Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les Explorateurs du Centre de l'Afrique
Author: Durand, l'Abbé (Durand, Édouard-Joseph), 1832-1881
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les Explorateurs du Centre de l'Afrique" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



     ASSOCIATION FRANÇAISE
     POUR
     L'AVANCEMENT DES SCIENCES

     CONGRÈS DE LILLE

     1874


     [Illustration]

     PARIS
     AU SECRÉTARIAT DE L'ASSOCIATION
     76, rue de Rennes.



     ASSOCIATION FRANÇAISE
     POUR L'AVANCEMENT DES SCIENCES
     --CONGRÈS DE LILLE--1874--


M. l'Abbé DURAND

Vicaire de l'église métropolitaine de Paris, Archiviste-Bibliothécaire
de la Société de géographie.

LES EXPLORATEURS DU CENTRE DE L'AFRIQUE

--Séances des 24 et 26 août 1874.--


L'Afrique centrale a certainement été connue des anciens Égyptiens.
L'Égypte seule avec sa vallée du Nil, ses déserts de Nubie et de Libye
n'est pas une base suffisante pour expliquer la puissance des
pharaons, des Sésostris et des Ptolémée. L'Égypte de cette époque
était vraisemblablement un grand empire africain dans lequel ces
souverains trouvèrent les soldats nécessaires aux armées avec
lesquelles ils s'avancèrent jusqu'à l'Inde. Plus tard, l'empire
d'Éthiopie se forma des débris de celui-ci. Il possédait encore au VIe
siècle de notre ère une partie de l'Arabie, sa puissance devait donc
renfermer une partie de l'Afrique. Au XVe siècle, les Portugais
s'emparèrent de tout le littoral africain depuis le Maroc jusqu'en
Abyssinie; ils y échelonnèrent un grand nombre de colonies
florissantes qui passèrent successivement entre les mains des
Hollandais et des Anglais, ou retombèrent sous le pouvoir des
musulmans. Certainement les Portugais connaissaient les grandes routes
de l'intérieur de ce continent. Leurs missionnaires, leurs commerçants
et leurs voyageurs allaient du Congo au Mozambique, et de la côte de
Guinée au Zanzibar, à Monbaça et à Sofala. Après la ruine de leur
puissance, les Anglais préoccupés par des guerres incessantes avec la
France ou la Hollande, n'occupèrent que les points du littoral utiles
à leurs intérêts les plus pressants, mais ils négligèrent le centre de
l'Afrique. Alors les routes intérieures furent oubliées, et le
commerce de ces contrées retomba entre les mains des Arabes qui en ont
conservé le secret jusqu'à nos jours.

Le centre de l'Afrique n'est pas aussi désert qu'on le croit
ordinairement. C'est un vaste bassin au fond duquel s'étendent des
lacs immenses aux bords ombragés de magnifiques forêts semblables à
celles de la vallée de l'Amazone, et peuplées de troupeaux immenses
d'éléphants, de rhinocéros, de gazelles, de girafes, de zèbres et
autres animaux auxquels le lion fait une guerre perpétuelle.

Ces lacs sont au nombre de sept principaux; ils sont alimentés par les
eaux torrentielles de la zone équatoriale. Ce sont: le Tanganika, le
Bangweolo, le Moero, le Moura, le lac Sans Nom, le Victoria et
l'Albert Nyanza. Ils forment les réservoirs des grands fleuves qui
arrosent le continent africain, tels que le Congo ou Zaïre, l'Ogovai,
le Niger sur la côte occidentale, le Zambèse et autres sur la côte
orientale, et enfin le Nil dont les sources multiples semblent se
cacher à plaisir aux investigations des explorateurs.

On dirait le lit d'une mer ancienne dont les eaux se retirant
insensiblement se sont réduites aux bassins de ces lacs qui témoignent
de son existence. Ces contrées riches et fertiles sont habitées par
des peuples noirs très-nombreux et très-féconds. Depuis des siècles
elles sont le réservoir principal de la traite des esclaves qui ont
été introduits dans presque toutes les parties du monde. Les maladies,
les guerres incessantes de tribu à tribu devraient y avoir fait le
désert depuis des siècles.

Il n'en est pas ainsi; les voyageurs modernes ont été d'étonnement en
étonnement à mesure qu'ils avançaient vers les régions du centre, et
l'Europe, habituée à regarder l'Afrique comme un Sahara interminable,
crut rêver en entendant la révélation des magnificences et du nombre
des populations de l'intérieur de ce continent.

Le centre de l'Afrique a été exploré par les Portugais et évangélisé
par les missionnaires jésuites et dominicains de cette nation. Ceux-ci
connaissaient la région des grands lacs, ainsi que le prouve la carte
chinoise d'Afrique construite par le père Verbiest, jésuite, directeur
du tribunal des mathématiques de Pékin, sous le règne de Kang-Hi.
Cette carte est exposée dans le vestibule de la maison des jésuites de
Paris, rue de Sèvres. En 1662, l'un d'eux traversa l'Afrique d'Angola
à Mozambique en suivant les vallées du Congo et du Zambèse.

En 1797, les Portugais essayèrent de retrouver les routes suivies par
leurs aïeux. Un marchand d'esclaves de cette nation établi à Tête, sur
le Zambèse, noua de nouvelles relations avec l'empereur du Monomotapa.
En conséquence, la cour de Lisbonne y envoya le docteur Lacerda,
astronome distingué, chef de la commission des limites entre le Brésil
et le Pérou, avec une expédition chargée d'explorer le centre Afrique.
Le 12 mars 1797, il entrait dans le Zambèse, remontait ce fleuve
jusqu'à Tête, atteignait le Tchambèze et venait mourir à Loucenda,
capitale de Lounda. Quelques années après, de 1802 à 1814, deux
_pombeiros_ d'Angola, ou esclaves marchands, firent plusieurs fois le
voyage d'Angola à Tête. Ils traversèrent les rivières Louapoula et
Loufiré. Leurs itinéraires donnèrent lieu à des travaux importants de
la part des géographes.

A partir de cette époque jusqu'en 1831, le silence règne complètement
pour l'Europe sur le centre de l'Afrique. Du reste, il faut dire que
les Portugais ont trop caché leurs découvertes et en ont gardé
précieusement le secret.

En 1831, le major Monteiro et le capitaine Gamitto reprenaient le même
itinéraire, exploraient les monts Montchinga ou Movisa (1,200 à 2,100
mètres d'altitude), visités par Livingstone dans ces dernières années,
et confirmaient les travaux de leurs devanciers. Après ces expéditions
dont les dernières ont été inspirées par les Anglais, ceux-ci prenant
pour base les explorations portugaises, envoyèrent le docteur
Livingstone, membre de la Société royale britannique de géographie
reconnaître l'Afrique centrale. Cet illustre voyageur commença ses
voyages en 1846 et succomba sous le poids de ses fatigues en 1873, à
Lobisa.

Il attaqua d'abord l'Afrique par le cap de Bonne-Espérance, et, de
1849 à 1851, il fit, en compagnie de sa femme et de ses enfants, deux
voyages au pays des Betchuanas au N. du cap de Bonne-Espérance. Dans
une première excursion, au delà du désert de Kalahari, il découvrait
le petit lac Lgami; puis, à sa seconde excursion, il entrait dans une
contrée fertile arrosée par un grand fleuve, le Zambèse. De retour à
la ville du Cap, il renvoya sa famille en Angleterre, et se consacra
totalement aux explorations géographiques, à l'aide des anciens
itinéraires portugais.

D'abord, il remonta le Zambèse, et escorté d'une troupe de Malakolos,
habitants du cours inférieur de ce fleuve, traversa en six mois le
continent africain jusqu'à Saint-Paul de Loanda (1854) et revint à son
point de départ. C'est un voyage de 800 à 900 lieues. A son deuxième
voyage (1858-1864), il reconnut les contrées situées au nord de ce
fleuve et découvrit le lac Nyassa ou Maravi, qui mesure environ 80
lieues de longueur et communique avec lui par le Chiré, un de ses
affluents (1859). Voulant ensuite éclaircir la question des sources du
Nil, dans un troisième voyage (1865), il partit de la côte de
Zanguebar et s'engagea par le fleuve Rovuma, déversoir du Maravi, dans
l'intérieur du continent (1866). Il atteignit successivement Bemba
(1867) par 10° 10' de lat. australe, localité située entre le Nyassa
et le Tanganika, et Loucenda, capitale du Lounda ou Cazembé, située
par 8° 30' de lat. N. et 26° de long. E.

C'est dans cette expédition qu'il découvrit les lacs Bangweolo par 8°
30' de lat. S. et 26° de long. E. de Paris (1860) et _Moero_ au S.-O.
du Tanganika, signalé en 1856 par le Portugais Graça et en 1851 par le
Hongrois Ladilas Magyar, ainsi que le système hydrographique du
Tchambèse, du Louapoula et du Loualaba.

Pendant cette période, il releva également une partie des bords des
lacs Tanganika et Liemba. C'était toute la région inconnue des
Manyouemas (1871) comprise entre les troisième et sixième degrés de
lat. S. Les correspondances de Livingstone ayant été interceptées par
les Arabes négriers, on resta trois ans sans recevoir de ses
nouvelles; on le crut mort, on organisa des expéditions. C'est à
Oudjidji, petit port de la rive occidentale du Tanganika, que le
reporter américain Stanley le retrouva pendant qu'une caravane
anglaise s'organisait lentement à Zanzibar pour aller à sa recherche.
Pendant quatre mois, du 10 novembre 1870 au 14 mars 1872, ces deux
voyageurs explorèrent ensemble la partie septentrionale du Tanganika
et constatèrent que, très-probablement, ce lac avec son annexe le
Liemba forme un bassin fermé, complètement indépendant de ceux du Nil
et de tous les autres fleuves de l'Afrique. Après cette expédition, M.
Stanley quitta Livingstone à Tabora, capitale de l'Unyanyembé, et
reprit le chemin de l'Amérique (1872). Livingstone continua ses
travaux autour du Tanganika et vint mourir des suites de la
dyssenterie, à Lobisa, dans le bassin du Tchambéze, vers le 15 août
1873. Son corps, salé et séché au soleil, a été rapporté par les noirs
à Bagamoyo et envoyé en Angleterre, où il repose dans l'abbaye de
Westminster.

Pendant que Livingstone explorait l'Afrique australe, d'autres
expéditions anglaises partaient de la côte du Zanguebar et
s'avançaient dans l'intérieur du continent. Déjà les missionnaires
protestants allemands de l'île de Mombaz avaient découvert les
montagnes de Kenia et du Kilima-Njaro, gravies par le savant voyageur
allemand, baron de Decken, et signalé d'après les récits des noirs
l'existence de grands lacs à l'O. de celles-ci. Sur ces indications,
le capitaine Burton et le lieutenant Specke vinrent ouvrir une
nouvelle voie entre le Zanguebar et la région des lacs. Ils partaient
de Bagamoyo en juin 1857 et arrivaient le 7 novembre suivant à Tabora
ou Caseh, localité fondée par les traitants arabes, à 250 lieues
environ de la côte. Or, le 13 février 1858, Burton, franchissant le
sommet d'une colline, voyait se dérouler tout à coup, à 7 ou 800
mètres sous ses pieds, une immense nappe d'eau encadrée de hautes
montagnes vers l'O. C'était le Tanganika.

Fatigués et dénués de ressources, les deux voyageurs revinrent à
Tabora, d'où Specke, plus valide, mais atteint d'une ophthalmie,
s'avança au N. à la recherche d'un autre lac signalé par les traitants
arabes. A 60 lieues dans cette direction, il reconnut en effet les
bords méridionaux d'un lac plus vaste que le précédent, appelé
Keréoné par les noirs, et lui donna le nom de Victoria. Dès lors, il
eut la conviction que ce lac était l'un des principaux réservoirs du
Nil. Les deux voyageurs retournèrent en Angleterre, mais Specke,
commissionné par la Société de géographie britannique, revint avec le
lieutenant Grant continuer les explorations ébauchées de ce côté.
Arrivés à Tabora le 24 janvier 1861, les deux explorateurs ne purent
atteindre qu'à la fin de l'année le mont Karagoué, qui limite au S. O.
et au S. E. le bassin du Victoria. Specke constata l'existence d'une
ligne de partage au N.-O., entre ce lac et le Tanganika et lui donna
le nom de Montagnes de la Lune, que la tradition place aux sources du
Nil. Il suivit ensuite un cours d'eau qui s'échappe du lac par une
cataracte de 200 mètres de hauteur et acquit la conviction par les
récits des indigènes qu'il traversait la partie septentrionale d'un
autre lac moins grand, le Loutan-Nzigé, situé à l'ouest du premier. Il
le retrouva dans le pays des Baris, non loin de Gondokoro.

Il avait découvert le véritable Nil. Ainsi se trouvait confirmée la
tradition de l'antiquité consignée dans les cartes de Ptolémée. Il y a
seize siècles, ce géographe faisait sortir le Nil de deux mers
intérieures. Quelques jours après, Specke et Grant arrivaient à
Gondokoro, où ils rencontraient sir Baker marchant à leur rencontre,
mais qui les croyait encore très-éloignés de cette localité.

Les tentatives d'exploration du centre Afrique par la voie du Nil
datent de très-loin. Sans nul doute, l'antiquité a connu et pratiqué
toute la vallée de ce fleuve. Il eût été bien étonnant que des peuples
entreprenants comme l'histoire nous en montre, n'eussent pas été
tentés de demander au cours du Nil les secrets des contrées où il
prend naissance. Aussi, les Romains tentèrent-ils d'en remonter le
cours. Sous Néron, une expédition parvenue jusqu'au lac _Nou_, à 800
lieues de son embouchure, revint épouvantée par le spectacle de ces
solitudes marécageuses peuplées d'éléphants, de crocodiles et
d'hippopotames. Au IIe siècle de notre ère, Ptolémée n'affirmait-il
pas que le Nil sortait de deux grands lacs? Les Arabes et les
Portugais ensuite parcoururent une partie des contrées de l'Afrique
centrale. Plus tard, en 1770, l'Écossais Jacques Bruce prit le fleuve
Bleu pour le vrai Nil. Dès lors, toutes les indications des Portugais
furent oubliées et les lacs de l'intérieur rayés des cartes jusque
vers 1825. A cette époque, les Français Caillaud et Letorrec,
lieutenants de marine, attachés à l'expédition envoyée par Mehemet
dans le pays arrosé par cette rivière, reconnaissent que le fleuve
Blanc est le vrai Nil et coule durant toute l'année à pleins bords,
tandis que le lit du fleuve Bleu est desséché pendant une saison
entière.

Plus tard, les Français Arnaud et Sabatier, les Allemands Werné,
Ruppel, Russeyger pénètrent jusqu'au lac Nou, à 200 lieues au delà de
Khartoum; ils reconnaissent le Saubat, le Djour et le Bahr-el-Gazal,
affluents du Nil. Ils franchissent successivement le lac, et plusieurs
d'entre eux paient de leur vie la témérité qui les a poussés à
s'aventurer au milieu de marécages pestilentiels et de tribus féroces
surexcitées contre les étrangers par les négriers arabes. De 1855 à
1861, l'Italien Bolognesi et le Français Lejean pénètrent plus loin.
Ce dernier atteint Gondokoro, situé à 4,000 kilomètres de l'embouchure
du fleuve.

C'étaient les Anglais Specke, Burton et l'israélite Samuel Baker qui
devaient avoir l'honneur de dévoiler l'énigme du Nil posée à l'Europe
par le sphinx égyptien. Après avoir rejoint les deux premiers
voyageurs, Baker compléta leurs découvertes. Il sut déjouer et éluder
toutes les trames ourdies sur son passage par les marchands
d'esclaves. Le 14 mars 1864, il arrivait au lac Loutan-Nzigé, qu'il
baptisait du nom du prince Albert, suivait le Nil jusqu'au Victoria,
d'où ce fleuve sort par une autre cataracte de 200 mètres environ
d'élévation qui fait la différence du niveau des deux lacs. Tel fut le
résultat de sa première exploration.

En 1871, Baker fit une expédition militaire pour le compte du khédive
avec le titre de bey (colonel). M. le comte Bisemont, lieutenant de
vaisseau français, y fut attaché. Baker établit quelques postes entre
Gondokoro et les lacs, puis revint après avoir échappé à une tentative
d'empoisonnement de la part de Romanika, roi du Nyoro. Aussi
plaça-t-il Riouga, le beau-frère de celui-ci, à la tête de ce royaume.
Cette expédition tua le commerce de Khartoum et la plupart des
négociants européens abandonnèrent cette ville pour se concentrer à
El-Obeïd. Quant à la question des sources du Nil, elle n'apporta
d'autres renseignements que ceux fournis par les noirs. D'après leurs
récits, le lac Albert communiquerait au sud avec le nord du Tanganika
par une série de lacs ou rivières navigables (Rouzizi) coulant à
travers la région qui s'étend entre l'Albert et le Victoria à l'ouest
des monts Karagoués. S'il en est ainsi, il faudrait donc encore
reculer les sources du Nil jusque vers le 10° de latitude sud.

Pendant que Baker marchait vers le S., un explorateur russe, le
docteur Schweinfurth, se jetait à l'ouest du fleuve Blanc. Il
remontait le Bahr-el-Gazal, pénétrait chez les Niam-Niams, atteignait
le pays des Mombouttous et des Mitous, peuplades noires
anthropophages. Il revint en Europe, en 1871, après trois ans et demi
d'absence.

Des explorations analogues eurent lieu également depuis le
commencement de ce siècle sur les autres points de l'Afrique.

Du côté du nord, nous voyons Mungo-Park se diriger à travers le Sahara
jusqu'à Timboktou dans l'espérance de rencontrer le Niger. Il succomba
à son second voyage (1805). Le major Peddie eut le même sort (1816),
et le capitaine Lyon ne put dépasser la frontière méridionale du
Fezzan (1819). Une autre expédition fut organisée à Tripoli; elle
était composée du major Denham, du lieutenant Clappeston et du docteur
Oudney. Dans les premiers jours d'avril 1822, ils arrivaient à
Mourzouk, capitale du Fezzan, et le 17 février, ils entraient à Kouka,
résidence du sultan du Bornou. Le lac Tchad fut reconnu dans son
pourtour, les villes de Kano et de Sakkatou visitées. Le docteur
Oudney mourut dans cette dernière excursion. Après les succès de cette
première expédition, Denham revint mourir à Sakkatou sans avoir pu
toucher le bas Niger (1826).

Pendant la même année, le major anglais Laing était assassiné à
Timboktou, ville dans laquelle notre compatriote Caillé réussissait à
séjourner quelque temps. En 1849, le gouvernement anglais charge
Richardson de reprendre et de continuer les explorations de Denham
dans le Soudan occidental. Richardson s'adjoint les deux Allemands
Overweg et Henri Barth. L'année suivante, ces voyageurs quittent
Tripoli, traversent le Fezzan et, dans leur course à travers le
Sahara, ils découvrent la belle oasis montagneuse d'Air, ancien pays
d'Agisymba, regardé comme le point le plus avancé de l'Afrique sur
lequel s'arrêtèrent les aigles romaines. A peine sont-ils entrés dans
le Soudan que Richardson meurt emporté par une maladie rapide. Les
deux compagnons explorent les pays au S. et au S.-O. du lac Tchad et,
en 1852, Overweg succombe également. Barth, resté seul, s'enfonce dans
le Sakkatou pendant deux ans et reparaît au Bornou, en 1854, après
avoir séjourné à Timboktou de septembre 1853 à mai 1854. Il y trouva
l'Allemand Edouard Vogel, le compagnon que la Société de géographie de
Londres lui envoyait. Celui-ci détermina à 276 mètres au-dessus de
l'Océan le niveau du lac Tchad. Barth fatigué revint en Angleterre en
1855. Vogel voulant explorer le Soudan oriental; il se dirigea vers le
Ouadaï, où il fut assassiné à Kouka (1856).

Cependant, en 1860, une expédition nationale allemande s'organisait
pour aller à la recherche de Vogel. Elle devait partir par la mer
Rouge et prendre Khartoum pour base d'opération, pendant qu'un
voyageur, M. de Beurman, se porterait à sa rencontre par le Fezzan, le
Bornou et le Ouadaï. Des circonstances imprévues l'obligèrent de se
dissoudre en arrivant à Khartoum (1862) et M. de Beurman fut également
assassiné dans le Ouadaï. En ce moment (1874), M. le docteur Nachtigal
a pu pénétrer dans le Ouadaï; il revient par le Darfour, et M. Gérard
Rohlf vient de terminer ses explorations dans le désert libyque.

Pendant que l'Afrique était attaquée du côté du nord, la partie
occidentale n'était pas négligée. L'Angleterre envoyait, en 1816, le
capitaine Tuckey remonter le Congo ou Zaïre; il fut arrêté par les
rapides de ce fleuve à Enimbo, par 4° 40" de lat. S., à 290 kil. de
l'Océan, soit 210 à vol d'oiseau. Il mourut des fièvres avec tout son
équipage. Jusqu'en 1872, rien ne fut tenté dans cette voie. Or les
missionnaires portugais des XVIe et XVIIe siècles avaient des
résidences à 60 kil. plus haut dans les missions de Conconbella, et
sur le Kouango, à Candi (Canga ou Penibo de Ocanga Tukouango). En ce
moment, une expédition anglaise explore le cours de ce fleuve.

Après l'insuccès du Tuckey, l'Angleterre s'attacha au cours du Niger,
dont d'autres explorateurs cherchaient les sources au Soudan. En 1830,
John Lander reconnut les embouchures de ce fleuve, ainsi qu'une partie
de son cours inférieur. Laird, Oldfield, Allen (1832) et le capitaine
Trotter (1841) revoient son itinéraire et cherchent à ouvrir, avec le
Soudan, par cette grande artère fluviale, une voie commerciale plus
courte et moins dangereuse que le désert. Cet honneur était réservé au
docteur Baikie, commandant de l'expédition de _la Pléiade_ (1854). Il
trouva cette route dans le Benoué, grand affluent du Niger qui descend
des parties S.-O. de Bornou et prend ses sources à peu de distance du
Chary.

Au commencement de l'année courante, MM. Marche et Compiègne,
voyageurs français, remontent l'Ogovai, dont le cours inférieur a été
relevé par l'amiral Fleuriot de Langle. D'un autre côté, M. Bastian
est arrivé avec une expédition allemande sur les bords du Loango et
s'apprête à pénétrer dans le continent africain entre les 5° et 8° de
lat. S., région explorée en partie par notre compatriote Duchaillu.

La partie occidentale de l'Afrique n'a pu être explorée comme les
régions septentrionales et orientales. Un désert aride et des tribus
féroces semblent former une zone infranchissable à vingt lieues de la
côte. Mais la côte orientale, ouverte par les Arabes négriers et
marchands d'ivoire, vient d'être à nouveau franchie par le lieutenant
Cameron, parti de Zanzibar, pour compléter les découvertes de
Livingstone.

Quant à l'Afrique australe comprise entre le Zambèse et le cap de
Bonne-Espérance, elle vient d'être reconnue par MM. Mauch et Erskine.
Le premier a exploré les pays qui s'étendent entre le Zambèse et le
fleuve Orange. Le second s'est élevé au nord de la baie de Lagoa et a
exploré le bassin du Limpopo et la zone du littoral comprise entre ce
fleuve et le Zambèse, où il a découvert les ruines et les placers de
Zimbaoê, l'Ophir biblique, peut-être!

Si de là nous portons nos regards vers l'ancienne Éthiopie ou
Abyssinie, nous apercevons pendant notre siècle, suivant les traces de
Robert Bruce dans les sentiers rocailleux et desséchés de ce pays, un
certain nombre de voyageurs intrépides. La France y envoie Rochet
d'Héricourt, Théophile Lefebvre, Perret et Galinier, MM. Antoine et
Arnault d'Abbadie; Specke, Harris, Ruppel, le docteur Blanc, y
représentent l'Angleterre, dont l'expédition contre Théodoros a donné
lieu à des travaux importants. Tel est le résumé de l'histoire des
explorations africaines. Nous pensons que le lecteur nous saura gré de
lui donner un tableau succinct de ces grands voyages qui reculent les
horizons de la civilisation chrétienne.

D'après ce que nous venons de dire, nous pouvons nous faire une idée
de la configuration de l'intérieur de l'Afrique.

A quelque distance de la mer, une série de chaînes ou bourrelets
continus de montagnes entourent l'Afrique. Au N., ce bourrelet
s'appelle l'Atlas, jusqu'au S.-O. du Maroc. Il reparaît au Sénégal,
sous le nom de chaîne des Kong, et se prolonge jusqu'au cap de
Bonne-Espérance. De là il suit la mer des Indes, forme le Kilima-Njaro
(7,000 m.) le Kenia ou Mont-Blanc (6,000 m.), et se rattache aux
chaînes méridionales du pays des Gallas. Les monts de la Lune, qui se
détachent de celles-ci, ne courent pas de l'O. à l'E., comme on l'a
cru pendant longtemps, mais elles descendent du N. au S.

L'intérieur de l'Afrique forme donc un immense bassin dont les bords
ne seraient interrompus d'une part que par les brèches d'où les grands
fleuves africains s'échappent en cataractes écumantes vers les mers,
et, d'autre part, dans la partie occidentale, par le Sahara qui vient
confondre ses sables avec ceux de l'Océan entre le Maroc et le
Sénégal.

L'intérieur de ce bassin serait divisé par quelques plateaux en
plusieurs régions que l'on regarde encore comme indépendantes l'une de
l'autre, bien qu'elles puissent être réunies entre elles par des cours
d'eau, ainsi que certains géographes le prétendent. C'est ce que de
nouvelles explorations prouveront. La première au S. est celle du lac
Nyassa, du Chironé et du Zambèse. Elle est séparée de la deuxième
entre le 10e et le 12e degré de lat. S. par le plateau de Moviza ou
Motchinga, qui a 1,100 kil. environ d'étendue et une altitude moyenne
de 1,200 m., mais quelques points en atteignent 1,500, 1,800 et 2,100.
Son versant nord donne naissance à un nombre si considérable de
rivières, dit Livingstone, qu'il faudrait la vie d'un homme pour les
compter. La seconde contient cinq lacs qui sont, en commençant par le
plus méridional: le Bangweolo, qui s'étend de l'E. à l'O., entre 11°
et 12° de lat. australe sur un développement de 240 kil. par 1,219 m.
d'altitude. Il est couvert d'îles habitées et reçoit le Tchambezi,
rivière qui prend ses sources vers 10° de lat. S., au N. du lac
Nyassa. De sa partie septentrionale sort le Louapoula; ce cours d'eau
va se jeter dans le lac Moero. De celui-ci s'échappe le Loualaba
oriental. Cette rivière a de 1,800 à 5,400 m. de largeur et s'ouvre
dans le lac Kamolondo, ou bien Oulendje. Ce lac recevrait également
sur sa rive occidentale le Loufira, ou Loualaba central, qui
descendrait de la région Ouest inexplorée du Moviza et des monts
Koné. De ce même point coulerait également au N.-O. le Loualaba
occidental, ou Louloua, lequel se réunit au Kasabi, traverse le lac
Lincoln ou Moula et va sous le nom de Loeki, ou Lomamé, se joindre au
Loualaba central. Tous ces Loualabas qui, dans la langue des indigènes
signifient des lacs rivières (bassins lacustres), ne forment qu'un
seul cours d'eau qui entre dans le lac Sans-Nom par 4° de lat.
australe et 22° 40' de long. orientale et coule au milieu de ses
archipels pour en sortir au N. sous le nom de Nyali, Bancaor ou
Bakara, incliner entre 1° et 2° de lat. S. vers l'O., et se jeter dans
l'Océan sous le nom de Zaïre ou Congo. Ce bassin serait donc celui de
ce grand fleuve sur lequel l'un des rois chrétiens du Congo fit lancer
deux brigantins afin d'en explorer le cours jusqu'aux lacs où il prend
ses sources. C'est ce que nous avons trouvé dans la correspondance de
ce prince.

Les habitants du Congo et des États voisins connaissaient donc la
région des lacs de l'Afrique centrale. C'est par eux que les Portugais
en eurent connaissance et pratiquèrent les routes qui les conduisaient
de leurs établissements de la Guinée méridionale à ceux de la côte
orientale d'Afrique. Du reste, les noms de Moero et de Moura (Maure),
dont le premier est la corruption du second, sont Portugais. Ils
révèlent donc le passage des voyageurs de cette nation qui les leur
ont imposés. Après les avoir retrouvés, Livingstone leur a donné des
noms anglais.

Sur le versant S. du Movitza naissent également deux cours d'eau, le
Liambaï ou Zambèse (Palmerston) et le Kafoué, affluent de ce fleuve.

A l'époque des pluies, le fond de ces différentes vallées est
tellement inondé que les rivières et les lacs ne forment plus qu'une
immense nappe d'eau comme dans la zone parallèle de l'Amérique
méridionale.

A l'E. de ce bassin s'étend celui du Tanganika, qui est regardé comme
complètement indépendant des autres.

Cependant, d'après les dernières explorations de Baker, il
communiquerait avec le Victoria par le Bouzizi, dont les eaux
couleraient vers le N. ou le S., selon l'époque différente des pluies
ou des crues dans chacun des deux bassins. D'après cette hypothèse,
c'est dans le Tanganika qu'il faudrait voir les sources du Nil.

Le bassin le plus septentrional se compose du M'Woutan ou Albert
N'yanza (829 m. d'altitude) et du Victoria N'yanza (1,100 m.
d'altitude moyenne), d'où sort le Nil Blanc (Bahr-el-Abiad). A l'O. de
ce dernier se trouve le lac Baringo.

Le cinquième bassin, celui du lac Tchad, se développe dans le Soudan
oriental. Il y a pour affluent le Chari au S. et le Fédé, autre
Bahr-el-Gazal (fleuve des Gazelles), distinct de l'affluent du fleuve
Blanc. Ce cours d'eau sort du lac, coule pendant 500 kilomètres vers
le N.-E. jusqu'au 16° de lat. N. par 17° de long. E. dans le canton
des Kreddas. Là, ses eaux disparaissent dans les dunes de sable du
Soudan. Cette rivière est donc un exutoire du Tchad, et non un de ses
tributaires, comme on l'a cru jusqu'aux explorations du docteur
allemand Nachtigal. Le niveau est à 39 m. au-dessous de celui des
mers.


LILLE--IMPRIMERIE DANEL.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les Explorateurs du Centre de l'Afrique" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home