galeries de Versailles.]

RÉFLEXIONS.

Pour ce signalement, j'ai choisi naturellement les traits
caractéristiques, les côtés distinctifs de la ville que j'avais à
dépeindre. Maintenant je suis de trop bonne foi,--et aussi trop
prévoyant,--pour ne pas prédire que ces traits tendent à s'effacer
chaque jour.

Mon compagnon de voyage,--qui visite l'Angleterre à peu près tous les
cinq ou six ans,--m'a confirmé cette vérité par toutes sortes
d'observations spirituelles.

Mais bien mieux encore par quelques-uns de ses étonnements.

Ainsi, quand un garçon de taverne, nous reconnaissant pour des Français,
nous proposa du _bouilli-beef_--l'expression que prit le visage de mon
ami me révéla toute une révolution culinaire.

«Bouilli-beef! répétait-il confondu... venir à Londres pour manger du
bouilli-beef!... dans une taverne, du bouilli-b...!»

Mais là je l'arrêtai court en lui montrant, sur les vitres de la
fenêtre, ces mots, qui répondaient éloquemment à l'amertume de ses
plaintes.

Nous n'étions pas dans une taverne, nous étions dans une Eating-House.
L'_Eating-House_ est à la taverne et au restaurant ce que l'aurélie est
au ver et au papillon. De toutes parts la taverne se chrysalide.

Le vin français et le vaudeville français sont appelés à régénérer
l'Angleterre. Dans cinquante ans, Londres aura des cafés, des
décrotteurs, etc.; dans cinquante ans, il y sera tout à fait incongru de
donner à manger au voyageur sans le gratifier d'un essuie-mains.

Qui sait--le bouilli-beef est d'un bon augure--si on n'y naturalisera
pas ce qu'il y a de meilleur et de plus français au monde: la calme et
sereine flânerie?

En l'an de grâce 1843,--je le dis pour l'instruction des âges
futurs,--je n'ai vu de flâneurs à Londres que les watchmen et moi, ce
dernier dans les glaces des magasins. Il me semblait vraiment ridicule,
et j'avais honte pour lui de son inutilité souriante.

HUMILIATION.

Ce même personnage étant fort embarrassé,--pour peu qu'il eut osé
s'aventurer à cinq ou six rues de son domicile,--ne se hasardait guère à
de si lointaines excursions qu'avec un plan de Londres dans sa poche. Ce
document topographique lui paraissait indispensable, mais lui devenait
presque entièrement inutile, par suite d'une honorable timidité qui
l'empêchait d'y chercher son chemin.

Un jour, cependant, après s'être longtemps consulté, il se retira dans
une étroite ruelle dallée,--une _lane_ quelconque;--et là, certain de
n'être pas observé, il entrouvrait mystérieusement les plis sibyllins de
son oracle...

Quand un honnête homme, fort déguenillé mais très-barbu, sortit tout à
coup de quelque corridor obscur, et avec une obligeante grimace de
protection:

«Où va monsieur?» lui demanda-t-il en bon français.

O. N.

(_La suite à un autre numéro._)



La Pêche de la Morue.

L'époque approche où les nombreux bâtiments partis pour la pêche de la
morue au printemps dernier vont rentrer dans nos ports. Déjà plusieurs
journaux du département du Nord ont annoncé l'arrivée à Dunkerque de
deux ou trois navires pêcheurs venant de Terre-Neuve. En ce moment, tous
les pêcheurs ont terminé leur récolte; qu'on nous permette cette
expression, car la pèche a été appelée l'_agriculture des eaux_; ils
font voile vers la France. Avant d'apprendre à ses nombreux abonnés si
la pèche de la morue a été heureuse cette année, l'_Illustration_ devait
employer, pour la leur faire connaître dans ses plus curieux détails, la
plume de ses écrivains et le crayon de ses dessinateurs.

Fidèles à leur rendez-vous habituel, les poissons des différents parages
viennent périodiquement payer à l'homme leur tribut, et les pêcheurs y
ont attendre ou poursuivre, dans certaines parties de l'Océan, les
espèces qui s'y réunissent de préférence. Tel est le motif qui attire
vers les côtes d'Islande, à Terre-Neuve et sur le grand banc ces flottes
nombreuses qui partent tous les ans de nos ports de l'Ouest. C'est au
milieu des tempêtes de ces mers orageuses que le jeune matelot reçoit le
baptême du métier; c'est à cette école de dangers et de privations que
s'exercent les forces vives de notre marine. De tout temps, les
puissances maritimes ont trouvé dans la grande pèche les éléments de
leur prospérité. Venise et la Hollande, ces républiques qui ont pesé
d'un si grand poids dans la balance des nations, partirent un filet sur
l'épaule et commencèrent leur fortune dans une barque de pêcheur. Ces
peuples de marins devinrent riches et forts, et leur prépondérance sur
la mer leur assura le commerce du monde. La puissance maritime de la
France s'est agrandie aussi par la pêche; ses escadres ne se formèrent
qu'à l'époque où les pêcheurs purent se réunir en grandes flottes: ce
fut au commencement du seizième siècle, lorsque le Portugais Curie Real,
qui avait observé l'affluence extraordinaire des morues sur le grand
banc de Terre-Neuve, signala cette mine inépuisable aux pêcheurs
européens, et que François 1er eut fait explorer ces parages par Jacques
Cartier, de Saint-Malo, le meilleur marin de son temps. Toutefois ou ne
tira pas d'abord un bien grand parti des ressources que le hasard avait
fait découvrir dans ces latitudes. Le Vénitien Jean Cabot, envoyé par
Henri VII d'Angleterre à la recherche d'un passage qu'on présumait
devoir conduire à la Chine par le nord-ouest, avait reconnu, en 1497,
une île qu'il appela _Prima-Vista_, et dont les nations maritimes, qui
ont envié tour à tour la possession de cette nouvelle contrée, ont
traduit chacune le nom dans leur langue. En 1501, Juan Ayamonte, marin
catalan, recevait licence de la reine d'Espagne pour aller faire des
investigations sur _la Tierra-Nueva (para ir a saber el secreto de la
Tierra-Nueva)_, et il lui était recommandé de prendre avec lui deux
pilotes bretons. Les Anglais la nommèrent _New-Fundland_, et ils ne
pensèrent guère à la coloniser que cent ans plus tard. Les Chartres
octroyées par Henri VII, pour y fonder des pêcheries, ne produisirent
d'abord aucun résultat, et la marine anglaise n'acquit quelque
prépondérance dans ces mers qu'après que le célèbre Drake en eut chassé
les Espagnols. Leur prise de possession à Terre-Neuve ne date réellement
que de 1585; l'île ne comptait encore que soixante-deux colons en 1612,
et le nombre des navires pêcheurs s'élevait à peine à une cinquantaine.
Nous ne commençâmes nous-mêmes à nous adonner à la pèche de la morue
qu'en 1540. Les établissements sédentaires que nous fond ânes sur le
littoral n'eurent pas, dans le principe, tout le succès qu'on s'était
promis, et ce fui seulement sous le règne de Henri IV que le ministre
Sully favorisa de tout son pouvoir la pêche de la morue, en la plaçant
sous la protection du gouvernement.

Ainsi cette industrie qui s'exerça dans la haute mer à plus de six cents
lieues de nos côtes, cette pêche qui, depuis plus de trois cents ans, a
employé tant de bras et nourri tant de populations, ne marcha d'abord
qu'avec lenteur. Il lui a fallu le secours des primes et l'appui soutenu
de l'État pour s'élever au rang des grands commerces. Alors les stations
poissonneuses des côtes et du banc de Terre-Neuve attirèrent les
pêcheurs de diverses nations. La France et l'Angleterre, qui s'étaient
disputé longtemps la possession de l'île et des mers adjacentes,
finirent par fixer les divers parages où pêcheurs pourraient dorénavant
se livrer à leur art sous la garantie des traités. Avant 1713, les
pêcheries que nous possédions fournissaient aux besoins de presque toute
l'Europe, et suffisaient à l'armement de nos vaisseaux; mais le traité
d'Utrecht, celui de Versailles (1785) et la cession du Canada vinrent
changer notre situation. Nous perdîmes successivement tous les riches
établissements que nous avions formés au loin, et qui avaient porté la
grande pêche au plus haut degré de prospérité: les colonies de l'Acadie
et du Canada, l'île Royale, l'île Saint-Jean, l'île de Terre-Neuve
cessèrent de nous appartenir.

[Illustration: Bâtiments faisant la pêche de la morue (verte) sur le
banc de Terre-Neuve.]

Réduits maintenant aux droits de pêche sur les côtes d'Islande, au grand
banc et sur la lande orientale et occidentale de Terre-Neuve, _sans
pouvoir y établir aucune habitation, si ce n'est des échafauds et
cabanes pour sécher le poisson:_ ne possédant plus pour s'abriter que
les petites îles de Saint-Pierre et Miquelon, rochers nus et misérables
qu'il faut approvisionner de toutes les choses nécessaires à la vie, nos
navires sont obligés de partir chaque année des ports de France qui
doivent servir aux opérations de la campagne. Et pourtant, malgré cet
état de choses, et grâce aux encouragements de l'État, nos pécheurs ont
soutenu la concurrence avec ceux de l'Angleterre, établis et à demeure
sur la partie sud de l'île de Terre-Neuve, et avec ceux des États-Unis,
qui jouissent de tous les avantages de la proximité de leurs côtes.--La
pêche de la morue occupe annuellement plus de 400 navires français; 200
bâtiments de transport et de cabotage sont destinés en outre aux
opérations accessoires de la pêche. Ainsi, cette industrie entretient à
la mer une flotte de 600 voiles et de 15,000 marins, qui forment près du
quart du personnel valide de l'inscription maritime: réserve précieuse,
toujours disponible et endurcie au métier le plus rude, sur mit; mer
orageuse et sous un climat des plus rigoureux; réserve utile pour la
navigation commerciale en temps de paix, réserve indispensable, mais
encore insuffisante pour l'armement de nos escadres en temps de
guerre.--Les produits de la pêche de la morue sont, estimés à 40
millions de kilogrammes de poisson, qui viennent alimenter nos marchés,
et dont 15 à 16 millions sont réexportés aux colonies, en Italie et en
Espagne. Notre consommation absorbe le reste.

[Illustration: Coupe de mer sous un navire faisant la pêche de la morue
(verte).]

La pêche sur la côte de Terre-Neuve a toujours été placée au premier
rang; c'est, celle qui occupe le plus grand nombre de marins; on y
emploie des bâtiments de toute grandeur, depuis 30 jusqu'à 350 tonneaux.
Lorsque le navire est arrivé il la côte, vers les premiers jours de
juin, on le désarme, et l'équipage vient s'établir à terre avec tout son
matériel dans des cabanes de bois construites sur le littoral et qu'il
faut remettre en état après l'hivernage. De là, les bateaux, montés de
deux hommes et un novice, sont expédiés tous les matins à la pèche à la
ligne pour ne l'entrer que le soir. Indépendamment de ces embarcations,
chaque navire arme un ou plusieurs _bateaux de Seine_, qui sont montés
de dix hommes et qui pèchent lorsque les morues deviennent plus
abondantes. Au retour des bateaux, le poisson est tranché, salé et mis
en pile: après plusieurs jours de sel, les novices et les mousses le
font sécher sur les bancs de galet jusqu'à ce qu'il soit parvenu à un
désiré de dessiccation suflisant pour le rentrer. Les pécheurs quittent
la côte à la fin de septembre, la plupart pour rentrer en France,
quelques-uns pour aller porter une cargaison de morues aux Antilles.

[Illustration: Haim et ligne de pêche.]

La pêche à Saint-Pierre et Miquelon a une grande analogie avec celle de
la côte de Terre-Neuve: elle se fait avec des bateaux plats appelés
_wavys_ ou avec des pirogues. Ces embarcations, au nombre de 2 à 500,
vont à la voile et à l'aviron; elles sont montées par deux hommes et
sortent le matin pour rentrer le soir. On divise en trois catégories les
différentes classes de gens qui se dévouent à la pèche, ou à la
préparation du poisson sur le littoral de ces deux petites îles: 1º les
_pêcheurs sédentaires_ ou colons pêcheurs, au nombre de 1,000 à 1,400;
2º les _pécheurs hivernants_, qui passent la mauvaise saison ou qui
s'établissent à terre pendant plusieurs années; leur chiffre, sujet à
des variations, n'excède guère 300 individus; 3º enfin, les _passagers
pêcheurs_ venus de France et qui repartent à la fin de la campagne; on
en compte environ 3 à 400 chaque année.

[Illustration: Morue.]

La pêche et la préparation de la morue étant la seule industrie des îles
de Saint-Pierre et Miquelon, occupent la totalité des pêcheurs
hivernants et presque tous les habitants sédentaires, hommes, femmes,
vieillards et enfants, à partir de l'âge le plus tendre. La pêche
commence au mois d'avril et se prolonge jusque vers le milieu d'octobre;
elle est généralement assez abondante et donne du petit poisson. Comme à
la côte de Terre-Neuve.

[Illustration: Morue habillée, dite morue plate.--Dessus.]

[Illustration: Morue habillée, dite morue plate.--Dessous, intérieur.]

[Illustration: Pêcherie à Terre-Neuve]

La pèche sur le grand banc s'effectue avec des navires de 120 à 130
tonneaux, armés de deux fortes chaloupes; 16 à 20 hommes d'équipage sont
nécessaires pour la manoeuvre du bâtiment et de ses embarcations: les
départs de France ont lieu du 1er au 15 mars. Les navires se rendent
directement à Saint-Pierre et y débarquent les passagers pêcheurs, les
mousses et les novices, qui forment le complément légal de leur
équipage, et qui ont pour destination le travail de la sécherie à terre;
de là, ils font voile pour le banc, sur lequel ils vont mouiller par 70
à 80 mètres de fond, afin de s'y livrer aux opérations de la pêche. Les
deux chaloupes sont mises à la mer, et, chaque soir, montées de cinq
hommes chacune, elles vont tendre les lignes, qui sont armées de 4 à
5,000 hameçons. Tous les matins, les lignes sont levées, et le poisson,
tranché, lavé et salé, est transporté à bond et déposé dans la cale. La
partie de l'équipage qui est restée sur le navire, s'occupe aussi à la
pêche avec des lignes de fond. La première pèche terminée, ce qui a lieu
du 15 au 30 juin, le produit en est porté à Saint-Pierre pour y être
séché, tandis que le navire, muni de nouveau sel et d'appâts, retourne
faire sur le banc une seconde pêche. Parfois même il en fait une
troisième, dont les produits, seulement salés, sont rapportés
directement en France à l'état vert. La pêche du grand banc est plus
dure et plus périlleuse que celle de la côte; elle exige des marins
faits et des hommes intrépides; elle se pratique sur une mer sans cesse
agitée; les pertes d'hommes et de chaloupes y sont fréquentes à cause
des bourrasques et des brumes: la pêche à la côte forme les marins, la
pèche au banc les aguerrit.

[Illustration: Pêche du capelan pour servir d'appât.]

[Illustration: Barque faisant la pêche de la morue sèche, sur le banc de
Terre-Neuve.]

[Illustration: Portion de coupe d'un bâtiment de pêcheur de morue
(verte)--Profile.]

Quant à la pêche qui se pratique vers les atterrages de l'Islande, elle
s'opère sous une latitude de 64 à 66 degrés nord, au milieu des glaces
flottantes et sur une mer sans mouillage et toujours tourmentée. A la
côte, le navire est désarmé; au grand banc, il est mouillé sur son
ancre; dans les parages de l'Islande, il est forcé de rester sous voile.
Ici, la pêche se fait avec des lignes volantes de 100 à 120 brasses de
profondeur; le poisson pris, au lieu d'être salé _en vrac_, est préparé
et salé dans des tonnes apportées de France. On emploie, pour cette
pêche, des bâtiments de 60 à 80 tonneaux, montés de 12 à 15 hommes
d'équipage. Les navires partent en avril et rentrent dans le courant de
septembre; quelques-uns, cependant, favorisés par la pêche, reviennent
au mois de juin et repartent immédiatement pour un second voyage. Ainsi,
les équipages tiennent habituellement la mer pendant six mois. Aucune
pêche n'est plus propre à donner des marins intrépides, aucune n'est
marquée par des pertes plus cruelles d'hommes et de bâtiments.

[Illustration: Fragment d'un bâtiment de morue (verte), vu par la
hanche.]

«En présence du développement des forces maritimes des grandes
puissances, disait naguère l'habile, administrateur chargé de soutenir
devant les chambres l'exposé des motifs sur le dernier projet relatif à
la pêche de la morue, la France ne doit pas rester stationnaire, et le
gouvernement doit chercher les moyens de mettre les ressources du pays à
la hauteur des besoins sans cesse croissants de notre marine. La pêche
est une industrie féconde; déjà elle est la branche la plus importante
de notre navigation commerciale, et l'inscription maritime, à laquelle
elle fournit plus du cinquième de sa force vive, lui doit ses meilleurs
matelots; aucune ne forme plus économiquement et plus promptement des
marins robustes, actifs et propres au service de l'État, et cependant
aucune n'est susceptible encore d'un plus grand développement... Le
doublement de l'exportation et de la consommation des produits de la
pêche suffirait pour donner au service de notre flotte 12,000 marins de
plus.»

A ces judicieuses paroles de M. Senac nous ajouterons que la France a
dans ses mains toutes les ressources pour se maintenir au rang des
premières puissances maritimes, pour protéger le commerce le plus
étendu, pour appuyer au besoin par ses forces navales la prépondérance
de sa politique; mais il faut pour cela qu'elle ne renonce pas à se
faire craindre sur les eaux. Or, il n'est pas de marine militaire
possible sans une marine marchande active et nombreux, et c'est dans la
politique de la grande pêche qu'elle, en trouvera tous les éléments.



Projet d'une Caisse de pensions de retraite

POUR LES CLASSES LABORIEUSES.

Les caisses d'épargne sont accessibles sans distinction à tous ceux qui,
pauvres ou riches, veulent momentanément déposer des sommes plus ou
moins fortes, qu'ils peuvent retirer à volonté. Or, nous voyons par les
comptes rendus de leur administration que la moyenne des versements pour
Paris varie entre 150 et 160 fr. par individu, ce qui suppose une
économie d'au moins 60 fr. par an, économie que peuvent rarement faire
ceux qui vivent au jour le jour de leurs salaires.

D'autre part, les _Sociétés particulières de secours mutuels_ ont
spécialement pour but d'assurer un secours journalier à ceux qu'un
chômage, une maladie, privent momentanément de leurs ressources,
quelquefois de rembourser les frais de maladie, les frais de sépulture
en cas de décès, etc.; mais, ainsi que nous le dit un homme qui a voué à
ces importantes questions une élude toute particulière, M. Maquet, dans
un travail dont nous parlerons tout à l'heure, «les ouvriers peuvent
d'autant moins s'y associer, qu'indépendamment des versements annuels
plus ou moins forts, le souscripteur est encore obligé de payer d'avance
5 pour 100 pour frais d'administration _sur le montant des annuités
capitalisées._»

Aussi, beaucoup de ces sociétés; n'ont pu se soutenir longtemps, et,
après d'infructueux efforts, se sont vues dans la nécessité de se
dissoudre. En nous confirmant ces tristes résultats, un philanthrope
bien digne de regrets, M. de Gérando, nous les a expliqués dans les
lignes suivantes empruntées à son ouvrage sur la _Bienfaisance
publique_: «Ces sociétés, dit-il, dont le quart réunit à peine trente à
cinquante membres, procèdent suivant des modes très-différents; aucune
loi, aucun acte du gouvernement, ne sont venus leur assurer une
protection, leur donner des règles ou des garanties. Il est impossible,
ajoute-t-il dans un autre passage, que des associations si peu
nombreuses puissent faire une application solide du calcul des
probabilités, et qu'elles garantissent aucun secours avec une certitude
quelconque. Trente-deux d'entre elles se sont dissoutes dans ces
derniers temps, et cinq dans la seule année 1837; vingt-une n'ont plus
fourni de renseignements à la caisse philanthropique de Paris depuis
1829, et ont peut-être subi le même sort.»

Il restait donc à trouver une combinaison qui, sans nuire aux caisses
d'épargne, pût exister à côté d'elles ainsi qu'à côté des sociétés
temporaires de secours mutuels, et réaliser ce que ni les unes ni les
autres ne pouvaient faire, c'est-à-dire créer chaque jour pour le
prolétaire des ressources qui s'accumuleraient sans cesse, et
garantiraient d'une manière certaine l'avenir contre toutes les
éventualités. C'est le plan qu'a voulu réaliser un honorable citoyen, M.
Maquet, en fondant _des caisses de pensions de retraite pour les classes
laborieuses de l'un et de l'autre sexe_.

M. Maquet, qui mûrissait depuis longtemps cette idée généreuse, avait
consulté tous les précédents qui peuvent exister; car l'idée qu'il a
émise et qu'il veut faire passer dans la réalité n'est nouvelle, à
proprement parler, que dans son application. Sans mentionner la _caisse
des invalides de la marine_, dont les résultats ont été si admirables,
et qui fonctionne avec tant de succès depuis près de deux siècles, il
nous suffira de dire qu'un plan analogue à celui proposé aujourd'hui par
M. Maquet a été exposé pour la première fois en 1772 en Angleterre,
adopté deux fois, à une grande majorité, par la Chambre des Communes en
1773 et 1796, deux fois repoussé par la Chambre des Lords, et enfin
accueilli le 18 juin 1833 par les deux chambres du Parlement.

Cet acte législatif stipulait que tout individu âgé de quinze ans au
moins pouvait, soit par un seul paiement, soit par une prime annuelle,
acquérir de l'État une rente viagère annuelle ou différée au maximum de
20 liv. st., au minimum de 1 liv. st., à la charge de déposer cette
prime dans une caisse d'épargne ou paroissiale, ou dans toute autre
société autorisée à se former à cet effet.

Le même acte disposait en même temps (art. 19) que les certificats et
registres relatifs à ce service seraient exempts de timbre.

Après avoir longtemps mûri son plan, et réfléchi à la possibilité
d'organiser une caisse de pensions de retraite pour les classes
laborieuses, M. Maquet songea à demander pour lui le patronage du
public, de la presse et des hommes éclairés. A cet effet, une réunion
solennelle fut convoquée; elle eut lieu le 11 mai 1812, dans la grande
salle de la mairie du 5e arrondissement. C'est devant un nombreux
auditoire que M Maquet, fort de ses études et de ses convictions, exposa
son plan d'organisation. Nous allons en donner brièvement un aperçu
d'après ses propres travaux.

Étendre aux classes ouvrières, par une association appliquée à tous les
degrés de l'échelle sociale, le principe suivi par le gouvernement, qui,
au moyen des retenues opérées sur leurs traitements d'activité, même les
plus minimes, alloue des pensions de retraite, non-seulement aux
employés de ses administrateurs, mais encore aux officiers des armées de
terre et de mer, ainsi qu'aux marins et aux ouvriers des ports; tel
était le problème que M. Maquet s'était proposé de résoudre.

Pour y parvenir, rien ne lui semble préférable à la création d'un
établissement fondé sur le model de la caisse des invalides de la
marine. Cette caisse, qui, depuis deux siècles, fonctionne avec un
succès toujours croissant, et que prospérité a mise à même de pouvoir
payer plus de 7 millions de pensions pour services mixtes rendus à
l'État et au commerce, s'écarte (comme doit du reste le faire, à son
exemple, la casse des pensions de retraite) autant de la règle commune
des anciennes routines que des établissements nouveaux d'un caractère
analogue. Elle n'aliène aucune partie de son capital; elle n'en fait pas
comme certaines sociétés particulières, le privilège exclusif d'un
partage entre les survivants lors des répartitions; son fonds est un
trésor qui s'augmente sans cesse pour soulager dans l'avenir les
infirmités ou la vieillesse de ses économes et prudents souscripteurs.
«En effet, dit M. Richelot, cette caisse pourvoit à tout pour le marin;
la marine n'abandonne point, comme l'industrie, ses vieux serviteurs;
les bras employés par elle, et que l'âge a affaiblis, elle ne les réduit
pas au pénible effort de demander l'aumône; elle établit une admirable
solidarité de famille, et récompense dans la veuve et dans l'enfant en
bas âge les services du mari et du père.»

Ce serait une position analogue que M. Maquet, en organisant la caisse
des pension de retraite, voudrait créer en faveur de ces ouvriers vieux
et infirmes, de ces invalides de l'industrie qui, après une vie entière
passée dans de pénibles travaux, n'ont d'autre perspective que le
dénûment dans l'infirmité.

Jusqu'ici, en effet, qu'a-t-on fait pour l'ouvrier? Le gouvernement, ce
tuteur-né des intérêts généraux, qui impose d'autorité une économie sur
le traitement de l'officier ou du bureaucrate, qui les rend prévoyants
par ordre, a-t-il songé à assurer à l'ouvrier un morceau de pain à la
fin de sa carrière? Souvent même se croit-il bien généreux quand,
l'arrachant à la municipalité, il l'envoie cacher ses infirmités
derrière les murs d'un de ces hôpitaux qu'il entretient avec les sueurs
du malheureux, avec le produit des charges publiques, surtout des
octrois, qui pèsent bien plus sur le pauvre que sur le riche.

Différente des caisses d'épargne, la caisse des pensions de retraite ne
rend les épargnes qu'elle à reçues par fractions que sous forme de
pensions, ou tout au moins de secours qu'on pourrait appeler des
pensions temporaires, et après un laps de temps qui ne peut être moindre
de vingt-cinq ans. Ces pensions doivent être le résultat de versements
ou de retenues volontaires de 6, 12 ou 21 francs par an, à percevoir par
fractions de 12, 25 ou 30 centimes par semaine, suivant l'âge ou la
progression du salaire.

Le minimum des versements pendant vingt-cinq ans est de 450 francs; le
maximum, de 20 centimes par jour.

Toute personne de l'un ou de l'autre sexe, de dix ans et au-dessus, peut
faire partie de la caisse, sur la présentation de son acte de naissance.

Les versements ne pourront être moindres

De 6 francs par an, de dix à quinze ans;

De 12 francs, de quinze à vingt ans;

De 24 francs par an, de vingt ans et au-dessus.

Les souscripteurs devront faire leurs versements par semaine ou par mois.

Toutes les sommes provenant de souscriptions, legs ou donations, seront
employées en achats de rentes sur l'État.

Ces rentes seront inscrites au nom de la caisse des pensions de
retraite, et les titres seront déposés à la caisse des dépôts et
consignations.

Les arrérages de rentes seront perçus et convertis immédiatement en
rentes sur l'État, ou en placements hypothécaires, par les soins du
conseil-directeur.

Tout souscripteur âgé de cinquante-cinq ans, dont les versements annuels
auront été régulièrement faits pendant vingt-cinq ans, et s'élèveront à
450 francs au moins, aura droit à une pension.

Les souscripteurs dont les versements auraient été suspendus ne perdront
pas leurs droits à la pension, pourvu qu'en reprenant le cours de leurs
versements, ils acquittent le montant et les intérêts composés des
versements arriérés. Le maximum des pensions ne pourra excéder 600
francs par an, à moins de modifications ultérieures.

D'autres dispositions règlent les droits des ouvriers à une pension
temporaire pour cause de blessures ou d'accidents.

Enfin la caisse sera aussi en mesure de servir des pensions aux veufs ou
veuves, aux orphelins et aux pères et mères indigents des
souscripteurs..

Tel est, dans ses dispositions principales, le plan proposé par M.
Maquet; aussi ne doit-on pas s'étonner qu'aussitôt les hommes les plus
honorables et les publicistes les plus distingués se soient empressé de
lui donner leur adhésion. Il a été immédiatement renvoyé à une
commission qui s'est constituée sous la présidence d'un de nos
industriels les plus distingués, M. Demere, et dont on attend le travail
avec impatience. Sans préjuger, dès aujourd'hui, quelles seront les
conclusions de cette commission, nous croyons savoir qu'elle
insisterait, de même que M. Miguel, pour que cette caisse fonctionnerait
sous la garantie du gouvernement.

Nous ne savons encore si le gouvernement donnera la garantie demandée.
Quoi qu'il en soit, nous ne pouvons que nous féliciter de voir des
hommes honorables et dévoués occupés de réaliser une idée aussi féconde,
et qui, bien comprise et bien exécutée, peut avoir les résultats les
plus heureux pour l'avenir des classes ouvrières. Prochainement, la
commission va publier son travail et ses observations. Puisse-t-elle
mettre dans l'oeuvre qu'elle a entreprise assez de persévérance et
d'efforts pour réaliser bientôt le plan de M. Maquet! Ce sera à la fois
un noble exemple donné par la France au monde civilisé, et un immense
service rendu à l'industrie nationale. Ses agents les plus immédiats et
les plus utiles, les ouvriers, trouveront dans la caisse des pensions de
retraite un soulagement pour leur vieillesse, et un bien-être d'autant
plus précieux qu'ils ne le devront qu'à leur prévoyance et à leur
économie.



Romanciers contemporains.

CHARLES DICKENS.

LA TABLE D'HOTE.

(Voir t. II, p. 26, 58 et 105.)

L'assemblée était nombreuse; dix-huit à vingt convives environ, parmi
lesquels cinq ou six daines, serrées l'une contre l'autre, formaient à
elles seules une petite phalange défensive. Tous les couteaux, toutes
les fourchettes étaient à l'oeuvre et s'escrimaient d'une façon tout à
fait édifiante. Peu de paroles s'échangeaient; chacun avalait comme s'il
y allait de la vie; et une famine eût été prédite pour le lendemain
avant déjeuner, qu'on n'eût pu mettre plus d'ardeur à satisfaire le
premier des appétits brutaux. La volaille faisait le gros du festin; une
dinde figurait au haut bout de la table, deux canards en occupaient
l'autre extrémité, et deux volatiles inconnus siégeaient au centre. Le
tout disparut comme si chaque oiseau, recouvrant l'usage de ses ailes,
eût pris l'essor à travers chaque gosier, y plongeant comme en un
gouffre. Les huîtres, cuites et marinées, ne faisaient qu'un saut de
leurs spacieuses coquilles dans les bouches béantes, où elles glissaient
par vingtaines. Les hors d'oeuvre du plus haut goût ne faisaient
qu'apparaître. Les cornichons, les piments, les concombres au vinaigre,
se croquaient comme dragées, sans qu'un oeil sourcillât. D'immenses amas
d'aliments indigestes fondaient comme la glace au soleil. C'était
vraiment chose solennelle et stupéfiante à voir! Des gens qui se
plaignaient d'une digestion laborieuse se gorgeaient d'énormes bouchées,
nourrissant ainsi, non-seulement eux, mais une nuée de cauchemars,
luttes habituels de leur couche. D'autres individus maigres, à joues
hâves et tirées, mal repus en dépit de ce carnage des pièces de
résistance, couvaient la pâtisserie avec des regards avides. Ce que
madame Pawkins ressentait chaque jour pendant le dîner échappe à la
pénétration humaine; elle avait cependant une consolation: c'est que son
supplice était court.

Dès que le colonel eut fini de dîner, événement qui eut lieu juste au
moment où Martin, envoyant son assiette, sollicitait un morceau de dinde
pour commencer le sien, l'Américain demanda à l'Anglais son opinion sur
les pensionnaires qui affluaient là de toutes les parties de l'Union, et
s'informa si quelques renseignements sur eux lui seraient agréables.

«De grâce, dit alors Martin, quelle est cette petite fille, à figure
maladive, avec de gros yeux tout ronds, là, vis-à-vis de nous? je ne lui
vois ni mère ni chaperon.

--Parlez-vous de cette matrone en robe bleue? demanda le colonel avec
emphase; c'est mistriss Jefferson Brick, monsieur.

--Eh non! dit Martin; je parle de cette petite poupée: là, vous dis-je,
juste en face.

--Eh bien, monsieur, répliqua le colonel, cette dame est madame
Jefferson Brick en personne!»

Martin fit volte-face et regarda le colonel. Il parlait sérieusement.

«Sur mon âme; alors je ne désespère pas de voir quelqu'un de ces jours
naître un héritier à M. Brick, dit Martin.

--Il en a déjà deux, monsieur,» répondit le colonel. L'allure de la dame
était si fort celle d'une enfant, que Martin n'avait pu retenir
l'exclamation.

«Oui, monsieur, poursuivit M. Driver; s'il est des institutions qui
compriment la nature humaine, il en est d'autres qui la développent!»
Après un moment de silence: «Jefferson Brick, ajouta le colonel à
l'éloge de son collaborateur, Jefferson est un des hommes les plus
remarquables de notre pays, monsieur!»

Ces paroles furent murmurées à voix basse, car l'homme remarquable
siégeait à la droite de Martin.

«Auriez-vous la bonté de me dire, monsieur Brick, reprit l'Anglais,
s'adressant cette fois à son voisin de droite et le questionnant, moins
par curiosité que pour l'amour de la conversation, me diriez-vous quel
est ce...» Il allait dire petit garçon; mais, esquivant le mot, il
reprit: «ce petit monsieur, là-bas, qui a le nez rouge?

--Professeur Mollet, monsieur, répondit Jefferson.

--Puis-je demander quelle science il professe? reprit Martin.

--L'éducation, monsieur, dit Jefferson Brick.

--Peut-être un maître de pension? demanda Martin en hésitant.

--Un homme de la plus haute moralité, monsieur, formé des éléments les
plus purs, jouissant de facultés peu communes, répondit le correspondant
chargé du département de la guerre. A la dernière élection pour la
présidence, il a jugé, de son devoir de répudier son père et de le
dénoncer pour avoir voté du mauvais côté. Depuis, il a publié quelques
pamphlets d'une immense portée, qu'il a signé _Suburb_, ou Brutus
renversé. C'est un des grands hommes dont notre patrie s'honore,
monsieur.

--A ce compte, il n'y aura pas disette de grands hommes,» pensa Martin.

Poursuivant son enquête, l'Anglais découvrit qu'il n'y avait pas moins
de quatre majors présents, deux colonels, un général et un capitaine. Il
ne put s'empêcher d'en conclure que l'état-major de la milice américaine
était si nombreux qu'à moins de se commander mutuellement l'un l'autre,
les officiers ne devaient savoir où et comment se pourvoir de soldats.
Pas un des assistants qui fût dépourvu de titres. Ceux qui ne
jouissaient pas des honneurs militaires étaient docteurs, professeurs on
révérends. Trois d'entre eux, grossiers et désagréables personnages,
avaient été députés des États voisins; l'un pour affaires d'argent, le
second comme envoyé politique, le troisième, comme missionnaire aux
frais d'une secte religieuse. Parmi les dames on voyait mistriss
Pawkins, droite, osseuse et silencieuse; de plus une vieille demoiselle,
figure en lame de couteau, qui soutenait les droits des femmes envers et
contre tous, et avait ouvert un cours pour la propagation de ses idées.
Le reste, tout à fait dépourvu d'individualité et de caractère, ne
valait pas la peine d'être nommé; plusieurs même auraient pu faire
échange d'esprit ou d'âme l'un avec l'autre sans que personne s'en
doutât. Ces derniers seuls ne paraissaient point enrôlés parmi les
personnages les plus remarquables du pays.

Plusieurs hommes, en avalant leur dernier morceau, se levèrent et
sortirent, s'arrêtant seulement une minute ou deux près du poêle, pour
se rafraîchir aux crachoirs de cuivre. Un petit nombre, plus sédentaire,
s'oublia environ un quart d'heure autour de la laide, et ne se leva
qu'avec les dames.

«Où vont-elles? demanda Martin à l'oreille de M. Jefferson Brick.

--Dans leur chambre à coucher, monsieur,

--N'y a-t-il donc point de dessert, pas un moment de loisir à donner à
la conversation? demanda Martin, assez disposé à jouir de quelque
relâche après son long et assommant voyage.

--De ce côté de l'Atlantique, nous ne sommes pas hommes de loisir,
monsieur, mais d'affaires, et nous n'avons pas de temps à perdre,» fut
la réplique.

Les dames filèrent donc sur une seule ligne; M. Jefferson Brick et les
autres hommes mariés signalèrent le départ de leurs meilleures moitiés
par un léger mouvement de tête, et ce fut chose terminée. Martin
trouvait la coutume peu de son goût; cette fois il garda son opinion
pour lui, ayant grand désir de profiter de la conversation de ces
_gentlemen_ si affairés, qui s'étiraient, à l'envi l'un de l'autre,
autour du poêle, comme si le départ des personnes de l'autre sexe eût
dégagé leur esprit d'un poids immense, ils faisaient maintenant le plus
copieux usage, le plus actif emploi des crachoirs et des cure-dents.

A dire vrai, l'entretien était vide d'intérêt et pouvait se résumer en
un seul mot: l'argent. Soucis, joies, espérances, affections, vertus,
poésie, tout semblait se fondre et couler en dollars. Le hasard le plus
favorable n'aurait pu apporter, au milieu de ces fastidieux caquets,
chose légère ou gracieuse qui ne s'épaissit en métal. Les hommes étaient
pesés au poids de leurs dollars, leurs actes jaugés en dollars, la vie,
mise à l'encan, évaluée au taux le plus juste, portée aux nues ou
traînée dans la fange, selon le nombre des dollars.

Après les dollars, ce qu'il y avait de plus respectable, c'était toute
entreprise ayant pour but d'en acquérir. Plus un homme avait su jeter
par dessus bord, de vertus, d'honneur, de générosité, allégeant sa
barque de ce lest inutile, plus il avait de place à donner aux dollars.
Pour l'argent on pouvait faire du commerce un vaste mensonge, un
brigandage légal; pour l'argent on pouvait faire, du drapeau de la
république, un haillon; on pouvait en souiller les étoiles une à une, le
taillant, le dépeçant bande à bande, comme les chevrons d'un caporal
dégradé. Tout pour les dollars! qu'est-ce qu'un pavillon, qu'est-ce
qu'un drapeau devant _l'or_?

Celui qui hasarde sa vie à la chasse aux renards, aime à courir à toute
bride; il en était ainsi de ces messieurs. Le plus grand patriote était
celui qui braillait le plus haut, au mépris de toute décence. Leur digne
champion, c'était l'homme qui, dans l'emportement brutal de sa course,
ne pouvait prendre un instant haleine, et marquer d'un brûlant mépris la
turpitude du voisin. En peu de minutes de cette causerie autour du
poêle, Martin apprit que porter à l'assemblée législative des pistolets,
des épées dans des cannes, et autres paisibles jouets; que saisir son
adversaire à la gorge comme le pourrait faire un chien ou un rat; que
tempêter, quereller, s'emporter, boxer et triompher par la force
musculaire, étaient autant d'actes glorieux; et qu'au heu de déshonorer
la liberté et de la frapper au coeur plus que ne le pourrait faire le
cimeterre d'un despote, ces actes forcenés flattaient l'orgueil
patriotique des citoyens et réveillaient sur les rivages
transatlantiques les mille échos de la renommée.

Une fois ou deux, quand il peut en trouver le joint, Martin hasarda les
questions qui lui venaient en tête, en sa qualité d'étranger, tant sur
les poètes nationaux, sur le théâtre et la littérature, que sur les
arts. Mais les renseignements que ses interlocuteurs étaient en mesure
de lui donner, ne s'étendaient pas au delà des phrases redondantes des
illustres de l'époque, tels que le colonel Driver, M, Jefferson Brick et
autres célèbres, à ce qu'il paraissait, par la perfection et
l'excellence du style boursouflé et tranchant, vulgairement nommé,
style de matamore.

«Nous sommes un peuple occupé, monsieur, dit un des capitaines nui
venaient de l'Ouest, et nous n'avons pas de temps à perdre en lectures
de fantaisie. Nous nous en arrangeons encore quand elles nous viennent
dans les journaux mêlées à des choses solides et substantielles, mais
_pouah_ de vos livres!»

Ici le général, qui semblait pris de mal de coeur à la seule pensée de
lire quoi que ce soit qui n'appartint pas au commerce ou à la politique,
et qui fût en dehors des journaux, demanda si personne ne se sentait en
goût de prendre un petit verre de liqueur. La plupart des assistants
trouvant l'idée fort de saison, filèrent, un à un, vers le comptoir du
cabaret voisin, d'où probablement ils gagnèrent leurs magasins et leurs
banques, pour revenir de nouveau à la taverne rabâcher encore de dollars
et d'argent, élargir leur esprit en parcourant et discutant quelques
sentences ampoulées de patriotisme, et finir enfin par aller ronfler
chacun au sein de sa famille.

«Leur principale jouissance, la seule qu'ils sachent savourer en commun,
se dit Martin poursuivant le cours de ses pensées; et il continua il
rêver aux dollars, aux démagogues de cabaret, ne sachant trop si ces
gens étaient réellement aussi affairés qu'ils prétendaient l'être, ou si
tout bonnement ils étaient incapables de goûter tout plaisir social,
toute joie domestique.

Le problème était difficile à résoudre, et s'être trouvé contraint de le
poser était déjà peu encourageant. Martin, assis devant la table
déserte, de plus en plus abattu, et repassant en son âme les difficultés
et l'incertitude de sa situation, poussa un profond soupir.

Un des convives, homme entre deux âges, à l'oeil noir, à la face hâlée,
avait attiré l'attention de Martin par l'expression cordiale et ouverte
de ses traits. Mais impossible à l'Anglais de rien tirer de ses voisins
au sujet d'un individu qu'ils paraissaient regarder avec le plus complet
dédain. Ce personnage, qui ne s'était pas mêlé à la conversation autour
du poêle, ne quitta point la salle avec les autres, et lorsqu'il entend
il Martin soupirer pour la trois ou quatrième fois, il hasarda quelques
paroles dans le désir, sans imposer sa connaissance, d'engager peu à peu
l'entretien. Ses motifs étaient si palpables, et cependant si
délicatement indiqués, que Martin en éprouva une velléité de
reconnaissance, et la laissa percer dans sa réponse.

«Je ne vous demanderai pas, dit en souriant l'étranger, qui se leva
alors et se rapprocha de Martin, je ne vous demanderai pas comment vous
aimez mon pays; je crains trop de deviner; mais, en ma qualité
d'Américain, forcé du commencer toujours par une question, _je vous
demanderai_ si le colonel vous agrée.

--Votre franchise m'encourage à avouer, sans la moindre réticence, qu'il
ne m'agrée pas du tout; bien qu'il me faille ajouter que je lui dois des
remerciements pour m'avoir amené ici,--et même pour avoir arrangé les
choses sur un pied assez raisonnable, ajouta Martin, se souvenant de
quelques mots, que le colonel avait murmurés à son oreille avant de le
quitter.

--Trève à la reconnaissance, reprit sèchement l'étranger; le colonel va
raccrocher à bord des paquebots de temps à autre, à ce que j'ai oui
dire, quelques passagers d'Europe, afin de leur extorquer des
renseignements de fraîche date dont il engraisse son journal; il
présente aussi des étrangers ici comme pensionnaires, pour gagner sur
eux, j'imagine, quelque petite remise, déduite ensuite par l'hôtesse sur
son écot de la semaine.--J'espère ne vous avoir choqué en rien?
ajouta-t-il, s'apercevant que Martin rougissait.

--Comment serait-ce possible, mon cher monsieur? dit Martin, serrant la
main qui lui était offerte. A vous dire la vérité, je me demande.....

--Quoi?

--Je me demande, puisqu'il faut tout dire, comment fait le colonel pour
esquiver les coups de bâton?

--Eh! il en a bien reçu quelques-uns, répondit tranquillement
l'Américain; il fait partie de cette classe d'hommes de laquelle notre
Franklin, dix ans déjà avant la fin du dernier-siècle, n'attendait que
dangers et disgrâces. Peut-être ignorez-vous que Franklin a publié, en
termes péremptoires, l'opinion que tout individu calomnié par un drôle
de l'espèce du colonel, ne trouvant protection suffisante ni dans les
lois du pays, ni dans les sentiments élevés et délicats de ses
compatriotes, était en droit de récriminer sur le dos de cette vermine
publique, à l'aide d'un bon gourdin.

--Je ne savais mot de cela, dit Martin; mais je suis ravi de
l'apprendre, et trouve l'avis digne de mémoire, d'autant plus.....» Ici,
il hésita de nouveau.

«Allons, poursuivez, dit l'autre, souriant comme s'il devinait les
paroles qui prenaient Martin à la gorge.

--D'autant plus, poursuivit Martin, que je commence à penser qu'il
fallait être doué d'une forte dose de courage, même au temps de
Franklin, pour écrire librement, sur quelque sujet que ce fût, dans
cette très-indépendante république, du moins, sans être soutenu par un
parti.

--Du courage? sans doute, il en fallait. Et pensez-vous qu'il en faille
aujourd'hui? reprit son nouvel ami.

--Oui, en vérité, et pas peu, dit Martin.

--Vous dites vrai, si vrai que je ne crois pas possible qu'un auteur
satirique puisse respirer notre air. Un Juvénal, un Swift qui viendrait,
à naître parmi nous demain serait écrasé sur l'heure. Si vous
connaissez, un peu notre littérature, et que vous puissiez me citer le
nom d'un Américain qui ait relevé et disséqué nos travers comme peuple,
et non comme appartenant à tel ou tel parti, et qui ait pu échapper aux
calomnies les plus dégoûtantes, aux plus sales injures, ce nom,
croyez-moi, sera nouveau à mes oreilles. Je pourrais vous désigner plus
d'une circonstance où un de nos écrivains ayant hasardé la plus
innocente critique, l'exposition la moins amère, la mieux intentionnée
de quelques-uns de nos ridicules ou de nos vices, a été obligé
d'annoncer que, dans une nouvelle édition purgée; et corrigée, le
passage critique serait retranché, expliqué ou métamorphosé en éloge.

--Et comment les choses en sont-elles venues là? demanda Martin d'un ton
abattu.

--Rappelez-vous ce que vous avez entendu et vu aujourd'hui, à commencer
par le colonel, et vous ne demanderez plus comment, dit son ami. Mais
eux, d'où sortent-ils? cela, c'est une autre question. Dieu nous
préserve de voir en cette engeance un spécimen de l'intelligence et de
la moralité en Amérique; seulement, comme l'écume, elle monte à la
surface, hélas! et trop souvent c'est dans cette tourbe que la
représentation du pays se recrute.--Mais ne feriez-vous pas un tour de
promenade?»

Il y avait dans les manières de l'Américain une franchise pleine de
cordialité, jointe à la mâle confiance qu'on n'en abuserait pas, un
mélange de droiture, de fermeté et de bienveillance, que Martin n'avait
encore jamais rencontré. Il passa son bras sous celui de son nouvel ami,
et ils sortirent ensemble.

(_La suite à un prochain numéro._)



MARGHERITA PUSTERLA.

CHAPITRE XIV.

PISE.

Persuadé qu'Alpinolo ne reviendrait plus dans cette cabane, Ramengo
marchait en cherchant à se mettre sur les traces du jeune page. Le désir
de trouver son fils lui avait fait quitter la piste qu'il avait
jusque-là suivit; avec l'anxiété de la haine. Dans une de ses promenades
à l'aventure, un jour qu'il côtoyait le Pô, il entendit sortir d'un
buisson comme la voix d'un homme qui appelle. Il s'approche: un batelier
lui demande humblement: «Le seigneur cavalier veut peut-être passer?

[Illustration.]

--Pourquoi cette demande?

--Je connais au drap de vos habits que votre seigneurie est de Milan.
J'en ai beaucoup passé de Milanais pendant ces semaines.»

Ces paroles donnèrent l'impulsion à la volonté indécise de Ramengo, qui
répondit affirmativement plutôt à ses propres pensées qu'à la question
du batelier. On fit entrer le cheval dans la barque, et pendant que le
rameur s'efforçait de couper obliquement le fil de l'eau, Ramengo le
questionna sur les passagers, sur leurs babils, leurs discours, leur
route. Il lui demanda, en outre, s'il n'avait pas vu un beau jeune
homme, et il lui lit le portrait d'Alpinolo.

«Eh! eh! répondait le batelier, s'il fallait les avoir tous dans
l'esprit. Mais, celui que vous me décrivez, je crois l'avoir vu; oui: un
homme entre trente et trente-cinq ans, n'est-ce pas?...

--Non, non: beaucoup moins, pas même vingt: des cheveux noirs.

--Précisément; à présent, je me rappelle: des yeux gris, courtaud,
trapu...

--Au contraire: des yeux noirs, plus grand que moi, bien taillé;
impossible de le voir et de ne pas s'en souvenir.

--Ah! il y tant d'ânes qui se ressemblent!» Ramengo arrivé à l'autre
rive, paya maigrement le passeur, et partit à l'aventure. Il erra encore
de lieu en lieu, questionna tout le monde sur son passage; on lui
répondit partout qu'on avait, en effet, vu beaucoup de Milanais, mais
qu'on ignorait qui ils étaient et où ils se dirigeaient. On savait
généralement qu'ils quittaient leur patrie à cause de la tyrannie de
Luchino.

Il vit d'autres tyrans régner sur les diverses cités de la Romagne; à
Ituvium, les Malatesta; les Ordelaffi, à Fouli; à Faenza, Francesco di
Manfredi; les Palenta, à Ravenne. Rome pleurait son veuvage depuis que
les papes, se retirant à Avignon, l'avaient abandonnée à la tyrannie de
ses barons, contre lesquels devait, peu d'années après, s'élever la
généreuse mais impuissante voix de Cola de Rieuri. Bologne recevait la
vie et la splendeur des quinze nulle Italiens et Allemands qui
étudiaient dans son adversité, orgueilleuse de son titre de docte,
qu'elle a conservé jusqu'à nos jours, comme elle a conservé dans ses
armoiries le mot de liberté, quoique déjà, dès cette époque, elle eût
subi le joug des papes. Puis, passant l'Apennin, Ramengo entra dans la
belle Toscane. Dans cette contrée, la liberté était d'autant plus en
honneur, qu'on avait vu a quels excès s'étaient portés les petits
seigneurs de la Romagne et de la Lombardie. Toutes les communes
défendaient hardiment leurs franchises, et repoussaient avec haine le
gouvernement d'un seul. Mais comment espérer qu'une vierge se conserve
pure au milieu d'une troupe de courtisanes? Les voisins dépravés de ces
républiques, s'ils n'osaient point encore attenter ouvertement à la
liberté de la Toscane, préparaient son assujettissement par la
corruption et en fomentaient les discordes. Sous cette dégradante
influence, les inimitiés de cité à cité s'aigrissaient de plus en plus;
les noms des Guelfes et des Gibelins, qui, dans les autres pays, avaient
presque perdu leur signification, conservaient là une vitalité tenace:
Pise et Avezzo étaient gibelines; guelfes étaient Pistole, Prato,
Volterra, Samminiato, Sienne, Péronne, et principalement, Florence. Au
lieu de laisser se mûrir dans les coeurs le sentiment d'une nationalité
unique, qui seule pouvait porter des fruits dans l'avenir, ils se
combattaient et se repoussaient les uns les autres. Il n'y avait de
patrie que le coin où on était né. On appelait étrangers et ennemis tous
ceux qui ne foulaient pas la même terre, et plus ils étaient voisins,
plus on avait contre eux de dispositions hostiles; et au milieu de leurs
querelles, ils invoquaient toujours ou les armes ou la médiation plus
funeste encore de leurs véritables ennemis.

Cependant, au milieu de ces luttes, il y avait une activité puissante.
Chacun éprouvait sa valeur et ce qu'il pourrait faire de concert avec
ses concitoyens. Le commerce, l'agriculture, les arts étaient à leur
plus haut point d'épanouissement; la peinture, la sculpture,
l'architecture, offraient des modèles que notre siècle difficile n'a pas
cessé d'admirer; et la langue sortie des mains de Dante Alighiéri, mort
vingt années auparavant, perfectionnée par Pétrarque et par Boccace,
encore jeunes, acquérait cette suprématie sur les autres dialectes de
l'Italie, que rien ne pourra désormais lui enlever.

De même que dans cette Grèce, avec laquelle notre patrie a tant de
rapports, on oubliait les mutuelles inimitiés pour se rassembler aux
jeux d'Olympie, ainsi la vive humeur des Toscans les réunissait à de
splendides fêtes, où les diverses cités venaient se réjouir dans les
solennités consacrées à leurs patrons, dans la célébration d'anciens
faits mémorables ou de hauts faits nouveaux. Pise avait, précisément,
vers cette époque, remporté des avantages contre les Maures, qui,
s'élançant des côtes de l'Afrique, infestaient la Méditerranée et
l'Italie. Pour célébrer ce triomphe et la prise de quelques galères, le
carnaval devait finir par la fête du Pont. Ramengo n'entendait parler
que de cette fête dans toute la Toscane. Tous ceux qui le pouvaient se
préparaient à y assister; les autres s'en mouraient d'envie: «Pourquoi
n'irais-je pas aussi, moi, se dit Ramengo? C'est parmi un tel concours
qu'il est le plus probable de rencontrer celui que je cherche.» Il se
dirigea donc vers Pise; elle était alors dans toute la fleur de sa
beauté. Son port était aussi fréquenté, toute proportion gardée, que le
sont aujourd'hui les ports, d'Amsterdam et de Londres. Unissant au génie
des spéculations l'amour des beaux-arts, inné dans notre patrie, ils
tiraient des contrées de l'Asie, redevenue barbare, des marbres, des
colonnes, des sculptures, dont ils embellissaient la patrie. Aujourd'hui
Pise est bien différente de ce qu'elle a été. Un bourg voisin de la mer,
alors à peine remarqué, lui a enlevé le reste de commerce que les
changements des relations européennes ont laissé à la Toscane. Ses
150,000 habitants sont réduits au moins des six septièmes. Sa cathédrale
de marbre, l'admirable _loggia_ des marchands, les autres monuments de
son antique majesté, font un mélancolique contraste avec l'herbe qui
croit dans les rues solitaires, avec le silence des ateliers muets, avec
le vide désolé de son _lungarno_, et la merveilleuse tour semble se
pencher avec compassion pour pleurer sur toutes ces grandeurs évanouies.

«Poteurinterra! votre seigneurie doit venir de l'autre bout du monde, si
jamais elle n'a entendu parler de la fête du Pont.» C'est ce que disait
à Ramengo Phole Aquevino, qui, venu jeune de Pontudera, sans le bec d'un
quattrino, comme il disait, avait d'abord élevé sur la route de Pise une
ramée où il donnait à boire aux muletiers, faisant ses frais avec
quelques niaiseries de profit. Puis, avec des quattrini faisant d'autres
quattrini, et donnant des noms illustres aux petits vins qu'il débitait,
et que la soif faisait paraître superflus, il bâtit une petite
hôtellerie. Si quelqu'un la trouvait exiguë, il répondait, sans avoir
jamais lu Socrate, qu'il aurait voulu l'avoir toujours pleine de
voyageurs. Il y avait, devant la maison, un terre-plein pour jouer au
mail, et que devaient côtoyer ceux qui se rendaient à la ville. De là on
dominait aussi la vaste plaine qui, d'un côté, descend à la mer, et de
l'autre est fermée par des collines couvertes par la blanchissante
verdure des oliviers, et est traversée par l'Arno, qui va partager Pise
en forme de demi-cercle. Là Aquevino, parvenu à la maturité en ayant
pris du ventre, mais frais, toujours jovial, grand bavard, grand
admirateur des beautés de son pays, du beau ciel, du bon air, des bonnes
gens, presque autant qu'un poète de l'Académie des Arcades, logeait les
étrangers, en leur faisant expier, au moment de payer l'écot, la faute
de n'être pas Toscans. Il servait de joyeuses bourdes et du vin aux
voituriers et aux piétons, et conservait, dans une intégrité religieuse,
des jambons du Casentin, et des flacons d'aleatico et de monte Suriano,
qu'un professeur de l'Université avait comparés à l'ambroisie et au
nectar des dieux. Aquevino, depuis vingt ans, répétait cette
comparaison, qu'il donnait toujours pour nouvelle à tous les seigneurs
«qui, disait-il, lui faisaient l'honneur de visiter son désert.»

[Illustration.]

En voyant arriver Ramengo vers le soir, seul et avec une maigre valise,
Aquevino lui avait d'abord fait les gros yeux, et s'était tenu avec lui
sur ses grands chevaux; mais quant il lui eut entendu commander la
chambre la meilleure, les mets les plus choisis, les vins les plus
exquis, et qu'il vit briller les luisants florins d'or dont la bourse du
voyageur était remplie, il changea de ton, et, au milieu de ses
occupations, vint avec empressement régaler de sa conversation l'hôte à
la belle bourse.

Il lui apprit ce qu'était cette fête du Pont: elle était instituée en
mémoire de la belle action de Cinrica de Sismundi qui, une nuit que la
ville avait été envahie par les Sarrasins, sans bruit et à l'improviste,
et qu'ils massacraient sans résistance les citoyens épouvantés, eut
seule l'idée d'aller avertir la seigneurie. Les infidèles occupaient
déjà le pont de l'Arno; mais les chefs de la ville ayant rassemblé les
troupes en toute hâte, et rallié les fuyards, repoussèrent les
Sarrasins, qui retournèrent à leurs vaisseaux avec une grande perte.

La cité et le territoire de Pise se divisaient en deux factions dites de
Saint-Antoine et de Sainte-Marie. C'étaient ces deux factions qui
fournissaient les combattants pour la fête du Pont; ils se réunissaient
sur le pont de l'Arno, où les Sarrasins avaient été repoussés; et là
chacune des deux troupes s'efforçait de rester maîtresse du terrain. Il
y avait beaucoup de morts dans ce jeu militaire, et les plus heureux
étaient encore ceux qui étaient précipités dans l'Arno, parce qu'il y
avait là des barques toutes prêtes à leur porter secours. Les esprits
étaient si passionnés pour cette fête, et on la prenait tellement au
sérieux, que lorsqu'on annonçait aux mères, aux soeurs, aux amantes, les
blessures ou même la mort d'un des combattants, elles demandaient quel
parti avait remporté la victoire; et si la réponse était conforme à
leurs désirs, ces grotesques Spartiates oubliaient les plus tendres et
les plus sacrées affections pour éclater en cris de triomphe.

Ce jeu, qui, du temps de la république, avait au moins le mérite
d'entretenir et d'exercer l'esprit militaire, se prolongea, sans autre
raison que celle de la coutume, jusque dans le dix-huitième siècle, où
Léopold d'Autriche, trouvant que c'était trop pour un jeu, trop peu pour
un combat, abolit la fête.

«Avez-vous jamais vu, seigneur étranger, dans toute votre vie et par
tout le monde, un tel concours de chrétiens?» demandait l'hôte à
Ramengo, qui, le matin du jour du combat, se tenait sur une petite
terrasse ombragée par un laurier, observant Pise et la foule qui s'y
portait; et décrivant un cercle avec la main étendue, il poursuivait:
«Cela vous paraît-il peu de chose? quelle pompe! quelle beauté! quelle
ardeur! on reconnaîtrait un toscan au milieu même de la foule de la
vallée de Josaphat. Ceux qu'on voit en robes majestueuses sont des
Florentins, gens d'une richesse sans bornes, ils spéculeront encore sur
la fête; ces autres, tout empanachés et recherchés dans leurs habits,
sont des Pistolais; ceux-ci, de Sienne, la race la plus loyale et la
plus sincère des trois parties du monde. Le désir de voir nos fêtes leur
a fait oublier les vieilles querelles; ils seront tous bien accueillis à
Pise, et personne ne craindra qu'ils y apportent la peste. Oh! voyez la
belle cavalcade! Ce sont les seigneurs de la Versuba et de la Lumgiana,
non moins terribles dans leurs châteaux que sur la mer: les passants le
savent bien. Observez les belles et robustes figures; ils ont tous en
croupe des jeunes filles et des femmes qui, sans contredit, n'ont point
d'égales dans tout l'univers. Vive le beau soleil! vive les belles
femmes de Toscane!»

[Illustration.]

Cependant on voyait sur l'Arno un grand nombre de barques glisser
légèrement au milieu des gros navires à l'ancre. Une vive joie régnait
parmi toute cette multitude, les railleries capricieuses, les saillies
bizarres se croisaient de toutes parts dans un doux et agile langage. Un
choeur de jeunes gens jouant de la flûte accompagnait les accords des
autres, qui chantaient la ballade bien connue:

        Vaghe le mentanine pastorelle
        Donde venite si leggiadre e belle?

Lorsqu'ils eurent fini, une jeune fille que ses grands yeux et ses joues
roses faisaient remarquer parmi toutes ses compagnes, répondit d'une
voix plus puissante que délicate, pendant qu'elle passait sous le balcon
où se tenait Ramengo:

        E s'is son gella, is son bella permene,
        Ne' mi curo d'aver de' vagheggini;
        E non mi curo niun mi voglia bene
        Ne manco vi' ch'altri mi faccia inchini.

        Et si je suis belle, je suis belle pour moi seule,
        Je ne me soucie point d'avoir des amants,
        Je ne m'inquiète point qu'on m'aime.
        Il ne manque pas d'autres gens que vous pour me faire
        des révérences.

[Illustration.]

«Regardez la belle fille!» s'écria un jeune homme en sortant de la
taverne voisine et en s'avançant hardiment vers la jeune chanteuse. Au
son de la voix et à l'accent étranger, Ramengo se retourna et reconnut
un groupe de Lombards. Il les regarda d'un oeil scrutateur, et, s'étant
assuré que parmi tous les visages il n'y en avait pas un seul dont il
fût connu, il descendit près d'eux et se fit reconnaître à son langage,
pour un de leurs compatriotes. On l'entoura aussitôt et tous lui
serrèrent la main, quoiqu'il leur fût inconnu, parce que la communauté
de la patrie est toujours un titre à amitié sur la terre étrangère.

Ramengo salua, répondit à leurs demandes, à leurs embrassements, et
serra toutes les mains qui se présentèrent. Quoiqu'il eût pu espérer que
parmi ces bannis, son nom serait reçu comme celui d'un compagnon
d'infortune, il lui parut cependant plus prudent de le dissimuler, et il
se donna pour un certain Hanterio de Bescapé, né à l'ombre du dôme de
Milan, demeurant aux _Cinq Voies_, et fugitif comme eux.

Puis il leur donna des nouvelles de leurs amis. «Qu'a-t-on fait des
Aliprandi? lui demanda-t-on.

--Morts de faim.

--Et Bronzin-Canno, ce grandissime modéré, tient-il toujours pour le
tyran?

--Il se tient en prison pour avoir osé défendre la vérité, si pourtant
il ne lui est pas arrivé pis.

--Et Matteo Visconti?

--Confiné à Morano di Monferrato.

--Et Barnabé?

--A la cour du Scaliger.

--Et Galéas, toujours beau, toujours galant, toujours adorateur de
madame Isabelle?

--Bon Dieu! le seigneur Luchino ne dort qu'autant qu'il le veut bien; le
beau Galéas erre par pauvreté et pour faire perdre la trace à son oncle.
On le dit pourtant en Flandre.»

[Illustration.]

Ainsi répondait Ramengo aux diverses demandes, joyeux de se montrer bien
informé, pour acquérir une plus grande confiance, et de raconter ce
qu'il savait, afin d'apprendre ce qu'il voulait savoir. Comme le marin,
lorsqu'il revoit les ondes tranquilles, comme le voleur en présence
d'une occasion favorable, comme le buveur à la porte du cabaret,
oublient toutes leurs belles résolutions, ainsi Ramengo oublia tous ses
projets de vertu lorsqu'il se vit dans la possibilité de nuire. D'abord,
il ne voulait que mentir, afin de découvrir, s'il le pouvait, la
retraite d'Alpinolo; puis, à l'ordinaire, comme une faute en amène une
autre, il se trouva entraîné à faire le mal pour le mal.

«Mais qu'est-ce donc, lui demandaient les exaltés, qu'est-ce que la vie
à Milan, aujourd'hui?

--Ce qu'elle est, répondait-il, dans tous les pays asservis; Luchino
s'enhardit de jour en jour, parce qu'il voit venir à lui les cités
épouvantées, comme le boeuf qui vient de lui-même à la tuerie. Acouez
avait déjà dix villes en son pouvoir, n'est-il pas vrai? eh bien!
celui-ci en a sept autres de plus; mais il ne faudrait pas croire pour
cela qu'il augmente sa puissance. Ses voisins le jalousent; guelfes et
gibelins sont traités par lui de la même manière, mais ils lui en
veulent également de ne point faire de différence. En somme, c'est le
colosse de Nabuchodonosor, dont les pieds étaient d'argile.

«Mais où est le caillou qui suffit pour le renverser? ajouta Caccino
Ponzone de Crémone.

--Oh! le caillou, nous l'aurons bien, répondait le traître; et si.. mais
taisons-nous...» et il se fermait les lèvres.

C'était le meilleur moyen de les mettre en goût; aussi le pressèrent-ils
davantage: «Quoi? dites-nous, qu'y a-t-il de nouveau? Avons-nous des
espérances? Nous voyons bien que vous allez au fond des choses. Pourquoi
nous faire des mystères? la cause des Milanais n'est-elle pas la nôtre à
tous? et nous sommes là pour l'épauler de toutes nos forces. Nous
n'attendons que le moment du Seigneur, le _dies irae_. Mais qui serait
notre chef?

--Si Franciscolo Pusterla... dit Ramengo en s'interrompant pour observer
l'effet produit par ce nom.

--Eh quoi! répondirent-ils, êtes-vous encore du parti de Pusterla?

--Comment, si je suis des siens, reprenait Ramengo; j'ai là pour lui des
lettres du seigneur Martino della Scala... mais silence; la prudence
n'est jamais de trop, ils ont des espions de tous les côtés.»

Ramengo prononçait ces paroles par saccades et en tournant ses regards
de tous côtés. Ils croyaient que c'était par défiance; en réalité,
c'était pour attendre qu'on lui donnât quelques renseignements. Mais
quand il vit qu'on ne se disposait pas à lui en donner, il continua:
«Mais qu'est-ce que les hommes? qui l'aurait cru? lui qui pouvait seul,
qui voulait seul devenir le chef et le sauveur de la patrie, maintenant,
il dort... il se fait petit... il s'échappe comme un faible mendiant...

--Il s'arrête à faire des _mea culpa_ aux pieds d'un fournier,» répondit
quelqu'un.

Le père du pape Benoît II, qui siégeait à Avignon, avait été boulanger,
ou fournier, de son métier, et de là surnommé Fournier. La réponse du
Milanais suffisait pour indiquer à Ramengo la retraite de Pusterla;
aussi il continua; «Certainement, il s'est réfugié à Avignon comme un
clerc qui aspire au chapeau vert ou au chapeau rouge; comme un coupable
de bas étage, qui cherche la sécurité en lâchant son estoc homicide sous
les robes et les capuchons. Mais nous le réveillerons de ce lâche
sommeil, nous le réveillerons.

--Vous trouverez ici de ses amis, ajouta Pouzone, qui vous appuieront.

--Vous avez, je pense, reprit Ramengo, son frère Zurione, Maffino da
Besorro, celui de Pietra Santa; et on lui répondait:--Oui, mais nous
avons celui qui montre le plus d'amour et de dévouement, son écuyer
Alpinolo.

--Alpinolo! répéta Ramengo, se sentant frémir depuis la racine des
cheveux jusqu'à la plante des pieds. Alpinolo, où est-il? que je le voie
aussitôt. J'ai un besoin extrême de lui parler pour une chose qui le
touche de près. Où est-il, où est-il?

--Quelle furie! reprenait un des seigneurs; finissons de boire, et puis
venez avec nous; là-bas, nous vous les ferons trouver tons; quelle fête
pour eux de vous revoir!

[Illustration.]

--Mais je veux d'abord parler à Alpinolo, en tête à tête avec lui; je
sais comme il faut que les choses soient conduites.» Et pendant qu'il
était dominé par l'anxiété de retrouver un fils, et par l'espérance que
celui-ci en le découvrant pour son père, lui accorderait pardon et
amour, les seigneurs continuaient à boire en faisant l'éloge d'Alpinolo,
vantant sa conduite dans une affaire où il avait souffleté un de ses
amis qui lui rappelait qu'il n'avait pas de père. Comme ce nom de père
le comblait d'orgueil! comme il voyait près de lui la réalisation de ses
espérances! et ce fut le coeur agité par autant de palpitations que,
dans cette nuit où il épiait l'amant prétendu de Rosalie, qu'il se
dirigea dans Pise au milieu des seigneurs lombards qui, les bras
enlacés, entonnaient les chants de leur patrie,--ces chants que l'exilé
finit toujours par un soupir.



Bulletin bibliographique.

_Histoire de Dix ans_; par M. LOUIS BLANC. 1 vol. in-8.--Paris, 1843.
_Pagnerre_. (Tome IVe.) 1 fr.

La librairie française prend ses vacances. Cette année comme les années
précédentes, elle n'a mis au jour, pendant les mois du septembre et
d'octobre, qu'un très-petit nombre d'ouvrages nouveaux; occupée à
préparer la campagne d'hiver, elle atteint la rentrée des cours et
tribunaux pour lancer en avant quelques sentinelles perdues, et se
promettre de petites escarmouches. Dans un mois seulement la bataille
sera sérieusement engagée sur toute la ligne... Si nous en croyons
certaines indiscrétions, quelques-uns des combattants se signaleront par
de brillants exploits. Ce qui paraît positif, c'est qu'avant la fin de
la campagne prochaine M. Paulin aura commencé la publication de
l'_Histoire du Consulat et de l'Empire,_ par M. Thiers.

Parmi les rares ouvrages qui ont osé naître durant la saison des
promenades en Suisse, de la chasse et des vendanges, nous mentionnerons
en première ligne l'_Histoire de Dix ans_. Toutefois, nous devons
l'avouer, l'audace de M. Louis Blanc et de son intelligent éditeur M.
Pagnerre ne nous cause aucune surprise, et ne nous arrachera pas le plus
faible cri d'admiration; s'ils se sont décidés, en effet, à lutter
contre d'aussi redoutables adversaires c'est qu'ils étaient sûrs
d'avance d'en triompher. Quand, dans l'espace de quinze mois, les trois
premiers volumes d'un ouvrage ont déjà eu trois éditions, le quatrième
peut descendre dans l'arène au jour et à l'heure qui lui convient: toute
saison lui est favorable; le passé de ses aînés lui répond de son
avenir. Alors même qu'il ne leur ressemblerait en rien, sa parenté seule
lui assurerait un accueil empressé et une victoire éclatante.

Le volume que vient de publier M. Louis Blanc n'a pas à craindre,
d'ailleurs, de comparaison désavantageuse; il a toutes ces qualités
solides et brillantes qui ont fait la fortune de ses trois frères.
Impartial comme eux, à son point de vue, bien entendu, rempli comme eux
de révélations piquantes et d'anecdotes inédites, illustré par un nombre
égal de portraits littéraires, non moins soigné sous le rapport de la
mise en scène, écrit avec un style aussi élégant et aussi _pittoresque_,
il jouit déjà de la même popularité. «Ce n'est pas de l'histoire, ce
sont des mémoires,» s'écrieront quelques esprits trop difficiles à
satisfaire. Mais est-il donc possible de s'élever jusqu'à la hauteur de
l'histoire, lorsqu'un entreprend de raconter des événements
contemporains? est-il possible de porter dès aujourd'hui un jugement
définitif sur des faits accomplis d'hier, dont toutes les conséquences
ne sont pas encore réalisées, ou ne sauraient être prévues? sur des
hommes politiques qui ont à peine, pour la plupart, achevé la moitié de
leur rôle. Quant à nous, nous félicitons hautement M. Louis Blanc
d'avoir refusé de céder aux avis d'un critique qui lui conseillait
«d'ouvrir dans ce monument,»--nous citons ses propres
paroles,--«quelques fenêtres sur le ciel, à travers lesquelles ou
aperçut trembler dans les incommensurables solitudes de l'infini les
étoiles contemporaines de l'éternité, lampes silencieuses allumées
autour du vaste atelier de la création.»

Il faut, en vérité, que M. Louis Blanc ait un bien grand talent
dramatique, pour que ses lecteurs assistent avec un si vif intérêt à la
représentation d'événements dont ils connaissent d'avance les péripéties
et le dénouement, et qui leur rappellent à tous, quelles que soient
leurs opinions politiques, de bien douloureux souvenirs. Le quatrième
volume de l'_Histoire de Dix ans_ commence avec l'année 1833, et finit
en mars 1836; il comprend les plus tristes et les plus sanglants
épisodes du règne actuel; et pourtant,--tel est le mérite de
l'écrivain,--qu'on le lit tout entier aussi avidement peut-être qu'un
roman. La réserve politique imposée à un journal qui s'adresse à toutes
les classes de la société, ne nous permet pas d'apprécier dans une
analyse rapide les faits que M. Louis Blanc a entrepris de raconter, et
jusqu'à un certain point de juger; nous nous contenterons d'indiquer en
quelques lignes les sujets principaux dont traitent les douze chapitres
de ce quatrième et avant-dernier volume; ce sont: l'emprisonnement et
l'accouchement de la duchesse de Berri à Blaye, le procès de _la
Tribune_ devant la Chambre des Députés, le manifeste de la Société des
Droits de l'Homme et le procès des 27, la question d'Orient,
l'expédition de Savoie, les lois contre les crieurs publics et les
associations, les insurrections de Lyon et de Paris en 1834, la
quadruple alliance, les révolutions ministérielles de la même année, le
ministère du 11 octobre succédant au ministère des trois jours,
l'affaire des 25 millions réclamés par l'Amérique, le procès d'Armand
Carret devant la chambre des Pairs, le procès d'avril, l'horrible
attentat de Fieschi, les lois de septembre, et la dissolution du
ministère du 11 octobre.

_De l'Influence du Christianisme, sur le Droit civil des Romains_; par
M. TROPLONG, 1 vol. in-8°.--Paris, 1843, _Hingray_. 7 fr. 50 cent.

Le nouveau mémoire de M Troplong, _De l'influence du Christianisme sur
le droit civil des Romains_, est un de ces livres qui peuvent impunément
braver les influences toujours redoutables de la saison des vacances. Il
ne s'adresse qu'aux hommes sérieux dont l'esprit ne prend jamais de
repos. Le nom et le mérite de son auteur, la nature même du sujet qu'il
traite, lui garantissent d'avance qu'à toute époque de l'année il
occupera vivement l'attention publique. D'ailleurs, lu à diverses
reprises devant l'Académie des Sciences morales et politiques, il y
avait déjà obtenu, avant d'être publié en volume, tout le succès qu'il
mérite et qu'il nous reste seulement à constater.

M. Troplong n'a pas entrepris de montrer l'influence du christianisme
sur l'ensemble des institution et moins encore sur la civilisation
romaine. Son sujet est plus restreint. Il s'est renfermé dans
l'observation des influences par lesquelles le christianisme, est venu
modifier les rapports civils, le droit privé; il ne fait d'excursions
ailleurs qu'autant qu'il y a nécessité pour éclairer son sujet et
montrer le jeu des ressorts auxquels le christianisme est venu mêler son
action.

M. Troplong divise le droit romain en trois grandes périodes: la période
aristocratique, la période philosophique, la période chrétienne. Pour se
faire des idées justes sur la dernière, il faut, dit-il, saisir
exactement le sens des deux premières.

La civilisation romaine s'est développée sous l'influence de deux
éléments contraires qui, après une longue alternative de luttes et de
rapprochements, ont fini par se mêler et se confondre. Ce dualisme se
fait remarquer dans le droit privé comme dans la religion et dans le
droit politique. Sa formule la plus large et la plus haute, c'est le
_jus civile_ et l'_aequitas_, le droit strict et l'équité, sans cesse
opposés l'un à l'autre comme deux principes distincts et inégaux.
D'abord le _jus civile_ triomphe du patriciat religieux, militaire et
politique, qui gouverne Rome naissante, génie formaliste, jaloux,
dominateur, nourri à l'école sombre et forte de la théocratie étrusque,
et qui aggrave dans le droit civil ses souvenirs de conquêtes et ses
instincts d'immobilité. Qu'on n'y cherche point l'action efficace de
l'équité naturelle, et cette voix de l'humanité qui parle si haut dans
les peuples civilisés. La notion simple du juste et de l'injuste y est
défigurée par la farouche enveloppe d'institutions qui sacrifient la
nature à la nécessité politique, la vérité innée aux artifices légaux,
la liberté aux formules sacramentelles. Dans l'ordre civil comme dans
l'État, Rome ne vise qu'à former des citoyens; et plus elle accorde de
privilèges et de grandeur à ce titre éminent, plus elle exige de celui
qui le porte des sacrifices à la patrie, voulant qu'il abdique pour
l'intérêt public ses affections, ses volontés et jusqu'à sa raison
intime. A l'appui de cette vérité, M. Troplong cite de nombreux et
frappants exemples pris dans la famille, dans la propriété, dans les
obligations.

Cependant la société romaine ne pouvait pas rester éternellement
opprimée parce droit si esclave de la lettre et si rebelle à l'esprit.
Partout l'équité se posa à côté du droit civil, la philosophie brise le
cercle inflexible tracé par ce patriciat. Du siècle de Cicéron date la
période philosophique du droit romain. Le stoïcisme imprime ensuite une
impulsion nouvelle à cette révolution qu'avaient en partie commencée la
doctrine d'Épicure et la philosophie de Platon. Il donne aux
jurisconsultes postérieurs à Cicéron des règles sévères et précises de
conduite entre les hommes. S'élevant à des formes plus pures et plus
belles, moins intolérant, moins âpre, dégagé des superstitions que la
raison lui reprochait lors de ses premières conquêtes à Rome, il devient
de plus en plus une philosophie spiritualiste qui proclame le
gouvernement de la Providence divine la parente de tous les hommes, la
puissance de l'équité naturelle. Mais le droit civil se défend si
énergiquement dans son inflexible formulaire, dans son originalité
jalouse, que la philosophie n'osa pas procéder avec lui par voie de
révolution, elle y aurait échoué. L'équité demanda donc sa part
d'influence, non comme une souveraine qui veut déposséder un usurpateur,
mais comme une compagne qui radie sous des dehors timides ses vues de
domination. «Toutefois, il ne faut pas s'y tromper, dit M. Troplong,
sous ces dehors de conciliation et de bon ménage se cachait une
antithèse redoutable pour le droit civil; ce qu'on voulait au fond,
c'était de réduire à l'impuissance tout en lui prodiguant les
témoignages de respect. Aussi le droit, depuis l'époque de Cicéron,
est-il en lutte incessante; les deux éléments sont aux prises. Mais le
droit civil se trouve tout d'abord réduit au plus mauvais rôle, à celui
de la défensive; c'est chez lui, dans ses propres foyers, que la guerre
est sourdement portée, et l'équité aspire à y réaliser l'apologue de la
lice et ses petits.» Ces prémisses posées, M. Troplong montre par quels
efforts ingénieux l'équité continue à agrandir son domaine tout en
groupant ses innovations autour de l'ancien droit civil, si restreint
dans ses conceptions, si matériel dans ses applications. «Le droit,
ajoute-t-il, tend à simplifier dans le fond, et il se complique; dans
ses rouages; deux éléments hétérogènes sont juxtaposés; quelquefois ils
se rapprochent et se confondent; le plus souvent ils se séparent et se
jalousent. L'harmonie manque dans ce majestueux travail; on aperçoit à
chaque, pas qu'il est le prix de concessions pénibles, de combats
opiniâtres. Le chef-d'oeuvre eut été de pouvoir amener entre ces deux
éléments une fusion complète; mais le plus ancien avait été trop
fortement trempé pour se laisser effacer si vite, et le droit de
l'époque impériale, qu'on a coutume s'appeler l'époque classique, porte
la marque profonde de son passage; aussi laisse-t-il de grands,
d'immenses progrès à désirer. On sent qu'il est loin d'être le dernier
mot d'une science complète: il est plutôt l'expression d'une situation
transitoire, d'un état transactionnel.»

Pendant la période philosophique, le christianisme avait déjà exercé une
influence immense, quoique latente et indirecte, sur les moeurs, les
idées, et par une conséquence nécessaire, sur les lois de la société
romaine. Dès le règne de Néron, la vérité évangélique avait pris racine
dans la capitale du monde; elle y était à côté de Sénèque, levant son
front serein sur les calomnies par lesquelles on préludait aux
persécutions, à ces supplices d'une persécution raffinée qui étaient
aussi un moyen de faire connaître le christianisme et d'appeler sur lui
l'intérêt et la sympathie. Depuis lors, elle avait germé, elle s'était
développée, elle avait porté ses fruits, elle avait modifié, épuré, à
son insu et peut-être malgré elle, l'esprit et le langage de la
philosophie du Portique. «Epitecte n'était pas chrétien, a dit M.
Villemain, mais l'empreinte du christianisme était déjà sur le monde.»
Marc Aurèle, qui persécutait les chrétiens, était plus chrétien qu'il ne
croyait dans ses belles méditations. Le jurisconsulte Alpien, qui les
faisait crucifier, parlait leur langue en croyant parler celle du
stoïcisme dans plusieurs de ses maximes philosophiques. Pour ne citer
qu'un seul exemple, les idées avaient fait un si grand chemin sur la
question de l'esclavage depuis Platon et Aristote, qu'Alpien lui-même
écrivait: «En ce qui concerne le droit naturel, tous les hommes sont
égaux.» (L. 32. D. _de veg. juris._) Et ailleurs: «Par le droit naturel,
tous les hommes naissent libres. (L. A. D. _de just. et jure._)
N'était-ce pas au christianisme que l'humanité devait cet immense
progrès?

La période chrétienne date de Constantin. Avant ce prince, le mouvement
marchait avec lenteur par la philosophie stoïcienne, indirectement
influencée depuis Tibère par la religion chrétienne. L'avènement de
Constantin plaça son point d'appui principal, ostensible, direct, dans
le christianisme. Ce furent les évêques, les pères de l'Église et les
conciles qui donnèrent l'impulsion réformatrice et accélérèrent sa
marche. La jurisprudence dut moins ses perfectionnements à elle-même
qu'à la théologie.

Toutefois, l'erreur serait grande de s'imaginer que la révolution
religieuse qui porta sur le trône le premier empereur chrétien eut pour
conséquence immédiate d'opérer une refonte radicale et absolue des
institutions. Constantin réforma beaucoup, mais il ne nivela pas; il ne
l'aurait pas pu. Si l'empereur était chrétien, l'empire était encore à
demi païen. Avant de convertir les institutions, il fallait s'attacher
surtout à convertir les coeurs. Il y avait en outre des intérêts
positifs à ménager. Enfin l'Église, ayant été déchirée de bonne heure
par les hérésies, s'occupa plus activement de formuler les dogmes
fondamentaux sur lesquels reposait l'unité de la foi, que de reformer
les moeurs à l'aide des lois civiles.--Cette dualité qui avait développé
la philosophie, le christianisme, ne la transforma donc pas en unité. Ce
fut toujours la lutte du droit strict et de l'équité, et le difficile
arrangement de leurs prétentions contraires.--Il est vrai que l'équité,
secondée immédiatement par le christianisme, gagna sur-le-champ un
terrain considérable. Bien des choses que la philosophie païenne avait
considérées comme étant de droit naturel, la philosophie chrétienne,
partant d'un point plus large les considéra comme de droit strict. Les
éléments du combat se trouvèrent ainsi souvent déplacées. En cela
consista le progrès. Mais le combat resta l'âme de son développement, et
tout le poids du christianisme porté d'un seul côté ne put le faire
cesser.

Les réformes, opérée et commencées par Constantin, furent maintenue et
continuées par ses successeurs. Un moment la réaction polythéiste de
Julien l'Apostat arrêta ces progrès du droit. Cette tentative rétrograde
ayant avorté, et les idées nouvelles ayant repris leur libre cours, le
polythéisme, d'abord toléré, devint l'objet d'une proscription générale
sous Théodose le Grand. Cependant tous les empereurs chrétiens
acceptèrent le poids du passé et s'efforcèrent seulement de l'alléger.
Le code Théodosien fut une oeuvre précipitée, mal faite et pleine de
lacunes. L'effroi d'une société tremblante à l'approche des Huns
pouvait-il produire autre chose que le chaos? Du reste, il est
intéressant d'étudier, dans cette défectueuse compilation, le dualisme
de l'élément romain jetant ses dernières lueurs, et de l'équité associée
désormais à la fortune du christianisme. La sagesse italique se débat
encore pour conserver ce qui lui reste de ses antiques privilèges.
L'équité, ne connaissant pas toutes ses forces, consent à transiger;
elle fait des concessions; mais ses traités de paix ressemblent à ceux
qu'Attila arrache au faible Théodose; tous enlèvent au vieux droit
quelques-uns de ses lambeaux, et préparent la crise qui, renversant
l'idole de son piédestal, ne laissera sur la terre que des débris.

Dans l'opinion de M. Troplong, Justinien fut un grand législateur. La
mobilité de ses idées, les jactances orientales de ses conseillers, leur
ignorance des antiquités historiques du droit, leur style ampoulé et
diffus, ont été l'objet de vives censures. On a critiqué aussi la forme
de leurs compilations, l'emploi malhabile des matériaux, l'impitoyable
dissection des chefs d'oeuvre du troisième siècle, consommée par
Tribonien avec l'orgueil d'un novateur et l'infidélité d'un faussaire.
Tous ces reproches, M. Troplong les accorde, mais il l'avoue, le droit
dont Justinien a été l'interprète lui paraît bien supérieur à celui
qu'on admire dans les écrits des jurisconsultes classiques du siècle
d'Alexandre Sévère. Qu'importe la forme, si le fond est excellent Or, il
surpasse le droit de l'époque classique autant que le génie du
christianisme surpasse le génie du stoïcisme. Presque toujours Justinien
a rapproché le droit du type simple et pur que lui offrait le
christianisme: il a fait pour la philosophie chrétienne ce que les
Labeon et les Caius avaient fait pour la philosophie du Portique. Sans
doute, il l'a fait avec moins d'art; mais il y a mis autant et plus de
persévérance et de fermeté. C'est là son mérite immortel.

«Justinien fut un novateur résolu, continua M. Troplong; en lui le génie
grec éclipsait le génie romain, et le théologien dominait le
jurisconsulte; de là ses défauts et ses qualités. Il était subtil,
verbeux, disputeur; mais un bon sens naturel, puisé aux sources de la
philosophie chrétienne, prévenait les écarts du sophiste: la vieille
originalité romaine et son matériel lourd et composé provoquèrent de sa
part d'amères railleries. L'homme de Constantinople, le représentant du
sixième siècle, ne comprenait rien à des systèmes usés et dépourvus de
convenance avec les habitudes contemporaines. Constantin ne les avait
respectés que parce que le christianisme n'en avait pas encore vu
l'esprit; mais les mêmes motifs de ménagements n'existaient plus. Deux
siècles écoulés depuis la fondation de Constantinople avaient décomposé
l'élément de la cité romaine. Le monde n'appartenait plus à Rome; il
était acquis à la foi catholique. Le temps était donc venu d'en finir
avec le fétichisme du droit strict, si contraire à l'esprit chrétien, et
qui n'avait que trop retardé le développement du droit naturel.
Justinien l'attaqua corps à corps, le pourchassa dans tous les replis de
la jurisprudence au profit de l'équité. Sa noble ambition de législateur
fut de l'amener de sa chaise curule, comme sa petite vanité d'homme
avait fait descendre Théodose de sa colonne d'argent: c'est ce qui
explique son travail de démolition des livres des Papinien, des Ulpien,
et autres grands interprètes du troisième siècle. Il prit en eux tout ce
qui lui parut de droit cosmopolite, et rejeta tout ce qui portait un
caractère trop romain. Il les accommoda bon gré mal gré, et même par des
altérations de texte, à des idées plus avancées que les leurs, à un
droit plus simple, plus équitable, plus philosophique que celui qu'ils
avaient expliqué. Peut-être méconnut-il en cela le respect dû à de
grands génies; mais son but fut bon et louable. Il voulut affranchir la
jurisprudence du sixième siècle d'une tutelle rétrograde. Chrétien et
homme de son époque, il osa trancher dans le vif les racines d'un passé
aristocratique et païen. Alors s'assoupit sur presque tous les points le
long antagonisme qui avait partagé la jurisprudence... Quoi qu'on en
puisse dire, Justinien a épuré, rationalisé le droit; il l'a élevé à un
niveau que le Code civil a pu seul dépasser après treize siècles de
préparations et d'épreuves Or, tandis que, sous tant de rapports, la
société convergeait vers la barbarie, il a fait marcher en avant l'une
des branches les plus importantes du gouvernement des hommes. C'est que
le christianisme était l'âme de ses travaux, et qu'avec cette grande
lumière il n'y a pas d'éclipse centrale à redouter pour la
civilisation...»

Le Mémoire _De l'influence du christianisme sur le droit civil des
Romains_, a pour but la démonstration des idées fondamentales que nous
venons d'analyser. Il se divise en deux parties. Dans la première, M.
Troplong expose les vérités qu'il a découvertes, et il les appuie sur un
certain nombre d'exemples.--Il suit, comme on l'a vu, le christianisme
dans ses influences générales tantôt obliques, tantôt directes. La
seconde comprend l'histoire des faits particuliers qui ont été plus
spécialement soumis à son action. Les onze chapitres sont consacrés à
l'esclavage, au mariage, aux secondes noces, aux empêchements pour
parenté, au divorce, à la célébration, au concubinage, à la puissance
paternelle, à la condition des femmes et à la succession _ab
intestat_.--Enfin, la conclusion de son travail est celle-ci: le droit
romain a été meilleur sous l'époque chrétienne que dans les âges
antérieurs les plus brillants; tout ce qu'on a dit de contraire n'est
qu'un paradoxe ou un malentendu. Mais il a été inférieur aux
législations modernes nées à l'ombre du christianisme et mieux pénétrées
de son esprit.

M. Troplong s'arrêtera-t-il à Justinien? Ne complétera-t-il pas ce beau
travail? Ne montrera-t-il pas, dans un second mémoire, quelle influence
la Révolution française a eue sur le droit civil de la France, et quelle
influence la Révolution française et le christianisme doivent exercer un
jour, lorsqu'ils auront reçu tous leurs développements, sur la
législation beaucoup trop romaine et féodale qui nous régit aujourd'hui?
Ne nous fera-t-il pas assister aux dernières victoires de l'équité sur
le droit strict, ou, en d'autres termes, de l'égalité future sur le
privilège actuel?



[Illustration.]

Modes.

Dans un trousseau que nous avons eu occasion de voir ces jours derniers,
il y avait un kakzavadeka pour la chambre, charmant vêtement en velours,
garni de ganses d'or, qui ressemble assez, à la veste turque; puis un
plus grand en satin, destiné à la promenade, que l'on nomma kazaveka; ce
dernier avait un collet de velours formant la pointe par derrière, et
des bandes pareilles garnissant les devants. Mais ce qui nous paraît
prendre chaque jour plus d'importance dans les modes, c'est la dentelle:
il n'est pas aujourd'hui un coffret de mariage qui ne contienne de
superbes points d'Alençon, des dentelles anciennes, des barbes, des
écharpes, des voiles d'une grande finesse de travail. La robe de mariage
est toujours garnie de deux volants d'Angleterre, et quelquefois
couverte en dentelle de manière à figurer une tunique; ainsi était celle
du splendide trousseau dont nous parlions tout à l'heure et dont nous
avons admiré la recherche.

Une toilette qui a paru l'autre jour un instant au Théâtre-Italien, et
sans doute s'est montrée ensuite dans quelque brillante réunion, a été
dessinée, pour _l'Illustration_. La voici.

La robe est lacée sur les côtés, au corsage et sur le milieu de la
petite manche. Quant à la coiffure, nous pouvons affirmer son origine,
car nous l'avions vue la veille chez Lucy Hocquet, avec d'autres
coiffures d'une grâce tout à fait remarquable.

Nous citerons d'abord la coiffure Élizabeth, velours et petite tête de
plume; puis la coiffure Anne Boleyn, en velours épinglé bleu, orné de
franges d'or et d'argent avec tête de plume posée très-coquettement;
ensuite, un petit bonnet _douairière_ en blonde tuyautée et chaperon du
coque en ruban, dont les grands bouts retombent derrière la tête; et
enfin le chapeau _comtesse_ en lacet d'or orné de plumes et d'une
torsade en velours grenat, coiffure de jeune châtelaine.

Le costume d'homme élégant sort toujours de chez Humann; pour habit
habillé, les basques sont larges et le collet tombe assez sur l'épaule.

L'habit demi-habillé est peu échancré sur les devants, les basques sont
larges, l'échancrure est carrée.

Les cravates de satin noir reprennent la faveur qu'elles doivent à
l'hiver; on les porte longues, et de petits bouquets ou de petites
guirlandes viennent égayer un peu la sombre couleur.

Les gilets se font toujours à chaste et très-longs; les étoffes sont
riches; c'est le satin broché, le velours brodé et souvent broché d'or
et de soie.

Pour le matin, le tweed est plus en faveur que jamais; ou y met des
collets et des parements en velours, afin du le rendre nouveau.



Amusements des Sciences.

SOLUTIONS DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS L'AVANT-DERNIER NUMÉRO.

I. Ce problème n'a de difficulté que celle de reconnaître la volonté du
testateur. Or, on a coutume de l'interpréter ainsi: puisque ce testateur
a ordonné que, dans le cas où sa femme accoucherait d'un garçon, cet
enfant aura les deux tiers de son bien et la mère un tiers, il s'ensuit
que son dessein a été de faire à son fils un avantage double de celui de
la mère; et puisque, dans le cas où celle-ci accouchera d'une fille, il
a voulu que la mère eût les deux tiers de son bien et la tille l'autre
tiers, on en doit conclure que son dessein a été que la part de la mère
fût double de celle de la fille. Pour allier ces deux conditions, il
faut partager la succession de manière que le fils ait deux fois autant
que la mère et la mère deux fois autant que la fille. Ainsi, en
supposant que le bien à partager soit de 30,000 fr. la part du fils
serait de 17 142 fr. 6/7, celle de la mère de 8 571 fr. 3/7 et celle de
la fille de 4 285 fr. 5/7.

On propose ordinairement, à la suite de ce problème, une autre
difficulté; on suppose que cette mère accouche de deux garçons et d'une
fille, et l'on demande quel sera, dans ce cas, le partage de la
succession?

Il n'y a d'autre réponse à faire que celle que feraient les
jurisconsultes; savoir, que le testament serait nul dans ce cas; car, y
ayant un enfant d'omis dans le testament, toutes les lois connues en
prononceraient la nullité, attendu 1° que la loi est précise; 2º qu'il
est impossible de démêler quelles auraient été les dispositions du
testateur s'il avait eu deux garçons, ou s'il avait prévu que sa femme
en eut mis deux au monde.

II. Ou trouvera que le vin de Bourgogne leur a coûté 50 c. la bouteille,
et celui de Champagne 75 c. Il est aisé de le prouver.

III. On voit aisément que, pour résoudre ce problème, il est question de
trouver un nombre qui, divisé par 7, ne laisse aucun reste, et, étant
divisé par 2, par 3, par 5, laisse toujours 1.

Plusieurs méthodes plus ou moins savantes peuvent y conduire, mais voici
la plus simple.

Puisque, le nombre des pièces étant compté sept à sept, il ne reste
rien, ce nombre est évidemment un multiple de 7; et puisqu'en les
comptant deux à deux, il reste l, ce nombre est un multiple impair; il
est donc compris dans la suite des nombres 7, 21, 35, 48, 65, 77, 91,
105, etc.

De plus ce nombre doit, étant divisé par 3, laisser l'unité pour reste.
Or, dans la suite des nombres ci-dessus, on trouve que 7, 48, 91, qui
croissent arithmétiquement, et dont la différence est 42, ont la
propriété demandée. On trouve de plus que le nombre 91 étant divisé par
5 il reste 1; d'où on conclut que le premier nombre qui satisfait à la
question est 91, car il est multiple de 7; et, étant divisé par 2, par
3. et par 5, il reste toujours 1.

Le nombre 91 est le premier qui satisfait à la question, car il y en a
plusieurs autres qu'on trouvera par le moyen suivant: combinez, la
progression ci-dessus, 7, 49, 91, 133, 175, 217, 259, 301, jusqu'à ce
que vous trouviez un autre terme divisible par 5, en laissant l'unité,
ce terme sera 301, qui satisfera encore à la question. Or, la différence
avec 91 est 210; d'où on conclut que, formant cette progression,

91, 301, 511, 721, 951, 1 161, etc.,

tous ces nombres remplissent également les conditions du problème.

Il serait donc incertain quelle somme était dans la bourse perdue, à
moins que son maître ne sût à peu près quelle somme elle contenait.
Ainsi, s'il disait savoir qu'il y avait environ 500 pièces, on lui
répondrait que le nombre des pièces était de 511.

Supposons maintenant que l'homme à qui appartient la bourse eût dit que,
comptant son argent deux à deux pièces, il en restait une; qu'en les
comptant trois à trois, il en restait deux; que, comptées quatre à
quatre, il en restait trois; que, comptées cinq à cinq, il en restait
quatre; que, comptées six à six, il en restait cinq, et enfin, qu'en les
comptant sept à sept, il n'en restait aucune. On demande ce nombre.

Il est évident que ce nombre est, comme ci-dessus, un multiple impair de
7 et conséquemment un de ceux de la suite

7, 21, 35, 49, 65, 77, 91, 105, etc.

Or, dans cette suite, les nombres 35, et 77 satisfont à la condition
d'avoir 2 pour reste quand on les divise par 3; leur différence est 42.
C'est pourquoi on forme une nouvelle progression arithmétique dont la
différence est 42, savoir:

35, 77, 119, 161, 203, 245, 287, etc.

On y cherche deux nombres qui, divisés par 4, laissent 3 pour reste, et
on trouve que ce sont les nombres 35, 119, 203, 287.

C'est pourquoi ou forme cette nouvelle progression, où la différence des
termes est 84:

35, 119, 203, 287, 371, 455, 539, 623, etc.

On cherche encore ici deux termes qui, divisés par 5, laissent un reste
égal à 4, et on aperçoit bientôt que ces deux nombres sont 119 et 539,
dont le différence est 420. Ainsi la suite des termes répondant à toutes
les conditions du problème, hors une, est

119, 539, 959, 1 379, 1 799, 2 219, 2 639, etc.

Or, la dernière condition du problème est que, le nombre trouvé étant
divisé par 6, il reste 5. cette propriété confient à 119, 959, 1 799,
etc., en ajoutant toujours 840. Conséquemment le nombre cherché est un
des termes de cette progression. C'est pourquoi, aussitôt qu'on saura
dans quelles limites à peu près il est contenu, on sera en état de le
déterminer.

Si donc le maître de la bourse perdue dit qu'il y avait environ 100
pièces, le nombre cherche sera 119; s'il disait qu'il y en avait à peu
près 1 000, ce serait 959, etc.

Ce problème serait résolu imparfaitement par la méthode que donne M.
Ozanam; car, ayant trouve le plus petit nombre 119, qui satisfait aux
conditions du problème, il se borne à dire que, pour avoir les autres
nombres qui y satisfont, il faut multiplier de suite les nombres 2, 3,
4, 5, 6, 7 et ajouter leur produit 5, 040 au premier nombre trouvé, 119
et qu'on aura par là le nombre 5,159, qui remplit aussi les conditions
proposées. Or, il est aisé de voir qu'il y a plusieurs autres nombres
entre 119 et 5159, qui remplissent ces conditions, savoir: 959, 1 799, 2
639, 3 479, 4 519.

NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. Diophante passa la sixième partie de sa vie dans la jeunesse et la
douzième dans l'adolescence; après un septième de sa vie et cinq ans, il
eut un fils qui mourut après avoir atteint la moitié de l'âge de son
père, et ce dernier mourut quatre ans après. Combien Diophante a-t-il
vécu de temps?

II. La somme de 500 francs ayant été partagée entre quatre personnes, il
se trouve que les deux premières ensemble ont eu 285, fr., la seconde et
la troisième, 220 fr.; enfin la troisième et la quatrième, 215; de plus,
le rapport de la part de la première à celle de la derrière est de 1 à
5. Ou demande combien chacune a eu?

III. Faire qu'une boule rétrograde sans aucun obstacle apparent.

IV. Trouver les parties d'un poids que deux personnes soutiennent à
l'aide d'un levier ou d'une barre qu'elles portent par les extrémités.



Logogriphe musical

EXPLICATION DU LOGOGRIPHE MUSICAL.--M. B... nous écrit que le logogriphe
musical de notre dernière livraison est «_la récompense_ LA RE _qu'on
pense_.» M. B... ayant deviné, nous lui donnons la récompense honnête
(LA RE qu'on pense au net)

[Illustration.]



Rébus

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS. Le nègre aura beau faire, il aura la peau
noire.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0035, 28 Octobre 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home