Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Lamarck et son OEuvre
Author: Corra, Emile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lamarck et son OEuvre" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.

Les mots et phrases imprimés en gras dans le texte d'origine
sont marqués =ainsi=.



  LAMARCK

  ET

  SON ŒUVRE

  PAR

  ÉMILE CORRA

  (_Extrait de la_ REVUE POSITIVISTE INTERNATIONALE)

  [Illustration]

  PARIS

  Au Siège de la Société Positiviste Internationale

  2, rue Antoine-Dubois, 2

  Près l'École de Médecine.

  1908



LAMARCK

ET SON ŒUVRE


Le Muséum d'histoire naturelle de Paris inaugurera, dans le mois de
novembre prochain, le monument élevé, par souscription universelle, à
la mémoire de Lamarck, sur l'initiative de M. Edmond Perrier,
l'illustre directeur de cet établissement, un de ses plus fervents
disciples actuels.

L'une des premières, la _Société positiviste internationale_ a
souscrit à ce monument; elle ne manquera pas de se faire représenter à
son érection; mais elle témoignerait bien faiblement son admiration
pour le grand homme qui en est l'objet et dont les idées géniales
exercent une si féconde influence sur tous les aspects de la pensée
contemporaine, en se bornant à la manifester sous la double forme que
je viens d'indiquer.

C'est pourquoi j'ai le dessein d'associer plus catégoriquement le
Positivisme à la glorification tardive de Lamarck, en consacrant à son
œuvre grandiose une étude spéciale, à laquelle je préluderai en
donnant, sur sa personne et sur sa vie, quelques renseignements
indispensables.



I
La Vie de Lamarck.

Lamarck naquit en Picardie, à Bazentin, près de Péronne, en août 1744.
C'était le onzième enfant d'un gentilhomme campagnard, fort embarrassé
d'assurer une carrière honorable à chacun des membres de sa nombreuse
lignée, et qui fit élever celui-ci chez les Jésuites d'Amiens, dans
l'espoir qu'il consentirait à embrasser l'état ecclésiastique,
dernière ressource de tous les cadets de famille de cette époque; mais
Lamarck n'avait aucun goût pour la cléricature. Son père étant mort,
en 1760, il s'affranchit sur-le-champ du collège, et, sans autre
viatique qu'une lettre de recommandation pour le colonel du régiment
de Beaujolais, que lui avait remise une châtelaine, voisine de la
seigneurie de Bazentin, il rejoignit, en Hanovre, l'armée du maréchal
de Broglie, qui opérait alors, dans ce pays, contre le roi de Prusse,
Frédéric II.

Le colonel du régiment de Beaujolais hésitait beaucoup, paraît-il, à
incorporer cet enfant de seize ans, d'une constitution chétive qui lui
donnait une apparence plus juvénile encore; mais, dans une bataille,
consécutive à l'arrivée de Lamarck à l'armée, le 16 juillet 1761, ce
soldat volontaire se conduisit avec une bravoure et une fermeté telles
qu'on le promut immédiatement officier.

Lamarck était, en effet, doué de qualités de caractère
exceptionnelles; celles dont il fit preuve, en cette occurrence, le
distinguèrent pendant toute la durée de sa vie; elles ne
l'abandonnèrent même pas dans la plus extrême vieillesse, et ne furent
pas étrangères aux résultats de ses longues et difficiles études
scientifiques.

Quand la guerre de sept ans fut terminée, Lamarck, devenu lieutenant,
alla tenir garnison à Toulon, puis à Monaco. La végétation spéciale de
la contrée excita vivement sa curiosité scientifique, naissante; des
idées nouvelles s'éveillèrent dans son esprit et il ne tarda pas à
reconnaître qu'il avait, pour l'état militaire, aussi peu de vocation
réelle que pour les fonctions ecclésiastiques.

Aussi, souffrant d'une adénite cervicale et forcé de venir à Paris, où
il fut opéré avec succès par Tenon, l'une des célébrités
chirurgicales de l'époque, renonça-t-il, sans regrets, à la carrière
des armes, bien que cette décision le réduisît à une pension
alimentaire de 400 livres pour toutes ressources annuelles.

Il pourvut à ses besoins matériels les plus impérieux en acceptant un
emploi chez un banquier et, logé dans une mansarde, «beaucoup plus
haut qu'il n'aurait voulu», disait-il, il donna, dès lors, libre
cours à ses goûts scientifiques, en faisant des observations
météorologiques, en lisant, avec avidité, les travaux de Buffon, en
visitant les collections du Jardin du Roi, en suivant les
herborisations et les cours de Bernard de Jussieu, en étudiant la
médecine.

Cet ensemble de premiers travaux eut pour fruits un mémoire sur les
vapeurs de l'atmosphère, favorablement accueilli par l'Académie des
Sciences, et _La Flore française, description succincte de toutes les
plantes qui croissent naturellement en France, disposée suivant une
nouvelle méthode d'analyse_, que Lamarck composa, en six mois, après
dix ans d'observations attentives et de méditations prolongées.

Cet important ouvrage, publié en 1778, sortit brusquement Lamarck de
l'obscurité et lui ouvrit, l'année suivante, les portes de la section
de botanique à l'Académie des Sciences.

En effet, non seulement _La Flore française_ provoqua l'enthousiasme
de Buffon, au point qu'il en fit imprimer les trois volumes, aux frais
de l'État, à l'Imprimerie Royale, et remettre l'édition entière à
l'auteur; non seulement, comme le remarquait Duhamel, en demandant à
l'Académie des Sciences de la reconnaître digne de son approbation,
cette _Flore_ révélait, chez son auteur, «beaucoup de connaissances en
botanique, un esprit d'ordre, d'analyse et de précision», et
constituait vraiment le premier essor du génie généralisateur et
coordinateur de Lamarck; elle répondait encore à un véritable besoin
public.

Car les nombreux systèmes de distribution des plantes, par classes,
familles et genres, alors en honneur, n'étaient au fond, selon
l'expression de Lamarck, «qu'un aveu de faiblesse déguisé sous un
appareil imposant et scientifique»; ils détournaient de la botanique
plutôt qu'ils ne facilitaient son étude. Or, les ouvrages de J.-J.
Rousseau avaient précisément mis cette étude en grande faveur; en la
rendant «plus simple, plus facile et plus propre à la connaissance des
plantes», en instituant un système d'analyse tel que chacun pût, sans
préparation pour ainsi dire, parvenir, seul, à déterminer les
caractères et le nom des plantes qu'il récoltait, Lamarck ne provoqua
pas seulement l'estime des savants; il s'attira, par surcroît, la
reconnaissance de tous les amateurs de botanique, alors très répandus,
et fit une œuvre de vulgarisation scientifique, d'autant mieux
accueillie que, suivant l'exemple, tout nouveau, de son maître Buffon,
il répudia le latin et rédigea sa _Flore_ en français.

Dans tous les cas, à partir de ce moment, la destinée de Lamarck est
nettement tracée et suivie par lui sans la moindre défaillance; il
s'attache aux sciences naturelles, et, jusqu'à la fin de sa longue
vie, il ne cesse de les faire progresser, d'une manière vigoureuse.

Grâce à la protection de Buffon, qui lui fit décerner le titre de
botaniste du roi et le donna pour précepteur à son fils, il parcourut
la Hollande, la Prusse, la Hongrie, l'Allemagne, de 1780 à 1782, avec
mission de visiter les jardins et cabinets étrangers et d'établir des
correspondances avec le Jardin des Plantes de Paris.

Il s'éleva, de la sorte, au premier rang des botanistes français, sur
lesquels il acquit enfin une prépondérance et une autorité
incontestables, en écrivant quatre volumes de botanique pour
l'_Encyclopédie méthodique_ et en publiant un même nombre de tomes de
l'_Illustration des genres_.

Néanmoins, en 1788 seulement, après la mort de Buffon, il obtint de
prendre place parmi les administrateurs du Jardin des Plantes, comme
adjoint à Daubenton, «pour la garde des herbiers du roi», et demeura
dans cette situation précaire, qui lui fut même âprement disputée, aux
appointements de 1.800 livres, avec une femme et six enfants, jusqu'au
décret de la Convention, en date du 10 juin 1793, qui transforma
l'établissement en Muséum d'histoire naturelle.

Ce décret instituait, pour l'étude de toute la zoologie, deux chaires
seulement: l'une affectée à l'histoire naturelle des quadrupèdes, des
cétacés, des reptiles et des poissons; l'autre, à celle des insectes,
des vers et des animaux microscopiques.

La première fut attribuée à Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire, qui
n'avait que vingt et un ans; la seconde, dont personne ne se souciait,
parce que, selon l'expression de Michelet, elle avait pour objet
l'inconnu, fut offerte à Lamarck; il l'accepta, bien qu'il fût âgé de
quarante-neuf ans, qu'il se fût, jusque-là, principalement occupé de
botanique, et qu'il n'eût d'autres titres à faire valoir, qu'une
collection de coquilles, qu'il avait soigneusement formée en
participant aux recherches de Bruguières; il est vrai que cette
collection était fort rare, qu'elle était le produit de longues
études, et que le gouvernement, instruit de sa valeur scientifique, en
fit, ultérieurement, l'acquisition au prix de 5.000 livres.

«La loi de 1793, dit Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire, avait prescrit
que toutes les parties des sciences naturelles seraient également
enseignées. Les insectes, les coquilles et une infinité d'êtres,
portion encore presque inconnue de la création, restaient à prendre.
De la condescendance à l'égard de ses collègues, membres de
l'administration, et, sans doute aussi, la conscience de sa force
déterminèrent M. de Lamarck: ce lot si considérable et qui doit
entraîner dans des recherches sans nombre, ce lot délaissé, il
l'accepta; résolution courageuse qui nous a valu d'immenses travaux et
d'importants ouvrages»[1].

  [1] Discours prononcé aux funérailles de Lamarck.

En effet, la portion du monde animal, dont l'étude échut à Lamarck,
constituait la masse immense, confuse et ténébreuse, de ce qu'on
nommait, vicieusement, depuis Linné, les animaux à sang blanc, et
Lamarck, le premier, introduisit l'ordre et la lumière dans cette
multitude inexplorée, en opérant des découvertes mémorables que je
préciserai plus opportunément, lorsque j'apprécierai ses travaux
biotaxiques.

Je noterai simplement ici que, doué d'une prodigieuse activité, il
ouvrit son cours, en 1794, après dix mois de préparation, et que,
d'année en année, il établit graduellement la classification des
invertébrés sur des bases que la postérité s'est bornée à
perfectionner, sans jamais les ébranler; car le monument scientifique
qu'il a, de la sorte, édifié, est fait comme le disait Cuvier, «pour
durer autant que les objets sur lesquels il repose».

Pour aboutir à ce grand résultat, Lamarck manipula, disséqua, compara
une prodigieuse quantité d'êtres divers; leur contemplation familière
fit surgir en lui des idées générales relatives à leur commune origine
et à leur généalogie, autant qu'à leur similitude.

Il consigna le fruit de ses premières méditations sur ce difficile
problème philosophique:

1º Dans le discours d'ouverture de son cours, prononcé le 21 Floréal
an VIII, et publié en 1801, avec la première édition du _Système des
animaux sans vertèbres_;

2ºDans un ouvrage de 1802, intitulé: _Recherches sur_ _l'organisation
des corps vivants, et particulièrement sur son origine, sur la cause
de ses développements et des progrès de sa composition_, où il
esquisse un tableau du règne animal, destiné à montrer la dégradation
progressive des organes spéciaux jusqu'à leur anéantissement.

Ces conceptions philosophiques, initiales de Lamarck, dont
l'exposition, de plus en plus perfectionnée, fut renouvelée tous les
ans, à l'ouverture de son cours, furent corroborées par la
détermination qu'il fit des espèces d'invertébrés fossiles des
environs de Paris, avec la même sagacité qu'il avait apportée dans la
détermination des espèces vivantes.

Dès lors, sa préoccupation dominante, sa passion de savant, son
ambition suprême furent de démontrer la solidarité du monde animal, la
variabilité continue des espèces, et de constituer l'échelle des
animaux, c'est-à-dire de les classer et de les superposer en série,
suivant une graduation naturelle révélant les liens qui unissent entre
elles, tout au moins, les masses principales de leurs représentants[2].

C'est à ce persévérant et puissant effort de la pensée de Lamarck
qu'est due son œuvre la plus géniale: =La Philosophie zoologique= _ou
exposition des considérations relatives à l'histoire naturelle des
animaux, à la diversité de leur organisation, et des facultés qu'ils
en obtiennent; aux causes physiques qui maintiennent en eux la vie et
donnent lieu aux mouvements qu'ils exécutent; enfin à celles qui
produisent, les unes le sentiment, les autres l'intelligence de ceux
qui en sont doués_.

Cet ouvrage impérissable vit le jour en 1809; il frappa médiocrement
l'attention des savants, et les philosophes contemporains
l'ignorèrent. Comme Lamarck y soutient,

  [2] Discours d'ouverture prononcé le 27 Floréal an X. _Recherches
  sur l'organisation des corps vivants_; p. 39.

parfois, ses convictions, à l'aide d'arguments téméraires, et comme
certaines pages renferment plutôt des énoncés d'hypothèses que des
observations de faits, les esprits malicieux exploitèrent même ces
parties faibles de la _Philosophie Zoologique_, pour faire à son
immortel auteur une réputation d'écrivain chimérique et pour
ridiculiser son génie.

Lamarck répondit à ces critiques superficiels en publiant les «pièces
justificatives» et le catalogue détaillé de tous les matériaux
objectifs qui avaient servi d'aliment à ses méditations et de
substratum à ses théories. Cet inventaire, en sept volumes, parus de
1815 à 1822, forme l'édition définitive de l'=Histoire naturelle des
animaux sans vertèbres=, _présentant les caractères généraux et
particuliers de ces animaux, leur distribution, leurs classes, leurs
familles, leurs genres et la citation des principales espèces qui s'y
rapportent_. C'est une œuvre colossale que précède une _Introduction
offrant la détermination des caractères essentiels de l'animal, sa
distinction du végétal et des autres corps naturels, enfin
l'exposition des principes fondamentaux de la zoologie_.

En réalité, cette introduction, à laquelle près de 400 pages sont
consacrées, réédite, en les accentuant et en les appuyant sur des
arguments nouveaux, les théories exposées par Lamarck dans tous ses
cours et qui présentent leur premier degré de condensation, dans la
_Philosophie zoologique_.

L'_Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_ fut, immédiatement,
et du consentement unanime, mise au rang des monuments de la zoologie;
mais son introduction n'eut pas un meilleur sort que la _Philosophie
zoologique_ qu'elle complétait.

Lamarck l'avait prévu, d'ailleurs, puisqu'il disait, attestant ainsi
qu'il était aussi profond observateur de l'évolution des idées que de
celle des organismes: «Les hommes qui s'efforcent, par leurs travaux,
de reculer les limites des connaissances humaines, savent assez qu'il
ne leur suffit pas de découvrir et de montrer une vérité utile qu'on
ignorait, et qu'il faut encore pouvoir la répandre et la faire
reconnaître.--Or, _la raison individuelle_ et _la raison publique_,
qui se trouvent dans le cas d'en éprouver quelque dérangement, y
mettent, en général, un obstacle tel qu'il est souvent plus difficile
de faire reconnaître une vérité que de la découvrir.--Je laisse ce
sujet sans développement, parce que je sais que mes lecteurs y
suppléeront suffisamment, pour peu qu'ils aient d'expérience dans
l'observation des causes qui déterminent les actions des hommes»[3].

  [3] _Philosophie zoologique_: Édition Martins, vol. II, p. 411.

Malheureusement, pendant la rédaction de l'_Histoire des animaux sans
vertèbres_, la vue de Lamarck, depuis longtemps affaiblie par les
longues et multiples observations qu'il n'avait cessé de faire à la
loupe et au microscope, sur les plantes et sur les animaux, s'éteignit
entièrement.

Une partie du VIe, et tout le VIIe volume de cet ouvrage, furent
rédigés, par sa fille aînée, d'après ses cahiers.

Cependant, cette catastrophe n'abattit pas Lamarck, chez qui
l'énergie, nous l'avons dit, était à la hauteur du génie scientifique;
en 1820, à l'âge de 76 ans, il eut encore assez de vigueur d'esprit et
de sérénité pour dicter son testament philosophique qui parut, la même
année, sous le titre de SYSTÈME ANALYTIQUE DES CONNAISSANCES POSITIVES
DE L'HOMME, RESTREINTES A CELLES QUI PROVIENNENT DIRECTEMENT OU
INDIRECTEMENT DE L'OBSERVATION.

Ses dernières années, seules, furent assombries par la mélancolie, que
des soucis matériels, causés par la perte du très modeste patrimoine
qu'il avait épargné, aggravèrent encore.

La fortune ne sourit donc jamais à cet infatigable travailleur, dont
le génie pourtant ne cessa de suivre une marche ascendante, comme
l'atteste, notamment, la comparaison de la _Philosophie zoologique_
(1809), et de la magistrale introduction de l'_Histoire naturelle des
animaux sans vertèbres_ (1815).

«Lamarck, dit Etienne Geoffroy-Saint-Hilaire, pour arriver à la
démonstration du principe vrai de la variabilité des formes chez les
êtres organisés, produisit trop souvent des preuves surabondantes,
exagérées et pour la plupart erronées, que ses adversaires, habiles à
saisir le côté faiblissant de ses talents, s'empressèrent de relever
et de mettre en lumière. Attaqué de tous côtés, injurié même par
d'odieuses plaisanteries, Lamarck, trop indigné pour répondre à de
sanglantes épigrammes, en subit l'épreuve avec une douloureuse
patience. Je me garderai d'insister sur ces souvenirs; j'aurais trop
d'accusations à porter. Lamarck vécut longtemps pauvre et délaissé,
non de moi; je l'aimai et le vénérai toujours. Sa fille, nouvelle
Antigone, vouée aux soins les plus généreux de la tendresse filiale,
soutenait son courage et consolait sa misère par ces seuls mots: La
postérité vous honorera, vous vengera».

Et Cuvier lui-même traduit en ces termes le respect profond que le
beau caractère de Lamarck imposait à tous: «Sa vie retirée, suite des
habitudes de sa jeunesse, sa persistance dans des systèmes peu
d'accord avec les idées qui dominaient dans les sciences, n'avaient
pas dû lui concilier la faveur des dispensateurs de grâces; et lorsque
les infirmités sans nombre, amenées par la vieillesse, eurent accru
ses besoins, toute son existence se trouva à peu près réduite au
modique traitement de sa chaire. Les amis des sciences, attirés par la
haute réputation que lui avaient value ses ouvrages de botanique et
de zoologie, voyaient ce délaissement avec surprise; il leur semblait
qu'un gouvernement protecteur des sciences aurait dû mettre un peu
plus de soin à s'informer de la position d'un homme célèbre; mais leur
estime redoublait à la vue du courage avec lequel ce vieillard
illustre supportait les atteintes de la fortune et celles de la
nature; ils admiraient surtout le dévouement qu'il avait su inspirer à
ceux de ses enfants qui étaient demeurés auprès de lui: sa fille
aînée, entièrement consacrée aux devoirs de l'amour filial pendant des
années entières, ne l'a pas quitté un instant, n'a pas cessé de se
prêter à toutes les études qui pouvaient suppléer au défaut de la vue,
d'écrire, sous sa dictée, une partie de ses derniers ouvrages, de
l'accompagner, de le soutenir, tant qu'il a pu faire encore quelque
exercice, et ces sacrifices sont allés au-delà de tout ce que l'on
pourrait exprimer: depuis que le père ne quittait plus la chambre, la
fille ne quittait plus la maison; à sa première sortie, elle fut
incommodée par l'air libre dont elle avait perdu l'usage. S'il est
rare de porter à ce point la vertu, il ne l'est pas moins de
l'inspirer à ce degré et c'est avoir ajouté à l'éloge de M. de Lamarck
que d'avoir raconté ce qu'ont fait pour lui ses enfants»[4].

  [4] Éloge de Lamarck.

Lamarck mourut en 1829, à l'âge de 85 ans; il laissait sans ressources
ses deux filles et collaboratrices, qu'une tendre affection avait
rendues plus clairvoyantes que tous les savants contemporains, à
l'égard du génie de leur père.

«J'ai vu moi-même en 1832, dit M. Martins, auteur d'une réédition de
la _Philosophie zoologique_[5], Mademoiselle Cornélie de Lamarck
attacher, pour un mince salaire, sur des feuilles de papier blanc, les
plantes de l'herbier du Muséum, où son père avait été professeur.
Souvent, des espèces, nommées et décrites par lui, ont dû passer sous
ses yeux, et ce souvenir ajoutait sans doute à l'amertume de ses
regrets. Fille d'un ministre ou d'un général, les deux sœurs eussent
été pensionnées par l'État; mais leur père n'était qu'un grand
naturaliste honorant son pays dans le présent et dans l'avenir, elles
devaient être oubliées et le furent en effet.»

  [5] Paris, 1873, Savy, édit.

D'autre part, si l'on excepte le discours ému, mais très bref,
qu'Étienne Geoffroy-Saint-Hilaire prononça au cimetière
Montparnasse[6], le 20 décembre 1829, le seul hommage véritable qu'on
rendit à la grandeur de l'œuvre de Lamarck, à l'époque de sa
disparition, fut de dédoubler la chaire dont il était titulaire au
Muséum. L'entomologie fut attribuée à Latreille et la conchyologie à
de Blainville, parce que le développement immense que le fondateur
avait donné à l'objet primitif de cette chaire était désormais hors de
proportion avec la capacité d'un professeur unique.

  [6] L'emplacement, seul, de la tombe de Lamarck peut être,
  aujourd'hui, déterminé; le terrain dans lequel il fut déposé ne
  fut probablement l'objet que d'une concession temporaire et il a
  depuis reçu de nouveaux occupants.

En effet, on ne peut, aujourd'hui, décemment considérer, comme une
justice rendue à Lamarck, l'éloge que Cuvier, l'irréconciliable
champion de la théorie de la fixité des espèces, avait préparé et qui
fut lu, après sa mort, par le baron Sylvestre, à la séance de
l'Institut du 26 novembre 1832[7].

  [7] Publié dans les _Mémoires de l'Académie des Sciences_, 2e
  série, tome XIII, 1835.

Cet éloge, dont la lecture publique ne fut, du reste, possible que
grâce à la suppression préalable de plusieurs passages trop
acrimonieux, ne s'adresse qu'au naturaliste descriptif et au
classificateur; il ne parle du philosophe qu'avec une impertinence
académique, en l'assimilant à ces hommes qui «croient pouvoir devancer
l'expérience et le calcul et construisent laborieusement de vastes
édifices sur des bases imaginaires, semblables à ces palais enchantés
de nos vieux romans que l'on faisait évanouir en brisant le talisman
dont dépendait leur existence.»

En réalité, parmi les penseurs de la première moitié du XIXe siècle,
Auguste Comte est le seul qui reconnut la puissante originalité de
Lamarck et qui signala toute l'importance philosophique que ses
théories présentaient pour l'entreprise et la direction des travaux
biologiques ultérieurs.

Auguste Comte éprouvait la plus vive admiration pour Lamarck; il
parle, fréquemment, avec une sorte d'enthousiasme, «de la hardiesse de
son beau génie philosophique»; il oppose «la noble persistance de ce
penseur, octogénaire et aveugle, à la rétrogradation de Blainville, en
politique et même en science»; il donne une large place à
l'appréciation de sa tentative de constitution de l'échelle animale,
dans ses considérations générales sur la philosophie biotaxique[8]; il
le proclame fondateur de la théorie des milieux et de la
modificabilité[9]; enfin, il a fait figurer la _Philosophie
zoologique_ parmi les monuments de la pensée humaine, dont la
postérité doit éternellement s'inspirer, et il inscrivit le nom de
Lamarck dans son calendrier des grands hommes, dans le mois consacré à
la commémoration des divers procréateurs de la science moderne, et
dans la semaine réservée aux biologistes.

  [8] 42e leçon du cours de _Philosophie positive_, écrite en 1836,
  vol. III de ce cours; pp. 388-398.

  [9] _Ibidem_; p. 397

  Préoccupé de l'amélioration organique des végétaux, des animaux
  et de l'homme, Auguste Comte a même proposé d'appliquer d'une
  manière, au moins curieuse, les théories de Lamarck; «sous la
  double influence de l'exercice individuel et de la transmission
  héréditaire, la vraie providence (c'est-à-dire la providence
  humaine), lui semblait pouvoir étendre la variation normale des
  espèces jusqu'à la transformation complète des herbivores en
  carnivores[10], dans le but de perfectionner l'intelligence de nos
  auxiliaires et spécialement celle du cheval».

  [10] _Politique positive_, I, p. 666.

D'autre part, «le principe irrécusable de Lamarck sur l'influence
nécessaire d'un exercice homogène et continu, pour produire dans tout
organisme animal, et surtout chez l'homme, un perfectionnement
organique, susceptible d'être graduellement fixé dans la race, après
une persistance suffisamment prolongée», lui paraît propre à expliquer
à la fois, «la plus grande aptitude naturelle aux combinaisons
d'esprit que présentent les peuples très civilisés, indépendamment de
toute culture quelconque», et la prépondérance croissante, chez ces
mêmes peuples, des plus nobles penchants de notre nature[11].

  [11] _Philosophie positive_, IV, pp. 276 et suivantes.

Néanmoins, Auguste Comte ne rendit à Lamarck qu'une justice partielle,
parce qu'il professait «qu'on ne saurait se refuser d'admettre, comme
une grande loi naturelle, la tendance essentielle des espèces vivantes
à se perpétuer indéfiniment avec les mêmes caractères principaux,
malgré la variation du système extérieur de leurs conditions
d'existence»[12].

  [12] _Ibidem_, III, p. 396.

C'est pourquoi, tout en reconnaissant, selon sa propre méthode,
qu'aucun problème n'est jamais nettement formulé, tant qu'on n'en
fournit pas une première solution approximative, et que Lamarck eut
le mérite de poser, sous cette forme, le problème de l'influence
exercée par les milieux sur les êtres vivants, Auguste Comte
considère, comme purement subjectives et même comme «naïves», les
idées de Lamarck sur l'évolution continue des espèces.

Finalement, les conceptions magistrales de Lamarck semblaient devoir
rester enfouies, avec lui, dans les ténèbres de la tombe, lorsque
parut, en 1859, le livre de Darwin sur l'_Origine des Espèces_.

Ce livre fut le point de départ d'un ébranlement scientifique et
philosophique, universel, relativement aux questions qui avaient fait
l'objet incessant des méditations du grand naturaliste dont nous
venons de retracer l'existence laborieuse.

La _Philosophie zoologique_ et son complément, l'introduction de
l'_Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, furent alors
exhumés, et le génie de Lamarck resplendit enfin dans tout son éclat;
on peut même, sans exagération, dire qu'à plusieurs égards il éclipse,
aujourd'hui, celui de Darwin, non seulement à cause de son
antériorité, mais en raison de l'ampleur et de l'importance
supérieures des sujets sur lesquels il s'est exercé.

C'est du moins ce qui ressortira, je l'espère, de l'appréciation des
principales théories biologiques de Lamarck, à laquelle je vais
maintenant procéder, en dégageant préalablement les idées directrices
et la philosophie qui les inspirèrent; car elles jettent une vive
lumière sur l'ensemble de son œuvre, dont toutes les parties
s'enchaînent, et permettent d'en mieux scruter les profondeurs.



II

La philosophie générale de Lamarck.

Lamarck était imbu de la philosophie du XVIIIe siècle; son esprit
offre ce curieux mélange de métaphysique et de positivité, qui
caractérisait la plupart de ses contemporains et qu'Auguste Comte, le
premier, a définitivement dissocié; il invoque souvent, dans ses
explications, «l'auteur suprême de toutes choses», et «la nature»;
toutefois, il ne considère pas celle-ci comme un pouvoir arbitraire et
sa préoccupation incessante est de découvrir les lois qui la
constituent et la gouvernent, en dehors de toute influence
surnaturelle.

C'est ainsi qu'il consacre toute la VIe partie de l'introduction de
l'_Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_ à l'étude «de la
nature, ou de la puissance, en quelque sorte _mécanique_, qui a donné
l'existence aux animaux et qui les a faits nécessairement ce qu'ils
sont».

Et, d'autre part, il dit: «la nature, ce mot si souvent prononcé comme
s'il s'agissait d'un être particulier, ne doit être à nos yeux que
_l'ensemble d'objets_ qui comprend:

«1º tous les corps physiques qui existent;

«2º les lois générales et particulières qui régissent les changements
d'état et de situation que ces corps peuvent éprouver;

«3º enfin, le mouvement diversement répandu parmi eux, perpétuellement
entretenu ou renaissant dans sa source, infiniment varié dans ses
produits, et d'où résulte l'ordre admirable de choses que cet ensemble
nous présente»[13].

  [13] _Philosophie zoologique_, vol. I; p. 349. Édition Martins.


Car, ajoute-t-il, ailleurs:

«Je dirai, sans crainte de me tromper, que la nature ne nous offre
d'observable que des _corps_; que du mouvement entre des _corps_ ou
leurs parties; que des changements dans les _corps_ ou parmi eux; que
les propriétés des _corps_; que des phénomènes opérés par les _corps_
et surtout par certains d'entre eux; enfin, que des lois immuables,
qui régissent partout les mouvements, les changements et les
phénomènes que nous présentent les corps»[14].

  [14] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, vol. I,
  Introduction; p. 260.

Sa théorie même des causes premières de la vie et des générations
spontanées constituait un rigoureux effort, pour arracher à la
théologie l'explication de l'origine des êtres organisés et tenter de
prouver que la vie résulta, primitivement, d'une manière directe, des
milieux matériels.

En réalité, malgré quelques déviations furtives, qui n'altèrent ni sa
méthode générale, ni l'ensemble de ses découvertes, Lamarck subordonne
toujours l'imagination à l'observation; c'est dans l'observation
seule, qu'il puise ses idées les plus lumineuses et ses arguments les
plus péremptoires.

«Quant à moi, dit-il, convaincu que les seules connaissances positives
que nous puissions avoir, ne sont autres que celles que l'on peut
acquérir par l'observation, sachant d'ailleurs que, hors de la nature,
hors des objets qui sont de son domaine, et des phénomènes que nous
offrent ces objets, nous ne pouvons rien observer, je me suis imposé
pour règle, à l'égard de l'étude de la nature, de ne m'arrêter dans
mes recherches, que lorsque les moyens me manqueraient entièrement»[15].

  [15] _Ibidem_; pp. 165, 213 et suiv.

Et, dans son testament philosophique, dans son _Système des
connaissances positives de l'homme, restreintes à celles qui
proviennent directement ou indirectement de l'observation_, que j'ai
signalé plus haut, il écrit encore:

«Je me suis livré constamment à l'observation des faits et me suis
ensuite efforcé de rassembler tous ceux qui avaient été constatés par
d'autres observateurs. Alors, faisant provisoirement abstraction de
mes pensées et de toute opinion admise à l'égard des sujets que je
considérais, j'ai longtemps examiné tous les faits parvenus à ma
connaissance, j'en ai tiré des conséquences, les unes générales, les
autres plus particulières et progressivement dépendantes, et j'en ai
formé une théorie dont je présente ici les principes qui la
fondent.....

       *       *       *       *       *

«Ayant une longue habitude de méditer sur les faits observés, ces
principes ont obtenu toute ma confiance et ont dirigé toutes les
considérations éparses dans mes divers ouvrages»[16].

  [16] _Discours préliminaire_; p. 2.

Aussi déclare-t-il, dans le même ouvrage, que le premier de ses
principes est le suivant:

«_Premier principe_: Toute connaissance qui n'est pas le produit réel
de l'observation ou des conséquences tirées de l'observation, est tout
à fait sans fondement et véritablement illusoire»[17].

  [17] _Ibidem_; p. 84.

Lamarck n'avait donc plus foi que dans l'esprit positif. C'est pour
cela qu'il estime que l'essor de l'intelligence humaine est
circonscrit par ce qu'il nomme: «le champ des réalités»[18]; mais,
parmi toutes les réalités observables, il en est une qui, par sa
nature propre, par son intérêt, par son importance, lui semble
infiniment supérieure à toutes les autres: c'est l'homme.

  [18] _Ibidem_; p. 78.

Et, dominé par cette conception maîtresse, il assigne, comme but
suprême à toutes les études, une connaissance plus complète de
l'homme, de son organisation, de ses besoins, de ses sentiments, de
ses idées, de leurs résultats, des lois naturelles qui régissent
l'évolution de son espèce, et par suite de ses devoirs. L'homme,
dit-il, est forcé de reconnaître que l'histoire naturelle est
assurément «la plus grande et la plus importante de toutes les
sciences dont il puisse s'occuper», et qu'il a le plus grand intérêt à
la connaître et à l'étudier, «afin de ne point se mettre en
contradiction, par ses actions, avec un ordre et une force de choses
auxquels il est entièrement assujetti»[19].

  [19] _Discours préliminaire_; p. 82.

C'est pourquoi Lamarck est résolument hostile à la dispersion
scientifique; il en pressent le danger; il s'indigne de l'étendue
croissante des spécialités qu'il nomme le _faux-savoir_ par lequel «la
philosophie des sciences perd de plus en plus la simplicité qui lui
est si essentielle; ses connexions intimes avec les lois de la nature
disparaissent insensiblement et les théories de ces mêmes sciences,
encombrées par une immensité de détails dans lesquels elles continuent
de s'enfoncer, obscurcies par les fausses vues dont elles sont
remplies, deviennent de jour en jour plus défectueuses»[20].

  [20] _Ibidem_; p. 87.

En outre, non seulement Lamarck ne perd jamais de vue que la science a
la philosophie pour couronnement, mais encore la morale et l'intérêt
public lui servent aussi de régulateurs. Il n'est pas de ces
dilettantes de la science, reclus dans leur laboratoire, qui demeurent
indifférents à tout ce qui se passe au dehors.

Le second et le troisième des principes fondamentaux qui ont dirigé sa
vie sont ainsi formulés par lui:

«_Second principe_: dans les relations qui existent, soit entre les
individus, soit envers les diverses sociétés que forment ces
individus, soit encore entre les peuples et leurs gouvernements, la
_concordance_ entre les intérêts réciproques est le principe du bien,
comme la _discordance_ entre ces mêmes intérêts est celui du mal.

«_Troisième principe_: relativement aux affections de l'homme social,
outre celle que lui donne la nature pour sa famille, pour les objets
qui l'ont entouré ou qui ont eu des rapports avec lui dans sa
jeunesse, et quelles que soient celles qu'il ait pour tout autre
objet, ces affections ne doivent jamais être en opposition avec
l'intérêt public, en un mot, avec celui de la nation dont il fait
partie»[21].

  [21] _Discours préliminaire_; p. 85.

Bref, après avoir fait, avec une scrupuleuse sincérité, l'examen de
toute sa conscience philosophique, Lamarck conclut lui-même:

«1º que, pour l'homme, la plus utile des connaissances est celle de la
_nature_, considérée sous tous ses rapports;

«2º que, conséquemment, la plus importante de ses études est celle qui
a pour but l'acquisition entière de cette connaissance; que cette
étude ne doit pas se borner à l'art de distinguer et de classer les
productions de la nature, mais qu'elle doit conduire à reconnaître ce
qu'est la nature elle-même, quel est son pouvoir, quelles sont ses
lois dans tout ce qu'elle fait, dans tous les changements qu'elle
exécute et quelle est la marche constante qu'elle suit, dans tout ce
qu'elle opère;

«3º que, parmi les sujets de cette grande étude, celle des lois de la
_nature_ qui régissent les faits et les phénomènes de l'organisation
de l'homme, son sentiment intérieur, ses penchants, etc..... et celles
aussi auxquelles sont soumis les agents extérieurs qui l'affectent, ou
ceux qui peuvent compromettre tout ce qui l'intéresse directement,
doivent attirer son attention et inciter ses recherches avant les
autres;

«4º qu'à l'aide des connaissances qu'il peut obtenir par ses études,
il se conformera plus aisément aux lois de la _nature_ dans toutes ses
actions; il pourra se soustraire à des maux de tout genre; enfin il en
retirera les plus grands avantages»[22].

  [22] _Discours préliminaire_; p. 95.

Avec Lamarck, nous sommes donc, bien manifestement, en présence d'un
génie éminemment philosophique, et social, voué à l'étude positive et
simultanée du monde, de l'homme et de la société, dont la pensée s'est
rapidement élevée et familièrement maintenue sur les plus hauts
sommets.

Pour toutes ces raisons, ce grand homme est digne de la plus profonde
vénération des positivistes.

Je vais, du moins, m'efforcer de mettre cette affirmation hors de tout
débat contradictoire, en effectuant une analyse plus spéciale des
principales œuvres de Lamarck.



III

Appréciation des principaux travaux de Lamarck.


I

TRAVAUX COSMOLOGIQUES

L'activité studieuse, vraiment extraordinaire, de Lamarck, s'est
exercée dans tous les domaines des sciences physiques et naturelles
avec une grande fécondité, et, bien que sa gloire dérive surtout de
ses découvertes biologiques, il n'en a pas moins émis, en cosmologie,
quelques théories ingénieuses dont la conception suffirait à l'honneur
d'un savant ordinaire; car, à cet égard même, il a souvent devancé son
époque[23].

  [23] L'énumération détaillée de tous les ouvrages de Lamarck se
  trouve dans un index bibliographique, publié dans le livre le
  plus complet qui existe, jusqu'ici, sur Lamarck: _Lamarck, the
  founder of evolution, his life and work, with translations of his
  writings on organic évolution, by Alphens S. Packard, Longman,
  green, and Co, New-York, 1901._

En minéralogie, par exemple, il a mis en lumière les caractères
fondamentaux qui distinguent les corps organiques des corps vivants,
et proposé de classer les premiers en séries, en prenant pour base
initiale, soit l'ancienneté de leur origine, soit l'éloignement qui
existe entre la structure de chacun d'eux et celle des êtres
organisés.

En géologie, il soutenait, à juste titre, que la surface terrestre est
dans un état permanent de transformation et que l'intelligence des
phénomènes anciens est subordonnée à l'étude préalable des phénomènes
actuels.

On lui doit sur ce sujet tout un ouvrage intitulé: _Hydrogéologie ou
recherches sur l'influence qu'ont les eaux sur la surface du globe
terrestre; sur les causes de l'existence du bassin des mers, de son
déplacement et de son transport successif sur les différents points de
la surface du globe; enfin sur les changements que les corps vivants
exercent sur la nature et l'état de cette surface_ (An X).

Certes, ce livre contient des hypothèses que les observations
scientifiques, postérieures, ont ruinées; mais son auteur n'en est pas
moins au premier rang de ceux qui ont conçu la doctrine, aujourd'hui
triomphante, de la lenteur et de la continuité des grandes révolutions
du globe, et qui se sont efforcés de la substituer à la théorie des
cataclysmes, universels et successifs.

De plus, Lamarck a dévoilé le rôle énorme des protozoaires et des
zoophytes, dans la constitution des couches calcaires de la croûte
terrestre et c'est à lui qu'on doit l'attribution exclusive, aux
restes des anciens êtres organisés, du nom de fossiles, qui,
primitivement, était donné, d'une manière vague, à tous les objets de
curiosité trouvés dans la terre.

«C'est à ces dépouilles encore reconnaissables des corps organisés,
dit-il, qu'on trouve dans le sein de la terre et à sa surface, que
j'ai donné particulièrement le nom de _fossiles_»[24].

  [24] _Hydrogéologie_; p. 55.

«Ces fossiles sont des _monuments_ extrêmement précieux pour l'étude
des révolutions qu'ont subies les différents points de la surface du
globe et des changements que les êtres vivants y ont eux-mêmes
successivement éprouvés»[25].

  [25] _Sur les fossiles_; appendice au _Système des animaux sans
  vertèbres_, 1801; p. 408.

S'appuyant sur cet ensemble de matériaux et de faits, Lamarck
éliminait les traditions bibliques relatives au déluge et à l'origine
récente de la terre; scrutant l'immensité des temps que représentent
les modifications que notre planète a subies, il écrivait:

«Combien cette antiquité du globe terrestre s'agrandira encore aux
yeux de l'homme, lorsqu'il se sera formé une juste idée de l'origine
des corps vivants, ainsi que des causes du développement et du
perfectionnement graduels de l'organisation de ces corps et surtout
lorsqu'il concevra que le temps et les circonstances ayant été
nécessaires pour donner l'existence à toutes les espèces vivantes
telles que nous les voyons actuellement, il est lui-même le résultat
et le _maximum_ actuel de ce perfectionnement, dont le terme, s'il en
existe, ne peut être connu»[26].

  [26] _Hydrogéologie_, p. 89, et _Mémoires sur les fossiles des
  environs de Paris_, 1823; Introduction.

Passionné pour l'histoire de notre globe, il avait même conçu le
projet de ne publier ses travaux biologiques qu'après ses observations
sur la météorologie, qui devaient servir de première partie à une
_Physique terrestre_, dans laquelle il aurait étudié tout ce qui se
passe et tout ce qu'on observe à la surface et dans la croûte externe
de la terre.

Effectivement, il publia plusieurs mémoires sur la météorologie, et,
pendant onze ans consécutifs, de 1800 à 1810, un annuaire
météorologique.

Arago, dans l'_Histoire de sa jeunesse_, raconte, à ce sujet, une
anecdote édifiante, datant de 1809; il venait d'entrer à l'Académie
des Sciences et il assistait à une séance solennelle dans laquelle
les membres de cette Académie devaient présenter à Napoléon leurs
dernières œuvres.

Lamarck lui ayant offert un livre, Napoléon s'écria:

--Qu'est-ce que cela? C'est votre absurde météorologie! C'est cet
ouvrage dans lequel vous faites concurrence à Mathieu Lænsberg, cet
annuaire qui déshonore vos vieux jours; faites de l'histoire naturelle
et je recevrai vos productions avec plaisir.--Ce volume, je ne le
prends que par considération pour vos cheveux blancs. Tenez..... et il
passa le livre à un aide de camp, sans l'examiner.

Vainement Lamarck insista pour faire remarquer qu'il y avait confusion
et que le livre qu'il offrait était un ouvrage d'histoire naturelle;
le despote insolent ne l'écouta pas et reçut la _Philosophie
zoologique_, qu'en réalité l'auteur lui présentait, comme un annuaire
de météorologie.

Le vieux philosophe naturaliste, affligé de cette brutale
méconnaissance, versa des larmes, ajoute Arago.

L'injure gratuite, qui lui fut faite en cette circonstance, dut, en
effet, lui être d'autant plus sensible qu'elle attestait que Bonaparte
n'était pas moins ignorant du but que Lamarck poursuivait avec son
annuaire météorologique, qu'incapable d'apprécier la _Philosophie
zoologique_; car Lamarck s'est toujours défendu, dans toutes les
préfaces de cet annuaire, de faire des _prédictions_; il n'a jamais
voulu donner que des _probabilités_, résultant de l'observation des
phénomènes correspondants des années précédentes; il proclamait bien
haut et sans cesse, que l'objet de son annuaire météorologique était
«de publier annuellement toutes les observations des physiciens
météorologistes qu'il aurait pu recueillir, pendant l'année, ou au
moins leurs principaux résultats, d'y exposer les siennes, et
d'employer ces faits, sous les yeux même du public, à la recherche
d'un ordre quelconque dans les principales variations de l'atmosphère
en nos climats»[27].

  [27] _Annuaire météorologique pour l'an X_; p. 1.

En un mot, Lamarck voulait introduire la méthode scientifique dans les
études météorologiques.

Il demanda et obtint qu'on établît, en différents points de la France,
«une correspondance d'observations météorologiques détaillées et
régulières, faites au moins trois fois par jour, dans chacun de ces
points, et ensuite toutes ramenées à un point central pour y être
mises en comparaison les unes avec les autres et en regard, avec les
causes qui ont pu occasionner les faits que ces observations
concernent, afin d'en pouvoir obtenir des résultats»[28].

  [28] _Ibidem_; p. 7.

Lamarck fut, un moment, chargé, par le ministre de l'Intérieur, de
diriger cette correspondance et il eut ainsi, le premier, la
conception de notre bureau central météorologique actuel et des
observatoires régionaux qui lui sont rattachés.

Il a, de plus, émis l'idée des marées atmosphériques et du peuplement
de l'air par des germes microscopiques, qui, croyait-il, donnaient
naissance à des animalcules.

Enfin, en chimie générale, Lamarck s'est efforcé de prouver que tous
les actes chimiques dépendent des atomes, qui entrent dans la
composition des corps, et que ces atomes, par leur nature, leur forme
et leur disposition, déterminent la différence des corps composés.

Au surplus, je ne signale que pour mémoire toutes ces vues
cosmologiques, originales, de Lamarck, dont quelques-unes, plus
approfondies, ont cependant fait fortune ultérieurement; car
l'influence, exercée par ce grand homme sur la science et sur
l'évolution de l'esprit humain, est exclusivement inhérente à ses
travaux biologiques.


II

TRAVAUX BIOLOGIQUES

Les travaux biologiques de Lamarck sont innombrables et gigantesques.
Ils ont, à vrai dire, pour objet, tous les aspects de la biologie,
puisqu'ils concernent: la biologie générale, l'anatomie générale et
descriptive, l'histoire naturelle, la biotaxie, la physiologie
générale, la physiologie spéciale du système nerveux périphérique, la
physiologie cérébrale, la théorie des milieux, la théorie de la
modificabilité, la généalogie des animaux et de l'homme.

Nous allons successivement passer en revue tous ces travaux qui se
distinguent par le génie philosophique et synthétique. Ils sont
condensés dans: les _Considérations sur l'organisation des corps
vivants_, la _Philosophie zoologique_ et l'_Histoire naturelle des
animaux sans vertèbres_, pièces justificatives et supplément de la
_Philosophie zoologique_, fruit de quarante ans d'études
ininterrompues[29].

  [29] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_:
  Avertissement; pp. ij; vj; xiij.

_Biologie générale._

Spéculant, comme Buffon, comme Bichat, comme tous les penseurs de son
temps, sur la nature des phénomènes que présentent tous les êtres
organisés, sans distinction, Lamarck s'est continuellement préoccupé
de formuler une théorie générale de la vie, aussi positive que
possible.

Il ne méconnaît nullement les propriétés spéciales, qui font que les
corps inorganiques forment, à nos yeux, une catégorie distincte des
corps vivants; il démontre que les premiers ont une constitution
essentiellement moléculaire, qu'ils sont homogènes, solides, liquides
ou gazeux, que leur forme est inconstante, que leurs molécules sont
indépendantes, qu'ils sont dans un état apparent de repos et perdent
leur forme, leur consistance et même leur nature, sous l'influence du
mouvement et de certains changements extérieurs, que leur croissance
n'est pas limitée et s'opère par juxtaposition, enfin qu'ils sont
formés de parties séparables, qu'ils ne sont pas soumis à l'obligation
de se nourrir et n'ont, à proprement parler, ni naissance, ni mort;
tandis que, tout au contraire, les corps vivants sont individualisés;
ils sont hétérogènes; ils réunissent en eux, au moins deux états de la
matière; ils ont une forme spéciale; leurs molécules dépendent les
unes des autres et concourent à une même fin; ils subissent de
perpétuels changements d'état, sans changer de nature; ils sont
continuellement en voie de destruction et de rénovation matérielle;
leur développement est borné et s'opère par intussusception; enfin ils
sont astreints à la nutrition; ils proviennent d'un germe originel;
ils n'ont qu'une existence limitée durant laquelle ils évoluent; ils
naissent, se développent et meurent[30].

  [30] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, 1re partie,
  chap. I et II.

«Les caractères des corps inorganiques, mis en opposition avec ceux
des corps vivants, nous font connaître, dit Lamarck, l'existence d'un
hiatus, en quelque sorte immense, entre les uns et les autres, hiatus
constitué par l'impossibilité des uns de donner lieu au phénomène de
la vie, tandis que l'exécution de ce phénomène est possible et
toujours effectif dans les autres»[31].

  [31] _Ibidem_; p. 37.

Mais, d'autre part, Lamarck s'attache avec persévérance à démontrer:
que la vie ne nous paraît miraculeuse que parce que nous la
connaissons et l'étudions mal; qu'elle n'est pas un phénomène
surnaturel, soustrait à nos investigations; que les anciens
philosophes ont, à tort, imaginé qu'elle pouvait exister
indépendamment et hors des corps dans lesquels elle se manifeste; que
les phénomènes biologiques sont impérieusement subordonnés aux
phénomènes physico-chimiques.

Donc, c'est dans l'observation de la nature, seule, qu'il cherche le
secret de la vie.

«Hors de la nature, dit-il, tout n'est qu'égarement et mensonge»[32];
et il rattache étroitement la vie à l'ensemble de la matière, au moyen
des principes suivants qu'il formule comme principes fondamentaux:

«_1er Principe_: Tout fait ou phénomène que l'observation peut faire
connaître, est essentiellement physique et ne doit son existence ou sa
production qu'à des corps, ou qu'à des relations entre des corps.

«_2e Principe_: Tout mouvement ou changement, toute force agissante et
tout effet quelconque, observés dans un corps, tiennent nécessairement
à des causes mécaniques régies par des lois.

«_3e Principe_: Tout fait ou phénomène observé dans un corps vivant
est à la fois un fait ou phénomène physique et un produit de
l'organisation.

«_4e Principe_: Il n'y a, dans la nature, aucune matière qui ait en
propre la faculté de _vivre_. Tout corps, en qui la vie se manifeste,
offre, dans le produit de l'organisation qu'il possède, et dans celui
d'une suite de mouvements excités dans ses parties, le phénomène
physique et organique que la _vie_ constitue, phénomène qui s'exécute
et se maintient dans ce corps, tant que les conditions essentielles à
sa production subsistent.

«_5e Principe_: Il n'y a, dans la nature, aucune matière qui ait en
propre la faculté d'avoir ou de se former des idées, en un mot, de
_penser_. Là où de pareils phénomènes se montrent (et l'on n'en
observe de cette sorte que dans les animaux les plus parfaits), l'on
trouve toujours un système d'organes particulier, propre à les
produire, système dont l'étendue et l'intégrité sont constamment en
rapports avec le degré d'éminence et l'état des phénomènes dont il
s'agit.

«_6e Principe_: Enfin, il n'y a, dans la nature, aucune matière qui
ait en propre la faculté de sentir; aussi, là où cette faculté peut
être constatée, là seulement se trouve, dans le corps vivant qui en
est doué, un système d'organes particulier, capable de donner lieu au
phénomène physique, mécanique et organique, qui, seul, constitue la
_sensation_»[33].

  [32] _Philosophie zoologique_, édit. Martins: II; p. 3.

  [33] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 11.

Il ressort clairement de ces principes, dans lesquels le génie
abstrait et généralisateur de Lamarck éclate si manifestement, que,
pour lui, la vie n'est autre que le phénomène ou l'ensemble de
phénomènes présenté par un organisme en fonction et que la sensation,
les facultés morales et les facultés intellectuelles ont, comme elle,
un substratum matériel.

Entraîné par son désir de tout expliquer scientifiquement, il a même
l'audace de soutenir que «la nature, à l'aide de la chaleur, de la
lumière, de l'électricité et de l'humidité, forme des générations
spontanées ou directes, à l'extrémité de chaque règne des corps
vivants, où se trouvent les plus simples de ces corps»[34], et il
déclare qu'il ne doute nullement «que les eaux soient le berceau du
règne animal tout entier»[35].

  [34] _Philosophie zoologique_, II; p. 75.

  [35] _Ibidem_, II; p. 418.

Dans tous les cas, si la vie est, intégralement, un phénomène naturel,
il en est de même, bien entendu, de sa manifestation ultime, de la
mort, et de la putréfaction consécutive qui libère, pour une nouvelle
activité, les matériaux constitutifs des corps vivants et les fait
rentrer dans le circulus universel.

«L'organisation et la vie, dit Lamarck, ne sont que des phénomènes
naturels et leur destruction dans l'individu qui les possède n'est
encore qu'un phénomène naturel, suite nécessaire de l'existence des
premiers.

«Les corps sont, sans cesse, assujettis à des mutations d'état, de
combinaison et de nature, au milieu desquelles les uns passent
continuellement, de l'état de corps inerte ou passif, à celui qui
permet en eux la vie, tandis que les autres repassent de l'état vivant
à celui de corps brut et sans vie. Ces passages de la vie à la mort et
de la mort à la vie font évidemment partie du cercle de toutes les
sortes de changements auxquels, pendant le cours des temps, tous les
corps physiques sont soumis»[36].

  [36] _Philosophie zoologique_, vol. II; p. 57.

Et ailleurs:

«La mort de tout corps vivant est un phénomène naturel qui résulte
nécessairement des suites de la vie dans ce corps, si quelque cause
accidentelle ne le produit pas avant que les causes naturelles
l'amènent; ce phénomène n'est autre chose que la cessation complète
des mouvements vitaux à la suite d'un dérangement quelconque dans
l'ordre et l'état des choses nécessaire pour l'exécution de ces
mouvements; et dans les animaux à organisation très composée, les
principaux systèmes d'organes possédant, en quelque sorte, une vie
particulière, quoique étroitement liée à la vie générale de
l'individu, la mort de l'animal s'exécute graduellement et comme par
parties, de manière que la vie s'éteint successivement dans ses
principaux organes et dans un ordre constamment le même, et l'instant
où le dernier organe cesse de vivre est celui qui complète la mort de
l'individu»[37].

  [37] _Philosophie zoologique_, II; p. 153.

Prenant ainsi position sur les plus hauts sommets des sciences
naturelles, Lamarck a toujours, de préférence, dans toutes ses études,
fixé son attention sur les facultés communes à tous les corps vivants
qui sont, disait-il:

1º de se _nourrir_ à l'aide de matières alimentaires incorporées;

2º de composer leur corps, c'est-à-dire de former eux-mêmes les
substances propres qui le constituent, avec des matériaux qui en
contiennent seulement les principes et que les matières alimentaires
leur fournissent particulièrement;

3º de se développer et de s'accroître jusqu'à un certain terme,
particulier à chacun d'eux, sans que leur accroissement résulte de
l'apposition à l'extérieur des matières qui se réunissent à leur
corps;

4º de se régénérer eux-mêmes, c'est-à-dire de produire d'autres corps
qui leur soient en tout semblables;

5º de perdre la vie qu'ils possédaient par une cause qui est en
eux-mêmes[38].

  [38] _Ibidem_, chap. VIII. Les facultés communes à tous les corps
  vivants; spécialement, p. 106 et 116.

Finalement, par ses méditations constantes sur les phénomènes communs
à tous les êtres organisés «dont la totalité peut être regardée comme
un laboratoire immense et toujours actif», Lamarck fut conduit à la
conception d'une science générale de la vie, qu'il exposa dans les
termes suivants:

«La vie que les corps vivants possèdent, ainsi que les facultés qu'ils
en obtiennent, les distinguent essentiellement des autres corps de la
nature. Ils offrent en eux, et dans les phénomènes divers qu'ils
présentent, les matériaux d'une science particulière qui n'est pas
encore fondée, qui n'a pas même de nom, dont j'ai proposé quelques
bases dans ma _Philosophie zoologique_, et à laquelle je donnerai le
nom de _Biologie_.

«On conçoit que tout ce qui est généralement commun aux végétaux et
aux animaux, comme toutes les facultés qui sont propres à chacun de
ces êtres sans exception, doit constituer l'unique et vaste objet de
la _Biologie_; car les deux sortes d'êtres que je viens de citer sont
tous essentiellement des corps vivants et ce sont les seuls êtres de
cette nature qui existent sur notre globe.

«Les considérations qui appartiennent à la _Biologie_ sont donc tout à
fait indépendantes des différences que les végétaux et les animaux
peuvent offrir dans leur nature, leur état, et les facultés qui
peuvent être particulières à certains d'entre eux»[39].

  [39] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, vol. Ier;
  p. 49.

Les vœux de Lamarck sont aujourd'hui réalisés. Non seulement, la
_Biologie_ s'est constituée avec le caractère de haute généralité
qu'il désirait; mais encore elle a conservé le nom de baptême qu'il
lui a donné.

_Anatomie générale.--Anatomie descriptive.--Histoire naturelle._

En anatomie générale, universalisant la notion que le génie de Bichat
avait seulement étendue à la considération de l'ensemble de
l'organisme humain qui lui était plus familière, Lamarck a montré que
le tissu cellulaire doit être regardé «comme la gangue dans laquelle
tout organisme a été formé».[40]

  [40] _Philosophie zoologique_, II, chap. V.

«Le tissu cellulaire, dit-il, est la matrice générale de tout
organisme, et, sans ce tissu, aucun corps vivant ne pourrait exister
et n'aurait pu se former.»

De plus, observant que les divers tissus des végétaux cotylédonés ne
sont que du tissu cellulaire modifié, il soutient que tous les organes
se forment au milieu et aux dépens de ce tissu.

En anatomie descriptive, on doit à Lamarck la connaissance de la
structure d'innombrables espèces de plantes, et, surtout,
d'Invertébrés vivants et fossiles.

Enfin, on lui doit l'histoire naturelle de la plus grande partie de la
multitude de ces derniers êtres, c'est-à-dire l'étude minutieuse de
leur nature propre, de leur mode de nutrition, de reproduction,
d'habitat, et du rang qu'il convient d'assigner à chacune de leurs
classes dans la série animale.

C'est Lamarck, en effet, qui a reconnu les caractères différentiels
des animaux sans vertèbres et substitué le nom d'_Invertébrés_ à celui
d'animaux à sang blanc, sous lequel on les désignait, par erreur,
antérieurement, et c'est lui qui a mis en ordre méthodiquement, après
avoir déterminé leurs caractères spécifiques: les Mollusques, en 1795;
les Échinodermes et les Crustacés en 1799; les Arachnides, en 1800;
les Annélides et les Radiaires, en 1802; les Infusoires, en 1807; les
Ascidiens, en 1815.

Dès 1801, dans le _Système des animaux sans vertèbres_, Lamarck
partage ces animaux en sept classes distinctes, savoir: 1º les
Mollusques; 2º les Crustacés; 3º les Arachnides; 4º les Insectes; 5º
les Vers; 6º les Radiaires; 7º les Polypes[41].

  [41] P. 35.

Il porte le nombre de ces classes à 10, en 1807, par l'adjonction des
Cirrhipèdes, des Annélides et des Infusoires[42], et à 13, en 1815,
par celle des Ascidiens, des Acéphales, et des Épizoaires[43].

  [42] _Philosophie zoologique_, I; p. 138.

  [43] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; pp.
  455-57.

Toutes ces découvertes de Lamarck, qui n'ont reçu que des
perfectionnements ultérieurs, ne lui ont jamais été sérieusement
contestées, bien que leur valeur réelle n'ait été que plus tardivement
appréciée.

«Ce qui lui appartient, ce qui demeurera fondamental dans toutes les
recherches ultérieures, dit Cuvier, ce sont ses observations sur les
coquilles et sur les polypiers, soit pierreux, soit flexibles; la
sagacité avec laquelle il en a circonscrit et caractérisé les genres,
d'après des circonstances de forme, de proportion, de surface et de
structure, choisies avec jugement et appréciables avec facilité, la
persévérance avec laquelle il en a compté les espèces, en a fixé la
synonymie, leur a donné des descriptions détaillées et claires, ont
fait successivement de chacun de ces ouvrages, le régulateur de cette
partie de l'histoire naturelle»[44].

  [44] Éloge lu à l'Académie des Sciences, le 26 novembre 1832, par
  le baron Sylvestre.

_Biotaxie._

Mais, malgré ses aptitudes exceptionnelles aux observations les plus
précises, Lamarck n'était pas de ces naturalistes, au champ visuel
rétréci, qui se confinent dans les détails et se contentent de
connaître tous les dédales de leur taupinière scientifique; c'était un
philosophe et toutes ses recherches avaient les idées générales pour
point de départ ou pour destination.

Fort de l'expérience que lui avait donnée l'étude approfondie des
Invertébrés, il entreprit de soustraire l'art général des
classifications zoologiques à l'arbitraire et de le soumettre à une
législation rigoureuse[45]. Se conformant strictement à la méthode
naturelle, il institua des règles pour former les embranchements, les
classes, les ordres, les familles, les genres, les nomenclatures, et
s'efforça de ranger tous les animaux en série graduée, autrement dit,
de constituer une échelle animale, en prenant l'homme comme terme de
comparaison, comme zoomètre, en s'élevant jusqu'à lui, suivant une
marche progressive conduisant de l'organisation la plus simple à la
plus composée, et en accordant aux organes eux-mêmes un ordre
d'importance fixé par le tableau ci-dessous[46]:

  Organes de la digestion;
     »    de la respiration;
     »    du mouvement;
     »    de la génération;
     »    du sentiment;
     »    de la circulation.

  [45] _Philosophie zoologique_, chap. V; _Histoire naturelle des
  animaux sans vertèbres_, VIIe partie.

  [46] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 360.

Cette prééminence, accordée par Lamarck, dans la hiérarchie animale,
aux organes de la vie végétative, représentait le côté défectueux de
sa méthode; car il est bien manifeste que la supériorité relative des
animaux résulte surtout de ce qui caractérise le mieux l'animalité,
c'est-à-dire du développement de leurs facultés intellectuelles et
morales et de locomotion, ou, plus exactement, de leur système
nerveux.

D'ailleurs, infidèle lui-même, en certains points, à sa propre
méthode, Lamarck proposa finalement de disposer, hiérarchiquement, les
trois groupes qu'il reconnaissait dans le règne animal, «en
considérant l'exclusion ou la possession des facultés les plus
éminentes dont la nature animale puisse être douée, savoir le
sentiment et l'intelligence», et il dressa pour la série animale
l'échelle que voici[47]:

DISTRIBUTION GÉNÉRALE ET DIVISIONS PRIMAIRES DES ANIMAUX

    =Animaux sans vertèbres=

    I. Animaux apathiques.      Ils ne sentent point, et ne se meuvent
                                que par leur irritabilité excitée.


      =1. Les Infusoires.=
      =2. Les Polypes.=         _Caract._ Point de cerveau, ni de masse
      =3. Les Radiaires.=       médullaire allongée; point de sens;
      =4. Les Vers.=            formes variées; rarement des articulations.
         (Épizoaires).

   II. Animaux sensibles.       Ils sentent, mais n'obtiennent de
                                leurs sensations que des _perceptions_
      =5. Les Insectes.=        des objets, espèces d'idées
      =6. Les Arachnides.=      simples qu'ils ne peuvent combiner
      =7. Les Crustacés.=       entr'elles pour en obtenir de
      =8. Les Annélides.=       complexes.
      =9. Les Cirrhipèdes.=
      =10. Les Mollusques.=     _Caract._ Point de colonne vertébrale;
                                un cerveau et le plus souvent une
                                masse médullaire allongée; quelques
                                sens distincts; les organes du
                                mouvement attachés sous la peau;
                                forme symétrique par des parties
                                paires.

    =Animaux vertébrés.=

  III. Animaux intelligents.    Ils sentent; acquièrent des idées
                                conservables; exécutent des opérations
     =11. Les Poissons.=        entre ces idées, qui leur en fournissent
     =12. Les Reptiles.=        d'autres; et sont intelligents
     =13. Les Oiseaux.=         dans différents degrés.
     =14. Les Mammifères.=
                                _Caract._ Une colonne vertébrale; un
                                cerveau et une moelle épinière;
                                des sens distincts; les organes du
                                mouvement fixés sur les parties
                                d'un squelette intérieur; forme
                                symétrique par des parties paires.

  [47] _Ibidem_; p. 381.

Cette échelle animale, sur laquelle Lamarck donne, ailleurs, des
détails scientifiques beaucoup plus explicites[48] et qui ne cessa
jamais de faire l'objet de ses méditations, avait principalement, dans
sa pensée, une valeur didactique; il la considérait comme un artifice
logique, comme un grand instrument pédagogique, comme une sorte de
tableau synoptique, dont on devait faire usage dans les ouvrages et
dans les cours, «pour caractériser, distinguer et faire connaître les
animaux observés», et pour résumer, dans une intense condensation, les
connaissances acquises «sur la progression des différentes
organisations animales, considérées chacune dans l'ensemble de leurs
parties, en s'aidant des préceptes qu'il avait proposés»[49].

  [48] _Philosophie zoologique_, chap. VI: Dégradation et
  simplification de l'organisation d'une extrémité à l'autre de la
  chaîne animale, en procédant du plus composé vers le plus simple.

  [49] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 461.

Mais, simultanément, comme nous le montrerons ensuite, Lamarck se
proposa de dresser une échelle des animaux, conformément à leur ordre
présumé de formation[50], persuadé qu'il était que «la nature
n'opérant rien que graduellement, et, par cela même, n'ayant pu
produire les animaux que successivement, a, évidemment, procédé, dans
cette production, du plus simple vers le plus composé.»

Cette tentative était prématurée à une époque où la paléontologie
naissait à peine; néanmoins, jointe à ses autres travaux biotaxiques,
elle contribue à faire de Lamarck le continuateur immédiat d'Aristote
et de Linné et l'instituteur définitif de la série animale, dont la
notion et l'usage ont si puissamment secondé les recherches et les
découvertes biologiques du XIXe siècle.

  [50] _Philosophie zoologique_, 1re partie, chap. VIII, et
  _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; pp. 370 et
  457.

_Physiologie générale._

Lamarck n'a pas illuminé le domaine de la physiologie moins
profondément que celui de la philosophie anatomique.

En physiologie générale, mieux inspiré que ses contemporains qui
plaçaient le principal foyer de la chaleur animale dans l'appareil
respiratoire et la faisaient résulter de la combinaison de l'air avec
le sang dans les poumons, il considérait que la véritable source de ce
phénomène devait être recherchée dans les combustions opérées dans
l'intimité des tissus[51]; en outre, il distinguait, judicieusement,
comme Haller, la contractilité de la sensibilité[52]; de plus, en
suivant, dans ses _Considérations sur l'organisation des corps
vivants_, la dégradation progressive des organes spéciaux jusqu'à leur
anéantissement, et en étudiant ensuite, dans sa _Philosophie
zoologique_[53], les fonctions des appareils et des organes, dans
l'ensemble de la série, il a montré comment on peut déterminer
rigoureusement, à l'aide de l'anatomie et de la physiologie comparées,
les caractères fondamentaux de chaque appareil organique et de chaque
fonction.

  [51] _Philosophie zoologique_, II; p. 30.

  [52] _Ibidem_, p. 40 et _Histoire naturelle des animaux sans
  vertèbres_; pp. 90 et suiv.; 229 et suiv.

  [53] _Philosophie zoologique_, II; pp. 117 et suiv.

Enfin, Lamarck a découvert et démontré cette grande loi naturelle, qui
projette, sur la sociologie et sur la morale, autant de lumière que
sur la biologie, à savoir: _il n'y a pas de fonction sans organe_.

«Les facultés particulières, dit-il, sont chacune le produit d'un
organe ou d'un système d'organes spécial qui les leur procure, en
sorte que tout animal, en qui cet organe ou ce système d'organes
n'existe pas, ne peut nullement posséder la faculté qu'il donne à ceux
qui en sont munis.

«Partout où un organe spécial n'existe plus, la faculté à laquelle il
donnait lieu cesse aussi d'exister, et, à mesure qu'un organe se
dégrade et s'appauvrit, la faculté qui en résultait devient
proportionnellement plus obscure et plus imparfaite»[54].

  [54] _Philosophie zoologique_, vol. I; pp. 217 et 218.

Enfin Lamarck établit que la fonction crée et développe l'organe, ou
que sa désuétude est suivie d'atrophie, et que les modifications, qui
se produisent chez l'individu, sont transmises et conservées par
l'hérédité.

En conséquence, il formule les deux lois suivantes:

«_Première loi_: Dans tout animal qui n'a pas dépassé le terme de ses
développements, l'emploi plus fréquent et soutenu d'un organe
quelconque, fortifie peu à peu cet organe, le développe, l'agrandit et
lui donne une puissance proportionnée à la durée de cet emploi; tandis
que le défaut constant d'usage de tel organe, l'affaiblit
insensiblement, le détériore, diminue progressivement ses facultés et
finit par le faire disparaître.

«_Deuxième loi_: Tout ce que la nature a fait acquérir ou perdre aux
individus, par l'influence des circonstances où leur vie se trouve
depuis longtemps exposée, et, par conséquent, par l'influence de
l'emploi prédominant d'un organe ou par celle d'un défaut constant
d'usage de telle partie, elle le conserve, par la génération, aux
nouveaux individus qui en proviennent, pourvu que les changements
acquis soient communs aux deux sexes ou à ceux qui ont produit ces
nouveaux individus»[55].

  [55] _Ibidem_, p. 235 et _Histoire naturelle des animaux sans
  vertèbres_, I; pp. 181 et suiv.

Lamarck attachait, avec un légitime orgueil, un prix tout particulier
à la découverte de ces lois; il disait de la première:

   «En considérant l'importance de cette loi et les lumières
   qu'elle répand sur les causes qui ont amené l'étonnante
   diversité des animaux, je tiens plus à l'avoir reconnue et
   déterminée le premier, qu'à la satisfaction d'avoir formé des
   classes, des ordres, beaucoup de genres et quantité d'espèces,
   en m'occupant de l'art des distinctions, art qui fait presque
   l'unique objet des études des autres zoologistes»[56].

  [56] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 191.

_Physiologie spéciale du système nerveux périphérique et du système
nerveux central._

Dans cette région supérieure, délicate et complexe, de la biologie,
dont l'exploration scientifique commençait à peine au temps où vivait
Lamarck, aucune découverte essentielle n'est propre à ce grand homme.
Cependant il n'est pas impossible qu'il en ait inspiré et préparé
quelques-unes, par les hypothèses magistrales qu'il émit.

En effet, convaincu qu'il n'y a pas de fonction sans organe et se
basant sur une analyse très sagace des faits physiologiques, il eut le
pressentiment des fonctions du grand sympathique[57]; il distingua
formellement les nerfs moteurs des nerfs sensitifs, avant que la
vérification anatomique de cette distinction fût faite[58].

  [57] _Ibidem_, I; pp. 228 et 230.

  [58] _Philosophie zoologique_, 1809, II; pp. 185, 188 et 240. La
  publication des mémorables travaux de Charles Bell, sur le même
  sujet, ne date réellement que de 1826.

«Qu'importe, disait-il, que les différents systèmes de nerfs
particuliers, que je viens de citer, ne soient pas susceptibles d'être
distingués les uns des autres anatomiquement, si les résultats de
leurs fonctions les distinguent constamment et constatent leur
indépendance»[59].

  [59] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; pp. 209
  et 223.

Il soupçonna le rôle que joue la moelle épinière, comme centre de
coordination des actes réflexes[60] et fut persuadé que, suivant la
pittoresque expression de Pierre Laffitte, le cerveau est un grand
seigneur qui ne donne pas audience à tout le monde.

  [60] _Philosophie zoologique_, II; p. 181.

En résumé, il professait--ce qui n'était pas commun de son temps, même
parmi les naturalistes--que les fonctions du système nerveux sont:

«1º De provoquer l'action des muscles;

«2º de donner lieu au sentiment, c'est-à-dire aux sensations qui le
constituent;

«3º de produire les émotions du sentiment intérieur;

«4º enfin d'effectuer la formation des idées, des jugements, des
pensées, de l'imagination, de la mémoire, etc.»[61].

  [61] _Philosophie zoologique_, II; p. 184.

Avec Cabanis, Lamarck admettait, en effet, que «les deux grandes
modifications de notre existence, qu'on nomme le physique et le moral,
et qui offrent deux ordres de phénomènes, si séparés en apparence, ont
leur base commune dans l'organisation»[62].

  [62] _Ibidem_, I; p. 353, et _Histoire naturelle des animaux sans
  vertèbres_; p. 222.

Pour lui, «le physique et le moral ont une source commune; les idées,
la pensée, l'imagination même ne sont que des phénomènes de la nature,
et conséquemment que de véritables faits d'organisation»[63].

  [63] _Philosophie zoologique_, II; p. 162.

«On ne saurait douter, maintenant, que les actes d'intelligence ne
soient uniquement des faits d'organisation, puisque, dans l'homme même
qui tient de si près aux animaux par la sienne, il est reconnu que des
dérangements dans les organes qui produisent ces actes, en entraînent
dans la production des actes dont il s'agit et dans la nature même de
leurs résultats»[64].

  [64] _Ibidem_; p. 162.

Lamarck niait donc qu'il y eût, dans la source originelle des
facultés intellectuelles et morales «quelque chose de métaphysique,
quelque chose qui soit étranger à la matière»[65].

  [65] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 222.

«Quel est, demandait-il, cet être particulier qu'on nomme esprit et
qui est, dit-on, en rapport avec les actes du cerveau, de manière que
les fonctions de cet organe sont d'un autre ordre que celles des
autres organes de l'individu?»

«Je ne vois, dans cet être factice, dont la nature ne m'offre aucun
modèle, qu'un moyen imaginé pour résoudre des difficultés que l'on
n'avait pu lever, faute d'avoir étudié suffisamment les lois de la
nature»[66].

  [66] _Philosophie zoologique_, II; p. 158.

Bref, Lamarck soutenait, avec Gall: que les facultés, intellectuelles
et morales ont un siège organique; que ce siège est le cerveau; que le
développement de ces facultés correspond à celui de l'appareil dans
lequel elles résident[67]; que cet appareil n'est pas simple et que
ces facultés elles-mêmes sont multiples[68].

  [67] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; pp. 208,
  211, 225, 237.

  [68] _Ibidem_, pp. 224, 230, 236.

Enfin, comme le grand biologiste, dont je viens de rappeler le nom et
dont le génie fut aussi d'abord méconnu, Lamarck entreprit l'analyse
des facultés intellectuelles et morales; il les a décomposées en trois
grands groupes distincts: le sentiment, l'intelligence, la volonté,
et, procédant à une étude plus approfondie du premier, attendu que,
dans le domaine du moraliste, une part importante revient au
naturaliste[69], il montrait que, du penchant fondamental à la
conservation, dérivent, naturellement: le penchant à la reproduction;
la tendance vers le bien-être; l'amour de soi-même; le penchant à
dominer[70], et que la diversité des hommes provient surtout des
différences qui existent entre eux, sous le rapport de la naissance,
de la constitution physique, de l'âge, de l'éducation, des habitudes,
des occupations, de la fortune, de la situation sociale[71].

  [69] _Ibidem_; p. 281.

  [70] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 270
  et suiv.

  [71] _Ibidem_; p. 298.

Avec une admirable clairvoyance, Lamarck a même nettement aperçu le
danger que présente le développement intellectuel, à l'exclusion du
développement moral:

«Plus l'intelligence est développée dans un individu, disait-il, plus
il en obtient de moyens, et plus, en général, il en profite pour se
livrer avec succès à ses penchants.... Sous certains rapports,
l'intelligence très développée fournit à ceux qui la possèdent de
grands moyens pour abuser, dominer, maîtriser, et, trop souvent, pour
opprimer les autres, ce qui semble rendre cette faculté plus nuisible
qu'utile au bonheur général de toute société»[72].

  [72] _Ibidem_; p. 300.

       *       *       *       *       *

Donc, dans toutes les branches de la physiologie, aussi bien que dans
l'anatomie, Lamarck a laissé des traces de sa rare supériorité.

Pourtant, toutes ces belles études, toutes ces grandes découvertes de
philosophie biologique, que nous avons passées en revue dans les pages
précédentes, ne sont pas celles qui ont contribué le plus à la gloire
de Lamarck; ce ne sont pas celles qui lui assureront le mieux
l'immortalité. Son génie devait s'élever plus haut encore; car dans un
audacieux effort, il embrassa la nature vivante, dans l'immense
étendue des temps écoulés, et pénétra le secret de son infinie
diversité, de ses modifications incessantes et de son développement
continu.

_Théorie des milieux et de la modificabilité._

_Généalogie des animaux et de l'homme._

Depuis que la vie est objectivement étudiée, à l'aide de l'observation
et de l'expérience, personne ne doute plus que ce phénomène soit,
d'une manière générale, rigoureusement subordonné au milieu dans
lequel les êtres qui le présentent se trouvent placés et que les
fonctions les plus essentielles de ceux-ci soient l'expression d'un
mode particulier de relation de leur organisme avec le monde
extérieur.

Mais ce grand fait biologique était beaucoup moins incontesté du temps
de Lamarck, où la métaphysique, dont cet observateur de génie n'avait
pas, lui-même, complètement secoué le joug, était encore triomphante
et troublait toujours les conceptions les plus claires.

En démontrant, avec insistance, que la connaissance de la constitution
propre des êtres vivants ne suffit pas pour l'intelligence de leur
nature, et qu'il faut, de plus, tenir grand compte de l'influence
qu'exercent sur eux la température, l'humidité, la lumière,
l'électricité, le climat, l'altitude, la composition chimique de
l'atmosphère, la nourriture, les habitudes, le genre de vie qui leur
est imposé, c'est-à-dire l'ensemble des circonstances dans lesquelles
ils naissent et se développent, Lamarck eut donc le rare mérite de
compléter la biologie, en lui assignant comme nouvel objet de
recherches, après l'anatomie et la physiologie, l'étude des milieux;
il est, en réalité, l'instituteur définitif de cet important problème.

L'étude des milieux présente même, à ses yeux, un intérêt majeur; car
il la pousse jusqu'à concevoir que les conditions physico-chimiques
ont suffi pour déterminer dans le sein des eaux, la formation de
masses de matière d'une consistance gélatineuse ou mucilagineuse, dans
lesquelles la vie a trouvé ses premiers éléments d'organisation[73] et
que «la nature, à l'aide de la chaleur, de la lumière, de
l'électricité et de l'humidité, forme des générations spontanées ou
directes, à l'extrémité de chaque règne des corps vivants, où se
trouvent les plus simples de ces corps»[74].

  [73] _Philosophie zoologique_, II; p. 79.

  [74] _Ibidem_, p. 75.

S'appuyant sur ce que l'incubation des œufs, la germination et la
végétation des plantes, la vie de certains animaux, peuvent être
suspendues, puis réveillées, par des modifications circonscrites à la
température ambiante, Lamarck attribue, en outre, à la chaleur et à
l'électricité combinées, le privilège d'exciter, d'une manière toute
spéciale, les phénomènes vitaux[75].

  [75] _Ibidem._, IIe partie; chap. III. _De la cause excitatrice
  des mouvements organiques._

Certes, ce rôle de _stimulus_, qu'il attribue à l'électricité,
constituait en 1809 et a constitué jusqu'au début du XXe siècle, une
affirmation sans preuves; mais il n'en est plus absolument de même
aujourd'hui, depuis que M. Delage a entrepris ses curieuses recherches
sur la parthogénèse expérimentale et depuis qu'il a obtenu des larves,
parfaitement viables, en soumettant des œufs d'oursins, non fécondés,
uniquement à des charges électriques méthodiques.

       *       *       *       *       *

Quoi qu'il en soit, s'appropriant, développant, généralisant et
systématisant les idées émises déjà par Hippocrate dans le traité _Des
airs, des eaux et des lieux_, par son maître Buffon dans l'_Histoire
naturelle des animaux_, par Montesquieu dans l'_Esprit des Lois_, par
Cabanis dans _Les Rapports du physique et du moral de l'homme_[76],
Lamarck aboutit à cette théorie capitale:

   «1º que tout changement un peu considérable et ensuite
   maintenu, dans les circonstances où se trouve chaque race
   d'animaux, opère en elle un changement réel dans leurs besoins;

   «2º que tout changement dans les besoins des animaux nécessite
   pour eux d'autres actions pour satisfaire aux nouveaux besoins
   et, par suite, d'autres habitudes;

   «3º que tout nouveau besoin, nécessitant de nouvelles actions
   pour y satisfaire, exige de l'animal qui l'éprouve, soit
   l'emploi plus fréquent de telle de ses parties dont auparavant
   il faisait moins d'usage et qui la développe et l'agrandit
   considérablement, soit l'emploi de nouvelles parties que les
   besoins font naître insensiblement en lui par des efforts de
   son sentiment intérieur»[77];

   «enfin que les résultats, acquis dans l'un et l'autre cas, sont
   fixés, dans la race, par l'hérédité.

  [76] A ce dernier point de vue, le docteur Georges Hervé,
  professeur à l'École d'anthropologie de Paris, a publié, sous le
  titre: _Un transformiste oublié: Cabanis_, une très remarquable
  étude, dans le _Bulletin scientifique de la France et de la
  Belgique_ du 25 juillet 1905.

  [77] _Philosophie zoologique_, I, p. 234, et _Histoire naturelle
  des animaux sans vertèbres_, I, p. 181.

Bref, Lamarck traça, d'une main magistrale, le plan de toute la
théorie de l'évolution des êtres organisés que ses prédécesseurs
avaient simplement ébauché, d'une manière incidente.

Dès 1801, dans l'appendice _sur les fossiles_, joint au _Système des
animaux sans vertèbres_, il en énonce clairement et avec concision la
conception générale, en disant:

«Tout, à la surface de la terre, change de situation, de forme et
d'aspect.

«Or si, comme j'essaierai de le faire voir ailleurs, la diversité des
circonstances amène, pour les êtres vivants, une diversité
d'habitudes, un mode différent d'exister, et, par suite, des
modifications ou des développements dans leurs organes et dans la
forme de leurs parties, on doit sentir qu'insensiblement tout être
vivant quelconque doit varier dans son organisation et dans ses
formes. On doit encore sentir que toutes les modifications qu'il
éprouvera dans son organisation et dans ses formes, par suite des
circonstances qui auront influé sur cet être, se propageront par la
génération, et qu'après une longue suite de siècles, non seulement il
aura pu se former de nouvelles espèces, de nouveaux genres et même de
nouveaux ordres, mais que chaque espèce aura même varié nécessairement
dans son organisation et dans ses formes»[78].

  [78] P. 409.

L'évolution organique, telle que la conçoit Lamarck, résulte donc de
l'influence combinée des variations du milieu, de la loi de l'exercice
et du perfectionnement des organes, et de la loi de l'hérédité; il en
formule la théorie définitive dans la _Philosophie zoologique_,
notamment dans le chapitre VII de la première partie de cet ouvrage,
qu'il consacre à l'étude de l'_influence des circonstances sur les
actions et les habitudes des animaux, et de celle des actions et des
habitudes de ces corps vivants, comme causes qui modifient leur
organisation et leurs parties_, chapitre qui contient non seulement la
théorie des milieux et de la modificabilité, mais aussi les germes de
la théorie de la concurrence vitale[79] et de la sélection naturelle.

  [79] Voir en outre: _Ante_, chap. IV; p. 113, et seconde partie,
  chap. II; pp. 341 et suivantes.

Il y précise le sens qu'il attache à ces expressions:

   «_Les circonstances influent sur la forme de l'organisation des
   animaux_; c'est-à-dire qu'en devenant très différentes, elles
   changent, avec le temps, et cette forme et l'organisation
   elle-même par des modifications proportionnées.

   «Assurément, dit-il, si l'on prenait ces expressions à la
   lettre, on m'attribuerait une erreur; car, quelles que puissent
   être les circonstances, elles n'opèrent directement sur la
   forme et sur l'organisation des animaux aucune modification
   quelconque.

   «Mais de grands changements dans les circonstances amènent pour
   les animaux de grands changements dans leurs besoins et de
   pareils changements dans les besoins en amènent nécessairement
   dans les actions. Or, si les nouveaux besoins deviennent
   constants ou très durables, les animaux prennent alors de
   nouvelles habitudes, qui sont aussi durables que les besoins
   qui les ont fait naître. Voilà ce qu'il est facile de démontrer
   et même ce qui n'exige aucune explication pour être senti»[80].

  [80] Vol. I; p. 223.

De grands changements de circonstances produisent de même de grandes
différences chez les végétaux et finissent aussi par les rendre
méconnaissables.

Le froment cultivé, les plantes potagères sont des êtres qu'on
chercherait vainement dans la nature, de même que l'infinie variété de
pigeons, de poules, de chiens et d'autres animaux, que l'homme a
produits, à l'aide d'une longue domesticité[81].

  [81] _Ibidem_, p. 228.


Pour toutes ces raisons, Lamarck aboutit a cette conclusion:

   «Le fait est que les divers animaux ont chacun, suivant leur
   genre et leur espèce, des habitudes particulières et toujours
   une organisation qui se trouve parfaitement en rapport avec ces
   habitudes.

   «De la considération de ce fait, il semble qu'on soit libre
   d'admettre, soit l'une, soit l'autre des deux conclusions
   suivantes et qu'aucune d'elles ne puisse être prouvée.

   «_Conclusion admise jusqu'à ce jour_: la nature (ou son
   Auteur), en créant les animaux, a prévu toutes les sortes
   possibles de circonstances dans lesquelles ils auraient à
   vivre, et a donné à chaque espèce une organisation constante,
   ainsi qu'une forme déterminée et invariable dans ses parties,
   qui forcent chaque espèce à vivre dans les lieux et les climats
   où on la trouve et à y conserver les habitudes qu'on lui
   connaît.

   «Ma _conclusion particulière_: la nature, en produisant
   successivement toutes les espèces d'animaux et commençant par
   les plus imparfaits ou les plus simples, pour terminer son
   ouvrage par les plus parfaits, a compliqué graduellement leur
   organisation, et ces animaux, se répandant généralement dans
   toutes les régions habitables du globe, chaque espèce a reçu de
   l'influence des circonstances dans lesquelles elle s'est
   rencontrée, les habitudes que nous lui connaissons et les
   modifications dans ses parties que l'observation nous montre en
   elle.

   «La première de ces deux conclusions est celle qu'on a tirée
   jusqu'à présent, c'est-à-dire que c'est à peu près celle de
   tout le monde: elle suppose, dans chaque animal, une
   organisation constante et des parties qui n'ont jamais varié et
   qui ne varient jamais; elle suppose encore que les
   circonstances des lieux qu'habite chaque espèce d'animal ne
   varient jamais dans ces lieux; car, si elles variaient, les
   mêmes animaux n'y pourraient plus vivre et la possibilité d'en
   retrouver ailleurs de semblables et de s'y transporter pourrait
   leur être interdite.

   «La seconde conclusion est la mienne propre: elle suppose que,
   par l'influence des circonstances sur les habitudes et
   qu'ensuite par celle des habitudes sur l'état des parties et
   même sur celui de l'organisation, chaque animal peut recevoir
   dans ses parties et son organisation des modifications
   susceptibles de devenir très considérables et d'avoir donné
   lieu à l'état où nous trouvons tous les animaux.

   «Pour établir que cette seconde conclusion est sans fondement,
   il faut d'abord prouver que chaque point de la surface du globe
   ne varie jamais dans sa nature, son exposition, sa situation
   élevée ou enfoncée, son climat, etc, etc...; et prouver ensuite
   qu'aucune partie des animaux ne subit, même à la suite de
   beaucoup de temps, aucune modification par le changement des
   circonstances et par la nécessité qui les contraint à un autre
   genre de vie et d'action que celui qui leur était habituel.

   «Or, si un seul fait constate qu'un animal depuis longtemps en
   domesticité diffère de l'espèce sauvage dont il est provenu, et
   si, parmi telle espèce en domesticité, l'on trouve une grande
   différence de conformation entre les individus que l'on a
   soumis à telle habitude et ceux que l'on a contraints à des
   habitudes différentes, alors il sera certain que la première
   conclusion n'est point conforme aux lois de la nature et qu'au
   contraire la seconde est parfaitement d'accord avec elles.

   «Tout concourt donc à prouver mon assertion: que ce n'est point
   la forme, soit du corps, soit de ses parties, qui donne lieu
   aux habitudes et à la manière de vivre des animaux, mais que
   ce sont, au contraire, les habitudes, la manière de vivre, et
   toutes les autres circonstances influentes qui ont, avec le
   temps, constitué la forme du corps et des parties des animaux.
   Avec de nouvelles formes, de nouvelles facultés ont été
   acquises, et, peu à peu, la nature est parvenue à former les
   animaux tels que nous les voyons actuellement»[82].

  [82] _Philosophie zoologique_: I; pp. 263 et suiv.

       *       *       *       *       *

En résumé, les variations du milieu, les modifications qu'elles
provoquent dans les besoins et dans les organes des êtres vivants,
l'hérédité qui fixe et accumule graduellement dans les générations qui
se succèdent, sous un même régime, les changements que subissent les
individus, le temps enfin, tels sont les arguments invoqués par
Lamarck pour affirmer et expliquer l'évolution organique.

En ce qui concerne le dernier de ces facteurs convergents, il pressent
l'immense durée des temps géologiques, que la science a dévoilée,
ultérieurement, car il met le sceau à sa _Philosophie zoologique_ en
écrivant:

   «Parmi les changements que la nature exécute sans cesse dans
   toutes ses parties, sans exception, son ensemble et ses lois
   restant toujours les mêmes, ceux de ces changements qui, pour
   s'opérer, n'exigent pas beaucoup plus de temps que la durée de
   la vie humaine, sont facilement reconnus de l'homme qui les
   observe; mais il ne saurait s'apercevoir de ceux qui ne
   s'exécutent qu'à la suite d'un temps considérable.

   «Que l'on me permette la supposition suivante pour me faire
   entendre.

   «Si la durée de la vie humaine ne s'étendait qu'à la durée
   d'une seconde, et s'il existait une de nos pendules actuelles,
   montée et en mouvement, chaque individu de notre espèce qui
   considérerait l'aiguille des heures de cette pendule ne la
   verrait jamais changer de place dans le cours de sa vie,
   quoique cette aiguille ne soit réellement pas stationnaire.

   «Les observations de trente générations n'apprendraient rien
   de bien évident sur le déplacement de cette aiguille, car son
   mouvement n'étant que celui qui s'opère pendant une
   demi-minute, serait trop peu de chose pour être bien saisi; et
   si des observations beaucoup plus anciennes apprenaient que
   cette même aiguille a réellement changé de place, ceux qui en
   verraient l'énoncé n'y croiraient pas et supposeraient quelque
   erreur, chacun ayant toujours vu l'aiguille sur le même point
   du cadran»[83].

  [83] _Philosophie zoologique_: vol. II; p. 425.

Sous l'empire de toutes ces idées, continuel objet de ses méditations
et de ses travaux scientifiques, Lamarck se sépare résolument des
partisans de la fixité des espèces; il se déclare «très convaincu que
les races, auxquelles on a donné le nom d'espèces, n'ont, dans leurs
caractères, qu'une constance bornée ou temporaire, et qu'il n'y a
aucune espèce qui soit d'une constance absolue»[84].

  [84] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_:
  Introduction, p. 197.

       *       *       *       *       *

C'est pourquoi Lamarck s'efforça de débrouiller l'inextricable
écheveau des liens généalogiques, plus ou moins éloignés, qui
rattachent, les uns aux autres, les espèces actuelles, en partant de
ce principe, maintes fois énoncé par lui, que l'«ordre de la formation
successive des différents animaux ne saurait être maintenant
contesté»[85], et que les animaux dérivent les uns des autres,
principe qu'il érigea, d'une manière définitive, en axiôme
zoologique, dans les termes ci-dessous:

  [85] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, I; p. 454.

«La nature, dans toutes ses opérations, ne pouvant procéder que
graduellement, n'a pu produire tous les animaux à la fois; elle n'a
d'abord formé que les plus simples; et, passant de ceux-ci jusques aux
plus composés, elle a établi successivement en eux différents systèmes
d'organes particuliers, les a multipliés, en a augmenté de plus en
plus l'énergie, et, les cumulant dans les plus parfaits, elle a fait
exister tous les animaux connus avec l'organisation et les facultés
que nous leur observons»[86].

  [86] _Ibidem_, p. 123 et _ante_, pp. 193, 304 et suiv.

Lamarck fut, de la sorte, logiquement conduit à rechercher l'ordre de
production des animaux et à les classer suivant cet ordre supposé, en
constituant une série distincte de la série didactique que nous avons
précédemment signalée, en rappelant ses travaux biotaxiques.

«Cet ordre, dit-il, est loin d'être simple; il est rameux et paraît
même composé de plusieurs séries distinctes»[87], présentant
elles-mêmes des rameaux latéraux[88].

  [87] _Ibidem_, I; p. 452.

  [88] _Ibidem_, p. 454, et _Philosophie zoologique_, I; p. 76.

Dans tous les cas, Lamarck admit au moins deux séries particulières,
et, conformément à cette vue, il dressa l'arbre généalogique des
animaux, une première fois, dans sa _Philosophie zoologique_[89], et
en dernier lieu, dans son _Histoire naturelle des animaux sans
vertèbres_, dont le premier volume est complété par un _Supplément à
la distribution générale des animaux, concernant l'ordre réel de
formation relatif à ces êtres_[90], exposée dans l'introduction de
cet ouvrage. C'est ce dernier tableau que je reproduis ici.


  Ordre présumé de la formation des animaux offrant
  deux séries séparées, subrameuses.

  =Animaux apathiques.=

   _Série des animaux inarticulés._        _Série des animaux articulés._
  /---------------/\---------------\      /--------------/\--------------\
              Infusoires.                                |
  /---------------/\---------------\                     |
    Polypes.                                             |
  /---------------/\---------------\                     |
       |              Radiaires.                         |
   Ascidiens.                                          Vers.
       |                                  /--------------/\--------------\
                                                 |           Épizoaires.
                                                           /-----/\-----\
                                                                 |

  =Animaux sensibles.=

              Acéphales.                             Insectes.
  /---------------/\---------------\      /--------------/\--------------\
    Mollusques.                                          |
            |                               Annélides        Arachnides.
            Céphalopodes.                                Crustacés.
                                                       /-----/\-----\
                                                        Cirrhipèdes.

  =Animaux intelligents.=

      Poissons.
      Reptiles.
      Oiseaux.
      Mammifères.

  [89] Vol. II; p. 424.

  [90] Pp. 450 et suiv.

Lamarck ne se faisait pas d'illusion sur l'insuffisance, les lacunes,
les erreurs même de ce tableau dans lequel il se borne à condenser les
vues émises, dans ses ouvrages, sur la filiation générale des animaux;
il reconnaissait que, faute d'observations, de nombreux éléments de
transition lui manquaient et que, sans doute, ces problèmes
resteraient encore longtemps sans solution.

L'aspect matériel, sous lequel l'arbre généalogique se présentait, ne
le satisfaisait même pas; il considérait qu'il défigurait légèrement
l'idée qu'il avait voulu rendre[91] et regrettait que les convenances
typographiques ne lui eussent pas permis d'employer la forme ramifiée,
maintenant usitée dans tous les ouvrages de ce genre; il eût préféré
donner une direction oblique aux lignes indicatrices des branches
latérales des séries.

  [91] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_; p. 460.

Néanmoins, il proclamait que tous ces défauts n'altéraient nullement
le principe de la production successive des différents animaux, et,
tirant de ce principe toutes les conséquences qu'il comporte, il posa
nettement, malgré quelques réserves dénuées de conviction, le problème
de l'origine, purement animale et simienne, de l'homme[92], en
montrant, par hypothèse, comment une race d'anthropoïdes pourrait
progressivement acquérir tous les caractères d'organisation qui
distinguent, aujourd'hui, l'homme des quadrumanes.

  [92] _Philosophie zoologique_, I, pp. 339 et suiv. _Quelques
  observations relatives à l'homme._

       *       *       *       *       *

Toutes les grandes questions de philosophie biologique qui passionnent
encore l'esprit des savants progressistes, ou que la science a,
depuis, élucidées, ont donc été résolument abordées par Lamarck. C'est
à juste titre que la postérité le considère comme le véritable
fondateur de la doctrine générale de l'évolution, à laquelle on a,
tout d'abord, improprement donné le nom de transformisme.



IV

Appréciation des théories philosophiques de Lamarck.


Ainsi que je l'ai signalé dans la partie de cette étude consacrée à la
biographie de Lamarck, sa vaste théorie des milieux biologiques et de
leur influence modificatrice, permanente, ne fut pas favorablement
accueillie, de son vivant; il eût même le chagrin de la voir plutôt
dénigrée que discutée.

La cause d'un pareil échec ne doit pas être seulement attribuée à la
résistance aveugle des esprits indolents et vulgaires à toutes les
découvertes originales qui les obligent à modifier la manière de
penser à laquelle ils sont accoutumés; elle doit encore être
recherchée dans la forme même adoptée par Lamarck pour l'exposition de
ses conceptions géniales.

Trop souvent, ces conceptions ont un vêtement métaphysique; elles sont
formulées comme des affirmations arbitraires; elles semblent émaner
d'une inspiration personnelle et sont parfois même appuyées par des
explications fantaisistes. Bref, elles n'ont pas la rigueur des
démonstrations scientifiques, dont les preuves et la conclusion
s'imposent à tous les hommes de bonne foi.

Cependant, les idées de Lamarck n'avaient pas des racines imaginaires;
elles reposaient, extérieurement, sur une immense collection de
matériaux concrets, accumulés par lui, et, dans sa tête même, sur une
multitude prodigieuse d'observations précises et minutieuses, faites
et fréquemment renouvelées, dans le cours de sa longue carrière de
naturaliste.

«Ceux qui ont beaucoup observé, écrivait-il, et qui ont consulté les
grandes collections, ont pu se convaincre que si les circonstances
d'habitation, d'exposition, de climat, de nourriture, d'habitude de
vivre, etc.... viennent à changer, les caractères de taille, de forme,
de proportion entre les parties, de couleur, de consistance, d'agilité
et d'industrie, pour les animaux, changent proportionnellement»[93].

Et plus tard:

«Que l'on veuille se représenter qu'ayant rassemblé sur l'important
sujet, dont je m'occupe depuis quarante ans, les faits les plus
nombreux et surtout les plus essentiels, il est résulté pour moi, de
leur considération, cette _force des choses_ qui m'a conduit à
découvrir et à coordonner peu à peu la théorie que je présente
actuellement, théorie que je n'eusse assurément pu imaginer sans les
causes qui m'ont amené à la saisir»[94].

  [93] _Philosophie zoologique_, I; p. 227.

  [94] _Histoire naturelle des animaux sans vertèbres_, vol. I,
  avertissement; p. VI.

La conviction de Lamarck résultait donc d'une immense induction; elle
lui fut pour ainsi dire imposée par la nature de ses études, par ses
travaux de détermination, de classification, de nomenclature, qui lui
révélèrent les inconvénients et l'irrationnalité de la multiplication
des genres, inconvénients devenus tels que, disait-il, «le plus bel
effort de l'homme pour établir les moyens de reconnaître et distinguer
tout ce que la nature offre, à son observation, et à son usage, est
changé en un dédale immense dans lequel on tremble avec raison de
s'enfoncer»[95].

  [95] _Philosophie zoologique_, I; pp. 56, 73, 75.

Toutefois, l'idée de la modificabilité lui avait surtout été inspirée
par l'étude des Invertébrés:

   «1º parce que les espèces de ces animaux sont beaucoup plus
   nombreuses que celles des animaux vertébrés;

   2º parce qu'étant plus nombreuses, elles sont nécessairement
   plus variées;

   3º parce que les variations de leur organisation sont beaucoup
   plus grandes, plus tranchées et plus singulières;

   4º parce que leur étude est beaucoup plus propre à nous faire
   apercevoir l'origine même de l'organisation, ainsi que la cause
   de sa composition et de ses développements»[96].

  [96] _Philosophie zoologique_, I; p. 30.

Néanmoins, ce qui paraissait évident pour les yeux de Lamarck,
familiarisés avec la contemplation de riches collections de matériaux
conformes à ses conceptions, ne l'était pas, au même degré, pour les
lecteurs de la partie philosophique de ses livres qui présente surtout
le fruit de ses méditations générales sur les causes génératrices des
nuances, souvent imperceptibles, qui distinguent certaines espèces
d'animaux les unes des autres.

De là, l'opposition rencontrée par les théories de Lamarck, lors de
leur apparition. La légitimité primitive de cette apparition ne
saurait être contestée, puisqu'elle a trouvé des organes tels que
Cuvier et Auguste Comte.

       *       *       *       *       *

En raison de la nature de son esprit et de ses études, Cuvier ne
pouvait être convaincu que par des preuves anatomiques et nous venons
de voir que ces dernières faisaient ordinairement défaut, dans les
œuvres philosophiques de Lamarck.

Quant à Comte, préoccupé de maintenir strictement toutes les sciences
sur le roc des faits démontrables et de chasser de leur domaine toutes
les hypothèses invérifiables, il ne pouvait, pour des raisons
analogues, adopter que partiellement la doctrine de Lamarck.

Il admit comme incontestables les deux principes fondamentaux de
Lamarck:

   «1º l'aptitude essentielle d'un organisme quelconque et surtout
   d'un organisme animal, à se modifier conformément aux
   circonstances extérieures où il est placé et qui sollicitent
   l'exercice prédominant de tel organe spécial, correspondant à
   telle faculté devenue plus nécessaire;

   «2º la tendance, non moins certaine, à fixer dans les races,
   par la seule transmission héréditaire, les modifications
   d'abord directes et individuelles, de manière à les augmenter
   graduellement, à chaque génération nouvelle, si l'action du
   milieu ambiant persévère identiquement»[97].

  [97] _Philosophie Positive_, vol. III; p. 391.

Il considéra que Lamarck avait rendu un service éminent au progrès
général de la saine philosophie biologique en posant le problème de la
modificabilité: «Un tel ordre de recherches, dit-il, quoique fort
négligé, constitue, sans doute, l'un des plus beaux sujets que l'état
présent de cette philosophie puisse offrir à l'activité de toutes les
hautes intelligences. Il devrait, ce me semble, inspirer d'autant plus
d'intérêt, que les lois générales de ce genre de phénomènes seraient,
par leur nature, immédiatement applicables à la vraie théorie du
perfectionnement systématique des espèces vivantes, y compris même
l'espèce humaine»[98].

  [98] _Ibidem_, p. 397 et 430.

Mais, «malgré l'imposante autorité de Lamarck»[99], il resta convaincu
que «l'aptitude incontestable de tout organisme à se modifier, d'après
la constitution spéciale du milieu correspondant, était circonscrite
dans d'étroites limites»[100] et que non seulement les familles et les
genres, mais les espèces elles-mêmes «demeurent essentiellement
fixes, à travers toutes les variations extérieures compatibles avec
leur existence»[101].

  [99] _Ibidem_, p. 394.

  [100] _Ibidem_, p. 394.

  [101] _Philosophie Positive_, vol. III; p. 394.

Les raisons déterminantes d'Auguste Comte furent celles qu'invoquait
Cuvier dans le célèbre _Discours sur les révolutions du globe_, dont
il trouvait l'argumentation lumineuse; elles se réduisent à la
permanence des espèces les plus anciennement observées, constatées par
la comparaison des momies de crocodiles, d'oiseaux et de carnassiers
de l'ancienne Égypte, avec les espèces vivantes et la résistance des
espèces actuelles aux plus grandes forces modificatrices[102].

  [102] _Ibidem_, p. 395, et CUVIER: _Discours sur les révolutions
  du globe_: les espèces perdues ne sont pas des variétés des
  espèces vivantes.

Pendant longtemps, ces deux puissants champions de la fixité des
espèces rallièrent, à leur manière de voir, l'un comme savant, l'autre
comme philosophe, un très grand nombre de bons esprits qui, suivant
l'usage, exagérèrent même la résistance de leurs maîtres, en opposant
imprudemment leur opinion à des faits qu'ils n'avaient pas connus.

Cependant, ce furent Cuvier et Auguste Comte qui fournirent les armes
les mieux trempées pour défendre la doctrine de Lamarck et pour
l'arracher, victorieuse, à la mêlée des controverses: le premier, en
créant la paléontologie; le second, en systématisant la méthode
scientifique, en astreignant l'esprit positif à toujours subordonner
l'imagination à l'observation et à faire toujours l'hypothèse la plus
simple en rapport avec les renseignements obtenus, en démontrant que,
dans tous les domaines, le progrès n'est jamais que le développement
de l'ordre, en introduisant enfin, avec Turgot et Condorcet, l'idée
d'évolution dans l'étude de la succession des phénomènes historiques.

Sous cette double impulsion, les conditions du problème, posé par
Lamarck, se sont modifiées, d'autant plus profondément que ce problème
fut simultanément ou successivement éclairé par les observations: de
Gœthe sur la théorie vertébrale du crâne, les métamorphoses des
plantes et l'assimilation des fleurs des végétaux à leurs feuilles;
d'Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, sur l'unité de plan de composition,
sur l'embryologie et sur les organes rudimentaires; des savants divers
auxquels Darwin rend personnellement hommage, dans la notice
historique placée au frontispice de son livre sur _L'Origine des
Espèces_; de Darwin enfin, sur la variation des espèces à l'état
domestique et à l'état de nature, sur la concurrence vitale et la
sélection naturelle.

Depuis les travaux de ce dernier auteur et les innombrables recherches
concordantes qu'ils ont suscitées, la stabilité des espèces a
réellement cessé d'être l'hypothèse la plus conforme à l'ensemble des
observations recueillies, et la grande construction de Lamarck, dont
l'audacieuse architecture semblait d'abord si frêle et si menacée,
apparaît, aujourd'hui, comme un monument scientifique d'une rare
solidité; car elle est étayée par les faits paléontologiques, par
l'embryologie et par l'anatomie comparée.

_Confirmation des théories de Lamarck par les faits paléontologiques._

En premier lieu, la paléontologie, dans l'état de développement
qu'elle a maintenant atteint, démontre, comme Lamarck l'avait
pressenti, que les espèces organisées ont fait leur apparition sur la
terre, successivement, dans un ordre de complication croissante.

Évidemment, la paléontologie ne nous renseigne pas sur les origines
mêmes de la vie, sur notre globe. Le terrain _cristallophyllien_, dont
la formation sédimentaire n'est plus contestée et qui provient des
premiers dépôts vaseux, sablonneux et calcaires, effectués au sein des
Océans, ne renferme aucune trace d'êtres organisés, tandis que les
fossiles, qu'on trouve dans les terrains postérieurs qui lui sont
immédiatement contigus, révèlent une faune, déjà riche et variée, dont
l'organisation est souvent très éloignée de celle des êtres primitifs.

Toutefois, cette anomalie n'est pas surprenante. Sous la pression
colossale et toujours croissante des autres terrains, auxquels ils
servent de support, les terrains Archéens se sont graduellement
affaissés et de plus en plus rapprochés de la partie de la croûte
terrestre qui conserve une très haute température; au voisinage de ce
foyer, ils se sont transformés, métamorphosés en roches cristallines,
très semblables aux roches d'origine ignée, et tous les fossiles
qu'ils pouvaient contenir ont été, de la sorte, anéantis.

Mais lorsque, quittant cet étage stérilisé, on s'élève, par degrés,
jusqu'à la superficie actuelle de la terre, au travers des couches de
plusieurs kilomètres d'épaisseur qui se sont, tour à tour, superposées
à lui, dans la longue suite des âges, on assiste, pour ainsi dire, à
l'épanouissement successif de tout ce qui devait constituer, à la fin,
la multitude contemporaine du monde vivant, végétal et animal.

C'est ainsi que le terrain Cambrien renferme des représentants de la
plupart des groupes d'Invertébrés. On y trouve des Foraminifères, des
Spongiaires, des Polypiers, des Échinodermes, des traces de Vers, des
Mollusques, même des Crustacés, voisins du genre d'animaux que
représentent aujourd'hui les Limules et auxquels on a donné le nom
significatif de Paradoxides; mais aucun Vertébré n'a été découvert,
jusqu'ici, dans les archives paléontologiques des temps Cambriens.

Ce dernier grand embranchement du règne animal débute, seulement,
dans le terrain Silurien, consécutif au Cambrien, sous la forme de
Poissons cartilagineux et cuirassés, dont certains types présentent
quelques analogies avec les Crustacés de l'époque antérieure.

Cette classe d'animaux se multiplie et commence à se différencier,
durant les temps où le terrain Dévonien se dépose; mais, alors, elle
reste toujours seule pour représenter les Vertébrés et les êtres qui
la forment sont bien différents des Poissons d'aujourd'hui; leur
colonne vertébrale n'est pas ossifiée; elle est molle, comme dans
l'embryon des Vertébrés actuels, et leur corps est extérieurement
recouvert de fortes écailles émaillées; ces Poissons sont notocordaux
et ganoïdes.

A l'époque permo-carbonifère, au contraire, les Poissons offrent des
caractères qui révèlent leur tendance à se rapprocher des poissons
actuels, et les Reptiles apparaissent; mais ces reptiles sont
ganocéphales; leurs vertèbres, incomplètement ossifiées, sont
composées de plusieurs pièces et ils appartiennent surtout à une
classe intermédiaire entre les Reptiles véritables et les Poissons; ce
sont des Amphibiens, qui constituent la souche primitive des
Batraciens.

D'autre part, à la même époque, les Insectes, qui ne font leur
apparition que dans le Dévonien, ont atteint de grandes dimensions et
le développement d'une végétation luxuriante est attesté par une flore
gigantesque bien que tous ses éléments appartiennent, exclusivement,
au groupe des Cryptogames vasculaires.

Pendant l'ère secondaire, qui succède à l'ère primaire, dont nous
venons de traverser les principales époques, aucune classe nouvelle
d'Invertébrés n'a pris naissance; mais l'essor des Vertébrés s'est
effectué, d'une manière prodigieuse.

Les Poissons, libérés de l'armure des ganoïdes qui disparurent
progressivement, doués d'une colonne vertébrale parfaitement ossifiée
et recouverts d'écailles souples, sont devenus les êtres, agiles et
variés, que nous connaissons.

Les Reptiles ont conquis l'empire des mers, de la terre et des airs,
avec leurs légions de formes adaptées à chacun de ces trois milieux;
quelques-uns, parmi les reptiles terrestres, en particulier, avaient
des dimensions phénoménales, qu'on ne peut réellement se figurer, si
l'on n'a pas contemplé les squelettes mêmes de quelques
_Ichtyosaures_, du _Mosasaurus_, de l'_Iguanodon_ et du _Diplodocus_.

En outre, une classe nouvelle de Vertébrés, la classe des Oiseaux,
a surgi vers le milieu des temps secondaires. Cette classe était
alors manifestement apparentée à celle des Reptiles, puisque
l'_Archéoptéryx_, qui en est le premier type, a les mâchoires garnies
de dents coniques, une longue queue vertébrée et pennée, les ailes
terminées par des doigts séparés, pourvus de griffes, et que
l'_Hesperornis_ et l'_Ichtyornis_, contemporains de la fin des temps
secondaires, ont encore, quoique beaucoup plus rapprochés de nos
oiseaux actuels, les mandibules armées de dents.

Enfin, vers la même époque, des petits êtres rares et chétifs,
présentant les caractères des Monotrèmes, puis ceux des Marsupiaux,
annoncèrent la formation de la dernière classe des Vertébrés, celle
des Mammifères.

D'ailleurs, la physionomie de la flore terrestre s'est aussi modifiée
et complétée, durant l'ère secondaire. D'abord les plantes
Gymnospermes sont venues s'ajouter aux végétaux vasculaires, dans le
temps où se déposaient les couches du Trias; puis les Monocotylédones
apparurent, au début des temps Jurassiques; enfin, pendant la période
Crétacée, les plantes Dicotylédones angiospermes et à feuilles
caduques, se répandirent et leur présence prouve que l'alternance des
saisons se substitua dès lors à l'antérieure uniformité de la
température tropicale.

Lorsque l'ère tertiaire s'ouvre, tous les grands groupes de plantes
sont donc formés; les familles qui les composent ont, seulement, une
répartition géographique différente de celle d'aujourd'hui. Les
palmiers, les lauriers, les pandanées sont mélangés aux peupliers, aux
hêtres et aux châtaigniers, dans le nord de la planète, et la flore de
la Baltique est identique à celle de la Méditerranée; mais la
température moyenne s'abaisse insensiblement et les hivers se font
sentir, tandis que les graminées et les diverses familles des plantes
phanérogames, apétales, polypétales et gamopétales, prennent un
développement considérable et se diversifient.

Ce qui distingue surtout la paléontologie de l'ère tertiaire de celle
de la précédente, c'est la disparition des grands Sauriens qui
caractérisaient celle-ci et l'apparition des Mammifères placentaires
qui deviennent, à leur tour, les maîtres de la surface planétaire.

Au commencement, pendant l'époque Éocène, ils ne sont représentés que
par des bêtes massives et stupides, de l'ordre des Pachydermes; mais,
au temps du Miocène, les Ruminants forment des troupeaux; les
Proboscidiens majestueux se répandent; les Carnassiers se
perfectionnent; l'ordre des Primates surgit avec les singes, avec les
premiers anthropoïdes, et, finalement, avec le Pithécanthrope, dont
les restes ont été retrouvés dans le terrain pliocène de Java; de
telle sorte qu'à la fin de l'ère tertiaire, l'apogée du monde animal
est atteint; tous les genres actuels de Mammifères existent et la
terre est peuplée des diverses sortes d'animaux qui l'habitent
aujourd'hui.

En effet, les genres, seuls, se diversifient, pendant l'ère
quaternaire, où se constituent, puis disparaissent, dans les régions
septentrionales, le Mammouth, le Rhinocéros velu, l'Aurochs, l'Hyène,
l'Ours et le Lion des cavernes, et pendant laquelle la scène
changeante du monde, dont les décors et les personnages principaux se
sont tant de fois renouvelés, est enfin occupée par l'homme,
primitivement représenté par les races de Néanderthal et de Spy, très
voisines du Pithécanthrope, auxquelles succèdent les races de
Cro-Magnon et des Eysies, que les plus dédaigneux de nos contemporains
ne peuvent renier comme des ancêtres authentiques.

       *       *       *       *       *

Il résulte donc, bien manifestement, de l'étude des documents
paléontologiques que l'apparition et la complication des êtres
organisés, végétaux et animaux, se sont opérées graduellement.
L'échelle paléontologique, végétale et animale, concorde exactement
avec les échelles didactiques que les naturalistes avaient auparavant
dressées, pour résumer leurs classifications et dans lesquelles on
passe des êtres les plus simples aux plus complexes, quand on les
parcourt de la base au sommet:

Par conséquent, c'est à juste titre qu'on divise la paléontologie en
quatre époques principales:

L'époque _paléozoïque_, ou des animaux anciens, correspondant à l'ère
primaire;

L'époque _mésozoïque_, ou des animaux intermédiaires, synchronique
avec l'ère secondaire;

L'époque _caïnozoïque_, ou des animaux nouveaux, qui n'est autre que
l'ère tertiaire;

Et l'époque _anthropozoïque_, contemporaine de l'homme.

Mais ces renseignements indiscutables ne sont pas les seules lumières
que la paléontologie nous fournisse sur le passé des êtres organisés;
elle nous dévoile, en outre, l'immense durée du temps que représente
leur histoire, durée que d'aucuns, comme Haeckel, évaluent, d'après
l'épaisseur des terrains sédimentaires, à cent millions d'années,
répartis de la manière suivantes[103]:

  Époque archéozoïque   : 52   millions d'ans;
    »    paléozoïque    : 34          »
    »    mésozoïque     : 11          »
    »    caïnozoïque    :  3          »
    »    anthropozoïque :  0,1        »

  [103] HAECKEL: _L'origine de l'homme._ Schleicher frères, édit.;
  p. 67.

Enfin, la paléontologie nous autorise à supposer qu'il existe, entre
les êtres les plus récents et les plus anciens, une liaison continue
et que ceux-ci dérivent de ceux-là.

Car, à de très rares exceptions près, ces êtres ont varié
perpétuellement, et bien que leurs variations se soient, généralement,
produites avec une extrême lenteur, leurs diverses espèces connues
sont, dès maintenant, innombrables; de plus, les découvertes les
multiplient sans cesse, et nous ne pouvons nous flatter de les
posséder toutes.

Pour nier la filiation qui existe entre ces légions d'espèces, il
faudrait admettre qu'elles ont été successivement créées, dans leur
intégrité respective. C'est ce que Cuvier a plus ou moins nettement
formulé, lorsque, grâce à lui, la paléontologie prenait naissance; il
supposait alors que trois créations successives, séparées les unes des
autres par des catastrophes, suffisaient pour rendre compte des
changements de spectacle que la nature vivante a présentés.

En 1849, d'Orbigny portait déjà leur nombre à vingt-sept. Mais, dans
l'état nouveau de nos connaissances, il faudrait invoquer plusieurs
centaines de ces créations et le problème de l'origine des espèces ne
serait pas davantage résolu, parce que ses créations incessantes
n'expliqueraient nullement:

  < pourquoi des types de transition existent entre des classes
   déterminées; pourquoi, par exemple, les Poissons notocordaux sont
   antérieurs aux Poissons osseux, les Batraciens aux Reptiles, les
   Oiseaux, à caractères reptiliens, aux Oiseaux véritables, les
   Mammifères didelphes aux Mammifères placentaires;

   pourquoi, dans l'histoire de chaque classe, on trouve, d'abord, des
   formes confuses, synthétiques, et pourquoi les formes différenciées,
   parmi lesquelles les plus spéciales sont les plus récentes,
   n'apparaissent que postérieurement et successivement;

   pourquoi des types intermédiaires existent dans tous les gisements;

   pourquoi les plus anciens êtres humains ont des caractères
   d'anthropoïdes;

   pourquoi des analogies subsistent, entre des espèces éteintes, sans
   représentants actuels, et des espèces encore vivantes;

   enfin, pourquoi la loi, générale et rigoureuse, qui gouverne
   aujourd'hui les origines de la vie, _omne vivum ex vivo_, et par suite
   de laquelle tout être vivant provient d'un autre être vivant,
   semblable à lui, n'aurait exercé son empire que par intermittence.

Concluons donc avec Edmond Perrier:

  «Deux faits incontestables, et d'ailleurs incontestés, dominent
  toute la discussion, et il n'est permis à personne de les
  oublier:

  «1º Les formes végétales et animales d'une période géologique
  ne sont nullement identiques à celles de la période suivante,
  bien qu'aucun cataclysme ne sépare ces périodes les unes des
  autres;

  «2º Toute forme vivante est issue d'une forme vivante
  antérieure, à laquelle elle ressemble d'ordinaire presque
  exactement, bien qu'elle en puisse différer dans une certaine
  mesure.

  «Les faits constatés, sans qu'on puisse citer une dérogation
  quelconque à cette règle, sans que rien puisse autoriser à
  croire qu'à un moment quelconque de la durée des temps
  paléontologiques une exception se soit produite, les faits
  constatés s'opposent à ce que l'on puisse admettre un seul
  instant, sans faire une hypothèse gratuite, que la chaîne des
  générations ait été interrompue, que les formes de végétaux et
  d'animaux de la période actuelle ne dérivent pas, en
  conséquence, de ceux des périodes antérieures; or, comme ces
  animaux ne se ressemblent pas, la variabilité des espèces est
  par cela même scientifiquement démontrée, sans que rien puisse
  être opposé à cette conclusion, à moins que l'on n'entre dans
  le domaine des hypothèses.

  «Il y a plus. Quand on suit attentivement la série des formes
  analogues, qui se succèdent pendant la durée de longues
  périodes paléontologiques, et jusqu'à la période actuelle, on
  constate que les différences qui existent entre ces formes ne
  dépassent nullement les limites de celles qu'on observe
  aujourd'hui entre les races d'une même espèce.

  «C'est, en particulier, ce qui résulte invinciblement des
  belles recherches de M. Albert Gaudry et de M. Filhel, sur les
  mammifères tertiaires. _Les faits constatés_ n'autorisent donc
  pas à admettre dans la science une autre doctrine que celle du
  transformisme, que celle de Lamarck»[104].

  [104] _Lamarck et le transformisme actuel_, in _le Centenaire de
  la fondation du Muséum d'Histoire naturelle_: 1893; p. 516.

A vrai dire, ces notions scientifiques doivent, désormais, faire
partie des connaissances élémentaires de tout homme éclairé; elles
sont indispensables pour apprécier sainement la nature humaine; et,
comme le dit Haeckel, pour familiariser l'esprit avec l'infini de la
durée, de même que la contemplation du ciel étoilé le familiarise
avec l'infini de l'espace. On ne saurait donc trop féliciter le
gouvernement de la République française d'avoir reconnu leur valeur
éducative générale, en introduisant leur enseignement, dans les
programmes de l'instruction secondaire, sous forme de conférences de
Paléontologie.

_Confirmation des théories de Lamarck par l'embryologie._

Les théories de Lamarck, concernant l'évolution des êtres organisés,
n'ont pas été seulement confirmées par les faits paléontologiques:
elles trouvent encore un point d'appui solide, dans les faits
embryologiques.

Rapprochant ces deux ordres de faits et frappés par le parallélisme
existant entre le développement embryologique et le développement
paléontologique, quelques savants se sont même crus autorisés à
conclure que, dans chaque espèce, l'évolution embryonnaire de
l'individu n'est que la répétition rapide et raccourcie de l'évolution
paléontologique de tout le rameau dont son espèce est la terminaison.

C'est d'après ces données qu'Haeckel a formulé ce qu'il a nommé _la
loi fondamentale biogénétique_.

«L'ontologie, dit-il, ou l'histoire du développement de l'individu,
est simplement une récapitulation courte, rapide, conforme aux lois de
l'hérédité et de l'adaptation, de la _phylogénie_, c'est-à-dire de
l'évolution paléontologique de toute la tribu organique ou _phylum_ à
laquelle appartient l'individu considéré».

Faisant application de cette loi générale au cas particulier de
l'homme, Haeckel a soutenu que les diverses phases de son évolution
intra-utérine correspondent à vingt-deux stades paléontologiques,
consécutifs, qu'il s'est efforcé de préciser.

Les documents paléontologiques n'ont pas, jusqu'ici, fourni toutes les
preuves rigoureuses qu'une théorie aussi formelle exigerait; mais il
est indéniable que chaque individu, dans son évolution propre,
repasse, graduellement, par les principaux degrés de la série animale,
placés au-dessous de celui qu'il doit atteindre.

Les Invertébrés et les Vertébrés ne se distinguent pas, les uns des
autres, durant la première phase de l'évolution intra-ovulaire, et
l'embryon des Vertébrés, selon les remarques d'Haeckel, se présente:
d'abord, sous la forme d'une simple cellule; puis, comme un amas
cellulaire, provenant de la segmentation de la cellule primitive;
ensuite, comme un sac, à ouverture unique, essentiellement constitué
par un feuillet externe, ou épidermique, et un feuillet interne ou
intestinal, invaginé; plus tard, comme un tube à deux ouvertures,
semblable aux Vers; enfin, comme un de ces Vertébrés acrâniens, dont
l'Amphioxus, qui n'a qu'un squelette rudimentaire, constitué par une
corde dorsale, est le dernier représentant vivant.

A ce moment, nul ne peut dire, avec certitude, si cet embryon de
vertébré deviendra poisson, reptile, oiseau ou mammifère, et le
créateur de l'embryologie, de Baer, traduisait la perplexité dans
laquelle les savants se trouvent, à cet égard, en disant que s'il
omettait d'«étiqueter» les bocaux, dans lesquels il renfermait les
très jeunes embryons de Vertébrés qu'il recevait, il ne pouvait
ensuite distinguer la classe à laquelle chacun d'eux appartenait.

«Les embryons de l'homme, du chien, de la tortue, et l'embryon du
poulet, au quatrième jour de l'incubation, diffèrent si peu l'un de
l'autre, qu'on ne saurait les distinguer: c'est seulement au bout de
six ou huit semaines, pour les trois premiers, au bout de sept jours,
pour le dernier, que les traits distinctifs apparaissent et
s'accentuent, à mesure que l'animal se développe»[105].

  [105] MATHIAS DUVAL: _Le Darwinisme_; p. 48.

Cette succession d'états transitoires, images fugitives de
constitutions demeurées permanentes pour les êtres inférieurs des
temps paléontologiques ou présents, ne s'observe pas seulement dans la
morphologie et l'organisation générale de l'embryon des Invertébrés
supérieurs et des Vertébrés; la formation de chacun des organes de cet
embryon, qui évoluent tous, aussi, tandis qu'il se développe, est
subordonnée à la même loi naturelle.

Par exemple, chez l'homme, le tube digestif ne présente d'abord aucune
démarcation; l'estomac et le gros intestin ne se différencient du
canal intestinal qu'ultérieurement. Les cavités buccale et nasale sont
confondues. Le foie débute par des tubes cylindriques qui rappellent
le foie des insectes.

Les reins sont primitivement réduits à un uretère; puis cet organe
rudimentaire se complique de tubes rectilignes, pourvus d'un
glomérule, comme chez les Poissons cyclostomes et le rein se divise en
lobes, comme chez les Reptiles et les Oiseaux. Ce sont ces lobes qui
se fusionnent pour former le rein humain.

L'appareil respiratoire prend naissance, sous forme de bourgeons de la
cavité pharyngienne, comme celui des Poissons; puis il consiste,
momentanément, en poches peu ramifiées, analogues aux poumons des
Reptiles.

Les organes sexuels n'ont, originellement, qu'une forme indifférente,
et, même après avoir évolué nettement vers leur destination
définitive, les organes mâles restent longtemps inclus dans l'abdomen,
comme ceux des Oiseaux, tandis que l'utérus du sexe féminin traverse
une phase d'utérus à cornes, qui l'assimile aux oviductes des animaux
ovipares.

Le cœur n'est, d'abord, qu'un _punctum saliens_ qui rappelle
l'appareil circulatoire des Vers; puis il présente les deux dilations
qui persistent chez les Mollusques; enfin, avec le trou de Botal, il
reste, jusqu'à la naissance et à la respiration aérienne, à l'état de
cœur à trois cavités; il reproduit ainsi le cœur des Reptiles,
auxquels nous assimilent encore les arcs aortiques qui entrent
primitivement dans la composition de notre appareil circulatoire
périphérique.

Les mêmes analogies, avec les animaux inférieurs, se produisent,
passagèrement, durant l'évolution embryonnaire, dans les appareils de
la vie de relation.

Le système nerveux est, au début, réduit à la moelle épinière, formée
par l'adossement de cordons distincts, comme chez les Invertébrés, et
la moelle rachidienne descend très bas, dans la gouttière qui la
renferme, comme chez les Poissons et les Oiseaux. L'encéphale apparaît
sous la forme des vésicules cérébrales qui restent stationnaires dans
les Poissons. Le cerveau, lorsqu'il commence à se spécialiser, est
dépourvu de circonvolutions; celles-ci ne se dessinent que vers le
milieu de la vie embryonnaire.

Enfin, l'apparition du système osseux est postérieure aux autres; elle
débute par une corde dorsale et la formation des vertèbres crâniennes,
de même que celle des corps vertébraux, d'abord cartilagineux, est
inaugurée par une dissociation des diverses parties de ces os, qui
reproduit l'état squelettique des Vertébrés primaires.

Loin de contredire l'évolution paléontologique, l'embryologie tend
donc à corroborer sa doctrine; elle met en relief de nombreux traits
de ressemblance entre les êtres supérieurs et récents et les êtres les
plus inférieurs et les plus anciens, et, comme ces traits ne peuvent
provenir que de l'hérédité, l'embryologie fortifie l'hypothèse de la
filiation de tous les êtres organisés.

_Confirmation des théories de Lamarck par l'anatomie comparée._

D'ailleurs, ce n'est pas seulement au début de leur vie que les
animaux Invertébrés et Vertébrés passent par l'état cellulaire,
réduction de l'organisation biologique à sa plus simple expression; à
vrai dire, ils ne sont jamais qu'une agrégation d'éléments
anatomiques, microscopiques.

«Tout être vivant, quelque peu compliqué, n'est qu'une accumulation
d'éléments dont chacun est exactement comparable, pour sa
constitution, ses propriétés physiologiques, et souvent même les
détails de sa forme, aux êtres vivants les plus simples que nous
connaissons. Ces êtres vivants les plus simples forment la grande
division des Protozoaires. Nous pouvons donc dire brièvement
aujourd'hui ce que Lamarck ne pouvait deviner: Tout être vivant,
d'organisation tant soit peu compliquée, n'est qu'une association de
protozoaires»[106].

  [106] PERRIER: _loco citato_; p. 495.

Or, les protozoaires sont des êtres aquatiques; il en est de même de
tous les éléments anatomiques des animaux supérieurs, qui sont soumis
à la loi de constance du milieu des Océans primitifs, découverte par
Quinton, soit que les animaux qu'ils constituent séjournent dans le
milieu marin, soit qu'ils vivent dans l'eau douce ou dans l'air.

Ainsi se trouve confirmée la vue de Lamarck, relative à l'origine
Océanique de la vie.

D'autre part, l'anatomie comparée a découvert, et découvre tous les
jours, des liens nombreux qui rattachent les espèces, actuellement
existantes, à des espèces éteintes, et qui rattachent celles-ci, les
unes aux autres, au travers de l'immensité des temps géologiques.
Grâce à elle, des enchaînements sont maintenant établis entre des
animaux d'espèces différentes, de genre différents, de familles
différentes, d'ordres différents[107], et des séries de formes qui se
prolongent pendant plusieurs époques ont pu être reconstituées dans
quelques ordres d'Invertébrés et de la classe des Mammifères, des
Reptiles et des Poissons[108].

  [107] V. ALBERT GAUDRY: _Les enchaînements du monde animal dans
  les temps géologiques_, III; résumé.

  [108] CHARLES DÉPÉRET: _Les transformations du monde animal_; pp.
  160 et suiv.

A défaut de ces formes, l'anatomie comparée peut invoquer _les organes
rudimentaires_, ou plus exactement atrophiés, correspondant, dans
certaines catégories d'animaux, à des organes qui sont très
fonctionnels chez d'autres.

Ces organes se remarquent dans tous les groupes du règne animal, chez
les Spongiaires, les Échinodermes, les Mollusques, les Arthropodes,
les Insectes, les Poissons, les Reptiles, les Oiseaux, les Cétacés,
les Ruminants, les Solipèdes, les Carnassiers et l'Homme; ils
attestent un même type d'organisation dans les groupes auxquels
appartiennent les animaux qui les présentent et ils sont absolument
inexplicables, sans le secours de la théorie de la modificabilité[109].

  [109] V. WIEDERSHEIM: _La structure de l'homme, témoignage de son
  passé._

A plus forte raison en est-il ainsi des _anomalies régressives_ qui se
traduisent par la réapparition fortuite, chez un individu, d'organes
ou de rudiments d'organes, disparus dans les types normaux de son
espèce, mais ayant fait partie de l'organisation d'espèces
antérieures. Tels sont: les germes de dents dans la mâchoire de
quelques jeunes oiseaux; les stylets, ou doigts latéraux, que
possèdent certains chevaux; et, chez l'homme: la cloison
interstomacale qui sépare quelquefois le grand cul-de-sac du petit
cul-de-sac de l'estomac; la mobilité du pavillon auriculaire; un
appendice caudal; et le _stermalis brutorum_, dont j'ai,
personnellement, pu voir, en 1879, un spécimen, sur un sujet, au
laboratoire de la Société d'Anthropologie de Paris, lorsque je suivais
les cours si remarquables du professeur Broca, sur l'anatomie comparée
de l'homme et des animaux supérieurs.

       *       *       *       *       *

En résumé, la philosophie paléontologique, la philosophie anatomique,
convergent vers un même but: la démonstration de l'évolution des êtres
organisés.

En présence de la multiplicité de ces faits concordants, cette
hypothèse s'impose. Quelles que soient les difficultés, les lacunes et
les énigmes que sa vérification présente encore, c'est la plus
conforme à l'ensemble des renseignements obtenus; il est de plus en
plus irrationnel de la repousser. Tous les savants, dignes de ce nom,
l'ont adoptée et ses adversaires ont perdu toute autorité. Ce n'est
certainement pas dans les rangs des véritables philosophes
positivistes que ces adversaires trouveront leur dernier refuge.

_Tentatives d'explication de la modificabilité. Supériorité des
raisons invoquées par Lamarck._

Le fait et le principe de la modificabilité des espèces étant mis hors
de contestation, la science se trouve en face d'un nouveau problème.

Quelles sont les causes déterminantes de ce phénomène?

Cet autre aspect de la question n'a pas échappé à la perspicacité de
Lamarck; il l'a, le premier, scientifiquement envisagé.

Considérant l'organisme comme actif dans son évolution, il émit
l'hypothèse que les changements de milieu et de circonstances
provoquent de nouveaux besoins physiologiques, de nouvelles habitudes,
et que, par suite des efforts continus que ces changements suscitent,
les organes subissent des modifications que l'hérédité fixe, de telle
manière que, progressivement, l'organisme se transforme pour s'adapter
aux nouvelles conditions d'existence qui lui sont imposées.

J'ai, plus haut, exposé sa thèse, à ce sujet; je me borne, en
conséquence, à la rappeler ici.

«Ce ne sont pas les organes, dit-il, c'est-à-dire la nature et la
forme des parties du corps d'un animal qui ont donné lieu à ses
habitudes et à ses facultés particulières; mais ce sont, au contraire,
ses habitudes, sa manière de vivre et les circonstances dans
lesquelles se sont rencontrés les individus dont il provient, qui ont,
avec le temps, constitué la forme de son corps, le nombre et l'état de
ses organes, enfin les facultés dont il jouit»[110].

  [110] _Philosophie zoologique_, I; p. 237.

Isidore Geoffroy Saint-Hilaire considérait, au contraire, l'organisme
comme passivement soumis à l'action du milieu ambiant.

Darwin enfin a soutenu que la lutte perpétuelle, pour l'existence et
pour la reproduction, à laquelle les animaux se livrent, a pour
résultats une sélection qui aboutit à la survivance des mieux
organisés et à la conservation des formes qui sont le plus en harmonie
avec les conditions du milieu.

Mais les influences, signalées par Darwin, si réelles qu'elles soient,
ne s'exercent que dans des limites très circonscrites; elles
contribuent à l'intelligence des variétés qui se produisent dans des
espèces déjà formées; elles ne rendent pas compte de l'origine des
formes nouvelles. «La survivance du plus apte, comme dit Cope, n'est
pas l'origine du plus apte».

D'autre part, les raisons de Darwin n'expliquent pas davantage
l'extinction de certaines espèces, merveilleusement douées au point de
vue de la concurrence vitale, et, de plus, très disséminées. Or, la
paléontologie nous apprend qu'à diverses époques géologiques, et dans
des classes très différentes, des espèces de ce genre ont précisément
disparu brusquement, et cédé la place à des espèces chétives: tel est
le cas des Trilobites, à la fin des temps Primaires; des Ammonites et
des Dinosauriens, à la fin des temps Secondaires; des Mammifères
colossaux de la fin de l'époque Tertiaire et du début du Quaternaire.

Il semble donc que la concurrence vitale n'a jamais eu qu'une
efficacité modificatrice secondaire et restreinte.

L'influence des milieux est, au contraire, générale et permanente, et
la nature, l'industrie humaine nous rendent, chaque jour, témoins des
effets que leurs variations produisent sur les plantes et sur les
animaux.

Les plantes d'une même espèce sont très différentes, selon qu'elles
vivent dans un sol humide ou sec, dans les régions tempérées ou
équatoriales, dans les plaines ou sur les altitudes. Il en est de même
des animaux.

La vie s'éteint sous les pôles; elle jaillit de toutes parts, avec une
irrésistible intensité, sous les tropiques.

Or, nous sommes assurés que les milieux ont maintes fois changé, dans
le cours des âges géologiques.

La composition et la température de l'atmosphère, celles des Océans se
sont modifiées.

La terre fut, d'abord, tout entière recouverte par les eaux et le
climat tropical était universel, puisqu'on retrouve, sous les pôles,
des fossiles appartenant à des espèces qui ne vivent plus que dans des
régions chaudes.

En outre, il n'y a que des restes fossiles d'animaux aquatiques dans
les terrains Cambrien, Silurien et Devonien.

La flore et la faune continentales n'apparaissent qu'à l'époque
Permo-carbonifère, où les végétaux commencent à purger l'atmosphère
saturée d'acide carbonique et d'humidité.

La période secondaire est caractérisée par une stabilité relative,
révélée par l'absence de roches volcaniques; mais il n'en est pas de
même de l'époque tertiaire où, plus particulièrement, l'émersion des
grandes chaînes de montagnes, des îles et des continents, a créé des
bassins maritimes et des compartiments terrestres divers, dans
lesquels les êtres vivants ont été soumis à des régimes spéciaux.

C'est pendant cette dernière époque encore que les saisons se sont
diversifiées et que les graminées ont couvert le sol de prairies
luxuriantes et de steppes immenses. Cette circonstance sans doute a
favorisé le développement des Mammifères herbivores, qui a lui-même
précédé celui des Carnassiers de la même classe.

Enfin l'ère glaciaire, pendant les temps Quaternaires, fut
contemporaine de grands Mammifères, parfaitement adaptés à sa nature,
et qui ne lui ont pas survécu.

Pour toutes ces raisons, les naturalistes inclinent à considérer,
comme prépondérantes, les raisons invoquées par Lamarck pour justifier
la mutabilité des espèces.

Néanmoins, il convient de maintenir une distinction entre le fait même
de l'évolution des êtres organisés et l'explication de ce fait.

Le fait repose sur une multiplicité d'observations convergentes qui,
toutes, fortifient la doctrine de la modificabilité. Les causes
génératrices de ce fait restent obscures et problématiques jusqu'ici;
mais cette situation ne peut nullement ébranler l'autorité que les
faits eux-mêmes ont acquise.



V

Conclusion.


En résumé:

Lamarck a conçu la biologie générale et créé sa dénomination;

Il a produit d'énormes travaux d'histoire naturelle, en botanique et
en zoologie;

Il a, le premier, introduit l'ordre dans la multitude, jusque-là
chaotique, des Invertébrés;

Il a jeté les bases de la théorie des classifications;

Il a, le premier, entrepris, d'une manière vraiment scientifique, la
construction de la série animale;

Il est le promoteur de la physiologie générale; il a fortement
consolidé ce principe philosophique «qu'il n'y a pas de fonction sans
organe»; il a généralisé la loi de l'exercice et du perfectionnement;
il a mis en relief l'importance universelle des lois de l'hérédité;

Enfin, il est le fondateur de la théorie des milieux, de la théorie de
la modificabilité, et, le premier, il a tenté d'arracher aux ténèbres
du passé le secret des origines et de l'évolution des êtres vivants.

Sous ce dernier aspect, l'œuvre de Lamarck défie maintenant tous les
assauts de la critique.

Edmond Perrier, qui a repris, une à une, toutes les propositions
essentielles que cette œuvre renferme, et consciencieusement cherché
ce que la science moderne doit penser d'elles, a montré que, le plus
souvent, «la théorie positive n'a fait que mettre des faits observés à
la place où Lamarck avait mis des suppositions; elle s'est bornée à
remplacer, dans l'édifice demeuré debout, une pierre altérée par une
autre, d'apparence plus solide»[111].

  [111] _Lamarck et le transformisme actuel_, in _le Centenaire du
  Muséum_; p. 498.

«Rien de semblable n'avait jamais été tenté, dit le même savant.
Personne, soit par respect des textes hébraïques, soit par un
sentiment exagéré de l'impuissance de l'homme, n'avait osé demander à
la seule science l'explication de la vie, l'explication de la
naissance des êtres vivants, celle de leurs transformations, affirmées
pour la première fois, avec cette énergie, par un homme vraiment
familier avec toutes les productions naturelles; on peut dire qu'au
temps où vivait Lamarck, avec les faits dont il disposait, il était
difficile d'aller au-delà du terme qu'il atteignit du premier coup. Sa
théorie avait d'ailleurs une portée bien plus grande que celles qui
ont été proposées depuis et notamment que la fameuse théorie de
Darwin. Lamarck, en effet, ne laisse derrière lui aucun _postulatum_;
il essaye d'abord d'expliquer l'origine des êtres vivants que d'autres
supposeront tout créés, avec des formes seulement différentes de
celles qui florissent aujourd'hui; il recherche ensuite comment les
formes simples, spontanément engendrées, se sont graduellement
compliquées, perfectionnées, adaptées aux circonstances dans
lesquelles elles vivent, de manière à constituer ces formes qui se
transmettent longtemps, sans altération sensible, et qu'on nomme les
_espèces_. Ces espèces, pour lui, ne sont que des abstractions;
l'hérédité suffit pour expliquer leur permanence, et Lamarck,
cherchant surtout à relier les espèces actuelles aux espèces fossiles,
n'a pas trop à se préoccuper des hiatus qui existent actuellement
entre elles»[112].

  [112] _Ibid._; p. 490.

En outre, les conceptions de Lamarck sont douées d'une inépuisable
fécondité; toutes les études de philosophie biologique et même
sociologique, sont maintenant inspirées par elles.

Bref, Lamarck joue, en biologie, le rôle qu'ont joué Descartes en
philosophie générale, Newton en mathématiques et en mécanique céleste,
Lavoisier en chimie, Auguste Comte en sociologie; il a dévoilé de
nouveaux horizons aux yeux de l'Humanité; il a livré de nouveaux
domaines à ses investigations; il mérite d'être glorifié comme l'un
des rénovateurs de la pensée et des méthodes scientifiques.



TABLE DES MATIÈRES


         Pages.

  =La vie de Lamarck.=                                               3

  =La philosophie générale de Lamarck.=                             18

  =Appréciation des principaux travaux de Lamarck.=                 24
    I. TRAVAUX COSMOLOGIQUES                                        24
    II. TRAVAUX BIOLOGIQUES                                         29
      Biologie générale.                                            29
      Anatomie générale.--Anatomie descriptive.--Histoire
        naturelle.                                                  35
      Biotaxie.                                                     37
      Physiologie générale.                                         41
      Physiologie spéciale du système nerveux périphérique et du
        système nerveux central.                                    43
      Théorie des milieux et de la modificabilité.--Généalogie des
        animaux et de l'homme.                                      47

  =Appréciation des théories philosophiques de Lamarck.=            59
      Confirmation des théories de Lamarck par les faits
        paléontologiques.                                           64
      Confirmation des théories de Lamarck par l'embryologie.       73
      Confirmation des théories de Lamarck par l'anatomie
        comparée.                                                   77
      Tentatives d'explication de la modificabilité.--Supériorité
        des raisons invoquées par Lamarck.                          79

  =Conclusion.=                                                     83


  CHATEAUDUN
  IMPRIMERIE DE LA SOCIÉTÉ TYPOGRAPHIQUE
  3, rue de Blois





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Lamarck et son OEuvre" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home