Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Nouveau manuel complet de marine - seconde partie: manoeuvres
Author: Verdier, Phocion-Aristide-Paulin
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau manuel complet de marine - seconde partie: manoeuvres" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was produced from scanned images of public domain


Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée. Une note plus détaillée se trouve à la fin
de ce volume.



  NOUVEAU MANUEL

  COMPLET

  DE MARINE.

  _SECONDE PARTIE._

  MANOEUVRES.



  NOUVEAU MANUEL

  COMPLET

  DE MARINE.

  _SECONDE PARTIE._

  MANOEUVRES DU NAVIRE

  ET DE L'ARTILLERIE.

  Par M. Verdier,

  Capitaine de Corvette.


  PARIS,

  A LA LIBRAIRIE ENCYCLOPÉDIQUE DE RORET,

  Rue Hautefeuille, nº 10 bis.

  1837.



AVERTISSEMENT.


Les ouvrages qui traitent de la manoeuvre du navire s'appuient sur des
vérités mathématiques trop élevées pour être à la portée de toutes les
classes des navigateurs.

Nous avons pensé qu'il pouvait être utile d'offrir un Manuel pour la
Manoeuvre, dépouillé de toute démonstration théorique, qui ne repose que
sur la seule pratique, et qui, par conséquent, peut être lu par le marin
le plus illettré.

Il est plus facile, et surtout plus utile en marine, d'aller du simple
au composé que du composé au simple. Le marin instruit, qui connaîtra
pratiquement la manoeuvre, lira ensuite avec bien plus de fruit les
ouvrages de théorie.

Si nous pouvons rendre plus facile à quelques jeunes navigateurs l'étude
de la manoeuvre, notre but sera atteint.



NOUVEAU MANUEL

DE MARINE.



_SECONDE PARTIE._

MANOEUVRES.



CHAPITRE PREMIER.


_Du Navire._

Le navire est un corps flottant, il doit, par conséquent, occuper dans
le fluide un espace tel que son poids soit égal à celui du volume d'eau
qu'il déplace. C'est la partie submergée qui éprouve la force de
résistance du fluide dans le cas du mouvement, et la puissance destinée
à lui donner ce mouvement doit donc être en proportion avec la
résistance éprouvée.

Les voiles sont des surfaces planes autant que possible, qui, étant
exposées à l'impulsion du vent, en sont frappées, et communiquent ainsi
du mouvement au navire auquel elles sont assujetties.

Elles agissent dans le sens latéral et dans le sens direct.

Le centre de gravité d'un corps est le point par lequel ce corps étant
suspendu, reste en équilibre et ne change pas de position.

Ce point sera au milieu du corps, si le corps est régulier; et s'il est
irrégulier, il sera dans la partie qui a le plus de pesanteur, par
rapport au point qui marque le milieu de la longueur du solide.

Si un corps étant ainsi suspendu en équilibre, on veut lui imprimer un
mouvement de rotation, il est évident qu'il faut lui appliquer une force
déterminée à un point quelconque; que cette force, supposée la même,
agira d'autant plus qu'elle sera plus éloignée du centre de gravité, et
qu'elle imprimera au corps un mouvement contraire à son application.

Le centre de gravité d'un navire est toujours sur l'avant du milieu de
sa longueur absolue, parce que l'avant a plus de capacité, et par
conséquent plus de pesanteur que l'arrière.

Si nous considérons le navire comme un corps en suspension par son
centre de gravité, nous pouvons imaginer, sans grande erreur pour la
pratique, que son point de rotation sera sur l'axe vertical qui passe
par le centre de gravité; et que la force appliquée sur l'arrière ou
l'avant de ce point lui fera éprouver un mouvement de rotation de
l'avant sur l'arrière ou de l'arrière sur l'avant; c'est-à-dire que si
la force est appliquée sur l'arrière, l'angle que l'avant fait avec la
direction de la force diminuera, et que si elle est appliquée sur
l'avant, ce sera l'angle formé par la direction de cette force et
l'arrière qui diminuera.

Le mouvement est communiqué au navire par le moyen des voiles qui y sont
assujetties, et qui reçoivent l'impulsion du vent. La direction de la
force appliquée sera donc la ligne suivant laquelle souffle le vent.

Il est évident, d'après ce que nous avons dit du corps en suspension,
que si nous l'appliquons au navire, le vent soufflant dans les voiles de
l'arrière, rapprochera l'avant de sa direction: c'est ce qu'on appelle
venir au vent ou lofer; et le vent soufflant dans les voiles de l'avant,
rapprochera l'arrière de sa direction; ce qu'on appelle arriver.

Les voiles de l'avant tendent donc à faire arriver le navire; celles de
l'arrière à le faire lofer. C'est en combinant ces deux effets et en les
tenant en équilibre, qu'on imprime au navire une vitesse sur une ligne
donnée, qu'on appelle route. Ce sera donc en augmentant aussi ou
détruisant un de ces deux effets, qu'on fera arriver ou lofer le navire,
en un mot qu'on le fera évoluer.

On voit donc que si les voiles étaient exposées d'une manière
convenable, et que la force et la direction du vent restassent les
mêmes, le navire conserverait une vitesse égale, et suivrait une route
donnée.

Mais cet équilibre, qu'il est si important de conserver, est fréquemment
troublé, et on a inventé le gouvernail pour le rétablir et forcer le
navire à suivre une ligne déterminée.

Les lames sont une cause de la perturbation de l'équilibre, en frappant
le navire et lui imprimant un mouvement de rotation sur l'axe vertical
de son centre de gravité, suivant le point sur lequel elles le frappent,
et leur direction, qui n'est pas toujours celle du vent. A chaque lame
le navire fait deux oscillations: l'une de chute, vers la partie opposée
à celle que choque la lame, et l'autre de réaction à l'instant où elle
se sépare du navire.

Outre les effets de la lame, il est encore des actions qui agissent pour
faire tourner le navire sur l'axe vertical qui passe par son centre de
gravité. C'est en premier lieu l'action produite par la résistance de
l'eau, dans le sens latéral, ou perpendiculaire à la quille, sur les
différens points de la carène qui y sont exposés; secondement l'action
que le vent exerce sur les voiles dans le sens latéral; et
troisièmement, enfin, l'action que le vent exerce sur les voiles dans le
sens direct. Quoique cette action paraisse coïncider avec le plan
vertical qui passe par le centre de gravité, et ne devoir pas produire
un mouvement de rotation, cependant lorsque le vaisseau incline, il n'en
est pas ainsi.

Si ces trois actions pouvaient être en équilibre, le navire n'aurait pas
de mouvement de rotation, et obéirait à l'impulsion dans le sens de sa
quille; mais ces actions varient à chaque instant par l'état de la mer
ou du vent.

Ce défaut d'équilibre se corrige par un changement de voilure, et enfin
par le gouvernail.


_Du Gouvernail._

Nous ne décrirons pas le gouvernail que tout le monde connaît, nous
dirons seulement que par sa position à peu près verticale à la poupe, et
par le moyen de sa barre, il peut se porter d'un côté ou de l'autre du
navire, et que s'opposant au courant du fluide de ce côté, il fait
naître une nouvelle force qui oblige le navire à tourner, ou dont
l'effet est de faire équilibre aux forces contraires dont nous avons
parlé, et qui tendraient à faire tourner le navire dans un sens opposé.

Si le fluide, coulant le long des flancs du navire, rencontre le
gouvernail faisant un angle avec la quille, il le choquera, et poussera
la poupe dans le sens opposé au choc; alors l'avant obéissant à ce
mouvement se rangera nécessairement du côté où le choc a eu lieu,
c'est-à-dire vers celui où a été mis le gouvernail, ou enfin du bord
opposé à celui où l'on a placé la barre.

Mais si le fluide, au lieu de couler de l'avant à l'arrière, coulait de
l'arrière à l'avant, l'effet serait évidemment contraire; car le fluide
qui vient alors de l'arrière, rencontrant le gouvernail faisant un angle
avec la quille, le choquera en poussant la poupe dans la direction de ce
choc; l'avant tournera donc dans le sens opposé, c'est-à-dire dans le
sens opposé au côté où le gouvernail aura été mis, ou enfin du côté où
sera la barre.

Il n'entre pas dans le plan que nous nous sommes tracé, de démontrer
mathématiquement les effets et la puissance du gouvernail. Nous dirons
seulement que son effet est d'autant plus grand que la vitesse augmente,
et qu'à même angle il suit la progression du carré des vitesses.

Si le gouvernail fait avec la quille un angle de 45 degrés, il est dans
la position la plus favorable pour opérer les mouvemens de rotation;
mais on ne peut obtenir cette position, et il est rare que l'angle soit
de plus de 35°.

Le gouvernail agissant en s'opposant au fluide qui coule le long des
flancs du navire, doit nécessairement diminuer sa vitesse; il faut donc
balancer sa voilure de telle manière, qu'on soit obligé de le mettre en
mouvement le moins possible. Et règle générale, toutes les fois que
pour conserver le navire en route, on sera obligé de faire un usage
fréquent du gouvernail, ce sera une preuve que la voilure sera mal
établie, ou mal balancée.

Nous observerons à cette occasion, que souvent étant au plus près, et la
brise fraîchissant, le navire a une grande tendance à venir au vent, et
qu'on est obligé d'y avoir une partie de la barre. Il suffirait, à notre
avis, de diminuer de voiles, en se débarrassant des voiles hautes, pour
rendre le navire bien gouvernant, et loin de diminuer le sillage, il est
fort possible qu'il augmente.

L'inclinaison diminuant, la submersion de la carène sera moins
considérable, et sa résistance moins forte; le navire moins chargé
gouvernera avec la barre droite, et le gouvernail ne sera plus un
obstacle au sillage; n'est-il pas possible que ces deux causes qui
tendent à augmenter la vitesse, compensent, et au-delà, la diminution
produite par la suppression des perroquets?

Le temps que deux navires semblables emploient à évoluer, est en raison
de leur longueur.



CHAPITRE II.


_Appareillages._

Lorsqu'un navire a reçu tout ce dont il a besoin pour prendre la mer, on
le mouille sur rade sur une ancre, s'il doit profiter du premier moment
favorable; mais s'il peut y prolonger son séjour, on le mouille sur
deux.

Amarré de la première manière, il est dit sur un pied; mais on concevra
facilement qu'il ne peut rester long-temps dans cette position, puisque
à chaque changement de vent et surtout de marée il doit courir sur son
ancre et peut la surjoaler.

Cependant, depuis l'adoption presque générale des câbles-chaînes, sur
les rades qui n'ont que peu ou point de marée, on peut, en filant une
grande quantité de chaîne, rester sur un pied. Car, par son poids, la
chaîne portant sur le fond, bien de l'arrière de l'ancre, offre au
navire un point d'appui sur lequel il peut tourner sans passer sur son
ancre. Mais il ne faut pas être mouillé près d'autres navires, qu'on
pourrait aborder en décrivant ainsi un cercle autour de son ancre.

Il est donc plus prudent de mouiller deux ancres, ce qu'on appelle
affourcher.

On affourche en mettant deux ancres sur une ligne perpendiculaire à
celle des vents les plus dangereux. Ainsi, sur une rade où les vents les
plus dangereux sont le N. E. et le S. O., les ancres doivent être
mouillées sur une ligne N. O. et S. E. Il faut aussi avoir l'attention
d'affourcher de manière que les câbles ne soient pas croisés pour le
vent du large, qui est celui qui amène la plus grosse mer, parce
qu'alors ils fatigueraient davantage et ragueraient les sous-barbes.
Ainsi, si on affourche N. O. et S. E., c'est-à-dire pour les vents de N.
E. et de S. O., ou que les vents du large soient ceux du S. O., les
câbles doivent être croisés lorsqu'on évitera au N. E.

On affourche, soit avec le navire, soit avec la chaloupe; mais dans le
premier cas, il faut avoir un point d'appui pour touer le navire
jusqu'au point où il doit laisser tomber la deuxième ancre.

Pour cela, après que le navire a mouillé sa première ancre et qu'il a
filé une quantité de câble suffisante, on embarque dans la chaloupe une
ancre à jet, garnie de son orin et de sa bouée, à laquelle on étalingue
un grelin et plus s'il est nécessaire, qu'on embarque dans la chaloupe
et dont on garde le bout à bord, ou dont on lui donne le bout qu'elle
rapportera à bord après avoir mouillé l'ancre à jet, si, ayant à
remonter contre le vent ou le courant, on craint que le poids du grelin
resté à bord ne la charge trop et ne la fasse dériver sous le vent du
point où l'ancre à jet doit être mouillée.

La chaloupe convenablement remorquée, se dirige dans le rhumb de vent où
l'ancre doit être placée, et lorsqu'elle est parvenue un peu au-delà du
point qu'elle doit occuper, elle mouille l'ancre à jet. Elle porte le
bout du grelin à bord, où on le raidit aussitôt.

On garnit ensuite ce grelin au cabestan, et on vire en filant à la
demande du câble de l'ancre mouillée. Lorsqu'on a dehors une quantité de
ce câble égale à deux fois la longueur qu'on veut donner à chaque amarre
d'affourche, on cesse de virer, on laisse perdre l'aire du navire, et on
mouille en choquant le grelin afin que le navire puisse culer et ne pas
surjoaler.

Pendant que la chaloupe va lever l'ancre à jet, on vire sur le premier
câble mouillé en filant du second. Lorsqu'on a filé de ce dernier la
quantité qu'on veut avoir dehors, on prend le tour de bitte, et on vire
jusqu'à ce qu'ils soient également raides, et qu'il n'y ait que peu de
mou. On dégarnit et on prend le tour de bitte du câble sur lequel on
virait, on les garnit l'un et l'autre de paillets, et l'on est
affourché.

Si on fait porter l'ancre d'affourche par la chaloupe, il faut aussi lui
ménager un point d'appui sur lequel elle pourra se tenir lorsqu'elle
sera chargée. Car si en théorie on peut envoyer une chaloupe ainsi, en
la faisant remorquer, il n'en est pas de même en pratique. Une chaloupe
portant une ancre de bossoir en cravate, son orin et sa bouée, ayant sur
son avant la moitié de son câble lové pour contre-balancer le poids de
l'ancre, est déjà privée de l'usage de plus de la moitié de ses avirons;
il faut qu'elle supporte encore le poids du câble qu'on file du bord, et
que des canots placés de distance en distance le soutiennent, pour qu'il
ne touche pas au fond avant que l'ancre ne soit mouillée. Quel est le
navire qui a une assez grande quantité de canots pour pouvoir remorquer
convenablement une chaloupe ainsi chargée, et la diriger à un point
fixe, s'il y a surtout de la mer et du courant.

Il faut donc, pendant que l'ancre de bossoir est suspendue en cravate,
de l'arrière de la chaloupe, et qu'on y embarque le câble, faire élonger
par un canot une petite ancre à jet dans la direction où l'ancre
d'affourche doit être mouillée. Le bout de l'aussière de cette ancre à
jet étant à bord, la chaloupe le place sur le rouleau de son étrave et
se hale dessus. Elle est suivie d'embarcations qui portent le restant du
câble dont le bout est à bord.

Lorsque le canot qui porte les premiers plis du câble, les a filés à
mesure que la chaloupe à laquelle il tient par une remorque se hale, il
le saisit en dehors du bord par une bosse qui fait dormant à son grand
banc, et qui s'y amarre après avoir embrassé le câble; un homme tient à
la main le bout de la bosse pour la larguer au signal de la chaloupe.

Les canots ayant ainsi filé et soutenu le câble, la chaloupe file celui
qu'elle a à bord, et lorsqu'enfin elle l'a raidi autant que possible en
se halant, elle fait un signal aux canots qui larguent les bosses
lorsqu'elle mouille.

On dérape l'ancre à jet, on raidit le câble, on prend le tour de bitte,
et on fait les paillets.

Depuis l'usage à peu près général des câbles-chaînes, il est bien
difficile, pour ne pas dire impossible, d'élonger une ancre amarrée sur
un câble-chaîne. La difficulté de ne le filer qu'au fur et à mesure que
la chaloupe s'éloigne du bord, son poids qui augmente la résistance
qu'elle doit vaincre pour se haler, l'impossibilité par conséquent de le
raidir suffisamment avant de mouiller, doivent faire abandonner cette
manière d'amarrer, et il faut affourcher avec le navire lui-même.

Mais comme il est une foule de circonstances qui obligent à envoyer une
grosse ancre au large par le moyen de la chaloupe, surtout dans les
échouages, tout navire doit, outre ses câbles-chaînes des ancres de
bossoir, avoir un ou deux câbles en chanvre pour élonger dans les
circonstances imprévues.

On désaffourche avec le navire ou la chaloupe. Avec le navire, on vire
sur une ancre en filant du câble de celle sur laquelle on veut
appareiller. Parvenu à pic, on cesse de filer, on dérape, et aussitôt
l'ancre à l'écubier, pendant qu'on la caponne et la traverse, on garnit
le câble de l'autre ancre, et on abraque dessus jusqu'à ce qu'il n'en
reste plus à la mer que la quantité suffisante pour tenir le navire.

Si on désaffourche avec la chaloupe, on la munit de deux caliornes de
braguets, de poulies de retour et des amarrages nécessaires à
l'opération; on lui donne aussi un bon cordage de la grosseur de l'orin
pour faire un maillon. Car il ne serait pas prudent de lever une ancre
de bossoir par son orin, sans avoir coulé un maillon, car si l'orin
casse et que le navire ne puisse venir chercher son ancre, on est obligé
de la draguer, ce qui est souvent bien long et oblige à faire le
sacrifice de l'ancre si on n'a pas le temps nécessaire à cette
opération.

La chaloupe parvenue à l'ancre qu'elle doit déraper, saisit la bosse,
place l'orin sur le davier et le raidit. On coule le long de l'orin un
maillon à noeud coulant, destiné à saisir la patte de l'ancre en dessous
de ses ailerons, et à soulager et renforcer l'orin. Lorsque, par la
hauteur du fond, on s'aperçoit que le maillon est rendu à sa patte, on
s'assure si elle a été saisie en pesant dessus; s'il résiste, elle est
prise; dans le cas contraire, il remonte le long de l'orin et on le
coule de nouveau.

Lorsqu'il est en place on le raidit, et si on ne compte pas sur l'orin,
on les réunit et on frappe dessus la caliorne de braguet, dont une
poulie est crochée à un piton d'étrave et dont le garant revient sur
l'arrière dans une poulie de retour, afin de pouvoir élonger dessus la
plus grande quantité possible de matelots.

L'ancre détachée du fond, on vire sur son câble à bord, ce qui amène
sous l'écubier la chaloupe qui la tient suspendue. Rendue là, on la met
à poste comme nous l'avons dit, et on vire sur le câble de l'ancre qui
doit servir à l'appareillage.

Le navire désaffourché, on embarque sa chaloupe avec un appareil composé
de deux caliornes frappées l'une sur la grande vergue, et la seconde sur
la vergue de misaine, et deux caliornes servant de palans d'étai. Les
basses vergues portent, pendant cette opération, un poids considérable,
et fatiguent beaucoup, quoiqu'on les renforce par une fausse balancine.

Pour les soulager, on fait les caliornes à pendeur. Ce pendeur passe
sur le chouc du bas mât et se marie, par le moyen d'un burin, à une
estrope qui embrasse deux ou trois haubans du côté opposé à celui où
l'on hisse. Ce pendeur se frappe sur la vergue au moyen d'une estrope à
burin. La vergue alors ne fait plus que l'office d'arc-boutant, et la
plus grande partie de l'effort a lieu sur le chouc du bas mât.


_Appareiller, le Navire évité le bout au vent._

On vire à long pic; on largue les voiles carrées, le grand foc et la
brigantine, on borde et hisse les huniers. Si on veut abattre sur
tribord, on brasse bâbord devant tribord derrière, en effaçant bien le
petit hunier par sa bouline de revers; on pèse le gui et on le porte sur
tribord. On ferait le contraire si on devait abattre sur bâbord.

On dérape. Le navire étant évité le bout au vent, ayant son petit hunier
brassé bâbord et bien effacé par sa bouline, faisant avec la quille
l'angle le plus aigu qu'il puisse faire, l'avant du navire tombera sur
tribord. Mais pendant ce mouvement il cule, puisque le vent est sur les
voiles, on met alors la barre à tribord pour accélérer le mouvement
d'abattée, qu'on peut encore augmenter en hissant le grand foc aussitôt
que le mouvement est prononcé.

Lorsque le vent commence à prendre dans les voiles de l'arrière, on
dresse la barre et on change le phare de l'avant qu'on oriente. Si
l'abattée continue encore, ce qui arrive ordinairement, parce que le
navire n'ayant pas d'aire ne pourra ranger au vent que lorsqu'il en aura
pris, que du reste la barre a été dressée en changeant devant, on choque
l'écoute de foc et on borde la brigantine.

Si les circonstances le permettent, on laisse le petit hunier masqué
pendant le temps qu'on travaille à mettre l'ancre à poste. Si les
abattées sont trop grandes, on borde la brigantine. Si le foc était
dehors, son écoute a dû être filée aussitôt que le vent a pris dans les
voiles de l'arrière.

L'ancre à poste, on dresse la barre, on borde le foc, on cargue la
brigantine, et on change le phare de l'avant qu'on oriente.

Si la position du navire a exigé qu'il fît de la route aussitôt que
l'ancre a quitté le fond, pour éviter un danger, ou un bâtiment mouillé
à petite distance, il ne faut faire que la voile absolument nécessaire
pour assurer la promptitude des mouvemens; car, avec un sillage
rapide, il est bien difficile, surtout s'il y a un peu de mer, de mettre
l'ancre à poste, et il peut en résulter de graves inconvéniens.

Lorsque le vent est frais, qu'on juge qu'après l'appareillage on ne
pourra porter les huniers qu'avec un ou plusieurs ris, il faut le
prendre en larguant les voiles, avant de le border. Il est même plus
prudent de le prendre avant de virer, pour ne pas s'exposer à chasser
étant à long pic.

Si le vent est assez fort pour ne pas permettre d'établir les huniers,
même avec des ris, lorsqu'on est à long pic, alors il faut se contenter
de contre-brasser les voiles de l'avant et de larguer les fonds du petit
hunier; on doit aussi larguer le petit foc pour pouvoir le hisser
aussitôt que le phare de l'avant contre-brassé a fait prononcer
l'abattée. Les vergues du grand mât et du mât d'artimon sont orientées
et leurs huniers prêts à être largués et établis; lorsque l'abattée
n'est plus incertaine, l'artimon est largué pour être bordé afin de la
modérer.


_Observations._

Quelque simple que soit un appareillage de temps maniable, il est une
foule de précautions préparatoires et à prendre après cette manoeuvre,
dont il est peut-être utile de parler.

Si on est amarré avec des câbles et mouillé sur un fond de vase, il faut
les laver avec soin à mesure qu'on vire, ou après que les ancres sont
dérapées, les frotter avec des brosses à pont ou des balais pour en
détacher la vase, les élonger autant que possible dans la batterie ou
sur le pont, en faire autant pour les garcettes et la tournevire, et ne
les envoyer dans la cale que lorsqu'ils sont parfaitement secs. Si on est
amarré avec des câbles-chaînes, il faut aussi les laver, car étant mis
immédiatement dans leurs puits, la vase qui y est attachée ne tarderait
pas, sans cela, à répandre une odeur fétide et malsaine.

Aussitôt qu'une ancre est dérapée, elle doit être mise en mouillage, un
navire ne devant jamais appareiller sans être disposé à mouiller, si les
circonstances l'y obligent.

Lorsqu'on est hors de vue de terre, on soulage les pattes des ancres à
hauteur du plat bord, on double les bosses de bout et les serres-bosses,
et à cinquante lieues au large on détalingue les câbles et
câbles-chaînes pour les envoyer dans la cale et soulager l'avant du
navire.

En appareillant, les canots des porte-manteaux doivent être disposés de
manière à être immédiatement amenés pour remorquer le navire en cas de
calme, et défier un abordage. A la mer, on les établit sur bosses, et on
décroche les palans, afin de pouvoir les amener avec leur équipage, pour
porter secours à un homme tombé à la mer. Ils seront donc toujours munis
du gouvernail et de la barre, des avirons et d'une gaffe.

Avant d'appareiller, une visite générale doit avoir lieu. La barre et sa
drosse doivent être visitées, celles de rechange dégagées, les palans
qui, en cas de rupture de la drosse, les remplacent momentanément,
disposés à leurs pitons.

On s'assure que les mâts de hune et de perroquet sont coïncés dans leurs
choucs; que les objets amovibles, tels que coffres, cuisines, etc., sont
saisis; que la chaloupe et les drômes ont leurs saisines raidies; que
l'artillerie est amarrée à garans doubles[1].

  [1] Les canons des batteries basses des vaisseaux sont mis à la serre
  avant l'appareillage, afin de pouvoir fermer les sabords aussitôt que
  l'état de la mer l'exige.

Les gabiers dégenopent les manoeuvres et les lovent auprès de leurs
poulies de retour. Ils visitent les écoutes, drisses et itagues. Les
paillets de brasséiage et d'étais sont mis en place; les arcs-boutans,
pour pousser les galhaubans volans, disposés dans les hunes.

Un navire, devant toujours être disposé à faire toute la voile que les
circonstances exigent, doit appareiller avec les perroquets croisés et
garnis, lorsque le temps le permet. S'il porte des catacois, les drisses
seront passées, le gréement des bonnettes sera en place, les drisses
frappées au point des huniers, et les amures lovées aux bouts des
vergues.

Les étais des mâts de hune et de perroquet sont bossés; les bosses des
amures et écoutes des basses voiles, celles des drisses des huniers et
des focs, sont mises en place.

Enfin, suivant la saison et la traversée, et s'ils n'ont pas été gréés
en rade, on place et on raidit les pataras, l'étai de tangage du mât de
misaine, les haubans de beaupré et sa fausse sous-barbe.


_Appareiller, le Navire évité au courant._

Le navire, évité le bout au courant, peut l'être en même temps au vent;
alors l'appareillage est celui que nous venons de décrire, avec cette
différence que le courant agissant sur le gouvernail, comme si le navire
allait de l'avant, il faut mettre la barre du bord opposé à celui sur
lequel on veut abattre.

Si cependant le mouvement d'aculée était plus fort que celui du courant,
la différence de ces deux mouvemens, agissant alors dans le sens du plus
fort, qui est celui de l'aculée, on mettrait la barre du bord où on veut
abattre.

Le navire, évité le bout au courant, peut recevoir le vent sur ses
voiles, ou dans ses voiles. Il le recevra sur ses voiles, si l'angle
qu'il fait avec la quille est moindre que l'angle du plus près. Dans ce
cas il est impossible, par la seule manoeuvre des voiles, de faire
passer son avant dans le lit du vent. On ne peut donc que prendre les
amures du bord où vient le vent. Il suffit pour cela de le faire abattre
d'une quantité assez grande pour que le vent prenne dans les voiles.

Supposons que le vent venant de bâbord fasse avec la quille un angle
moindre que celui du plus près. Etant à long pic, on établit les
huniers, on largue le grand foc et la brigantine, on met la barre à
bâbord, et on brasse bâbord devant et tribord derrière. Au moment où
l'ancre dérape, on hisse et borde le grand foc; l'avant du navire doit
nécessairement tomber sur tribord par l'action du foc, du petit hunier
masqué et du gouvernail qui, par l'effet du courant, porte l'arrière sur
bâbord, puisqu'on y a mis la barre. Lorsque par suite de l'abattée le
grand hunier et le perroquet de fougue reçoivent le vent, on change le
petit hunier, on dresse la barre, et s'il est utile de modérer
l'abattée, on borde la brigantine en filant l'écoute du grand foc.

Si la route exigeait qu'on changeât d'amures, on le ferait comme nous le
dirons en parlant des viremens de bord vent arrière.

Mais si les localités étaient telles qu'on ne pût prendre les amures du
bord du vent, ou qu'on n'eût pas l'espace nécessaire pour en changer
après avoir dérapé, il faudrait trouver un point fixe, soit à terre,
soit sur un navire, soit en élongeant une ancre à jet, de manière qu'en
virant sur ce point, sur lequel on aurait porté un grelin qu'on
passerait à tribord derrière, on pût porter l'arrière sur tribord, et
par conséquent l'avant sur bâbord.

Le navire étant à pic, on hale sur le grelin jusqu'à ce que l'avant du
navire ait dépassé le lit du vent, c'est-à-dire que le vent qui était de
bâbord soit maintenant à tribord. On tourne le grelin, on établit les
huniers qu'on brasse tribord devant et bâbord derrière, on largue le
grand foc et la brigantine; on dérape, on met la barre à tribord, et
lorsque l'avant du navire tombe sur bâbord, on largue le grelin, et on
continue les manoeuvres comme nous l'avons indiqué déjà.

Si le navire n'était que le bout au vent, il faudrait, au moment de
déraper, haler sur le grelin pour assurer l'abattée.

Lorsque le navire, évité au courant, reçoit le vent dans les voiles,
l'appareillage est bien simple; il suffit d'établir assez de voiles pour
que, au moment où l'ancre dérape, le navire puisse refouler le courant,
car sans cela il risquerait de masquer, si dans un élan le courant
venait à prendre par la joue sous le vent.

Pour parer à cet inconvénient, non-seulement il faut avoir une assez
grande quantité de voiles dehors, mais il faut augmenter celles du phare
de l'avant pour être certain que le navire ne viendra pas au vent.

Le navire ayant pris de l'aire, on manoeuvre suivant les localités, pour
mettre l'ancre à poste le plus lestement possible.


_Appareiller en faisant embossure._

Il arrive quelquefois qu'un navire est obligé d'appareiller, sans
pouvoir lever son ancre, lorsqu'il a été obligé de mouiller sur une
côte, sur laquelle il était affalé. La violence du vent ne lui permet
pas de virer sur l'ancre, car en chassant il s'approcherait encore de la
côte qu'il doit éviter, et s'y perdrait.

S'il peut indifféremment abattre sur un bord ou sur l'autre, après avoir
pris dans les huniers les ris que la force du vent exige, et les avoir
serrés, il faut brasser bâbord devant et tribord derrière, si on doit
abattre sur tribord et larguer l'artimon, le foc d'artimon et le petit
foc, dont on abraque l'écoute à tribord.

On se dispose à couper le câble sur la bitte, ou à filer le câble-chaîne
qu'on démaillone sur l'arrière de la bitte. On largue le fond du petit
hunier, on met la barre à tribord, et au moment où on s'aperçoit que
l'avant tombe sur tribord par l'effet du petit hunier masqué, on coupe
le câble et on accélère l'abattée en hissant le petit foc. L'aculée
étant très forte, aussitôt que le câble est coupé, le gouvernail dont la
barre est à tribord agit alors avec une grande puissance, et assure le
mouvement d'abattée, qu'on modérera en bordant l'artimon et le foc
d'artimon, pour soutenir le navire, puis on établit toutes les voiles
carrées que le temps permet de porter.

Si la configuration de la côte exige qu'on abatte impérieusement d'un
bord, on ne peut se hasarder à manoeuvrer comme nous venons de le dire;
car quoique tout ait été disposé pour abattre sur un bord plutôt que sur
l'autre, il peut arriver telle circonstance imprévue qui fasse manquer
la manoeuvre, et alors le salut du navire est compromis.

Dans ce cas il faut manoeuvrer avec certitude. Pour cela, on fait
embossure sur le câble du bord opposé à celui où l'on veut abattre, et
on garnit l'embossure au cabestan après l'avoir fait passer par le
sabord ou le chaumard le plus arrière.

Le câble et les voiles étant disposés comme nous l'avons dit plus haut,
on brasse la misaine et le petit hunier du bord de l'embossure, et les
vergues du grand mât et du mât d'artimon au sens contraire, on largue le
petit foc, l'artimon et le foc d'artimon, on déferle les fonds du petit
hunier.

On vire sur l'embossure, ce qui approche l'arrière du lit du vent et en
éloigne l'avant de la même quantité; on hisse le petit foc en continuant
à virer; lorsque l'abattée est assez prononcée, on coupe le câble, et on
file l'embossure immédiatement après. Car aussitôt que le câble est
coupé, l'arrivée est considérable, et si on ne filait pas l'embossure,
le navire viendrait vent arrière, ce qu'il faut empêcher.

L'embossure filée, on borde l'artimon et le foc d'artimon, et on établit
toute la voile que le temps permet pour s'éloigner de la terre.



CHAPITRE III.

_Manoeuvrer les voiles de mauvais temps._


_Prendre des ris aux huniers._

Rien n'est plus simple et plus facile que de prendre des ris sur rade ou
de beau temps à la mer; mais il n'en est pas de même par une grosse mer
et un vent violent, une foule de circonstances non prévues par la
théorie rendent cette opération longue et difficile.

Le premier ris, désigné vulgairement par le nom de ris de chasse, n'est
qu'un ris de précaution qu'on prend tous les soirs au coucher du soleil,
à bord des navires de guerre, et généralement à bord de tous les navires
de grande dimension lorsqu'ils naviguent au plus près. Les garcettes
sont moins fortes et plus espacées que celles des autres ris; il a aussi
moins de hauteur.

Le second ris se prend ordinairement après avoir serré les perroquets;
cependant les vaisseaux et frégates peuvent porter leur grand et leur
petit perroquet avec le deuxième ris. Si la mer est forte lorsqu'on
prend le deuxième ris, on rentre le grand foc à mi-bâton, et on
remplace la brigantine par l'artimon[2].

  [2] Ce que nous disons ne s'applique qu'au navire naviguant au plus
  près.

Le troisième ris est un ris de mauvais temps. Le grand foc est remplacé
par le petit foc, et souvent le foc d'artimon remplace la grande voile.
Si la mer est grosse on dégrée les perroquets.

Si la violence du vent oblige de prendre le quatrième ris, le perroquet
de fougue est serré.

Pour prendre un ris aux huniers, on les brasse au vent en larguant les
boulines, et on les amène lorsqu'ils sont en ralingue. Quand les vergues
reposent sur les paillets des choucs des bas mâts, on s'assure que les
balancines sont raides, on abraque fortement les bras des deux bords et
les palans de roulis pour que la vergue n'ait aucun mouvement. On pèse
le palanquin et le faux-palanquin du vent, ensuite ceux sous le vent. Le
palanquin doit être assez pesé pour que la ralingue entre lui et la
vergue soit molle, et que le faux-palanquin puisse ainsi facilement
rendre la cosse d'empointure au taquet de la vergue.

Nous dirons à ce sujet que le faux-palanquin ne doit pas être frappé à
demeure comme cela a lieu sur plusieurs navires, mais amovible, afin
qu'on puisse toujours le crocher au ris à prendre, lorsque le supérieur
vient de l'être. Il nous paraît aussi simple que facile de faire servir
à cet usage les drisses de bonnettes de hune qu'on doit établir à croc.

Les hommes élongés sur les vergues saisissent les garcettes et portent
la toile au vent, afin que son empointure soit mise à joindre.
Lorsqu'elle y est, ils portent la toile sous le vent pour faire prendre
celle sous le vent. Les empointures prises, ils laissent tomber la
toile, la reprennent pli par pli pour la porter sur la vergue, puis ils
saisissent les garcettes, les souquent sur l'arrière de manière que le
ris couvre et soit sur l'arrière de ceux pris antérieurement. Pendant
qu'on amarre les garcettes on double les empointures.

On affale les palanquins, faux-palanquins et cargues, on choque les
palans de roulis, les bras sous le vent, et on hisse les huniers, en ne
filant les bras du vent qu'au fur et à mesure que la vergue monte, car
sans cela elle raguerait les haubans de hune sous le vent, et le vent
prenant dans la voile et l'effaçant, augmenterait l'effort qu'on est
obligé de faire sur la drisse. Quand le hunier est rendu, on fait
descendre au-dessus de son racage le racage du galhauban volant, pour
pouvoir le raidir et pousser l'arc-boutant avant que le hunier ne soit
orienté.

Lorsqu'on prend le troisième ris, on est obligé quelquefois de choquer
les écoutes; sans cela, non-seulement les palanquins ne pourraient être
convenablement pesés, mais ils fatigueraient trop la voile qu'ils
déchireraient peut-être; avarie bien dangereuse, si sur une côte elle
obligeait à changer un hunier. Les écoutes ne doivent être choquées qu'à
retour sur leurs bittes, et amarrées lorsque les palanquins sont à
poste.

Il est évident que si en prenant le troisième ou quatrième ris, les
basses voiles ne sont pas appareillées, on peut se dispenser de choquer
les écoutes en brassant les basses vergues au vent d'une quantité
suffisante pour donner du mou dans les ralingues.

Lorsqu'on prend le troisième et le quatrième ris d'un temps forcé au
plus près, on peut tenir les huniers en ralingue pour faciliter cette
opération; mais il n'en est pas ainsi lorsqu'on court grand largue et
vent arrière. Les huniers, sous ces allures, ne peuvent être déventés, à
moins qu'on ne range le navire au vent, et comme, vu l'état de la mer,
cette manoeuvre peut être dangereuse, il est quelquefois préférable de
ne pas déranger le navire de sa route, et de carguer les huniers pour y
prendre le dernier ris.


_Carguer un Hunier de mauvais temps._

On a discuté long-temps, et on discute encore pour savoir s'il est plus
convenable de carguer, dans un mauvais temps, les huniers au vent ou
sous le vent.

Quant à nous, nous avouerons avec franchise que non-seulement nous
n'avons jamais trouvé une bonne raison pour les carguer au vent, mais
que même nous ne nous sommes jamais trouvé dans une circonstance où
cette manoeuvre n'eût été une faute.

Nous accordons que lorsqu'on se débarrasse d'un hunier par précaution,
on peut le carguer au vent, en ne mollissant la bouline et l'écoute du
vent qu'à retour, à la demande de la cargue-point et de la cargue-fond.
Que ces cargues rendues et amarrées, on choque l'écoute sous le vent à
retour, pour rendre les cargues sous le vent à joindre, et que le hunier
peut être ainsi cargué sans avaries. Mais même dans ce cas, qui est le
plus favorable puisque toutes les dispositions ont été prises à
l'avance, peut-on nier que lorsqu'on carguera la portion sous le vent de
la voile, il y aura une plus grande quantité de toile dans laquelle le
vent s'engouffrera, et qui pourra se capeler et se déchirer sur le bout
de la vergue, que si on avait commencé par la partie sous le vent, car
alors celle du vent retenue par l'écoute et la bouline ne pourrait se
porter en partie sous le vent, quoique retenue par ses cargues?

Le plus souvent lorsqu'on se débarrasse d'un hunier, c'est parce que le
vent augmente de fureur, et qu'on a été surpris par une pesante rafale,
ou qu'un grain violent charge le navire qu'il faut soulager
immédiatement. Peut-on alors carguer au vent? Non, et si dans les
circonstances les plus défavorables on parvient à sauver la voile,
n'est-on pas en droit de conclure qu'il faut toujours agir ainsi?

On doit donc, pour carguer un hunier de mauvais temps, peser fortement
sur le bras du vent et la cargue-point du même bord pour le faire
amener, mais sans le déventer, car il pourrait masquer, et pour cela ne
pas larguer la bouline; choquer l'écoute sous le vent en abraquant la
cargue-point et la cargue-fond; lorsque ces cargues sont rendues, filer
à retour l'écoute du vent et la bouline, en pesant les cargues et
brassant seulement alors en ralingue.

Il arrive quelquefois que naviguant au plus près, l'écoute du vent d'un
hunier casse, alors, malgré son bras, la vergue s'efface, poussée par la
voile qui se porte sous le vent, et on ne peut la brasser et par
conséquent l'amener, quelque effort qu'on fasse sur le bras, parce
qu'alors l'angle sous lequel il agit est trop aigu. Dans cette
circonstance il faut choquer l'écoute sous le vent, ce qui fait
ralinguer la voile et permet de la brasser et de l'amener.


_Prendre les Ris aux basses Voiles._

Les basses voiles n'ont pas de palanquins de ris, on les remplace par
des cartahus qu'on frappe avant l'opération. Simples, ils font dormant à
la patte de la ralingue, en dessous de celle de l'empointure, passent
dans une poulie au bout de la vergue, dans une seconde aiguilletée au
ton, et se manoeuvrent au pied du mât. Doubles, ils font dormant au bout
de la vergue, passent dans une poulie crochée à la patte et continuent
comme nous venons de le dire.

Pour prendre le ris aux basses voiles, on les cargue, on pèse les
cartahus; les hommes élongés sur la vergue saisissent les garcettes, et
portent la toile au vent pour faire prendre l'empointure, puis ils la
portent sous le vent, pour prendre celle sous le vent; ils larguent les
garcettes, prennent la toile pli par pli pour l'élonger sur la vergue,
souquent les garcettes sur l'arrière et les amarrent. On double les
empointures.

Comme il est difficile, à bord des grands navires, aux hommes qui
prennent le ris, de saisir d'une main la garcette sur l'avant de la
voile, et de la prendre avec l'autre main sous la vergue et sur son
arrière, on a imaginé de prendre le ris sur filière, ce qui est plus
facile et diminue considérablement le poids inutile des garcettes,
réduites alors à 12 ou 15 pouces.

Cette filière est placée comme celle d'envergure, mais sur son arrière.
Les garcettes sont sur l'avant de la voile, et sont fixées sur son
arrière par un menu filin qui passe dans leurs oeillets et fait dormant
sur les deux ralingues; un quarantenier est disposé de la même manière
sur l'avant. Lorsque les empointures sont prises, on saisit les
garcettes, on porte la bande du ris à toucher la filière, en laissant
tomber la toile du ris entre la vergue et la voile; on passe les
garcettes sous la filière de dessous en dessus, et on les amarre deux à
deux sur l'arrière.


_Carguer une basse Voile de mauvais temps._

Lorsque le temps est mauvais, les basses voiles se carguent sous le vent
comme les huniers.

On dispose les hommes sur les cargues sous le vent, et on ne file
l'écoute sur son taquet qu'à la demande des cargues; quand elles sont à
joindre, on passe au vent et on cargue en ne filant aussi l'amure qu'à
retour, car si elle était larguée en bande, la toile portée et collée
sur le grand étai par la violence du vent, n'en serait retirée qu'en
lambeaux.

Pour l'établir, on commence par l'amure, en ne filant les cargues qu'à
sa demande. La voile, dans cet instant, doit être tenue en ralingue,
sans cependant trop battre, ce qui pourrait la masquer ou la déchirer.
Le point du vent rendu, on borde l'écoute d'après les mêmes principes.

En amurant une basse voile, il faut larguer la balancine du vent de la
basse vergue, la cargue-point et la bouline du hunier, afin qu'elles ne
s'opposent pas à l'effet de l'amure; et aussitôt qu'elle est établie,
appuyer fortement le bras du vent en larguant celui sous le vent.

Car si les deux bras étaient amarrés, dans le coup de tangage, la mâture
tombant sur l'avant, la vergue ne pourrait suivre ce mouvement, et
l'effort que supporterait alors le milieu de la vergue pourrait la faire
casser; tandis que si le bras sous le vent est largue, la vergue, par
son mouvement de rotation, échappe à l'effort du mât.

Les huniers s'établissent de mauvais temps, comme les basses voiles,
c'est-à-dire qu'on commence par l'écoute du vent, en ne filant les
cargues qu'autant qu'il est nécessaire pour faire agir l'écoute, on
borde ensuite sous le vent de la même manière.



CHAPITRE IV.

_Des Viremens de bord._


Un navire vire de bord ou change d'amure, en faisant passer son avant,
ou son arrière, dans le lit du vent, de là les viremens de bord vent
devant, et vent arrière, ou lof pour lof.

Mais chacune de ces manières de virer se modifie quelquefois par les
circonstances, soit qu'il faille accélérer l'évolution, soit qu'un
espace limité oblige de la circonscrire.


_Virer de bord vent devant en gagnant au vent._

Si le navire n'est pas au plus près, il faut l'y ranger, et bien faire
attention qu'au moment où on commence l'évolution il ne soit ni arrivé,
ni lancé au vent.

On met la barre dessous sans précipitation, et pour augmenter le
mouvement d'aulofée qu'elle communique au navire, on borde la brigantine
et on file l'écoute des focs.

Aussitôt que le navire est assez rangé au vent pour faire ralinguer les
basses voiles, on lève les lofs, et quand il est presque vent devant, on
change vivement les voiles de l'arrière en les orientant de l'autre
bord; on change le gui, et on dresse la barre.

Lorsque les voiles de l'arrière commencent à porter, c'est-à-dire
lorsque le navire a fait une abattée de quatre quarts, on change
lestement les voiles de l'avant, on borde les focs et on oriente au plus
près.

Si, avant l'instant de changer le phare de l'arrière, le navire a perdu
son aire, on dresse la barre, mais s'il cule on la change, puisqu'elle
produit un effet contraire.


_Observations._

Le navire, au moment où on veut le faire virer vent devant, ne doit être
ni au vent ni arrivé. Dans le premier cas, son aire diminué ralentira et
pourra faire manquer la manoeuvre; dans le second, le mouvement
d'aulofée devant être plus long, le navire y perdra le surcroît de
vitesse qu'on lui a fait acquérir en arrivant, et l'évolution sera
prolongée, sans pour cela être plus certaine.

Il faut donc éviter avec le plus grand soin les mouvemens d'arrivée
avant de virer, surtout si la brise est faible; car, dans cette
position, la petite augmentation de vitesse qu'on procure est bien
promptement annulée par celle de l'angle d'aulofée, et l'aire est perdu
avant que les voiles soient assez masquées pour assurer l'évolution. Le
navire incertain n'est plus maîtrisé par son gouvernail; ses voiles en
ralingue ne lui impriment pas un mouvement d'aculée assez fort pour que
la barre, quoique changée, puisse le faire obéir, et au lieu de venir au
vent, il arrive et manque son évolution.

Pour assurer, autant que possible, la manoeuvre lorsque la brise est
faible, on doit tenir le navire au plus près et haler bas les focs en
mettant la barre sous le vent, et bordant la brigantine. De cette
manière, en détruisant l'effet des voiles qui s'opposent le plus à
l'aulofée, on peut plus facilement parvenir à masquer, et par conséquent
à virer.

Si la brise est fraîche et la mer belle, une arrivée, avant de virer,
n'aurait d'autre inconvénient que de prolonger l'évolution, parce
qu'alors le navire, quoique ayant un plus grand angle à parcourir pour
masquer, le franchira à l'aide de son gouvernail; mais comme on doit se
piquer de manoeuvrer avec le plus de précision possible, il faut éviter
ce mouvement qui n'est qu'une fausse manoeuvre.

Si la mer est forte, il faut choisir pour envoyer un moment favorable,
c'est-à-dire celui où l'aire du navire n'a pas été cassé par un coup de
tangage, et où il possède toute sa vitesse.

Si, lorsque la brise est faible, il est prudent, pour assurer
l'évolution, de haler bas les focs, on peut, lorsqu'elle est fraîche, ne
filer leurs écoutes que lorsque les basses voiles commencent à
ralinguer, parce que, jusqu'à ce moment, ils concourent à augmenter la
vitesse, et que le gouvernail suffit pour ranger au vent. Il est
quelques navires qui, en filant les écoutes des focs, choquent aussi
l'écoute de misaine. Cette méthode, qui accélère l'évolution, empêche
nécessairement de gagner au vent puisqu'elle diminue l'aire, et c'est en
général ce qu'on se propose en virant vent devant.

Quand on lève le lof des basses voiles, on doit abraquer les écoutes et
amures de revers, afin qu'elles ne s'engagent pas dans les
porte-haubans, et que le changement des phares puisse se faire avec la
plus grande promptitude. En même temps on largue les galhaubans du vent,
et on les affale pour pouvoir les passer sur l'arrière des hunes quand
on orientera. A mesure que les phares sont orientés on raidit leurs
galhaubans, et on pousse les arcs-boutans.

Si le vent est frais, le phare de l'arrière reste long-temps sur le mât
avant d'être changé, fait culer le navire, et lui fait ainsi perdre du
chemin au vent; on augmenterait peut-être la célérité de l'évolution, et
on perdrait moins en carguant la grande voile en levant ses lofs. On
l'établit dans ce cas après avoir changé d'arrière ou d'avant.

Le moment de changer d'arrière, qui n'est pas toujours indiqué d'une
manière convenable par la girouette, l'est positivement par la
brigantine. Lorsqu'elle est entièrement déventée, c'est une preuve que
le vent est entre les vergues de l'avant et le beaupré; que le phare de
l'avant fait ranger le navire au vent, et que les voiles de l'arrière,
inutiles à cette partie de l'évolution, peuvent être disposées à l'autre
bord.

Lorsque, par suite de la force de la brise, les phares de l'arrière ont
été changés avec lenteur, il arrive souvent qu'on se croit obligé de
changer devant lorsque l'abattée est suffisamment prononcée et qu'on se
trouve à l'autre bord sans avoir une seule voile orientée, si ce n'est
la brigantine. Dans cette position, le navire tombe sous le vent, ne
peut sentir l'effet de son gouvernail, puisque ses voiles en ralingue ne
lui communiquent aucune vitesse, il peut masquer, ou du moins il est
très-lent à arriver, est obligé de gouverner largue pour faire porter
ses voiles, et ne peut ranger au plus près que lorsqu'elles sont
orientées, ce qui lui fait perdre beaucoup au vent.

Dans ce cas il nous semble bien préférable d'orienter parfaitement les
phares de l'arrière, ou au moins d'en brasser les vergues
convenablement, d'amurer et border la grande voile avant de toucher aux
voiles de l'avant, en mettant la barre dessous pour modérer l'abattée;
puis changer les voiles de l'avant, qui seront bientôt démasquées, le
navire étant plus arrivé qu'il ne le serait si on avait fait le
mouvement comme ci-dessus; dresser la barre et border les focs. On sent
que le navire prenant immédiatement de l'aire, rangera au plus près bien
plus immédiatement, et perdra moins au vent.

Le gouvernail étant un des principaux agens de cette évolution, sa
manoeuvre doit être surveillée avec le plus grand soin.

La barre ayant été mise sous le vent aussitôt qu'on a voulu lancer au
vent, est dressée lorsque le navire a entièrement perdu son aire. S'il
cule, on la change, parce qu'alors le gouvernail agit en sens contraire,
ou comme si on l'imaginait placé de l'avant. Si la barre n'a pas été
dressée avant le moment où l'on change les phares de l'arrière, on la
dresse alors, parce que celui de l'avant suffit pour achever
l'évolution. Mais si l'abattée est trop forte, on la met dessous pour la
modérer pendant qu'on change les voiles de l'avant.

Si après avoir pris l'autre bord, on ne peut pas orienter tout à la
fois, on commencera par l'arrière ou l'avant, suivant que le navire
aura besoin de lofer ou d'arriver pour être au plus près.

Si, ayant changé les voiles de l'avant, le navire venait au vent malgré
que les focs fussent bordés, ce qui peut arriver parce qu'on a changé
trop tôt, ou parce que la mer houleuse d'un vent qui a régné, une lame a
pris le navire par la joue sous le vent, il faut remasquer devant,
carguer la brigantine pour faire prononcer l'abattée.

Dans le virement de bord vent devant, nous n'avons pas parlé des voiles
d'étai, parce que dans notre opinion ces voiles ne peuvent être que
nuisibles sous cette allure, à bord des bâtimens à voiles carrées.


_Virer de bord, vent devant, le plus promptement possible._

Dans le virement de bord que nous venons de décrire, nous avons supposé
que rien ne gênait l'évolution, et que son but était de changer d'amure
en gagnant au vent le plus qu'il est possible.

Mais il peut se faire que le navire, arrêté par un obstacle imprévu,
soit obligé de virer immédiatement sans s'en approcher et sans tomber
sous le vent.

Il faut alors amortir brusquement l'aire du navire, en mettant en même
temps et très-vivement la barre dessous, bordant le gui, filant les
écoutes des focs et de la misaine. Si la vitesse était considérable
avant la manoeuvre, il est probable que le navire prendra vent devant,
et alors on terminera l'évolution comme nous l'avons dit plus haut.

Mais s'il ne pouvait prendre, on masquerait partout en larguant les
boulines, carguant la brigantine et la grande voile, afin de culer, puis
on change d'amures, comme nous le dirons en parlant des viremens de bord
vent arrière.


_Virer de bord vent arrière._

On cargue la brigantine et la grande voile, on largue les boulines
d'arrière, et on en brasse les voiles en ralingue. Aussitôt qu'elles y
sont, on met la barre au vent. L'effet des voiles de l'arrière étant
détruit, l'arrivée est prompte, et pour qu'elle ne se ralentisse pas, on
continue à brasser en ralingue à mesure que le bâtiment arrive.

Lorsque le vent est de la hanche, on lève les lofs de la misaine, et on
brasse son phare de manière qu'il soit carré lorsque le vent est de
l'arrière.

Les vergues du grand mât et du mât d'artimon ont été aussi brassées de
la même manière. Mais comme il faut faire venir le navire sur l'autre
bord avec promptitude, ce à quoi il est déjà porté par sa barre, qui
ayant été mise au vent se trouve sous le vent et du bord opposé à celui
où on veut prendre les amures, on file les écoutes des focs, on continue
à brasser derrière. Dès que le vent est de la hanche, on borde la
brigantine à mesure que le navire range au vent, on amure la grande
voile. Lorsque le vent est du travers, on doit être orienté derrière,
alors on oriente devant en bordant les focs et dressant la barre pour
modérer l'aulofée qui doit être vive si la brise est fraîche.


_Observations._

Le virement de bord vent arrière ne s'exécute à bord d'un navire
naviguant isolément, que lorsque l'état du vent et de la mer ne lui
permet pas de virer vent devant; c'est donc le plus souvent avec un
vent violent et une grosse mer que cette manoeuvre a lieu. Il faut y
apporter le plus grand soin pour ne pas faire d'avaries.

Si la grande voile est remplacée par le foc d'artimon, on le hale bas en
carguant l'artimon, et on passe immédiatement son écoute de l'autre bord
pour l'empêcher de battre lorsqu'on le hissera.

A mesure qu'on brasse, on doit abraquer les drosses et les palans de
roulis, de manière qu'ils soient raides lorsque le navire est vent
arrière, car c'est alors le moment des plus violens roulis. Par la même
raison, on ne largue pas les galhaubans du vent; ceux sous le vent sont
raidis aussitôt que le mouvement des vergues le permet, en sorte qu'ils
le sont des deux bords lorsque le vent souffle de l'arrière.

Il faut haler bas le petit foc et non filer son écoute, car il serait
probablement emporté si on le laissait battre pendant que le navire
vient au vent; il faut même le border avant de le hisser, pour l'établir
à l'autre bord.

Lorsque le vent est violent, le navire a acquis une grande vitesse au
moment où il est vent arrière, et il serait imprudent de ranger
immédiatement au vent. On doit dresser la barre et choisir le moment
favorable en donnant le temps nécessaire pour établir les voiles
convenablement.


_Virer de bord vent arrière en masquant._

Cette manoeuvre doit être exécutée avec la plus grande promptitude,
puisqu'elle ne se fait que dans des circonstances imprévues, lorsqu'il
faut instantanément s'éloigner d'un objet.

Il faut, en même temps, s'il est possible, mettre la barre dessous,
carguer la brigantine et la grande voile, filer les écoutes des focs et
de la misaine, larguer toutes les boulines et contre-brasser devant en
levant les lofs de misaine et orientant son phare à l'autre bord.

Le navire dont l'aire a été promptement amorti, puisque l'effet de
toutes ses voiles a été détruit et que l'aire acquis a été brisé en
venant au vent, cule avec rapidité en abattant; son phare de l'avant
étant contre-brassé, et ceux de l'arrière en ralingue, on continue à les
tenir ainsi pendant l'arrivée; et s'il est nécessaire de rendre l'aculée
plus vive, on les masque, mais en ne les brassant que carrément pour
qu'ils ne s'opposent pas à l'abattée. Lorsqu'elle sera de 90°,
c'est-à-dire lorsque le vent sera du travers, les voiles de l'arrière se
trouveront en ralingue, et malgré cela, si la brise est fraîche, le
gouvernail suffira pour faire dépasser ce point au navire qui prendra le
vent dans ses voiles de l'arrière, et acquerra de la vitesse, alors on
bordera les focs en changeant la barre. Le vent étant de l'arrière, on
filera les écoutes des focs et de la misaine, on suivra le vent en
brassant convenablement les voiles de l'arrière, puis on bordera la
brigantine, on amurera la grande voile, et les vents étant du travers,
on bordera les focs et la misaine en dressant la barre et rangeant au
plus près.

Si l'abattée étant de 90°, le mouvement d'aculée n'est pas assez fort
pour que le gouvernail fasse franchir le point où les voiles de
l'arrière sont en ralingue, il faut border les focs et éventer derrière
pour donner de l'aire au navire en dressant la barre, puis en la mettant
au vent dès qu'il en a acquis pour terminer l'évolution.



CHAPITRE V.

_De la Panne._


Un navire est en panne, lorsque ses voiles sont disposées de telle sorte
que se contrariant mutuellement dans leurs effets, leur résultat est
nul. Alors le navire est presque immobile, et n'obéit plus qu'au
mouvement de la lame et du courant.

On réduit ordinairement la voilure aux huniers, à la brigantine et au
grand foc, lorsqu'on veut mettre en panne, quoique dans quelques
circonstances on puisse, comme nous le dirons, garder toutes les voiles
du plus près.


_Mettre en panne, vent dessus, vent dedans._

On réduit la voilure aux huniers, grand foc et brigantine, on serre le
vent au plus près, puis on masque le grand hunier en mettant la barre
dessous en douceur, et filant l'écoute du foc, quand l'aulofée commence
à se ralentir.

On peut aussi, au lieu de masquer le grand hunier, masquer le petit
hunier et le perroquet de fougue, ou seulement le petit hunier.


_Observations._

L'habitude du bâtiment doit indiquer quelle est la panne sous laquelle
il se comporte le mieux, c'est-à-dire celle où il fait les moins grandes
abattées, et où il dérive par conséquent le moins. Car, quoique la
théorie soit la même pour tous les navires, il n'en est nullement ainsi
pour la pratique, quoiqu'on en puisse dire.

Tel navire fait de grandes embardées, ayant son grand hunier masqué, et
ne revient au vent que lorsqu'il ralingue, tandis qu'un autre,
parfaitement semblable, ne fait dans cette position que des embardées de
deux quarts.

Le petit hunier masqué oblige tel navire à faire des arrivées, à prendre
le vent par la hanche, tandis que tel autre, non-seulement ne fait que
de faibles abattées, mais même peut ne pas mettre toute sa barre
dessous, ainsi que nous l'avons vu nous-même.

Quoique la connaissance parfaite du navire indique suffisamment la
panne qui lui est la plus favorable, il est des données générales que
nous devons faire connaître.

Si on met en panne au vent d'un objet qu'on ne veut pas approcher, il
faut disposer sa voilure de manière à pouvoir prendre de l'aire et lofer
le plus promptement possible. Pour cela, il faut masquer le petit
hunier, et laisser éventer le grand hunier et le perroquet de fougue.

Il est évident que si dans cette position il est nécessaire de prendre
de l'aire pour lofer et doubler l'objet sous le vent, les voiles de
l'arrière étant orientées, il n'y aura qu'à dresser la barre en brassant
devant, et aussitôt que le petit hunier sera démasqué on pourra lofer
avec la barre et border le foc. Tandis que si le grand hunier avait été
masqué, le navire aurait été plus lent à ranger au vent, n'ayant pas son
phare du grand mât orienté aussi promptement, et aurait décrit sous le
vent un arc plus grand, qui l'aurait rapproché de l'objet qu'on doit
éviter.

Si, au contraire, on met en panne sous le vent d'un navire, et qu'on
veuille être prêt à arriver s'il venait à vous approcher, on doit
masquer le grand hunier et le perroquet de fougue, en ne les brassant
que carrément.

Dans cette position, l'arrivée sera bien prompte, puisqu'il suffira de
carguer la brigantine et de border le foc en dressant la barre. Le grand
hunier et le perroquet de fougue n'étant brassés que carrément, seront
mis en ralingue par le seul mouvement imprimé au navire en carguant la
brigantine et bordant le foc; d'ailleurs on les brassera, mais on est
sûr que l'arrivée sera déjà prononcée.

Lorsqu'on mettra en panne, il est inutile d'arrêter tout à fait le
navire. On peut se contenter de brasser carrément un des deux huniers;
comme alors il conserve un peu d'aire, un tour de barre dessous suffit
pour le maintenir au vent, et on peut manoeuvrer dans toutes les
circonstances avec plus de célérité.


_Mettre en panne sous toutes les voiles du plus près._

Si on n'a pas long-temps à rester en panne, si la brise est maniable et
la mer belle, on peut se dispenser de réduire la voilure aux huniers.

On cargue la brigantine, on file en bande l'écoute de grande voile, on
largue la bouline du perroquet de fougue, et on met la barre dessous en
douceur; on amarre les bras sous le vent.

Une partie de l'effet des voiles de l'arrière étant détruite, la vitesse
diminue, et d'autant mieux que la barre étant mise sous le vent peu à
peu, le navire perd son aire en rangeant au vent, et ne peut masquer
puisqu'il a ses focs et le phare de l'avant orientés, qui par conséquent
s'opposent à ce mouvement. Toutes les voiles se trouveront en ralingue,
et l'aire étant perdu, le navire arrivera, jusqu'au moment où le vent
reprenant dans les voiles, lui donnera de la vitesse, qui, par la
disposition du gouvernail, le fera de nouveau ranger au vent.

On se sert du perroquet de fougue pour accélérer ou modérer les
abattées, en abraquant sa bouline, ou en le masquant.

On amarre les bras sous le vent en commençant l'évolution, afin que les
voiles étant en ralingue, leurs vergues ne se portent pas au vent, ce
qui arriverait si elles n'étaient tenues que par leurs boulines, et
pourrait faire masquer.

Si malgré toutes ces précautions le navire masquait, il faudrait
aussitôt contre-brasser le phare de l'avant pour le faire arriver; mais
on n'aura jamais cette crainte à avoir si la barre n'est mise dessous
qu'en douceur, car alors l'aire sera cassé avant qu'on puisse masquer.

Cette manoeuvre, ainsi que nous le verrons plus bas, est souvent
employée pour sonder de beau temps par un petit fond.


_Faire servir, lorsqu'on est en panne, le vent sur le petit hunier._

Le petit hunier étant masqué pour mettre en route, on cargue la
brigantine, on borde le petit foc et on dresse la barre. Si l'abattée se
prononce, ainsi que cela arrive souvent, on attend que les vents soient
à peu près de travers, et alors on change le petit hunier qu'on oriente;
lorsqu'il l'est et que la vitesse augmente on borde la brigantine.

Si l'abattée ne se prononce pas, après avoir cargué la brigantine, bordé
le foc et dressé la barre, on ralingue le perroquet de fougue et même le
grand hunier si cela est nécessaire; puis on les oriente en démasquant
le petit hunier, comme nous venons de le dire.

Si on devait courir largue, on ralinguerait le grand hunier et le
perroquet de fougue en dressant la barre, parce que non-seulement ils
accéléreraient l'arrivée, mais encore parce qu'ils se trouveraient plus
promptement disposés pour la route qu'on doit suivre.


_Faire servir, lorsqu'on est en panne, le vent sur le grand hunier._

Pour mettre en route, le grand hunier étant masqué, on cargue la
brigantine, on borde le foc, on dresse la barre et on ralingue le grand
hunier. Lorsque le navire prend de l'aire, on l'oriente en bordant la
brigantine, si on doit serrer le vent.

Dans le cas contraire, on continue à tenir le grand hunier en ralingue,
jusqu'à ce que le navire soit arrivé au rhumb où l'on veut gouverner,
puis on l'établit suivant cette allure.

Si on choisit le moment d'une abattée pour border le foc et dresser la
barre, il est inutile de carguer la brigantine, si on doit continuer à
tenir le plus près, parce que dans ce moment le navire a de l'aire,
qu'on augmente promptement en démasquant et orientant le grand hunier.


_Faire servir, lorsqu'on est en panne, sous toutes les voiles du plus
près._

Il faut profiter d'un mouvement d'abattée pour dresser la barre. Dans
cette position, le navire doit prendre de l'aire, et aussitôt qu'il en
a, on met un peu de barre au vent pour l'augmenter, sans lui faire faire
une grande arrivée; puis on rétablit successivement la voilure en
bordant la grande voile, la brigantine en halant la bouline du perroquet
de fougue.

Si le mouvement d'arrivée ne se prononce pas, on ralingue le perroquet
de fougue, et s'il ne suffit pas, on masque devant.


_Observations._

Nous avons entendu parler d'une manière de mettre en panne le vent sur
toutes les voiles, qui consiste à haler bas les focs, contre-brassant
partout à la fois en orientant à l'autre bord, bordant la brigantine et
mettant la barre au vent.

Non-seulement nous n'avons jamais vu employer cette manoeuvre, mais en y
réfléchissant, il nous a été impossible de nous rendre raison de son
utilité, de trouver des cas dans lesquels on peut l'employer avec
succès, et d'imaginer comment une évolution, qui nécessitait un
changement total de disposition dans toute la voilure, et qui en
nécessitait un second aussi ou presque aussi total pour revenir en
route, a pu être employée.



CHAPITRE VI.

_Sonder._


Pour sonder, il faut arrêter le navire afin qu'il puisse connaître la
profondeur du fond; il ne s'agit que de mettre en panne, suivant l'état
du vent et de la mer.


_Sonder de beau temps._

Si on court au plus près, on cargue la brigantine, on file l'écoute de
la grande voile en bande, on largue la bouline de perroquet de fougue,
et on met sa barre dessous en douceur. Le plomb ayant été porté au vent
de l'avant et la ligne élongée, on le mouille aussitôt que le navire a
perdu son aire, puis on le retire après avoir eu le fond, et on met en
route.

Cette manoeuvre n'étant que la panne sous toutes les voiles du plus
près, nous n'en parlerons pas plus longuement.

Si on court largue, on rentre les bonnettes, on abraque les écoutes des
focs et de la misaine, on cargue la brigantine et on met la barre
dessous, en amarrant les bras sous le vent.

Le navire rangera avec assez de rapidité au vent, mais ses voiles étant
orientées pour le largue ne tarderont pas à ralinguer; et comme la
brigantine est carguée et les focs établis, il n'est pas possible qu'il
prenne vent devant. Si cependant on pouvait concevoir quelque crainte,
il faudrait mettre la barre dessous, peu à peu, de manière à rompre
l'aire.

Si on est grand largue ou vent arrière, on rentre les bonnettes, on
borde plat les focs, on met la barre dessous ou du bord opposé à celui
où on veut venir. Si le fond était considérable, il serait mieux
d'ouvrir le phare de l'avant, afin que l'aculée ne fût pas aussi forte.


_Sonder de mauvais temps._

Si on est au plus près, on se débarrasse de la misaine et de la grande
voile, si elle est établie; mais si elle est remplacée par le foc
d'artimon, on n'y touche pas. Puis on met en panne, comme nous l'avons
dit plus haut, en halant bas le foc, car si on filait son écoute, il se
déchirerait, et on mouille le plomb aussitôt que le navire a perdu son
aire. Lorsqu'il a été retiré, on met en route comme nous l'avons dit en
parlant de la panne.

Mais si on court largue ou vent arrière, les huniers ayant moins de ris
que si on était au plus près, il faudrait les prendre avant de mettre en
panne, pour ne pas compromettre la mâture.

Si le vent est trop violent pour porter les huniers, on les serre et on
vient au vent sous le petit foc, le foc d'artimon et l'artimon.


_Observations._

On a imaginé plusieurs instrumens pour avoir le fond lorsque le navire
conserve son sillage.

Le meilleur, sans contredit, est la bouée à stopeur, connue de tous les
marins, mais que beaucoup ont abandonnée, parce que la ligne, fortement
souquée entre le montant de la bouée et le stopeur en fer, était
fréquemment coupée.

Lorsqu'on navigue par de petits fonds qu'il est important de connaître
pour diriger la route du navire, on place un sondeur dans chacun des
porte-haubans du grand mât, qui lancent à la main le plomb sur l'avant,
et annoncent successivement le fond. Mais on conçoit qu'ils ne peuvent
le faire avec exactitude que si le plomb a pu toucher le fond dans le
temps qui s'écoule entre le moment où le plomb tombe à l'eau et celui où
le grand porte-hauban arrive par le travers, ou à peu près de ce point.
La vitesse du sillage doit donc être réglée en conséquence.



CHAPITRE VII.

DE LA CAPE.


_Des différentes espèces de Cape._

Un navire est à la cape, lorsque la violence du vent et sa direction
l'empêchant de faire route, il présente une petite quantité de voiles,
en gardant sa barre dessous, pour perdre le moins possible.

Nous disons la direction du vent, parce que, quel que soit sa violence,
si le navire fait route, fût-il à sec de voiles, il n'est pas à la cape,
il fuit devant le temps.

La voilure à conserver pendant la cape dépend autant des qualités du
navire que des circonstances dans lesquelles on se trouve, et le
manoeuvrier doit observer son navire avec soin, pour connaître quelle
est celle qui lui convient le mieux.

Les capes les plus usitées sont:

Le grand hunier au bas ris, la misaine, le petit foc et l'artimon;

Le grand hunier au bas ris, le petit foc et l'artimon;

La misaine, le petit foc, le foc d'artimon et l'artimon;

Le petit foc, la pouillouse, le foc d'artimon et l'artimon;

Le petit foc, le foc d'artimon et l'artimon;

Enfin, la cape à sec.

La première, celle du grand hunier et de la misaine, est une cape de
beau temps. Le navire a de la vitesse, il sent par conséquent sa barre,
on ne la met pas entièrement dessous, il suffit, dans les arrivées un
peu grandes, de l'y mettre en partie. On peut ainsi défier la lame,
puisque le navire gouverne, et les coups de mer sont moins dangereux.

Avant d'aller plus loin, nous ferons observer que, quoique nous ayons
dit en commençant ce chapitre, que la cape était l'état du navire
présentant une petite quantité de voiles à la violence du vent en
gardant sa barre dessous, notre opinion n'est pas qu'on doive toujours
en agir ainsi, bien au contraire; le navire doit être tenu autant que
possible gouvernant, et nous ne voyons que la cape à sec où la barre
puisse être amarrée sous le vent.

Dans toutes les autres circonstances, il faut gouverner, afin de pouvoir
dresser la barre à l'encontre d'une lame qui vient briser avec
violence. Si on gouverne, le navire est moins bridé, ses mouvemens sont
moins violens, le gouvernail ne fatigue pas autant et risque moins de
s'avarier, soit dans ses ferrures, dans sa barre ou dans sa drosse.

La cape sous le grand hunier et la misaine, est celle qu'on prend
lorsque le vent a augmenté graduellement. On doit la garder autant que
possible, puisqu'elle tient le navire gouvernant, et qu'elle permet par
conséquent de le faire obéir aux mouvemens qu'on peut avoir besoin de
lui imprimer. Mais si le temps est à violentes rafales, et surtout s'il
y a de fréquentes sautes de vent, il faut y renoncer, parce qu'en
masquant on compromettrait la mâture.

Si, étant sous cette voilure, le vent augmente encore, on serre le grand
hunier, si le navire est ardent, c'est-à-dire si ses mouvemens d'arrivée
sont lents et difficiles; et on serre la misaine s'il est mou,
c'est-à-dire s'il présente difficilement au vent. En serrant le grand
hunier, on le remplace par le foc d'artimon de cape.

Sous la misaine, le navire sera mieux disposé pour arriver, ce qui peut
être d'une grande utilité; mais ses abattées sont plus grandes, il
acquiert plus de vitesse dans ce moment, et revenant au vent par l'effet
du gouvernail, choque la lame avec plus de force et peut recevoir des
coups de mer dangereux, quelque soin qu'on mette à les défier en
mollissant la barre. D'ailleurs cette voile, placée sur l'avant du
navire, le fait plonger et augmente le tangage.

Avec le grand hunier, les abattées sont moins grandes, le navire a donc
moins de vitesse, il choque la lame avec moins de force, et rend les
coups de mer moins dangereux. Il ne charge pas l'avant, diminue les
tangages et modère les roulis en appuyant mieux le navire que la
misaine. Mais l'arrivée est plus difficile, et sa vergue, bien moins
appuyée que la misaine, peut occasionner des avaries plus fréquentes.

Entre les tropiques, dans la saison des ouragans, des tornados et des
typhons, où les sautes de vent sont violentes et instantanées, il faut
prendre la cape sous les voiles latines, parce que les sautes de vent
sont alors sans danger, ne compromettant ni la mâture ni le navire, et
qu'il n'en peut résulter que la perte de voiles de peu d'importance.

Sous cette voilure, le navire est mal appuyé, surtout si la mer est
grosse, parce que ces voiles sont souvent déventées dans les mouvemens
de roulis. Il reste alors sans vitesse, ne sent plus son gouvernail, et
peut recevoir des coups de mer dangereux. Les arrivées sont promptes,
puisque la plus grande partie du système de voilure est de l'avant du
centre de gravité, et qu'il est toujours facile de se débarrasser du foc
d'artimon de cape et de l'artimon.

Au sujet de cette dernière voile, nous ferons observer que, dans de
pareilles circonstances, il faut éviter de se servir de l'artimon
envergué sur la corne, très-difficile à carguer, et dont la toile se
collant sous le vent sur les haubans d'artimon, peut rendre l'arrivée
impossible, que la corne fatigue le mât et qu'elle amène difficilement.
On doit le remplacer par un artimon triangulaire ou à petite corne de
deux ou trois pieds, qui n'est retenu que par une seule drisse simple,
dont la voile n'est pas lacée au mât, et qui par conséquent s'amène et
se hisse avec la plus grande facilité.

Cette cape, sous les voiles latines, se compose du petit foc ou du
tourmentin, de la pouillouse, du foc d'artimon de cape et de l'artimon.
Mais la pouillouse, si elle offre une partie des avantages de la misaine
en rendant les arrivées plus promptes, a aussi une partie de ses
inconvéniens. Elle occasionne de fortes abattées, charge l'avant qu'elle
fait plonger, et fait embarquer beaucoup d'eau. Aussi est-elle souvent
supprimée, et on reste alors sous le petit foc, le foc d'artimon et
l'artimon.

Les navires se comportent en général bien sous cette voilure, et nous en
avons vu un qui, dans cette position, perdit son foc, continua à capeyer
sous son foc d'artimon de cape, et se comporta encore mieux qu'il ne le
faisait son petit foc dehors. C'était cependant un bâtiment à fonds
très-fins, et qui était ordinairement ardent.

La cape à sec ne se prend que rarement, et le plus souvent que lorsqu'on
a perdu les voiles latines qu'on avait appareillées. Il faut toujours
avoir un foc prêt à être hissé si on a besoin d'arriver.


_Observations._

Avant de mettre à la cape, il est une foule de précautions à prendre,
qui importent à la sûreté du navire; nous indiquerons les principales.

Si les bâtimens portent de l'artillerie, on doit s'assurer que toutes
les pièces sont bien amarrées, que les sabords des batteries sont
hermétiquement fermés.

Il faut visiter les amarrages des coffres, cuisines, etc.; assurer les
drômes en les liant entr'elles par de forts palans; doubler les saisines
de la chaloupe et la consolider par des palans qu'on frappe sur son
avant et son arrière, en les crochant sur les serre-gouttière; renforcer
les bosses de bout et serre-bosses des ancres, tant de celles des
bossoirs que de celles qui sont dans les porte-haubans; soulager les
canots de porte-manteaux.

Saisir le gui sur son support; si la corne est amenée, la brider sur le
gui en bien paquetant la voile, pour qu'elle ne puisse se déferler.

Débarrasser les haubans de tout ce qu'on y place dans les temps
ordinaires, tels que vergues de perroquets, de catacois, bonnettes; les
élonger sur les drômes et les y saisir; soulager les hunes des poids
inutiles, comme bonnettes de perroquets, gréement des bonnettes, etc.

Les faux bras, les fausses amures et écoutes de misaine, l'étai de
tangage, ont dû être mis en place dans les premiers momens du mauvais
temps.

On condamne les panneaux, qu'on recouvre d'un prélart cloué sur
l'hiloire, et on n'en laisse qu'un de libre, ouvert sous le vent, pour
communiquer dans l'intérieur du navire.

On dégage la barre de rechange, et on met en place les palans qui
doivent remplacer la drosse si elle cassait. Mais cette précaution doit
toujours être prise en appareillant.

Lorsque le coup de vent mollit, il faut faire de la voile pour appuyer
le navire, car la mer ne tombe pas en même temps, surtout lorsque la
tempête est arrivée subitement, parce qu'alors elle comprime la mer par
sa violence, et la lame n'acquiert tout son développement que lorsque le
vent diminue de force.

C'est en général dans ces circonstances qu'on fait les plus grandes
avaries dans la mâture, si on n'a pas le soin de faire toute la voile
convenable.


_Arriver, ou virer, lorsqu'on est à la Cape._

Si on est sous la misaine, on profite d'une abattée pour dresser
promptement la barre, on hâle-bas le foc d'artimon et l'artimon, et on
met la barre vivement au vent.

Le navire doit nécessairement arriver, car en profitant d'une abattée,
il avait déjà une vitesse acquise; en dressant la barre dans ce moment,
on l'a augmentée; en détruisant l'effet des voiles derrière et mettant
la barre au vent, on a concouru aussi à l'augmenter, et par suite
l'arrivée a dû se prononcer.

Si on veut virer, lorsque le vent est de l'arrière du travers, on choque
à retour l'écoute de misaine, et on largue sa bouline; on brasse au vent
de manière qu'étant vent arrière elle soit carrément; mais en levant ses
lofs, il faut avoir bien soin de ne filer l'amure qu'à retour, de
manière que la voile soit tenue sur l'arrière par ses écoutes, sans cela
elle se collerait sur les étais, et il serait impossible de s'en rendre
maître. On la perdrait probablement.

Lorsqu'on est vent arrière, on hâle-bas le petit foc et on le borde sur
l'autre bord. Si on filait son écoute, il serait emporté en venant au
vent. On dispose aussi le foc d'artimon qu'on borde.

Si on craint de ranger trop vite au vent, ce qui pourrait arriver
puisque le navire a une grande vitesse, on dresse la barre et on
gouverne largue pour établir la misaine et choisir le moment favorable
pour ranger au vent. Dès qu'on l'a trouvé, on hisse le foc d'artimon et
l'artimon, et on met la barre dessous.

Si on est sous le grand hunier, il faut profiter d'un mouvement
d'abattée, dresser la barre, carguer l'artimon, larguer la bouline du
grand hunier, appuyer les bras du vent, et mettre la barre au vent.

L'abattée déjà commencée se continuera, puisqu'on dresse la barre et
qu'en même temps on détruit l'effet de l'artimon et celui du grand
hunier, en larguant sa bouline et le brassant au vent. On continue de le
brasser à mesure que le navire arrive. Lorsqu'il est vent arrière, on
hâle-bas le petit foc, on borde son écoute à l'autre bord, et on ouvre
le grand hunier. On modère l'aulofée en dressant la barre, si on ne juge
pas le moment favorable pour venir au vent; dans le cas contraire,
lorsqu'il est de la hanche, on établit l'artimon en orientant le grand
hunier, puis on hisse le petit foc.

Il faut avoir le plus grand soin, en manoeuvrant le grand hunier, de ne
filer les bras qu'à retour, d'abraquer à mesure les balancines, les
drosses et les palans de roulis, et d'avoir les galhaubans volans raides
des deux bords, lorsqu'on est vent arrière.

Sous les voiles latines, la voilure étant mieux distribuée, l'arrivée
sera prompte en dressant la barre, se débarrassant du foc d'artimon, de
l'artimon, puis mettant la barre au vent. Lorsqu'on est à peu près vent
arrière, on hâle-bas la pouillouse et le petit foc, qu'on dispose pour
être hissés sur l'autre bord. Le bâtiment est alors sans voiles, mais la
violence du vent lui communique assez de vitesse pour se présenter à
l'autre bord au moyen de sa barre, alors on établit l'artimon et le foc
d'artimon, et quand l'aulofée devient rapide, le petit foc et la
pouillouse.

A sec de voiles, si le navire n'arrive pas avec sa barre, on hisse un
petit foc et on manoeuvre les vergues comme si elles avaient leurs
voiles. Si l'arrivée ne se prononce pas, il faut faire déferler, s'il
est possible, une voile ou un prélart dans les haubans de misaine, y
faire monter les hommes qui se trouvent sur le pont, afin d'offrir une
surface sur laquelle le vent puisse agir. S'il n'arrive pas, il faut
quelquefois sacrifier le mât d'artimon ou le grand mât de hune, pour
soulager l'arrière, diminuer la quantité de vent qui le frappe et qui
s'oppose par conséquent à l'arrivée.

Mais cette question si terrible et qui peut entraîner la perte du
navire, n'a lieu que lorsqu'il est chargé subitement par une
augmentation instantanée dans la violence du vent, qui le couche, le
prive de vitesse et annule l'effet du gouvernail. Elle peut arriver
lorsqu'il capeye sous une des voilures dont nous avons parlé, et peut
avoir des résultats moins funestes, puisqu'en sacrifiant les voiles qui
sont appareillées on peut faire redresser le navire et le faire arriver.

Si le grand hunier est dehors, on file ses écoutes en bande, et comme il
ne tardera pas à être emporté, le navire peut se relever, sentir alors
l'effet du gouvernail, et arriver d'autant mieux que l'artimon a dû être
hâlé-bas, ou éventré si on ne peut le hâler-bas.

Si on est sous la misaine, on choque son écoute en se débarrassant du
foc d'artimon et de l'artimon. En choquant l'écoute de misaine, on
décharge le navire qui se redresse et sent alors l'effet du gouvernail.
Mais si tous ces moyens étaient insuffisans, il faudrait couper le mât
d'artimon.

Il faut toujours avoir des haches sur le pont lorsqu'on est à la cape.



CHAPITRE VIII.

_Mouillages._


La manière dont on vient au mouillage dépend non-seulement du temps et
des localités, mais encore de l'emploi des câbles ou des câbles-chaînes.
Pour s'amarrer avec les câbles, il faut mouiller en culant pour ne pas
surjoualer l'ancre; avec les câbles-chaînes il faut au contraire
mouiller avec de l'aire, sans cela la chaîne filant avec rapidité
pourrait tomber sur l'ancre et la casser, ce que nous avons vu arriver
plusieurs fois. Si on mouillait en culant, il faudrait culer avec une
grande rapidité.


_Mouiller de beau temps._

Si l'on est au plus près, après avoir choisi le point où l'on veut
mouiller, on met le navire sous une voilure maniable, ordinairement les
huniers, les perroquets, le grand foc et la brigantine. On fait route un
peu sous le vent de ce point, lorsqu'on en est à une ou deux encâblures,
suivant les qualités qu'on connaît à son navire, on hâle-bas le foc, on
cargue les huniers et les perroquets, on court ainsi un instant, puis on
met la barre dessous pour venir amortir l'aire au point où on veut
laisser tomber l'ancre, et on mouille aussitôt que le navire cule. La
bitture file, le navire fait tête, et on cargue la brigantine.

Si on se sert de câbles-chaînes, on passe avec de l'aire sur le point où
l'ancre doit tomber, on la mouille et on ne revient au vent que lorsque
la chaîne en filant sur la bitte casse l'aire et force le navire à faire
tête. Le mouvement est assez vif pour qu'il soit inutile de l'augmenter
en conservant la brigantine. On peut la carguer en même temps que les
autres voiles.

Si on vient largue, après s'être mis sous une voilure maniable, on se
dirige sous le vent du point où on veut mouiller, mais de manière à
laisser assez d'espace au navire pour ranger au vent sur son aire.
Parvenu à une distance convenable, on hâle-bas les focs, on cargue les
voiles moins la brigantine, qu'on met dehors si on ne l'a pas, et on met
la barre dessous. Le navire range au vent, et vient s'amortir sur le
point désigné, où on laisse tomber l'ancre aussitôt qu'il cule. Si on a
rangé au vent trop tôt, on coupe l'aire en brassant sur le mât les
voiles carguées.

On voit qu'il est impossible de fixer le moment où on doit carguer et
lancer au vent, puisqu'il dépend de la force du vent, de la vitesse ou
de la dimension des navires qui conservent leur aire d'autant plus que
leur masse est plus considérable.

Pour mouiller avec les câbles-chaînes, comme il est inutile de culer, il
ne s'agit plus que de venir sur le point où on veut mouiller avec une
vitesse convenable, et à moins d'une faible brise, il faut carguer les
voiles avant de laisser tomber l'ancre, ou on pourrait fatiguer la
chaîne et les bittes outre mesure.

Si après avoir mouillé on devait éviter au courant et non au vent, il
faudrait mouiller de manière à ne pas passer sur son ancre en évitant au
courant, dont on connaît la direction, ou garder assez de voiles, après
avoir mouillé, pour faire passer le navire sous le vent de son ancre en
les masquant.


_Mouiller de mauvais temps._

La manoeuvre à faire pour mouiller de mauvais temps ne diffère en rien
de celle qu'on exécute pour mouiller d'un temps maniable; il est
seulement quelques précautions que nécessitent l'état du vent et de la
mer.

Avec des chaînes, la manoeuvre est absolument semblable, puisque tout
consiste à venir sur le lieu où on veut laisser tomber l'ancre avec une
vitesse convenable, et à se débarrasser promptement des voiles pour ne
pas fatiguer les chaînes. On doit serrer immédiatement après avoir
cargué.

Si on mouille vent arrière, il faut, en laissant tomber l'ancre, mettre
un peu de barre du côté opposé à l'ancre, pour détacher la chaîne de la
joue du navire, qui sans cela raguerait le cuivre du doublage.

En mouillant avec des câbles, l'aulofée sera bientôt limitée, surtout si
la mer est forte, et le navire, au lieu de ranger au vent et de culer,
dérivera par le travers et tombera sous le vent; c'est alors qu'il
faudra mouiller, en serrant s'il est possible les voiles, afin que le
navire ne traîne pas son ancre après lui.

Si on vient grand largue ou vent arrière d'un temps forcé, on cargue et
on serre les voiles avant d'arriver au point où l'on veut mouiller.
Quand on est à petite distance, on met la barre dessous, ou du bord
opposé à celui du lieu où on veut mouiller si on est vent arrière, et on
borde l'artimon. Le navire prendra le vent par le travers, perdra sa
vitesse et dérivera, alors on mouillera, en ayant eu le soin de placer
des bosses cassantes sur le câble, pour modérer l'aculée du navire et
diminuer la secousse qu'il imprimera à son câble en faisant tête.


_Mouiller avec embossure._

On mouille en faisant embossure, lorsqu'on veut présenter le travers à
un point déterminé, ce qu'on ne pourrait faire en évitant au vent
régnant ou au courant.

Avant d'aller au mouillage, on étalingue à l'organeau de l'ancre qu'on
doit mouiller, un grelin qu'on dispose de manière à pouvoir filer en
mouillant l'ancre.

Après avoir manoeuvré comme nous l'avons dit et filé la quantité de
câble ou de chaîne nécessaire, on passe le grelin par-dehors dans une
poulie de retour placée dans le sabord de l'arrière ou dans le chaumar
d'embossage du bord qu'on veut présenter au vent ou au courant, et on le
vire au cabestan, où on le tourne lorsque le travers est bien effacé au
point désigné.

Il est inutile de dire que lors même que le vent ou le courant
permettrait de présenter le travers au point désigné, il n'en faudrait
pas moins venir au mouillage avec une embossure pour s'en servir en cas
de changement de vent.


_Observations._

L'adoption à peu près générale des câbles-chaînes a singulièrement
simplifié la manoeuvre à faire pour mouiller avec précision dans un
espace resserré par des dangers ou des navires. L'habitude et la
connaissance parfaite des qualités du navire, l'appréciation exacte de
l'influence que telle ou telle circonstance avait sur la vitesse et la
rapidité de ses mouvemens, pouvaient seules donner au manoeuvrier la
certitude de venir porter son ancre à un point désigné. On en jugera
facilement si on réfléchit à la difficulté qu'on éprouve souvent à
prendre des corps morts sur une rade, sans être obligé de laisser tomber
une ancre.

Les câbles-chaînes qu'on peut mouiller sans se déranger de sa route et
qui n'exigent ainsi pour la manoeuvre qu'un bien moins grand espace,
évitent, dans les rades resserrées et encombrées de navires, des avaries
autrefois très-fréquentes.

On doit toujours venir au mouillage avec les deux ancres des bossoirs
disposées, c'est-à-dire qu'elles sont garnies de leurs bouées et de
leurs orins; que les bittures des câbles sont prises et élongées, ou que
les puits sont ouverts et que les chaînes ont été tournées aux bittes,
après avoir laissé de l'avant un mou de trois à quatre brasses.

Si on mouille de gros temps, l'ancre de veille des porte-haubans de
misaine doit être étalinguée.

En approchant de terre, aussitôt que la profondeur de l'eau rend le
mouillage possible, on débouche les écubiers.

Dès que la sonde à la main peut donner le fond, on place des sondeurs
dans les grands porte-haubans, qui donnent alternativement la profondeur
et la nature.



CHAPITRE IX.


_Affourcher à la voile._

Cette manoeuvre ne peut s'exécuter que lorsque le vent permet de courir
avec au moins un quart de largue sur la ligne où on doit laisser tomber
les ancres. Elle exige de grandes précautions, car si le câble ou la
chaîne était retenu en filant, le navire rappellerait et manquerait sa
manoeuvre.

Supposons qu'on veuille affourcher S. E. et N. O., et qu'on vienne du
sud, la première ancre qu'on laissera tomber sera celle du S. E. On se
met sous une voilure convenable, mais il vaut mieux avoir trop que trop
peu de voiles, car si on n'a pas assez de vitesse, le câble et surtout
la chaîne seront mal élongés; leur poids fera dériver le navire, il
tombera sous le vent, et la deuxième ancre ne sera pas dans le
relèvement voulu.

Venant donc avec une vitesse suffisante, on gouverne au vent de N. O.,
on laisse tomber l'ancre du vent qui sera celle du S. E., puis on arrive
promptement un peu sous le vent du N. O.; on court ainsi jusqu'à ce que
la touée de S. E. soit presque filée, et on lance au vent en carguant
vivement les voiles et mouillant la deuxième ancre.

On vire sur l'amarre du S. E. en filant celle du N. O., jusqu'à ce qu'il
y ait dehors une égale quantité de chacune d'elles.


_Observations._

Après avoir mouillé l'ancre du S. E., on gouverne un peu sous le vent du
N. O., parce que si on gouvernait au N. O., en lançant au vent pour
mouiller la deuxième ancre, on dépasserait la ligne du relèvement.

Le câble de la touée de la première ancre doit être entièrement élongé
sur le pont par plis dans toute la longueur, afin de pouvoir filer avec
la plus grande facilité.

Si on affourche avec des chaînes, on ouvre leurs puits et on met sur
l'avant de la bitte de la première ancre, une quantité de chaînes plus
considérable que dans les mouillages ordinaires, afin que le choc
occasionné par la chute de l'ancre imprime une assez grande force pour
faire filer avec rapidité la chaîne sur sa bitte.

Si la brise était faible, on pourrait décapeler le tour de bitte et
laisser filer la chaîne sur son rouleau, ayant bien soin de l'étrangler
à temps pour qu'elle ne file pas jusqu'à l'étalingure de la cale, afin
d'éviter de se servir de la tournevire pour se haler dessus.

Si on avait le vent de l'arrière pour affourcher, on mouillerait sa
première ancre, puis, rappelant au vent, on culerait en mettant les
voiles sur le mât, et on irait ainsi laisser tomber la seconde.

On ne peut affourcher à la voile qu'avec une brise maniable et une belle
mer; il serait dangereux de le tenter avec un vent frais et une grosse
mer, car alors on est moins sûr de la précision des mouvemens du navire,
qui sont dans cette manoeuvre de la plus grande importance, pour ne pas
la manquer.

Il faut aussi se bien rendre compte de l'action des courans, parce que
s'ils sont violens, ils auront une grande influence sur le navire dans
le moment où il ira porter sa deuxième ancre, puisque, bridé par le
câble, il ne sent plus aussi bien l'effet de la voilure et de son
gouvernail.

Si les courans sont sur la perpendiculaire de la ligne du relèvement, on
les neutralise facilement en gouvernant pour mouiller la deuxième ancre
au vent ou sous le vent de la ligne. S'ils suivent la ligne du
relèvement, ils accélèrent ou retardent le mouvement, il n'y a donc qu'à
diminuer ou augmenter de voiles. Enfin s'ils sont sur une ligne oblique,
il faut faire entrer leur appréciation dans la route qu'il faut faire
suivre au navire pour parvenir exactement au point désigné.



CHAPITRE X.

_Des Abordages._


L'abordage est la manoeuvre qui joint d'assez près deux navires ennemis,
pour que, liés entr'eux par les grappins jetés par l'abordeur, son
équipage puisse passer sur le navire abordé, afin de l'enlever.

Celui des deux navires qui juge que l'abordage peut lui être favorable,
doit avoir une marche supérieure à son ennemi; sans cela, celui-ci sera
toujours le maître d'éviter l'abordage, à moins que des avaries dans sa
mâture ne lui aient donné une infériorité de vitesse.

Quelle que soit la supériorité de marche de l'abordeur, si l'abordé est
manoeuvré par un capitaine de sang-froid et expérimenté, il lui sera
souvent facile non-seulement d'éviter l'abordage, mais encore de mettre
son ennemi dans une position dangereuse.

L'abordeur doit veiller non-seulement à sa manoeuvre, mais encore
prévoir, s'il est possible, celle de son ennemi, ou au moins l'imiter
promptement pour paralyser ses tentatives et parer aux inconvéniens et
aux dangers qu'il pourrait courir par une manoeuvre habile du navire
abordé.


_Aborder au vent, en courant au plus près._

L'abordeur ayant une supériorité de marche, se place dans la hanche du
vent de son ennemi; lorsqu'il juge le moment favorable, il fait une
petite arrivée sur la hanche du vent, et le prolonge en revenant
vivement à la même route que lui en lui lançant ses grappins.

Mais si aussitôt que les grappins sont jetés, l'abordé contre-brasse
devant, brasse carré derrière, cargue la brigantine et met la barre
dessous, il culera avec rapidité, fera casser les cartahus des grappins,
et se trouvera bientôt de l'arrière de son ennemi, qu'il pourra
inquiéter en virant lof pour lof sous sa poupe.

L'abordeur sera obligé d'imiter cette manoeuvre, et s'il la fait en
temps opportun, il virera en même temps que son ennemi, et ils se
trouveront encore abordés quoique ayant changé d'amures.

Mais comme l'abordé a primé de manoeuvre, qu'il entraîne avec lui son
adversaire, que ses voiles seront plutôt orientées à l'autre bord, il
lui sera facile, en forçant de voiles, d'acquérir une vitesse plus
grande, de faire casser les cartahus des grappins, et de se détacher.


_Aborder sous le vent, en courant au plus près._

L'abordeur se place dans les eaux de son ennemi, et même un peu au vent;
à une demi-encâblure environ, il arrive de manière à raser sa bouteille
avec la civadière, puis redresse sa route et élonge sous le vent en
jetant les grappins.

Mais cette manoeuvre dont la réussite est assurée par l'avantage de
marche, peut avoir les conséquences les plus terribles pour l'abordeur.

Si l'abordé a bien jugé la manoeuvre de son adversaire, il a tout
disposé pour évoluer avec célérité, et au moment où il voit son ennemi
faire une arrivée pour le prolonger sous le vent, il contre-brasse
devant, brasse à culer derrière, cargue la brigantine et met la barre
dessous. Amortissant son aire ainsi promptement, et arrivant avec
célérité par l'effet de ses voiles de l'avant contre-brassées, il tombe
en travers sur le beaupré de son ennemi, l'engage dans ses haubans, et
dans cette position l'enfile avec toute son artillerie.

Les rôles peuvent alors changer, et l'abordé devenir abordeur, s'il
manoeuvre avec habileté et sang-froid. Protégé par son artillerie, il
peut lancer son équipage sur le pont de son ennemi, que cette manoeuvre
a dû étonner, et peut-être décourager. Il profite du moment où le
beaupré est engagé pour en hacher toutes les manoeuvres, surtout les
sous-barbes et les étais, et s'il y a réussi et que son équipage soit
numériquement trop faible pour lutter avec avantage, il évente force de
voiles pour se dégager et se fait chasser au plus près, en virant
fréquemment de bord vent devant, manoeuvre que son ennemi ne pourra
imiter si ses étais ont été coupés.

Si cette manoeuvre est bien exécutée, elle mettra toujours l'abordeur
dans une position critique, ou au moins le fera renoncer à son projet;
car quelle que soit sa promptitude à imiter les mouvemens de son ennemi,
il sera dans cette circonstance trop primé de manoeuvre pour pouvoir en
paralyser les résultats par une évolution semblable. Le seul parti à
prendre, peut-être, serait, s'il en était temps encore, de lancer au
vent pour prendre à l'autre bord.


_Aborder sur l'avant, en courant au plus près._

L'abordeur passe au vent de son ennemi, à petite distance, et parvenu à
une ou deux longueurs de sa joue du vent, il arrête son aire en brassant
carré derrière; contre-brasse de vent et cargue la brigantine pour
abattre; met la barre dessous aussitôt que l'aire est amorti, et tombe
ainsi en travers sur le beaupré de son adversaire, qui ne peut trouver
d'autres moyens de l'éviter qu'en imitant sa manoeuvre, mais qui étant
primé dans le mouvement, pourra difficilement se soustraire à un
abordage dangereux.

Cependant, s'il a prévu le mouvement à temps, il peut mettre tout à
culer, hâler-bas les focs; mettre la barre dessous, puis la dresser, et
la changer lorsque le navire cule. Il est possible que si l'aculée se
prononce promptement, l'abordeur dépasse le beaupré et soit alors obligé
de manoeuvrer pour prolonger sous le vent.

Cet abordage est sans contredit le plus terrible pour l'abordé, celui
auquel il se soustrait le plus difficilement, et dont la non-réussite
offre le moins de désavantage à l'abordeur.


_Aborder en courant largue._

Si on veut aborder en courant largue, la manoeuvre ne diffère pas
essentiellement de celles que nous avons décrites pour aborder au vent
ou sous le vent, courant au plus près.

Pour aborder au vent, l'abordeur se placera dans la hanche du vent, et
par sa supériorité de marche prolongera son adversaire d'aussi près
qu'il voudra pour lui lancer ses grappins. Mais celui-ci qui court
largue, peut en rangeant vivement au vent, ce à quoi il doit être
préparé, ou dépasser l'abordeur, ou mieux encore engager son beaupré.

Cette manoeuvre oblige l'abordeur à lofer pour prolonger l'ennemi sous
le vent, ou à mettre tout à culer pour dégager son beaupré.

Pour aborder sous le vent, l'abordeur se place dans les eaux, range à
toucher la hanche sous le vent, et lofant le prolonge en jetant les
grappins. L'abordé, par une arrivée prompte, peut parvenir à lui engager
son beaupré comme nous l'avons dit en parlant du plus près.

Si on veut aborder en engageant le beaupré de son ennemi, on le prolonge
au vent, et parvenu à petite distance de sa joue, on arrive promptement
en ralinguant derrière et mettant la barre au vent. Mais ce mouvement
doit se faire très-près de l'ennemi, sans quoi on pourrait le dépasser,
si on ne le serrait pas pour l'empêcher de lofer et le mettre dans la
nécessité d'accepter l'abordage, ou d'imiter le mouvement en arrivant
lui-même, et alors, quelle que soit la vivacité de sa manoeuvre, on
parviendra au moins à l'aborder par le travers.

Il est inutile de parler de la différence qui existera dans la
manoeuvre, si les deux navires couraient vent arrière. Elle sera
facilement saisie.


_Aborder à l'ancre._

On peut vouloir aborder un navire à l'ancre, mouillé dans une rade non
défendue, car s'il en était autrement, on aurait à essuyer le feu des
batteries de côte, qui pourraient occasionner de graves avaries dans la
mâture, et qui compromettraient la sortie.

Il ne faudrait dans ce cas tenter l'attaque qu'avec un vent fait, qui
permît d'entrer et de sortir de la bordée.

Mais si la rade n'est pas défendue, ne vaut-il pas mieux réduire
l'ennemi par le canon, surtout si le navire surpris par l'attaque n'a
pas d'embossure pour se traverser, car alors on peut prendre une
position telle, que son artillerie lui soit inutile.

Si on veut aborder, on peut le faire soit en élongeant le navire au
vent, ou sous le vent, comme nous l'avons déjà dit; ou mieux encore lui
passer de l'avant et engager son beaupré dans les haubans du grand mât,
manoeuvre qui alors n'offre aucune difficulté. L'abordé, s'il est
affourché, filera une de ses amarres pour rappeler sur l'autre, au
moment où la manoeuvre de son ennemi sera marquée, et la fera manquer,
s'il peut parvenir à embarder avec célérité. Mais si ce moyen ne lui
suffit pas, il ne reste plus qu'à couper ses câbles et se jeter à la
côte en tâchant d'y entraîner son ennemi, qui doit toujours être prêt,
pour l'éviter, à laisser tomber une ancre.

L'abordeur peut aussi venir mouiller son ancre sur la bouée de son
adversaire, et laissant culer, il l'élongera en jetant à bord ses
grappins et arrêtant son câble. Mais il faut mouiller avec une bien
grande précision pour être sûr de sa manoeuvre.



CHAPITRE XI.

_De la Chasse._


On ne peut chasser un navire avec avantage que si on a sur lui une
supériorité de marche, ce dont on s'assure facilement en se mettant aux
mêmes amures, et le relevant au compas. Si l'angle de relèvement
augmente, c'est une preuve qu'on marche mieux, et on sera sûr alors de
le joindre si on manoeuvre avec précision et habileté.

Le bâtiment chassé doit profiter avec le plus grand soin de toutes les
chances favorables que lui offrent ses qualités et les changemens de
temps et de vent. Etant plus faible, et par conséquent moins long que
son adversaire, il peut le fatiguer et lui faire perdre du temps, en
virant fréquemment de bord vent devant s'il est au vent, puisque le
temps des évolutions est en rapport de la longueur des navires. Il peut
prendre l'allure qui lui est la plus favorable, changer souvent de route
avec promptitude pour primer de manoeuvre sur son adversaire, qui est
obligé de l'imiter, et qui ne pouvant toujours prévoir ces changemens,
perdra ainsi beaucoup de temps.

Si la mer est forte, il ne doit pas balancer à compromettre sa mâture,
en virant vent devant pour forcer son ennemi à courir les mêmes risques,
ou à virer vent arrière, ce qui lui fera perdre du temps et du chemin.

S'il a reconnu que sa vitesse augmentait par tels ou tels changemens
opérés à bord dans la distribution des poids de l'arrimage, il doit les
exécuter, s'alléger s'il le faut pour prolonger la chasse, afin de
pouvoir atteindre la nuit, car alors une fausse route peut le sauver.


_Chasser au vent._

Le chasseur doit relever le bâtiment qu'il veut chasser, et aussitôt
qu'il le trouve sur la perpendiculaire à sa route, il vire et continue
l'autre bord jusqu'à ce qu'il ait encore ramené le navire chassé sur la
perpendiculaire à sa nouvelle route.

Il continue ainsi et doit infailliblement l'atteindre, puisqu'il a un
avantage de marche et qu'il vire pour s'en rapprocher dans la position
la plus convenable.

La raison de cette manoeuvre est bien facile à saisir. Le chasseur
virant, lorsqu'il relève le chassé dans la perpendiculaire à sa route,
est alors à la plus petite distance possible de son adversaire; virant
alors, il gagne sur cette distance la quantité dont il gagne au vent,
jusqu'au moment où il le relève encore dans la perpendiculaire de sa
nouvelle route. Là, il a encore atteint la plus petite distance qui le
sépare, et gagne de nouveau en virant la quantité dont il va s'élever au
vent dans cette nouvelle bordée. Cette différence qui, comme on le voit,
est l'excédant de marche, finira par les faire trouver bord à bord si
les circonstances ne changent pas.

Si le chasseur dépassait la perpendiculaire à sa route, il s'éloignerait
et perdrait du chemin nécessairement. S'il commettait la faute grave de
chasser dans les eaux et d'y virer à grande distance, le chassé, en
virant immédiatement, se retrouverait alors au vent du chasseur de toute
la distance qui les sépare, puisque les routes sont parallèles.

C'est dans cette position que le navire chassé doit user de tous les
moyens pour gagner au vent; et quoiqu'il paraisse, à la première vue,
plus prudent pour lui de conserver toujours le même bord, il peut
arriver telle circonstance, comme nous l'avons dit, où il lui soit
avantageux de virer fréquemment si ses mouvemens sont plus prompts que
ceux de son adversaire, et surtout s'il peut le forcer, en l'imitant, à
compromettre sa mâture, car quant à lui il n'a rien à perdre et doit
tout tenter pour s'échapper.


_Chasser sous le vent._

Si le chasseur est au vent, il relève son adversaire avec un compas, et
gouverne de manière à le tenir toujours au même aire de vent, en ne se
dérangeant pas de sa route; car il est évident qu'en continuant ainsi
ils viendront se rencontrer au même point. Si le chasseur s'aperçoit que
l'angle de relèvement augmente ou diminue, c'est une preuve qu'il est
trop au vent ou trop arrivé, et il rectifie sa route, sans quoi il
passerait de l'avant ou de l'arrière du vaisseau chassé.

Dans cette position, le navire chassé doit prendre l'allure qui lui est
la plus favorable; faire toute la voile possible; s'il a un équipage
nombreux, changer souvent d'amures, car il prime de manoeuvre et oblige
ainsi son adversaire à l'imiter, et lui fait perdre du temps, son
évolution étant plus longue et non prévue.

Si le temps est à grains, il ne doit diminuer de voile qu'à la dernière
extrémité, et même compromettre sa mâture, s'il peut forcer ainsi son
adversaire à l'imiter.

On ne doit pas balancer à se débarrasser de tous les objets qui gênent
la manoeuvre et qui peuvent retarder la rapidité des évolutions.

Une mâture trop fortement tenue nuit souvent à la marche; et si la brise
n'est pas violente, il peut y avoir de l'avantage à donner du mou dans
les haubans et les galhaubans. Au plus près, il faudrait se débarrasser
de tous les objets qui augmentent l'élévation des oeuvres mortes.


_De la Tactique Navale._

Il ne peut entrer dans le plan que nous nous sommes tracé, de donner un
traité complet de tactique navale, qui ne pourrait être que la copie du
traité publié par le gouvernement pour les navires de l'état. Nous nous
contenterons d'y prendre quelques définitions et l'indication des
ordres.

La tactique navale est l'art de faire mouvoir des vaisseaux réunis en
corps d'armée.

On entend par évolutions les mouvemens d'une armée, ou partie d'une
armée, pour s'établir dans un arrangement ou un ordre convenu. On
comprend sous la classification générale d'évolutions, la formation des
ordres; le passage de l'un à l'autre; enfin, leur rétablissement
lorsqu'ils viennent à être troublés.

La ligne du plus près est celle que tiennent des vaisseaux qui
s'approchent le plus possible du lit du vent. En tactique, cette ligne
est réputée faire avec la direction du vent un angle de 67° 30', ou de
six des trente-deux divisions de la boussole.

On distingue deux lignes du plus près: un vaisseau court sur la ligne du
plus près bâbord, s'il est au plus près, les amures à bâbord; il court
sur la ligne du plus près tribord, s'il est au plus près, les amures à
tribord.

Des vaisseaux rangés dans les eaux les uns des autres, et faisant la
même route, sont en _ligne de file_. Dans ce cas _le relèvement et la
route_ sont représentés par le même rhumb de vent.

Si des vaisseaux en ligne de file gouvernent au plus près, cette ligne
de file prend alors le nom de _ligne de bataille_.

Si des vaisseaux en ligne de file courent, non au plus près, mais deux
quarts largue seulement, cette disposition particulière de la ligne de
file, qui convient souvent pour combattre, s'appelle _ligne de file sur
la perpendiculaire du vent_.

Mais si des vaisseaux déployés sur une ligne se relèvent les uns les
autres sur une aire de vent donnée, et gouvernent sur une autre, ils
sont établis sur une _ligne de relèvement_.

L'_ordre_ en général est la manière déterminée dont les vaisseaux d'une
armée doivent être rangés. Il y a différens ordres, selon les
circonstances dans lesquelles une armée doit naviguer et peut se
trouver.

L'ordre est appelé _naturel_ toutes les fois que chaque vaisseau suit le
_matelot d'avant_ qui lui a été assigné par l'ordre de bataille de
l'amiral.

L'ordre est dit _renversé_ toutes les fois que les matelots d'avant
deviennent _matelots d'arrière_; ce qui arrive lorsque les _queues_
deviennent têtes par des changemens de position ou par inversion
d'ordre.

La transposition des escadres dans une ligne de bataille ne change pas
la dénomination de l'ordre, qui sera appelé naturel si dans chaque
escadre les têtes mènent les queues; et il sera renversé, si au
contraire dans chaque escadre, les queues mènent les têtes, quand même
les escadres seraient à leur poste naturel, c'est-à-dire la _seconde_
escadre à l'avant-garde, la _première_ au corps de bataille, et la
_troisième_ à l'arrière-garde.

Les ordres sont: les ordres de marche et les ordres de bataille, que
l'on est convenu de distribuer de la manière suivante:

Ordres de marche,

1º Par colonnes et ligne de file, c'est-à-dire sur trois ou deux
colonnes, ou sur une seule ligne;

2º Sur une des lignes du plus près;

3º Sur la perpendiculaire du vent;

4º Sur la perpendiculaire de la route ou ligne de front;

5º En échiquier.

Les ordres ou ligne de bataille,

1º Au plus près du vent;

2º En ligne de file sur la perpendiculaire du vent.

L'ordre de marche sur trois colonnes réunit le mieux les bâtimens sans
les exposer aux abordages; il facilite la prompte formation de la ligne
de bataille aussi bien que la surveillance de l'amiral et la
transmission des signaux.

Cet ordre suppose que les trois escadres de l'armée se placent sur trois
lignes égales et parallèles, dans les conditions ci-après:

1º Les vaisseaux de la première escadre qui est au centre, et à la tête
de laquelle marchera l'amiral pour marquer la route, seront exactement
dans les eaux les uns des autres, et à la distance qui aura été
prescrite;

2º Les chefs de file des deux autres escadres ou colonnes étant placés
par le travers du chef de file de la colonne du centre, relèveront le
serre-file de cette colonne à deux rhumbs de la route;

3º Les serre-files des colonnes des ailes étant dans les eaux de leurs
colonnes, se tiendront par le travers du serre-file de la colonne du
centre, d'où ils doivent relever le chef de file de cette dernière à
deux rhumbs de la route.

On peut appliquer à l'ordre de marche sur _deux colonnes_ ce qui vient
d'être dit sur les trois colonnes, les conditions de formation et
d'évolution étant, par analogie, les mêmes pour ces deux ordres.

L'ordre de marche sur une ligne de file, grand largue ou vent arrière,
s'appelle généralement _ordre_ ou _ligne de convoi_. C'est la condition
de la route vent arrière ou grand largue qui constitue la différence
entre cet ordre et la ligne de bataille.

_L'ordre de marche sur une des lignes du plus près_, est celui dans
lequel les vaisseaux courant largue ou vent arrière se relèvent sur une
des lignes du plus près.

Ainsi l'on distingue cet ordre en ordre de marche sur la ligne du plus
près _tribord_, et ordre de marche sur la ligne du plus près bâbord,
selon que les vaisseaux se relèvent sur l'une ou l'autre de ces deux
lignes.

Dans _l'ordre de marche sur la perpendiculaire du vent_, les vaisseaux
courant grand largue, ou vent arrière, se relèvent sur la
perpendiculaire du vent.

Des vaisseaux faisant une route quelconque, s'ils se relèvent sur la
perpendiculaire de cette route, sont dits en ordre de marche sur cette
perpendiculaire, ou en _ordre de front_.

Des vaisseaux qui tiennent l'amure d'une des lignes du plus près, et qui
se relèvent sur l'autre, sont dits en _échiquier_ sur cette ligne.

C'est le relèvement et non pas l'amure qui donne le nom à l'échiquier;
ainsi on dit _échiquier sur la ligne du plus près tribord_, pour
exprimer la position des vaisseaux qui se relèvent sous cette ligne et
ont les amures à bâbord; et _échiquier sur la ligne du plus près
bâbord_, si les vaisseaux se relèvent sur cette ligne et courent les
amures à tribord.

Des vaisseaux rangés en _ligne de file au plus près du vent_, ou _sur la
perpendiculaire du vent_, sont en ligne de bataille. Cette ligne peut
être formée tribord ou bâbord amures, ordre naturel ou ordre renversé.

Mais on entend plus particulièrement par _ligne de bataille_, la ligne
de file dont les vaisseaux courent au plus près du vent. S'il s'agit
d'exprimer la ligne de bataille deux quarts largue, on doit dire _ligne
de file sur la perpendiculaire du vent_.

Dans toute _formation_ d'ordre, le vaisseau amiral, ou celui qui est au
centre de l'armée, est le _régulateur_, c'est-à-dire le point sur lequel
se règle le mouvement.

Chaque vaisseau doit connaître son _relèvement_ et sa _distance_ par
rapport au régulateur.

Si l'armée est en ligne et que l'amiral fasse le signal de _forcer_ ou
_d'augmenter de voiles_, c'est au chef de file à exécuter l'ordre le
premier; et s'il s'agit au contraire de _diminuer de voiles_, le
mouvement doit commencer par le serre-file.

Il est établi en tactique, que tout mouvement _tout à la fois_ commence,
en ligne de file, par le serre-file, c'est-à-dire que, lorsqu'une armée
en bataille ou en ordre de convoi devra virer de bord, arriver ou tenir
le vent tout à la fois, aucun vaisseau ne virera, n'arrivera, ou ne
tiendra le vent, qu'après que son matelot d'arrière aura commencé le
mouvement; ce qu'on exprime en disant qu'il aura _marqué sa manoeuvre_.

S'il s'agit au contraire d'un _mouvement successif_, c'est au chef de
file à commencer.

On dit tenir le vent, arriver par un mouvement successif, lorsque des
vaisseaux viennent au vent ou arrivent l'un après l'autre, en suivant le
chef de file qui règle la route; s'il est question d'un virement de bord
opéré successivement, l'usage le plus général est alors de virer _par la
contre-marche_.

Le principe général est qu'en ligne de bataille, ou dans un ordre de
marche quelconque, le mouvement, quel qu'il soit, doit commencer _par le
vaisseau qui n'en voit pas d'autre du côté où l'on va mettre le cap_.

La _contre-marche_ est le mouvement d'une ligne dont les vaisseaux
virent successivement de bord, vent devant ou vent arrière, pour prendre
les eaux du chef de file. Ainsi l'on dit, pour exprimer cette double
évolution, virer de bord vent devant par la contre-marche; virer de bord
lof pour lof par la contre-marche.



MANOEUVRE

DE L'ARTILLERIE.



CHAPITRE 1er.


_Définitions et Nomenclature._

Les pièces d'artillerie dont on se sert dans la marine sont les canons,
les caronades, les pierriers et les espingoles. Ces deux dernières armes
ne s'emploient guère que sur les hunes et les embarcations.

Les canons et les caronades sont en fer coulé; les caronades ne sont
autre chose que des canons courts, légers, modifiés en quelques parties
accessoires, installés différemment, et qui, dans certains cas, ont
plusieurs avantages sur les canons.

Elles se manoeuvrent plus facilement et avec moins de monde; elles se
chargent plus vite; elles laissent plus d'espace libre dans les
batteries, et elles fatiguent moins les ponts.

De leur côté, les canons ont leurs avantages particuliers. Ainsi, ils
portent plus loin dans les mêmes circonstances; à distance égale, ils
percent les vaisseaux ennemis plus facilement que les caronades, mais
font moins d'éclats lorsqu'on se bat de près, et sont par conséquent
moins dangereux. Ils sont plus longs, par conséquent d'un pointage plus
sûr et d'un danger moindre sous le rapport de l'incendie; la rupture de
la brague n'est ni aussi fréquente ni aussi grave, enfin leur recul
adoucit davantage les secousses communiquées à la muraille des
vaisseaux.

On désigne les canons et les caronades par le nombre de livres que
pèsent les boulets ou projectiles ronds qu'ils sont destinés à lancer;
le diamètre de ces boulets détermine celui du creux du cylindre de la
pièce; et ce poids, ou indifféremment ce dernier diamètre, est ce qu'on
appelle le calibre de la bouche à feu.

Les canons en usage à bord sont ceux des calibres de 36, 30, 24, 18, 12
et 8, c'est-à-dire dont les boulets pèsent à très-peu près ce même
nombre de livres; les caronades ont les mêmes calibres, à l'exception de
celui de 8.

Pour diminuer la confusion et les inconvéniens d'avoir plusieurs
calibres à un même bord, on tend à généraliser celui de 30.

Pour chaque calibre de canons il y a deux sortes de pièces, savoir: les
longues et les courtes, et celles-ci n'ont d'autre différence avec les
premières, que d'avoir moins de longueur et plus de légèreté.

On trouve dans le tableau ci-dessous la longueur totale, le poids de ces
diverses pièces, et le diamètre de leurs boulets.

  +========+=========+=========+=========+========+========+==========+
  |        |         |         |         |        |        |Diamètre  |
  |        |Longueur |Longueur |Longueur |Poids du|Poids du|du Boulet |
  |        |du Canon |du Canon |de la    |Canon   |Canon   |réglemen- |
  |Calibre.|long.    |court.   |Caronade.|long.   |court.  |  taire.  |
  |========+=========+=========+=========+========+========+==========+
  |        | p. p.   | p. p.   | p. p.   | liv.   | liv.   | p. lig.  |
  |        |         |         |         |        |        |          |
  |  36    | 10 1    | 9 7-1/2 |  5 7    | 7.174  | 6.187  | 6 3      |
  |  30    | 9 8-3/4 | 9 1-1/2 |  5 6    | 6.200  | 5.318  | 5 10-5/4 |
  |  24    | 9 5-1/2 | 8 9     |  4 10   | 5.120  | 4.321  | 5 5-1/5  |
  |  18    | 8 10-1/2| 8 3     |  4 5    | 4.214  | 3.506  | 4 11-1/2 |
  |  12    | 8 3     | 7 6-3/4 |  3 10   | 2.997  | 2.398  | 4 4      |
  |   8    | 8 7-5/4 | 7 5-5/4 |  »  »   | 2.388  | 2.062  | 3 9-1/2  |
  +========+=========+=========+=========+========+========+==========+

Les caronades pèsent environ le tiers du canon long du même calibre.

Les canons et les caronades sont les bouches à feu dont on munit les
batteries et les gaillards des bâtimens de guerre; la nomenclature et
les explications suivantes compléteront cette définition.

  L'âme (_fig._ 1.)     _a_    reçoit la charge.

  La bouche             _b_    entrée de l'âme.

  * Les tourillons      _c_    sorte d'essieux qui maintiennent la pièce
                               sur son chariot ou affût.

  * Les embases         _d_    épaulement de tourillons.

  La volée              _e_    commence à la gorge qui est en avant des
                               tourillons et finit à la bouche. (On
                               appelle l'avant de la pièce le côté de la
                               bouche, et l'arrière le côté opposé.)

  La tranche            _f_    surface plane percée par la bouche, et
                               qui termine la volée en avant.

  Le bourrelet          _g_    renflement près de la bouche.

  * La tulipe           _h_    partie creuse en arrière du bourrelet.

  * La plate-bande
    de volée            _i_    cordon à la naissance de la tulipe.

  La lumière et le
    champ de lumière    _j_    tronc et creux où se placent la capsule,
                               l'étoupille, ou la poudre d'amorce.

  Le support de la
    platine             _k_    ex-croissance près de la lumière pour
                               placer le ressort, appelé platine, qui
                               doit mettre le feu.

  * L'astragale de la
    lumière             _l_    cordon en avant de la lumière. (Les
                               canons courts n'en ont pas.)

  La plate-bande de
    culasse             _m_    renflement en arrière de la lumière.

  La culasse            _n_    partie de la pièce en arrière de la
                               plate-bande de culasse.

  Le renfort            _o_    partie de la pièce qui commence à la
                               gorge de la plate-bande la plus en
                               arrière et qui finit à la volée.

  Le cul-de-lampe       _p_    façon de la culasse de l'arrière.

  Le bouton             _q_    extrémité de la pièce du côté de la
                               culasse et en forme de boule.

  Le collier du bouton  _r_    partie étranglée par laquelle le bouton
                               tient à la culasse.

  L'anneau de brague    _s_    anneau qui tient à la culasse et au
                               bouton. (Quelques canons n'en ayant pas
                               encore, la brague passe alors dans une
                               cosse estropée au collet.)


_Pour la Caronade._

La caronade a les mêmes parties que le canon, moins celles marquées d'un
astérisque (*), et il faut y ajouter les suivantes:

  L'encampanement
    (_fig._ 2)          _t_    entrée évasée de l'âme pour appuyer le
                               boulet en l'introduisant lors de la
                               charge.

  Le trou de vis de
    pointage            _u_    percé dans le bouton de culasse.

  Le support à
    tourillons          _v_    maintient la pièce sur l'affût au moyen
                               d'un boulon, dit boulon-tourillon.

Ces pièces sont portées sur des espèces de chariots nommés affûts qui
servent à les manoeuvrer, et dont suivent également les parties en bois
ou en fer dont ils se composent.


_Affût du Canon._ (Parties en bois.)

  2 flasques
    (_fig._ 3)          _a_    pièces principales où sont les
                               encastremens de tourillons.

  Le croissant          _b_    placé en travers des flasques en avant
                               pour faciliter le pointage, et composé
                               de deux pièces dont une à charnière.

  L'entretoise          _c_    joint et maintient les deux flasques dans
                               le sens de la hauteur, et sert d'appui au
                               croissant.

  2 essieux             _d_    supportent les flasques.

  4 roues               _e_    sur lesquelles reposent les essieux.

  La sole               _f_    est située entre les flasques et joint
                               les essieux entre eux.


_Affût de Canon._ (Parties en fer.)

  Le boulon d'assemblage
    et son écrou        _g_    réunissent les flasques et l'entretoise.

  2 charnières du
    croissant           _h_    pour rendre une partie du croissant
                               mobile.

  2 clous à rivet de
    tête de flasques    _i_    pour empêcher les flasques de se fendre.

  2 sus-bandes et
    clavettes           _j_    maintiennent les tourillons en dessus.

  2 chevilles à mentonnet
    avec écrou et
    rosettes            _k_    retiennent les sus-bandes et fixent
                               l'essieu d'en avant aux flasques.

  2 chevilles à tête
    ronde               _l_    contiennent le bois des flasques (près
                               du premier adent).

  2 chevilles à tête
    carrée              _m_    fixent l'essieu d'en arrière aux
                               flasques.

  2 pitons de
    manoeuvre           _n_    sur le dernier adent pour la manoeuvre de
                               la pièce et pour la mettre à la serre, ou
                               l'assujettir de mauvais temps.

  2 pitons de côté      _o_    contre les flasques pour amarrer la pièce
                               à garans doublés.

  2 anneaux de brague   _p_    pour servir de conduite à la brague.

  4 esses et leurs
    viroles             _q_    pour retenir les roues dans leurs essieux.

  2 fourrures
    d'anspect           _r_    sous les flasques en arrière de l'essieu
                               pour le garantir de l'action des leviers
                               appelés pince et anspect.

  Piton carré de manoeuvre     { pour le pointage à l'aide de
  Piton rond de manoeuvre      { l'anspect et de la pince.

  Piton de retraite            contre l'essieu de derrière pour crocher
                               le palan de retraite.


_Affût de la Caronade._ (Parties en bois.)

  La semelle
    (_fig._ 4.)         _a_    reçoit et supporte la caronade.

  Le châssis            _b_    porte la semelle qui se meut dans sa
                               coulisse.

  Les supports de
    châssis             _c_    taquets qui supportent le châssis.


_Parties en fer de la Semelle._

  Le boulon-tourillon   _d_    est passé dans le support pour servir
                               de tourillon.

  2 crapaudines         _e_    placées en avant et reçoivent le
                               boulon-tourillon.

  4 boulons
    d'assemblage        _f_    deux placés en avant, et deux fixant les
                               anneaux de la brague; tous les quatre
                               maintiennent la semelle.

  2 boucles de brague
    avec plaque         _g_    aux deux tiers de la longueur; elles
                               servent à passer la brague et diminuer
                               l'effort qui fait basculer la pièce lors
                               du tir; elles peuvent servir à palanquer
                               la semelle.

  Plaques de levier et
    de vis de pointage
    avec leurs rivets   _k_    placées contre le derrière, le dessus et
                               le dessous de l'affût, pour prévenir les
                               dégradations des leviers et vis de
                               pointage.

  Le pivot              _l_    traverse le châssis et facilite son
                               mouvement de rotation.


_Parties en fer du Châssis._

  La cheville ouvrière,
    sa plaque, etc      _j_    pour mouvoir obliquement la tête du
                               châssis, tout en la maintenant contre le
                               bord.

  Le piton de cheville
    ouvrière                   sa tête reçoit la cheville ouvrière, et
                               sa tige traverse le bord; il maintient
                               le châssis au moyen de la cheville
                               ouvrière.

  Le boulon d'assemblage       pour maintenir le bois du châssis et le
                               manoeuvrer.

  4 boulons de support         fixent le châssis sur le support.

  Le briquet avec rivets       Plaque de fer qui reçoit le choc du pivot
                               et de la rondelle, et qui empêche
                               l'écartement des deux côtés opposés.

  La plaque du levier
    de pointage                comme celle de la semelle. (Dans les
                               grandes obliquités on peut pointer par le
                               châssis, ce qui diminue l'obliquité de la
                               semelle, et par conséquent l'effort qui
                               en résulte sur le châssis lors du tir.)

Les canons, les caronades et leurs affûts sont manoeuvrés ou retenus à
bord au moyen de divers cordages et palans, dont l'ensemble constitue le
gréement de la pièce. Outre ce gréement, chaque pièce nécessite encore
l'usage de divers ustensiles qui servent à son service et à son
pointage, et qui sont connus sous le nom d'armement.


_Gréement du Canon._

  La brague                    fort cordage qui retient la pièce après
                               l'effet du recul.

  2 palans de côté             pour manoeuvrer le canon et le contenir
                               au roulis.

  Le palan de retraite         pour tenir le canon au recul après le
                               tir, le mettre hors de batterie et à la
                               serre.

  La croupière                 pour accrocher le palan de retraite.

  L'estrope de culasse         pour accrocher le palan de retraite
                               quand le canon est à la serre.

  Le raban de volée            pour assujettir la volée au fronteau de
                               volée, quand on met le canon à la serre.

  L'aiguillette                pour brider la brague avec les palans de
                               côté, quand on met les canons à la serre.

  L'itague, le palanquin
    et deux rabans             pour ouvrir et tenir fermé le mantelet de
                               sabord.


_Gréement de la Caronade._

  La brague                    fort cordage qui maintient la pièce
                               contre le sabord et l'empêche de reculer.
                               (C'est ce qu'on appelle brague fixe;
                               l'installation de la brague du canon
                               s'appelle à brague courante.)


_Armement du Canon._

  Le coussin, 2 coins
    de mire                    sur la sole de l'affût pour élever le
                               canon au pointage.

  L'anspect ou levier          sert au servant de gauche pour pointer.

  La pince                     sert au servant de droite pour pointer.

  Le tire-bourre et la
    cuillère                   pour décharger la pièce.

  La platine ou batterie       ressort à l'instar de celui du fusil pour
                               mettre le feu à la pièce.

  La boîte à capsules et
    les capsules               la capsule est un petit tuyau fait d'une
                               légère feuille de cuivre, contenant de la
                               poudre fulminante pour mettre le feu à la
                               charge au moyen de platines à piston ou à
                               percussion.

  La corne d'amorce            étui qui contient la poudre d'amorce pour
                               les platines à pierre, ou pour les cas où
                               l'on n'a plus de platines.

  Le dégorgeoir                pour dégager la lumière et crever la
                               gargousse.

  L'épinglette                 pour diriger la poudre dans la lumière.

  La boîte à étoupille
    et les étoupilles          l'étoupille est un tuyau de plume plein
                               d'artifice, destiné à mettre le feu à la
                               charge.

  Le doigtier                  forte peau que le chef de pièce met à son
                               doigt pour pouvoir boucher la lumière
                               quand la pièce est très-chaude.

  Le couvre-lumière
    et ses rabans              pour couvrir la lumière quand la pièce
                               est au repos. (La lumière est en outre
                               fermée par un bouchon d'étoupe garni de
                               suif, nommé étoupillon.)

  La tape                      pour fermer la bouche de la pièce.

  Le gargoussier               boîte dans laquelle on apporte de la
                               soute, la gargousse ou le sac contenant
                               la charge de poudre.

  Le boute-feu avec sa
    tresse                     pour mettre le feu à la pièce si on
                               amorce avec de la poudre.

  Les valets                   pelotes en fil de carret pour assujettir
                               le boulet dans la pièce.

  L'écouvillon                 pour nettoyer l'intérieur de la pièce
                               quand elle a fait feu.

  Le refouloir                 pour enfoncer la charge. (Pour les
                               calibres de 12 et au-dessous,
                               l'écouvillon et le refouloir, la cuillère
                               et le tire-bourre, sont sur la même
                               hampe; alors la tête de l'écouvillon est
                               tournée du côté de la culasse pendant le
                               service de la pièce.)

  La baille (contenant
    de l'eau)                  pour mouiller la poudre qui peut tomber
                               sur le pont, et pour rafraîchir la pièce au
                               besoin.

  Le faubert                   pour le service de la baille ci-dessus.


_Armement de la Caronade._

  La vis de pointage           pour élever et abaisser la pièce au
                               pointage. (Des coins de mire sont alloués
                               pour suppléer la vis au besoin.)

  Le levier en fer             tient à la semelle par une goupille pour
                               lui donner la direction convenable. (Des
                               anspects et des pinces sont allouées afin
                               de suppléer le levier au besoin.)

  Le tire-bourre, la
    cuillère, etc.             comme pour l'armement du canon.

En outre des objets d'armement ci-dessus, le dernier servant de droite
pour les canons, et le servant de gauche pour les caronades, ont devant
eux un petit tablier contenant des pierres à feu de rechange (si les
platines sont à pierres), et du vieux linge pour nettoyer la platine:
une corne d'amorce garnie est allouée en cas de besoin pour chaque
pièce, et elle est suspendue dans les batteries le long du bord, entre
les baux, ou disposée à la sainte-barbe.

Enfin, dans les grands bâtimens, deux canonniers par batterie ont un
grand sac contenant un vilebrequin, quatre vrilles, un tournevis, quatre
platines, des capsules, des étoupilles s'il y a lieu, de la ligne pour
platine, et du vieux linge pour obvier aux accidens. Sur les bricks et
bâtimens au-dessous il n'y a qu'un grand sac.



CHAPITRE II.

_Des Projectiles et de la Charge._


On donne le nom de projectiles à tous les corps lancés dans l'espace,
mais plus particulièrement à ceux qui le sont par l'explosion de la
poudre.

Dans la marine, les projectiles sont les boulets ronds, ou simplement
les boulets; les boulets ramés, les grappes de raisin ou la grosse
mitraille, et les boîtes ou paquets de mitraille; ces derniers, connus
aussi sous le nom de petite mitraille, ne s'emploient plus guère que
dans les pierriers.

Les boulets ronds sont en fer fondu, et autant que possible sans
aspérités ou cavités; leur destination principale est de percer la
muraille des vaisseaux et d'abattre les mâts.

Le diamètre d'un boulet et en général de tout projectile, est un peu
plus petit que celui de la pièce, afin d'y pouvoir entrer librement; la
petite différence qui existe entre ces deux diamètres s'appelle le vent
du boulet.

Le vent ne doit pas dépasser certaines limites qui sont fixées pour
chaque calibre; il faut donc que chaque projectile ait le diamètre
prescrit; et l'on appelle calibrer, l'opération par laquelle on s'en
assure: elle se fait au moyen de deux lunettes en métal, dont l'une a
trois points de plus, et l'autre six points de moins que le boulet
réglementaire.

On rejette tout boulet qui ne passe pas en tous sens par la première, ou
qui passe dans un sens quelconque dans la seconde. Le boulet de 36 a 2
lignes 6 points de vent, ceux de 30 et de 24 2 lignes 3 points, et
ensuite en diminuant de trois points par calibre; le vent est d'une
ligne 6 points pour les boulets de toutes les caronades; plus un boulet
a de vent, plus la poudre perd de son action, et moins la pièce a de
portée et de justesse dans le tir.

Les boulets ramés sont deux lentilles de fonte réunies par une tige en
fer dont la longueur a deux diamètres du boulet; leur forme s'oppose à
ce qu'ils portent aussi loin que les boulets ronds, et à ce qu'ils
pénètrent la muraille des gros vaisseaux; mais ils peuvent produire de
grands effets sur la mâture et le gréement de l'ennemi, et quand le peu
d'éloignement du bâtiment ennemi, ou la faiblesse de ses murailles,
permettent qu'ils entrent à bord, ils y occasionnent des éclats
considérables.

Les grappes de raisin sont un assemblage de balles de fontes assujetties
autour d'une tige de fer qui tient à une plaque ronde de même métal;
celle-ci, qui sert de base au projectile, est du diamètre du boulet, et
ces balles sont retenues par une espèce de coiffe en grosse toile
peinte, liée en plusieurs sens: il en résulte une grappe à-peu-près
cylindrique, dont le poids et la longueur sont réglés par un tarif. La
portée des grappes de raisin est environ les deux tiers de celle des
boulets ramés; leurs balles ou biscaïens rompent leur enveloppe au
sortir de la pièce; elles divergent et elles sont très-propres de près
(à deux encâblures par exemple) à couper des manoeuvres ou à détruire
des hommes au sabord, et sur les ponts quand on se bat sous le vent, ou
que ces hommes sont faiblement abrités.

Les boîtes de mitraille se composent d'une boîte cylindrique de
fer-blanc dont la base a le diamètre du boulet et qui contient de
petites balles; la longueur de la boîte est déterminée par un tarif. La
portée de cette mitraille est à-peu-près celle des grappes de raisin;
mais ces petites balles, après leur échappement, ont encore moins
d'action que les biscaïens; elles ne peuvent être efficaces que contre
des embarcations ou contre des hommes entièrement à découvert.

La charge se compose d'une gargousse, d'un ou de deux projectiles, et
d'un valet.

La gargousse est un sac du calibre de la pièce, et dans lequel est
contenu la poudre destinée à faire l'explosion; cette quantité de poudre
est réglée ainsi qu'il suit: pour éprouver un canon, la moitié du poids
du boulet de même calibre; pour le combat, le tiers dudit poids; pour
salut ou pour signaux, le quart. Quand les pièces doivent rester
chargées, on met sur la gargousse un valet qui est attaché à cette
gargousse, pour pouvoir la retirer facilement, s'il y a lieu. La charge
de la caronade pour le combat est de 1/9 du poids du boulet, et pour
salut le 1/12; celle du pierrier est le 1/5, et celle de l'espingole le
1/10.

Les gargousses aujourd'hui ne sont plus ordinairement préparées à bord
des bâtimens; ceux-ci les reçoivent du magasin, conformément au
réglement, et la poudre qui est ainsi préparée et délivrée par les
magasins, s'appelle l'apprêtée.

Lorsqu'une pièce a tiré plusieurs fois de suite, elle s'échauffe, la
presque totalité de la poudre s'embrase, et l'on en diminue alors par
précaution la quantité; c'est ce qu'on appelle saigner la gargousse;
ainsi l'on conserve à-peu-près la même portée qu'auparavant, l'on
préserve la pièce du danger d'éclater, et les affûts ainsi que les
bâtimens sont moins fatigués.

On met dans les canons, un, deux ou trois projectiles. Ce dernier cas
doit être fort rare et peu répété tout de suite, car il y aurait danger
que le canon n'éclatât; d'ailleurs la portée se trouvant par là
très-diminuée, on ne doit l'employer que de fort près et sur un ordre
supérieur.

Il y a toujours inconvénient à charger un canon avec deux projectiles de
différente espèce, à cause de l'inégalité des portées; mais alors en se
réglant sur la différence des vitesses de ces projectiles, on introduit
le boulet ramé avant le boulet rond, et de même la boîte de mitraille,
ou la grappe de raisin avant le boulet ramé. La brague des caronades
devant être très-ménagée, on ne doit charger ces pièces avec deux
projectiles que rarement, et pour ainsi dire jamais avec trois.

Au surplus, quand on traitera de l'exercice, on indiquera plus
particulièrement quelle est exactement la manière de procéder pour
charger une pièce.


_Remarques._

Ceux qui ont écrit sur la portée des charges à plusieurs projectiles ne
sont nullement d'accord sur leur résultat et leur emploi. Nous allons
rapporter quelques expériences.

Dans les épreuves exécutées en France en 1783, deux boulets ronds de 36
lancés à la fois par 12 livres de poudre, sous un angle de projection de
17°, ont porté à 1,200 toises; et dans les mêmes circonstances la portée
d'un boulet de même calibre, tiré seul, fut de 1,450 toises.

La portée de deux boulets ronds de 24, lancés par 8 livres de poudre
sous le même angle de 17°, a été de 1,090 toises, et celle d'un seul
boulet de 24, de 1,360 toises. Les canons des autres calibres en usage
dans la marine, tirés alternativement aussi avec un et deux boulets,
ont offert des résultats analogues, et confirmés d'ailleurs par des
épreuves de même nature, qui furent exécutées en Angleterre en 1793.

La divergence des boulets tirés ensemble paraît très-fondée lorsque le
but est éloigné; ainsi on ne doit pas les permettre au-delà de 300
toises. Mais de très-près, et lorsqu'on tire sur des navires offrant par
leur gréement et leur voilure une grande surface, il est assurément
très-avantageux de tirer deux boulets au lieu d'un, surtout s'ils sont
de gros calibre; car non-seulement ils auront la force de traverser les
murailles les plus épaisses, et ils feront deux trous au lieu d'un, mais
encore chacun d'eux enlèvera plus d'éclats.

En outre, lorsqu'on est à bout portant, comme dans certains passages à
poupe, ou dans l'instant d'un abordage, il convient extrêmement de
charger tous les canons avec trois projectiles, dirigeant ceux du petit
calibre contre les bastingages, et les autres contre la partie du navire
ennemi dont l'élévation correspond à la leur[3].

  [3] De Montgéry, règles de pointage.

Des expériences faites à Brest prouvent que les balles de nos fusils de
munition, avec leur charge de poudre accoutumée, et tirées de 20 à 50
toises de distance, possèdent plus que la force nécessaire pour
traverser les bastingages les plus épais qui se trouvent généralement à
bord des bâtimens[4]. Or trois boulets d'une livre lancés par 6 onces de
poudre, étant animés chacun d'une plus grande quantité de mouvement que
les balles susdites, et pouvant s'enfoncer davantage dans un corps
solide, traverseront, à plus forte raison, avec une extrême facilité
toute espèce de bastingage usité. Les boulets d'une livre sont au reste
les plus petits qu'on emploie à bord des navires français; ce sont ceux
de pierriers. Donc aussi les boulets des autres bouches à feu peuvent
être tirés avec succès trois à la fois contre les bastingages, et même
contre la muraille des gaillards, qui a rarement plus de 8 à 10 pouces
d'épaisseur[4].

  [4] Procès-verbal de ces expériences.

Si la divergence des boulets ronds tirés ensemble est considérable, elle
l'est encore bien davantage si la charge se compose d'un boulet rond et
d'un boulet ramé. Voici ce que dit à ce sujet M. Cornibert:
«J'assurerai que pendant deux ans que j'ai été inspecteur de la fonderie
de Nevers, il a été tiré plus de deux mille coups de canon à plusieurs
boulets ronds et ramés pour épreuves ordinaires et extraordinaires des
bouches à feu fabriquées dans cet établissement. Les canons et caronades
placés sur des traîneaux et plateaux très-solides, reposant sur la
terre, quelquefois molle, dans toute leur longueur, étaient pointés,
avec tout le soin possible, contre une butte distante de 150 toises au
plus du lieu de départ des boulets, et d'ailleurs assez large pour
n'être jamais manquée dans le tir ordinaire. Malgré toutes les
précautions prises et la régularité du pointage, que quelquefois j'ai
fait rectifier avec un cordeau, la moitié et plus des boulets manquait
la butte; un boulet frappait au pied, tandis que l'autre allait frapper
plus loin, en passant par-dessus. Ces irrégularités ne pouvaient
certainement être occasionnées que par le choc de projectiles l'un
contre l'autre dans la pièce en en sortant. Aux épreuves à outrance, on
s'est servi de boulets ramés, bien justes dans leurs dimensions,
fabriqués soigneusement et avec du bon fer aux forges de Guérigny;
presque tous se sont cassés sortant des pièces; rarement ils ont atteint
la butte, et des morceaux ont été trouvés très-écartés à droite et à
gauche de la direction du tir.»

Au reste, l'emploi du boulet ramé doit être peu fréquent; mis dans la
pièce avec un boulet rond, comme il s'abaisse davantage que celui-ci, à
distances égales, il arrivera que si l'on veut endommager le gréement,
le boulet rond passera par-dessus ou n'y fera que peu d'avaries en ne
rencontrant que des manoeuvres élevées; que si au contraire le boulet
rond rencontre les bas mâts et les basses vergues, le boulet ramé
rencontrera la coque qu'il est incapable de traverser.

La charge composée d'un boulet et d'un paquet de mitraille est sujette
aux mêmes inconvéniens et ne doit être employée que de très-près.

La charge à double projectile avec boulets ronds ne doit pas être
employée au-delà de 300 toises; et celles composées d'un boulet rond et
d'une mitraille, ou un boulet ramé, au-delà d'une encâblure.

Ce n'est qu'à très-petites distances qu'on peut espérer de tirer un
parti avantageux de doubles charges des caronades, et on ne peut
continuer long-temps à s'en servir sans craindre la rupture presque
certaine de la brague.

On ne doit jamais commencer le feu avec des caronades sans avoir
préalablement passé la fausse brague.



CHAPITRE III.

_Emplacement des Canons et de leurs projectiles, à bord._


C'est au sabord des bâtimens que les canons sont placés, amarrés et
manoeuvrés. Une décision du 18 septembre 1828 en a réglé le nombre par
batterie, ainsi qu'il suit:

  +==============+=============+=============+=============+
  |   RANG       |    1re      |    2e       |    3e       |
  |    des       |  BATTERIE.  |  BATTERIE.  |  BATTERIE.  |
  |  BATIMENS.   |             |             |             |
  +--------------+-------------+-------------+-------------+
  |              |             |             |             |
  | Vaisseau de  | 32 canons   | 34 canons   |34 caron.    |
  |  1er rang.   | de 30 longs.|de 30 courts.|  de 30.     |
  |              |             |             |             |
  | Vaisseau de  | 32 canons   | 34 canons   |    »        |
  |  2e rang.    | de 30 longs.|de 30 courts.|             |
  |              |             |             |             |
  | Vaisseau de  | 30 canons   | 32 canons   |    »        |
  |  3e rang.    | de 30 longs.|de 30 courts.|             |
  |              |             |             |             |
  | Vaisseau de  | 28 canons   | 30 canons   |    »        |
  |  4e rang.    | de 20 longs.|de 30 courts.|             |
  |              |             |             |             |
  | Frégate de   | 30 canons   |     »       |    »        |
  |  1er rang.   | de 30 longs.|             |             |
  |              |             |             |             |
  | Frégate de   | 28 canons   |     »       |    »        |
  |  2e rang.    | de 24 longs.|             |             |
  |              |             |             |             |
  | Frégate de   | 28 canons   |     »       |    »        |
  |   3e rang.   | de 18 longs.|             |             |
  |              |             |             |             |
  | Corvette     {20c. de 30 l.|     »       |    »        |
  | à gaillards. { 4c. de 18 l.|             |             |
  |              |             |             |             |
  | Corvette     |             |             |             |
  |  sans        |     id.     |     »       |    »        |
  | gaillards.   |             |             |             |
  +==============+=============+=============+=============+

  +==============+====================+=========+======================+
  |   RANG       |                    |Total des|Et plus pour dunettes,|
  |    des       |     GAILLARDS.     |bouches  |     hunes            |
  |  BATIMENS.   |                    |à feu.   | et embarcations.     |
  +--------------+--------------------+---------+----------------------+
  |              |                    |         |                      |
  |              |                    |         { 1 caronade de 18.    |
  | Vaisseau de  |16 caronades de 30. |   120   { 1 id. de 12.         |
  |  1er rang.   | 4 canons 18 longs. |         { 4 pierriers.         |
  |              |                    |         { 8 espingoles.        |
  |              |                    |         |                      |
  | Vaisseau de  |30 caronades de 30. |   100   |   id.                |
  |  2e rang.    | 4 canons 18 longs. |         |                      |
  |              |                    |         |                      |
  | Vaisseau de  | 24 caronades de 30.|    90   |   id.                |
  |  3e rang.    | 4 canons 18 longs. |         |                      |
  |              |                    |         |                      |
  | Vaisseau de  | 20 caronades de 30.|    82   |   id.                |
  |  4e rang.    | 4 canons 18 longs. |         |                      |
  |              |                    |         |                      |
  | Frégate de   |28 caronades de 30. |    60   |   id.                |
  |  1er rang.   | 2 canons de 18     |         |                      |
  |              | longs.             |         { 2 caronades de 12.   |
  | Frégate de   |22 caronades de 24. |    52   { 4 pierriers.         |
  |  2e rang.    |2 canons de 18      |         { 8 espingoles.        |
  |              | courts.            |         |                      |
  | Frégate de   |16 caronades de 30. |    46   |   id.                |
  |  3e rang.    | 2 canons de 18     |         |                      |
  |              |courts.             |         |                      |
  |              |                    |         { 1 caronade de 12.    |
  | Corvette     |8 caronades de 30.  |    32   { 4 pierriers.         |
  | à gaillards. |                    |         { 6 espingoles.        |
  |              |                    |         |                      |
  | Corvette     |                    |         |                      |
  |  sans        |         »          |    24   |   id.                |
  | gaillards.   |                    |         |                      |
  +==============+====================+=========+======================+

Chaque canon s'installe au sabord, de manière que les flasques ou le
croissant de l'affût touchent la muraille; alors la volée sort au dehors
de tout ce dont elle excède l'épaisseur de la muraille. Tenu en cette
position par les palans de côté, dont les courans sont fixés par un
simple tour au bouton de culasse, le canon est dit être au sabord ou en
batterie, et amarré à garans simples. C'est l'amarrage de beau temps,
mais il en est de plus solides pour d'autres circonstances dont nous
parlerons plus loin.

L'ouverture du sabord permet de pointer ou de diriger l'axe du canon à
18 ou 20°, à droite ou à gauche de la ligne du travers. Sans coussin ni
coin de mire, cet axe peut s'élever d'environ 14° au-dessus de
l'horizon, et avec coussin et coin de mire s'abaisser d'à-peu-près 6 à
7°.

Quant aux caronades, elles sont présentées au sabord comme les canons;
mais, ainsi que nous l'avons dit, elles y sont en ce moment retenues à
bragues fixes; mais dans les mauvais temps on y ajoute quelques
aiguillettes. Leur pointage peut aller de 28° à droite ou à gauche de la
ligne du travers; leur axe peut s'élever au-dessus de l'horizon de 13°
avec la vis et de 16° sans la vis; il peut s'abaisser au-dessous de 5°
avec la vis, et de 14 avec le coin de mire.

Il y a confusion et perte de temps à tenir dans les soutes les objets
nécessaires pour la manoeuvre et le service des pièces; il est
aujourd'hui reconnu que les objets doivent être en grande partie dans
les batteries ou près des canons: prescrire à cet égard des dispositions
uniformes pour tous les temps et tous les bâtimens, serait cependant
d'une exécution presque impossible; mais le principe étant adopté, il
suffit d'indiquer celles que l'on croit bonnes, ou qui sont le plus en
usage.

Chaque pièce est numérotée par batterie et en commençant par l'avant;
chaque objet principal l'est aussi comme la pièce à laquelle il
appartient. Dans les batteries couvertes, la boîte à capsules ou à
étoupilles est placée au milieu du dessus du sabord. Le gargoussier est
maintenu à gauche et près du sabord. La baille de combat (et son
faubert) est accrochée, l'ouverture contre la muraille, à gauche de sa
pièce, à mi-distance des deux sabords. L'écouvillon et le refouloir sont
élongés de chaque côté du barrot placé au-dessus de la pièce. Le fanal
de combat est mis comme en un étui dans un seau à incendie dont chaque
pièce est pourvue; l'un et l'autre sont ainsi accrochés au pont
supérieur contre la muraille, dans l'intervalle de deux canons voisins;
quand ces fanaux servent, on les suspend au pont, dans l'intérieur, par
rapport à l'alignement des affûts en les faisant correspondre au milieu
de l'espace qui existe entre deux pièces. Dans toutes les batteries la
pince est à droite de l'affût et l'anspect à gauche, sur des supports en
fer en dehors des flasques; on peut aussi les engager sur les essieux
entre les flasques et les roues, ou même les mettre sur l'entretoise. Le
coussin et le coin de mire sont entre les flasques et sous la culasse.
Les platines restent toujours adaptées aux pièces; elles sont garnies de
leurs couvre-platines. Enfin les tire-bourre et cuillères sont disposés
comme les écouvillons et refouloirs; mais il n'y en a qu'un de chaque
espèce pour une division de quatre pièces.

Une partie des projectiles et valets est dans la cale, et l'autre sur le
pont. Un certain nombre de boulets ronds sont à gauche de chaque pièce,
sur le pont, et retenus par un cercle de gros cordage garni de pommes;
on peut y ajouter quelques crampes pour maintenir ce cercle sur le pont
au roulis. D'autres boulets ronds sont placés autour des hiloires,
panneaux, ou en d'autres lieux pareils, en tel nombre qu'il y ait
toujours, en tout, un approvisionnement de vingt de ces projectiles par
pièce, dans la batterie.

Les boulets ramés au nombre de cinq, et les grappes de raisins au même
nombre, dont chaque pièce est pourvue dans la batterie, sont accrochés
régulièrement le long de la muraille, à quelques pouces au-dessus du
pont. S'il y a des caisses de boîtes de mitraille à bord, elles restent
dans la cale, et, en cas de combat, on monte une de ces caisses pour
chaque pièce.

Les valets, au nombre de huit à douze par pièce, sont liés ensemble en
forme de plateau rond que l'on place quelquefois dans la baille,
quelquefois contre le bord, ou même en forme de chapelet autour de la
naissance de la volée.

Les armes d'abordage destinées aux chefs et servans peuvent encore être
pareillement disposées avec symétrie et goût, près des pièces ou aux
environs.


_Remarques._

Non-seulement les objets nécessaires au service des pièces doivent être
autant que possible dans les batteries, afin que les branle-bas de
combat se fassent avec plus de promptitude; mais il faut y déposer
encore les objets de rechange dont on peut avoir besoin pendant le
combat, afin de ne pas être obligé de distraire des servans pour aller
les chercher à la sainte-barbe pendant l'action.

Les bragues de rechange pour canons peuvent, dans les batteries, se
placer sur la face avant ou arrière des baux où on les retient par des
bouts de tresse cloués. Pour les caronades on doit en avoir de disposées
dans la tuque d'arrière ou dans les coffres d'armes.

Les affûts de rechange ne doivent pas être exposés aux boulets de
l'ennemi, comme cela arrive quelquefois, mais placés de manière qu'on
puisse les transporter avec la plus grande célérité lorsque le besoin
s'en fait sentir.

Les parcs à boulets pratiqués contre le bord, et autour des hiloires des
panneaux, ne suffisant pas pour contenir les 20 boulets que chaque
pièce doit avoir dans sa batterie, on y supplée par des parcs en corde;
mais comme il est difficile de les maintenir au roulis et que les
crampes qui les fixent endommagent les ponts, on pratique plus
ordinairement deux parcs volans situés dans les batteries basses, le
premier entre le cabestan et le panneau de la cale au vin, le second en
arrière du panneau de l'avant. Dans les batteries hautes, le premier
entre le cabestan et le panneau de la cale au vin, et le second sur
l'arrière des cuisines. Pour les gaillards on peut placer une grande
quantité de projectiles entre les drômes.

Comme il est désirable d'avoir un même nombre de valets que de
projectiles, et que les sacs à valets disposés contre le bord n'en
contiennent pas une assez grande quantité, on peut, sans encombrement, y
suppléer en se servant de valets en herseaux, dont deux ou trois
douzaines, passés dans un bout de filin, sont suspendus contre le bord.

L'appareil nécessaire pour changer un affût brisé doit être disposé dans
l'entre-pont, auprès du grand panneau; ce panneau étant le seul qui
reste ouvert pendant le combat pour le passage des blessés.



CHAPITRE IV.

_Exercice du Canon d'un bord et par temps._


L'exercice du canon est supposé précédé du commandement de branle-bas de
combat.

A ce commandement, les derniers servans de droite vont chercher les
objets qui ne sont pas habituellement dans les batteries, comme sacs,
tabliers, platines de rechange, etc.

Les pourvoyeurs vont chercher (et allumer si c'est l'exercice à feu que
l'on va faire) le boute-feu destiné à être mis dans la baille de combat,
ainsi que les cornes d'amorces qui doivent être suspendues à portée.

Le chef de pièce et les servans se rendent à leurs canons. Le chef
s'équipe de la boîte à capsules qu'il attache devant lui, du doigtier
destiné pour le pouce gauche, de l'épinglette et du dégorgeoir qu'il
suspend à sa ceinture; le dernier servant de droite arrive avec son
tablier, et il prend place ainsi que le pourvoyeur. Enfin chacun se met
à son poste ainsi qu'il est prescrit par le rôle de combat, et suivant
les dispositions et l'ordre établis à bord.

Les deux derniers servans de gauche élongent le palan de retraite; le
dernier l'accroche à la boucle du pont en arrière de la pièce, et
l'autre à la croupière de l'affût. Les autres servans disposent pour
l'exercice le canon, qui est supposé chargé et amarré à garans simples.

Le chargeur qui est le premier servant de droite, place l'écouvillon et
le refouloir sur le pont, la tête tournée du côté de la culasse; les
troisièmes servans de droite et de gauche élongent la pince et l'anspect
dans le sens de la pièce, en dehors des roues et le gros bout tourné du
côté de la muraille.

Le premier servant de gauche met la baille de combat également sur le
pont, ainsi que le seau à incendie, qui sont munis d'eau par les autres
servans, si l'ordre en est donné, et ils disposent le fanal s'il y a
lieu. Enfin le pourvoyeur se saisit du gargoussier.

Le but qu'on se propose en faisant l'exercice est d'enseigner la manière
de procéder avec uniformité pour démarrer, pointer, tirer, recharger le
canon pour le remettre en batterie; et il ne sera question ici que des
moyens mécaniques par lesquels on y parvient. Les règles du pointage
sont fondées sur des considérations trop élevées pour trouver place dans
cette section, qui est principalement destinée à l'instruction des
servans.

La description de l'exercice se divise par commandemens, et chaque
article contient 1º le commandement, 2º l'explication par temps, qui est
donnée par celui qui commande l'exercice et qui est suivie de
l'exécution, laquelle ne commence qu'après le nouveau commandement
d'action; 3º les observations qui indiquent ce qu'il peut être
nécessaire d'ajouter ou de modifier, suivant les circonstances.

_ÉTAT des hommes nécessaires pour le service d'un canon._

  +===============+=======+=======+=======+=======+=======+=======+
  |   EMPLOIS.    |Calibre|Calibre|Calibre|Calibre|Calibre|Calibre|
  |               | de 36.| de 30.| de 24.| de 18.| de 12.| de 8. |
  +---------------+-------+-------+-------+-------+-------+-------+
  | Chef de pièce |   1   |    1  |   1   |   1   |   1   |   1   |
  | Servans       |  12   |   10  |  10   |   8   |   8   |   4   |
  | Pourvoyeurs   |   1   |    1  |   1   |   1   |   1   |   1   |
  |               +-------+-------+-------+-------+-------+-------+
  |       TOTAUX  |  14   |   12  |  12   |  10   |  10   |   6   |
  +===============+=======+=======+=======+=======+===============+


_Roulement._

Le roulement indique qu'on va commencer l'exercice et qu'il faut
observer le plus grand silence. Toute parole inutile est sévèrement
interdite, soit pendant l'exercice, soit devant l'ennemi. Les chefs de
pièces font face au sabord; les servans font face à leurs pièces, et
s'alignent sur les deux premiers servans; tous se serrent à bord, de
manière que les coudes s'affleurent, la tête haute, l'oeil dirigé du
côté du chef, les pieds sur le même alignement, le corps d'aplomb, les
bras pendans, les mains dans les rangs, ouvertes et à plat sur les
cuisses. A la fin du roulement, chacun reste immobile.

A défaut de tambour, on y supplée par le commandement de roulement, et
l'on termine le mouvement par celui-ci: fin de roulement.


1er COMMANDEMENT.

_Détapez, démarrez vos canons!_

_Un temps._

_Explication._ Le premier servant de droite détape le canon et place la
tape contre le bord derrière lui. Le chef de pièce, aidé des servans
placés près de lui, démarre le canon et l'assujettit contre le bord, en
passant au collet du bouton de culasse un tour de chaque garant qu'il
fait tenir par les deuxièmes servans de droite et de gauche; puis il ôte
le couvre-lumière et le passe au troisième servant de droite, qui le met
près du bord en arrière des servans.

_Action!_

_Observations._ Si le roulis ou l'inclinaison du bâtiment n'est pas
assez considérable pour déranger l'affût lorsqu'il est au sabord, il est
inutile de le maintenir par les palans de côté; alors les garans restent
élongés sur le pont, hors de la direction des roues. Dans tous les cas,
les bouts sont cueillis par les avant-derniers servans de droite et de
gauche, en dehors des files de servans et par le travers de la culasse;
ils sont ainsi bien parés à se filer d'eux-mêmes au recul.

S'il y a du roulis, ou si l'on est à la bande sur l'autre bord, le chef
fait maintenir la pièce jusqu'au commandement de feu; mais auparavant il
doit avoir l'attention de faire mettre, en dessous, le garant du côté où
il prévoit que la culasse devra être jetée pour pointer.


2me COMMANDEMENT.

_Dégorgez, amorcez!_

_Un temps._

_Explication._ Le chef de pièce prend le dégorgeoir de la main droite;
il perce la gargousse, et s'assure au mouvement du poignet et à la
longueur de la sonde, que la gargousse est percée; il arme[5] la
platine, ouvre ensuite la boîte à capsules (ou à étoupilles si la
platine est à pierre), en prend une, referme la boîte, et il introduit
cette capsule dans la lumière en la pressant fortement avec le pouce.

  [5] On prescrit d'armer avant d'amorcer, de crainte que le marteau en
  s'échappant ne fasse partir le coup. Par le même motif, il faut
  retirer la capsule, dans le cas où il y aurait lieu à désarmer la
  platine.

_Action!_

_Observations._ Si l'on manque de capsules (ou d'étoupilles), ou si la
platine est démontée et qu'elle ne puisse être remplacée, le chef se
fait donner la corne d'amorce par le servant le plus à portée qu'il
désigne, et il amorce la pièce en introduisant de la poudre dans la
lumière avec l'épinglette qu'il tient de la main gauche, ayant soin de
ne pas laisser engorger la lumière; il remplit de poudre le champ de
lumière, et en prolonge une traînée, autant qu'il le peut, du côté où on
doit mettre le feu. Il s'assure ensuite que la corne d'amorce est bien
fermée, et il la prend à deux mains pour écraser la partie de la poudre
qui doit être allumée par le boute-feu; puis il ôte avec le plat de la
main gauche le pulverin (ou poussière de poudre) qui peut s'être attaché
à la corne; il la capelle par-dessus l'épaule gauche, il la place
derrière lui, le petit bout du côté gauche, et il met le couvre-lumière
qu'il se fait donner par le troisième servant de droite.

Si la platine était à pierre, il agirait de même, mais il ne devrait pas
oublier de remplir le bassinet de poudre et de le refermer ensuite[6].

  [6] D'après les expériences faites sur les platines et moyennant
  celles de précaution qui sont dans les batteries, l'emploi du
  boute-feu doit être fort rare.


3me COMMANDEMENT.

_Pointez!_

_Trois temps._

_Explication._ Premier temps. Le chef de pièce se place à droite du
palan de retraite, le pied gauche en avant et à plat, le genou plié, la
jambe droite allongée; la main gauche sur la plate-bande de culasse, et
la main droite à la poignée du coin de mire; les troisièmes servans,
aidés par les quatrièmes pour les gros calibres (ceux de 24 et
au-dessus), prennent les pinces et anspects, les placent sur les adents
de l'affût, et ils élèvent ou abaissent la culasse au commandement du
chef de pièce, jusqu'à ce que le canon soit au point convenable,
c'est-à-dire que la ligne de mire soit, autant que possible, dirigée sur
le point où l'on doit viser lorsque le bâtiment est dans une position
moyenne à ses balancemens de roulis.

_Action!_

_Deuxième temps._ Les mêmes servans embarrent aux flasques pour diriger
la pièce à droite ou à gauche; le chef décapelle les garans, il en
charge les derniers servans aidés par ceux qui ne sont pas occupés au
pointage, pour que tous contiennent la pièce au sabord; puis il prend de
la main droite le cordon de la platine, et il se porte vivement en
arrière au-delà du recul du canon. Il vise en s'inclinant et en mettant
dans le même alignement son oeil, le point le plus élevé de la culasse,
et le point le plus élevé de la volée.

_Action!_

_Troisième temps._ Le chef fait le commandement _à postes!_ auquel les
servans, chargés de pinces et anspects, les retirent de dessous les
flasques, viennent reprendre leur alignement, et les tiennent le bout
posé sur le pont, de manière que les roues de l'affût ne puissent passer
dessus en cas de recul de la pièce.

_Action!_

_Observations._ Lorsque celui qui commande l'exercice commande de
pointer en belle, le chef de pièce fait endenter la pince et l'anspect
entre les adents de l'affût et la culasse, et il les fait ensuite
embarrer sous l'affût jusqu'à ce que la pièce soit horizontale et
perpendiculaire au seuillet du sabord.

Pour le commandement d'en plein bois, il faut, par les mêmes moyens, que
la pièce soit pointée de telle sorte que le boulet frappe au milieu de
la hauteur de ce qui paraît de la coque de l'ennemi, et le plus possible
dans le voisinage du grand mât.

De même, pour pointer en arrière, il faut porter la culasse en avant;
pour pointer en avant, il faut porter la culasse en arrière; à démâter,
il faut diriger la ligne de mire de manière que le boulet frappe la
mâture, particulièrement celle de misaine, mais pas plus haut que le
trelingage. A couler bas, il faut diriger la ligne de mire de telle
sorte que le boulet frappe la ligne de flottaison. Enfin s'il n'y a pas
d'ordre, les chefs de pièces pointeront tous de manière à frapper à la
position présumée de la roue, ou en cas d'impossibilité, vers le point
qui en est le plus rapproché; il peut en résulter un feu concentré qui
peut être fort efficace.

Si la bande est trop forte pour que le chef puisse pointer assez haut,
on a la ressource d'ôter les roues de l'arrière, mais ce ne peut être
sans que le chef de la batterie en ait été averti: lui seul peut en
donner l'ordre, après avoir pris ceux du commandant du bâtiment, qui
pourrait préférer de prendre une autre position.


4me COMMANDEMENT.

_Feu!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le chef de pièce attend que les mouvemens
du navire amènent la ligne de mire dans la direction du point où l'on
doit viser; et quand il le voit près d'arriver, il l'indique par un
signal, puis il fait feu en donnant un coup de poignet sec au cordon de
la platine.

A ce signal du chef de pièce, les servans chargés des garans de palans,
les laissent tomber hors de la direction des roues; ceux qui ont en main
la pince et l'anspect, les posent sur le pont; tous les servans, à
l'exception des premiers de droite et de gauche, se portent vivement au
palan de retraite pour l'embraquer au recul, et même le palanquer si le
canon n'est pas assez rentré. Le premier servant de droite prend la
pince par le gros bout pour caler les roues, dès que l'affût n'est plus
au sabord; il doit aussi parer les palans et la brague avec le premier
servant de gauche; et le dernier servant de gauche fait une demi-clef
sur le palan de retraite.

_Action!_

Deuxième temps. Les troisièmes servans de droite et de gauche, aidés par
les quatrièmes pour les gros calibres, prennent la pince et l'anspect,
embarrent sous la culasse qu'ils élèvent pour que le chef place le
coussin et le coin de mire, de manière à mettre la pièce à même d'être
chargée; les autres servans rouent les garans des palans de retraite et
de côté; l'anspect est remis à sa place, la pince en travers des roues,
et chacun reprend son poste.

_Action!_

_Observations._ Si la capsule ne prend pas, le chef la retire et en met
une nouvelle. Si l'on se sert d'une étoupille et que le coup ne parte
pas, il faut laisser éteindre le feu de l'étoupille avant de
s'approcher de la pièce pour la remplacer; il en est de même quand on a
amorcé avec de la poudre. Lorsque la lumière ne fume plus, le chef de
pièce et le servant chargé du vieux linge s'avancent vers la pièce; le
premier pour dégorger, amorcer s'il y a lieu, et l'autre pour nettoyer
la platine. Le chef rectifie toujours son pointage avant de remettre le
feu à sa pièce, et il agit ensuite comme il a été dit au 4me
commandement.

S'il est tombé quelque parcelle d'étoupille, capsule allumée, ou poudre,
sur le pont, il faut les mouiller avec le faubert.

Quand, par la position du vaisseau lors du tir, on craint que la
violence du recul n'aille jusqu'à briser la poulie du palan de retraite,
il faut décrocher ce palan et le parer de manière qu'on puisse le
recrocher aussitôt que le coup est parti.

Lorsque les platines seront démontées et qu'elles ne pourront pas être
remplacées, on mettra le feu à la pièce à l'aide du boute-feu. Alors le
dernier servant de gauche saisit le pied du boute-feu de la main droite,
il en prend la tête de la main gauche, il se place vis-à-vis de la
lumière faisant face au sabord, il se baisse pour souffler la mèche,
bien au-dessous de la hauteur de la lumière; il la porte ensuite à
quatre doigts de la plate-bande de culasse, pour faire feu au
commandement du chef; ce qu'il exécute en portant la mèche à l'amorce,
de manière que le boute-feu ne soit pas au-dessus de la lumière.


5me COMMANDEMENT.

_Bouchez la lumière; écouvillonnez!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le chef de pièce prend le dégorgeoir de la
main droite et l'enfonce dans la lumière pour voir si elle est dégagée;
il la bouche bien ensuite avec le pouce de la main gauche, jusqu'à ce
que la pièce soit chargée, ne l'ôtant que pendant les momens où il se
sert de son dégorgeoir; le premier servant de droite se porte en même
temps à la volée, en passant par-dessus les palans et brague; le
deuxième servant lui remet l'écouvillon, qu'il enfonce dans la pièce.

_Action!_

Deuxième temps. Le premier servant de droite tourne plusieurs fois
l'écouvillon dans le sens convenable pour faire prendre le tire-bourre,
et il le retire en le tournant du même côté; il le pose sur la volée de
la pièce, et il le secoue trois ou quatre fois en dévirant pour faire
tomber les culots de gargousses et la crasse.

Le chef de pièce passe le dégorgeoir dans la lumière pour s'assurer
qu'elle est parée; si elle ne l'est pas, il fait écouvillonner de
nouveau jusqu'à ce qu'elle soit dégagée, et il rebouche la lumière. En
même temps, le servant chargé du tablier nettoie la platine, puis il
reprend son poste.

_Action!_

_Observations._ Si le chef de pièce ne peut parvenir à parer la lumière,
il en prévient l'officier ou le maître le plus à portée, qui la fait
dégager par les canonniers porteurs des vrilles et vilebrequins.

Il faut écouvillonner avec beaucoup de soin pour décrasser la pièce et
pour en retirer tout ce qui peut s'y trouver d'étranger; il en résulte
encore l'avantage que la lumière ne se trouve pas obstruée, et qu'aucun
culot n'empêche la gargousse de se rendre au fond de l'âme.

Il est bon de rafraîchir une pièce de temps en temps, par exemple quand
elle a tiré huit ou dix coups. C'est à ce commandement qu'on le fait, en
aspergeant l'écouvillon avec la main, avant de l'introduire dans l'âme,
et en frottant en même temps la pièce avec un faubert mouillé.


6me COMMANDEMENT.

_Au refouloir!_

_Un temps._

_Explication._ Le premier servant remet l'écouvillon au second; il
reçoit de lui le refouloir, dont il place le bouton sur la tête de
l'affût, et tient la hampe des deux mains. Si c'est du calibre de 12 et
au-dessous, il change l'écouvillon en refouloir, lequel se trouve sur la
même hampe.

_Action!_

_Observation._ Pour changer l'écouvillon en refouloir, et
réciproquement, il faut appuyer le milieu de la hampe sur la volée, et
diriger le côté de l'écouvillon de manière à passer en dessus.


7me COMMANDEMENT.

_La gargousse dans le canon; à la poudre!_

_Un temps._

_Explication._ Le premier servant de gauche fait un demi à gauche,
reçoit du pourvoyeur la gargousse, qu'il place dans le canon, le culot
le premier, la couture en dessous; le premier servant de droite
l'enfonce jusqu'au fond du canon avec le refouloir. Il allonge le bras
droit de toute sa longueur, en tenant la main gauche sur la volée du
canon et le corps un peu incliné en avant, prêt à refouler. Dès que le
pourvoyeur a remis la gargousse, il va en chercher une autre, ayant le
gargoussier sous le bras gauche et la main droite sur son couvercle.

_Action!_

_Observations._ Quand les pièces sont échauffées, ou que les distances
sont très-rapprochées, il peut arriver que l'on donne l'ordre de saigner
les gargousses; mais cette besogne ne regarde nullement ni le chef de
pièce, ni les servans, ni le pourvoyeur, qui doivent employer la
gargousse telle qu'elle leur est donnée. Cet ordre ne peut venir que du
commandant du bâtiment, et alors il s'exécute, soit dans la soute, soit
dans tout autre lieu désigné, mais toujours par les soins de personnes
également désignées, et qui ne font pas partie de l'équipage des pièces.
Si le chargeur s'aperçoit que la gargousse se soit crevée en
l'introduisant, il doit mettre alors un valet après la gargousse pour
ramasser la charge au fond de la pièce.

Le pourvoyeur doit éviter, en allant chercher la gargousse, de mettre
dans ses mouvemens une précipitation qui pourrait le faire trébucher ou
tomber. Quand il remet la gargousse au premier servant de gauche, il ne
tient le gargoussier ouvert que le moins de temps possible, et à l'abri,
s'il y a lieu, du feu de la pièce voisine; en ce moment il doit visiter
son gargoussier, et s'il contient de la poudre échappée de la gargousse,
il la renverse sur la baille.

Si la pièce devait rester long-temps chargée, on mettrait en outre un
valet entre la gargousse et le boulet. Sans cette précaution, si le
boulet prenait du jeu, il pourrait, au roulis, comprimer trop fortement
la poudre de la gargousse.


8me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_

_Un temps._

_Explication._ Le premier servant de droite refoule trois coups et
abandonne la hampe du refouloir en effaçant le corps.

Le chef de pièce passe le dégorgeoir dans la lumière pour s'assurer que
la gargousse est rendue; si elle ne l'est pas, il fait refouler de
nouveau; si elle l'est, il fait un signal de la main, auquel le premier
servant retire le refouloir, et en place le bouton sur la tête de
l'affût; en même temps, le second servant de gauche se baisse vivement
et prend un boulet qu'il remet au premier; il prend ensuite un valet.

_Action!_

_Observations._ Il est très-important que le chef de pièce ne débouche
jamais la lumière sans s'être positivement assuré que le chargeur s'est
effacé, et qu'il n'est plus devant la pièce, afin d'éviter, pendant ce
temps, que l'explosion possible de la charge n'enlève le chargeur.

Lorsque la mer est assez grosse pour obliger de fermer les sabords de la
première batterie, aussitôt que le coup de canon est tiré, on doit
mettre la volée à hauteur du hublot, afin de pouvoir y passer les hampes
d'écouvillon et de refouloir, et charger par ce moyen.

Si l'on est abordé par un vaisseau, de manière que les mouvemens des
hampes de bois ne puissent avoir lieu, il faut y substituer des
écouvillons et refouloirs à hampes de corde, lesquels sont réunis pour
tous les calibres.

On ne doit pas refouler plus de trois coups, parce que la gargousse doit
être confectionnée de manière à se rendre assez facilement; que la
poudre trop refoulée donnerait moins de portée au projectile, et qu'on
pourrait faire adhérer au fond de l'âme le culot, qui, en y séjournant,
nuirait à la charge suivante. Si la gargousse éprouvait d'ailleurs
quelque difficulté à entrer, il faudrait, soit la retirer avec le
tire-bourre, et la faire changer par le pourvoyeur dans le cas où elle
serait défectueuse, soit écouvillonner et nettoyer de nouveau le canon,
si l'obstacle provenait de son intérieur. La hampe du refouloir doit
avoir une marque qui indique quand la gargousse est rendue.


9me COMMANDEMENT.

_Le boulet et le valet dans le canon!_

_Explication._ Le premier servant de gauche met le boulet dans le canon,
et l'empêche de tomber en plaçant la main droite devant la bouche de la
pièce; il reçoit du second servant le valet, qu'il prend de la main
gauche et qu'il place sur le boulet.

Le premier servant de droite enfonce aussitôt le valet sur le boulet
avec le refouloir; il s'assure qu'il est rendu par la longueur de la
hampe, et il en rend compte au chef, par ces mots: _rendu, chef!_ Il
allonge le bras droit de toute sa longueur, il tient la main gauche sur
la volée et le corps incliné en avant prêt à refouler; le premier et
second servant de gauche reprennent leur poste.

_Action!_

_Observations._ On ne met qu'un projectile dans le canon, à moins que le
commandant n'en ordonne autrement; il donne l'ordre en même temps de
saigner la gargousse ou d'employer celles qui sont préparées à l'avance
et qui ne contiennent de poudre que le quart du poids du boulet. Les
chefs de la batterie font bien connaître alors quel est l'ordre dans
lequel les projectiles seront placés. Le valet ne se met qu'après le
dernier de ces projectiles.

Le premier servant de droite est spécialement chargé de veiller à ce que
le boulet qui doit être introduit par le premier servant de gauche, ne
tombe pas à la mer; ce n'est qu'autant qu'il en est sûr qu'il doit
lui-même introduire le valet.

Si le boulet ne peut pas entrer dans la pièce, il doit être remplacé et
mis de côté pour être nettoyé par la suite; s'il s'arrête dans
l'intérieur avant d'être rendu, on ne doit pas le forcer, mais le
retirer, ce qui s'effectue en levant la culasse et lui donnant quelques
secousses contre le seuillet du sabord, ou au moyen de la cuiller. On
enlève ensuite avec l'écouvillon les culots ou débris qui s'opposent à
son introduction. Si le valet éprouve trop de difficulté à entrer dans
la pièce, on le remplace aussitôt, et le premier est donné aux autres
servans pour qu'ils l'amoindrissent en le roulant sous les pieds, ou en
le battant avec l'anspect en le roulant de nouveau pour l'arrondir. Les
marques des hampes doivent être susceptibles d'être reconnues la nuit
comme le jour.


10me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_

_Un temps._

_Explication._ Le premier servant de droite refoule deux coups; il
retire le refouloir et le passe au second, qui le pose sur le pont; le
premier et second servant de droite reprennent leur poste.

_Action!_


11me COMMANDEMENT.

_En batterie!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le premier servant de droite décale les
roues et pose la pince à sa première place; puis avec le premier servant
de gauche ils soutiennent les bragues, pour empêcher qu'elles ne
s'engagent pendant le mouvement. Le dernier servant de gauche défait la
demi-clef du palan de retraite et tient le garant pour filer à mesure
que la pièce ira en batterie. Tous les autres servans se rangent sur les
palans de côté.

_Action!_

_Deuxième temps._ Le chef de pièce commande palanquez! Tous les servans
agissent ensemble pour mette la pièce en batterie droit au milieu du
sabord, et aussitôt qu'elle y est, le chef a soin de l'assujettir, en
passant un tour de chaque garant au collet du bouton. Les garans sont
tenus par les deuxièmes servans de chaque côté.

_Action!_

_Nota._ Si l'on continue l'exercice, on reprendra au 2me commandement.
Si on ne le continue pas, on le termine par le 12me commandement, dans
lequel on suppose que l'amarrage est simple. S'il devait être d'un autre
genre, il faudrait l'énoncer et le faire exécuter.

_Observations._ Le dernier servant de gauche doit particulièrement
veiller le roulis, afin de contretenir, quand il y a lieu, pour empêcher
la pièce d'aller heurter le bord trop vivement, ce qui serait
susceptible de déranger la charge.

Dans un combat vergue à vergue, pour accélérer le tir dans le fort d'une
action décisive, ou lorsque les servans sont fatigués ou réduits en
nombre, on est quelquefois obligé de tirer la pièce sans la mettre en
batterie; c'est ce qu'on appelle _à longueur de brague_. Il faut alors
saupoudrer un faubert mouillé, ou tout autre corps pareil, de sable ou
de cendre, et le faire servir à caler les roues de derrière pour
soulager la brague dans l'effort qu'elle aura à supporter, et l'on y
contribue encore en raidissant les palans de côtés. D'ailleurs le palan
de retraite sera bien raidi, et même, au besoin, renforcé par son
garant, que l'on fera passer plusieurs fois dans l'estrope de culasse,
ainsi que dans la boucle du palan de retraite; la pince sera mise en
travers des roues de l'avant pour contribuer avec ce palan à empêcher la
pièce de se rendre au sabord. Il est alors plus essentiel que jamais de
veiller aux accidens du feu.


12me COMMANDEMENT.

_Tapez, amarrez vos canons!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le troisième servant de droite remet le
couvre-lumière au chef de pièce, qui l'amarre sur la culasse, et qui
ensuite décapelle les palans et les fait tenir par les derniers servans;
il fixe entre les flasques et les garans le mou de la brague qui est
soutenue par le deuxième servant; il fait raidir les palans par tous les
servans; il les arrête par un tour mort au collet du bouton, et en
passant le double de chaque garant entre ce garant et la plate-bande de
culasse, en dessus et en dessous.

_Action!_

_Deuxième temps._ Le premier servant de droite met la tape au canon, les
autres servans rouent les palans, les amarrent le long des flasques, et
mettent les attirails nécessaires à la manoeuvre, aux places où ils
étaient auparavant. Le dernier servant de gauche décroche le palan de
retraite et le place sur le canon. Les objets apportés des soutes, et
qui ne sont pas susceptibles de rester dans les batteries, sont
rapportés par les canonniers désignés pour ce service et par le
pourvoyeur.

_Action!_

_Observations._ Si dans un combat il s'agissait d'amarrer les pièces
momentanément pendant qu'on irait servir celles de l'autre bord, on les
assujettirait, soit en batterie avec les palans de côté, soit au recul
avec la pince mise en avant des roues et avec le palan de retraite
amarré.

Quand le roulis exige un amarrage plus solide, on laisse deux ou trois
servans pour exécuter celui qui est prescrit, et ces servans retournent
prendre poste de l'autre bord dès qu'il est fini.


_Roulement!_

Chacun prend son poste comme au commencement de l'exercice, et nul ne le
quitte que lorsqu'on bat la breloque.


EXERCICE DE LA CARONADE

D'UN BORD ET PAR TEMPS.

Le commandement de _branle-bas de combat_ s'exécute comme il a été dit
pour le canon, si ce n'est que les caronades étant en ce moment à brague
fixe, il n'y a point lieu à élonger le palan de retraite. La caronade
est également supposée _chargée, et amarrée seulement par sa brague_.

Pour une caronade d'un calibre quelconque, il ne faut que quatre hommes:
un chef de pièce, un servant de droite chargeur, un servant de gauche
fournisseur, et un pourvoyeur. Le chef se rend à sa pièce et s'équipe,
ainsi qu'on l'a expliqué en parlant du canon; il visite les amarrages de
brague, et il met le levier de pointage en place. Les deux servans vont
chercher et disposent sur le pont, près de la muraille, les coins de
mire, la pince et l'anspect (ces deux derniers alloués par deux
caronades). Ils disposent ensuite la baille de combat, le seau à
incendie et le fanal, comme on l'a vu précédemment. Le fournisseur porte
le tablier garni, et le pourvoyeur se saisit du gargoussier. Celui-ci se
place à gauche de la pièce faisant face au sabord et affleurant le
fournisseur avec le coude.


_Roulement!_

Comme pour le canon.


1er COMMANDEMENT.

_Détapez vos caronades; démarrez le couvre-lumière!_

_Un temps._

_Explication._ Le chargeur ôte la tape de la caronade et la place contre
le bord derrière lui. Le chef de pièce démarre le couvre-lumière, et il
le place près du bord, en arrière du servant de droite.

_Action!_


2me COMMANDEMENT.

_Dégorgez; amorcez!_

_Un temps._

_Explication._ (Comme au 2me commandement pour le canon.)

_Observations._ (Comme au 2me commandement pour le canon.)


3me COMMANDEMENT.

_Pointez!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le chef de pièce se place à droite du
levier de pointage, le pied gauche en avant et à plat, le genou plié, la
jambe droite allongée, la main gauche sur la plate-bande de culasse, et
la main droite à la poignée du levier de pointage, de manière à élever
ou à baisser la culasse, jusqu'à ce que la caronade soit au point
convenable, c'est-à-dire que la ligne de mire soit, autant que
possible, dirigée sur le point où l'on doit virer, lorsque le bâtiment
est dans une position moyenne à ses balancemens de roulis.

_Action!_

_Deuxième temps._ Le chef de pièce prend de la main droite le cordon de
la platine, et il se porte vivement en arrière au-delà du bout du levier
de pointage; en même temps les servans s'en approchent pour diriger la
caronade d'après le signal du chef, qui s'incline et vise, en mettant
dans le même alignement son oeil, le point le plus élevé de la culasse
et le point le plus élevé de la volée. Quand le pointage est fini, il
fait le commandement _à postes!_ auquel les servans reprennent leur
première position.

_Action!_

_Observations._ Lorsque celui qui commande l'exercice ordonne de pointer
_en belle_, le chef de pièce fait mouvoir le levier et la vis, de
manière à ce que la pièce arrive à être droite au sabord.

Pour le commandement _d'en plein bois_ (comme aux 2me et 3me
paragraphes des _observations_ au 3me commandement pour le canon.)

Si la bande est trop forte pour que le chef puisse pointer sur l'ennemi,
il a la ressource du coin de mire pour abaisser le pointage; et s'il
veut l'élever, il démonte la vis.


4me COMMANDEMENT.

_Feu!_

_Un temps._

_Explication._ Le chef de pièce attend, etc. (Comme au 1er paragraphe de
l'_explication_ du 4e commandement pour le canon.)

_Observations._ (Comme aux 1er, 2me et 4me paragraphes des
_observations_ du 4me commandement pour le canon.)


5me COMMANDEMENT.

_Bouchez la lumière, écouvillonnez!_

_Deux temps._

_Explication._ Premier temps. Le chef de pièce prend le dégorgeoir de la
main droite, et l'enfonce dans la lumière pour voir si elle est dégagée;
il la bouche ensuite avec le pouce de la main gauche, jusqu'à ce que la
pièce soit chargée, ne l'ôtant que pendant les momens où il se sert du
dégorgeoir.

Le servant de droite se porte vivement à la volée de la caronade, passe
le corps et la jambe en dehors du seuillet du sabord, et pose le pied
droit sur le taquet qui est disposé à cet effet; son pied gauche est
appuyé en dedans.

_Action!_

_Deuxième temps._ Le servant de gauche prend l'écouvillon, et il le
donne au servant de droite: celui-ci tourne plusieurs fois l'écouvillon,
etc. (Comme aux 2me et 3me paragraphes des _explications_, et comme aux
_observations_ du 5me commandement pour le canon.)


6me COMMANDEMENT.

_La gargousse dans la caronade; au refouloir; à la poudre!_

_Un temps._

_Explication._ Le servant de droite remet l'écouvillon au servant de
gauche, qui le pose contre le bord et se tourne ensuite vivement du
côté du pourvoyeur pour en recevoir la gargousse; il la donne au
chargeur qui la place dans la pièce, le culot le premier, la couture en
dessous; le servant de gauche remet l'écouvillon en place, prend le
refouloir, le passe à celui de droite qui s'en sert pour enfoncer la
charge jusqu'au fond de la caronade; il allonge le bras droit de toute
sa longueur, ayant la main gauche sur la volée et le corps un peu
incliné en avant, prêt à refouler. Dès que le pourvoyeur a remis la
gargousse, il va en chercher un autre, ayant le gargoussier sous le bras
gauche, et la main droite sur le couvercle.

_Action!_

_Observations._ (Comme au 7me commandement pour le canon.)


7me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_

_Un temps._

_Explication._ Le servant de droite refoule trois coups et abandonne la
hampe du refouloir en effaçant le corps.

Le chef de pièce passe le dégorgeoir dans la lumière pour s'assurer que
la gargousse est rendue; si elle ne l'est pas, il fait refouler de
nouveau; si elle l'est, il fait un signal de la main auquel le servant
retire le refouloir et le passe au servant de gauche, qui le pose et
prend vivement un boulet.

_Action!_

_Observations._ Il est très-important, etc. (Comme au 1er paragraphe des
_observations_ du 8me commandement pour le canon.)

On ne doit pas refouler plus de trois coups, etc. (Comme au 4me
paragraphe des _observations_ du 8me commandement pour le canon.)


8me COMMANDEMENT.

_Le boulet et le valet dans la caronade!_

_Un temps._

_Explication._ Le servant de gauche pose le boulet sur la caronade et le
conduit avec les mains jusqu'à ce que le servant de droite puisse le
prendre; alors celui-ci l'introduit dans la caronade et place sa main
droite devant la bouche de la pièce pour empêcher le boulet de tomber.

Le servant de gauche prend aussi un valet et le refouloir; il remet
d'abord le valet à celui de droite qui le prend de la main gauche et le
place sur le boulet; puis il lui donne le refouloir qu'il prend de la
main droite, et avec lequel il enfonce la charge. Il s'assure qu'elle
est rendue par la longueur de la hampe; il en rend compte par ces mots:
_rendu, chef!_ et il allonge le bras droit de toute sa longueur, la main
gauche sur la volée et le corps incliné en avant.

_Action!_

_Observations._ On ne met qu'un projectile dans la caronade surtout, à
moins que le commandant, etc. (Comme au 1er paragraphe des
_observations_ du 9me commandement pour le canon.)

Le chargeur doit avoir soin que le boulet ne tombe pas à la mer, et le
valet ne doit être placé qu'autant qu'il est sûr que le boulet est dans
la pièce; ce dont au surplus il s'apercevra toujours, après qu'il aura
enfoncé la charge, par la marque qui est sur la hampe. Si on découvrait
alors que le boulet n'est pas dans la pièce, il faudrait ôter le valet
avec le tire-bourre pour mettre un autre boulet.

Si le boulet n'entre pas dans la pièce, etc. (Comme au 3me paragraphe
des _observations_ du 9me commandement pour le canon.)


9me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_

_Un temps._

_Explication._ Le servant de droite refoule deux coups; il retire le
refouloir et le passe au servant de gauche qui le remet à sa place.

_Action!_

_Nota._ Si on continue l'exercice, on reprend au 2me commandement. Si on
ne continue pas, on le termine par le commandement qui suit:


10me COMMANDEMENT.

_Tapez vos caronades, amarrez le couvre-lumière!_

_Un temps._

_Explication._ Le servant de droite remet la tape à la caronade. Le chef
de pièce va prendre le couvre-lumière et l'amarre; puis il ôte le levier
de pointage qu'il fait remettre, ainsi que les autres attirails, où ils
étaient avant la manoeuvre. Les objets apportés des soutes et qui ne
sont pas susceptibles de rester dans les batteries, sont reportés par
les servans et par les pourvoyeurs.

_Action!_

_Roulement._

Chacun reprend son poste comme au commandement de l'exercice, et nul ne
le quitte que lorsqu'on bat la breloque.


EXERCICE DU CANON OBUSIER.

_Roulement._

Comme pour le canon.


1er COMMANDEMENT.

_Détapez, démarrez vos canons!_ (Un temps.)

Comme pour le canon.


2me COMMANDEMENT.

_Dégorgez, amorcez!_ (Un temps.)

Comme pour le canon.


3me COMMANDEMENT.

_Pointez!_ (Trois temps.)

Comme pour le canon.


4me COMMANDEMENT.

_Feu!_ (Deux temps.)

_1er temps._ Comme pour le canon jusqu'à ces mots, si le canon n'est pas
assez rentré.

Le chef de pièce dans ce cas facilite le mouvement de rentrée en prenant
son levier-directeur, dont il engage le bec dans le cran de la tige
mobile, pour élever le derrière de l'affût. Les premiers servans de
droite et de gauche restés à leur poste parent les palans et bragues. Le
chef de pièce remet le levier-directeur à sa place, et le 2e servant de
gauche fait une demi-clef au palan de retraite.

_2e temps._ Comme pour le canon.


5me COMMANDEMENT.

_Bouchez la lumière, écouvillonnez!_ (Deux temps.)

_1er temps._ Comme pour le canon. Après ces mots, qu'il enfonce dans la
pièce, ajoutez: à l'aide du premier servant de gauche qui se porte
également à la volée de l'obusier par un mouvement semblable à celui de
droite.

_2e temps._ Les deux servans tournent plusieurs fois l'écouvillon au
fond de la chambre et de l'âme dans le sens nécessaire pour faire
prendre le tire-bourre, et ils le retirent en le tournant du même côté.
(Le reste comme pour le canon.)


6me COMMANDEMENT.

_Au refouloir!_ (Un temps.)

Comme pour le canon.


7me COMMANDEMENT.

_La gargousse dans le canon; à la poudre; à l'obus!_ (Un temps.)

Le premier servant de gauche fait un demi à gauche et reçoit du
pourvoyeur la gargousse qu'il place dans le canon, le culot le premier,
la couture en dessous; puis il aide le premier servant de droite à
l'enfoncer avec le refouloir jusqu'au fond de la chambre. Tous les deux
prennent la position de refouler.

Dès que le pourvoyeur a remis la gargousse, il va en chercher une autre,
ayant le gargoussier sous le bras gauche et la main droite sur son
couvercle.

Le deuxième servant de gauche prend la boîte vide et se dirige avec le
troisième servant du même côté, vers l'écoutille destinée au passage des
projectiles chargés. Le deuxième servant affale la boîte par l'écoutille
au moyen d'un cartahu à croc; puis tous les deux hissent dans la
batterie, par le même moyen, la boîte renfermant l'obus; lovent le
cartahu sur la boîte; ils la saisissent ensuite par les anses, le
deuxième de la main droite, et le troisième de la main gauche, et la
transportent sur l'avant de l'affût, sous la volée de l'obusier, en
passant par derrière la file des servans de gauche. Après l'avoir posée
sur le pont, tous les deux reprennent leur poste.

_Action!_


8me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_ (Un temps.)

Les premiers servans de droite et de gauche refoulent trois coups bien
égaux et abandonnent la hampe du refouloir en effaçant le corps. Le chef
de pièce passe le dégorgeoir dans la lumière pour s'assurer que la
gargousse est rendue au fond de la chambre. Si elle ne l'est pas, il
fait refouler de nouveau; si elle l'est, il fait un signal de la main,
auquel le premier servant retire le refouloir qu'il passe au deuxième
qui le pose sur le pont, et duquel il reçoit le gros refouloir qu'il
pose sur le seuillet de sabord, la tête sur le pont, appuyant contre le
devant du flasque droit.

_Action!_


9me COMMANDEMENT.

_L'obus et le valet dans le canon!_ (Un temps.)

Les premiers servans de droite et de gauche enlèvent l'obus de la boîte
et l'élèvent à la hauteur de la bouche de la pièce. Le deuxième servant
de gauche retire aussitôt la boîte, à laquelle il remet le couvercle ôté
précédemment, et la place contre le bord derrière lui.

Le premier servant de gauche introduit l'obus dans le canon après
l'avoir préalablement décoiffé, il le maintient dans cette position avec
la main gauche, ayant la main droite appuyée contre la masse de mire. Le
premier servant de droite prend le refouloir, et aidé du premier servant
de gauche qui abandonne l'obus, il l'enfonce au fond de l'âme et retire
le refouloir.

Le premier servant de gauche reçoit du deuxième, du même côté, un valet
qu'il place dans la pièce, et les deux premiers servans l'enfoncent sur
l'obus avec le refouloir. Le premier servant de droite s'assure que
l'obus et le valet sont rendus au fond de la pièce par la longueur de la
hampe, et en rend compte au chef. Ces deux servans prennent la position
pour refouler.


10me COMMANDEMENT.

_Refoulez!_ (Un temps.)

Comme pour le canon.


11me COMMANDEMENT.

_En batterie!_ (Deux temps.)

_1er temps._ Le chef de pièce prend le levier-directeur, et le tenant
des deux mains par l'extrémité, il engage le bec sous la tige mobile.
(Comme pour le canon.)

_2e temps._ Le chef de pièce placé parallèlement à l'affût, faisant
effort sur le trou du levier-directeur, soulève le derrière de l'affût
et commande _palanquez!_ alors tous les servans agissent ensemble pour
mettre la pièce en batterie droite au milieu du sabord; le chef facilite
ce mouvement en continuant de peser sur son levier et poussant en avant
jusqu'à ce que la pièce soit en batterie. Alors il débarre, remet le
levier-directeur à sa place, et (comme pour le canon.)


12me COMMANDEMENT.

_Tapez, amarrez vos canons!_ (Deux temps.)

Comme pour le canon.

_Nota._ L'armement de ces bouches à feu est le même que pour le canon de
36, plus un levier-directeur et un petit refouloir à tête conique pour
la gargousse. Mais le levier-directeur n'est utile que lorsque l'affût
est privé de roues de derrière; dans le cas contraire, tout ce qui a
rapport dans l'exercice au levier-directeur, doit être supprimé.


EXERCICE DES DEUX BORDS,

ET A VOLONTÉ.

L'exercice des deux bords n'apporte aucune modification à la manière
dont une pièce doit être pointée, tirée et chargée. Mais comme alors ce
sont les canonniers d'un seul bord qui se partagent pour faire le
service des deux bords, il a fallu adopter un ordre de répartition
qu'il importe de faire connaître.

Cet exercice se divise en quatre parties.


I.--_Armement des pièces et changement de bord._

TROIS COMMANDEMENS.

1er.--_Armez les deux bords!_

_Explication._ Les chefs des pièces paires si l'on est à tribord, et
ceux des pièces impaires si l'on est à bâbord, disposent sur le boulon
de culasse les boîtes à capsules, le doigtier, le dégorgeoir,
l'épinglette et le tablier du servant.

_Action!_

_Observation._ Le numérotage des pièces commence par l'avant, et si le
nombre des pièces d'une batterie est impair, l'équipage des deux
dernières pièces de l'arrière les manoeuvre ensemble comme s'il
s'agissait de deux pièces voisines.


2e.--_Par le flanc gauche et par le flanc droit; à gauche, à droite!_

_Explication._ Les servans de droite font à _gauche_, ceux de gauche
font à _droite_, et les chefs de pièce _demi-tour_ à _droite_! tous se
tiennent prêts à se porter à la pièce correspondante de l'autre bord.

_Action!_

_Observation._ Dans un combat, c'est le chef de pièce qui fait le
commandement de par le _flanc gauche!_ etc.


3e.--_Marche!_

_Explication._ Les chefs de pièces qui ont fait demi-tour se rendent
avec leurs servans aux pièces correspondantes de l'autre bord, et
détachent, chemin faisant, à la pièce voisine à droite, les trois
premiers servans de droite, savoir: le premier pour chef de pièce; le
deuxième pour chargeur, et le troisième pour fournisseur. A cet effet,
les servans de droite marquent le pas jusqu'à ce que le dernier homme de
la file de gauche l'ait dépassé, et tous se rendent à leur poste en se
formant, les servans de gauche sur la droite, et ceux de droite sur la
gauche, par file en bataille.

Les chefs de pièces qui n'ont pas quitté leurs pièces, s'équipent du
tablier et envoient à celle qui est voisine à droite, devenue vacante,
les trois premiers servans de droite; le premier pour chef de pièce, le
deuxième pour chargeur, et le troisième pour fournisseur.

Les chargeurs envoyés pour chefs de pièces, sont nommés _chefs
provisoires_, et les autres, _chefs titulaires_.

A chaque pièce des deux bords où se trouve le chef titulaire, le premier
servant de gauche devient chargeur, et le second fournisseur.

Chaque chef, à son arrivée à la nouvelle pièce qu'il va servir, s'arme
de la boîte à capsules, du doigtier, du dégorgeoir et de l'épinglette
qui doivent s'y trouver; les écouvillons et les refouloirs sont passés à
la gauche des pièces dans toutes les batteries; le chef de pièce démarre
le couvre-lumière et fait détaper la pièce.

_Action!_

_Observation._ Pendant un combat, c'est le chef qui fait le commandement
de _marche!_ Le tablier est supposé avoir été apporté au commandement de
_branle-bas_.


II.--_Manoeuvre de la pièce de chaque chef titulaire jusqu'à ce qu'elle
ait fait feu, et passage des servans mobiles à la pièce de chaque chef
provisoire._--Quatre commandemens.


1er.--_En batterie; dégorgez; amorcez!_

_Explication._ Après avoir mis les pièces en batterie, si elles n'y sont
pas, les chefs titulaires seulement dégorgent et amorcent.

_Action!_


2e.--_Pointez!_

_Explication._ Les chefs titulaires seulement passent par tous les temps
du pointage.

_Action!_


3e.--_Feu!_

_Explication._ Les chefs de pièces attendent le moment favorable et ils
exécutent le feu. Aidés par leurs servans, ils mettent les pièces hors
de batterie, et le premier servant de gauche fait la demi-clef au palan
de retraite. La pince est mise en travers des roues par le premier
servant de droite.

_Action!_

_Observation._ S'il y a lieu de se servir du boute-feu, c'est le dernier
servant de gauche qui s'en saisit.


4e.--_Servans mobiles, changez!_

_Explication._ Les chefs de pièces qui viennent de tirer ne conservent
que le premier servant de droite et de gauche; tous les autres, nommés
_servans mobiles_, se portent à la pièce voisine à droite, où ils
occupent les mêmes postes qu'à celle du chef titulaire.

_Action!_


III.--_Manière de charger la pièce pendant que celle du chef provisoire
est mise en batterie et fait feu, et réciproquement._--Cinq
commandemens.

_Observation._ Chacun des cinq commandemens en comprend deux ou
plusieurs, qui s'adressent tantôt aux chefs titulaires, tantôt aux chefs
provisoires; comme ils ne pourraient être donnés à la voix sans
confusion, on en marque l'exécution par un coup de baguette.

  _Chefs titulaires._               | _Chefs provisoires._
                                    |
  1er coup de baguette.--Bouchez    | 1er coup de baguette.--En
  la lumière, écouvillonnez au      | batterie; dégorgez, amorcez!
  refouloir!                        |
                                    | (Le dernier servant de gauche
                                    | défait la demi-clef du palan
                                    | de retraite.)
                                    |
  2e La gargousse dans le canon;    | 2e Pointez!
  refoulez, à la poudre!            |

_Observation._ Le pourvoyeur va chercher la poudre et la porte à la
pièce qui va tirer; il continue alternativement ce service pour les
deux pièces de l'approvisionnement desquelles il est chargé.

  3e Le boulet et le valet dans     | 3e Au boute-feu!
  le canon!                         | (S'il y a lieu.)
                                    |
  4e Refoulez!                      | 4e Feu!

_Observation._ Comme dorénavant on se servira très-rarement du
boute-feu, le chef provisoire fera alors _feu_ au troisième coup de
baguette; et au quatrième, il fera mettre sa pièce hors de batterie; les
deux commandemens des troisième et quatrième coups de baguette, pris
simultanément, devant, dans tous les cas, commencer et finir à-peu-près
en même temps.


5e.--_Servans mobiles, changez!_

L'exercice continuant, les chefs provisoires exécutent à chaque coup de
baguette les commandemens indiqués pour les titulaires, et
réciproquement. Ensuite ils alternent encore.

Au roulement, le feu cesse, mais on continue de charger les pièces qui
ne le sont pas. Un chef ne doit _jamais_ quitter sa pièce qu'elle ne
soit chargée, mise en batterie et amarrée si c'est une pièce des
batteries hautes, ou rentrée et fixée par la pince placée en avant des
roues, si c'est une pièce de la batterie basse.


IV.--_Désarmement d'un des deux bords._--Trois commandemens.


1er.--_Canonniers, tous à tribord; ou canonniers, tous à bâbord!_

_Explication._ Les écouvillons et les refouloirs sont replacés à droite
des pièces, et les couvre-lumières à leurs places; les chefs provisoires
du bord qui restent armés, ainsi que les chefs titulaires et provisoires
du bord qui doivent être désarmés, laissent leur équipement sur le
bouton de culasse.

_Action!_


2e.--_Par le flanc gauche et par le flanc droit; à gauche, à droite!_

Les servans font _à droite_ et _à gauche_, et les chefs de pièces
_demi-tour à droite_. Si l'on a fait le commandement d'armer à bâbord,
ce sont les chefs titulaires des pièces impaires, qui sont tous à
tribord dans ce moment, qui exécutent ce mouvement.

_Action!_


3e.--_Marche!_

_Explication._ Les chefs de pièces se rendent avec leurs servans aux
pièces correspondantes du bord opposé; les servans de droite marquent le
pas jusqu'à ce que ceux de gauche soient passés; alors ils se rendent
tous à leurs postes, en se formant sur la droite et sur la gauche par
file en bataille.

Les chefs de pièces qui ont changé de bord se munissent de la boîte à
capsules, et les servans chargés du tablier le reprennent.

_Action!_

Si la batterie est armée de caronades ou de pièces de 8 et au-dessous,
leur équipage n'est pas assez nombreux pour se diviser; on suit alors
les mêmes principes pour leur destination de chaque bord, mais on ne
peut y servir que la moitié des pièces. Dans ce cas, lorsqu'il devient
utile de rapprocher le feu de l'avant ou de l'arrière, on ordonne à
chaque équipage de se serrer du côté où on veut le faire, de manière à
ne laisser aucun intervalle. Si parmi les matelots de la manoeuvre il
s'en trouve de disponibles, comme tous doivent connaître l'exercice du
canon, le commandant peut alors les envoyer servir les pièces qui sont
sans équipage; on y met pour chef le chargeur titulaire de ladite pièce,
qui est remplacé à la pièce qu'il quitte par le fournisseur, et celui-ci
par un des matelots provenant de la manoeuvre.

Outre ces passages d'une partie des hommes d'un bord pour armer tout
l'autre bord, ou seulement une portion, il est encore un cas qui peut se
présenter: c'est celui où se battant d'un seul bord, il y a lieu à
cesser entièrement le feu de ce même bord et à se porter de l'autre,
pour se battre sur cet autre bord. Alors on commande:

_Armez l'autre bord!_

_Explication._ Les pièces de la première batterie, chargées ou non, sont
assujetties à la longueur du recul, afin de pouvoir fermer les sabords,
si c'est ordonné. Pour celles qui sont chargées, chaque chef passe
aussitôt avec son équipage à la pièce du bord opposé; et pour les
autres, il y laisse son chargeur et le second et troisième servans de
droite pour la charger; à cet effet, le chef de pièce commande à
_gauche_ et à _droite_, lui-même fait _demi-tour_; il prononce le mot
_marche!_ et il va avec les servans prendre pareil poste à la pièce
opposée. Les servans qu'il a laissés, s'il y avait lieu à recharger,
viennent le joindre dès qu'ils ont fini.

Dans les batteries hautes, les pièces sont amarrées au moyen de leurs
palans de côté.

_Action!_

_Exercice à volonté!_

_Explication._ Chaque chef de pièce fait alors en particulier à ses
servans les commandemens des divers temps; il doit leur en faire
observer toutes les circonstances et ne jamais sacrifier l'exactitude à
la vivacité des mouvemens.

_Action!_

_Observations._ Le feu à volonté est ordinairement celui d'un combat, et
les canonniers doivent y être exercés. Il est pourtant d'autres feux qui
peuvent être désignés par les dénominations suivantes:

_Feu de file ou de salut._ C'est celui où l'on commande à toutes les
pièces de faire feu successivement, suivant un ordre et à intervalles
indiqués. On peut employer ce feu contre un bâtiment plus faible que
l'on chasse, ou à mesure qu'on découvre un navire dans une manoeuvre; il
a l'avantage de vous laisser libre de former et de favoriser le
pointage.

_Feu de section._ C'est celui où l'on commande à un certain nombre de
pièces de faire feu simultanément, suivant un ordre prescrit et à un
intervalle indiqué. On peut employer ce feu quand on veut se ménager un
certain nombre de coups toujours prêts à être envoyés.

_Feu de division._ C'est le feu de section lorsque chaque section est
composée de la moitié des pièces consécutives d'un même bord d'une
batterie. On peut employer ce feu quand la fumée empêche de bien juger
la position de l'ennemi, et qu'on veut se réserver des pièces prêtes
pour l'instant où il paraîtra.

_Feu de batterie._ C'est celui que chaque batterie doit faire
alternativement; les gaillards peuvent alors, suivant les ordres reçus,
tirer à volonté ou à leur tour.

_Feu par bordées._ C'est celui où l'on fait des décharges générales de
toute son artillerie; on l'emploie quand, pendant une manoeuvre, on
vient à découvrir son ennemi, et qu'on veut profiter de ce moment pour
l'écraser.

Il y a cependant des inconvéniens dans chacune de ces manières de faire
feu, tandis que le feu à volonté est celui qui en a le moins et qui
réunit le plus d'avantages. Il reste à faire observer que les volées
sont en général plus meurtrières ou plus efficaces, 1º quand elles sont
tirées en _enfilade_, c'est-à-dire dans le sens de la longueur du
bâtiment ennemi, surtout de l'arrière à l'avant; 2º _en écharpe_,
c'est-à-dire obliquement sur sa batterie; les boulets peuvent alors
faire des éclats considérables.


_Remarques._

Outre les devoirs imposés aux chefs de pièces et servans, au
commandement de branle-bas de combat, il en est d'autres qui ont rapport
au service de l'artillerie.

Le commandement de branle-bas de combat fait, ou la générale battue,
pendant que les chefs et servans se rendent à leurs pièces pour les
préparer à faire feu, les soutes à poudre sont ouvertes, et les hommes
affectés à ce service s'y rendent. Les rondiers des batteries démontent
les chandeliers des panneaux, enlèvent les échelles qu'ils font passer
dans l'entre-pont pour éviter les éclats, la communication s'établissant
pendant le combat par les échelles de cordes toujours en place.

Les hommes pour le passage des poudres dans les batteries, mettent en
place les panneaux de combat[7], les manches pour les gargoussiers vides
et les reposoirs pour les gargoussiers pleins[8].

  [7] Les panneaux de combat sont des panneaux pleins, garnis de deux
  écoutillons pour faire passer, l'un la manche des gargoussiers vides,
  et le second les gargoussiers pleins.

  [8] Les reposoirs sont des supports en cuivre adaptés au-dessous de
  l'écoutillon dont nous venons de parler, sur lesquels on dépose le
  gargoussier plein, pour que le pourvoyeur puisse l'y prendre.

Les feux sont éteints, les pompes à incendie garnies et armées.

L'emploi des capsules rend inutile le mouvement du chef de pièce pour
percer la gargousse, il doit s'assurer seulement si la lumière est
dégagée.

Les gargousses délivrées ordinairement à bord des navires de l'état sont
en papier, en serge, en parchemin, ou en papier-parchemin. Depuis
quelque temps cependant les gargousses en serge paraissent abandonnées,
et on ne donne plus que des gargousses en papier pour le salut et
l'exercice, et en papier-parchemin pour le combat.

Les gargousses en papier-parchemin ont l'avantage de ne pas conserver
long-temps le feu, mais elles forment de très-forts culots qui restent
dans la pièce après l'explosion, et il faut écouvillonner avec le plus
grand soin, pour que ces culots ne s'amoncellent pas au
 fond de l'âme et n'empêchent pas la gargousse de s'y rendre.

L'apprêté ne se faisant plus à bord depuis l'adoption des caisses à
poudre, on ne se trouve plus dans la nécessité de saigner la gargousse.
On donne pour chaque calibre, un cinquième de gargousse au tiers et
quatre cinquièmes de gargousse au quart; de sorte que lorsque le chef de
la batterie trouve les pièces échauffées, il prend les ordres du
commandant du bâtiment, pour qu'il soit prescrit dans les soutes
d'approvisionner avec des gargousses au quart.

Les valets dont on se sert ordinairement sont cylindriques pour les
canons, et ovoïdes pour les caronades; on commence cependant à les
remplacer par des herseaux, qui, d'après les expériences faites à Toulon
en 1834, ont donné les résultats semblables, sinon préférables aux
valets cylindriques.

Ces derniers ont le grand inconvénient de pouvoir former un coin autour
du boulet, ce qui nécessitant une plus grande force pour le chasser de
l'âme, peut être préjudiciable à la pièce.

Non-seulement lorsqu'on est vergue à vergue, mais dans plusieurs autres
circonstances, il peut être très-utile de tirer à longueur de brague.
Il résulte de plusieurs expériences faites en 1836 à Toulon, que
non-seulement il ne faut pas raidir les palans de côté, comme le dit
l'instruction, mais qu'il faut les décrocher si on ne veut que les
poulies soient brisées aux premiers coups tirés. Après avoir calé les
roues de derrière avec des fauberts mouillés et sablés, on décroche les
palans de côté et on réunit, sans les forcer, par une aiguillette, les
deux portions de la brague en avant de l'affût.

A bord des bâtimens armés de caronades, en désignant d'avance un homme
par pièce pour remplir les fonctions de chargeur, on peut servir toutes
les pièces lorsqu'on se bat des deux bords. Dans ce cas, les chefs
titulaires détachent à la pièce voisine, à droite, leur chargeur pour
chef de pièce, et prennent pour chargeur leur fournisseur. Les chefs
provisoires ont pour chargeur un homme de la manoeuvre désigné d'avance,
et le pourvoyeur de la pièce du chef titulaire approvisionne également
celle du chef provisoire.



CHAPITRE V.

_Noeuds, Amarrages et divers Travaux de Garniture appliqués au
Canonnage._


C'est à bord et dans les ateliers de garniture que l'instruction sur ces
objets, tous de pure pratique, peut être le plus facilement donnée et le
plus promptement acquise; on ne saurait donc entrer ici à cet égard dans
de grands détails, et l'on se contentera de fixer l'attention sur les
points suivans, qui sont distribués par ordre alphabétique pour
faciliter les recherches.

_Aiguilletage, aiguillette._ L'aiguilletage est un amarrage qui sert à
réunir deux cordages ou deux branches du même cordage; il s'exécute le
plus souvent avec un petit filin flexible qu'on nomme _aiguillette_,
qu'on fait passer en tours multipliés dans les anneaux, bagues ou
oeillets dont ces cordages peuvent être pourvus.

On se sert d'aiguillettes pour les amarrages des canons et des
caronades, pour embarquer et débarquer les canons, pour saisir les
chandeliers de pierrier et d'espingole; pour fixer le bout des bragues
des pièces, qu'au besoin on passe aux sabords de chasse ou de retraite,
et pour raidir l'appareil des batteries quand les pièces sont au grelin
par un mauvais temps.

_Brague._ Fort cordage fait de fil de première qualité, commis avec le
plus grand soin et légèrement goudronné, et qui sert à borner le recul
des bouches à feu. La brague est élongée et tendue de force avec des
palans, ou même au cabestan, avant d'être mise en usage, pour qu'elle
soit moins exposée ensuite à prendre du mou. Sa longueur pour les canons
de calibre de 36, de 12 et intermédiaires, varie de 10-1/2 mèt. à 7-3/4
mèt., et sa grosseur de 20 à 16 centimètres. La brague est fixée par ses
deux bouts dans les boucles de la muraille du bâtiment par un amarrage
avec étrive, c'est-à-dire avec changement de direction du cordage
principal, après qu'il a été replié sur lui-même.

_Bridure._ Amarrage qui sert à rapprocher deux ou plusieurs cordages
déjà tendus, ou les tours d'un même cordage, et à les étrangler en un
point, afin qu'ils souquent davantage. Il s'exécute soit avec un cordage
particulier, soit avec le bout même du cordage bridé.

_Brin._ Un cordage est de premier brin quand il ne contient que les
filamens les plus longs et les plus propres qui restent dans les mains
du peigneur. Tous les cordages de l'artillerie sont du premier brin.

_Civière._ Moyen cordage qui sert comme une suspente et qu'on nomme
_herse_; c'est une sorte d'élingue. (Voyez ce mot.)

_Coiffe d'écouvillon._ Sac de toile pour envelopper et préserver la tête
de l'écouvillon; il se fait avec un morceau de toile plié en deux, cousu
sur le côté et adapté ensuite à un fond circulaire; on le termine par
une coulisse au bord, pour y faire passer un lusin goudronné qui sert à
serrer la coulisse sur la hampe; la coiffe est ensuite peinte sur la
face extérieure.

_Croupière._ Bout de cordage fixé au corps de l'essieu de l'arrière et
formant une boucle pour accrocher le palan de retraite; il y a souvent
un piton dans cette partie qui rend la croupière inutile.

_Elingue._ Cordage dont on entoure un fardeau pour le soulever. Les deux
bouts en sont réunis par une épissure. On s'en sert pour embarquer et
débarquer les canons. Longueur pour les calibres de 36, de 12 et
intermédiaires, de 7 mètres 1/7 à 6 mètres 1/2; grosseur, de 20 à 16
centimètres.

_Epissure._ Réunions de deux bouts de cordages entés, en quelque sorte,
par l'entrelacement réciproque de leurs torons; l'excédant des torons
est coupé au ras du cordage, et la jonction a lieu solidement sans
noeuds ni bourrelets.

_Estrope._ Cordage fourré, dont on entoure une poulie en le faisant
passer dans les rainures pratiquées sur sa caisse; les deux bouts de
cordage sont joints par une épissure. On y ajoute souvent une cosse pour
pouvoir accrocher la poulie; on applique alors cette cosse dans un pli
de l'estrope sur la tête de la poulie, et l'on approche les deux
branches de l'estrope par un amarrage à plat, entre la poulie et la
cosse, qui empêche l'estrope de se dégager de ses goujures.

_Estrope de culasse._ Cordage employé dans l'amarrage à la serre. Les
deux bouts en sont réunis par une épissure. On y fixe une cosse en fer,
de sorte que l'estrope est divisée en deux parties inégales. De
semblables estropes, mais plus longues, sont employées pour
l'embarquement et le débarquement de l'artillerie, savoir: deux pour la
culasse, et un pour la volée; celle-ci est plus courte que les autres.

_Faubert._ Faisceau de fil de carret lié par une de ses extrémités, et
emmanché d'un petit bâton; les fils en se détordant par le bout forment
une étoupe qui fait éponge.

_Fourrer un cordage._ C'est recouvrir un cordage en bitord; on l'étend
horizontalement à la hauteur de ceinture, on prend une pelote de bitord
dont le bout se fixe sur le cordage, on applique sur celui-ci le maillet
à fourrer, on les saisit par deux ou trois tours de bitord tant sur le
maillet que sur le manche; en faisant tourner le maillet, le bitord se
range en tours serrés et en spirale sur le cordage, qui est ainsi à
l'abri du frottement des corps étrangers. On fourre aussi en basane, en
toile goudronnée. Les anneaux de brague des caronades et la partie des
bragues qui y portent, sont fourrés.

_Garant._ Cordage d'un palan. L'une de ses extrémités se frappe sur le
cul de la poulie simple; l'autre passe sur un des rouets de la double,
de dessous en dessus; on le ramène sur le rouet de la simple, de dessus
en dessous, et de là sur le second rouet de la double, de dessous en
dessus. C'est sur cette extrémité, appelée _courant_, que l'on agit.
Dans les palans de côté, le courant doit se trouver dessus. Pour les
canons de 36, de 12 et intermédiaires, la longueur des garans des palans
de retraite et de côté (qui sont les mêmes) varie de 31 mètres à 24, et
leur grosseur de 9 à 7 centimètres.

_Garcette._ Tresse plate en bitord. La poignée du coussin est une tresse
semblable.

_Garnir une brague._ C'est entourer la partie exposée au frottement
d'une toile goudronnée, maintenue par des tours serrés d'un cordage fin.
On peut se servir encore d'un morceau de basane cousu, suivant la
longueur de la brague.

_Hampe de corde._ Bout de filin de retour, fourré, de même longueur que
la hampe de bois; il a 8 centimètres pour les calibres de 36, 30 et 24;
et 7-1/2 pour les calibres au-dessous.

_Itague._ Cordage tenant à un palan, et ordinairement en double pour en
augmenter l'effet. On s'en sert quand on change un canon d'affût, ou
qu'on l'amène sur le pont. Un bout est garni d'une cosse, l'autre est en
queue de rat. Pour les canons des calibres de 36, 30, 24 et 18, la
longueur de l'itague varie de 6 mètres 1/4 à 5 mètres 2/3, et la
grosseur de 12 à 10 centimètres.

On se sert aussi d'un itague pour fermer les mantelets des sabords; il
porte à son milieu, et en dedans du bord, une cosse où passe le croc de
la poulie double du palanquin; les deux bouts de l'itague traversent la
muraille et vont s'amarrer sur le mantelet.

_Ligne d'amarrage._ Menu cordage goudronné, servant à faire certains
amarrages, comme ceux des bouts de brague, ceux qui servent à rapprocher
les côtés des élingues ou des estropes, etc.

_Lusin._ Petit cordage composé de deux fils de carret; il y a du lusin
blanc et du lusin goudronné. Il est employé à serrer les coiffes
d'écouvillon, et pour la confection des grappes de raisin.

_Machine à démonter les canons._ Elle se compose de deux estropes
(garnies chacune de deux poulies simples), de deux civières (garnies de
deux poulies simples), de quatre itagues, et de quatre palans (ceux de
la pièce et de la voisine). On a proposé d'autres machines, mais les
parties de celle-ci sont les plus faciles à se procurer.

_Mèche._ Corde lessivée servant, au besoin, à mettre le feu à une pièce.
La mèche est fabriquée avec des étoupes de lin; elle doit être ferme,
sans trop de dureté, bien pénétrée de lessive salpêtrée, mais sèche,
sans moisissure, et sans être cornue à sa surface.

_Merlin._ Petit cordage de trois fils de carret commis ensemble au moyen
de la roue du siége de commettage. Celui qui s'emploie pour l'artillerie
est composé de fils goudronnés; une pièce de 60 brasses pèse environ 1
livre 1/2.

_Noeuds._ Les noeuds diffèrent suivant leur destination; c'est pour le
marin une étude longue et importante, qui ne peut se graver dans
l'esprit que par la pratique. On doit se borner à dire ici, en général,
que les noeuds et amarrages sont disposés de manière que les frottemens
des tours les uns contre les autres rendent l'enlacement solide, tout en
permettant, au besoin, de pouvoir défaire le noeud.

_Palans de côté et de retraite._ Ils sont composés d'une poulie simple,
d'une poulie double et d'un garant (voyez ce mot). Les poulies sont
estropées et garnies chacune d'un croc. Il y en a pour d'autres objets,
pour embarquer et débarquer les pièces, pour descendre les barils à
poudre dans les soutes, etc.; mais ils sont établis de la même manière,
à peu près.

_Palanquin._ Petit palan croché dans la boucle de l'itague de mantelet
par sa partie double; la poulie simple a une cosse fixée à un piton sur
le pont supérieur, et vis-à-vis le milieu du sabord.

_Quarantainier._ Cordage composé de trois torons commis ensemble; il y
en a de 6 à 9 fils, et de 12 à 15 fils; celui qu'on emploie pour
l'artillerie est goudronné.

_Queue de rat._ Espèce de pointe que l'on fait à l'extrémité des
cordages pour faciliter leur introduction dans une poulie. On l'exécute
en liant le cordage au point où l'on veut commencer la queue de rat; on
défait les torons jusqu'à la ligature; et renversant les fils extérieurs
sur le cordage, on en amincit les intérieurs à l'aide d'un couteau, de
manière que leur volume aille toujours en diminuant; on reprend alors
les fils extérieurs, et on les rabat alternativement par pairs et par
impairs, ayant soin, à chaque fois, de les lier fortement. Une ligature
termine cette espèce de tissu.

_Raban de sabord._ Bout de quarantainier de 4 à 5 mètres de longueur,
et de 5 à 7 centimètres de grosseur, employé pour fermer solidement les
mantelets. Il y en a deux par sabord.

_Raban de retenue des caronades._ Aiguillette de 20 à 24 mètres de
longueur, et de 5 à 7 centimètres de grosseur, employée pour fortifier
l'amarrage des caronades par un mauvais temps.

_Raban de volée._ Cordage de 11 à 15 mètres de longueur, et de 6 à 8
centimètres de grosseur, employé dans l'amarrage du canon à la serre,
pour assujettir la volée contre la partie supérieure du sabord; ce
cordage porte une ganse à l'une de ses extrémités. On en donne un par
sabord de batterie basse.

_Surliure._ Amarrage fait sur les bouts d'un cordage pour empêcher les
torons de se séparer; la surliure s'exécute avec du fil à voile, ou de
la petite ligne qui sert à faire plusieurs tours bien serrés, et dont on
engage les bouts sous les tours.

_Valet._ Bouchon de corde servant à maintenir la charge dans l'âme de la
pièce, et à donner, par quelque résistance, le temps à la poudre de
s'enflammer en plus grande partie. L'influence du valet sur la charge,
sur la portée du projectile, sur la pièce même, a été envisagée sous
plusieurs faces, et diverses propositions ont été faites pour sa
configuration, ou pour en altérer la composition. On doit ici se borner
à dire comment se confectionnent ceux qui sont adoptés à bord de nos
bâtimens.

Le valet est cylindrique, son diamètre doit passer avec frottement dans
l'âme de la pièce, et sa hauteur a quelques lignes de plus que son
diamètre. Il se fait avec du vieux fil de carret dont on forme un
faisceau que l'on serre par le milieu avec du fil de carret neuf.

Dans les ateliers on se sert pour faire les valets, d'un banc garni
d'une paille à bitte à un bout, et d'un morceau de filin à oeillet de
l'autre; on a une petite planche appelée _moule_, qui a pour longueur la
hauteur du valet, mais un peu plus étroite à son extrémité. On charge le
moule pour le placer sur le bout de filin à oeillet, et en le retirant
on fait faire au filin un tour complet autour des fils de carret, puis
on amarre ce filin sur la paille à bitte; enfin on roule le valet et on
le souque au moyen d'une gournable qu'on introduit dans l'oeillet du
filin, et sur laquelle on trévire. Il ne reste plus qu'à amarrer le
valet par le milieu.

Si on veut faire un valet ovoïde, ou en forme d'oeuf, on enfonce une
poignée de vieux fils de carret dans le trou de fusée d'une roue d'affût
de calibre inférieur; on forme ainsi un noyau solide qu'on serre par le
milieu; on le recouvre dans le sens de la longueur de plusieurs tours de
fil de carret neuf, et l'on incline ensuite ces tours. On le serre enfin
comme le valet cylindrique.

Dans les deux cas on fait une poignée ou deux au valet, en y
introduisant pendant sa confection une ou deux petites bagues en fil de
carret, qu'on a toujours soin de laisser déborder.



CHAPITRE VI.

_Différentes manières d'amarrer les canons à bord._


Les amarrages employés pour contenir les bouches à feu à bord, dépendent
de la place qu'elles occupent et des craintes que peut donner le mauvais
temps.

_Amarrage à garans simples._ Cet amarrage est usité dans les beaux
temps.

La pièce étant en batterie, maintenue par un tour de chaque garant passé
autour du collet du bouton, le troisième servant de droite remet le
couvre-lumière au chef de pièce qui l'amarre sur la culasse, et qui
ensuite décapelle les palans, et les fait tenir par les derniers
servans; il fixe, entre les flasques et les garans le mou de la brague
qui est soutenue par les deuxièmes servans; il les arrête par un tour
mort au collet du bouton, en passant le double de chaque garant entre ce
garant et la plate-bande de culasse de dessus en dessous. Le reste des
garans se love et s'amarre le long des flasques; le dernier servant de
gauche décroche le palan de retraite, le love et le place sur le canon.

_Amarrage à garans doublés._ Cet amarrage est usité pour les batteries
hautes dans les mauvais temps.

La poulie double des palans de côté s'accroche à la boucle de la brague,
et la simple au piton contre l'affût; on fait avec un garant deux tours
du bouton de culasse aux crocs, et trois tours de bridure sur la
culasse, d'abord du côté où est le garant, puis de l'autre côté du
canon; on passe ensuite son bout dans une boucle placée sur le pont, et
il vient faire croupière en passant par-dessous la culasse, en dedans de
la partie du garant qui s'y trouve; il est arrêté par une bridure sur la
croupière.

L'autre palan s'amarre à l'ordinaire en faisant passer le garant
par-dessus celui qui est doublé, afin de l'avoir toujours à sa
disposition, si les circonstances exigeaient un amarrage plus solide.
Les bragues sont repliées le long des flasques, et le palan de retraite
est placé sur le canon.

_Amarrage à la serre._ Cet amarrage est usité pour les batteries basses
dans les mauvais temps.

La culasse se pose sur la sole de l'affût; le tiers de la bouche environ
est appuyé contre la serre au-dessus du sabord, les poulies doubles des
palans de côté s'accrochent aux boucles de bragues contre le bord, la
poulie simple aux pitons sur l'adent des flasques.

On passe le garant sur le collet du bouton, et de là au croc près du
sabord de dedans en dehors; on fait ainsi deux ou trois tours au ras de
la plate-bande de culasse, et un tour à la hauteur du troisième adent de
l'affût, pour venir ensuite faire une bridure sur le derrière de la
poulie simple, où l'on emploie le reste du garant. Cette opération se
fait des deux côtés du canon.

Les deux côtés de la brague passent par-dessous les fusées de l'essieu
de l'avant; une aiguillette les embrasse par trois tours; elle repasse
ensuite par-dessus les palans, qu'elle serre avec la brague par trois
autres tours qu'elle réunit en passant ses bouts entre les palans et les
bragues, puis elle embrasse et serre fortement tous les tours par le
milieu au moyen d'une bridure, et on l'arrête.

La volée est soutenue par le raban de volée, qui fait plusieurs tours
dessous et dans la boucle de raban placée au-dessus du sabord. La poulie
double du palan de retraite est accrochée à la boucle du raban de
sabord, et la simple à une estrope qu'on met autour du collet du bouton
de culasse. On raidit bien le palan, et l'on fait avec le reste deux
bridures, dont une sur la plate-bande de culasse, et l'autre sur la
volée.

Lorsque les roulis sont considérables, on joint à ces précautions celle
de clouer sur le pont, sous les roues de l'arrière de l'affût, un
_cabrion_, qui est un morceau de bois taillé en biseau. On pourrait
même en clouer un autre sous les roues de l'avant.

_Amarrage le long du bord, dit en vache._ Cet amarrage est usité soit
pour avoir plus de place à bord, soit pour adoucir les roulis du navire.

On place le canon contre le bord, dans le sens de la longueur du navire;
on accroche les poulies simples des palans à des estropes qui embrassent
les fusées extérieures des essieux de derrière, et les poulies doubles
aux boucles de brague, de manière que les palans se croisent; on passe
plusieurs tours de garant dans les crocs, ainsi que sous les fusées des
essieux, et l'on finit l'amarrage par une bridure au ras de la fusée.

_Amarrage au grelin._ Cet amarrage est usité lorsque le canon étant à la
serre, on craint que les amarrages précédens, ou les boucles et les
crocs, ne puissent pas résister aux secousses du navire.

On passe un grelin tout autour de la batterie; on le raidit aux
extrémités du vaisseau, en le faisant passer sur tous les boutons de
culasse des canons; entre chaque couple de pièces, il y a des boucles
placées contre le bord, dans chacune desquelles on passe le palanquin
du mantelet, ou une aiguillette que l'on fixe sur le grelin, et on les
raidit à la fois.

_Amarrage par la fausse brague._ Cet amarrage est usité quand le
bâtiment est vieux, ou lorsque l'on craint que la muraille n'éprouve
trop de fatigue, par les secousses que pourraient donner les batteries à
la serre, lorsque les cordages ont pris du jeu.

On prépare un cordage ayant à-peu-près la grosseur de la brague, et pour
cet usage nommé _fausse brague_; les deux bouts en sont repliés et
épissés afin de pouvoir former des oeillets susceptibles de recevoir la
fusée de l'essieu; il doit être assez long pour que, ses oeillets
embrassant la fusée de l'essieu de devant, il puisse être aiguilleté sur
la boucle de derrière, en passant par-dessus les derniers adents de
l'affût.

On dispose la pièce comme pour l'amarrage à la serre; on recule l'affût
de manière que la bouche de la pièce se trouve à 4 ou 5 pouces du bord;
on place sur le pont, vers le derrière de l'affût, des boucles de fer
goupillées solidement par-dessus; on passe les oeillets de la fausse
brague aux fusées de l'essieu de l'avant, et on l'aiguillette sur la
boucle dont on vient de parler, en la faisant venir par-dessus les
derniers adents de l'affût. L'amarrage se fait d'ailleurs comme dans
l'autre manière de mettre à la serre.

_Amarrage aux chevrons de retraite._ Cet amarrage a le même but que le
précédent, et il fatigue moins le navire que la fausse brague.

Les chevrons de retraite sont deux pièces de bois de chêne assez longues
pour tenir la tranche du canon à quatre ou cinq pouces de bord; elles
sont entaillées de manière à recevoir d'un bout la tête de chaque
flasque, l'autre bout s'appuie sur le bord; on place des cabrions devant
et derrière, et l'on continue l'amarrage comme dans la méthode
ordinaire.

_Amarrage par la queue des flasques._ Cet amarrage est préférable à
l'amarrage à la serre, indiqué précédemment, lorsque les canons ont un
anneau de brague sur la culasse.

Le canon étant rentré, on fait tomber la culasse sur la sole; on appuie
le tiers de la tranche contre la partie supérieure du sabord; on dispose
le raban de volée, l'aiguillette et le palan de retraite comme à
l'ordinaire; on passe également les deux côtés de la brague sous les
fusées des essieux de l'avant, on accroche le croc de chaque poulie
double à la boucle de brague, et le croc de la poulie simple au piton.
On raidit chaque palan de côté, on passe ensuite un tour de garant sur
la queue des flasques, et deux au croc. Quand le troisième tour est
achevé sur la queue des flasques, on passe le bout du garant entre le
tour du même garant, et le dessus de la queue des flasques de dessous en
dessus; ensuite on fait trois tours de bridure, entre la cheville à
piton et le dernier adent, puis trois autres tours en allongeant de
manière à ramener le dernier à la queue de la poulie simple, où l'on
emploie le reste du garant. Il faut éviter que les tours de garant
passés à la queue des flasques, ne frottent contre les roues.

_Observation générale._ Si un canon de gros calibre se démarre et obéit
au roulis, il ne faut pas briser les roues; on jette sur son passage
quelque sacs à valets. Quatre hommes saisissent un levier chacun, et ils
engagent le sifflet sous les roues, ce qui donne le temps de saisir le
canon avec des cordages pour le ramener à bord.

_Amarrage des caronades._ On maintient les caronades à brague fixe, en
raidissant leurs bragues et en contenant leurs affûts par des
aiguillettes passées dans les pitons de derrière du châssis, et dans les
boucles fixées sur le pont.



CHAPITRE VII.

_Pointage au tir._


La ligne qui joindrait le point le plus élevé de la plate-bande de
culasse avec le point le plus élevé du bourrelet, et qu'on peut imaginer
prolongée indéfiniment au-delà de la volée, est ce qu'on appelle la
_ligne de mire_.

C'est celle par laquelle le canonnier vise pour pointer, c'est-à-dire
pour donner à la pièce la direction qu'il juge convenable pour atteindre
le but.

La ligne passant par le milieu de l'âme, c'est-à-dire son axe, qui est
en même temps l'axe de la pièce, et qu'on peut imaginer prolongée
indéfiniment au-delà de la bouche, est ce qu'on appelle la _ligne de
tir_.

C'est celle que suit sensiblement le boulet à son départ, et qu'il
suivrait indéfiniment s'il pouvait se mouvoir en ligne droite.

Comme le canon a plus de grosseur ou de diamètre à la culasse qu'à la
volée, il est clair que la ligne de mire et la ligne de tir sont plus
rapprochées à la volée qu'à la culasse, et que leurs prolongemens
doivent se rencontrer à une certaine distance de la bouche; de sorte que
la ligne de mire, qui était d'abord au-dessus de la ligne de tir, est
ensuite en dessous, et que l'écartement de l'une à l'autre devient
d'autant plus grand qu'on les imagine prolongées davantage.

Ce qui précède doit faire concevoir comment il arrive que le boulet, qui
était d'abord au-dessus de la ligne de mire, est bientôt au-dessous.
C'est pour exprimer cette circonstance du tir, que le canonnier dit:
_qu'en partant, le coup relève_. On voit donc que si le boulet allait en
ligne droite, il faudrait diriger la ligne de mire au-dessous du but,
toutes les fois que celui-ci se trouverait plus éloigné que la distance
assez petite (de 15 à 25 pieds dans les canons) où la ligne de mire et
la ligne de tir se rencontrent.

Chacun a pu remarquer qu'une pierre lancée dans l'espace ne se mouvait
pas en ligne droite, mais qu'elle décrivait une courbe très-sensible à
l'oeil. Toutefois on a dû observer que la courbure de la ligne suivie
par la pierre était d'autant moins grande que la pierre avait été lancée
avec plus de force ou de vitesse. Cette courbure est due à l'action de
la pesanteur, qui tend à rapprocher tous les corps du centre de la
terre, et qui les en rapproche effectivement quand ils ne sont pas
supportés ou suspendus. Cette action de la pesanteur qui fait décrire
une courbe à une pierre lancée à la main ou avec une fronde, fait aussi
que le boulet lancé par le canon décrit une ligne dont la courbure,
quoique moins sensible à l'oeil, n'en est pas moins réelle, et le boulet
s'écarte d'autant plus de la ligne de tir en dessous, qu'il s'éloigne
davantage du canon.

Cette courbe décrite par le boulet se nomme _trajectoire_.

Puisque le boulet, après s'être élevé par-dessus la ligne de mire, se
baisse ensuite en dessous la ligne de tir par l'action de la pesanteur
qui le rapproche de la surface de la terre, il y aura un moment où il
viendra couper une seconde fois la ligne de mire; de sorte que, pour
atteindre un but placé à la distance, soit du premier, soit du second
point où le boulet coupe la ligne de mire, il faut viser sur lui comme
si le boulet se mouvait en ligne droite, et qu'il dût suivre la ligne de
mire. Ces deux points portent l'un et l'autre le nom de _but-en-blanc_.
Mais comme le premier est peu utile pour le tir du canon, on ne s'occupe
guère que du second, qu'on appelle _but-en-blanc naturel_ quand la ligne
est horizontale, ou simplement, dans les autres cas, _but-en-blanc_; et
l'on appelle _pointer de but-en-blanc_, l'action de viser directement
par la ligne de mire sur un point éloigné.

Nous avons dit que la ligne de tir et la ligne de mire se coupaient à
une certaine distance de la bouche du canon. L'ouverture de ces lignes,
ou l'inclinaison de l'une à l'égard de l'autre, est ce qu'on appelle
_l'angle de mire_. On voit que la grandeur de cet angle dépend de la
différence de grosseur et de diamètre de la culasse et de la volée du
canon, ainsi que de sa longueur.

Comme le boulet a dû s'élever d'autant plus au-dessus de la ligne de
mire que l'angle de mire est plus grand, et que la trajectoire a
d'autant moins de courbure que la poudre imprime plus de vitesse au
boulet, il est évident que la vitesse du but-en-blanc dépend 1º de
l'angle de mire; 2º de la force de la poudre, tant sous le rapport de sa
quantité que de sa qualité, ou plutôt de la vitesse qu'elle peut
communiquer au boulet.

On appelle portée d'une pièce, la distance à laquelle elle peut chasser
son projectile. Cette distance varie pour une même bouche à feu, suivant
la charge de poudre employée, suivant la forme, la grosseur et le poids
de son projectile, et surtout suivant l'inclinaison de l'axe de la pièce
ou de la ligne de tir, par rapport au niveau ou à l'horizon. Cette
inclinaison de l'axe avec l'horizon est ce qu'on appelle _l'angle de
projection_.

On concevra facilement que plus cet angle sera grand, toutes choses
étant égales d'ailleurs, plus la portée sera étendue, et réciproquement.
Toutefois ce n'est vrai que dans de certaines limites; car si l'angle de
projection était plus grand qu'un demi-angle droit, le contraire aurait
lieu; la portée recommence même à diminuer passé 42°-1/3 pour les
canons, et 28° pour les fusils. (Pour les positions de ces diverses
lignes et de ces angles, voyez la figure V.)

Ce qui précède fait concevoir que si le point que l'on veut frapper est
à la distance du but-en-blanc, il faut diriger sur ce point la ligne de
mire, comme si le boulet devait suivre cette même ligne de mire; que si
le point que l'on veut battre est plus éloigné que le but-en-blanc, il
faut diriger la ligne de mire par-dessus, ce qui vient à augmenter
l'angle de projection. Il faut diriger la ligne de mire par dessous,
dans le cas contraire, à moins pourtant que ce point ne soit
très-rapproché du premier but-en-blanc, auquel cas il faudrait encore
pointer en dessus. La distance de ce premier but-en-blanc varie, ainsi
qu'on l'a déjà dit, de 15 à 25 pieds.

L'angle de mire est d'environ 1°-1/2 pour les canons, et 3°-1/2 pour les
caronades.

La distance du but-en-blanc, avec la charge ordinaire du combat (d'après
les expériences les plus récentes), est environ de 4 encâblures pour les
canons de 18 et au-dessus; de 4-1/2 encâblures pour les caronades de 24
et au-dessus: les uns et les autres étant chargés avec des boulets
ronds. Les mêmes distances sont plus petites d'un tiers à peu près si
les pièces sont chargées avec des boulets ramés, et de moitié si elles
sont chargées avec des mitrailles.

La difficulté du tir consiste à déterminer de combien la ligne de mire
doit être plus élevée que le point qu'on veut battre, quand celui-ci est
plus éloigné que le but-en-blanc, ou de combien elle doit être plus
basse dans le cas contraire. Pour cela, des instrumens ont été imaginés,
proposés ou exécutés; des tables ont été dressées pour faire connaître
les angles sous lesquels il fallait pointer, suivant les distances; mais
ces moyens, plus ou moins ingénieux, ont été généralement peu utiles à
cause des difficultés qu'il y a à les employer à la mer.

On a donc cherché un autre moyen qui pût frapper les yeux, en présentant
les hauteurs respectives des coques et des mâtures des divers navires,
et en plaçant à côté une échelle que nous nommerons de _pointage_, qui
indique d'une manière suffisamment exacte, suivant les distances, les
hauteurs où il faut pointer pour atteindre les bâtimens aux points
voulus. Par ce moyen, il suffira qu'on fasse connaître, dans les
batteries, la distance où se trouve l'ennemi, et s'il faut tirer soit à
couler bas, soit aux gaillards, ou à démâter.

L'officier commandant la batterie indiquera alors aux chefs de pièces à
quelle hauteur ils doivent viser, et pour donner cette indication il
pourra se servir, dans le premier cas, de la planche nº 1;

Dans le second cas, de la planche nº 2;

Et dans le troisième cas, de la planche nº 3.

Dans chaque planche la flèche ou le zéro indique la hauteur où il faut
atteindre le bâtiment, et celle où il sera frappé si, étant à la
distance du but-en-blanc on vise à cette hauteur. Le chiffre placé sur
l'échelle, à la hauteur du zéro, indique cette distance en encâblures,
pour chaque calibre et dans chaque espèce de pièces en usage dans la
marine.

Les autres chiffres portés sur les échelles, soit plus haut, soit plus
bas que la flèche, sont placés à la hauteur du point de la mâture ou de
la coque où il faut viser, quand on est placé à la distance qu'ils
expriment pour frapper le bâtiment à la hauteur de zéro.

Ainsi, pour pointer à couler bas par la ligne de mire naturelle, à 5
encâblures par exemple, il faut viser un peu au-dessus des bastingages
des vaisseaux à trois ponts, ou à la hauteur des filets de casse-tête de
ceux à deux ponts, ou au quart à peu près de la distance qui sépare les
bastingages et la grande hune des frégates. (Planche nº 1.)

Pour pointer aux gaillards, à la distance de 4-1/2 encâblures, il faut
viser à la hune des grands mâts des vaisseaux; à la moitié du ton des
frégates, et d'une quantité égale à la moitié du ton, au-dessus du
chouquet du grand mât des corvettes. (Planche nº 2.)

Enfin, pour pointer aux trelingages, c'est-à-dire à démâter, à la
distance de 6 encâblures par exemple, il faut viser au-dessus du
chouquet du grand mât de hune des vaisseaux; au capelage du grand mât de
perroquet des frégates, et à la pomme des corvettes (Planche nº 3), et
ainsi de suite.

Les exemples précédens ne s'appliquent qu'au cas où l'on tire avec des
boulets ronds; mais de semblables échelles ont été dressées pour les
boulets ramés et pour les grappes de raisin ou mitrailles. Toutefois ces
dernières échelles n'indiquent pas les distances au-delà de deux
encâblures pour les mitrailles, parce que, passé ces distances, le tir
de ces projectiles est trop incertain pour qu'on doive en faire usage.

Le tir à double charge de projectiles ne devant avoir lieu qu'à moins
d'une encâblure pour les boulets ronds, et d'une demi-encâblure pour les
mitrailles, on pourra, pour ainsi dire, pointer toujours alors de
but-en-blanc, attendu que les gargousses, ayant dû être saignées, n'ont
pu communiquer qu'une petite vitesse aux deux projectiles, en sorte
qu'ils doivent bientôt s'abaisser et se rapprocher de la ligne de mire.

Si le vaisseau était toujours parfaitement tranquille, et le pont
parfaitement de niveau, on aurait marqué sur la plate-bande de culasse
et sur le bourrelet, les deux points qui déterminent, dans tous les cas,
la ligne de mire; mais il n'en est point ainsi. Le tangage est cause que
les points les plus élevés de la culasse et de la volée changent à tous
momens, ce qui rend le pointage beaucoup plus difficile. C'est donc à
l'intelligence du pointeur à remédier à cet inconvénient, en suivant le
mouvement de la pièce; et il y parvient en plaçant toujours son oeil
dans la direction de la ligne de mire, variable en ce qu'elle doit
toujours passer par les points les plus élevés de la plate-bande de
culasse et du bourrelet.

Le roulis fait aussi changer à chaque instant l'angle que l'axe de la
pièce fait avec l'horizon; d'où il suit qu'on ne peut réellement pointer
les pièces sur les points indiqués par les planches 1, 2 et 3, au
moment où l'on doit faire feu. Mais on remédie à cet inconvénient en
donnant d'avance aux pièces, comme on l'a indiqué dans l'exercice, une
hauteur convenable pour qu'au roulis le point sur lequel la ligne de
mire doit être dirigée puisse se présenter dans le prolongement de cette
ligne; et il faut que le canonnier sache saisir ce moment pour faire
partir le coup, ce qui demande beaucoup d'intelligence et d'habileté.

Enfin, lorsque la marche du navire est très-grande, la vitesse acquise
par le boulet comme par tous les corps qui sont à bord, vient encore
modifier la direction du projectile au sortir de la pièce, en sorte que
celui-ci doit arriver un peu avant du point qu'on voulait frapper. Mais
cet effet est assez peu sensible, et il est rare qu'il y ait lieu de le
prendre en considération, d'autant que la marche du vaisseau ennemi en
corrige l'inconvénient si, comme il arrive ordinairement, il suit la
même route, et s'il a un sillage à-peu-près égal.

Comme il est impossible que les canonniers puissent lever toutes les
difficultés que les mouvemens du vaisseau apportent au pointage, il est
à propos de faire remarquer que les boulets qui arrivent plus haut qu'on
ne voulait, peuvent ne pas être perdus et atteindre les mâts les plus
élevés ainsi que leur gréement, et que ceux qui sont pointés trop bas
peuvent ricocher et frapper la coque de l'ennemi.

Il semble donc qu'il convient de faire feu pendant que le vaisseau se
relève, si l'on tire en plein bois, à démâter, à boulet ramé ou à
mitraille; et pendant qu'il s'abaisse, si la mer n'est pas trop grosse,
et que l'on tire à couler bas.

On a supposé jusqu'ici que le boulet devait atteindre le but de
plein-fouet, c'est-à-dire sans sauts ou ricochets; mais comme le tir à
ricochets, quand la mer est belle, présente lui-même des chances
beaucoup plus nombreuses pour frapper un bâtiment ennemi, il est utile
d'entrer dans quelques explications.

On appelle _ricochets_, les sauts et les bonds que fait un boulet
pendant sa course lorsqu'à terre il vient à rencontrer le sol, et à la
mer la surface des eaux; il n'est pas de marin qui n'ait été à même de
remarquer cet effet.

Sur mer, pour qu'un boulet puisse ricocher (et il ne s'agit ici que des
boulets ronds), il faut que l'angle de projection soit au-dessous de
sept degrés, et que d'ailleurs la mer soit belle; dans le cas pourtant
où il y a quelque agitation, la forme des lames, qui sont toujours plus
couchées du côté du vent que du côté de dessous le vent, rend les
ricochets plus faciles ou plus fréquens lorsqu'on tire contre un
bâtiment sous le vent, que contre un bâtiment au vent.

Observons actuellement les effets du ricochet dans un boulet de moyen
calibre, lancé horizontalement sur une belle mer, et partant d'un canon
de première batterie de vaisseau: ce boulet parcourt environ 150 toises
du premier jet; il se relève de 6 pieds environ par son premier
ricochet, il parcourt ensuite 225 toises sous une élévation qui atteint
encore environ 6 pieds; le troisième ricochet est de 150 toises et de 10
pieds d'élévation; la portée s'achève enfin par plusieurs bonds inégaux
et incertains. On comprend facilement que l'angle de chute d'un
projectile étant toujours plus grand que celui de projection, et que
chaque angle de réflexion étant à-peu-près égal à celui de chute, les
derniers ricochets doivent être plus élevés que les premiers.

On voit donc que si le tir de plein-fouet présente des difficultés qui
croissent en raison de la distance, laquelle est elle-même fort
difficile à estimer[9], il n'en est pas de même du tir à ricochets,
puisque sous les conditions énoncées, et même celle d'une charge de
poudre diminuée d'un tiers, on peut espérer d'atteindre souvent le but,
sans autre exactitude que celle d'un bon pointage latéral.

  [9] On peut indiquer comme moyen de déterminer cette distance, celui
  qui consiste à mesurer, avec un instrument à réflexion, l'angle opposé
  à la hauteur de la mâture du bâtiment ennemi; c'est d'après cette
  mesure, à divers éloignemens, qu'on a dressé la table qui est annexée
  aux échelles et planches du pointage.

Il reste à faire observer que les ricochets n'altèrent sensiblement ni
la portée ni la force des projectiles, et à ajouter que plus l'angle de
projection est petit, plus le ricochet est rasant: il est convenable,
s'il y a du roulis, de tirer alors de préférence quand le bâtiment
s'abaisse du côté où l'on tire.

L'efficacité du tir à ricochets peut se démontrer par plusieurs
expériences; on ne citera que celle-ci: sur 180 boulets de 12, lancés à
terre de plein-fouet, aucun n'a souvent atteint le but de 200 pieds de
longueur, sur 6 de hauteur, et placé à 900 toises de distance; tandis
que sous le même nombre de boulets lancés sous le pointage de la ligne
de mire horizontale, ceux qui frappent ce but sont moyennement de 36.

Quant aux moyens de pointage par lesquels on peut obtenir le tir à
ricochets, on peut donner, comme pouvant servir d'indication, celui de
faire partir la pièce lorsque la ligne de mire est en direction de la
flottaison d'un bâtiment éloigné de 1-1/2 à 2 encâblures. Des guidons de
mire, ou fronteaux de volée, qui ont été proposés pour égaliser le rayon
de la volée avec celui de la culasse, seraient, dans le cas dont il
s'agit, très-avantageux, si l'on parvenait à les fixer solidement; il
suffirait alors de pointer par la ligne de mire sur un point placé à une
hauteur du bord ennemi correspondant à celle d'où l'on tire[10].

  [10] Dans son traité de l'artillerie navale, Douglas propose, pour le
  tir horizontal, dont il reconnaît tous les avantages, un pendule qui
  s'adapterait au canon, sur lequel serait d'ailleurs une raie latérale
  en peinture blanche, parallèle à l'axe de la pièce.

Il ne reste plus qu'à ajouter quelques règles particulières: les
canonniers devront toujours charger, pointer et tirer avec calme
et sans précipitation; jamais une pièce ne devra faire feu sans qu'elle
ait été dirigée sur un point bien reconnu, ou au moins sans qu'on soit
fixé sur la véritable position de l'ennemi, soit qu'on l'aperçoive
réellement, soit qu'on distingue où il est par la lueur de son feu, par
l'épaisseur ou la direction de la fumée qui sort de son bord, etc.

La distance de l'ennemi doit être annoncée par les officiers; dans le
cas contraire, le chef de pièce devra l'apprécier le mieux qu'il lui
sera possible, pour pointer le plus juste qu'il pourra; il convient à
cet effet qu'il s'exerce d'avance à bien juger des distances.

Si l'on doit dépasser l'objet sur lequel on veut tirer, ou qu'on doive
être dépassé par lui, il est convenable de pointer, dès que la chose est
possible, pour être dans le cas de faire feu de nouveau avant que
l'ennemi soit hors de direction; mais si l'on prévoit ne pas avoir le
temps de tirer une seconde fois, le chef de pièce doit pointer
à-peu-près en belle, et attendre dans cette position l'instant où le
vaisseau ennemi se présentera.

Quand il y a des mouvemens fréquens d'aulofée et d'arrivée, on doit
pointer dans une direction moyenne à ces mouvemens, et saisir le moment
favorable pour faire feu.

Un tir oblique est susceptible de causer un surcroît de fatigue aux
boucles et aux crocs; cependant il n'altère pas la justesse du coup, et
on ne doit pas hésiter à s'en servir dans l'occasion.

Si par l'effet de la marche du navire, ou d'une évolution, on peut
prévoir que le vaisseau ennemi cessera bientôt d'être dans une direction
convenable, il faut accélérer un peu le feu pour ne pas perdre une
occasion de lui nuire.


_Remarques._

_Du but-en-blanc._

On considère deux espèces de lignes dans le tir des armes à feu: la
ligne de mire, qui est le rayon visuel dirigé le long de la surface
supérieure du canon vers l'objet qu'on veut atteindre; la ligne de tir,
qui est la courbe que décrit le projectile lorsqu'il est lancé hors du
tube par l'explosion de la poudre. Cette courbe serait une parabole, si
l'élasticité et la ténacité de l'air n'opposaient de la résistance au
mobile.

Par la construction des armes en général, la ligne de tir et celle de
mire forment entre elles, au-delà de la bouche, un angle plus ou moins
ouvert, suivant l'épaisseur à la culasse et celle à l'extrémité opposée.
Le projectile, à sa sortie du cylindre, coupe d'abord, et à peu de
distance de la bouche, la ligne de mire, passe au-dessus d'elle, et,
forcé par l'action de sa pesanteur, il se rapproche de cette ligne, la
coupe une seconde fois, et achève de décrire sa courbe jusqu'à sa chute.
Ce second point d'intersection est ce qu'on appelle le _but-en-blanc_;
il est plus ou moins éloigné de l'extrémité de l'arme, selon le nombre
de degrés de l'angle sur lequel on tire.

Ainsi, 1º pour frapper un but qui serait entre le bout du canon et la
première intersection, il faudrait pointer au-dessus; 2º si le but était
entre les deux intersections, il faudrait pointer au-dessous; 3º si le
but était à une des intersections, il faudrait y viser directement pour
l'atteindre; 4º enfin s'il était au-delà de la seconde intersection, il
faudrait pointer au-dessus[11].

  [11] Hulot, instruction sur l'artillerie.

Les projectiles de différentes espèces n'ont pas une même portée,
quoique tirés avec la même pièce et dans les circonstances semblables;
la mitraille va moins loin, toutes choses d'ailleurs égales, que le
boulet. Quant au boulet ramé, les expériences prouvent que sa portée est
à-peu-près un terme moyen entre celles du boulet et de la mitraille. En
conséquence, chacune de ces trois espèces de projectiles a un
but-en-blanc très-distinct, dont la distance varie encore beaucoup, si
l'on tire avec plusieurs projectiles à la fois. On ne peut donc indiquer
un seul but-en-blanc aux canonniers pour chaque arme.

TABLE _donnée dans les règles de pointage du capitaine_ MONTGÉRY.

  +=================+==============+===================================+
     DÉSIGNATION    |ANGLE DE MIRE,|            BUT-EN-BLANC
  DES BOUCHES A FEU.| conformément |   /------------/\-----------\
                    |  au dernier  | du Boulet.| du Boulet |de la grosse
                    |  réglement.  |           |   ramé.   | mitraille.
  +-----------------+--------------+-----------+-----------+-----------+
                    |              |Encâblures.|Encâblures.|Encâblures.
  Canons de 36      |   1° 32' 16" |  3        |   2-1/4   |  1-1/2
     --     24      |   1  28  48  |  3        |   2-1/4   |  1-1/2
     --     18      |   1  29  40  |  3        |   2-1/4   |  1-1/2
     --     12      |   1  24  51  |  2-3/4    |   2       |  1-1/2
     --     8 long. |   1  10  14  |  2-1/2    |   1-3/4   |  1-1/4
     --     8 court.|   1  22  21  |  2-3/4    |   2       |  1-1/2
     --     6 long. |   1  16  37  |  2-1/2    |   1-3/4   |  1-1/4
     --     6 court.|   1  27  11  |  2-3/4    |   2       |  1-1/4
     --     4 long. |   1  11  14  |  2-1/4    |   1-1/2   |  1
     --     4 court.|   1  19  35  |  2-1/2    |   1-3/4   |  1-1/4
  Caronade de 36    |   3  43  24  |  4-1/4    |   3       |  2-1/4
     --       24    |   3  18  40  |  3-3/4    |   2-3/4   |  2

                TABLE _donnée par le réglement de_ 1834.

                    BOULETS RONDS.  | BOULETS RAMÉS.  | MITRAILLES.
    Canons de 36 }                  |                 |
         --   30 }                  |                 |
         --   24 } 4 encâblures.    |2-1/2 encâblures.|2 encâblures.
         --   18 }                  |                 |
                                    |                 |
  Caronade de 36 }                  |                 |
       --     30 } 4-1/2 encâblures.|3 encâblures.    |2-1/4 encâblures.
       --     24 }                  |                 |
  +=================================+=================+================+

Cette différence considérable qui existe entre ces deux tables provient
probablement de la différence des pièces avec lesquelles ont été faites
les expériences. On doit donc accorder plus de confiance à celle du
tableau de 1834, puisqu'on a dû se servir des pièces plus récemment en
usage.

L'angle de mire des caronades de 36, 30 et 24, dont on se sert
ordinairement, étant très-ouvert, il s'ensuit nécessairement que
lorsqu'on tire à une portée moindre que celle du but-en-blanc,
c'est-à-dire de 1 à 4 encâblures, le boulet passera bien au-dessus du
point qu'on veut battre, puisque, terme moyen, la trajectoire, dans ces
circonstances, s'élèvera de quarante pieds au-dessus de la ligne de
mire. Pour y remédier on a imaginé d'appliquer à la volée un morceau de
bois ou de métal, appelé _fronteau de mire_, gradué pour les distances
de 1 à 4 encâblures.


_Du Pointage et du Tir._

La difficulté d'obtenir un bon pointage des canonniers, puisqu'il faut
qu'occupés à manoeuvrer leur pièce, ils estiment la distance à laquelle
ils sont du navire ennemi, et qu'ils calculent ensuite quelle est
l'élévation ou l'abaissement à donner au canon, d'après cette distance,
pour atteindre le but, a fait imaginer plusieurs moyens pour éviter
cette opération, le plus souvent impraticable, et dont les résultats
sont presque toujours incertains.

Mais tous ces moyens, réels en théorie, ont offert dans la pratique des
inconvéniens si graves, qu'ils ont été abandonnés presque aussitôt mis
en usage.

Les échelles données par l'instruction de 1834 ont présenté un résultat
plus avantageux sans doute, mais non encore exempt d'inconvéniens
nombreux.

L'instruction dit: pour pointer à couler bas par la ligne de mire
naturelle, à 5 encâblures par exemple, il faut viser un peu au-dessus
des bastingages des vaisseaux à trois ponts, ou à la hauteur du filet de
casse-tête de ceux à deux ponts, ou au quart à-peu-près de la distance
qui sépare les bastingages et la grande hune des frégates, etc.

Supposons qu'une appréciation exacte de la distance à laquelle on est de
l'ennemi, parvienne du pont aux chefs des batteries, et qu'ils ordonnent
aux chefs de pièces de pointer à hauteur des filets de casse-tête, ou
au quart à-peu-près de la distance qui sépare le bastingage et la grande
hune; est-il probable que ce point pourra être aperçu des chefs, lorsque
souvent il est difficile de distinguer l'ennemi enveloppé de fumée,
surtout si l'on combat au vent? N'est-il pas à craindre que les chefs,
pour ne pas encourir le reproche de manquer d'ardeur, ne tirent leur
coup au hasard?

Le moyen qui, jusqu'ici, nous paraît remplir le mieux toutes les
conditions, est l'emploi des _hausses_, qui n'exige que l'appréciation
de la distance, laquelle donnée aux chefs de pièces par les chefs des
batteries, réduit le tir à celui du but-en-blanc.

Ce système se compose de deux pièces: l'une, appelée masse de mire, est
un morceau de métal qui s'adapte, au moyen d'un cercle en fer à écrou,
au renfort de la volée; la seconde, d'une espèce de boîte en cuivre,
renfermant un montant mobile qui s'adapte par deux vis sur le champ de
lumière à l'arrière de la plate-bande de culasse. Le montant mobile est
gradué sur ses faces avant et arrière de 1/2 à 6 encâblures pour les
charges au tiers et au quart; une vis de pression le rend immobile,
lorsque le chef de pièce l'a mis à la hauteur convenable.

La distance du but-en-blanc dépendant, non-seulement de la courbure de
la trajectoire, mais encore du plus ou moins d'ouverture de l'angle de
mire, on diminue cet angle en ajoutant à la volée la masse de mire; et
comme sa hauteur rend le demi-diamètre de la pièce à ce point égal au
demi-diamètre de la culasse, on le réduit à zéro. Par là on diminue la
distance du but-en-blanc, parce que la ligne de mire s'écartant moins
dans le principe de la trajectoire, en est plus promptement rencontrée
une seconde fois. Mais l'application du montant ou _hausse_ à la culasse
produit un effet contraire et réduit par conséquent le pointage pour
toutes les distances graduées sur le montant, à celle du but-en-blanc,
c'est-à-dire que le chef pointe, en mettant dans le même alignement son
oeil, le point le plus élevé du montant et celui de la masse de mire.

Les expériences faites avec ces hausses ont donné les résultats les plus
avantageux; sur cent boulets lancés de 2 à 3 encâblures, plus de la
moitié auraient porté dans la coque d'un navire ayant 10 pieds
d'oeuvres-mortes, l'autre moitié n'aurait pas dépassé la grande hune.



CHAPITRE VIII.

_Manoeuvres de Force relatives au Canonnage._


_Embarquement et débarquement d'un affût._ L'affût se saisit par les
fusées de l'essieu de derrière; on le hisse le long et au haut du mât du
ponton qui l'a porté; on y a accroché d'avance le palan d'étai du bord,
et, en halant sur celui-ci, l'affût arrive à l'appel du grand panneau
par où on l'introduit à bord; c'est à l'aide des mêmes moyens, mais dans
un ordre inverse, qu'on le débarque. Au lieu d'un ponton, on peut
employer la chaloupe mâtée du bâtiment, ou le palan de bout de vergue.

_Embarquement d'un canon._ Si la pièce est de gros calibre, on
aiguillette une caliorne à la grande vergue, de manière que le point de
suspension corresponde à 2 ou 3 pieds en dehors de la préceinte; on
brasse la vergue pour que cette caliorne se trouve en direction du
sabord par où l'on veut faire passer la pièce, et l'on adapte une fausse
balancine, que l'on raidit ainsi que les drosses et les bras.

La pièce est supposée dans un chalan ou sur un quai le long du bord,
vis-à-vis du sabord désigné; on la saisit par une élingue à canon, que
l'on passe d'abord au bouton de culasse, et qu'on élonge ensuite par ses
doubles sur la pièce, en remontant jusqu'à la volée, à laquelle elle est
saisie en avant des tourillons par plusieurs tours d'aiguillette. On
accroche à la boucle que forment les doubles de l'élingue en dehors de
l'aiguilletage, la caliorne frappée à la vergue, et dont le courant du
garant est dirigé et enroulé au cabestan.

On vire au cabestan jusqu'à ce que la pièce soit arrivée à la hauteur du
sabord; on introduit un anspect ou levier dans l'âme pour servir à
diriger la pièce qui doit entrer horizontalement dans le sabord, la
culasse la première; à cet effet, on se sert aussi d'un palan croché
dans l'intérieur de la batterie, et qui, sortant par ce sabord,
s'accroche près du bouton de culasse. On hale sur le garant de ce palan;
et avec ces moyens on appelle et on place la pièce sur son affût, que
l'on présente au sabord. On mollit la caliorne à mesure qu'on amène, et
on la mollit encore pour la décrocher; on en fait autant du palan, on
défrappe l'élingue; on roule cet affût à un autre sabord, et l'on y en
présente un nouveau pour recevoir un autre canon par le même procédé.

On peut en outre frapper une estrope sur la volée pour y crocher le
palan de la candelette, ce qui donne un surcroît de force et un moyen de
direction. On peut aussi enlever le croissant de l'affût pour rapprocher
celui-ci du bord. L'affût est préalablement amarré au sabord, ou bien on
en cale les roues, suivant les cas, pour l'empêcher de bouger.

Il est préférable que l'estrope de la poulie inférieure de la caliorne
soit à oeillet, parce qu'après l'avoir passée dans l'élingue de la pièce
on y introduit un burin pour la retenir contre celle-ci; le burin
détériore moins le cordage qu'un croc.

Lorsque la pièce est de petit calibre, ou s'il s'agit d'une caronade, il
suffit d'employer le palan de bout de vergue et le palan d'étai; et si
cette pièce est destinée pour les gaillards, on la fait passer
par-dessus le bastingage; chaque canon s'amène alors directement sur son
affût, que l'on présente sous les palans dès que l'affût précédemment
présenté a reçu sa pièce et a été éloigné.

_Débarquement d'un canon._ On dépasse la brague, si elle se trouve
par-dessus la culasse, on retient l'affût au bord, ou l'on en cale les
roues; et dans un ordre inverse de celui de l'embarquement, mais à
l'aide des mêmes procédés, on opère le débarquement du canon.

Si le bâtiment est désarmé ou démâté, on le conduit sous une grue, ou
bien l'on se sert de mâts de charge, de bigues ou de cabres.

_Changement d'affût d'un canon à bord._ Il y a plusieurs moyens
d'exécuter cette manoeuvre; ils vont être indiqués afin qu'on puisse
employer le plus avantageux, relativement aux attirails dont on est
pourvu et à la position des canons.

_Premier moyen._ Par la machine dite à monter et à démonter les canons,
et formée de deux civières à canon, garnies chacune de deux poulies
simples, proportionnées à la grosseur des itagues, et dont les caisses
ont le moins de longueur possible. Deux estropes garnies de même, et
quatre itagues proportionnées aux calibres des canons, ayant un bout
garni d'une cosse, et l'autre en queue de rat. On se sert de deux
boucles placées au barrot, l'une à environ 3 pieds, et l'autre à 9.

On dispose le canon de manière que sa culasse et sa volée soient sous
les deux boucles du barrot; on passe une estrope dans chacune; elle
tient d'un côté à une poulie simple qui y est immédiatement fixée, et
dès que l'autre bout est passé dans la boucle, on y amarre solidement
une autre poulie, mais de manière qu'on puisse la démarrer facilement
lorsque la manoeuvre est finie.

On saisit le canon à la volée et à la culasse avec les deux civières qui
doivent faire tour mort autour du canon; les poulies simples, dont
chacune est garnie, doivent se présenter de chaque côté de la pièce et à
égale hauteur. On passe chaque itague dans une poulie de l'estrope de la
boucle, puis dans celle correspondante de la civière; et l'on ramène son
bout pour le fixer par un dormant à la boucle.

Les quatre poulies doubles des quatre palans sont accrochées aux quatre
cosses des itagues; quant à leurs poulies simples, celles des palans de
derrière le sont aux boucles des palans de retraite des canons voisins,
et celles de devant, aux boucles fixées à la serre-gouttière, et, à leur
défaut, dans celles placées pour fausses bragues, immédiatement sur le
derrière des affûts voisins ou autres qui se trouveraient dans la
direction et à la distance convenables. Les palans de devant sont
dirigés à droite et à gauche de la pièce, perpendiculairement à son axe,
et ceux de derrière le sont en éventail en arrière du canon.

On ôte les sus-bandes, et au commandement _ferme!_ les hommes agissent
ensemble pour élever la pièce jusqu'à ce qu'on puisse ôter l'affût. Ce
moyen exige deux équipages de canon, mais il est sûr et il convient dans
les gros temps.

_Deuxième moyen._ Sans machine. On saisit solidement la pièce à la
boucle de serre par le raban de volée; on passe ensuite le milieu d'un
bon cordage sous le collet du bouton, et ses bouts dans la boucle de
dessus; on ôte les sus-bandes; on place sous le bouton deux forts
leviers sur lesquels on fait effort pour élever le canon jusqu'à ce
qu'on puisse retirer l'affût de dessous. A mesure qu'il s'élève, on
embraque le cordage sous le collet du bouton, et dès qu'il est assez
élevé, on fait une quantité de tours suffisans pour en supporter le
poids pendant qu'on change l'affût.

_Troisième moyen._ Lorsque l'affût à changer est sous les passe-avants
ou sur les gaillards, on transporte la pièce sous les caliornes ou
candelettes du vaisseau, et à leur aide on enlève et on replace le
canon.

_Quatrième moyen._ Si l'affût est brisé, et le canon tellement placé
qu'on ne puisse employer aucun des moyens précédens, on l'élève sur deux
chantiers en disposant la lumière en dessous; on pose l'affût nouveau
sans roues sur le canon, de manière que toutes leurs parties se
correspondent; on met les sus-bandes et les clavettes en place; on passe
deux trévires, une sous le ceintre de l'affût, et l'autre en avant de
l'essieu de devant: elles embrassent le canon et son affût par plusieurs
tours; on passe ensuite un levier dans l'âme de la pièce, au moyen
duquel et des trévires on commence à renverser le canon. Dès que les
fusées des deux essieux touchent le pont, on y cloue un cabrion pour les
empêcher de glisser; on place des cordages de retenue du côté opposé à
celui des trévires, pour modérer l'effort du choc sur le pont, lorsqu'il
tombe sur sa base; on embarre des pinces et des leviers à mesure que
l'élévation de l'affût le permet; puis faisant effort à la fois sur les
leviers, sur la bouche, sur les trévires, en garnissant le dessous de
l'affût à mesure que le canon s'élève, maintenant avec force, pendant
ces opérations, les cordages de retenue pour retenir l'affût lorsqu'il
tombera sur la base, on achève de remettre le canon dans sa position
ordinaire. On place ensuite les roues de l'affût, et on le conduit au
sabord.

Dans le cas où, faute d'affût de rechange, on est obligé de descendre le
canon sur le pont, alors, s'il fait mauvais temps, on le place sur deux
chantiers, et l'on a soin de le bien saisir au moyen de quatre mains de
fer ou galoches placées de chaque côté de la culasse et de la volée, et
clouées solidement sur le pont; elles serviront à passer de bonnes
aiguillettes dont les tours seront assez multipliés autour du canon pour
être certain qu'il ne peut se démarrer.

_Jeter les canons à la mer._ Cette opération a lieu lorsque le vaisseau
est vieux, délié, que l'artillerie le fatigue beaucoup, ou que le temps
est très-mauvais. Il faut élever la culasse du canon autant que
possible; on retire alors les sus-bandes, en ne laissant à la pièce
qu'un ou deux tours de raban; on passe une pince sous chaque tourillon,
puis deux anspects un peu en arrière, et à l'instant où le roulis est
favorable, on fait force sur tous ces leviers à la fois, et, en ouvrant
les mantelets, on débarque les canons.


_Remarques._

En général, pour ne pas fatiguer les basses vergues par l'embarquement
des canons, les pontons sont munis d'un mât à appareil, et la caliorne
de l'appareil se vire sur le cabestan du ponton; deux forts palans
crochés dans l'intérieur de la batterie servent à diriger le canon et à
le faire entrer lorsque la caliorne l'a élevé un peu au-dessus de la
hauteur du sabord.

En embarquant l'artillerie, on doit avoir soin de la répartir d'une
manière uniforme en allant du centre aux extrémités, pour ne pas
fatiguer le bâtiment. Le poids de chaque pièce étant connu, on doit
aussi le répartir de manière que la somme des poids soit la même pour
les deux bords.



CHAPITRE IX.

_Mise hors de Service, Enclouage et Désenclouage des Bouches à feu._


Le meilleur moyen de mettre les bouches à feu hors de service, consiste
à leur casser un tourillon; mais ce moyen serait, sinon impossible, au
moins bien difficile pour les pièces en bronze. Quant aux canons en fer
coulé, on en détache assez facilement un tourillon en le frappant
fortement à faux, principalement sur l'arête, et toujours dans le même
sens, avec une masse ou un fort marteau. Il faut, après chaque coup,
maintenir la masse sur le point frappé.

S'il s'agit d'évacuer un arsenal, et qu'il y ait des pièces en bronze
rangées sur les chantiers, on allume sous ces pièces un bon feu de
charbon, et quand elles sont chaudes, on les frappe fortement sur la
volée pour les faire plier.

On peut encore chauffer fortement un tourillon et essayer de le casser,
ou au moins de le faire plier en le frappant.

On tire aussi quelquefois les pièces en bronze avec une forte charge de
poudre, en remplaçant le projectile par des fragmens de boulets à arêtes
vives, lesquels produisent des éraflemens qui dégradent promptement
l'âme.

On tire également quelquefois un coup de canon à bout portant contre la
volée de la pièce qu'on veut mutiler; mais ce moyen ne serait pas
toujours sans danger, si l'on n'avait l'attention de communiquer le feu
avec une mèche lente, qui donne aux canonniers le temps de se retirer
avant l'explosion. Cette mèche lente peut être faite avec un morceau
d'amadou de 15 lignes de longueur et traversant un morceau de papier qui
couvre l'amorce. On fait éclater une bombe ou un obus bien éclissé dans
un mortier, ou dans un obusier, pour le mettre hors de service.

A défaut des moyens ci-dessus, on encloue les pièces; pour y parvenir,
on emploie des vis en acier trempé; après les avoir enfoncées le plus
possible, on les casse au ras de la pièce. Quand on n'a pas de vis, on
enfonce dans la lumière un clou carré d'acier, dont les arêtes ont été
entaillées de différentes coches, ayant leur ouverture tournée vers le
gros bout. Ces clous doivent être trempés et avoir leur pointe recuite
pour pouvoir être rivés en dedans. Après les avoir enfoncés à grands
coups de marteau, on casse l'excédant de ces clous en dehors. On met au
fond de la pièce de la terre glaise, et quelquefois par-dessus un
cylindre de bois dur qui ne doit pouvoir entrer qu'avec beaucoup
d'efforts. Dans tous les cas, on place par-dessus un boulet de calibre
enveloppé de feutre ou de plomb, et enfoncé avec beaucoup de force. Dans
un moment pressé, on peut se contenter d'introduire dans l'âme un boulet
ainsi forcé.

S'il s'agit au contraire de désenclouer les pièces, voici comment on
peut y parvenir.

Quand le clou n'est pas vissé et que les obstacles qui se trouvaient
dans l'âme ont été retirés, on charge la pièce au tiers ou à moitié du
poids du boulet; on emploie une tringle de bois de quelques lignes
d'équarrissage, ayant une rainure dans sa longueur, et dans cette
rainure une mèche dite cravate d'étoupilles, communiquant à la charge.
On bourre le canon avec des bouchons de vieilles cordes, bien refoulés
avec un levier ou un anspect, et l'on met le feu à l'étoupille. Il faut
souvent plusieurs coups pour faire sauter le clou.

Si le clou qui est dans la lumière est vissé, il faut s'assurer s'il ne
serait pas en fer ou en acier pur trempé, parce qu'avec un petit burin
en bon acier on pourrait peut-être fendre sa tige, et le retirer avec un
tournevis.

Il convient encore, lorsque tout autre moyen a échoué, de gratter un peu
le métal de la pièce autour du clou, d'y faire un petit godet en cire,
et d'emplir ce godet d'acide nitrique ou d'acide sulfurique, qu'on
renouvelle de temps en temps. Il arrive quelquefois que l'acide
s'introduit par l'effet de la capillarité entre le clou et la pièce, et
qu'il ronge le métal, au point qu'il est facile de faire sauter le clou
avec une charge de poudre assez faible.

Si les obstacles qui se trouvaient dans l'âme n'ont pu être enlevés
immédiatement, on perce une nouvelle lumière à côté de la première, on
introduit un peu de poudre par cette lumière, et l'on fait sauter les
obstacles en enflammant cette poudre.



CHAPITRE X.

_Des Soutes à Poudre._


On appelle ainsi le lieu où on enferme les poudres à bord. La place
occupée par les soutes à poudre varie suivant le rang des navires. Les
vaisseaux et frégates en ont deux, l'une appelée grande soute, située de
l'arrière de la cale au vin, et la seconde sur l'avant du magasin
général.

Dans la construction, le plancher inférieur des soutes est élevé de
quelques pieds au-dessus de la carlingue, afin que l'eau ne puisse
l'atteindre dans les circonstances ordinaires. Les cloisons avant et
arrière sont formées par deux rangs de bordages, dont l'intervalle est
rempli par une maçonnerie, pour résister autant que possible à l'action
du feu.

Pour noyer les poudres en cas d'incendie, lorsqu'on craint de ne pouvoir
s'en rendre maître, on ouvre les robinets placés en abord et renfermés
dans des caisses en chêne, doublées en plomb, dont la clef est entre
les mains du second du bâtiment.

Les soutes sont éclairées par un ou deux fanaux, suivant leurs
dimensions, placés à l'extérieur de la cloison avant ou arrière. Deux
fortes glaces encastrées dans la cloison laissent passer la lumière et
isolent le fanal de la soute.

Le long des cloisons on pratique des armoires, dont les portes sont à
caille-botis ou à grillage en fil de laiton, pour laisser circuler
l'air, dans lesquelles on range sur des étagères, et par calibre, les
gargousses pleines ou _l'apprêtée_. La poudre en baril est arrimée
bâbord et tribord dans la soute.

Dans le lieu le plus éclairé de la soute on place _l'auge_ ou _pétrin_,
pour confectionner les gargousses. C'est dans ce pétrin qu'on vide la
poudre contenue dans les barils, puis des canonniers munis d'une mesure
la remplissent exactement et la versent dans une gargousse dont on
amarre le collet. Chaque calibre a sa mesure particulière.

L'apprêtée faite avant le départ du port, doit être au moins du tiers de
la poudre embarquée.

L'adoption des caisses en cuivre a changé la disposition des soutes et
simplifié le service des poudres.

Ces caisses, qui sont de différentes dimensions pour chaque calibre, ne
sont pas à couvercle, mais à calotte vissée sur la face supérieure au
moyen d'une clef mobile. Elles sont de forme quadrangulaire légèrement
coupée sur les angles, et sont garnies d'anses. Sur le couvercle on
indique, en grosses lettres, l'espèce de bouche à feu, son calibre, et
l'espèce de charge.

Les soutes sont alors divisées en compartimens propres à recevoir les
caisses placées les unes à côté des autres, mais sur un seul rang.
L'apprêtée faite à terre est envoyée à bord dans les caisses qui sont
immédiatement arrimées par calibre, et par espèce de charge;
c'est-à-dire que le 36 charge au tiers, est séparé du 36 charge au
quart, et ainsi pour les autres calibres. Pour que les hommes chargés du
passage des gargousses ne puissent pas se tromper, quoique chaque caisse
porte sur son couvercle l'indication du calibre et l'espèce de charge,
chaque compartiment porte encore un écriteau qui indique le calibre,
l'espèce de charge et leur nombre.

Sur le pont supérieur de la soute, aussi près que possible du lieu où
l'on a placé les caisses d'un même calibre, mais si on le peut en dehors
de leur direction, on perce deux écoutillons, dont un reçoit une manche
en toile dans laquelle on jette les gargoussiers vides qui tombent ainsi
dans la soute; et le second sous lequel on place un reposoir, sert au
passage de la gargousse pleine. De cette manière chaque calibre a un
passage particulier, ce qui évite la confusion.

Les gargoussiers vides, avant d'être envoyés dans les soutes, sont
secoués dans une baille pleine d'eau, placée dans l'entre-pont à côté de
la manche par où ils se rendent des batteries.

Il suffit, dans chaque soute, de deux hommes par calibre, plus un novice
ou un mousse pour ramasser les gargoussiers vides et les remettre à
l'homme chargé d'y poser la gargousse.

On dépose aussi dans les soutes à poudre, les boîtes à cartouches pour
fusils et pistolets, ainsi que les barils à bourse pour
l'approvisionnement des hunes et des embarcations.


_Description de la Hausse Marine._

Ce système de hausse se compose de deux pièces principales: la _masse de
mire_, la _hausse_.

La masse de mire est une pièce de fer ou de cuivre bronze, placée vers
l'extrémité supérieure du renfort, et fixée à la bouche à feu par deux
boulons à vis. La partie supérieure est arrondie par un arc de cercle
dont le centre est pris sur l'axe de la bouche à feu.

La hausse est composée de deux pièces, la _boîte_, le _curseur_.

La boîte est en cuivre, elle est fixée par trois petits boulons à la
culasse de la bouche à feu; c'est dans cette boîte que glisse le
curseur.

Une vis la maintient à différentes hauteurs. Pour faire tourner cette
vis, on se sert de clef, et pour que le chef de pièce en fasse usage à
volonté, elle tient au cabillot placé au bout du cordon du percuteur.

Le curseur en fer forgé est composé d'une tige carrée et d'un chapeau;
le dessus du chapeau est terminé par un arc de même rayon que celui de
la masse de mire.

Deux faces de la tige sont divisées chacune par six profondes rainures
horizontales. La face qui est du côté du bouton est divisée pour la
charge au quart, celle opposée pour la charge au tiers.


_Pointage au moyen de cette Hausse._

Pour pointer le canon à bout portant, on place la tête du curseur sur la
boîte; à 200 mètres, il suffit d'élever le curseur de manière que la
première rainure soit à la hauteur de la boîte.

A 400 mètres, on place le curseur à la 2me division, et ainsi de suite
jusqu'à la 6me qui est la hauteur à donner pour obtenir la portée de
1,200 mètres.


_Installation du système de Hausse._

Pour que le système de hausse soit bien placé, il faut: 1º que la ligne
qui passe par le point le plus élevé du chapeau (celui posé sur la
boîte) et le point le plus élevé de la masse de mire, soient parallèles
à l'axe de la bouche à feu. Si la masse de mire se trouvait trop haute,
il faudrait la limer; si elle était trop basse, on l'élèverait en
mettant une cale entre elle et la pièce. 2º Qu'un plan vertical, passant
par le centre du curseur et par le milieu de la masse de mire, passe
aussi par l'axe de la bouche à feu, lorsque les tourillons sont placés
horizontalement.

3º Il faut que la distance du milieu du curseur au milieu de la masse de
mire soit exactement celle portée pour chaque pièce dans le tableau
ci-joint. Ce tableau contient aussi les hauteurs à donner aux divisions
des hausses, pour toutes les bouches à feu de la marine.

Quand les canons ont des anneaux de brague, la boîte des hausses est
attachée à la partie inférieure par un boulon qui traverse cet anneau,
comme on le voit pour les caronades.

Le dessus du chapeau et de la masse de mire sont peints en bandes noires
et blanches, afin de guider le canonnier pour le rayon visuel.

TABLEAU _faisant connaître les distances entre les masses de mire et les
hausses, ainsi que les graduations de ces dernières._

  +================+======================+============+=======+
  | DÉSIGNATION    | DISTANCE entre les   |Espèces     |Charges|
  |     des        | axes du curseur et   | de         | de    |
  | BOUCHES A FEU. | de la masse de mire. |projectiles.|poudre.|
  |                |                      |            |       |
  +----------------+----------------------+------------+-------+
  |                | p  p  l  p           |            |   k   |
  | Canon-obusier  | 3. 6. 6. 0.--1,1506. |  Creux.    |  3,92 |
  |   de 80. [12]  |                      |            |       |
  |                |                      |            |  1,4  |
  |                | p   p  l  p          |            |       |
  | Canon 36 long. | 3. 10. 5. 9.--1,2581.|  Plein.    |  1,3  |
  |                |                      |            |       |
  |                |                      |            |  1,4  |
  |                | p  p  l  p           |            |       |
  | Canon 24 long. | 3. 8. 1. 3.--1,1966. |   _id._    |  1,3  |
  |                |                      |            |       |
  |                |                      |            |  1,4  |
  |                | p  p  l  p           |            |       |
  | Canon 18 long. | 3. 5. 9. 3.--1,1307. |   _id._    |  1,3  |
  |                |                      |            |       |
  |                | p  p  l  p           |            |       |
  | Caronade 36.   | 2. 2. 8. 6.--0,7230. |   _id._    |  1,96 |
  +================+======================+============+=======+

  +================+===================================================+
  | DÉSIGNATION    |     DISTANCES DE LA BATTERIE AU BUT               |
  |     des        | ET GRADUATION A CHACUNE DE CES DISTANCES.         |
  | BOUCHES A FEU. +------+------+------+------+-------+-------+-------+
  |                |200 m.|400 m.|600 m.|800 m.|1000 m.|1100 m.|1200 m.|
  +----------------+------+------+------+------+-------+-------+-------+
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  | Canon-obusier  |0,0095|0,0206|0,0336|0,0482|0,0047 |0,0735 |       |
  |   de 80. [12]  |      |      |      |      |       |       |       |
  |                |0,0085|0,0184|0,0296|0,0423|0,0563 |   »   |0,0716 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  | Canon 36 long. |0,0077|0,0167|0,0269|0,0383|0,0510 |   »   |0,0649 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  |                |0,0082|0,0178|0,0290|0,0418|0,0558 |   »   |0,0714 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  | Canon 24 long. |0,0074|0,0162|0,0263|0,0378|0,0506 |   »   |0,0647 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  |                |0,0078|0,0172|0,0231|0,0406|0,0545 |   »   |0,0701 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  | Canon 18 long. |0,0071|0,0156|0,0255|0,0368|0,0495 |   »   |0,0636 |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  |                |      |      |      |      |       |       |       |
  | Caronade 36.   |0,0086|0,0185|0,0298|0,0425|0,0566 |   »   |0,0721 |
  +================+======+======+======+======+=======+=======+=======+

  [12] Observations. Canon-obusier de 80.--La nouvelle masse de mire ne
  permet de pointer qu'à 1100 m. avec la charge 3k.92.

TABLE _servant à déterminer la distance d'un Bâtiment à un autre, au
moyen de la hauteur angulaire des mâts._

  +====================================================================+
  |Distances  |Vaisseaux|Vaisseaux|Frégates|Corvettes|Corvettes|Bricks |
  |en         |à 3 ponts|de 74, et| de 44. |  de 24  |  de 20  |de 16  |
  |encâblures.|et de 80.|grandes  |        |   à 32. |   à 24. | à 20. |
  |           |         |frégates.|        |         |         |       |
  +-----------+---------+---------+--------+---------+---------+-------|
  |           |   °  '  |   °  '  |  °  '  |   °  '  |   °  '  |  °  ' |
  |   1/2     |  24 39  |  22 21  | 18 37  |  16 25  |  15 22  | 14 44 |
  | 1         |  12 56  |  11 38  |  9 33  |   8 23  |   7 49  |  7 22 |
  | 1-1/2     |   3 41  |   8  0  |  6 24  |   5 37  |   5 15  |  4 56 |
  | 2         |   6 29  |   5 52  |  4 49  |   4 13  |   3 56  |  3 42 |
  | 2-1/2     |   5 14  |   4 42  |  3 51  |   3 22  |   3  9  |  2 58 |
  | 3         |   4 22  |      4  |  3 13  |   2 30  |   2 37  |  2 28 |
  | 3-1/2     |   3 45  |   3 22  |  2 45  |   2 25  |   2 15  |  2  7 |
  | 4         |   3 17  |   2 57  |  2 25  |   2  6  |   1 58  |  1 51 |
  | 4-1/2     |   2 55  |   2 37  |  2  9  |   1 54  |   1 45  |  1 39 |
  | 5         |   2 38  |   2 21  |  1 56  |   1 41  |   1 34  |  1 29 |
  | 5-1/2     |   2 23  |   2  9  |  1 45  |   1 32  |   1 26  |  1 21 |
  | 6         |   2 11  |   2  1  |  1 36  |   1 24  |   1 19  |  1 14 |
  |Hauteur    }         |         |        |         |         |       |
  |du capelage}         |         |        |         |         |       |
  |du grand   } 165 p.  |   162   |   126  |   106   |    99   |   55  |
  |mât de     }         |         |        |         |         |       |
  |perroquet. }         |         |        |         |         |       |
  +---------------------+---------+--------+---------+---------+-------+
  |                            _Observation._                          |
  |                                                                    |
  | Les angles sont mesurés à partir de la flottaison jusqu'au         |
  | capelage du grand mât de perroquet des bâtimens anglais, dont la   |
  | mâture est d'un douzième moins élevée que celle des bâtimens       |
  | français du même rang; ainsi qu'on le voit dans les Tables de      |
  | M. Gicquel des Touches.                                            |
  +====================================================================+

    FIN.



TABLE DES MATIÈRES

DE LA SECONDE PARTIE, CONTENANT LES MANOEUVRES DU NAVIRE ET DE
L'ARTILLERIE.


  MANOEUVRE DU NAVIRE.

  Avertissement.                               5


  CHAPITRE Ier.

  Du navire.                                   7

  Du gouvernail.                              12


  CHAPITRE II.

  Appareillages.                              15

  Appareiller, le navire évité le bout au
    vent.                                     23

  Appareiller, le navire évité le bout au
    courant.                                  29

  Appareiller, en faisant embossure.          32


  CHAPITRE III.

  _Manoeuvrer les voiles de mauvais temps._

  Prendre des ris aux huniers.                35

  Carguer un hunier de mauvais temps.         39

  Prendre le ris aux basses voiles.           41

  Carguer une basse voile de mauvais temps.   43


  CHAPITRE IV.

  _Des Viremens de bord._

  Virer de bord, vent devant, en gagnant
    au vent.                                  45

  Observations.                               46

  Virer de bord, vent devant, le plus
    promptement possible.                     52

  Virer de bord, vent arrière.                53

  Observations.                               54

  Virer de bord, vent arrière, en masquant.   56


  CHAPITRE V.

  _De la Panne._

  Mettre en panne, vent dessus, vent dedans.  58

  Observations.                               59

  Mettre en panne, sous toutes les voiles
    du plus près.                              61

  Faire servir, lorsqu'on est en panne, le
    vent sur le petit hunier.                 63


  Faire servir, lorsqu'on est en panne, le
    vent sur le grand hunier.                 64

  Faire servir, lorsqu'on est en panne,
    sous toutes les voiles du plus près.      65

  Observations.                               id


  CHAPITRE VI.

  _Sonder._

  Sonder de beau temps.                       66

  Sonder de mauvais temps.                    68

  Observations.                               69


  CHAPITRE VII.

  _De la Cape._

  Des différentes espèces de cape.            70

  Observations.                               75

  Arriver, ou virer, lorsqu'on est à la
    cape.                                     78


  CHAPITRE VIII.

  _Mouillages._

  Mouiller de beau temps.                     83

  Mouiller de mauvais temps.                  85

  Mouiller avec embossure.                    87

  Observations.                               88


  CHAPITRE IX.

  Affourcher à la voile.                      89

  Observations.                               91


  CHAPITRE X.

  _Des Abordages._

  Aborder au vent, lorsqu'on est au plus
    près.                                     94

  Aborder sous le vent, lorsqu'on court
    au plus près.                             95

  Aborder sur l'avant, lorsqu'on court au
    plus près.                                97

  Aborder en courant largue.                  98

  Aborder à l'ancre.                          99


  CHAPITRE XI.

  _De la Chasse._

  Chasser au vent.                           102

  Chasser sous le vent.                      104

  _De la Tactique Navale._                   106


  MANOEUVRE DE L'ARTILLERIE.


  CHAPITRE Ier.

  Définition et nomenclature.                114


  CHAPITRE II.

  Des projectiles et de la charge.           129

  Remarques.                                 134


  CHAPITRE III.

  Emplacement des canons et de leurs
    projectiles à bord.                      140

  Remarques.                                 146


  CHAPITRE IV.

  Exercice du canon d'un bord et par
    temps.                                   148

  Exercice de la caronade d'un bord et
    par temps.                               176

  Exercice du canon obusier.                 187

  Exercice des deux bords et à volonté.      193

  Remarques.                                 207


  CHAPITRE V.

  _Noeuds, Amarrages, etc., appliqués au Canonnage._

  Aiguilletage.                              211

  Brague.                                    212

  Bridure.                                    id

  Brin.                                      213

  Civière.                                    id

  Coiffe d'écouvillon.                        id

  Croupière.                                  id

  Elingue.                                    id

  Epissure.                                  214

  Estrope.                                    id

  Estrope de culasse.                         id

  Faubert.                                   215

  Fourrer un cordage.                         id

  Garant.                                     id

  Garcette.                                  216

  Garnir une brague.                          id

  Hampe de corde.                             id

  Itague.                                     id

  Ligne d'amarrage.                          217

  Lusin.                                      id

  Machine à démonter les canons.              id

  Mèches.                                    218

  Merlin.                                     id

  Noeuds.                                     id

  Palans de côté et de retraite.             218

  Palanquin.                                 219

  Quarantainier.                              id

  Queue de rat.                               id

  Raban de sabord.                            id

  Raban de retenue.                          220

  Raban de volée.                             id

  Surliure.                                   id

  Valet.                                      id


  CHAPITRE VI.

  _Différentes manières d'amarrer les Canons à bord._

  Amarrage à garans simples.                 222

  Amarrage à garans doublés.                 223

  Amarrage à la serre.                       224

  Amarrage le long du bord, dit en vache.    226

  Amarrage au grelin.                         id

  Amarrage par la fausse brague.             227

  Amarrage aux chevrons de retraite.         228

  Amarrage par la queue des flasques.         id

  Observation générale.                      229

  Amarrages de caronades.                     id


  CHAPITRE VII.

  Pointage au tir.                           230

  Remarques; du but-en-blanc.                246

  Du pointage et du tir.                     252


  CHAPITRE VIII.

  _Manoeuvres de Force relatives au Canonnage._

  Embarquement et débarquement d'un
    affût.                                   256

  Embarquement d'un canon.                    id

  Débarquement d'un canon.                   258

  Changement d'affût d'un canon à bord.      259

  Premier moyen.                              id

  Deuxième moyen.                            261

  Troisième moyen.                            id

  Quatrième moyen.                           262

  Jeter les canons à la mer.                 263

  Remarques.                                 264


  CHAPITRE IX.

  Mise hors de service; enclouage et désenclouage
    des bouches à feu.                       265


  CHAPITRE X.

  Des soutes à poudre.                       269

  _Description de la Hausse Marine._         273


FIN DE LA TABLE.


Bar-s.-Seine.--Imp. de SAILLARD.



ERRATA

DU DEUXIÈME VOLUME.

 _Pages._  _lignes._     _au lieu de_                _lisez_:

  17        2           ancre à jas,               _ancre à jet_.

  id.       8              id.                        id.

  id.      11              id.                        id.

  id.      17              id.                        id.

  18        4              id.                        id.

  19       11              id.                        id.

  id.      13              id.                        id.

  20        4              id.                        id.

  31        2              id.                        id.

  61       11           lorsqu'on mettra,           _lorsque mettant_.

  84        5           si on vient largue après,   _si on vient largue_,

  85        9           en le masquant,             _en les, etc., etc._

 116   dern. du tabl.   13 9-1/2                    3 9-1/2

 117        3           le stourillons,             _les tourillons_.

 124        9           le lanon,                   _le canon_.


       *       *       *       *       *



Note sur la transcription:

Ce volume fait référence à des figures (fig. 1 en p. 117, fig. 2 en p.
118, fig. 3 en p. 119, fig. 4 en p. 121 et figure V en p. 234). Malgré
des recherches sérieuses et étendues, aucune édition trouvée ne comprend
ces illustrations, ce qui fait supposer que l'imprimeur a oublié de les
inclure.

Les errata mentionnés dans le livre à la dernière page ont été
appliqués.

Quelques points ont été rajoutés dans les listes et tableaux afin
d'harmoniser avec le reste des éléments.

Faute de place en largeur, certaines tables ont été modifiées:
  * p. 140 et 141, la table «Emplacement des Canons et de leurs
    projectiles, à bord» a été scindée en deux, et sa première colonne
    dupliquée.
  * p. 275 et 276, la table «Tableau faisant connaître les distances
    entre les masses de mire et les hausses, ainsi que les graduations
    de ces dernières» a été scindé en deux. La première colonne
    («Désignation des bouches à feu») a été dupliquée, et la colonne
    «Observation» a été mise en note à la suite du deuxième tableau.

Ce livre comprend de possibles erreurs de syntaxe comme l'utilisation
de «surjoaler» et «surjoualer» à la place de «surjaler». Celles-ci n'ont
généralement pas été corrigées.

A l'exception des corrections suivantes et des erreurs clairement
introduites par le typographe, l'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée:
  * p. 5, corrige «illétré» en «illettré»,
  * p. 22, corrige «renfonce» en «renforce» («quoiqu'on les renforce»),
  * p. 23, corrige «lan» en «élan» («si dans un élan»),
  * p. 38, corrige «ralingne» en «ralingue» («les huniers en ralingue»),
  * p. 45, corrige «de vent» en «devant» («viremens de bord vent devant»),
  * p. 66, corrige «employé» en «employée» («a pu être employée»),
  * p. 77, corrige «iloire» en «hiloire» («l'hiloire»),
  * p. 81, corrige «annulle» en «annule»
             («annule l'effet du gouvernail.»),
  * p. 87, corrige «un» en «une» («une embossure»),
  * p. 100, corrige «tachant» en «tâchant» («en tâchant d'y entraîner»),
  * p. 117, suppression des points après «Le support de la platine» et
              «L'astragale de la lumière» pour harmoniser avec le reste
              de la table,
  * p. 125. idem p. 117 avec «La platine ou batterie» et «La corne
              d'amorce»,
  * p. 136, capitalisation de "Montgéry",
  * p. 146, corrige «tugue» en «tuque» («la tuque d'arrière»),
  * p. 180, ligne 16, ferme la parenthèse après «commandement pour le
              canon.»,
  * p. 188, ferme la parenthèse après «cosse estropée au collet.»,
  * p. 210, corrige «bât» en «bat» («lorsqu'on se bat»),
  * p. 225, corrige «pacée» en «placée» («placée au-dessus»),
  * p. 268, corrige «enflamment» en «enflammant» («enflammant cette
              poudre»).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau manuel complet de marine - seconde partie: manoeuvres" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home