Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0042, 16 Décembre 1843
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0042, 16 Décembre 1843" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0042, 16 Décembre 1843

        L'ILLUSTRATION,
        JOURNAL UNIVERSEL

        Nº 42. Vol. II.--SAMEDI 16 DECEMBRE 1843.
        Bureaux, rue de Seine, 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Prix de chaque N° 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

        Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mais, 17 fr.--Un an, 32 fr.
        pour l'étranger      --   10         --   20       --    40



SOMMAIRE

Histoire de la Semaine. _Portrait de M. Nothomb; État actuel des
bâtiments de la fabrique incendiée à Rouen; Portrait de M. Tyrrell._
--Courrier de Paris, _L'Acropédestre; Foyer de la Danse, à
l'Opéra_.--Ouverture des Cours de l'École Polytechnique. _Costumes des
élèves de l'École Polytechnique; Porte de l'École; Cour intérieure de
l'École; Salle de Dessin, à l'École_.--Révolutions du Mexique. _Portrait
de don Lucas Alaman_. (Suite et fin.)--L'Horloge qui chante, nouvelle,
par Albert Aubert.--Les Enfants Trouvés. _Quatre
Gravures_.--Correspondance.--Voyages en Zigzag, par M, Topffer. _Quinze
Gravures_.--Annonces.--Modes. _Une Gravure_. Amusement des
Sciences.--Rébus.



Histoire de la Semaine.

L'histoire de la semaine ne découvre à l'intérieur aucun fait de quelque
importance. Dans les départements, les nouvellistes vivent sur les
événements locaux; à Rouen, on va visiter les ruines qu'a faites un
incendie considérable, qui, comme tous ceux qui éclatent dans cette
ville aux rues étroites et aux maisons vermoulues, a menacé de réduire
tout un quartier en cendres; à Saint-Etienne, on suit avec sollicitude
l'enquête commencée sur un accident arrivé sur le chemin de fer et causé
par une malveillance qui pouvait faire de nombreuses victimes. A Paris,
on regarde le télégraphe se mouvoir et on lit avec curiosité les
comptes-rendus des séances législatives de Madrid, d'Athènes et de
Bruxelles, en attendant qu'on puisse assister à celles du palais
Bourbon.

[Illustration: M. Nothomb, ministre de l'intérieur, en Belgique.]

A Bruxelles donc, dans la Chambre des Députés, la question des rapports
commerciaux entre la France et la Belgique a été soulevée par M.
Castiau, un des nouveaux députés du Hainaut. Il a fait ressortir ce
qu'il y avait eu d'impolitique et d'injuste de gratifier l'Allemagne
d'avantages dont la France avait payé assez chèrement la jouissance par
les concessions qu'elle avait faites, pour qu'on ne les transportât pas
à une autre nation sans compensation aucune, sans espoir même d'en
obtenir, à titre purement gratuit et uniquement, en quelque sorte, pour
donner à la France le droit d'accuser la diplomatie belge de déloyauté
et de duplicité. Nous n'aggravons ni n'affaiblissons le reproche: nous
reproduisons les termes mêmes dans lesquels il a été formulé. Le
ministre de l'intérieur, M. Nothomb, a cherché à y répondre; mais ce
ministre, dont nous ne contestons pas l'habileté, cet orateur dont nous
reconnaissons le talent, n'est pas arrivé à justifier la mesure
incriminée. Le dialogue qui s'est engagé entre M. Castiau et lui à la
tribune a même prouvé que ce n'était pas la justesse du reproche que M.
Nothomb espérait combattre avec succès, mais plutôt son opportunité.
«Vos paroles sont imprudentes, a dit M. le ministre de l'intérieur.--Il
n'y a jamais d'imprudence à dire la vérité.--Si fait,» a répliqué M.
Nothomb, dont l'aveu est bon à enregistrer.

[Illustration: État actuel des bâtiments de la fabrique incendiée à
Rouen, le mardi 28 novembre.]

A Madrid, l'intrigue se complique de plus en plus, et il est toujours
difficile de bien comprendre les dépêches télégraphiques avant que les
correspondances et les journaux en soient venus donner le commentaire.
M. Gonzalès Bravo a rempli la mission que la reine lui avait confiée de
composer un cabinet. Le général Mazarredo, le marquis de Pena-Florida,
M. Mayans et M. Portillo ont été nommés ministres de la guerre, de
l'intérieur, de la justice et de la marine. Tous sont à la dévotion du
général Narvaez. Il n'a pas encore été disposé du portefeuille des
finances. Le jury a fort bien senti que la lutte ne pouvait être entre
un journal et M. Olozaga, et le _Heraldo_ contre lequel l'ex-Ministre
avait porté plainte le premier jour où la fable des violences qu'il
avait exercées contre la reine fut mise un circulation, le _Heraldo_ n'a
pas été mis en accusation, parce que l'accusation a été reproduite
partout et doit se juger ailleurs qu'en Cour d'assises. Les explications
de M. Olozaga ont produit beaucoup d'impression sur la Chambre; aussi
a-t-elle, pour l'élection des deux vice-présidents du congrès appelés à
remplacer MM. Gonzalès Bravo et Mazarredo, devenus ministres, donné la
majorité aux amis du ministre révoqué; MM. Madoz et Canica ont été
nommés, le premier par 70 voix contre 75, le second par 77 voix contre
73. C'est après ces résultats de scrutin que le télégraphe nous a appris
qu'une proposition de mise en accusation de M. Olozaga, présentée par
sept députés, avait été prise en considération par 81 voix contre 66. Il
y a dans ce déplacement apparent et brusque de la majorité quelque chose
d'inexplicable avant que les termes de la proposition nous soient
connus, et qu'on nous ait dit si nul progressiste n'a voulu on votant
pour sa prise en considération, amener l'intrigue à l'épreuve d'un débat
public. L'émotion populaire a été vive à Madrid, et des coups de feu ont
été tirés par la troupe sur le peuple. Il nous paraît difficile de
croire au bruit qu'on a fait courir à Paris des préparatifs de départ
de la reine Christine pour l'Espagne. Personne ne doit être tenté d'y
aller en ce moment. Puisse la crise actuelle ne pas nécessiter au
contraire dans la Péninsule des émigrations nouvelles!

--A Athènes l'assemblée nationale se livre à la vérification des
pouvoirs. Après cette opération, elle s'occupera de la Constitution. On
entrevoit un germe de division. Une fraction extrême, mais en faible
minorité, demande le système d'une Chambre unique. La majorité, à la
vérité, est bien prononcée pour le système de deux Chambres; mais elle
se subdivise elle-même en une fraction qui vont abandonner au roi la
nomination des sénateurs et c'est la plus faible; une autre qui voudrait
la réserver à la nation ou à la Chambre des Députés, et une troisième
qui veut y faire participer tout à la fois, et pour moitié, le roi et la
nation. Les ambassadeurs étrangers ont déclaré ne vouloir se mêler en
rien des affaires intérieures.

--Le congrès des États-Unis a dû ouvrir sa session le 4 décembre. On dit
que le président Tyler, voulant répondre par un coup d'État à certaines
intrigues de l'Angleterre, aura proposé dans son message d'admettre le
Texas dans l'Union américaine. Ce bruit a acquis une assez grande
consistance. Toutefois, il règne depuis quelque temps une si grande
incertitude dans toutes les nouvelles qui nous viennent d'Amérique,
qu'il est prudent d'attendre des faits positifs. Il est constant du
reste que le Texas, le territoire d'Orégon, l'esclavage, le tarif et le
droit de visite paraissent devoir être longtemps encore des causes
permanentes d'hostilité entre les deux nations.--La _Gazette des Postes_
de Francfort nous a appris par sa correspondance ce Saint-Pétersbourg
que, dans les premiers jours de septembre, un combat sanglant a eu lieu
entre les Avares et les troupes russes. Les Avares habitent la partie
septentrionale du Lesgnistan. Ils avaient attaqué un village ami. Le
colonel Weselowski se rendit immédiatement sur les lieux; mais l'ennemi
comptait de huit à dix mille hommes. Les Russes étaient inférieurs en
nombre; cependant ils se battirent avec courage. Ils ont perdu mille
hommes; on croit même que le colonel est resté sur le champ de bataille.
La _Gazette d'Augsbourg_ parle également d'un rude échec que les Russes
auraient éprouvé dans le Daghestan, où une division russe aurait été
attaquée à l'improviste et mise un déroute par les montagnards
circassiens.--A la Nouvelle-Zélande des collisions sanglantes ont eu
lieu entre les Anglais et les naturels de Cloudy-Bay. Des nouvelles
récentes annoncent que la plupart des principaux résidents anglais ont
trouvé la mort dans les combats successifs qu'ils ont eus à soutenir
contre les insulaires.--A la Havane a éclaté également une révolte d'un
certain nombre de nègres. Des lanciers espagnols et des colons ont
marché contre eux. Les révoltés ont eu une cinquantaine de morts; on
leur a fait soixante-sept prisonniers; le reste a pris la fuite. Ces
soulèvements deviennent de plus en plus fréquents, et demandent qu'on y
réfléchisse. Beaucoup de lettres on été publiées cette semaine à
l'occasion du séjour à Londres de M. le duc de Bordeaux et de ses
réceptions. On a vu paraître les épîtres de ceux qui croyaient avoir à
expliquer pourquoi ils avaient tardé à s'y rendre, et de ceux qui ne s'y
rendent pas du tout. Ou a lu aussi une lettre du prince, portant pour
suscription _à M. de Chateaubriand_ mais qui, bien plus probablement,
était adressée à la France. C'est toutefois Chateaubriand qui y a
répondu, et, comme toujours, il a parlé de son pays en homme qui a
concouru à sa gloire, et de la liberté en écrivain qui a su parfois la
servir. Cette correspondance demeurera comme document historique. On
annonce du reste que le ministère anglais aurait fait signifier à M. le
duc de Bordeaux l'ordre de quitter l'Angleterre. N'oublions pas une
lettre adressée par l'organe du _Sun_ aux partisans du duc de Bordeaux,
et renfermant un défi en forme que leur adresse M. le comte Grignan de
Labarre. «Vous croyez, leur dit-il, rendre hommage au toi de France dans
la personne du petit-fils de Charles X; eh bien! vous êtes dans
l'erreur. Le fils de l'infortuné Louis XVI est vivant, il est maintenant
en prison pour dettes: c'est M. le duc de Normandie, expulsé de France
au moment où il allait démontrer ses droits, reconnus par le duc de
Berri lui-même au moment de sa mort.» En conséquence M. le comte de
Grignan de Labarre propose aux _chefs de la noblesse française_ réunis
en ce moment à Londres de se former en cour d'enquête sous la présidence
de M. le duc de Bordeaux, afin de résoudre la question depuis si
longtemps pendante de l'existence du dauphin de France, «S'il ne s'agît,
dit-il, que d'une imposture grossière, comme on a osé le soutenir, elle
sera solennellement confondue. Si le duc de Normandie est réellement ce
qu'il prétend être, le duc de Bordeaux est trop loyal pour ne pas rendre
lui-même hommage à son souverain légitime.» Le défi, comme on le voit,
est nettement posé; mais nous n'avons pas appris encore qu'il ait été
accepté. Un certain nombre de lecteurs anglais paraissent cependant
l'avoir pris au sérieux.--Cela a fait presque autant de bruit à Londres
qu'une explosion qui a eu lieu dans le quartier de Clerkenwell, par
suite de fuites survenues à des conduits de gaz traversant un égout. Au
dire du _Times_, plus du quarante maisons auraient sérieusement
souffert; des façades entières auraient été ébranlées, des marchandises,
des meubles déplacés, brisés et jetés çà et là; d'énormes grilles de fer
lancées à plus du trente mètres; des pavés, des dalles en quelque sorte
déracinés et projetés au loin à des distances considérables; mais, parmi
bonheur providentiel, personne n'a péri au milieu de ce désastre, qui un
instant a pu faire croire à une secousse volcanique. L'enquête faite à
ce sujet établit que l'explosion a eu lieu dans un grand égout commun,
et qu'elle a été déterminée par un morceau de papier allumé qu'un fumeur
avait laissé tomber par la grille de l'égout.

O'Connell a obtenu, ce qui était si important pour lui, de n'être jugé
que par le jury de 1844, dont la liste est dressée sous l'active
surveillance des repealers. En attendant le jour de sa comparution, il
est allé présider à Limerick un grand banquet en l'honneur de M.
O'Brien, qui s'est rallié à la cause du rappel. Le libérateur a déclaré
qu'on lui avait offert de renoncer aux poursuites ou de ne pas faire
exécuter la condamnation qui pourrait être prononcée, s'il voulait
abandonner le rappel. «Ai-je besoin de dire, s'est-il écrié, que j'ai
repoussé cette proposition? Non, non, tant qu'il me restera un souffle
de vie, je ne transigerai pas sur la cause du repeal. Tant que je
vivrai, je soutiendrai que l'Irlande a le droit d'avoir son Parlement;
et si l'on me jette en prison, eh bien! j'aurai encore ma plume pour
communiquer mes pensées à mes concitoyens..... Malgré l'intervention et
les préventions officielles, la paix subsiste; la paix donc, voilà mon
ordre! la paix, voilà ma prière! la paix toujours, et l'Irlande sera
libre.»--La mort vient de frapper un des coïnculpés du grand agitateur.
Le révérend M. Tyrrell, prêtre de l'Église catholique d'Irlande,
renvoyé, ainsi qu'O'Connell, devant le jury, a été enlevé à ses
paroissiens et à ses juges. C'était un nomme qu'entourait l'estime
publique, et dont la présence dans l'association avait dû attirer bon
nombre d'adhésions. Son portrait est donné par plusieurs feuilles
anglaises d'après lesquelles nous le reproduisons.

[Illustration: M. Tyrrell, coaccusé d'O'Connell, décédé.]

On a dressé l'état civil des souverains de l'Europe et fixé l'âge qu'ils
auront au 1er janvier prochain. Le roi de Suède aura 80 ans; le pape, 78
ans, le roi des Français, 70 ans; le roi de Wurtemberg, 62 ans; le roi
de Bavière, 57 ans; le roi de Danemark, 57 ans; le roi des Belges, 51
ans; l'empereur d'Autriche, 50 ans; le roi de Prusse, 50 ans; l'empereur
de Russie, 47 ans; le roi de Saxe, 16 ans; le roi de Sardaigne, 15 ans;
le roi de Naples, 31 ans; le roi des Grecs, 26 ans; la reine de
Portugal, 25 ans; la reine d'Angleterre, 21 ans; le sultan. 20 ans;
enfin Isabelle d'Espagne, 13 ans.--Les reliques de Charlemagne, qui
comptent à peu près autant de siècles que l'innocente Isabelle a
d'années, et que nous avions dit avoir été égarées et retrouvées dans la
cathédrale d'Aix-la-Chapelle, donnent lieu aujourd'hui à une réclamation
rectificative qui n'est pas sans intérêt. Suivant cette, version
nouvelle, ces reliques n'ont jamais été égarées dans la basilique, qui
les honore comme celles d'un fondateur et d'un saint. On a toujours su
qu'elles étaient conservées dans la grande châsse d'argent doré qui a
été évidemment faite pour les recevoir, et que la tradition attribue,
sans que l'archéologie s'y oppose, à Frédéric Barberousse, le grand
admirateur de Charlemagne et le grand bienfaiteur de sa basilique. Il ne
s'agissait donc nullement de trouver l'auguste dépouille, mais de
constater son état et d'étudier sur toutes ses faces le monument qui la
protégeait, admirable morceau d'orfèvrerie romane couvert de
bas-reliefs, de gravures, d'émaux et d'inscriptions dont une partie
reste habituellement cachée contre la muraille. M. Arthur Martin,
l'auteur, avec M. Cabier, de la _Monographie de Bourges_, se proposant
de faire connaître par une nouvelle publication le trésor
d'Aix-la-Chapelle, obtint sans peine de la bienveillance du chapitre la
faveur insigne de faire descendre la pesante châsse du lieu élevé on
elle était placée, et le privilège plus grand encore de la faire ouvrir.
Il fallut quelques heures de recherches pour découvrir, pour trouver le
système de sa construction: on reconnut enfin les joints des portes sous
les plaques de métal qui couvrent les versants du toit, et l'on n'eut
plus que quelques clous à enlever pour découvrir l'intérieur. Il ne
renfermait qu'un seul corps, bien que, d'après la tradition et les
historiens du quinzième siècle, Frédéric eût enseveli les reliques de
saint Léopard avec celles de Charlemagne. Le squelette était à peu près
entier, et les ossements qui manquaient étaient précisément ceux une
l'on vénère à part depuis plusieurs siècles dans la même église. On sait
en effet que le chapitre et la ville d'Aix-la-Chapelle ont toujours été
tellement jaloux de leur possession, qu'ils en ont refusé des parcelles
et à des rois de France et à des empereurs. Ces ossements supposent une
stature élevée: la fémur est de 52 centimètres.--Auprès des ossements se
trouvaient une feuille de parchemin et deux riches étoffes. A la vue du
parchemin, l'on avait espéré rencontrer quelque précieux document
historique; mais cette pièce n'était datée que de la fin du quinzième
siècle, et constatait seulement que les os de l'avant-bras avait été
extrait de la châsse par le chapitre pour être offert à la vénération
publique dans un bras d'argent doré donné par Louis XI. L'une des
étoffes, tissue en soie, semblait appartenir au quinzième siècle;
l'autre, de soie et de fil, présentait dans toute sa pompe
l'ornementation du douzième. Un circonstance de grand intérêt pour
l'archéologie fut la découverte, sur cette dernière étoffe, d'une
inscription grecque faisant partie du tissu. Ou a su par là que ce
magnifique travail, que l'on eut pu croire un produit de la fusion du
byzantin, du latin et de l'arabe, qui s'opérait en Sicile et dans la
grande Grèce à la fin du douzième siècle, provenait directement des
manufactures impériales de Constantinople. Les deux étoffes, après avoir
été calquées, ont de nouveau recouvert la dépouille du grand homme; un
nouveau procès-verbal a été déposé à côté de celui du quinzième siècle,
et la châsse, refermée, a repris sa place accoutumée sur le haut rayon
où les innombrables visiteurs du trésor devront, comme auparavant, se
contenter d'entrevoir une partie de ses merveilles.--Nous avions promis
de faire connaître le jugement qui serait définitivement porté sur le
coeur trouvé à la Sainte-Chapelle. Mais la discussion s'est, cette
semaine, continuée entre M. Taylor et M. Letronne, l'un plaidant pour
saint Louis, l'autre contre, et elle ne paraît pas toucher encore à sa
conclusion.--On a placé au Louvre, au milieu de la salle dite de Henri
IV, contenant les agates, les émaux, les vases précieux, etc., sur un
piédestal en marbre vert, un grand bassin entièrement couvert de
ciselures représentant une multitude de sujets et timbré aux armes
fleurdelisées. C'est le bassin qui était à la Sainte-Chapelle de
Vincennes, et qui a servi aux baptêmes de Philippe Auguste et du comte
de Paris.--De glorieux restes encore plus dignes de nos respects, ce
sont les vieux soldats qui forment l'effectif du l'hôtel royal des
Invalides. On vient de publier un état de ces braves dans lequel on
trouve 11 chevaliers de Saint-Louis, 208 membres de la Légion-d'Honneur,
10 militaires privés des deux jambes, 5 de deux bras, 180 aveugles, 365
privés d'une jambe, 255 d'un bras, 151 affligés de blessures diverses.
Il y a dans le nombre 667 vieillards âgés de plus de soixante-dix ans.

Les journaux allemands ont eu cette semaine une annonce qui a obtenu un
grand succès et une large publicité. Ils nous ont appris qu'un souper à
la viande de cheval, qui a eu lieu le 17 novembre à Koenigbade, près de
Stuttgard, avait réuni plus de cent cinquante personnes de toutes les
conditions de la ville et des environs. Le service consistait en potage
au riz, en viande salée et en cheval à la mode. Tous les convives oui
été d'accord sur ce point, que la viande était non seulement tendre et
d'un goût agréable, mais qu'on ne pouvait la distinguer du boeuf, et que
la soupe au bouillon de cheval était agréable et sans aucun goût
particulier. Ce qui prouve que le préjugé contre ces mets était
très-faible et qu'il a disparu promptement, c'est que tous les plats
n'ont pas tardé à être consommés, et qu'il a fallu en préparer d'autres
pour les convives retardataires. On a aussi exprimé le désir de se
réunir prochainement pour un autre repas du même genre.--De leur côté,
tous les journaux de Paris ont reçu, avec invitation de l'insérer, la
note suivante: «Un ancien officier, qui a été sept fois maire d'une
grande commune, se trouvant, à défaut de fortune, dans l'impossibilité
de tirer parti d'un immeuble qui, dans d'autres mains, pourrait être
l'origine d'une fortune colossale, désirerait aliéner les belles ruines
de l'antique château de la Perrière, situé sur la rive gauche de la
rivière de Bram, dans la commune d'Oradour-Saint-Genest, à dix
kilomètres de la ville du Dorat, arrondissement de Bellac. Au seizème
siècle, sous le règne de François Ier, et du temps du chevalier Bayard,
ce château, d'après la tradition, appartenait au connétable de Bourbon,
comte de la Marche, qui y faisait battre monnaie. Il y a, assure-t-on, à
la suite des caves, de vastes souterrains dans lesquels le prince avait
déposé d'immenses trésors; on porte sans y comprendre les objets d'art
et d'antiquité, à plus de quatre-vingt millions les valeurs contenues
dans des tonnes qui furent aperçues, par un effet du hasard, il y a
environ cent vingt-cinq ans, à travers une énorme grille de fer,
laquelle ne put être enlevée, parce que la mauvaise qualité de l'air
empêcha de conserver la lumière; ce qui fit dire aux crédules villageois
qui se trouvaient là: «que le diable s'était emparé du trésor, et qu'il
fallait y renoncer.» Tout cela est raconté journellement par les vieux
habitants du voisinage qui l'avaient entendu dire à leurs
pères.--Actuellement les fouilles et les recherches pourraient être
faites avantageusement par une société ou un homme riche.--Le
propriétaire, n'étant pas en position d'en faire les frais, offre de
vendre le fonds moyennant cinquante mille francs et la centième partie
de ce qui aura été trouvé. S'adresser, franco, à Me Lesterpt, notaire à
Darnac (Haute-Vienne). MM. les directeurs des journaux, de toutes les
opinions, sont priés de vouloir bien reproduire, _gratuitement_,
l'article ci-dessus, et lui donner la plus grande publicité. Ceux qui
auront cette obligeance feront une bonne oeuvre, car il est de l'intérêt
public que des capitaux considérables ne demeurent pas plus longtemps
enfouis.» C'est donc une bonne oeuvre que nous venons de faire, et qui
nous donne au prix Monthyon des droits sans partage, les journalistes
quotidiens ayant probablement voulu faire leur profit particulier d'un
avis aussi important.

M. Feuillet, membre libre de l'Académie des Sciences morales et
publiques, et conservateur de la Bibliothèque de l'Institut, vient de
mourir à l'âge de soixante-quinze ans. C'était un homme d'une instruction
étendue, qui s'était concilié l'affection et l'estime de tous les
savants, avec lesquels il était depuis si longtemps en rapports
quotidiens.--Nous avons lu dans plusieurs feuilles qu'un neveu de
Lavoisier, une des gloires de la France, venait de mourir à Bicètre. On
ne nous a pas dit s'il fallait le reprocher au pays, et si c'était un
injuste abandon qui avait fait franchir à ce malheureux la porte de ce
triste séjour.

_L'album_ et le _keepsake_ triomphent; le renouvellement de l'année est
la saison de leurs victoires et conquêtes. Dans quinze jours, le boudoir
et le salon étaleront leur récolte de _keepsakes_ et d'_albums_ pour
1844 négligemment abandonnés sur le marbre de la cheminée, sur la table
de palissandre, sur l'acajou, sur le velours: agréables refuges pour le
désoeuvrement de la soirée, jouets brillants qui empêchent la satiété et
l'ennui; les charmantes fantaisies de Grandville et de Tony Jobannot,
les douces romances de Loïsa Puget et de Labarre sont d'un merveilleux
secours pour rompre la monotonie d'un long tête-à-tête, ou ranimer une
conversation qui se meurt d'inanition.--Vous êtes à bout de paroles,
vous vous sentez la bouche sèche et le cerveau malade; cette crise de
nerfs qui s'appelle un bâillement vous saisit à la mâchoire et à la
gorge; que devenir et que faire? Si vous restez court, vous passez pour
un sot, et pour un manant si vous cédez à la crise nerveuse: l'_album_
et le _keepsake_ viennent heureusement à votre aide et vous sauvent de
ce double affront. Oh! quel charmant livre! dites-vous en vous levant;
quel délicieux recueil de romances! Et vous allez droit au bienheureux
spécifique; tandis que vous en parcourez les pages une à une, vous
reprenez haleine, la salive vous revient, et, si peu que vous soyez un
bâilleur exercé vous glissez adroitement votre bâillement entre deux
feuillets.--Il ne faut donc pas s'étonner du grand nombre de _keepsakes_
et d'_albums_ que le 1er de l'an consomme; l'étrenne, comme on voit, en
est utile et agréable.--A tout commencement d'année, on doit s'attendre
à être visité, pendant douze mois, par une quantité d'ennuyés,
d'ennuyeux et de niais; il est sage de se précautionner et de faire ses
provisions: l'_album_ distrait ces gens-là, et le _keepsake_ leur donne
une contenance.

L'occasion est bonne: je pourrais vous recommander des _albums_ et des
_keepsakes_ par douzaines; il en pleut de toutes les couleurs, tous plus
ou moins satinés, veloutés, illustrés et dorés sur tranche; mais dans
cette multitude, j'ai une préférence que je vais vous confier
ingénument; de tous ces _albums_, c'est l'_album_ de Frédéric Bérat que
j'aime le mieux; ma première raison, c'est que Frédéric Bérat est mon
ami; vous me pourriez dispenser d'en donner une autre, mais je suis
homme de conscience: si Frédéric Bérat n'était qu'un bon compagnon, je
le darderais pour moi seul; mais vraiment il a du goût, de l'esprit, du
coeur, et je suis assez généreux pour vous en faire part. Prenez donc le
nouvel _album_ de Bérat, prenez-le, croyez-moi: vous y trouverez tout ce
que je vous annonce là, de tendres mélodies, des chants naïfs et
spirituels. Frédéric Bérat n'est pas de ces gens qui font grand étalage
d'une science souvent stérile; il chante avec ses émotions, et aussi
émeut-il souvent ou fait-il sourire. Poète et compositeur tout à la
fois, Bérat écrit la rime et la note de la même plume; de tous ses
gracieux enfants, lui seul est le père, musique et paroles.--Mais quelle
simplicité de vous parler ainsi de Frédéric Bérat! comme si vous ne
connaissiez pas mieux que moi l'auteur de la douce romance: _Je vais
revoir ma Normandie!_ qu'on a tant chantée et que vous chantez peut-être
encore au moment où je vous parle. Heureux Bérat! qui se recommande si
bien lui-même!

Nous représentons, page 211, des demoiselles qui ne se contenteraient
certainement pas d'une romance de Bérat pour leurs épaves du jour de
l'an: ce sont ces demoiselles de l'Opéra, surtout ces demoiselles de la
danse, espèce médiocrement bucolique de sa nature, et fort peu disposée
à regretter le lait pur, le simple galoubet et les pâturages de sa
Normandie. Le cachemire, entre nous, le divan aux moelleux coussins, et
le Champagne glacé, leur semblent d'une qualité préférable. Amaryllis et
Tityre n'ont pas élu domicile dans les coulisses de l'Académie royale de
Musique, et ne font pas encore partie du corps des ballets.

Que viendraient-ils chercher, je vous le demande, l'un avec sa blanche
brebis, l'autre avec sa flûte champêtre, au milieu de ces jambes légères
et de ces coeurs fragiles? Figurez-vous Mélibée entrant au foyer de la
danse, dans ce foyer tout plein de sourires faciles, de regards
indulgents, de pieds mutins et de mains étourdies, dans ce damné foyer
que vous avez là sous les yeux.

La toile vient de se baisser; nous sommes au moment de l'entr'acte.
C'est l'heure où le _lion_ se met en chasse; s'élançant de l'orchestre
et de l'avant-scène dans les coulisses, il y rôde un instant, flaire à
droite et à gauche, et gagne le loyer de la danse; le foyer de la danse
est son antre préféré. Là, le lion secoue fièrement sa crinière, aiguise
ses griffes, se met en arrêt et attend sa proie.

En ce moment le lion, ainsi que vous le pouvez voir, est dans son quart
d'heure de repos et d'humanité; il ne mord pas, il roucoule comme s'il
était une modeste colombe.--Sur le premier plan, vous voyez un lion d'un
âge mûr, dans l'altitude mélancolique du bipède qui se sent devenir
vieux; plus loin, trois lionceaux debout, se confondant en douceurs et
en politesses pour une des gazelles de l'endroit; ce sont des lions à
peine émancipés, des lions à leur premier coup de dent, si j'en crois
leur mine respectueuse et guindée; la gazelle s'en aperçoit et les
écoute d'un air légèrement maussade; la gazelle n'aime pas les lions
conscrits. Parlez-moi du lion qui est là-bas, assis négligemment sur un
canapé, les pattes croisées; celui-là est un beau jeune lion rompu aux
armes; j'en atteste cet air penché, ce sourire satisfait et victorieux.
Cependant, au fond de l'autre, lion et gazelles se cherchent et se
confondent; c'est un bruit mêlé de rugissements et de soupirs. Les
propos y sont lestes comme cette péri, cette sylphide ou cette wili au
jupon court qui s'élance, bondit, et provoque le parquet de son pied
agaçant... mais, hélas! le foyer des danseuses a beaucoup dégénéré
depuis que le prince russe y est devenu rare, et que l'ambassadeur a
fait place au commis banquier et au maître clerc!

Passons de l'entrechat au poignard, de Terpsychore à Melpomène (vieux
style). Or, Melpomène est un peu consolée; après six semaines d'abandon,
elle a retrouvé sa chère Rachel, son trésor, son orgueil. Qu'étiez-vous
devenue, ô Roxane? Pourquoi nous délaisser, Hermione? Sans vous,
Camille, que faire? Chimène, si vous nous quittez ainsi, que dira
Rodrigue?

N'accusez ni Roxane, ni Hermione, ni Camille, ni Chimène de désertion et
d'infidélité; le mal les avait vaincues. Au lieu du diadème d'or et du
manteau de pourpre, ces belles reines, ces princesses passionnées
avaient pris la camisole et le bonnet de malade; Curiace et Bajazet,
Rodrigue et Pyrrhus ne les visitaient plus que sous un habit de médecin.
Adieu, jalousies et tendres fureurs! adieu, rimes brûlantes! Phèdre,
voyons votre pouls! Eryphile, suivez cette ordonnance! qu'on apprête
cette tisane pour Esther!

Mais enfin voici mademoiselle Rachel debout, grâce au ciel! Après cette
longue maladie, il était prudent de ne pas se jeter, pour premier essai,
dans l'emportement des ardeurs tragiques; ainsi mademoiselle Rachel a
commencé par la douce et simple Monime: Phèdre, Roxane, Hermione,
exigent toute la vigueur d'un talent plein de santé; Monime convient à
une convalescente: c'est la continuation d'un régime adoucissant.

Elle s'est donc montrée un peu pâle encore, un peu chancelante; on a pu
entrevoir les traces de la souffrance au milieu même des plus heureux
élans de son inspiration; le parterre s'est ému de cette pâleur et de
cette faiblesse de Monime; que pouvait-il faire? Lui administrer le seul
spécifique qu'il possède, les _vivât_, et les applaudissements, et il ne
s'en est point montré avare. Mademoiselle Rachel aura bientôt recouvré
la force et la santé, si toutefois les bravos sont un remède souverain.

A peine est-elle revenue, que les poètes se tournent vers elle comme
vers leur unique espoir et leur refuge; plus d'un frappe à sa porte, une
tragédie à la main: mademoiselle Rachel leur sourit et les accueille,
mais elle, n'a encore choisi personne; les tragédies infortunées
attendent sur le seuil qu'elle dise à l'une ou l'autre: «C'est toi que
je préfère!» Cependant, le bruit court que la jeune souveraine commence
à ressentir une curiosité et un penchant secret pour une certaine
_Catherine II_, que le comité du Théâtre-Français vient de recevoir avec
tous les honneurs dus à une impératrice de toutes les Russies, et à une
telle, impératrice. L'auteur est M. Romand, à qui la scène française
doit déjà un drame plein d'imagination et d'intérêt, _le Bourgeois de
Gand_; le talent du poète et le nom de l'héroïne expliquent aisément le
désir qu'éprouve, dit-on, mademoiselle Rache! de se mesurer avec
Catherine et l'empire russe. Aux grands talents, les hautes entreprises!

On avait annoncé que les _Bâtons Flottants_ ne se hasarderaient pas sur
l'océan du parterre. L'auteur, blessé de l'indiscrétion qui avait
prématurément livré son nom au vent et à l'orage, avait fièrement retiré
ses _Bâtons_, voilà du moins ce qu'on racontait; mais M. Liadières a
démenti ce bruit par une lettre catégorique. _Les Bâtons_ ne sont pas
retirés, ils ne sont qu'ajournés; M. Liadières attend que la grande
rumeur qui s'est faite à propos de... bâtons soit un peu apaisée; il
désire que sa comédie fasse son entrée en public avec modestie et en
temps utile. Ces éloges prématurés, cette admiration imprudemment
proclamée, ont inquiété M. Liadières; il veut donner à sa comédie le
temps de faire oublier, par quelques mois d'abstinence et de retraite,
cette ovation de prôneurs, qui pourraient bien, à l'heure qu'il est,
compromettre le succès réel, celui que M. Liadières compte demander
définitivement au public, son juge naturel. Jusque-là _les Bâtons_ de M.
Liadières continueront à flotter entre l'arrêt admiratif du comité de
lecture et l'arrêt que tôt ou tard le parterre doit rendre.

A défaut de M. Liadières, on nous donnera M. Bayard et son _Ménage
parisien_; M. Bayard n'était connu jusqu'ici que par une veine féconde
de vaudevilliste; le théâtre du Palais-Royal et le Gymnase attestent,
depuis vingt ans, que si M. Scribe pouvait avoir un rival, c'est dans M.
Bayard qu'il le trouverait; mais on se lasse de tout: l'auteur du _Gamin
de Paris_ s'est donc lassé de moduler depuis si longtemps le même air
sur ses légers pipeaux. _Paulo majora canamus_, s'est-il écrié un matin
en s'éveillant; et quelques mois après, il offrait à MM. les comédiens
du roi une comédie en cinq actes et en vers, ni plus ni moins, _le
Ménage parisien!_ Avant un mois, nous saurons si M. Bayard a fait
sagement de quitter pour la comédie le vaudeville, ses premières et
longues amours, et si ce divorce a produit un bon ménage.

Les pèlerins de Belgrave-square sont définitivement revenus au bercail;
les dernières nouvelles d'Angleterre annoncent que M. le duc de Bordeaux
lui-même ne tardera pas à quitter Londres; M. Berner a donné le signal
de la rentrée en France, puis, après M. Berryer, M. de Chateaubriand;
les autres devaient naturellement suivre ces deux noms fameux, pour le
retour comme au départ. Parmi les revenants, on cite M. le marquis de
P....., qui passe pour un des fidèles de la petite cour de
Belgrave-square; cependant il ne faudrait pas trop s'y fier. M. le
marquis, si l'on en croit les langues indiscrètes, ressemble à la
chauve-souris de la fable, oiseau ou souris, suivant les circonstances,
tenant pour le roi ou la ligue. Voici un trait à l'appui de cette
ressemblance.

On raconte qu'en effet M. le marquis s'est rendu à Londres il y a
quelque temps; à peine arrivé, il sollicita la faveur d'être présenté à
M. le duc de Bordeaux; son désir fut bientôt satisfait: dès le
lendemain, M. le marquis eut l'honneur de saluer le prince et de lui
offrir son dévouement et sa fidélité. Jusque-là, rien de mieux; mais
nous n'avons vu que la souris; voici l'oiseau qui déploie ses ailes.

En sortant de Belgrave-square M. le marquis s'inscrivit à l'hôtel de M.
le comte de Saint-Aulaire, ambassadeur de S. M. Louis-Philippe. Le
lendemain, il rendit visite à Son Excellence, et la pria de vouloir bien
le présenter à M. le duc de Nemours, alors en Angleterre. M. de
Saint-Aulaire, assure-t-on, exprima au marquis son étonnement de le voir
aller ainsi le même jour de la branche aînée à la branche cadette. Le
marquis répondit ingénument qu'il croyait prudent de se préparer à tout
événement; M. le marquis de P.... est de l'espèce de ces oiseaux
sauteurs qui voltigent de branche en branche.

Au besoin il remplirait l'emploi d'_acropédestre_ au profit de M. de
Bordeaux ou de M. de Nemours, selon la couleur du ciel blanc ou
tricolore; mais je doute, tout souple et tout agile qu'il est, que notre
marquis pût en remontrer à l'_acropédestre_ dont je vous offre ici
l'image dessinée d'après nature; le modèle fait ses merveilleux
exercices au Cirque-Olympique.

[Illustration: l'Acropédestre.]

Jusqu'ici on a cru que les pieds étaient faits pour marcher, et pas pour
autre chose; erreur! Les pieds sont destinés à jouer à la balle, au
bilboquet et autres fantaisies. M. Ducornet avait déjà attaqué les mains
dans leur amour-propre et dans leur position sociale, en peignant avec
son pied. Chaque salon nous offre tableau du pied de M. Ducornet. M.
Richard, l'_acropédestre_, ne fera pas moins de tort à la réputation des
mains que M. Ducornet. Quand on a vu M. Richard, on prend ses mains et
ses bras en pitié, et l'on se dit: «A quoi cela sert-il?»

M. Richard se couche sur un canapé, les jambes en l'air; après quoi, il
prend dans ses pieds un long balancier d'une pesanteur de quarante
livres. Vous avez vu des jongleurs indiens faisant pirouetter avec leurs
mains de petits bâtons blancs autour de leur tête; avec leurs mains? la
belle affaire! c'est avec ses pieds que M. Richard fait aller et venir
son pesant balancier, comme une plume légère; il tourne, il glisse, il
s'envole, il retombe; il voltige dans tous les sens, il exécute mille
évolutions capricieuses; puis, tout à coup, l'_acropédestre_, le
retenant dans la paume de son talon, lui imprime un mouvement de
rotation prodigieux; le plus habile bâtonniste n'en ferait pas autant
avec ses mains; cela n'empêche pas M. Richard de marcher sur ses pieds
une minute après, comme vous et moi; d'où il est tout simple de conclure
que les mains sont une superfluité, et qu'on ferait bien de les
supprimer à l'avenir. Quelle économie de paires de gants.

[Illustration: Foyer de la danse, à l'Opéra.]

Madame de B... est revenue de son voyage d'Italie; elle a passé six mois
à Florence; la fashion parisienne est ravie du retour de madame de B...,
et la fashion a raison: madame de B... est une des plus jolies et des
plus spirituelles femmes de Paris. Aussi son salon est-il des plus
recherchés; on se dispute le plaisir d'y être admis; c'est à qui pourra
y entrer; et une fois entré, on a de la peine à sortir: madame de B...
est si aimable! Elle aime tout le monde, y compris elle-même; il est si
naturel de commencer par soi! Un jour, madame de B... se mirait dans sa
psyché avec une complaisance toute affectueuse; quelqu'un qui s'était
glissé là, sans en être vu, l'entendit s'écrier; «Ma foi, je
m'épouserais volontiers!»

Il y a eu, l'autre jour, un magnifique dîner chez M. Salvi, ténor du
Théâtre-Italien; la littérature et les arts s'y sont mesurés la
fourchette à la main; le dîner a eu la durée d'un opéra en cinq actes;
les duos de champagne, les quatuors de truffes, les choeurs de romance
et de johannisberg se sont succédé dans un accord partait; Meyer-Beer et
Donizetti, placés face à face, conduisaient l'orchestre.



Ouverture des Cours de l'École Polytechnique.

L'école Polytechnique a été fondée en frimaire an III (décembre 1794),
sur le modèle, au plusieurs points, de l'ancienne école de Mézières,
d'après le plan et les idées de l'ingénieur Lamblardie et du savant
Monge, qui furent appuyés vivement, dans le Comité de salut public, par
Carnot et Prieur (de la Côte-d'Or), tous deux élèves de Monge, à
Mézières.

[Illustration: Costumes des Élèves de l'École Polytechnique.]

L'illustre Fourcroy fut chargé du rapport: son travail est digne de sa
science et de sa réputation. On vota la fondation de l'École, et
Lamblardie en fut le premier directeur.

On confia le soin de former le cabinet de physique à Barruel; celui de
recueillir les modèles pour le dessin d'imitation à Neveu; celui de
rassembler les dessins et modèles d'architecture à Lesage, assisté de
Lomet et Ballard; celui de fonder le laboratoire de chimie à Carny, etc.

La commission des travaux publics désigna, pour y établir l'École,
quelques dépendances du palais Bourbon, telles que les écuries, les
remises, la salle de spectacle et l'orangerie. Lamblardie et Gasser
eurent la direction des travaux jugés indispensables pour approprier ces
localités à leur nouvelle destination. Chacun s'acquitta avec zèle,
promptitude et succès des travaux qu'on lui avait confiés. Il est à
regretter que le désir d'arriver vite au but ait rendu le gouvernement
d'alors peu scrupuleux sur les moyens de se procurer les objets
nécessaires. On mit bien à contribution les propriétés de l'État, mais
on ne respecta pas toujours les propriétés des particuliers. «Le
sentiment pénible excité par de pareils souvenirs, dit M. Fourey, auteur
d'une bonne histoire de l'École, est à peine adouci par la pensée qu'en
cette occasion ce fut la science, la patrie, et non la cupidité, qui
profita de ces tristes dépouilles.»

On ne tarda pas à régler par des lois les conditions d'entrée et de
sortie, les cours, l'administration, les examens, les avantages réservés
aux élèves, etc. Des améliorations partielles ont été successivement
introduites, mais le plan général est resté le même.

La première ouverture des cours ordinaires eut lieu le 21 mai 1795, et
Lagrange ajouta beaucoup à cette solennité en y faisant sa première
leçon en présence de la totalité des élèves et des instituteurs
eux-mêmes, qui s'empressèrent de se ranger parmi ses auditeurs.

La translation de l'École Polytechnique dans les bâtiments du collège de
Navarre, où elle est encore, s'effectua le 11 novembre 1805. Il a fallu
d'assez grands frais pour approprier ces anciens bâtiments de leur
nouvelle destination. L'hôtel du général-gouverneur de l'École, où sont
aussi les appartements du colonel-sous-gouverneur, ceux du directeur des
études, les bureaux de l'administration, etc., est d'une construction
récente; la porte d'entrée des élèves, dont nous donnons le dessin, a
été bâtie, il y a seulement quelques années, par M. Ballard, architecte
de l'École. De nombreuses critiques, à notre avis fort justes, ont été
faites de ce travail. La statue de Minerve, appliquée à la clef de
voûte, est du plus mauvais effet; les médaillons de Bertholet, de
Lagrange, de Monge, de Laplace, de Fourcroy, ont été confiés à des mains
inhabiles.

La rentrée a eu lieu, cette année, le mercredi 15 novembre; et la
nouvelle promotion, composée de 166 élèves, est l'une des plus
nombreuses qu'on ait vues depuis longtemps. C'est un grand jour pour
tous ces jeunes gens studieux, qui ont eu besoin de tant de courage et
de tant de persévérance pour arriver à ce point qui doit leur procurer
une position honorable dans le monde, et qui leur donne le titre d'élève
de l'École Polytechnique dont ils s'honoreront toute leur vie.

Parmi ces 166, il en est 24 au moins qui sont sans doute animés d'une
joie plus vive. La fortune ne les a pas fait naître dans des familles en
état de leur ouvrir une carrière; ils ont su, par leur intelligence et
leurs travaux, se conquérir les faveurs du gouvernement, qui leur a
concédé des bourses ou des demi-bourses dont il dispose. De ces
concessions gratuites, huit sont distribuées par le ministre de
l'intérieur, quatre par le ministre de la marine, et douze par le
ministre de la guerre. Honneur au grand peuple qui sait ainsi encourager
le mérite dès la jeunesse! honneur surtout à ces enfants studieux qui
attirent sur eux la faveur publique! Nul ne peut obtenir une place
gratuite ou demi-gratuite s'il ne fait partie des deux premiers tiers de
la liste générale d'admission. Tous les gouvernements, depuis la
fondation de l'École, l'ont couverte d'une protection plus on moins
éclairée, mais toujours puissante. Le peuple la protège à sa manière, en
témoignant aux élèves son admiration et ses sympathies. L'infortuné duc
d'Orléans, qui avait suivi les cours en qualité de _stante_ (externe),
aimait l'École et payait même chaque année la pension de quelques élèves
pauvres. Les élèves ne manquent jamais de placer leur carrière sous la
protection d'une charité mutuelle; des fonds sont faits par les élèves
pour acquitter la pension de quelques camarades pauvres que leur mérite
a fait admettre, mais que le peu de fortune de leurs familles
empêcherait de rester à l'École. Les élèves ne connaissent pas leurs
pensionnaires; c'est un secret entre ceux-ci et deux caissiers choisis
parmi eux dans la masse. Le secret est toujours fidèlement gardé. Il est
arrivé dans ces derniers temps qu'un officier adopté ainsi par ses
camarades, a économisé sur ses très-faibles appointements pendant douze
ou quinze années, la somme qu'on avait dépensée pour lui, et l'a remise
aux deux caisses sans se faire connaître, pour qu'elle servit à la
pension d'un élève comme lui sans fortune. C'est une imitation de la
fameuse pièce d'or de Franklin, qui mérite de trouver à son tour des
imitateurs. Avec quel saisissement et quel noble orgueil les élèves se
présentent pour la première fois à l'École! C'est le but qu'ils ont sous
les yeux depuis leur enfance; c'est là ce qui leur a donné le courage
nécessaire pour vaincre les énormes difficultés d'études longues et
sérieuses. En parcourant le programme d'admission, on s'étonne que des
jeunes gens puissent se livrer à des travaux si graves et si divers; et
ce qui rehausse l'honneur du succès, c'est qu'on voit, par la liste des
concurrents, que deux sur trois succombent dans des examens de jour en
jour plus difficiles.

Il n'est pas besoin de dire que la direction des études et les cours de
l'École Polytechnique ont toujours été confiés à l'élite des savants. Il
suffira de nommer, parmi ceux qui ne sont plus, les Monge, les Lagrange,
les Fourcroy, les Laplace, les Malus, les Prony, les Poisson, les
Ampère, les Bertholet, les Petit, les Dulong, les Regnaud, les Andrieux,
etc. Les professeurs actuels sont dignes de leurs devanciers, dont ils
ont été les plus brillants élèves.

[Illustration: Porte de l'École Polytechnique.]

[Illustration: Cour intérieure de l'École Polytechnique.]

[Illustration: Salle de Dessin, à l'École Polytechnique.]

De vastes amphithéâtres, de beaux laboratoires, des cabinets curieux,
une riche bibliothèque, fournissent aux jeunes gens tous les moyens de
s'instruire, et d'habiles répétiteurs servent d'utiles intermédiaires
entre les laborieux élèves et leurs savants professeurs.

On ne dessine à l'École que le soir. La salle, qui faisait partie d'une
ancienne chapelle, et dont nous donnons un croquis, est parfaitement
disposée pour dessiner à la lumière. Une des préoccupations des élèves
qui entrent est celle du triple uniforme, si élégant et si populaire. On
ne se sent véritablement élève que quand on a ceint l'épée et porté le
petit chapeau historique. C est comme la consécration extérieure, et il
semble bien naturel que la brillante jeunesse de l'École s'y montre
sensible et soit fière d'un costume qu'ont revêtu tant d'hommes
illustres, et qui s'est fait honorablement remarquer dans plusieurs
circonstances glorieuses, notamment en 1814, à l'affaire de la barrière
du Trône, et en 1830, aux journées de Juillet.

Aussitôt que l'uniforme est prêt, et cela n'arrive jamais assez vite au
gré des nouveaux, une revue solennelle dans la grande cour de l'École
est passée par le général, accompagné de son état-major. La même revue
se renouvelle de temps en temps dans le cours de l'année. C'est, avec
l'uniforme, et, en quelques cas fort rares, les honneurs de l'Abbaye, à
peu près tout ce qui reste de militaire dans cette École, qui a eu
longtemps des exercices, des fusils et même des pièces de canon.

Il existe néanmoins encore des grades parmi les élèves. Ces grades
s'obtiennent selon le rang de chacun: les deux premiers de chaque
promotion sont sergents-majors, les douze qui suivent, sergents. Il peut
y en avoir un nombre plus considérable quand les salles sont plus
nombreuses. Les sergents-majors et sergents portent des signes
distinctifs analogues à ceux du même grade dans l'armée. Ces
sous-officiers sont les intermédiaires naturels entre l'autorité et les
élèves. Ils perdent leur grade s'ils perdent leur rang dans la
promotion. Cette méthode entretient l'émulation, et tourne au profit des
études.

Il en est de même de ce qui se passe à la sortie: les premiers
choisissent dans toutes les places mises à la disposition de l'École.
Les carrières préférées changent et varient selon les temps. Sous
l'Empire, les élèves choisissaient les carrières militaires
préférablement aux carrières civiles; aujourd'hui c'est le contraire.
Voici, en général, l'ordre des choix qu'on remarque actuellement: mines,
Ponts et Chaussées, constructions maritimes, état-major, génie
militaire, artillerie, marine, artillerie de marine, tabacs. Cet ordre
est parfois interverti; mais c'est une exception à la règle, qu'il faut
attribuer à des convenances personnelles ou a des goûts particuliers.

Il est deux catégories d'élèves malheureux dont nous devons dire
quelques mots: 1° ceux qui, sortis dans les derniers rangs et trouvant
toutes les positions prises, n'emportent de l'École que le titre
honorable d'élève et un utile brevet de capacité; 2° ceux qui, sans une
excuse suffisante, comme, maladies, etc., n'ayant pas satisfait aux
exigences des examens de fin de première année et de sortie, ne sont
jugés dignes ni du titre d'élève, ni du brevet de capacité. Le nom
pittoresque que l'École donne à ces derniers, et qui leur reste, est
celui de _fruits secs_.

Il y aurait peut-être un curieux chapitre à faire sur la vie intime des
élèves, sur leur esprit, leurs jeux caractéristiques, les _absorptions_
fréquentes, les rares _bascules_, la fête du jour de l'an, où les
_nouveaux_ cessent d'être conscrits et ne sont pas encore _anciens_, la
position de _problèmes insolubles_, le _bal des fruits secs_ avant les
derniers examens, etc., etc. Mais ce n'est point par ce petit côté de la
vie des élèves de l'École qu'il faut les juger, pas plus qu'on ne juge
les artistes par les plaisanteries de l'atelier. L'étude constante, la
discipline sévère, le travail assidu, la dignité personnelle, la
conduite régulière, voilà le bon, le grand rôle de la vie des élèves.
C'est par là qu'ils arrivent, en cultivant leur intelligence, en se
formant aux solides vertus sociales, à soutenir dignement la réputation
de cette brillante et féconde École Polytechnique que l'Empereur, dans
son style énergique, nommait _sa Poule aux oeufs d'or_.



Révolutions du Mexique.

(Voir, sur Santa-Anna, t. 1er, pages 337 et 403; sur Bustamante, t. II,
pages 81 et 123; suite et fin.--V. page 226)

D. LUCAS ALAMAN.

Alaman entra au ministère des relations extérieures avec l'idée
fortement arrêtée de faire marcher de pair la réforme politique et
financière; l'exécution de la seconde devait lui fournir les moyens
d'opérer la première, et, pour y parvenir, il ne s'agissait que
d'appeler aux emplois les hommes les plus probes. Telle était la
corruption apparente, qu'il semblait impossible de pouvoir les trouver.
S'il n'en trouva pas en effet un nombre suffisant en qui la capacité se
joignit à la probité, il sut du moins, en utilisant ceux qu'il
rencontra, réprimer les concessions des employés qu'il maintint, par ce
moyen, la contrebande fut comprimée, le trésor vit ses coffres se
remplir du produit des droits qui, avant lui, ne servaient qu'à enrichir
les administrateurs des douanes; et les troupes, bien payées, bien
habillées, purent devenir un appui pour le gouvernement. Les dépenses ne
dépassant plus les recettes, l'économie présida aux dépenses du trésor,
confié au ministre Maugino; en un mot, sous l'administration d'Alaman,
le Mexique se vit organisé en véritable gouvernement, et ce fut lu
première fois depuis l'Indépendance.

[Illustration: Dom Lucas Alaman.]

Le brigandage des grandes routes, du moins entre Vera-Cruz et Mexico,
subit le même sort que la contrebande. Des détachements de cavalerie
vinrent occuper les principaux repaires; quelques voleurs signalés par
leurs exploits furent étranglés _(garrotados)_ ou fusillés; les autres
suspendirent aux murs de leur maison leur carabine et leur lacet jusqu'à
des temps plus prospères, tandis que la contrebande, traquée à
Vera-Cruz, s'allait réfugier à Tuxpam. Les voyageurs purent circuler
sans crainte que quelque rencontre, fâcheuse ajoutai une croix de plus
aux croix de meurtres des chemins, et les douaniers préposés au
déchargement des navires s'armèrent, bien à contre-coeur, d'une
incorruptible sévérité.

Des perturbateurs politiques restaient encore à châtier, et, dans leur
état permanent de récidive, leur châtiment ne devait être rien moins que
la mort. Malheureusement pour la tranquillité future du Mexique, un
homme de cabinet avait à lutter contre des généraux; il est vrai que cet
homme avait pour lui l'argent nécessaire pour les atteindre partout où
leur cri de guerre retentissait. Santa-Anna était en tête; mais, à cette
époque, sa vie inactive dans son _hacienda de Manga de Clavo_ fut son
salut, car l'oeil d'Alaman était ouvert sur lui, prêt à faire un signe
pour le faire arrêter. Les plages brûlantes de l'océan Pacifique furent,
comme on l'a vu, d'un faible secours pour Guerrero, qu'on fusillait à
_Puerto-Escondido_ en 1831; Codallos et Victoria partagèrent le même
sort sans que le premier pût être sauvé par son frère, alors gouverneur
de Mexico, et sans que la qualité de frère de l'ancien président de la
république, D. Guadalupe Victoria, pût servir de sauvegarde au second. A
propos de Guerrero et de Picaluga, qui le vendit, nous devons rectifier
ici une inexactitude dont nous avons été involontairement coupables. Des
renseignements authentiques nous apprennent d'abord que la somme qui lui
lui comptée, inscrite de la main même d'Alaman sur les registres de la
trésorerie, fut de deux cent mille francs, et en second lieu que
Picaluga n'est point mort. On le raya de la liste des citoyens génois,
et après s'être fait renégat de sa religion, comme il l'avait été de son
honneur il alla porter son infamie au service de Mahomet. Tels étaient
les importants changements qui avaient eu lieu au Mexique dans le cours
des années 1830 et 1831.

De ce moment commença pour le pays une ère nouvelle. Jusqu'alors il
n'était arrivé qu'au second degré de civilisation, c'est-à-dire que ses
ressources ne consistaient que dans l'agriculture et la vente des
bestiaux. Alaman voulut mettre le peuple qu'il gouvernait au niveau des
peuples d'Europe, en le faisant manufacturier, industriel. L'industrie
ne fleurit qu'au sein de la paix, et la paix était faite. Cette grande
question si nécessaire à la prospérité nationale avait été appréciée et
mûrement pesée par Alaman.

La nature, qui s'est complu à doter le Mexique de trois climats
différents, brûlant, tiède et froid (par comparaison), qui adonné aux
terres de ces trois latitudes une fertilité inépuisable, un ciel
toujours pur, des chaînes de montagnes du haut desquelles les eaux
pluviales font rouler l'or dans les plaines, où l'argent est plus commun
que la houille; la nature, qui a circonscrit entre deux océans son
immense territoire, qui l'a rendu propre à toutes les cultures, a oublié
de lui donner des fleuves navigables. Elle a aussi tellement accidenté
le sol qu'on ne peut prévoir comment les chemins de fer pourront le
traverser; en un mot, le Mexique est privé des voies de communications
naturelles qui ont été données comme compensations aux pays moins
favorisés. La question industrielle est donc pour lui plus vitale encore
que pour tout autre, puisqu'il ne peut exporter ses matières premières
jusqu'au littoral de ses deux mers.

Sur la demande du président du conseil Alaman, pour encourager les
essais d'industrie, une partie des fonds provenant des droits de douanes
fut appliquée sous le nom de banque de secours _(banco de avio)_ a des
prêts aux diverses industries du coton, du fer, de la soie, de la laine
et du papier. Une autre partie de ces fonds était destinée également à
l'achat en Europe des machines nécessaires qu'il livrait gratis aux
manufacturiers. Ce fut à cette époque qu'il en vint quelques-uns de
France, qu'Alaman accueillit comme les autres, et mieux que n'auraient
pu le faire supposer son antipathie pour nous et la froideur avec
laquelle il accueillit notre révolution de Juillet, son parti
représentant l'aristocratie au Mexique. Cependant, comme il n'avait, en
vue que le bien de son pays, il ne fut pas exclusif, ainsi que nous
l'avons déjà dit. L'industrie allait donc prendre son essor, la paix
était rétablie, les arsenaux étaient garnis de munitions, les droits de
douanes régulièrement perçus, les chemins réparés, entretenus, purgés
des bandes qui les infestaient; un seul homme encore debout menaçait de
jeter au milieu de ce calme général une épée toujours au service de ses
caprices, et au moment même où les mesures allaient être prises pour
faire expier à Santa-Anna ses perturbations passées, le révolution de
Vera-Cruz (V. Santa-Anna) éclata; celui-ci s'empara des fonds que la
sage prévoyance d'Alaman avait amassés à Vera-Cruz: (2,500,000 fr.) et
qui malheureusement servirent à renverser l'homme le plus nécessaire à
la prospérité du Mexique, en élevant celui qui fut toujours le plus
acharné à sa ruine.

Dans la lutte qui s'engagea entre le général Santa-Anna et le
gouvernement, et dont on a vu le résultat, en janvier 1832, ce fut en
vain qu'Alaman donna aux généraux qu'il employa les instructions les
plus précises, de l'argent, des troupes aguerries, leur impéritie fit
échouer tous les plans qu'il avait tracés dans la méditation du cabinet.
Le ministre de la guerre, le général Facio, ne fut pas plus heureux;
Alaman ne put monter à cheval pour réparer leurs fautes, et après la
capitulation faite par Bustamante, il disparut subitement de la scène
politique, sans que personne pût savoir où il s'était réfugié, ni quel
mystérieux asile le mettait à l'abri de l'animadversion du parti
victorieux.....................

Quinze mois après, pendant la présidence de Santa-Anna, qui n'ignorait
cependant pas les projets avortés d'Alaman à son égard, celui-ci reparut
dans Mexico aussi inopinément qu'il l'avait quitté. Tout ce qu'on put
savoir, c'est que, craignant pour sa vie, à tort ou à raison, il avait
été s'enfermer dans un couvent qui lui avait prêté l'ombre et le silence
de son cloître. Ce fut dans cette retraite inaccessible qu'il laissa
s'amortir le ressentiment des passions politiques, et le secret fut si
bien gardé qu'un ignore encore aujourd'hui le couvent qui lui servit
d'asile. Isolé complètement des affaires publiques jusqu'en 1837, il
recommença à y prendre part quand Bustamante devint président pour la
seconde fois. Nous devons dire ici que Alaman obtint dans cette élection
le plus de voix après Bustamante, et qu'il ne s'en fallut que de peu
qu'il ne fût nommé président lui-même. Son habileté ordinaire sut du
reste, dans le partage de l'autorité, lui réserver la plus large part,
et, l'on peut citer comme modèle du genre la position suprême qu'il eut
le talent de se créer.

La constitution centrale, dite constitution de Tagle, du nom du sénateur
qui en avait proposé le plan, avait créé, comme troisième pouvoir, un
consul du gouvernement (_consejo de gobierno_), et lui avait assigné de
singulières attributions. Ce conseil avait, entre autres droits, celui
de donner son opinion sur toutes les lois proposées par les Chambres
avant que le président n'y donnât sa sanction pour les décider. Il avait
encore la faculté d'examiner les lois, soit qu'elles fussent discutées
et adoptées par les Chambres, soit qu'elles fussent présentées aux
Chambres par le président ou ses ministres, et de prendre comme eux
l'initiative en cas de besoin. Ses discussions, en outre, étaient
secrètes, et rien ne transpirait au dehors de ce qui s'y était passé. La
présidence de ce Conseil d'État fut offerte à Alaman, qui trouva ce
poste trop en évidence encore, et qui fit nommer le général Moran à sa
place, en se réservant pour lui la vice-présidence. Il fut président de
fait, et par l'influence qu'il avait sur le général, et par la mauvaise
santé de ce dernier, qui lui permettait rarement d'assister aux
délibérations. Il résulta donc de tout ceci qu'Alaman, qui se rappelait
encore avec effroi l'insomnie de ses nuits et l'agitation de ses jours
quand il était ministre responsable, se trouvait sans responsabilité
aucune par le secret des discussions, libre de prendre telle mesure qui
lui plairait, et investi d'une autorité plus influente dans le
gouvernement que les ministres eux-mêmes, qui avaient tout le dégoût,
toute la responsabilité des affaires. Ce coup d'éclat fut la lin de la
carrière politique d'Alaman, qui se vit encore, en 1840, arraché par les
turbulences de Santa-Anna à la position élevée qu'il occupait, la
constitution ayant été anéantie, et le _consejo de gobierno_
naturellement dissous lors de l'abdication du président Bustamante.

Lorsque Santa-Anna reconquit pour la seconde fois l'autorité suprême
dans Mexico, encore encombré des débris de quelques-uns de ses plus
beaux monuments, les bons citoyens durent su voiler le visage;
Bustamante s'en vint demander à l'Italie déchue des consolations au
malheur de son pays, Alaman ne put se dissimuler que de bien longtempa
il ne devait plus y jouer de rôle public, et il résolut de réaliser par
lui-même l'idée de la grande création industrielle qu'il avait cherché à
encourager par le _banco de avio_. Il établit donc à Orizava, ville de
l'État de Vera-Cruz, un immense atelier de filature et de tissage de
coton. Cet établissement, situé dans un pays délicieux et fertile, le
plus avancé dans la culture de la matière première qu'on voulait
utiliser, put, au bout de quelque temps, par l'élégance de sa
construction, par le luxe de ses machines, par l'importance de ses
produits, rivaliser avec les fabriques les plus remarquables d'Europe.
Cette nouvelle industrie, créée à grands frais, avait malheureusement
pour rivale, presque vis-à-vis de son berceau, à une distance qu'une
goélette bonne voilière peut franchir en deux jours, à la
Nouvelle-Orléans en un mot, une industrie semblable, mais forte, mais
puissante, et qui, par le travail des esclaves, l'ancienneté de ses
ateliers, pouvait livrer ses produits à un prix infiniment plus bas. Le
petit port de Tuxpam, alternativement fermé et réouvert, dans lequel la
contrebande, expulsée de Vera-Cruz par Alaman, s'était à diverses
reprises réfugiée, offrait, par sa position, un excitant irrésistible au
désir d'importer au Mexique ces produits des États-Unis, les toiles de
coton, unique vêtement du peuple mexicain. Ce n'était pas asses pour
protéger les premiers pas de l'industrie cotonnière à Orizava d'avoir
prohibé l'importation de ses produits, le gouvernement devait encore
établir sur toute la côte du golfe une ligne formidable de douaniers. Il
n'en fut rien. Le gouvernement de Santa-Anna, semblable au prodigue et
au dissipateur qui a dilapidé un riche héritage, un semblable encore au
riche malaisé qui contracte des emprunts onéreux, fruits de son
désordre, tolérait encore parfois le commerce interlope, selon les
offres qui lui étaient faites.

Tuxpam alors, comme un volcan mal éteint, vomissant sur le littoral des
milliers de ballots de _mantas_, que des muletiers apostés enlevaient
pendant la nuit, tandis que les goélettes qui les avaient apportées ne
paraissaient déjà plus à l'horizon que comme une bande d'oiseaux qui
s'envolent.

Le résultat de cette tolérance coupable fut de placer, tant à Mexico
qu'à Orizava et partout, les industriels découragés dans une situation
désastreuse; la filature d'Orizava fut la première à ressentir les
cruels effets de celle concurrence des États-Unis, et cette société,
dont Alaman était le chef, fut obligée de suspendre le paiement de
nombreux effets mis en circulation pour effectuer les capitaux
nécessaires à son exploitation. Cette somme s'élevait à 1,200,000
piastres, soit 7,000,000 de francs. La faillite d'Alaman jeta la
consternation dans le commerce mexicain, et les journaux d'Europe s'en
préoccupèrent en lui donnant le nom du Cockenil américain. Il supporta
cette position fâcheuse avec un sang-froid et une indifférence qui
furent loin de lui faire honneur dans l'esprit public. Les arrangements
furent désastreux pour les créanciers, et la cession de ses biens une
fois faite, Alaman ne s'occupa plus de cette affaire.

Il n'est plus aujourd'hui que simple administrateur des biens du duc de
Monteleone. Santa-Anna, qui, comme nous l'avons dit, n'ignore pas
qu'Alaman l'eût fait fusiller sans pitié s'il avait pu mettre la main
sur lui aux jours de sa puissance, n'a gardé, avec sa bénignité
accoutumée, aucun ressentiment de ses terribles intentions; il le
consulte même souvent, et il n'y aurait rien de bien étonnant à ce que,
par ses conseils, il ait procédé aux incroyables mesures fiscales qu'il
vient de prendre, et qui sont le prélude d'une expulsion générale des
étrangers, des Français surtout.

En terminant, disons qu'on ne peut s'empêcher de reconnaître dans
l'homme dont nous avons esquissé la vie à grands traits, des talents
politiques de premier ordre, une capacité d'homme d'État peu ordinaire,
une incroyable activité au travail. Ou doit regretter pour lui que la
nature ne l'ait pas jeté dans un moule plus héroïque, ou qu'elle ne
l'ait pas fait naître au moins dans une société plus civilisée, où la
force du corps ne fasse pas pour ainsi dire tout le mérite; il aurait
pu, au besoin, exécuter, les armes à la main, ses savantes combinaisons
de cabinet, et le Mexique n'en serait pas aujourd'hui réduit à l'état de
caducité précoce où il est tombé. Au reste, le principal défaut du parti
qu'Alaman représentait a été de n'avoir pu trouver un général capable de
commander avec fruit les forces militaires mises à sa disposition, et
cette pénurie d'hommes de guerre a été bien fatale au pays. La politique
d'Alaman ne s'est jamais distinguée par sa droiture, et l'on ne peut
manquer, en comparant avec sa conduite dans les affaires commerciales,
de faire la réflexion que l'improbité publique marche plus souvent qu'on
ne pense de front avec l'improbité privée.



L'Horloge qui chante.

NOUVELLE AMÉRICAINE.

Le pauvre Daniel s'en revenait d'un pied leste et le coeur content; un
mois auparavant on l'avait vu partir du logis tout habillé de ses
horloges en bois, qu'il portait, par-devant et par-derrière, sur la
poitrine et sur les épaules. Ainsi chargé Daniel avait parcouru l'État
de l'Ohio tout entier, et il n'était si mince bourgade qui n'eût entendu
sa petite chanson accoutumée, qu'il chantait d'une voix claire et
joyeuse:

«Cuckoo! cuckoo! Voici les horloges, les bonnes horloges, qui ne
s'arrêtent ni le jour ni la nuit, et qui chantent mieux que le coucou
dans les bois! Cuckoo! cuckoo!»

La tournée de Daniel avait été heureuse: il s'était défait à bon compte
de toutes ses horloges, et un riche presbytérien lui avait acheté le
grand cadran à rayons d'or que, depuis trois ans, il portait tout
resplendissant au milieu de sa poitrine, sans avoir pu trouver encore à
qui le vendre.

Au détour de la route parurent, entre les arbres, les premières maisons
de la ville de Cleveland; Daniel fit une halte, secoua la poussière de
ses souliers, rajusta sa pauvre toilette, et reprit ensuite son chemin
d'un pas moins pressé qu'auparavant. A mesure qu'il avançait dans la
ville, sa marche se ralentissait encore, et au lieu d'aller le front
haut, comme tout à l'heure, il tenait le nez baissé vers la terre;
enfin, il arriva sur la grande place, toute bordée de chênes verts. La
nuit commençait à tomber; déjà les boutiques étaient éclairées, et,
entre toutes ces lumières, brillaient par excellence les quinquets de
maître Saunders, l'horloger, qui tenait boutique _au char d'Apollon_.
Daniel, retenant son haleine, étouffant le bruit de ses pas, s'avança
vers ce beau magasin, le plus riche sans contredit de tout Cleveland, et
vint coller sa figure aux carreaux de l'une des fenêtres.

Maître Saunders était vastement assis dans son grand fauteuil de cuir
noir, les mains croisées sur son large abdomen; doucement absorbé dans
la tranquille affaire de sa digestion, il tenait ses regards fixés, tout
droit devant lui, sur une grande pendule de bois, qui ornait le fond de
sa boutique, et servait de régulatrice à toutes les montres de
Cleveland. Saunders vénérait sa vieille pendule comme la plus belle
pièce d'horlogerie qui fut sortie de ses savantes mains; c'était pour
lui une occupation toute paternelle que de suivre de l'oeil l'admirable
marche des deux aiguilles dorées, et vous l'auriez vu alors imprimer
machinalement à sa tête grise un petit battement régulier, correspondant
à celui du balancier de la pendule.--Assise à côté de l'horloger, sa
fille Louise filait au rouet; elle courbait la tête d'un air pensif, et
les boucles de ses cheveux blonds couvraient presque entièrement ses
joues vermeilles.

Daniel demeurait toujours immobile aux carreaux. Enfin la jeune fille
leva la tête, et, ses yeux rencontrant ceux de Daniel, qui étaient fixés
sur elle, Louise fit un petit cri étouffé: «Daniel!» En même temps une
vive rougeur vint colorer son visage. «Déjà, s'écria maître Saunders, en
se levant; déjà de retour, _le nez bleu!_» (Il n'appelait jamais
autrement son apprenti, à cause qu'il était originaire de la
Nouvelle-Écosse; et, comme on sait, les habitants de ce pays ont été
surnommés _les nez bleus_ par leurs voisins de l'Union). Daniel avait
ouvert la porte de la boutique et était entré. «Quoi! toutes vendues?
fit maître Saunders avec un gros rire, en retournant brusquement Daniel
par devant et par derrière; toutes... jusqu'au _soleil_! (c'était le
cadran à rayons d'or). Dieu a béni mon voyage,» répondit Daniel, qui
était pieux; en même temps il tira de sa blouse une grosse sacoche toute
ronde d'écus, et la déposa sur le comptoir. Les yeux de l'horloger
pétillèrent, et prenant la sacoche d'une main, il tendit l'autre à
Daniel, lui disant: «Touche là, mon garçon; tu es un brave _nez bleu!_»
Cependant Louise, qui avait vu de grosses gouttes de sueur rouler sur le
front hâlé de Daniel, courait dans l'arrière-boutique, et déjà revenait
avec un grand verre tout plein de _mint-julip_ (eau de menthe), la
boisson favorite des Américains. Elle posa sans rien dire le verre sur
le comptoir, tout près de Daniel, dont les yeux ne perdaient pas un seul
de ses mouvements. L'horloger avait déjà saisi la plume; il dressait ses
comptes; Louise s'était remise à son rouet, et, avec un doux sourire,
elle faisait signe à Daniel de prendre le verre qu'elle avait placé près
de lui; mais Daniel, tout en répondant aux questions multipliées de son
maître, ne songeait qu'à regarder Louise qui lui souriait.

En cet instant entra avec fracas dans la boutique Samuel Saunders, le
fils du maître; il venait du club, où il s'était si chaudement disputé
que la sueur ruisselait encore sur son front. Il entra sans saluer ni
son père ni sa soeur, sans dire un mot à Daniel, saisit le verre que
Louise avait posé sur le comptoir, l'avala d'un trait, et monta en
sifflant à sa chambre. Samuel était un mauvais garçon, qui méprisait son
père et l'horlogerie; il n'avait jamais voulu rien apprendre, si ce
n'est quelques lambeaux de discours des orateurs nationaux, qu'à peine
âgé de dix ans, il déclamait avec fureur dans son école. Une partie de
ses journées se passait à parler, ou plutôt à crier dans les clubs et
les _remuements de piété_ (assemblées religieuses); le reste de son
temps était employé à fumer, à boire ou à jouer. Son père l'avait
plusieurs fois menacé de le chasser de chez lui et de le déshériter;
mais Samuel n'en continuait pas moins son train de vie accoutumé; et
naguère encore il venait de combler la mesure, en abandonnant
publiquement la communion de son père, qui était universitaire, pour
entrer dans la secte remuante des korkornaites. Le seul sentiment noble
qui fut dans son coeur, c'était le patriotisme, mais le patriotisme tel
qu'on l'inspire aux enfants des écoles américaines, c'est-à-dire une
jalousie nationale, plus amère et plus hautaine encore que celle des
Anglais; et sans cesse, dans ses discours, Samuel avait à la bouche les
phrases vaniteuses qui remplissent les romans et les poèmes de son pays;
par exemple: «Les États-Unis sont le plus beau pays du monde... Nous
perfectionnons, nous! nous avons perfectionné la nature humaine...
L'Américain des États-Unis a du fond, de la vitesse, de l'apparence; vif
comme le renard, souple comme l'anguille, fin comme la belette, il
éclipse la création, _il vaut l'argent monnayé_;» et mille autres
glorioles semblables.--Samuel détestait l'apprenti de son père, parce
qu'il était un _nez bleu_, et que les _nez bleus_ n'étaient pas des
hommes à ses yeux; il frémissait de rage en voyant s'asseoir à la table
de citoyens libres cet esclave échappé des fers de la Nouvelle-Écosse,
et il ne lui épargnait ni les mauvais traitements ni les injures. Daniel
supportait tout cela avec douceur, et, rendant le bien pour le mal, il
joignait toujours ses prières à celles de Louise, pour apaiser la colère
de maître Saunders, sans cesse excitée par l'ivrognerie, la paresse et
le libertinage de son mauvais fils.

Quand les comptes eurent été réglés, maître Saunders renferma son argent
d'un air satisfait; et, témoignant à Daniel un intérêt inaccoutumé, il
l'engagea à aller prendre le repos dont il devait avoir grand besoin, et
lui souhaita le bonsoir d'une façon presque affectueuse.

Daniel éprouva un vif sentiment de bonheur en revoyant sa petite chambre
à rideaux blancs. Pendant son absence, une main amie avait arrosé soir
et matin les rosiers qui fleurissaient sur sa fenêtre, et soigneusement
garni de mouron frais et de massepain la cage du petit chardonneret
rouge et noir. Daniel courut ouvrir la croisée, qui donnait sur le beau
lac Erié, et, comme déjà la lune s'élevait, il entendit, sur un des
peupliers de la rive, chanter le rossignol. Son émotion fut si vive
qu'il chancela et fut obligé de s'asseoir.

Daniel et Louise s'aimaient depuis longtemps: mais Daniel ne possédait
rien au monde, et il n'osait découvrir au maître l'amour qu'il avait
pour sa fille. Tout le jour, les deux amants pouvaient à peine se voir
et se parler; mais dès que le soir était venu, Daniel ouvrait sa
croisée, et toujours, à la même heure, Louise ouvrait aussi la sienne,
pour respirer la fraîcheur du lac. Les deux fenêtres se touchaient
presque. Longtemps Daniel n'avait osé adresser la parole à sa voisine;
mais enfin un rossignol vint, l'été, s'établir sur l'un des peupliers de
la rive, et comme il chantait le soir, à l'heure même où les deux amants
se mettaient à leurs fenêtres, la conversation s'engagea en écoutant et
en louant le merveilleux chanteur. Peu à peu étaient ensuite venues les
confidences, les demi-aveux, puis les projets d'avenir, et Louise avait
en cachette brodé pour Daniel une jolie bourse verte où tous deux ils
mettaient leurs petites économies, destinées, dans leur pensée, aux
premiers frais de leur ménage futur.

Cependant les jours et les mois s'étaient écoulés sans que Daniel osât
faire à son maître la solennelle demande. La haine que Samuel lui
portait, et plus encore l'abord dur et sévère du maître, intimidaient
ses meilleures résolutions. Louise devenait triste et pensive, et
souvent ses yeux étaient pleins de larmes qu'elle essuyait à la dérobée,
mais que Daniel voyait bien. Par bonheur vint à passer dans la ville un
horloger ambulant, qui portait sur son dos des horloges à musique. Des
horloges à musique! Avait-on ouï jamais parler à Cleveland d'un pareil
prodige? Quel soufflet sur la joue des pauvres coucous de bois, qui
n'avaient dans le gosier que deux tristes notes, toujours les mêmes! M.
Saunders se piquait d'avoir plus qu'aucun homme vivant reculé les
limites de l'horlogerie; aussi refusa-t-il d'abord de croire à ces
nouvelles merveilles de l'art; mais il entendit de ses oreilles chanter
les heures de l'étranger; et alors, animé d'un beau zèle, il prit ses
outils, s'enferma dans sa chambre, tailla, coupa, fabriqua rouages et
mécaniques; mais il eut beau faire, ses horloges à musique chantaient
tout au plus comme un tournebroche. Il en fut malade de dépit, et
déclara à qui voulut l'entendre que l'étranger qu'on avait vu était tout
au moins un sorcier.

Daniel eut une idée audacieuse, et le soir, à la fenêtre, il confia son
projet à Louise, qui l'approuva de tout son coeur. Le rossignol leur
avait si souvent et si bien chanté sa chanson, que tous les deux la
savaient par coeur d'un bout à l'autre. Daniel disait même à Louise que,
pendant son travail ou ses voyages, dès qu'il venait à penser à elle,
aussitôt la chanson du rossignol retentissait doucement au fond de son
coeur. Daniel, bon ouvrier en horlogerie, entreprit donc de mettre cette
bonne petite chanson dans une horloge. «Maître Saunders, disait-il, est
trop bon horloger pour me rien refuser, si je puis réaliser le
chef-d'oeuvre.» Aussitôt Daniel se mit à l'ouvrage; mais il s'aperçut
bientôt qu'une connaissance précieuse lui manquait: il ne savait pas la
musique; Louise, ne la savait pas davantage. Que faire? Après maintes
délibérations, il fut résolu entre les deux amants que Daniel, lors de
sa prochaine tournée, pousserait jusqu'à Louisville, et irait s'adresser
à M Clarke, le plus fameux organiste de tout l'Ohio, grand musicien,
s'il fallait en croire la renommée, et passé maître dans son art.

Le soir donc de son retour, le pauvre Daniel était accoudé sur sa
fenêtre, à peine remis de sa vive émotion que lui avait fait éprouver la
chanson du rossignol ami; il attendait Louise, et, cependant,
s'attendrissait à regarder le beau lac enveloppé dans les sombres
clartés de la nuit.--Enfin la fenêtre voisine s'ouvrit. «Eh bien?»
demanda Louise avec anxiété.--Elle tendait à Daniel sa petite main
blanche; et lui, pour la baiser, avançait tout son corps en dehors de la
fenêtre, au risque de se précipiter. «Eh bien! Daniel..... reprit
Louise, M. Clarke?...--Je l'ai vu, je l'ai vu! Louise, que Dieu
m'assiste, et l'horloge chantera.» Louise fit un cri de joie, et voulut
que Daniel lui racontât en détail sa fameuse entrevue avec l'organiste.
«Figurez-vous, Louise, un grand homme sec et jaune, enveloppé dans une
robe de chambre à ramages rouges, avec de grandes mains blanches et des
manchettes de dentelle. J'avançais ou plutôt je demeurais sur le seuil,
tournant mon bonnet entre mes mains et me confondant en saints. «Que
voulez-vous de moi, mon garçon?» me dit M. Clarke avec bonté. Je
m'enhardis, et j'entrai tout à fait. Il me fit asseoir et me renouvela
sa question obligeante. Alors je pensai à vous, Louise, et je pris mon
courage à deux mains. «Monsieur, lui dis-je effrontément, je voudrais
faire une horloge qui chantât le même air que le rossignol.» Il sourit,
et je baissai le nez en rougissant. Mais M, Clarke est un très-brave
homme qui ne voudrait faire de peine à personne, et, me voyant ainsi
confus, il me demanda doucement qui m'avait mis en tête cette idée. Je
n'hésitai pas, et lui contai toute notre histoire. Il parait que mon
récit l'intéressa, car il me serra la main à plusieurs reprises, me
disant: «Continuez, mon ami, continuez; je n'aime rien tant au monde que
les bons coeurs.» Ah! Louise, s'il vous connaissait!--Après? dit
Louise.--Quand j'eus achevé de conter, M. Clarke secoua la tête: «Mon
pauvre Daniel, me dit-il, sais-tu bien ce que tu as entrepris? Tu ne le
doutes vraiment pas de ce que c'est que le chant du rossignol; les plus
grands musiciens ont pu à peine le noter. Crois-moi, choisis plutôt tel
autre oiseau que tu voudras, la fauvette, le pinson.» Mais moi, je ne
voulus pas démordre du rossignol, parce que c'est celui-là que vous
aimez le mieux. «J'y mettrai dix ans s'il le faut, répondis-je à M.
Clarke; Louise m'attendra bien... Dites-moi seulement de quelle manière
il faut que je m'y prenne.» Alors M. Clarke me conduisit dans son
cabinet de travail, ouvrit ses gros livres, et me lut tout ce que les
savants ont écrit sur le chant du rossignol. L'un d'eux a compté dans ce
chant vingt-quatre couplets différents, sans parler des variations
(1).--Ah mon Dieu! s'écria Louise.--Ce n'est rien encore, reprit Daniel:
un autre savant a remarqué que le rossignol se servait de seize entrées
et conclusions différentes, pendant que les notes intermédiaires étaient
variées à l'infini (2).--Daniel, dit Louise, il faut choisir un autre
oiseau.--Oh! non, répondit Daniel, maintenant je suis sur de celui-là.
Ecoutez encore. M. Clarke se mit à me chanter lui-même le chant du
rossignol, et vraiment, Louise, en toute autre occasion, il m'eût donné
grande envie de rire. Voici comme il chantait... N'allez pas vous moquer
au moins de ce bon M. Clarke.

Tioû, tioû, tioû, tioû. Zo zo zo zo zo zo zo zo zo zo zo zo zirrhading.
He ze ze ze ze ze ze ze ze zo ze ze ze ze ze ze ze hudgehoi. Hi gai gai
gai gai gai gai gai gai gai gai gai couior dzio dzio pi (3).

[Note 1: Cette observation est de Bechstein.]

[Note 2: C'est l'honorable Daines Barrington qui a fait ce calcul; il
avait étudié pendant trois ans le chant d'un rossignol.--Barrington a
établi une table pour comparer le mérite respectif des oiseaux
chanteurs, en prenant 20 pour le point de perfection. Voici comment il a
évalué le chant du rossignol: _moelleux_, 19; _allegro-presto_, 11;
_notes plaintives_, 19; _étendue_, 19; _exécution_, 19.]

[Note 3: Ce chant appartient aussi à l'honorable Daines Barrington.]

«Voyez si j'ai bonne mémoire. Oh! jamais ces notes-là ne me sortiront de
la tête.--Après m'avoir lu toutes ces belles choses et bien d'autres
encore, M. Clarke me mena chez un ouvrier habile à faire des instruments
de musique, et tous les deux employèrent la journée à me montrer comment
on s'y prenait pour tendre les cordes, faire les soufflets, accorder les
notes, etc., etc. Je demeurai ainsi trois jours en apprentissage à
Louisville, et comme, grâce à Dieu, je ne suis pas maladroit de mes
mains, j'eus bientôt réussi, avec l'aide de M. Clarke et de son ouvrier,
à faire une sorte, de petite serinette qui chantait tant bien que mal:
tioû, tioû, tioû, et le reste. Maintenant il faut que je transporte le
mécanisme dans une horloge. M. Clarke m'a embrassé en partant, et m'a
remis un papier tout plein de notes de musique et de recommandations
mécaniques; de plus, il veut bien que je lui écrive quand je serai
embarrassé.--Je commence demain la machine.»

Louise fit un grand soupir. «Daniel! si vous n'alliez pas réussir!--Bon,
je recommencerai; j'écrirai à M. Clarke; et puis n'ai-je pas sur le
peuplier le meilleur de tous les modèles, un plus grand musicien que M.
Clarke lui-même? C'est à lui que je m'adresserai de préférence quand je
serai embarrassé... Ah! par exemple, je dois vous prévenir, Louise, que
cela nous ruinera. Il y a des cordes d'argent, des roues d'argent, que
sais-je! J'avais grand'peur que M. Clarke ne voulût des roues en
or.--Ah! dit Louise, que le bon Dieu est donc riche, lui qui a fait tant
de rossignols!» Puis elle courut à son tiroir, y prit la petite bourse
verte et la donna à Daniel en lui disant: «Bonsoir, Daniel; je vais
prier Dieu pour que le rossignol ne quitte pas notre peuplier.»

Dès le lendemain, comme il l'avait dit, Daniel entreprit son
chef-d'oeuvre; il était tout plein d'ardeur et sentait croître son
courage à mesure que l'exécution de l'horloge lui révélait de plus
grandes difficultés. Plus d'une fois il défit ce qu'il avait fait, plus
d'une fois il détruisit en un instant le travail de plusieurs jours ou
plutôt de plusieurs nuits; car, durant la journée, Daniel avait peu de
moments à lui. Le vieux Saunders, comme il arrive souvent aux horlogers,
était atteint d'une maladie d'yeux qui l'empêchait de travailler, et il
se reposait sur son apprenti de tous les fins ouvrages d'horlogerie.
Pendant le jour, Daniel travaillait donc pour son maître, et il ne
s'épargnait guère, suivant sa coutume. La vue de Louise, silencieusement
assise au fond de la boutique, enchantait d'ailleurs son travail,
quoiqu'elle lui rappelât aussi l'oeuvre inachevée d'où dépendait le
bonheur de toute leur vie, et lui fit regretter peut-être chaque moment
perdu à une besogne étrangère. Daniel n'osait guère regarder Louise, car
le vieux Saunders, inoccupé et plus chagrin chaque jour, demeurait là et
lui reprochait tous les instants on il prenait haleine. Par bonheur
Louise trouvait toujours moyen, en allant et venant de côté et d'autre,
de s'approcher de l'établi de Daniel, et alors elle fredonnait le plus
bas qu'elle pouvait:

Tioû, tioû, tioû, tioû,

ou bien:

Hi gai gai gai gai gai gai gai gai gai gai gai couior dzio dzio pi,

et Daniel oubliait toutes ses peines.--Un jour le maître entendit le
refrain de sa fille, et il lui dit d'un ton dur et presque colère:
«Quelle diable de chanson chantes-tu donc là?» Louise pâlit, se
déconcerta et ne sut que répondre; ce qui la fit traitet de sotte par
son père.

Le soir, sitôt la boutique fermée, Daniel montait bien vite à sa petite
chambre, et, tout en écoutant le rossignol, il poussait l'oeuvre de
toutes ses forces. Quand il était embarrassé pour une note ou pour un
accord, il allait à sa fenêtre consulter Louise, qui depuis quelque
temps avait beaucoup réfléchi sur la musique du rossignol, et en aurait
remontré à M. Clarke lui-même.--Le Ciel semblait d'ailleurs bénir et
favoriser les deux amants; l'été se prolongeait au delà de toute
espérance; le rossignol chantait toujours, et si bien, que ses chansons
avaient fini par attirer sur son peuplier un autre petit musicien de son
espèce, en sorte que, jusqu'au matin, c'étaient des roulades à n'en plus
finir, des cadences continuelles, un assaut de notes perlées et de
gammes brillantes. L'un n'avait pas fini que l'autre reprenait déjà de
plus belle, comme si tous les deux eussent voulu chanter à en mourir!

Enfin, après une dernière nuit passée tout entière à l'ouvrage,
l'horloge fut finie; elle chantait! Quand Louise descendit, le matin, à
la boutique, Daniel tourna vers elle un visage rayonnant, et se mit à
chanter tout doucement:

Tioû, tioû, tioû, etc.,

sans se lasser, jusqu'à ce que son maître, impatienté, se fut écrié:
«Auras-tu bientôt fini ta chanson de _nez bleu?_» Mais bien certainement
Daniel chanta encore, derrière ses lèvres, toute la journée:

Tioû, tioû, tioû...

Jamais soirée ne fut si longue à venir au gré des deux amants. Pour
surcroît d'impatience, ce jour-là, Samuel Saunders ne rentra point à son
heure accoutumée, et son père, qui l'attendait, ne voulut fermer sa
boutique que bien avant dans la soirée. Enfin, comme Samuel ne rentrait
pas, le maître donna en grondant le signal de la retraite. Aussitôt
Daniel escalada les escaliers, et apporta sur sa fenêtre la précieuse
horloge. Elle devait chanter à minuit, et minuit approchait. Penchée à
sa fenêtre, Louise attendait toute tremblante l'heure fatale. Sûr de son
oeuvre, Daniel riait, triomphait, parlait à Louise de leur prochaine
union; il repassait toutes les peines qu'il avait prises pour construire
son horloge, et enorgueillissait en pensant qu'il n'avait pas eu besoin
d'écrire une seule fois à M. Clarke, si ce n'est pour le remercier de
ses bons avis, et lui annoncer les excellente fruits qu'ils avaient
portés.

Tout à coup le carillon de minuit sonna au clocher de l'église. Louise
fit un cri d'effroi, et le coeur de Daniel se serra malgré lui; mais
aussitôt l'horloge se mit à chanter, et elle n'avait pas encore fini que
les deux rossignols du peuplier continuaient avec elle la chanson
commencée: Louise pleurait de joie, et Daniel embrassait son
horloge.--Le reste de la nuit fut employé à délibérer sur ce qui restait
à faire. Il ne fallait pas perdre de temps; l'on décida à l'unanimité
que le lendemain, à midi, Daniel porterait l'horloge à maître Saunders,
et lui demanderait la main de sa fille, sans autre formalité. Puisque
l'horloge chantait, Daniel pouvait bien traiter d'égal à égal avec son
patron.

Albert Aubert.

(La fin à un prochain numéro.)



Les Enfants Trouvés.

[Illustration: Dortoir à l'hospice des Enfants Trouvésde Paris.]

Vers le milieu du seizième siècle, la population de Paris toujours
croissante, le nombre considérable de pauvres, et aussi d'individus
engagés dans les ordres religieux, avaient multiplié les cas d'abandon
d'enfants nouveaux-nés dans une si effrayante progression qu'on regarda
comme indispensable de consacrer exclusivement un établissement à
recevoir ces pauvres créatures. En 1552, l'hôpital de la Trinité,
jusque-là occupé par les comédiens appelés Confrères de la Passion, fut
affecté à cette destination. Il fut ordonné que les seigneurs
hauts-justiciers, qui, à Paris, étaient tous ecclésiastiques,
pourvoiraient aux frais de cette maison, et le Parlement, par un arrêt
de cette même année, détermina de la manière suivante le contingent de
chacun d'eux:

L'évêque de Paris, 150 livres;--le chapitre de Notre-Dame, 360;--l'abbé
de Saint-Denis, 24;--l'abbé de Saint-Germain-des-Prés, 120;--l'abbé de
Saint-Victor, 84;--l'abbé de Saint-Magloire, 20;--l'abbé de
Sainte-Geneviève, 32;--l'abbé de Tiron, 4;--l'abbesse de Montmartre,
4;--le grand-prieur de France (ordre de Malte), 80;-le prieur de
Saint-Martin-des-Champs, 60;--le prieur de Notre-Dame-des-Champs, 8;--le
chapitre de Saint-Marcel, 8;--le prieur de Saint-Denis-de-la-Chartre,
8;--le chapitre de Saint-Méri, 16;--et celui de
Saint-Benoit-le-Bien-Tourné, 12;--total: 960 livres.

La somme, même pour le temps, n'était ni suffisante pour sa destination,
ni bien lourde pour les imposés. Toutefois, ils réclamèrent contre cet
arrêt; et, par un faux exposé, obtinrent que la cause fut évoquée au
grand-conseil du roi. L'avocat-général qui, à l'audience du 4 juin 1554,
défendit la décision, dit, en parlant de ces seigneurs ecclésiastiques;
«Ils ont si grande aisance que, quand ils contribueraient de leurs
deniers en telle affaire, ils en rapporteraient fruit au double, ou
l'écriture est fausse... Il y céans des chanoines de l'Église de Paris
_dont les enfants sont chanoines_, et se délient de la justice pour les
faveurs,» Ces chanoines, qui prenaient soin de leurs enfants, puisqu'ils
en faisaient des chanoines, trouvaient injuste qu'on leur fit supporter
la charge des enfants des autres; toujours est-il qu'ils finirent par
succomber, et que l'entretien des enfants trouvés demeura à leur compte.

En 1570, l'établissement fut transféré de l'hôpital de la Trinité dans
une maison située dans la Cité, sur le part de Saint-Landry, et affectée
à cette destination nouvelle par le chapitre de Notre-Dame. Elle reçut
le nom de _la Maison de la Couche_. Voulant se faire aider dans son
entretien, le chapitre et l'évêque firent placer dans l'intérieur de
Notre-Dame un vaste berceau pour y mettre quelques-uns de ces enfants,
et provoquer ainsi la libéralité publique. Mais soit qu'elle ne répondit
pas à leur appel, soit que ses dons reçussent une autre destination, les
pauvres enfants étaient fort mal soignés. Postérieurement, en 1656, une
dame veuve, touchée de leur malheureux état, se chargea d'en recevoir
autant que pourrait en contenir sa demeure, voisine de la maison de la
Couche. Ce zèle très-louable ne fut pas secondé par une égale
persévérance. La mère adoptive de ces orphelins s'en remit aux soins de
servantes, qui, lassées de la peine qu'il leur fallait prendre, firent
trafic de ces êtres malheureux, et en vendirent à bureau ouvert à des
mendiants qui leur torturaient les membres pour émouvoir la sensibilité
publique, à des nourrices qui voulaient se débarrasser d'un lait souvent
corrompu ou substituer, pour tromper les parents, un enfant étranger à
un nourrisson mort; elles en vendaient enfin à des magiciens pour des
opérations absurdes et souvent homicides. Le prix de ces enfants ne
dépassait jamais vingt sous, et quand cette denrée humaine devenait plus
abondante que les demandes, la Seine et les égouts recevaient le
trop-plein de la maison. En 1638, un homme, dont la bienfaisance a
sanctifié et immortalisé le nom, Vincent de Paule, qui était allé la
visiter, revint peindre à des femmes riches et charitables, qui le
secondaient dans ses bonnes oeuvres, l'affreux spectacle qui s'était
offert à ses veux. Elles s'occupèrent aussitôt du sort de ces petits
malheureux; mais, ne pouvant les sauver tous, elles en tirèrent douze au
sort, pour lesquels elles louèrent une petite maison à la porte
Saint-Victor. Le commerce des servantes put se continuera l'aide des
autres avec d'autant plus de liberté que leur maîtresse était morte.

Il ne suffisait pas à Vincent de Paule d'avoir attaché son nom à une
idée généreuse, il tenait à lui faire porter tous ses fruits. Le tirage
au sort n'avait que bien incomplètement répondu à ses vues; les secours
étaient insuffisants pour faire plus, et la charité de ces femmes
reculait devant l'énormité des sacrifices que leur imposerait
l'éducation de tous les enfants abandonnés. L'heure critique était donc
venue pour eux. Le saint homme convoqua expressément les dames de
l'oeuvre à une dernière assemblée générale, en 1640, les prévenant
qu'elle avait pour but de décider si l'on abandonnerait ou non le projet
d'institution des Enfants Trouvés. «Or sus, mesdames, leur dit-il, la
compassion et la charité vous ont fait adopter ces petites créatures
pour vos enfants; vous avez été leurs mères selon la grâce, depuis que
leurs mères selon la nature les ont abandonnés. Voyez maintenant si vous
voulez aussi les abandonner; cessez d'être leurs mères pour devenir à
présent leurs juges. Leur vie et leur mort sont entre vos mains. Il est
temps de prononcer leur arrêt, et de savoir si vous ne voulez plus avoir
de miséricorde pour eux. Ils vivront si vous continuez d'en prendre un
soin charitable, et au contraire, ils mourront et périront
infailliblement si vous les abandonnez.»

Ces éloquentes paroles atteignirent leur but; les larmes coulèrent, de
formels engagements se prirent, et le salut des pauvres enfants fut
résolu. On décida qu'il ne serait plus fait de choix parmi les enfants à
élever. Vincent de Paule voulut assurer davantage encore son succès, en
éveillant la sollicitude du roi. Il obtint plusieurs secours successifs
de Louis XIII, qui accompagna l'ordonnancement de ce qu'il lui donna en
1642, de lettres patentes où on lisait: «Ayant été informé par des
personnes de grande piété que le peu de soin qui a été apporté jusqu'à
présent à la nourriture et entretènement des enfants trouvés exposés
dans notre bonne ville et faubourgs de Paris, a été non seulement cause
que, depuis plusieurs années, il serait presque impossible d'en trouver
un bien petit nombre qui ait été garanti de la mort, mais encore que
l'on a su qu'il en avait été vendu pour être supposés et servir à
d'autres mauvais effets, ce qui aurait porté plusieurs dames officières
de l'hôpital de la Charité, de l'Hôtel-Dieu, de prendre soin de ces
enfants, et y auraient travaillé avec tant de zèle et de charitable
affection, qu'il s'en élève à présent un grand nombre; et voulant les
assister autant qu'il nous est possible en l'état présent de nos
affaires, nous avons délaissé auxdits enfants trouvés, etc.» Les dons de
Louis XII s'étaient montés à 4,000 livres de rente. En 1644, lu reine sa
veuve, régente de Louis XIV, déclara, au nom de celui-ci, «qu'imitant la
piété et la charité du feu roi, qui sont vertus vraiment royales, le roi
ajoute à ce premier on un autre don annuel de 8,000 livres de rente.»
Elle se réjouit en même temps de ce que, grâces aux secours donnés
jusqu'alors et aux aumônes des particuliers, la plus grande partie des
enfants trouvés ont été depuis élevés, et que PLUS DE QUATRE CENTS sont
vivants.

[Illustration: Voitures servant au transport des nourrices des enfants
trouvés.]

L'oeuvre s'était également vu accorder les bâtiments de Bicètre; mais
l'air de cette maison fut regardé comme d'une vivacité mortelle pour de
nouveaux-nés, et elle obtint de transférer ses enfants dans une maison
vis-à-vis Saint-Lazare, où les soeurs de la Charité furent chargées de
les soigner. Le Parlement, par arrêt du 3 mai 1667, confirmé par le
Conseil d'État le 10 novembre 1668, ordonna que les seigneurs
hauts-justiciers de Paris seraient tenus de paver annuellement à cette
maison une somme de 15,000 livres. Cette ressource nouvelle mit les
administrateurs à même de se procurer un emplacement plus commode. Ils
firent l'acquisition d'un grand terrain avec maisons situé dans le
faubourg Saint-Antoine, et y construisirent un vaste bâtiment. Plus
tard, pour avoir en même temps un lieu plus central pour les dépôts, ils
louèrent dans la Cité trois petites maisons qui appartenaient à
l'Hôtel-Dieu. En 1670, des lettres patentes de Louis XIV déclarèrent la
maison des Enfants Trouvés l'un des hôpitaux de Paris, et ce qui n'avait
jusque-là été qu'une oeuvre privée devint ainsi une institution
publique. Depuis lors l'établissement a reçu de notables améliorations
et pris des développements progressifs. Les maisons louées près le
parvis Notre-Dame tirent place, en 1747, au bâtiment qui sert
aujourd'hui de bureau central à l'administration des hôpitaux, et qui
fut consacre aux enfants trouvés, jusqu'à ce que, postérieurement, leur
établissement, fût transporté rues d'Enfer et de la Bourbe, où il est
aujourd'hui.

[Illustration: Collier des enfants trouvés.]

L'administration des hospices possède et elle a publié le tableau du
nombre annuel d'enfants déposés dans l'établissement depuis 1640 jusqu'à
nos jours. Nous ne le reproduirons point en entier, mais nous en ferons
connaître la progression et nous en signalerons quelques époques. En
1640, année de la détermination généreuse que fit enfin adopter Vincent
de Paule, on en retira de la maison de la Couche et des mains des
servantes dont nous avons parlé un certain nombre, qui, joint aux dépôts
de l'année, forma un chiffre de 372. En 1641, les entrées furent de 229;
en 1650, 393; en 1660, 491; en 1671 (année qui suivit l'érection de
l'oeuvre en institution publique), 738; en 1678, 1,006; en 1694, 3,788.
Le chiffre décrut considérablement ensuite, et ne se releva de nouveau
jusqu'à cette hauteur qu'à cinquante-six ans de là, en 1750, où les
réceptions se montèrent à 3,789. Le règne de Louis XV leur fit, vers la
fin, atteindre des nombres dont elles n'avaient jamais approché, et dont
elles se sont toujours tenues assez loin depuis. En 1770, on reçut 6,918
enfants, 7,156 en 1771, 7,079 en 1772. Le nombre décrut ensuite, ne fut
jamais plus bas que sous la République, où il varia de 3,122 à 4,589, et
s'éleva, sous l'Empire, par suite de rétablissement d'un tour par
arrondissement décrété en 1811. En 1810, il avait été de 4,502; il fut
de 5, 152 l'année suivante. Sous la Restauration, le chiffre le plus
élevé fut 5,497, en 1828. En 1837, année dans les derniers mois de
laquelle commencèrent à être prises les mesures qui rendent aujourd'hui
le secret des dépôts presque impossible, il descendit à 4,644. En 1839,
il décrut jusqu'à. 3,182; en 1841, dernière année dont nous ayons
l'état, il ne s'est pas élevé au delà de 3,698.

Ces mesures nouvelles, nous aurons à les apprécier dans un article où il
nous sera possible également d'examiner la question des enfants trouvés
au point de vue moral et administratif. Aujourd'hui c'est l'historique
de l'établissement de Paris que nous avons voulu tracer, et nous venons
de le faire; ce sont quelques détails sur les réceptions et
l'administration des enfants que nous voulions donner, et il nous reste
à les consigner ici.

L'hospice des Enfants Trouvés reçoit tous les enfants exposés ou
abandonnés âgés de moins de deux ans; au-dessus de cet âge, ils sont
dirigés sur l'hospice des orphelins. Du reste, en 1841, sur 3,698
enfants reçus, 227 seulement n'étaient pas nouvellement nés.

[Illustration: Costumes des enfants trouvés.]

Dès qu'un en Tant est apporté à l'hospice, qu'il y vienne par la voie du
tour, qui, à proprement parler, n'existe plus aujourd'hui, ou qu'il y
soit transporté par les soins d'un commissaire de police, comme ayant
été présenté à son bureau, ou relevé sur la voie publique, on dresse,
sur un registre spécial, un acte détaillé de son admission, où se trouve
consigné son acte de naissance, s'il en a un, ou, à défaut, les
renseignements qu'on a recueillis sur lui, sur le lieu et l'heure où on
l'a trouvé, et les signes qui peuvent servir à le faire reconnaître par
ses père et mère, si jamais plus tard ils se présentent pour le
réclamer, en remplissant d'ailleurs les formalités voulues. Ce
procès-verbal dressé, on lave ces enfants, on les pèse, et l'expérience
a démontré que bien peu de ceux qui n'atteignent pas le poids de six
livres peuvent être élevés. Des salles, qu'on nomme _crèches_, sont
garnies de berceaux séparés les uns des autres. Là, jour et nuit, des
berceuses et des nourrices, sous les ordres de surveillantes, attendent
les pauvres créatures délaissées par leurs mères. Plus tard, le plus
grand nombre d'entre eux sont envoyés en nourrice à la campagne. Ceux
dont la santé exige des soins médicaux sont élevés dans
l'établissement.--La mortalité des enfants trouvés jusqu'à l'âge de
douze ans est effrayante. En 1704, sur ceux qui avaient été reçus dans
l'année même, elle fut de 60 sur 100; en 1775, elle s'éleva à 85 sur
100; en 1821, elle fut de 74; et de 1816 à 1837, c'est-à-dire pendant
vingt-deux ans, la moyenne, sur tous les enfants reçus et suivis jusqu'à
l'âge de douze ans, a été de plus des trois quarts, 76 sur 100. Or, les
tables de la mortalité en France font connaître que sur 100 enfants 40
succombent avant cet âge de douze ans; la mortalité des enfants trouvés
à Paris a donc dépassé la moyenne de mortalité de tous les enfants en
France, de 50 pour 100. Ce qui a pu servir à bien fixer son chiffre réel
et à n'être point abusé par les nourrices de campagne qui, pour
continuer à recevoir leur salaire de l'administration, substituaient
antérieurement d'autres nourrissons à ceux qu'elles avaient reçus
d'elle, quand ces pauvres créatures étaient venues à mourir, c'est un
collier qui est scellé au cou des enfants par une plaque de plomb, et
attaché par des cordons, rouges pour les filles, bleus pour les garçons.
Aucun enfant ne monte dans la voiture des nourrices sans que ce signe de
reconnaissance, qui n'est pas sans inconvénients, nous le dirons, mais
qui n'offre pas celui de pouvoir être enlevé sans que l'administration
s'en aperçoive, soit suspendu au cou de son nouveau pensionnaire. On
substitue aujourd'hui au collier des boucles d'oreille également
scellées: c'est une amélioration.

Les orphelins, qui ne sont qu'une division des enfants trouvés, portent
un costume uniforme, qui se compose, pour les garçons, d'un pantalon en
drap marron et d'une veste semblable, avec collet en drap bleu; pour les
filles, d'une robe d'étoffe bleue, d'un tablier, et d'un homme noir avec
une petite dentelle pareille.

C'est sous cette livrée de l'abandon, ou souvent, dans un département
éloigné, où l'enfant a été mis en nourrice, et confié à un agriculteur,
qu'il faut l'aller chercher, quand sa famille indigente a ramassé la
somme nécessaire pour le retirer, et a justifié de la possibilité de lui
procurer du travail et des moyens d'existence. Oh! dans ce cas, quand
c'est vraiment la misère, la misère seule, qui a porté une pauvre mère à
éloigner d'elle son enfant, il a beau n'avoir jamais entendu sa voix, il
nous semble néanmoins qu'au bonheur de cette femme, en le retrouvant, il
doit la deviner et en quelque sorte la reconnaître. Mais quand c'est le
vice qui a conseillé cet éloignement, et quand un calcul d'intérêt ou un
caprice vient le faire cesser, quelle émotion attendez-vous de cet
enfant que vous avez sans pitié voué au malheur?

Le 16 novembre 1717, un commissaire de police dit Châtelet, Jean Lebas,
passait devant l'église de Saint-Jean-le-Rond, tout près de Notre-Dame;
il n'était que six heures du matin: l'air était froid et humide, et un
brouillard épais laissait à peine percer les premiers rayons du jour.
Quelques femmes et des ouvriers attroupés paraissaient considérer
attentivement quelque chose, et parlaient entre eux avec vivacité. Le
commissaire de police approcha, et bientôt entendit les vagissements d'un
nouveau-né, qui avait été exposé sur la seconde marche de
Sain-Jean-le-Rond. L'enfant avait été soigneusement enveloppé, et la
recherche des vêtements qui l'entouraient annonçait l'opulence de ses
parents; aussi une, vive indignation se faisait-elle remarquer dans le
groupe. La mauvaise mère! disait une marchande à la halle; elle est
riche et elle abandonne son enfant!--On devrait bien la mettre en prison
pour sa vie, si la justice venait à la découvrir,» disait une laitière.
Le commissaire fit l'office de sa charge, prit l'enfant dans ses bras et
se disposa à le transporter aux Enfants Trouvés. «Ne l'emportez pas,
s'écria la femme d'un vitrier du voisinage; la pauvre créature mourra
dans votre hôpital; je n'ai pas d'enfants, il m'en servira. «Ce
nouveau-né paraissait, en effet, n'avoir que quelques heures à vivre
tant il était pâle, froid et chétif, aussi le commissaire laissa-t-il
faire la femme, du vitrier, il lui abandonna l'enfant, après avoir pris
note exacte des signes de reconnaissance qui avaient été déposés auprès
de lui. Cette femme était pauvre, bien pauvre, mais elle avait un coeur
excellent, et se prit de la tendresse la plus vive pour le petit
infortuné qu'elle avait sauvé, et qui bientôt l'aima comme il eût aimé
sa mère. Quelques jours à peine s'étaient écoulés, lorsqu'un inconnu
entra chez elle, et lui remit le titre d'une pension de 1,200 livres de
rente destinée à l'éducation de l'enfant, et constituée sur sa tête.
Toutes les recherches tentées pour découvrir les parents furent sans
résultat, et ce mystère demeura impénétrable. Mais plus tard, quand les
bons soins de sa mère adoptive eurent rendu la vie à cet infortuné;
quand ses jeunes dispositions l'eurent fait distinguer par ses maîtres;
quand, développées par l'étude, elles l'eurent mis à même de n'avoir
plus rien à apprendre au collège, l'enfant trouvé rentra chez sa
bienfaitrice, dans la modeste demeure de laquelle il continua à habiter,
alors même que le nombre et le mérite de ses écrits l'eurent élevé au
comble des honneurs auxquels un homme de lettres puisse arriver, et lui
eurent conquis une célébrité européenne.--Il y avait, en ce temps-là,
une soeur du cardinal-archevêque de Lyon, femme d'esprit et jolie femme,
menant du front la galanterie et les affaires, et à laquelle ses
liaisons avec le régent et le cardinal Dubois avaient assuré une
puissante influence et une éclatante renommée: c'était la mère de
l'enfant trouvé. Lorsque celui-ci fut devenu un homme illustre, la
tendresse de sa mère, si longtemps endormie, commença à se réveiller.
Elle témoigna le désir de voir son fils; mais on eut grande peine à
l'amener à une entrevue avec elle, et il ne céda aux plus pressantes
instances qu'en mettant pour condition expresse qu'il sérait accompagné
par sa mère d'adoption. Le jour de la visite: est convenu; la grande
dame attend, son fils arrive; mais lorsque madame de Tencin (c'était
elle) s'avance en ouvrant les bras, d'Alembert (c'était lui) s'écrie, les
yeux en pleurs; «_Vous n'êtes pas ma mère! Je n'en connais qu'une: c'est
la vitrière!_»

_(La fin à un prochain numéro.)_



Correspondance.

Nous recevons de M. le bibliophile Jacob la lettre suivante en réponse à
un article du numéro 41 de _l'Illustration_, sur le Catalogue de M. de
Soleinne. Nous faisons suivre cette réponse de quelques observations de
M. T., auteur de cet article.

_A M. le Rédacteur en chef de_L'ILLUSTRATION.

Monsieur,

_L'Illustration_ a publié, dans son avant-dernier numéro, un article au
moins étrange sur le Catalogue de la bibliothèque dramatique de M. de
Soleinne, Catalogue dont j'ai fait paraître le premier volume, en
gémissant comme un vrai bibliophile d'être en quelque sorte complice de
la vente de cette admirable bibliothèque.

Les personnes qui voudront bien recourir au Catalogue si rudement
attaqué y trouveront, je l'espère, de quoi le défendre contre de
pareilles attaques. Ce Catalogue, que nous étions loin de croire
irréprochable avant que M. T. l'eût examiné sans y signaler aucune
erreur réelle, renferme deux ou trois mille notes littéraires et
bibliographiques que les juges les plus compétents, M. Brunet, l'auteur
du _Manuel du Libraire_, M. Wallkenner, le savant éditeur de La
Fontaine, M. de Monmerqué, M. Brunet de Bordeaux, etc., ont daigné
honorer de leur suffrage.

Ordinairement, un catalogue de livres ne présente que des titres plus ou
moins complets, plus ou moins logiquement classés; j'ai voulu faire
plus: à la description fidèle et minutieuse des ouvrages, j'ai ajoute
des jugements, des observations, des dissertations, tout ce qui est du
ressort de la bibliographie raisonnée. Voilà sans doute mon crime aux
yeux de M. T. Ce n'était pas une raison suffisante pour tronquer mes
phrases, pour en dénaturer le sens, pour me faire jouer tout à tour,
dans ce Catalogue, le rôle de Tartufe et relui de La Palisse.

J'ai découvert un autographe de Molière,--cela est incontestable; mais
je me suis donné la peine de le démontrer dans une note de cent
cinquante lignes, où j'ai accumulé toutes les preuves historiques qui
viennent à l'appui de l'authenticité de cette découverte. Après quoi,
j'ai pu m'écrier avec une sorte de triomphe: «VOICI DONC ENFIN UN
AUTOGRAPHE DE MOLIÈRE!» C'est là un événement littéraire qui mérite bien
d'être imprimé en grandes majuscules.

J'ai cru reconnaître le style de Molière dans une pastorale, _Métisse_
dont l'auteur est ignoré et qui ne paraît pas même avoir de mise au
jour;--mais j'ai cité quelques passages de cette pastorale à l'appui
d'une opinion qui n'a pas d'autre base que l'identité du style avec
celui de Molière. L'homme se révèle par ses actions, l'écrivain par son
style. J'en prends à témoin M. T.

J'ai souvent hésité entre deux on trois auteurs contemporains qui se
sont offerts à mon esprit, lorsqu'il s'agissait de trouver le véritable
père d'un ouvrage anonyme.--Cette hésitation entre plusieurs auteurs se
reproduit sans cesse dans la recherche des anonymes. Certains ouvrages
n'ont-il pas été attribués à dix auteurs différents? Pourquoi vouloir me
forcer à opter entre eux? Que sais-je? Qu'en savez-vous?

Je m'en réfère, quelquefois à l'avis de mon lecteur, et j'ai l'air de
l'inviter à prononcer pour moi.--En effet, je n'ai dû compter que sur
des lecteurs éclairés, instruits et surtout impartiaux.

Je ne cite pas toujours le livre et la page du livre où je puise un
fait, un renseignement. De là ces formules vagues: Je crois avoir lu...
N'avons-nous pas lu quelque part?...--Je confesse que je ne me rappelle
pas, à point nommé, tous les livres que j'ai lus, et d'ailleurs, en
rédigeant un catalogue, même avec soin, j'aurais été quelquefois dans
l'impossibilité de courir après le volume qui fournissait une citation
ou une autorité à ma mémoire. J'oublie souvent, Dieu merci! mes propres
ouvrages; ne puis-je parfois oublier ceux des autres?

Je n'ai pas dit, page 19: «Cette traduction doit être de Nicolas Oresme
ou de Christine de Pisan ou d'un autre,» ce qui serait une niaiserie,
j'en conviens; mais j'ai dit moins naïvement: «Cette traduction en prose
du _Thérence français_ doit être de Nicolas Oresme ou de Christine de
Pisan ou d'un autre _contemporain du roi Charles V, qui avait fait faire
cette traduction comme celle de Tite-Live_.» Je n'ai pas dit davantage:
«On peut croire que l'éditeur était Barbazan ou quelque autre,» mais
j'ai dit ce que je dirais encore, ne vous déplaise «Ou peut croire que
l'éditeur était Barbazan ou quelque autre _qui aurait eu communication
du texte reçu par de Beauchamps ou par La Monnoye._» Je devrais
peut-être me résigner à prendre les ridicules que l'on me prêt: on a
bien fait du brave et héroïque La Palisse, mort à Pavie, chevalier sans
peur et sans reproche, le naïf et burlesque La Palisse de la chanson.

Quant à l'erreur qui existe; dans la préface, où j'ai confondu le
Monsieur, comte de Provence, du règne de Louis XVI, avec le Monsieur,
comte d'Artois, du règne de Louis XVIII, je passe condamnation sur ce
point; mais je n'avais pas attendu l'article de M. T. pour corriger
cette erreur, à l'aide d'un carton. J'eusse été plus reconnaissant, si
M. T, m'avait procuré les éléments d'un bon errata, qui est encore à
imprimer.

M. T. m'a seulement appris que, depuis l'avènement d'un nouveau
commissaire royal auprès de la Comédie-Française à la place de M. le
baron Taylor, les archive du théâtre avaient été classées. C'est une
heureuse nouvelle, et nous félicitons. M. l'archiviste, fût-ce le
signataire de l'article auquel je réponds. Mais ce classement des
archives n'infirme pas le paragraphe de la préface qui a surtout ému la
bile de M. T. «Lorsque M. le baron Taylor, cet ardent régénérateur de
notre scène française, eut remis ses pouvoirs de commissaire royal
auprès du Théâtre-Français, il y eut, DIT-ON (ET NOUS AIMONS À CROIRE
QUE CES BRUITS SONT FAUX OU EXAGÉRÉS), une sorte de pillage dans les
papiers et la bibliothèque de ce théâtre, qu'on avait respectés depuis
cent cinquante ans, et M. de Soleinne APPRIT que des registres de la
Thorillière, des lettres de Lekain et de mademoiselle Clairon, etc.,
avaient été vendus par un brocanteur à la porte de la
Comédie-Française». Tant que dura l'administration de M. le baron
Taylor, qui a rendu les plus grands services à la scène française, où il
fit monter la jeune école, en offrant à ses études la tragédie de Talma
et la comédie de mademoiselle Mars, tant que dura cette administration
noble, généreuse et intelligente, les archives du théâtre furent
intactes: il est vrai qu'elles n'étaient pas encore classées. Je n'ai
accuse personne en disant que des lettres de Lekain et de mademoiselle
Clairon tombèrent alors dans les mains des amateurs d'autographes.
Est-ce que des spoliations du même genre n'ont pas eu lieu à différentes
époques dans les archives du royaume, dans celles du dépôt de la guerre?
Les archives du Théâtre-Français sont-elles plus sacrées pour les
voleurs d'autographes? L'auteur de l'article veut-il se faire caution
que rien n'a été détourné dans ces archives?

Enfin, M. T., semble me rendre responsable de ce que M. de Soleinne n'a
pas laissé de testament; il s'étonne fort que les héritiers ne suppléent
pas à l'absence de ce testament et ne fassent point à l'État l'abandon
d'une bibliothèque qui a coûté 500,000 fr. et dont l'État, insouciant, a
refusé de s'assurer la propriété à un prix bien inférieur. M. de
Soleinne serait mort de chagrin plutôt que d'apoplexie, s'il avait prévu
que sa bibliothèque dut être vendue aux enchères et dispersée. Est-ce là
un motif suffisant pour que des héritiers renoncent de gaieté de coeur à
la meilleure part de leur héritage? Je regrette, en vérité, que l'auteur
de l'article ne soit pas le légataire universel de M. de Soleinne: il
eut probablement donné la bibliothèque au Théâtre-Français. Le
Théâtre-Français lui saura gré de l'intention.

Pour moi, qui ne suis malheureusement point assez riche pour faire un
tel don, moi qui ai vendu ma chère bibliothèque historique à l'encan,
laquelle aurait fait si belle figure dans les galeries de Versailles, je
ne puis que m'affliger du sort probable des livres recueillis avec tant
de persévérance par M. de Soleinne: c'est moi qui organise leur
dispersion et leur perte. Le médecin, croyez-le, pleure quelquefois son
malade qu'il voit mourir; le fossoyeur même peut aussi pleurer en
creusant la fosse de son ami. Que n'ai-je pas fait pour sauver la
bibliothèque de M. de Soleinne, pour obtenir que la munificence
nationale lui ouvrit un asile dans un établissement public! J'ai prié,
j'ai supplié, j'ai crié au sacrilège: j'ai même essaya d'intéresser les
souverains étrangers à la conservation de ce vaste dépôt dramatique.
Hélas! jusqu'à présent, je n'ai pas mieux réussi que les héritiers, qui
s'étaient émus avant moi de la destruction de ce monument unique élevé
par M. de Soleinne à la gloire du Théâtre. Cependant j'espère encore,
puisque la vente n'est pas commencée.

J'ai fait, du moins, ce qu'il m'était permis de faire: un Catalogue
détaillé, en 3 volumes in-8, qui complétera la _Bibliothèque_ du
Théâtre-Français, du duc de La Vallière, et qui sera certainement plus
utile que le catalogue de Pont-de-Vesle. Le mauvais vouloir de M. Y.
n'empêchera pas que mon dialogue ne soit désormais la seule
bibliographie du Théâtre. M. T. aurait mieux fait de tourner ses
malédictions contre les gouvernements qui ont en mains le salut de la
bibliothèque de M. de Soleinne et qui la condamnent à périr. S'il se
préoccupe de la destinée de cette bibliothèque, s'il aime les livres, il
l'eût prouvé en faisant cause commune avec nous, qui souhaitons
ardemment de pouvoir réaliser le voeu de M. de Soleinne.

Vous penserez maintenant, monsieur, que je ne suis pas habile dans l'art
de _dépister_ les anonymes, puisque je n'ai point deviné celui de
l'article que je déclare injuste, léger et mal fondé sous tous les
rapports. Certes, je ne reconnaîtrai jamais dans cet article le
commentateur d'une fort bonne édition des oeuvres de Molière, l'éditeur
de la Revue _rétrospective_, cet excellent recueil dont les curieux de
l'histoire et de la littérature réclament la continuation, l'auteur
d'une _Vie de Molière_ pleine de recherches, de saine critique et de
bonne foi littéraire.

Agréez, monsieur, etc.

PAUL JACOB, bibliophile.



M. T. aurait bien mauvaise grâce, après le paragraphe qui termine cette
lettre, et dans lequel la bienveillance devient dithyrambique, à
renouveler ses critiques et à venir dire aux bibliographes qui ont
répondu à l'envoi du _Catalogue_, en écrivant à son auteur que

               La chute en est jolie, amoureuse, admirable,

à venir leur dire:

              Quoi? vous avez le front de trouver cela beau!

M. T. tient donc le mérite du _Catalogue_ pour constant, et il garderait
le silence s'il n'avait à se défendre à son tour, non pas d'avoir porté
un jugement _au moins étrange_ c'est l'épithète qu'il avait lui-même
donnée au livre, et qu'on lui retourne; les lecteurs jugeront qui la
mérite mais d'avoir fait un article _injuste, léger et mal fondé sous
tous les rapports._

M. T. ne se croit pas _injuste_ pour avoir préféré au système de
suppositions vagues et de désignations indéterminées du bibliophile
Jacob la précision de M. Brunet et celle de M. Barbier. Il croit qu'en
bibliographie, dans le cas où l'on se dit à soi-même: _Que sais-je?_ le
mieux est de ne rien dire; il croit que dire que l'auteur d'une
traduction doit être ou Oresme, ou Christine de Pisan, _ou quelque autre
contemporain du roi Charles Ier_, qui a eu des millions de
contemporains, c'est parler pour ne rien nous apprendre. Il croit enfin
qu'il n'y a nulle raison pour substituer ce nouveau mode de
bibliographie, que l'auteur du _Catalogue_ appelle raisonné, à l'ancien,
qu'il appellera, lui, raisonnable.

M. T. ne se croit pas _léger_ pour avoir dit que les archives du
Théâtre-Français sont aujourd'hui plus complètes que sous
l'administration précédente, puisqu'on a pris le soin d'y faire rentrer
ce qui en était sorti depuis quinze ans. La légèreté est à porter une
accusation grave sans prendre le moins du monde la peine de vérifier si
elle est fondée, et de croire qu'il suffit de l'admettre et de l'émettre
comme un _on dit_. M. T. n'a point à se porter caution que rien n'a été
pris; c'est à celui qui publie une accusation à prouver qu'il est en
droit de le faire. M. T. n'est point et il n'a jamais demandé à être
archiviste du Théâtre-Français ni d'aucun autre établissement public;
mais il dit ce qu'il sait et ne dit que cela.

M. T. ne croit pas avoir été _mal fondé sous tous les rapports_ à se
rire du désespoir de comédie prêté aux héritiers de M. de Soleinne. Ils
vendent sa bibliothèque: ils sont dans leur droit; mais, au nom du ciel!
pas de grimaces! Un demande à M. T. ce qu'il eut fait à leur place.--Il
eût mis, quelque parti qu'il eût pris, ses paroles d'accord avec ses
actions.

Oui, sans doute, ce _Catalogue_ sera désormais la seule bibliographie du
théâtre. Honneur en soit rendu à M. de Soleinne! La transcription pure
et simple des titres de tous les volumes, de toutes les brochures que ce
bibliophile persévérant et consciencieux a réunis, constituera le plus
complet et le plus utile indicateur de tous les ouvrages de la
littérature dramatique.

A son tour, et en terminant, M. T. dira au Bibliophile Jacob: «Vous
aime, les livres, la bibliographie, qui semble aride à tant de
travailleurs, a de l'attrait pour vous. Vous êtes actif, laborieux,
persévérant; entreprenez quelque grand labeur. La _Bibliothèque
Historique_ de Lelong et de Fontenelle est à refaire. Mettez-vous à
l'oeuvre, mais mettez-vous-y en renonçant à faire de vos notes un
questionnaire pour votre lecteur; ne faites de notes que quand vous
aurez quelque chose à dire. Et vous aurez fait une oeuvre sérieuse, une
oeuvre utile, et nous serons le premier à l'applaudir.»

T.



_A M. le Directeur de_ _L'Illustration_

Mon cher monsieur,

Je n'aime pas les _errata_. Ils prouvent que l'auteur d'un article a eu
la faiblesse de le relire, et, en second lieu, qu'il y attache une
certaine importance; le public trouve cela d'assez mauvais goût.

Néanmoins je ne puis rester sous le coup des absurdités qu'une
transpositions de _paquets_ m'a fait commettre, et dont mes initiales me
rendent responsable.

(On appelle _paquets_, en style d'imprimeur, chaque fragment de
l'épreuve qui passe sous les yeux de l'écrivain.)

Pour que mon chapitre sur les théâtres de Londres soit à peu près
intelligible, il faudrait:

1º Établir une phrase placée à la colonne 3 de la page 228,
immédiatement après la ligne 38. Il y était question d'un vaudeville
imite de Grand-Papa Guérin, et qui a pour titre anglais: _Grand-Father
Whitehead_;

2º Suivre tout naturellement l'alinéa parfaitement inintelligible sans
cela, qui commence par ces mois: _Farren y rendait à merveille_, et le
reste même page, même colonne, ligne 39;

3º Lire ensuite jusqu'à la fin. Mais alors, on reviendra page 228,
colonne 6, ligne 10; et il faudra commencer ainsi le portrait de
Bartley: _Ce gros garçon_;

4º Par suite de ces changements, l'article finit à ces mots: _O hymen! ô
hymenne!_ lesquels étant en latin ne doivent point s'orthographier: O
hymen ô hyménée!

Moyennant ce petit travail, qui ne demande pas plus de vingt
minutes,--avec beaucoup de bonne volonté,--le lecteur aura la
satisfaction de savoir ce que j'ai prétendu lui dire. Puisse-t-il se
trouver payé de sa peine!

Son serviteur et le vôtre,

O. N.



Voyages en Zigzag (1).

Il y a cinq mois à peine (2), lors de l'apparition des premières
livraisons des _Voyages en Zigzag_, nous avons dit, en prédisant son
succès futur, où, comment et pourquoi ce beau livre avait pris
naissance. Un professeur de Genève, déjà célèbre comme écrivain et comme
dessinateur, l'auteur des _Nouvelles genevoises_, et des _Albums
Vieux-Bois_, _Crépin_ et _Jabot_, faisait chaque année, avec quinze ou
vingt de ses élèves, une excursion pédestre dans les Alpes de la Savoie
et de la Suisse. Chemin faisant, il notait à la plume et au crayon; en
d'autres termes, il racontait et il esquissait, _currente calamo_, avec
autant de simplicité que d'esprit, toutes les impressions de la journée.
Au retour, le journal commun, rédigé par le chef de l'expédition, était
autographié tel qu'il avait été écrit et dessiné, sans correction
aucune, et distribué entre tous les membres de la petite caravane. Mais
bien qu'ils n'eussent été dans l'origine destinés qu'à vingt ou trente
lecteurs, les _Voyages en Zigzag_ méritaient, sous tous les rapports,
d'exciter la juste admiration d'un public beaucoup plus nombreux. A
peine imprimés, les nouveaux albums étaient avidement recherchés par
tous les amateurs qui avaient eu le bonheur de lire et de vérifier sur
les lieux la spirituelle fidélité de leurs récits et de leurs peintures.
De Genève, leur réputation se répandit bientôt en France, en Angleterre,
en Allemagne, en Italie et même dans l'autre monde, où quelques jeunes
disciples du _maître_ l'avaient importée.--Enfin une heureuse nouvelle
accompagna les récits des triomphes de M. Topffer dans les deux
hémisphères. M. Dubochet se décidait à réunir tous ces albums en un
volume et à les éditer avec tout le luxe et tous le soin qu'il apporte
d'habitude dans les publications illustrées.

[Note 1: 1 vol. grand in-8, orné de plus de 100 gravures, Paris, 1843.
Dubochet, 16 francs.].

[Note 2: Voir l'Illustration du 1er juillet 1843, nº 18, t. I.]

[Illustration.]

Aujourd'hui, d'ailleurs, nous voulons seulement vous faire admirer
l'_artiste_! l'écrivain aura son tour une autre fois. Nous lui
demanderons, pour vous seul, une de ces nouvelles qu'il raconte si bien,
et qu'il ne nous refusera pas, nous en sommes sur d'avance. Maintenant,
jetez seulement un coup d'oeil sur les dessins que nous allons vous
montrer, et dites-nous si l'ingénieux créateur de MM. Vieux-Bois, Jabot
et Crépin ne fait pas avec la même supériorité les paysages et les
portraits que les caricatures.

[Illustration.]

Voyez d'abord la _bourse commune_ (cette bourse qui fournit aux dépenses
de la caravane). Après avoir eu une triste fin au mois de septembre
1839, elle s'est refaite dans une retraite économique; puis, un matin,
elle vient rendre une visite à M. Topffer. Ayant persévéré dans son
régime pendant plusieurs mois, elle se trouve avoir grossi au point d'en
être étranglée dans son corsage et à l'étroit dans sa robe, dont
quelques mailles faisaient mine de vouloir sauter prochainement.
Effrayée de son état et honteuse de son obésité, la bonne dame venait
implorer l'assistance de M. Topffer. Celui-ci lui promit aussitôt de la
guérir au moyen de beaucoup d'exercice et de quelques saignées.

Si grandes qu'elles aient été, nos espérances ne seront point trompées.
Nous avions toujours cru à un grand succès, et la réalité a dépassé
encore toutes nos prévisions. Nous l'avouons hautement, nous admirons
avec un vif et sincère enthousiasme le double talent de M. Topffer. Son
langage, comme, il le dit lui-même, n'est pas toujours selon l'Académie,
il adopte avec une trop grande facilité certaines expressions qu'on peut
trouver trop familières; ce que ses éditeurs appellent «des termes
improvisés, des dénominations locales et les traces d'un argot de voyage
issu tout naturellement du retour annuel des mêmes impressions, des
mêmes besoins, des mêmes habitudes.» D'ailleurs, qu'on ne l'oublie pas,
ces relations écrites en courant heure par heure, telles que chacun les
faisait peut-être en plaisantant, ne devaient être lues d'abord que des
voyageurs auxquels leurs excentricités elles-mêmes rappelant de joyeux
souvenirs, offraient des charmes tout particuliers. Cette forme un peu
étrange n'a-t-elle pas d'ailleurs son mérite? 'Trouve-t-on beaucoup de
livres aussi simples? aussi vrais? Et puis, que d'observations fines et
piquantes on y rencontre à chaque page! que de réflexions profondes
parfois! que de mots charmants! que de sensibilité! que de gaieté!

Nous voudrions pouvoir justifier ces éloges par quelques citations; mais
les bornes qui nous sont imposées nous interdisent cette jouissance.
Vous méfiez-vous de notre goût passionné, cher lecteur, achetez les
_Voyages en Zigzag_, lisez-les, et si vous ne partagez pas notre
opinion, si vous n'êtes pas tour à tour égayé ou attendri, c'est à vous
seul, et non à M. Topffer, que vous devrez-vous en prendre.

C'est ce qui donne lieu à un nouveau voyage, en effet, si d'une part les
montagnes sont favorables à qui veut prendre de l'exercice, d'autre
part, pour une bourse qui veut être saignée, il n'est rien lui qu'un
pèlerinage en Suisse.

A peine parti, on rencontre des originaux bons à dessiner.

Voici d'abord un jeune crétin qui porte, sa canne en tambour-major.

[Illustration.]

Des musiciens ambulants.

[Illustration.]

Un attelage de voiturin italien: cochers, voiturins, haridelles, sont
dignes les uns des autres; usés, efflanqués, malpropres; emplâtre sur
l'oeil, jambes entortillées, boulons, mécaniques et ficelles. Ce n'est
que dans les pays de plaines que l'on rencontre ces restes de chevaux,
trop débiles pour tirer, trop cassants pour retenir, mais suffisants
encore pour trottiller des deux côtés d'un timon. Du reste, diaphanes,
incolores, sans yeux, sans jambes, sans poil ni queue, la maladie ne
sait par quel bout les prendre... et ils font sans mal ni douleurs des
douze heures par jour pendant douze jours de suite...

[Illustration.]

Un touriste qui a acheté trois chiens de Terre-Neuve.

[Illustration.]

Un jésuite promenant un tout petit collège de cinq Aliborons; on dirait
un grand pâtre qui mène cinq agnelets le long du fossé.

[Illustration.]

Enfin, un ballet italien--«de toute magnificence, dit M. Topffer: nous
voyons là des Romains et des Romaines de quoi en être saturés pour
longtemps. Virginius a des convulsions, et Appius des piquées
d'entrailles. L'un et l'autre se démènent comme des possédés, et les
Romains et les Romaines aussi, ce qui se trouve vouloir dire le trait
d'histoire qu'on sait.»

[Illustration]

Mais M. Topffer n'est pas un _caricaturiste quand même_, qu'on nous
permette cette expression. Il ne recherche pas le grotesque et le laid;
il ne se plaît point à l'exagérer; il les montre tels qu'il les a vus;
en outre il ne se moque,--et c'est là selon nous un grand mérite,--que
de ce qui est réellement ridicule; jamais il n'abuse ni de sa plume ni
de son crayon pour nous faire rire aux dépens de ses semblables, qui lui
ont semblé dignes d'estime et de pitié; parfois, au contraire, il nous
représente avec une vérité pleine de charmes la simplicité naïve des
honnêtes habitants des Alpes. Rencontre-t-il un beau type
caractéristique, il s'empresse de le dessiner. Voit-il, comme acteur et
comme spectateur un de ces délicieux tableaux que sa petite caravane
compose à chaque instant du jour dans ses courses ou dans ses haltes,
immédiatement il nous en offre une représentation exacte.

«Rien de plus frais, de plus paisible, de plus helvétique, que tout ce
vallon d'Underwald, surtout dans un moment où un beau soleil succédant à
la pluie dore les rochers et fait resplendir les pelouses, A peine
rencontrons-nous quelques naturels, même dans les villages, même dans la
capitale, où nous ne trouvons à acheter que du pain et des prunes; ce
sont les seules friandises mises en vente dans les deux seules boutiques
de l'unique rue.

[Illustration.]

«Connue nous passons devant une chaumière, les sons d'une guitare
frappent notre oreille. C'est un gros homme en blouse qui accorde son
instrument. M. Topffer le prie de nous chanter quelque air. «Pas moi,
dit-il, mais ma servante, si vous ne lui faites pas trop peur.» Toute la
caravane s'étend sur le gazon, et bientôt parait une jeune fille
extrêmement timide, qui s'assied devant le seuil, et qui chante pour
obéir à son maître bien plus que pour complaire à l'illustre
société.--Sa voix est agréable et d'une justesse parfaite; la scène est
pittoresque, le plaisir inattendu; en sorte que nous passons là une de
ces douces heures qu'on ne peut pas plus faire naître qu'on ne peut les
oublier. Toutefois, la chose déplaît à un gros barbichon de chien qui
grogne dans sa toison, et s'obstine dans des accompagnements bilieux.»
De l'Underwald passons dans le Valais.

[Illustration.]

C'est encore une halte; mais les acteurs qui y jouent le rôle principal,
plus nombreux d'ailleurs, ne ressemblait en rien à ceux que nous venons
de voir.--Il s'agit cette fois de la jeune population d'un village
valaisan que M. Topffer vient d'ensucrer, et dont la joie enfantine
égale l'étonnement. Comme paysagiste, M. Topffer ne reconnaît peut-être
aucun maître. Ses croquis, qu'un de nos plus habiles dessinateurs
français, M. Karl Girardet, _a mis sur bois_ avec tant de goût et de
bonheur, ont surtout le mérite d'être aussi _vrais_ que possible. De
grands tableaux ne représenteraient pas mieux les belles scènes de la
nature dans les Alpes. Voici d'abord les _roches et la porte d'Annibal_
à Donas, dans le val d'Aoste.

[Illustration.]

Puis une vue du lac Majeur prise à Fariolo, car M. Topffer passe souvent
les Alpes, il descend dans les planes de la Lombardie, il visite Milan;
une fois même il s'est aventuré jusqu'à Venise. «Un tel voyage à pied
avec de si petites jambes, s'écriera quelque lecteur épouvanté, c'était
une entreprise colossale.» Rassurez-vous âme timorée, tout alla pour le

[Illustration.]

mieux dans la meilleure des caravanes possibles, et ici comme dans les
autres circonstances de la vie, cette pensée, «A la garde de Dieu, fait,
dit M. Topffer, la sécurité et le courage du coeur; elle nous inspira je
ne sais quelle pacifique confiance qui fut un tempérament contre
l'inquiétude qui rend gauche, ou contre la présomption qui rend
téméraire.» Le voyage à Venise se termina donc aussi heureusement que
les précédents, et M. Topffer en rapporta de charmants dessins; nous en
donnerons pour preuve l'effet de lune suivant sur le grand Canal.

[Illustration.]

Quand on a passé les Alpes, il faut les repasser. Quant à nous, nous
choisirons de préférence la route du Saint-Gothard, car elle est aussi
sûre et commode qu'elle est belle.

«Au sortir du défilé qui termine la première montée, on découvre tout à
coup de là l'effet d'un spectacle des plus curieux: c'est la route, dont
les contours infinis se développent en serpentant jusqu'au sommet de la
montagne.

[Illustration.]

Les zigzags sont brisés et épars; ils s'échafaudent les uns sur les
autres; et, jusqu'à la dernière sommité, on aperçoit des fragments du
collier des bouterones. Nous demeurons là en admiration devant
l'industrieuse audace des hommes en général, mais surtout des hommes
libres, des hommes d'Uri, de ce petit canton qui a su faire avec ses
minces ressources un ouvrage aussi beau que celui du Simplon, ce
chef-d'oeuvre si vanté, si admiré, si célébré et si lithographie. La
renommée n'est souvent qu'une vieille folle sans équité.»

[Illustration.]

[Illustration.]

Mais on ne trouve pas partout des belles routes de voitures; et souvent
la caravane se voit obligée de traverser un pas difficile «et un bout de
sentier en corniche large de quatre semelles, incliné sur un précipice à
pic, et appuyé contre un rocher qui surplombe.» Grâce à Dieu et à M.
Topffer, le danger est heureusement évité, et tous les touristes
arrivent sains et saufs à Genève; la bourse commune seule est malade.
Nous espérons, quant à nous qu'elle se refera plusieurs fois encore, et
qu'un jour ou l'autre, M. Topffer ajoutera un second volume à celui dont
nous sommes aujourd'hui l'heureux possesseur.

Somme toute, les _Voyages en Zigzag_ forment le livre le plus agréable à
lire et à regarder, le plus moral, le plus richement illustré que la
librairie française ait offert cette année aux amateurs des cadeaux du
premier jour de l'an, vulgairement appelés étrennes,--bientôt nous
dirons pourquoi;--mais il a une place marquée d'avance à un double
titre, c'est-à-dire comme texte et comme gravures, dans toutes les
bibliothèques d'élite.



Modes.

[Illustration.]

Ce n'est plus seulement à l'Opéra et aux Italiens que nous pouvons aller
chercher des élégantes toilettes; les salons sont enfin ouverts. De tous
côtés et partout nous ne voyons que velours, satin, gaze, fleurs et
bijoux, tout le charmant cortège des fêtes et de la mode.

La température printanière, qui a duré quelques jours, avait fait
éloigner les fourrures; mais voilà ce beau luxe de l'hiver qui reparaît:
les petits manteaux cazavecka se garnissent tous de martre ou d'hermine,
et, en attendant les grands froids, on cache ses mains dans ses manches,
qui sont aussi bordées de fourrures. On fait beaucoup de cazavecka en
satin garni d'un piqué pour sortie, de bals et spectacles.

Les capuchons dont on se couvre la tête en attendant sa voilure se font
assez coquettement; ce n'est plus une enveloppe disgracieuse qui faisait
d'une jolie femme une laide sibylle; c'est un capuchon garni de dentelle
encadrant le visage, voilant sans les radier cependant, de beaux yeux
qui brillent à travers les fins réseaux de sa garniture. On fait aussi
porr la ville des manteaux ornés de velours; en voici un modèle,
très-distingué. Au reste, le velours est toujours beaucoup employé: nous
le voyons dans les garnitures de robes et de manteaux; dans les costumes
d'hommes nous le retrouvons en gilet et en revers aux collets et aux
manches de paletots.

On fait pour toilettes du matin de très-jolies robes de drap brodé en
soutache et, avec ces robes, on porte un mantelet également en drap
brodé, lequel peut ensuite se mettre avec tous les costumes négligés.

Du portera encore les robes de bal faites en tunique. L'année dernière
on avait fait infructueusement l'essai de deux jupes de différentes
couleurs, car de semblables modes tiennent plus du bal costumé que de la
vraie toilette des salons. Ce qui est fort bien porté, ce sont les
tuniques blanches rattachées par des fleurs naturelles; des tuniques en
tulle ou en crêpe rose, avec des bouquets de fines roses à feuillages de
velours places aux manches, au corsage et sur les jupes.

Une jolie toilette de ville se compose d'une robe en satin pékiné rayé
gros bleu et noir, ornée de deux volants en dentelle noire posés à plat;
d'un chapeau de velours épingle blanc, décoré d'une plume, et d'un
cazavecka en velours noir, bordé de martre zibeline;--ou bien encore,
d'une robe en moire glacée, ornée de velours posé en tablier, le corsage
juste, avec un revers en velours pareil; un chapeau en velours violet,
garni de dentelle noire, et un pardessus un levantine, avec un grand
collet piqué à l'aiguille.



SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS L'AVANT-DERNIER NUMÉRO.

I. L'opération qu'on appelle _donner_, au jeu de piquet, revient à
distribuer 52 cartes en quatre groupes, deux de chacun 12 cartes, qui
sont pris respectivement par chaque joueur, et deux autres groupes, l'un
de 5, l'autre de 3 cartes, qui forment ensemble _le talon_. Le nombre
des combinaisons auxquelles peut donner lieu cette distribution en
quatre groupes partiels est le quotient de la division de deux nombres
très-grands qui sont égaux, savoir: le dividende, au produit de tous les
nombres entiers consécutifs, depuis 1 jusqu'à 32; le diviseur, au
produit des carrés des nombres entiers consécutifs, depuis 1 jusqu'à 12,
par le produit ses nombres 1, 2, 3, 4, 5 et 1, 2, 3.

Tout calcul fait, le quotient se trouve égal à

1 592 814 947 068 800.

A cause de l'énormité de ce nombre, et vu la date assignée à l'invention
des cartes à jouer, on s'assure par des calculs bien simples qu'il s'en
faut de beaucoup que les cartes aient pu être données au jeu de piquet
de toutes les manières possibles. D'ailleurs, comme les mêmes séries de
cartes, qui ne différent que par un changement de _couleur_, ont la même
valeur au jeu de piquet, on peut regarder comme identiques les
distributions qui ne diffèrent que par une permutation entre les
couleurs; ce qui réduit considérablement le nombre des combinaisons
distinctes.

II. On sait que notre Chambre des Députés est composée de 459 membres
que le sort répartit en 9 bureaux, chacun de 51 membres. Le nombre, des
distributions possibles a pour expression le quotient de deux nombres
qui sont égaux, savoir: le dividende au produit de tous les nombres
entiers consécutifs, depuis 1 jusqu'à 459; le diviseur au produit des
carrés de tous les nombres entiers consécutifs, depuis 1 jusqu'à 51.

Le calcul de ce quotient, par les procédés de l'arithmétique ordinaire
sérait une opération impraticable ou d'une excessive longueur. Avec
certaines tables calculées spécialement pour cet objet, on trouve que,
les premiers chiffres sur la gauche, qui expriment les plus hautes
unités, sont 288 672..., et que le nombre cherché doit avoir 429
chiffres à la partie entière. Il tombe donc entre

278 692 suivi de 423 zéros,

et

278 692 suivi aussi de 423 zéros.

Nota. Les problèmes I et II, ainsi que leurs solutions, ont été extraits
de l'excellent ouvrage intitule: _Exposition de la Théorie des chances
et des probabilités_, par M. Cournot.

III. Le problème proposé se décompose en trois questions partielles,
savoir:

1° Reconnaître la fraude. Pour cela, il suffit de transposer les poids.
Si les balances sont fausses et préparées de telle sorte qu'elles
paraissent justes étant chargées de poids inégaux, tout aussi bien que
vides, leur fausseté sera manifestée par la simple transposition du
poids et de la marchandise qui se font équilibre dans les deux bassins.
On verra la marchandise enlevée alors par le poids qu'on croyait être le
sien.

2° Le principe sur lequel ces balances sont fondées est connu sous le
nom de _principe du levier_, et consiste en ce que les forces parallèles
appliquées aux deux bras d'un levier mobile autour d'un point d'appui,
doivent être en raison inverse des distances de leur point d'application
au point d'appui, pour se faire équilibre.

Cela posé, pour fabriquer des balances fausses, on a du prendre d'abord
des bras de fléau inégaux en longueur, mais on les a pris aussi
inégalement pesants, de telle sorte qu'ils se fassent équilibre autour
de l'axe de suspension. On bien encore, s'ils sont également pesants, on
leur donne une forme différente, de sorte que le centre de gravité du
bras le plus long soit à la même distance de l'axe du fléau que le
centre de gravité du fléau le plus court.

Ensuite on a muni les extrémités de ces deux bras du fléau de bassins
dont les poids sont aussi en raison inverse des longueurs des deux
liras. Ainsi, ces deux bras étant supposés, l'un de 30 l'autre de 322
centimètres de longueur, il faudrait que si le bassin adapté au bras de
32 centimètres pèse 80 grammes, le bassin du bras de 32 seulement
pesât 75.

A chaque pesée qu'on ferait avec cette balance, en mettant le poids dans
le bassin le plus pesant et la marchandise dans l'autre, l'acheteur
serait trompé d'un seizième. Mais nous avons indiqué le moyen de
découvrir la fraude.

3º Pour se faire donner un poids exact, il y a un procédé très-simple
qui réussit infailliblement, quel que soit l'état de la balance.

Équilibrez d'abord la marchandise placée dans un des bassins avec de la
grenaille de plomb ou de fer, avec une matière quelconque que vous
mettrez dans l'autre bassin. Enlevez ensuite la marchandise, et
remplacez-la par un poids qui fasse équilibre à la grenaille que vous
avez laissée à la place où vous l'aviez mise. Ce poids sera exactement
celui que l'on cherche. On connaîtra donc le poids de sa marchandise
avec une exactitude qui ne dépendra plus aucunement de celle de la
balance, mais seulement de celle des poids.

Cette méthode, si simple à concevoir, qui paraît se présenter si
naturellement à l'esprit, n'a été imaginée que vers la fin du siècle
dernier, par notre illustre navigateur et physicien Borda. Elle est
connue sous le nom de _Méthode des doubles pesées_. Pour apprécier ce
qu'une découverte, en apparence si modeste, peut avoir d'importance, il
suffira de dire qu'elle a rendu les plus grands services pour la
détermination du système métrique des poids et mesures, et qu'elle en
rend encore tous les jours dans les laboratoires des physiciens et des
chimistes.

Avant de la connaître, on procédait ainsi: on plaçait alternativement la
substance à peser dans l'un et l'autre bassin; on cherchait les poids
qui y faisaient équilibre et on prenait la racine carrée de leur
produit.--Ainsi, l'un des deux poids étant de 80 grammes, l'autre de 90,
et la racine du produit de 80 par 90 étant de 84, 83, on en concluait
que le véritable poids était de 84 grammes 83 centigrammes.



NOUVELLES QUESTIONS À RÉSOUDRE.

I. Les mêmes choses étant posées que dans le premier problème ci-dessus,
on demande le nombre des combinaisons où les quatre as se trouvent à la
fois dans l'un des paquets de douze cartes.

II. On demande de régler la mise des joueurs au jeu du _franc-carreau_.

III. Adapter à on puits un appareil propre à monter l'eau, disposé de
telle sorte que l'on n'ait jamais à vaincre que le poids de l'eau que
l'on monte, et la résistance des frottements.



Rébus

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS Une récompense honnête au rapporteur de
chien.

[Illustration: Nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0042, 16 Décembre 1843" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home