Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Nouveau manuel complet de marine - première partie: gréement
Author: Verdier, Phocion-Aristide-Paulin
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau manuel complet de marine - première partie: gréement" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was produced from scanned images of public domain


Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe et la ponctuation d'origine
ont été conservées et n'ont pas été harmonisées. Une note plus détaillée
se trouve à la fin de ce volume.



  NOUVEAU MANUEL

  COMPLET

  DE MARINE.

  _PREMIÈRE PARTIE._

  GRÉEMENT.



  NOUVEAU MANUEL

  COMPLET

  DE MARINE.

  _PREMIÈRE PARTIE._

  GRÉEMENT.

  Par M. Verdier,

  Capitaine de Corvette.


  PARIS,

  A LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE RORET,

  Rue Hautefeuille, nº 10 bis.

  1837.



AVERTISSEMENT.


En publiant ce Manuel de Gréement, nous avons eu l'intention d'éviter
aux débutans dans le métier de marin, le moment de dégoût et de
découragement qu'ils éprouvent lorsqu'en voyant un navire pour la
première fois, ils cherchent à se faire donner et à retenir le nom des
manoeuvres. Il nous a semblé utile de leur apprendre à classer leurs
idées en suivant une méthode simple et claire dans la description des
diverses parties du gréement.

C'est pourquoi nous avons parlé en premier lieu du dormant, puis de la
garniture et du gréement des vergues, enfin, de la garniture et du
gréement des voiles. En traitant ces diverses parties d'une manière
générale, en les appliquant ensuite à chaque mât, à chaque vergue, à
chaque voile; en expliquant les différences nécessitées par leurs
positions et leurs usages, nous avons pensé que nous nous ferions mieux
comprendre, que si nous avions décrit le gréement, comme on le met en
place lorsqu'on grée un navire.

En marine, pour bien savoir, il faut beaucoup voir et beaucoup faire. Le
grand livre pour apprendre est le navire; mais un guide est nécessaire
au commençant, pour lui enseigner à réfléchir et à classer ses idées
pour voir avec fruit.

C'est le but que nous nous sommes proposé; il aura été atteint, si nous
facilitons à quelques-uns de nos jeunes compatriotes l'étude si utile du
gréement.



MANUEL

DE GRÉEMENT.


On désigne sous le nom général de gréement, toutes les manoeuvres
employées à bord d'un navire. On les classe en manoeuvres dormantes,
manoeuvres courantes et amarres.

Les manoeuvres dormantes sont celles qui tiennent les mâts dans une
position déterminée, et les empêchent de céder aux terribles secousses
qui leur sont imprimées par la mer. Les manoeuvres courantes servent à
manoeuvrer les vergues et les voiles.

Les amarres, à touer et amarrer le navire.

Avant de passer à la description des diverses pièces de gréement, et
assigner le poste qu'elles doivent occuper, il est indispensable de
donner une idée des noeuds et amarrages qui servent à les assujettir.
Nous ne nous dissimulons pas combien ces descriptions sont souvent
insuffisantes, et nous tâcherons d'y mettre toute la clarté et la
briéveté possible, tout en prévenant le jeune marin qu'une heure de
travail dans un atelier de garniture lui en apprendra davantage que la
lecture de ce que nous avons à dire sur ce sujet.



CHAPITRE PREMIER.


SECTION PREMIÈRE.

NOEUDS, AMARRAGES.

_Epissures._

L'épissure sert à réunir les bouts de deux cordages, ou du même cordage,
ou encore à fixer le bout d'un cordage sur lui-même, pour en faire un
oeil ou boucle. Il y a l'épissure courte et l'épissure longue.

La première se fait en détordant, d'une même quantité, les deux bouts du
cordage qu'on veut réunir, et entrelaçant leurs torons de manière qu'ils
se joignent à leurs racines. On fait passer successivement chacun des
torons détordus entre les torons non détordus et correspondans de la
partie opposée. Chaque toron passe de la même manière deux ou trois
fois, après quoi on coupe les bouts restans au bas du cordage. Pour
séparer les torons, on se sert d'un instrument en fer de forme conique
et légèrement recourbé, qu'on appelle épissoir.

Si on veut faire un oeil ou boucle, on détord un bout du cordage, et
l'appliquant sur le cordage lui-même, suivant la grandeur qu'on veut
donner à l'oeil, on entrelace les torons détordus comme nous venons de
le dire plus haut.

L'épissure longue se fait en décomettant un toron des deux cordages
qu'on veut épisser, et substituant, à partir de la moitié de la longueur
que l'on veut donner à l'épissure, le toron de l'un à celui de l'autre.
On coupe la partie excédante, après l'avoir croisée par un demi-noeud
avec le toron correspondant du cordage opposé, et l'avoir passée dans
l'intérieur de ce même cordage. Pour employer les troisièmes torons, on
les fait croiser comme les premiers; on les fixe par un demi-noeud, et
on coupe l'excédant.


_Amarrage à plat._

Cet amarrage sert à réunir, sans les croiser, deux cordages différens ou
deux bouts du même cordage.

On fait, à l'un des bouts de la ligne qui doit servir à l'amarrage, un
oeil au moyen d'une épissure, passant le bout dans l'oeil, on forme un
noeud coulant dont on embrasse les deux cordages qu'on veut réunir, et
on continue à les envelopper ainsi de plusieurs tours aussi rapprochés
les uns des autres que possible, et souqués fortement au moyen d'un
cabillot en fer, qui, appuyé sur le côté opposé d'où vient l'amarrage,
sert de levier. Si on veut une seconde couche de tours, parvenu au
dernier, on fait passer la ligne en dedans des tours, et on recommence
les tours. Avec le bout qui reste on croise, dans le sens de la
longueur, le rang ou les deux rangs qu'on vient de former, et on engage
le bout en faisant un noeud à son extrémité, de manière qu'il ne puisse
se dépasser.


_Amarrage en Étrive._

L'amarrage en étrive est un amarrage plat, mais dont les bouts doivent
se croiser après. Si on veut estroper une cosse ou un cap-de-mouton, on
l'entoure avec le cordage, et au point de rencontre on fait un amarrage
plat; on retrousse le bout excédant le long du cordage principal, pour
l'y fixer au moyen d'un nouvel amarrage plat, et ce premier amarrage
plat reçoit le nom d'amarrage en étrive.


_Cul-de-Porc._

Le cul-de-porc est un noeud qu'on fait à l'extrémité d'un cordage pour
l'empêcher de se dépasser d'un cap-de-mouton ou tout autre objet. On
décomet le bout du cordage, et courbant les torons sur eux-mêmes, on les
enlace de manière que les trois bouts passent en dedans et forment le
centre; on les lie entre eux, ou on les enlace de nouveau, ce qui forme
une tête d'alouette. On coupe les bouts excédans.


_Noeud de Hauban._

Ce noeud, ainsi que son nom l'indique, sert à rapprocher les deux
parties d'un hauban, ou toute autre manoeuvre dormante.

On sépare d'abord, sur une certaine longueur, les torons des deux
parties à joindre, en les croisant comme pour l'épissure; mais au lieu
de les faire passer dans les torons non décomis, on les enlace ensemble,
comme nous l'avons dit pour le cul-de-porc. Les bouts excédans sont
peignés et appliqués sur les haubans, où l'on fait un garni de lusin ou
merlin.


_Aiguilletage._

L'aiguilletage sert à réunir deux cordages garnis d'un oeillet, ou à
fixer une caliorne sur son pendeur, ou une poulie sur son piton. L'un
des deux objets qu'on veut réunir est garni d'un cordage appelé
aiguillette, qu'on fait passer successivement d'un oeillet à l'autre, en
ayant soin de faire les tours également tendus, après quoi on les bride
en travers avec le dernier bout de l'aiguillette qu'on engage dans les
tours.


_Genopes._

Les genopes servent à réunir deux cordages entre eux, ou un cordage sur
une vergue, etc. Ce ne sont que des amarrages plats, avec cette différence
que le premier rang, au lieu d'être en tours simples, est en tours
croisés, passant alternativement de dessus en dessous des deux objets
réunis.


_Noeud plat._

Pour réunir deux cordages par un noeud plat, il faut croiser les deux
extrémités en les tenant, celui de gauche par la main droite, et celui
de droite par la main gauche. Celui qui vient de la gauche ayant passé
de dessus en dessous, on le fait passer de devant en arrière, de
manière que chaque extrémité du cordage se trouve à côté du morceau
auquel il fait suite. C'est le noeud qu'on emploie pour amarrer les
garcettes de ris.


_Demi-Clef._

La demi-clef sert à arrêter immédiatement un cordage sur un objet
quelconque: on passe le cordage sur l'objet, et, le ramenant sur la
partie tendue, on engage le bout entre le cabiot, par exemple, et la
partie qui l'entoure, en faisant soit une genope pour l'arrêter, soit
une nouvelle demi-clef.


_Noeud d'Enfléchures._

Le noeud d'enfléchures, qui sert à fixer les enfléchures sur les
haubans, se compose de deux demi-clefs renversées. Appliquez sur la
partie du hauban qui vous fait face, le quarantenier dont vous voulez
faire l'enfléchure, tournez-le autour du hauban en le faisant passer en
dessous et par-dessus le premier tour; ramenez le bout en dessous après
lui avoir fait faire un second tour en souquant fortement, vous aurez
deux demi-clefs dont les bouts se présenteront l'un sur l'avant, l'autre
sur l'arrière.


_Noeud d'Agui, simple et double._

Le noeud d'agui sert à former une chaise avec un cartahu pour suspendre
un matelot le long d'une manoeuvre qu'il doit réparer, d'une voile ou du
bord. On tourne le cartahu sur lui-même, à quatre ou cinq pieds de son
extrémité, et on fait ainsi une espèce d'oeil dans lequel on fait passer
cette extrémité. On le dirige ensuite sur la partie tendue, de manière à
l'envelopper, et on le ramène dans l'oeil que l'on souque fortement.
C'est le noeud d'agui simple. Si le cordage avec lequel il est fait est
double, ce qui est plus commode pour l'homme qui travaille, puisque,
pendant qu'il est assis dans un des doubles, l'autre le soutient sous
les bras, le noeud est dit, _noeud d'agui double_.


_Noeud d'Écoute._

Ce noeud, dont le nom indique assez le but, et qui sert aussi à frapper
l'orin sur la bouée, la ligne de sonde sur le plomb, etc., se fait en
passant le bout du cordage dans l'oeillet de l'objet auquel on doit le
fixer, en le ramenant sous la partie du même cordage introduite dans
l'oeillet, de manière à embrasser les deux branches de celui-ci. En
tirant ensuite sur le cordage, le bout se trouve tellement souqué qu'il
ne peut se dépasser. Si ce noeud s'emploie sur des amarres pour touer un
navire, il est prudent de fixer le noeud d'écoute par une demi-clef et
un amarrage.


SECTION II.

Nous ne pousserons pas plus loin cette description des noeuds, mais nous
allons donner quelques renseignemens indispensables pour bien saisir ce
que nous avons à dire sur le gréement.

Une manoeuvre est garnie en bitord, lorsqu'elle est recouverte de tours
de bitord bien souqués et rapprochés autant que possible. Cette
opération se fait au moyen d'un maillet, appelé mailloche à fourrer, qui
porte une rainure cylindrique et longitudinale. Le bitord étant frappé
sur le cordage qu'on veut garnir ou fourrer, on en fait deux tours sur
la mailloche et son manche, et on la tourne de dessous en dessus, la
rainure appliquée sur le cordage, tandis qu'un homme, qui tient une
pelote de bitord, la fait mouvoir dans le même sens. Il va sans dire que
le cordage doit être fortement tendu pendant cette opération.

Un cordage est congréé lorsque l'espace vide que laissent les torons
après la torsion est rempli par un cordage d'une dimension suffisante
pour donner au cordage congréé une forme cylindrique. Autrefois on
congréait les étais et quelquefois même les haubans; mais cette méthode
a été abandonnée comme nuisible, parce qu'elle charge le gréement d'un
poids inutile, sans augmenter sa solidité; et en second lieu, parce que
l'eau de pluie séjournait entre le cordage et son congréage, et hâtait
son dépérissement.

Un cordage est garni en toile ou limandé lorsqu'on le recouvre de bandes
de toile goudronnées. Les bandes ont de trois à quatre pouces de largeur
et se roulent de manière à se recouvrir par la moitié. On les fixe par
quelques tours de bitord bien serrés, mais placés à environ un pouce ou
deux de distance.

On garnit quelquefois les cordages en basane ou en peau. Pour cela, on
coupe la peau ou la basane en bandes égales à la circonférence du
cordage, et après les avoir fait macérer dans l'eau pour qu'elles
puissent être travaillées plus commodément, on les coud sur le cordage
qu'on veut garnir.

On appelle paillets, des espèces de nattes confectionnées avec du bitord
ou des torons tressés ensemble. On en fait un fréquent usage à bord pour
empêcher le frottement qui pourrait entraîner la perte de telle ou telle
partie du gréement. Ainsi, on en place sur les haubans et galhaubans, à
l'endroit où les vergues, lors du brasséiage, portent dessus, et qu'on
appelle pour cela paillets de brasséiage. On en place aussi sur les
colliers des étais pour qu'ils ne soient pas ragués par les ralingues
des huniers et des perroquets; sur la partie des ancres placées dans le
porte-haubans, aux bossoirs, et qui peuvent se trouver en contact avec
les écoutes des basses voiles ou toute autre manoeuvre, etc.

Les sangles, faites en fil de carret ou en bitord fin, sont plus légères
et sont employées dans le même but que les paillets. On en garnit
ordinairement les ralingues de bordures des basses voiles et huniers, et
le premier hauban tribord et babord, au grand mât et au mât de misaine,
pour les préserver du frottement des basses voiles.

L'erse est un assemblage de fils de carret ou de bitord liés ensemble
par l'excédant même de ce fil de carret ou de ce bitord. Pour la
former, il faut, ayant deux points fixes, deux taquets par exemple,
faire dormant sur l'un d'eux, et, allant de l'un à l'autre, les
envelopper successivement jusqu'à ce que l'erse ait le nombre de fils
voulus; après quoi on les lie ensemble par le moyen de demi-clefs
espacées de deux à trois pouces. On forme ainsi une espèce de bague qui
sert à soulever les fardeaux. Pour cela, on entoure l'objet avec l'erse,
puis on passe un des bouts dans l'autre, et on croche le palan ou
caliorne sur le bout supérieur.

Lorsque l'erse est faite avec un cordage dont on a réuni les deux bouts
par le moyen d'une épissure à la longue, elle prend le nom d'élingue.
Elle sert aux mêmes usages que l'erse.

Les caps-de-mouton, les cosses et les poulies sont souvent entourés d'un
cordage qu'on a bagué au moyen d'une épissure. Ces cordages, ainsi
préparés, sont appelés estropes, et l'objet est dit estropé. L'estrope
réunit deux objets qui doivent agir ensemble. Ainsi, une poulie de
retour est estropée sur la cosse d'un piton, c'est-à-dire que la même
estrope les enveloppe, et qu'un amarrage placé entre la cosse et la
poulie les empêche de se dégager de leurs goujures. Les estropes faites
au moyen de l'épissure longue doivent être préférées. En général on les
garnit en bitord, toile, peau ou basane.

Un palan est l'assemblage de deux poulies, l'une double et l'autre
simple, réunies par un cordage appelé garant.

On les désigne ordinairement par le nom de l'action à laquelle ils sont
employés, et on dit palans de bouline, palans d'amures. Mais leur
véritable différence est non dans leur force et leur emploi momentané,
mais dans la manière dont la poulie double est estropée.

Les estropes sont à fouet ou à croc. Le fouet est formé par une des
branches de l'estrope qui s'élève au-dessus de la partie supérieure de
la poulie, lorsqu'on a fait l'épissure. Si le cordage n'est pas assez
maniable pour le frapper facilement, on le décomet et on en fait une
garcette.

Le fouet se frappe sur un cordage en l'embrassant par deux tours, en le
croisant ensuite et ramenant le bout du fouet en dessus tourné autour du
cordage, ou on l'arrête par un amarrage.

L'estrope à croc porte, dans son pli supérieur, une cosse à croc.

Tout cordage qui se frappe sur un autre pour s'opposer à son action, est
appelé bosse.

Les bosses sont à fouet ou à aiguillette.

A fouet, elles sont formées par un cordage dont une extrémité porte un
oeillet au moyen duquel on la fixe sur un piton ou tout autre point en
l'y baguant. Son extrémité, décomise ordinairement, est tressée en
garcette pour se frapper plus facilement; ce qu'on fait comme pour le
palan.

A aiguillette, le cordage qui les forme est terminé par un cul-de-porc
double qu'on bride sur le cordage à arrêter par une aiguillette adaptée
en dessous du cul-de-porc. L'extrémité opposée est à cosse ou à croc,
pour se crocher ou s'aiguilleter au lieu convenable.

Le dormant d'une manoeuvre est son point fixe inamovible; son courant
est la partie sur laquelle on agit pour produire l'effet.



CHAPITRE II.


SECTION PREMIÈRE.

MANOEUVRES DORMANTES DES BAS MATS.

_Beaupré, Liûres._

Aussitôt que les bas mâts sont en place on doit s'occuper à les tenir.

Le mât de beaupré portant tous les étais du mât de misaine qui,
lui-même, porte ceux des grands mâts de hune et de perroquet, étant
placé à l'extrémité du navire, où les secousses imprimées par le tangage
sont les plus violentes; supportant, dans ce même instant, presque tout
le poids de la mâture que le mouvement de tangage jette en arrière, a
besoin d'être établi de la manière la plus solide, et sa tenue, d'où
dépend souvent celle du reste de la mâture, doit être l'objet des soins
du second et du maître d'équipage.

Le mât de beaupré est retenu dans son étambraie par les deux apôtres, et
son extrémité inférieure est engagée entre deux fortes pièces de bois ou
montans appelés flasques de beaupré.

Pour faire adhérer autant que possible le beaupré au corps lui-même du
navire, on le lie à la guibre par le moyen d'un ou deux amarrages
appelés liûres de beaupré. Pour que les tours du cordage ne s'allongent
pas une fois l'amarrage fait, on se sert en général d'un cordage qui a
servi, mais sans avoir perdu de sa force. Ordinairement on emploie une
guinderesse. Il y a dans la guibre autant de mortaises qu'il doit y
avoir de liûres. Avant l'opération, on charge le beaupré d'un poids
considérable, en suspendant à son extrémité une embarcation ou une
barrique, etc., afin qu'il s'applique plus parfaitement sur la guibre.

S'il y a plusieurs liûres, on commence par celle d'en dedans. On fixe
par un noeud coulant la guinderesse sur le beaupré, on la fait passer
dans la mortaise, et après avoir fait un tour sur le mât en avant du
dormant, on la fait passer de nouveau dans la mortaise en arrière du
premier tour qu'elle croise. Si l'on a pu se procurer un ponton pour
faire cette opération, la guinderesse vient, de la mortaise, passer dans
une poulie de retour crochée sur le ponton, et se garnit à son cabestan;
sinon on fixe une poulie de retour dans un des trous de sous-barbe de
la guibre, et la guinderesse vient, de là, en passant par le chaumard de
l'amure de misaine, ou l'écubier, se garnir au cabestan. Ce tour bien
raidi, on fait deux ou trois genopes à demeure, et on dévire le cabestan
pour faire un second tour qu'on raidit et genope de la même manière. Le
nombre des tours qu'on veut donner à la liûre étant faits, on les bride
ensemble avec le bout restant entre le mât et la guibre. La seconde
liûre se fait de la même manière.

Autrefois, et quelquefois encore aujourd'hui, on clouait sur le beaupré
et la guibre les tours de la liûre ainsi faite, afin de les empêcher
soit de se desserrer, soit d'avoir un mouvement de l'avant à l'arrière,
soit afin de tenir le mât lors même que l'un des tours viendrait à
casser. Mais cette habitude est abandonnée par tous les marins que la
routine seule ne conduit pas; car il est évident que le clou qui
traverse le cordage le prive d'une partie de sa force et hâte sa
pourriture par l'eau qui le pénètre.

Les liûres faites, on les entoure sur le beaupré de taquets cloués de
l'avant et de l'arrière pour empêcher tout mouvement. On les enveloppe
d'une toile peinte, clouée sur le mât et lacée entre ce dernier et la
guibre. La partie de la liûre qui embrasse la guibre est recouverte par
une feuille de plomb. Après des traversées longues et pénibles, il faut
avoir soin de faire déclouer le plomb et la toile pour visiter les
liûres et les faire sécher et aérer.


_Sous-Barbes, fausses Sous-Barbes, Capelage._

Au milieu de la longueur totale du mât de beaupré, ou plutôt aux deux
tiers de sa partie extérieure, à partir de l'étambraie, on aiguillette
deux moques pour le ridage des étais de misaine. Ces moques sont à
doubles goujures, leur estrope doit donc être double. Elles sont
aiguilletées sur le beaupré, mais sur ses côtés, de manière à laisser
entre elles l'espace nécessaire au passage du bâton de foc. On peut
aussi estroper les deux moques avec le même cordage, en laissant entre
les deux amarrages qui les fixent un espace égal au diamètre du beaupré.
Ces moques sont souvent remplacées par de fortes cosses à doubles
goujures qui en portent une seconde, sur laquelle viennent se fixer les
étais de misaine.

De l'avant et de l'arrière des moques d'étai on aiguillette les moques
des sous-barbes, au-dessous du beaupré. Les sous-barbes sont formées
par un cordage qui passe dans une mortaise pratiquée à la guibre et dont
les deux bouts viennent s'épisser. Dans le pli supérieur on fixe, par un
amarrage plat, une moque semblable à celle du beaupré. On les réunit par
une ride qui va de l'une à l'autre, et dont on a soin de raidir tous les
tours au moyen d'un fort palan; tours qu'on doit genoper l'un à l'autre
toutes les fois qu'on largue le palan pour en passer un nouveau; on les
bride ensuite avec le bout excédant.

D'après la place qu'occupent les sous-barbes, on voit qu'elles doivent
contre-balancer les efforts des étais de misaine; il faut donc les tenir
avec beaucoup de soin, et pendant leur ridage charger la tête du mât
comme nous l'avons dit pour faire les liûres.

Presque à l'extrémité du mât on aiguillette une troisième moque qui sert
au ridage de la fausse sous-barbe, en tout semblable aux sous-barbes que
nous venons de décrire. Celle-ci est destinée par sa position à
contre-balancer l'effort de l'étai du petit mât de hune et de la draille
du petit foc.

Pour éviter que les sous-barbes soient raguées par les câbles-chaînes,
la fausse sous-barbe et la seconde sous-barbe sont elles-mêmes en
chaînes, ou au moins leur partie inférieure est formée par une chaîne
qui, au moyen d'un petit boulon, vient se marier à la cosse qui porte le
cordage qui fait l'extrémité supérieure de la sous-barbe.

Il n'est même pas rare de voir des navires ayant toutes leurs
sous-barbes en chaînes. Mais si le beaupré est tenu par ces dernières
d'une manière plus solide, puisqu'elles n'adonnent pas comme les
sous-barbes en filin, ce manque d'élasticité ne les expose-t-il pas à
une rupture plus facile dans les violens coups de tangage?

En résumant ce que nous venons de dire, on voit que le capelage du
beaupré se compose de l'estrope de la première sous-barbe, et avant
l'estrope ou les deux estropes pour les moques des deux étais de
misaine, les estropes, ou plutôt l'estrope à deux branches pour les
poulies des boulines de misaine; l'estrope de la seconde sous-barbe,
presque à l'extrémité du mât; l'estrope pour la fausse sous-barbe.
Lorsque ce capelage est terminé, pour l'empêcher de tomber sur
l'arrière, en ridant les sous-barbes et les étais, on cloue sur
l'arrière un fort croissant en bois, soutenu par des taquets.


_Haubans._

Quelquefois, avant de prendre la mer, on consolide encore le beaupré au
moyen de deux haubans. Ces haubans sont formés par un cordage double,
dont le pli inférieur porte une cosse et un croc qui se croche à un
piton disposé à cet effet sur la joue du navire. Le pli supérieur porte
un cap-de-mouton, une moque ou une cosse, arrêté par un amarrage plat,
et qui, garni d'une ride, vient se rider sur deux caps-de-mouton, moques
ou cosses, aiguillettes, en avant de la moque de la seconde sous-barbe.
Ces haubans et leurs moques s'enlèvent ordinairement au mouillage.


_Garde-Corps._

Sous le chouc du beaupré, qui est placé verticalement et qui est mis en
place avant de mâter, sont deux pitons sur lesquels on épisse un cordage
qui, garni d'une cosse, vient rider sur deux montans en fer fixés sur la
tête des apôtres. Ces cordages, appelés garde-corps, servent aux
matelots pour monter et descendre le long du mât avec facilité.


_Des Haubans et des Étais des bas Mâts._

Les bas mâts sont tenus par des haubans et des étais. Les haubans
tiennent les mâts de l'arrière, et les empêchent d'obéir aux mouvemens
du roulis, c'est-à-dire d'un bord sur l'autre. Pour lier de la manière
la plus favorable le mât au navire, il a fallu, en prenant pour point
fixe le capelage du mât, en avoir un second sur le navire pour raidir le
hauban convenablement, et éloigné autant que possible du pied du mât;
car on conçoit qu'il sera d'autant mieux tenu que l'angle que fera son
axe avec la direction du hauban sera plus grand. Ce point a été trouvé
au moyen du porte-hauban, plate-forme en bois située à l'extérieur, à
partir de la face avant du mât, et continuée de l'arrière, d'une
quantité suffisante pour porter le dernier galhauban de perroquet.

La chaîne de bas hauban se compose d'une barre de fer rond, doublée sur
elle-même, portant à son extrémité supérieure une estrope en fer, qui
remplit la gougure d'un cap-de-mouton; et à son extrémité inférieure,
une barre de fer plat, qui est chevillée et boulonnée sur les
préceintes, les membres et le vaigrage. La partie inférieure de
l'estrope en fer du cap-de-mouton repose dans une échancrure pratiquée
au bord extérieur du porte-hauban, recouverte, après que tous les
caps-de-mouton sont en place, par une forte tringle en bois.

On emploie pour la confection des haubans, du chanvre de premier brin,
commis en aussière, c'est-à-dire à quatre. Ce cordage doit être plus
commis que les manoeuvres courantes, afin d'adonner le moins possible,
et d'éviter par là de rider; opération toujours longue et difficile à la
mer.

Il y a peu d'années encore que plusieurs vaisseaux de guerre et même des
frégates avaient leurs bas haubans en grelin; mais ce commettage a été
abandonné et n'existe que pour les étais.

La longueur des haubans se prend en mesurant la distance du capelage aux
porte-haubans. A bord des bâtimens de guerre, on augmente cette quantité
de trois, quatre ou cinq pieds, suivant le rang du bâtiment, afin que le
hauban puisse être épissé plusieurs fois, s'il est coupé par les boulets
de l'ennemi.

Le nombre des haubans n'est pas déterminé d'après une règle fixe; les
bâtimens de guerre seuls sont soumis à un tarif. Leur grosseur n'est
soumise à aucune règle[1], cependant on leur donne en général les deux
tiers de l'étai du grand mât, qui est lui-même les deux tiers du câble,
lequel a un demi-pouce de circonférence par pied de bau.

  [1] Chaque port de guerre ayant un tarif qui détermine la grosseur et
  la longueur de toutes les manoeuvres, nous ne parlerons ici que des
  navires du commerce.

Le mât de misaine a un hauban de moins que le grand mât; le mât
d'artimon un tiers de moins, et quelquefois il est au-dessous de cette
quantité; car un bâtiment ayant sept haubans au grand mât, n'en porte en
général que quatre à son mât d'artimon.

Avant de couper les haubans, il faut faire élonger à la caliorne, et
même s'il est possible au cabestan, les pièces de cordage qui doivent
servir à leur confection. Il est bon de les laisser ainsi élongées
pendant vingt-quatre ou quarante-huit heures, pour leur faire subir une
première tension et les empêcher de se rouler sur elles-mêmes; ce qu'on
appelle faire des coques.

Les haubans se coupent par paire. A partir d'un piquet ou d'une
épontille, on mesure sur le plancher la distance du capelage au
porte-hauban, à laquelle on ajoute la moitié de la circonférence du mât
pour former l'oeillet du capelage. De cette marque, sur laquelle on fixe
le bout du cordage, des hommes tenant la pièce marchent vers le piquet,
font passer le cordage sur son avant, redescendent vers la marque, et
alors on coupe le cordage à un demi-pied environ au-delà de cette même
marque, parce que cette seconde branche doit être plus longue que la
première, à cause de son obliquité. La première paire du bord opposé se
coupe de la même manière; seulement, comme elle est capelée au-dessus,
elle doit être plus longue du diamètre du cordage, c'est pourquoi en la
coupant on la fait passer sur l'avant de la paire déjà coupée. On
continue pour les autres paires comme on vient de le dire, en ayant soin
de donner à chaque branche un demi-pied environ de plus qu'à celle qui
doit la précéder sur le mât. Lorsque tous les haubans sont coupés, on
marque le point du cordage qui touchait le piquet, non comme le milieu
de la paire des haubans, puisqu'une branche est plus longue que l'autre
d'un demi-pied, mais comme le milieu de l'oeillet du capelage. On
marque aussi, au moyen d'un lusin engagé entre les torons, le numéro de
la paire.

Cela fait, chaque paire est élongée sur les chevalets et raidie avec un
vireveau ou une caliorne. On garnit en bitord l'oeillet du capelage et
chacune des branches jusqu'au point où doivent aboutir les gambes de
revers. Ce point se trouve en portant, de chaque côté du milieu de
l'oeillet du capelage, une distance égale à la longueur du tour du mât.
Les premiers haubans de l'avant au grand mât et au mât de misaine sont
garnis en bitord dans toute leur longueur, pour résister au frottement
des basses voiles; on les couvre outre cela d'une sangle lorsqu'on est à
la mer. Quelquefois, avant de garnir de bitord, on limande le hauban;
mais c'est lourd et inutile.

La garniture faite, on retire les haubans de dessus les chevalets, et
les pliant à partir du milieu de l'oeillet de capelage, on fait, avec
une forte ligne ou quarantenier, un amarrage plat de huit ou dix tours,
qui détermine cet oeillet. Au bout de chaque branche, on fixe, par un
amarrage à faux frais, un cap-de-mouton garni de sa ride.

Si le nombre des haubans est impair, le dernier hauban de chaque bord
est formé avec le même morceau de cordage; l'amarrage qui forme
l'oeillet du capelage est fait en croisant les branches, et en capelant
on en laisse tomber une à tribord et l'autre à babord.

Au lieu de se servir de ce moyen, quelquefois une des branches de la
première paire de chaque bord n'a que le quart de la longueur du hauban,
et portant une forte cosse enveloppée par son extrémité inférieure et
épissée par-dessus, sert de pendeur de caliorne.

Les étais sont destinés à maintenir les mâts sur l'avant en s'opposant à
l'effet du tangage. Ils sont en cordage commis en grelin, c'est-à-dire
qu'après avoir commis trois torons pour en faire un cordage, on commet
ensemble trois de ces cordages et on forme le grelin. Cette espèce de
cordage adonne moins que celui commis en aussière, et c'est pour cette
raison qu'on s'en sert pour la confection des étais.

La pièce de cordage qu'on destine à faire un étai, doit être élongée au
moyen d'une caliorne ou d'un cabestan, et laissée, s'il est possible,
deux ou trois jours dans cette position, en ayant soin de faire virer
plusieurs fois dans cet intervalle sur la caliorne ou le cabestan, pour
abraquer le mou qui doit résulter de cette tension.

Il y a deux manières de préparer l'étai pour le rendre propre à être
capelé: 1º l'étai ayant été coupé à la longueur convenable, on l'élonge
en le raidissant fortement par deux caliornes. A une des extrémités on
fait un oeillet assez grand pour y passer l'étai lorsqu'il aura été
garni. On mesure, à partir de l'oeillet, une longueur égale à celle du
ton du mât, et on marque. A cette marque, on fait, au moyen d'un garni
de bitord, recouvert par un tissu de ligne ou de bitord en queue de rat,
un bourlet appelé pomme d'étai, dont le grand diamètre qui fait face à
l'extrémité inférieure de l'étai, doit être le double de celui de l'étai
et qui se termine en diminuant graduellement vers l'oeillet. Après avoir
garni en bitord toute la partie qui sépare la pomme de l'oeillet, on
passe le bout inférieur dans l'oeillet jusqu'à ce qu'il s'arrête à la
pomme, et on a par ce moyen un vaste collier qui peut embrasser le
capelage. Cette manière de confectionner les étais est en général
abandonnée, on y substitue la suivante:

L'étai étant élongé comme nous l'avons dit, on fait à une de ses
extrémités un oeillet du diamètre de l'étai. On mesure, à partir de cet
oeillet, une longueur égale à celle de la moitié du ton du mât pour
lequel on travaille, et on marque. On prend un morceau du même cordage
qui a servi à faire l'étai, et à une de ses extrémités on fait un
oeillet comme celui dont nous venons de parler. On applique oeillet
contre oeillet, et le morceau de cordage contre l'étai jusqu'à la marque
qui a été faite en portant dessus la demi-longueur du ton, et au-dessous
de cette marque on épisse le morceau de cordage sur l'étai. On a formé
ainsi deux branches égales en longueur et en force, et qui, au moyen
d'une aiguillette frappée sur l'un des deux oeillets, et passant
successivement de l'un dans l'autre, embrassent le capelage et y fixent
l'étai. On garnit en bitord depuis les oeillets jusqu'à un pied environ
au-dessous de l'épissure.


_Capeler les Élongis, les Traversins et les Hunes._

Ordinairement lorsqu'on mâte, surtout avec une machine à mâter, le mât
est mis en place avec ses élongis; dans le cas contraire, on les met en
place de la manière suivante: (la tête de chaque mât doit être garnie de
deux poulies aiguilletées, dans lesquelles passent deux cartahus.)
Supposons qu'on veuille capeler les élongis du grand mât, on les dispose
sur l'avant du grand mât, dans le sens qu'ils doivent prendre sur les
jottereaux. On affale les deux cartahus, et on les frappe sur la partie
avant, en les élongeant extérieurement et les genopant au milieu et sur
la partie arrière. On frappe sur l'avant un cartahu de retenue qui vient
passer au mât de misaine. Les cartahus étant passés dans des poulies de
retour, on fait hisser, en abraquant celui du mât de misaine. Par la
manière dont les cartahus sont frappés, la partie arrière de l'élongis
se présente la première; on les fait emboîter, et coupant la genope on
continue à hisser, ce qui fait prendre à l'élongis une position
horizontale et donne la facilité de le fixer sur les jottereaux à la
place qu'il doit occuper. Les charpentiers mettent les clefs, et on
défrappe les cartahus.

Les élongis de misaine et d'artimon se hissent et se mettent en place de
la même manière.

Les élongis capelés, on dispose, dans le sens qu'ils doivent occuper,
les barres traversières ou traversins; on frappe un cartahu sur chaque
bout, et celui de retenue au milieu; on fait hisser en abraquant la
retenue jusqu'à ce que le traversin soit en dessus des adens pratiqués
sur les élongis, puis on amène en faisant emboîter le traversin dans les
adens, après quoi on les fixe au moyen de chevilles.

La hune est une espèce de plate-forme qui repose sur les élongis et les
traversins. Sa largeur est ordinairement la moitié de celle du navire,
et sa longueur est un peu moindre. Sa face arrière est coupée carrément,
et sa face avant arrondie. Tribord et babord, elle est percée de trous
quadrangulaires pour laisser passer les lattes des caps-de-mouton des
haubans de hune. Dans le milieu est un trou carré, dont le côté a le
tiers de la largeur de la hune, et qui reçoit le nom de trou du chat.

Pour la hisser, on la pose sur le pont, la partie circulaire sur l'avant
et dans sa position naturelle. On frappe sur sa partie arrière en
faisant passer de dessous en dessus, par le trou du chat, deux cartahus,
et on les genope de distance en distance jusqu'à sa partie circulaire,
de manière qu'elle puisse monter dans une position verticale. Un cartahu
venant du mât d'artimon, si on hisse la grande hune, et du grand mât, si
on hisse la hune de misaine, est frappé en patte d'oie sur la partie
arrière, et genopé sur l'avant, afin de l'écarter des élongis.
Lorsqu'après avoir hissé, elle a dépassé les élongis, on mollit la
retenue dont on coupe la genope. Quand la hune qui s'appuie sur le ton
du mât touche les poulies des cartahus, on coupe les premières genopes
en continuant à hisser. La partie avant du trou du chat se trouve
bientôt au-dessus du ton du mât, alors on abraque la retenue, et la
hune, exécutant un mouvement de bascule, prend une position horizontale
et se trouve suspendue par les cartahus genopés sur son milieu; on
l'amène dans la position qu'elle doit occuper sur les barres, et on l'y
fixe par des chevilles à goupille.


CAPELAGE DES BAS MATS.

_Capelage du grand Mât._

Avant de capeler, on fixe des coussins en bois mou sur les élongis, et
on goudronne la partie du ton sur laquelle doit reposer le capelage.

Les haubans sont élongés sur le pont ou dans un canot le long du bord;
on affale le cartahu de tribord, et on le frappe au milieu du hauban
portant le nº 1; on fait ensuite deux genopes, la première à quelques
pieds en dessous de l'amarrage, et la seconde sur l'oeillet du capelage.
On hisse; cette seconde genope étant parvenue à toucher la poulie du
cartahu, on la coupe, et continuant à hisser, l'oeillet du capelage
dépasse le ton du mât; les gabiers le font incliner sur babord, et en
amenant le cartahu il prend le ton du mât. Alors on le fait descendre
sur les coussins des élongis en le forçant à coups de maillet.

Quoiqu'il importe fort peu de quel bord on commence le capelage,
l'habitude est de commencer par tribord au grand mât et au mât
d'artimon, et par babord au mât de misaine.

Lorsque le nombre des haubans est impair, la première paire a pour
seconde branche un pendeur ayant pour longueur le quart du hauban,
lequel pendeur porte à son extrémité une forte cosse, afin de recevoir
l'aiguillette de la caliorne.

Si, le nombre des haubans étant pair, on veut avoir les pendeurs des
caliornes capelés, on les forme du même bout de cordage en croisant
l'amarrage, et commençant le capelage par eux on jette une branche de
chaque bord. Si, outre le pendeur de caliorne, on veut capeler celui de
candelette, alors ils se forment comme nous venons de le dire, et les
deux branches tombent du même bord. Mais en général on ne capelle plus
les pendeurs, et on les met en place lorsqu'ils sont nécessaires, en
faisant un tour mort sur le capelage.

La première paire de haubans étant capelée, on capelle la seconde, qui
devient première du côté de babord, et on lui donne une direction
absolument semblable. On capelle ensuite la troisième paire, et en
faisant descendre son oeillet pour l'appliquer exactement sur celui de
la deuxième, on a soin de le faire un peu biaiser, afin que ses branches
tombent en arrière de celles déjà en place. On capelle ensuite la
quatrième paire à babord, la cinquième à tribord, de manière que, le
capelage terminé, les numéros impairs sont à tribord, et les numéros
pairs à babord. A mesure qu'une paire est capelée, on passe la ride du
cap-de-mouton du hauban dans celui correspondant sur le porte-haubans,
quoiqu'il n'y soit fixé que par un amarrage à faux frais; mais c'est
afin de ne pas les laisser pendre le long du mât.

Pour capeler l'étai, on passe deux cartahus par le trou du chat et en
dehors des élongis, on les frappe à deux pieds environ de l'épissure des
branches de l'étai, et l'on genope ensuite chaque cartahu sur une des
branches. En hissant, elles viennent embrasser les élongis. Quand elles
sont dans la hune, on coupe les genopes et on amarre les cartahus afin
d'avoir plus de facilité à faire l'aiguilletage des deux branches;
lorsqu'il est terminé, on largue les cartahus et on amarre à faux frais
l'étai sur le point où plus tard il sera raidi. Après l'étai, et de la
même manière, on capelle le faux étai; mais, à bord de beaucoup de
navires, au lieu d'un étai et d'un faux étai, on capelle deux étais
égaux. On conçoit alors qu'on a dû diminuer la grosseur de l'étai; c'est
ce qu'on a fait en prenant, en général, pour circonférence de chacun des
étais égaux, la moyenne entre celle du grand étai et de son faux étai.

Le grand étai avait les deux tiers du câble, et le faux étai, les deux
tiers du grand. Un navire de trente pieds de baux avait donc un étai de
10 pouces et un faux étai de 6-2/3; il aura maintenant deux étais de 8
pouces 1/2.

Le grand étai, ou plutôt les grands étais, car, comme nous l'avons dit
déjà, presque tous les navires portent, à leur grand mât et à leur mât
de misaine, deux étais égaux, sont disposés de diverses manières:

A une estrope faite avec un cordage dont la dimension est les deux tiers
de l'étai, est fixée la moque de ridage; et après que l'amarrage à plat
a été fait, les deux branches passent dans des trous garnis en plomb,
pratiqués de chaque côté de l'étrave dans la muraille du navire, puis,
se croisant sur la courbe de capucine, remontent en se fixant sur
elles-mêmes par plusieurs amarrages plats.

On dispose deux moques semblables en les faisant incliner un peu, l'une
sur tribord, l'autre sur babord, pour qu'elles correspondent plus
exactement aux étais qui passent le premier à tribord, le second à
babord du mât de misaine. Ce dernier est garni d'un croissant en bois
tendre, pour ne pas être endommagé par les étais qu'on a soin de fourrer
et de recouvrir en basane à ce point.

Les estropes dont nous venons de parler sont limandés à leur partie
extérieure, qu'on recouvre avec une plaque de plomb clouée. On remplace
quelquefois les moques par des cosses, et les étais, où portent des
moques semblables qu'on réunit par une ride, ou passent dans la cosse.

Quelquefois deux fortes boucles, chevillées et boulonnées sur bau,
tribord et babord du mât de misaine, portent les cosses sur lesquelles
les étais viennent se raidir.

On peut, au lieu de capeler les haubans, comme nous l'avons indiqué plus
haut, les uns sur les autres, les capeler les uns dans les autres;
c'est-à-dire que chaque oeillet de la paire de babord, au lieu de
reposer sur l'oeillet correspondant de tribord, l'embrassera. Il est
évident que pour que cela puisse avoir lieu, il a fallu, en
confectionnant les haubans de babord, augmenter d'une quantité
suffisante le diamètre de l'oeillet du capelage. Cette installation
réduit nécessairement de moitié la hauteur du capelage, et fait paraître
le gréement plus léger.


_Capelage du Mât de Misaine._

Après avoir mis les coussins sur les jottereaux, comme on l'a fait au
grand mât, on capelle une forte poulie, ou mieux, encore une moque à
rouet de fonte, pour le passage de l'étai du grand mât de hune. Elle
doit présenter de l'arrière et dans la direction du milieu du mât. On
capelle ensuite les haubans comme on l'a dit pour le grand mât, avec la
seule différence que le premier est mis à babord, et que le capelage une
fois terminé, les numéros impairs sont à babord, et les numéros pairs à
tribord.

L'observation faite pour les pendeurs des caliornes et des candelettes
du grand mât, s'applique aussi à ceux de misaine.

Les étais ayant été capelés, leurs extrémités vont s'amarrer, à faux
frais, sur les deux moques placées, pour leur ridage, au capelage du mât
de beaupré.


_Capelage du Mât d'Artimon._

Les coussins mis en place, on capelle une poulie double qui doit servir
pour former le palan de la drisse de corne; elle doit donc être de
l'arrière et répondre entre les deux élongis. Cette poulie, au lieu
d'être capelée, est souvent aiguilletée sur le capelage. Souvent aussi
elle est supprimée et remplacée par un chaumart à deux rouets, placé
entre les élongis.

On capelle les haubans en commençant par tribord, après quoi on capelle
l'étai. Le mât d'artimon n'a pas en général de faux étai, à moins qu'on
ne donne ce nom à la manoeuvre qui sert de draille au foc d'artimon;
manoeuvre qui se trouve supprimée de droit, lorsque le foc d'artimon,
ainsi que cela arrive quelquefois, est envergué sur une corne.

L'étai passe dans une moque à rouet de fonte, qui est fixée au grand
mât, à quatre à cinq pieds du pont. L'estrope de cette moque embrasse le
mât, et est aiguilletée sur sa face avant. On la soutient par de petits
taquets cloués à distance de quelques pouces, afin de l'empêcher de
descendre au ridage.

Quelquefois deux boucles sont fixées tribord et babord de l'étambrai du
grand mât. On épisse, sur la cosse d'une de ces boucles, un morceau de
cordage de la même grosseur et espèce que l'étai; puis, après y avoir
passé une cosse, on épisse le second bout sur la boucle du bord opposé.
C'est ensuite sur le milieu de ce cordage, auquel on doit laisser assez
de mou pour qu'il passe au-dessus du râtelier de manoeuvre du grand mât,
que l'étai vient s'amarrer, en enveloppant la cosse qui y a été placée,
avant de faire le dormant sur la deuxième boucle.

Au lieu de faire dormant sur les boucles, avec un cordage qui ne fait
pas partie de l'étai, on peut, en arrière du râtelier de manoeuvre du
grand mât, épisser à l'étai un morceau de cordage de même dimension;
alors l'étai a deux branches qui font dormant sur les deux boucles dont
nous venons de parler.

L'une ou l'autre de ces installations, qui rendent l'étai du mât
d'artimon indépendant du grand mât, nous paraît préférable à la première
qui a été décrite.

Le mât d'artimon n'a pas de caliornes et par conséquent de pendeurs. Il
n'a que des pendeurs de candelettes, auxquelles il faut appliquer les
observations faites pour les candelettes du grand mât.


_Caliornes, Candelettes, Palans d'Etai._

Les caliornes se composent de deux fortes poulies à dez de fonte, l'une
supérieure à trois rouets, et la seconde inférieure à deux rouets. Elles
sont réunies par un cordage appelé garant qui fait dormant sur l'estrope
de la poulie double. Dans l'estrope de la poulie triple est fixée, au
moyen d'un amarrage plat, une cosse portant une aiguillette; on fixe de
la même manière, dans la partie inférieure de l'estrope de la poulie
double, une cosse portant un croc.

La candelette diffère de la caliorne en ce qu'elle n'est formée que par
la réunion d'une poulie double et d'une poulie simple.

Si les pendeurs sont capelés et qu'on veuille se servir de la caliorne
ou de la candelette, on les aiguillette à leur pendeur, en les
soulageant au moyen d'un cartahu, afin de donner au matelot, placé dans
les haubans, la facilité de passer plusieurs tours de l'aiguillette de
la poulie dans la cosse du pendeur.

Si les pendeurs ne sont pas capelés, on les hisse dans la hune au moyen
d'un cartahu, et, les fixant au ton du mât par un tour mort et un
amarrage, on dirige le pendeur dans la direction convenable et on y
aiguillette sa caliorne, comme nous venons de le dire.

Les caliornes et les candelettes servent à soulever de lourds fardeaux;
elles servent aussi, comme nous le verrons bientôt, au ridage du
gréement des bas mâts.

Ordinairement, lorsque l'opération à laquelle elles ont servi est
terminée, on largue l'aiguilletage, en ayant soin, auparavant, de les
soutenir avec un cartahu; puis on les élonge sur le pont, on bride les
garans par des amarrages en fil de carret ou en bitord, et elles sont
envoyées dans la cale. Si les pendeurs ne sont pas capelés, on les
défrappe aussi. Si on voulait les garder en place, il faudrait les
élonger le long des haubans, et crocher la poulie double à un des pitons
des porte-haubans.

Pour embarquer et débarquer les objets d'un moindre poids, on fait usage
du palan d'étai. Il est formé par deux poulies, l'une double et l'autre
simple. La double, ou supérieure, est estropée à un long pondeur qui
s'amarre au ton du grand mât; la poulie simple porte un croc à
émérillon.

Afin de pouvoir diriger le palan d'étai de l'arrière à l'avant, on
frappe une poulie simple sur le pendeur, et on passe dans cette poulie
un cordage qui, après avoir fait dormant sur les élongis de misaine,
vient passer dans une poulie simple qui y est aiguilletée. C'est ce
qu'on appelle le guide du palan d'étai. Lorsqu'il est simple, il fait
dormant sur le pendeur.

On conçoit qu'en halant sur le guide, on peut faire prendre au palan
d'étai une position perpendiculaire sur la grande écoutille. On bague
dans l'estrope de la poulie simple une petite estrope à cosse pour y
crocher le palan de bout de vergue.

On appelle ainsi un palan à long pendeur qu'on frappe sur la basse
vergue et dont le garant, passant sur le pont dans une poulie de retour,
sert avec le palan d'étai à décharger les canots, etc.


_Ridage du Gréement des Bas Mâts._

La tenue du gréement d'un mât doit toujours commencer par l'étai.

Si on veut tenir le grand mât, il faut aiguilleter les caliornes sur
leurs pendeurs, si elles ne le sont pas; brider fortement les pendeurs
au mât, et crocher, aussi loin que possible sur l'avant, les poulies
doubles des caliornes. Cela fait, on enlève tous les coins des
étambraies, de manière que le mât ne porte plus que sur son emplanture.
On range les matelots sur les garans des caliornes, en les faisant,
autant que possible, haler en marchant et sans secousses, on porte le
mât de l'avant. Quand il est dans la position qu'on veut lui donner, on
tourne les garans des caliornes et on les genope en plusieurs endroits.

On frappe sur le milieu de chaque étai une caliorne de braguet, dont la
poulie croche la ride, si l'étai est à ride, ou le trésillon du bout de
l'étai, si on raidit sur l'étai lui-même. On passe les deux garans des
caliornes dans des poulies coupées, crochées au fronteau d'avant, et on
fait haler sur ces caliornes jusqu'à ce qu'on s'aperçoive que celles qui
sont sur le mât mollissent. Alors on tourne les garans et on les genope.
Si l'étai est à ride la ride est genopée, passe deux tours en dessus de
la moque et bride ensuite tous les tours. Si on raidit sur l'étai
lui-même, on s'occupe immédiatement de faire les amarrages en arrière
de la cosse. Lorsqu'ils sont terminés, on défrappe les caliornes de
braguet, on largue la bridure des pendeurs, et on les élonge le long des
haubans.

Nous avons dit qu'après avoir capelé les haubans, on passait la ride de
chaque cap-de-mouton dans celui qui lui correspondait sur le
porte-hauban. Les haubans ainsi tenus à faux frais, on marque, en
appliquant sur eux une ligne horizontale, la hauteur où doit être le
cap-de-mouton de chaque hauban, et l'on travaille aussitôt à l'y fixer
par un amarrage en étrive, puis on retrousse le bout du hauban lui-même
en l'y retenant par deux amarrages plats.

Ces amarrages faits, ainsi que ceux des étais, on raidit les haubans
soit au moyen des caliornes, soit avec de forts palans frappés à
l'avance sur le milieu de chaque hauban. Le ridage doit commencer par le
hauban de l'avant de chaque bord, en observant de les haler ensemble, et
de continuer ainsi, de deux en deux, jusqu'à ceux de l'arrière.

Pour rider, on frappe sur le croc de la caliorne, ou du palan, la ride,
et, faisant ranger les hommes sur les garans qui passent dans des
poulies de retour, on les fait marcher ou haler sans secousses. Pendant
ce temps, ceux placés de chaque bord dans les porte-haubans suivent la
ride et embraquent sur la partie la moins tendue, afin de rendre égal le
mouvement de ridage. Lorsque les deux haubans qu'on hale ainsi en même
temps, ont une tension égale et convenable, on genope la ride, on fait
deux tours sur le hauban, et le bout excédant, tombant entre le hauban
et le bord, s'enveloppe sur les tours intérieurs.

Pendant le ridage, celui qui dirige cette opération doit apporter le
plus grand soin à la tenue du mât. Il doit savoir de combien de lignes
par pied il est nécessaire que le mât incline sur l'arrière; mais avec
les étais il lui fait dépasser cette position sur l'avant, parce que le
ridage des haubans le fera tomber. Il veille à ce que le mât ne soit pas
porté plus sur un bord que sur l'autre, et cela au moyen d'un fil à
plomb venant de la tête du mât.

Le ridage terminé, on coince le mât dans ses étambraies, on cloue les
braies de mât, et on recouvre les caps-de-mouton et les rides de chaque
hauban avec un paillet qu'on lace par derrière. On aligne les bouts des
haubans en les coupant tous à même hauteur; on applique sur l'extrémité
un morceau de bois rond épais de une ou deux lignes, qu'on recouvre avec
une coiffe en toile peinte qu'on retient par un petit amarrage. Ce que
nous avons dit pour le ridage du gréement du grand mât, s'applique
exactement aux mâts de misaine et d'artimon. Ce dernier n'ayant pas de
caliornes, on le porte de l'avant au moyen de ses candelettes.

Lorsque les chaînes de bas haubans, au lieu de porter des
caps-de-mouton, portent des moques ou des cosses, le bout des haubans
passe dans ces moques, et après avoir été raidis comme nous venons de le
voir, sont fixés au-dessus par deux amarrages plats. Cette installation,
plus légère que celle des caps-de-mouton à ride, a le grand inconvénient
de rendre plus long et plus difficile, surtout à la mer, le ridage des
haubans. Cette considération est bien importante, particulièrement pour
les bâtimens de commerce qui ont des équipages peu nombreux.

Nous renvoyons à la fin de cet ouvrage pour donner la description des
rides en fer, appelés rides à la _Pinchau_, du nom de l'inventeur.
Plusieurs grands navires du commerce en ont adopté l'usage, ainsi
qu'une partie des vaisseaux et frégates de la marine de l'état.


_Enfléchures, Trelingages, Gambes de revers._

Les haubans raidis, on fait les enfléchures qui servent d'échelons aux
matelots pour monter dans la mâture. On suspend de chaque côté des
haubans, au moyen d'un cartahu à patte d'oie, un espar qui sert de
marche-pied aux gabiers chargés de les faire. Ils les commencent
au-dessous du point où doit être fixé le trelingage et leur donnent
treize pouces d'intervalle. Ils sont munis d'un morceau de bois de cette
longueur, qu'ils portent successivement sur chaque hauban pour marquer
le point où doit être fait l'amarrage et le noeud.

Au bout des quaranteniers ils forment un petit oeillet qui est fixé sur
le hauban de l'arrière par un amarrage en fil de carret, ou mieux en
lignerole. Le quarantenier embrasse, par le noeud d'enfléchure, chaque
hauban, et, par un second oeillet et un amarrage, se fixe sur le second
de l'avant. Le premier hauban de l'avant étant indépendant du
trelingage, ne porte jamais d'enfléchures. A bord des grands navires,
on n'en fait que sur ceux du milieu.

Le trelingage sert de point d'appui aux gambes de hune ou de revers, qui
font, pour les haubans des mâts de hune, l'office des chaînes de haubans
pour les bas haubans. Le trelingage se compose de quenouillettes et de
morceaux de cordages portant à chaque extrémité un oeillet; c'est ce
qu'on nomme les branches du trelingage.

La quenouillette est une barre de fer rond, de deux à six pouces de
circonférence, suivant la force du navire. Après avoir été limandée et
garnie, elle s'amarre en dedans des haubans, en faisant sur chacun d'eux
un amarrage. Il faut en excepter celui de l'avant qui, étant dans l'axe
du mât, ne peut faire partie du trelingage; on rapproche ensuite les
haubans au moyen de palans qu'on frappe sur les quenouillettes
elles-mêmes, et on aiguillette les branches sur le hauban et son
correspondant à l'autre bord. Larguant les palans, les branches se
trouvent raidies. Mais il ne faut pas qu'elles forcent les haubans à se
rapprocher, c'est-à-dire à se couder, car, dans les mouvemens de roulis,
les haubans du vent soutenant tout l'effort de la mâture et n'étant
plus bridés par le trelingage, parce que les haubans sous le vent ont
alors du mou, ils allongent de toute la quantité dont on les aura bridé
ou fait couder, et tiendront moins la mâture.

Nous avons dit que, dans les côtés des hunes, étaient pratiqués des
trous quadrangulaires en nombre égal à celui des haubans de hune. Dans
ces trous on fait passer une barre de fer plat (appelé latte de hune)
portant à son extrémité supérieure un cap-de-mouton ou une cosse, et
ayant sa partie inférieure terminée en anneau. La gambe de hune ou de
revers, qui est un morceau de cordage double ou simple, garni d'un croc
à bec plat, se croche dans cet anneau et va se raidir sur la
quenouillette; le bout excédant s'amarre le long du bas hauban.

On peut supprimer le trelingage, et dans ce cas on fixe sur le mât en
dessous des jottereaux, une forte estrope qui en porte de plus petites
dans lesquelles sont fixées des cosses, où viennent se raidir et
s'amarrer les gambes de hune.

On remplace quelquefois l'estrope par un cercle en fer garni de pitons
sur lesquels s'amarrent les gambes. Il est inutile de dire que dans
l'un et l'autre cas les cosses et les pitons sont en nombre égal à celui
des gambes.

Quelques navires suppriment les gambes, et passant les haubans de hune
dans des trous pratiqués comme ceux des lattes, raidissent et amarrant
les haubans sur les cosses de l'estrope, ou les pitons du cercle.


_Capeler les Choucs des Bas Mâts._

Le gréement des bas mâts étant tenu, il faut capeler les choucs. On
place le chouc que l'on veut hisser de l'avant de son mât, et dans la
position qu'il doit avoir étant sur son tenon. On frappe de chaque côté
un fort cartahu à patte d'oie, et un cartahu de retenue sur la face
avant. Ce cartahu passe au ton du mât de misaine, s'il s'agit du chouc
du grand mât; à l'extrémité du beaupré, s'il s'agit de celui du mât de
misaine, et enfin au grand mât, s'il faut hisser celui du mât d'artimon;
pesant sur les deux cartahus, et halant à propos sur la retenue, on le
fait monter au-dessus de la hune, et on le présente entre les élongis,
de manière que le mâtereau qui doit servir à le capeler puisse le saisir
en passant entre les élongis.

Ce mâtereau, on le guinde le long du bas mât par le moyen d'une
guinderesse, qui, passant dans une poulie autour du mât, et dans le clan
du mâtereau, ou, s'il n'a pas de clan, dans une poulie qu'on estrope et
bride à sa partie inférieure, va faire dormant sur l'élongis du bord
opposé. Quand le mâtereau, en le hissant, a dépassé le chouc de quelques
pieds, au moyen d'une bridure ou de deux palans, on le lie à l'extrémité
du mâtereau en continuant alors à hisser. Le chouc parvient au-dessus du
ton, on amène alors en douceur de manière à faire emboîter la mortaise
dans le tenon du mât. On largue la bridure et on dépasse le mâtereau.

Avant de capeler le chouc, on ne doit pas, oublier de garnir le tenon du
mât d'une coiffe en toile goudronnée. On force le chouc à coups de
masse, car il faut qu'il n'ait pas le plus petit mouvement dans son
tenon.


SECTION II.

_Manoeuvres dormantes des Mâts de Hune._

Les mâts de hune se hissent le long des bas mâts; ils passent entre les
élongis dans la partie avant du chouc qui, ainsi, les lie aux bas mâts,
et reposent sous les élongis par le moyen d'une cheville carrée en fer,
appelée clef, qui traverse la partie inférieure ou caisse du mât de
hune.

Ils sont tenus par des haubans qui se capellent et se rident sur les
caps-de-mouton des lattes de hune. Mais ces haubans n'offrant pas assez
d'empature, vu le peu de largeur de la hune, et ne pouvant, à cause de
sa position, être suffisamment portés de l'arrière, on se sert des
galhaubans qui, capelés après les haubans, descendent sur les
porte-haubans; ce qui permet de les diriger de l'arrière et de soutenir
le mât dans cette direction. Enfin, un étai et un faux étai les assurent
contre les mouvemens du tangage. Ces derniers servent de draille à une
voile d'étai.

Les haubans de hune se coupent et se garnissent comme nous l'avons dit
pour les bas haubans. On leur donne en général pour grosseur les deux
tiers de celle des galhaubans, qui sont eux-mêmes les deux tiers des bas
haubans.

Si le nombre en est impair, on forme la première paire avec un pendeur
qui sert à la candelette; mais, comme on le supprime ordinairement, et
qu'on ne le met en place, en le frappant sur le ton du mât, que
lorsqu'on veut s'en servir, la dernière paire, dont on croisera les
branches, en jettera une de chaque côté.

Le premier hauban est entièrement garni: à la mer on le couvre encore
avec une sangle pour le préserver du frottement de la vergue.

Les galhaubans se placent, l'un à l'extrémité arrière du porte-hauban;
un second, autant que possible, dans celle de l'axe du mât; le troisième
et le quatrième, s'il y en a, entre les deux premiers, mais de manière
que l'un d'eux soit en arrière de la hune.

Celui qui est placé dans l'axe du mât gênant le brasséiage des vergues,
on le largue pendant cette opération en mollissant le palan qui lui sert
de ride, et on le porte de l'arrière de la hune. Il reçoit le nom de
galhauban volant, et est aiguilleté et non capelé, comme nous le
verrons. Les navires qui portent quatre galhaubans en ont deux volans et
deux fixes; ceux qui n'en portent que trois en ont un volant et deux
fixes.

En même temps qu'on passe le galhauban volant sous le vent pour aider le
brasséiage, on donne plus d'empature à celui du vent, en le poussant
avec un arc-boutant placé dans la hune, qu'on fait mouvoir par un petit
palan manoeuvré par les gabiers.

Les galhaubans fixes sont coupés par paire comme les haubans; les volans
sont coupés un à un et sont aiguilletés et non capelés. Ils sont garnis
en bitord au portage des vergues, et en prenant la mer on recouvre ce
garni avec un paillet, une sangle, ou de la peau de vache.

Les étais sont confectionnés comme nous l'avons dit pour les bas mâts.


_Capelage du grand Mât de Hune._

Les capelages des mâts de hune reposent sur les barres de perroquet, qui
sont portées sur l'épaulement de la noix du mât. Pour les capeler, on
les place sur les choucs des bas mâts, de manière que le mât de hune en
guindant passe son ton dans le trou carré des barres.

Les mâts de hune se hissent au moyen d'un cordage en grelin, appelé
guinderesse, dont la grosseur est égale à celle des bas haubans. Lorsque
le mât est le long du bord et qu'on veut le présenter, on passe le bout
de la guinderesse dans la poulie crochée au piton du chouc du bord où se
trouve le mât; on l'affale, on la frappe sur le trou de la clef, et on
fait une forte bridure en dessous de la noix. On vire la guinderesse
garnie au cabestan, et le mât monte en présentant son ton; lorsque la
caisse est sur le point de parer le bastingage, on frappe dessus une
retenue pour en modérer le mouvement; on continue à virer et on le
dirige le long du mât. Lorsqu'il y est, on fait dévirer pour faire
reposer la caisse sur le pont, et on le bride dans cette position pour
passer la guinderesse. On largue la bridure de la noix, on la défrappe
du trou de la clef, et on la passe dans le clan, si le mât n'en a qu'un,
ou dans celui le plus arrière, si le mât en a deux. Dans le premier cas
la guinderesse va passer entre les élongis et fait dormant au piton du
chouc du bord opposé à la poulie.

Dans le second cas, après avoir passé dans le clan le plus arrière, elle
vient entre les élongis, et, passant dans la poulie de guinderesse du
bord opposé, redescend entre les élongis, passe dans le second clan, et,
remontant encore entre les élongis, fait dormant à un piton placé à côté
de la première poulie de guinderesse.

Le dormant fait, on vire jusqu'à ce que les barres de perroquet reposent
sur l'épaulement de la noix; alors on bosse la guinderesse, on bride le
mât de hune au bas mât en passant plusieurs tours d'un bon filin dans le
trou de la clef, et on dégarnit au cabestan, ou on fait une croisure sur
la guinderesse, c'est-à-dire que, ramenant le bout abraqué par le
dernier tour sur celui qui vient de la poulie, on les saisit par un fort
amarrage croisé.

On peut alors travailler au capelage; nous allons capeler le grand mât
de hune.

Après avoir mis sur les élongis des coussins d'un bois mou, et goudronné
la partie du ton qui doit recevoir le capelage, on capelle les deux
poulies d'itague de hune. La première présente à tribord et la seconde à
babord. Vient ensuite la première paire de haubans; si elle a un pendeur
de candelette, le pendeur doit être sur l'avant; puis la seconde paire
qui se capelle à babord, la troisième à tribord, et ainsi des autres.
Si, le nombre étant impair, le pendeur de candelette ne fait pas partie
de la première paire, alors la dernière paire doit avoir une de ces
branches de chaque bord.

Tous les haubans capelés, on aiguillette le galhauban volant de tribord,
ensuite celui de babord, et on capelle une paire de chaque bord, ce qui
fait trois galhaubans. S'il doit y en avoir un quatrième, il est
volant, et on l'aiguillette entre le volant et le premier fixe. On
embrasse les élongis et le capelage avec les deux branches de l'étai, et
on les aiguillette sur l'arrière. Puis on capelle le chouc du mât.

Cet étai va passer dans une poulie, ou une moque, que nous avons capelée
à cet effet au mât de misaine, et descend le long de ce mât au pied
duquel il trouve un piton sur lequel il se raidit et s'amarre. Au lieu
de prendre cette direction, il remonte quelquefois vers le ton du mât,
et se raidit sur une moque ou cosse aiguilletée sur le ton. Cette
installation n'offre pas une solidité assez grande et ne doit être
employée qu'à bord des petits bâtimens.

Le faux étai se capelle comme l'étai, passe en dessous, et servant de
draille à la grande voile d'étai, se dirige au-dessus du trelingage de
misaine, pour aller passer dans une moque ou cosse, dont l'estrope qui
entoure le mât est aiguilletée en dessous des jottereaux; de là, il
remonte vers le ton et se raidit au moyen d'une cosse fixée au capelage.

On peut appliquer au capelage de hune le moyen que nous ayons donné pour
diminuer de moitié ceux des bas mâts. Dans tous les cas on peut
aiguilleter les galhaubans volans en embrassant les oeillets des
haubans, et non en les posant par-dessus.


_Guinder un Mât de Hune._

Le capelage terminé, on garnit la guinderesse si elle a été dégarnie, ou
on largue la croisure qui y a été faite; on largue la bridure qui
retient le mât de hune contre le mât, et on vire. Lorsque la caisse du
mât va s'engager entre les jottereaux, on la soutient avec un cordage
appelé braguet, de la grosseur des haubans, qui fait dormant au
capelage, et qui, après avoir passé dans une goujure pratiquée tous la
caisse du mât, passe dans une poulie qui est aiguilletée du côté du
capelage opposé à son dormant, et vient se frapper sur une caliorne qui
sert à l'abraquer. Le but du braguet n'est pas seulement de soulager la
guinderesse, mais d'empêcher la chute du mât, si cette dernière cassait
pendant l'opération. Aussitôt que le trou de la clef paraît au-dessus
des élongis, on y engage une pince, et lorsqu'il est entièrement
découvert on y introduit la clef en retirant la pince. On dévire au
cabestan, on dépasse la guinderesse, qui généralement n'est en place que
dans les rades peu sûres, où on peut avoir besoin de caler fréquemment
les mâts de hune; on décroche les poulies, et on s'occupe à tenir le
mât.

Pour remplacer le braguet, en renforce l'avant de la hune, et on
cheville sur les élongis et la barre traversière de l'avant, un fort
cabrion en chêne, portant un crapaud à boulon, sur lequel se meut un
linguet qui ne peut faire avec la hune un angle moindre de 45 à 50°, car
alors son extrémité inférieure porte sur le crapaud. Ce cabrion est
placé de manière à tangenter presque la face avant du mât de hune. Cette
face avant, dans toute la longueur qui correspond au ton du bas mât,
porte un soufflage, dans lequel on a fixé une crémaillère à dents.

Lorsque la première dent de cette crémaillère est à hauteur du cabrion,
la tête du linguet s'appuie dessus; mais le mouvement d'ascension du mât
le fait mouvoir sur son boulon, il se porte de l'avant, et retombe sur
la deuxième dent, quand il trouve le vide qui existe entre celle-ci et
la première. Si dans cette circonstance la guinderesse cassait, il est
évident que le linguet engagé entre deux dents de la crémaillère
empêcherait la chute du mât de hune.

Cette installation, qui n'est pas encore générale, a été adoptée pour
les mâts de perroquet, à bord de presque tous les navires de l'état.

Le moment le plus difficile, et celui où il faut employer la plus grande
force dans les mouvemens des mâts de hune, étant lorsqu'il faut placer
la clef en les guindant, ou l'enlever lorsqu'on est obligé de les caler,
on a imaginé un système qui rend ces opérations faciles et sans danger.


_Clefs mobiles._

Nous allons transcrire le rapport fait par la commission que M. le
ministre de la marine chargea de l'examiner:

«Ce système des clefs, dites mobiles, se compose de deux leviers en fer
forgé, dont le petit bras est renforcé. Chaque levier est muni de deux
tourillons adaptés à sa face supérieure et d'un talon saillant
au-dessous de sa face inférieure.»

«Au commencement de son action, le levier s'appuie par ses tourillons
sur des flasques qui l'élèvent au-dessus d'une plaque de fer fondu, et
ensuite par son talon sur cette plaque même, qui est fixée sur les
élongis, vis-à-vis le passage du mât à manoeuvrer.»

«Pour guinder ce mât, on l'élève au moyen de la guinderesse, jusqu'à ce
que le trou de la clef puisse recevoir les bouts des leviers qu'on a
abaissés; on agit ensuite à l'aide d'un palan sur les extrémités
opposées de ces leviers, pour les ramener à leur position horizontale;
lorsqu'ils y sont arrivés, on les fixe par des clavettes, et alors ils
remplacent les clefs du mât, qui lui-même se trouve dans la position
qu'il doit occuper.»

«Lorsqu'on veut caler, on enlève les clavettes, après avoir pesé un peu
sur les leviers; ils s'abaissent sous le poids du mât, qui descend sans
qu'il soit nécessaire de mollir les haubans et galhaubans, ni de les
soulever ainsi que le mât, comme l'exige le déplacement des clefs
ordinaires.»

«Dans chaque levier, le grand bras a sept fois la longueur du petit; et,
le premier restant constant, le petit bras diminue de plus en plus de
moitié, à mesure qu'il s'engage dans le trou de la clef du mât. La force
nécessaire pour établir l'équilibre dans cette machine, n'est ainsi
d'abord que le septième de la résistance, et se réduit ensuite à moins
d'un quatorzième de la résistance.»

«Dans un cabestan de vaisseau, la puissance étant de multiplier par
quatre fois et demi, ou cinq, la force opposée à la résistance, la
puissance des leviers est donc à celle du cabestan comme 11 est à 4-1/2
ou 5, c'est-à-dire plus que double.»

«Indépendamment de cet excès de puissance, les leviers ont l'avantage
d'éprouver un frottement peu considérable, et qui n'augmente pas
beaucoup pendant leur grande action. Tandis que les frottemens du
cabestan dans son étambraie, ceux qu'éprouve la guinderesse dans les
poulies, et souvent ailleurs, sont toujours bien plus grands, et
augmentent avec la pression que cause la résistance.»

«Enfin, la disposition des machines fait que les hommes agissent plus
également et plus efficacement sur les leviers que sur les barres du
cabestan. On ne doit donc pas être étonné de voir les clefs mobiles
manoeuvrées par vingt hommes, produire plus d'effet que les poulies de
guinderesse et le cabestan mus par quatre-vingts ou cent hommes.»

«Les expériences ont conduit à la conclusion suivante: les clefs mobiles
paraissent moins propres à guinder les mâts qu'à les caler; elles
peuvent cependant, au moyen de quelques _modifications faciles à
exécuter_, soulager la guinderesse dans des derniers et plus pénibles
efforts; mais ces clefs facilitent considérablement rabaissement des
mâts, avantage précieux qui, en accélérant le remplacement d'un mât de
hune, peut exercer une influence favorable sur les chances d'un combat,
et même sauver un bâtiment surpris par un coup de vent, en abrégeant la
durée du danger.»

Le grand mât de hune guindé, on tient son gréement. La direction que
doit prendre ce mât est donnée par celle du bas mât que nous avons déjà
tenu.

On frappe un fort palan sur l'étai en crochant la poulie simple à une
erse qui embrasse le capelage du mât de misaine; on passe le garant dans
une poulie de retour crochée à la même erse, et on l'envoie sur le pont
pour qu'on puisse peser dessus. On frappe un second palan sur la partie
de l'étai comprise entre la poulie du capelage et le pont, et dont la
poulie simple fait dormant sur le bout de l'étai qui passe dans le
piton situé au pied du mât de misaine. On frappe aussi un palan sur le
faux étai, la poulie simple se croche à une erse qui embrasse le mât
sous les jottereaux. Avant de rider, on a dû passer dans le faux étai
les bagues qui serviront plus tard à enverguer la grande voile d'étai,
puisqu'il lui sert de draille. On hale sur les palans, ayant grand soin
de faire travailler l'étai et le faux étai de la même manière. Lorsque
la tête du mât de hune a dépassé d'une quantité suffisante la direction
du bas mât, car les galhaubans le rappelleront dans cette direction, on
genope les palans, on tourne leurs garans, et on fait les amarrages de
l'étai et du faux étai.

On aligne les haubans de hune et les galhaubans entre eux, et on marque
le point où l'on doit estroper les caps-de-mouton; on fait les
amarrages, et on coiffe les bouts comme nous l'avons dit pour les bas
haubans. On ride les galhaubans, avec lesquels le mât doit être mis dans
une position convenable, c'est-à-dire former le prolongement du bas mât.
On ride enfin les haubans avec la candelette de hune.

Au lieu d'être garnis de caps-de-mouton, les haubans de hune peuvent
passer dans des cosses portées par les lattes. Quelquefois aussi le
hauban lui-même traverse la hune, et servant de gambe de revers, se
raidit sur la quenouillette ou sur l'estrope, qui remplace le
trelingage.

Cette installation, qui offre peu de solidité, ne doit être employée
qu'à bord des petits bâtimens.


_Trelingage, Enfléchures._

Le gréement raidi, on travaille au trelingage. On place une
quenouillette sur les haubans, vis-à-vis le point du mât où commence le
renflement de la noix; on la fixe par un amarrage sur chacun d'eux, en
laissant, comme aux bas mâts, le premier hauban indépendant. On bride
les haubans avec un palan, et on amarre les branches de trelingage;
après quoi on largue le palan et on le défrappe.

Si on supprime le trelingage, on aiguillette en dessous de la noix une
estrope garnie de cosses, sur lesquelles viendront se raidir les haubans
de perroquet.

Les enfléchures des haubans de hune se font de la même manière que
celles des bas haubans.


_Capelage du petit Mât de Hune._

Le petit mât de hune étant présenté, comme nous l'avons dit pour le
grand mât de hune, on capelle d'abord les poulies d'itague, ensuite les
haubans en commençant par babord, puis les galhaubans fixes, sur
lesquels on aiguillette le ou les galhaubans volans, suivant que le mât
en porte deux ou quatre, et enfin l'étai et le faux étai. L'étai passe
dans le violon de beaupré à tribord, s'élonge sous ce mât; à son
extrémité, on estrope une poulie double, qui forme, avec une poulie
simple crochée sur un piton placé sur l'apôtre, un palan qui sert à le
raidir. On peut aussi passer le bout même de l'étai dans le piton.

Le faux étai se dispose de la même manière, il passe dans le violon de
babord.

On tient le gréement du petit mât de hune dans le même ordre, et de la
même manière que nous l'avons expliqué pour le grand mât de hune.

On doit observer que, d'après l'installation de l'étai et du faux étai,
tout l'effort se fait au portage, sur le rouet du violon; il faut donc,
non-seulement les garnir avec soin à ce point, mais frapper une forte
bosse au-dessus, toutes les fois qu'on prend la mer.

Cette observation doit aussi s'appliquer à l'étai et au faux étai du
grand mât de hune; c'est l'estrope de la poulie dans laquelle ils
passent qui porte tout l'effort; il faudra les bosser au-dessus de ces
poulies, en embrassant le mât avec la bosse.


_Capelage du Mât de Perroquet de Fougue._

On capelle au mât de perroquet de fouque, d'abord une poulie d'itague,
mais on la supprime lorsque l'itague de la drisse, qui est toujours
simple, passe dans un clan pratiqué dans la noix du mât; ensuite les
haubans en commençant par tribord, les galhaubans fixes, le galhauban
volant, et enfin l'étai et le faux étai qui sert de draille au
diablotin.

L'étai passe dans une poulie aiguilletée au capelage du grand mât, et,
remontant vers le ton se raidit à une cosse qui y est aiguilletée. Le
faux étai passe dans une cosse dont l'estrope entoure le grand mât en
dessous des jottereaux, et se raidit sur une seconde cosse fixée au
capelage. On doit, avant de tenir ce dernier à demeure, y passer les
bagues qui serviront à enverguer le diablotin.


_Gréement du bout-dehors de Grand-Foc._

Le bout-dehors de grand-foc, ou bâton de foc, repose sur la partie
supérieure du beaupré, passe entre les moques des étais de misaine, et
traverse le chouc du beaupré placé verticalement. Quelquefois il passe
dans les estropes des moques des étais de misaine, et enfin d'autres
fois, le chouc du beaupré étant incliné sur tribord de 45°, le
bout-dehors de foc s'appuie sur le côté tribord du mât, sur lequel il
est retenu par deux fortes bridures.

La première de ces installations est la plus généralement suivie.

Le gréement du bout-dehors se compose de deux haubans de chaque bord et
d'une sous-barbe.

Les haubans se coupent par paire et se capellent au-dessus de la noix du
mât; ils passent ensuite dans des cosses estropées, la première au
sixième de la vergue de civadière, et la deuxième à deux pieds de
celle-ci. Ils portent à leur extrémité une poulie double, qui forme,
avec une poulie simple crochée à un piton placé à l'avant du bossoir,
un palan par le moyen duquel on les raidit. Il est évident qu'en
brassant la civadière sous le vent on raidit les haubans du vent, et que
par conséquent on appuie le bout-dehors.

Cette considération doit donc faire préférer cette méthode à celle qui,
supprimant la civadière, fait passer les haubans dans un arc-boutant en
fer placé sur les bossoirs. Dans ce cas, les haubans, après avoir passé
dans des trous pratiqués dans les arcs-boutans, se raidissent à des
pitons placés de l'arrière des bossoirs.

A bord des petits bâtimens, on supprime même les arcs-boutans, et les
haubans se raidissent sur les pitons à l'avant du bossoir.

La sous-barbe a, à sa partie supérieure, un oeillet qui se capelle
par-dessus les haubans. On fixe sur la face arrière et inférieure du
chouc de beaupré, un arc-boutant; la sous-barbe passe dans le clan
supérieur pratiqué à l'extrémité de l'arc-boutant, et de là, venant
passer dans une cosse estropée, entre les estropes des moques des étais
de misaine, se raidit avec un palan qui élonge le mât.

Il vaut mieux rendre l'arc-boutant mobile, en le crochant à un piton, ou
en le terminant en mâchoire qui s'applique à la partie inférieure du
mât; on supprime alors les clans et on le termine par une tête. La
sous-barbe, après avoir été capelée par-dessus les haubans, vient se
fixer à cette tête, d'où partent deux haubans qui se dirigent vers les
bossoirs, où on les raidit au moyen de deux palans.

On peut aussi former la sous-barbe avec le double d'un cordage: un
amarrage plat forme l'oeillet du capelage, les deux branches
s'appliquent l'une contre l'autre, viennent passer tribord et babord de
la tête de l'arc-boutant; on les y arrête par deux amarrages, l'un de
l'avant et l'autre de l'arrière, et les deux bouts restans forment les
haubans de l'arc-boutant.

Afin que le gréement du bout-dehors adonne le moins possible, ce qui est
non-seulement nécessaire à sa solidité, mais encore à celle du petit mât
de perroquet dont il porte l'étai, on le confectionne avec du cordage
qui, ayant déjà servi, est peu susceptible de s'allonger.


_Capelage du bout-dehors de grand Foc._

Avant de capeler le bout-dehors de grand foc, on le fait passer dans le
chouc du mât de beaupré par le moyen d'une guinderesse, qui fait dormant
à un des pitons de ce chouc, passe dans un clan pratiqué à l'extrémité
inférieure du bout-dehors, et dont le courant, passant dans une poulie
fixée à un piton du bord opposé du dormant, vient se manoeuvrer sur le
gaillard d'avant.

On passe d'abord un grand anneau en fer, appelé rocambeau, qui, devant
porter la draille du grand foc, comme nous le dirons plus tard, doit
avoir assez de jeu pour monter et descendre sur le bout-dehors. On
capelle une poulie à trois rouets pour l'étai du petit mât de perroquet
et les boulines du petit hunier; la paire des haubans de babord, celle
des haubans de tribord, la sous-barbe et deux marche-pieds qui sont
fixés à la face avant du chouc de beaupré. Le capelage terminé et bien
souqué, on hale sur la guinderesse; lorsque le bout-dehors dépasse le
chouc de la quantité convenable, on le fait porter sur deux taquets, qui
reposent sur le beaupré, et on le lie à ce dernier par deux roustures
qu'on bride entre le bout-dehors et le mât, et qu'on souque en y
introduisant des coins à coups de masse.

Pour le consolider encore et l'empêcher de rentrer au tangage, on appuie
sa partie inférieure sur un fort taquet cloué sur le beaupré, ou, en lui
donnant plus de longueur, on le fait reposer sur le fronteau d'avant, ce
qui permet, en cas de rupture, de le pousser en dehors d'une quantité
convenable; ou enfin on applique à sa partie inférieure une pièce de
bois ou morceau de bout-dehors qui s'appuie sur le fronteau d'avant.


_Du bout-dehors de Clinfoc et de son Capelage._

Si le bout-dehors de grand foc doit porter un bout-dehors de clinfoc
indépendant, son extrémité est terminée par un tenon auquel on capelle
un petit chouc en fer, incliné sur babord, dans lequel doit passer le
bout-dehors de clinfoc, dont l'extrémité inférieure s'appuie sur le
chouc de beaupré: bien entendu qu'au moyen d'un taquet on les éloigne
assez l'un de l'autre, pour que le rocambeau du grand foc ne soit pas
gêné dans ses mouvemens.

Plus ordinairement les bouts-dehors de grand foc et de clinfoc sont
faits de la même pièce de bois.

Dans les deux cas, le gréement du bout-dehors de clinfoc se compose d'un
hauban de chaque bord, qui passe dans une cosse estropée sur la vergue
de civadière, en dehors de celles des haubans du bout-dehors du grand
foc et d'une sous-barbe qui fait dormant sur la tête de l'arc-boutant.

Pour le capeler, on passe d'abord le rocambeau de clinfoc, qui doit
porter la draille de cette voile, mais qu'on peut supprimer, comme nous
le dirons en parlant du gréement du clinfoc. On capelle une poulie à
trois rouets pour l'étai du mât de catacois ou la flèche qui le
remplace, et les boulines du petit perroquet; les haubans, un de chaque
bord, et enfin la sous-barbe.

Le bout-dehors de clinfoc n'est pas coupé au ras de son capelage, il
porte encore une flèche en bois mort.


SECTION III.

_Des Mâts de Perroquet._

Les mâts de perroquet se hissent le long des mâts de hune. Ils reposent
sur les élongis des barres capelées sur la noix de ces mâts au moyen
d'une clef qui traverse leur caisse, prolongent le ton de ces mêmes
mâts, et, passant dans leur chouc, s'élèvent au-dessus d'une quantité
déterminée. Ces mâts sont de deux espèces: ou coupés au-dessus de leur
capelage, et alors on les nomme vulgairement mâts de perroquet d'hiver;
ou portant une flèche qui sert à établir la voile de catacois. On
appelle ces derniers, mâts à flèche.

Dans le premier cas on est obligé d'établir un mât supplémentaire pour
porter la voile de catacois. Ce mât, appelé de bome ou de flèche,
élongeant la partie arrière du mât de perroquet, repose son pied sur le
chouc du mât de hune où il est retenu par un taquet, et, passant dans le
chouc en fer du mât de perroquet, s'élève au-dessus d'une quantité
convenable au guindant du catacois.

Autrefois quelques grands navires portaient, et portent encore, mais
rarement, des mâts de catacois à clef.

C'est-à-dire que sur la noix des mâts de perroquet on capelait des
barres, ordinairement en fer; que ces mâts avaient un ton proportionné à
leur longueur; que ce ton était terminé par un chouc aussi en fer, et
que le mât de catacois, passant entre les barres, reposant sur elles par
le moyen d'une clef qui traversait sa caisse, passait dans le chouc et
s'élevait au-dessus de la quantité nécessaire à rétablissement de sa
voile.

Il est clair que cette installation, lourde et sans solidité, n'offre
aucun avantage, et doit être abandonnée.

Les navires de la plus grande dimension, les vaisseaux de guerre, comme
les bâtimens du commerce, se servent de mâts de perroquet à flèches,
comme plus légers, plus faciles à tenir, en un mot, plus _marins_.
Souvent, en raison de la saison et des parages dans lesquels on doit
naviguer, on se munit de deux jeux de mâts, l'un à flèche et l'autre
d'hiver, qu'on met en place suivant les circonstances.

A bord des bâtimens de guerre, les mâts de perroquet ont quelquefois une
deuxième flèche qui porte la voile de contre-catacois, mais qui plus
souvent sert à élever et faire distinguer les signaux. Cette
augmentation de longueur rendait plus longue, et souvent difficile à la
mer, l'opération de passer et dépasser ces mâts. On y a obvié par une
nouvelle construction des barres, qui permet d'engager le bout de la
flèche entre elles, le mât étant passé sur l'avant de la hune et de la
vergue de hune.


_Gréement des Mâts de Perroquet._

Comme le gréement des mâts de hune, celui des mâts de perroquet se
compose de haubans, galhaubans et étais.

Les haubans sont au nombre de trois, de chaque bord, pour les plus
grands navires, et de deux pour ceux d'un rang inférieur.

Ils portent deux galhaubans, un fixe, celui de l'arrière, et un volant,
celui du travers.

Ils ont un étai et pas de faux étai.

Les haubans se coupent par paires. Si le mât a six haubans, la troisième
paire, après avoir été capelée, jette une de ses branches de chaque
bord. Ils passent dans des trous pratiqués à l'extrémité des barres
traversières, et, formant la gambe sur les quenouillettes, élongent les
haubans de hune et vont se raidir à des cosses estropées en dedans des
lattes de hune. Si le trelingage a été supprimé, ils se raidissent sur
les cosses de l'estrope qui entoure le mât de hune en dessous de sa
noix.

Les galhaubans se dirigent sur les porte-haubans, où ils trouvent celui
du travers, une poulie et celui de l'arrière, un cap-de-mouton, où ils
se raidissent. Quelquefois le galhauban volant du vent, après avoir été
raidi, est poussé par un arc-boutant établi sur les barres.

L'étai du grand mât de perroquet passe dans une poulie aiguilletée au
capelage du petit mât de hune, et se raidit sur un moque ou cosse
aiguilletée sur le capelage du mât de misaine. On peut aussi le faire
passer dans une poulie fixée au ton du petit mât de hune, et alors la
cosse où il se raidit est au capelage de ce mât. On le fait aussi passer
dans le clan du milieu d'un chaumard à trois rouets, chevillé entre les
élongis des barres du petit mât de perroquet. L'étai du petit mât de
perroquet passe dans le clan du milieu de la poulie triple, capelée au
bout-dehors du grand foc et élongeant ce mât, et celui de beaupré vient
se raidir sur un palan ou une cosse fixée sur le fronteau d'avant.
Quelques navires le font passer dans un clan pratiqué dans le
bout-dehors, et, lui faisant remplir l'office de sous-barbe, le brident
sur l'arc-boutant et le raidissent en dessous du mât de beaupré.

L'étai du perroquet d'artimon, vulgairement appelé perruche, passe dans
le clan du milieu d'une poulie triple, aiguilletée à un piton sur la
face arrière du chouc du grand mât, et se raidit sur une cosse fixée au
capelage de ce mât.

A bord de la plupart des navires de guerre et de plusieurs navires du
commerce, on adapte aux mâts et aux barres de perroquet le système de
linguets et de crémaillères dont nous avons parlé pour les mâts de hune.
On fait aussi un fréquent usage des clefs mobiles dont nous avons donné
la description.


GUINDER ET CAPELER LES MATS DE PERROQUET.

_Capelage du grand Mât de Perroquet._

Pour présenter les mâts de perroquet au-dessus des choucs des mâts de
hune afin de les capeler, on les hisse avec une guinderesse (cordage en
aussière) qui passe dans une poulie crochée au ton du mât de hune, et
qui fait dormant au trou de la clef; on la bride ensuite au-dessus de la
noix. Lorsqu'en le hissant et faisant passer sa flèche entre les barres,
elle est engagée dans le chouc du mât de hune, on le saisit contre ce
mât, on largue la bridure de la noix, on défrappe la guinderesse du trou
de la clef, on la passe dans le clan que chacun de ces mâts porte à sa
caisse, et on en fait le dormant à un piton du côté opposé à celui où
est crochée la poulie de guinderesse. On le hisse ensuite de la
quantité nécessaire pour faciliter l'opération du capelage aux gabiers.

Ordinairement, avant de capeler, on passe dans le mât un manchon en
basane, qui s'applique parfaitement au-dessus de la noix et sur lequel,
par conséquent, viendront se placer les haubans, galhaubans et l'étai.
Le but du placement de ce manchon est de conserver sur le chouc,
facilement et dans l'ordre convenable, le gréement du mât, lorsqu'on
dépasse ce dernier; et lorsqu'on le guinde, de capeler avec une grande
promptitude, puisque le mât s'engage dedans en montant et que les
gabiers n'ont qu'à le maintenir jusqu'à ce qu'il repose sur la noix.

On capelle en commençant par tribord, la première paire de haubans, la
seconde et enfin la troisième, une branche de chaque côté. Puis, les
galhaubans fixes, on aiguillette les galhaubans volans et on embrasse le
tout avec les branches de l'étai.

Lorsque le mât a été mis en clef en pesant sur la guinderesse, on le
tient, en raidissant d'abord son étai au moyen duquel on le porte de
l'avant de la direction de son mât de hune, parce qu'en raidissant les
galhaubans, aussitôt que l'amarrage de l'étai est fait, le mât tombe
sur l'arrière dans la position convenable; on raidit ensuite les
haubans.

Afin de ne pas arrêter pour larguer la bridure de la noix et faire le
dormant de la guinderesse sur le piton lorsqu'on guinde les mâts de
perroquet, on donne à la guinderesse trois fois la longueur du mât au
pont, et on y passe une cosse à estrope. Après avoir passé la
guinderesse dans sa poulie, dans le clan, et fait le dormant, on frappe
le fouet de l'estrope sur la noix du mât. On voit que cette cosse sert
de bridure et qu'il ne reste plus qu'à la larguer lorsque l'extrémité du
mât est engagée entre les barres.


_Capelage du petit Mât de Perroquet._

Le capelage du petit mât de perroquet s'exécute comme celui du grand mât
de perroquet, et se compose du même gréement. Seulement on capelle en
commençant par babord: on le tient aussi dans le même ordre.


_Capelage du Mât de Perruche._

Le mât de perruche n'a jamais qu'une paire de haubans de chaque bord, et
souvent qu'un galhauban qui est alors fixe. On le capelle et on le tient
comme les autres mâts de perroquet.


_Gréement des Mâts de Catacois, de Bome ou Flèche._

Si le mât de perroquet doit porter un mât de catacois, il faut, avant de
capeler, mettre en place les barres sur lesquelles ce mât repose. On les
présente au-dessus du chouc au moyen d'une guinderesse disposée comme
celle des mâts de perroquet, et son capelage, qu'on exécute alors, se
compose d'un ou deux haubans, suivant que les barres sont à un ou deux
traversins. Ces haubans, après avoir passé dans le trou de l'extrémité
des barres, s'amarrent, en dessous de la noix du mât de perroquet, d'un
galhauban qui se dirige sur l'extrémité arrière du porte-hauban et d'un
étai.

Ces mâts de catacois portent une flèche qui sert quelquefois à établir
la voile de contre-catacois, comme nous l'avons dit, et alors on leur
capelle un galhauban et un étai. Enfin, au-dessus de ce nouveau
capelage, est une petite flèche en bois mort qui porte une pomme où
passent dans deux rouets les drisses de flamme.

Si le mât de perroquet porte un mât de bome, son gréement ne se compose
alors que d'un galhauban et de l'étai.

Enfin, si le mât de perroquet est à flèche, le gréement de cette
dernière est le même que celui du mât de bome.

Dans les trois installations, les étais se raidissent, pour le grand, au
capelage du petit perroquet; pour le petit, dans le clan du milieu d'une
poulie à trois rouets, capelée au bout-dehors de clinfoc, et pour celui
de perruche, au capelage du grand mât de hune.


_Pataras, Haubans diagonaux, Etai de tangage._

Pour terminer ce que nous avons à dire du gréement des mâts, nous avons
à faire connaître les manoeuvres accidentelles qu'on place pour les
consolider dans les circonstances extraordinaires.

Si on craint la rupture des bas haubans, soit par un temps forcé, soit
par leur état, on renforce le mât par des pataras qui ne sont autre
chose que des haubans, qui, ayant déjà servi, ont acquis tout leur
allongement. Une des branches passe entre le ton du bas mât et le mât de
hune, on les réunit ensuite sur le capelage par un amarrage plat. On les
passe entre les gambes de revers, et après les avoir garnis de
caps-de-mouton, on les raidit sur des caps-de-mouton correspondans,
estropés en filin et aiguilletés à des boucles placées sur les
préceintes en dessous des porte-haubans, ou à deux chaînes des bas
haubans.

Le grand mât et le mât de misaine portent quatre pataras, deux de chaque
bord; le mât d'artimon n'en a pas.

Pour soutenir les gambes de revers et par conséquent les haubans de
hune, lorsque, les bas haubans ayant du mou, le temps ou les
circonstances ne permettent pas de les raidir, on frappe de chaque bord,
aux extrémités des quenouillettes, un fort cordage qu'on a fait
préalablement passer dans une cosse, sur laquelle est épissé un hauban
dont le cap-de-mouton correspond à un second cap-de-mouton aiguilleté
sur un des pitons de la serre-gouttière du bord opposé. On les raidit
fortement, et, au point où ces deux haubans se croisent, on les bride
par un amarrage.

Ces haubans, qu'on appelle diagonaux à cause de leur position, ne sont
mis en place qu'au grand mât et au mât de misaine.

Lorsque les bas haubans ont un mou trop considérable, qui ne peut être
suffisamment abraqué par les haubans diagonaux, on les bride entre eux,
au tiers de leur hauteur, à partir du capelage, par deux forts palans;
on place ensuite, d'un bord à l'autre, des palans renversés qui font
l'office de branches de trelingage, on en genope les garans, après
avoir, par leur moyen, rapproché les haubans autant que possible, et on
soutient ce faux trelingage en aiguilletant, à la hauteur des palans qui
servent de quenouillettes, deux ou quatre caliornes de bas mât, qu'on
fait croiser en crochant leurs poulies doubles aux pitons de la
serre-gouttière du bord opposé à leur aiguilletage.

Pour préserver le mât de misaine des violens coups de tangage qui le
fatiguent si souvent dans les grosses mers, on se sert d'un cordage de
la grosseur des haubans, qu'on appelle étai de tangage.

On le hisse avec un cartahu sur la face avant du mât, on l'aiguillette
au capelage et on le bride ensuite sur le mât pour qu'il ne gêne pas
les mouvemens de la vergue de misaine. On le raidit ensuite au moyen de
la poulie triple qu'il porte et d'une poulie semblable dont l'estrope
embrasse le mât de beaupré en avant de son étambraie.



CHAPITRE III.

GRÉEMENT DES VERGUES.


SECTION Ire.

_Gréement des Basses Vergues._

Les vergues servent à déployer et établir les voiles. Ce sont des pièces
de bois travaillées sur leur milieu à huit pans, prenant ensuite la
forme cylindrique, ou plutôt conique, jusqu'aux taquets d'empointure
(espèce de coche taillée dans la vergue même pour y retenir, ainsi que
l'indique leur nom, le raban d'empointure); la partie qui suit les
taquets est ronde, ensuite coupée carrément.

Les vergues se hissent le long des mâts et s'y fixent comme nous le
verrons. Celles qui s'adaptent aux bas mâts reçoivent le nom général de
basses vergues, et sont distinguées par les noms particuliers de grande
vergue pour le grand mât, vergue de misaine pour le mât de misaine,
vergue sèche ou barrée pour le mât d'artimon, vergue de civadière pour
le mât de beaupré.

Ces basses vergues sont placées de l'avant des mâts à la hauteur des
trelingages; elles y sont suspendues par une estrope dite de suspente.
Les drosses les retiennent contre le mât; pour soutenir les extrémités
on se sert de balancines qui peuvent aussi leur donner un mouvement de
haut en bas; les bras leur communiquent le mouvement de l'avant à
l'arrière, et les marche-pieds facilitent aux matelots les moyens de se
porter sur la vergue lorsque la manoeuvre des voiles l'exige; enfin, le
palan de roulis, dont le nom indique assez l'emploi, s'oppose aux
mouvemens que la vergue pourrait prendre malgré ses drosses.

Ainsi, le gréement d'une basse vergue, c'est-à-dire ce qui lui est
nécessaire pour la tenir en place et la manoeuvrer, se compose:

  D'une ou deux estropes de suspente, suivant les dimensions de la
    vergue;
  Une ou deux drosses;
  Deux balancines;
  Deux bras;
  Deux marche-pieds;
  Deux palans de roulis.

Nous allons décrire successivement ces diverses pièces.


_Suspentes et Estropes de Suspente._

Pour que la basse vergue puisse être suspendue à ses bas mâts par le
moyen des estropes de suspente, on aiguillette au capelage, ou au-dessus
du ton, deux suspentes. Elles sont formées par un cordage de la grosseur
des bas haubans, dont on épisse les bouts; on le garnit en bitord ou en
basane, ou le plie sur lui-même, et dans le pli on fixe, par un amarre
plat, une forte cosse; on réunit ensuite les branches qui forment un
oeillet à leur partie supérieure.

Les deux suspentes ainsi confectionnées, on les passe dans un trou
pratiqué dans la hune entre les élongis, de l'avant de la barre
traversière, on les dirige l'une à tribord et l'autre à babord du ton du
mât, et on les aiguillette au-dessus du capelage.

Comme, dans cette position, la barre traversière porterait tout le poids
de la basse vergue, on les aiguillette plus ordinairement sur le grand
chouc, et on les bride au ton pour les empêcher de s'en écarter.

On prend ensuite deux morceaux de cordage de la même grosseur que la
suspente; chacun d'eux doit avoir, en longueur, deux fois la grande
circonférence de la vergue et de la cosse, plus la quantité nécessaire à
épisser les deux bouts. L'épissure faite, on les garnit en bitord ou en
basane, on les plie en deux parties inégales; dans le pli on fixe une
cosse par un amarrage plat, et, embrassant la vergue avec ces deux
branches inégales, de manière que la cosse soit sur la partie
supérieure, on aiguillette les deux branches ensemble, et l'on a, sur le
milieu de la vergue, deux cosses qui correspondent aux deux cosses de la
suspente. Si maintenant, par un moyen quelconque, on hisse la basse
vergue, jusqu'à ce que les cosses de la suspente et celles des estropes
soient à petites distances, et qu'on passe de l'une à l'autre une
aiguillette qu'on bride ensuite pour la fixer, la basse vergue se
trouvera suspendue.

C'est afin que la vergue ne tourne pas dans ses estropes, qu'on la
taille à pans carrés dans son milieu.

Généralement les suspentes en cordage sont remplacées par des suspentes
en chaînes.

On plie la chaîne en deux, on passe le double sous la vergue, on le
ramène sur la partie supérieure, et on y passe les deux bouts. Elle se
trouve ainsi baguée sur la vergue. On passe les deux bouts dans le trou
appelé cheminée, où nous avons déjà fait passer la suspente, et qu'on
doit garnir en tôle, et, embrassant le ton du bas mât qu'on a entouré
également d'une feuille de tôle, on les boulonne sur ce capelage où on a
établi un bourrelet.

Cette installation ayant le même inconvénient que celui que nous avons
signalé pour la suspente en corde, lorsqu'elle passe d'une manière
semblable, on y obvie en crochant ou boulonnant les deux bouts de la
chaîne tribord et babord du chouc.

Les bâtimens de rang inférieur n'ont qu'une estrope de suspente placée
sur le milieu de la vergue, et alors ils n'ont qu'une suspente dont les
branches embrassent le ton pour l'aiguilleter soit sur le capelage, soit
sur le chouc.


_Drosses._

Les drosses servent à retenir la vergue contre le mât. Tous les bâtimens
de grande dimension en portent deux pour la grande vergue et la vergue
de misaine, une pour la vergue barrée.

A une des extrémités du cordage qui doit servir de drosse on fixe une
cosse, et on le garnit en basane dans toute sa longueur. On forme à
l'autre extrémité un petit oeillet. Avec le bout qui porte la cosse on
fait, sur la vergue à toucher les estropes de suspente, un tour mort
qu'on arrête par un amarrage. La drosse, dont le tour mort est à
tribord, embrasse le mât en passant sur son arrière, où elle est
soutenue par un petit taquet à gueule qui y est fixé; et, passant dans
la cosse de celle de babord de dessous en dessus, vient crocher son
oeillet à la poulie simple d'un palan, appelé palan de drosse, dont la
seconde poulie est fixée à un piton placé sur la partie arrière de
l'élongis de babord.

Cette poulie est ordinairement remplacée par un chaumard chevillé contre
l'élongis. La drosse, dont le tour mort est à babord, passe de la même
manière dans la cosse de tribord et a son palan à tribord, ou son
chaumard contre l'élongis du même bord.

Lorsque la vergue n'a qu'une drosse, alors la drosse ne porte pas de
cosse à son extrémité; mais il faut en estroper une du côté opposé au
dormant. Alors le dormant fait, la drosse embrasse le mât, passe dans la
cosse estropée sur la vergue et vient, par son oeillet, se crocher à la
poulie du palan de drosse. Il n'y a, dans ce cas, qu'un palan de drosse
établi du bord opposé au dormant.

Au lieu d'avoir les palans des drosses sous la hune, ainsi que nous
venons de le dire, on peut les crocher sur le pont, sur des pitons au
pied du mât. Mais alors, au lieu de passer la drosse dans la cosse de
dessous en dessus, il faut la passer de dessus en dessous. Le bout de la
drosse, dans ce cas, forme l'estrope de la poulie du palan. Mais la
première installation nous paraît préférable.

Quelques navires remplacent les drosses par un mécanisme en fer, qui se
compose de deux cercles en fer, l'un sur le milieu de la vergue, bombé
sur la face arrière pour recevoir un boulon qui se joint au cercle placé
sous les jottereaux par une bande de fer ayant en avant une charnière
horizontale, et en arrière une verticale. Le boulon permet à la vergue
de se mouvoir de bas en haut en tournant sur son centre, la charnière
horizontale de l'avant à l'arrière, et la verticale, d'obéir aux
mouvemens de tangage.

Il est inutile de dire que ce système doit être enlevé lorsqu'on doit
passer ou dépasser un mât de hune.


_Balancines._

Les balancines soutiennent les extrémités de la vergue et lui
communiquent un mouvement d'apiquage.

Elles sont passées de diverses manières, simples, doubles, ou même
triples.

Simples, elles se capellent au bout de la vergue par le moyen d'un
oeillet, passent, l'une à tribord, l'autre à babord, dans des poulies
fixées au chouc, descendent par le trou du chat le long des bas haubans,
et forment l'estrope de la poulie double d'un palan, dont la poulie
simple se croche sur le porte-hauban, en arrière du premier hauban.

On peut aussi les faire passer sur l'avant du chouc, sur lequel on fixe
un morceau de bois demi-circulaire garni de deux profondes goujures
portant de petits rouets; elles descendent alors au pied du bas mât et
sont croisées.

On estrope sur un même pendeur deux poulies simples ou doubles, suivant
que les balancines doivent être doubles ou triples; on passe le pendeur
par-dessus le chouc en arrière du mât de hune, et on fait une bridure en
dessous, entre le ton du bas mât et le mât de hune, de manière que les
poulies soient au ras du chouc. Sur la poulie d'écoute est estropée une
poulie simple, qu'on capelle au bout de vergue, s'il n'y a pas de poulie
d'écoute.

Si elles sont doubles, elles font dormant sur l'estrope de la poulie du
chouc, passent dans la poulie de la vergue, et viennent passer dans la
poulie du chouc, d'où elles descendent par le trou du chat le long du
premier hauban.

Si elles sont triples, elles font dormant sur l'estrope de la poulie de
la vergue, passent dans la poulie du chouc, de là dans celle de la
vergue, pour revenir dans le second rouet de celle du chouc et descendre
de là le long du premier hauban.

Lorsque les poulies d'écoute et de balancine sont faites sur la même
pièce de bois, la partie supérieure de cette dernière porte un excédant
de bois perçé d'un trou au moyen duquel on fait le dormant en y passant
le bout de la balancine et l'épissant sur lui-même.

La balancine de la vergue barrée est toujours simple.


_Bras._

Les bras servent à faire mouvoir la vergue de l'avant à l'arrière. Ceux
des basses vergues sont toujours doubles, c'est-à-dire qu'ils ont une
poulie sur la vergue, appelée poulie de bras.

On établit sur l'arrière du bâtiment, en dessous des bossoirs
d'embarcation, une vergue qu'on fixe par des mains de fer et qu'on
soutient par deux arcs-boutans aussi en fer, allant le premier de
l'avant à l'arrière, du bout de la vergue au-dessus du jardin de la
bouteille, et le second de dessus en dessous, du bout de la vergue sur
la face avant du tableau. Ce dernier est aussi remplacé quelquefois par
un hauban.

Les grands navires remplacent avantageusement cette vergue par deux
forts arcs-boutans en bois, soutenus comme nous venons de le dire.

Les bras de la grande vergue, ou plutôt les grands bras, font dormant à
l'extrémité de l'arc-boutant, passent dans les poulies dites de bras,
capelées au bout de la vergue, descendent parallèlement à eux-mêmes pour
venir passer dans les poulies de retour, capelées et aiguilletées à côté
du dormant, et viennent à bord en traversant un clan pratiqué dans le
prolongement des bossoirs d'embarcation, et s'amarrent à un taquet cloué
en à bord.

A bord des bâtimens à dunette, les grands bras, en sortant du clan des
bossoirs, reposent sur des rouleaux placés sur le fronteau d'arrière et
sont manoeuvrés sur le gaillard. Les frottemens considérables qu'ils
éprouvent, et le changement de direction qu'on est obligé de leur
donner, nous font penser qu'il serait plus avantageux de les laisser en
dehors du navire en sortant de la poulie de retour de l'arc-boutant, de
toute la longueur de la dunette, et de ne les faire entrer à bord que
par des chaumards pratiqués dans la muraille, à peu de distance de la
face arrière de la dunette.

Les bras de misaine font dormant chacun sur un des étais du grand mât,
au-dessus de la réunion des branches, passent dans la poulie de bras,
se dirigent ensuite vers les jottereaux du grand mât, où ils passent
dans une poulie double qui y est aiguilletée de chaque côté, descendent
le long du mât pour passer dans le clan extérieur du montant du râtelier
de manoeuvre, ou d'une poulie double estropée sur un piton, et
s'amarrent sur des taquets cloués sur le pont.

Le dormant peut aussi se faire sur les jottereaux près de la poulie de
retour, soit sur le piton qui y est fixé, soit en baguant le bras autour
du grand mât.

Les bras de la vergue barrée, au lieu d'être appliqués comme pour les
autres basses vergues de l'avant à l'arrière, le sont de l'arrière à
l'avant. Ils font dormant au dernier hauban du grand mât, à la hauteur
du trelingage, passent dans les poulies de bras, qui souvent sont à long
pendeur bridé sur la vergue par un amarrage, vont passer dans une poulie
double aiguilletée sur le dernier hauban au-dessus du dormant, et
descendent le long de ce hauban pour s'amarrer en à bord à un cabillot
de tournage.

Le dormant et la poulie de retour se fixent aussi sur la branche arrière
du trelingage, ou sur la face arrière du mât en dessus du trelingage;
dans ce cas les bras s'amarrent au râtelier de manoeuvre du pied du mât.


_Marche-Pieds._

Les marche-pieds d'une vergue se composent de deux morceaux de cordage
qui, par un oeillet pratiqué à leur extrémité, se capellent aux bouts de
la vergue, et viennent se réunir sous son milieu par un aiguilletage;
mais préalablement chaque marche-pieds a passé dans des cosses estropées
sur des bouts de cordage appelés étriers, qui sont fixées sur la vergue
à des distances égales.

L'aiguillette qui les réunit sert à les allonger ou à les raccourcir;
mais alors il faut allonger ou raccourcir les étriers dans le même
rapport.


_Palans de Roulis._

Le but des palans de roulis est d'empêcher les vergues d'obéir à ce
mouvement que les drosses seuls ne peuvent paralyser.

Les palans de roulis sont des palans ordinaires, dont les poulies
simples se crochent à des cosses estropées et aiguilletées au tiers de
la vergue, à partir des bouts, et dont les poulies doubles se fixent à
des cosses tribord et babord du mât, qui sont retenues par des amarrages
plats, dans une estrope qui entoure le mât à hauteur de la vergue. Les
garans s'amarrent à un des cabillots du cercle du mât.


_Fausses Balancines._

Lorsqu'on se sert des basses vergues pour élever de lourds fardeaux, les
balancines ne sont point suffisantes pour les maintenir. On les renforce
alors par de fausses balancines, qui se capellent par un oeillet au
bout de la vergue et qui estropent la poulie simple d'un palan, dont la
poulie double se croche à un des pitons du chouc. Le garant descend le
long du mât et passe dans une poulie de retour.

Il est évident que si on décroche la poulie double de la fausse
balancine du piton du chouc, et qu'on la fixe à la cosse de l'estrope
aiguilletée au mât pour le palan de roulis, la fausse balancine
s'élongeant sur la face arrière de la vergue remplacera le palan de
roulis. C'est ce qu'on fait ordinairement, et alors on supprime la cosse
et l'estrope qui servaient à la poulie simple de ce palan.

La vergue barrée n'a pas de fausses balancines.


_Faux Bras._

Les faux bras se placent au capelage des vergues[2], dans un mauvais
temps, pour soulager les bras en partageant leur effort; et lorsqu'on se
prépare au combat, pour les remplacer, s'ils sont coupés par les boulets
de l'ennemi.

  [2] On appelle capelage d'une vergue, la portion cylindrique qui
  s'étend depuis le taquet d'empointure jusqu'au carré du lien de
  bout-dehors.

Les faux bras des basses vergues sont doubles.

Ceux de la grande vergue se passent de deux manières. Dans le mauvais
temps, ils font dormant à un piton fixé extérieurement en avant des
bouteilles, passent ensuite dans la poulie crochée ou aiguilletée sur la
cosse à estrope qui est au capelage de la vergue, et, se dirigeant sur
l'arrière, passent dans une poulie de retour fixée sur la vergue et
l'arc-boutant, d'où ils entrent dans le bord par un chaumard percé à
côté de celui du bras.

Le faux bras de combat se dirige sur l'avant. Le dormant se fait sur le
trelingage, ou plutôt sur le mât de misaine à hauteur des jottereaux,
passe dans la poulie du bout de vergue, dont nous venons de parler, et
qu'on dévire sur l'avant, passe ensuite dans une poulie aiguilletée au
ton du mât de misaine en dessus du dormant, et descend le long de ce
mât.

A bord des grands navires, on se sert souvent des faux bras de grande
vergue passés ainsi, afin d'accélérer le changement des voiles de
l'arrière, lorsqu'on a à louvoyer dans une passe étroite; mais dans ce
cas on les met ordinairement simples, pour avoir moins à abraquer. Le
dormant est alors au capelage de la vergue.

Les faux bras de misaine font dormant à un piton placé extérieurement en
avant des grands porte-haubans, et après avoir passé dans la poulie du
capelage de la vergue, traversent le clan d'un chaumard pratiqué dans la
muraille et s'amarrent sur un taquet en à bord.

La vergue barrée n'a généralement pas de faux bras.

Les pièces du gréement que nous venons de décrire ne sont pas les seules
que portent les basses vergues. Puisqu'elles servent à établir et serrer
les voiles, elles doivent aussi porter les poulies nécessaires à ces
deux opérations.

Ces poulies sont: les poulies d'écoute de sous-vergues, plus brièvement
appelées poulies de sous-vergues; poulies d'écoute de bout de vergues;
poulies de cargues-points, poulies de cargues-fonds, et poulies de
cargues-boulines.

Si nous joignons aux pièces du gréement et aux poulies dont nous venons
de parler, une filière pour enverguer la basse voile, la réunion de
toutes ces parties formera ce qu'on appelle la garniture de la basse
vergue; et les disposer convenablement sur la vergue, est ce qu'on
appelle les garnir.


_Garniture de la Grande Vergue._

La grande vergue étant supposée à l'eau le long du bord à babord, on
aiguillette les caliornes sur leurs pendeurs, si elles ne le sont pas;
on affale celle de babord et on la croche sur une élingue baguée et
bridée sur la vergue, au tiers de la moitié qui doit être sur tribord.
On pèse sur la caliorne, et la vergue monte le long du bord. Lorsque
l'élingue est au-dessus du plat-bord, on y croche la caliorne de
tribord, on décroche celle de babord et on l'accroche à une seconde
élingue bridée de la même manière, au tiers de la seconde moitié. Pesant
alors sur cette caliorne, la moitié inférieure se soulage, le bout
supérieur pare le plat-bord, et la vergue guidée par une retenue placée
sur l'avant, est conduite ainsi dans une position horizontale à l'aplomb
des caliornes. On la laisse ainsi suspendue pour la garnir.

On aiguillette d'abord les estropes ou l'estrope de suspente, ensuite
les poulies de sous-vergues qu'on en éloigne d'un demi-diamètre du mât,
puis les poulies de cargues-points qui sont au sixième de la moitié. Si
la fausse balancine ne sert pas de palan de roulis, on place au tiers, à
partir du bout, l'estrope dans la cosse de laquelle on doit le crocher.

On capelle en premier lieu la filière d'envergure, qui se compose de
deux morceaux de cordage, se capelant par un oeillet et se réunissant
sur le milieu de la vergue par une aiguillette qui les raidit, en
passant successivement dans les cosses que porte leur extrémité
inférieure. On les place un peu sur l'avant du milieu de la partie
supérieure de la vergue, et on les maintient dans cette position, en
les embrassant par de petits morceaux de basane dont les bouts sont
réunis et cloués sur la vergue. On les maintient encore par quelques
crampes dont les branches les embrassent et qu'on enfonce dans la
vergue.

On capelle ensuite les marche-pieds, puis les poulies d'écoutes des
huniers; si les basses vergues sont à clans pour passer les écoutes, on
les supprime; puis les estropes à cosses pour les faux-bras; les poulies
de bras, et enfin les balancines, si elles sont simples. Dans le cas
contraire, la poulie d'écoute porte, comme nous l'avons dit plus haut,
la poulie de balancine.

Les poulies de cargues-fonds et de cargues-boulines se suppriment
souvent; nous y reviendrons en parlant de ces manoeuvres. D'ailleurs
elles s'aiguillettent au-dessus de la filière d'envergure.

Ordinairement les cercles des blins des bouts-dehors sont mis en place
dans le lieu où on travaille les vergues. Dans le cas contraire, il faut
le faire aussitôt que la vergue est disposée pour être garnie. Nous
parlerons plus bas de leur usage.

La vergue ainsi garnie, on passe les balancines et les bras.

Pour la hisser à son poste, c'est-à-dire à hauteur du trelingage, on se
sert de deux caliornes dont les pondeurs sont frappés au chouc du mât.
Leur poulie double se croche à deux fortes élingues baguées sur la
vergue contre les estropes des poulies de sous-vergues; les garans
passent dans des poulies de retour sur le pont. On hisse en abraquant
les balancines. Lorsque la cosse de l'estrope de suspente est presque à
toucher celle de la suspente, on tourne et genope les garans des
caliornes, et on fait l'aiguilletage de la suspente, ou on place la
suspente en fer. Lorsque l'une de ces deux opérations est terminée, on
largue les genopes des caliornes, on les affale; la vergue porte alors
sur sa suspente et ses balancines, on décroche et on défrappe les
caliornes.

On fait le dormant des drosses, on les passe de l'une des manières que
nous avons indiquées, et la vergue peut recevoir sa voile.

Autrefois on hissait les basses vergues avec un appareil composé de
quatre poulies triples, et de deux garans appelés drisses de basses
vergues.

Deux de ces poulies étaient aiguilletées sur la vergue, entre l'estrope
de suspente et celle de la poulie de sous-vergue; les deux autres de
chaque côté des élongis, en faisant passer leurs estropes qu'on
aiguilletait au ton du mât en avant de la barre traversière. On les
réunissait ensuite par la drisse dont le dormant était sur l'estrope de
la poulie du mât.

Souvent ce lourd et inutile appareil était laissé en place à la mer;
puis on s'en débarrassa et on ne le mit plus que sur les rades pour être
disposé à amener les basses vergues dans un mauvais temps; enfin, on ne
le mit plus en place qu'au moment même de s'en servir. Mais on s'aperçut
bientôt qu'il était très-long à disposer, et on l'a remplacé par les
caliornes.


_Garniture de la Vergue de Misaine._

La vergue de misaine se garnit et se hisse absolument de la même manière
que la grande vergue; il est donc inutile de répéter ce que nous venons
de dire pour cette vergue.


_Garniture de la Vergue Barrée._

La vergue barrée ne portant pas de voile, sa garniture est beaucoup plus
simple que celles de la grande vergue et de la misaine.

On la dispose en avant du mât pour la garnir au moyen des candelettes du
mât d'artimon.

On aiguillette d'abord l'estrope de suspente au milieu de la vergue,
puis, à la distance d'un demi-diamètre du mât, les poulies de
sous-vergues pour les écoutes du perroquet de fougue. Le capelage se
compose du marche-pied, de la poulie d'écoute, qui est ordinairement
supprimée parce que la vergue est garnie d'un clan pour le passage de
l'écoute, du pendeur de la poulie de bras et de la balancine.

On aiguillette aussi sur la vergue, à tribord ou à bâbord, la cosse pour
la drosse, si, comme cela arrive le plus souvent, elle n'en a qu'une.

Les balancines capelées, on passe les bras et on hisse la vergue à son
poste pour faire l'aiguilletage de la suspente avec deux forts palans
bridés au chouc du mât d'artimon, enfin on passe la drosse.


_Gréement de la Vergue de Civadière._

Cette vergue dont la place est sous le beaupré, ne portant plus de
voiles, n'a d'autre but que celui de supporter et raidir les haubans
des bouts-dehors de grand foc et de clinfoc.

Son gréement se compose: d'un palan appelé palan de bout qui la retient
au mât de beaupré; d'un racage par lequel elle y est suspendue; des
estropes à cosses pour le passage des haubans du grand foc et du
clinfoc, de bras et de balancines.

Le palan de bout est un palan ordinaire dont la poulie double, qui
généralement est à violon, se croche à un piton fixé en dessous et à
l'extrémité du beaupré; la poulie simple est fixée à une cosse estropée
sur le milieu de la vergue.

Ce palan est souvent remplacé par un cordage ayant un croc à chaque
extrémité.

Le racage est confectionné avec un cordage garni en basanne, dont les
deux extrémités sont terminées par un oeillet ou une cosse. On embrasse
la vergue avec les deux moitiés inégales, et à l'endroit où elles se
joignent on fait un amarrage; on en fait un second à l'extrémité la plus
courte; on entoure le mât avec ces deux branches ainsi unies; enfin la
plus longue embrasse la vergue et vient s'aiguilleter sur l'autre.

Les marche-pieds sont confectionnés et établis comme nous l'avons vu
pour les basses vergues.

Les bras, s'ils sont doubles, font dormant sur une des branches des
étais du mât de misaine, passent dans la poulie de bras au bout de la
vergue, de là dans une poulie frappée sous l'avant de la barre de la
hune de misaine, ou sur la branche avant du trelingage, ou aux
jottereaux, et descendent le long du mât. S'ils sont simples, le dormant
est au capelage de la vergue, et alors quelquefois la poulie de retour
est aiguilletée sur la branche extérieure de l'étai de misaine, mais
peut aussi être fixée comme nous l'avons dit pour le bras double. On les
amarre soit au râtelier de manoeuvre en à bord, soit à un des cabillots
du cercle du mât.

Les balancines sont simples, elles se capellent à la vergue, passent
dans une poulie aiguilletée au chouc du beaupré, et descendant le long
de ce mât, s'amarrent au râtelier du gaillard d'avant.

Si, par extraordinaire, on voulait les passer en double, alors il
faudrait une poulie au capelage de la vergue, et le dormant se ferait à
côté de la poulie du chouc.


_Garniture de la Vergue de Civadière._

On aiguillette au milieu de la vergue l'estrope à cosse qui doit servir
au palan de bout, ou à la petite suspente qui le remplace. A la distance
d'un demi-diamètre du beaupré de cette dernière on fait le premier
amarrage du racage, et ensuite le second pour qu'il puisse être employé
aussitôt la vergue haute. Au sixième de la longueur de la vergue, à
partir du bout, on aiguillette l'estrope de la cosse où doit passer le
premier hauban du grand foc; à deux pieds de celle-ci, celle du second,
et entre la première et le capelage de la vergue, celle où on fera
passer le hauban du clinfoc.

On capelle d'abord le marche-pied, les poulies de bras et les
balancines, ou leurs poulies si elles sont doubles.

Dans cet état, la vergue est conduite sous le mât de beaupré, dans une
embarcation ou à l'eau. On passe les bras et les balancines; on
aiguillette ensemble et on met à cheval sur le beaupré, en les bridant,
deux palans dont les garans sont envoyés sur le gaillard d'avant, et
dont les poulies sont crochées à deux élingues baguées sur la vergue. On
hisse en abraquant les balancines et les bras. Lorsque les poulies de
palans sont à joindre, on met en place le palan de bout ou les suspentes
qui le remplacent, on aiguillette le racage et on défrappe les palans.

Autrefois quelques navires portaient au bout-dehors du grand foc une
vergue semblable, appelée contre-civadière; mais elle est généralement
supprimée.

Si, comme nous l'avons dit en parlant du gréement du bout-dehors du
grand foc, quelques navires suppriment la vergue de civadière, le
bout-dehors est moins bien tenu, puisque les haubans n'ont plus autant
d'empature, et on le prive sans raison d'une vergue de rechange qui peut
être d'une grande utilité lorsqu'on fait des avaries. La vergue de
civadière est de la même dimension que la vergue barrée, et peut ainsi
la remplacer en cas de rupture, le navire n'en ayant pas de rechange. Il
faut, avant de prendre la mer, se munir des arcs-boutans en fer qui
remplacent la civadière dans le cas où cette dernière prendrait la place
de la vergue barrée.

Des navires entreprenant une longue campagne ont quelquefois mis une
vergue de hune pour civadière, afin d'augmenter leur rechange sans
grossir leur drôme.


_Gréement et garniture du Gui._

Le gui se place horizontalement de l'arrière du mât d'artimon, auquel il
s'adapte au moyen d'une mâchoire qui repose sur un taquet circulaire
cloué sur le mât de trois à six pieds du pont, suivant l'espèce de
navire. Il se repose ensuite sur le couronnement, sur un taquet disposé
à cet effet, ou sur un chandelier en fer, et se prolonge au-delà d'une
quantité égale au tiers de la longueur totale.

Une des branches de la mâchoire est traversée par un cordage qui s'y
arrête par un cul-de-porc, et va se fixer de la même manière sur la
seconde, après avoir entouré la face avant du mât.

Si la mâchoire est remplacée par un piton, il se fixe dans l'oeillet
d'un cercle en fer qui embrasse le mât. Le piton peut aussi se remplacer
par une double charnière qui réunit le cercle à l'étrier qui embrasse
l'extrémité du gui.

Pour soutenir la partie extérieure qui dépasse le couronnement, on se
sert de balancines qui servent aussi à le soulever en conservant son
point d'appui sur le mât.

Deux poulies réunies par un cordage servent à le porter sur le centre du
navire ou à le retenir au vent; c'est ce qu'on appelle l'écoute du gui
ou plus ordinairement la grande écoute.

Pour lui donner le mouvement circulaire du centre à toucher les haubans
de l'arrière, on y adapte l'itague d'un palan appelé palan de retenue,
qui se trouve en dehors du bord et se manoeuvre en faisant rentrer son
garant par un des chaumards du gaillard en arrière des grands
porte-haubans.

Nous allons décrire successivement les diverses manières dont on peut
passer les balancines.

Doubles, on les confectionne avec le même morceau de cordage; à son
milieu on fait un oeillet arrêté par deux amarrages diamétralement
opposés, on capelle cet oeillet au bout du gui, les amarrages étant
tribord et bâbord; les deux extrémités du cordage se dirigent ensuite
vers le mât d'artimon, passent dans des poulies fixées de chaque côté du
ton, suivent le hauban de l'arrière en estropant les poulies doubles de
deux palans, dont les poulies simples sont crochées sur des pitons
placés sur la partie arrière des porte-haubans d'artimon.

Pour rapprocher le point de suspension et soutenir d'autant mieux la
vergue, au quart environ de sa partie extérieure, à partir du
couronnement, on l'entoure avec un cordage dont les extrémités portent
des cosses dans lesquelles on fait passer les balancines avant de les
diriger vers le mât d'artimon. Ces cordages, appelés étriers, ne peuvent
glisser sur l'arrière des balancines, étant retenues par des pommes.

Pour supprimer les étriers, on fait le capelage aux deux tiers de la
partie extérieure.

Les balancines, après avoir passé dans les poulies du ton du mât
d'artimon, peuvent revenir sur le gui, passer dans des joues de vaches
bridées à peu de distance en avant du couronnement, et s'élonger le long
de la vergue, ainsi que leurs palans dont les garans se tournent alors
sur des taquets rousturés sur l'arrière.

S'il n'y a qu'une balancine, elle se capelle au bout de la vergue, passe
dans un clan qui, comme nous le verrons, est pratiqué à l'extrémité de
la corne, vient passer dans une poulie aiguilletée sur le ton, ou dans
un des rouets de la poulie que nous placerons bientôt pour la drisse du
pic, et descend le long du mât au pied duquel se croche son palan.

Au lieu de se diriger vers le ton du mât d'artimon, elle passe
quelquefois dans une poulie aiguilletée au capelage du mât de perroquet
de fougue.

On peut aussi faire le dormant soit au capelage du mât de perroquet de
fougue, soit au ton du mât d'artimon; alors on capelle au bout de la
vergue, ou à un tiers de sa partie extérieure, l'estrope de la poulie
double dont le garant passe sur le couronnement et s'amarre sur le gui.

Si les balancines ne sont pas du même morceau de cordage, on peut faire
leur dormant tribord et bâbord des jottereaux, les faire passer dans les
joues de vaches dont nous avons déjà parlé; alors elles élongent le gui
ainsi que leurs palans.

Enfin le dormant des deux balancines étant fait aux jottereaux, leurs
poulies doubles se fixent soit au bout du gui, soit au tiers de sa
partie extérieure.

Les écoutes de gui, ou grandes écoutes, se composent de deux poulies à
deux rouets réunies par un cordage. Les poulies sont aiguilletées sur la
vergue, un peu en arrière du couronnement, et leurs correspondantes sur
des mains de fer fixées dans le tableau.

Les cosses qui servent à aiguilleter les poulies sur la vergue sont dans
la même estrope, aiguilletée elle-même pour pouvoir s'enlever facilement
ainsi que les poulies. Les écoutes n'agissant que vers le milieu du gui,
la partie extérieure doit fléchir lorsqu'on hale sur une d'elles pour
porter la brigantine au vent. Pour la soutenir, on capelle à son
extrémité deux itagues dont les palans se crochent à des pitons placés
près de chacun des bossoirs. Toutes les fois qu'on se sert d'une des
écoutes, on hale sur le palan du même bord.

Ces palans à itague reçoivent le nom de moustaches.

Les retenues sont aussi des palans à itague. Les itagues sont à crocs et
se fixent à deux cosses, dont les estropes sont aiguilletées de
l'arrière de celles des poulies d'écoute. Les palans ont leurs poulies
simples sur l'arrière des grands porte-haubans, et les garans rentrant
par un chaumard se manoeuvrent sur le gaillard d'arrière.

Lorsqu'on hale sur la retenue pour porter le gui sous le vent, celle du
vent se décroche, et se place extérieurement.

Quelques navires suppriment le gui et le remplacent par deux
bouts-dehors traversant des blins fixés sur le couronnement à hauteur
des bossoirs, et retenus dans ces blins par une clavette. Le gréement de
ces bouts-dehors se compose d'une poulie pour l'écoute de brigantine, où
ils ont un clan pour son passage, et de deux moustaches qui servent à la
fois de retenue et de grande écoute.

On n'établit quelquefois qu'un seul bout-dehors, qu'on place alors au
milieu du couronnement. Le blin doit tourner dans son pivot pour
permettre à la partie qui porte le point d'écoute de la brigantine de
s'éloigner du centre du navire. Une poulie ou un clan pour cette écoute,
deux moustaches et une sous-barbe qui, après avoir été capelées, passent
dans un piton du tableau et viennent s'amarrer sur l'arrière, composent
son gréement.

Il est inutile de faire observer combien ces différentes installations
sont loin de remplacer le gui avec avantage; elles n'offrent aucune
solidité et doivent obliger de carguer la brigantine lorsque cette voile
pourrait encore être utile.


_Gréement de la Corne d'Artimon._

La corne d'artimon se hisse sur le mât au moyen de deux drisses; elle
s'y adapte par sa mâchoire, et se place immédiatement au-dessous du
trelingage, faisant, avec le prolongement du mât, un angle de 45°. Ces
drisses, que nous allons décrire, la maintiennent dans cette position;
un racage qui traverse les deux branches de la mâchoire la fixe au mât,
et deux palans à itague, ou gardes, limitent ses mouvemens de roulis.

La première de ces drisses, appelée drisse du mât de corne et plus
ordinairement grande drisse, se compose de deux poulies à deux rouets,
dont l'une, la supérieure, a été déjà capelée au mât d'artimon, ou
aiguilletée sur le capelage, ou enfin remplacée par un chaumard chevillé
entre les deux élongis. L'inférieure se croche à un piton placé près de
la mâchoire. Le garant qui réunit ces deux poulies descend le long du
mât où il s'amarre.

La seconde drisse, appelée drisse du pic, fait dormant au capelage de la
vergue, passe dans un des rouets d'une poulie double fixée à la face
arrière du chouc du mât d'artimon, se dirige ensuite vers une poulie
frappée au tiers de la longueur totale à partir du capelage, vient
passer dans le second rouet de la poulie du chouc, et descend le long
des haubans de l'arrière à tribord ou à bâbord, suivant le clan où passe
le dernier tour.

On peut rendre la drisse du pic simple, en fixant au capelage et au
point où nous avons placé une poulie, un cordage en patte d'oie garni
d'une cosse, sur laquelle la drisse vient se fixer. La poulie du chouc
est alors simple.

Les gardes, destinées à empêcher la corne d'obéir aux mouvemens du
roulis, et à se porter sous le vent lorsque la brigantine est établie,
se composent de deux pendeurs à palans, capelés au bout de la vergue et
dont les poulies simples se fixent à des pitons placés extérieurement
au-dessus des bouteilles.

On les forme aussi en capelant deux poulies au bout des vergues, et
faisant passer dans chacune d'elles un cordage qui fait dormant à un
piton au-dessus de la bouteille et vient passer dans une poulie de
retour crochée près du dormant.

On supprime les poulies en se servant du même cordage, qu'on bague au
capelage et dont les bouts passent dans les poulies de retour placées
sur les bouteilles.

A bord des grands navires où la brigantine est une voile de beau temps,
où l'on ne prend jamais de ris, où la corne ne s'amène que dans de rares
circonstances, on la considère presque à demeure une fois en place, et
on substitue à la grande drisse une suspente crochée au piton de la
poulie de drisse et aiguilletée sur le capelage du mât d'artimon.

Au contraire, dans les bricks où la brigantine est une voile principale,
dont la manoeuvre est de tous les instans, on la rend plus facile en
passant les deux drisses à itagues.

L'itague de la grande drisse fait dormant au piton qui est près de la
mâchoire, passe dans un des rouets de la poulie fixée à l'arrière du
chouc du mât d'artimon, et vient établir son palan le long de ce mât.

Celle de la drisse du pic fait dormant à la cosse d'une patte d'oie
fixée au capelage et au tiers de la longueur de la vergue, passe dans le
second rouet de la poulie du chouc, et vient former son palan au pied du
mât du bord opposé à celui de la grande drisse.


_Garniture de la Corne d'Artimon._

La corne, outre la longueur qui lui est nécessaire pour l'établissement
de la brigantine, porte un bout de bois mort à l'extrémité duquel est
une petite poulie pour les drisses des pavillons et signaux. Le capelage
est au point où la corne coupée à pans carrés s'amincit pour former le
prolongement qui ne fait pas partie de la longueur de la vergue; il est
souvent remplacé par un arc-boutant en fer servant au même usage, et
dont le bout alors porte un et même deux rouets pour les drisses des
pavillons.

La brigantine s'enverguant ou s'établissant sur la corne au moyen d'une
draille, la garniture de cette vergue doit éprouver des changemens
suivant la méthode qu'on emploie.

Si la brigantine est enverguée, on aiguillette à deux pitons placés
tribord et bâbord de la mâchoire, deux petites poulies triples pour le
passage des cargues de cette voile; au milieu de la longueur de la
vergue on fixe, par deux roustures, deux joues de vaches à rouets pour
le passage de deux de ces cargues; un peu en arrière du tiers on en fixe
deux autres pour celui des deux autres cargues; au tiers on passe
l'estrope dans laquelle on fixe, par un amarrage plat, la poulie qui
sert à la drisse du pic; au milieu de la distance qui sépare cette
estrope du capelage, on fixe les poulies ou les pendeurs des gardes,
puis on capelle l'oeillet du dormant de la drisse du pic.

Si la brigantine est à draille, avant de capeler le dormant de la drisse
du pic, on capelle la draille garnie de ses anneaux, et on la fait
passer dans une poulie fixée en dessous de la mâchoire, pour pouvoir la
raidir avec un palan placé au pied du mât d'artimon.

Dans ce cas l'artimon est envergué, et les joues de vaches rousturées
sur la corne servent au passage de ses cargues.

Il est des navires qui portent la brigantine et l'artimon envergués sur
la corne. Nous en parlerons à l'article qui traitera du gréement de ces
deux voiles.

Pour terminer ce qui a rapport aux vergues qui se hissent sur les bas
mâts, il faudrait décrire le gréement des cornes sur lesquelles quelques
navires établissent le foc d'artimon et la grande voile d'étai. Mais
comme cette méthode est plus exceptionnelle que générale, nous le
donnerons en traitant du gréement de ces voiles.


SECTION II.

_Gréement des Vergues de Hune._

Les vergues de hune se distinguent par le nom du mât qui les soutient et
de la voile qu'elles portent. Celle du grand mât de hune s'appelle
vergue du grand hunier; celle du petit mât de hune, vergue du petit
hunier, et celle du mât de perroquet de fougue, vergue du perroquet de
fougue.

Elles sont taillées à huit pans dans leur milieu, portent quatre taquets
pour les empointures des ris des huniers, et sont ordinairement percées
de deux clans, l'un pour le palaquin des huniers, et le second pour les
écoutes de perroquet.

Ces vergues s'adaptent au mât de hune; mais n'y étant pas à demeure
comme les basses vergues le sont aux bas mâts, on n'a pu les y fixer de
la même manière. Il faut qu'elles puissent monter et descendre le long
de leurs mâts lorsqu'il est nécessaire de diminuer ou d'augmenter la
surface de la voile qu'elles portent, et d'ailleurs au mouillage elles
reposent sur les choucs des bas mâts.

On leur communique ces mouvemens par une drisse à itague; des balancines
les tiennent dans une position horizontale, ou les apiquent s'il est
nécessaire; les bras les dirigent de l'avant sur l'arrière en tournant
sur l'avant du mât où elles sont retenues par un racage, et des
marche-pieds facilitent aux matelots le moyen de s'y porter quand la
manoeuvre l'exige.

Le gréement d'une vergue de hune se compose donc de:

  Deux drisses à itague;
  Deux bras;
  Deux balancines;
  Un racage;
  Deux marche-pieds;
  Deux palans de roulis.


_Drisses à itague._

L'itague est faite avec un cordage de la force des galhaubans de hune,
garni en bitord dans toute la longueur qui doit passer dans les poulies
de la vergue et du capelage.

Les vaisseaux ont deux itagues; elles font dormant au capelage du mât de
hune, descendent ensuite le long de ce mât pour passer de dedans en
dehors dans une poulie qu'elles trouvent sur la vergue, remontent le
long du mât pour passer de l'avant à l'arrière dans les poulies
correspondantes, que nous avons capelées au mât de hune; de là, se
dirigeant chacune d'un bord, sur l'arrière de la hune, elles vont
s'épisser à la cosse des estropes de deux poulies doubles, ou former
l'estrope des palans de deux poulies doubles qu'on réunit au moyen d'un
garant à deux poulies simples à émérillons, crochées à des pitons placés
hors le bord en arrière des porte-haubans. Ces palans ainsi formés se
nomment drisses.

Pour les manoeuvrer avec plus de facilité, on décroche les poulies
simples, on les croche sur des pitons fixés sur la serre-gouttière et
on passe les garans dans des poulies de retour, en ayant soin de les
développer de l'arrière à l'avant pour les drisses de la vergue du grand
hunier, et de l'avant à l'arrière pour celles du petit hunier.

Lorsque les itagues sont d'un même cordage, c'est-à-dire qu'il n'y a
qu'une même itague pour les deux drisses, on ne place sur la vergue
qu'une poulie. L'itague, après avoir passé dans cette poulie, envoie ses
bouts passer l'un à tribord, l'autre à bâbord, dans les poulies du
capelage, et se dirigeant comme nous l'avons dit, vont s'épisser, ou
former les estropes des poulies doubles des deux drisses.

Les bâtimens qui n'ont qu'une drisse font le dormant de l'itague au
capelage où ils n'ont alors qu'une seule poulie. L'itague, après avoir
fait dormant, passe dans la poulie sur la vergue, de là dans la poulie
du capelage, qui est du bord opposé à celui où le dormant a été fait, et
vient estroper sa poulie de drisse.

Dans ce cas la drisse du grand hunier se place à tribord, et celle du
petit hunier à bâbord.

C'est de cette manière qu'on établit les itagues du perroquet de fougue
à bord des vaisseaux.

Les petits bâtimens suppriment la poulie du capelage en pratiquant à la
noix du mât de hune un clan dedans lequel passe l'itague. Quelquefois
même ils suppriment celle de la vergue, et alors l'itague fait dormant
sur son milieu.

Ces mêmes bâtimens diminuent quelquefois la dimension de l'itague et
s'en servent pour drisse. Alors la vergue porte une poulie double, et le
capelage une poulie de chaque bord. L'itague fait dormant au capelage,
et allant successivement de chacun des clans de la poulie de la vergue à
celle du capelage, descend ensuite de l'arrière de la hune et va passer
dans une poulie de retour fixée à la serre-gouttière.


_Bras._

Les bras des vergues de hune sont doubles.

Ceux du grand hunier font dormant au capelage du mât de perroquet de
fougue, passent dans les poulies de bras, de là dans des poulies à
pendeurs qui embrassent le mât d'artimon en dessous des jottereaux, et
dans les poulies de retour qui sont au pied du mât ou crochées sur la
serre-gouttière. Leur développement se fait de l'arrière à l'avant. Ils
s'amarrent à des taquets cloués sur la muraille ou le pont.

Le dormant se fait aussi aux jottereaux du mât d'artimon, et alors les
poulies à pendeurs sont au capelage du mât de perroquet de fougue. Si
par cette installation la vergue du grand hunier est mieux appuyée et
apique moins au brasséiage, d'un autre côté le mât de perroquet est plus
fatigué.

Les bras du petit hunier font dormant au capelage du grand mât de hune,
de là vont dans leurs poulies de bras, et se dirigeant vers le grand mât
passent dans les seconds rouets des poulies où passent déjà les bras de
la vergue de misaine; descendent le long du mât et passent de l'avant à
l'arrière dans les montans du râtelier de manoeuvre en dedans et à côté
des bras de misaine. Ils s'amarrent comme eux à des taquets cloués sur
le pont.

Le dormant peut se faire sur l'étai du grand mât, à l'épissure des
branches, et alors les poulies de retour sont au capelage des grands
mâts de hune.

Les bras du perroquet de fougue font dormant sur les derniers haubans de
l'arrière du grand mât, au-dessus du trelingage, ou sur la branche
arrière du trelingage lui-même ou à des pitons fixés aux jottereaux, et
après avoir passé dans leurs poulies de bras viennent dans des poulies
fixées un peu au-dessus et à côté du dormant, et descendent soit le long
du mât pour s'amarrer au râtelier de manoeuvre, soit le long des haubans
pour s'amarrer au cabillot fixé sur la muraille.

A bord des petits navires les bras du perroquet de fougue sont simples.


_Balancines._

Les balancines des vergues de hune sont simples. Après avoir été
capelées au bout de la vergue, elles passent dans les rouets inférieurs
des poulies vierges à trois rouets, qui sont fixées par quatre amarrages
entre le premier et le second hauban; descendent le long du mât, passent
par le trou du chat, et, élongeant les bas haubans, se fixent par un
amarrage à un piton placé sur les porte-haubans entre le premier et le
deuxième hauban. Lorsqu'on fait cet amarrage la vergue doit reposer sur
le chouc du bas mât.

Les trois vergues de hune ont leurs balancines passées de la même
manière. Les poulies vierges, fixées au hauban du mât de perroquet de
fougue, n'ont que deux rouets.


_Racage._

Le racage des vergues de hune se compose de pommes et de bigots; ou est
formé par un cordage garni en basanne, ainsi que nous l'avons expliqué
pour la vergue de civadière; ou se remplace par un taquet à mâchoire
fixé sur la vergue.

Les racages à pommes se composent de quatre rangs de pommes séparées
l'une de l'autre par des bigots; les bouts de filin qui enfilent les
pommes et les bigots, et s'appellent bâtards de racage, ont à leur
extrémité un oeillet et un bourrelet qui empêche les pommes de se
dépasser, et sont d'une longueur suffisante pour faire trois fois le
tour de la vergue. Les oeillets doivent être placés alternativement l'un
sur tribord, l'autre sur bâbord.

Ce racage ainsi fait étant placé sur l'arrière du mât, le bout de chaque
bâtard croise la vergue en passant sur son avant, passe dans l'oeillet
de l'autre bâtard, repasse sur l'avant de la vergue, entoure le mât sur
les bigots, entoure encore la vergue et le mât, puis on les bride entre
eux, entre ce dernier et la vergue.

Le racage simple, comme nous l'avons dit pour la civadière, se fait avec
un cordage garni en basanne, ayant à ses deux extrémités une cosse. On
embrasse la vergue avec les deux moitiés inégales, et on fait un
amarrage sur la face arrière; on en fait un second pour réunir les deux
branches, à toucher la cosse de la plus courte. L'excédant de la seconde
branche entoure la vergue et vient s'aiguilleter sur la cosse de la
première.

Dans un cabrion en chêne, ayant en hauteur le diamètre d'une vergue de
hune, on creuse un demi-cylindre dont le diamètre est un peu plus fort
que celui de son mât. A deux, trois ou quatre pouces du cylindre on
évide le cabrion en le taillant en sifflet, et on gouge sa partie
opposée dans le sens horizontal pour pouvoir l'appliquer sur la vergue.
Lorsqu'il y est, milieu sur milieu, on le saisit par deux fortes
roustures et par un cercle en fer qui embrasse le cabrion et la vergue.
(Le cercle peut porter un piton qui sert alors à aiguilleter la poulie
d'itague.) On arrondit légèrement les angles de cette mâchoire qu'on
perce d'un trou, et on la garnit en basanne.

La vergue étant sur le chouc, la mâchoire embrasse le mât et y est
retenue par un cordage qui passe dans les trous pratiqués dans la
mâchoire et dont les bouts s'aiguillettent l'un sur l'autre.

Cette installation non-seulement dispense de se servir des palans de
roulis, mais elle offre l'inappréciable avantage d'empêcher l'apiquement
de la vergue lorsqu'une balancine casse pendant que les matelots sont
dessus, et peut ainsi sauver la vie à plusieurs de ces hommes précieux.

Quoique la mâchoire soit garnie en basanne, il est prudent, en prenant
la mer, d'introduire entre elle et le mât un paillet fin ou une sangle
bien suivée qu'on lace à faux frais sur la vergue.


_Marche-pieds._

Les marche-pieds des vergues de hune sont confectionnés et placés
absolument comme ceux des basses vergues.


_Palans de Roulis._

Les palans de roulis sont des palans ordinaires, dont la poulie simple
est crochée à une cosse estropée sur la vergue au tiers de sa longueur,
et dont la poulie double se fixe à une estrope qui entoure le mât. Le
garant s'amarre dans la hune, ou descend le long du bas mât pour
s'amarrer à un des cabillots du cercle qui l'embrasse.

Outre le gréement dont nous venons de parler, les vergues de hune
portent encore les poulies nécessaires à la manoeuvre de leurs voiles et
de celles des perroquets, qui, avec la filière d'envergure et les blins
des bouts-dehors complètent leur garniture.


_Garniture de la Vergue du grand Hunier._

Les vergues de hune se garnissent à bord, sur le pont, où on les dispose
convenablement pour cette opération.

Bien au milieu de la vergue, si elle n'a qu'une itague, ou à une
distance d'un demi-diamètre du mât si elle en a deux, on aiguillette la
ou les poulies d'itagues, de manière que le rouet soit dans le sens de
la vergue. Ces poulies sont ordinairement à double goujure; leur estrope
est double, les branches en sont inégales, et l'aiguilletage se fait sur
le côté.

De chaque côté de la vergue, à une distance de son milieu, égale au
douzième de sa longueur, on aiguillette une poulie double dont le rouet
de l'avant servira pour l'écoute du grand perroquet, et celui de
l'arrière pour la cargue-point du grand hunier. Cette poulie est placée
sous la vergue. Au milieu de chaque moitié et dans la même position, on
place une poulie simple pour le passage des cargues-boulines. De chaque
côté sur l'estrope de la poulie d'itague ou sur chacune des estropes des
poulies d'itague s'il y en a deux, on fixe une poulie pour le passage
des cargues-fonds du grand hunier. Mais comme presque toujours en rade
on pèse les fonds bien au-dessus de la vergue pour serrer la voile avec
plus de facilité, ces poulies sont à fouet pour pouvoir être défrappées.
On aiguillette au tiers, à partir de chaque bout, l'estrope pour le
palan de roulis.

On capelle d'abord la filière d'envergure, confectionnée et placée comme
nous l'avons dit pour les basses vergues; puis les marche-pieds
semblables et semblablement disposés encore à ceux de ces vergues.

Si la vergue n'est pas percée d'un clan à son carré pour le passage de
l'écoute de perroquet, on capelle une poulie pour le remplacer. Puis on
capelle la poulie de bras et la balancine. On met en place les blins
des bouts-dehors.


_Garniture de la Vergue du petit Hunier._

La garniture de la vergue du petit hunier est en tout semblable à celle
du grand hunier.


_Garniture de la Vergue du Perroquet de fougue._

Si la vergue de perroquet de fougue n'a pas de poulie d'itague, on
aiguillette sur son milieu l'estrope d'une cosse, sur laquelle l'itague
se croche si elle est à croc, ou se frappe si elle n'a pas de croc.

Si les bras sont simples, on les bague, ou on les capelle à la place
qu'auraient occupée les poulies.


_Croiser les Vergues de Hune._

Les vergues de hune garnies, on les place, pour plus de facilité, sur
l'avant de leurs mâts respectifs pour les hisser.

On passe un fort cordage dans une des poulies d'itague, on le frappe sur
le milieu de la vergue, on l'élonge sur une de ses moitiés en faisant
au tiers et aux deux tiers de bonnes genopes. Cette drisse, après avoir
élongé le mât, se dirige dans une poulie de retour. Il faut, autant que
possible, passer les balancines, et si elles sont trop courtes on fait
ajut avec un autre filin; on fait de même pour les bras. On pèse sur le
cordage qui sert de drisse en guidant la vergue par une retenue pour
qu'elle pare la hune. Lorsque son extrémité supérieure a dépassé le
chouc, on passe les balancines et les bras s'ils ne le sont pas. On
continue à hisser en abraquant un peu les bras, et on coupe la première
genope lorsqu'elle paraît sur le chouc. On commence alors à abraquer la
balancine sous le vent, et continuant à hisser on coupe la dernière
genope, en pesant la balancine sous le vent, filant celle du vent, et
abraquant les bras du même bord.

La vergue tenue ainsi carrément par ses bras et ses balancines, on fait
le racage; on passe et on épisse l'itague; on défrappe le cartahu qui a
servi de drisse; on la soulage un peu du chouc du bas mât pour placer
entre elle et lui le paillet sur lequel elle doit porter, et on amarre
les balancines sur les pitons des porte-haubans.


_Faux bras des Vergues de Hune._

Les vergues de hune, comme les basses vergues, portent des faux bras
dans les temps forcés, ou lorsqu'on se prépare au combat. Mais dans ces
deux cas leurs installations différent totalement.

Dans les deux cas les bras sont simples; mais dans le premier ceux du
grand hunier, après avoir fait dormant au capelage de la vergue, passent
dans un des rouets du chaumard en arrière des haubans d'artimon; et dans
le second cas, dans des poulies frappées sur les haubans d'arrière du
petit mât de hune à hauteur du trelingage, ou aiguilletées au ton de ce
mât.

Les faux bras de la vergue du petit hunier, pour le mauvais temps, après
avoir fait dormant au capelage de la vergue, passent dans un des rouets
du chaumard en avant du grand mât, ou dans une poulie frappée sur les
branches du grand étai. Pour le combat ils passent dans des poulies
aiguilletées sur le bout-dehors de grand foc, et se manoeuvrent du
gaillard d'avant.

La vergue de perroquet de fougue n'a ordinairement pas de faux bras;
cependant lorsqu'on porte le perroquet de fougue avec gros temps,
quelques capitaines en font placer qui passent dans des poulies
fouettées sur la corne et s'amarrent le long du bord.


SECTION III.

_Gréement des Vergues de Perroquet._

Les vergues de perroquet s'établissent sur les mâts de perroquet d'une
manière semblable à celle qui vient de nous servir à établir les vergues
de hune sur leurs mâts.

Elles reçoivent le nom de vergue de grand perroquet, vergue de petit
perroquet, vergue de perruche.

Leur gréement se compose des mêmes manoeuvres que celui des vergues de
hune, mais simplifié à cause de leurs moindres dimensions. Il se compose
de:

  Une drisse simple ou à itague;
  Deux bras simples, et doubles seulement
  pour les vaisseaux et frégates;
  Deux balancines;
  Deux marche-pieds;
  Une estrope pour la drisse;
  Un racage.


_Drisse._

La drisse simple se frappe sur la cosse que nous placerons en garnissant
la vergue; passe dans un clan pratiqué à la noix du mât, et descend en
arrière de la drisse de la vergue de hune, pour passer dans une poulie
de retour fixée sur la serre-gouttière.

Pour faciliter la manoeuvre de la vergue de perroquet, on frappe sur la
drisse, à une hauteur convenable et au moyen d'un cabillot, une poulie
double dont l'estrope porte une cosse; et passant successivement la
drisse elle-même dans une poulie double fixée sur la serre-gouttière, et
dans celle qui fait dormant sur le courant de la drisse, on forme un
palan qui permet de hisser la vergue avec une grande facilité.

On aiguillette quelquefois une poulie simple sur l'estrope de la vergue,
on fait dormant de la drisse au capelage, on la passe dans la poulie de
la vergue, de là dans le clan du mât, et elle descend soit pour passer
dans la poulie de retour, soit pour former un palan comme nous venons de
le dire.

Si la drisse est à itague, l'itague se croche à la cosse de l'estrope
de la vergue, passe dans le clan de la noix du mât, et estrope une
poulie simple. La drisse passe dans cette poulie, va faire dormant à un
piton placé en arrière de la drisse de la vergue de hune, et vient de
l'autre bord passer dans la poulie de retour.

L'itague, à bord des grands navires, porte quelquefois une poulie
double; la drisse qui vient alors au pied du mât forme le garant d'un
palan, dont la poulie simple est fixée dans la hune sur l'arrière du
mât.


_Bras._

Les bras de grand perroquet se capellent au bout de la vergue, passent
dans des poulies fixées sur les premiers haubans du perroquet de fougue,
ou dans les clans d'un chaumard chevillé entre les barres, se rendent de
là dans le trou du chat, où, suivant le premier hauban du mât d'artimon,
ils s'amarrent à un cabillot le long du bord.

S'ils sont doubles, le dormant se fait au-dessus de la poulie placée
sous le premier hauban du perroquet de fougue, ou au capelage de mât
au-dessus du clan du chaumard des barres. Après avoir passé dans la
poulie de bras, ils passent dans la poulie ou le clan au-dessous du
dormant et vont s'amarrer comme nous l'avons dit.

Les bras de la vergue du petit perroquet, après avoir été capelés au
bout de vergue, passent dans les poulies aiguilletées sur les premiers
haubans du grand mât de hune à hauteur du trelingage, ou dans le clan du
chaumard fixé entre les barres du grand perroquet. Ils descendent par le
trou du chat, et suivant les haubans de l'arrière s'amarrent le long du
bord à un cabillot.

S'ils sont doubles on les fait passer comme ceux du grand perroquet,
c'est-à-dire que le dormant se fait alors au-dessus de la poulie ou du
clan qui sert au courant.

Les bras de la vergue de perruche, après avoir été capelés, passent dans
des poulies aiguilletées de chaque côté de la face arrière du chouc du
grand mât, ou dans des poulies aiguilletées sur les derniers haubans du
grand mât à hauteur du capelage.

Ces bras sont ordinairement simples, même à bord des plus grands
vaisseaux; cependant si on voulait les passer en double, il est clair
que, comme pour les autres vergues de perroquet, il faudrait faire le
dormant au-dessus de la poulie où passe le courant.

Les navires qui ont les bras de perroquet en double, les font passer en
simple lorsqu'ils doivent rester sur rade, afin de gréer et dégréer avec
plus de promptitude.


_Balancines._

Les balancines des perroquets passent dans la ganse fixée sur la vergue,
et se capellent après les bras. Elles passent ensuite dans le clan
inférieur d'une poulie vierge à deux rouets, fixée entre les haubans de
perroquet, et descendent ensuite pour s'amarrer ordinairement dans la
hune. Quelquefois aussi elles passent par le trou du chat et s'amarrent
le long du bord, entre le premier et le deuxième hauban. De cette
manière le nombre des hommes à envoyer dans la hune pour gréer et
dégréer les vergues est moins considérable.

Les poulies vierges où passent les balancines sont simples, ou à un seul
rouet pour la perruche.


_Marche-pieds._

Les marche-pieds sont en tout semblables à ceux des autres vergues.


_Estrope._

La cosse où l'on croche l'itague est retenue par un amarrage plat dans
une estrope qu'on aiguillette sur le milieu de la vergue; plus
généralement l'estrope est faite en bague. On fixe la cosse par un
amarrage et on passe, en la faisant entrer de force, l'estrope dans la
vergue. Quand elle est parvenue au milieu, on l'y fixe par de petits
taquets cloués de chaque côté.

L'estrope doit être garnie en bitord ou en basanne.


_Racage._

Le racage des vergues de perroquet est absolument semblable à celui que
nous avons décrit pour les vergues de civadière, et qui sert aussi
fréquemment pour les vergues de hune.


_Garniture de la Vergue de grand perroquet._

On aiguillette, ou on passe l'estrope de la cosse de drisse bien au
milieu de la vergue et la cosse au centre.

On capelle la filière sur laquelle on enverguera la voile; on la fixe
comme sur les autres vergues.

On fait l'amarrage qui réunit les deux branches inégales du racage, et
on le fait glisser sur la vergue jusqu'à ce qu'il soit à peu de distance
de l'estrope de drisse.

Au sixième de la longueur, à partir de l'estrope, on place de chaque
côté une poulie double pour le passage des cargues-points, et dont le
second rouet servira, comme nous le verrons, à l'écoute des catacois.

Sur l'avant de la vergue, et sur l'estrope même, on aiguillette une
poulie pour la cargue-fond, qui est formée par une patte d'oie. S'il en
était autrement, il faudrait deux poulies de cargue-fond, qu'on
placerait alors, une de chaque côté, à mi-distance entre la poulie du
point et l'estrope de la drisse.

On capelle les marche-pieds. Ces vergues, portant toujours un clan,
n'ont pas de poulie d'écoute pour le catacois. On sent que si elles n'en
avaient pas, il faudrait les capeler.

On fixe sur le carré du capelage de la vergue, la ganse où doit passer
la balancine. On devrait capeler les bras et les balancines; mais ces
manoeuvres ne se mettent en place qu'en gréant la vergue.


_Garniture de la Vergue de petit Perroquet._

La garniture de la vergue de petit perroquet est absolument semblable à
celle du grand perroquet.


_Garniture de la Vergue de Perruche._

La garniture de la vergue de perruche est semblable à celle des autres
perroquets, avec cette seule différence que souvent elle n'a pas de
cargue-fond, et qu'alors la poulie aiguilletée à l'estrope de drisse est
supprimée.


_Gréer les vergues de Perroquet._

Gréer les perroquets, c'est les envoyer à leurs mâts respectifs, c'est
les avoir prêts à être établis aussitôt que le besoin s'en fait sentir.

Les voiles de perroquet s'enverguent sur le pont; en gréant les
perroquets, nous supposons qu'elles sont en place.

Si la drisse est simple, on en affale le bout sur le pont, ou dans les
bas haubans où se trouvent ordinairement les vergues lorsqu'elles sont
garnies. La vergue de grand perroquet et de perruche à tribord, celle de
petit perroquet à bâbord.

Si la drisse est à itague, on défrappe le dormant fait au piton dans le
porte-hauban; c'est ce dormant qui sera amarré sur l'estrope de la
vergue, et on hale sur l'itague de manière que sa poulie soit rendue au
clan. On le croche alors à un erse bagué sur les barres.

Mais si l'itague est à palan, c'est-à-dire si la poulie est double,
alors on fouette au capelage du perroquet une poulie où passera une
manoeuvre appelée drisse volante, qui servira à hisser le perroquet.

Le bout de la drisse affalé, on la frappe sur la cosse de l'estrope, on
l'élonge sur la moitié de la vergue qui doit monter la première, et on
la genope aux deux tiers à partir du milieu.

On pèse sur la drisse en faisant parer la vergue de la hune; lorsqu'elle
est rendue dans les haubans de hune, on capelle les bras et les
balancines, qu'on passe dans les ganses, et on continue à hisser jusqu'à
ce que le milieu de la vergue soit sur le chouc du mât de hune. Alors on
coupe la genope, on appuie sur le bras du même bord en pesant fortement
sur les balancines du bord opposé, et la vergue vient horizontalement
sur le chouc. On fait aussitôt le racage pour l'y maintenir.

On la met carrément sur ses bras et balancines, et on la garnit,
c'est-à-dire qu'on frappe les manoeuvres qui servent à établir les
voiles et hisser les vergues.

On défrappe la drisse; on croche l'itague; on passe la drisse dans la
poulie d'itague, et on en fait le dormant. Les cargues-points sont
amarrées sur les barres, on les passe dans les poulies sur la vergue, et
on les frappe au-dessus des cosses où l'on fait le dormant des points
d'écoute. On passe dans la poulie aiguilletée sur l'estrope, la
cargue-fond qu'on frappe sur sa patte d'oie; enfin on capelle l'oeil des
boulines aux cabillots des branches de boulines.

Il faut avoir soin, en capelant les bras et balancines, de faire passer,
au large du mât, de manière à l'entourer sur l'avant, le bras et la
balancine du bord opposé à celui où se trouve la vergue dans les haubans
de hune.

Pour faciliter cette manoeuvre, le bras et la balancine sont sur la même
bague et se capellent en même temps. Mais nous ne parlerons pas des
escamotages, si souvent mis en usage par les bâtimens de guerre, pour
rendre cette manoeuvre plus prompte à l'oeil; escamotages plus nuisibles
qu'utiles, car pour la mer, où il faut gréer réellement, ils n'ont rien
appris aux matelots.

Lorsqu'on grée le perroquet à la mer avec du roulis ou du tangage, ce
qui arrive presque toujours, il serait imprudent de livrer la vergue à
elle-même lorsqu'on la hisse, elle pourrait s'endommager en frappant sur
la hune, et crever les voiles appareillées. Pour la guider on frappe au
bout inférieur, au piton qui y est fixé pour porter, comme nous le
verrons, la poulie de drisse de la bonnette, un cordage qu'on passe dans
une poulie de retour, ou un piton, qu'on tourne à un cabillot, et qu'on
ne file qu'à la demande de la drisse. De cette manière la vergue
sollicitée par ses deux extrémités n'a que peu ou point de mouvement.
Lorsqu'elle est parvenue dans les haubans de hune, on l'y saisit pour
capeler les bras et balancines, et on ne défrappe la retenue que
lorsqu'on est prêt à couper la genope.

A défaut de retenue, on peut saisir la vergue par le moyen de son racage
au galhauban arrière du mât de hune. Lorsque son bout inférieur a
dépassé la hune, on mollit le racage et le saisit dans les haubans, et
on continue les manoeuvres comme nous l'avons dit.


_Dégréer les Vergues de Perroquet._

Dégréer les vergues de perroquet, c'est les placer sur le pont ou dans
les bas haubans, pour les soustraire à la force du vent et soulager la
mâture; c'est le contraire de l'opération que nous venons de décrire.

Pour dégréer un perroquet, on défrappe les écoutes, on les amarre sur
les barres; on défrappe également les cargues-points et la cargue-fond,
on les dépasse de leurs poulies et on les amarre, les cargues-points aux
pitons du chouc du mât de hune, la cargue-fond sur l'avant; on décapelle
les boulines de leurs cabillots, et on les fixe tribord et bâbord sur la
barre de l'avant.

Si la drisse est simple, on l'affale, on l'élonge sur la vergue du bord
opposé à celui où on veut l'amener, et on fait une genope au tiers. A la
mer, où il faut nécessairement envoyer la vergue au vent, la genope se
fait sous le vent.

Si la drisse est à itague, on décroche l'itague, on la croche à un erse
sur les barres; la poulie doit être alors rendue au clan; on largue le
dormant de la drisse dans le porte-hauban, et on hale sur le courant,
pour que le dormant monte à la hauteur de la vergue.

Enfin, si l'itague est à palan, il faut, comme nous l'avons dit pour
gréer, passer une drisse volante.

La genope faite, on largue le racage, on pèse fortement sur la drisse
qui, par le moyen de la genope, fait apiquer la vergue; on aide à ce
mouvement en pesant sur la balancine du même bord et mollissant l'autre;
en même temps on mollit le bras du côté de la genope, et on abraque
l'autre pour diriger le bout de la vergue dans les haubans de hune. On
amène la drisse, et lorsque le bout supérieur de la vergue est à hauteur
du chouc, on décapelle les balancines et les bras, et on amène la vergue
au poste qu'on lui a assigné.

Les bras et balancines sont amarrés sur les barres et raidis.

Si la mer est forte, aussitôt que la vergue est dans les haubans de
hune, on l'y saisit pour décapeler les bras et les balancines, après
quoi on entoure les galhaubans de l'arrière avec le racage et on amène
la vergue sur ce galhauban.


SECTION IV.

_Gréement des Vergues de Catacois._

Les vergues de catacois s'établissent sur les mâts de catacois, les mâts
de bome qui les remplacent, ou sur les flèches des mâts de perroquet, de
la même manière que les vergues de perroquet sur leurs mâts.

Ces vergues reçoivent le nom de grand catacois, petit catacois, et
catacois de perruche. Leur gréement, absolument semblable à celui des
vergues de perroquet, se compose comme celui de ces dernières, de:

  Une drisse simple;
  Deux bras;
  Deux balancines;
  Deux marche-pieds;
  Une estrope de drisse;
  Un racage.


_Drisse._

La drisse, toujours simple, fait dormant sur la cosse de l'estrope de
drisse, passe dans un clan pratiqué en dessous du capelage, et se
dirigeant en arrière de la hune, descend s'amarrer contre le bord, en
arrière de la drisse du perroquet.


_Bras._

Les bras du grand catacois, après avoir été capelés, passent, l'un à
tribord l'autre à bâbord, dans des poulies ou des cosses aiguilletées
sur le hauban d'en avant du mât de perruche, ou près de son capelage, et
descendant par le trou du chat vont s'amarrer contre le bord, en arrière
et à côté des bras du grand perroquet.

Ceux du petit catacois, après avoir été capelés, se dirigent sur
l'arrière au capelage du mât du grand perroquet, passent dans les
poulies ou les cosses qui sont aiguilletées sur le hauban d'en avant, et
descendant par le trou du chat s'amarrent contre le bord en arrière et à
côté des bras du petit perroquet.

Enfin ceux du catacois de perruche, après avoir été capelés, passent
dans des poulies ou des cosses aiguilletées sur le hauban d'en arrière
du grand mât de perroquet, descendent par le trou du chat, et s'amarrent
en à bord, en avant et à côté des bras de perruche.


_Balancines._

Les balancines, après avoir passé dans la ganse fixée au carré de la
vergue, et avoir été capelées, passent dans des poulies et plus
généralement dans des cosses aiguilletées au capelage. Elles s'amarrent
et se manoeuvrent des hunes.

Les marche-pieds sont comme ceux des vergues de perroquet.

L'estrope de drisse est faite aussi de la même manière. On la supprime
quelquefois, et alors la drisse fait dormant sur le milieu de la vergue
qu'elle entoure.

Le racage est semblable à ceux des vergues de perroquet.

Les haubans de perroquet n'ayant souvent pas d'enfléchures, pour
faciliter aux matelots les moyens de monter pour la manoeuvre des
catacois, on aiguillette au capelage des perroquets une échelle dont les
branches se fixent sur l'arrière des choucs des mâts de hune.


_Garnir et gréer les Vergues de Catacois._

On fixe d'abord l'estrope de drisse au milieu de la vergue, où on la
retient en clouant des deux bords de petits taquets, ou en ayant
pratiqué sur les vergues, en les confectionnant, deux petites mortaises.

A petite distance de l'estrope, on aiguillette de chaque côté une poulie
pour les cargues-points.

On capelle les marche-pieds.

Comme pour les vergues de perroquet, les bras et balancines ne se
capellent que lorsqu'on grée les vergues; pour celles-ci, lorsqu'elles
sont parvenues dans les haubans de perroquet. On les garnit ensuite en
faisant le racage, frappant les écoutes et les cargues-points, et en
filant les boulines aux cabillots des branches.

Les navires qui portent leurs catacois au plus près sont les seuls qui
les établissent comme nous venons de le dire. Quant à ceux d'une moindre
dimension qui ne les portent que sur le largue, ils suppriment le
racage, les bras et les boulines, et le catacois s'oriente alors en
brassant le perroquet sur lequel sont les écoutes.

Dans ce cas on frappe sur le milieu de la vergue un cordage appelé
hâle-bas, qui vient sur l'avant. Lorsqu'on veut se débarrasser du
catacois, on largue les écoutes qui sont amarrées sur les barres de
perroquet, on mollit la drisse, et pesant sur le hâle-bas, la voile
passe sur l'avant des autres voiles appareillées, et se serre sur le
pont. On les place après dans les bas haubans du bord opposé à celui où
se trouvent les perroquets.

Les bâtimens ayant des mâts de perroquet à doubles flèches, portent
quelquefois, mais bien rarement, des vergues de contre-catacois, qui
s'établissent comme nous venons de le dire pour les catacois, qui n'ont
ni bras, ni balancines, ni racage, ou catacois volans.



CHAPITRE IV.


SECTION PREMIÈRE.

_Des Voiles._

Les voiles se divisent en deux espèces distinguées par les noms de
voiles carrées et de voiles auriques ou latines.

La première espèce comprend les basses voiles, ou voiles portées par les
basses vergues; les huniers, voiles portées par les vergues de hune; les
perroquets, portés par les vergues de perroquet; les catacois, par les
vergues de catacois. On range aussi parmi les voiles carrées les
bonnettes.

Ces voiles prennent le nom des vergues sur lesquelles elles sont fixées
ou enverguées.

Ainsi pour les basses vergues: la grande voile, la misaine, la
civadière; mais cette dernière est rarement et même jamais enverguée. La
vergue barrée n'a pas de voiles.

Pour les vergues de hune: grand hunier, petit hunier, perroquet de
fougue.

Pour les vergues de perroquet: grand perroquet, petit perroquet,
perruche.

Pour les vergues de catacois: grand catacois, petit catacois, catacois
de perruche.

Toutes ces voiles ont la forme d'un trapèze régulier. La base
supérieure, la moins étendue, est fixée sur la vergue; la base
inférieure, ou la plus étendue, est fixée sur le pont pour les basses
voiles, sur la vergue inférieure pour les autres.

En confectionnant ces voiles, on coud sur les côtés un cordage peu
commis, appelé ralingue. Celle de la base supérieure, beaucoup plus
faible que les autres, s'appelle ralingue de faix, de têtière, ou
d'envergure; celles qui partent de la ralingue d'envergure prennent le
nom de ralingues de chute, et celles de la base inférieure, celui de
ralingues de bordure.

Ces expressions servent à déterminer les dimensions d'une voile; on dit:
elle a tant d'envergure, de chute et de bordure.

Les voiles, en sortant de l'atelier de la voilerie, doivent être
pourvues des oeillets, cosses, pattes, margouillets, nécessaires à sa
manoeuvre. Nous allons assigner les places que ces différens objets
occupent.

On pratique, à toucher la ralingue de têtière, des petits oeillets faits
à l'aiguille, dans lesquels passeront les bouts de bitord ou de ligne,
qui serviront plus tard à fixer la voile sur la filière d'envergure, ou,
à défaut de celle-ci, sur la vergue.

Aux angles que la ralingue de têtière fait avec celle de chute, on forme
un oeillet qu'on garnit d'une cosse; c'est ce qu'on appelle la cosse
d'empointure. Aux angles inférieurs, c'est-à-dire à ceux qui sont formés
par la rencontre des ralingues de chute et de celles de bordure, on
forme pareillement un oeillet garni d'une cosse retenue par un amarrage.
Ce sont les points d'écoutes.

Pour diminuer la surface des voiles carrées, lorsqu'on y est obligé par
la force du vent, on place sur ces voiles des bandes de ris.

Ces bandes de ris sont d'étroites bandes de toile, cousues sur l'avant
et l'arrière de la voile, parallèlement à la têtière, dans toute sa
largeur; elles sont percées, de distance en distance, de trous sur les
bords desquels on coud des bagues formées par un petit cordage; ces
trous, appelés oeils-de-pies, servent à passer les garcettes qui fixent
sur la vergue la portion de la voile diminuée.

Les huniers des grands navires portent quatre bandes de ris espacées de
manière que lorsque le dernier est pris, le hunier puisse se soulager
encore de deux ou trois pieds sur le chouc de son bas mât. Les bâtimens
d'un rang inférieur n'en ont que trois, enfin quelques-uns deux.

Les basses voiles ont toujours un ris; les perroquets souvent un, mais
on s'en sert si rarement, qu'ordinairement on n'y passe pas de
garcettes.

A chaque extrémité des bandes de ris on forme sur les ralingues de
chute, des pattes au moyen d'un toron qui, après avoir passé dans ceux
de la ralingue, est tordu sur lui-même. Dans ces pattes en engage des
cosses, ce sont les cosses d'empointures, ou plus simplement les
empointures.

Au-dessous de ces pattes d'empointures, et à peu de distance de celles
du dernier ris, on en forme, de la même manière, une nouvelle pour le
dormant de l'itague du palanquin. Aux basses voiles, elles servent à
crocher la poulie du cartahu qui remplace le palanquin.

On fixe ensuite, suivant la dimension de la voile, les deux ou trois
pattes où doivent s'amarrer les branches des boulines.

A la ralingue de bordure on frappe les hersiaux pour les dormans des
cargues-fonds; aux ralingues de chute, ceux pour les cargues-boulines.

On concevra qu'il est impossible d'assigner exactement la place que doit
occuper chacun de ces hersiaux, puisqu'elle dépend entièrement du nombre
de cargues que porte la voile. La basse voile d'un vaisseau ayant quatre
cargues-fonds et quatre cargues-boulines, les hersiaux ne peuvent être
placés comme ceux d'un navire qui n'en a que deux.

Les bonnettes sont des voiles supplémentaires qui augmentent la surface
des voiles carrées auxquelles elles sont adaptées. Nous parlerons de la
manière de les établir en traitant de leur gréement.

Les voiles qui portent des bonnettes, sont:

La misaine; on les appelle bonnettes basses.

Le grand et le petit hunier; on les distingue sous le nom de bonnettes
de grand ou de petit hunier.

Le grand et le petit perroquet, désignés semblablement par le nom de
bonnettes de grand ou de petit perroquet.

Quelquefois le grand et le petit catacois portent des bonnettes.

On en met aussi une, mais rarement, à la brigantine; enfin on donne le
nom de bonnette de sous-gui à une voile qu'on plaçait sous le gui en
arrière du couronnement.

Les bonnettes des huniers ont un ris, afin de pouvoir être établies
lorsque les huniers ont le premier ris ou ris de chasse pris.

Les voiles auriques ou latines sont triangulaires ou trapézoïdes.
Lorsqu'elles sont triangulaires, les deux ralingues qui partent de
l'angle supérieur sont les ralingues de chute; celle qui les réunit est
la ralingue de bordure.

Les voiles latines qui s'établissent sur le mât de beaupré et son
bout-dehors, prennent le nom général de focs et se désignent plus
particulièrement sous ceux de petit foc, faux foc, grand foc, clinfoc.

Ces voiles sont triangulaires: elles sont fixées au mât de beaupré par
l'angle extérieur, appelé point d'amure, s'élèvent le long d'un cordage
qui leur sert de vergue et qui se nomme draille, par le moyen d'une
drisse; sont ramenées sur le mât par un hâle-bas, et portent à l'angle
intérieur une écoute qui raidit leur ralingue de chute et de bordure.

Les voiles latines qui s'établissent sur le mât de misaine, mais qui
reçoivent le nom de voiles d'étai du grand mât et sont plus généralement
désignées sous le nom de voiles d'étai, sont:

  La pouillouse, ou voile d'étai du grand mât;
  La grande voile d'étai, ou voile d'étai du grand hunier;
  La contre-voile d'étai;
  La voile d'étai de grand perroquet;
  La voile d'étai de grand catacois.

Celles qui s'établissent sur le grand mât, et qui sont les voiles d'étai
du mât d'artimon, sont:

  Le foc d'artimon, ou voile d'étai du mât d'artimon;
  Le diablotin, ou voile d'étai du perroquet de fougue;
  La voile d'étai de perruche.

Celles du mât d'artimon, sont:

  La brigantine qui s'établit sur les vergues de gui et de corne que
  nous avons déjà mises en place en parlant des vergues des bas mâts;
  Le flèche-en-cul.

Ces voiles ont la forme d'un trapèze irrégulier, dont les côtés
parallèles se placent verticalement, le moins étendu au mât. L'un et
l'autre reçoivent le nom de ralingue de chute. Le côté supérieur qui se
développe sur la drisse qui sert de vergue, est la ralingue de têtière,
et le côté inférieur celle de bordure.

Comme aux voiles carrées, les angles formés par les ralingues portent
des cosses qui servent à les établir sur les manoeuvres.

Le point supérieur de la ralingue de têtière, est le point de drisse;
l'inférieur le point d'amure supérieur, pour le distinguer du point
d'amure formé par la ralingue de chute au mât, et celle de bordure;
celui formé par cette dernière et la ralingue de chute arrière, est le
point d'écoute.


SECTION II.

_Gréement des Voiles carrées._

Nous avons dit plus haut que lorsqu'une voile sortait de l'atelier de
la voilerie, elle avait les cosses, pattes, hersiaux, nécessaires à
l'établir et la manoeuvrer. Placer dans ces cosses, pattes, hersiaux,
les rabans, garcettes, poulies nécessaires, est ce qu'on appelle garnir
une voile, et ce dont nous allons nous occuper.


_Garniture des basses Voiles._

La voile étant étendue sur le pont, on fixe à chaque oeillet de la
ralingue de têtière un bout de bitord pour enverguer sur la filière. Si
on envergue sur la vergue, le bitord devra être assez long pour en faire
deux fois le tour et joindre ses bouts par un amarrage. Aux cosses
d'empointures et à celles placées aux extrémités de la bande de ris, on
fixe, en les épissant sur eux-mêmes aux deux tiers de leur longueur, des
morceaux de quarantenier de plusieurs brasses, suivant les dimensions de
la vergue, et qu'on appelle rabans d'empointures. Dans chaque
oeil-de-pie de la bande de ris on passe une garcette qu'on retient sur
l'avant par un noeud; on fait un noeud semblable sur l'arrière pour
l'empêcher de se dépasser. Ces garcettes doivent avoir assez de
longueur pour embrasser la vergue, la portion de toile du ris, et
s'amarrer par un noeud plat.

Elles seront, comme on l'imaginera facilement, d'une grande longueur, et
par conséquent d'un poids considérable pour les grands navires. Pour
obvier à cet inconvénient, on peut prendre le ris des basses voiles sur
filière, comme nous l'expliquerons plus tard. Alors les garcettes sont
très-courtes, elles sont à oeil. On les passe dans les oeils-de-pie de
l'arrière à l'avant, on fixe sur une des ralingues de chute un cordage
de moyenne grosseur, qu'on passe successivement dans tous les oeils des
garcettes et qu'on amarre sur la ralingue de chute opposée. Sur l'avant
de la voile et de la même manière, on passe dans tous les oeils des
garcettes un quarantenier fixé sur les deux ralingues de chute, afin
qu'elles ne puissent se dépasser.

Au-dessus de l'amarrage que bride la cosse du point d'écoute, on bague
l'estrope d'une poulie simple, qui sert au passage de la cargue-point.

A ces mêmes points d'écoute on bague l'estrope d'une cosse, pour fixer
une bosse qui renforce l'amure lorsque la voile est établie.

Dans une longue estrope on fixe, par deux amarrages plats, deux fortes
poulies; on plie ensuite l'estrope dans la partie qui reste libre entre
les deux amarrages des poulies; on forme un oeillet au pli par un bon
amarrage, et on passe cet oeillet dans la cosse des points d'écoute, où
on le retient par un burin en bois. Cette réunion de poulie, appelée
bouquet, sert à passer l'amure et l'écoute des basses voiles.

Sur la plus élevée des trois pattes placées sur les ralingues de chute
pour les boulines, on fixe, par un noeud dit de bouline, un cordage qui
passe, avant de s'amarrer sur la seconde patte, dans une cosse que porte
un second bout de cordage semblable, et qui fait dormant sur la
troisième patte. Dans ce dernier passe une cosse sur laquelle on estrope
la poulie de bouline. Pour la misaine cette poulie n'existe pas.

Tout ce dont nous venons de parler étant mis en place, les basses voiles
sont garnies; nous allons nous occuper de leur gréement.

La garniture des basses voiles et leur gréement sont absolument les
mêmes; seulement, en parlant de ce dernier, nous indiquerons les
différences que la position de ces deux voiles exige dans le passage et
la direction de leurs manoeuvres.


_Gréement des basses Voiles._

La manoeuvre des voiles consiste à les déferler et les présenter à
l'action du vent dans la position la plus convenable; à les carguer et
serrer pour les soustraire à sa violence.

Ces deux opérations tout-à-fait différentes ont nécessité l'action de
manoeuvres dont les effets pussent se détruire réciproquement.

Les basses voiles sont déferlées et présentées au vent par les amures et
les écoutes; l'amure tend et raidit la partie au vent, l'écoute celle
sous le vent. S'il est nécessaire d'effacer la voile plus que la vergue
qui la porte, c'est-à-dire lui faire faire avec la quille un angle plus
aigu, on se sert de la bouline.

Les cargues disposées sur les ralingues de chute et de bordure la
ramassent sous la vergue, lorsque leur effet n'est plus contrarié par
celui des amures, écoutes et boulines.

Le gréement d'une basse voile se compose donc de:

  Deux écoutes;
  Deux amures;
  Deux boulines;
  Deux cargues-points;
  Quatre ou deux cargues-fonds;    }       suivant la dimension
  Quatre ou deux cargues-boulines; }            de la voile.


_Ecoutes._

Les écoutes de la grande voile, après avoir fait dormant à des pitons
fixés extérieurement en avant des porte-haubans d'artimon, passent dans
la poulie arrière du bouquet, élongent ensuite l'extérieur du navire
pour y rentrer par le clan des chaumards placés dans la muraille, en
avant des haubans d'artimon, et s'amarrent à de forts taquets chevillés
dans la muraille et connus sous le nom de grands taquets.

Dans les grands navires, les écoutes, au lieu de venir directement des
poulies du bouquet aux clans des chaumards, passent dans des poulies de
retour à longues estropes, supportées par des mains de fer placées à
l'avant des haubans d'artimon.

Les écoutes de la misaine font dormant à des pitons fixés extérieurement
à l'avant des grands porte-haubans, passent dans les poulies des
bouquets, reviennent extérieurement pour passer dans les clans des
chaumards placés de l'avant des grands porte-haubans; elles s'amarrent à
des taquets chevillés dans la muraille, ou sur les serre-gouttières.

On garnit les écoutes en bitord à leur partie extérieure, c'est-à-dire à
la partie qui reste hors du bord lorsque la voile est établie.

Quelquefois ces manoeuvres sont commises en grelin; mais il nous semble
que c'est plutôt nuisible qu'utile, puisqu'on augmente par là la
difficulté de border la voile, sans en retirer aucun avantage pour la
solidité; car un cordage en aussière sera aussi fort qu'un cordage en
grelin composé du même nombre de fils de carret; seulement il sera un
peu moins gros et adonnera moins; mais cette dernière considération
n'est d'aucun intérêt pour une manoeuvre courante.


_Amures._

Les amures de la grande voile font dormant à deux boucles fixées sur les
serre-gouttière par le travers de l'arrière des porte-haubans de
misaine, passent dans les poulies des bouquets et viennent passer
ensuite dans des poulies de retour placées un peu sur l'arrière des
boucles des dormans. Elles s'amarrent non loin de là sur de forts
taquets cloués sur les serre-gouttière ou sur le pont.

Ces poulies de retour pour l'amure, à bord des bâtimens à batterie, sont
à longues estropes doubles, qui traversent le pont et sont aiguilletées
sur des boucles triangulaires, dont les pitons sont à bouts perdus dans
la muraille de la batterie.

Pour empêcher l'eau de tomber dans les batteries par les trous où
passent ces estropes, on leur donne un peu de longueur au-dessus du
pont, de manière à pouvoir y clouer une hiloire circulaire de deux ou
trois pouces de hauteur, sans gêner les mouvemens des poulies.

Pour établir les amures de misaine, on place dans la construction deux
arcs-boutans qui font avec le mât de beaupré un angle de 30° environ[3].
Ces arcs-boutans, qui sont appelés minots ou porte-lofs, sont assujettis
extérieurement par deux haubans formés par un cordage double, dont le
pli supérieur estrope un cap-de-mouton, une cosse ou une moque, et dont
le pli inférieur est garni d'une cosse à croc, qui se croche pour ceux
de l'avant dans des pitons chevillés sur le taille-mer, et pour ceux de
l'arrière dans des pitons chevillés dans la joue du navire, un peu en
avant de la direction des bossoirs. A l'extrémité des minots on capelle
deux caps-de-mouton, moques ou cosses, sur lesquels se raidissent les
haubans.

  [3] C'est l'angle le plus aigu que forme la basse vergue avec la
  grille, quand elle est orientée au plus près.

Les amures de misaine font dormant sur l'extrémité des minots, passent
dans les poulies des bouquets, passent ensuite dans des poulies à talon
dont les estropes sont capelées sur le bout des minots, passent ensuite
dans des clans ou conduits garnis en plomb dans la muraille du fronteau
d'avant, et s'amarrent à des taquets cloués sur le pont par le travers
du mât de misaine.

Les navires qui portent les écoutes et amures des basses voiles simples,
les forment avec le même cordage dont le double est engagé dans les
cosses des points d'écoute; alors on supprime les bouquets. Le dormant
se trouve sur le point même de la voile et ne se fait plus sur les
pitons placés extérieurement.

Quelquefois ces écoutes sont doubles et les amures simples. Dans ce cas,
les écoutes passent comme nous venons de le dire, et les amures formées
par un cordage indépendant font dormant par leur extrémité, qu'on engage
par un cul-de-porc double dans la cosse du point d'écoute.


_Boulines des basses Voiles._

Les boulines de la grande voile ne sont pas à demeure. Celle du vent est
seule passée; on la largue et on la dépasse toutes les fois qu'on cargue
la voile, ou qu'on change d'amures.

La bouline de grande voile n'est donc qu'un cordage de grosseur et
longueur convenables, qui est toujours disposé sur le gaillard d'avant;
lorsqu'on doit s'en servir, on le passe dans la poulie estropée sur la
cosse que portent les branches; on fait le dormant sur le montant du
râtelier de manoeuvre du mât de misaine, on passe le courant dans une
poulie coupée crochée à une estrope qui embrasse le mât de beaupré en
arrière du fronteau d'avant, et on l'amarre à un taquet ou au montant du
bord opposé au dormant.

C'est ordinairement par le dormant qu'on la largue lorsqu'on veut la
dépasser.

Les boulines de misaine font dormant à la cosse de leurs branches,
passent dans les poulies que nous avons aiguilletées pour cet usage au
capelage du mât de beaupré, élongent ce mât, et passent dans des clans
du fronteau d'avant, où on les amarre sur des taquets cloués sur le
gaillard.


_Cargues-Points des basses Voiles._

Les cargues-points des basses voiles sont destinées à ramener les points
des voiles presque au centre et sur l'arrière de la voile; elles sont
doubles, font dormant à peu de distance du centre de la vergue, passent
sur l'arrière de la voile pour se diriger dans les poulies frappées aux
points d'écoute, au-dessus des bouquets, remontent vers la vergue pour
passer dans les poulies que nous avons aiguilletées à cet effet,
descendent ensuite sur le pont pour passer dans un clan des montans des
écoutes de hune, ou plus ordinairement dans des poulies placées sur la
serre-gouttière; on les amarre alors à des cabillots le long du bord.

Si les cargues-points étaient simples, elles feraient dormant sur les
points d'écoute au-dessus de l'amarrage qui bride la cosse.


_Cargues-Fonds des basses Voiles._

Les basses voiles portent quatre ou deux cargues-fonds, suivant la
dimension des navires auxquels elles appartiennent. Si elles sont au
nombre de quatre, on les distingue par les dénominations de
cargues-fonds d'en-dedans, et cargues-fonds d'en-dehors.

Leur destination est de porter la ralingue de bordure de la voile à
hauteur et de l'avant de la vergue.

Leur dormant se fait aux hersiaux placés en garnissant la voile, de là
elles se dirigent sur l'avant de la voile, dans des poulies frappées sur
l'avant de la vergue, puis dans des poulies aiguilletées à des pitons
sur les traversins de l'avant de la hune, et descendent le long du mât,
où elles s'amarrent aux cabillots du râtelier de manoeuvre, après avoir
passé dans les marionnettes.

Généralement on supprime, et avec raison, les poulies sur la vergue,
afin de pouvoir élever les fonds au-dessus et faciliter le serrage de la
voile.

Souvent, lorsque les basses voiles ont quatre cargues-fonds, les deux en
dedans de la grande voile sont formées par un même cordage ainsi
disposé: il est passé dans une poulie dont la caisse porte deux rouets
bout à bout; les deux bouts de ce cordage passent, l'un à tribord
l'autre à bâbord, dans les clans intérieurs des deux poulies doubles,
aiguilletées aux pitons du traversin avant de la hune, puis se dirigeant
sur l'avant de la voile ils vont faire dormant sur les deux hersiaux
inférieurs correspondans. Dans le second rouet de cette poulie on passe
un cordage semblable dont les bouts se dirigent dans deux marionnettes
du râtelier de manoeuvre du mât de misaine, où on les amarre. On se
trouve ainsi avoir deux des cargues-fonds de la grande voile sur le
gaillard d'avant.

On voit qu'on pourrait ne haler que sur un des bouts en laissant l'autre
amarré, mais le mouvement serait plus long.


_Cargues-Boulines des basses Voiles._

Les cargues-boulines sont en même nombre que les cargues-fonds, deux ou
quatre, suivant les dimensions des voiles; elles prennent le nom de
cargues-boulines d'en-dehors, ou cargues-boulines d'en-dedans, pour les
distinguer.

Elles servent à porter les ralingues de chute sur l'avant et le long de
la vergue. Avant de les passer, on aiguillette de chaque côté de la
vergue, à des distances égales de la poulie de cargue-point et de
l'empointure, une poulie pour chaque cargue.

Les cargues-boulines d'en-dehors font dormant aux pattes supérieures
placées au tiers des ralingues de chute; de là, se dirigeant par l'avant
de la voile, elles passent dans les poulies extérieures placées sur la
vergue et dans les rouets intérieurs de nouvelles poulies doubles,
aiguilletées sur les traversins, en dehors de celles qui servent au
passage des cargues-fonds, descendent le long du mât, au pied duquel on
les amarre au râtelier de manoeuvre.

Celles d'en-dedans passent de la même manière, les pattes de leur
dormant sont au milieu des branches de boulines.

Lorsque la voile n'a qu'une seule cargue-bouline de chaque côté, son
dormant est au milieu de la ralingue de chute.


_Enverguer une basse Voile._

On la place de l'avant du mât auquel elle appartient, en travers et
dans le sens qu'elle doit avoir sur la vergue. On passe et on frappe les
cargues-fonds et les cargues-boulines, et on les genope sur la ralingue
de têtière; on passe aussi les cargues-points, mais en simple, le
dormant se fait après avoir envergué la voile. Les amures et les écoutes
ne sont aussi passées qu'après l'opération. Aux cosses des empointures
on frappe de chaque côté un cartahu qui passe dans une poulie au bout de
la vergue, de là dans une poulie au chouc, descend le long pour mât pour
passer dans une poulie de retour placée à son pied.

Les cargues et cartahus frappés, on serre la voile, de manière que les
deux ralingues soient au-dessus, et celle de têtière sur l'arrière pour
être appliquée immédiatement sur la vergue.

On pèse sur les cartahus et les cargues; aussitôt que les matelots
répandus sur la vergue peuvent saisir la têtière, ils coupent les
bitords qui serraient la voile, et lorsqu'elle est élongée sur la
vergue, les genopes des cargues. Comme elles ont été amarrées, la voile
se trouve carguée.

On amarre les empointures l'une après l'autre, en ayant soin de mettre
le milieu de la voile sur celui de la vergue.

Si la voile est neuve, et que par cette raison les empointures ne
puissent venir aux taquets, quoiqu'on ait employé un palan pour les
faire rendre, on fait peser dessus les matelots de tout leur poids; il
faut les mettre à distance égale.

Les empointures prises, on amarre sur la filière s'il y en a une, et
dans le cas contraire, sur la vergue, les bitords ou rabans qui
garnissent les oeillets de la têtière.

On fait le dormant des cargues-points, on passe les amures et les
écoutes, et la voile peut être établie si on est à la mer, et serrée si
on est en rade.

Pour la serrer on prend la toile pli par pli sur l'avant de la vergue;
de la manière dont elle est carguée, les ralingues de chute et de
bordure tenues par les cargues-boulines et les cargues-fonds se
trouveront en dedans de ces plis, dont le dernier qui recouvre le tout
est fait avec la toile qui touche la têtière.

Pour les maintenir dans cette position, on a conservé sur l'arrière de
la voile, à son milieu, à deux ou trois pieds de la têtière, une cosse à
patte d'oie, faite avec de larges tresses. Un cartahu qui passe dans
une poulie sous la hune, et qui descend sur le pont au pied du mât, a
son bout supérieur au-dessus de la vergue. Quand on est aux derniers
plis de la toile, on frappe le cartahu sur la cosse, et pesant fortement
dessus on soulage et on soutient les fonds, où se trouve la plus grande
partie de la toile. Celle élongée sur les deux côtés de la vergue y est
maintenue par des rabans appelés de ferlage, qui sont fixés sur la
filière ou sur la vergue par un noeud coulant. Ils embrassent la voile
et la vergue par deux ou trois tours, et le bout s'engage dans les tours
mêmes.

Ces rabans ne sont employés qu'à la mer, et lorsqu'on serre les voiles
en rade on les cache dans la voile. Ils sont tressés et jetés sur
l'avant de la voile, lorsqu'elle est appareillée.

On les remplace par de larges morceaux de sangle, fixés sur la filière
et dont la branche arrière porte un anneau. Lorsque la voile est serrée,
on passe la branche de l'avant dans l'anneau, et on souque fortement en
engageant l'excédant dans le tour de l'avant.


SECTION III.

HUNIERS.

_Garniture des Huniers._

Les huniers se garnissent à peu près comme les basses voiles; cependant
il est des différences qu'il est nécessaire d'indiquer.

Aux cosses d'envergure et d'empointure on fixe, comme nous l'avons dit
pour les basses voiles, un raban disposé de la même manière, mais dont
le bout est amarré sur celui qui lui est supérieur; en sorte que,
lorsque le premier raban a servi pour prendre la première empointure, le
bout de celui de la seconde puisse être amarré sur la vergue, afin que
le matelot qui doit la prendre puisse la saisir pour soulager la toile,
aussitôt qu'il est sur la vergue.

Si l'itague du palanquin de ris a une poulie sur la vergue, on la fixe à
la patte du palanquin qui est en dessous de celle du dernier ris.

Les branches de boulines portent une cosse pour le dormant de la bouline
comme pour la misaine, ces manoeuvres étant toujours simples.

On bague au-dessus des points d'écoute une poulie simple pour les
cargues-points.

A chacune des cosses des points d'écoute, on estrope une moque qui sert
au passage des écoutes. Quelques navires fixent la moque dans le point
même de l'écoute en faisant servir la ralingue comme estrope; mais on
concevra facilement que cette installation est vicieuse; car estropée de
cette manière, le clan de la moque regarde de l'avant à l'arrière,
tandis que celui de la poulie capelée au bout de vergue, ou le clan qui
la remplace, regarde de tribord à bâbord. De sorte que lorsque les
écoutes sont à joindre, l'écoute et la ralingue sont tordues pour
appeler convenablement et fatiguent assez pour rompre facilement, ainsi
que nous l'avons vu souvent; avarie qui peut être bien dangereuse, car
s'il vente frais et que la ralingue du hunier casse, presque toujours il
est déchiré.


_Gréement des Huniers._

Les huniers, ayant leur ralingue de bordure établie sur les basses
vergues, n'ont point d'amures, puisqu'ils suivent les mouvemens de ces
vergues qui les présentent au vent; mais ils ont en plus des palanquins
de ris. Leur gréement se compose de

  Deux écoutes;
  Deux boulines;
  Deux cargues-points;
  Deux cargues-boulines;
  Deux cargues-fonds;
  Deux palanquins à itagues.


_Ecoutes des Huniers._

Les écoutes, lorsqu'elles sont doubles, font dormant aux bouts de la
vergue par un noeud de bouline, vont de là passer dans la moque du
point, reviennent au bout de la vergue, passer dans les poulies qui y
sont capelées, ou dans les clans qui les remplacent, élongent l'arrière
de la vergue pour passer dans les poulies de sous-vergues aiguilletées
près de l'estrope de suspente, descendent de l'avant du mât pour
traverser le clan d'un bitton ou montant, sur la tête duquel on les
amarre à un cabillot en fer qui le traverse.

Si les écoutes sont simples, leur dormant se fait aux points d'écoute où
elles sont arrêtées par un cul-de-porc double. Elles passent après cela
comme nous venons de le dire.

Lorsque les poulies sont remplacées par des clans, on doit avoir le soin
d'arrondir les angles, et de garnir les clans en entier, en cuivre ou en
basanne.

Les écoutes du perroquet de fougue sont généralement simples; comme ce
mât n'a pas ordinairement de montans, le retour des écoutes se fait dans
des poulies aiguilletées à des pitons boulonnés sur le pont à l'aplomb
des poulies de sous-vergues. On les amarre à des taquets fixés au mât
par deux roustures. Quelquefois le clan de retour est pratiqué dans ces
taquets mêmes; mais comme alors tout l'effort de l'écoute se fait sur le
taquet, cette méthode offre peu de solidité, et ne peut être employée
que pour des navires d'une faible dimension.

Il est des bâtimens du commerce qui ont leurs écoutes en chaînes. Alors
le clan de la vergue doit être garni en tôle; la poulie de sous-vergue
est remplacée par une chape en fer, portant un rouet de fonte. Elles
sont manoeuvrées avec un palan, ou ce qui vaut mieux, avec un vireveau
qui remplace de chaque côté le montant d'écoute. Ce vireveau, sur lequel
elles s'enveloppent, sert à les border avec facilité et à les filer peu
à peu pour carguer le hunier.

Mais si on est obligé de se décharger promptement d'un hunier, dans une
rafale non prévue, ou dans un grain, auxquels cas il faut filer l'écoute
en bande, on concevra facilement combien il est à craindre que son poids
agisse sur le hunier qui bat violemment par la force du vent, et ne le
fasse déchirer, et même quelquefois ne fasse craquer la vergue.


_Boulines des Huniers._

Les boulines des huniers font dormant à la cosse des branches de
bouline, elles passent ensuite:

Celles du grand hunier dans des poulies dont les estropes, d'un seul
cordage, forment un long pendeur qui embrasse le mât de misaine sous les
jottereaux; elles descendent le long des haubans, passent dans des
poulies de retour fixées sur les serre-gouttière, et s'amarrent à un
cabillot en à bord.

Pour les haler, lorsqu'on est au plus près, on se sert d'un petit palan
qu'on fouette sur le courant supérieur et dont la poulie simple se
croche sur la serre-gouttière; pendant qu'on hale sur son garant on
abraque la bouline sur son cabillot, où on l'amarre lorsqu'elle est
assez raidie. On défrappe le palan et on le fouette sur le hauban le
plus voisin.

Les poulies que nous avons placées en dessous des jottereaux, peuvent
s'aiguilleter sur l'arrière du chouc du mât de misaine, ou bien encore
embrasser par leur pendeur le capelage de ce mât. Dans ces cas les
boulines descendent par le trou du chat. On peut aussi remplacer ces
poulies par des clans pratiqués dans les élongis ou le traversin de
l'arrière de la hune de misaine. Mais on fatigue la hune inutilement et
sans résultat avantageux.

Les boulines du petit hunier, après avoir fait dormant, passent, l'une à
tribord l'autre à bâbord, dans les clans extérieurs de la poulie à trois
rouets, capelée à cet effet, comme nous l'avons dit, au bout-dehors de
grand foc. Elles élongent ce mât et celui de beaupré et entrent sur le
gaillard d'avant, d'où on les manoeuvre par deux clans du fronteau, à
côté desquels on les amarre.

Celles du perroquet de fougue passent dans le second clan de la poulie
double que nous avons placée pour le passage des bras de la vergue de
perroquet de fougue, descendent le long des haubans, et s'amarrent à
côté de ces mêmes bras.


_Cargues-Points des Huniers._

Les cargues-points des huniers sont passés comme ceux des basses voiles,
c'est-à-dire qu'après avoir fait dormant sur la vergue, ils se dirigent
sur l'arrière de la voile, pour aller passer dans la poulie baguée aux
points, remontent vers la vergue, passent dans le clan arrière des
poulies doubles de sous-vergues, descendent par le trou du chat pour
faire retour dans les poulies fixées sur les serre-gouttière et
s'amarrer à des cabillots en à bord.

Si les cargues-points sont simples, ils font dormant au-dessus de
l'amarrage des points d'écoute.


_Cargues-Boulines des Huniers._

Les cargues-boulines des huniers font dormant sur les pattes supérieures
des branches de bouline, se dirigent ensuite sur l'avant des voiles pour
passer dans des poulies frappées sur la vergue, au tiers de sa moitié à
partir du milieu, vont sous les barres du perroquet, où elles passent
dans les clans extérieurs de deux poulies doubles, fixées, l'une à
tribord l'autre à bâbord, sur la barre avant des perroquets, et
descendent le long du mât, au pied duquel elles s'amarrent au râtelier
de manoeuvre.

Le perroquet de fougue n'a généralement pas de cargues-boulines.


_Cargues-Fonds des Huniers._

Les cargues-fonds des huniers font dormant aux pattes de la ralingue de
bordure, montent sur l'avant de la voile pour passer dans les poulies
que nous avons frappées, en garnissant les vergues tribord et bâbord de
la poulie d'itague; de là elles montent sous les barres de perroquet,
où elles passent dans les clans intérieurs des poulies doubles que nous
venons de placer pour le passage des cargues-boulines; elles descendent
ensuite le long du mât, au pied duquel elles s'amarrent à côté et en
dedans des cargues-boulines.

Si le perroquet de fougue n'a qu'une cargue-fond, ce qui arrive pour les
petits navires, elle est à patte d'oie, comme nous le verrons pour les
perroquets.


_Palanquins de Ris._

Les palanquins de ris sont à itagues. L'itague fait dormant sur la
ralingue de chute, à une patte placée en dessous de celle de
l'empointure du dernier ris. Elle va de là passer dans un clan pratiqué
au bout de la vergue, passe dans le second clan de la poulie vierge
fixée entre le premier et le deuxième hauban de hune, et descend le long
du mât. Elle se termine par une cosse à laquelle on croche la poulie
double d'un palan, ou elle forme l'estrope de la poulie double de ce
palan, dont la poulie simple se fixe au ton du bas mât, ou sur les
élongis de la hune. Le garant de ce palan descend le long du bas mât et
s'amarre à son pied au râtelier de manoeuvre.

Pour augmenter la puissance du palanquin, les grands navires portent, à
la patte où nous venons de faire le dormant, une poulie dans laquelle
passe l'itague qui alors fait son dormant au bout de la vergue, à côté
du clan où elle passe.

Les bâtimens de petite dimension, au contraire, n'ayant pas besoin d'une
aussi grande force, passent bien l'itague comme nous venons de le dire,
mais ils suppriment le palan, et l'itague descend alors sur le pont au
pied du mât.

On éprouve souvent à la mer le besoin de renforcer et d'aider le
palanquin. On se sert alors d'une manoeuvre supplémentaire à laquelle on
donne le nom de faux-palanquin. La plus convenable, nous croyons, et
celle qu'on a toujours à sa disposition, est la drisse de la bonnette de
hune. Dans le cas où on la destine à servir de faux-palanquin, il faut
qu'elle soit à croc; alors on la croche au ris qu'on doit prendre, et en
halant dessus en même temps que sur le palanquin, elle rend
l'empointure, tandis que le palanquin soulage la toile.

Le premier ris, ou ris de chasse, étant un ris de précaution, n'a pas
besoin de l'aide du faux-palanquin. Mais lorsqu'il a été pris, si les
bonnettes ne sont pas appareillées, on croche la drisse à l'empointure
du second ris pour aider à la prendre. Après l'avoir prise, on la croche
à celle du troisième, et ainsi des autres.

Avant d'enverguer un hunier, nous ferons une observation que nous
croyons très-utile à la promptitude si nécessaire dans cette opération,
lorsqu'on l'exécute à la mer.

Nous avons dit, en gréant un hunier, que le dormant des cargues-boulines
et cargues-fonds se faisait sur les pattes des ralingues, et celui des
boulines sur la cosse des branches de boulines. Lorsqu'il faut enverguer
ou déverguer les huniers, il est toujours long de faire et défaire tous
ces dormans, et il est bien plus simple de les remplacer par des
estropes à cabillots qu'on frappe sur les ralingues et auxquelles on
capelle les cargues-fonds, cargues-boulines, et boulines terminées par
une ganse.


_Enverguer un Hunier._

Avant d'enverguer un hunier, il faut que toutes ses manoeuvres soient
passées et frappées dans la hune. Les cargues-fonds et cargues-boulines
sur la poulie d'itague, les boulines sur l'avant de la hune, les
cargues-points arrêtés à leurs poulies par un noeud, les écoutes aux
pitons du chouc, les palanquins et drisses de bonnette élongés sur la
vergue, prêts à être frappés.

Au ton du mât de hune on aiguillette une poulie dans laquelle on passe
un fort cartahu, un garant de capon par exemple, qui sert à hisser le
hunier. Il doit être serré de manière que les ralingues de têtière et de
bordure soient dégagées et présentent leurs pattes ou cabillots.

Lorsqu'il est serré ainsi, on l'élingue par son milieu, mais sans baguer
l'élingue. On le passe sous le hunier et on le ramène par-dessus en deux
plis inégaux, celui de l'avant le plus court. Dans ce dernier on passe
une garcette qu'on amarre par les deux bouts, on passe le cartahu dans
le pli arrière de l'élingue et dans la garcette, et on l'amarre.

Sur l'avant on frappe un cartahu de retenue pour faire parer de la hune,
et si l'on est à la mer et qu'elle soit grosse, on bride les deux
extrémités du hunier ainsi élingué avec un cartahu qu'on passe dans une
poulie de retour, qu'on amarre à un taquet et qu'on ne mollit qu'à la
demande de la drisse et de la retenue.

Lorsqu'en hissant, les extrémités du hunier sont parvenues au-dessus de
la hune, on frappe les palanquins et on croche les drisses de bonnette
(nous les supposons à croc) à des cosses placées sur la têtière à une
brasse de celles d'empointure. On capelle à leurs cabillots les
cargues-boulines, cargues-fonds et boulines, on passe les écoutes dans
les moques et on en fait le dormant.

On pèse sur les palanquins et les drisses de bonnette en mollissant de
la drisse, et le hunier s'élonge le long de la vergue; alors on coupe la
garcette de l'élingue, qui reste ainsi suspendue à la drisse.

Les matelots répandus sur la vergue saisissent les ralingues de têtière,
les rabans d'empointure, et coupent les bitords qui serraient la voile.
Elle déferle, et on peut la border si le temps le permet, ou la carguer
pour terminer l'opération et la serrer.

Lorsqu'on place les huniers dans les soutes à voiles, ils doivent être
garnis et serrés pour monter dans la hune immédiatement.

On se sert aussi de la drisse de hune pour cette opération. Alors on
abraque celle du bord opposé, de manière que la poulie simple puisse
s'élever au-dessus de la hune pour y déposer le hunier.

Dans ce cas on le hisse paqueté et élingué, et lorsqu'il est parvenu
dans la hune on le dispose sur son avant pour y frapper les cargues.

On peut aussi le hisser comme une basse voile; ou bien encore le hisser
plié en double, supporté par les cargues-fonds et cargues-boulines qu'on
fait travailler ensemble. On l'élève ainsi au-dessus de la vergue, on
frappe les palanquins pour élonger la têtière.

La première méthode dont nous avons parlé, nous paraît la plus prompte
et la moins sujette aux accidens, puisque le hunier n'est déferlé que
lorsqu'on a tous les moyens de le carguer et de le serrer.


SECTION IV.

PERROQUETS.

_Garniture et gréement des Voiles de Perroquet._

La garniture des voiles de perroquet se réduit aux deux rabans
d'empointure pour l'envergure; aux petits bouts de bitord sur les
oeillets de la têtière, et aux branches des boulines qui portent
toujours leur cabillot sur lequel se frappe la bouline.

Quoiqu'on y pratique quelquefois une bande de ris, on ne la garnit pas
de garcettes.

Le gréement est beaucoup plus simple que celui des huniers, à cause de
la moins grande dimension de la voile, et ne se compose que de

  Deux écoutes;
  Deux boulines;
  Deux cargues-points;
  Deux cargues-fonds, et plus souvent une à patte d'oie.


_Ecoutes des Perroquets._

Les écoutes, toujours simples, font dormant au point d'écoute, passent
dans les clans pratiqués dans la vergue de hune, ou dans les poulies qui
les remplacent, élongent chacune une moitié de la vergue de hune pour
passer dans le clan de l'avant des poulies où nous avons fait déjà
passer les cargues-points des huniers, descendent le long du mât,
passent dans le trou du chat, et élongeant les haubans s'amarrent en à
bord, après avoir passé dans des poulies de retour fixées sur les
serre-gouttière.

Si les grands navires veulent mettre les écoutes des perroquets en
double, afin de ne pas faire et défaire le dormant qui alors est sur le
capelage de la vergue de hune, toutes les fois qu'on grée et dégrée les
perroquets, il faut fixer les poulies aux points d'écoute par le moyen
d'un cabillot; de cette manière le dormant reste toujours fait, et on
n'a plus qu'à passer ou dépasser le cabillot, ce qui est tout aussi
facile que de frapper ou défrapper les écoutes simples.


_Boulines des Perroquets._

Les boulines des perroquets se capellent aux cabillots des branches;
elles passent ensuite celles du grand perroquet.

Dans des poulies frappées au chouc, aux barres, ou au hauban arrière du
petit mât de hune; descendent par le trou du chat, et s'amarrent à côté
et en avant des boulines du grand hunier.

Celles du petit perroquet se dirigent sur le bout-dehors de clinfoc,
passent dans les clans extérieurs de la poulie triple qui est à son
capelage, élongent ce mât ainsi que le bout-dehors de grand foc et le
beaupré, et s'amarrent à côté des boulines du petit hunier.

Celles de la perruche passent dans des poulies aiguilletées au chouc du
grand mât ou sur le hauban arrière du grand mât de hune, à hauteur du
trelingage, descendent par le trou du chat, et s'amarrent à côté des
boulines du perroquet de fougue.


_Cargues-Points des Perroquets._

Les cargues-points, toujours simples, font dormant en dessus des cosses
des points, passent dans le clan arrière des poulies doubles
aiguilletées sur la vergue de chaque côté de l'estrope de drisse,
descendent le long du mât et s'amarrent à côté des écoutes, après les
avoir quelquefois fait passer dans la même poulie de retour qui alors
est double.


_Cargues-Fonds des Perroquets._

S'il y a deux cargues-fonds, chacune d'elles fait dormant à une des
pattes de la ralingue de bordure, monte sur l'avant de la voile pour
passer dans une poulie frappée sur la vergue à l'estrope de drisse, de
là se dirige pour passer dans une poulie aiguilletée au capelage du
perroquet, et descend le long du mât au râtelier duquel on l'amarre.

S'il n'y a qu'une cargue-fond, elle est à patte d'oie, c'est-à-dire que
son extrémité porte deux branches qu'on frappe sur les pattes de la
ralingue de bordure, passe ensuite dans une poulie ou une cosse fixée
sur l'avant de la vergue, à l'estrope de drisse, monte au capelage où
elle passe dans une poulie qui y est aiguilletée, et descend le long du
mât où on l'amarre au râtelier si on ne la garde pas dans la hune, d'où
on la manoeuvre.

Les perroquets s'enverguent sur le pont. S'ils n'ont pas de filières, on
les envergue souvent avec un même bout de ligne qui passe dans le
premier oeillet de la têtière, embrasse la vergue et y fait dormant; il
passe ensuite dans chaque oeillet en embrassant la vergue sur laquelle
on le raidit par un demi-tour, et fait dormant au dernier oeillet.


SECTION V.

CATACOIS.

_Garniture et gréement des Voiles de Catacois._

La garniture de catacois est semblable à celle des perroquets. Leur
gréement est plus simple, n'ayant pas de cargue-fond. Il se compose
donc de

  Deux écoutes;
  Deux boulines;
  Deux cargues-points.


_Ecoutes des Catacois._

Les écoutes se frappent aux points, passent dans les clans pratiqués sur
les vergues de perroquet, élongent ces vergues, passent dans les clans
avant des poulies doubles où nous avons fait passer les cargues-points
des perroquets, descendent le long des mâts de perroquet et de hune, et
s'amarrent dans la hune, au râtelier des haubans.


_Boulines des Catacois._

Les boulines sont capelées au cabillot des branches. Elles passent
ensuite:

Celles du grand catacois dans des poulies ou des cosses aiguilletées sur
les haubans arrière du petit mât de perroquet, et descendent le long des
mâts par le trou du chat s'amarrer à côté des boulines du grand
perroquet.

Celles du petit catacois se dirigent sur la flèche du bout-dehors de
clinfoc, et passent dans des cosses qui sont à son capelage, élongent le
bout-dehors et le beaupré, et s'amarrent à côté des boulines du petit
perroquet.

Celles du catacois de perruche passent dans des cosses aiguilletées sur
les haubans arrière du grand mât de perroquet, et descendant le long des
mâts, s'amarrent à côté des boulines de perruche.


_Cargues-Points des Catacois._

Les cargues-points font dormant au point d'écoute, passent dans les
poulies aiguilletées sous la vergue de chaque côté de l'estrope de
drisse, ou de sa mortaise, et s'amarrent dans la hune.

Si les vergues de catacois, ainsi que nous l'avons dit en parlant de
leur gréement, n'ont ni bras, ni balancines, ni racage, alors la voile
n'a ni boulines ni cargues-points. Son gréement consiste en deux écoutes
qui, après avoir passé comme nous l'avons dit, s'amarrent sur les
barres.

Si les navires ayant des mâts de perroquet à doubles flèches, ou des
mâts de catacois à flèche, portent des vergues de contre-catacois, les
voiles établies sur ces vergues n'auront pour gréement que celui des
catacois volans, c'est-à-dire deux écoutes.

Ces écoutes passeront dans des clans pratiqués aux vergues de catacois,
ou dans des cosses qui les remplaceront, élongeront la vergue, passeront
dans des cosses aiguilletées de chaque côté de l'estrope, ou dans un
clan des poulies de cargue-point de catacois qui seront alors doubles,
et s'amarreront sur les barres.


SECTION VI.

_Bonnettes._

Les bonnettes sont des voiles quadrangulaires, qui augmentent la surface
des voiles carrées, en dehors desquelles on les établit sur des esparts
appelés bouts-dehors et distingués par le nom de la vergue qui les
porte; ainsi on dit bout-dehors des basses vergues, bout-dehors de
huniers.

Ces bouts-dehors sont portés sur l'avant des vergues par deux rouleaux
supportés par des cercles en fer, placés l'un à l'extrémité, le second
au sixième de la vergue. Ces rouleaux sont recouverts par une bande de
fer plate demi-circulaire, assez élevée pour que le bout-dehors ne soit
pas gêné dans ses mouvemens; elle s'ouvre à charnière pour pouvoir la
faire sortir au besoin. On les appelle blins de bouts-dehors.

Chaque bout-dehors porte, à son extrémité extérieure, un clan ou une
poulie dont l'estrope est arrêtée par un cabillot qui le traverse.
L'extrémité intérieure est percée d'un trou dans lequel passe un cordage
arrêté par un cul-de-porc; c'est ce qu'on appelle l'aiguillette du
bout-dehors.

Cette aiguillette sert à le brider sur la vergue, qu'il soit ou non
employé à établir la bonnette. Toute sa manoeuvre consiste à le pousser
de la quantité nécessaire à l'établissement de la bonnette, et à le
faire rentrer à son premier poste lorsqu'elle est serrée. Ces mouvemens
se font soit à la main, par les gabiers qui vont alors sur les vergues,
soit par le moyen d'un palan dont le garant descend sur le pont pour
ceux des basses vergues, et dans la hune pour ceux des huniers.


BONNETTES BASSES.

_Garnitures des Bonnettes basses._

La ralingue de têtière de la bonnette basse n'est garnie d'oeillets que
dans une moitié; ces oeillets servent à la fixer sur une vergue dont le
milieu est marqué par une mortaise. La moitié non enverguée porte à son
extrémité une cosse.

La ralingue de bordure est enverguée dans les deux tiers de sa longueur.
Aux extrémités de cette vergue on fait le dormant d'un cordage formant
une patte d'oie. Le tiers non envergué porte à son angle, avec la
ralingue de chute, une cosse.


_Gréement des Bonnettes basses._

La bonnette basse s'établissant sur le bout-dehors de la basse vergue, y
est fixée par deux drisses; sa ralingue de bordure enverguée est retenue
par la patte d'oie frappée sur son arrière; la partie non enverguée est
fixée au bâtiment par une écoute.

Le gréement d'une bonnette basse est donc:

Deux drisses, l'une extérieure et la seconde intérieure, distinguées par
les noms de drisse d'en dehors, drisse d'en dedans.

Une patte d'oie, une écoute; on y ajoute un lève-nez qui sert à
soustraire la voile à l'effort du vent, lorsqu'on veut l'établir ou la
rentrer.

La drisse d'en dehors fait dormant sur le milieu de la vergue de la
têtière, passe dans un clan pratiqué à l'extrémité du bout-dehors de la
basse vergue, passe dans une poulie qui se trouve à mi-hauban de hune,
et dont le pendeur se frappe au capelage de ce mât, ou dans une poulie
fixée au chouc du bas mât, puis descend par le trou du chat et le long
du mât, et s'y amarre après avoir passé dans une poulie de retour.

La drisse d'en dedans fait dormant à la cosse de la têtière non
enverguée, passe dans une poulie fouettée sur la basse vergue, et
descend sur le pont pour passer dans une poulie de retour, près de
laquelle on l'amarre.

La patte d'oie fait dormant par son oeillet sur la cosse ou le cabillot
qui porte celle de la vergue de bordure; elle passe ensuite dans un des
clans du chaumard placé dates la muraille, en avant des grands haubans,
et s'amarre à un taquet cloué sur la serre-gouttière ou sur la muraille.

On établit aussi la bonnette basse sur un arc-boutant fixé sur un bras
de fer placé à l'avant des porte-haubans de misaine, sur lesquels il est
établi par un croc ou une double charnière.

On assujettit cet arc-boutant par une balancine capelée au tiers de sa
longueur, passant dans une poulie au chouc du bas mât, au pied duquel on
l'amarre, et deux espèces de bras frappés au même point que la
balancine, et venant s'amarrer l'un sur l'avant, l'autre sur l'arrière.

Si le bâtiment a des oeuvres mortes considérables, on peut y ajouter un
troisième cordage en forme de sous-barbe qui, après avoir été capelé ou
frappé, passera dans un piton placé sur la joue du navire et montera le
long du bord pour s'y raidir et s'y amarrer.

La bonnette n'a plus alors de vergue à sa ralingue de bordure; on y
frappe une amure qui passe dans une poulie capelée sur l'extrémité de
l'arc-boutant et vient se manoeuvrer et s'amarrer sur le gaillard
d'avant.

L'écoute, dans les deux installations, n'est autre chose qu'un bout de
cordage qu'on fixe par son double au point intérieur de la bordure, et
qu'on amarre sur l'arrière et l'avant de la bonnette pour retenir son
point.

Le lève-nez est frappé sur le milieu de la vergue de bordure, passe dans
une poulie fouettée sur la vergue de misaine, et descend sur le pont, où
il s'amarre en à bord.

Il sert à replier la voile sur elle-même et empêcher le vent de
s'engouffrer dedans; lorsqu'on la hisse on la rentre. Il est inutile si
la bonnette s'établit sur arc-boutant.

Les bonnettes basses, lorsqu'on les a rentrées, dégréées et serrées, se
recouvrent d'une toile appelée étui, et s'amarrent soit sur le premier
hauban, soit sur l'avant du mât de misaine.


_Gréement des Bonnettes de Hune._

Les bonnettes de hune ont leur ralingue de bordure établie sur le
bout-dehors de la basse vergue par une amure et une écoute; la ralingue
de têtière, totalement enverguée, est hissée à l'extrémité de la vergue
de hune.

Cette drisse fait dormant sur le milieu de la vergue, et si elle est à
croc pour servir de faux palanquin, elle y est crochée sur une cosse,
passe dans une poulie aiguilletée à un piton fixé au bout de la vergue,
passe dans le clan supérieur de la poulie vierge à trois rouets qui est
entre les haubans de hune, et descend le long du mât pour passer à son
pied dans une poulie de retour.

Les amures sont frappées au point, passent dans le clan du bout-dehors
ou dans la poulie qui le remplace, et se dirigent: celles du grand
hunier, vers le clan le plus en arrière du chaumard placé près du
couronnement, puis s'amarrent le long du bord; celles du petit hunier,
vers le chaumard placé en avant des grands porte-haubans, et s'amarrent
sur les passe-avents.

Les écoutes se jettent sur le pont, une sur l'avant, l'autre sur
l'arrière; cette dernière est passée dans une poulie de retour pour
border la voile; elle sert aussi à la rentrer avec plus de promptitude.

Les bouts-dehors de la vergue de misaine portent les bonnettes basses,
et sont en outre fatigués par les bonnettes de hune, dont les amures
cependant sont seules à la retenir au vent. Pour les renforcer on frappe
souvent, à leur extrémité, un cordage appelé bras de bout-dehors, qui
passe comme l'amure dans un des clans du chaumard placé en avant des
grands haubans. Sans cela la rupture de l'amure de bonnette de hune
entraînerait nécessairement celle du bout-dehors, que l'effort de la
bonnette basse porterait de l'avant sans que rien pût s'y opposer, si ce
n'est la force elle-même du bout-dehors.

Pour contre-balancer le poids de la bonnette basse, on capelle aux
bouts-dehors de misaine un morceau de cordage à cosse, sur lequel on
fixe la candelette de hune qui sert de balancine.


_Gréement des Bonnettes de Perroquet._

Le gréement des bonnettes de perroquet est absolument semblable à celui
des bonnettes de hune, il passe d'une manière parfaitement analogue;
seulement, au lieu de se manoeuvrer sur le pont, il se manoeuvre et
s'amarre dans les hunes.

Les bonnettes dégréées, serrées et enveloppées de leurs étuis, sont
placées dans les haubans de hune, et celles des huniers dans les grands
haubans.

Les vergues de perroquet n'ayant pas de bout-dehors, si les catacois
portent des bonnettes, il faut, à l'extrémité de chaque vergue de
bonnette de perroquet, aiguilleter une cosse dans laquelle on passera
l'amure. Cette amure, dont les deux bouts restent sur les barres, doit
être passée avant qu'on établisse la bonnette du perroquet. La drisse et
l'écoute se manoeuvrent sur les barres.

Lorsqu'on dégrée les bonnettes, leur gréement reste passé si on espère
pouvoir s'en servir dans peu de temps. Alors les drisses de la bonnette
basse sont frappées sur le hauban de l'avant, ainsi que le lève-nez; la
patte-d'oie est amarrée dans le porte-hauban.

Les drisses et amures des bonnettes de hune sont défrappées, mais
restent le bout amarré sur le pont.

Si on s'en débarrasse totalement, on dépasse tout le gréement des
bonnettes basses; mais les amures des bonnettes de hune doivent toujours
être levées et saisies sur le bout des basses vergues, leurs drisses
passées en faux palanquin, ou frappées sur les points des huniers.



CHAPITRE V.

GRÉEMENT DES VOILES LATINES.


SECTION PREMIÈRE.

FOCS.

_Petit Foc._

Le petit foc se hisse le long du faux étai du petit mât de hune, qui,
ainsi, lui sert de draille et doit, avant d'avoir été amarré à demeure,
être garni de bagues en fer sur lesquelles ce foc doit s'enverguer.

Sa drisse fait dormant au point supérieur, passe dans une joue de vache
bridée et rousturée sur le ton du petit mât de hune à bâbord, descend
ensuite sur le pont, en arrière des haubans de misaine, passe dans une
poulie de retour aiguilletée sur la serre-gouttière, et s'amarre sur un
cabillot le long du bord.

Son hâle-bas, qui agit en sens contraire de la drisse, fait dormant au
même point, passe dans toutes les bagues d'envergure, dans une poulie
aiguilletée sur l'amure, élonge le beaupré, et s'amarre sur le fronteau
d'avant, en passant dans un de ses clans à bâbord.

L'amure n'est qu'un bout de forte ligne qui bride son point au ras du
beaupré sur la draille.

Il porte deux écoutes formées par le même cordage, fixé par son milieu
sur le point d'écoute, et qui vont ensuite, l'une à tribord l'autre à
bâbord, passer dans des poulies de retour aiguilletées en avant des
haubans de misaine, et s'amarrent à des taquets cloués contre le bord.

Pour l'enverguer on le porte sur le gaillard d'avant, on affale sa
drisse, dont on fait le dormant, on passe le hâle-bas dans sa poulie et
dans toutes les bagues; on fait aussi son dormant, on le serre et on
l'envoie ainsi sur le beaupré; on frappe alors chaque bague sur
l'oeillet de la ralingue au moyen d'un amarrage en fil de carret. On
commence par la bague supérieure et on est obligé de soulager la drisse
à mesure qu'on fait les amarrages; on place enfin l'amure.

On peut remplacer les bagues par une filière ou forte ligne dont le
dormant se fait à l'oeillet supérieur de la ralingue, et qu'on passe
successivement dans tous les oeillets en embrassant la draille, mais
dans le sens opposé aux torons de cette dernière, pour que la filière ne
soit pas retenue dans leur vide quand on hisse ou amène le foc.


_Grand Foc._

En gréant le bout-dehors du grand foc, nous y avons passé un grand
anneau en fer appelé rocambeau.

La draille du grand foc est fixée au capelage du petit mât de hune comme
les étais de ce mât, c'est-à-dire qu'elle a deux branches qui
s'aiguillettent au capelage. Elle passe dans un rouet en fer du
rocambeau, de là passe dans un clan pratiqué à l'extrémité du
bout-dehors, vient en dessous se frapper à un palan dont la poulie
simple est crochée à l'étrave, et dont le garant, venant sur le gaillard
d'avant, sert à la raidir au besoin.

On conçoit qu'en halant sur le palan, on fait monter le rocambeau; pour
le faire rentrer on y frappe un cordage appelé hâle-à-bord, qui vient
s'amarrer sur le fronteau du gaillard.

C'est au moyen de ce hâle-à-bord et de la draille qu'on place le
rocambeau sur un point quelconque du bout-dehors.

Si la draille, au lieu d'être aiguilletée au capelage, fait dormant sur
le rocambeau (à un anneau fixé à sa partie supérieure), passe dans une
joue de vache bridée au ton du petit mât de hune, et vient ensuite se
frapper à un palan qui descend le long du mât, alors on frappe sur le
rocambeau un cordage appelé amure, qui passe dans le clan de l'extrémité
du bout-dehors et vient se crocher au palan de l'étrave, qui raidissait
la draille dans la première installation.

C'est avec l'amure et le hâle-à-bord qu'on manoeuvre le rocambeau
lorsqu'on y fait le dormant de la draille.

Le point d'amure du grand foc est fixé sur le rocambeau.

Sa drisse est double ordinairement; elle fait dormant au capelage du
petit mât de hune, passe dans la poulie fixée au point, dans le clan de
la joue de vache fixée au ton du petit mât de hune à tribord, descend
ensuite sur l'arrière des haubans de misaine pour passer dans une poulie
de retour aiguilletée à tribord sur la serre-gouttière, et s'amarre à un
cabillot contre le bord.

Si la drisse est simple, le dormant se fait sur le point; elle passe du
reste de la même manière.

Le hâle-bas fait dormant au point de drisse, passe dans toutes les
bagues, dans une poulie aiguilletée au rocambeau, et s'amarre à tribord
au fronteau d'avant, après avoir passé dans un de ses clans.

Les écoutes sont à pendeurs; les pendeurs sont faits avec le même
cordage, qu'on fixe par son milieu au point d'écoute, et dont les
extrémités servent à estroper deux poulies simples. Les écoutes font
dormant l'une à tribord l'autre à bâbord, à des pitons placés en arrière
des bossoirs, passent dans la poulie de leur pendeur, de là dans des
poulies aiguilletées sur la serre-gouttière, et s'amarrent contre le
bord.

On fixe souvent, de chaque côté du rocambeau, un cordage qu'on fait
passer dans une cosse aiguilletée sur la civadière, et qui vient se
raidir à un palan croché en avant du bossoir. Ce cordage, qu'on appelle
hauban du rocambeau, sert principalement à appuyer le bout-dehors
lorsqu'en rentrant le rocambeau on change le point d'effort de la voile
sur le mât.

Il s'envergue comme le petit foc, et se serre sur son bout-dehors.


_Faux Foc._

Le faux foc est une voile supplémentaire qui se place entre le grand et
le petit foc.

Il est amuré sur un rocambeau qui doit être passé dans le bout-dehors
lorsqu'on le grée avant celui du grand foc.

Ce rocambeau, comme celui du grand foc, porte une amure et un
hâle-à-bord.

Il n'a pas de draille; sa drisse, simple, fait dormant au point
supérieur, passe dans une poulie aiguilletée au capelage du petit mât de
hune, et descend au pied du mât de misaine. Son amure n'est pas fixe
comme pour le grand foc, elle fait dormant au point d'amure, passe dans
un piton adapté au-dessus du rocambeau, et, élongeant le mât, s'amarre
sur l'avant.

Les écoutes sont simples et disposées comme pour le petit foc.

Lorsqu'on veut l'appareiller, on frappe l'amure, dont les bouts sont sur
le gaillard d'avant, et la drisse qui y est aussi; on hale sur l'amure
jusqu'à ce que le point soit rendu au piton du rocambeau, et on
l'amarre, puis on raidit la drisse.

Pour le rentrer, on mollit l'amure en halant sur les écoutes.

Si, comme le font quelques navires de guerre étrangers, on considère le
faux foc comme devant remplacer le grand foc dans les mauvais temps,
lorsqu'on ne peut porter celui-ci qu'à mi-bâton, on lui donne une
draille qui fait dormant sur son rocambeau, si celle du grand foc le
fait au capelage, et au capelage si celle du grand foc le fait au
rocambeau, afin qu'elles ne soient pas toutes les deux passées de la
même manière.

Il porte alors un hâle-bas passé comme celui du grand foc, et les
haubans que nous avons placés à son rocambeau, le sont à celui du faux
foc.

Lorsqu'on veut le serrer, on fait descendre son rocambeau à toucher le
chouc du mât de beaupré. Il se serre le long de ce mât.


_Clinfoc._

Le clinfoc est établi sur son bout-dehors, ou sur la flèche de celui du
grand foc.

Son amure est fixée sur un rocambeau qu'on passe avant de gréer la
flèche ou le mât.

Sa draille, aiguilletée par deux branches au capelage du mât de petit
perroquet, passe dans un clan en fer adapté au-dessus du rocambeau,
passe ensuite dans un clan pratiqué à l'extrémité du bout-dehors, et
vient se raidir sur l'étrave.

Son rocambeau, comme celui du grand foc, a une amure et un hâle-à-bord
disposés d'une manière semblable.

La drisse frappée au point, passe dans une poulie aiguilletée en dessous
du capelage du petit mât de perroquet, et s'amarre contre le bord à côté
et en arrière de celle du grand foc.

Son hâle-bas frappé au point de drisse passe dans toutes les bagues,
dans une poulie aiguilletée sur le rocambeau, et s'amarre à côté de
celui du grand foc.

Les écoutes sont formées par le même cordage, fixé au point par son
milieu, et dont les branches s'amarrent, l'une à tribord l'autre à
bâbord, contre le bord.

Il se serre sur son bout-dehors.

Les petits navires qui portent le clinfoc volant, n'ont pas de draille.
L'amure est amovible, passe dans le rouet du rocambeau et vient amarrer
ses deux bouts sur le gaillard d'avant. On l'appareille et on le rentre
comme nous l'avons dit pour le faux foc volant.

Il est des navires qui portent encore un et même deux focs
supplémentaires appelés foc volant, foc dragon, vedette. Mais, comme
leur gréement ressemble à celui du faux foc et que leur position dépend
du caprice de celui qui les fait établir, nous n'en parlerons pas.


_Trinquette._

A la cape, on remplace quelquefois le petit foc par un foc de moindre
dimension, en forte toile, dont la draille élonge l'étai de misaine. Il
est appelé trinquette ou tourmentin.

Sa drisse passe dans une poulie aiguilletée au capelage du mât de
misaine; le hâle-bas et les écoutes sont semblables à celles du petit
foc.

La draille doit avoir les bagues nécessaires à l'enverguer. Mais comme
cette voile n'est mise en place que dans des temps forcés, lorsque le
besoin s'en fait sentir, il est plus expéditif de l'enverguer avec une
filière.


SECTION II.

VOILES D'ÉTAI DU GRAND MAT.

_Pouillouse._

La pouillouse, qu'on devrait appeler grande voile d'étai, n'a pas de
draille passée à demeure et ne s'établit que dans les mauvais temps.

La draille fait dormant au ton du grand mât, passe dans une poulie, ou
une moque dont l'estrope embrasse le mât de misaine au-dessus des grands
étais, et vient se raidir et s'amarrer à un piton au pied du mât.

L'amure inférieure se fixe à ce même piton, et la supérieure à
l'amarrage de l'estrope ou de la moque où passe la draille.

L'estrope de cette moque, ou poulie, porte aussi une poulie qui sert au
passage du hâle-bas, après qu'il a fait dormant sur le point de drisse
et passé dans toutes les bagues; il s'amarre au pied du mât.

La drisse est double, elle fait dormant au ton du grand mât, passe dans
une poulie fixée au point de drisse, dans une seconde poulie frappée sur
une branche du grand étai, ou au capelage du mât, du côté opposé au
dormant, et descend s'amarrer au pied du mât après avoir passé dans une
poulie de retour.

Elle n'a pas d'écoutes; on la borde avec un fort palan ou une caliorne
de braguet aiguilletée au point d'écoute, et dont la poulie inférieure
se croche à un piton de la serre-gouttière, en avant des grands haubans.

Cette voile se serre sur sa draille contre le mât, ou se relève et se
parquette sur le grand étai, ce qui n'est que momentané, car on la
dévergue aussitôt que le mauvais temps est passé.


_Grande Voile d'Étai._

Le faux étai du grand mât de hune sert de draille à la grande voile
d'étai.

L'amure supérieure embrasse le mât, ou se fixe à l'amarrage de la moque
où passe la draille. L'amure inférieure peut aussi embrasser le mât;
mais plus ordinairement elle se forme avec un bout de cordage dont le
milieu est sur le point d'amure et qui sert à le présenter au vent, en
s'amarrant au côté du vent du mât de misaine.

Le hâle-bas fait dormant au point de drisse, passe dans toutes les
bagues, dans une poulie aiguilletée à l'estrope de la moque de la
draille, et s'amarre au pied du mât.

La drisse fait dormant au point, passe dans un clan d'une joue de vache
bridée au ton du grand mât de hune à tribord, et descend sur le pont
passer dans une des marionnettes du râtelier de manoeuvre, ou une poulie
de retour. Si on voulait la passer en double, il faudrait placer une
poulie au point de la voile, et alors le dormant de la drisse se ferait
au capelage du ton du grand mât de hune.

Les écoutes sont à pendeurs. Les pendeurs sont formés par le même
cordage fixé par son milieu au point d'écoute; chacune de ses extrémités
estrope une poulie dans laquelle passe l'écoute dont le dormant se fait
contre le bord en avant des grands haubans, et dont le courant s'amarre
à côté.

Si on veut mettre une cargue, on en fait le dormant sur la ralingue, à
toucher la poulie du hâle-bas; on la passe dans le point d'écoute ou
dans une cosse placée un peu plus haut sur la ralingue, puis on la fait
passer dans une poulie aiguilletée à l'estrope de la moque de draille,
du bord opposé à celle du hâle-bas, et elle s'amarre au pied du mât.

Si on voulait avoir deux cargues, de manière à en avoir une au vent et
une sous le vent, il faudrait faire les dormans au point et placer alors
une poulie sous leur passage, de chaque côté de la draille, à l'estrope
de la moque.

Cette voile se serre le long du mât sur la ralingue, ou on la ramasse
sur le trelingage.

Afin de ne pas fatiguer le grand mât de hune, quelques navires portent
leur grande voile d'étai enverguée sur une corne qui se hisse le long
d'un mâtereau ou seneau élevé derrière le mât de misaine.

Cette corne, est retenue dans l'élévation convenable par une drisse qui
fait dormant à son extrémité, passe dans une poulie double aiguilletée
sur l'arrière du chouc du mât de misaine, dans une poulie simple
aiguilletée sur le milieu de la corne, dans le second rouet de celle du
chouc, et descend au pied du mât.

Elle est mise en place au moyen de cette drisse et d'un palan frappé aux
élongis et croché près de la mâchoire. Lorsqu'elle est dans une position
convenable, on remplace le palan par une petite suspente.

La voile enverguée par la ralingue de têtière à la corne, l'est au mât
de seneau, au moyen d'anneaux en bois qui l'entourent.

Son amure est un cordage en double, remplacé quelquefois par un palan
qu'on porte au vent du mât.

Les écoutes sont à pendeur comme nous l'avons dit pour la voile à
draille.

Elle a deux cargues qui font dormant sur la ralingue, et passent dans
des poulies fixées sous la corne; et deux cargues-points dont les
poulies de retour sont aiguilletées sur la ralingue de chute, enverguée
aux anneaux du mât de seneau.

Elle se serre sur sa corne et son mât de seneau.

Si on supprime le mât de seneau, la drisse se remplace par une patte
d'oie qui fait dormant à l'extrémité et au milieu de la corne, et qui
porte une cosse sur laquelle on épisse un cordage qu'on aiguillette à un
piton sur la face arrière du chouc du mât de misaine.

La ralingue de chute est lacée par une filière au mât de misaine.


_Contre-Voile d'Etai._

La contre-voile d'étai se place au-dessus de la hune de misaine, et
monte le long du mât de hune. La draille doit donc pouvoir monter et
descendre le long de ce mât, pour ne pas gêner le mouvement de la vergue
de hune.

Elle s'aiguillette par ses deux branches au ton du grand mât de hune,
vient passer dans une poulie fixée à un collier mobile qui embrasse le
petit mât de hune, remonte vers les barres du petit perroquet, passe
dans une poulie qui y est aiguilletée, et redescend dans la hune se
crocher à un palan qui fait monter la draille. Lorsqu'on veut établir la
voile pour faire descendre le collier, et par conséquent la draille et
la voile sur le chouc, on frappe sur le collier un cordage qui fait
l'office du hâle-bas.

Cette voile est enverguée comme toutes les voiles d'étai, sur les bagues
de la draille. Le point d'amure supérieure est fixé au collier; le point
d'amure inférieure est mobile et s'amarre sur une cosse au chouc du bas
mât, ou passe dans une cosse frappée sur le premier hauban, et s'amarre
dans la hune.

La drisse est simple; elle se fixe sur le point de drisse, passe dans un
clan de la joue de vache du ton du grand mât de hune, du bord opposé à
celui de la drisse de la grande voile d'étai, et s'amarre au pied du
grand mât.

Le hâle-bas est passé comme celui de la grande voile d'étai.

Les écoutes sont formées par le même cordage, fixé par son milieu au
point d'écoute, en envoyant une des branches de chaque bord s'amarrer à
côté de celle de la grande voile d'étai.

Elle se serre le long du ton du mât de misaine.

Quelques navires portent, au-dessus de la contre-voile d'étai, une voile
appelée fausse voile d'étai, mais absolument inutile, car elle est
masquée par la contre-voile d'étai. On la supprime généralement, et la
voile qui est au-dessus de la contre-voile d'étai est la voile d'étai du
grand perroquet.


_Voile d'Étai du grand Perroquet._

La draille de cette voile est fixée au capelage du grand mât de
perroquet, passe successivement dans la poulie fixée au collier mobile
qui entoure le mât du petit perroquet, dans une poulie frappée au
capelage du même mât, et descend dans la hune où on l'amarre.

Pour ramener sur le chouc du mât de hune ce collier qu'on fait monter en
pesant sur la drisse, on y frappe un hâle-bas qui vient aussi s'amarrer
dans la hune.

L'amure supérieure est fixée au collier de la draille; l'amure
inférieure sur les barres.

La drisse, après avoir fait dormant au point, passe dans une poulie
aiguilletée au capelage du grand mât de perroquet, et descend pour
s'amarrer au pied du grand mât.

Le hâle-bas se passe comme celui de toutes les voiles d'étai dont nous
avons parlé.

Les écoutes sont frappées et amarrées comme celles de la contre-voile
d'étai.

Elle se serre sur l'arrière du ton du petit mât de perroquet, et pour
cela le collier de la drisse doit reposer sur le chouc du petit mât de
hune.

Si on ne porte pas de fausse voile d'étai, ce qui arrive le plus
souvent, on peut alors faire servir l'étai du grand mât de perroquet de
draille à sa voile d'étai. Mais il faut alors que la moque de cet étai
soit aiguilletée sur la face avant du chouc du petit mât de hune, et non
à son capelage. Dans ce cas l'amure inférieure de la voile est amovible
et descend s'amarrer dans la hune du bord du vent.

Mais ces légères voiles d'étai rendent en général si peu de services,
qu'il vaudrait mieux ne pas en charger le gréement et les rendre
volantes.

On aiguilleterait une cosse au capelage du petit mât de perroquet, dans
laquelle passerait l'amure supérieure dont les deux bouts seraient dans
la hune, on la frapperait à son poste ainsi que la drisse, on la
hisserait ainsi au capelage du perroquet; l'amure amarrée, on
étarquerait la drisse qui servirait aussi de draille, et avec l'amure
inférieure amarrée dans la hune on la rentrerait lorsqu'on voudrait s'en
débarrasser.


_Voile d'Etai de grand Catacois._

Si, au-dessus de la voile d'étai du grand perroquet, on établit une
autre voile qui prend alors le nom de voile d'étai de catacois, elle est
volante, comme nous venons de le dire pour celle de perroquet, avec
cette différence que son point d'amure supérieure est au capelage de la
flèche du petit mât de perroquet; son point d'amure inférieure s'amarre
sur les barres, et sa drisse passe dans une poulie ou une cosse
aiguilletée au capelage du grand mât de perroquet.


SECTION III.

VOILES D'ÉTAI DU MAT D'ARTIMON.

_Foc d'Artimon._

La draille du foc d'artimon, qu'on appelle aussi faux étai du mât
d'artimon, s'aiguillette au capelage de ce mât comme son étai; elle
passe dans une moque dont l'estrope embrasse le grand mât sur lequel
elle est aiguilletée à quelques pieds au-dessus de l'étai, et se raidit
et s'amarre à un piton placé sur le pont en arrière du pied du mât.

Son amure supérieure est aiguilletée à l'estrope de la moque de draille,
et son amure inférieure aiguilletée au mât ou amarrée à son pied.

La drisse double ordinairement fait dormant au capelage du mât
d'artimon, passe dans une poulie fixée au point de la voile, dans une
seconde poulie aiguilletée au capelage du même mât, et descend le long
de son premier hauban pour passer dans une poulie de retour, sur la
serre-gouttière, et s'amarrer contre le bord.

Si elle est simple, le dormant se fait sur le point de drisse.

Le hâle-bas frappé sur le point de drisse, passe dans toutes les bagues,
dans une poulie aiguilletée à l'estrope de la moque, et s'amarre au pied
du mât.

L'écoute est formée par un cordage qui porte une cosse à une de ses
extrémités. On le passe dans celle du point, et il forme ainsi deux
branches qu'on réunit par un amarrage, à toucher le point, lorsque la
cosse de l'écoute n'en est plus qu'à quelques pouces de distance.

Pour border, on passe la longue branche de l'écoute dans une poulie du
retour fixée sur la serre-gouttière, on en passe le bout dans la cosse
de la petite branche, et on pèse sur le courant pour tendre la ralingue.

Afin qu'on puisse faire facilement passer cette voile d'un bord à
l'autre, au-dessus de l'étai d'artimon, on frappe à son point d'écoute
deux cargues, une de chaque bord, qui passent dans des poulies
aiguilletées à la moque d'estrope et s'amarrent au pied du mât. On peut
aussi ne placer qu'une cargue, qui passe dans une poulie opposée à celle
du hâle-bas, puis dans la cosse du point d'écoute, et fait dormant sur
la draille au point d'amure.

Cette voile se serre le long du grand mât sur sa ralingue.

Si, au lieu d'être sur draille, le foc d'artimon est envergué sur une
corne, son installation est absolument la même que celle que nous avons
donnée pour la grande voile d'étai.

Comme la toile du foc d'artimon n'est pas de force à résister à un temps
de cape, les navires sont ordinairement pourvus d'un foc d'artimon dit
de cape, fait en forte toile, d'une moins grande surface, ayant peu de
chute au mât, et dont la draille élonge presque l'étai d'artimon.

Cette draille frappée au capelage, passe à peu de distance de l'étai
d'artimon dans une poulie dont l'estrope embrasse le grand mât sur
lequel elle est aiguilletée, et se raidit sur un piton placé à son pied.

Sa drisse passe comme celle du foc d'artimon; mais la poulie du capelage
et celle de retour sur le pont sont du bord opposé.

Le hâle-bas se passe de la même manière. Les écoutes sont simples,
très-fortes, et pour les renforcer encore, on les amarre ordinairement
toutes deux du même bord.


_Diablotin._

La draille du diablotin est le faux étai du mât de perroquet de fougue;
elle est donc enverguée sur les bagues que porte ce faux étai.

Son amure supérieure est fixée au collier de la moque; l'amure
inférieure, amovible, s'amarre au pied du grand mât du bord du vent.

La drisse fait dormant à son point, passe dans une joue de vache fixée à
tribord au ton du même mât de perroquet de fougue, et descend sur le
pont le long des haubans, où on l'amarre.

Le hâle-bas est passé comme pour les autres voiles d'étai.

Les écoutes sont simples, faites avec le même cordage, dont le milieu
est au point, et s'amarrent en avant des haubans du mât d'artimon.

On le serre sur le trelingage du grand mât.

Si le foc d'artimon est à corne, le diablotin devient nul, puisque la
corne monte à peu de distance du trelingage. Dans ce cas on le supprime.

On établit quelquefois au-dessus de la grande hune une voile d'étai
appelée fausse voile d'étai du perroquet de fougue.

Son gréement et son installation sont absolument semblables à ceux de la
contre-voile d'étai; nous n'en parlerons donc pas. Du reste, elle est
jugée si peu utile que peu ou point de navires ne la portent.


_Voile d'étai de Perruche._

La voile d'étai de perruche, si on l'établit, doit être volante comme
celle du grand catacois, et on l'installe de la même manière.


_Brigantine._

La brigantine s'établit sur les vergues de gui et de corne, que nous
avons placées sur l'arrière du mât d'artimon; elle peut donc être
considérée comme faisant partie des voiles auriques de ce mât.

Elle est enverguée sur la corne, où elle se déploie sur une draille
capelée au capelage de la vergue, qui vient ensuite passer dans une
poulie aiguilletée sous la mâchoire, et descend sur le pont s'amarrer et
se raidir à un piton sur l'arrière du mât d'artimon.

Elle se hisse le long de cette draille au moyen d'une drisse frappée sur
son point, qui passe dans une poulie placée au bout de la vergue, dans
une seconde fixée au ton du mât d'artimon, et qui descend s'amarrer au
pied de ce mât.

Elle porte alors un hâle-bas, dont le dormant est au point de drisse,
qui passe dans toutes les bagues, dans une poulie aiguilletée sous la
mâchoire, et s'amarre à côté de la draille.

Elle a deux cargues, une de chaque côté, faisant dormant au point
d'écoute, passant dans des poulies sous la mâchoire et s'amarrant au
pied du mât.

Lorsqu'on veut s'en débarrasser, on la hâle-bas, on met les
cargues-points à joindre, et on la serre sur sa ralingue contre le mât
auquel elle est lacée par une filière, qui, passant dans tous les
oeillets, embrasse le mât dans chacun de ses tours.

L'écoute fait dormant au bout du gui, passe dans une poulie au point de
la voile, dans un clan pratiqué dans le gui en avant du dormant, et
s'amarre à un taquet fixé sur le gui lui-même.

L'amure supérieure est aiguilletée sous la mâchoire; l'amure inférieure
est formée par un palan dont la poulie simple se croche sur le pont au
vent du mât.

Si la brigantine est enverguée, ce qui arrive le plus ordinairement, la
drisse, la draille et le hâle-bas sont supprimés; mais on augmente le
nombre des cargues, afin de pouvoir la serrer sur la corne et sur le
mât.

On place quatre cargues de chaque côté; elles sont formées de deux en
deux par le même cordage qui fait dormant par son milieu sur la ralingue
de chute, et passe ses branches, l'une à tribord et l'autre à bâbord,
dans les deux premières joues de vache placées sur la corne, dans les
clans intérieurs des deux poulies triples aiguilletées sous la mâchoire,
et s'amarrent au pied du mât; les deux secondes cargues passent de la
même manière.

Les deux troisièmes, appelées vulgairement étrangloirs, se manoeuvrent
au pied du grand mât. Le cordage qui les forme passe dans le clan
arrière d'une poulie dont la caisse porte deux rouets bout à bout. Les
deux branches de ce cordage, venant de l'avant, passent, l'une à tribord
l'autre à bâbord, dans les clans extérieurs des poulies triples fixées
sous la mâchoire, et vont faire dormant sur la ralingue de chute un peu
au-dessus des points d'écoute.

Dans le clan de l'avant de la poulie à deux rouets, on passe un cordage
qui fait dormant par un de ses bouts au pied du grand mât, et dont
l'autre bout, passant dans une marionnette de son râtelier de manoeuvre,
sert à carguer les deux fourches de l'étrangloir.

Enfin, les deux quatrièmes font dormant au point d'écoute, et passent,
pour venir s'amarrer au pied du mât d'artimon, dans des poulies
aiguilletées sur la ralingue de chute à mi-distance des points d'amure.

Les bâtimens qui portent leur brigantine enverguée, y prennent
quelquefois des ris. Pour faciliter le mouvement de la corne, qu'on est
obligé d'amener, on place un mât de seneau de l'arrière du mât
d'artimon, ou plus généralement une jumelle sur laquelle la mâchoire
monte et descend avec facilité.

Les bricks portant toujours leur brigantine enverguée, on a souvent
besoin de l'amener, soit pour prendre des ris, soit pour s'en
débarrasser. S'ils ne portent pas un mât de seneau, leur grand mât doit
être suivé afin que les cercles qui remplacent la filière pour lacer la
brigantine au mât, puissent courir avec facilité.

Les ris se prennent sur le gui, c'est-à-dire qu'après avoir amené la
corne, on roule la toile dans la partie inférieure, et qu'on la retient
ainsi roulée en amarrant les garcettes ou _hanets_ qui traversent les
oeillets de ris. L'empointure se bride sur son taquet correspondant, par
un raban qui passe dans la cosse de la ralingue et embrasse à la fois la
voile et la vergue.

La brigantine ne peut plus alors se carguer, et on l'amène pour s'en
débarrasser. Pour le faire avec plus de facilité, on a soin de frapper
sous la mâchoire de la corne une poulie dans laquelle passe un cordage
qui fait dormant sur le gui, ou le pont, et qui fait l'office du
hâle-bas.

L'amure inférieure a aussi une cargue qui passe dans une poulie sous la
mâchoire et s'amarre au pied du mât.


_Artimon._

L'artimon est une brigantine de moindre dimension, confectionnée avec
une toile plus forte.

Les navires qui ont leur brigantine sur draille, enverguent l'artimon,
qui est alors gréé comme la brigantine enverguée; avec cette seule
différence, qu'ayant moins de surface, son écoute, au lieu d'être sur le
bout du gui, est un palan qu'on croche sur le couronnement.

Si la brigantine est enverguée, l'artimon est sur draille, et son
gréement est semblablement placé et semblable à celui de la brigantine
sur draille; mais on ne le met en place que lorsque dans un mauvais
temps on croit avoir besoin de remplacer la brigantine.

Dans les temps forcés, l'artimon lui-même est quelquefois remplacé par
un artimon de moindre surface, confectionné avec de la toile plus forte.
Cet artimon, qu'on appelle artimon de cape, est envergué sur une corne
de trois à quatre pieds de long, qui se hisse sur le mât d'artimon par
une drisse volante. L'amure et l'écoute sont fermées par des palans. On
lui donne aussi la forme d'un foc pour supprimer la corne.

Lorsqu'on établit cette voile de cape, la corne de la brigantine est
ordinairement amarrée et saisie.


_Flèche-en-cul._

La flèche-en-cul est une voile triangulaire qui s'établit sur la corne,
à l'extrémité de laquelle elle se borde, et dont la ralingue de chute se
hisse le long du mât de perroquet de fougue, soit sur une draille, soit
plus généralement par une simple drisse qui passe dans une poulie
aiguilletée au capelage du mât de perroquet de fougue, et vient
s'amarrer au pied du mât d'artimon.

Si on l'envergue sur une draille, cette draille fait dormant au capelage
du mât d'artimon, passe dans une poulie sous les barres de perruche, et
vient se raidir dans la hune par un petit palan.

On frappe au point de drisse un hâle-bas qui s'amarre dans la hune.

L'écoute fait dormant au point d'écoute, passe dans une poulie
aiguilletée au bout de la corne et s'amarre dans la hune.

L'amure est formée par un cordage qu'on place du côté du vent, au pied
du mât d'artimon.

On le serre sur l'arrière du ton de ce mât, ou bien il est volant, et se
met en soute lorsqu'on s'en est servi.

Cette voile, d'une bien faible utilité pour les trois mâts, est d'un
usage journalier pour les bricks, et surtout pour les goëlettes où
souvent elle remplace le grand hunier.

Ces navires, pour lui donner plus de surface, font passer la drisse non
pas dans une poulie, ou à un clan au capelage du grand mât de hune, mais
dans un clan pratiqué au capelage de la flèche; ou encore la
flèche-en-cul est quadrangulaire, et sa ralingue de têtière est
enverguée sur une petite corne qu'une drisse à patte d'oie, passée dans
le clan du mât de hune, tient dans une position parallèle à celle de la
grande voile[4]. Au-dessus de la corne du flèche-en-cul, ils placent une
voile triangulaire qui y est fixée par ses deux amures, et dont la
drisse passe dans le clan de l'extrémité de la flèche du mât.

  [4] A bord des goëlettes, la brigantine prend le nom de grande voile,
  ces bâtimens n'en ayant pas de carrées.


_Bonnette de la Brigantine, Bonnette de Sous-Gui._

Lorsque courant largue, on porte la brigantine, dont le gui est alors
poussé sous le vent, on établit quelquefois à cette voile une bonnette,
dont la vergue se hisse au bout du pic par une drisse qui passe dans une
poulie aiguilletée au même piton que celle des drisses du pavillon.

L'amure passe dans le clan du bout-dehors adapté sur le gui, et s'amarre
sur le couronnement; l'écoute s'y amarre aussi.

En dessous de la partie extérieure du gui, on suspend une voile appelée
bonnette de sous-gui, par une drisse qui passe dans une cosse frappée à
l'extrémité du gui ou de son bout-dehors, et une seconde drisse passe
dans une cosse fixée sur le gui, près du couronnement où elle s'amarre.

La partie inférieure de la voile est sur une vergue retenue par une
patte d'oie amarrée sur le bossoir du vent.

Il est inutile de faire remarquer le peu d'utilité de ces deux voiles.



CHAPITRE V (_bis_).


SECTION PREMIÈRE.

DES MANOEUVRES QUI N'APPARTIENNENT PAS AU GRÉEMENT.

MANOEUVRES DU GOUVERNAIL.

_Drosse._

On appelle drosse le cordage qui sert à manoeuvrer la barre du
gouvernail.

A bord des petits bâtimens qui manoeuvrent la barre à la main, ce qu'on
appelle gouverner à barre franche, la drosse n'est qu'un garant passant
dans deux poulies simples aiguilletées en à bord, et dans deux clans
pratiqués à l'extrémité de la barre.

Mais dans les navires d'une plus grande dimension, la barre est mise en
mouvement par le moyen d'un cylindre placé horizontalement sur deux
montans en avant du mât d'artimon. Aux extrémités du cylindre, mais en
dedans des montans, on adapte deux roues dont les rayons dépassent
d'une quantité nécessaire pour être saisis à la main lorsqu'on veut
faire tourner le cylindre.

La drosse se cloue sur son milieu, l'enveloppe par trois ou quatre
tours. Si la barre est sous le pont supérieur, les deux branches de la
drosse le traversent perpendiculairement, passent l'une à tribord,
l'autre à bâbord, dans des galoches fixées aux murailles, de là dans des
mortaises pratiquées aux deux côtés de la barre, près de son extrémité,
et sont raidies par des palans dont les poulies simples sont crochées à
des pitons sur les barres, et qui leur servent ainsi de dormant, lorsque
leurs garans sont amarrés et genopés.

L'extrémité de la barre se repose et court sur une pièce de bois
circulaire garnie de rouleaux, appelée tamisaille, et clouée aux baux
supérieurs.

Si la barre est sur le pont supérieur, les deux branches de la drosse
passent dans des poulies de retour fixées sur le pont à leur aplomb,
passent dans des galoches contre le bord, pour de là venir s'amarrer sur
les pitons de l'extrémité de la barre, ou passer dans des poulies
aiguilletées sur ces pitons, et venir faire dormant contre le bord à
côté des galoches.

Les drosses sont en filin de premier brin non goudronné, ou plus
généralement en cuir.


_Sauve-Gardes._

Les sauve-gardes du gouvernail font dormant, l'une à tribord, la seconde
à bâbord, sur de forts pitons chevillés sur membre, de l'avant des
bouteilles; elles descendent ensuite le long de la voûte où on les
assujettit par des crampes, et se marient ensuite à deux bouts de chaîne
en cuivre, fixés de chaque côté de la face du gouvernail, au-dessus de
la partie submergée.

Elles servent à tenir le gouvernail le long du bord, lorsqu'il est
enlevé de ses ferrures par un échouage ou tout autre accident.


_Bragues._

La brague n'est qu'un bout de cordage qu'on passe successivement dans
deux boucles, l'une chevillée à l'étambord, et l'autre du même côté sur
la mèche du gouvernail; on ne laisse que le mou nécessaire à son jeu et
on épisse les bouts.

On en place une de chaque côté. Leur but est d'empêcher le gouvernail de
s'élever au-dessus de ses ferrures, et par conséquent de se démonter par
le choc qu'il éprouve dans un échouage, lorsque le navire talonne; mais
comme elles sont rompues dans ce cas, et que, si elles résistent trop,
elles peuvent concourir à faire casser les aiguillettes dans leur
femelots, on les supprime souvent.


SECTION II.

_Gréement des Bossoirs des Canots._

Les petites embarcations sont hissées extérieurement sur des bossoirs
placés à l'arrière du bâtiment, et sur les côtés, par le travers du mât
d'artimon.

Ceux de l'arrière, n'étant que de fortes pièces de bois en saillie,
chevillées sur le plat bord, n'ont besoin d'aucun secours pour porter le
canot. On les hisse au moyen de garans appelés garans de
porte-manteaux, qui, par un cul-de-porc ou un amarrage, font dormant
sur le bossoir, et passent successivement dans des poulies doubles à
émérillon, et dans les clans pratiqués à la tête de chaque bossoir[5].

  [5] Les poulies à émérillon se crochent à la cosse des pattes du
  canot.

Ces pattes se forment en fixant par un amarrage une cosse dans le pli
d'un cordage. Les deux branches portent chacune un croc qui se fixe,
pour la patte de l'avant, sur un piton à l'étrave, et un second sur la
carlingue; pour la patte arrière, à un piton sur l'étambot, et un second
sur la carlingue.

Ceux placés par le travers du mât d'artimon, sont formés avec des pièces
de bois courbes, ou des montans en fer coudé. La partie supérieure est
garnie de deux rouets; la partie inférieure est fixée au bord par des
pitons chevillés.

Ils sont tenus dans une position convenable par une balancine qui
embrasse par son milieu le mât d'artimon, dont les deux branches, après
avoir fait un demi-tour sur le mât, sont bridées par un amarrage, et
vont faire dormant sur la tête des bossoirs.

Mais comme cette installation oblige, à la mer, lorsque dans le mauvais
temps on veut soulager les canots, de frapper des palans sur les deux
branches de la balancine, et de les y laisser, puisqu'alors le point
d'appui de la balancine au mât devrait être refait, on préfère en
général établir la balancine à patte d'oie.

Pour cela on réunit les deux bossoirs par un cordage plus long que leur
distance respective, et qui porte à son milieu une cosse qu'on empêche
de courir par deux pommes qu'on fait l'une de l'avant, l'autre de
l'arrière. Sur la cosse on épisse la balancine qui passe dans une poulie
aiguilletée au capelage du mât d'artimon. On la genope dans la hune
lorsque les bossoirs sont à hauteur convenable; mais lorsqu'à la mer on
veut les soulager, on l'envoie sur le pont, où on la pèse de manière à
placer les canots dans les haubans pour les soustraire, autant que
possible, à la violence des coups de mer.

Un cordage appelé hauban, aiguilleté sur des pitons placés sur la face
intérieure de chaque bossoir, à leur extrémité, les réunit, et se raidit
au moyen d'un bras capelé et amarré, pour le bossoir de l'arrière, à un
piton placé sur le jardin de la bouteille, et pour celui de l'avant, à
un piton placé contre le bord en arrière des grands haubans.

Les garans se passent comme aux bossoirs de l'arrière.

Les canots devant toujours être disposés pour être mis à l'eau le plus
promptement possible, et cette opération offrant de grandes difficultés
pour peu que la mer soit grosse, car alors il est presque impossible que
le canot ne remplisse pas, lorsqu'on décroche ses palans, on les établit
sur des bosses aussitôt qu'on prend la mer.

On confectionne des pattes où la cosse est remplacée par une moque, et
on les met en place. A l'extrémité de chaque bossoir, on capelle un fort
cordage dont la longueur doit être plus de deux fois la distance du
bossoir à la mer. On les passe chacun d'eux dans la moque de la patte
qui correspond à son bossoir, on les fait passer ensuite dans un rouet à
gueule, cloué sur la face intérieure du bossoir, et de là ils entrent à
bord en passant dans des trous pratiqués à la muraille où on les amarre
sur des taquets. Lorsqu'ils sont bien raidis, on décroche les palans, et
le canot est suspendu sur ces deux cordages ou bosses.

Si on veut le mettre à la mer, on fait embarquer les hommes qui en
forment l'équipage, et on file à retour les bosses sur les taquets;
lorsque le canot est sur le point de toucher à l'eau, on largue les
bosses en bande qui se dépassent aussitôt sans arrêter le canot.


SECTION III.

_Gréement des Tangons._

En rade, les canots s'amarrent sur des tangons placés dans les
porte-haubans de misaine sur l'avant; on les fixe par un croc à
goupille, ou une double charnière.

Une balancine, capelée au quart de sa longueur, passée dans une poulie
aiguilletée au capelage du mât de misaine, et qui vient s'amarrer à son
pied, sert à les tenir horizontalement, et à les apiquer si c'est
nécessaire.

Ils ont deux bras capelés, et passant, celui sur l'avant dans une poulie
sur le mât de beaupré; celui de l'arrière dans un piton sous les
passe-avans, on l'amarre ensuite dans les grands porte-haubans.

On aiguillette, sur chacun d'eux, un ou deux pendeurs à cosses, selon la
force du navire. C'est sur ces pendeurs que s'amarrent les canots, en
passant leur bosse ou amarre dans la cosse et l'amarrant sur la boucle
du canot. A côté de chaque pendeur est fixée une échelle pour faciliter
aux matelots de descendre dans les canots; et sur la balancine on
frappe, à hauteur d'appui, un garde-corps qui s'amarre contre le bord.

Lorsqu'on doit prendre la mer, on les dégrée et on les rentre; mais à
bord des grands navires, on se contente de les élonger le long du bord.

Quelques navires les emploient pour établir leurs bonnettes basses, ils
leur servent ainsi d'arcs-boutans. Nous en avons parlé en traitant de
ces voiles.



CHAPITRE VI.

AMARRES, CORDAGES DES ANCRES.


_Amarres._

On désigne sous le nom général d'amarres, ce qui sert à amarrer un
navire dans toutes les circonstances, soit par le moyen des ancres, soit
sur les boucles des quais.

Ce sont les câbles, grelins et aussières.

Les câbles ont cent vingt brasses de long, leur circonférence six lignes
par pied de bau; l'ancre à laquelle ils sont étalingués a pour poids la
moitié du leur; mais on augmente quelquefois cette proportion à bord des
grands navires, et on la porte aux deux tiers.

L'étalingure se fait en passant le câble dans l'arganeau de l'ancre, et
le tournant deux fois sur lui-même, où on le retient par trois amarrages
plats.

Deux câbles épissés bout à bout portent le nom de grande touée. Chaque
navire a au moins une grande touée étalinguée à la plus forte ancre du
bossoir; la moins forte, appelée ancre d'affourche, ne porte qu'un
câble, afin que lorsqu'on est affourché on puisse dépasser les tours des
câbles plus facilement.

La seconde grande touée, si le navire en a une, est étalinguée à une des
ancres de veille des porte-haubans de misaine. La seconde n'est
étalinguée que dans les circonstances extraordinaires.

Le nombre des câbles est supérieur d'un à celui des ancres; mais
l'adoption des chaînes a totalement changé les anciennes dispositions,
sans cependant en établir encore de bien fixes.

Les bâtimens de guerre, tels que vaisseaux et frégates, avaient cinq
ancres et six câbles. Deux ancres aux bossoirs, deux ancres de veille
dans les porte-haubans de misaine, et une cinquième le long de la grande
épontille de la cale; deux grandes touées et deux câbles d'affourche.

Ces quantités se réduisaient, pour les plus faibles navires, à trois
ancres et quatre câbles.

Les bâtimens du commerce dépassaient rarement ce nombre, et ce n'était
que dans des campagnes qui pouvaient être d'une longue durée.

Maintenant tous les bâtimens de guerre, sans exception, ont deux chaînes
de cent quatre-vingts brasses, formées de dix bouts de dix-huit brasses,
réunis par des manilles à boulons.

Pour les vaisseaux et frégates, on donne deux câbles pour les ancres de
veille, et on leur étalingue trente-six brasses de chaîne qui s'épissent
avec le câble.

Les bâtimens d'un rang inférieur n'ont qu'un câble.

Ceux du commerce ont ordinairement une chaîne de cent quatre-vingts
brasses, une seconde de quatre-vingt-dix brasses.

Quel que soit le nombre de chaînes qu'on ait à bord, il faut toujours
être muni d'un câble pour les élonger en cas d'échouage; car les chaînes
sont bien difficiles, pour ne pas dire impossibles, à élonger.

Ces chaînes prennent le nom de câbles-chaînes.

On leur donne pour grosseur une demi-ligne de diamètre par pied de bau,
ou une ligne par pouce de la circonférence du câble.

Les câbles, en rentrant par les écubiers, se tournent sur des montans
en bois[6] appuyés sur la carlingue, élongent le pont, passent sur des
rouleaux placés aux angles avant du grand panneau, et descendent dans la
cale où ils sont lovés à grands plis, tribord et bâbord de l'archipompe.
Leur extrémité inférieure est étalinguée au grand mât.

  [6] On les appelle bittes.

Les bittes et leurs coussins sont garnis de manchons en fer pour y
tourner les câbles-chaînes qui se rendent dans leurs puits au pied du
grand mât, et passent dans des écoutillons garnis en fer, pratiqués
au-dessus. Leur extrémité inférieure est boulonnée sur une boucle
chevillée sur la carlingue, ou embrassant la grande épontille.

Les écubiers sont garnis d'un manchon en fer, et portent extérieurement
un rouleau du même métal.

On les arrête en les bridant en dessous de leurs écoutillons par un croc
en fer, appelé cou de cigogne, chevillé sous le pont supérieur, et mis
en mouvement par un petit palan dont la poulie double se croche à
l'oeillet du croc, et la poulie simple à un piton placé sous un bau en
avant. On place aussi, soit à l'écubier, soit en arrière des bittes, une
espèce d'étau appelé slopper, dans lequel le câble-chaîne est passé et
bridé.

Les câbles sont garnis à l'écubier de paillets, pour les préserver du
frottement; on les garnit aussi au portage des sous-barbes. Ils sont
arrêtés en arrière des bittes par de fortes bosses épissées ou crochées
à des boucles sur le pont.

Lorsqu'on prend la mer pour de longues traversées, les câbles et les
câbles-chaînes sont détalingués et mis dans la cale. Mais les câbles ne
doivent y être mis que bien secs. Il faut même avoir le soin, pendant la
traversée, de les monter sur le pont pour les faire aérer.

Les grelins ne sont que des câbles d'une moindre dimension, puisqu'ils
sont commis de la même manière. Le plus fort grelin a pour circonférence
la moitié de celle du câble. Les autres ont un pouce ou deux de moins.
Cependant les navires ont souvent deux grelins de la même force.

Leur nombre est de quatre pour les grands navires, de trois pour ceux du
rang inférieur, et enfin de deux.

Les grelins s'étalinguent sur des ancres à jet, soit pour affourcher les
navires sur des rades où le vent régnant est toujours de la même partie,
et où on n'a besoin que d'empêcher le bâtiment de courir sur son ancre
dans les calmes ou les folles brises; soit pour le touer, c'est-à-dire
le faire changer de position pour une cause quelconque.

Le plus fort grelin est maintenant remplacé, sur beaucoup de navires,
par un grelin-chaîne de quatre-vingt-dix brasses.

Les aussières sont commises en franc filin, c'est-à-dire à trois ou
quatre torons: leur grosseur est ordinairement celle des grands haubans.
Chaque navire en a trois; ceux d'un rang inférieur deux.

Elles servent à touer par des calmes ou des faibles brises.

Les grelins et aussières se lovent dans la cale, entre le grand panneau
et celui de l'avant. Ils doivent toujours être dégagés et disposés de
manière à pouvoir être envoyés en même temps, un par chaque panneau.

Les bâtimens ont trois ou deux ancres à jet, suivant leur rang. Elles se
placent ordinairement dans les grands porte-haubans.


CORDAGE DES ANCRES.

_Capon._

Pour saisir l'ancre rendue près de l'écubier par son câble ou sa chaîne,
on se sert d'un appareil composé d'une poulie double ou triple, estropée
en fer, et portant un croc qui doit embrasser l'arganeau de l'ancre
réunie aux clans pratiqués dans le bossoir par un garant appelé garant
de capon. Ce garant fait dormant sur le bossoir, et après avoir passé
successivement dans les rouets de la poulie et ceux du bossoir, vient
passer dans une poulie de retour qui permet de l'élonger de l'avant à
l'arrière.

Sur le haut du croc de la poulie du capon, est frappé un filin appelé
aiguillette du capon, et qui sert au matelot qui doit la crocher pour la
manier.

Lorsque l'ancre est à poste, le garant est dépassé.


_Bosse-Debout._

Lorsque l'ancre est suspendue au bossoir par le capon, on se sert pour
l'y maintenir d'une bosse-debout, cordage de la grosseur des bas
haubans, qui traverse un trou pratiqué dans le bossoir, où il est arrêté
par son extrémité terminée en cul-de-porc.

On passe la bosse-debout dans l'arganeau de l'ancre de dedans ou dehors,
on la fait ensuite reposer sur la mortaise pratiquée à l'extrémité du
bossoir, et après l'avoir fortement raidie, on l'amarre sur un patin, un
taquet, ou une main de fer, placé dans la direction du bossoir.


_Traversières._

L'ancre suspendue au bossoir par sa bosse-debout, il faut la ramener le
long du bord, en sorte que ses pattes y soient appliquées verticalement.
Cette opération, qu'on appelle traverser l'ancre, se fait au moyen de
traversières frappées sur l'ancre et de la caliorne de misaine, ou de
cette caliorne portant un pendeur à croc, ou enfin d'un arc-boutant.

Les traversières sont formées par un cordage plié en double, dont les
bouts sont réunis par une épissure et dans les plis duquel est fixée une
cosse destinée à recevoir le croc de la caliorne.

Chaque traversière est passée sur un des bras de l'ancre, y est retenue
par un amarrage; un second amarrage, fait au milieu, empêche les
branches de s'écarter. Elles sont élongées contre la verge, et
aiguilletées sur des cosses placées sur le milieu du jas.

C'est en crochant la caliorne de misaine à la cosse de la traversière,
qu'on rapproche du bord et qu'on y applique les pattes de l'ancre.

On remplace les traversières par un long pendeur à large croc, avec
lequel on saisit la patte. Ce pendeur est manoeuvré, comme la
traversière, par la caliorne de misaine qui se croche à la cosse de la
partie supérieure.

On se sert aussi d'un arc-boutant, ou bossoir mobile, qu'on ne met en
place qu'au moment de s'en servir. Une caliorne de misaine lui sert de
balancine, et deux palans, l'un sur l'avant, l'autre sur l'arrière, lui
servent de bras. On aiguillette à la tête une caliorne dont le croc se
fixe sur l'oreille de l'ancre. La caliorne, ainsi détachée du bord, pare
le bossoir qui la supporte, élève avec facilité l'ancre le long du bord,
et rend beaucoup plus prompte cette opération qui est longue et
difficile pour les grands navires, surtout lorsque l'ancre qu'on
traverse est celle du vent, et que la position du bâtiment exige qu'on
fasse de la voile.


_Serre-Bosse._

Les pattes de l'ancre étant ramenées contre le bord par la traversière,
ou la caliorne, on les maintient dans cette position en capelant à une
tête d'allonge du gaillard, en dessus des pattes de l'ancre, un cordage
appelé serre-bosse, de la grosseur de la bosse-debout, qu'on passe sous
les bras et la verge et qu'on amarre sur la tête d'allonge.

On décroche la caliorne, et l'ancre se trouve suspendue sur la
bosse-debout, puisque le capon a été décroché et par la serre-bosse.
Pour la mouiller on file en douceur la serre-bosse, et on la dépasse;
l'ancre vient alors prendre une position verticale sur son bossoir;
c'est ce qu'on appelle faire peneau. Il ne reste plus pour la mouiller
que de larguer la bosse-debout.


_Mouilleur._

Lorsque la bosse-debout et la serre-bosse sont en chaînes, on se sert,
pour mouiller l'ancre, d'un mécanisme en fer appelé mouilleur, qui évite
l'opération du peneau, et donne, par conséquent, les moyens de mouiller
avec plus de célérité.

Le mouilleur est une barre de fer rond fixée sur le bord, ou contre le
bord, entre le bossoir et le point où reposent les pattes de l'ancre par
deux pitons où tournent ses extrémités. Il porte à son milieu un petit
levier, dont le bout est à oeillet et un peu en dedans des pitons sur
lesquels il tourne, deux montans en fer de quelques pouces, mais placés
à angle droit avec le levier.

Si ce dernier est placé horizontalement et aiguilleté pour être retenu
dans cette position, les montans seront verticalement placés. Si la
bosse-debout en chaîne est passée dans l'arganeau de l'ancre raidie, et
qu'un de ses chaînons se fixe sur le montant de l'avant du mouilleur;
que la serre-bosse passée sur la vergue fixe aussi un de ses chaînons
sur le montant arrière, l'ancre se trouvera ainsi suspendue. Mais si on
coupe l'aiguillette du levier, le poids de l'ancre le fera cabaner; les
montans alors devenant horizontaux, les chaînons se décapelleront et
l'ancre tombera.

Cette installation est généralement adoptée; quelques navires l'ont même
appliquée aux ancres de veille.


_Tournevire._

Les câbles ne pouvant, à cause de leur grosseur, être garnis au cabestan
lorsqu'il faut lever l'ancre, on se sert pour cela d'un cordage appelé
tournevire, dont la grosseur est moitié de celle du câble.

Avant de se servir de la tournevire, on pratique dans toute sa longueur,
à cinq ou six pieds l'un de l'autre, des bourrelets ou pommes qui se
font avec deux bouts de menus cordages à demi-usés, que l'on passe à
travers, perpendiculairement l'un à l'autre, dans la tournevire, et que
l'on entrelace plusieurs fois autour du cordage, en faisant un
cul-de-porc double.

On fait un oeillet à chaque extrémité, et on épisse sur l'un d'eux une
bonne aiguillette.

On garnit la tournevire au cabestan, ses deux branches se dirigent de
l'avant en embrassant les bittes, et se réunissent au moyen d'un
aiguilletage qui rapproche les deux oeillets, et qu'on appelle mariage
de la tournevire.

Pour faire rentrer le câble en virant sur la tournevire ainsi garnie au
cabestan, on frappe par son milieu sur la tournevire, de l'avant de
chaque pomme, et dans la longueur de l'écubier au grand panneau, une
longue garcette, dont les branches entourent le câble, passent par
dessous, embrassent le câble et la tournevire, et sont tordues ensemble
au-dessus pour les brider fortement.

Les branches des garcettes ainsi tordues, sont tenues à la main par des
matelots qui suivent leur mouvement vers le cabestan, et les larguent au
fur et à mesure qu'ils s'en approchent.

La tournevire se frappe de la même manière sur les câbles-chaînes.

On se sert, depuis peu de temps, de cabestans dont la cloche porte un
cercle en fer dans lequel on peut engrener les maillons du câble-chaîne.
Alors on vire sur le câble-chaîne lui-même, et la tournevire est
supprimée.

Pour ne pas être obligé de garnir la chaîne au cabestan, on a imaginé
une tournevire en chaîne qui y est constamment engrenée, et qu'on marie
ensuite avec le câble-chaîne au moyen des garcettes.


_Orins et Bouées._

Pour marquer la position des ancres, quand elles sont mouillées, on
frappe au diamant un cordage appelé orin, commis en grelin, d'une
grosseur égale à la moitié de celle du câble, et qui porte à son
extrémité un corps flottant appelé bouée.

Les bouées ont la forme de deux cônes réunis par leur base. On les fait
en liége, en douvelle, ou en tôle. Elles doivent avoir non-seulement la
force de soutenir le poids de l'orin, mais encore de résister au courant
qui tend à le faire plonger.

Elles sont garnies de deux estropes à deux branches, dont les plis
supérieurs contiennent une cosse arrêtée par un amarrage, et dont les
branches, espacées également, sont, à leur extrémité, terminées en
oeillets traversés par un cordage qui embrasse le grand cercle de la
bouée et s'épisse sur lui-même.

C'est à la cosse de la partie inférieure qu'est aiguilleté l'orin. Mais
comme le mouvement que le courant communique à la bouée peut facilement
rompre un des tours de l'aiguilletage, et par conséquent détacher la
bouée, il vaut mieux amarrer l'orin lui-même sur la cosse.

Les bouées des ancres de bossoirs sont, dans les porte-haubans de
misaine, suspendues par une petite aiguillette de la cosse supérieure,
au bas hauban de l'avant. Quand on mouille, on ne largue la bouée que
lorsqu'on s'aperçoit que l'orin commence à raidir; autrement il pourrait
s'engager sous les pattes de l'ancre et la faire couler.

Lorsque l'orin est beaucoup plus long que le fond pas lequel on va
mouiller, on le glène, non au-dessus de la bouée comme on le fait
quelquefois, ce qui peut le faire couler, mais sur le diamant de
l'ancre.

L'orin servant à lever l'ancre, lorsqu'on fait cette opération avec la
chaloupe, doit être visité avec soin et toujours en état de la
supporter; malgré cela, il n'est pas prudent de lever une ancre par son
orin, sans avoir préalablement coulé un maillon.

Cette précaution est inutile pour les ancres à jet dont les orins sont
proportionnellement plus forts et en meilleur état, n'étant le plus
souvent mouillés qu'accidentellement.



CHAPITRE VII.

_Des diverses sortes de Gréemens._


Nous avons parlé de tout ce qui entre dans le gréement d'un bâtiment à
trois mâts de la plus grande dimension, et nous croyons inutile de
passer en revue les divers gréemens que les localités ou les besoins ont
fait adopter.

Quelque différence qu'il y ait entre leurs formes et leurs dispositions,
il faut toujours empêcher les mâts de rompre et manoeuvrer les vergues
et les voiles. Lorsqu'on connaîtra le gréement d'un trois mâts, on sera
très-capable de gréer tout autre navire, les différentes installations
qui seront nécessaires se présenteront bien vite à l'imagination par la
simple analogie.

Nous nous contenterons donc de donner un léger aperçu du gréement des
navires les plus généralement employés.

On peut, sans grande erreur, classer les navires en

  Trois mâts;
  Deux mâts (bricks et goëlettes);
  Un mât (sloop).

Le gréement des deux mâts, bricks, ne diffère en rien de celui des trois
mâts. Seulement les bras des vergues du grand mât sont passées sur
l'avant; la brigantine devient une voile plus importante.

Les deux mâts, goëlettes, offrent de grands changemens en mâture,
voilure et gréement. Le grand mât qui n'est ordinairement que les cinq
huitièmes de la longueur du navire, est pour les goëlettes de la même
longueur et quelquefois plus considérable. Le mât de misaine participe à
la même augmentation, mais le mât de beaupré augmenté en diamètre ne
l'est pas en longueur. Les mâts de hune sont dans les proportions des
trois mâts.

La goëlette n'a pas de hune, mais de simples barres. Les mâts de hune
sont à flèches. Les seules vergues pour voiles carrées sont: une vergue
de misaine, une vergue de petit hunier, une vergue de petit perroquet.

Le grand mât ne porte donc pas de voiles carrées; sa voilure se compose
d'une voile établie, à peu de chose près, comme la brigantine des
bricks, et qui prend le nom de grande voile, et d'une flèche-en-cul.

Le mât de misaine n'a pas de misaine carrée, c'est une voile établie sur
corne comme la grande voile d'étai des trois mâts qui le remplace et
prend le nom de misaine. Le petit mât de hune et sa flèche portent une
voile de petit hunier et une de petit perroquet.

Les focs, au nombre de trois, sont: le petit foc, amuré sur l'étrave, le
grand foc, amuré sur l'extrémité du mât de beaupré, et le clinfoc sur le
bout-dehors.

Cette voilure n'offrant pas une assez grande surface sur le grand
largue, et surtout sur le vent arrière, puisque dans cette dernière
allure les basses voiles ne peuvent s'établir, on y supplée par une
voile appelée fortune, qu'on hisse sur cartahus à la vergue de misaine.
Elle n'a pour gréement que ses cartahus et des écoutes qui sont doubles
et servent d'amures. Lorsque, pour la porter sur le petit largue, on
l'établit sur des tangons crochés aux pitons d'un cercle en fer, adapté
au mât de misaine, au-dessus du plat-bord, elle a un ris pour en
diminuer la surface dans le gros temps.

La grande longueur des bas mâts, par rapport au bau, est cause que les
haubans, appelant sous un angle très-aigu, les soutiennent mal; aussi
ces mâts doivent-ils être faits d'une seule pièce et d'un bois
très-liant et flexible.

Si les étais du grand mât étaient fixes, ils gêneraient la manoeuvre de
la misaine, qu'on serait obligé de dépasser à chaque changement
d'amures. Pour obvier à cet inconvénient, ils sont à palans, et on
largue celui sous le vent pour faciliter les mouvemens de la misaine.
Mais dans les viremens de bord, il faut le raidir promptement, puisque
après l'évolution il va se trouver au vent; on largue celui qui était au
vent et qui se trouvera sous le vent.

Pendant cette opération, qui ne se fait pas toujours à propos, soit par
manque de soins, soit par des circonstances quelquefois indépendantes
de la volonté de celui qui manoeuvre, le grand mât fatigué par le
tangage se trouve peu ou point étayé, et il peut en résulter sa chute.

C'est pourquoi quelques goëlettes, pour ne pas toucher aux étais pendant
la manoeuvre, et avoir toujours leur grand mât tenu uniformément, avant
de prendre la mer, crochent et raidissent les étais à des pitons fixés
sur la serre-gouttière, tribord et bâbord, par le travers du mât de
misaine.

Quelquefois on réunit les bas mâts par un cordage appelé étai de tête,
qui, aiguilleté au chouc du grand mât, se raidit au capelage du mât de
misaine. Mais cet étai les rendant trop dépendant l'un de l'autre, est
supprimé généralement.

Les grandes goëlettes portent des bonnettes basses à la fortune, et
alors elles en ont aussi au petit hunier. Elles s'établissent comme nous
l'avons dit pour les trois mâts.

La grande voile et la misaine ont quatre ris et un ris diagonal,
c'est-à-dire dont la bande est dirigée du point d'amure supérieure à la
ralingue de chute, au-dessus du quatrième ris.

Les ris se prennent en amenant la corne comme pour les brigantines; mais
comme les basses voiles des goëlettes sont leurs voiles principales, il
s'ensuit qu'on est souvent obligé de les porter avec des ris, et qu'on a
par conséquent une grande quantité de toile roulée, dont le poids
fatigue inutilement. Pour y remédier, on coupe les basses voiles en
deux, à la bande du deuxième ris, et on réunit les deux parties par un
transfilage, de manière que, lorsqu'on veut prendre le deuxième ris, on
amène les cornes de la quantité suffisante, et on largue le transfilage.
La surface de la voile se trouve réduite, et est soulagée du poids des
deux ris. Il est bien entendu qu'on est obligé de refrapper les écoutes.

La grande voile n'a d'autres cargues que celles du point d'amure; la
misaine a une cargue-point.

La plupart des gréemens des bâtimens à deux mâts, autres que les bricks
et les goëlettes, participent de ceux-ci et n'en sont que des
modifications. Ainsi le brick-goëlette a le mât de misaine d'un brick et
le grand mât d'une goëlette. La goëlette elle-même porte quelquefois un
grand hunier et un grand perroquet.

Les bâtimens à un mât sont: les sloops et leurs modifications. Le mât
est à barres et porte un mâtereau; celui de beaupré est à clef,
c'est-à-dire qu'il se rentre dans le navire, et qu'on le fixe dans cette
nouvelle position par une clef. Leur voilure consiste en une grande
voile sur corne et gui comme celle des goëlettes; une flèche-en-cul et
deux focs, quelquefois trois.

Les sloops de grande dimension portent un mât de hune à flèche, sur
lequel ils établissent un hunier et un perroquet. On leur donne assez
ordinairement alors le nom de cutter. Pour le vent arrière et le grand
largue, ils hissent sur le grand mât une vergue sur laquelle est fixée
une voile de fortune.

Le gréement des canots n'étant le plus souvent qu'une modification du
gréement du lougre, nous parlerons de ce dernier.

Le mât de beaupré, placé horizontalement, est retenu par deux haubans à
palans, capelés à son extrémité et crochés aux pitons placés en avant
des porte-haubans de misaine. Une sous-barbe, également capelée, revient
sur l'avant en passant dans une galoche fixée à bâbord de l'étrave; dans
les petits lougres, l'amure du foc sert de sous-barbe.

Le mât de misaine a deux haubans de chaque bord; ils sont à palans. Ce
mât a de plus deux candelettes, toujours en place, crochées et raidies;
l'étai se ride sur l'étrave. En dessous du capelage et à la tête du mât,
sont deux liens en fer destinés au passage du petit mât de hune. Le lien
supérieur est rond, et l'inférieur est carré. Le petit mât de hune est
volant, et ne se grée que lorsqu'on veut s'en servir. Son gréement se
compose d'un galhauban de chaque côté, un étai, une guinderesse; ce mât
est terminé par une flèche en bois mort.

La vergue de misaine est estropée au tiers de sa longueur, vers le gros
bout; à chacun des bouts est pratiqué un trou dans lequel passe un
cordage à cul-de-porc en dessus. On appelle ces cordages bras; ils
servent d'écoute aux huniers. La vergue de misaine est hissée par une
drisse dont l'itague, par un de ses bouts, estrope une poulie de drisse
en arrière du mât, dont la seconde poulie est à l'arrière et au pied du
mât; l'autre bout de l'itague, qui se termine par un cul-de-porc double,
passe dans l'oeil d'un collier mobile, garni d'un croc, par lequel on
suspend la vergue lorsqu'on veut la hisser.

Un cartahu de tête de mât sert de balancine à la vergue.

La vergue de petit hunier se hisse aussi avec un collier mobile qu'on
capelle avant les galhaubans, et dont la drisse passe dans un clan à la
tête du mât.

Le grand mât, gréé comme celui de misaine, a son étai ridé à un piton
sur le pont, à quelques pieds en arrière du mât de misaine. Le grand mât
de hune, également passé comme le petit, a son étai passé dans une
poulie estropée au blin du capelage du grand mât de misaine.

La grande vergue et la vergue du grand hunier sont établies comme la
misaine et le petit hunier.

Le mât de tape-cul n'a que deux haubans. L'itague et la drisse de la
vergue sont sur l'avant du mât. La vergue de tape-cul est estropée au
quart et non au tiers de la longueur. Au-dessus est une vergue pour le
hunier de tape-cul, vulgairement appelée _pantalon_.

La voilure d'un lougre se compose donc d'un foc, une grande voile, une
misaine, un tape-cul, trois huniers.

Le foc se hisse au mât de misaine et s'amure sur un rocambeau.

La misaine enverguée sur la vergue qui porte ce nom, a son amure fixée
sur l'un des trois crocs d'une barre de fer placée en dehors et près de
la tête d'étrave. Cette voile ne porte pas ordinairement de bouline, on
la remplace par une perche ou _foule_; l'écoute passe dans un rouet en
avant du porte-hauban.

Le petit hunier se hisse le long de son mât par son collier mobile. Les
points de cette voile ont chacun une cosse pour recevoir les bras de
misaine qui lui servent d'écoute. Cette voile n'a pas de bouline; en la
hissant on la dispose en dehors des bas haubans et en dedans de ses
galhaubans.

La grande voile amure à des crocs à émérillons, placés tribord et bâbord
le long du navire et arrière des haubans de misaine et en dedans du
bord. On la hisse comme la misaine, en dedans des haubans; elle se
bouline sur le mât de misaine.

Le grand hunier s'établit comme le petit; il a de plus une bouline au
ton du mât de misaine.

Le tape-cul, ainsi que les autres basses voiles, se hisse en dedans de
ses haubans; elle s'amure au pied de son mât et se borde à un
arc-boutant à deux haubans à pendeurs, crochés à des pitons placés
tribord et bâbord sur la préceinte. L'écoute, après avoir fait dormant
sur l'arc-boutant, passe dans la poulie du point, dans le clan de
l'arc-boutant, et revient à bord.

Le hunier de tape-cul est établi comme les autres huniers.

Lorsque le vent est grand, frais, on remplace la misaine et la grande
voile par des voiles de moindre dimension, appelées _taille-vents_.
L'estrope de drisse est au quart de la longueur de la vergue, qu'on
hisse avec la candelette, l'itague restant toujours aux vergues des
autres voiles. Les tailles-vents amurent aux pieds des mâts.

Le lougre ainsi disposé a la voilure d'un chasse-marée.


FIN DU GRÉEMENT ET DE LA PREMIÈRE PARTIE.



TABLE DES MATIÈRES

DE LA PREMIÈRE PARTIE CONTENANT

LE GRÉEMENT.


  Avertissement.                               1

  Du gréement.                                 3


  CHAPITRE Ier.


  SECTION Ire.

  _Noeuds et Amarrages._

  Epissures.                                   4

  Amarrage à plat.                             5

  Amarrage en étrive.                          6

  Cul-de-porc.                                 7

  Noeud de hauban.                            id

  Aiguilletage.                                8

  Genopes.                                    id

  Noeud plat.                                 id

  Demi-Clef.                                   9

  Noeud d'enfléchures.                        id

  Noeud d'agui, simple et double.             10

  Noeud d'écoute.                             id


  SECTION II.

  _Définitions._

  Manoeuvre garnie.                           id

  Manoeuvre congréée.                         12

  Paillets.                                   13

  Sangles.                                    id

  Erses et Elingues.                          14

  Estropes.                                   15

  Palans.                                     id

  Bosses.                                     16

  Dormant.                                    id

  Courant.                                    id


  CHAPITRE II.


  SECTION Ire.

  Manoeuvres dormantes des bas mâts.          17

  Beaupré, Liûres.                            id

  Sous-Barbes, fausses sous-barbes,
    capelage.                                 20

  Haubans.                                    23

  Garde-Corps.                                id

  Des haubans et des étais des bas mâts.      24

  Capeler les élongis, les traversins et
    les hunes.                                32

  Capelage des bas mâts.                      35

  Capelage du grand mât.                      id

  Capelage du mât de misaine.                 40

  Capelage du mât d'artimon.                  41

  Caliornes, candelettes, palans d'étai.      43

  Ridage du gréement des bas mâts.            45

  Enfléchures, trelingages, gambes de
    hune.                                     50

  Capeler les choucs des bas mâts.            53


  SECTION II.

  Manoeuvres dormantes des mâts de
    hune.                                     54

  Capelage du grand mât de hune.              57

  Guinder un mât de hune.                     61

  Clefs mobiles.                              63

  Trelingages, enfléchures.                   68

  Capelage du petit mât de hune.              69

  Capelage du mât de perroquet de
    fougue.                                   70

  Gréement du bout-dehors du grand foc.       71

  Capelage du bout-dehors du grand foc.       74

  Du bout-dehors du clinfoc et de son
    capelage.                                 75


  SECTION III.

  Des mâts de perroquet.                      76

  Gréement des mâts de perroquet.             79

  Guinder et capeler un mât de perroquet.     81

  Capelage du grand mât de perroquet.         id

  Capelage du petit mât de perroquet.         83

  Capelage du mât de perruche.                84

  Gréement des mâts de catacois, de
    bôme ou flèche.                           id

  Pataras, haubans diagonaux, étai de
    tangage.                                  85


  CHAPITRE III.

  GRÉEMENT DES VERGUES.


  SECTION Ire.

  Gréement des basses vergues.                88

  Suspentes et estropes de suspentes.         90

  Drosses.                                    93

  Balancines.                                 95

  Bras.                                       97

  Marche-pieds.                              100

  Palans de roulis.                           id

  Fausses balancines.                        101

  Faux bras.                                 102

  Garnitures de la grande vergue.            104

  Garniture de la vergue de misaine.         108

  Garniture de la vergue barrée.              id

  Gréement de la civadière.                  109

  Garniture de la vergue de civadière.       112

  Gréement et garniture du gui.              114

  Gréement de la corne d'artimon.            120

  Garniture de la corne d'artimon.           123


  SECTION II.

  Gréement des vergues de hune.              125

  Drisses à itague.                          127

  Bras.                                      129

  Balancines.                                131

  Racage.                                    132

  Marche-pieds.                              134

  Palans de roulis.                           id

  Garniture de la vergue du grand
    hunier.                                  135

  Garniture de la vergue du petit
    hunier.                                  137

  Garniture de la vergue de perroquet
    de fougue.                                id

  Croiser les vergues de hune.                id

  Faux bras des vergues de hune.             139


  SECTION III.

  Gréement des vergues de perroquet.         140

  Drisse.                                    141

  Bras.                                      142

  Balancines.                                144

  Marche-pieds.                              145

  Estrope.                                    id

  Racage.                                     id

  Garniture de la vergue de grand
    perroquet.                               146

  Garniture de la vergue de petit
    perroquet.                               147

  Garniture de la vergue de perruche.         id

  Gréer les vergues de perroquet.            148

  Dégréer les vergues de perroquet.          151


  SECTION IV.

  Gréement des vergues de catacois.          154

  Garnir et gréer les vergues de catacois.   157


  CHAPITRE IV.


  SECTION 1re.

  Des voiles.                                159


  SECTION II.

  Gréement des voiles carrées.               166

  Garniture des basses voiles.               167

  Gréement des basses voiles.                170

  Ecoutes.                                   171

  Amures.                                    172

  Boulines.                                  175

  Cargues-points.                            176

  Cargues-fonds.                             177

  Cargues-Boulines.                          178

  Enverguer une basse voile.                 179


  SECTION III.

  Huniers, garnitures des huniers.           183

  Gréement des huniers.                      184

  Ecoutes.                                   185

  Boulines.                                  187

  Cargues-points.                            189

  Cargues-boulines.                          190

  Cargues-fonds.                              id

  Palanquins de ris.                         191

  Enverguer un hunier.                       194


  SECTION IV.

  _Perroquets._

  Garniture et gréement des voiles de
    perroquet.                               197

  Ecoutes.                                   198

  Boulines.                                  199

  Cargues-points.                            200

  Cargues-fonds.                              id


  SECTION V.

  _Catacois._

  Garniture et gréement des voiles de
    catacois.                                201

  Ecoutes.                                   202

  Boulines.                                   id

  Cargues-points.                            203


  SECTION VI.

  Bonnettes.                                 204

  Bonnettes basses, garniture des
    bonnettes basses.                        206

  Gréement des bonnettes basses.              id

  Gréement des bonnettes de hune.            210

  Gréement des bonnettes de perroquet.       212


  CHAPITRE V.

  _Gréement des Voiles Latines._


  SECTION Ire.

  _Focs._

  Petit foc.                                 214

  Grand foc.                                 216

  Clinfoc.                                   221

  Trinquette.                                222


  SECTION II.

  _Voiles d'étai du grand Mât._

  Pouillouse.                                223

  Grande voile d'étai.                       225

  Contre-Voile d'étai.                       228

  Voile d'étai du grand perroquet.           230

  Voile d'étai du grand catacois.            232


  SECTION III.

  _Voiles d'étai du Mât d'Artimon._

  Foc d'artimon.                             233

  Diablotin.                                 236

  Voile d'étai de perruche.                  237

  Brigantine.                                 id

  Artimon.                                   242

  Flèche-en-cul.                             244

  Bonnette de la brigantine, bonnette
    de sous-gui.                             245


  CHAPITRE V (_bis_).


  SECTION Ire.

  _Des Manoeuvres qui n'appartiennent pas au
    Gréement._

  _Manoeuvres du Gouvernail._

  Drosses.                                   246

  Sauve-gardes.                              248

  Bragues.                                    id


  SECTION II.

  Gréement des bossoirs des canots.          249


  SECTION III.

  Gréement des tangons.                      252


  CHAPITRE VI.

  _Amarres, Cordage des Ancres._

  Amarres.                                   255

  Capon.                                     261

  Bosse-debout.                              262

  Traversières.                               id

  Serre-bosse.                               264

  Mouilleur.                                 265

  Tournevire.                                266

  Orins et Bouées.                           268


  CHAPITRE VII.

  _Des diverses sortes de Gréemens._

  Goëlette.                                  271

  Sloops.                                    276

  Lougres.                                   278


FIN DE LA TABLE.


Bar-s.-Seine.--Imp. de SAILLARD.



ERRATA

DU PREMIER VOLUME.


  _pag._ _lign._    _au lieu de_                 _lisez_:

   4     13       en boucle,                   _ou boucle_.

   6      2       dans l'oeil.                 _dans l'oeil_.

   8     13       sur une vergue,              _sur une vergue, etc_.

  19     16       soit enfin,                  _soit afin_.

  38     17       et à leurs mâts,             _et à leur mât_.

  39     25    sur l'oeillet pendant de,  _sur l'oeillet correspondant_.

  43     14       poulie simple,               _poulie double_.

  47     11       horizontalement,             _horizontale_.

  53     20       et pesant,                   _pesant_.

  54     10       à hisser, le chouc,          _à hisser. Le chouc_.

  59     17       sous l'avant,                _sur l'avant_.

  60     22       les mâts,                    _le mât_.

  166     3       la flèche-en-cul,            _le flèche-en-cul_.

  172     4       serre-gouttière,             _serre-gouttières_.

  id.     6       à la poulie,                 _à la partie_.

  173    21       porte-lots,                  _porte-lofs_.

  238    22       ou le,                       _on la_.

  241    13       lanets,                      _hanets_.

  260     2       à jas,                       _à jet_.

  id.  dernière.    id.                          _id._

  270     8         id.                          _id._


       *       *       *       *       *


Note de transcription:

Les errata mentionnées dans le livre à la dernière page ont été
appliqués.

Comme ce livre comporte deux chapitres V, au second, on y a ajouté
_bis_, tel que référencé dans la table des matières du livre d'origine.

En plus des corrections des erreurs clairement introduites par le
typographe, les corrections suivantes ont été effectuées:

  p. 15,  corrige «apus» en «dans» («dans la manière dont»),
  p. 21,  corrige «cables» en «câbles» («les câbles-chaînes»),
  p. 22,  corrige «;» en «,» («filin,»),
  p. 38,  corrige «cable» en «câble» («les deux tiers du câble»),
  p. 38,  corrige «A un estrope fait» en «A une estrope faite»,
  p. 64,  corrige «poid» en «poids» («le poids du mât»),
  p. 71   corrige «il» en «ils» («ils passent ensuite»),
  p. 86,  corrige «baubans» en «haubans» («chose que des haubans»),
  p. 101, corrige «cappellent» en «capellent» («qui se capellent par»),
  p. 103, corrige «jotteraux» en «jottereaux» («à hauteur des jottereaux»),
  p. 123, corrige «envergant» en «enverguant»
            («La brigantine s'enverguant»),
  p. 126, corrige «palaquin» en «palanquin» («le palanquin des huniers»),
  p. 140, change «Pour» en «pour» («pour les vaisseaux»),
  p. 150, corrige «ou» en «on» («enfin on capelle»),
  p. 166, corrige «formées» en «formés» («les angles formés»),
  p. 170, corrige «du» en «au» («la partie au vent»),
  p. 203, corrige «elles pasent, ensuite celles du grand perroquet,» en
                  «elles passent ensuite celles du grand perroquet.»,
  p. 253, corrige «mêche» en «mèche» («sur la mèche»),
  p. 257, corrige «quatre-vingt-dix-brasses» en
                  «quatre-vingt-dix brasses»,
  p. 271, corrige «augmention» en «augmentation»
            («la même augmentation»),
  p. 279, corrige «a» en «à» («voile amure à des crocs»).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau manuel complet de marine - première partie: gréement" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home