Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à  nos jours (Volume 1/8)
Author: Saint-Victor, Jacques-Maximilien Benjamin Bins de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à  nos jours (Volume 1/8)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  TABLEAU

  HISTORIQUE ET PITTORESQUE

  DE PARIS.



IMPRIMERIE DE COSSON, RUE GARENCIÈRE, Nº 5.



  TABLEAU
  HISTORIQUE ET PITTORESQUE
  DE PARIS,

  DEPUIS LES GAULOIS JUSQU'À NOS JOURS.


  Dédié au Roi
  Par J. B. de Saint-Victor.


  _Seconde Édition_,
  REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE.

  TOME PREMIER.--PREMIÈRE PARTIE.


                       _Miratur molem..... Magalia quondam._
                                                  ÆNEID., lib. 1.



  PARIS,
  LIBRAIRIE DE CHARLES GOSSELIN,
  RUE DE SEINE, Nº 12.

  M DCCC XXII.



AVERTISSEMENT.


Il y a plus de deux siècles qu'on écrit sur Paris et sur ses
antiquités. Ce sujet a fait naître une foule d'ouvrages où toutes les
recherches semblent avoir été épuisées; et cependant il restoit encore
un bon livre à faire sur cette cité célèbre, un livre sinon plus
savant, du moins plus utile et mieux conçu que tous ceux qui ont été
faits jusqu'à présent.

Paris peut être considéré sous les rapports divers de ses antiquités
religieuses, de ses institutions civiles et politiques, des
révolutions qu'il a éprouvées, des moeurs et des coutumes de ses
habitants, des faits historiques dont il a été le théâtre, des
monuments des arts qu'il renferme, etc. L'ensemble de ces rapports
dans ce qu'ils ont de plus curieux et de plus important peut seul
constituer une description intéressante d'une ville que tous les
peuples de l'Europe, toutes les classes de la société sont avides de
connoître; et jusqu'ici cependant aucun de ceux qui en ont écrit
l'histoire, ne l'a conçue sur ce plan général, n'en a même rempli
quelques parties à la fois d'une manière satisfaisante.

On ne connoît sur Paris aucun livre qui ait été écrit avant le règne
de François Ier. À cette époque[1] un libraire, nommé _Corrozet_,
publia un ouvrage ayant pour titre: _La Fleur des antiquités,
singularités et excellences de la ville de Paris._ Ce livre fut
réimprimé environ cinquante ans après, avec quelques augmentations,
par un autre libraire, nommé _Bonfons_. Il n'a maintenant d'autre
mérite que celui de son ancienneté; et ces deux auteurs ne s'y
montrent exacts que lorsqu'ils parlent de l'état des choses, telles
qu'elles étoient alors, et qu'elles se présentoient à leurs yeux.

[Note 1: 1532.]

L'un et l'autre manquoient de lumières et de critique. Un religieux
bénédictin de Saint-Germain-des-Prés, dom Jacques du Breul, revit
leur travail, consulta les titres, fit des recherches, corrigea leurs
erreurs, et perfectionnant cette informe ébauche, en fit un livre
nouveau[2], qu'il fit paroître au commencement du dix-septième siècle.
On trouve dans cet ouvrage des renseignements précieux, et qui ont été
d'une grande utilité à ceux qui ont écrit après lui: cependant, sans
compter que Paris a entièrement changé de face depuis cette époque,
son livre contient encore beaucoup d'erreurs, qu'il lui étoit sans
doute impossible d'éviter, parce que la matière étoit trop vaste pour
qu'un seul homme pût d'abord tout débrouiller et tout arranger.

[Note 2: _Théâtre des Antiquités de Paris_, in-4º, 1612. L'auteur y
ajouta un supplément en 1614; il fut réimprimé avec quelques additions
en 1639.]

Ces premiers ouvrages donnèrent naissance à des compilations, à des
abrégés plus ou moins médiocres qui n'apprenoient rien de nouveau. Une
dispute qui s'éleva quelques années après, entre deux savants[3], sur
nos anciennes églises, sans éclaircir beaucoup la question qu'ils
traitoient, répandit quelques nouvelles lumières sur les antiquités de
Paris. Pendant ce temps, Henri Sauval, avocat au parlement,
travailloit à nous donner des connoissances plus exactes et plus
étendues sur un sujet aussi important. Il recueillit, dans les dépôts
publics et dans les archives particulières, une quantité prodigieuse
de documents et de titres sur l'état ancien et moderne de la ville de
Paris, les lut, les dépouilla avec une patience infatigable; mais
n'eut ni le temps ni peut-être le talent de les mettre en ordre, de
les comparer, de les vérifier. Il en est résulté que son immense
recueil n'est qu'un amas informe de matériaux confondus ensemble, et
dont il est impossible d'user sans y apporter les plus grandes
précautions. Il est plein de répétitions, de détails fatigants, de
trivialités, inexact dans les faits, peu judicieux dans les
réflexions; et ses erreurs sur une foule de matières, principalement
sur l'appréciation des monuments, sont telles, qu'elles seroient
insupportables aujourd'hui aux personnes même les moins éclairées.

[Note 3: MM. de Valois et de Launoy.]

Cependant tant d'éléments divers, amassés par ce laborieux écrivain,
pouvoient servir à construire un édifice régulier, et il n'étoit
besoin que d'un esprit sage et patient qui sût choisir et ordonner,
pour en tirer une bonne histoire de Paris. D. D. Félibien et Lobineau,
deux religieux bénédictins, l'entreprirent avec succès, mais plutôt
en savants qu'en littérateurs. Leur compilation est exacte,
méthodique, mais sèche et minutieuse: les grands et les petits
événements y sont racontés du même style, avec la même prolixité; et
ces récits diffus et monotones ne peuvent être lus avec fruit et
patience que par des érudits. Saint-Foix, au contraire, dans ses
_Essais sur Paris_, a moins voulu faire une description exacte de
cette ville, que produire, à l'occasion de quelques-uns de ses
quartiers, de quelques rues, qu'il trouve tout simple de présenter par
ordre alphabétique, des opinions nouvelles et bizarres, des traits
hardis, satiriques et licencieux. Son livre, qui eut beaucoup de
succès dans un temps où un esprit de mutinerie et d'insolence contre
toute autorité étoit un sûr moyen de réussir dans toute production
littéraire, est justement considéré aujourd'hui comme l'ouvrage d'un
homme qui joignoit à quelque vivacité d'esprit, un jugement faux et
une inexpérience complète sur les grandes questions de morale et de
politique qu'il a l'audace de traiter à chaque instant. C'est de tous
les écrivains sur Paris celui que nous avons lu et consulté avec le
plus de défiance et de précaution; il nous a été d'ailleurs d'un
très-foible secours, ayant puisé lui-même dans Sauval, et le plus
souvent sans critique, presque toutes les particularités dont se
compose la compilation très-incomplète qu'il a publiée.

Nous ne parlerons point de Piganiol de la Force, le compilateur
peut-être le plus ennuyeux, le plus dépourvu de discernement et de
goût, parmi tous ceux qui ont entrepris de faire l'inventaire des
monuments de Paris, de ses rues, et des curiosités dont il est rempli.
Il n'est presque rien dans son livre qu'on ne trouve ailleurs plus
exactement présenté et plus clairement décrit.

Le commissaire Delamare dans son Traité de la Police, Jaillot dans ses
_Recherches_, l'abbé Lebeuf dans son _Histoire du Diocèse de Paris_,
se sont montrés fort supérieurs à ceux qui les avoient précédés et à
ceux qui les ont suivis. On diroit qu'ils se sont partagés entre eux
un si vaste sujet, chacun en ayant traité plus spécialement une des
parties dont il se compose; et tous les trois ayant porté, dans leurs
travaux, une érudition et un discernement qui semblent ne pouvoir être
surpassés. Sur la topographie ancienne et nouvelle de Paris, sur
l'origine de ses monuments, sur ses institutions civiles et
religieuses, sur toutes les parties de son administration, on peut
dire qu'ils ont en quelque sorte épuisé la matière, et que leurs
savants travaux laissent peu de choses à désirer; mais ce seroit
vainement encore qu'on y chercheroit cet ensemble, cet accord de
toutes les parties, sans lequel un ouvrage ne peut être bon, et
quelques-uns de ces agréments du langage qui seuls font lire les bons
ouvrages et en assurent le succès et la durée. Ils ont rassemblé
d'excellents matériaux pour une histoire de Paris; mais cette
histoire, aucun d'eux ne l'a faite, et n'a même pensé à la faire.

Toutefois ici finit la liste des écrivains qu'il nous est permis de
citer. Après eux viennent en foule des compilateurs sans jugement,
sans goût, dépourvus de toute critique, qui ramassent indistinctement
tout ce qu'ont recueilli leurs devanciers, et en composent des
rapsodies, dont pas une ne mérite même l'honneur d'être nommée[4].

[Note 4: Il est un grand nombre de savants recommandables dont les
excellents travaux ont jeté de grandes lumières sur les antiquités de
Paris, tels que Adrien de Valois, les auteurs de _la France
chrétienne_, le savant académicien M. Bonami, etc., etc. Nous en avons
tiré de grands secours, et nous aurons souvent occasion de les citer;
mais ils ne peuvent être comptés au nombre des historiens de cette
capitale.]

Nous ne craignons donc pas de le dire, il n'existe pas encore un seul
ouvrage où Paris soit considéré sous tous les rapports qui peuvent le
faire bien connoître; où la description de ses monuments soit
accompagnée d'une critique judicieuse sur leur véritable mérite; où
les faits historiques, se liant aux peintures de moeurs, soient
présentés dans cette juste mesure qui les rend curieux et attachants.
On ne trouve dans aucun une marche claire et méthodique; aucun n'a
donné un tableau complet et bien ordonné des diverses révolutions que
cette ville célèbre a éprouvées.

Ce qu'ils n'ont point fait nous avons essayé de le faire: voici donc
le plan que nous nous sommes tracé, et qu'autant qu'il est en nous,
nous nous sommes efforcés de remplir.

Adoptant une division depuis long-temps consacrée, nous avons partagé
en ses vingt quartiers la ville immense que nous avions à décrire;
passant de là, et dans un ordre également consacré à la description
particulière de chacun de ces quartiers, nous en avons d'abord
présenté le tableau topographique, puis nous avons indiqué les
accroissements qu'il a pu successivement recevoir. Viennent ensuite
les institutions et les monuments, dans lesquels ce qui est religieux
précède, autant qu'il est possible, ce qui n'est que civil et
politique; de même que les origines et les antiquités sont discutées
et expliquées avant que nous traitions de ce qui touche les
productions des beaux-arts et les autres objets de détail purement
matériels; et ces objets, dont l'importance sans doute est beaucoup
moindre, sans être séparés de l'historique du monument ou de
l'institution à laquelle ils appartiennent, y reçoivent une place et
un classement tout particulier. Par un semblable motif, tout ce qui
concerne les rues, les places publiques, leurs origines et leurs
étymologies, est rejeté à la fin de chaque division; et là, rangé
suivant l'ordre alphabétique, peut y être ou lu ou simplement
consulté. Au milieu de tant de descriptions et de récits divers qui se
suivent ainsi (nous le croyons du moins), sans embarras et sans
confusion, nous avons introduit, lorsqu'il nous a semblé convenable de
le faire et que l'occasion s'en est naturellement présentée, des
dissertations générales sur plusieurs points les plus intéressants de
nos anciennes traditions, tels que l'origine des églises et des
monastères, celles des confréries, des corps de métiers, de
l'université, des parlements, etc, etc.

Ce n'étoit point assez: le récit des grands événements dont Paris a
été le théâtre pendant une si longue suite de siècles, pouvoit seul
animer une semblable composition, en lier entre elles toutes les
parties naturellement incohérentes, rompre la monotonie sans doute
inévitable de tant de descriptions accumulées, mettre enfin dans leur
véritable jour l'ensemble et les détails de cet immense tableau.
C'étoit là une difficulté que n'avoit essayé de vaincre aucun de ceux
qui ont écrit l'histoire de Paris: nous avons cru toutefois qu'elle
n'étoit pas invincible. Ayant donc ainsi distribué la ville en ses
vingt quartiers, nous avons imaginé de partager en dix époques
l'histoire de ses révolutions; et nous les avons tellement disposées,
que chacune d'elles s'est presque toujours rattachée par quelques
circonstances frappantes et singulières aux deux quartiers auxquels
elle sert, pour ainsi dire, d'introduction; et cette disposition nous
l'avons combinée de manière que les trois principales époques de cette
histoire se trouvant placées à la tête de chacun des trois volumes
dont se compose l'ouvrage entier, elles sont ainsi devenues pour
chacun de ces volumes une sorte d'introduction d'une importance plus
grande, d'un plus vif intérêt, et celle en effet qu'il devoit avoir.
En tête du premier volume est placée l'histoire de Paris sous les deux
premières races, alors que la ville étoit circonscrite et renfermée
dans cette île que l'on appelle aujourd'hui le _quartier de la Cité_,
quartier le plus ancien de tous, et le premier dans l'ordre des
descriptions. Au commencement du second volume, nous racontons les
querelles sanglantes des _Armagnacs_ et des _Bourguignons_, sous le
malheureux règne de Charles VI, querelles dont la partie
septentrionale de Paris, qui occupe tout ce volume, fut le théâtre
principal. Enfin le récit des guerres de religion, depuis le règne de
François II jusqu'à la prise de Paris par Henri IV, commence le
troisième volume, consacré tout entier à la description de la partie
méridionale de Paris; et l'on sait que ce fut dans cette partie de la
ville que se passèrent les scènes les plus tragiques et les plus
tumultueuses de cette époque de calamités; qu'elles s'y renouvelèrent
même si fréquemment et pendant un si long espace de temps, que le
faubourg Saint-Germain en avoit reçu le nom de _Petite Genève_[5].

[Note 5: Nous avons conservé, dans cette nouvelle édition, la division
de trois volumes, consacrée en quelque sorte par cette disposition des
matières, division qu'il eût été impossible de changer, sans détruire
l'accord des parties et l'ensemble de l'ouvrage. Mais comme ces
volumes eussent été d'une grosseur démesurée dans le format in-8º, que
nous avons adopté, il a été nécessaire de les diviser chacun en deux
parties, séparées par des titres, et réunies par la suite de la
pagination; de cette manière l'ouvrage, qui, dans la première édition,
se composoit de 3 volumes in-4º, offrira, dans la deuxième, six
demi-volumes in-8º.]

Ce plan a obtenu les suffrages du public; on a de même approuvé le
parti que nous avons pris de faire une simple énumération des
innombrables productions des arts dont jadis étoient ornés les églises
et autres monuments que nous avons décrits, indiquant ensuite dans
des notes plus ou moins étendues, celles qui méritoient d'être
remarquées, soit par l'excellence de l'exécution, soit par quelque
singularité ou circonstance particulière qui pouvoit leur donner une
sorte d'intérêt. C'étoit en effet le seul moyen de ne rien oublier et
cependant de ne rien confondre; d'éviter l'examen fastidieux et la
critique fatigante de tant de peintures et sculptures, ou mauvaises ou
du moins médiocres, et par conséquent au-dessous de toute critique et
de tout examen; et au milieu de cet amas d'objets si peu dignes
d'occuper le lecteur, de lui faire distinguer nettement et promptement
ce qui devoit arrêter sa pensée et ses regards. Nous ne craignons pas
de dire que rien n'a plus contribué que cette disposition si simple,
si facile, et que cependant aucun historien de Paris n'avoit imaginée
avant nous, à répandre l'ordre et la clarté dans ce qui n'avoit été
jusqu'alors que désordre et confusion. Au reste, nous ne nous ferons
point un mérite d'avoir mieux apprécié ces productions des arts que
nos devanciers; sur ce point tout étoit à faire: les plus habiles
eux-mêmes n'y entendoient rien; les autres ont servilement copié ce
qui avoit été écrit avant eux; et de tous les jugements qui ont été
portés sur un si grand nombre de statues, de tableaux, de monuments
d'architecture, il n'en étoit peut-être pas un seul qui ne fût à
réformer.

Ce n'étoit point encore assez: un ouvrage du genre de celui-ci
devient, presque à chaque page, obscur et quelquefois inintelligible,
s'il n'est accompagné de cartes, de plans, de vues perspectives qui,
au milieu de tant de descriptions purement matérielles, font saisir
aux yeux ce que la parole est souvent impuissante à exprimer, et en
sont alors l'indispensable complément. Sous ce rapport, notre première
édition ne laissoit rien à désirer: elle étoit enrichie d'une
collection de trois cents planches ou vignettes, qui offroient
non-seulement la topographie complète de Paris dans tous ses détails,
à toutes ses époques et avec tous ses développements, mais encore tous
ses monuments actuellement existants, tous ceux que la révolution a
détruits, tous ceux qui n'existoient déjà plus avant cette époque
désastreuse, et dont quelques traces nous ont été conservées, ou dans
des gravures extrêmement rares, ou dans des dessins inédits. Cette
collection précieuse et jusqu'à présent unique en son espèce, étoit
jointe au texte de cette première édition: elle accompagne la seconde
dans un atlas in-4º, où elle a été arrangée dans l'ordre le plus
méthodique, chaque planche portant un numéro qui correspond exactement
aux renvois indiqués dans le texte.

Dans cette édition nouvelle, de même que dans l'autre, nous nous
arrêtons à l'année 1789, époque à laquelle commence _matériellement_
la révolution, époque que nous considérions, lorsque nous conçûmes la
première idée de cet ouvrage, comme la fin de la monarchie. Nous nous
y arrêtons, parce que l'histoire de cette révolution ne peut être
traitée ni légèrement ni aussi succinctement qu'il le faudroit pour
pouvoir trouver place dans un livre tel que le nôtre. Peut-être même,
malgré l'heureux événement qui nous a rendu nos princes légitimes, ne
sommes-nous point arrivés au moment où il est possible d'en tracer le
tableau hideux avec toutes les couleurs qui peuvent le rendre
ressemblant, et où il soit permis de dire toute la vérité sur les
hommes et sur les choses. Plus nous sommes pénétrés d'horreur pour les
crimes inouïs qui ont amené et consommé ce grand bouleversement de la
société, plus nous nous sentons timides à entamer de pareils récits;
et ainsi que nous le disions alors, et que nous le répétons encore
aujourd'hui: _ces récits sont réservés à d'autres temps et à des
plumes plus éloquentes que la nôtre._

Mais du moins avons-nous profité de l'expérience que ce grand
événement dont le triste spectacle a passé tout entier sous nos yeux,
nous a en quelque sorte forcé d'acquérir, pour rectifier les erreurs
et les négligences dans lesquelles nous étions tombé sur un grand
nombre de points très-importants de nos origines, sur le vrai
caractère de certaines institutions, sur les causes secrètes de
certains événements, sur ce qui a pu se faire de juste ou d'injuste,
d'utile ou de pernicieux dans cette longue suite de siècles qu'il nous
a fallu parcourir. Ces erreurs étoient celles des écrivains qui nous
avoient précédé: presque tous ont écrit notre histoire avec les
préjugés funestes qui ont amené notre ruine, et nous nous étions
légèrement et malheureusement engagé sur les traces de ces historiens
ou passionnés ou superficiels. La révolution française semble avoir
été envoyée par la Providence pour _enseigner toute vérité_[6] aux
hommes de coeur droit et _de bonne volonté_[7]. Arrivé à cette
maturité de l'âge où il est donné de mieux voir et de mieux
comprendre, nous avons fait en sorte de profiter de cet avertissement
du ciel; et c'est une véritable satisfaction pour nous d'avoir cette
occasion de protester contre ce que nous écrivions, il y a quinze
ans, sur la féodalité, sur le gouvernement de la France pendant la
durée des deux premières races, sur plusieurs attributions du clergé
dont nous n'avions point assez apprécié l'influence salutaire, sur nos
parlements dont nous n'avions point assez fait connoître les fautes et
les torts, sur l'université qui méritoit plus de blâme encore que nous
ne lui en avons donné, sur les jésuites que nous n'avons point assez
défendus contre leurs ennemis et leurs calomniateurs, etc., etc., et
nous osons espérer que tous les honnêtes gens protesteront avec nous
contre ce que nous écrivions alors, en faveur de ce que nous écrivons
aujourd'hui.

[Note 6: Joan., XVI, 13.]

[Note 7: Luc., II, 14.]

Enfin, dans cette seconde édition, il y a plus d'ordre et de clarté
dans l'arrangement des matières: beaucoup de détails qui nous étoient
échappés dans la première, y ont été soigneusement recueillis;
quelques passages qui avoient semblé obscurs ont été éclaircis et
développés; et ce qui lui donne principalement sur l'autre un immense
avantage, c'est qu'ici nous ne marchons au milieu de tant de souvenirs
confus, de tant de ruines accumulées, qu'appuyés sur l'_autorité_, ce
que d'abord nous n'avions point fait avec un aussi grand soin; que
nous ne présentons pas un fait seul sans citer tous les témoignages
que la saine critique nous permet d'appeler comme garants de ce que
nous croyons devoir en nier ou en affirmer; de manière que les choses
même les plus vraies que nous avons pu dire dans la première édition,
ont ici un caractère beaucoup plus frappant de vérité.



[Illustration: Lutetia Parisiorum]

DISCOURS PRÉLIMINAIRE.


On a vu de puissants monarques, conquérants ou législateurs, élever
tout à coup des villes superbes, et depuis devenues fameuses, soit
qu'ils fussent séduits par les avantages que présentoient les lieux
pour y établir le centre de leur gouvernement, soit qu'ils n'eussent
d'autres vues que celle de donner un nouvel éclat à leur nom en
l'attachant à d'aussi grands monuments. L'antiquité nous offre
plusieurs exemples de ces prodigieuses entreprises: c'est ainsi que
furent fondées Alexandrie et Constantinople; et le commencement du
siècle dernier fut surtout mémorable par l'exécution hardie d'un
semblable projet. Un souverain législateur, sous le ciel le plus
rigoureux, et au milieu d'un marais jusqu'alors impraticable, jeta les
fondements d'une ville[8] qui, dans moins de cinquante ans, s'est
couverte de palais magnifiques, de monuments publics d'une grandeur
toute royale, et qui déjà rivalise en étendue et en beauté, avec les
villes les plus florissantes de l'Europe.

[Note 8: Saint-Pétersbourg.]

Mais de tels événements sont rares, et les capitales des empires n'ont
point ordinairement des commencements aussi illustres. Dans l'origine
des sociétés, un concours de circonstances fait que telle ville, qui
d'abord n'étoit ni plus puissante ni plus remarquable que celles qui
l'environnoient, remporte sur ses voisins des avantages qui lui en
assujettissent plusieurs; ou, par sa position, semble offrir une
retraite plus sûre au premier conquérant qui s'élève au milieu de ces
petites peuplades barbares. L'État s'agrandit, et ses richesses
s'accumulent dans cette ville; les ressorts du gouvernement se
multiplient; des communications s'établissent avec les peuples
policés; l'opulence fait naître le luxe, et le luxe appelle les arts;
la population s'accroît, les moeurs se polissent, les monuments
s'élèvent: alors la grande cité, parvenue à son dernier degré de
splendeur, décline insensiblement par ce retour inévitable des choses
d'ici-bas, et finit par des ruines après avoir commencé par des
cabanes.

La ville la plus fameuse des temps anciens, Rome, eut des
commencements aussi misérables. Paris qui, dans nos temps modernes,
tient parmi les peuples le même rang que Rome occupoit dans
l'antiquité, Paris, dont la célébrité, déjà si grande depuis plusieurs
siècles, devient incomparable par les événements inouïs, uniques dans
l'histoire, dont il a été le théâtre pendant trente ans, ne fut, dans
son origine, qu'une habitation de sauvages, comme la reine du monde
n'avoit été d'abord qu'un repaire de brigands; et son origine, sur
laquelle on s'est vainement épuisé en recherches, est même tout-à-fait
inconnue. Aucune des hypothèses imaginées à ce sujet ne peut supporter
le moindre examen, parce qu'aucune ne repose sur des monuments qui
jouissent de quelque autorité; et généralement toutes les origines des
peuples barbares se confondent dans cette obscurité impénétrable[9],
résultat nécessaire de leur profonde ignorance. Nous nous garderons
donc bien de rappeler ici l'histoire de ce fils d'Hector échappé à
l'embrasement de Troie, et mille autres contes non moins puérils,
tels, par exemple, que celui d'un monstre né en Franconie, que de
vieux légendaires historiques ont présenté sérieusement comme le
premier fondateur de l'ancienne _Lutèce_. Cette suite imaginaire de
rois que d'autres savants presque aussi peu sensés ont jugé à propos
de faire régner dans les Gaules, depuis _Samothès_, fils de _Japhet_,
jusqu'au Troyen _Francus_, qu'ils assurent gravement avoir succédé à
_Rémus_, son beau-père, dernier roi de la race d'Hercule, nous semble
également ridicule, et indigne d'occuper un seul instant des esprits
raisonnables.

[Note 9: Les Gaulois, bien qu'ils eussent quelque connoissance de
l'écriture, ne vouloient rien écrire de leur histoire et des mystères
de leur religion; ils les faisoient apprendre de mémoire à leurs
enfans, et eux-mêmes ne les savoient que par les traditions et les
chants guerriers de leurs ancêtres.]

Ce qu'il y a de très-certain c'est que la ville de Paris est une des
plus anciennes des Gaules; et cette obscurité même de son origine en
est une preuve aussi glorieuse qu'incontestable. Jules-César, qui en a
parlé le premier, la nomme _Lutetia_, et la présente comme la ville
principale des peuples qu'il désigne sous le nom de _Parisiens_.
Strabon et Ptolomée en font mention, d'après lui, sous les noms de
_Loucototia_ et _Loucotetia_, ce qui a donné lieu à diverses
étymologies également fausses et fabuleuses. Les noms de _Lutèce_ et
de Paris ne sont ni grecs ni latins; ils sont celtiques, et il y a
grande apparence que nous en ignorerons toujours la véritable
signification.

Cependant, lorsque le général romain vint dans les Gaules, cette
capitale des Parisiens n'étoit encore qu'un amas de chétives
cabanes[10] renfermées dans une île au milieu de la Seine[11]. Cette
île, connue aujourd'hui sous le nom de quartier de la Cité,
communiquoit avec la terre ferme au moyen de deux ponts de bois. Les
deux rives du fleuve, maintenant couvertes d'édifices somptueux, et
d'une population si nombreuse et si animée, n'étoient alors que
d'affreuses forêts, qu'entouroient des marais fétides, et dont les
solitudes étoient consacrées à des divinités sanguinaires[12]. Car les
anciens Gaulois n'avoient point de temples, et ils ne commencèrent à
en bâtir que sous la domination des Romains. Des bois obscurs et
mystérieux étoient les sanctuaires redoutables des dieux qu'ils
adoroient; et ces horribles enceintes furent souvent arrosées de sang
humain par leurs druides.

[Note 10: Leurs maisons étoient construites de bois et de terre,
couvertes de paille et de chaume, et sans cheminées. Ils se servoient
de fourneaux pour faire cuire leurs aliments et pour se garantir du
froid, usage qu'ils ont conservé long-temps, et qui subsistoit encore
du temps de l'empereur Julien. Vers ce même temps, ils commençoient à
élever des figuiers autour de la ville, et y cultivoient des vignes,
qui produisoient d'excellent vin. (JUL. MISOPOG).]

[Note 11: _Lutetia oppidum est Parisiorum positum in insulâ fluminis
Sequanæ._ César, C.]

[Note 12: Ils adoroient Mars[12-A], Isis, Cybèle et d'autres divinités
du paganisme. Le collége des prêtres d'Isis étoit à _Issi_; et
l'église de Saint-Vincent, depuis Saint-Germain-des-Prés, fut bâtie
sur les ruines de son temple. Mercure, ou Pluton (car c'étoit le même
chez les Gaulois), avoit le sien sur le mont _Leucolitius_, sur lequel
s'élèvent maintenant les Carmélites de la rue Saint-Jacques; et vers
l'endroit où est Saint-Eustache, il existoit un édifice consacré à
Cybèle. Tous ces temples n'étoient, avant les Romains, que des
bocages; et ces dieux _avoient alors d'autres noms_.]

[Note 12-A: Le temple de ce dieu étoit à _Montmartre_ qui en a retenu
le nom. Cependant Hilduin, qui écrivoit sous le règne de
Louis-le-Débonnaire, l'appelle aussi _Mons Martyrum_, d'après une
ancienne tradition qui veut que saint Denis et ses compagnons aient
souffert le martyre en cet endroit.]

Les Parisiens ont été célèbres parmi les peuples de leur nation pour
leur courage et leur haine de toute domination étrangère; et lorsque
César, maître d'une grande partie des Gaules, voulut subjuguer leur
ville capitale, son lieutenant Labiénus, qu'il avoit chargé de cette
expédition, y trouva une résistance à laquelle il ne s'attendoit pas:
ces braves insulaires, craignant d'être forcés dans leur retraite,
prirent la résolution héroïque de mettre le feu à leurs habitations,
et marchèrent au-devant de l'ennemi, sous la conduite de Camulogène,
vieux guerrier plein de bravoure et d'expérience. Le Romain, aussi
courageux et plus habile, les trompa par une fausse marche, prit une
position avantageuse dans la plaine qui est au-dessous de Meudon, et
là les força à recevoir la bataille. La victoire y fut long-temps
disputée, et ce peuple s'y défendit avec une opiniâtreté qui tenoit du
désespoir; mais enfin la valeur aveugle fut forcée de céder au
courage soutenu de la science militaire. Les Parisiens furent vaincus,
le plus grand nombre y perdit la vie, et Camulogène justifia leur
choix en périssant avec eux.

César, maître de Paris, ordonna aux Gaulois de le rebâtir; et
considérant la situation avantageuse de cette ville au milieu d'un
fleuve qui séparoit la Gaule celtique de la Belgique[13], situation
qui pouvoit en faire un point de jonction très-avantageux pour les
deux provinces, s'il leur prenoit envie de se révolter; n'ayant point
oublié, d'ailleurs, la résistance vigoureuse que lui avoient opposée
ses premiers habitants, il résolut de la faire entourer de murailles,
de la fortifier, et d'y entretenir continuellement une garnison
romaine. Il l'embellit en outre d'une grande quantité d'édifices, et
la remit dans un état tellement florissant, que, peu de temps après,
elle put secouer le joug, pour entrer dans la ligue des villes qui se
réunirent au fameux Vercingetorix, dans l'espoir d'affranchir les
Gaules du pouvoir de l'étranger. César, qui, depuis sa première
conquête, ne parle que cette seule fois de la ville de Paris, dit
qu'elle envoya huit mille hommes à l'assemblée des peuples confédérés.
Ce fut là, comme on sait, le dernier effort des Gaulois pour la
liberté; et la défaite de leur innombrable armée sous les murs
d'Alexia les assujettit sans retour aux Romains.

[Note 13: Boëce, qui écrivoit peu de siècles après ce grand événement,
et qui étoit sénateur romain, dit: _Lutetiam Cæsar usque adeò
ædificiis adauxit, tamque fortiter moenibus cinxit, ut Julii Cæsaris
civitas vocetur._]

Dès ce moment cette vaste contrée, dépouillée pour toujours de ses
coutumes et de ses lois, se vit soumise à la même forme de
gouvernement que les autres provinces de la république, et chaque
ville fut traitée[14] suivant le degré de haine ou d'affection qu'elle
avoit témoigné pour le vainqueur. Ce fut principalement sur la Gaule
celtique que les Romains crurent devoir appesantir leur joug. À
l'exception de quelques villes qui furent épargnées, ils la soumirent
tout entière au tribut, et Paris, qui avoit opposé une si longue
résistance, fut au nombre de ces cités appelées _vectigales_ ou
tributaires. Avec les lois romaines s'introduisit aussi la langue
latine parmi les peuples conquis, et l'ancien langage celtique se
perdit peu à peu. Quant à la religion, elle resta la même: vainqueurs
et vaincus étoient également plongés dans les ténèbres du paganisme.
Toutefois les sacrifices humains furent abolis, et ce fut un des
bienfaits qu'apporta à ces nations barbares la police des Romains.

[Note 14: Ils mirent entre ces villes de grandes distinctions:
quelques-unes furent regardées comme _alliées_; il y en eut qui furent
honorées du nom de _colonies_, d'autres de celui de _municipales_; ils
établirent des _préfectures_ au milieu des peuples les plus mutins; et
toutes les villes qui avoient fortement résisté, furent réduites à la
condition des _vectigales_.]

Un auteur[15] a avancé, sans autorité suffisante, que les deux
forteresses, connues sous le nom de grand et de petit Châtelet, qui,
des deux côtés de la rivière, défendoient la tête des ponts, étoient
un ouvrage de César. Cette opinion a été victorieusement combattue:
les Romains fortifièrent sans doute Paris lorsqu'ils y eurent
entièrement établi leur domination; mais ils durent employer, pour s'y
maintenir, le genre de fortification qui étoit en usage dans toutes
les villes de leur vaste empire. Il est donc probable qu'ils élevèrent
de chaque côté de la Seine deux tours en bois, l'une à la tête du
pont, l'autre à l'entrée de la Cité; ces tours durent avoir une
circonférence suffisante pour contenir les machines de guerre et les
soldats nécessaires à leur défense; et le passage de Boëce, déjà cité,
prouve que l'île elle-même étoit entourée de murs et flanquée de
tours. Il est naturel aussi de penser que Paris, comme toutes les
villes de l'Empire, eut des temples, des places, des édifices
publics, et que, tranquille sous la protection d'un gouvernement aussi
puissant, cette ville commença à étendre ses faubourgs sur les deux
rives du fleuve. Toutefois il est impossible de donner aucun
renseignement sur l'état de sa topographie intérieure pendant la
domination des Romains, ni sur les accroissements progressifs qu'elle
put alors éprouver; car il n'est plus question de Paris dans les
historiens pendant près de quatre siècles, jusqu'à l'empereur Julien,
qui y passa plusieurs hivers, avant et après son expédition contre les
Allemands. L'affection qu'il portoit à cette ville, qu'il appelle _sa
chère Lutèce_, le séjour qu'y firent après lui les empereurs
Valentinien et Gratien, donnent lieu de croire que dès lors elle
possédoit tout ce qui étoit nécessaire pour loger des empereurs et
cette suite nombreuse d'officiers de toute espèce dont ils étoient
sans cesse accompagnés, un palais, des thermes, une place d'armes, des
arènes, un cirque, un amphithéâtre; mais si l'on considère les
dimensions de l'île qui composoit la ville proprement dite, on se
convaincra facilement qu'il est impossible que de tels édifices[16]
aient existé dans un si petit espace. Ammien Marcellin, quoique fort
embrouillé dans tout ce qu'il dit sur Paris, le fait cependant
entendre assez clairement; les débris du palais des Thermes en sont
une preuve encore plus incontestable, et leur construction toute
romaine donne l'idée d'un grand et magnifique édifice. A-t-il été
élevé avant Julien? est-ce lui qui l'a fait bâtir? C'est une question
qu'il est impossible de décider, et d'ailleurs peu important
d'éclaircir, puisqu'enfin de tout ce qui existoit alors à Paris du
temps des Romains, si l'on en excepte une salle des Thermes, les
ruines d'un aquéduc et quelques autres foibles débris, il ne reste
plus absolument le moindre vestige.

[Note 15: Le commissaire Delamare. Le nom de _Chambre de César_ qu'a
conservé une des chambres du grand Châtelet, et l'inscription
_Tributum Cæsaris_ qu'on lisoit sous l'arcade, lui avoient fait
adopter cette opinion, soutenue d'ailleurs avant lui par divers
historiens de Paris. Lorsque nous parlerons en détail de ce monument,
nous donnerons les raisons qui nous déterminent à la rejeter.]

[Note 16: On ne peut douter qu'il n'y ait eu un palais dans l'île
même; mais aucun de nos historiens ne nous apprend ni quand ni comment
il fut bâti, ni quel étoit alors son usage. Nous y reviendrons
incessamment.]

Jusqu'au règne de Clovis, les rois francs, possesseurs d'une partie
des Gaules qu'ils avoient envahie, n'avoient point encore étendu leur
domination jusqu'au territoire et à la ville de Paris[17]: ce prince,
que l'on doit considérer comme le véritable fondateur de la monarchie
française, fut le premier qui s'en rendit maître; et il en fit la
capitale de son empire[18]. Mais ce fut dans le palais des empereurs
qu'il établit sa résidence, et non dans l'intérieur de la cité, car
les Francs avoient un grand mépris pour ceux qui habitoient les
villes. Ce mépris qui tenoit à leurs moeurs, le préjugé national qui
les portoit à n'honorer aucune autre profession que celle des armes,
les dévastations qu'ils commirent en pénétrant dans le pays conquis,
les guerres sanglantes que Clovis fut forcé d'entreprendre et de
soutenir pour former son établissement, le partage de ses conquêtes
après sa mort, et les nouvelles capitales que fit naître cette
division impolitique, toutes ces causes réunies empêchèrent Paris de
s'agrandir sous la première race. Sous la seconde, on le voit presque
abandonné: Pépin, Charlemagne, Louis-le-Débonnaire, Charles-le-Chauve
n'y demeurèrent qu'en passant; et vers la fin de cette époque fatale,
cette ville, assiégée sans cesse par les Normands, se trouva réduite,
par la dévastation et l'incendie de ses faubourgs, à cette enceinte
entourée d'eau, qui avoit été l'habitation des premiers Gaulois.

[Note 17: «Paris étoit dès lors une ville commerçante, dit le
président Hénault, et les _Nautæ Parisiaci_ étoient une compagnie de
négociants», mais il se trompe lorsqu'il ajoute _qu'on y venoit de
tout l'Orient, les Syriens surtout, qui donnèrent leur nom à la rue
des Arcis_. Cette étymologie est fausse; nous donnerons ailleurs sur
ce corps des _Nautæ Parisiaci_ tous les renseignements les plus exacts
qu'il a été possible de se procurer jusqu'à présent.]

[Note 18: _Egressus Clodoveus à Turonis Parisios venit, ibique
cathedram regni constituit._ Greg. Tur., Hist. Franc., lib. 1.]

Ce n'est donc que sous le gouvernement plus ferme et moins troublé des
rois de la troisième race, que Paris a commencé à prendre, par degrés,
ces accroissements qui l'ont amené enfin au point où nous le voyons
aujourd'hui. C'est à cette époque seulement que ses faubourgs du nord
et du midi, composés de quelques maisons éparses, d'églises et de
couvents isolés, commencèrent à se réunir par des constructions
intermédiaires, furent renfermés dans des enceintes qui s'accrurent
presque de siècle en siècle, et formèrent enfin ces deux parties
nouvelles de Paris, connues sous le nom de la _Ville_ et de
l'_Université_, dont l'ensemble immense, renfermé dans sa dernière
enceinte sous le règne de Louis XVI, compose cette ville superbe que
l'on admire aujourd'hui.

Toutes les topographies qui ont été faites de l'ancien Paris
s'accordent à présenter Philippe-Auguste comme auteur de la première
enceinte de Paris, hors de la cité. Cependant, avant ce roi, il
existoit déjà une clôture du côté du nord, qu'un historien[19],
d'ailleurs exact et judicieux, a prétendu être un ouvrage des Romains.
Cette opinion a été victorieusement combattue; et tout porte à croire
que cette clôture, dont il est fait mention dans une ancienne charte,
et dont il restoit encore quelques vestiges dans le dix-septième
siècle, n'a été élevée que sous les derniers rois de la seconde race.
«Alors, dit Félibien, tout le terrain où est à présent la ville étoit
couvert d'une forêt.» La tour octogone qui subsistoit encore dans le
siècle dernier au coin du cimetière des Innocents, servoit, dit-on, de
corps-de-garde contre les bandes de voleurs dont cette forêt étoit
infestée, et contre les incursions subites des Normands, qui s'y
embusquoient par troupes détachées, et qui, plus d'une fois, en
étoient sortis, pour se précipiter dans la place de Grève, piller le
port et emmener des esclaves. La muraille fut sans doute construite
dans la même intention, et pour une plus grande sûreté. Les juifs,
qui, à cette époque de la fin de la seconde race, reparoissent en
France, obtinrent la permission de bâtir dans cette enceinte[20], où
se trouvoit une grande étendue de terrains vagues et de cultures,
qu'ils acquirent sans doute à grands frais; et dès le commencement de
la troisième race, on voit qu'ils y avoient des écoles et une
synagogue. Ce qui ne leur avoit point été cédé fut long-temps désert,
et ce ne fut que sous le règne de Louis-le-Jeune qu'on commença à
élever des maisons dans Champeaux[21] et aux environs de
Sainte-Opportune, qu'on appeloit auparavant l'_Ermitage de
Notre-Dame-des-Bois_, parce que cette église étoit à l'entrée de la
forêt.

[Note 19: Le commissaire Delamare.]

[Note 20: Les maisons qu'ils construisirent formèrent, dit-on, ces
rues sales et étroites de Saint-Bon, de la Tacherie, du Pet-au-Diable,
et autres adjacentes.]

[Note 21: Quartier des Halles.]

«Entre le boulevart et la rivière au nord, dit Saint-Foix, depuis le
terrain où est à présent l'Arsenal jusqu'au bout des Tuileries,
représentons-nous donc les restes d'un bois marécageux, de petits
champs, des _cultures_[22], des haies, des fossés et quatre ou cinq
bourgs[23] plus ou moins éloignés les uns des autres; quelques rues
bien boueuses autour du Grand-Châtelet et de la Grève; un grand pont
(_le pont au Change_), pour arriver dans une petite île (_la Cité_),
qui n'étoit habitée que par des prêtres, quelques marchands et des
ouvriers; un autre pont (_le Petit-Pont_), pour en sortir du côté du
midi; et au-delà de ce pont et du Petit-Châtelet, trois ou quatre
cents maisons[24] éparses çà et là sur le bord de la rivière et dans
les vignes qui couvroient la montagne Sainte-Geneviève: tel étoit
Paris sous nos premiers rois de la troisième race; et je crois que, si
l'on veut réfléchir sur les moeurs de ce temps-là, et sur les causes
de ses accroissements dans la suite, on conviendra qu'il ne devoit pas
être plus grand ni plus considérable. Tous ces tribunaux que nous
voyons aujourd'hui, et dont les dépendances sont si nombreuses,
n'existoient point encore; le roi, le comte ou le vicomte écoutoient
les parties, jugeoient sommairement, ou bien ordonnoient le combat, si
le cas étoit trop embarrassant. Il n'y avoit point aussi de colléges;
l'évêque et les chanoines entretenoient quelques écoles, auprès de la
cathédrale, pour ceux qui se destinoient à la cléricature. Les nobles
se piquoient d'ignorance, et souvent ne savoient pas signer leur nom:
ils vivoient sur leurs terres; et s'ils étoient obligés de passer
trois ou quatre jours à la ville, ils affectoient de paroître toujours
bottés pour qu'on ne les prît pas pour des _vilains_. Dix hommes
suffisoient pour la perception des impôts; il n'y avoit que deux
portes: et sous Louis-le-Gros, les droits de la porte du Nord ne
rapportoient que douze francs par an[25]. Les arts les plus
nécessaires ne se présentoient pas même à l'imagination, et l'on peut
juger des divertissements et des spectacles par la grossièreté des
moeurs; enfin rien dans Paris ne pouvoit engager l'étranger à y venir,
l'homme industrieux à s'y établir.»

[Note 22: Les rues Culture-Sainte-Catherine et Culture-Saint-Gervais
(on prononçoit _Coulture_) s'appellent ainsi de ce mot, qui signifie
des endroits propres à être cultivés. Il y avoit une grande quantité
de ces terrains appartenants à des églises, à des abbayes, tant au
dedans de Paris qu'au dehors, la Coulture-Saint-Éloi, la Coulture du
Temple, celle de Saint-Martin, celle de Saint-Lazare, celle de
Saint-Magloire, etc., etc.]

[Note 23: Au nord, du côté de la ville, le bourg Thiboust, les
bourgs l'Abbé et Beaubourg, et l'ancien et le nouveau bourg
Saint-Germain-l'Auxerrois. Ils furent en partie renfermés dans
l'enceinte que fit faire Philippe-Auguste, et qui fut achevée en
1121. Les rues de ces bourgs en ont toujours conservé les noms. Le
commissaire Delamare convient qu'ils étoient séparés de Paris et de
ses faubourgs par des prés, des marais et des terres labourées; on
peut juger par là du peu d'étendue des faubourgs.

(_Note de_ SAINT-FOIX.)]

[Note 24: Les premiers faubourgs, du temps des Romains, furent élevés
du côté de l'Université. Saint-Ouen et Frédégaire font aussi mention
de deux faubourgs bâtis également de ce côté; l'un qui environnoit
l'église Saint-Vincent, depuis Saint-Germain-des-Prés; l'autre, qui
étoit situé près de Saint-Pierre, depuis Sainte-Geneviève.]

[Note 25: La livre _numéraire_ de France doit son institution à
Charlemagne; ce fut lui qui fit tailler, dans une livre d'argent,
vingt pièces qu'on nomma sous, et dans un de ces sous, douze pièces
qu'on nomma deniers; en sorte que la livre d'alors, comme celle
d'aujourd'hui, étoit composée de deux cent quarante deniers. Les sous
et les deniers ont été d'argent fin jusqu'au règne de Philippe Ier,
père de Louis-le-Gros; on y mêla un tiers de cuivre en 1103, moitié
dix ans après, les deux tiers sous Philippe-le-Bel, et les trois
quarts sous Philippe de Valois. Cet affoiblissement a été porté au
point que vingt sols, qui, avant le règne de Philippe Ier, faisoient
une livre réelle d'argent, n'en renferment pas aujourd'hui le tiers
d'une once. On prétend que Charlemagne étoit aussi riche, avec un
million de revenu, que Louis XV avec soixante-douze millions.
Vingt-quatre livres de pain blanc coûtoient un denier sous le règne de
Charlemagne: ce denier étoit d'argent fin sans alliage. On peut voir,
par la valeur qu'il auroit dans ce temps-ci, si le pain et les autres
denrées étoient plus ou moins chères alors qu'à présent. Douze livres,
du temps de Louis-le-Gros, feroient, je crois, environ douze fois
trente-quatre livres de ce temps-ci. (_Note de_ SAINT-FOIX.)

Suger, abbé de Saint-Denis, et ministre d'état de Louis-le-Gros et de
Louis-le-Jeune, se glorifie, dans le livre qu'il a écrit sur son
administration, d'avoir élevé les produits de cette porte de douze
francs à cinquante.]

L'établissement de l'Université[26], sous Louis-le-Jeune, fut une des
premières causes de l'agrandissement de Paris. La protection éclatante
que Philippe-Auguste, son successeur, accorda à cette institution,
l'estime singulière qu'il faisoit des savants, et les distinctions
flatteuses dont il les honoroit, rendirent bientôt les écoles de Paris
célèbres dans toute l'Europe. On y accourut des provinces et des pays
étrangers; et le quartier appelé depuis l'_Université_, se peupla
tellement, que la multitude des étudiants égaloit celle des citoyens.
Ce prince, qui, parmi les grands projets qu'il avoit conçus, mettoit
au premier rang l'embellissement de sa capitale, la fit entourer de
murs, et dans cette clôture (la première dont on puisse parler avec
certitude), non seulement il renferma une partie des bourgs déjà
existants, mais encore une grande quantité de terrains vagues, dans
lesquels il excita ses sujets à bâtir, par tous les avantages et les
encouragements qu'il put imaginer. La noblesse et le clergé l'aidèrent
puissamment dans des vues si utiles, et dans moins de quarante ans ces
places vides et désertes furent couvertes d'édifices. Philippe-le-Bel
augmenta encore l'importance et la population de Paris, en rendant le
parlement sédentaire; et par la défense qu'il fit du duel en matière
civile, les gens de loi se multiplièrent presque autant que les
étudiants.

[Note 26: Les écoles de Paris étoient, de temps immémorial, autour du
parvis de Notre-Dame, et dépendoient du chapitre de cette église. Sous
Louis-le-Jeune, la foule des étudiants devint si grande, à cause du
mérite et de la réputation des maîtres qui professoient alors, qu'il
fut permis à plusieurs facultés d'aller s'établir au-delà de la
rivière. En 1244 cette permission devint générale et sans restriction
pour tous ceux qui se livroient à l'enseignement des sciences.]

Cependant de nouveaux faubourgs s'étoient formés hors des murs. Les
guerres désastreuses qui survinrent avec les Anglais, à qui leurs
possessions sur le continent donnoient la facilité de pénétrer jusque
dans le coeur du royaume, et d'en insulter à tous moments la capitale,
obligèrent de pourvoir à la sûreté tant de la ville que des dehors.
Les conjonctures dans lesquelles on se trouvoit étoient si pressantes,
que d'abord on se contenta de creuser autour une double enceinte de
fossés. Charles V, parvenu au trône, ordonna bientôt une nouvelle
clôture du côté de la ville, depuis le bord de la rivière où est
maintenant l'Arsenal, jusqu'au-delà du Louvre, et les derniers
faubourgs furent renfermés dans cette seconde enceinte. Ces nouveaux
accroissements obligèrent de bâtir deux autres ponts, pour la
communication des quartiers.

Jusqu'au règne de François Ier, on ne voit aucune entreprise nouvelle
pour l'accroissement de Paris. Ce roi, restaurateur des lettres et des
arts, reprit tous les projets qui avoient été conçus pour
l'embellissement d'une ville déjà si peuplée et si florissante. Il
n'agrandit pas son enceinte, mais il augmenta ses dehors, et y éleva
des monuments d'architecture qui sont encore au nombre des plus
excellents qu'elle possède. Le vieux Louvre abattu fut remplacé par un
édifice magnifique et régulier; de nouvelles rues s'ouvrirent sur les
débris d'une quantité de vieilles constructions. Bientôt après Charles
IX fit bâtir le château des Tuileries; le pont Neuf, commencé sous
Henri III, fut achevé par Henri IV, et ce roi fut le premier qui orna
Paris de places décorées d'une architecture uniforme; mais toutes ces
constructions nouvelles furent faites dans l'ancienne enceinte, qui
resta toujours la même jusqu'à Louis XIII. Sous ce prince, une
nouvelle muraille fut élevée depuis la porte Saint-Denis, qu'on plaça
alors à l'endroit où nous la voyons aujourd'hui, jusqu'à l'extrémité
du faubourg Saint-Honoré; et le château des Tuileries se trouva
renfermé dans cette troisième enceinte.

Enfin sous le règne brillant et majestueux de Louis XIV, sous ce
règne où se développèrent à la fois toute la force du gouvernement
monarchique et toutes les ressources du plus beau royaume de la
chrétienté, Paris s'éleva rapidement au plus haut degré de richesse et
de splendeur. Ses enceintes furent abattues; ses portes furent
changées en arcs de triomphe; et ses fossés, comblés et plantés
d'arbres, devinrent des promenades. Des places immenses, des rues
superbes, des temples, des édifices publics naquirent de tous côtés,
comme par enchantement; le chef-d'oeuvre de l'architecture française,
le Louvre, fut bâti; le dôme des Invalides s'éleva, etc. Enfin sous ce
règne, où il se fit tant de choses si dignes d'être admirées, la ville
qu'habitoit le monarque le plus puissant et le plus magnifique de
l'Europe, obtint la plus grande part de tant d'éclat que son
gouvernement répandoit sur la France entière, c'est-à-dire qu'elle
pouvoit déjà être considérée comme la plus belle ville du monde[27].

[Note 27: À tant d'éclat et de prospérité, il faut joindre l'avantage
d'une des plus belles positions qu'il soit possible d'imaginer. Paris,
presque entièrement situé dans une plaine, environné de campagnes
cultivées, de bois, de prairies, de vallées, de collines, que couvrent
une foule de châteaux, de maisons de plaisance, de bourgs, de
villages, et dont les productions sont chaque jour étalées dans ses
marchés, reçoit encore, au moyen du grand fleuve qui le traverse, les
tributs des provinces les plus fertiles de la France. L'Yonne, la
Marne, l'Oise, l'Aisne, un grand nombre de canaux qui s'y jettent, les
lui apportent continuellement, et la Seine elle-même, facile à
remonter, le fait jouir de toutes les richesses de la Normandie et de
l'Océan.]

Cette capitale s'est encore agrandie et embellie sous ses deux
successeurs. Sous Louis XVI, les faubourgs immenses qui environnoient
les boulevarts furent réunis dans une nouvelle enceinte, qui renferme
aujourd'hui toute cette immense cité, et qui probablement sera la
dernière[28].

[Note 28: Cette ville occupe aujourd'hui environ deux lieues de
diamètre sur six de circonférence.]



ENCEINTES DE PARIS.


_Enceintes sous les deux premières races et sous Louis-le-Jeune._

Dans l'origine, l'île de la Cité n'étoit, selon Julien, environnée
d'aucune muraille: «Lutèce, dit-il dans son Mysopogon, Lutèce,
entièrement entourée par les eaux de la Seine, est située dans une
île peu étendue où l'on aborde des deux côtés par des ponts en bois.»

On croit que ce fut seulement vers le quatrième siècle qu'une enceinte
fut élevée; en 885, lors du siége fait par les Normands, on défendit
cette enceinte par quelques fortifications.

«Cité de Paris, s'écrie le poète Abbon, tu es heureuse de t'élever au
milieu d'une île: un fleuve te presse doucement dans ses bras, et
baigne tes murailles de ses eaux. Des ponts jetés à ta droite et à ta
gauche, et qui touchent tes deux rives, sont fermés par des portes, et
de l'un et de l'autre côté s'élèvent des tours qui en protégent
l'entrée»[29].

[Note 29: _Abbon: poem. de bello Paris. lib. I, vers. 15._]

En rejetant cette opinion qu'il y avoit, du côté de la _ville_, une
première enceinte bâtie par les Romains, nous sommes convenus
cependant que cette enceinte avoit réellement existé. En effet, des
titres qui remontent jusqu'au règne de Lothaire en indiquent le
circuit, et l'on en voyoit encore des débris long-temps après le règne
de Philippe-Auguste.

La première enceinte, hors de la Cité, sur laquelle on possède des
renseignemens authentiques[30], et qui subsistoit encore du temps de
Louis-le-Jeune, commençoit à peu près à la porte de Paris[31],
continuoit le long de la rue Saint-Denis jusqu'à la rue des Lombards
où il y avoit une porte, passoit ensuite entre cette rue et la rue
Trousse-Vache, jusqu'au cloître Saint-Médéric; il y avoit là une
seconde porte dont il existoit encore un jambage sous Charles V. La
muraille tournoit ensuite par la rue de la Verrerie, entre les rues
Bardubec et des Billettes, descendoit rue des Deux-Portes, traversoit
la rue de la Tixeranderie et le cloître Saint-Jean, proche duquel
étoit une troisième porte, et finissoit sur le bord de la rivière,
entre Saint-Jean et Saint-Gervais[32]. Le midi de la Cité, dit depuis
le quartier de l'Université, n'étoit point encore entouré de murs.

[Note 30: _V._ pl. 1. Il est probable qu'elle fut élevée après cette
dernière et furieuse attaque des Normands, à laquelle les habitants de
Paris opposèrent une si longue et si belle résistance; on voulut
préserver d'une nouvelle invasion les faubourgs que ces barbares
avoient déjà tant de fois saccagés, et dont les plus considérables
étoient du côté de la _ville_.]

[Note 31: On voudra bien observer qu'on se sert ici de noms de rues,
de couvents et de maisons dont une partie n'existoit point alors. Les
cartes mêmes qui offrent ici la position exacte des principaux
monuments, ne peuvent donner une idée satisfaisante des rues, dont
plusieurs ont changé de nom deux ou trois fois dans un siècle, dont
quelques-unes ont été comblées et couvertes d'édifices, tandis que de
nouvelles étoient percées à côté. Il n'y a aucun moyen d'éclaircir des
choses dont on a perdu toutes les traces; et, du reste, il est ici peu
intéressant de le faire.]

[Note 32: Les murs de cette ancienne clôture subsistoient encore
proche la porte des Baudets, du temps de Saint-Louis. (DELAMARE).]


_Enceinte sous Philippe-Auguste[33]._

[Note 33: _Voyez_ pl. 2.]

Les choses étoient en cet état, lorsque Philippe-Auguste forma le
projet vraiment royal de renfermer dans une nouvelle enceinte tous les
bourgs, toutes les cultures éparses autour de l'ancienne ville, et de
faire ainsi de Paris une des plus grandes et des plus belles villes du
monde. Cette entreprise coûta vingt ans de travaux continuels; car non
seulement on éleva une muraille du côté du nord, mais encore les
maisons qui, au midi, étoient éparses autour du petit Châtelet, furent
pour la première fois environnées d'une enceinte.

La nouvelle muraille, au nord, passoit près du Louvre, le laissant en
dehors[34]; traversoit les rues Saint-Honoré et des Deux-Écus,
l'emplacement de l'hôtel de Soissons, les rues Coquillière,
Montmartre, Montorgueil, le terrain où est à présent la halle aux
cuirs, les rues Française, Saint-Denis, Bourg-l'Abbé, Saint-Martin;
continuoit le long de la rue Grenier-Saint-Lazare; traversoit la rue
Beaubourg, la rue Saint-Avoye, et passant sur le terrain des
Blancs-Manteaux, et ensuite entre les rues des Francs-Bourgeois et des
Rosiers, alloit aboutir au bord de la rivière, à travers les bâtimens
de la maison professe des Jésuites et le couvent de l'_Ave-Maria_, où
l'on voyoit encore, il n'y a pas long-temps, des restes de ses
murailles. Elle avoit huit portes principales: la première, près du
Louvre, au bord de la rivière; la seconde, à l'endroit où est
maintenant l'église de l'Oratoire; la troisième, vis-à-vis de
Saint-Eustache, entre la rue Plâtrière[35] et la rue du Jour; la
quatrième, rue Saint-Denis, appelée la Porte-aux-Peintres; la
cinquième, rue Saint-Martin, au coin de la rue Grenier-Saint-Lazare;
la sixième, appelée la porte Barbette[36], entre le couvent des
Blancs-Manteaux et la rue des Francs-Bourgeois; la septième, près de
la maison professe des Jésuites; et la huitième, au bord de la
rivière, entre le port Saint-Paul et le pont Marie[37].

[Note 34: Saint-Foix et Delamare.]

[Note 35: Depuis J.-J. Rousseau.]

[Note 36: Du nom d'une famille de Paris.]

[Note 37: Il y avoit en outre sept autres portes moins grandes, dites
fausses portes, sans compter les portes particulières, que plusieurs
personnes de distinction, dont les maisons étoient accolées aux
murailles, obtinrent la permission de faire percer dans leur enclos,
pour pouvoir sortir plus facilement de la ville.]

Du côté de la rivière, au midi, l'autre moitié de cette enceinte, qui
commençoit à la porte Saint-Bernard, est à peu près tracée[38] par
les rues des Fossés-Saint-Bernard, des Fossés-Saint-Victor, des
Fossés-Saint-Michel ou rue Saint-Hyacinthe, des Fossés-M.-le-Prince,
des Fossés-Saint-Germain ou rue de la Comédie Française, et des
Fossés-de-Nesle, à présent rue Mazarine. Il y avoit sept portes dans
ce circuit: la porte Saint-Bernard ou de la Tournelle; les portes
Saint-Victor, Saint-Marcel et Saint-Jacques[39]; la porte Gibard,
d'Enfer ou de Saint-Michel, au haut de la rue de la Harpe; la porte de
Buci[40], au haut de la rue Saint-André-des-Arcs, vis-à-vis de la rue
Contrescarpe; et la porte de Nesle, où est à présent le collége des
Quatre-Nations. Dans la rue des Cordeliers, il y eut encore une porte
appelée la porte Saint-Germain; et lorsque la rue Dauphine fut bâtie,
on en fit une vis-à-vis de l'autre bout de la rue Contrescarpe, et
qu'on appela la porte Dauphine[41].

[Note 38: Nous disons _à peu près tracée_; il est aisé de se figurer
où passoit précisément cette enceinte, en pensant que ces rues ont été
bâties sur les fossés, et que ces fossés étoient devant les
murailles.]

[Note 39: Abattues en 1684.]

[Note 40: Ainsi nommée de Simon de Buci, le premier qui ait porté le
titre de premier président.]

[Note 41: Abattues l'une et l'autre en 1672. Une inscription en
lettres d'or sur un marbre noir indique, dans la rue Dauphine,
l'endroit où étoit située la porte désignée sous le même nom. C'est à
la maison nº 50 qu'est attachée cette inscription.]

Un devis extrait d'un registre de Philippe-Auguste nous apprend que la
partie méridionale de l'enceinte avoit 1260 toises d'étendue, et
qu'elle avoit coûté 7020 livres, monnoie du temps.


_Enceinte sous Charles V et Charles VI[42]._

[Note 42: _Voy._ pl. 3.]

La perte de la bataille de Poitiers et la prison du roi Jean faisant
appréhender que les Anglais ne pénétrassent jusqu'au coeur de la
France, le dauphin songea à fortifier la capitale du côté du midi. Il
ne changea rien à l'enceinte de Philippe-Auguste, parce que les
nouveaux faubourgs s'y trouvèrent si petits qu'il ne jugea pas à
propos de les mettre à couvert; il se contenta de les ruiner, pour
empêcher l'ennemi de s'y loger; et le rempart déjà existant fut
entouré d'un fossé. Du côté du nord, les faubourgs étant beaucoup plus
considérables et plus près des murs, il fut résolu de les renfermer
dans les nouvelles fortifications. C'étoient d'abord de simples
fossés, qui furent depuis changés en murailles flanquées de tours.
Cette entreprise, commencée sous Charles V, ne fut achevée que sous
Charles VI. Elle coûta 162,520 livres, somme équivalente aujourd'hui à
1,170,000 fr.; à cette occasion 750 guérites en bois furent attachées
aux créneaux des murailles.

Nous avons dit que l'enceinte précédente aboutissoit d'un côté entre
le port Saint-Paul et le pont Marie, vis-à-vis la rue de l'Étoile. Ce
prince la fit reculer jusqu'à l'endroit où est l'Arsenal; et les
portes Saint-Antoine[43], Saint-Martin et Saint-Denis furent placées
où nous les voyons aujourd'hui. Depuis la porte Saint-Denis, ces
nouveaux murs continuoient le long de la rue de Bourbon, traversoient
les rues du Petit-Carreau et Montmartre, la place des Victoires,
l'hôtel de Toulouse, le jardin du Palais-Royal, la rue Saint-Honoré
près l'ancien hospice des Quinze-Vingts, et alloient finir au bord de
la rivière, par la rue Saint-Nicaise. Aux quatre extrémités de
l'enceinte générale, comme à celle de Philippe-Auguste, il y avoit
quatre grosses tours: la tour _du Bois_, près du Louvre; la tour de
_Nesle_, où est le collége des Quatre-Nations; la tour de _Tournelle_,
près de la porte Saint-Bernard; et la tour de _Billi_, près des
Célestins. Elles défendoient, des deux côtés de la rivière, l'entrée
et la sortie de Paris par de grosses chaînes attachées d'une tour à
l'autre, et qui traversoient la Seine, portées sur des bateaux placés
de distance en distance. L'approche de l'île Saint-Louis étoit
défendue par un fort[44].

[Note 43: Cette porte a été abattue quelque temps avant la
révolution.]

[Note 44: Cette île, sur laquelle on n'éleva des maisons que sous le
règne de Henri IV, est formée de la réunion de deux îles, dont la plus
grande se nommoit anciennement l'_île Notre Dame_, et la plus petite
l'_île aux Vaches_.]

Jusqu'à Louis XIII, ces enceintes ne furent point augmentées;
cependant la ville s'accrut considérablement, tant par les
constructions qui s'élevèrent par degrés dans les terrains vagues[45]
qu'on y avait renfermés, que par[46] les nouveaux faubourgs qui se
formèrent à ses portes. Ces faubourgs s'étoient tellement étendus,
que, sous Henri II, on commença à s'en inquiéter, et à craindre
l'excessive grandeur de Paris. Une ordonnance du roi défendit de bâtir
davantage dans ses environs; et le projet fut formé de construire une
nouvelle muraille qui renfermeroit définitivement cette ville dans ses
dernières limites. Le plan en fut arrêté au conseil en 1550, et des
bornes furent plantées du côté de l'Université; mais cette entreprise
resta sans exécution.

[Note 45: Au commencement du règne de Henri IV, les îles Saint-Louis
et du Palais n'étoient encore que des prairies. Une partie des
environs du Temple _étoit en terres labourables_, et le parc du palais
des Tournelles, au quartier Saint-Antoine, en friche et inhabité.]

[Note 46: Les guerres qui désolèrent la France sous les règnes qui
précédèrent ce prince ayant mis dans la nécessité d'augmenter les
tailles, plusieurs habitants de la campagne vinrent s'établir à Paris;
ce qui engagea les propriétaires des terres qui environnoient ses murs
à élever de nouvelles constructions, et on accrut ainsi les faubourgs.
(DELAMARE.)]

La seule addition qui fut faite alors aux fortifications de Paris fut
la construction d'un rempart qui commençoit au bord de la rivière,
au-dessous de la Bastille, et se prolongeoit jusqu'au delà de la porte
Saint-Antoine. François Ier avoit déjà tenté plusieurs fois ce
travail, lorsque les guerres qu'il avoit à soutenir contre l'empereur
lui faisoient craindre que les armées d'Allemagne, qui venoient
jusqu'en Picardie, n'insultassent sa capitale; et il ne l'avoit point
achevé. Cette fortification, plus solidement construite que les
autres, subsistoit encore dans ces derniers temps. C'étoit une
courtine flanquée de bastions, et bordée de larges fossés à fond de
cuve.

Sous Charles IX, la porte Neuve, qui étoit près du Louvre, fut reculée
jusque derrière les Tuileries; et un nouveau bastion fut construit à
cette place, pour y élever une clôture nouvelle, laquelle auroit
renfermé dans la ville ce château et la partie du quartier
Saint-Honoré qui, depuis la rue Saint-Nicaise où étoit encore
l'ancienne porte, étoit alors appelée faubourg Saint-Honoré. Toutefois
cette portion de clôture ne fut achevée que sous Henri III, qui fit
continuer les nouveaux murs depuis le bastion de la porte Neuve,
nommée depuis porte de la Conférence, jusqu'à l'extrémité de ce
faubourg, en traversant le terrain où est maintenant la place Louis
XV[47].

[Note 47: _Voyez_ pl. 4.]


_Enceinte sous Louis XIII[48]._

[Note 48: _Voy._ pl. 5.]

L'île[49] du Palais, l'île Notre-Dame, le marais du Temple ayant été
couverts d'édifices sous le règne précédent, il ne restoit plus de
grands vides dans Paris; mais il y avoit encore un grand espace hors
des murs, entre les faubourgs Saint-Honoré et Montmartre, qui n'étoit
rempli que de _cultures_, et demandoit à être renfermé dans la ville
pour en rendre l'enceinte plus régulière. Dès le temps de Charles IX,
on avoit projeté de le faire, et des fossés avoient été creusés;
cependant, jusqu'en 1630, les murs de la ville passoient encore de ce
côté sur le terrain où est à présent la place des Victoires. Les rues
des Petits-Champs et des Bons-Enfants y aboutissoient, et ce quartier
étoit même si retiré, qu'on y voloit en plein jour, et qu'on
l'appeloit le quartier _Vide-Gousset_[50]. Les bâtiments du
Palais-Royal, que le cardinal de Richelieu avoit fait commencer en
1629, furent l'occasion d'une nouvelle enceinte: la porte
Saint-Honoré, alors située où est à présent le marché des
Quinze-Vingts, fut reculée, en 1631, jusqu'à cet emplacement qui
garde[51] encore son nom, et se joignit ainsi aux fortifications qui,
sous Henri III, avoient été élevées pour entourer le château des
Tuileries; depuis cette porte, on bâtit de nouveaux remparts dont les
boulevarts actuels nous tracent à peu près le contour. Une nouvelle
porte fut construite à l'extrémité du faubourg Montmartre, à plus de
deux cents toises de l'ancienne; et l'enceinte continuée derrière la
Ville-Neuve alla aboutir à la porte Saint-Denis. Pendant ce temps, le
quartier de l'Université recevoit de grands accroissements par les
bâtiments qui s'élevoient de toutes parts, principalement au faubourg
Saint-Germain.

[Note 49: À la pointe occidentale de la Cité.]

[Note 50: La rue qui aboutit du carrefour des Petits-Pères à la place
des Victoires, en a conservé le nom.]

[Note 51: Vis-à-vis la rue Royale.]

Ce fut la dernière enceinte fortifiée de la ville de Paris. Nous avons
déjà dit que Louis XIV en fit abattre les remparts; Louis XV et Louis
XVI y réunirent les nouveaux faubourgs; et, sous le règne de ce
dernier roi, elle fut entourée de la clôture que nous voyons
aujourd'hui[52].

[Note 52: _Voy._ les pl. 6 et 7. Cette clôture vient d'être agrandie
sur un point de sa partie méridionale, à partir de la barrière
Fontainebleau jusqu'au bord de l'eau. Par ce moyen on a renfermé dans
Paris le village d'Austerlitz, situé dans la plaine d'Issy.]



QUARTIERS DE PARIS.


Les accroissements successifs dont nous venons d'offrir le tableau
mirent dans la nécessité de diviser Paris en divers quartiers, pour
pouvoir y maintenir plus facilement l'ordre et la police. Au dixième
siècle on n'en comptoit que quatre; il y en avoit déjà huit sous le
règne de Philippe-Auguste. Sous Charles V et Charles VI on se vit
forcé de faire une nouvelle division qui en doubla le nombre; Henri
III y ajouta un dix-septième quartier. Enfin, depuis cette époque
jusqu'à la fin du règne de Louis XIV, cette grande cité n'ayant cessé
d'être l'objet principal des affections de ses souverains, et
acquérant chaque jour une étendue plus considérable, une déclaration
du roi, donnée en 1702, établit une dernière division en vingt
quartiers, dont elle détermina les limites: les allées d'arbres qui
avoient remplacé les anciennes murailles permirent alors d'unir Paris
avec ses faubourgs. Ces nouvelles parties de la ville, encore remplies
de marais et de cultures, se couvrirent bientôt d'édifices, et
renfermées maintenant dans sa dernière enceinte, elles en sont
devenues les quartiers les plus brillants ou les plus populeux.

Voici les vingt quartiers de Paris dans l'ordre où les a établis la
déclaration du roi[53].

  1er Quartier. La Cité.

  2e   ----  Saint-Jacques-de-la-Boucherie.

  3e   ----  Sainte-Opportune.

  4e   ----  Le Louvre, ou St.-Germain-l'Auxerrois.

  5e   ----  Le Palais Royal.

  6e   ----  Montmartre.

  7e   ----  Saint-Eustache.

  8e   ----  Les Halles.

  9e   ----  Saint-Denis.

  10e  ----  Saint-Martin-des-Champs.

  11e  ----  La Grève.

  12e  ----  Saint-Paul, ou la Mortellerie.

  13e  ----  Sainte-Avoie, ou la Verrerie.

  14e  ----  Le Temple, ou le Marais.

  15e  ----  Saint-Antoine.

  16e  ----  La place Maubert.

  17e  ----  Saint-Benoît.

  18e  ----  Saint-André-des-Arcs.

  19e  ----  Le Luxembourg.

  20e  ----  St.-Germain-des-Prés.

[Note 53: Donnée le 12 décembre 1702, et enregistrée le 5 janvier
1703.]



TABLEAU

HISTORIQUE ET PITTORESQUE

DE PARIS.



QUARTIER DE LA CITÉ.

     Ce quartier comprend les îles du Palais, de la Cité,
     Saint-Louis et Louvier, depuis la pointe orientale de l'île
     Louvier jusqu'à la pointe occidentale de l'île du Palais,
     avec tous les ponts qui y aboutissent, y compris la culée du
     pont au Change.


PARIS SOUS LES DEUX PREMIÈRES RACES.

Ceux qui n'ont point assez pénétré dans l'histoire des modernes
habitants des Gaules, s'étonneront sans doute que la ville capitale
d'un aussi grand royaume que la France, ait été pendant une si longue
suite de siècles dans un tel état de foiblesse et de misère, que, loin
de prendre de l'accroissement, on la voit au contraire devenir, à
certaines[54] époques, plus misérable encore qu'elle n'avoit été. Ils
ne s'étonneront pas moins de la voir sortir tout à coup de cette
détresse et de cette obscurité, s'accroître par des degrés
très-rapides, et s'embellissant plus lentement d'abord, devenir enfin,
sous un petit nombre de rois, la première et la plus belle des cités.

[Note 54: Un moine de Fleuri-sur-Loire, nommé Asdrevald, déplorant le
triste état auquel les incursions des Normands avoient réduit Paris,
dit que cette ville n'étoit plus alors qu'_un monceau de cendres_.]

Ces deux différents états, dont le brusque passage est si remarquable,
s'expliquent facilement par le changement qui se fit, au commencement
de la troisième race, dans le gouvernement de la monarchie françoise,
changement dont l'effet fut de faire passer cette monarchie, de l'état
de société domestique que les vainqueurs y avoient jusqu'alors, et
pour ainsi dire, exclusivement maintenu, à l'état de société politique
qui avoit été celui des Gaules sous la domination romaine; de faire
enfin triompher le gouvernement monarchique de la police féodale, qui,
à quelques variations près, avoit été, sous les deux premières races,
le droit public de l'Europe entière.

Que n'a-t-on point dit sur le régime féodal, et avec combien
d'ignorance et de mauvaise foi! Si l'on en croit les déclamateurs
politiques de nos jours, c'est la révolte et l'usurpation qui lui ont
donné naissance; c'est par la tyrannie qu'il s'est accru et fortifié;
et toutefois, en même temps qu'ils s'élèvent contre les prétendus abus
et l'oppression _intolérable_ de cette espèce de gouvernement, ils
s'indignent aussi contre les rois, qui, par degrés, sont parvenus à le
détruire. Nous ne nous chargeons point de concilier de semblables
contradictions; mais peut-être les monuments historiques nous
fourniront-ils quelques moyens de constater à la fois l'origine, le
caractère et les modifications diverses du gouvernement féodal.

Si l'on veut en trouver la véritable origine, ce n'est point à
l'invasion des Francs qu'il convient de s'arrêter: il faut aller la
chercher jusque sous les empereurs, et remonter même jusqu'aux temps
qui ont précédé l'établissement du christianisme comme religion
dominante de l'État. En effet nous trouvons dans Lampride et
Vopiscus[55] qu'Alexandre Sévère, Aurélien et Probus donnèrent aux
ducs et aux soldats des frontières, des champs et des maisons dans les
pays conquis sur l'ennemi. Ces terres ainsi concédées étoient
ordinairement situées sur le bord des fleuves ou entre les montagnes
qui servoient de limites; on y joignit des esclaves et les animaux
nécessaires à l'exploitation; et la propriété entière en fut accordée
à ceux qui les reçurent, sous la condition expresse que les héritiers
se consacreroient comme les pères au service militaire, et que jamais
des personnes privées ne pourroient posséder ces terres ni par
succession ni par contrat de vente[56].

[Note 55: Lamprid. in Alex; Vopis. in Aurel; _id._ in Prob.]

[Note 56: Pour de telles donations, les empereurs préféroient
d'ordinaire les _gentils_ ou _nationaux_ aux Romains, les jugeant plus
propres à garder des frontières qui étoient en même temps leur propre
pays, et où ils avoient leur famille, leurs propriétés, tous leurs
intérêts. De là l'origine du mot _gentilhomme_. (Voyez le Cod. Theod.,
liv. 7, tit. 15.)]

Les établissemens de ce genre se multiplièrent; nous apprenons
d'Ammien Marcellin[57] que long-temps avant la chute de l'empire des
légions avoient été fixées dans certains postes pour y tenir lieu de
garnison perpétuelle. On appeloit _stations agraires_ les terres
qu'occupoient ces légions[58], et l'on en établissoit sur toutes les
frontières dont la garde sembloit difficile. On ne peut douter que ces
stations ne fussent fortifiées[59], et que, gardées par un nombre plus
ou moins grand de soldats, en raison de leur _importance_, c'étoit sur
ce degré d'importance que se régloit la dignité du chef à qui le
commandement en avoit été donné. Les stations agraires occupoient
ordinairement les environs d'un château, qui en étoit le chef-lieu et
que l'on appeloit simplement _station_[60]. Bientôt les soldats
_stationnaires_ obtinrent tous les avantages des possesseurs de fonds
limitrophes, et se confondirent avec eux. Cette milice sédentaire
reçut le nom de troupe _riparienne_, parce qu'elle faisoit son séjour
sur la frontière, que l'on nommoit _ripa_[61], et fut ainsi distinguée
des _Comitatenses_ ou troupes de la cour, corps d'élite avec lequel
les empereurs et leurs généraux se portoient sur les frontières
menacées, lorsque les troupes sédentaires ne suffisoient pas pour les
défendre.

[Note 57: Lib. 18, et _ib._ 19.]

[Note 58: On les appeloit aussi _prétentures_, parce qu'elles
formoient une chaîne, derrière laquelle les provinces étoient en
sûreté.]

[Note 59: Amm. Marcell., lib. 16.]

[Note 60: Amm. Marcell., lib. 29.]

[Note 61: Cod. Theod., lib. 7, tit. 22, leg. 8.]

Bientôt ces troupes de la cour prétendirent partager les avantages
dont jouissoient les troupes _ripariennes_; elles ne voulurent plus
quitter les cantonnements où elles avoient été placées temporairement,
lorsqu'elles y eurent été assez long-temps pour y prendre des
habitudes et y former des établissements avantageux[62]; et ce fut une
nécessité, dans la foiblesse extrême où étoit tombé le pouvoir, de
leur accorder dans les provinces intérieures de l'empire des quartiers
permanents dont l'organisation fut la même que celle de ces postes
que l'on avoit créés sur les frontières.

[Note 62: Amm. Marcell., lib. 20.]

Et qu'on ne pense pas que de telles faveurs, soit dans les provinces
intérieures, soit dans les terres limitrophes, fussent uniquement
réservées aux sujets de l'empire, à ceux qui étoient naturellement
intéressés à sa défense et à sa conservation: tout parti goth, franc
ou germain qui, se détachant de cette multitude de barbares dont le
territoire romain étoit pressé de toutes parts, demandoit à y être
reçu et à servir l'empereur en qualité d'auxiliaire, étoit accueilli
sous cette seule condition, et y recevoit de semblables
établissements[63]. C'est ainsi que, soit par la violence, soit par
les concessions des empereurs, la Gaule se vit successivement remplie
de ces peuples du Nord. Ils avoient envahi la Belgique; ils
possédoient la Bourgogne; leurs quartiers occupoient toutes les
provinces qui sont entre la Loire et les Pyrénées; les provinces
maritimes étoient devenues leur conquête. Toutefois il restoit encore
dans le centre de cette vaste contrée des troupes romaines
_stationnaires_, foibles débris sans doute des anciennes troupes
_ripariennes_ qui avoient été autrefois répandues sur les
frontières[64]; et pendant long-temps ces troupes ne voulurent
reconnoître que des généraux romains; mais un barbare devenoit tel à
leurs yeux, dès qu'il avoit été revêtu par l'empereur de quelque
grande dignité impériale[65]. C'est ainsi qu'elles ne répugnèrent
point à combattre sous les ordres de Childéric, dès qu'il eut été fait
_duc_ ou _comte militaire_; c'est par la même raison qu'elles
s'attachèrent à Clovis, aussitôt qu'il eut été revêtu de semblables
dignités, considérant alors ce chef guerrier, dont les victoires
avoient déjà jeté un grand éclat, comme un homme que la Providence
avoit destiné à être le restaurateur de l'empire.

[Note 63: C'est ce qu'on appeloit terres _létiques_. On nommoit _Leti_
les barbares qui les avoient obtenues, et ils formoient dans l'empire
des corps particuliers qui devinrent une partie considérable de la
milice romaine. (Cod. Theod., lib. 13, tit. 4, leg. 9.)]

[Note 64: Procop., _De bell. goth._, lib. 1.]

[Note 65: Il n'étoit pas rare de voir des barbares à la fois rois de
leur nation et officiers de l'empire (Amm. Marc., lib. 26, 29, 31);
et, loin de se croire avilis par l'exercice de ces dignités romaines,
ces chefs de peuplades n'ambitionnoient rien tant que de s'en voir
revêtus. Pour les obtenir, ils prêtoient serment aux empereurs; mais
autant qu'il leur étoit possible, ils _ne se faisoient point ses
clients_; ils _ne se dévouoient point_. (_Ibid._, lib. 17.) Ils
auroient regardé ce dévouement comme une espèce de dégradation. Il est
probable qu'ils se servirent à l'égard des Romains de la même formule,
dont usoient chez eux les hommes _libres_, lorsqu'ils s'engageoient au
service d'un de leurs chefs, d'où résultoit un engagement qui, sous le
moindre prétexte, pouvoit être rompu.]

Ce fut aussi ce qui rendit ce roi franc si empressé de recevoir ces
mêmes dignités; en lui donnant le titre d'_Ami de l'empire_ et de
_Patrice des Romains_, l'empereur Anastase lui aplanissoit les voies
qui devoient le conduire à la conquête entière des Gaules. Déjà
Clodion, qui, le premier parmi les chefs des Francs, avoit passé le
Rhin en se déclarant ennemi de l'empire, n'avoit rencontré que de
foibles obstacles[66]: sa première entreprise avoit été sur Cambrai;
et loin de défendre cette frontière, les barbares à qui elle avoit été
confiée, et qui eux-mêmes étoient Francs, se réunirent à lui et le
reconnurent pour leur roi. Cet exemple entraîna les autres barbares
établis sur les terres romaines dans le voisinage de cette frontière;
et un passage de Procope[67] nous apprend que les soldats romains qui
étoient stationnaires dans cette extrémité de la Gaule, se voyant dans
l'impossibilité de retourner en Italie, et ne voulant pas subir le
joug, ni s'exposer aux violences des barbares _ariens_ qui occupoient
la partie méridionale de cette vaste province, se livrèrent aux
_Armoriques_ et aux _Germains_ avec tout le pays qu'ils avoient
jusqu'alors gardé pour l'empereur, et qu'ils obtinrent de _conserver
toutes leurs coutumes_ sous cette nouvelle domination. Or, si des
soldats romains, tout-à-fait étrangers au pays où ils étoient
cantonnés, se montroient ainsi disposés à traiter avec des barbares, à
combien plus forte raison devoient être empressés de le faire des
soldats nés dans la province même, anciens compagnons d'armes des
Francs, vivant sous la même loi civile et accoutumés à la même
discipline? Et rien ne prouve plus que, dans toutes les Gaules, tant
de peuples si différents avoient fini par ne plus faire qu'un seul
peuple gouverné par les mêmes lois, et presque entièrement détaché de
l'empire, que de voir le Romain Egidius devenir roi d'une peuplade de
Francs, comme on avoit vu des rois francs compter des Romains parmi
leurs sujets. Mais il n'est pas moins remarquable qu'il ne fut choisi
pour chef par ces barbares, que parce qu'il étoit alors _maître de la
milice romaine_. C'est ainsi que ce grand nom de Rome et d'empire
romain imposoit encore même à ceux qui s'en partageoient la puissance
et les débris.

[Note 66: Greg. Tur., lib. 2, cap. 9.]

[Note 67: _De bell. goth._]

Arrêtons-nous ici un moment; il ne peut plus y avoir d'incertitude sur
l'origine des fiefs: elle est toute romaine, et les monumens qui nous
attestent cette origine sont irrécusables. Mais si, de ces documents
que nous offre l'histoire, nous nous élevons à des considérations d'un
autre ordre sur les causes qui amenèrent de tels changements dans
l'administration des principales provinces de l'empire, il nous sera
facile de reconnoître que ces changements étoient la suite nécessaire
et inévitable de la situation où se trouvoit alors le pouvoir
politique; et que, dans cette situation presque désespérée, il sut
habilement saisir le seul moyen de salut qui lui restât et le seul en
même temps qui pût sauver la société.

Dès le temps des empereurs que nous venons de nommer, les barbares
pressoient l'empire de toutes parts; tous les points de ses immenses
frontières étoient menacés à la fois, tandis qu'à l'intérieur les
factions militaires le déchiroient, se disputant sans cesse le pouvoir
politique, devenu par ces disputes sanglantes et acharnées le fléau
des peuples dont il devroit être le protecteur. Et quelle protection
pouvoient leur offrir des princes dont la vie étoit sans cesse à la
merci de leurs soldats, et qui passoient à étouffer les révoltes et à
combattre leurs compétiteurs, le temps qu'ils auraient dû donner au
gouvernement de l'État? Dans cet état de foiblesse, de désordre, de
péril imminent, les plus habiles d'entre eux reconnurent que tout
étoit perdu, s'ils ne trouvoient un moyen d'attacher par quelque
intérêt qui leur fut propre, à la défense de la société, des hommes
qui ne tenoient plus que par de foibles liens, toujours prêts à se
briser, à l'autorité suprême, autorité à qui seule il auroit appartenu
de conserver et de défendre les intérêts communs. Parmi tous les
intérêts particuliers, il n'en étoit point sans doute de plus puissant
que celui de la _propriété_; et ce fut une combinaison aussi heureuse
que le malheur des temps permettoit de la concevoir, que de faire
partout les soldats propriétaires des frontières qu'ils étoient
chargés de défendre: ainsi la société politique, prête à se dissoudre,
appeloit à son secours la société domestique ou la _famille_, qui, de
même que dans l'enfance de la civilisation, se trouvoit ainsi chargée
de pourvoir à sa propre défense; mais de telle manière cependant que,
de l'agrégation d'un nombre considérable de petites sociétés de ce
genre, à la fois distinctes et réunies, ce pouvoir politique composoit
un système de défense générale pour la société entière, usant ainsi
dans l'intérêt de tous, que lui seul pouvoit connoître, diriger et
défendre, de tant d'intérêts particuliers, et en quelque sorte
indépendants les uns des autres, qu'il s'étoit vu forcé de créer. Par
ce moyen, il avoit su se faire, dans un grand état qui penchoit vers
sa ruine, tout ce qu'il lui étoit possible d'avoir de force et
d'unité.

Mais les barbares succédoient aux barbares; ils se précipitoient en
quelque sorte les uns sur les autres, avides d'une si riche proie; et
ce système de défense, qui long-temps arrêta leurs continuels efforts,
ne put empêcher ce torrent de se déborder enfin de toutes parts sur
ces provinces malheureuses. Ce fut au cinquième siècle que se fit
l'irruption la plus terrible de ces féroces sauvages du Nord; et
l'histoire nous en présente le souvenir comme celui de la plus
effroyable calamité qui ait jamais désolé les peuples. Mais des
irruptions partielles avoient précédé, et à diverses reprises, ce
débordement général; et une fois entrées sur la terre de la
civilisation, ces hordes n'en sortoient que très-rarement: il falloit
les y établir ou les exterminer. Lorsqu'elle jugea impossible de les
vaincre, la politique des empereurs chercha donc à se les attacher; et
ainsi que nous l'avons déjà dit, créant pour eux des fiefs dans les
pays dont ils s'étoient emparés, et par ce moyen opposant barbares à
barbares, elle essaya de se faire des défenseurs nouveaux de ses plus
redoutables ennemis.

De ce mouvement continuel des barbares et de cette calamité sans cesse
renaissante des invasions, il résulta que toutes les provinces de
l'empire, et particulièrement toutes les parties des Gaules, devinrent
successivement _frontières_; que les troupes romaines qui les
défendoient furent toutes _stationnaires_; que l'intérieur du pays se
remplit de _camps_ et de _châteaux_, ce qui jusque là n'étoit point
encore arrivé; et qu'ainsi, avant la révolution qui devoit en faire le
royaume de France, cette province tout entière étoit déjà divisée en
bénéfices militaires. Avant la conquête, les Romains s'étoient
associés les barbares: après la conquête, et lorsqu'ils furent las de
violences et de ravages, les barbares composèrent avec ce qui restoit
de Romains dans le pays dont ils s'étoient rendus maîtres, et qui
s'étoient le plus vaillamment défendus; et voulant conserver ce qu'ils
avoient acquis, ils adoptèrent les lois romaines, dont beaucoup
d'entre eux connoissoient les avantages et avoient déjà éprouvé les
bienfaits. Ce mélange d'un vieux peuple et d'un peuple enfant n'a
peut-être point été assez remarqué, ainsi que les degrés divers par
lesquels il a plu à la Providence de le produire. Ainsi se conserva ce
qu'il existait d'ordre social dans le monde, héritage légué en quelque
sorte par la grande nation mourante à cette foule de petites nations
encore au berceau.

Les exploits, la conversion et la fortune de Clovis sont trop connus
pour que nous les rappelions ici; et le règne de ce prince est une des
époques les plus grandes et les plus éclatantes de l'histoire. On sait
qu'il n'entra point dans la Gaule comme les farouches vainqueurs qui
l'avoient précédé, mais qu'il y fut appelé par le voeu de toutes les
classes de ses habitants, et que les évêques lui livrèrent pour ainsi
dire le royaume que les Goths avoient formé dans ses provinces
méridionales[68]; il y vint donc pour conserver et non pour détruire;
et en effet rien ne fut changé dans l'organisation civile et politique
du pays. De même que les autres barbares dont ils avoient suivi les
traces, les Francs reçurent les lois et la police des Romains; ils
adoptèrent leurs magistratures et jusqu'à ces dénominations purement
honorifiques inventées par la cour de Bysance, et au moyen desquelles
elle suppléoit aux récompenses réelles qu'il n'étoit plus en son
pouvoir de donner. Il y eut donc comme par le passé des comtes, des
ducs, des préfets militaires[69]. L'économie fiscale, civile et
militaire des provinces fut la même[70]; le gouvernement des villes
municipales et des cités ne changea point[71]; on y retrouva, comme
sous les Romains, des colléges ou corps d'artisans, de marchands,
chacun avec sa police particulière, ses usages et ses priviléges[72];
le _serf_ représenta chez eux le _colon_ romain: et cette espèce de
servitude, bien différente de ce qu'étoit l'esclavage chez les peuples
païens, fut la seule qu'ils conservèrent depuis la conquête[73]; les
vainqueurs, prenant par degré le goût de l'agriculture, profitèrent
dans l'administration et l'exploitation de leurs terres de
l'expérience des vaincus[74]; si l'on considère en quoi consistèrent
chez eux les revenus du fisc, on trouve qu'ils répondoient à autant de
branches des finances de l'empire: ces revenus présentent de même les
contributions des villes qui, chez les Romains, entroient dans le
trésor des largesses, les parties casuelles, et le produit des terres
fiscales dont se composoit l'épargne du prince[75]; quant à
l'administration de la justice, aux diverses juridictions des
tribunaux, depuis le conseil suprême du monarque jusqu'à la justice
des propriétaires, il ne peut entrer dans notre sujet d'en développer
l'organisation admirable et toutes les formes prévoyantes et
protectrices: qu'il nous suffise de dire que le droit romain fut
conservé par les rois francs partout où il étoit établi avant la
conquête, et que le clergé ne cessa pas de vivre un seul instant sous
la protection de la loi romaine qui étoit sa loi nationale[76].

[Note 68: Sur cette intelligence des évêques avec Clovis, les
soi-disant philosophes n'ont pas manqué de leur reprocher d'avoir
trahi leurs maîtres _légitimes_. Et cette sottise est répétée, chaque
fois que l'occasion s'en présente, par des gens qui ne reconnoissent
ni _maîtres_ ni _légitimité._ Nous aurons bientôt occasion d'examiner
si en effet les barbares goths et ariens étoient les _maîtres
légitimes_ des évêques catholiques et romains; et cet examen ne sera
pas long. (Voyez l'article _Églises et Monastères_.)]

[Note 69: Aim., lib. 3, c. 88, et lib. 4, c. 61. Greg. Tur. _append._
c. 20 et 108. _Hist._, lib. 9, c. 10. _Cap. Car. calv._, tit. 14,
etc.]

[Note 70: Greg. Tur. _hist._, lib. 6, c. 2, lib. 8, c. 43.--Aim. lib.
3, c. 46. Cap., _De villis._]

[Note 71: _Voyez_ de Buat, t. 2, p. 169 et suivantes.]

[Note 72: Cap., _De villis_, c. 43, 45, 64, _leg. alam._, tit. 19, c.
7 et tit. 30.]

[Note 73: Ce n'est point sans doute ici le lieu de réfuter tout ce qui
se débite, dans nos tribunes publiques et dans nos journaux, de
niaiseries et d'absurdités sur la servitude, ni de chercher quelle en
est la nature et l'origine. Toutefois un ancien auteur (Albert de
Staden) nous indique ce qu'elle étoit chez les peuples du Nord,
lorsqu'il fait dériver le nom de _Lides_ ou _Litons_, qu'on y donnoit
aux esclaves, du mot qui signifie _la permission_ qu'un vainqueur
donne aux vaincus de _continuer de vivre_; et nous apprenons de Tacite
(_De mor Germ._) que, beaucoup plus humains que les Grecs et les
Romains si fiers de leur police et de leurs lois, ces peuples ne
condamnoient point leurs captifs aux pénibles services de la
domesticité; mais que, leur distribuant des terres, ils exigeoient
seulement d'eux un tribut en blé, en étoffes, en bétail, redevance qui
en faisoit des espèces de fermiers, et au-delà de laquelle on ne leur
demandoit plus rien. Tels avoient été les colons chez les Romains, de
même attachés à la glèbe, mais protégés par des lois infiniment plus
douces que celles des esclaves, et qui les mettoient à l'abri des
caprices et des violences de leurs maîtres. (S. August., _De civ.
Dei_, lib. 10, c. 2. Cod. Theod. tit. _De colonis_.) De même que ces
colons romains, les serfs des Germains pouvoient acquérir un _propre_
et posséder un _pécule_. La loi des Lombards les appela serfs
_rustiques_, par opposition aux serfs _ministériaux_ qui étoient des
espèces d'esclaves (_Cap. addit. ad leg. Long._ an. 801, c. 6.), mais
qui furent toujours peu nombreux chez les Francs. Et lorsqu'ils eurent
pénétré dans les Gaules, ils les remplacèrent par le _vasselage_, qui,
sans détruire la liberté et même une sorte d'égalité, emportoit avec
lui certains devoirs de domesticité. Ainsi le serf continua d'être
attaché à la culture des terres, et les hommes libres vécurent avec
des hommes libres, jusqu'à ce que le Christianisme, source de toute
liberté, eût opéré ce prodige, nouveau dans le monde, d'une _société
sans esclaves_.]

[Note 74: _Voyez_ de Buat. t. 2, p. 303 et seqq.]

[Note 75: De Buat, t. 2, p. 444 et seqq.

Les monuments anciens nous apprennent que le produit de ces terres
fiscales suffisoit à l'entretien de la maison du prince, à sa
représentation, et au soulagement de ceux qui étoient dans
l'indigence; et l'on peut croire que ce dernier emploi en étoit le
plus considérable, puisque l'on appeloit _aumôniers_ plusieurs des
trésoriers des finances royales, et _aumône du roi_, le trésor dans
lequel certains revenus étoient déposés. Ces mêmes actes nous offrent
des témoignages authentiques de cette charité admirable des rois des
deux premières races envers les malheureux. Les sommes qu'ils
consacroient annuellement au soulagement des pauvres étoient immenses,
et la partie la plus considérable de l'argent monnoyé qui entroit dans
leurs coffres y étoit destinée. (_Cap. Car. calv._, tit. 27, 53. _Cap.
syn. Vernens._, an. 755, c. 23. _Cap._, an. 802, c. 29.)]

[Note 76: _Cap. Car. calv._, tit. 36, c. 20.--Les Francs étoient de
même jugés selon leur loi, quelque part qu'ils se trouvassent (Cap.,
_De Villis_); mais il est certain que, dans la punition des crimes,
lorsque les parties intéressées étoient de _loi différente_, on
suivoit toujours la loi de l'offensé. (_Cap. Car. calv._, tit. 36, c.
20.)]

Cependant, au milieu de tant de lois et de coutumes anciennes, fut
introduite une loi politique nouvelle que les Romains n'avoient point
connue: c'est le _vasselage_, loi dont l'origine est toute barbare, et
qui devint le perfectionnement de la police des fiefs. Comme bénéfice,
le fief n'étoit autre chose que la récompense des vétérans; comme
terre frontière, il imposoit seulement l'obligation de défendre une
tour, un château, ou toute autre espèce de retranchement. Le vasselage
faisoit d'un barbare l'_homme_ de son seigneur; par la cérémonie de la
_recommandation_, il lui vouoit un attachement et un service
personnel; et comme il fut établi, sous les rois francs, qu'on ne
pourroit obtenir un fief et devenir bénéficier sans être vassal, il en
résulta que tout propriétaire de bénéfice fut attaché par un double
lien, et à la terre qu'il étoit de son intérêt de conserver et de
défendre, et au prince que l'honneur, le devoir, son serment,
l'obligeoient en toutes circonstances de servir et d'assister[77]. Le
soldat romain défendoit le sol de l'empire, mais non pas l'empereur,
prêt à recevoir pour maître quiconque se présentoit à lui avec la
faveur de l'armée, reconnoissant pour Romain tout chef barbare, dès
qu'il étoit revêtu des dignités romaines; et ce fut là le vice radical
du système militaire fondé sur la création des bénéfices. Le vassal
défendoit à la fois la terre et son seigneur, ou pour mieux dire, sa
propriété et l'État; et la loi du vasselage, essentiellement
monarchique, contribua puissamment à fonder la véritable monarchie
dans les Gaules, et à la sauver dans ses plus grands périls.

[Note 77: Toutefois il est important de remarquer que, dans le
principe, tous les grands seigneurs n'étoient pas vassaux. Les
ordonnances des rois carlovingiens distinguent le _cantonnier_ ou
possesseur d'un bénéfice militaire, du _libre propriétaire_, et par
conséquent le serf _propre_ du serf _cantonnier_. (Agobard, _De
privileg. et jure sacerdot., c. 2._) Le noble franc qui n'avoit point
voulu joindre de grands fiefs aux propriétés qu'il avoit reçues de ses
ancêtres, et déroger par un _hommage_ à la liberté qui étoit le
privilége de sa naissance, n'étoit obligé de prendre les armes que
pour _la défense de la patrie_. Ce fut la raison pour laquelle Clovis,
lorsqu'il voulut se faire chrétien, se vit abandonné par un grand
nombre des _hommes libres_ qui l'avoient suivi. Ses vassaux seuls
crurent que le devoir du _vasselage_ les obligeoit d'embrasser la
religion de leur prince. Ce fut à ces _fidèles_ qu'il donna, après la
conquête, de grandes propriétés dont la possession étoit _indépendante
du vasselage_; après sa mort, ils devinrent donc _libres
propriétaires_, et formèrent cette haute noblesse qui, comme nous le
dirons tout à l'heure, partageoit _avec les rois l'exercice de
l'autorité souveraine_.]

C'est là cette _féodalité_ qui signifie la _fidélité_, et dont on
parle de nos jours avec tant d'ignorance et de fureur; institution
plus naturelle qu'on ne pense, dit M. de Bonald, puisque, selon
Condorcet, «on la retrouve à la même époque chez tous les peuples.»
Elle n'étoit autre chose, dans son principe, que la plus noble
relation d'autorité et d'obéissance, de protection et de dévouement,
de foi gardée et d'assistance réciproque; elle offroit dans les
nombreux rapports qu'elle établissoit entre les citoyens de toutes les
classes de la société, et dans tous les degrés de sa hiérarchie, une
image touchante de la famille[78]. Au milieu d'une nation si
turbulente, si fière, livrée à des passions si violentes et si
guerrières, s'ils n'eussent eu des vassaux _fidèles_, certes, jamais
les rois de France n'eussent pu contenir tant de vassaux qui se
révoltoient; et l'anarchie qui troubla trop souvent leur empire n'eût
cessé qu'avec l'entier anéantissement de cette nation, qui portoit en
elle-même un principe de destruction auquel jamais gouvernement
monarchique n'a pu résister.

[Note 78: «Le vassal doit porter honneur à son seigneur, sa femme et
son fils aîné, _comme aussi_ les frères puînés doivent porter
_honneur_ à leur frère aîné[78-A]. Si le vassal est convaincu par
justice avoir mis la main violentement sur son seigneur, il perd le
fief; et toute la droiture qu'il y a revient au seigneur. Pareillement
le seigneur qui met la main sur son homme et vassal pour l'outrager,
perd l'hommage et tenures, rentes et devoirs à lui dus à cause du fief
de son vassal, et sont _ses foi et hommage dévolus et acquis au
seigneur supérieur_; et ne paie le vassal outragé rentes de son fief,
fors ce qui en est dû au chef-seigneur.» (Cout. de Normand., art 124,
125, 126.)]

[Note 78-A: Le respect que les cadets devoient à leur frère aîné étoit
tellement le modèle de celui que les vassaux devoient à leur suzerain,
que ce droit d'aînesse se confondit long-temps avec la suzeraineté.
C'étoit là ce qu'on appeloit le _parage_, que le président Hénault a
mal entendu et dont il a donné une fausse définition (Otton de
Freisingen, lib. 1. _De gest. Freder._ _Voyez_ aussi le président
Hénault, règne de Charles-le-Chauve.) Tout ce que cet écrivain a dit
sur les fiefs, sur le vasselage et sur la féodalité en général, est
obscur, incomplet, inexact, et prouve qu'il n'avoit ni bien étudié ni
bien compris cette matière. (_Voyez_ ses remarques particulières sur
la seconde race.)]

Ce principe de destruction étoit l'incertitude de l'hérédité et de la
succession au trône dans la famille du souverain. Attachés au sang de
leurs rois, les Francs ne connoissoient point encore la loi salutaire
qui désigne un seul héritier et qui reconnoît pour tel l'aîné des
enfans, ou, à défaut d'enfans, le parent le plus proche: ils
choisissoient le prince qui leur sembloit le plus digne de commander,
parce que la principale attribution de leurs rois étoit d'être leurs
chefs militaires, le plus beau de leurs droits et le premier de leurs
devoirs celui de commander les armées; d'où il résultoit que des
collatéraux, des bâtards mêmes, pouvoient obtenir une juste préférence
sur la postérité du prince régnant. Ce fut pour leur ôter la _liberté
du choix_, que Clovis, retrouvant cette férocité première que le
christianisme sembloit avoir adoucie et même entièrement détruite en
lui, poursuivit jusqu'à leur entière extermination tous les princes de
son sang[79]. Et toutefois, après tant de crimes, il ne sut faire
autre chose[80] que démembrer et partager entre ses quatre fils le
royaume qu'il avoit créé et qu'il n'avoit su maintenir dans l'ordre et
dans la paix que parce qu'il y avoit régné sans partage. Alors
commencèrent ces guerres funestes et continuelles entre des frères
avides et jaloux, cette effroyable suite de vengeances et de
trahisons, de violences, d'empoisonnements, d'assassinats dont
l'histoire des deux premières dynasties nous présente trop souvent
l'odieux et dégoûtant tableau. La race de Clovis ayant commencé à
dégénérer, les maires du palais s'emparèrent de l'autorité, et ce
changement produisit des guerres et des dissensions nouvelles. Une
confusion horrible bouleversa l'empire français; et dans ce désordre
général chacun put méconnoître une autorité qui n'avoit plus la force
ni de punir ni de protéger. Elle ne fut point cependant tellement
méconnue, cette autorité suprême, qu'une main vigoureuse ne pût encore
rassembler ces parties éparses d'un grand état, et leur imprimer, de
nouveau, le mouvement et la vie. C'est ce que fit Charlemagne, le plus
grand homme de son temps, et l'un des hommes les plus étonnants qui
aient paru dans aucun temps. Mais après sa mort, la foiblesse de ses
successeurs, et surtout la loi désastreuse du partage de l'autorité,
amenèrent des troubles nouveaux et peut-être encore une plus grande
confusion. À ces calamités domestiques se joignit une autre calamité,
les incursions terribles des Normands, nouveaux barbares qui, pendant
près d'un siècle, ne cessèrent de traverser la France en tous sens,
ravageant les campagnes, saccageant les villes, massacrant leurs
habitants ou les emmenant en esclavage. La foiblesse des descendants
de Charlemagne, plus grande encore que celle de la postérité de
Clovis, les fit bientôt tomber d'un trône dont ils s'étoient rendus
indignes; et ils tombèrent aux acclamations de toute une nation qui
alors, on ne doit point se lasser de le redire, n'avoit ni sur
l'hérédité légitime, ni sur l'ordre de la succession au pouvoir
politique, les idées plus salutaires et plus justes que depuis elle a
su acquérir, et qu'un long usage a consacrées au milieu d'elle, pour
son bonheur et pour sa gloire. Dans ces premiers temps de la monarchie
française ce n'étoit pas un droit suffisant au trône que d'être du
sang royal: il falloit encore _être utile à la nation_ pour prétendre
à devenir son roi.[81]

[Note 79: Greg. Tur., lib. 2., cap. 40 et 42. Aim., lib. 1, cap. 25.]

[Note 80: Il seroit plus exact de dire: _il ne put faire autre chose_.
Que l'on veuille bien pénétrer un moment avec nous, et avec les
écrivains qui ont le mieux connu les antiquités de notre nation,
jusqu'à l'origine du pouvoir royal parmi les Francs, afin d'en bien
concevoir la nature, et de bien saisir le caractère qu'il dut avoir
dans les premiers temps de la monarchie: ce sera pour plusieurs
l'occasion de s'en faire une idée plus juste, et de se débarrasser de
beaucoup d'erreurs et de préjugés que tant d'écrivains superficiels
ont répandus sur cette époque de notre histoire.

Chez les Francs, tous les princes de la maison royale naissoient avec
le titre de _roi_; et tous avoient droit à l'hommage des personnes
libres. Ce droit fut égal et sans partage entre eux, avant la
conquête, parce qu'il étoit alors l'unique domaine de la famille. Ce
fut autre chose quand le chef de cette famille eut acquis des
provinces et des trésors: ces biens nouveaux purent être partagés
entre ses enfants; mais on ne put de même partager les hommes libres,
alors trop fiers et trop indépendants pour se soumettre à un semblable
partage.

Il en résultoit donc que, lorsqu'un roi n'avoit pas pris de
précautions pour assurer l'état de ses enfants, celui d'entre eux qui
avoit su s'attacher un plus grand nombre d'_hommes libres_, étoit en
mesure de se faire donner un plus grand nombre de provinces, et même
de se rendre maître du royaume entier, à l'exclusion de ses
co-partageants. Un trésor étoit un moyen sûr d'y parvenir; et ce fut
pour avoir su s'emparer de celui de son père Clotaire (Grég., Tur.
_hist._, lib. 4, cap. 22) que Chilpéric s'assura l'hommage des
seigneurs puissants, de ceux qui _commandoient les nations_, à qui
l'_administration militaire_ avoit été confiée, et qui étoient en
possession _de partager avec le roi l'exercice de l'autorité
souveraine_. (Aim. lib. 4, cap. 17.) Ce ne fut point autrement que
Dagobert se rendit maître du pouvoir suprême, dont son frère Aribert
fut exclu.

On conçoit maintenant que les rois francs n'avoient qu'un seul moyen
d'assurer à leurs enfants leur part de royauté: c'étoit de leur donner
_partage_ dès leur vivant, et de leur faire rendre hommage par les
seigneurs des terres dont se composoit le partage, en prenant
toutefois la précaution de se faire comprendre eux-mêmes dans le
serment de fidélité que l'on exigeoit à cette occasion. (Marculph.
_Form._ lib. 1., tit. 2.) Les reines qui, comme Frédégonde,
craignoient de voir exclure leurs enfants par les enfants d'un autre
lit, avoient surtout un grand intérêt à les faire déclarer rois; et
comme le moyen le plus efficace de soutenir de pareils droits à la
royauté étoit de faire des largesses aux grands, elles avoient soin de
leur assigner un trésor, alors qu'ils étoient encore au berceau.

Ainsi les frères étoient les concurrents et les rivaux de leurs
frères, les oncles de leurs neveux, souvent même les cousins de leurs
cousins; et cette confusion de droits et les désordres qui
s'ensuivirent, venoient de ce que la famille _publique_ se gouvernoit
par les lois domestiques qui ne sont applicables qu'aux familles
privées. Elle partageoit l'État, comme s'il lui eût appartenu, ne
sachant pas encore qu'elle appartenoit à l'État.

Les rois carlovingiens imitèrent les rois francs; et ils avoient un
motif de plus pour faire ces élections anticipées: c'est qu'alors le
vasselage ayant pris des formes plus fixes, plus régulières, et étant
nécessairement attaché à tout bénéfice militaire, il s'ensuivoit que,
donnant partage à l'un de leurs enfants, ils lui transportèrent ainsi
l'hommage d'un grand nombre de leurs vassaux, qu'ils n'auroient pu
leur léguer, parce que _la mort du suzerain délioit le vassal_, ce que
nous prouverons tout à l'heure et ce qu'il est important de remarquer:
c'étoit le seul moyen efficace qu'ils eussent de fixer la royauté dans
leur maison, qui fut toujours moins respectée que celle des rois
francs.

«Lorsqu'ensuite, dit de Buat, dont les savantes et judicieuses
recherches nous ont été très-utiles dans cette dissertation, la Maison
carlovingienne se fut partagée en plusieurs branches, la même
précaution fut absolument nécessaire pour assurer au fils unique d'un
roi la succession de son père, à laquelle un oncle et un cousin
_croyoient avoir autant de droit que lui_. Tel fut le motif des
élections éventuelles et des désignations, dont l'usage fut encore
plus fréquent sous la seconde race qu'il ne l'avoit été sous la
première.» (_Origines_, t. 1).]

[Note 81: (Aim., lib. V, cap. 70.) «La coutume des Francs fut toujours
de choisir leurs rois dans la race ou dans la succession des rois
derniers morts. Ils n'élurent pas Charles-le-Simple aussitôt après
Louis-le-Gros, parce qu'il étoit alors _enfant et de corps et
d'esprit_; qu'il n'étoit pas encore capable de gouverner un royaume,
et qu'il eût, par conséquent, été _dangereux de l'élire_, tandis que
la nation étoit exposée à la cruelle persécution des Normands.»
(Flodoard, liv. 15., _Hist. Remens._, cap. 5.)

Ceci se passoit sous la seconde race. Écoutons maintenant Grégoire de
Tours, faisant raconter à Gondoald, fils de Clotaire Ier, les motifs qui
l'avoient porté à venir dans les Gaules pour y faire valoir les droits
qu'ils prétendoit avoir à la couronne: «Lorsque j'étois à Constantinople,
disoit ce prince, je m'informai de Boson en quel état étoit ma famille,
et j'appris de lui qu'elle étoit réduite à fort peu de chose. Il me dit
que, de tous mes parents, il ne restoit que Gontram et Childebert; que
les fils de Chilpéric étoient morts aussi bien que lui, à l'exception
d'un enfant qui _étoit encore au berceau_; que Gontram mon frère n'avoit
point d'enfants, et que mon neveu Childebert étoit encore très-foible
(_minime fortis_); que par cette raison tous les princes du royaume
avoient pris la résolution _de me rappeler_, et que personne n'avoit osé
parler contre moi. Car nous savons tous, ajouta-t-il, que vous êtes fils
de Clotaire, et que si vous ne venez pas dans les Gaules, _il n'y est
resté personne qui puisse les gouverner_.» (Hist., lib. VII, cap. 36.)
Gontram lui-même, s'adressant au _peuple_ après la mort de Chilpéric, ne
fait point valoir d'autres motifs pour obtenir le pouvoir suprême. «Je
vous conjure, lui dit-il, de me garder une foi inviolable, de ne pas me
tuer comme ont été tués mes frères; qu'au moins je puisse élever mes
neveux, qui sont devenus mes enfants adoptifs. Ma mort, si elle arrive
pendant qu'ils sont en bas âge, entraînera nécessairement votre ruine,
puisqu'il ne restera de notre race _aucune personne robuste_ qui puisse
vous défendre.» (_Ibid._, lib. VII, cap. 8.)

Ceci prouve encore que le peuple concouroit à l'élection du monarque;
et en effet, dans la charte où Louis-le-Débonnaire règle l'état de ses
enfants, il ordonne expressément «que tout _le peuple assemblé_[81-A]
élise celui des princes _qu'il plaira à Dieu_.» (Cart. division., an
817.) On pourroit citer beaucoup d'autres exemples de cette confusion
d'idées qui régnoit alors au sujet de la succession au trône,
principale cause de tous les désordres qui éclatèrent en France sous
les deux premières races.]

[Note 81-A: Par _peuple_ il faut entendre ici tout ce qui avoit la
_noblesse_ ou du moins l'_ingénuité_, depuis les grands vassaux de la
couronne jusqu'aux simples propriétaires et aux bourgeois des cités.
Les _serfs_ ou esclaves et les colons attachés à la glèbe en étoient
exclus: c'est cette classe nombreuse de la société que nous appelons
_peuple_ aujourd'hui, et dont le christianisme a, par degré, brisé les
fers.]

Ainsi s'explique ce qu'on appelle l'usurpation des maires du palais
sous la première race et celle des comtes de Paris sous la seconde:
les deux races étoient tombées dans le mépris[82]. Sous des princes
foibles s'étoient élevés des chefs guerriers devenus par leurs hautes
qualités des objets d'estime, d'attachement et d'espérance pour une
nation toute guerrière: elle choisit pour la commander celui qui lui
sembla le plus digne; et en rejetant de même qu'en remplaçant des
races dégénérées, ni la nation qui choisissoit le nouveau roi, ni les
chefs qui avoient dirigé et confirmé son choix, ne pensoient avoir
commis une action coupable devant Dieu et devant les hommes. Il n'est
rien de plus déraisonnable que cette disposition qui nous porte à
juger les siècles passés avec les idées et d'après les lois, les
coutumes et les préjugés du siècle où nous vivons, rien qui indique
davantage une profonde ignorance et les vues étroites de l'esprit:
c'est là une des principales sources de tant d'erreurs et d'absurdités
dont se compose la politique des sophistes de nos jours.

[Note 82: La haute noblesse, celle qui se composoit presque toute de
libres propriétaires, étoit peu nombreuse, et d'une telle fierté
qu'elle ne voyoit rien au-dessus d'elle, pas même la famille des rois.
«Remplis de mépris pour la race de Charlemagne, dit le moine de
Saint-Gal[82-A], chacun de ces nobles de la première classe tâchoit de
s'emparer du gouvernement, et ne prétendoit à rien moins qu'à mettre
la couronne sur sa tête.» Ceci se passoit immédiatement après la mort
de Charlemagne; et l'on peut juger des dispositions où elle dut se
trouver, lorsque, après deux siècles de règne, cette race eut donné
des preuves si multipliées de sa dégénération.]

[Note 82-A: (Mon. Sanct. Gall., lib. II., cap. 27.)]

Au milieu de tant de désordres et de calamités publiques, les liens de
la subordination féodale s'étoient sans doute fort relâchés: profitant
de cette extrême foiblesse du pouvoir politique, chacun cherchoit à se
rendre indépendant; et c'est une tendance naturelle et malheureuse de
l'esprit humain. Toutefois le principe monarchique que le _vasselage_
avoit si long-temps contribué à maintenir, restoit encore comme gravé
dans le fond des coeurs; ce fut le _vasselage_ lui-même qui rassembla
en quelque sorte les membres épars de la monarchie pour la constituer
de nouveau; car Hugues Capet n'étoit ni plus illustre par sa
naissance, ni plus puissant par ses domaines que beaucoup d'autres
grands vassaux de la couronne; et ce fut uniquement parce que ceux-ci
lui prêtèrent foi et hommage et le reconnurent pour leur seigneur,
qu'il fut roi[83]. Ici commence le temps _des grandes polices_, comme
dit Mézeray: une loi de l'hérédité au trône plus régulière, plus
monarchique, affermit la puissance des princes, et leur fournit les
moyens de reconquérir par degrés ce que le malheur des temps leur
avoit fait perdre d'influence et d'autorité; et peut-être allèrent-ils
depuis trop loin dans une route où si long-temps ils s'étoient vus
forcés de rétrograder: c'est ce que nous aurons occasion d'examiner.
Il n'est question ici que de chercher si le régime féodal fut un bien
ou un mal pour la France; et sur ce sujet nous croyons avoir déjà
rempli une partie de la tâche que nous nous sommes imposée.

[Note 83: On a beaucoup déclamé et l'on déclame encore sur
l'usurpation que firent du pouvoir souverain les chefs de la seconde
et de la troisième race de nos rois: dans tout ce que l'on a dit à ce
sujet, il y a eu souvent de la passion, et toujours beaucoup
d'ignorance de la constitution politique de la France, dans ces
premiers siècles de la monarchie. Que devons-nous voir dans la race
des rois francs? une famille plus honorée sans doute que les autres,
où la nation a coutume de choisir ses chefs, mais de telle manière
cependant que tous les membres qui la composent peuvent prétendre à
l'être, et souvent tous à la fois, et quel que puisse être leur degré
de consanguinité. Quels sont ceux qui élisent ces rois? d'une part des
seigneurs _libres propriétaires_, qui ne leur ont jamais _engagé leur
foi_, qui se croient les égaux de cette famille, qui le sont en effet;
de l'autre, des vassaux que la mort de leur suzerain a _déliés de tout
engagement_; car le vasselage étoit _personnel_, et rien n'est plus
attesté. Qu'exigeoient-ils de ces rois? qu'ils fussent capables de les
commander, de les défendre; et ils étoient jugés indignes du trône,
lorsqu'ils étoient _inutiles_ à la nation. Que devoit-il résulter de
droits établis sur des conditions aussi rigoureuses d'une part, et sur
des obligations aussi légères de l'autre? que la race entière seroit
nécessairement rejetée, dès qu'elle auroit dégénéré au point de ne
plus offrir que des princes incapables et imbéciles, parce que, il ne
faut point se lasser de le répéter, selon la maxime fondamentale des
Francs, un prince _inutile_ ne pouvoit être roi. C'est ainsi que la
famille des Carlovingiens fut substituée à celle de Clovis, qui ne fut
dépossédée qu'en raison de son _inutilité_; et c'est ce qui fit que
Pépin, dont l'élévation supposoit la nullité de tout droit à conserver
le pouvoir dans une même famille, essaya de sortir de cette situation
fausse et incertaine, en faisant intervenir la puissance spirituelle,
seule capable en effet de donner de la fixité à toute institution
politique. Le pape Étienne en le sacrant sacra aussi ses deux fils, et
prononça l'excommunication contre ceux «qui entreprendroient d'élire
un roi qui ne descendit pas de ceux que la bonté divine avoit daigné
élever à ce rang suprême.» Mais les coutumes de la nation, le partage
impolitique qui continua d'être fait de la puissance royale, le
malheur des temps qui rendit la noblesse plus indépendante encore
qu'elle ne l'avoit été, surtout le mépris dans lequel tomba la seconde
race, qui ne fut jamais aussi respectée que la première, tout se
réunit pour légitimer le choix d'une nouvelle famille royale: «car,
comme le dit fort bien de Buat, les princes auxquels Hugues Capet fut
substitué étoient au moins _inutiles_; et l'un d'eux _avoit fait un
hommage_ qui le rendoit étranger à la nation et peut-être son ennemi.»
De telles coutumes et de tels préjugés composoient sans doute une fort
mauvaise loi d'hérédité au trône: on ne prétend point le nier; on
soutient seulement que ces coutumes et ces préjugés existoient, et que
tant qu'on ne comprendra point ces choses, on ne dira que des
absurdités sur les deux premières races de nos rois.]

Que l'on se fasse une juste idée de ce qu'étoit la Gaule sous ces deux
premières races, ainsi livrée à des peuples, féroces et grossiers qui
l'avoient si long-temps ravagée, et qui, partagés sous différents
chefs décorés du nom de roi, se la disputoient encore plusieurs
siècles après l'avoir conquise; qu'on se la représente soumise à un
pouvoir monarchique si mal constitué, à l'action duquel on échappoit
de toutes parts par la difficulté des communications[84], par
l'insuffisance des moyens d'administration matérielle, depuis si
prodigieusement perfectionnés, et parvenus de nos jours à une
perfection que l'on peut appeler _désespérante_; que l'on considère
cette vaste contrée, si long-temps désolée, tourmentée par cette race
d'hommes turbulents et impatients du joug; de nouveau tourmentée,
désolée, et pendant plus d'un siècle, par d'autres barbares[85], qui,
dans leurs continuelles incursions, en attaquent et en isolent les
unes après les autres toutes les parties; et qu'ensuite on essaie
d'imaginer une forme d'administration, nous ne dirons pas plus propre
à conserver un tel pays que l'administration féodale, mais au moyen de
laquelle il eût été même possible de le conserver: on ne la trouvera
point. Dans un grand empire, presque toujours mal gouverné, qui
très-souvent même n'_étoit point gouverné_, tout grand propriétaire
se trouvoit naturellement substitué à ce gouvernement suprême qui
sembloit l'avoir abandonné; et devenu lui-même _souverain_,
protégeoit, défendoit, punissoit, récompensoit, encourageoit,
maintenoit dans l'ordre et dans la subordination, la population plus
ou moins nombreuse que la loi de la féodalité avoit mise sous sa
dépendance: c'étoit, nous le répétons, une vivante image de la
famille; et pour louer une telle institution autant qu'elle mérite de
l'être, nous appellerons en témoignage l'un de ses plus grands
ennemis: «Le gouvernement féodal, dit Mably, étoit sans doute ce que
la licence a imaginé de plus contraire à la fin que les hommes _se
sont proposée en se réunissant en société_[86]. Cependant, malgré ses
pillages, son anarchie, ses violences et ses guerres privées, nos
campagnes _n'étoient pas dévastées_ comme elles le sont _aujourd'hui_.
L'espèce de point d'honneur qu'on se faisoit de compter beaucoup de
vassaux dans sa terre _servoit de contre-poids_ à la tyrannie des
fiefs. Loin de dévorer tout ce qui l'entouroit, le seigneur principal
_faisoit des démembrements de ses terres_ pour se faire des vassaux,
et les familles _se multipliaient sous sa protection_.»

[Note 84: Sous le règne de Hugues-Capet, un abbé de Cluni
invité par Bouchard, comte de Paris, d'amener des religieux à
Saint-Maur-des-Fossés, s'excusa de faire un si long voyage dans
un pays étranger et inconnu.]

[Note 85: Les Normands.]

[Note 86: Remarquez que tous ces malheureux discoureurs, dans tous les
systèmes politiques et religieux qu'ils ont rêvés, supposent, avant
toutes choses, _l'isolement_ absolu de l'homme, qui _se réunit_
ensuite à d'autres hommes pour composer des sociétés et fabriquer des
religions. C'est au moyen de cette extravagance monstrueuse, qu'ils
sont parvenus à bouleverser le monde civilisé.]

«Je le demande à tout homme sensé et impartial, s'écrie un illustre
écrivain de nos jours[87]: si le régime qui _multiplie_ les hommes,
protége les familles, les appelle à la propriété, et préserve les
campagnes de la dévastation, est contraire _à la fin_ de la société,
quelle est donc la fin de la société, et quel est le régime qui lui
convient? Si c'est là de l'anarchie et de la tyrannie, quel nom
donnerons-nous à l'anarchie et à la tyrannie dont nous avons été les
témoins et les victimes? À des seigneurs guerroyans ont succédé des
gens d'affaires avides, des procès ruineux à des incursions
passagères, et des impôts excessifs à des redevances ridicules. Les
campagnes n'y ont pas gagné; et à part celles que vivifie, en les
corrompant, le voisinage des villes, les autres se sont appauvries et
dépeuplées.

[Note 87: M. le vicomte de Bonald, oeuv. compl., III, p. 413.]

«Il faut le dire, puisque la force de la vérité en arrache l'aveu à
l'inconséquent écrivain que nous venons de citer[88], le régime féodal
a peuplé les campagnes; le régime fiscal, commercial, philosophique a
agrandi les villes: l'un appelle le peuple à la propriété par des
démembrements et des inféodations de terres; l'autre le fait subsister
par des fabriques, en attendant de l'enrichir par des pillages.
Celui-ci procure à l'homme une subsistance précaire et variable, comme
les chances du commerce, et qu'il reçoit tous les jours sous la forme
d'une aumône du fabricant qui l'occupe; celui-là donne à la famille un
établissement indépendant de l'homme et fixe comme la nature; l'un en
un mot donne des citoyens à l'état, l'autre élève des prolétaires
pour les révolutions; et quelle que soit la manie de la déclamation,
comme il faut toujours revenir aux faits, il est à remarquer que
l'établissement des manoirs champêtres date presque toujours du temps
de la féodalité, et que la destruction des nombreux hameaux, dont on
retrouve les vestiges dans les campagnes et le nom dans les chartes, a
concouru avec les progrès du commerce et l'accroissement des cités.»

[Note 88: Mably, que M. de Bonald avoit cité lui-même. (_Ibid._)]

Mais de grands abus, dira-t-on, firent dégénérer une institution dont
le principe étoit bon peut-être; et l'histoire des temps de la
féodalité signale des actes oppressifs et tyranniques, des guerres
intestines et sans cesse renaissantes, des trahisons, des révoltes, et
surtout, dans ses derniers siècles, un système général d'indépendance
qui ressembloit au désordre et à l'anarchie. Qui prétend nier ces
choses? certes, le plus grand des prodiges eût été que, dans des
siècles aussi grossiers, une race d'hommes qui n'avoit d'autre passion
que celle de la guerre, d'autre occupation que les exercices violents
qui en sont l'image, n'eût pas abusé d'un pouvoir qui lui étoit en
quelque sorte abandonné, n'eût pas considéré toutes ses usurpations
comme des _droits_, lorsque ses chefs étoient impuissants à réclamer
d'elle aucun _devoir_. Voit-on autre chose parmi les nations qui
s'enorgueillissent le plus de leur civilisation, dès que la main qui
les gouverne laisse un moment flotter les rênes, et ne se montre plus
assez ferme pour les ressaisir? Sied-il bien aux hommes du
dix-huitième siècle, du siècle de l'industrie, du commerce, des
sciences exactes, du siècle qui s'est donné lui-même le nom de siècle
_des lumières_, et qui en conservera éternellement le _sobriquet_,
sied-il bien à ces hommes de s'indigner en parlant de révoltes, de
trahisons, de tyrannie, d'anarchie, d'oppression des peuples, de
guerres intestines, de mépris pour le sang et la dignité de l'homme,
de violation de toutes les lois naturelles de la société? Quel
spectacle nous a-t-il offert, sans compter tout le reste, ce siècle
follement orgueilleux et lâchement cruel? la force violant la
propriété, afin d'exercer sans nul obstacle sa fureur de détruire. Que
voyons-nous dans ces siècles qu'il ose poursuivre de son insolent
dédain? la force devenue _conservatrice_, parce qu'elle avoit été
rendue _propriétaire_; et par suite de ces institutions que l'on
appelle sottement _stupides_ et _barbares_, une société qui compte
quatorze siècles d'existence, ce qui ne s'est jamais vu ni dans aucun
temps ni dans aucun pays.

Toutefois gardons-nous d'attribuer uniquement au régime féodal ce
prodige sans exemple de durée et de prospérité. Ce régime avoit en
lui-même, comme tout ce qui est purement humain, son principe de
destruction; et ce principe eût sans doute prévalu, si la puissance
au-dessus de l'homme qui avoit formé cette société naissante ne l'eût
soutenue en perfectionnant et affermissant ce qu'elle avoit de bon et
de naturel dans ses institutions. Nous ferons voir bientôt comment,
sans la religion chrétienne, ce même régime féodal, qui devint un
instrument de conservation, auroit, au contraire, tout divisé et tout
détruit.

Un tel gouvernement, au moyen duquel la puissance et les honneurs
étoient dévolus à celui qui possédoit la terre et qui la faisoit
cultiver, n'étoit point favorable sans doute à l'accroissement des
villes: la noblesse française dédaignoit d'y séjourner; elle habitoit
constamment la campagne, «et son séjour, dit l'écrivain que nous
venons de citer[89], y étoit utile pour elle et pour le peuple par
mille raisons domestiques et politiques.» Mais pour expliquer
clairement un tel usage, et montrer que non-seulement il étoit utile,
mais nécessaire, il convient de remonter encore jusqu'à
l'établissement des bénéfices, c'est-à-dire jusqu'aux temps qui
précédèrent la conquête.

[Note 89: T. III, p. 411: «Les bois et les champs forment plus la
noblesse que les villes. _Plus rura et nemus conforunt ad consequendam
nobilitatem_, dit Poge, qui écrivoit sur le droit public au quinzième
siècle.» (_Ibid._)]

Toutes les provinces de la Gaule étant successivement devenues
frontières, ainsi que nous l'avons déjà dit, les troupes
_stationnaires_ en avoient ainsi occupé successivement toutes les
parties; et les _camps_ ainsi que _les châteaux_ s'étoient multipliés
dans l'intérieur du pays. Ils furent toujours établis dans le
voisinage des cités; et par suite de ces établissements se formèrent
des _cantons_ qui, dans l'origine, n'étoient que des démembrements du
territoire de ces cités, dont on avoit composé des propriétés pour les
comtes, les ducs, les soldats _châtelains_, qui commandoient et
défendoient la contrée. Ces terres reçurent bientôt une sorte
d'anoblissement de la noble profession de ceux qui les possédoient:
dès lors on mit une grande différence entre les cantons et les
domaines des cités; et les habitants de ces terres privilégiées furent
long-temps les seuls que l'on nommât _cantonniers_[90].

[Note 90: 3. _Synod. Aurel._, can. 5.]

Cette disposition ne fut point changée sous les rois francs, et ne
pouvoit l'être. Les bénéfices _cantonniers_ continuèrent d'être
possédés uniquement par les familles militaires[91]; il y eut des
cantonniers francs, romains et barbares[92], parce qu'en effet, après
la conquête, l'armée du conquérant se trouva composée d'un mélange de
soldats de ces diverses nations; et tant que les chefs furent
amovibles, ils prêtèrent hommage au roi comme vassaux de la
couronne[93]. Quant aux bourgades et cités, elles étoient la demeure
des bourgeois et plébéiens et de toute personne qui n'étoit point
assujettie au service militaire. L'histoire nous apprend qu'elles
appartenoient en toute propriété aux rois, qui se les partageoient
lorsqu'ils régnoient conjointement ensemble, ou qui en faisoient don
aux personnes qu'ils vouloient gratifier; qu'une telle possession
n'avoit rien de commun avec le commandement militaire de la province,
puisque des femmes pouvoient y prétendre, et que plusieurs reines
reçurent de semblables donations à titre de douaire; que ces bourgeois
et plébéiens, désignés sous le titre commun de _provinciaux_, bien
qu'ils fussent distingués en plusieurs ordres de citoyens, étoient
cependant, et quel que pût être leur rang, fort au-dessous des _hommes
militaires_; qu'ils payoient des tributs comme sujets du fisc, et que,
sous ce rapport, comme sous plusieurs autres, ils étoient soumis à la
juridiction du comte[94]. On y apprend encore que, dans les environs
des maisons royales, que ces provinciaux[95], sujets du fisc, étoient
tenus de bâtir et d'entretenir, s'élevèrent des habitations où
affluèrent des plébéiens de toutes les classes, attirés auprès de ces
demeures privilégiées par diverses causes qu'il n'est point de notre
sujet de rappeler ici: ainsi se formèrent _les villes_, qui reçurent
ce nom de celui de _villa_, que portoit tout manoir royal; et elles
devinrent plus ou moins considérables, selon que le souverain faisoit
plus ou moins de séjour dans le palais autour duquel elles s'étoient
formées; mais elles n'en restèrent pas moins soumises aux mêmes
redevances que les bourgs et les cités; et l'on peut concevoir
maintenant pourquoi la noblesse resta confinée dans ses terres où elle
jouissoit, au milieu de ses vassaux, de tous les honneurs et
prérogatives qui lui appartenoient, et comment elle tint à déshonneur
d'habiter des lieux où elle eût été confondue avec les classes
inférieures de la société.

[Note 91: _Decretal. prec. Bal._, t. I, p. 199.]

[Note 92: Parmi les habitants des Gaules, tout ce qui n'étoit point
Franc ou Romain étoit désigné sous cette dénomination commune de
_barbares_.]

[Note 93: _Marculf. form._, lib. I, tit. 40.]

[Note 94: _Convent. apud Andelan._ an. 587. Aim., lib. I, 7; lib.
III., c. 48. _Ibid._ c. 4, 6. _Cap._ an. 819, tit. II, c. 19.]

[Note 95: _Cap. Car. calv._, tit. 27, cap. 14.]

Un capitulaire de Charlemagne établit une distinction entre ces
maisons royales: celles qui se nommoient _villæ capitaneæ_ étoient le
séjour des rois pendant la paix. C'était là qu'ils déployoient toute
la magnificence de leur représentation. Elles se composoient d'un
palais pour le monarque et de bâtiments suffisants pour loger la suite
nombreuse de ses domestiques et de ses officiers; et il n'y en avoit
aucune qui n'eût un château fortifié, ce qui, par la suite, fit de ces
demeures l'asile de toute la contrée environnante, pendant les longues
incursions des Normands. Les autres manoirs royaux désignés sous le
nom de _villæ mansionales_, _hébergements_, _parements_ se composoient
de simples bâtimens militaires[96] établis dans diverses parties du
royaume, où les rois étoient reçus lorsqu'ils voyageoient, ou qu'ils
se portoient sur le théâtre de la guerre. Telles étoient les
habitations royales sous les deux premières races, et l'on peut dire
qu'il n'y eut point de capitale du royaume, avant qu'un comte de Paris
fût devenu roi[97].

[Note 96: Ceux-ci étoient à la charge des fidèles, dont le devoir
étoit de les bâtir, de les entretenir et de les fournir de toutes les
provisions nécessaires, lorsque les rois venoient y établir leur
résidence momentanée. (Cap. Car. calv., tit. 36, cap. 37.)]

[Note 97: On comptoit dans les diverses provinces qui composoient le
royaume cent soixante habitations de ce genre. Les monnoies des rois
francs, leurs chartes, leurs synodes portent souvent le nom de
quelques-unes de ces forteresses ou maisons de campagne qu'ils
habitoient successivement.]

Cependant, en raison de l'avantage de sa position au milieu d'un grand
fleuve qui étoit pour elle une sorte de fortification naturelle, la
ville de Paris fut toujours considérée comme un des points les plus
importants du royaume, et ce fut l'un de ceux où se passèrent, dans les
moments les plus critiques, ses plus mémorables événements. Nous
trouvons que les rois de la première race y firent des séjours assez
fréquents, entre autres Chilpéric et la reine Frédégonde; sous la
seconde race, nous voyons Paris pillé par les Normands en 845; pillé
une seconde fois et brûlé en 856 par ces mêmes barbares; en 862 ils
pénètrent sur son territoire par sa partie méridionale, dévastent
l'abbaye Saint-Germain-des-Prés, abordent ensuite dans la Cité dont ils
surprennent les habitants sans défense; pillent encore la ville et la
réduisent de nouveau en cendres. Ce fut alors que Charles-le-Chauve,
sous le règne duquel arrivèrent tous ces désastres, ordonna que les
fortifications de Paris fussent relevées et augmentées, qu'on rétablît
et qu'on réparât les châteaux situés sur le bord de la Seine, et
notamment celui de Saint-Denis[98]. Avec ces nouveaux moyens de défense,
et grâce aux dispositions prévoyantes et au courage intrépide de son
évêque Goslin et du comte Eudes, cette ville put soutenir de la part des
Normands un dernier siége plus long et plus acharné que les précédents.
Constamment repoussés dans toutes leurs attaques, ils l'abandonnèrent
enfin après treize mois de tentatives inutiles, et après lui avoir donné
huit assauts consécutifs. Personne n'ignore qu'Eudes monta sur le trône
après la mort de Charles-le-Gros, et qu'en lui auroit commencé la
troisième race de nos rois, s'il n'étoit mort sans enfants. Cette
circonstance rendit pour un moment la couronne aux princes de la famille
carlovingienne.

[Note 98: Baluze. _Capit._ t. II, p. 267.]

Ce fut probablement encore la défense de Paris qui valut la royauté à
son petit neveu Hugues Capet, et qui fit remonter sur le trône de
France cette famille nouvelle qui ne devoit plus en descendre.
L'empereur Othon II, en guerre contre Lothaire qui régnoit alors,
s'étoit avancé en 978 jusque sous les murs de Paris, à la tête d'une
armée de soixante mille combattants; il avoit brûlé un de ses
faubourgs et insulté l'une de ses portes, lorsqu'il se vit attaqué sur
les hauteurs de Montmartre par les forces réunies du comte Hugues
Capet et de Henri, duc de Bourgogne, qui remportèrent sur lui une
victoire décisive, s'emparèrent de tous ses bagages et le
poursuivirent jusqu'à Soissons.

On peut donc comprendre maintenant pourquoi la ville de Paris, au
commencement de la troisième dynastie, étoit encore, comme du temps de
César, renfermée dans la Cité proprement dite. Elle avoit, sur les
deux rives du fleuve, et dès la fin de la première race, quatre
abbayes considérables aux quatre points cardinaux et presque à une
égale distance: Saint-Laurent à l'orient, Sainte-Geneviève au midi,
Saint-Germain-des-Prés au couchant, et Saint-Germain-l'Auxerrois vers
le nord. Autour de ces monastères, s'élevoient les habitations des
serfs et autres personnes qui en dépendoient, et ce fut là l'origine
de ces faubourgs qui depuis ont tant contribué à l'embellissement et
à l'agrandissement de cette capitale. Quant à la Cité, voici à peu
près l'idée qu'on doit s'en faire: la cathédrale au levant, le grand
et le petit Châtelet au nord et au midi, et le Palais des rois ou des
comtes au couchant, en faisoient les quatre extrémités. On y voyoit
aussi un palais pour l'évêque et une place publique ou marché. Des
rues étroites et sales, des maisons[99] construites en bois, des
églises d'une architecture lourde et gothique, remplissoient
l'intervalle qui séparoit les grands édifices. Ces églises, dont
plusieurs étoient des monastères, avoient des enclos assez
considérables; et si l'on considère que l'île entière, bien qu'elle
ait été agrandie par la réunion de deux autres petites îles qui
étoient à sa pointe occidentale, n'a aujourd'hui que cinq cents toises
de long sur cent quarante dans sa plus grande largeur, on pourra juger
qu'elle contenoit alors une bien foible population[100]. En effet,
quoiqu'on eût déjà abattu plusieurs vieilles églises avant la
révolution, cet étroit espace renfermoit encore la cathédrale, le
palais archiépiscopal, le palais de justice, dix paroisses, deux
hôpitaux, deux communautés d'hommes, quatre chapelles, un marché,
quatre places publiques, une bibliothèque et une prison. La plupart
des églises ont été détruites; d'autres, à moitié ruinées, ont changé
de destination; mais quelques-uns des principaux monuments, qui sont
au nombre des plus remarquables de Paris, n'ont éprouvé aucune
dégradation.

[Note 99: Paris ayant été brûlé tant de fois, et les historiens
n'ayant laissé aucune tradition sur les édifices de ce temps-là, on
ignore entièrement non-seulement quelle étoit la forme de leur
construction, mais encore quelles étoient les matières qui y étoient
employées. À peine savons-nous comment cette ville étoit bâtie il y a
deux ou trois siècles. Cependant ces nombreux incendies portent à
croire que toutes les maisons étoient en bois; et il est certain que,
sous Henri IV, elles étoient encore formées de charpentes couvertes
d'un enduit de plâtre. On cite, comme une chose remarquable, que, sous
Louis XII, les maisons du pont Notre-Dame étoient bâties en briques.]

[Note 100: Il est impossible de donner à ce sujet aucun renseignement
exact. Le premier recensement dont parlent les historiens fut fait en
1323, sous Philippe-le-Bel, et alors Paris s'étoit fort étendu sur les
deux rives de la Seine.]



LE PONT NEUF.


Paris, renfermé dans l'enceinte étroite d'une île, défendu par sa
situation et par les fortifications qui l'environnoient, fut, pendant
plusieurs siècles, une des places les plus fortes du royaume[101].
Abbon, déjà cité, nous apprend qu'en 886, lors de la dernière attaque
des Normands, cette ville étoit encore entourée de murailles et
flanquée de tours grandes et petites. Toutes ces tours étoient en
bois.

[Note 101: Sous le règne de Lothaire, l'évêque d'Aleth (aujourd'hui
Saint-Malo), craignant la profanation des reliques de son église par
les Normands qui infestoient tout le royaume, résolut de les apporter
à Paris, alors le seul lieu de sûreté qu'il y eût en France. Les
ecclésiastiques et les moines de Bagneux et de Dol, craignant
également pour leurs reliques, conçurent le même dessein, et se
joignirent à ce prélat pour faire le voyage de Paris. (FÉLIB.)]

Ce fut au moyen de ces fortifications déjà détruites par les Normands,
et rétablies par Charles-le-Chauve, qu'elle put soutenir contre ces
hordes barbares ce dernier siége si mémorable et qui devint le sujet
d'une épopée[102]. On n'y entroit alors que par le Grand et le Petit
pont. Quelques historiens ont confondu le Grand pont avec un autre
pont que le même roi avoit fait construire à l'extrémité occidentale
de la Cité, qui fut détruit pendant le siége même[103], et que
remplaça le pont _aux Colombes_, ainsi appelé parce qu'on y vendoit
des oiseaux. Ce dernier pont existoit encore dans le dix-septième
siècle; mais on ignore la date de sa construction, et il est
très-incertain qu'il ait succédé à celui de Charles-le-Chauve, sur
lequel on n'a d'ailleurs que de très-obscurs renseignements. Tout ce
qu'on sait de ce pont _aux Colombes_, c'est que ses piles étoient en
maçonnerie, et portoient un plancher de bois; il aboutissoit d'un côté
au quai de la Mégisserie, et de l'autre à celui de l'Horloge. Ayant
été détruit par la violence des glaces[104], on le reconstruisit, et
l'on y plaça des moulins, ce qui lui fit donner le nom de pont _aux
Meuniers_. S'étant écroulé une seconde fois en 1596, Charles Marchand,
capitaine des trois cents arquebusiers et archers de la ville, proposa
de le faire reconstruire à ses dépens, sous la condition qu'il
porteroit son nom. Sa proposition fut acceptée, et il obtint des
lettres-patentes à ce sujet. Ce pont fut achevé en 1609, et procura
une commodité au public par le passage qui fut ménagé au milieu, et
dont il ne jouissoit pas auparavant; car le pont _aux Meuniers_ étant
possédé à titre de cens, étoit fermé à ses deux extrémités, et ne
s'ouvroit que pour l'usage de ceux qui l'habitoient. Le pont
_Marchand_ fut détruit en 1621 par un incendie. Le Grand pont, après
avoir changé plusieurs fois de nom, porte maintenant celui de pont au
Change; le Petit pont a conservé le sien.

[Note 102: Le moine _Abbon_ est l'auteur de ce poëme. Il étoit normand
lui-même, et avoit été témoin de ce siége qu'il décrit avec une grande
exactitude de détails. Son ouvrage, écrit en latin barbare, est loin
d'être un chef-d'oeuvre de poésie, mais doit être considéré comme un
monument historique extrêmement curieux; il contient environ douze
cents vers divisés en deux livres, et fut composé vers la fin du
neuvième siècle.]

[Note 103: Abbon, v. 504 _et seqq._ Il fut renversé en partie par un
débordement de la rivière, la nuit du 6 février 886. Ceux qui ont
confondu le Grand pont avec ce pont de Charles-le-Chauve, attribuent
au Petit pont ce qui arriva en effet à celui de ce prince, V. Jaillot,
tom. 1, p. 167.]

[Note 104: Sauval et D. Félibien disent qu'on ne trouve aucuns
documents sur ce pont avant l'année 1323; et le premier de ces deux
historiens, par une de ces contradictions dans lesquelles il lui
arrive si souvent de tomber, rapporte presque au même endroit que ce
pont fut emporté par les glaces en 1196, 1280, etc., tom. 1, p. 225.]

Ces deux derniers ponts étoient encore, dans le quatorzième siècle,
les seuls points de communication entre la Cité et les autres parties
de la ville. Les divers ponts qui y aboutissent maintenant furent
élevés à différentes époques, jusque vers le milieu du dix-septième
siècle; et le pont Neuf est, sans contredit, le plus considérable de
ces utiles monuments.

L'île de la Cité n'a pas toujours été telle qu'elle est aujourd'hui:
elle finissoit anciennement à l'endroit où est la rue de Harlay. Le
jardin du palais s'étendoit jusqu'à cette extrémité; et là, un petit
bras de rivière le séparoit de deux îles, dont la plus grande, sur
laquelle fut construite depuis la place Dauphine, se nommoit
l'île _aux Bureaux_[105]. La plus petite, située du côté de
Saint-Germain-l'Auxerrois, étoit appelée l'île _à la Gourdaine_, et
l'on y voyoit un moulin à eau qui fut, sous François II, employé au
service de la monnoie; à la pointe de l'île _aux Bureaux_, il y
avoit une maison ou hôtel des _Étuves_[106]. Ces deux îles furent
réunies à celle de la Cité, long-temps avant qu'on pensât à élever
le pont Neuf, et changèrent alors leur nom en celui d'_île du
Palais_.

[Note 105: Jaillot prouve sans réplique que tous les historiens de
Paris se sont trompés, en appelant la plus grande de ces îles l'_île
aux Treilles_, et la plus petite l'_île de Bucy_ ou du _Pasteur aux
vaches_. Ces noms appartenoient à des îles ou atterrissemens que la
Seine avoit formés plus bas, parce qu'alors elle n'étoit pas retenue
dans son lit comme elle l'est aujourd'hui. Ces îles ont disparu, soit
qu'elles aient été emportées par la violence des débordements, soit
qu'en construisant les quais on les ait détruites pour laisser un
cours plus libre à la navigation. Toutefois l'_île aux Bureaux_ ne
reçut ce nom qu'en 1462, de Hugues Bureau, à qui l'abbé de
Saint-Germain la concéda cette même année, moyennant une rente
annuelle. On ignore si l'_île à la Gourdaine_ avoit donné son nom au
moulin qui étoit placé au-dessus, ou si elle en avoit reçu ce nom, que
ce moulin portoit aussi.]

[Note 106: Cette maison est mal placée sur les plans du commissaire
Delamare, qui sont ceux que nous avons copiés; elle s'y trouve à
l'endroit où est située aujourd'hui la cour Neuve; et Jaillot prouve
qu'elle s'élevoit à l'entrée de la place Dauphine. Ces plans ne
représentent aussi qu'une seule île, et il y en avoit deux.]

Jusqu'au règne de Henri III, il n'y avoit point encore de bâtiments
considérables dans le faubourg Saint-Germain, et tous les palais des
princes, ainsi que les hôtels des grands seigneurs, étoient situés
dans le quartier de la ville où s'élevoit le palais même du roi,
autour duquel les personnes qui fréquentoient la cour devoient
naturellement établir leur demeure. Vers ce temps, on commença à
ouvrir quelques rues nouvelles dans ce faubourg, et l'on y bâtit
plusieurs belles maisons que des gens de qualité habitèrent. À cette
même époque, la partie de la _ville_ proprement dite, qu'on nommoit
alors le faubourg Saint-Honoré, se couvrit aussi de magnifiques hôtels
jusqu'à la clôture nouvelle commencée, de ce côté, sous Charles IX. Il
en résulta que les relations entre ces deux grands quartiers de Paris
devinrent beaucoup plus fréquentes qu'auparavant, et qu'on sentit
davantage l'incommodité d'une communication qui ne pouvoit se faire
que par le pont Saint-Michel ou par bateau. Pour la rendre plus
facile, le roi résolut donc de faire bâtir un nouveau pont à la pointe
de l'île du Palais: la première pierre en fut posée le 31 mai 1578, du
côté des Augustins, et l'on commença dès lors à y travailler; mais
l'ouvrage étoit encore peu avancé, lorsque les guerres civiles
forcèrent de le suspendre.

Il ne fut achevé que sous le règne suivant. Henri IV, conquérant et
pacificateur de son royaume, au milieu des grands et utiles projets
qu'il formoit pour le bien de son peuple, n'oublia point
l'embellissement de sa capitale, et mit au nombre des premières
constructions qu'il y fit exécuter la continuation des travaux du pont
Neuf: ils furent achevés en 1604.

Ce pont, qui diffère des ponts[107] modernes par la courbe de ses arcs
et par sa construction en dos d'âne, que les architectes d'alors
jugeoient nécessaire pour la durée, fut long-temps considéré comme un
des plus beaux de l'Europe, et n'est en effet qu'une construction
lourde, irrégulière, et qui n'a d'autre mérite que celui de sa
solidité. Il avoit été commencé sur les dessins et sous la direction
d'un architecte nommé Androuet du Cerceau[108]; ce fut Guillaume
Marchand qui le termina. Il est porté sur douze arches de plein
cintre, qui se partagent inégalement des deux côtés de la pointe de
l'île du Palais. On en compte sept sur le grand cours de l'eau, cinq
sur le bras de la Seine du côté des Augustins, et la partie de l'île à
laquelle ils aboutissent contient encore l'espace de deux arcades.

[Note 107: Dans ceux-ci on a surbaissé les arcs, ce qui donne plus
d'élégance, sans nuire à la solidité.]

[Note 108: Ce fut lui qui donna les dessins de la galerie du Louvre.]

Au-dessus des arches règne une double corniche d'un pied et demi de
large, soutenue par des mascarons. Ce pont a plus de cent
quarante-quatre toises de longueur[109]: sa largeur est de douze,
qu'on a partagées en trois parties, dont les dimensions n'ont pas
toujours été les mêmes. Celle du milieu, qui sert au passage des
voitures, n'avoit autrefois que cinq toises: des deux côtés
s'élevoient pour les gens de pied des trottoirs qui s'étendoient sur
les demi-lunes que forment les piles du pont; et dans ces espaces,
vides alors, on tendoit, les jours ouvriers, de misérables tentes qui
interceptoient la belle vue qu'offre Paris de ce côté, et
embarrassoient le passage. Lors des réparations qui furent faites en
1776, les trottoirs furent baissés et rétrécis, et l'on construisit
des boutiques en pierre de taille dans les demi-lunes[110].

[Note 109: _Voy._ pl. 9.]

[Note 110: Le produit de la location de ces boutiques, qui sont au
nombre de vingt, avoit été donné par Louis XVI à l'académie de
Saint-Luc, pour être employé au paiement des pensions des pauvres
veuves de cette académie.]

La pointe de l'île du Palais, située vis-à-vis la place Dauphine,
forme une espèce de môle carré, qu'on appeloit, avant la révolution,
_place de Henri IV_, et au milieu duquel étoit placée la statue
équestre de ce grand monarque[111]. C'est le premier monument de ce
genre qu'on eût encore élevé à nos souverains. Avant cette époque, si
l'on faisoit la statue d'un roi, c'étoit pour la mettre sur son
tombeau, au portail de quelque église ou de quelque maison royale
qu'il avoit fait bâtir ou réparer. Cette statue y fut placée[112] en
1613, sous la régence de Marie de Médicis. Elle étoit posée sur un
piédestal de marbre blanc; aux quatre coins étoient attachés des
trophées d'armes et des esclaves en bronze, de grandeur naturelle,
représentant, dit Sauval, les quatre parties du monde, le tout
soutenu par un soubassement de marbre bleu turquin. Dans toutes les
descriptions de Paris, on trouve que la statue du roi avoit été
exécutée par un sculpteur françois nommé _Dupré_, et que le cheval
seul étoit l'ouvrage de _Jean de Bologne_, sculpteur italien: c'est
une erreur qu'ont accréditée certaines circonstances qui jusqu'à
présent n'avoient pas été assez connues. La vérité est que cet
artiste, qui jouissoit d'une grande célébrité et qui étoit attaché au
grand-duc de Toscane Ferdinand Ier, reçut de la cour de France la
commission d'exécuter en entier ce grand monument et commença le
cheval. Il ne l'avoit point entièrement achevé, lorsqu'il mourut en
1608. Alors Pierre Tacca, son élève, fut chargé de mettre la dernière
main aux travaux que son maître avoit laissés imparfaits. Ce sculpteur
acheva donc le cheval, fit la statue du roi[113], et le monument
entier fut terminé en 1613. Il avoit été embarqué le 13 avril de cette
même année à Livourne pour être rendu à Paris par le Havre; mais le
navire sur lequel il étoit chargé ayant fait naufrage sur les côtes de
Sardaigne, ce ne fut qu'avec beaucoup de peine que l'on parvint à
retirer la statue du sable où elle étoit enfoncée et à la charger sur
un autre navire. Elle n'arriva à Paris qu'en 1614. Un architecte nommé
_Marchand_ avoit déjà disposé l'emplacement et construit le piédestal
sur lequel elle devoit être placée, et la première pierre en avoit été
posée par Louis XIII le 2 juin de la même année. Enfin le 23 août de
la même année l'inauguration du monument fut faite par les principaux
magistrats de la ville de Paris, le jeune monarque étant alors absent
de sa capitale. Les esclaves qui décoroient les quatre coins de ce
piédestal étoient réellement l'ouvrage de trois sculpteurs françois,
Francavilla, Bordone et Tremblay.

[Note 111: _Voy._ pl. 25.]

[Note 112: Renversée le 11 août 1792.]

[Note 113: Ce qui donne lieu sans doute à la méprise qui a fait
attribuer si long-temps cette figure à un sculpteur françois, c'est
qu'en effet le sieur de Franqueville, architecte et premier sculpteur
du roi, fut chargé d'envoyer un modèle _de la statue du roi_ à
Florence. C'étoit probablement le portrait de Henri IV, modelé d'après
nature, dont il étoit difficile sans doute que l'artiste italien pût
se passer; et ce portrait fut effectivement envoyé. (_Voyez_ Mémoires
historiques relatifs à la fonte de la statue équestre de Henri IV, par
M. Ch. J. Lafolie.)]

Toutefois ce ne fut qu'en 1635, vingt et un ans après cette érection
de la statue équestre de Henri IV, que furent achevés, sous le
ministère du cardinal de Richelieu, les ornemens et bas-reliefs qui
achevèrent la décoration du piédestal. Ce fut ce ministre qui en
ordonna lui-même les inscriptions[114] et qui fit construire le carré
ou massif de maçonnerie, au milieu duquel s'élevoit toute cette
composition. Ces inscriptions expliquoient le sujet des bas-reliefs,
qui étoient au nombre de cinq et représentoient plusieurs événements
remarquables ou glorieux de la vie du grand roi. À droite, la prise
d'Amiens par les Espagnols, et celle de Montmélian en Savoie; à
gauche, les batailles d'Arques et d'Ivry; sur la face de derrière,
l'entrée triomphante de ce prince dans la ville de Paris.

[Note 114: Inscription sur la table principale du piédestal:

     ERRICO IV, _Galliarum imperatori, Navar. R. Ludovicus XIII,
     filius ejus opus incho. et intermissum, pro dignitate
     pietatis et imperii, pleniùs et ampliùs absolvit._ Emin. D.
     C. RICHELIUS _commune votum populi promovit, super illust.
     viri_ de Bullion, Bouthillier, P. Ærarii F. _faciendum
     curaverunt_. MDCXXXV.

Sur la table au-dessous:

     _Quisquis hæc leges, ita legito: uti optimo Regi precaberis
     exercitum fortem, populum fidelem, imperium securum et annos
     de nostris._ B. B. F.

Sur la table du côté du faubourg Saint-Germain:

     PREMIÈRE INSCRIPTION.

     _Genio Galliarum S. et invictissimo R. qui, Arquensi prælio,
     magnas conjuratorum copias parvâ manu fudit._

     DEUXIÈME INSCRIPTION.

     _Victori triumphatori feretrio, Perduelles ad Evariacum
     coesi, malis vicinis indignantibus et faventibus,
     clementiss. imper. Hispano duci optima reliquit._

Sur la table du côté du pont Royal:

     N. M. _Regis rerum humanarum optimi, qui sine cæde urbem
     ingressus, vindicatâ rebellione, extinctis factionibus,
     Gallias optatâ pace composuit._

Enfin sur la table du côté de la Samaritaine:

     _Ambianum Hispanorum fraude intercepta, Errici M. virtute
     asserta, Ludovicus XIII, M. P. F. iisdem ab hostibus fraude
     ac scelere tentatus, semper justitiâ et fortitudine superior
     fuit._

Sur la table au-dessous:

     _Mons omnibus ante se ducibus regibusque frustrà petitus,
     Errici M. felicitate sub imperium redactus, ad æternam
     securitatem ac gloriam Gallici nominis._

Sur la grille de fer qui renfermoit ce monument, étoit l'inscription
qui suit:

     _Ludovicus XIII. P. F. F. imperii, virtutis et fortunæ
     obsequentiss. hæres, J. L. D. D. Richelius C. vir supra
     titulos et consilia omnium retrò principum, opus absolvendum
     censuit. N. N. II. VV._ de Bullion, Bouthillier, _S. A. P.
     dignitati et regno pares, ære, ingenio, curâ, difficillimis
     temporibus P. P._]

Il n'y a rien autre chose à dire de toutes ces sculptures, sinon que
les meilleures étoient d'une grande médiocrité. On pouvoit en
considérant cette statue et ce cheval, d'un style à la fois roide,
lourd et mesquin, s'étonner de la réputation dont avoient joui Jean de
Bologne et son élève; les captifs de bronze[115] ne valoient pas mieux
que le monument qu'ils décoroient, mais n'étoient peut-être pas plus
mauvais, et l'on en peut dire autant des bas-reliefs.

[Note 115: Ces figures ont été sauvées de la destruction et déposées
au Musée royal, où elles sont encore maintenant.]

Ce fut sur le pont Neuf et devant la statue de Henri IV qu'une
populace effrénée, après avoir exercé mille indignités sur le cadavre
de _Concini_, si connu sous le nom de maréchal d'Ancre, vint en
brûler les restes défigurés. Il est remarquable que cette même
populace, si furieuse contre lui, après sa mort, avoit cependant
beaucoup aimé, au temps de sa faveur, cet Italien, qui, avant les
troubles, lui donnoit des fêtes, des tournois, des carrousels, dans
lesquels il brilloit, disent quelques mémoires du temps, étant _beau
cavalier et adroit à tous les exercices_. Un tel exemple montre pour
la millième fois ce qu'est le peuple, et ce que valent ses affections.
Cependant tant de preuves accumulées n'empêcheront point de malheureux
insensés de rechercher encore ses vains applaudissements; et les
leçons de l'histoire seront toujours perdues pour l'orgueil et pour
l'ambition[116].

[Note 116: Ce monument lui-même est une preuve plus frappante encore
de l'inconstance de la multitude, et du mépris que méritent également
sa haine et son amour. Pendant près de deux siècles, le souvenir de
Henri IV fut cher au peuple de Paris; et sa statue étoit pour ce
peuple l'objet d'une sorte de culte. Dans les premiers jours de la
révolution, on l'avoit vu forcer les passants à s'agenouiller devant
l'image de ce bon roi; environ deux ans après, il l'abattit avec des
cris de rage, comme celle du plus affreux des tyrans.

Ce fut le 23 avril 1814, peu de jours après le retour d'un Bourbon
dans les murs de Paris, que le conseil municipal de cette ville
arrêta, par une délibération, que la statue de bronze de Henri IV
seroit rétablie à l'endroit même où elle avoit été abattue, et qu'elle
le seroit au moyen d'une souscription à laquelle tous les François
seroient appelés à concourir. À peine cette souscription fut-elle
ouverte que de toutes les parties de la France, arrivèrent
d'innombrables offrandes, et de la part de toutes les classes de ses
habitants. L'exécution de la statue avoit été confiée à M. Lemot,
déjà célèbre par l'exécution de plusieurs grandes compositions
monumentales, parmi lesquelles se fait remarquer le fronton du Louvre,
l'un des plus beaux ouvrages de sculpture qu'aient produits les temps
modernes. Il commença sur-le-champ son petit modèle, qui ne fut achevé
et moulé en plâtre qu'au mois de janvier 1815, peu de semaines avant
le funeste retour de Buonaparte. M. Lemot n'en continua pas moins,
pendant l'époque dite des _cent jours_, et avec autant de courage que
de persévérance, le travail qu'il avoit commencé. Le modèle en grand
du cheval étoit déjà fort avancé lors de la rentrée du Roi; et à la
fin de décembre 1815, il étoit moulé, coulé et monté en plâtre, enfin
au mois d'avril 1816, l'oeuvre de l'artiste étoit entièrement achevée.
Le 18 mars 1817, on fondit, dans la fonderie de Saint-Laurent, la tête
et le torse de la figure; et ce fut le 6 octobre suivant que le cheval
et la partie inférieure du cavalier qui y étoit attenante furent
coulés en bronze et avec le succès le plus complet dans les ateliers
du Roule, et dans le même fourneau où avoit été fondue la statue de
Louis XV, le 5 mai 1758.

Le 28 du même mois d'octobre, S. M. Louis XVIII posa la première
pierre du monument, et le 25 août de l'année suivante elle en fit
l'inauguration avec une pompe toute royale, et au milieu des
acclamations et des transports de joie de l'immense population de
Paris. Cette population avait offert quelques jours auparavant (le 14
août) un spectacle encore plus touchant, lorsqu'on l'avoit vue,
pendant le transport de la statue, se précipiter sur les traits de
l'équipage que dix-huit paires de boeufs ne pouvoient plus ébranler,
offrir ses bras par milliers pour traîner un si cher fardeau, et le
conduire, comme dans une marche triomphale, jusqu'au pont des Arts, où
la statue demeura trois jours. Le 17, soixante-dix chevaux l'amenèrent
enfin au terre-plein, où elle fut placée très-heureusement sur son
piédestal, par M. _Guillaume_, charpentier, qui fit cette opération _à
ses frais_, ainsi qu'il l'avoit généreusement proposé, voulant ainsi
payer le tribut d'un bon François à la mémoire du bon Henri.

C'est un monument d'un grand style, d'un dessin correct et savant:
l'artiste a su allier la beauté des formes à la vérité de l'attitude;
la noblesse et la ressemblance parfaite des traits avec la franchise
et la naïveté de l'expression. Il s'est montré d'une exactitude
scrupuleuse dans tous les détails du costume et jusque dans les
moindres accessoires, sans jamais descendre à l'imitation servile d'un
copiste; le mouvement du cheval est neuf et vraiment admirable; toutes
les parties en sont étudiées avec le plus grand soin, et traitées dans
la plus grande manière; enfin, à la place d'une statue médiocre, s'est
élevée une statue digne d'un de nos plus grands rois, digne des plus
beaux temps de l'art parmi les modernes, et qui attestera à la
postérité à quel point, au commencement du 19e siècle, la sculpture
étoit florissante.

Les bas-reliefs qui ornent le piédestal, exécutés par la main savante
du même artiste, présentent dans des compositions ingénieuses et
pleines de sentiment, au côté méridional, Henri IV faisant distribuer
des vivres aux habitants de Paris qui, pendant le siége de cette
ville, s'étoient réfugiés dans son camp; au côté méridional, le roi,
déjà entré en vainqueur dans sa capitale, s'arrêtant au Parvis de
Notre-Dame, et là donnant ordre au prévôt de Paris de porter à ses
habitants des paroles de paix, et de les inviter tous à reprendre
leurs travaux accoutumés.

Sur la façade du piédestal qui regarde le pont Neuf, on avoit peint
l'inscription suivante, composée par l'académie des belles lettres:

     «_HENRICI MAGNI ob paternum in populos animum notissimi
     principis sacram effigiem, inter civilium furorum procellas,
     Galliâ indignante, dejectam, post optatissimum LUDOVICI
     XVIII reditum, ex omnibus ordinibus cives, ære collato;
     restituerunt, nec non et elogium quod simul cum effigie
     abolitum fuerat, lapidi rursùs inscribi curaverunt._»

Sur la face qui regarde le pont des Arts doit être placée
l'inscription que portoit la face principale de l'ancien piédestal, et
que nous avons déjà citée:

     _ERRICO IV, Galliarum imperatori_, etc.]



LA SAMARITAINE.


Près de la seconde arche du pont Neuf, du côté du Louvre, s'élevoit
sur une charpente le bâtiment dit de la Samaritaine. Ce petit monument
renfermoit une pompe au moyen de laquelle l'eau étoit distribuée, par
divers canaux, au Louvre, aux Tuileries et au Palais-Royal. On ignore
l'époque de sa construction, que quelques historiens attribuent à
Henri III; mais il est probable qu'il fut l'ouvrage de son successeur.
Quoi qu'il en soit de ce fait historique peu important à vérifier, cet
édifice, qui tomboit en ruines au commencement du siècle dernier, fut
détruit en 1712, et rétabli aussitôt au même endroit et dans une forme
plus élégante. Il se composoit de trois étages, dont le second étoit
au niveau du pont. Les faces latérales étoient percées de cinq
croisées; sur la face principale, et dans un enfoncement en forme
d'arcade, avoit été placé le cadran d'une horloge à carillon. On
voyoit au-dessous, avant la révolution, un groupe en plomb doré qui
représentoit Jésus-Christ, et la Samaritaine auprès du puits de
Jacob. Ce puits étoit figuré par un bassin dans lequel tomboit une
nappe d'eau sortant d'une coquille. La pompe en avoit été reconstruite
en 1772[117].

[Note 117: _Voy._ pl. 25.]

Les deux figures, plus grandes que nature et d'une exécution assez
médiocre, étoient de deux sculpteurs de l'académie, Bertrand et
Frémin. On lisoit au-dessous l'inscription suivante, tirée de
l'Écriture:

      _Fons hortorum,_
  _Puteus aquarum viventium._

Cette inscription très-heureuse indiquoit à la fois le sujet du groupe
et la destination du monument.

Au-dessus du cintre, s'élevoit un campanille en charpente, revêtu de
plomb également doré, dont la lanterne renfermoit les timbres de
l'horloge et ceux qui composoient le carillon.

Ce petit bâtiment avoit un gouverneur, parce qu'il étoit considéré
comme maison royale; il a été entièrement démoli, il y a quelques
années.



PLACE DAUPHINE.


Avant Henri IV, il existoit à Paris de beaux monumens; mais aucun de
nos rois n'avoit songé à embellir la ville elle-même, en y faisant
construire une suite d'édifices sur un plan régulier. L'enceinte des
murs contenoit encore une grande quantité de marais, de terres
labourables, et il n'y avoit alors de places publiques que la Grève,
les Halles, le Parvis-Notre-Dame, la place Maubert, celles du
Chevalier-du-Guet, de Sainte-Opportune et de la Croix-du-Tiroir.

Lorsque le projet de bâtir le pont Neuf avoit été conçu, on avoit
coupé l'île de la Gourdaine du côté du grand cours de l'eau; le moulin
de la Monnoie avoit été détruit; et sur les deux côtés du triangle que
forme ce terrain avoient été construits les deux quais que nous y
voyons aujourd'hui. Commencés en 1580, ensuite interrompus, ils furent
repris vers le temps où l'on finissoit le pont, et achevés en 1611.
Tout l'espace qui s'étendoit depuis l'Éperon jusqu'au jardin[118] du
Palais étoit encore en prairies. «C'étoit, dit Sauval, une solitude
stérile, déserte et abandonnée, qui, tous les ans, étoit noyée et
cachée sous l'eau.» Henri IV en fit don, l'an 1607, au premier
président de Harlay, à la charge d'y faire bâtir suivant les plans et
devis qui lui seroient donnés par le grand-voyer, et sous la condition
de quelques redevances. Ce magistrat fit construire d'abord, le long
des murs du jardin, une rue de maisons uniformes qui aboutit aux deux
quais du grand et du petit cours d'eau, et qui fut nommée rue de
Harlay.

[Note 118: Appelé alors jardin du premier président.]

Sur le plateau triangulaire que formoit le reste de l'île, on fit une
place qui fut environnée de maisons à double corps de logis, dont l'un
a vue sur la place, et l'autre sur les quais. Le plan en fut donné par
le roi, qui la nomma Place Dauphine, en mémoire de la naissance de son
fils Louis XIII. Cette place, dont la forme est aussi triangulaire,
n'a que deux ouvertures, l'une au milieu de la basse du triangle,
l'autre à son sommet, du côté du pont Neuf. Les maisons qui en forment
l'enceinte furent construites dans un ordre régulier, et sur le même
plan que celles de la rue de Harlay. Elles étoient toutes alors à
quatre étages, couvertes d'ardoises, bâties de briques, et liées
ensemble par des chaînes de pierre en bossage. Une corniche saillante
et ornée de dentelures régnoit autour de la place et en couronnoit
tous les édifices. Ce mélange de couleurs et cette régularité
pouvoient produire à la vue un effet assez agréable; mais il n'en est
pas moins vrai qu'une telle construction étoit mesquine et de mauvais
goût, ce dont il est facile de juger par les grandes parties qui en
subsistent encore[119]; elles prouvent que l'architecture, florissante
sous François Ier et Henri II, avoit alors beaucoup perdu de son
premier éclat: ce qu'il faut attribuer aux agitations des guerres
civiles et au malheur des temps.

[Note 119: _Voyez_ pl. 10.]

Lorsque ces édifices commencèrent à se dégrader, on permit aux
propriétaires de faire reconstruire leurs maisons suivant leur goût et
leurs idées particulières, d'où il est résulté que cette place a même
perdu cette symétrie qui en faisoit le seul mérite[120].

[Note 120: Au milieu de cette place est une fontaine en forme de
piédestal, laquelle soutient un petit monument élevé en l'honneur du
général Desaix, tué à la bataille de Marengo.]

Ce fut sur l'île dite depuis l'île _aux Bureaux_[121], et sur laquelle
s'élève aujourd'hui cette place, que furent brûlés Jacques Molay,
grand-maître des Templiers, et le maître de Normandie, le 18 mars
1313. Ce grand événement et la destruction de cet ordre célèbre,
auquel on reprochoit des crimes et des abominations jusqu'alors
inouïes, sont trop connus pour que nous en rappelions ici les
circonstances. Ces moines étoient-ils innocens ou coupables? Cette
question, sur laquelle aucun historien raisonnable n'avoit rien osé
affirmer jusqu'à nos jours, est sans contredit la plus difficile, la
plus obscure de toute l'histoire moderne; et les ténèbres qui la
couvrent sembloient, avant la révolution françoise, ne pouvoir jamais
être éclaircies. Cependant Saint-Foix, avec son audace et sa légèreté
ordinaires, ne manque point, à l'occasion du supplice de ces deux
personnages, de renouveler en leur faveur les allégations vagues et
les déclamations furieuses de cette tourbe de prétendus philosophes
dont il étoit le contemporain, déclamations et allégations dont le but
étoit moins de prouver l'innocence des Templiers, que d'insulter, avec
quelque apparence de raison, à toute autorité politique et religieuse.
Ces apologistes hypocrites ont dit, dans leurs plaidoyers, beaucoup de
mal des papes et des rois, et c'est là surtout ce qu'ils vouloient:
quant à l'innocence de ces prétendues victimes de l'avarice et du
despotisme, ils ne l'ont point prouvée, parce qu'il étoit impossible
de le faire de manière à ne point laisser de réplique; et leurs
adversaires les ont, plus d'une fois, extrêmement embarrassés,
lorsqu'ils leur ont présenté les preuves si fortes, si singulières,
que des actes et des témoignages authentiques élèvent contre ces
moines, reconnus universellement pour des hommes livrés à tous les
vices, à toutes les débauches, pour des séditieux, par cela seul
dignes de punition. Ceux qui les défendent ont souvent allégué en leur
faveur l'invraisemblance des crimes qu'on leur reproche: «Est-il
probable, s'écrient-ils, que tant d'illustres guerriers, tant d'hommes
d'une si haute qualité fussent coupables de crimes aussi atroces,
d'aussi grossières, d'aussi honteuses turpitudes?--Est-il
vraisemblable, pourroit-on leur répondre avec un auteur contemporain,
que ces personnages si nobles eussent jamais avoué de telles infamies,
si l'accusation n'eût été vraie? _Non est verisimile quòd viri tam
nobiles, sicut multi inter eos erant, unquàm tantam vilitatem
recognoscerent, nisi veraciter ità esset...._» (Baluze.) Si les
apologistes répliquoient que la torture leur arracha beaucoup d'aveux,
il seroit facile de donner la preuve que la plupart d'entre eux firent
des aveux sans qu'on les eût torturés. Au reste nous aurons occasion
d'examiner avec plus de détails cette grande question historique, et
nous espérons y répandre quelques lumières que les travaux de
plusieurs savants modernes nous ont procurées[122].

[Note 121: Cette île, ainsi que celle à la Gourdaine, appartenoit alors,
ainsi que nous l'avons déjà dit, à l'abbaye Saint-Germain-des-Prés; et
l'on n'a point trouvé qu'elles eussent de dénomination particulière avant
la fin du quinzième siècle.]

[Note 122: _Voy._ dans le deuxième volume, l'article _Temple_.]

Cet événement présente une petite circonstance qui montre à quel point
le droit de propriété étoit alors respecté, nos rois donnant alors
eux-mêmes le premier exemple de ce respect, fondement le plus solide
de toute société. Philippe-le-Bel, aussitôt après le supplice des
Templiers, écrivit aux religieux de Saint-Germain, pour leur déclarer
que, par cette exécution, il n'avoit point prétendu porter atteinte
aux droits qu'ils avoient sur le terrain où elle s'étoit faite. Cette
déclaration se trouvoit dans les registres de la chambre des comptes
et dans le trésor de chartes.



LA SAINTE-CHAPELLE.


Dans l'espace qui est borné au midi par le pont Saint-Michel, au nord
par le pont au Change, se trouvent plusieurs édifices, dont les plus
remarquables sont le Palais et la Sainte-Chapelle.

Pour bien faire entendre l'histoire des églises, il est nécessaire que
nous jetions un coup d'oeil général sur l'établissement de la religion
chrétienne en France, que nous examinions l'influence qu'elle a
exercée sur l'esprit de la nation, et quelle fut l'existence civile
et politique de ses ministres aux différentes époques de la monarchie.
Ces observations nous conduiront à une explication claire de l'origine
et de l'accroissement de tant d'établissements religieux, de tant de
pieuses fondations que Paris renfermoit dans son sein, et qui, pendant
une si longue suite de siècles, ont produit des effets si salutaires
sur sa police et ses moeurs.

Toutefois, avant d'offrir un semblable tableau, qui se place
naturellement à l'endroit où nous traiterons des paroisses et des
monastères de la Cité, nous croyons devoir faire la description de la
Sainte-Chapelle[123], non seulement parce que, dans l'ordre itinéraire
que nous suivons, elle est la première église que l'on rencontre en
sortant de la place Dauphine, mais par la raison plus forte que cette
église séculière n'avoit de rapport avec aucune autre église de
Paris, et fut bâtie par un saint roi pour une destination toute
particulière.

[Note 123: Le mot _chapelle_ a diverses acceptions: il signifie
quelquefois une église particulière, qui n'est ni cathédrale, ni
collégiale, ni paroisse, ni abbaye, ni prieuré. Ces sortes de
chapelles sont celles que les canonistes appellent _sub dio_.

On désigne aussi sous le nom de _chapelle_ une partie d'une grande
église dans laquelle il y a un autel, et où l'on dit la messe.
Celles-ci sont appelées _sub tecto_.

Enfin il y a des chapelles domestiques dans l'intérieur des
monastères, hôpitaux, communautés, dans les palais des princes et
autres maisons particulières. Ce sont proprement des oratoires privés,
dans lesquels on a obtenu la permission de faire célébrer le saint
sacrifice. On appelle spécialement _saintes chapelles_ celles qui sont
établies dans les palais des rois.]

Les croisades avoient apporté de grands changements dans la situation
de l'Europe et de l'Asie. Après de longs combats, les croisés, maîtres
des saints lieux et de toute la Palestine, s'étoient emparés de
Constantinople, par une suite des divisions qui, dès le commencement,
n'avoient cessé de régner entre eux et les Grecs; et ils y avoient
fondé un nouvel empire. Il ne fut pas de longue durée. Après plusieurs
règnes, tous malheureux et continuellement agités, les affaires en
vinrent à une telle extrémité, que les Latins, manquant de vivres,
assiégés par terre et par mer, abandonnés par un grand nombre de leurs
principaux chefs, n'ayant plus enfin aucune ressource, se virent dans
la triste nécessité d'engager une partie des reliques du trésor
impérial, pour subvenir à leurs besoins les plus pressants; et les
Vénitiens sembloient disposés à recevoir un tel gage pour sûreté d'une
somme considérable qu'ils consentoient à prêter. Baudouin, héritier de
l'empire, que l'empereur Jean de Brienne avoit envoyé solliciter des
secours auprès de saint Louis, le supplia, ainsi que la reine Blanche
sa mère, de ne pas permettre que la Couronne d'épines, la plus vénérée
de ses reliques, fût portée ailleurs qu'en France; et lui proposa,
s'il vouloit l'empêcher de tomber entre les mains de ces insulaires,
d'accepter le don qu'il lui en faisoit. Le monarque écouta avec joie
une proposition si flatteuse pour sa piété, et envoya des ambassadeurs
à Constantinople, avec tout pouvoir pour acquérir la sainte Couronne,
et la retirer des mains des Vénitiens, si elle étoit déjà engagée. Ces
envoyés s'acquittèrent avec succès de leur mission, trouvèrent aide et
protection par tous les pays où ils passèrent, et revinrent
heureusement en France. Dès que le roi fut informé de leur retour, il
alla jusqu'à Troyes au-devant de la précieuse relique, avec la reine
sa mère, ses frères et un nombreux cortége de seigneurs, entra avec
elle à Sens, portant lui-même le brancard sur lequel elle étoit
déposée, et l'accompagna jusqu'à Paris, où l'on arriva, après huit
jours de marche, le 18 août 1239[124]. Une foule immense de peuple
l'attendoit hors de la ville, près l'église Saint-Antoine-des-Champs,
impatiente de jouir d'un spectacle aussi auguste. Là, sur un échafaud
qui avoit été dressé à l'avance pour cette cérémonie, la sainte
Couronne fut exposée à tous les yeux. Tout le clergé vint
processionnellement au-devant d'elle, et chaque église apporta ses
plus précieux reliquaires. Alors le roi, déposant ses habits royaux,
les pieds nus, et revêtu d'une simple tunique, se chargea de nouveau
du brancard avec le comte d'Artois son frère. Un grand nombre
d'évêques, d'abbés, de seigneurs marchoient devant, tête et pieds nus;
dans ce touchant appareil, la sainte Couronne fut portée à la
cathédrale, et de là déposée à la chapelle du Palais, dédiée alors
sous le nom de Saint-Nicolas.

[Note 124: Duchesne, t. V, p. 411.]

Cette chapelle avoit été bâtie par le roi Robert, deux cents ans avant
saint Louis[125]. Les historiens ne sont point d'accord sur l'endroit
où elle étoit située; cependant tout porte à croire que c'étoit dans
l'emplacement même où s'élève l'édifice que nous voyons aujourd'hui:
et déjà cette chapelle de Saint-Nicolas avoit remplacé une première
chapelle bâtie par les rois de la première race, et dédiée sous le nom
de saint Barthélemi. On croit que nos monarques avoient en outre des
oratoires particuliers dans l'intérieur de leur palais, un entre
autres au titre de la Vierge, dans lequel saint Louis transporta les
reliques qu'il avoit acquises, tandis qu'il faisoit bâtir un monument
plus digne de les recevoir.

[Note 125: Duchesne, t. IV, p. 77. Un mémoire manuscrit, conservé dans
les archives de la Sainte-Chapelle, reculoit cette fondation jusqu'à
l'année 922. Quoi qu'il en soit, il est hors de doute que cette
chapelle fut rebâtie par Louis-le-Gros, et la preuve en est dans les
lettres de Louis VII de l'an 1160. (Dubois, Hist. ecclés.; Par., t. 1,
p. 154.)]

Il en avoit conçu le projet aussitôt que la sainte Couronne avoit été
entre ses mains: un événement nouveau, qui le rendit maître de
presque toutes les reliques de la chapelle impériale de
Constantinople, le confirma dans cette résolution. Baudouin, parvenu à
l'empire, et non moins malheureux que son prédécesseur, n'avoit pu
faire autrement que d'engager encore ces restes sacrés pour une somme
considérable: il en fit l'abandon au roi dont il attendoit de nouveaux
secours, aux mêmes conditions que la sainte Couronne. Ces saintes
reliques dont nous allons donner le détail furent énoncées dans un
acte authentique, daté du mois de juin 1247, signé de ce prince, acte
par lequel il confirmoit la donation qu'il en avoit faite. Cette pièce
étoit conservée, avant la révolution, dans les archives de la
Sainte-Chapelle.

Un célèbre architecte de ce temps, nommé Eudes de Montreuil, fut
chargé de la construction de la nouvelle chapelle; et l'on croit que
ce fut en 1240 qu'en furent jetés les premiers fondements. Il y
déploya une grande habileté, et y employa tout le luxe d'ornement,
toute la légèreté de construction que l'architecture gothique avoit
empruntée des Arabes, et qui en faisoit alors le principal caractère.
Ce monument est travaillé avec toute la délicatesse d'une châsse en
orfévrerie; et après six cents ans, c'est encore un des édifices les
plus curieux et les plus élégants de Paris. Il fut achevé et dédié en
1248.

Cette église est double, et formée d'une seule nef: la chapelle
supérieure, à laquelle on monte par un escalier de quarante-quatre
degrés, est précédée d'un vestibule en forme d'ogives, que couronne
une plate-forme. Cette plate-forme, qui se trouve au niveau de la
rose, est terminée par une balustrade ornée d'aiguilles; une seconde
balustrade règne à la base du fronton qu'accompagnent deux autres
aiguilles, dont la hauteur surpasse son sommet. Le corps entier de
l'édifice se compose de jambages très-légers, qui se rapprochent les
uns des autres dans la partie du rond-point, et que surmontent
également des aiguilles extrêmement délicates. Les intervalles en sont
remplis par de longues croisées en ogives, au-dessus desquelles
s'élève encore un mur d'appui qui parcourt toute l'étendue du
monument[126].

[Note 126: La gravure extrêmement fidèle que nous donnons de la
Sainte-Chapelle (_voy._ pl. 11) offrira sur-le-champ une idée plus
exacte de cet édifice que tout ce que nous pourrions en dire; et
généralement la description des monuments gothiques par le simple
discours a toujours quelque chose de vague, parce que les termes
consacrés à l'architecture ne peuvent y être employés que dans une
acception détournée, et par conséquent arbitraire.]

Le portail de la chapelle supérieure, dont l'arcade est aussi en forme
d'ogive, est dépouillé de tous les ornements de sculpture dont il
étoit décoré, et la place qu'ils occupoient se trouve maintenant
recouverte d'un enduit de maçonnerie. Ces sculptures, suivant l'usage
des douzième et treizième siècles, représentoient le jugement dernier.
Au pilier qui sépare les deux battants de la porte étoit une statue de
Jésus-Christ bénissant de la main droite, et tenant un globe de la
gauche. Dans le support on avoit sculpté les Prophètes; des deux côtés
on voyoit des hiéroglyphes (ce qui étoit encore un usage de ces
temps-là), et quelques traits de l'Écriture sainte, entre autres
l'histoire de Jonas. Au-dessous un écusson offroit la fleur de lys
mêlée aux armes de Castille, par allusion à Blanche, mère du
fondateur[127].

[Note 127: _Voy._ pl. 25.]

Les vitraux, qui existent encore, sont un monument précieux de ce
qu'étoit la peinture sur verre à l'époque du treizième siècle.
L'état de barbarie où languissoient alors tous les arts qui
dépendent du dessin, porte à croire que, dans ces temps-là, elle ne
différoit guère de ce qu'elle avoit été dans son origine, laquelle
toutefois remonte en France à une époque beaucoup plus reculée; car,
dès le sixième siècle, il est question de vitres peintes dans les
vieilles chroniques. Celles de la Sainte-Chapelle sont remarquables
par leur hauteur, la variété et la vivacité de leurs teintes.
L'ordonnance des tableaux qu'elles représentent est bizarre, leur
fabrication plate et sans effet; le dessin des figures, tracé sur un
fond uni, est accompagné seulement de quelques hachures, afin de
donner un peu de relief au sujet, et ce dessin est tout-à-fait
barbare; mais cette vivacité éblouissante des couleurs, que tant de
siècles n'ont pu altérer, fait encore l'étonnement et l'admiration
des connoisseurs[128]. Nous verrons, dans les âges suivants, l'art
de la peinture sur verre se perfectionner sous le rapport du style
et du dessin, mais sans jamais surpasser ni peut-être égaler cet
admirable coloris. Ces vitraux, qui représentent divers traits de
l'Ancien et du Nouveau Testament, sont tous du temps de la
construction de l'église, à l'exception de celui qui est au-dessus
de la porte, et qui a pour sujet les visions de l'Apocalypse. On le
croit de la fin du quatorzième siècle.

[Note 128: De là le proverbe: _Vin de la couleur des vitres de la
Sainte-Chapelle._]

L'édifice inférieur, qu'on nomme _basse Sainte-Chapelle_, servoit
autrefois de paroisse aux domestiques des chanoines et chapelains, aux
habitants de la cour du Palais, et à toutes les personnes attachées au
service de la Sainte-Chapelle[129]; on y entroit par une porte
latérale, maintenant obstruée par des échoppes. Les épitaphes d'un
grand nombre de chanoines et dignitaires qui ont été enterrés dans ses
caveaux en formoient le pavé; et dans ces mêmes caveaux étoit déposé
le corps du célèbre Boileau: le poète reposoit auprès de ses héros,
et, dit-on, sous la place même du lutrin qu'il avoit chanté[130]. Sur
le portail étoit une image de la Vierge, qui a été renversée et
détruite[131], ainsi que toutes les figures placées dans les niches
extérieures latérales. Autour des murs intérieurs règne un rang de
colonnes extrêmement déliées, qui sont les seuls supports de l'édifice
supérieur.

[Note 129: Ce privilége lui avoit été accordé par une bulle de Jean
XXII du 5 août 1320.]

[Note 130: Ses restes avoient été transportés, pendant la révolution,
dans le jardin du Musée des monuments français, rue des
Petits-Augustins; et dans la première édition de cet ouvrage, nous
avions laissé entrevoir ce que nous trouvions d'indécent dans cette
étrange translation. Depuis le retour du Roi, ils ont été portés à
Saint-Étienne-du-Mont, et déposés dans une chapelle de cette église.]

[Note 131: Dans l'origine, la Sainte-Chapelle avoit un clocher, qui
fut brûlé en 1630, avec le comble de l'édifice, par la négligence d'un
plombier qui y travailloit; à sa place on éleva une flèche que l'on
considéroit comme un modèle de hardiesse et de légèreté. Elle a été
démolie dans les premiers temps de la révolution.]

Cette église basse étoit desservie par un curé vicaire perpétuel, à la
nomination du trésorier à qui appartenoit la place de curé primitif.

Dans les titres de fondation de la Sainte-Chapelle, il n'est fait
mention que de _chapelains_; et saint Louis, qui porta le nombre total
des desservants jusqu'à vingt et un, en établit en effet cinq
principaux[132]. Cependant on ne peut douter que les membres
supérieurs de ce chapitre n'aient été honorés du titre de _chanoines_
dès les premiers temps[133]; et un réglement de Charles V, du mois de
janvier 1371, ne laisse aucun doute à ce sujet[134]. Leur chef, qui
dans l'origine étoit appelé _maître chapelain_ ou _maître gouverneur
de la Sainte-Chapelle_, reçut, en 1314, le titre de _trésorier_, dans
le testament de Philippe-le-Bel, comme étant spécialement chargé de la
garde du trésor des saintes reliques. En 1379, Clément VII lui accorda
le privilége de porter la mitre et l'anneau. La dignité de _chantre_
avoit déjà été fondée, en 1319, par Philippe-le-Long. Du reste, cette
basilique, qui jouissoit de tous les priviléges et prérogatives
accordés aux églises de fondation royale, avoit encore l'avantage
d'être exempte de la juridiction épiscopale, et de relever
immédiatement du saint Siége.

[Note 132: Après ces cinq principaux chapelains, on comptoit cinq
sous-chapelains-prêtres, cinq clercs, diacres ou sous-diacres, et deux
marguilliers, aussi diacres ou sous-diacres. En 1248, le saint roi
ajouta un troisième marguillier, ordonna que tous les marguilliers
fussent prêtres, et qu'ils eussent chacun un clerc, diacre ou
sous-diacre. Leur nombre s'augmenta sous ses successeurs jusqu'à
quarante-cinq. Celui des chapelains fut réduit à vingt par arrêt du
réglement du 19 mai 1681. (Duchesne, t. V, p. 533.)]

[Note 133: Il y est dit que «lesdits trésorier et chanoines porteront
à l'avenir des aumusses de petit-gris, fourrées de menu-vair, au lieu
des noires qu'ils portoient avant, parce qu'à peine on pouvoit les
distinguer des chapelains, et que très-souvent on leur donnoit ce
dernier nom, au lieu de celui qui leur appartenoit.» _Quia vix possunt
propriè recognosci vel distingui, et sæpissimè dicuntur capellani et
non canonici._]

[Note 134: Duchesne, t. V, p. 533.]

     CURIOSITÉS DE LA SAINTE-CHAPELLE.

     RELIQUES ET AUTRES OBJETS PRÉCIEUX.

     Dans une grande arche de bronze doré appelée _la grande
     châsse_ de la Sainte-Chapelle, et qui étoit placée sur une
     voûte gothique, derrière le maître autel, étoient renfermées
     les reliques données à saint Louis par l'empereur Baudouin;
     elles y étoient conservées dans des tableaux et des vases de
     cristal. En voici le détail:

     1º La couronne d'épines de Notre-Seigneur; 2º une grande
     partie du bois de la vraie croix; 3º un morceau du fer de la
     lance; 4º une portion du manteau de pourpre; 5º des morceaux
     du roseau et de l'éponge; 6º des drapeaux de son enfance; 7º
     le linge dont il se servit au lavement des pieds; 8º des
     cheveux de la sainte Vierge; 9º une portion de son voile;
     10º le haut du chef de saint Jean-Baptiste; 11º un morceau
     de la pierre du sépulcre, et plusieurs autres reliques non
     moins précieuses[135].

     [Note 135: Presque toutes ces reliques étoient accompagnées
     de leurs pièces justificatives. L'auteur de l'histoire de la
     Sainte-Chapelle ne les considère pas toutes néanmoins comme
     authentiques; et nous partageons les doutes qu'il élève à ce
     sujet.]

     Dans deux grandes armoires placées dans la sacristie, un
     grand nombre de reliquaires en or et en argent, enrichis de
     pierres précieuses, et contenant les reliques d'un grand
     nombre de saints, apôtres, martyrs, confesseurs, etc., entre
     autres, de St. Pierre, de St. Matthieu, de St.
     Jacques-le-Mineur, de St. Siméon, de St. Philippe, de St.
     Étienne, premier martyr, de St. Jérôme, de St. Martin, de
     St. Dominique, de St. Georges, de Ste. Barbe, de Ste.
     Ursule, etc.

     Une croix qui fut faite par ordre de Henri III, et en vertu
     de lettres-patentes données à Paris en 1575. Elle étoit
     d'argent doré ainsi que son pied supporté par quatre figures
     de lions. Le bois de la _vraie croix_[136] en couvroit tout
     le milieu; et cette croix, toute chargée de pierres
     précieuses, portoit un Christ en or massif.

     [Note 136: Il étoit partagé en douze morceaux plaqués,
     formant une croix d'un pouce de large sur neuf pouces une
     ligne de haut, et de sept pouces neuf lignes dans la
     traverse.]

     Le chef de saint Louis en or, de grandeur naturelle, soutenu
     par quatre anges, et garni de pierres précieuses.

     L'étui dans lequel avoit été apporté en France le principal
     morceau de la vraie croix donné par saint Louis à la
     Sainte-Chapelle. Cet étui, garni en dedans d'une lame
     d'argent doré, paroissoit, par les creux intérieurs qui y
     avoient été pratiqués, avoir contenu trois morceaux de la
     vraie croix, sous la forme de trois croix grecques de
     différentes proportions. Le plus considérable, celui qui fut
     déposé dans la _grande châsse_, et qui étoit le plus grand
     que l'on connût, avoit, lorsqu'il fut apporté à la
     Sainte-Chapelle, de largeur deux pouces sur un pouce et demi
     d'épaisseur, et deux pieds six pouces sept lignes de
     hauteur. Dans la partie supérieure de ces creux intérieurs
     de l'étui, étoient représentés quatre anges en adoration, et
     dans la partie inférieure, sainte Hélène et son fils
     Constantin debout au pied de la croix.

     Deux manuscrits contenant des textes d'Évangiles, ornés de
     vignettes, recouverts de plaques d'or et d'argent ciselées,
     d'émaux, de pierres précieuses; l'un du 14e siècle, l'autre
     d'une très-haute antiquité.

     Trois croix, désignées sous les noms de croix de Bourbon,
     croix de Venise, croix de Bavière, enrichies de pierres du
     plus grand prix.

     Des calices, des soleils, des figures en ivoire, en or, en
     argent; d'anciens missels, d'anciens ornemens, etc., etc.
     Tous ces objets étoient remarquables à la fois par leur
     richesse et par leur haute antiquité.

     Un buste d'agate-onyx qui servoit d'ornement au bâton
     cantoral dans les grandes solennités. On avoit cru que ce
     buste offroit une image de l'empereur Valentinien III; et
     l'on y avoit adapté une draperie en vermeil et deux bras en
     argent qui portoient, de la main droite, une couronne
     d'épines, de la gauche, une croix grecque en vermeil. Depuis
     on a reconnu que ce buste étoit celui de l'empereur
     Titus[137].

     [Note 137: Il est déposé au cabinet des antiquités de la
     bibliothèque Royale.]

     La fameuse sardoine-onyx à trois couleurs, représentant
     l'apothéose d'Auguste: cette pierre gravée, unique dans le
     monde par son volume, et dans laquelle la beauté du travail
     répond au prix de la matière, avoit été donnée à la
     Sainte-Chapelle en 1379, ainsi que l'attestoit une
     inscription gravée sur le socle. On ignore comment et à
     quelle époque cette agate a été apportée en France. Il
     paroît, par les ornements dont elle étoit entourée, que, dès
     le temps où elle appartenoit aux empereurs grecs,
     l'ignorance en avoit fait un sujet de piété[138]. On croyoit
     qu'elle représentoit le triomphe de Joseph. Le piédestal en
     étoit orné de reliques; il étoit d'usage de l'exposer aux
     bonnes fêtes, et il arrivoit quelquefois de la porter
     processionnellement[139]. Ceci dura jusqu'en 1619, que le
     savant M. Peiresc reconnut le véritable sujet de ce
     bas-relief qui est l'apothéose d'Auguste[140].

     [Note 138: Les Grecs avoient fait peindre en émail les
     quatre Évangélistes aux quatre coins de la plaque dont elle
     étoit entourée.]

     [Note 139: On l'appeloit alors le _grand camaïeu_.]

     [Note 140: Déposé au cabinet d'antiquités de la bibliothèque
     Royale, ainsi qu'un grand nombre des antiquités dont nous
     venons de donner l'énumération.]

     Au-dessous du maître-d'autel, sous la crosse de l'ostensoir,
     le modèle de la Sainte-Chapelle en vermeil et dans la
     proportion de 3 à 4 pieds. Cet ouvrage, d'un travail
     extrêmement délicat, que plusieurs ont cru aussi ancien que
     l'édifice même, n'avoit été exécuté qu'en 1630 par Pijard,
     orfèvre, garde des reliques de la Sainte-Chapelle, et étoit
     un don de Louis XIII.


     TABLEAUX.

     Sur deux petits autels séparés par la porte du choeur, deux
     petits tableaux en émail, formant différents cartouches où
     étoient représentés des sujets de la passion de
     Notre-Seigneur. Dans celui de la droite, on voyoit Henri II
     et Catherine de Médicis; dans celui de la gauche, François
     Ier et la reine Éléonore son épouse. Ces deux tableaux,
     exécutés en 1553, étoient de Léonard Limosin, émailleur,
     peintre de la chapelle du roi.

     Du côté de l'épître, et dans une petite chapelle, appelée
     oratoire de saint Louis, où ce monarque se retiroit pour
     entendre l'office, un grand tableau représentant l'intérieur
     de la grande châsse, avec toutes les reliques dans l'ordre
     où elles y étoient rangées, et saint Louis à genoux devant
     ces reliques.

     Sur la croisée, saint Louis à genoux devant une croix
     entrelacée d'une couronne d'épines.


     SCULPTURES.

     Un modèle en terre cuite de la Notre-Dame-de-Pitié que
     _Germain Pilon_ avoit exécutée en marbre pour le roi. La
     Vierge y est représentée assise, la tête voilée, les mains
     croisées. On admire surtout l'expression de la tête[141].

     [Note 141: Déposé au Musée des Petits-Augustins.]

     Sur des trumeaux autour de l'église, les figures des douze
     apôtres, d'un gothique meilleur que celui des figures du
     portail, ce qui a fait présumer qu'elles étoient d'un temps
     postérieur à la construction de l'édifice.


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Le célèbre Montreuil, architecte de la Sainte-Chapelle et
     mort en 1266, avoit été enterré dans le choeur de cette
     église. On le voyoit représenté sur sa tombe, tenant une
     règle et un compas à la main.

     Dans un caveau sous l'arcade la plus proche du grand autel,
     étoit la sépulture des trésoriers et chanoines de la
     Sainte-Chapelle. Le collége de la Sainte-Chapelle a été
     pendant long-temps une pépinière de prélats illustres, de
     magistrats et d'hommes de lettres distingués.

Dans cette description que nous venons de donner de la
Sainte-Chapelle, nous n'avons pu indiquer que sommairement toutes les
richesses qui y étoient renfermées. Toutefois le zèle religieux du
saint roi qui en étoit le fondateur ne se borna point à ces actes
d'une magnificence toute royale[142]: tous les ans, le jour du
vendredi saint, il se rendoit en grand appareil à la Sainte-Chapelle;
et là, revêtu de ses habits royaux, il exposoit lui-même les
monuments de la passion à la vénération du peuple. Cet exemple fut
suivi par plusieurs de ses successeurs[143], auxquels il laissa les
plus grands exemples de courage et de piété qu'aucun monarque ait
jamais donnés. Il semble que le président Hénault n'a point assez
senti tout ce qu'il y avoit d'admirable dans ce pieux et grand roi. Il
l'admire sans doute lorsqu'il le voit réduisant les rebelles,
combattant les ennemis de son royaume, rendant à ses peuples une
justice exacte et vigilante; mais cet historien, abusant ensuite d'un
mot employé par le père Daniel, le trouve _singulier_, lorsqu'il le
voit, dans son intérieur, donnant à la prière le temps qu'il pouvoit
dérober aux affaires, témoignant une entière déférence à sa mère, une
douceur paternelle à ses domestiques. Peu s'en faut qu'il ne le
présente alors comme tombé dans un état d'imbécillité. «Dans ces
moments, dit-il, ses domestiques devenoient ses maîtres, sa mère lui
commandoit, et les pratiques de la dévotion la plus simple
remplissoient ses journées.» Ce qui semble petit au président Hénault,
à nos yeux est sublime; et comme, d'après son propre aveu, les vertus
solides et la noble fermeté qui composoient le caractère de saint
Louis _ne se sont jamais démenties_, ce mélange touchant de grandeur
et d'humilité nous offre un être presque au-dessus de l'humanité, un
héros tel que le paganisme n'en pouvoit produire, en un mot, le
véritable héros chrétien[144].

[Note 142: La construction de la Sainte-Chapelle avoit coûté 40,000
liv., qui valoient 800,000 liv. de notre monnoie. Les reliques et les
châsses avoient coûté 100,000 liv. (2,000,000.)]

[Note 143: En 1306, Philippe-le-Bel nomma les religieux augustins pour
faire chaque année à la Sainte-Chapelle l'office de la translation des
saintes reliques; il accorda la même prérogative aux jacobins et aux
cordeliers en 1309; les carmes obtinrent le même avantage de
Charles-le-Bel en 1322.]

[Note 144: La Sainte-Chapelle est maintenant un dépôt d'archives.]


_Trésor des Chartes._

C'étoit dans deux salles voûtées qui faisoient partie des bâtiments de
la Saint-Chapelle, qu'étoit placé le _trésor des chartes_, ou le dépôt
des titres de la couronne, des diplômes de nos rois, des traités de
paix et d'alliance, des ventes, dons, échanges, etc. Autrefois, et
jusque dans les premiers temps de la troisième race, ces princes
avoient coutume de faire porter avec eux, dans leurs voyages, leurs
titres, leurs reliques et tout ce qu'ils avoient de plus précieux.
Philippe-Auguste ayant eu le malheur d'être surpris un jour au milieu
de cet attirail, et de tomber dans une embuscade que les Anglois lui
avoient dressée à Bellefosse, entre Blois et Fréteval, le _trésor des
chartes_ fut la proie du vainqueur qui le fit transporter en
Angleterre, où il est encore. Philippe ordonna qu'il fût rétabli, tant
sur les notes que sa mémoire put lui fournir, que sur les copies des
actes qu'on put retrouver. Depuis ce fatal événement, les chartes ne
sortirent plus du palais, où, après avoir été placées en divers lieux,
elles furent enfin renfermées dans ce dernier dépôt, vers la fin du
quatorzième siècle.



LE PALAIS DE JUSTICE.


À chaque pas que nous faisons dans Paris, nous éprouvons de nouveaux
effets de la nuit profonde dont les antiquités de cette ville ont été si
long-temps enveloppées; nous sentons davantage combien il est difficile
de dire quelque chose de satisfaisant sur des origines qui ne sont
connues que par des traditions vagues, souvent contradictoires, la
plupart transmises par des chroniqueurs éloignés des sources, et presque
tous dépourvus de lumières et de critique dans tout ce qu'ils ont écrit.
La discussion de ces vieux récits, des chartes, des titres qui s'y
rapportent, seroit inutile et fastidieuse; et c'est pour y avoir attaché
trop d'importance que les anciens historiens de Paris ont ôté tout
intérêt à leurs volumineuses compilations. Il vaut mieux, choisissant
dans ces lambeaux épars, en rassembler les faits qui semblent les plus
probables, et toutefois ne les offrir que pour ce qu'ils sont, pour de
simples probabilités.

Par exemple, l'origine du Palais est tout-à-fait inconnue, et aucun
écrivain ne nous fait connoître ni quand ni comment il fut bâti. Ceux
qui ont parlé du séjour de quelques empereurs romains à Paris,
s'accordent tous à dire qu'ils habitoient le palais des Thermes: mais
peut-on en conclure qu'il n'y avoit point alors d'édifice du même
genre dans la Cité? César nous apprend lui-même qu'il avoit transporté
le conseil souverain des Gaules dans Lutèce, «_summum Galliæ concilium
in Lutetiam Parisiorum transtulit;_» et c'est une opinion généralement
reçue, que le proconsul, gouverneur général de toute la province,
avoit son séjour ordinaire dans cette ville. Est-il probable qu'il ait
demeuré hors de ses murs, lorsqu'il s'agissoit de veiller sur un
peuple nouvellement soumis, toujours disposé à secouer le joug, et
dont la révolte, dans un lieu aussi fortifié, eût été plus dangereuse
que partout ailleurs? On ne peut raisonnablement le penser; et
Ammien-Marcellin donne effectivement à entendre que la _forteresse des
Parisiens_ (c'est ainsi qu'il appelle l'île de la Cité)[145] avoit,
dès ce temps-là, un palais et une place publique.

[Note 145: Am. Marc., lib. XV, cap. 11.]

Il ne seroit pas même impossible de déterminer où devoit être ce
palais. Une ancienne tradition[146], appuyée de plusieurs auteurs
graves, nous apprend qu'aussitôt que les premiers chrétiens eurent
obtenu des empereurs le libre exercice de leur religion, les habitants
de Paris firent bâtir une église cathédrale à la pointe orientale de
l'île, où leur ville étoit alors renfermée. On peut conclure de là que
le palais ou château dont parle Ammien-Marcellin étoit situé à l'autre
extrémité, c'est-à-dire à la place où il est encore aujourd'hui; car
ces deux situations ont été constamment celles qui ont présenté le
plus de commodités et les aspects les plus agréables.

[Note 146: Delamare, tome I.]

Si nous cherchons ensuite dans notre propre histoire, nous y
trouverons des témoignages qui ne nous permettront pas de douter que,
bien que nos rois de la première dynastie demeurassent habituellement
au palais des Thermes, il existoit cependant une maison royale dans la
Cité. Sur ce sujet, voici ce que dit Grégoire de Tours, racontant la
mort tragique des petits-fils de Clovis. «Childebert[147] envoya une
personne de confiance à Clotaire, roi de Soissons, pour l'engager à
venir le trouver, afin de résoudre ensemble s'ils feroient mourir
leurs neveux, ou s'ils se contenteroient de les dégrader en leur
coupant les cheveux..... Clotaire ne tarda pas à se rendre à
Paris..... Ils firent courir le bruit que le résultat de leur entrevue
avoit été de faire proclamer rois les fils de Clodomir, et envoyèrent
les demander à Clotilde, qui demeuroit alors dans la ville (_quæ tunc
in ipsâ urbe morabatur_), pour les élever sur le pavois. Cette bonne
reine, transportée de joie, fit venir les petits princes dans son
appartement, et après avoir eu l'attention de les faire manger: Allez,
mes enfans, leur dit-elle en les embrassant, allez trouver vos oncles;
si je puis vous voir sur le trône de votre père, j'oublierai que j'ai
perdu ce cher fils..... Clotaire, après les avoir poignardés de sa
propre main, monta tranquillement à cheval pour retourner à Soissons;
Childebert se retira dans le faubourg (_in suburbana concessit_).» Il
y avoit donc dans la Cité un palais où l'on élevoit ces jeunes
princes, et cette demeure est ici bien clairement distinguée de
l'édifice qui étoit sur la rive méridionale du fleuve[148].

[Note 147: Greg. Tur., _Hist._, lib. III, cap. 18.]

[Note 148: Le même historien nous apprend que Caribert étoit logé dans
la Cité, et qu'un prêtre de Bordeaux vint l'y trouver. _Presbiter,
Parisiacæ urbis portas ingressus, regis præsentiam adiit_ (Lib. IV,
cap. 26). On en pourroit citer encore d'autres exemples.]

Le palais fut successivement agrandi, réparé ou rebâti par les maires,
qui s'emparèrent de l'autorité sous la première race; et Hugues-Capet,
comte de Paris, ayant succédé aux rois de la seconde, abandonna
entièrement le palais des Thermes, pour établir dans celui-ci sa
résidence ordinaire[149]. Robert, son fils, le fit rebâtir en entier;
et quoique Philippe-Auguste eût fait depuis reconstruire le Louvre, on
voit que ses successeurs, saint Louis, Philippe-le-Hardi et
Philippe-le-Bel demeuroient au Palais. Saint Louis, qui l'orna de la
chapelle magnifique dont nous avons déjà parlé, fit encore dans son
intérieur des augmentations et des embellissements considérables; et
sous Philippe-le-Bel, il fut de nouveau reconstruit presque en entier.
«Ce roi, dit du Haillan, fit bâtir dedans l'île du Palais, au lieu
même où étoit l'ancien château de la demeure des rois, le Palais tel
qu'il est aujourd'hui.... étant conducteur de cette oeuvre, messire
Enguerrand de Marigny.» Belleforest s'exprime encore plus fortement,
et dit «que Philippe-le-Bel fit construire un autre palais tout à
neuf, tel que nous le voyons, et qu'il fut achevé l'an 1313, le 28e et
dernier an du règne de ce bon roi.» Toutefois ces deux écrivains si
inexacts et si embrouillés ne doivent pas être crus entièrement, et
ceci ne doit s'entendre que de quelque augmentation considérable que
Philippe auroit fait faire à cet édifice; car il est constant que la
chambre qui porte encore le nom de saint Louis, et la salle appelée
depuis la _grand'chambre_ ont été bâties par ce roi. Il y restoit même
encore quelques-unes des anciennes constructions faites par le roi
Robert, entre autres la chambre dite depuis de la Chancellerie, dans
laquelle on prétend que saint Louis consomma son mariage. Charles
VIII, Louis XI et Louis XII y ajoutèrent encore de nouveaux bâtiments.

[Note 149: Il y avoit encore une maison royale dans le cloître
Notre-Dame, où Louis VII passa ses premières années, comme il le
témoigne lui-même. On ignore où étoit cette demeure, mais il est
certain qu'il y retourna souvent, et qu'il alla l'habiter lorsqu'il
céda le palais à Henri II, roi d'Angleterre. (SAUVAL.)]

Lorsque Charles V abandonna la Cité pour aller occuper l'hôtel
Saint-Paul, à l'extrémité orientale de la ville, ce palais, dont les
anciens historiens ont tant vanté la magnificence, n'étoit encore
qu'un assemblage de grosses tours qui communiquoient entre elles par
des galeries; les deux tours parallèles que l'on voit encore sur le
quai de l'horloge sont des restes de cet édifice, et peuvent donner
une idée du genre de sa construction. Des fenêtres de ces tristes
demeures la vue s'étendoit au loin sur Issi, Meudon et Saint-Cloud. Le
jardin qu'on appeloit _Jardin du Roi_ occupoit tout l'espace où sont
aujourd'hui le cours Neuve et de Lamoignon; il se prolongeoit jusqu'au
bras de la rivière qui couloit, comme nous l'avons déjà dit, à
l'endroit où est aujourd'hui la rue de Harlay. Ce jardin, du temps de
Charles V, étoit encore, comme tous les jardins royaux, d'une
simplicité extrême: il étoit environné de haies que couvroient des
treilles enlacées en losange, et disposées, à chaque extrémité et au
milieu, en forme de tourelle ou pavillon. On y voyoit des prés que
l'on fauchoit, des vignes dont on recueilloit le vin, des légumes qui
servoient pour la table du roi[150]. Les appartements du château
étoient immenses et couverts de dorure; mais le luxe, encore sans art
et mal entendu, n'y avoit rien fait pour l'agrément et les commodités
de la vie; des barreaux de fer qui se croisoient sur les fenêtres,
donnoient à cette demeure royale l'aspect d'une prison, et les vitraux
colorés et chargés d'images de saints, de devises et d'écussons
achevoient d'y intercepter la lumière. On aura peine à croire que, du
temps même de François Ier, on ne s'y asseyoit encore que sur des
bancs et des escabelles, et que la reine seule avoit le droit d'avoir
des chaises de bois, pliantes et rembourrées; mais il ne faut point
oublier que nos premiers rois, ceux mêmes de la troisième race jusqu'à
Louis XI, considérés comme chefs des grands plutôt que comme
souverains de la nation, n'eurent pendant long-temps, et sauf quelques
exceptions, ni opulence ni autorité. Maîtres seulement de leurs
domaines, leur cour n'étoit composée que de leurs domestiques, et les
revenus souvent très-bornés de ces possessions étoient les seuls
moyens qu'ils eussent de soutenir l'élévation de leur rang; car les
impositions qu'on demandoit aux peuples n'étoient que momentanées, et
levées seulement dans les grands besoins de l'État, et du consentement
général. Ce n'étoit que dans les réunions solennelles des grands
vassaux, et au milieu de leurs armées, que ces monarques paroissoient
avec tout l'éclat de la majesté royale; hors de là, leur vie simple et
patriarcale ne différoit guère de celle d'un seigneur de château; et
dans Paris même leur souveraineté se trouvoit à tout moment en conflit
avec la juridiction de l'évêque, des monastères, des divers corps, et
les priviléges des bourgeois.

[Note 150: Dans ce jardin-là même, dit Sauval, saint Louis, vêtu d'une
cotte de camelot, d'un surcot de tirretaine sans manches, et d'un
manteau par-dessus de sandal noir, y rendoit justice, couché sur des
tapis, avec Joinville et d'autres, qu'il choisissoit pour
conseillers.]

Ces assemblées de grands vassaux, dont nous venons de parler, et que
l'on voit consacrées dès les premiers temps de la monarchie sous le
nom de _plaids généraux_, n'étoient point d'institution royale: elles
existoient de temps immémorial parmi les Francs, et ils en avoient
apporté la coutume de leur pays[151]. Tous les hommes libres avoient
le droit de s'y rendre et de prendre part aux délibérations, soit
qu'elles eussent pour objet quelque expédition militaire, soit qu'il
ne fût question que de traiter des affaires générales de la nation
pendant la paix; et le soin extrême qu'avoient les rois francs de
convoquer ces assemblées dans toutes les occasions importantes, prouve
à quel point elles leur étoient nécessaires pour légitimer leurs
actes, et combien grande étoit leur autorité[152]. «On y régloit, dit
Hincmar, l'état de tout le royaume pour le courant de la nouvelle
année; et ce qui avoit été réglé, rien ne pouvoit le déranger. Il
n'étoit jamais permis de s'en écarter, sans une extrême nécessité qui
fût commune à la totalité du royaume»[153]. À ce _plaid_, ajoute cet
écrivain, assistoient les _majeurs_ clercs et laïques, et les
_mineurs_: c'est-à-dire que les seigneurs s'y faisoient accompagner de
leurs vassaux[154].

[Note 151: Aim., lib. I, c. 12.]

[Note 152: Aimoni nous apprend (lib. 4, c. 1) que Brunchaut ayant
envoyé sommer Clotaire de sortir du royaume d'Austrasie où elle
prétendoit établir Sigebert, bâtard de Thierri, Clotaire lui fit
répondre «qu'elle devoit convoquer l'assemblée des nobles francs, et
soumettre à une délibération commune ce qui étoit de l'intérêt commun;
que pour lui, il se soumettroit en tout à ce qu'ils auroient jugé,
promettant de n'y faire aucune opposition.»

Gontram fit une réponse semblable aux ambassadeurs de Childebert, qui
demandoient qu'il lui livrât Frédégonde, la meurtrière de son père et
de son oncle. «C'est dans le plaid que nous tenons, que nous ordonnons
et traitons de tout ce qui se doit faire.» (Greg. Tur. _Hist._, lib.
7, c. 7.)]

[Note 153: Hinem. _ep._, tit. 14.]

[Note 154: Ces vassaux ou _mineurs_ donnoient leur avis quand il leur
étoit demandé, mais n'avoient aucune autorité dans ces assemblées; et
le même écrivain le dit formellement. (_Loc. cit._)]

Le _plaid général_ se tenoit au printemps. On le nommoit _Champ de
Mars_, parce que c'étoit là que se rassembloient toutes les troupes
qui devoient, en cas de guerre, entrer en campagne, immédiatement
après la séparation de l'assemblée[155]. Tout nous prouve que, sous
la première race, il n'étoit point au pouvoir des rois d'entreprendre
la guerre, sans l'assentiment de la nation[156], c'est-à-dire de tous
les _hommes libres_, de tous ceux qui avoient le droit de porter les
armes. On voit ces princes employer, dans ces grandes occasions, les
discours les plus pathétiques pour arracher à la _multitude_[157] le
cri d'_indignation_ qui la faisoit courir aux armes et décidoit ainsi
la question[158]. Les mêmes maximes et les mêmes usages se
conservèrent sous les Carlovingiens; et Charlemagne lui-même n'entroit
jamais en campagne sans avoir tenu l'assemblée générale de ses
_fidèles_. Là il rendoit compte des négociations qu'il avoit pu faire
pour conserver la paix, et démontroit la nécessité et la justice des
guerres qu'il alloit entreprendre[159]. Puisqu'un si grand monarque
n'avoit le pouvoir qu'au même titre que l'avoient possédé ses
prédécesseurs, on peut croire que ses successeurs immédiats ne
l'augmentèrent point; et en effet, sous la seconde race, le pouvoir
politique ne sortit point de ces bornes étroites où les Francs
avoient, si malheureusement pour eux-mêmes, renfermé leurs premiers
rois.

[Note 155: Lorsque le temps étoit beau, dit encore Hincmar, on
s'assembloit dans la campagne (et l'ancienneté de cet usage est
attestée par quelques lois de Childebert, rédigées vers l'an 595);
mais lorsque le temps ne le permettoit pas, on se retiroit dans des
lieux couverts où l'on avoit pratiqué des séparations, afin que les
seigneurs pussent s'assembler en particulier, et que la _multitude_
eût aussi un asile et un lieu d'assemblée dans lequel le _menu peuple_
ne pût point entrer et se confondre avec les fidèles: il y avoit deux
chambres particulières pour les seigneurs; l'une où s'assembloient les
évêques, les abbés et les autres ecclésiastiques d'un ordre éminent,
l'autre où se tenoient les comtes et autres seigneurs du premier rang.
C'est là qu'ils attendoient l'heure des délibérations, et qu'ils
étoient ensuite introduits dans le lieu appelé _Curia_, lequel se
composoit également de deux salles, l'une pour les laïques, l'autre
pour les gens d'église. Il étoit libre alors aux prélats et aux
seigneurs de se réunir ou de se rassembler, selon qu'ils le jugeoient
à propos, et selon la nature des affaires qu'ils avoient à traiter. On
leur remettoit de la part du roi les _chapitres_ sur lesquels ils
avoient à délibérer, et ils en délibéroient. Au roi seul appartenoit
de proposer aux seigneurs l'objet de leur délibération; on appeloit
_chapitre_ ou _capitule_ les différents points sur lesquels elle
devoit rouler, et collectivement ces matières étoient appelées
_capitulaires d'interrogation_, _avertissements_ ou _décrets_. Le roi
n'assistoit point ordinairement aux délibérations des seigneurs
temporels et spirituels. «Il profitoit de ce temps, dit encore
Hincmar, pour faire accueil à toute la multitude, tant aux seigneurs
qu'aux particuliers et aux subalternes. Il recevoit leurs présents,
saluoit les grands, s'entretenoit avec eux, suivant l'âge et l'état
des personnes, etc.» (_Loc. cit._, cap. 35, 36.)

De tels passages montrent quelle est encore l'erreur de ceux qui se
représentent ces _champs de mars_ comme des assemblées tumultueuses et
populaires, peu différentes de celles de la populace des petites
_démocraties_ de la Grèce. Non seulement elles ne se composoient que
de l'élite de la nation, mais il n'y avoit encore dans ces premières
classes que les plus élevés qui eussent véritablement le droit de
délibération.

Lorsque l'usage de la cavalerie se fut introduit dans les armées,
comme il arrivoit souvent qu'au sortir de ces assemblés on entroit en
campagne, on crut devoir ne les convoquer qu'au mois de mai, parce
qu'alors les fourrages étoient plus abondants. Elles prirent donc sous
la seconde race le nom de _champ de mai_.]

[Note 156: Aim., lib. IV, c. 41.]

[Note 157: Cette _multitude_, ainsi que l'appelle Hincmar, se
composoit des guerriers qui n'étoient pas comtes, c'est-à-dire des
vassaux du roi, de ceux des autres vassaux qui n'étoient pas
_domestiques_, de leurs suzerains, des vicomtes, des centeniers, des
dixainiers, des prélats du second ordre et des propriétaires, qui tous
n'entroient point dans le grand comité où les grands vassaux avoient
seuls le droit de siéger. Telle étoit cette _multitude_: c'est là ce
qu'on appeloit le _peuple_; et il est important de le bien remarquer
pour éviter les erreurs grossières où sont tombés ceux qui ne s'en
sont pas fait cette juste idée.]

[Note 158: Greg. Tur. _Hist._, lib. III, cap. 7.]

[Note 159: Aim., lib. IV, c. 79.]

Mais, outre ce conseil public, nos rois de la première et de la
seconde race, suivant une autre coutume des Francs, avoient une cour
particulière composée de plusieurs grands du royaume, prélats et
principaux officiers de la couronne. C'étoit là leur conseil
ordinaire, où se traitoient les affaires les plus urgentes, et celles
qui demandoient du secret; où se préparoient les matières qui
devoient être portées à l'assemblée générale. Entrons à ce sujet dans
quelques détails.

Il faut aller chercher l'origine de ces conseillers des rois francs
jusque dans les forêts de la Germanie; et Tacite nous apprend que les
cent _compagnons_ que les Germains avoient donnés à leurs princes
avoient pour fonction spéciale de les _conseiller_ dans
l'administration de la justice[160]. Après la conquête, ces
conseillers du roi continuèrent d'être avec lui, l'aidant également à
rendre la justice, ou la rendant eux-mêmes en son nom; on trouve en
effet qu'ils jugeoient en son absence comme en sa présence, et que le
comte _palatin_[161], qui avoit son tribunal, sa juridiction
particulière, n'étoit plus que rapporteur auprès d'eux, parce que les
causes qui se portoient devant cette cour étoient au-dessus de sa
compétence. Il y avoit deux classes de ces conseillers du roi: les
conseillers _éminents_ ou _principaux_, qui étoient toujours choisis
parmi les plus grands personnages de l'État; et les conseillers
_ordinaires_ ou _inférieurs_. Leur réunion composoit ce qu'on appeloit
le _Palais du roi_, ou _la cour de justice_.

[Note 160: _De morib. Germ._, § 5.]

[Note 161: Le comte _palatin_ paroît avoir remplacé dans la cour des
rois francs le grand dignitaire que l'on nommoit _maître des offices_
à celle des empereurs. C'étoit lui qui faisoit la police dans le
palais, et même dans tout le canton où résidoit la cour; il recevoit
toutes les causes qui étoient portées au palais, et décidoit de celles
qui devoient être jugées en présence du roi; il étoit l'introducteur
de ceux qui vouloient en obtenir audience, et faisoit auprès de lui
les fonctions du ministère public; enfin il présidoit au tribunal où
étoient jugées toutes les causes qui ressortissoient de son
département. La dignité de comte palatin existoit encore sous
Louis-le-Gros en 1136, et l'histoire ne marque point à quelle époque
elle fut abolie.]

Lorsqu'elle étoit ainsi réunie, la juridiction de cette cour étoit
fort étendue. D'après les monuments qui nous en sont restés, il paroît
que toutes les causes criminelles pouvoient être jugées par le roi
dans son _Palais_; et l'histoire de la première race nous offre en
effet des exemples de semblables causes plaidées devant les _grands_
ou les _conseillers_, quoiqu'elles intéressassent des personnes du
plus haut rang[162]: mais il semble aussi qu'alors c'étoient seulement
les conseillers _éminents_, ou de première classe, qui jugeoient; et
que les conseillers _ordinaires_ n'avoient point, dans ces causes
importantes, le droit de siéger avec eux.

[Note 162: Aim. lib. IV, c. 7.]

Le _Palais du roi_, ou sa cour de justice, étoit très-distinct de sa
_cour_ proprement dite; et les anciennes chroniques distinguent
très-bien les officiers de la _cour du roi_ ou de _sa maison_, des
officiers de _son Palais_. Cela est tellement vrai, que le lieu où
siégeoit cette cour de justice n'étoit pas toujours une dépendance du
manoir royal; et qu'alors les rois se rendoient de leur demeure au
palais, lorsque leur présence y étoit absolument nécessaire, ce qui
arriva surtout sous les rois fainéants[163].

[Note 163: (Eginard., _In princip._)]

La _cour du Palais_ subsista dans les premiers temps de la troisième
race, fort peu différente de ce qu'elle avoit été sous la première et
sous la seconde, mais il paroît qu'alors elle changea moins souvent de
lieu, et que Paris fut sa résidence la plus ordinaire[164]. Un
monument du règne de Louis VI nous apprend qu'elle s'appeloit alors,
la _suprême cour royale_, et que les _conseillers_ qui la composoient
rendoient la justice avec le roi ou en son nom[165].

[Note 164: Bal., tome II. C'est que Paris devint alors la capitale du
royaume et le centre de toute l'administration.]

[Note 165: Aim., lib. V, c. 49.]

Lorsque, dans les nombreux tribunaux qui rendoient la justice dans
toutes les parties de la France, une affaire étoit de nature à être
_ajournée_, c'étoit toujours en la cour du roi que se faisoit
l'_ajournement_. C'étoit là le tribunal permanent de l'État, celui à
qui appartenoit l'instruction de toute espèce de cause, sans qu'il fût
nécessaire d'y adjoindre d'autres juges, si ce n'est dans quelques cas
extraordinaires et prévus.

En établissant que la cour ou le _Palais_ du roi avoit compétence pour
juger toutes les causes, nous avons néanmoins fait cette distinction
importante, et qu'il ne faut point oublier, que, parmi ces causes,
celles qui intéressoient les barons et les grands vassaux n'entroient
dans ses attributions que lorsque cette cour se trouvoit complétée par
la présence à ses délibérations des conseillers _éminents_, et alors
sa juridiction étoit fort étendue[166]; mais comme ces grands
personnages ne faisoient pas leur séjour ordinaire à la cour du roi,
il en résultoit que, dès qu'ils l'avoient désertée, elle perdoit la
partie la plus importante de sa juridiction, et se voyoit forcée de
renvoyer un grand nombre de causes au _plaid général_ du
Champ-de-Mars, où elles étoient jugées, non par l'assemblée entière
dont ce plaid étoit composé, mais par quelques-uns de ces conseillers
_principaux_ qu'on ne manquoit point d'y trouver, et dont la présence
eût été nécessaire pour valider, dans ces mêmes causes, le jugement de
la cour. Ceci toutefois n'empêchoit point que ce tribunal ne fût dans
une activité continuelle; et en effet plusieurs capitulaires font foi
que la cour du Palais tenoit tous les jours ses audiences, et
prononçoit tous les jours des jugements. Elle se maintint en cet état,
tant que le gouvernement féodal conserva lui-même sa hiérarchie
primitive et ses justes rapports de subordination envers le
souverain; mais à mesure que le malheur des temps fournit aux
seigneurs l'occasion de se rendre plus indépendants, la puissance de
cette cour de justice fut aussi par degrés renfermée dans des bornes
plus étroites, parce que tout seigneur étant devenu _propriétaire_, et
tout homme libre ayant été forcé de se rendre vassal, toute
appellation dut être jugée dans le _plaid général_, où chaque suzerain
étoit dans l'obligation de présenter son vassal en _la cour du
roi_[167]. Alors les fonctions de la cour du Palais se bornèrent à
préparer le jugement des plus grandes causes par des enquêtes, à
prononcer sur les questions incidentes, à juger de quelques affaires
de peu d'importance et entre gens de médiocre condition.

[Note 166: On y procédoit alors contre le roi lui-même, comme il
procédoit lui-même à l'égard des particuliers. On s'adressoit à sa
cour, et la cour assignoit un jour au roi et à sa partie pour dire
leurs raisons et s'entendre juger.]

[Note 167: C'est la raison pour laquelle les grands vassaux se
montrèrent si mécontents de ce qu'on _appeloit_ de leurs sentences, et
se portèrent quelquefois aux derniers excès contre les _appelants_.]

Toutes ces variations dans les attributions de la cour royale de
justice prenoient leur source dans cet antique usage qu'une pratique
constante et les préjugés les plus chers de la nation avoient consacré
de temps immémorial, «qu'un _homme_ libre ne pouvoit être jugé que par
ses pairs, du moins dans tout ce qui touchoit à ses droits les plus
essentiels, tels que les biens, l'honneur et la vie.» Ainsi la
puissance qu'avoit la cour de juger s'étendoit ou se rétrécissoit,
selon que la qualité de ceux qui la composoient augmentoit ou
diminuoit le nombre de ceux qui en étoient justiciables. C'est dans
cette coutume qu'il faut chercher l'institution de la pairie[168],
institution qui donna plus de fixité à la compétence de ce tribunal
suprême. Tout porte à croire que la pairie commença sous
Philippe-Auguste; et il résulta de cet heureux établissement que les
barons et les pairs eux-mêmes devinrent justiciables de la cour
_suffisamment garnie de pairs_, sans que les autres conseillers
pussent en être exclus.

[Note 168: La création des douze pairs tire aussi son origine de deux
autres coutumes: l'une qui établissoit qu'aucun tribunal ne pouvoit
être complet, s'il n'étoit composé de douze juges; l'autre, que tous
les tribunaux devoient être _mi-partis_, c'est-à-dire composés d'un
nombre égal de juges clercs et laïques: ce fut donc une nécessité pour
les grands barons de partager la pairie avec six ecclésiastiques; et
comme il falloit que les pairs laïques fussent aussi au nombre de six,
cette circonstance fut favorable à quelques-uns des seigneurs qui
l'obtinrent, bien que leur puissance fût loin d'égaler celle des ducs
de Guienne, de Normandie, etc.]

Cette première disposition en amena une autre; et l'autorité de la
cour acquit un nouveau degré de solidité par une ordonnance de
Philippe-le-Bel[169], qui établit qu'elle seroit continuellement
présidée par deux prélats ou deux personnes laïques _bonnes et
suffisantes_, c'est-à-dire deux conseillers _principaux_; et il est
très-remarquable que, tout le temps que ces personnages _éminents_ la
présidoient, la cour prenoit le nom de _parlement_, terme générique
qui ne signifie autre chose qu'assemblée[170]. La durée de cette
assemblée étoit dans le principe de deux mois; et dès que ce terme
étoit expiré et que les présidents s'étoient retirés, ce tribunal
n'étoit plus _parlement_, mais prenoit alors le nom tantôt de _cour
des enquêtes_, tantôt de _cour des requêtes_; parce qu'elle rentroit
alors dans les anciennes limites où l'avoit de tout temps renfermée
l'absence des conseillers principaux, le même principe amenant
constamment les mêmes conséquences.

[Note 169: Donnée en 1302.]

[Note 170: Par cette même ordonnance de Philippe-le-Bel (art. 62), il
est dit qu'il sera tenu des _parlements_ dans diverses villes du
royaume, et ainsi s'explique la véritable signification de ce mot:
«c'est une _assemblée_, un _pour-parler_ de juges ou d'autres
personnes.» On comptait les _parlements_; ils se convoquoient, ils se
séparoient, et la cour du roi étoit toujours la même. Elle existoit
hors du _parlement_; elle prorogea même le _parlement_, lorsqu'elle
fut seule assemblée en parlement; c'est-à-dire qu'elle prorogea ses
séances solennelles. Tout _parlement_ n'étoit pas une cour souveraine,
puisque l'on donna ce nom aux séances d'une cour qu'Alphonse, frère de
saint Louis, avoit autrefois tenue à Toulouse. (De Buat., t. IV, p.
71.)]

Puisque la qualité de son président décidoit de la compétence plus ou
moins grande de la cour, il est facile de concevoir qu'il suffisoit
d'établir un grand président qui dût siéger pendant tout le cours de
l'année, pour faire de la cour royale un _parlement perpétuel_. C'est
ce qui fut enfin établi par une ordonnance de 1320; et dès lors il
n'y eut plus d'autre intervalle pour la tenue des _parlements_, que le
temps des _vacations_, où ce qui restoit de conseillers, et les
fonctions qu'ils exerçoient, offroient une image exacte de ce qu'avoit
été autrefois la cour du roi pendant l'absence de ses conseillers
_principaux_.

Dans cette organisation définitive, le _parlement_ conserva tous les
droits qu'il avoit comme _cour de justice_ du roi, tous ceux qu'il
avoit comme _conseil du roi_, et nous allons bientôt parler de
ceux-ci; et toutefois ces droits varioient suivant que le roi
assistoit ou n'assistoit pas à ses séances[171].

[Note 171: Quand le roi y assistoit, c'étoit la _cour_ ou le _plaid du
roi_; c'étoit la _cour du palais_, quand un autre que lui la
présidoit. Le _parlement_, tel qu'il étoit dans les derniers temps de
la monarchie, n'étoit qu'une émanation de cette cour suprême, laquelle
forma, par la distribution de ses conseillers, toutes les autres cours
supérieures.]

Quant aux droits qui ne lui avoient appartenu que dans le cas où il
avoit été garni d'un nombre suffisant de pairs et de barons, ils ne
lui restèrent qu'aux mêmes conditions; et la noblesse conserva le
privilége de n'être jugée que par ses pairs, et dans l'audience
solennelle du parlement. Du reste le parlement, devenu sédentaire,
n'eut jamais aucun des droits qu'avoient eus les _parlements_
considérés comme _assemblée générale de la nation_; il n'est point de
faits historiques plus attestés que ceux qui établissent cette
différence essentielle, et il n'y a qu'une grande ignorance des
_origines_ de notre monarchie qui ait pu faire confondre des
institutions d'une nature et d'un caractère si différents[172].

[Note 172: Il est très-remarquable que ce fut la foiblesse même à
laquelle fut réduit le pouvoir des rois à la fin de la seconde race,
qui fit tomber en désuétude le _plaid général_, accrut l'influence de
leur propre cour, et finit par les rendre plus puissants qu'ils
n'avoient jamais été. En effet, les grands vassaux, s'étant rendus
presque indépendants, et réunissant dans leurs fiefs, qui étoient
devenus de petites principautés, le pouvoir politique à
l'administration civile et judiciaire, se soucièrent peu, dès ce
moment, de consacrer par leur présence l'autorité d'une assemblée où
leurs vassaux pouvoient se rendre _appelants_ contre eux, où toutes
les usurpations que le malheur des temps leur avoit procuré l'occasion
de faire, pouvoient leur être si facilement contestées. La pauvreté
des rois les éloignoit également de leur cour, alors beaucoup moins
magnifique que celle de quelques-uns d'entre eux, et leur absence du
manoir royal contribua à accroître l'autorité des grands officiers de
cette cour suprême, qui délibéroient alors de toutes les grandes
affaires dont la discussion n'étoit pas exclusivement réservée au
_plaid général_. Dès ce moment le _plaid du roi_ fut plus rare et se
tint avec plus de solennité; et comme le nombre des vassaux
_immédiats_, qui étoit extrêmement diminué, avoit fini par confondre
ensemble toutes les classes de la noblesse, autrefois si distinctes,
ce _plaid du roi_ devint insensiblement celui de la nation, et en
obtint toutes les prérogatives. Par cela même que les grands vassaux,
maîtres chez eux, ne s'inquiétoient nullement du gouvernement des
provinces, villes et fiefs qui étoient sous le pouvoir immédiat du
roi, il arriva que celui-ci put avoir des conseillers fort inférieurs
en puissance _personnelle_ aux premiers conseillers, et que leur
autorité fut cependant plus absolue, parce qu'elle s'exerça sur des
sujets et vassaux d'une condition moins élevée, et qui par cette
raison se montraient moins indociles. Le pouvoir royal s'accroissoit
en outre de jour en jour par la réunion d'un grand nombre de fiefs qui
rentroient dans le domaine du Roi, et fortifioient ainsi les droits de
souverain de ceux de duc, de comte, de marquis, etc. Ceci finit par
s'étendre à tout le royaume; et alors commencèrent _les grandes
polices_ dont parle Mézerai.]

Heureux lui-même le parlement de Paris s'il eût toujours respecté ces
vraies bornes d'une autorité qui, prenant sa source dans le pouvoir
souverain, ne pouvoit avoir d'existence légitime qu'en lui et par lui;
s'il n'eût point, abusant des priviléges que lui avoit accordés, dans
l'intérêt des peuples, la bonté paternelle de nos rois, considéré et
défendu comme des _droits_ ce qu'il n'avoit obtenu que comme des
_concessions_; s'il n'eût point follement rêvé qu'il étoit la VRAIE
COUR DE FRANCE, le PARLEMENT DE LA NATION, et qu'il lui appartenoit de
lutter contre la volonté de ces mêmes rois dont il n'étoit que le
CONSEILLER et le SERVITEUR! Il existeroit encore; et l'ancienne
monarchie françoise, à la ruine de laquelle il a si aveuglément
contribué, existeroit tout entière avec lui. Nous aurons occasion de
signaler, dans la suite de cette histoire, ces empiétements successifs
de la _cour de justice du roi_ sur l'autorité royale; cet esprit
d'indépendance, d'opposition, de mutinerie, qui rendit quelquefois le
parlement ridicule, même alors qu'il étoit dangereux, esprit de
jalousie et d'orgueil qui n'avoit de force que lorsque le pouvoir
montroit de la foiblesse, qui le poussa d'abord à s'unir à des
rebelles contre le roi, qui l'unit ensuite à des sectaires contre
l'Église, et finit par en faire le fléau de l'Église et du roi.

Maintenant que nous avons éclairci, autant qu'il étoit en nous de le
faire, le point le plus obscur et le plus intéressant de cette
question importante, il nous suffira de présenter un tableau des
modifications diverses qu'éprouva, dans son organisation intérieure,
le parlement de Paris, depuis le moment où l'ordonnance de
Philippe-le-Bel eut rendu son autorité moins variable, et son
existence plus assurée.

Avant cette ordonnance fameuse de 1302, une autre ordonnance du même
prince, de l'année 1291, avoit déjà fixé ce qui avoit rapport à cette
organisation intérieure de sa cour de justice. Suivant cette
ordonnance, elle devoit être composée d'une cour ou chambre des
plaids[173], de deux chambres des requêtes[174], et d'une chambre des
enquêtes. Dans la première chambre des requêtes, instituée pour les
sénéchaussées et les pays de droit écrit, on comptoit cinq membres du
conseil du roi, et trois seulement dans la seconde, qui régloit les
affaires des autres provinces. Il y avoit dans la même chambre des
enquêtes[175] huit membres du conseil, moitié clercs et moitié
laïques, qui siégeoient alternativement, partagés en deux compagnies.
Le nombre des membres de la chambre des plaids n'étoit point marqué.

[Note 173: Cette chambre des _plaids_ étoit appelée _la
grand'chambre_[173-A]. C'étoit là le _parlement_ proprement dit; là
seulement étoit la plénitude de la juridiction, parce que là seulement
siégeoient les grands personnages à qui seuls il appartenoit de
l'établir.

C'est en la grand'chambre que le roi tenoit son lit de justice, et que
le chancelier, les princes et les pairs venoient siéger quand ils le
jugeoient à propos. Elle seule étoit compétente pour connoître des
crimes; et ce droit elle le conserva exclusivement jusqu'en 1515 qu'il
fut aussi accordé à la chambre des Tournelles.

Les ecclésiastiques, les nobles, les magistrats des cours supérieures
avoient conservé, comme nous venons de le dire, le privilége de n'être
jugés qu'en la grand'chambre, lorsqu'ils étoient prévenus de quelque
crime. La présentation de toutes lettres de grâce, pardon et
abolition, lui appartenoit, encore que le procès fût pendant à la
tournelle ou aux enquêtes. On y plaidoit les requêtes civiles, même
contre les arrêts de la tournelle. Elle connoissoit des appellations
verbales interjetées des sentences des juges qui étoient du ressort du
parlement de Paris; des causes auxquelles le procureur-général étoit
partie pour les droits du roi et de la couronne; des causes des pairs
pour ce qui regardoit leurs pairies; des causes de l'université en
corps et de plusieurs autres communautés. Elle recevoit le serment des
ducs et pairs, des baillis et sénéchaux, et de tous les juges et
magistrats, dont les appellations se relevoient immédiatement au
parlement de Paris.]

[Note 173-A: On l'a aussi appelée la _grand'voûte_, et, depuis Louis
XII, la _chambre dorée_, à cause d'un plafond orné de culs-de-lampe
dorés dont ce prince l'avoit enrichie.]

[Note 174: Ces deux chambres se nommoient alors _chambres des requêtes
de l'hôtel_. On les appeloit anciennement _les plaids de la porte_,
parce que, dans les lieux où séjournoit le roi, il y avoit toujours à
la porte de son palais un ou deux officiers chargés par lui de
recevoir les requêtes, et d'y répondre sur-le-champ, à moins que
l'affaire ne méritât d'être portée au prince. Lorsque Philippe-le-Bel
eut rendu le parlement sédentaire, il fit un réglement pour les
maîtres des requêtes de l'hôtel, par lequel il fut établi qu'ils
serviroient par quartier aux lieux où seroit le roi, et le reste du
temps au parlement. La chambre des requêtes du palais fut établie par
Philippe-le-Long, à l'instar de celle des requêtes de l'hôtel, et on
lui attribua, à l'égard du parlement, les mêmes fonctions
qu'exerçoient les autres à l'égard du roi, c'est-à-dire qu'elle avoit
le pouvoir de prendre et de juger les requêtes présentées à cette
compagnie, à l'exception des plus importantes qui devoient lui être
rapportées, et sur lesquelles elle avoit seule le droit de prononcer.
Henri III créa une seconde chambre des requêtes du palais, par son
édit du mois de juin 1580.]

[Note 175: Cette chambre jugeoit les appellations des procès par
écrit, pour connoître s'il avoit été bien ou mal appelé à la cour.
Depuis Philippe-le-Long, qui en créa une seconde, jusqu'en 1483, on
n'en compte que deux; la première étoit appelée _la grand'chambre des
enquêtes_, et l'autre _la petite_. François Ier, par lettres du
dernier jour de janvier 1521, créa vingt conseillers au parlement,
dont fut faite et composée _la troisième chambre des enquêtes_; il en
érigea en 1543 une quatrième, qui fut d'abord nommée _chambre du
domaine_, pour connoître des appellations des procès concernant le
domaine et les eaux et forêts du royaume, et depuis _quatrième chambre
des enquêtes_. Enfin Charles IX, par édit du mois de juillet 1568,
créa une _cinquième chambre des enquêtes_, à l'instar des quatre
autres.]

En 1304, deux ans après l'ordonnance dont nous venons de parler, on
trouve que la chambre des plaids étoit composée de treize clercs et
d'un pareil nombre de laïques, au-dessus desquels étoient les deux
prélats et les deux seigneurs de la cour nommés par le roi, qui
devoient la présider. Les deux chambres des requêtes pour la _langue
d'oc_ et pour la _langue française_ comptoient chacune cinq membres,
et c'étoit toujours un évêque qui présidoit celle des enquêtes.
L'établissement du parlement de Toulouse fut cause que peu de temps
après on supprima une des chambres des requêtes. Celle qui resta ne
fut composée que de quatre _maîtres_; c'étoit ainsi qu'on appeloit les
membres de cette chambre et de celle des plaids, dite la
_grand'chambre_; tandis que ceux de la chambre des enquêtes étoient
nommés _jugeurs_ et _rapporteurs_.

Cet ordre fut observé jusqu'en 1319, que Philippe-le-Long y apporta
quelque changement, en réduisant à huit le nombre des clercs[176] dans
la grand'chambre, tandis qu'il y laissa douze laïques, sans compter le
chancelier. En créant une seconde chambre des enquêtes, il ordonna
que, sur les deux, l'une devoit connoître des enquêtes du temps passé
jusqu'au jour de son ordonnance; et l'autre, des enquêtes qui
_adviendroient de ce jour en avant_. Il voulut qu'en ces deux chambres
il y eût vingt conseillers clercs et trente laïques, dont seize
seroient _jugeurs_ et les autres _rapporteurs_. Il établit aussi la
chambre des requêtes du palais, laquelle ne fut d'abord composée que
de cinq membres, trois clercs qualifiés du titre de _maîtres_, et deux
laïques désignés sous celui de _messires_.

[Note 176: Il déclara qu'il ne députeroit plus de prélats, parce qu'il
faisoit conscience _de eus empeschier au gouvernement de leurs
experituautes_. L'évêque de Paris et l'abbé de Saint-Denis
continuèrent seuls d'y être admis.]

Il y avoit dès lors, et même dès 1318, au moins deux des laïques de
grand'chambre revêtus de la qualité de président; il y en avoit trois
en 1342. Philippe de Valois ordonna cette année qu'à la fin de chaque
séance ces trois maîtres présidents et dix membres de son conseil
nommés par lui s'assembleroient pour régler le nombre des conseillers
dont les diverses chambres du parlement seroient composées dans la
séance suivante; ce qui prouve qu'il n'y avoit encore rien de fixe à
cet égard.

Tel fut le premier état du parlement. Nos rois s'y rendoient alors
très-souvent, soit pour juger des causes particulières, soit pour
faire des réglements généraux; et ils y étoient suivis des gens du
conseil et de ceux des comptes. L'usage de faire des rôles à la fin de
chaque séance pour la composition du parlement suivant, dura sans
interruption jusqu'au règne de Charles VI, qu'à la faveur des troubles
qui agitèrent alors le royaume, ceux qui se trouvèrent en place de
présidents et de conseillers se continuèrent d'eux-mêmes dans leurs
fonctions.

Cependant les membres de cette cour souveraine continuèrent à être
pourvus gratuitement de leurs offices par le roi, d'après la
nomination qui en avoit été faite par le corps entier, lorsque
quelque place venoit à vaquer; ce fut François Ier qui introduisit
la vénalité des charges. Les remontrances que le parlement fit si
inutilement à ce sujet sous le règne de ce prince furent
renouvelées par les états d'Orléans en 1560, et par l'assemblée des
notables en 1583, avec aussi peu de succès. Comme il y avoit déjà
long-temps que les élections étoient abolies, et que les rois,
disposant à leur gré des places vacantes, donnoient souvent à des
gens mariés celles qui étoient, dans le principe, affectées aux
clercs, il se trouva que le nombre des laïques finit par l'emporter
de beaucoup sur celui des ecclésiastiques. Enfin Henri III fixa, en
1589, le nombre de ces derniers à quarante, y compris les présidents
des enquêtes.

François Ier, qui introduisit de si grandes nouveautés dans le
parlement, y rendit _perpétuelle_ la _tournelle_[177], déjà érigée en
chambre particulière dès 1436; il confirma aussi la chambre des
_vacations_[178], créée en 1405 par Charles VI, et maintenue par une
ordonnance de Louis XII, de 1499.

[Note 177: On y jugeoit des affaires criminelles qui n'emportoient pas
condamnation à mort. Celles-ci étoient renvoyées à la grand'chambre
qui prononçoit. L'ordonnance de François Ier, qui la rendit
perpétuelle, lui donna en même temps le droit de condamner à mort
comme à toute autre peine corporelle.

En 1667, il fut érigé une tournelle civile qui jugeoit certaines
affaires à l'audience. Il falloit tous les ans une nouvelle commission
pour cette chambre, qui fut supprimée depuis 1698 jusqu'en 1735, et
rétablie alors pour cette année seulement. Depuis il ne fut point
donné de commissions.]

[Note 178: Elle avoit été établie pour siéger pendant les vacances du
parlement, et faire l'expédition des procès criminels, des matières
provisoires et autres qui demandoient de la célérité.]

Pendant long-temps il n'est point fait mention du procureur général et
des avocats généraux du roi au parlement. Les procureurs du roi,
établis dans les bailliages et sénéchaussées, venoient alors à Paris
pour les causes dont il avoit été appelé au parlement. Ce n'est qu'en
1331 qu'il est parlé pour la première fois du procureur général, dont
les attributions étoient de poursuivre les criminels et les
usurpateurs soit des biens de la couronne, soit de ceux des
particuliers. Les avocats généraux furent créés ensuite pour lui
servir d'auxiliaires. C'étoit à ce magistrat qu'appartenoit le droit
de tenir les _mercuriales_[179], assemblées ainsi nommées parce
qu'elles se tenoient le mercredi.

[Note 179: On examinoit dans ces assemblées la conduite des
conseillers du parlement; et les membres qui les composoient
exerçoient dans le principe une autorité qui leur permettoit de
destituer ou du moins de suspendre de leurs fonctions ceux qui étoient
convaincus de négligence ou de prévarication. Les _Mercuriales_, qui,
du temps de François Ier, se tenoient une fois par mois, furent
réduites à quatre par an, par l'ordonnance de Moulins, et dans la
suite à deux. Depuis long-temps les droits du procureur ou du premier
avocat général se bornoient à faire alternativement un discours pour
la réformation de la compagnie en général, et spécialement pour la
censure des défauts dans lesquels quelques magistrats pouvoient être
tombés.]

Dans les derniers temps, le parlement étoit composé de la
grand'chambre, de trois chambres des enquêtes et d'une des requêtes.

Il y avoit dans la grand'chambre, outre le premier président, neuf
présidents à mortier, vingt-cinq conseillers laïques, douze
conseillers clercs, trois avocats généraux et un procureur général.
Les cinq présidents les plus nouveaux servoient à la tournelle; les
conseillers laïques y servoient aussi par semestre; mais les
conseillers clercs ne quittoient jamais la grand'chambre; et s'ils
alloient à la tournelle, c'étoit seulement dans certains cas où il y
avoit assemblée de tournelle et de grand'chambre réunies.

La tournelle criminelle étoit composée de cinq présidents à mortier,
de six conseillers laïques de la grand'chambre, et de deux de chacune
des enquêtes.

Les trois chambres des enquêtes étoient composées chacune de deux
présidents et de soixante-six conseillers.

Celle des requêtes du palais avoit deux présidents et quatorze
conseillers.

La chambre des requêtes de l'hôtel étoit composée de maîtres des
requêtes. Elle connoissoit des causes des officiers privilégiés.

Anciennement il n'y avoit au parlement de Paris qu'un greffier en chef
civil; un édit du roi, de l'an 1709, créa quatre offices de greffiers
en chef, lesquels furent de nouveau abolis en 1716, pour remettre les
choses sur l'ancien pied. On y comptoit, en outre, un greffier en chef
au criminel, un greffier des présentations, un des affirmations de
voyage; des greffiers plumitifs de la grand'chambre, des greffiers
garde-sacs de la tournelle, etc., un grand nombre d'huissiers, de
procureurs, d'avocats, etc., etc.

Les ducs et pairs[180], dit Sauval, soit qu'ils fussent princes ou
même fils de France, les rois et reines de Navarre, etc., étoient
jadis obligés de donner des roses au parlement, en avril, mai et juin.
On ignore la cause d'une semblable coutume, et l'on n'est pas non plus
fort instruit sur la manière dont elle s'observoit. Nous sommes
seulement certains que le pair qui étoit appelé à faire cette
cérémonie faisoit joncher de roses, de fleurs et d'herbes
odoriférantes toutes les chambres du parlement, et avant l'audience
réunissoit dans un déjeuner splendide les présidents, les conseillers,
et même les greffiers et huissiers de la cour. Il alloit ensuite dans
chaque chambre, faisant porter devant lui un grand bassin d'argent,
lequel contenoit autant de bouquets de roses, d'oeillets, et d'autres
fleurs de soie ou naturelles, qu'il y avoit d'officiers, avec un
pareil nombre de couronnes composées des mêmes fleurs et rehaussées de
ses armes. On lui donnoit ensuite audience dans la grand'chambre, puis
il assistoit à la messe avec le parlement entier. Tant que duroit la
cérémonie, l'audience exceptée, il y avoit un concert de haut bois qui
alloit ensuite donner des sérénades aux présidents avant leur dîner.
Il faut observer de plus, 1º que celui qui écrivoit sous le greffier
avoit son droit de roses; 2º que le parlement avoit son faiseur de
roses, appelé le _rosier de la cour_; 3º que les pairs devoient
acheter de lui celles dont se composoient leurs présents. La
présentation des roses se faisoit généralement par tous ceux qui
avoient des pairies dans le ressort du parlement de Paris.

[Note 180: Lorsque les grands fiefs eurent été réunis à la couronne,
les rois créèrent de nouvelles pairies par lettres-patentes, ce qui ne
s'étoit point pratiqué jusqu'alors. Les premières furent faites sous
Philippe-le-Bel, en faveur des princes du sang seulement, et
long-temps après on en créa pour les princes étrangers, ce qui fut
continué jusqu'au règne de François Ier. Alors toutes les anciennes
pairies laïques étant éteintes, on en créa aussi de nouvelles pour
d'autres seigneurs, qui n'étoient ni princes du sang ni princes
étrangers; et depuis ce temps les créations de duchés-pairies ont été
multipliées à mesure que nos rois ont voulu illustrer des seigneurs de
leur cour.

Les droits et les honneurs des pairs étoient très-étendus. Ils
assistoient au sacre du roi, la couronne en tête, y faisant _fonction
royale_, c'est-à-dire représentant la monarchie, et soutenant tous
ensemble la couronne du roi. Chacun d'eux y exerçoit en outre des
fonctions particulières attachées à sa pairie. En qualité de plus
anciens et de principaux membres de la cour, ils avoient entrée,
séance et voix délibérative en la grand'chambre et aux chambres
assemblées du parlement, chaque fois qu'ils le jugeoient à propos.
Dans leurs causes, tant civiles que criminelles, ils avoient le droit
de n'être jugés que par la cour _suffisamment garnie de pairs_, etc.,
etc., etc.]

Sous le règne de François Ier, il y eut, dit Hénault, dispute entre le
duc de Montpensier et le duc de Nevers, sur la _baillée des roses_ au
parlement. Le parlement ordonna que le duc de Montpensier les
bailleroit le premier, à cause de sa qualité de prince du sang,
quoique le duc de Nevers fût plus ancien pair que lui. Parmi les
princes du sang qui se soumirent à cette cérémonie, on compte encore
les ducs de Vendôme, de Beaumont, d'Angoulême, et beaucoup d'autres.
On trouve même qu'Antoine de Bourbon, roi de Navarre, s'y assujettit
en qualité de duc de Vendôme. Henri IV, n'étant encore que roi de
Navarre, justifia au procureur général que ni lui, ni ses
prédécesseurs, n'avoient jamais manqué de satisfaire à cette
redevance. Elle a cessé entièrement dans le dix-septième siècle, sans
qu'on en puisse fixer précisément l'époque. Il y a quelque apparence
que ce fut sous le ministère du cardinal de Richelieu.

Le costume des membres du parlement varioit suivant leur rang et leur
qualité. Les princes du sang, les pairs laïques et le gouverneur de
Paris s'y rendoient, vêtus d'un habit de drap d'or ou de velours, ou
de drap noir recouvert d'un manteau, coiffés d'une toque ou bonnet de
velours garni de plumes, et l'épée au côté; l'habit des pairs
ecclésiastiques se composoit d'un rochet et d'une robe de satin
violet, fourrée d'hermine.

Les présidents à mortier portoient le manteau d'écarlate fourré
d'hermine, et le mortier de velours noir[181]. Le premier président
avoit deux galons d'or à son mortier: les autres n'en avoient qu'un.
Les conseillers, avocats et procureurs généraux étoient revêtus d'une
robe écarlate, et coiffés d'un chaperon rouge fourré d'hermine. Les
greffiers en chef portoient la robe rouge avec l'épitoge; et cette
robe étoit également affectée au greffier criminel, aux quatre
secrétaires de la cour et au premier huissier. Celui-ci étoit
distingué par un bonnet de drap d'or, fourré d'hermine et enrichi de
perles. Ces costumes n'ont subi depuis leur origine que peu de
changements, et peuvent, ainsi que celui des ecclésiastiques, nous
donner quelque idée des anciens costumes françois empruntés au
vêtement romain dont ils retracent en effet les formes principales.

[Note 181: Ce mortier indiquoit que, dans leur origine, ils furent
barons, parce qu'il faisoit partie du costume des seigneurs qui
portoient ce titre. Le mortier est encore aujourd'hui la _couronne de
baron_, en termes de blason.]

Nous avons dit que, sous la troisième race, le parlement tenoit
habituellement ses séances à Paris; à cet effet, saint Louis lui
avoit accordé à perpétuité plusieurs salles de son palais, et la
chambre où se tenoit la tournelle criminelle en avoit conservé le
nom de chambre de Saint-Louis. La grand'chambre, à laquelle le
vulgaire donnoit le nom de _chambre dorée_, depuis qu'elle avoit été
réparée par Louis XII, étoit déjà le lieu d'assemblée du parlement
avant Philippe-le-Bel, et on l'appeloit la CHAMBRE DES PLAIDS,
_camera placitorum_. C'est ainsi que le Palais, qui d'abord avoit
été la demeure exclusive de nos rois, se trouva successivement
partagé entre eux et leur _conseil_ ou _cour de justice_.

Après que Charles V l'eut quitté pour aller habiter l'hôtel
Saint-Paul, nous voyons Charles VI y revenir, et y demeurer à diverses
époques. En 1410, lorsque les querelles entre les ducs d'Orléans et de
Bourgogne remplissoient Paris de désordres et de séditions, ce prince
malheureux, qu'une maladie funeste réduisoit à la situation la plus
affreuse où puisse se trouver un roi, à cette extrémité de voir son
autorité impunément envahie par ceux qui étoient nés pour la défendre,
et son peuple victime de leurs dissensions ambitieuses, quitta de
nouveau l'hôtel Saint-Paul, où il ne se croyoit pas en sûreté, pour
venir s'établir au Palais. François Ier y demeuroit encore 1531; et,
cette année-là, il rendit le pain bénit dans l'église de
Saint-Barthélemi, en qualité de premier paroissien.

Charles V, encore dauphin et régent du royaume, habitoit le Palais,
lorsque Étienne Marcel, prévôt de Paris, et chef de la faction appelée
_la Jacquerie_, pénétra jusque dans sa chambre, et y fit massacrer
sous ses yeux Robert de Clermont, maréchal de Normandie, et Jean de
Conflans, maréchal de Champagne. Les corps de ces deux seigneurs
furent traînés dans la cour, devant la pierre de marbre[182], et là
abandonnés à tous les outrages d'une populace aveugle et révoltée.

[Note 182: Cette pierre énorme étoit dans la cour, et ne doit pas être
confondue avec une autre table de marbre qu'on voyoit dans la
grand'salle, et dont nous parlerons tout à l'heure. Toutes les deux
ont disparu dans l'incendie de 1618.]

En 1383, avant l'accident terrible qui le priva entièrement de sa
raison, Charles VI, vainqueur des Flamands, ayant résolu de châtier
sévèrement la faction dite des _Maillotins_, qui, pendant son absence,
s'étoit livrée dans Paris aux plus horribles excès, parut dans cette
même cour aux yeux du peuple, au milieu de l'appareil le plus
majestueux et le plus formidable. Son trône avoit été placé sur un
échafaud, où il monta, accompagné des princes de son sang et des plus
grands seigneurs de sa cour, pour y prononcer sur le sort des
factieux, qui étoient encore dans les prisons; car les plus coupables
avoient été exécutés sur-le-champ. Cette cérémonie effraya tellement
les familles de ces malheureux, qu'on les vit accourir en foule lui
criant _merci_, les hommes, têtes nues, et les femmes échevelées. Le
chancelier d'Orgemont fit un long discours, dans lequel il reprocha à
cette multitude ses révoltes, ses insolences, ses cruautés, et les
outrages qu'elle avoit faits à la majesté royale. Sa harangue finie,
le roi pardonna, à la prière de ses oncles, qui l'en supplièrent à
genoux; et le supplice que les coupables avoient mérité fut changé en
une amende pécuniaire.

Cette place sembloit être destinée aux représentations solennelles;
car long-temps auparavant, en 1314, Philippe-le-Bel y avoit également
paru sur son trône, et dans tout l'appareil de sa puissance, pour
demander un emprunt aux députés des principales villes de son royaume,
qu'il avoit fait assembler[183].

[Note 183: Ce fut la seconde assemblée de ce genre où le _tiers-état_
eût été admis à délibérer des affaires publiques; et la première avoit
été tenue sous le même roi. Avant cette époque, il n'y avoit eu
d'autre assemblée représentative de la nation que le _parlement
général_; et l'on ne connoissoit que deux ordres dans l'État, le
clergé et la noblesse.]

La grand'salle de ce palais étoit aussi consacrée à des solennités
extraordinaires. C'étoit là qu'étoient reçus les ambassadeurs, que se
donnoient les festins d'apparat, que l'on faisoit les noces des
enfants de France. En 1378, Charles V y reçut l'empereur Charles IV,
qui étoit venu le visiter avec son fils Venceslas, roi des Romains.
Les trois souverains dînèrent dans la grand'salle, au milieu d'une
foule de seigneurs; et après le repas on y joua devant eux une espèce
de tragédie, représentant la prise de Jérusalem par Godefroi de
Bouillon. L'empereur grec, Manuel Paléologue, et l'empereur Sigismond,
roi de Hongrie, y furent accueillis depuis par Charles VI, avec cette
grandeur et cette noblesse qui a toujours éclaté dans les procédés de
nos rois envers les souverains étrangers. Le dernier de ces deux
princes en abusa par d'étranges indiscrétions. Ayant eu la curiosité
de voir plaider une cause au parlement, il s'y assit sur le siége du
roi, ce qui déplut d'abord à tout le monde; mais le mécontentement fut
à son comble lorsqu'on le vit, au milieu de la séance, faire approcher
une des deux parties, à qui son adversaire reprochoit de ne pas être
chevalier, et lui faire gagner sa cause en lui donnant l'accolade et
les éperons. Toutefois on dissimula, «parce qu'il étoit, dit Sauval,
partisan du duc de Bourgogne, qui gouvernoit alors la France, et dont
le parti étoit tout-puissant.»

Les voûtes de la grand'salle étoient autrefois en bois, et soutenues
par des piliers de même matière, enrichis de dorures, sur un fond
couleur d'azur; dans les espaces qui les séparoient, s'élevoient les
statues de nos rois, depuis Pharamond, avec une inscription qui
apprenoit le nom de chaque roi, la durée de son règne et l'année de
sa mort. À l'un des bouts s'élevoit une chapelle que Louis XI avoit
fait bâtir, et qui fut reconstruite depuis. On voyoit à l'autre
extrémité une table de marbre de la plus grande dimension, sur
laquelle se faisoient les festins royaux. Les empereurs, les rois, les
princes du sang, les pairs de France et leurs femmes avoient seuls le
droit d'y manger; on dressoit d'autres tables pour le reste de la
cour. Par un contraste assez singulier, les clercs de la Basoche
eurent, pendant près de trois siècles, le privilége de faire de cette
table le théâtre des _farces_, _moralités_ et _sotties_ qu'ils
représentoient dans le Palais.

Le 7 mai de l'an 1618, un incendie, dont on n'a jamais pu connoître la
cause, détruisit cette salle antique et magnifique, la chapelle et une
grande partie des bâtiments du Palais. Ce fut alors que fut construite
la grand'salle que nous y voyons aujourd'hui. Un nouvel incendie,
arrivé le 10 janvier 1776, ayant consumé tous les bâtiments qui
s'étendoient depuis la galerie des prisonniers jusqu'à la
Sainte-Chapelle, on acheva d'en abattre les débris, pour y établir une
construction nouvelle et régulière, qui, accordant entre elles tant de
parties incohérentes, annonçât, avec quelque dignité, un édifice de
cette importance. La description de ces deux parties modernes du
Palais est la seule qu'il soit possible de faire; car on tenteroit
vainement de donner l'histoire de tous les changements survenus dans
ce labyrinthe inextricable de bâtisses, qui n'offrent plus que des
fragments informes, des souvenirs incertains, et dont deux accidents
si terribles ont achevé de rendre méconnoissables les plans primitifs.

L'architecte du palais du Luxembourg, le célèbre Desbrosses, fut
chargé de la reconstruction de la grand'salle, et la termina en 1622.
Elle se compose de deux immenses nefs collatérales, voûtées en pierres
de taille, et séparées entre elles par un rang d'arcades qui portent
sur des piliers. De grands cintres vitrés, pratiqués à l'extrémité de
chaque nef, y répandent une lumière peut-être insuffisante; mais il
n'en est pas moins vrai que cette manière d'éclairer a quelque chose
de noble et d'imposant. La décoration en est d'ordre dorique, et cette
sévérité d'ornement convient à son caractère. Desbrosses s'y est
permis, tant dans l'ajustement de l'ordre lui-même que dans sa frise,
des disparates qu'on n'aime pas à rencontrer dans un genre
d'architecture dont la régularité fait la principale condition; les
deux arcades du bout de la salle présentent aussi quelque chose
d'irrégulier, et l'on remarque qu'il y a un demi-pilastre de moins du
côté de la plus petite. Quoi qu'il en soit, ce monument fait honneur
au génie de l'architecte et à celui de son siècle. Il présente dans sa
disposition générale un caractère de grandeur, une manière large et
bien prononcée qui ne s'est plus retrouvée depuis, même dans les
édifices du siècle de Louis XIV[184].

[Note 184: _Voy._ pl. 13.]

Le dépôt des archives, placé dans le comble au-dessus de ses voûtes,
et d'une construction beaucoup plus moderne, mérite d'être remarqué.
Cette pièce, qui renferme des registres et des manuscrits précieux
échappés aux précédents incendies, est d'une fabrication extrêmement
ingénieuse, et fait honneur à M. Antoine, son inventeur. La
grand'salle, qu'on appelle aussi _salle des pas perdus_, sert de
promenoir aux gens du Palais, et donne entrée dans diverses pièces
plus ou moins étendues, qui, de même que dans l'ancien ordre,
renferment les tribunaux, les greffes et autres services. Au reste,
leurs distributions, qui se sont opérées successivement, ne tiennent à
aucun plan général, et n'offrent aucun ensemble qui mérite d'être
décrit.

Il nous reste à faire connoître les nouveaux travaux qui ont été
exécutés pour opérer le raccordement des diverses parties du Palais,
après le dernier incendie, et avec l'intention d'y joindre une
décoration extérieure. La direction en fut confiée à MM. Moreau,
Desmaisons, Couture et Antoine, membres de l'Académie d'architecture;
et leur plan embrassa non-seulement la cour actuelle, mais un projet
d'alignement dans les rues adjacentes, ainsi que la place
demi-circulaire qui fait face au principal corps-de-logis.

Celui-ci est bâti au fond de la cour, sur un perron formé par un grand
escalier, dont l'élévation donne assez de noblesse à cette masse, peu
remarquable d'ailleurs par son caractère. Un corps avancé de quatre
colonnes doriques en orne la façade, composée du reste d'un rang
d'arcades à rez-de-chaussée, et de fenêtres en attique; une sorte de
dôme quadrangulaire couronne l'édifice. Au bas du perron, et de chaque
côté, sont deux arcades, dont l'une sert de passage, et l'autre donne
entrée dans la _Conciergerie_, prison bâtie sur le terrain où étoit
autrefois le jardin de nos rois. On le nommoit alors _le Préau du
Palais_.

Les deux ailes de la cour sont composées d'un étage d'arcades à
rez-de-chaussée, servant de soubassement sur la rue à une ordonnance
dorique, dans la hauteur de laquelle sont compris deux étages. Dans
l'aile à droite est un grand escalier richement orné, par lequel on
entre dans la grand'salle du Palais. Une grille de fer qui ferme la
cour réunit ces deux ailes. Cet ouvrage est vanté, et peut avoir du
mérite sous le rapport de la serrurerie; mais les gens de goût voient
avec peine qu'on ait consacré une dépense considérable à un genre de
travail peu intéressant en lui-même, lorsqu'on pouvoit produire, à
moins de frais, et par les moyens de l'architecture, une clôture plus
noble et plus analogue au monument. Les ornements, d'ailleurs, en sont
lourds et d'un mauvais choix[185].

[Note 185: _Voy._ pl. 12.]

Cette cour se nomme encore _cour du Mai_, à cause de l'ancien usage où
étoient les suppôts de la Basoche d'y planter tous les ans, le dernier
samedi du mois de mai, un arbre très-élevé, après avoir abattu celui
de l'année précédente. Des deux côtés de cet arbre étoient attachées
les armes de ce corps burlesque, lesquelles étoient d'azur à trois
écritoires d'or, avec deux anges pour support. On sait que la Basoche,
dont l'origine est très-ancienne, étoit une espèce de juridiction
composée de la communauté des clercs du parlement de Paris. Ils y
jugeoient les différends qui pouvoient naître entre eux, et
quelquefois même ils s'y exerçoient à plaider des causes sur des
questions difficiles et singulières. Ce tribunal avoit une foule
d'offices et de dignités, entre autres un chancelier, un trésorier,
des maîtres des requêtes. Il y avoit même autrefois un roi de la
Basoche.

     CURIOSITÉS DU PALAIS DE JUSTICE.


     TABLEAUX.

     Dans la chapelle de la cour, laquelle occupoit tout
     l'avant-corps du milieu, les quatre Évangélistes, par
     _Brenet_; la Foi, l'Espérance et la Charité, par _Renou_.

     Dans la deuxième chambre, un Christ par _Beauvoisin_.

     Dans la troisième chambre, un Christ, et le portrait de
     Louis XIV, d'après _Largillière_, par _Giroux_.

     Dans la salle du conseil, un Christ, et le portrait de Louis
     XVI, par _Guérin_.

     Dans les bâtimens de la chambre des comptes, plusieurs
     tableaux du Christ par _Dumont le Romain_; la Madelaine au
     pied de la croix, par _Bourdon_.


     SCULPTURES.

     Sur l'escalier qui conduisoit à la cour des aides, la statue
     de la justice par _Gois_.

     Sur l'autel de la chapelle, un Christ par _Bouchardon_; les
     médaillons de Charlemagne et de saint Louis par le même.

     Au-dessus de l'archivolte de l'entrée de la galerie
     Mercière, le médaillon de Louis XVI; et deux statues
     représentant l'Étude des lois et l'Éloquence, par _Lecomte_.

Tel est l'état actuel du Palais: le nouveau plan que les circonstances
n'ont pas permis d'achever entièrement, en auroit coordonné toutes les
parties, dans lesquelles on remarque encore des irrégularités[186].

[Note 186: On projette, dit-on, de nouvelles additions à la
restauration de la partie de cet édifice qui donne sur le quai de
l'Horloge. Déjà une partie des échoppes qui l'obstruoient du côté du
pont au Change ont été abattues; on y a fait, de ce même côté,
quelques réparations; et dans ce moment on y élève des constructions
destinées à masquer l'aspect irrégulier et désagréable de ces vieux
bâtiments; on y fait entre autres une nouvelle porte d'entrée.]

Vis-à-vis le pont au Change est une tour carrée qui, de ce côté, forme
l'angle des bâtiments du Palais, et en est une dépendance. C'est là
que fut placée la première grosse horloge qu'il y ait eu à Paris. Elle
fut faite en 1370, par un horloger allemand nommé Henri de Vic, que
Charles V fit venir en France. Le cadran en fut réparé sous le règne
de Henri III, décoré des figures de la Force et de la Justice; et un
même écusson y offroit réunies les armes de France et celles de
Pologne[187]. La cloche qu'on nommoit _tocsin du Palais_, et qui étoit
au sommet de cette tour, fut fondue à la même époque; et l'on voit
encore, dans la partie la plus élevée, le petit _lanternon_ au milieu
duquel elle étoit suspendue.

[Note 187: Ces armoiries furent détruites pendant la révolution: les
figures ont été épargnées.]

Dans l'enceinte de la cour du Palais, et vis-à-vis la Sainte-Chapelle,
étoit une petite église sous l'invocation de Saint-Michel, dont
l'érection remonte au-delà du règne de Philippe-Auguste. Elle a donné
son nom au pont du petit cours de l'eau qui lui étoit parallèle, et à
la partie de la rue de la Barillerie qui aboutit à ce pont. Cette
église a été démolie lors des nouvelles constructions.

Dans la même cour, vis-à-vis la façade de la même chapelle, est le
bâtiment nouveau de la chambre des comptes, lequel n'a rien de
remarquable dans son architecture; l'ancien qu'il a remplacé avoit été
élevé sous Louis XI, et fut aussi détruit par un incendie en 1737; de
manière que tous les monuments que renferme cette enceinte ont été
tour à tour la proie des flammes. Une arcade placée sur le flanc
gauche de cet édifice, et dont les ornements ont été sculptés par le
célèbre _Jean Goujon_, sert de communication avec l'hôtel dans lequel
demeuroit autrefois le premier président de cette cour.

Derrière ces édifices sont encore l'hôtel et le jardin de la première
présidence du parlement[188]. Un passage ouvert dans le milieu de la
rue de Harlay conduit dans la cour Neuve[189], par laquelle on entre
dans la partie postérieure du Palais, et de là, dans la galerie dite
des _Merciers_; la communication avec la Sainte-Chapelle se fait par
une galerie latérale en face du perron.

[Note 188: Maintenant hôtel de la préfecture de police.]

[Note 189: Maintenant cour de Harlay.]



GRAND CONSEIL, CHAMBRE DES COMPTES, COUR DES AIDES.


GRAND CONSEIL.

Par tout ce que nous avons dit sur l'origine du parlement, nous
croyons avoir assez prouvé que la plus grande de toutes les erreurs
seroit de supposer que tous les droits et toutes les fonctions qui
avoient appartenu à la totalité des conseillers royaux, formant ce que
nous avons appelé _la cour du roi_, eussent été transportés à cette
portion de son conseil qui fut députée pour tenir _sa cour de
justice_. Et en effet nous avons vu que, suivant que le roi y
assistoit, ou qu'elle étoit suffisamment garnie de pairs, ou qu'elle
étoit présidée par des conseillers _principaux_, ou qu'elle se
composoit seulement de ses conseillers _ordinaires_, cette cour
changeoit de caractère, de compétence et d'attributions. Ces
distinctions ne cessèrent point d'être observées, après que nos rois
eurent établi la permanence du parlement.

La cour de justice ou _parlement_ n'étoit donc, nous le répétons,
qu'une _députation_ de conseillers du roi. Cette députation ne fut
certainement pas unique; et la multiplicité des affaires obligea le
souverain de partager son conseil en plusieurs chambres, à chacune
desquelles furent attribuées la connoissance et la discussion d'une
certaine espèce d'affaires. Ainsi émanèrent de la même source toutes
les cours ayant suprême juridiction; ainsi, dans l'administration
générale du royaume, suivant les temps et selon que la prérogative
royale étoit plus ou moins étendue, tout sortoit du roi et tout y
retournoit.

Le parlement n'étoit donc point le conseil suprême ou _grand conseil_
du roi, puisque l'on trouve des ordonnances rendues par ce _grand
conseil_, hors de Paris, et lorsque le parlement étoit déjà sédentaire
dans cette capitale[190]. Il nous sera facile de faire comprendre ce
qu'il étoit.

[Note 190: L'ordonnance de Philippe-le-Bel qui établit la députation
des requêtes de l'hôtel fut rendue à Bourges, dans le _grand conseil_,
le parlement siégeant dès lors à Paris: on pourroit citer d'autres
exemples.]

Nous avons dit que le parlement n'étoit qu'une députation de
conseillers royaux: il faut ajouter qu'il ne se composoit même que de
la moindre partie de ces conseillers. Presque tous les autres
demeuroient auprès de la personne du monarque; et il arrivoit souvent
que lorsque le parlement ne tenoit point ses séances, la plupart des
conseillers qui formoient cette cour de justice étoient appelés
auprès de lui. Quelquefois le roi lui-même se rendoit à la chambre;
et dans l'un et l'autre cas, les conseillers, réunis en sa présence,
se formoient en conseil, _ponebant se ad concilium_[191]; et cette
réunion étoit appelée le _grand conseil_, où les membres du parlement
étoient admis au même titre que les autres membres du conseil, et en
raison de leur seule qualité de _conseillers_[192].

[Note 191: _Olim._ an. 1317.]

[Note 192: Nos rois avoient encore un autre conseil, dont l'origine
remonte jusqu'à celle de la monarchie, et qui étoit connu sous le nom
de _Conseil étroit_ (Am. lib. IV, c. 7). Clotaire avoit pour
_conseillers intimes_ trois seigneurs dont Grégoire de Tours nous
raconte la trahison. (App. c. 45.) Il est dit que Charlemagne se
faisoit toujours accompagner de ses conseillers les plus _éminents_ et
les plus sages; et l'on voit ses successeurs avoir toujours auprès
d'eux un semblable conseil, dans lequel ils faisoient entrer telle
personne qu'il leur plaisoit, sans avoir là-dessus d'autre règle que
leur volonté.]

Ainsi varioient, il faut le dire encore, les droits de toute
assemblée de ce genre, selon que le roi étoit absent ou présent; et
soit qu'il assistât au conseil _commun, toutes les chambres
assemblées_, et tînt ce que depuis on a appelé _lit de justice_,
soit qu'il présidât lui-même son conseil, ce n'étoit que dans ces
circonstances solennelles que se pouvoient faire ces actes
d'autorité souveraine que l'on nommoit _ordonnances_. En un tel cas,
la formule étoit: _le roi et son conseil veulent. Le roi et son
conseil entendent. Ordonnance faite par la cour de notre_ SEIGNEUR
ROI _et de son commandement_[193].

[Note 193: De là étoit venu cet usage que le parlement donnât des
_conseils_ au roi lorsqu'il faisoit des règlements nouveaux, usage
dont cette compagnie a depuis si étrangement abusé. Anciennement,
lorsque le souverain vouloit rendre publique une ordonnance nouvelle,
il appeloit devant lui les membres du parlement, ou se rendoit
lui-même au milieu d'eux, pour en délibérer de nouveau avec cette
portion nombreuse de ses _conseillers_. De cet acte de condescendance
le parlement prétendit faire un droit. Il avoit aussi été établi que
lorsqu'une ordonnance auroit été rendue dans le _grand conseil_, elle
seroit _relue et reconnue_ dans le Palais, pour y être ensuite
déposée. De là les _refus d'enregistrement_, qui n'étoient autre chose
qu'un appel au peuple et à la révolte. C'est ainsi que cette belle
institution avoit dégénéré au point de devenir aussi fatale à la
France qu'elle lui avoit été utile et glorieuse dans de meilleurs
temps.]

Du temps où la législation appartenoit aux assemblées de la nation, ce
conseil du roi n'avoit, en ce qui touchoit l'administration générale
du royaume, qu'une autorité très-foible et très-bornée; mais il
reprenoit naturellement l'autorité suprême dans tout ce qui concernoit
l'administration particulière des domaines du roi, ses finances, la
bourgeoisie et la police de ses villes. Sur ces points qui n'étoient
pas d'un intérêt général, il faisoit tout réglement qu'il lui plaisoit
de faire. Ce même droit, le roi et son conseil l'avoient encore en ce
qui concernoit l'administration de la justice: c'est-à-dire qu'ils
pouvoient faire, sans déroger toutefois au droit de chacun, tel
réglement qu'ils jugeoient le meilleur pour en assurer l'exécution.
Ces réglements, compris d'abord sous le titre générique de
_capitulaires_, reçurent par la suite le nom particulier
d'_établissements_[194] et d'_ordonnances_, ce dernier mot n'ayant
point alors toute l'acception qu'on lui a donnée depuis. Ce fut par
une _ordonnance_ que, sans déroger aux droits des pairs et de la
noblesse, Philippe-le-Bel détermina la forme qu'il prétendoit donner à
sa cour de justice séante à Paris. L'interprétation des lois
appartenoit encore au conseil du roi, pourvu que, dans cette
interprétation, il fît simplement un acte judiciaire, l'_explication_
d'un doute, et non un acte de législation. C'est là l'origine de ce
que l'on a depuis appelé _déclaration_. En un mot, tant qu'il y eut
des barons de la couronne, le roi ne put faire avec son conseil aucune
_ordonnance_ ou _établissement_ qui dût être reçu dans le royaume
entier. «Tels réglements, dit Beaumanoir; estoient espéciaument pour
son domaine; et li barons ne laissoient pas à user en leurs terres
selon les anchiennes coutumes[195]. Mais quand li establissement est
généraux[196], il doit _courre_ dans tout le royaume; et nous devons
croire que tel establissement est fait par _très-grand conseil_ et
pour le commun pourfit....» Ainsi donc, lorsque les grandes baronnies
eurent été réunies au domaine de la couronne, les _établissements_ et
_ordonnances_ du roi durent _courir_ dans la France entière; et le
pouvoir législatif se trouva de droit réuni dans la personne du
monarque, assisté de son conseil.

[Note 194: Il ne faut pas confondre ce genre d'établissements avec
ceux que fit saint Louis. Les _établissements_ de ce roi ne sont pour
la plupart que la rédaction des coutumes générales qui étoient passées
en lois. Ils ressembloient beaucoup à la collection des capitulaires
de Charlemagne et de Louis-le-Débonnaire, que l'acceptation de
l'assemblée générale des Francs fit passer en lois.]

[Note 195: C'est-à-dire que les ordonnances que le roi faisoit dans
_sa terre_ (_in terrâ suâ_), ainsi que l'on parloit alors, les barons,
par le même droit, les faisoient aussi dans _leurs terres_.]

[Note 196: C'est-à-dire fait dans l'assemblée générale de la nation.
(Cout. de Beauv. cap. 4, p. 265.)]

Il en fut de même de l'administration de la justice: et en effet la
réunion des trois grandes pairies, qui étoient les trois plus grands
fiefs de la couronne, ayant rendu le roi seigneur immédiat de trois
grandes provinces, la Normandie, le comté de Toulouse ou le Languedoc,
et le comté de Champagne, la justice dut y être rendue au nom du
nouveau seigneur. Il fallut donc y pourvoir, et y remplacer les cours
provinciales qu'y avoient formées les barons avec leurs conseillers ou
assesseurs. Que fit le roi de France pour les remplacer? rien autre
chose que _députer_ des conseillers, les uns pour tenir l'_échiquier_
de Normandie, les autres pour tenir les _grands jours_ de Troyes,
d'autres encore pour former le parlement de Toulouse; puis, par des
réglements nouveaux, ces députations devinrent par la suite des cours
souveraines et permanentes. L'érection successive des autres
parlements dans différentes villes du royaume a partout la même
origine. Sur la demande expresse ou présumée des habitants de ne plus
relever leurs appellations par-devant la cour de justice qui avoit été
rendue sédentaire à Paris, les rois créoient un certain nombre de
conseillers avec attribution des fonctions essentielles à une cour
royale; et la justice se rendoit par eux dans les provinces, au même
titre que le faisoit le parlement de Paris, parce que les conseillers
qui formoient ces cours souveraines étoient _conseillers_ au même
titre que ceux dont se composoit ce parlement, qui n'avoit sur eux
d'autre avantage que celui d'une plus grande ancienneté.

De même il plut à nos rois d'employer à des fonctions particulières,
de donner une attribution spéciale à cette portion de leurs
conseillers qui demeuroient auprès d'eux sans emploi particulier, et
dont ils s'étoient servis comme de leur _conseil suprême_ ou _grand
conseil_, chaque fois qu'il leur avoit plu de leur communiquer la
plénitude du pouvoir souverain en présidant à leurs séances; car, dans
un tel cas, ce conseil avoit l'administration générale des affaires,
faisoit des _établissements_ et des _ordonnances_, soit que le
parlement fût appelé à y délibérer, soit qu'il ne le fût pas; et, on
ne sauroit se lasser de le répéter, la présence du roi faisoit seule
toute leur compétence, quel que fût leur nombre, et même, quelle que
fût leur qualité. Charles VIII fut le premier qui donna une forme
permanente à ce conseil[197], l'érigeant en compagnie avec cour
souveraine et collége d'officiers, lui conservant le nom de _grand
conseil_, et lui attribuant la connoissance et la décision d'une
partie des affaires dont il étoit appelé à connoître lorsqu'il avoit
été _conseil du roi_, et délibérant sous sa présidence.

[Note 197: Avant l'établissement du _Conseil du roi_, qui a duré
jusqu'à la révolution, le grand conseil, qu'il avoit remplacé,
connoissoit, comme nous l'avons dit, d'une foule d'affaires, rarement
contentieuses, dans toutes les branches de l'administration, domaines,
finances, marine, commerce, lesquelles furent depuis attribuées à
d'autres officiers successivement institués par nos rois; mais comme
il résultoit de la part de ceux qui se croyoient lésés dans les
jugements rendus par ces institutions, de continuelles _évocations_ au
grand conseil, cette circonstance détermina Charles VIII à le rendre
permanent.]

Louis XII confirma depuis cet établissement, et augmenta le nombre de
ses membres, le portant à vingt conseillers, qu'il distribua en deux
semestres.

Le grand conseil, ainsi composé et réformé par Louis XII, continua de
connoître de toutes les mêmes affaires qui auparavant avoient été de
son ressort. Son occupation la plus continuelle étoit celle du
réglement des cours et des officiers; il connoissoit aussi de tous les
dons et brevets du roi, de l'administration de ses domaines, de toutes
les matières qui étoient sous la direction des grands et des
principaux officiers, et des affaires, tant de justice que de police
de la maison du roi; beaucoup d'affaires particulières y étoient aussi
introduites, soit par le renvoi que le roi lui faisoit des placets qui
lui étoient présentés, soit par le consentement des parties.

Depuis ce temps, nos rois lui ont attribué exclusivement la
connoissance de plusieurs matières presque toutes relatives à sa
première institution, telles que de décider des contrariétés et
nullités d'arrêts, d'être conservateur de la juridiction des
présidiaux et des prévôts des maréchaux, de veiller à l'exécution des
brevets dans la nomination accordée au prince de tous les grands
bénéfices, d'être chargé exclusivement des procès concernant les
archevêchés, évêchés et abbayes, etc., etc.

Le roi a encore employé de tout temps le grand conseil pour établir
une jurisprudence uniforme dans tout le royaume sur certaines
matières, telles que les usures, les banqueroutes, etc.

C'est par une raison à peu près semblable que la plupart des grands
ordres avoient obtenu le droit d'évocation au grand conseil, afin que
le régime et la discipline de ces grands corps ne fussent pas
intervertis par la diversité de jurisprudence, et qu'ils ne se vissent
pas obligés de disperser leurs membres dans tous les tribunaux. Les
secrétaires du roi et les trésoriers de France jouissoient de la même
prérogative.

Enfin le grand conseil a souvent suppléé les cours souveraines pour le
jugement de plusieurs affaires qui en ont été évoquées.

Il seroit impossible d'entrer ici dans le détail de toutes les
attributions diverses dont le grand conseil a joui plus ou moins
long-temps. Il suffit d'avoir, par quelques exemples, donné une idée
de celles qui conviennent à son institution.

Le chancelier étoit, depuis l'origine, seul chef et président né de
cette compagnie. Un conseiller d'état commis par lettres-patentes du
roi y présidoit à sa place pendant un an.

Le grand conseil se composoit, dans les derniers temps de la
monarchie, 1º de huit maîtres des requêtes qui étoient aussi
présidents par commission pendant quatre années; 2º des anciens
présidents honoraires, dont les offices avoient été supprimés; 3º de
conseillers d'honneur, dont le nombre n'étoit pas fixé; 4º de
cinquante-quatre conseillers, distribués, ainsi que les officiers
précédents, en deux semestres. Il y avoit en outre deux avocats
généraux, un procureur général et douze substituts; un greffier en
chef, plusieurs greffiers pour la chambre, les présentations et
affirmations, les dépôts civils et criminels; cinq secrétaires du roi
servant près le grand conseil; un trésorier, des huissiers,
contrôleurs, procureurs, et autres officiers subalternes. Tous ces
officiers jouissoient de plusieurs priviléges, notamment de ceux de
_commensaux_ de la maison du roi. L'habit de cérémonie des membres du
grand conseil étoit la robe de satin noir.

Cette compagnie étoit la seule de son espèce, et sa devise
l'indiquoit: _Unico universus_. Elle a tenu ses séances à Paris en
divers endroits, notamment au Louvre, aux Augustins, dans le cloître
Saint-Germain-l'Auxerrois. Enfin, par un arrêt du conseil d'état donné
en 1686, elle eut la permission de s'établir dans l'hôtel d'Aligre, où
elle est restée jusqu'au moment de la révolution.

Toutefois nous en parlons ici, non-seulement parce que l'ordre et la
clarté des matières semblent le demander, mais encore parce que le
grand conseil, lorsqu'il était _conseil du roi_, se tenoit souvent à
la chambre des comptes; les résolutions qui y furent prises formèrent
le recueil d'ordonnances connu sous le titre d'_ordonnances rendues
par le conseil tenu en la chambre des comptes_.


CHAMBRE DES COMPTES.

Du même principe découlent constamment les mêmes conséquences. Nous
avons montré que, de tout temps, le _conseil du roi_ partagea avec lui
le fardeau des affaires dans toutes les branches de l'administration;
et il n'est pas besoin de dire que les finances n'en furent point
exceptées. Nos souverains l'établirent eux-mêmes juge entre eux et
leurs sujets, dans les contestations qui s'élevoient à l'occasion de
la répartition et de la levée des impôts. C'étoit le conseil du roi
qui gardoit son trésor, qui examinoit les comptes des baillis,
sénéchaux et autres receveurs royaux; et[198] l'on députoit à cet
effet des maîtres de la cour[199]. Dans la suite, on érigea cette
députation en chambre perpétuelle: il ne faut point chercher d'autre
origine à la chambre des comptes.

[Note 198: _Olim._ an 1291.--Secousse, t. Ier, p. 803 et 805.]

[Note 199: Les membres de cette députation étoient si bien les
collègues des conseillers au parlement, que, dans certaines occasions,
ils remplacèrent la cour et jugèrent des causes qui n'étoient pas dans
leur département ordinaire, avec ceux des conseillers qu'ils purent
rassembler. (_Olim._, an. 1314.)]

Il paroît, par une ordonnance de saint Louis, que, dès le règne de ce
prince, la chambre des comptes étoit sédentaire à Paris. Depuis, nos
rois ne cessèrent de combler cette cour de marques de confiance et
d'honneur, auxquelles ils ajoutèrent des priviléges considérables: la
noblesse au premier degré, les droits de _commensaux_ de leur maison;
l'exemption des décimes, de tous droits seigneuriaux, charges
publiques, ban, arrière-ban, tailles, corvées, péages, aides,
gabelles, etc., etc.

Les titres dont le dépôt étoit confié à cette compagnie étoient si
importants, que l'ordonnance de décembre 1460 expose que les rois se
rendoient souvent en personne à la _chambre_, pour y examiner
eux-mêmes les registres et états du domaine, «afin, y est-il dit,
d'obvier aux inconvénients qui pourroient s'ensuivre de la révélation
et portation d'iceux.»

On sait que les chambres des comptes étoient des cours établies
principalement pour connoître et juger en dernier ressort de ce qui
concernoit la manutention des finances et la conservation du domaine
de la couronne. On doit considérer dans celle de Paris 1º les
officiers dont elle étoit composée; 2º la forme dont on y procédoit à
l'instruction et au jugement des affaires; 3º le caractère de la
juridiction qu'elle exerçoit.

Elle avoit, comme le parlement, divers ordres d'officiers: un premier
président, douze présidents ordinaires, soixante-dix-huit maîtres,
trente-huit correcteurs, quatre-vingt-deux auditeurs, un avocat et un
procureur général; des greffiers, commis, contrôleurs du greffe,
huissiers, etc., etc.

Les officiers de la chambre servoient par semestre, à l'exception du
premier président, des gens du roi et des greffiers en chef dont le
service étoit perpétuel. Il y avoit assemblée générale pour
enregistrer les édits et déclarations d'une grande importance,
procéder à la réception des officiers, etc. À l'égard du service
ordinaire, la chambre étoit partagée en deux bureaux: au second bureau
se jugeoient tous les comptes, à l'exception de celui du trésor royal,
de celui des monnoies et de ceux qui se présentoient pour la première
fois. Toutes les autres affaires s'expédioient au grand bureau:
c'étoit là aussi que se donnoient les audiences.

On peut distinguer en trois parties les fonctions qu'exerçoient les
officiers de la chambre, ce qui concernoit 1º l'ordre public; 2º
l'administration des finances; 3º la conservation des domaines du roi
et des droits régaliens. Chacune de ces divisions renfermoit un nombre
infini d'objets, dont l'énumération seroit ici inutile et même
fastidieuse. D'ailleurs, dans une analyse aussi succincte que celle où
nous sommes forcés de nous renfermer, il seroit toujours impossible de
donner autre chose qu'une idée incomplète d'une compagnie dont
l'établissement remonte aux temps les plus reculés, qui jouissoit des
prérogatives les plus éminentes, et dont les attributions étoient
aussi variées qu'étendues.

Les plus grands personnages du royaume ont tenu à honneur de remplir
la charge de _premier président de la chambre_. Plusieurs de ces
magistrats ont été chanceliers de France, ce qui est arrivé aussi
plusieurs fois dans le parlement; mais on cite l'exemple unique d'un
chancelier, Pierre Doriole, devenu ensuite premier président de la
chambre des comptes. Cet événement est arrivé sous Louis XI. Ce
magistrat suprême jouissoit de beaucoup de droits honorifiques, et la
garde du grand trésor de la Sainte-Chapelle lui étoit confiée. Sa
robe de cérémonie étoit de velours noir, ainsi que celle des autres
présidents de sa compagnie.

La chambre des comptes occupoit un grand bâtiment situé dans
l'enceinte du Palais, presque en face de la Sainte-Chapelle. Ce
monument, élevé en 1504 par _Jean Joconde_, religieux de l'ordre de
Saint-Dominique, offroit une façade d'un gothique élégant, et chargée
d'ornements très-délicats. Les arcades qui bordoient le grand escalier
étoient estimées pour leur dessin et leur exécution. Cinq statues, de
grandeur naturelle, posées dans des niches, représentoient Louis XII
entouré des quatre Vertus cardinales, et l'on voyoit en divers
endroits les armes et la devise de ce bon roi[200]. Un incendie qui
éclata dans cet édifice, et dont il fut impossible d'arrêter la
violence, le consuma entièrement dans la nuit du 27 octobre 1737[201].

[Note 200: Un porc-épic composoit le corps de cette devise; et ces
deux mots, _et cominùs et eminùs_, en faisaient l'âme.]

[Note 201: Voyez pl. 14. La gravure qui représente ce monument a été
exécutée d'après un dessin unique appartenant au cabinet des gravures
de la bibliothèque.]

C'est alors que fut commencé, sur les dessins de M. _Gabriel_, premier
architecte du roi, l'édifice qui subsiste encore aujourd'hui. Jusqu'en
1740, qu'il fut achevé, la chambre des comptes tint ses séances aux
Grands-Augustins, où partie de ses archives avoit été transportée.

Les deux statues placées sur le portail, représentant la Justice et la
Prudence, ont été exécutées par _Adam_ aîné[202].

[Note 202: Ce bâtiment servoit de dépôt à tous les anciens comptes du
royaume. Les registres de la cour contenoient d'ailleurs une infinité
de choses très-curieuses pour l'histoire, les généalogies, et des
titres importants pour l'état d'un grand nombre de familles.]


COUR DES AIDES.

La cour des aides ne fut point formée autrement que le grand conseil
et la chambre des comptes. Elle s'établit de même par la permanence
qui fut donnée à une députation jusque là amovible et momentanée.

Cette cour étoit unique dans l'origine, et son ressort s'étendoit par
tout le royaume. Elle avoit été instituée par nos rois, à l'instar des
parlements, pour juger et décider, sans appel, tous procès, tant
civils que criminels, au sujet des aides, gabelles, tailles et autres
matières du même genre. Ses jugements, dès l'instant de sa création,
marchoient de pair avec ceux du parlement, auquel elle a toujours été
assimilée; car sa juridiction ne peut être considérée comme un
démembrement de celle des autres cours souveraines. En effet, dès le
commencement de la levée des aides ou subsides, qui ne s'accordoient
alors que pour un temps limité, les rois nommoient, soit pour établir
et imposer ces droits, soit pour décider des contestations qui
pouvoient naître à l'occasion de leur perception, des commissaires
dont le pouvoir finissoit avec la levée de ces impositions. Ces droits
étant devenus perpétuels et ordinaires, la fonction de ces juges s'est
également perpétuée; mais jamais la connoissance des aides ou subsides
n'a été donnée à aucun autre tribunal du royaume.

On peut faire remonter la véritable institution de la cour des aides
jusqu'à l'année 1355, que le roi Jean ayant assemblé à Paris les états
du royaume de _la languedoil_ ou _pays coutumier_, et en ayant obtenu
une _gabelle_ sur le sel et quelques autres impositions, ordonna
qu'elles seroient recueillies par des receveurs qu'établiroient les
députés des trois états dans chaque province. La même ordonnance
portoit création de _généraux superintendants_, tirés des trois états,
formant un tribunal auquel seroient cités, pour être jugés en dernier
ressort, tous les contrevenants et rebelles à la perception des
impôts. De là le nom d'_élu_ donné aux receveurs particuliers, et
celui de _généraux des aides_, lequel est resté aux _députés généraux_
préposés pour en avoir la direction dans la ville de Paris, et
recevoir l'appel des députés particuliers ou élus distribués dans les
provinces. Les malheurs de la guerre ayant rendu nécessaires des
levées successives d'impôts, les généraux des aides devinrent
permanents et ordinaires avant la fin de ce règne, ainsi qu'on le voit
par une des lettres du même roi, adressée en 1361, «à nos amés et
féaux les généraux trésoriers à Paris sur le fait des aides, etc.»

Ces _généraux superintendants_, nommés sous les deux règnes suivants
_généraux conseillers_, étoient, comme nous l'avons dit, choisis et
établis par les trois états; mais depuis le roi s'en réserva la
nomination, ce qui n'a point varié jusque dans les derniers temps.
Leur origine, qu'ils tiroient de l'assemblée des états-généraux, fit
que pendant long-temps ils comptèrent parmi eux les personnes les plus
distinguées dans les deux premiers ordres du royaume, et eurent même
l'honneur d'être présidés par des princes du sang. Aussi n'est-il
point de marques de considération que nos souverains n'aient données à
cette compagnie. C'étoit entre les mains du roi que ses membres
prêtoient serment, et souvent ils assistoient à ses conseils.

Le nombre de ces _généraux conseillers_ n'étoit pas fixé, et a
beaucoup varié jusqu'au règne de Louis XI, sans cependant passer celui
de neuf, arrêté d'abord en 1355. Ce dernier prince voulut que cette
cour fût composée d'un président, de quatre généraux conseillers,
trois conseillers, un avocat et un procureur du roi, un greffier, un
receveur des amendes et deux huissiers.

Henri II abolit la distinction qui existoit entre les généraux et les
conseillers, créa une seconde chambre en la cour des aides, confirma
et augmenta la juridiction de cette compagnie.

Louis XIII, par un édit de 1635, établit une troisième chambre, et
créa douze offices de _conseillers_, auxquels il ne donna que ce
titre, sans y ajouter celui de _général_, qui ne fut conservé qu'aux
anciens offices, et qui même s'abolit tout-à-fait par la suite. Dans
les derniers temps, la cour des aides étoit composée d'un premier
président, de neuf autres présidents, de conseillers d'honneur, dont
le nombre étoit indéterminé, de cinquante-deux conseillers, trois
avocats-généraux, un procureur-général avec quatre substituts, cinq
secrétaires du roi servant près ladite cour, deux greffiers en chef,
etc., etc.

L'habit de cérémonie des membres de la cour des aides étoit, pour le
premier président, la robe de velours noir avec le chaperon pareil,
doublé d'hermine. Les conseillers, gens du roi et greffiers en chef
portoient la robe rouge, et, suivant un ancien usage, ils devoient
mettre sur cette robe un chaperon noir à longue cornette.

La cour des aides avoit le droit de connoître et de décider en dernier
ressort de tous procès, tant civils que criminels, au sujet des aides,
gabelles, tailles, octrois, et de tous subsides et impositions. Elle
recevoit les appels interjetés des sentences des élections et autres
tribunaux et siéges de provinces, pour toutes matières de sa
compétence. Elle étoit seule compétente pour juger du titre de
noblesse et des exemptions ou priviléges qu'il portoit relativement
aux impôts, etc., etc. Ses officiers étoient commensaux de la maison
du roi, jouissoient du franc salé, de la noblesse au premier degré, et
à peu près de tous les priviléges accordés aux autres cours
souveraines.

Sous Charles VII, l'auditoire de la cour des aides étoit situé vers la
chambre des comptes, à côté de la chapelle basse. Ce lieu ayant paru
incommode, Louis XI lui accorda, en 1477, des salles appelées
_chambres de la reine_, situées au-dessus de la galerie des Merciers,
où l'on établit les seconde, troisième chambre, salle et chapelle de
cette cour; quant à la première chambre, elle put rester dans l'ancien
bâtiment, au moyen d'une porte de communication que l'on ouvrit entre
cet édifice et le nouveau local. Cette première chambre fut démolie en
1620, et rebâtie sur le même emplacement.

La cour des aides avoit rang, dans les cérémonies, après le parlement
et la chambre des comptes, mais seulement parce qu'elle étoit de moins
ancienne création que ces deux compagnies. Quelques-uns de ses
officiers ont eu l'honneur d'être élevés, ainsi que ceux des autres
cours souveraines, à la suprême dignité de la magistrature.


_Bailliage du Palais._

Renfermé depuis 1551 dans l'enclos du Palais, la grand'salle étoit
son tribunal. Ce siége connoissoit de tout ce qui concernoit le
civil, le criminel et la police dans les cours et salle du Palais,
la juridiction en étoit exercée par un bailli d'épée, un
lieutenant-général, un procureur du roi; un premier huissier, un
huissier audiencier et un doyen. Les causes en étoient portées par
appel au parlement.


_Chancellerie du Palais._

Elle étoit tenue par les maîtres des requêtes, et avoit, ainsi que le
grand sceau, ses officiers, savoir: quatre conseillers secrétaires du
roi audienciers, quatre conseillers contrôleurs, douze conseillers
rapporteurs référendaires, quatre conseillers trésoriers receveurs,
etc.


_Chambre du domaine et du trésor._

Cette chambre connoissoit en première instance de tout ce qui
concernoit le domaine du roi et les droits qui lui appartenoient dans
l'étendue de la généralité de Paris.


_Siége général de la table de marbre._

Il comprenoit trois juridictions: 1º la connétablie et maréchaussée de
France; 2º l'amirauté; 3º les eaux et forêts.



ÉGLISES ET MONASTÈRES.


L'origine de la plupart de ces monuments, surtout de ceux qui
remplissoient autrefois la Cité, offre de plus grandes obscurités que
celle d'aucune autre antiquité de Paris. Il n'en est point sur
laquelle les historiens se soient plus exercés; et la plus belle
victoire que les plus habiles d'entre eux aient remportée dans les
contestations qu'un tel sujet a fait naître, a été d'apprendre à leurs
adversaires à douter dans des matières où ils croyoient être arrivés à
quelque certitude.

Toutes les églises de ce quartier y existoient de temps immémorial,
c'est-à-dire que celles qu'on y voyoit encore dans le siècle dernier,
et dont aucune n'avoit plus de six cents ans d'antiquité, avoient été
bâties sur les ruines de semblables édifices. «Il y a apparence, dit
Delamare, que les fidèles des premiers temps convertirent en églises
toutes les maisons particulières où ils avoient coutume de se retirer
pour y faire en secret leurs exercices pendant les persécutions; et
que c'est de là que sont venues toutes ces petites paroisses du
quartier de la Cité, dont on ne sait point l'origine.» Depuis ces
premières fondations, Paris fut brûlé plusieurs fois[203], et chaque
fois sans doute ses monumens furent renouvelés. À ces désastres, qui
ont détruit pour nous jusqu'aux moindres vestiges de ces anciens
édifices, il faut joindre cette terreur singulière qui s'empara des
chrétiens vers les dernières années du neuvième siècle: ils
attendoient la fin du monde précisément en l'an mille de Jésus-Christ;
et cette fausse opinion répandue partout leur faisoit négliger
l'entretien des églises, qui, de tous côtés, tomboient en ruines.
Lorsque cette année fatale fut passée, les peuples, revenus de leur
effroi, s'empressèrent partout de les rebâtir avec plus de
magnificence qu'auparavant. On fit des fondations nouvelles, et le
culte reprit toute sa solennité. C'est aussi à partir de cette époque
que les traditions deviennent moins obscures, que les titres qui
établissent les origines ont plus d'authenticité. Toutefois, si l'on
n'a quelque connoissance de ce qui a précédé les temps de la troisième
race, en ce qui concerne le clergé, des révolutions diverses qu'il
avoit éprouvées dans son état et dans ses biens, de ce qu'il avoit
perdu, acquis ou recouvré avant ces temps mémorables qui
consolidèrent son existence, en assurant celle de la société, on
comprendroit difficilement encore ce que nous pourrions dire sur cette
partie la plus intéressante des antiquités de Paris: nous allons donc
essayer d'en tracer un rapide tableau.

[Note 203: Deux fois sous Childebert et sous Gontram, dit Sauval; deux
fois par les Normands; brûlé de nouveau en 1034, sous Henri Ier.]

On ne sait si c'est bien sérieusement que certains écrivains que déjà
nous avons signalés comme ne reconnoissant aucune légitimité, ont
accusé les évêques romains qui habitoient l'Aquitaine et la Septimanie
d'avoir trahi leurs souverains _légitimes_, parce qu'ils se
déclarèrent pour les Francs contre les Goths, usurpateurs depuis moins
de cent ans de cette belle portion des Gaules: ce seroit montrer par
trop d'ignorance, et il est plus naturel de supposer qu'ils sont
encore ici de mauvaise foi. Qui peut ignorer que, dans cette province
encore toute romaine, où vivoit une population nombreuse de sujets
romains, séparée de ses grossiers vainqueurs par ses moeurs, par ses
lois, par ses préjugés et ses traditions; où des troupes romaines
occupoient et défendoient encore, en invoquant le nom de la ville
éternelle, les points divers au milieu desquels ils étoient cantonnés,
nul devoir, nul lien ne pouvoit attacher les anciens habitants du pays
à des barbares qu'ils méprisoient et dont ils étoient opprimés? Cette
oppression étoit à la fois politique et religieuse sous les Goths,
qui, ayant embrassé l'arianisme, exerçoient une persécution violente
contre le clergé catholique, et punissoient par la prison, l'exil, la
confiscation, souvent même par le martyre, le zèle que montroient les
prélats romains pour la saine et pure doctrine de l'Église[204]. Un
roi barbare se présente à eux, qui avoit embrassé la foi orthodoxe:
trouvant ainsi en lui la seule garantie qui pouvoit leur rendre
supportable une domination étrangère, ils préfèrent son joug à celui
qu'un roi barbare et hérétique faisoit peser sur eux, sans cesser pour
cela de se considérer, dans le secret de leur pensée, comme sujets de
l'empire et des empereurs. La victoire des Francs ratifie leur choix;
l'approbation de la cour de Bysance le légitime[205]: le reste suit
naturellement; et dans cette grande et heureuse révolution que ces
pasteurs des _fidèles_ favorisèrent de toute leur influence, il n'y
avoit nulle raison pour que leur conscience fût, un seul instant,
troublée; et leur existence, ainsi que celle de leurs ouailles, cessa
de l'être.

[Note 204: Sidon, lib. VII, cap. 6; Grég. Tur. _Hist._, lib. II, c.
25.]

[Note 205: Nous avons déjà dit que l'empereur Anastase envoya à Clovis
les _insignes_ des premières dignités romaines. Voyez p. 49.]

De quelque manière que Clovis, ses compagnons d'armes et ses
successeurs aient entendu le christianisme, il n'en est pas moins vrai
qu'ils se convertirent de bonne foi, c'est-à-dire qu'ils reçurent tous
les dogmes du christianisme, qu'ils se soumirent à ses lois, et que
les prêtres chrétiens ne tardèrent point à jouir auprès de leurs
vainqueurs de la plus haute considération.

Ils la durent à des vertus dont ces barbares n'avoient sans doute
qu'une idée très-imparfaite, mais qui cependant ne leur étoient point
tout-à-fait étrangères. Moins éloignés des traditions primitives que
le vieux peuple qu'ils remplaçoient, ces peuples enfants avoient des
moeurs pures, un caractère hospitalier; et c'est ce qui leur fit
admirer une pureté de moeurs qu'ils étoient encore si loin d'égaler,
et une charité qui surpassoit tous leurs sentiments les plus généreux.
Ce fut surtout cette dernière vertu qu'il n'appartient qu'au
christianisme d'exalter jusqu'à ses degrés les plus sublimes, qui leur
fit une impression plus profonde, et qui leur rendit si vénérables les
hommes qui la pratiquoient. En même temps que les prêtres chrétiens
prêchoient de toutes parts et sous leurs yeux la justice,
l'obéissance, la résignation et toutes ces autres lois évangéliques
qui sont la garantie la plus sûre de l'ordre dans la société, la
source de toute paix et de toute consolation pour les membres qui la
composent, ils les voyoient s'associer à toutes les souffrances de
ceux qu'ils éclairoient de leurs doctrines, à toutes leurs misères, se
dépouiller de tout ce qu'ils possédoient pour les soulager, et
prouver, non pas seulement par des paroles édifiantes, mais par de
continuels et touchants exemples, que le patrimoine de l'Église est
celui des pauvres, et que ce n'est pas ici-bas qu'elle a placé son
véritable trésor. Ce fut ainsi que, gagnant l'estime et la confiance
des vainqueurs, les prêtres chrétiens purent, dès le commencement,
exercer une influence salutaire sur le sort des vaincus. Les évêques
furent, en effet, le principal refuge des Romains désarmés; ils se
rendirent leurs intercesseurs auprès des rois, leurs médiateurs auprès
des seigneurs, leurs patrons auprès des juges; et devenus ainsi le
lien qui rapprochoit les deux peuples, et le principal instrument de
cette concorde qui devoit les confondre en un seul peuple, leur crédit
s'affermit au point de devenir en très-peu de temps une autorité
régulière et légitime, qui, dès les premiers siècles de la monarchie,
étoit déjà la plus considérable dans l'État. Il n'étoit pas rare qu'un
duc quittât son duché pour devenir évêque; et un ministre
superstitieux à qui une devineresse avoit prédit son élévation à
l'épiscopat, considéroit une telle prédiction comme la plus heureuse
qui pût jamais se réaliser en sa faveur[206]. Ce même esprit de
conciliation et de paix, les prêtres chrétiens le portèrent au milieu
des guerres civiles dont la nation ne cessa point d'être déchirée,
aussitôt que se furent développés au milieu d'elle les vices et la
foiblesse de son pouvoir politique; et ainsi s'accrut encore, sous la
seconde race, la puissance des évêques[207].

[Note 206: Grég. Tur. _Hist._, lib. IV, c. 14 et 18.]

[Note 207: Grég. Tur. _Hist._, lib. IX, cap. 20.]

Ainsi s'accrurent aussi ses richesses que la conquête avoit
extrêmement diminuées. Encore que le clergé romain eût été d'un grand
secours aux Francs dans la conquête des Gaules, et que Clovis, déjà
chrétien, l'eût traité avec beaucoup de ménagements, il est vrai de
dire que les Romains armés, qui étoient en mesure de composer avec lui
en avoient reçu des conditions bien plus favorables; et comme l'Église
n'avoit point de résistance à opposer à l'avidité et la rapacité des
vainqueurs, ses biens et ses trésors furent une proie facile que le
roi barbare distribua, ou peut-être se vit forcé d'abandonner à
l'avarice de ses compagnons d'armes, qui prétendoient sans doute avoir
leur part du butin. Ce que la violence lui avoit enlevé, la vertu de
ses ministres le lui rendit: lorsque les nouveaux maîtres des Gaules
virent le noble et saint usage qu'ils savoient faire du peu qui leur
étoit resté, princes et sujets s'empressèrent d'accroître des
richesses dont la dispensation devenoit la ressource principale des
malheureux et rétablissoit ainsi doucement et régulièrement dans
l'état l'équilibre rompu sans cesse par l'inégalité nécessaire et
inévitable des fortunes; et les vrais chrétiens crurent aussi amasser
un trésor pour le ciel en partageant ce qu'ils possédoient avec ceux
dont les biens «étoient le voeu des fidèles, le patrimoine des
pauvres, la rançon des âmes, le prix des péchés, la solde des
serviteurs et des servantes de Dieu[208].» Ce fut ainsi que le clergé
acquit en peu de temps d'immenses propriétés.

Dans le même temps s'élevoient de toutes parts des monastères où se
retiroient des Justes dégoûtés du monde et qui aspiroient à une vie
plus parfaite. Ces pieux cénobites, ainsi réunis, offrirent une image
encore plus frappante de toutes les vertus chrétiennes: partageant
toutes leurs heures entre la prière et le travail des mains, ils
consacroient au soulagement des malheureux tout ce que pouvoit leur
fournir ce travail au-delà de l'absolu nécessaire. Ce fut cette
charité ardente, infatigable, qui fertilisa les solitudes où ils
avoient fait voeu de vivre et de mourir: ce fut donc au profit des
pauvres et uniquement à leur profit que, de leur côté, les moines
devinrent légitimes propriétaires d'une partie considérable de la
France que leurs sueurs avoient fécondée[209].

[Note 208: Cap. Car. tit. 3, c. 12.]

[Note 209: Art de vérif. les dates, ép. déd.; _ibid._, préf. p. ix.]

Il est certain, au reste, qu'après la conquête, l'Église avoit continué
de posséder, selon la loi romaine, ce qui lui étoit resté de ses biens,
et ce que, dans les temps postérieurs, elle en avoit pu acquérir; toute
la suite des monuments historiques nous prouve qu'exempts des charges
publiques lorsqu'ils étoient médiocres et à peine suffisants pour
l'entretien de ses ministres, ces biens perdoient leur immunité, dès
qu'ils devenoient plus considérables[210]. Cette loi continua d'être
observée sous les rois francs, et elle y fut même très-souvent exécutée
avec une plus grande rigueur que sous les romains[211]. Nous voyons que
les terres de l'Église payoient un cens, des tributs, que ses serfs ou
colons devoient au fisc des corvées, et que l'immunité même n'exemptoit
pas les églises des dons annuels qu'elles étoient tenues d'acquitter
envers le roi[212].

[Note 210: Cod. Theod., lib. XVI, tit. 2, l. 15.]

[Note 211: Aim., lib. II., c. 27.]

[Note 212: Hincm., t. II., epist. ad Episc., c. 38.]

Une autre loi romaine (et cette loi extrêmement remarquable jette un
grand jour sur la matière que nous traitons) vouloit que l'Église
possédât ses biens aux mêmes titres que les donateurs qui les lui
avoient concédés. Or ces biens étoient nécessairement ou civils ou
militaires: le possesseur d'un bien militaire devoit un service
personnel, ou s'il ne pouvoit servir lui-même, il étoit tenu de se
faire remplacer par ses enfants; le propriétaire d'un bien civil
fournissoit des miliciens. Le clergé se vit donc, en sa qualité de
propriétaire, obligé de remplir ces conditions de la propriété, et de
fournir des soldats à l'état.

Ces miliciens qu'entretenoit l'Église devoient être toujours sur pied;
et dans ces temps de périls continuels, il falloit qu'ils fussent
prêts à marcher au premier signal. C'étoient des _hommes libres_ et
non des _vassaux_; car des prêtres désarmés ne pouvoient en avoir, le
vasselage étant, ainsi que nous l'avons déjà dit, une condition
particulière et exclusive du bénéfice militaire. Pour obtenir le
service d'un homme libre, il falloit pourvoir à sa solde et à sa
subsistance: il fut créé à cet effet sur les biens ecclésiastiques des
bénéfices à vie qui devinrent la paie de ces soldats de l'Église. Ces
biens, dont elle ne leur donnoit que l'usufruit, n'étoient point
séparés, quant à la propriété du fonds, des autres biens qu'elle
possédoit, et devoient y rentrer après la mort de l'usufruitier[213].
Cette loi, selon laquelle étoit réglé le service militaire de
l'Église, paroît avoir été aussi ancienne que la monarchie[214].

[Note 213: Aim., lib. V, c. 10.]

[Note 214: Grég. Tur. _Hist._, lib. V, c. 26. Il parle, en cet
endroit, des _hommes_ de saint Martin à qui Chilpéric fit payer le
_ban_ pour les punir de n'avoir point été à l'armée, après en avoir
été requis.]

Or il étoit difficile que, dans un semblable système, il ne
s'introduisît pas de grands abus; et que, dans des siècles grossiers
où celui qui avoit la force se plioit si difficilement à la règle et
aux lois, le plus foible ne fût pas le seul à souffrir de ces abus. Il
arriva donc que les ecclésiastiques ne furent pas toujours libres de
choisir leurs _hommes_, et qu'on les obligea de concéder leurs
bénéfices à de vieux soldats que l'on vouloit récompenser, et qui
considéroient ainsi ce qu'ils recevoient de l'Église comme un don du
souverain qui le leur avoit fait obtenir. Il arriva encore que les
capitaines auxquels les évêques ou plutôt le prince donnoit la
conduite des _hommes libres_, lorsqu'il falloit marcher à l'ennemi,
acquérant sur eux cet ascendant irrésistible que donne le commandement
militaire, les déterminèrent facilement à se faire leurs propres
_vassaux_, et s'attribuèrent par ce moyen la disposition de leurs
bénéfices qui se trouvèrent ainsi séparés des biens dont ils tiroient
leur origine[215]. Les guerres dangereuses des Sarrasins dans
lesquelles l'Église étoit spécialement menacée, le péril extrême
auquel l'état fut exposé par leurs invasions, multiplièrent ces
usurpations. Charles Martel, que l'on accuse d'avoir dépouillé le
clergé, n'eut effectivement d'autre tort que d'autoriser ce qui étoit
déjà fait, ce qui probablement se faisoit encore; et c'est ainsi que
ces biens, reconquis par l'Église sous la première race, rentrèrent,
au commencement de la seconde, dans le domaine des rois, et
redevinrent le patrimoine des Francs.

[Note 215: Cap. Car., cal. tit. 27.]

Il fallut bientôt réparer cette grande injustice: Pépin, qui vouloit
affermir son pouvoir, sentit qu'il n'appartenoit qu'à la religion de
lui donner la force et la stabilité; le ciel même parut se déclarer
contre les spoliations impies que son père avoit permises et
protégées[216], et poussé à la fois par le cri de sa conscience et par
les conseils d'une politique sage et prévoyante, il voulut que
l'Église recouvrât ce qui lui avoit été enlevé, et reprît ainsi dans
l'état le rang et l'influence qu'elle avoit perdus. Toutefois, vu la
qualité et la puissance de la plupart de ceux qui avoient usurpé ces
biens, une restitution entière eût été dangereuse, étoit même
impossible: des transactions avec ces propriétaires illégitimes
étoient un moyen qui s'offroit de lui-même, et que l'on sut employer
de manière à concilier ensemble l'intérêt des familles, le repos des
consciences et les lois de l'équité. On rendit à l'Église une partie
de ses biens; et elle concéda l'autre à ceux qui en étoient
actuellement possesseurs, sous la condition qu'ils tiendroient d'elle
ces biens à titre de bénéfice et qu'ils lui paieroient à cet effet une
redevance[217].

[Note 216: Cap. Car. cal., tit. 27. Il s'agit ici de la vision de
saint Eucher.]

[Note 217: Cap. Metens., an. 756, c. 14. Ces bénéfices furent appelés
_précaires_.]

Ces bénéfices différoient peu, relativement aux bénéficiers, de ceux
que l'Église avoit autrefois donnés à ses hommes libres; mais l'Église
n'en étoit plus propriétaire, ni même des biens dont la jouissance
lui étoit réservée, au même titre et avec la même plénitude. Il
paroîtroit que la plus grande partie de ces biens, avant de lui être
rendus, passèrent entre les mains du roi qui dut ensuite les lui
transmettre; et que, par cette transmission, ils prirent la nature des
_bénéfices royaux_: c'est-à-dire qu'ils devinrent une propriété du
prince dont il se saisissoit de nouveau, à la mort de chaque
titulaire, toutefois avec cette différence qu'il ne pouvoit les réunir
au fisc, comme il l'auroit fait d'un fief vacant par le défaut
d'héritier mâle, parce que ces biens étoient consacrés au service de
Dieu, et exempts des conditions du vasselage; mais qu'il en jouissoit
à titre de propriétaire, jusqu'au moment où il lui plaisoit d'y placer
un nouvel usufruitier[218]. De même pour les domaines qui furent
concédés par le clergé à des bénéficiers, le roi se réserva d'en
former de nouveaux bénéfices à la mort de l'usufruitier et aux mêmes
conditions, s'il le jugeoit nécessaire, de telle sorte qu'un bénéfice
ecclésiastique ne pouvoit jamais être réuni à l'église de laquelle il
dépendoit, tant qu'il convenoit au roi d'y nommer un nouveau
bénéficier. Ces biens entrèrent donc aussi dans la classe des
bénéfices royaux et furent soumis à la même juridiction; mais si la
première disposition étoit favorable au clergé et conservatrice des
biens dont il avoit la jouissance, comme nous le prouverons tout à
l'heure, la seconde lui fut très-nuisible; et l'on conçoit facilement
que de tels bénéfices obtenus de la munificence royale durent être
bientôt considérés comme des fiefs par ceux qui les possédèrent, et,
lorsque l'hérédité s'y fut établie, devenir aussi des fiefs
héréditaires: c'est ce qui arriva en effet de tous ces bénéfices
ecclésiastiques dont l'Église se vit une seconde fois et
successivement dépouillée.

[Note 218: Grég. Tur. _Hist._ lib. IV, c. 7. C'est là ce qu'on
appeloit le _droit de régale_.]

Il arriva donc qu'à peine rentrée dans la possession de ses biens,
l'Église fut de nouveau menacée de les perdre. Entourés de bénéficiers
armés, beaucoup plus puissants qu'eux, qui, ne supportant qu'avec
impatience une dépendance dont ils étoient humiliés et importunés,
profitoient du moindre prétexte pour s'en affranchir[219], les
titulaires des propriétés ecclésiastiques étoient en danger
non-seulement d'être privés de toute espèce de droit sur les bénéfices
qu'ils avoient concédés, mais encore de se voir enlever la propriété
de ce qui leur avoit été rendu, et avec plus de facilité peut-être
qu'auparavant, parce qu'ils étoient plus foibles encore, presque tous
leurs hommes libres étant devenus vassaux de leurs bénéficiers.

[Note 219: Cap. Car. cal. tit. 7, c. 65. Dans ce capitulaire, qui est
celui d'Épernay, les évêques demandoient qu'on renouvelât à l'égard
des redevances des bénéficiers ecclésiastiques les lois de
Louis-le-Débonnaire et de Charles-le-Chauve; mais ces bénéficiers, qui
étoient tous puissants seigneurs, rejetèrent cette demande, refusèrent
les corvées et gardèrent les _précaires_.]

Dans ce péril imminent, dans cette situation extraordinaire où son
existence étoit sans cesse menacée par ces hommes violents, qui se
souvenoient encore d'avoir été les vainqueurs des Gaules, et qui se
montroient toujours prêts à agir comme du temps de la conquête, le
clergé, réduit en quelque sorte au droit de la _défense naturelle_, ne
crut pas, et sans doute avec quelque raison, devoir rester
scrupuleusement soumis aux capitulaires et aux canons qui défendoient
aux ecclésiastiques de porter les armes. Il demanda et obtint les
honneurs du _baudrier_[220]; les évêques prirent l'épée, l'habit
militaire, les éperons; et devenus guerriers et seigneurs de la
nation, ils purent avoir des vassaux, puisqu'ils alloient à la guerre
où tout homme libre pouvoit aller; ils se firent rendre hommage par
leurs hommes libres, conservèrent la propriété des _manoirs nobles_,
qui étoient sous leur redevance, et s'épargnèrent ainsi la solde
ruineuse des capitaines qu'ils avoient été obligés de mettre, avec
tant de danger pour eux, à la tête de leurs soldats. C'est ainsi que
le _vasselage_, le seul lien de la société temporelle qui fût assez
fort pour n'être point encore rompu, contribuoit à raffermir et à
conserver la société spirituelle qui seule pouvoit ensuite tout sauver
et tout conserver.

[Note 220: Aim., lib. V, cap. 2. Les _honneurs_, chez les Francs comme
chez les Romains, étoient indiqués par des marques extérieures,
_insignia_. Tout homme libre chez les Francs avoit un _honneur_, et
cet honneur commun à tous étoit la _ceinture militaire_ ou le
_baudrier_. Il le perdoit quand il entroit dans l'état monastique, et
ne pouvoit plus le reprendre, même lorsqu'il lui plaisoit de rentrer
dans la vie séculière. Cap. addit., c. III, 66; Cap. Met., an. 716, c.
2; I. Cap. an. 819, c. 16.]

Ainsi s'expliquent ces habitudes guerrières que ne cessent de
reprocher à ces hommes de paix tant de petits esprits qui ne voient
rien au-delà du temps où ils vivent et des objets qui sont sous leurs
yeux; et ce qui prouve à quel point ce parti extrême qu'avoit pris le
clergé étoit justifié par les circonstances extraordinaires dans
lesquelles il se trouvoit, c'est que Charlemagne ayant porté à
l'_assemblée générale_ de la nation une requête qui lui avoit été
présentée à l'effet d'interdire aux ecclésiastiques le service
militaire, et cette interdiction y ayant été décidée[221], les
partisans du clergé éclatèrent en murmures et répandirent le bruit que
c'étoit dans l'intention de dépouiller l'Église de ses _honneurs_ et
de ses _biens_ que l'empereur avoit présenté cette requête et obtenu
ce réglement.

[Note 221: III. Cap. 20, an. 803.]

Au reste la loi nouvelle fut mal observée sous le règne de ce prince,
parce que l'on continua d'envahir les biens du clergé, quoiqu'une
autre loi eût prononcé la peine du sacrilége contre ceux qui les
envahiroient[222]. Ce ne fut que sous Louis-le-Débonnaire que «les
évêques et les clercs déposèrent les ceinturons et baudriers d'or, les
glaives ornés de pierreries, les éperons et les habits précieux[223].»
Essayant alors de revenir au premier moyen qu'ils avoient employé pour
leur défense, ils imaginèrent de choisir parmi les _fidèles_ du roi
des chefs auxquels ils confioient la conduite de leurs vassaux; ces
chefs reçurent le nom d'_avoués_[224] des églises. Ce moyen, sans
doute plus conforme aux maximes de l'Évangile, et le seul que, dans
des circonstances ordinaires et communes, il leur eût été permis
d'employer, ne pouvoit suffire encore à protéger leur foiblesse, au
milieu de l'impuissance des lois et de ce désordre politique où la
France continuoit d'être plongée. La création des _avoueries_ eut un
résultat à peu près semblable à la séparation qui avoit été opérée
sous Charles Martel; et ces _avoués_ n'étoient en effet, sous un
autre nom, que ces capitaines qui l'avoient alors si violemment
dépouillée. Le même principe amena donc et nécessairement des
conséquences toutes semblables. Les bénéficiers cessèrent de rendre
hommage aux évêques, dès que ceux-ci eurent cessé de porter les armes,
et ne reconnurent plus que leurs _avoués_; l'hérédité des fiefs ayant
commencé à s'introduire, vers cette époque, un grand nombre d'avoués
se firent les suzerains de ces vassaux qui ne leur appartenoient pas;
et ce ne fut que par l'extinction des familles qui possédoient les
_avoueries_, et par les donations qui lui furent faites
postérieurement à l'établissement de l'hérédité, que les églises
recouvrèrent les biens et les vassaux qui leur avoient été une seconde
fois enlevés.

[Note 222: III. Cap. 20, an 803.]

[Note 223: Aim., lib. V, c. 2.]

[Note 224: On leur donnoit encore le nom de _gonfalonnier_, parce
qu'ils portoient la bannière des églises appelée _gonfanum_. C'est
ainsi que l'_oriflamme_, bannière et enseigne dont l'abbaye royale de
Saint-Denis se servoit dans ses guerres particulières, c'est-à-dire
dans celles qu'elle entreprenoit pour retirer ses biens des mains des
usurpateurs, ou pour empêcher qu'ils ne fussent enlevés, devint la
bannière des rois de France, lorsqu'ils furent devenus maîtres des
comtés de Pontoise et du Vexin, dont les seigneurs avoient été
jusqu'alors _avoués_ et protecteurs de cette abbaye. Ceci dut arriver
sous le règne de Philippe Ier ou de son fils Louis-le-Gros. (_Voyez_
dissert. de Ducange sur l'hist. de saint Louis.)]

Nous avons dit que la circonstance qui avoit fait des _bénéfices
royaux_ de cette autre partie des biens enlevés au clergé, et dont la
jouissance lui avoit été rendue, avoit été favorable aux propriétaires
de ces biens; et en effet les rois, protecteurs nés de l'Église et de
ses ministres, et qui voyoient en eux l'appui le plus sûr et le plus
ferme de leur couronne, loin d'avoir aucun intérêt à les dépouiller,
trouvoient au contraire un avantage véritable à accroître leur crédit
et leur influence, et leur conservoient ainsi fidèlement ces biens,
comme un dépôt qui leur avoit été commis. C'étoit là ce qu'on appeloit
le privilége de l'_immunité_, que n'avoient pas les fondations faites
par de simples particuliers, fondations dont l'administration revenoit
aux familles après la mort des fondateurs, en raison du même droit qui
les faisoit _vacquer en régale_, quand elles étoient faites ou
supposées faites par le roi. De cette disposition de la loi en faveur
de ces familles, résultoient mille inconvénients, et tous au détriment
du clergé, qui voyoit souvent des héritiers avides et peu scrupuleux
dissiper des biens dont la piété de leurs ancêtres avoit voulu faire
le patrimoine des pauvres et des églises; et les nouveaux fondateurs,
témoins de ces désordres, n'eurent qu'un moyen de s'assurer que les
intentions qu'ils avoient eues, en faisant de semblables dons,
seroient remplies: ce fut de remettre leurs fondations entre les mains
du roi, qui, les confirmant alors par des chartes, leur donnoit la
nature d'_aleu_ ou de _propre_, et tous les avantages de l'_immunité_.
Ainsi prirent le caractère de fondations royales, un grand nombre de
bénéfices qui n'avoient point été donnés à l'église par les rois.

Tout porte à croire que ce fut de même dans l'intention de s'assurer
la conservation des biens qui leur avoient été donnés, ou qu'ils
s'étoient créés eux-mêmes par leurs travaux, que les monastères
voulurent jouir aussi des avantages attachés aux fondations royales,
et s'affranchir de la juridiction des évêques, qui d'abord étoient les
dispensateurs de ces biens au même titre que de ceux des autres
églises, et avoient ainsi le droit d'en appliquer l'usage selon qu'ils
le jugeoient à propos; ce qui ne se faisoit pas toujours avec justice
et discernement. Et il faut bien supposer que ce privilége des évêques
n'étoit pas sans de graves inconvénients, puisque ce fut un saint
évêque qui lui-même établit le premier un abbé dans un monastère, et
l'affranchit de la juridiction de l'_ordinaire_, «dans la crainte
qu'il eut, dit l'annaliste qui rapporte ce fait, que ses successeurs
n'envahissent les biens de ce monastère[225].» Un monastère remis
ainsi entre les mains du roi recevoit le nom d'abbaye; et dès ce
moment, son abbé prenoit rang parmi les seigneurs ou grands vassaux,
administrant lui-même ses biens, en acquittant les charges,
fournissant directement à l'état les soldats dont auparavant il
grossissoit le contingent des évêques, et ne reconnoissant plus
d'autre autorité que celle de Dieu et du roi.

[Note 225: Aim. lib. VIII, c. 2. Cet évêque étoit saint Germain, qui
tenoit le siége de Paris; et le monastère qu'il affranchit ainsi étoit
celui de Saint-Vincent, depuis l'abbaye Saint-Germain-des-Prés.]

Mais il n'en étoit pas des moines comme des prêtres séculiers. Ceux-ci
avoient leur part des biens des églises; les autres, soumis à la vie
commune, ne possédoient rien en propre, n'avoient droit qu'au simple
nécessaire, fixé par la règle qu'ils avoient embrassée. Tout le reste
étoit à la disposition de leurs abbés, qui trop souvent ne faisoient
pas de ces richesses ainsi accumulées dans leurs mains, l'usage auquel
elles avoient été destinées, et les dissipant dans les folles dépenses
d'un luxe scandaleux, excitoient ainsi la cupidité des laïques dont
ils imitoient la manière de vivre, et qui, témoins de leur vie
mondaine, durent se croire très-propres à les remplacer dans cette
manière d'administrer des biens ecclésiastiques. C'est ainsi que se
formèrent et se multiplièrent les _commendes_, qui n'étoient autre
chose que le droit d'usufruit et d'administration réservé à tout
fondateur, droit que le roi étendit des monastères _simples_, qui, à
ce titre, avoient pu, de tout temps, être administrés par des laïques,
aux abbayes de fondation royale, et dont il étoit le suprême
administrateur. Or cette disposition particulière que l'on faisoit du
bien des abbayes, sembloit ne pas avoir des inconvénients aussi graves
que la dilapidation des biens du clergé séculier, parce que l'on ne
dépouilloit en apparence qu'un seul homme, qui étoit l'abbé, les
moines n'ayant droit, nous le répétons, qu'à l'absolu nécessaire, fixé
par les statuts de leur communauté. On vit donc s'élever de toutes
parts des commendes au profit des gens de la cour et des nobles de
province; et sous la seule condition de pourvoir à l'entretien des
lieux réguliers, et à la nourriture des religieux, les commendataires
purent dissiper à leur gré, prodiguer à tel usage profane qu'il leur
plaisoit, l'immense superflu des biens confiés à leur gestion. Ce fut
un nouveau genre de spoliation qui n'eut point de bornes: on se
partagea les biens des monastères comme des terres conquises; les rois
donnèrent des abbayes aux reines, à leurs fils, à leurs filles, ils en
gardèrent pour eux-mêmes; il n'y eut point de vassal un peu puissant
qui ne s'en fît donner, et plusieurs mirent leur fidélité au prix de
semblables dons. Vainement les évêques s'élevèrent contre cette
dissipation impie et souvent inhumaine des biens des monastères, et
menacèrent les spoliateurs des jugements de Dieu[226]: ils n'y
gagnèrent autre chose que la vaine formalité à laquelle se soumirent
les rois et les seigneurs de faire tonsurer ceux de leurs enfants
qu'ils vouloient enrichir ainsi, sans rien diminuer de leurs domaines;
et l'on conçoit que sous de tels abbés, le sort des moines n'étoit pas
plus assuré, ni le voeu des fondateurs plus respecté que sous
l'administration des laïques. Enfin les choses en vinrent au point que
l'on crut nécessaire de faire des arrangements pour que la communauté
ne manquât pas du moins des premiers besoins de la vie, et de séparer
à cet effet de la _mense_ abbatiale la portion de bien strictement
nécessaire à la subsistance des religieux et à la réparation des
églises, portion à laquelle les abbés et les commendataires n'eurent
pas le droit de toucher. Un tel remède fut pire peut-être que le mal;
parce que délivrés, par de tels arrangements, de toute responsabilité
sur ce qui touchoit les moines et le monastère, ces administrateurs
disposèrent plus librement encore et avec moins de scrupule de la part
de biens, incomparablement plus grande, qui leur étoit restée. Par
exemple, les comtes de Paris s'étant établis commendataires de presque
toutes les abbayes que renfermoit leur comté, une fois ce partage fait
avec la communauté, distribuèrent à leurs gens de guerre toutes les
terres restantes, qui furent ainsi pour toujours soustraites à la
juridiction ecclésiastique. Ce qu'ils avoient fait, d'autres seigneurs
le firent également dans toutes les parties de la France; et un grand
nombre de menses abbatiales se trouvèrent ainsi sécularisées.

[Note 226: Ce n'étoit pas contre les commendes en général qu'ils
s'élevoient, puisqu'ils en possédoient eux-mêmes, mais contre la
nomination abusive et scandaleuse des laïques à de semblables offices;
c'étoit la dilapidation des biens des abbayes, souvent même
l'expulsion des religieux de ces saintes demeures, qu'ils signaloient
à la justice et à la religion du monarque: «Il y a des lieux sacrés,
disoient-ils, qui sont devenus en entier la possession des laïques; il
en est d'autres, qu'ils se sont en partie appropriés; il en est dont
ils se sont donné les métairies comme leur propre héritage.» (Cap.
Car. cal., tit. 3, c. 12, tit. 52.)]

Telle est l'histoire des propriétés de l'église sous les deux
premières races; et cette histoire n'est autre chose que le récit du
pillage perpétuel de ces propriétés par une race d'hommes violente et
guerrière, dont ses ministres travailloient sans cesse à adoucir les
moeurs et à éclairer l'intelligence. Ce que lui enlevoit l'avidité des
vainqueurs dans les moments de désordre, on voit que la piété des
fidèles le lui rendoit dans des temps moins agités, au risque de le
lui voir enlever encore; et que, dans ce combat sans relâche de la
cité de Dieu contre la cité du monde, la charité et la patience de
l'une triomphèrent à la fin de l'avarice et de la violence de l'autre.
C'est qu'il falloit que l'église de France subsistât, Dieu ayant
visiblement de grands desseins sur un royaume qui fut toujours le
premier de la chrétienté; et peut-être touchons-nous au dernier
accomplissement de ces desseins, après la dernière spoliation plus
inique sans doute, plus funeste, plus barbare que toutes les autres,
dont elle vient d'être la victime; spoliation qui, malgré tous les
efforts de l'impiété, ne peut manquer d'être réparée par les mêmes
moyens.

On peut maintenant apprécier à leur juste valeur ces cris stupides de
l'impiété, de toutes parts répétés par la prévention et par
l'ignorance, qui accusent d'usurpation du bien d'autrui, un clergé
sans cesse dépouillé de son propre bien; qui nous présentent comme
plongé dans toutes les jouissances du luxe et de la mollesse des
cénobites que leurs administrateurs laïques laissoient mourir de faim,
comme des hommes turbulents et sanguinaires des évêques qu'une triste
nécessité forçoit à prendre les armes, afin d'opposer quelques
résistances à un brigandage qui s'exerçoit sur le patrimoine des
pauvres, qui menaçoit la religion elle-même dans l'existence de ses
ministres. L'impiété ne s'arrête point là: dévorée d'une rage que rien
ne peut éteindre, elle va chercher dans la fange des chroniques les
plus obscures et les plus méprisées[227], ce que ses suppôts de tous
les âges (car elle n'a jamais cessé d'en avoir) ont pu écrire de plus
infâme, de plus grossièrement mensonger contre les moines et les
prêtres; et opposant avec impudence ce vil fatras de turpitude aux
témoignages de l'histoire les plus graves, les plus avérés, les plus
éclatants, elle ne craint pas de dépeindre comme des scélérats
abominables, des hommes qui, d'âge en âge et jusqu'à nos jours, n'ont
cessé de transmettre aux générations, les croyances, les préceptes, la
morale de l'Évangile; supposant que, par un miracle plus grand, plus
inconcevable que tous ceux qu'elle rejette, ces hommes ont pu et
voulu, dans cette longue succession qui ne s'est pas interrompue un
seul instant, perpétuer des croyances auxquelles ils ne croyoient pas,
annoncer des préceptes auxquels ils n'obéissoient pas, prêcher une
morale qu'ils ne pratiquoient pas; créant ainsi, au gré de sa haine
extravagante, une société de nobles toujours furieux et de prêtres
toujours hypocrites, société impossible, qui cependant a duré
_quatorze siècles_, société la plus tyrannique qui ait jamais opprimé
les peuples, et qui cependant a donné pour la première fois au monde
le spectacle d'une nation où il n'y avoit plus de _maîtres ni
d'esclaves_. La race guerrière qui subjugua les Gaules et qui y
établit son empire fut long-temps sans doute rude et grossière dans
ses moeurs: cependant, dès les premiers moments de la conquête, elle
se montre pleine de respect et d'admiration pour la doctrine et la
vertu des prêtres chrétiens; elle écoute avec docilité leurs
avertissements les plus sévères, elle s'effraye de leurs saintes
menaces: si, malgré cette admiration et ce respect, ces barbares
demeurèrent encore long-temps légers, changeants, livrés à mille
passions impétueuses, à quel excès ne se fussent point livrés des
caractères aussi indomptables, sans ce frein que la religion sut leur
imposer, frein salutaire qu'ils n'osèrent jamais briser, quoiqu'il ne
suffît pas toujours pour les diriger et les retenir? car ce temps où
il se commit de grands crimes, fut aussi celui des grandes expiations.
Dans nos temps plus policés, nous avons surpassé les crimes et
rarement imité le repentir: «C'est qu'alors, comme l'a dit un illustre
écrivain que nous nous plaisons à citer, l'homme étoit emporté et
qu'aujourd'hui il est corrompu[228].» L'ignorance étoit grande dans
ces temps orageux, et d'autant plus profonde, d'autant plus incurable
que ceux qui y étoient livrés se plaisoient au milieu de ses
ténèbres[229]. Où se conservoient les dernières lueurs des lettres et
des connoissances humaines prêtes à s'éteindre, si ce n'est dans les
cloîtres qui rendirent ensuite à la société moderne ce qu'ils avoient
sauvé du grand naufrage de l'ancienne société? où étoient les seules
écoles qu'il y eût alors? auprès de la cathédrale et de la demeure des
évêques: là étoient encore l'hôpital pour les malades, l'hospice pour
les pélerins et les pauvres voyageurs[230]; et dans ces asiles de paix
«la _science_ et la miséricorde s'étoient rencontrées et
embrassées[231].» Lorsque le pouvoir politique, si foible alors sous
des rois foibles, parce qu'il n'étoit pas naturellement constitué,
reprenoit un peu de vigueur sous quelques princes guerriers ou d'un
ferme caractère, à qui s'adressoit le monarque pour le rétablissement
de l'ordre et le maintien de la justice, si ce n'est aux évêques,
protecteurs naturels des peuples, et qui recevoient alors la noble
mission de porter au pied du trône le cri des opprimés et de demander
en leur nom que justice fût rendue[232]? Qu'étoit le vasselage, seul
lieu de cette société naissante, qui, comme nous l'avons déjà dit, ne
fut jamais entièrement rompu, sinon le respect pour la foi jurée? et
quel autre garant pouvoit-on avoir que la religion, de la foi du
serment? Lorsque tout n'étoit que trouble et confusion dans l'état, où
étoient l'ordre et l'unité, sinon dans la société des _fidèles_, qui
seule demeuroit immuable dans ses dogmes, dans ses traditions, dans sa
discipline? Pour cette multitude que divisoient sans cesse des
intérêts si opposés, des usurpations si manifestes, des préjugés
d'indépendance si fortement enracinés, quel autre signe de ralliement
que la CROIX qui, s'élevant de toutes parts, sur le sommet de leurs
tours et sur la pointe de leurs clochers, réveilloit à tous moments
dans leur coeur des sentiments qui leur étoient communs, de croyances
qui pour tous étoient les mêmes, et sembloit rappeler à ne former
qu'une seule patrie sur la terre, des hommes destinés à n'avoir qu'une
même patrie dans le ciel? et nous pouvons défier toute la subtilité
sophistique des incrédules de nos jours, d'expliquer comment il eût
été possible que ce royaume de France, _formé par des évêques_; ainsi
que l'a dit un écrivain dont sans doute ils ne récuseront pas le
témoignage[233], eût pu être sauvé de sa ruine autrement que _par des
évêques_; c'est-à-dire comment, sans la religion et ses ministres, il
eût pu rester en France, après la fin de la seconde race, vestige de
société.

[Note 227: C'est ainsi que l'auteur d'un livre abominable, intitulé
_Histoire physique, civile et morale de Paris_, présente impudemment
comme autorités irréfragables de toutes les ordures dégoûtantes, de
toutes les calomnies odieuses qu'il a accumulées dans son informe
compilation, l'_Enfer des chicaneurs_, par Louis Vervin; les _Variétés
sérieuses et amusantes_, par Sablier; les _Caquets de l'Accouchée_; la
_Pourmenade du Pré-aux-Clercs_, poëme burlesque de Bertrand;
l'_Espadon satirique_ de d'Esternod: la satire du poète Sigognes
_contre son haut de chausses_, etc., etc. S'il lui arrive de consulter
quelquefois des autorités plus graves, ce sont des _exceptions_ qu'il
y cherche, afin de les présenter comme _règles générales_; expliquant
ainsi très-facilement en faveur de son système de dénigrement, ce que
l'on emploîroit précisément pour le combattre et le renverser de fond
en comble. Au reste l'école philosophique et révolutionnaire n'a
jamais eu d'autre méthode, depuis qu'elle a commencé sa guerre de
plume contre la société; et cet auteur suit fidèlement la route que
ses maîtres lui ont tracée. Avec de telles règles de critique et la
conscience qu'elles supposent, il seroit facile de présenter saint
Louis comme un chef de brigands, et saint Vincent de Paule comme un
échappé des galères.]

[Note 228: M. de Bonald, t. III, p. 412.]

[Note 229: Les _Fidèles_ descendus des anciens _Francs_ méprisoient
les lettres, parloient très-peu latin, n'estimoient que la profession
des armes, et ne quittoient les camps que pour aller se confiner dans
leurs terres; pendant près de deux siècles, leur ignorance les rendit
incapables d'exercer aucune fonction ecclésiastique; tous les clercs
étoient Romains.]

[Note 230: _Voyez_ l'art. _Hôtel-Dieu._]

[Note 231: _Misericordia et veritas obviaverunt sibi: justitia et pax
osculatæ sunt._ (Ps. LXXXIV, II.)]

[Note 232: «Les évêques parvenus à l'épiscopat par de bonnes voies,
dit un capitulaire, doivent montrer le chemin du ciel par leur bon
exemple et par la prédication. Ils doivent, autant qu'il est en eux,
et tant par eux-mêmes que par leurs subalternes, assister le roi dans
l'administration qui lui en est confiée; et quand la négligence ou la
mauvaise volonté d'un abbé ou d'une abbesse, d'un comte ou d'un vassal
de la couronne, leur fait rencontrer des obstacles à l'accomplissement
de leurs devoirs, ils sont obligés d'en avertir le roi, afin
qu'appuyés de son assistance ils puissent avoir un libre exercice de
l'autorité qui leur appartient.» (Cap. an 823, c. 4)

Agobard, archevêque de Lyon, témoin des vexations et des injustices
dont le peuple étoit accablé de la part de ses magistrats, se croyoit
obligé d'en avertir le chef de la justice. (Agobard. _Epist. ad
Marfrid. procer. palat._)]

[Note 233: Gibbon.]

Sous les rois de la troisième race, le clergé put espérer enfin des
jours moins agités, et pour ses propriétés des garanties et une
protection dont, jusqu'alors, lui seul avoit été privé. Il put, de
même que les autres membres de la société, conserver ce qui lui
appartenoit, et opposer avec succès, aux nouveaux envahissements que
l'on tenta contre lui, ses titres et ses priviléges. Or, dans cet
espace de quelques lieues sur lequel ont été successivement tracées et
élevées les diverses enceintes de Paris, et qui s'est couvert aussi
par degrés d'un si grand nombre d'édifices et d'une population,
jusqu'au temps où nous vivons, toujours croissante, les évêques et les
abbés avoient beaucoup de possessions, et eurent plus à combattre que
partout ailleurs pour maintenir leurs droits sur un coin de terre que
la multitude des habitants d'une ville devenue capitale du royaume,
leur disputoit, pour ainsi dire, pied à pied; et ces droits, ils
surent cependant les abandonner, selon que l'exigeoit l'intérêt
public, auquel il est rare qu'ils n'aient pas toujours sacrifié leurs
propres intérêts.

Par exemple les évêques de Paris possédoient, comme les autres
prélats, des terres autour du siége de leur église, dans un temps où
cette ville étoit presque tout entière renfermée dans la Cité, et où
il étoit impossible de prévoir l'agrandissement immense qu'un jour
elle devoit recevoir. Sous le règne de Louis-le-Jeune, une partie de
ces propriétés, situées au couchant de la _ville_, étoit désignée sous
le nom de _Culture-l'Évêque_, et prenoit naissance aux limites de
l'ancien et du nouveau bourg Saint-Germain-l'Auxerrois. Dans ces
terres, qui étoient devenues de la nature des fiefs, l'évêque, sous la
seule condition de l'hommage et des redevances féodales, avoit presque
tous les droits d'un souverain, haute et basse justice, propriété des
serfs, perception de certains impôts, pouvoir de donner des terres à
cens, d'établir des arrière-fiefs, etc.

Les monastères fondés dans les environs de la ville avoient
également des propriétés dans les terrains ou cultures qui, de tous
côtés, entouroient son enceinte; et, comme nous l'avons dit, les
abbés, affranchis de la juridiction de l'_ordinaire_, étoient, ainsi
que les évêques, maîtres absolus dans ces propriétés, et vassaux
immédiats de la couronne. Ils donnoient, comme propriétaires de
fiefs, les terres dépendantes de leurs abbayes à cens ou à rentes,
sous la condition d'y faire des cultures ou d'y élever des
bâtiments; et c'est ainsi que s'étoient formés les bourgs
Saint-Germain-des-Prés, Saint-Germain-l'Auxerrois, Saint-Marcel,
etc. Dans l'intérieur, des monastères avoient été aussi fondés,
dotés et soustraits également à la juridiction épiscopale. Il
résultoit, de cet état de choses, une foule de droits, de
prérogatives, de prétentions opposées, que l'on a peine à concevoir,
et dont cependant les traces se sont conservées jusqu'à nos jours.
Les évêques défendoient leurs priviléges contre le roi, les moines
contre l'évêque. À mesure que la ville s'étendoit, les droits de
_censives_ étoient réclamés sur les divers territoires qu'on y
faisoit entrer; le roi n'obtenoit rien que par transaction, soit des
couvents, soit des prélats, et ne devoit en effet rien obtenir que
de cette manière; si une chapelle se trouvoit placée dans
l'arrondissement d'un monastère, et que les besoins du culte ou tout
autre considération portât à l'ériger en paroisse, les moines, et
cela étoit juste encore, conservoient le droit de nommer à la cure;
ils ne cédoient point ce droit, même lorsqu'ils abandonnoient, de
leur propre mouvement, leur église pour quelqu'autre demeure qui
leur sembloit plus convenable, fût-ce l'extrémité opposée de la
ville; ces droits de patronage, trop souvent exercés par des
laïques, se transmettoient, se cédoient par vente ou par échange; on
les obtenoit même lorsqu'une église étoit bâtie sur une terre
accordée _avec amortissement_[234], et c'est ainsi que se sont
établies les diverses censives qui existoient dans la Cité, censives
qui se sont insensiblement augmentées par les adjonctions qu'y ont
faites les communautés, des biens qu'elles acquéroient ou de ceux
qui leur étoient légués.

[Note 234: On appelle _amortissement_ une aliénation d'immeubles faite
au profit de gens de _main-morte_, comme de couvents, de confréries et
autres communautés.]

Nous pensons que cette histoire succincte des biens du clergé suffira
pour faire bien entendre ce que nous avons à dire des églises et des
fondations nombreuses que Paris renfermoit dans ses murs, des
mutations diverses qu'elles ont éprouvées, et des rapports qui se sont
établis entre elles et des églises situées dans d'autres quartiers de
cette capitale.



COUVENT DES BARNABITES.


Cette église, bâtie au fond d'une cour, et masquée par un rang de
maisons, est située dans la rue de la Barillerie, laquelle communique
de la place du Palais au pont Saint-Michel. Son origine est
très-ancienne, et remonte jusqu'à saint Éloi, orfèvre et monétaire des
rois Clotaire et Dagobert. Ce pieux personnage ayant mérité, par ses
vertus, l'estime et la confiance de ces deux princes, Dagobert lui fit
don d'une maison assez vaste, située vis-à-vis du Palais. Saint Éloi
eut d'abord le projet d'y faire construire un hôpital, mais, par des
considérations particulières, il en fit une communauté de filles, sous
l'invocation de saint Martial, évêque de Limoges. Plusieurs savants
ont cru que l'église de ce dernier saint existoit déjà depuis
long-temps[235]; mais cette opinion a été combattue, et ne semble pas
fondée. La fondation de Saint-Éloi fut achevée vers l'an 632 ou
633[236]. L'espace se trouvant bientôt trop étroit pour contenir le
grand nombre de vierges qu'attiroit la célébrité du lieu, le saint eut
recours à la bonté du roi, qui lui accorda tout le terrain que
renferment aujourd'hui les rues _de la Barillerie_, _de la Calendre_,
_aux Fèves_ et _de la Vieille-Draperie_. Dans tous les titres, cet
espace est appelé _la Ceinture de Saint-Éloi_.

[Note 235: L'abbé Lebeuf, Hist. du diocèse de Paris, t. I.]

[Note 236: Ann. eccl., t. II, p. 856. Gall. Christ, 27. Av. 218.]

Ce monastère, qui garda long-temps le nom de Saint-Martial, prit
ensuite celui de son fondateur; et dans le neuvième siècle on ne le
connoissoit plus que sous ce dernier titre[237]. Avant le règne de
Charles-le-Chauve il n'étoit point encore sous la juridiction _de
l'ordinaire_[238]; et ce fut ce prince qui l'y fit entrer, à la prière
d'Ingelvin, évêque de Paris. Cette charte fut confirmée par
Louis-le-Bègue en 878[239].

[Note 237: Hist. eccl., Paris, t. I, p. 498.]

[Note 238: On appelle ainsi la juridiction de l'évêque.]

[Note 239: Baluze, Capit., t. II, col. 1493.]

Le relâchement s'introduisit parmi les religieuses qui l'habitoient, et
au commencement du douzième siècle il fut porté à un tel point, que
l'évêque se vit forcé d'employer la rigueur pour en arrêter le scandale;
ces religieuses furent dispersées en divers monastères éloignés, et l'on
donna l'abbaye à Thibaud, abbé de Saint-Pierre-des-Fossés, sous la
condition d'y mettre un prieur[240] et douze religieux de son ordre. Ces
changements arrivèrent en 1107[241]. Dix-huit ans après, ce même abbé la
remit entre les mains de l'évêque de Paris, Étienne de Senlis, qui la
garda neuf ans. Pendant cet intervalle, l'église, qui étoit immense, et
qui tomboit en ruines, fut séparée en deux par une rue qui subsiste
encore sous le nom de Saint-Éloi. Le _chevet_ ou choeur forma une église
nouvelle, sous le nom de l'ancien patron, Saint-Martial[242], et de la
nef on en fit une autre, sur partie de laquelle a été bâtie celle que
l'on voit aujourd'hui.

[Note 240: Un prieur est un ecclésiastique préposé sur un monastère ou
bénéfice qui a le titre de prieuré. Les _réguliers_ ayant acquis, par
la libéralité des fidèles, des biens éloignés de leurs monastères,
envoyoient dans ces domaines un certain nombre de leurs religieux,
pour régir le temporel et desservir l'église. Le chef de cette colonie
avoit le nom de prieur ou prévôt, et ces établissements se nommoient
_celles_ ou _obédiences_.]

[Note 241: Cart. S. Eligii.--Hist. eccl., Paris, t. I, p. 766.]

[Note 242: Cette église étant entièrement ruinée, le roi avoit
accordé, en 1715, une loterie pour la faire rebâtir; mais le peu
d'étendue de sa paroisse fut un motif pour en empêcher la
reconstruction: elle fut démolie en entier; on changea l'emplacement
en presbytère, et l'on réunit ses paroissiens à ceux de
Saint-Pierre-des-Arcis.]

En 1134, l'évêque fit, de nouveau, le don de ce monastère aux mêmes
religieux, et sous les mêmes conditions, y ajoutant toutefois celle de
rendre à l'évêque et au chapitre de Notre-Dame les mêmes devoirs qui
avoient été imposés aux religieuses. Ils s'y sont maintenus jusqu'en
1530, que leur principale abbaye, nommée alors Saint-Maur-des-Fossés,
fut réunie, avec toutes ses dépendances, à l'évêché de Paris. L'office
y fut alors célébré par quelques prêtres séculiers. Enfin cet édifice
tomboit de vétusté, lorsqu'en 1629 M. de Gondi, premier archevêque de
Paris, le destina à la congrégation des clercs réguliers de
Saint-Paul, dits Barnabites, que Henri IV avoit appelés en France en
1608. Ces religieux, qui se consacroient aux missions et à toutes les
autres fonctions sacerdotales, firent successivement rebâtir l'église
et la maison qu'ils occupoient[243]. Ces constructions n'offrent rien
de remarquable dans leur architecture.

[Note 243: Le portail, élevé en 1704, est décoré de pilastres d'ordres
dorique et ionique, et construit dans la forme pyramidale, qui étoit
alors en usage. On a établi dans son intérieur un atelier de
fonderie.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DES BARNABITES.

     TABLEAUX.

     Dans le cloître, quelques peintures, sujets tirés des Actes
     des apôtres, par _de Berge_. Dans un parloir, la Prédication
     de Saint-Pierre; dans l'Église, un _Ecce Homo_, et quelques
     autres tableaux par des peintres inconnus.

La bibliothèque de ces pères contenoit environ seize mille volumes, et
une collection d'estampes assez considérable.



PYRAMIDE DE JEAN CHÂTEL.


Quelques années avant la révolution, on voyoit encore, devant l'église
des Barnabites, une petite place, que, depuis, l'on a fait entrer dans
le plan général de celle du Palais de justice. C'étoit sur cette place
qu'avoit été autrefois située la maison du père de Jean Châtel, qui,
le 27 décembre 1594, tenta d'assassiner Henri IV. «Sur la fin de cette
année, dit Péréfixe, un jeune écolier âgé de dix-huit ans, fils d'un
marchand drapier de Paris, s'étant coulé avec ses courtisans dans la
chambre de la belle Gabrielle où étoit le roi, le voulut frapper d'un
coup de couteau dans le ventre; mais de bonne fortune, le roi s'étant
baissé en ce moment pour saluer quelqu'un, il ne l'atteignit qu'au
visage, lui perça la lèvre d'en haut et lui rompit une dent.... Le
parlement condamna le parricide à avoir le poing droit brûlé et à
être tenaillé, puis tiré à quatre chevaux.... Le père de ce misérable
fut banni, sa maison de devant le Palais démolie, et une pyramide
élevée en la place»[244].

[Note 244: _Extrait d'une lettre de Henri IV, écrite à différentes
villes, aussitôt après cet attentat._

«Il n'y avoit pas plus d'une heure que nous étions arrivé à Paris du
retour de notre voyage de Picardie, et étions encore tout botté,
qu'ayant autour de nous nos cousins le prince de Conti, comte de
Soissons et comte de Saint-Paul, et plus de trente ou quarante des
principaux seigneurs et gentilshommes de notre cour, comme nous
recevions les sieurs de Ragni et de Montigny, qui ne nous avoient pas
encore salué, un jeune garçon, nommé Jean Châtel, fort petit, et âgé
au plus de dix-huit à dix-neuf ans, s'étant glissé avec la troupe dans
la chambre, s'avança sans être quasi aperçu, et nous pensant donner
dans le corps du couteau qu'il avoit, le coup (parce que nous nous
étions baissé pour relever lesdits sieurs de Ragni et de Montigny, qui
nous saluoient) ne nous a porté que dans la lèvre supérieure du côté
droit, et nous a entamé et coupé une dent....... Il y a, Dieu merci,
si peu de mal, que pour cela nous ne nous en mettrons pas au lit de
meilleure heure.»]

Personne n'ignore que les jésuites furent impliqués dans la procédure
de cet assassin, et que ce fut l'occasion de la première persécution
qui ait été exercée contre leur société. Il y a long-temps que cette
oeuvre d'iniquité a été pénétrée dans toutes ses profondeurs et mise à
découvert, de manière que, pour les esprits droits et éclairés, il
n'est rien de plus évident que l'innocence de ces religieux, et de
plus démontré que la malice de leurs persécuteurs. Néanmoins tant de
calomnies atroces ont été répandues sur cette société célèbre; tant
d'ennemis acharnés, et qui semblent se succéder contre elle d'âge en
âge, comme une génération malfaisante, les ont répétées et propagées;
elles ont été renouvelées avec tant de fureur, lors de la dernière
persécution, plus odieuse que toutes les autres, dont elle a été la
victime, et qui en a amené l'entière destruction, qu'encore que sa
ruine ait entraîné avec elle ses ennemis eux-mêmes, et la religion, et
la monarchie, il en est resté contre les jésuites beaucoup
d'impressions défavorables et d'injustes préventions, qui ne nous
permettent pas de passer légèrement sur l'une des accusations les plus
capitales qu'on ait jamais osé élever contre eux.

Les ennemis de la compagnie de Jésus étoient les huguenots, le
parlement, et tous ceux qui étoient liés avec cette cour de
prétentions et d'intérêts. Les huguenots avoient raison de détester
les jésuites, puisque ceux-ci étoient, en effet, leurs plus
redoutables adversaires; le parlement, tout plein encore du venin de
la ligue, et qui s'étoit mis en opposition ouverte contre l'autorité
royale, long-temps avant l'époque de la ligue et celle de la réforme,
avoit également sujet de haïr une société uniquement formée pour
propager et défendre les principes du catholicisme, source de toute
autorité, et qui en est le plus ferme appui. Ligueurs et huguenots,
en apparence si opposés les uns aux autres, étoient, en effet, animés
d'un même esprit, celui de révolte et d'indépendance; et la perte des
jésuites avoit été également jurée par l'un et l'autre parti.
Douteroit-on de cette haine commune à tous les deux? Elle va nous être
attestée par un écrivain contemporain.

«Après l'attentat de Jean Châtel, dit l'historiographe Dupleix, les
_huguenots_ et les _libertins_, sous prétexte d'un fervent zèle pour
le salut du roi, sur le bruit que cet escolier débauché avoit estudié
sous les jésuites, publièrent qu'il estudioit encore sous eux, et
qu'il avoit confessé qu'ils l'avoient induit à commettre un parricide
exécrable en la personne de Sa Majesté par diverses persuasions et
artifices, dont les bons François _trop crédules_ furent grandement
esmeus, et sur l'heure lancèrent mille exécrations, maudiçons et
imprécations contre les jésuites, plusieurs criant qu'il les falloit
égorger et jeter dans la rivière... Les jésuites étoient haïs
_d'aucuns des_ JUGES mêmes; mais ni PREUVE NI PRÉSOMPTION ne pouvant
être _arrachée_ de la bouche de l'assassin, par la violence de la
torture, pour _rendre_ les jésuites _complices_ de son forfait, des
commissaires furent députés pour aller fouiller tous les livres et
écrits de cette compagnie[245]».

[Note 245: Hist. de Henri-le-Grand, page 163.]

Suivons toutes les traces de cette affaire, et ne marchons qu'appuyés
sur des autorités irrécusables. «Ni _preuve ni présomption_ contre les
jésuites n'avoient pu être arrachées de la bouche de l'assassin.»
Douteroit-on de la véracité de l'historien qui nous a transmis cette
circonstance? Écoutons de l'Étoile, ennemi mortel des jésuites. «Jean
Châtel, dit-il, par son interrogatoire, _déchargea du tout_ les
jésuites, même le père Guéret, son _précepteur_[246].» Matthieu,
Cayet, les Mémoires de la ligue, M. de Thou, sont, sur ce point, d'un
accord unanime, et reconnoissent avec de l'Étoile que Châtel disculpa
formellement les jésuites, non-seulement de lui avoir conseillé
d'assassiner le roi, mais même d'avoir eu la moindre connoissance de
son dessein[247].

[Note 246: Journ. de l'Étoile. An 1595.]

[Note 247: Matth., t. II, liv. 1, p. 182.--Cayet, liv. VI, p.
430.--Mém. de Sully, t. II, p. 457. Éd. de 1763.--De Thou, liv.
3.--Cependant on n'avoit rien négligé pour lui arracher son secret; et
pour y parvenir, on avoit employé jusqu'au sacrilége; car nous
apprenons de l'Étoile que Lugoly, lieutenant de la maréchaussée,
s'étoit déguisé en ecclésiastique, et avoit été introduit en qualité
de confesseur auprès de J. Châtel.]

Cependant des commissaires sont députés pour aller _fouiller les
livres et écrits de cette compagnie_, et cela uniquement parce que le
régicide avoit étudié pendant trois ans sous un jésuite, le père
Guéret; et bien «qu'en DERNIER LIEU, il eût étudié aux écoles de droit
de l'université[248],» on ne pensa point à aller fouiller, ni les
livres, ni les écrits de l'université. Quatre conseillers se
transportèrent donc au collége des jésuites, où ils firent la visite
de plusieurs chambres. «On trouva dans celle du père Guignard (qui
étoit le bibliothécaire de la maison), parmi plusieurs écrits, un
papier écrit de sa main, en 1589, dans le temps qu'on assassina Henri
III: c'étoit de ces libelles que les troubles avoient enfantés, et
qu'une _curiosité indiscrète_ faisoit garder[249].» Ajoutons que
c'étoient de ces libelles tels que, cinq ans auparavant, on en
composoit en faveur du parlement, peut-être même par ses ordres, et
bien certainement dans ses vues, et avec son approbation[250].

[Note 248: Voyez le continuateur _janséniste_ de Fleury, Hist.
ecclésias., t. XXXVI.]

[Note 249: Ibid.]

[Note 250: «Une chose notable, c'est que les juges qui condamnèrent
Guignard, parce que Louis MASURE, _ennemi déclaré des jésuites et
député_ de la cour, avoit trouvé des anciens écrits de ce jésuite, ces
mêmes juges étoient, _pour la plupart_, de ceux qui avoient assisté au
jugement _de l'arrêt donné contre le feu roi_, l'an 1589, qui est une
CHOSE ÉTRANGE.» (De l'Étoile. Journ. d'Henri IV,--t. II, p. 155 et
suiv.)]

La découverte d'un tel écrit, au milieu des papiers du bibliothécaire
d'un collége, lorsqu'on sortoit à peine d'un temps de guerres civiles,
qui avoit vu naître des milliers de semblables productions que l'on
conservoit impunément partout, dont les collections existoient sans
doute alors, puisqu'on les trouve encore aujourd'hui dans nos
bibliothèques, constituoit-elle un délit suffisant, nous ne dirons pas
pour faire arrêter ce bibliothécaire et lui faire subir le dernier
supplice, mais seulement pour le faire réprimander et admonester par
ceux qui avoient trouvé cette pièce et qui s'en étoient saisis[251]?
Non, sans doute. Que sera-ce donc si le témoignage le plus grave nous
force à douter de l'existence même de ce prétendu délit? Écoutons
l'illustre chancelier de Chiverny, par l'ordre duquel fut instruit le
procès de Jean Châtel:

[Note 251: Si le père Guignard avoit seulement conservé cet écrit, il
n'étoit pas plus coupable que les autres gardiens de bibliothèques.
S'il l'avoit composé lui-même, c'étoit pendant les égaremens de la
ligue; et il y avoit eu amnistie pour tous les ligueurs, y _compris_
le parlement.]

«Sur l'occasion que Jean Châtel avoit estudié quelques années au
collége des jésuites, et que les PREMIERS du parlement _leur vouloient
mal_ d'assez long-temps, ne cherchant qu'un prétexte _pour ruiner
cette société_, trouvant celui-ci _plausible_ à tout le monde, ils
ordonnèrent et commirent quelques-uns d'entre eux qui étoient LEURS
VRAIS ENNEMIS, pour aller chercher et fouiller partout dans le collége
de Clermont, où ils trouvèrent véritablement, ou peut-être
SUPPOSÈRENT, _ainsi que quelques-uns l'ont cru_, certains écrits
particuliers contre la dignité des rois, et quelques mémoires contre
le feu roi Henri III[252].

Le père Guignard ayant été mis en jugement et appliqué à la question,
on lui produit cet écrit trouvé peut-être véritablement dans sa
chambre, _peut-être supposé_. Sur cet attentat d'un nouveau genre, il
est déclaré coupable du crime de lèse-majesté par des juges qui, cinq
ans auparavant, avoient porté contre le roi _un arrêt régicide et
sacrilége_, et condamné par eux à mourir attaché à un gibet. Il marche
à cette mort infâme avec un admirable courage; prêt de monter à
l'échelle ses dernières paroles sont des paroles de paix; il y
proteste de nouveau avec douceur et tranquillité de son innocence et
de celle de sa compagnie, et meurt avec la résignation d'un
martyr[253].

[Note 252: Mém. d'Est., etc., p. 241.]

[Note 253: «Guignard, étant conduit au supplice, soutint toujours
qu'il avoit _toujours_ été d'avis de prier Dieu pour Sa Majesté. Il ne
voulut jamais crier _merci_ au roi, disant que depuis qu'il s'étoit
converti, il ne l'avoit jamais oublié au _Memento_ de la messe. Étant
venu au lieu du supplice, il protesta de son innocence, et néanmoins
ne laissa _d'exhorter_ le peuple à l'_obéissance_ au roi, et
_révérence_ au magistrat; même fit une prière tout haut pour Sa
Majesté, à ce qu'il plût à Dieu lui donner son saint esprit..... puis
pria le peuple de prier Dieu pour les jésuites, et n'ajouter foi
_légèrement aux faux rapports_ que l'on faisoit courir d'eux; qu'ils
n'étoient point _assassins des rois_, comme on vouloit le leur faire
entendre, ni fauteurs de telles gens _qu'ils détestoient_; et que
_jamais_ les jésuites n'avoient _procuré_ ni _approuvé_ la mort de roi
_quelconque_. Ce furent ses dernières paroles avant de monter à
l'échelle.» (Mém. d'Estat. _Loc. cit._)]

On n'avoit point trouvé d'écrit chez le père Guéret. Tout son crime
étoit d'avoir été pendant trois ans le RÉGENT de Jean Châtel. Le
parlement jugea, dans sa sagesse, que tout jésuite devoit répondre de
tout élève qui avoit étudié sous lui, à quelque époque que ce pût être;
et le régent du régicide fut aussi arrêté, interrogé et appliqué à la
question. Ce fut encore un spectacle bien touchant que celui de la
constance et de la résignation de ce bon père au milieu des traitements
barbares qu'on lui faisoit éprouver[254]. Comme il n'avoua rien, qu'il
n'y avoit contre lui aucun indice et qu'il n'avoit point d'accusateurs,
ses juges crurent devoir y mettre de la _modération_[255], et le
condamnèrent seulement à être banni à perpétuité, «pour avoir été, dit
l'arrêt, le PRÉCEPTEUR de Jean Châtel.» «Le _précepteur_ de Jean
Châtel!» s'écrie un apologiste des jésuites au sujet de cette
qualification étrange inusitée, que l'on employa en cette occasion avec
une affectation si marquée; «certes la qualité de précepteur décèle ici
la passion des juges, qui affectoient de confondre celui qui donne des
leçons publiques à tous ceux qui viennent l'entendre, avec celui qui
forme en particulier l'esprit et le coeur d'un élève dont il est chargé
spécialement. Il est vrai que Châtel avoit fait sa philosophie sous le
père Guéret; mais Calvin et Bèze n'avoient-ils pas fait toutes leurs
études en Sorbonne? s'est-on avisé d'imputer à cette célèbre école les
guerres civiles dont le calvinisme a été la source? mais Châtel lui-même
n'avoit-il pas fait toutes ses classes à l'université, avant de faire sa
philosophie au collége? Et après être sorti du collége, n'avoit-il pas
repris ses études à l'université? Que la haine est inconséquente! on ne
dit rien aux premiers maîtres de Châtel, dont les leçons devoient
paroître plus suspectes à toutes sortes de titres; on ne dit rien aux
derniers maîtres de Châtel, au professeur en droit, sous lequel ce
monstre étudioit actuellement, et l'on applique à la question, et on
livre au supplice et à l'infamie, et on extermine les jésuites, parce
que Châtel, dans l'intervalle de ses études, commencées et reprises à
l'université, avoit étudié quelque temps sous les jésuites qu'il
_déchargea de tout_ dans ses interrogatoires[256]!

[Note 254: «Guéret ne confessa jamais rien, dit de l'Étoile, et
_pourtant_ fut mis à la question où il se montra fort constant, et
devant fit cette prière en latin tout haut: _Jesu-Christe, fili Dei
vivi, qui passus es pro me, miserere mei et fac ut sufferam patienter
tormentum hoc quod mihi præparatum est, quod merui et majus adhuc_;
ATTAMEN TU SCIS, Domine, quòd mundus sum et innocens ab hoc peccato».
«Ce qui signifie: Jésus-Christ, fils du Dieu vivant, qui avez souffert
pour moi, ayez pitié de moi, et faites que je souffre avec patience le
tourment qui m'est préparé; je l'ai mérité et un plus grand encore;
_cependant vous savez_, Seigneur, que _je suis pur et innocent_ du
péché qu'on m'impute. Après cette prière étant tiré, il ne jeta aucun
soupir ni plainte de douleur: seulement réitéra cette prière: _Jesu
Christe, fili Dei vivi_, etc.». (Journ. d'Henri IV, t. II, page 168.)]

[Note 255: À l'égard du père Guignard, le procureur général avoit
conclu de même au bannissement, «et il y a grande apparence, dit le
même de l'Étoile, que _s'il ne fût venu à mauvaise heure_, comme on
dit, il en auroit été quitte pour cela.» (_Ibid._) Il étoit assez
fâcheux sans doute pour des jésuites, qui ne pouvoient choisir ni
deviner la _bonne heure_ du parlement, d'être pendus pour être venus à
_sa mauvaise heure_.]

[Note 256: Compte rendu au public des comptes rendus aux divers
parlemens, etc., t. II.]

Mais supposons même un instant coupables ces deux religieux, dont le
témoignage uniforme de tous les historiens, les interrogatoires
juridiques du régicide, leurs propres interrogatoires, le caractère
connu de leurs juges, les formes rapides et violentes de la procédure
élevée contre eux, tout, jusqu'aux pièces de conviction et aux motifs
dérisoires de leur condamnation, rend l'innocence plus évidente et
plus claire que la lumière du jour: étoit-il raisonnable de rendre la
société des jésuites responsable du crime de deux de ses membres, de
l'envelopper tout entière dans leur ruine; et une sorte de pudeur ne
devoit-elle pas empêcher le parlement de concevoir même l'idée d'une
aussi monstrueuse injustice? Non-seulement il put en concevoir l'idée,
mais encore la consommer. Un arrêt qu'il rendit chassa de France tous
les jésuites, comme _complices_ du père Guéret, auquel, peu de jours
après, ce même parlement ouvrit les portes de sa prison, pour n'avoir
pu lui découvrir ni crime ni accusateur. Tel fut le dénoûment de cette
intrigue qu'on ne sait comment qualifier, qui affligea et déconcerta
tous les gens de bien, même parmi ceux qui n'aimoient pas les
jésuites; qui fut la joie, le triomphe et en partie l'ouvrage des
sectaires protestants[257], qui montre à tous les yeux, et plus
clairement qu'on ne l'avoit pu voir encore, quel étoit l'esprit
_parlementaire_, et s'il n'étoit comprimé, de quels dangers il
menaçoit la monarchie et la religion.

[Note 257: Mém. de du Plessis, t. II, p. 500.--Journal de Henri III,
t. V, p. 424.]

La pyramide fut élevée, «et ès diverses faces furent gravées diverses
inscriptions à l'opprobre des jésuites.... Car ceux qui inventoient
les plus satiriques et poignantes contre leur société, étoient les
_mieux venus_ de ceux qui _avoient pris la direction de cet
ouvrage_[258].» C'est-à-dire des magistrats.

[Note 258: Dupleix, Hist. de Henri-le-Grand.]

Cependant quelle étoit l'opinion de Henri IV sur tous ces actes si
violents et si passionnés de son parlement? Considéroit-il
effectivement les jésuites comme ses ennemis? Appuyoit-il ces mesures
que l'on sembloit prendre pour sa sûreté et pour rendre sacrée et
inviolable aux yeux des peuples la personne des rois? En 1762, lorsque
le parlement _philosophe_ acheva si heureusement ce qu'avoit commencé
le parlement _ligueur_[259], on produisit comme extrait de ses
registres un édit de ce roi, qui confirmoit l'arrêt de bannissement
porté en 1595 contre la compagnie de Jésus, et apposoit ainsi le sceau
de l'autorité royale au grand et mémorable jugement qui avoit été
rendu à l'égard de cette compagnie; mais l'apologiste des jésuites
déjà cité[260] prouva, de manière à couvrir d'une éternelle confusion
ceux qui faisoient valoir une semblable pièce, que cet édit avoit été
inconnu à tous les écrivains qui ont pu et dû le connoître; inconnu
aux historiographes de Henri IV, à ses ministres, à ses ambassadeurs,
à ses négociateurs dans les cours étrangères, aux magistrats, gens du
roi et parlements qui ont dû l'enregistrer; inconnu au chancelier de
France qui auroit dû le dresser, le sceller et l'expédier, inconnu au
pape qui devoit s'y intéresser si vivement, inconnu aux jésuites qu'il
proscrivoit et au roi lui-même qui l'avoit rendu; que, considéré en
lui-même, il étoit contradictoire dans le fond, et choquoit tous les
caractères de la législation; qu'il étoit irrégulier dans sa forme,
barbare dans son style, ridicule par son orthographe, évidemment faux
par sa date et par les variantes des différents textes qui en ont été
produits; enfin que de toutes les impostures historiques et
politiques, et de toutes les pièces fabriquées, il n'y en eut jamais
de plus grossière et de plus impudente.

[Note 259: C'est-à-dire leur entière destruction projetée dès le
premier moment de leur existence, préparée par les efforts combinés de
toutes les sectes de la prétendue réforme, hautement provoquée depuis
et même prédite par les jansénistes et par tous les suppôts de la
moderne philosophie.]

[Note 260: Compte rendu déjà cité.]

Mais si Henri IV n'a point confirmé cet arrêt, l'a-t-il approuvé? Nous
trouvons que le 14 janvier 1595, c'est-à-dire peu de jours après le
départ des jésuites, M. de Villeroi, ministre du roi, écrivit une
longue lettre à d'Ossat[261], alors chargé d'affaires de la cour de
France à Rome, dans laquelle, lui rendant compte de tous ces
événements, il lui explique les motifs qui ont engagé le roi _à
souffrir l'exécution de l'arrêt_; et ces motifs, nous les ferons
connoître toute à l'heure. Le 31 du même mois, d'Ossat, répondant au
ministre, lui fait un récit détaillé de ce qui s'est passé dans
l'audience qu'il a obtenue du Pape à ce sujet, audience dans laquelle
le pontife se montre très-instruit du fond de l'affaire et fort
affligé de la conduite inique du parlement; et sur les paroles assez
vives que lui adresse à cette occasion Sa Sainteté, M. d'Ossat ne peut
dire autre chose sinon qu'_à tout événement_, si le parlement avoit
_excédé_ en quelque chose, _ce ne seroit point la faute du roi_. Puis
il prouve que, dans la circonstance présente, il est plus sage et plus
utile pour la cour de Rome de prendre en _bonne part_ ce qui s'est
passé, que «de se mettre en nécessité d'en demander réparation, et en
danger plus certain de _ne l'avoir jamais_...., et corroborer de plus
en plus le SCHISME qui n'est déjà _que trop avancé_[262].»

[Note 261: Depuis le cardinal d'Ossat.]

[Note 262: Lettres du cardinal d'Ossat., 16 et 17.]

L'ambassadeur de France n'a point d'autre réponse à faire aux
ministres du saint Père, lorsqu'ils reviennent avec lui sur ce fâcheux
événement, que de leur faire part de cette lettre de M. de Villeroi,
dans laquelle celui-ci «rejette la résolution et exécution dudit
arrêt, principalement _sur la force et nécessité du temps et des
choses_ qui n'avoient permis d'en user autrement[263].»

[Note 263: _Ibid._ Lett. 23.]

Sur les plaintes _modestes_ que lui porte le général des jésuites de
cet injuste arrêt, que répond-il encore? «Qu'il en étoit marry, mais
qu'il pouvoit l'assurer que _le roi n'y avoit aucune part_;» puis il
ajoute, et ceci est très-remarquable: «Que la cour du parlement
faisoit des arrests _sans en demander congé ni advis_ à Sa Majesté; et
quand le roi eût été dans Paris même, il _n'en eût rien sçu_ avant que
ledit arrest eust été donné: _beaucoup moins l'avoit-il pu sçavoir_ en
étant loin, et en un siége[264].» Du Perron confirme dans une autre
occasion ce qu'avoit dit d'Ossat, que le bannissement des jésuites _ne
provenoit d'aucune impulsion de Sa Majesté_[265]. Le duc de
Luxembourg, ambassadeur à la cour de Rome quelques années après, fait
de même tous ses efforts pour persuader au pape que le roi n'avoit
aucune part aux arrêts portés contre les jésuites; enfin, l'année même
de leur bannissement, on propose à Henri IV un jésuite pour légat en
France[266]: il l'accepte volontiers. Ce jésuite meurt l'année
suivante; le roi se montre très-sensible à sa perte, et lui fait
rendre après sa mort des honneurs qui témoignent l'estime singulière
qu'il en faisoit[267].

[Note 264: _Ibid._ Lett. 118.]

[Note 265: Dupleix, Hist. de Henri-le-Grand.]

[Note 266: Le jésuite Tolet.]

[Note 267: Ce monarque ordonna, en 1596, qu'on fit par toutes les
villes de son royaume, un service solennel pour le repos de l'âme, du
jésuite Tolet; et il assista lui-même à celui qui fut fait dans la
cathédrale de Rouen, où il étoit alors.]

Quels motifs pouvoient donc déterminer un prince qui, dans la bonne et
la mauvaise fortune, avoit constamment montré tant de pénétration
d'esprit et de force de caractère, à souffrir que, contre sa volonté,
et même contre ses propres affections, une injustice aussi criante fût
consommée dans ses états, par des gens qui n'avoient d'autre pouvoir
que celui que ses prédécesseurs et lui-même leur avoient concédé, et
qui ne pouvoient légitimement l'exercer qu'avec leur bon plaisir et
sous leur protection? On a déjà pu voir par les diverses paroles
échappées aux ministres et aux agents de Henri, à quel point
l'embarrassoit ce parlement, si long-temps le foyer de la révolte et
des guerres civiles; et qui, dans ces premiers moments où la paix
venoit d'être faite entre le roi et ses sujets, demeuroit encore le
point de ralliement de tous les mécontents, c'est-à-dire, tout à la
fois des impies et des fanatiques. D'un côté, abusant lâchement de
cette situation périlleuse où se trouvoit encore _son maître et
seigneur_, il rendoit des arrêts, _sans lui en demander congé ni
advis_, sans daigner même _lui en donner connoissance_; de l'autre, si
Rome eût osé se plaindre, il levoit l'étendard du SCHISME qui _n'étoit
déjà que trop avancé_. La politique exigeoit donc que son insolence
fût soufferte, et l'abus qu'il faisoit de son pouvoir, toléré; et les
considérations qui faisoient différer au roi le rappel des jésuites,
sont très-bien présentées par l'historiographe déjà cité:
«premièrement, dit-il, il ne le pouvoit, sans annuler l'arrêt donné
_fraîchement_ par son parlement, ce qui eût semblé _alors_ injurieux;
et avec le temps qui _donne diverses faces aux affaires_, l'action en
pouvoit être moins odieuse. En second lieu, le roi étant aux prises
avec l'Espagnol, ne se pouvoit passer du service de ses subjets
religionnaires, lesquels, déjà outrés de sa conversion, _l'eussent
abandonné_, s'il eût rappelé les jésuites.... Par une troisième
considération, le roi craignoit d'offenser la reine d'Angleterre,
l'alliance de laquelle lui étoit grandement nécessaire; mais après
avoir mis fin aux guerres étrangères, rangé le Savoyard à la raison,
étouffé la conjuration du maréchal Biron, renouvelé son alliance avec
les Suisses, fermement établi la paix en son royaume, et le roi
d'Écosse ayant succédé à la couronne d'Angleterre, il se résolut
_facilement_ à rappeler les jésuites[268].»

[Note 268: Dupleix, Hist. de Henri-le-Grand.]

«C'est alors en effet que, véritablement maître dans son royaume,
connoissant l'INNOCENCE des jésuites et les services qu'ils rendoient
à l'Église[269];» «sachant que le commun désir des catholiques étoit
de les revoir, leur absence n'ayant servi qu'à mieux faire connoître
le _bien et le profit de leur présence_[270]; cédant à son propre
désir et à ce voeu général exprimé par ce qu'il y avoit de plus grand
dans le royaume. Car il y avoit peu de princes officiers de la
couronne et seigneurs catholiques qui ne contribuassent leur
recommandation en faveur des jésuites[271].» C'est alors, disons-nous,
que ce grand roi ordonna le rappel tant désiré de cette illustre
société; et cet acte éclatant de justice et de haute et prévoyante
politique, il le fit, «malgré les artifices d'_aucuns de ce grand
sénat_ qui avoient _une étrange aversion_ au rappel des jésuites.....
malgré les libertins et les religionnaires qui _faillirent en forcener
de rage_[272].» Cet oeil si perçant et si sûr avoit su pénétrer tout
ce qu'il y avoit de profond et d'admirable dans la législation des
jésuites qu'il considéroit comme le chef-d'oeuvre de la politique
chrétienne[273]; et jamais il n'y eut d'apologie plus énergique et
plus éloquente de cet institut, que la réponse à jamais mémorable
qu'il fit aux remontrances que le parlement osa lui adresser au sujet
de son rétablissement, par l'organe de son premier président, M. de
Harlay. Henri IV y prouve par des paroles aussi pleines de franchise
et de vie que celles de l'orateur du parlement étoient embarrassées et
captieuses, l'innocence, le désintéressement, l'humilité, la pureté
des moeurs, la charité, le dévouement, l'habileté des jésuites, leur
fidélité envers le roi, d'autant plus grande qu'ils étoient plus
fidèles envers l'Église de Dieu; combien étoient vils et odieux les
motifs de la jalousie qui animoit contre eux leurs ennemis et leurs
rivaux; combien étoit excellente leur règle monastique, ayant en
elle-même tous les caractères qui pouvoient en assurer l'utilité, la
force et la durée; et à travers cette noble et vigoureuse réponse,
perce un mépris assez grand pour ces gens de robe qui pouvoient
s'honorer en remplissant leur charge, laquelle étoit de rendre la
justice, et qui se rendoient en effet méprisables en se mêlant de
faire les politiques: «J'ai toutes vos conceptions et services en la
mienne, leur dit-il; mais vous n'avez pas la mienne en la vôtre. Vous
m'avez proposé des difficultés qui vous semblent grandes et
considérables, et n'avez cette considération que tout ce qu'avez dit,
a été pesé par moi, il y a huit ou neuf ans; _vous faites les
entendus_ en matière d'état; et vous n'y entendez non plus que moi à
rapporter un procès[274].»

[Note 269: Choisy, Hist. de l'Égl., 1743, in-4º, t. X, liv. 31, ch.
4.]

[Note 270: Dupleix, Hist. de Henri-le-Grand.]

[Note 271: _Ibid._]

[Note 272: _Ibid._]

[Note 273: Il disoit, en parlant des fondations faites en faveur de la
société, «que les fondateurs auroient de la joie, s'ils revenoient au
monde, de voir faire un si bon emploi de leurs biens. Ils ont _de
bonnes lois_, ajoutoit-il, parlant encore des jésuites à ses ministres
assemblés; laissons-les vivre selon leur règle, et qu'on ne me parle
plus d'y rien changer.» (Vie du père Cotton, liv. II.)]

[Note 274: C'est dans ce discours qu'il déclara que tant s'en falloit
qu'un jésuite eût trempé dans le projet d'assassinat de Barrière, que
ce fut un jésuite qui l'_avertit de son entreprise_; et qu'un autre
assura ce misérable qu'il seroit _damné_, s'il osoit l'entreprendre,
etc. Enfin lorsque les jésuites vinrent apporter aux pieds de leur
bienfaiteur l'hommage de leur vive reconnoissance, voici le discours
que leur tint ce grand roi: nous le rapportons en entier sans y
changer un seul mot.

«L'assurance suit la confiance, dit Henri IV; je me _confie en vous_,
assurez-vous de moi; avec ce papier (le catalogue des colléges qu'ils
tenoient de sa munificence), je reçois les coeurs de toute votre
compagnie, et avec les effets, je vous témoignerai le mien. J'ai
toujours dit que ceux qui craignent et aiment bien Dieu, ne peuvent
faire que bien, et sont _toujours les plus fideles à leur prince_.
Nous nous sommes _détrompés_; je vous estimois _autres que vous
n'êtes_, et vous m'avez trouvé _autre que vous ne m'estimiez_. Je
voudrois que _c'eût été plus tôt_, mais il y a moyen de récompenser le
passé: _aymez-moi, car je vous ayme_.» (Matth., panégyr. de Henri
IV.)]

La pyramide, ce monument que _l'impudence_ et _la malignité_ avoient
consacré[275], que le parlement avoit fait élever aux dépens des
jésuites dont il avoit confisqué les biens, fut renversée par ordre de
ce grand roi; elle le fut en plein jour, malgré les alarmes hypocrites
des ennemis des jésuites, qui, affectant de craindre un soulèvement
populaire, conseilloient de ne l'abattre que la nuit[276], «et la
gloire du rappel des jésuites, dit Mézeray lui-même, résulta de
l'ignominie de leur bannissement.»

[Note 275: Ces expressions, nous les empruntons à un membre même de la
magistrature, le président de Grammond: _pyramidam dirui mandat_,
vetus in jesuitas monumentum procacitate respersum et satirâ. (_Hist.
gall._, p. 107.)]

[Note 276: Le père Cotton, confesseur du roi, qui vit l'artifice
«soutint que la pyramide devoit être démolie pendant le jour, disant
tout haut que Henri IV n'étoit point _un roi de ténèbres_». (Journal
de Henri IV, t. III.) Son avis prévalut comme le plus judicieux: le
pilier «fut renversé en plein jour, au mois de mai, par le lieutenant
civil Miron, envoyé pour ce sujet par Sa Majesté.» (Mém. de Sully,
liv. XX).]

N'ayant pu empêcher la destruction de la pyramide, les mécontents
voulurent du moins en conserver l'image, et recueillir surtout les
inscriptions[277] dont elle étoit chargée. On en reproduisit donc
l'estampe gravée depuis long-temps; et les calvinistes ainsi que les
magistrats en ornèrent à l'envi leurs cabinets, jusqu'à ce que le roi,
«pour oster du tout la mémoire à l'advenir de ce pilier, en envoya
enlever la planche de cuivre chez l'imprimeur Leclerc, qui l'avoit
faite dès l'an 1595[278].»

[Note 277: L'auteur de l'_Histoire physique, civile et morale de
Paris_, rapporte exactement dans son livre (t. III, p. 420) toutes ces
longues et fastidieuses inscriptions, où la même idée est répétée
jusqu'au dégoût; et cette idée n'est pas autre chose que l'expression
d'une haine contre les jésuites, furieuse jusqu'au délire. Au reste,
dans tout ce que sa propre rage a pu inspirer à cet écrivain contre
ces religieux, il n'y a pas un mot qui ne soit une bévue, un mensonge
ou une calomnie; et cependant, telle est la puissance de la vérité,
qu'à l'occasion du supplice du père Guignard, il ne peut s'empêcher
d'avouer que le parlement poussa la rigueur _jusqu'à l'iniquité_. (T.
III, p. 418.)]

[Note 278: Mercure françois, an 1605.]

C'est d'après une de ces gravures devenues extrêmement rares que nous
donnons ici la représentation exacte de ce monument. L'architecture en
est singulière: l'édifice s'élevoit sur un plan carré d'ordre ionique;
il étoit composé, sur chacune de ses faces, de deux pilastres, avec
entablement et fronton, une attique, un second fronton, quatre
acrotères ornés de figures, et une aiguille en pierre surmontée d'une
croix[279]. Cette construction, dans laquelle on reconnoît le goût
déjà corrompu de ce temps-là, n'offre aucun caractère décidé; elle
est, comme tous les monuments de la même époque, surchargée
d'ornements, et composée de parties incohérentes.

[Note 279: Voyez pl. 25.]



ÉGLISE ROYALE ET PAROISSIALE

DE SAINT-BARTHÉLEMI.


Cette église, qui étoit située vis-à-vis le Palais, dans la rue qui
porte son nom, est une de celles qui servent à faire connoître, par
leur situation et leurs dépendances, l'ancien état de la Cité et même
de la ville de Paris. Son origine remonte jusqu'aux rois de la
première race, ce qui est prouvé par un fragment d'un auteur anonyme,
lequel écrivoit sous le roi Robert[280]. Cet auteur nous apprend
qu'elle avoit été _anciennement_ bâtie par nos rois, et comme le mot
_antiquitùs_ qu'il emploie ne peut être entendu que d'une longue suite
d'années, et même de plusieurs siècles, MM. Jaillot et Lebeuf en ont
conclu avec raison qu'elle existait avant les rois de la seconde race.

[Note 280: Duch. t. III, p. 344.--Dubois, t. I, p. 547.--Ann. Bened.,
t. III, p. 719.]

Une autre particularité que l'on trouve dans le même anonyme, c'est
que «les fidèles, de même que les rois, y avoient fait transporter les
reliques et corps de plusieurs saints, pour enrichir, ainsi qu'il
convenoit, une chapelle _royale_.» Or, un grand nombre de témoignages
ne permettant pas de douter qu'il n'y ait eu, dès les premiers temps,
un palais dans la Cité, ce passage porte à croire que cette église en
étoit la chapelle; et sans doute elle avoit pris le nom de
_Saint-Barthélemi_, à l'occasion de quelques reliques de ce saint
qu'on y avoit apportées de l'Orient sous le règne de Clovis ou de
Childebert, comme on peut le conjecturer d'un passage de Grégoire de
Tours.

Cette chapelle étoit desservie par des chanoines: outre les biens dont
ils jouissoient par la libéralité de nos rois, ils avoient encore, sur
le chemin de Saint-Denis, un oratoire sous le titre de _Saint-Georges_,
avec un terrain assez considérable qui l'environnoit, et dont une partie
leur servoit de cimetière. Cet oratoire, qui prit depuis le nom de
_Saint-Magloire_, ne se trouva renfermé dans la _ville_ que lors de
l'enceinte que fit faire Philippe-Auguste.

Vers l'an 963, ou, selon d'autres, en 965, il arriva qu'un évêque
d'Aleth[281] et plusieurs autres prêtres et religieux transportèrent à
Paris un grand nombre de reliques, qu'ils vouloient soustraire aux
insultes des Normands, qui ravageoient alors l'Armorique. Parmi ces
reliques étoit le corps de saint Magloire: Hugues Capet, à cette
époque duc de France, les fit solennellement déposer dans la chapelle
de Saint-Barthélemi. La guerre étant terminée, chacun de ces exilés
voulut s'en retourner dans son pays avec son trésor; Hugues, qui n'y
consentit qu'à regret, obtint d'eux, pour prix de l'hospitalité qu'il
leur avoit accordée, le corps entier de saint Magloire, et quelques
autres parties des corps saints qu'ils avoient apportés. Il conçut
aussitôt le projet d'agrandir cette chapelle, et d'y fonder une
abbaye, pour honorer davantage des reliques aussi précieuses. Ce
projet ne tarda pas à être exécuté; un monastère fut bâti, et aux
chanoines il substitua des religieux de la règle de Saint-Benoît. Ces
moines entrèrent également en possession de l'oratoire Saint-Georges,
auquel le pieux fondateur ajouta encore de nouvelles concessions de
terres, et l'église fut dédiée sous le titre de _Saint-Barthélemi_ et
_Saint-Magloire_; mais le nom de ce dernier saint, beaucoup plus
célèbre que l'autre, ayant bientôt prévalu parmi le peuple, pendant
près d'un siècle elle ne fut appelée que l'église de Saint-Magloire.
Tous ces faits sont également constatés par l'écrivain anonyme déjà
cité.

[Note 281: _Voyez_ la note, page 85.]

Les religieux de Saint-Benoît restèrent dans cette abbaye jusqu'en
1138, que, s'y trouvant trop resserrés, ils se transportèrent avec
leurs reliques dans leur chapelle de Saint-Georges, qu'ils avoient
fait reconstruire, augmenter, et qu'ils consacrèrent sous le titre de
l'autre saint. Alors l'église de la Cité reprit son ancien nom de
Saint-Barthélemi, et devint une paroisse soumise au patronage des
moines de Saint-Magloire, qui nommoient à la cure, et en outre y
plaçoient un de leurs membres en qualité de prieur. Ils jouirent de ce
droit jusqu'en 1564, que le titre abbatial fut supprimé, et l'abbaye
réunie à l'évêché de Paris.

À l'exception des dépendances de la Sainte-Chapelle, tout l'enclos du
Palais étoit dans la juridiction de cette paroisse, qui s'étendoit
d'ailleurs depuis la rue de la Barillerie jusqu'au pont Neuf.

Au quatorzième siècle, l'église, presque ruinée, avoit été réparée,
par un accord fait entre le curé et les religieux; depuis elle a été
agrandie à diverses reprises, et reconstruite presque en entier dans
les années qui ont précédé la révolution[282].

[Note 282: Sur le terrain de cette église, démolie peu de temps après,
on avoit bâti une salle de spectacle, connue sous le nom de _Théâtre
de la Cité_. Elle a été depuis changée en une vaste maison habitée
maintenant par des particuliers.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-BARTHÉLEMI.


     TABLEAUX.

     Le Mariage de sainte Catherine, par _Loir_; sainte
     Geneviève, saint Guillaume et saint Charles Borromée, par
     _Hérault_.


     SCULPTURES.

     De chaque côté du portail, saint Barthélemi et sainte
     Catherine, par Barthélemi _de Mélo_.


     TOMBEAUX.

     Dans cette église avoient été enterrés: Claude Clersellier,
     savant philosophe cartésien, mort en 1684. Sur son tombeau
     étoit représentée la Religion; à ses pieds un génie, entouré
     d'instrumens de mathématiques, tenoit entre ses mains une
     tête de mort qu'il regardoit attentivement. Ce monument
     avoit été exécuté par le même Barthélemi _de Mélo_.

     Louis Servin, avocat général au parlement de Paris, célèbre
     dans l'histoire de cette cour, et qui mourut en 1626 aux
     pieds de Louis XIII, tenant son lit de justice, au moment
     même où il faisoit à ce prince des remontrances sur quelques
     édits bursaux.

Toute la décoration de cette église, très-surchargée d'ornements où
étoit empreint le mauvais goût du dix-huitième siècle, avoit été
exécutée en 1736, sur les dessins des frères _Slodtz_.

Il y avoit dans cette église trois confréries, dont la plus ancienne
datoit de 1353.



SAINT-PIERRE-DES-ARCIS.


On ne voit presque point d'anciennes abbayes, sous la première race de
nos rois, qui n'eussent, outre l'église principale, des oratoires
détachés et dispersés en différents lieux de leur enclos. Il est
probable que l'église de _Saint-Pierre-des-Arcis_ et celle de
_Sainte-Croix-de-la-Cité_, dont nous allons parler immédiatement
après, étoient des chapelles situées d'abord dans l'enceinte du
monastère de Saint-Éloi, et qu'elles doivent leur origine à la
dévotion du fondateur ou de quelques-unes des abbesses qui lui ont
succédé.

L'abbé Lebeuf pense qu'après l'incendie qui consuma Paris en 1034, ces
deux oratoires furent rebâtis dans le voisinage de l'ancienne clôture,
et qu'alors les religieuses, dont l'enclos étoit fort diminué,
permirent qu'on élevât sur leur terrain des maisons, dont les
habitants furent ensuite attribués à ces églises, lorsqu'on les érigea
en paroisses. Cette érection dut avoir lieu vers le temps où les
religieuses furent chassées de leur monastère, circonstance qui
donnoit plus de liberté pour faire ces nouveaux arrangements[283].

[Note 283: Hist. du dioc. de Par., t. I, 2e p., p. 498.]

Quoi qu'il en soit de ces conjectures, qui sont ingénieuses et
vraisemblables, la paroisse de Saint-Pierre-des-Arcis étoit
effectivement une des dépendances du prieuré de Saint-Éloi dans la
Cité. Au reste, l'étymologie de ce surnom (_des Arcis_) a beaucoup
exercé l'imagination des savants, et quelques-uns d'entre eux l'ont
expliqué d'une manière tout-à-fait ridicule.

M. de Launoy, dont Sauval suit aveuglément les opinions, prétendoit,
d'après un passage mal interprété de Grégoire de Tours, qu'il y avoit
eu autrefois beaucoup de _Syriens_ à Paris; et les confondant ensuite
avec les _Assyriens_, comme si ce n'eût été qu'un même peuple, il
conjecturoit de là qu'ils avoient pour leur nation une église nommée
_Saint-Pierre-des-Assyriens_, laquelle ayant été brûlée par les
Normands, fut ensuite rebâtie dans la Cité; et de là est venu, selon
lui, le nom de Saint-Pierre-des-_Assis_ ou _Arcis_.

M. de Valois, qui a combattu cette opinion plus sérieusement et avec
plus de chaleur qu'elle ne méritoit, en présente une autre qui ne
semble guère mieux fondée, prétendant faire dériver ce nom de la
maladie _des ardents_ ou _feu sacré_, dans laquelle on eut recours à
l'intercession de saint Pierre. Celle de l'abbé Lebeuf, adoptée par
Jaillot, paroît la plus raisonnable: il veut que ce mot vienne
d'_arcisterium_, synonyme de _monasterium_, et qu'il ait été donné à
cette église située entre deux monastères[284], pour rappeler son
origine et sa première destination.

[Note 284: Derrière Saint-Barthélemi et vis-à-vis Saint-Éloi.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-PIERRE-DES-ARCIS.


     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, saint Pierre guérissant les boiteux,
     par _Vanloo_.

     Le Lavement des pieds, par le même; une Cène, par _Lafond_.


     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoit été enterré Guillaume De Mai,
     capitaine de six vingts hommes d'armes, mort en 1480. Il
     étoit représenté, sur son tombeau, dans le costume militaire
     de son siècle. Ce monument, rare dans son espèce, fut déposé
     au Musée des Petits-Augustins.

Saint-Pierre-des-Arcis fut érigé en paroisse vers le commencement du
douzième siècle; en 1424, on rebâtit entièrement l'église; en 1711, on
y fit des augmentations, des réparations et un nouveau portail, lequel
fut élevé sur les dessins de _Lanchenu_[285].

[Note 285: Cette église a été démolie en 1800; et sur son emplacement
on a ouvert une rue qui communique à celle de la Pelleterie.]

Cette église embrassoit dans ses droits curiaux presque toutes les
maisons de la rue de la Vieille-Draperie, en allant vers le Palais;
ils s'augmentèrent encore, en 1720, par l'adjonction qu'on lui fit des
paroissiens de Saint-Martial. De l'autre côté, en allant vers l'église
de la Magdeleine, elle avoit encore un certain nombre de maisons; de
plus, une partie de celles qui faisoient l'entrée de la cour de
Saint-Éloi, les cinq branches de la rue qui porte le même nom, le
cul-de-sac Saint-Martial presque en entier, quelques maisons dans la
rue aux Fèves, et enfin quelques-unes de celles qui composent la rue
de la Juiverie[286].

[Note 286: Lebeuf, Hist. du dioc. de Paris, t. I, 2e p., p. 511.]



SAINTE-CROIX-DE-LA-CITÉ.


L'origine de cette église, qui étoit à l'extrémité de la rue de la
Vieille-Draperie, dans la partie de cette rue la plus éloignée du
Palais, est aussi obscure que celle de Saint-Pierre-des-Arcis; et sans
se mettre en peine de ce qu'en ont imaginé MM. de Launoy, Dubreul et
leurs copistes, il faut s'en tenir à cette opinion déjà mentionnée,
qu'elle étoit d'abord une dépendance de Saint-Éloi, et qu'elle en fut
détachée, puis ensuite rebâtie hors de la _ceinture_, lorsque ce
monastère eut été donné à l'évêque. On ajoute qu'au milieu du douzième
siècle, la dévotion à saint Hildevert, évêque de Meaux, s'étant
introduite à Paris, cette chapelle lui fut dédiée, et qu'un bâtiment
qui en dépendoit fut alors changé en hôpital pour les frénétiques et
les malades attaqués de l'épilepsie. Cet hôpital ayant été depuis
transféré à Saint-Laurent, l'église reprit son premier nom, et fut
érigée en paroisse.

L'abbé Lebeuf présume que ce nom tiroit son origine de quelques morceaux
de bois de la vraie croix que saint Éloi, dont les mains habiles ont
fabriqué tant de précieux reliquaires, aura pu obtenir pour prix de
quelques-uns de ses travaux, et qu'il aura ensuite déposés dans un des
oratoires renfermés dans l'enclos de son monastère. Au reste, avant que
l'église de Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie existât, celle-ci étoit
appelée simplement _Sainte-Croix_ dans les anciens titres, sans aucun
caractère distinctif.

Il ne restoit plus depuis long-temps aucun vestige du bâtiment qui
existoit dans les douzième, treizième et quatorzième siècles; et le
dernier, commencé en 1450, n'avoit été entièrement terminé qu'en
1529[287]. La cure, dont les droits étoient médiocres et d'une
très-petite étendue, étoit à la collation de l'archevêque de Paris,
depuis la destruction du titre abbatial de Saint-Maur-des-Fossés[288].

[Note 287: L'abbé Lebeuf, t. I, 2e. part., p. 507.]

[Note 288: Cette église a été démolie, et une maison la remplace. Une
partie des murs extérieurs subsiste encore du côté de la petite rue
Sainte-Croix.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINTE-CROIX-DE-LA-CITÉ.

     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoit été enterré:

     Pierre Danet, long-temps curé de cette paroisse et depuis
     abbé de Saint-Nicolas de Verdun, mort en 1709. Il est auteur
     de deux dictionnaires de la langue latine, qui jouirent
     autrefois de quelque estime, et de plusieurs autres ouvrages
     d'érudition.

Il existoit dans cette église une confrérie en l'honneur des cinq
plaies de Notre-Dame: elle fut érigée en 1498, et on croit que c'est
la première église de Paris où cette dévotion ait été admise.

Le territoire de la paroisse de Sainte-Croix embrassoit tout le carré
sur lequel l'église étoit bâtie, une grande partie de la rue
Gervais-Laurent, quelques maisons dans la rue de la Vieille-Draperie
et dans la rue aux Fèves.



SAINT-GERMAIN-LE-VIEUX.


Vis-à-vis Sainte-Croix, et de l'autre côté de la Cité, étoit la
paroisse de Saint-Germain-_le-Vieux_.

Il y a bien des traditions sur l'origine de cette ancienne église; et
l'on a expliqué de bien des manières le patronage qu'y ont exercé
pendant long-temps les moines de Saint-Germain-des-Prés: son nom de
Saint-Germain-_le-Vieux_ a fait naître également plusieurs opinions
contradictoires.

Tous les historiens conviennent que c'étoit, dans le principe, une
chapelle baptismale dépendante de la cathédrale, sous le titre de
Saint-Jean-Baptiste, et qu'elle existoit dès le cinquième siècle.
L'auteur de la vie de sainte Geneviève vient à l'appui de cette
tradition, en nous apprenant que la maison où la sainte décéda étoit
sur le bord de la rivière, et voisine de l'oratoire de Saint-Jean,
qu'il prétend même avoir été bâti sur un terrain dont elle avoit la
propriété. Il ajoute cette particularité, qu'elle avoit fait
rassembler les dames de Paris dans cet oratoire, comme dans un lieu
sûr, pour s'y mettre en prières, lors du faux bruit de l'arrivée
d'Attila à Paris.

Dans le neuvième siècle, cette même chapelle servit d'asile, contre
les Normands, aux religieux de Saint-Germain-des-Prés, qui y
déposèrent le corps de leur patron. L'abbé Lebeuf pense que, dès ce
temps-là, cet hospice leur appartenoit. Jaillot contredit cette
opinion, et convenant cependant, avec son docte adversaire, que,
lorsque les religieux retournèrent à leur monastère, ils laissèrent
dans l'oratoire de Saint-Jean un bras de saint Germain, il soutient
que cette église ne prit le nom du dernier saint que lorsque le
baptistère eut été transporté plus près de la cathédrale, à
Saint-Jean-le-Rond; et qu'alors seulement l'évêque et le chapitre de
Paris donnèrent le patronage de l'ancienne chapelle à l'abbaye
Saint-Germain-des-Prés. De telles questions sont aussi difficiles que
peu importantes à éclaircir.

Son titre n'offre pas moins de difficultés: dès le douzième siècle, on
trouve des actes qui font mention de l'église de Saint-Germain-le-Vieux,
_Sanctus Germanus Vetus_; mais il n'en est aucun qui donne la raison de
ce surnom. L'abbé Lebeuf ne semble pas heureux dans ses conjectures,
lorsqu'il fait dériver ce mot d'_aquosus_, en françois barbare, _evieux_
ou _aivieux_; d'où, par corruption, on auroit fait _le vieux_, parce
que, dit-il, cette église étoit située dans un endroit _aquatique_,
duquel le marché _Palu_ a aussi tiré son nom[289]. Il paroîtroit plus
probable que ce surnom lui étoit venu d'une ancienne tradition qui
portoit que le saint patron s'y étoit retiré dans le sixième siècle.

[Note 289: Jaillot a démontré la fausseté de cette étymologie, en
prouvant qu'au dixième et même au quatorzième siècle, on ne disoit
point Saint-Germain _le Vieux_, mais _le Viel_ et _le Vieil_. Tous les
titres, d'ailleurs, qui parlent d'églises situées dans des endroits
marécageux, et il en existe un grand nombre, ne les désignent jamais
que sous le nom de _la Palud_, ou _Palu_, du mot latin _palus_.]

En 1368, l'abbaye de Saint-Germain céda son droit sur la petite église
de Saint-Germain-le-Vieux à l'Université de Paris; et depuis ce
temps-là son recteur nommoit à la cure, qui s'étendoit, d'un côté, le
long de la rue du Marché-Palu jusqu'au milieu du Petit-Pont, de
l'autre, presque jusqu'à l'extrémité de celle de la Calendre. Elle
possédoit en outre quelques maisons dans les rues Saint-Éloi, aux
Fèves, toutes celles du Marché-Neuf et les édifices qui environnoient
la paroisse.

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-GERMAIN-LE-VIEUX.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, décoré de quatre colonnes de marbre de
     Dinan, le Baptême de Jésus-Christ, par _Stella_.

     Dans la chapelle de la Vierge, une Assomption, par le même.

     Dans une autre chapelle, le Lavement des pieds, par _Vouet_.

     Derrière la chaire, tous les Saints du Paradis, par un
     peintre inconnu.

     On exposoit dans cette église, aux grandes fêtes, une
     tapisserie faite du temps de Charles V, où étoit représentée
     la vie de saint Germain. Les personnages en étoient, dit-on,
     assez correctement dessinés, et offroient une image exacte
     et naïve des modes de ce temps-là, pour l'un et l'autre
     sexe.

Cette église fut rebâtie en entier et agrandie dans le seizième
siècle. Le portail et le clocher n'étoient que de 1560[290].

[Note 290: Cette église, est restée long-temps en ruine; on en a
achevé la démolition depuis quelques années, et sur le terrain qu'elle
occupoit on a élevé des maisons.]

On prétend que saint Marcel, évêque de Paris, vint au monde dans la
cinquième maison de la rue de la Calendre, à droite en entrant par
celle de la Juiverie. D'après cette ancienne tradition, qui cependant
n'est pas moins contestée que les autres, le clergé de Notre-Dame y
faisoit une station le jour de l'Ascension, où il avoit coutume de
porter processionnellement la châsse du saint.

Le territoire de Saint-Germain-le-Vieux commençoit du côté du petit
Châtelet et sur le Petit-Pont; il continuoit à gauche, renfermant
toutes les maisons qui étoient de ce côté; cette paroisse avoit
quelques maisons dans la rue du Marché-Neuf, toutes celles du
Marché-Neuf, le côté gauche de la rue Marché Palu, presque toute la
rue de la Calendre, quelques maisons éparses dans les rues Saint-Éloi,
aux Fèves, de la Juiverie et Saint-Christophe[291].

[Note 291: Lebeuf, Hist. du Dioc. de Paris.]



LA MAGDELEINE.


En sortant de Saint-Germain-le-Vieux, on entre dans la rue de la
_Juiverie_, qui traverse la Cité dans toute sa largeur, et aboutit
d'un côté au Petit-Pont, et de l'autre à celui de Notre-Dame. Au
milieu de cette rue, dont le nom vient des Juifs qui l'ont autrefois
habitée, étoit une église dédiée sous le titre de la Magdeleine.

Plusieurs compilateurs ont prétendu que dans l'origine c'étoit une
chapelle sous l'invocation de Saint-Nicolas, où les bateliers et
poissonniers avoient établi leur confrérie[292]; mais un titre du
douzième siècle, rapporté par l'abbé Lebeuf, prouve que cette église
avoit été autrefois une des synagogues des Juifs[293]. Philippe-Auguste
les ayant chassés de France en 1182, donna, l'année suivante, tous leurs
édifices publics à Maurice de Sully, évêque de Paris, avec permission de
les consacrer au culte catholique, suivant le témoignage de Guillaume
Lebreton.

[Note 292: Du Breul, Sauval, Piganiol, Le Maire, Brice, etc.]

[Note 293: Lebeuf, t. II, p. 575.]

  «_Ecclesias fecit sacrari pro synagogis_
   _In quocumque loco schola vel synagoga fuisset._»

Telle fut l'origine de la paroisse de la Magdeleine.

On ignore dans quelle année cette église fut décorée du titre
d'_archipresbytérale_ qu'elle possédoit: les archives de
Saint-Magloire indiquent qu'elle en jouissoit dès 1232[294];
auparavant, c'étoit le curé de Saint-Jacques-de-la-Boucherie qui étoit
un des archiprêtres de Paris. Il y a apparence qu'alors cette dignité
n'appartenoit privativement à aucun des curés de Paris, et que
l'évêque en disposoit à son choix: depuis ce temps, elle est restée
sans interruption dans l'église de la Magdeleine[295].

[Note 294: Lebeuf, t. I, p. 345.]

[Note 295: Il y avoit un autre archiprêtre, qui étoit le curé de
Saint-Séverin; et il avoit même joui de cette dignité avant le curé de
la Magdeleine, bien que cette église prît le nom de _Première
archipresbytérale_. C'étoit à ces dignitaires que l'archevêque
adressoit ses mandemens, pour les faire passer aux églises du ressort
de leur archiprêtré. On pouvoit les regarder comme les _doyens_ des
curés. Il y avoit aussi des archiprêtres _ruraux_.]

C'étoit dans cette église que s'étoit fixée la _grande confrérie des
Bourgeois_, l'une des plus célèbres de Paris. Nous en parlerons avec
plus de détails lorsque nous traiterons de ces sortes d'associations;
il nous suffira de remarquer ici que cette confrérie, suivant l'abbé
Lebeuf, y avoit succédé à celle des _Mercatorum aquæ parisiensium_; ce
qui a pu faire naître l'opinion que saint Nicolas, patron de cette
dernière corporation, l'étoit aussi de l'église.

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE LA MAGDELEINE.

     TABLEAUX.

     Dans le choeur.--Les Noces de Cana. La Visitation.
     Jésus-Christ au milieu des docteurs. La Mort de la Vierge,
     par _Philippe de Champagne_.

     Dans la nef.--Tobie, par un peintre inconnu.

Le bâtiment de la Magdeleine fut agrandi à plusieurs reprises, et
notamment en 1749, lorsqu'on y réunit les paroisses de Saint-Gilles et
Saint-Leu, de Saint-Christophe et de Sainte-Geneviève des-_Ardents_.
Alors on y voyoit encore des constructions qui étoient du quatorzième
siècle, entre autres le portail et quelques arcades de la nef.

Cette paroisse embrassoit presque tout le carré long que forme la
partie de la Cité qui est entre la rue de la Juiverie et le parvis
Notre-Dame, depuis le côté droit de la rue du Marché-Palu jusqu'à
Saint-Denis-de-la-Chartre. Elle ne dépendoit d'aucune église ni
séculière ni régulière[296].

[Note 296: L'emplacement de cette église, dont il ne reste pas le
moindre vestige, est maintenant une espèce de cul-de-sac.]



SAINT-DENIS-DE-LA-CHARTRE.


Les traditions populaires, quelquefois si difficiles à détruire, sont
souvent appuyées sur les fondements les plus légers. Le nom de cette
église a fait naître l'idée que saint Denis et ses compagnons avoient
été renfermés dans une prison ou _chartre_, qu'elle a remplacée, et
qu'ils y ont souffert diverses tortures, dont on montroit même les
instruments[297]. Loin qu'une telle opinion soit appuyée sur aucun
titre, les monuments les plus anciens la détruisent; et Grégoire de
Tours faisant le récit de l'incendie qui, en 586, consuma Paris,
indique clairement que la prison de cette ville étoit alors près de la
porte méridionale[298]. Soit que cette prison eût été détruite par ce
désastre, soit que son ancienneté l'eût mise hors d'état de servir, il
paroît que, peu de temps après, on en rebâtit une autre dans le
quartier opposé. En effet, l'auteur de la vie de saint Éloi, qui
écrivoit au septième siècle, dit qu'il y avoit alors une prison du
côté du septentrion, dans un endroit un peu écarté, situation qui
convient assez à celle de Saint-Denis-de-la-Chartre.

[Note 297: Cette tradition, adoptée par Du Breul, a été répétée par un
grand nombre de compilateurs modernes.]

[Note 298: Lib. 8, cap. 33.]

En adoptant cette tradition, tout s'explique facilement. L'église
Saint-Denis aura été appelée _Sanctus Dyonisius de Carcere_, à cause
de son voisinage de la prison publique[299]; et ce qui le prouve,
c'est que la petite chapelle Saint-Symphorien, située dans le même
lieu, est aussi appelée _Sanctus Symphorianus de Carcere_ dans les
titres primordiaux. Or, on ne peut dire que ce martyr d'Autun ait été
renfermé dans une prison de Paris; et ce n'est pas là d'ailleurs le
seul exemple de cette espèce de dénomination employée dans de
semblables circonstances.

[Note 299: Cependant on ne peut disconvenir que, dans le titre de
fondation, il ne soit parlé de la prison de saint Denis, ainsi que
dans quelques autres qui y ont rapport; mais la manière dont on en
parle prouve que l'on ne s'appuyoit que sur la foi très-incertaine de
la tradition. On suppose que cette prison étoit située en cet endroit,
et on ne le suppose que sur un ouï-dire: _locum illum in quo
incarceratus_ DICITUR _beatus Dionysius... in quo gloriosus martyr in
carcere_ TRADITUR _fuisse detentum_.]

Ce qui est très-certain, c'est qu'au commencement du onzième siècle,
et sous le règne du roi Robert, cette église subsistoit près de
l'édifice qu'on appeloit _prison_ de Paris, _carcer Parisiacus_, et
qu'elle étoit alors nommée _Ecclesia Sancti Dyonisii de Parisiaco
carcere_[300]. Des chanoines séculiers en étoient alors les
desservants; et ils jouirent paisiblement et de l'église et des biens
qui y étoient attachés jusqu'en 1122. Alors l'administration en tomba
entre des mains laïques, espèce d'usurpation dont on ne voit que trop
d'exemples dans l'histoire de ces premiers temps. Henri, troisième
fils de Louis-le-Gros, fut un de ces administrateurs de Saint-Denis
substitués aux gens d'église, et il en percevoit les revenus en 1133,
sous le titre d'_abbé_.

[Note 300: _Hist. sancti Martini de Campis_, p. 313 _et seq._]

En cette même année, le même roi Louis-le-Gros et la reine Adelaïde,
voulant fonder un monastère de religieuses de l'ordre de Saint-Benoît,
jetèrent les yeux sur Montmartre, comme sur le lieu le plus propre à
l'exécution de leur dessein. Les religieux de Saint-Martin, qui
jouissoient de ce terrain en vertu d'une donation qui leur en avoit
été faite environ quarante ans auparavant (en 1096), le cédèrent au
roi par une transaction, où intervint l'évêque, et par laquelle
Saint-Denis-de-la-_Chartre_ leur fut donné comme indemnité. Telle est
l'origine de ce prieuré de _fondation royale_, et membre dépendant de
Saint-Martin. Les priviléges, immunités, franchises et exemptions qui
lui furent alors accordés furent depuis confirmés par Charles V et
Charles VI; et ces religieux le possédèrent jusqu'au commencement du
dix-septième siècle, où la _mense_[301] priorale fut unie à la
communauté de Saint-François-de-Sales, établie, vers ce temps-là, pour
la retraite des prêtres pauvres et infirmes.

[Note 301: _Mense_ signifie la part que quelqu'un a dans les revenus
d'une église.]

On voyoit, par l'épitaphe d'un de ses prieurs, que cette église avoit
été rebâtie vers le milieu du quatorzième siècle. Elle étoit double,
suivant un usage assez fréquent dans les constructions de ce
temps-là, et dans un des côtés de la nef étoit une paroisse sous le
titre de _Saint-Gilles et Saint-Leu_, dont la cure fut transférée, en
1618, dans l'église de Saint-Symphorien[302].

[Note 302: Sauval donne la description d'une statue qui fut découverte
en 1743, dans l'épaisseur du mur de cette église, du côté du couvent
et sous les débris du vieux cloître. Cette statue, qui étoit couchée,
représentoit un prêtre revêtu d'une chasuble retroussée d'un manipule
long et étroit, sur lequel étoient gravées les lettres O. I. B. N. Sur
l'étole aussi très-étroite étoient les deux lettres S. A. Ce
personnage portoit la barbe longue, la tête nue, les cheveux courts
comme les anciens cordeliers; il avoit les mains jointes; au-dessus de
sa tête étoit une main qui le bénissoit, et de chaque côté des anges
qui l'encensoient. On suppose que cette figure, dont le travail
annonçoit le XIIe siècle, étoit celle de quelque ancien prélat.

Le pavé de l'église de Saint-Denis-de-la-Chartre étoit beaucoup plus
bas que le pavé extérieur, ce qui prouve l'exhaussement considérable
qu'a éprouvé le terrain de la Cité. Il ne restoit plus dans cette
église aucun vestige d'antiquité, si ce n'est dans le sanctuaire, dont
les piliers devoient être du 12e ou du 13e siècle. Le reste avoit été
successivement renouvelé.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-DENIS DE LA CHARTRE.

     SCULPTURE.

     Dans une grande niche, au-dessus du maître-autel, saint
     Denis, saint Rustique et saint Eleuthère recevant la
     communion des mains de Jésus Christ, par _Michel Anguier_.

Il y avoit dans cette église, une confrérie de Drapiers-chaussetiers
sous le nom de Notre-Dame-_des-Voûtes_, à cause des voûtes
souterraines qui étoient pratiquées sous le pavé de cet édifice.

Sur les vitrages de Saint-Denis-de-la-Chartre, on voyoit autrefois le
portrait de Jean de la Grange, cardinal d'Amiens, qui en avoit été
prieur; il y étoit représenté avec ses armoiries. Il est probable que
cette peinture fut détruite en 1665, époque à laquelle cette église
fut réparée par la libéralité de la reine Anne d'Autriche, et le
maître-autel refait à neuf[303].

[Note 303: Voy. pl. 26. Cette église a été démolie dans les dernières
années de la révolution, et sur l'emplacement qu'elle occupoit, ainsi
que sur celui de ses dépendances, on a élevé des maisons et pratiqué
l'ouverture du nouveau quai septentrional de la Cité.]

L'enceinte des maisons qui l'environnoient, et qu'on appeloit _le bas
de Saint-Denis_, étoit un lieu privilégié, dépendant du prieuré, et
dans lequel, avant la révolution, les ouvriers qui n'étoient point
maîtres, pouvoient travailler avec toute sûreté et franchise.



SAINT-SYMPHORIEN,

DEPUIS CHAPELLE SAINT-LUC.


Cette église, située derrière le prieuré de Saint-Denis-de-la-Chartre,
dont elle n'est séparée que par une rue étroite, est celle dont nous
avons parlé en donnant l'explication du surnom _de Carcere_ qui étoit
commun à ces deux édifices. L'histoire d'ailleurs en sera courte. À la
place qu'elle occupe existoit autrefois une ancienne chapelle, sous le
titre de Sainte-Catherine, dont l'origine et le fondateur sont
également inconnus. Comme cette chapelle, par négligence ou succession
de temps, tomboit en ruines, Mathieu de Montmorenci, comte de
Beaumont, qui n'avoit pu accomplir le voeu qu'il avoit fait d'aller à
Jérusalem, voulant expier cette faute, abandonna à l'évêque de Paris
les droits qu'il avoit sur elle; et celui-ci, de son côté, s'engagea à
la faire rebâtir. Cet acte est de 1206[304], et cet évêque étoit Eudes
de Sully. Éliénor, comtesse de Vermandois, et quelques autres pieux
personnages, y ajoutèrent bientôt plusieurs dotations, qui permirent
d'y établir quatre chapelains desservants; et quelques années après,
elle quitta le nom de Saint-Denis, qu'on lui avoit donné d'abord, pour
prendre celui de Saint-Symphorien. Ces chapelains obtinrent le titre
de chanoines en 1422. Depuis on y transporta, comme nous l'avons dit,
la paroisse de Saint-Gilles et Saint-Leu, laquelle y fut unie
jusqu'en 1698, que le chapitre et la paroisse passèrent, avec leurs
biens et leurs paroissiens, à l'église de la Magdeleine. Peu de temps
après, cette chapelle fut cédée à la communauté des peintres,
sculpteurs et graveurs, qui la rétablirent, la décorèrent[305], et lui
firent donner le nom de Saint-Luc leur patron.

[Note 304: Du Breul, p. 117.]

[Note 305: Cette communauté, connue sous le nom d'_Académie de
Saint-Luc_ ou des maîtres peintres et sculpteurs, fut fondée pour
relever l'art de la peinture, et pour corriger les abus qui s'y
étoient introduits. Les réglements et statuts en furent dressés le 12
d'août 1391, sur le modèle de ceux qui avoient été établis pour les
corps de métiers; et l'on créa des jurés et gardes pour visiter et
examiner la matière des ouvrages de peinture, avec pouvoir d'empêcher
de travailler ceux qui ne seroient pas de la communauté. Dans ces
statuts on rappeloit huit articles d'un ancien règlement, qui
remontoit jusqu'au commencement de la troisième race. Ce corps fut
depuis favorisé par plusieurs de nos rois, et vers le commencement du
dix-septième siècle, la communauté des sculpteurs y fut réunie. Mais
des abus et des désordres troublèrent cet établissement, dès que l'art
eut fait quelques progrès. Les plus habiles, voyant que les fonctions
de la jurande les détournoient de leurs travaux, les abandonnèrent à
des gens sans talent, qui en firent bientôt une tyrannie insupportable
et un moyen de vexation contre tous ceux qui n'étoient pas de leur
communauté, de laquelle ils rendoient en même temps l'entrée difficile
et entièrement vénale. Les peintres habiles se lassèrent enfin d'un
joug si honteux; et leurs réclamations donnèrent naissance à
l'académie royale de peinture et de sculpture, dont nous parlerons
dans la suite.

Toutefois, l'académie de Saint-Luc continua ses fonctions, et obtint,
en 1705, la permission d'ouvrir une école de dessin, et d'y entretenir
un modèle. Elle faisoit tous les ans des distributions de prix, et n'a
été détruite qu'au commencement de la révolution. La chapelle, qui
existe encore, est abandonnée, et l'on a élevé au-dessus plusieurs
étages habités par des particuliers.]

     CURIOSITÉS DE LA CHAPELLE SAINT-LUC.

     Sur le maître-autel, un tableau représentant saint Luc,
     patron de la communauté.



SAINT-LANDRI.


Derrière Saint-Denis-de-la-Chartre, et dans une rue qui porte le nom
de Saint-Landri, est l'église consacrée à ce saint. C'est encore un de
ces monuments dont l'origine inconnue et les traditions incertaines
ont donné lieu à une foule de conjectures et d'opinions fastidieuses.
Quoique plusieurs titres authentiques prouvent que cette église
existoit sous ce nom au douzième siècle, on a poussé la témérité
jusqu'à douter et même à nier qu'il y ait jamais eu un évêque de Paris
nommé _Landri_. L'abbé Lebeuf, qui rejette justement une semblable
opinion, croit que cet édifice étoit d'abord un lieu de sûreté
appartenant à l'abbaye Saint-Germain-l'Auxerrois, dans lequel ses
moines venoient déposer leurs effets les plus précieux, lors des
invasions des Normands; ce qui lui semble d'autant plus probable, que
les abbayes de Sainte-Geneviève et de Saint-Germain-des-Prés avoient
de semblables hospices. Il pense qu'on y aura bâti une chapelle,
desservie par le prébendaire que ce chapitre avoit à la cathédrale, et
qu'ensuite l'élévation du corps de saint Landri, au douzième siècle,
l'ayant enrichie de quelques-unes de ses reliques, la chapelle aura
pris le nom du saint.

Un autre savant combat cette conjecture par celle-ci[306]: il imagine
que cette église pourroit bien avoir été l'oratoire de saint Landri
lui-même, les évêques ayant eu une maison à cet endroit; qu'il n'est
pas même impossible que ce fût alors la chapelle dédiée sous le nom de
Saint-Nicolas, qu'on a confondue avec l'église de la Magdeleine; ce
qu'il essaie de prouver d'abord parce qu'elle reconnoissoit saint
Nicolas pour l'un de ses patrons, ensuite parce qu'il est
vraisemblable que les poissonniers et bateliers l'érigèrent plutôt à
cette place, qui est la plus voisine du port où abordoient les vivres
et les marchandises; enfin il ajoute qu'après la mort de saint Landri,
elle a dû prendre le nom de ce bienheureux évêque: _adhuc sub judice
lis est_.

[Note 306: Jaillot, t. I, p. 62.]

Ce qu'il y a de certain sur cette église, c'est qu'elle étoit
paroissiale dès le douzième siècle[307], et que le chapitre de
Saint-Germain-l'Auxerrois avoit le droit de présenter à sa cure, par
la raison qu'elle étoit bâtie sur sa censive; et cette censive il
l'avoit obtenue par l'amortissement d'une portion de terrain que les
chanoines de Notre-Dame lui avoient donnée pour loger le vicaire qui
desservoit la prébende dont il étoit possesseur dans l'église
cathédrale. Nous avons déjà fait observer que c'est ainsi que se
formèrent le plus grand nombre des censives qu'on trouve dans la Cité.

[Note 307: Hist. de Paris, t. III, p. 73. Arch. de
Saint-Germain-des-Prés, cartul. de Guillaume III, fol. 36.]

L'église Saint-Landri, qui est très-petite et presque carrée[308], fut
rebâtie vers la fin du quinzième siècle, et dédiée seulement en 1660.
On trouve qu'en 1408 Pierre d'Orgemont, évêque de Paris, lui avoit
accordé quelques reliques de son patron, lesquelles furent tirées de
sa châsse conservée dans l'église Saint-Germain-l'Auxerrois[309].

[Note 308: Voy. pl. 26.]

[Note 309: Cette église, abandonnée depuis long-temps, est occupée
aujourd'hui par un teinturier.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-LANDRI.

     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été enterrés:

     Catherine Duchemin, épouse de Girardon, célèbre sculpteur du
     siècle de Louis XIV. Ses restes mortels avoient été déposés
     dans un monument exécuté, sur les dessins de son époux, par
     deux de ses élèves, _Lorrain et Nourrisson_[310]. Vingt-cinq
     ans après, Girardon fut placé à côté d'elle dans le même
     tombeau.

     [Note 310: Ce monument, long-temps déposé au Musée des
     Petits-Augustins, et transporté en 1817 dans l'église
     Sainte-Marguerite, se compose d'un sarcophage de marbre
     vert, surmonté d'une croix, au pied de laquelle on voit une
     vierge debout, levant les yeux au ciel avec l'expression de
     la douleur et de la résignation. Plus bas est étendu le
     corps du Christ, et des anges sont groupés autour de
     l'instrument de son supplice, dans l'attitude de
     l'adoration. On trouve dans cette sculpture les défauts et
     quelques-unes des beautés qu'offrent les nombreux ouvrages
     de cet artiste. Élève de Le Brun, il en a l'exagération et
     l'enflure, lorsqu'il cherche la noblesse des formes; et pour
     n'avoir pas assez étudié l'antique, et ne s'être point fait
     sur la véritable beauté, des principes assez sûrs, il
     devient trivial quand il veut être naïf. Les deux figures
     principales de ce groupe présentent un exemple assez
     frappant de cette manière vague qui fait le caractère de
     toutes les productions de cette école. Cependant elles ne
     sont point dépourvues de mérite, et les expressions en sont
     vraies, si les formes en sont médiocres. Il y a même dans
     les petits anges de la grâce et un assez bon goût de dessin.
     La croix et toutes les figures sont en marbre blanc.]

     À côté du choeur, on voyoit un monument orné de quatre
     colonnes de marbre et décoré des armes du chancelier
     Boucherat. Ce ministre, qui l'avoit fait élever pour
     lui-même, fut enterré, quelques années après, à
     Saint-Gervais (en 1686).

     On y lisoit l'épitaphe du magistrat Broussel, surnommé le
     _patriarche de la Fronde_ et _le père du peuple_.

                       *       *       *

     Les fonts baptismaux de Saint-Landri passoient pour les plus
     beaux de Paris; ils se composoient d'une cuvette de porphyre
     de très-grande dimension enrichie de bronze doré, et avoient
     été donnés à cette église par son curé, M. Garçon.



LA CHAPELLE SAINT-AGNAN.


On entroit dans cette chapelle par la rue de la Colombe, laquelle
commence au bout oriental de la rue des Marmousets. C'étoit un édifice
très-ancien, le plus ancien peut-être de toute la Cité, la solidité de
sa construction, toute en pierres, l'ayant préservé des changements et
des réparations que le temps a fait subir aux autres églises. Celle-ci
étoit du reste très-peu connue, parce que les maisons qui
l'entouroient la couvroient entièrement, et qu'on n'y faisoit point un
service régulier.

Ce petit monument fut fondé, au commencement du douzième siècle, par
Étienne de Garlande, archidiacre de Paris, et doyen de Saint-Agnan
d'Orléans[311]; il donna pour sa dotation la maison qu'il possédoit
dans le cloître Notre-Dame, et trois clos de vignes, dont deux étoient
situés au bas de la montagne Sainte-Geneviève, et l'autre à Vitry.
Lorsqu'il en eut ainsi assuré les revenus, il y établit, du
consentement de l'évêque, deux titulaires, lesquels se partageoient la
prébende canoniale, avoient place au choeur comme au chapitre, et
faisoient à la fois le service dans la chapelle et à la cathédrale.
Cette fondation s'est maintenue jusque dans les derniers temps. La
chapelle Saint-Agnan n'étoit ouverte que le 17 novembre, jour auquel
l'église célébroit la fête du patron.

[Note 311: Pastoraux, A, fol. 667; B, fol. 177; D, fol. 166.]

On lit, dans une vie de saint Bernard, que ce saint étant allé un jour
aux écoles de Paris, avec le projet d'y attirer, par ses exhortations,
quelques écoliers à la vie monastique, il y prêcha sans succès, et en
sortit sans qu'aucun d'eux eût voulu le suivre. L'historien ajoute
qu'un archidiacre de Paris l'ayant emmené dans sa maison, le pieux
abbé se retira, navré de douleur, au fond de la chapelle qui étoit
attenante à ce logis, et là se répandit en larmes et en gémissements,
persuadé que Dieu étoit irrité contre lui, puisqu'il avoit recueilli
si peu de fruit de son sermon. L'abbé Lebeuf pense que ceci ne peut
convenir qu'à l'archidiacre Étienne de Garlande, contemporain de saint
Bernard, et par conséquent que c'est dans cette chapelle, telle
qu'elle subsistoit encore dans le siècle dernier, que ce petit
événement s'est passé.

Un fait plus curieux est ce qui arriva, peu de temps avant son
érection, dans la rue _des Marmousets_, qui y conduit. Louis VI, dit
le Gros, y avoit fait abattre, de sa propre autorité, une maison
située près de la porte du cloître, laquelle appartenoit à un
chanoine: il trouvoit que cette maison, trop saillante, rendoit le
passage incommode. Le chapitre aussitôt réclama ses droits et ses
immunités, et le fit avec une telle vivacité, que Louis reconnut son
tort, promit de ne plus rien attenter de semblable, et consentit même
à payer un denier d'or d'amende. Bien plus, afin que cette réparation
fût aussi authentique que les chanoines le désiroient, il la fit le
jour même qu'il épousoit Adélaïde de Savoie, et avant de recevoir la
bénédiction nuptiale; enfin le monarque alla jusqu'à permettre qu'il
en fût fait mention dans les registres du chapitre. Il eût mieux valu
peut-être que le pouvoir royal eût été renfermé dans des bornes moins
étroites; mais il est beau de voir un prince aussi religieux à
maintenir les priviléges des citoyens, et les lois qu'il a juré
d'observer[312].

[Note 312: La chapelle de Saint-Agnan a été démolie en 1795, et, sur
le terrain qu'elle occupoit, on a bâti une maison particulière.]

Le pavé de cette chapelle étoit beaucoup plus bas que celui de la rue;
et c'étoit une preuve de plus de l'exhaussement considérable qu'avoit
éprouvé le sol de la Cité.



SAINTE-MARINE.


En revenant vers Notre-Dame, on trouve cette petite église dans un
cul-de-sac qui a son entrée par la rue Saint-Pierre-aux-Boeufs.
Quelques historiens ont cru qu'elle n'avoit été bâtie qu'au
commencement du treizième siècle, lorsque les reliques de sainte
Marine furent transportées de l'Orient à Venise[313]. L'abbé Lebeuf
pense que cette église a pu être construite à cette époque par les
soins de quelque Vénitien; et ce qui le fortifie dans cette opinion,
c'est qu'il y avoit de son temps, dans le voisinage, une rue dite _la
rue de Venise_. Ce savant s'est trompé: la rue en question devoit son
nom à une enseigne de l'écu de Venise, sans qu'il soit nécessaire
d'avoir recours à un homme de cette nation; et elle n'étoit appelée
ainsi que depuis deux cents ans. Auparavant et du temps même de
François Ier, on la nommoit rue des _Dix-Huit_, à cause d'un petit
hôpital ou collége dont il sera question à l'article de la Sorbonne.
Quant à l'église dont nous parlons, l'origine en est tout-à-fait
inconnue; on sait seulement qu'elle existoit long-temps avant le
treizième siècle, et Jaillot prétend avoir lu un diplôme, sans date,
de Henri Ier, mais qu'on estime être de l'an 1036[314], par lequel ce
prince fait don de l'église de Sainte-Marine à Imbert, évêque de
Paris.

[Note 313: L'abbé Lebeuf, et Baillet.]

[Note 314: Past., A., p. 588; B, p. 94; et D, p. 59.]

C'étoit, avant la révolution, la paroisse du palais archiépiscopal et
des cours, et celle où se faisoient les mariages ordonnés par
l'officialité. Anciennement, ceux que ce tribunal avoit condamnés,
étoient mariés avec un anneau de paille. Nous ignorons l'origine de
cet usage, et nous ne jugeons pas à propos de rapporter l'explication
bouffonne que Saint-Foix en a donnée[315].

[Note 315: Cette chapelle existe encore en partie: sur ses voûtes,
composées d'arcs surbaissés, on a élevé une maison à plusieurs
étages.]



SAINT-PIERRE-AUX-BOEUFS.


Plus près encore de la cathédrale, et dans la rue qui porte son nom,
est l'église de Saint-Pierre-aux-Boeufs.

On peut aussi la mettre au nombre de ces édifices très-anciens, dont
l'origine incertaine et la dénomination singulière ont fort exercé
l'imagination des érudits. Plusieurs ont cru qu'elle avoit été
autrefois la paroisse des bouchers de la Cité, ou le lieu de leur
confrérie, et vouloient expliquer par là et son surnom et les deux
têtes de boeufs qui étoient sculptées sur son portail[316]. D'autres
ont pensé qu'on y marquoit les boeufs avec une clef ardente, pour les
préserver de certaines maladies; quelques-uns ont eu recours à un
miracle. L'abbé Lebeuf considéroit ces deux têtes comme les armes
parlantes d'une ancienne famille de Paris[317]. Toutes ces opinions
diverses, qui ne reposent sur aucun monument historique, ne méritent
point d'être discutées, et il est permis à chacun de faire ses
conjectures.

[Note 316: Hist. de Paris, t. I, p. 163. Piganiol, t. I, p. 144.]

[Note 317: T. II, p. 513.]

Cette église étoit sans doute dans la censive du monastère de
Saint-Éloi, puisqu'elle fait partie de ses dépendances, et qu'on la
trouve au nombre des chapelles qui furent données, en 1107, au
monastère de Saint-Pierre-des-Fossés. Elle fut érigée, quelque temps
après, en paroisse, ainsi que Saint-Pierre-des-Arcis et Sainte-Croix;
et l'évêque de Paris, devenu l'héritier des droits de ce monastère,
nommoit à la cure. Cette cure étoit modique, et n'embrassoit qu'une
partie des rues environnantes[318].

[Note 318: Le portail existe encore tel que nous le représentons.
(Voy. pl. 26) La construction moderne élevée au-dessus des croisées
qui le couronnent a été faite depuis la révolution.]



SAINT-CHRISTOPHE.


Dans la rue Saint-Christophe, qui aboutit au parvis Notre-Dame, étoit
une église sous l'invocation de ce saint: on l'abattit en 1747, pour
agrandir le parvis et reconstruire la chapelle des Enfants-Trouvés.

Cette église existoit déjà au septième siècle. Quelques auteurs ont
avancé qu'elle étoit la chapelle des comtes de Paris; et pour soutenir
cette assertion, ils ont produit des titres qu'ils avoient mal
entendus. Sauval, surtout, s'est trompé sur les noms, les faits et les
dates qu'il rapporte en parlant de cette église[319].

[Note 319: Voyez Jaillot, t. I, p. 39.]

Une ancienne charte[320] prouve qu'en 690 l'église Saint-Christophe
étoit la chapelle d'un monastère de filles, dont l'abbesse se nommoit
Landetrude: quel étoit ce monastère? on l'ignore; on ne sait pas même
ce que devinrent ces religieuses, qui durent en sortir dans le siècle
suivant; car au commencement du neuvième siècle cette maison devint un
hôpital dans lequel on recueilloit les indigents[321].

[Note 320: Diplom. lib. 6, num. 14, p. 472.]

[Note 321: Hist. eccl. Paris, t. I, p. 350.]

Elle étoit alors desservie alternativement, et de semaine en semaine,
par deux prêtres que nommoient les chanoines de Notre-Dame. Mais ce
chapitre étant devenu seul possesseur de l'hospice, comme nous le
dirons par la suite, on bâtit une autre chapelle, qui reçut aussi le
nom de Saint-Christophe, et fut érigée en paroisse au douzième siècle.
Elle fut ensuite rebâtie vers la fin du quinzième. Cette dernière
église a subsisté jusqu'en 1747.



Ste-GENEVIÈVE-DES-ARDENTS.


Derrière Saint-Christophe, et à peu de distance de cette église, étoit
celle de Sainte-Geneviève-des-Ardents, dont l'origine est absolument
inconnue.

L'histoire de cette fille admirable, que ses vertus et sa piété
rendirent respectable même à des rois païens, et célèbre, sans qu'elle
cherchât à sortir de l'obscurité où la Providence l'avoit placée; qui,
tant qu'elle vécut, fut le conseil, le refuge et la consolation des
habitants de Paris, et mérita, après sa mort, cet honneur insigne
d'être regardée comme la patronne d'une ville appelée à de si hautes
destinées; cette histoire si extraordinaire et si touchante est trop
connue pour que nous croyions devoir la répéter. La tradition s'en est
transmise d'âge en âge; et jusque dans les derniers temps de la
monarchie, on a vu le peuple de cette capitale, au milieu de ses plus
grandes calamités, tourner d'abord ses regards vers son ancienne
protectrice, implorer la clémence du ciel par son intercession, suivre
avec transport ses reliques vénérées au milieu des rues et des places
publiques, et attribuer à cette protection puissante la cessation des
fléaux dont il étoit affligé.

En 1129 ou 1130, Paris et ses environs se virent en proie à une
maladie terrible, qu'aucun remède ne pouvoit vaincre, et que l'on
nomma _le feu sacré_ ou _le mal des ardents_. Ses ravages furent si
rapides et si terribles, l'impossibilité de les arrêter par aucun
secours humain tellement démontrée, qu'on ne chercha plus que celui du
ciel, dont la colère avoit envoyé ce fléau. On eut recours, pour
l'apaiser, aux jeûnes, aux prières, et surtout à l'intercession de la
bienheureuse Geneviève. La châsse de la sainte fut descendue et portée
processionnellement à la cathédrale. On prétend que la nef et le
parvis étoient remplis de malades qui, en passant sous ces reliques
miraculeuses, furent guéris à l'instant, à l'exception de trois, dont
l'incrédulité servit à rehausser l'éclat du prodige et la gloire de la
sainte patronne. On ajoute que le pape Innocent II, alors à Paris,
ayant fait vérifier ce miracle, ordonna qu'on en feroit la fête tous
les ans, sous le titre d'_Excellence de la bienheureuse vierge
Geneviève_. Depuis elle a été célébrée sous celui de _Miracle des
Ardents_.

Toutefois l'église dont nous parlons existoit long-temps avant la
procession célèbre de l'année 1139. Ceux qui se sont imaginé que cette
procession passa le long de ses murs, se sont néanmoins trompés, car
la rue Notre-Dame n'étoit point encore ouverte. On arrivoit alors à la
cathédrale par une rue nommée des _Sablons_ ou _Vieille rue
Notre-Dame_, qui étoit proche de la rivière, et aboutissoit
directement au portail de l'ancien édifice qu'a remplacé la cathédrale
d'aujourd'hui. Ce portail étoit situé à l'endroit où est maintenant le
milieu de la nouvelle nef, en tirant un peu vers le midi[322].

[Note 322: Lebeuf, Hist. du Dioc. de Par. t. I, p. 389.]

Il est certain, comme nous l'avons déjà dit, que sainte Geneviève
avoit une habitation et un oratoire dans la Cité. Il n'est pas moins
constant que les chanoines du monastère élevé en son honneur sur le
bord méridional, possédoient dans l'île une censive, un hospice et une
petite chapelle; qu'ils jouissoient d'une prébende et d'une vicairie
dans l'église cathédrale, et qu'à l'exemple des autres religieux qui
habitoient sur les deux rives de la Seine, ils se retirèrent dans leur
hospice, pour se soustraire, eux et leurs richesses, à la fureur des
Normands. Dans l'enceinte de cet hospice étoit une chapelle qui en
dépendoit: cette chapelle devint dans la suite l'église dont nous
faisons l'histoire. On l'appela _Sainte-Geneviève-la-Petite_; et même,
long-temps après le miracle dont nous venons de parler, elle n'avoit
point d'autre nom. Il est probable que la fête établie en mémoire
d'un aussi grand événement se célébrant avec plus de solennité dans
une église qui portoit le nom de la sainte et près de laquelle il
étoit arrivé, par suite des temps la dévotion des fidèles fit donner à
cette église le surnom des _Ardents_.

Voilà ce que nous avons pu recueillir de plus authentique sur ce vieux
monument. En 1202 les chanoines cédèrent la chapelle de
Sainte-Geneviève ainsi que la prébende et la vicairie qu'ils avoient à
Notre-Dame, à Eudes de Sully, évêque de Paris; et il y a apparence que
c'est alors qu'elle fut érigée en paroisse[323]. Elle a subsisté
jusqu'en 1747, qu'elle fut détruite pour agrandir l'hôpital des
Enfants-Trouvés. La structure du sanctuaire ressembloit aux
constructions du temps de Louis-le-Jeune; ce qui fait présumer qu'elle
étoit de cette époque. Le portail en fut refait en 1402. On voyoit au
milieu l'image de sainte Geneviève entre saint Jean-Baptiste et saint
Jacques-le-Majeur; à côté, dans une niche, étoit la statue d'un homme
agenouillé, ayant les cheveux courts et le capuchon abattu. On prétend
que c'étoit l'image du célèbre _Nicolas Flamel_[324], lequel avoit
contribué à cette réparation par ses libéralités.

[Note 323: Arch. S. Genov.--Gall. Christ., t. VII.]

[Note 324: _Voy._ pl. 15.--Sur cet homme singulier, _Voy._ les
articles _Église de Saint-Jacques de la Boucherie et Cimetière des
Innocents_.]

Il nous reste à faire connoître encore deux anciennes églises qui,
comme celle-ci, ne subsistent plus, _Saint-Jean-le-Rond_ et
_Saint-Denis-du-Pas_; mais leur histoire étant plus intimement liée à
celle de l'église cathédrale, nous croyons devoir parler auparavant de
ce grand et antique édifice.



NOTRE-DAME.


On est naturellement porté à croire qu'un monument de cette
importance, que la première église de Paris offrira des traditions
plus sûres et dans son origine et dans les révolutions qu'elle a
éprouvées, que cette foule de chapelles obscures dont nous venons
d'exposer si péniblement l'histoire. Cependant cette origine est
enveloppée de ténèbres encore plus épaisses; et aucun point de
l'histoire de Paris n'offre plus de difficultés, n'a excité plus
d'opinions diverses parmi ceux qui ont écrit de ses antiquités.

Ils ne sont d'accord ni sur le nom, ni sur l'origine, ni même sur la
position de cette première basilique des Parisiens. Les uns l'ont
placée dans la Cité, les autres dans les faubourgs; et ceux qui
s'accordent dans l'une de ces deux opinions, se divisent ensuite
lorsqu'il est question de fixer le véritable lieu qu'elle occupoit.
Parmi ceux qui la mettent dans la Cité, quelques-uns croient que sa
situation fut celle de Saint-Denis-du-Pas; ceux-ci veulent qu'elle
s'éleva à l'endroit même où est aujourd'hui Notre-Dame; ceux-là, dans
un lieu voisin, sous le nom de Saint-Étienne. Les partisans de l'autre
système offrent la même variété dans leurs conjectures: les uns
pensent qu'elle étoit à la place où l'on a bâti depuis l'église
Saint-Marcel; d'autres à la Trinité, depuis Saint-Benoît; plusieurs à
Notre-Dame-des-Champs, qui fut ensuite le monastère des Carmélites. Il
n'y a pas moins de contradictions sur son fondateur: on ne sait si
c'est saint Denis ou quelqu'un de ses successeurs, ni lequel de
ceux-ci. Enfin cette obscurité s'est étendue jusque sur l'édifice
actuellement existant, que ces mêmes historiens, toujours divisés,
attribuent à Childebert, au roi Robert, à Erkenrad, évêque de Paris, à
Maurice et Eudes de Sully, deux de ses successeurs.

Depuis que la science et la critique ont fait de véritables progrès,
il n'est plus permis de soutenir des opinions aussi visiblement
fausses que celle par laquelle on a prétendu que, même après la paix
accordée à l'église par Constantin, les évêques avoient eu les siéges
de leurs églises hors des cités, et par conséquent que la cathédrale
de Paris a été autrefois à la place de Saint-Marcel ou de toute autre
église sur la rive méridionale.

Il est également impossible de supposer, avec quelque vraisemblance,
que saint Denis ait fondé un oratoire dans l'enceinte de la Cité; il
est vrai que les actes de ce saint en font mention, ainsi que du
clergé qu'il institua: «_Ecclesiam illis quæ necdùm in locis erat, et
populis illis novam construxit, ac officia servientium clericorum ex
more instituit_[325].» Mais les historiens de la ville et de l'église
de Paris, qui se sont appuyés d'un semblable témoignage, n'ont pas
réfléchi que ces actes n'ont été rédigés qu'à la fin du sixième
siècle, et peut-être plus tard, sur la foi d'une simple tradition, et
l'auteur en convient lui-même: «_Sicut fidelium relatione didicimus._»
Une semblable autorité peut-elle donc balancer celle de tant de
monuments historiques, qui nous apprennent que, jusqu'au commencement
du quatrième siècle, les chrétiens n'ont cessé d'être en butte à des
persécutions qui ne sembloient se ralentir quelques instants que pour
se rallumer avec plus de fureur; que, loin d'avoir des temples
publics, ces premiers fidèles trouvoient à peine des asiles assez
secrets pour se dérober aux recherches de leurs aveugles ennemis? On
sait d'ailleurs que les progrès assez lents que l'Évangile avoit faits
dans les Gaules[326], et dont on ne trouve de monuments remarquables
qu'en 177, dans les actes des célèbres martyrs de Lyon et de Vienne,
furent arrêtés tout à coup par les persécutions nouvelles de
Marc-Aurèle et de Sévère: depuis ce temps, soit que les pasteurs
eussent été tous immolés, soit que la peur eût dispersé le troupeau
des chrétiens, on n'en trouve plus de vestiges jusque sous l'empire de
Dèce, au milieu du troisième siècle. À cette époque, selon Grégoire de
Tours[327], de nouveaux apôtres, au nombre desquels étoit saint Denis,
furent envoyés dans les Gaules. Alors on persécutoit plus que jamais
les chrétiens; et Paris, où l'ardeur de son zèle conduisit ce saint
évêque, étoit, comme toutes les autres villes de cette vaste contrée,
soumis aux Romains, imbu de leurs préjugés et adorateurs de leurs faux
dieux. Étoit-il possible que, dans des circonstances aussi difficiles,
saint Denis pût bâtir sans obstacle une église dans le sein de la
ville et même dans les faubourgs? N'est-il pas plus raisonnable de
croire que, se conformant à cette prudence prescrite par Jésus-Christ
même, laquelle ne permettoit ni de s'offrir au martyre, ni de
l'éviter, et réglant sa conduite sur celle des hommes apostoliques qui
l'avoient précédé, il réunit ses néophytes dans des _cryptes_ ou lieux
souterrains écartés, tant pour les instruire dans la parole de Dieu,
que pour les faire participer aux mystères de la religion? Ainsi, sans
rejeter entièrement cette tradition, qu'il forma une église à Paris,
il faudra l'entendre seulement d'une _assemblée de fidèles_, avec
laquelle il célébra ces mystères augustes. On peut même accorder qu'il
choisit pour cette célébration les lieux où furent depuis
Saint-Marcel, Saint-Benoît et les Carmélites; mais, comme nous l'avons
déjà dit, il faut absolument rejeter l'idée qu'aucune de ces églises
ait été la première cathédrale de Paris.

[Note 325: Hist. de saint Denis, 2e. part. des preuv., p. clxiv.]

[Note 326: Sulp. Sev. hist. lib. II.]

[Note 327: Lib. I, cap. 30.]

Les successeurs immédiats de saint Denis vinrent eux-mêmes dans des
temps non moins orageux[328], et prêchèrent dans des lieux encore
arrosés de son sang. Ce ne fut qu'en 313, lorsque Constantin eut placé
la religion à côté du trône des Césars, et fait restituer aux
chrétiens les biens dont ils avoient été dépouillés, qu'il fut
possible de rebâtir les basiliques ruinées, et d'en élever de
nouvelles. Les évêques de Paris durent profiter d'une circonstance
aussi favorable pour faire construire une église dans la Cité; et l'on
en trouve enfin des indices certains sous l'épiscopat de _Prudentius_,
vers la fin du quatrième siècle[329]. Cette église étoit située sur le
bord de la Seine, à peu près à l'endroit où est la chapelle inférieure
et la dernière cour de l'archevêché; et comme on étoit très-exact à
tourner le _chevet_ ou _rond-point_ de ces édifices vers l'orient,
sans avoir égard à l'alignement des rues, dont le désordre d'ailleurs
alors étoit très-grand, il est probable que le _fond_ de cette petite
église étoit dans la direction du lieu où est située maintenant
l'église de Saint-Gervais.

[Note 328: La persécution, qui s'étoit ralentie un moment après la
mort de Dèce, recommença, plus violente encore, sous Gallus et
Valérius.]

[Note 329: Val. _de Basil_. Paris, cap. I, p. 15. Le premier concile
de Paris fut tenu dans cette ville en 360.]

Sur cette ancienne disposition des rues, il est difficile de rien dire
que de conjectural, et d'indiquer autre chose que ce qui pouvoit être,
d'après la connoissance que l'on a des principaux monuments qui, à
cette époque, existoient dans la Cité. Il faut se figurer qu'alors la
pointe de l'île se terminoit à peu près à l'endroit où étoit autrefois
le pont Rouge; car l'espace appelé le _Terrain_[330] ne s'est formé
que, par succession de temps, des décombres que produisit la
démolition des vieilles églises auxquelles a succédé la cathédrale que
nous voyons à présent. Comme le pont Notre-Dame n'existoit point
encore, il ne pouvoit y avoir une rue qui continuât en _droite ligne_,
à partir du Petit-Pont; mais elle devoit suivre une _diagonale_ pour
arriver à la porte du septentrion, où étoit le Grand-Pont, seule issue
que l'île eût alors de ce côté. Il est facile, d'après cela, de se
faire une idée de la manière dont devoient être tournées les rues
aboutissantes à cette grande rue qui conduisoit d'un pont à l'autre.
Quant aux chapelles et monastères qu'on a vu s'élever de tous côtés au
milieu de cet espace, ils ne doivent point embarrasser, parce que,
jusqu'au règne de Childebert, fils de Clovis, il n'y eut qu'une seule
église à Paris, et déjà ce n'étoit plus la même qui avoit existé du
temps de l'évêque _Prudentius_. Le nombre des habitants de Paris, et
par conséquent des chrétiens s'étant fort augmenté, on en avoit rebâti
une plus grande et plus magnifique au même endroit. Fortunat[331], qui
vivoit peu de temps après, parle des colonnes de marbre, des vitraux
superbes dont elle étoit décorée, de la hauteur de ses voûtes, et
donne à entendre que c'étoit au roi Childebert qu'elle devoit tant de
magnificence.

[Note 330: Le Terrain s'appeloit, en 1258, LA MOTTE AUX PAPELARDS,
_Motta Papelardorum_; en 1343 et 1356, LE TERRAIL, _Domus de
Terralio_. C'étoit encore, au quinzième siècle, un espace inculte qui
se terminoit en pente douce. En 1407, Charlotte de Savoie, seconde
femme de Louis XI, y débarqua, lors de son entrée à Paris, et y fut
complimentée par l'évêque et par le parlement.

Vers le milieu du dix-septième siècle, les habitants de l'île
Saint-Louis, ayant contracté l'obligation de faire revêtir le
_Terrain_ d'un mur de pierres de taille, et voulant rompre ce contrat,
offrirent au chapitre une somme de 50,000 liv., qu'il accepta et
employa à faire construire ce revêtement. On en fit depuis un jardin,
uniquement destiné aux chanoines, et dans lequel ils n'admettoient que
des hommes. Il a été, pendant la révolution, le dépôt des eaux
filtrées de la Seine: depuis il est rentré dans les dépendances de
l'archevêché.]

[Note 331: Fortunat, évêque de Poitiers, et secrétaire de la reine
Radegonde, vivoit dans le sixième siècle. On a de lui un poëme en
quatre livres sur la vie de saint Martin, et diverses autres poésies,
entre autres une pièce de vers intitulée _de Ecclesiâ Parisiacâ_, dans
laquelle ces particularités ont été recueillies. (Voyez Lebeuf, Hist.
du Dioc. de Par., t. I, p. 4.)]

Plusieurs titres incontestables, parmi lesquels il en est un qui
remonte à l'an 860[332], nous apprennent que cette ancienne cathédrale
a d'abord porté le nom de Saint-Étienne. C'est en vain que quelques
érudits ont prétendu qu'il étoit question, dans ces anciens écrits, de
Saint-Étienne-des-Grés, de Saint-Étienne-du-Mont et même de l'abbaye
Saint-Germain-des-Prés, dont ce premier martyr étoit un ancien patron:
il a été prouvé que les deux premières églises n'existoient pas encore
à cette époque, et quant à la troisième, que non-seulement l'église
de Saint-Germain-des-Prés n'a jamais été connue sous le nom de
Saint-Étienne, mais que ce dernier titre ne lui a même jamais été
donné par _adjonction_, tandis qu'on y a joint quelquefois le nom de
Saint-Vincent.

[Note 332: Abbon, lib. II, v. 310. Diplomat., p. 472. Greg. Tur., lib.
VIII ch. 33.]

Toutefois, par un titre qui n'est guère postérieur aux premiers[333],
on voit que cette église étoit composée de deux édifices, dont l'un
étoit la basilique de Notre-Dame, et l'autre celle de Saint-Étienne.
Aussi Grégoire de Tours, parlant de l'incendie qui réduisit en cendres
toutes les maisons de l'île de Paris en l'an 586, dit que _les seules
églises furent exceptées_. Cette pluralité des églises dans la Cité ne
peut s'entendre que des édifices qui en formoient depuis peu la
cathédrale. Saint-Étienne avoit été le premier de ces édifices;
ensuite, suivant l'ancien usage où l'on étoit de bâtir de petites
églises autour des grandes basiliques, il est à présumer qu'on en
avoit élevé une à côté, sous l'invocation de la Vierge. Ce monument
s'étant trouvé trop petit par l'augmentation du nombre des fidèles, on
l'aura rebâti et agrandi sous le règne de Childebert; et c'est alors
sans doute que la basilique nouvelle sera devenue la cathédrale, par
une autre coutume assez fréquente dans ces temps-là, de donner aux
églises neuves qui remplaçoient les anciennes, ou ruinées ou trop
petites, un _vocable_ différent du premier patron. Voilà ce que nous
avons pu recueillir de plus vraisemblable sur la première origine de
Notre-Dame de Paris.

[Note 333: Le testament d'Ermentrude. Voyez Jaillot, t. I, p. 123 et
131.]

Quelles que soient les objections que l'on imagine d'élever contre
cette hypothèse, on ne peut nier du moins que, sans compter un grand
nombre d'autres autorités, il n'existe une charte authentique de
Childebert lui-même, par laquelle il donne la terre de Celle, près
Montereau-Faut-Yonne, à l'église mère de Paris, _qui est dédiée en
l'honneur de sainte Marie_, etc.[334], et que par conséquent cette
église ne fût déjà bâtie sous la première race de nos rois: du reste,
on n'a que des traditions confuses sur les révolutions[335] qu'elle a
pu éprouver jusqu'au moment où elle fit place au monument qu'on voit
aujourd'hui. A-t-elle été rebâtie depuis Childebert par l'évêque
Erkenrad, comme on l'a prétendu? l'abbé Lebeuf est porté à le croire,
et cette opinion n'a rien qui la rende invraisemblable. Il n'en est
pas de même de celle par laquelle on veut établir que l'édifice
actuel, commencé par le roi Robert, fut continué par ses successeurs
jusqu'à Philippe-Auguste, sous le règne duquel Maurice de Sully eut la
gloire de l'achever: non-seulement l'architecture de cette église
n'offre aucun caractère qui puisse la faire attribuer aux siècles qui
ont précédé cet évêque, mais il existe plusieurs témoignages qui
prouvent qu'il le fit édifier dès ses fondements[336]. Toutefois il
est probable que les anciennes fondations avoient été conservées, et
que ce fut sur ces fondations que fut élevé le choeur de l'église
nouvelle[337]. En effet, il est remarquable que cette partie, trop
étroite pour la hauteur et la largeur du monument entier, n'est point
dans l'alignement de la nef, et que celle-ci fait un coude léger.
Cette irrégularité semble être le résultat d'un plan par lequel
Maurice auroit voulu que le portail se trouvât en face de la rue
nouvelle qu'il avoit fait ouvrir, et à laquelle il donna le nom de rue
Notre-Dame, qu'elle porte encore aujourd'hui.

[Note 334: _Hist. eccl._ Paris., t. I, p. 82.]

[Note 335: On lit, dans le Nécrologe de l'église de Paris, qu'Étienne
de Garlande, archidiacre, mort en 1142, y avoit fait beaucoup de
réparations; et l'auteur de l'Éloge de Suger dit que cet abbé de
Saint-Denis fit présent à la même église d'un vitrage d'une grande
beauté. On l'appeloit, vers l'an 1110, _Nova ecclesia_, par opposition
à l'église de Saint-Étienne, qui étoit beaucoup plus ancienne. C'est
dans cette église de Notre-Dame que nos rois avoient coutume de
célébrer le service divin avec le clergé. Un évêque de Senlis, dit une
vieille chronique, étant venu à Paris, en 1041, pour demander une
grâce au roi Henri, _trouva ce prince à la grand messe à Notre-Dame_.
On a aussi des preuves que le roi Louis-le-Jeune y alloit souvent.]

[Note 336: _Speculum hist. ad an. 1177. Hist. eccl. Paris._, t. II, p.
123. _In app. Chron. Sigelb._ Memor. hist.]

[Note 337: L'abbé Lebeuf, t. I, p. 9.]

Ce fut vers l'an 1160 que cet évêque entreprit de faire une seule
basilique des deux églises, et de leur donner une étendue beaucoup
plus considérable du côté de l'occident. Celle de Notre-Dame fut
d'abord abattue jusqu'aux fondements, comme nous venons de le dire, et
l'on éleva sur le champ le nouveau sanctuaire. Ce ne fut qu'environ
cinquante ans après, que la vieille église de Saint-Étienne fut
détruite[338], lorsque l'on commença la construction des ailes,
qu'elle auroit gênée du côté méridional. Une inscription qu'on lit sur
les pierres du portail de la croisée fait foi qu'on travailloit encore
à cette partie de l'église en 1257. Le portail et les chapelles du
côté du nord ne furent achevés que dans le quatorzième siècle, de
manière que cette immense construction fut le résultat de près de
trois siècles de travaux non interrompus. Cependant on n'avoit pas
attendu son entier achèvement pour y réunir les fidèles; et lorsque le
sanctuaire eut été achevé, la simple bénédiction du lieu et des
autels[339] parut suffisante pour y célébrer les saints mystères. La
dédicace solennelle de l'édifice n'a même jamais été faite.

[Note 338: Lebeuf, Hist. du dioc. de Par., t. I, p. 10.]

[Note 339: Le grand autel fut consacré quatre jours après la
Pentecôte, en 1182. (JAILLOT.)]

La forme du plan de cette église est une croix latine, dont les
principales dimensions, dans oeuvre, sont, pour la longueur,
soixante-cinq toises, pour la largeur, vingt-quatre. La hauteur, sous
clef de la voûte, est de dix-sept toises deux pieds. La disposition
générale du plan est grande et noble, les proportions en sont
heureuses, et ce monument gothique passe, avec raison, pour un des
plus vastes et des plus beaux qui existent dans la chrétienté[340].

[Note 340: Voyez pl. 16 et 17.]

La façade, qui fut élevée dès le règne de Philippe-Auguste, est
remarquable par ses sculptures et par son élévation. Elle est terminée
par deux grosses tours, hautes de deux cent quatre pieds; elles sont
carrées, et offrent une largeur de quarante pieds sur chaque
dimension. L'intervalle qui les sépare étant égale à leur diamètre, il
en résulte que la façade entière du portail est de cent vingt pieds.
On communique de l'une à l'autre tour par deux galeries hors d'oeuvre.

Cette façade est percée de trois portes, au-dessus desquelles étoient
rangées, sur une seule ligne, les statues[341] de vingt-sept de nos
rois, dont le premier étoit Childebert, et le dernier Philippe-Auguste.
On y voyoit Pépin-le-Bref monté sur un lion, ce qui étoit un monument de
la victoire éclatante qu'il remporta sur un de ces terribles animaux.

[Note 341: Ces statues colossales avoient quatorze pieds de hauteur.
Elles ont été renversées pendant l'anarchie de 1793.]

Les sculptures placées dans les voussures ogives[342] de ces trois
portes et dans les niches au-dessous, offrent cette multiplicité, cet
entassement d'objets qui fait le caractère de la barbarie gothique. Au
portail du milieu est représenté Jésus-Christ sous plusieurs aspects
avec les apôtres, les symboles des quatre évangélistes, les prophètes
et même les sibylles. Dans les côtés sont figurés les vertus et les
vices sous l'emblème de divers animaux. On y remarque encore une
représentation grossière du jugement dernier, et dans les pilastres
qui séparent ce portail d'avec les deux autres, sont placées deux
grandes statues de femmes, dont l'une est la Foi et l'autre la
Religion.

[Note 342: Le mot _ogive_ vient de l'allemand _aug_, qui signifie
_oeil_, parce que les arcs des cintres, dans les voûtes gothiques,
font des angles curvilignes semblables à ceux des coins de l'oeil,
quoique dans une position différente. _Voussure_ signifie toute sorte
de courbure en voûte.]

Au portail de la tour voisine du cloître, on voit la statue de la
Vierge, celles des prophètes qui l'ont prédite, sa mort, son
couronnement; à droite et à gauche, saint Jean-Baptiste, saint
Étienne, sainte Geneviève, saint Germain, saint Denis, et un roi qu'on
ne peut désigner. Ces figures sont du treizième siècle.

Celles du portail à droite, qui paroissent plus anciennes, offrent une
réunion d'objets encore plus incohérents. La Vierge y figure de
nouveau avec la crèche, les trois mages, des rois, des apôtres, des
évêques de Paris; et parmi ces derniers, saint Marcel, reconnoissable
à sa crosse, à sa mitre et au dragon qu'il a sous les pieds. Toutes
ces sculptures, dont la plus grande partie existe encore, ont éprouvé
de grandes dégradations, ainsi que celles qui ornent les portails des
deux croisées, lesquelles sont à peu près du même style et de la même
composition[343].

[Note 343: Un gentilhomme chartrain, nommé Gobineau de Montluisant, a
donné une explication extravagante des figures de cette façade. Il y
avoit vu une histoire complète de la science _hermétique_, dont il
étoit entêté. Le Père éternel étendant ses bras, et tenant un ange de
chacune de ses mains, représentoit le créateur qui tire du néant le
soufre incombustible et le mercure de vie, figurés par ces deux anges;
le dragon qui est sous les pieds de saint Marcel figuroit la pierre
philosophale, composée de deux substances, la fixe et la volatile; la
gueule du dragon dénote le sel fixe, qui, par sa siccité, dévore le
volatil, désigné par la queue glissante de l'animal, etc., etc. Tout
le reste étoit aussi judicieusement conçu et expliqué.]

On entre par toutes ces portes dans l'église dont la nef et le choeur
sont accompagnés de doubles ailes voûtées, au-dessus desquelles
s'élèvent des galeries spacieuses, et qui règnent tout à l'entour de
l'édifice. Toutes ces constructions sont soutenues par cent vingt
piliers et cent huit colonnes. On compte encore dans ce vaste contour
quarante-cinq chapelles[344].

Les différentes voûtes de cet édifice sont contre-butées à l'extérieur
par un grand nombre d'arcs-boutants de différentes hauteurs, lesquels
opposent leur résistance à l'effort de la _poussée_. Ce moyen,
constamment employé par les Goths, leur ayant permis d'élever à une
hauteur excessive des murs auxquels ils ont conservé peu d'épaisseur,
donne à leur architecture cette apparence de légèreté encore augmentée
par la subdivision infinie de ces faisceaux de colonnes d'un
très-petit diamètre qui composent leurs piliers, et qu'ils ont eu
l'adresse de figurer jusque dans les nervures croisées et intérieures
de ces voûtes.

[Note 344: Voyez pl. 17.]

Quant à l'extérieur, ces piliers sont la plupart terminés en
obélisques. Les pignons[345] en forme de frontons sont évidés au
milieu par des roses[346] à jour, d'un travail très-délicat, et dont
les plus grandes ont quarante pieds de diamètre. Celle qui est du côté
de l'archevêché a été reconstruite en entier sur le même dessin, en
1726, par Claude Pinet, appareilleur, sous les ordres de M. Boffraud,
architecte. On admire les anciens vitraux colorés qui remplissent la
rose du grand portail et celles des croisées. Ils ont été réparés, en
1752, par Pierre Leviel, vitrier, auteur d'un traité sur ce genre de
peinture, que l'on croyoit perdu, et dont il a retrouvé les divers
procédés.

[Note 345: Le _pignon_ est la partie supérieure d'un mur qui a la
forme d'un triangle, et où se termine la couverture d'un comble à deux
égouts.

Les maisons de Paris, comme on peut encore en juger par quelques-unes
des plus anciennes, présentoient sur leur façade, en forme de
_pignon_, le mur qui, dans les constructions modernes, est devenu mur
_latéral_. C'est de là qu'étoit venue cette locution populaire, _avoir
pignon sur rue_, pour exprimer qu'on étoit propriétaire d'une maison.]

[Note 346: C'est, dans une église gothique, un grand vitrail rond avec
croisillon et nervures de pierre, qui forment un compartiment dont la
forme imite celle de la rose.]

Trois galeries en dehors forment, à diverses hauteurs, des espèces de
_ceintures d'entrelas_[347] qui unissent ensemble toutes ces formes
pyramidales, et rassurent l'oeil sur leur solidité, en même temps
qu'elles présentent, par la richesse et la variété de leurs ornements,
une heureuse opposition avec le _lisse_ des murs et des contreforts.
La première est placée au-dessus des chapelles, la deuxième surmonte
les galeries de la nef et du choeur, et la troisième règne autour du
grand comble. Celle-ci, par sa disposition, sert pour faire
extérieurement la visite de l'église, et contribue à sa conservation
en facilitant la conduite et l'écoulement des eaux pluviales, ce qui
s'opère par une multitude de canaux et de gouttières qui les font
parvenir jusqu'au pied de l'édifice. La charpente, qui a trente pieds
d'élévation, est en bois de châtaignier.

[Note 347: Ce sont des ornements composés de _listeaux_ et de
_fleurons_, liés et croisés les uns avec les autres. Le _listeau_ est
une petite moulure carrée et unie qui accompagne ou couronne une autre
moulure plus grande, ou qui sépare les cannelures d'une colonne ou
d'un pilastre. Les _fleurons_ sont des feuilles ou fleurs dessinées de
caprice et sans imitation de la nature, entrelacées quelquefois de
figures humaines et d'animaux, soit en entier soit en partie.]

Lorsqu'il s'agit d'un monument aussi célèbre, on ne doit négliger
aucun des détails qui semblent intéressants. Avant que le choeur eût
été orné d'une décoration moderne, il étoit chargé de sculptures
gothiques représentant, du côté intérieur, l'histoire de la Genèse.
Elles avoient été exécutées en 1303, aux frais du chanoine Fayet.
Celles de l'extérieur, qui existent encore, offrent toute la suite du
Nouveau Testament. Autrefois on lisoit au bas les noms de _Jean Ravy_
et _Jean Bouthelier_ son neveu, maçons de Notre-Dame; ce dernier avoit
achevé ces ouvrages en 1351.

Il faut encore remarquer la ferrure des deux portes latérales de la
façade. Elle est composée d'enroulements exécutés en fonte de fer,
dans un style d'ornements qui rappelle le goût grec du Bas-Empire; ce
qui peut faire présumer que ces pentures, travaillées en arabesques
très-légères, et ornées de rinceaux[348] et d'animaux, ont été
enlevées de quelque autre monument, et appliquées à celui-ci. Cette
conjecture prend plus de force si l'on observe que ces pentures ne
sont point pareilles, et que ni la porte du milieu ni les portes des
croisées ne présentent rien de semblable ou d'analogue. On les
attribue cependant à un célèbre serrurier nommé _Biscornet_.

[Note 348: _Rinceau_, espèce de branche formée de grandes feuilles
naturelles ou imaginaires, et refendues comme l'acanthe et le persil,
avec fleurons, roses, boutons et graines; cet ornement entre dans la
décoration des gorges, des frises, des panneaux, etc.]

Ce portail est de niveau avec la place: on prétend que du temps de
Louis XII il s'élevoit beaucoup au-dessus d'elle, et qu'il falloit
monter plusieurs marches pour entrer dans l'église. On remarque en
effet que les anciens monuments bâtis dans la plaine s'enterrent
successivement par l'exhaussement du sol environnant. Il arrive que le
temps dépose chaque année à leur pied une couche insensible de terre
ou de matériaux étrangers qui, n'étant point enlevés lorsqu'on
renouvelle le pavement des rues, surmontent insensiblement les socles
et les marches, de manière qu'on finit par descendre dans les édifices
où l'on montoit plusieurs siècles auparavant.

Cette cathédrale avoit été magnifiquement décorée par Louis XIV, qui
accomplit aussi le voeu qu'avoit fait son père, d'y élever un maître
autel digne d'un temple aussi auguste et de la puissance d'un grand
roi. Malgré les dégradations, les brigandages horribles exécutés sur
tant de matériaux précieux, de sculptures, de peintures, de boiseries
artistement travaillées, qui étoient entrés dans la décoration de ce
grand monument, il reste cependant encore quelques traces de tant de
richesses; et le groupe de la Mère de douleur, placé dans la niche de
l'arcade qui est derrière le grand autel, est demeuré intact. La
Vierge y est représentée les bras étendus vers le ciel; la tête et une
partie du corps de son fils reposent sur ses genoux; un ange soutient
une main du Christ, un autre porte sa couronne d'épines. Ce groupe,
exécuté en marbre blanc par _Coustou_ l'aîné, quoique loin sans doute
du style grand et pur de la sculpture antique, n'est pas cependant
dépourvu de beautés, et l'expression y est surtout remarquable. Du
reste, l'autel, entièrement dégradé, a été refait sur les dessins de
feu M. Legrand, architecte distingué, et même la décoration intérieure
de la totalité du sanctuaire est devenue plus noble et plus régulière
par la suppression du jubé et des chapelles adossées aux deux premiers
piliers du choeur: ces chapelles, par leur disposition, empêchoient de
jouir de l'ensemble de ce monument.

Il a été fait trois fouilles remarquables dans cette église; la
première en 1699, lorsqu'on commença la construction du grand autel.
On découvrit alors, sous les payés du sanctuaire, les tombes d'un
grand nombre d'évêques et autres personnages éminents, dont plusieurs
y avoient été enterrés dès les premiers temps de l'édification du
monument.

Dans la seconde fouille, entreprise en 1711, pour creuser la _crypte_
qui sert de sépulture aux archevêques, furent trouvées neuf pierres
antiques chargées de sculptures et d'inscriptions en caractères
romains. Nous donnerons quelques détails sur ces débris d'antiquités
en finissant de décrire ce quartier[349].

[Note 349: Nous y joindrons la description de quelques autres
fragments antiques, découverts à diverses époques dans différentes
parties de la Cité.]

Enfin, la troisième fouille, que l'on fit en 1756, pour édifier la
sacristie et le bâtiment du trésor du côté du midi, détruisit
entièrement cette ancienne opinion, que les fondations de Notre-Dame
avoient été bâties sur pilotis. Cette fouille, poussée jusqu'à
vingt-quatre pieds de profondeur, deux pieds au-dessous de ces
fondations, a fait voir qu'elles posent sur un gravier solide. Elles
sont composées de gros moellons liés avec du mortier et du sable. Il
n'y a que quatre assises de pierre de taille bien équarries, et posées
en retraite les unes sur les autres, qui terminent cette fondation
jusqu'au sol. L'ancienne sacristie, qu'on abattit alors, parce qu'elle
menaçoit ruine, avoit été construite à la place d'une galerie qui
communiquoit de l'église aux chapelles de l'archevêché. L'édifice qui
a remplacé ces deux anciennes constructions a été fait sous la
direction du célèbre architecte Soufflot.

Telles sont les particularités les plus intéressantes que nous avons
pu recueillir sur ce monument célèbre dans toute la chrétienté, que
tant de mains royales se sont plu à décorer, et qui, tout dépouillé
qu'il est de son antique splendeur, rappellera toujours les plus
grands, les plus touchants souvenirs de la monarchie françoise. C'est
dans l'église de Notre-Dame que nos rois ont le plus souvent donné des
preuves éclatantes de cette piété si noble et si sincère qui les
distingue parmi tous les souverains, et dont l'exemple salutaire, en
raffermissant le principe religieux dans l'âme de leurs sujets,
contribua, plus que toute autre chose, à soutenir un ordre politique,
fragile de sa nature, et menacé à chaque instant de se changer en
désordre et en anarchie. À chaque avénement, le nouveau monarque
alloit dans ce temple auguste déposer sa couronne aux pieds de celui
qui juge les rois; avant de marcher à l'ennemi, il y retournoit
demander la protection du ciel pour ses armes; et dans la gloire du
triomphe, il y revenoit encore humilier son front, et consacrer les
marques de sa victoire[350]. Il n'étoit point de fêtes solennelles,
soit pour remercier le ciel des succès, soit pour l'implorer dans les
calamités, où l'on ne marchât d'abord vers la cathédrale; et les
pompes de la religion se mêloient sans cesse aux affections les plus
vives des peuples, aux intérêts les plus grands des princes. Un de nos
rois[351], délivré d'une longue captivité, alla porter à Notre-Dame le
tribut de ses actions de grâces avant de rentrer dans son palais; un
autre[352] y fit élever le monument d'une victoire qu'il croyoit
n'avoir obtenue que par une protection signalée de la Vierge; Henri
IV, le meilleur des princes, saint Louis, le plus grand des rois, ont
prié sous ces voûtes; et la suite de cette histoire nous fournira une
foule d'exemples non moins remarquables de ce zèle religieux qui, dans
ces souverains, sembloit se transmettre d'âge en âge avec la valeur et
les droits du trône.

[Note 350: C'étoit aux balcons des galeries qu'étoient attachés et
exposés, pendant la guerre, les drapeaux pris sur les ennemis de la
France. On les ôtoit en temps de paix.]

[Note 351: Le roi Jean.]

[Note 352: Philippe-le-Bel, vainqueur des Flamands à la bataille de
Mons-en-Puelle, le 18 août 1304, entra à Notre-Dame, monté sur le même
cheval, et armé des mêmes armes avec lesquelles il avoit soutenu le
premier choc de l'ennemi, qui avoit pénétré, par surprise, jusqu'à sa
tente. Persuadé qu'il devoit à la protection signalée de la Vierge
d'être échappé à un aussi grand danger, il fonda une rente de cent
livres à l'église de Notre-Dame, et voulut que sa statue équestre y
fût élevée, le casque en tête, et armée seulement de l'épée, tel qu'il
étoit lorsqu'il fut surpris par les Flamands. Cette statue, que l'on
voyoit près du dernier pilier de la nef, du côté de la chapelle de la
Vierge, a été détruite probablement avec tant d'autres monuments de la
monarchie; car elle n'existe point au dépôt des Monuments français.
Saint-Foix prétend qu'elle fut érigée par Philippe de Valois, après la
bataille de Cassel, et non par Philippe-le-Bel. Il donne, pour
soutenir son opinion, des raisons qui semblent spécieuses: cependant
elle n'a point prévalu.]

La cathédrale de Paris ayant été, dans tous les temps, l'objet de la
dévotion particulière de nos rois, fut, dès les commencements, comblée
de leurs présents, et décorée avec une magnificence digne d'aussi
grands souverains. Elle étoit riche en peintures, en sculptures, en
reliques, en vases antiques et précieux, en ornements de tous genres;
et le culte n'étoit célébré dans aucune église de France avec un
appareil aussi auguste[353].

[Note 353: La Chronique d'_Albéric de Troisfontaines_ rapporte un fait
qui peut donner une idée de la manière dont on ornoit, dès le
treizième siècle, cette superbe basilique. Un voleur ayant formé le
projet de s'emparer des bassins et des chandeliers d'argent qui
étoient devant l'autel, imagina, la nuit de l'Assomption de l'année
1218, de les tirer à lui du haut des voûtes, où il s'étoit caché; les
cierges, qui étoient encore allumés, ayant été enlevés avec les
chandeliers, mirent le feu aux riches tentures dont l'église étoit
tapissée, et il en brûla, avant qu'on pût l'éteindre, pour la valeur
de neuf cents marcs d'argent (45,000 livres).

Dans ces temps-là on avoit coutume, à cette même fête de l'Assomption,
de joncher le pavé de cette église d'herbes odoriférantes; deux
siècles après, on se contentoit d'y répandre de l'herbe tirée des prés
de Gentilli.

Le jour de la Pentecôte, c'étoit encore l'usage à Notre-Dame de jeter,
par les voûtes, des pigeons, des oiseaux, des fleurs et des étoupes
enflammées, pendant qu'on célébroit l'office divin.]

Non-seulement les rois et les princes, mais le corps des bourgeois,
plusieurs confréries, des communautés d'artisans, de simples
particuliers se sont plu à l'envi à l'enrichir de leurs offrandes. On
voyoit devant l'autel de la Vierge un lampadaire d'argent remarquable,
en ce qu'il étoit composé de sept lampes, dont six avoient été données
par Louis XIV et la reine son épouse. Celle du milieu, qui avoit la
forme d'un navire, étoit un présent de la ville de Paris, et rappeloit
un voeu singulier qu'elle avoit fait dans un danger imminent[354]. Un
chanoine de cette église en avoit fait entièrement reblanchir
l'intérieur à ses frais. Un autre avoit donné les peintures qui
ornoient le choeur; enfin la nombreuse collection de tableaux qui
garnissoit l'immense étendue de la nef, les croisées et les
chapelles, étoit le résultat d'une offrande annuelle que, pendant près
d'un siècle, firent à Notre-Dame la communauté des orfèvres, et la
confrérie de Sainte-Anne et de Saint-Marcel.

[Note 354: La captivité du roi Jean, fait prisonnier à la bataille de
Poitiers, en 1356, avoit livré Paris à l'anarchie la plus violente, et
à tous les maux qui en sont la suite. Pour toucher le ciel en leur
faveur, les bourgeois firent voeu d'offrir tous les ans, à Notre-Dame,
une bougie de la longueur du tour de la ville. Cette offrande se fit
régulièrement pendant deux cent cinquante ans, jusqu'en 1605, que
Paris, prenant chaque jour de nouveaux accroissements, elle devint,
d'année en année, plus difficile à remplir. Alors le don annuel de la
bougie leur fut remis, et celui de cette lampe d'argent le remplaça.]

     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE NOTRE-DAME.

     TABLEAUX DE LA NEF.

     _À droite en entrant._

     1. Le Boiteux guéri par saint Pierre à la porte du temple,
     par _D. Sylvestre_.

     2. Saint Pierre délivré de prison, par _Jean-Baptiste
     Corneille_.

     3. Le départ de saint Paul, de Milet pour Jérusalem, par
     _Galloche_.

     4. Le martyre de saint Simon en Perse, par _Louis Boullogne_
     père.

     5. Le martyre de saint Jean l'évangéliste près la porte
     Latine à Rome, par _C. Hallé_ père.

     6. L'apparition de Jésus-Christ à saint Pierre, par _J.
     Sourlay_[355].

     7. Saint Pierre ressuscitant la veuve, par _Louis Tetelin_.

     8. Saint Paul prêchant les Gentils, par _Eustache Le
     Sueur_[356].

     [Note 355: On croit ce tableau de _Mignard_, dont _Sourlay_
     étoit l'élève.]

     [Note 356: Le chef-d'oeuvre de ce grand peintre est l'un des
     tableaux les plus parfaits de l'école françoise.]


     _À gauche en entrant._

     1. Jésus-Christ chez Marthe et Marie, par _Simpol_.

     2. La multiplication des pains, par _J. Christophe_.

     3. La vocation de saint Pierre et de saint André, par _M.
     Corneille_.

     4. Les Vendeurs chassés du temple, par _Claude-Guy Hallé_.

     5. La guérison du Paralytique, par _Jouvenet_.

     6. L'entretien de Jésus-Christ avec la Samaritaine, par
     _Boullogne_ jeune.

     7. Jésus-Christ guérissant le Paralytique à la piscine, par
     _Boullogne_.


     _Sur la partie du pilier qui faisoit face à la chapelle de
     la Vierge, laquelle étoit au côté droit de la principale
     entrée du choeur._

     1. Le voeu de Louis XIII, par _Philippe de Champagne_.

     2. À côté, et un peu plus bas, vis-à-vis la chapelle, saint
     Paul et Silas flagellés dans la ville de Philippes en
     Macédoine, par _Louis Tetelin_.

     3. Au-dessus, saint André à genoux devant la croix, par
     _Jacques Blanchard_.

     4. Sur la même ligne, en tournant, saint Jacques conduit au
     martyre, par _Noël Coypel_ père.

     5. Immédiatement après, la guérison de la femme affligée
     d'un flux de sang, par _Cazes_.

     6. À côté, saint Paul lapidé à Listres, par _Jean-Baptiste
     Champagne_ neveu.

     7. Au-dessus de la chapelle, saint Pierre prêchant à
     Jérusalem, par _Charles Poërson_ père.


     _En tournant à la croisée gauche du cloître, en face de la
     chapelle Saint-Denis, qui étoit également à la porte du
     choeur._

     1. La descente du Saint-Esprit, par _Blanchard_.

     2. À côté, vis-à-vis la chapelle Saint-Marcel, saint Paul
     guérissant un boiteux, par _Michel Corneille_.

     3. Au-dessus, l'enlèvement de saint Philippe, par _Thomas
     Blanchet_.

     4. De suite, en tournant, le martyre de saint Étienne, par
     _Charles Le Brun_.

     5. Le martyre de saint Pierre, par _Sébastien Bourdon_.

     6. Le martyre de saint André, par _Charles Le Brun_.

     7. Au-dessus de la chapelle, la conversion de saint Paul,
     par _Laurent de la Hire_[357].

     [Note 357: Ces deux chapelles, de la Vierge et de
     Saint-Denis, construites sur les dessins de _Decotte_,
     architecte du roi, avoient été magnifiquement décorées aux
     frais du cardinal de Noailles, inhumé au pied de celle de la
     Vierge. La statue en marbre de saint Denis étoit de
     _Coustou_ l'aîné, celle de la Vierge, de _Vassé_.]


     TABLEAUX PLACÉS AU-DESSUS DES STALLES DU CHOEUR.

     _À droite._

     1. L'annonciation, par _Hallé_.

     2. La Visitation (le _Magnificat_), par _Jouvenet_.

     3. La nativité de Jésus-Christ, par _Lafosse_.

     4. L'adoration des Mages, par _le même_.


     _À gauche._

     1. La présentation de Jésus-Christ au temple, par Louis
     _Boullogne_.

     2. La fuite en Égypte, par _le même_.

     3. Jésus-Christ dans le temple au milieu des docteurs, par
     _A. Coypel_.

     4. L'assomption de la Vierge, par _le même_.


     AU-DESSUS DU POURTOUR EXTÉRIEUR DU CHOEUR.

     _En entrant par la grille de la croisée, du côté de
     l'archevêché._

     1. La décollation de saint Jean et l'enlèvement de son corps
     par ses disciples, par _Cl. Audran_.

     2. Saint Paul ressuscitant Eutique, par _Courtin_.

     3. Le repentir de saint Pierre, par _Tavernier_.

     4. Saint Paul devant Agrippa, par _Villequin_.


     _En tournant du côté du sanctuaire pour passer au côté
     gauche._

     1. Saint Paul convertissant saint Denis dans l'Aréopage, par
     _Cestin_.

     2. Agabus prédisant à saint Paul ce qu'il doit souffrir pour
     Jésus-Christ, par _Chéron_.

     3. Saint Jean prêchant dans le désert, par _Parrocel_ père.

     4. L'adoration des rois, par _Vivien_.


     CHAPELLES DES BAS-CÔTÉS AUTOUR DU CHOEUR.

     _Après la petite porte de l'escalier qui conduit aux
     tribunes du choeur._

     1. _Chapelle de Saint-Pierre et Saint-Paul._ Un tableau
     ovale représentant ces deux saints accompagnés de leurs
     disciples, par _Beaugin_, et une Descente de croix.

     2. _Chapelle de Saint-Pierre martyr._ Saint Pierre
     guérissant les malades par son ombre, par _La Hire_.
     Vis-à-vis, le Naufrage de saint Paul à Malte, par _Poërson_.

     3. Ensuite la sacristie renfermant le trésor[358].

     4. _Chapelle de Saint-Denis et Saint-Georges._ Une
     Notre-Dame de Pitié, de l'école de _Vouet_; saint Pierre
     visité par un ange dans sa prison, par _Vouet_.

     5. _Chapelle de Saint-Gérald._ La mort de la Vierge, par _N.
     Poussin_. Vis-à-vis, un voeu à la Vierge sur un champ de
     bataille.

     6. _Chapelle de Saint-Remi_, dite _des Ursins_. Saint
     Claude, par _Galloche_. Portrait de Jouvenel des Ursins avec
     sa famille.

     7. La _Chapelle d'Harcourt_.

     8. _Chapelle de Saint-Crépin, Saint-Crépinien et
     Saint-Étienne._ Un Christ, l'Ascension et la Résurrection,
     par _Beaugin_. Hérodiade à table avec Hérode, par _L.
     Chéron_. Saint Pierre baptisant le Centenier, par _M.
     Corneille_.

     9. _Chapelle de Saint-Nicaise._ Le jugement dernier, peint
     sur bois par _de Hery_.

     10. _Chapelle de Saint-Louis et de Saint-Rigobert._ Un
     Christ, d'après Michel-Ange; Saint-Étienne conduit au
     martyre, par _Houasse_.

     11. _Chapelle de la Décollation de Saint-Jean-Baptiste._ Le
     martyre de saint Barthélemi, par _Paillet_. La décollation
     de saint Jean, par _Louis Boullogne_. Une Assomption, par
     _Hurel_.

     12. _Chapelle de Vintimille_, sous le titre de _Sainte-Foi
     et de Saint-Eutrope_. Saint Charles Borromée communiant les
     pestiférés, par _Vanloo_. Une Sainte Famille, par _Paillet_.

     13. _Chapelle de Saint-Michel_, dite de _Noailles_.
     L'apparition de l'ange aux trois Maries, par _C. Natoire_.

     14. _Chapelle de Saint-Ferréol._ Saint Michel, par _Vignon_.
     L'annonciation, par _Champagne_.

     15. _Chapelle de Saint-Jean-Baptiste et de la Madeleine_ ou
     _chapelle de Beaumont_. Un Christ en croix.

     16. Dans l'embrasure de la porte rouge, la mort d'Ananie et
     Saphire, et le centenier Corneille aux pieds de saint
     Pierre, par _Aubin Vouet_.

     17. _Chapelle de Saint-Eustache._ La transfiguration,
     d'après _Raphaël_. Le voeu du marquis de Locmaria, par _Le
     Monnier_.

     18. _Chapelle de Sainte-Agnès._ La Vierge allaitant l'enfant
     Jésus.

     [Note 358: Cette sacristie est le bâtiment nouveau qui
     remplace l'ancienne galerie dont nous avons parlé page 312.]


     _En redescendant des bas-côtés de la nef, du même côté._

     1. _Chapelle Saint-Nicolas._ Ce saint sauvant des pénitents
     du naufrage, par _Thiersonnier_. Le miracle de saint Paul et
     de Sylas en prison, par _N. de Plattemontagne_.

     2. _Chapelle de Sainte-Catherine._ Le martyre de cette
     sainte, par _M. Vien_.

     3. _Chapelle de Saint-Julien-Zozime._ Ce saint donnant la
     communion à sainte Marie Égyptienne, par _Beaugin_. Les
     noces de Cana, par _Cotelle_.

     4. _Chapelle de Saint-Laurent._ Le martyre de ce saint, par
     un élève de _Le Sueur_. L'apparition de Jésus-Christ aux
     trois Maries, par _Marot_.

     5. _Chapelle de Sainte-Geneviève._ Une Vierge et l'enfant
     Jésus, avec saint Jean et sainte Geneviève, par _Beaugin_.
     La guérison des démoniaques.

     6. _Chapelle de Saint-Georges et de Saint-Blaise._ Une mère
     de douleur consolée par les anges, par _Beaugin_. Les
     miracles de saint Paul à Éphèse, par _L. Boullogne_.

     7. _Chapelle de Saint-Léonard._ Ce saint en habit guerrier,
     par _Champagne_. Le voeu de madame la Grande-Duchesse, pour
     sa maladie, par _Dumesnil_.


     CHAPELLES DES BAS-CÔTÉS DE LA NEF.

     _En entrant à droite._

     1. _Chapelle de Sainte-Anne._ Sainte Anne et la Vierge, par
     _Vouet_. La présentation de la Vierge, par _La Hire_.

     2. _Chapelle de Saint-Barthélemy et de Saint-Vincent._ Le
     martyre de ce dernier saint, par _Beaugin_. Notre Seigneur
     sur la montagne, par _Poërson_.

     3. _Chapelle de Saint-Jacques._ Un Christ, par _Le Nain_. La
     femme adultère, par _Renaut_.

     4. _Chapelle de Saint-Antoine et de Saint-Michel._ Saint
     Michel à genoux devant la Vierge, par _Champagne_.
     Jésus-Christ guérissant un possédé, par _Vernansal_.

     5. _Chapelle de Saint-Thomas de Cantorbéry._ Saint Dominique
     et saint Thomas à genoux devant la Vierge, manière de
     _Lanfranc_. La résurrection du fils de la veuve de Naïm, par
     _Guillebaut_.

     6. _Chapelles de Saint-Augustin et de
     Sainte-Marie-Magdeleine._ Dans la première, la Piscine, par
     _Alexandre_. L'aveuglement de Barjésu, par _Loir_. Dans la
     deuxième, l'incrédulité de saint Thomas, par _Arnould_; la
     résurrection de la fille de Jaïre, par _Vernansal_[359].

     [Note 359: Nous ignorons ce que sont devenus la plupart de
     ces tableaux qui étoient conservés, dit-on, pendant la
     révolution, dans les divers dépôts du gouvernement. La
     prédication de saint Paul, par _Lesueur_, le martyre de
     saint Pierre, par _Bourdon_, la mort de la Vierge, par _le
     Poussin_, le _magnificat_, par _Jouvenet_, et quelques
     autres, ont été placés dans le musée du Roi: on les verroit
     avec plus de plaisir encore dans l'église à laquelle ils
     appartiennent.]


     SCULPTURES[360].

     [Note 360: Nous ne faisons point entrer dans ce catalogue la
     statue colossale de saint Christophe, que l'on voyoit au
     premier pilier de la nef près de la porte principale. Elle
     avoit été élevée par Antoine Desessarts, frère de Pierre
     Desessarts, surintendant des finances, qui eut la tête
     tranchée en 1413. Il rêva la nuit que saint Christophe
     rompoit les grilles de la fenêtre de sa prison, et
     l'emportoit dans ses bras. Ayant été déclaré innocent
     quelques jours après, il fit exécuter cette statue, devant
     laquelle il étoit représenté à genoux. Cette figure
     gigantesque[360-A], d'un aspect désagréable, fut abattue en
     1784.]

     [Note 360-A: Elle étoit haute de 28 pieds.]

     L'ancien grand-autel, élevé sur les dessins de _Decotte_,
     étoit décoré de plusieurs statues en bronze, et surchargé
     d'ornements ciselés et dorés, où il y avoit plus d'éclat et
     de richesse que de bon style et de bon goût. On y remarquoit
     un bas-relief en bronze doré par _Vassé_; deux anges
     adorateurs par _Cayot_.

     Dans le choeur, on remarquoit encore:

     À gauche, la statue en marbre blanc de Louis XIII, à genoux,
     revêtu de ses habits royaux, offrant son sceptre et sa
     couronne à la Sainte-Vierge, et mettant son royaume sous sa
     protection, par _Coustou_ jeune.

     À gauche, celle de Louis XIV, par _Coyzevoz_. Elle
     représentoit ce monarque revêtu pareillement de ses habits
     royaux et accomplissant le voeu du roi son père[361].

     [Note 361: Ces deux statues étoient déposées au Musée des
     monuments français.]

     Dans les tympans des arcades du rond-point, des anges en
     bas-relief représentant des vertus avec leurs attributs,
     savoir: la Charité et la Persévérance, par _Poultier_; la
     Prudence et la Tempérance, par _Frémin_; l'Innocence et
     l'Humilité, par _Le Pautre_; la Foi et l'Espérance, par _Le
     Moine_; la Virginité et la Pureté, par _Thiéry_; la Justice
     et la Force, par _Bertrand_. Au bas des pilastres et sur des
     culs-de-lampe, six anges en bronze portant les instruments
     de la passion, et modelés par _Hurtrelle_, _Vanclève_,
     _Poirier_, _Magnier_ et _Flamen_.

     Au milieu du choeur, un aigle en bronze, accompagné des
     trois vertus cardinales, par _Duplessis_.

     Aux deux portes latérales du choeur, deux chaires
     épiscopales, enrichies d'ornements et de bas-reliefs
     représentant l'histoire du martyre de saint Denis, et la
     guérison du roi Childebert, par l'intervention de saint
     Germain, évêque de Paris.

     Dans la chapelle Saint-Christophe, la statue du saint, par
     _Gois_; celle de saint Denis, par _Mouchy_, dans la chapelle
     qui lui étoit consacrée; dans celle de Saint-Michel, dite
     _de Noailles_, saint Louis et saint Maurice, par _Rousseau_.

     Sur la menuiserie des stalles du choeur, des bas-reliefs,
     par _Goullon_, offrant des sujets pris dans le Nouveau
     Testament.


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Au pied du sanctuaire avoient été déposées les entrailles de
     Louis XIII et de Louis XIV.

     Dans cette église avoient été inhumés:

     Étienne II, dit _Tempier_, évêque de Paris, mort en 1279.

     Simon de Bucy, évêque de Paris, mort en 1304 (enterré dans
     la chapelle Saint-Nicaise).

     Aymérie de Magniac, cardinal et évêque de Paris, mort en
     1384.

     Pierre d'Orgemont, évêque de Paris, mort en 1409.

     Dans la chapelle Saint-Remi, Juvénal des Ursins, chancelier
     de France sous Louis XI, et Michelle de Vitry sa femme,
     morte en 1456[362].

     [Note 362: Leurs statues, d'un gothique médiocre, étoient
     placées sur leur tombeau; et, depuis, on a pu les voir au
     Musée des Petits-Augustins. On y voyoit aussi un tableau
     également enlevé de Notre-Dame, où ce magistrat étoit
     représenté avec toute sa famille. Cette peinture, plus
     médiocre encore que les statues, même pour le temps où elle
     avoit été faite, offroit une image précieuse et naïve des
     costumes alors en usage. La postérité masculine de ce
     personnage s'étant éteinte dans le seizième siècle, ses
     biens furent transférés dans la famille de _Harville_, qui
     hérita en même temps de cette chapelle, où plusieurs de ses
     membres étoient enterrés.]

     Henri Dumoulin, évêque de Paris, mort en 1447.

     Sous la croisée, Paul Émile de Véronne, chanoine de cette
     église et auteur d'une Histoire de France, mort en 1529.

     Joachim du Belloy, chanoine et archidiacre de Paris, l'un
     des poètes les plus estimés de la cour de François Ier, mort
     en 1559.

     Jean-Baptiste de Chatelier, nonce du pape, mort en 1583.

     Albert de Gondi, duc de Retz, marquis de Belle-Isle,
     maréchal de France, mort en 1602.

     Renaud de Beaune, archevêque de Bourges, de Sens, et
     grand-aumônier de France, mort en 1616.

     Dans la chapelle de Saint-Louis et Saint-Rigobert, le
     cardinal Pierre de Gondi, évêque de Paris, mort en
     1616[363]. Cette chapelle, magnifiquement décorée, étoit
     destinée à la sépulture de cette illustre famille.

     [Note 363: Le cardinal y étoit représenté à genoux devant un
     prie-Dieu. Cette statue, d'un travail médiocre, est placée
     sur un entablement posé sur quatre colonnes, au milieu
     desquelles s'élève un grand cénotaphe en marbre noir (déposé
     pendant la révolution au Musée des monuments français).]

     Dans la chapelle de Saint-Eustache, Jean-Baptiste Budes de
     Guébriant, maréchal de France, mort en 1643, et Renée de
     Bec-Crepin sa femme.

     Pierre de Marca, archevêque de Paris, et célèbre par son
     traité _de Concordiâ sacerdotii et imperii_, mort en 1662.

     Hardouin de Péréfixe de Beaumont, archevêque de Paris, mort
     en 1671.

     François de Harlay, archevêque de Paris, mort en 1695.

     Anne-Jules de Noailles, pair et maréchal de France, mort en
     1708.

     Claude Chastelin, chanoine de cette église, auteur de
     plusieurs ouvrages de piété, mort en 1712.

     Le cardinal de Noailles, archevêque de Paris, mort en 1729.

     Charles-Gaspard-Guillaume de Vintimille, archevêque de
     Paris, mort en 1746. Charles-François de Vintimille son
     frère, mort en 1740.

     L'abbé de la Porte, chanoine _jubilé_[364] de cette église
     et l'un de ses bienfaiteurs.

     [Note 364: Les chanoines _jubilés_ étoient ceux qui avoient
     desservi leurs prébendes pendant cinquante ans.]

     Dans la chapelle d'Harcourt, le mausolée de Claude-Henri,
     comte d'Harcourt, mort en 1769. Ce monument avoit été
     exécuté par _Pigalle_, d'après un songe où madame d'Harcourt
     avoit vu son mari tel qu'il y étoit représenté[365].

     [Note 365: Du fond d'un grand sarcophage, qu'ouvre un
     squelette couvert de draperies, on voit se lever le comte
     d'Harcourt, qui semble se débarrasser de son linceul et
     adresser la parole à sa femme, représentée à genoux au bas
     du monument; derrière, l'Hymen éploré éteint son flambeau.
     Ce groupe, d'une exécution maniérée, d'un dessin pauvre et
     incorrect, étoit aussi déposé, pendant la révolution, au
     musée des monuments françois.

     Ce monument, et toutes les autres statues enlevées à
     Notre-Dame, ont été rendus à cette église.]

     Lorsque l'on creusa le _crypte_ qui sert de sépulture aux
     archevêques de Paris, on y découvrit le tombeau d'une reine
     d'Angleterre dont le nom est inconnu, et celui de Louis de
     France, dauphin, fils de Charles VI et d'Isabeau de Bavière.
     Au bas des degrés du grand autel étoit déposé le coeur de
     Louise de Savoie, mère de François Ier.


     RELIQUES ET AUTRES OBJETS PRÉCIEUX.

     Derrière le choeur étoit la châsse de Saint-Marcel, en or et
     en vermeil, enrichie de perles fines et de pierres
     précieuses.

     L'autel de la chapelle de Saint-Denis contenoit quatre
     châsses, où l'on conservoit quelques reliques inconnues.

     La salle du _Trésor_ contenoit entre autres richesses:

     Le chef de saint Philippe, apôtre; ce chef de vermeil étoit
     couvert de pierres précieuses du plus grand prix.

     Une reliquaire de vermeil représentant saint Louis, et
     renfermant plusieurs parcelles de la sainte couronne, des
     fragments de l'éponge, du suaire et du tombeau de
     Jésus-Christ.

     La tunique de Saint-Germain, renfermée dans une châsse en
     vermeil; des vêtements de la Vierge et une partie du crâne
     de saint Denis, etc., etc.; une quantité considérable de
     ciboires, de calices, de croix, de vases, de chandeliers, de
     soleils en vermeil enrichis de diamants, de pierres fines,
     monuments précieux de la piété des plus illustres
     personnages de la France, et dont le brigandage de 1793 a
     fait disparoître jusqu'aux moindres vestiges.

     On y conservoit aussi des monuments curieux relatifs à la
     manière dont se faisoient les investitures par le moyen du
     couteau; les réparations des dommages par l'offrande d'un
     morceau de bois sur lequel l'acte étoit écrit, ou par celle
     d'une baguette d'argent, lorsque la réparation venoit d'un
     prince, etc., etc.



ARCHEVÊCHÉ.


La maison de l'évêque étoit située, de temps immémorial, près de
Saint-Étienne[366]. Elle s'élevoit vis-à-vis de la nef de l'église
d'aujourd'hui, et se terminoit à la double chapelle qui se voit encore
dans la seconde cour de l'archevêché; le reste, du côté de l'orient,
est une augmentation de bâtiments, dont le plus ancien n'a pas plus de
deux cents ans.

[Note 366: On a prétendu qu'elle avoit été d'abord près de
Saint-Landri, et que cette église en étoit la chapelle. Cette erreur
vient de ce qu'effectivement les évêques possédoient une maison dans
cette partie de la Cité.]

Lorsque les évêques cessèrent de faire les ordinations dans leur
cathédrale, ce qui arriva vers le temps où la multiplication des
offices, et surtout des fondations, les empêcha de s'y rendre aussi
assidûment que les anciens l'avoient fait, ils conçurent le dessein de
faire construire une ou deux chapelles dans leur maison. La principale
de ces chapelles fut décorée avec la magnificence que l'on déployoit
alors dans les monuments de ce genre, quand on les élevoit dans les
maisons des grands seigneurs; l'autre servit aux jugements
ecclésiastiques, dès qu'on eut cessé de les prononcer aux portiques
des cathédrales.

Maurice de Sully, dans le temps même qu'il faisoit bâtir l'église de
Notre-Dame, fit construire, sur une ligne parallèle, le palais
épiscopal et la double chapelle dont nous venons de parler. Dans la
chapelle basse étoient des chapelains établis par les évêques; le
jeudi-saint on y lavoit les pieds des enfants de choeur, et tous les
dimanches on y célébroit la messe pour les prisonniers de
l'archevêché. La chapelle supérieure servoit aux ordinations, aux
sacres d'évêques, à certaines thèses de théologie, et à d'autres
assemblées solennelles. Il est constaté que toutes ces constructions
sont de ce temps-là, par le nécrologe de Paris et par les historiens
contemporains[367].

[Note 367: Nécrol. Paris. ld. sept. Dans ces anciens bâtiments étoient
les salles des officialités métropolitaine et diocésaine, du bailliage
de la duché-pairie de l'archevêque, la chambre ecclésiastique du
diocèse, et la bibliothèque des avocats[367-A]. Toute cette partie de
l'archevêché a été abattue, à l'exception de la double chapelle. La
vue pittoresque que nous joignons ici présente très-exactement l'état
actuel de ce palais.]

[Note 367-A: Cette bibliothèque étoit située dans le pavillon à droite
de l'avant-cour de l'archevêché. Étienne _Gabrian_, seigneur de
_Riparfonds_, l'un des plus célèbres jurisconsultes de son temps,
l'avoit léguée en 1704 à ses confrères, avec des fonds pour
l'entretenir, et sous la condition de la rendre publique. On y
faisoit, une fois par semaine, des consultations gratuites pour les
pauvres; et, tous les samedis non fêtés, des avocats distingués y
tenoient des conférences sur la jurisprudence.]

On arrive dans la seconde cour par une arcade placée sous le bâtiment
du trésor; et c'est là qu'est le nouveau palais archiépiscopal. Il
doit son agrandissement à plusieurs prélats qui ont gouverné l'église
de Paris, et principalement au cardinal de Noailles, qui y fit faire
de grandes augmentations et beaucoup d'embellissements en 1697. C'est
un grand hôtel, dont la situation est belle et la vue agréable, mais
qui n'offre dans toute sa construction qu'une architecture mesquine et
sans caractère[368].

[Note 368: Voyez pl. 18.]

Le peu de séjour que nos premiers rois firent dans la ville de Paris
fut cause que son siége épiscopal parut trop peu considérable pour
qu'on l'érigeât en métropole, et qu'il fut long-temps soumis à la
juridiction de l'archevêché de Sens. Les deux premières races ayant
été le temps des grandes dotations, Paris, qui ne s'accrut que sous
les rois de la troisième, étoit un des évêchés les moins riches de la
France; toutefois, lorsque cette ville fut devenue la capitale du
royaume, son siége acquit bientôt une grande importance, plutôt par la
position que par l'étendue des propriétés de l'évêque[369]. Ajoutons
ici quelques développements nouveaux à ce que nous avons déjà dit de
la situation de l'Église de France, pendant les premiers siècles de la
monarchie, et de ce que furent en effet, à cette époque, le crédit et
l'autorité des évêques.

[Note 369: Dans un diplôme du roi Louis VI, de l'an 1110, les
seigneuries de cet évêque, après celle de sa censive dans la Cité,
sont dites être _Saint-Germain_, _Saint-Éloi_, _Saint-Marcel_,
_Saint-Cloud et Saint-Martin-de-Champeaux en Brie_. Il avoit aussi,
dès le sixième siècle, des possessions dans le diocèse de Sens, et une
terre en Touraine, dans les environs d'Amboise. (LEBEUF.)]

Il ne paroît pas que, dans les premiers temps de la conquête, les
évêques aient joui, sous les rois francs, d'une autorité plus grande
que sous le gouvernement des empereurs. Or le caractère épiscopal
étoit alors étranger à toutes les magistratures civiles[370]; et le
seul privilége qu'eussent obtenu ces premiers pasteurs des églises,
c'étoit de ne pouvoir être accusés que devant un tribunal
ecclésiastique composé de leurs pairs, et d'être les premiers juges de
leurs subalternes, qui ne pouvoient de même être accusés que devant
eux[371].

[Note 370: _Cap. Sues._, an. 744.--C. 3.]

[Note 371: _Cod. Theod._, lib. XVI, tit. II, _Leg._ 2, 39, 41, 47.
_Edict. Clot._, an. 615, c. 4.]

De même les Romains n'ayant jamais eu l'idée d'attacher aux terres
des titres honorifiques, et les évêques ayant continué de posséder
leurs biens selon la loi romaine, jusqu'après le règne de
Louis-le-Débonnaire[372], il y a grande apparence que les dignités
ecclésiastiques ne devinrent des _honneurs_, selon le sens que les
Francs attachoient à ce mot, qu'à l'époque où les évêques et les
abbés prirent le _baudrier_[373], et devenus chefs de leur milice,
vassaux des rois, seigneurs suzerains, durent nécessairement
participer à tous les avantages que donnoit le service militaire
chez une nation qui n'estimoit que la profession des armes, et où il
n'y avoit de noble que l'homme libre et armé.

[Note 372: _Cap. Lud._ Pii. Bal.]

[Note 373: Voyez p. 205.]

Toutefois la conquête de la Gaule fut favorable à l'épiscopat; et bien
que l'autorité des évêques n'en fût point en apparence augmentée, elle
reçut un accroissement réel, par cette circonstance qui en fit des
médiateurs entre les vainqueurs et les vaincus, ce qui leur donna pour
clients tout ce qu'il y avoit de Romains désarmés. Ce patronage qu'ils
surent exercer de manière à satisfaire les princes et à les rendre
plus assurés de la soumission de leurs nouveaux sujets, devint, par
degrés, une autorité régulière que le pouvoir souverain se plut à
légitimer. Ils ne tardèrent donc point à avoir une entière juridiction
sur tout ce qui étoit romain, et l'on voit que, dès la première race,
ils l'exerçoient absolument et sans la moindre contestation[374].

[Note 374: Nous apprenons de Grégoire de Tours qu'à la suite d'un
désordre dont les juifs d'Auvergne avoient été l'occasion, et qui
avoit amené la destruction de leur synagogue, le bienheureux Avitus,
évêque de cette ville, leur fit dire «qu'il ne forçoit point, mais
qu'il prêchoit; qu'il étoit leur pasteur, et que, s'ils vouloient se
conformer à sa croyance, il les réuniroit au reste de son troupeau;
que s'ils ne le vouloient pas, _ils eussent à sortir de la ville_.»
Après trois jours de délibération, de doute et de perplexité, une
partie des juifs fit dire à l'évêque qu'elle croyoit en Jésus-Christ;
et ceux-là furent baptisés. Ceux qui ne voulurent pas recevoir le
baptême sortirent de la ville, et allèrent s'établir à Marseille.
(Hist., lib. V, c. 2.)]

Ils surent conserver ce précieux avantage qu'ils devoient à leur
modération et à leurs vertus; et, par une contradiction qui ne doit
point étonner dans des hommes tels que les conquérants des Gaules,
rudes et violents dans leurs moeurs, mais sincèrement religieux, les
Francs, qui souvent abusoient, envers les évêques du droit du plus
fort, et ne se faisoient point un scrupule de leur ravir leurs biens,
chaque fois qu'il s'en présentoit quelque occasion favorable[375],
respectoient en eux et le sacré caractère dont ils étoient revêtus, et
cette autorité salutaire pour tous, à l'ombre de laquelle vivoit une
population innombrable, et qui auroit pu se faire redouter, si elle
n'eût été façonnée à l'obéissance par leurs préceptes, protégée contre
une trop grande oppression par leur crédit et par leur influence. Loin
de diminuer, cette autorité des évêques sembla s'accroître: au milieu
de la fureur des guerres civiles et des troubles qui accompagnèrent
le premier changement de dynastie, elle étoit la seule qui fût
demeurée solide et vénérable; et tellement que le chef de la nouvelle
famille régnante[376] crut n'avoir d'autre moyen de cimenter sa
puissance que de s'assurer les suffrages de ces mêmes prélats que son
père avoit dépouillés, ou dont il avoit permis que l'on se partageât
les dépouilles. En recevant l'onction sainte qui consacroit son
pouvoir, il consacra lui-même l'alliance désormais nécessaire et
inviolable de l'autel et du trône; et c'est de ce moment seulement que
commença à se développer en France la société chrétienne, qui
jusqu'alors y avoit été foible, et, pour ainsi parler, à peine
ébauchée.

[Note 375: Voyez ci-dessus, p. 201 et suiv.]

[Note 376: Pépin.]

L'influence des évêques devint alors plus grande que jamais; et elle
eut son caractère propre, fort différent de celui du pouvoir
politique, caractère qu'exprime parfaitement le mot _autorité_, sous
lequel nous l'avons désignée, et qui lui fut en effet spécialement
consacré. Ce mot conservant en cette circonstance le sens qu'il avoit
eu chez les Latins, signifia cette puissance que donnent la gravité
des moeurs et la sagesse des conseils; et tout ce qu'il y avoit de
lumière et de science tant sacrée que profane, étant alors renfermé
dans la société spirituelle ou religieuse, la société matérielle ou
politique en qui tout étoit à peu près éteint, excepté la FOI, sembla
reconnoître que le principe de son existence n'étoit pas en elle,
puisque dans l'intelligence seule est la _vie_ des sociétés. En effet,
s'il est incontestable que la loi de Dieu est le principe et la règle
de toute loi humaine, de même que le pouvoir divin est la source et le
modèle de tout pouvoir établi au milieu des hommes, il en résulte que
cette loi divine n'étant _positive_ que dans le christianisme, puisque
c'est dans le christianisme seul que la révélation l'a promulguée, la
religion, pour un peuple chrétien, plus que pour aucun autre peuple,
est éminemment la _raison_ de la société; et comme il n'appartient
qu'à ceux qui l'ont étudiée et comprise, de pouvoir juger de ce qui
s'accorde avec elle, ou de ce qui lui est contraire, par conséquent de
modérer, de diriger la force aveugle de tout pouvoir matériel, en lui
communiquant cette lumière céleste dont il est privé, il en résulte
encore que c'est uniquement dans ces hommes divinement éclairés et
quels qu'ils puissent être, qu'est la _conscience_ de la société. Or,
nous le répétons, au clergé seul appartenoient alors la science et
l'intelligence: il étoit donc nécessaire que son action s'étendît sur
toutes les parties du corps social pour y combattre sans cesse
l'action de cette autre puissance de désordre, pour réprimer et
protéger, récompenser et punir, conserver l'ordre dans l'état et par
conséquent la _vie_; il le falloit jusqu'à ce que les vérités dont il
avoit reçu le précieux dépôt, qu'il portoit partout avec lui et
répandoit sans mesure, pénétrant ainsi le fond même de la société, y
rendissent tout pouvoir _intelligent_ et _consciencieux_; ce qui se
fit de telle manière qu'à mesure que s'éclairoit ainsi le pouvoir dans
la société temporelle, cet usage extraordinaire que la société
spirituelle avoit fait du sien pour le salut de tous, devenant par
degré moins nécessaire, elle rentra aussi par degré dans les limites
des attributions qui lui sont propres, lorsque, dans le corps social
entier, tout est complet et bien ordonné. Qui ne comprend point ces
choses, ne comprend point ce qu'étoit la France dans le moyen âge, et
vivant au milieu des sociétés chrétiennes, n'a pas même l'idée de ce
que sont ou doivent être ces sociétés.

Les Francs barbares surent les comprendre; et parmi eux, la société
matérielle se soumettant par un instinct sublime de conservation et
comme pour se sauver d'elle-même aux lois paternelles et sévères de la
société spirituelle, et la foi devenant le lien ferme et indissoluble
qui unissoit l'une à l'autre, cette société offrit, même au milieu de
ses désordres et de ses violences, une image de la _communion_ des
fidèles, moins imparfaite, nous ne craignons pas de le dire, qu'on ne
l'avoit vue jusqu'alors. Car, sous les empereurs romains et au milieu
de cette vieille société où avoit si long-temps triomphé la
philosophie païenne, il étoit resté des faux systèmes de cette
philosophie et de ses erreurs orgueilleuses, je ne sais quelle
subtilité dans les esprits et quelle révolte au fond des coeurs qui
n'avoient cessé de troubler la paix de cette _communion_ sainte; et
l'hérésie y étoit née, presque au moment même où l'on avoit prêché
l'Évangile; et en effet, c'est dans la simplicité de l'ignorance et
dans les hauteurs de la science les plus sublimes que triomphe
ordinairement la foi: le demi-savoir mène au doute et à l'incrédulité.

Ainsi s'explique, pendant ces premiers âges de la monarchie, l'action
du clergé ou de la puissance spirituelle dans les choses qui, en nos
temps modernes, semblent devoir être uniquement du ressort du
magistrat ou de la puissance temporelle. Or, l'Église avoit eu, de
tout temps, sa juridiction particulière, sa force répressive, sa
police: considérée comme société visible, tous ces signes extérieurs
étoient des conditions nécessaires de son existence; et il lui eût été
sans doute impossible d'exister, si, de même que toute autre société,
elle n'eût eu le droit de surveiller ses membres, d'examiner leur
conduite, et de leur infliger des châtiments, lorsqu'ils
contrevenoient à ses lois. Tous ces châtiments, au fond purement
spirituels, puisqu'ils n'obligeoient que celui dont la volonté étoit
de rester ou de rentrer dans la communion des fidèles, étoient compris
sous le titre général de _censures_: la nature n'en fut point
changée; et l'on ne fit autre chose que les appliquer aux délits qui,
jusqu'alors, avoient uniquement dépendu de la justice séculière, et
rendre toute punition canonique _obligatoire_, indépendamment de la
volonté de celui qui avoit été condamné. Dans le cas de rébellion, il
y avoit intervention de la puissance civile; et la justice du prince
se trouvoit ainsi, et en un grand nombre de cas, confondue avec celle
de l'Église, ou pour mieux dire suspendoit alors ses coups pour la
laisser seule frapper les coupables avec plus de douceur, et néanmoins
avec plus d'efficacité[377].

[Note 377: On appela _cour de chrétienté_ le tribunal ecclésiastique
où l'on jugeoit les cas _mixtes_ et les autres délits publics qui
étoient susceptibles d'être punis par les censures de l'Église. Toute
pénitence publique emportoit avec elle l'interdiction du port d'armes;
et une loi de Charlemagne ordonne que les pénitents qui avoient commis
quelque crime énorme et capital, seroient enfermés dans une
prison[377-A], où, privés de tout commerce avec les fidèles, ils
devoient être occupés à quelque travail utile, et accomplir ainsi,
selon les canons, la peine qui leur avoit été imposée; ce qui
constituoit non-seulement une séparation entière de la société, mais
comme une espèce de servitude. Il paroît que le jeûne au pain et à
l'eau, qui étoit une des punitions les plus légères, et que l'on
appliquoit ordinairement aux fautes les moins graves, étoit
rigoureusement imposé à ceux qui subissoient un tel emprisonnement.]

[Note 377-A: Pendant long-temps ceux qu'on avoit ainsi dégradés
parcoururent les provinces comme des vagabonds, _nus_, et armés
seulement d'une épée (Cap. Aquis gran., an. 789, c. 77.)]

Les évêques reçurent donc, dans leurs attributions, une partie
considérable de la police temporelle, et en outre cette espèce de
surveillance qui en est la fonction la plus noble, la plus utile, et
qu'ils pouvoient exercer sans déroger à la sainteté et à la gravité de
leur caractère. Ils furent chargés de veiller à l'observation des
ordonnances du prince et de lui rendre compte de la manière dont elles
étoient exécutées[378]; ils avoient une inspection particulière sur
_les comtes_ ou principaux magistrats des provinces; les serfs ou
colons, et généralement toutes les classes inférieures de la société,
étoient placés sous leur protection spéciale; ils les défendoient
contre les abus du pouvoir, et avoient le droit de modérer à leur
égard la trop grande rigueur des châtiments[379]; ils devoient avertir
le roi de la négligence de ses agents dans l'exercice de leurs
fonctions; ils étoient encore ses _Commissaires_ dans leurs diocèses,
et jouissoient de tous les priviléges attachés à cette dignité.

[Note 378: Cap. Car. cal., tit. 36.]

[Note 379: _Ibid._, c. 15.]

En vertu de cette extension qu'avoit reçue leur juridiction, ils
tenoient, quand il étoit nécessaire, des plaids auxquels se rendoient
tous les habitants qui dépendoient de leur évêché, tant clercs que
laïques. On faisoit paroître les coupables devant eux: ils les
prêchoient, les exhortoient, les admonestoient, et lorsque le cas
l'exigeoit, prononçoient contre eux la peine canonique que comportoit
la nature de leur délit. Le juge royal assistoit à ces espèces
d'assises, soit pour concourir au jugement, lorsque le châtiment étoit
grave, et que son concours étoit nécessaire, soit pour forcer le
coupable à subir toute pénitence plus légère qui lui avoit été
imposée, et à laquelle il auroit refusé de se soumettre[380]. C'étoit
par un semblable motif que le comte accompagnoit ordinairement
l'évêque dans la visite qu'il faisoit de son diocèse, afin d'amener
par la force à la pénitence et à la satisfaction ceux que les censures
de leur premier pasteur n'avoient pu toucher et corriger[381].

[Note 380: S'il arrivoit, au contraire, que le pénitent, touché des
avis paternels de son évêque, se soumît à la pénitence qui lui avoit
été imposée, le magistrat ne prenoit aucune connoissance de son crime,
si ce n'est pour exiger l'amende qu'il avoit encourue en le
commettant.]

[Note 381: Lorsque Carloman confia l'administration de la police aux
évêques, il ne leur donna d'autres armes que les _censures_ et leur
_autorité_. «Mais cette autorité, ajoutoit-il, a besoin d'être aidée
par la puissance judiciaire; ainsi il a plu à nous et à nos fidèles,
_en commun_, que les commissaires royaux, chacun dans son district,
les assistent fidèlement; et que le comte ordonne à son vicomte, à ses
centeniers et aux autres ministres de la république, de même qu'aux
Francs qui sont instruits des lois civiles, que, pour l'amour de Dieu,
la paix de l'Église et la fidélité qu'ils nous doivent, ils les aident
en cela du mieux qu'ils pourront» (3. _Cap. Carlom._, c. 9.)]

Ce seroit une grande erreur de croire, comme on l'a souvent avancé
sans en donner aucune preuve, que les punitions canoniques, et
particulièrement _l'excommunication_, peine capitale qui répondoit à
la peine de mort dans les tribunaux séculiers[382], fussent
arbitrairement infligées par les évêques au gré de leurs caprices et
de leurs intérêts. Non-seulement il falloit un jugement pour
retrancher un chrétien de la communion des fidèles ou le soumettre à
une pénitence publique, mais ce jugement devoit être rendu
publiquement dans des formes régulières, et qui fournissoient à
l'accusé tous moyens de prouver son innocence, si, en effet, il étoit
innocent. Diverses autres formalités prescrites par la loi précédoient
d'ailleurs ce jugement: le coupable recevoit d'abord un avertissement;
s'il s'y montroit insensible, et qu'il ne se retirât point de son
désordre, l'évêque s'adressoit alors au roi ou au magistrat, afin
qu'il essayât d'interposer son autorité[383]; enfin, si ce dernier
moyen n'avoit pu réussir, on commençoit la procédure, et
l'excommunication n'étoit ainsi lancée qu'à la dernière extrémité. Les
effets en étoient terribles: la société entière concouroit en quelque
sorte à son exécution[384]; et il étoit rare que les plus rebelles et
les plus endurcis ne finissent par s'y soumettre et par donner
satisfaction; mais il est hors de doute qu'ils eussent résisté et que
beaucoup se fussent assuré l'impunité par leur résistance, si la
justice temporelle eût seule été chargée de les punir.

[Note 382: Par l'excommunication du prêtre, le coupable étoit
retranché de la société spirituelle, comme par la mort, le bourreau le
retranche de la société matérielle; avec cette différence que le
repentir et l'expiation pouvoient le faire rentrer dans la première,
tandis que la rigueur inexorable de l'autre société le rejette ainsi
pour jamais de son sein.]

[Note 383: _Cap. apud Confluent._, c. b. Un autre capitulaire offre
les paroles suivantes: «Qu'aucun évêque ni prêtre n'excommunie aucune
personne avant de prouver que, dans le cas où elle se trouve, les
canons ordonnent de le faire, et à moins d'avoir _averti_ celui qui a
avoué ou qui est convaincu du délit. (_Cap. Car. Calv._, tit. XL, c.
10). Le même capitulaire prouve que les laïques pouvoient avoir
recours à la justice du roi, lorsqu'ils croyoient avoir été
injustement condamnés par leurs évêques. (_Ibid._, c. 7.)]

[Note 384: Il étoit défendu à celui qui en avoit été frappé d'entrer
dans l'église, et de s'asseoir à table avec aucun chrétien; on ne
devoit ni recevoir des présens de lui, ni lui donner le salut et le
baiser, ni s'unir à lui dans la prière, jusqu'à ce qu'il eût été
réconcilié (_Cap. synod. Vern._, an. 755.) S'il ne faisoit aucun
compte de l'excommunication lancée contre lui, le juge séculier y
joignoit ses sommations; si elles étoient également inutiles, le juge
ordinaire le faisoit conduire en prison, de sa propre autorité,
lorsque le coupable étoit un homme de la _multitude_, ou prenoit les
ordres du roi avant de l'enfermer, s'il étoit du nombre de ses
vassaux; si c'étoit un comte, l'évêque lui-même devoit rendre compte
au monarque de sa désobéissance. Mais il est facile de concevoir
qu'abandonnés ainsi de tous ceux qui les environnoient, et qui, dans
tout autre cas, les auroient défendus, à cause de cette terreur
religieuse dont leur sentence saisissoit tous les esprits, les plus
puissants et les plus endurcis se voyoient forcés de plier sous la
main paternelle qui les châtioit, et de venir à résipiscence.]

Quelques-uns, même en reconnoissant que c'étoit le pouvoir politique
lui-même qui, dans l'impuissance où il étoit de gouverner, avoit
imploré le secours de l'autorité religieuse, ont prétendu qu'ensuite
les gens d'église allèrent beaucoup trop loin, et que, partant de ce
principe que tout délit contre les hommes est un péché envers Dieu,
ils se crurent en droit de connoître de toutes les affaires
criminelles, et même d'étendre leur juridiction sur ce qui étoit
purement civil[385]. Mais étoit-il bien facile, dans de semblables
temps, et au milieu de tant de dangers qui menaçoient à tout moment
l'existence même de la société, d'établir une ligne de démarcation
bien exacte? étoit-il même possible de s'en faire une bien juste idée,
et le principe une fois admis par l'une et l'autre puissance
n'entraînoit-il pas avec lui, et sans exception, toutes ses
conséquences? Quels inconvénients pouvoit d'ailleurs entraîner avec
elle l'extension plus grande d'une juridiction moins rigoureuse dans
ses châtiments, et cependant plus puissante dans ses effets? Ils
excommunièrent, dit-on, les princes eux-mêmes qui les avoient appelés
à leur aide: pour établir qu'ils ne devoient point le faire, alors
que ces princes s'étoient mis dans le cas de l'excommunication, il
faudroit prouver que la loi suprême par laquelle ceux-ci prétendoient
_obliger_ leurs sujets n'étoit point _obligatoire_ pour eux, qu'un
prince est au-dessus de la religion et un homme au-dessus de Dieu. Les
évêques abusèrent-ils de ce dernier droit, que ces mêmes princes, dans
la noble simplicité de leur esprit et dans la droiture de leur coeur,
ne pensèrent point à leur contester, droit que les décisions de
l'Église ont si solennellement confirmé et rendu à jamais
inattaquable? Nous ne croyons pas qu'il soit possible d'en citer un
seul exemple contre lequel il n'y eût rien à répliquer[386]. Peut-être
pourroit-on plus justement dire que ce que la puissance temporelle
leur avoit concédé, ils voulurent le garder plus long-temps qu'il ne
falloit; qu'il y eut, dans les âges postérieurs, quelque conflit de
juridiction, et par conséquent quelque abus de ce qui avoit été si
utile et si salutaire. Mais si les ministres de la religion, en
défendant avec trop de chaleur ce qu'ils considéroient comme des
droits acquis, et en ne rendant qu'à regret, dans des temps plus
paisibles, ce que le malheur des temps avoit fait leur accorder,
montrèrent ainsi qu'ils étoient hommes et sujets aux foiblesses de
l'humanité, on n'en est pas moins forcé de convenir que ce fut grâce à
l'heureux changement qu'ils avoient opéré dans les moeurs de la
nation, que les princes se trouvèrent en mesure de leur reprendre
_sans danger_ le pouvoir et les attributions qu'auparavant ils
s'étoient estimés heureux de leur faire accepter[387].

[Note 385: On a fait un crime au clergé d'avoir employé
l'excommunication contre les ravisseurs de ses biens: quoi de plus
juste cependant, puisque, dans la position où se trouvoit alors
l'Église, comme société visible et constituée dans l'État, lui ravir
ses biens, c'étoit attaquer son existence même, et par conséquent
encourir la peine capitale, dont on a puni de tout temps, et dans tous
les lieux, les crimes qui compromettent le salut de la société?]

[Note 386: Tous les monuments témoignent, au contraire, de la
confiance sans bornes que les rois avoient dans leur sainteté et leurs
lumières, et le noble usage qu'ils faisoient de cette confiance et de
leurs fréquentes interventions dans les affaires les plus importantes
de l'État. Clotaire et son fils Dagobert les prirent pour arbitres
dans les contestations qui s'élevèrent entre eux au sujet des limites
de leurs États. «Chilpéric et Gontram, dit Grégoire de Tours, étant
divisés entre eux, ce denier fit assembler les évêques de ses États,
afin qu'ils fussent arbitres entre son père et lui. Mais le ciel, qui
vouloit punir ces princes de leurs péchés par le fléau de la guerre
civile, permit qu'ils ne déférassent point alors au jugement des
prélats.» Cet historien en parlant de la paix que ce même Gontram fit
avec Childebert son neveu: «Voilà, dit-il, ce qui fut conclu entre ces
princes, par l'entremise des prélats et des autres grands du
royaume.»]

[Note 387: «La monarchie, dit l'abbé Dubos, eût été renversée de fond
en comble dans ces temps d'affliction, si l'Église de France n'avoit
point eu l'autorité et les richesses qu'on lui a tant reprochées. Mais
la puissance que les ecclésiastiques avoient dans ces temps-là, mit
ceux d'entre eux qui avoient de la vertu en état de s'opposer avec
fruit à ces hommes de sang, dont les Gaules étoient remplies alors, et
qui cherchoient sans cesse à faire augmenter les désordres et à
multiplier les guerres civiles, pour usurper dans quelque canton
l'autorité du prince, et s'y approprier ensuite le bien du peuple. Les
bons ecclésiastiques empêchèrent ces cantonnements dans plusieurs
endroits, et y conservèrent assez de droits et assez de domaines à la
couronne pour mettre les princes qui la portèrent dans la suite en
situation de recouvrer, avec le temps, du moins une grande partie des
joyaux qu'on en avoit arrachés. C'est ainsi qu'un mur solide qui se
rencontre dans un édifice mal construit, lui sert comme d'étai, et
que, par sa résistance, il donne aux architectes le loisir de faire à
ce bâtiment des réparations à l'aide desquelles il dure encore
plusieurs siècles.»

Ces réflexions sont, au fond, d'une grande vérité, quoiqu'il y ait
beaucoup d'inexactitude dans la manière dont elles sont présentées.]

Nous avons dit comment les bénéfices ecclésiastiques institués sous
le titre de _précaires_, étoient devenus des fiefs par l'usurpation de
ceux qui en avoient été faits bénéficiers, et comment les _avoués_ des
églises s'étoient de même emparé des biens qu'elles leur avoient
concédés à de certaines conditions, et sans prétendre aliéner la
propriété du fonds[388]. L'extinction successive des familles qui
avoient usurpé ces biens, les ayant fait en partie rentrer dans les
domaines de clergé, et leur in_féodation_ y ayant attaché tous les
priviléges qui appartenoient alors à la féodalité, il en résulta pour
les évêques de nouveaux droits comme vassaux de la couronne, ou
seigneurs suzerains, droits qui ajoutèrent encore à leur importance
politique; car lorsque, vers la fin de la seconde race, les seigneurs,
profitant de la foiblesse du gouvernement et du malheur des temps,
s'arrogèrent, dans leurs terres, tous les droits de la souveraineté,
et que cette usurpation eût été légitimée par les rois de la
troisième race, il étoit difficile sans doute que les gens d'église,
devenus possesseurs de terres inféodées, ne les maintinssent pas
telles qu'ils les avoient reçues, et ne se missent pas, sous tous les
rapports, au lieu et place des anciens possesseurs[389].

[Note 388: _Voy._ p. 208.]

[Note 389: Il nous semble qu'en traitant cette question, M. de Bonald
n'a pas fait preuve de son exactitude accoutumée, lorsqu'il met au
nombre des causes qui changèrent ainsi la nature des biens du clergé,
les _donations multipliées_ qui lui furent faites. (Voy. _OEuvres
complètes, t. III, p. 274._) Ce n'est point par _donations_, mais par
_restitutions_, qu'il devint propriétaire de terres inféodées. Le même
écrivain pense aussi que ce fut comme _possesseurs de fiefs_, que les
gens d'église se virent forcés de lever des soldats et souvent de
combattre eux-mêmes (_ibid._, p. 275): nous avons prouvé que ce fut
pour eux une triste nécessité de le faire, long-temps avant qu'ils
eussent des biens de cette espèce; et nous ajoutons que cette dernière
révolution qui rendit ainsi au clergé, avec les priviléges immenses de
l'inféodation, tant de propriétés dont il avoit été violemment
dépouillé, loin de nuire à son existence, servit au contraire à la
consolider.]

Ils le firent en effet; et en ce qui concerne les évêques de Paris, il
arriva que, lorsque cette ville fut devenue, sous la domination des
Capétiens, la seule capitale du royaume, ces prélats acquirent, par
cette situation nouvelle, un degré de puissance et de considération
qu'ils n'avoient point eu jusque-là; et l'on peut concevoir que cette
défense de leurs priviléges, alors si légitime, les mit naturellement
en opposition avec le pouvoir et les volontés du monarque. Nous avons
dit qu'ils possédoient au couchant de la _ville_ un terrain
considérable, sous le nom de _Culture-l'Évêque_. C'est la plus
ancienne concession qui leur ait été faite; et l'on n'en peut fixer
l'origine, qui remonte jusqu'aux rois de la première race. Ils
jouissoient donc dans ce domaine de tous les droits seigneuriaux.
C'étoit là qu'étoit leur maison de plaisance, et qu'ils avoient leurs
greniers dans un lieu nommé _Ville-l'Évêque_; vis-à-vis étoit un port
qui dépendoit également d'eux, et qui avoit le même nom. Par
l'agrandissement rapide de Paris hors de sa première enceinte de ce
côté, il se trouva qu'on fut forcé d'empiéter sur leur terrain, et
qu'on voulut bâtir sur leur censive: ces projets nouveaux ne
s'exécutèrent point sans obstacle de leur part, et firent naître entre
eux et les rois une foule de contestations et de transactions, dont
nous aurons occasion de parler dans la suite de cet ouvrage.

Les droits de l'évêque étoient tels, que, du temps de saint Louis, la
ville de Paris étoit pour ainsi dire partagée en deux parties, dont
l'une étoit sous la domination du roi, l'autre sous celle du prélat;
et les bourgeois qui reconnoissoient la juridiction de ce dernier
refusoient souvent d'obéir aux ordonnances du monarque. Les choses en
vinrent au point que le roi crut nécessaire d'assembler un parlement,
pour faire examiner si les vassaux de l'évêque n'étoient point tenus
de se soumettre à ses commandements. La décision de l'assemblée fut
en sa faveur, malgré les efforts de sa partie adverse, qui produisit
pour sa défense les transactions faites entre les rois précédents et
l'église de Paris. Voyant qu'on n'y avoit point égard, il mit en
interdit toutes les églises de son diocèse, et défendit qu'on y
célébrât le service divin. Cette démarche eut un tel éclat, que le
roi, appréhendant les suites qu'elle pouvoit avoir pour la religion,
fit sa paix avec l'évêque, qui continua de jouir de ses anciens
priviléges.

Cependant de telles résistances, qui, nous ne nous lassons point de le
répéter, ne peuvent être jugées selon les règles de la politique
moderne qu'avec une extrême injustice et même une grande absurdité,
n'eurent point d'effets véritablement fâcheux; et depuis
l'établissement de la troisième race, le pouvoir des rois s'étant
élevé par degré sur les ruines de la féodalité, l'évêque de Paris,
malgré l'influence que lui donnoit en effet l'avantage nouveau de sa
position, se vit insensiblement forcé de céder à une autorité qui,
chaque jour, prenoit un nouvel ascendant. Ses efforts pour maintenir
sa juridiction temporelle n'empêchèrent point que, peu à peu, elle ne
lui échappât, pour aller se perdre, avec tant d'autres droits, dans
ceux de la couronne. Dès le règne de Louis-le-Gros, et principalement
sous Philippe-Auguste, elle avoit reçu des atteintes dans les
transactions qui furent faites entre ces monarques et l'Église[390];
saint Louis lui porta de nouveaux coups, et successivement elle
diminua, ainsi que nous l'avons déjà dit, à mesure qu'elle devint
moins nécessaire au maintien de l'ordre et à l'existence de la
société[391].

[Note 390: Le territoire de Saint-Germain-l'Auxerrois, qui étoit dans
la censive de l'évêque, devint si considérable par son commerce, que
l'évêque Étienne crut devoir, pour en maintenir la prospérité,
associer le roi Louis-le-Gros aux deux tiers du profit dans tout le
clos fermé de fossés qu'on appeloit Champeau, _Campellus_ ou
_Campelli_, et ne s'en réserver qu'un tiers pour lui et son église,
_le prévôt du roi restant tenu de prêter fidélité à l'évêque, et celui
de l'évêque au roi_. Ce fameux traité, fait du consentement du
chapitre, est daté de l'an 1136, vingt-neuvième de Louis VI, et
quatrième de Louis VII son fils.

Mais ce qui contribua le plus à diminuer les anciens droits de
l'évêque, fut un autre traité que Guillaume de Seignelay, évêque en
1222, fit avec Philippe-Auguste. Ce prince fut reconnu avoir la
justice du rapt et du meurtre dans le bourg Saint-Germain et dans la
Culture-l'Évêque, qui en étoit voisine; le droit de lever des impôts
sur les habitants pour dépenses de guerre et _chevauchées_, de même
que celui de justice sur les marchands, dans tout ce qui étoit relatif
aux marchandises. Lorsqu'il sera question du Louvre, nous parlerons
des dédommagements qui furent alors accordés à l'Église pour compenser
le tort que lui fit l'érection de cette maison royale.]

[Note 391: L'exemple suivant pourra faire comprendre quels étoient
alors les priviléges des seigneurs suzerains, priviléges contre
lesquels venoit se briser toute l'autorité des rois, et qui avoient
tout l'effet d'une loi fondamentale de l'État: les évêques de Paris, à
leur installation, faisoient leur entrée solennelle à Notre-Dame,
portés par quatre seigneurs feudataires de l'Église; et ce qu'on aura
peine à croire, c'est que le roi étoit un des vassaux soumis à ce
devoir, en qualité de seigneur de Corbeil, de Montlhéry et de la
Ferté-Aleps. L'histoire nous apprend que Philippe-Auguste et saint
Louis nommèrent des chevaliers qui les représentèrent dans cette
cérémonie. Dans la suite, il y eut quatre barons françois destinés à
remplir cette obligation; c'étoient les barons de Maci, de Montgeron,
de Chevreuse et de Luzarches. Le baron de Montmorency, qui d'abord
étoit de ce nombre, cessa d'en être lorsque sa terre eut été érigée en
duché-pairie. On ignore quand et comment a fini cette servitude,
depuis long-temps abolie; mais les rois, en même temps qu'ils étoient
soumis envers les évêques à de tels devoirs, pouvoient à leur tour, et
en vertu du droit de régale, s'emparer, à leur mort, de tous les
meubles de bois et de fer qui se trouvoient dans leurs maisons; et ces
prélats, qu'un tel droit contrarioit beaucoup, ne purent s'en racheter
qu'à force de sacrifices et de prières, choisissant pour y parvenir
une occasion où Louis-le-Jeune, prêt à faire son voyage d'outre-mer,
se trouvoit dans une grande disette d'argent.]

Bien que la juridiction ecclésiastique fût infiniment plus parfaite
que celle des barons[392], qu'elle fût même réglée sur les principes
de toute bonne jurisprudence, sur des lois fixes, sur la gradation
des tribunaux, cependant l'Église, qui dans tous les temps ne cessa
point de s'élever contre les coutumes injustes et barbares, se voyoit
quelquefois obligée de les tolérer. Par exemple, l'usage des duels
juridiques appelés _jugement de Dieu_[393], étoit si généralement
adopté et tellement conforme aux goûts et aux moeurs de la nation
françoise, que les juges ecclésiastiques ne pouvoient pas toujours
rejeter cette manière étrange de décider du bon droit entre deux
contendants. C'étoit dans la cour même de l'évêché que se faisoient
ces _monomachies_ ou duels ordonnés par le tribunal de l'église de
Paris; ce que nous apprend Pierre-le-Chantre, qui écrivoit vers l'an
1180. _Quædam ecclesiæ habent monomachias, et judicant monomachiam
debere fieri quandoquè inter rusticos suos: et faciunt eos pugnare in
curiâ ecclesiæ, in atrio episcopi vel archidiaconi, sicut fit
Parisius._ Le même auteur ajoute que le pape Eugène (sans doute Eugène
III) ayant été consulté au sujet de ces combats, répondit: «Suivez vos
coutumes» _utimini consuetudine vestrâ_; mais il n'en est pas moins
vrai que l'Église condamnoit et cette épreuve et toutes les autres.
Les papes, les évêques, les conciles ont prononcé anathème contre les
_duellistes_[394]. Agobard, dans ses livres contre la loi
_Gombette_[395], réfuta avec force _la damnable opinion_ de ceux qui
prétendent que Dieu fait connoître sa volonté et son jugement par les
épreuves de l'eau, du feu et autres semblables. Il se récrie vivement
contre le nom de _Jugement de Dieu_ qu'on osoit donner à ces épreuves.
«Comme si, dit-il, Dieu les avoit ordonnées, et s'il devoit se
soumettre à nos préjugés et à nos sentiments particuliers pour nous
révéler tout ce qu'il nous plaît de savoir.» Les mêmes opinions furent
soutenues dans le onzième siècle par Yves de Chartres, par saint
Thomas et par tous les théologiens les plus sages et les plus
éclairés; et généralement, dans ces temps d'une ignorance et d'une
corruption si profonde, il n'est pas une seule de ces maximes fondées
sur le bon sens et la morale, qui font maintenant la règle des
sociétés chrétiennes les plus civilisées, que n'ait alors professée
l'église, seule juste et seule éclairée au milieu des vices et des
ténèbres dont elle étoit entourée.

[Note 392: Cette juridiction des barons devint surtout vicieuse et
abusive vers la fin de la seconde race, lorsque les malheurs du temps
ayant légitimé les usurpations des grands vassaux, ils détruisirent
toute _appellation_ à un tribunal supérieur. Auparavant, ainsi que
nous l'avons déjà dit, et que nous aurons occasion de le redire
encore[392-A], l'administration de la justice, malgré beaucoup
d'imperfections qu'avoient introduites l'ignorance des barbares et la
grossièreté de leurs moeurs, étoit bonne dans son principe qui ne
demandoit qu'à être bien compris et raisonnablement développé; et ce
qui le prouve, c'est qu'il suffit de revenir à ce principe, pour
donner à la France la hiérarchie judiciaire la plus parfaite du monde
civilisé, et un corps de magistrature auquel rien en Europe ne pouvoit
être comparé.]

[Note 392-A: _Voyez_ ci-dessus, p. 58, et ci-après l'article
_Châtelet_.]

[Note 393: C'est dans la jurisprudence des tribunaux francs qu'il faut
aller chercher l'institution barbare du _jury_, conservée par la
nation anglaise, chez qui elle a été une des causes les plus actives
de corruption pour toutes les classes de la société; institution
depuis si follement adoptée en France avec tant d'autres qui ont fait
sa honte et son malheur. Dans toute affaire, soit civile, soit
criminelle, on procédoit par audition de témoins, les uns oculaires,
et ceux-ci étoient produits par les parties, les autres simples
_examinateurs_ ou _jurés_, et ceux-là étoient choisis par le juge.
Lorsque l'accusé pouvoit réunir en sa faveur la plus grande partie de
ces témoins, dont le nombre varioit suivant la nature et la gravité du
délit, son innocence étoit _prouvée_; que si les témoins lui étoient
contraires, alors il avoit la ressource de se purger ou par le serment
ou par le combat, auquel il provoquoit son accusateur. Toutefois, le
serment n'étoit valable que lorsque cet accusé pouvoit déterminer un
nombre plus ou moins grand de personnes d'une condition égale à la
sienne, à _jurer_ avec lui. C'étoit là ce qu'on appeloit les
_conjurateurs_. Quant à l'accusateur, il ne pouvoit refuser le combat,
lorsque l'accusé n'avoit pu réunir le nombre de ces _conjurateurs_,
fixé par la loi. Les combats de cette espèce, si connus sous le nom de
_jugement de Dieu_, étoient très-meurtriers sous la première race
(Greg. Tur., lib. X, cap. 10); ils le furent moins sous la seconde, et
les capitulaires paroissent n'y autoriser que l'usage de l'écu et du
_bâton_. (_Ibid._, lib. IV, c. 23.) En 1215 une ordonnance de
Philippe-Auguste fixa à trois pieds la plus grande longueur des bâtons
dont les champions devoient être armés. (Ordonn. du Louv., t. I, p.
36.)

Il étoit une autre sorte d'épreuves nommée _ordalie_, ou épreuve par
les élémens; mais il n'y avoit que les personnes de condition servile
qui y fussent sujettes. (I. Cap., an. 809, c. 28.)]

[Note 394: Entre autres, le concile de Valence, tenu en 855; Nicolas
Ier, dans une épître à Charles-le-Chauve; les papes Célestin III,
Innocent III, Honorius III. On les voit condamnés dans quatre conciles
assemblés par Louis-le-Débonnaire, et dans le neuvième général de
Latran, etc.]

[Note 395: Par cette loi, dont étoit auteur Gondebaud, roi des
Bourguignons, il étoit ordonné que ceux qui ne voudroient pas se tenir
à la déposition des témoins ou au serment de leur adversaire,
pourroient prendre la voie du duel. (_Voy._ la note p. 351.)]

On ne s'étonnera donc plus maintenant si, malgré tout ce que
l'histoire de Paris raconte des démêlés des rois avec les évêques,
nous ne craignons point d'avancer qu'il n'est point de siége dans la
chrétienté qui offre une suite plus remarquable de grands et pieux
personnages. On y compte, jusqu'à Jean-François de Gondi, une
succession de cent sept évêques, parmi lesquels il en est six que
l'Église révère comme des saints, neuf qui ont été cardinaux, et
quelques-uns chanceliers de France.

En 1622, cet évêché, soumis à la métropole de Sens, en fut séparé par
Grégoire XV, et érigé en archevêché. Cette érection fut faite en
faveur de M. Jean-François de Gondi; il fut peu après nommé commandeur
des ordres du roi, honneur dont avoient joui presque tous ses
successeurs. Louis XIV accorda une distinction encore plus glorieuse à
M. de Harlai de Chanvalon, en érigeant, pour lui et les archevêques de
Paris, la terre de Saint-Cloud en duché-pairie[396].

[Note 396: Elle étoit composée des seigneuries de _Saint-Cloud_,
_Maisons_, _Créteil_, _Ozoir-la-Ferrière_ et _Armentières_.

La juridiction ecclésiastique de l'archevêque, dite l'_Officialité_,
tenoit son audience à l'entrée de la chapelle épiscopale inférieure.
Ce tribunal étoit composé d'un official, un vice-gérent, et
quelquefois plusieurs assesseurs, un greffier, un promoteur, des
appariteurs.

Ce prélat avoit encore une autre justice, que l'on nommoit la
_Temporalité_. Elle étoit exercée par un juge qui connoissoit des
appellations de sentences rendues en matière civile par les officiers
des justices des terres de l'archevêché.

Il possédoit en outre le droit de justice de fief et de voirie dans
neuf fiefs situés dans la ville de Paris.]

On compte dix archevêques depuis M. de Gondi jusqu'à M. de Juigné, qui
gouvernoit l'église de Paris en 1789.



LE CHAPITRE DE NOTRE-DAME.


On entend par _Chapitre_, dans une église cathédrale ou collégiale, la
communauté des ecclésiastiques qui la desservent, lesquels sont
appelés _chanoines_[397], et doivent vivre suivant la règle
particulière de la congrégation dont ils sont membres.

[Note 397: Ce mot chanoine, _canonicus_, vient de _à canone_, qui
signifie _règle_.]

Quelques-uns font remonter l'origine des chanoines jusqu'aux apôtres,
qui, d'après toutes les traditions, vécurent réunis avec les
disciples, et donnèrent les règles de la vie commune. En effet,
quoique les noms de clercs et de chanoines ne fussent pas usités dans
les premiers temps, il paroît que les prêtres-diacres de chaque église
formoient entre eux un collége; et cette expression se trouve souvent
dans les pères des trois premiers siècles.

On trouve aussi que cet ordre et ces réunions furent souvent troublés
par les persécutions; mais dans ces maux qui affligeoient les églises,
les clercs, séparés les uns des autres, continuoient du moins à mettre
leurs biens en commun; les plus riches venoient ainsi au secours des
plus pauvres, et chacun se contentoit de la _sportule_ ou portion[398]
qu'il recevoit tous les mois de l'évêque, seul dispensateur de cette
commune propriété.

[Note 398: On nommoit ces portions _divisiones mensurnas_, et ils
furent appelés _fratres sportulantes_.]

Cependant la distinction que l'on fit, en 324, des églises cathédrales
d'avec les églises particulières, peut être regardée comme la
véritable origine des colléges et des communautés de clercs appelés
_chanoines_. Du temps de saint Basile et de saint Cyrille, ils étoient
déjà désignés sous ce nom en Orient; on l'employa plus tard en
Occident. Vers le milieu du quatrième siècle, saint Eusèbe, évêque de
Verceil, rassembla le premier ses clercs, et les soumit à toute la
rigidité de la vie monastique; mais c'est surtout saint Augustin qu'on
peut considérer comme le restaurateur de la vie commune dans cette
partie de la chrétienté. Lorsqu'il fut devenu évêque d'Hippone, il
forma une communauté des prêtres de son église, avec lesquels il
vivoit dans un entier détachement des choses du monde. Cet exemple fut
imité dans les Gaules, comme dans les autres parties de la chrétienté;
mais les troubles qui, sous la domination des rois francs, ne
cessèrent d'agiter cette contrée, faisant naître partout la licence et
le désordre, n'épargnèrent point ces asiles de la piété et de la paix.
La discipline ne tarda point à s'y altérer; il y eut déréglement et
scandale dans les moeurs, et souvent ce scandale fut porté à son
comble. Enfin saint Chrodegand, évêque de Metz, qui vivoit sous le
règne de Pépin, conçut le projet d'en arrêter le cours, ce qu'il fit
et par ses leçons et par ses exemples. Les réglements qu'il donna à
ses chanoines furent adoptés par un grand nombre d'églises; et l'on
vit de nouveau les clercs attachés aux cathédrales vivre suivant les
règles austères des anciens canons.

Quoique l'histoire ne nous laisse pas même soupçonner que le chapitre
de Notre-Dame, entraîné par le torrent, ou séduit par les exemples,
soit jamais tombé dans les écarts qui, dans ces siècles malheureux,
furent l'affliction de l'Église, et sont devenus l'injuste et éternel
reproche de ses adversaires, cependant on peut se persuader qu'il
n'aura pas été des derniers à adopter les réglements de saint
Chrodegand; parce que, dans tout ce que nous en disent les traditions,
on le voit zélé pour ses devoirs, animé d'une véritable piété, et
tendant sans cesse vers une plus grande perfection. Ces témoignages
ont fait penser à l'historien de l'église de Paris que l'institution
ou plutôt la réforme du chapitre de la cathédrale avoit été faite par
Erkenrad Ier, sous le règne de Charlemagne: on n'en trouve cependant
de monuments authentiques que sous celui de Louis-le-Débonnaire. Ce
prince, profitant de l'occasion d'un concile qu'il avoit convoqué à
Aix-la-Chapelle en 816[399], y fit rédiger une règle fixe pour les
chanoines: un diacre nommé Amalarius fut chargé de ce soin par les
pères du concile. Cette règle prescrivoit l'habitation et la vie
commune dans des cloîtres fermés; mais elle n'exigeoit point la
désappropriation ni certaines abstinences qui étoient de précepte et
d'usage dans les monastères. L'empereur ordonna qu'elle fût observée
dans les différents États soumis à sa domination; et ce fut là,
suivant les plus sûres apparences, l'époque de l'institution des
chanoines de Notre-Dame dans la forme qui s'est conservée presque
entière jusqu'aux derniers temps. C'est depuis cette réforme qu'on les
voit appelés si souvent dans les actes _les frères de Sainte-Marie_,
et qu'il est parlé de _cloître_, de _règle_ et de _chapitre_[400].

[Note 399: _Chron. Ademar. ad. ann. 816._]

[Note 400: Sous la première et la seconde race, on les voit désignés
sous le titre de _fratres et seniores, vel primores Sanctæ Mariæ_.
Depuis le concile d'Aix-la-Chapelle, le chapitre est nommé
_Congregatio vel conventus fratrum aut canonicorum Beatæ Mariæ_. Ce
n'est qu'en 1073 qu'on lit, pour la première fois, le mot _Capitulum_.

Ces mots de _frères_ et de _règle_ ont fait croire à quelques auteurs
que le chapitre de Notre-Dame étoit, dans les commencements, une
communauté de _chanoines réguliers_, et qu'ils suivoient la règle de
saint Augustin. Le culte particulier qu'ils rendoient à ce saint
docteur n'est pas une preuve assez forte pour appuyer ce sentiment; et
sa fête est célébrée avec solennité dans plusieurs églises qui n'ont
jamais reçu sa règle.]

Le concile de Paris, tenu en 829, ayant ordonné que les chefs des
communautés séculières et régulières pourvoiroient aux besoins
temporels de ceux qui les composoient, l'évêque Inchade céda pour lors
aux chanoines, en toute propriété, plusieurs terres et villages qui
appartenoient à l'église de Paris, avec toutes leurs dépendances.
C'est de la division qui se fit de ces mêmes biens dans des temps
postérieurs, que se sont formées les prébendes canoniales dont
jouissoient encore les chanoines de Notre-Dame au moment où l'église a
été dépouillée de son patrimoine.

Ce chapitre étoit non-seulement le plus considérable de Paris[401],
mais encore de la France entière; et il devoit moins cet avantage au
grand nombre de bénéfices qui en dépendoient, qu'au mérite, à la
science et aux vertus en quelque sorte héréditaires des dignes
ecclésiastiques qui le composoient. Il a joui dans tous les temps de
cette haute réputation; dans tous les temps on le prit pour modèle, on
le consulta avec confiance, on reçut ses décisions avec respect. Il a
la gloire d'avoir donné à l'Église six papes, trente-neuf cardinaux et
un nombre considérable d'évêques. On voit un pontife illustre,
Alexandre III, demander comme une faveur que ses neveux fussent élevés
dans le cloître Notre-Dame; Louis VII et plusieurs de nos princes y
puisèrent l'esprit de la religion et le goût de la science; enfin un
fils de Louis-le-Gros, Henri, fut chanoine de Notre-Dame; et Philippe,
son frère, préféra le simple titre d'archidiacre de l'église de Paris
aux évêchés auxquels sa haute naissance et ses vertus lui donnoient le
droit de prétendre.

[Note 401: Il y avoit anciennement treize chapitres à Paris, qui étoient:
1º le chapitre de Notre-Dame; 2º ceux de Saint-Jean-le-Rond; 3º de
Saint-Denis-du-Pas; 4º de Saint-Marcel; 5º de Saint-Honoré; 6º de
Sainte-Opportune; 7º de Saint-Méry; 8º du Saint-Sépulcre; 9º de
Saint-Benoît; 10º de Saint-Étienne-des-Grés; 11º de Saint-Thomas-du-Louvre;
12º de Saint-Nicolas-du-Louvre; 13º de Saint-Germain-l'Auxerrois. Le nombre
de ces chapitres avoit été diminué par la réunion qui s'étoit faite de
plusieurs d'entre eux, ainsi qu'on le verra par la suite.]

Ce chapitre étoit composé de huit dignités qui pouvoient être
possédées par d'autres que par les chanoines, et de cinquante-deux
canonicats. Il y avoit en outre six vicaires perpétuels, dont deux
titres avoient été unis au chapitre; deux vicaires de Saint-Agnan et
un chapelain; huit bénéficiers chanoines de Saint-Jean-le-Rond, et
dix de Saint-Denis-du-Pas. Ces bénéficiers, ainsi que tous les
chapelains attachés à Notre-Dame, ne faisoient qu'un seul corps avec
l'église de Paris[402].

[Note 402: Ce chapitre étoit indépendant de la juridiction de
l'archevêque. Il avoit, ainsi que lui, son officialité et une justice
séculière, appelée _la Barre du Chapitre_. De lui dépendoient aussi
les chapitres de Saint-Méry ou Médéric, du Saint-Sépulcre, de
Saint-Benoît et de Saint-Étienne-des-Grés. On appeloit vulgairement
ces chapitres _les quatre filles de Notre-Dame_; comme ceux de
Saint-Marcel, de Saint-Honoré, de Sainte-Opportune, et celui de
Saint-Germain-l'Auxerrois, avant sa réunion au chapitre de Notre-Dame,
étoient nommés _les filles de l'Archevêque_. Nous en parlerons à
l'article de ces diverses églises.]

La principale entrée du cloître étoit à côté de l'église cathédrale.
On y voyoit, avant la révolution, une porte, laquelle avoit été
construite en 1751[403], avec les matériaux et en partie sur
l'emplacement de la petite église de Saint-Jean-le-Rond, dont nous
allons parler.

[Note 403: Elle a été abattue.]



SAINT-JEAN-LE-ROND.


On sait que les fonts baptismaux de l'église de Paris étoient jadis à
Saint-Germain-le-Vieux, qui avoit alors le nom de Saint-Jean-Baptiste,
et qu'ils furent depuis transportés plus près de la cathédrale, dans une
chapelle bâtie pour cet usage. Cette chapelle, que l'on abattit en même
temps que les anciennes églises de Notre-Dame et de Saint-Étienne, fut
ensuite rebâtie et placée au bas de la tour septentrionale de la
nouvelle basilique. On présume, que dans l'origine, elle étoit moins
avancée vers l'occident; on sait du reste que le surnom qu'elle portoit
ne venoit que de la forme ronde employée dans ces sortes d'édifices.

La bâtisse de Saint-Jean-le-Rond de Paris ne paroissoit être que du
treizième siècle, et même le portail étoit beaucoup plus nouveau. Ce
baptistère, que desservoient deux prêtres[404], fut pendant long-temps
le seul qu'il y eût dans cette capitale; mais lorsque le nombre des
citoyens eut fait multiplier celui des églises, et que chacune eut
obtenu d'avoir son baptistère particulier, ces deux prêtres furent
chargés de visiter les malades, d'inhumer les morts, et de célébrer,
pendant une année, la messe pour les chanoines décédés. Ils
jouissoient à cet effet du revenu annuel de la prébende de chaque
chanoine défunt. Ces dispositions changèrent depuis: l'annuel fut
transporté aux chanoines de Saint-Victor, et l'on indemnisa les deux
prêtres par le don d'une prébende dans l'église de Notre-Dame, sous
certaines conditions qui les maintenoient dans la dépendance du
chapitre[405]. Dans la suite le nombre de ces desservants fut
augmenté.

[Note 404: _Hist. eccl. Paris._, t. II, p. 22 et 23.]

[Note 405: Ces conditions étoient qu'ils s'acquitteroient des mêmes
fonctions, l'anniversaire excepté; qu'ils ne pourvoient se qualifier
chanoines de Sainte-Marie, mais seulement de Saint-Jean, et que le
chapitre conserveroit le droit de les nommer et de les destituer.]

On a remarqué que cette église, et peut-être même l'entrée de la
cathédrale étoient les lieux où se terminoient juridiquement certaines
affaires ecclésiastiques, coutume qui rappeloit ce qui s'étoit
pratiqué plus anciennement aux portiques des grandes églises. Il
existe un ancien acte finissant par ces mots: _Actæ sunt hæc in
ecclesiâ Parisiensi apud cupas_[406]. On lit aussi que les médecins se
sont assemblés autrefois _ad cupam nostræ Dominæ_. Cette même église
servoit de paroisse aux laïques logés dans le cloître Notre-Dame.

[Note 406: Cartul. S. Magl., fol. 178.]

     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés: Henri Boileau, avocat
     général, mort en 1491; Gilles Ménage, savant célèbre, mort
     en 1692; Jean-Baptiste Duhamel, habile théologien, mort en
     1706.

On démolit Saint-Jean-le-Rond en 1748; alors les fonts baptismaux, les
fondations et le service divin furent transférés à Saint-Denis-du-Pas,
qui, depuis cette époque, s'appela _Saint-Denis et Saint-Jean-Baptiste_.



SAINT-DENIS-DU-PAS.


Le surnom de cette église fit naître, dans le dix-septième siècle, une
contestation si vive entre deux savants, qu'elle en devint ridicule,
par l'importance qu'ils mirent à une question d'un si foible intérêt,
et surtout par l'amertume qu'ils répandirent dans leur discussion. M.
Delaunoy prétendoit que cette église étoit ainsi surnommée par la
raison que le premier apôtre des Parisiens y avoit souffert le
martyre, _à passione_. M. de Valois, qui combattit son sentiment avec
humeur et même avec emportement, le réfuta toutefois avec beaucoup de
solidité; et il n'est plus question ni de cette étymologie évidemment
fausse, ni de cette vieille querelle.

Ce terme de _passus_ a été employé à l'égard de plusieurs saints[407]
qui certainement n'ont jamais souffert le martyre; et l'on ne peut
raisonnablement l'expliquer que par la situation de leur église. Celle
de Saint-Denis n'étoit séparée de la cathédrale que par un chemin
étroit nommé _pas_, et d'ailleurs étoit située auprès du petit bras de
la rivière qui coule entre l'île Saint-Louis et la Cité. Il ne faut
donc point chercher une autre origine à ce surnom, puisqu'autrefois on
appeloit ainsi tout chemin étroit et tout courant d'eau qui est entre
deux terres; et que, dans l'ancien langage françois, _pas_ et
_passage_ sont synonymes.

[Note 407: À l'abbaye de Saint-Denis, il y avoit une chapelle de
Saint-Nicolas qui est désignée dans les titres, _Sanctus Nicolaus de
Passu_. Au diocèse de Chartres étoit une paroisse appelée _le Pas de
Saint-Lomer_.]

Cette chapelle, qui existoit avant le douzième siècle, étoit depuis
long-temps négligée, et il y a apparence qu'on n'y faisoit plus le
service divin. En 1164 et jusqu'à la fin de ce même siècle, plusieurs
pieux personnages y fondèrent des prébendes, au nombre de cinq. Elles
furent ensuite divisées, par une ordonnance du chapitre de Notre-Dame,
entre dix chanoines[408], qui les ont conservées jusqu'au moment de la
révolution. En 1182, le pape Luce III donna à Saint-Denis-du-Pas la
qualité d'église[409].

[Note 408: Cinq de ces prébendes étoient sacerdotales, trois
diaconales et deux sous-diaconales.]

[Note 409: Cette église a été abattue.]



HÔTEL-DIEU.


L'institution des hôpitaux est un des bienfaits du christianisme. La
police des païens, qui savoit réprimer la fainéantise, qui empêchoit
le mendiant valide de dérober à la pitié le pain qu'il pouvoit obtenir
par son travail, n'alloit point jusqu'à s'inquiéter du sort de
l'infortuné dont l'âge et la maladie avoient épuisé les forces. On
croyoit qu'il valoit mieux que le pauvre mourût que de vivre inutile
et souffrant. La vertu purement humaine n'étoit point capable d'un si
grand dévouement: il n'y avoit qu'une charité toute céleste qui pût
embrasser dans sa tendre prévoyance tous les âges, toutes les misères,
toutes les souffrances; et, parmi tant de maux qui affligent les
hommes, regarder comme les plus dignes de ses soins les infirmités les
plus horribles et les misères les plus repoussantes.

Dès les premiers temps, une partie considérable des biens que les
églises avoient obtenus de la libéralité des empereurs fut consacrée à
ces pieux établissements. Des prêtres les administroient, sous la
direction de l'évêque; et l'on y recevoit sans distinction et les
pauvres chrétiens et le païen indigent que ceux de sa religion
continuoient à repousser. Julien l'Apostat lui-même ne put s'empêcher
de rendre témoignage à cette vertu surnaturelle des premiers fidèles;
et la confusion qu'il en ressent éclate dans une lettre qu'il écrit à
un pontife de Galatie, auquel il recommande d'établir, à leur
imitation, des hôpitaux et des contributions pour les pauvres. Dans
cet écrit très-remarquable, il attribue l'accroissement du
christianisme principalement à trois causes, à l'hospitalité, au soin
des sépultures, à la gravité des moeurs.

Dès les commencements de la monarchie française, on voit des hôpitaux
établis dans différentes villes par la piété de nos rois; et l'on ne
peut douter que l'Hôtel-Dieu ne soit une des fondations les plus
anciennes de ce genre. Néanmoins toutes les recherches de nos
historiens n'ont pu nous procurer à ce sujet que des notions vagues et
incertaines. C'est sans doute de cette incertitude qu'est venue la
tradition qui fait honneur à saint Landri de la création de ce pieux
établissement, tradition vers laquelle semblent pencher plusieurs
savants distingués[410] qui se sont occupés des antiquités de Paris.
Cependant on ne trouve dans les anciens titres qui prouvent
incontestablement que saint Landri a existé, aucune particularité sur
ses actions et sa vie. Son culte n'a commencé que sous l'épiscopat de
Maurice de Sully; et c'est seulement dans une légende insérée dans un
bréviaire de 1492, qu'on lit pour la première fois que ce saint évêque
étoit particulièrement recommandable par sa grande charité. Un éloge
aussi vague ne pouvoit suffire pour faire conclure qu'il est le
fondateur de l'Hôtel-Dieu, et c'est cependant sur ce seul titre que la
légende du dix-septième siècle lui en attribue la fondation, malgré le
silence absolu de tous les historiens et de tous les martyrologes. Il
est donc impossible de ne pas rejeter cette assertion jusqu'à ce qu'on
en ait donné des preuves raisonnables et suffisantes.

[Note 410: L'historien de l'église de Paris, D. Félibien; M. de
Mautour; Mém. de l'Acad. des Inscrip., t. III, p. 299.]

Saint Landri est mort vers l'an 656; et tout porte à croire qu'à cette
époque l'Hôtel-Dieu n'existoit point encore. On trouve même qu'en 690
il y avoit sur l'emplacement où il est situé un monastère de filles,
dont _Landetrude_ étoit abbesse[411]. Alors c'étoit la maison de
l'évêque qui étoit l'asile des malheureux, de la veuve et de
l'orphelin. Le pauvre et le malade y trouvoient des secours et des
consolations; elle servoit encore de retraite aux pélerins et aux
voyageurs; et les annales de l'église, celles de la monarchie, les
actes, les récits les plus authentiques nous représentent les évêques
de Paris, dignes successeurs des apôtres, livrés par-dessus tout à ces
pieux devoirs. On les voyoit, excitant le clergé par l'ardeur de leur
zèle et de leur charité, se faire un plaisir et une gloire de recevoir
tous ceux que leur affliction ou leurs besoins conduisoient vers eux,
leur laver les pieds, les servir eux-mêmes à table, leur administrer
les sacrements, et leur prodiguer ainsi tous les secours de l'âme et
du corps.

[Note 411: Voyez pag. 287.]

Le premier titre où il est question de l'Hôtel-Dieu est un acte de
l'an 829, par lequel l'évêque Inchade assigne à cette maison les dîmes
des biens dont il avoit gratifié son chapitre, pour se conformer à une
décision du concile d'Aix-la-Chapelle, dont nous avons déjà parlé. On
voit, par cet acte de donation, que, dans certains temps, _les
chanoines y lavoient les pieds aux pauvres_; d'où il résulte que
l'Hôtel-Dieu existoit sous le règne de Charlemagne, et que l'évêque et
son chapitre y avoient des droits, soit pour l'avoir fondé, soit pour
avoir contribué à le doter.

Les chanoines possédoient, et sans doute à ce dernier titre, la moitié
de cet établissement[412]; l'autre leur fut cédée, en 1002, par
Renaud, évêque de Paris; et vers la fin du même siècle, un autre
évêque, nommé Guillaume Montfort, leur fit don de l'église
Saint-Christophe. Depuis cette dernière époque, on voit l'Hôtel-Dieu,
entièrement sous l'administration du chapitre, gouverné par des
chanoines proviseurs choisis dans son sein, et la chapelle
Saint-Christophe desservie par deux prêtres de la cathédrale.

[Note 412: Nécrol. de N. D., 27 août et 12 sept.]

L'accroissement rapide de la population ayant considérablement
augmenté le nombre des pauvres, il fallut bientôt multiplier celui des
personnes employées au service de l'Hôtel-Dieu, et fixer les fonctions
de chacun de ces ministres. Dès l'an 1217, des statuts nouveaux furent
dressés par Étienne, doyen de Paris, conjointement avec le chapitre.
Par ces statuts il est établi pour l'administration de cette maison
quatre prêtres, quatre clercs, trente frères laïques, et vingt-cinq
soeurs: ils portent qu'on ne peut en admettre davantage, qu'ils sont
tenus de garder la chasteté, de vivre dans la désappropriation et en
commun, d'être soumis au chapitre, aux proviseurs, et à celui des
prêtres qualifié du titre de _maître de la maison de Dieu_[413].

[Note 413: _Hist. eccl. Paris_, t. II, p. 482.]

Quoique ce nom de _Maison de Dieu_, employé dans ces réglements et
dans une infinité de titres de la même époque, ne signifie pas une
_maladrerie_, mais une maison d'hospitalité, et que l'Hôtel-Dieu ne
soit pas autrement désigné dans le testament de saint Louis[414] et
dans plusieurs auteurs contemporains, il est certain cependant
qu'avant la fin du douzième siècle, on y prenoit déjà soin des
malades, comme on l'a toujours fait depuis[415]. En cherchant
l'origine de cette nouvelle destination de l'Hôtel-Dieu, un
auteur[416] a pensé qu'elle pourroit bien venir d'un statut du
chapitre de Notre-Dame, donné en 1168, par lequel il fut réglé que
tous les chanoines qui décéderoient ou quitteroient leurs prébendes,
donneroient à cet hôpital un lit garni[417]. Cette multiplication des
lits facilita sans doute la réception des malades; et trente ans
après, on lit dans un acte par lequel Adam, clerc du roi, lègue à
l'Hôtel-Dieu deux maisons dans Paris, qu'il ne fait ce don que sous la
condition qu'au jour de son anniversaire il sera accordé, sur leur
produit, à ceux seulement qui seront malades, tout ce qu'il leur
viendra dans la pensée de manger, _pourvu qu'on en puisse trouver_,
ajoute naïvement le donataire. _Eâ conditione, quòd ægrotantibus
tantùm prædicti hospitalis quicquid cibariorum in eorum venerit
desiderio, si tamen possit inveniri, de totali proventu domorum, in
die anniversarii ejus detur._

[Note 414: _Hist. eccl. Paris_, t. III, p. 249.]

[Note 415: Pastor. A., fol. 804.]

[Note 416: L'abbé Lebeuf.]

[Note 417: L'an 1413, les tours de lit commençant à n'être plus de
simple toile comme auparavant, et étant formés d'ailleurs d'un bien
plus grand nombre de pièces, les chanoines ordonnèrent que leurs
héritiers, en donnant cent livres, somme en ces temps-là
très-considérable, seroient quittes, s'ils vouloient, de cette
charité. Cette disposition nouvelle a duré jusqu'en 1592, que les
directeurs séculiers de cet hôpital se plaignirent au parlement, et
prétendirent que le ciel, les rideaux, la courtepointe et autres
accompagnements des lits des chanoines, soit qu'ils fussent de soie,
d'argent, d'or ou de telle autre étoffe que le luxe avoit ajoutée à la
simplicité des siècles précédents, devoient leur appartenir. Sur les
conclusions des gens du roi, la cour leur accorda leur demande. L'an
1654, elle condamna les héritiers de M. de Gondi, archevêque de Paris,
à délivrer aux administrateurs de l'Hôtel-Dieu son lit et tout ce qui
en dépendoit.]

La forme du gouvernement de cette maison fut changée dans la suite,
soit que le nombre des pauvres fût augmenté, soit que les revenus ne
fussent pas suffisants, ou qu'il se fût glissé quelque abus dans
l'emploi qu'on en faisoit. Toutefois ce ne fut que long-temps après;
et pendant plusieurs siècles elle fut gouvernée suivant les anciens
statuts dont nous venons de parler. On appeloit alors _frères_ et
_soeurs_ de la maison ou de l'Hôtel-Dieu, les personnes des deux sexes
qui s'y consacroient au service des pauvres et des malades; et cet
institut étoit une communauté, et non un ordre religieux[418]. Ce
n'est qu'en 1505 qu'on voit un changement remarquable dans la double
administration de ce grand établissement. Le soin des affaires
temporelles fut alors confié à huit bourgeois notables et à un
receveur nommé par le prévôt des marchands et des échevins[419]. On
créa ensuite des commissaires pour la réformation du gouvernement
spirituel; et en exécution d'un statut donné en 1536, huit chanoines
réguliers de l'ordre de Saint-Augustin y furent introduits. Les
réglements qu'ils firent y établirent l'observance régulière de
l'abbaye de Saint-Victor, avec la forme des habits et les pratiques
religieuses qui sont en usage dans cette communauté. Cette réforme
devint encore plus parfaite vers 1630, par les travaux et l'exemple de
Geneviève Bouquet, dite du _Saint nom de Jésus_. Élevée malgré elle et
par l'éclat de ses vertus au rang de prieure, cette sainte fille
établit un noviciat régulier et la vie commune parmi les soeurs de
l'hôpital; elle fit ordonner la rénovation des voeux, et engagea les
religieuses à quitter le nom de leur famille pour adopter celui de
quelque saint ou sainte. Cet usage ainsi que la régularité s'est
toujours maintenu dans cette maison jusqu'à l'époque qui a tout
détruit, sans en excepter l'asile du pauvre.

[Note 418: Rec. des tit. de l'Hôtel-Dieu.]

[Note 419: Leur nombre fut ensuite porté jusqu'à douze, en 1654, sous
l'inspection et l'autorité de l'archevêque et des premiers
magistrats.]

L'Hôtel-Dieu étoit desservi, pour le spirituel, par vingt-quatre
ecclésiastiques, dont le premier avoit la qualité de _maître_; ils
étoient sous la direction immédiate du chapitre, qui la faisoit
exercer par quatre députés réélus tous les ans, sous le titre
d'_administrateurs_ ou _visiteurs de l'Hôtel-Dieu_.

Les malades de tout âge, de tout sexe, de toute condition, de tout
pays, de toute religion, y étoient indistinctement reçus, à
l'exception de ceux qui étoient attaqués de certaines maladies, pour
lesquelles d'autres hôpitaux ont été institués. On y comptoit douze
cents lits dans vingt et une salles; et là, les malades, au nombre de
trois mille au moins (et ce nombre étoit quelquefois doublé), étoient
servis avec un zèle, une attention et une charité presque
inconcevables, par plus de cent religieuses de l'ordre de
Saint-Augustin[420]. Le spectacle de ces saintes filles, renonçant au
monde, à leurs familles, à leurs biens, à toutes les espérances de la
vie, ne conservant de toutes les affections du coeur qu'une pitié plus
courageuse et plus tendre que n'étoient horribles les souffrances qui
les environnoient, a toujours étonné et attendri tous ceux qui en ont
été les témoins; et ce n'est que dans notre siècle, où d'odieux et
vils systèmes ont flétri toutes les âmes et calomnié toutes les
vertus, qu'on a cessé un moment d'admirer ce que la charité chrétienne
offrit jamais de plus admirable. «Le cardinal de Vitry, dit Helyot, a
voulu sans doute parler des religieuses de l'Hôtel-Dieu, lorsqu'il dit
qu'il y en avoit qui se faisoient violence, souffroient avec joie et
sans répugnance l'aspect hideux de toutes les misères humaines, et
qu'il lui sembloit qu'aucun genre de pénitence ne pouvoit être comparé
à cette espèce de martyre.»

[Note 420: Elles étoient aidées dans leurs fonctions par un grand
nombre de personnes, tant du dehors que de l'intérieur de
l'Hôtel-Dieu. L'état journalier de cette maison en portoit le nombre à
plus de cinq cents.]

«Il n'y a personne, continue le même auteur dans son langage naïf,
qui, en voyant les religieuses de l'Hôtel-Dieu, non-seulement panser,
nettoyer les malades, faire leurs lits, mais encore, au plus fort de
l'hiver, casser la glace de la rivière qui passe au milieu de cet
hôpital, et y entrer jusqu'à la moitié du corps, pour laver leurs
linges pleins d'ordures et de vilenies, ne les regarde comme autant de
saintes victimes, qui, par un excès d'amour et de charité pour
secourir leur prochain, courent volontiers à la mort qu'elles
affrontent, pour ainsi dire, au milieu de tant de puanteur et
d'infection causées par le grand nombre des malades[421].»

[Note 421: La communauté de ces religieuses étoit toujours
très-nombreuse, malgré l'austérité de leur règle et les pénibles
travaux qui y étoient attachés; elles étoient ordinairement cent
trente. Leur noviciat duroit sept ans, à dater du jour de la prise de
l'habit, et il ne falloit pas moins de temps pour éprouver une
vocation si difficile.

L'administration de cet hôpital a éprouvé bien des changements pendant
la révolution; et c'est alors qu'on a pu se convaincre que des
dispositions purement humaines et des agents salariés ne pouvoient
suffire à des travaux, à des sacrifices qui sont tels qu'aucun prix
sur la terre ne peut les payer. Il n'appartient qu'à la religion et
aux immortelles espérances qu'elle porte avec elle, de produire de
tels prodiges de dévouement et de charité; et ils périroient avec
elle, s'il étoit possible qu'elle périt jamais. Les soeurs de
l'Hôtel-Dieu ont donc été rappelées, parce que l'on a reconnu qu'il
étoit impossible de se passer de leur assistance.]

Philippe-Auguste est le premier de nos rois qui ait fait des dons à
l'Hôtel-Dieu; après lui saint Louis le combla tellement de ses pieuses
libéralités, qu'il mérita d'en être appelé le fondateur. Non-seulement
ce prince en accrut les revenus, mais il en augmenta considérablement
les bâtiments, qui, avant lui, ne consistoient que dans trois ou quatre
corps-de-logis, avec l'ancienne chapelle de Saint-Christophe[422].
Depuis, les bâtiments se multiplièrent entre la rivière et la rue des
Sablons, et vinrent aboutir au Petit-Pont, où il y avoit une autre
chapelle, sous le nom de Sainte-Agnès. En 1463, les frères et soeurs de
l'Hôtel-Dieu acquirent plusieurs places autour de cette dernière
chapelle, et y firent construire une entrée nouvelle et un portail. Par
un arrêt de l'année 1511, ils firent fermer la rue des Sablons, après y
avoir fait l'acquisition de sept maisons qui appartenoient à l'abbaye de
Sainte-Geneviève.

[Note 422: Cette chapelle, différente de l'église du même nom, située
à l'autre extrémité du parvis, fut rebâtie vers 1380, par les soins
d'Oudard de Maucreux, bourgeois de Paris. Elle a été démolie pendant
la révolution.]

En suivant la progression des accroissements de cet hospice, nous
trouvons qu'en 1531 les administrateurs traitèrent d'une maison située
sur le Petit-Pont, laquelle joignoit le portail dont nous venons de
faire mention. Sur l'emplacement de cette maison, qui avoit appartenu
à la Sainte-Chapelle, le cardinal Antoine Duprat, légat en France, fit
construire la salle qu'on appeloit, avant la révolution, _salle du
Légat_. À l'extrémité orientale, ils avoient déjà fait précédemment
plusieurs acquisitions, entre autres celle d'une grande maison connue
sous le nom du _Chantier_, et située entre l'Hôtel-Dieu et
l'Archevêché. Ils s'étoient aussi rendus propriétaires de plusieurs
bâtiments dans la rue de la Bûcherie[423]. En 1606, Henri IV fit
rebâtir la salle de Saint-Thomas, et construire les piliers d'un pont
où devoient aboutir ces nouvelles propriétés. La même année, la salle
dite de Saint-Charles, qui donna son nom à ce pont, fut achevée par
la libéralité de M. Pomponne de Bellièvre. Les administrateurs
agrandirent encore l'Hôtel-Dieu, en faisant construire, le long de la
rivière, une voûte, sur laquelle, ils élevèrent une salle
nouvelle[424]. Ils obtinrent en même temps la permission de bâtir un
second pont aux limites de leur maison, du côté de l'Archevêché. Ce
pont, qui fut fini en 1634, aboutit d'un côté à la rue l'Évêque, et de
l'autre à un portail construit sur l'autre bord de la rivière, dans la
rue de la Bûcherie; on le nomma _Pont-aux-Doubles_, parce que, dans
l'origine, les gens de pied payoient un double tournois pour y
passer[425]. Ce péage, fixé par des lettres-patentes de Louis XIII,
n'a cessé de subsister qu'au moment de la révolution; les deniers
n'ayant plus cours alors, on payoit un liard pour le droit de passage.

[Note 423: Sur la rive méridionale.]

[Note 424: Voy. pl. 20.]

[Note 425: L'édit portoit aussi _que les gens à cheval paieroient six
deniers_; mais ils n'y ont jamais passé, car il y avoit une barrière
ou tourniquet qui n'en laissoit l'entrée libre qu'aux piétons.]

Les salles dont nous venons de parler furent encore prolongées depuis.
En 1714 on pensa à construire des bâtiments nouveaux, et pour subvenir
à cette dépense, l'Hôtel-Dieu obtint sur les entrées aux spectacles un
droit dont il a joui long-temps[426]. Le Petit-Châtelet lui fut même
adjugé à cet effet en 1724; mais il ne put alors ni depuis mettre à
profit ce don du roi pour accroître ses bâtiments.

[Note 426: Ce droit étoit d'un neuvième.]

Depuis cette dernière époque, il ne reste plus rien à dire de
l'Hôtel-Dieu, sinon qu'il a été successivement dévasté par deux
incendies, dont le dernier surtout avoit causé de grands ravages et
laissé des traces profondes, qui, même après vingt ans, n'étoient
point encore effacées. En 1789, la piété et l'humanité de Louis XVI
lui avoient fait concevoir le projet de faire de grandes améliorations
dans cette maison, et même, dit-on, de faire construire plusieurs
Hôtels-Dieu en différents quartiers de la ville. Une partie de ce plan
avoit déjà commencé à recevoir son exécution.

On a élevé, depuis la révolution, un nouveau portail à l'Hôtel-Dieu,
du côté du parvis[427]. Cette décoration, qu'écrase la masse imposante
du portail de Notre-Dame, mérite cependant d'être remarquée.
L'architecte lui a donné un caractère mixte qui tient des temples et
des monuments consacrés à la bienfaisance et à l'utilité publique; des
croisées en forme d'arcades remplacent, aux deux côtés du péristyle,
les niches qui, dans une église, eussent contenu les statues des
saints patrons, et annoncent les logements et les bureaux nécessaires
à l'entrée d'une semblable maison.

[Note 427: L'ancien portail étoit d'un gothique très-élégant. _Voyez_
la pl. 19, qui offre aussi une vue de l'archevêché, tel qu'il était
dans les temps anciens.]

Une extrême simplicité convenoit à une telle construction, et l'auteur
s'y est assujetti dans toutes les parties. Il ne s'est pas même permis
les cannelures, ornement usité par les anciens dans l'ordre dorique,
et qui le mettent en harmonie avec les triglyphes dont sa frise est
ornée. La sculpture qui doit décorer le tympan du fronton n'est point
encore exécutée.



PARVIS DE NOTRE-DAME.


C'est ainsi qu'est nommée la place qui est devant l'église cathédrale.
Il n'y a pas de doute que ce mot ne vienne de celui de _paradisus_,
dont on se servoit anciennement pour exprimer l'_aire_ ou place qui
étoit devant les basiliques, souvent même le cimetière qui occupoit
cet espace, comme il l'occupe encore dans plusieurs endroits. On
donnoit aussi quelquefois le même nom au cloître qui régnoit autour;
mais il étoit plus particulièrement affecté au _porche_, _vestibule_
ou _portique_ des grandes églises. Il n'étoit pas rare de voir des
autels dans cette première partie de ces édifices sacrés; et c'étoit
là qu'étoient placées les cuves baptismales.

La place dont nous parlons a été successivement agrandie, et
principalement en 1748, lorsqu'on abattit l'église Saint-Christophe,
et qu'on supprima la rue de la Huchette. À cette époque on en baissa
aussi le sol, afin de procurer une descente plus facile à l'église
Notre-Dame, alors au-dessous du niveau de la place, et à laquelle,
dans l'origine, on montoit par un escalier de treize degrés.

On détruisit en même temps une fontaine construite en 1639, devant
laquelle étoit une ancienne statue, dont les symboles singuliers et
équivoques ont fort exercé la sagacité des antiquaires. Elle
représentoit une figure longue et d'un travail très-grossier, qui
tenoit un livre d'une main, et de l'autre un bâton entouré d'un
serpent. Plusieurs ont cru y voir une représentation d'Esculape, dieu
de la médecine; d'autres, celle de Mercure; quelques-uns l'ont prise
pour l'image d'Erchinoald ou Archambauld, qui, dit-on, fit présent à
l'église de son hôtel et de sa chapelle Saint-Christophe. Il y en
avoit qui vouloient que ce fût la figure de Guillaume d'Auvergne,
évêque de Paris, sous l'épiscopat duquel on a cru que le grand portail
de Notre-Dame avoit été achevé. L'abbé Lebeuf a présenté une opinion
plus vraisemblable en disant que cette statue pouvoit bien être celle
de Jésus-Christ, que l'on auroit détachée de l'ancienne église lors de
la reconstruction, et placée par respect en face de la nouvelle.
Jaillot offre aussi ses conjectures, qui ne sont point à dédaigner: il
pense que cette figure étoit une représentation de sainte Geneviève.
«Le visage, dit-il, étoit sans barbe, et ne portoit point les traits
d'un homme; le reste d'un cierge qu'elle tenoit d'une main, un livre
qu'elle portoit de l'autre, sont ses attributs ordinaires; le serpent,
symbole de la santé, en est un nouveau que la reconnaissance a pu
faire donner à l'occasion des guérisons miraculeuses que Dieu avoit
accordées en cet endroit par son intercession; enfin la maladie
personnifiée et foulée à ses pieds annonce la victoire que cette
sainte avoit remportée sur elle.» On doit regretter que cette statue,
qui étoit de plâtre recouvert en plomb, ait été détruite. Elle étoit
également curieuse et par son antiquité et par l'obscurité qui
l'environnoit.

C'étoit dans une maison du Parvis que se tenoient les écoles publiques
avant l'établissement des colléges et de l'université. Elles avoient
d'abord été placées dans le cloître Notre-Dame, à gauche en entrant,
dans un endroit que les anciens titres nomment _tres antiæ_. Mais
comme les chanoines étoient importunés du bruit inévitable que
faisoient les écoliers, il fut convenu, après quelques contestations
entre le chapitre et l'évêque, que les écoles seroient transférées
dans un autre emplacement, et plus près de la maison épiscopale[428].
Elles furent en conséquence établies dans le lieu nommé le _Chantier_,
situé entre le port l'Évêque et l'Hôtel-Dieu.

[Note 428: Past. B., p. 194.--Et D., p. 201.]

L'évêque avoit au Parvis une échelle patibulaire, qui étoit la marque
de sa justice. Piganiol dit qu'il en avoit encore une au port
Saint-Landri; mais c'est une erreur: il a confondu la justice de
l'évêque avec celle du chapitre, à qui ce port appartenoit de temps
immémorial.

Ce fut au parvis Notre-Dame que Bérenger et Étienne, cardinaux et
légats du pape Clément V, firent dresser, le 11 mars 1314, un
échafaud, sur lequel montèrent, après eux, le grand-maître des
Templiers, le maître de Normandie et deux autres frères, pour y
entendre le récit des crimes qu'on imputoit à leur ordre, et la
sentence qui les condamnoit à une prison perpétuelle[429].

[Note 429: On sait que le grand-maître, sommé par le légat de
confirmer les aveux qu'il avoit faits à Poitiers, s'avança sur le bord
de l'échafaud, et y fit à haute voix une rétractation, à laquelle le
maître de Normandie donna son adhésion; ce qui fut cause qu'ils furent
brûlés vifs, le soir même, sur l'île _aux Bureaux_. Voyez page 104.]



MAISON DES ENFANTS-TROUVÉS.


Voici encore une de ces institutions que la charité chrétienne pouvoit
seule imaginer. Dans cette Rome païenne, si fière de sa police et de
ses lois, des pères dénaturés exposoient leurs enfants, et un
gouvernement non moins barbare les laissoit impitoyablement périr. Des
hommes qui exerçoient un métier infâme alloient quelquefois recueillir
ces innocentes victimes, et les élevoient pour les prostituer; on
rencontroit par toutes les nations de ces enfants malheureux, nourris
comme de vils troupeaux, et destinés aux plus exécrables usages.
Non-seulement de telles horreurs étoient tolérées, mais les empereurs
ne rougissoient point de lever un tribut sur ces enfants; et saint
Justin le philosophe ne craint pas de le leur reprocher dans sa
première apologie.

L'Église primitive avoit établi des hospices pour les enfants à la
mamelle et pour les orphelins. Ces asiles, comme tous ceux qu'elle
avoit élevés au malheur et à la souffrance, étoient dirigés par ses
ministres, et sans doute la Gaule possédoit, ainsi que tout le reste
de la chrétienté, de ces pieuses fondations; mais les révolutions
qu'éprouvèrent ces contrées en changèrent la forme: et après
l'établissement des Francs, on trouve, sans pouvoir en démêler
l'origine, que le soin de ces enfants étoit confié aux seigneurs sur
les fiefs desquels ils avoient été abandonnés. Leur zèle fut loin
d'égaler celui des ministres de l'évangile; et dans Paris surtout, où
la misère, la débauche et une plus grande population multiplioient ces
expositions, le mal vint à un tel degré, que l'on sentit la nécessité
de créer un asile pour ces pauvres et innocentes victimes. Ce fut
encore l'Église qui en donna les premiers exemples: l'évêque et le
chapitre de Notre-Dame destinèrent à cet usage une maison située au
bas du Port-l'Évêque[430]; et l'on mit dans l'église même une espèce
de berceau, où l'on plaçoit ces enfants, pour exciter la pitié et la
libéralité des fidèles, coutume qui s'est conservée jusqu'aux temps
qui ont précédé la révolution. Ils étoient alors appelés _les pauvres
Enfants Trouvés de Notre-Dame_; et c'est sous ce nom qu'Isabelle de
Bavière, femme de Charles VI, leur fit un legs de 8 francs, par son
testament du 2 septembre 1431.

[Note 430: Cette maison fut nommée _la Couche_.]

La libéralité du chapitre étoit entièrement gratuite, et faite
uniquement pour _l'honneur de Dieu_, ainsi que le déclarèrent des
lettres-patentes de François Ier données en 1536[431]. Cependant les
seigneurs haut-justiciers, pour s'exempter de contribuer aux frais de
la nourriture et de l'éducation des Enfants-Trouvés, prétendirent,
quelques années après, faire passer cet usage pour une charge de
_fondation faite sous cette condition_, en faveur du chapitre. Le
parlement n'eut aucun égard à ces vaines allégations; et par un arrêt
du 13 août 1552[432], il ordonna que les enfants seroient mis à
l'hôpital de la Trinité, et que les seigneurs contribueroient d'une
somme de 960 livres par an, répartie entre eux à proportion de
l'étendue de leur justice. Toutefois on conserva à Notre-Dame le
bureau établi pour recevoir ces enfants et les aumônes qu'on leur
faisoit.

[Note 431: Reg. du parl.]

[Note 432: _Ibid._]

Un réglement aussi sage et aussi juste n'eut cependant qu'une
exécution imparfaite et momentanée; et ces enfants ne tardèrent pas à
retomber dans l'état de dénûment d'où l'on avoit tenté de les retirer.
Le chapitre de Notre-Dame, toujours touché de compassion pour eux,
offrit encore, pour les recevoir, deux maisons situées au port
Saint-Landri, et ils y furent transférés par un arrêt du 12 juillet
1570. Cependant, malgré tant de précautions prises pour sauver la vie
à ces infortunés, malgré les taxes imposées sur les hauts-justiciers
pour leur procurer les premières nécessités, ils étoient encore dans
un état qui fait frémir l'humanité; et le détail qu'en donne l'auteur
de la vie de saint Vincent de Paule est si horrible, qu'on seroit
tenté de le soupçonner de quelque exagération[433]. C'est à cet homme
apostolique, à cette âme ardente et vraiment chrétienne, que l'on doit
la révolution totale qui se fit dans le sort de ces pauvres enfants,
et l'établissement fixe et durable de cette touchante institution. On
ne peut répéter, sans être attendri jusqu'aux larmes, les paroles si
naïvement éloquentes qu'il adressa aux dames que son zèle avoit
rassemblées pour qu'elles l'aidassent dans les charités qu'il faisoit
à ces petits malheureux. Il en avoit fait placer un grand nombre dans
l'église; et voyant ces femmes chrétiennes déjà émues par ce
spectacle: «Or sus, mesdames, s'écria l'homme de Dieu, voyez si vous
voulez délaisser à votre tour ces petits innocents, dont vous êtes
devenues les mères suivant la grâce, après qu'ils ont été abandonnés
par leurs mères suivant la nature.» Les nobles et pieuses Françaises
ne répondirent à ce discours que par des sanglots; et le même jour,
dans la même église, au même instant, l'hôpital des Enfants-Trouvés
fut fondé et doté.

[Note 433: On les vendoit, dit-il, vingt sous la pièce dans la rue
Saint-Landri; et quelquefois on les donnoit par charité à des femmes
malades par suite de couches, qui s'en servoient pour se débarrasser
d'un lait corrompu.]

Saint Vincent de Paule engagea les dames de la Charité qu'il avoit
établies à se charger du gouvernement des Enfants-Trouvés, qu'il
logea, en 1638, dans une maison à la porte Saint-Victor. Trois ans
après Louis XIII leur assigna 3,000 liv. de rente sur le domaine de
Gonesse, et y ajouta 1,000 liv. pour ceux qui en avoient soin. Leur
zélé protecteur obtint encore de Louis XIV une rente de 8,000 liv., et
la reine Anne d'Autriche lui céda pour eux son château de Bicêtre.
Mais une situation si éloignée de la ville, et l'air trop vif qu'on y
respire, étant nuisibles à ces enfants, on les fit revenir auprès de
Saint-Lazare, où ils rentrèrent sous la surveillance des soeurs de la
Charité. Cependant leur nombre augmenta tellement, que les aumônes et
les revenus devinrent de nouveau insuffisants. Alors le parlement
jugea qu'il étoit nécessaire de changer en une rente annuelle
l'obligation où étoient les seigneurs hauts-justiciers de fournir à
l'entretien des enfants exposés dans leur justice. Cette taxe fut
enfin fixée à 15,000 livres réparties sur eux dans la proportion de
leurs fiefs[434]. On fit à ce moyen l'acquisition, rue du faubourg
Saint-Antoine, d'un grand emplacement et d'une maison, laquelle fut
érigée en hôpital par une déclaration du roi, et unie à l'hôpital
général. Ce ne fut qu'après tant de mutations qu'on put parvenir à un
établissement commode et permanent.

[Note 434: Cette répartition fut faite de la manière suivante: 3.000
l. par an pour toutes les justices dépendantes de l'archevêché; 2,000
liv. pour celle de l'église du chapitre de Paris; 3,000 liv. pour
celle de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés; 1200 liv. pour celle de
l'abbaye de Saint-Victor; 1500 liv. pour celle de l'abbaye de
Sainte-Geneviève; 1500 liv. pour celle du Grand-Prieuré de France;
2,500 liv. pour celle du prieuré de Saint-Martin; 600 liv. pour celle
du prieuré de Saint-Denis-de-la-Chartre; 100 liv. pour celle que
l'abbaye de Tiron a dans Paris; 50 liv. pour celle de l'abbaye de
Montmartre; 100 liv. pour celle du prieuré de Saint-Marcel; 150 liv.
pour celle du chapitre de Saint-Médéric; 100 liv. pour celle du
chapitre de Saint-Benoît; 100 liv. pour celle de l'abbaye de
Saint-Denis.]

Peu de temps après, en 1672, on leur acheta encore une maison vis-à-vis
l'Hôtel-Dieu, et l'on y construisit une chapelle. Ces bâtiments
subsistèrent jusqu'en 1746, qu'on les fit abattre, en même temps que
les églises de Saint-Christophe et de Sainte-Geneviève-des-Ardents, pour
en construire de plus spacieux. On éleva aussi une nouvelle chapelle,
laquelle fut décorée de peintures par Brunetti et Natoire[435]. Nous
n'entrerons dans aucun détail sur cet édifice, dont l'architecture
n'offre ni défaut ni beautés remarquables. La distribution intérieure en
est heureuse, et fait honneur à l'architecte Boffrand, qui fut chargé de
bâtir ce monument[436].

[Note 435: Ce dernier avoit peint tout ce qui remplissoit les arcades
du rez-de-chaussée et toute la partie du fond jusqu'à la voûte. Il y
avoit représenté la Nativité, l'Adoration des mages et des bergers;
une gloire d'anges couronnoit cette composition. Par une singularité
assez remarquable, il avoit imaginé de représenter sur le plafond les
débris d'une riche voûte entièrement ruinée, soutenue par d'énormes
étais, et menaçant d'une chute prochaine.]

[Note 436: Il sert maintenant de pharmacie centrale à tous les
hospices civils de Paris.]

On y recevoit les enfants en tout temps, à toutes les heures du jour
et de la nuit, sans question et sans formalité; seulement un
commissaire du quartier dressoit _gratis_ un procès-verbal qui
constatoit le jour et l'heure où l'enfant avoit été trouvé, et le nom
de la personne qui le présentoit, laquelle d'ailleurs n'étoit obligée
de s'expliquer sur aucune circonstance. Ces pauvres orphelins étoient
élevés avec un soin paternel dans l'amour du travail et dans la
piété; et on les y gardoit jusqu'à ce qu'ils fussent en âge de faire
leur première communion et d'apprendre un métier.



PONTS DE LA CITÉ.


En donnant l'historique du pont Neuf, nous avons parlé du pont de
Charles-le-Chauve, dont il ne reste plus que des traditions obscures,
et du pont _Marchand_, qui fut détruit en 1631. Dans la description de
l'Hôtel-Dieu est comprise celle du pont Saint-Charles et du pont aux
Doubles. Il nous reste encore à parler de quatre ponts qui
communiquent de la Cité aux deux autres parties de la ville, et d'un
dernier pont établi sur le détroit qui la sépare de l'île Notre-Dame
ou Saint-Louis.


LE PONT AU CHANGE.

Ce pont, qui aboutit d'un côté au quai de l'Horloge, et de l'autre au
quai de la Mégisserie, a remplacé celui qu'on appeloit anciennement le
_Grand pont_, et qui fut pendant long-temps la seule communication de
la Cité avec la rive septentrionale. Dans son origine, et pendant
plusieurs siècles, ce pont n'étoit qu'en bois. Louis VII y établit le
change en 1141, et défendit de le faire ailleurs; ce qui lui fit
donner le nom de _pont aux Changeurs_, _au Change et de la
Marchandise_. Il a conservé le second de ces noms.

Ce pont, suivant un ancien usage qui n'a cessé que de nos jours, étoit
couvert de maisons dans toute sa longueur: les changeurs en occupoient
un côté et les orfèvres l'autre. Les grandes inondations l'ayant
emporté plusieurs fois, il fut successivement rebâti, mais non pas
précisément à la place où nous le voyons aujourd'hui[437]. Si nous
examinons ensuite les diverses révolutions qu'il a éprouvées, nous
trouvons qu'au onzième siècle il étoit construit partie en pierres et
partie en bois; en 1296 il étoit entièrement en pierres, et seulement
en bois en 1621, lorsqu'il fut brûlé avec le pont Marchand. Le feu
ayant pris à ce dernier pont, qui n'en étoit séparé que par un espace
d'environ cinq toises, la flamme se communiqua en un instant au pont
au Change; et l'incendie fut si violent, que tous les deux furent
brûlés, et s'écroulèrent en moins de trois heures. Celui-ci fut seul
rebâti: on commença à le reconstruire en pierres en 1639, et il fut
achevé en 1647.

[Note 437: Il paroit qu'originairement il étoit plus près de
l'emplacement où l'on a bâti depuis le pont Notre-Dame. (JAILLOT.)]

Le quai des Morfondus étoit autrefois beaucoup plus étroit qu'il ne
l'est aujourd'hui; et, vu la grande population de Paris et le
mouvement continuel qui se fait dans ce passage, il en résultoit des
embarras très-incommodes, souvent même dangereux pour les gens de
pied. On y remédia en 1738, au moyen de deux angles saillants que
l'on pratiqua, l'un vis-à-vis la tour de l'horloge, et l'autre au
pont Neuf, presque vis-à-vis la statue équestre de Henri IV. Pour
exécuter ces travaux, la ville avoit acheté les quatre dernières
maisons du pont au Change; et les ayant fait abattre, elle put former
à cet endroit une petite place, où commence le trottoir en saillie qui
règne le long du parapet jusqu'à l'autre extrémité.

Du côté opposé à la Cité on avoit placé au bout de ce pont et au
sommet du triangle un monument qui représentoit Louis XIV à l'âge de
dix ans, couronné par la Victoire, et élevé sur un piédestal, auprès
duquel on voyoit Louis XIII et Anne d'Autriche, debout et en habits
royaux. Ces figures, d'une exécution très-remarquable, et qu'on peut
mettre au nombre des meilleures productions de l'école françoise, sont
en bronze sur un fond de marbre noir; au-dessous un bas-relief cintré
offre des captifs enchaînés. _François Guillain_, artiste françois,
étoit l'auteur de toutes ces sculptures[438].

[Note 438: Voyez pl. 25. Ce monument est déposé aux Petits-Augustins.]

Mézerai, et Germain Brice qui l'a cité, n'ont point été exacts,
lorsqu'ils ont dit que la reine Isabeau de Bavière, femme de Charles
VI, passant, lors de son entrée à Paris[439], sur le pont Notre-Dame,
un homme descendit sur une corde du haut des tours de la cathédrale,
et lui posa une couronne sur la tête. Ce fut sur le _pont au Change_
que la chose arriva; et ce pont étoit celui sur lequel les rois et les
reines avoient coutume de passer[440]. D'ailleurs, Isabeau de Bavière
fit son entrée à Paris en 1389, et le pont Notre-Dame ne fut construit
qu'en 1413.

[Note 439: À l'article de la porte Saint-Denis nous parlerons avec
plus de détail de cette entrée, qui présente plusieurs particularités
remarquables.]

[Note 440: Les fêtes et dimanches, les oiseliers y venoient vendre
toutes sortes d'oiseaux, ce qui leur avoit été permis sous la
condition d'en lâcher deux cents douzaines au moment où nos rois et
nos reines passeroient sur ce pont dans leurs entrées solennelles.]

Le pont au Change s'élève sur sept arches de plein cintre; la
construction en est solide, mais sans élégance[441].

[Note 441: Voyez pl. 21.]


LE PONT SAINT-MICHEL.

Ce pont, situé à l'opposite du pont au Change, sur le petit cours de
l'eau, aboutit d'un côté à la place qui en a pris le nom, et de
l'autre aux rues de la Barillerie, Saint-Louis et du Marché-Neuf. Il
est impossible de donner la date précise de sa construction, et les
historiens varient à ce sujet depuis 1378 jusqu'à 1387. Jaillot pense
que le pont de Charles-le-Chauve étoit de ce côté, et que ce fut
celui-ci qui lui succéda. Il fut d'abord appelé le _petit Pont_,
ensuite _petit pont Neuf_, et simplement _pont Neuf_; mais dès 1424 on
le nommoit _pont Saint-Michel_, et ce nom lui vint sans doute de la
place et de la chapelle dont nous avons déjà fait mention[442].

[Note 442: Voyez p. 168.]

Il avoit été renversé par les glaces en 1407; il éprouva le même
accident en 1547; et, malgré les réparations qu'on y fit à cette
époque, il fut presque totalement emporté en 1616. On pensa alors à le
rebâtir avec plus de solidité: des habitants de Paris offrirent de
faire cette construction en pierres, et d'élever sur sa surface
trente-deux maisons d'égale structure, dont ils demandoient à jouir
seulement pendant soixante années, s'obligeant en outre à payer une
redevance annuelle pour chaque maison. Cet accord fut accepté, et la
jouissance prolongée jusqu'à quatre-vingt-dix-neuf ans. À la fin de ce
bail, ceux qui possédoient ces maisons en obtinrent la propriété
perpétuelle, au moyen d'un nouveau contrat et de nouvelles
redevances[443].

[Note 443: Ces maisons ont été abattues pendant la révolution, ainsi
que celles qui couvraient le petit Pont.]

Ce pont est composé de quatre arches de plein cintre, et n'a rien de
remarquable dans sa construction.


PONT NOTRE-DAME.

Ce pont aboutit aux rues de la Lanterne et Planche-Mibrai, et fournit
ainsi une communication en droite ligne de la porte Saint-Jacques à la
porte Saint-Martin.

Plusieurs historiens de Paris[444] ont prétendu qu'il n'avoit été
construit qu'en 1412, par un accord fait entre la ville et les
religieux de Saint-Magloire, qui, disent ces historiens, étoient
propriétaires de la rivière depuis l'île Notre-Dame (ou Saint-Louis)
jusqu'au grand Pont. Cette opinion a été victorieusement réfutée. On a
prouvé, par plusieurs pièces authentiques, 1º qu'il existoit sous
Charles V un pont de _fust_ ou de bois à cet endroit[445]; 2º que les
religieux de Saint-Magloire n'avoient que le droit de pêche sur la
rivière dans l'espace déjà indiqué[446]; 3º enfin que le roi, en
permettant à la ville de bâtir des maisons sur ce pont, s'y réserva
justice haute, moyenne et basse, et un denier de cens entre deux
palées.

[Note 444: Du Breul, Sauval, les historiens de Paris, Piganiol.]

[Note 445: Raoul de Presle.]

[Note 446: Ann. Bened., t. VI, p. 180; et Anecd., t. I, col. 371.]

Toutefois l'abbaye Saint-Magloire, qui sans doute entendoit mal les
droits qu'elle avoit eus en cet endroit, jugea à propos, lors de la
reconstruction de ce pont, de mettre opposition à l'enregistrement des
lettres du roi; mais elle fut déboutée de ses prétentions par un acte
du parlement, de l'année 1412; et ce sont sans doute ces contestations
qui ont fait naître les méprises des historiens.

Cette reconstruction fut faite en bois[447]. Le dernier mai 1413, le
roi y mit le premier pieu, étant accompagné, dans cette cérémonie, du
dauphin, des ducs de Berry et de Bourgogne, et du sieur de La
Trémoille. Ce fut alors qu'il fut nommé _pont Notre-Dame_[448]. Il
paroît que ces travaux furent faits avec peu de solidité, car en 1440
on voit qu'il avoit déjà besoin de réparations; et en 1499, le 25
octobre, à neuf heures du matin, il fut emporté en entier, par la
négligence du prévôt des marchands et des échevins, à qui les experts
avoient inutilement prédit cet accident. Cinq personnes seulement y
périrent. On n'en exerça pas moins une très-grande rigueur contre ces
magistrats imprudents: le prévôt et les échevins furent arrêtés, et un
arrêt du parlement les condamna à une amende considérable et à la
réparation du dommage envers les intéressés. Ils moururent en prison,
n'ayant pas assez de bien pour satisfaire à ce qu'on exigeoit d'eux.

[Note 447: Le Laboureur, liv. XXXIII, chap. VI.]

[Note 448: Le journal de Paris, sous le règne de Charles VI, l'appelle
le _pont de la Planche-de-Mibrai_.]

Cependant on songea à rétablir le pont, dont les décombres
embarrassoient le cours de la rivière; mais la ville manquoit
d'argent. Louis XII, qui régnoit alors, lui accorda, pendant six ans,
la perception de plusieurs droits sur les denrées qui se consommoient
dans Paris; et, au moyen de ces secours, on commença la construction
du nouveau pont dans la même année. Cette construction fut longue. On
voit qu'en 1508 le roi accorda un _nouvel aide pour la réparation et
parachèvement du pont Notre-Dame_, et qu'en 1510 et 1511 le parlement
permit encore à la ville de lever de nouveaux octrois pour le même
objet; ainsi, quoique une inscription placée sous une arche de ce pont
porte que la dernière pierre y fut mise en 1507, on peut dire qu'il ne
fut entièrement terminé qu'en 1512, temps auquel on acheva les
maisons dont il a été long-temps couvert. On en comptoit trente d'un
côté et trente et une de l'autre, toutes de la même architecture, et
ornées, dans l'origine, de grands termes d'hommes et de femmes. On
voyoit dans les entre-deux les portraits de nos rois en médaillons; et
aux quatre extrémités, étoient placées, dans des niches, les statues
de saint Louis, de Henri IV, de Louis XIII et de Louis XIV. Il restoit
encore quelques vestiges de toutes ces décorations lorsque ces maisons
furent abattues[449].

[Note 449: La démolition en fut commencée en 1787.]

Ce pont fut construit sur les dessins du célèbre _Giocondo_[450], dit
_Joconde_ ou _Juconde_, qui, après la mort du Bramante, fut choisi
pour continuer, avec _Raphaël_, les travaux de l'église de
Saint-Pierre de Rome. Il est porté sur cinq arches de plein cintre, et
les gens de l'art l'estiment pour le caractère grand et simple de son
architecture[451]. Deux pompes, placées sur une charpente vis-à-vis
l'arche du milieu, élèvent l'eau de la rivière pour la distribuer à
plusieurs fontaines de la ville. Elles en fournissent, dit-on, cent
pouces par minute. À cet endroit il y avoit autrefois une porte
d'ordre ionique, dont l'arc étoit décoré d'un très-beau bas-relief, de
la main du célèbre _Jean Goujon_[452], représentant un fleuve et une
naïade. Au-dessus étoit le portrait de Louis XIV, avec une inscription
par Santeuil.

[Note 450: C'étoit un dominicain, né à Vérone vers le milieu du
quinzième siècle, et qui se rendit également célèbre dans les sciences
et dans les arts. Indépendamment des beaux monuments qu'il a élevés,
il est auteur de remarques très-curieuses sur les commentaires de
Jules-César; on a de lui des éditions de Vitruve et de Frontin; et
c'est à ses soins que l'on doit la découverte de la plupart des
épîtres de Pline. Il fut le maître de Jules Scaliger.]

[Note 451: Voyez pl. 22. Ce pont est d'un fort beau dessin; mais il
laissoit sans doute beaucoup à désirer pour la solidité, car on voit
qu'en 1540 il avoit besoin de réparation; qu'en 1577 deux de ses
arches étoient fort endommagées, et qu'il fut encore réparé en 1659,
ainsi que le témoigne l'inscription qu'on y mit alors.

  _Jucundus celebrem posuit tibi, Sequana, pontem;_
  _Invito oediles flumine restituunt._
                     _An. N. S. M.DC.LIX._]

[Note 452: Déposé au Musée des Petits-Augustins.]

Ce fut sur ce pont que passa la fameuse procession de la Ligue, le 3
juin 1590.


LE PETIT PONT.

Ce pont aboutit d'un côté à l'emplacement du Petit-Châtelet, et de
l'autre au carrefour des rues Neuve-de-Notre-Dame, du Marché-Palu et
du Marché-Neuf. Il étoit anciennement, comme nous l'avons dit, la
seule communication qu'eût la Cité avec la rive méridionale, et
Grégoire de Tours en fait mention en plusieurs endroits. On n'en sait
aucune particularité jusqu'à l'an 1185, qu'il fut rebâti, sans doute
en bois, par la libéralité de Maurice de Sully, évêque de Paris[453].
En 1196 il fut emporté par un débordement, et éprouva depuis plusieurs
fois le même désastre[454]. En 1394 on le rebâtit, pour la septième ou
huitième fois, avec le produit de quelques amendes auxquelles les
juifs avoient été condamnés[455]. Il tomba encore en 1405, et fut
reconstruit de nouveau en 1409. Cette même année, le roi Charles VI en
fit don à la ville, et lui permit d'y élever des maisons[456]. Ces
édifices, qui d'abord n'étoient point symétriques, furent rebâtis sur
un même plan en 1552 et en 1603. De nouveaux débordements causèrent
d'autres désastres à ce pont en 1649, 1651 et 1658; et une
inscription indiquoit qu'en 1659 il avoit été rétabli à grands frais,
sous la prévôté de M. de Sève. Enfin il fut entièrement consumé en
1718, par deux bateaux de foin auxquels un accident inconnu avoit mis
le feu, et dont on avoit eu l'imprudence de couper les cordes. Ils
s'arrêtèrent sous le petit Pont; et l'incendie se communiqua aux
charpentes et aux maisons avec une rapidité que rien ne put arrêter.
Ce pont fut alors rebâti en pierres, tel que nous le voyons
aujourd'hui; mais les maisons ne furent point relevées.

[Note 453: Nécrol. de N. D.]

[Note 454: En 1206, 1280, 1296, 1325, 1376, 1393 et autres années.
(JAILLOT.)]

[Note 455: Hist. de Paris, t. II, p. 714.]

[Note 456: Compte de Marcel, IVe liv., fol. 62. Cependant l'abbaye
Saint-Germain-des-Prés conserva les droits qu'elle avoit sur ce pont;
et l'on trouve qu'au milieu du seizième siècle elle y possédoit encore
trois maisons dont elle jouissoit de toute ancienneté; elle étoit en
outre propriétaire de plusieurs moulins établis sous ses arches; et
cette possession n'étoit pas moins ancienne, puisque ces moulins lui
avoient été donnés par Childebert. D'autres moulins, situés du côté de
l'Hôtel-Dieu, appartenoient à l'évêque, et étoient nommés les
_chambres de l'évêque_.]

Le petit Pont est porté sur trois arches d'une construction lourde et
irrégulière.


LE PONT ROUGE.

Il servoit de communication entre la Cité et l'île Saint-Louis. Tant
que cette île n'a pas été couverte de maisons, il n'y avoit point de
pont en cet endroit. Sauval prétend qu'il ne fut construit qu'en 1642,
après l'arrangement définitif conclu entre le chapitre et les
habitants de l'île, pour les diverses constructions qu'ils s'étoient
engagés d'y faire; cependant les mémoires du temps[457] rapportent
que, le 5 juin 1634, trois processions passant ensemble sur ce pont
pour se rendre à l'église Notre-Dame, occasionnèrent une si grande
foule, que deux balustrades du côté de la Grève furent rompues, et que
le pont entier fut sur le point de s'écrouler. En 1636, à l'occasion
du jubilé, le parlement, pour prévenir de semblables accidents,
ordonna qu'on mettroit des barrières aux ponts de bois.

[Note 457: Hist. de Paris, t. II, p. 1361.]

Celui-ci fut si fort endommagé par les glaces dans l'hiver de 1709,
qu'on se vit obligé, l'année suivante, de le détruire. Il ne fut
rétabli qu'en 1717; et comme on le peignit alors en rouge, il prit son
nom de cette couleur nouvelle qu'on lui avoit donnée. Il n'y avoit
point de maisons dessus, et il n'y passoit aucune voiture.

On avoit accordé pour sa construction un péage, que le roi céda à la
ville, pour la dédommager de la destruction de quelques maisons
qu'elle possédoit au Marché-Neuf, et que l'utilité publique avoit fait
abattre[458].

[Note 458: Ce pont a été abattu et reconstruit, pendant la révolution,
un peu plus au midi de la Cité, vis-à-vis la rue Saint-Louis et le
cloître Notre-Dame. Voyez, à la fin de ce quartier, l'article
_Monuments nouveaux_.]



HÔTELS DE LA CITÉ.


HÔTEL DES URSINS.

Près du port Saint-Landri étoit l'hôtel des Ursins, qui avoit reçu ce
nom de Juvénal des Ursins, chancelier de France sous Louis XI, auquel
il appartenoit à cette époque.

Cet hôtel, tombant en ruine, fut rebâti au seizième siècle sur un plan
moins étendu; et sur une partie du terrain qu'il occupoit, on ouvrit
une rue qui fut appelée rue _du Milieu_[459].

[Note 459: Voyez l'article _Rues de la Cité_.]


HÔTEL dit DU TRÉSORIER.

C'est ainsi qu'est désigné, sur le plan de Jaillot, cet hôtel dont la
façade est dans la cour de la Sainte-Chapelle et vis-à-vis de ce
monument. Cette façade se compose de quatre colonnes qu'accompagnent
de chaque côté deux pilastres, et de trois ordres qui s'élèvent les
uns au-dessus des autres, le dorique, l'ionique et le corinthien.
Quoique l'ordre ionique y soit trop écrasé et d'une mauvaise
proportion, cet ensemble a une sorte de magnificence, et semble
indiquer une ancienne demeure de quelque personnage distingué.

D'après le plan que nous venons de citer cet hôtel auroit été
autrefois la demeure du trésorier de la Sainte-Chapelle: cependant il
n'en est fait mention dans aucun des historiens de Paris. Il est dit
seulement qu'en 1624 le roi avoit permis de faire démolir deux maisons
dans l'enclos de la Sainte-Chapelle, afin d'y ouvrir un passage qui
communiqueroit à la rue Saint-Louis; que cette démolition fut faite,
et que le passage fut ouvert. Or, il se trouve que ce passage, qui est
aujourd'hui la rue Sainte-Anne, est pratiqué justement au milieu de
l'hôtel que nous venons de décrire.


ARCADE DE LA CHAMBRE DES COMPTES.

Nous avons parlé trop succinctement de cette construction, l'une des
plus remarquables que présente la Cité, par la richesse et la
perfection des ornements dont elle est décorée[460].

[Note 460: Voyez p. 169.]

Au-dessus de la voûte s'élève, de chaque côté, une croisée en arcade,
accompagnée de deux pilastres ioniques accouplés, dont les bandes de
chapiteaux sont sculptées en petites feuilles, ce que nous croyons
sans exemple dans les ornements de cet ordre. Sur la clef de
l'archivolte sont sculptées deux têtes de faunes, l'une desquelles est
remarquable, en ce qu'elle porte des oreilles de porc pendantes, et
des serpents entrelacés dans ses cheveux. Au-dessus des croisées sont
d'autres têtes couronnées de fleurs; et les tympans offrent des
figures de génies portant des palmes, exécutées avec toute l'élégance
de formes, la grâce et la délicatesse que l'on admire dans les
meilleurs ouvrages de Jean Goujon. Toutefois ces figures étant
exactement les mêmes des deux côtés, et se trouvant d'une proportion
trop petite pour l'espace où elles sont renfermées, il y a quelque
lieu de croire qu'elles y ont été appliquées par quelque opération de
moulage, qui a permis de répéter et de multiplier ainsi la même
figure.

La corniche qui porte l'arcade est soutenue par huit consoles
richement décorées de feuillages, et terminées extérieurement par
quatre têtes de femmes remarquables en ce que, différant entre elles
de pose, de physionomie et même de coiffure, toutes portent un
croissant dans leurs cheveux. Les quatre têtes intérieures,
c'est-à-dire, placées sous l'arcade, sont des têtes de faunes,
accompagnées de cornes d'abondance. Tous ces ornements se font
remarquer par un style et une délicatesse d'exécution qui rappelle les
plus beaux temps de la sculpture en France; et en effet, ils ont dû
être exécutés à l'époque où vivoit le grand artiste que nous venons de
citer: car dans des caissons qui ornent la partie inférieure de la
corniche, on retrouve le monogramme de Henri II et de Diane de
Poitiers, si souvent répété sur les monuments que ce prince a fait
élever. Ce monogramme est ici accompagné d'une fleur de lis et d'un
croissant.

Enfin sur le mur sont des encadrements dont le panneau est resté vide;
ils sont supportés par des cornes d'abondance qui soutiennent des
têtes d'enfants. Le travail en est fort inférieur à celui des autres
ornements.

Tous les historiens se taisent sur la destination d'un monument
exécuté avec tant de soins, avec une magnificence aussi recherchée, et
dont la construction est néanmoins très-moderne, si on le compare à
tant d'autres édifices dont l'origine nous est bien connue.


ÎLE SAINT-LOUIS.

Cette île, située à l'orient de la Cité dont elle n'est séparée que
par un bras de rivière très-étroit, étoit autrefois divisée en deux
îles d'inégale grandeur, par un petit canal qui la traversent vers sa
partie orientale, à l'endroit où est aujourd'hui l'église Saint-Louis.
Toutes les deux étoient en prairies.

Ces deux îles appartenoient originairement à l'évêque et au chapitre
de l'église de Paris, ce qui fit donner à la plus grande le nom d'île
Notre-Dame; la plus petite étoit nommée l'île aux Vaches.

On ignore à la libéralité de qui cette église étoit redevable de la
possession de ces îles; mais on lit dans les anciens historiens que,
du temps de Charles-Martel, les comtes de Paris les avoient usurpées
sur elle, et que, sous le règne de Pépin, elle n'y jouissoit plus que
d'un neuvième et d'un dixième. En 867, Charles-le-Chauve les lui
rendit, et confirma, par un diplôme, la propriété et la juridiction
qu'elle y avoit eues autrefois[461]. Depuis, la propriété en étoit
restée au chapitre seul, qui n'a cessé d'en jouir paisiblement.

[Note 461: _Hist. eccl. Paris._, t. II, p. 461. Pastor. D., fol. 39.]

Il y a lieu de croire qu'il y avoit, au nord et au midi, des ponts qui
communiquoient à ces îles, et qu'ils furent emportés par le
débordement de 1296; car on trouve dans les archives de
Notre-Dame[462] qu'au mois de mars de cette même année Philippe-le-Bel
fit faire deux _charrières_, l'une allant de la rue Saint-Bernard dans
l'île, l'autre de la rue de Bièvre au Terrail, et qu'il établit un
droit de péage pour la réparation des ponts. On lit aussi qu'en 1313
ce monarque ayant rassemblé à Paris ce qu'il y avoit de plus distingué
dans la noblesse française et étrangère, lui donna, pendant cinq
jours, des fêtes brillantes, au milieu desquelles il arma ses fils
chevaliers[463]; et que, le quatrième jour de la fête, on passa dans
l'île Notre-Dame sur un pont de bateaux qui fut fait à cette occasion.
Ce fut là que le cardinal Nicolas, légat en France, prêcha la croisade
aux deux rois d'Angleterre et de France[464]. Ces princes et Louis de
Navarre, fils aîné de Philippe, prirent la croix, et un grand nombre
de seigneurs la prirent à leur exemple. Les dames mêmes, entraînées,
dit-on, par l'enthousiasme général, se croisèrent aussi, et promirent
d'accompagner leurs maris dans le voyage d'outre-mer. Depuis on y
éleva deux ponts de bois, pour établir une communication permanente
entre cette île et les quartiers environnants.

[Note 462: Gr. Cart., fol. 11, ch. 18.]

[Note 463: Cette fête, dont les historiens du temps nous ont laissé le
détail, peut donner une idée de l'espèce de luxe et du genre de
divertissemens qui étoient alors en usage à la cour de France. Edouard
II, roi d'Angleterre, s'y trouva, avec Isabeau de France sa femme, et
les seigneurs les plus distingués de son royaume. Les deux cours se
piquèrent de rivaliser entre elles de magnificence: on changeoit
d'habits trois et quatre fois par jour; et les rois donnoient
l'exemple à leurs courtisans, en étalant à l'envi tout ce que le faste
a de plus éclatant. Le peuple prit part à la joie de ses maîtres par
des festins et des réjouissances publiques. Elles durèrent huit jours,
pendant lesquels les Parisiens donnèrent des représentations de pièces
de théâtre, dont Dieu, la vierge Marie, Lucifer, les anges et les
diables étoient toujours le sujet. On jouoit, sur un échafaud dressé
au bout d'une rue, les récompenses dont jouissoient les élus dans le
ciel; et au bout opposé, les peines des âmes damnées. On donna ensuite
le spectacle d'une marche de beaucoup d'animaux, et ce spectacle fut
nommé _la procession du renard_, on ne sait pourquoi. Le cinquième
jour, les habitans de Paris, les uns à pied, les autres à cheval,
passèrent en revue devant les deux rois. Un auteur contemporain assure
qu'il y avoit cinquante mille hommes, vingt mille cavaliers et trente
mille fantassins, ce qui peut donner une idée du grand nombre
d'habitants que contenoit dès lors cette capitale.]

[Note 464: _Hist. eccl. Paris_, t. II, p. 562.--Sauval, t. 1, p. 90.]

La prison du roi Jean et les suites qu'elle faisoit appréhender ayant
déterminé les Parisiens à fortifier leur ville, on crut devoir ne pas
négliger l'île Notre-Dame. Des fossés furent creusés autour, et l'on
planta des pieux dans la rivière entre l'île et les murs du côté de
Saint-Victor. Les lettres du dauphin Charles, alors régent du royaume,
à l'effet de conserver, dans cette circonstance, les droits du
chapitre, sont du 30 novembre 1359[465]:

[Note 465: _Hist. eccl. Paris._, t. III, p. 124.]

Elle resta inhabitée jusqu'au règne de Henri IV, qui la comprit dans les
projets qu'il avoit formés pour l'accroissement et l'embellissement de
Paris. Toutefois on ne commença à y élever des bâtiments que sous son
successeur. Des commissaires nommés par le roi pour acquérir les deux
îles du chapitre passèrent contrat avec le sieur Marie, architecte, le
19 avril 1714; et par cet acte, celui-ci s'engagea à joindre ensemble
les deux îles, à les couvrir de maisons, et à y établir des rues et des
quais[466]. Le chapitre, avec lequel on n'avoit point encore pris
d'arrangements définitifs, s'opposa aux travaux déjà commencés; mais
cette opposition fut levée par deux arrêts du conseil, et Marie, qui
s'étoit associé les sieurs Le Regratier et Poulletier, continua
d'exécuter son marché. Toutefois ces trois entrepreneurs n'allèrent pas
jusqu'à la fin: en 1623 ils cédèrent leur traité au sieur La Grange,
secrétaire du roi, et le reprirent en 1627; mais leurs travaux ne
finissant point, les habitants et propriétaires des diverses portions de
l'île se pourvurent au conseil en 1643, et obtinrent de leur être
subrogés aux mêmes charges et conditions, s'engageant en outre à achever
les constructions en trois ans: ce qui fut exécuté.

[Note 466: Voyez pl. 23.]



L'ÉGLISE SAINT-LOUIS.


C'est la seule église qu'il y ait dans cette île: ce n'étoit, dans
l'origine, qu'une petite chapelle qu'un maître couvreur, nommé Nicolas
Le Jeune, qui le premier avoit commencé à bâtir sur ce terrain en 1600,
y fit construire quelques années après. Alors elle n'étoit point
orientée comme les autres églises, et le _chevet_ en étoit tourné au
midi. Le nombre des bâtiments et la population de l'île s'étant
rapidement augmentés, la chapelle fut agrandie à la fin de 1622[467]; et
M. de Gondi, sur la demande des habitants de l'île, l'érigea en
paroisse l'année suivante, sous le titre de _Notre-Dame-de-l'Île_[468].
Elle ne le conserva pas long-temps; car, vingt ans après, on disoit le
_curé de Saint-Louis-en-l'Île_. Lorsque ces mêmes habitants eurent fait
l'acquisition du traité du sieur Marie, ils pensèrent à faire rebâtir
leur église. Toutefois ils se contentèrent de construire d'abord le
choeur, auquel ils donnèrent vers l'orient la situation qu'il devoit
avoir; et l'ancienne chapelle servit de nef. Commencé en 1664, le
nouveau choeur ne fut achevé qu'en 1679; et ce ne fut qu'en 1702 qu'on
résolut de détruire cette chapelle, qui, réunie à cette autre
construction, faisoit une disparate choquante, et d'ailleurs tomboit en
ruine. En 1702, M. le cardinal de Noailles posa la première pierre de la
nouvelle nef; et ces derniers travaux ayant été achevés en 1725,
l'église entière fut dédiée sous l'invocation de saint Louis. La cure en
étoit à la collation du chapitre de Notre-Dame.

[Note 467: Le procès-verbal que l'archevêque de Paris en fit dresser
alors, porte qu'elle étoit large de six à sept toises sur douze de
longueur, vitrée, couverte d'ardoises, et ornée d'un tableau
représentant saint Louis et sainte Cécile.]

[Note 468: Il fallut obtenir à cet effet le consentement des curés de
Saint-Paul, de Saint-Gervais, de Saint-Jean-le-Rond et de
Saint-Nicolas-du-Chardonnet.]

Ce monument avoit été commencé sur un plan donné par Levau, premier
architecte du roi; il fut continué par un autre architecte nommé
Leduc, et ce fut sur les dessins de ce dernier que l'on éleva le
grand portail. Il est décoré de quatre colonnes ioniques isolées, qui
supportent un entablement couronné d'un fronton. La coupole a été
construite par un autre architecte nommé Doucet; et les sculptures qui
ornoient cet édifice avoient été exécutées sur les dessins de
Jean-Baptiste de Champagne, peintre, et neveu de Philippe de
Champagne.

Quelques écrivains ont mis cette église au nombre des plus belles de
Paris: l'architecture en est cependant très-médiocre. La distribution
intérieure est la même que dans la plupart des monuments de ce genre:
elle forme une croix latine; la grande nef est accompagnée de deux
nefs latérales plus étroites, et ouvertes par des arcades, entre
lesquelles s'élèvent des pilastres jusqu'à la naissance de la voûte;
en face de chaque arcade on a pratiqué des chapelles. Il n'y a rien
là-dedans qui mérite tant d'admiration; et d'ailleurs ses dimensions
la mettent au rang des petites églises[469]. Quant à l'extérieur, il
est tel qu'on ne pourroit y reconnoître un édifice sacré, s'il n'étoit
surmonté d'un petit campanille qui, par sa forme bizarre et par la
manière dont il est placé, fait un effet presque ridicule.

[Note 469: Voyez pl. 24.]

     SÉPULTURES.

     _Dans cette église avoient été enterrés:_

     Philippe Quinault, auditeur en la chambre des comptes,
     célèbre par ses ouvrages lyriques, mort en 1688.

     Antoine Uyon d'Hérouval, aussi auditeur en la chambre des
     comptes, auteur de Recherches sur l'histoire de France, mort
     en 1689.

Vis-à-vis cette église étoit un établissement des soeurs de la
Charité.



HÔTELS DE L'ÎLE SAINT-LOUIS.


Parmi le grand nombre d'hôtels que contient la ville de Paris, et qui
sont répandus dans ses divers quartiers, nous décrirons seulement ceux
qui nous sembleront remarquables, ou par la beauté de leur
architecture, ou par l'ancienneté de leur construction, ou par les
souvenirs qui y sont attachés. C'est ce que nous avons déjà fait pour
les hôtels qui existoient jadis, ou qui existent encore dans l'île de
la Cité. Celle de Saint-Louis renferme un assez grand nombre
d'édifices de ce genre, parmi lesquels on ne peut distinguer que
l'hôtel Lambert et l'hôtel Bretonvilliers.


HÔTEL LAMBERT.

L'architecte de l'hôtel Lambert est le même Levau qui avoit donné les
plans de l'église Saint-Louis; mais il a mieux réussi dans cette
maison particulière que dans l'édifice public. L'emplacement qui lui
étoit donné pour la bâtir étant irrégulier, il en prit une portion
régulière pour la cour; et les parties non symétriques, séparées de
cette cour par une aile de bâtiment, furent destinées à faire un
jardin. En face de la principale porte qui donne dans la rue
Saint-Louis, on aperçoit dans le fond un escalier à deux rampes d'une
construction simple et majestueuse: l'extérieur en est décoré de
colonnes et de pilastres d'ordre dorique, élevés sur des piédestaux,
accompagnés de l'entablement modillonaire[470], de triglyphes et de
boucliers dans les métopes. Au-dessus s'élève un attique, avec des
pilastres ioniques qui supportent un fronton, dans lequel devoient
être exécutées des sculptures; ce qu'on peut présumer par la saillie
d'une grande partie du tympan. Au milieu du renfoncement cintré qui
est au bas de l'escalier, on voit un fleuve et une naïade peints en
grisaille par Le Sueur[471].

[Note 470: Les _modillons_ sont de petites consoles renversées dans la
forme d'un S sous le plafond de la corniche; ils semblent soutenir le
larmier, toutefois ils ne servent que d'ornements. On appelle _métope_
l'intervalle qu'on laisse entre les triglyphes de la frise dans
l'ordre dorique. Les _triglyphes_ sont une espèce de bossage, par
intervalles égaux, qui, dans la frise dorique, a des gravures entières
en angles, appelées _glyphes_ ou _canaux_, et séparées par trois côtés
d'avec les deux demi-canaux des côtés.]

[Note 471: Voyez pl. 26.]

Les bâtiments qui environnent la cour sont d'ordre dorique comme
l'entrée de l'escalier; et tous les ornements de détail qui couvrent
les diverses parties de ces constructions sont d'une bonne exécution.
La distribution des principaux appartements pratiqués dans l'aile qui
sépare la cour du jardin, a été faite avec intelligence, et l'on y
jouit d'une très-belle vue sur la Seine et sur les rives
environnantes. Toute cette partie est décorée d'un ordre ionique qui
comprend les deux étages, et au-dessus duquel règne une balustrade
ornée de vases. Le tout est d'une proportion noble et élégante.

L'intérieur de cette magnifique maison étoit digne de ces dehors
imposants; et l'on y admiroit surtout les belles peintures dont
l'avoient enrichie Le Sueur et Le Brun, qui cherchèrent à se surpasser
dans une circonstance qui réunissoit leurs travaux, et excitoit encore
plus vivement leur rivalité. Ce dernier fut chargé de peindre la
galerie dont se compose l'aile du bâtiment en retour de la rivière, et
y traita plusieurs sujets de la fable d'une manière très-remarquable;
mais on admiroit surtout le salon où Le Sueur avoit représenté les
neuf Muses dans cinq tableaux qui en ornoient le pourtour. Cet
artiste, dont l'heureux génie surpassoit de beaucoup celui de son
rival, avoit peint, dans le plafond de cette même pièce, Apollon
écoutant la prière de Phaëton, et lui mettant sur la tête sa couronne
de laurier[472]. Ce morceau fut détaché et vendu à la mort de M.
Delahaye, fermier général, et dernier propriétaire de cette maison.
Les tableaux des Muses y restèrent encore long-temps, et jusqu'au
moment de la révolution[473].

[Note 472: Ce plafond orne maintenant une des pièces du palais du
Luxembourg.]

[Note 473: Ils sont actuellement dans le Musée du Roi. Le plafond
qu'avoit peint Le Brun n'a point été enlevé de cet hôtel.]


HÔTEL BRETONVILLIERS.

En sortant de l'hôtel Lambert, et passant sous l'arcade qui est
presque en face, on arrive à l'hôtel Bretonvilliers, bâti par
Ducerceau pour le président Le Ragois de Bretonvilliers, auquel on
doit la construction du quai qui environne la pointe de l'île. Cet
hôtel, dont les appartements étoient d'une grande magnificence, avoit
été également décoré de peintures par les plus habiles artistes: on y
remarquoit toute l'histoire de Phaëton, peinte par Bourdon, dans une
vaste galerie qui occupoit tout le corps du bâtiment en retour sur le
jardin; quelques peintures de Vouet, des fleurs de Baptiste,
d'excellentes copies de Raphaël, par Mignard, etc.; mais ce qu'on y
voyoit de plus précieux, c'étoient quatre grands tableaux du plus
illustre peintre que la France ait produit, quatre chefs-d'oeuvre de
Poussin. Ils représentoient le passage de la mer Rouge, l'adoration du
Veau d'or, l'enlèvement des Sabines et le triomphe de Vénus[474].

[Note 474: Plusieurs de ces tableaux appartiennent maintenant à la
collection des rois.]

En 1719, les fermiers généraux transférèrent dans cet hôtel le bureau
des aides et du papier timbré, qui étoit à l'hôtel de Charni, rue des
Barres. On y a fait, jusqu'au moment de la révolution, la régie de
toutes les entrées de la ville, ainsi que de tout le plat pays de
Paris[475].

[Note 475: Dans cet hôtel à moitié démoli, il y a maintenant une
brasserie et un atelier de teinture.

L'hôtel Lambert est devenu le dépôt général des lits de la garde
royale.]



PONTS DE L'ÎLE SAINT-LOUIS.


PONT MARIE.

Ce pont sert de communication du port Saint-Paul à l'île Saint-Louis.
Il paroît, par un acte cité par Sauval[476], qu'en 1371 il en existoit
un à peu près au même endroit, sous le nom de _pont de Fust_ (de bois)
_d'emprès Saint-Bernard-aux-Barrés_. Ce ne fut qu'en 1614 que le
contrat du sieur Marie pour la construction des édifices de l'île
Saint-Louis ayant été ratifié par le roi, ce pont, aux termes du
traité, fut commencé en pierres, et dans la direction de la rue des
Nonandières. Louis XIII et la reine y posèrent la première pierre le
11 décembre. Ce pont, discontinué et repris à diverses époques, fut
achevé et couvert de maisons en 1635. Les débordements des eaux y
causèrent plusieurs fois de grands dommages: celui de 1658 entraîna
les deux arches qui étoient du côté de l'île avec les maisons
qu'elles portoient. L'année suivante, le roi ordonna que la pile et
les deux arches fussent rétablies jusqu'au rez-de-chaussée, et que
l'on construisît, en attendant, un pont de bois aboutissant au reste
du pont de pierre, lequel devoit être de la même largeur, et suffisant
pour le passage des voitures. Pour faciliter la reconstruction des
parties détruites, il fut établi un droit de péage pendant dix ans; et
c'est par cette raison qu'il est indiqué dans quelques actes sous le
nom de _pont au Double_. En 1664 le dommage n'étoit pas encore réparé.
Enfin on rétablit ce pont tel qu'il étoit auparavant, à l'exception
des maisons, qui ne furent point rebâties sur les constructions
nouvelles.

[Note 476: T. III., p. 124.]

Ce pont est porté sur cinq arches de plein cintre.


PONT DE LA TOURNELLE.

Il communique du quai de ce nom à l'île Notre-Dame. Par un acte que
rapporte Sauval[477], il paroît que vers cet endroit de l'île il y
avoit, en 1371, un pont appelé _le pont de Fust de l'île Notre-Dame_;
que le _pont de Fust d'entre l'île Notre-Dame et Saint-Bernard fut
planchié en septembre 1370_; qu'en 1369 on y fit _une tournelle
quarrée et une porte, qui fut étoupée l'année suivante_. Ce pont fut
sans doute détruit par les glaces ou par les débordements, car on n'en
voit aucune trace sur un plan postérieur au règne de François
Ier[478]; et il n'existoit pas en 1577 puisqu'alors on proposa de
construire deux ponts, qui des Célestins iroient dans l'île aux
Vaches, et de cette île vers les Bernardins, sur le port de la
Tournelle. Le sieur Marie se chargea, par son traité, de l'exécution
de ce projet. Celui qu'il fit construire de ce côté étoit en bois; et
les historiens de Paris disent que les glaces l'emportèrent en 1637,
et que ce ne fut qu'en 1654 que l'on prit la résolution de le
reconstruire en pierres. Cependant entre ces deux époques on trouve
qu'un nouveau pont de bois avoit été élevé à la place de l'ancien;
qu'en 1648 il tomboit de caducité, et que le 4 août de la même année
on rendit un arrêt qui ordonnoit de l'abattre. Sauval, qui vivoit
alors, se contente de dire qu'en 1651 une partie de ce pont fut
emportée...... _et depuis si bien réparée qu'il n'y paroît pas_[479].
Il y a toute apparence que déjà il avoit été rebâti en pierres; car
les divers arrêts du conseil portés à ce sujet[480] ordonnent au
prévôt des marchands de faire _rétablir_ incessamment _le pont de
pierre_ de la Tournelle, ce qui fut exécuté en 1656, comme le porte
une inscription placée sous une des arches de ce pont.

[Note 477: T. III, p. 124.]

[Note 478: Le plan de Dheulland.]

[Note 479: T. I, p. 239.]

[Note 480: Hist. de Paris, t. V, p, 138.]

Il est composé de six arches solidement bâties, et sur lesquelles on
n'éleva point de maisons.



L'ÎLE LOUVIER.


Toutes les recherches qu'on a faites sur cette île ont été
infructueuses: Sauval dit qu'en 1370 on la nommoit l'île _des
Javiaux_; en 1445, l'île _aux Meules des Javeaux_[481]; depuis, l'île
_aux Meules_; et de son temps, l'île _Louvier_. Ce dernier nom lui
venoit peut-être de quelque particulier qui en étoit propriétaire.

[Note 481: T. I, p. 89. _Javeau_ est un terme des eaux et forêts, qui
signifie une île nouvellement faite au milieu d'une rivière, par
alluvion ou amas de limon et de sable.]

Cette île a environ deux cent vingt toises de longueur, et est située
vis-à-vis l'endroit où étoit le mail de l'Arsenal. Le bras de la
rivière qui la sépare du rivage est si peu considérable, et la Seine
y charrie tant de gravier, qu'en été on la passoit à pied sec, ce qui
fut cause qu'on proposa plusieurs fois de combler ce détroit et d'y
bâtir des maisons; mais les grands-maîtres de l'artillerie ont
toujours empêché qu'on acceptât ces propositions. Cette île
appartenoit, dans le dix-septième siècle, au sieur d'Antrague. En 1671
la ville l'avoit prise à bail judiciaire, dans le dessein d'en faire
un port pour la décharge des marchandises. Elle en fit ensuite
l'acquisition le 2 octobre de la même année, et depuis y fit
construire en bois un pont de communication.

Cette île servoit, en 1714, de dépôt pour le foin et pour le fruit,
ainsi que pour le bois de charpente et de menuiserie; depuis elle a
été destinée aux chantiers de bois de chauffage. Pour la conservation
de ces chantiers, la ville, en 1730, fit soutenir cette île par des
pieux, élargir le canal qui la séparoit du mail, et construire une
_estacade_ ou digue pour rompre les glaces, laquelle est ouverte au
milieu afin de laisser passer les bateaux, qui y trouvent un abri
commode. En 1735 cette digue fut allongée; et en même temps on
agrandit et l'on exhaussa l'île. Enfin l'année suivante on y rapporta
encore des terres; on aligna, on borna les places que devoient occuper
les chantiers, et l'on élargit le pont pour la facilité des gens de
pied.

En 1549, les prévôt des marchands et échevins de Paris y avoient fait
construire une espèce de havre pour donner à Henri II et à Catherine
de Médicis le spectacle d'un combat naval et de la prise d'un fort.

Le bras qui sépare cette île de celle de Saint-Louis a soixante-quinze
ou soixante-dix toises de largeur; et le grand canal la sépare du
faubourg Saint-Victor.



RUES.


Il n'est rien de plus obscur et de plus embrouillé dans les antiquités
de Paris que la matière que nous allons traiter. Les plans que nous
avons donnés de cette capitale désignent avec précision la place de
ses monuments publics, mais n'offrent qu'une idée imparfaite de ses
rues, qui, dans une si longue suite de siècles, ont changé plusieurs
fois et de forme et de nom. Après les nombreux incendies qui
consumèrent la Cité, et les ravages que les Normands firent dans les
faubourgs, on ne sait si les maisons furent relevées dans leurs
anciens alignements ou sur des plans nouveaux; et les traditions les
plus anciennes qui nous en restent datent de plus d'un siècle après
le dernier incendie[482]. Mais ce dont on ne peut douter, c'est que,
jusqu'au seizième siècle, elles étoient étroites, sales et
irrégulières; plusieurs rues de la Cité et des quartiers environnants,
où trois personnes peuvent à peine passer de front, et dont quelques
maisons ont encore conservé l'ancien toit en forme de pignon, nous
présentent une image assez juste de ce qu'étoit alors la ville
entière. Sauval, qui vivoit dans le dix-septième siècle, prétend que
les rues _larges_ qui existoient à cette époque, avoient été élargies
de son temps ou vers la fin du siècle précédent.

[Note 482: En 1034, sous Henri Ier.]

Cependant ces rues si étroites, où la lumière pénétroit à peine, où
l'air ne pouvoit circuler, ne furent pavées que sous Philippe-Auguste.
Jusque là elles n'avoient été que d'affreux chemins, inondés d'une
boue noire et infecte, dont les exhalaisons rendoient le séjour de
Paris désagréable et funeste à ses habitants. L'historiographe de
Philippe, qui étoit en même temps son médecin, dit que la puanteur en
étoit si insupportable, qu'elle pénétroit jusque dans le palais du
roi, et le rendoit presque inhabitable. Il raconte que ce prince
s'étant un jour approché des fenêtres qui donnoient sur la rivière, il
arriva que des chariots, qui dans ce moment traversoient la Cité, en
ayant remué les boues, l'odeur qui s'en éleva fut si horrible, qu'à
peine le roi put-il la supporter[483]. _Factum est autem post aliquot
dies quòd Philippus rex, Parisiis moram faciens, dùm sollicitus pro
negotiis regni agendis in aulam regiam deambularet, veniens ad palatii
fenestras, undè fluvium Sequanæ, pro recreatione animi, quandoquè
inspicere consueverat; rhedæ, equis trahentibus, per civitatem
transeuntes, foetores intolerabiles lutum revolvendo procreaverant,
quos rex in aulâ deambulans, ferre non sustinuit._

[Note 483: _Rigord. vita Philipp. Aug._]

S'il faut en croire cet auteur, ce fut ce petit événement qui
détermina le monarque à porter sur-le-champ remède à un mal aussi
dangereux; et sans être rebuté ni de la difficulté de l'entreprise, ni
d'une dépense qui avoit effrayé tous ses prédécesseurs, il donna
ordre, en 1148, au prévôt de Paris, d'en faire paver toutes les rues
et places publiques[484]. Le séjour de cette ville devint, dès ce
moment, plus sain et plus commode. Cependant un établissement si utile
fut souvent négligé dans les âges suivants, quelquefois même
totalement abandonné; et il falloit que des maladies contagieuses, qui
suivoient presque toujours une semblable négligence, vinssent
réveiller l'attention des magistrats, et faire reprendre des travaux
presque toujours imparfaits jusqu'à Louis XIV. C'est à ce grand roi
que l'on doit le bel ordre qui règne maintenant dans cette partie si
essentielle de la police[485].

[Note 484: Il paroît toutefois qu'on se contenta de paver ce qu'on
appeloit alors la _croisée de Paris_, c'est-à-dire deux rues qui se
croisoient au centre de cette ville, et dont l'une se dirigeoit du
midi au nord, et l'autre de l'est à l'ouest; ce pavé étoit composé de
grosses dalles de grès, carrées et de la dimension de trois pieds et
demi environ sur toutes leurs faces. L'abbé Lebeuf dit avoir vu
plusieurs pierres de cet ancien pavé, au bas de la rue Saint-Jacques,
et à une profondeur de sept à huit pieds. Il ajoute qu'on apercevoit,
entre le pavé de Philippe-Auguste et le pavé actuel, des débris d'un
pavé intermédiaire, preuve nouvelle de l'élévation successive du sol
de la ville de Paris.]

[Note 485: Ce que rapporte à ce sujet le commissaire Delamarre peut
donner une idée de l'importance d'un tel bienfait. «Ceux d'entre nous,
dit-il, qui ont vu le commencement du règne de Sa Majesté, se
souviennent encore que les rues de Paris étoient si remplies de fange,
que la nécessité avoit introduit l'usage de ne sortir qu'en bottes; et
quant à l'infection que cela causoit dans l'air, le sieur Courtois,
médecin, qui demeuroit alors rue des Marmouzets, a fait cette petite
expérience, par laquelle on jugera du reste. Il avoit dans sa salle,
sur la rue, de gros chenets à pommes de cuivre; et il a dit plusieurs
fois aux magistrats et à ses amis que, tous les matins, il les
trouvoit couverts d'une teinture assez épaisse de vert-de-gris, qu'il
faisoit nettoyer pour faire l'expérience du jour suivant; et que
depuis l'an 1663, que la police du nettoiement des rues a été
rétablie, ces taches n'avoient plus paru. Il en tiroit cette
conséquence que l'air corrompu que nous respirons continuellement
faisoit d'autant plus d'impressions malignes sur les poumons et les
autres viscères, que ces parties sont incomparablement plus délicates
que le cuivre, et que c'étoit la cause immédiate de plusieurs
maladies. Aussi est-il certain que, depuis ce rétablissement, il n'a
plus paru à Paris de contagions, et beaucoup moins de ces maladies
populaires dont la ville étoit si souvent affligée dans les temps que
le nettoiement des rues a été négligé.»]

Ce n'est qu'en 1728 que l'on commença à écrire aux coins des rues et
des places publiques les noms qu'elles portoient, et ces noms n'ont
pas varié depuis jusqu'au moment de la révolution. Avant cette époque,
il n'est presque pas une rue de Paris, qui, à partir du douzième
siècle, n'ait changé plusieurs fois de dénomination, et ces
changements se ressentoient de la barbarie de ces temps grossiers. Les
origines en sont souvent frivoles et bizarres: elles proviennent ou du
nom de quelque personnage distingué qui y possédoit une maison
remarquable, ou de quelque enseigne singulière qui avoit frappé les
yeux du peuple, ou de quelque événement extraordinaire qui y étoit
arrivé. Plusieurs devoient leur titre à leur mal-propreté habituelle,
d'autres aux vols et assassinats qui s'y commettoient; quelques-unes
enfin ont des noms dont le sens et l'origine sont entièrement
inconnus.

Nous avons essayé de débrouiller ce chaos, et de donner, autant qu'il
est possible, les étymologies et les mutations de ces noms divers.
Nous nous sommes aidés, pour y parvenir, de la critique des écrivains
les plus laborieux et les plus exacts qui aient approfondi cette
matière, et nous espérons qu'elle ne sera pas la moins curieuse de
notre travail. Mais pour rendre ce travail complet, et même pour le
faire bien comprendre, nous croyons nécessaire de donner d'abord une
pièce très-singulière et unique dans son genre, qui a été mise au jour
pour la première fois par le savant abbé Lebeuf. C'est une description
en vers des rues de Paris, faite par un poète du treizième siècle,
nommé Guillot: on y trouve la plus grande partie des noms de celles
qui étoient renfermées dans l'enceinte de Philippe-Auguste; elle
indique celles qui sont les plus anciennes, et le nom qu'on leur
donnoit quatre-vingts ans après que cette enceinte eut été terminée.
L'explication que nous donnerons, à la fin de chaque quartier, de
l'origine de ces rues, servira de commentaire à cet ancien écrit, et
éclaircira autant qu'il est possible ce qu'il peut avoir d'obscur ou
d'inintelligible[486].

[Note 486: Nous avons eu soin de faire mettre en _italique_ les noms
dont l'usage s'est perdu, soit que les rues qui les portoient aient
été couvertes de maisons, soit que la fantaisie du peuple ait changé
ces noms. Nous donnons aussi une explication des vieilles locutions
les plus difficiles à entendre.

Le lecteur observera que dans cette pièce _au_ est écrit par _o_,
_aux_ par _as_, _qu'on_ par _con_, _un_ par la lettre _i_, le nom de
_Dieu_ par _Diex_.]



_Ci commence le Dit des Rues_[487]

DE PARIS.

[Note 487: On mettoit en vers, aux treizième et quatorzième siècles,
certains sujets qui seroient regardés aujourd'hui comme peu
susceptibles des agrémens de la poésie: aussi les poètes d'alors se
gênoient-ils peu sur la rime et sur les autres règles de la
versification. Leur licence étoit telle, que, pour remplir la mesure,
ils fabriquoient des termes nouveaux, ajoutoient des circonstances
bizarres et étrangères à leur sujet, et même y inséroient des sermens
au nom de tel ou tel saint, qui souvent n'avoit jamais existé, mais
dont le nom, imaginé sur-le-champ, achevoit leurs vers, ou pour la
rime, ou pour la quantité.]

  Maint dit a fait de Rois, de Conte
  Guillot de Paris en son conte;
  Les rues de Paris briément
  A mis en rime, oyez comment.

     L'auteur commence par le quartier qu'on appeloit
     d'Outre-Petit-Pont, aujourd'hui L'UNIVERSITÉ.

  La rue de la Huchette à Paris
  Premiere, dont pas n'a mespris.
  Assez tost trouva Sacalie
  Et la petite Bouclerie
  Et la grand Bouclerie après
  Et Herondale tout en près.
  En la rue Pavée alé
  Où à maint visage halé:
  _La rue à l'Abbé Saint-Denis._
  Siet asez près de Saint Denis,
  De la grant rue Saint Germain
  Des Prez, si fait _rue Cauvin_,
  Et puis la rue Saint Andri
  Dehors mon chemin s'estendi
  Jusques en la rue Poupée,
  A donc ai ma voie adrécée.
  En la _rue de la Barre_ vins
  Et en la rue a Poitevins,
  En la rue de la Serpent,
  De ce de rien ne me repent;
  En la _rue de la Platriere_
  La maint une Dame loudière[488]
  Qui maint chapel a fait de feuille.
  Par la rue de Hautefeuille
  Ving en la rue de _Champ-petit_,
  Et au-dessus est un petit[489]
  La rue du Paon vraiement:
  _Je descendi tout bellement_
  Droit à la rue des Cordeles:
  Dame i a[490]; le descort d'elles
  Ne voudroie avoir nullement.
  Je m'en allai tout simplement
  D'iluecques[491] _au Palais de Thermes_
  Où il a celiers et citernes
  En cette rue a mainte court.
  La _rue aux hoirs de Harecourt_.
  La rue Pierre Sarrazin
  Ou l'en essaie maint roncin
  Chascun an, comment on le hape[492].
  Contreval[493] rue de la Harpe
  Ving en la rue Saint Sevring,
  Et tant fis qu'au carefour ving:
  La Grant rue trouvai briément;
  De la entrai premierement
  Trouvai la _rue as Ecrivains_;
  De cheminer ne fu pas vains[494]
  En _la petite ruelette_
  _S. Sevrin_; mainte meschinette[495]

  Les vers que nous omettons en cet endroit
  et autres où l'on trouvera du blanc,
  ne contiennent que des descriptions de
  lieux qui étoient tolérés alors, et qui sont
  autorisés aujourd'hui.
  . . . . . . . . . . . . . . . . .
  En la rue _Erembourc_ de Brie
  Alai, et en la rue o Fain;
  De cheminer ne fu pas vain,
  Une _femme vi_ battre lin,
  Par la rue Saint Mathelin.
  En l'encloistre m'en retourné
  Saint Benoît le bestourné[496];
  En _la rue as hoirs de Sabonnes_
  A deux portes belles et bonnes.
  La rue à _l'Abbé_ de Cligny
  Et la _rue au Seigneur d'Igny_
  Sont près de la _rue o Corbel_;
  Desus siet la _rue o Ponel_
  Y la rue à Cordiers après
  Qui des Jacopins siet bien près:
  Encontre[497] est rue Saint Estienne;
  Que Dieu en sa grace nous tiegne,
  Que de s'amour ayons mantel[498].
  Lors _descendis en Fresmantel_
  En la _rue de l'Oseroie_;
  Ne sai comment je desvoueroie[499]
  Ce conques nul jour[500] ne voué
  Ne a Pasques ne a Noué[501]
  En la _rue de l'Ospital_
  Ving; une femme i d'espital
  Une autre femme folement
  De sa parole moult vilement[502].
  La rue de la Chaveterie
  Trouvai; n'alai pas chiés Marie
  En la _rue Saint Syphorien_
  Ou maingnent li logiptien[503]
  En pres est la _rue du Moine_
  Et la _rue au Duc de Bourgongne_
  Et la rue des Amandiers près
  Siet en une autre rue exprès
  Qui a non rue de Savoie.
  Guillot de Paris tint sa voie
  Droit en la rue Saint Ylaire
  Ou une Dame debonnaire
  [504]Maint, con apele Gietedas:
  Encontre est la rue Judas,
  Puis la rue du _Petit_-Four,
  Qu'on appele le Petit-Four:
  Saint Ylaire, et puis _clos Burniau_
  Ou l'on a rosti maint bruliau[505]:
  Et puis la rue du Noyer.
  . . . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . . . .
  Enprès est la rue à Plastriers
  Et parmi[506] la rue as Englais
  Ving à grand feste et à grand glais[507]
  La rue à Lavandieres tost
  Trouvai; près d'iluec[508] assez tost
  La rue qui est belle et grant,
  Sainte Geneviéve la grant,
  Et la petite ruelete
  Dequoi l'un des bouts chien sur l'être[509]
  Et l'autre bout si se rapporte
  Droit à la _rue de la Porte_
  _De Saint Marcel_; par _Saint Copin_
  Encontre est la rue Clopin,
  Et puis la rue Traversainne
  Qui siet en haut bien loin de Sainne[510].
  Enprès est la _rue des Murs_:
  De cheminer ne fut pas mus[511],
  Jusqu'à la rue Saint Victor
  Ne trouvai ne porc ne butor[512],
  Mes femmes qui autre conseille[513]:
  Puis truis[514] la rue de Verseille
  Et puis la rue du Bon puis;
  La maint la femme à i chapuis[515]
  Qui de maint home a fait ses glais[516].
  La _rue Alexandre l'Anglais_
  Et la _rue Paveegoire_:
  La bui-ge[517] du bon vin de beire.
  En la rue Saint Nicolas
  Du Chardonnai ne fut pas las
  En la rue de Bievre vins
  Ilueques i petit[518] m'assis.
  D'iluec[519] en la rue Perdue:
  Ma voie ne fut pas perdue.
  Je m'en reving droit en la Place
  Maubert, et bien trouvai la trace
  D'iluec en la rue à Trois-portes,
  Dont l'une le chemin rapporte
  Droit à la rue de Gallande
  Ou il n'a ne forest ne lande,
  Et l'autre en la _rue d'Aras_
  Ou se nourrissent maint grant ras.
  Enprès est _rue de l'Ecole_,
  La demeure Dame Nicole;
  En celle rue ce me semble
  Vent on et fain et fuerre[520] ensemble.
  Puis la rue Saint Julien
  Qui nous gart de mauvais lien.
  M'en reving en la Bucherie,
  Et puis en _la Poissonnerie_.
  C'est verité que vous despont[521],
  Les rues d'Outre-Petit-Pont
  Avons nommées toutes par nom
  Guillot qui de Paris, ot[522] nom:
  Quatre-vingt par conte en y a.
  Certes plus ne mains[523] n'en y a.
  En la Cité isnelement[524]
  M'en ving après privéement.

[Note 488: Demeure une faiseuse de couvertures.]

[Note 489: Un peu au-dessus.]

[Note 490: Il y demeure des Dames.]

[Note 491: De là.]

[Note 492: De quelque façon qu'on le prenne.]

[Note 493: En descendant.]

[Note 494: Je ne marchai pas en vain.]

[Note 495: Plusieurs jeunes filles.]

[Note 496: Le mal tourné, le renversé.]

[Note 497: Vis-à-vis.]

[Note 498: Que de son amour nous soyons protégés.]

[Note 499: Je désavouerai.]

[Note 500: Que onques, jamais.]

[Note 501: Noël.]

[Note 502: Il y vit une querelle de femmes.]

[Note 503: Demeurent les égyptiens ou diseurs de bonne aventure.]

[Note 504: Demeure, qu'on.]

[Note 505: Fagot, broussaille, bourrée.]

[Note 506: Au milieu de.]

[Note 507: bruit.]

[Note 508: Près de là]

[Note 509: _Atrium_, l'aitre ou place de Sainte-Geneviève.]

[Note 510: Loin de la rivière de Seine.]

[Note 511: Fatigué, las.]

[Note 512: Oiseau choisi pour la rime.]

[Note 513: Qui conseille les autres.]

[Note 514: Trouvai.]

[Note 515: _Manet_, demeure la femme d'un charpentier.]

[Note 516: Ses plaintes.]

[Note 517: Je bus.]

[Note 518: Là un peu.]

[Note 519: De là.]

[Note 520: On vend foin et paille.]

[Note 521: Je vous expose.]

[Note 522: Eut nom.]

[Note 523: Moins.]

[Note 524: Promptement.]


_Les Rues de la Cité._

  La _rue du Sablon_ par m'ame[525];
  Puis rue neuve Notre Dame.
  En près est la _rue à Coulons_
  D'iluec ne fu pas mon cuer lons[526],
  La ruele trouvai briement
  De S. Christophe et ensement[527]
  La rue du Parvis bien près,
  Et la rue du Cloistre après,
  Et la grant rue S. Christofle:
  Je vis par le trelis d'un coffre
  En la rue Saint Pere à beus
  Oisiaus qui avoient piez beus[528]
  Qui furent pris sur la marine[529].
  De la rue Sainte Marine
  En la rue Cocatris vins,
  Où l'en boit souvent de bons vins,
  Dont maint homs souvent se varie[530]
  La _rue de la Confrairie
  Nostre-Dame_; et _en Charoui_
  Bonne taverne achiez[531] ovri.
  La _rue de la Pomme_ assez tost
  Trouvai, et puis après tantost
  Ce fu la _rue as Oubloiers_;
  La maint Guillebert a braiés.
  Marcé Palu, la Juerie
  Et puis la _petite Orberie_
  Qui en la Juerie siet.
  Et me semble que l'autre chief
  Descent droit en la rue à Feves
  Par deça la maison o fevre.
  La Kalendre et _la Ganterie_
  Trouvai, et _la grant Orberie_.
  Après, la grant Bariszerie;
  Et puis après la Draperie
  Trouvai et la Chaveterie,
  Et la ruele Sainte Croix
  Ou l'en chengle[532] souvent des cios.
  La rue Gervese Lorens
  Ou maintes Dames ygnorents
  Y maignent[533] qui de leur quiterne[534]
  En pres rue de la Lanterne.
  En la rue du Marmouset
  Trouvai[535] homme qui mu fet
  Une muse corne bellourde.
  Par la rue de la Coulombe
  Alai droit o port Saint-Landri:
  La demeure Guiart Andri.
  Femmes qui vont[536] tout le chevez
  Maignent[537] en la rue de Chevés.
  Saint Landri est de l'autre part,
  La _rue de l'Ymage_ départ[538]
  La ruele par Saint Vincent[539]
  En bout de la rue descent
  De Glateingni, ou bonne gent
  Maingnent, (_manent_) et Dames o corps gent[540]
  . . . . . . . . . . . .
  La _rue Saint-Denis de la Chartre_.
  . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . .
  . . . . . . . . . . . .
  En ving en la Peleterie
  Mainte peine y vi esterie[541].
  En la faute[542] du pont m'assis.
  Certes il n'a que trentesix
  Rues contables[543] en Cité
  Foi que doi Benedicite[544].

[Note 525: Mon âme.]

[Note 526: Tardif.]

[Note 527: Pareillement.]

[Note 528: raccourcis.]

[Note 529: sur le bord de la mer.]

[Note 530: s'enivre.]

[Note 531: assez ouvri.]

[Note 532: Où l'on sangle des coups, apparemment qu'il y avoit des
Flagellants.]

[Note 533: Y demeurent.]

[Note 534: guitare.]

[Note 535: C'est-à-dire _un homme qui m'eut fait une espèce de
cornemuse_.]

[Note 536: environnent.]

[Note 537: habitent.]

[Note 538: sépare.]

[Note 539: Espèce de serment placé là pour rimer.]

[Note 540: gracieux.]

[Note 541: J'y vis beaucoup d'étoffes historiées; peine _Pannus_.]

[Note 542: au bout.]

[Note 543: Comptables, qu'on puisse compter.]

[Note 544: Espèce de serment.]


_Les rues du quartier d'outre le Grand pont, dit aujourd'hui LA
VILLE._

  Par deça Grant pont erraument[545]
  M'en ving, sçachiez bien vraiment
  N'avoie alenas[546] ne poinson.
  Premiere, la rue o Poisson
  La rue de la Saunerie
  Trouvai, et la Mesguiscerie
  L'Escole et rue Saint Germain
  A Couroiers bien vint à main
  Tantost la rue a Lavendiere
  Ou il a maintes lavendieres.
  La _rue à moignes de Jenvau_
  Porte à mont et porte à vau;
  En près rue Jean Lointier
  Là ne fu je pas trop lointier[547]
  De la rue Bertin Porée.
  Sans faire nulle eschauffourée
  Ving en _la rue Jean l'Eveiller_;
  Là demeure Perriaus Goullier.
  La _rue Guillaume Porée_ près
  Siet, et Maleparole en près,
  Ou demeure Jean Asselin.
  Parmi[548] le Berrin Gasselin;
  Et parmi[549] la Hedengerie,
  M'en ving en la Tableterie
  En la _rue à petit soulers_
  _De bazenne_ tout fut souillés
  D'esrer[550] ce ne (fu) mie fortune.
  Par la _rue Sainte Opportune_
  Alai en _la Charonnerie_,
  Et puis en la Féronnerie;
  Tantost trouvai _la Mancherie_,
  Et puis _la Cordoüanerie_,
  Près demeure Henry Bourgaie;
  La _rue Baudouin Prengaie_
  Qui de boire n'est pas lanier[551].
  Par la _rue Raoul l'Avenier_[552]
  Alai o siege a Descarcheeurs.
  D'ileuc[553] m'en allai tantost ciex[554]
  Un tavernier en la viez place
  A Pourciaux, bien trouvai ma trace
  Guillot qui point d'eur bon n'as[555].
  Parmi la rue a Bourdonnas
  Ving en la rue Thibaut a dez,
  Un hons trouvai en ribaudez[556]
  En la rue de Bethisi
  Entré, ne fus pas ethisi[557]:
  Assez tost trouvai Tire chape;
  N'ai garde que rue m'eschape
  Que je ne sache bien nommer
  Par nom, sans nul mesnommer[558].
  Sans passer guichet ne postis[559]
  En la _rue au Quains de Pontis_
  Fis un chapia[560] de violete.
  La _rue o serf et Glorïete_
  Et la _rue de l'arbre sel_
  Qui descent sur un biau ruissel[561]
  Trouvai et puis _Col de Bacon_
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  Et puis _le Fossé Saint Germain_
  Trou-Bernard trouvai main à main,
  Part ne compaigne[562] n'attendi,
  Mon chemin a val s'estendi
  Par le saint Esperit[563], de rue
  Sus la riviere en _la Grant-rue_
  Seigneur de la porte du Louvre;
  Dames y a gentes et bonnes,
  De leurs denrées sont trop riches.
  Droitement parmi _Osteriche_
  Ving en la rue saint Honouré,
  La rue trouvai-je Mestre Huré,
  Lez lui[564] seant Dames polies.
  Parmi la rue des Poulies
  Ving en la _rue Daveron_
  Il y demeure un Gentis-hon.
  Par la rue Jehan Tison
  N'avoie talent de proier[565],
  Mès par la Croix de Tiroüer
  Ving en la rue de Neele
  Navoie tabour ne viele:
  En la _rue Raoul Menuicet_
  Trouvai un homme qui mucet[566]
  Une femme en terre et ensiet,
  La rue des Estuves en près siet.
  En près est la rue du Four:
  Lors entrai en un carefour,
  Trouvai la rue des Escus
  Un homs à grans ongles locus[567]
  Demanda, Guillot, que fais tu?
  Droitement de _Chastiau-Festu_
  M'en ving à la rue a Prouvoires
  Ou il a maintes pennes vaires[568];
  Mon cuer si a bien ferme veue.
  Par la _rue de la Croix neuve_
  Ving en la _rue Raoul Roissole_,
  N'avoie ne plais[569] ne sole
  La rue de Montmartre trouvai
  Il est bien seu et prové
  Ma voie fut delivre[570] et preste
  Tout droit par la ruelle e piestre[571]
  Ving à la pointe Saint Huitasse
  Droit et avant sui[572] ma trace
  Jusques en la Tonnellerie
  Ne sui pas cil qui trueve lie.
  Mais par devant la Halle au blé
  Ou l'en a mainte fois lobé[573]
  M'en ving en la Poissonnerie
  Des Halles, et en la Formagerie,
  Tantost trouvai _la Ganterie_,
  A l'encontre est la Lingerie
  La rue o Fevre siet bien près
  Et la Cossonnerie après.
  Et por moi mieux garder des Halles
  Par dessous les avans des Halles
  Ving en la rue à Prescheeurs
  La bui[574] avec Freres Meneurs
  Dont je n'ai pas chiere marie[575]
  Puis alai en la Chanvrerie
  Assez près trouvai Maudestour
  Et _le carrefour de la Tour_,
  Ou l'on giete mainte sentence
  En la maison à Dam[576] Sequence
  Le puis le carrefour départ[577]:
  Jehan Pincheclou d'autre part
  Demeura tout droit a l'encontre.
  Or dirai sans faire lonc conte[578]
  La petite Truanderie
  Es rues des Halles s'alie
  La rue au Cingne ce me samble
  Encontre Maudestour assamble
  Droit à la grant Truanderie
  Et _Merderiau_ n'obli-je mie,
  Ne _la petite ruéléte
  Jehan Bingne_ par saint-Clerc[573]suréte[580].
  Mon chemin ne fut pas trop rogue[581]
  En la _rue Nicolas Arode_
  Alai, et puis en Mauconseil.
  Une Dame vi sur un seil[582]
  Qui moult se portoit noblement;
  Je la saluai simplement,
  Et elle moi par saint Loys.
  Par la sainte rue Saint Denis
  Ving en la rue as Oües droit
  Pris mon chemin et mon adroit
  Droit en la rue Saint-artin
  Ou j'oi chanter en latin
  De Nostre Dame un si dous chans.
  Par la rue des Petits Champs
  Alai droitement en Biaubourc
  Ne chassoie chievre ne bouc:
  Puis truit la _rue a Jongleeurs_
  Con ne me tienne à jeugleeurs[583].
  De la rue Gieffroi l'Angevin
  En la rue des Estuves vin,
  Et en la _rue Lingariere_
  La ou leva mainte plastriere
  D'archal mise en oeuvr pour voir[584]
  Plusieurs gens pour leur vie avoir
  Et puis la _rue Sendebours
  La Trefilliere_ a l'un des bous,
  Et Quiquenpoit que j'ai moult chier,
  La rue Auberi le Bouchier
  Et puis la Conreerie aussi,
  La _rue Amauri de Roussi_,
  En contre Troussevache chiet,
  Que Diex gart qu'il ne nous meschiet[585],
  Et la _rue du Vin-le-Roy_,
  Dieu grace on n'a point de desroy[586]
  En la _Viez Monnoie_ par sens
  M'en ving aussi conpar à sens[587].
  Au-dessus d'iluec un petit
  Trouvai le Grand et le Petit
  Marivaux, si comme il me samble;
  Li uns à l'autre bien s'assamble;
  Au dessous siet la Hiaumerie
  Et assez prez _la Lormerie_
  Et parmi _la Basennerie_
  Ving en la _rue Jehan le Conte_;
  La Savonnerie en mon conte
  Ai mise: Par la Pierre o let
  Ving en la rue Jehan Pain molet,
  Puis truis[588] la rue des Arsis;
  Sus un siege un petit m'assis
  Pour ce que le repos fu bon:
  Puis truis les _deux rues_ Saint Bon.
  Lors ving en _la Buffeterie_,
  Tantost trouvai _la Lamperie_,
  Et puis la _rue de la Porte
  Saint Mesri_; mon chemin s'apporte
  Droit en _la rue à Bouvetins_.
  Par la _rue a Chavetiers_ tins
  Ma voie en _la rue de l'Estable
  Du Cloistre_ qui est honestable
  De Saint Mesri en Baillehoe
  Ou je trouvai beaucoup de boe
  Et une rue de renon.
  Rue neuve Saint Mesri a non.
  Tantost trouvai _la Cour Robert
  De Paris_. Mes par saint Lambert
    Rue Pierre o lart siet près,
  Et puis _la Bouclerie_ après:
  Ne la rue n'oublige pas
  Symon le Franc. Mon petit pas
  Alai vers _la Porte du Temple;_
  Pensis ma main de lez[589] ma temple.
  En la rue des Blans Mantiaux
  Entrai, où je vis mainte piaux
  Mettre en conroi[590] et blanche et noire;
  Puis truis la _rue Perrenelle
  De Saint Pol_, la rue du Plastre
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  En près est la rue du Puis.
  La rue à Singes après pris
  Contreval[591] la Bretonnerie
  M'en ving plain de mirencolie[592]:
  Trouvai la _rue des Jardins_
  Ou les Juifs maintrent[593] jadis;
  O _carrefour du Temple_ vins
  Ou je bui plain henap de vin
  Pour ce que moult grand soif avoie.
  A donc me remis a la voie,
  La _rue de l'Abbaye_ du Bec.
  Hellouin trouvai par abec[594],
  M'en allai en la Verrerie
  Tout contreval la Poterie
  Ving au carrefour Guillori
  Li un di ho, l'autre hari,
  Ne perdit pas mon essien[595].
  _La ruelete Gencien_
  Alai, ou maint un biau varlet[596],
  Et puis la _rue Andri Mallet_,
  Trouvai la rue du Martrai,
  En une ruelle tournai
  Qui de Saint Jehan voie à porte[597]
  En contre la rue des Deux Portes.
  De la viez Tisseranderie
  Alai droit _en l'Esculerie_
  Fit en la _rue de Chartron_
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  En la _rue du Franc-Monrier_
  Alai, et vieux-cimetiere
  Saint Jehan meisme en cotiere[598]
  Trouvai tost la rue du Bourg--
  Tibout, et droit a l'un des bous
  La _rue Anquetil le Faucheur_
  La _maint un compain tencheeur_[599].
  En la rue du Temple alai
  Isnelement[600] sans nul délai:
  En la rue au Roi de Sezille
  Entrai; tantost trouvai Sedile[601],
  En la rue Renaut le Fevre
  Maint, ou el vent et pois et feves
  En la _rue de Pute-y-muce_
  Y entrai en la maison Luce
  Qui maint en rue de Tyron
  Des Dames ymes[602] vous diron
  La rue de l'Escoufle est près
  Et la rue des Rosiers près
  Et _la grant-rue de la Porte
  Baudeer_ si con se comporte
  M'en allai en rue Percié
  Une femme vi destrecié[603]
  Pour soi pignier[604], qui me donna
  De bon vin. Ma voie adonna
  En la _rue des Poulies Saint Pou_
  Et au dessus d'iluec un pou[605]
  Trouvai la rue a Fauconniers.
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .  .
  Parmi la rue du Figuier
  Et parmi la rue a Nonains
  D'Iere, vi chevaucher deux nains
  Qui moult estoient esjoi.
  Puis truis la rue de Joy
  Et la rue _Forgier_ l'Anier,
  [606]Je ving en la Mortellerie
  Ou a mainte tainturerie
  La _rue Ermeline Boiliaue_
  La rue Garnier sus l'yaue
  Trouvay, à ce mon cuyer s'atyre[607]:
  Puis la _rue du Cimetire
  Saint Gervais_, et _l'Ourmeciau_,
  Sans passer fosse ne ruisseau
  Ne sans passer planche ne pont
  La rue _a Moines_ de Lonc-pont
  Trouvai, et _rue Saint Jehan
  De Greve_, ou demeure Jouan
  Un homs qu' n'a pas vue saine
  Près de _la ruele de Saine_
  En _la rue sus la riviere_
  Trouvai une fausse estriviere[608].
  Si m'en reving tout droit en Gréve
  Le chemin de rien ne me gréve
  Tantost trouvai la Tannerie
  Et puis après la Vannerie
  La _rue de la Coifferie_
  Et puis après la Tacherie
  Et la _rue aux Commenderesses_
  Ou il a maintes tencheresses[609]
  Qui ont maint homme pris o brai[610]
  Par le _Carefour_ de Mibrai
  En la rue Saint Jacque et ou porce[611]
  M'en ving, n'avois sac ni poce[612]:
  Puis alai en la Boucherie
  La _rue de l'Escorcherie_
  Tournai; parmi _la Triperie_
  M'en ving en _la Poulaillerie_,
  Car c'est la dernière rue
  Et si siet droit sur la Grant-rue.

  Guillot si fait à tous sçavoir,
  Que par deça Grand pont pour voir[613]
  N'a que deux cent rues mains six:
  Outre Petit-pont quatre-vingt
  Dedans les murs non pas dehors.
  Les autres rues ai mis hors
  De sa rime puisqu'il n'ont chief[614].
  Ci vout faire de son Dit chief[615]
  Guillot, qui a fait maint bias dits,
  Dit qu'il n'a que trois cent et dix
  Rues à Paris vraiement
  Le dous Seigneur du Firmament
  Et sa tres douce chiere Mere
  Nous défende de mort amere.

[Note 545: promptement.]

[Note 546: alène.]

[Note 547: éloigné.]

[Note 548: au milieu de.]

[Note 549: à travers.]

[Note 550: D'aller et venir.]

[Note 551: lent, paresseux.]

[Note 552: Vendeur d'avoine.]

[Note 553: De là.]

[Note 554: chez.]

[Note 555: qui n'a point de bonheur.]

[Note 556: En joie.]

[Note 557: Je ne tombe pas en éthisie.]

[Note 558: sans en mal nommer aucune.]

[Note 559: porte fausse.]

[Note 560: chapeau.]

[Note 561: La rivière de Seine.]

[Note 562: camarade.]

[Note 563: Serment.]

[Note 564: À côté de lui.]

[Note 565: prier.]

[Note 566: cachoit et enfouissoit.]

[Note 567: C'est-à-dire comme des pieds de sauterelles.]

[Note 568: Plusieurs étoffes de diverses couleurs.]

[Note 569: Plie, poisson de mer.]

[Note 570: facile.]

[Note 571: vitement.]

[Note 572: suivi.]

[Note 573: trompé ou moqué.]

[Note 574: Là je bus.]

[Note 575: Dont je ne suis pas fâché.]

[Note 576: Dom, ou Monsieur.]

[Note 577: Le puits sépare le carrefour.]

[Note 578: Longue narration.]

[Note 579: Manière de serment.]

[Note 580: Un peu sûre.]

[Note 581: âpre, rude.]

[Note 582: Seuil de porte.]

[Note 583: Qu'on ne me regarde pas comme un railleur.]

[Note 584: pour vrai.]

[Note 585: arrive.]

[Note 586: détour.]

[Note 587: de dessein formel.]

[Note 588: Trouvai.]

[Note 589: proche.]

[Note 590: pour être corroyées.]

[Note 591: Par le bas de.]

[Note 592: mélancolie.]

[Note 593: demeurèrent.]

[Note 594: tout juste en commençant.]

[Note 595: ma connoissance.]

[Note 596: demeure.... un jeune homme.]

[Note 597: Qui conduit à la porte St.-Jean.]

[Note 598: Mot fabriqué pour la rime.]

[Note 599: demeure un compagnon querelleur.]

[Note 600: promptement.]

[Note 601: C'est le nom d'une femme.]

[Note 602: hymnes, cantiques.]

[Note 603: embarrassée.]

[Note 604: se peigner.]

[Note 605: un peu au-dessus de là.]

[Note 606: Il manque ici un vers dans le manuscrit.]

[Note 607: Se portant.]

[Note 608: Un éperon de terre ou bout d'île.]

[Note 609: querelleuses.]

[Note 610: à la pipée.]

[Note 611: au porche.]

[Note 612: poche.]

[Note 613: pour vrai.]

[Note 614: _Rues sans chiefe_, fermées par le fond.]

[Note 615: Il veut faire ici la fin de ses vers.]

     _Explicit le Dit des Rues de Paris._


Guillot marque expressément qu'il a exclu de son ouvrage le nom des
_rues sans chief_, c'est-à-dire qu'il ne fait aucune mention des
_culs-de-sac_, de manière que si les noms de quelques-uns de ceux qui
existent aujourd'hui se trouvent dans cette nomenclature, c'est qu'ils
auront été formés depuis par la construction de quelque édifice, ce
qui est arrivé quelquefois, et même dans le siècle dernier.

Il résulte de son calcul qu'il n'y avoit alors que trois cent dix rues
à Paris. L'abbé Lebeuf observe que, dans le quartier d'au-delà du
Grand pont[616], ce poète compte cent quatre-vingt-quatorze rues, et
n'en nomme que cent quatre-vingt-quatre dans ses vers. Ce savant
présume que cette différence vient de quelque erreur de copiste, et
l'on voit en effet, dans Sauval, qu'en 1300 il existoit plusieurs rues
de ce quartier-là qui ne sont point spécifiées dans ce poëme. Il y
avoit, par exemple, sur la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois, la
rue _gui d'Aucerre_, la rue _gui le Braolier_, la rue _Gilbert
l'Anglois_; sur celle de Saint-Eustache, la rue _de Verneuil_, la rue
_Alain de Dampierre_; sur celle de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, la
rue _Jean Bonne Fille_; sur celle de Saint-Jean, _la cour Harchier_;
sur celle de Saint-Méri, la rue _Guillaume Espaulart_.

[Note 616: Paris, jusque vers le milieu du quatorzième siècle, étoit
divisé en trois parties: le quartier d'_Outre-Petit pont_, la Cité; le
quartier d'_Outre-Grand pont_. Le premier de ces quartiers a depuis
été désigné sous le nom de _ville_, en raison sans doute de ce que
l'Hôtel-de-Ville y étoit situé. Le dernier fut nommé quartier de
l'_Université_, parce que toutes les écoles de cette institution
célèbre y étoient renfermées.]

Gilles Corrozet, qui vivoit vers le milieu du seizième siècle, ne
compte encore dans cette ville que _quatre cents_ rues ou ruelles.
Aujourd'hui il y en a plus de mille.



RUES DE L'ÎLE DE LA CITÉ.


_Rue de l'Abreuvoir._ Elle alloit du cloître Notre-Dame à la Seine.
Lorsque l'endroit vulgairement appelé _le Terrain_ eut été environné
de murs, on y laissa un côté ouvert pour conduire les chevaux à la
rivière, et c'est de là que cette rue a pris son nom[617].

[Note 617: L'espace qu'occupoit cette rue a été renfermé dans le
jardin de l'archevêché.]

_Rue Sainte-Anne._ Elle commence à la rue Saint-Louis, et aboutit à
l'une des portes du Palais. Cette rue fut ouverte en 1631, et nommée
ainsi en l'honneur de la reine Anne d'Autriche. C'étoit par cette rue
que le roi passoit chaque fois qu'il alloit au Palais.

_Rue de l'Arcade._ Elle donne d'un bout dans la rue de Nazareth, de
l'autre dans la cour du Palais, et doit son nom à la voûte qui sert de
communication aux bâtiments de la chambre des comptes. Elle se nommoit
autrefois _rue de Jérusalem_, et l'on présume que ce nom lui venoit de
l'hospice où saint Louis logeoit les pélerins qui alloient à Jérusalem
ou qui en revenoient[618].

[Note 618: Cette rue porte maintenant le nom de rue de _Nazareth_.]

_Rue de la Barillerie._ Elle commence à la descente du pont
Saint-Michel, et finit à la rue Saint-Barthélemi. En 1398, la partie
de cette rue qui commence à celle de la Calendre se nommoit _rue du
Pont-Saint-Michel_[619]. Dès l'an 1280 elle est appelée _Barilleria_.
Guillot la nomme la _grant Bariszerie_. Ce surnom de _grande_ a pu lui
être donné pour la distinguer d'une ruelle de la _Barillerie_ qui lui
étoit parallèle, et alloit de la rue de la Calendre à la rivière.
Celle-ci est maintenant coupée et couverte de maisons.

[Note 619: Cens. de S. Éloi.]

_Rue Saint-Barthélemi._ Elle continue la rue de la Barillerie, et
finit à la place du pont au Change. On ne la distinguoit point de
cette dernière au quatorzième siècle. Cependant dès 1220 on lui trouve
le nom qu'elle porte encore aujourd'hui[620].

[Note 620: Cart. Episc. Il y avoit autrefois derrière Saint-Barthélemi
un cul-de-sac nommé rue des _Cordouagners_. Cette rue avoit été
bouchée dès 1315. Le nom s'en perdit par la suite, et on l'indiquoit
simplement sous celui de ruelle du _Prieuré_, ruelle _par où l'on va à
Notre-Dame des Voûtes_. Notre-Dame des Voûtes étoit une chapelle
située au chevet de Saint-Barthélemi. Elle fut depuis réunie à
l'église.]

_Rue de Basville._ On a donné ce nom à une communication de la cour
Neuve à celle de Lamoignon, construite par les ordres de Guillaume de
Lamoignon, premier président et seigneur de Basville.

_Rue de la Calendre._ Elle donne d'un bout dans la rue de la
Barillerie, et de l'autre dans la rue du Marché-Palu, vis-à-vis celle
de Saint-Christophe. Elle portoit ce nom dès 1280; mais on ignore s'il
lui venoit d'une enseigne ou si elle le devoit à quelque famille[621].
On trouve dans le censier de saint Éloi de 1343, une maison qui fut à
_Jean de la Kalendre_[622]; une autre indiquée sous le même nom en
1351; et dans celui de 1367, la maison à _Nicolas le Kalendreur, où
souloient être les lions du roi_. Cependant elle n'a pris ce nom que
vers le milieu du treizième siècle, et avant cette époque on la voit
désignée dans les titres sous la dénomination générale de _Via quâ
itur à Parvo ponte ad plateam Sancti-Michaelis_.

[Note 621: Ceux qui sont pour la première opinion ne s'accordent point
sur la représentation de cette enseigne. Les uns disent que c'étoit un
de ces insectes qui rongent le froment, et qu'on nomme aussi
_charançon_; d'autres, une espèce d'oiseau (grive ou alouette), que
les Parisiens appeloient _calandre_; le plus grand nombre, que c'est
une machine avec laquelle on tabise et polit les draps, étoffes de
soie, etc. Sauval dit que c'est là la véritable origine de ce nom.
Au-dessus de la boutique d'une lingère, qui faisoit le coin de cette
rue et de celle de la Cité, on lisoit autrefois une inscription, dont
la solution a été inutilement proposée aux antiquaires.

  _Urbs me decolavit,_
  _Rex me instituit,_
  _Medicus amplificavit._]

[Note 622: Fol. 88, _verso_.]

_Rue des Trois-Canettes._ Elle donne d'un bout dans la rue de la
Licorne, et de l'autre dans celle de Saint-Christophe. Elle est
désignée sous les deux noms de la _Pomme Rouge_ et des _Canettes_,
dans un arrêt du 4 juillet 1480[623]. Sauval rapporte l'extrait d'un
compte de 1421[624], où est indiquée une rue de _l'Homme Sauvage_,
dont la situation annonce de l'identité avec celle-ci. Le peuple a
souvent substitué à l'ancien nom des rues celui d'une enseigne ou
d'une maison plus remarquable.

[Note 623: Regist. du Parl., et ord. roy. de la Ville, p. 259.]

[Note 624: T. III, p. 319.]

_Rue des Carcaisons._ Elle aboutit à la rue de la Calendre et au
Marché-Neuf. Ce nom, dont on ne peut découvrir l'origine, n'a jamais
varié que dans la manière de l'écrire, Sauval l'appelle
d'_Escarcuissons_, d'autres, _des Carquillons_, _des Carcuissons_ ou
_Carcaissons_. Il y a dans cette rue un cul-de-sac du même nom.

_Rues Chanoinesse, des Chantres et du Chapitre._ On a donné ces noms à
trois rues qui sont dans le cloître Notre-Dame. La rue du _Chapitre_ a
reçu depuis peu le nom de rue _Massillon_.

_Rue Saint-Christophe._ Elle commence au coin de la rue de la Juiverie
et du Marché-Palu, et aboutit au Parvis. Elle doit son nom à l'église
qui existoit en cet endroit. Dans les anciens titres elle est indiquée
sous celui de la _Regraterie_[625]. Guillot l'appelle _grant rue
Saint-Christophe_ pour la distinguer d'une ruelle qui portoit le même
nom et qui n'existe plus. Cette ruelle, désignée depuis sous le nom de
rue de la _Huchette_, fut comprise dans le Parvis Notre-Dame.

[Note 625: Cartul. de N. D. des Champs.--Cens. de Sainte-Genev.--Cart.
de Sorbonne.]

Dans la rue Saint-Christophe est un cul-de-sac qui porte le nom de
cul-de-sac de _Jérusalem_.

_Cloître Notre-Dame._ On entend sous ce nom tout l'espace compris
depuis le _Terrain_ jusqu'au pont Rouge; de là en suivant les rues
d'Enfer et de la Colombe, jusqu'à l'extrémité de la rue des
Marmousets, puis en retour l'alignement qui alloit rejoindre la porte
placée, avant la révolution, auprès de l'église Notre-Dame. Dans cet
espace étoient situées la chapelle de Saint-Agnan, l'église de
Saint-Denis-du-Pas et celle de Saint-Jean-le-Rond[626].

[Note 626: La partie de cet espace qui longe le côté nord de la
cathédrale forme aujourd'hui une rue que l'on nomme _Rue du Cloître
Notre-Dame_; et de l'autre côté, le passage qui conduit au pont au
Double, s'appelle _rue de l'Évêché_.]

_Rue Cocatrix._ Elle aboutit à la rue Saint-Pierre-aux-Boeufs et à
celle des Canettes. Le nom de _Cocatrix_ est celui d'une famille fort
connue au treizième siècle, et du fief qui lui appartenoit[627]. Il
étoit situé entre la rue Saint-Pierre-aux-Boeufs et celle des
Deux-Ermites. Un acte de 1300 l'indique ainsi: _Domus Cocatricis quæ
contigit domui Marmosetorum._

[Note 627: Sauval, t. I, p. 126.]

_Rue de la Colombe._ Elle traverse de la rue des Marmousets dans la
rue d'Enfer. On voit dans un acte d'amortissement de deux maisons,
fait à l'Hôtel-Dieu[628], qu'elle portoit ce nom en 1223. Cependant
Sauval dit qu'elle se nommoit rue _de la Couronne_ en 1408. Jaillot
pense qu'il s'est trompé, et que ce nom n'a été donné qu'à la rue du
_Chevet Saint-Landri_.

[Note 628: Arch. de S. Germ., A. 3, 7, 8.]

_Rue Sainte-Croix._ Elle aboutit aux rues de la Vieille-Draperie et
Gervais-Laurent. Au douzième siècle on la nommoit _petite rue
Sainte-Croix_, et dans les siècles suivants, _ruelle Sainte-Croix_[629].

[Note 629: Past., A. fol. 804.]

_Rue de la Vieille-Draperie._ Elle va de la rue de la Barillerie à
celle de la Juiverie, vis-à-vis la rue des Marmousets. C'est une des
plus anciennes rues de la Cité: elle étoit en partie habitée par des
Juifs; et lorsqu'ils en furent chassés en 1183, Philippe-Auguste y
établit des drapiers, auxquels il donna vingt-quatre maisons,
moyennant cent livres de rente[630]: c'est ce qui lui fit donner le
nom de _Judæaria Pannificorum_[631]. En 1293 on l'appeloit _la
Draperie_, et en 1313 _la Viez-Draperie_[632]. Tous les titres du
quinzième siècle l'appellent rue de la _Vieille-Draperie_, et depuis,
ce nom n'a pas varié; elle fut élargie à ses deux extrémités dans le
dix-septième siècle[633].

[Note 630: Regist. de la Ville, f. 3.]

[Note 631: Cart. S. Magl., fol. 104 et 238.]

[Note 632: Hist. de Paris, t. V, p. 620.]

[Note 633: Sauval, t. I, p. 132.]

_Rue Saint-Éloi._ Elle traverse de la rue de la Calendre dans celle de
la Vieille-Draperie. En 1280 cette rue s'appeloit _Cavateria_; Guillot
la nomme _la Chavaterie_, et les censives de Saint-Éloi de 1343 et
1367, _la Cavaterie_ et _la Saveterie_. Enfin elle fut nommée _de
Saint-Éloi_, parce qu'elle fut ouverte sur la partie de l'église et du
choeur du monastère de ce saint.

Dans cette rue est un cul-de-sac nommé de _Saint-Martial_, parce qu'il
conduisoit à l'église de ce nom. On disoit _ruelle Saint-Macial_ en
1398[634], _ruelle du Porche Saint-Martial_ en 1404, et _rue
Saint-Martial_ en 1459.

[Note 634: Cens. S. Élig.]

_Rue d'Enfer._ Elle commence à la rue Basse-des-Ursins, et aboutit à
la porte du cloître de Notre-Dame et au pont Rouge. On ne doit
chercher l'étymologie de ce nom que dans l'ancienne situation de cette
rue, qui n'étoit pas alors séparée de la rivière par un quai[635]. Les
registres capitulaires de Notre-Dame la nomment _via inferior, portus
Sancti-Landerici_. En 1300, 1313 et depuis, on la nommoit _le port
Saint-Landri_, _rue Saint-Landri_, _du port Saint-Landri_, et _grant
rue Saint Landri-sur-l'Yaue_. Vers le milieu du seizième siècle, elle
a pris le nom de rue _d'Enfer_[636]; et dernièrement le nom de cette
rue a été changé en celui de _rue Basse-des-Ursins_.

[Note 635: Quelques auteurs ont pensé qu'il venoit, par corruption, du
mot latin _inferior_ ou _infera_, inférieure, parce qu'elle étoit la
dernière rue vers le port Saint-Landri.]

[Note 636: Reg. capit. 1555.]

_Rue l'Évêque._ Elle commence à la première porte de l'Archevêché, et
aboutit à la rivière et au pont de l'Hôtel-Dieu. C'étoit en cet
endroit que commençoit le port l'Évêque, c'est-à-dire le rivage qui
règne le long du jardin de l'Archevêché, jusqu'au _Terrain_. On la
nommoit, en 1282, rue _du port l'Évêque_ et rue _des Bateaux, vicus ad
Batellos_[637]. La justice du chapitre s'étendoit jusque là, ainsi que
le prouvent une de ses ordonnances, et la transaction passée entre
Étienne Tempier, évêque de Paris, et le chapitre de Notre-Dame en
1272[638]. Plusieurs autres titres en font également foi.

[Note 637: Ord. du chap. de N. D.]

[Note 638: Gall. Christ., t. VII, col. 3.]

_Rue aux Fèves._ Elle va de la rue de la Vieille-Draperie à celle de
la Calendre. On n'a guère varié que sur l'orthographe de son nom, mais
les différentes façons de l'écrire ont donné lieu à différentes
étymologies. Elle est nommée rue _aux Fèves_ dans un titre de
1291[639], ainsi que dans Guillot; et dans les actes du chapitre du
quatorzième siècle, etc., _vicus Fabarum_. D'autres l'ont appelée rue
_au Feure_, mot qui signifie _de la paille_; ce qui paroîtroit assez
plausible, à cause du marché au blé qui en étoit voisin[640]. Enfin il
y en a qui ont écrit: rue _aux Febvres_, _aux Fevres_ (_via ad
Fabros_)[641]. Ce dernier nom paroît le véritable, parce qu'elle est
indiquée ainsi dans le plus ancien titre qui en fasse mention. Ce sont
des lettres de saint Louis de 1260, par lesquelles il cède trente sous
de cens sur une maison; _in vico Fabrorum, prope S. Martialem_[642].

[Note 639: Manusc. des Coutumes de la Marchand., fol. 39.]

[Note 640: Cens. S. Élig., 1495.]

[Note 641: En effet, ce quartier étant occupé par des drapiers et des
ouvriers qui donnoient le lustre aux étoffes, on peut croire qu'il
renfermoit aussi des _fabricants_, dont le nom aura été transporté à
la rue. Celui de _feure_ ne doit point embarrasser: personne n'ignore
que nos anciens écrivains employoient souvent l'_u_ consonne pour
l'_v_ voyelle.]

[Note 642: Cart. S. German. Autiss., fol. 10, _recto_.]

_Rue du Four-Basset._ C'étoit un passage qui communiquoit de la rue de
la Juiverie dans la rue aux Fèves, et qui est fermé depuis long-temps.
Guillot le nomme en 1300 la _petite Orberie_. Dans le rôle des taxes
de 1313 il est indiqué rue du _Four-Basset_, soit que ce nom lui vînt
d'un four bâti en cet endroit, soit qu'il le dût à une grande maison
nommée la _Cour-Basset_, dont il est fait mention dans un censier de
Saint-Éloi[643].

[Note 643: Cens. S. Élig., 1367.]

_Rue Gervais-Laurent._ Elle donne d'un bout dans la rue de la
Lanterne, et de l'autre dans celle de la Vieille-Draperie. En 1248,
1250, etc., on la nommoit _vicus Gervasii Loorandi_, _vicus de
Loorens_, _Lohorens_[644]; en 1300 et 1313, rue _Gervese-Lorens_. On a
dit depuis _Gervais-Laurent_.

[Note 644: Cens. S. Genovefæ.]

_Rue de Glatigny._ Elle commence à la rue des Marmousets, et aboutit à
la rivière. On donnoit le nom de _Glateingni_ à cette rue et aux
environs de Saint-Denis-de-la-Chartre jusqu'à l'hôtel des Ursins. Des
titres disent qu'on y voyoit une maison de _Glategni_, qui, en 1241,
appartenoit à Robert et Guillaume de Glatigni[645]. En 1266 on trouve
des maisons indiquées _in Glatigniaco_[646]. Dès le quatorzième
siècle, cette rue étoit habitée par des femmes publiques, et on la
nommoit _le val d'Amour_. En 1380 elle avoit aussi le nom de rue _au
Chevet de Saint-Denis-de-la-Chartre_. Mais alors même on la nommoit,
comme avant et après, _rue de Glatigny_.

[Note 645: Cens. S. Genovef.--Arch. de S. Martin.]

[Note 646: Past., A., fol. 702 et 801.]

_Rue de Harlay._ Elle traverse du quai de l'Horloge à celui des
Orfèvres, et doit son nom, comme nous l'avons déjà dit, au premier
président de Harlay, à qui le roi avoit donnée, en 1607, les deux
petites îles qui étoient au bout du jardin du Palais. En 1672 on
abattit une maison, afin d'y pratiquer une porte et un passage qui
communiquât à la cour Neuve.

_Rue des Deux-Ermites._ Elle donne d'un bout dans la rue Cocatrix, et
de l'autre dans celle des Marmouzets. En 1220 on la nommoit _la cour
Ferri de Paris, proprisia Ferrici dicti Paris_. On la nomma ensuite
rue _de la Confrérie Notre-Dame_, parce que la maison de la
_Communalité des Chapelains_ y étoit située[647], et au seizième
siècle, rue _de l'Armite_, ensuite _des Ermites_, et _des
Deux-Ermites_, à cause d'une maison qui avoit cette enseigne. En 1640
elle est indiquée dans le rôle des commissaires de ce quartier, sous
le nom des _Deux Serviteurs_[648].

[Note 647: Cens. S. Élig., 1367 et 1398.]

[Note 648: Arch. de S. Germ. des Prés, nº 1575.]

_Rue de la Juiverie._ Elle continue la rue du Marché-Palu, et aboutit
à celle de la Lanterne. Les juifs qui y demeuroient lui ont fait
donner ce nom, qui n'a varié que dans l'orthographe. Guillot écrit _la
Juerie_; en 1313, _la Juyrie_; _la Juisvie en_ 1405, _Juiferie_ et
_Juifrie_ en 1450 et 1560. Il y avoit dans cette rue un marché au blé,
qu'on appeloit _la halle de Beauce_. Un titre nous apprend que
Philippe-Auguste la donna à son échanson[649].

[Note 649: Traité de la Police, t. II, p. 727. La portion de cette rue
qui s'étend vers le Marché-Neuf et en face de la rue Neuve-Notre-Dame,
s'appelle aujourd'hui _rue du Marché-Neuf_. En 1507 cette rue fut
élargie de vingt pieds entre les deux ponts.]

_Rue Saint-Landri._ Elle commence à la rue des Marmouzets, et finit à
la rivière. Elle étoit anciennement désignée sous le nom de _port
Notre-Dame_[650], et confondue avec la rue d'Enfer et celle des
Ursins. En 1267 on la nommoit _Terra ad Batellos_[651]. L'évêque, vers
ce même temps, y avoit une maison, nommée _de la Lavanderie_[652]. Le
bout de ce chemin, vers le pont Rouge, se nommoit _Fimus_ en 1213;
_Firmarium_ et _vicus Firmarii_ en 1219 et 1222; rue _du Fumer_ en
1248[653].

[Note 650: Past., A., fol. 725.]

[Note 651: Past., D., fol. 401; et I, fol. 147 et 152.]

[Note 652: Past., A., fol. 794.]

[Note 653: Past., D., fol. 300. _Ibid._, fol. 291; A., fol. 381 et
585; B., fol. 305. Le corps d'Isabeau de Bavière, femme de Charles VI,
morte le dernier jour de septembre 1435, fut porté à Saint-Denis d'une
façon singulière: on l'embarqua au port Saint-Landri, dans un petit
bateau, et l'on dit au batelier de le remettre au prieur de
l'abbaye.]

Au bout de cette rue étoit une petite ruelle qui aboutissoit à la
rivière et qui depuis a été fermée à ses deux extrémités. En 1265 on
la nommoit rue _Percée_[654].

[Note 654: Cens S. Élig.]

_Rue du Chevet-Saint-Landri._ Elle donne d'un bout dans la rue des
Marmouzets, et de l'autre dans la rue d'Enfer; dès le treizième siècle
on disoit _le Chevez-Saint-Landri_, parce que le fond de cette église,
qu'on nomme _le Chevet_, donnoit dans cette rue. Dans un bail fait en
1451 par l'abbé de Saint-Victor, elle est nommée _rue de la
Couronne_[655]. Il y a dans cette rue un cul-de-sac qui porte le même
nom.

[Note 655: Arch. de S. Victor.]

_Rue de la Lanterne._ Elle continue la rue de la Juiverie, et aboutit au
pont Notre-Dame. Elle est appelée, dans les cartulaires de
Saint-Denis-de-la-Chartre, rue _de la place de Saint-Denis-de-la-Chartre_,
rue _devant la place et l'église Saint-Denis_, rue _devant la Croix
Saint-Denis_, rue _du Pont-Notre-Dame_[656]. Son dernier nom lui vient
d'une enseigne; et on le trouve dès 1326[657], puis dans la liste des rues
du quinzième siècle, dans Corrozet, et sur tous les plans.

[Note 656: Cart. S. Dionys. de Carc.]

[Note 657: Cens. S. Élig.]

_Rue de la Licorne._ Elle traverse de la rue Saint-Christophe à celle
des Marmouzets. En 1269 elle étoit appelée rue _près le Chevet de la
Madeleine_; mais elle étoit déjà connue sous le nom de _vicus
Nebulariorum_, rue _as Oubloyers_, _des Oublayers_, _Oblayers_, _aux
Obléeurs_ et _Oublieurs_[658]. Elle prit le nom qu'elle porte encore
aujourd'hui, d'une ruelle qui y aboutissoit, et dans laquelle pendoit
une enseigne de la Licorne.

[Note 658: Gens qui faisoient une espèce de pâtisserie.]

_Rue Saint-Louis._ Elle aboutissoit au pont Saint-Michel et au quai
des Orfèvres. On commença à l'ouvrir sous le règne de Henri IV, pour
faciliter la communication avec le pont Neuf. On l'appela d'abord la
rue _Neuve_, et ensuite la rue _Neuve-Saint-Louis_[659].

[Note 659: La partie de cette rue qui bordoit la rivière, a été
abattue lorsque l'on a construit la suite des quais qui entourent
maintenant la Cité.]

_Rue du Marché-Neuf._ Elle commence au bout du pont Saint-Michel, et
aboutit à la rue du Marché-Palu, en face de la rue Neuve-Notre-Dame.
On comprend sous ce nom le marché et les deux petites rues qui y
conduisent. Guillot l'appelle _la grant Orberie_. Elle étoit autrefois
bouchée du côté du _Marché-Palu_, et ce ne fut qu'en 1557 qu'on
l'ouvrit pour en faire un marché[660]. En 1560 le quai Saint-Michel
fut construit[661], et l'on bâtit, quelques années après, dix-sept
boutiques, une halle au poisson et deux boucheries aux deux
extrémités, vers les deux ponts. Ces travaux ayant été terminés en
1568, les marchands de poissons et d'herbes qui se tenoient près le
Petit-Châtelet eurent ordre de s'établir dans ce marché. En 1734,
douze maisons furent démolies; on ne conserva qu'une boucherie, et
l'on établit un corps-de-garde à l'autre extrémité[662].

[Note 660: Du Breul, p. 97 et 201.]

[Note 661: Reg. de la Ville.]

[Note 662: Il a été ouvert, sur l'emplacement de
Saint-Germain-le-Vieux, un passage fermé de deux grilles qui conduit
de cette rue dans celle de la Calendre.]

_Rue du Marché-Palu._ Elle commence au petit Pont et finit au coin
des rues de la Calendre et de Saint-Christophe. Elle étoit connue sous
ce nom au treizième siècle, et il ne paroît pas qu'elle en ait changé
depuis[663]. Elle doit sans doute ce titre de _Marché_ à celui qui s'y
voyoit de toute ancienneté, et qui s'étendoit dans la rue de la
Juiverie. On y vendoit du blé, des herbes et des légumes. Le surnom de
_Palu_ lui vient de ce que cet endroit étoit humide et non pavé. Il ne
faut pas croire cependant que ce terrain, quoiqu'il ait été depuis
considérablement exhaussé, fût alors un marais. Il y avoit une
enceinte de murs autour de la Cité, qui en mettoit l'intérieur à
l'abri des inondations, et le marché étoit à une certaine distance du
rivage; mais les eaux pluviales et toutes celles de la Cité qui
passoient par cet endroit pour se rendre à la rivière, comme elles y
passent encore aujourd'hui, le rendoient extrêmement marécageux[664].

[Note 663: Arch. de S. Germ., A., 3, 1, 13.]

[Note 664: La _Morgue_, autrefois dans une des cours du
Grand-Châtelet, a été transportée en cet endroit. (V. _monuments
nouveaux_.)]

_Rue des Marmouzets_[665]. Elle commence à la rue de la Juiverie, et
aboutit au cloître Notre-Dame, au coin de la rue de la Colombe. Elle
doit ce nom à une grande maison appelée, dans les anciens titres,
_domus Marmosetorum_[666]; ce nom n'a guère varié. Guillot la nomme
_du Marmouzet_; le rôle des taxes de 1313, _des Marmozets_; la liste
des rues du quinzième siècle, _des Marmouzettes_.

[Note 665: Une tradition populaire veut que cette rue doive son nom à
un pâtissier qui faisoit des pâtés avec la chair des enfants qu'il
attiroit chez lui, ou des victimes que son voisin le barbier égorgeoit
pour son compte. Cette tradition est rapportée par Du Breul[665-A],
qui ajoute que la maison dite des _Marmouzets_ fut rasée à cette
occasion, avec défense de jamais rebâtir au même lieu, et qu'une
pyramide fut élevée en sa place.

On n'a aucune preuve positive de ces faits, qui semblent bien
invraisemblables; mais il est constant que, pendant plus de cent ans,
il y a eu, dans cette rue, une place vide, sur laquelle le
propriétaire ne croyoit pas qu'il fût permis de bâtir. Pierre Belut,
conseiller au parlement, à qui elle appartenoit, en demanda la
permission à François Ier; et ce prince, par des lettres-patentes du
mois de janvier 1536, permit d'y faire réédifier une maison pour être
habitée, ainsi que les autres maisons de Paris, nonobstant tout arrêt
qui pourroit être intervenu, y dérogeant par ces lettres, et imposant
silence perpétuel à son procureur présent et à venir. Quoiqu'on ne
trouve nulle part ni informations ni arrêts qui parlent de ce prétendu
crime, il ne s'ensuivroit pas de là qu'il fût faux. On sait que dans
les crimes atroces et extraordinaires, il a toujours été d'usage, et
même dans les derniers temps de la monarchie, de jeter au feu les
informations et la procédure, pour les rendre en quelque sorte
incroyables. _Nam sunt crimina quæ, ipsâ magnitudine, fidem non
impetrant._]

[Note 665-A: page 111.]

[Note 666: Arch. de S. Éloi et de l'archevêché.--Past., A., p. 341 et
718.--Cart. Sorb., an 1284.]

_Rue du Haut-Moulin._ Elle aboutit aux rues de la Lanterne et de
Glatigny. Guillot la nomme _rue Saint-Denis-de-la-Chartre_. Il paroît,
par les titres de ce prieuré, que, dès 1204, elle s'appeloit _rue
Neuve Saint-Denis_[667]; cependant, dans un acte de 1206, elle n'est
indiquée que sous le nom de _Strata anterior_. Au milieu du seizième
siècle, cette rue étoit partagée en deux parties; l'une s'appeloit rue
_Saint-Symphorien_, et l'autre _des Hauts-Moulins_[668].

[Note 667: Cens. S. Dionys., de Carc.]

[Note 668: Corrozet, fol. 204, _verso_.]

_Rue de Nazareth._ Elle commence au quai des Orfèvres, et aboutit à
l'hôtel du premier président[669]. Anciennement elle se nommoit rue
_de Galilée_.

[Note 669: Maintenant la préfecture de police. Cette rue est
aujourd'hui désignée sous le nom de rue de _Jérusalem_.]

_Rue Neuve Notre-Dame._ Elle aboutit au Marché-Palu et au Parvis de la
cathédrale. Elle fut ouverte par Maurice de Sully, évêque de Paris;
avant lui il n'y avoit point de rue en cet endroit, et l'on se rendoit
de ce coté à Notre-Dame par la rue _des Sablons_, qui étoit située
entre les maisons de cette rue et les bâtiments de l'Hôtel-Dieu. La
rue nouvelle prit d'abord le nom de _Neuve_, qu'elle portoit encore en
1250. On y ajouta ensuite celui de Notre-Dame, qu'elle a toujours
conservé depuis.

Il y avoit anciennement quatre rues qui aboutissoient à celle-ci, et
qui ne subsistent plus. La première forme un cul-de-sac appelé _de
Jérusalem_; les trois autres s'appeloient rues _du Coulon_[670], _de
Venise_[671] et _du Parvis_[672]. Ces trois dernières rues ont été
comprises dans l'agrandissement du Parvis et dans les bâtiments des
Enfants-Trouvés.

[Note 670: Compte des Matines.]

[Note 671: Avant, _des Dix-Huit_, à cause du collége de ce nom.]

[Note 672: Auparavant, _de la Huchette_, à cause d'une maison ainsi
appelée, qui faisoit le coin de cette rue et de celle de
Saint-Christophe.]

_Place du Palais._ Elle fut construite, par ordre de Louis XVI, en
1787. Avant cette époque, la rue de la Vieille-Draperie se prolongeoit
jusqu'à celle de la Barillerie, à l'exception du vide que formoit
l'emplacement de la maison de Jean-Châtel.

_Rue de la Pelleterie._ Elle aboutissoit d'un côté à la rue
Saint-Barthélemi, et de l'autre à la rue de la Lanterne, vis-à-vis
Saint-Denis-de-la-Chartre. Au douzième siècle elle étoit occupée par
les juifs; et après leur expulsion, Philippe-Auguste, par ses lettres
de 1183, donna, moyennant 73 livres de cens, dix-huit de leurs maisons
aux Pelletiers, qui s'y établirent, et lui donnèrent leur nom[673].
Auparavant, elle est indiquée sous celui de _Macra-Madiana_, dont on
n'a pu trouver la signification[674]. Depuis 1300, elle a pris le nom
de la Vieille-Pelleterie, et ce nom n'a pas changé.

[Note 673: Rég. de la vill., fol. 3.]

[Note 674: Cart. S. Genovef. an. 1243, fol. 15, _verso_. Ces mêmes
titres nous apprennent que les juifs y avoient des bains et des
étuves, _domus quæ fuit stupa judæorum_; _ibid._, 1248, fol. 37.]

Il y avoit quatre ruelles dans cette rue, l'une étoit désignée sous le
nom de _Port-aux-OEufs_ (_Voy._ ci-après); les trois autres n'étoient
connues que sous la dénomination générale de _ruelles allant à la
Seine_[675]. Le côté de la rue de la Pelleterie qui longeoit la
rivière a été abattu, et sur l'espace qu'il occupoit on a établi le
_Marché-aux-Fleurs_; l'autre côté de la rue existe, et a conservé son
ancien nom.

[Note 675: Cens. de S. Éloi, 1367.]

_Rue Perpignan._ Elle traverse de la rue des Trois-Canettes dans
celle des Marmouzets. Elle s'appeloit au douzième siècle rue
_Charauri_[676], rue de _Champrosai_ en 1399[677]. Ce nom a été
altéré depuis, et changé en ceux _de Champron_, _de Champourri_,
_de Champrousiers_, _des Champs-Rousiers_, _du Champ-Flori_ et _de
Champrosy_. Le nom de Perpignan vient de celui d'un jeu de paume
qui s'y trouvoit au commencement du seizième siècle.

[Note 676: Part. A. p. 633, 707, 819, 825 et 836.--Hist. S. Mart., p.
210.]

[Note 677: Reg. capit. 5, p. 41.--Reg. capit., 1541.]

_Rue Saint-Pierre-aux-Boeufs._ Elle donne d'un côté dans la rue des
Marmouzets, et de l'autre elle aboutit au Parvis. On la trouve
indiquée, dès 1206, sous le nom de la rue Saint-Pierre-aux-Boeufs.
Guillot l'appelle rue _Saint-Pierre-à-Beus_. Les prisons du chapitre
étoient anciennement situées dans cette rue.

Le cul-de-sac Sainte-Marine est ouvert dans cette rue. Il portoit au
douzième siècle le nom de _ruelle Sainte-Marine_. Une ordonnance du
chapitre de Notre-Dame, du 26 août 1417, ordonna de fermer cette
ruelle à l'une de ses extrémités[678]. Elle y est simplement désignée
par ces mots: _Viculus contiguus Januæ claustris ante S. Johannem
Rotundum._

[Note 678: Reg., capit. 8, p. 165.]

_Rue du Port-aux-OEufs._ Le Port-aux-OEufs est un des plus anciens de
Paris. On en connoît l'emplacement par cette rue ou ruelle qui
aboutissoit d'un côté dans la rue de la Pelleterie, et de l'autre à la
rivière. En 1259 on la nommoit _ruelle Jean-Notteau_[679], en 1398
elle s'appeloit _rue Garnier-Marcel_[680]. Le terrain de cette rue qui
a été détruite est maintenant renfermé dans celui qu'occupe le marché
aux Fleurs.

[Note 679: Arch. de l'archev.]

[Note 680: Cens. S. Élig., 1398.]

_Le Terrain._ _Voy._ p. 208.

_Rues Haute, Basse et du Milieu des Ursins._ Les deux premières sont
traversées par celle qu'on appelle _du Milieu_, et aboutissent d'un
côté dans la rue de Glatigny, et de l'autre dans celle de
Saint-Landri. Elles tirent leur nom de Juvénal des Ursins, prévôt des
marchands, qui occupoit un hôtel au port Saint-Landri. Cet hôtel étant
tombé en ruines, fut rebâti vers le milieu du seizième siècle; et on
ouvrit sur le terrain qu'il occupoit une rue qui fut appelée _rue du
Milieu_. On croit reconnoître dans la rue Haute celle que Guillot
appelle rue _de l'Ymage_.



QUAIS DE LA CITÉ.


_Quai des Orfèvres._ Il borde la partie méridionale de la cité, depuis
le pont Neuf jusqu'au pont Saint-Michel. Dans le projet de
construction du premier de ces deux ponts, on fit entrer celui
d'ouvrir une rue qui allât au pont Saint-Michel, et de là à
Notre-Dame. Pour l'exécuter, on coupa en partie l'île de la Gourdaine,
du côté du grand cours de l'eau; on détruisit le moulin, et sur les
deux côtés du triangle on construisit les deux quais que nous y voyons
aujourd'hui. Ils furent commencés en 1580, ensuite interrompus, puis
repris vers le temps où l'on achevoit le pont Neuf, enfin terminés en
1611. L'année suivante, le président Jeannin obtint la permission d'y
faire bâtir des maisons ou boutiques, partie sur le quai, partie sur
la rivière, et des échoppes le long des murs du Palais: il n'y eut de
construit que les échoppes qui viennent d'être abattues.

_Quai de l'Horloge ou des Morfondus._ Il s'étend du côté septentrional
de la Cité, depuis le pont Neuf jusqu'au pont au Change. Le nom de
quai de l'Horloge lui vint de l'horloge du Palais, située à son
extrémité; celui de quai _des Morfondus_ de sa situation qui est
exposée au vent du nord.



RUES DE L'ÎLE SAINT-LOUIS.


_Rue de Bretonvilliers._ Elle aboutit à la rue Saint-Louis et sur le
quai Dauphin. Elle doit son nom à l'hôtel qui est situé à l'extrémité
méridionale de l'île.

_Rue de la Femme-sans-Tête._ Elle aboutit d'un côté dans la rue
Saint-Louis, et de l'autre sur le quai de Bourbon. Elle portoit dans
toute sa longueur le nom de rue _Regrattier_. Une enseigne
représentant une femme sans tête lui fit donner ce nom.

_Rue Guillaume._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Saint-Louis, de
l'autre sur le quai d'Orléans, et doit son nom à Guillaume, père d'un
des derniers entrepreneurs des bâtiments de l'île Saint-Louis.

_Rue Saint-Louis._ Elle traverse l'île dans toute sa longueur, et doit
ce nom à l'église qui s'y trouve située. Suivant le plan de Messager,
elle porta d'abord le nom de _Palatine_ jusqu'à celle des Deux-Ponts;
depuis celle-ci jusqu'au bout on l'appeloit rue _Carelle_. En 1654 on
la nommoit rue _Marie_.

_Rue des Deux-Ponts._ Elle est ainsi nommée à cause de sa situation
entre le pont de la Tournelle et le pont Marie, auxquels elle
communique par ses deux extrémités. Elle est appelée _rue Saint-Louis_
sur le plan de Messager.

_Rue Poulletier._ Elle traverse l'île Saint-Louis, et aboutit aux
quais d'Alençon et des Balcons. Sur le plan de Messager elle est
indiquée sous le nom _de Florentine_. Elle doit celui qu'elle porte à
M. Le Poulletier, trésorier des Cent-Suisses, l'un des associés du
sieur Marie.

_Rue Regrattier._ C'est la prolongation de la rue de la
Femme-sans-Tête. Elle aboutit au quai d'Orléans. Messager la nomme
_rue Angélique_. Le nom qu'elle porte vient de celui de M. Le
Regrattier, autre associé du sieur Marie. Elle porta d'abord ce nom
dans toute sa longueur jusqu'au quai Bourbon.


QUAIS DE L'ÎLE SAINT-LOUIS.

_Quai de Bourbon._ Il s'étend sur le côté septentrional de l'île, à
partir de la pointe qui regarde la Cité jusqu'au pont Marie.

_Quai d'Anjou._ Ce quai fait la continuation du précédent, et du même
côté jusqu'à l'extrémité orientale de l'île.

_Quai d'Orléans._ Il commence, de même que le quai Bourbon, à la
pointe de l'île, et s'étend, du côté méridional jusqu'au pont de la
Tournelle.

_Quai Dauphin_ ou _des Balcons_. C'est la continuation du quai
d'Orléans; et de même que le quai d'Anjou, il vient finir à la pointe
orientale de l'île.


ANTIQUITÉS ROMAINES ET CELTIQUES

DÉCOUVERTES DANS LA CITÉ.


AUTEL DE JUPITER.

Les plus connues de ces antiquités sont les pierres cubiques
découvertes en 1712, sous le choeur de l'église cathédrale, elles sont
au nombre de neuf, et toutes chargées sur leurs diverses faces de
bas-reliefs et d'inscriptions. La plus grande a trois pieds et
quelques pouces de hauteur, la plus petite environ un pied et demi.

Sur l'une de ces pierres on lit l'inscription suivante:

     TIB. CAESARE. AUG. JOVI. OPTUMO
     MAXSUMO . . . . M. NAUTAE. PARISIAC.
     PUBLICE POSIERUNT.

En restituant les quatre lettres qui manquent dans l'espace fruste qui
précède la lettre M, on traduit ainsi cette inscription: _Sous Tibère
César Auguste, les_ NAUTES _parisiens ont publiquement élevé cet autel
à Jupiter très-bon, très-grand._ Ainsi, le sujet du monument se trouve
expliqué; et nous apprenons en même temps qu'il y avoit à Paris, sous
le règne de Tibère, une association de gens qui y faisoient le
commerce ou le transport des marchandises par eau.

Ces pierres, toutes couvertes de bas-reliefs, présentent d'abord
plusieurs divinités du paganisme indiquées par leurs noms: IOVIS
(Jupiter), VOLCANVS (Vulcain), CASTOR (Castor); une autre figure
placée à côté de celle-ci, et dont l'inscription a été effacée, est
évidemment POLLVX. On a cru y reconnoître encore Vénus et Mercure;
puis viennent ensuite deux divinités gauloises indiquées par ces deux
mots: ESVS et CERNVNNOS, que l'on croit être le dieu de la guerre et
celui qui présidoit aux forêts, le Mars et le Pan des Grecs et des
Romains.

On y voit encore un taureau surmonté de trois grues avec cette
inscription: TARVOS TRIGARANVS (taureau à trois grues), animal
mystique qui étoit pour les Gaulois un objet de vénération; puis des
soldats armés de piques et de boucliers, un prêtre gaulois et
plusieurs autres figures qui ont exercé la sagacité des antiquaires,
et sur lesquelles on n'a pu présenter jusqu'à présent que des
conjectures d'un assez médiocre intérêt.


CIPPE ANTIQUE.

Ce Cippe quadrangulaire fut découvert en 1784, et à une assez grande
profondeur, dans une fouille que l'on fit en face de la rue de la
Barillerie, pour établir les fondations d'une partie des bâtiments du
Palais de Justice: il a cinq pieds dix pouces de hauteur, ne porte
aucune inscription, et présente, sur ses quatre faces, des figures de
trois pieds et demi de hauteur, parmi lesquelles on reconnoît
facilement Mercure qui s'y montre accompagné de tous ses attributs.
Une autre figure armée de l'arc et du carquois semble être une image
d'Apollon; mais elle tient d'une main un poisson, et de l'autre
s'appuie sur un gouvernail, ce qui pourroit aussi indiquer une
divinité qui présidoit à la navigation; la troisième figure est celle
d'une femme, et cette femme porte un caducée, attribut qui ne nous
paroît pas pouvoir être facilement expliqué; enfin une quatrième
figure a des ailes au dos, tient un globe à la main, et est coiffée du
pétase ailé, symbole spécialement consacré au fils de _Maïa_. On s'est
encore épuisé en conjectures sur ce monument, beaucoup plus qu'il ne
méritoit; et nous nous garderons bien d'ennuyer nos lecteurs de cette
obscure et stérile érudition.

Au reste toutes ces sculptures, tant sur le cippe que sur l'autel,
sont du travail le plus barbare[681].

[Note 681: Elles sont déposées, partie au musée du Roi, partie au
cabinet d'antiquités de la bibliothèque Royale.]


MONUMENTS NOUVEAUX

ET AUTRES CONSTRUCTIONS FAITES DEPUIS 1789.

_Pont Neuf._ Ce pont vient d'être réparé et surbaissé à ses deux
extrémités, ce qui en rend la pente plus douce. À côté du terre-plein
qui porte la statue d'Henri IV, est placé l'un de ces établissemens
publics connus sous le nom de _Bains-Vigier_. L'escalier qui conduit à
ces bains est un morceau de charpente qui mérite d'être remarqué.

_Place Dauphine._ Au milieu de cette place on a construit une
fontaine, espèce de monument consacré à la mémoire du général Desaix,
tué à la bataille de Marengo. Cette fontaine, dont la forme est ronde,
s'élève sur un soubassement, composé d'assise de pierres en retraite,
et orné d'inscriptions. Quatre têtes de lions versent l'eau dans des
bassins circulaires; deux génies, une couronne de lauriers, des
médaillons, des sphinx, deux fleuves, le Nil et le Pô, ornent la
surface du piédestal, que surmonte le portrait du général français, en
forme d'Hermès. Un jeune guerrier coiffé d'un casque et costumé à la
grecque, lui pose une couronne sur la tête. Ce monument, d'un beau
style, mais d'une exécution sèche et roide, a été sculpté par M.
_Fortin_, sur les dessins de M. _Percier_.

_Sainte-Chapelle._ La couverture de l'escalier extérieur de ce
monument a été abattue: on répare, en ce moment, cet escalier qui
restera découvert.

_Grand'salle du Palais._ On y construit maintenant, dans la partie
latérale, une grande niche qui sans doute est destinée à recevoir une
statue colossale.

_La Morgue._ C'est un lieu ouvert au public, où l'on dépose les
cadavres des personnes mortes de mort violente, que la police a fait
recueillir, et dont aucun signe ne constate l'identité. La Morgue,
située autrefois dans les bâtimens du Grand-Châtelet, a été
transportée, depuis la révolution, dans le quartier de la Cité, et
dans un édifice que l'on a construit exprès pour cette destination.
C'est un petit bâtiment carré, d'un bon style, orné de quatre
pilastres doriques et de bossages. Il s'élève sur la place du Marché
neuf, à l'un des angles du pont Saint-Michel.

_Marché aux Fleurs._ Il a été construit, comme nous l'avons dit, sur
le terrain qu'occupoit cette partie de la rue de la Pelleterie dont
les maisons étoient situées sur le bord de l'eau; et il s'étend dans
tout l'espace qui sépare le pont au Change du pont Notre-Dame. Cet
espace a été planté d'arbres, et au milieu sont deux coupes
circulaires, recevant l'eau d'une gerbe qui s'élève au milieu.

_Église Saint-Pierre-des-Arcis._ C'est par erreur que nous avons dit
qu'elle existoit encore. Elle vient d'être abattue; et sur la place
qu'elle occupoit, on a ouvert une rue nouvelle qui porte le nom de rue
_Neuve-du-Quai-aux-Fleurs_.

_Parvis Notre-Dame._ Deux fontaines ornent cette place: elles sont
formées par deux niches pratiquées dans le bâtiment des
Enfants-Trouvés. Ces deux niches sont ornées de coquilles; et deux
têtes de lions versent de l'eau dans des cuvettes que surmontent deux
vases enrichis de feuillages et de bas reliefs.

_Église Notre-Dame._ On a fait à cette église des réparations
considérables, principalement au portail latéral nord, qui est
remarquable par la richesse et la beauté de ses ornemens. Dans
l'intérieur la nef a été garnie de nouveau, des deux côtés et dans
toute son étendue, des tableaux dont on l'avoit dépouillée, à
l'exception de deux ou trois des plus excellents qui sont restés dans
le musée du Roi. Une nouvelle grille en fer, ornée de bronzes dorés et
d'un très-beau travail, ferme l'entrée du choeur et les arcades du
rond-point; et tous les lambris extérieurs de cette partie de l'église
sont revêtus de marbres précieux, parsemés de fleurs de lys en bronze
doré. Sur le toit de l'église, du côté du rond-point, on a élevé une
croix dorée.

La chapelle de la Vierge et celle qui la suit, sont ornées de trois
tableaux donnés par la ville, et exécutés par des artistes modernes:
la Mort de la Vierge, par M. _A. Pujol_; la Résurrection du fils de la
veuve de Naïm, par M. _Gauterot_; la descente de Jésus-Christ aux
Limbes, par M. _Delorme_. Deux de ces tableaux doivent surtout être
remarqués pour le mérite de la composition et de l'exécution.

Dans la chapelle située à gauche de celle de la Vierge, est le
monument du cardinal de Belloy, archevêque de Paris, mort en 1808. Ce
mausolée, d'une grande dimension, représente le prélat assis sur son
sarcophage; d'une main il donne une bourse à des femmes qui la
reçoivent avec l'expression d'une vive reconnoissance; de l'autre il
tient le livre des Psaumes ouvert sur ce verset: _Beatus qui
intelligit super egenum et pauperem; in die malâ liberabit eum
Dominus_ (Ps. XL, I); à ses côtés un prêtre porte la crosse cardinale
à double bec; à ses pieds sont placés d'autres attributs de sa
dignité. M. _Desenne_ est l'auteur de ce groupe dont la composition
est digne d'éloge, et qui présente, surtout dans les draperies, de
véritables beautés d'exécution.

_Archevêché._ Tout ce qui restoit encore des anciennes constructions
du palais épiscopal, depuis et non compris la chapelle jusqu'à
l'Hôtel-Dieu, a été démoli; ce terrain a été clos de murs, et des deux
côtés on a placé des loges de portier. Du côté où est le bâtiment neuf
qui sert maintenant de demeure aux archevêques, il a été ouvert une
porte d'entrée et élevé un mur qui sert d'enclos à ce bâtiment. Le
jardin qui se prolonge ensuite jusqu'au quai est en partie entouré
d'une grille en fer; et dans ce jardin on a renfermé le terrain
qu'occupoit la rue dite _de l'Abreuvoir_.

_Pont de la Cité._ Ce pont, qui a remplacé le pont Rouge, est formé de
deux arches en bois, lesquelles sont portées sur un pilier de
maçonnerie, placé au milieu du petit-bras de la Seine qui sépare les
deux îles de la Cité et de Saint-Louis. Ce pont, recouvert en
fer-blanc peint, avoit toutes les apparences d'un pont en pierres;
mais il avoit été construit avec si peu de solidité, que, quoiqu'il
n'y passât que des gens de pied, il menaçoit ruine au bout de quelques
années, et qu'il a fallu le réédifier. Les nouveaux arceaux, composés
de plusieurs pièces de bois liées ensemble par des bandes de fer,
offrent l'aspect d'une charpente solide et bien exécutée. Cette
charpente est restée à découvert.


QUAIS NOUVEAUX.

_Quais Nouveaux._ Ils font la continuation des deux quais des
_Orfèvres_ et _de l'Horloge_, et entourent l'île entière de la Cité, à
l'exception de l'Hôtel-Dieu, et du groupe de maisons qui touche
l'angle du Petit pont vers le marché Neuf.

Au côté méridional, le quai qui a pris la place de la rue Saint-Louis,
et qui se prolonge jusqu'au Marché-Neuf, a pris le nom du quai des
Orfèvres dont il est la continuation.

Au côté septentrional, la partie du quai qui suit celui de l'Horloge,
porte depuis le pont au Change jusqu'au pont Notre-Dame le nom de
_quai aux Fleurs_; depuis ce dernier pont jusqu'à celui de la Cité, on
le nomme _quai de la Cité_; en retour et jusqu'au pont au Double, il
n'a point encore de dénomination: il est probable qu'on le nommera
_quai de l'Archevêché_.


FIN DU QUARTIER DE LA CITÉ,

ET DE LA PREMIÈRE PARTIE DU PREMIER VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES.


PREMIER VOLUME.--PREMIÈRE PARTIE.

                                                      Pages.

  Dédicace au Roi.

  Avertissement de l'auteur.                               j

  Discours préliminaire.                                   1

  Enceintes de Paris.                                     28


QUARTIER DE LA CITÉ.

  Paris sous les deux premières races.                    43

  Le pont Neuf.                                           85

  La Samaritaine.                                        100

  La place Dauphine.                                     102

  La Sainte-Chapelle.                                    107

  Le Trésor des chartes.                                 123

  Le Palais de Justice.                                  124

  Le Grand Conseil.                                      170

  La Chambre des Comptes.                                180

  La Cour des Aides.                                     185

  Bailliage du palais, Chancellerie du palais, Chambre
    du domaine et du trésor, Siége général de la Table
    de marbre.                                           190

  Églises et Monastères.                                 191

  Couvent des Barnabites.                                224

  Pyramide de Jean Châtel.                               228

  Saint-Barthélemi.                                      250

  Saint-Pierre-des-Arcis.                                255

  Sainte-Croix de la Cité.                               259

  Saint-Germain-le-Vieux.                                261

  La Magdeleine.                                         265

  Saint-Denis-de-la-Chartre.                             268

  Saint-Symphorien _ou_ Chapelle Saint-Luc.              273

  Saint-Landri.                                          276

  La chapelle Saint-Agnan.                               280

  Sainte-Marine.                                         283

  Saint-Pierre-aux-Boeufs.                               285

  Saint-Christophe.                                      286

  Sainte-Geneviève-des-Ardents.                          288

  Notre-Dame.                                            292

  Archevêché.                                            327

  Le chapitre de Notre-Dame.                             355

  Saint-Jean-le-Rond.                                    361

  Saint-Denis-du-Pas.                                    364

  Hôtel-Dieu.                                            366

  Parvis de Notre-Dame.                                  380

  Maison des Enfants-Trouvés.                            384

  Ponts de la Cité.                                      391

  Pont au Change.                                    _ibid._

  Pont Saint-Michel.                                     395

  Pont Notre-Dame.                                       396

  Petit pont.                                            400

  Pont Rouge.                                            402

  Hôtels de la Cité.                                     404

  Arcade de la Chambre des Comptes.                      405

  Île Saint-Louis.                                       408

  Saint-Louis.                                           412

  Hôtels de l'île Saint-Louis.                           415

  Pont Marie.                                            420

  Pont de la Tournelle.                                  421

  L'île Louvier.                                         423

  Rues.                                                  425

  Rues et quais de la Cité.                              442

  Rues et quais de l'île Saint-Louis.                    460

  Antiquités romaines et celtiques.                      461

  Monuments nouveaux.                                    464


_Erratum._ P. 57, ligne 6 de la note, _Ledis_; lisez _Lides_.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à  nos jours (Volume 1/8)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home