Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0045, 6 Janvier 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0045, 6 Janvier 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 0045, 6 Janvier 1844.


L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL

        Nº 45. Vol. II.--SAMEDI 6 JANVIER 1844.
        Bureaux, rue de Seine, .33.

        Ab pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois. 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

        Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois, 17 fr.--Un an, 32 fr.
        pour l'Étranger.   --     10        --    20       --    40



SOMMAIRE.

Histoire de la semaine. _Éruption de l'Etna; Portrait de Tyler; Portrait
et maison de Brune; Monument élevé à la mémoire du duc de Beaujolais, à
Malte_.--Courrier de Paris.--Le Parjure, romance; paroles et musique de
M. Amédée de Beauplan avec une Gravure.--Théâtres. Le Laird de Dumbicky;
André Chénier; le Médecin de son Honneur; Paris dans la comète;
Gerolstein; une Idée de Médecin.--Projet de Perfectionnement de la
Navigation à la vapeur et Suppression de la Cheminée dans les Bateaux,
par M. Lefebvre. _Trois gravures_.--Séance de la Société Philotechnique.
_Une Gravure_.--Institution Royale des Jeunes Aveugles. _Cinq
Gravures_.--Les Caprices du Coeur, nouvelle (1re partie), par Marc
Fournier.--Publications Illustrées.--La Belgique monumentale, artistique
et pittoresque, _quatre Gravures_; la Tente de Charles le
Téméraire.--Correspondance.--Annonces.--Janvier, _Une gravure_.--Modes.
_Une Gravure_.--Une lettre d'un habitant de Concarneau.--Rébus.



Histoire de la Semaine.

Le discours d'ouverture de la session a le privilège d'occuper longtemps
l'attention publique. Pendant un mois on le discute, on le paraphrase,
on le commente. La Chambre s'est réunie dans ses bureaux cette semaine
pour nommer la commission qui devra préparer sa réponse, et jusqu'à ce
que ce projet d'adresse lui ait été apporté, jusqu'à ce qu'une
discussion, qui s'annonce devoir être, animée, ait été mise à l'ordre du
jour, les travaux législatifs seront en quelque sorte suspendus, les
grands acteurs politiques demeureront dans la coulisse. M. Sauzet
pourra, près de sa sonnette immobile, se remettre des émotions que lui a
causées sa réélection trop longtemps incertaine.

[Illustration: Éruption de l'Etna, les 17 et 18 décembre 1843.]

Un autre discours vient d'avoir du retentissement dans les deux mondes.
Le message du président des États-Unis, M. Tyler, lu par lui à
l'ouverture du congrès américain le 5 décembre, traite avec netteté et
résolution des questions délicates qui touchent aux intérêts et à
l'honneur de l'Union, que l'Angleterre envisage d'un point de vue à
elle, et dont la solution commande l'attention de la France. Nous devons
remarquer avant tout dans le travail de M. Tyler le passage qui concerne
le droit de visite et la traite des noirs. On sait que les États-Unis se
sont formellement refusés vis-à-vis de l'Angleterre à la reconnaissance
du droit qu'elle voulait généralement établir, et qu'il a été stipulé
dans le traité Ashburton un autre mode de répression pour le traite des
nègres. Le président s'est félicité des mesures qui ont été prises, et a
exprimé hautement l'opinion qu'elles suffiraient pour amener l'abolition
de la traite. La résistance de l'Union et les résultats du parti qu'elle
a fait adopter sont pour nous un bon exemple et une utile expérience.
Nous voudrions avoir à annoncer que ce document permet de compter sur
une réduction du tarif américain. Malheureusement l'amélioration de la
situation financière des États, due à de tout autres causes, fait
illusion à leurs hommes politiques, et les porte à penser que la
surcharge des droits à l'importation n'y est point étrangère. Le
président Tyler parle du Texas et repousse les prétentions mexicaines de
façon à ne pas permettre de douter que l'entrée dans l'Union du
territoire texien ne soit prochaine. Quant au territoire d'Orégon et à
sa délimitation définitive il annonce la ferme détermination de soutenir
dans leur juste rigueur les droits de l'Amérique et de ne céder à aucune
prétention non justifiée de l'Angleterre. Cette déclaration, comme aussi
l'annexation probable du Texas, ont causé à Londres une vive émotion.
Les feuilles ministérielles n'ont pas craint de dire que si l'opinion du
président n'était pas désavouée par la majorité du congrès, c'était la
guerre. Du reste, l'influence anglaise lutte et se débat péniblement
dans l'Amérique du Nord. Au Canada, où l'ancien parti français avait
conquis le pouvoir, une crise nouvelle vient de se manifester, mais rien
n'annonce qu'elle doive donner plus d'action sur la marche des affaires
au gouverneur anglais.

[Illustration: M. Tyler, président actuel des États-Unis.]

[Illustration: Brune, décédé à Rouen, le 25 décembre 1843.]

Pour l'Amérique du Sud, une correspondance du Buenos-Ayres, publiée par
le _Sun_, assure que la rupture du gouvernement de Rosas avec celui du
Brésil était complète au 23 octobre. On attribue ce conflit à des notes
assez vives qui se seraient échangées entre le cabinet buénos-ayrien et
l'ambassadeur brésilien, M. Duarte, à propos de l'attitude qu'aurait
prise, dans les affaires de Montevideo M. Sinimber, consul de l'empereur
dans cette dernière ville. La même correspondance parle de l'expulsion
de M. Leitte, consul-général de Portugal à Montevideo, expulsion
qu'aurait provoquée le général Riveira. La position des nombreux
nationaux que nous comptons sur cette rive est toujours aussi menacée.

La session législative du grand-duché de Bade est ouverte, et déjà la
Chambre des Députés s'est occupée de diverses questions importantes qui
montrent l'esprit dont elle est animée. On a demandé la présentation
d'un projet de loi pour l'établissement du jury, et le rétablissement de
la liberté de la presse dégagée de la censure et de toute procédure
secrète.

--A Athènes, l'assemblée nationale poursuit ses travaux sous la
présidence de son doyen d'âge, qu'elle a maintenu au fauteuil à la
presque unanimité. M. Notaras, auprès duquel tous les doyens de nos
assemblées Françaises ne sont que de jeunes étourdis, est âgé de _cent
sept ans_. On discutait au départ des derniers navires la loi électorale
et les conditions d'éligibilité.

--En Espagne, les Chambres n'auront de longtemps sans doute rien à
discuter. Narvaez leur a fait ces loisirs. Le parti qui se dit modéré
était embarrassé de savoir comment il se tirerait, en présence des
Chambres, de l'accusation qu'il avait voulu intenter à M. Olazaga et
dont le projet a été renvoyé à une majorité favorable à l'ancien
ministre, et des mesures réclamées par l'opinion publique contre
l'état-major qui a été briser les presses et détruire le matériel des
journaux de Madrid suspects d'opinions hostile? Il a trouvé un moyen de
répondre à tout, ou plutôt de n'avoir à répondre à rien. Le 25, on est
venu lire aux deux Chambres un décret qui ne dissout pas les cortès, qui
ne proroge pas leur session, qui la suspend sans ajournement fixe. On
s'était d'abord proposé de demander aux Chambres, avant de les
congédier, l'autorisation de percevoir les impôts; mais on a réfléchi
que cela amènerait inévitablement une discussion, et c'est ce qu'on
avait à coeur d'éviter à tout prix. On va donc gouverner par
ordonnances, l'armée aidant et jusqu'à ce qu'elle en aide un autre, sauf
à venir plus tard demander un bill d'indemnité. C'est du moins quelque
chose d'assez net et d'infiniment préférable à nos yeux, sous le rapport
de la dignité, à la comédie jouée à l'occasion de lu déclaration royale.
La reine-mère Marie-Christine se dispose à retourner à Madrid au
commencement du mois de février. On paraît ne pas douter que sa
présence, ses conseils et surtout ses millions pourront être d'un grand
secours pour vaincre les difficultés qu'on est destiné à rencontrer.
Pendant ce temps-là la lutte engagée à Figuières entre Ametler et Prim
se poursuit avec acharnement, et bientôt il n'y aura plus autour d'eux
que des ruines et la mort.

Les lettres de Tunis annoncent, que, par suite des démêlés survenus avec
la Sardaigne, le bey s'attend à voir arriver une flotte sarde, et qu'il
a donné des ordres pour que le port fût immédiatement mis en état de
défense. Les juifs eux-mêmes sont forcés de travailler aux
fortifications; 15,000 hommes sont échelonnés sur divers points de la
côte. On fait venir de Leghorn de la poudre, des armes; tout dans le
pays a pris l'aspect de la guerre.--Si le bey de Tunis enrégimente les
juifs de ses États, le roi de Danemark annonce également la louable
intention d'enrégimenter tout le monde. Par les lois de ce royaume, sur
le recrutement de l'armée de terre et de mer, qui datent du commencement
du seizième siècle, époque où le servage, existait encore en Danemark,
les paysans seuls sont tenus de faire le service militaire; et les
autres citoyens, c'est-à-dire tous ceux qui sont fils de bourgeois, s'en
trouvent exemptés par droit de naissance. Cet état de choses qui déjà,
depuis longues années, a fait naître les plus vives plaintes, va être
aboli. Le roi Christian vient d'ordonner qu'il sera soumis aux états
provinciaux un projet de loi qui imposera à tous les Danois, sans aucune
distinction de naissance, de rang ou de position sociale, l'obligation
de servir dans l'armée de terre ou dans la marine. Le texte de ce projet
a été publié dans le journal officiel de Copenhague.

En attendant l'ouverture des débats de son procès, toujours fixée au 15
de ce mois, en attendant aussi la révocation du vice-roi d'Irlande, lord
de Grey, mesure prochaine, à ce qu'on paraît croire, O'Connell porte la
terreur dans d'autres rangs encore que ceux des orangistes. Voici ce
qu'il écrit de l'abbaye de Derryane à un de ses amis: «Quel homme sans
goût que cet avocat-général, de ne pas avoir voulu me laisser quinze
jours encore dans mes montagnes! Hier nous avons eu une chasse superbe,
nous avons tué cinq lièvres, et je l'ai suivie jusqu'au bout. Elle a
duré cinq heures trois quarts. Les lièvres ont été tués à trois minutes
d'intervalle l'un de l'autre. Tout retentissait de cris de joie que les
échos répétaient. Jamais, depuis cinq années, je ne me suis trouvé plus
dispos, et vous rirez quand vous saurez que j'ai été moins fatigué que
plusieurs jeunes gens. Il nous a fallu faire trois milles pour rentrer.
Je ne comptais pas sur une aussi belle chasse, car plusieurs de mes
chiens: étaient morts de maladie; je les ai presque pleurés, mais les
autres m'ont indemnisé. Si le temps est sec demain, je compte faire une
nouvelle partie de chasse.» L'infatigable agitateur!!!

Une longue et désastreuse éruption de l'Etna vient d'affliger la Sicile.
Pendant dix jours le volcan a lancé des cendres brûlantes et vomi des
flots de lave qui se sont répandus comme une mer dévorante et ont menacé
de détruire la ville de Bronte. Les versants d'un mont ont heureusement
fait dévier le courant. Mais dans son parcours, qui a été de deux lieues
en ligne directe et de trois environ en tenant compte des déviations, la
lave, qui présentait une largeur de soixante à soixante-dix pieds et une
épaisseur de huit à dix, a tout détruit et fait des victimes nombreuses.
De nouveaux cratères se sont manifestés et ouverts; une scène affreuse,
entre autres, s'est passée près de la Cartiera, sur la route de Bronte à
Catane. La lave s'était amoncelée dans un bas-fond où il se trouvait de
l'eau, et elle y avait formé un monticule fort élevé auprès duquel
s'étaient rassemblés un grand nombre de curieux et beaucoup d'ouvriers
qui travaillaient à couper du bois, quand tout à coup la vapeur produite
par l'ébullition de l'eau et les gaz comprimés dans l'intérieur de cette
masse ont fait explosion. Pus de soixante personnes ont été brûlées ou
tuées sur ce seul point par les vapeurs corrosives ainsi que par les
éclats de la lave encore rouges, lancés à la distance de plus de cent
cinquante mètres. Des voitures, des chevaux, des mulets, qui avaient été
amenés par des voyageurs, se sont trouvés sans maîtres, et il a été
impossible ni de compter les morts ni de savoir quels ils étaient, la
plupart étant restés ensevelis sous les sables brûlants, les laves et
les débris lancés par l'explosion.

Le 5 décembre dernier, à Malte, le consul de France, les officiers de la
marine française et M. le baron Taylor, chargé d'une mission à cet
effet, ont procédé avec pompe à l'inauguration du nouveau mausolée que
le roi des Français vient de faire élever sur la tombe de son frère le
duc de Beaujolais. La sculpture de ce monument est due au ciseau de M.
Pradier. Les autorités civiles, maritimes et militaires, ainsi que le
gouverneur, les amiraux Owen et Curtis, les consuls des diverses
puissances, les commandants des bâtiments de guerre mouillés dans le
port, ont assisté à la cérémonie. La chapelle ardente avait été placée
sons la grande voûte de l'église; elle était surmontée des armes de la
famille d'Orléans. L'église était entièrement tendue de noir. Le
principal fort tirait un coup de canon de minute, en minute, et
lorsqu'on a découvert le cercueil du duc de Beaujolais, le steamer
français le _Véloce_ a fait un salut de vingt et un coups. Tous les
bâtiments de guerre avaient leurs pavillons à mi-mât, et leurs vergues
en croix.

[Illustration. Mausolée du duc de Beaujolais, à Malte.]

Casimir Delavigne a laissé une place à l'Académie et une autre à la
bibliothèque de Fontainebleau. Cette double succession donne lieu à
beaucoup de courses, de visites, de placets et de lettres de toute
sorte, M. Alexandre Dumas a fait imprimer celle qui suit dans _le
Siècle_, c'est-à-dire 10 mille exemplaires: «Monsieur le rédacteur,
plusieurs journaux ont annoncé que j'avais sollicité et obtenu la place
de bibliothécaire à Fontainebleau. Veuillez, je vous prie, démentir
cette nouvelle, qui n'a aucun fondement. Si j'avais ambitionné un des
Fauteuils que l'illustre auteur des _Messéniennes_ ou de _l'École des
Vieillards_ a laissés vacants, c'eût été SEULEMENT son Fauteuil
d'académicien. Veuillez agréer, etc.»--Seulement!--Un autre trait
épistolaire a été lancé contre l'Académie par l'intendance de la liste
civile. Le chef du cabinet, répondant à un solliciteur qui faisait
valoir nous ne savons quels titres pour obtenir la place de
bibliothécaire à Fontainebleau, lui a écrit officiellement que «cette
place ne sera donnée qu'à un académicien OU à un homme de lettres.»
C'est bien différent.

[Illustration: Maison de Brune, à Rouen.]

La Normandie vient encore d'avoir à pleurer un de ses plus utiles et,
disons-le, un de ses plus nobles enfants. Tous les Parisiens qui ont
fait le voyage de Rouen ont remarqué à l'entrée du pont suspendu un
petit édifice d'un goût simple et sévère, portant au front une table de
marbre avec cette inscription: «A LOUIS BRUNE. LA VILLE DE ROUEN.» Cette
maison avait été élevée aux frais de la ville, comme témoignage de
reconnaissance publique, pour une longue série d'actes de courage et de
dévouement. Louis Brune avait sauvé la vie à quarante-quatre personnes,
qu'il avait, en exposant la sienne, retirées des flots. Malgré les
récompenses dont il avait été l'objet il était lauréat du prix Montyon,
chevalier de la Légion-d'Honneur, décoré de sept ou huit médailles,
pensionné, malgré le retentissement justement donné à ses belles
actions, Louis Brune était resté simple, bon et dévoué. Le jour, la
nuit, à toute heure, il veillait, cherchant l'occasion d'exposer sa vie!
A ceux qu'il avait sauvés il ne demandait qu'un souvenir, et le nombre
en était si grand qu'il avait oublié le nom de plus d'un d'entre eux.
Cet homme, dont l'existence était si précieuse, et qui, aimé, révéré de
tous, avait tant de motifs pour la chérir; cet homme au coeur duquel il
est impossible de prêter une pensée faible, une détermination coupable,
s'est jeté du haut du pont de pierre de Rouen, et s'est ouvert le crâne.
Cet inexplicable événement a consterné la ville entière. La mort de ce
héros d'humanité a donné lieu à la publication d'une note sur sa vie que
lui-même avait racontée et en quelque sorte dictée à un des journalistes
rouennais, auxquels nous empruntons tous les détails de ce récit: «En
1816, j'avais neuf ans (il est mort à trente-six), je venais de perdre
mon père, qui était chargeur au routage; ma mère restait avec quatre
petits enfants. On me mit dans les manufactures. Le pain valait neuf
sous la livre. Je gagnais six sous par douze heures de travail... Et
quoique tout petit, je voyais bien la misère de notre maison; eux
étaient presque toujours malades au lit; je laisse à deviner pourquoi...
Moi, je les soignais: c'était mon affaire, puisque j'étais le plus fort.
Mais les six sous des mécaniques ne me suffisaient pas; pourtant j'y
suis resté sept ans. On me prêta deux seaux, un cercle, des bricoles; me
voilà porteur d'eau. C'était un peu mieux, surtout quand je pus ajouter
à cette profession celle de porteur de poisson à la halle. Je ne boudais
pas au travail, et j'apportais toujours quelque chose à la maison.
Enfin, on me fit concurrence, et je quittai le métier pour un troisième.
Ah! celui-là ne m'allait guère. Faut-il le dire? Je servis pendant
quatre ans comme domestique. Écoutez donc! mon maître, qui était un
brave homme, avait promis de nourrir, de soigner ma mère et mes frères;
_ça m'avait touché en dedans!_ et j'avais accepté. Du reste, il a tenu
parole. Mais je n'étais pas heureux, et plus d'une fois je voulais en
finir, comme autrefois dans les mécaniques, en plaçant ma main dans un
engrenage; c'était une bêtise, parce que le bon Dieu est bon, et qu'il y
a toujours de la ressource quand on est honnête homme. Mais je vous dis
tout. Apprenti carrossier pendant trois semaines à 50 centimes par jour,
je quittai encore l'atelier. Cette fois, c'était faute de tablier de
cuir. Puis je travaillai successivement aux pilotis, au déblai de la
Seine, comme plongeur. Alors, j'étais un homme: on me payait bien, et on
ne manquait plus de rien chez nous. A présent, grâce à tout le monde,
j'ai la croix, une belle maison près de la rivière, et gare à ceux qui
se jettent à l'eau, je les repêche sans miséricorde!»--Le convoi de
Brune a été suivi par le deuil public, par la population tout entière.

La fin de 1843 et le commencement de 1844 ont été féconds en morts
illustres. Rouen encore a vu mourir son archevêque, M. le prince de
Croi, grand-aumônier sous la Restauration.--La Suède a perdu un de ses
plus savants médecins, le seul élevé de l'illustre Linné qui vécut
encore, M. d'Afzéhus, professeur à l'Université d'Upsal, qui est mort à
quatre-vingt-treize ans.--Un homme qui avait, de son vivant, distribué
une partie de sa fortune aux malheureux, M. le comte Léon d'Ourches, qui
a donné 200,000 francs à la Colonie agricole de Mettray, 60,000 francs
aux victimes du désastre de la Pointe-à-Pitre, et une foule d'autres
riches offrandes à des oeuvres et à des établissements de charité, vient
de mourir en son château, près de Metz.--Enfin, un homme qui laissera un
des noms les plus honorables parmi les citoyens utiles, Mathieu de
Dombasle, qui, lui, a tant fait pour l'agriculture, si négligée chez
nous, Mathieu de Dombasle a terminé trop tôt une carrière dont les
travaux et les services réclament plus de lignes qu'il ne nous est
permis d'en accorder aujourd'hui à chaque mort illustre.



Courrier de Paris.

Dieu soit loué! Paris commente à prendre du repos et à rentrer dans son
lit. Pendant huit jours, il avait brisé les écluses et débordait par les
rues. Le 1er janvier fait de Paris une véritable mer agitée: tout y va,
tout y vient; le flux et le reflux ne vous laissent ni repos ni relâche:
partout, à droite, à gauche, ici et là, ce sont des flots qui se
déroulent, des vagues qui se rencontrent et qui se heurtent.

Où va cette multitude tumultueuse? qui la pousse ainsi? que veut-elle?
sans doute quelque joie immense la précipite par toutes tes les voies
ouvertes dans la ville? elle court après un grand plaisir ou un bonheur
inouï? Pas le moins du monde: consultez chacun de ces bipèdes effarés,
femmes, hommes, jeunes gens, vieillards, priez-les de vous donner le fin
mot de toute cette agitation, et surtout faites-leur compliment du
plaisir qu'ils y trouvent: «Maudit jour! s'écrieront-ils, peste soit du
1er janvier! au diable les étrennes!» et cependant nos gens continuent
de se démener à perdre haleine; les uns barbotent de pavé en pavé, les
autres se disputent les _omnibus_ et les fiacres; ceux-là galopent dans
leur calèche, ceux-ci trottent comme des facteurs de la petite poste.
Quel tapage sur les places publiques et dans les moindres rues? Et
notez, pour ajouter au charme du tableau, que le 1er janvier est
invariablement inondé de pluie. Le ciel ne veut pas qu'on l'accuse de
lésiner sur la question des étrennes, et, pour s'épargner l'ennui des
menus détails, il gratifie tous les ans Paris d'une ondée générale;
charmant cadeau dont chacun reçoit les éclaboussures.

Cette année le ciel s'est montré d'une générosité sans pareille il a
humecté le jour de l'an des pieds à la tête. Il fallait le voir, ce jour
infortuné, trempé jusqu'aux os, crotté jusqu'à l'échiné, incitant le
pied dans le ruisseau, se glissant le long des gouttières, et engageant
de tous côtés une humble mêlée de parapluies. Singulier spectacle qui
montre pendant vingt-quatre heures tout un peuple pataugeant avec un sac
de bonbons dans une poche, une poupée dans l'autre; dans la main un
polichinelle et un cheval sous le bras!

Mais enfin Paris en est quitte; il a douze mois de répit: jusqu'au 1er
janvier 1845, on lui permettra de ne pas vivre exclusivement avec les
marchands de joujoux et les confiseurs. Depuis quelques heures, Paris
est rentré dans sa vie ordinaire, usant son mouchoir à essuyer tous les
baisers et toutes les embrassades qu'il a donnés et reçus aux frais de
la nouvelle année, et pansant les saignées faites à sa bourse.--Une
moitié de la ville est mélancolique; c'est la moitié qui a acheté les
bonbons; l'autre, qui les a vendus ou mangés, se montre d'une humeur
charmante.

Mais il est bien question de pastilles et de joujoux! Le 1er janvier a
produit des choses autrement graves: il nous a ramené MM. les députés;
diable! gardons-nous d'en rire. Il ne s'agit ici, comme on sait, ni de
pantins ni de marionnettes; et si nos honorables nous font avaler plus
d'une dragée, les dragées représentatives ne ressemblent guère à celles
de Boisselier ou de Marquis; le budget, entre autres, le budget, bonbon
monstre, n'est pas d'un goût aussi fin ni d'une digestion aussi facile.
Le député est donc, en ce moment, l'objet le plus en vogue: il y a six
mois qu'on n'en voyait plus, et le besoin commençait à s'en faire
généralement sentir; six mois! c'est plus qu'il n'en faut pour vous
remettre en crédit dans ce pays adorable. Vous semblez maussade, vous
êtes devenu banal et insupportable, on ne veut plus de vous; dès que
vous paraissez, on bâille et l'on tourne le dos: «Qui nous délivrera de
cet ennuyeux,» dit-on; c'est tout au plus si l'on vous croit bon à
divertir la bonne d'enfants et la portière; faites un voyage de six
mois; disparaissez pendant six mois; que pendant six mois on n'entende
plus parler de vous, et vous reviendrez un homme charmant; il n'y a rien
de tel que l'absence pour rajeunir les choses et les hommes, et
assaisonner d'un certain sel de nouveauté les plus décrépits et les plus
insipides.

Dieu nous garde de penser et surtout de dire que MM. les députés ont
besoin de s'absenter pour être exquis; ils le sont toujours, la France
le sait; mais enfin, ils subissent la loi commune: un semestre de
silence les rend plus piquants au retour et remet le public en appétit.

Le foyer de l'Opéra gagne beaucoup à l'ouverture des chambres; la
chronique y languissait; on avait épuisé la question Carlotta Grisi; on
était à bout de notes diplomatiques sur madame Stoltz et Duprez; et le
_mémorandum_ Maria, Forster et Adèle Dumilatre, n'offrait plus qu'un
médiocre intérêt; la Chambre est venue se jeter fort à propos à travers
ces questions languissantes et les ranimer en variant leur monotonie; le
foyer de l'Opéra, depuis le discours de la couronne, a repris une
physionomie curieuse et affairée; on y glisse agréablement l'affaire de
l'adresse entre une discussion sur telle roulade ou sur tel rond de
jambe, et la querelle de la présidence a singulièrement servi à donner
de l'importance à la nouvelle du voyage entrepris par M. Léon Pillet à
la recherche d'un ténor.

La découverte du précieux ténor n'est pas encore faite, bien que M. le
directeur de l'Opéra courre après ce phénix, bride abattue, tout à
travers les Alpes; mais le président de la Chambre est déjà trouvé ou
plutôt retrouvé; un ténor serait-il un oiseau plus rare qu'un président?

On sait que c'est M. Sauzet, l'élu constitutionnel des trois dernières
années, qui est remonté au fauteuil, en passant sur le corps à M. Dupin,
qu'on avait essayé de mettre en travers, pour lui barrer le passage. Or,
il paraît que M. Sauzet, le meilleur homme du monde et de l'éloquence la
plus fleurie, n'est pas encore aguerri contre les émotions de cette
lutte annuelle. Je tiens de son médecin que plus d'un mois avant la
session, l'honorable député du Rhône éprouve invariablement des
inquiétudes abdominales qui ne font qu'augmenter de jour en jour,
jusqu'à l'heure fatale où la grande bataille de la présidence doit se
décider; alors le malaise redouble, et M. Sauzet a grand peine à se
posséder. La dernière candidature de M. Dupin avait rendu la victoire de
M. Sanzet plus incertaine que de coutume. Un spirituel député du centre
gauche, qui connaît le faible de M. Sauzet, demanda à un ministre, la
veille du combat définitif: «Monsieur, avez-vous vu Sauzet ce matin?
Comment vont ses entrailles?» On peut affirmer qu'aujourd'hui les
entrailles de M. Sauzet se portent à ravir; mais, en revanche, les
entrailles de M. Dupin sont peut-être un peu souffrantes.

En même temps que l'ouverture de la session, on nous annonce l'ouverture
des bals masqués. Faut-il voir la une allégorie? La salle de
l'Opéra-Comique a donné le signal; le débardeur y a fait ses premières
armes dimanche dernier; l'Académie Royale de Musique, ne voulant pas
encourir les reproches de reculer devant ce _galop_ prématuré, annonce
ses fameux bals du samedi, bals à grand orchestre, toutes bougies et
tous lustres flambants. Ou voit que l'année 1844 n'est pas d'humeur à
engendrer la mélancolie et à se donner des airs de cénobite. A peine née
depuis huit jours, elle embouche le cornet à piston, et se met en
branle. Elle aura de quoi s'amuser, la luronne! Le carnaval est long et
lui promet des nuits infinies de cachucha. On ne dira pas du carnaval de
cette année ce que la chanson de Bélanger a dit d'un de ses aïeux:

        Ah! qu'il est court! Ah! qu'il est lourd!

Le mercredi des cendres lui donne pleine licence jusqu'au 28 février
inclusivement. Janvier et février seront voués tout entiers à l'archet
de Musard et à la politique: on se querellera dans les Chambres, et le
soir, on fera un tour de valse. Charmante vie!

M. le préfet de la Seine pourra faire des heureux: ce n'est pas le temps
qui lui manquera. Ces bals de M. de Rambuteau sont des plus magnifiques
et des plus enviés; ceux qui y dansent ne se sentent pas de joie; ceux
qui n'ont point leur part dans la fête, en meurent d'envie ou en sèchent
de dépit. Que de journées employées à faire de la diplomatie pour
arriver à cette conquête! Que de nuits sont troublées par l'ennui d'être
exclu de ce paradis municipal! Si M. de Rambuteau était tenu de répondre
à toutes les ambitions de contredanse, il faudrait qu'il demandât à son
collègue le préfet de police l'autorisation d'ouvrir son bal sur la
place Louis XV; peut-être même y serait-on à l'étroit, et faudrait-il y
ajouter les Champs-Elysées pour succursale.

Madame de Pontalba menace de faire pâlir l'éclat des bals de
l'Hôtel-de-Ville; ce n'est pas que madame de Pontalba et
l'Hôtel-de-Ville aient précisément la même clientèle; l'Hôtel-de-Ville,
en bon prince qu'il est, donne la main à ses douze arrondissements, les
fait danser et leur sert des sorbets et des glaces avec une affabilité
presque roturière; c'est Paris qui saute et se rafraîchit au bal de la
préfecture, et, en définitive. Paris c'est un peu tout le monde. Madame
de Pontalba n'imite pas ces habitudes bénévoles et démocratiques; elle
ne prend ses danseurs que dans la fine fleur du grand monde, et toutes
ses valseuses habitent les hauts sommets du faubourg Saint-Germain; il
faut avoir eu au moins un aïeul ou deux tués à la bataille de Nicopolis,
pour être admis à faire un avant-deux chez madame de Pontalba; et s'il
n'est pas prouvé qu'un de vos ancêtres était intime ami de Beaudoin de
Jérusalem, on vous refuse le balancez-à-vos-dames et l'on vous destitue
du tour-de-main. Ainsi les bals Pontalba et les bals de l'Hôtel-de-Ville
ont un mérite très-distinct, ce qui n'empêche pas que l'on puisse porter
ombrage à l'autre. Cette année, par exemple, l'Hôtel-de-Ville pourrait
bien avoir le dessous et s'éclipser devant Pontalba. «Allez-vous chez
madame de Pontalba:» sera évidemment le grand mot de ralliement qui
courra cet hiver du salon au boudoir. Longtemps on n'avait fait que
cette question: «Allez-vous au bal de l'Hôtel-de-Ville?» D'où vient ce
changement? Est-ce que les pèlerinages d'outre-Manche et l'air de
Belgrave-Square tourneraient les têtes de l'aristocratie?

Le monde raffiné se prépare à faire son plus gracieux accueil à M. le
prince Poniatowski, qu'on attend tous les jours d'Italie; le prince
vient passer l'hiver à Paris, non pas pour dresser un plan de campagne
avec Napoléon, comme aurait pu le faire naguère son illustre père, mort
glorieusement dans la retraite de Russie; M. le prince Poniatowski
actuel, fils du héros infortuné, est un parfait musicien qui arrive tout
exprès pour chanter, de sa belle voix, des airs qu'il compose lui-même,
et pour faire le bonheur de nos charmantes petites Parisiennes: «Un
prince qui chante si bien! un Poniatowski auteur de si jolies romances!
mais c'est délicieux! ravissant! ne trouvez-vous pas cela divin, ma
chère?»-M. de Poniatowski ne va pas seulement sur les brisées de
mademoiselle Loïsa Puget, de Bérat et de Labarre, il court après la
gloire de Mozart et de Rossini; l'Italie a eu en ce genre des
échantillons de son savoir-faire: M. Poniatowski l'a gratifiée d'un ou
de deux opéras de son crû. On cite entre autre un ouvrage intitulé:
Bonifacio di Geremei; peut-être M. le prince Poniatowski nous fera-t-il
aussi le plaisir de nous faire entendre ses opéras; pourquoi Paris
serait-il plus malheureux que ne l'a été Florence? Quoi qu'il en soit,
il est évident que M. le prince Poniatowski va succéder, dans le monde
parisien, à M. le prince Belgioso, longtemps célèbre ici par les charmes
de sa voix et ses autres talents d'agrément. M. Belgioso a quitté Paris
depuis un an, le volage! Il a bien fallu lui donner un remplaçant:
prince pour prince, ces dames n'y perdront rien.

On marie et on tue les gens, dans ce pays-ci, avec un aplomb
remarquable. Remontez-vous au fait, vous trouvez que l'homme marié est
toujours un parfait célibataire, et que la défunte et le défunt sont
plus vivants que jamais. Ainsi, l'autre jour le bruit de la ville
m'avait conduit adresser l'autel nuptial pour M. Berryer et madame la
marquise de Sommariva; eh bien! j'en suis pour ma corbeille de mariage!
M. Berryer n'a nulle intention de s'afficher à la mairie, et madame de
Sommariva continue à vivre en paix dans le veuvage. Et moi, qui avais
déjà commandé mon babil de noces! je vais intenter une action en
dommages et intérêts,--contre qui?--contre l'air, contre le vent qui
nous apportent tous ces contes inventés par on ne sait qui, et venus on
ne sait d'où?

Tandis qu'on mariait M. Berryer malgré lui, on tuait ma dame Catalani
sans plus la consulter; il est vrai qu'on la ressuscitait le lendemain.
L'illustre cantatrice a été morte et vivante trois ou quatre fois dans
la même semaine. Tout, compte fait, il paraît malheureusement que madame
Catalani est positivement morte: un journal musical donnait hier la
triste nouvelle d'une façon si affirmative et d'un air si candide qu'il
est difficile d'en douter, à moins qu'il n'y ait plus aucune espèce de
bonne foi sur la terre. Suivant cette version nécrologique, madame
Catalani aurait rendu le dernier soupir dans sa villa, près de
Sinigaglia; elle était âgée de soixante ans, étant née en 1784.--Mais de
quoi m'avisé-je de le prendre sur ce ton lugubre et de mettre un crêpe à
mon bras? Peut-être demain faudra-t-il vous annoncer que madame Catalani
n'a jamais joui d'une santé plus parfaite, et qu'au lieu d'un
enterrement, elle a donné dans sa villa romana un dîner magnifique où
les convives joyeux ont vidé le vin de Chypre et de Champagne, en
l'honneur de son teint vermeil et de son embonpoint. On a vu des
résurrections, moins extraordinaires, témoin celle de M. Duponchel,
ancien directeur de l'Opéra, dont le trépas avait été, il y a trois ou
quatre ans, annoncé dans toute la ville par billets de faire part: «Vous
êtes invité à assister au convoi et enterrement de M. Duponchel,
directeur de l'Académie royale de Musique, mort à huit heures du matin
hier, 11 novembre.» La famille, les amis éplorés arrivent au domicile
mortuaire pour mener le défunt en terre, et le trouvent dans sa salle à
manger, dévorant d'un rude appétit un certain pâté de foie
gras.--C'était une plaisanterie de quelques mystificateurs; mais une
plaisanterie un peu noire, on l'avouera.

On a calculé la quantité de citoyens français qui ne portent pas de
souliers; le chiffre, suivant ce dénombrement, s'élève à vingt millions.
Vingt millions sur trente-quatre millions d'habitants! Ou voit que notre
patrie n'est pas très-bien chaussée. Il est juste, cependant, de tenir
compte de ceux qui portent des sabots; nous en donnerons le total une
autre fois, toujours est-il qu'il y a plus de va-nu-pieds en France que
de semelles. Un journal annonce, à ce propos, qu'un cordonnier vient
d'inventer une mécanique merveilleuse qui peut fabriquer quarante paires
de souliers par jour. Mettez cette mécanique dans les mains de tous les
cordonniers et de tous les savetiers de France, et vous aurez en peu de
temps un incroyable approvisionnement de souliers: de quoi satisfaire
tous les pieds qui n'en ont pas. Le journal en question se réjouit fort
de cette découverte, et semble croire une toute la France va marcher
avec des doubles semelles et des bottes vernies. Nous nous en
réjouirions volontiers avec la feuille philanthropique, si une petite
réflexion n'ajournait notre joie: fabriquer des millions de souliers à
la minute, c'est quelque chose; mais la grande question est de pouvoir
payer les mémoires du cordonnier. Quand notre ami le journal aura
inventé une mécanique pour donner six francs à tous ceux qui n'ont pas
le sou et veulent des souliers, et vingt francs pour une paire de
bottes, la question commencera à s'éclaircir. Voilà la vraie mécanique
difficile à trouver, et qu'on ne trouvera jamais, j'en ai peur.

La dynastie des Vestris n'est pas morte: un Vestris vient de débuter à
l'Opéra, entre mademoiselle Maria et M. Albert. Il a le jarret ferme et
digne de ses pères, les grands Vestris. Ombre de Vestris 1er, tu as dû,
en voyant ton petit-fils pirouetter si agréablement, battre dans ta
tombe un entrechat à huit!



[PARTITION MUSICALE]

LE PARJURE

MÉLODIE
DRAMATIQUE

PAROLES
ET MUSIQUE
DE
M. AMÉDÉE DE BEAUPLAN

        De quel mot inexorable
        Viens-tu de frapper un coeur
        Qui mit en toi son bonheur
        M'éloigner?... ordre coupable,
        Un serment fait devant Dieu
        N'est-il donc qu'un jeu?
        Cet arrêt ne fut pas rendu;
        Non, non, je t'ai mal entendu;
        Un signe, un geste, une caresse,
        Dis-moi que je n'ai rien perdu
        De ta tendresse;
        Quoi! je suis à ses genoux
        Et sans fléchir son courroux?
        La fierté renaît dans mon âme,
        Je ne suis qu'une faible femme,
        Bannis-moi, sois parjure, mais
        De tes remords souffre à jamais.
        Bien longtemps je fus rebelle
        Aux voeux que tu m'adressais,
        Aux serments que tu faisais;
        Tu disais: «Être si belle?
        Inspirer l'amour si bien
        Et n'éprouver rien!
        Quel jeu cruel et sans pitié?»
        Je t'accordai mon amitié,
        Chaque jour osant plus prétendre,
        Tu sus m'arracher à moitié
        Un mot bien tendre;
        L'abandon et le mépris,
        Voilà quel en est le prix.
        La fierté renaît dans mon âme,
        Je ne suis qu'une faible femme,
        Bannis-moi, sois parjure, mais
        De les remords souffre à jamais.
        Sais-tu bien que j'étais née
        Pour un sort meilleur.
        Pour avoir plus de part au bonheur?
        Tu brisas ma destinée,
        Sans toi peut-être aujourd'hui
        J'aurais un appui,
        Et pour ce coupable abandon
        Je t'accorderais ton pardon
        Non, non, l'amour se change en haine.
        Ma haine voilà mon seul don.
        Subis ta peine:
        En vain tu veux me fuir,
        Poursuivi par mon souvenir;
        Non je puis être absente
        Dans ton coeur une voix puissante
        Te criera ces mots désormais:
        «De tes remords souffre à jamais!»



Théâtres.

_Le Laird de Dumbicky_, drame en cinq actes, de M. AEXANDRE
DUMAS.--_André Chénier_, de M. DAILLIÈRE.-_Le Médecin de son Honneur_,
de M. HIPPOLYTE LUCAS.--_Paris dans la Comète.--Gérolstein.--Une idée de
Médecin_, de M. DARTOIS.

Le Second-Théâtre-Français a donné trois drames coup sur coup, les trois
drames dont les noms précèdent; M. Dumas, M. Lucas, M. Daillière, sont
les pères avoués et reconnus de ces trois enfants; deux sont ornés de
rimes et d'alexandrins; le troisième est en simple prose; quand je dis
simple, je me trompe: M. Alexandre Dumas ne fait rien simplement Par où
commencerai-je? Evidemment par les gros bataillons, c'est-à-dire par M.
Dumas et sa prose en cinq actes; MM. Lucas et Daillière, plus légèrement
armés, viendront à leur tour. C'est donc _le Laird de Dumbicky_ à qui
reviennent les honneurs du pas; ne lui enviez pas cette consolation! Le
pauvre. _Laird_ vient d'éprouver tant de malheurs! le parterre s'est
montré pour lui si rude et si implacable!

Son nom est Mac-Allan; vous devinez tout de suite que nous avons affaire
à un Écossais, et vous devinez juste. Mac-Allan a un oncle, sir David,
grand partisan des Stuarts; après la bataille de Worcester, qui ruina
complètement la cause royale, lu fidèle sir David recueillit le jeune
prince, depuis Charles II, et l'aida à se mettre en sûreté; ceci valut à
sir David la haine de Cromwell et la confiscation du ses biens.

La Restauration venue, et Charles II ayant repris possession du trône
paternel, sir David songe à obtenir sa réintégration dans sa fortune et
dans son autorité; pour réveiller la mémoire du roi Charles, qui
l'oublie, il envoie à Londres son neveu Mac-Allan, laird du Dumbicky. A
son arrivée, Mac-Allan, trouve qu'au lieu de s'occuper de récompenser la
fidélité de ses vieux serviteurs et de songer aux affaires de l'État,
Charles II n'a d'autre soin que celui d'une vie dissipée et frivole.
Ceci blesse un peu l'honnêteté du noble Écossais. Patience, il en verra
bien d'autres. Savez-vous en effet le rôle qu'on va faire jouer à ce
brave laird, et quelle récompense on prépare, dans sa personne, au
dévouement de son oncle?--Non pas vraiment.--Eh bien! je vais vous le
dire. Le laird de Dumbicky, sans le savoir, devient le pivot d'une
intrigue honteuse, qui se débat entre Nelly, la maîtresse en titre du
roi Charles II, et le duc de Buckingham, son favori. Voici le mot de ce
tripotage: Buckingham veut renverser la favorite Nelly, en lui
substituant, dans l'autour du maître, une jeune et honnête fille nommée
Sarah, que le roi désire; de son côté, Nelly prétend défendre son crédit
et avoir raison de Sarah et de Buckingham.

Mac-Allan est choisi par le duc et par Nelly pour l'éditeur responsable
de cette double combinaison; d'une part Buckingham lui fait épouser
Sarah légitimement, afin de sauver les apparences et d'éviter au roi
l'odieux d'une séduction exercée sur une innocente jeune fille. Le
mariage couvre tout. D'autre part, Nelly avertit Mac-Allan de ce
guet-apens infâme; ce n'est point par intérêt pour lui, mais par un
sentiment de jalousie et pour empêcher Buckingham de réussir.

Le laird de Dumbicky, en sa qualité d'honnête homme et de mari sérieux,
n'a évidemment qu'une chose à faire: de rendre l'honneur de sa femme et
le sien contre les entreprises combinées de Buckingham et du roi! Or, il
se met en garde avec d'autant plus de résolution qu'il est sur de la
vertu de Sarah et qu'il l'aime sincèrement. Je ne suivrai pas Mac-Allan,
Kelly, Buckingham, le roi et Sarah dans cette bataille; j'ai fait
connaître le sujet du drame; on a pu voir que c'était une de ces
intrigues passablement équivoques, vingt fois exploitées au théâtre, et
tout récemment encore par M. Alexandre Dumas lui-même, à la
Porte-Saint-Martin, sous le titre de _Louise Bernard_. Nos dramaturges
ne font plus que ruminer.--Les détails ne sauvent pas la banalité du
sujet; ce sont toujours les mêmes effets peu scrupuleux, les mêmes
moyens effrontés: rendez-vous suspects, portes ouvertes, chambres à
coucher, escalades, substitutions de personnes, toutes les vieilles
brutalités du drame d'alcôve. Oui, vieilles est le terme, car elles ont
fait leur temps et lassé l'honnêteté du public, qui n'en veut plus.--Il
va sans dire que le roi et Buckingham sont vaincus par Mac-Allan, que
Sarah leur échappe, et que Nelly reste souveraine maîtresse.

La soirée a été orageuse. Les sifflets, les sanglantes apostrophes du
parterre ont servi d'escorte au drame malencontreux, pendant les deux
derniers actes surtout. Au dénoûment, la tempête mugissait avec un
effroyable courroux. Cette sévérité n'était que de la justice.
Non-seulement le drame méritait peu d'indulgence du côté de l'invention,
mais le ton de mauvais lieu qui s'y trahit, mais un dialogue plein de
crudités et d'indécence ne pouvaient qu'aggraver les torts de l'auteur.
Qu'on n'ait pas du génie et de l'originalité tous les jours, cela se
conçoit aisément, les idées nouvelles sont rares, et n'en a pas qui
veut; du moins devrait-on toujours respecter certaines convenances et ne
pas dépasser les limites permises. On n'a pas besoin pour cela d'être un
grand homme, mais tout simplement un homme honnête et suffisamment
élevé. Voilà bien des chutes, monsieur Dumas; prenez garde!

L'auteur _d'André Chénier_, M. Daillière, est un jeune soldat
dramatique; il fait là sa première campagne; le drame en question est
son coup d'essai, ce qui ne veut pas dire précisément que ce soit un
coup de maître. Il y a cependant d'honnêtes intentions et quelque mérite
dans l'ébauche de M. Daillière. Ébauche est le mot qui convient ici. M.
Daillière, en effet, a su, à propos d'André Chénier, assembler quelques
scènes d'un effet touchant; mais c'est là tout; l'action, les
oppositions, les nuances, la lutte des passions, le contraste des
caractères, tout ce qui constitue un drame proprement dit, manque à peu
près à l'ouvrage; en deux mots, voici l'affaire:

André Chénier gémit sous les verrous. Pour tromper les douleurs de la
captivité, le poète fait des vers. A la poésie se joint une tendre
passion, une passion respectueuse et idéale. Une jeune prisonnière,
mademoiselle de Coigny, est l'objet de cet amour mélancolique et le
partage; c'est pour elle, on le sait, qu'André écrivit cette ode de _la
jeune Captive_, qu'il est difficile de lire encore aujourd'hui sans un
profond attendrissement.

Cependant l'heure fatale approche; déjà le bourreau a frappé plus d'un
compagnon de l'infortuné poète; son tour va venir; il vient en effet, et
le mélodieux André sort de ce cachot sans espoir, pour aller à
l'échafaud, au milieu des larmes de mademoiselle de Coigny, de
Marie-Joseph Chénier et du désespoir de son père.

Il n'y a rien de plus dans l'ouvrage de M. Daillière, si ce n'est des
rimes et des tirades qui, sans être toujours irréprochables, annoncent
une certaine verve qui pourra plus tard donner des résultats plus
complets. Quoi qu'il en soit, les bravos n'ont pas manqué à M.
Daillière, et c'est déjà beaucoup que de commencer par là.

Dans cette course au drame, M. Lucas est le véritable vainqueur. Aux
prises avec MM. Dumas et Daillière, M. Hippolyte Lucas a jusqu'au bout
gardé la corde; les deux autres couraient encore, qu'il était déjà
arrivé. Calderon y est bien pour quelque chose; dans cette lutte,
Calderon a été le partenaire de M. Hippolyte Lucas. _Le Médecin de son
Honneur_ a servi d'enjeu à l'illustre poète; M. Lucas n'a fait qu'y
entrer pour une certaine part d'esprit et d'étude ingénieuse; Calderon a
fourni le capital.

Don Guttière est le héros de l'aventure; c'est un noble castillan, fort
épris de sa femme, dona Mencia, et des plus chatouilleux sur le point
d'honneur; un jour qu'il rentre subitement au logis conjugal, il a des
soupçons; bientôt ses soupçons se changent en douloureuse certitude:
dona Mencia le trahit! Dona Mencia donne de secrets rendez-vous au
prince Henri de Transtamare! O douleur! que faire? Don Guttière a
bientôt pris son parti: qu'a-t-il besoin de recourir à d'autres qu'à
lui-même? N'est-il pas le gardien ou plutôt le médecin de son honneur?
il guérira donc cet honneur blessé; et voici l'horrible remède qu'il lui
applique.--Une nuit, tandis que dona Mencia sommeille, le sombre don
Guttière entre au domicile conjugal mystérieusement enveloppé dans son
manteau; il vient suivi d'un chirurgien qu'il a fait saisir et amener de
force par deux esclaves maures: «Tu vas entrer là, lui dit-il en lui
désignant la chambre de dona Mencia; tu y trouveras une femme endormie:
tu t'approcheras d'elle et tu lui ouvriras les veines!--Horreur! s'écrie
le chirurgien, pâle et tremblant, vous pouvez me tuer, non faire de moi
un assassin.--Eh bien! je te tuerai...» Et les deux esclaves
s'approchent du misérable, le poignard levé. «J'irai donc,» dit-il, et
il entre en chancelant; un instant après, on le voit revenir tout
livide, et s'appuyant sur la porte où sa main sanglante laisse une trace
de sang. Ce sang en dit assez: don Guttière est vengé.--Survient le roi
de Castille: «Qu'as-tu fait? demande-t-il à don Guttière.--Sire, j'ai eu
soin de mon honneur, réplique don Guttière; n'étais-je pas son meilleur
médecin?» Et cependant don Guttière ne survivra point à cette terrible
exécution; il suivra le roi à la guerre et s'y fera tuer.

Cette dernière scène donne le frisson; si l'on objecte que c'est là un
drame bien effroyable pour des nerfs français, nous répliquerons que le
drame est espagnol; M. Hippolyte Lucas n'a fait que l'accommoder pour
l'Odéon avec beaucoup d'intelligence, en vers très-élégants et
très-français.

Toute année qui meurt est sûre de trois ou quatre oraisons funèbres
mêlées de vaudeville. L'année 1843 a eu le même sort que les autres:
ici, c'est le théâtre du Palais-Royal qui l'enterre dans une revue
intitulée: _la Cour de Gérolstein_; là, le théâtre des Variétés paie sa
dette à la défunte année par une plaisanterie appelée: _Paris dans la
Comète_. Ces deux pièces à couplets ne font que répéter à peu près ce
que _l'Illustration_ a dit de l'année 1843 dans son dernier numéro: les
modes, les théâtres, les pièces sifflées, M. Eugène Sue et les _Mystères
de Paris_, les pipes et les cigares, que vous dirai-je? tous les faits
mémorables de notre éloge nécrologique de l'an 1843.--Cela n'est pas
toujours très spirituel; mais cela fait rire, elle rire est si bon!

C'est une assez pauvre idée que _l'Idée du Médecin_: ce médecin a une
soeur; pour attendrir un infidèle qu'elle aime, il fait courir le bruit
de la mort de cette soeur abandonnée; l'infidèle, en effet, est au
désespoir; au fond c'était une bonne âme; puis, il s'aperçoit qu'on
s'est moqué de lui, et s'amuse à prendre sa revanche contre le médecin
et sa soeur, en feignant de vouloir convoler en secondes noces. Le tout
finit, on s'y attend, par une explication et un raccommodement général;
l'idée n'est pas neuve.



Projet de perfectionnement de la Navigation à la Vapeur, et suppression
de la Cheminée dans les bateaux, par M. Lefebvre.

Il a paru, il y a quelques semaines seulement, une brochure fort
intéressante de M. P. Lefebvre, ancien élève de l'École Polytechnique.
Cette brochure est consacrée aux développements d'une idée fort bizarre,
relative à la navigation à vapeur. Bien que des expériences convenables
n'aient pas encore déterminé la valeur de cette invention, comme les
bases sur lesquelles elle repose n'offrent rien de contraire aux
théories, que peut-être un jour, appliquée de l'autre côté du détroit,
sommes-nous destinés à la voir revenir triomphalement en France et
donnée comme la millième preuve de la supériorité de l'esprit ingénieux
des Anglais, les lecteurs de _l'Illustration_ n'en liront pas sans
intérêt la description.

C'est du reste un de nos engagements vis-à-vis du public de ne laisser
rien paraître de nouveau, dans quelque genre que ce soit, sans être les
premiers à les mettre de suite au courant.

Dans les questions de mécanique, où il s'agit de surmonter des
résistances, comme, par exemple, dans la locomotion sur terre, on ne
s'occupe pas seulement du système qui doit se mouvoir, on n'améliore pas
seulement la voiture, le mode d'attelage: on s'occupe aussi, avec grand
avantage, du moyen de diminuer la résistance qui s'oppose au mouvement;
c'est pour cela que l'on construit les routes ferrées, pavées, les
chemins de fer.

Or jusqu'ici, dans le problème de la navigation, on n'a pensé qu'à agir
sur le corps flottant; il reste à résoudre la deuxième partie du
problème, à opérer sur le fluide en vue de diminuer la résistance.

C'est dans cette voie toute nouvelle que M. Lefebvre s'est efforcé
d'entrer. De même que sur les routes ordinaires, l'introduction du fer
disposé en rail, permettant l'emploi des machines en diminuant les chocs
et les frottements, a donné à la locomotion cette rapidité qui n'est pas
une des moindres merveilles de notre époque; de même sur les fleuves,
les canaux, M. Lefebvre pense que l'air est appelé à jouer un rôle
analogue et à augmenter d'une manière considérable la vitesse de la
navigation à vapeur.

Ainsi, dans le système de l'auteur, le corps flottant, le vaisseau ne
doit plus avoir à vaincre la résistance d'un liquide, de l'eau, mais
d'un mélange infiniment moins dense de gaz et de liquide, de l'eau et de
l'air.

Certes il serait difficile de disputer à M. Lefebvre la priorité de son
ingénieuse idée, et si nous rapportons le fait suivant, c'est bien moins
pour lui enlever le mérite de son invention que pour faire comprendre
tout ce qu'elle peut avoir de pratique.

Un mécanicien de Séville avait fait une pompe au moyen de laquelle il
espérait élever l'eau à une grande hauteur; mais, arrivé; à trente-deux
pieds, l'eau s'arrêtait, et tous les efforts du mécanicien étaient
superflus; dans un moment d'emportement il jette avec violence son
marteau: le tuyau de la pompe est atteint, et l'eau s'élance au niveau
désiré! On chercha la cause du phénomène: c'était un petit trou ouvert
dans la paroi du tuyau; et c'est ainsi que fut trouvée la pompe de
Séville, dont on voit quelques modèles dans de vieux cabinets de
physique. Un livre, déjà ancien, donne de cette manière la description
d'une de ces pompes exécutée en grand:

«On a vu il y a quelques années, place Dauphine, une pompe aspirante qui
jetait l'eau sans interruption à une hauteur de cinquante-cinq pieds.
Son canal d'aspiration était percé d'un trou très-petit qui restait
constamment ouvert. L'air, entrant impétueusement par cet orifice,
entrecoupait l'eau à mesure qu'elle montait dans le canal aspirant; de
sorte qu'il se formait dans ce canal une colonne mixte d'eau et d'air,
et par conséquent assez légère pour pouvoir être portée à la hauteur de
cinquante-cinq pieds par l'air extérieur qui pressait sur l'eau du
réservoir.»

Voici donc un cas dans lequel, par l'introduction de l'air dans l'eau,
on parvient à constituer un liquide d'une densité moindre qui se
comporte alors comme un nouveau corps.

Or, telle est précisément la donnée du problème que s'est posé M.
Lefebvre.

L'auteur propose de faire mouvoir par la machine à vapeur d'un bateau
une machine soufflante, ce qui est d'une exécution facile. Cette machine
soufflante sert à chasser de l'air par un tuyau placé au point le plus
bas de l'avant du bateau; et ce tuyau est lui-même percé d'une infinité
de petits trous tout le long de sa partie supérieure. L'air arrivant
dans l'eau en petits filets rendus discontinus par la marche du bateau
forme une multitude de globules. Voilà donc un bateau ne rencontrant
plus dans sa progression qu'un mélange composé partie de liquide, partie
de globules d'air, mélange dont la densité est bien moindre que celle de
l'eau, fig. 1 et 2. Deux questions se présentent de suite à l'esprit
pour apprécier la valeur de cette proposition.

1º La résistance sera-t-elle réellement diminuée?

2º Y aura-t-il avantage à utiliser la force motrice, à vaincre de cette
manière la résistance?

La théorie permet de répondre affirmativement à la première. En effet,
la résistance considérée comme proportionnelle à la densité du fluide,
doit nécessairement diminuer.

De plus, si l'on cherche à se rendre compte des effets obtenus par ce
bouillonnement d'air à l'avant du bateau, on trouve:

1º Que le volume déplacé par le bateau en mouvement aura une moins
grande masse;

2° Que pressé en tout sens par le liquide, le bateau le sera moins à
l'avant qu'à l'arriére, et par ce seul fait sera sollicité dans le sens
de sa marche.

En effet, la pression de l'eau, d'après des expériences admises, ne
s'exercera pas sur les globules d'air en mouvement comme si elles
étaient en repos.

3º La succession de chocs produits par la rencontre du fluide en repos
et du bateau en mouvement consommera une moins grande quantité de
travail, vu qu'au moyen de l'espèce de coussin formé par le mélange
d'air et d'eau, ils n'auront plus lieu qu'entre corps élastiques.

Pour se former une idée juste de l'importance de cette dernière
considération, il suffit de savoir que M. Piobert, chef d'escadron
d'artillerie et membre de l'Institut, charge par le gouvernement
d'expériences fort curieuses sur la pénétration des corps, ayant tiré
des boulets de canon dans l'eau, vit leur mouvement s'amortir avec une
extrême rapidité; ce qui prouve l'énorme résistance opposée. Le choc à
l'entrée était tel que des obus (boulets creux) qui pénètrent sans se
rompre dans des terres rassises étaient constamment brisés.

Rien dans l'état actuel de la science ne peut nous mettre à même de
résoudre la deuxième question: sera-t-il plus avantageux d'employer une
partie de la force motrice à vaincre la résistance de la manière
proposée? M. Lefebvre établit par un calcul dont les données sont tirées
de l'ouvrage de M. Poncelet, qu'une pompe qui chasserait à l'avant d'un
bateau un mètre cube d'air par seconde, devrait être mue par une force
équivalente à seize chevaux-vapeur. Reste donc à savoir, et l'expérience
seule peut nous l'apprendre, si un bateau dont les roues seraient mises
en mouvement par une force de cinquante chevaux, par exemple, n'irait
pas tout aussi vite que si trente-quatre chevaux seulement étaient
employés à faire mouvoir les roues, et seize à faire jouer la pompe
proposée. Une pareille expérience nous semble devoir être nécessairement
faite un jour ou l'autre.

Au reste, pour que ce système fût réellement avantageux, il ne suffirait
pas qu'il pût servir à diminuer la résistance qui s'oppose au mouvement
du bateau, il faudrait encore que par son emploi, on parvint à dépasser
le maximum de vitesse obtenu jusqu'à ce jour. Or cette limite, dit M.
Lefebvre, résultant bien plus de la diminution rapide de la proportion
d'effet utile de l'appareil moteur, quand on augmente sa vitesse, que de
la difficulté d'accroître la force motrice, il est évident que le
système proposé l'emportera sur l'ancien pour obtenir les derniers
accroissement de vitesse.

Il paraît ainsi que son succès commercial est probable, surtout dans les
cas où il importe d'obtenir avant tout de grandes vitesses, condition
souvent la plus importante de toutes.

L'auteur a relégué dans une de ses notes, et nous sommes fâchés qu'il ne
lui ait pas donné plus de développement, une proposition que nous
regardons comme le complément de son système: c'est la suppression de la
cheminée.

Il est bien démontré aujourd'hui que le tirage nécessaire à la
combustion, obtenu au moyen d'une cheminée, ou, en d'autres termes, la
vitesse imprimée à l'air au moyen d'un combustible, coûte beaucoup plus
cher que la même vitesse imprimée par des agents mécaniques. M. Clément
et M. Peclet l'ont positivement établi, tellement que, sans la
complication de la machine et le danger des coups de feu pour les
chaudières, il n'est pas un ingénieur qui n'admit qu'il n'y eût économie
de combustible à faire précéder le foyer d'un ventilateur qui chasserait
l'air, et qu'une combustion mieux utilisée compenserait au moins l'excès
de force qu'il faudrait faire développer à la machine.

[Illustration: Perfectionnement de la navigation à la vapeur.--Fig. 1.
Avant d'un bâtiment à roues avec courant d'air, vu de côté.]

[Illustration: Fig. 2. Avant du bâtiment vu de face.]

L'impossibilité de donner beaucoup de hauteur aux cheminées de bateaux
est la cause principale du peu d'effet utile du combustible. Or, si l'on
fait aspirer à la machine soufflante proposée, au lieu d'air, les
produits mêmes de la combustion, n'en résultera-t-il pas qu'une partie
du travail qu'elle consommera correspondra à la partie du combustible
précédemment employée au tirage?

Dans le cas où il faudrait lancer 1 mètre cube par seconde, soit 360
mètres cubes par heure, chaque kilogramme de houille correspondant en
général au passage dans la cheminée de 18 mètres cubes d'air, on voit
que l'aspiration d'un mètre cube par seconde suffirait pour la
combustion de 200 kilogrammes de charbon par heure, ou pour une machine
de quarante à cinquante chevaux.

[Illustration: Bâtiment à hélice avec courant d'air, sans cheminée.]

Les lecteurs de l'_Illustration_ n'ont pas oublié la description de la
goélette à hélice _le Napoléon_. Au lieu de ces deux lourdes roues à
palette qui flanquent les deux côtés des bateaux à vapeur, la goélette
_le Napoléon_ a pour propulseur une hélice placée à son arrière et
au-dessous de la ligne de flottaison; en sorte que le bâtiment semble
marcher comme par enchantement; mais il reste encore sur le pont cette
énorme cheminée qui obstrue le passage, empêche toute voilure un peu
complète, et vomit sur la tête des passager» des torrents de noire
fumée. Adoptez, le système de M. Lefebvre, et cette cheminée disparaîtra
comme dans le système de M. Sauvage les roues ont disparu. N'aurons-nous
pas alors atteint l'idéal de la navigation à vapeur?



Séance semestrielle de la Société Philotechnique.

La Société philotechnique, la plus ancienne des sociétés littéraires
après l'Académie française, a tenu dimanche, 17 décembre, dans la jolie
salle du la rue Neuve-Vivienne, l'une de ses deux séances publiques.
L'assemblée était fort brillante et très-nombreuse. Lorsque M. le baron
Ladoucette, secrétaire perpétuel, en énumérant les pertes et les
acquisitions que la Société a faites depuis six mois, a annoncé la mort
d'un de ses plus illustres confrères, Casimir Delavigne, l'auditoire
entier s'est montré vivement ému.

Plusieurs lectures en prose ou en vers ont été faites par les membres de
la Société. Celles qui nous ont paru produire le plus d'impression sont
_les Deux Vieillards_, de M. Villeneuve fils; _Les Deux Ouvriers_, de M.
Desaint; une fable de M. Lavalette; _En public_, de M. Berville; une
épître sur _l'Ingratitude_, de M. Viennet; et surtout une _Épître aux
faiseurs de contes_, de M. Roux de Rochelle.--Ces lectures terminées, un
concert vocal et instrumental, dans lequel on a entendu Levassor, a eu
lieu comme les années précédentes.

[Illustration: Séance de la société philotechnique dans la salle des
Concerts Vivienne.]

En résumé cette fête artistique et littéraire a été digne d'une Société
qui compte parmi ses membres plusieurs de nos artistes les plus célèbres
et de nos littérateurs les plus recommandables.



Institution royale des Jeunes Aveugles.

[Illustration: Institution des Jeunes Aveugles.--Inauguration du nouvel
établissement.]

La cécité! est, de tons les maux qui affligent l'espèce humaine, celui
qui, en tout temps et dans tous les pays, a été en possession de
l'intérêt le plus constant et le plus universel. Le roi saint Louis,
auquel les établissements de bienfaisance doivent tant chez nous, acquit
de l'évêque de Paris une pièce de terre voisine du cloître. Saint
Honoré, appelée _Champouri_ sur laquelle il fit construire une maison,
qui plus tard forma l'encoignure de la rue Saint-Nicaise, et qui était
destinée à loger et entretenir des aveugles pauvres au nombre de
_quinze-vingts_, comme on comptait alors, et qui prit son nom du nombre
de ses hôtes. On ignore la date précise de cette fondation: on sait
seulement qu'elle remonte à l'année 1260 environ. Voici ce qu'en dit le
confesseur de La reine Marguerite: «Aussi li benoyst roy fist acheter
une pièce de terre de lez Saint-Ennouré, où il fist fère une grant
mansion porceque les poures avugles demorassent ilecques perpétuelement
jusques à trois cens; et ont touz les anz de la borse du roy, pour
potages et pour autres choses, rentes. En laquelle mansion est une
église que il fist fère en l'eneur de saint Rémi, pour ce que lesditz
avugles aient ilecques le service Dieu. Et plusieurs fois avint que li
benoyst roy vint as jours de la feste Saint-Rémi, où lesditz avugles
faisoient chanter solennellement l'office en l'église, les avugles
présens entour le sainct roy.» En effet, Louis IX avait, en 1270,
constitué de nouveau trente livres de rentes destinées spécialement au
potage de ces trois cents aveugles. Clément XIV, de son côté, par une
bulle de 1265, avait recommandé cette institution aux évêques et prélats
de France, elles avait invités à accueillir et à favoriser les quêteurs
qui allaient recueillant des aumônes pour elle. Guillaume de Villeneuve,
dans ses _Crieries de Paris_, nous les présente demandant à grands cris
du pain dans les rues:

        A pain crier mettent grans peines
        Et si l'avugle, a haute alaine.
        Du pain a cels de Champ porri,
        Dont moult sovent, sachiez, me ri.

[Illustration: Institution des Jeunes Aveugles.--Costume des garçons.]

Ruteboeuf poète du treizième siècle, dans sa pièce des _Ordres de
Paris_, se montre assez peu partisan de cet établissement, dont il dit
en substance. «Je ne sais trop pourquoi le roi a réuni dans une maison
trois cents aveugles qui s'en vont par troupes dans les rues de Paris,
et qui, pendant que le jour dure, ne cessent de _braire_. Ils se
heurtent les uns contre les autres et se font de fortes contusions, car
personne ne les conduit. Si le feu prend à leur maison, il ne faut pas
en douter, la communauté entièrement brûlée, et le roi obligé de la
reconstruire sur de nouveaux frais.»

Les quinze-vingts demeurèrent dans leur habitation primitive jusqu'en
1779. A cette époque, le cardinal de Rohan, grand-aumônier de France,
fameux par son luxe, sa crédulité et le rôle qu'elle lui fit jouer dans
l'intrigue du collier, le cardinal de Rohan les transféra au faubourg
Saint-Antoine, rue de Charenton, dans l'ancien hôtel des mousquetaires
noirs, et le nombre des infirmes secourus fut augmente; mesure
bienfaisante à laquelle on ne put reprocher que de faire mentir le titre
de l'établissement.

Pendant plus de cinq siècles on avait cru avoir tout fait en venant en
aide à un petit nombre de malheureux que leur état de cécité absolue et
d'indigence constatée condamnait à mourir de faim; mais personne n'avait
songe encore à chercher le moyen de mettre les aveugles de naissance
dans la position de suppléer en quelque sorte par une éducation spéciale
au sens qui leur manquait. En 1781, un homme de bien, un pauvre
professeur d'écriture qui était frère d'un savant minéralogiste,
Valentin Hauy, auquel pesait la position de frère d'un homme de mérite,
eut occasion de voir et d'entendre à Paris, au concert spirituel de mars
1781, une jeune aveugle, célèbre pianiste de Vienne, mademoiselle
Paradis, qui au moyen d'épingles placées en forme de notes et de lettres
sur de grandes pelotes, lisait rapidement la musique et l'exécutait de
manière à enlever tous les applaudissements. Elle n'expliquait pas moins
bien la géographie sur des cartes en relief, dont l'invention était due
à un autre aveugle, Weissembourg, de la ville de Manheim. Valentin Hauy
comprit tout le parti qu'on pourrait tirer pour l'éducation des
aveugles-nés, jusque-là totalement négligée en France, de ces procédés
ingénieux développés et complétés. Il raconte lui-même, dans une
brochure qu'il publia plus tard, que préoccupé de cette pensée, un jour
qu'il passait sur le boulevard du Temple, il aperçut des aveugles jouant
de plusieurs instruments avec des lunettes sur le nez et feignant de
lire la musique placée devant eux. Cette triste parade l'émut
péniblement; il s'approcha de ces infortunés, et leur demanda s'ils ne
préféreraient pas lire réellement la musique, à se rendre ainsi la risée
des passants. Ses observations furent peu goûtées, et il vit bien qu'il
n'avait pas encore rencontre les sujets qu'il lui [Illustration:
Institution des Jeunes Aveugles.--Costume des filles.] fallait.
Cherchant un aveugle intelligent pour appliquer la méthode qu'il avait
conçue, il le trouva enfin près de l'église de Saint-Germain-des-Prés,
C'était un aveugle né à Lyon, qui mendiait pour soutenir sa mère; il se
nommait Lesueur, et de même que Valentin Hauy allait devenir pour les
jeunes aveugles ce que l'abbé de l'Épée était déjà pour les
sourds-muets, Lesueur était destiné de son côté, à en être le Massieu.
Valentin Hauy avant interrogé cet enfant, fut frappé de son
intelligence; il l'emmena chez lui, le réunit à d'autres infortunés, et,
après les avoir instruits, il présenta Lesueur à la Société
Philanthropique, qui, satisfaite de cet essai, accorda à l'instituteur
une maison située rue Notre-Dame-des-Victoires, nº 18, et des fonds pour
l'entretien de douze élèves. Le succès justifia cette libéralité. En
1786, Hauy fut appelé à faire exécuter aux élèves formés par lui leurs
exercices devant le roi et toute la cour. Ils devinrent l'objet de
l'attention générale, du plus vif intérêt, et le maître reçut des
encouragements qui lui permirent d'augmenter leur nombre. Dans cette
même année Valentin Hauy dédia au roi et publia un ouvrage de lui,
composé et imprimé par ses élèves aveugles, avec des caractères dont la
saillie et des presses dont le foulage donnaient un relief tel à
l'impression que les aveugles peuvent le lire en promenant le bout de
leurs doigts sur les lignes. Le titre de ce livre énumère tout ce que
Hauy avait déjà à peu près obtenu: Essai sur l'éducation des Aveugles,
ou Exposé de différents moyens vérifiés par l'expérience, pour les
mettre en état de lire à l'aide du tact, d'imprimer des livres dans
lesquels ils puissent prendre des connaissances de langue, d'histoire,
de géographie, de musique, etc., d'exécuter différents travaux relatifs
aux métiers. Ces jeunes; aveugles furent aussi utilisés en apprenant à
lire à des enfants, clairvoyants.

[Illustration: Institution des Jeunes Aveugles.--Gymnase.]

En 1790, le duc de Larochefoucauld-Liancourt obtint du Directoire du
département de Paris que les jeunes aveugles et les sourds-muets
seraient placés au couvent des Célestins, près de l'Arsenal. Cette
réunion, sollicitée par un homme de bien, pensa être fatale aux deux
oeuvres. L'Assemblée nationale, par un décret du 2 juillet 1791, décida
bien que les deux écoles seraient entretenues aux frais de l'État; mais
la mésintelligence qui avait éclaté entre les chefs de l'un et de
l'autre établissement contrariait toutes les dispositions généreuses
prises à leur égard, et pensa amener la ruine de ces institutions. La
discorde s'étendit jusqu'aux élèves, qu'on était arrivé à mettre en
communication, mais non à faire vivre en bonne intelligence. Les
sourds-muets composaient, en caractères en relief, des phrases que les
aveugles lisaient par le toucher, et auxquelles ils répondaient par la
langue des signes qu'on leur avait apprise. Enfin, en 1795, un décret de
la Convention vint sagement opérer la séparation et transféra les jeunes
aveugles dans la maison Sainte-Catherine, rue des Lombards. Une bourse
gratuite fut en même temps créée pour chacun des quatre-vingt-trois
départements que formait alors la France.

[Illustration: Institution des Jeunes Aveugles.--Salle des bains.]

Malheureusement Valentin Hauy, à la philanthropie ingénieuse, patiente
et dévouée duquel l'institution devait son existence, n'était pas né
administrateur. Le regret qu'il avait de se séparer d'un de ses élèves
le portait à envisager la maison qu'il dirigeait plutôt comme un hospice
qu'ils devaient habiter toujours que comme une maison d'éducation
spéciale où ils ne devaient demeurer que le temps nécessaire à leur
instruction. Il maria donc des aveugles et introduisit, sans l'avoir
prévu, dans l'établissement, les abus qui devaient résulter
inévitablement de ce mélange de ménages et de célibataires. Le mal était
grand, mais un arrêté ministériel du 4 nivôse an IX (1807) y apporta le
pire de tous les remèdes. Il fut ordonné que les jeunes aveugles
seraient réunis à l'hospice des Quinze-Vingts, c'est-à-dire que des
jeunes gens, auxquels on avait donné de l'éducation, seraient incorporés
et confondus avec des aveugles mendiants qui n'en avaient reçu aucune,
et avec lesquels, par conséquent, ils n'avaient pas de point de contact.

Ce déplorable état de choses subsista jusqu'en 1815, année où une
ordonnance royale prononça enfin la séparation des Jeunes-Aveugles des
Quinze-Vingts, et la translation des premiers, opérée, peu après, à
l'ancien séminaire Saint-Firmin, rue Saint-Victor.

C'est là que l'institution, classée parmi les établissements généraux de
bienfaisance, est demeurée jusqu'à sa récente translation dans les
bâtiments dont l'érection a été votée en 1838, dont la première pierre a
été posée en 1839, et dont elle a achevé de prendre possession le
dimanche 24 du mois dernier, jour de la consécration de la chapelle.

Cet édifice a été construit sur un terrain compris entre le boulevard
des Invalides, la rue de Sèvres, la rue Masseran et de la petite rue des
Acacias. L'entrée principale, fermée par une grille en fer placée entre
deux pavillons, est située sur le boulevard, d'où l'on peut admirer le
fronton de l'édifice dû au ciseau de M. Jouffroy, sculpteur. Le sujet
choisi par l'artiste est en parfaite harmonie avec l'établissement;
c'est, d'un côté, Valentin Hauy enseignant le travail à ses élèves; de
l'autre, une institutrice donnant des leçons aux jeunes filles aveugles,
et au milieu, la Religion les encourageant tous deux. Les dispositions
intérieures du local ont été combinées de manière à isoler les filles
des garçons, et les uns comme les autres trouvent les mêmes commodités,
les mêmes dispositions dans la partie qui leur est affectée. Le bâtiment
du milieu formant la séparation des deux quartiers n'a de commun que la
chapelle qui se trouve au premier étage. Les garçons sont placés dans
l'aile de droite, et les filles dans l'aile de gauche au
rez-de-chaussée; à l'entrée, sont, des deux côtés, des réfectoires
garnis de tables de marbre posées sur des trépieds en fonte fort
élégamment ouvragés; les cuisines se trouvent derrière, et, dans le
fond, les salles de bains disposées de manière à servira la fois
trente-deux bains de corps et trente-deux bains de pieds. Le puits de
Grenelle fournit à tous les besoins de l'établissement, et son eau y
arrive conservant encore une température assez élevée.

A droite et à gauche sont les salles de récréation. Les salles de classe
et d'étude sont au premier étage au-dessus de ces dernières; à leur
extrémité, sur le boulevard, les salles de conférence, entre lesquelles
se trouve celle du conseil. L'appartement du directeur est à côté, dans
le pavillon de droite, et celui de la première institutrice dans le
pavillon de gauche. La chapelle se trouve, ainsi que nous l'avons dit,
dans le bâtiment du milieu; elle est des ordres ionique et corinthien
combinés ensemble; la nef est soutenue par vingt-quatre colonnes, dont
quatre en marbre plein et les autres en stuc; le plafond des bas côtés
est coupé par des caissons, décoré uniformément par des peintures de
fantaisie. Le grand plafond est orné de rosaces dorées qui produisent un
très-bel effet. Des inscriptions, renfermées dans des médaillons
repliant au pourtour, relatent les phases successives de l'institution.
Le monument est de forme demi-circulaire, terminé en calotte; l'autel
est placé au fond contre le mur, dans lequel est ménagée une niche pour
le tabernacle. Des tribunes sont élevées de chaque côté et se prolongent
d'un bout à l'autre de la nef; les dispositions intérieures ont été
prises de manière à pouvoir couper le vaisseau en deux parties par une
cloison mobile placée à l'origine de l'hémicycle et ménageant en avant
une grande salle d'exercice pour les élèves. L'appartement de l'aumônier
est contigu à la chapelle. Le deuxième étage est composé, dans les deux
quartiers, de vastes salles servant de dortoirs, de logements pour le
médecin, l'agent comptable, etc.; le logement des soeurs est au
troisième étape, entre l'infirmerie des garçons et celle des filles, à
côté desquelles se trouvent d'autres salles de bains pour les malades et
un promenoir pour les convalescents. Les archives sont placées sur la
chapelle au bout d'un grand dortoir supplémentaire. Viennent ensuite les
logements des professeurs, des divers employés de l'établissement, et
les ateliers. En résumé, rien n'a été négligé dans le nouvel édifice
pour conserver la santé et assurer le bien-être des hôtes infortunés
qu'il a reçus: ils y ont trouvé un air pur, des logements vastes et
sains, de beaux jardins où ils pourront se livrer à des exercices
gymnastiques, et enfin une distribution commode et parfaitement
entendue.

La foule que la cérémonie religieuse avait appelée dans cet
établissement rendait, en sortant, hommage à l'habile et consciencieux
architecte qui a dressé, les plans et dirigé les travaux de cette
construction. En trois années il est parvenu à la mener à fin, parce
qu'il a su en même temps se renfermer dans ses devis et ne pas dépasser
le chiffre de dépense qu'il avait annoncé. Il n'a donc pas eu de crédit
supplémentaire à demander et à attendre; il n'a donc pas laissé le temps
à l'administration supérieure de changer successivement vingt fois
d'avis; enfin il a su éviter tous les inconvénients et tous les
scandales qu'on a signalés dans une foule d'autres travaux publics. Cet
artiste éminent et honnête homme est M. Philippon, auquel vient d'être
accordée la croix de la Légion-d'Honneur, et qu'un journal proposait de
nommer ministre, pour la recette, bien rare de nos jours, qu'il possède
d'aligner les dépenses avec les crédits.

On a demandé à M. Philippon un édifice qui put recevoir non-seulement
les élèves gratuits, dont le nombre vient d'être porté à cent-vingt,
mais au besoin, et pour faire face aux éventualités d'augmentation
nouvelle du chiffre des boursiers comme au service des élèves payants,
un total de trois cents jeunes gens. M. Philippon a fait ce qu'on lui a
demandé. Il ne s'est pas borné à construire un établissement salubre
pour remplacer celui de la rue Saint-Victor, qui ne l'était guère; on a
voulu un collège, non pas un de ces tristes, humides et froids couvents
défroqués où nous avons tous été élevés, où nos enfants le seront
probablement encore, mais un collège bien ciré, bien chauffé, bien
illuminé, qui fît enfin dans les établissements d'éducation et de
bienfaisance une véritable révolution. Ce qu'on voulait, M. Philippon
l'a admirablement exécuté.

Mais maintenant que nous avons rendu pleine justice à l'artiste, nous
sera-t-il permis de penser et de dire que le parti qu'on a pris et qu'on
va suivre ne nous paraît pas le meilleur de tous? D'après les calculs de
M. Dufau il y a en France trente-six ou quarante mille aveugles. Vous
construisez un hôtel où vous pourrez, en recevoir trois cents de l'âge
de dix à quatorze ans qui pourront y demeurer huit années. C'est une
population qui se renouvellera bien lentement et qui est dans une
proportion bien minime avec le chiffre de tous les êtres qui naissent
affligés de cette même infirmité. Nous voudrions, et nous croyons ce
voeu tout à fait exécutable, nous voudrions que tout enfant aveugle né
de parents pauvres fût admis de droit et gratuitement dans cet
établissement, y reçut une instruction sommaire, et y apprit un métier;
que, cela fait, il fût immédiatement rendu à sa famille et fit place à
un autre infortuné. Nous ne croyons pas que cela entraînât l'État à des
dépenses bien lourdes pour le budget, dépenses que nous regarderions
comme l'acquit d'une dette sacrée envers le malheur. Il ne faut pas le
dissimuler, ce n'est pas plus le travail manuel qui domine dans
l'éducation donnée à ces enfants que ce ne sont les ateliers qui
tiennent la plus grande part de l'édifice de M. Philippon.
L'enseignement y est triple: l'enseignement intellectuel, musical et
industriel. Tous les élèves reçoivent l'instruction primaire, c'est fort
bien; mais on donne l'instruction supérieure à tous ceux qui ne sont pas
d'une intelligence absolument rebelle, et nous pensons que les élèves
payants et les boursiers annonçant des facultés exceptionnelles
devraient être seuls admis à ces cours. Nous avons lu dans un des
médaillons qui règnent au pourtour de la chapelle l'inscription
suivante: «Paingeon, ancien élève de l'Institution et lauréat du
concours général, est nommé professeur de mathématiques au Lycée
d'Angers.» C'est sans aucun doute un fort honorable souvenir pour
l'établissement; mais nous avons vainement cherché la mention de quelque
succès du même genre dans l'industrie. La musique instrumentale ne nous
paraît de même devoir être enseignée qu'à ceux des élèves gratuits qui
annoncent pouvoir y trouver par leurs dispositions toutes particulières
un moyen d'existence. Quant aux professions, concentrez-y presque
entièrement l'attention et les efforts des enfants. Déjà vous avez
reconnu que les garçons pouvaient être utilement appliqués au tressage
des chaussons et des nattes, au tour et à l'ébénisterie, à la brosserie,
au tissage de la toile et du molleton, à la vannerie, et les filles au
filet, aux dessous de lampes, au rempaillage; déjà aussi la maison et
les hospices sont fournis d'un certain nombre d'objets dus à leur
travail. Faites qu'ils s'y donnent presque tous et presque uniquement;
élargissez encore le cercle des professions auxquelles ils ont été
jusqu'ici reconnus applicables; la construction que vous venez d'édifier
demeurera le collège de l'institution, et M. Philippon vous construira
une école d'arts et métiers qui la complétera bien utilement.

Déjà s'est formée une société de patronage pour les aveugles
travailleurs qui a ouvert des ateliers où elle les reçoit et les fait
travailler pour son compte. Elle les loge et les nourrit, et en échange
leur demande des produits dont la valeur atteigne 1 franc 25 centimes.
Lorsque la journée a été plus productive, l'excédant est acquis à
l'aveugle. Nous n'hésitons pas à croire que mettre ainsi tous les
aveugles-nés en position d'aborder ces ateliers et d'y assurer leur
existence, est une tâche plus vaste sans doute, mais aussi plus utile
dans ses résultats que celle de fournir quelques bacheliers de plus aux
examens de l'Université.

Dieu nous garde de laisser peser sur l'homme éclairé, et dévoué qui
dirige cet établissement la critique que cet article renferme. Comme
l'architecte, il est forcé de suivre le plan qui lui a été tracé. La
révolution que nous demandons ne dépend pas d'un directeur. Elle
dépendrait d'un ministre qui voudrait bien prêter à cette question
l'attention qu'elle nous semble réclamer et qui aurait auprès des
Chambres une réputation de conscience et d'études assez bien faite pour
qu'elles n'hésitassent pas à lui fournir les moyens de l'opérer. Ce que
nous disons des Jeunes Aveugles, nous pourrions le dire des
Sourds-Muets. Par les mesures prises et la marche suivie jusqu'à ce
jour, l'État ne vient pas en aide à plus de 1000 aveugles indigents et
aveugles-nés (1) et à plus de huit cents sourds-muets. Nous avons déjà
dit que l'on compte 36 à 40,000 des premiers; les seconds sont au nombre
d'environ 30,000. Dans plusieurs États d'Allemagne, ils sont tous
secourus. Nous croyons que le gouvernement français pourrait faire mieux
encore, ce serait, à l'aide d'un sacrifice mieux entendu, de les mettre
presque tous à même de n'avoir besoin de personne.

[Note 1: La progression de bienfaisance de la part de l'État à l'égard
des aveugles a été peu rapide depuis saint Louis. La bienfaisance privée
est pour une part dans le chiffre des bourses de l'Institution royale.
On lit l'inscription suivante au pourtour de la chapelle: 1829.--Une
donation testamentaire de madame Champion, veuve Vignette, crée huit
bourses gratuites à l'Institution.»]



Les Caprices du Coeur.

NOUVELLE.

Le coeur d'une femme est une partie des cieux; mais aussi, comme le
firmament, il change nuit et jour.

(BYRON.)

1.

Ceci se passait cette année, dans un petit château des environs de
Paris, une habitation délicieuse bâtie au milieu d'un site pittoresque,
le seul paysage un peu montagneux qui soit à dix lieues à la ronde.

Ce jour-là, qui avait été l'un des plus beaux du mois d'août, le soleil
se coucha dans un océan de flammes, et les longues traînées de pourpre
qui suivaient son char demeurèrent sur l'horizon plus d'une heure après
qu'eut disparu le dernier de ses rayons. La nuit commença, mais une de
ces nuits si lumineuses et si tièdes qu'elles ne sont plutôt qu'une
hâtive aurore du jour impatient de reparaître. L'âme et le corps, tous
deux accablés par les haleines caniculaires, ne se sentent réellement la
force de vivre qu'à cette heure du crépuscule où les premières brises du
soir trempent leurs ailes dans la rosée, et soulèvent en passant les
parfums réveillés des plantes.

Madame la comtesse Clarisse de R***, qui était propriétaire de ce petit
domaine, se mit à son balcon, dont elle fit ouvrir les grandes portes
vitrées, et s'appuyant sur la balustrade de pierre, elle s'oublia dans
une profonde rêverie.

Ce balcon plongeait à pic sur un précipice façonné par la main des
hommes autant que par celle de la nature. On y arrivait par le
rez-de-chaussée, composé d'un petit salon de travail que venait de
traverser la comtesse, et d'un boudoir attenant aux appartements
particuliers de cette dame. De cette plate-forme appuyée dans le roc au
moyen de cariatides, l'oeil plongeait à trente pieds plus bas, dans les
flots obscurs d'un feuillage épais, du sein desquels perçait ça et là
quelque pointe de silex dont la teinte blanchâtre tranchait heureusement
avec cette sombre verdure. Le creux, qui se prolongeait assez loin dans
la plaine, servait de lit à un filet d'eau amené là pour entretenir la
fraîcheur parmi les bouleaux, les saules, les coudriers, les acacias et
les buissons épineux, tous plantés sur ses bords ou hardiment crispés
aux parois de la ravine.

Le silence était descendu dans cette gorge touffue en même temps que les
ténèbres. Les oiseaux venaient de s'endormir, et pour qu'un bruit montât
encore du taillis, il fallait qu'un frisson courût sous ses ombrages et
fit soupirer la naïade qui s'y tenait cachée.

La comtesse Clarisse soupirait aussi. C'était une petite femme de
vingt-deux ans, d'un léger embonpoint, d'une physionomie piquante, et
fort blanche, malgré ses cheveux noirs. Ce qu'elle avait certainement de
plus beau, c'étaient ses yeux. Dans la gracieuse posture où elle se
tenait, le visage appuyé sur sa main et le coude sur la balustrade, elle
abaissait ou élevait tour à tour ses regards, qui passaient ainsi des
sombres réduits de la ravine sur la sereine étendue où la nuit allumait
déjà toutes ses lampes d'or. Le mouvement langoureux qu'elle donnait
alors à ses prunelles augmentait leur éclat, à peu près comme il arrive
d'une escarboucle dont on fait jouer les étincelles. Parfois le feu
d'une étoile tombait dans ce beau regard et l'embrasait de mille flammes
soudaines dont les reflets se répandaient sur les traits de la rêveuse.
C'était un délicieux spectacle assurément; mais ce qui en vint compléter
le charme, ce furent deux larmes qui tremblèrent un instant au bord de
deux franges d'ébène, et roulèrent le long des joues de Clarisse, calmes
et belles dans leur cours comme la nuit qui descendait.

L'art qu'une femme devrait le moins ambitionner est celui des pleurs.
C'est un art dangereux pour elle. Je le demande à vous, mesdames,
comment s'empêcher de faire pleurer une maîtresse qui paraît mille fois
plus enivrante dans l'éclat des larmes? Les belles larmes sèment
d'autres larmes en tombant. Après cela, il faut bien le dire, les femmes
qui savent pleurer ont à leurs douleurs une compensation pleine
d'attrait. Que la tristesse est douce lorsqu'on en peut faire une si
charmante parure!

Le bruit qui tira la comtesse de son attendrissement rêveur fut celui
d'un vaste fauteuil en point d'Aubusson qu'un domestique vint rouler
jusqu'auprès de la porte vitrée.

Bientôt après parut une fille suivante donnant le bras à une vieille
dame, qui s'aidait en outre pour marcher d'une canne à corbin d'ivoire.
On appelait cette vénérable personne madame la chanoinesse Aurélie.
C'était une tante maternelle de la comtesse. Elle avait été attachée,
avant la Révolution, au chapitre des Dames d'Auteuil, et pouvait avoir
de soixante-dix à soixante-quinze hivers; mais elle se portait à
merveille, et montrait encore un enjouement et une activité d'esprit
fort remarquables. Le cordon de chanoinesse, insigne que madame Aurélie
ne voulut jamais quitter, était passé en sautoir par-dessus son ample
douillette en soie puce, et qui ne laissait pas que de lui donner un
fort grand air, en dépit de sa taille déjetée et de sa tête tremblante.

Quand elle fut assise, et que la femme de chambre eut avancé un tabouret
pour qu'elle put reposer ses pieds, des petits pieds mignonnement
chaussés de mules à talons rouges, elle congédia la fille d'un geste
amical et regarda sa nièce. Allongeant alors le bout recourbé de sa
béquille vers le bras de la comtesse, elle le tira doucement à elle, ce
qui eut pour effet d'arracher une seconde fois Clarisse aux pensées dont
le triste charme semblait incessamment l'attirer.

«Ma fille, dit-elle alors d'une voix dont le timbre agréable n'était pas
tout à fait brisé, je voudrais bien savoir ce que vous pouvez dire aux
étoiles? Est-ce que vous leur récitez une héroïde de M. Colardeau?

--Oh! ma tante, je n'y mets pas tant de cérémonie, répondit Clarisse en
affectant un air d'indifférence qui réussit assez bien; je ne fais
absolument que leur bâiller au nez.

--Vous baillez alors à coeur-joie, comtesse, si bien que les larmes, si
je ne me trompe, vous en viennent aux veux.

Clarisse rougit, et la chanoinesse sourit.

«A votre place, petite, continua celle-ci, j'irais bel et bien me
coucher. Voilà deux nuits que vous ne dormez non plus qu'un voleur. Vous
verrez que vous vous tuerez les nerfs à ce jeu-là.»

Clarisse ne put retenir une petite convulsion d'impatience, à quoi
madame Aurélie sourit encore.

«Allons, soit, se hâta-t-elle d'ajouter, ne dormons pas, puisque vous le
voulez. Aussi bien je me rappelle que nous autres femmes, lorsque nous
sommes en proie à de certains malaises, nous ne gagnons absolument rien
à dormir, attendu qu'on les retrouve en rêve...»

La chanoinesse avait une expression favorite: elle disait toujours «nous
autres femmes» depuis qu'elle ne l'était plus. Mais il faut bien passer
quelque chose aux vieillards.

Clarisse se tourna vers sa tante, lui prit la main d'un air distrait, et
la porta néanmoins contre ses lèvres; ensuite, elle s'assit sur le
tabouret où la chanoinesse, sans tenir beaucoup de place, appuyait le
bout de ses petites mules, et reposa sa tête sur les genoux de la dame.
Mais elle ne répondit à la réflexion de celle-ci que par un soupir.

«Quoi! reprit vivement, madame Aurélie, il serait donc vrai, mon enfant,
vos chagrins sont de ceux qui ne dorment pas!

--Oh! je vous en supplie, ma tante, ne me pressez pas de questions.

--Ah! mon Dieu, mais c'est inquiétant! Tu crains donc de répondre?

--Non, ma tante, fit Clarisse en hochant la tête d'un air fort grave;
mais je crains de mentir en répondant.»

La chanoinesse éclata de rire. Elle trouvait le mot comique.

«Je n'insiste pas, Clarisse, continua-t-elle d'un ton enjoué. Je sais
que les femmes ne se disent jamais entre elles que ce qu'elles veulent
bien se dire, et que finasser pour obtenir une confidence, c'est du
temps perdu; le plus court est d'attendre. Mais voilà, de ma part une
discrétion qui mérite sa récompense: tout ce que j'exige, c'est que tu
répondes sans mentir à une question que je vais te faire.»

Clarisse leva sur sa tante des yeux inquiets.

«Je la roule depuis deux jours sur mes lèvres, en la retenant comme je
peux, et sérieusement je crains qu'elle ne m'étouffe. Voilà près d'une
semaine que nous n'avons vu lord Rutland. Est-ce qu'il te boude?»

La chanoinesse regardait sa nièce en dessous, en attendant la réponse.

«On ne boude que ceux qu'on aime, fit Clarisse, comme se parlant à
elle-même, et après un moment de réflexion.

--Oh! bien! tranquillise-toi, il te boude!

--Je ne crois pas, ma tante.

--Bah! Est-ce qu'il ne l'aime plus?--Je crains davantage.

--Allons, ne vas-tu pas me faire accroire qu'il te hait?

--Oh! si ce n'était que cela!

--C'est juste, il y aurait de la ressource; mais, alors, tu me fais une
peur horrible. Quoi! il ne te hait même pas!

--Pourquoi me plaindrais-je, hélas! n'ai-je pas mérité son mépris?»

Cela fut dit avec un baissement d'yeux des plus hypocrites, à quoi
madame Aurélie leva les siens, qui pétillaient de malice.

«Ta, ta, ta, fit-elle d'un ton où perçait une ironie si fine et si
légère qu'elle dut échapper à Clarisse; vous êtes un peu bien trop
sévère pour vous-même, jolie nièce. Nous autres femmes, voyez-vous, nous
sommes les servantes très-humbles de nos coeurs. Pour ceux que nous
aimons, tant mieux; pour ceux que nous n'aimons pas, tant pis. Eh bien!
parce que vous ne réussissez pas à devenir amoureuse de Rolland, faut-il
vous enlaidir à force de pleurer. Qu'il se fasse aimer. Ce sont ses
affaires, et non les nôtres.»

Clarisse, un peu surprise d'entendre la chanoinesse parler aussi
légèrement d'un homme que la dame avait toujours paru tenir en fort
grande estime, la regarda quelques instants avant de répondre; mais le
visage de la vieille personne demeura dans un état d'impassibilité
parfaite.

«Hélas! dit alors Clarisse avec un long soupir, je n'espère plus, ma
tante. Je sens là que je ne l'aimerai jamais.

--Ah! dame, fit la chanoinesse, le coeur a comme cela des mots
irrévocables! Mais cela ne vaut pas la peine d'en mourir,» ajouta-t-elle
presque aussitôt de cette voix claire et sèche qui rappelle si bien les
grandes coquettes du siècle dernier. Elles étaient presque toutes de
l'école de Fontenelle, cet admirable égoïste qui avait le coeur plein de
cervelle, comme on aurait dit alors.

«Ce que j'ai fait d'efforts pour l'aimer, Dieu seul et moi nous le
savons.

--Eh bien! ma fille, le bon Dieu t'en récompensera.» Décidément Clarisse
était déroutée. Elle n'avait jamais vu sa tante abonder si bien dans ses
idées à l'endroit de Rutland.

«D'abord, s'il faut te parler vrai, continua la vieille madame Aurélie,
je lui trouve un défaut terrible à ton Rutland: c'est celui de n'en pas
avoir. Est-ce qu'on aime ces bellâtres accomplis où l'oeil ne sait à
quoi s'accrocher, non plus que le coeur? C'est bien assez déjà de les
admirer. Milord est un ange, un dieu, un héros, tout ce que tu voudras;
mais, nous autres femmes, nous aimons mieux les hommes.»

Ayant ainsi parlé, la chanoinesse tira de sa poche une boîte d'or, et se
fourra plusieurs pastilles dans la bouche. Clarisse commençait à bouder.
Elle ne savait que faire de sa victoire, et cela lui déplaisait
beaucoup. Aussi tâcha-t-elle de relever la bataille, pour avoir
l'agrément de combattre.

«L'essence de Rutland, dit-elle, c'est l'abnégation de lui-même.
Vraiment, ma tante, vous devriez me donner d'autres conseils. Lorsque
des raisons puissantes firent de mon mariage avec le comte de R*** une
affaire de devoir et de nécessité, lord Rutland, fixé en France depuis
quelques années, m'aimait déjà profondément; eh bien! vous le savez, ce
fut lui qui eut le courage héroïque de lever tous les obstacles et de
favoriser cette union. Ah! voyez-vous, Aurélie, il y a des coeurs qui
renaissent de leurs débris comme le phénix de ses cendres. Celui de
Rutland, brisé par la douleur, n'en devint que plus vaillant et plus
beau. Je n'aimais pas le comte, il me le fit aimer; oui, ma tante, il me
le fit aimer... Ah! je dois tout à Rutland, tout, jusqu'à mes vertus!

--Ah bah! dit madame Amélie, qui avait fini de mâchonner son cachou, ne
vous inquiétez pas de ce que vous lui devez. C'est un homme à faire
crédit toute sa vie.»

Cette réponse acheva d'irriter Clarisse, qui perdit l'espoir de plaider
contradictoirement contre Rutland.

«Je crois en vérité, dit-elle en se levant, que vous mêlez un peu de
raillerie dans tout ceci. Mais moi, madame, je parle on ne peut plus
sérieusement: Rutland m'est antipathique!

--Et à moi donc! Voilà tout à l'heure cinq ans que j'entends chanter ses
louanges. Écoute: je suis d'avis de le vouer à l'ostracisme, et qu'on
n'en parle plus.

--Mais vous ne songez donc pas, s'écria Clarisse en frappant du pied
d'un air de mutinerie charmante, que si je n'épouse pas Rutland, je suis
condamnée à un célibat éternel. Oubliez-vous que le comte me fit
promettre en mourant de ne donner ma main qu'à Rutland, si je me
remariais un jour? Je vous demande un peu, ma tante, si l'amour est de
ces choses qu'on règle comme une donation après décès! Non, non, je
n'aimerai jamais Rutland. Après cela, qu'il accepte ma main, s'il l'ose!

--On ne m'ôterait pas de l'idée que le comte, en l'arrachant cette
promesse, a eu l'intention de jouer un méchant tour à son ami Rutland.

--Mais avec tout cela, moi, je suis liée, et c'est indigne!

--Ah! ah! ah! tu es d'une simplicité pastorale, fit la chanoinesse en
éclatant de rire; as-tu peur que le défunt ne vienne le tirer par les
pieds?

--J'ai peur que lord Rutland n'invoque un jour cette promesse...

--Ah! ce n'est que cela. Eh bien! rassure-toi, ma chère fille, je vais
l'apprendre une nouvelle qui te fera plaisir. Je sais pourquoi nous ne
voyons plus lord Rutland.

--Comment cela, demanda vivement Clarisse; ne vous informiez-vous pas
tout à l'heure?...

--Une ruse, ma chère, une ruse. Je voulais savoir si le vent t'en était
venu aux oreilles. Rutland se marie...»

Une exclamation bien sèche, suivie d'un long silence, fut toute la
réponse de Clarisse. La chanoinesse s'étira sur son fauteuil, renversa
sa tête en arrière, et se mit à compter les étoiles de la Grande Ourse.
La comtesse, pendant ce temps, fit quelques tours sur le balcon.

«Et toi, Clarisse, demanda enfin madame Aurélie, quand te maries-tu?

--Moi, ma tante, où avez-vous deviné...

--Tiens! c'est apparemment dans les astres. Félicie, ta femme de
chambre, l'a bien deviné dans les cartes; pourquoi veux-tu que je sois
plus bête que Félicie?»

Clarisse rougit prodigieusement, et la chanoinesse, malgré les ombres
qui croissaient, put distinguer sur le front de la comtesse les traces
de cette émotion nouvelle.

«Oh mon Dieu! continua-t-elle, je ne vois pas de mal à ce que Félicie te
fasse les cartes. Autrefois quand il me prenait fantaisie d'aller au
couvent songer pendant quelques jours à mon saint, c'était mon seul
passe-temps un peu supportable. J'y étais devenue fort amoureuse d'un
valet de trèfle. Le lien est un valet de coeur, je sais cela. Un beau
blond, comme dirait Félicie, jeune, roué, mauvais sujet, joueur,
audacieux comme un diable, et dissipé comme une fille d'Opéra, les
antipodes de Rutland, quoi! Veux-tu que je te dise son nom?

--En vérité, ma tante... je ne sais... je vous assure...

--Allons, tu n'exigeras pas, je pense, que je sois plus discrète que tes
soupirs?

--Quoi! vous oseriez prétendre...

--Que tu es amoureuse? Oh mon Dieu! oui.

--Mais de qui, juste ciel! de qui?...

--Eh! de _lui_, donc.

--De _lui_! jamais!»

La chanoinesse, qui venait de provoquer cette naïveté charmante, partit
d'un bruyant éclat de rire, et fut obligée, pour se calmer, de puiser
une seconde pincée de cachou dans sa boîte d'or. Clarisse se mordait les
lèvres jusqu'au sang.

En ce moment, une domestique ayant doucement entr'ouvert la porte du
salon, annonça que M. Robert de Castillon venait d'arriver, et demandait
la grâce qu'on voulut bien lui permettre de présenter ses hommages à
madame la comtesse.

«Je n'y suis pas! s'écria vivement Clarisse. Je suis souffrante, je vais
me coucher, je ne puis recevoir! Faites mes excuses à M. de Castillon.»

Quand la porte fut refermée, la comtesse se laissa tomber sur une chaise
au fond du salon, et attendit, pour retourner près du balcon, d'avoir
surmonté le trouble qui l'agitait.

«Allons, Clarisse, dit tout à coup la chanoinesse après un moment de
silence, prenez-en votre parti, ma fille; je vois que vous l'aimez plus
encore que je ne pensais.

--Vraiment, madame, vous êtes ce soir d'une perspicacité... qui
m'effraie, s'écria la comtesse en relevant la tête, tandis qu'un léger
frémissement d'impatience crispait ses jolis doigts roses et effilés.

--Mais c'est l'_a, b, c_ de l'amour. Refuse-t-on de recevoir les gens
qu'on ne craint pas?»

La comtesse se leva et vint respirer l'air sur le balcon. Tout à coup
elle se tourna vers sa tante, et d'un ton décidé:

«Eh bien! oui, madame, j'aime M. de Castillon. Maintenant, ce me semble,
je suis libre d'aimer...

--Comment donc, comtesse! dit madame Aurélie en croisant ses jambes de
façon que l'une de ses petites mules se mit à danser assez
gracieusement, mais vous auriez le plus grand tort de prendre ce
garçon-là en grippe. Il a bien quelques défauts, j'en conviens, mais
l'amour raccommode tout et j'ai l'idée qu'il vous aime. D'ailleurs, il
est ruiné, complètement ruiné, et je vous assure que c'est à considérer.
Vous avez assez de fortune pour deux, et en faisant la sienne, vous vous
assurez d'avance les rênes de l'empire conjugal. Il est évident pour moi
que M. de Castillon cherche à faire une fin; c'est un homme fatigué de
plaisirs, qui ne court plus qu'après les tranquilles joies du mariage.
Ma chère, un mari comme cela, c'est un trésor; on n'a pas à craindre ses
infidélités, puisqu'il n'a plus ni l'envie ni le privilège d'en
commettre. Ah! si M. de Castillon possédait encore une fortune intacte,
une jeunesse... sans hypothèques; si c'était une de ces fraîches
primeurs comme les petites filles ont la sottise d'en rêver, je serais
la première à vous dire: Ne l'épousez pas! Mais lui, j'ai entendu dire
que ses maîtresses n'en voulaient déjà plus; ainsi ce serait jouer de
malheur.»

En achevant ces mots, la chanoinesse agita une petite sonnette qu'elle
portait dans les vastes poches de ses jupes, et sa suivante accourut à
ce bruit. Clarisse était suffoquée d'indignation; mais trop fière pour
en rien marquer à sa tante, dont elle craignait d'ailleurs l'infatigable
ironie, elle se baissa pour présenter son front au baiser que la vieille
dame y déposait chaque soir, tandis qu'elle lui disait d'un air
parfaitement étudié:

«Je suis bien joyeuse, ma tante, d'avoir votre approbation dans cette
affaire. Je craignais que votre ancienne amitié pour lord Rutland...

--Mon amitié pour Rutland n'a jamais été jusqu'à me faire oublier celle
que j'ai pour toi. Je t'ai parlé ce soir avec franchise, et c'est de
bonheur que je ta fais mon compliment d'être débarrassée de cet
amoureux. Avoue qu'il te pesait furieusement sur la conscience.

--C'est vrai, un peu, balbutia Clarisse, qui voulait tenir bon jusqu'au
bout.

--Cela t'apprend, mon bel ange, que c'est toujours une bêtise de
promettre quoi que ce soit. On ne doit rien jurer... ni jurer de rien.»

En disant ces mots, la vieille chanoinesse s'éloigna de son pas lent et
mesuré, et regagna ses appartements, frappant à temps égaux le parquet
de sa canne à corbin d'ivoire.

Madame Amélie, rentrée chez elle, fit fermer exactement toutes les
portes, et se laissa tomber plutôt qu'elle ne s'assit sur un vaste
sopha, d'une mode un peu Pompadour, qui décorait sa chambre. La, elle se
mit à rire avec un air de satisfaction très-prononcé; car, malgré ses
soixante-dix ans, c'était une personne très-rieuse et très-gaie que la
chanoinesse Aurélie.

«Dis donc. Jenny, fit-elle en se tournant vers sa femme de chambre qui
se tenait debout auprès d'elle, j'ai mis ce soir le Castillon dans un
bel état. D'abord, je lui ai fait refuser la porte, c'était essentiel à
nos projets; et ensuite, j'ai donné à la comtesse une indigestion de ce
maraud dont elle n'est pas près de guérir. Mais à propos, c'est donc
vrai ce que Félicie vient de te confier tout à l'heure?

--Très-vrai, madame. Il paraît que M. de Castillon part demain pour
l'Angleterre au point du jour, et que n'ayant pu être reçu ce soir, il a
eu l'audace de proposer à Félicie...

--Qui a eu l'audace d'accepter. Eh bien! cela va m'amuser. Mais admire
donc comme cela se trouve. Moi qui ai écrit ce matin à lord Rutland.
J'avais un pressentiment. Dès que Rutland arrivera, tu l'introduiras
ici. En attendant, je vais dormir un peu sur ce sopha.»

Et la chanoinesse s'endormit.

MARC FOURNIER. _(La suite à un prochain numéro.)_



[Illustration: deco.]

Publications illustrées.

_La Belgique monumentale, artistique et pittoresque_ (2).

[Note 2: 80 livraisons à 35 centimes la livraison, formant 2 magnifiques
volumes in-8, par MM. A. Baron, et G. Moke, André Van Hassell, Juste. V.
Joly, Gausson, Eugène Robin, avec des costumes coloriés, des grandes
planches séparées, gravées sur bois, et un nombre considérable de
vignettes. Bruxelles, A. Jamar et Ch. Hen, à Paris, Chlendouski, 13, rue
du Cimetière-St-André.]

Tous les libraires belges ne sont pas des... contrefacteurs, j'allais
employer un mot moins parlementaire. Le plus grand nombre continuera, il
est vrai, à s'enrichir aux dépens des écrivains et des éditeurs
étrangers jusqu'à ce qu'un traité trop longtemps désiré interdise enfin
leur honteux commerce; mais d'autres,--c'est un progrès que la presse
parisienne doit être heureuse de constater,--ont déjà renoncé
volontairement à des bénéfices illicites; quelques-uns enfin essaient
depuis quelques années de fonder une littérature nationale; ils éditent
des ouvrages originaux, ils font une concurrence honnête et loyale à
leurs confrères de Paris et de Londres. Quand je dis _essayent_, je me
trompe, je devrais dire ils ont réussi; un grand et légitime succès a en
effet couronné jusqu'à ce jour leurs tentatives. La Belgique entière
s'est associé en quelque sorte à cette protestation patriotique contre
la _contrefaçon_. Elle a acheté, malgré leur prix fort élevé pour un
pays où les livres se vendent d'ordinaire à si bon marché, cinq ou six
mille exemplaires des meilleurs ouvrages écrits ou illustrés par des
Belges; le gouvernement seul n'a pas fait son devoir, car il persiste à
consacrer à l'achat des livres contrefaits les sommes volées par les
chambres pour l'encouragement de la littérature nationale. Parmi les
libraires belges qui ont publié des ouvrages originaux, MM. Hen et Jamar
méritent sans contredit d'être placés au premier rang. Ces jeunes et
intelligents éditeurs achèvent en ce moment leur quatrième livre
illustré. Leur début a été des plus heureux. Ils ont d'abord commencé
par une _Histoire de la Belgique_, ornée d'un nombre considérable de
gravures sur bois.--A l'histoire de la nation a succédé ensuite, celle
de ses grands hommes: les _Belges illustres_ (3 volumes in-8).--Deux
nouveaux ouvrages, qui ne sont pas encore terminés, compléteront bientôt
ce panthéon national. L'un a pour titre le _grand Catéchisme de
Malines_, il doit renfermer, outre un texte explicatif, des dessins des
plus belles productions de l'art religieux belge en architecture, en
peinture, en sculpture, en ciselure, en orfèvrerie, en forgeronnerie,
etc. L'autre est la _Belgique monumentale, artistique et pittoresque_
qui formera deux magnifiques volumes in-8.

[Illustration: Halle d'Ypres.]

Les quatre gravures que publie aujourd'hui _l'Illustration_ ont paru
pour la première fois dans ce dernier ouvrage.

La Belgique, comme, tous nos abonnés en pourront juger, possède
d'habiles dessinateurs; seulement elle manque encore de graveurs. MM.
Ch. Hen et A. Jamar ont été obligés de faire graver quelques-uns de
leurs dessins par des artistes anglais, mais les plus beaux et les plus
importants ont dû être confiés au talent éprouvé de MM. Andrew, Best et
Leloir. Jamais peut-être les graveurs habituels de _l'Illustration_
n'avaient mieux justifié la réputation européenne qu'ils se sont acquise
dans leur art.

[Illustration: Hôtel de ville de Gand.]

Le premier de ces dessins représente une la halle d'Ypres,--cette ville
jadis si célèbre par ses, draps.--Ce monument gigantesque est dominé par
le beffroi dont la fondation remonte à l'an 1200. Commencé presque à la
même, il n'a pris ses dimensions actuelles que vers la fin du treizième
siècle. Jamais, à aucune époque, aucun peuple n'éleva à l'industrie un
palais aussi colossal. «Qu'on se figure, disent les auteurs de la
_Belgique monumentale_, quatre ailes inégales, formant un immense
trapèze dont le principal côté offre une longueur 133 mètres sur une
largeur de 15. La façade présente trois étages: d'abord une galerie
voûtée, soutenue par de fortes colonnes, et qui embrasse tout le
pourtour de l'édifice; puis une sorte d'entresol, éclairé par des
demi-fenêtres gothiques au nombre de plus de quarante; enfin les salles
supérieures, dont les belles et hautes fenêtres forment une ligne
parfaitement régulière et de l'effet le plus majestueux. Le sommet de la
muraille, crénelé comme le rempart d'une forteresse, est décoré de
riches ornements qu'a mutilés par malheur une prétendue restauration
entreprise en 1822. L'étendue du monument, l'harmonie de ses
proportions, son architecture antique et imposante, tout concourt à
produire sur le spectateur une impression profonde d'étonnement,
d'admiration et quelquefois aussi de tristesse, quand il reporte ses
regards sur la place vide et sur la cité déchue.»

_L'Hôtel-de-Ville de Gand_ serait un des plus glorieux chefs-d'oeuvre de
l'art gothique s'il eût été terminé selon le plan de maître Eustache
Polleyt, son architecte primitif. Malheureusement les guerres civiles
ont ralenti et fait abandonner la construction de ce monument qui devait
réunir à une grandeur imposante une variété et une délicatesse
d'ornements presque incomparable. L'édifice, resté incomplet, n'a qu'une
seule façade au lieu de trois, et l'étage supérieur se trouve inachevé.
En 1600, les échevins en reprirent la construction interrompue depuis
vingt années; mais le goût italien et espagnol, qui s'était introduit en
Belgique, condamnait comme barbare la magnificence du genre gothique; on
renonça au plan suivi jusqu'alors, et on bâtit à l'italienne les parties
inachevées. En conséquence, on garnit la nouvelle façade de trois rangs
de colonnes superposées, les unes doriques, les autres ioniques, et les
dernières corinthiennes, ce qui était conforme aux règles et rappelait
le palais Farnèse. Aussi les architectes prétendirent-ils que rien
n'était plus beau, «pourvu qu'on regardât l'édifice obliquement, de
manière à saisir le jeu des ombres et l'effet des grandes lignes et des
corniches.»

Les _stalles du choeur de l'église de Sainte-Gertrude_, à Louvain, sont
une des nombreuses merveilles de la Belgique. «Tout ce que le style de
la Renaissance a de plus riche et de plus touffu à la fois, dit M. July,
est jeté à profusion dans l'ornementation de ces vingt-huit stalles,
dont le fond représente des phases de la vie et de la Passion du Christ.
Le bois de chêne semble s'être assoupli sous le ciseau de l'artiste,
tant la sculpture y enhardie, facile et délicate. Chaque sujet est
entouré d'un cadre formé d'ornements entremêlés de feuilles de chêne.
Chose rare et heureuse, ces stalles ne portent aucune trace de
détérioration et semblent sortir de l'atelier du maître. Mais, si nous
en croyons des hommes compétents, l'église menace ruine, et peut-être
aurons-nous bientôt à regretter la perte de ces merveilles, dues au
ciseau de quelque modeste ouvrier du dix-septième siècle.»

Admirez maintenant la _grande place du marché_ de Bruxelles, C'est dans
l'_hôtel de ville_ que Charles-Quint a abdiqué. C'est dans la _maison du
roi_, située en face, que les comtes d'Egmont et Horn ont passé la nuit
qui a précédé leur exécution. Aujourd'hui des étalages de fruitières
occupent l'emplacement où s'éleva jadis l'échafaud de ces grands
patriotes.

_L'Hôtel-de-Ville_ de Bruxelles a été commencé en 1402. A cette époque,
la vieille maison des échevins, située sur le terrain qu'occupe
aujourd'hui la maison du roi, n'était ni assez, vaste, ni assez
magnifique pour servir de palais à la cité agrandie. On avait résolu
d'en construire une autre en face, et dès l'an 1380, on avait commencé
les achats de terrain et la démolition. En 1401 seulement furent creusés
les premiers fondements de l'Hôtel-de-Ville actuel, dont la partie la
plus ancienne fut achevée cinq ou six ans après. Ce n'était encore qu'un
bâtiment de grandeur moyenne, construit en équerre, et donnant d'un côté
sur la place, et de l'autre sur la rue de l'Étoile. Il forme aujourd'hui
l'aile orientale de l'édifice (celle qui se trouve à gauche du
spectateur), et n'a subi d'autres changements que de légères
mutilations. En 1414, on voulut l'orner d'une tour, et cette tâche fut
confiée à l'architecte Jean Van Ruysbroeck, qui prêta solennellement le
serment ordinaire de n'employer que de bons matériaux, afin que
l'ouvrage fut solide et durable. Jamais sans doute serment ne fut mieux
tenu. En dix ans, Ruysbroeck éleva jusqu'à la hauteur de 106 mètres
cette flèche hardie et colossale qui surpasse en élégance comme en
légèreté tout ce que l'art avait produit jusque-là de plus merveilleux:
c'est une pyramide à jour dont le l'aile aérien a pour couronnement un
groupe gigantesque de cuivre doré, représentant saint Michel vainqueur
du dragon.

L'aile occidentale de l'Hôtel-de-Ville n'existant point à cette époque,
cette admirable tour se trouvait à l'extrémité du bâtiment. Elle était
destinée à en former l'angle, comme on le voit encore à l'épaisseur
inégale des murs qui le soutiennent; il fallait donc, pour régulariser
la façade, ériger encore une seconde flèche à l'extrémité opposée, et
tel était, selon toute apparence, le projet de Jean Van Ruysbroeck.

C'eût été, sans contredit, un prodigieux spectacle que celui de ces deux
pyramides pareilles s'élançant l'une à côté de l'autre et rattachées
entre elles par les trois nobles étages de l'aile déjà construite. Mais
ce plan ne fut pas suivi.

On ne sait pas à quelle main fut confiée, plus lard et vers la fin du
siècle, la reprise des travaux. Le plan adopté alors consistait à
construire une seconde aile au lieu d'une deuxième tour; de cette
manière, la flèche, qui existait à l'angle, se trouva pour ainsi dire
reportée au milieu. Mais le nouveau bâtiment n'atteignit pas tout à fait
les dimensions calculées par l'artiste, soit que les magistrats eussent
reculé devant les inconvénients qu'aurait entraînés l'élargissement de
la place, soit que le terrain offrit des obstacles imprévus; de là
l'irrégularité que présente aujourd'hui l'ensemble de l'édifice, une des
ailes étant plus courte que l'autre.

On avait mis à peu près un siècle à compléter l'Hôtel-de-Ville; mais il
était digne de sa destination et pouvait satisfaire l'orgueil de la
cité. A peine fut-il achevé, il fallut songer à reconstruire l'ancienne
maison échevinale, qui menaçait ruine (1514). En même temps s'écroula un
édifice voisin affecté à la police des princes, et que pour ce motif on
appelait la Maison du Pain, et plus tard la maison du roi. Ces deux
bâtiments furent bientôt remplacés par un petit palais trop splendide
pour quelques-unes des administrations inférieures qui l'occupèrent.
Malheureusement des modifications successives lui ont enlevé en partie
l'élégance des proportions et la pureté de style qui en faisaient un
modèle d'architecture gothique.

Le bombardement de Bruxelles, du 13 août 1695, par Villeroi, maltraita
surtout les quartiers du centre et les environs de l'Hôtel-de-Ville. Il
fallut même abattre et rebâtir une partie de ce dernier édifice (le côté
méridional), ainsi que plusieurs des maisons donnant sur le
Grand-Marché.--Ce fut alors que les principaux corps de métiers
élevèrent une foule de brillants édifices, qui complétèrent la place
principale de Bruxelles telle que les étrangers l'admirent aujourd'hui,
et telle que la représente notre dessin.

[Illustration: Les Stalles de Sainte-Gertrude, à Louvain.]

_La Belgique monumentale, artistique et pittoresque_, renferme, outre un
certain nombre de grandes planches tirées à part, une foule de vignettes
intercalées dans le texte. Avons-nous besoin de vanter la perfection de
ces gravures? Leur mérite n'a-t-il pas frappé tous les yeux? Comme on
l'a vu, sans qu'il soit nécessaire de le faire remarquer, la librairie
belge, que nous appellerons _nationale_, lutte glorieusement avec les
librairies française et anglaise. Bruxelles ne se contente plus d'imiter
Paris et Londres, elle a honte de les voler; elle crée à son tour des
ouvrages originaux, elle les illustre avec le luxe, l'intelligence et le
goût qui distinguent ses deux rivales.

[Illustration: Hôtel-de-Ville de Bruxelles.]

Quand _la Belgique monumentale_ sera terminée, nous accorderons au texte
l'attention dont nous espérons le trouver digne. Nous dirons seulement,
dès aujourd'hui, que c'est un livre sérieux plein de faits intéressants,
qui mérite un examen approfondi, et qui compte parmi ses auteurs les
écrivains les plus estimés de la Belgique. Le premier volume commence
par une introduction de M. Moke; il se divise en trois parties: les
_Flandres_, le _Brabant_ et la _province de Namur_. Il contient
l'histoire et la description générales de ces trois provinces,
l'histoire et la description particulières de Gand, de Bruges,
d'Ostende, d'Audenarde, d'Ypres, de Bruxelles, de Louvain et de Namur.
Les premières livraisons du second volume sont consacrées au
Hainaut.--La France se doit à elle-même d'encourager des entreprises
consciencieuses qui auront pour résultat de mettre un terme, avant les
traités de commerce, aux terribles ravages du fléau de la contrefaçon
étrangère, et de jeter dans un intérêt général les premières bases d'une
littérature nationale en Belgique.

_Tente de Charles le Téméraire, duc de Bourgogne_, ou Tapisserie prise
par les Lorrains lors de la mort de ce prince devant leur capitale, en
14777; par M. DE SANSONNETTI, ancien élève de M. Ingres (3). In-folio de
20 pages, avec 6 grandes planches gravées sur cuivre.

[Note 3: Nancy, Grimblot; Paris, Leleux. En noir, 6 fr.; Colorié, 25
fr.]

Depuis plusieurs années, l'étude des monuments de notre histoire et de
ceux qui témoignent des arts cultivés par nos aïeux s'est propagée de la
capitale aux provinces. «La ville de Nancy en offre une preuve
irrécusable, dit M. Sansonnetti. Si le peu qui nous reste de ses
anciens monuments doit tôt ou tard subir la commune destinée des choses
d'ici-bas, ce ne sera pas sans qu'il en reste des souvenirs; et s'ils ne
se montrent pas debout aux générations futures, au moins les
retrouveront-elles fidèlement dessinés et soigneusement décrits.--Je
n'épargnerai rien, ajoute-t-il, pour qu'il en soit ainsi de la tenture
qui décore deux salles de la Cour royale de Nancy.»

Dans l'introduction explicative qui accompagne ses six planches gravées,
M. Sansonnetti essaie de démontrer que cette tenture très bien
réellement «une des dépouilles du petit-fils de Jean sans Peur, et que
l'étang glacé de Saint-Jean-du-Vieil-Atre a eu sa part dans l'immense
butin semé sur les bords des lacs de Morat et de Neufchâtel.»

L'origine de cette tenture établie, il nous donne quelques détails sur
son état actuel, il explique les scènes qu'elle représente; il termine
enfin en exprimant le voeu que l'établissement d'un musée lorrain
permette de rassembler dans un meilleur ordre ce qui reste de la
tapisserie de Charles le Téméraire, et d'exposer plus convenablement
qu'un Palais-de-Justice et dans une salle inaccessible au public ces
glorieux trophées de notre histoire nationale.



Physiologie de la Robe.

La femme de goût se met toujours bien, et la femme qui se met bien porte
nécessairement son attention sur les trois points saillants de sa
personne, savoir: la tête, les mains et les pieds. Elle sait que sa
coiffure, sa chaussure et ses gants ne doivent rien laissera désirer
sous le rapport de la grâce et de la fraîcheur, soit parce que les
parties extrêmes du corps attirent naturellement le regard, soit parce
que ces extrémités ont en propre une physionomie qu'on est curieux
d'interroger.

Toutefois, les soins indispensables dans les détails de la toilette
n'empêchent pas la femme de goût de choisir avec le plus grand
discernement la robe dont elle a besoin ou fantaisie. Instruite par
expérience ou par intuition de l'analogie qui peut exister entre le
vêtement et la personne qui le porte, elle emploie son tact et sa
perspicacité à réunir dans une robe le mérite de la couleur, du dessin,
de l'étoffe et de la forme, comme à approprier ces divers mérites à son
âge, à sa taille, à ses habitudes et à sa position.

La couleur préférée semble être en effet un reflet du caractère. Voyez
la femme vive, alerte et gaie des pays méridionaux, elle penche pour les
couleurs riantes et bien tranchées. Celle du Nord, froide et sérieuse,
incline pour les tons sévères ou pour les nuances habilement fondues. La
femme douée de force et d'énergie, celle qui aime l'éclat et le bruit,
celle que l'on peut taxer de méchanceté (si toutefois il y a des femmes
méchantes), montre d'ordinaire un goût décidé pour la bigarrure du
l'ajustement, pour les couleurs saillantes que l'on aperçoit de loin.
La femme modeste, au contraire, et que domine la raison, recherche par
instinct les couleurs foncées. Et remarquez, pour preuve de cette
analogie, que les professions graves, les sentiments tristes, la
pauvreté, la vieillesse, ont communément adopté pour livrée, le noir, le
brun, le violet; tandis que la joie, l'espérance, la jeunesse, la
fortune, se paient du blanc, du vert, de bleu et de roue. Ajoutons
encore qu'il est des couleurs qui semblent rapetisser, amincir le corps,
d'autres qui le rendent en apparence plus volumineux de tous points; que
quelques-unes, s'harmonisent avec le teint, donnant un nouvel attrait à
la figure; que certaines autres l'assombrissent et lui prêtent un air
maladif, parce qu'elles projettent des demi-teintes qui en détachent les
plans. Le choix des couleurs convenantes dans le vêtement nécessite donc
un vif sentiment de l'art, ou bien une coquetterie très-entendue.

Or, la même science est applicable au dessin d'une robe. Le goût, placé
ici dans des conditions tout à fait semblables à celles que nous venons
d'analyser; le goût, disons-nous, doit opter, suivant les mêmes règles,
pour les grands ramages ou les semis délicats, pour les carreaux ou les
rayures.

En principe, les carreaux ne produisent un bon effet que sur les femmes
qui présentent une grande surface, tandis que les rayures conviennent à
toutes. L'oeil suit volontiers ces lignes qui, s'étendant de la base au
sommet du corps convergent autour de la ceinture et s'épanouissent
ensuite avec grâce sur la poitrine et sur les épaules. Depuis le
perfectionnement de toutes les choses usuelles, les dessins des étoffes
sont très-corrects et marqués par de brillantes couleurs. Il ne s'agit
que de distinguer dans le nombre ceux dont les nuances bien combinées
forment un tout harmonieux doux et velouté qui charme le regard et fait
que chacun s'écrie: Oh! la jolie robe!

Au lieu de se draper indifféremment dans la première étoffe venue parmi
celles que fait surgir la mode, la femme de goût, pour qui cette mode
n'est qu'un thème varié, a grand soin de ne prendre que ce qui lui sied
le mieux. Est-elle chargée d'embonpoint, elle ne se risque pas à grossir
son volume par des tissus épais tels que le pékin, le velours, le damas;
mais elle tâche de réduire ses formes sous le cachemire, le barége, la
gaze et le crêpe bien soutenus. Est-elle maigre, difforme, petite, elle
évite prudemment de porter une robe molle et collante; jalouse, au
contraire, de suppléer à son grêle physique, elle emprunte à des étoffes
fermes l'ampleur du contour.

L'apparence des étoffes mauvaises est un abus de l'industrie dont les
résultats nous ont souvent frappé. A moins d'être dans une de ces
situations malheureuses où l'un songe plus à vêtir qu'à se bien vêtir,
le _bon marché_ n'est qu'un leurre ou plutôt un piège dont il faut se
préserver. Suivant les déductions qui peuvent se tirer de toutes choses,
il nous a toujours semblé reconnaître que les femmes amateurs de ces
sortes de robes pèchent par l'intelligence ou le sens commun, puisque
deux, quatre, dix expériences ne les empêchent pas d'être dupes de leur
prétendue économie, qui n'est au fond que du gaspillage. Il nous a
semblé encore que cet engouement pour les étoffes trompeuses dénote un
goût vulgaire, parce que la femme qui se met bien aime à jouir avant
tout de son propre suffrage, qu'elle ne cherche point à surprendre les
yeux par le faux et le clinquant, qu'elle ne veut être que ce qu'elle
paraît (une femme de goût), et qu'elle ne veut paraître que ce qu'elle
est (en fait de costume bien entendu).

Dirons-nous maintenant l'effet que produit une robe trop courte ou une
robe trop longue. Nous avons peur d'abuser de la complaisance des
lecteurs et cependant que de choses à étudier dans la coupe d'une robe!
Voyez comme cette queue traînante donne un faux air de grandeur à telle
femme qui traverse le péristyle du château. C'était jadis une fille
assez enjouée qui nous arriva un beau jour de l'autre monde (l'Amérique)
pour vendre à nos enfants son savoir musical, et la voilà montée, de
tierce en quinte, au diapason de la cour citoyenne. Grace à la queue
majestueuse de sa robe, elle n'a besoin aujourd'hui ni d'esprit, ni de
bonté, ni d'aucune valeur personnelle, car il ne s'agit de rien moins
que d'une queue _diplomatique_. Place, place! c'est une
quasi-ambassadrice qui passe--Considérez ailleurs cette petite femme
dont la jupe écourtée laisse apercevoir une jambe presque andalouse: Au
trouvez-vous pas qu'avec un air aussi dégagé, elle promet d'aller
loin?--On raconte qu'une duchesse de création nouvelle étant sur le
point de prêter serment devant l'empereur, toute la gent courtisane fut
en émoi pour une affaire grave. Il s'agissait de savoir si la grande
dame pouvait se présenter en robe _courte_, après qu'il avait été
décrété que la _robe à queue_ serait du rigueur pour ces sortes de
représentations. M. de Talleyrand, qu'on alla consulter comme l'arbitre
suprême, répondît d'un ton malin: «Je conviens que la robe de madame la
duchesse est un peu courte pour prêter un serment de fidélité.»
Néanmoins, l'histoire dit qu'on passa outre en cette circonstance, et
que l'Empereur daigna fermer les yeux sur la faute d'étiquette.

Un fait incontestable, c'est qu'à l'aspect d'une femme on éprouve une
sensation agréable ou déplaisante selon que sa mise est propre,
élégante, convenable, ou bien qu'elle est dépourvue de ces qualités.
La robe peint en partie le moral. Telle femme qui, malgré son état
d'aisance, porte des robes fripées, malpropres, trahit son désordre, sa
paresse, sa parcimonie; telle qui, alternativement, donne dans les deux
extrêmes de la toilette, montre le peu de liaison qui existe dans ses
idées. D'où il faut conclure, sauf quelques réserves, que cet axiome
physiologique; «L'habit c'est l'homme,» peut être retourné ainsi; «La
robe, c'est la femme.»

Terminons ces remarques par ce récit d'une aventure appropriée au sujet.

Mademoiselle Clémence Norveins avait atteint sa vingt-quatrième année
sans pouvoir capter un mari. Sa dot était cependant honnête, sa figure
agréable et son caractère fort doux; mais il lui manquait tout ce qui
constitue une taille bien faite, et les graves défauts de son corps
n'ayant été ni réformés ni dissimulés, il ne s'était trouvé aucun jeune
homme dans le département qui voulut s'en accommoder. Pour mettre fin à
une situation si critique, mademoiselle Clémence supplia son père du la
conduire à Paris, auprès d'une tante qu'elle désirait connaître, et que,
dans sa politique, elle jugeait un moyen excellent pour arriver à l'état
de mariage.

Madame de Ternon était précisément une de ces bonnes tantes, qui, tout
à fait maîtresses d'elles-mêmes, ouvrent à la fois leurs bras, leur
maison et leur bourse à la progéniture fraternelle.

A peine la jeune provinciale fut-elle installée en si bon lieu que déjà
une influence puissante avait agi sur tout son être. A force de
s'entendre dire que l'art peut suppléer à la nature, que le goût
transforme toute chose, mademoiselle Clémence avait emprunté aux modes,
habilement façonnées, tous les charmes qu'elles possèdent. Sa couturière
lui avait enseigné _tant de secrets_, la tante était si généreuse, qu'en
très-peu de temps, grâce au _cachet parisien_, la transformation fut
complète, du moins en apparence. Tous ceux qui voyaient mademoiselle
Norveins pour la première fois (madame de Ternon l'avait tenue
prudemment en charte-privée pendant trois semaines), vantaient de
confiance l'élégance de sa taille, la fine cambrure de ses reins, la
forme avantageuse de son buste, la grâce parfaite de son maintien. Des
louanges si nouvelles pour la provinciale épanouirent, comme bien on le
pense, son visage, qui, dès lors, acquit une physionomie animée,
radieuse, et par conséquent fort piquante.

Un veuf de trente-cinq ans, très-riche, nommé M. Saint-Martin, occupait
une loge à l'opéra, tout à côté de celle de madame de Ternon. Il vit
mademoiselle Norveins, la considéra de la tête aux pieds avec la plus
minutieuse attention; et, satisfait de son examen (car il tenait
par-dessus tout à ce qu'une femme fût bien faite); il se fit présenter
chez la tante avec l'arrière-pensée de convoler en secondes noces. En
effet, lorsqu'il se fut bien persuadé, dans toute la partialité de
l'amour, que la demoiselle joignait une foule d'agréments à ceux qui,
d'abord, l'avaient séduit, il la demanda en mariage, et l'obtint.

Peut-être croyez-vous, comme nous, bénévole lecteur, que, par probité ou
par délicatesse, on aurait du arrivé à ce point, ménager doucement la
vérité au bon jeune homme, qui se trouvait pris comme dans un rets! Mais
il n'en fut rien. Il fallait un mari.--Celui-ci était charmant.--Quoi de
plus heureux, et surtout quel triomphe!--Oui, triomphe d'un jour; mais
quel lendemain que celui de pareilles noces!--Le soir donc que vous
savez, la mère de M. Saint-Martin procéda, suivant les convenances, à
l'installation de sa bru dans la chambre nuptiale. La mariée avait pris
tout à coup un air si sérieux et si contraint, que la digne matrone,
pénétrée de sa tâche, crut devoir employer, pour la remplir, les
câlineries les plus affectueuses.--Voyant enfin l'inutilité d'une plus
longue résistance, la jeune femme s'abandonna en soupirant, et les yeux
baissés, aux soins de sa camériste, et le déshabillé commença.

Qu'on juge de la stupéfaction de la belle-mère, pendant que la mariée se
dépouillait peu à peu de ses charmes postiches!--Ce fut d'abord une robe
qui recelait de toutes parts des couches mystérieuses de ouate, et sans
laquelle il ne paraissait plus de formes à l'endroit du corsage, ni de
parité entre les épaules.--Puis un objet ignoble qui, se détachant des
reins, laissa voir dans toute sa platitude ce corps anguleux et mal
bâti.--Ensuite vint le tour du corset baleiné, rembourré devant et
derrière, corset-monstre, chef-d'oeuvre de l'art, dont le faux
témoignage avait soutenu avec effronterie celui de la robe.

A l'aspect de cette femme si contrefaite, la belle-mère, saisie de
dégoût et charmée en un sens de justifier le mécontentement que lui
avait causé ce mariage, n'eut d'autre pensée que d'instruire aussitôt
son fils de la déception qui l'attendait.

Bouillant de colère, M. Saint-Martin se fait annoncer auprès de sa
femme; et, d'un air qui fit enfuir la camériste, il dit en entrant dans
la chambre ce peu de mots: «Madame, vous m'avez indignement trompé.
Apprenez qu'en me mariant je ne comptais pas épouser _une robe_. Vous
m'entendez?... cela suffit. Dès demain, sans bruit, sans éclat, nous
nous séparerons pour toujours. Vous partirez pour la campagne.
J'entreprendrai, de mon côté, un long voyage pour me distraire de la
perte de mes illusions.»

Ce ne fut qu'après un certain espace temps, lorsque l'isolement lui
devint insupportable et que les douleurs d'un rhumatisme aigu
l'importunèrent sans relâche, que M. Saint-Martin se prit à regretter
profondément son union rompue.

Il se dit avec raison que la femme la plus mal partagée au physique ne
laisse pas que d'être souvent une compagne utile et bonne, et, qu'après
tout, il avait été dur envers la sienne.

Ces réflexions portèrent bientôt leur fruit: un raccommodement parfait
s'opéra entre les deux époux; seulement, quand, par hasard, madame
Saint-Martin faisait remarquer à son mari une femme de tournure
gracieuse, celui-ci répondait d'un air distrait; «Hum! je ne m'y fierais
pas.»



Correspondance.

Ceux de nos abonnés qui nous adressent leurs réclamations sous forme de
rébus sont priés de vouloir bien mettre la traduction à côté.

A MM L. et S.--Nous n'avons pas envoyé la _Table de Matières_ du tome
1er à nos abonnés. Nous l'avons fait imprimer seulement ceux qui font
collection du journal: on la trouve, ainsi que la couverture du volume,
chez tous les libraires au prix de 35 centimes.

A M. A. D. F., à Mayence.--Il y a des choses qu'on ne peut pas faire et
que nous ne ferions pas si elles étaient possible. Vos compliments sont
acceptés comme ils sont offerts.

A M. K., à Concarneau.--Nous insérons votre lettre. La leçon ne nous a
pas fait rougir. Continuez, monsieur, à cultiver une science si
agréable; nous applaudirons à vos succès et ferons des voeux pour
l'avancement de vos collègues.

A M.--Il est prié de vouloir bien faire reprendre sa musique, que l'on
trouve originale ainsi que les paroles.



[Illustration: Figure allégorique de Janvier.]



Mode

Les jours d'hiver tout le monde est enveloppé sous les manteaux et les
fourrures. Mais, le soir venu, on quitte les chauds vêtements pour les
robes décolletées, la gaze, le satin, le velours: on se pare de bijoux
et de fleurs naturelles.

Les lustres s'illuminent, la foule encombre les salons, les éventails
s'agitent: c'est le moment de faire nos observations.

Nous voyons d'abord une jeune femme portant une couronne de fleurs; sa
robe est en satin, garnie de chaque côté par deux rangs en dentelle
séparés par un plissé de rubans; elle a une berthe qui entoure sa taille
très-gracieusement.

[Illustration.]

Puis des robes à deux ou trois jupes forment des nuages légers qui
passent dans les quadrilles.

Les robes en satin uni ou en damas à fleurs sont toutes ouvertes devant
en tablier; par exemple, une robe de velours épinglé est ouverte sur un
tablier de satin blanc; des rubans sont disposés en carreaux qui sont
attachés de chaque côté par des noeuds de rubans; ou bien encore une
robe de satin à fleurs sera ouverte de chaque côté sur une bande de
satin uni, où bouillonne un tulle retenu de distance en distance par des
coques en rubans, ou quelquefois un bouquet de fleurs. Une robe de satin
blanc est relevée d'un côté par une suite de camées qui se terminent à
la ceinture; le dessous, qui est aussi en satin, laisse voir un haut
volant en dentelles. Les petites manches ont une draperie bordée de deux
rings de dentelle; des camées la retiennent au milieu. Partout de
gracieuses et riches parures, et puis enfin les tuniques légères
disparaissent; les robes de satin, les bijoux, les fleurs, aussi; les
derniers accords résonnent, la soirée est terminée. A demain d'autres
têtes et de nouvelles parures.



_A M. le directeur de_ l'ILLUSTRATION.

Monsieur,

Je suis rentier, j'habite Concarneau, et je m'y ennuyais un peu, car
j'ai longtemps vécu à Paris et mes souvenirs m'y reportaient sans cesse.
Depuis que _l'Illustration_ paraît, je ne m'ennuie plus; je revois tout
ce qui m'a charmé dans la capitale et j'assiste aux événements qui s'y
succèdent journellement. Mais je dois le dire, ce qui me plaît le plus
dans votre journal, ce sont les _Rébus_. Dès que le numéro arrive au
café de lu place, je déchire l'enveloppe et je vais droit à l'énigme; je
la contemple longtemps pour la graver dans ma mémoire; souvent je la
copie et je l'emporte avec moi. Dans mes promenades, le rébus
m'accompagne; il occupe agréablement mon esprit, il exerce mon
intelligence sans la fatiguer. Quand j'ai deviné, je reviens au café
dans la journée, et je jouis en voyant les habitués qui tendent sans
succès leurs fibres cérébrales. Après de longs efforts, il finissent
toujours par s'avouer vaincus par le Sphinx; alors je prends la parole
et je dégage lentement la phrase de ses enveloppes hiéroglyphiques.

Mais je ne devine pas toujours; le brigadier de la gendarmerie et un
professeur du collège sont quelquefois plus heureux que moi. Cependant
je vous ferai remarquer que le professeur n'a jamais pu deviner
_Agamemnon, général des Grecs_, etc. Moi, j'avais trouvé, et je lui
disais pour le mettre sur la voie: «C'est de votre ressort, professeur,
le rébus est dans Sophocle».

Je triomphait trop tôt: comme du coutume, j'avais lu le premier le rébus
du 23 décembre, et voyant qu'il y avait de l'eau et un rocher, j'étais
allé me promener sur le bord de la mer pour y chercher des inspirations.
Vers midi, je revins au café sans avoir rien trouvé, Les autres habitués
n'avaient pas été plus heureux. Ce soir-là, on fit une incroyable
dépense de sagacité jusqu'à neuf heures, heure à laquelle on se couche à
Concarneau.

Le lendemain, le professeur était au café plus tôt que de coutume.
C'était de mauvais augure. N'étant pas marié, il avait profondément
réfléchi toute la nuit, et au point du jour, le problème était résolu.
Époux et père, je me consolais en songeant qu'il avait abusé des
avantages de sa position antisociale. Mais quand le numéro suivant vint
avec le mot de l'énigme, je restai confondu; car non-seulement le
professeur avait deviné, mais il avait deviné mieux que l'auteur du
rébus, homme de génie cependant, mais qui n'a pas vu tout ce qu'il y
avait dans son oeuvre. De même Homère (autre homme de génie) n'a pas
aperçu l'Éneide dans l'Odyssée; de même Papin (autre homme de génie,
mais dans un genre différent) n'a pas trouvé des locomotives et des
bateaux à vapeur au fond de sa marmite. Le créateur n'a vu dans son
rébus que _Moïse sauvé des eaux_. Il y a bien mieux; il y a: _Moïse
sauvé des eaux par une princesse et sa suivante, au bord du Nil (d'une
île)_. Que dites-vous de la leçon du professeur? comme cela est complet!
comme dans cette savante hermenentique toutes les parties du dessin sont
judicieusement interprétées et clairement exprimées! Rien n'est omis,
rien n'est ajouté; c'est fidèle comme un thème, précis comme une
version. Aussi, vous le voyez, je proclame moi-même la victoire de mon
rival, et je suis fier d'avoir été vaincu par un savant qui traduit les
rébus mieux que ceux qui les font.

J'ai l'honneur d'être, monsieur le Directeur, votre très-humble
serviteur,

Johan Kermadek.

_P. S._ Le professeur a vu ma lettre; il en est enchanté, car il
voudrait être placé à Paris et sollicite auprès de M. Villemain, qui lui
accordera certainement sa demande s'il est abonné à _l'Illustration_.
Alors je serai le Champollion de Concarneau. Le brigadier ne compte
réellement pas; il n'a encore pu trouver que celui de _la nuit tous
chats sont gris_ (30 septembre). Cela tient à ce qu'il s'en aperçoit
souvent dans ses expéditions contre les réfractaires.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Agréez, cher abonné, nos souhaits de bonne année: les petits cadeaux
entretiennent l'amitié.

[Illustration: nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0045, 6 Janvier 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home