Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Henri IV en Gascogne (1553-1589)
Author: Batz-Trenquelléon, Ch. de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Henri IV en Gascogne (1553-1589)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée. Cette version intègre les corrections de
l'errata.

Les mots et phrases imprimés en gras dans le texte d'origine sont
marqués =ainsi=.

L'abréviation «monsr» signifie monsieur.



HENRI IV EN GASCOGNE



POITIERS.--TYPOGRAPHIE OUDIN.



[Illustration]



    HENRI IV

    EN GASCOGNE

    [1553-1589]

    ESSAI HISTORIQUE

    PAR

    CH. DE BATZ-TRENQUELLÉON

    _Ouvrage orné d'un_ =portrait= _à l'eau-forte et du_
    =fac-simile= _d'une des lettres les plus célèbres de Henri IV_.

    PARIS

    LIBRAIRIE H. OUDIN, ÉDITEUR

    17, RUE BONAPARTE, 17

    1885

    _Tous droits réservés._



INTRODUCTION


Il est des hommes si universellement aimés, qu'on voudrait tout
connaître d'eux, au risque d'arriver à la désillusion. Cette remarque,
faite depuis longtemps, n'a jamais été plus justifiée que par la
curiosité, mêlée d'enthousiasme et de vénération, qui s'est
constamment attachée aux moindres détails comme aux actes solennels de
la vie de Henri IV. Ses batailles et ses négociations, ses lettres et
ses propos, ce qu'il a fait et ce qu'il a projeté, tout son personnage
et toute sa personne, enfin, seront toujours, comme ils l'ont toujours
été, un des nobles régals de l'esprit humain.

Ce n'est pas nous qui réagirons contre ce culte passionné. Des mille
volumes d'inégal renom que trois siècles ont consacrés à la gloire de
Henri IV, il en est peu où nous n'ayons cherché une raison de
multiplier par elle-même, en quelque sorte, notre admiration pour le
roi qui reçut tous les dons en partage et les mit au service de son
pays, pour l'homme qui eut la grandeur héroïque et l'invincible
charme. Mais, au milieu de cette bibliothèque sans cesse accrue par la
piété des générations, nous avons vainement cherché le livre dont
voici l'ébauche.

Henri de Bourbon, roi de France, se révèle à tous dans plusieurs
écrits de notre temps, composés d'après ceux du XVIe et du XVIIe
siècle, rectifiés et complétés par des correspondances heureusement
exhumées, surtout par le recueil des Lettres royales. De 1589 à 1610,
«Henri IV» revit tout entier dans les ouvrages auxquels nous faisons
allusion, et il est probable qu'une nouvelle édition de l'_Histoire_
de Poirson, qui bénéficierait des travaux parus depuis la première,
serait, pour cette vaste période, le livre définitif.

Mais, en attendant un nouveau Poirson, nous sommes condamnés à
poursuivre le «roi de Navarre» parmi d'épais in-folio non lisibles
pour tous, d'énormes compilations où se perdent parfois ses traces,
des Mémoires qui souvent racontent et jugent en sens divers, des
lettres, caractéristiques et précieuses, mais dont le commentaire est
un travail et la seule lecture, une étude[1].

  [1] Appendice: I.

Ce fut de ces impressions personnelles que naquirent en nous, d'abord
le regret de ne pas connaître un livre qui les épargnât au public, et
ensuite la pensée d'essayer de l'écrire. Mais, à travers les lignes
encore confuses du plan, nous eûmes tout à coup la claire vision d'un
fait considérable, peut-être soupçonné auparavant, non indiqué
toutefois, et que certainement pas un des historiens ni des biographes
de Henri IV n'a mis en lumière. Le voici, tel qu'il ressort, à nos
yeux, de l'histoire des années antérieures à l'avènement de ce prince
au trône de France.

Quelque digne de l'admiration universelle que soit l'œuvre de Henri
IV depuis 1589 jusqu'à sa mort, il n'en est presque rien de grand,
presque rien d'heureux pour la France, que le roi de Navarre n'eût
déjà manifestement voulu, projeté et entrepris. Avant de succéder à
Henri III, il avait donné la mesure de son génie et laissé lire
jusqu'au fond de son cœur. Capitaine, il portait en lui les secrets
de la victoire, depuis Cahors et Coutras; politique, il arrivait au
trône avec la connaissance approfondie des hommes, des idées et des
besoins de son temps; pasteur de peuples, il avait fait entendre, le
premier, au milieu des guerres civiles, ces mots sacrés de paix, de
tolérance, de pitié, oubliés dans la fièvre des compétitions et la
barbarie des luttes. Henri de Bourbon était «Henri IV» avant que le
flot des événements l'eût transporté de «Gascogne» en «France», comme
on disait au XVIe siècle. Quand il y fut, l'homme et l'œuvre
s'accomplirent.

Cette vérité, qui explique l'apparente incorrection de notre titre, ne
sera contestée, nous l'espérons, par aucun des lecteurs de _Henri IV
en Gascogne_.



HENRI IV EN GASCOGNE

(1553-1589)



LIVRE PREMIER

(1553-1575)



CHAPITRE PREMIER

  Le royaume de Navarre depuis les Carlovingiens jusqu'aux
    Valois.--Son démembrement par Ferdinand le Catholique.--Les
    Etats de la Maison d'Albret.--Les prétendants de Jeanne
    d'Albret.--Ses fiançailles, à Châtellerault, avec le duc de
    Clèves.--Marguerite, reine de Navarre, et la Réforme.--Antoine
    de Bourbon, duc de Vendôme, épouse Jeanne d'Albret.--Leurs deux
    premiers enfants.--Mort de la reine Marguerite.--Henri d'Albret
    et sa fille.--Naissance de Henri de Bourbon, prince de
    Navarre.--Ses huit nourrices.--Le baptême catholique de
    Henri.--Le calvinisme en 1553.


Quand on veut faire revivre dans un récit, même épisodique, la France
du XVIe siècle, il faut avoir présente à l'esprit l'histoire de ce
petit royaume de Navarre qui exerça une si grande influence sur nos
destinées nationales. De même la figure de Henri IV n'apparaîtrait pas
en pleine lumière, si l'on n'avait d'abord entrevu, tout au moins sous
forme d'esquisse, la figure de Jeanne d'Albret. Dans les pages qui
vont suivre, on verra longtemps la mère auprès du fils, et de cette
vie à deux se dégageront quelques-unes des clartés nécessaires
auxquelles nous venons de faire allusion. Les autres, celles qui
tiennent à l'existence et à la situation du royaume de Navarre,
doivent être mises avant tout à la portée du lecteur.

La Navarre, après d'ardentes luttes contre Pepin, Charlemagne et ses
successeurs, s'était définitivement affranchie de la domination des
Carlovingiens en l'an 860, où elle forma un royaume indépendant, avec
Pampelune pour capitale. En 1224, Thibaut IV, comte de Champagne,
neveu de Sanche IV, roi de Navarre, lui succéda par voie d'adoption,
et ce fut en 1488, par le mariage de Catherine de Foix, sœur et
héritière de François Phœbus, avec Jean d'Albret, que les ancêtres
maternels de Henri IV entrèrent en possession de ce royaume, qui ne
tarda pas à être démembré. Dix-sept ans après, en 1512, Ferdinand le
Catholique, roi de Castille et d'Aragon, voulut faire de Jean d'Albret
son allié dans une guerre contre Louis XII, et exigea le passage à
main armée sur ses terres. Allié naturel du roi de France, Jean
refusa, et Ferdinand, après avoir obtenu du pape Jules II une bulle
d'excommunication contre le roi de Navarre, envahit les Etats de ce
prince, incapable de lui opposer une sérieuse résistance. Ainsi fut
perdue pour la Maison d'Albret toute la Navarre transpyrénéenne, qu'on
appelait la Haute-Navarre. Constamment revendiquée par les successeurs
de Jean, elle ne fut jamais restituée, et les lettres de Henri de
Bourbon, avant son avènement au trône de France, font souvent allusion
à cet acte de violence et d'iniquité.

La Basse-Navarre, sur laquelle Henri d'Albret régnait en 1553, n'était
donc qu'une province de l'ancien royaume. Son étendue et celle du
Béarn, autre pays souverain, égalaient à peine la superficie d'un de
nos grands départements actuels. Outre ces Etats, la Maison d'Albret
possédait, à titre de fiefs, ou gouvernait pour la couronne de France,
les comtés de Foix, de Bigorre et d'Armagnac, la vicomté d'Albret,
dont Nérac était la capitale, la Guienne, qui englobait le Languedoc;
et enfin ses droits s'étendaient sur plusieurs autres seigneuries de
moindre importance.

A vrai dire, le royaume de Navarre n'était plus qu'un nom, mais la
Maison d'Albret était une puissance réelle, et lorsque, en 1548, elle
s'unit à la Maison de Bourbon par le mariage de Jeanne avec Antoine,
duc de Vendôme, prince du sang, les esprits pénétrants auraient pu
noter cet agrandissement en quelque sorte dynastique. Il n'en fut pas
ainsi: les politiques du temps semblent avoir vu dans cette alliance,
du côté de la Maison d'Albret, plutôt un pis-aller qu'un progrès.
C'est que Jeanne d'Albret, avant de devenir duchesse de Vendôme, avait
paru destinée à s'asseoir sur un des premiers trônes du monde: son
mariage avec Philippe, fils et héritier présomptif de Charles-Quint,
fut considéré quelque temps comme probable, et malgré l'antipathie de
François Ier pour le vainqueur de Pavie, il se fût peut-être accompli,
si l'on avait pu s'entendre pour la restitution de la Haute-Navarre.

En 1540, le roi de France, saisissant l'occasion de créer un grave
embarras à la Maison d'Autriche, résolut de marier Jeanne, sa nièce,
avec le duc de Clèves et de Julliers, qui avait à se plaindre de
l'Empereur. Henri d'Albret et Marguerite, par déférence, donnèrent
leur consentement, quoique les Etats de Béarn se fussent élevés avec
énergie contre ce projet, que la princesse elle-même, à peine âgée de
douze ans, avait accueilli avec une répugnance manifeste. Le mariage
religieux fut célébré, le 15 juillet, à Châtellerault. François Ier
voulut qu'on déployât dans cette solennité toutes les magnificences
royales; Brantôme raconte que Jeanne était si chargée d'atours et de
pierreries, qu'elle dut être «portée à l'église» dans les bras du
connétable de Montmorency. Mais ce n'étaient là que des fiançailles.
Trois ans ne s'étaient pas écoulés, que le duc de Clèves, trahissant
les intérêts de François Ier, par une soumission honteuse à
l'Empereur, s'attira l'inimitié du roi. Paul III accorda une bulle
d'annulation. Le mariage définitif de Jeanne d'Albret eut lieu sous le
règne de Henri II. Le roi et la reine de Navarre hésitaient, depuis
longtemps, entre plusieurs projets d'union, et leur plein agrément
n'était pas acquis à Antoine de Bourbon, que présentait le successeur
de François Ier; mais la préférence de Jeanne s'étant manifestée, le
duc de Vendôme épousa, le 20 octobre 1548, l'héritière du royaume de
Navarre.

De l'aveu de tous les historiens, Jeanne, surnommée la «mignonne des
rois», était une princesse accomplie. Elle tenait de son père et aussi
de François Ier, son oncle, un cœur chevaleresque, un caractère
noblement altier; sa mère, la savante et poétique Marguerite, l'avait
dotée d'un esprit cultivé, peut-être un peu trop libre, en même temps
que d'un reflet de cette beauté et de cette grâce qui charmèrent un
demi-siècle et dont trois siècles écoulés n'ont pu ternir l'éclat. La
reine de Navarre avait transporté avec elle, à Pau et à Nérac,
quelques-unes des splendeurs de la Renaissance et des élégances
raffinées de la cour des Valois. On a prétendu qu'elle y avait fait
éclore la Réforme, dont elle aurait même embrassé les doctrines. La
vérité est que, d'un esprit curieux et hardi, elle voulut connaître la
rhétorique du calvinisme, lui donna accès auprès d'elle, dans la
personne de ses docteurs et de ses poètes, l'étudia, la discuta, la
loua sur plus d'un point, et, sans s'en apercevoir, favorisa
dangereusement l'œuvre d'une secte. Mais, sectaire ou même néophyte,
elle ne le fut point, tous les témoignages le proclament: Marguerite
vécut et mourut en catholique. Il n'en est pas moins certain que
l'espèce de «libertinage» intellectuel dont Jeanne eut le spectacle à
la cour de sa mère devait avoir sur son avenir une influence décisive,
pour peu que les circonstances vinssent réveiller de vifs souvenirs et
seconder de vagues penchants. Mais, à l'heure où se négociait son
mariage, rien ne faisait pressentir en elle la princesse politique et
la zélatrice de la Réforme qui, plus tard, méritèrent tantôt les
admirations, tantôt les sévérités de l'histoire[2].

  [2] Appendice: II.

Antoine de Bourbon, qu'elle allait épouser, était le chef de la Maison
de Vendôme, issue de saint Louis. La terre de Vendôme était passée
dans la famille de Bourbon en 1364, par le mariage de Catherine de
Vendôme avec Jean de Bourbon, comte de la Marche. Ce domaine avait été
érigé en duché par François Ier, l'année de son avènement, et Henri II
tenait en réserve, pour l'apanage de son cousin, de nouveaux
accroissements, tels que le duché-pairie d'Albret, formé de l'ancienne
vicomté de ce nom et d'une importante fraction de la Gascogne. Né en
1518, Antoine de Bourbon avait la réputation d'un prince vaillant,
«car de cette race de Bourbon», dit Brantôme, «il n'y en a point
d'autres.» De grand air et de belle humeur, il eût joué un rôle
prépondérant dans les luttes de cette époque, si la versatilité de son
caractère et ses galanteries sans frein ne l'eussent jeté en proie aux
intrigues de cour.

Le mariage d'Antoine et de Jeanne fut célébré à Moulins. Le roi et la
reine de France, le roi et la reine de Navarre y assistèrent, avec la
plupart des princes et des grands seigneurs, empressement qui
s'explique aisément quand on songe que, la loi salique n'existant pas
en Navarre, Jeanne d'Albret apportait en dot au duc de Vendôme, déjà
prince du sang de France, non seulement la couronne de Navarre et la
principauté de Béarn, mais encore de riches domaines. Par cette
union, les Maisons de Bourbon et d'Albret semblaient prendre
possession d'un avenir que plus d'une famille princière devait envier
ou redouter.

A peine mariée, la duchesse de Vendôme dut se familiariser avec
l'existence guerrière et nomade qui était celle d'Antoine de Bourbon.
Ses deux premiers enfants vinrent au monde au milieu du bruit des
combats. Le duc de Beaumont, né en 1551, mourut l'année suivante, à La
Flèche, étouffé, pour ainsi dire, par sa gouvernante, la baillive
d'Orléans, qui, dans son horreur maniaque du froid, mesurait
parcimonieusement l'air aux poumons de l'enfant. Le second, nommé en
naissant comte de Marle, donnait les plus belles espérances, et
faisait à la fois la consolation et l'orgueil de Henri d'Albret,
lorsqu'il périt à Mont-de-Marsan, de la façon la plus inopinée: sa
nourrice le laissa choir par une fenêtre.

Ce fut un deuil inexprimable pour la cour de Navarre, surtout pour le
roi, toujours profondément attristé de son veuvage. Marguerite était
morte en 1549. Depuis la perte de son frère, ce magnifique François
Ier qu'elle avait aimé jusqu'à l'idolâtrie, la reine de Navarre ne
faisait plus que languir. Une pleurésie précipita sa fin. Elle
séjournait au château d'Odos, près de Tarbes. Pendant une nuit de
décembre, l'apparition d'une comète ayant excité sa curiosité, elle
commit l'imprudence d'observer ce phénomène. Huit jours après, elle
expirait, bénie par l'Eglise et dans des sentiments qui, malgré ses
hardiesses d'esprit, avaient été ceux de toute sa vie. Elle fut
inhumée dans la cathédrale de Lescar.

Heureusement pour la vieillesse de Henri d'Albret, l'heure des grandes
consolations était proche. Au milieu de son deuil, la nouvelle lui
parvint d'une troisième grossesse de la duchesse de Vendôme, en ce
moment auprès d'Antoine de Bourbon, dans son gouvernement de Picardie.
Le roi de Navarre exigea que sa fille revînt en Béarn; on raconte même
qu'une députation fut envoyée de Pau à la duchesse, pour hâter son
retour. Jeanne, malgré les premières rigueurs de l'hiver, se mit en
devoir de traverser la France, entreprise presque téméraire, mais qui
n'était pas faite pour effrayer cette princesse: «amazone hardie et
courageuse», dit le vieux Favyn, «elle suivait son mari en guerre et
en paix, à la cour et au camp.» Partie de Compiègne vers la fin de
novembre, elle arriva, le 4 décembre, à Pau, après s'être reposée
quelques heures à Mont-de-Marsan, où Henri d'Albret était venu à sa
rencontre.

Des bruits inquiétants avaient couru sur les vues d'avenir du roi de
Navarre. On disait que, craignant de ne pas se voir revivre dans un
petit-fils, il songeait à se remarier, et que l'Espagne, de bonne foi
ou par feinte, lui avait offert Catherine de Castille, sœur de
Charles-Quint, avec une promesse de restitution de la Haute-Navarre.
D'un autre côté, il passait pour être gouverné par une dame de sa
cour, à qui son testament assurait de grands avantages. La duchesse de
Vendôme, instruite de ces rumeurs, n'avait pu s'empêcher d'en montrer
quelque émotion. Le roi s'en expliqua ouvertement avec elle. Dès
qu'elle fut installée au château, où la sollicitude paternelle
l'entoura de soins presque tyranniques, Henri d'Albret mit sous les
yeux de sa fille «une grosse boîte d'or fermée à clef, et par-dessus,
pour pendre icelle, une chaîne d'or qui eût pu faire vingt-cinq ou
trente tours à l'entour du col; ouvrit cette boîte, lui montra son
testament seulement par-dessus, et l'ayant refermée», il lui dit que,
testament et bijoux, tout serait à elle, si, afin de ne pas mettre au
monde un enfant pleureur ou rechigné, elle avait le courage de chanter
un air béarnais, au moment de la naissance[3].

  [3] Appendice: IV.

Cette naissance eut lieu, dix jours après l'arrivée de Jeanne, le 14
décembre 1553, vers une heure du matin. Averti aussitôt, Henri
d'Albret entra dans l'appartement de sa fille. En l'apercevant, elle
eut la force et la présence d'esprit de commencer un motet religieux
et populaire:

    Nousté Dame deü cap deü poun,
    Adjudat-me a d'aqueste hore!

Henri, unissant sa voix à celle de la duchesse, n'avait pas achevé
la première strophe, que son petit-fils entrait dans la vie: le
nouveau-né devait être Henri IV. Le roi de Navarre était loin de
pressentir pour sa race les destinées qui attendaient cet enfant;
mais il avait pourtant ses rêves d'ambition dans la vie et
outre-tombe: son premier vœu était exaucé, il pouvait bien augurer
de l'accomplissement des autres. Transporté de joie, l'heureux aïeul
tire de son sein la précieuse boîte qui contenait le testament royal,
et la déposant entre les mains de la duchesse: «--Voilà qui est à
vous, ma fille, dit-il; mais ceci est à moi!» Puis, faisant envelopper
son petit-fils dans les pans de sa robe, il emporta, tout triomphant,
cette chère et fragile proie jusque dans sa chambre. Là, les premiers
soins furent donnés à l'enfant. D'autres traits de mœurs naïfs et
touchants signalèrent cette naissance. Les historiens du temps
racontent que Henri d'Albret, pour donner une sorte de baptême viril à
son petit-fils, lui frotta les lèvres d'une gousse d'ail et lui fit
sucer, dans une coupe d'or, quelques gouttes du célèbre vin de
Jurançon, récolté sur les collines situées de l'autre côté du Gave, en
face du château de Pau: scène pittoresque passée à l'état de
tradition, et dont Louis XVIII se souvint, lors de la naissance du duc
de Bordeaux. «--Tu seras un vrai Béarnais!» dit le roi de Navarre. Et,
se rappelant le sarcasme espagnol qui avait accueilli la venue au
monde de Jeanne, son unique héritière: «La vache de Béarn (Marguerite)
a enfanté une brebis!» il se plaisait à dire à tout venant: «--Voyez!
ma brebis a enfanté un lion!» Le prince dépossédé, le chef humilié de
la Maison d'Albret, avait, auprès de ce berceau, la vision d'une
revanche royale. La réalité dépassa le rêve: Henri IV fit plus que
venger ses ancêtres maternels, il les glorifia par ses actes, en même
temps que par son œuvre il replaçait la France, la grande patrie, à
la tête des nations.

Les débuts dans la vie du prince de Navarre furent difficiles.
L'histoire a fait le compte de ses nourrices: il en eut huit; sept
échouèrent dans leur tâche, pour diverses causes; la huitième enfin
réussit. C'était une humble paysanne, Jeanne Lafourcade, femme de
Lassansa, laboureur qui demeurait à Bilhères, village encore existant
de nos jours et, à cette époque, limitrophe de la commune de Pau. Au
commencement de notre siècle, la maison de Lassansa avait conservé à
peu près sa physionomie d'autrefois: une habitation toute rustique,
avec un jardin d'un demi-arpent, clos d'un mur à hauteur d'appui; une
porte ouvrant sur la cour, avec cette inscription au fronton:
«_Saoubegarde deü Rey_,--Sauvegarde du Roi». Le parc du château
s'étendait jusqu'au seuil de la maisonnette, si bien que Jeanne
pouvait aller voir son fils sans sortir du domaine royal.

Le baptême du prince de Navarre ou du prince de Béarn, comme disaient
de préférence les Béarnais, fut célébré le 6 mars 1554[4], dans la
chapelle du palais, avec toute la solennité et toute la magnificence
dont pouvait disposer la cour élégante de Henri d'Albret. Le roi
présenta lui-même son petit-fils sur une écaille de tortue de mer, qui
est restée une des reliques du château, et «Henri de Bourbon, comte de
Viane, duc de Beaumont», fut baptisé dans des fonts de vermeil, par le
cardinal d'Armagnac. Henri II de France et Henri II de Navarre étaient
parrains, le premier représenté par le cardinal de Vendôme, frère
d'Antoine de Bourbon. Le prince eut pour marraines la reine de France
et Isabeau d'Albret, sa tante, veuve du comte de Rohan. Il peut
sembler oiseux de commenter ce fait, que le baptême du fils de Jeanne
d'Albret fut essentiellement catholique, et que tout l'était autour du
berceau de Henri de Bourbon. Nous ne jugeons pourtant pas inutile de
marquer d'une réflexion cette entrée dans la vie religieuse, en un
temps où les contre-vérités historiques et les préjugés de secte sont
parvenus à dénaturer tant d'événements, à travestir tant de figures, à
rejeter dans l'ombre ou dans la pénombre ce que le bon sens doit juger
clair comme la lumière du soleil. Beaucoup d'historiens passent
légèrement sur le baptême du prince de Navarre, n'insistent pas sur la
nouvelle foi que lui imposa plus tard Jeanne d'Albret, et parlent avec
émotion, sinon avec amertume, de l'abjuration ou même de l'apostasie
du roi de France! Henri était né catholique comme son père, comme sa
mère, comme tous ses ancêtres; on abjura pour lui dans son enfance, et
il abjura lui-même sous les poignards de la Saint-Barthélemy; chef de
parti, dans la suite, il ne laissa jamais désespérer de son retour à
la religion traditionnelle; homme et roi, enfin, il y tendit de toutes
ses forces, avec une sincérité et une grandeur d'âme qui, plus que son
épée peut-être, vainquirent et pacifièrent la France.

  [4] Appendice: IV.

L'heure où il naquit n'était ni pour notre pays, ni pour l'Europe,
celle de la paix et de la justice. Depuis trente ans déjà, la Réforme
agitait le vieux monde, qu'elle avait bouleversé en partie et qu'elle
était à la veille de faire trembler sur ses bases. Luther, couché dans
la tombe, avait fait son œuvre, qui fructifiait en Allemagne, dans
les pays scandinaves, en Hollande et, par contre-coup, en Angleterre.
Calvin vivait encore, d'un esprit plus ardent et plus niveleur que son
devancier; le «Pape de Genève» avait prêché et surtout suscité des
prédicateurs en France. Politique autant que religieuse, la Réforme
s'était heurtée aux impatiences de François Ier, qui sévit contre
elle; mais, dès le début du règne de Henri II, elle avait reçu de ce
prince des encouragements indirects par son alliance avec les princes
luthériens d'Allemagne, soulevés contre Charles-Quint. La politique
devrait être, ce semble, l'art de tout prévoir, et c'est presque
toujours l'imprévu qui déconcerte ses desseins, paralyse ses actes et
la met en péril. En donnant la main aux princes du Saint-Empire, Henri
II avait oublié que la Réforme croissait et multipliait, par
tolérance, dans ses propres Etats, parmi ses grands vassaux et ses
capitaines, et jusque sur les marches du trône. Lorsque, plus tard,
elle leva la tête au point qu'il fallut compter avec elle sur les
champs de bataille, on doit avouer qu'elle avait, de son côté, tout au
moins l'apparence du droit et de la logique. Les coquetteries d'esprit
dont Marguerite de Valois l'avait honorée, l'intronisation de ses
idées dans plusieurs pays, la contagion de l'exemple, la séduction des
triomphes voisins, et enfin l'alliance aventureuse, quoique
momentanée, de Henri II avec les luthériens couronnés, c'était plus
qu'il n'en fallait pour lui révéler sa force d'expansion et lui dicter
de hautes entreprises. Tout l'appelait au combat, et elle en cherchait
vaguement le chemin, au moment où Jeanne d'Albret, qui devait être une
de ses héroïnes, marquait du sceau catholique le front de son fils.



CHAPITRE II

  La gouvernante du prince de Navarre.--Le château de
    Coarraze.--L'éducation à la «béarnaise».--Les premières
    leçons.--Mort de Henri d'Albret.--Résumé de son règne.--L'aïeul
    et le petit-fils.--Avènement de Jeanne et d'Antoine.--Les
    desseins de Henri II sur la Navarre et le Béarn.--Antoine
    protège la Réforme.--Menaces du roi de France.--Le prince de
    Navarre à la cour de Henri II.--Naissance de Catherine de
    Bourbon.--La paix de Cateau-Cambrésis.--Mort de Henri II et
    avènement de François II.--La politique de Catherine de
    Médicis.--Les Bourbons évincés par les Guises.--La revanche du
    roi et de la reine de Navarre.--La conjuration d'Amboise.--Mort
    de François II et avènement de Charles IX.--Catherine de
    Médicis régente.--Le triumvirat.--Le chancelier Michel de
    l'Hospital et l'édit de Janvier.--Les troubles.--La prise
    d'armes de Condé et de Coligny.


A la mort du comte de Marle, son second petit-fils, Henri d'Albret
s'était fort courroucé contre la duchesse de Vendôme, «l'appelant
marâtre», dit Favyn, «et indigne d'avoir des enfants, puisqu'elle en
avait si peu de soin». Tout injuste qu'était ce reproche, il toucha au
cœur la mère, qui, prenant pour guide l'affectueuse sévérité de
l'aïeul, se voua, avec un redoublement de sollicitude, à l'éducation
du jeune prince. Le roi de Navarre avait fait le plan de cette
éducation; il fut exécuté de point en point. L'allaitement dans une
chaumière, en plein air, pour ainsi dire, fit de Henri un nourrisson
robuste; même avant le sevrage, il ravissait son grand-père par un
agréable mélange de force et de gentillesse. Au sortir des bras de
Jeanne Lafourcade, il eut pour gouvernante Susanne de Bourbon-Busset,
baronne de Miossens, à qui fut donné l'ordre de l'élever, non dans le
palais natal, mais dans un site agreste, aux environs de Pau. Elle
s'établit avec Henri au château de Coarraze, chef-lieu d'une des
treize baronnies du Béarn, et là commença, pour l'héritier des Maisons
d'Albret et de Bourbon, cette éducation à la «béarnaise» qui devait
préparer, comme dit d'Aubigné, «un ferme coin d'acier aux nœuds
endurcis de nos calamités».

Trois siècles de vicissitudes sociales et politiques n'ont laissé de
l'antique manoir qu'une tour et quelques pans de muraille, mais trois
siècles de civilisation n'ont eu que peu de prise sur la nature. C'est
toujours la même riante vallée du Gave, le même ciel radieux, le même
air salubre; ce sont encore les collines boisées, les rocs stériles,
les profonds ravins, tout ce cadre magnifiquement sauvage que la
volonté de Henri d'Albret imposait à l'enfance de son petit-fils. Et
ce ne fut pas en prince, mais en paysan, qu'il y passa ses premières
années. Nourri de pain bis et de laitage, de bœuf et d'ail, vêtu sans
élégance, souvent pieds nus et nu-tête, bravant le soleil et la pluie,
courant les buissons, les bois et les rochers, ignorant toutes les
superfluités et tous les luxes de la vie, s'ignorant lui-même, il
fraternisait avec les fils de pâtres, parlait leur langue, se mêlait à
leurs jeux et s'intéressait à leurs travaux. Il apprit à Coarraze
trois choses qui résument presque toute sa vie: l'activité, la
hardiesse et la cordialité. Il vit de près le peuple, le vrai peuple,
celui qui travaille, et il l'aima, sûr moyen d'être aimé de lui. C'est
le rustique châtelain de Coarraze qu'on retrouvera toujours en lui,
lorsque, à la tête des armées, il prendra constamment la défense des
«pauvres gens», même contre ses plus fidèles serviteurs, entraînés
parfois à faire trop bon marché de la faiblesse et de la misère. C'est
le coureur de bois et de montagnes, à la fois intrépide et insoucieux,
qui, plus tard, saura railler la fortune inconstante, rire au danger,
relever, par un mot d'héroïque gaîté, le courage chancelant de ses
compagnons d'armes.

Tel était l'homme qui s'ébauchait dans la solitude de Coarraze.
Malheureusement, Henri d'Albret ne vit pas grandir à son gré ce «lion
généreux, capable de faire trembler les Espagnols». Le 25 mai 1555, le
roi de Navarre, âgé de cinquante-trois ans, mourut à Hagetmau, pendant
une absence de Jeanne, qui était allée rejoindre Antoine de Bourbon en
Picardie, et au moment où les complications de la politique
ravivaient, dans le cœur de cet irréconciliable ennemi de l'Espagne,
l'espoir si souvent déçu de recouvrer ses Etats. Henri d'Albret est un
des plus dignes ancêtres de Henri IV: rien qu'à ce titre, l'histoire
lui devrait un pieux souvenir.

Il était né en 1503. Dans son enfance, attristée par le démembrement
du royaume de Navarre, que ne sut pas défendre son père, Jean
d'Albret, il se lia d'une étroite amitié avec le futur vainqueur de
Marignan: les archives du château de Pau contiennent de nombreux
témoignages de l'affection qui unissait les deux princes avant le
désastre de Pavie. On sait de quelle vaillance fit preuve Henri
d'Albret dans cette bataille, et tous les historiens ont raconté son
évasion hardie, lorsque Charles-Quint voulut abuser de sa captivité
pour lui imposer des conditions déshonorantes. L'héroïsme et le
malheur communs firent des deux amis deux frères. Marguerite de
Valois-Angoulême, veuve du duc d'Alençon, émue et charmée de la
magnanimité du chevalier béarnais, lui donna sa main, qu'il avait
ardemment désirée quelques années auparavant. Ce fut un grand bonheur
pour le Béarn et les autres Etats de la couronne de Navarre, que cette
illustre union. Henri et Marguerite se partagèrent la mission
d'enrichir et d'embellir ces contrées. La reine, dit l'auteur du
_Château de Pau_, appela des artistes italiens pour décorer les vastes
appartements qu'elle fit construire au midi, le grand escalier que
l'on admire encore, la cour intérieure et tout le dehors de l'édifice,
remanié dans le style de la Renaissance. Le palais des rois de Navarre
dut paraître magnifique: le vieux Louvre des rois de France, les
Tuileries et le Luxembourg ne devaient resplendir que plus tard. Ce
fut alors, sans doute, que les Béarnais ravis répandirent le fameux
distique:

    Qui n'a vist lo casteig de Paü,
    Jamais n'a vist arey de taü.

Henri d'Albret s'associa aux nobles goûts de sa femme; mais, de son
côté, il accomplissait une œuvre encore plus méritoire. En Béarn, de
vastes étendues de terrain étaient incultes, les populations de ce
pays s'adonnant surtout à la vie pastorale. Rien ne coûta au roi pour
développer, on peut dire pour créer l'agriculture dans ses Etats: en
quelques années, le territoire béarnais avait changé de face. En même
temps, Henri, précurseur des progrès industriels, fondait à Nay une
fabrique de draps et établissait à Pau une imprimerie. Partout, enfin,
il favorisait la naissance ou le développement des entreprises qui
avaient pour but l'amélioration de la fortune publique. Il ne s'en
tint pas à ces actes de sollicitude éclairée. Les antiques Fors de
Béarn morcelaient, en quelque sorte, la constitution du pays: il les
fit reviser avec un soin minutieux, et les transforma en un For
général qui répondait aux nécessités de l'époque. Rien n'échappait à
son activité de gouvernant: il réorganisa la plupart des services
publics, divisa son conseil en deux chambres, l'une civile, l'autre
criminelle; créa des chambres des comptes, de nouvelles
administrations, de nouveaux emplois d'une haute utilité; et
législateur aussi ferme que fécond, il fit en sorte que ses lois
fussent fidèlement appliquées.

L'enthousiasme d'un écrivain béarnais prête à Charles-Quint ce mot
invraisemblable: «Je n'ai trouvé qu'un homme en France: c'est le roi
de Navarre». L'exagération castillane n'est pas nécessaire pour
peindre Henri d'Albret et honorer sa mémoire: le grand-père maternel
de Henri IV fut un prince vaillant, sage, ami de son peuple, qui le
pleura comme un bienfaiteur. Toutes ses royales vertus devaient
revivre avec éclat dans son petit-fils. Il fut inhumé, comme
Marguerite, dans le cathédrale de Lescar, en attendant, disaient ses
dernières volontés, qu'il pût reposer à Pampelune, à côté des anciens
rois de Navarre, ses prédécesseurs.

En vertu des lois fondamentales du royaume de Navarre, Jeanne d'Albret
succédait à son père et partageait la couronne avec son mari. Ils
furent bien près de ne la porter ni l'un ni l'autre. Au moment où ils
se préparaient à partir pour le Béarn, Henri II eut la pensée de
réunir leurs Etats à la couronne de France, en échange de quelques
domaines du centre et du nord. Il faut citer ici une page du vieil
historien de la Navarre.

«Antoine de Bourbon se prépare, avec la reine Jeanne d'Albret, sa
femme, pour aller prendre possession de leurs nouveaux Etats, où ils
étaient attendus avec un grand désir de leurs sujets. Le roi Henri II,
conseillé de quelques grands seigneurs de sa cour qui avaient son
oreille, le persuadèrent de retenir ce prince auprès de lui, et que
tout ainsi qu'il n'y avait qu'un soleil au monde, sans qu'aucune autre
planète eût la lumière à part, de même la France ne pouvait souffrir
qu'un roi; qu'il fallait récompenser le duc Antoine en France selon la
valeur des terres et souverainetés qu'il avait en la Basse-Navarre,
Béarn et Gascogne. Cette proposition trouvée bonne, il en avertit le
roi de Navarre, lequel remet cette affaire si importante au
consentement de la reine sa femme, à laquelle, disait-il, il
appartenait d'agréer cet échange, d'autant que les dits royaumes et
seigneuries étaient de son propre. Cette avisée princesse, résolue de
conserver les biens que ses pères et aïeux lui avaient délaissés,
pour apaiser le roi, lui promit de s'y résoudre, avec ses sujets, et
lui donner en ceci et en toutes autres choses tout le contentement
qu'il pouvait désirer. Sur ces promesses, le roi de Navarre ayant
remis son gouvernement de Picardie entre les mains du roi, il lui fit
le serment de celui de Guienne, arrêté pour lors être tenu à l'avenir
par celui qui serait jugé et déclaré premier prince du sang, comme le
fut le roi Antoine de Bourbon, duc de Vendôme, reçu en cette qualité
au parlement de Paris, au mois de juin dudit an mil cinq cent
cinquante-cinq, et depuis confirmé aux Etats d'Orléans. Et se dispose
avec sa femme à faire son voyage.

«Le roi de Navarre et sa femme furent magnifiquement reçus par toutes
les terres de leur obéissance, et nommément en Foix et en Béarn, où
ayant été parlé de l'échange que le roi de France voulait faire à
leurs princes, ce ne fut qu'assemblées pour en empêcher l'effet...
Incontinent, la noblesse et le peuple en alarme pour la défense de
leurs princes naturels, voilà tout aussitôt Navarrenx fortifié, et le
même à Pau, où est établi le parlement, et la chambre des comptes du
pays; et ensuite le même se fait par toutes les autres villes, pour
résister au roi de France, s'il en venait à la force, ce qu'il ne fit,
ayant entendu la réponse des Etats du pays. Ainsi cette affaire
rompue, le roi en fut fâché, et en montra les effets, en ce que il
retrancha le gouvernement de Guienne de la moitié, en ayant éclipsé et
tiré le Languedoc, fit un gouvernement à part, dont la ville de
Toulouse était le chef. Messire Anne de Montmorency en fut le premier
gouverneur, auquel en cette charge, et à la dignité de connétable, la
première de France, a succédé son fils Messire Henri de Montmorency.
L'autre trait de l'indignation du roi parut, en ce que le roi de
Navarre ayant remis entre ses mains le gouvernement de Picardie, et
supplié Sa Majesté d'en investir Louis de Bourbon, prince de Condé,
son frère, il le donna à l'amiral de France Gaspard de Coligny,
seigneur de Châtillon, neveu dudit connétable. Ainsi furent assurés le
roi de Navarre et sa femme en la jouissance de leurs souverainetés,
sans plus parler d'échange.»

Antoine de Bourbon et Jeanne d'Albret furent couronnés, en cette même
année, au château de Pau. Selon les traditions du pays, ils prêtèrent
serment entre les mains des évêques, en présence du clergé et de la
noblesse. Ils passèrent dans leurs Etats deux années de paix, durant
lesquelles la grande affaire de la reine fut l'éducation de son fils,
si bien commencée du vivant de Henri d'Albret. Mais Antoine et Jeanne
avaient été blessés au cœur par la conduite de Henri II à leur égard
et par la disgrâce où il tenait les Maisons d'Albret et de Bourbon,
tout en favorisant la Maison de Lorraine, depuis le refus des Etats de
Navarre et de Béarn de passer sous la domination française. De là, des
ressentiments qui s'aigrissaient chaque jour et dont l'expression, par
suite des circonstances, prit des formes provoquantes et scandaleuses.

Les imprudences de la reine Marguerite avaient donné pied, en Béarn, à
la Réforme. Elle subsistait sans bruit et gagnait peu à peu du
terrain. Antoine se mit en tête de la protéger ouvertement, ce qu'il
fit bien plutôt pour mortifier Henri II que pour obéir à de nouvelles
convictions religieuses. On le vit accueillir les ministres et les
orateurs calvinistes; il donna même à David, l'un d'entre eux, le
titre de prédicateur du roi et de la reine de Navarre, et ce moine
apostat eut, un jour, licence de prêcher sa doctrine à Nérac, dans la
grande salle du château. Il ne paraît pas que Jeanne ait
personnellement donné les mains à ces premiers essais de propagande:
loin de là, tous les historiens constatent qu'à cette époque, soit par
politique, soit par respect des croyances traditionnelles, elle était
et prétendait rester catholique. Brantôme dit à ce sujet: «La reine de
Navarre, qui était jeune, belle et très honnête princesse, ne se
plaisait point à cette nouveauté de religion, si tant qu'on eût bien
dit... Je tiens de bon lieu qu'elle le remontra, un jour, au roi son
mari, et lui dit, tout-à-trac, que s'il voulait se ruiner et faire
confisquer son bien, elle ne voulait perdre le sien...» Il n'en est
pas moins vrai que les progrès sérieux du calvinisme en Béarn et en
Gascogne datent du patronage manifeste d'Antoine de Bourbon et de la
tolérance de sa femme. Jeanne aurait pu, en effet, sans avoir recours
à la persécution ni même à l'hostilité, paralyser et peut-être
détruire des velléités d'hérésie dont l'esprit public ne s'émouvait
que parce qu'il les voyait s'affirmer autour du roi et de la reine.

Les manifestations calvinistes organisées ou encouragées par Antoine
de Bourbon prirent de tels développements, qu'à la fin elles
offusquèrent Henri II. Des avis, des remontrances, des reproches
furent d'abord adressés au roi et à la reine de Navarre, et, en 1557,
Henri II en vint d'autant plus résolûment aux menaces d'intervention
armée, qu'en ce moment, il sévissait contre les réformés, dans ses
propres Etats. Il fallut courber la tête sous l'orage qu'on avait
déchaîné de gaîté de cœur: Antoine et Jeanne imposèrent silence aux
plus fougueux apôtres de la nouvelle religion, et résolurent d'aller
faire leur paix avec le roi de France. Dans ce but, ils confièrent la
lieutenance-générale de leurs Etats au cardinal d'Armagnac, et,
accompagnés du prince de Navarre, âgé de cinq ans à peine, ils se
rendirent à Amiens, où Henri II tenait sa cour. Froidement accueillis
dès l'arrivée, ils auraient eu peut-être à regretter ce voyage, si les
grâces naissantes et l'heureuse figure de leur fils n'eussent touché
le cœur du roi de France. Rare mélange de noblesse et de rusticité,
le petit prince ne pouvait passer nulle part inaperçu. Henri II fut
frappé de ses allures primesautières, de cet œil d'aiglon qui
reflétait quelque chose du ciel méridional et des âpres beautés d'un
site pyrénéen. Il le prit dans ses bras et lui dit:--«Veux-tu être mon
fils?--_Aquet es lou seignou pay._--Celui-ci est mon seigneur et
père», répondit l'enfant, qui ne parlait pas encore français, en
désignant Antoine de Bourbon. «Le roi, dit Favyn, prenant plaisir à ce
jargon, lui demanda: «Puisque vous ne voulez être mon fils,
voulez-vous être mon gendre?» Il répondit promptement, sans songer:
«_Obé!_--Oui bien!» On a voulu voir, dans cette riante scène
d'intimité, l'origine du mariage, trop fameux dans l'histoire, qui fut
une des péripéties les plus sinistres de la Saint-Barthélémy. Lorsque
Catherine de Médicis et Charles IX donnèrent Marguerite de Valois à
Henri de Bourbon, ce n'étaient plus les affections de famille qui
inspiraient leurs actes!

Henri II voulait retenir le jeune prince à la cour et le faire élever
parmi ses enfants; Jeanne et Antoine, trouvant leur fils trop jeune
pour vivre loin d'eux, déclinèrent cette offre, et le ramenèrent en
Béarn, au milieu de ses chères montagnes. Mais l'année suivante, ayant
fait un nouveau voyage à la cour, à l'occasion du mariage du Dauphin
avec Marie Stuart, ils durent céder aux sollicitations de Henri II: il
fut décidé que le prince de Navarre resterait auprès du roi, sous la
sauvegarde de sa gouvernante, la baronne de Miossens. Ce fut pendant
son séjour à Paris que Jeanne d'Albret mit au monde, le 27 février
1559, Catherine, son dernier enfant, qui fut tenue sur les fonts par
la reine de France.

Le règne de Henri II, si brillant dans la plus grande partie de son
cours, allait finir par un désastre politique et une catastrophe
personnelle. Le désastre fut la paix de Cateau-Cambrésis, suite des
défaites de Saint-Quentin et de Gravelines. Les principaux
négociateurs de cette paix, le connétable de Montmorency et le
maréchal de Saint-André, humiliaient et dépouillaient la France au
profit de l'Angleterre, de l'Espagne et de la Savoie. Il était
stipulé, en outre, que Philippe II épouserait Elisabeth, fille de
Henri II, dont la main avait été promise à don Carlos, fils du roi
d'Espagne, et que le duc de Savoie aurait la main de Marguerite, sœur
du roi de France. Les intérêts et les droits de la couronne de Navarre
étaient absolument sacrifiés. Cette triste paix fut l'instrument
diplomatique des divisions qui allaient de nouveau ensanglanter
l'Europe.

A l'occasion du mariage des deux princesses françaises, Henri II
ordonna des fêtes splendides, et surtout un tournoi, jeu guerrier
qu'il aimait avec passion. Après y avoir fait ses prouesses
habituelles, il voulut jouter une dernière fois contre le comte de
Montgomery, capitaine de ses gardes, dont la lance rompue atteignit le
roi à la tête. Henri II mourut le 10 juillet 1559.

Il laissait à son successeur une situation amoindrie au dehors et
périlleuse à l'intérieur. Les progrès du calvinisme ne pouvaient plus
se nier. Si Henri II eût vécu, peut-être la crise que sa fin précipita
eût-elle avorté sous les coups de force auxquels il avait eu déjà
recours; mais sa mort inopinée, livrant le pouvoir à un enfant débile,
ou plutôt à Catherine de Médicis, fut, au contraire, l'origine des
brigues et des dissensions les plus redoutables. A peine François II
était-il sacré à Reims, que les partis se dessinèrent. Catherine se
jette d'abord tout entière du côté des Guises; les Maisons de Bourbon,
de Châtillon et de Montmorency sont laissées à l'écart, où elles
n'entendent pas se morfondre, et elles vont s'efforcer de ressaisir,
coûte que coûte, leurs avantages. Elles trouveront des armées dans la
foule des mécontents et des sectaires. La veille, le trône était
assiégé d'ambitions et d'intrigues; aujourd'hui, le voilà au milieu
des factions. Catherine aura beau ruser avec elles, essayer de battre
l'une par l'autre, s'appuyer sur les catholiques pour arrêter les
«huguenots», dont le nom vient de surgir, flatter les protestants pour
se dégager de l'étreinte des catholiques, favoriser ce que l'on
appellerait, de nos jours, le «tiers-parti»: la France est sur le
seuil de l'enfer des guerres civiles, des guerres de religion, où
tomberont tant de générations fanatisées, criminelles ou innocentes,
jusqu'à ce que le bras et le génie d'un roi aient rendu la patrie à
elle-même et la paix à la patrie.

Les maisons princières évincées par les Guises s'efforcèrent de
contrebalancer la toute-puissante influence des princes lorrains, en
prenant la tête du parti protestant. Elles luttèrent mal, surtout
Antoine, facile à duper. Catherine l'envoya rejoindre en Béarn sa
femme et son fils, et, pour colorer ce congé d'un semblant de raison
avouable, elle lui confia la mission de conduire en Espagne Elisabeth
de France, mariée par procuration à Philippe II, après la paix de
Cateau-Cambrésis. Le roi, la reine et le prince de Navarre prirent,
dans cette occasion, une revanche qui ne fut pas sans noblesse. C'est
ce que rapporte l'historien de la Navarre, dans son récit à la fois
naïf et fier. «A Bordeaux, le roi Antoine vint recevoir Madame
Elisabeth, et peu de temps après la reine Jeanne et le prince de
Navarre son fils. De Bordeaux ils traversèrent le reste de la Guienne
et les terres du roi de Navarre, où elle fut reçue et traitée avec
tout honneur et magnificence. En Guienne, le premier logis était
marqué par le maréchal pour la reine d'Espagne; dès l'entrée de Béarn,
celui du roi Antoine le fut le premier, et celui de la reine Elisabeth
après; à celui d'Antoine était crayé: _pour le roi_, sans autre
addition; à l'autre: _pour la reine d'Espagne_. Arrivés en la
Haute-Navarre, le même fut pratiqué nonobstant toutes les rodomontades
espagnoles, épouvantails de chenevière à l'endroit des Français. Car
le Béarn étant principauté souveraine, les rois de France n'y avaient
aucune supériorité en ce temps-là. En Navarre, quoiqu'injustement
usurpée par les rois d'Espagne, Antoine en étant roi par droit
légitime et successif, il emporta de haute lutte que les étiquettes
des logis marqués fussent de même façon qu'en Béarn, même dans
Roncevaux, où le premier logis fut marqué: _pour le roi_, sans
addition, et le second: _pour la reine d'Espagne_.

«Par le traité de mariage il avait nommément été stipulé que Madame
Elisabeth serait délivrée aux Espagnols sur les frontières de France
et d'Espagne, ce qui se pouvait faire, si elle eût pris le chemin du
Languedoc, de Narbonne à Perpignan; mais par l'autre clef de France,
qui est Bayonne et Saint-Jean-de-Luz, où la rivière d'Andaye fait la
séparation de la France et de la Navarre, dont Fontarabie est la
première ville, et de même par le Béarn, qui marchise à la France,
d'un côté, et à la Navarre, de l'autre, cela ne se pouvait accomplir.
De sorte que cette délivrance se faisait infailliblement, non sur les
frontières de France ni d'Espagne, mais sur celles de la Haute et de
la Basse-Navarre. C'est pourquoi le roi Antoine demanda acte de cette
délivrance sur ses terres, à ce qu'on ne voulût inférer à l'avenir que
le Béarn et la Basse-Navarre fussent retenus pour confins de la
France, et la Haute-Navarre pour finages de l'Espagne, d'autant que
laissant parachever cet acte solennel sans protestation, c'était
n'être plus roi de Navarre en prétention, mais volontairement avouer
n'y avoir aucun droit; de sorte que le cardinal D. François de
Mendoça, évêque de Burgos, et le duc de l'Infantasgo D. Lopez de
Mendoça, députés du roi d'Espagne pour recevoir la princesse, furent
contraints de lui délivrer cet acte, et par celui-ci le reconnaître
roi de Navarre, nonobstant toutes leurs exceptions dilatoires.

«Cet acte délivré ainsi que le roi Antoine l'avait fait dresser, le
lieu où la reine Elisabeth devait être délivrée fut débattu durant
cinq jours par les Espagnols. Car le roi de Navarre et la dite
Elisabeth étaient logés à l'abbaye de Roncevaux, les Espagnols étaient
à l'Espinal, deux heures au-dessus de Roncevaux. Ils voulaient que
cette délivrance fût faite au Pignon, justement au milieu du chemin de
l'Espinal à l'Abbaye, afin que chacun fît la moitié du chemin:
néanmoins force leur fut de venir à Roncevaux.»

Tandis que les princes navarrais tenaient en échec l'arrogance
castillane, la conspiration d'Amboise s'ourdissait dans l'ombre avec
une ampleur et une activité qui forcent presque l'admiration en faveur
de La Renaudie, son audacieux organisateur. Nous n'avons pas à
raconter cette sanglante aventure. Il est probable que la plupart des
conjurés croyaient marcher seulement à l'assaut du pouvoir excessif
des Guises, mais que les chefs visaient plus haut. Le prince de Condé,
frère puîné d'Antoine de Bourbon, fut soupçonné d'être le «capitaine
muet» de cette prise d'armes. A demi justifié par sa fière attitude,
puis soupçonné une seconde fois, après les revendications de
l'assemblée des notables tenue à Fontainebleau, il finit par être
emprisonné à Orléans, jugé et condamné à mort. Le roi de Navarre avait
eu la générosité ou la faiblesse, peut-être l'une et l'autre, de se
livrer aux accusateurs de son frère. Il pouvait d'autant mieux s'en
dispenser qu'après la découverte de la conspiration, il avait, sur
l'ordre du roi, réprimé avec vigueur, dans son gouvernement de
Guienne, quelques mouvements tentés par les factieux. Il n'en fut pas
moins traité en ennemi; mais, comme on ne pouvait relever contre lui
les charges qui pesaient sur le prince de Condé, on se contentait de
le garder à vue, et on hésitait, pour le faire disparaître, entre une
exécution sommaire[5] et une détention perpétuelle, lorsque la mort du
roi de France modifia brusquement la situation. Condé recouvra la
liberté, et Antoine fut revêtu du titre à peu près illusoire de
lieutenant-général du royaume, tandis que les Guises, en gens avisés,
affectaient un simulacre de retraite. Alors commença le gouvernement
direct de Catherine de Médicis, déclarée régente, au détriment
d'Antoine, pendant la minorité de Charles IX.

  [5] Appendice: III.

La reine-mère arrivait au pouvoir sous les plus défavorables auspices.
La conjuration d'Amboise, les troubles qui l'avaient précédée ou
suivie dans diverses provinces, la rigueur de la répression, les
ressentiments des calvinistes, le procès du prince de Condé et, plus
encore peut-être, la déclaration qui le déchargea, le 13 mars 1561,
des accusations portées contre lui, enfin, les tergiversations qui
caractérisèrent, dès le début, la politique de Catherine, tout faisait
pressentir de longs et funestes déchirements. Les actes du triumvirat
formé par le connétable de Montmorency, François de Guise et le
maréchal de Saint-André, la naissance du «tiers-parti» que personnifia
le chancelier Michel de l'Hospital, les assemblées ou colloques de
Pontoise et de Poissy, où les discours déguisèrent mal les passions,
semblèrent pourtant devoir aboutir à une sorte de paix. Ce fut l'édit
de tolérance du 17 janvier 1562, qui proclamait, non l'entière liberté
du culte, mais une liberté de conscience relative. Il ne sortit de cet
essai, dicté par l'Hospital, qu'une surexcitation générale et un
antagonisme plus manifeste entre les croyants, surtout entre les
partisans des deux religions. De là, de nouveaux troubles en
Bourgogne, en Provence, en Guienne et en Bretagne; les excès de
Montluc dans le sud-ouest, égalés tout au moins par les violences du
baron des Adrets dans le midi; puis la sanglante querelle de Vassy,
les émeutes de Sens, de Cahors, de Toulouse, la surprise de Rouen par
les huguenots; et, pour dernier coup aux espérances de paix,
l'éclatante prise d'armes de Condé et de Coligny, au moment où le roi
de Navarre achevait de se rapprocher des catholiques, dans les rangs
desquels nous le retrouverons bientôt. Le récit de tous ces
désordres, de ces révolutions successives ou simultanées, n'entre pas
dans le cadre de notre sujet. Revenons au héros de cette histoire, qui
ne tardera pas à nous ramener lui-même au milieu des discordes civiles
et des combats.



CHAPITRE III

  L'éducation du prince de Navarre.--Ses gouverneurs et son premier
    précepteur.--Le caractère et la méthode de La
    Gaucherie.--Maximes et sentences.--Le Coriolan français et le
    chevalier Bayard.--La première lettre connue de Henri.--Ses
    condisciples au collège de Navarre.--Le sentiment religieux du
    maître et de l'élève.--Pressentiments de La
    Gaucherie.--L'instruction militaire.--Le plus bel habit de
    Henri.--L'otage de Catherine de Médicis.--Le «petit
    Vendômet».--Choix d'une devise.--Les deux premiers amis du
    prince.--Mort de La Gaucherie.


En 1560, le prince de Navarre était entré dans sa septième année.
Robuste, agile, pétillant d'esprit, mais ignorant, il fallut songer à
greffer ce sauvageon royal. Tout d'abord, il passa des mains de la
baronne de Miossens sous la direction d'un gouverneur. Charles de
Beaumanoir-Lavardin, désigné pour remplir ces fonctions, dut bientôt,
pour raison de santé, céder la place à Pons de La Caze, qui, à son
tour, fut remplacé par le baron de Beauvais, que la mort seule, et une
mort terrible, le jour de la Saint-Barthélemy, put séparer de son
élève. Au gouverneur on adjoignit, bientôt après, un pédagogue. Le
premier précepteur de Henri fut La Gaucherie, homme de mœurs pures,
de grand sens, savant pour son époque, et dont la méthode, à la fois
simple et sagace, ne serait pas à dédaigner de nos jours. La Gaucherie
sut, avant tout, se faire aimer du jeune prince en devenant son ami.
Quant à l'instruction, point de livres imposés, mais des livres
désirés; des études courtes, des récréations courtes aussi, mais
nombreuses et viriles, telles que le jeu de paume, où Henri excella de
bonne heure et qu'il aima toute sa vie. Il apprit l'histoire et le
latin comme par curiosité, à mesure que son intérêt s'éveillait sur un
nom, un fait ou une idée, et il y puisa une admiration des grands
caractères, des belles actions, des vertus qui ont glorifié l'humanité
à toutes les époques. Le grec même ne lui fut pas étranger. Ses
livres favoris étaient Plutarque, César et Tite-Live. Dans la préface
latine des OEuvres de Polybe, Casaubon écrivait, après l'avènement de
Henri IV, en s'adressant à son royal protecteur: «N'avez-vous pas,
dans votre enfance, traduit les _Commentaires_ de César en français?
J'ai vu moi-même, oui, j'ai vu et feuilleté avec admiration le cahier
contenant l'ouvrage très bien écrit de votre main...» Scaliger a
fourni également son témoignage: «Il ne faudrait pas mal parler latin
devant le roi: il s'en apercevrait fort bien». On a cité cent fois la
devise favorite de Henri, composée, dit-on, par lui-même: _Invia
virtuti nulla est via_. La Gaucherie lui avait dicté et fait commenter
un grand nombre de maximes et de sentences parfaitement choisies.
Duflos, dans son _Education de Henri IV_, nous en a conservé
quelques-unes traduites ou imitées des anciens. Il semble, à lire
celles-ci, que le grand Corneille n'en eût pas buriné d'autres pour le
fils d'un des héros qu'il a fait revivre dans ses vers immortels:

   «Heureux les rois qui ont des amis! Malheur à ceux qui n'ont
   que des favoris!»

   «Il faut vaincre avec justice, ou mourir avec gloire.»

   «Les rois ont sur leurs peuples une grande autorité; mais
   celle de Dieu sur les rois est bien plus grande encore.»

   «Un héros croit n'avoir rien fait, quand il lui reste quelque
   chose à faire.»

   «Les souverains, par leur puissance, ne se font que craindre
   et respecter: c'est la bienfaisance seule qui les fait aimer.»

   «Le droit le plus flatteur de la royauté est de pouvoir faire
   du bien.»

   «Le prince qui règne sur les plus vastes Etats, mais qui se
   laisse tyranniser par ses passions, n'est qu'un esclave
   couronné.»

   «Par la clémence on imite la Divinité; par la vengeance on se
   met au-dessous de l'homme.»

   «Un roi doit préférer la patrie à ses propres enfants.»

   «Que devient la vertu qui n'a rien à souffrir?»

   «Un roi que la prospérité rend orgueilleux est toujours lâche
   et faible dans l'adversité.»

   «Un souverain qui aime la flatterie et craint la vérité n'a
   que des esclaves autour de son trône.»

   «Un roi prouve qu'il a du mérite et de la vertu quand il
   récompense ceux qui en ont.»

   «Il vaut mieux conserver un seul citoyen que de faire périr
   mille ennemis.»

   «Un roi qui n'aime point le travail dépend de ceux qui
   travaillent à sa place.»

L'histoire, que Henri devait enrichir de lui-même, le passionnait; il
était fasciné par les hommes de Plutarque et par les capitaines qui
ont illustré nos annales. La Gaucherie applaudissait à son
enthousiasme, mais lui en demandait la raison. Un jour que l'entretien
roulait sur Coriolan et Camille, Henri marqua hautement sa préférence
pour celui-ci et s'éleva contre l'allié des Volsques. Le précepteur
l'approuva, mais, pour aller au fond de son cœur, il lui raconta les
aventures d'un Coriolan français, la défection du connétable de
Bourbon. Ce fut un des premiers chagrins de Henri, obligé de
reconnaître qu'il y avait eu un mauvais Français dans sa famille.
Honteux et indigné, il s'élance vers une carte généalogique toujours à
sa portée, et, à la place du nom du connétable, inscrit celui de
Bayard.

On rapporte qu'il avait du goût pour les arts et de l'élégance dans
l'écriture. La Bibliothèque royale posséda jadis le dessin à la plume
d'un vase antique au-dessous duquel il avait écrit: _Opus principis
otiosi_. Quant à son écriture d'enfant, elle est venue jusqu'à nous,
et l'on peut voir, dans le recueil des _Lettres missives_, le
_fac-simile_ du billet suivant, qu'à l'âge de huit ou neuf ans, il
adressait au roi de Navarre, absent de la cour: «Mon père, quand j'ai
su que Fallesche (Falaische, maître d'hôtel d'Antoine de Bourbon) vous
allait trouver, incontinent, je me suis mis à écrire la présente, et
vous mander la bonne santé de ma mère, de ma sœur et la mienne. Je
prie Dieu que la vôtre soit encore meilleure.--Votre très humble et
très obéissant fils. HENRY.»

A l'époque où il écrivait ces lignes (1562), Henri était l'enfant
vigoureux et alerte dont la statuaire a si heureusement popularisé
l'image. On aime à se le représenter traversant les salles du Louvre
ou les rues de Paris, la plume au vent, le jarret tendu, la main à la
garde de sa petite épée, la tête pleine de ces rêves d'enfant royal
que dépassèrent, quels qu'ils fussent, les réalités de son règne. Son
esprit mûrissait vite, bien que, grâce à son âge et selon les ordres
de Jeanne d'Albret, il fût tenu autant que possible dans l'ignorance
des choses de la cour et de la politique. Ses relations d'écolier au
collège de Navarre, dont il suivit les classes, tout en restant sous
la direction de La Gaucherie et de Beauvais, contribuèrent beaucoup à
son développement intellectuel. Il s'y rencontra avec le duc d'Anjou,
plus tard Henri III, et avec Henri de Guise. Déjà, pour exciter son
émulation, La Gaucherie avait associé à ses études Agrippa d'Aubigné,
plus âgé que lui de trois ans et d'une intelligence précoce. Le prince
de Navarre fut ce qu'il fallait être dans cette compagnie: il n'y
oublia pas sa première existence, mais il en retira de nouveaux
avantages par le contact, par l'exemple, par les inspirations d'un
amour-propre sagement réglé.

La Gaucherie était un calviniste convaincu, non un sectaire. Il avait
reçu de Jeanne d'Albret la mission d'élever son fils dans les
principes de la Réforme, qu'elle avait embrassés elle-même, quoique
sans éclat, depuis son départ de Pau, après la mort de François II.
Nous aurons à raconter cet incident et quelques autres non moins
graves. La Gaucherie tournait donc l'esprit de son élève vers le
calvinisme, mais aucun témoignage historique ne l'accuse d'avoir
cherché à le fanatiser: le sentiment religieux, tel que le doivent
honorer toutes les communions, fut fortement imprimé par La Gaucherie
dans le cœur du prince. L'austère précepteur ayant surpris, un jour,
l'écolier dans un accès d'ambition enfantine, lui dit: «Vous vous
proposez de faire, dans l'avenir, aussi bien et mieux que beaucoup
d'autres princes; mais comment justifiez-vous cette prétention?» Henri
invoqua son désir, sa volonté, son courage. «--Cela n'est rien,
repartit La Gaucherie, si Dieu n'y met sa main toute-puissante.» Cette
main, Henri, enfant ou roi, la sentit et la révéra toujours dans les
événements de sa vie. Il eut ses défauts et ses vices; jamais on ne
put lui reprocher un acte d'impiété. Il avait appris de La Gaucherie,
homme scrupuleux, à remplacer les jurements à la mode par l'innocent
juron de «Ventre-saint-gris!» Ses discours, ses lettres, même ses
billets galants, sont d'un homme qui croit et prie. Bien longtemps
après que les préceptes de La Gaucherie ne lui rappelaient plus son
devoir, il se laissa aller aux habitudes de libertinage de la cour;
mais cette faiblesse, dont il ne sut pas se corriger, même dans l'âge
mûr, amoindrit l'homme, non le souverain. Tempérament déréglé, âme
saine, sa vie privée fut un mélange surprenant de fautes scandaleuses
et de traits admirables, entre lesquels la balance reste en suspens.
Ce qui l'incline irrésistiblement du côté de la sympathie et de la
gloire, ce sont les royales vertus que rappellera toujours le nom de
Henri IV.

La Gaucherie semble avoir eu le pressentiment du rôle historique
destiné à son élève: il l'instruisait moins en prince qui doit régner
qu'en prince qui doit conquérir son royaume. L'esprit d'ordre dominait
le système d'éducation: les heures réglées, chaque instant mis à
profit, le temps multiplié par son emploi. La Gaucherie, voyant les
Valois se flétrir sur leurs dernières tiges, pouvait bien prévoir, en
effet, que Henri aurait, plus tard, besoin de savoir ce que vaut une
heure dans la lutte des partis et les accidents de la politique.
Instinctivement, il dota le prince de Navarre de deux de ses qualités
maîtresses, la ponctualité et l'activité, qui lui valurent, dans la
suite, tant de ressources et de victoires. Bien plus, Henri garda,
dans une juste mesure, les habitudes de frugalité de Coarraze, le
mépris du luxe et des douceurs de la vie, sans en excepter le doux
sommeil lui-même.

Vers la douzième année, La Gaucherie, content de ses progrès
intellectuels, redoubla de sollicitude pour son développement
physique, d'autant plus que le temps de l'instruction militaire était
venu. Ce furent alors de rudes chevauchées, des chasses obligatoires,
à heure fixe et par tous les temps, des nuits passées dans quelque
chaumière, sur une paillasse et sous un manteau, le mouvement jusqu'à
la fatigue, la fatigue vaincue. Aussi, lorsque La Coste, lieutenant
aux gardes de Charles IX, le reçut au milieu d'un groupe de jeunes
gentilshommes confiés à ses soins, Henri n'eut aucune répugnance à
passer sous le niveau égalitaire. En peu de temps, il devint un petit
soldat modèle. Il s'amouracha de l'uniforme au point que Charles IX
lui reprochant d'avoir répudié ses habits de gala, il répondit: «Sire,
mon plus bel habit, et qui me plaît le mieux, est celui qui me
rappelle que je suis au service du roi». Il eut, plus d'une fois, la
tentation de faire ses premières armes avec quelques-uns de ces
gentilshommes précoces qui, au XVIe siècle, allaient au feu avant même
l'adolescence.

Pendant son séjour à la cour de Charles IX, Henri eut à subir
plusieurs épreuves pénibles, dont nous parlerons en reprenant le
récit des faits politiques. Le jeune roi, quoique violent et
capricieux, lui montrait de la cordialité; mais on assure que la
reine-mère finit par laisser percer, à son égard, des sentiments
empreints de peu de sympathie. A vrai dire, les relations souvent
hostiles de la cour de France avec la cour de Navarre devaient le
faire considérer comme un otage par Catherine de Médicis. D'un autre
côté, il n'est pas déraisonnable de croire qu'elle voyait d'un œil
jaloux et inquiet cet enfant, à qui pouvait échoir le trône des
Valois, si leur sang appauvri venait à se tarir. Il faut ajouter que
le caractère du fils de Jeanne d'Albret se marquait, en mainte
circonstance, par des traits qu'il était impossible de ne pas retenir.
Il connaissait son rang et le gardait; au besoin, il tenait tête à
Charles IX, quand le jeune roi jouait au tyran; les princes et les
grands seigneurs qu'il coudoyait n'auraient pas impunément traité sans
conséquence le «petit Vendômet», comme l'appelaient les ennemis des
Maisons de Bourbon et d'Albret. Henri pensait, et parfois un mot, un
regard, un éclair de fierté ou d'enthousiasme, trahissait sa pensée.
Ce fut ainsi que, dans une loterie de cour où chacun fournissait une
devise, il choisit celle-ci, écrite en grec: «Vaincre ou mourir».
Catherine de Médicis lui en ayant demandé la traduction, il refusa de
satisfaire sa curiosité. Etonnée de ce caprice, la reine-mère voulut
en avoir le cœur net, et quand on lui eut traduit la devise, elle en
parut mécontente, disant que de telles pensées n'étaient bonnes qu'à
faire du jeune prince «un enfant opiniâtre». Elle prévoyait peut-être,
non l'opiniâtreté, mais la constance dans les desseins, qui fut, en
effet, une des grandes qualités de Henri.

Outre les chagrins de famille qui l'affligèrent en certaines
circonstances, pendant qu'il vivait à la cour, il eut à souffrir de
l'isolement où le tenait l'absence de sa mère: on lui parlait d'elle,
il lui écrivait et recevait ses lettres, mais ne la voyait point; et
comme elle avait prescrit à La Gaucherie une extrême prudence touchant
les dangereuses amitiés de cour, Henri avait des compagnons d'étude,
de chasse et d'armes, mais pas un ami. Un jour, il en souhaita deux,
dont l'affection fut une de ses joies jusqu'au massacre de la
Saint-Barthélemy: c'étaient Ségur et La Rochefoucauld. Il venait de
les acquérir, quand l'ami par excellence, l'honnête précepteur, quitta
la vie. En le présentant au prince, Jeanne d'Albret avait dit: «--Mon
fils, je vous donne un bon maître, revêtu de toute mon autorité. Il
faudra l'aimer comme moi-même.--Je le veux bien, avait répondu
l'enfant, s'il veut bien m'aimer aussi.» Ils s'étaient tenu parole, et
La Gaucherie fut sincèrement pleuré par le prince de Navarre. Un autre
homme de sens, Florent Chrestien, fut attaché, dans la suite, à la
personne de Henri, et, une fois encore, Jeanne d'Albret eut la main
heureuse. Nous dirons, plus tard, quelques mots de ce complément
d'éducation. Il faut reprendre maintenant l'historique des faits à
travers lesquels La Gaucherie avait accompli la tâche que nous venons
de résumer.



CHAPITRE IV

  Catherine de Médicis entre les catholiques et les
    protestants.--Antoine de Bourbon retourne au catholicisme.--Ses
    querelles avec Jeanne d'Albret, résolûment calviniste.--Henri
    entre la messe et le prêche.--Réponse de la reine de Navarre à
    Catherine de Médicis.--Jeanne quitte la cour de France.--Lettre
    de Henri.--La guerre civile.--Le siège de Rouen.--Mort
    d'Antoine de Bourbon.--Jeanne d'Albret zélatrice de la
    Réforme.--Le monitoire de Pie IV contre la reine de Navarre,
    dont Charles IX prend la défense.--Jeanne ramène son fils en
    Béarn.--Le complot franco-espagnol contre Jeanne et ses
    enfants.--Catherine de Médicis ressaisit son «otage».--Voyage
    de la cour en France.--Charles IX dans le midi.--La prédiction
    de Nostradamus.--L'entrevue de Bayonne.--Le prince de Navarre
    devant l'ennemi héréditaire.--La cour à Nérac.--L'assemblée de
    Moulins.--Retour de Jeanne et de Henri en Béarn.


Antoine de Bourbon ayant accepté la lieutenance-générale du royaume,
en échange de la régence, à laquelle il avait droit, fit venir à la
cour sa femme et ses enfants. Le roi de Navarre et le prince de Condé
passaient alors pour être les chefs du parti huguenot, et il pouvait
sembler étrange que la reine mère, naguère inféodée aux Guises, chefs
incontestés du parti catholique, se tournât ostensiblement du côté
opposé. Elle révélait de la sorte son système de gouvernement, qui
consista toujours, non seulement à diviser pour régner, comme on l'a
dit si souvent, mais encore à réagir contre l'influence de ceux sur
qui elle s'était appuyée, aussitôt que cette influence lui donnait de
l'ombrage. Durant le règne de dix-huit mois de François II, elle avait
senti et subi le joug mal dissimulé des Guises, et s'il n'entrait pas
dans ses desseins de les frapper de disgrâce, elle jugea, du moins,
que son intérêt lui commandait de relever quelque peu la fortune de
leurs adversaires naturels, sans toutefois se livrer à ceux-ci. C'est
ce qui explique l'espèce de faveur dont les réformés parurent jouir
dès les premiers mois de sa régence. Elle avait, du reste, une
arrière-pensée, qui se manifesta par la suite: c'était, au cas où les
réformés ne s'amenderaient pas, de les priver de leurs chefs par la
séduction ou par quelque mesure de rigueur arbitraire. La reine-mère
ne manqua jamais de vues ni de finesses; seulement, ses vues étaient
courtes, ses finesses trop multipliées, et, quoique travaillant
toujours à concilier les partis qui assiégèrent si longtemps le
pouvoir, elle ne réussit qu'à les précipiter tour à tour et tous
ensemble sur le trône.

En appelant Jeanne d'Albret et ses enfants à la cour de France,
Catherine comptait qu'il lui serait aisé, par quelques flatteries ou,
au besoin, par quelques menaces, d'arrêter l'élan de la reine de
Navarre vers la Réforme. Antoine, esprit flottant et circonvenu par
des galanteries diplomatiques, semblait déjà prêt à combattre ses
coreligionnaires de la veille; mais la reine de Navarre n'était pas
une âme facile à pétrir: lentement gagnée aux doctrines de la Réforme,
rien ne put l'en détacher. Dans son voyage de Pau à Paris, elle se
montra ouvertement favorable aux calvinistes, partout où ils
invoquèrent sa protection; en passant à Nérac, elle leur donna le
couvent des Cordeliers; à Périgueux et en plusieurs autres villes, ils
reçurent des marques de sa munificence et de sa sympathie. Quand elle
arriva à la cour, elle était huguenote sans réserve et sans esprit de
retour.

Une lutte pénible, qui eut ses jours de scandale et de funestes
contre-coups dans l'esprit public, commença bientôt entre la reine de
Navarre et son mari, manié par Catherine de Médicis et par les princes
lorrains. On fut sur le point de décider Antoine à répudier sa femme
pour épouser Marie Stuart, veuve de François II. Ce projet abandonné,
on lui fit proposer, par les Espagnols, la cession de la Sardaigne, en
échange de ses prétentions sur la Haute-Navarre, proposition qu'il
finit par décliner aussi. On cherchait moins à le gagner qu'à le
paralyser. On lui dicta tout un système de persécutions contre sa
femme, qu'il s'efforça de ramener au catholicisme avec ses enfants,
déjà calvinistes, sinon de cœur, du moins d'éducation. Le prince de
Navarre, mêlé à ces querelles de famille, dont le sens politique lui
échappait, reçut de son père l'ordre d'aller à la messe, et de sa
mère, celui de s'en abstenir. A mesure que de nouveaux troubles
éclataient dans les provinces au nom de la religion, cette lutte, qui
était, au fond, celle de deux factions, arrivait à des éclats dont
retentissait l'Europe entière. Assiégée de toutes parts, la reine de
Navarre eut à défendre sa nouvelle foi contre Catherine de Médicis en
personne. Un jour que la reine-mère s'évertuait à la convertir par des
raisons tirées de l'intérêt politique: «--Madame, répondit Jeanne, si
j'avais mon fils et tous les royaumes du monde dans la main, je les
jetterais au fond de la mer plutôt que d'aller à la messe[6]!» Enfin,
fatiguée des combats de toute sorte qu'on lui livrait, ne pouvant plus
douter du parti pris d'Antoine de devenir l'épée des catholiques,
après avoir été le champion des protestants, blessée, d'ailleurs, dans
sa double dignité d'épouse et de mère, par le spectacle des
dérèglements de son mari, la reine de Navarre reprit le chemin de ses
Etats, laissant auprès de son fils le précepteur dont nous avons
raconté la tâche heureusement accomplie. De cette séparation, qui
devait être éternelle pour les deux époux, il existe un touchant
souvenir: c'est la lettre suivante, écrite par le prince de Navarre,
quelques jours après le départ de sa mère, et adressée à Nicolas de
Grémonville, seigneur de Larchant, qui accompagnait la reine dans son
voyage: «Larchant, écrivez-moi pour me mettre hors de peine de la
reine ma mère; car j'ai si grande peur qu'il lui advienne mal de ce
voyage où vous êtes, que le plus grand plaisir que l'on me puisse
faire, c'est m'en mander souvent des nouvelles. Dieu vous veuille bien
conduire en toute sûreté. Priant Dieu vous conserver.--De Paris, le
vingt-deuxième jour de septembre (1562).»

  [6] Appendice: II.

Le départ de Jeanne ressembla fort à une fuite: la reine crut, non
sans raison, qu'il y allait, pour elle, de la perte de sa couronne et
de la ruine de ses enfants. «Je fermai mon cœur à la tendresse que je
portais à mon mari, dit-elle dans une de ses lettres, pour l'ouvrir
tout entier à mon devoir.» Sa résolution prise, elle se mit en route
dans l'été de 1562, avec une suite nombreuse de gentilshommes
protestants ou catholiques, à laquelle se joignit, en Guienne, une
escorte béarnaise. On a prétendu, sans preuves, que ce déploiement de
forces fut nécessité par les desseins hostiles d'Antoine de Bourbon:
c'est une accusation que ne justifie pas la correspondance récemment
publiée du roi et de la reine de Navarre. Il suffisait, d'ailleurs,
pour motiver les précautions dont s'entoura cette princesse, des
difficultés habituelles d'un long voyage, à cette époque de troubles
et de violences. Arrivée en Guienne, elle trouva cette province en
pleine guerre civile. Montluc, lieutenant d'Antoine de Bourbon, était
aux prises avec les réformés. Jeanne séjourna quelque temps au château
de Duras, puis au château de Caumont, où elle tomba malade. De là,
elle se rendit en Béarn, après avoir vainement tenté de pacifier la
Guienne et la Gascogne, à travers lesquelles Montluc promenait son
impitoyable épée. Vers la fin du mois de novembre, Jeanne, devenue
l'ennemie de la religion catholique, s'était déjà mise à l'œuvre pour
la détruire au moins dans ses pays souverains, lorsqu'elle reçut la
nouvelle de la mort d'Antoine de Bourbon.

Pendant que la reine de Navarre s'éloignait de la cour de France, les
événements avaient suivi un cours rapide, l'ère des guerres civiles
s'était rouverte au nord et au midi: l'armée royale dut reprendre
Poitiers et Bourges aux protestants, vainqueurs à Saint-Gilles, dans
le Bas-Languedoc, au moment où se concluait l'alliance de Condé et de
Coligny avec l'Angleterre. Maîtres de Rouen depuis le 15 avril, les
réformés s'y étaient fortifiés de deux mille mercenaires anglais.
Assiégés par l'armée royale sous le commandement d'Antoine de Bourbon,
de François de Guise et du connétable de Montmorency, ils ne furent
forcés qu'après une vive résistance. Le roi de Navarre, blessé dans la
tranchée, rendit sa blessure mortelle par toutes sortes d'imprudences,
dont l'une, du moins, fut héroïque: il voulut entrer dans Rouen par la
brèche, porté dans sa litière. Un mois après, il rendait le dernier
soupir. C'était le 17 novembre 1562, deux jours avant la bataille de
Dreux, et trois mois avant la mort de François de Guise, assassiné au
siège d'Orléans. Brave et affable, mais d'un faible caractère, Antoine
n'avait presque aucune des qualités nécessaires à un prince dans le
temps où il vivait; il fut loin, toutefois, de mériter les injures
dont le parti calviniste poursuivit sa mémoire[7].

  [7] Appendice: III.

Après la mort de son mari, Jeanne d'Albret laissa encore quelque temps
le prince de Navarre à la cour de France. Henri assista, le 17 août
1563, à la déclaration de majorité de Charles IX, faite à Rouen, en
lit de justice. La reine de Navarre avait apparemment de graves motifs
pour ajourner le retour de son fils: l'histoire ne les a pas pénétrés.
Peut-être fut-elle obligée de s'incliner devant quelque refus de
Charles IX ou de Catherine de Médicis; peut-être aussi ne voulut-elle
pas que Henri assistât à la révolution qu'elle méditait: Jeanne
s'était mise en tête de protestantiser son petit royaume. L'auteur du
_Château de Pau_ a résumé avec une parfaite mesure le rôle de
réformatrice assumé par la reine de Navarre[8].

  [8] Appendice: II.

Aussitôt après la mort de son mari, elle fit connaître son inflexible
volonté de répandre partout les nouvelles doctrines. Son hostilité
contre le catholicisme se manifestait jusque dans les actes de sa vie
privée, jusque dans ses plaisirs: on la vit accueillir des œuvres de
théâtre qui tournaient en dérision les prêtres et les sacrements. Elle
assistait régulièrement au prêche, où, par une étrange tolérance des
ministres, rapporte Pierre Mathieu, elle travaillait à des ouvrages de
tapisserie, sans perdre, pour cela, un mot du sermon. Le jour de
Pâques de l'année 1563, elle fit son abjuration à Pau, dans une
cérémonie publique, et communia selon le rite calviniste. Enflammée de
zèle, comme la plupart des néophytes, elle commença par interdire la
procession de la Fête-Dieu. Cette atteinte portée à de pieux usages
causa une irritation profonde parmi les catholiques béarnais; malgré
la défense royale, ils firent leur procession traditionnelle dans les
rues de Pau, et les huguenots s'étant ameutés, il s'ensuivit une
sanglante mêlée. De réformatrice qu'elle s'était montrée dans
l'origine, elle devint bientôt persécutrice, soit gratuitement, soit
par représailles. En 1566, en 1569 et en 1571, elle rendit des
ordonnances qui dépassaient de beaucoup l'intolérance reprochée par
les calvinistes aux édits royaux. Dans le préambule de l'ordonnance de
1571, par exemple, Jeanne d'Albret déclare «que les rois sont tenus,
non seulement d'établir parmi leurs sujets le fondement et la
perfection de la doctrine du salut», mais «qu'ils doivent encore
bannir du milieu d'eux le mensonge, l'erreur, la superstition et les
autres abus...» Elle ajoute: «En quoi la reine désirant se prêter,
satisfaisant, en même temps, aux vœux de son cœur et à ceux de ses
sujets exprimés dans la supplication que viennent de lui présenter les
Etats de son pays légitimement assemblés, voulant, en conséquence,
procéder à l'extirpation des idolâtries et semblables abus qui ont
régné dans son présent pays, pour y planter et rétablir la véritable
religion chrétienne et réformée, déclare, veut, _ordonne que tous ses
sujets, de quelque qualité qu'ils soient, fassent profession publique
de la confession solennelle de foi qu'elle présente_». Les pénalités
qu'édictait l'ordonnance étaient excessives: l'amende, la prison, le
bannissement.

La reine de Navarre n'en était pas encore arrivée, en 1563, à ces
violentes manifestations de l'esprit de secte, mais elle s'y
acheminait, quand la cour de Rome, inquiète des bouleversements
religieux qui s'accomplissaient en Béarn, la cita, au mois de
septembre, devant le tribunal de l'inquisition. Jeanne devait
comparaître dans un délai de six mois, sous peine, disait le
monitoire, d'être déclarée «convaincue du crime d'hérésie, privée de
la dignité royale, et son royaume et ses Etats adjugés au premier qui
s'en saisirait». La cour de France ne pouvait arguer contre
l'accusation d'hérésie formulée par le monitoire; «mais le roi très
chrétien, dit Mézeray, jugeant de la conséquence, comme il le devait,
en montra un très grand ressentiment...» Les ambassadeurs français à
Rome reçurent l'ordre de faire au Pape des remontrances dont le texte
offre de l'interêt, sous plusieurs rapports[9]. Ce document se
terminait par une protestation formelle et une supplication au
Saint-Père de vouloir bien, par acte public, révoquer la sentence
fulminée contre la reine de Navarre. Pie IV, qui, au moment de son
élévation, avait dit: «Il me faut la paix!» usa de prudence et de
modération: la sentence fut annulée. Ce résultat produisit quelque
attiédissement dans l'esprit de l'ardente Navarraise. Elle se rendit à
la cour de France pour remercier Charles IX de l'avoir défendue, elle
et ses Etats, contre les décrets pontificaux et les arrêts de
déchéance des parlements de Toulouse et de Bordeaux. Elle retrouva son
fils entre les mains dévouées de La Gaucherie, et, avec l'agrément du
roi, le ramena avec elle en Béarn.

  [9] Appendice: II.

Lorsque Jeanne rentra dans ses Etats, le comte de Gramont, son
lieutenant-général, était aux prises avec les mécontents catholiques,
dont il eut raison. Elle réprima ce soulèvement, provoqué par ses
hostilités contre la religion traditionnelle, mais sans la passion
qu'elle devait apporter plus tard à la défense de ses droits ou de ses
prétentions abusives. Cet orage passé, Jeanne paraît avoir gouverné
avec sagesse. Ses actes sont inspirés par une vive sollicitude pour
les intérêts du pays. Elle diminue les impôts, publie de bons
règlements, établit une police bien entendue, reprend la tâche
paternelle de Henri d'Albret. Quoique vouée, corps et âme, à la
Réforme, qu'elle favorise publiquement, elle impose des bornes aux
empiétements des ministres du nouveau culte: ses lettres-patentes du
28 mai 1564 refrènent leur zèle oppressif et interdisent toute espèce
de contrainte pour le choix d'une religion. En même temps, elle
s'occupait sans relâche de l'éducation de Henri et de sa sœur
Catherine, noble devoir qui domina toujours ses préoccupations. Il y
eut là, enfin, pour les membres de la famille royale et pour les Etats
de Jeanne, une courte période de paix et de prospérité. Et, cependant,
une étrange conspiration s'ourdissait, au loin, contre elle, sa Maison
et son pays.

On a voulu faire remonter l'idée première de cette conspiration, niée
par plusieurs historiens, aux jours qui suivirent la mort d'Antoine de
Bourbon. A ce moment, a-t-on prétendu, les ennemis des Maisons de
Bourbon et d'Albret, d'accord avec Philippe II et inspirés par
François de Guise, auraient préparé un projet d'enlèvement de Jeanne
d'Albret et de ses enfants, jugeant que, ce coup fait, il serait plus
aisé de venir à bout des partisans français de la Réforme. On va même
jusqu'à parler d'une armée rassemblée par Philippe II à Barcelone, et
dont un corps léger, transporté secrètement à Tarragone, devait
arriver à Pau par les montagnes. Là, aidés, au besoin, de Montluc et
de quelques hauts affidés, les Espagnols eussent enlevé la famille
royale pour la mettre au pouvoir de Philippe II. Un capitaine
béarnais, nommé Dimanche, servait d'entremetteur aux conjurés. Tout
était prêt, et il ne restait plus qu'à échanger les dernières
instructions, lorsque François de Guise fut assassiné. Il y eut un
temps d'arrêt. Reprise en 1563, la ténébreuse affaire échoua par un
remarquable concours de circonstances: le capitaine Dimanche, tombé
malade en Espagne, confia son secret à un valet de chambre de la reine
Elisabeth, qui fit agir l'ambassadeur de France et prévenir la reine
de Navarre[10].

  [10] Appendice: V.

A la suite des explications que provoqua cette tentative, Catherine de
Médicis, émue ou feignant de s'émouvoir des dangers qu'avaient courus
Jeanne et ses enfants, insista auprès de la reine pour qu'elle lui
confiât de nouveau le jeune prince, qui, placé directement sous la
protection du roi de France, serait désormais à l'abri de semblables
accidents. Le refus était difficile: Jeanne accéda au désir de la
reine-mère, d'autant mieux qu'elle connaissait le projet de la cour de
faire prochainement un voyage en France, et jusque dans les provinces
méridionales. Henri retourna donc auprès du roi, et ce fut avec la
cour qu'il partit de Fontainebleau pour ce voyage, dont l'histoire a
noté l'influence considérable sur les événements politiques du règne
de Charles IX. En l'ordonnant, Catherine obéissait à une double
pensée: elle comptait assurer, dans une certaine mesure, l'exécution
de l'édit d'Amboise, expédient inspiré par la mort du duc de Guise, en
même temps qu'attirer les sympathies populaires sur la personne du
jeune roi. L'édit d'Amboise, daté du 19 mars 1563, avait fait remettre
l'épée au fourreau, mais non rétabli la paix dans les esprits. Il
autorisait l'exercice du nouveau culte dans une ville par bailliage,
dans quelques seigneuries et dans l'intérieur de chaque maison noble.
A ce prix, les réformés rendaient les villes et les églises dont il
s'étaient emparés. Exclus des charges publiques, comme précédemment,
ils étaient amnistiés pour tous leurs actes antérieurs. Cet édit,
œuvre ingénieuse du chancelier de l'Hospital, était considéré par les
deux partis comme la préface d'une nouvelle politique, et Catherine
eût bien voulu qu'il devînt la loi fondamentale de la paix définitive
dont elle sentait le besoin.

Charles IX, en quittant Fontainebleau après un séjour de deux mois, se
rendit à Sens, puis à Troyes, où il signa, le 11 avril 1564, avec
l'Angleterre, un traité avantageux, par lequel furent atténuées
quelques-unes des conséquences onéreuses de la paix de Cateau-Cambrésis.
La cour fut retenue à Troyes par une chute du prince de Navarre.
Catherine de Médicis écrivit à Jeanne d'Albret pour la rassurer sur
les suites de cet accident et lui transmettre une invitation du roi.
«Vous le trouverez (Henri) à votre contentement, disait-elle, car tous
ceux qui le voient en sont bien contents, et le trouvent, comme il
est, le plus joli enfant que l'on vît jamais. Je m'assure que vous ne
le trouverez pas empiré en mes mains.» Jeanne joignit la cour à Lyon,
et voyagea quelque temps avec elle; mais, arrivée dans le midi, la
reine de Navarre, peu satisfaite de ce qu'elle voyait ou entendait, et
d'ailleurs assez gravement atteinte dans sa santé, repartit pour ses
Etats, en recommandant au jeune prince de visiter, sur son passage,
tous les domaines de la couronne de Navarre. Suivant cet avis, il
parcourut le comté de Foix, et séjourna à Pamiers et à Mazères,
accompagné de ses gouverneurs et d'un nombreux cortège de
gentilshommes.

Avant le séjour à Lyon, qui fut d'un mois, la cour avait visité
Bar-le-Duc et la Lorraine, et Catherine, profitant du voisinage, avait
entamé avec les princes allemands des négociations destinées, dans sa
pensée, à les tenir à l'écart des mouvements calvinistes en France.
Chassé de Lyon par la peste, Charles IX s'établit au château de
Roussillon, en Dauphiné, d'où furent datés plusieurs actes de
gouvernement et d'administration, tels que la destruction d'un grand
nombre de citadelles élevées pendant la guerre civile, la
fortification de diverses places, et la restriction, sur quelques
points, des immunités accordées aux calvinistes par l'édit d'Amboise.
Il reçut dans ce château la visite des ducs de Savoie et de Ferrare.

Après avoir visité le Dauphiné, surtout les contrées de cette province
où la guerre civile avait laissé le plus de traces, le roi se rendit à
Orange et à Avignon. Il donna audience, dans la ville pontificale, à
un envoyé du Pape: le Saint-Siège et l'Italie sollicitaient, d'un
commun accord, la cour de France de prendre contre l'hérésie des
mesures sévères et décisives. Charles IX entrait et séjournait dans
presque toutes les villes importantes. Il fut reçu à Aix, à Marseille,
à Nîmes, à Montpellier, et il passa l'hiver à Carcassonne. Là, lui
parvinrent les plaintes des calvinistes du Languedoc contre
Damville-Montmorency, gouverneur de cette province, le même qui devait
plus tard protéger et embrasser leur cause. En traversant la Provence,
le prince de Navarre fut l'objet d'une curieuse prédiction du fameux
Nostradamus. «Henri n'avait que dix à onze ans, rapporte P. de
L'Estoile, et il était nommé prince de Navarre ou de Béarn, lorsqu'au
retour du voyage de Bayonne, que le roi Charles IX fit en 1564, étant
arrivé avec Sa Majesté à Salon du Crau, en Provence, où Nostradamus
faisait sa demeure, celui-ci pria son gouverneur qu'il pût voir ce
jeune prince. Le lendemain, le prince étant nu à son lever, dans le
temps que l'on lui donnait sa chemise, Nostradamus fut introduit dans
sa chambre; et, l'ayant contemplé assez longtemps, il dit au
gouverneur qu'il aurait tout l'héritage. «Et si Dieu, ajouta-t-il,
vous fait grâce de vivre jusque-là, vous aurez pour maître un roi de
France et de Navarre.» Ce qui semblait lors incroyable est arrivé en
nos jours: laquelle histoire prophétique le roi a depuis racontée fort
souvent, même à la reine; y ajoutant par gausserie qu'à cause qu'on
tardait trop à lui bailler la chemise, afin que Nostradamus pût le
contempler à l'aise, il eut peur qu'on voulût lui donner le fouet.»

Le roi tint un lit de justice à Toulouse, le 1er février 1565, et
séjourna longtemps dans cette ville. Il fit son entrée à Bordeaux le 9
avril, y tint un autre lit de justice et accorda aux Bordelais
l'institution d'un tribunal consulaire semblable à celui de Paris. Les
protestants de la Guienne profitèrent du passage de la cour pour se
plaindre d'une ligue formée par le comte de Candale et favorisée par
le maréchal de Bourdillon. Toute décision sur cette affaire fut
ajournée: elle devait se lier, dans la pensée de la cour, aux
entreprises de même nature que faisaient, en divers lieux, les
catholiques, à l'imitation de l'association protestante. En passant à
Mont-de-Marsan, Charles IX, dévoilant cette pensée, décida, en
conseil, que toute prise d'armes non soumise à la volonté royale
serait considérée comme un crime de lèse-majesté.

La cour, arrivée à Bayonne le 3 juin, s'y rencontra avec la reine
Elisabeth, sœur de Charles IX, accompagnée du duc d'Albe. Philippe II
avait accrédité ce personnage dominant pour influer sur les décisions
qui pourraient être prises ou préparées dans l'entrevue des deux
cours.

Les historiens se sont partagés en deux camps, au sujet de cette
entrevue. Les calvinistes ont voulu y voir des négociations formelles
tendant à l'extirpation violente de l'hérésie dans les Etats de France
et d'Espagne, et qui auraient abouti à un traité secret, préliminaire
de la Saint-Barthélemy. La plupart des écrivains catholiques des
siècles précédents se sont élevés avec énergie contre cette
interprétation; selon eux, les deux cours se rencontrèrent à Bayonne
sans aucun but politique. Les mêmes divergences subsistent de nos
jours, mais seulement chez les esprits voués aux thèses absolues.
L'histoire digne de sa mission ne peut adopter ni l'ancienne version
calviniste, ni la version contraire: des faits authentiques ont
démenti celle-ci, et de celle-là les preuves manquent. Ajoutons que la
vraisemblance témoigne contre l'une et l'autre.

La vérité, comme il arrive souvent, paraît être à égale distance des
deux opinions extrêmes. L'entrevue de Bayonne ne pouvait être
qu'essentiellement politique: il y fut question des vœux communs que
faisaient les cours de France et d'Espagne pour la ruine ou
l'abaissement d'un parti religieux et politique dont l'existence
seule menaçait, à chaque instant, la paix dans les deux royaumes. Nul
n'a vu le «traité secret», le «pacte de sang»; nul ne saurait mettre
au jour un seul protocole, à plus forte raison, le texte d'un «projet
arrêté»; mais il y eut certainement des velléités d'accord et de
ligue, un échange de vues générales, de doléances et de paroles
courroucées contre la Réforme: on n'a pas inventé les témoignages qui
abondent sur ces divers points; François de la Noue, Pierre Mathieu,
le duc de Nevers et de Thou sont dignes de foi quand ils les
reproduisent, et tombent dans l'erreur seulement lorsqu'ils concluent.
Le propos du duc d'Albe, entendu par le prince de Navarre, «qu'une
tête de saumon vaut mieux que mille têtes de grenouilles», n'est qu'un
propos, mais des plus caractéristiques. Il s'en tint bien d'autres de
ce genre, on peut l'affirmer, et si, tous ensemble, ils ne suffisent
pas pour inscrire une conjuration de plus dans l'histoire,
pareillement ils démontrent l'inanité de la thèse qui refuse à
l'entrevue de Bayonne tout caractère d'hostilité contre les
protestants.

Le prince de Navarre, malgré son extrême jeunesse, ne passa pas
inaperçu dans cette réunion des cours de France et d'Espagne. Jeanne
était venue à Bordeaux visiter Charles IX et la reine-mère, et les
prier de s'arrêter à Nérac, au retour de Bayonne. Elle avait pris des
mesures pour que le prince de Navarre parût sur la frontière d'Espagne
avec l'appareil qui convenait à son rang: il importait, selon elle,
que l'héritier des débris du royaume de Navarre se montrât avec éclat,
à côté du roi de France, devant les représentants de la nation
ennemie. Une lettre de Henri, datée de Bazas, 8 mai 1565, porte les
traces de cette maternelle et royale préoccupation: «Monsieur
d'Espalungue, ayant délibéré de m'accompagner, au voyage de Bayonne,
des plus notables et apparents gentilshommes que je pourrai aviser, je
vous ai bien voulu avertir que, pour la bonne confiance que j'ai eue
toute ma vie en vous, je vous ai choisi et élu pour me faire compagnie
audit voyage».

Pendant les fêtes de Bayonne, qui durèrent dix-sept jours, le prince
de Navarre, dit Favyn, «tint toujours son rang de premier prince du
sang, magnifique en son train, splendide en son service, doux et
agréable à tous, mais avec une telle majesté, qu'il était admiré des
Français et redouté par les Espagnols, qui, en un âge si tendre de ce
prince, jugeaient bien que cet aigle presserait, quelque jour, de ses
serres leur lion, pour lui faire démordre son royaume de Navarre.
C'est pourquoi le duc de Rio-Secco, ambassadeur de Philippe II, ayant
considéré les actions de ce prince de plus près que les autres, dit
ces paroles, qui furent depuis bien remarquées: «Ce prince est
empereur ou le doit être.--_Mi parece este principe o es imperador, o
lo ha de ser._» Ce succès un peu théâtral répondit aux sollicitudes de
Jeanne d'Albret et des gentilshommes béarnais dont elle avait formé le
cortège de son fils; malheureusement, leur joie ne fut pas sans
mélange: Charles IX, pour plaire à la reine sa sœur, consentit, en
faveur de l'Espagne, au démembrement du diocèse de Bayonne, qui fut
amoindri de tout le Guipuscoa.

La cour de France revint de Bayonne par Condom et Nérac. Jeanne
d'Albret lui avait préparé une réception royale: il y eut quatre jours
de gala[11], pendant lesquels la reine de Navarre fut vivement
sollicitée, mais en vain, de rentrer au giron de l'Eglise. Quelques
historiens placent à cette époque sa hautaine réponse à Catherine de
Médicis sur l'inflexibilité de ses nouvelles convictions religieuses.
Elle dut, cependant, faire une importante concession. La liberté du
culte catholique n'existait plus dans la capitale de l'Albret, et
comme ce duché n'était pas un pays souverain, mais un fief, Jeanne, se
rendant au vœu de Charles IX, leva son interdiction. Il fut convenu,
en outre, que les magistrats municipaux seraient mi-partis, et
Montluc, lieutenant-général en Guienne, reçut l'ordre de tenir la main
à cet arrangement.

  [11] Appendice: VI.

Après avoir quitté la Gascogne et la Guienne, Charles IX traversa
Angoulême, Niort, Thouars, Angers, Tours, et il arriva à Blois à
l'entrée de l'hiver. Il rapportait de ce long voyage beaucoup
d'impressions pénibles et de souvenirs irritants. Frappé, de tous
côtés, du spectacle des églises, des châteaux, des hameaux dévastés
par les réformés, il en conçut contre eux, au rapport de Davila, une
sorte d'aversion et de dégoût. Au mois de janvier 1566, la cour se
rendit à Moulins, où le chancelier de l'Hospital avait convoqué, avec
les personnages les plus considérables du royaume, les présidents de
tous les parlements de France. Il s'agissait de réconcilier
solennellement les Maisons de Guise et de Châtillon, de reviser l'édit
d'Amboise, déjà modifié, et de discuter quelques projets de réforme
judiciaire ou administrative préparés par le chancelier. La
réconciliation eut lieu, et personne ne la tint pour sincère; les
projets de réforme furent approuvés, en attendant que la guerre les
rendît illusoires; quant à la révision de l'édit d'Amboise, elle
occupa les esprits sans les apaiser.

Vers ce temps-là, Jeanne fut rappelée à la cour par diverses affaires,
entre autres un procès qu'elle soutenait contre son beau-frère le
cardinal de Bourbon, au sujet de ses domaines du Vendômois. Elle
comprit bientôt, au premier aspect des choses, que la guerre allait
sortir de tous les instruments de paix forgés sur le pupitre du
chancelier. Elle avait laissé elle-même, dans ses Etats, des ferments
de discorde qui lui inspiraient peu de confiance en l'avenir. D'un
autre côté, le prince de Navarre touchait à un âge critique, et la
cour des Valois n'était guère le lieu où se pût achever son éducation.
Jeanne prit le parti de le ramener en Béarn. Ce fut presque un
enlèvement, nécessité, il faut le dire, par la persistance de
Catherine de Médicis à conserver son otage. Epiant le moment
favorable, Jeanne, avec l'agrément de Charles IX, partit, accompagnée
de son fils, pour ses domaines de Picardie, d'où elle passa dans le
Vendômois, et de là en Anjou. De La Flèche, elle écrit au roi pour
excuser son départ précipité, alléguant les troubles qui venaient
d'éclater dans la Navarre; elle gagne le Poitou, traverse la Guienne
et la Gascogne, et arrive à Pau. Son allégation au roi n'était que
trop exacte: elle trouva une partie du Béarn soulevée, et il fallut,
peu de temps après, recourir aux armes pour avoir raison de ces
nouveaux désordres, provoqués, comme les précédents, par les
dissensions religieuses.



CHAPITRE V

  La popularité du prince de Navarre.--Florent
    Chrestien.--L'éducation littéraire, militaire et
    politique.--Voyage de Henri dans les Etats de sa mère.--Son
    séjour à Bordeaux.--Reprise des hostilités entre les
    protestants et la cour.--La tentative de Meaux.--Bataille de
    Saint-Denis.--Paix de Lonjumeau.--Le geôlier politique et
    militaire de Jeanne d'Albret.--Henri réclame vainement le
    gouvernement effectif de Guienne.--Autres griefs des
    réformés.--Projet d'arrestation de Condé, de Coligny et de
    plusieurs autres chefs calvinistes.--Ils se sauvent à La
    Rochelle.--Retraite du chancelier de l'Hospital.--Boutade du
    prince de Navarre contre le cardinal de Lorraine.--Jeanne
    quitte ses Etats, malgré Montluc, et se retire à La Rochelle
    avec ses enfants.--Ses lettres à la cour de France et à la
    reine d'Angleterre.--L'organisation militaire du parti
    calviniste.--La première armure de Henri.--Essai de
    pacification.--Edit de Saint-Maur contre les protestants.--Les
    forces des calvinistes et leurs succès.


Le retour du prince de Navarre dans son pays natal fut un événement
pour le petit royaume: les visites et les députations se succédèrent
longtemps au château; mais ce fut surtout le pays de Coarraze qui
afflua autour du donjon de Gaston-Phœbus. Duflos raconte qu'un beau
jour, tous les habitants de ce coin de terre, endimanchés, les mains
pleines de fleurs, de galettes et de fromages, se mirent en route pour
aller voir «_lou nousté Henric_». Ils traversent Pau, soulevé de joie
et de curiosité sur leur passage, abordent le château et font
tumultueusement irruption dans la cour d'honneur. Henri et sa mère
paraissent au milieu d'eux, salués de vivats tels qu'en savent faire
retentir les robustes poumons des montagnards pyrénéens. Il y eut des
harangues et des embrassades, des attendrissements et des
enthousiasmes indescriptibles, le tout couronné par un banquet
homérique. C'était la popularité du Béarnais qui commençait: elle
devait aller grandissant jusqu'à l'heure de l'immortalité.

Après les joies du retour, le prince de Navarre se remit à l'étude,
sous l'œil vigilant de sa mère. Il avait perdu son précepteur La
Gaucherie, à qui venait de succéder Florent Chrestien, bien digne
d'achever l'œuvre de son devancier. C'était un homme docte, de bonnes
mœurs, mais d'un esprit plus vif que La Gaucherie. Il passe pour
avoir formé le goût littéraire de son élève, ce qui est croyable, car
Florent Chrestien était un écrivain de talent: on lui attribue une
part considérable de collaboration dans cette fameuse _Satire
Ménippée_ qui aida puissamment Henri IV à conquérir la population
parisienne. Mais, sans abandonner les livres, Henri dut porter son
attention sur d'autres objets. Son gouverneur militaire, le baron de
Beauvais, ne le laissait pas chômer d'exercices virils et d'études
pratiques; Florent Chrestien le nourrissait de bonne littérature;
Jeanne d'Albret voulut contribuer à cet apprentissage par une sorte
de lieutenance du royaume, dont elle l'investit. Il écrivit des
lettres d'affaires, donna des audiences, représenta la reine partout
où elle jugeait qu'une délégation de son pouvoir n'offrait pas
d'inconvénients. Il fit même son début sous les armes, un semblant de
première campagne, à l'occasion des troubles d'Oloron, en 1567. Jeanne
d'Albret l'envoya contre les rebelles, pour les ramener à la
soumission par sa présence, ou, au besoin, pour les combattre. Il
s'acquitta de cette mission avec un plein succès. A l'approche de ce
généralissime de treize ans, les révoltés se retirèrent dans les
montagnes; mais quelques-uns étant tombés au pouvoir du prince, il les
employa comme négociateurs, les chargeant de dire à leurs compagnons
que, s'ils voulaient recourir à la clémence de la reine, ils
n'auraient pas sujet de s'en repentir. Ils suivirent ce conseil et
mirent bas les armes. Quelques exemples furent faits, mais la
modération l'emporta dans les conseils de la reine.

Jeanne d'Albret, recherchant toutes les occasions de donner un but à
l'activité déjà exubérante de son fils et de compléter son éducation
politique, lui traça l'itinéraire d'un grand voyage à travers ses
Etats et dans le gouvernement de Guienne, dont il était investi,
quoique le véritable gouverneur de cette province fût le maréchal
Blaise de Montluc.

Le voyage eut lieu en 1567. Henri partit de Pau, accompagné de Florent
Chrestien, du baron de Beauvais et d'une suite digne de son rang.
Quelques souvenirs de ce voyage nous ont été conservés par Duflos, qui
s'est aidé des Mémoires de Nevers, de relations manuscrites et des
traditions locales. Le prince y fit un bon apprentissage de patience
et de diplomatie. Il dut parler souvent, et plus souvent écouter.
Parfois il se trouva dans une situation difficile. L'_Éducation de
Henri IV_ rapporte que, dans une petite ville de Guienne, où il n'y
avait guère que des calvinistes, Henri prit part à un banquet dont les
vins généreux délièrent les langues au point de les faire toutes
médire du roi et de la cour de France. Le prince invite les convives à
plus de réserve; les propos continuent; il proteste formellement et
sort, ne voulant pas paraître complice.

A Lectoure, un épisode touchant. Le prince arrive sous les murs de
cette place; un malentendu fait qu'on ne vient pas au-devant de lui;
des pauvres gens, des mendiants même, lui font accueil à leur manière,
le suivent et entrent avec lui dans la ville. Il marchait avec ce
cortège, lorsque les magistrats de Lectoure le rencontrent, stupéfaits
et honteux de leur maladresse. «--Qu'auriez-vous dépensé, Messieurs,
pour me fêter aujourd'hui?--Six cents livres et plus, Sire.--Eh bien!
donnez six cents livres à ces bonnes gens, et demain vous serez mes
convives.»

A Bordeaux, Henri eut une réception magnifique, tous les succès et
toutes les admirations. On lit, sur son séjour, dans les Mémoires de
Nevers, l'extrait suivant d'une lettre écrite par un des principaux
magistrats de Bordeaux: «Nous avons ici le prince de Navarre. Il faut
avouer que c'est une jolie créature. A l'âge de treize ans, il a
toutes les qualités de dix-huit et dix-neuf; il vit avec tout le monde
d'un air si aisé, qu'on fait toujours la presse où il est; il agit si
noblement en toutes choses, qu'on voit bien qu'il est un grand prince;
il entre dans les conversations comme un fort honnête homme; il parle
toujours à propos, et quand il arrive qu'on parle de la cour, on
remarque qu'il est fort bien instruit et qu'il ne dit jamais rien que
ce qu'il faut dire en la place où il est. Je haïrai, toute ma vie, la
nouvelle religion de nous avoir enlevé un si digne sujet.» Une autre
lettre, citée dans ces Mémoires, ajoute de curieux détails sur sa
façon de vivre et les penchants auxquels il semblait déjà destiné à se
livrer: «Le prince de Navarre aime le jeu et la bonne chère. Quand
l'argent lui manque, il a l'adresse d'en trouver, et d'une manière
toute nouvelle et toute obligeante pour les autres aussi bien que pour
lui-même: il envoie à ceux qu'il croit de ses amis une promesse écrite
et signée de lui; il prie qu'on lui envoie le billet ou la somme qu'il
porte: jugez s'il y a maison où il soit refusé! On tient à beaucoup
d'honneur d'avoir un billet de ce prince.» Il n'eut pas, plus tard, à
beaucoup près, autant de facilités pour battre monnaie, surtout
lorsque, au milieu des camps, il manquait de chemises et portait le
pourpoint troué. Il faut reproduire encore un trait de caractère, daté
de cette époque, et qui prophétisait la passion dominante de ce
prince. Les historiens citent cette note d'un contemporain anonyme:
«Le prince de Navarre acquiert tous les jours de nouveaux serviteurs.
Il s'insinue dans les cœurs avec une adresse incroyable. Si les
hommes l'honorent et l'estiment beaucoup, les dames ne l'aiment pas
moins. Il a le visage fort bien fait, le nez ni trop grand, ni trop
petit, les yeux fort doux, le teint brun, mais fort uni; et cela est
animé d'une vivacité si peu commune, que, s'il n'est bien avec les
dames, il y aura bien du malheur.»

Cette même année 1567 vit, en France, des essais de ligue catholique,
dont les calvinistes s'autorisèrent pour s'exciter à la lutte et
parler à la cour sur un ton plus hardi. Charles IX, dans cette
occurrence, eut un colloque très vif avec Coligny. L'amiral voulait se
mettre à la tête de la noblesse pour aller combattre le duc d'Albe,
dont la politique d'extermination inondait de sang les Pays-Bas. «--Il
n'y a pas longtemps», dit le roi à Coligny, «que vous vous contentiez
d'être soufferts par les catholiques; maintenant, vous demandez à être
égaux; bientôt vous voudrez être seuls et nous chasser du royaume.»
Les calvinistes se crurent à la veille d'être attaqués et résolurent
de prendre l'offensive. Leur prise d'armes débuta par la tentative de
Meaux contre le roi et la cour. Elle échoua, grâce à la bravoure des
gardes suisses, et les troupes de Condé et de l'amiral ayant fait
devant Paris un simulacre de siège, il s'ensuivit la bataille de
Saint-Denis, où l'action resta indécise, quoique La Noue accorde
l'avantage à l'armée royale. Le vieux connétable de Montmorency y fut
mortellement blessé. «--Votre Majesté n'a pas gagné la bataille», dit
au roi le maréchal de Vieilleville; «encore moins le prince de
Condé.--Qui donc?» demanda Charles IX.--«Le roi d'Espagne, Sire; car
il y est mort, d'une part et d'autre, tant de valeureux seigneurs, si
grand nombre de noblesse, tant de vaillants capitaines et braves
soldats, tous de la nation française, qu'ils étaient suffisants pour
conquêter la Flandre et tous les pays sortis autrefois de votre
royaume!»

La fin de l'année 1567 et les premiers mois de l'année suivante sont
pleins d'émeutes et de prises d'armes partielles dans le midi, depuis
le Dauphiné jusque dans le Poitou. Condé et l'amiral, s'affaiblissant
autour de Paris, poussèrent leur armée vers la frontière d'Allemagne,
pour donner la main aux reîtres levés par eux dans ce pays. La
jonction se fit à Pont-à-Mousson, malgré la poursuite de l'armée
royale. Fortifiés, mais ne se jugeant pas en état de tenir la campagne
dans l'Ile-de-France, les réformés se dirigèrent sur Orléans, prirent
Blois et mirent le siège devant Chartres. Là, les incessantes
négociations de Catherine de Médicis les trouvèrent disposés à
conclure une paix que leur rendait salutaire l'indiscipline des
mercenaires allemands. Ce fut la paix de Chartres ou de Lonjumeau.
Signé au mois de mars, ce traité, aussi mal observé, de part et
d'autre, que les précédents, multiplia et envenima les griefs
réciproques: au mois d'août suivant, il n'en restait plus vestige.

En Guienne et en Gascogne, Montluc était le geôlier politique et
militaire de Jeanne d'Albret. Nous avons dit que, à raison de la
jeunesse de Henri, les fonctions de sa charge de gouverneur de Guienne
étaient exercées par le maréchal, qui ne péchait pas, envers les
«Navarrais», par excès de bienveillance. La reine jugea opportun de
réclamer pour son fils un pouvoir plus effectif, et elle en écrivit à
Charles IX, accompagnant sa requête d'une lettre de Henri, dans
laquelle il priait le roi de France de ne pas écouter «ceux qui se
voulaient fonder sur son bas âge» pour l'empêcher d'être employé en sa
charge de gouverneur de Guienne. Il y a déjà, dans cette lettre, un
accent de juste revendication et de légitime amour-propre: «Qu'il vous
plaise», dit-il au roi en parlant de sa charge purement nominale, «de
ne laisser pourtant de permettre et de me commander que je commence
d'y vaquer et entendre selon que madite dame et mère le vous remontre
et requiert. Car il me semble, Monseigneur, pour l'honneur que j'ai
d'être le premier prince de votre sang, et sentant en moi une extrême
affection au service de V. M., ensuivant celle de mes prédécesseurs,
que je tarde trop à faire paraître ma bonne volonté...»

Cette réclamation et bien d'autres, que provoquèrent, quelques
semaines après, de la part de Jeanne, de Condé et de Coligny, les
flagrantes violations de la nouvelle paix, furent impuissantes à
prolonger celle-ci. De graves incidents en bornèrent étroitement la
durée, tels que l'attentat commis, par les ordres du parlement de
Toulouse, sur la personne de Rapin, gentilhomme du prince de Condé.
Envoyé dans cette ville pour faire enregistrer l'édit, Rapin fut
condamné à mort et sommairement exécuté. Le parlement n'enregistra
l'édit, et encore avec des restrictions, qu'après la quatrième lettre
de jussion. Nul ne se fiant à la paix de Lonjumeau, Condé et Coligny
moins que tout autre, ces deux chefs, retirés dans leurs terres,
continuèrent à entretenir d'actives correspondances avec leurs alliés
français et étrangers, jusqu'au jour où, informés que la reine-mère
avait donné des ordres pour les arrêter, eux et d'autres personnages
importants de leur parti, ils prirent la fuite et se dirigèrent du
côté de La Rochelle. Ce malheureux coup de force, indice de tant de
faiblesse, amena le chancelier de l'Hospital, le modérateur
systématique de cette époque, à faire à la cour de sévères
remontrances, auxquelles on ne put rien objecter de raisonnable, mais
qui lui attirèrent l'animadversion des conseillers du roi et de sa
mère. Se voyant à la veille d'une disgrâce, il la prévint par sa
retraite. C'était un contre-poids qui disparaissait de la scène:
dorénavant, les événements vont se précipiter.

La reine de Navarre n'avait pris aucune part à la guerre de 1567-1568,
quoiqu'elle en eût ressenti les contre-coups. Nous avons vu qu'elle
s'en était plainte au roi. Dans ses négociations à ce sujet, elle eut
à expliquer ses griefs et à défendre ses intérêts devant La
Mothe-Fénelon, chargé de lui transmettre les paroles royales et de
rapporter les siennes à la cour. Fénelon, qui devait s'illustrer, en
1587, par la belle défense de Sarlat contre Turenne, était un esprit
généreux et modéré. Il déplorait sincèrement les nouvelles
perspectives de guerre civile. «--Ce feu dévorateur,» dit-il à la
reine de Navarre, «embrasera les deux royaumes.»--«Bah! Monsieur,»
répliqua Henri avec l'impétuosité et le ton narquois qui accentuèrent
souvent ses discours, «c'est un feu à éteindre avec un seau
d'eau!»--«Eh! comment, Monseigneur?» reprit Fénelon stupéfait.--«En
faisant boire ce seau au cardinal de Lorraine, jusqu'à en crever!» Ce
prélat passait, en effet, pour être le plus impitoyable adversaire des
huguenots et le conseiller ardent des mesures de violence.

Jeanne d'Albret, à la nouvelle de la fuite de Condé et de Coligny,
avait compris que ces mesures finiraient par l'atteindre elle-même.
Déjà Catherine lui avait fait redemander son fils, comme si elle eût
pressenti que le jeune prince aurait bientôt à jouer un rôle
personnel et prépondérant. Cette sollicitude de la reine-mère était
plutôt de nature à effrayer Jeanne qu'à la rassurer. Elle répondit à
ses avances d'une façon évasive, et conçut un dessein qui devait avoir
sur la présente crise une redoutable influence. Elle savait que les
chefs calvinistes étaient en marche vers La Rochelle; que cette ville,
où l'esprit de la Réforme était vivace, leur tendait les bras et
aspirait à devenir le boulevard du parti. Elle résolut de s'y
transporter avec ses enfants et son trésor. L'entreprise était
difficile sous les yeux de Montluc; elle semblait même téméraire,
puisque, au moment où Jeanne y songeait, de nouveaux soulèvements
commençaient à agiter ses Etats. Mais comment apaiser des troubles que
Montluc avait peut-être reçu la mission de provoquer par-dessous main
ou de favoriser, ne fût-ce que par son attitude, souvent malveillante
à l'égard de la reine? Elle n'hésita pas longtemps; mais l'exécution
de son projet exigeait la force ou la ruse. Une armée régulière, si
elle l'eût possédée, Montluc l'aurait défaite; or, elle n'avait que
des serviteurs disséminés un peu partout. Elle se confia aux uns, le
plus petit nombre, pour l'escorter et pour acheminer, plus tard, les
autres vers des lieux désignés; puis elle tendit à Montluc un vrai
piège de femme et d'héroïne.

Jeanne et ses enfants quittent le Béarn vers la fin du mois d'août
1568, emportant avec eux tout ce que la reine put réunir d'argent, de
joyaux et d'objets précieux. Arrivée à Nérac, Jeanne feint de
s'occuper des préparatifs d'une grande fête à laquelle sont invités
Montluc et sa famille. Elle endort à moitié la vigilance du rude
capitaine, et tout à coup, le 6 septembre, elle part de Nérac avec son
fils et sa fille et une escorte de cinquante gentilshommes, laissant
derrière elle toute sa cour avec des instructions précises. Prévenu un
peu tard, Montluc court après la reine, la manque de quatre heures à
Casteljaloux, la suit, la voit, impuissant, entrer dans Bergerac, où
la nouvelle lui parvient de la prise de Mazères par Caumont La Force.
Chemin faisant, l'escorte de la reine est devenue une petite armée.
Montluc et d'Escars, gouverneur de Périgord et de Limousin, la serrent
de près, mais n'osent l'attaquer. Bien plus, Montluc, par une étrange
fortune, se voit dans la nécessité de rendre, en quelque sorte, les
honneurs militaires à Jeanne et aux royaux enfants. Il s'en tire en
Gascon, et fait supplier la reine de s'employer à contenir les
protestants, jurant, de son côté, de maintenir les catholiques dans la
bonne voie. Jeanne poursuit son voyage; elle passe à Mussidan,
s'arrête quelques jours à Archiac pour attendre le prince de Condé,
qui avait dû forcer les portes de Cognac, et enfin elle entre dans La
Rochelle, le 26 septembre, suivie de toute sa cour. Les Rochelais lui
firent une réception triomphale.

Elle avait déjà écrit, de Bergerac, le 16 septembre, au roi, à la
reine-mère, au duc d'Anjou, au cardinal de Bourbon, des lettres dans
lesquelles elle expliquait les motifs de son voyage et de son
attitude, qui était manifestement celle d'une belligérante. Le ton en
était mesuré, quoique vif. A La Rochelle, exaltée par l'acte qu'elle
venait d'accomplir et aussi par l'émotion de son entourage, elle
rédigea un manifeste dont ses panégyristes eux-mêmes regrettent la
forme violente. Elle écrivit aussi à la reine Elisabeth d'Angleterre
pour lui donner des explications et lui demander son appui et ses
secours. «Ce n'est point contre le ciel et contre le Roi, comme le
disent nos ennemis, que la pointe de nos épées est tournée. Grâce à
Dieu, nous ne sommes point criminels de lèse-majesté divine ni
humaine; nous sommes fidèles à Dieu et au Roi.» Pendant ses longs
démêlés avec la cour de France, et même au plus fort de ses luttes
armées contre elle, le roi de Navarre tint constamment le même
langage.

Au milieu des épanchements qui signalèrent la réception de la reine de
Navarre à La Rochelle, on remarqua la réponse du jeune prince à la
pompeuse harangue du maire, Jean de Labèze. «Je ne me suis pas tant
étudié pour parler comme vous, dit-il; je ferai mieux: je sais
beaucoup mieux faire que dire.» Le commandement de l'armée était dû à
Henri, et Condé s'empressa de le lui remettre; mais Jeanne et son fils
ne l'acceptèrent que comme un honneur, et, dans une déclaration
publique, Condé fut prié par la reine de rester à la tête des troupes,
«étant, elle et ses enfants, prêts à lui obéir en tout et partout». On
sut gré, de toutes parts, au fils et à la mère, de ce désistement
prudent et politique. Un incident caractéristique donna la mesure de
la supériorité d'esprit et de l'influence de la reine de Navarre.
Condé la supplia d'accepter le gouvernement civil de l'armée, tandis
qu'il en assumerait le gouvernement militaire. Elle accepta cette
mission bien difficile pour une femme, et y déploya ses rares qualités
d'ordre, de prévoyance et de résolution. Le jeune prince de Condé
devint le compagnon d'armes de Henri, que Jeanne voulut elle-même
revêtir de sa première armure, à Tonnay-Charente, au milieu d'une
cérémonie militaire. «Toute l'Europe a les yeux fixés sur vous, lui
dit-elle: vous cessez d'être enfant. Allez, en obéissant, apprendre,
sous Condé, à commander un jour.» A la veille des combats et des
périls qu'on prévoyait, aucun signe de faiblesse: «Le contentement de
soutenir une si belle cause, dit-elle plus tard, surmontait en moi le
sexe, en lui l'âge.»

Henri eût bien voulu se jeter sans délai dans cette nouvelle
existence. Fatigué de l'inaction qui lui était imposée pendant que se
faisaient les préparatifs de guerre, il cherchait partout le
mouvement. Il faillit trouver la mort dans une promenade en mer, où il
eût péri sans la vigueur d'un marin de La Rochelle, qui le ramena au
rivage. L'armée protestante, renforcée à chaque instant, bien armée et
approvisionnée, grâce aux sacrifices de Jeanne d'Albret et aux secours
de toute espèce qu'elle avait obtenus d'Elisabeth, devenait de jour en
jour plus puissante. Ce n'était plus, à vrai dire, une armée, c'en
était trois, sans compter les enfants perdus et les bandes de toute
sorte. Il y avait, d'abord, la grande armée de Condé et de Coligny,
puis un corps nombreux, commandé par Dandelot, frère de l'amiral, et
enfin quinze ou vingt mille religionnaires, levés par Jacques de
Crussol, comte d'Acier, en Dauphiné, en Provence et en Languedoc.

La cour, inquiète de cette affluence sous les drapeaux de la Réforme,
s'avisa d'écrire aux gouverneurs et lieutenants-généraux que le roi
n'entendait pas faire une guerre systématique aux réformés. A rester
chez eux, ils ne risquaient rien, ils étaient sous la protection du
Roi. Il y eut quelques défections, mais de peu d'importance, et ce fut
alors qu'on recourut aux mesures de rigueur. L'édit de Saint-Maur
défend, sous peine de mort, l'exercice de la religion réformée,
ordonne à tous les ministres de sortir du royaume dans un délai de
quinze jours, et aux magistrats de n'épargner que ceux des dissidents
qui abjureraient l'hérésie. Un autre édit, qui suit, prononce la
confiscation des biens des réformés, et enfin, par lettres-patentes,
Charles IX, sous prétexte que Jeanne et ses enfants sont prisonniers
des rebelles, ordonne au baron de Luxe de s'emparer du Béarn. Les
réformés, par la voix de Jeanne et de leurs chefs, publièrent des
protestations et des apologies, sans se faire illusion sur
l'efficacité de ces démonstrations. La parole était à l'épée.

L'armée de Saintonge avait des chefs entreprenants, qui la mirent
bientôt en campagne. La cour n'était pas prête à soutenir la grande
guerre qu'elle prévoyait. Le duc de Montpensier, chargé d'arrêter les
religionnaires commandés par Crussol, les avait battus, le 14 octobre
1568, à Mensignac, près de Périgueux, mais sans pouvoir les empêcher
de rejoindre le prince de Condé. En moins de trois semaines, le
généralissime calviniste comptait autour de lui dix-huit mille
arquebusiers et trois mille chevaux. Une seconde armée royale se
formait, dont le duc d'Anjou, frère du roi, devait prendre le
commandement. Avant qu'elle fût en marche, les huguenots avaient pris
Niort, Meslay, Fontenay, Saint-Maixent et nombre de petites places
dans le Poitou. Angoulême, réputée imprenable, repoussa
victorieusement un assaut de Montgomery, mais fut forcée de se rendre
au prince de Condé, menant avec lui son neveu, le prince de Navarre:
ce fut le premier siège auquel assista Henri de Bourbon. Dans la
Saintonge, les armées protestantes faisaient tout plier: reddition de
Saint-Jean-d'Angély, reddition de Saintes, prise de Pons. Quand
l'armée du duc d'Anjou se mit en mouvement vers la fin du mois
d'octobre, le duc de Montpensier pouvait à peine tenir la campagne du
côté de Châtellerault, et de toutes les grandes places du Poitou, il
ne restait au roi que Poitiers, où commandait le maréchal de
Vieilleville.



CHAPITRE VI

  L'armée du duc d'Anjou.--Temporisation.--Escarmouche de
    Loudun.--Les renforts attendus.--Bataille de Bassac ou de
    Jarnac.--Mort du prince de Condé.--Son éloge par La
    Noue.--Jeanne d'Albret à Tonnay-Charente.--Henri proclamé
    généralissime.--Affaires de Béarn.--Arrivée des reîtres en
    Limousin.--La campagne de Montgomery en Gascogne et en
    Béarn.--Combat de La Roche-Abeille.--Siège de Poitiers,
    désapprouvé par le prince de Navarre.--Tactique du duc
    d'Anjou.--Combat de Saint-Clair.--Mesures de proscription
    contre Coligny.--L'avis avant la bataille.--Bataille de
    Moncontour.--L'inaction de Henri et la grande faute de
    l'amiral.--Héroïsme de Jeanne d'Albret.


L'armée royale comptait plus de vingt mille hommes, tant Français que
Suisses, Allemands et reîtres. Le duc d'Anjou, ayant sous ses ordres
Tavannes et Sansac, recueillit les troupes de Montpensier et fut
bientôt en présence de l'ennemi. Mais, soit qu'il y eût, de part et
d'autre, comme un parti pris de temporisation, soit que le duc d'Anjou
voulût attendre des renforts qui, en effet, vinrent, plus tard,
grossir son armée, l'automne de 1568 se passa en manœuvres et en
escarmouches. Dans une de ces rencontres, près de Loudun, Henri eut
l'occasion de prouver qu'il avait acquis déjà le sens militaire. Les
réformés étaient en force: le prince de Navarre s'étonna qu'on ne
marchât point résolûment à l'ennemi. «--Si le duc d'Anjou, dit-il, se
croyait assez fort, il ne manquerait pas de nous attaquer. Marchons
donc sans délai: la victoire est certaine.» Elle était, du moins,
probable, et les deux chefs principaux, Condé et Coligny, auraient pu
suivre un plus mauvais conseil. Les rigueurs de l'hiver interrompirent
les opérations. Les catholiques s'établirent dans le Poitou
septentrional et le Limousin; les calvinistes, dans le Bas-Poitou,
l'Angoumois et la Saintonge. La reine de Navarre et son fils passèrent
le reste de l'hiver à Niort, d'où partirent les ordres et les
messages en vue de la rentrée en campagne. Les deux armées
nourrissaient également l'espoir d'être renforcées en temps opportun:
les catholiques pressaient l'arrivée de nouvelles troupes, qui ne leur
firent pas défaut, et les protestants attendaient avec impatience des
renforts du Quercy, qui ne vinrent pas, et les auxiliaires allemands
en marche sous les ordres du duc de Deux-Ponts. Ceux-ci arrivèrent
trop tard.

Le duc d'Anjou, instruit du demi-désarroi de l'armée calviniste, prit
l'offensive, dès les premiers jours du mois de mars 1569. Le 13, par
une marche rapide, il arrive dans le voisinage de l'ennemi, qui
occupait Cognac, Jarnac et les ponts de la Charente. Le duc jette un
pont, pendant la nuit, près de l'abbaye de Bassac, non loin du logis
de l'amiral. Coligny, surpris, veut se retirer; le désordre se met
dans ses troupes, elles combattent en fuyant; l'arrière-garde est
enveloppée; La Noue tombe au pouvoir de l'armée royale, et le prince
de Condé, en chargeant les reîtres, la jambe cassée d'un coup de pied
de cheval, est tué par Montesquiou, capitaine des gardes du duc
d'Anjou, au moment où il venait de rendre son épée à deux
gentilshommes catholiques.

Sans la mort de ce chef intrépide, la défaite de Jarnac n'eût été
qu'un simple échec pour les protestants: leur infanterie était
intacte, et elle se mit, en grande partie, à l'abri derrière les
hautes murailles de Cognac. Mais en perdant Condé, les calvinistes
perdaient plus qu'une armée: outre le courage et l'esprit de décision,
il avait mis au service de la cause un vrai talent de généralissime,
que rehaussait encore sa qualité de prince du sang. «En hardiesse, dit
François de La Noue dans ses Mémoires, aucun de son siècle ne l'a
surpassé, ni en courtoisie. Il parlait fort disertement, plus de
nature que d'art, était libéral et très affable à toutes personnes; et
avec cela excellent chef de guerre, néanmoins amateur de paix. Il se
portait encore mieux en adversité qu'en prospérité.» Condé laissait un
vide où menaçaient de s'engloutir les espérances du parti, malgré les
mérites reconnus de l'amiral. Jeanne d'Albret et son fils firent
bientôt oublier ce moment de défaillance.

A la nouvelle de la défaite de Jarnac, la reine de Navarre quitte La
Rochelle. Comme elle avait «un grand cœur et un esprit mâle», dit de
Thou, elle ne s'arrêta point à déplorer ce malheur. Elle court à
Tonnay-Charente, où s'était rassemblée une partie de l'armée rompue.
Elle parle en reine affligée, mais en héroïne indomptable; elle offre
sa vie, celle de son fils; elle provoque le serment des résistances
suprêmes. De longues acclamations accueillent ses paroles. Henri parle
à son tour: «--Votre cause est la mienne; vos intérêts sont les miens.
Je jure, sur mon âme, honneur et vie, d'être à jamais tout à vous.» Le
fils de Condé s'associe à ce serment, que les chefs et l'armée prêtent
à leur tour. Henri sera généralissime avec Condé pour lieutenant et
Coligny pour lieutenant-général. Jeanne réunit les chefs. L'argent
manque: elle donne tout ce qu'elle a; on l'imite; les pierreries, les
bijoux seront mis en gage en Angleterre. Mais cela sauvegarde
seulement le présent, il faut songer à l'avenir: on battra monnaie par
la vente des biens ecclésiastiques dans les provinces conquises. C'est
la guerre à outrance. Pauvre pays! que d'épreuves lui sont réservées!
On aime à voir, du moins, le prince de Navarre, à peine revêtu d'un
titre officiel à l'armée, s'occuper de venir en aide à quelques
victimes de la guerre. Le 18 mars, il écrit au duc d'Anjou pour
recommander à sa bienveillance les prisonniers calvinistes et lui
offrir ses bons offices pour les prisonniers catholiques. «Nous avons
en nos mains quelques prisonniers des vôtres, comme aussi vous en avez
bien des nôtres; s'il vous plaît trouver bon de les mettre à rançon ou
d'en faire échange, nous y entendrons volontiers, et vous plaira m'en
mander votre volonté.»

Pendant que les calvinistes se relevaient en Saintonge, ils étaient
écrasés dans la Navarre, surtout en Béarn. Antoine de Lomagne-Terrides,
à la tête des catholiques, et avec l'agrément de Charles IX, avait
conquis rapidement le pays. Il n'eut bientôt plus devant lui d'autre
obstacle que Navarrenx, qui résista héroïquement. Pour recouvrer le
Béarn, Jeanne comptait sur l'armée des quatre vicomtes, Gourdon,
Paulin, Montclar et Bruniquel, qui opérait dans le Quercy et le
Haut-Languedoc, et sur l'appui des auxiliaires allemands, que Coligny
attendait aussi pour prendre l'offensive. Ceux-ci arrivèrent enfin.
Après avoir traversé la France, presque sans coup férir, grâce à la
mésintelligence des deux armées chargées de les arrêter, l'une
commandée par Montpensier, l'autre par le duc d'Aumale, les reîtres
passèrent la Loire à la Charité, et Coligny marcha à leur rencontre;
mais leur chef, le duc de Deux-Ponts, mourut, le 11 juin, à Nexon,
petite ville à trois lieues de Limoges.

Jeanne d'Albret se rendit à Chalus, au-devant des renforts allemands,
dont le comte de Mansfeld avait pris le commandement. Elle distribua
aux principaux chefs, en signe d'alliance, des médailles d'or,
frappées à La Rochelle, suspendues à des chaînes de même métal. On
voyait, d'un côté, son portrait et celui du prince de Navarre; de
l'autre, cette inscription: _Pax certa, victoria integra, mors
honesta_. Elle venait de recevoir d'Elisabeth les secours accordés sur
la garantie de ses joyaux, et elle en avait fait passer sur-le-champ
une partie à l'armée des vicomtes, avec ordre de se tenir prêts à
entrer dans le Béarn; mais ces chefs n'étant pas suffisamment
d'accord, elle fit appel au comte de Montgomery, le meurtrier
involontaire de Henri II. Après avoir conféré avec la reine et ses
conseillers habituels, il accepta la périlleuse mission qui lui était
offerte, et se mit presque seul en route pour cette campagne à travers
le royaume de Navarre, merveilleuse de vigueur et de rapidité, mais
odieuse par les excès auxquels se livrèrent les troupes calvinistes.
Navarrenx est délivré; Orthez, emporté d'assaut, est saccagé et noyé
dans son sang. Le 23 août 1569, Montgomery fait son entrée à Pau, où
il se déshonore et marque d'avance d'une tache de sang la mémoire de
Jeanne d'Albret, en faisant massacrer, le lendemain, les chefs
catholiques, que la capitulation du château d'Orthez mettait
formellement à l'abri de tout acte de rigueur.

A peine Jeanne d'Albret avait-elle sujet de se féliciter des succès de
Montgomery, que le désastre de Moncontour vint menacer d'une ruine
absolue et sa couronne et le parti calviniste tout entier.

Quoique l'armée royale, qui avait beaucoup souffert, et que la
reine-mère était venue encourager par sa présence, se fût grossie de
quelques corps allemands, italiens et espagnols, les conseillers du
duc d'Anjou le dissuadèrent longtemps de chercher la bataille: ses
trente mille hommes de diverses nationalités ne semblaient pas de
force à venir aisément à bout des vingt-cinq mille hommes de Coligny,
pliés à une sévère discipline par cet habile capitaine. Les deux
partis s'observèrent longtemps dans le Limousin. Enfin, les huguenots,
plus portés que leurs adversaires à en venir aux mains, engagèrent, le
23 juin, à La Roche-Abeille, près de Saint-Yrieix, une affaire
d'avant-garde qui tourna à leur avantage: plus de quatre cents
catholiques restèrent sur le terrain. La présence du prince de Navarre
à cette sanglante escarmouche ne put empêcher les calvinistes, irrités
des nouvelles du massacre de quelques chefs béarnais par les troupes
de Terrides, de faire main basse sur la plupart des prisonniers. Ce
fut, dit-on, à la suite de cette affaire que des catholiques firent
tracer les vers suivants au bas d'un de ses portraits:

    Dessille un peu les yeux, sang illustre de France;
    Prince brave et vaillant, reconnais ton erreur.
    Qui ne fault qu'une fois excuse son offense,
    Qui persévère au mal se plaît en son malheur.

Une chose plus authentique que ce quatrain, c'est la lettre adressée,
le 12 juillet, au duc d'Anjou, par le prince de Navarre, et dont voici
un passage caractéristique: «Je ne puis bonnement penser avec quelle
apparence de vérité on vous peut faire croire que nous veuillions
ruiner et renverser cet Etat!... Cela se pourrait beaucoup mieux
adresser à ceux qui ont tant de fois, avec si justes occasions, été
notés et remarqués d'affecter cet Etat et jusqu'à faire faire une
recherche de leur généalogie, par le moyen de laquelle ils ont bien
osé mettre en avant que cette couronne avait été usurpée sur leurs
prédécesseurs par nos ancêtres... Ce sont ceux-là qui désirent et
pourchassent la subversion et ruine de ce royaume... Ce sont ceux-là
qu'il faut craindre qu'ils veuillent introduire une autre puissance et
autorité en ce royaume qui y est maintenant et que Dieu y a
légitimement établie, et qui ont des communications et intelligences
si étroites avec les étrangers, ennemis naturels et conjurés de cet
Etat...»

Coligny, poursuivant ses succès, s'empara de Lusignan et de
Châtellerault, et commit la grave faute d'aller mettre le siège devant
Poitiers, dont la possession, au dire des gentilshommes du pays, lui
était indispensable pour donner de la consistance à ses opérations.
Henri fut, sur ce point, en désaccord avec l'amiral. Il représenta,
dans le conseil, qu'à peine arrivée devant Poitiers, fortement
défendu, l'armée calviniste pourrait avoir l'armée royale sur les
bras; que le succès était douteux, et que, ne le fût-il pas, il ne
saurait être acheté que par le sacrifice de beaucoup d'hommes et une
perte de temps considérable. L'amiral, s'entêtant, perdit trois mille
hommes en deux mois devant Poitiers. L'investissement de Châtellerault
par l'armée royale, venant faire diversion, sauva les réformés du
ridicule: ils levèrent le siège et se dirigèrent sur Châtellerault;
mais le duc d'Anjou ne les attendit pas. Il manœuvrait de façon à
profiter de la faute de Poitiers, cause d'affaiblissement et même de
découragement pour les calvinistes. Le 30 septembre, saisissant une
occasion favorable de prendre l'offensive, il offrit inopinément la
bataille à Coligny, dont il culbuta l'arrière-garde à Saint-Clair,
près de Moncontour. L'amiral aurait pu temporiser: il ne voulut pas
s'y résoudre, de peur que sa retraite, après un échec, ne fût
interprétée, par ses troupes elles-mêmes, comme le signe d'une
irrémédiable faiblesse. Il se prépara de son mieux à la lutte; mais il
avait devant lui, outre une armée supérieure en nombre et pleine de
confiance dans le succès, des chefs tels que Montpensier et Tavannes,
dont la bravoure éclairée n'abandonnait rien au hasard.

Peut-être l'amiral, en prenant la résolution de combattre, céda-t-il à
quelque passion personnelle, au ressentiment légitime des mesures de
proscription que la cour venait d'ordonner contre lui. «Après la levée
du siège de Poitiers, dit Castelnau, le parlement de Paris, à la
requête du Procureur général Bourdin, donna arrêt de mort contre
l'amiral, le comte de Montgomery et le vidame de Chartres, comme
rebelles, atteints et convaincus du crime de lèse-majesté, et le même
jour furent mis en effigie (exécutés). L'arrêt aussi portait promesse
de cinquante mille écus à celui qui livrerait l'amiral au roi et à la
justice, soit étranger ou son domestique, avec abolition du crime par
lui commis, s'il était adhérent ou complice de sa rébellion...» Plus
tard, un autre arrêt, interprétatif du premier, portait que l'amiral
pourrait être livré «mort ou vif.» «Arrêts, conclut Castelnau, que
quelques politiques estimaient être donnés à contre-temps et qui
servaient plutôt d'allumettes pour augmenter le feu des guerres
civiles que pour l'éteindre, étant leur parti trop fort pour donner de
la terreur, par de l'encre et de la peinture, à ceux qui n'en
prenaient point devant des armées de trente mille hommes et aux plus
furieuses charges des combats...» A ces rigueurs barbares il avait été
question d'en ajouter d'autres de même nature contre Jeanne d'Albret,
le prince de Navarre et le prince de Condé; mais Charles IX, tout en
ordonnant de saisir leurs Etats et leurs domaines, ne voulut pas que
les procédures dirigées contre la Maison de Châtillon s'étendissent à
leurs personnes.

Coligny n'affronta la dangereuse partie qui lui était offerte que
quarante-huit heures après l'escarmouche de Saint-Clair. La veille de
ce grand jour, un avertissement, qui aurait pu être salutaire, lui
fut donné dans des circonstances que La Noue raconte en ces termes:
«Il advint que deux gentilshommes du côté des catholiques étant
écartés, vinrent à parler à aucuns de la religion, y ayant quelque
fossé entre deux: «--Messieurs, leur dirent-ils, nous portons marque
d'ennemis, mais nous ne vous haïssons nullement, ni votre parti.
Avertissez monsieur l'amiral qu'il se donne bien garde de combattre,
car notre armée est merveilleusement puissante, pour les renforts qui
y sont survenus, et est avec cela bien délibérée; mais qu'il temporise
un mois seulement, car toute la noblesse a juré et dit à Monseigneur
(le duc d'Anjou) qu'elle ne demourera davantage... S'ils n'ont
promptement victoire, ils seront contraints de venir à la paix, et la
vous donneront avantageuse. Dites-lui que nous savons ceci de bon lieu
et désirions grandement l'en avertir.» D'autres Mémoires, qui n'ont pu
s'inspirer de ceux de La Noue, rapportent le même fait avec des
variantes de peu d'importance: il n'est donc pas douteux. L'amiral ne
voulut pas tenir compte de cet avis, ou peut-être n'en eut-il pas le
temps, sous le coup de quelques menaces de mutinerie des reîtres.

Le 3 octobre, dans l'après-midi, la bataille commença. Quarante-cinq
ou cinquante mille hommes, parmi lesquels les Français étaient presque
en minorité, se heurtèrent pendant une heure dans la plaine de
Moncontour. Tous les corps furent engagés de part et d'autre et
luttèrent avec un acharnement où se marquait un surcroît d'animosité.
Dès le commencement de l'action, l'amiral fut grièvement blessé au
visage par le Rhingrave, au service de la France depuis les dernières
années du règne de Charles-Quint. Il y eut entre eux comme un combat
singulier, dans lequel l'amiral tua son adversaire. Beaucoup de
vaillants officiers de l'un et de l'autre parti périrent dans cette
rencontre ou furent faits prisonniers; le duc d'Anjou eut un cheval
tué sous lui. Parmi les prisonniers se trouva La Noue, qui dut la vie
au frère du roi, empressé d'ailleurs, disent tous les historiens, à
arrêter le massacre des calvinistes français. Leurs auxiliaires
allemands furent écrasés. Quand l'armée de Coligny eut plié sous les
dernières charges des catholiques, la cavalerie, un instant dispersée,
parvint à se rallier et à se retirer en bon ordre; mais l'infanterie,
rompue, traversée, cernée de tous côtés, en pleine débandade, fut à
moitié anéantie; trois ou quatre mille reîtres restèrent sur la place.
On n'évalue pas à moins de six mille morts la perte des calvinistes,
tandis que les catholiques n'en laissèrent pas plus de cinq cents sur
le champ de bataille. Le soir, on présenta cent quarante enseignes
protestantes au duc d'Anjou.

Un mauvais génie semblait dicter à l'amiral ses résolutions. Avant
l'action, incertain du succès, il prit des mesures pour soustraire aux
chances funestes du combat le prince de Navarre et le prince de Condé.
Ils furent tenus à l'écart, sous la garde du comte de Nassau et d'un
fort détachement, et virent cependant le commencement de la bataille.
A ce moment, Coligny venait de renverser l'avant-garde du duc d'Anjou.
Henri, frémissant d'impatience et voyant la trouée faite par l'amiral:
«--Donnons, donnons, mes amis, s'écria-t-il: voilà le point de la
victoire!» Ce qui était vrai, dit un contemporain; car «si le comte
eût fait une charge avec sa cavalerie, il eût merveilleusement ébranlé
l'armée de Monseigneur et certainement déterminé la victoire». Les
jeunes princes, forcés d'obéir au général en chef, tournèrent le dos à
la bataille avant d'en connaître l'issue, et devancèrent l'amiral à
Parthenay, où se rassemblèrent péniblement les débris de l'armée des
calvinistes. Jeanne d'Albret, incapable de s'abandonner au désespoir,
accourt au milieu des vaincus, relève leur courage, leur promet de
meilleurs jours et leur fait, encore une fois, le sacrifice de sa
fortune et de son fils. «Une femme qui n'avait de la femme que le nom
et le visage», ont dit Quinte-Curce et d'Aubigné.



CHAPITRE VII

  Les lenteurs du duc d'Anjou.--Les desseins des réformés.--Siège
    de Saint-Jean-d'Angély.--Commencement de la grande retraite de
    Coligny.--Le passage de la Dordogne.--Le pont et le moulin du
    Port-Sainte-Marie.--Jonction avec l'armée de
    Montgomery.--L'armée des princes en Languedoc.--«Justice de
    Rapin.»--Négociations pour la paix.--La «pelote de
    neige».--Passage du Rhône.--Arrivée à Saint-Etienne.--Maladie
    de l'amiral.--Combat d'Arnay-le-Duc.--Première victoire de
    Henri.--Ce qu'il apprit dans la retraite de Coligny.--Les
    affaires en Saintonge et en Poitou.--Bataille de
    Sainte-Gemme.--La Noue Bras-de-fer.--Montluc à
    Rabastens.--Coligny à La Charité.--La trêve.--Paix de
    Saint-Germain.


Si, après le désastre de Moncontour, le duc d'Anjou eût toujours
marché droit à l'ennemi, c'en était fait peut-être de l'organisation
militaire du calvinisme en France. Il en fut tout autrement. Le duc se
laissa mener, par ses conseillers, de siège en siège, à Parthenay,
abandonné, à Niort, qui ne résista pas, à Châtellerault, à Lusignan,
dont les garnisons s'acheminaient vers la Saintonge et le Berry,
pendant que, conformément aux résolutions prises à Parthenay par les
calvinistes, leurs divers corps opéraient un mouvement de
concentration à travers le Bas-Poitou et l'Angoumois, tirant vers les
frontières de Guienne. On donnait à Coligny non seulement le temps
d'agir, mais encore celui de réfléchir mûrement. Il fut arrêté, dans
son conseil, que les réformés laisseraient de fortes garnisons à La
Rochelle, à Angoulême et à Saint-Jean-d'Angély; que ce qui restait de
«l'armée des princes», comme on appelait celle de Coligny, depuis la
mort de Condé, battrait en retraite dans le midi, pour y prendre ses
quartiers d'hiver, après avoir fait sa jonction avec l'armée de
Montgomery; que Jeanne d'Albret s'enfermerait dans La Rochelle avec La
Noue et La Rochefoucauld, chargés d'organiser la défense ou l'attaque,
selon les cas; et, enfin, que le prince de Navarre et le prince de
Condé marcheraient aux côtés de l'amiral, pour s'instruire à son école
et montrer au pays que les princes du sang, quelle que fût la fortune,
étaient toujours les chefs du parti calviniste.

L'exécution de ces desseins fut singulièrement facilitée par le temps
que perdit le duc d'Anjou à faire le siège de Saint-Jean-d'Angély.
«Comme l'assiégement de Poitiers, dit La Noue, fut le commencement du
malheur des huguenots, aussi fut celui de Saint-Jean-d'Angély l'arrêt
de la bonne fortune des catholiques.» Piles, gouverneur de cette place
et un des plus vaillants capitaines calvinistes, arrêta, pendant près
de deux mois, l'armée royale sous ses murs, malgré la présence de
Charles IX, qui, jaloux des succès de son frère, avait voulu jouer au
généralissime, ce qu'il fit, du reste, avec ardeur et bravoure.
Saint-Jean-d'Angély se rendit, au mois de décembre, au moment où
l'amiral, toutes choses réglées au mieux, commençait avec une armée
disloquée, sans bagages et sans argent, la retraite la plus
extraordinaire sur le sol français dont nos annales aient gardé le
souvenir. «En neuf mois,» selon la remarque de La Noue, «l'armée de
messieurs les princes fit près de trois cents lieues, tournoyant quasi
le royaume de France.»

Jusque sur les bords de la Dordogne, l'armée n'eut guère à souffrir
que du mauvais temps et des privations. Le passage de la rivière était
une question capitale. Il s'effectua sans encombre, grâce à la
prévoyance et à la vigueur de deux capitaines, La Loue et Chouppes. La
Dordogne franchie, l'armée des princes remonte le cours de la Garonne
sans être inquiétée, prend Aiguillon et diverses petites places, et
s'ingénie à construire un pont de bateaux au Port-Sainte-Marie, pour
favoriser sa jonction avec l'armée de Montgomery, qui, après sa
foudroyante campagne d'Armagnac et de Béarn, hivernait à Condom. «Le
pont, qui avait attendu le comte plus de quinze jours, dit d'Aubigné,
fut rompu par quelque moulin qu'on laissa dériver la nuit; l'eau étant
grande, les pièces en furent emportées jusques à Saint-Macaire; et
ainsi il fallut que les troupes de Béarn passassent dans des bateaux,
non sans grande longueur et incommodité. A ce terme, acheva l'année
(1569).» Montluc se vante, dans ses Commentaires, d'avoir imaginé ce
bélier flottant, bien digne, en effet, de son esprit inventif.

L'armée séjourna tout un mois à Montauban, côtoya le Tarn, le franchit
et s'empara d'un fort, près de Toulouse, où l'amiral s'établit, comme
un oiseau de proie dans son aire. Toulouse était à l'abri de ses
entreprises, mais la campagne fut ravagée; on brûla presque toutes les
maisons de plaisance, surtout celles des «justiciers». On vengeait, de
la sorte, le meurtre judiciaire de Rapin. «Justice de Rapin!»
lisait-on sur toutes les ruines que l'armée semait sur son passage.
Après avoir vécu dans ces contrées, à la façon d'Annibal, les
réformés, laissant de côté Carcassonne, qui avait brûlé ses faubourgs
pour donner moins de prise à l'ennemi, entrent, sans coup férir, à
Montréal. Là, ils sont rejoints par des négociateurs chargés de
proposer la paix. On dispute avec courtoisie sur l'objet du message,
mais on ne peut s'entendre sur la question de la liberté du culte, et
de belles paroles sont envoyées au roi, en échange des siennes. Puis
la marche en avant est reprise, l'armée se dirige du côté de Narbonne,
tirant vers Montpellier. A Montpellier, Coligny se renforce de douze
cents hommes commandés par Baudiné. On marche toujours: de petits
sièges, chaque semaine; des escarmouches, chaque jour; quelquefois,
des échecs; le plus souvent des succès; mais, en somme, des
accroissements: la «pelote de neige» est déjà «devenue grosse comme
une maison», au jugement de La Noue. Coligny possède une véritable
armée, à l'artillerie près. A Aubenas, on trouve deux canons: cela
suffit pour décider que l'armée des princes passera le Rhône. Et, en
effet, on le passe, après une épopée de petits combats, de
stratagèmes, de chances et de mésaventures que d'Aubigné, dans son
style de bataille, décrit en moins de mots qu'il n'y eut d'affaires.

L'armée a parcouru deux cents lieues de pays, trois cents et plus, si
l'on compte les circuits de rigueur; elle traverse les montagnes du
Forez, comme elle avait escaladé quelques contreforts des Cévennes, et
elle arrive à Saint-Étienne. Là, tout parut à la veille d'être perdu:
l'amiral fut à la mort. Debout encore une fois, cet homme de fer
retrouve toute son énergie. Beaucoup de soldats l'ont quitté: il
ramasse quelques détachements qui viennent de parcourir une partie de
la Bourgogne, et ordonne la marche vers la Loire. C'est alors que la
cour, voyant les réformés près d'entrer au cœur de la France, songe,
mais un peu tard, à leur opposer une armée. Le maréchal de Cossé la
réunit en toute hâte: dix-sept mille hommes, parmi lesquels quatre
mille Suisses, douze cents reîtres et six cents Italiens, forment une
barrière vivante à Arnay-le-Duc, à cinq lieues d'Autun; il faut la
tourner ou la renverser. L'amiral, qui se défiait d'une action
générale, parvint à gagner le passage qu'il convoitait, après une
escarmouche brillante, où les princes firent leurs premières armes.
L'armée calviniste se présenta sur six lignes: Ludovic de Nassau
commandait la première, sous le prince de Navarre; le marquis de
Resnel, la deuxième, sous Condé; Coligny menait la troisième;
Montgomery, Genlis, François de Briquemaut avaient charge des trois
autres; le comte de Mansfeld commandait la cavalerie allemande. Il n'y
eut point de mêlée générale, mais une série de combats meurtriers, où
le prince de Navarre fit bravement son devoir, comme il aimait à le
rappeler lui-même. «Je n'avais retraite, racontait-il, qu'à plus de
quarante lieues de là, et je demeurais à la discrétion des paysans. En
combattant, aussi je courais risque d'être pris ou tué, parce que je
n'avais point de canon et les gens du roi en avaient. A dix pas de
moi, fut tué un cavalier d'un coup de coulevrine; mais, recommandant à
Dieu le succès de cette journée, il la rendit heureuse et favorable.»

A la suite de ces combats, l'armée du maréchal, troublée plutôt que
défaite, laissa l'amiral s'acheminer vers la Charité, où il arriva
avec des troupes fatiguées, mais encore en état de soutenir la lutte.

Si cette campagne de Coligny n'eût pas été un épisode de guerre
civile, la France l'aurait inscrite avec orgueil au rang de ses
glorieux exploits militaires. Elle fut une mémorable leçon pour le
prince de Navarre. Vivre au jour le jour, sans cesse sur le qui-vive,
souffrir et voir souffrir, manquer de tout, résister à tout, garder
partout le sang-froid et la bonne humeur: voilà ce qu'il apprit, et de
façon à ne l'oublier jamais. Pendant cette marche terrible, il suivit
d'héroïques exemples et sut en donner à son tour. Mêlé à tous les
accidents de cette existence nomade, il encourageait les faibles et
doublait l'énergie des forts. Parfois on le vit, au milieu des
troupes, portant en croupe un soldat blessé ou malade. Il préludait
ainsi à sa mission de «vainqueur» et de «père».

Pendant que l'armée des princes poursuivait son odyssée, la guerre
avait continué en Saintonge et en Poitou. Avant de quitter
Saint-Jean-d'Angély, Catherine de Médicis, inquiète de l'étrange
campagne entreprise par Coligny, avait essayé de conclure la paix avec
Jeanne d'Albret, à qui elle envoya Castelnau, un des habiles
négociateurs de cette époque. La reine de Navarre ne s'humilia point:
elle voulait la paix, sans doute, mais une paix dont son parti n'eût
pas à souffrir, et qui lui offrît de fortes garanties. Castelnau ne
put la gagner, et les négociations tentées à l'armée des princes,
pendant sa course à travers les provinces du midi, étaient restées
pendantes. Au printemps de 1570, il y eut une reprise des hostilités.
Un coup de main des catholiques sur La Rochelle échoua. Soubise et La
Rochefoucauld s'emparèrent de Saintes, après une vive résistance. La
Noue prit Marans et les Sables-d'Olonne, plusieurs autres villes,
châteaux ou bicoques; il regagna la plupart des places perdues jusqu'à
Niort. Déjà haut placé dans l'estime des gens de guerre, il se révéla
grand capitaine par ses nombreux succès, mais surtout par la victoire
de Sainte-Gemme, en Poitou, remportée, le 15 juin 1570, sur
Puygaillard, avec des forces médiocres. Cette journée coûta aux
catholiques seize drapeaux, deux étendards, les cornettes blanches de
France, trois mille hommes de pied et deux cent cinquante chevaux. A
la fin du mois de juin, La Noue assiégeait Fontenay-le-Comte, qui se
rendit, lorsqu'il eut le bras emporté d'une mousquetade. Transporté à
La Rochelle, il avait le choix entre l'amputation et la mort, et
préférait celle-ci; mais Jeanne d'Albret obtint de lui qu'il subît
l'opération. Quelques jours après, La Noue remontait à cheval, avec ce
bras de fer auquel il doit son glorieux surnom[12].

  [12] Appendice: VII.

Vers le même temps, par un retour offensif dans les États de Jeanne
d'Albret, Montluc essaya de contrebalancer les succès des huguenots,
et il eût fait, sans doute, une sanglante besogne dans ces pays, si
l'on en juge par le siège et la destruction de Rabastens; mais la
blessure qu'il y reçut, le 23 juillet, vint paralyser les mouvements
de son armée. On touchait, du reste, à une suspension des hostilités.
Coligny, toujours suivi des négociateurs de Catherine de Médicis,
avait signé, à La Charité, une trêve qui amena la paix de
Saint-Germain, dite la «paix du roi Charles», conclue le 8 août. Ce
traité reproduit plusieurs articles des traités précédents, mais, dans
l'ensemble, il est comme l'ébauche du célèbre édit de Nantes.

Le roi accorde aux «confédérés» une amnistie entière, la liberté de
conscience, le libre exercice du culte dissident par toute la France,
excepté dans Paris et à la cour; un cimetière protestant dans toutes
les villes; l'admission, sans distinction de culte, des pauvres et des
malades dans les écoles et dans les hôpitaux.

Il ordonne à tous ses sujets de vivre en bonne intelligence; rétablit
l'exercice de la religion catholique dans toutes les parties du
royaume; déclare qu'il regarde la reine de Navarre, les princes de
Navarre et de Condé, comme ses bons et fidèles parents, et comme amis
tous ceux qui ont suivi leur parti, même les princes étrangers.

Il approuve et ratifie tout ce qui a été fait, pendant la guerre, par
les ordres des chefs confédérés, même la levée des deniers du roi,
ordonnée par Jeanne, et défend toute recherche à ce sujet; reconnaît
que les protestants, supportant les charges de l'Etat, en doivent
partager les honneurs et les dignités; entend qu'on rende les biens et
les meubles enlevés aux protestants; à certaines villes, le droit en
vertu duquel elles étaient exemptes de garnisons; au prince d'Orange
et à ses frères, les riches possessions acquises en France, depuis les
traités conclus entre François Ier et la Maison de Nassau; à la reine
de Navarre, toutes ses terres, villes et places fortes.

Charles IX ordonne que la justice soit égale pour tous; que les
jugements, même criminels, rendus pendant les troubles, soient
révoqués, annulés; que les protestants soient tenus d'observer toutes
les lois et coutumes de l'Etat. Toutefois, comme le parlement de
Toulouse leur est suspect, ils pourront appeler de ses jugements
devant les maîtres des requêtes, qui en décideront en dernier ressort.
On leur concède même le droit de récuser jusqu'à six juges, un
président et un certain nombre de conseillers, dans les parlements de
Dijon, de Rouen, d'Aix, de Grenoble, de Bordeaux et de Rennes, où ils
comptaient beaucoup d'ennemis.

Comme garanties, le roi laisse aux calvinistes, pour places de sûreté,
La Rochelle, Montauban, Cognac et La Charité, que les princes de
Navarre et de Condé et quarante des principaux seigneurs du parti
s'obligent de rendre deux ans après la publication de l'édit. Enfin,
la peine de mort est prononcée contre quiconque oserait enfreindre le
traité ou refuserait de le publier.

Enregistré au parlement de Paris, le 10 août 1570, l'édit de paix fut
publié, le 11, au camp des princes, et, le 26, à La Rochelle.



CHAPITRE VIII

  Le piège manifeste.--Aveuglement des calvinistes.--Coligny
    séduit.--Résistance de Jeanne d'Albret et de Henri.--Jeanne
    cède enfin.--La reine de Navarre à Blois.--Ses
    tribulations.--Sa lettre au prince de Navarre.--Signature du
    contrat de mariage de Henri avec Marguerite de Valois.--Jeanne
    d'Albret à Paris.--Sa maladie et sa mort.--Elle ne fut pas
    empoisonnée.--Son testament.--Jugement sur la vie de cette
    reine.


En présence de ce traité, si favorable aux vaincus de Jarnac et de
Moncontour, une réflexion vient forcément à l'esprit. Comment les
calvinistes ne gardèrent-ils pas, jusqu'à la fin, les sentiments de
défiance qu'ils montrèrent, sitôt la paix conclue, et longtemps après?
Terrassés deux fois, capables encore de troubler le royaume, mais
impuissants à le subjuguer, on accueille toutes leurs revendications;
on les amnistie; on leur rouvre toutes les voies qu'on avait voulu
leur barrer, et qu'on leur avait barrées en effet; ils obtiennent, non
après une victoire, mais au cours d'une campagne dont l'issue était au
moins incertaine, plus d'avantages et plus de garanties qu'ils n'en
eussent osé espérer; pour tout dire, on les restaure, agrandis, dans
l'Etat, et leurs yeux ne s'ouvrent pas, et ils ne touchent pas du
doigt le piège, ils n'entrevoient pas l'abîme! Ils le pressentirent;
mais Coligny fut accablé par la cour de tant de caresses, jusqu'à ce
point que le roi voulut favoriser le second mariage du nouveau Caton
avec une nouvelle Porcia; on accueillit avec tant de déférence sa
personne, ses amis, ses avis, ses projets de guerre contre l'Espagne,
qu'il finit par ressentir et prêcher la plus entière confiance.
L'amiral séduit, la cour espéra gagner aussi Jeanne d'Albret par le
projet de mariage de Marguerite de Valois avec son fils. Mais la reine
de Navarre résista plus longtemps que l'amiral, et, jusqu'aux
derniers jours, elle fut méfiante, tout en se laissant aller, elle et
les siens et leur fortune, sur la pente fatale où glissait tout un
parti: plus clairvoyante, mais moins logique, il faut l'avouer, que
l'amiral, qui niait encore le péril, la veille de sa mort.

Les négociations et les pourparlers préliminaires avec Jeanne furent
très laborieux, et durèrent depuis la fin de l'année 1570 jusqu'au
mois d'avril 1572: elle mit sur les dents toute la diplomatie de
Catherine de Médicis, aidée en cela par les répugnances de son fils
pour l'union projetée. Henri, en effet, ne semble pas s'être jamais
fait illusion sur les conséquences de son mariage, bien qu'il fût
loin, sans doute, d'en prévoir les plus extrêmes. Il partageait, du
reste, la méfiance de sa mère, et des historiens ont prétendu que,
livré à lui-même, il n'eût pas voulu s'allier aux Valois dans les
circonstances où il en était sollicité. On trouve l'expression
personnelle de ses sentiments dans une lettre au roi de France, datée
du 13 janvier 1571. Quelques semaines auparavant, Charles IX avait
épousé Elisabeth d'Autriche, fille de l'empereur Maximilien II. Avant
de rentrer à Paris avec la reine, il souhaita la présence du prince de
Navarre, qui répondit: «Le maréchal de Cossé m'a dit de bouche, de
votre part, l'honneur que me faites de me désirer près de vous, et me
trouver à votre entrée à Paris... Il se pourrait que cela servît à
l'établissement de la paix, ainsi que vous le mandez à la reine de
Navarre, ma mère, laquelle n'en a moindre affection que moi... Mais
les pratiques et les menées de ceux qui ne peuvent vivre sans remuer
et brouiller, et les évidentes contraventions qui se font à votre édit
nous font craindre que l'on nous veuille encore tromper...»

Jeanne d'Albret, par écrit ou verbalement, énuméra en détail ses
griefs, sans en omettre un seul: restitutions, réparations, garanties,
pour elle, pour son fils, pour ses coreligionnaires, elle ne fit grâce
de rien à Catherine ou à ses envoyés. Elle stipula même qu'on
obligerait Bordeaux, qui avait refusé ses portes à Henri et à Condé
allant en Béarn, à reconnaître et à honorer comme son gouverneur le
prince de Navarre. On discutait ses prétentions, mais on les
admettait; plus elle retardait la conclusion du traité matrimonial,
plus on lui faisait d'avances ou de concessions. Enfin, pressée de
toutes parts, forcée de reconnaître que ses amis étrangers, comme ses
partisans français, l'amiral en tête, comme ses propres sujets, se
déclaraient en faveur du mariage, elle donna sa parole, promettant de
se rendre à la cour pour arrêter les détails du contrat. Le 26
novembre 1571, Jeanne partit de Pau, accompagnée de son fils, de
Catherine, sa fille, de Louis de Nassau, son cousin, et d'une grande
partie de sa cour. Elle fit un assez long séjour à Nérac et dans
plusieurs villes de Guienne, de Saintonge et de Poitou, et, se
séparant de son fils, qu'elle ne devait plus revoir, elle arriva, dans
les premiers jours du printemps, à Blois, où la cour de France s'était
rendue pour lui faire accueil. Reçue avec toutes sortes de caresses,
elle put croire, un instant, à la sincérité de ses hôtes: cette
illusion ne dura pas longtemps. Dès que les affaires furent mises sur
le tapis, ses tribulations commencèrent. Laissons-la les raconter au
prince de Navarre dans cette longue lettre où, tout en se peignant
elle-même, sans y songer, elle trace le tableau de la cour et
peut-être aussi, quand on y regarde de près, celui de toute une
époque. La lettre de Blois est un des plus précieux documents du XVIe
siècle:

«Mon fils, je suis en mal d'enfant, et en telle extrémité, que si je
n'y eusse pourvu, j'eusse été extrêmement tourmentée. La hâte en quoi
je dépêche ce porteur me gardera de vous envoyer un aussi long
discours que celui que je vous ai envoyé. Je lui ai seulement baillé
des petits mémoires et chefs sur lesquels il vous répondra. Je vous
eusse renvoyé Richardière; mais il est trop las, et aussi que lors,
comme les choses se manient, il y pourra aller bientôt après ce
porteur que je dépêche exprès pour une chose: c'est qu'il me faut
négocier tout au rebours de ce que j'avais espéré et que l'on m'avait
promis; car je n'ai nulle liberté de parler au roi ni à Madame,
seulement à la reine-mère, qui me traite à la fourche, comme vous
verrez par les discours de ce présent porteur. Quant à Monsieur, il me
gouverne et fort furieusement, mais c'est moitié en badinant, moitié
dissimulant. Quant à Madame, je ne la vois que chez la reine, lieu
malpropre, d'où elle ne bouge, et ne va en sa chambre que aux heures
qui me sont malaisées à parler; aussi que Madame de Curton ne s'en
recule point; de sorte que je ne puis parler qu'elle ne l'ouïe. Je ne
lui ai point encore montré votre lettre, mais je la lui montrerai. Je
le lui ai dit, et elle est fort discrète, et me répond toujours en
termes généraux d'obéissance à vous et à moi, si elle est votre femme.
Voyant donc, mon fils, que rien ne s'avance, et que l'on veut faire
précipiter les choses et non les conduire par ordre, j'en ai parlé
trois fois à la reine, qui ne se fait que moquer de moi, et, au
partir de là, dire à chacun le contraire de ce que je lui ai dit. Mes
amis m'en blâment; je ne sais comment démentir la reine, car je lui ai
dit: «Madame, vous avez dit et tenu tel et tel propos.» Encore que ce
soit elle-même qui me l'ait dit, elle me le nie comme beau meurtre et
me rit au nez, et m'use de telle façon, que vous pouvez dire que ma
patience passe celle de Griselidis. Si je cuide avec raison lui
montrer combien je suis loin de l'espérance qu'elle m'avait donnée de
privauté et négocier avec elle de bonne façon, elle me nie tout cela.
Et par ce que le présent porteur a par mémoire les propos, vous
jugerez par là où j'en suis logée. Au partir d'elle, j'ai un escadron
de huguenots qui me viennent entretenir, plus pour me servir d'espions
que pour m'assister, et des principaux, et de ceux à qui je suis
contrainte dire beaucoup de langage que je ne puis éviter sans entrer
en querelle contre eux. J'en ai d'une autre humeur, qui ne m'empêchent
pas moins, mais je m'en défends comme je puis, qui sont hermaphrodites
religieux. Je ne puis pas dire que je sois sans conseil, car chacun
m'en donne un, et pas un ne se ressemble.

«Voyant donc que je ne fais que vaciller, la reine m'a dit qu'elle ne
se pouvait accorder avec moi, et qu'il fallait que de nos gens
s'assemblassent pour trouver des moyens. Elle m'a nommé ceux que vous
verrez tant d'un côté que d'autre; tout est de par elle. Qui est la
principale cause, mon fils, qui m'a fait dépêcher ce porteur en
diligence, pour vous prier m'envoyer mon chancelier, car je n'ai homme
ici qui puisse ni qui sache faire ce que celui-ci fera. Autrement je
quitte tout; car j'ai été amenée jusqu'ici sous promesse que la reine
et moi nous accorderions. Elle ne fait que se moquer de moi, et ne
veut rien rabattre de la messe, de laquelle elle n'a jamais parlé
comme elle fait. Le roi, de l'autre côté, veut que l'on lui écrive.
Ils m'ont permis d'envoyer quérir des ministres, non pour disputer,
mais pour avoir conseil. J'ai envoyé quérir MM. d'Espina, Merlin et
autres que j'aviserai; car je vous prie noter qu'on ne tâche qu'à vous
avoir, et pour ça, avisez-y, car si le roi l'entreprend, comme l'on
dit, j'en suis en grande peine.

«J'envoye ce porteur pour deux occasions, l'une pour vous avertir
comme l'on a changé la façon de négocier envers moi que l'on m'avait
promise, et pour cela qu'il est nécessaire que monsr de Francourt
vienne comme je lui écris; vous priant, mon fils, s'il faisait quelque
difficulté, le lui persuader et commander; car je m'assure que si
vous saviez la peine en quoi je suis, vous auriez pitié de moi, car
l'on me tient toutes les rigueurs du monde et des propos vains et
moqueries, au lieu de traiter avec moi avec gravité, comme le fait le
mérite. De sorte que je crève, parce que je me suis si bien résolue de
ne me courroucer point, que c'est un miracle de voir ma patience. Et
si j'en ai eu, je sais comme j'en aurai encore affaire plus que
jamais; et m'y résoudrai aussi davantage. Je crains bien d'en tomber
malade, car je ne me trouve guère bien.

«J'ai trouvé votre lettre fort à mon gré; je la montrerai à Madame, si
je puis. Quant à sa peinture, je l'enverrai quérir à Paris. Elle est
belle, bien avisée et de bonne grâce, mais nourrie en la plus maudite
et corrompue compagnie qui fut jamais; car je n'en vois point qui ne
s'en sente. Votre cousine la marquise en est tellement changée qu'il
n'y a apparence de religion, si non d'autant qu'elle ne va point à la
messe, car au reste de la façon de vivre elle fait comme les papistes,
et la princesse ma sœur encore pis. Je vous l'écris privément. Ce
porteur vous dira comme le roi s'émancipe; c'est pitié. Je ne voudrais
pas, pour chose du monde, que vous y fussiez pour y demeurer. Voilà
pourquoi je désire vous marier, et que vous et votre femme vous
retiriez de corruption; car encore que je la croyais bien grande, je
la vois davantage. Ce ne sont pas les hommes ici qui prient les
femmes, ce sont les femmes qui prient les hommes. Si vous y étiez,
vous n'en échapperiez jamais sans une grande grâce de Dieu. Je vous
envoie un bouquet pour mettre sur l'oreille, puisque vous êtes à
vendre, et des boutons pour un bonnet. Les hommes portent à cette
heure force pierreries, mais on en achète pour cent mille écus et on
en achète tous les jours. L'on dit que la reine s'en va à Paris, et
Monsieur. Si je demeure ici, je m'en irai en Vendômois.

«Je vous prie, mon fils, me renvoyer ce porteur incontinent, et quand
vous m'écrirez, me mander que vous n'osez écrire à Madame, de peur de
la fâcher, ne sachant comment elle a trouvé bon celle que vous lui
avez écrite. Votre sœur se porte bien. J'ai vu une lettre que monsr
de La Case vous a écrite. Je serais d'avis que vous connussiez pour
qui il parle. Je vous prie encore, puisqu'on m'a retranché ma
négociation particulière et qu'il faut parler par avis et conseil,
m'envoyer Francourt. Je demeure en ma première opinion, qu'il faut que
vous retourniez vers Béarn. Mon fils, vous avez bien jugé, par mes
premiers discours, que l'on ne tâche qu'à vous séparer de Dieu et de
moi; vous en jugerez autant par ces dernières, et de la peine en quoi
je suis pour vous. Je vous prie, priez bien Dieu, car vous en avez
bien besoin en tout temps et même en celui-ci, qu'il vous assiste. Et
je l'en prie, et qu'il vous donne, mon fils, ce que vous désirez.--De
Blois, ce VIIIe de mars.

«De par votre bonne mère et meilleure amie.

    «JEHANNE.»

Jeanne patienta longtemps; mais, à la fin, jugeant qu'elle ne
gagnerait rien à jouter avec la reine-mère sur le terrain des finesses
diplomatiques, elle changea de ton et d'allure, et voulut que les
questions en suspens fussent tranchées, à défaut de quoi elle menaçait
de rompre toute négociation. Combattue de la sorte, Catherine céda sur
tous les principaux points contestés, et le contrat fut signé le 11
avril. En voici les stipulations essentielles:

A part les villes et domaines, Marguerite reçoit pour dot trois cent
mille écus d'or au soleil, l'écu évalué à cinquante-quatre sols. La
reine-mère lui donne deux cent mille livres tournois; les ducs d'Anjou
et d'Alençon, chacun vingt-cinq mille livres. Ces sommes ne furent pas
payées comptant, mais constituées en achat de rentes, au denier douze,
sur la ville de Paris. Jeanne d'Albret déclare son fils héritier de
tous ses biens acquis et à venir; lui abandonne, dès à présent, les
revenus, offices et bénéfices de l'Armagnac, son domaine, douze mille
livres de rentes assises sur le comté de Marle, et les biens qu'elle
tenait du cardinal de Bourbon, son beau-frère. Le prince s'oblige à
fournir le château de Pau de meubles et ustensiles, jusqu'à
concurrence de trente mille livres. Pour les bagues et joyaux, la
reine de Navarre fera ce qu'elle jugera convenable.

La reine de Navarre se rendit à Paris, le 14 mai, et, avec son
activité ordinaire, s'occupa des préparatifs du mariage, en attendant
l'arrivée de son fils, encore dans ses Etats, et dont les messages de
Charles IX pressaient le départ. Depuis plusieurs années, la santé de
Jeanne dépérissait; les préoccupations et les soucis qui avaient
rempli son séjour à Blois, et qu'elle retrouva, sous une autre forme,
à Paris, brisèrent ses forces et hâtèrent une catastrophe qu'avaient
pu prévoir les confidents de sa vie privée. «Etant arrivée le
quinzième de mai, dit André Favyn, le premier jour de juin ensuivant,
elle se trouva malade d'une lassitude de membres sur le soir, pour
avoir été par la ville tout le long du jour; nonobstant cela elle ne
laissa de traîner jusques au cinquième jour qu'elle alita, et mourut
le dixième dudit mois de juin sur les trois heures après minuit, en
l'hôtel du prince de Condé (dit aujourd'hui de Montpensier), rue de
Grenelle. Elle décéda en l'âge de quarante-trois ans; son corps
embaumé et mis dans un cercueil de plomb, couvert d'un velours noir,
sans croix, flambeaux, ni armoiries, selon la nouvelle religion, fut
porté en la chapelle de Vendôme, auprès de son mari.

«Quelques écrivains, pour taxer la mémoire des défunts rois de France
Charles IX et Henri III d'heureuse mémoire, ont, par une extrême
impudence, laissé par écrit, poussés plutôt d'un zèle inconsidéré de
leur religion que de la vérité, que cette grande et docte princesse
était morte ayant senti des gants empoisonnés; d'autres, qu'elle avait
été empoisonnée d'un boucon qu'on lui donna, priée de souper chez le
duc d'Anjou, depuis roi Henri troisième du nom. Ecrivains convaincus
de mensonge par le témoignage des officiers domestiques de la feue
reine, par la relation desquels l'on apprend qu'elle mourut
pulmonique. Elle avait donné charge à ses médecins qu'après sa mort
elle fût ouverte, et sa tête particulièrement, pour savoir le sujet
d'une démangeaison qu'elle avait ordinairement sur icelle, à ce que si
cette maladie était héréditaire aux prince et princesse de Navarre ses
enfants, on y pût remédier. Son test (crâne) fut donc scié par un
chirurgien de Paris nommé Desneux, en la présence de Caillart, médecin
ordinaire de ladite reine Jeanne, et de sa religion: y furent trouvées
certaines petites bulbes pleines d'eau entre le crâne et la taie du
cerveau, sur laquelle s'épandant, elles causaient cette démangeaison.
Au reste, cette taie du cerveau était belle et nette, ce qui n'eût été
si on l'eût empoisonnée par des gants parfumés. Son corps fut
pareillement ouvert, toutes les parties nobles lui furent trouvées
saines et entières, les poumons exceptés, lesquels se trouvèrent gâtés
du côté droit, avec une dureté et callosité extraordinaire et une
apostème assez grosse, laquelle s'étant crevée dans le corps, fut
cause de la mort de la reine.»

La version du vieil écrivain sur les derniers moments de Jeanne
d'Albret est celle que l'histoire sérieuse a retenue, celle qui
prévaut aujourd'hui, à travers les controverses passionnées de trois
siècles. L'accusation d'empoisonnement aurait pu se produire, avec
quelque apparence de raison, après le mariage de Henri: commis à ce
moment, le crime eût été peut-être profitable; auparavant, il était
nuisible et absurde. Il fut soupçonné, pourtant, et longtemps encore
après l'événement; et même de nos jours, la thèse qui en fait la
preuve contre la vérité et la raison se perpétue dans plus d'un livre
nouveau. Il y a une école d'historiens, recrutée dans tous les camps,
qui semble s'être vouée à la réhabilitation des anciennes erreurs.

La reine de Navarre mourut en pleine possession d'elle-même. Elle
comprit, dès la première atteinte du mal, qu'elle allait, selon son
expression, «entrer du tout (entièrement) dans l'autre vie», et se
prépara avec résignation à ce terrible passage. Son testament porte
l'empreinte d'une âme forte et religieuse[13]. La conscience humaine a
pu hésiter, en d'autres temps, devant cette femme extraordinaire.
Aujourd'hui que, sans l'emporter peut-être sur les générations du XVIe
siècle, nous sommes loin des passions qui les armaient les unes contre
les autres, nous ne saurions nous abandonner ni au dénigrement
systématique, ni à l'admiration sans bornes. La mère de Henri IV eut
un grand cœur et une âme royale, double héritage que recueillit et
fit fructifier son fils. L'esprit de fanatisme lui dicta des actes
iniques et attentatoires à la liberté humaine, qu'elle s'imaginait
servir mieux que les catholiques; mais qui donc, à cette époque,
surtout parmi les têtes couronnées, respecta toujours la liberté, fut
constamment fidèle à la justice? Les deux auteurs du démembrement du
royaume de Navarre furent un pape et un roi, Jules II et Ferdinand le
Catholique, le souverain laïque agissant avec l'épée, le souverain
religieux fulminant l'interdit, tous deux d'accord pour punir Jean,
roi de Navarre, aïeul de Jeanne d'Albret, de n'avoir pas voulu trahir
le roi de France, son allié et leur adversaire. Le souvenir de cette
double iniquité, qui vécut toujours au cœur des petits souverains de
Pau, ne suffirait pas, néanmoins, pour expliquer l'apostasie et le
fanatisme de Jeanne d'Albret; mais il faut rappeler aussi les caresses
prodiguées par Marguerite de Valois à la Réforme, et dont Jeanne fut
témoin; il faut relire l'histoire des palinodies d'Antoine de Bourbon,
contre qui Jeanne défendit, quelque temps, ses croyances
traditionnelles, et qu'elle suivit enfin dans l'Eglise calviniste,
mais lentement, à mesure que la conviction et la passion la
maîtrisaient, et pour n'en plus sortir, pour en sortir d'autant moins
que son mari en sortit lui-même, un peu avant sa mort, par ambition
personnelle, au moment où ses fausses vues politiques et les
scandaleux dérèglements de sa vie frappaient deux fois au cœur la
reine de Navarre. L'histoire ne doit ni amnistier, ni excuser, mais
expliquer. A la lumière de ses explications, Jeanne d'Albret nous
apparaît comme une statue qui, vue de profil, resplendirait de beautés
héroïques, et vue de face, attristerait le regard par ses difformités.

  [13] Appendice: II.



CHAPITRE IX

  Henri roi de Navarre.--Ses hésitations à Chaunai.--Il entre dans
    Paris avec huit cents gentilshommes.--Son mariage.--La
    Saint-Barthélemy.--Le «Discours de Cracovie».--La
    préméditation.--Le roi de Navarre et le prince de Condé sommés
    d'abjurer.--Conséquences de l'abjuration.--Abjuration forcée,
    comédie obligatoire.--Comment Henri joua son rôle.--Révolte de
    La Rochelle.--Siège de La Rochelle.--Défense héroïque.--Le duc
    d'Anjou élu roi de Pologne.--Accommodement avec les
    Rochelais.--L'édit par ordre.--Le massacre de
    Hagetmau.--Naissance du parti des «Malcontents».--Le duc
    d'Alençon et ses complots.--La conspiration de 1574.--La
    déposition du roi de Navarre.--Les calvinistes reprennent les
    armes et sont combattus par trois armées royales.--Mort de
    Charles IX.--Ses dernières paroles au roi de Navarre.--Henri
    III fait bon accueil à son beau-frère.--Autres complots du duc
    d'Alençon.--Il s'échappe de la cour et se ligue avec les
    protestants.--Le roi de Navarre médite un projet d'évasion.


Henri, désormais roi de Navarre, reçut à Chaunai, petite ville du
Poitou, la nouvelle de la mort de sa mère. Terrassé par ce coup
inattendu, le prince fut saisi de telles angoisses, qu'une fièvre
violente s'empara de lui et l'empêcha de se remettre en route. Le 13
juin, il n'avait pas encore quitté Chaunai, d'où il écrivait la lettre
suivante au baron d'Arros, lieutenant-général en ses Etats souverains.
Il avait déjà pris connaissance du testament de Jeanne d'Albret, et il
fait allusion à ce document: «J'ai reçu en ce lieu la plus triste
nouvelle qui m'eût dû advenir en ce monde, qui est la perte de la
reine ma mère, que Dieu a appelée à lui ces jours passés, étant morte
d'un mal de pleurésie qui lui a duré cinq jours et quatre heures. Je
ne vous saurais dire, Monsieur d'Arros, en quel deuil et angoisse je
suis réduit, qui est si extrême que m'est bien malaisé de le
supporter. Toutefois, je loue Dieu du tout. Or, puisque, après la mort
de ladite reine ma mère, j'ai succédé à son lieu et place, il m'est
donc de besoin que je prenne le soin de tout ce qui était de sa charge
et domination; qui me fait vous prier bien fort, Monsieur d'Arros, de
continuer, comme vous avez fait en son vivant, la charge qu'elle vous
avait baillée en son absence, en ses pays de là, de la même fidélité
et affection que vous avez toujours montrée, et tenir principalement
la main à ce que les édits et ordonnances faites par Sa Majesté soient
à l'avenir, comme je désire, gardés et observés inviolablement, de
sorte qu'il ne soit rien attenté ni innové au contraire; à quoi je
m'assure que vous vous emploierez de tout votre pouvoir...»

Le roi de Navarre débattit assez longtemps en lui-même et avec ses
conseillers la résolution qu'il convenait de prendre. La prolongation
de son séjour à Chaunai menaçait de ruiner tant de projets, du côté
des huguenots comme du côté de la cour, que, des deux parts, il était
assailli de sollicitations. Enfin, pressé par Coligny lui-même, il
partit, accompagné du prince de Condé et de huit ou neuf cents
gentilshommes, et entra dans Paris, le 20 juillet. Malgré la
cordialité de l'accueil qu'il y reçut du roi, de la reine-mère et de
leur entourage, Henri partagea difficilement la confiance et la
satisfaction de ses coreligionnaires: des incidents de toute sorte
surgissaient à chaque instant, qui, à trois siècles de distances, nous
semblent avoir été de clairs avertissements. L'inaltérable
bienveillance de Catherine, la débonnaireté subite et imperturbable de
Charles IX à l'égard des huguenots, les indiscrétions qui se
colportaient, mille bruits, mille indices, avant comme après le
mariage, rien ne put dessiller les yeux, faire évanouir le rêve; à
peine fut-il troublé, de temps à autre, chez les plus avisés.

La question du mariage avait offert de grandes difficultés: Rome s'y
opposait. Avant l'arrivée des dispenses, Charles IX, impatient, donna
des ordres absolus. Les fiançailles eurent lieu au Louvre, le 17 août,
et, le 18, le mariage fut célébré, grâce aux aventureuses
complaisances du cardinal de Bourbon, «sur un haut échafaud dressé
devant la principale entrée» de la cathédrale de Paris. Après la
bénédiction nuptiale, les catholiques entrèrent dans le chœur pour
entendre la messe, et les calvinistes se tinrent ostensiblement à
l'écart. Ainsi fut conclu le pacte jugé nécessaire pour l'exécution
des desseins qui aboutirent à la Saint-Barthélemy.

Le récit de cette terrifiante journée n'exige pas sa place dans notre
étude. Il est de ceux que le monde entier connaît, ce massacre ayant
eu le triste don, par ses dramatiques péripéties, de fasciner la
curiosité humaine, souvent cruelle dans ses investigations. Parmi les
documents célèbres qui abondent sur la Saint-Barthélemy, nous n'en
connaissons pas de plus riche en révélations poignantes, en aveux
effrayants, en clartés terribles, que la relation du duc d'Anjou, roi
de Pologne, que l'histoire a enregistrée sous le nom de «discours de
Cracovie[14]». Nous la mentionnons parmi les pièces recueillies à la
fin de cet ouvrage. Ici, la probité dicte quelques réflexions.

  [14] Appendice: VIII.

L'œuvre sanglante de la Saint-Barthélemy a été, dans ces derniers
temps, le sujet d'éclatantes controverses. On a écrit des volumes,
d'ailleurs instructifs, sur cette question: «La Saint-Barthélemy
a-t-elle été préméditée?» Par quel étrange abus de mots, par quel goût
malsain pour les discussions byzantines, en est-on arrivé à
transformer en problème ce qui, pendant trois siècles, n'a réclamé
aucune démonstration? Depuis la paix de Saint-Germain jusqu'à
l'attentat contre l'amiral, pendant plus de deux années, il n'y a pas,
dans la politique de Catherine de Médicis, un seul acte qui ne tende
visiblement à endormir la méfiance des calvinistes, à encourager leurs
espérances, à flatter, sinon à satisfaire leurs ambitions; la cour
leur promet tout, leur offre tout, leur donne tout; les Valois
orthodoxes jettent leur fille dans les bras du Bourbon hérétique;
toutes les amorces partent du Louvre et y ramènent l'élite de la
France protestante: la voilà qui accourt au son des cloches de l'hymen
royal. Et il n'y a pas eu de préméditation dans ce qui s'est fait, et
il n'y en aura pas dans ce qui va suivre! C'est donc pour livrer la
monarchie et le pays aux calvinistes qu'on les a rassemblés, leurs
chefs en tête, autour du trône; ou bien, c'est par hasard que mille
manœuvres inconscientes ont rempli deux années pour aboutir à
l'immense manœuvre des derniers jours! Certes, une Saint-Barthélemy a
été préméditée, longuement et savamment préméditée, si jamais quelque
chose le fut en ce monde. Qu'on ait réglé, six mois, six semaines ou
six jours auparavant, la mise en scène de l'effroyable dénouement;
qu'on ait fait d'avance, dans l'œuvre de destruction, la part du feu,
du poison et des cachots; qu'on ait condamné les uns, gracié les
autres; que le nom de l'amiral ait figuré le premier ou le dernier sur
la liste de proscription; qu'on ait hésité longtemps sur les mesures
à prendre, sur les têtes à frapper, sur les agents à employer, sur
l'économie du sinistre cérémonial, ce sont là des sujets précieux pour
l'historiette, mais qui n'enlèvent rien à la réalité de ce grand fait
caractérisant un grand crime: la préméditation.

La veille du massacre, dans le dernier conseil secret qui précéda
l'exécution, «la vie du roi de Navarre et du prince de Condé»,--dit
Mézeray, qui résume ses devanciers,--«fut balancée quelque temps entre
la grâce et la mort. Les Guises, à ce qu'on croit, ayant déjà conçu
quelque rayon d'espérance de parvenir à la couronne, eussent bien
souhaité qu'on les eût ôtés du monde, si bien que leurs confidents
apportèrent quelques raisons dans le conseil pour le persuader, mais
bien différentes de celles qui les mouvaient en effet. Quant au roi de
Navarre, il fut considéré que le fait, qui de soi-même était fort
étrange, paraîtrait beaucoup plus horrible aux nations étrangères, si
un grand prince dont le père était mort au service du roi, et qui
avait été enveloppé dans les mauvaises opinions par le malheur de sa
naissance, était massacré dans le Louvre, à la vue de son beau-frère,
entre les bras de sa nouvelle épouse; qu'au reste, l'on ne pourrait
point se décharger d'un meurtre si atroce sur les Guises, parce que
l'on savait bien qu'ils n'avaient point d'inimitié entre eux; et
qu'après tout, ce serait une trop grande honte au roi de dire que ses
sujets auraient eu l'audace de tuer son beau-frère à ses pieds. Ces
puissantes raisons et d'ailleurs la facilité de son naturel, sa
modération et sa grande bonté, qui, depuis qu'il était à la cour,
avaient imprimé dans les cœurs de bons sentiments de lui, furent
cause que le Conseil, presque tout d'une voix, conclut de lui sauver
la vie. Mais pour celle du prince de Condé, comme son humeur
inflexible et la mémoire de son père aggravaient sa cause, elle se
trouva en grand danger. Il n'y eut que le duc de Nevers, qui avait
épousé la sœur de sa femme, qui se montra ferme pour lui: ce qu'il
fit de sorte qu'il l'emporta à la fin, mais avec grand'peine, en se
rendant caution qu'il demeurerait dans l'obéissance du roi et se
ferait catholique.»

Le 25 août, vers neuf heures du matin, d'autres disent vers deux
heures et au plus fort du massacre, Charles IX manda le roi de Navarre
et le prince de Condé. Réveillés par les archers de la garde, qui ne
leur permirent pas de prendre leurs épées, ils furent traînés devant
le roi comme des criminels. Charles IX, depuis deux ou trois jours en
proie à une sorte de frénésie, «leur déclara que tout ce qu'ils
voyaient avait été exécuté par son commandement; qu'il avait été forcé
de se servir d'un si violent remède pour mettre fin à toutes les
guerres et séditions; et que c'était ainsi qu'il faisait périr ceux
qu'il ne pouvait faire obéir; qu'au reste, il avait sujet de les haïr
mortellement eux deux, et occasion de se venger de ce qu'ils avaient
osé se faire chefs d'une méchante et opiniâtre faction; toutefois
qu'il donnait ce ressentiment à l'alliance et au sang, pourvu qu'ils
changeassent de vie, et qu'ils embrassassent la religion catholique,
parce qu'il n'était plus résolu d'en souffrir d'autre dans ses terres;
qu'ils avisassent donc à lui témoigner leur obéissance en ce point:
autrement qu'ils se préparassent à recevoir le même traitement qu'ils
avaient vu faire à leurs domestiques. Le roi de Navarre, extrêmement
étonné de ces mots prononcés avec une voix menaçante, et de
l'effroyable spectacle qu'il avait vu devant ses yeux, répondit qu'il
priait Sa Majesté de laisser leur vie et leur conscience en repos, et
que du reste ils étaient prêts de lui obéir en toutes choses. Mais le
prince repartit plus hautement, que Sa Majesté ordonnât comme il lui
plairait de sa tête et de ses biens, qu'ils étaient en sa disposition;
mais que pour sa religion il n'en devait rendre compte qu'à Dieu seul,
duquel il en avait reçu la connaissance. Cette réponse mit le roi en
si grand courroux, qu'il l'appela par plusieurs fois enragé séditieux,
rebelle et fils de rebelle, jurant que si dans trois jours il ne
changeait de langage, il le ferait étrangler; et après avoir exhalé sa
colère par ces menaces, il commanda qu'on les gardât soigneusement, et
qu'on ne permît à personne qu'à ceux qu'il ordonnerait d'approcher
d'eux.»

Quelques historiens ont prétendu que Henri et Condé avaient obéi au
roi, le premier sur-le-champ, et le second dans le délai fixé par
Charles IX. La vérité paraît être que, pendant près d'un mois, «toute
la cour travailla à la conversion de ces princes, lesquels, dit
Mézeray, étant les chefs de cette faction, semblaient devoir amener
les plus opiniâtres après eux».

L'abjuration forcée du roi de Navarre, prisonnier et politiquement
irresponsable, entraîna pour lui les plus humiliantes conséquences. Il
ne pouvait être, en ce moment, ni catholique de cœur, ni indifférent
en matière de religion, puisque ses coreligionnaires et ses meilleurs
amis venaient d'être massacrés, sous prétexte d'hérésie, et qu'on le
contraignait lui-même à répudier leur mémoire. Il était condamné à
jouer devant la cour et devant le pays une comédie pénible, d'une
durée incertaine, et qui pouvait à jamais gâter son cœur et avilir
son caractère. Sa jeunesse, sa souplesse d'esprit et, s'il faut le
dire, ses penchants naturels, trop flattés par les mœurs corrompues
de la cour, l'aidèrent à traverser cette épreuve, sans que ses amis
eussent le droit de désespérer de lui, sans que ses ennemis eussent
l'occasion de pénétrer son arrière-pensée. Après l'abjuration, il
reçut de Charles IX l'ordre de rendre manifeste son changement de
religion: ses lettres de soumission et celles du prince de Condé
furent portées à Rome par M. de Duras.

Les protestants ne furent nullement ébranlés par ces apparentes
défections. Les Rochelais, bien avant la Saint-Barthélemy, avaient
exprimé au roi de Navarre, à l'amiral et aux autres chefs calvinistes
leur mécontentement de les voir s'abandonner aux séductions de la
cour. Après les massacres, «ils recueillirent humainement, dit Pierre
Mathieu, tous ceux qui avaient échappé à cet orage, et s'ils n'eussent
relevé les courages et les espérances, c'était fait du parti; mais ils
retirèrent tous les gens de guerre qui étaient dispersés çà et là. Les
gentilshommes de cette religion qui ne se sentaient assurés en leur
maison s'y rendirent incontinent. La Rochelle donna moyen de vivre à
cinquante-cinq ministres, et se mit en tel état qu'elle eut l'audace
de refuser l'entrée à Biron, que le roi lui envoyait pour gouverneur.
Pour ce, le roi lui fit écrire par le roi de Navarre et le prince de
Condé de ne se précipiter aux malheurs que cette désobéissance lui
apporterait».

A la suite de ces exhortations, deux partis se formèrent à La
Rochelle: l'un voulait obéir, l'autre résister; mais les massacres
qui, au mois d'octobre, eurent lieu à Bordeaux et dans quelques autres
villes, tournèrent décidément les esprits vers la résistance, et les
Rochelais s'y préparèrent avec une énergique résolution. En vain, la
cour, sentant la nécessité d'une pacification générale, essaya-t-elle
d'éviter le conflit: ses négociations, même celle de La Noue, qui
voulut bien servir d'intermédiaire, trouvèrent les Rochelais
inflexibles. Au mois de novembre, Biron investit la ville rebelle, et,
le mois suivant, le siège était formé. Les habitants se défendirent
vaillamment; on vit les femmes elles-mêmes s'exposer à tous les
périls. L'arrivée du duc d'Anjou, envoyé par le roi comme
généralissime, n'intimida pas les assiégés. Ce prince amenait avec lui
la plupart des grands personnages du royaume, parmi lesquels fut
obligé de figurer le roi de Navarre. Le siège fut rude et funeste à
beaucoup d'officiers catholiques; le duc d'Anjou faillit y périr. De
leur côté, les Rochelais endurèrent des souffrances de toute sorte.
Ils eurent, un moment, l'espoir d'être secourus par Montgomery,
arrivant d'Angleterre avec des troupes et des munitions; mais il ne
put parvenir jusqu'à eux. Néanmoins, la place ayant reçu des poudres,
les assiégés reprirent courage, et, malgré des assauts répétés, malgré
la disette et la famine même, ils se montrèrent intraitables. Il fut
heureux, pour l'honneur des armes royales, que l'élection du duc
d'Anjou au trône de Pologne vînt faire diversion et provoquer des
accommodements. La Rochelle ne fut pas forcée: il était réservé à la
main de fer de Richelieu de détruire cette forteresse, sinon d'abattre
cette fierté. La paix avec les Rochelais fut signée le 6 juillet 1573.
Le 19 août, la ville de Sancerre, une des fortes places du Haut-Berry,
révoltée comme La Rochelle, et que les calvinistes avaient défendue
pendant huit mois, ouvrit ses portes à l'armée royale.

Pendant qu'il était devant La Rochelle, le roi de Navarre fut amené à
s'occuper des affaires de ses Etats. Le 16 octobre, sur l'injonction
de Charles IX, il avait rendu un édit pour rétablir la religion
catholique dans ses pays souverains. Bafoué par les calvinistes,
l'édit provoqua de nombreux soulèvements. Les bruits avant-coureurs de
ces désordres étant venus jusqu'à la cour, Henri fut contraint
d'écrire plusieurs lettres à ses officiers pour leur recommander la
soumission au comte de Gramont, qu'il venait de nommer son
lieutenant-général. On eut si peu égard à ses avis, à ses ordres et à
ses prières, que le jeune baron d'Arros, excité par son père, massacra
toute l'escorte du comte de Gramont, dans la cour de son château de
Hagetmau. Gramont ne dut la vie qu'aux supplications et aux larmes de
sa belle-fille, Diane d'Andouins. Le 8 juin, Henri écrivit à d'Arros
pour condamner ces violences et ordonner la mise en liberté du comte
de Gramont.

Ce fut au siège de La Rochelle, s'il faut en croire quelques
historiens, que prit naissance le parti des «Malcontents», qui allait
bientôt exercer une influence marquée sur les affaires du royaume. Il
est certain, du moins, qu'après l'élection du duc d'Anjou, son frère,
le duc d'Alençon, esprit inquiet et brouillon, forma ou se laissa
inspirer des projets ambitieux. Charles IX régnait à peine et
gouvernait moins que jamais. Le duc d'Alençon pouvait être roi, son
frère aîné n'ayant pas d'enfant mâle, et le duc d'Anjou étant pourvu
d'une couronne étrangère. Il se trouva subitement, à l'âge de dix-huit
ans, et sans capacité reconnue, le chef d'un nouveau tiers-parti, où
entrèrent des catholiques et des huguenots.

Tantôt d'accord, tantôt en querelle avec Henri, le duc d'Alençon
ourdit intrigues sur intrigues, si bien qu'il devint aussi suspect que
le roi de Navarre: il se laissa pousser jusqu'aux complots. Nous
n'avons pas à énumérer toutes ces tentatives; mais il faut rappeler au
moins la conspiration de 1574, qui devait faire concorder une reprise
d'armes des huguenots avec l'évasion du roi de Navarre et du duc
d'Alençon. On sait qu'elle coûta la vie à La Mole et à Coconnas,
gentilshommes du duc. Les deux princes furent incarcérés, accusés d'un
crime d'Etat et interrogés dans les formes. «Le duc, dit Mézeray,
répondit en criminel, lâchement et en tremblant; l'autre, en
accusateur plutôt qu'en accusé, avec des reproches qui firent perdre
contenance à la reine-mère.» La déposition du roi de Navarre[15] fit
juger, dès lors, quel homme il serait, à l'heure de la maturité.
Marguerite de Valois prétend, dans ses Mémoires, qu'elle avait rédigé
ce document, qui passe en revue toute la vie du royal accusé. Nous n'y
contredisons pas, et la déposition n'en acquiert que plus de prix aux
yeux de la postérité; mais si Marguerite a écrit, Henri a dicté, car
on rencontre, à chaque alinéa, sa trempe d'esprit et sa finesse
native.

  [15] Appendice: IX.

Le complot, déjoué à la cour, n'en éclata pas moins en province.
Montgomery, débarqué d'Angleterre, dirigea une prise d'armes dans la
Basse-Normandie, et s'empara de quelques places; La Noue recommença la
guerre autour de La Rochelle; les huguenots rouvrirent les hostilités
dans le Dauphiné, la Provence et le Languedoc; le prince de Condé,
qu'on se bornait à surveiller dans son gouvernement nominal de
Picardie, s'était enfui en Allemagne, d'où il comptait ramener des
troupes auxiliaires, en vue d'un soulèvement général des calvinistes
français. Catherine de Médicis, à qui Charles IX, malade de corps et
d'esprit, laissait tout le fardeau du gouvernement, déploya, dans
cette crise, une remarquable activité. Trois armées furent
simultanément mises sur pied: la première, commandée par Matignon,
alla s'opposer à Montgomery, qu'elle força dans la ville de Domfront;
la deuxième, sous les ordres de Montpensier, marcha contre La Noue; la
troisième, avec le comte d'Auvergne, fils de Montpensier, qu'on
appelait le prince Dauphin, fut envoyée dans le Dauphiné.

Au milieu de ces nouvelles luttes, Charles IX achevait de mourir. Le
30 mai 1574, il expira, laissant la régence à sa mère. Quoiqu'il eût
criminellement abusé de son pouvoir sur la personne du roi de Navarre,
il avait toujours eu pour ce prince des sentiments d'affection, et, au
lit de mort, il les affirma avec quelque solennité: «Mon frère»,
dit-il à Henri après l'avoir embrassé, «vous perdez un bon maître et
un bon ami. Je sais que vous n'êtes point du trouble qui m'est
survenu. Si j'eusse voulu croire ce qu'on m'en voulait dire, vous ne
seriez plus en vie. Je me fie en vous seul de ma femme et de ma fille:
je vous les recommande.»

L'accueil que Henri III, à son retour de Pologne, fit au roi de
Navarre et au duc d'Alençon, tenus en chartre privée par Catherine,
eut l'apparence d'une mise en liberté. «La reine-mère, qui était venue
de Paris à Lyon (au-devant de Henri III), dit Pierre Mathieu, poussa
jusques au Pont-de-Beauvoisin pour le rencontrer. Elle lui présenta le
duc d'Alençon et le roi de Navarre, lui disant: «Voici deux
prisonniers que je vous remets; je vous ai averti de leurs fantaisies;
c'est à vous d'en faire ce qu'il vous plaira». Le roi les embrassa,
mais avec un peu de froideur, car un meilleur visage leur eût fait
présumer qu'il ne croyait ce qu'elle venait de dire contre eux. Ils se
mirent sur les excuses... Le roi leur dit: «Je vous donne la liberté,
et ne veux pour cela autre chose de vous, sinon que vous m'aimiez et
vous aimiez vous-mêmes, en vous préservant de ce qui vous peut nuire
et offenser l'honneur de votre naissance.»

Les deux princes n'eurent qu'une médiocre confiance dans cette bonne
grâce royale. Henri se contenta, pour le moment, des coudées franches
dont on semblait lui faire l'octroi; mais le duc d'Alençon ne perdit
pas de temps et se remit à conspirer. Le parti des Malcontents
s'organisa sérieusement autour de lui, aidé par l'attitude du maréchal
de Damville, gouverneur de Languedoc, qui venait d'établir, entre les
catholiques «politiques» et les réformés, un pacte par lequel fut
considérablement modifiée la situation générale. Au cours d'un de ces
complots qui remplirent toute sa vie, le duc d'Alençon fut soupçonné
par le roi d'avoir tenté de l'empoisonner, et Henri III essaya de
s'entendre avec son beau-frère pour «se défaire de ce méchant». Henri
eut beaucoup de peine à dissuader le roi, dont il ne voulut, à aucun
prix, servir les rancunes.

Enfin, le 16 septembre 1575, après une feinte réconciliation avec
Henri III, le duc d'Alençon quitta brusquement la cour, au moment où
les troubles renaissaient de toutes parts, et où les reîtres venaient
de passer la frontière, guidés par Guillaume de Montmorency, seigneur
de Thoré. Le 10 octobre, Thoré était battu, entre Dormans et
Château-Thierry, par le duc de Guise, qui reçut là sa balafre
historique; mais la fuite de Monsieur jetait dans un trouble profond
la politique royale, et Catherine tenta les plus grands efforts pour
arriver à une pacification. A défaut d'un traité, dont les bases
offraient des difficultés insurmontables, la reine-mère signa, le 22
novembre, une trêve générale de six mois. Quoiqu'elle en fît tous les
frais, elle ne parvint à contenter personne: la trêve, mal observée,
fut comme le signal d'une recrudescence d'hostilités, surtout de la
part de Condé et de ses auxiliaires allemands. En quelques semaines,
Monsieur et Condé comptèrent autour d'eux une armée de quarante mille
hommes, Français ou étrangers, vivant, pour la plupart, aux dépens du
Bourbonnais et du Berry.

Telle était la situation au mois de janvier 1576. Le roi de Navarre,
entièrement effacé, presque oublié, pendant l'année précédente, n'en
avait pas suivi d'un œil moins attentif la marche des événements, et
l'heure lui sembla venue, sinon de s'y mêler avec éclat, du moins d'en
profiter pour reconquérir sa liberté personnelle et son indépendance
politique.



LIVRE DEUXIÈME

(1576-1580)



CHAPITRE PREMIER

  L'évasion.--Henri, libre, retourne au calvinisme.--Le frère et la
    sœur.--Le traité de Beaulieu et ses conséquences.--Naissance
    et organisation de la Ligue.--Situation difficile.--Esprit
    politique de Henri.--Sa correspondance avec les
    Rochelais.--Séjour à La Rochelle.--Lettre du roi de France à
    Montluc.--Le roi de Navarre, le maréchal de Damville et les
    «politiques».--Lettre de Henri à Manaud de Batz.--Requête des
    Bordelais.


«Le vendredi, 3e février (1576), dit le journal de P. de l'Estoile,
messire Henri de Bourbon, roi de Navarre, qui toujours avait fait
semblant, depuis l'évasion de Monsieur, d'être en mauvais ménage avec
lui et n'affecter aucunement le parti des huguenots,--ayant gagné ce
point, par sa dextérité et bonne mine, que les plus grands
catholiques, ennemis jurés des huguenots, voire jusques aux tueurs de
la Saint-Barthélemy, ne juraient plus que par la foi que lui
devaient,--sortit de Paris, sous couleur d'aller à la chasse en la
forêt de Senlis, où il courut un cerf le samedi, et renvoya un
gentilhomme nommé Saint-Martin, que le roi lui avait donné, lui porter
une lettre en poste. Et, partant de Senlis, sur le soir, accompagné
des seigneurs de Lavardin, de Fervaque et du jeune La Valette,
auparavant affectionnés partisans du roi, prit le chemin de Vendôme,
puis alla à Alençon, où il abjura la religion catholique en plein
prêche, et de là se retira au pays de Maine et d'Anjou, où il
commença à prendre le parti de Monsieur et du prince de Condé, son
cousin, reprenant la religion qu'il avait été contraint, par force,
d'abjurer à Paris, et recommençant l'ouverte profession d'icelle, par
un acte solennel de baptême, tenant la fille d'un médecin au prêche.

«Bruit fut à Paris que ledit roi de Navarre, depuis son partement de
Senlis jusqu'à ce qu'il eût passé la rivière de Loire, ne dit mot;
mais aussitôt qu'il l'eut passée, jetant un grand soupir et levant les
yeux au ciel, dit ces mots: «Loué soit Dieu, qui m'a délivré! On a
fait mourir la reine, ma mère, à Paris, on y a tué M. l'amiral et tous
mes meilleurs serviteurs; on n'avait pas envie de me mieux faire, si
Dieu ne m'eût gardé. Je n'y retourne plus, si on ne m'y traîne.»
L'Estoile ajoute ce qu'il appelle un «vrai trait de Béarnais». Deux
jours avant son évasion, comme des soupçons planaient sur lui, parce
qu'il avait passé une nuit hors de Paris, il se présenta, le
lendemain, au roi et à la reine-mère, affecta de plaisanter sur sa
fuite, et déclara qu'il n'aspirait qu'au bonheur de vivre et de mourir
à leurs pieds. Il fallait jouer ce jeu-là avec la Florentine et sa
cour.

La chronique de l'Estoile, bonne à citer pour sa saveur, raconte, avec
une exactitude relative, l'évasion du roi de Navarre. Elle ne fut ni
improvisée, comme le donne à entendre un récit d'Agrippa d'Aubigné, ni
déterminée par ses exhortations, d'ailleurs éloquentes[16]. Henri,
depuis longtemps, songeait à reprendre sa liberté, et il épiait
l'heure favorable; nous avons à cet égard des témoignages décisifs. Au
mois de janvier, il écrivait à Jean d'Albret, baron de Miossens: «La
cour est la plus étrange que vous l'ayez jamais vue. Nous sommes
presque toujours prêts à nous couper la gorge les uns aux autres. Nous
portons dagues, jaques de mailles et bien souvent la cuirassine sous
la cape... Le roi est aussi bien menacé que moi; il m'aime beaucoup
plus que jamais. M. de Guise et M. du Maine ne bougent d'avec moi...
En cette cour d'amis, je brave tout le monde... Toute la ligue que
savez me veut mal à mort... Je n'attends que l'heure de donner une
petite bataille, car ils disent qu'ils me tueront, et je veux gagner
les devants. J'ai instruit bien au long Sévérac de tout.»

  [16] Appendice: X.

Cette lettre, où l'esprit de décision se montre à chaque ligne, même
et surtout sous les formes ironiques du langage, n'est pas d'un
prince qui ait eu besoin d'être poussé ou même inspiré par d'Aubigné
ni par aucun autre conseiller. Henri utilisa souvent et avec grand
profit les lumières de ses amis et de ses serviteurs, mais il ne fut
jamais à court d'idées ou de résolutions. Que ceci soit dit une fois
pour toutes.

Il faut peu de mots pour compléter et rectifier le récit de l'Estoile.
Le roi de Navarre, après sa partie de chasse, prenait quelque repos
dans les faubourgs de Senlis, et se disposait à exécuter son dessein,
lorsque, dans le but de gagner du temps, il envoya le capitaine
Saint-Martin à Henri III, avec une lettre portant «que, sur les avis
qu'on lui donnait que la reine-mère conseillait au roi de le retenir,
il demeurait à Senlis pour être éclairci de sa volonté». Saint-Martin,
qui était l'homme de Henri III, non celui du roi de Navarre, ne se
douta pas du stratagème et partit à franc étrier. Un instant après,
Henri se débarrassait d'un autre gardien, M. d'Espalungue, chargé
d'apporter au roi un second message. Des bateaux étaient prêts pour le
prince et sa petite escorte, composée des gentilshommes dont l'Estoile
donne les noms et de quelques autres, parmi lesquels Rosny (plus tard
Sully), Gramont et d'Aubigné. Pendant que ses messagers couraient les
chemins, Henri les courait aussi, en sens inverse. «Il y eut de la
peine, raconte d'Aubigné, à démêler les forêts, en une nuit très
obscure et fort glaceuse; le secours de Frontenac lui fut, en cela,
fidèle et bien à propos. Il passe donc l'eau au point du jour, à une
lieue de Poissy, perce un grand pays de Beauce, tout semé de
chevau-légers, repaît deux heures à Châteauneuf, là prend son maréchal
des logis L'Espine pour guide, à l'heure que les compagnies pouvaient
être averties, et le lendemain, il entre, d'assez bonne heure, dans
Alençon. Au matin d'après, son médecin Caillard lui offre son enfant,
afin qu'il fût de sa main présenté au baptême, ce qu'il accepta; et
cette nouveauté le fit recevoir sans nulle autre façon ni cérémonie.
On chanta, ce jour-là, au prêche, le psaume qui commence: _Seigneur,
le roi se réjouira d'avoir eu délivrance_. Ce prince s'enquit si on
avait pris ce psaume exprès pour sa bienvenue...» Il n'en était rien.

D'Alençon Henri se rendit à La Flèche, puis à Saumur, où il déclara
solennellement que «tout ce qu'il avait fait sur le changement de sa
religion était pure force et contrainte, et, partant, que la liberté
de sa personne lui rendant celle de sa volonté, il remettait aussi
son âme en l'exercice de sa première créance». Henri III lui fit tenir
plusieurs messages conçus en termes persuasifs, pour l'inviter à
revenir à la cour; mais ces démarches n'arrêtèrent pas un instant le
roi de Navarre. Il mit à profit, cependant, les dispositions amicales
de son beau-frère, pour obtenir que la princesse de Navarre, sa sœur,
fût autorisée à le rejoindre. Catherine et Henri se rencontrèrent à
Parthenay. En passant à Châteaudun, la princesse avait repris
publiquement, comme son frère, l'exercice de la religion calviniste.

Aucune grande entreprise ne se dessinait, en ce moment, contre la
cour; mais, de quelque côté que Catherine de Médicis tournât ses
regards, elle ne voyait que des ennemis ou des mécontents à la veille
de l'être. A la rigueur, elle pouvait combattre, et la coterie des
Guises l'y poussait; mais Henri III ne se souvenait guère des
penchants belliqueux de sa première jeunesse, et, d'ailleurs, la
reine-mère comptait moins sur ses armées que sur les ressources de sa
diplomatie. Cette diplomatie sans scrupules consistait généralement
dans un magnifique étalage de promesses et dans la défection à beaux
deniers de quelques adversaires de la cour.

Le traité conclu, au mois de mai, au couvent de Beaulieu, près de
Loches, et qu'on nomme aussi la «paix de Monsieur», fut conçu dans ces
principes. Le roi de Navarre, le prince de Condé, le duc d'Alençon et
le prince Casimir déposaient ou étaient censés déposer les armes, aux
conditions les plus favorables, en apparence. Néanmoins, il se trouva
que Monsieur était acheté au prix d'un beau supplément d'apanage, et
le prince Casimir manifestement soudoyé; le faisceau des hostilités
ainsi rompu, les protestants obtenaient des satisfactions platoniques
et quelques avantages réels, mais dont l'énumération détaillée importe
peu à l'histoire, puisque cette paix, qui devait être éternelle comme
les autres, fut violée aussitôt que publiée. Dès le mois de juin, en
effet, les huguenots surprenaient La Charité, au moment où le roi
tenait un lit de justice pour l'établissement des Chambres
mi-parties[17], qui était une des stipulations du traité. Quant aux
reîtres de Casimir, ils ne repassèrent la frontière que trois mois
plus tard, à moitié payés et nantis de gages sérieux pour le
complément de la dette royale. Mais la conséquence la plus grave de la
paix de Beaulieu fut l'émotion dangereuse qu'elle provoqua parmi les
catholiques, et qui aboutit à l'organisation définitive, plus encore,
à la première levée de boucliers de la Ligue. Les principaux faits qui
caractérisent l'éclosion de cette nouvelle puissance doivent trouver
place dans notre récit.

  [17] Appendice: XI.

Aux termes du traité de Beaulieu, d'Humières, gouverneur de Péronne,
reçut l'ordre de remettre cette place au prince de Condé. Péronne
devenait un centre protestant qui pouvait attirer tous les fléaux de
la guerre sur la Picardie, voisine des Pays-Bas. Le gouverneur,
arguant de ce motif, dont fut frappé l'esprit des Picards, refusa de
livrer Péronne, et toute la province fut invitée à former une ligue
catholique analogue à celle qui s'était organisée, sous le règne
précédent, en Bourgogne et en Guienne. Il y avait pourtant cette
différence, que les ligues formées sous Charles IX par les gouverneurs
devaient obéir au roi, et que les nouveaux ligueurs, sans s'élever
contre l'autorité royale, s'apprêtaient, quoi qu'il arrivât, à agir
contre les édits. L'incapacité du roi était posée en principe ou
prévue, et la nouvelle ligue voulait être en mesure de prendre en
mains la défense de la religion et du pays. Telles étaient les vues
d'un grand nombre d'associés, vues hardies mais en partie légitimes;
malheureusement, elles se modifièrent avec le temps, et les faits
démontrèrent bientôt que la ligue était, pour les principaux meneurs,
un instrument de domination et d'usurpation. Plusieurs associations ne
tardèrent pas à se former à l'exemple de celle de Péronne. Celle du
Poitou se montra des plus actives. La ligue parisienne fut organisée
sous le patronage discret des Guises, dont elle devait servir si
violemment la politique factieuse. Toutes ces ligues, d'abord
distinctes, furent bientôt en correspondance les unes avec les autres,
et arrivèrent à n'en former qu'une seule, qui embrassa la France
entière.

Le texte des célèbres statuts de la ligue de Picardie, copié sur
l'original par le Père Louis Maimbourg, est noté à l'Appendice[18].
Cette formule fut généralement adoptée, dans la suite, par tous les
ligueurs de France. Ce qui en ressort avec une parfaite évidence,
c'est la création d'un Etat dans l'Etat; aussi s'explique-t-on
difficilement l'aberration du pouvoir royal, qui ne prévit pas les
conséquences d'un tel acte, ou qui, les prévoyant, crut les conjurer,
peut-être en profiter, par son adhésion. Eternelle histoire des
gouvernements qui doivent périr: ils s'imaginent lier à leur joug,
par le patronage, l'idée ou le parti qui sera l'instrument de leur
perte!

  [18] Appendice: XII.

Entre la signature du traité de Beaulieu et les résolutions prises aux
Etats de Blois, dont nous parlerons à leur date, la situation fut
difficile pour le roi de Navarre. Il y avait dans les faits une telle
inconsistance, qu'il en pouvait résulter de l'incohérence dans son
esprit. Mais, quoiqu'il eût à peine atteint sa vingt-troisième année,
qu'il eût des ressources très bornées et peu d'amis à toute épreuve,
il traversa, avec quelque bonheur, cette année de tâtonnements et
d'aventures.

Une fois libre, il s'empressa de ressaisir, au moins par sa
correspondance, le gouvernement de ses Etats, pendant que les
négociations relatives à la paix lui faisaient un devoir d'en rester
encore éloigné. La paix conclue, bien qu'il n'eût guère confiance dans
les promesses de Catherine, il prit à l'égard de l'édit une attitude
que nous lui verrons conserver systématiquement envers tous ceux qui
suivirent: il en recommanda, publiquement et en particulier, la
stricte observation à tous ses gouverneurs et officiers. C'était le
début d'un esprit essentiellement politique et qui devait surpasser de
beaucoup la plupart de ceux de son temps. Cette direction donnée à ses
amis et à tous ses partisans, il se sentit attiré à La Rochelle, qui
lui rappelait tant de souvenirs et qu'il savait être restée la vraie
capitale de ce qu'on aurait pu appeler l'Etat calviniste français. De
Niort et de Surgères, il écrivit aux «maire, échevins et pairs de La
Rochelle». Devenus méfiants, depuis son abjuration, pourtant forcée,
ils lui avaient envoyé, sur son désir de les visiter, des députés
chargés de pénétrer ses intentions.

La glace ne fut pas rompue du premier coup, mais elle le fut enfin par
la lettre du 26 juin, pressante, cordiale, et qui émut les Rochelais,
très heureux, en somme, de revoir dans leurs murs le fils de cette
grande Jeanne d'Albret qu'ils avaient tant aimée et admirée. Henri
leur disait: «Désirant vous aller visiter, comme mes bons amis, avant
que je m'éloigne de ces quartiers, d'autant que je suis contraint
d'aller bientôt en Guienne, je ne veux point que, pour le présent,
vous me fassiez aucune entrée, comme aussi je ne veux, cette fois,
entrer comme gouverneur et lieutenant-général pour le roi: encore
moins voudrais-je préjudicier aucunement à vos privilèges, ni au
traité de la paix... Je n'entends aussi y établir aucun gouverneur,
mais visiter privément comme ami, avec ma maison seulement, suivant
la liste que je vous ai envoyée. Et n'y mènerai personne qui puisse
être suspect et dont je ne réponde...»

Les Rochelais ne s'en tinrent pas au cérémonial de réception tracé
dans ce billet. Sully nous apprend que, hormis la présentation du
dais, ils rendirent au roi de Navarre tous les honneurs qu'ils
auraient pu rendre au roi de France. En revanche, ils refusèrent
d'accueillir quelques-uns des catholiques qui étaient à sa suite,
quand ils surent que ces gentilshommes avaient trempé dans les
massacres de la Saint-Barthélemy.

Rapproché de son gouvernement de Guienne et de ses pays souverains, le
roi de Navarre entretint avec ses partisans de plus fréquentes et de
plus fructueuses relations. Mais il y avait été précédé par les
instructions de Henri III: «Je suis averti», écrivait le roi au
maréchal de Montluc, que «le roi de Navarre a pris le chemin pour
aller à mon pays de Guienne, où je sais qu'il n'aura faulte
d'adhérents et serviteurs, tant à cause des grands biens qu'il y
possède que pour plusieurs autres causes et considérations; au moyen
de quoi, s'il ne trouve personne audit pays d'autorité et qualité, tel
qu'il est nécessaire, pour donner opposition et empêchement à ses
entreprises, je crains grandement qu'il en advienne de grands
inconvénients à mon service. Partant, je vous prie vous employer pour
me faire quelque bon et notable service, afin que mondit cousin trouve
les choses mieux disposées pour mon service qu'il ne se promet...»

Un des premiers soins de Henri fut de tâcher d'établir une entente
parfaite entre lui et le maréchal de Damville, gouverneur de
Languedoc, ce chef militaire des politiques qui plus tard devait
répudier l'alliance calviniste et, plus tard encore, embrasser la
cause de Henri pour la servir jusqu'au triomphe. Le maréchal venait de
convoquer l'assemblée des députés des provinces méridionales, composée
de représentants de la noblesse et du Tiers-Etat, de magistrats et de
ministres huguenots. Par leurs délibérations, ces députés pouvaient
apporter un appui efficace au gouverneur dans la plupart de ses actes
de politique ou d'administration. Henri avait donc un grand intérêt à
entretenir des relations suivies et amicales avec Damville: il tendait
logiquement à devenir lui-même le chef supérieur des politiques, comme
il était celui des huguenots, et l'assemblée convoquée par le maréchal
allait agiter des questions dont plusieurs pouvaient être de premier
ordre. Aussi le roi disait-il à Damville, le 16 juin, après avoir loué
la «bonne et sainte convocation» qu'il venait de faire: «J'espère
envoyer bientôt mes députés pour me joindre à un si bon œuvre, duquel
nous devons attendre beaucoup de fruit, y intervenant l'autorité de
Monsieur et la présence de tant de gens de bien»; et il ajoutait: «Je
m'achemine tant que je puis en mon gouvernement, et ce qui me fait
plus désirer de passer de là est l'envie que j'ai de vous voir et
communiquer avec vous de plusieurs choses concernant le bien commun de
ce royaume et principalement de notre parti».

Avant de quitter La Rochelle, où il séjourna peu de temps, en
compagnie de Catherine de Bourbon, le roi de Navarre fit tenir un
certain nombre de messages écrits ou verbaux à des personnages
influents du gouvernement de Guienne, du duché d'Albret et de
l'Armagnac, afin d'aller moins à l'aventure quand il aborderait ces
pays, qui ne le connaissaient plus guère que de nom. La lettre
suivante, adressée à un seigneur catholique, Manaud de Batz, qui fut
bientôt un de ses plus valeureux partisans, donne le ton à la fois
royal et insinuant de cette correspondance: «Monsieur de Batz, je vous
veux bien faire savoir qu'êtes sur l'état de la défunte reine, ma
mère, de ceux-là à elle appartenant et de tout temps bons amis et
serviteurs des siens. Par quoi, faisant état de votre bonne volonté,
je vous prie faire et croire ce que vous dira M. d'Arros de ma part.
Et serai bientôt à même de connaître les véritables gens de cœur qui
se voudront acquérir honneur pour bien faire avec moi; entre lesquels
je fais état de vous trouver toujours...--Je vous prie m'assurer vos
amis et me venir voir à mon passer à Auch, partant de ce pays de La
Rochelle[19]».

  [19] Appendice: XIII.

Etant encore à La Rochelle, le roi de Navarre reçut du maire et des
jurats de Bordeaux une requête à laquelle il s'empressa de faire
droit, sans se douter que, peu de temps après, cet acte de
bienveillance serait payé d'ingratitude par la capitale de la Guienne.
Nous citons le texte royal, comme nous le citerons toutes les fois
qu'il pourra sans inconvénient s'intercaler dans notre récit: plût à
Dieu que Henri IV eût écrit son histoire tout entière! «Monsieur de
Bajaumont, ordonne le roi de Navarre au général (trésorier général)
d'Agenais, les maire et jurats de Bordeaux m'ont fait entendre qu'il a
été mené en la ville d'Agen quelques pièces d'artillerie, balles,
poudres et matériaux qui leur appartiennent. Maintenant qu'il a plu à
Dieu nous donner la paix, ils désireraient que le tout leur fût rendu
et restitué. A cette cause, désirant la conservation de ladite ville
de Bordeaux, comme plus importante pour le pays de Guienne, je vous
prie ordonner de restituer lesdites pièces, balles, poudres, etc.»



CHAPITRE II

  Henri à Brouage et à Périgueux.--Séjour à Agen.--Entrevues
    politiques.--Du Plessis-Mornay.--Conquêtes
    pacifiques.--Surprise de Saint-Jean-d'Angély par le prince de
    Condé.--La convocation des Etats-Généraux.--Les députés
    calvinistes.--Henri à Nérac.--Démarche de la
    reine-mère.--Bordeaux ferme ses portes au roi de
    Navarre.--Exhortation aux Bordelais.--Les Etats de Blois.--Le
    vote contre l'hérésie.--Protestation des députés
    calvinistes.--La triple députation.--Révocation de l'édit de
    Beaulieu.--Henri III approuve et signe la Ligue.--Reprise des
    hostilités.--Protestation de Condé et manifeste du roi de
    Navarre.--L'aventure d'Eauze.--La pitié sous les armes.--Le
    «Faucheur».--Les affaires de Mirande, de Beaumont-de-Lomagne et
    du Mas-de-Verdun.--Henri et les pauvres gens.--Jean de
    Favas.--L'attentat de Bazas.--Prise de La Réole.--Attaque de
    Saint-Macaire.


Henri partit de La Rochelle, le 4 juillet, pour visiter son
gouvernement. «Il voulut, dit d'Aubigné, commencer par Brouage, où
Mirambeau le traita en toute magnificence, notamment avec quantité
d'oiseaux inconnus à ceux de sa suite, et sur le soir, lui fit voir le
combat d'un grand navire plein de Mores, combattu en diverses
manières, par quatre pataches, enfin brûlé, l'équipage à la nage; cela
fait avec les plus exquis artifices de feu. De là il passe à
Montguyon, d'où, après pareil traitement, il s'achemine à Périgueux.
Ceux de la ville lui donnèrent, pour toute entrée, un arc très haut,
sans feuillure, peint de noir, et au milieu, un écriteau blanc qui
disait: _Urbis deforme cadaver_. Un écuyer qui allait devant son
maître lui dit que c'était la plus belle entrée où il l'eût jamais
accompagné, à cause de ces trois mots, lesquels lui étant commandé
d'expliquer, il s'en excusa sur ce qu'il n'y avait point de mots
français pour les exprimer.» Cette inscription lugubre et la boutade
de l'écuyer, qui n'était autre que d'Aubigné lui-même, sont deux
traits caractéristiques de la misérable situation à laquelle beaucoup
de provinces avaient été réduites par la guerre civile.

Le roi de Navarre fit un long séjour à Agen. Ce fut, pendant près de
deux années, sa capitale provisoire. En arrivant dans cette ville, il
y trouva un grand nombre de gentilshommes catholiques, ayant à leur
tête le vieux maréchal de Montluc. Ils étaient venus pour lui rendre
hommage et prendre ses ordres. «Vous ne sauriez croire», dit-il dans
une lettre à Damville du 26 août, «combien ils se sont accordés avec
ceux de la religion qui m'y sont pareillement venus trouver. Et tous
ensemble ont promis et juré solennellement, en présence du sieur de
Chémeraut, qui y est venu de la part du roi, l'entière et inviolable
observation de la pacification et de courir sus au premier qui y
contreviendrait.» La Noue vint aussi à Agen pour conférer avec le roi,
de la part de Monsieur, et il s'y rencontra avec le conseiller de
Foix, en ce moment l'homme de la cour, mais pourtant ami du roi de
Navarre. Ce fut dans une conversation avec ces deux personnages, que
Henri, ayant entendu faire l'éloge de Du Plessis-Mornay, fut pris du
désir de le voir et d'utiliser ses talents. On sait quel grand
serviteur il acquit en sa personne.

Bien établie dans Agen, l'autorité du roi de Navarre s'étendit aux
alentours; Villeneuve-sur-Lot, entre autres places fortes, lui fut
gagnée, sans la moindre violence, par l'entremise de Cieutat et le bon
vouloir de beaucoup de catholiques, séduits par la modération et la
spirituelle bonhomie du roi. Pendant qu'il faisait ces pacifiques
conquêtes, son cousin, le prince de Condé, à qui le roi avait donné
Saint-Jean-d'Angély, en échange de Péronne, devenue le berceau de la
Ligue, était leurré de belles promesses. Angoulême avait fermé ses
portes aux commissaires royaux chargés de faire exécuter l'édit, et
Condé s'était plaint inutilement de ce refus d'obéissance. Il se
plaignit aussi des difficultés qu'il rencontrait à Saint-Jean-d'Angély;
mais déterminé, cette fois, à n'être pas dupe, il introduisit, un à
un, cent vingt hommes dans la place, où les huguenots, d'ailleurs,
étaient nombreux, et lorsque les catholiques s'aperçurent de la
présence de ces intrus, ils furent obligés de se soumettre. «Tout cela
pourtant, dit d'Aubigné, ne se put faire avec tant de modestie, que la
cour ne s'en inquiétât: ce qui fit regarder chacun à sa mèche, hâter
les convocations pour les Etats et dépêcher de toutes parts, pour
éveiller les endormis, adoucir les réformés et les diviser où il se
pourrait.»

La tenue des Etats-Généraux, convoqués le 16 août, était la grande
préoccupation du pays. La cour avait l'espoir d'y reprendre
quelques-unes des concessions qu'elle avait faites aux calvinistes; la
Ligue, déjà entrée dans l'action, se préparait à dicter des lois à la
royauté; quant aux protestants, menacés des deux parts, ils
s'irritaient d'avance, à la pensée des futures délibérations. Lorsque,
dans leurs négociations pour la paix et dans leurs assemblées
particulières, ils avaient presque unanimement réclamé cette
convocation, la Ligue ne se dressait pas encore devant eux, ou, tout
au moins, ils étaient loin d'en prévoir la puissance. Plus la date
fixée s'avançait, plus ils comprenaient qu'une fois encore leur
existence serait mise en question. Aussi, le roi de Navarre et le
prince de Condé désignèrent-ils des députés pour soutenir devant
l'assemblée les intérêts de la cause calviniste et faire, dès le
début, des remontrances au sujet des graves défauts de forme signalés
dans le mode de convocation. Nous dirons plus tard comment ces députés
accomplirent leur mission, ou plutôt comment ils furent empêchés de
l'accomplir. Nous devons auparavant noter quelques incidents
antérieurs à la réunion des Etats, et qui accusent le parti pris de la
Ligue et de la cour d'acculer les huguenots à ce dilemme: la
soumission absolue ou la guerre.

Le roi de Navarre avait reparu à Nérac, destiné à devenir bientôt sa
résidence favorite. Il visita la plupart des villes du duché d'Albret
et de l'Armagnac, et y prit des mesures de prévoyance par la
nomination de gouverneurs à sa dévotion et l'introduction de garnisons
bien commandées. Il travaillait, de la sorte, à s'assurer ces pays
remuants, tout en surveillant de son mieux les manœuvres de la cour
et de la Ligue, et se tenant en relations suivies avec Damville et
Condé, lorsque, au mois de septembre, la reine-mère lui fit exprimer
le désir d'avoir avec lui, à Cognac, une entrevue où devaient être
présents Monsieur et la reine de Navarre. Henri, allant à ce
rendez-vous, désira visiter, en passant, Bordeaux, capitale de son
gouvernement de Guienne. Il était arrivé à Casteljaloux: la cour de
parlement de Bordeaux, effrayée de l'émotion que ce projet avait fait
naître dans la population bordelaise, envoya au prince une députation
pour le complimenter, et surtout pour le supplier de ne pas entrer
dans la ville. On lit dans le procès-verbal du Parlement: «... Avons
été députés respectivement pour venir vers le roi de Navarre lui
remontrer et supplier très humblement que, s'il a délibéré de venir
bientôt en ladite ville, il lui plaise, pour les divers bruits et
rumeurs qui y courent, le remettre en un autre temps que les habitants
y seront mieux composés; même pour lui pouvoir plus dignement rendre
l'honneur, l'obéissance et service qu'ils sont tenus et que ladite
cour de parlement, lesdits maire et jurats et autres administrateurs
de ladite ville désirent et reconnaissent lui être dus et appartenir.»

Henri comprit, par la démarche de la cour de parlement, que l'heure
était venue pour lui de se tenir plus que jamais sur ses gardes. Qu'il
ressentît vivement l'affront que lui faisaient les magistrats de
Bordeaux, cela n'est point douteux; mais il avait fait ample provision
de patience, pendant sa captivité, et sa politique ne fut nullement
déconcertée par cet incident. Le 31 octobre 1576, il écrivit d'Agen
aux maire et jurats de Bordeaux, au sujet de l'assemblée des Etats,
les engageant, dans l'intérêt du royaume, à mettre de côté les haines
et les antipathies, «comme je fais de ma part, ajoutait-il, laissant
tout le déplaisir que j'ai eu l'occasion de recevoir du refus qui m'a
été fait de passer par votre ville, combien qu'il ait produit de
mauvais effets...--Je vous prie, par un contraire exemple, que chacun
se contienne en son devoir et que dorénavant l'autorité du roi mon
seigneur soit mieux reconnue en moi qu'elle n'a été par le passé, vous
assurant qu'elle n'a jamais été et ne sera en mains de personne qui
porte plus d'affection à votre bien et soulagement que je ferai».

Le roi de Navarre était sincère lorsqu'il faisait de semblables appels
à la concorde, puisque les sentiments qu'il exprimait le desservaient
auprès d'un grand nombre de ses coreligionnaires et le mettaient
souvent en désaccord avec le prince de Condé, beaucoup plus âpre que
lui dans ses revendications. Heureuse la France, si elle eût entendu
le langage de ce roi de vingt-trois ans! Elle n'en comprit la sagesse
que bien tard, mais dès qu'il fut arrivé à son cœur, les jours
d'honneur et de prospérité revinrent illustrer son histoire.

L'œuvre des Etats-Généraux réunis à Blois, le 16 novembre, ne fut pas
l'aurore de ces beaux jours. Les partisans de la Ligue y formaient la
majorité, et ce n'était un secret pour personne que Henri III avait
résolu de s'en déclarer le chef. Peu après l'ouverture des Etats, qui
eut lieu le 6 décembre, et où brillèrent, assure-t-on, les qualités
oratoires du roi de France, les députés du roi de Navarre et du prince
de Condé se disposaient à faire leurs remontrances, quand ils jugèrent
prudent d'y renoncer, sur la réflexion qu'ils firent que, par cet
acte, ils reconnaîtraient, au nom des deux princes, la légitimité de
l'assemblée. Ils s'abstinrent donc de siéger et se bornèrent à faire
imprimer leurs protestations.

Le quinzième jour de la tenue, on mit en délibération, dans le
Tiers-Etat, l'article qui proscrivait l'hérésie et contre lequel
s'éleva énergiquement Jean Bodin, député de Vermandois. Le
vingt-sixième jour, cet article fut voté. Il portait: «Que le roi
serait supplié de réunir tous ses sujets à la religion catholique et
romaine par les meilleures et plus saintes voies que faire se
pourrait; d'ordonner que l'exercice de la religion prétendue réformée
fût défendu tant en public qu'en particulier, et que les ministres,
diacres, surveillants, sortissent du royaume dans le temps que le roi
marquerait, nonobstant tous édits faits au contraire».

Comme on était résolu, selon le Père Daniel, «de mettre le roi de
Navarre, le prince de Condé et le maréchal de Damville dans leur tort,
on convint que les trois ordres leur enverraient chacun leurs députés,
pour les inviter à venir aux Etats, à consentir à l'article principal
de la défense de l'exercice de toute autre religion que de la
catholique, et pour exhorter les deux princes à donner l'exemple à
ceux de leur parti, en rentrant eux-mêmes dans le sein de l'Eglise».

Cette triple députation n'était donc qu'une formalité destinée à faire
retomber, aux yeux du pays, la responsabilité des luttes prochaines
sur les partis dissidents. La guerre avait déjà recommencé, ou plutôt
elle n'avait jamais complètement cessé, dans la plupart des provinces.
La cour avait tout fait, d'ailleurs, pour la rallumer. Aussitôt après
le vote de l'unité de religion par les Etats, et bien avant l'envoi
des députés aux princes et au maréchal, Henri III s'était empressé de
révoquer l'édit de Beaulieu. En même temps, il signait la Ligue, la
faisait signer à Monsieur, s'en déclarait le chef et prenait des
mesures pour la faire recevoir dans les provinces qui n'y avaient pas
encore adhéré. Or, ces actes significatifs, qui se produisirent dans
les premiers jours de l'année 1577, étaient venus eux-mêmes après la
trahison d'Albert de Luynes. Ce lieutenant de Damville livra le
Pont-Saint-Esprit aux troupes royales, et en même temps,
Thoré-Montmorency, frère du maréchal, était victime d'une arrestation
arbitraire. Ces deux faits avaient motivé les réclamations du roi de
Navarre, aussi mal accueillies par Henri III que les plaintes touchant
les mauvais procédés de l'amiral de Villars, lieutenant-général en
Guienne, et le refus outrageant des Bordelais. Tous ces dénis de
justice, succédant aux menaces de la Ligue, déjà colportées dans le
pays et aggravées encore par l'adhésion de la cour, comme par le vote
dont nous avons parlé, avaient provoqué les fougueuses protestations
du prince de Condé et un manifeste très digne et très ferme du roi de
Navarre. Dans ce document, daté d'Agen, 21 décembre, et adressé à la
noblesse, aux villes et communautés du gouvernement de Guienne, Henri
se plaint des intrigues de l'amiral de Villars pour lui faire fermer
les portes de Bordeaux; il rappelle la trahison du Pont-Saint-Esprit
et quelques menées significatives, et il termine par ces belles
déclarations: «La religion se plante au cœur des hommes par la force
de la doctrine et persuasion, et se confirme par l'exemple de vie et
non par le glaive. Nous sommes tous Français et concitoyens d'une même
patrie; partant, il nous faut accorder par raison et douceur, et non
par la rigueur et cruauté, qui ne servent qu'à irriter les
hommes...--Prenons donc cette bonne et nécessaire résolution de
pourvoir à notre conservation générale contre les pratiques et
artifices des ennemis de notre repos... En quoi je n'épargnerai ma
vie.»

Henri III n'eut pas plus égard au manifeste qu'aux doléances plus
discrètes qui l'avaient précédé, et avant la fin de l'année 1576, les
derniers lambeaux du traité de Beaulieu s'en allaient rejoindre les
autres paix «éternelles», qui avaient, on peut le dire, si souvent
troublé plutôt que restauré la France du XVIe siècle. Lorsque les
députés des Etats envoyés à Henri arrivèrent en Guienne, on y
guerroyait déjà, depuis quelque temps, et le roi de Navarre quitta le
siège de Marmande pour leur donner audience à Agen: nous les y
retrouverons vers la fin du mois de janvier. Les derniers jours de
l'année 1576 et les premiers de l'année 1577 furent marqués, en
Guienne et en Gascogne, par quelques faits de guerre dont le moment
est venu de présenter le récit.

La périlleuse aventure d'Eauze, que la plupart des historiens du temps
ont racontée, sans être d'accord sur la date, doit figurer, selon
nous, à celle que lui assigne Berger de Xivrey dans le recueil des
_Lettres missives_, c'est-à-dire à la fin du mois de décembre 1576.
Nous indiquerons dans l'Appendice[20] la raison de notre choix et
aussi les versions de Sully et de Du Plessis-Mornay. Plusieurs traits
de ces versions sont identiques; l'une et l'autre pourtant sont
incomplètes, comme l'ont prouvé les lettres de Henri à Manaud de Batz,
documents précieux pour l'histoire de ce prince, et dont ni Du
Plessis-Mornay ni Sully n'ont eu connaissance.

  [20] Appendice: XIV.

A mesure que le roi de Navarre pénétrait dans les pays de Guienne et
de Gascogne, il se préoccupait de la sûreté des places, et se voyait
parfois obligé de recourir à de véritables coups de main pour vaincre
les résistances ou déjouer les complots. Il visitait l'Albret et
l'Armagnac, lorsque deux gentilshommes, qu'il honorait d'une estime
particulière, Antoine de Roquelaure et Manaud de Batz, l'instruisirent
des menées séditieuses qu'on pratiquait à Eauze, principale ville de
l'Eauzan, pays d'Armagnac. Eauze appartenait sans conteste au roi de
Navarre, «comte d'Armagnac», et c'était alors une des clefs de la
Gascogne. Henri conçut le dessein de s'assurer de près des sentiments
de cette ville. Ayant donné rendez-vous à un petit corps de troupes et
simulé une partie de chasse, dans le voisinage d'Eauze, il fit
exprimer aux magistrats son désir de visiter la place. Le maire et les
jurats, remplissant leur devoir avec ou sans arrière-pensée, vinrent,
en chaperons, devant la principale porte, lui présenter les clefs de
la ville. Sur la foi de cet accueil, Henri, qui n'avait, à ses côtés,
que huit ou dix gentilshommes, entre autres Roquelaure, Batz, Mornay,
Rosny et Béthune, et deux de ses gardes, Cumont et Ferrabouc, entra
sans hésiter dans la cité hospitalière. Mais à peine avait-il franchi
le pont-levis, qu'une sentinelle cria, en gascon: «_Coupo toun rast,
toun rey y es!_» Mot à mot: «Coupe ton râteau, ton roi y est». Au même
instant, la herse-coulisse tomba, et le roi, avec quatre ou cinq
gentilshommes, se trouva séparé du reste de son escorte. Etait-il
victime d'une maladresse ou d'un guet-apens? Il sut bientôt à quoi
s'en tenir.

Dès ses premiers pas, le bruit du tocsin éclate, des cris menaçants y
répondent, et une foule ameutée, soldats de la garnison, bourgeois et
hommes du peuple, l'enferme dans un cercle de piques et d'arquebuses.
Il avait avec lui quatre ou cinq vaillants prêts à faire bon marché de
leur vie pour sauver la sienne, manifestement en danger. Qu'on juge
des prouesses qu'ils accomplirent, lorsque Henri, avec un héroïque
entrain, leur donna, par son exemple, le signal de la lutte. On court
droit aux mutins, leur brûlant l'amorce au visage et les chargeant à
coups d'épée. Rompus, ils se reforment, et, désignant le roi, ils
crient: «Tire à la jupe rouge! tire au panache!» Ils tirent en effet,
et tant de coups, que si, à tout événement, Henri et ses compagnons
n'avaient pris des armes défensives sous leurs tuniques de chasse, ils
eussent tous succombé aux premières décharges. Par un bonheur inouï,
aucun d'eux ne fut dangereusement blessé. Le combat, en se
prolongeant, aurait pourtant bientôt épuisé les forces de ces rudes
jouteurs; mais ayant pu, à travers la mêlée, gagner la porte d'une
tour voisine, ils s'y retranchèrent et donnèrent ainsi à l'escorte
royale le temps de briser la herse ou d'escalader les murailles. Quand
les hommes d'armes du roi parurent, la scène changea subitement. Cette
population égarée se vit perdue et demanda grâce. Il fallut toute
l'autorité du roi pour empêcher le sac de la ville. C'est la première
occasion solennelle notée par l'histoire où il montra et fit bénir sa
clémence; Sully parle de quatre mutins condamnés au gibet; mais
d'autres récits ajoutent que la corde s'étant rompue, le roi s'écria:
«Grâce à ceux que le gibet épargne!»

Ce trait de spirituelle bonté, même inventé pour couronner une journée
d'héroïsme, resterait encore dans la vraisemblance et la réalité du
caractère historique de Henri. Dès qu'il paraît sur les champs de
bataille, revêtu de l'autorité souveraine, à la tête de quelques
partisans, comme à Eauze, ou au milieu d'une armée imposante, comme à
Coutras, la guerre tend à s'humaniser, s'il est possible: les chefs
apprennent de lui et font comprendre aux soldats que tout ne leur
appartient pas dans la route meurtrière tracée à leur activité; que la
vie est toujours respectable et quelquefois sacrée chez un ennemi
abattu; que la victoire n'est que plus belle, affranchie de la
cruauté; qu'il y a des humbles, des faibles, un «peuple» à épargner,
même quand on est obligé de le froisser, de le «fouler», de le blesser
au passage. Henri IV s'est formé, en Gascogne, à beaucoup de vertus
royales: il n'y a pas fait de plus noble apprentissage que celui de la
pitié sous les armes.

En quittant Eauze, le roi de Navarre laissa cette place sous le
commandement de Béthune; mais, peu de temps après, il en donna le
gouvernement, avec celui de tout le pays, au baron de Batz. Ce choix
n'était pas dicté seulement par la reconnaissance de Henri envers son
«Faucheur», comme il surnomma ce gentilhomme, après le combat d'Eauze,
mais encore par l'intérêt politique bien entendu. Manaud de Batz,
descendant direct des vicomtes de Lomagne, des premiers comtes
d'Armagnac, et par conséquent, des anciens ducs de Gascogne, était,
par sa religion, par ses alliances et son influence personnelle dans
la contrée, capable de rendre d'importants services à la cause du roi.
Henri le nomma gouverneur par la lettre suivante: «Monsieur de Batz,
pour ce que je ne puis songer à ma ville d'Euse qu'il ne me souvienne
de vous, ni penser à vous qu'il ne me souvienne d'elle, je me suis
délibéré vous établir mon gouverneur en icelle et pays d'Eusan. Adonc
aussi me souviendra, quant et quant, d'y avoir un bien sûr ami et
serviteur, sur lequel me tiendrai reposé de sa sûreté et conservation:
pour tout ce dont je vous ai bien voulu choisir...»

Le guet-apens d'Eauze faillit se renouveler à Mirande, autre ville de
l'Armagnac vers laquelle Henri se dirigea pour secourir Saint-Cricq,
seigneur catholique de son parti. Ce capitaine était entré dans
Mirande, à la suite d'un coup de main plus audacieux que raisonnable;
mais à peine croyait-il tenir la place qu'il eut à se défendre contre
la garnison, hostile au roi de Navarre et soutenue par les habitants.
N'ayant pas assez de monde pour se maintenir dans la ville,
Saint-Cricq s'était retiré dans une tour. Il y fut assiégé et tué avec
une partie de sa troupe. Sully raconte que la catastrophe était
accomplie lorsque le roi de Navarre parut devant Mirande. Son arrivée
inspira aux habitants l'idée d'un stratagème qui fut bien près de
réussir. Dès qu'ils aperçurent le roi, ils firent sonner des fanfares,
comptant que les nouveaux venus les prendraient pour des signes
d'allégresse ordonnés par Saint-Cricq. Ce fut précisément ce qui
arriva, et le roi de Navarre allait se jeter dans le piège, quand un
soldat huguenot, voyant le danger qu'il courait, sortit de la ville et
vint lui donner un avis salutaire. Le roi battit sagement en retraite,
tout en faisant tête, de temps à autre, aux défenseurs de Mirande, qui
le serraient de près, fort enhardis par le succès précédent. La nuit
et le voisinage de Jegun, place fidèle dont les portes s'ouvrirent au
roi, mirent fin à cette lutte. Le surlendemain, un fort détachement
des troupes royales, à la tête desquelles était l'amiral de Villars en
personne, vint manœuvrer autour de Jegun. En rase campagne, les
forces eussent été par trop inégales, et Villars n'avait aucun
matériel de siège: après quelques bravades, on se tint coi de part et
d'autre.

Peu après la date des affaires de Mirande et de Jegun, Sully place le
récit de plusieurs petits combats meurtriers, sous les murs de
Beaumont-de-Lomagne et du Mas-de-Verdun. Nous résumons les _Economies
royales_, mais en faisant observer qu'il y a divergence, pour l'ordre
chronologique, entre la version de ces Mémoires et celle d'Agrippa
d'Aubigné.

Le roi de Navarre, allant de Lectoure à Montauban, était en vue de
Beaumont: son avant-garde rencontra plusieurs détachements que les
habitants de cette ville avaient placés en embuscade pour disputer le
passage aux calvinistes. On les mena battant jusqu'aux portes, d'où il
sortit une centaine d'hommes à leur secours. La plupart périrent dans
le combat qui suivit; mais le roi de Navarre, ne jugeant pas opportun
d'aller plus avant, continua son voyage. Au retour de Montauban, par
la route du Mas-de-Verdun, à une lieue de cette ville, il trouva sur
son chemin un parti d'arquebusiers, qui lâchèrent pied devant son
escorte: poursuivis et assiégés dans une église convertie en
forteresse, ils y furent réduits à merci et impitoyablement massacrés
par une troupe de Montalbanais, qui leur reprochaient toutes sortes de
crimes.

Quoique la vie du roi de Navarre fût un voyage perpétuel, comme elle
devait l'être pendant un quart de siècle, il ne lui avait pas fallu
grand temps pour s'apercevoir que le défaut de discipline paralysait
les forces de son parti. Partout où il se trouvait, il empêchait ou
restreignait les abus, enseignait l'ordre, prêchait la modération et
le respect du droit, en général, de celui des faibles, en particulier.
Mais il ne pouvait suffire à tout, et, à chaque instant, des plaintes
lui parvenaient sur les irrégularités, les excès de pouvoir et les
violences de quelques-uns de ses partisans. La guerre ouvertement
déclarée, il était obligé de fermer les yeux sur plus d'un acte peu
avouable, sous peine de s'aliéner de fidèles mais peu scrupuleux
serviteurs; en tout autre temps, nous le verrons toujours préoccupé de
faire justice et d'établir, autant que possible, comme il dit, «de
bons règlements». Dans les premiers jours du mois de janvier 1577,
entre deux expéditions, il apprit qu'en divers lieux de son
gouvernement de Guienne, il y avait eu de notables violences et
«voleries». Il expédia aussitôt les plus formelles instructions à
plusieurs de ses officiers pour réparer les dommages causés, «n'ayant
rien en si grande détestation, déclarait-il, que l'oppression du
peuple». De Montauban, la même année, il donne par écrit l'ordre «de
ne molester les paysans et les laboureurs et de ne leur prendre leurs
biens et bétail, _sur peine de vie_». Il y avait quelque mérite, de sa
part, à donner aux pauvres gens de semblables marques de sollicitude,
au moment où les Etats-Généraux venaient de voter la destruction de
son parti et la proscription de sa croyance, et de le mettre, par
conséquent, dans la nécessité de faire la guerre.

Cette guerre gagnait de proche en proche; elle n'avait été,
jusqu'alors, que défensive, du côté de Henri; la révocation de l'édit
de Beaulieu (6 janvier 1577) lui créait l'obligation, comme au prince
de Condé et au maréchal de Damville, de ne pas attendre les premiers
coups. Damville n'eut qu'à se maintenir, en attendant une défection
dont la pensée germait dans son esprit; Condé agitait la Saintonge
et le Poitou, et visait Loudun, qu'il prit en janvier. Le roi de
Navarre trouvait devant lui d'autant plus de besogne, que son
lieutenant-général en Guienne, l'amiral de Villars, le traitait et
l'avait déjà fait traiter en ennemi; les populations de cette province
lui étaient, pour la plupart, hostiles. Heureusement, il avait, même
dans la Guienne, des partisans déterminés, qui le servirent,
quelques-uns violemment, il est vrai, mais presque tous avec succès,
comme va l'établir le récit de quelques faits de guerre, accomplis
depuis les derniers jours de l'année 1576 jusqu'au mois de mars 1577.

Jean de Favas ou Fabas, seigneur de Castets-en-Dorthe, qui, «dès sa
plus tendre jeunesse, au témoignage de l'historien de Thou, avait
servi avec distinction dans les dernières guerres contre les Turcs»,
fut amené à se ranger dans le parti du roi de Navarre par l'issue
d'une entreprise où la politique semblait n'avoir eu aucune part. Il y
avait à Bazas une riche héritière que Favas voulait marier à un de ses
cousins, membre de la famille de Gascq, puissante dans toute la
contrée. Mais la jeune fille était sous l'autorité du capitaine Bazas,
second mari de sa mère, et il refusa son consentement à cette union.
Favas poussa jusqu'au crime son dévouement au gentilhomme éconduit.
Avec le concours des frères Casse (ou Ducasse), connus dans le pays
pour leur violence, il tue le capitaine, arrache la jeune fille des
mains de sa mère et la livre à son poursuivant. Puis, soit que cette
sinistre aventure l'eût mis en goût de guerroyer, soit qu'il l'eût
considérée comme un début sanglant, dans une nouvelle carrière
militaire et politique, Favas introduisit des hommes à lui dans la
ville de Bazas, s'en rendit maître, la pilla en partie, surtout la
maison du Chapitre, en dévasta la cathédrale, et, tout à coup, se
proclama calviniste et partisan du roi de Navarre. Cette déclaration
lui valut des recrues, et il en profita pour étendre son action:
Langon, Villandraut, Uzeste sentirent ses coups et portèrent les
marques du brigandage de ses soldats. A ce moment, il n'était
nullement avoué par le roi de Navarre; mais Favas, à tout prendre,
était un homme de valeur; il agrandit son rôle, et peut-être par
vocation, peut-être aussi pour faire oublier ses criminelles
violences, il voulut compter parmi les bons capitaines de cette
époque. A la tête d'une troupe aguerrie et exaltée par les précédentes
expéditions, il résolut d'enlever La Réole au roi de France, pour
l'offrir aux huguenots. Il eut, dans cette entreprise, le concours de
quelques gentilshommes à la suite du roi de Navarre, entre autres
Rosny, qui, dans l'affaire, commanda un détachement de cinquante
soldats. Le 6 janvier 1577, le jour même où Henri III signait la
révocation de l'édit de Beaulieu, La Réole fut prise par escalade,
avec des «échelles de plus de soixante pieds, faites de plusieurs
pièces, dit d'Aubigné, les emboîtures n'ayant jamais été pratiquées
auparavant cette invention». Favas ayant des intelligences dans la
place, y entra presque sans coup férir. Les vainqueurs s'amoindrirent
en ne faisant pas preuve d'autant de modération que le commandaient
les circonstances: ils ne respectèrent ni les édifices catholiques, ni
les biens des habitants. Néanmoins, la prise de La Réole fonda
sérieusement la réputation et la fortune de Favas. Nommé gouverneur de
cette place importante, et qui fit grand service au parti, il devint
un des lieutenants les plus actifs et les plus habiles du roi de
Navarre: heureux s'il n'eût débuté par des actes si manifestement
coupables! De La Réole, Favas fit, dans les contrées voisines,
quelques expéditions dont on a gardé le souvenir. Dans la Bénauge, il
battit les partisans catholiques, et mit en déroute, à Targon, une
compagnie de gendarmes du baron de Vesins. Aux environs d'Auros, il
anéantit un petit corps d'infanterie qui avait fait mine d'attaquer
Bazas. Enfin, il détruisit la petite ville de Pondaurat, dont la
garnison gênait les mouvements de La Réole.

Langoiran, autre capitaine calviniste renommé, échoua dans une
tentative qu'il fit sur Saint-Macaire, à la suite de la prise de La
Réole. «C'est une ville sur Garonne, nous dit d'Aubigné, élevée sur
une roche de cinq toises de haut, sur laquelle est un mur de dix-huit
pieds qui clôt le fossé d'entre la ville et le château. On peut monter
d'abord de la rivière, qui est au pied du rocher, jusqu'au pied de la
muraille, par le côté du terrier. Tout cela fait un coude, dedans
lequel Favas désigna une escalade en plein jour, à savoir, pour passer
la muraille qui était sans corridor; et pourtant il fallait porter un
autre escalot pour descendre au fossé d'entre la ville et le château,
où il y avait encore peine pour remonter à la ville.»

La troupe de Langoiran se grossit de quarante gentilshommes de la cour
du roi de Navarre, qui s'y portèrent volontairement, et de quelques
capitaines choisis dans les garnisons voisines. Parmi ces derniers
figuraient d'Aubigné et Castera. On mit sur deux bateaux, à La Réole,
les assaillants munis de deux échelles, et l'on recouvrit le tout avec
soin de quelques voiles, pour les dérober à tous les regards. Aux
premiers cris des sentinelles, on répond:

«C'est du blé que nous portons». Et, presque au même instant, cette
prétendue marchandise se dressant dans les deux embarcations, tous les
réformés s'élancent au rivage. Appliquées à la muraille, les échelles
se trouvent trop courtes; mais les assaillants n'en persistent pas
moins dans leur résolution, et, le pistolet au poing, ils essaient, en
s'aidant les uns les autres, de se jeter dans la place. A toutes les
fenêtres du château donnant sur la muraille, ainsi qu'à celles de la
maison la plus voisine, parurent alors des arquebusiers, qui
dirigèrent sur les assaillants le feu le plus meurtrier. D'Aubigné fut
le premier atteint et, presque au même instant, un coup de chevron,
que lui asséna le capitaine Maure, l'envoya dans la rivière, où il
tomba, du haut du rocher, en roulant sur lui-même et laissant son
pistolet dans la ville. A son côté, tomba Génissac, frappé, comme
d'Aubigné, d'une arquebusade. Castera et Sarrouette prirent leur
place, et tel fut l'acharnement de la troupe assaillante que, malgré
le feu du château qui les foudroyait de front, malgré celui d'un
faubourg qui les prenait en flanc, d'Aubigné et les autres blessés
retournèrent aux échelles. Du côté de la ville, les femmes
rivalisèrent de courage avec les soldats dans cette défense, et
Guerci, un des officiers de Langoiran, périt sous une barrique jetée
sur sa tête par une de ces héroïnes. Cependant les gardes du roi de
Navarre s'étaient groupés sur un rocher voisin en demandant quartier.
La garnison de Saint-Macaire, ayant reçu d'eux l'assurance qu'ils
étaient catholiques, leur accorda la vie. Les autres assaillants,
criblés de blessures, regagnèrent péniblement leurs barques. «Il ne
sortit de cette affaire, affirme d'Aubigné, dont on vient de lire le
récit, que douze hommes qui ne fussent morts, blessés ou
prisonniers...»



CHAPITRE III

  Le siège de Marmande.--Bravoure du roi de Navarre.--Arrivée de la
    députation des Etats.--La trêve de Sainte-Bazeille.--Démêlés de
    Henri avec la ville d'Auch.--Réponse de Henri aux députés.--Sa
    lettre aux Etats.--Autre députation.--La diplomatie du roi de
    Navarre.--L'armée de Monsieur sur la Loire et en Auvergne.--Le
    duc de Mayenne en Saintonge.--Mésintelligence entre Henri et
    Condé.--Prise de Brouage.--Situation critique des réformés.--Le
    maréchal de Damville se sépare d'eux.--La cour leur offre la
    paix.--Négociations.--Déclarations de Henri au duc de
    Montpensier.--La paix de Bergerac.


Après le succès de La Réole et l'échec de Saint-Macaire, le roi de
Navarre se laissa persuader par Lavardin, un de ses lieutenants,
gouverneur de Villeneuve-sur-Lot, de tenter une entreprise sur
Marmande. Elle offrait quelque péril et ne réussit qu'à demi. Le roi,
pourtant, la jugeait d'importance, car il fit venir de Saintonge La
Noue pour commander le siège.

«La Noue étant venu de Saintonge, dit d'Aubigné, eut charge d'investir
Marmande sur la Garonne, ville en très heureuse assiette, franche de
tous commandements, qui avait un terre-plain naturel revêtu de brique.
Les habitants y avaient commencé six éperons et étaient aguerris par
plusieurs escarmouches légères que le roi de Navarre y avait fait
attaquer, en y passant et repassant. Le jour que La Noue vint pour les
investir, n'ayant que six-vingt chevaux et soixante arquebusiers à
cheval, les battants jettent hors de la ville de six à sept cents
hommes mieux armés que vêtus pour recevoir les premiers qui
s'avanceraient. La Noue, ayant fait mettre pied à terre à ses soixante
arquebusiers, et à quelques autres qui arrivèrent, sur l'heure, de
Tonneins, attira cette multitude à quelque cent cinquante pas et non
plus de la contrescarpe, puis ayant vu qu'il n'y avait pas de haies, à
la main gauche de cette arquebuserie, qui leur pût servir d'avantage,
il appela à lui le lieutenant de Vachonnière (d'Aubigné), lui fit
trier douze salades à sa compagnie; lui donc, avec le gouverneur de
Bazas et son frère, faisant en tout quinze chevaux, défend de mettre
le pistolet à la main, et prend la charge à cette grosse troupe; mais
il n'avait pas reconnu deux fossés creux sans haies, qui l'arrêtèrent
à quatre-vingts pas des ennemis, qui firent beau feu sur l'arrêt,
comme fit aussi la courtine; de là deux blessés s'en retournèrent.
Cependant, le lieutenant de Vachonnière ayant donné à la contrescarpe
et reconnu que par le chemin des hauteurs qui faisaient un éperon, on
pouvait aller mêler, en donne incontinent avis à La Noue, aussitôt
suivi. Cette troupe donc passe dans le fossé de la ville et sort par
celui de l'éperon, quitté d'effroi par ceux qui étaient dessus, pour
aller mêler cette foule d'arquebusiers dont les deux tiers se jetèrent
dans le fossé de l'autre côté de la porte; mais le reste vint
l'arquebuse à la main gauche, et l'épée au poing; avec eux quatre ou
cinq capitaines et sept ou huit sergents firent jouer la pertuisane et
la hallebarde; pourtant, les cavaliers leur firent enfin prendre le
chemin des autres, hormis trente, qui demeurèrent sur la place. La
Noue fit emporter deux de ses morts, ramenant presque tous les siens
blessés, plusieurs de coups d'épée, lui, avec six arquebusades
heureuses, desquelles l'une le blessa derrière l'oreille.

«Le roi de Navarre, arrivé le lendemain avec un mauvais canon, une
coulevrine et deux faucons de Casteljaloux, et de quoi tirer cent
vingt coups, logea ses gens de pied, le premier jour, et, le
lendemain, par l'avis des premiers venus, et pour entreprendre selon
son pouvoir, battit la jambe d'un portail qui soutenait une tour de
briques fort haute, afin que la tour, par sa chute, dégarnissant
l'éperon de devant, on pût donner à tout; celui qui donnait l'avis
demandait trente hommes pour tenir dans un jardin, sur le ventre, et
habilement se jeter dans la ruine, avant qu'il y fît clair; mais
Lavardin s'opposa à cela, disant qu'il savait bien son métier et qu'il
voulait marcher avec tout le gros; la cérémonie donc qu'il y fit fut
cause que, la tour étant tombée, ceux de dedans eurent mis une
barricade dans la ruine, et quatre pipes au-devant des deux petites
pièces qui leur tiraient de Valassens, et Lavardin ayant marché vers
la contrescarpe, vu le passage bouché, fit tourner visage à son
bataillon. Sur cette affaire, arriva le maréchal de Biron...»

D'Aubigné passe sous silence un épisode fort intéressant, que Sully a
noté. Pendant une attaque, le roi ayant fait avancer plusieurs gros
d'arquebusiers pour s'emparer d'un chemin creux et de quelques points
stratégiques, Rosny, à la tête d'un de ces détachements, fut assailli
par des forces triples. Retranchés derrière quelques maisons, mais
cernés de toutes parts, les arquebusiers auraient infailliblement
succombé, si le roi de Navarre, sans prendre même le temps de revêtir
son armure, ne se fût précipité à leur secours. Après les avoir
dégagés, il combattit en personne, jusqu'à ce qu'ils se fussent
emparés des postes désignés.

Avant d'aller donner audience aux députés des Etats, qui l'attendaient
à Agen, Henri convint d'une trêve avec Biron. Le maréchal était à
Sainte-Bazeille, où il discutait les termes de l'accord avec Ségur et
Du Plessy-Mornay.

On raconte que, pendant les pourparlers, Biron prêtait l'oreille aux
détonations de la petite artillerie du roi de Navarre. Tout à coup, le
canon a cessé de se faire entendre: c'est que les boulets manquaient
et que, en outre, le maître artilleur des assiégeants venait d'être
tué. Mais Du Plessis de s'écrier: «Hâtons-nous! la brèche est faite,
et l'on monte à l'assaut». Et Biron, sans défiance, signa le traité,
pour éviter l'effusion du sang. Quoi qu'il en soit de cette anecdote,
un accommodement se fit entre le roi de Navarre et la ville de
Marmande. Il y eut, de la part du prince, un simulacre de prise de
possession, et les Marmandais reconnurent ses droits.

Pendant qu'il était occupé au siège de Marmande et aux négociations
qui suivirent, le roi de Navarre eut quelques démêlés avec la ville
d'Auch. Il avait nommé Antoine de Roquelaure au gouvernement de cette
capitale de l'Armagnac; mais les consuls, prévenus par les lettres de
Henri III, n'agréèrent point Roquelaure, et celui-ci, perdant
patience, n'épargna ni les menaces, ni les mesures de rigueur pour
entrer en possession de sa charge, si bien que les Auscitains, se
raidissant de plus en plus et encouragés par l'amiral de Villars,
poussèrent les sentiments d'hostilité jusqu'à faire entrer dans leurs
murs la compagnie de la Barthe-Giscaro. Henri, retenu par ses affaires
dans l'Agenais, écrivit, à ce sujet, plusieurs lettres, en attendant
l'occasion de faire valoir plus efficacement ses droits: «Vous n'avez
rien à commander sur ce qui m'appartient, disait-il au capitaine
Giscaro... Autrement, où vous vous oublieriez de tant que de
l'entreprendre, vous pouvez penser que je ne suis pas pour le
souffrir sans en avoir ma revanche en quelque temps que ce soit. De
quoi je serais tant marri d'être occasionné que je désirerais toute ma
vie vous faire plaisir en tous les endroits où j'en aurais le
moyen...» Le roi de Navarre et les consuls d'Auch se réconcilièrent,
l'année suivante, lors du séjour des deux reines dans cette ville.

Les députés arrivés à Agen étaient: Pierre de Villars, archevêque de
Vienne en Dauphiné, André de Bourbon, seigneur de Rubempré, Mesnager,
trésorier général de France. Nous avons dit qu'une députation
semblable avait été envoyée au prince de Condé et au maréchal de
Damville. Condé refusa toute audience. Damville, plus politique, reçut
les députés avec courtoisie, mais fut inflexible sur la question
principale, deux religions pouvant coexister, à son sens, puisqu'il
les faisait vivre en paix dans le gouvernement de Languedoc. Henri
tint une conduite analogue. Biron l'avait suivi à Agen pour tâcher de
concilier Catherine de Bourbon aux intérêts de la cour. Il n'était pas
nécessaire d'assiéger Henri pour tirer de lui de bonnes paroles: elles
lui venaient naturellement aux lèvres. Il fit le meilleur accueil aux
députés, s'attendrit au tableau des calamités publiques tracé par
l'archevêque de Vienne, se défendit de toute opiniâtreté en matière de
religion, déclara qu'il restait fidèle à la sienne, parce qu'il la
jugeait bonne, mais qu'il entendait toujours suivre sur ce point les
inspirations de sa conscience. Au surplus, il protestait contre les
mesures de rigueur délibérées à Blois, et déplorait d'avance les
malheurs que de telles résolutions pouvaient attirer sur le pays.
Aussi bien que les députés, le roi de Navarre savait que les
ambassades et les discours seraient impuissants à établir la paix dont
chacun se disait partisan. Néanmoins, après avoir fait entendre aux
envoyés des Etats les déclarations les plus conciliantes, il adressa
aux Etats eux-mêmes, en date du 1er février, une lettre destinée à
prouver sa bonne volonté, et surtout à dégager sa responsabilité dans
les éventualités prochaines. Il disait à «MM. les gens assemblés pour
les Etats à Blois:--Je vous remercie très affectionnément de ce qu'il
vous a plu envoyer devers moi, et même des personnages de toute
qualité émérite, lesquels j'ai vus et ouïs très volontiers, comme je
recevrai toujours, avec toute affection et respect, tout ce qui
viendra de la part d'une si honorable compagnie; ayant un extrême
regret de ce que je n'ai pu m'y trouver et vous montrer en personne en
quelle estime j'ai et tiens une telle assemblée...»--Après cet exorde
insinuant, il ajoutait: «Mais le succès et l'événement d'une si haute
entreprise tendant à la restauration de ce royaume dépend, à mon avis,
de ce que requériez et conseilliez le roi touchant la paix. Si vos
requêtes et vos conseils tendent à la conserver, il vous sera aisé
d'obtenir toute bonne provision à toutes vos plaintes, remontrances et
doléances, et de faire exécuter et entretenir de point en point, et,
par ce moyen, de recueillir vous-mêmes et transmettre à la postérité
le fruit de vos bons avis et bons conseils...»

Jamais prince français n'en appela au glaive aussi souvent que Henri,
et, par un étrange contraste, ne fit autant que lui de sacrifices à la
paix. Déconcertée d'abord par les violents refus de Condé et les
résistances plus mesurées mais fermes du roi de Navarre et de
Damville, la cour revint à la charge par une députation spéciale et
qu'on supposait, avec raison, capable d'obtenir de Henri tout ce qu'il
pouvait accorder. «Le duc de Montpensier et le sieur de Biron furent
de nouveau envoyés au roi de Navarre et le firent consentir à modifier
l'édit de pacification. Le duc, à son retour, ayant fait part aux
Etats de sa négociation, le Tiers-Etat présenta une requête au roi,
pour le supplier de faire de nouvelles réflexions là-dessus. Mais
enfin, après bien des délibérations et des souplesses, on s'en tint à
la première requête des Etats, qui avaient d'abord demandé qu'on ne
souffrît l'exercice d'aucune religion en France différente de la
catholique; et l'on n'eut nul égard à la clause que plusieurs avaient
voulu que l'on y insérât, savoir: qu'il fallait que la chose fût
ainsi, pourvu qu'elle se pût faire sans qu'on en vînt à la guerre. La
Ligue fut autorisée, après qu'elle eut été signée par le roi même, par
Monsieur, par la plupart des princes et seigneurs catholiques, qui
s'étaient rendus aux Etats, et cela contre l'avis du duc de
Montpensier, du maréchal de Cossé, de Biron et de quelques autres. La
formule en fut envoyée dans les provinces aux gouverneurs et aux
villes, dont quelques-unes, et Amiens entre autres, s'excusèrent
d'entrer dans la Ligue. Ainsi finirent les Etats, au commencement de
mars, ajoute le Père Daniel, sans autre effet que la signature de la
Ligue; car on n'y conclut rien de particulier pour la réformation de
l'Etat, et même on n'y fournit rien au roi pour l'entretien de la
guerre qu'il allait entreprendre. Il eut recours au clergé, qui lui
donna quelque secours. Il tira encore de l'argent de la création de
quelques nouvelles charges, et se prépara à commencer au plus tôt la
guerre.»

Tout en laissant voir son goût pour la paix, le roi de Navarre
travaillait à se fortifier, soit en vue de la rendre meilleure pour
lui, quand elle viendrait en discussion, soit en prévision de luttes
futures et probables. Il avait, depuis quelque temps, des conseillers
et des négociateurs en quête de ressources et d'alliances: la tâche
était ardue, mais Du Plessis-Mornay et Ségur s'y employèrent avec tant
d'ardeur, qu'ils en arrivèrent, dans la suite, à agiter une partie de
l'Europe en faveur de leur cause. En attendant ces grands résultats,
la diplomatie naissante du roi de Navarre contribua, dans une notable
mesure, à la formation d'une contre-ligue entre les calvinistes
français, Elisabeth d'Angleterre, les rois de Suède et de Danemark,
les Suisses et les princes protestants d'Allemagne. Cette association,
dont les bases furent jetées au mois de février 1577, se perpétua et
s'accentua dans les années suivantes; la correspondance du roi de
Navarre nous en fera connaître, de temps en temps, les projets un peu
vagues et les actes souvent indécis. L'existence de la contre-ligue
n'eut pour effet, dès le début, que d'irriter la cour de France et de
hâter les préparatifs de la guerre qu'elle avait résolu de faire aux
huguenots et à leurs alliés. Au moment où le prince de Condé partait
pour une expédition incohérente aux Sables-d'Olonne, Henri III mit sur
pied deux armées, qui prirent sur-le-champ l'offensive: l'une occupa
le Poitou et la Saintonge, sous le commandement du duc de Mayenne;
l'autre, sous les ordres de Monsieur, duc d'Alençon et d'Anjou,
remonta le cours de la Loire. Les premiers coups furent portés par
Monsieur. Il entra, le 1er mars 1577, par composition, dans La
Charité, et, de là, il marcha vers Issoire, en Auvergne; après un
siège de trois semaines, un sanglant assaut mit, le 12 juin, cette
place au pouvoir de l'armée royale, qui s'y livra à toutes les fureurs
de la guerre. Là se bornèrent les exploits du duc d'Anjou. La campagne
de Mayenne fut plus longue et non moins heureuse. Après avoir fait
lever le siège de Saintes au prince de Condé, qui ne réussissait nulle
part, il prit Tonnay-Charente et Marans, inquiéta La Rochelle et
entreprit le siège de Brouage. Ce port, héroïquement défendu pendant
deux mois, comptait sur un double secours; celui de mer ne put lui
parvenir, surveillé et constamment repoussé par Lansac de
Saint-Gelais; Condé, en mésintelligence avec le roi de Navarre, ne
sut pas faire arriver le secours de terre. Brouage se rendit le 28
août.

Il ne tint pas au roi de Navarre que les événements ne prissent une
meilleure tournure. Quoiqu'il eût beaucoup de peine à défendre ses
intérêts en Guienne et en Gascogne, il tenta des efforts pour aller
s'opposer aux succès de Mayenne; mais les entreprises du prince de
Condé, qui tendait de plus en plus à faire bande à part, n'inspiraient
qu'une médiocre confiance aux partisans de Henri, surtout aux
catholiques. Ils étaient d'ailleurs fort occupés dans leurs propres
foyers, où ils avaient à compter avec les troupes de Villars. Henri se
multipliait: en personne ou par ses lieutenants, il était toujours en
campagne, si bien que l'histoire a dû renoncer à l'ordre
chronologique, pour la plupart des faits de guerre auxquels nous
faisons allusion[21]. Le roi n'en essaya pas moins de réunir des
forces pour défendre la cause commune. Plusieurs lettres de ce prince,
datées des mois de juin et de juillet, révèlent son projet de se
joindre aux troupes calvinistes, dont Mayenne devait finir par
triompher. Ce projet avorta, et nous n'en avons guère d'autres traces
que quelques ordres d'acheminement sur Bergerac, et six lignes de
d'Aubigné sur un mouvement du roi de Navarre, «qui allait passer la
Garonne avec ce qu'il pouvait ramasser, pour tendre vers Bergerac, où
il faisait aussi acheminer les forces du Quercy et du Limousin, pour
venir à la conjoincture du prince de Condé, du duc de Rohan, du
vicomte de Turenne, du comte de La Rochefoucaud, tous mandés pour
faire un rendez-vous à Bergerac.» D'Aubigné ajoute que «ce dessein
tira en longueur, pour les violentes occupations du prince de Condé et
la besogne qu'on lui tendait en Saintonge».

  [21] Appendice: XV.

Les affaires des calvinistes allaient donc aussi mal que possible: ils
ne comptaient que des échecs, depuis l'entrée en campagne des deux
armées royales, et leur peu d'entente rendait leur situation encore
plus précaire. Condé visait ouvertement à l'indépendance, sinon à la
prééminence; le maréchal de Damville, voyant son alliance avec les
huguenots de son gouvernement porter des fruits de rébellion, servir
des desseins qui tendaient à créer de petites républiques au sein du
royaume, s'était séparé du parti, dès le mois de mai. Enfin, le roi de
France semblait n'avoir devant lui que des adversaires déjà vaincus
ou à la veille de l'être; et ce fut pourtant à ce moment que les idées
de paix reprirent faveur à la cour.

«Après tout, dit le Père Daniel, quoique le roi n'eût pu déclarer avec
plus d'éclat qu'il avait fait dans les Etats, la résolution où il
était de pousser les huguenots et de ne plus souffrir désormais, dans
son royaume, l'exercice de la religion calviniste, on vit bientôt son
ardeur se ralentir à cet égard; il écouta les avis du duc de
Montpensier et de quelques autres du Conseil qui le portaient à la
paix et lui faisaient envisager la ruine entière de son royaume dans
la continuation de la guerre. Ce duc négociait toujours avec le roi de
Navarre et était secondé des sieurs de Biron et de Villeroi, qui
trouvaient ce prince toujours fort disposé à la paix, mais ferme et
inébranlable sur l'article de l'exercice public de la religion
protestante dans le royaume, quoiqu'il ne refusât pas d'admettre
quelque tempérament dans l'édit de pacification.» Les déclarations
suivantes, adressées par Henri au duc de Montpensier, pendant la
conférence de Bergerac, marquaient bien ses vues conciliantes: «... Je
veux vous témoigner, et à toute cette bonne compagnie, que je désire
tant la paix et repos de ce royaume, que je sais bien que, pour la
conservation et la tranquillité publique, il y a des choses qui ont
été accordées à ceux de la religion par l'édit de pacification
dernier, qui ne peuvent pas sortir leur effet et doivent être
diminuées et retranchées. Et, pour cette occasion, je ne fauldrai, à
la prochaine assemblée qui se doit faire à Montauban, de le
remontrer... Voulant bien vous assurer de rechef que je désire tant la
paix et repos de ma patrie que je ferai mentir ceux qui m'ont voulu
calomnier..., offrant de m'en aller et me bannir pour dix ans de la
France..., si l'on pense que mon absence puisse servir pour apaiser
les troubles qui ont eu cours jusques ici...» Les intentions du roi de
Navarre ne rencontrèrent aucune opposition chez son cousin. «Le prince
de Condé, après la prise de Brouage par le duc de Mayenne, voyait tous
les jours ses troupes se débander. Il était mal satisfait des
Rochelais, qui ne s'accordaient point entre eux, les uns souhaitant la
paix, et les autres s'y opposant, et tous ou la plupart, refusant de
lui accorder l'autorité qu'il souhaitait prendre dans leur ville et
qu'il se croyait nécessaire pour bien conduire la guerre. Ainsi, on se
rapprocha insensiblement, on convint d'une trêve, au commencement de
septembre: elle fut suivie de la paix que le roi signa à Poitiers, et
le roi de Navarre, à Bergerac, et puis, d'un nouvel édit de
pacification différent du dernier seulement, en ce qu'il donnait un
peu moins d'étendue à l'exercice public du calvinisme, et que les
places de sûreté n'étaient pas tout à fait les mêmes que celles que le
roi avait accordées aux calvinistes par le précédent édit; car on leur
donna Montpellier au lieu de Beaucaire, et Issoire, qui avait été
prise, ne leur fut pas rendue.

«Le roi de Navarre conclut cette paix, sans consulter le duc Casimir,
qui s'en tint fort offensé... Pour ce qui est du prince de Condé, il
en eut tant de joie, que le courrier qui lui en vint apporter la
nouvelle à La Rochelle (d'autres disent à Saint-Jean-d'Angély) étant
arrivé la nuit, il la fit publier sur-le-champ aux flambeaux. Les
calvinistes du Languedoc, toujours en défiance de la cour, eurent plus
de peine à la recevoir; mais Jean de Montluc, évêque de Valence, y
ayant été envoyé par le roi, quelque temps après, ramena les esprits.
Le maréchal de Damville, que la cour avait recommencé de regagner par
la maréchale sa femme, accepta aussi la paix et la fit accepter dans
les endroits où il était le maître.»



CHAPITRE IV

  Paix illusoire.--Le nouveau lieutenant-général en Guienne.--Henri
    ne gagne pas au change.--Biron et l'éducation militaire du roi
    de Navarre.--Henri et Catherine de Médicis.--La cour de Navarre
    s'établit à Nérac.--L'affaire de Langon.--Le voyage de
    Catherine et de Marguerite en Gascogne.--Les deux reines à
    Bordeaux.--Henri les reçoit à La Réole.--Séjour à Auch.--La
    Réole livrée aux troupes royales.--L'«Escadron
    volant».--Surprise de Fleurance.--«Chou pour chou.»--Surprise
    de Saint-Emilion.--La conférence de Nérac.--Traité favorable
    aux calvinistes.--La cour de Nérac.--Galanteries
    dangereuses.--Les revanches de Catherine de
    Médicis.--Séductions et calomnies.--Le roi de Navarre entre les
    protestants et les catholiques.--Beaux traits de
    caractère.--Mémorable déclaration.--Départ de la
    reine-mère.--La chasse aux ours.--Mésaventures de la reine de
    Navarre à Pau.


La paix dont la conférence de Bergerac débattit les conditions fut
conclue dans cette ville, le 17 septembre 1577, et confirmée, le 5
octobre suivant, par l'édit de Poitiers. Elle paraissait avoir comblé
presque tous les vœux des partis en lutte, et ces partis en
jouissaient à peine, qu'ils s'évertuèrent à la violer. Les provinces
du midi ne désarmèrent pas; nous trouvons, dans la correspondance de
Henri avec le maréchal de Damville, l'énumération des principaux
troubles qui ensanglantèrent parfois le Languedoc. Dans ses lettres,
le roi de Navarre affirme que partout où sa main peut s'étendre, où sa
voix peut être entendue, il veille à la réparation des fautes commises
par ses coreligionnaires, qui ne sont plus les alliés du maréchal. «Je
voudrais bien, dit-il, que, de toutes parts, on fît de même...» Il
n'en est rien: «De tous côtés, j'ai vu plusieurs plaintes de meurtre
et entreprises faites contre ceux de la religion, sans qu'on leur
fasse administrer la justice... Au contraire, on crie contre eux
désespérément et les charge des plus grands crimes du monde.»
Là-dessus il articule nettement: «On a surpris Saint-Anastase, on a
tué le baron de Fougères, puis on couvre ce fait d'une querelle
particulière. Sur cette nouvelle prise d'Avignonnet, on a emprisonné
partout ceux de la religion, on en a tué une centaine... Je ne vois
qu'on s'échauffe pour cela d'en faire justice, ni qu'on soit prompt à
en faire donner avertissement au roi, comme on a accoutumé de faire
pour le moindre fait de ceux de la religion.» L'énumération continue:
«Voilà, conclut Henri, les plaintes que j'entends ordinairement de
ceux de la religion et que j'ai bien voulu vous représenter, afin que
vous les entendiez et que vous y apportiez les remèdes convenables».

Henri n'oubliait pas, sans doute, qu'il était le chef d'un parti dont
il devait s'efforcer d'atténuer les torts, tout en faisant ressortir
ceux du parti opposé; mais, dans sa réponse aux doléances du maréchal,
le roi, après avoir parlé des actes de justice émanés de lui-même,
signale des griefs dont on ne semble pas disposé à lui rendre raison.
Il en était réduit à protester contre des dommages personnels: les
agents de Henri III ajournaient outrageusement le paiement de ses
pensions et la perception même d'un impôt. «Par un des articles du
dernier édit de pacification, dit Berger de Xivrey, le roi avait
accordé au roi de Navarre le produit de l'impôt sur les pastelz, cette
plante appelée aussi guède, et qui était, à cette époque, le seul
ingrédient employé pour la teinture en bleu. Mais on paraissait n'être
disposé à rien accorder à ce prince, que Davila représente réduit en
un coin de la Guienne, dont il n'était gouverneur que de nom, privé de
la plupart de ses revenus, et entièrement exclu des bienfaits du roi;
choses par le moyen desquelles ses ancêtres avaient soutenu leur
dignité depuis la perte du royaume de Navarre.»

Le roi de Navarre n'avait pas eu à se louer des actes de l'amiral de
Villars, son lieutenant imposé en Guienne: à la conférence de
Bergerac, il avait exprimé le désir de voir un autre officier à la
tête de ce gouvernement. La cour rappela Villars, d'ailleurs fort
avancé en âge, et mit à sa place le maréchal de Biron, dont Henri
espérait s'accommoder mieux que de son prédécesseur. Il ne gagna pas
au change: Biron, qui le servit plus tard glorieusement, après la mort
de Henri III, n'était pas encore d'humeur à exposer pour lui sa
fortune et sa vie. Il lui rendit pourtant un grand service, pendant la
durée de sa charge: toujours à l'affût de quelque déconvenue à lui
infliger, souvent à ses trousses, tantôt l'empêchant de reprendre une
ville révoltée, tantôt lui en prenant une, sous ses yeux, Biron, sans
le vouloir, lui apprit ce qu'il savait de l'art de la guerre, où il
comptait peu de rivaux. En attendant, le maréchal s'appliquait, à
Bordeaux et dans tout le gouvernement, à contrarier les vues, à
déconcerter les projets du roi de Navarre. Henri en eut force
déplaisirs, qui, s'ajoutant à beaucoup d'autres, le poussèrent à
écrire au roi de France, le 6 juillet, une lettre que Chassincourt
était chargé de présenter à Henri III, comme l'entrée en matière et le
thème de plaintes assez vives. «Le sieur de Chassincourt vous fera
entendre bien au long l'état des affaires en deçà, qui ne sont pas, à
mon grand regret, selon l'intérêt de V. M., déclaré tant par l'édit de
la paix et traité de conférence faite avec la reine votre mère, que
par plusieurs de vos dépêches, mais, au contraire, selon la mauvaise
affection d'aucuns vos principaux ministres et officiers qui, ayant
les moyens pour remédier aux maux, ne les veulent employer. De sorte
que, faute de punition, et voyant qu'on me fait expérimenter une telle
défaveur de me priver de la jouissance de mes maisons et châteaux de
Nontron, Montignac, Aillas et autres, la licence de mal faire et la
témérité des turbulents accroît tous les jours pour entreprendre sur
vos villes et places...--Il est besoin que votre autorité soit
fortifiée par V. M. plus qu'elle n'est en ce gouvernement. A quoi il
vous plaira de pourvoir. Autrement, je me vois gouverneur du seul nom
et titre, qui m'est fort mal convenable, ayant cet honneur de vous
être ce que je suis...»

On a remarqué l'allusion à Catherine de Médicis. Henri connaissait, de
longue date, la reine-mère, toujours maîtresse du pouvoir, et ce fut à
la dernière extrémité, après le traité de Nemours, qu'il rompit
décidément avec elle, ou du moins se déshabitua de solliciter son
influence. Jusque-là, nous le verrons, non seulement respectueux
envers Catherine, comme il fut toujours, mais encore prêt à prendre
devant elle l'attitude d'un client. La reine-mère gouvernait la
France, autant qu'à cette époque on pouvait la gouverner. Aussi, ne
faut-il pas s'étonner de voir le roi de Navarre écrire presque
toujours à Catherine en même temps qu'à Henri III. Il lui arrivait
aussi parfois de n'invoquer que l'appui de la reine-mère. C'est ainsi
que, dans une lettre du mois de juillet 1578, il prie Catherine
d'accorder sa protection à «un sieur de Pierrebussière, impliqué dans
un procès de meurtre aboli» par l'édit de pacification, et en faveur
de qui le roi de Navarre demande que l'affaire soit envoyée devant la
chambre tri-partie[22], établie à Agen, en conséquence de l'article 22
de l'édit de Poitiers.

  [22] Appendice: XI.

Henri aurait eu grand besoin des bons offices de la reine-mère pour
échapper aux persécutions de Biron. Au mois d'août, le maréchal, sans
l'agrément du roi de Navarre, mit des garnisons à Agen et à
Villeneuve-sur-Lot, et força la petite cour à se réfugier à Lectoure,
puis à Nérac. Déjà le 8 avril, date douteuse, à notre avis, mais
adoptée par plusieurs historiens, les catholiques avaient surpris,
saccagé et pillé la ville de Langon, qui se reposait sur la foi du
traité de paix. Biron, accouru trop tard, n'avait trouvé rien de
mieux, pour réparer ces désordres, que de faire combler les fossés et
démolir les fortifications, en un mot, de punir les victimes, dont les
dépouilles furent transportées, à pleines barques, à Bordeaux. Henri
se plaignait en vain de ces dénis de justice et de bien d'autres à
Henri III ou au maréchal de Damville, dont il n'avait pas perdu
l'espoir de reconquérir le dévouement. Il prenait patience, néanmoins,
comptant ou affectant de compter sur la présence de la reine-mère,
pour redresser tant de torts. Le voyage en Gascogne de Catherine et de
la reine de Navarre venait, en effet, d'être décidé. Le 1er septembre,
Henri écrivait à Damville, en protestant contre les procédés abusifs
de Biron: «J'espère que, à cette prochaine venue de la reine, il sera
pourvu à une générale exécution de l'édit et à l'établissement d'une
paix assurée».

Le but apparent de ce voyage était simple. Il s'agissait, pour
Catherine, de présider à la réunion de Marguerite avec le roi de
Navarre, Henri ayant jugé que le séjour de sa femme en Guienne et en
Gascogne pourrait avoir quelque heureuse influence, et exprimé, par un
message spécial, le désir de la revoir. En réalité, la reine-mère se
mettait en route, la tête pleine de ces projets machiavéliques, tantôt
déjoués par les événements, tantôt menés à bonne fin, dans lesquels
avait toujours consisté sa science politique. Elle quitta Paris, au
mois d'août, pendant que Monsieur se ridiculisait par sa première
aventure dans les Pays-Bas, qu'il réussit à agiter, mais d'où il ne
sortit pour la France que de nouveaux embarras diplomatiques. Les deux
reines voyageaient avec toute une cour, au sein de laquelle on
remarquait un groupe de jeunes femmes d'une élégance et d'une
coquetterie extrêmes, baptisées du nom de dames d'honneur, selon le
cérémonial, et surnommées «l'escadron volant», parce que la
reine-mère, qui les avait, pour ainsi dire, enrégimentées, les menait
avec elle partout où elle voulait accroître, par leurs séductions, les
ressources de sa diplomatie.

La cour de parlement de Bordeaux envoya une députation au-devant de
Leurs Majestés, et leur fit une entrée solennelle. «Il fut arrêté par
la cour, dit l'abbé O'Reilly, qu'elle ferait aux deux princesses une
entrée aussi solennelle que possible, et qu'elle y assisterait en
robes rouges, en chaperons fourrés et à cheval; que le maréchal de
Biron, gouverneur et maire de Bordeaux, et, en l'absence du roi de
Navarre, lieutenant du roi en Guienne, serait vêtu d'une robe de
velours cramoisi et de toile d'argent ou de velours blanc; que les
parements et le chaperon seraient de brocatelle; que les jurats et les
clercs de la ville auraient des robes de satin cramoisi et blanc; que
le poêle serait de damas blanc; qu'il serait fait à la reine-mère un
présent d'un pentagone d'or massif du poids de deux marcs, ayant les
bords richement émaillés, et que sur les angles et sur chaque face du
pentagone seraient gravées les lettres qui forment le mot grec
signifiant _salut_; que sur un des côtés serait représentée une nuée
d'azur, à rayons d'or et surmontant deux sceptres violets, entrelacés
d'une chaîne; que sur le revers et au centre serait gravée
l'inscription: _A l'immortelle vertu de la divine Marguerite de
France, reine de Navarre, fille de roi et sœur de trois rois,
Bordeaux_».

«Le 18 septembre, la reine-mère fut reçue sur le port, au
_Portau-Barrat_, par les autorités de la ville; elle fut conduite,
avec pompe, chez M. de Pontac, trésorier, d'autres disent chez M. de
Villeneuve, président au parlement; on lui présenta un dauphin de huit
pieds qu'on venait de pêcher. La reine de Navarre logea chez M.
Guérin, conseiller, près du palais.»

De Bordeaux, les deux reines allèrent à La Réole, où elles avaient
donné rendez-vous au roi de Navarre. Il y vint accompagné de six cents
gentilshommes catholiques ou huguenots, qui donnèrent aux princesses
et à leur suite une assez favorable idée de la cour de «Gascogne». De
La Réole, le roi et les reines se rendirent à Agen. Là, se succédèrent
de nombreuses fêtes, après lesquelles Catherine jugea nécessaire de
pousser jusqu'à Toulouse, pour résoudre quelques questions relatives
aux affaires du Languedoc. Le 2 novembre, elle revint sur ses pas,
toujours accompagnée de Marguerite, et se rendit à l'Isle-Jourdain,
pour conférer avec le roi de Navarre. Les princesses y reçurent une
magnifique hospitalité, au château de Pibrac. La reine-mère et la
reine de Navarre firent l'une après l'autre, le 20 et le 21 novembre,
leur entrée solennelle à Auch. Catherine entra la première. «Cinq
consuls, dit l'abbé Monlezun, vinrent à sa rencontre, à la tête d'un
grand nombre d'habitants. Vivès, l'un d'eux, la harangua, et après la
harangue, un enfant de la ville prononça une oraison ou discours
d'apparat, où il relevait les vertus de l'illustre princesse qui
honorait la Gascogne de sa présence. La reine s'avança ensuite, portée
dans une grande coche. Les autres consuls l'attendaient, avec le reste
de la population, à la porte de Latreille. Ils lui offrirent les clefs
de leur cité; mais Catherine les refusa en disant qu'on les gardât
pour le roi son fils. Les consuls montèrent alors à cheval et
escortèrent la princesse jusque sous le porche de l'église
métropolitaine, où les chanoines la reçurent au son des cloches et au
chant du _Te Deum_. Marguerite entra le lendemain, portée dans une
magnifique litière de velours, et reçut les mêmes honneurs que sa
mère. Le chapitre de Saint-Orens s'était joint au cortége. Des enfants
faisaient retentir les airs de chants composés à sa louange; on arriva
ainsi aux portes de Sainte-Marie. Le chapitre métropolitain attendait
en habit de chœur. La princesse prétexta une indisposition, et se fit
conduire à l'ancien cloître des chanoines, qui lui avait été préparé
pour logement, ainsi qu'à la reine sa mère. Marguerite ne s'était
jamais montrée à Auch. Elle usa de la faculté que lui donnait sa
qualité de comtesse d'Armagnac, et en l'honneur de sa première entrée,
elle fit élargir, par l'évêque de Digne, son premier aumônier, deux
malheureux détenus dans la prison du sénéchal.»

Henri arriva le jour suivant, et alla loger à l'archevêché. Il avait
refusé les honneurs d'une réception officielle; néanmoins, il fallut
que les consuls vinssent lui offrir les clefs de la ville et l'hommage
de leur fidélité. La position était embarrassante pour des magistrats
qui, deux ans auparavant, avaient fermé leurs portes au prince. Les
consuls ne purent s'empêcher de le lui rappeler, au moins
indirectement: «Non, non, répondit Henri, avec sa courtoisie
ordinaire, il ne me souvient pas du passé, mais vous, soyez-moi gens
de bien, à l'avenir.» Puis, prenant les clefs des mains de Vivès et
les lui rendant aussitôt, il ajouta: «Tenez, à condition que vous me
serez tel que vous devez».

Entre autres réjouissances organisées pour les royales visiteuses, un
bal leur fut offert par Madame de La Barthe, parente de ce capitaine
Giscaro qui avait offensé le roi de Navarre. Le jour de cette fête fut
marqué par un épisode qui tient du roman, si même il n'en dépasse pas
les récits imaginaires.

Le bal avait commencé dans l'après-midi. Il était dans tout son éclat,
les deux cours y joutant d'entrain et de galanterie, lorsque le roi de
Navarre fut averti par Armagnac, son valet de chambre, qu'une grave
nouvelle venait d'arriver de La Réole.

Cette place, confiée à la garde du vieux baron d'Ussac, calviniste
zélé, avait ouvert ses portes aux catholiques. D'Ussac s'était laissé
vaincre, au passage, par une des plus séduisantes amazones de
l'«escadron volant». Hors d'âge et de mine rébarbative, il fut, après
sa défaite, le sujet des railleries des jeunes gentilshommes venus
avec le roi de Navarre au-devant des deux reines, et Henri, lui-même,
dit-on, lui lança quelque sarcasme. D'Ussac, blessé dans sa vanité,
laissa voir beaucoup d'humeur à sa maîtresse, cette belle et rieuse
Anne d'Acquaviva, fille du duc d'Atrie, et que d'Aubigné qualifie de
«bouffonne Atrie». La dame d'honneur de Catherine exploita ce dépit de
guerrier et d'amoureux, et conseilla la vengeance. Deux mois après,
d'Ussac laissait entrer les catholiques dans La Réole.

A cette fâcheuse nouvelle, Henri contient son émotion. D'un geste, il
appelle à lui quelques-uns de ses partisans les plus sûrs, entre
autres Turenne, Rosny et Manaud de Batz. On tient conseil. «Le premier
mouvement, dit Turenne dans ses Mémoires, fut si nous étions assez
forts pour nous saisir de la ville d'Auch: il fut jugé que non.
Soudain, je dis qu'il nous fallait sortir et qu'avec raison, nous
pourrions nous saisir du maréchal de Biron et autres principaux
personnages qui étaient avec la reine, pour ravoir La Réole.» La
seconde proposition de Turenne fut rejetée comme la première; mais
quelqu'un ayant ouvert l'avis de surprendre Fleurance, petite ville
située à quelques lieues d'Auch, Henri adopta le projet. Ordonnant le
secret, il se confia au baron de Batz pour l'exécution. Le gouverneur
d'Eauze court vers Fleurance avec quelques hardis cavaliers,
s'embusque dans le voisinage de la place, et, par affidé, essaie
vainement d'y nouer quelque intelligence, comme le lui avait
recommandé le roi. Jugeant qu'il faut en venir aux coups, il envoie
un message à Henri, qui, le pied à l'étrier, lui répond sur-le-champ:
«C'est merveille que la diligence de votre homme et la vôtre. Tant pis
que n'ayez pu pratiquer ceux du dedans à Fleurance: la meilleure place
m'est trop chère du sang d'un seul de mes amis. Mais puisque est,
cette fois, votre envie de pratiquer la muraille, bien volontiers.
Pour ce, ne vous enverrai ni le monde ni le pétard que vous me
demandez, mais bien vous les mènerai, et y seront les bons de mes
braves. Par ainsi, ne bougez de la tuilerie, où vous irons trouver.
Sur ce, avisez le bon endroit pour notre coup: de quoi et du reste
pour bien faire se repose sur vous le bien vôtre à jamais.»

A trois heures du matin, Henri, Turenne, Rosny arrivaient devant
Fleurance, avec une poignée d'hommes déterminés, et, se joignant à
ceux du baron de Batz, qui avait trouvé le «bon endroit», enlevaient
cette place, après avoir essuyé quelques arquebusades. Il n'en coûta
pas même au roi «le sang d'un seul de ses amis». Cette prouesse
accomplie, Henri tourne bride et regagne Auch. Au lever du jour, il se
trouvait désarmé et souriant auprès de la reine-mère. On venait
d'annoncer à Catherine la nouvelle de la prise de Fleurance par le roi
en personne, et elle refusait d'y croire, convaincue que Henri, au
sortir de la fête, avait passé la nuit à Auch. Quand le doute ne fut
plus permis, elle dit au roi: «C'est la revanche de La Réole; vous
avez fait chou pour chou; mais le nôtre est mieux pommé».

Sully raconte que, peu de temps après, il arriva pareille aventure
pendant un séjour que les deux cours firent à Coutras. Dès l'arrivée
de la reine-mère en Guienne, une trêve avait été conclue entre les
deux partis. Catherine aurait pu convenir avec le roi de Navarre d'une
trêve générale; mais, obéissant à une arrière-pensée que la trahison
de La Réole permit de pénétrer, elle décida que la trêve serait
locale, c'est-à-dire que tout fait de guerre serait interdit dans un
rayon de deux lieues environ, autour de la résidence royale. Dans ces
limites, catholiques et protestants devaient fraterniser; aussitôt
qu'elles étaient franchies, ils avaient le droit de se couper la
gorge. La cour étant à Coutras, le roi sut que les habitants de
Saint-Emilion avaient dépouillé un marchand calviniste, et s'en
plaignit à la reine-mère: elle ne répudia point la prise. Henri
résolut donc de faire encore «chou pour chou», et, cette fois, le sien
fut le mieux pommé.

De Coutras, il envoya Roquelaure, Rosny et quelques autres jeunes
capitaines bien accompagnés passer la nuit à Sainte-Foy, pour y faire
plus librement leurs préparatifs, parce que cette ville n'était pas
dans les limites de la trêve. Le récit des _Economies royales_ offre
de l'intérêt: «... Deux heures avant jour, on se trouva à un quart de
lieue de Saint-Emilion, où ayant mis pied à terre, disent les
secrétaires de Sully, vous marchâtes par un profond vallon et
arrivâtes sans alarmes près des murailles. Celui qui menait le dessein
marchait devant avec six soldats choisis qui portaient les saucisses
(les pétards), lesquelles ils fourrèrent dans une assez grosse tour,
par deux canonnières (embrasures) assez basses qui étaient en icelle;
auxquelles saucisses le feu ayant été mis, le tour s'entr'ouvrit, de
sorte que deux hommes y pouvaient entrer de front, avec un tel
tintamarre qu'il fut entendu jusqu'à Coutras; laquelle occasion fut
aussitôt embrassée par tous vous autres qui étiez couchés sur le
ventre, départis en trois bandes, chacune composée de vingt hommes et
soixante arquebusiers, et après eux, venait encore M. de Roquelaure
avec soixante hommes armés, pour demeurer dehors et subvenir aux
accidents qui se pourraient présenter. Vous entrâtes dans la ville
sans aucune opposition et ne rencontrâtes que deux troupes qui, ayant
tiré quelques arquebusades, se retirèrent. Bref, il n'y eut que quatre
hommes de tués de ceux de la ville, et six ou sept de blessés; et de
votre côté, deux soldats tués et trois ou quatre blessés; puis tous
les habitants se renfermèrent dans leurs maisons, sans faire plus
aucune défense; puis on s'employa au pillage, où les gens de guerre,
et surtout les voisins du lieu, s'employèrent comme braves Gascons.»

Quand la reine-mère fut informée de cette nouvelle revanche, elle se
fâcha, et dit qu'elle ne pouvait regarder la prise de Saint-Emilion
que comme un acte déloyal, cette ville étant dans les limites de la
trêve; mais le roi de Navarre la réduisit, sans trop de peine, au
silence, en lui rappelant l'affaire toute récente du marchand molesté
par ceux dont elle prenait la défense.

D'Auch, les deux reines allèrent s'établir à Nérac, où Catherine
séjourna plus longtemps que dans aucune autre ville de Guienne ou de
Gascogne. C'était là qu'elle avait résolu de livrer au roi de Navarre
et à ses partisans une vraie bataille de diplomatie et de galanterie.
Au mois de janvier, s'ouvrirent des conférences en vue d'un nouveau
traité ou d'une interprétation du traité précédent. Y prirent part: la
reine-mère, le cardinal de Bourbon, oncle du roi de Navarre, le duc de
Montpensier et son fils, le prince dauphin d'Auvergne, Armand de
Gontaud, maréchal de Biron, Guillaume de Joyeuse, Louis de
Saint-Gelais, seigneur de Lansac, Bertrand de Salignac de la
Mothe-Fénelon, Guy Dufaur de Pibrac, et Jean-Etienne Duranti, avocat
général au parlement de Toulouse, nommé, l'année suivante, président à
la même cour. Le traité, signé, le 28 février 1579, par ces
personnages et par le roi de Navarre, était en vingt-neuf articles. Il
fut ratifié à Paris, le 19 mars suivant, par le roi de France. Le jour
même de la signature, Catherine de Médicis et Henri communiquèrent le
texte de ce document au maréchal de Damville: «Nous avons, grâces à
Dieu, résolu et arrêté, par l'avis des princes et sieurs du conseil
privé du roi, après avoir aussi ouï les remontrances de ceux de la
religion prétendue réformée, les moyens qu'il faut tenir, tant pour
faire cesser tout acte d'hostilité que pour l'entière exécution de
l'édit de pacification fait et arrêté, au mois de septembre 1570.» La
lettre royale invitait le maréchal à publier cette nouvelle, avec des
injonctions conformes, et elle était signée: «Votre bonne cousine et
cousin, CATHERINE,--HENRI». Diverses lettres du roi de Navarre et de
la reine-mère, sur le même sujet et dans le même sens, furent
adressées aux officiers généraux, gouverneurs et capitaines, soit
immédiatement, soit après la ratification. La plupart des clauses du
traité de Nérac étaient favorables aux calvinistes. «On accorda encore
au roi de Navarre trois places en Guienne pour l'assurance de
l'exécution de cet édit, savoir: Figeac, Puymirol et Bazas, qu'ils
devaient rendre, au mois d'août suivant, et onze aux calvinistes de
Languedoc, à condition de s'en dessaisir, au mois d'octobre; les
principales étaient Alais, Sommières et Lunel. On ne les leur accorda
que sur la parole qu'ils donnèrent qu'on n'y ferait nulle nouvelle
fortification, qu'on y conserverait les églises, et qu'on n'y
maltraiterait point les catholiques. Mais, quand ils en furent une
fois les maîtres, ils en chassèrent les prêtres et firent tomber tous
les impôts sur les catholiques, pour en décharger ceux de leur
religion. C'est ainsi, ajoute le Père Daniel, que les calvinistes
profitaient de l'envie que l'on avait à la cour d'entretenir la paix,
tandis que, sous main, ils prenaient entre eux de nouvelles liaisons,
pour ne pas se laisser surprendre, en cas qu'il fallût en revenir à
la guerre, ou qu'ils trouvassent l'occasion favorable de la
recommencer eux-mêmes.»

Mézeray prétend expliquer les avantages que les protestants trouvèrent
dans la paix de Nérac: la reine Marguerite, recherchant tous les
moyens de se venger de Henri III, aurait «pris soin de s'acquérir
secrètement le cœur de Pibrac, qui était le conseiller de sa mère, en
sorte que, n'agissant que par son mouvement et contre les intentions
de la reine-mère, il éclaircit plusieurs articles en faveur des
religionnaires et leur fit accorder beaucoup de choses, même plusieurs
places de sûreté». En somme, Catherine de Médicis avait été battue sur
le terrain diplomatique[23]. Ses artifices et les manœuvres de son
«escadron volant» lui valurent une revanche dont se ressentirent
longtemps les affaires du roi de Navarre.

  [23] Appendice: XVI.

La présence des deux reines à Nérac transforma en capitale cette
ville, déchue, par plus de vingt années de guerre et de troubles, du
rang qu'elle avait occupé sous le règne de Henri d'Albret et de la
première Marguerite. La seconde, dans ses Mémoires, nous a laissé un
tableau riant de la cour de Nérac: «Notre cour était si belle et
plaisante, que nous n'enviions point celle de France, y ayant la
princesse de Navarre et moi, avec nombre de dames et filles, et le roi
mon mari étant suivi d'une belle troupe de seigneurs et gentilshommes
aussi honnêtes que les plus galants que j'aie vus à la cour; et n'y
avait rien à regretter en eux, sinon qu'ils étaient huguenots. Mais de
cette diversité de religion il ne s'en oyait point parler, le roi mon
mari et la princesse sa sœur allant d'un côté au prêche, et moi et
mon train à la messe, à une chapelle, d'où, quand je sortais, nous
nous rassemblions pour nous aller promener ensemble en un très beau
jardin ou bien au parc, dont les allées, de trois mille pas de long,
côtoyaient la rivière; et le reste de la journée se passait en toutes
sortes d'honnêtes plaisirs, le bal se tenant d'ordinaire l'après-dînée
et le soir.» Sully et d'Aubigné apportent leur témoignage à
Marguerite: Nérac jouissait de toutes les élégances et de tous les
plaisirs d'une cour; mais il en offrait aussi les vices et les
dangers, comme l'éprouvèrent le roi de Navarre et un grand nombre de
ses partisans. Henri avait pris, à la cour de France, des habitudes
de libertinage dont rien, pas même l'âge, ne put jamais le guérir. Il
tomba, plus d'une fois, dans les pièges tendus à sa faiblesse trop
connue par les suivantes de Catherine et de Marguerite: à l'histoire
de ses liaisons avec Madame de Sauves et Mademoiselle de Tignonville,
s'ajouta la chronique scandaleuse de ses caprices pour Mademoiselle
Dayelle, Mademoiselle de Fosseuse-Montmorency et Mademoiselle Le
Rebours. Tout ce qu'il est permis de dire, pour atténuer, s'il se
peut, ces torts et bien d'autres qui gâtèrent sa vie privée, c'est que
la cour des Valois n'allait point sans ces débordements, et que, fort
heureusement pour lui et pour la France, ils ne lui firent jamais
oublier ni les devoirs de la politique, ni le noble souci de la
gloire.

Les amis et les serviteurs du roi payèrent aussi leur tribut aux
roueries italiennes de la reine-mère: on vit Turenne, Roquelaure,
Béthune domptés à leur tour, et Rosny, qui devait être plus tard le
grave ministre d'un grand roi, succomba comme les autres. Il faut même
ajouter que, après le départ de Catherine et de son dangereux
«escadron», la galanterie ne laissa pas de régner à la cour de Nérac,
du moins tant qu'elle fut tenue par la belle reine de Navarre. Ces
passions ou amourettes à la mode entraînèrent de fâcheuses
conséquences politiques. Catherine semait l'esprit de division et de
défection. Quand elle quitta la Gascogne, vingt trahisons étaient à la
veille de se déclarer, et elles amoindrirent le parti: Lavardin,
Gramont et Duras, entre autres, devinrent les adversaires de Henri.
Nous ne mentionnerons que pour mémoire les rivalités, les querelles et
les duels: Condé et Turenne eux-mêmes, brouillés par le contre-coup
des intrigues de la reine-mère, en arrivèrent à croiser le fer, et le
vicomte faillit périr quelque temps après, dans une rencontre, à Agen,
avec Durfort de Rauzan.

Lorsque Catherine de Médicis ne pouvait ni subjuguer par son manège
personnel, ni désarmer par la galanterie les partisans du roi de
Navarre, elle les faisait habilement calomnier auprès de lui, comme il
arriva pour le gouverneur d'Eauze. La reine-mère, se souvenant que
l'expédition de Fleurance avait été organisée par ce gentilhomme,
donna mission à un de ses affidés, personnage important, de faire
naître, dans l'esprit du roi, des soupçons sur la fidélité de son
«Faucheur». Averti, Manaud de Batz sollicita une explication de
Henri, qui la lui donna dans une lettre où se marquent, en termes
éloquents, la délicatesse et la magnanimité de son cœur[24].

  [24] Appendice: XIII.

C'est avec une sorte de prédilection, remarquée par les historiens de
notre temps, que le roi de Navarre a prodigué les traits de son beau
et séduisant caractère dans ses lettres au baron de Batz. Sully et
d'Aubigné constatent qu'il y eut souvent rivalité entre les
protestants et les catholiques au service de Henri, et qu'il fallait à
ce prince beaucoup de tact pour les mettre d'accord. Quand les
principaux calvinistes, tels que Turenne, d'Aubigné et Du
Plessis-Mornay, lui conseillaient de se défier de ses officiers
catholiques, il leur fermait la bouche par cette juste réflexion, que
les «papistes» méritaient toute sa confiance, puisqu'ils le servaient
par un pur attachement à sa cause ou à sa personne. Du reste, il
excella de bonne heure à lire au fond des cœurs. «Beaucoup m'ont
trahi, mais peu m'ont trompé», écrivait-il à propos d'une défection
prévue; et il ajoutait: «Celui-ci me trompera, s'il ne me trahit
bientôt». L'habileté n'eût pas toujours suffi pour maintenir le
faisceau de tant de fidélités diverses; mais, dans les cas
extraordinaires, Henri puisait en lui-même une éloquence irrésistible.

Pendant la campagne de 1580, un jour que l'on discutait, en présence
du roi de Navarre, le plan d'une petite expédition, les avis se
partagèrent. Du Plessis-Mornay opinait absolument pour l'action
immédiate, et Manaud de Batz, qui connaissait le pays et les
difficultés de l'entreprise, n'épargnait pas les objections. «Je ne
puis comprendre», dit à la fin Mornay, «comment un homme si déterminé
aux armes est si timide en conseil!» Le roi de Navarre se chargea de
la réponse: «Un vrai gentilhomme, répliqua-t-il, est le dernier à
conseiller la guerre, et le premier à la faire!» Mais on connaît de
Henri de Bourbon une parole encore plus haute, la plus royale
peut-être qui ait été prononcée dans les temps modernes.

En 1578, pendant que le roi de Navarre était en Agenais, quelques-uns
de ses partisans béarnais, pourchassés à travers l'Armagnac par les
troupes du roi de France, furent recueillis par Antoine de Roquelaure
et Manaud de Batz, qui les prirent sous leur sauvegarde. Henri
écrivit, à ce sujet, au gouverneur d'Eauze:

   «Monsieur de Batz, j'ai entendu avec plaisir les services que
   vous et M. de Roquelaure avez faits à ceux de la Religion, et
   la sauveté que vous particulièrement avez donnée, dans votre
   château de Suberbies, à ceux de mon pays de Béarn, et aussi
   l'offre, que j'accepte pour ce temps, de votre dit château. De
   quoi je vous veux bien remercier et prier de croire que,
   _combien que soyez de ceux-là du Pape, je n'avais, comme vous
   le cuydiez, méfiance de vous dessus ces choses. Ceux qui
   suivent tout droit leur conscience sont de ma religion, et
   moi, je suis de celle de tous ceux-là qui sont braves et
   bons_[25].»

  [25] Voir le fac-simile.

C'était au nom de cette «religion» faite d'honneur, de probité et de
vaillance, que le roi de Navarre savait conquérir de fidèles amis, et
ce fut elle qui monta avec lui sur le trône de France.

La paix de Nérac signée, Catherine se dirigea vers le Languedoc, où
elle avait plusieurs affaires à traiter avec le maréchal de Damville.
Après une excursion à Agen, elle passa dans le comté de Foix,
accompagnée du roi et de la reine de Navarre. Ce pays de montagnes
offrit aux deux cours une fête qui fut tragique. C'était une chasse
aux ours. Les chasseurs, surexcités par la présence des reines, des
dames et de tant de grands personnages, firent des prodiges d'audace,
et plusieurs d'entre eux périrent dans une lutte corps à corps avec
les redoutables fauves. A Castelnaudary, où l'attendaient les Etats de
Languedoc, la reine-mère prit congé de sa fille et de son gendre, qui
allèrent séjourner dans le Béarn. Bascle de Lagrèze a esquissé le
tableau pittoresque de l'entrée et du séjour de Marguerite à Pau.

  «Elle arrive dans sa _litière faite à piliers doublés de velours
    incarnadin d'Espagne, en broderie d'or et de soie nuée à
    devise_, pour me servir des expressions de ses Mémoires. Cette
    litière est toute vitrée et les vitres sont faites à devise, _y
    ayant_, ou à la doublure, _ou aux vitres, quarante devises
    toutes différentes, avec des mots en espagnol et en italien sur
    le soleil et ses effets_. Après la litière de la reine
    s'avancent celles de ses dames d'honneur. Dix filles à cheval
    l'entourent; puis viennent à la suite six carrosses ou chariots
    contenant les autres dames ou femmes de la cour. C'est dans le
    château de Pau que la reine étale ses plus brillantes
    toilettes. Elle est décidée à user ses robes; car, lorsqu'elle
    retournera à Paris, elle n'y portera que des ciseaux et des
    étoffes pour se faire habiller à la mode du jour.»

L'abbé Poeydavant rapporte que la nouvelle de l'arrivée de cette
princesse ne fut pas agréable aux consistoires du pays: ils en
conçurent des alarmes dont on aperçut bientôt les signes. «Le
fondement en était pris du zèle de cette princesse pour la religion
catholique. On craignait, avec quelque apparence de raison, qu'il ne
portât atteinte à la dernière constitution qui la bannissait du pays
souverain. Sur cette appréhension, le synode, qui, vers la fin de
cette année (1578), se tint dans Oloron, fit publier un jeûne pour
obtenir du ciel la grâce de détourner le grand malheur dont on se
croyait menacé. Tandis que ces réformateurs appréhendaient si vivement
le retour de la liberté religieuse et civile pour leurs concitoyens,
ils abusaient eux-mêmes, d'une manière étrange, des édits que
l'intolérance avait dictés contre les catholiques.» Les Mémoires de
Marguerite nous apprennent, en effet, qu'elle fut elle-même victime de
l'intolérance calviniste.

La reine, jouissant du libre exercice de sa religion, faisait dire la
messe au château de Pau par des aumôniers de sa suite. Les
catholiques, dont le nombre était considérable dans la ville,
désiraient ardemment l'entendre. Il y avait, au château, un pont-levis
d'où l'on s'introduisait dans la cour qui conduisait à la chapelle.
Chaque fois qu'on disait la messe, on prenait la précaution de lever
le pont, afin d'interdire aux catholiques l'accès du lieu saint. La
fête de la Pentecôte étant survenue, raconte Marguerite, plusieurs
d'entre eux trouvèrent le moyen de s'introduire dans la cour et de
gagner la chapelle avant que le pont fût levé. Des huguenots, les
ayant aperçus, coururent les dénoncer à Du Pin, secrétaire du roi, et
intraitable adversaire des catholiques. Du Pin dépêche aussitôt des
gardes, qui, sans nul respect pour le lieu, ni pour l'assemblée, ni
pour la personne de la reine, expulsent violemment les catholiques et
les traînent en prison. Ils y furent détenus pendant plusieurs jours,
et n'en sortirent qu'au moyen d'une grosse amende, après avoir risqué
de n'en être pas quittes à si bon marché.

La reine de Navarre ressentit vivement cette «indignité», et en porta
ses plaintes au roi son mari, le suppliant de faire relâcher ces
pauvres catholiques, qui ne méritaient point, disait-elle, un pareil
traitement, pour avoir voulu, dans un jour solennel, profiter de son
arrivée pour assister au saint sacrifice de la messe, dont ils avaient
été privés depuis si longtemps. Du Pin, sans être interpellé, se mit à
la traverse entre la reine et son mari, osant dire à la reine qu'il
n'en serait ni plus ni moins, pour ce dont elle se plaignait touchant
les catholiques, se fondant, quant à sa conduite, sur la teneur des
ordonnances qui défendaient la messe en Béarn, «sur peine de la vie».
La reine, outrée des propos insolents de Du Pin, renouvela ses
plaintes au roi, en présence de plusieurs personnes qu'elle mit dans
ses intérêts. Henri lui promit de s'employer auprès des conseillers du
parlement de Pau, en faveur des catholiques prisonniers, pour obtenir
un jugement plus modéré et qui hâtât leur délivrance. Afin de
complaire à Marguerite, le roi congédia, pour quelque temps, son
secrétaire. Mais cet incident et les menées fanatiques dont elle avait
le spectacle inspirèrent à la reine un dégoût qu'elle ne put
surmonter.



CHAPITRE V

  Départ de Pau.--Henri malade à Eauze.--Les Etats de
    Béarn.--Fragilité de la paix.--La surprise de Figeac.--La paix
    prêchée, la guerre préparée.--Le rôle de Condé et celui de
    Damville.--Assemblée de Mazères.--L'embuscade sur la route de
    Castres.--Entente du roi de Navarre avec Châtillon et
    Lesdiguières.--Desseins belliqueux.--Lettre à Henri
    III.--Lettre-manifeste à la reine de Navarre.--Manifeste de
    l'Isle à la noblesse.--Correspondance avant l'entrée en
    campagne.


Avant d'aller de nouveau établir sa résidence à Nérac, selon le désir
de la reine, qui avait pris le séjour de Pau en aversion, Henri fit
avec elle un voyage à Montauban, si renommé par son dévouement
passionné à la Réforme. Au retour de ce voyage, et en se rendant à
Nérac, il fit un long circuit pour visiter les principales villes de
l'Armagnac. Arrivé à Eauze, le 19 juin, il y tomba malade, disent les
Mémoires de Marguerite, «d'une grande fièvre continue, avec une
extrême douleur de tête, et qui lui dura dix-sept jours, durant
lesquels, il n'avait repos, ni jour ni nuit, et le fallait
perpétuellement changer de lit à autre». La reine l'entoura de soins
affectueux. Pendant cette maladie, il reçut une lettre de Henri III
contenant des avis et des réclamations au sujet des anciennes
ordonnances de Jeanne d'Albret contre les catholiques béarnais. En
quittant Eauze, le 10 juillet, il répondit au roi de France que les
faits visés dans sa lettre provenaient du gouvernement de la feue
reine, non du sien, mais qu'il en serait parlé aux Etats de Béarn. Le
roi de Navarre entretenait avec ces Etats des relations qui furent
constamment à l'honneur du prince et des sujets, et dont les pages
suivantes font ressortir le caractère[26]:

«... Les rapports entre Henri de Navarre et l'assemblée des
représentants étaient toujours empreints d'une bienveillance
réciproque. Le roi est-il empêché de présider ou de convoquer lui-même
les Etats, il s'en excuse; il fait connaître ses motifs, comme on le
peut voir aux archives des Etats de Béarn, à l'année 1576. Veut-il
communiquer à son nouveau lieutenant général, le sire de Saint-Geniès,
qui préside l'assemblée des Etats, en 1579, un ordre de nature à
engager la responsabilité des Etats, par exemple, la défense
d'assembler des troupes de guerre, à l'insu du roi, c'est à
l'assemblée elle-même que cette lettre sera adressée, et c'est dans
l'assemblée même qu'il en sera donné lecture. Remarquable déférence
d'un souverain aux institutions libérales de son pays, en un temps où,
partout en Europe, la monarchie absolue était seule en vigueur et
paraissait l'unique forme d'un bon gouvernement! C'est au moment où la
reine Elisabeth assure et consolide en Angleterre le despotisme fondé
par les premiers Tudors, lorsqu'elle asservit le parlement et
substitue à l'action des tribunaux et des cours de justice du pays la
juridiction exceptionnelle de la Chambre Etoilée; c'est lorsque
Philippe II en Espagne, reprenant la politique de Ferdinand, impose
silence aux Cortès, ruine les libertés de l'Aragon, ou menace d'un
sort semblable les antiques fueros de la Navarre et des pays Basques,
que tous les rois précédents avaient respectés;--c'est à ce moment que
Henri débat avec les représentants du Béarn les intérêts du pays et
donne l'exemple de l'accord qui doit régner entre les grands pouvoirs
constitutifs d'une nation sagement gouvernée. Loin de redouter le
contrôle d'une autorité autre que la sienne, il en provoque
l'exercice; il réunit annuellement les députés, dont le dévouement a
d'autant plus de prix à ses yeux et dont l'action communique d'autant
plus de force à son gouvernement, que l'âme de ces députés ne connaît
pas de lâche complaisance et qu'ils savent faire entendre une voix
libre et fière.

  [26] Appendice: XVII.

«L'accord intime et la parfaite harmonie de sentiments entre le prince
et la nation se firent surtout remarquer au renouvellement des
hostilités qui éclatèrent en 1580. Henri, qui s'y était préparé de
bonne heure, trouva un concours énergique dans les Etats réunis en
1579. La princesse, sa sœur, qu'il avait instituée régente dans le
Béarn, deux ans auparavant, n'eut aucune peine à obtenir de cette
assemblée les sommes nécessaires pour l'entretien d'une troupe de
1,200 hommes et pour faire conduire de la ville de Navarrenx jusqu'aux
limites du pays de Béarn, des pièces d'artillerie dont le roi de
Navarre avait besoin pour entrer en campagne. Les Etats fournirent les
munitions de guerre pour l'approvisionnement de Navarrenx. Mais, qu'on
veuille bien le remarquer, ils stipulèrent que ces subsides étaient
octroyés, «sans tirer à conséquence» (réservant ainsi l'avenir), et
sous la condition expresse que le prince aurait soin de réparer les
griefs de la nation. En même temps, sur la demande du roi, et d'après
une lettre qu'il avait écrite aux syndics du pays, les Etats nommèrent
des commissaires chargés de veiller aux plus pressants besoins.»

La reprise des hostilités, à laquelle font allusion les lignes
précédentes, allait être déterminée par le cours naturel des choses
inconciliables dont se composait une «paix» en ces temps orageux, et
le roi de Navarre, instruit par l'expérience, n'était pas homme à se
laisser surprendre par les événements. Il était, du reste, fortement
incité à prendre les devants, s'il faut s'en rapporter à quelques
historiens, par des avis détournés de Monsieur et même de la
reine-mère, tous deux arguant des menaces de la Ligue. Ces démarches,
quel qu'en fût le mobile, le mettaient encore plus dans l'obligation
d'être prêt à toutes les éventualités. Aussi, quand il vit, au mois
d'août 1579, les négociateurs de Henri III venir lui redemander les
places de sûreté, au moment où les infractions à l'édit se
multipliaient de toutes parts, il n'eut pas besoin des conseils de
Marguerite, ni du dépit qu'elle ressentait des commérages de Henri III
sur ses amours vraies ou supposées avec Turenne, pour comprendre
qu'une lutte prochaine était inévitable. L'affaire de Figeac, ville
forte du Quercy, ralluma, sinon la guerre ouverte, du moins les
hostilités d'où elle devait sortir.

Le 16 septembre, Henri, étant à Nérac, écrit à Geoffroi de Vivans: «Je
vous prie, celle-ci reçue, de vous acheminer pour aller secourir
Figeac, amenant avec vous le plus grand nombre de gens que vous
pourrez, et vous diligenter le plus qu'il vous sera possible, de sorte
que, par votre aide et secours, s'en puisse ensuivre le succès qui est
à désirer, que j'espère de vous...» D'Aubigné raconte ainsi ce qui se
passa dans cette ville: «La Meausse, gouverneur de Figeac, avait
emporté une ordonnance pour prendre les deniers du roi, à la
concurrence de son état, car les trésoriers ne payaient aucunement la
garnison pour la rendre faible et facile à l'entreprise que l'on
dressait dessus. Comme donc ceux du pays virent que le gouverneur
reprenait des soldats, les habitants catholiques de la ville ayant
fait entrer quelque noblesse et autres forces du pays, se prirent
eux-mêmes, à la mi-septembre (1579), et quant et quant, toute la
noblesse du pays y accourut. Tout cela assiège la citadelle, et de
près.» Mais la citadelle ayant tenu bon, ces démonstrations de la
noblesse protestante firent abandonner Figeac aux catholiques.

A partir de cet incident, tout ce qui se fait ostensiblement, de
divers côtés, en vue de la paix, n'est destiné qu'à voiler les
préparatifs de guerre. Henri, pour sa part, joue deux rôles bien
distincts; rien de plus curieux à lire que sa correspondance à cette
époque. Tantôt il se dépense, même auprès de ses amis, en toute sorte
de sollicitudes, pour le maintien de cette «bonne paix» que le XVIe
siècle connut si peu; tantôt il emploie toute son activité à fortifier
ses garnisons, à tenir ses petites troupes en haleine, à mettre ses
capitaines sur le qui-vive. Il n'avait plus, pour le moment, à compter
sur le prince de Condé, qui s'était affranchi de la discipline du
parti et nourrissait un peu naïvement l'espoir de ressaisir, à
l'amiable, son gouvernement de Picardie, qu'il fut obligé de
revendiquer, les armes à la main, en surprenant La Fère, le 29
novembre. Henri ne pouvait pas davantage proposer une alliance
défensive et offensive à Damville, devenu duc de Montmorency, par la
mort de son frère: le maréchal passait pour s'être rallié entièrement
à la cour, depuis le voyage de la reine-mère; tout au plus, le roi se
flattait-il de le maintenir, à son égard, dans une attitude pacifique.
En attendant, néanmoins, il projetait de se rencontrer avec lui dans
une assemblée convoquée à Mazères pour le mois de décembre, et de
juger par là des chances d'action combinée qu'il pouvait avoir de ce
côté. Le 24 septembre, il écrit, de Nérac, à Montmorency qu'il fait
démarches sur démarches pour assurer l'exécution de l'édit. Le 7
octobre, il fait part au gouverneur de Languedoc du déplaisir qu'il a
ressenti, à la nouvelle des excès commis par les catholiques, lors de
la reprise de Montaignac, le 22 septembre: «Grand meurtre des
habitants, ignominieuse mort des ministres, pillage et saccagement de
ladite ville»; et il ajoute qu'il vient de dénoncer le fait à MM. de
la chambre de justice établie à l'Isle[27]. Le 4 novembre, enfin, il
exprime à Montmorency le désir de conférer avec lui, à l'assemblée de
Mazères, dont il affecta d'abord de se promettre de «bons effets» pour
la paix, quoique l'insuccès des précédentes conférences de Montauban
ne pût lui laisser, à ce sujet, beaucoup d'illusions.

  [27] Appendice: XI.

L'assemblée de Mazères, dans le comté de Foix, eut lieu, du 10 au 19
décembre, avec l'agrément du roi de France. Malgré la présence du roi
de Navarre et du duc de Montmorency, elle n'eut d'autre résultat que
d'aigrir les esprits au fond et de les tourner vers les résolutions
extrêmes, tout en paraissant les avoir rapprochés. Après ce premier
essai de conciliation, le roi de Navarre se sentit irrévocablement
condamné à faire la guerre. Son gouvernement de Guienne était purement
nominal, depuis la Saint-Barthélemy; la dot de sa femme, l'Agenais et
le Quercy, lui était disputée de toutes les façons, au besoin par les
armes; on ne tolérait sa religion qu'avec l'arrière-pensée, ou plutôt
le dessein avoué de la détruire, même par la violence; enfin, sa
qualité de premier prince du sang et son mariage avec une fille de
France, au lieu de faire de lui un souverain incontesté, ne lui
laissaient que le choix de la servitude. Fortement tenté auparavant de
prendre un parti décisif, il s'y résolut froidement, au sortir des
inutiles conversations de Mazères. Cependant, il ne négligea rien pour
accroître les chances d'un accommodement. Le 26 décembre 1579, il
essaie de complaire à Henri III en lui annonçant le prochain
remplacement, à Périgueux, de Vivans, gouverneur des comté de Périgord
et vicomté de Limousin, par le baron de Salignac. Huit jours après, il
proteste contre les coups de force d'un de ses coreligionnaires, le
capitaine Merle de Salavas, qui venait de s'emparer de Mende. Au mois
de février, au mois de mars, jusque dans les premiers jours d'avril,
il reste fidèle à ce langage pacifique. Il lui importe, au suprême
degré, qu'on ne puisse lui imputer la rupture éclatante qu'il prévoit,
qu'il considère même, dans son for intérieur, comme un fait accompli.
Et pourtant, on ne l'épargnait guère. Vers la fin du mois de janvier,
on lui tendit, sur la route de Castres, une embuscade dont il avait
heureusement reçu avis, en temps opportun, de la reine de Navarre. «On
m'avait dressé», écrit-il au roi de France, après s'être plaint des
tracasseries de Biron, «une partie de quelque deux cents chevaux
lestes et bien armés»; et Henri III lui ayant demandé par qui il avait
été prévenu, il refusa de le dire, mais le laissa deviner par cette
phrase: «Avec le temps, je vous le dirai, et m'assure que vous serez
bien étonné, pour être personnes de qui vous ne l'eussiez jamais
soupçonné».

Du reste, s'il gardait le respect et parlait avec modération, il
voyait très distinctement les dangers qui le menaçaient, et
s'occupait, sans relâche, d'être en mesure de les affronter. Il avait
envoyé des instructions précises à Lesdiguières, en Dauphiné, et à
Châtillon, en Languedoc, expédié des agents sûrs dans diverses
provinces, pour concerter, autant que possible, les prises d'armes, si
elles devenaient nécessaires. Autour de lui, rien n'échappait à son
attention. Les gouverneurs et les capitaines recevaient, à chaque
instant, ses ordres et l'invitation de le tenir au courant de tous les
faits de quelque importance. Il écrivit vingt lettres comme celle-ci,
adressée à Vivans, en Périgord: «Puisqu'il n'a pas tenu à moi, ni à
ceux qui m'ont assisté à l'entrevue de mon cousin le maréchal de
Montmorency à Mazères, que nous n'ayons fait quelque chose de bon pour
l'établissement de la paix..., j'en ai ma conscience déchargée. Mais
je ne laisse pas pourtant de considérer les maux qui semblent se
préparer sur les uns et sur les autres... Vous priant tenir la main,
de votre côté, qu'on se tienne prudent en vos quartiers..., prenant
garde surtout qu'on ne vous puisse imputer d'être des premiers
remuants».

Sa correspondance est parsemée de fières déclarations, qui sonnent le
boute-selle: «Monsieur de Saint-Geniès, toutes vos lettres me sont
parvenues, non les poudres. Je ne veux rompre la trêve, mais en veux
profiter pour préparer la guerre... Si l'événement me bat, je ne m'en
prendrai qu'à moi et à ma fortune. Qui aime le repos sous la cuirasse,
il ne lui appartient point de se mêler à l'école de la guerre». Enfin
l'heure vint où, même dans ses lettres au roi de France, on devinait
que l'explosion était proche. Le 23 mars, il écrit à Henri III, pour
énumérer de nouveaux griefs, et termine par ces mots presque
menaçants: «Je laisse cela à considérer et à y pourvoir par votre
prudence, attendant toujours la réponse aux remontrances que, dès le
mois de février, nous vous avons envoyées».

Ce fut la fin du jeu entre les deux rois. Le 10 avril, Henri faisait
remettre la lettre suivante à la reine:

«M'amie, encore que nous soyons, vous et moi, tellement unis que nos
cœurs et nos volontés ne soient qu'une même chose, et que je n'aie
rien si cher que l'amitié que me portez, pour vous en rendre les
devoirs dont je me sens obligé, si vous prierai-je ne trouver étrange
une résolution que j'ai prise, contraint par la nécessité, sans vous
en avoir rien dit. Mais puisque c'est force que vous le sachiez, je
vous puis protester, m'amie, que ce m'est un regret extrême qu'au lieu
du contentement que je désirais vous donner, et vous faire recevoir
quelque plaisir en ce pays, il faille tout le contraire, et qu'ayez ce
déplaisir de voir ma condition réduite à un tel malheur. Mais Dieu
sait qui en est la cause. Depuis que vous êtes ici, vous n'avez ouï
que plaintes; vous savez les injustices qu'on a faites à ceux de la
Religion, les dissimulations dont on a usé à l'exécution de l'édit;
vous êtes témoin de la peine que j'ai prise, pour y apporter la
douceur, ayant, tant que j'ai pu, rejeté les moyens extraordinaires
pour espérer, de la main du roi et de la reine votre mère, les remèdes
convenables. Tant de voyages à la cour, tant de cahiers de remontrance
et de supplication en peuvent faire foi.

«Tout cela n'a guéri de rien; le mal, augmentant toujours, s'est rendu
presque incurable. Le roi dit qu'il veut la paix; je suis content de
le croire; mais les moyens dont son conseil veut user tendent à notre
ruine. Les déportements de ses principaux officiers et de ses cours de
parlement nous le font assez paraître. Depuis ces jours passés, nous
avons vu comme on nous a cuydé surprendre au dépourvu; nos ennemis
sont à cheval, les villes ont levé les armes. Vous savez quel temps il
y a que nous avons eu avis des préparatifs qui se font, des états
qu'on a dressés pour la guerre. Ce que considéré et que tant plus nous
attendons, plus on se fortifie de moyens, ayant aussi, par les
dépêches dernières qui sont venues de la cour, assez connu qu'il ne se
faut plus endormir, les desseins de nos adversaires, et, d'autre part,
la condition de nos églises réformées qui me requèrent incessamment de
pourvoir à leur défense, je n'ai pu plus retarder, et suis parti avec
autant de regret que j'en saurai jamais avoir, ayant différé de vous
en dire l'occasion, que j'ai mieux aimé vous écrire, parce que les
mouvements nouveaux ne se savent que trop tôt. Nous aurons beaucoup de
maux, beaucoup de difficultés, besoin de beaucoup de choses; mais nous
espérons en Dieu, et tâcherons de surmonter tous les défauts par
patience, à laquelle nous sommes usités de tout temps.

«Je vous prie, m'amie, commander, pour votre garde, aux habitants de
Nérac. Vous avez là Monsieur de Lusignan pour en avoir le soin, s'il
vous est agréable, et qu'il fera bien. Cependant aimez-moi toujours
comme celui qui vous aime et estime plus que chose de ce monde. Ne
vous attristez point; c'est assez qu'il y en ait un de nous deux
malheureux, qui néanmoins, en son malheur, s'estime d'autant plus
heureux que sa cause devant Dieu sera juste et équitable. Je vous
baise un million de fois les mains.»[28]

  [28] Appendice: XVIII.

Le 13 avril, le roi de Navarre, qui a l'œil et l'esprit partout,
écrit de Lectoure au comte de Sussex, grand chambellan d'Angleterre,
pour lui faire connaître l'état des affaires et demander l'appui
d'Elisabeth en faveur des églises réformées. Deux jours après, le 15
avril, à l'Isle, dans le diocèse d'Albi, Henri signe un manifeste «à
la noblesse», dont voici tous les passages essentiels:

«Messieurs, je ne doute point qu'une bonne partie d'entre vous et du
peuple même, qui, sous la faveur des édits du roi mon seigneur, avait
déjà goûté quelque fruit de la dernière paix, ne trouve maintenant
étrange de voir les troubles dont ce royaume est si longuement agité,
et que l'on estimait assoupis, se renouveler encore et les armes
reprises par ceux de la Religion. J'estime aussi qu'après plusieurs
discussions des raisons et occasions qui les ont mûs de ce faire,
chacun jugeant selon sa passion ou selon qu'il aura pu entendre, ils
en voudront rejeter toute la haine sur moi... Les déportements,
artifices, entreprises, surprises, voleries, massacres, injustices,
toute espèce de contraventions dont les ennemis de cet Etat et du
repos et tranquillité publique ont usé depuis l'édit de la paix et
conférence de Nérac, me peuvent servir de défense...

«Nous avons, par la dernière paix, quitté, comme chacun sait, six ou
sept-vingt bonnes places, lesquelles, nonobstant la violence de ceux
qui s'y fussent aheurtés, on aurait pu si bien garder et pour si
longtemps, qu'enfin ils eussent été contraints nous laisser en repos;
et nous sommes contentés de quinze ou vingt des moindres d'icelles,
pour servir de sûreté à ceux qui ne pourraient rentrer ou vivre dans
leurs maisons. Cela seul peut témoigner que nous désirons la paix; car
autrement c'eût été une grande simplicité de quitter un tel avantage.
Et, de fait, n'avons-nous pas, au même instant qu'elle a été publiée,
fait cesser tous actes d'hostilité? Néanmoins, les ennemis de cet
Etat, impatientés de n'avoir aise et repos, se sont incontinent saisis
de ce que nous avions délaissé, armé les places que nous avions
désarmées, fermé celles que nous avions ouvertes, surpris les autres
qui n'étaient plus gardés, chassé dehors ceux qui les ont reçues, tué
ou meurtris ceux qui n'étaient plus en défense...»

Ici, le manifeste entre dans le détail de quelques-uns de ces actes
d'arbitraire et de violence: prise, révolte ou pillage de Villemur, de
Lauzerte, de Langon, de La Réole, de Montaignac, de Pamiers, de
Sorèze, etc.

«J'en laisse, pour brièveté, poursuit le roi, plusieurs autres, qui
peuvent assez donner d'arguments de complainte. Cependant, on n'en a
vu aucun exploit de justice. Les auteurs et coupables ont été reçus
aux bonnes villes, honorés, déchargés, rémunérés et récompensés; leur
butin reçu et vendu publiquement... De sorte que la plupart ont pensé
que la paix et les édits n'étaient qu'une chose feinte, et que la
rompre ou différer l'exécution d'icelle était tacitement permis. Qu'on
remarque un seul exploit contre aucun qui ait attenté contre ceux de
la Religion; lesquels, au contraire, voyant que parmi eux il y en
avait de mal vivants, ont pris, à leur propre poursuite et dépens,
plus de cent-vingt prisonniers qu'ils ont livrés eux-mêmes et qui ont
été condamnés et exécutés à mort... Les maisons des particuliers sont
encore retenues; plusieurs châteaux qui m'appartiennent ne m'ont point
été rendus, quelque commandement qu'il ait plu au roi d'en
faire...--Quant à la religion, on est à pourvoir encore de lieux pour
l'exercice d'icelle en la plupart des bailliages et sénéchaussées...
L'institution des enfants n'est permise dans les colléges, s'ils ne
font profession de la religion romaine... Cependant, mes ennemis se
préparaient à la guerre; ils en dressaient les états, avaient le pied
à l'étrier; par ruses et artifices, ils nous y provoquent; et j'avais
chaque jour avis qu'on dressait des entreprises pour attenter sur ma
personne.

«Toutes ces considérations mises en avant, les justes complaintes de
nos églises, qui imploraient mon assistance, m'ont contraint de venir
en cette nécessité et presse de maux si extrêmes, protestant devant
Dieu et ses anges que c'est à mon très grand regret et que mon
intention n'est point d'attenter contre la personne du roi que nous
reconnaissons comme notre souverain seigneur, contre son Etat ni sa
couronne, de laquelle je désire la conservation et grandeur, ayant cet
honneur d'y appartenir. Ce n'est pour m'enrichir ni augmenter mes
moyens; chacun sait assez combien je suis éloigné de ce but; ce n'est
que pour notre défense, pour nous garantir et délivrer de l'oppression
de ceux qui, sous l'autorité du roi et le manteau de la justice,
tâchent de nous exterminer. Lesquels nous tenons et déclarons pour
ennemis de l'Etat, fracteurs des édits et lois conservatrices
d'icelui. Contre ceux-là nous portons les armes, non contre les
catholiques paisibles, que chacun voit que nous embrassons également,
sans aucune passion ni distinction quelconque, auxquels nous
n'entendons empêcher l'exercice de leur religion ni la perception des
biens ecclésiastiques, si ce n'est de ceux qui suivent parti
contraire: conjurant tous princes, seigneurs et magistrats, villes et
communautés, et principalement vous, Messieurs de la noblesse, tous
gens de bien, de quelque ordre ou état qu'ils soient, amateurs de leur
patrie, désirant le repos d'icelle, nous secourir et assister, se
joindre à nous, à notre si juste cause, pour laquelle nous sommes
résolus d'employer vie et moyens...»

Le 16 avril, «au partir de l'Isle», le roi de Navarre écrit à la cour
de parlement de Toulouse pour attester que la guerre qui commence
n'est pas de sa faute. Le 20 avril, de Nérac, lettre au roi de France:
apologie de ses actes et de ses intentions, protestations contre les
iniquités qui lui mettent les armes à la main, mais assurance de ses
sentiments de fidélité à l'autorité royale. En même temps, lettre
analogue mais superficielle à Catherine de Médicis. Le 12 mai, une
dernière lettre d'avis et de confidence, datée aussi de Nérac, et
adressée au vieux duc de Montpensier, que le roi de Navarre
chérissait. Puis il y a, dans la correspondance royale, comme une
lacune, comme un silence mystérieux. Dans trois semaines, il sera
rompu par le coup de tonnerre de Cahors.



CHAPITRE VI

  La «guerre des Amoureux».--La dot de Marguerite.--Révolte de
    Cahors.--Le baron de Vesins.--Préparatifs de l'expédition
    contre Cahors.--Cahors au XVIe siècle.--Le plan de
    l'attaque.--Les pétards.--Succès et revers.--Conseils de
    retraite et réponse du roi.--Bataille de rue.--Le roi
    soldat.--Arrivée de Chouppes.--Le terrain gagné.--Arrivée et
    défaite d'un secours.--Prise du collège.--Les quatorze
    barricades.--Exploit du roi de Navarre.--Cri magnanime.--Le
    post-scriptum royal.--La lettre à Madame de Batz.--Effets de la
    prise de Cahors.--La petite guerre.--Prise de Monségur par le
    capitaine Meslon.--Négociations pour la levée d'une armée
    auxiliaire.


L'esprit satirique du XVIe siècle a presque flétri du surnom de
«guerre des Amoureux», la nouvelle lutte qui commençait. C'était là le
style des «pasquils», si complaisamment cités par P. de l'Estoile.
Assurément, il put y avoir, à l'origine, une apparence de raison dans
cette définition épigrammatique; mais si les petits moyens employés
pour déterminer la prise d'armes, moyens fort à la mode, à cette
époque, comme en d'autres temps qui les ont moins affichés, furent du
domaine de la galanterie, il serait absolument déraisonnable de
méconnaître la force des mobiles sérieux de cette guerre et la gravité
des revendications qui la caractérisent. Les documents qui précèdent
sont de nature, croyons-nous, à faire apparaître, sous son vrai jour,
la prétendue «guerre des Amoureux», et par ce qui va suivre, on peut
se convaincre qu'elle fut, du côté du roi de Navarre, comme une guerre
de révélation. Il s'y montra, nous le voulons bien, fervent amoureux,
mais amoureux de la gloire.

La plupart des historiens affirment qu'avant de se mettre en campagne,
Henri, de concert avec les chefs calvinistes, avait projeté plus de
«soixante entreprises». Nul n'en donne la liste complète, mais le
succès de Cahors compensa beaucoup d'échecs. Ce fut contre Cahors, en
effet, que le roi de Navarre dirigea ses premiers efforts. «Le roi
(Charles IX), dit Mézeray, avait assigné la dot de la reine Marguerite
en terres, l'ayant apanagée des comtés de Quercy et d'Agenais, même
avec les droits de la couronne et pouvoir de nommer aux charges et aux
grands bénéfices... Mais les habitants de Cahors, les uns affectionnés
à la religion catholique, les autres craignant la revanche des
massacres (de 1562), ne voulaient point recevoir le roi de Navarre.
C'est pourquoi ce prince avait résolu de commencer la guerre par cette
ville... Vesins était dedans avec quinze cents hommes de pied qu'il
avait aguerris, une compagnie d'ordonnance et un grand nombre de
noblesse. Sa vigilance, son courage et sa réputation étaient connus,
tellement que l'entreprise était fort hasardeuse; et il n'y avait
point de vieux capitaine qui ne dissuadât le roi d'entamer la guerre
par une témérité dont le mauvais succès ferait échouer tous ses autres
desseins.»

L'expédition contre Cahors, projetée d'assez longue date, fut résolue
et préparée à Montauban. De cette ville, le roi de Navarre envoya ses
ordres pour l'acheminement des troupes. Il crut pouvoir compter, à
jour fixe, sur celles de la vicomté de Turenne, environ cinq cents
hommes, que devait lui amener le mestre-de-camp Chouppes, et leur
retard fut bien près de faire échouer l'entreprise. »Le roi de
Navarre, disent les _Economies royales_, ayant passé par Montauban,
Négreplisse, Saint-Antonin, Cajarc et Cénevières, pour rassembler
toujours des gens, à cause que M. de Chouppes, qu'il avait mandé,
n'était point encore joint; finalement, ayant fait une bonne traite,
il arriva, environ minuit, à un grand quart de lieue de Cahors.»
C'était le 27 mai. Les historiens contemporains donnent cette
description sommaire de Cahors: «C'est une grande ville bâtie sur la
rivière du Lot, qui l'environne de toutes parts, hormis d'un côté
qu'on nomme La Barre. Il y a trois ponts, un desquels porte le nom de
Chelandre, et un autre, du côté de Montauban, s'appelle le Pont-Neuf,
ce dernier se fermant par chaque bout d'un portail assez bien
accommodé, mais sans pont-levis, à cause de quoi on avait bâti au
milieu deux petits éperons.»

Le roi de Navarre et les quinze ou seize cents hommes qu'il
conduisait, firent halte «dans un vallon, sous plusieurs touffes de
noyers, où il se trouve une source qui fut de grand secours, car il
faisait grand chaud, le temps éclatant, de toutes parts, de plusieurs
grondements de tonnerre, qui ne furent pas néanmoins suivis de grandes
pluies». Ce fut là que le roi de Navarre arrêta le plan de l'attaque.
Elle fut résolue, malgré l'absence de Chouppes, l'orage devant
favoriser les assaillants plutôt que leur nuire. Le vicomte de Gourdon
avait eu l'idée d'employer des pétards pour briser les portes. Aux
hommes chargés de mettre en œuvre ces terribles engins, le roi donna
une escorte de dix gardes. Les pétardiers devaient attaquer les deux
portes du Pont-Neuf. Ils prirent les devants, suivis de vingt hommes
d'armes et de trente arquebusiers, sous les ordres du capitaine
Saint-Martin et du baron de Salignac; puis venaient quarante
gentilshommes de Gascogne et soixante gardes du roi commandés par
Roquelaure; Henri marchait à la tête du gros de ses troupes, composées
de deux cents hommes d'armes et de mille ou douze cents arquebusiers.
Des deux portes du Pont-Neuf abordées simultanément, l'une, à peine
trouée par l'explosion du pétard, obligea les assaillants à
s'introduire en rampant dans la ville; l'autre, au contraire, fut
renversée du coup. L'orage était si violent, que la garnison ne prit
pas tout de suite l'alarme. A la seconde explosion seulement, les
assiégés parurent. Salignac, entré le premier dans la place, avec son
détachement, rencontre Vesins, quarante gentilshommes et trois cents
arquebusiers, armés à la hâte. Roquelaure et Saint-Martin s'étant
joints à Salignac, il s'engage, à la lueur des éclairs, un combat où
l'arquebuse fut bientôt inutile. Dès les premiers chocs, Vesins est
mortellement blessé, et la chute de ce chef renommé trouble, un
instant, les assiégés, qui reculent. Mais ils reprennent vite courage,
à l'arrivée d'un renfort, venu du centre de la ville, et les
assaillants voient tomber leurs trois capitaines, Salignac, Roquelaure
et Saint-Martin, celui-ci pour ne plus se relever. Ils vont lâcher
pied, lorsque Gourdon et Terrides arrivent à leur secours: on
s'acharne de part et d'autre. Mais le jour a paru, toutes les forces
de Cahors convergent vers le champ de bataille, et les calvinistes,
combattus à la fois par la garnison, par la bourgeoisie armée, par les
habitants, qui, du haut des maisons, font pleuvoir sur leur tête une
grêle de projectiles, cèdent peu à peu devant tous ces obstacles;
nombre d'entre eux sortent de la ville, et le roi, qui attendait le
résultat de cette affaire d'avant-garde, se voyait déjà conseiller la
retraite: «Il est dit là-haut, répond-il, ce qui doit être fait de moi
en toute occasion. Souvenez-vous que ma retraite hors de cette ville,
sans l'avoir conquise et assurée au parti, sera la retraite de ma vie
hors de ce corps. Que l'on ne me parle plus que de combattre, de
vaincre ou de mourir.» Et le roi de Navarre entre, à son tour, dans la
ville, avec ses deux cents gentilshommes et ce qui lui restait
d'arquebusiers. Quand il y fut, ses amis comprirent qu'il fallait
vaincre à tout prix.

Les combats qui suivirent ne peuvent guère se raconter. Ce fut une
bataille de rue: le terrain gagné pied à pied ou conservé avec peine;
la barricade renversée laissant voir derrière elle une autre
barricade; les maisons conquises l'une après l'autre; partout un
danger, un piège, une alarme; jamais un moment de repos. Rien que pour
se maintenir, il fallait faire des efforts incessants, et il
s'agissait d'avancer! Cependant, on avançait peu, et l'espoir de la
conquête s'évanouissait dans l'âme des plus braves; presque seul, le
roi gardait son assurance et même sa bonne humeur; il disait, en
réponse aux conseils de retraite qui recommençaient à se faire
entendre: «Se peut-il que de si braves gens ignorent leurs forces!»
Elles eussent fléchi certainement, s'il ne les eût décuplées par son
exemple.

On luttait depuis deux jours et deux nuits, la ville attendant un
secours, et le roi de Navarre, le corps de Chouppes. Sully raconte
qu'il vit, pendant ces heures terribles, «les choses les plus belles
et les plus effroyables tout ensemble». On ne mangeait et buvait
«qu'un coup et un morceau, par-ci par-là, en combattant»; il fallait
dormir «debout, les cuirasses appuyées sur quelques étaux de
boutiques»; tout le monde, Henri le premier, avait «les pieds si
écorchés et pleins de sang, que nul ne se pouvait quasi plus
soutenir»; un grand nombre d'assaillants, entre autres Rosny, étaient
blessés; les armes du roi étaient faussées de «coups d'arquebuse» et
de «coups de main». Il ne restait peut-être plus aux calvinistes que
la force de vouloir bien mourir avec leur chef, lorsque l'arrivée de
Chouppes, à la tête de cinquante gentilshommes et de quatre ou cinq
cents arquebusiers, vint justifier l'opiniâtreté du roi de Navarre.

A peine entré dans la ville, Chouppes donne, de furie, contre une
barricade, l'enlève, en poursuit les défenseurs jusqu'à l'hôtel de
ville, s'en empare et y trouve trois canons et une coulevrine. Il y
met une garde et marche vers le collège, qui était une vraie
forteresse. Il y est rejoint par le roi de Navarre. Là, on commence à
entrevoir la fin ou ce qu'on croyait être la fin de ces rudes combats:
on se trompait. Il fallut faire le siège en règle du collège et courir
bien des risques pour s'en approcher en perçant les maisons. Cette
tâche n'était pas terminée au soleil levant, qui montra un nouveau et
plus redoutable danger: le secours attendu par les assiégés était en
vue. Chouppes, commandé pour s'y opposer, use d'un heureux stratagème.
Il va au-devant des quatre cents hommes qui s'approchaient, séparés en
deux troupes, trompe la première par une réponse au qui-vive, la
foudroie à bout portant, puis il lutte corps à corps avec la seconde
et la met en déroute. Le lendemain, le collège est emporté: c'est la
victoire enfin? Pas encore! Du collège, on aperçoit, dans la grande
rue, quatorze barricades. C'est une nouvelle bataille, c'est un
nouveau siège. Le roi de Navarre donne ses ordres, et Chouppes, encore
une fois, marche à l'avant-garde; mais une pierre l'atteint à la tête
et le renverse au moment où la besogne était en bonne voie. Le roi,
qui le suivait, prend sa place. A la tête de ses gardes, et «en
pourpoint comme eux», dit d'Aubigné, «il emporte la meilleure des
barricades», du sommet de laquelle il fait entendre ce cri magnanime:
«Grâce à tous ceux qui mettront bas les armes!» Cahors était pris.

La ville fut livrée au pillage. Quelle ville prise d'assaut n'était
pillée, au XVIe siècle? Mais nous avons vainement cherché dans
l'histoire la trace des innombrables «massacres» qui, selon des
relations suspectes, auraient déshonoré la victoire des calvinistes.
Les rigueurs dont souffrit Cahors, rigueurs déplorables assurément,
furent celles que subissait, à cette époque, toute ville forcée[29].

  [29] Appendice: XIX.

La correspondance du roi de Navarre fournit au récit de la prise de
Cahors un post-scriptum du plus haut intérêt. C'est d'abord la lettre
suivante, adressée à la baronne de Batz, dès la première heure qui
suivit la reddition, c'est-à-dire le 31 mai ou le 1er juin:

«Madame de Batz, je ne me dépouillerai pas, combien que je sois tout
sang et poudre, sans vous bailler bonnes nouvelles, et de votre mari,
lequel est tout sain et sauf. Le capitaine Navailles, que je dépêche
par delà, vous déduira, comme nous avons eu bonne raison de ces
paillards de Cahors. Votre mari ne m'y a quitté de la longueur de sa
hallebarde. Et nous conduisait bien Dieu par la main sur le bel et bon
étroit chemin de sauveté, car force des nôtres, que fort je regrette,
sont tombés à côté de nous. A ce coup, ceux-là que savez et qu'avez
dans vos mains seront des nôtres. A ce sujet, je vous prie bailler à
mondit Navailles lettres et instructions qui lui seront nécessaires,
dont je vous prie bien fort lui aider à me gagner ceux-là et leurs
amis, les assurant du bon parti que leur ferai. Et de telle manière
que désirerez, je vous reconnaîtrai ce service, d'aussi bon cœur que
je prie Dieu, ma cousine, qu'il vous ait en sa sainte garde».

Le 1er juin, Henri écrivait à M. de Scorbiac, son conseiller à
Montauban: «Je crois que vous aurez été bien ébahi de la prise de
cette ville; elle est aussi miraculeuse, car, après avoir été maître
d'une partie, il a fallu acquérir le reste pied à pied, de barricade
en barricade. Depuis que Dieu m'a fait la grâce de l'avoir, je désire
la conserver et y établir quelque beau règlement. Pour travailler
auquel, je vous prie m'y venir trouver avec La Marsillière et les
autres auxquels j'écris...» Il ajoutait, le 6 juin: J'eusse fort
désiré que vous fussiez venu par deçà, lorsque je vous ai demandé,
parce que votre présence eût été bien requise ici, pour aider à régler
toutes choses en cette ville, et y établir un bon ordre qui n'a pu
sitôt y être mis... Nous y avons donné quelque acheminement; j'espère
que tout s'y portera bien, au contentement des gens de bien...»

On voit, par la lettre à Madame de Batz, que le roi ne perdit pas un
instant pour faire fructifier sa victoire jusqu'au fond de l'Armagnac:
chez lui, le politique donnait toujours la main au capitaine. Les
lettres à M. de Scorbiac, écrites dans un ordre d'idées analogue,
attestent les préoccupations d'un esprit organisateur, toujours prêt à
compléter par de «bons règlements» les succès militaires.

Par la prise de Cahors, le roi de Navarre étonna ses amis non moins
que ses ennemis: hommes de guerre et hommes d'Etat comprirent qu'à
dater de ce jour, le parti calviniste aurait à sa tête un chef doué de
toutes les aptitudes qui domptent les événements et font, en quelque
sorte, violence à la destinée. Si, à cette heure, Henri avait possédé
une armée puissante et d'importantes ressources financières, il
aurait pu tracer avec son épée la carte d'une France protestante,
religieusement et politiquement constituée en face de la vieille
monarchie catholique. La Providence en décida autrement. En sortant de
Cahors, le roi de Navarre se retrouva, comme auparavant, avec sa
poignée de partisans, et, longtemps encore, il dut se résigner à faire
la petite guerre. Il la fit toujours avec entrain et parfois avec
bonheur.

Après avoir laissé Cabrière gouverneur à Cahors, il visita sa bonne
ville de Montauban et revint, sans plus tarder, à Nérac, où, ayant
pris connaissance des mouvements de l'armée de Biron, il se prépara,
de son mieux, à lutter contre ce capitaine expérimenté. En traversant
la Lomagne et l'Armagnac, il avait déjà battu deux détachements
catholiques, l'un à Beaumont, l'autre à Vic-Fezensac. Un de ses plus
vaillants capitaines, Meslon, gouverneur de Castelmoron et de Gensac,
venait de prendre Monségur par ce pétard, nommé alors «saucisse», que
nous avons vu jouer son rôle à Saint-Emilion et à Cahors.

Au mois de juin, les lettres de Henri font allusion à une armée
étrangère qui «s'apprête infailliblement et commence à marcher», mais
qui ne se hâtait guère: c'était le corps de mercenaires dont les
huguenots avaient obtenu la promesse du prince palatin Casimir. Cette
armée resta en formation; il est certain, toutefois, qu'à la seule
pensée de revoir les reîtres passer sur le ventre aux populations de
cinq ou six provinces, les négociateurs royaux du traité de Fleix se
sentirent, quelques mois plus tard, mieux disposés à la conciliation
qu'ils ne l'eussent été en d'autres circonstances.



CHAPITRE VII

  La campagne du maréchal de Biron.--Combats devant Marmande.--Les
    menées du prince de Condé.--Le stratagème de Biron.--Les
    boulets mal-appris.--Mayenne en Dauphiné.--Lesdiguières.--Siège
    et prise de La Fère par le maréchal de Matignon.--Surprise de
    Mont-de-Marsan par Baylens de Poyanne.--Désarroi des
    calvinistes.--Les vues de Monsieur, duc d'Anjou et
    d'Alençon.--Son entremise pour amener la paix.--Traité de
    Fleix.--Séjour de Monsieur en Guienne et en Gascogne.--La
    chambre de justice de Guienne.--La demi-promesse de
    Henri.--Monsieur recrute des officiers à la cour de Navarre.


Biron avait quitté Bordeaux, le 20 juin 1580, pour se mettre à la tête
de son armée déjà en mouvement. Cette campagne, composée d'une longue
série de petites actions, fut en définitive défavorable aux
calvinistes. Biron prit, de force ou sans coup férir, une quarantaine
de places ou de bicoques, entre autres Tonneins, Le Mas-d'Agenais,
Damazan, Gontaud, dont il portait le nom, Valence-d'Agen, Auvillars,
Lamontjoie, Francescas, Montaignac, Villeréal, Mézin, Sos,
Vic-Fezensac, Astaffort et Fleurance. Mais il n'osa assiéger ni
Sainte-Bazeille, sommée en vain de se rendre, ni Clairac, ni plusieurs
autres places, dont la force de résistance lui était connue. Il en
rencontra une très vive à Gontaud, qu'il bouleversa de fond en comble,
à Auvillars, qui obtint «vie et bagues sauves», à Valence-d'Agen, qui,
prise une première fois et révoltée, ne se rendit qu'après avoir été
foudroyée de mille ou douze cents coups de canon. Il arriva au
maréchal, pendant cette campagne, deux graves accidents. Devant
Sainte-Bazeille, une maladie se mit dans son armée, il en fut atteint
lui-même et dut cantonner ses troupes. Il touchait à la fin de ses
expéditions, lorsque, au mois d'octobre, dit le journal du chanoine
Syreuilh, «comme il faisait la revue de son armée et voltigeait sur
son cheval, sondit cheval glissant, tomba sur sa jambe gauche et lui
rompit l'os de ladite jambe, un doigt plus haut que la cheville». Il
se fit remplacer à la tête des troupes, du consentement de tous les
capitaines, par son fils, Charles de Gontaud, baron de Biron, alors
âgé de dix-huit ans, le même qui, après avoir vécu avec tant de
gloire, devait périr si misérablement de la main du bourreau.

Il y eut deux faits remarquables dans cette lutte de Henri et de
Biron: le maréchal n'alla presque jamais droit au roi, et le roi ne
fut qu'une fois ou deux en mesure d'affronter le maréchal en rase
campagne. Quand on étudie leurs mouvements, on dirait qu'ils s'étaient
entendus pour éviter une lutte personnelle. Devant Marmande,
toutefois, Henri, au début de la campagne, eût bien voulu se mesurer
avec les troupes du maréchal. L'armée du roi occupait Tonneins et
Sainte-Bazeille, une partie de l'armée de Biron était dans Marmande.
«Les soldats du maréchal, dit l'abréviateur des _Economies royales_,
faisant tous les jours des courses sur le pays ennemi, Henri fit un
jour avancer Lusignan, à la tête de vingt-cinq gentilshommes des mieux
montés, jusqu'aux portes de Marmande, comme pour faire un défi. Il
nous fit suivre par cent arquebusiers, qui mirent ventre à terre sur
le bord d'un ruisseau, à quelque distance de nous, et il se tint
lui-même caché dans un petit bois un peu éloigné, avec trois cents
chevaux. Notre ordre était de faire simplement le coup de pistolet, de
chercher à prendre quelques soldats que nous trouverions hors des
murs, et de nous retirer vers le gros d'arquebusiers, d'abord qu'on
commencerait à nous poursuivre, ce que nous exécutâmes aussitôt que
nous eûmes vu cent chevaux sortir de la place pour venir à nous,
quoique ces cavaliers nous criassent d'une manière assez insultante de
les attendre. Un officier de notre troupe, nommé Quasy, qui s'entendit
défier nommément, ne put s'empêcher de tourner bride vers celui qui
lui faisait ce défi, le renversa mort, y perdit lui-même son cheval,
et regagnait le gros de la brigade à pied, lorsqu'il fut attaqué par
le parti ennemi entier, irrité de la mort de leur camarade. Nous
marchâmes à son secours, et il y eut bientôt une mêlée des plus
chaudes, pendant laquelle un de nos valets, saisi de frayeur, s'enfuit
et porta l'alarme au roi de Navarre, en lui disant que nous et les
arquebusiers avions été tous passés au fil de l'épée: ce qui était
sans aucun fondement. Au contraire, après quelques moments de combat,
les ennemis ayant aperçu les arquebusiers, qui sortaient de leur
embuscade pour venir nous seconder, craignirent quelque surprise, et
croyant que toute l'armée leur allait tomber sur le corps, ils se
retirèrent dans la ville. On eut bien de la peine à arrêter le courage
de Henri, qui voulait fondre sur l'armée ennemie pour nous venger et
périr glorieusement. Mais on lui fit de si fortes instances de se
retirer, qu'il prit enfin ce parti à regret. Son étonnement fut grand
lorsqu'il nous vit revenir, et sa douleur le fut encore davantage
d'avoir ajouté foi à des conseillers trop timides, surtout lorsqu'il
vit Lusignan se plaindre, avec beaucoup d'aigreur, d'avoir été
abandonné en cette occasion.»

Henri manquait de forces, le peu qu'il en avait étant absorbé, en
grande partie, par les garnisons. Il lui était donc impossible
d'offrir une bataille à Biron; il lui fut même bientôt difficile de
courir les champs. Le prince de Condé, non content de lui avoir
débauché une partie de ses troupes, travaillait, dans le Languedoc et
dans le Dauphiné, à se composer une souveraineté, aux dépens du roi de
Navarre. Il fallut ramasser, dans tous les coins de Guienne et de
Gascogne, un petit corps d'armée pour aller s'opposer aux empiètements
du prince, et Turenne fut chargé de cette mission. Il restait au roi
de Navarre à peine de quoi se garder. Heureusement, le comte de La
Rochefoucauld ne tarda pas à lui amener deux ou trois cents chevaux,
qui lui furent d'un grand secours. Henri et ses partisans n'en durent
pas moins renoncer à tenir, en tout temps, la campagne, et se
contenter de quelques rares occasions favorables. Le roi de Navarre,
croyant en saisir une qui le tenta, fit courir à sa capitale et courut
lui-même un sérieux danger.

Au commencement de la guerre, la reine Marguerite, résidant
habituellement à Nérac, avait obtenu la neutralité de cette ville,
tant que le roi n'y séjournerait pas. Le roi y étant venu passer trois
jours, et le maréchal ayant été informé de sa présence, il usa d'un
curieux stratagème pour avoir le droit d'alarmer et peut-être de
surprendre Nérac. Il feint de venir sur la Garonne pour y recevoir des
troupes que lui amenait M. de Cornusson, sénéchal de Toulouse, et fait
tenir le faux avis de ce mouvement au roi. Henri part dans la nuit,
pour aller lui tendre une embuscade, et le matin, à neuf heures, le
maréchal, venu par un autre chemin, se présente devant Nérac avec son
armée en bataille, à la portée du canon; si bien, qu'au moment où le
roi, revenant de son expédition manquée, rentrait dans Nérac par une
porte, il apprenait que Biron paradait devant l'autre. Malgré
l'inégalité des forces, il y aurait eu mêlée générale ou, tout au
moins, escarmouche, sans une pluie torrentielle qui vint «mouiller la
poudre» et refroidir les cerveaux. Biron, en se retirant du côté de
Mézin, qu'il allait occuper, lança quelques volées de canon, à coups
perdus, sur la ville, et deux boulets se logèrent dans les murailles
du château. Marguerite ne pardonna jamais cet affront au maréchal,
quoiqu'il lui eût envoyé, en partant, de galantes excuses: aussi, à la
paix, insista-t-elle, tout autant que le roi, pour que la lieutenance
de Guienne fût remise en d'autres mains.

L'armée de Biron n'était pas la seule qui opérât contre les
calvinistes: le maréchal de Matignon en avait mené une autre à La
Fère, d'où était parvenu à s'évader le prince de Condé; Mayenne en
avait conduit une troisième en Dauphiné, contre Lesdiguières, en voie
de devenir un des premiers capitaines de son temps. Mayenne prit La
Mure et trois ou quatre autres places. Quant au siège de La Fère, il
dura trois mois et fut appelé le «siège de velours», parce que les
assiégeants y faisaient assaut d'élégance et que le temps ne les y
incommoda point. Du reste, il fut des plus meurtriers; Matignon y
perdit deux mille hommes, beaucoup d'officiers de mérite, entre autres
Philibert de Gramont, que les intrigues de Catherine avaient détaché
du parti du roi de Navarre. La perte des assiégés fut de trente
gentilshommes et de huit cents soldats. La reddition eut lieu le 31
août.

La chute de La Fère était prévue; elle ne fut pas aussi sensible au
roi de Navarre que la perte de Mont-de-Marsan, surpris, au mois de
septembre, par Baylens de Poyanne, un des plus vaillants capitaines
catholiques[30]. Henri essaya souvent, mais en vain, de le ressaisir;
le temps, les hommes, l'argent, tout lui faisait défaut, et Poyanne
gardait bien sa conquête. Henri finit pourtant par prendre sa
revanche.

  [30] Appendice: XX.

Tout bien considéré, les affaires du parti calviniste et, en
particulier, celles du roi de Navarre, étaient dans un état précaire:
on pouvait encore durer, mais tout succès devenait douteux. Dans ces
circonstances, les vues de Monsieur, tournées sans cesse vers la
principauté des Pays-Bas, se trouvèrent d'accord avec les intérêts
d'une cause presque vaincue. Il venait de traiter, par les soins du
prince d'Orange, avec les Etats des Pays-Bas, déterminés à secouer le
joug de l'Espagne et à reconnaître la souveraineté du duc d'Anjou. Les
Etats se laissaient séduire par la double perspective d'une alliance
virtuelle avec la France et du mariage, considéré comme probable, de
Monsieur avec la reine d'Angleterre. Le duc, croyant toucher à cet
avenir, voulut se l'assurer en rétablissant la paix à l'intérieur; car
les forces militaires de la France devenant inactives, il avait
l'espoir qu'elles l'appuieraient, en partie, dans l'expédition qu'il
projetait.

Monsieur, sollicité d'ailleurs, on est fondé à le croire, par la reine
Marguerite, s'offrit donc à Henri III pour médiateur entre lui et le
roi de Navarre, et partit pour la Guienne, accompagné de Bellièvre et
de Villeroi. Il avait donné rendez-vous, à Libourne, au roi et à la
reine de Navarre, à Madame, sœur de Henri, et au prince de Condé. Les
premiers pourparlers décisifs eurent lieu à Coutras, et les derniers à
Fleix, en Périgord, dans le château du marquis de Trans. Les députés
protestants y assistèrent, et après de longs débats, le nouveau
traité, d'abord repoussé par le prince de Condé et ses adhérents, fut
signé le 26 novembre. Il confirmait, en les amplifiant sur quelques
points, les traités précédents: par exemple, on donnait par surcroît,
au roi de Navarre, Figeac, en Quercy, et, dans le Bazadais, Monségur,
si vaillamment conquis et gardé par le capitaine Meslon. Mézeray
ajoute: «On croit qu'il y fut aussi accordé, en secret, pour
satisfaire la passion de la reine Marguerite et même celle du roi son
mari, que Biron serait révoqué de la lieutenance de Guienne, et que le
roi en mettrait un autre à sa place, qui leur serait plus agréable».
Ce fut le maréchal de Matignon[31].

  [31] Appendice: XXI.

L'édit de Fleix, ratifié au mois de décembre, fut vérifié au parlement
de Paris le 26 janvier 1581. Cette tâche accomplie, Monsieur passa
quelque temps en Guienne et en Gascogne[32]. Il visita plusieurs
villes, tantôt avec le roi et la reine de Navarre, tantôt avec
Marguerite seule, comme à Bordeaux, où il fut reçu avec une pompe
extraordinaire. Un des articles du nouveau traité supprimait la
chambre mi-partie de cette ville et instituait une chambre de
justice[33], composée de membres du conseil privé et de conseillers au
parlement de Paris, qu'on supposait étrangers aux influences locales.
Mais la première séance de cette chambre en mission n'eut lieu que le
26 juin 1582. Ces perpétuelles modifications des formes de la justice
n'offraient en ce temps-là, et elles n'ont offert en aucun temps, que
bien peu de garanties aux citoyens.

  [32] Appendice: XXII.

  [33] Appendice: XV.

Pendant son séjour à la cour de Navarre, le duc d'Anjou obtint de
Henri une demi-promesse de se joindre à lui dans la prochaine campagne
des Pays-Bas, où l'attendaient tant de déboires et de désastres.
Heureusement pour le roi de Navarre, ce projet d'alliance resta lettre
morte. Mais, en même temps que Monsieur essayait de le tenter de ce
côté, il l'amoindrissait, d'un autre, en recrutant des officiers parmi
les gentilshommes de Guienne et de Gascogne: beaucoup de catholiques
et plusieurs protestants, parmi lesquels Rosny, acceptèrent les offres
du prince. Henri les vit partir à regret, car il n'avait aucune
confiance dans les entreprises de son beau-frère, et d'ailleurs il
pouvait prévoir, même en pleine paix, qu'il aurait, un jour, grand
besoin des services dont allait profiter le duc d'Anjou.



LIVRE TROISIÈME

(1581-1585)



CHAPITRE PREMIER.

  Le triomphe de la patience.--Le roi de Navarre et Théodore de
    Bèze.--Surprise de Périgueux par les
    catholiques.--Correspondance de Henri avec Brantôme.--Assemblée
    de Béziers.--Velléités pacifiques.--Préparatifs de voyage de
    Marguerite à la cour de France.--Les toilettes de la reine de
    Navarre.--Henri à Saint-Jean-d'Angély.--Son entrevue avec
    Catherine de Médicis, à Saint-Maixent.--La cure aux
    Eaux-Chaudes.--Assemblée de Saint-Jean-d'Angély.--Les projets
    de mariage de Catherine de Bourbon.--Négociation avec le duc de
    Savoie.--L'affaire des frères Casse.--Invitation de Henri III
    et réponse du roi de Navarre.


A la fin de l'année 1580, et dans les premiers jours de l'année
suivante, le roi de Navarre eut à se défendre contre les imputations
de quelques-uns de ses coreligionnaires influents, qui lui
reprochaient d'avoir sacrifié, par le traité de Fleix, les intérêts de
la cause calviniste. C'était le contre-coup des mécontentements du
prince de Condé. Henri lisait trop bien dans l'avenir pour croire à
l'efficacité et à la longue durée d'une paix qu'il subissait plus
qu'il n'en triomphait; mais il était déjà l'homme qui devait écrire un
jour: «Par patience, je vaincs les enfants de ce siècle». S'il n'avait
pas possédé cette vertu essentiellement politique, jamais peut-être la
France ne fût sortie, à son honneur, des redoutables épreuves que lui
imposait, depuis vingt ans, l'antagonisme des deux religions, et dont
les revendications de la Ligue allaient démesurément accroître le
péril. La correspondance de Henri IV nous a livré le secret de sa
force et de sa suprême victoire: c'est qu'il sut, presque toujours,
selon les cas, résister à ses partisans, comme à ses adversaires.

La paix de Fleix lui ayant attiré les remontrances de Théodore de
Bèze, cet éloquent mais âpre docteur de l'Eglise calviniste, il lui
répondit, de Coutras, par une apologie discrète de ses actes et de ses
intentions; et, comme Théodore de Bèze ne lui avait épargné, sur
d'autres points, ni les conseils ni les critiques, il le remerciait de
tant d'avis salutaires, lui en demandait de nouveaux, et semblait
faire allusion, dans les lignes suivantes, à quelques reproches
indirects touchant les mœurs de la cour de Navarre: «Je reconnais la
charge que Dieu m'a commise, et ne souhaite rien plus, sinon qu'il me
fasse la grâce de m'en pouvoir acquitter dignement. A quoi j'ai
délibéré de m'employer à bon escient et _de régler ma maison_,
confessant, à la vérité, que _toutes choses se sentent de la
perversité des temps_.» La même lettre vise, à mots couverts,
quelques-unes des intrigues dont il était environné, spécialement
l'esprit remuant et les vues dominatrices du prince de Condé:
«Lesquels (conseils), dit-il à Théodore de Bèze, je vous prie me
départir encore sur les pratiques et menées qui se font par _ceux qui
veulent bâtir leur grandeur sur la ruine des autres_, mêmement sur les
derniers degrés desquels ils semblent tâcher de me déjeter et gagner
les devants, pour plus facilement me repousser et renverser en bas.
Cette trame se connaît si manifestement, que peu de gens en doutent.»
Théodore de Bèze dut sentir ces traits, d'autant mieux qu'il était,
par tempérament, plus porté à s'entendre avec le prince de Condé
qu'avec le roi de Navarre.

Henri écrivit plus de cinquante lettres pour démontrer à ses villes et
à ses capitaines les avantages de la paix et la nécessité de
l'observer fidèlement. Il est vrai qu'il en écrivait en même temps
pour se plaindre des nombreuses infractions relatives à ses «maisons,
châteaux et villes», et d'abusives inhibitions concernant le libre
exercice du culte; mais toute paix était querelleuse, en ce temps-là.
Celle-ci fut bruyamment troublée par les catholiques. Le 26 juillet
1581, sous le commandement des capitaines d'Effieux et de Montardy,
ils surprirent la ville de Périgueux. «La noblesse du Périgord et des
environs, dit le président de Thou, fatiguée par les courses
continuelles des garnisons protestantes, engagea les commandants des
troupes du roi à se saisir de Périgueux. Ils surprirent cette ville,
la nuit, et ils la traitèrent avec tant de barbarie, qu'ils semblaient
vouloir venger celle que le baron de Langoiran y avait exercée, six
ans auparavant, lorsqu'il se rendit maître de la ville. Le roi de
Navarre ayant porté ses plaintes au roi, il n'en reçut que des
excuses.»

On n'en usa pas aussi cavalièrement avec le roi de Navarre: il n'était
pas homme à se contenter de si peu. Notons, en outre, que de Thou
s'est trompé en accusant de «barbarie» les auteurs de la surprise de
Périgueux. Sans doute, les catholiques, agissant sans l'agrément de
Henri III, commirent de trop nombreux excès dans cette place; mais ils
n'usèrent pas, dans le sens complet du mot, des représailles qu'il
était en leur pouvoir d'exercer: en quoi ils montrèrent une modération
relative; car les calvinistes, en 1575, avaient été sans pitié pour
les vaincus. La vérité, sur l'affaire de Périgueux, n'est ni dans le
jugement sommaire de de Thou, ni dans cette note comique de P. de
L'Estoile: «En ce mois de juillet, les catholiques de la ville de
Périgueux se remirent en la libre possession de leur ville, et en
chassèrent les soldats huguenots qui despieça y étaient en garnison.
Ceux de la religion n'en firent pas grand'clameur, et eut-on opinion
que ce qui en avoit été fait étoit _par intelligence du roi de Navarre
et des habitants, qu'on disoit avoir donné cent mille francs_ pour
être déchargés de cette garnison, qui leur faisoit mille maux. Quoi
que c'en soit, il n'y en eut point de coups rués, et se passa
doucement cette entreprise.»

Les témoignages incontestables ressortent de la correspondance du roi
de Navarre. Le 10 août, il écrit à Brantôme, seigneur de Bourdeille,
sénéchal de Périgord: «Mon cousin, j'ai été fort aise d'entendre la
bonne affection et diligence que vous avez montrées depuis la prise de
Périgueux, pour empêcher ou modérer les mauvais effets des preneurs
contre ceux qui étaient dedans, dont je vous remercie; mais je suis
fort marri d'avoir su que votre bonne intention n'a pu être effective
selon votre dessein, d'autant que la plupart des maisons de ceux de la
religion ont été pillées et saccagées, et plusieurs faits prisonniers,
et il y en a encore auxquels on veut faire payer rançon, comme on a
déjà fait faire aux autres, entre lesquels est le sieur Saulière,
qu'on ne veut élargir sans cela, quelque grande perte qu'il ait faite
de ses meubles et titres; qui serait son entière ruine et celle de ses
enfants.

«Je ne puis croire que le roi mon seigneur ne réprouve grandement la
prise de ladite ville, comme étant advenue par trop grand attentat,
fait au préjudice de son service et de la paix et tranquillité
publique.

«Je ne puis aussi, pour mon devoir et pour mon honneur, que je n'en
poursuive la raison et réparation envers Sa Majesté.

«Je vous prie donc, mon cousin, considérer que ne puis autre chose
là-dessus que d'attendre la volonté et intention de Sa Majesté, pour
me ranger et conformer selon icelle. Cependant, puisqu'il y a encore
dedans la ville des prisonniers, et plusieurs meubles pillés
appartenant à ceux de ladite religion, je vous prie derechef faire le
tout rendre, et mettre en liberté tous lesdits prisonniers,
principalement ledit Saulière, de sorte qu'il n'en puisse être fait
aucune plus grande plainte.»

Brantôme s'efforça de contenter Henri; mais l'affaire n'en resta pas
là. Henri III chargea Matignon, le nouveau lieutenant de Guienne, et
Bellièvre, un de ses négociateurs favoris, de régler ce grave
différend. A vrai dire, le roi de Navarre ne reçut jamais que des
demi-satisfactions. La cour lui avait fait offrir d'abord, à titre
d'indemnité, une forte somme. En principe, il acceptait; mais il
exigeait, de plus, une autre place. On finit par lui accorder
Puymirol, après des contestations qui dépassèrent le terme de l'année
1581.

Le 20 décembre 1581, à Béziers, s'ouvrit une assemblée des Eglises
réformées de Languedoc, où Henri III avait envoyé Bellièvre, et le roi
de Navarre, Clervaux, afin de hâter la pacification de la province. La
mission fut longue et difficile, mais elle réussit dans une assez
large mesure. Le roi de France, lui aussi, voulait la paix, et il est
probable qu'elle se fût bientôt et solidement établie entre lui et le
roi de Navarre sans l'existence de la Ligue, qui, déjà, soufflait
discrètement le feu qu'elle mit, plus tard, aux quatre coins de la
France. Mézeray résume dans une page pittoresque les vues et les
velléités pacifiques de Henri III: «Les conseillers du parlement de
Paris que le roi envoya en Guienne (à la suite du traité de Fleix),
pour mettre d'accord ceux de la chambre mi-partie de cette province, y
furent reçus avec l'applaudissement général des peuples, et les
maintinrent en paix trois ans durant. La froideur de Matignon
s'accommodait fort bien avec le feu des Gascons, et savait bien
conserver l'autorité du roi, sans blesser le respect qui se doit aux
princes du sang; les courtoisies du duc de Mayenne avaient adouci les
courages les plus farouches dans le Dauphiné; et le maréchal de
Montmorency, ennuyé de la guerre, contenait le Languedoc dans un doux
repos. Le roi aussi était fermement persuadé, par trop d'expériences,
que la force des armes n'était point propre à ramener les dévoyés au
sein de l'Eglise, et que la saignée ni les remèdes violents ne
valaient rien à cette maladie. Partant il se résolut de la traiter
avec un certain régime de vivre qui corrigeât peu à peu la malignité
des humeurs, et rétablit le tempérament des viscères qu'on avait trop
échauffés. Sa Majesté fit connaître aux religionnaires qu'ils ne
devaient point craindre aucun mal de sa part, mais aussi qu'ils n'en
devaient espérer aucun bien... Avec cela il tâchait de les fléchir
tout doucement par les instructions et par les exemples, exerçant
souvent en public des œuvres de piété, ayant près de lui des
religieux qui pratiquaient des dévotions très austères, faisant
imprimer toutes sortes de livres bien catholiques, et défendant la
lecture et l'impression de ceux qui ne l'étaient pas.

«Ces moyens convertirent plus de huguenots en trois ou quatre ans, que
les bourreaux ni les armées n'en avaient converti en quarante; et
s'ils eussent continué, cette opinion de conscience se fût sans doute
dissipée dans peu de temps par une opinion d'honneur, et toutes les
factions se fussent amorties durant ce calme, comme elles s'irritaient
par l'émotion. Mais ce roi, au lieu de se fortifier pendant ce
temps-là, s'affaiblissait davantage; et, comme un homme à qui on
aurait coupé les veines dans un bain chaud, il perdait avec plaisir ce
qui lui restait de vigueur et d'autorité; puis cette défaillance le
mettait dans le mépris; et l'orgueil et l'avarice des favoris,
choquant les grands et vexant les peuples, excitaient contre lui la
haine des uns et irritaient la patience des autres...»

Les relations cordiales qui tendaient à rapprocher les deux rois
n'auraient pas plus résisté aux boute-feux de la Ligue qu'aux
intrigues de cour des mignons et de leur coterie; mais il n'en fallut
pas tant pour provoquer une nouvelle rupture. Un séjour de la reine de
Navarre à la cour de Henri III ressuscita les hostilités. Marguerite
annonça l'intention d'aller à Paris, vers la fin de l'hiver 1582.
L'histoire n'a pu trouver un but politique précis à ce voyage, qui
peut-être n'en avait pas, quoique l'empressement du roi de Navarre à
favoriser l'exécution du projet de sa femme permette de supposer
qu'elle emportait avec elle quelque plan concerté entre eux. On
s'égaie vraiment à voir le vainqueur de Cahors s'occuper, pendant deux
mois, des préparatifs assez compliqués du voyage de la reine. Il écrit
lettres sur lettres, tantôt pour convoquer des gentilshommes de haut
rang, chargés d'accompagner la reine jusqu'en Saintonge, tantôt pour
régler l'itinéraire et annoncer le passage, de ville en ville, du
cortège royal, tantôt enfin pour faciliter, par tous les moyens, les
chevauchées de la royale voyageuse. Il pousse la sollicitude jusqu'à
des détails amusants: dans une lettre à M. de Scorbiac, il demande
«huit mulets de bât», pour renforcer l'équipage de transport du
«bagage» de la reine. Et les indiscrétions de l'histoire nous donnent,
à peu près, la composition de ce bagage. Marguerite, la plus élégante
princesse de son temps, voyageait toujours avec une garde-robe au
grand complet, comme nous l'apprend Brantôme. Catherine de Médicis, en
laissant Marguerite en Gascogne, lui avait dit: «Ma fille, c'est vous
qui inventez et produisez les belles façons de s'habiller, et, en
quelque part que vous alliez, la cour les prendra de vous, et non
vous, de la cour». Brantôme ajoute: «Comme de vrai, par après qu'elle
y retourna, on ne trouva rien qui ne fût encore plus que de la cour».

Mais, tout en vaquant à ces soins conjugaux, Henri n'oubliait pas les
affaires sérieuses. Il accompagne la reine jusqu'à Saint-Jean-d'Angély;
mais c'est là aussi qu'il doit «communiquer avec M. le Prince», et
recevoir de Catherine un message avant-coureur d'une nouvelle
entrevue, dont le bruit avait déjà transpiré. «J'espère, écrit-il à
Théodore de Bèze, qu'il tient à mettre, autant que possible, de son
côté, que nous verrons, dans dix jours, la reine (Catherine), ce que
j'ai pensé être nécessaire pour le bien de la paix et le repos de nos
Eglises. Je vous prie assurer tout le monde que je ne ferai rien qui
nous porte préjudice.» Néanmoins, toujours prudent quand il s'agissait
pour lui de se rapprocher, en personne, des auteurs de la
Saint-Barthélemy, il ne voulut pas aller au-devant de la reine, aussi
loin qu'elle l'avait souhaité. Il s'arrêta à Saint-Maixent et lui
envoya Lusignan, pour s'excuser de «ne pas aller plus avant, ayant une
si grande et si belle troupe de noblesse près de lui, avec son oncle
de Rohan et son cousin le comte de La Rochefoucauld». L'entrevue
pourtant eut lieu dans la ville où s'était arrêté le roi de Navarre,
et, soit politique, soit contentement réel du résultat de la
conférence, il s'en montra satisfait dans les lettres qu'il écrivit
ensuite.

Au mois d'avril, Henri passa en Béarn, pour faire une «cure aux
Eaux-Chaudes». Étant à Pau, le 11 mai, il convoqua l'assemblée des
députés des Eglises réformées, à Saint-Jean-d'Angély, pour la fin du
mois. Cette convocation avait été décidée dans les pourparlers du roi
de Navarre avec le prince de Condé, après l'entrevue de Saint-Maixent.
Nous avons, dans une lettre à Henri III, datée de Saint-Jean-d'Angély,
29 juin, un aperçu des délibérations et résolutions de cette
assemblée: «Ayant, sous votre autorité, convoqué et assemblé, en la
ville de Saint-Jean-d'Angély, les députés des Eglises réformées des
provinces de votre royaume, pour aviser aux moyens qu'il y aurait de
faire effectuer votre édit de pacification et établir la paix,
partant, selon votre bonne volonté, je les ai tous trouvés fort
disposés à cela. Mais pour ce que la faute de l'exécution procède
principalement de l'impunité des excès et désordres..., ils ont, pour
cette occasion, dressé un cahier des contraventions faites à votre
édit en vosdites provinces et m'ont requis de l'envoyer à V. M., comme
je fais, vous suppliant très humblement, Monseigneur, qu'il vous
plaise déclarer votre bonne volonté sur chacun des articles...»

On verra bientôt que le «cahier» n'eut aucune heureuse influence sur
les sentiments de la cour.

A son passage à Pau, Henri avait retrouvé, avec sa sœur Catherine,
régente de Béarn et des autres pays souverains, quelques-unes de ses
obligations de roi et de frère. On avait déjà, plusieurs fois, parlé
du mariage de Catherine. Des historiens prétendent qu'il fut question,
dès le berceau, de donner sa main au duc d'Alençon, et que Henri III
lui-même, en 1575, songea, un instant, à la faire asseoir sur le trône
de France. Ce qu'il y a de certain, c'est que presque toute la vie de
Catherine se passa dans l'attente de diverses unions, dont une seule
était selon son cœur[34]. De retour à Pau, vers la fin de l'année
1582, Henri eut à s'occuper sérieusement d'un projet de mariage, qui
donna lieu à des négociations délicates. Emmanuel de Savoie, avec des
vues d'avenir encore secrètes, mais que révéla, en 1589, sa prise de
possession du marquisat de Saluces, avait chargé Bellegarde, passé à
son service, de demander au roi de Navarre la main de sa sœur. La
correspondance de Henri et du duc traite cette question, mais à mots
couverts. A la date du 3 septembre, le roi de Navarre, non content
d'avoir échangé plusieurs messages avec Emmanuel, écrivait au
chancelier de Savoie: «Le désir que j'ai que l'amitié qui est entre M.
le duc de Savoie et moi soit si ferme et établie qu'elle ne puisse
être ébranlée pour quelque occasion que ce soit, me fait vous prier,
comme l'un de ses plus confidents serviteurs, faire en sorte qu'elle
soit inviolable, et employer votre vertu et prudence à la maintenir et
conserver par un lien indissoluble. Et m'ayant été la négociation de
M. de Bellegarde très agréable, je désire que, par votre dextérité et
conduite, cette affaire réussisse au contentement de nous deux, en
telle sorte qu'elle ne préjudicie à ma conscience, devoir et
réputation. Pour mon regard, j'y apporterai tout ce qui pourra servir
à la faciliter, pour l'aise que j'aurai de voir le tout conduit à une
heureuse fin.»

  [34] Appendice: XXIII.

L'accord s'était établi sur tous les points principaux entre le roi et
le duc, et le consentement de Catherine était probablement acquis
d'avance. Mais Emmanuel formula une exigence qui rompit la
négociation. Il entendait que Catherine abjurât la religion
calviniste, et Henri lui déclara franchement que cette condition lui
paraissait «trop dure».

D'autres préoccupations, et d'une tout autre nature, attendaient le
roi de Navarre dans son gouvernement de Guienne. On se souvient de
l'entreprise criminelle de Favas et des frères Casse, en 1577, sur la
ville de Bazas. Il s'en était suivi, l'année d'après, une sentence
capitale contre plusieurs des auteurs de cette agression. Ils furent
amnistiés par le traité de Fleix. Mais ces frères Casse, qui
semblaient avoir pour ancêtres les routiers ou les soudards des
Grandes Compagnies, restèrent fidèles à leur existence de violence et
de déprédations. La plupart des incidents et des scandales que
provoqua leur conduite manquent de dates précises, quoique les lettres
du roi de Navarre, dans les derniers mois de l'année 1582, y fassent
quelquefois allusion. Samazeuilh nous paraît avoir groupé, avec toute
la clarté possible, les faits relatifs à cet épisode, dont les
premiers semblent remonter à 1581, après la paix de Fleix, et les
derniers ne dépassent guère le commencement de l'année 1583. «On
reprochait notamment aux frères Casse d'avoir dévalisé et ruiné
complètement un marchand de Loudun, qui les fit condamner à mort par
le parlement de Bordeaux. Quand il fallut les saisir au corps, ils se
renfermèrent dans le château du capitaine Lafitte, et firent trembler
toute la contrée, qui les savait amplement munis d'armes et de
munitions de guerre, comme échelles, pétards _et autres engins_. Le
roi de Navarre prêta main-forte aux officiers du parlement. Mais il
fallut assiéger le château de Pelleport, et Casse, Lafitte et leurs
complices périrent tous plutôt que de se rendre. On eut à regretter la
mort du jeune Lafitte, qui fut tué de sang-froid par les assaillants.
Ce fut peut-être cet événement qui porta l'un des deux frères Casse
restant à fortifier sa maison dans la ville de Bazas, malgré les
représentations du roi de Navarre, dont il avait suivi le parti.
Bientôt le maréchal de Matignon reçut l'ordre de Henri III de lever
quelques troupes et de marcher contre ce capitaine avec du canon.
Henri avait trop de sagacité pour ne pas pressentir tous les dangers
qui pouvaient résulter de cette mesure. Le roi de Navarre donna
l'ordre de courir sus à ces aventuriers et de les disperser. Le 2
février, il se porta, de sa personne, à Casteljaloux, pour presser
l'exécution de cet ordre, et de Casteljaloux il poussa jusqu'à Bazas,
afin de renouveler ses représentations auprès de Casse et de l'engager
à détruire ses fortifications. Mais ce capitaine ayant rejeté toutes
propositions d'arrangement, Henri fit raser sa maison dans les
journées des 19 et 20 juillet 1583.»

Cette misérable affaire tourmenta, pendant plus d'un an, le roi de
Navarre, contre qui le maréchal de Matignon et surtout la cour s'en
firent toutes sortes d'arguments pour repousser ou ajourner ses
légitimes revendications. Vers la fin de l'année, pourtant, Henri III,
soit de son propre mouvement, soit à l'instigation de Catherine de
Médicis ou de la reine de Navarre, qui était à la cour, invita
formellement son beau-frère à venir, pour quelque temps, auprès de
lui, afin d'arriver à une meilleure entente sur les points en litige
et sur l'ensemble des affaires. Etait-ce de la part de Henri III une
démarche machiavélique, ou l'effet de la sympathie qu'il eut toujours,
dit-on, pour le roi de Navarre? Si l'histoire doute, à plus forte
raison Henri fut-il porté à se méfier de cette invitation. Il y
répondit, le 21 décembre, par une lettre dont Du Plessis-Mornay, dans
ses Mémoires, s'attribue la rédaction. Après une dissertation pleine
de gravité sur les dangers de la situation, et les irrégularités
judiciaires qui jetaient le trouble dans son gouvernement de Guienne,
le roi de Navarre oppose au roi de France cette piquante fin de
non-recevoir: «Le plus grand plaisir et honneur que je puisse avoir,
c'est d'être près de V. M., pour pouvoir déployer mon cœur devant
Elle par quelques bons services. Mais une chose me retarde d'avoir cet
heur si tôt, qui est que je désirerais, premier que partir d'ici,
emporter ce contentement avec moi d'avoir éteint en cette province
toute semence de troubles et altérations, pour n'avoir ce malheur et
regret, quand je serais près de V. M., qu'il y eût encore quelque
folie. Et, pour parler franchement, je ne vois cela si bien et si
sincèrement accompli qu'il serait à souhaiter.» La plume et les
conseils de Du Plessis-Mornay étaient à son service; mais cela n'eût
point suffi, s'il n'y eût mis lui-même cet esprit de pénétration et de
dextérité qui, dès la jeunesse, inspirèrent la plupart de ses actes et
de ses déclarations. Il allait avoir grand besoin de ces qualités
maîtresses.



CHAPITRE II

  Déclarations de Henri au coadjuteur de Rouen.--Désordres en
    Rouergue, en Quercy et à Mont-de-Marsan.--Tentatives de
    corruption de l'Espagne, révélées par Henri au roi de
    France.--Correspondance latine avec les princes protestants de
    l'Europe.--Querelles de Henri III avec la reine de
    Navarre.--Marguerite chassée de la cour.--Arrestation de ses
    dames d'honneur.--Duplicité de Henri III.--Reprise de
    Mont-de-Marsan par le roi de Navarre.--Michel de
    Montaigne.--Actes arbitraires du maréchal de
    Matignon.--Réclamations de Henri.--Attitude des habitants de
    Casteljaloux.--Négociations au sujet du retour de Marguerite à
    Nérac.--La Ligue protestante: vues chimériques et but pratique.


Les deux premiers mois de l'année 1583 ne nous offrent aucun événement
remarquable. Le 6 mars, Henri répondit de Nérac à une lettre pressante
que lui adressait son cousin germain, Charles de Bourbon, coadjuteur
de l'archevêque de Rouen. Le prélat, se plaçant sur le terrain
purement politique, le conjurait de changer de religion. Il avait
écrit, selon toute apparence, avec l'agrément de Henri III. Ce prince,
voyant monter, peu à peu, le flot de la Ligue, saisissait toutes les
occasions de donner ou de faire donner au roi de Navarre le conseil de
rentrer dans l'Eglise, et par conséquent de détruire la raison ou le
prétexte invoqué par les ligueurs. La réponse est d'une éloquence
presque sacerdotale: il s'y trouve des mots qu'on admira plus tard
dans les œuvres oratoires de Bossuet. «Vous m'alléguez qu'il peut
mésavenir (arriver mal) au roi et à Monsieur. Je ne permets jamais à
mon esprit de pourvoir de si loin à choses qu'il ne m'est bienséant ni
de prévenir ni de prévoir... Mais quand Dieu en aurait ainsi ordonné
(ce que n'advienne), celui qui aurait ouvert cette porte, par la même
providence et puissance nous saurait bien aplanir la voie; car c'est
lui par qui les rois règnent et qui a en sa main le cœur des
peuples. Croyez-moi, mon cousin, que le cours de votre vie vous
apprendra qu'il n'est que de se remettre en Dieu, qui conduit toutes
choses, et qui ne punit jamais rien plus sévèrement que l'abus du nom
de religion.»

Au mois d'avril et au mois de mai, il y eut en Guienne des «levées,
armements et constructions militaires», que Henri signale à Matignon
et désapprouve, les jugeant inutiles et de nature à répandre l'alarme.
Quoique les relations fussent amicales entre le roi et le maréchal, il
ne fut guère tenu compte de ces observations, qu'il dut renouveler et
accentuer, au sujet de quelques mouvements en Rouergue et en Quercy et
à Mont-de-Marsan. «Je vous prie, dit-il à Matignon, que vous nous
veniez voir, le plus tôt que vous pourrez... Nous résoudrons s'il
faudra aller à Mont-de-Marsan, ou en Quercy ou Rouergue, où les choses
sont en mauvais état, et à quoi il est besoin de remédier, si on ne
veut y voir un grand mal...» Il est presque démontré que Henri III,
peu de temps après, laissa entrevoir au roi de Navarre qu'il le
verrait, sans trop de déplaisir, rentrer dans la ville de
Mont-de-Marsan; mais Matignon, selon ses habituelles façons d'agir, ou
suivant des instructions secrètes de la cour, temporisa outre mesure.
Henri, de son côté, fut obligé, par de graves préoccupations, de
prendre plus longuement patience qu'il ne l'eût voulu et d'ajourner
une revendication décisive. Il reçut, au mois de mai, de la cour
d'Espagne, des propositions qu'un ambitieux vulgaire eût jugées
séduisantes. «Le vicomte d'Echaus ou d'Etchau, sujet du roi de
Navarre, dit Berger de Xivrey, avait un beau-frère nommé Udiano, sujet
de Philippe II. Ce prince profita des relations entre ces deux
gentilshommes, pour faire proposer au roi de Navarre une somme de
trois cent mille écus à toucher immédiatement, suivie de cent mille
écus par mois, s'il voulait faire la guerre à Henri III. Saint-Geniès
et Mornay, chargés de refuser cette offre, eurent, en même temps,
mission de faire prier le roi d'Espagne de prêter à leur maître, sans
conditions politiques, une somme de cinq cent mille écus, pour
laquelle il aurait engagé tous ses biens. Le roi d'Espagne ne prêta
rien, et chercha inutilement à renouer l'affaire vers l'automne.»

Ce fut en ce moment, semble-t-il, que le roi prit le parti d'avertir
Henri III des offres de l'Espagne. Seulement, soit par hasard, soit
plutôt par un habile calcul politique, l'avis que Du Plessis-Mornay
était chargé de transmettre ne parvint au roi de France qu'après la
prise de Mont-de-Marsan par le roi de Navarre. La lettre qui
accréditait Mornay fut écrite à la fin du mois de décembre: «La
dévotion que j'ai et aurai, toute ma vie, à tout ce qui touche V. M.
et le bien de son service, m'a fait dépêcher promptement le sieur Du
Plessis, pour la grande confiance que j'ai en lui, et de sa fidélité,
aussitôt que l'occasion s'est présentée d'affaires très importantes,
et dont il est nécessaire que V. M. soit au plus tôt avertie et bien
particulièrement informée. Il plaira à V. M. l'ouïr et le croire de ce
qu'il vous dira de ma part, comme moi-même...»

Une note de Berger de Xivrey complète cet historique sommaire. Mornay
avait été à la cour, au sujet de l'affaire de Marguerite. A ce moment
(fin du mois de décembre 1583), il y retourna chargé de dévoiler au
roi les tentatives de corruption du roi d'Espagne et l'entreprise
formée pour livrer aux Espagnols la ville d'Arles. On mit beaucoup de
mystère dans cette négociation. La _Vie de Mornay_ place à la fin de
1583 le départ de l'envoyé, mais il n'arriva à la cour que dans le
mois de janvier ou février. Quant à ce que dit d'Aubigné, copié par
d'autres historiens, que Henri n'aurait-pas repoussé spontanément les
propositions de Philippe II, et qu'il les eût acceptées
définitivement, sans la mort de Monsieur, qui arriva le 10 juin 1584,
il suffit de rapprocher cette assertion des dates et des faits
authentiques, pour la réduire à néant: une semblable erreur, calomnie
inconsciente, peut s'expliquer d'ailleurs par l'ignorance, où fut
certainement laissé d'Aubigné, des négociations entre Philippe II et
le roi de Navarre et des démarches de Henri auprès de la cour de
France.

Avant cette affaire, le roi de Navarre en avait eu sur les bras
plusieurs autres, dont il convient de parler avec quelques détails. Ce
fut, d'abord, celle de Mont-de-Marsan, à travers les préoccupations de
laquelle vint se jeter une volumineuse correspondance latine avec tous
les princes protestants de l'Europe[35], œuvre de Du Plessis-Mornay,
qui, sous prétexte de travailler à l'établissement de la concorde et
de l'unité de doctrine parmi les réformés, déjà divisés, s'efforçait
de créer une Ligue protestante, pour l'opposer à la Ligue catholique,
dont il redoutait la prochaine entrée en campagne. De la mi-juin aux
premiers jours d'août, l'esprit de Henri est obsédé par les désordres
en Rouergue, en Quercy et à Mont-de-Marsan, qu'il a déjà signalés à
Matignon. On sent, dans ces lettres, que la patience lui échappe et
qu'il finira par songer à quelque coup de vigueur. Il en méditait un,
assurément, lorsque survint le scandale retentissant qui termina le
séjour de la reine de Navarre à la cour de France.

  [35] Appendice: XXIV.

Marguerite y était arrivée le 15 mars 1582. La légèreté de ses mœurs
l'autorisait peu à faire la satire des mœurs du roi et de ses
favoris. Elle s'attira par là leur animadversion; et sa liaison avec
Monsieur, que Henri III avait toujours détesté, ajouta un grief
politique à ceux qu'on fit valoir contre elle auprès de son frère. Le
duc de Joyeuse, alors au comble de la faveur, était en mission à Rome.
Henri III lui envoya une lettre qu'on supposa pleine d'épigrammes
contre Marguerite. La reine de Navarre, devinant cet acte de
vengeance, fit assassiner, dit-on, le courrier du roi et s'empara de
la lettre. La vérité n'a jamais été entièrement divulguée au sujet de
cet incident. Quoi qu'il en soit, les soupçons du roi tombèrent sur sa
sœur, et il se répandit contre elle en injures et en menaces. Il lui
reprocha, devant la cour, les désordres de sa vie, lui jeta au visage
la liste de ses amants, et l'accusa même d'avoir eu un bâtard depuis
son mariage. Il lui ordonna enfin de quitter sans délai Paris, afin de
délivrer la cour de sa «présence contagieuse. Le lundi, huitième jour
du présent mois d'août 1583, dit le journal de L'Estoile, la reine de
Navarre, après avoir demeuré en la cour du roi son frère l'espace de
dix-huit mois, partit de Paris, pour s'acheminer en Gascogne,
retrouver le roi de Navarre son mari, par commandement du roi réitéré
plusieurs fois...» Mais, à la réflexion, Henri III se ravisa, et
jugeant politique d'ajouter un scandale à celui de la veille, pour
avoir un prétexte de l'atténuer, il donna l'ordre de courir après sa
sœur et de la séparer de deux de ses suivantes, Mme de Duras et Mlle
de Béthune. Un capitaine des gardes, accompagné d'archers et
d'arquebusiers, arrête la litière de la reine près de Palaiseau, force
Marguerite à se démasquer, ce qui était la suprême injure pour une
femme de qualité, à cette époque, maltraite Mme de Duras et Mlle de
Béthune, et, laissant la reine presque seule continuer son voyage, les
conduit prisonnières à l'abbaye de Ferrière, où elles subirent devant
le roi lui-même, assure-t-on, un interrogatoire dont Henri III voulut
avoir le procès-verbal. Le roi écrivit alors à son beau-frère qu'il
s'était cru obligé de chasser d'auprès de la reine Mme de Duras et
Mlle de Béthune «comme une vermine très pernicieuse, et non
supportable auprès d'une princesse d'un tel rang»; mais il ne disait
rien de l'affront subi en pleine cour par la reine elle-même. La
lettre de Henri III trompa si bien le roi de Navarre, qu'il se crut
obligé d'y répondre par des remercîments. «Je m'assure, disait-il, que
quand ma femme aura su ce qui en est, elle ne pourra qu'elle ne
reconnaisse l'honneur que Vos Majestés lui font d'avoir tant de soin
de la dignité et réputation de sa personne et de sa maison... Au
reste, il n'est pas besoin que je vous die que je la _désire
extrêmement ici_, et qu'elle n'y sera jamais assez tôt venue.» Mais,
dès que la vérité lui fut connue, «l'extrême désir» du roi se changea
en répugnance. Il envoya d'abord Du Plessis-Mornay demander à Henri
III des explications; d'Aubigné assure qu'il reçut une semblable
mission, dont il rend compte dans ses _Mémoires_; et, vers la fin du
mois de décembre 1583, Yolet fut chargé, à son tour, d'aller négocier,
à ce sujet, auprès de la cour de France; car cette affaire avait
dégénéré peu à peu en contestation politique, comme nous le verrons
plus loin. Les négociations durèrent plus d'un an. Marguerite ne
rentra que le 13 février 1585 à Nérac, où le roi la vit deux ou trois
fois en passant, par politesse, mais sans pouvoir dissimuler le mépris
qu'elle lui inspirait.

Les tribulations conjugales du roi de Navarre ne lui firent pas
oublier ses vues sur Mont-de-Marsan: cette place était de son
patrimoine; elle avait une importance de premier ordre, «assise, dit
la _Vie de Mornay_, sur le confluent de deux rivières, et commandant
un grand pays». Le traité de Fleix stipulait qu'elle serait rendue
sans délai au roi de Navarre. A plusieurs reprises, il avait été mandé
aux consuls de Mont-de-Marsan de recevoir ce prince et ses officiers,
et au maréchal de Matignon, d'exiger des consuls l'obéissance.
«Diverses jussions en avaient été expédiées, mais le maréchal, qui
connaissait les intentions de la cour, tergiversait, depuis trois ans,
et payait d'excuses le roi de Navarre.» Après avoir temporisé
lui-même, à son corps défendant, Henri, au milieu des soucis et des
tracas dont nous venons de parler, résolut d'en appeler à la force.

Le 19 novembre 1583, il écrivait à Saint-Geniès, son
lieutenant-général en Béarn: «Ayant eu réponse du maréchal de
Matignon, par laquelle je perds toute espérance de rentrer au
Mont-de-Marsan par son moyen, je me résolus hier de faire exécuter une
entreprise avec mes gardes et celles de M. le Prince, la nuit d'entre
le dimanche et le lundi. Dont je n'ai voulu faillir de vous avertir
par ce porteur exprès, vous priant faire tenir prêts six cents
arquebusiers pour les faire acheminer audit Mont-de-Marsan, si vous
avez un avertissement... De ma part, je m'y acheminerai aussi dès que
je saurai la nouvelle.»

L'entreprise, mûrement projetée et conduite avec vigueur, réussit à
souhait. «Le roi de Navarre, raconte la _Vie de Mornay_, portant
impatiemment d'avoir été abusé tant de fois, ayant fait reconnaître
Mont-de-Marsan par les sieurs de Castelnau, de Chalosse et de Mesmes,
se résout de l'exécuter. M. le prince de Condé l'était venu voir à
Nérac; sans autre amas, ils prennent leurs gardes et donnent à
quelques-uns de leurs voisins rendez-vous au milieu des Landes. La
nuit ensuivante, ils traversent la rivière qui sert de fossé à la
ville, avec des petits bateaux d'une pièce, pour porter l'escalade à
la muraille. L'escarpe était haute et pleine de buissons épais,
tellement qu'il fallut chercher des serpes et s'y faire un chemin.
Dieu voulut néanmoins qu'on leur en donnât le loisir, et, parvenus au
pied de la muraille, ils y posèrent une échelle assez proche de la
sentinelle, et par là entrèrent dans la ville. A l'alarme qui fut
donnée par un coup de pistolet qui leur échappa, accourut le peuple,
mais qui fut tôt dissipé sans meurtre que d'un seul; puis la porte fut
ouverte au roi de Navarre, et le tout composé si promptement, qu'à
huit heures du matin, les boutiques étaient ouvertes, chacun à sa
besogne, sans aucune apparence d'hostilité.»

Aussitôt après la prise de Mont-de-Marsan, le roi de Navarre en donna
avis à Michel de Montaigne, maire de Bordeaux, par une lettre que
malheureusement Berger de Xivrey n'a pu ajouter à son précieux
recueil. Du Plessis-Mornay écrivit encore, sur le même sujet, une
lettre apologétique à Montaigne.

L'auteur des _Essais_ jouissait dans la province de Guienne, et
surtout à Bordeaux, d'une influence qu'il mit presque toujours au
service des idées de conciliation. La cour de France prêtait
volontiers l'oreille à ses conseils ou à ses réclamations. Ce fut à sa
demande qu'en 1582, le roi accorda la suppression de la traite
foraine, c'est-à-dire des droits qui grevaient les marchandises, à
l'entrée ou à la sortie du port de Bordeaux, traite qui violait les
droits antérieurs des Bordelais. De 1533 à 1585, les fréquentes
absences du maréchal de Matignon, obligé de parcourir la province pour
rétablir l'ordre, favorisèrent les velléités factieuses de la grande
ville dont Montaigne avait l'administration. Usant d'un heureux
mélange de modération et de fermeté, et au risque de perdre une
popularité sans égale, il sut épargner à Bordeaux, sinon les émotions,
du moins les troubles sanglants dont la cité avait été si souvent le
théâtre, et qui devaient, dans la suite, ajouter plus d'une page de
deuil à ses annales. Montaigne, esprit tolérant et pénétrant, était un
des grands hommes du XVIe siècle les plus capables de comprendre le
caractère et le génie du prince qu'il voyait s'élever entre les Valois
dégénérés et la Ligue menaçante. Sa personne, ses actes et ses vues
trouvèrent d'ailleurs toujours un accueil gracieux auprès du roi de
Navarre. Vers la fin de cette année 1583, où nous le voyons recevoir
les confidences de Henri, il avait présenté au prince gouverneur de
Guienne une adresse dans laquelle le roi était supplié de maintenir,
entre Bordeaux et Toulouse, les communications libres pour tous les
bateaux de commerce qui naviguaient sur la Garonne. Ces communications
étaient parfois interrompues par la garnison du Mas-de-Verdun, mal
payée et cherchant à s'indemniser d'une mauvaise paie par des actes de
piraterie. L'adresse sollicitait, en même temps, des dégrèvements
considérables en faveur du «pauvre peuple», et suppliait le roi
d'intercéder, dans ce sens, à la cour de France. Michel de Montaigne,
maire, et de Lurbe, procureur-syndic, obtinrent aisément du roi de
Navarre qu'il en écrivît au maréchal de Matignon et aux gouverneurs
des places riveraines.

Au coup hardi mais légitime de Mont-de-Marsan, la cour et Matignon
répondirent par des actes arbitraires, sur plusieurs points, mais
surtout à Bazas, où le maréchal mit garnison royale, ce qui provoqua
une énergique protestation du roi de Navarre: «Vous dites que le roi
trouve mauvais que j'aie repris possession de ma ville et maison de
Mont-de-Marsan, demeure ordinaire de mes prédécesseurs, et que S. M.
trouve bon de continuer la garnison que vous avez mise en la ville de
Bazas... Il ne le pourrait avoir commandé sans qu'on lui ait déguisé
et mal interprété mes actions..., et lui avoir celé la façon et
modération dont j'ai usé en me remettant en ma maison. Tout cela ne
peut tendre qu'à me rendre odieux et m'éloigner de sa bonne grâce, de
quoi je ne puis être que très mal content, et que de cette façon on
veuille, à mes dépens, se faire valoir...--Je ne sais ce que vous
entendez faire, ni quelle autorité vous voulez prendre en mon
gouvernement; de quoi je voudrais bien être promptement éclairci...»

Et, à la même heure, il écrit à Henri III pour justifier ses actes à
Mont-de-Marsan, renouveler des remontrances peu écoutées, et se
plaindre du constant retard apporté au paiement de sa pension, «qui
est autrement considérable, dit-il, que les autres, comme V. M. le
sait, parce qu'elle est fondée sur la perte d'un royaume faite pour le
service de la couronne».

Ces apologies, ces plaintes, ces attaques, ces ripostes
s'entre-croisent avec les messages relatifs au retour de Marguerite à
Nérac. Instruit, à ce moment, de la conduite de Henri III envers la
reine de Navarre, ayant d'ailleurs fait son deuil de toutes les
espérances, de l'ordre privé ou de l'ordre politique, que son union
avec Marguerite avait pu faire naître en lui, il ne traitait plus
cette question qu'au point de vue strict des affaires. Le roi de
France veut tenir garnison à Condom, à Agen, à Bazas et à
Casteljaloux: c'est, selon Henri, vouloir l'enfermer à Nérac, où rien
de lui ne sera libre, pas même sa personne. Il proteste, il veut avoir
ses coudées franches, et, quand il les aura, il pourra offrir à la
fille des Valois, dans sa bonne ville de Nérac, une hospitalité
royale. Il avait réclamé contre les garnisons de Bazas, d'Agen et de
Condom; il n'eut pas besoin de lutter sérieusement pour affranchir
Casteljaloux des garnisaires de France. Ceux qui occupaient Bazas
ayant été soupçonnés de projeter quelque entreprise contre certaines
places du voisinage, l'ancienne ville des sires d'Albret reçut le
message suivant du roi de Navarre: «Chers et bien-amés, ayant entendu
de bon lieu que ceux de Bazas sont après à exécuter certaine
entreprise sur quelque ville de ceux de la Religion..., nous ne
pouvons penser que ce ne soit sur notre ville de Casteljaloux, dont
nous vous avons voulu avertir, par ce porteur exprès, afin que vous
fassiez encore meilleure garde qu'à l'accoutumé et préveniez, par ce
moyen, leur dessein...» Ces conseils furent suivis, et les habitants
de Casteljaloux méritèrent, par leur vigilance, les remercîments que
Henri leur adressait, quelques jours après: «... Nous sommes bien aise
d'entendre le soin que vous apportez à la garde et conservation de
notre ville de Casteljaloux. Et afin que vous ne soyez nullement
empêchés d'y vaquer, avec l'ordre qu'il faut, nous mandons à notre
cousin, le vidame de Chartres (gouverneur d'Albret) de permettre que
vous mettiez dans notre château tel nombre d'hommes que vous aviserez,
lorsque le temps et l'occasion le requerra, etc.»

Les négociations engagées à propos de la rentrée de Marguerite dans
les Etats du roi de Navarre furent, nous l'avons dit, très
laborieuses. Henri III s'y mêla en personne, avec une remarquable
vivacité, et une des lettres qu'il écrivit, à ce sujet, vers la fin du
mois de janvier 1584, nous révèle son esprit flottant, son caractère
irrésolu, si peu faits, l'un et l'autre, pour venir à bout d'un homme
à la fois aussi souple et aussi tenace que l'était ce Navarrais, ce
«Béarnais», ce «roitelet de Gascogne», dont les mignons et les
mignonnes du Louvre faisaient encore des gorges chaudes. Le roi de
France disait, dans une dépêche à Bellièvre: «... Enfin, il (le roi de
Navarre) demande que j'ôte les garnisons qui sont à dix lieues de ma
ville de Nérac (Agen, Condom et Bazas), et qu'il recevra madite sœur
et se remettra avec elle, selon mon intention; fondant telle demande
sur ce qu'étant ledit Nérac sa principale demeure, il ne voit aucune
sûreté pour sa personne, demeurant lesdites garnisons. A quoi vous me
mandez qu'il a depuis ajouté que, considérant le mécontentement que
j'avais de la négociation de Ségur, il estime que je le tiens pour
criminel de lèse-majesté, et partant qu'il avait d'autant plus à se
garder et penser à la conservation de sa vie.» Là-dessus, Henri III
rétorque, à sa façon, les arguments du roi de Navarre, et il arrive à
cette conclusion: «Toutes ces considérations, jointes aux justes
occasions que j'ai de me défier de lui et des pratiques et menées qui
se font pour troubler mon royaume, m'admonestent de persévérer en mon
premier propos, et vouloir, devant toute autre chose, que mondit frère
revoie madite sœur et la reçoive auprès de lui, comme la raison veut
qu'il fasse. Cela fait, je suis content traiter et convenir avec lui
de la sortie desdites garnisons...»--Et quatre lignes plus loin, il
ajoute: «Toutefois, s'il s'obstine à ne le vouloir, je désire tant me
mettre à la raison et obvier à toute altercation, que je suis content
lui accorder...»--Il accordait précisément ce que demandait le roi de
Navarre! Henri III est là tout entier.

La conclusion de l'affaire fut à peu près selon les vœux du roi de
Navarre. Ni Condom, ni Agen ne gardèrent leurs garnisons, et l'on
réduisit à cinquante hommes celle de Bazas. Cet accord ne fut
définitivement établi que dans les premiers jours de l'année 1584.
Vers la fin de l'année précédente, le roi de Navarre, à qui Henri III
reprochait, comme on vient de le voir, ses négociations avec les
princes protestants, stimule, à chaque instant, le zèle de ses agents
et de ses coreligionnaires étrangers, par de nombreuses dépêches
adressées aux souverains ou à leurs principaux ministres, et à Ségur,
son ambassadeur en Angleterre; jusqu'au mois de juin 1584, où un grand
événement va modifier la situation des partis et rapprocher l'heure
des crises, ces négociations difficiles restent au premier rang de ses
préoccupations. L'œuvre diplomatique de Henri consistait, dans
l'ensemble, comme il le dit lui-même, à rechercher les moyens
d'établir l'union entre toutes les Eglises et d'arriver, par là, à
l'organisation d'une puissante ligue protestante; mais il est
difficile d'admettre qu'un esprit aussi net et aussi pratique se soit
abusé sur le côté chimérique de cette entreprise. A travers toutes ces
négociations, auxquelles se mêla même, un instant, la pensée d'un
mariage de Catherine de Bourbon avec le roi d'Ecosse, Henri cherchait
surtout, et peut-être exclusivement, l'appui efficace de la reine
d'Angleterre et des princes allemands; et cet appui n'était ni dans
les discussions théologiques des synodes, ni dans la révision des
symboles, mais dans les secours immédiats en hommes et en argent. Ces
secours n'arrivèrent qu'à la dernière extrémité, et trop tard, malgré
les promesses dont on leurrait, à la journée, les négociateurs de
Henri. Ils jouèrent pourtant un rôle considérable dans la politique de
cette période, soit tant qu'ils étaient à l'état de projet, soit
lorsqu'on sentit leur poids dans la balance des événements.



CHAPITRE III

  Mort de Monsieur, duc d'Anjou et d'Alençon.--La «folie d'Anvers»
    et l'incurie politique des Valois.--Conséquences de la mort de
    Monsieur.--Le roi de Navarre sur la première marche du
    trône.--Visées de la Maison de Lorraine.--Henri revendique son
    titre de «seconde personne du royaume».--Mission du duc
    d'Epernon auprès du roi de Navarre.--La conférence de
    Pamiers.--Le pour et le contre.--Détermination de
    Henri.--Indiscrétion de Du Plessis-Mornay.--Rapprochement entre
    les deux rois.--Assemblée de Montauban.--Traité de Joinville
    entre la Ligue et le roi d'Espagne.--Négociations en
    Suisse.--Ambassade des Pays-Bas à Henri III.--Déclaration de la
    Ligue.--La Ligue en armes.


Le 10 juin 1584, mourut, à Château-Thierry, Monsieur, duc d'Anjou et
d'Alençon, duc souverain de Brabant et marquis du Saint-Empire. Esprit
malsain dans un corps gâté, il avait, toute sa vie, conspiré ou couru
des aventures qui tournaient toujours à la conspiration. Il était
revenu mourir en France, sous le coup de son dernier désastre, que
l'histoire a justement surnommé la «folie d'Anvers». Il avait pourtant
dépendu de la cour de France que la conquête des Pays-Bas devînt une
réalité; mais il eût fallu pour cela secouer le joug des intrigues
espagnoles qui enveloppaient de toutes parts la politique de Henri III
et de la reine-mère. La France donna au duc d'Anjou un grand nombre de
ses enfants, dont quelques-uns des plus illustres, comme La Noue; mais
la cour n'entra pas ouvertement dans la lutte, quoiqu'elle eût pu
avoir la partie belle, si elle s'y fût jetée franchement, et surtout
si elle eût accueilli les propositions que lui firent, en temps
opportun, le roi de Navarre et le prince de Condé. Mais rien de viril
ne pouvait plus venir des Valois. Relisons cette page attristante de
Mézeray:

«François, duc de Montpensier, qu'on nommait le prince-dauphin avant
la mort de son père, et le maréchal de Biron y avaient mené un renfort
de quatre mille hommes de pied français, trois mille Suisses et douze
cents chevaux; de plus, avec un peu d'argent de la reine-mère,
Monsieur avait levé quelques cornettes de reîtres. Mais, à parler
ainsi, c'était là sa dernière main, il ne devait plus rien attendre de
France, son crédit était à bout et le roi n'avait nulle inclination de
l'assister.

«Monsieur avait bien quelques traités avec le prince Casimir et les
autres protestants d'Allemagne; mais les armes de ce pays-là ne se
remuant point sans argent, il n'en devait rien espérer...--Il pensait
tirer quelque secours du roi de Navarre, lequel poussé à cela, non
moins pour l'honneur de la France que par le désir de recouvrer la
Haute-Navarre, offrait au roi de France, tandis que l'on ferait effort
dans les Pays-Bas, de porter la guerre jusque dans le cœur de
l'Espagne, d'employer pour cela cinq cent mille écus de son bien, pour
laquelle somme il engagerait ses comtés patrimoniaux de Rouergue et de
L'Isle, qui valaient plus d'un million d'or...--Pour comble de sûreté,
avant que de mettre en campagne, il promettait de donner Madame, sa
sœur unique, en otage, comme eût fait le prince de Condé, sa fille;
même quand l'entreprise eût été commencée, il se fût dessaisi des
places de sûreté avant le temps échu. Mais les ennemis particuliers de
ce roi et la cabale espagnole firent qu'on rejeta bien loin ces
offres, qui semblaient bien avantageuses à la France...»

La vie de Monsieur avait souvent bouleversé la cour de France et agité
la politique européenne; sa mort prématurée posa ou compliqua
subitement, dans notre pays, des questions où se trouvaient engagés et
mis aux prises tous les intérêts légitimes et toutes les ambitions.
Monsieur mourant sans avoir été marié, Henri III n'ayant pas d'enfant
et paraissant destiné à ne laisser aucune postérité, la race des
Valois ne tenait plus qu'à la vie d'un homme, et la couronne de France
devait fatalement échoir, soit au Bourbon hérétique, qui avait pour
lui le droit national, soit à un prétendant capable de s'imposer par
l'intrigue ou par la force. Telle était la perspective qui s'ouvrit
devant Henri III.

De son côté, Henri de Bourbon, roi de Navarre, se trouvait brusquement
porté sur la première marche du trône, et, de cette hauteur, il voyait
une France catholique à conquérir, non seulement sur des croyances et
des traditions séculaires encore toutes-puissantes, mais sur une
famille princière, féconde en hommes de guerre et en hommes d'Etat,
appuyée sur des alliances de premier ordre, et manifestement placée à
la tête de la Ligue. Quant aux Guises, la mort venait de supprimer un
obstacle redoutable sur la voie où leur politique de domination et
d'usurpation s'était déjà essayée; il ne leur restait plus qu'à
détruire, par la Ligue, et le pouvoir du dernier Valois et les chances
de succession de son héritier. C'est l'œuvre qu'ils vont tenter avec
une vigueur et une audace que ne déconcerteront pas les plus
sanglantes catastrophes, jusqu'à ce que l'abjuration vienne achever et
assurer la conquête du pays par leur royal adversaire.

Dès que la nouvelle de la mort de Monsieur fut connue, chaque parti
prit sa direction. Les Guises firent publier discrètement, en
attendant l'éclat prochain, le ban de leur croisade politique et
religieuse; le roi de France, qui les devinait, conçut, une fois de
plus, pour leur échapper, le dessein de convertir son beau-frère; et
le roi de Navarre, après les lettres de condoléance sur ce deuil de
famille, revendiqua sans délai, en qualité d'héritier présomptif, la
jouissance du privilège spécial de la _seconde personne du royaume_.
«Monseigneur, disait-il à Henri III, c'est chose accoutumée
d'ancienneté et que vos prédécesseurs rois ont observée dès longtemps,
qu'advenant qu'aucun prince du sang se trouvât le plus proche pour
tenir lieu de la seconde personne, ils lui font cette faveur de lui
donner permission de créer métiers ès villes du royaume ès quelles il
y a métiers jurés, pour rendre témoignage au peuple, par cette
gratification, du rang qu'il doit tenir en cas qu'il n'y ait enfant,
le déclarant et le faisant naître comme Fils de France, ainsi que l'a
très bien remarqué le feu greffier du Tillet (greffier en chef du
parlement de Paris) en ses Mémoires extraits du registre de votre
cour...--Je vous supplie très humblement, Monseigneur, me faire tant
de grâce que de m'octroyer vos lettres de provision... Ce sera chose,
combien qu'elle ne soit bien grande en soi, qui toutefois, pour la
conséquence, et selon la capacité du peuple, pourra servir à
l'encontre de mes ennemis, qui, par factions, ligues et menées, ne
tâchent qu'à se prévaloir contre moi, au préjudice et détriment de
votre autorité et de votre couronne.»

Henri III n'avait pas attendu cette lettre, ni même la mort de son
frère, pour tenter la démarche à laquelle nous venons de faire
allusion: il avait, dès le 15 mai, envoyé vers le roi de Navarre un de
ses grands favoris, le duc d'Epernon, surnommé l'archimignon par
L'Estoile, et qui fait dans l'histoire une figure à la fois si
hautaine et si louche[36]. Le duc avait pour mission de porter au
prince hérétique les plus cordiales paroles et les plus vives
instances de Henri III: le roi de Navarre n'en pouvait suspecter la
sincérité, car Du Plessis-Mornay, en mission à la cour, lui écrivait,
au mois d'avril: «S. M. ne feint point de dire que vous êtes
aujourd'hui la seconde personne de France. Ces jours passés, S. M.,
après son dîner, étant devant le feu, M. du Maine présent et grand
nombre de gentilshommes, dit ces mots: «Aujourd'hui je reconnais le
roi de Navarre pour mon seul et unique héritier. C'est un prince bien
né et de bon naturel. Mon naturel a toujours été de l'aimer, et je
sais qu'il m'aime. Il est un peu colère et piquant, mais le fond en
est bon.»

  [36] Appendice: XXV.

Epernon, reçu par Henri avec des égards particuliers, eut avec le roi,
à Pamiers, une longue conférence, à laquelle assistèrent Roquelaure,
Antoine Ferrier, chancelier de Navarre, et le ministre Marmet. Les
exhortations du duc étaient fondées sur des motifs de conscience,
d'intérêt et de politique. Roquelaure, catholique, était pour la
conversion, ne jugeant pas que le roi pût hésiter entre les psaumes de
Clément Marot et la couronne de France. Rien n'empêchait, au dire du
ministre, que le roi se présentât au pays, «la couronne d'une main et
les psaumes de l'autre». Antoine Ferrier se prononçait contre la
conversion, mais était d'avis que Henri marquât, par un voyage à la
cour, ses sentiments de fidélité et d'affection pour le roi de France.

Il est certain que le roi de Navarre fut vivement tenté, dès le
premier abord, de se rendre aux désirs de Henri III, pour ce qui
concernait le voyage à la cour de France, et qu'il sentit la force des
raisons qu'on faisait valoir pour le ramener à la religion de ses
ancêtres; mais, examinée à la lumière des circonstances politiques, la
double proposition lui parut inacceptable. Se convertir brusquement,
c'était sacrifier tout un parti, s'en attirer la haine, et le jeter
sous les ordres d'un autre chef, le prince de Condé, par exemple, qui
l'eût préparé à de nouvelles luttes, sans les tempéraments dont
n'avait jamais voulu se départir le roi de Navarre.

Il pouvait, sans doute, devenir effectivement «la seconde personne du
royaume», le lieutenant-général, presque l'égal de Henri III. Qu'y
gagnait-il et qu'y gagnait le pays? Les Guises n'abdiqueraient pas, ni
la Ligue, ni Condé. Il changeait de camp et modifiait, par là, sa
situation personnelle, mais sans assurer sa fortune dynastique et sans
accroître les chances d'une pacification générale: tout restait
problème pour le pays comme pour lui; seulement les données de ce
problème étaient bouleversées, ce qui en rendait la solution plus
périlleuse et plus douteuse. En somme, le roi de Navarre ne pouvait
donner à Henri III qu'une des satisfactions demandées; mais le fait
seul de sa présence à la cour l'eût infailliblement rendu suspect aux
yeux des calvinistes, sans désarmer les Guises ni la Ligue, sans
servir efficacement la cause du roi de France et celle de son
héritier. Il reçut avec respect et gratitude le message de Henri III,
se défendit de toute opiniâtreté aveugle en matière de religion, et,
protestant de son vif désir d'être toujours le premier et le plus
fidèle serviteur du roi de France, il prit le parti d'attendre une
paix honorable, si elle était possible, ou une guerre dont il ne fût
pas le provocateur.

La plus inviolable discrétion était commandée, ce semble, au sujet de
la conférence de Pamiers; mais Du Plessis-Mornay craignant, à la
réflexion, que des récits erronés et de nature à compromettre le roi
de Navarre n'en fussent publiés par les catholiques, par la cour de
France elle-même, dont il n'était pas déraisonnable de se méfier,
résolut de prendre les devants. Il en composa un «mémoire, avec tous
les raisonnements de part et d'autre», dit Mézeray, qui ajoute: «Mais
en pensant fortifier ceux de la religion, il fournit un ample sujet à
leurs ennemis de calomnier les deux rois et de donner de mauvaises
interprétations au voyage du duc d'Epernon. Ils disaient qu'il n'était
pas allé là pour convertir le roi de Navarre, mais pour le confirmer
dans son hérésie: car on voyait bien par le résultat de cette
conférence qu'il faisait gloire de demeurer obstiné dans son erreur;
qu'ainsi, lorsqu'il serait venu à la couronne, à laquelle le roi
lui-même lui frayait le chemin par l'oppression des princes
catholiques, les huguenots ayant la force en main renverseraient
l'ancienne religion. Leurs émissaires allaient semant ces calomnies
parmi les peuples, les prédicateurs les trompetaient séditieusement
dans les chaires, les confesseurs les suggéraient à l'oreille... Puis,
après avoir noirci l'honneur du roi par toutes les inventions dont ils
pouvaient s'aviser, ils n'oubliaient pas de recommander hautement la
piété, la valeur et la bonté des princes Lorrains, qu'ils nommaient
le vrai sang de Charlemagne, les boucliers de la religion, et les
pères du peuple, insinuant par là assez clairement qu'ils étaient plus
dignes de tenir le sceptre que celui qui le portait. Au souffle de ces
calomnies, les zélés, les simples et les factieux commencèrent à
frémir, à se soulever, à faire des assemblées aux champs et aux
villes, à enrôler des soldats, à désigner des chefs muets, au billet
desquels les enrôlés devaient se trouver à certain rendez-vous.»

La publication de ce mémoire fut une faute toute personnelle à Du
Plessis-Mornay et qu'il n'eût certes pas commise, s'il avait demandé
l'avis du roi de Navarre. Henri, blessé de cette indiscrétion, dont il
vit, tout de suite, la portée, s'en plaignit à son secrétaire, dans la
lettre suivante, datée de la fin du mois de septembre 1584: «J'ai
reçu, ce soir, la lettre et le mémoire que m'avez envoyés. J'eusse
désiré que me l'eussiez apporté vous-même... Venez-vous-en, je vous
prie, aussi vide de passion que vous êtes plein de vertu. Je sais que
vous m'aimez et qu'ayant parlé à moi, vous reconnaîtrez les erreurs
que vous avez faites, qui ne sont bienséantes ni aux uns ni aux
autres.»

La mort de Monsieur et la mission du duc d'Epernon opérèrent un
rapprochement sensible entre les deux rois. Henri III savait gré à son
beau-frère de l'avoir prévenu, l'année précédente, non seulement des
menées de Philippe II, mais encore des accointances de la Maison de
Lorraine avec la cour d'Espagne, et le roi de Navarre lui fit tenir,
dans la suite, beaucoup d'autres avis sur les «remuements» des Guises,
qu'il ne perdait jamais de vue. Si Henri III avait trouvé, dans son
conseil, les clartés et les résolutions qu'auraient dû y faire naître
les actes préliminaires qu'on lui dénonçait de toutes parts, il lui
eût été facile d'étouffer le monstre dans son berceau, comme dit
Mézeray; mais, dépourvu de toute énergie, il semblait toujours
rechercher, au lieu des raisons d'agir, celles de temporiser, fermant
le plus possible les yeux, pour avoir le droit de ne pas voir le mal.
On avait beau lui dire que la Ligue encombrait les chemins de
courriers, d'émissaires, de troupes même, que son esprit soufflait
ouvertement parmi les populations d'un grand nombre de villes: il se
laissait persuader par la reine-mère, toujours portée aux
demi-mesures, que c'étaient là des émotions passagères provoquées par
les bruits qui couraient sur l'organisation de la Ligue protestante;
si bien, qu'il se contenta de défendre, par un édit, les ligues
secrètes, les assemblées et enrôlements de gens de guerre. Ramener à
lui le roi de Navarre paraissait être la plus persistante de ses
idées. Il avait eu la pensée de donner à son favori Joyeuse le
gouvernement du Languedoc; mais Montmorency n'entendait pas le céder,
et, après beaucoup d'actes d'hostilité, le Languedoc allait devenir le
théâtre d'une guerre acharnée, lorsque le roi de Navarre, ayant obtenu
de Henri III l'autorisation de s'entremettre, parvint à concilier
Montmorency et Joyeuse. En échange de ce service, il sollicita
l'agrément de Henri III pour la tenue d'une assemblée déjà convoquée à
Montauban. «Le roi en fit quelque difficulté, dit Mézeray, tant parce
qu'il ne le pouvait faire sans donner sujet de murmure aux
catholiques, que parce que son conseil était offensé de ce qu'elle
avait été assignée auparavant que de la demander; néanmoins, désirant
le gratifier, il lui accorda cette requête, avec un don de cent mille
écus, et voulut que, de là en avant, il l'appelât «son maître» dans
ses lettres, comme il faisait autrefois, lorsqu'il était en cour
auprès de lui. Dans cette assemblée, se trouvèrent le prince de Condé,
le comte de Laval, le vicomte de Turenne, depuis quelques mois sorti
de la prison des Pays-Bas, Châtillon, et la plupart des seigneurs qui
professaient cette religion. Bellièvre y alla de la part du roi, pour
demander, entre autres choses, la restitution des places, mais il
trouva les courages bien résolus à ne les point rendre; et l'assemblée
envoya au roi, par Laval et Du Plessis-Mornay, un cahier de plaintes
contenant les inexécutions de l'Edit, qui tendaient à obtenir la
prolongation du terme, et semblaient dire que si on leur refusait une
si juste demande, ils seraient contraints de se mettre sur leurs
gardes. Le président Séguier, Villeroy et Bellièvre n'étaient point
d'avis qu'on leur accordât cette prolongation, parce que c'était
fortifier une religion qu'il fallait détruire, c'était diminuer
l'autorité royale, et fournir aux ligueurs un prétexte de troubler
l'Etat; et le roi était de lui-même porté à croire ce conseil, n'ayant
aucune inclination pour les religionnaires. Mais les persuasions du
duc d'Epernon, qui favorisait le roi de Navarre, et la crainte que lui
donnèrent les députés de la résolution opiniâtre de leur parti, le
firent condescendre, après de grandes répugnances, à leur laisser les
places encore deux ans; dont il leur fit expédier ses lettres à la fin
du mois de novembre.»

Comme le dit Mézeray, ce ne fut pas sans de nombreuses difficultés
que l'assemblée de Montauban trouva grâce, par ses cahiers, auprès de
Henri III, et, tout en profitant du succès obtenu, le roi de Navarre
n'en devint pas plus confiant dans l'avenir. Aussi, dans la lettre
qu'il adressa au roi, vers la fin de l'année 1584, pour le remercier
du bon accueil fait aux vœux et remontrances de l'assemblée, il
disait avec sa fine ironie: «Reste maintenant, Monseigneur, comme il a
plu à V. M. faire connaître cette sienne bonne volonté à ses très
humbles sujets, qu'aussi il lui plaise, par une même bonté, commander,
au plus tôt que ses affaires pourront le permettre, les expéditions
nécessaires pour leur en faire sortir les effets...» Fidèle à son
rôle, il affectait toujours de compter sur Henri III, mais il sentait
bien que toute cette bonne volonté était, comme d'habitude, eau bénite
de cour. Et, en effet, quelques jours après, il eut, plusieurs fois,
l'occasion de se plaindre à Matignon de diverses irrégularités, en
Languedoc, en Rouergue, en Quercy et en Périgord.

Les Guises, depuis quelque temps éloignés de la cour, n'attendaient
qu'un prétexte pour stimuler le zèle de la Ligue, déjà toute à leur
dévotion. Lorsqu'ils surent que Henri III venait d'accorder aux
calvinistes un délai de deux ans pour la remise des places de sûreté,
ils n'hésitèrent plus à développer leurs plans et à en presser
l'exécution. Le dernier jour de l'année 1584, par le traité de
Joinville, ils associent le roi d'Espagne à la Ligue, qu'il prend, en
quelque sorte, sous son patronage et à sa solde. Ce pacte éclaire
l'histoire des quinze années qui vont suivre; en voici le résumé:

«Les contractants, pour la conservation de la foi catholique, tant en
France qu'aux Pays-Bas, conclurent une confédération et ligue
offensive et défensive, perpétuelle et à toujours, pour eux et pour
leurs descendants, avec ces conditions: qu'arrivant la mort du roi
Henri III, le cardinal de Bourbon serait installé en sa place, comme
prince vraiment catholique et le plus proche héritier de la couronne,
en excluant entièrement et pour toujours tous les princes de France,
étant à présent hérétiques et relaps, et des autres ceux qui seraient
notoirement hérétiques, sans que nul pût jamais régner qui aurait été
infecté de ce venin ou le tolérerait dans le royaume; que le cardinal
venant à être roi renouvellerait le traité fait à Cambrai l'an 1558,
entre les rois de France et d'Espagne; qu'il ferait bannir par édit
public tous les hérétiques; que les princes français contractants
feraient observer en France les saints décrets du concile de Trente;
que le cardinal de Bourbon renoncerait pour lui et ses successeurs à
l'alliance du Turc; qu'ils donneraient ordre que toutes pirateries
cesseraient vers les Indes et îles adjacentes, empêcheraient que les
villes des Pays-Bas ne seraient plus mises aux mains des Français,
défendraient le commerce avec les rebelles des Pays-Bas, et
aideraient, par la force des armes, le roi catholique à réduire les
villes rebelles, et celle de Cambrai; que S. M. catholique, tandis que
la guerre durerait, fournirait aux princes français cinquante mille
pistoles par mois, dont il en avancerait quatre cent mille de fixe
mois en fixe mois; que le cardinal lui tiendrait compte de ces frais,
s'il parvenait à la couronne; que les contractants ne pourraient
jamais traiter avec S. M. très chrétienne, ni aucun autre prince, au
préjudice de cette Ligue; qu'il ferait garder place, pour signer, aux
ducs de Mercœur et de Nevers; qu'il se ferait deux originaux de ce
traité, dont l'un demeurerait à S. M. catholique, l'autre au cardinal,
qui se les enverraient mutuellement, dans le mois de mars, ratifiés,
signés et scellés de leurs sceaux, mais qu'il serait tenu secret
jusqu'à ce que les deux parties en consentissent la publication.»

Aussitôt, l'argent espagnol afflue dans les mains des Guises, et ils
s'en servent pour enrôler des troupes et acheter les consciences
hésitantes de quelques capitaines ou gouverneurs de places: la Ligue
est prête à s'affirmer partout. Les Guises, non contents d'avoir à
leurs ordres une armée française soudoyée par l'Espagne, négocient
avec la Suisse, dans les cantons catholiques, une forte levée; ils s'y
heurteront, quelques mois plus tard, à la diplomatie de la reine-mère
et à celle du roi de Navarre, Catherine conjurant les Suisses de
refuser leur secours aux princes lorrains, parce qu'elle se disposait
à faire la paix avec eux, et Henri s'efforçant de démontrer aux
cantons que l'intérêt religieux n'est pour rien dans la politique de
la Maison de Lorraine, et que, en la secourant, ils viennent en aide
aux alliés de la Maison d'Autriche, leur ennemie[37].

  [37] Appendice: XXIV.

Les Guises passaient, pour ainsi dire, la revue de leurs forces; mais
l'ambassade des insurgés des Pays-Bas, venant offrir à Henri III la
souveraineté de ces provinces, que la reine Elisabeth l'engageait
vivement à accepter, avança de beaucoup l'heure de la bataille. On
était alors au mois de février. Dans le courant de mars, le vieux
cardinal de Bourbon, oncle du roi de Navarre, prenant au sérieux le
rôle d'héritier présomptif et légitime de Henri III, que les Guises
lui avaient assigné dans leur comédie, prêta son nom aux premières
déclarations de la Ligue, où s'étalait un mélange indescriptible de
vues factieuses et de religieuses déclamations[38].

  [38] Appendice: XXVI.

Au bruit de ces appels à une nouvelle guerre civile, les ligueurs
prennent les armes, s'assurent d'un grand nombre de places, échouent
sur quelques points importants, notamment à Marseille et à Bordeaux,
mais s'emparent successivement de Châlon-sur-Saône, de Lyon, de Verdun
et de Toul. Les voilà en marche: ils ne feront plus halte qu'au mois
de juillet, à la signature du traité de Nemours, qui leur livre tout
ce que la cour pouvait leur livrer de la France.



CHAPITRE IV

  Entrevue, à Castres, du roi de Navarre et du maréchal de
    Montmorency.--L'avis de Henri III.--Offres du roi de Navarre au
    roi de France.--L'assemblée de Guîtres et ses
    résolutions.--Négociations de Ségur en Angleterre et en
    Allemagne.--Déclaration de Henri.--Les hostilités de la reine
    de Navarre.--Surprise de Bourg par la Ligue.--Prise du
    Bec-d'Ambès par Matignon.--Gabarret.


Le roi de Navarre ne restait pas témoin muet et inactif des mouvements
que nous venons d'indiquer. Il avait des agents à la cour de France,
et surveillait par eux les actes et les projets du roi et ceux de la
Ligue. Aussi, tout en travaillant à pacifier le Languedoc et, par
conséquent, à se lier de plus en plus avec Montmorency, et échangeant
avec Matignon des réclamations de toute sorte sur les infractions aux
édits ou les actes arbitraires, il s'efforçait de se ménager des
ressources autour de lui et à l'étranger. En attendant le retour de
Ségur, qui lui disait, d'Angleterre, avoir reçu des promesses
formelles de secours, il se rendit à Montauban et à Castres, pour
donner ordre à quelques affaires, mais surtout pour jeter les bases
d'un pacte avec le gouverneur de Languedoc. «Il arriva à Montauban, le
14 mars 1585, accompagné, dit le Journal de Faurin, du prince de Condé
et du vicomte de Turenne, ayant couché, la nuit précédente, à
Puylaurens. Les consuls lui présentèrent les clefs de la ville et le
dais, sous lequel il se mit.» Ce fut à Castres que le roi et le duc se
rencontrèrent. Ils allèrent au prêche ensemble, le duc y laissant le
roi. C'était une bravade dont Montmorency marqua le caractère en ces
termes: «Le Premier Président de Toulouse (soupçonné d'appartenir à la
Ligue) ne sera pas longtemps sans savoir que j'ai été au prêche.» Il
revint, à la fin du prêche, pour accompagner le roi chez lui. Après
cette entrevue, qui dura huit jours, Henri retourna à Montauban, le 27
mars.

Le roi de Navarre était à Castres, le 23 mars, lorsqu'il reçut de
Henri III la lettre suivante: «Mon frère, je vous avise que _je n'ai
pu empêcher_, quelque résistance que j'aie faite, _les mauvais
desseins du duc de Guise_. Il est armé, tenez-vous sur vos gardes, et
n'attendez rien. J'ai entendu que vous étiez à Castres, avec mon
cousin, le duc de Montmorency; ce dont je suis bien aise, afin que
vous pourvoyiez à vos affaires; je vous envoyerai un gentilhomme à
Montauban, qui vous avertira de ma volonté.» Que n'y avait-il pas à
répondre à ces aveux presque cyniques de faiblesse, et disons le vrai
mot, de lâcheté? Le roi de Navarre ne perdit pas le temps à en
triompher. Dans sa réponse, qui fait directement allusion à l'ambition
forcenée des Guises et au caractère factieux de la Ligue, il se plaint
de n'être pas ouvertement employé, par le roi de France, pour la
défense des droits de la couronne et des intérêts du pays, et il
supplie Henri III de lui donner l'occasion de marcher à la tête de ses
serviteurs. Cette lettre fut écrite de Bergerac, d'où il en adressa
quelques autres roulant sur le même sujet, une surtout, dans laquelle
il déplorait le massacre d'Alais, où une centaine de protestants,
rappelés de l'exil par les soins de Montmorency, avaient été égorgés,
à l'instigation, disait-on, des partisans du duc de Joyeuse.

Henri s'était rendu à Bergerac, pour y préparer la convocation d'une
assemblée. Il fut décidé qu'elle serait tenue à Guîtres, le 30 mai,
dans une des salles de l'abbaye. On se réunissait sous le coup de
l'étrange lettre de Henri III, reçue à Castres, et du message de ce
gentilhomme dont elle avait annoncé l'arrivée. L'envoyé de Henri III
avait demandé au roi de Navarre de laisser combattre, sans leur chef,
ses soldats, sous les drapeaux du roi de France. Fallait-il accéder à
cette proposition inouïe? et, si on la repoussait, fallait-il faire à
la paix tous les sacrifices, ou se résoudre à la guerre? Henri posa
ces questions dans une courte harangue, devant soixante personnes
environ, parmi lesquelles plusieurs officiers de haut rang. «Si
j'eusse cru, mes amis, dit-il, que les affaires qui se présentent n'en
eussent voulu qu'à ma tête, que la ruine de mon bien, la diminution de
mes intérêts et de tout ce qui m'est le plus cher, hors l'honneur,
vous eût apporté tranquillité et sûreté, vous n'eussiez point eu de
mes nouvelles, et avec l'avis et assistance de mes serviteurs
particuliers, j'eusse, aux dépens de ma vie, arrêté les ennemis; mais
étant question de la conservation ou ruine de toutes les Eglises
réformées et, par là, de la gloire de Dieu, j'ai pensé devoir
délibérer avec vous de ce qui vous touche. Ce qui se présente le
premier à traiter est si nous devons avoir les mains croisées durant
le débat de nos ennemis, envoyer tous nos gens de guerre dedans les
armées du roi, sans nom et sans autorité, qui est une opinion en la
bouche et au cœur de plusieurs; ou bien si nous devons, avec armes
séparées, secourir le roi et prendre les occasions qui se présenteront
pour notre affermissement. Voilà sur quoi je prie un chacun de cette
compagnie vouloir donner son avis sans particulière passion.»

L'unanimité ne se fit qu'après une vive discussion. Turenne parla le
premier, et se déclara contre la prise d'armes, appuyé par une
vingtaine de voix. Mais la plupart des assistants partageaient
l'opinion présumée de Henri, et d'Aubigné, qui la connaissait, la fit
triompher. On prit la résolution de s'opposer aux ligueurs, dans la
mesure indiquée par le roi. Les régiments de Lorges, d'Aubigné,
Saint-Seurin et Charbonnières reçurent aussitôt l'ordre de se diriger
vers la Saintonge et le Poitou, et de marcher sous le commandement du
prince de Condé; le roi de Navarre laissa Bergerac, Sainte-Foy,
Castillon et quelques autres places plus éloignées sous la garde du
vicomte de Turenne, et retourna à Montauban.

Ségur, le principal négociateur du roi de Navarre à l'étranger, était
revenu d'Angleterre, au commencement du printemps, avec les promesses
de secours dont il avait donné avis dans sa correspondance; mais la
situation s'étant aggravée au point que l'on sait, il importait que
ces promesses fussent tenues, dans le plus bref délai. Aussi, à peine
arrivé, Ségur dut-il reprendre le chemin de la cour d'Elisabeth, pour
presser la conclusion de cette grave affaire[39]. En arrivant à
Londres, Ségur écrivit à la reine, pour lui rappeler la promesse,
qu'elle avait faite au roi de Navarre, de mettre à sa disposition une
forte somme; mais Elisabeth lui fit savoir qu'elle préférait enrôler
elle-même des troupes en Allemagne, et ce désaccord suspendit les
négociations. Plus tard, au mois d'octobre, Ségur, n'ayant encore que
des promesses, reçut l'ordre de passer d'Angleterre en Allemagne, pour
voir quelles ressources on pouvait s'y procurer avec l'argent anglais,
et, en même temps, Clervaux, autre négociateur de Henri, s'ingéniait,
en Suisse, à préparer une levée. Au bout de neuf à dix mois, en mai
1586, Ségur n'avait encore obtenu rien de décisif: les princes
allemands délibéraient au sujet d'une ambassade qu'ils voulaient
envoyer à Henri III, pour essayer, par là, de pacifier les esprits en
France, avant d'y entrer en armes. Les «secours» n'arrivèrent qu'en
1587, ne purent se joindre à l'armée du roi de Navarre, et furent
presque anéantis, sans avoir rien fait d'utile pour la cause. Pour le
moment, Henri les attendait, et hâtait, de tous ses vœux, leur
arrivée; mais bien lui prit de ne pas compter sur eux pour se mettre
en défense.

  [39] Appendice: XXIV.

Il y déploya beaucoup d'activité, sans aucune précipitation. C'était
toujours sa politique, lorsqu'il devait lutter contre le roi de
France, que de rester, ou de sembler rester sur la défensive, et
d'affecter, jusqu'à la dernière heure, quelque espoir d'accommodement.
C'est ainsi que, de Bergerac, le 10 juin 1585, nous le voyons adresser
à Henri III copie d'une déclaration dans laquelle il fait l'apologie
de sa conduite, et qu'il lui demande l'autorisation d'envoyer à toutes
les cours de parlement de France. Dans ce manifeste, «après s'être
purgé des noms injurieux de perturbateur du repos public, d'hérétique,
de persécuteur de l'Eglise, de relaps, et d'incapable de la couronne,
Henri déclarait au roi de France, à tous Ordres et Etats du royaume, à
tous princes de la chrétienté temporels ou ecclésiastiques, que, pour
sa religion, il était et serait toujours prêt à se soumettre à la
décision d'un légitime concile général ou national, comme il était
porté par les édits de pacification; que pour l'administration de
l'Etat, il acquiesçait à ce qui en serait ordonné en une légitime
assemblée des Etats-Généraux de ce royaume.» Puis venait un éclatant
défi, qui fut comme le dernier cri de la chevalerie française:
«D'autant que les chefs de la Ligue l'avaient pris pour sujet et
prétexte de leurs armes, et tâchaient de faire croire qu'ils n'en
voulaient qu'à lui, semant dans leurs protestations diverses calomnies
contre son honneur, il suppliait le roi de ne point trouver mauvais
qu'il dît et prononçât qu'ils avaient menti; de plus, que, pour
épargner le sang de la noblesse et éviter la désolation du pauvre
peuple, la confusion et le désordre de tous les Etats, il offrait au
duc de Guise, chef de la Ligue, de vider cette querelle de sa personne
à la sienne, un à un, deux à deux, dix à dix, vingt à vingt, en tel
nombre que le sieur de Guise voudrait, avec armes usitées entre
chevaliers d'honneur, soit dans le royaume, au lieu qu'il plairait à
S. M. de nommer, soit dehors, en tel endroit que Guise voudrait
choisir, pourvu qu'il ne fût point suspect aux uns ni aux autres.» Ce
défi produisit un grand effet, mais fut décliné par celui auquel il
s'adressait: le duc de Guise s'excusa respectueusement, avec
remercîment de l'honneur qui lui était fait, mais qu'il ne pouvait
accepter, dit-il, parce qu'il soutenait la cause de la religion, et
non une querelle particulière.

C'était l'heure où Henri III, s'abandonnant aux conseils de Catherine
de Médicis, faisait avec la Ligue une alliance dont les engagements,
publiés seulement au mois de juillet, furent promptement divulgués par
les soins de ceux des contractants qui avaient le beau rôle.

A la première nouvelle de cette victoire diplomatique de la Ligue et
des Guises, il y eut comme un ébranlement général dans les esprits,
surtout en Guienne. Quelque temps auparavant, le maréchal de Matignon
avait mis la main sur le Château-Trompette, qu'il suspectait de
connivence avec les ligueurs. Il eut bientôt à se préoccuper des
entreprises de la reine de Navarre, décidément brouillée avec son
mari. Marguerite venait de quitter Nérac et de se fortifier dans Agen,
soutenue par Duras. Voyant arriver la confusion, elle y voulut aider,
en faisant, elle aussi, sa petite guerre de Ligue, à la fois contre le
roi de France et contre le roi de Navarre, et devenant ainsi le
précurseur des princesses de la Fronde. Nous aurons à mentionner
bientôt sa misérable chute. Matignon faisait observer les mouvements
de cette turbulente héroïne, lorsque la Ligue fit soudain une
conquête, presque aux portes de Bordeaux. Saint-Gelais de Lansac
couvait de l'œil, depuis plusieurs mois, la ville de Bourg, et le roi
de Navarre, informé de ses menées, les avait dénoncées à Matignon, qui
n'en tint pas compte. Au mois de juin, Bourg fut enlevé par un coup de
main, et Matignon ayant annoncé cette nouvelle au roi de Navarre:
«J'ai entendu, répondit Henri, ce que vous m'avez mandé de la prise de
Bourg par les rebelles; c'est chose que j'ai prévue et dont j'ai donné
quelquefois des avis, à quoi on aurait pu prévoir autrement qu'on n'a
fait jusqu'ici». Ce qu'il y eut de fâcheux pour Matignon, c'est qu'il
ne put jamais reprendre Bourg, parce que le duc d'Epernon, selon le
récit de Brantôme, ayant, dans la suite, chassé les ligueurs de cette
place, refusa de la remettre aux mains qui l'avaient si mal protégée,
et la garda jusqu'en 1590, où il se décida, sur l'ordre de Henri IV, à
y laisser entrer la garnison de Matignon[40].

  [40] Appendice: XXVII.

Le maréchal, ne pouvant reprendre Bourg, voulut, du moins, s'opposer à
une autre entreprise de Lansac. Ce capitaine avait fait construire, au
Bec-d'Ambès, un fort destiné à donner plus d'importance à la conquête
de Bourg et à lui servir de poste avancé dans le Bordelais. Une lettre
de Matignon à Henri III, datée du 30 juin, contient le récit de la
prise et de la destruction de ce fort, dont la garnison, quoique
aguerrie, ne fit aucune résistance sérieuse. Les assiégés y perdirent
une trentaine d'hommes, et laissèrent, entre les mains du maréchal,
quarante prisonniers, au nombre desquels se trouvait le fameux
Gabarret. C'était un aventurier de la pire espèce, qui avait mérité
cent fois la corde, par toutes sortes de crimes, notamment par un
projet d'attentat contre la vie du roi de Navarre. Matignon aurait dû,
sans délai, livrer Gabarret à la justice, mais on ne voit pas dans
l'histoire que cet insigne malfaiteur ait eu la fin qu'il
méritait[41].

  [41] Appendice: XXVIII.



CHAPITRE V

  Le traité de Nemours.--Les «funérailles en robe
    d'écarlate».--Alliance définitive du roi de Navarre et du
    maréchal de Montmorency.--Préparatifs de Henri.--Lettre à Henri
    III.--La guerre de la reine Marguerite.--Elle est chassée
    d'Agen.--Sa chute.--Les Seize.--Les Guises somment Henri III de
    faire la guerre au roi de Navarre.--Nouvelle démarche de Henri
    III auprès de son beau-frère.--Insuccès de cette démarche.--Le
    manifeste de Saint-Paul-Cap-de-Joux.


Le traité de Nemours, dont la France entière connaissait déjà les
principales clauses, n'était pas encore signé, mais on a vu que Henri
n'avait pas attendu d'en avoir le texte authentique sous les yeux,
pour se préparer, de toutes façons, à la lutte. Plus elle était
imminente, plus il redoublait d'activité et même d'assurance. Le 8
juillet, au moment, pour ainsi dire, où s'échangeaient les
signatures,--elles furent données le 7--il écrivait à Ségur: «La hâte
de nos ennemis est aussi grande à nous nuire que leur perfidie et
méchanceté. Vous loueriez beaucoup notre résolution, si la voyiez.
Nous avons _prou pour nous défendre_; amenez-nous de quoi les battre.»
Rien ne vint à temps, et il les battit tout de même. Dans cette crise,
où il se dépensait et se multipliait, avec une ardeur prodigieuse, il
ne perdit, un seul instant, ni son sang-froid, ni sa gaîté. Sa lettre
à Ségur contient un _post-scriptum_ d'une bonne humeur et d'une
familiarité bouffonnes: «Excusez-moi, si je ne vous écris de ma main;
j'ai tant d'affaires, que je n'ai pas le loisir de me moucher.»

Et pourtant, cet homme, qui sortait à peine de la jeunesse, et que
tant d'épreuves, de malheurs et de dangers avaient rendu souple et
fort comme l'acier le mieux trempé, ce prince déjà prêt à supporter
tous les coups du sort, parce que, ayant triomphé de la plupart
d'entre eux, il pensait n'en avoir plus aucun à redouter, ce
vaillant, en un mot, eut un instant de terrible angoisse, quand le
traité définitif de Nemours lui fut mis sous les yeux. Ce traité, il
l'avait jugé odieux et intolérable, d'après ce qui en avait transpiré;
mais il n'en connaissait qu'à moitié la formidable économie.

En vertu de ce pacte[42], on rétablissait partout la religion
catholique, on retirait aux religionnaires les libertés et les droits
assurés par les divers édits de pacification, on bannissait leurs
ministres, on supprimait les chambres mi-parties, on donnait aux
princes ligués des gardes pour leurs personnes, les places qu'ils
demandaient: Châlons, Toul, Verdun, Saint-Dizier, Reims, Soissons,
Dijon, Beaune, Rue en Picardie, Dinan et Le Conquet, en Bretagne, et
l'argent qu'ils demandaient, plus de quatre cent mille écus. Le
traité, signé de Catherine de Médicis, du cardinal de Bourbon, du
cardinal et du duc de Guise et du duc de Mayenne, fut approuvé par
lettres-patentes, et, sur l'opposition du parlement, enregistré, le 18
juillet, en lit de justice. «J'ai grand'peur, dit Henri III, à la vue
de ce document inouï, que, en voulant perdre le prêche, nous ne
hasardions fort la messe.» Et, au retour du lit de justice, il ajouta:
«Mon autorité vient d'expirer en ce lit, et le parlement en a célébré
les funérailles en robes d'écarlate». Le traité de Nemours, c'était
d'abord la monarchie «à pied», comme dit L'Estoile, traitant avec la
Ligue «à cheval», c'est-à-dire ployant le genou devant les Guises et
leur livrant la France; puis, c'était la proscription des calvinistes,
et enfin, la guerre civile.

  [42] Appendice: XXIX.

L'historiographe Pierre Mathieu dit tenir du roi de Navarre que sa
moustache blanchit soudain, après une douloureuse méditation sur le
traité de Nemours. Néanmoins, son cœur ne faiblit pas. Dès le 15
juillet, ses lettres partent dans toutes les directions, pour annoncer
la grande nouvelle, réconforter les esprits, recommander la vigilance.
Un de ces messages doit être particulièrement noté: il s'adressait aux
consuls de la ville de Castres, à qui le roi de Navarre conseille de
prendre, pour leur sûreté, les bons avis de Montmorency. A dater de ce
moment, il s'établit entre le roi et le duc la plus intime et la plus
salutaire union. En s'appuyant l'un sur l'autre, ils constituèrent
aussitôt, en attendant mieux, une force de résistance pour leur cause.

Si Henri lançait ses courriers sur tous les chemins, à l'adresse des
princes étrangers, de ses négociateurs et de ses gouverneurs ou autres
officiers, il ne menait pas lui-même une existence de cabinet. De
Saintonge en Armagnac, des frontières du Languedoc à celles du Poitou,
de Guienne en Béarn, il était toujours en mouvement, à la fois
général, sergent d'armes et administrateur; s'assurant du bon état des
places, pourvoyant, autant que possible, aux besoins de leur armement,
traçant aux troupes leur itinéraire, fixant leurs rendez-vous, réglant
enfin tous les détails de l'entrée en campagne; et, sans illusion sur
les desseins de la cour et les projets des Guises, il s'efforçait de
ne rien laisser au hasard. Sa dernière lettre à Henri III, dans
laquelle il mêle encore la discussion à la protestation, est datée de
Bergerac, 21 juillet. Il rappelle au roi de France de précédentes
déclarations, toutes en sa faveur, à lui, Henri de Bourbon, et qui
portent la condamnation de la Ligue et des Guises. Il retrace la
situation que lui crée le traité de Nemours, et ajoute: «Je laisse à
penser à V. M. en quel labyrinthe je me trouve et quelle espérance me
peut plus rester qu'au désespoir. J'ai fait ouvertement à V. M. les
plus équitables offres qui se peuvent faire pour la paix publique et
générale, pour votre repos et le soulagement de vos sujets.» Il
rappelle ces offres, surtout celle de «quitter son gouvernement et
toutes ses places, à condition que les Guises et la Ligue fassent le
semblable, pour ne retarder la paix de l'Etat». Il revient sur son
défi au duc, et termine en disant que, si le sort en est jeté, il le
déplore pour la couronne et pour le pays, mais qu'il espère «en la
justice de sa cause et en Dieu, qui lui doublera le cœur et les
moyens contre tous ses ennemis, qui sont ceux du roi et de la France».

Vers la mi-août, l'Agenais, où s'était déjà manifestée une assez
vive agitation, causée par les entreprises de la reine Marguerite,
devint le théâtre de la petite guerre à laquelle nous avons fait
allusion plus haut. Les dispositions hostiles de la reine de Navarre
s'affirmèrent, et ses troupes entrèrent en campagne. Une tentative
qu'elles firent sur Tonneins fut châtiée par Henri en personne; il
leur tua un capitaine, un enseigne et une centaine de soldats,
battant ainsi, du même coup, et sa femme et la Ligue. Marguerite
essaya de prendre sa revanche sur Villeneuve, mais elle y échoua
honteusement[43]. Rien ne lui réussit, et sa bonne ville d'Agen, où
elle s'était établie plutôt de force que de gré, finit par la prendre
en haine, elle et les Duras, ses tenants, si bien, que le maréchal de
Matignon ayant marché sur Agen, pour avoir raison, au nom du roi de
France, des hostilités de la reine de Navarre, cette ville saisit
l'occasion et se souleva. Marguerite dut s'enfuir précipitamment, en
piètre équipage, avec ses courtisans et ses dames. A dater de cette
fuite, la belle Marguerite de Valois sort de l'histoire pour entrer,
pour s'abîmer dans la chronique scandaleuse d'un temps si fertile en
scandales.

  [43] Appendice: XXX.

Le traité de Nemours mettait la monarchie française aux ordres des
Guises. Il n'avait cependant pas stipulé que Henri III ferait la
guerre au roi de Navarre et au parti calviniste; mais les Guises se
sentirent bientôt assez forts pour l'exiger. Il s'était formé dans
Paris, d'abord à leur insu, cette association connue dans l'histoire
sous le nom de «Ligue des Seize», composée de laïques et
d'ecclésiastiques, et qui se proposait un triple but: propager les
idées de la Ligue au sein de la population parisienne et dans les
provinces, donner une direction à toutes les associations et à tous
les actes isolés, et, par la concentration des pouvoirs, accroître,
dans d'immenses proportions, les forces de cette puissance factieuse.
La Ligue était un Etat dans l'Etat, si même elle ne s'y substituait
complètement. Les Seize tendaient à absorber la Ligue, ce qu'ils
firent plus tard. Les Guises approuvèrent l'œuvre des Seize, dès que
son organisation fut complète, et que les premiers résultats en
démontrèrent l'efficacité. Maîtres de Paris, et se croyant en mesure
d'avoir bientôt presque toute la France dans leur camp, les Guises
agirent alors auprès de Henri III, pour le décider à faire lui-même la
guerre au «Béarnais» et à ses alliés.

Le roi de France, avant d'obéir aux sommations de la Ligue, voulut
tenter un dernier effort auprès du roi de Navarre. Il lui envoya une
députation composée de l'abbé Philippe de Lenoncourt, plus tard
cardinal, de M. de Poigny, et du président Brulart de Sillery. «Au
départ de cette députation, dit P. de L'Estoile, on faisait déjà à
Paris l'épitaphe du roi de Navarre, parce qu'on disait qu'il serait
incontinent bloqué et pris; et toutefois beaucoup trouvaient
l'instruction étrange qu'on lui voulait donner pour sa conversion, qui
était avec l'épée sur la gorge. Aussi madame d'Uzès, voyant qu'à la
queue de ceux qu'on y envoyait pour cet effet, il y avait une armée,
ne put se tenir de dire au roi, en gossant à sa manière accoutumée,
en présence de plusieurs ligueurs qui étaient là, «qu'elle voyait bien
que l'instruction du Béarnais était toute faite et qu'il pouvait bien
disposer de sa conscience, puisque à la queue des confesseurs qu'on
lui envoyait, il y avait un bourreau».

La députation arriva, le 25 août 1585, à Nérac, où se trouvait Henri,
accablé de travaux et de préoccupations, mais ferme et confiant. Les
députés avaient pour mission de conjurer, une dernière fois, le roi de
Navarre de rendre les places de sûreté, de révoquer les ordres qu'il
avait donnés pour une levée en Allemagne, et de se faire catholique,
dans l'intérêt de la succession au trône, le cas échéant, ou, tout au
moins, de suspendre, durant dix mois, l'exercice de la religion
réformée. De Thou nous a conservé l'analyse détaillée de la réponse du
roi de Navarre au discours de l'abbé de Lenoncourt. «Le roi répondit
aux ambassadeurs qu'il était infiniment redevable à S. M. des
favorables dispositions où elle était à son égard et des témoignages
honorables qu'elle voulait bien lui en donner; qu'au reste, il était
sensiblement mortifié de ce que ce prince n'avait pas mieux aimé
accepter ses services, comme il l'aurait fait, s'il eût été mieux
conseillé, que se livrer au caprice de gens qu'il regardait avec
raison comme ennemis de sa personne et de son Etat, et de leur prêter
même des armes par sa trop grande bonté, pour l'obliger à entreprendre
malgré lui la guerre la plus injuste. Qu'il remerciait S. M. du soin
qu'elle paraissait prendre de son salut, mais qu'il la priait de faire
réflexion s'il y aurait de la justice ou de l'honneur pour lui
d'abandonner, pour des motifs de crainte et d'espérance, une religion
dans laquelle il avait été élevé...; que cependant il ne refuserait
pas de se faire instruire et de changer, s'il était dans le mauvais
chemin, non plus que de se soumettre à la décision d'un concile
libre... Que pour ce qui était des villes de sûreté accordées aux
protestants, il était inutile de leur en demander la restitution dans
un temps où on ne pourrait les accuser d'injustice quand ils en
demanderaient de nouvelles, afin de pouvoir se mettre à couvert des
fureurs de la guerre pour laquelle les ennemis du repos public
faisaient de si grands préparatifs. Qu'enfin il importait peu, pour la
tranquillité de l'Etat, qu'il suspendît pour un temps l'exercice de la
religion protestante, et qu'elle avait jeté en France des racines trop
profondes, à l'abri des précédents édits, pour pouvoir espérer que
celui que les factieux venaient d'extorquer de S. M. fût capable de
l'exterminer ainsi en un instant.»

Le lendemain, Henri congédiait la députation, en lui remettant pour
son beau-frère cette déclaration courtoise, dont la correction
irréprochable dut être plus sensible à Henri III que ne l'eût été une
violente protestation: «Je penserais offenser la suffisance (capacité)
de MM. de Lenoncourt, de Poigny et président Brulart, si je voulais,
par cette lettre, discourir et faire entendre à V. M. ce qui s'est
passé entre eux et moi. Je suis bien marri que je ne suis accommodé en
toutes les choses qu'ils m'ont proposées de la part de V. M., pour
laquelle et son contentement je voudrois accommoder et employer ma vie
propre; mais je me promets tant de sa bonté et prudence, qu'elle en
trouvera les occasions raisonnables.»

Henri, comme on le voit, restait toujours fidèle à sa politique envers
la couronne. Jamais il n'avait consenti, et il ne consentit jamais,
dans la suite, à répondre en ennemi ou même en adversaire aux actes
d'hostilité de Henri III. Il ne gardait pas seulement cette attitude
dans ses lettres au roi de France ou dans ses déclarations aux envoyés
de ce prince, mais encore dans tous les documents par lesquels il
exprimait publiquement sa pensée.

Au commencement du mois d'août, par exemple, il avait eu, à
Saint-Paul-Cap-de-Joux, dans le Lauraguais, une entrevue avec le
prince de Condé et le duc de Montmorency, d'où il sortit un manifeste
signé des deux princes. Dans ce manifeste, il dénonce les visées de la
Maison de Lorraine, il fait l'apologie de sa propre conduite, et
déclare ne tenir pour ennemis que les chefs de la Ligue, qui sont
«ennemis de la Maison de France et de l'Etat, tels que, peu
auparavant, le roi les avait déclarés[44]».

  [44] Appendice: XXXI.



CHAPITRE VI

  Sixte-Quint et la Ligue.--La bulle du 9 septembre 1585 contre le
    roi de Navarre et le prince de Condé.--Réponse de Henri à la
    bulle.--Début de la «guerre des Trois Henri».--Condé reprend
    les armes en Poitou et en Saintonge.--Il assiège Brouage.--Sa
    désastreuse expédition dans l'Anjou.--Henri III se décide à
    faire la guerre aux calvinistes.--Formation de trois armées
    royales.--Energie du roi de Navarre.--La comtesse de
    Gramont.--Son caractère; son dévouement au roi de Navarre; son
    rôle.--Voyage de Henri à Montauban.


Après le départ des envoyés de la cour, Henri venait d'expédier à tous
les princes protestants et à divers personnages la copie de la
protestation collective dont nous venons de parler, lorsque les
foudres du Vatican grondèrent sur sa tête. Le pape Grégoire XIII était
mort, au mois d'avril. Le Père Daniel rapporte que, «peu de jours
avant sa mort, s'entretenant avec le cardinal d'Este, il lui dit que
les Ligués de France n'auraient jamais ni bulle, ni bref de lui,
d'autant qu'il ne voyait pas assez clair dans cette intrigue.
Toutefois la conduite qu'il tint à cet égard autorisa extrêmement la
faction, et la condescendance qu'il eut de laisser mettre son nom par
le cardinal de Bourbon à la tête de la liste des souverains qui y
entraient, fit un étrange effet sur les catholiques». Le successeur de
Grégoire, Sixte-Quint, n'hésita pas à désapprouver hautement la Ligue,
dont il condamnait l'esprit et les vues factieuses; il donna même une
bulle que le duc de Nevers, de passage à Rome, fut chargé de remettre
à Henri III, par laquelle «il excommuniait en même temps ceux qui
donneraient des secours aux huguenots, _et ceux qui entreprendraient
quelque chose contre le roi et contre son royaume_». C'était viser la
Ligue en pleine poitrine; mais les intéressés ne virent là que ce
qu'ils voulaient voir. Cette première bulle n'eut aucun
retentissement. Il n'en fut pas de même de celle que donna le Pape,
cinq jours après, le 9 septembre 1585. Elle excommuniait le roi de
Navarre et le prince de Condé, les privait, eux et leurs successeurs,
de tous leurs Etats, spécialement du droit de succéder à la couronne
de France, et déliait leurs vassaux et sujets de leur serment de
fidélité. Par cette bulle, le Saint-Père n'entendait pas venir en aide
à la Ligue, qu'il ne mentionnait pas; mais la coïncidence était
précieuse pour les factieux: le Pape lançait les foudres spirituelles
contre les princes qu'ils voulaient terrasser par leurs armes, afin
qu'il n'y eût plus personne entre le trône de France et eux. La Ligue,
antérieurement désavouée par Sixte-Quint, allait probablement lui
devoir son triomphe.

Le Père Daniel assure que le roi de Navarre répondit à la bulle par
quatre manifestes: c'est une erreur. Henri fit à l'anathème du
Saint-Siège deux réponses: l'une indirecte et adressée «à MM. de la
Faculté de théologie du Collège de Sorbonne[45]»; l'autre directe, et
qui, au mois d'octobre ou de novembre, fut affichée aux portes mêmes
du Vatican. Le Père Daniel dit, au sujet de cet écrit: «Il y appelait
comme d'abus de cette bulle au parlement et au concile général, et il
implorait le secours des souverains, qui devaient tous s'intéresser
dans sa cause, par l'injure que le Pape faisait à l'autorité royale,
en s'attribuant la puissance de disposer des couronnes et le droit de
décider sur de tels différends. On dit que Sixte-Quint, quoiqu'il
n'eût pas sujet d'être satisfait de cette insulte, ne la blâma pas, et
qu'à cette occasion il dit au marquis de Pisany (ambassadeur de
France) qu'il serait à souhaiter que le roi son maître eût autant de
résolution contre ses ennemis que le roi de Navarre en faisait
paraître contre ceux qui haïssaient son hérésie: ce qui est assez
conforme à ce qu'on a écrit dans la vie de ce Pape, que, de tous les
souverains de la chrétienté, il n'estimait guère que ce prince et
Elisabeth, reine d'Angleterre.»

  [45] Appendice: XXXII.

Quant à la lettre à MM. de la Sorbonne, datée de Mont-de-Marsan, 11
octobre 1585, c'est une dissertation à la fois politique et
théologique, et qui exprimait sans doute les sentiments du roi de
Navarre, mais dont la rédaction était de Du Plessis-Mornay, en voie de
mériter son surnom de «pape huguenot». Il faut noter, d'ailleurs, que
la bulle de Sixte-Quint ne fut accueillie avec satisfaction que par la
Ligue. Le parlement de Paris n'était pas loin d'y voir un attentat
contre la couronne, et Henri III lui-même se montra plus mécontent que
satisfait du décret pontifical.

Le prince de Condé, toujours pressé d'en venir aux mains, commença,
dès le mois de septembre, les hostilités dans le Poitou. Il y trouva
devant lui le duc de Mercœur, gouverneur de Bretagne, et le rejeta
dans son gouvernement; puis, descendant vers la Saintonge, il mit le
siège devant Brouage, vaillamment défendu par Saint-Luc, mais dont il
se fût rendu maître, selon toute apparence, si la nouvelle d'un coup
de main tenté par les protestants sur Angers n'était venue modifier
ses plans. La citadelle d'Angers avait été surprise par une poignée de
religionnaires, qui réclamaient de prompts secours. Le prince prit
deux mille chevaux, laissa le commandement du siège à un de ses
lieutenants, et courut à Angers. Il y arriva trop tard: ses amis
avaient capitulé. Condé fit une tentative désespérée sur les faubourgs
de la ville, et fut obligé de battre en retraite. Ce fut une
débandade, dans laquelle il eut beaucoup de peine à se sauver; il
passa de Normandie en Angleterre, d'où la reine le fit reconduire à La
Rochelle. Pendant cette retraite désastreuse, le reste de son armée
était contraint de lever le siège de Brouage, à l'approche de l'armée
de Matignon manœuvrant pour faire sa jonction avec celle de Mayenne,
qui, à son tour, en s'avançant dans le midi, interrompit les succès de
Turenne en Limousin, où il s'était emparé de la ville de Tulle. A ce
moment, Lesdiguières parcourait victorieusement le Dauphiné et les
contrées voisines; il prenait Chorgues, Montélimar, Embrun, et se
mettait en mesure de tenir tête à l'armée que menait contre lui le duc
d'Epernon. Tels furent les débuts de la «guerre des Trois Henri».

Dès que l'on fut aux prises sur tous les points, c'est-à-dire dans les
premiers jours du mois d'octobre, les chefs de la Ligue, dit le Père
Daniel, «enflés de leurs succès, pressèrent le roi de mettre à
exécution l'article du traité de Nemours par lequel tous les huguenots
devaient être chassés du royaume, quoique les six mois qu'ils avaient
pour en sortir ne fussent point encore expirés. Ils obtinrent, par
leurs importunités, l'avancement de ce terme; et le roi eut la
faiblesse de donner un édit dans son conseil au mois d'octobre, qui
ordonnait, sous peine de confiscations des biens et de crime de
lèse-majesté, à tous les calvinistes, de faire abjuration de leurs
erreurs dans quinze jours; et après ce court espace, on commença à
exécuter l'édit. Le roi de Navarre attendit quelque temps, pour voir
si l'on continuerait à le faire; et, ayant su qu'on y procédait avec
beaucoup de rigueur, il fit, de son côté, une déclaration par laquelle
il fut ordonné, dans tous les pays dont il était le maître, de traiter
les catholiques comme le roi traitait les huguenots. On saisit et on
vendit leurs biens, et on les chassa des villes et de leurs terres.
Une infinité de gens de tous côtés, tant catholiques que calvinistes,
furent réduits à la dernière misère, et on ne vit jamais dans le
royaume une pareille désolation.»

Ni les échecs du prince de Condé, ni la mise en campagne de trois
armées royales, ni les nouvelles mesures de rigueur prises contre les
huguenots, n'eurent raison de l'énergie du roi de Navarre. Des
derniers jours du mois de septembre au commencement du mois de
décembre, il entretint une correspondance exclusivement militaire avec
un grand nombre de gouverneurs et de capitaines, Saint-Geniès,
Geoffroy de Vivans, Favas, André de Meslon, sénéchal d'Albret,
Chouppes, un des héros de Cahors, Manaud de Batz, gouverneur de
l'Eauzan, etc. Le 1er décembre, il envoie des lettres de respectueuse
mais ferme protestation à Henri III et à la reine-mère; puis il tire
résolûment l'épée.

C'est à ce moment que, pour la première fois, suivant la chronologie
adoptée par le recueil de Berger de Xivrey, nous rencontrons, mêlée à
la vie publique de Henri, une femme d'un grand cœur et d'un haut
caractère, cette illustre Diane d'Andouins, veuve de Philibert comte
de Guiche et de Gramont, et que les chroniqueurs du XVIe siècle ont
surnommée la «belle Corysandre[46]». Si jamais les atténuations furent
de mise dans les jugements du moraliste sur une liaison irrégulière,
l'histoire les apporte toutes ici en témoignage. La femme du roi de
Navarre, frappée de toutes les déchéances, était devenue son ennemie;
humainement parlant, il était libre et, plus encore, seul; l'amitié,
l'appui, l'alliance politique de la comtesse de Gramont, pourtant
catholique, s'offrirent naturellement à lui, qui manquait si souvent
d'amis, de partisans, de toutes les ressources si nécessaires à sa vie
de combats. Ainsi commença le pacte qui se consomma dans l'amour. Il
ne faut pas confondre cette passion avec celles qui ont si souvent
gâté la jeunesse et même la maturité de Henri de Bourbon. Cette
maîtresse fut une amie fidèle, ingénieuse et puissante. Plus d'un de
ces vaillants capitaines qui se pressaient autour de lui dans les
batailles, et qui le conduisirent jusqu'au trône, n'a pas fait autant
pour son service, et par conséquent pour le salut et l'honneur de la
France, que cette noble femme, restée irréprochable après la
séparation comme elle l'avait été avant de se donner à lui et à sa
royauté proscrite. Henri fut son héros quand il était aux prises avec
la mauvaise fortune, et il n'y a pas dans l'histoire trace d'une seule
faveur royale pour elle. Cent fois elle lui vint en aide, comme aurait
pu le faire un prince, tantôt par ses biens qu'elle engageait, tantôt
par les hommes d'Etat et de guerre dont elle lui conquérait le talent
et la bravoure, tantôt enfin par des actes d'un dévouement héroïque,
tels qu'une ingérence hardie dans les affaires militaires et le danger
personnel intrépidement affronté. Plus d'une fois, le roi de Navarre
n'eut sous ses ordres que des troupes levées et soldées par la
comtesse de Gramont, et c'est bien à elle qu'il écrivait, le 9
décembre 1585: «Je vous porterai toutes nouvelles et le _pouvoir de
faire vider les forts_.»

  [46] Appendice: XXXIII.

A cette date, il était en campagne depuis quelques jours déjà, et
parcourait, à travers les détachements ennemis, quelques contrées de
l'Albret et de l'Armagnac, afin de pourvoir à leur sûreté. Dans la
lettre dont on vient de lire une phrase si caractéristique, il raconte
un fait de guerre: «Dimanche, se fit près Monheurt une jolie charge,
qui est certes digne d'être sue. Le gouverneur, avec trois cuirasses
et dix arquebusiers à cheval, rencontra le lieutenant de La Bruyère
(ou Brunetière), gouverneur du Mas-d'Agenais, qui en avait douze, et
autant d'arquebusiers tous à cheval. Le nôtre se voyant faible et
comme perdu, dit à ses compagnons: «Il les faut tuer ou vaincre.» Il
les charge de façon qu'il tue le chef et deux gendarmes et en prend
deux prisonniers, les met à vau-de-route, gagne cinq grands chevaux et
tous ceux des arquebusiers, et n'eut qu'un blessé des siens.»

«Je fais force dépêches», ajoutait-il dans la même lettre. Il ne
faisait pas moins de chevauchées, non pour chercher personnellement la
bataille, ce n'en était pas encore l'heure, mais pour armer ses
places, ramasser des troupes, faire acheter et transporter des
poudres, et se préparer enfin, de toutes façons, à la guerre
défensive dont il avait conçu le plan. Le temps ne lui manqua pas pour
cette grosse besogne; il en eut assez pour traverser l'Armagnac et
l'Agenais, et se rendre, dans les derniers jours du mois de décembre
1585, à Montauban, d'où il méditait d'adresser au pays plusieurs
manifestes et de le prendre à témoin de la justice de sa cause.



LIVRE QUATRIÈME

(1586-1589)



CHAPITRE PREMIER

  Les quatre manifestes du roi de Navarre.--Jonction de l'armée de
    Mayenne et de l'armée de Matignon.--Conduite du
    maréchal.--Prise de Montignac en Périgord par
    Mayenne.--Dénombrement des deux armées royales.--Résolution et
    bonne humeur.--Premier siège de Castets.--Henri fait lever ce
    siège à Matignon.--Le plan du roi de Navarre.--Voyage de Henri
    à Pau.--Les Etats de Béarn et les subsides.--Retour
    précipité.--Le roi cerné.--Les deux messages de Henri à son
    «Faucheur».--La comédie militaire de Nérac.--Illusions de
    Mayenne et de Poyanne.--Odyssée du roi de Navarre, de Nérac à
    Sainte-Foy.--Le duc de Mayenne et le vicomte d'Aubeterre.


L'année 1586 s'ouvre par quatre manifestes datés de Montauban le 1er
janvier, et adressés au clergé, à la noblesse, au Tiers-Etat, à la
ville de Paris. Voici la conclusion de la lettre au clergé: «Nous
croyons un Dieu, nous reconnaissons un Jésus-Christ, nous recevons un
même Evangile. Si, sur les interprétations de même texte, nous sommes
tombés en différend, je crois que les courtes voies que j'avais
proposées (le concile libre) nous pourraient mettre d'accord... La
guerre que vous poursuivez si vivement est indigne de chrétiens,
indigne entre les chrétiens, de ceux principalement qui se prétendent
docteurs de l'Evangile. Si la guerre vous plaît tant, si une bataille
vous plaît plus qu'une dispute, une conspiration sanglante qu'un
concile, j'en lave mes mains: le sang qui s'y répandra soit sur vos
têtes. Je sais que les malédictions de ceux qui en pâtiront ne peuvent
tomber sur moi, car ma patience, mon obéissance et mes raisons sont
prou connues. J'attendrai la bénédiction de Dieu sur ma juste défense,
lequel je supplie, Messieurs, vous donner l'esprit de paix et d'union
pour la paix de cet Etat et l'union de son Eglise.»

Dans le manifeste à la noblesse de France, après l'exposé
apologétique, il touche la fibre nationale: «Ils (les ligueurs) se
sont formalisés aussi du gouvernement de cet Etat, ont voulu pourvoir
à la succession, l'ont fait décider à Rome par le pape. Vous donc qui
tenez le premier lieu en ce royaume, si le besoin d'icelui l'avait
requis, auriez-vous été si nonchalants de vous laisser prévenir par
étrangers en cet office? N'auriez-vous point eu de soin de la
postérité?... Car qu'a-t-on vu que Lorrains en tous ces remuements?
Mais certes, pour réformer ou transformer l'Etat, comme ils désirent,
il n'était besoin de votre main, il n'appartenait qu'à étrangers de
l'entreprendre... Le procès ne se pouvait juger en France..., il
fallait qu'il fût jugé en Italie.»--Rappelant son défi au duc de Guise
«pour sauver le peuple de ruine, pour épargner le sang de la
noblesse», il jette le gant et compte sur l'avenir: «Ne pensez,
Messieurs, que je les craigne... On sera plutôt lassé de m'assaillir
que je ne serai de me défendre; je les ai portés, plusieurs années,
plus forts qu'ils ne sont, plus faible beaucoup que je ne suis. Vous
avez expérience et jugement: le passé vous résoudra de l'avenir.»--Il
y a, dans la conclusion, très pathétique, des mots poignants, des
élans sublimes: on n'avait jamais peut-être, depuis Jeanne d'Arc,
parlé un langage aussi national: «Je plains certes votre sang répandu
et dépendu (dépensé) en vain, qui devait être épargné pour conserver
la France; je le plains, employé contre moi, à qui le deviez garder,
étant ce que Dieu m'a fait en ce royaume, pour _joindre une France_ à
la France, au lieu qu'il sert aujourd'hui à la chasser de France»...

Voici la conclusion de la lettre au Tiers-Etat: «Je compâtis à vos
maux; j'ai tenté tous les moyens de vous exempter des misères civiles;
je n'épargnerai jamais ma vie pour les vous abréger... Je sais que,
pour la plupart, vous êtes assujettis sous cette violence; je ne vous
demande à tous qui, selon votre vocation, êtes plus sujets à endurer
le mal que non pas à le faire, que vos vœux et vos souhaits et vos
prières».

Quant au manifeste à la ville de Paris, il était bien ce qu'il devait
être. Dans cette page, Henri ne démontre pas: il affirme, et compte
sur la pénétration de l'esprit parisien. L'exorde seul dit tout: «Je
vous écris volontiers, car je vous estime comme le miroir et l'abrégé
de ce royaume; et non toutefois pour vous informer de la justice de ma
cause, que je sais vous être assez connue; au contraire, pour vous en
prendre à témoins, vous qui, par la multitude des bons yeux que vous
avez, pouvez voir et pénétrer profondément tout ce qui se passe en cet
Etat».

Dès les premiers jours de janvier, «tout est en armes en France»,
comme l'écrit le roi de Navarre au baron de Saint-Geniès. Le duc de
Mayenne et Matignon s'étaient rencontrés à Châteauneuf, sur la
Charente, vers la fin du mois de décembre. Ils parurent se mettre
d'accord pour le plan de campagne; mais, outre qu'ils se méfiaient
l'un de l'autre, il a été reconnu que Matignon avait reçu de Henri III
l'ordre secret, non, comme l'ont dit quelques-uns, de ménager le roi
de Navarre, mais, tout en le combattant, d'agir le moins possible de
concert avec le duc, afin de ne pas multiplier les succès de la Maison
de Guise. A la vérité, aucun témoignage authentique n'est venu
confirmer précisément cette interprétation de la conduite du maréchal;
mais on n'en peut nier la vraisemblance, quand on étudie les actes de
Matignon pendant le cours de la campagne. Si aucune arrière-pensée ne
dirigea quelques-uns de ses actes, il faut avouer alors qu'ils furent
sous l'influence d'une sorte de fatalité, dont profita, dans une large
mesure, la cause du roi de Navarre.

Après leur entrevue, le duc et le maréchal semblèrent avoir hâte de se
séparer: Matignon revint en Guienne, et Mayenne, qui n'osa pas
assiéger Saint-Jean-d'Angély, où régnait la peste, prit quelques
bicoques, en Saintonge et en Périgord. Pierre de L'Estoile note un de
ces exploits: «Le 6e jour de février (1586), la ville de Montignac en
Périgord, ou plutôt bicoque, que tenaient ceux de la Religion, fut
rendue, par composition, au duc de Mayenne. Le roi de Navarre n'avait
auparavant qu'un concierge dans cette place, sans vouloir souffrir
qu'on y fît la guerre. Aussi, deux jours après cette belle prise, les
habitants, qui tous étaient de la Religion, se rachetèrent pour mille
écus, qu'ils baillèrent à Hautefort, et fut, par ce moyen, remise en
leur puissance. Voilà comme on commença à exterminer l'hérésie, par
vider la bourse des hérétiques; et toutefois la Ligue, à Paris, en fit
un trophée au duc de Mayenne.»

Le chiffre des troupes que mettaient en mouvement le duc de Mayenne et
le maréchal de Matignon n'est donné qu'approximativement par les
historiens: il n'était pas inférieur à vingt mille hommes de toutes
armes, sans compter les gentilshommes qui servaient en volontaires et
se joignaient habituellement au gros de l'armée, quand elle passait ou
séjournait dans leur voisinage. Il y avait, dans cette accumulation de
forces, de quoi inquiéter, sinon effrayer le roi de Navarre et ses
partisans. Ils attendirent l'orage de pied ferme, et même avec autant
de bonne humeur que de courage. Du Plessis-Mornay écrivait à la
duchesse d'Uzès, qui vivait à la cour de Henri III: «Nous sommes
attendant M. de Mayenne. Son armée s'évapore en menaces, et les effets
en seront tant moindres. Croyez, Madame, qu'il nous tarde de le
chasser et que ce saint est taillé à ne pas faire grands miracles en
Guienne.» Et Henri écrivait, de son côté, avec une pointe de
forfanterie qui ne déplaît pas: «Depuis quatre mois, ils n'ont pas
assiégé une seule bicoque des nôtres, ils n'ont pas défait une seule
de nos compagnies, et les leurs, de maladie ou d'autre incommodité, se
sont défaites de la moitié; espérant bien, avec le moindre secours que
je puis avoir, les combattre ou tout au moins les chasser de mon
gouvernement, auquel j'ai eu jusqu'ici mes allées et venues franches,
les tenant encore par delà les rivières.» Le roi de Navarre était
alors à Montauban, ayant sous la main un corps d'élite de deux mille
hommes environ, prêt à se porter sur les points faibles, ou à profiter
de l'occasion pour tenter quelque coup heureux. Le 25 janvier, il
était à Nérac ou dans le voisinage de cette ville, quand il eut
connaissance de «lettres écrites par le maréchal de Matignon au
premier président de Toulouse», lettres qui annonçaient que le dessein
des deux armées était de «nettoyer la rivière (la Garonne) et réduire
toutes les villes qui sont auprès, suivant le commandement du roi fait
au duc, à la requête de ceux de Toulouse et de Bordeaux, afin de
rendre le commerce desdites villes libre». Cette lettre interceptée
lui donnait de précieuses indications; il les utilisa sans délai en
envoyant chercher des poudres en Béarn pour les distribuer, en
supplément, à quatre places qu'il jugeait pouvoir être assaillies:
Clairac, Nérac, Casteljaloux et Castets. Huit jours après, l'armée de
Matignon paraissait devant Castets.

Castets appartenait à Favas. Ce n'était qu'un château, mais fortifié
de main de maître, bien armé et approvisionné. Favas l'avait donné en
garde au capitaine de Labarrière, qui s'y était enfermé avec une
troupe aguerrie. Vingt fois les Bordelais avaient demandé à Matignon
d'enlever aux calvinistes cette place, non seulement parce qu'elle
était la propriété d'un de leurs plus redoutables adversaires, mais
encore et surtout parce qu'elle pouvait interrompre, selon le bon
plaisir de la garnison, toutes les communications par eau entre
Bordeaux et le haut pays. Le maréchal, venu devant Castets avec une
grande partie de son armée, ordonna de vigoureuses attaques, qui
furent repoussées. Labarrière, digne lieutenant de Favas, exécuta même
deux sorties où la garnison eut l'avantage. Le siège durait depuis
quelques jours, lorsque le roi de Navarre, avec une petite armée de
deux ou trois cents maîtres et de dix-huit cents arquebusiers, parut
tout à coup aux environs de la place. Matignon décampa, sans même
risquer une escarmouche, et alla s'embusquer dans Langon. Nous disons
s'embusquer, car, ayant près de cinq mille hommes et huit canons, il
pouvait aisément tenir tête au roi de Navarre. Sa retraite à Langon
fut évidemment la manœuvre d'un général qui recule devant l'ennemi
pour l'attirer dans un piège où sa défaite est inévitable. Henri
aurait accepté le combat, puisqu'il venait l'offrir, mais il se
détourna sagement du piège. Il entra dans Castets, y dîna pour
témoigner de son succès, et repartit sans bravade inutile, mais après
avoir complètement réussi dans son entreprise. Il a fait lui-même le
récit de ce coup heureux dans une lettre à Saint-Geniès datée de
Montpouillan, le 21 février: «J'ai été, avec mes troupes, jusque près
de Langon, à une lieue, et fus hier dîner à Castets. Et après dîner,
j'en partis en bataille, après avoir fait ce que j'avais desseigné
(projeté), sans que jamais nous ayons eu une seule alarme. Au
contraire, nos ennemis en ont été tellement alarmés que M. de Matignon
resserra toute sa cavalerie dedans Langon. Ils ont fait barricades,
mis des pièces aux avenues et fait tout ce qu'on a accoutumé quand on
doit être assailli. Dieu a béni mon voyage, qui a été utile, encore
que je l'aie entrepris contre l'opinion de tout le monde: à lui seul
en soit la gloire.»

A ce moment, le roi de Navarre était en marche, mais sans armée, vers
le Béarn, où l'appelait le soin d'affaires importantes dont la plupart
des historiens ne semblent pas avoir soupçonné l'existence. Ce voyage
faisait partie d'un plan conçu avec hardiesse et qui fut exécuté avec
audace.

Lorsque Henri fut convaincu que deux armées, se donnant la main ou
manœuvrant dans le voisinage l'une de l'autre, allaient parcourir le
gouvernement de Guienne et l'assaillir dans ses propres Etats, il lui
fallut d'abord songer à mettre, autant que possible, en sûreté toutes
les places capables de résistance, ce qu'il fit, comme nous l'avons
vu. Puis, il envisagea les chances et les suites probables d'une lutte
personnelle en Guienne et en Gascogne. Il l'eût soutenue, et
victorieusement sans doute, avec une armée toujours disponible. Mais
il n'en avait aucune: pour faire lever à Matignon le siège de Castets,
il avait rassemblé deux mille hommes pris dans ses garnisons. Les
armées de Mayenne et de Matignon tenant la campagne et investissant ou
guettant les places du roi de Navarre, il pouvait, à la rigueur,
inquiéter de temps à autre l'ennemi, lui infliger quelques échecs, lui
tendre çà et là des embuscades, lui faire, en un mot, une guerre de
partisans assez meurtrière, mais, par contre, imposer longuement à
tout le pays le poids de cette guerre d'une issue douteuse. Sans autre
champ de bataille néanmoins, il eût certainement voulu vaincre ou
périr sur celui où tendaient à le cerner Mayenne et Matignon. Mais le
terrain de la lutte était fort étendu, et il se trouvait même que, par
la présence des deux armées en Guienne et en Gascogne, où elles
rencontraient des obstacles à chaque pas, la place lui était laissée
libre en Saintonge pour y être à portée, soit de rassembler de
nouvelles forces, en vue de les pousser vers le duc et le maréchal,
soit de les employer avantageusement dans un large rayon autour de La
Rochelle, soit enfin de s'en servir pour aller, à travers le Poitou
soulevé, au-devant de l'armée étrangère, dont l'entrée en France
n'était qu'une question de temps.

De toute façon, le roi de Navarre était déterminé, non à abandonner
ses Etats, d'ailleurs bien défendus, mais à transporter son action
personnelle au delà des limites où allait s'exercer l'action des deux
armées royales. Il avait donc formé le projet de tourner ou de
traverser ces deux armées, aussitôt que l'état de ses affaires lui
permettrait d'exécuter cette entreprise. Après son expédition à
Castets, il fut informé des mouvements de Mayenne, qui suivait une
route encore indécise, mais tracée de telle sorte qu'elle devait le
mettre en mesure d'occuper rapidement tous les passages de la Garonne,
depuis les lignes de Matignon jusque dans le voisinage d'Agen. Henri
n'avait pas de temps à perdre; et quoiqu'il eût dit en riant:
«Monsieur de Mayenne n'est pas si mauvais garçon qu'il ne me permette
de me promener quelque temps en Gascogne», il revit en courant
plusieurs places où il restait quelques ordres à donner, et séjourna
huit jours à Nérac. Là, il entretint avec sa sœur Catherine, régente
de Béarn, une correspondance active, mais qui n'aboutit pas au gré de
ses désirs. Le 6 mars, il quittait Nérac, allait coucher à Eauze, et,
le 7, il couchait à Pau, où il passa deux jours entiers. Ce voyage, au
moment où Mayenne inondait l'Agenais de ses troupes, a été reproché à
Henri comme une aventure galante. «Il s'oubliait auprès de la belle
Corysandre», disent vingt historiens, le grave Mézeray en tête. S'il
se fût oublié à Pau, ce n'eût pas été auprès de la comtesse de
Gramont, qui était à Hagetmau, mais auprès de la régente. La vérité
est que ce voyage fut nécessité par une question de subsides que la
correspondance mentionnée plus haut n'avait pu résoudre selon les vues
de Henri.

Nous avons fait connaître les bonnes relations qui existaient entre le
roi de Navarre et les Etats de Béarn. En 1585, les Etats, comprenant
la gravité du péril qui menaçait leur souverain et même leur
existence, car ils pouvaient redouter plus que jamais un retour
offensif de l'Espagne, alliée de la Ligue, s'étaient assemblés quatre
fois, pour aviser aux meilleurs moyens de mettre le pays en état de
défense.

Le 25 février 1586, Henri leur adressa de Nérac une longue lettre où
il dépeignait les dangers de la situation que lui avait créée
l'alliance du roi de France avec la Ligue, et sollicitait de nouveaux
subsides. Si l'on songe que le roi de Navarre manquait d'argent, comme
il en manqua presque toujours, et en avait besoin plus que jamais, on
comprendra de quelle importance était pour lui le succès de sa requête
aux Etats de Béarn. Il ressentit sans doute quelque mauvaise
impression du premier accueil fait à cette requête, et peut-être
essaya-t-il d'avoir gain de cause à ce sujet, sans quitter Nérac, où
il séjourna huit jours, comme dans l'attente de quelques nouvelles;
mais tout porte à croire qu'il jugea nécessaire de se transporter à
Pau pour assurer l'issue favorable de cette négociation. Il ne
rapporta de son voyage que le vote d'un subside de trente mille écus
environ, qui ne firent pas long usage, mais dont il ne pouvait se
passer au début de la campagne. Plus tard, les Etats votèrent tous les
emprunts demandés pour subvenir aux frais de la guerre, et ils se
départirent franchement de leur économie ombrageuse et intempestive,
quand ils eurent connaissance du projet qu'avait conçu la Ligue de
livrer la Basse-Navarre à son allié Philippe II.

Il y a apparence que les nouvelles des mouvements de Mayenne
abrégèrent le séjour de Henri dans la capitale de ses Etats
souverains. Il en partit dans l'équipage le plus restreint, le 10
mars; il passa en courant à Nogaro, à Eauze et à Hagetmau, et il
était, le 12 ou le 13, dans cette dernière ville, résidence de la
comtesse de Gramont, quand il apprit, de source certaine, que le
cercle des troupes royales se resserrait de plus en plus autour de
lui: les passages de la Garonne étaient gardés; de forts détachements
battaient l'estrade depuis Bayonne jusque dans le Condomois, et
Baylens de Poyanne, gouverneur de Dax, marchait vers Nérac, à travers
la Chalosse, l'Armagnac et l'Albret.

Si rapides qu'eussent été les mouvements du roi de Navarre, il se
voyait cerné et serré de fort près. Il ne fallait plus songer à gagner
de vitesse l'ennemi, mais à l'affronter, à le dépister à force
d'audace, et, au besoin, à franchir ses lignes, l'épée à la main. Le
12 ou le 13 mars, il écrit de Hagetmau à Manaud de Batz, gouverneur
d'Eauze: «Ils m'ont entouré comme la bête et croient qu'on me prend
aux filets. Moi, je leur veux passer à travers ou dessus le ventre.
J'ai élu mes bons, et mon Faucheur en est. Que mon Faucheur ne me
faille en si bonne partie, et ne s'aille amuser à la paille, quand je
l'attends sur le pré.--Ecrit à Hagetmau, ce matin, à dix heures.» Le
porteur avait ordre, sans doute, d'indiquer au baron de Batz un
rendez-vous fixé par le roi; mais, avant que le message fût accompli,
de nouveaux avis parvinrent à Henri, qui l'obligèrent à modifier son
itinéraire et celui des officiers qui devaient le rejoindre, soit à
Hagetmau, soit sur le parcours de Hagetmau à Nérac; il fallait se
hâter, et les chemins ordinaires n'étaient pas sûrs: ce fut la raison
d'un second message. Armand de Montespan partit pour Eauze avec ce
billet, dont le sentiment et le style seront admirés tant que vivront
la langue française et le souvenir de Henri IV: «Mon Faucheur, mets
des ailes à ta meilleure bête. J'ai dit à Montespan de crever la
sienne. Pourquoi? Tu le sauras de moi, demain, à Nérac; mais par tout
autre chemin, hâte, cours, viens, vole: c'est l'ordre de ton maître et
la prière de ton ami.--Ecrit à Hagetmau, à midi.»

Le 14, au soir, Henri était à Nérac, où il trouva les gentilshommes
qu'il avait «élus». On signalait, de toutes parts, l'approche de
l'ennemi; d'un moment à l'autre, il pouvait bivouaquer à portée de
canon. Quoique le roi eût passé toute la journée à cheval, il déploya
une activité sans égale dans les préparatifs de son expédition. Pour
tromper les espions de Mayenne, qu'il supposait aux aguets dans le
voisinage, il fit descendre ostensiblement des chevaux au pied des
murs, du côté le plus escarpé du château, en face des collines sur
lesquelles, selon toute apparence, devaient prendre position les
détachements de l'armée de Mayenne. Au milieu de la garnison et de la
bourgeoisie armée, il affecta de se montrer lui-même sur les remparts,
à la lueur des torches, comme s'il eût pris ses dernières dispositions
pour repousser un assaut. La nuit se passa en démonstrations de ce
genre, qui eurent pour résultat, comme le roi l'avait prévu, de mettre
l'armée ennemie en éveil, depuis les faubourgs de Nérac jusqu'aux
divers passages de la Garonne. En même temps, Henri faisait courir le
bruit qu'il allait traverser le Condomois pour s'enfermer dans
Lectoure, ou que, s'enfonçant dans les landes, il irait se mettre à
l'abri dans Casteljaloux. Les officiers attachés à sa poursuite
couvaient déjà des yeux cette noble proie; à l'exemple de Mayenne,
qui, peu de jours auparavant, avait mandé à la cour que «le Béarnais»
ne pouvait lui échapper, Poyanne envoya un message à Henri pour le
supplier, vu l'inutilité de la défense, de déposer les armes et de
daigner se rendre à lui. Le roi, ayant pris quelque repos et choisi
son escorte, donna l'ordre, sur la fin de la nuit, de tirer vivement
le canon, afin qu'à ce bruit, l'ennemi courût vers la ville et n'eût
d'yeux et d'oreilles que pour ce qui s'y passait; puis, sortant tout à
coup de Nérac avec ses amis, suivi de deux cents chevaux, il s'élance
à découvert sur la route de Condom, la suit quelques instants, fait un
détour à travers bois, revient passer à l'ouest de Nérac, mais hors de
vue, prend à Barbaste la direction de Casteljaloux, la quitte près de
Xaintrailles, et descend vers Damazan, où il fait halte une heure. De
là, il repart pour Casteljaloux, passe dans le voisinage, laisse la
ville à gauche, traverse tout ce petit pays montueux qu'on appelle le
Queyran, gagne les forêts de Calonges et du Mas-d'Agenais, s'engage
dans les ravins qui débouchent près de Caumont, et entre dans ce
château, à la nuit tombante, ayant gardé avec lui seulement une
vingtaine de cavaliers et indiqué Sainte-Foy pour rendez-vous au reste
de son escorte.

Pendant cette course rapide et stratégique, qui ne fut qu'un jeu pour
le roi, habitué à parcourir en chasseur les campagnes et les bois du
pays, il fut sur le point, plus d'une fois, d'en venir aux mains avec
les détachements qui couraient vers Nérac. Mais de courtes haltes ou
des détours faits à propos lui permirent d'éviter toute rencontre. A
Caumont, Henri et son escorte tombaient de fatigue. La Garonne était
là, à leurs pieds, et, à travers la brume, ils pouvaient apercevoir ou
deviner les feux de quelques bivouacs ennemis, sur l'une ou l'autre
rive; mais il fallait à la fois reprendre des forces et attendre
l'instant favorable. On n'eut pas grand loisir: trois heures après, en
pleine nuit, l'alarme fut donnée au château par l'approche d'un gros
détachement, commandé, disait-on, par Poyanne. Le roi et sa troupe
remontent à cheval, s'aventurent sur les bords de la rivière, s'y
procurent une barque, passent l'eau les uns après les autres, et, de
nouveau réunis, entament la seconde étape de cette course
vertigineuse. On est obligé de voyager tout juste au milieu des
ennemis. C'est d'abord Marmande, dont on effleure la contrescarpe, de
continuels qui-vive auxquels on ne répond rien ou que l'on accueille
par des chansons; puis, le jour venu, c'est la garnison de La Sauvetat
et quelques autres voulant voir de trop près les héros de cette
odyssée, et stimulant par d'hostiles démonstrations la rapidité de
leur marche. Elle eut son terme enfin, le 16 mars, dans Sainte-Foy,
«auquel lieu, dit Sully, semblablement se rendirent, sur le soir même,
tous ceux qui étaient demeurés derrière avec les bagages, sans qu'il
eût été fait perte d'un seul valet ni d'un seul cheval».

Il est aisé de s'imaginer la confusion et la colère du duc de Mayenne
en apprenant l'insuccès de cette campagne toute personnelle contre
le roi de Navarre. Il cria et fit crier bien haut à la trahison; le
vicomte d'Aubeterre, qui commandait à La Sauvetat, fut particulièrement
soupçonné d'avoir livré passage à Henri. Rien n'est moins prouvé qu'un
pareil acte de complaisance; mais le voyage du roi de Navarre fut jugé
si audacieux, qu'on s'efforça d'en expliquer le succès par la
complicité supposée de quelques officiers de l'armée de Mayenne. Quoi
qu'il en soit, le vicomte d'Aubeterre, ayant eu avis des accusations
portées contre lui, fit savoir à tout venant qu'il «ferait mentir le
premier qui lui tiendrait de pareils propos», et personne, pas même
Mayenne, n'osa relever ce défi.



CHAPITRE II

  Caumont et Sainte-Bazeille.--Préparatifs de résistance.--Le
    chroniqueur royal.--Siège et reddition de
    Sainte-Bazeille.--Sévérité du roi de Navarre.--Castets acheté à
    Favas par le duc de Mayenne.--Mésintelligence entre Mayenne et
    Matignon.--Siège et reddition de Monségur.--André de
    Meslon.--Séjour et intrigues de Mayenne à Bordeaux.--Affaires
    de Poitou et de Saintonge.--Retour d'Angleterre de
    Condé.--Prise du château de Royan.--Exploits de Condé.--Siège
    de Brouage.--Arrivée du roi de Navarre devant cette
    place.--Obstruction du second havre de France.--Le maréchal de
    Biron en Saintonge.--Siège de Marans.--Trêve entre le roi de
    Navarre et le maréchal.--Le vrai motif de cette
    trêve.--Tentatives de négociation.--Un chef-d'œuvre
    épistolaire.--Lettre prophétique d'Elisabeth d'Angleterre à
    Henri III.--Siège et prise de Castillon par Mayenne et
    Matignon.--Le dernier exploit du duc de Mayenne en
    Guienne.--Brocard huguenot.--Apologie du duc et réponse des
    calvinistes.


En passant à Caumont, dont Geoffroy de Vivans était gouverneur en même
temps que de Sainte-Bazeille, Henri avait pu juger des périls auxquels
étaient exposées ces deux places. Quoiqu'il eût confié le commandement
supérieur, en Guienne et en Gascogne, au vicomte de Turenne, il ne
laissa pas de suivre d'un œil vigilant tout ce qui se faisait ou se
préparait dans ces provinces. Le 18 mars, de Sainte-Foy, il écrivit à
Vivans: «J'envoie demain deux compagnies à Sainte-Bazeille. Je vous
prie vous y trouver pour les y recevoir, et si l'ennemi y tourne,
assurez-vous que j'y mettrai plus de six cents hommes, et pour ce,
résolvez-vous de vous y jeter, comme vous m'avez promis. Si vous
pensez le faire, je vous enverrai douze ou quinze gentilshommes des
miens, qui ont envie d'être à un siège avec vous.» Les lettres de
Henri, à cette époque, sont les seuls documents que l'histoire puisse
invoquer pour fixer les souvenirs relatifs au siège de Sainte-Bazeille
et à quelques autres faits de guerre de moindre importance. Laissons
donc parler le royal chroniqueur.

Le 20 mars, il écrit à Geoffroy de Vivans: «Parce que vous m'avez
mandé que vous ne pouviez vous mettre dedans Saint-Bazeille, parce que
vous étiez obligé de garder Caumont, qui est, à la vérité, de grande
importance, j'ai pensé d'y donner ordre et la pourvoir de gens et de
munitions...; il a fallu m'aider du régiment de Coroneau qui était à
Montpaon (Rouergue); mais d'autant qu'il y a telle division entre
Bajorans et lui, qu'il a demandé à servir partout ailleurs, sinon là,
j'ai résolu de vider ce différend en y envoyant le sieur d'Espeuilles,
pour y commander généralement... Si M. de Turenne ne vous accommode de
ce qu'il vous faut, je vous prie me le mander, afin que je vous envoie
tout ce que je pourrai...»

Le 25 mars, au même: «Vous ne sauriez croire combien on tue tous les
jours de gens de l'armée de M. du Maine (Mayenne). Deux régiments ont
voulu prendre le fort de Monbalen (ou Monbahus); ils ne l'ont fait, et
y est demeuré des assiégeants soixante soldats et trois
capitaines.--Boisdomain, étant de retour de Montflanquin, s'est logé
dedans La Sauvetat; il y a pris quelques gens d'armes de M. de Lauzun,
tué sept ou huit soldats et pris autant. A Clairac, ils (les
religionnaires) ont mis en pièces douze ou quinze corps de garde.--Ils
meurent encore dans leur armée. J'ai pris un messager que M. du Maine
envoyait à Madame du Maine. J'ai su, par les lettres qu'il portait,
qu'une matinée on avait enterré dix-huit des officiers de la maison de
M. du Maine.»

Le 2 avril, au même: «J'ai ici des nouvelles de la cour, et ne vient
aucun rafraîchissement à ses armées, qui se défont et se diminuent
tous les jours. Quant à Caumont, je m'assure qu'ils n'oseraient
l'avoir regardé pour l'attaquer. J'ai si bien pourvu à Sainte-Bazeille
qu'ils s'y morfondront pour le moins. S'ils en viennent à bout, ils ne
seront plus en état d'aller à Caumont. Quand vous aurez besoin de
gens, je donnerai ordre de vous les faire tenir... Assurez-vous,
monsieur de Vivans, que je ne vous laisserai en peine... Je tiens
vingt gentilshommes prêts et deux cents arquebusiers...»

Le 8 avril, au même: «J'ai mandé à M. de Turenne de vous envoyer
Fouguères et sa compagnie. Je vous ai envoyé Boësse (Boisse) et
Panissaud, qui sont en chemin avec la poudre. Je mande à M. de Turenne
de vous en bailler encore autant... Je tiendrai d'autres hommes prêts
pour vous les envoyer quand il sera besoin, et n'épargnerai chose
quelconque qui soit en mon pouvoir pour votre conservation et votre
place...»

On voit, par ces extraits, où se peignent d'une façon intime la
sollicitude, la prévoyance et l'on peut dire presque la camaraderie
royales, quel prix Henri attachait à la défense victorieuse de
Sainte-Bazeille. Ce n'était pourtant, au dire de Rosny, qui alla y
prêter la main au gouverneur, qu'une ville bâtie en terre, avec des
remparts sans consistance; mais, à la bien défendre et à y fatiguer
les assaillants, les partisans du roi de Navarre devaient gagner,
comme il le dit, de rendre beaucoup moins vives et moins dangereuses
les tentatives sur Caumont, place dont il avait grandement à cœur la
conservation. Or, d'incident en incident, il arriva précisément que
Sainte-Bazeille, malgré sa forte garnison, fut mal défendue et rendue
presque sans coup férir. Le capitaine d'Espeuilles et ses huit cents
hommes firent d'abord bonne contenance; mais, dès les premiers effets
des batteries, qui furent foudroyants, le gouverneur perdit courage et
négocia aussitôt une capitulation. Mayenne la lui accorda d'autant
plus volontiers, qu'il appréhendait l'arrivée de nouveaux secours
envoyés par Vivans ou par le roi de Navarre. La place, investie le 9
avril, fut livrée, avant le 20 du même mois. Cette date approximative
est fixée par une lettre du roi de Navarre à Vivans: «Je ne vous dirai
autre chose, sinon que j'ai trouvé fort étrange qu'on soit entré en
négociation et qu'on ait traité avec les ennemis, sans m'en avertir et
sans nécessité. Cela fait connaître à nos ennemis, qui ne sont pas si
bien comme aucuns pensent, que nous n'avons pas le cœur qu'ils
craignaient. Je voudrais, Monsieur de Vivans, que vous sachiez et avec
quel mépris de nous et de quelle façon nos ennemis parlent de ce
traité.»

L'Estoile et Sully nous ont laissé des détails sur la reddition de
Sainte-Bazeille. Le journal de Faurin atteste que le siège commença le
9 avril. L'Estoile dit qu'elle fut rendue dans le même mois, mais sans
faire mention du jour. «En ce mois, dit-il, la ville de
Sainte-Bazeille, en Gascogne, que le duc de Mayenne avait assiégée et
battue de dix-huit canons, lui fut rendue par les huguenots, avec
composition fort avantageuse pour eux, et peu pour les soldats de la
Ligue, qui ne trouvaient nul profit à la prise de telles places, où
ils ne faisaient butin que de quelques rats affamés ou de quelques
chauves-souris enfumées». Toutefois, si la prise de Sainte-Bazeille
n'était pas un exploit militaire pour le prince lorrain, remarque
Berger de Xivrey, c'était un véritable échec pour le roi de Navarre.
Les Mémoires de Vivans parlent des efforts de ce gentilhomme, qui
envoya vainement au secours de cette ville une partie de la garnison
de Caumont. Le ton de la lettre royale s'accorde aussi parfaitement
avec ce que raconte Sully du mécontentement de Henri. Vingt
gentilshommes de marque, du nombre desquels était Rosny, avaient
instamment demandé la permission de se jeter dans Sainte-Bazeille pour
acquérir de l'honneur avec M. d'Espeuilles, capitaine brave et
expérimenté. «La capitulation, dit Sully, fut d'autant plus blâmée,
qu'elle se trouva plus avantageuse et plus exactement observée, les
rois et les chefs d'armée approuvant davantage que l'on sorte des
places, le bâton blanc en la main, après avoir tenté tout hasard et
péril, et s'être défendu jusqu'à l'extrémité, que de s'en revenir avec
armes et bagages, tambour battant, enseignes déployées, mèches
allumées des deux bouts, balles en bouche et pièces roulantes, et ne
s'être point battus. Aussi trouvâmes-nous, lorsque nous arrivâmes à
Bergerac, le roi de Navarre en merveilleuse colère contre tous nous
autres, de sa maison principalement, jusques à n'en vouloir pas voir
un seul, croyant que tout se fût passé de leur avis. Mais, quand il
eut été informé de la vérité, il demeura plus content de nous autres,
et tourna tout son courroux contre M. d'Espeuilles, lequel ayant
envoyé quérir, après qu'il eut fait la révérence, il lui dit: «Eh
bien! Monsieur d'Espeuilles, qu'avez-vous fait de la place que je vous
avais donnée en garde pour le service de Dieu et la conservation des
Eglises? Car je sais bien que ces gentilshommes que je vous avais
baillés pour acquérir de l'honneur et apprendre le métier avec vous
n'ont pas été de votre opinion.» A quoi l'autre (tout en furie et
mutiné de ce qu'il avait ouï dire que le roi l'accusait de lâcheté)
lui répondit: «Sire, j'en ai fait ce que V. M. en eût pu faire, si,
étant à ma place, elle eût rencontré tous les habitants et la plus
grande partie des soldats entièrement bandés contre toute autre
résolution que celle que j'ai prise.»--«Par Dieu! repartit le roi,
plus irrité qu'auparavant, vous n'aviez que faire de m'alléguer ainsi
mal à propos, et par ma comparaison penser couvrir votre faute; je
n'eusse jamais fait cette bêtise que de laisser entrer mes ennemis en
ma place, avec une entière liberté de parler à un chacun, et encore
moins me fussé-je mis entre leurs mains pour capituler. Et afin que,
par votre exemple, les autres soient enseignés à user de plus de
générosité et de prudence, suivez cet exempt des gardes, qui vous
mènera où vous méritez. Et en cette sorte, sans lui donner loisir de
répliquer, il fut mené en prison.»

La perte de Sainte-Bazeille fut d'autant plus sensible au roi de
Navarre qu'elle suivit de près celle de Castets, assiégé de nouveau et
réduit à l'extrémité par Matignon. Mayenne, sans même prendre l'avis
du maréchal, l'acheta pour douze mille écus d'or à Favas, marché qui,
soit dit en passant, donnait au vendeur comme à l'acheteur une figure
plus mercantile qu'héroïque. L'acquisition de Castets par le duc de
Mayenne servit, du moins, les intérêts du roi de Navarre, en ce que la
mésintelligence qui existait entre les deux généraux s'en accrut et
devint irrémédiable. Ils ne purent s'entendre sur un projet d'attaque
contre Caumont, dont les Bordelais souhaitaient la chute non moins que
celle de Sainte-Bazeille et de Castets. Retenu à Meilhan par une
maladie réelle ou feinte, Matignon insista pour que le duc tournât ses
forces contre Monségur, qui rompait, disait-il, les grands chemins et
le commerce du Limousin, du Périgord et du Quercy. «Le nom de cette
ville qui veut dire mont d'assurance, dit Mézeray, montre assez que sa
situation est sur un haut, où, sans être commandée d'aucun endroit,
elle commande toute la plaine d'en dessous; plus étroite et plus
avancée du côté qu'elle regarde Duras, plus large et plus habitée de
celui qu'elle regarde La Réole, et voyant couler à ses pieds la petite
et fertile rivière du Drot, au milieu d'une belle et longue prairie.
Le duc ayant fait ses approches sur la fin d'avril, devint malade à
son tour d'une fièvre double tierce: ce qui obligea depuis Matignon
d'y venir, et après qu'ils se furent abouchés à Rochebrune, il lui
laissa tout le commandement. Il s'était jeté dedans cinquante
gentilshommes, outre deux compagnies de gens de guerre, qui avec les
habitants faisaient environ huit cents hommes, nombre bien petit pour
tenir contre une si puissante armée, mais encouragé par le vicomte de
Turenne qui était aux environs avec un camp volant de cinq cents
chevaux et deux mille hommes de pied, qu'il mettait à couvert quand il
voulait dans les villes de Sainte-Foy, Bergerac, Gensac et Castillon.
Après que les assiégeants leur eurent ôté l'espérance de ce secours,
la batterie commença par trois endroits, si furieuse que l'on y compta
deux mille quatre cents coups de canon en un jour. Ceux de dedans ne
s'étonnèrent point de ces grandes esplanades, ni de l'assaut qui leur
fut donné, mais ils le soutinrent courageusement, et se retranchèrent
derrière les ruines. L'émulation d'entre les royaux et les ligués et
le défaut des poudres, dont il en fut trop consumé à tirer à coup
perdu, retardèrent la prise de la place, jusques à temps que l'on eût
fait venir de nouvelles munitions de Bordeaux, et qu'on eût agrandi
les brèches. Le quinzième de mai, les assiégés capitulèrent aux
conditions qu'ils seraient conduits en lieu de sûreté, avec armes et
bagages, mèches éteintes et tambours couverts; mais la composition
leur fut mal gardée; quelques compagnies se jetèrent sur eux, en
tuèrent deux cents et dépouillèrent les autres, la licence du soldat
mal discipliné s'étant portée à cette cruauté, sans être réprimée par
ses capitaines qui pensaient par là gagner l'estime des Parisiens et
les bonnes grâces des prédicateurs séditieux de la Ligue, au dire
desquels c'était impiété de faire miséricorde aux hérétiques, et pis
qu'infidélité de leur garder la foi.»

Léo Drouyn, dans ses _Variétés girondines_, rappelle que «Meslon fut
accusé de n'avoir pas résisté autant qu'il aurait pu le faire, ou
d'avoir manqué de courage dans cette occasion. Quelques officiers de
la garnison, soupçonnés d'avoir fait courir des bruits malveillants
contre lui, déclarèrent par écrit qu'on les avait calomniés... Après
la prise de Monségur, Meslon dut, malgré ses services passés et la
résistance désespérée de la ville, tomber en disgrâce. On lui reprocha
non seulement cet échec, mais la non-réussite de quelques autres
entreprises. Le roi de Navarre paraissait l'oublier...» Mais, en 1588,
Henri lui écrivit de La Rochelle: «Monsieur de Meslon, il me semble
que c'est assez demeurer chez soi, sans témoigner à son maître et au
parti l'affection qu'on doit avoir à l'un et à l'autre. Disposez-vous
donc à me venir trouver»; et en 1590, il le nomma mestre-de-camp de
dix compagnies. Ces témoignages vengèrent noblement l'ancien
gouverneur de Monségur des ingratitudes passagères et des calomnies
dont il avait eu à souffrir[47].

  [47] Appendice: XXXIV.

Heureux de voir que Caumont échappait à l'étreinte des deux armées, le
roi de Navarre se consola aisément des échecs que lui avaient infligés
Mayenne et Matignon. En écrivant, le 29 avril, de Bergerac, à Ségur
pour lui recommander de hâter de tout son pouvoir l'arrivée des
secours allemands, il lui donne ce plaisant bulletin de la campagne:
«Le grand effort de cette armée, depuis cinq ou six mois, est tombé
sur deux maisons assez mauvaises que vous connaissez, Montignac et
Sainte-Bazeille, et sur la maison privée d'un gentilhomme nommée
Castets, laquelle est au sieur de Favas. Ils eussent pu les acheter,
de gré à gré, pour vingt ou trente fois moins qu'ils n'y ont fait de
dépense, sans la perte de cinq ou six mille hommes, morts de maladie
ou de main. Nous avons été trop longtemps sur la défensive.» Et le 15
mai: «J'ai trois armées en mon gouvernement: celles de MM. de Mayenne,
de Matignon et de Biron (en Poitou et en Saintonge). Ils n'ont pas
beaucoup gagné sur nous; jusques-ici leurs trophées sont sur
Montignac, Castets, Sainte-Bazeille et Monségur.»

Comme il était déjà question du siège de Castillon par Mayenne, Henri
ajoutait: «Le duc du Maine assiège Castillon. Il y aura de l'exercice
pour quelque temps».--L'allusion à la «défensive» entr'ouvre l'horizon
des luttes prochaines, qui, grâce au secours allemand attendu ou, tout
au moins, à la diversion qu'il devait apporter, aboutirent, du côté du
roi de Navarre, à la journée de Coutras. Henri ne luttait pas au jour
le jour: il voyait de haut et prévoyait de loin.

Avant d'aller accomplir à Castillon son dernier exploit en Guienne, le
duc de Mayenne, malade ou fatigué, avait séjourné quelque temps à
Bordeaux, pendant que Matignon prenait Monségur. Il ne négligea rien
pour gagner la ville et le pays à la Ligue. «En ce temps, dit le
Journal de L'Estoile, le duc de Mayenne, après la prise de Monségur,
se retire en la ville de Bordeaux, pour là se rafraîchir et faire
panser d'une maladie qu'il avait; où il fit assez long séjour avec sa
femme, qui l'était venue trouver pour le secourir en sa maladie. Et
eut-on opinion qu'y étant logé à l'archevêché, il fit tout ce qu'il
put pour ranger la ville à la dévotion de ceux de la Ligue et à la
sienne.» Matignon conçut de telles défiances des intrigues de Mayenne
à Bordeaux, «qu'il suscita le parlement, dit Mézeray, à députer vers
le duc pour se plaindre de sa conduite». Malgré les remontrances et
les bouderies du parlement de Bordeaux, la maladie ou les intrigues
de Mayenne se prolongèrent jusqu'au milieu de l'été. Nous le
retrouverons devant Castillon, où il ne parut qu'au mois de juillet,
les deux armées royales ayant accordé au pays qu'elles occupaient une
sorte de trêve pendant la durée des moissons. Nous avons maintenant à
nous rendre compte de ce qui s'était passé en Saintonge, depuis que le
roi de Navarre s'en était rapproché en quittant la Gascogne.

D'abord déconcertés, vers la fin de l'année 1585, par la débandade des
troupes de Condé et les échecs qui s'ensuivirent, en Poitou et en
Saintonge, les réformés reprirent peu à peu courage. «Là-dessus,
revint (d'Angleterre) le prince de Condé en fort glorieux équipage,
accompagné de dix vaisseaux de la reine Elisabeth et chargé de
cinquante mille écus d'argent qu'elle lui avait prêtés, avec promesse
d'assister son parti et sa personne, tout autant que le salut de son
Etat le pourrait permettre.» Rassurés par ce retour triomphant, les
calvinistes de Saintonge reprirent la lutte avec autant de succès que
de vigueur. Ils se saisirent, au mois de février, du château de Royan,
à la possession duquel étaient attachés deux cent mille écus de
contributions annuelles. Toutes les petites places qui gênaient les
mouvements de La Rochelle tombèrent en leur pouvoir. Entre deux
expéditions, le prince de Condé épousa, le 16 mars, Charlotte de La
Trémouille, et, le jour même de ses noces, provoqué par une compagnie
de cavalerie passant dans le voisinage de Taillebourg, il eut les
honneurs d'une brillante escarmouche.

Au mois de mai, les calvinistes dirigèrent contre Brouage une
entreprise considérable. Renonçant à prendre cette place, que gardait
toujours Saint-Luc, ils résolurent d'en obstruer le port: «Les
Rochelais, qui en avaient toujours été jaloux, à cause qu'ayant assez
d'eau pour recevoir les grands navires en tout temps, il ôtait la
chalandise au leur, où l'on ne pouvait entrer que de haute marée,
contribuèrent volontiers à ce dessein; pour lequel ayant été armés
vingt-cinq vaisseaux ronds, quatre galères et quelques barques,
Saint-Gelais qui en était amiral allait enfoncer de vieux corps de
navires pleins de lest en forme de palissade, au lieu le plus étroit
de ce port. La renommée ayant porté jusques aux oreilles du roi de
Navarre la gloire que le prince de Condé acquérait en ces combats, il
partit de Sainte-Foy pour y avoir part; et son émulation la lui
faisant prendre à tous les périls, il hâta tellement l'exécution de
l'entreprise, qu'il vit achever la palissade en peu de jours. Les
courants amenèrent au travers de cette palissade un grand sillon de
vases qui, se liant avec ces vaisseaux, les tenait tellement embourbés
qu'on n'en pût arracher que les plus légers. Ainsi ce havre, qui était
le second de France pour sa bonté, devint enfin un havre de nulle
considération.»

La Rochelle triomphait; mais à ce triomphe la France perdait un de ses
meilleurs ports. Tels sont les fruits désastreux de la guerre, et
surtout de la guerre civile: on ne peut se vaincre mutuellement qu'en
amoindrissant la patrie.

Les calvinistes de Guienne et de Gascogne ne semblaient plus avoir à
redouter les entreprises de Mayenne et de Matignon, et l'on vient de
voir que leurs affaires s'étaient fort améliorées entre La Rochelle et
Saint-Jean-d'Angély; mais le maréchal de Biron, à la tête d'une
troisième armée, venait de traverser le Poitou et d'arriver en
Saintonge. Le roi de Navarre, qui connaissait par expérience la
vigueur et le talent de cet adversaire, envoya La Trémouille
rassembler des forces dans le Bas-Poitou, pour les joindre à celles
dont il disposait et être prêt à tenir la campagne contre le nouvel
arrivant. Il le fut, dès la fin du mois de mai. En juin, Biron, ayant
avec lui cinq ou six mille hommes, débuta par le siège de Marans. Il
l'investit puissamment, à grand renfort de travaux extraordinaires, et
paya si bien de sa personne qu'il eut une main mutilée par une
arquebusade. Néanmoins, Marans, qui ne semblait pas pouvoir lui
échapper, ne fut pas pris: Henri et Biron conclurent inopinément une
trêve, aux termes de laquelle le maréchal, laissant Marans au roi,
avec la faculté d'y mettre un gouverneur, qui fut La Force, le propre
gendre de Biron, fit reculer son armée au delà de la Charente et
poussa la condescendance jusqu'à renoncer à toute entreprise sur
Tonnay-Charente. Cette trêve fit accuser Biron de connivence avec le
roi de Navarre, et il faut convenir que cette accusation ne manquait
pas de vraisemblance. On pouvait supposer, en effet, que Biron, par
les avantages qu'il accordait à Henri, voulait s'assurer, dans
l'avenir, la bienveillance de la «seconde personne du royaume»; mais
la véritable cause de l'entente subite qui s'établit entre le roi de
Navarre et le maréchal fut le désir exprimé par Henri III, inquiet des
progrès de la Ligue, de négocier une fois de plus avec son beau-frère,
comme il en était question depuis plusieurs mois. Une entrevue de ce
prince avec Catherine de Médicis avait été projetée, dès l'année
précédente: elle n'eut lieu qu'au mois de décembre 1586. Le roi de
Navarre lui-même ne laissait échapper aucune occasion de faire tenir à
Henri III des exhortations dans le sens de la paix. «Sur la fin de ce
mois (juin 1586)», note P. de L'Estoile, «La Marsilière, secrétaire du
roi de Navarre, vint trouver le roi à Paris, par commandement de son
maître, qui tâchait à divertir le roi de la guerre, lui proposant
beaucoup d'inconvénients qui pouvaient lui en arriver et lui donnant
des expédients très beaux et très sûrs pour se défaire et se dépêtrer
de la Ligue et des ligueux. Mais le roi, qu'on avait peine à faire
sortir d'une cellule de capucin, tant plus il y pense et plus il
trouve de faiblesse de son côté et d'avancement aux affaires de la
Ligue: tellement que, comme si le duc de Guise l'eût déjà tenu par le
collet, la générosité lui manque et le cœur lui fault. Et s'en
retourna ledit La Marsilière avec réponse aussi froide comme était
douteuse et tremblante la résolution de ce prince.»

Libre dans Marans, après comme avant le siège, le roi de Navarre s'y
transporta vers la mi-juin, et, au retour, le 17, il en envoyait à la
comtesse de Gramont cette description, qui a pris place parmi les
chefs-d'œuvre épistolaires du XVIe siècle: «C'est une île renfermée
de marais bocageux, où, de cent en cent pas, il y a des canaux pour
aller chercher le bois par bateau. L'eau claire, peu courante; les
canaux de toutes largeurs; les bateaux de toutes grandeurs. Parmi ces
déserts, mille jardins où l'on ne va que par bateau. L'île a deux
lieues de tour, ainsi environnée; passe une rivière par le pied du
château, au milieu du bourg, qui est aussi logeable que Pau. Peu de
maisons qui n'entrent de sa porte dans son petit bateau. Cette rivière
s'étend en deux bras qui portent non seulement grands bateaux, mais
les navires de cinquante tonneaux y viennent. Il n'y a que deux lieues
jusques à la mer. Certes, c'est un canal, non une rivière. Contre mont
vont les grands bateaux jusques à Niort, où il y a douze lieues;
infinis moulins et métairies insulées; tant de sortes d'oiseaux qui
chantent; de toute sorte de ceux de mer. Je vous en envoie des plumes.
De poisson, c'est une monstruosité que la quantité, la grandeur et le
prix; une grande carpe, trois sols, et cinq un brochet. C'est un lieu
de grand trafic, et tout par bateaux. La terre très pleine de blés et
très beaux. L'on y peut être plaisamment en paix, et sûrement en
guerre. L'on s'y peut réjouir avec ce que l'on aime et plaindre une
absence. Ha! qu'il y fait bon chanter!»--Le roi de Navarre perdit
Marans en 1587, à la reprise des hostilités.

Le 25 juin, Henri ayant reçu d'Angleterre une copie des lettres
adressées par la reine Elisabeth au roi de France et à la reine-mère,
au sujet du traité de Nemours, communiquait ces curieux documents à la
comtesse de Gramont. Voici quelques extraits de la lettre de la reine
d'Angleterre à Henri III; ils viennent à leur place dans ce livre, car
les prophétiques pensées qu'ils expriment étaient, vers le milieu de
l'année 1586, déjà justifiées en partie par des faits éclatants.

«Je m'étonne, disait Elisabeth, de vous voir trahi en votre conseil
même, voire de la plus proche qu'ayez au monde (Catherine de Médicis),
et qu'êtes si aveugle de n'en sentir goutte...»--Contre les Guises et
la Ligue: «Je prie Dieu qu'ils veulent _finir là_; je ne le crois, car
_rarement on voit les princes vivre, qui sont si subjugués... Dieu
vous garde d'en faire la preuve_...»--Elle lui offre ses bons offices:
«S'il vous plaît user de mon aide, vous verrez que nous leur ferons
ressentir avec la plus grande honte que jamais rebelles eurent...»
Salutation finale: «... Priant le Créateur vous assister de sa sainte
grâce et _vous relever les esprits_.--Très bonne sœur et cousine,
très assurée et fidèle, ELISABETH.»

Pendant que la trêve conclue avec Biron permettait au roi de Navarre
de fortifier ses places et de remettre ses troupes sur un bon pied,
l'armée de Mayenne, appuyée d'une partie des troupes de Matignon,
s'acheminait vers Castillon, où elle mit le siège, du 10 au 12
juillet. Cette entreprise fut une affaire de famille. Au double point
de vue militaire et politique, la prise de Castillon ne pouvait être
que d'une médiocre importance; Mayenne aurait dû attaquer plutôt
Sainte-Foy et surtout Bergerac. Mais Castillon appartenait à Henriette
de Savoie, sa femme, dont il trouva bon de recouvrer le bien avant de
guerroyer dans le seul intérêt de l'Etat. La place était défendue par
le baron de Savignac et Alain, un des meilleurs officiers de siège de
l'époque. La garnison se composait de neuf cents hommes d'une valeur
éprouvée. Il fallut, pendant un mois et demi, l'effort de toute
l'armée de Mayenne pour briser la résistance des assiégés, que
soutenaient, à l'extérieur, les escarmouches de nombreux détachements
dirigés par Turenne contre les assiégeants. Les munitions ayant
manqué à ceux-ci, et la peste s'étant mise dans leurs rangs, Mayenne
était sur le point de lever le siège, lorsque Matignon parvint à
décourager les défenseurs de la place, réduits à un très petit nombre
par la maladie et les combats, en empêchant l'entrée d'un secours
envoyé par Turenne et en se procurant des poudres que lui vendirent
des marchands de La Rochelle, «plus adonnés, dit Mézeray, à leur
profit particulier qu'à l'intérêt de la cause commune». Castillon
capitula le 31 août 1586[48]. Mayenne lui fit de dures conditions, et
le parlement de Bordeaux, appliquant les édits dans toute leur
rigueur, condamna à mort ceux des habitants de Castillon qui furent
livrés à sa justice. Ce nouvel exploit de Mayenne lui attira plus de
sarcasmes que de louanges, si l'on en juge par une note de L'Estoile:
«Au commencement de septembre (1586), arrivèrent à Paris les nouvelles
de Castillon rendu, lorsque les assiégés désespérant plutôt d'y
pouvoir vivre que de le défendre, toute composition étant honorable à
ceux qui ne pouvaient plus combattre et que la peste avait tellement
abattus que les médicaments leur étant faillis et les chirurgiens
morts, il n'y avait plus que deux femmes pour secourir les malades,
qui leur servaient de garde, de chirurgien et de médecin. La ville fut
donnée au pillage, mais on n'y trouva que quelques vieux haillons
pestiférés: en quoi on remarqua la bonne affection du duc de Mayenne à
l'endroit de l'armée du roi, à laquelle il bailla libéralement la
peste en pillage. Et ici finirent les trophées de ce grand duc, lequel
(comme dit Chicot à son maître, lorsqu'on lui en apporta les
nouvelles): «S'il ne prend, ce dit-il, que tous les ans trois villes
sur les huguenots, on en a encore pour longtemps.»

  [48] Appendice: XXXV.

Le premier chagrin passé de la prise de Castillon, le roi de Navarre
eut de quoi se consoler en voyant que le siège de cette place avait
achevé la ruine de l'armée de Mayenne. Décimée par les combats et par
la peste, mal payée, condamnée à courir de grands risques pour de
minces profits, cette armée se désagrégea rapidement, malgré les
efforts de Mayenne et de la Ligue pour obtenir du roi qu'elle fût
fortifiée d'hommes et d'argent. A l'entrée de l'automne, il n'en
restait pas quatre compagnies intactes, et le duc, jetant feu et
flammes contre la cour et contre Matignon, quitta la partie et le pays
en emmenant de vive force, comme son plus précieux trophée, Anne de
Caumont, jeune et riche héritière qu'il destinait à son fils. Mais
cette entreprise elle-même ne réussit pas dans la suite. Sur la
plainte de M. de La Vauguyon, tuteur de la jeune femme, Henri III
refusa d'autoriser le mariage rêvé par Mayenne, et Anne de Caumont
épousa plus tard le comte de Saint-Pol. Le jugement de L'Estoile sur
la campagne qui s'acheva par cet enlèvement est devenu celui de
l'histoire: «Le duc de Mayenne n'avait rien fait qu'accroître la
réputation du roi de Navarre et diminuer la sienne». Il fut poursuivi
jusque dans Paris par un brocard huguenot qui n'avait rien d'excessif:
«N'ayant pu prendre la Guienne, il a pris une fille». Mais un
semblable avortement n'était pas du goût de la Ligue et de la Maison
de Lorraine. Aussi, de retour à Paris, le duc de Mayenne fit-il
publier une pompeuse relation de ses faits et gestes; par malheur pour
lui, les calvinistes avaient des plumes expertes, et la relation fut
bafouée par Du Plessis-Mornay en personne[49].

  [49] Appendice: XXXVI.



CHAPITRE III

  Les ambassadeurs des princes protestants à Paris.--Leur requête
    et la réponse de Henri III.--Entrevue de Saint-Brice.--Méfiance
    des calvinistes.--Discussions pendant l'entrevue.--Ajournement
    et reprise des négociations.--Catherine de Médicis et
    Turenne.--Perfidie de la reine-mère.--Rentrée en
    campagne.--Reprise de Castillon par Turenne.--Succès du roi de
    Navarre en Saintonge et en Poitou.--L'armée du duc de Joyeuse
    et ses succès.--Joyeuse retourne à la cour.--Expédition de
    Henri jusque sur la Loire.--Le comte de Soissons et le prince
    de Conti entrent à son service.--Henri rétrograde jusqu'en
    Poitou.--Les trois nouvelles armées royales.--Henri III à
    Gien.--Le nouveau manifeste du roi de Navarre.


La trêve conclue en Saintonge entre le roi de Navarre et Biron, ou
plutôt accordée gracieusement par Biron au roi de Navarre, avait été
suggérée par Henri III, effrayé des entreprises de la Ligue et de la
perspective d'une invasion allemande. Des pourparlers avaient lieu
constamment pour amener une nouvelle entrevue de la reine-mère et du
roi de Navarre; Henri III se flattait de gagner son beau-frère en le
ramenant à la religion catholique, et Catherine se proposait, au
pis-aller, de faire tomber ce prince dans quelqu'un des pièges
familiers à sa diplomatie. La reine-mère était déjà venue en Poitou,
au mois de juillet; mais elle n'avait pu décider le roi de Navarre à
se prêter à une négociation personnelle. L'arrivée à Paris des
ambassadeurs des princes protestants et les allures de plus en plus
hautaines des chefs de la Ligue déterminèrent Catherine à faire de
nouvelles instances auprès de Henri. La démarche des princes
protestants avait un caractère comminatoire qu'il faut expliquer.

Ces princes, sollicités depuis deux ans par le roi de Navarre, avaient
pris enfin la résolution d'intervenir en France. «Très difficiles à
échauffer, dit Mézeray, et ne s'émouvant que par des raisons de grand
poids, ils différaient toujours à se mêler des affaires de leurs
voisins, jusqu'à ce qu'il leur eût manifestement paru qu'il s'agissait
purement de la religion, et non pas de l'obéissance des sujets envers
leur prince. Lorsqu'ils en furent pleinement informés par les édits
mêmes et les mandements du roi, et que le roi de Navarre leur eût
fourni des marchands qui assuraient les premiers paiements des
capitaines et gens de guerre, tant sur les joyaux qu'il avait fait
porter en ce pays-là par Ségur-Pardaillan, que sur les promesses de la
reine Elisabeth, et sur la caution du duc de Bouillon et de quelques
autres seigneurs, ils conclurent entre eux d'assister les
religionnaires tout de bon; mais auparavant ils jugèrent à propos de
députer une grande et solennelle ambassade vers le roi, par laquelle
ils l'exhorteraient de vouloir entretenir les édits de pacification;
croyant que si les prières de tant de princes et d'Etats ses anciens
alliés ne trouvaient point de lieu auprès de lui, au moins elles
témoigneraient que leur envie n'était pas de faire la guerre à un roi
de France de gaîté de cœur, mais de secourir les opprimés et de
maintenir la religion qu'ils professaient.»

Henri III s'efforça d'abord d'éconduire les ambassadeurs en affectant
de quitter Paris, de séjourner à Lyon, de voyager en divers lieux,
pendant qu'ils l'attendaient à deux pas du Louvre. Il lassa la
patience des uns, qui repartirent sans audience, mais ne put éviter
les autres ni leurs remontrances, qui tendaient d'une manière générale
au rétablissement des édits de pacification et contenaient des
reproches sur le peu de foi qu'il avait gardé aux huguenots. Le roi
n'accueillit qu'avec une extrême hauteur reproches, conseils et
souhaits, et congédia définitivement les ambassadeurs après une seule
audience. Il y eut quelque chose de légitime dans la fierté dont fit
preuve Henri III en cette occasion; mais les historiens s'accordent à
reconnaître qu'il lui eût été facile de faire sentir son autorité et
de maintenir sa dignité, sans jeter le gant à des princes dont il
pouvait déconcerter ou ajourner l'entreprise par une attitude moins
provoquante.

Après le départ des ambassadeurs protestants, Henri III se tourna avec
une vivacité nouvelle du côté du roi de Navarre. Catherine de Médicis,
malgré la goutte qui l'incommodait, se rendit à Poitiers et obtint
enfin, non sans une série de contre-temps et de laborieuses
négociations, qu'une conférence aurait lieu entre elle et le roi de
Navarre. Le rendez-vous fut pris au château de Saint-Brice, près de
Cognac, pour la mi-décembre. Henri et Condé, assistés de plusieurs
conseillers, s'y entourèrent de toutes les précautions imaginables. Le
château appartenait à un de leurs amis; mais cette sûreté ne leur
suffit pas, ni plusieurs autres que leur accordait Catherine. Ils
exigèrent la présence dans le voisinage de quatre de leurs régiments,
dont un gardait le château, pendant chaque séance. Par-dessous leurs
habits de gala, Henri, Condé, Turenne et d'autres chefs calvinistes
affectèrent de porter des armes défensives, et la reine-mère s'en
étonnant, Condé répondit: «C'est encore trop peu, Madame, d'un
plastron et d'une cuirasse pour se couvrir contre ceux qui ont faussé
les édits du roi. Nos biens ayant été mis à l'encan, il ne nous reste
plus que des armes, et nous les avons prises pour défendre nos têtes
proscrites.» Henri lui-même se départit de ses allures confiantes,
dont tout le monde connaissait l'habituelle bonhomie. Quand la
reine-mère voulait entretenir à part Henri, Condé ou Turenne, les deux
autres gardaient la porte eux-mêmes, comme le régiment gardait le
château. Catherine de Médicis était accompagnée des ducs de
Montpensier et de Nevers, du maréchal de Biron et de quelques
officiers ou gentilshommes dévoués à Henri III, mais non inféodés à la
Ligue. Son escorte n'aurait pu la tirer des mains des protestants,
s'ils eussent voulu porter la main sur elle, comme la pensée leur en
vint, ainsi que le raconte Mézeray: «Mais Henri, qui avait dans le
fond de l'âme, non pas à l'intérieur seulement, les véritables
sentiments d'honneur, abhorrait tellement toutes les lâchetés, qu'il
ne put consentir à celle-là, et crut indigne de sa générosité de se
servir des moyens qu'il avait si souvent reprochés à ses ennemis.»

L'histoire a recueilli sur la conférence de Saint-Brice un grand
nombre de détails qui peignent en traits pittoresques la situation et
les caractères. Voici, d'après l'historiographe Pierre Mathieu, la
plus grande partie du dialogue de la reine-mère et du roi de Navarre
dans la première entrevue:

«La reine-mère, après les révérences, embrassements et caresses dont
elle était fort libérale, parla en cette sorte: «Eh bien, mon fils,
ferons-nous quelque chose de bon?

--«Il ne tiendra pas à moi; c'est ce que je désire, repartit le roi de
Navarre.

--«Il faut donc que vous me disiez ce que vous désirez pour cela.

--«Mes désirs, Madame, ne sont que ceux de Votre Majesté.

--«Laissons ces cérémonies, et me dites ce que vous demandez.

--«Madame, je ne demande rien, et ne suis venu que pour recevoir vos
commandements.

--«Là, là, faites quelque ouverture.

--«Madame, il n'y a point ici d'ouverture pour moi.

--«Mais quoi, ajoute la reine, voulez-vous être la cause de la ruine
de ce royaume, et ne considérez-vous point qu'autre que vous après le
roi n'y a plus d'intérêt?

--«Madame, ni vous, ni lui ne l'ont pas cru, ayant dressé huit armées
pour cuider me ruiner.

--«Quelles armées, mon fils? Vous vous abusez. Pensez-vous que si le
roi vous eût voulu ruiner, il ne l'eût pas fait! La puissance ne lui a
pas manqué, mais il n'en a jamais eu la volonté.

--«Excusez-moi, Madame, ma ruine ne dépend point des hommes: elle
n'est ni au pouvoir du roi ni au vôtre.

--«Ignorez-vous la puissance du roi et ce qu'il peut?

--«Madame, je sais bien ce qu'il peut, et encore mieux ce qu'il ne
pourrait faire.

--«Eh quoi donc! ne voulez-vous pas obéir à votre roi?

--«J'en ai toujours eu la volonté, j'ai désiré de lui en témoigner les
effets, et l'ai souvent supplié de m'honorer de ses commandements,
pour m'opposer, sous son autorité, à ceux de la Ligue, qui s'étaient
élevés en son royaume, au préjudice de ses édits, pour troubler son
repos et la tranquillité publique.»

«Là-dessus la reine toute en colère: «Ne vous abusez point, mon fils,
ils ne sont point ligués contre le royaume; ils sont Français, et tous
les meilleurs catholiques de France, qui appréhendent la domination
des huguenots, et pour le vous dire tout en un mot, le roi connaît
leur intention, et trouve bon tout ce qu'ils ont fait. Mais laissons
cela; ne parlez que pour vous, et demandez tout ce vous voulez: le roi
vous l'accordera.

--«Madame, je ne vous demande rien; mais si vous me demandez quelque
chose, je le proposerai à mes amis et à ceux à qui j'ai promis de ne
rien faire ni traiter sans eux.

--«Or bien, mon fils, puisque vous le voulez comme cela, je ne vous
dirai autre chose, sinon que le roi vous aime et vous honore, et
désire vous voir auprès de lui, et vous embrasser comme son bon frère.

--«Madame, je le remercie très humblement, et vous assure que jamais
je ne manquerai au devoir que je lui dois.

--«Mais quoi, ne voulez-vous dire autre chose?

-«Et n'est-ce pas beaucoup que cela?

--«Vous voulez donc continuer d'être cause de la misère, et à la fin
de la perte de ce royaume?

--«Moi, Madame, je sais qu'il ne sera jamais tellement ruiné qu'il n'y
en ait toujours quelque petit coin pour moi.

--«Mais ne voulez-vous pas obéir au roi? Ne craignez-vous point qu'il
ne s'enflamme et s'irrite contre vous?

--«Madame, il faut que je vous dise la vérité: il y a tantôt dix-huit
mois que je n'obéis plus au roi.

--«Ne dites pas cela, mon fils.

--«Madame, je le puis dire; car le roi, qui m'est comme père, au lieu
de me nourrir comme son enfant et ne me perdre, m'a fait la guerre en
loup; et quant à vous, Madame, vous me l'avez faite en lionne.

--«Eh quoi! ne vous ai-je pas toujours été bonne mère?

--«Oui, Madame; mais ce n'a été qu'en ma jeunesse: car depuis six ans
je reconnais votre naturel fort changé.

--«Croyez, mon fils, que le roi et moi ne demandons que votre bien.

--«Madame, excusez-moi, je reconnais tout le contraire.

--«Mais, mon fils, laissons cela; voulez-vous que la peine que j'ai
prise depuis six mois ou environ demeure infructueuse, après m'avoir
tenue si longtemps à baguenauder?

--«Madame, ce n'est pas moi qui en suis cause; au contraire, c'est
vous. Je ne vous empêche que vous reposiez en votre lit; mais vous,
depuis dix-huit mois, m'empêchez de coucher dans le mien.

--«Et quoi! serai-je toujours en cette peine, moi qui ne demande que
le repos?

--«Madame, cette peine vous plaît et vous nourrit; si vous étiez en
repos, vous ne sauriez vivre longuement.

--«Comment, je vous ai vu autrefois si doux et si traitable, et à
présent je vois sortir votre courroux par les yeux, et l'entends par
vos paroles.

--«Madame, il est vrai que les longues traverses et les fâcheux
traitements dont vous avez usé à mon endroit m'ont fait changer et
perdre ce qui était de mon naturel.

--«Or bien, puisque ne pouvez faire de vous-même, regardons à faire
une trêve pour quelque temps, pendant lequel vous pourrez conférer et
communiquer avec vos ministres et vos associés, afin de faciliter une
bonne paix, sous bons passeports, qui à cette fin vous seront
expédiés.

--«Eh bien! Madame, je le ferai.

--«Eh quoi, mon fils, vous vous abusez! Vous pensez avoir des reîtres,
et vous n'en avez point.

--«Madame, je ne suis pas ici pour en avoir nouvelles de vous.»

Par cette première entrevue, qui se passa toute en semblables propos,
la reine-mère se convainquit de la difficulté de sa mission. Il était
évident que le roi de Navarre venait à elle plutôt avec le parti pris
de ne pas s'accommoder qu'avec des idées de conciliation. Elles
étaient, en effet, loin de son esprit, parce que derrière la
reine-mère ou derrière le roi de France, non irréconciliables, comme
la suite le prouva, Henri et ses amis voyaient la Ligue, leur ennemie
mortelle, dont la destruction seule pouvait assurer leur existence.
Catherine pourtant ne s'avoua pas vaincue; elle eut encore deux
entrevues avec le roi de Navarre. Dans la seconde, elle lui demanda de
contremander la levée allemande, et insista sur le changement de
religion, première condition d'un accord et d'une paix durables.
«Madame, répondit Henri, le respect du roi et ses commandements m'ont
fait demeurer faible et donner aux ennemis, avec la force, l'audace
qui est la fièvre de l'Etat. Votre accusation est comme celle du loup
à l'agneau; car mes ennemis boivent à la source des grandeurs. Vous ne
me pouvez accuser que de trop de fidélité; mais moi je me puis
plaindre de votre mémoire, qui a fait tort à votre foi.» Il se
défendit de toute concession au sujet de la levée allemande, faisant
sentir à la reine qu'il pénétrait l'arrière-pensée cachée sous cette
demande, et qu'il n'était pas homme à se désarmer, quand on
s'efforçait de l'accabler de toutes parts. Et quant au changement de
religion: «Comment, ajouta-t-il, ayant tant d'entendement, êtes-vous
venue de si loin pour me proposer une chose tant détestée et de
laquelle je ne puis délibérer avec conscience et honneur que par un
légitime concile auquel nous nous soumettrons, moi et les miens?»

Les conseillers de Catherine, prenant à leur tour la parole,
s'efforcèrent de séduire Henri par la perspective des bonnes grâces
royales, dont il tirerait de si grands avantages. Le roi de Navarre
avait réponse à tout; et Nevers, ayant eu la hardiesse de lui dire:
«Sire, vous seriez mieux à faire la cour au roi de France qu'au maire
de La Rochelle, où vous n'avez pas le crédit d'imposer un sou en vos
nécessités», ce duc, d'origine italienne, s'attira cette piquante
réponse, qui visait Catherine de Médicis et tous ses compatriotes si
bien en cour: «Nous n'entendons rien aux impositions, car il n'y a pas
un Italien parmi nous. Je fais à La Rochelle ce que je veux, n'y
voulant que ce que je dois.»

Catherine tenta un nouvel effort dans une troisième entrevue. Elle
proposa de suspendre pour une année l'exercice de la religion
réformée, et de conclure en même temps une trêve, afin de pouvoir
assembler les Etats-Généraux auxquels on soumettrait les conditions
d'un accommodement. Mais Henri et Condé «connurent bien que cet
expédient ne tendait qu'à détourner le grand secours d'Allemagne,
qu'ils ne pourraient jamais rassembler, s'il était une fois dissipé;
ils consentirent seulement, au cas qu'on leur promît un concile et que
le roi leur en donnât lettres, de faire des trêves pendant lesquelles
ils manderaient les députés des provinces, sans lesquels ils ne
pouvaient rien conclure». A son tour, Catherine refusa, si bien qu'il
ne put y avoir accord que sur une trêve de douze jours, pour donner le
temps de rendre compte de la conférence au roi et de prendre ses
nouveaux ordres. Là-dessus la reine-mère se retira à Niort, puis à
Fontenay, et le roi de Navarre à La Rochelle. La trêve expirait le 6
janvier. Catherine s'efforça de renouer les négociations, mais Henri
ne voulut plus traiter en personne. Il envoya à Fontenay le vicomte de
Turenne, qui «traitait adroitement de plusieurs choses avec la
reine-mère, dit Davila, mais n'en concluait aucune».

Le dernier mot de Catherine fut que le roi voulait une seule religion
dans son royaume, et Turenne, en arrivant aux sarcasmes, répondit:
«Les calvinistes le veulent bien aussi, Madame, pourvu que cette
religion soit la leur; autrement il faut se battre». Ainsi finit la
conférence. Catherine chercha les moyens de la recommencer, jusqu'au
mois de février, où quelques troubles suscités par les Seize la
rappelèrent à Paris.

Mais la diplomatie de la reine-mère, après avoir échoué dans les
négociations directes, faillit réussir par les bruits perfides qui
coururent touchant la conférence de Saint-Brice. Pendant qu'elle
avait lieu, Catherine manœuvra de telle sorte que l'on commençait à
douter des résolutions du roi de Navarre. Il fut obligé d'en écrire à
ses amis pour rétablir la vérité: il la fit connaître tout au long, en
France et à l'étranger, dès que les pourparlers eurent pris fin. «Il
s'est passé, écrivait-il de La Rochelle, beaucoup de temps aux traités
d'avec la reine, sans beaucoup de certitude du fruit qu'on en devait
attendre, qui m'a fait toujours résoudre de ne m'attacher point si
fort à la suite de cette négociation que le soin de pourvoir à nos
affaires en fût amoindri. Les mouvements qui sont depuis survenus à
Paris l'ont rappelée, et j'ai évité, à son départ, qu'elle eût
occasion ni prétexte de se plaindre de nous, lui ayant fait offrir par
M. de Turenne d'employer ma personne et tous mes biens pour rétablir
l'autorité du roi anéantie par ceux de la Ligue et acquérir un
perdurable repos à ses sujets.» Il ajoutait à ses explications l'avis
de sa prochaine rentrée en campagne. Et, en effet, il s'était déjà
empressé d'envoyer Turenne mettre tout en ordre, en Guienne, en
Gascogne et dans le Haut-Languedoc. Turenne vit à Castres le maréchal
de Montmorency, remplit sa mission dans diverses provinces et revint
pour reprendre Castillon, ce qu'il fit en un tour de main. Alain, le
vaillant défenseur de la place contre Mayenne, fit dresser au bon
endroit une échelle, qui introduisit les assiégeants dans la place,
Turenne en tête. La prise de Castillon avait coûté plus de deux cent
mille écus à Mayenne; Turenne la reprit avec une échelle qui valait
bien quatre écus: beau sujet d'épigrammes pour les adversaires de la
Ligue et les ennemis particuliers de la Maison de Lorraine.

Le roi de Navarre, de son côté, s'était remis à l'œuvre. Du mois
d'avril au mois de juin, il prit, en Saintonge et en Poitou, une
vingtaine de villes et de châteaux, entre autres Talmont, Chizé,
Sauzé, Saint-Maixent, Fontenay. Une lettre datée de Saint-Maixent et
adressée au duc de Montpensier peut donner une idée de l'activité
qu'il déploya dans cette campagne: «Je n'ai point couché dans mon lit
depuis quinze jours, disait-il, par les soins, la fatigue ou les
tracas que la conduite de l'artillerie apporte.»

En juin, il eut devant lui une armée commandée par le duc de Joyeuse
et qui ne permit pas à ses petites troupes de tenir régulièrement la
campagne. Il fortifia les garnisons de ses meilleures places, rasa
les plus faibles et s'en tint aux escarmouches. Joyeuse prit
Tonnay-Charente et Maillezais, reprit Saint-Maixent, écrasa un parti
huguenot, à la Mothe-Saint-Eloi, et se montra partout impitoyable. Il
arrivait déjà près de La Rochelle, lorsque, prétextant quelques
maladies qui fatiguaient ses troupes, il les laissa sous les ordres de
Lavardin, son maréchal de camp, et repartit pour la cour, où il
redoutait fort les entreprises et les succès de son rival, le duc
d'Epernon. Le jour de son arrivée à Paris, un courrier lui apportait
la nouvelle d'une défaite que le roi de Navarre venait d'infliger à
son armée. «Comme le roi de Navarre, dit Mézeray, fut averti par un
nommé Despondes son domestique, qui était prisonnier de Joyeuse, que
Lavardin remmenait son armée, il se résolut de la suivre et de la
charger sur sa retraite, lorsqu'elle croirait être bien loin de tout
danger. Il en attrapa et défit plusieurs compagnies, entre autres
celle des gens d'armes du duc logée à Vismes, deux lieues en deçà de
Chinon, où il prit la cornette blanche. Lavardin, étonné de savoir que
sa cavalerie avait ainsi été surprise et taillée en pièces dans ses
logements, se rangea le plus promptement qu'il put dans la petite
ville de La Haye sur la Creuse. Le roi de Navarre l'y investit
aussitôt, s'assurant bien de le forcer dans l'épouvante où il le
voyait; mais, faute de canon, dont quelques-uns rejetaient la faute
sur la jalousie du prince de Condé qui avait dû en amener, il ne put
parachever un si beau dessein.»

Il est probable qu'en poussant de la sorte les troupes de Lavardin,
Henri avait recherché, outre les succès obtenus, l'occasion d'aller
au-devant de son cousin, le comte de Soissons. Ce prince venait de
prendre, avec le prince de Conti, la résolution de combattre sous les
drapeaux du roi de Navarre. De Montsoreau, où il s'arrêta, Henri
envoya Turenne vers le comte de Soissons, qui arriva bientôt à la tête
de trois cents gentilshommes et de mille arquebusiers. Le prince de
Conti devait rallier prochainement l'armée avec d'autres troupes,
qu'il s'occupait de réunir au delà de la Loire. Avec les forces que
Turenne venait de lui amener, le roi de Navarre était en mesure de
tenir la campagne, mais il avait à choisir entre deux directions: ou
marcher un peu à l'aventure, et peut-être prématurément, vers l'armée
des reîtres, qui venait à peine de franchir la frontière, ou
rebrousser en Poitou, s'y fortifier et partir de là, à bon escient,
pour aller donner la main aux auxiliaires. Le second parti prévalut,
et l'armée rétrograda. Or, sur ces entrefaites, Henri III, pressé par
la Ligue, venait de mettre sur pied trois nouvelles armées: la
première, commandée par le duc de Guise, reçut l'ordre de s'opposer à
la marche des Allemands; la deuxième, formée des troupes restées sous
le commandement de Lavardin, mais fortifiée de cavalerie et d'une
magnifique troupe de noblesse, allait être menée contre le roi de
Navarre par le duc de Joyeuse; la troisième enfin, conduite par Henri
III en personne, devait opérer sur la Loire. Au mois d'août, la France
entière était couverte de soldats. «C'était pitié, dit Mézeray, de
voir alors ce misérable royaume gémissant sous le faix insupportable
de tant d'armées qui le ravageaient sans miséricorde. Car le duc de
Joyeuse en conduisait une en Guienne, le roi de Navarre y en avait une
autre, Matignon une troisième; Montmorency et Lesdiguières en levaient
une en Languedoc et Dauphiné; le prince de Conti ralliait tout ce
qu'il pouvait d'hommes dans l'Anjou et pays du Maine; cette armée
étrangère, semblable à un essaim de sauterelles, dévorait toutes les
contrées par où elle passait; et celle du roi, qui s'était ramassée de
toutes les provinces, avec le désordre et les pillages qui sont
ordinaires dans un temps de licence, ravageait ces riches pays qui
sont depuis Orléans jusqu'à Nevers.»

Henri III partit de Paris, le 12 septembre, pour aller rejoindre son
armée à Gien; le duc de Guise et le duc de Joyeuse étaient déjà en
campagne; Lesdiguières en Dauphiné, Montmorency en Languedoc étaient
aux prises tantôt avec les troupes royales, tantôt avec les partisans
de la Ligue. Avant que cette grande levée de boucliers fût complète,
vers la mi-juillet, le roi de Navarre, d'accord avec le prince de
Condé et le duc de Montmorency, avait lancé un nouveau manifeste
destiné à justifier sa prise d'armes et à en expliquer les mobiles. Ce
document faisait le procès à la Ligue et aux Guises, déclarait que les
religionnaires prenaient les armes uniquement pour «garantir et
défendre le roi, la Maison de Bourbon et tous les bons Français de
l'oppression des ennemis conjurés de la couronne et de l'Etat», et
concluait en ces termes: «Nous, Henri, roi de Navarre, premier prince
et pair de France, Henri de Bourbon, prince de Condé, et Henri de
Montmorency, premier officier de la couronne et maréchal de France...,
supplions S. M. d'avoir pour agréable la prise de nos armes et de
croire que nous ne les prenons que pour elle, pour sa liberté et pour
son service; que nous sommes prêts d'aller la trouver dans tel
endroit qu'il lui plaira nous commander. Prions aussi tous rois,
princes, seigneurs..., tant voisins qu'alliés de cette couronne, nous
vouloir assister et secourir... Déclarons tous ceux qui s'y opposeront
ennemis conjurés de cet Etat et de la tranquillité de ce royaume,
protestant les prendre en notre protection et sauvegarde..., sans rien
altérer ni innover en aucune façon, ainsi que nous agissons en
Guienne, Languedoc et Dauphiné.»



CHAPITRE IV

  Le duc de Joyeuse cherche la bataille, et le roi de Navarre
    temporise.--Les motifs de la poursuite et ceux de la
    temporisation.--Joyeuse dédaigne l'appui de
    Matignon.--Occupation de Coutras.--Henri veut éviter la
    bataille en passant l'Isle.--Joyeuse ne lui laisse pas achever
    cette manœuvre.--Jactance de Joyeuse.--Journée de Coutras.--Le
    champ de bataille.--Les deux armées.--Echec des
    calvinistes.--Revanche.--Les grandes charges et la
    mêlée.--Défaite de l'armée catholique.--Exploits du roi de
    Navarre.--Mort de Joyeuse.--Les pertes des deux armées.--Après
    la victoire.--Grandeur d'âme de Henri.--Controverses sur la
    journée de Coutras.--Lettre au roi de France.--Lettre à
    Matignon.


Le roi de Navarre, en se repliant vers le midi, même avant l'arrivée
de Joyeuse, comptait s'ouvrir un chemin par la Guienne et le
Languedoc, pour aller faire sa jonction avec les auxiliaires
allemands; mais Joyeuse avait reçu l'ordre de le suivre, de le
harceler, en se concertant avec Matignon, de telle sorte que,
enveloppé par les deux armées royales, il fût impossible à Henri
d'éviter une bataille, qu'on pensait lui devoir être fatale, et dont
la perte le mettrait, lui et la cause protestante, à la merci de Henri
III. Si Joyeuse eût été un homme de guerre expérimenté, capable de
suspendre ses coups pour en assurer l'effet, ce plan devait réussir,
puisque, malgré l'incapacité de ce général, il s'en fallut de peu que
le roi de Navarre n'eût à combattre à la fois les deux armées, dont
c'eût été miracle qu'il triomphât. Mais le duc de Joyeuse, poussant la
bravoure jusqu'à la témérité, entouré de gentilshommes ardents et
ambitieux comme lui, s'imagina que joindre le roi et le battre,
c'était tout un, et qu'une armée de dix mille hommes n'avait pas
besoin de s'appuyer sur celle de Matignon pour défaire en bataille
rangée sept ou huit mille huguenots qui semblaient fuir devant lui.
Il courait donc sans relâche sur les traces du roi de Navarre, tandis
que ce prince, qui sentait qu'une seule bataille perdue pourrait
ruiner sa cause, cherchait à gagner les pays de la Dordogne, où les
places qu'il possédait lui faciliteraient la résistance, d'abord, et
ensuite la marche en avant du côté de l'armée étrangère. Il arriva, le
19 octobre, au passage de Chalais et d'Aubeterre, au moment où le duc
établissait son quartier général à La Roche-Chalais. L'occupation de
Coutras devait protéger ou contrarier les mouvements du roi; Henri et
Joyeuse eurent la même pensée, qui les amena presque simultanément à
se disputer ce poste. Mais Joyeuse, pourtant invité par un émissaire
de Matignon à faire diligence pour s'emparer de Coutras, n'y envoya
Lavardin que tard, et avec des forces insuffisantes pour s'y
maintenir. Lavardin y était à peine, que La Trémouille, chargé d'une
mission semblable par le roi de Navarre, s'y jeta à corps perdu avec
deux cent cinquante salades, et força l'ennemi à rebrousser jusqu'à La
Roche-Chalais. A deux heures du matin, le 20 octobre, l'armée
calviniste passa la Drône et se logea dans Coutras et dans les
villages voisins, excepté l'artillerie, la cavalerie légère, commandée
par La Trémouille, et une troupe de quatre-vingts salades sous les
ordres de La Boulaye, qui allèrent se poster entre Coutras et la
Roche-Chalais. Suivant son plan de retraite, le roi de Navarre se mit
en devoir d'effectuer le passage de l'Isle. La moitié de l'artillerie
et des bagages, confiés aux soins de Clermont d'Amboise et de Rosny,
était déjà passée, lorsque les batteurs d'estrade calvinistes vinrent
annoncer les mouvements de l'armée royale, qui faisaient présumer
qu'elle serait en vue au point du jour. A cette nouvelle, le roi de
Navarre ordonna de faire repasser promptement du côté de Coutras tout
ce qu'on avait transporté sur l'autre bord, et désigna un monticule
pour y placer les trois pièces qui composaient son artillerie. Malgré
tous les efforts de Clermont d'Amboise et de ses officiers, les deux
armées étaient déjà aux prises, avant que cette artillerie eût pu
servir; mais elle n'en contribua pas moins au gain de la bataille.

Quelques historiens, sans y prendre garde, ont parlé d'un conseil de
guerre tenu par le roi de Navarre, dans lequel on aurait longuement
discuté les avantages et les dangers d'une rencontre. L'heure où cette
discussion aurait eu lieu n'est point celle où nous sommes arrivés
dans notre récit. Avant que le roi ordonnât le passage de l'Isle,
l'action n'avait pas été résolue, puisque la retraite continuait, et
dès que l'on sut que Joyeuse arrivait sur Coutras, il ne fut pas
besoin de conseil de guerre pour décider qu'on se battrait: le roi et
ses lieutenants n'eurent qu'à concerter entre eux le plan de la
bataille. Ils envisagèrent avec courage la nécessité où ils se
trouvaient, et s'y comportèrent avec un héroïsme que la victoire
couronna. Henri ne choisit ni le lieu ni l'heure; il fut forcé
d'accepter l'un et l'autre, et le triomphe qui l'attendait, il ne
l'ambitionna, on peut l'affirmer, que lorsqu'il lui fallut vaincre ou
périr. Du côté de Joyeuse, il en fut autrement. On n'a jamais bien su
si le duc se flattait, comme l'ont dit quelques-uns, de l'espoir de
devenir le chef de la Ligue, à laquelle appartenait plus qu'au roi de
France l'armée sous ses ordres; mais il avait, d'ailleurs, toutes les
ambitions, toutes les témérités et toutes les vanités. Le 19 octobre,
au soir, quand il sut que le roi de Navarre était à portée de ses
coups, il ne put se contenir. Assemblant ses officiers, moins pour
délibérer que pour faire échange de jactance, il leur dit tenir de
Henri III l'ordre de combattre en toute occasion le Béarnais; que,
même sans cet ordre, il n'hésiterait pas à l'attaquer avec la forte
armée et la brillante noblesse qui marchaient sous ses enseignes; qu'à
la vérité, il pouvait compter sur la prochaine arrivée de Matignon,
mais qu'il n'était pas besoin de toutes ces forces pour anéantir des
hordes de rebelles et d'aventuriers. Ce discours, qui se tenait au
souper du duc, fut suivi d'acclamations, et l'on raconte que les
convives s'engagèrent par serment à ne faire aucun quartier aux
huguenots. Ces bravades irritèrent tellement l'impatience de Joyeuse,
qu'il fit partir sa cavalerie légère à dix heures du soir et battre
aux champs à onze, pour la faire suivre par le reste de l'armée. Dans
la nuit, les coureurs des deux partis se livrèrent à quelques
escarmouches de peu d'importance.

«Au soleil levant, la cavalerie légère du duc, qui faisait son
avant-garde, ayant aperçu celle du roi de Navarre à une lieue et demie
de Coutras, vint, sans délibérer, fondre sur elle. Le duc de La
Trémouille soutint bravement le choc; mais, comme il ne voulait point
s'engager, et que, suivant les ordres du roi de Navarre, il ne pensait
qu'à faire sa retraite vers Coutras, il fit mettre pied à terre à
soixante de ses arquebusiers et leur fit occuper un défilé. La
Roche-Galet se mit à leur tête et s'acquitta parfaitement d'une si
dangereuse commission par le feu qu'il fit sur la cavalerie ennemie;
mais il courait risque d'y périr avec tous ses soldats, sans une
vigoureuse charge que fit le capitaine Harambure. Sur ces entrefaites,
arriva La Boulaye avec ses quatre-vingts salades; le nouveau feu qu'il
fit sur les ennemis les fit reculer de cinq cents pas et donna moyen
au duc de La Trémouille de faire sa retraite en bon ordre.

«Lorsqu'il arriva, le roi de Navarre rangeait son infanterie et ses
hommes d'armes en bataille dans une garenne proche de Coutras, et il
fit prendre poste, à côté, au duc de La Trémouille, à la tête de la
cavalerie légère. Mais, ayant fait réflexion qu'il n'avait pas de quoi
garnir un grand chemin plein de buissons, entre cette cavalerie et le
reste des troupes, et que cet endroit était trop fourré, il résolut de
changer de terrain. Le capitaine Favas lui représenta qu'il était un
peu tard de prendre ce parti, vu qu'il ne pouvait le faire sans prêter
le flanc aux ennemis; mais, ayant délibéré avec ce capitaine et le
vicomte de Turenne, il jugea que l'armée du duc de Joyeuse n'étant pas
encore là tout entière ni tout à fait rangée, elle n'entreprendrait
pas de l'attaquer durant ce mouvement; et ainsi il fit avancer un peu
son armée sur la droite, au delà du grand chemin.

«La plaine où il la rangea était de six à sept cents pas d'étendue en
largeur. L'armée avait à dos le bourg de Coutras et à sa gauche le
ruisseau de Palar; elle s'étendait à droite de la garenne de Coutras
et dans un petit bois taillis, au delà duquel le roi de Navarre posta
deux mille fantassins. La cavalerie faisait la première ligne. La
Trémouille eut la droite, ayant devant lui Vignolles avec cent vingt
arquebusiers. A la gauche de La Trémouille, était le vicomte de
Turenne avec la cavalerie de Gascogne. Plus loin, en tirant toujours
vers la gauche, était le prince de Condé, et puis le roi de Navarre
jusqu'au bord du grand chemin. Les deux escadrons des deux princes
étaient chacun de trois cents chevaux; celui du comte de Soissons, de
deux cents chevaux seulement, fermait cette gauche.

«Le roi de Navarre suivit, en cette rencontre, une manière de l'amiral
de Coligny, dont il avait remarqué l'utilité: ce fut de mettre des
arquebusiers à pied à côté de chaque escadron. Leur emploi était
d'attendre de pied ferme les escadrons ennemis, et de ne tirer sur eux
que de vingt pas pour ne pas le faire inutilement. Ces petits
bataillons étaient seulement de cinq de front et autant de file; les
premiers étaient ventre à terre, les seconds sur un genou, les
troisièmes penchés, et ceux de derrière debout, pour faire tous leurs
décharges en même temps.

«Comme le bois de la droite était un poste très important, on avait
mis de ce côté-là la plus grande partie de l'infanterie, et il n'en
restait que très peu pour la gauche. D'Aubigné représenta fortement au
roi le danger de ce défaut, mais il était difficile d'y remédier, car
de faire marcher de l'infanterie, de la droite, par derrière l'armée,
c'était lui faire prendre un chemin bien long, et il était fort
hasardeux de la faire passer à la tête de l'armée, en présence de
celle de l'ennemi qui se rangeait. Le parti que prit le roi de Navarre
fut de tirer soixante arquebusiers de chacun des régiments de
Valiraux, de Montgomery, des Bories, de Belzunce et de Salignac, et de
les faire courir à la débandade entre les deux armées, ce qu'ils
exécutèrent heureusement.

«La disposition de l'armée du duc de Joyeuse se fit de cette sorte. Il
opposa au bois de la droite du roi de Navarre un gros d'infanterie,
composé des régiments de Picardie et de Tiercelin, où il y avait
environ dix-huit cents mousquetaires, et le fit soutenir de mille
corcelets. Ceux-ci avaient à leur droite un escadron de quatre cents
lances; suivait à côté un autre de cinq cents, opposé à celui du
vicomte de Turenne; au delà, en tirant toujours vers la droite, était
la cornette blanche du duc de Joyeuse, et dix des plus belles
compagnies de gens d'armes qu'on eût vues depuis longtemps. Le gros
était de treize à quatorze cents lances. La droite était fermée par un
bataillon de Cluseaux et par sept cornettes d'arquebusiers à cheval;
tout cela faisant en cet endroit environ deux mille cinq cents hommes.
L'artillerie, qui n'était que de deux canons, fut placée entre la
cornette du duc et l'escadron de cinq cents lances. Celle du roi de
Navarre, qui n'avait non plus que deux canons et une coulevrine,
arriva au moment qu'on était prêt de donner, et fut placée sur un
petit tertre de sable, à la droite de l'escadron du comte de Soissons.

«Ces deux armées étaient à peu près égales en nombre d'infanterie,
celle du duc étant de cinq mille fantassins, et celle du roi de
Navarre de quatre mille cinq cents. Pour ce qui est de la cavalerie,
ce prince n'avait que douze à treize cents chevaux, et le duc deux
fois autant, beaucoup mieux équipés, et dans ce nombre beaucoup de
gendarmerie.

«A en juger par ce qui paraissait à la vue, l'armée du duc de Joyeuse
était une des plus lestes qui se fussent mises de longtemps en
campagne. Grand nombre de seigneurs s'étaient à l'envi mis en dépense,
pour briller dans cette expédition presque comme dans une fête, et
avaient fourni libéralement aux frais des équipages d'une infinité de
gentilshommes leurs amis ou leurs serviteurs, qui étaient à leur
suite. On ne voyait de tous côtés que gens tout chamarrés d'or et
d'argent, de magnifiques écharpes, des bouquets de plumes en forme
d'aigrettes flottantes sur les casques, des armes luisantes et dorées,
des chevaux richement harnachés; au lieu que, dans l'armée du roi de
Navarre, les soldats, pour la plupart, étaient mal habillés, les
chevaux sans housses, les princes et le roi de Navarre même fort
simplement vêtus.»

Il était neuf heures. Les deux armées étaient complètement rangées, et
l'artillerie commençait à jouer, lorsque le roi de Navarre, qui, à
diverses reprises, avait adressé la parole aux officiers et aux
soldats, se tourna vers les princes de Condé et de Soissons, et leur
dit simplement: «Souvenez-vous que vous êtes du sang de Bourbon, et
vive Dieu! je vous ferai voir que je suis votre aîné!--Et nous,
répondit le prince de Condé, nous vous montrerons que vous avez de
bons cadets!» Alors, sur un signal attendu, deux ministres, La
Roche-Chandieu, qui était aussi un homme de guerre, et Louis d'Amours,
firent la prière, à laquelle s'unirent de cœur le roi, les princes et
toute l'armée protestante. A ce spectacle, des railleries éclatèrent
parmi les jeunes gentilshommes de l'armée catholique.--«Ils se
confessent, ils sont à nous! disaient-ils.--Ne vous y fiez pas,
répliqua de Vaux (ou Lavardin), qui connaissait ces rudes adversaires:
quand les huguenots font cette mine, ils ont envie de se bien battre.»

«Le premier succès des deux artilleries ne fut pas égal. Celle des
catholiques, fort mal placée et mal tirée, ne tua qu'un cheval, et
après quelques volées, on fut obligé de la changer de place, au lieu
que celle du roi de Navarre, admirablement bien servie par l'habileté
de Clermont d'Amboise, faisait un grand effet. Le premier coup donna
dans la cornette blanche du duc de Joyeuse: ce qui parut à
quelques-uns d'un mauvais présage. Elle fit un grand ravage dans la
cavalerie et dans le régiment de Picardie, dont des files de dix-huit
et vingt hommes furent emportées.

«Lavardin, voyant ce ravage, piqua vers le duc, et lui dit en colère:
«Monsieur, nous perdons pour attendre, il faut jouer.» La permission
lui ayant été donnée de charger, il se met à la tête de son escadron,
fait sonner la charge, et partant en même temps avec le capitaine
Mercure, commandant d'une troupe d'Albanais, ils donnent l'un et
l'autre de furie, Lavardin sur l'escadron de La Trémouille, et Mercure
sur celui de Harambure. Ils les rompirent, et les vainqueurs
poursuivirent les fuyards jusque dans Coutras; ceux-ci, pour la
plupart, ayant traversé la Drône, se sauvèrent à toutes jambes, et
entre autres plus de vingt gentilshommes qui s'étaient signalés en
plusieurs rencontres. Quelques-uns fuirent jusqu'à Pons, et y allèrent
répandre la nouvelle de la déroute entière du roi de Navarre. La
Trémouille, se voyant abandonné de ses gens, se retira à l'escadron du
vicomte de Turenne, qui, dans le moment, fut enfoncé par Montigny, et
aussi malmené: de sorte qu'il fut contraint de gagner, lui troisième,
avec La Trémouille et le capitaine Chouppes, l'escadron du prince de
Condé.

«Comme les fuyards de l'escadron de Turenne passaient auprès de celui
du prince, Montausier et Vaudoré, qui étaient auprès de lui, crièrent
de toutes leurs forces: «Au moins, Messieurs, ceux qui s'enfuient ne
sont ni Saintongeois ni Poitevins». Ils parlaient de la sorte par la
jalousie qu'ils avaient contre les Gascons, dont le roi de Navarre
exaltait sans cesse la bravoure. Cette raillerie eut un très bon
effet; car, se sentant piqués jusques au vif d'un tel reproche, au
lieu de fuir vers Coutras, comme les autres avaient fait, quelques
officiers gascons prirent à droite avec une partie de bons soldats, et
ils firent, dans la suite de la bataille, très bien leur devoir.

«Tandis que la cavalerie légère du roi de Navarre était si maltraitée,
le peu d'infanterie qu'il avait jetée à sa gauche fut attaquée par
deux cents enfants perdus, détachés du régiment de Cluseaux qu'elle
avait en tête. Les capitaines Saint-Jean-de-Ligoure et Caravez
allèrent au-devant avec six-vingt de leurs gens, et les reçurent si
bien, qu'ils les recognèrent jusqu'à leurs piquiers.

«Ce fut dans ce même temps que de cet endroit on vit fuir les
escadrons de Turenne et de La Trémouille, et que l'on commença à crier
victoire dans l'armée catholique. Il y a des moments dans lesquels
tout dépend de la disposition d'esprit où se trouve le soldat. Ce
premier malheur, qui devait naturellement décourager cette infanterie
huguenote, lui inspira de la fureur. Les capitaines Montgomery et
Belzunce leur crièrent: «Enfants, il faut périr; mais il faut que ce
soit au milieu des ennemis; allons, l'épée à la main, il n'est plus
question d'arquebuses». Et se mettant avec les autres officiers à la
tête du bataillon, qui n'était pas de plus de trois cents hommes, ils
marchent, tête baissée, à l'infanterie catholique plus nombreuse des
deux tiers que la leur, se jettent au travers des piques, les écartant
ou les arrachant aux piquiers, l'enfoncent et la mettent en une
entière déroute.

«L'infanterie du roi de Navarre ne se comporta pas avec moins de
bravoure à la droite de l'armée, où le capitaine Charbonnières chargea
les régiments de Tiercelin et de Picardie, qui avaient gagné le fossé
du bouquet de bois où ce prince avait mis le gros de ses fantassins.
Ces deux régiments furent défaits à plate couture, et il se fit, à cet
endroit, un grand massacre.

«Toutes ces trois charges se firent dans le même temps. Le duc de
Joyeuse, ayant vu la déroute d'une partie de la cavalerie huguenote,
ne tarda pas à s'ébranler, pour aller enfoncer les deux gros escadrons
du roi de Navarre et du prince de Condé et celui du comte de Soissons,
qui n'avaient point encore combattu. Ce fut là que l'on vit combien la
valeur en de telles occasions est inutile sans l'expérience et la
discipline militaire. La gendarmerie du duc de Joyeuse était aux
premiers rangs, la lance en arrêt sur la cuisse, pour enfoncer et
culbuter la tête des escadrons opposés. Dans ces sortes d'assaut de
gendarmerie, deux choses étaient essentielles: la première, que les
gendarmes marchassent serrés et sur la même ligne, afin que l'effort
se fît en même temps de tout le front; la seconde, qu'ils ne prissent
pas trop longue carrière, ainsi qu'on parlait alors, c'est-à-dire,
qu'ils ne commençassent pas de trop loin à courir à bride abattue,
pour ne se pas mettre hors d'haleine, ni eux ni leurs chevaux, et ne
pas perdre une partie de leurs forces, étant extrêmement chargés du
poids de leurs armes. La fougue qui emportait cette jeune noblesse
l'empêcha d'observer ces deux règles. Plusieurs, en approchant des
escadrons ennemis, étaient hors de rang de la longueur de leurs
chevaux, et, ayant pris carrière de trop loin, cela fut cause que
presque pas un d'eux ne désarçonna celui qu'il attaquait; mais ce qui
les déconcerta le plus, fut la décharge qui se fit très à propos et de
fort près par les arquebusiers que le roi de Navarre avait placés à
côté de chaque escadron; une infinité en fut jetée par terre, et les
escadrons de ce prince qui n'avaient pas branlé, jusqu'à ce que les
ennemis fussent à dix pas d'eux, ayant piqué et enfoncé par les
brèches avec des lances plus courtes et par conséquent plus fortes,
les percèrent et les serrèrent de si près que la plupart ne purent se
servir de leurs longues lances, et furent obligés de les lever en
l'air, signe d'une prochaine déroute dans ces sortes de combats. Elle
ne tarda pas, en effet: tout ce gros de cavalerie fut percé d'un bout
à l'autre, pris par les deux flancs et bientôt dissipé; et comme
l'infanterie des deux ailes était déjà en déroute, la bataille, qui ne
dura pas une heure, fut entièrement gagnée par le roi de Navarre.

«Le roi de Navarre fit paraître en cette journée toute la conduite
d'un très grand capitaine, et s'exposa dans le plus chaud de la mêlée,
comme un simple soldat.» Au moment de la charge, des gentilshommes se
jetaient à l'envi au-devant de lui, pour le couvrir de leurs corps: «A
quartier! à quartier! s'écria-t-il; ne m'offusquez pas: je veux
paraître!» Il avait dans son escadron des compagnons et des serviteurs
de la première heure, tels que Jean de Pons, Plassac, Charles de La
Boulaye, Jacques de Caumont-La-Force, Frédéric de Foix-Candale, etc.
Plusieurs furent grièvement blessés à ses côtés, entre autres le baron
d'Entraigues et Manaud de Batz, son indomptable Faucheur.

«Dès le commencement du combat, il fut attaqué par le baron de Fumel
et par Châteaurenard, cornette de Sansac, qui s'attachèrent à lui. Il
fut secouru par Frontenac, qui abattit Fumel d'un coup de sabre sur la
tête. Le roi de Navarre saisit au corps Châteaurenard, lui criant:
«Rends-toi, Philistin». Et, dans ce moment, il courut un grand risque
de la part d'un gendarme de Sansac, qui, tandis que ce prince tenait
Châteaurenard embrassé, lui donna plusieurs coups sur le casque, du
tronçon de sa lance; mais le capitaine Constant l'en délivra en tuant
le gendarme. Le prince de Condé et le comte de Soissons se signalèrent
beaucoup durant toute l'action. Le premier eut son cheval tué sous
lui, et le second fit plusieurs prisonniers de sa propre main.
L'action par laquelle Saint-Luc se conserva la vie dans cette déroute
est remarquable et fut beaucoup louée. Ayant rencontré le prince de
Condé poursuivant les fuyards, il pique à lui et le renverse de son
cheval du coup de lance qu'il lui porte, et en même temps, sautant de
dessus le sien, lui présente la main pour le relever et le gantelet,
en lui disant: «Monseigneur, je me fais votre prisonnier!» A quoi le
prince répondit en l'embrassant, et le fit mettre en sûreté.

«Le duc de Joyeuse ne fut pas aussi heureux, car, voyant tout perdu
sans aucune ressource, et se retirant seul vers son artillerie, il fut
rencontré par Saint-Christophe et La Vignole, auxquels il jeta son
épée, leur promettant une rançon de cent mille écus. Mais les
capitaines Bourdeaux, Des Centiers et La Mothe-Saint-Héray survenant,
dans ce moment, ce dernier le tua d'un coup de pistolet dans la tête.»

Telle fut l'issue de la bataille de Coutras. La victoire du roi de
Navarre était complète. Les catholiques perdaient trois mille hommes
de pied, une grande partie de leur cavalerie et plus de quatre cents
gentilshommes, la plupart ayant préféré la mort à la fuite. On
comptait parmi eux, outre le duc de Joyeuse et Saint-Sauveur, son
frère, Piennes, Brézé, Aubigeous, La Suze, Gouvello, Pluviaut, Neuvy,
Fumel, La Croisette, de Vaux, Tiercelin. Au nombre des prisonniers se
trouvèrent Bellegarde, qui mourut de ses blessures, Saint-Luc,
Cypierre, Montigny, Piennes l'aîné, Montsoreau, Châteauvieux,
Chastellux, Villegombelin, Châteaurenard, Guy du Lude et Sansac. La
perte des vainqueurs fut peu considérable: un petit nombre de soldats
et cinq gentilshommes seulement furent tués. Cette disproportion avec
la perte des vaincus s'explique par le caractère foudroyant de la
bataille. En moins d'une heure, l'armée de Joyeuse fut rompue de tous
côtés et en fuite. La plupart des victimes de cette journée tombèrent
dans la déroute.

«Le roi de Navarre eut, en cette occasion, la gloire d'avoir, le
premier, gagné une grande bataille à la tête d'un parti qui,
jusque-là, avait presque toujours été battu dans les actions générales
et sous les plus habiles capitaines, tels qu'avaient été le feu prince
de Condé et l'amiral de Coligny. Il ne s'acquit guère moins d'honneur
par la manière généreuse et peu usitée alors dont il accueillit les
vaincus tombés entre ses mains. Il donna ordre qu'on eût grand soin
des blessés; il fit rendre les honneurs funèbres à Joyeuse et à son
frère; il relâcha presque tous les prisonniers sans rançon, fit des
présents à quelques-uns des principaux et rendit leurs drapeaux à
quelques autres, comme au sieur de Montigny.» La prise de Cahors avait
rendu redoutable le roi de Navarre; la victoire de Coutras le
marquait, pour l'avenir, de tous les signes de la conquête et du
triomphe. Ce jour-là, il mérita la couronne de France.

La journée de Coutras provoqua, dans son temps, de vives discussions,
que les historiens, aux deux siècles suivants, et même de nos jours,
ont reprises en sous-œuvre, s'accordant presque tous sur ce point,
que le roi de Navarre ne sut pas profiter de sa victoire, que même il
en perdit tous les fruits par la légèreté de sa conduite. C'est un
lieu commun qu'il est difficile de ne pas rencontrer sous la plume des
écrivains qui ont raconté, autrefois ou récemment, la vie de Henri IV.
Cette quasi-unanimité n'a pu nous convaincre: sans poser en principe
l'infaillibilité du roi de Navarre, nous avons vu distinctement dans
les faits historiques la preuve qu'il fit, après la bataille de
Coutras, ce qu'il pouvait et ce qu'il devait faire.

Tous les reproches adressés au roi de Navarre pour n'avoir pas profité
de la journée de Coutras se réduisent à deux points: il ne marcha pas
vers la haute Loire, afin de s'y joindre à l'armée auxiliaire; cette
première faute commise, il abandonna son armée pour aller présenter
les trophées de sa victoire à la comtesse de Gramont. La plupart des
historiens, se copiant les uns les autres, n'ont même pas pris la
peine d'examiner les arguments dont se compose leur thèse. Il n'est
pas nécessaire de les scruter profondément, pour s'apercevoir qu'ils
se contredisent. Le roi de Navarre devait-il marcher vers l'armée
auxiliaire? Il le devait, assurent ces historiens. Qu'on les lise
donc, eux et leurs devanciers, et l'on reconnaîtra que le roi de
Navarre ne put pas faire ce qu'on lui reproche de n'avoir point fait:
d'abord, parce que son conseil s'y opposa, Turenne et le comte de
Soissons en tête; et, en second lieu, parce qu'il ne pouvait disposer,
pour une aussi longue campagne, de l'armée qui venait de détruire
celle de Joyeuse: elle était composée, en grande partie, de troupes
enrôlées pour quelques semaines, qui n'entendaient pas demeurer
indéfiniment sous les drapeaux du roi de Navarre, et dont
quelques-unes commencèrent à plier bagages pour le retour, le soir
même de la bataille. Aller au-devant des auxiliaires, à travers deux
armées, avec deux ou trois mille hommes, c'eût été un acte de folie.
Voilà des faits certains. Mais, ne pouvant joindre les Allemands, le
roi de Navarre devait, tout au moins, occuper la Saintonge,
l'Angoumois et le Poitou. Sans doute, il eût fait preuve d'une extrême
incurie, en laissant ces provinces dépourvues de toute défense: aussi
ne furent-elles point abandonnées. Condé garda la Saintonge; les
garnisons du Poitou reçurent des renforts; Turenne, avec une petite
armée, parcourut le Périgord et surveilla le Limousin, de même qu'une
partie de la Guienne et de la Gascogne. Le roi de Navarre s'en tint
d'une façon générale à la guerre défensive, en attendant une meilleure
fortune. L'étude des faits prouve qu'il ne put pas faire autrement.
Ajoutons, sans hésiter, que, même avec toute latitude, sa conduite
aurait dû être ce qu'elle fut.

Le roi de France, à la tête d'une armée, était sur la Loire, vers
laquelle marchaient les auxiliaires allemands et suisses des
calvinistes. Les recevoir et attendre avec eux le choc d'une armée
commandée par un Joyeuse ou un prince lorrain, c'était une résolution
à laquelle aurait pu s'arrêter le roi de Navarre; mais les mener, avec
ses troupes françaises, contre Henri III en personne, contre le
symbole vivant de la royauté, voilà ce que l'héritier présomptif du
trône n'aurait pu faire sans devenir le premier des rebelles, sans
démentir toutes ses déclarations, toute sa politique depuis l'année
1576. Henri n'eût pas laissé échapper l'occasion d'écraser l'armée de
Guise ou toute autre armée de la Ligue; contre l'armée du roi, il ne
devait que se défendre. C'est ce qu'il eût fait, si Henri III eût
marché sur lui, et, en réalité, c'est ce qu'il fit toujours.

Quant aux historiens qui, d'après d'Aubigné, accusent naïvement Henri
d'avoir «donné à l'amour» les fruits de la victoire de Coutras, en
allant faire visite à la comtesse de Gramont, pendant son voyage en
Gascogne et en Béarn, le bon sens suffit pour les réfuter: nous ne
dirons rien de plus de leur fantaisie de dénigrement.

Le lendemain de la bataille, le roi de Navarre écrivit au roi de
France une lettre dont le texte, avant de venir jusqu'à nous, a subi
certainement quelques altérations, ne fût-ce que dans les formules
usuelles, mais qui n'en est pas moins un document authentique. Voici
cette lettre, que La Burthe, maître des requêtes du roi de Navarre,
fut chargé de présenter à Henri III:

«Sire, mon seigneur et frère, remerciez Dieu: j'ai battu vos ennemis
et votre armée. Vous entendrez de La Burthe si, malgré que je sois
l'arme au poing au milieu de votre royaume, c'est moi qui suis votre
ennemi, comme ils le vous disent. Ouvrez donc vos yeux, Sire, et
connaissez qui sont-ils. Est-ce moi, votre frère, qui peux être
l'ennemi de votre personne? Moi, prince de votre sang, de votre
couronne? Moi, Français de votre peuple? Non, Sire; vos ennemis, ce
sont ceux-là qui, par la ruine de notre sang et de la noblesse,
veulent la vôtre, et au par-dessus votre couronne. Certes, si n'y eût
Dieu mis la main, c'était fait de vous, en ce lieu de Coutras, et ils
vous eussent en nous tué, Sire, comme en votre cœur ils nous ont
tués. Car par après, tout seul resté de tant de rois et princes, de
quel sommeil eussiez dormi entre ces épées rouges de votre sang, ou
même entre pires choses que ces épées? Avisez promptement à cette
besogne, si encore en est temps; car le tout est caché dans les abîmes
de la volonté de Dieu. Mais devant lui je proteste de la justice de
mes armes et de tout ce sang dont un jour vous faudra lui rendre
compte. Bandez, Sire, cette plaie de votre peuple; baillez-lui la
paix; baillez-la à Dieu, à vos Etats, à votre frère, à votre
conscience. Vainqueur, c'est moi qui vous la demande; ou s'il faut
guerre, laissez-la-moi rendre à ceux-là qui seuls vous la font et à
nous, et me les baillez à mener, à cette heure qu'ils savent quel je
suis. La Burthe, un des plus hommes de bien qui soient en la
chrétienté, et que par devers vous je dépêche avec simple lettre de
créance, pour ce qu'en sa fidélité du reste m'en assure, et aussi pour
ce qu'autrement ne puis faire, vous fera entendre que je ne veux que
le repos de tous et la conservation du mien. Et de quoi votre pape se
mêle de me vouloir ôter ce que de Dieu je tiens? Par quoi lui a Dieu
été et lui sera toujours contraire en si méchante œuvre. Lequel Dieu
vivant je prie bien fort, Sire, qu'il vous rouvre le clair entendement
qu'il vous a baillé, et qu'il a permis être troublé pour les grands
péchés de ce royaume, et aussi celui de la grande part de votre brave
noblesse, à tel point aveuglée par ces Lorrains; alors verriez à
plein, Sire, qu'en toute cette pauvre France, n'est pas un seul cœur
français ennemi de son roi; la grande source de ce poison serait
découverte à tous; et vous, Sire, verriez qu'ici sommes, plus que ne
pensez, vos véritables serviteurs et sauveurs de votre couronne.»

Cette page à la fois héroïque et politique porte l'esprit à des
hauteurs où l'élèvent bien rarement les bulletins de victoire.

Le 23 octobre, Henri adressait au maréchal de Matignon une autre
lettre beaucoup plus intime assurément, mais qui atteste, par
quelques détails pleins de délicatesse, comme par les déclarations
qui la terminent, la générosité attendrissante du vainqueur de
Coutras: «Avant que de partir de Coutras, j'avais donné ordre pour
faire conduire les corps de M. de Joyeuse et de son frère à
Libourne... Auparavant je commandai que leurs entrailles fussent
enterrées avec leurs cérémonies (catholiques), à quoi les seigneurs et
gentilshommes (catholiques) qui sont ici (prisonniers) et aucuns des
miens assistèrent aussi. Je suis bien marri qu'en cette journée, je ne
puis faire différence des bons et naturels Français d'avec les
partisans et adhérents de la Ligue; mais, pour le moins, ceux qui sont
restés en mes mains témoigneront la courtoisie qu'ils ont trouvée en
moi et en mes serviteurs qui les ont pris. Croyez, mon cousin, qu'il
me fâche fort du sang qui se répand, et qu'il ne tiendra point à moi
qu'il ne s'étanche[50]».

  [50] Appendice: XXXVII.



CHAPITRE V

  Voyage de Henri en Gascogne et en Béarn.--Le comte de Soissons et
    ses vues d'avenir.--Défaite des auxiliaires allemands et
    suisses.--Saül et David.--Conseil de la Ligue à Nancy.--Siège
    de Sarlat par Turenne.--Défense victorieuse.--Expédition de
    Favas en Gascogne.--Petits faits de guerre racontés par
    Henri.--Le mal domestique.--Mort du prince de Condé à
    Saint-Jean-d'Angély.--Arrestation de la princesse de
    Condé.--Les récits du roi de Navarre.--Nouveaux projets
    d'attentat contre sa personne.--Perte de Marans.--Monbéqui et
    Dieupentale.--Les menées factieuses des Seize.--Menaces de
    Henri III.--Les Seize appellent le duc de Guise à leur
    aide.--La journée des Barricades.--Henri III en
    fuite.--Négociations des factieux avec le roi.--Il leur accorde
    l'édit d'union du 21 juillet.--Toute-puissance des Guises et de
    la Ligue.--Henri III reconnaît pour héritier présomptif le
    cardinal de Bourbon.--L'arrière-pensée royale.


Le roi de Navarre, accompagné du comte de Soissons, passa quelques
semaines en Gascogne et en Béarn. Des historiens lui ont presque fait
un crime d'avoir présenté à Madame de Gramont les drapeaux et
enseignes conquis à la bataille de Coutras, comme si un pareil acte
d'héroïque galanterie n'était pas la digne récompense d'un dévouement
qui avait été pour quelque chose dans la récente victoire!

Le comte de Soissons, selon l'abréviateur des _Economies royales_
d'accord avec les Mémoires contemporains, avait su gagner le cœur de
Madame, sœur du roi, et il entretenait constamment Henri de son
dessein d'épouser cette princesse; mais il avait, en agissant ainsi,
des vues ambitieuses qui se découvrirent dans la suite. «Il prétendait
se faire subroger par ce mariage dans tous les droits du roi de
Navarre, et comme il ne voyait aucune apparence que ce prince, ayant
pour ennemis déclarés le pape, l'Espagne et les catholiques de France,
pût jamais venir à bout de ses entreprises, il comptait s'enrichir de
ses dépouilles, et y gagner du moins les grands biens qui composaient
l'apanage de la Maison d'Albret, en deçà de la Loire... Ce voyage
servit au roi de Navarre à connaître plus particulièrement celui qu'il
était sur le point de se donner pour beau-frère. Le comte de Soissons
ne put si bien dissimuler que le roi ne devinât une partie de ses
sentiments, et une lettre qu'il reçut de Paris acheva de les lui
dévoiler. On lui apprenait que le comte avait juré qu'aussitôt qu'il
aurait épousé Madame, il l'emmènerait à Paris et abandonnerait le
parti de son bienfaiteur, et qu'on prendrait alors des mesures pour
achever le reste. Cette lettre, que le roi de Navarre reçut au retour
de la chasse, et prêt à tomber dans le piège qu'on lui tendait, lui
donna pour le comte une aversion que rien ne put jamais effacer.»

Le comte de Soissons ne se sépara définitivement du roi de Navarre
qu'après la journée des Barricades. «Livré à de perpétuelles chimères,
il regarda cet événement comme un coup de la fortune, qui, en le
délivrant de tous ses rivaux, allait le rendre tout-puissant dans le
conseil et à la cour de Henri III. Changeant donc incontinent de
batterie, il résolut d'aller s'offrir à ce prince, et pour donner plus
de relief à son action, il voulut paraître devant le roi, suivi d'un
grand nombre de créatures, qu'il chercha dans la cour du roi de
Navarre et parmi ses plus affectionnés serviteurs, dont il ne se fit
point de scrupule de tenter la fidélité. Le roi de Navarre sentit
comme il le devait l'indignité de ce procédé...»

Pendant son séjour à Nérac ou dans les environs de cette ville, vers
la mi-novembre, le roi de Navarre reçut la nouvelle des multiples
échecs que les deux armées royales, celle du duc de Guise et celle de
Henri III, avaient infligés aux auxiliaires allemands, à Vimory, à
Auneau et sur quelques autres points. Leurs corps nombreux et
redoutables, mais indisciplinés et démoralisés par l'absence du roi de
Navarre, furent tour à tour écrasés. Ils avaient fait péniblement leur
jonction avec les Suisses protestants, qui, s'imaginant être venus en
France pour défendre Henri III contre la Ligue et trouvant le roi en
personne devant eux, refusèrent de se battre et négocièrent une
retraite. Les débris de l'armée allemande, commandée par le baron de
Donha, reprirent le chemin de la frontière, laissant, à chaque pas,
des blessés et des malades, qui périssaient sous les coups des
paysans. Le 2 décembre, les Suisses protestants obtinrent du roi un
traité et une gratification de quatre cent mille écus. Leur retraite
ne fut pas moins désastreuse que celle des Allemands... Rentré à
Paris, Henri III fit chanter un _Te Deum_ solennel et recueillit
quelques vivats populaires; mais les ligueurs réagirent contre ce
triomphe de commande, en exaltant les exploits du duc de Guise: leurs
prédicateurs affectèrent d'appliquer au souverain et au sujet le
verset de la Bible: «Saül en a tué mille, et David, dix mille».
L'Estoile a noté en quelques traits vifs cet épisode: «Ainsi la
victoire d'Auneau fut le cantique de la Ligue, la réjouissance du
clergé, qui aimait mieux la marmite que le clocher, la braverie de la
noblesse guisarde, et la jalousie du roi, qui reconnut bien qu'on ne
donnait ce laurier à la Ligue que pour flétrir le sien: en ce
véritablement misérable, qu'il fallait qu'un grand roi comme lui fût
jaloux de son vassal.»

Le roi, blessé dans son orgueil, se vengea en surchargeant son
«archimignon», le duc d'Epernon, de nouvelles faveurs. La Maison de
Lorraine, doublement irritée de voir Epernon arriver au faîte, pendant
qu'elle était elle-même battue en brèche à la cour, tint à Nancy, le 8
janvier 1588, en présence du cardinal de Bourbon, un conseil où se
formulèrent de nouvelles prétentions. D'abord repoussées par le roi,
elles devinrent plus tard la base du fameux édit d'union,
développement et consécration du traité de Nemours. En même temps, les
vues et les pratiques factieuses de la Ligue s'affirmèrent de plus en
plus dans Paris et dans les principaux centres de son action: on
pouvait déjà prévoir le jour où Henri III dans sa capitale serait
moins roi que le duc de Guise.

Le roi de Navarre, n'ayant plus rien à attendre des mouvements de
cette armée étrangère dont la levée l'avait occupé si longtemps, et
sur laquelle il avait fondé tant d'espérances, reprit en Gascogne son
existence de petits combats et de coups de main. Ses capitaines ne
restèrent pas inactifs. Après la séparation de l'armée calviniste, le
lendemain de la bataille de Coutras, Turenne s'empara de toutes les
places entre l'Isle et la Dordogne, et résolut d'assiéger Sarlat. La
ville ayant fièrement répondu à la sommation, les opérations du siège
commencèrent le 25 novembre. Sarlat, qui avait soutenu un siège, en
1562, contre Duras, et connu, en 1574, le poids des armes de Geoffroy
de Vivans, était à peu près démantelé: petit à petit, les habitants
avaient détruit les ouvrages rudimentaires laissés par ce capitaine.
Les Sarladais ne s'en mirent pas moins courageusement à l'œuvre,
exhortés par La Mothe-Fénelon, leur évêque, et par son cousin. Le
siège, très meurtrier, surtout pour les assiégeants, que, pour comble
de malheur, la maladie décima, fut levé le vingt-unième jour, mardi 15
décembre. Plusieurs épisodes firent grand honneur à la bravoure des
habitants. En vain Turenne livra-t-il à la ville un furieux assaut, le
5 décembre; en vain fit-il venir des renforts du Limousin et de
l'Agenais: les assiégés ne faillirent pas un seul instant, quoique
Matignon, à qui le roi de Navarre donnait des préoccupations et des
inquiétudes par le siège d'Aire, qui fut prise vers le 7 décembre,
n'eût pu envoyer à Sarlat le moindre secours. Cette ville ne fut aidée
dans sa vigoureuse résistance que par quelques gentilshommes du
voisinage, qui s'y jetèrent, au péril de leur vie.

D'un autre côté, Favas, de retour en Gascogne, où il avait le
commandement de Casteljaloux, délogea les catholiques de quelques
petits forts situés dans le voisinage de cette ville. Il alla ensuite
mettre le siège devant Vic-Fezensac, comptant y surprendre Lau et une
partie de la noblesse d'Armagnac qu'il avait associée à la défense de
la place. Vic-Fezensac, Nogaro et plusieurs autres villes de moindre
importance tombèrent au pouvoir de Favas; mais, ayant été grièvement
blessé devant Jegun, sa campagne finit là, et ses troupes allèrent
rallier l'armée de Turenne. Au mois de janvier, le roi de Navarre se
remit aux champs; ses lettres à la comtesse de Gramont nous donnent
quelques détails sur les faits de guerre auxquels il prit part:

Le 20 février (de Casteljaloux): «Dieu a béni mon labeur; j'ai pris
Damazan sans perdre qu'un homme. Je monte à cheval pour aller
reconnaître le Mas-d'Agenais. Je ne sais si je l'attaquerai.»

Le 23 février: «...J'avais bloqué le Mas-d'Agenais, mais je n'y avais
mené l'artillerie, craignant que l'armée du maréchal (Matignon) ne me
la fît lever de devant en diligence, le grand-prieur de Toulouse étant
joint à lui avec l'armée de Languedoc. Je vais monter à cheval avec
trois cents chevaux et donnerai jusqu'à la tête de leur armée.»

Le 1er mars (de Nérac): «Hier, le maréchal et le grand-prieur vinrent
nous présenter la bataille, sachant bien que j'avais congédié toutes
nos troupes. Ce fut au haut des vignes, du côté d'Agen. Ils étaient
cinq cents chevaux et près de trois mille hommes de pied. Après avoir
été cinq heures à mettre leur ordre, qui fut assez confus, ils
partirent, résolus de nous jeter dans les fossés de la ville, ce
qu'ils devaient véritablement faire, car toute leur infanterie vint au
combat. Nous les reçûmes à la muraille de ma vigne qui est la plus
loin, et nous nous retirâmes au pas, toujours escarmouchant, jusqu'à
cinq cents pas de la ville, où était notre gros, qui pouvait être de
trois cents arquebusiers. L'on les ramena de là jusques où ils nous
avaient assaillis. C'est la plus furieuse escarmouche que j'aie jamais
vue, et de moindre effet; car il n'y a eu que trois soldats blessés,
tous de ma garde, dont les deux n'est rien. Il y demeura deux des
leurs, dont nous eûmes la dépouille, et d'autres qu'ils retirèrent à
notre vue, et force blessés que nous voyions amener.»

Ce fut vraisemblablement à cette date que les perfidies du comte de
Soissons révélées au roi de Navarre, qui dut laisser paraître quelque
chose de son mécontentement, donnèrent naissance aux querelles
intestines auxquelles fait allusion la lettre suivante, adressée de
Nérac, le 8 mars, à la comtesse de Gramont: «Le diable est déchaîné.
Je suis à plaindre et est merveille que je ne succombe sous le faix.
Si je n'étais huguenot, je me ferais Turc. Ha! les violentes épreuves
par où l'on sonde ma cervelle! Je ne puis faillir d'être bientôt ou
fol ou habile homme. Cette année sera ma pierre de touche. C'est un
mal bien douloureux que le domestique! Toutes les géhennes que peut
recevoir un esprit sont sans cesse exercées sur le mien. Je dis toutes
ensemble. Plaignez-moi...»

Ce «mal domestique» dont Henri se plaignait à bon droit, allait se
jeter au travers de sa vie agitée, en y apportant, par surcroît, une
nouvelle complication politique. Le 5 mars 1588, Henri Ier de Bourbon,
prince de Condé, mourut subitement à Saint-Jean-d'Angély. On voulut
attribuer cette catastrophe aux suites du coup de lance dont il fut
renversé à Coutras, non blessé; mais «les marques du poison», comme le
dit le roi de Navarre, furent visibles, et, selon l'opinion la plus
générale, le crime fut commis à l'instigation ou du consentement de la
princesse elle-même, Charlotte de La Trémouille. Arrêtée par ordre du
roi de Navarre, la veuve de Condé ne fut jamais jugée. On procéda
contre elle, mais il y eut sursis jusqu'après ses couches, et le
procès interrompu n'aboutit, six ans plus tard, en 1595, qu'à un arrêt
du parlement de Paris déclarant la princesse innocente. Belcastel,
page de sa maison, s'était enfui après la mort du prince, mais Ancelin
Brillaud ou Brillant, intendant au service du prince de Condé, fut
accusé de complicité, condamné et écartelé. Il n'est rien resté, que
nous sachions, de la procédure dirigée, dès les premiers jours, contre
la princesse, de sorte que les lettres du roi de Navarre à madame de
Gramont sont doublement précieuses pour l'histoire de ce tragique
épisode.

Le 10 mars: «Pour achever de me peindre, il m'est arrivé l'un des plus
extrêmes malheurs que je pouvais craindre, qui est la mort subite de
Monsieur le Prince. Je le plains comme ce qu'il me devait être, non
comme ce qu'il m'était...--Ce pauvre prince (non de cœur), jeudi,
ayant couru la bague, soupa, se portant bien. A minuit, il lui prit un
vomissement très violent, qui lui dura jusques au matin. Tout le
vendredi, il demeura au lit. Le soir, il soupa, et ayant bien dormi,
il se leva le samedi matin, dîna debout et puis joua aux échecs. Il se
lève de sa chaise, se met à promener par sa chambre, devisant avec
l'un et l'autre. Tout à coup, il dit: «Baillez-moi ma chaise, je sens
une grande faiblesse». Il n'y fut assis qu'il perdit la parole, et
soudain après, il rendit l'âme, assis. Les marques de poison sortirent
soudain. Il n'est pas croyable l'étonnement que cela a porté en ce
pays-là. Je pars, dès l'aube du jour, pour y aller pourvoir en
diligence. Je me vois en chemin d'avoir bien de la peine. Priez Dieu
hardiment pour moi. Si j'en échappe, il faudra bien que ce soit lui
qui m'ait gardé.»

Le 13 mars (d'Eymet): «Il m'arriva, l'un à midi, l'autre au soir, deux
courriers de Saint-Jean. Le premier rapportait comme Belcastel, page
de Madame la Princesse, et son valet de chambre, s'en étaient fuis,
soudain après avoir vu mort leur maître; avaient trouvé deux chevaux,
valant deux cents écus, à une hôtellerie du faubourg, que l'on y
tenait il y avait quinze jours, et avaient chacun une mallette pleine
d'argent. Enquis, l'hôte dit que c'était un nommé Brillant qui lui
avait baillé les chevaux, et lui allait dire tous les jours qu'ils
fussent bien traités. Ce Brillant est un homme que Madame la Princesse
a mis en la maison, et lui faisait tout gouverner. Il fut tout soudain
pris. Confesse avoir baillé mille écus au page, et lui avoir acheté
ces chevaux, par le commandement de sa maîtresse, pour aller en
Italie. Le second (courrier) confirme, et dit de plus que l'on avait
fait écrire une lettre à ce Brillant, au valet de chambre qu'on savait
être à Poitiers, par où il lui mandait être à deux cents pas de la
porte, qu'il voulait parler à lui. L'autre sortit. Soudain,
l'embuscade qui était là le prit, et fut mené à Saint-Jean. Il n'avait
encore été ouï, mais bien disait-il à ceux qui le menaient: «Ah! que
Madame est méchante! que l'on prenne son tailleur, je dirai tout sans
gêne (torture)». Ce qui fut fait. Voilà ce que l'on en sait jusques à
cette heure. Souvenez-vous de ce que je vous ai dit d'autres fois; je
ne me trompe guère en mes jugements: c'est une dangereuse bête qu'une
mauvaise femme... J'ai découvert un tueur pour moi...»

Le 15 mars: «Je serai jeudi à Saint-Jean, d'où je vous manderai toutes
nouvelles. L'on a trouvé sur le valet de chambre des perles et des
diamants qui ont été reconnus.»

Le 17 mars: «... Les soupçons croissent du côté où les avez pu juger.
Je verrai tout demain. J'appréhende fort la vue des fidèles serviteurs
de la maison, car c'est, à la vérité, le plus extrême deuil qui se
soit jamais vu. Les prêcheurs romains prêchent tout haut, par les
villes d'ici autour, qu'il n'y en a plus qu'un à avoir, canonisent ce
bel acte et celui qui l'a fait, admonestent tous bons catholiques de
prendre exemple à une si chrétienne entreprise...»

Le 21 mars: «Pour le fait de la procédure de la mort de Monsieur le
Prince, de plus en plus, l'on découvre la méchanceté, et tout du côté
que vous pûtes juger par ma dernière...»

Cette procédure occupa longtemps le roi de Navarre. Il croyait
évidemment à la culpabilité de la princesse de Condé; mais quoiqu'il
eût sollicité les bons offices de la reine-mère pour faciliter
l'arrestation de Belcastel, le page échappa à toutes les recherches.

La correspondance dont on vient de lire des extraits fait allusion aux
nouveaux attentats dirigés contre le roi de Navarre. Dans une lettre
adressée, le 20 mars, de Saint-Jean-d'Angély au maréchal de Matignon,
il revient sur le fait indiqué en ces termes: «J'ai découvert un tueur
pour moi». Il raconte que, pendant son dernier séjour à Nérac, un
homme dépêché pour le tuer fut soupçonné et pris, et il ajoute:
«Lequel, depuis mon partement, a confessé le fait et déposé
pareillement comme et par qui il avait été employé pour ce faire. J'ai
bien voulu vous faire la présente pour vous prier affectueusement me
faire ce plaisir d'envoyer deux ou trois personnes qualifiées pour
voir le personnage, sa déposition et comme tout s'est passé, afin que
vous soyez mieux éclairé de la vérité du fait. J'envoie un passe-port
pour ceux qui iront de votre part et une lettre adressante aux consuls
de Nérac.» Le même jour, annonçant à La Roche-Chandieu, ministre
calviniste, qu'il s'occupe du procès des assassins du prince de Condé,
il l'entretient également du projet d'attentat de Nérac, et donne
d'autres détails: «En même temps, il y avait vingt quatre hommes
dépêchés pour me tuer; il y en a un qui est Lorrain et se disait
Frison, à qui le cœur faiblit en me présentant une requête à Nérac.»
L'histoire ne donne pas le dernier mot de cette affaire.

Tout en surveillant l'action de la justice, le roi de Navarre
guerroyait çà et là. Vers la fin de mars, Lavardin ayant occupé
Marans, Henri reprit sur-le-champ un des forts de cette place et se
donna beaucoup de peine pour la ressaisir; mais elle ne retomba en son
pouvoir qu'au mois de juillet. Dans une de ses expéditions antérieures
en Languedoc, il avait pris deux bourgs fortifiés, Monbéqui et
Dieupentale. Pendant qu'il investissait Marans, il apprit que les
garnisons laissées dans ces deux places les avaient abandonnées après
les avoir pillées. «J'entends, écrivait-il à M. de Scorbiac,
gouverneur de Castres, que punition exemplaire soit faite de ceux qui
ont quitté et pillé Monbéqui et Dieupentale, que j'avais conquis au
danger de ma vie.»

Mais on touchait au moment où les violences de la Ligue allaient
bouleverser la scène politique, et rejeter à l'arrière-plan tous les
petits faits de guerre semblables à ceux dont nous venons de parler.
Les Seize, enhardis par l'impunité que leur assuraient l'ascendant des
Guises et la faiblesse de Henri III, formaient, chaque jour, quelque
nouveau complot contre l'autorité royale, et dépassaient même dans
leur zèle les vues des chefs supérieurs de la Ligue. Ils avaient
provoqué, vers la fin de l'année 1587, une déclaration des docteurs de
Sorbonne portant qu'on peut ôter le gouvernement aux princes qu'on ne
trouve pas tels qu'il faut, comme l'administration au tuteur qu'on
tient pour suspect. Le roi s'était borné à leur adresser des
réprimandes et des menaces. Deux fois, un projet d'enlèvement de Henri
III fut déjoué, grâce aux avis secrets que lui fit tenir Nicolas
Poulain, lieutenant de la prévôté. Au mois d'avril 1588, cependant, le
roi perdit patience. Il fit venir en sa présence quelques-uns des
Seize, entre autres le président de Neuilly, leur parla sur un ton
très irrité, leur dit qu'il connaissait leurs menées factieuses, et
leur déclara qu'il en ferait, au besoin, prompte et sévère justice.
Aussitôt les Seize mandèrent au duc de Guise de venir à leur aide.
Prévenu de cette démarche, le roi interdit au duc l'accès de Paris;
mais Guise, n'ayant pas reçu ou feignant de n'avoir pas reçu à temps
les ordres du roi, passa outre, et le 9 mai, il entrait dans Paris, où
il descendait au palais de la reine-mère. Henri III fut obligé de
recevoir ce sujet révolté et triomphant, et n'osa pas châtier son
insolence; mais comme il ne voulut pas lui accorder tout ce qu'il
demandait, la Ligue organisa une insurrection, et, le 12 avril, à la
suite de la célèbre journée des Barricades, Henri III quitta Paris en
fugitif, pendant que, pour comble d'humiliation, la reine-mère
affectait de négocier avec le duc de Guise pour lui dissimuler le
projet de fuite du roi. Le duc et la Ligue furent bientôt effrayés de
leur victoire: elle arrivait trop tôt, et faisait d'eux manifestement
des rebelles. Henri III, retiré à Chartres, sembla d'abord résolu à
traiter Guise et les ligueurs en criminels de lèse-majesté; mais peu à
peu, effrayé, à son tour, de la puissance de ces ennemis, il consentit
à traiter avec eux, et signa à Rouen l'édit d'union, qui fut
enregistré à Paris, le 21 juillet. Les prétentions formulées, l'année
précédente, par l'assemblée de Nancy, formèrent les articles du nouvel
édit. Le roi promettait de combattre les huguenots jusqu'à leur
entière destruction, et de ne laisser le trône qu'à un prince
catholique. Il était stipulé que nul ne pourrait être nommé à un
office public, sans prêter un serment «de catholicité». Des articles
secrets amnistiaient tous les actes de la Ligue, maintenaient ses
troupes, lui accordaient de nouvelles places de sûreté. Quinze jours
après, le duc de Guise était nommé généralissime des armées royales,
et les autres chefs ligueurs recevaient des commandements. Mayenne
était mis à la tête d'une armée qui devait aller combattre
Lesdiguières dans le Dauphiné, et le duc de Nevers en devait mener une
autre contre les huguenots du Poitou. Enfin Henri III reconnut pour
héritier présomptif de la couronne ce cardinal de Bourbon dont il
avait raillé, quelques années auparavant, les ridicules prétentions. A
la nouvelle de ces victoires inespérées, la Ligue poussa des cris de
joie dans la France entière, et, à Paris, elle fit chanter un _Te
Deum_ pour célébrer la forclusion du roi de Navarre.

Quand on étudie ce traité d'union, où l'abdication s'étale en
articles, il est bien difficile de conserver le moindre doute sur
l'existence d'une arrière-pensée dans l'esprit de Henri III. Un roi
qui met tant d'armes dans les mains de son ennemi rêve le suicide ou
la vengeance, et Henri III montra bientôt, par de tragiques
résolutions, qu'il n'avait pas entendu se précipiter lui-même du
trône. Ce qu'il cédait au duc de Guise fait revenir à la mémoire ce
qu'autrefois Charles IX avait cédé à Coligny. Il faut nécessairement
résoudre ce dilemme: ou Henri III n'avait ni intelligence, ni
amour-propre, et alors on conçoit qu'il ait tout livré à la Maison de
Lorraine; ou, profondément irrité, mais dissimulant pour mieux
préparer sa revanche, il était capable de dresser le piège solennel
des Etats de Blois, pour y détruire politiquement, par la sentence de
ces assises, ou y supprimer par la force un homme qui en était arrivé
à chasser le roi de sa capitale. Si les Etats de Blois n'eussent pas
été, en majorité, sous le joug de la Ligue, Henri III eût obtenu d'eux
la condamnation de la Ligue et des Guises, et les poignards des
Quarante-Cinq fussent restés au fourreau. Mais les Etats et le duc,
mis face à face, ne firent qu'un, et ce fut alors que Henri III,
malgré ses pauvres finesses, qui consistaient à débaptiser la Ligue et
à faire la part de ses excès et celle de ses actes légitimes, fut
amené à choisir entre l'abdication réelle et le pouvoir conservé par
un crime.



CHAPITRE VI

  La politique du roi de Navarre en face de Henri III et de la
    Ligue.--Lettre à l'abbesse de Fontevrault.--Lettre au vicomte
    d'Aubeterre.--La ruine de l'_Armada_.--Les affaires des
    calvinistes en Dauphiné, en Languedoc et en Guienne.--Sage
    activité de Henri.--Grandes et petites négociations.--Les
    Etats-Généraux à Blois.--Discours de Henri III.--La Ligue
    amnistiée dans le passé et incriminée dans l'avenir.--Revanche
    des Guises.--Condamnation du roi de Navarre par les
    Etats.--Résistance de Henri III.--Le roi de Navarre à
    l'assemblée de La Rochelle.--Réclamation des députés, à Blois
    et à La Rochelle, contre les abus de pouvoir.--Henri reprend le
    harnais.--Prise de Niort.--Le coup d'Etat de Blois.--Les deux
    conseils donnés au roi de France.--Assassinat du duc de
    Guise.--Henri III ne sait pas profiter de son
    crime.--Négociations puériles.--Soulèvement universel contre le
    roi de France.--Menaces du Saint-Siège.--Débandade de l'armée
    royale.--Mort de Catherine de Médicis.--Son dernier conseil à
    Henri III.--Il se décide à négocier avec son
    beau-frère.--Expéditions et maladie du roi de Navarre.


Entre la convocation des Etats-Généraux, annoncée à Rouen, au mois de
juillet, et leur séance d'ouverture, qui eut lieu seulement le 16
octobre 1588, le roi de Navarre, habitué de longue date à se voir
anathématiser par la cour de France comme par la Ligue, eut le loisir
d'étudier le nouveau terrain où les partis allaient se livrer
bataille. L'édit d'union ne le surprit ni ne l'effraya; il en fut
moins ému que de cette néfaste journée des Barricades qui avait vu le
roi de France chassé de son palais par une démonstration populaire. Il
n'avait jamais voulu, même au plus fort des perfidies de Catherine et
de Henri III, se poser en adversaire de l'autorité royale, et depuis
la victoire de Coutras, il comprenait, encore mieux qu'auparavant, que
le salut de la couronne et du pays, et par conséquent le succès de sa
juste cause dépendaient d'une sincère alliance entre Henri III et son
héritier présomptif. Cette alliance, Henri III l'avait souvent
désirée, mais en y mettant des conditions qui auraient rendu le roi de
Navarre odieux au parti calviniste, lui eussent fait perdre
brusquement son appui, et, le laissant suspect et isolé à côté du roi
de France, auraient privé celui-ci du bénéfice de la réconciliation.
Mettre librement son épée au service de Henri III, donner pour base à
l'entente un édit de large tolérance, de sage liberté, préluder à
l'action commune contre la Ligue par la pacification entre les
royalistes et les calvinistes, d'où naîtrait logiquement, au profit
des deux rois et pour le bien du pays, un nouveau et puissant parti de
la couronne, telles avaient toujours été les vues hautement avouées du
roi de Navarre. Après la journée des Barricades, il s'attacha plus que
jamais à les faire prévaloir.

Vers la fin du mois de mai, répondant à une lettre pressante
d'Eléonore de Bourbon-Vendôme, sœur du feu roi Antoine et abbesse de
Fontevrault, qui le priait de se soumettre à la fois à l'Eglise et au
roi de France, il découvrait sa pensée discrètement, tout en dénonçant
l'hypocrisie des meneurs de la Ligue. Cette confidence d'un roi
politique et guerrier à une femme vénérable est d'une beauté
d'expression que nul commentaire ne saurait rendre: «Ma tante, disait
Henri, il ne saurait rien venir de votre part que je ne reçoive comme
de ma propre mère. Je sais que les avertissements que me donnez
procèdent d'une entière et parfaite amitié que me portez; mais vous
savez quelle est ma résolution, de laquelle il me semble que je ne
dois me départir, et que vous-même ne me le devez conseiller;
connaissant (comme je vous ai toujours dit) que ce n'est à la religion
qu'on en veut, mais à l'Etat, ainsi que vous peut assez témoigner ce
qui est naguère advenu à Paris, et l'entreprise que la Ligue a voulu,
ces jours passés, faire sur le roi, qui est plus catholique que pas un
d'icelle. Toutefois vous voyez si on a laissé de le traiter en
huguenot. Croyez, ma tante, que ceux qui ont les armes à la main ne
manquent jamais de prétexte; et quant à moi aussi, je ne m'arrête
point là, mais je me remets en la bonté de Dieu, qui connaît la
justice de ma cause et qui la saura discerner des pernicieux desseins
des méchants. Celui qui donne et conserve les couronnes, conservera,
s'il lui plaît, à notre roi celle qu'il lui a donnée. Il faut se
résoudre à sa volonté et obéir à ses jugements...» Et dans une lettre
d'un tout autre caractère, mais sur le même sujet, adressée, le mois
suivant, au vicomte d'Aubeterre, officier au service de Henri III, le
roi de Navarre indiquait avec une incomparable droiture de sens le
but où devaient tendre, selon lui, et sa politique et celle de Henri
III: «...Encore il y a remède (à la situation), pourvu que le roi soit
fidèlement servi de ses bons sujets et qu'ils fassent leur devoir.
C'est maintenant la saison où on connaîtra les bons Français. De ma
part, je n'ai autre désir que d'employer tout ce qui est en mon
pouvoir et ma personne...»

Ce n'étaient ni la crainte ni le désarroi de ses affaires qui
dictaient des déclarations semblables au roi de Navarre; car les
démêlés survenus entre les royalistes et la Ligue avaient donné une
nouvelle vigueur aux revendications de son parti et démontré à
beaucoup de «bons Français» le danger qu'il y avait à seconder les
entreprises des princes de la Maison de Lorraine. A la vérité, Henri
III n'avait pas encore signé l'édit d'union ni confié le commandement
général de son armée au duc de Guise; et la sentence de proscription
contre le roi de Navarre ne fut rendue par les Etats de Blois que
quatre mois plus tard; mais que Henri prévît ou non ces
conséquences,--et il pouvait sans beaucoup de peine les prévoir,
connaissant ses adversaires,--il devait compter sur la logique des
choses, sur la lumière qui se dégagerait des faits, sur le sentiment
de la conservation, qui, tôt ou tard, jetterait le roi de France dans
ses bras, pourvu qu'ils fussent bien armés et capables de dompter la
Ligue. Il lui fallait à la fois prouver sa force et attester, avec une
inébranlable constance, son dessein de faire cause commune avec Henri
III.

Sa ligne de conduite ainsi tracée conformément au devoir et à
l'intérêt bien entendu, aucun événement ne put l'en faire dévier, et
plus d'un vint lui démontrer la sagesse de ses résolutions. Telle fut,
par exemple, au mois d'août, la destruction de «l'invincible Armada»,
cette flotte immense sous l'effort de laquelle Philippe II avait rêvé
d'anéantir la puissance de l'Angleterre, et que la Ligue accompagnait
de ses vœux, attendant les plus heureux contre-coups de sa victoire.
Ce désastre, en paralysant pour quelque temps l'Espagne, privait les
ligueurs du seul point d'appui important qu'ils eussent à l'étranger.
L'aspect général des affaires du parti calviniste inspirait, du reste,
à ses chefs plus de confiance qu'elle ne leur causait d'inquiétude. Au
moment où l'édit d'union les menaçait d'une nouvelle et implacable
guerre, presque à l'heure où périssait l'Armada, Lesdiguières, chef
des calvinistes en Dauphiné, signait avec La Valette, frère aîné du
duc d'Epernon et lieutenant du roi, un traité d'alliance défensive et
offensive contre tous ceux qui entreraient en armes dans cette
province, convention qui réduisait à l'impuissance l'armée dont
Mayenne avait reçu le commandement. Le duc d'Epernon, qui ne fut pas
étranger à ce traité, était entré lui-même en lutte contre la Ligue, à
propos de son gouvernement d'Angoulême, dont le roi, sollicité par les
Guises, l'avait dépouillé, mais dont il n'entendait pas se dessaisir,
et cet incident pouvait déconcerter plus d'une entreprise des ligueurs
dans l'Angoumois et les provinces voisines. La Guienne, la Gascogne et
le Béarn n'étaient pas des pays où la Ligue, mal vue de Matignon, pût
aisément s'étendre. Dans le Languedoc, Henri pouvait compter sur
Montmorency. Enfin il tenait lui-même la Saintonge et ne manquait pas
de ressources en Poitou. Accroître ces ressources, grossir ses troupes
de façon à contenir l'armée du duc de Nevers qu'il allait avoir sur
les bras, se donner ainsi le loisir d'attendre que Henri III lui
revînt, éclairé par les événements et pressé par la nécessité, c'était
l'œuvre à laquelle il devait s'employer avant tout. Il l'entreprit
avec son activité habituelle.

Il entretenait une correspondance suivie avec ses négociateurs auprès
de la reine d'Angleterre et des princes protestants d'Allemagne, dont
il espérait obtenir de nouveaux secours en hommes et en argent. En
même temps, il convoquait, de toutes parts, ses partisans disséminés,
et les priait, avec une héroïque gaîté, comme dans la lettre suivante
adressée au baron d'Entraigues, de venir se mettre, eux et leur
fortune, au service de sa cause: «Dieu aidant, j'espère que vous êtes,
à l'heure qu'il est, rétabli de la blessure que vous reçûtes à
Coutras... Sans doute, vous n'aurez manqué, ainsi que vous l'avez
annoncé à Mornay, de vendre vos bois, et ils auront produit quelques
mille pistoles. Si ce est, ne faites faute de m'en apporter tout ce
que vous pourrez. Je ne sais quand, ni d'où, si jamais je pourrai vous
les rendre, mais je vous promets force honneur et gloire, et argent
n'est pas pâture pour des gentilshommes comme vous et moi.»

A travers ces grandes ou petites négociations, il se tenait
constamment en haleine, lui et ses troupes, courant de place en place,
reprenant, au mois de juillet, ce délicieux Marans si éloquemment
vanté à la comtesse de Gramont et qu'il n'avait pu ressaisir pendant
l'hiver, et gagnant, d'une chevauchée à l'autre, nombre de forts et
de villettes, surtout Beauvoir-sur-Mer, château puissamment fortifié
par le duc de Mercœur.

Les délibérations des Etats-Généraux réunis à Blois, le 16 octobre, ne
tardèrent pas à prouver au roi de Navarre, comme à tous les esprits
attentifs, que l'accord était précaire entre le roi de France et le
duc de Guise. Nous n'avons à retenir de ces assises que deux faits
principaux. Dans la séance royale, Henri III prononça un discours qui
tout à la fois amnistiait la Ligue dans le passé et la condamnait dans
l'avenir. Il se déclarait prêt à jurer l'édit d'union et entendait que
les Etats le jurassent avec lui, mais il proclamait que dorénavant les
associations, pratiques, menées, levées d'hommes et d'argent seraient
considérées par lui comme autant de crimes de lèse-majesté: c'était
incriminer et interdire l'existence même de la Ligue. Les Guises
sentirent le coup, et s'efforcèrent de prendre leur revanche dans les
délibérations suivantes. Ils l'obtinrent des Etats, au mois de
novembre, par la proclamation de la déchéance du roi de Navarre, en
tant qu'héritier présomptif de la couronne de France. Cette
résolution, à laquelle les Etats eussent logiquement abouti en suivant
la pente des choses, sous l'influence des Guises qui les dominaient,
fut provoquée par une requête des députés calvinistes réunis à La
Rochelle, sous la présidence du roi de Navarre, et par laquelle ils
demandaient qu'on leur accordât la liberté de conscience, selon l'édit
de janvier 1562, la restitution de leurs biens saisis et la réunion
d'un concile général libre, promettant de se soumettre à ses
décisions. Les calvinistes déclaraient que si leur requête était
repoussée, ils ne reconnaîtraient pas la légitimité de l'assemblée des
Etats. «La demande du concile, dit Mézeray, était mise en avant, à
l'instance du roi de Navarre, qui désirait, par cet expédient, faire
connaître aux catholiques qu'il n'était point ennemi mortel de leur
religion, ni si opiniâtre dans la sienne qu'on leur avait persuadé: ce
qu'il tâcha d'insinuer dans les esprits, par un livre, en forme
d'avertissement aux Etats, dont les termes étaient fort recherchés et
tout le discours conduit avec beaucoup de circonspection. Mais, en des
matières si chatouilleuses, le milieu étant bien souvent plus
dangereux que les extrémités, d'autant qu'en tâchant de complaire à
l'un et l'autre des deux partis, on les offense tous les deux, ce
moyen redoubla plus fort les soupçons des consistoriaux et donna sujet
à la Ligue de procéder avec plus d'animosité contre lui.» Le Père
Daniel, parlant du même écrit, donne la raison de son insuccès parmi
les députés des Etats: «Le roi de Navarre avait affaire à des gens
qui, pour la plupart, appréhendaient plus sa conversion qu'ils ne la
souhaitaient». Henri avait donc contre lui dans cette circonstance
tous les ligueurs de parti pris et tous les protestants fanatiques. Ce
fut à vaincre et à conquérir ces deux sortes d'adversaires qu'il
employa ses efforts et son génie, et mérita une gloire immortelle.

«La condamnation du roi de Navarre, dit Palma Cayet, se traita par
toutes les trois chambres (clergé, noblesse, tiers-état). Douze de
chacune chambre furent députés vers S. M. pour lui faire entendre leur
résolution et lui dire qu'ils avaient avisé que le roi de Navarre
serait déclaré hérétique, chef d'iceux, relaps, excommunié, indigne de
toute succession, couronne, royauté et gouvernement.» Il faut rendre
cette justice à Henri III, qu'il opposa une vive résistance à
l'exorbitante prétention de la Ligue. Il voulut, en présence des
députés, faire discuter leur requête par son procureur général Jacques
de La Guesle, «lequel, ajoute Favyn, par une grave et judicieuse
remontrance, montra l'impertinence de cette proposition». En
définitive, le roi sacrifia ou parut sacrifier son beau-frère.

Pendant que les Etats de Blois disposaient de l'autorité royale, pour
le présent et pour l'avenir, le roi de Navarre était obligé, de son
côté, de livrer bataille à ses partisans, dans cette assemblée de La
Rochelle dont nous venons de parler. Au milieu de leurs revendications
factieuses, les Etats de Blois eurent de légitimes velléités de
réforme politique et administrative, et, par une remarquable
coïncidence, les députés calvinistes réunis à La Rochelle firent
entendre des réclamations et des critiques analogues à celles dont les
Etats eurent à s'occuper. Il y avait dans les esprits, à ce moment,
comme une vague tendance à contrôler et limiter les actes du pouvoir
royal, et à regagner le terrain perdu, pour les libertés anciennes,
pendant quarante ans d'arbitraire, de favoritisme et de guerre civile.
Mézeray, dans sa grande _Histoire_, nous a laissé sur cette crise une
page d'autant meilleure à reproduire ici, qu'elle donne la physionomie
de l'assemblée de La Rochelle.

«Ce n'était pas seulement la Ligue qui remuait toutes choses pour
embarrasser l'esprit du roi, mais avec elle était joint encore le
désir unanime de tous les peuples, qui, voyant les affaires sur le
point d'une entière révolution, étaient poussés ou par je ne sais
quel instinct, ou par les raisonnements des plus avisés politiques qui
s'étaient répandus parmi eux, à faire leur profit de ce changement. Et
ils le désiraient avec d'autant plus d'ardeur, qu'ils avaient sous les
règnes derniers ressenti de plus grandes oppressions.

   «Cette passion régnait dans les esprits des religionnaires
   aussi bien que parmi les catholiques, et au même temps qu'elle
   faisait tant de peine au roi dans les Etats de Blois, elle
   n'en donnait guère moins au roi de Navarre dans ceux de La
   Rochelle. Ce prince avait convoqué les Etats de son parti en
   cette ville; les députés de leurs dix-huit provinces
   auxquelles ils avaient réglé leurs Eglises s'y étant rendus,
   et y ayant été reçus selon l'ordre qu'ils ont accoutumé
   d'observer en leurs synodes, il en avait fait l'ouverture le
   quatorzième de novembre. Or, il avait procuré cette assemblée,
   tant pour réunir à soi la créance et l'affection de tous les
   religionnaires, dont plusieurs n'avaient pas bonne opinion de
   lui, que pour se servir de leurs forces à défendre son droit à
   la succession de la couronne; mais il pensa bien y trouver
   tout le contraire de ce qu'il en avait espéré. Elle le
   contraignit d'en défendre l'entrée à quelques-uns des siens
   qui lui étaient suspects; il fallut qu'il y souffrît de
   sévères reproches, et même des calomnies contre sa conduite;
   les ministres ne lui celèrent aucune de ses fautes; ils firent
   une rude censure de toute sa vie, n'épargnèrent pas ses
   amours, et le blâmèrent de tiédeur au fait de la religion.
   Quand on en fut sur le premier point des contributions, les
   députés du Languedoc, animés par leur instigation, se
   bandèrent directement contre ses officiers pour les impôts des
   passages, se plaignant que ces derniers se convertissaient au
   profit de quelques personnes particulières... Ils proposèrent
   de choisir des protecteurs de leur religion, parce qu'ils
   s'imaginaient que cette considération retiendrait le roi qu'il
   ne se fît catholique, comme ils appréhendaient, ou du moins
   que s'il les abandonnait, il ne pût pas les ruiner.

«A tous leurs reproches, ce prince ne répondit qu'avec une
merveilleuse patience et une discrétion qui faisait violence à son
courage. Pour leurs autres entreprises, il tâcha de les dissiper en
gagnant doucement les uns, divisant les autres, et recherchant
soigneusement tous ceux qu'il savait les plus animés. L'adresse et les
soins de Du Plessis-Mornay, dont il employait heureusement la plume
et le crédit dans ses plus épineuses affaires, le servirent utilement
en cette occasion.

«Enfin, après diverses propositions fort rudes qu'ils faisaient pour
se prémunir contre la tyrannie, c'étaient leurs termes, lesquelles il
sut adroitement détourner ou arrêter, il en fut quitte pour leur
accorder l'établissement de quelques chambres particulières, à
Saint-Jean-d'Angély, Bergerac, Montauban, Nérac, Foix et Gap en
Dauphiné, qui, recevant les plaintes de chacun et leur rendant
justice, contiendraient ses officiers en leur devoir, selon les
règlements qui se feraient en cette assemblée. Après que les Etats
selon leur opinion eurent ainsi pourvu à leur liberté contre les
entreprises du dedans, ils travaillèrent avec une parfaite union à
chercher les moyens de soutenir le grand effort que la Ligue leur
allait jeter sur les bras, et pendant un mois que cette assemblée
dura, ils firent de si beaux règlements pour la levée et distribution
des deniers, pour les ordres qu'il fallait tenir, tant pour attaquer
que pour se défendre, pour la discipline militaire et pour l'étroite
observance des lois, que l'on jugea par là qu'ils n'étaient pas si
faciles à vaincre, comme la Ligue le publiait.»

Au sortir de l'assemblée de La Rochelle, Henri écrivait à la comtesse
de Gramont: «Vous me pensiez soulagé pour être retiré en nos
garnisons. Vraiment, s'il se refaisait encore une assemblée, je
deviendrais fol! Tout est achevé, et bien, Dieu merci! Je m'en vais à
Saint-Jean-d'Angély assembler mes troupes pour visiter M. de Nevers,
et peut-être lui faire un signalé déplaisir, non en sa personne, mais
en sa charge.» En somme, il se remettait à l'œuvre, fortifié et plus
déterminé que jamais. Dans la campagne précédente, il avait refoulé en
Bretagne et attaqué jusque dans ses foyers le duc de Mercœur,
gouverneur de cette province. Il avait pris dix ou douze places, entre
autres Beauvoir-sur-Mer. Présentement, il courait à Niort, qu'il
comptait enlever d'un coup de main et qu'il prit, en effet, par
escalade, à la fin du mois. Mais pendant qu'il s'y acheminait, et que,
de toutes parts, ses amis convoqués se dirigeaient vers la Saintonge
et le Poitou, pour lui faire une armée capable non seulement de tenir
tête à celle du duc de Nevers, mais de dominer sur la Loire, dans le
voisinage même de Henri III, le château de Blois était le théâtre d'un
événement tragique, qui allait changer la face des choses. Les Etats,
dans la main du duc de Guise, faisaient, depuis deux mois, le siège de
l'autorité royale; de quelque côté que se tournât Henri III, il
rencontrait une humiliation ou un danger. On lui imposait la
publication des décisions du concile de Trente, dans lesquelles il
pouvait lire, la Ligue aidant, une menace de déchéance à bref délai;
le duc de Savoie venait de mettre la main sur le marquisat de Saluces;
le roi d'Espagne, l'allié, le patron étranger de la Ligue, avait, au
moins indirectement, coopéré à cette victoire frauduleuse, et les
Etats, excepté la noblesse, refusaient au roi de France les moyens de
venger un tel affront: il lui fallait subir le démembrement. Au même
instant, les avis, les révélations lui arrivaient de tous côtés sur
d'anciennes menées du duc de Guise dont il n'avait eu jusqu'alors que
le soupçon, et sur de nouveaux projets qui tendaient directement à
mettre le roi dans l'absolue dépendance du sujet. Henri III hésita
quelques jours entre l'abdication, que lui conseillait le dégoût, et
un coup de force, que lui suggéraient son amour-propre blessé et ce
qu'il croyait être l'intérêt de la couronne elle-même. Il se décida
enfin pour la répression violente, et prit conseil. Il avait à choisir
entre deux modes d'exécution: la justice et l'arbitraire. Les uns lui
conseillaient les voies légales; les autres, objectant la popularité
de Guise et son ascendant sur les Etats, le portaient à se défier d'un
procès et à se faire justice lui-même. L'arrêt prononcé, le duc
dédaigna tous les avertissements qu'un assez long délai lui permit de
recevoir, et, avec une force d'âme incroyable, pendant que les
terreurs anticipées de la catastrophe assombrissaient tous les
visages, il s'en tint au mot superbe: «On n'oserait». Il se précipita,
pour ainsi dire, au devant de la mort, qui le frappa dans la matinée
du 23 décembre 1588.

On attribue à Catherine de Médicis mourante[51] ce mot sur l'exécution
de Blois: «C'est bien coupé, mon fils, mais il faut recoudre». Henri
III ne sut pas profiter de l'assassinat du duc de Guise: il se jeta
dans les finesses pour gagner les Etats, presque en entier dévoués à
la Ligue; il entama des négociations avec les factieux, sans en
excepter les Seize; il voulut attirer Mayenne lui-même, le frère de la
principale victime; il se priva du bénéfice de sa criminelle énergie
en perdant un temps précieux et en laissant au parti décapité le
loisir de se reconnaître et de se réorganiser pour de nouvelles
luttes. Le sang du Balafré, qui devait, dans la pensée de Henri III,
éteindre la guerre civile, en aviva le foyer dans la France entière.
La chute de ce vassal formidable, sur laquelle le roi prisonnier avait
compté pour redevenir un roi libre, laissa la couronne dans un
isolement qui parut comme l'agonie du pouvoir. Henri III n'eut gain de
cause nulle part: les Etats s'inclinèrent devant lui, et s'en allèrent
souffler la vengeance et la rébellion dans toute les provinces. Rome
fut inflexible, et sa réponse au meurtre du cardinal de Guise et à
l'emprisonnement du cardinal de Bourbon fit prévoir une prochaine
excommunication. Les Seize, déjà maîtres de Paris, l'accablaient d'une
honteuse dictature, en attendant la lieutenance-générale de Mayenne,
qui fut proclamée le 17 février 1589; en quelques semaines, plus de
cent villes de premier ordre se déclarèrent pour la Ligue, et
plusieurs d'entre elles traînèrent dans la boue l'effigie royale;
enfin, le roi vit la plupart de ses régiments se débander sous les
ordres de leurs officiers et passer du côté des factieux. Blois
n'était plus sûr; Henri III vint à Tours, dans les premiers jours de
mars, avec les débris de son armée. Ce fut à ce moment qu'il songea,
trop tard pour son honneur, à l'unique appui qui lui restait, à cet
héritier présomptif qu'il avait sacrifié à la Ligue, à ce Bourbon
hérétique, seul capable, s'il était honnête homme, de relever la
fortune du dernier Valois.

  [51] Appendice: XXXVIII.

A la nouvelle de l'assassinat du duc de Guise, le roi de Navarre dit:
«Tout autre que moi rirait du malheur de la Maison de Lorraine, et
serait bien aise de voir l'indignation, les déclarations et les armes
du roi tournées contre eux; moi, certes, je ne le puis faire ni ne le
fais, sinon en tant que, de deux maux, je suis contraint de prendre le
moindre.»

C'était là un sentiment humain et politique; mais il fut aisé à Henri
de prévoir les conséquences que devait entraîner pour ses propres
affaires le coup d'Etat de Blois. Il jugea qu'après cet événement
l'entente n'était plus possible entre le roi de France et la Ligue, et
se tint prêt à répondre à l'appel de Henri III. A vrai dire, les
négociations entre les deux princes avaient été plutôt suspendues que
rompues, et Rosny, s'il faut en croire son récit, les avait
secrètement renouées, peu de temps après la catastrophe. Tout
conspirait pour les faire aboutir à un salutaire accord; on y
exhortait, de toutes parts, Henri III et le roi de Navarre; au dire de
quelques historiens, Catherine de Médicis elle-même, à son lit de
mort, avait fait entendre des paroles de paix sincère et durable, des
conseils qui démentaient toute sa vie politique; mais la nécessité
parlait encore plus haut que tous les conseillers. Néanmoins, tout en
négociant avec son beau-frère, le roi de Navarre tenait la campagne
avec autant de succès que d'activité. A la fin du mois de décembre, il
avait pris Niort; le 1er janvier, Saint-Maixent et Maillezais
recevaient ses garnisons; le 9 janvier, il allait au secours de La
Garnache, qu'assiégeaient les troupes du duc de Nevers, lorsqu'il
tomba malade d'une forte pleurésie qui le mit en un tel danger qu'on
fit courir le bruit de sa mort. «Certes, écrivait-il à la comtesse de
Gramont, j'ai vu les cieux ouverts, mais je n'ai été assez homme de
bien pour y entrer. Dieu veut se servir de moi encore. En deux fois
vingt-quatre heures, je fus réduit à être tourné avec le linceul. Je
vous eusse fait pitié. Si ma crise eût demeuré deux heures à venir,
les vers auraient fait grand'chère de moi.» Le 18, il était en pleine
convalescence, et au mois de février, il reprenait le harnais pour
préparer le coup qu'il méditait sur Châtellerault, l'Ile-Bouchard et
d'autres places. Il y entra avant le mois de mars. Pendant qu'il
faisait toute cette besogne, il ne négligeait pas ses projets à longue
vue. Il déférait à La Noue le commandement des mercenaires qu'on
levait, pour son compte, en Allemagne; il trouvait même le temps de
continuer sa correspondance religieuse avec les princes protestants,
et surtout il suivait avec une extrême vigilance les phases de sa
négociation avec Henri III, négociation capitale et dont l'historique
demande quelques détails.



CHAPITRE VII

  Négociation entre les deux rois.--Le rôle de Rosny et celui de Du
    Plessis-Mornay.--Opposition et intrigues de Morosini, légat du
    pape.--Prise de Châtellerault et de
    l'Ile-Bouchard.--Tergiversations de Henri III.--Ferme attitude
    du roi de Navarre.--Le «moyen de servir».--L'accord
    s'établit.--Le manifeste de Châtellerault.


Le roi de France, connaissant la bonne volonté du roi de Navarre, et
conseillé par quelques personnages influents, tels que le duc
d'Epernon et la duchesse d'Angoulême, qui lui offrirent leur
entremise, fit tenir des paroles conciliantes à son beau-frère, et
Henri lui envoya d'abord secrètement Rosny, comme l'attestent les
_Economies royales_. Les bases d'un accord furent verbalement
établies, mais Henri III, toujours craintif et se défiant de son
entourage, ne voulut pas que les conventions fussent formulées par
écrit: Rosny dut se contenter de la parole royale, avec laquelle il
revint auprès du roi de Navarre. Ce prince, raconte Bury, après avoir
écouté avec attention le récit que lui faisait le baron de Rosny,
ayant de la peine à résister à la défiance que le passé lui avait
inspirée, lui demanda plusieurs fois, d'un ton inquiet, si le roi,
pour cette fois, agissait sincèrement. «Il m'a parlé, dit Rosny, avec
tant de fermeté, il m'a donné sa parole avec tant d'assurance, que je
n'en doute plus, et j'y joins le témoignage de Rambouillet, qui me l'a
confirmé.--Puisqu'il traite avec moi de bonne foi, dit Henri, je ne
veux donc plus prendre de villes.»--Il venait de prendre, ce jour-là
même, Châtellerault.--«Retournez, continua le roi, lui porter mes
lettres; car je ne crains ni Morosini, ni Nevers.» Rosny reprit la
poste, et se rendit à Montrichard, où le roi s'était avancé avec toute
sa suite, pour recevoir plus promptement la réponse du roi de Navarre.
L'impatience qu'il en avait était si grande, qu'aussitôt que Rosny fut
arrivé, il approuva toutes les demandes du roi de Navarre, même le
passage sur la Loire, et voulut que Rosny repartît sur-le-champ pour
lui en porter la nouvelle. D'après les _Economies royales_, Rosny
n'eut pas la satisfaction de conclure définitivement le traité, parce
que, étant tombé malade dès son retour, la suite des négociations fut
confiée à Du Plessis-Mornay, qui s'en acquitta avec l'habileté dont il
faisait preuve dans toutes les missions dont il était chargé. Au cours
de celle-ci, Morosini, légat du pape, en surprit le secret et
s'efforça de la faire échouer, non seulement par ses instances auprès
du roi, mais encore par des intrigues avec les ligueurs, où il
franchit les bornes des convenances diplomatiques. Avant d'arriver à
sa conclusion, le traité parut souvent à la veille de rester à l'état
de projet. Le 8 mars, Henri écrivait à Madame de Gramont: «Dieu me
continue ses bénédictions. Depuis la prise de Châtellerault, j'ai pris
l'Isle-Bouchard, passage sur la Vienne et la Creuse, bonne ville et
aisée à fortifier. Nous sommes à Montbazon, six lieues près de Tours,
où est le roi. Son armée est logée jusques à deux lieues de la nôtre,
sans que nous nous demandions rien; nos gens de guerre se rencontrent
et s'embrassent, au lieu de se frapper, sans qu'il y ait trêve ni
commandement exprès de ce faire. Force de ceux du roi se viennent
rendre à nous, et des miens nul ne veut changer de maître. Je crois
que S. M. se servira de moi; autrement il est mal, et sa perte nous
est un préjugé dommageable.»

Henri était d'autant mieux fondé, en ce moment, à prévoir l'heureuse
issue des négociations, qu'il avait adressé de Châtellerault, le 4
mars, aux trois Etats du royaume ce célèbre manifeste qui n'a
peut-être pas d'égal dans les fastes de l'éloquence politique, et que
nous allons reproduire. Mais Henri III, déterminé quant au fond du
traité, ne pouvait se départir de ses habitudes de tergiversation. Dix
fois, tout fut prêt, jusqu'à la signature; dix fois, elle fut tenue en
suspens. La correspondance du roi de Navarre avec Du Plessis-Mornay
donne une idée de ces misérables ajournements. Le 23 mars, Henri
déplore tant de retards. Il avait offert une trêve de cinq mois; Henri
III, après l'avoir acceptée, veut qu'elle dure toute une année. Il
demandait une ville de passage, pour franchir sûrement la Loire; Henri
III offrait les Ponts-de-Cé, mauvaise place à laquelle le roi de
Navarre préfère Saumur. «Pour Dieu! dit enfin le roi de Navarre, _que
l'on ne m'ôte point le moyen de servir!_»

A ce cri, qui fait vibrer le cœur français, même à trois siècles de
distance, Henri III pourtant se rendit: le roi de Navarre eut à peu
près licence de travailler, comme il l'entendait, au salut de son
maître, de la royauté et de son pays; il devenait, à la charge d'être
«toléré», lui et les siens, pendant une année, l'auxiliaire de Henri
III contre la Ligue ou tout autre ennemi qui méconnaîtrait les droits
de la couronne. Il avait bien mérité ce succès par sa constance, son
énergie et son génie déjà mûr pour les suprêmes victoires; il en eût
été digne rien que par les déclarations de Châtellerault, dans
lesquelles, tout en donnant le bilan de sa conscience, comme l'a dit
un historien, il faisait resplendir, pour son temps et pour la
postérité, les grandioses images du roi et de la patrie. Voici
quelques-unes des pensées de ce document immortel:

«S'il eût plu à Dieu tellement toucher le cœur du roi mon seigneur et
les vôtres, qu'en l'assemblée que quelques-uns de vos députés ont
faite à Blois, près S. M., j'eusse été appelé, comme certes il me
semble qu'il se devait, et qu'il m'eût été permis librement de
proposer ce que j'eusse pensé être de l'utilité de cet Etat, j'eusse
fait voir comme quoi j'en avais non seulement le désir au cœur, la
parole à la bouche, mais encore les effets aux mains. Puisque cela ne
s'est point fait, je veux au moins vous faire entendre, à ce dernier
coup, ce que j'estime nécessaire au service de Dieu, du roi mon
seigneur, et au bien de ce royaume...

«On m'a souvent proposé de changer de religion; mais comment? La
dague à la gorge! Quand je n'eusse point eu de respect à ma
conscience, celui de mon honneur m'en eût empêché, par manière de
dire...--Instruisez-moi, je ne suis point opiniâtre. Si vous me
montrez une autre vérité que celle que je crois, je m'y rendrai et
ferai plus, car je pense que je n'y laisserai nul de mon parti qui ne
s'y rende avec moi...

«Je vous conjure tous, par cet écrit, autant catholiques serviteurs du
roi mon seigneur, comme ceux qui ne le sont pas; je vous appelle comme
Français; je vous somme que vous ayez pitié de cet Etat, de
vous-mêmes; que, le sapant par le pied, ne vous sauverez jamais, que
la ruine ne vous en accable... Je vous conjure de dépouiller, à ce
coup, les misérables humeurs de guerre et de violence qui dissipent et
démembrent ce bel Etat, qui nous ensanglantent du sang les uns des
autres, et qui nous ont déjà tant de fois fait la risée des
étrangers...

«Il faut que le roi fasse la paix, et la paix générale, avec tous ses
sujets; et, à ce propos, qu'un chacun juge de mon intention. Voilà
comme j'entends l'animer contre ses sujets qui ont été de cette belle
Ligue! Et vous savez tous, néanmoins, que quand je le voudrais faire
(comme je le ferai, s'il me le commande), je traverserai beaucoup
leurs desseins et leur taillerai bien de la besogne...

«J'appelle notre noblesse, notre clergé, nos villes, notre peuple:
qu'ils considèrent où nous allons entrer, ce que deviendra la France,
quelle sera la face de cet Etat, si ce mal continue. Que fera la
noblesse si notre gouvernement se change, comme il le fera
indubitablement, et vous le voyez déjà. Que deviendront les villes,
quand, sous une apparence vaine de liberté, elles auront renversé
l'ancien ordre de ce bel Etat?... Et toi, peuple, quand ta noblesse et
tes villes seront divisées, quel repos auras-tu? Peuple, le grenier du
royaume, le champ fertile de cet Etat, de qui le travail nourrit les
princes, la sueur les abreuve, les métiers les entretiennent,
l'industrie leur donne les délices à rechange, à qui auras-tu recours,
quand la noblesse te foulera, quand les villes te feront contribuer?
Au roi, qui ne commandera ni aux uns, ni aux autres? Aux officiers de
la justice? où seront-ils? A ses lieutenants? quelle sera leur
puissance? Au maire d'une ville? quel droit aura-t-il sur la noblesse?
Au chef de la noblesse? quel ordre parmi eux? Pitié, confusion,
désordre, misères partout! Et voilà le fait de la guerre...

«On m'a mis les armes en main par force. Contre qui les emploierai-je
à cette heure? Contre mon roi? Dieu lui a touché le cœur: il a pris
la querelle pour moi. Contre ceux de la Ligue? Pourquoi les
mettrais-je au désespoir? Pourquoi, moi, qui prêche la paix en France,
aigrirais-je le roi contre eux et ôterais-je, par l'appréhension de
mes forces, à lui l'envie, à eux l'espérance de réconciliation? Et
voyez ma peine: car si je demeure oisif, ou ils feront encore leur
accord, et à mes dépens, comme j'ai vu deux ou trois fois advenir; ou
ils affaibliront tellement le roi et se rendront si forts, que moi,
après sa ruine, n'aurai guère de force ni de volonté pour empêcher la
mienne...

«Nous sommes dans une maison qui va fondre, dans un bateau qui se
perd, et n'y a nul remède que la paix...--Pour conclusion donc, moi,
meilleur (je le puis dire) et plus intéressé en ceci que vous tous, je
la demande, au nom de tous, au roi mon seigneur. Je la demande pour
moi, pour ceux de la Ligue, pour tous les Français, pour la France.
Qui la fera autrement, elle n'est pas bien faite. Je proteste de me
rendre mille fois plus traitable que je ne le fus jamais, si jamais
j'ai été difficile. Je veux servir d'exemple aux autres par
l'obéissance que je montre à mon roi...

«Et cependant, jusqu'à ce qu'il ait plu à Dieu de donner au roi mon
seigneur le loisir de pourvoir aux affaires de son Etat, y remettant
la paix, qui y est si nécessaire, je ferai, aux lieux où j'aurai plus
de pouvoir, reconnaître son autorité. Et, pour cet effet, je prends en
ma protection et sauvegarde tous ceux, de quelques condition et
qualité qu'ils soient, tant de la noblesse, de l'Eglise, que des
villes, que le peuple, qui se voudront unir avec moi en cette bonne
résolution, sans permettre qu'à leurs personnes et biens il soit
touché en manière quelconque... Je proteste devant Dieu que, tout
ainsi que je n'ai pu souffrir que l'on m'ait contraint en ma
conscience, aussi ne souffrirai-je ni ne permettrai jamais que les
catholiques soient contraints en la leur ni en leur libre exercice de
la religion...»



CHAPITRE VIII

  La trêve de Tours.--Passage de la Loire.--Nouvelle
    déclaration.--Henri III veut recevoir le roi de
    Navarre.--Méfiance et murmures des vieux huguenots.--Henri va
    au rendez-vous.--Entrevue de Plessis-lès-Tours.--Paroles du roi
    de Navarre.--Heureux effets de la réconciliation.--Henri se
    remet en campagne.--Attaque de Tours par l'armée de
    Mayenne.--Conseils salutaires du roi de Navarre à Henri
    III.--Succès des royalistes.--La grande armée
    royale.--Monitoire de Sixte-Quint contre Henri III.--Siège de
    Pontoise.--Les deux rois devant Paris.--Assassinat de Henri III
    à Saint-Cloud.--Sa mort.--Henri IV en Gascogne et Henri IV en
    France.


La trêve de Tours fut signée le 3 avril. Elle n'accordait au roi de
Navarre, pour assurer le passage de son armée sur la Loire, que les
Ponts-de-Cé; mais des difficultés pour la prise de possession de cette
place y firent substituer la ville de Saumur, dont Du Plessis-Mornay
fut nommé gouverneur. Saumur devint la base d'opérations du roi de
Navarre. Il passa la Loire, le 21 avril, et distribua aussitôt son
armée dans de nouveaux quartiers. L'avant-veille, il avait fait
paraître une déclaration sur les motifs de cette démarche décisive,
qui annonçait publiquement sa prochaine réunion avec le roi de France.
Ce nouveau manifeste, rédigé par Du Plessis-Mornay, contient un
tableau saisissant des désordres provoqués par la Ligue et un jugement
plein de force sur la situation politique de la Maison de
Lorraine[52]. C'est, dans l'ensemble, un résumé du manifeste de
Châtellerault; en voici la conclusion: «Nous protestons que l'ambition
ne nous met point aux armes; assez avons-nous montré que nous la
méprisons; assez avons-nous aussi d'honneur d'être ce que nous sommes,
et l'honneur de cet Etat ne peut périr que n'en périssions. Aussi peu,
et Dieu nous est témoin, nous mène la vengeance. Nul n'a plus reçu de
torts et d'injures que nous, nul jusques ici n'en a moins poursuivi,
et nul ne sera plus libéral de les donner (remettre) aux ennemis,
s'ils veulent s'amender, en tout cas, à la tranquillité, à la paix de
la France.»

  [52] Appendice: XXXIX.

Il ne restait plus aux deux rois qu'à sceller leur réconciliation sur
le cœur l'un de l'autre, en présence de leurs amis et à la face du
pays tout entier, afin que leurs deux armées apprissent d'eux à n'en
faire qu'une pour la défense de la même cause. Le 28 avril, le roi de
Navarre prit son gîte à Maillé, à deux lieues de Tours. Henri III, qui
était à Plessis-lès-Tours, lui fit savoir qu'il aurait, le 30 avril,
sa visite pour agréable. Il y eut là, pour les vieux capitaines
huguenots, quelques heures de terrible anxiété et de défiance trop
légitime. Les souvenirs de la Saint-Barthélemy et la récente exécution
de Blois obsédaient leur esprit et leur dictaient des remontrances qui
allèrent jusqu'au blâme et jusqu'à l'exaspération, lorsque, sur le
désir exprimé par Henri III, le roi de Navarre, au lieu de s'arrêter
au pont de Lamotte, comme il l'avait d'abord projeté, résolut de
traverser la Loire pour aller saluer son beau-frère à Plessis-lès-Tours.
Aux discours et aux murmures qui tendaient à le dissuader de se fier à
Henri III, le roi de Navarre répondit: «Dieu me dit que je passe et
que je voie, il n'est en la puissance de l'homme de m'en garder, car
Dieu me guide et passe avec moi, je suis assuré de cela, et me fera
voir mon roi avec contentement, et trouverai grâce devant lui.» Il
passa donc, avec une escorte de gentilshommes et de gardes, auxquels
il recommanda de se tenir à l'écart.

«De toute sa troupe, dit Cayet, nul n'avait de manteau et de panache
que lui; tous avaient l'écharpe blanche; et lui, vêtu en soldat, le
pourpoint tout usé, sur les épaules et aux côtés, de porter la
cuirasse, le haut-de-chausses de velours de feuille morte, le manteau
d'écarlate, le chapeau gris avec un grand panache blanc, où il y avait
une très belle médaille, étant accompagné du duc de Montbazon et du
maréchal d'Aumont, qui l'étaient venus trouver de la part du roi,
arriva au château du Plessis. Le roi y était venu une heure auparavant
avec tous les princes et toute sa noblesse, et, en attendant l'arrivée
dudit roi de Navarre, il alla aux Bons-Hommes. Toute la noblesse était
dans le parc avec une multitude de peuple curieux de voir cette
entrevue. Incontinent que le roi de Navarre fut entré dans le château,
on alla avertir le roi, lequel s'achemina le long du jeu de
Paillemail, cependant que le roi de Navarre et les siens descendaient
l'escalier par lequel on sortait du château pour entrer dans le parc.
Au pied des degrés, M. le comte d'Auvergne, assisté de Messieurs de
Sourdis, de Liancourt et autres chevaliers des ordres du roi, le
reçurent et l'accompagnèrent pour aller vers Sa Majesté. Au bruit que
les archers firent, criant: _Place! place! voici le roi!_ la presse se
fendit, et sitôt que le roi de Navarre vit Sa Majesté, il s'inclina,
et le roi vint l'embrasser.»

«Monseigneur, dit le roi de Navarre, embrassez votre cousin;
servez-vous, pour votre défense, de celui que vous avez offensé par la
guerre... Ma foi vous clame roi, et votre résolution me fait ami du
roi. Les peuples à venir ne passeront ceci sous silence. Les étrangers
sont assis au trône royal et vous fuyez vos sujets jusqu'aux
frontières de votre royaume. Vous ne perdriez pas votre couronne tout
seul: votre royauté et ma vie prendraient fin au même jour; ou, si je
vous survis, Votre Majesté vivra en moi, et jamais personne ne régnera
par-dessus les rois[53].» Henri III le serra plusieurs fois dans ses
bras, l'appelant son frère et manifestant la joie la plus vive. «Le
roi pensait avec le roi de Navarre faire un tour de promenade dans le
parc; il lui fut impossible, pour la multitude du peuple, dont les
arbres mêmes étaient tout chargés. L'on n'entendait partout que ces
cris d'allégresse de _Vive le roi!_ Quelques-uns criaient aussi:
_Vivent les rois!_ Ainsi Leurs Majestés, ne pouvant aller de part ni
d'autre, rentrèrent dans le château, où se tint le conseil, et y
demeurèrent l'espace de deux heures. Au sortir du conseil, ils
montèrent à cheval, et le roi de Navarre reconduisit le roi jusques au
pont Sainte-Anne, à mi-chemin du faubourg de la Riche; et prenant
congé de S. M., il s'en retourna passer la rivière de Loire et alla
loger au faubourg Saint-Symphorien, en une maison vis-à-vis du pont de
Tours.»

  [53] Appendice: XL.

Le soir même, Henri adressait à Du Plessis-Mornay le bulletin de cette
heureuse journée: «La glace a été rompue, non sans nombre
d'avertissements que si j'y allais, j'étais mort. J'ai passé l'eau en
me recommandant à Dieu, lequel par sa bonté ne m'a pas seulement
préservé, mais fait paraître au visage du roi une joie extrême, au
peuple, un applaudissement non pareil, même criant: _Vivent les rois!_
de quoi j'étais bien marri. Il y a eu mille particularités que l'on
peut dire remarquables. Envoyez-moi mon bagage et faites avancer
toutes nos troupes.»

Le lendemain, dès la première heure, le roi de Navarre, à pied et
suivi d'un seul page, entra dans la ville pour donner le bonjour à
Henri III. «Toute cette matinée, ajoute Palma Cayet, fut employée en
conseil et délibération d'affaires, jusque sur les dix heures que le
roi alla à la messe, et fut accompagné jusqu'à la porte de l'église
Saint-Gatien par le roi de Navarre, qui de là s'en alla visiter les
princesses de Condé et de Conti. L'après-dînée se passa à courir la
bague, le long des murs du parc du Plessis, où le roi de Navarre et
tous les princes et grands seigneurs s'exercèrent cependant que le roi
était à vêpres aux Bons-Hommes. Deux jours se passèrent en cette
entrevue, durant lesquels le roi résolut de faire une armée forte et
puissante pour aller assiéger Paris.»

Les éléments de cette puissante armée qu'il importait de former sans
délai, pour arrêter les progrès de la Ligue, étaient fort disséminés.
L'entrevue de Plessis-lès-Tours équivalait à la publication du ban et
de l'arrière-ban pour tous les royalistes de France sans distinction
de culte; mais il fallait se hâter. Les deux rois expédièrent des
ordres et des convocations de tous côtés, sans oublier les levées
d'auxiliaires en Allemagne et en Suisse. Mais l'activité de Henri III
avait grand besoin du concours de son nouvel allié. Il y eut encore,
de la part du roi de France et de ses lieutenants, des hésitations,
des ajournements que le roi de Navarre était incapable de subir dans
l'inaction. Aussi avait-il repris la campagne, superbe de vigueur et
d'entrain. Pendant qu'il était éloigné de Tours, Mayenne, par une
marche forcée, vint surprendre les faubourgs de cette ville, faillit
enlever Henri III, et eût emporté la ville, où il avait des
intelligences, si quelques troupes du roi de Navarre, qui le
précédaient de peu, n'eussent arrêté l'élan du chef de la Ligue. Le
danger auquel Henri III venait d'échapper fut un argument dont le roi
de Navarre se servit pour presser, de part et d'autre, la réunion des
forces et la jonction des deux armées. A cheval jour et nuit, ou
occupé à dicter des messages pour ses capitaines, ses gouverneurs et
ses villes les plus éloignées, il trouva le loisir d'adresser à Henri
III les plus salutaires et les plus pressants avis. «Le bruit courait,
lui écrit-il, qu'alliez en Bretagne: j'en étais enragé, car pour
regagner votre royaume, il faut passer sur les ponts de Paris. Qui
vous conseillera de passer par ailleurs n'est pas bon guide.» Et, dans
une autre lettre, il trace le plan de l'action avec une précision et
une autorité où s'affirment le grand capitaine et le grand politique.
«Mon avis est que, tant que vous ferez de diverses armées, il ne faut
douter que ne soyez sujet à tels accidents. Je dirai donc que Votre
Majesté doit avoir un chef aux provinces où il n'y en a point, avec ce
qu'il lui faut seulement pour conserver ce que vos serviteurs
tiennent, et faire que ce qu'il y aura de plus vienne tout à vous.
Car, rabattant l'autorité du chef, les membres ne sont rien. Ceux que
vous envoyez aux provinces veulent tous vous acquérir quelque chose,
et par là se rendre recommandables. C'est un juste désir, mais non
propre pour votre service à cette heure. Trois mois de défensive par
vos serviteurs, et vous employer ce temps à assaillir, vous mettent
non du tout hors de peine, mais vos affaires en splendeur et celles de
vos ennemis en mépris, grand chemin de leur ruine. Je puis vous donner
ce conseil plus hardiment que personne; nul n'a tant d'intérêt à votre
grandeur et conservation que moi, nul ne vous peut aimer tant que moi,
nul n'a plus expérimenté ceci que moi, à mon grand regret. Lorsque
nous oyions dire: «Le roi fait diverses armées», nous louions Dieu et
disions: Nous voilà hors de danger d'avoir du mal. Quand nous
entendions: «Le roi assemble ses forces et vient en personne, et ne
fait qu'une armée», nous nous estimions, selon le monde, ruinés. Mon
maître, gardez cette lettre pour, si vous me croyez et qu'il vous en
arrive mal, me le reprocher; aussi qu'elle me serve d'acte de ma
fidélité, si vous ne me croyez et que vous vous en trouviez mal.
Montrez cet avis à qui il vous plaira. Je voudrais avoir donné
beaucoup et être près de Votre Majesté, pour alléguer mille raisons,
qui seraient trop longues à écrire. Voici un coup de partie: résolvez
mûrement et exécutez diligemment.»

Ces conseils étaient donnés dans les premiers jours du mois de juin. A
ce moment, l'union des deux rois avait déjà produit d'heureux fruits.
Leurs armées infligeaient partout des échecs à la Ligue; les
gentilshommes arrivaient avec des renforts, de tous les pays de
France; un corps de dix mille Suisses, à la solde de Henri III, était
sur le point de franchir la frontière. Enfin le mouvement de
concentration et la marche sur Paris commencèrent. Il n'y eut bientôt
qu'une seule armée royale, dont le roi de Navarre commanda
l'avant-garde. Tout plia sous l'effort de cette armée, excepté
Orléans, qui parut en état de l'arrêter assez longtemps pour
compromettre le succès du plan général: on passa outre. Le roi de
Navarre se jetait dans le péril avec la fougue des premières armes;
catholiques et protestants rivalisaient de bravoure; Henri III
lui-même semblait avoir ressaisi l'épée de Jarnac et de Moncontour:
c'était bien la monarchie française reconstituée sur le champ de
bataille. A Etampes, Henri III reçut le monitoire par lequel
Sixte-Quint le frappait d'excommunication, si, dans dix jours, le
cardinal de Bourbon et l'archevêque de Lyon, prisonniers depuis le
coup d'Etat de Blois, n'étaient pas remis en liberté. «Le roi, dit le
Père Daniel, en fut consterné, et quelques remontrances qu'on lui fît
pour le convaincre des nullités de cet acte, il ne pouvait revenir des
inquiétudes de conscience qu'il lui causait, jusqu'à ce que le roi de
Navarre, l'ayant entretenu là-dessus pour lever ses scrupules, lui dit
qu'il y avait un remède à ce mal, qui était d'assiéger Paris au plus
tôt. «Vainquons, ajouta-t-il, et nous aurons l'absolution; mais si
nous sommes battus, nous serons excommuniés, aggravés et réaggravés.»
Henri reproduisait, dans cette boutade, l'avis récemment envoyé au roi
par le cardinal de Joyeuse, instruit des sentiments de la cour de
Rome.

Pontoise résista quelques jours. Le roi de Navarre, «qui voulait être
présent à tout, y courut grand risque de la vie, car il était appuyé
sur les épaules du mestre-de-camp Charbonnières, quand une arquebusade
lui brisa les deux bras; pareille chose était déjà arrivée à ce
prince, au siège de Jargeau, où Philippe de Montcassin-Houeillets,
autre mestre-de-camp, fut tué à ses pieds». Le 24 juillet, Pontoise
était aux mains de l'armée royale; le 25, les auxiliaires suisses
arrivaient; deux jours après, le siège de Paris était résolu; le 30
juillet, les deux rois, après avoir chassé les ligueurs de
Saint-Cloud, établissaient leur quartier-général, Henri III, dans le
bourg même, et le roi de Navarre, à Meudon. La Ligue, depuis trois
mois partagée entre le découragement et la fureur, vit s'étendre,
autour des murailles où l'ambition et le fanatisme avaient établi son
règne, une armée de quarante mille hommes, ayant à sa tête, sous le
roi de France et son héritier présomptif, plus de cent capitaines,
princes, grands seigneurs, officiers de fortune, habitués à vaincre
depuis longtemps, et sûrs de vaincre une fois de plus. Aucune force
humaine, sortant de Paris, n'aurait pu, par le glaive, détourner ou
suspendre les coups de cette armée. Paris vomit sur le camp de Henri
III un assassin fanatique, et le meurtrier du duc de Guise,
l'instigateur de la Saint-Barthélemy, tomba, le 1er août, sous le
couteau de Jacques Clément.

Pendant quelques heures, sur l'avis du premier chirurgien Du Portal,
tout le monde crut que la blessure n'était pas mortelle. Le roi de
Navarre, mandé en toute hâte, reçut le plus affectueux accueil de
Henri III, qui, s'exprimant comme si la succession à la couronne était
ouverte, fit entendre de magnanimes et prophétiques paroles, plus roi
sur son lit de mort qu'il ne l'avait jamais été pendant sa vie.
L'espérance de le sauver ne dura pas longtemps. Vers minuit, il
entrait dans une agonie qui se prolongea jusqu'aux premières heures du
jour. Avec lui s'éteignit une race qui avait eu sa part de gloire,
mais dont les vertus et le génie, dégénérant de règne en règne, en
étaient arrivés, sous le sien, à un complet épuisement. Presque épuisé
aussi, le pays avait besoin de se refaire autour d'un chef capable de
guérir ses plaies, de rallier ses forces et de lui ouvrir de nouvelles
et larges voies dans le conflit des nations, des dogmes et des idées.
En sortant de la chambre mortuaire de Henri III, Henri IV était ce
chef, et s'il avait rencontré une fidélité unanime chez les anciens
serviteurs du dernier des Valois, il aurait pu, d'un seul élan,
relever à la fois le trône et la patrie. Mais il trouva devant lui,
avec la Ligue et l'étranger faisant cause commune, ces déserteurs et
ces trafiquants du droit qui ont, dans tous les temps, perdu tant de
grandes causes. Cette vaste conspiration ne troubla jamais ni son
courage ni sa foi dans l'avenir: par le génie autant que par les
armes, par le cœur non moins que par le génie, il sut vaincre et
sauver les Français. Nous le laissons au seuil de cette mémorable
lutte. Il y a deux cycles dans sa glorieuse vie. Pendant la durée du
premier, fermé sur le cercueil de Henri III, nous l'avons vu naître et
s'élever jusqu'à la hauteur de son incomparable destinée: c'est Henri
IV en Gascogne. Dès que s'ouvre le second cycle, Henri de Bourbon
entre de plain-pied dans l'histoire de France, où la gloire le
couronnera, parce qu'il a su apprendre, sur une terre fertile en
héros, à devenir Henri le Grand.



CONCLUSION.


Reprenons le dernier mot de notre récit pour achever de justifier,
s'il en est besoin, la thèse historique énoncée dans l'introduction et
prouvée dans le livre.

Le roi de France tout entier s'était affirmé dans le roi de Navarre, à
la sanction près des actes, pour laquelle lui firent si longtemps
défaut la force et le pouvoir. Il suffit, pour s'en convaincre, de se
représenter les traits principaux du souverain durant les deux
périodes, parallèlement résumées.

L'homme de guerre qui avait fait ses premières armes sous Condé et
Coligny, qui avait tenu tête à Biron et à Matignon, qui s'était joué
de Mayenne, qui avait étonné la France par la prise de Cahors et
l'Europe par la victoire de Coutras, qui, sans argent, sans allié
notable, et avec des poignées de soldats, avait, en douze ans,
combattu, fatigué, défait ou détruit huit ou dix armées, ce capitaine,
déjà l'égal des plus vaillants et des plus habiles, n'avait plus rien
à apprendre lorsqu'il planta sa tente en vue de Paris: le héros
d'Arques et d'Ivry s'était formé en Gascogne. Vérité absolue et que ne
saurait effleurer même le moindre doute.

L'étude de l'œuvre politique, plus vaste et plus complexe que
l'œuvre militaire, aboutit à une conclusion analogue.

Le roi de France pacifia son pays. La paix avait été le but constant
du roi de Navarre, prêt à tous les sacrifices pour l'établir ou la
maintenir, même quand il n'était entouré que d'ennemis, qu'il avait
sujet de redouter les perfidies de Catherine de Médicis et la
politique versatile de Henri III, même quand, à se prêter aux
accommodements, il risquait, parmi les calvinistes, sa popularité si
chèrement acquise.

L'édit de Nantes, qui élargissait l'Etat en y introduisant la liberté
de conscience et faisant de la tolérance une de ses lois fondamentales,
ce dogme philosophique et politique des temps modernes, si péniblement
enfanté, ne fut promulgué qu'en 1599; mais on le rencontre partout
dans la vie du roi de Navarre, tantôt comme un sentiment qu'il exprime
d'instinct, tantôt comme une pensée dominante, formulée avec ampleur,
tantôt enfin, à l'état de revendication précise, dans les
négociations, dans les manifestes, dans les traités. La paix de
Saint-Germain elle-même, qui précéda la Saint-Barthélemy et en fut la
première amorce, c'est l'édit de Nantes avec l'arrière-pensée du
piège. Mais il n'y avait aucune arrière-pensée dans l'esprit du roi de
Navarre, quand il écrivait à un catholique, cinq ans après la
Saint-Barthélemy: «Combien que soyez de ceux-là du Pape, je n'avais
aucune méfiance de vous...--Ceux qui suivent tout droit leur
conscience sont de _ma religion_, et moi je suis de celle de tous
ceux-là qui sont braves et bons.» La religion dont il parlait en ces
termes, à l'âge de vingt-trois ans, qui fut toujours la sienne et
finit par lui gagner la France entière, était celle du droit, de
l'honneur, de la paix due à tous les hommes de bonne volonté, à tous
les fidèles serviteurs de la royauté et du pays. Et ce n'est là qu'une
pensée; mais elle reparaît, à chaque instant, confirmée et développée
dans les lettres, les déclarations et les protocoles que nous avons
cités ou résumés. Henri de Bourbon portait l'édit de Nantes sous sa
cuirasse, au milieu des camps et des batailles, un quart de siècle
avant qu'il fît de tous les bons Français une seule famille.

Forcé de tirer l'épée contre les armées que Henri III prêtait aux
Guises et à la Ligue plutôt qu'il ne les envoyait, de son propre
mouvement, contre lui, le roi de Navarre, en un temps où les ambitions
étaient sans scrupules et où ses coreligionnaires mêmes projetèrent
souvent de démembrer la France, en haine de la monarchie qui les
opprimait, donna l'exemple de la fidélité à la patrie et même au roi,
en repoussant les propositions de l'Espagne, en combattant les idées
anarchiques de Condé et des vieux huguenots, en ne permettant jamais
qu'on le regardât comme l'adversaire de Henri III. Il était donc,
longtemps avant 1589, le roi «patriote», le roi de la réconciliation,
de l'union, de l'unité française.

Les meilleurs mêmes d'entre les souverains sont condamnés, par leur
principe, par la loi qui les institue, à tenir pour ennemis, au dedans
certains hommes, au dehors certaines nations, et à leur rendre guerre
pour guerre. Si ce sentiment d'inimitié est de la haine, il y eut une
haine au cœur de Henri IV. Roi de France, il détesta, combattit et
voulut abattre cette puissance hispano-allemande qui s'incarnait dans
la Maison d'Autriche et, depuis Charles-Quint, menaçait constamment
l'Europe de son joug. C'est que, tout enfant, au milieu des débris
d'un royaume conquis par l'Espagnol, il avait connu, par tradition, le
poids de ce joug, et que, plus tard, roi de Navarre, vivant dans le
dangereux voisinage de Philippe II, il avait vu souvent, non seulement
ses petits Etats, mais le royaume de France voués au démembrement par
les Espagnols et les «espagnolisés». Toute sa politique extérieure,
toutes ses vues sur un équilibre européen favorable à son pays,
vinrent de la haute et salutaire aversion que lui légua Jeanne
d'Albret pour l'ennemi héréditaire, et qui s'entretint au spectacle
des marchés de la Ligue avec Philippe II.

Il ne suffit pas à un roi d'aimer son pays, d'être grand par lui-même,
d'être le premier de son temps: s'il ne connaît pas les hommes, s'il
ne sait pas les susciter ou les choisir pour les associer à sa
mission, il ne la remplira point. Cette science des hommes, Henri IV
la posséda au plus éminent degré: il eut les ministres, les
capitaines, les négociateurs, les magistrats, tous les coopérateurs
que réclamait sa royale tâche. Mais il n'avait pas attendu l'héritage
de Henri III pour lire dans le cœur et dans l'esprit de ses
serviteurs. Il les connut dès la première heure, il les devina, les
appela, les mit en leur place, fut leur compagnon autant que leur
chef, et il aurait pu dire de la plupart d'entre eux ce qu'il dit un
jour de Biron, avant sa chute: «Je le montre volontiers à mes amis et
à mes ennemis».

La vertu souveraine, le charme tout-puissant de Henri de Bourbon
furent sa clémence et sa tendre sollicitude pour le «pauvre peuple».
La vie du roi de Navarre est pleine de pardons généreux, de charités
touchantes, d'exquises cordialités. C'est avec de tels trésors qu'il
remporta ses plus belles victoires; et quand ils montèrent avec lui
sur le trône enfin conquis, ils attirèrent toute la France à ses
pieds.

Ici peut s'arrêter ce parallèle, maintenu à dessein dans les
principales lignes de l'histoire, par où se jugent les hommes et les
époques. L'œuvre de Henri IV est le patrimoine de la France et de la
civilisation elle-même. A Dieu ne plaise que, pour flatter l'orgueil
des pays nourriciers désignés sous le nom collectif de Gascogne, nous
les invitions à revendiquer un injuste privilège de gloire! Mais
qu'elle sache bien, cette première patrie du fils de Jeanne d'Albret,
depuis les frontières espagnoles du Béarn jusqu'aux plaines de la
Dordogne, depuis les plages de La Rochelle jusqu'aux portes de
Toulouse, qu'elle sache bien que ce n'est pas seulement l'enfant-roi
qui est sorti de son sein, mais le roi tout entier.



APPENDICE


I.

Voici la liste des principaux ouvrages qu'il a fallu consulter pour
écrire la présente étude:

_Lettres missives de Henri IV_, recueil de Berger de Xivrey et de J.
Guadet.

_Histoire de Navarre_, par André Favyn.

_Histoire des derniers troubles de France_, par Pierre Mathieu.

_Chronologie Novenaire_, de Palma Cayet.

_Histoire_ et _Mémoires_, d'Agrippa d'Aubigné.

_Economies royales_, de Sully.

_Vie de Mornay._

_Journal_ de P. de L'Estoile.

_Histoire_ de Jacques-Auguste de Thou.

_Mémoires divers_ (Castelnau, La Noue, duc de Bouillon, Marguerite de
Valois, Brantôme).

_Vie militaire et privée de Henri IV_, par Musset-Pathay.

_Histoire de France_, par Mézeray.

_Histoire de France_, par le Père Daniel.

_Histoire de Henri le Grand_, par Hardouin de Péréfixe.

_Education de Henri IV_, par Duflos.

_Histoire des troubles en Béarn_, par l'abbé Poeydavant.

_Histoire de Jeanne d'Albret_, par Mademoiselle Vauvilliers.

_Histoire de la Gascogne_, par l'abbé Monlezun.

_Histoire de l'Agenais, du Condomois et du Bazadais_, par J.-F.
Samazeuilh.

_De l'amour de Henri IV pour les lettres_, par l'abbé Brizard.

_Le Château de Pau_, par Bascle de Lagrèze.

_Les Béarnais au temps de Henri IV_, par Alphonse Pinède.

_Variétés Girondines_, par Léo Drouyn.

_Archives historiques de la Gironde_, précieux recueil, créé et dirigé
par M. Jules Delpit, et enrichi, d'année en année, par des
travaux,--entre autres ceux de MM. Delpit, Tamizey de Larroque et Léo
Drouyn,--dont nous voudrions pouvoir louer dignement le mérite. (_Page
2._)


II.

Jeanne d'Albret «était, dit Favyn, d'une humeur si joviale, que l'on
ne pouvait s'ennuyer auprès d'elle. Eloquente entre les personnes de
son siècle, selon les erres de la reine Marguerite, elle pouvait, par
le moyen de ses discours, charmer les ennuis et passions de l'âme».

Tel est le portrait, sans doute ressemblant, de la jeune fille et de
la jeune femme. Plus tard, Jeanne connut, à son tour, les «ennuis et
passions de l'âme».

«C'était, dit Bascle de Lagrèze, la femme la plus instruite de son
temps: elle savait le grec, le latin, la plupart des langues vivantes;
elle surveillait les études de ses enfants. Instruite par Marot dans
l'art de faire des vers, elle enseignait à ses élèves la poésie, qui
ennoblit le langage et donne à la prose plus de charme et d'harmonie.»

Les anciens auteurs vantent sa «santé florissante», qui ne tarda
pourtant pas à dépérir.

«On aime à interroger le château de Pau sur la manière dont Jeanne
d'Albret y vivait. Elle consacrait toute la matinée au travail; elle
répondait, de sa propre main, aux gouverneurs et aux magistrats,
lorsqu'ils s'adressaient directement à elle. Après son dîner, elle
donnait audience, soit dans son palais, soit dans son parc, à tout le
monde, pendant deux heures; ensuite les seigneurs et les dames étaient
admis à lui faire leur cour jusqu'à son souper. Ses plus doux moments
étaient ceux qu'elle passait à s'entretenir avec des savants et des
hommes de lettres attirés et retenus auprès d'elle par son esprit
supérieur autant que par ses libéralités. Si les vertus privées de la
reine eussent suffi pour rendre son peuple heureux, le Béarn aurait
joui de la continuation des temps de prospérité de Henri II et de
Marguerite.» (_Page 8._)

       *       *       *       *       *

C'est à l'époque du passage de Charles IX à Nérac, en 1565, que
Mézeray place la réponse de Jeanne d'Albret à Catherine de Médicis, et
il rapporte cette réponse dans les termes suivants: «Si j'avais mon
fils et tous les royaumes de la terre dans ma main, je les jetterais
tous au fond de la mer, plutôt que de perdre mon salut.» (_Page 34._)

       *       *       *       *       *

On lit dans le _Château de Pau_ qu'aussitôt que Jeanne eut pris
possession de la souveraineté tout entière, elle ne cacha plus ses
sentiments et sa ferme volonté de répandre partout ce qu'elle appelait
la «liberté évangélique». Ce haut esprit tomba dans la manie. «Elle
travaillait, comme sa mère, à décorer ses appartements de tapisseries
brodées de ses mains habiles. Elle avait composé, au château, une
tente de plusieurs pièces qu'elle nommait les prisons «rompues».
C'était l'emblème des liens et du joug du pape, qu'elle prétendait
avoir brisés. Elle y avait retracé diverses scènes de l'histoire
sacrée, comme la délivrance de Suzanne, celle du peuple d'Israël
opprimé par Pharaon, l'élargissement de Joseph, etc. Elle se plaisait
à figurer des chaînes rompues, des menottes, des estrapades, des
gibets mis en pièces, et au-dessus, elle inscrivait, en grosses
lettres, ces paroles de saint Paul: «_Ubi spiritus, ibi libertas_».
Son animosité contre la religion catholique se montrait partout. Elle
avait une très belle tapisserie, faite de la main de Marguerite, et
représentant le sacrifice de la messe; elle enleva la partie où le
prêtre montrait au peuple la sainte hostie, et y substitua un renard
qui, se tournant vers l'assemblée, semblait dire, en faisant
d'horribles grimaces: «_Dominus vobiscum_».

Bascle de Lagrèze, après avoir rappelé les excès commis en Béarn par
les réformés, ajoute: «Faut-il donc s'étonner que le souvenir de ces
scènes de désolation et de carnage ait laissé une impression profonde
dans la mémoire populaire, et jeté sur le nom de Jeanne d'Albret un
reflet de sang? Je n'ai pas oublié les récits des anciens du pays que
j'aimais à écouter, dans mon enfance, comme un écho des traditions du
temps passé. Ils faisaient d'étranges histoires sur la cruauté de la
reine Jeanne, à laquelle ils attribuaient toutes les horreurs commises
dans son temps, et, de plus, singulièrement augmentées et grossies par
leur imagination effrayée et crédule.» (_Page 37._)

       *       *       *       *       *

On lit dans l'_Histoire de France_ de Mézeray, au sujet du monitoire
contre Jeanne d'Albret: «... Le roi très-chrétien (Charles IX)
commanda à Loysel et à L'Isle, ses ambassadeurs à Rome, de remontrer
au pape: Qu'en cette entreprise sur la personne d'une reine menaçant
tous les rois qui sont frères, ils étaient tous obligés d'empêcher ce
coup qui portait directement sur leurs têtes, lui principalement, à
qui cette princesse touchait si près d'alliance et de parenté, qui
savait que son aïeul avait été dépouillé de ses Etats pour l'affection
qu'il avait témoignée envers la France, qui avait vu mourir son mari
pour son service dans la guerre contre les huguenots, et qui
nourrissait son fils aîné dans sa cour. Par ainsi qu'il ne pouvait
abandonner la protection d'un orphelin et d'une veuve... Mais qu'outre
ces considérations de piété et de générosité, celles de son Etat y
étaient jointes de trop près pour le dissimuler...» (_Page 38._)

       *       *       *       *       *

Voici le résumé du testament de Jeanne d'Albret:

Après avoir recommandé son âme à Dieu et l'avoir supplié de lui
pardonner ses péchés, elle ordonne que son corps soit inhumé, sans
pompe ni cérémonie, au lieu où le roi son père avait été enseveli.
Ensuite, elle enjoint au prince son fils de cultiver la piété, en la
réglant selon le culte dans lequel il a été nourri, de ne pas s'en
laisser détourner par les intérêts, les passions et les plaisirs du
monde; de veiller à l'exécution de ses ordonnances; de fuir les
mauvais conseillers, les libertins, et d'appeler dans son conseil les
hommes vertueux; d'avoir un soin particulier de sa sœur Catherine, de
la traiter en bon frère, de faire achever son éducation en Béarn, et
de la marier avec un prince de sa religion; d'aimer comme ses frères
le prince de Condé et le prince de Conti, ses cousins. Enfin, elle
institue le prince de Navarre son héritier et met ses deux enfants,
leur personne, leur fortune et leur croyance, sous la protection du
roi, de la reine et des ducs d'Anjou et d'Alençon. (_Page 77._)


III.

«Antoine de Bourbon descendait en ligne directe et masculine de
Robert, comte de Clermont, cinquième fils du roi saint Louis.

«Ce Robert épousa Béatrix, fille et héritière de Jeanne de Bourgogne,
baron de Bourbon de par sa femme Agnès, à cause de quoi Robert prit le
nom de Bourbon, non pas toutefois les armes, mais il retint celles de
France.

«Cette sage précaution a beaucoup servi à ses descendants pour se
maintenir dans le rang de princes du sang, qui peut-être se fût perdu,
s'ils n'en eussent pas usé de la sorte.

«Entre les branches puînées qui sont issues de cette branche de
Bourbon, la plus considérable et la plus illustre a été celle de
Vendôme. Elle portait ce nom, parce qu'elle possédait cette grande
terre, qui lui était venue, en 1364, par le mariage de Catherine de
Vendôme, sœur et héritière de Bouchard, dernier comte de Vendôme,
avec Jean de Bourbon, comte de la Marche. Pour lors, elle n'était que
comté; mais elle fut depuis érigée en duché par le roi François Ier,
l'an 1515, en faveur de Charles, qui était deux fois arrière-fils de
Jean et père d'Antoine. Ce Charles eut sept enfants mâles: Louis,
Antoine, François, un autre Louis, Charles, Jean, et un troisième
Louis. Le premier Louis et le second moururent en enfance, Antoine
demeura l'aîné; François, qui fut comte d'Enghien, et gagna la
bataille de Cérisoles, mourut sans être marié; Charles fut cardinal du
titre de Saint-Chrysogone et archevêque de Rouen: c'est lui qu'on
nomme le vieux cardinal de Bourbon; Jean perdit la vie à la bataille
de Saint-Quentin; le troisième Louis s'appela le prince de Condé et
eut des enfants mâles des deux lits: du premier sortirent Henri,
prince de Condé, François, prince de Conti, et Charles, qui fut
cardinal-archevêque de Rouen, après la mort du vieux cardinal de
Bourbon; du second vint Charles, comte de Soissons.

«Or, conclut Hardouin de Péréfixe, il y avait huit générations de mâle
en mâle depuis saint Louis jusqu'à Antoine, qui était duc de Vendôme,
roi de Navarre et père de notre Henri.»

Brantôme a tracé un portrait d'Antoine de Bourbon:

«Il était très bien né, brave et vaillant, car de cette race de
Bourbon il n'y en a point d'autres; belle apparence, belle taille, et
plus haute de beaucoup que celle de tous messieurs ses frères; la
majesté toute pareille, la parole et éloquence très bonne. Il acquit
et laissa après lui une très belle réputation en Picardie et en
Flandre, quand il fut lieutenant du roi et quand il s'en alla, roi de
Navarre, commander en Guienne; car il conserva très bien à ses rois
ces pays, et si en conquêta: de sorte qu'on ne parlait, en cela, que
de M. de Vendôme.

«Mal récompensé pourtant de ses rois, et même du roi Henri, quand il
l'oublia en son traité de paix entre lui et le roi d'Espagne, qu'il ne
se fit aucune mention du recouvrement de son royaume de Navarre d'un
seul petit trait de plume; et certes, il y eut du tort, car ce prince
avait fidèlement servi la couronne de France, pour laquelle soutenir,
au moins les siens, la reine Jeanne était déshéritée, et était aussi
cousine germaine du roi...»

       *       *       *       *       *

De Thou rapporte que les conseillers de François II, à l'époque de la
conjuration d'Amboise, voulurent faire assassiner Antoine de Bourbon
dans le cabinet même du roi. Le roi de Navarre, informé du complot, ne
laissa pas d'entrer dans le cabinet. «S'ils me tuent, dit-il à un de
ses gentilshommes, prenez ma chemise toute sanglante, portez-la à mon
fils et à ma femme: ils liront dans mon sang ce qu'ils doivent faire
pour me venger.»

Sa droiture et sa respectueuse contenance devant François II firent
échouer le complot.

       *       *       *       *       *

Ce prince avait, outre les défauts déjà signalés, une honteuse et bien
étrange monomanie,--que quelques écrivains, par une confusion qui
s'explique, ont gratuitement prêtée à son fils Henri IV. Il prenait,
il volait tout ce qui lui convenait! Chaque soir, ses valets de
chambre, en le déshabillant, inspectaient ses poches, et, le
lendemain, ils allaient à la recherche des personnes victimes du vol
royal. (_Pages 24-36._)


IV.

Il est à remarquer, dit Bascle de Lagrèze, comme une particularité
historique très curieuse, que tous les historiens se sont trompés sur
la date de la naissance de Henri IV, qu'ils fixent au 13 décembre.
Voici ce que nous lisons dans le Journal des naissances et morts des
princes de Béarn, tenu par l'évêque d'Oloron: «Ce 14 de décembre 1553,
ma dicte Jehanne, princesse de Navarre, accoucha de son troisième fils
à Pau en Béarn, entre une et deux heures après minuict. Lequel fut
baptisé le mardi VIe jour de mars dudict an, audit lieu de Pau; et
furent ses parrains, le roi de Navarre, son grand-père, qui le nomma
Henry, et Monseigneur le cardinal de Vendôme, son oncle paternel, et
fut sa marraine, la sœur du roi de Navarre, veufve de feu Monseigneur
de Rohan.» (_Page 11._)

       *       *       *       *       *

On connaît la première strophe du motet religieux et populaire que,
selon la tradition, Jeanne d'Albret aurait chanté à la naissance de
Henri IV.

En voici la traduction:

    Notre-Dame du bout du pont,
      Venez à mon aide en cette heure!
          Priez le Dieu du ciel
          Qu'il me délivre vite,
          Qu'il me donne un garçon;
      Tout, jusqu'au haut des monts, l'implore.
      Notre-Dame du bout du pont,
      Venez à mon aide en cette heure!

Au sujet de ce cantique publié pour la première fois dans le _Château
de Pau_, l'auteur donne ce détail archéologique: «Voyez-vous en face
de l'aile méridionale du château, au milieu du Gave, les piliers à
demi ruinés d'un vieux pont qui n'existe plus? Au bout de ce poit,
s'élevait jadis une chapelle dédiée à la Vierge, et célèbre par la
renommée de ses miracles. C'est à Notre-Dame du bout du pont que les
Béarnaises adressaient leurs prières, dans toutes leurs peines, dans
toutes leurs souffrances, et surtout dans les douleurs de
l'enfantement...» (_Page 10._)


V.

Mademoiselle Vauvilliers, dans son _Histoire de Jeanne d'Albret_, a
recueilli tous les détails fournis par l'histoire sur le complot
franco-espagnol dirigé contre Jeanne d'Albret et ses enfants. Nous
résumons quelques parties de son récit, auxquelles nous n'avons pu
nous arrêter.

Quelque temps après la mort du duc François de Guise, le capitaine
Dimanche reçut, on ne dit pas de qui, des instructions nouvelles, qui
lui enjoignaient d'aller se mettre en rapport avec les conjurés
espagnols. Il partit de Bordeaux pour se rendre auprès du duc d'Albe,
qui le dépêcha aussitôt à Philippe II, sous la conduite de François
d'Alaya, plus tard ambassadeur à la cour de France. Philippe II était
alors à Monçon, sur les frontières de la Navarre. Dimanche tomba
malade à Madrid et, pendant sa maladie, fut mis en relations avec
Vespier, natif de Nérac, valet de chambre de la reine Elisabeth.
Vespier ayant surpris la moitié du secret du capitaine, obtint de lui
une entière révélation. Il en fit instruire aussitôt la reine
d'Espagne, par l'entremise de l'abbé Saint-Etienne, son aumônier et
son confident; et Elisabeth ayant agi auprès de l'ambassadeur de
France, Evrard de Saint-Sulpice, qui avait suivi le roi à Monçon,
l'ambassadeur, après avoir fait épier toutes les démarches de
l'aventurier, acquit la conviction qu'il y avait un secret entre
Philippe II et lui. Il envoya aussitôt son secrétaire Rouleau en
France, avec des lettres de créance pour le roi et la reine-mère, et
d'autre part, fit tenir les avis nécessaires à Jeanne d'Albret, qui,
sur son conseil, quitta la résidence de Pau pour celle de Nérac.
Rouleau, arrivé à la cour, fit le récit du complot, donna les preuves,
et sur la demande du connétable de Montmorency, l'arrestation de
Dimanche fut décidée; mais on présume que le capitaine fut prévenu de
ce dessein, par suite de l'indiscrétion ou de la connivence de quelque
haut personnage, car il ne put être rencontré sur les chemins qu'il
devait prendre pour rentrer en France.

De Thou dit expressément qu'il fut instruit de tous les détails de la
conspiration par Rouleau et par les enfants du valet de chambre
Vespier, et que, avant d'aller en Espagne, Dimanche avait conféré avec
Montluc, d'Escars et d'Aspremont, vicomte d'Orthe, qui avaient des
intelligences avec la Maison de Guise.

Tous les témoignages pour ou contre entendus, il demeure acquis, tout
au moins, qu'il y eut un projet d'attentat; mais on ne saurait
affirmer que l'accord se soit jamais établi pour l'exécution. (_Page
39._)


VI.

On lit dans le livre de J. Guadet, _Henri IV, sa vie, son œuvre, ses
écrits_, au sujet du voyage de Charles IX (1564-1566): «Jeanne
d'Albret reçut à Nérac les royaux voyageurs, et l'histoire a conservé
le souvenir de la brillante réception qui leur fut faite. Elle a
raconté aussi qu'un jour, le roi s'amusant à tirer de l'arc avec le
duc de Guise et le prince de Navarre, le duc, toutes les fois qu'il
était vainqueur, cédait à Charles IX le droit de tirer le premier,
mais que le prince de Navarre, qui était le plus jeune et le moins
fort des trois, ayant été vainqueur à son tour, fut moins courtois et
voulut jouir pleinement de ses prérogatives; que le roi le trouvant
mauvais, banda son arc et se disposait à tirer, lorsque, prompt comme
l'éclair, le jeune Béarnais le devança. D'autres vont plus loin et
veulent qu'il ait tourné sa flèche contre la poitrine du roi.» (_Page
44._)


VII.

François de La Noue, dit _Bras de fer_, ne fut pas seulement un des
grands hommes de guerre du XVIe siècle; ses écrits le recommandent
encore au souvenir de la postérité. On peut extraire d'admirables
pages des _Discours politiques et militaires_ qu'il composa pendant
sa dure captivité à Limbourg. Il s'y rencontre surtout des jugements
sur les guerres civiles que les meilleurs moralistes pourraient
avouer. (_Page 68._)


VIII.

Henri de Valois, roi de Pologne, trouva, sur la terre étrangère, de
fréquentes et douloureuses allusions à la Saint-Barthélemy.

«Le déplaisir qu'il en eut, dit Pierre Mathieu, se rencontrait si
souvent en son âme qu'il en perdit le dormir et, deux jours après son
arrivée à Cracovie, ayant l'esprit fort travaillé de ces inquiétudes,
il envoya quérir par un valet de chambre, sur les trois heures après
minuit, Miron, son premier médecin, qui logeait dans le château,
auprès de sa chambre, et qui l'entretenait souvent la nuit, par la
lecture ou le discours, comme les princes d'Europe ont de coutume...

«Le roi, voyant entrer Miron en sa chambre, lui parla en la sorte que
je rapporte ici ses paroles, car il voulut qu'elles fussent écrites
fidèlement par lui, et les ai trouvées si judicieuses et importantes,
que encore que je n'aie pas accoutumé d'enfler les volumes de cette
Histoire des labeurs d'autrui, j'ai cru qu'il les fallait représenter
en leur propre et naturelle forme.»

Mathieu donne ensuite le récit du roi de Pologne à Miron. (_Page 81._)


IX.

La «déposition du roi de Navarre dans le procès criminel contre le
sieur de La Mole, le comte de Coconas et autres» a été reproduite et
annotée par Berger de Xivrey dans son recueil des _Lettres missives de
Henri IV_. (_Page 86._)


X.

Si d'Aubigné était réellement l'homme qu'il a voulu peindre dans ses
_Mémoires_, ce serait un personnage des plus antipathiques et un
honnête homme douteux.

A chaque page, pour ainsi dire, il médit de ceux qu'il a connus, et
des plus grands, et des meilleurs, lorsqu'il ne les calomnie pas. Il
affecte surtout de dire le plus grand mal de Henri IV, dont il fait un
avare, un envieux, un ingrat, etc.

Et pourtant, de loin en loin, il ne peut s'empêcher de dire, en termes
explicites, que ce prince était bon et grand. Il écrit, à la suite
d'une disgrâce: «Tout cela joint ensemble le fit résoudre, à la fin,
de me rappeler auprès de lui, et il m'écrivit, pour cela, quatre
lettres consécutives, _que je jetai au feu en les recevant_. Mais mon
mécontentement cessa lorsque j'eus appris qu'étant averti de mon
entreprise sur Limoges, et ensuite que j'y avais été fait prisonnier,
_il avait mis à part quelques bagues de la reine sa femme_ pour payer
ma rançon et me tirer de prison; joint que la nouvelle étant venue que
j'avais eu la tête tranchée, il en avait témoigné un grand deuil et
perdu le repos; tout cela me toucha à mon tour et me détermina à
retourner à son service...»

Il le dénigre de toutes façons:

«L'empressement que je témoignais à rechercher toutes les occasions
périlleuses pour me distinguer du commun, et à me trouver partout où
il y aurait de la gloire à acquérir, _m'attira la haine et l'envie du
roi de Navarre_, à cause des louanges qui m'en revenaient et qu'il
voulait toutes pour lui seul: sur quoi je dirai une chose: _qu'il
souffrait impatiemment qu'on louât ceux de ses serviteurs qui avaient
fait les plus belles actions à la guerre et qui lui avaient rendu les
plus grands services_...»

Et l'on va voir, par d'Aubigné lui-même, ce qu'était, en réalité, ce
maître ingrat, ce détestable prince:

«Je pris ce temps-là (en 1582) pour aller faire l'amour à la susdite
Suzanne de Lezay (qu'il épousa), et, dans mon absence, le roi de
Navarre écrivit en ma faveur plusieurs lettres à ma maîtresse,
lesquelles étant réputées contrefaites par mes rivaux et quelques
parents de la demoiselle, _il vint lui-même au lieu où elle demeurait
pour les avouer siennes et pour honorer la recherche de son
domestique_...»

Après la mort du roi:

«Il faut que je dise ici que la France, en le perdant, perdit un des
plus grands rois qu'elle eût encore eus. Il n'était pas sans défauts;
mais, en récompense, _il avait de sublimes vertus_.»

       *       *       *       *       *

Il y a beaucoup d'erreurs et, qui pis est, de faussetés dans
l'_Histoire_ et les _Mémoires_ de d'Aubigné, si précieux, malgré tout,
pour l'histoire du XVIe siècle. Tous les historiens sérieux les ont
reconnues et signalées. On trouve, dans les _Mémoires_, notamment,
quantité de gasconnades tragiques ou comiques.

En somme, d'Aubigné est très souvent vantard, et il n'avait pas besoin
de l'être, puisqu'il avait certainement tous les courages, excepté un
pourtant, celui qui consiste à juger sans passion et à ne pas noircir
un beau caractère parce qu'on en a été froissé ou méconnu.

Dans la «langue verte» d'aujourd'hui, il faudrait dire que d'Aubigné
est un illustre toqué, avec des allures de héros ou de capitan, selon
les cas, avec le grand cœur d'un loyal guerrier, les petitesses
intellectuelles et morales d'une sorte de Gil-Blas, ou les
effervescences moitié baroques, moitié terribles, d'un sectaire tout
près d'être visionnaire.

C'était, en définitive, une âme dure et un assez mauvais homme.
Mécontent, à juste titre, de son fils Constant, il l'anathématise en
ces termes, à la fin de ses _Mémoires_: «Une telle perfidie me fut si
sensible, que je rompis pour jamais avec lui, oubliant absolument tous
les liens du sang et de l'amitié qui m'attachaient à ce fripon et
misérable fils; _et je vous conjure, mes autres enfants_, de ne
conserver la mémoire de votre indigne frère que _pour l'avoir en
exécration_.» Paroles d'autant plus graves et odieuses qu'elles sont
lancées d'outre-tombe. On n'y retrouve, assurément, ni le chrétien, ni
le père, ni même l'homme dans la générosité naturelle de son
caractère. (_Page 90._)


XI.

L'édit de pacification rendu au mois de mai 1576 créa (article 18), au
parlement de Paris, une chambre composée de deux présidents et de
seize conseillers, dont la moitié devait appartenir à la religion
réformée. Cette chambre devait être envoyée, trois mois par an, pour y
rendre la justice, aux pays de Poitou, Angoumois, Aunis et La
Rochelle. Une chambre composée de la même manière était établie à
Montpellier, dans le ressort du parlement de Toulouse. Il s'en était
créé aussi une formée de deux présidents et de dix conseillers dans
chacun des parlements de Grenoble, de Bordeaux, d'Aix, de Dijon, de
Rouen et de Bretagne.

On appelait chambre tri-partie le tribunal qu'au mois de juillet 1578,
en conséquence du traité de Bergerac, on établit à Agen. Il se
composait de douze conseillers, 4 réformés et 8 catholiques; deux
présidents, l'un catholique, l'autre protestant. Pour un arrêt, il
fallait que le tiers des juges appartînt à la religion huguenote.

Après le traité de Fleix, cette chambre fut remplacée par une chambre
de justice envoyée en mission. L'article 2 porte: «Le roi enverra au
pays et duché de Guienne une chambre de justice composée de deux
présidents, quatorze conseillers, un procureur et un avocat de S. M.:
gens de bien, amateurs de paix, intégrité et suffisance requises.
Lesquels seront par S. M. choisis et tirés des parlements de ce
royaume et du grand conseil... Lesquels présidents et conseillers
ainsi ordonnés connaîtront et jugeront toutes causes, procès et
différends, et contraventions à l'édit de pacification. Serviront,
deux ans entiers, audit pays et changeront de lieux et de séances, de
six mois en six mois, afin de purger les provinces et rendre justice à
chacun sur les lieux....»

Vers la même époque, il fut établi, à l'Isle-d'Albi, une chambre de
justice spéciale, qui joua un rôle important, et dont il est souvent
parlé dans les lettres et manifestes du roi de Navarre. (_Pages
92-124-140._)

       *       *       *       *       *

Les membres de la chambre de justice de Guienne arrivèrent à Bordeaux,
au mois de mars 1581; mais plusieurs circonstances, dit l'abbé
O'Reilly, retardèrent leur réunion jusqu'au mois de janvier 1582. Leur
première séance eut lieu le 26 de ce mois. Michel de Montaigne, maire
de Bordeaux, assistait à cette séance.

Parmi les conseillers se trouvait Jacques-Auguste de Thou, le futur
président à mortier du parlement de Paris, le futur auteur d'une de
nos plus belles _Histoires_. (_Page 159._)

[Illustration: fac-simile]


XII.

La formule de la Ligue de Péronne a été souvent reproduite, mais avec
d'innombrables variantes. Le Père Louis Maimbourg et, après lui, le
Père Daniel en ont donné comme authentique une version qui diffère en
plus d'un point du texte inséré par d'Aubigné dans son _Histoire
universelle_.

Il en fut de ce programme d'opposition politique et religieuse comme
de la plupart des programmes: adopté en principe par les ligueurs, il
subit diverses interprétations, selon les mobiles et les fluctuations
de la lutte.

Nous n'avons pas à juger ici l'œuvre de la Ligue après l'avènement de
Henri IV; mais nous dirons volontiers, avec M. Charles Mercier de
Lacombe, dans sa belle étude sur _Henri IV et sa politique_: «Entre
les mains des Guises, la Ligue commence avant le moment où elle eût
été légitime, et ne finit qu'après le moment où elle devenait inique.»
(_Page 93._)


XIII.

Manaud baron de Batz, seigneur de Sainte-Christie, etc., était du
petit nombre des gentilshommes catholiques d'Armagnac qui surent
rester fidèles à la fois à leur religion et à leur souverain. (_Page
96._)

       *       *       *       *       *

La lettre d'explication du roi de Navarre, datée de 1578, et que
mentionne notre récit, était conçue en ces termes:

«Monsieur de Batz, c'est vrai qu'un gros vilain homme m'a voulu mettre
en suspicion votre fidélité et affection; or, à tel que me faut
entendre est bien mon oreille ouverte, mais lui sont bouchés mon cœur
et ma croyance, comme en telle occasion. Et n'en faites plus de compte
que moi. En quel autre que vous pourrais-je tenir ma confiance pour la
conservation de ma ville d'Eauze, là où je ne puis donner d'autre
modèle que le brave exemple de vous-même? Et tant qu'il vous
souviendra du miracle de ma conservation, que daigna Dieu y opérer
principalement par votre valeur et bonne résolution, ne pourrez
oublier votre devoir. Par quoi vous prié-je de vous en souvenir chaque
jour, pour l'amour de moi, qui m'en souviendrai toujours pour le
reconnaître envers vous et les vôtres. Sur ce, n'ai autre exprès
commandement à vous bailler que de faire très certain état de l'amitié

    «Du bien vôtre      HENRY.»


Voici la dernière des lettres connues du roi de Navarre au baron de
Batz. Elle est datée, non de 1587, comme l'a cru Berger de Xivrey,
mais du mois de mars 1588, au moment où le roi, allant en Saintonge,
quittait la Gascogne, où il ne revint jamais:

«Monsieur de Batz, je suis bien marri que ne soyez encore rétabli de
votre blessure de Coutras, laquelle me fait véritablement plaie au
cœur, et aussi de ne vous avoir pas trouvé à Nérac, d'où je pars
demain, bien fâché que ce ne soit avec vous. Et bien me manquera mon
Faucheur par le chemin où je vas; mais avant de quitter le pays, je
vous le veux bien recommander. Je me défie de ceux de Saint-Justin.
Vous m'avez bien purgé ceux d'Eauze, mais ceux de Cazères et de
Barcelone sont de vilains remuants, et je n'ai nulle assurance au
capitaine La Barthe, qui a par là une bonne troupe et qui m'a
cependant juré son âme: beaucoup m'ont trahi vilainement, mais peu
m'ont trompé. Celui-ci me trompera s'il ne me trahit bientôt. De plus,
ces misérables que j'ai déchassés d'Aire tiennent les champs. De tout
ce serai-je tout inquiet jusqu'à tant que je vous sache sur pied avec
votre troupe, éclairant le pays. Mon ami, je vous laisse en mains ces
affaires; et, quoique soit en vous ma plus sûre confiance pour ce
pays, toutefois, vous aimerait bien mieux là où il va et près de lui,

    «Votre affectionné ami,           HENRY.»

(_Pages 133-134._)


XIV.

On lit, sur l'aventure d'Eauze, dans le livre premier de la _Vie de
Mornay_: «Même se trouva (M. de Mornay) avec le roi de Navarre, au
fait d'Eauze, non assez expliqué par ceux qui ont écrit l'histoire.
Cette ville est du patrimoine de Navarre en Armagnac, en laquelle il
pensait entrer avec toute sûreté; et, de fait, les magistrats lui
étaient venus au-devant présenter les clefs avec les chaperons rouges.
Entré néanmoins qu'il est, lui cinquième, un certain qui était en la
tour de la porte laisse tomber la herse, criant en son langage: «Coupe
le râteau, il y en a prou, le Roy y est (_Coupo lo rastel, che prou
n'y a, lo Re y es_).» Tellement qu'il se trouva enfermé entre ce
peuple, les mutins lui portant l'arquebuse à la poitrine. Et sans
doute y eût été accablé, n'eût été que trois de ses gardes, qui
étaient entrés à pied, se jetèrent dans une tour qui était sur la
muraille, à la faveur de laquelle une autre porte fut ouverte à ceux
qui étaient demeurés dehors. A peine ce prince fut-il en plus évident
péril.»

Berger de Xivrey, dans ses notes, dit, à propos de la lettre royale
qui nomme Manaud de Batz gouverneur de la ville d'Eauze et du pays
d'Eauzan:

«Cette lettre à M. de Batz montre qu'il était un des quatre seigneurs
qui accompagnaient le roi, et on doit conclure du passage des
_Economies royales_, qui diffère peu de celui de Mornay, mais est plus
circonstancié, que les deux autres étaient Rosny et Béthune.»

Berger de Xivrey ajoute les observations suivantes:

«Des quatre seigneurs qui s'étaient trouvés avec le roi de Navarre à
une si chaude affaire, Mornay lui était nécessaire pour le conseil,
Rosny était encore trop jeune pour avoir le commandement d'une place.
Restaient donc de Batz et Béthune. Ce dernier fut d'abord nommé
gouverneur d'Eauze. Mais je le trouve accompagnant le roi dans les
premières expéditions de 1577. Or, la prise d'Eauze était de 1576,
comme le remarque l'abbé Brizard, qui avait des renseignements de la
famille de Batz, et j'ai cru devoir placer cette lettre-ci vers la fin
de cette année (1576).»

Le lecteur fera encore une autre observation: c'est que le silence
absolu gardé par Du Plessis-Mornay et Sully sur la part prise par
Manaud de Batz au combat d'Eauze montre combien peu ils se souciaient
de rendre justice aux catholiques, même à ceux que le roi distinguait
parmi les plus fidèles et les plus vaillants.

       *       *       *       *       *

Roquelaure était certainement à Eauze, aux côtés du roi de Navarre.
Rappelons brièvement sa glorieuse carrière.

Antoine de Roquelaure, seigneur de Roquelaure en Armagnac, de Gaudoux,
etc., baron de Lavardens et de Biran, fils de Géraud, seigneur de
Roquelaure, et de Catherine de Bezolles, était né en 1543 et jouissait
déjà de beaucoup de crédit auprès de Jeanne d'Albret. Elle lui donna
sa part dans la terre de Roquelaure, dont il était co-seigneur avec
elle, et l'engagea au service de son fils. Roquelaure fut lieutenant
de la compagnie des gendarmes de ce prince et maître de la garde-robe.
Il continua cette dernière fonction auprès de Henri IV, qui le nomma,
en 1595, chevalier de ses ordres. Il joignit à ces titres, en 1610,
quelque temps avant la mort de Henri IV, ceux de lieutenant de roi
dans la haute Auvergne, capitaine du château de Fontainebleau,
gouverneur du comté de Foix, et lieutenant-général du gouvernement de
Guienne. En 1615, il devint maire perpétuel de Bordeaux et maréchal de
France. Il mourut à Lectoure, le 9 juin 1625.

       *       *       *       *       *

Eauze et l'Eauzan formaient un territoire de sept lieues de long sur
quatre de large. Il était borné au nord par le Gabardan, au sud et à
l'est par l'Armagnac, à l'ouest par le Marsan. (_Page 104._)


XV.

Ce qui suit est extrait de l'_Histoire de l'Agenais, du Condomois et
du Bazadais_, par J.-F. Samazeuilh:

«La Vachonnière, gouverneur de cette ville, se laissant entraîner par
ses jeunes officiers dans une excursion du côté de Marmande, «pour
aller chercher, disaient-ils, à la mode de leur pays, de quoi faire
fumer le pistolet», ils montèrent à cheval, au nombre de 38
arquebusiers.

«Parmi eux se trouvaient deux Bacoue et les Brocas.

«Or il arriva que le baron de Mauvezin, chef catholique, venait de
concerter avec les Metges de La Réole et les capitaines Massiot et
Métaut, l'un d'Aiguillon, l'autre de Saint-Macaire, une entreprise
contre la garnison de Casteljaloux avec 20 salades d'élite, outre la
compagnie des gens d'armes de ce baron et 750 arquebusiers tirés de
Marmande et des lieux circonvoisins. Leur plan était de cacher ces
arquebusiers au moulin de Labastide, situé sur leur route, à une lieue
de Casteljaloux, et d'aller provoquer ensuite les réformés de cette
ville pour les entraîner, par une fuite simulée, dans une embuscade.

«Mais La Vachonnière étant parti le premier, ce dessein ne put
recevoir son exécution. Seulement, lorsque l'avant-garde de
Casteljaloux, composée de 15 salades et commandée par d'Aubigné, que
secondait le capitaine Dominge avec 15 arquebusiers à cheval, parvint
sur le bord de la Garonne, ils virent tout le bord opposé en aval de
Marmande «noirci de gens de guerre», et une première batelée d'ennemis
qui allaient atteindre la rive gauche à Valassins. Aussitôt d'Aubigné
commande à Dominge de mettre pied à terre et de donner sur ceux qui
abordaient. Dominge tue ou noie toute cette avant-garde, au nombre de
60 hommes; la plupart n'eurent pas même le temps d'ajuster leurs
mèches. Mais comme le reste s'empressait de s'embarquer pour venir les
venger, La Vachonnière, qui avait suivi de près son lieutenant,
prévoyant que la partie ne serait pas égale, se mit alors en retraite,
au simple pas de ses chevaux...»

Les catholiques, suivant, en toute hâte, leurs ennemis, offrirent le
combat près de Malvirade. «Ce fut l'un des engagements les plus
acharnés et les plus glorieux pour les réformés, car ces derniers
étaient à peine un contre dix, et d'Aubigné fait observer avec raison
qu'il ne faut pas dédaigner cette affaire, «pour ce que les hommes n'y
sont pas comptés par milliers.»

«L'aîné des Brocas et un cavalier d'Aiguillon se coupèrent la gorge
avec leurs poignards. Bacoue, en tuant l'ennemi qu'il avait en tête,
reçut aussi une blessure mortelle; puis vinrent quelques hallebardiers
qui l'achevèrent dans le fossé où il venait de combattre. La
Vachonnière tomba, «les reins coupés d'une balle ramée, et de plus,
brûlant de quatre arquebusades»; d'Aubigné voulut le sauver et le
remettre en selle; mais il tomba presqu'aussitôt, à son tour, couvert
de blessures, et lorsque le capitaine Dominge vint à son secours, il
le vit qui, sous trois cadavres, s'escrimait encore de son épée, dont
il blessa mortellement Métaut, Bastanes et Metges le jeune. A l'aide
de quelques-uns de ses compagnons, Dominge dégagea le lieutenant de La
Vachonnière et le remonta sur son cheval. Quant à La Vachonnière
lui-même, il était déjà mort.

«Les pertes éprouvées au combat de Malvirade n'avaient pas découragé
la garnison de Casteljaloux, car, peu de temps après, et sous les
ordres de d'Aubigné qui, durant le repos occasionné par ses blessures,
venait de dicter au juge de cette juridiction «les premières stances
de ses _Tragiques_», elle s'empara «par escalade (d'après ses
_Mémoires_) et par intelligence (d'après son _Histoire universelle_)
de Castelnau-de-Mesmes, sur la rivière de Ciron, où fut tué le juge du
lieu, avec trois autres habitants.

«Sur ces entrefaites, l'armée de Villars, grossie de toute la noblesse
de l'Armagnac et des troupes des capitaines Gondrin, Fontenille,
Labatut, Poyanne, Lartigue et autres, avait entrepris le siège de
Manciet. Le capitaine Mathieu défendit cette ville avec tant de
résolution que l'on s'empressa de lui accorder une capitulation
honorable, sur le faux avis que le roi de Navarre assiégeait, de son
côté, Beaumont-de-Lomagne. Mais il n'était question ici que d'une
attaque dirigée par les habitants de cette ville, vers la fin de juin
ou au commencement de juillet 1577, contre notre prince en marche sur
Montauban, et qu'il repoussa de manière à leur ôter le goût de
semblables insultes.

«Il résulterait, d'un passage des Mémoires de Sully, que, dans le
cours de cette campagne, Villars «fit quelques tentatives sur
Casteljaloux et sur Nérac, mais qu'il trouva partout le roi de Navarre
qui déconcerta ses desseins. «Ce prince s'exposait comme le moindre
soldat, et fit devant Nérac un coup d'une extrême hardiesse, lorsqu'un
gros de cavalerie s'étant détaché pour venir le surprendre, il le
repoussa presque seul. Nos prières ne furent point capables de
l'engager à prendre plus de soin de sa vie.»

«Rassuré sur ses villes de l'Albret, Henri s'en alla du côté de la
Dordogne. Le 2 septembre 1577, il était à Sainte-Foy-la-Grande, d'où
il envoya aux consuls de Bergerac et à M. de Meslon, sénéchal
d'Albret, des instructions pour assurer la défense de cette contrée.
«Ces mesures sont d'autant plus nécessaires, ajoutait-il, que,
traitant en ce moment de la paix, il faut empêcher, pour obtenir de
meilleures conditions, que l'ennemi ne nous enlève nos places pendant
les négociations.» Ces craintes se réalisèrent au sujet de Langon, que
les réformés venaient d'enlever au capitaine La Salle du Ciron, et que
Largimarie leur reprit et démantela. Seulement ce fait peut se
confondre avec la prise de Langon, du 8 avril 1578.

«Jusqu'à la paix dont il est question dans cette lettre, nous ne
trouvons plus à dire, pour nos contrées, qu'une petite campagne des
réformés de Casteljaloux dans les Landes.» Elle se termina par un
engagement des plus meurtriers.

«Les catholiques, forcés au combat, jetèrent leurs arquebusiers dans
un bois voisin, et, protégés ainsi sur leur flanc, ils attendirent la
charge. Le capitaine de Casteljaloux imita cette manœuvre: il envoya
également ses arquebusiers dans le bois, pour ne pas être inquiétés de
ce côté, et se formant ensuite en bataille à cent cinquante pas des
ennemis, les 45 salades des réformés entamèrent leur charge, dont le
succès fut complet, car ils passèrent sur le ventre aux catholiques,
et lorsqu'ils tournèrent bride pour achever leur tâche, ils virent
ceux qui avaient survécu à genoux et demandant quartier.» Les soldats
de Bayonne eurent seuls la vie sauve, et ils furent renvoyés au
vicomte d'Orthe avec leurs armes et leurs chevaux.

«Peu de jours après, il vint à Casteljaloux un trompette de Bayonne,
chargé de présents en écharpes et en mouchoirs ouvrés, pour toute la
garnison; et, plus tard, le roi de Navarre se trouvant, le septième, à
une fête que lui donnait La Hilière, successeur du vicomte d'Orthe,
dans son gouvernement, les habitants de Bayonne apprirent que le
capitaine de Casteljaloux était dans la compagnie de ce prince, et,
pour payer sa «courtoisie», ils l'accablèrent de soins et de
prévenances.» (_Page 118._)


XVI.

Berger de Xivrey a noté, d'après d'Aubigné, ce curieux incident de la
conférence de Nérac:

«La Meausse, gouverneur de Figeac, était un vieux gentilhomme d'un
esprit juste et ferme. Lors des conférences de Nérac, il avait d'un
seul mot détruit tout l'effet d'une comédie jouée par Catherine de
Médicis, et peinte de main de maître par d'Aubigné. «La reine ayant
ouï quelques gentilshommes ployer en leurs réponses particulières, les
voulut voir et essayer ensemble en sa chambre, et là découpler une
harangue curieusement élaborée par Pibrac, auquel on avait recommandé
l'éloquence miraculeuse de Pologne, comme à un coup de besoin.
Cependant elle, de son côté, avait appris par cœur plusieurs
locutions qu'elle appelait consistoriales.

«Pibrac, bien préparé, harangua devant ces fronts d'airain,
merveilleux en délicatesse de langage, exprès en ses termes, subtil en
raisons, lesquelles il fortifiait et illustrait d'exemples agréables,
presque tous nouveaux et curieusement recherchés...

«Il fut si pathétique qu'il rendit comme en extase les plus délicats
de ses auditeurs. Adonc la reine, ayant les yeux comme larmoyants, se
lève de sa chaire et haussant les mains sur sa tête, s'écria plusieurs
fois: «Eh bien! mes amis, donnons gloire au Dieu vivant, faisons choir
de ses mains la verge de fer!» Et comme elle eut demandé au nez de
quelques-uns: «Que pouvez-vous répliquer?» tout fut muet, jusques au
gouverneur de Figeac, nommé La Meausse, qui, comme l'interrogation
s'adressait à lui, répondit: «Je dis, Madame, que Monsieur que voilà a
bien étudié; mais de payer ses études de nos gorges, nous n'en pouvons
comprendre la raison.» (_Page 131._)


XVII.

Ces pages sur les rapports du roi de Navarre avec les Etats de Béarn
sont extraites d'une excellente étude, publiée en 1865 par M. Alphonse
Pinède, avocat, sous ce titre: _Les Béarnais au temps de Henri IV_.
(_Page 137._)


XVIII.

Il est certain que la lettre adressée, le 10 avril 1580, à la reine
Marguerite par le roi de Navarre partant pour Cahors, était purement
diplomatique. La reine de Navarre connaissait à merveille le projet
formé par son mari d'aller se saisir d'une ville sur laquelle il
avait, par son mariage, d'incontestables droits; mais il importait, à
tous égards, que Marguerite parût avoir ignoré les desseins de son
mari, afin surtout de ne pas sembler prendre part à la guerre qui
éclatait entre le roi de France et le roi de Navarre. (_Page 144.--Le
renvoi n'est pas indiqué._)


XIX.

Berger de Xivrey a longuement commenté la lettre du roi de Navarre à
Madame de Batz sur la prise de Cahors. Après avoir relevé cette
qualification: «A ma cosine», employée, dit-il, pour cousine, il
poursuit en ces termes:

«Ce titre, que le roi de Navarre donne à Madame de Batz, s'explique
aisément par l'extraction illustre de cette dame et par celle de son
mari. Bertrande de Montesquiou, femme du baron de Batz, descendait des
anciens ducs de Gascogne; Manaud de Batz, troisième fils de Pierre de
Batz et de Marguerite de Léaumont, tirait son origine des anciens
vicomtes du même pays, dignité dont furent revêtus, pendant le dixième
siècle et une partie du onzième, les vicomtes de Lomagne, ancêtres
directs des barons de Batz. Les preuves de cette descendance furent
vérifiées en 1784 par une commission composée de dom Clément et de dom
Poirier, religieux bénédictins; de MM. de Bréquigny et Désormeaux, de
l'Académie des inscriptions et belles-lettres; Chérin, généalogiste
des ordres du Roi; Ardillier, administrateur général des domaines de
la couronne, et Pavillet, premier commis de l'ordre du Saint-Esprit.»

A propos du début de la lettre royale: «Je ne me dépouillerai pas,
combien que je sois tout sang et poudre...» Berger de Xivrey fait les
remarques suivantes:

«Ces mots, où il n'y a rien d'exagéré, indiquent d'une manière précise
la date de cette lettre au moment où finissait le terrible combat de
quatre jours, qui venait de réduire Cahors au pouvoir du roi de
Navarre. D'Aubigné et Sully ont raconté cet événement avec des détails
fort circonstanciés, et néanmoins cette lettre et la suivante ajoutent
encore plusieurs notions précieuses à l'_Histoire universelle_ et aux
_Economies royales_. Le journal de Faurin nous apprend que cette lutte
acharnée du roi de Navarre et des défenseurs de Cahors dura du samedi
28 mai au mardi 31. C'est donc le 31 au soir que dut être écrite cette
lettre à Madame de Batz. La prise de Cahors est un événement capital
dans l'histoire du roi de Navarre et de son parti. «En toutes ses
autres actions, dit Davila, ayant rendu des preuves de sa vivacité
merveilleuse, il donna en celle-ci autant d'étonnement à ses gens que
de terreur à ses ennemis, leur faisant connaître à quel point il était
vaillant et hardi dans les combats.»

       *       *       *       *       *

Quand on connaît la véritable histoire de la prise de Cahors, on lit,
avec un intérêt assaisonné d'une pointe de gaîté, les récits que nous
allons reproduire.

Le 4 juin 1580, Daffis, premier président du parlement de Toulouse,
adressait à Henri III la lettre suivante, publiée dans les _Archives
historiques de la Gironde_ par Tamizey de Larroque:

    «Sire,

«Pour la continuation de nos plus grandes misères est survenue la
prise de la ville de Cahours _par la prodition et intelligence
d'aucuns des principaux habitants d'icelle et autres qui s'y étaient
introduits en grand nombre_. Ce n'a été, néanmoins, sans que vos
sujets aient fait tous devoir de la conserver. Mais l'entreprise était
dressée de si longue main et les forces des adversaires étaient si
prêtes, que les pauvres habitants n'y ont pu résister et enfuir; la
plupart ont été misérablement massacrés et meurtris. C'était une ville
des plus grandes et plus catholiques dans ce ressort, qui s'était
toujours bien maintenue. Etant d'ailleurs jugée forte de telle
conséquence qu'_on n'en pense point après Toulouse de plus
importante_.»

Le récit de P. de L'Estoile est franchement comique:

«Le dimanche 20e _jour_ de mai (1580), partie par surprise, partie
_par intelligence_, les huguenots de Gascogne, partisans du roi de
Navarre, gagnèrent l'une des portes de la ville de Cahors, et y eut
âpre combat, auquel le seigneur de Vesins, sénéchal et gouverneur de
Mercy, fut blessé avec plusieurs des siens, et enfin, après avoir
vertueusement combattu et soutenu l'assaut, _deux jours_ et _deux
nuits_, n'étant le plus fort, se retira à Gourdon. Le roi de Navarre y
vint en personne, _dix heures après la première entrée des siens_,
usant d'un trait et diligence de Béarnais, s'étant levé de son lit
d'auprès de sa femme, avec laquelle il voulut coucher exprès, _afin
qu'elle ne se défiât de rien_. Sur quoi ainsi elle osa bien assurer
Leurs Majestés _que son mari n'y était pas_, encore qu'il y combattit
en personne, y ayant perdu tout plein de bons soldats de sa garde et
leur capitaine Saint-Martin, et étant demeuré à la fin maître de la
ville.--La friandise du grand nombre de reliques et autres meubles et
joyaux précieux étant dedans Cahors fut la _principale occasion_ de
l'entreprise.» (_Page 151._)


XX.

La surprise de Mont-de-Marsan, en 1580, est racontée par Pœydavant:

«Bertrand Baylens, sieur de Poyanne, un des plus braves gentilshommes
de la Gascogne et gouverneur de Dax, fit une entreprise hardie sur la
ville de Mont-de-Marsan, qui appartenait au roi de Navarre, et qui
était la meilleure place du pays. Il trouva le secret de gagner le
meunier d'un moulin, dont il se saisit et où il entra par escalade
avec son lieutenant Lartigue, suivi du reste de sa troupe. A la faveur
de cet avantage, il aboutit facilement au pied des murs, près de la
porte principale de la haute ville, dans laquelle était le château.

«Il y avait un corps de garde à cette porte qu'on ouvrait chaque
nuit pour faire passer la ronde dans le faubourg, qui était clos
de murailles. Poyanne se tint si tranquille avec ceux qui
l'accompagnaient, que la ronde ayant repassé du faubourg dans la
ville, il y entra pêle-mêle, tailla en pièces le corps de garde et se
rendit maître de la ville.

«Dupleix ajoute que, pendant le combat qui se fit au corps de garde,
un des habitants de la ville alla fermer la porte. Poyanne, qui s'en
aperçut, courut l'ouvrir au même instant et, par ce moyen, introduisit
le reste de ses soldats.»

Il fit ouvrir une autre porte pour livrer passage à Borda, maire de
Dax, qui avait rendez-vous avec lui, à la tête d'un détachement. Les
assaillants ne perdirent que vingt-cinq hommes. Poyanne fut blessé. La
garnison fut plus éprouvée.

«On doit cet éloge à Poyanne que, quoique ayant sujet d'être irrité
contre les ennemis, il ne s'en vengea nullement. Il se contenta
seulement de réclamer le secours de Biron pour s'emparer du château,
qui résistait encore; mais la retraite de Poudenx, par laquelle la
garnison fut affaiblie, le força bientôt à se rendre. Poyanne, ayant
été laissé gouverneur de la ville, voulait faire démolir les
fortifications; mais le roi de Navarre obtint de son beau-frère (Henri
III) la défense de continuer la démolition...» (_Page 157._)


XXI.

Brantôme a porté sur le maréchal de Matignon, qu'il n'aimait pas, le
jugement suivant: «Après que mondit maréchal de Biron fut parti de la
Guienne, fut en sa place subrogé le maréchal de Matignon, un très fin
et trinquat (rusé) Normand, et qui battait froid d'autant que l'autre
battait chaud; c'est ce qu'on disait à la cour, qu'il fallait un tel
homme au roi de Navarre et au pays de Guienne, car cervelles chaudes
les unes avec les autres ne font jamais bonne soupe.»

Les _Archives historiques de la Gironde_ ont publié une très
intéressante et très précieuse lettre de Matignon adressée à Henri IV,
quinze jours après la mort de Henri III. On voit, dans ce document,
que le maréchal mettait au service du nouveau roi de France un zèle et
un dévouement sans bornes. La lettre est datée du 18 août 1589. (_Page
158._)


XXII.

Après les négociations relatives au traité de Fleix, Monsieur, duc
d'Anjou et d'Alençon, «fut reçu à Bordeaux, dit l'abbé O'Reilly dans
son _Histoire_, avec une pompe extraordinaire». Le lendemain de son
arrivée, il se rendit au parlement avec le maréchal de Biron et y fut
longuement harangué et complimenté. Trois jours après, il y eut une
grande procession d'actions de grâce, à laquelle assistaient «toutes
les autorités de la ville, tous les fonctionnaires publics, les
paroisses avec leur croix, la musique de Saint-André et de
Saint-Seurin, l'archevêque portant le Saint-Sacrement, suivi des
évêques de Bazas et de Dax; le duc d'Anjou, la reine Marguerite
donnant le bras au grand sénéchal; tous les seigneurs et dames de la
suite...»

       *       *       *       *       *

On a remarqué avec raison, dit l'auteur du _Château de Pau_, que tout
ce qu'il y a de grand et d'élevé dans le caractère de Henri s'associe
naturellement, et par un mélange piquant, à des traits d'une
familiarité d'autant plus précieuse à recueillir, qu'elle est le
vivant témoignage d'un cœur paternel et d'une sincérité pleine de
candeur. Cette familiarité s'explique aussi par les mœurs béarnaises
et par les habitudes que le roi avait contractées sous le toit de son
aïeul. Il aimait à «se faire petit avec les petits».

On a fait des volumes rien qu'avec les récits des aventures auxquelles
nous faisons allusion. Voici une anecdote caractéristique entre
toutes, empruntée à la _Notice sur Nérac_ de M. de Villeneuve-Bargemont:

«Le duc d'Anjou, pendant le séjour qu'il fit à Nérac après la paix de
Fleix, étant sorti pour aller parcourir les promenades qui ornent la
ville, rentre fort mécontent de n'avoir été salué par personne et se
plaint amèrement à son beau-frère de cette incivilité, qui était si
contraire à tout le bien qu'il lui avait dit de ses sujets. «Je ne
conçois rien à cela, dit Henri; mais, ventre saint-gris! venez avec
moi, nous éclaircirons la chose.» En effet, dès qu'ils paraissent, la
foule se presse autour d'eux. La joie, l'affection, le respect se
peignent sur tous les visages. Henri frappe sur l'épaule de l'un,
demande à l'autre des nouvelles de sa femme et de ses enfants, serre
la main à celui-ci, fait un salut à celui-là, adresse quelques paroles
honnêtes à tous, et rentre au château avec un cortège nombreux. «Eh
bien! dit-il au duc d'Anjou, vous avais-je rien dit de trop sur
l'honnêteté de mes braves bourgeois de Nérac?--Parbleu! je le crois
bien: c'est vous qui leur faites presque toujours les avances...--Oh!
par ma foi! mon frère, entre Gascons nous ne tirons jamais à la courte
paille. Personne ne calcule avec moi, et je ne calcule avec personne;
nous vivons à la bonne franquette, et l'amitié se mêle à toutes nos
actions.»

«Qui n'a relu avec bonheur, ajoute Bascle de Lagrèze, les touchantes
histoires du bon roi entrant incognito dans une chaumière, dans une
hôtellerie, pour surprendre dans la bouche du peuple la vérité qu'on
pouvait avoir intérêt à ne pas laisser pénétrer jusqu'à lui?» (_Page
158._)


XXIII.

Bascle de Lagrèze a consacré à Catherine de Bourbon un des plus
intéressants chapitres du _Château de Pau_. Nous en détachons les
lignes suivantes:

«En l'absence de Henri, qui poursuivait au loin ses aventureuses et
nobles destinées, _sa très chère et très aimée sœur, Madame la
princesse de Navarre, régente et lieutenante-générale_, résidait au
château de Pau et s'occupait de la douce mission de faire le bonheur
des Béarnais.

«Elle avait partagé avec son frère les tendresses d'une mère dévouée,
et reçu comme lui une éducation sérieuse. Dans une sombre allée du
parc royal, la reine Jeanne avait fait bâtir un petit castel qu'elle
nommait «Castel-Béziat», charmante expression du pays qui devrait se
traduire par _château chéri comme un enfant gâté_. Catherine y fut
élevée. Le silence et la solitude ne conviennent-ils pas mieux pour
l'éducation d'une jeune fille que les bruits de fêtes et d'intrigues
dont retentissent les palais des rois?

«Jeanne d'Albret, s'adressant à son fils dans son testament, «lui
recommande expressément la tutelle et défense de Madame Catherine sa
sœur». Henri aimait trop sa sœur pour ne pas se conformer au vœu de
sa mère. Il se hâta d'obtenir pour elle la liberté de rentrer en
Béarn, où la ramena Madame de Tignonville, sa gouvernante. C'est dans
le palais de Pau que cette noble princesse, d'un esprit supérieur,
d'un savoir prodigieux, s'occupa des affaires du pays, consacrant ses
loisirs à la culture des arts, à la poésie et à la musique. Elle
jouait très bien du luth et chantait encore mieux.

«Elle était aussi bonne que spirituelle. Son frère et elle s'aimaient
comme s'étaient aimés Marguerite de Valois et François Ier. Plusieurs
lettres de Henri IV prouvent bien tout l'attachement qu'il lui
portait. Il lui écrivait un jour: «La racine de mon amitié sera
toujours verte pour vous, ma chère sœur». Dans une de ses lettres au
roi de France, notre Henri s'excuse d'avoir tout quitté pour accourir
à Pau, parce qu'il avait appris que sa sœur était malade.

«Catherine semblait être née pour régner; si elle ne régna pas de
droit, elle gouverna de fait nos contrées. Elle remplaçait son frère
absent. Elle administrait ses Etats sous le titre de régente, et
jamais administration plus douce ne fut plus prospère. Le feu des
guerres de religion et les horreurs des discordes civiles qui
désolaient la France, n'atteignirent pas le Béarn, et si quelques
difficultés surgirent, elle sut les conjurer, en faisant appel à
l'affection que lui portait le peuple.

«Catherine restait à Pau sans se marier. Cependant jamais princesse ne
se vit recherchée par un plus grand nombre de prétendants. Palma Cayet
en a fait la récapitulation détaillée et complète; parmi eux figurent
Monsieur, depuis duc d'Alençon, le duc de Lorraine (qui fut plus tard
beau-père de Catherine), Philippe roi d'Espagne, le duc de Savoie, le
roi d'Ecosse, le duc d'Anhalt, le duc de Montpensier, le comte de
Soissons.

«C'est ce dernier prince qui avait inspiré une passion profonde à la
sœur de Henri IV, dont le cœur était aussi aimant que celui de son
frère. Le comte de Soissons, après avoir plu d'abord au roi de
Navarre, encourut sa disgrâce pour toujours. Henri, dont le caractère
était ouvert et loyal, ne pouvait souffrir le comte, toujours sérieux
et dissimulé. Il l'accusait aussi d'avoir aspiré à se faire subroger à
sa place, avec l'aide du pape, de l'Espagne et de la Ligue.

«Rien ne put changer les sentiments de Catherine. Durant vingt-cinq
ans elle conserva son premier amour. Elle repoussait tous les
prétendants, et attendait. Dans sa douce mélancolie, elle ne laissa
jamais échapper une plainte, et semblait se complaire dans sa
lointaine espérance.

«Lorsque notre Henri, ce parvenu légitime, fut enfin tranquillement
assis sur le trône de France, il appela Catherine auprès de lui,
désireux de lui faire oublier, par un mariage convenable, celui dont
il avait empêché la réalisation.

«Catherine fut obligée de quitter Pau pour aller rejoindre son frère.
La nouvelle de son départ jeta l'alarme dans le cœur des Béarnais.
Ils comprenaient la perte immense qu'ils allaient faire. C'était leur
dernière princesse qui allait leur être ravie. C'était leur
protectrice, leur orgueil et leur amour, qui allait abandonner le
château, à jamais déshérité de ses maîtres et de ses rois.

«Henri IV entoura sa sœur unique de soins et d'affection, autant que
d'égards et d'honneurs. Elle avait partagé toutes ses idées, il voulut
lui faire partager ses nouvelles croyances. Catherine était douée
d'une trop grande fermeté de caractère pour abandonner facilement sa
nouvelle religion: cependant elle consentit à se faire instruire pour
plaire au roi. Elle se décida enfin à un mariage tardif. Les archives
du château ont conservé _les pactes de mariage d'entre haut et
puissant prince Henry duc de Lorraine, et Madame Catherine, princesse
de France et de Navarre, sœur unique du roi_, 1598. C'est le 31
janvier 1599 que le mariage fut célébré. En 1604, Catherine, qui
n'avait pas revu sa ville de Pau, mourut à l'âge de 46 ans, précédant
de six années son frère dans la tombe.» (_Page 167.--Le renvoi porte
XVIII par erreur._)


XXIV.

Nous avons plusieurs fois mentionné, dans notre récit, les diverses
négociations du roi de Navarre avec les souverains étrangers. Des
détails complémentaires au sujet de ces négociations peuvent offrir
quelque intérêt.

Lors du voyage de Ségur à Londres, au mois de juillet 1583, il
s'agissait pour Henri, non seulement de travailler, avec les princes
protestants, à la création d'une ligue défensive et offensive[54],
mais encore d'élaborer un projet de mariage entre Catherine de
Bourbon, sa sœur, et Jacques, fils de Marie Stuart, déjà reconnu
comme roi d'Ecosse, et à qui devait revenir la couronne d'Angleterre
après la mort d'Elisabeth. Ce projet parut avoir, pendant longtemps,
des chances d'aboutir, comme on en peut juger par la correspondance de
Henri.

  [54] Ce fut en ces circonstances que commença, entre le roi de
  Navarre--ou plutôt Du Plessis-Mornay--et les princes protestants,
  une très longue correspondance latine. On la trouve dans un livre
  publié à Utrecht en 1679 sous un titre dont voici les premiers
  mots: «_Henrici, Navarrorum regis epistolæ_».

Catherine refusa Jacques. «Pour celui-là, disait-elle plus tard à
Sully, j'avoue que je fus si sotte, à cause de quelques fantaisies que
j'avais lors en tête, que je n'y voulus point entendre.»

       *       *       *       *       *

En 1585, les Guises, Catherine de Médicis et le roi de Navarre
engagèrent une triple négociation auprès des cantons catholiques
suisses. M. L. Combes, professeur d'histoire à la Faculté des Lettres
de Bordeaux, a publié en 1879, dans les _Annales_ de cette Faculté,
les lettres écrites, à ce sujet, par la Maison de Lorraine, par la
reine-mère et par Henri. «Les Suisses, dit-il, valaient à eux seuls
une armée, avec leur solidité, leur bravoure, leur fidélité.»

Voici l'expression caractéristique de la lettre du roi de Navarre aux
cantons, en date du 10 juin 1585, lettre tirée, comme les autres, des
archives de Lucerne:

«Messieurs, chacun peut juger par l'intérêt que j'avais au service de
Sa Majesté, que je ne suis jamais entré dans les armes que pour ma
juste défense et pour la protection d'une bonne et grande partie des
sujets du roi, que je voyais livrés à une certaine ruine par
l'établissement de ceux qui regardent plus la terre que les cieux, et
qui n'avaient pas de moindres desseins que ceux dont nous voyons
aujourd'hui les effets...--N'ai-je pas des catholiques avec moi,
prêtres et religieux d'Agen? Ne sont-ils pas traités parfaitement
bien, etc., etc.? Je vous témoigne ces choses devant les yeux, pour
vous donner à entendre que cette crainte, qu'ils prétendent avoir, que
je ne ruine la religion catholique si j'en avais les moyens, est trop
éloignée de la raison de mes déportements passés, de l'âge florissant
et du zèle du roi en sa religion, pour être vraie cause des émotions
qu'ils font...--Les princes lorrains ont des liaisons avec
l'Autriche... Ainsi cela vous regarde; votre secours ne servira que de
planche à faire passer ambitions et convoitises de ceux qui ont
toujours assailli votre liberté et qui ont toujours été tenus en bride
par le contre-poids et la grandeur de la France.»

       *       *       *       *       *

C'est surtout à partir de l'année 1585 que se multiplient les
négociations du roi de Navarre avec les souverains étrangers.

Le 8 mai 1585, Henri écrit à Walsingham, premier secrétaire
d'Angleterre, pour lui recommander M. de Ségur, chargé de solliciter
des secours de la reine.

Le 9 juin, M. de Ségur écrivait à Walsingham: «Il est temps que la
reine nous témoigne sa bonne volonté. Si par autre moyen nous pouvions
retenir la rage des ligueurs, on ne l'eût importunée. Nous avons cru
et croyons qu'elle a soin de la conservation de ce prince et de la
nôtre, et pour ce, librement nous nous adressons à S. M., à laquelle,
s'il vous plaît, vous ferez voir un mémoire que j'envoie. Il contient,
par le menu, le nombre d'Allemands et Suisses desquels nous avons
besoin, et l'argent qui nous est nécessaire pour les lever et amener
en France... C'est peu que deux cent mille écus à S. M.: le roi de
Navarre a moyen de lui rendre et de lui faire mille fois plus de
services. Je vous supplie qu'on se résolve bientôt à nous aider et
qu'on me donne moyen de passer bientôt en Allemagne publier la bonté
de la reine et chercher moyen de nuire à nos ennemis. Je vous envoie
le nombre des forces du roi et des Guises.» Le mémoire de la reine,
dont parle Ségur, se terminait ainsi: «Les affaires de la chrétienté
sont aujourd'hui en tel point qu'elles vont par heures et par minutes,
au lieu qu'elles coulaient ci-devant par ans et par mois».

Le 13 octobre de cette même année, Walsingham écrivait à Ségur, alors
en Allemagne, que, sans vouloir abandonner la cause du roi de Navarre
et de ses amis, la reine Elisabeth, voyant les hésitations des princes
allemands, avait résolu d'ajourner son intervention. Les princes
agissant, elle agira. Elle promet, le cas échéant, «la somme de cent
mille écus, qui est beaucoup pour elle, attendu les grands frais
qu'elle fait et sera contrainte de faire ailleurs...»

M. de Ségur écrit d'Allemagne, le 4 novembre 1585, au roi de Navarre,
qu'il a déjà vu le duc Casimir, très dévoué à la cause et prêt à agir;
que le duc de Luxembourg s'offre avec 6,000 chevaux et 4 régiments de
lansquenets; que beaucoup d'autres princes font des propositions
analogues; mais l'argent anglais manquant, il faut temporiser. De son
côté, M. de Clervaux s'ingénie auprès des Suisses. En somme, Ségur a
bon espoir et ne doute pas du succès définitif. Mais toute cette grave
affaire allait bien lentement. Elle n'était pas encore conclue,
lorsque s'ouvrit la grande crise de 1587.

       *       *       *       *       *

La correspondance politique et religieuse entre le roi de Navarre et
les princes protestants se poursuivait même à travers les événements
si tragiques et si compliqués des années 1587, 1588 et 1589.

Dès l'année 1585, les princes d'Allemagne lui avaient fait remettre,
par M. de Ségur-Pardaillan, un livre portant le titre de _Concorde_
(_Concordiæ liber_)... Il n'y répondit qu'au mois de février 1589, et
donna à entendre, ce qui était vrai, que les calvinistes français ne
pouvaient s'accommoder, sans de nombreuses restrictions, de ce symbole
de foi, auquel la plupart des docteurs de la Réforme en France
refusèrent finalement leur adhésion. (_Pages 173-189-193._)


XXV.

Le duc d'Epernon s'attacha d'abord au duc d'Anjou (plus tard Henri
III), puis, pendant quelque temps, au roi de Navarre, et s'introduisit
à la cour, où il devint un des mignons de Henri III, qui le combla
d'honneurs et de richesses. Outre des sommes énormes, il reçut de lui
les gouvernements des Trois-Evêchés, du Bourbonnais, de l'Angoumois,
de la Saintonge, de l'Aunis, de la Touraine, de l'Anjou et de la
Normandie, la charge de colonel-général de l'infanterie en 1581 et
celle d'amiral, qu'il céda à son frère Bernard. Disgracié en 1588 et
exilé à Loches, il rentra en faveur l'année suivante. Après la mort de
Henri III, il refusa de servir Henri IV, et, se retirant avec une
partie de l'armée, il mit le roi dans l'obligation de lever le siège
de Paris. Plus tard, ayant fait sa soumission, il se montra le plus
hautain et le plus turbulent des grands officiers de la couronne.
Henri IV eut la faiblesse de recevoir plusieurs fois en grâce cet
orgueilleux vassal. On sait que, comme gouverneur de Guienne en 1622,
il s'y rendit odieux et eut de violents démêlés avec le parlement de
Bordeaux et l'archevêque de Sourdis, qu'il osa bâtonner, mais à qui il
fut obligé, l'année suivante, de demander pardon. Quand on étudie la
vie et le caractère du duc d'Epernon, il est presque impossible d'y
trouver un acte ou un trait qui ne mérite la réprobation générale.
(_Page 184._)


XXVI.

La déclaration qui fut publiée par le cardinal de Bourbon était datée
de Péronne et du dernier jour de mars 1585. «C'était lui, dit le Père
Daniel, qui parlait dans cet écrit. Il s'y intitulait premier prince
du sang, comme il avait déjà fait au traité de Joinville, quoique
cette qualité appartînt au roi de Navarre. Il insinuait que la
succession à la couronne le regardait. Il y donnait aux ducs de
Lorraine et de Guise le titre de lieutenants-généraux de la Ligue. Il
y nommait, parmi les associés, outre les autres princes de la Maison
de Lorraine, de Guise et de Vaudemont, le cardinal de Vendôme et les
ducs de Nemours et de Nevers; et ce qui paraît le plus surprenant,
mais ce qui marque, en même temps, combien les intrigues des ligueurs
étaient étendues, c'est qu'à la tête de la déclaration on mit une
liste de ceux qui entraient dans l'association, où l'on voyait le
pape, l'empereur, les princes de la Maison d'Autriche, le roi
d'Espagne, etc. Cette liste avait de quoi imposer au peuple et
effrayer le roi; car il n'était pas vraisemblable que la Ligue eût osé
s'autoriser de tant et de si grands noms, si toutes les puissances
dont elle se faisait fort n'y avaient elles-mêmes consenti.

«Le premier et le principal motif exprimé dans la déclaration était
que, le roi n'ayant pas d'enfant, on était menacé du danger d'avoir en
France pour roi un prince hérétique et relaps, quoique le serment de
nos rois à leur couronnement les obligeât à maintenir sur toute chose
la religion catholique dans le royaume. On y ajoutait le refus des
huguenots de rendre les villes de sûreté, leurs pratiques auprès des
princes protestants d'Allemagne, les charges ou les fonctions ôtées
aux seigneurs catholiques bien intentionnés pour la religion; les
moyens dont on se servait afin d'obliger les gouverneurs des places
ennemies des huguenots à se défaire de leurs gouvernements pour de
l'argent; l'insatiable avarice des favoris; la multitude des nouveaux
impôts; l'accablement et l'oppression de tous les ordres de l'Etat, et
enfin l'inutilité du dessein formé aux Etats de Blois, de ne souffrir
aucune autre religion dans le royaume que la catholique, dessein qui
s'était évanoui par la damnable politique de ceux qui gouvernaient le
roi et le royaume.» (_Page 190._)


XXVII.

Le seul récit que nous connaissions de la surprise et de la reprise de
Bourg en 1585 se trouve dans la _Vie des grands capitaines français_,
de Brantôme:

«Ce bourg avait été surpris par les menées de M. de Lansac, bien
qu'il fût lors en Espagne, et mena si accortement cette entreprise,
laquelle s'exécuta fort heureusement, s'aidant d'un gentil soldat
nommé Lantifaux, fors qu'une petite tour qui tint bon par un capitaine
janissaire, gentil et déterminé soldat. Cependant, M. d'Epernon étant
à Saintes, sur le point de partir pour la France, s'y achemina en
telle diligence, que les entrepreneurs, s'étant mis plus à piller qu'à
parachever la victoire, prirent l'épouvante dudit M. d'Epernon, et se
sauvèrent par la mer, avec si peu de butin qu'ils purent emporter.

«M. de Lansac m'a dit depuis que, s'ils eussent tenu seulement quatre
jours, qu'il venait au secours, menant une fort belle armée espagnole
de mer, avec laquelle il eût bien fait du mal à Bordeaux et au pays.

«M. d'Epernon s'accommoda dudit bourg fort bien, et le mit en sa main,
y établit bonne et forte garnison sous Campagnol, qui le garda très
bien jusqu'à la restitution commandée par le roi (Henri IV). M. le
maréchal demanda sa place, qui était de son gouvernement, à M.
d'Epernon, lequel, autant ambitieux que courageux, ne la voulut point
rendre, disant qu'il l'avait secourue, gagnée et conquise à la sueur
de son corps, et que de droit elle était sienne.» (_Page 196._)


XXVIII.

On ne connaît rien de bien précis sur les tentatives d'assassinat
dirigées contre le roi de Navarre.

«Un jour, dit Samazeuilh, un capitaine espagnol, du nom de Loro, vint
à Nérac offrir au roi de Navarre de lui livrer Fontarabie. Cet homme
était effroyable à voir. «Il avait, dit d'Aubigné avec lequel il
s'aboucha d'abord, l'œil louche, le nez troussé, les naseaux ouverts
et le front enflé en rond.» Ses paroles plus affreuses encore, tout en
soulevant le cœur de notre historien, finirent par lui inspirer de
graves soupçons. Il s'agissait du massacre de toute la garnison de
Fontarabie, à commencer par le frère de Loro qui la commandait, «car,
disait-il, si mon frère gagnait, avec quelques soldats, un coin de
tour, il serait secouru et nous perdus». D'Aubigné, d'accord avec
Frontenac, prit d'extrêmes précautions, lors de l'entrevue de ce
capitaine espagnol avec leur maître, qui s'impatientait de la
curatelle où le tenaient ses gens.

«Cependant les soupçons contre le capitaine Loro s'étant confirmés, il
fut mis en prison; puis pour éviter le bruit, car d'Aubigné donne à
entendre que des _princes français_ se trouvaient compromis dans cette
sombre affaire, on le dirigea sur Casteljaloux. Parvenu sur le pont de
Barbaste, Loro se précipita dans la Gélise, où il fit tout ce qu'il
put pour se noyer; mais ses gardes l'en retirèrent, et n'ayant pu
enfouir son secret au fond de cette rivière, il avoua tout à
Casteljaloux, où on venait de le conduire. Les motifs déjà signalés
firent qu'on l'exécuta dans sa prison. D'Aubigné termine ce récit par
ces réflexions à l'adresse sans doute du duc d'Epernon: «Ah! que ce
prince n'a-t-il toujours été en si fidèles mains!»

«Une autre fois, ce fut un nommé Gavarret, gentilhomme de Bordeaux et
réformé converti à la religion romaine, qui, pour donner une garantie
de sa foi, résolut de tuer le roi de Navarre. Monté sur un cheval de
prix, il se présente au prince, en route avec trois écuyers seulement,
pour se rendre à Gontaud. Henri, qui le soupçonnait, débute par louer
l'allure de son cheval. Puis il lui demande de le lui laisser monter.
Gavarret n'ayant osé lui refuser cette courtoisie, Henri se voit à
peine en selle, sur le cheval de l'assassin, qu'il s'empare des
pistolets trouvés à l'arçon, et les tire en l'air, à la grande
surprise de Gavarret; après quoi ce prince poussa, d'un temps de
galop, jusqu'à Gontaud, où il rendit le cheval et «donna l'ordre à
Meslon de _se défaire du compagnon, comme il fit le plus honnêtement
qu'il put_», ajoute d'Aubigné. D'autres attribuent cette tentative de
régicide au capitaine Michaud, et transportent le lieu de la scène
dans le bois d'Aillas. Mais si les noms diffèrent, l'identité des
détails prouve qu'il s'agit du même crime.»

       *       *       *       *       *

Léo Drouyn, dans ses _Variétés girondines_, donne un autre récit des
faits et gestes de ce Gavarret ou Gabarret, récit tiré de l'_Histoire_
de d'Aubigné et du Journal du chanoine Syreuilh: «Gabarret se retira
dans le château de Semens où il demeurait; ayant résolu de changer de
religion et d'inaugurer sa conversion par un coup d'éclat, il fit
prévenir, le 22 août 1580, huit capitaines huguenots et en particulier
Meslon, qu'il avait des intelligences dans une importante place forte
appartenant aux catholiques; il les engageait à venir le voir à
Semens, dîner avec lui, afin de combiner, pendant le repas, les moyens
de parvenir à s'emparer de la forteresse qu'il ne nommait pas encore.
Les huit capitaines s'y rendirent en effet, accompagnés de quatre
marchands du pays et de soldats tous bien montés et armés, faisant, en
tout, une troupe de 26 hommes.

«A peine était-on à table, que l'un des invités s'aperçut qu'il n'y
avait pas de couteaux et en demanda; à ces mots, le capitaine Lestaire
sortit, puis revint aussitôt avec 58 hommes armés, qui massacrèrent
les soldats et les capitaines qui ne pouvaient payer rançon et
emprisonnèrent les autres; puis Gabarret écrivit à du Puy, commençant
sa lettre par ces mots: «Mon père», contraignit Meslon à lui écrire
également de venir avec le capitaine d'Auché, trois autres et un jeune
homme nommé Baptiste de Bat, parent aussi et pupille de du Puy qu'il
ne quittait guère, et qui avait «une des plus belles voix et des mieux
conduites qu'on eût pu ouïr». De Bat avait été élevé avec Gabarret. A
leur arrivée, ils furent massacrés, sauf de Bat et du Puy.» Gabarret
mit ensuite à mort ces deux derniers convives, avec des raffinements
de cruauté qui semblent avoir été inventés à plaisir. Meslon et deux
autres prisonniers sauvèrent leur vie en payant une forte rançon.

L'histoire de Gabarret est restée mystérieuse en partie: l'origine en
est obscure, et la fin inconnue. Un point semble pourtant acquis:
c'est le motif de la grande haine de cet aventurier pour le roi de
Navarre. Le 8 août 1580, Henri écrivait à André de Meslon: «Quant au
sieur de Gabarret, je vous prie lui faire entendre que je désire
grandement le contenter, mais qu'il ne m'est possible de lui accorder
l'état de mestre-de-camp dans Monségur qu'il prétend. D'autant que
c'est une chose que je n'ai encore faite en nulle autre place, en
faveur de personne, ni résolu faire ci-après; mais s'il me veut venir
trouver, je lui ferai si bon traitement et si favorable qu'il en sera
satisfait.»

Cette lettre, dit justement Léo Drouyn, nous initie aux motifs
probables de la haine que Gabarret voua au roi et qui l'amena plus
tard à tenter de l'assassiner. (_Page 196._)


XXIX.

Voici l'analyse du traité de Nemours (7 juillet 1585):

«Il y fut convenu qu'il n'y aurait désormais en France qu'une seule
religion; que les ministres huguenots sortiraient du royaume dans un
mois, et dans six mois tous les autres qui ne voudraient pas rentrer
dans la religion catholique; que tout hérétique, pour la seule raison
d'hérésie, serait incapable de posséder aucune charge, dignité ou
bénéfice; que les chambres mi-parties appelées chambres de l'édit
seraient supprimées; que le roi autoriserait ce traité par un édit
irrévocable; et que lui, son conseil et tous les corps du royaume le
confirmeraient par leur serment; qu'il serait enregistré au parlement
et exécuté sans délai; qu'on retirerait des mains des huguenots les
villes qu'on leur avait cédées; que le cardinal de Bourbon aurait
Soissons pour ville de sûreté; le duc de Mercœur, Dinan et Le
Conquet, en Bretagne; le duc de Guise, Verdun, Toul, Saint-Dizier et
Châlons; le duc de Mayenne, le château de Dijon, la ville et château
de Beaune; le duc d'Aumale, Saint-Esprit de Rue, en Picardie; que le
gouvernement de Bourbonnais, vacant par la mort du sieur de Ruffec,
serait donné au duc d'Elbeuf; que le cardinal de Bourbon aurait, pour
sûreté de sa personne, soixante-dix gardes à cheval et trente
arquebusiers; et les ducs de Mercœur, de Guise et Mayenne, trente
gardes à cheval; et que tout ce qui avait été fait et entrepris par la
Ligue catholique serait avoué et approuvé du roi, comme fait pour son
service et pour celui de l'Etat. A tout cela il fut ajouté que la
citadelle de Lyon serait rasée, que le roi fournirait aux Ligués la
somme de deux cent mille écus, dont les deux tiers seraient employés à
payer les troupes étrangères qu'ils avaient levées, et qu'il donnerait
cent autres mille écus pour bâtir une citadelle à Verdun, outre
l'entretien des gardes qu'il accordait aux princes ligués.

«Tel fut le fameux édit de Nemours, que l'on put appeler le triomphe
des rebelles et l'anéantissement de l'autorité royale.» (_Page 198._)


XXX.

J.-F. Samazeuilh a recueilli les détails relatifs à l'expédition de
Marguerite contre Villeneuve-sur-Lot:

«C'est la reine de Navarre qui conduisit elle-même ses troupes au
siège de Villeneuve. Quelques pratiques dans la partie de cette place
située sur la rive gauche du Lot lui firent livrer les portes. Mais
Nicolas de Cieutat, seigneur de Pujols, premier consul, défendit
l'autre partie, sur la rive droite, avec autant de succès que de
courage. Marguerite s'empare de ce magistrat, qui se présentait devant
elle pour lui offrir de respectueuses observations, et le faisant
conduire à la vue des remparts de Villeneuve, elle mande au fils de
Cieutat que son père va périr, s'il ne rend la place à l'instant.

«Que l'on juge de la douleur de ce jeune commandant. Cependant il se
recueille, il se ranime à la pensée qu'il est possible de sauver à la
fois et Villeneuve et le premier consul. Aux signes qu'il fait comme
pour parlementer, les gens de Marguerite s'approchent avec leur
prisonnier. Aussitôt la porte s'ouvre et vomit sur eux vingt braves.
L'ennemi, surpris, déconcerté, cède à cette généreuse attaque, et le
père, délivré, rentre dans la ville avec ses libérateurs. Bientôt on
entend un bruit de fanfares sur la route de Périgord. De toutes parts
on annonce l'arrivée du roi de Navarre; des prisonniers, adroitement
relâchés, portent cette nouvelle au camp de Marguerite, et cette
princesse s'enfuit vers Agen.» (_Page 199._)


XXXI.

Le roi de Navarre fit publier le manifeste de
Saint-Paul-de-Cap-de-Joux après avoir conféré dans cette ville avec le
prince de Condé et le maréchal de Montmorency. Cet écrit, intitulé:
_Avertissement sur l'intention et but de Messieurs de Guise dans la
prise des armes_, et composé par Du Plessis-Mornay, contenait, entre
autres choses, les preuves du dessein que les cadets de la Maison de
Lorraine avaient formé de se frayer un chemin au trône par la
destruction de la Maison royale. Il était signé de Henri et de Condé.
Le maréchal de Montmorency publia, de son côté, une déclaration
semblable. (_Page 202._)


XXXII.

Les sentiments et les arguments de la lettre «à MM. de la Faculté de
théologie du collége de Sorbonne», œuvre de Du Plessis-Mornay, sont
résumés avec force dans la dernière page:

«Jugez donc ici, Messieurs, qui des deux parties a plus de droit, qui
des deux doit avoir plus de respect en son droit, qui des deux aussi
propose un expédient plus salutaire à ces Etats, plus favorable à
l'Eglise. L'étranger requiert que l'enfant de la maison soit chassé
par force, sous prétexte d'hérésie, l'étranger qui de longtemps trame
d'entrer en sa place; moi certes, je n'ai désiré et ne désire que
d'être ouï en ma cause, d'être instruit en un concile, de mieux faire,
si mieux je suis enseigné...

«Si, nonobstant ma requête, on poursuit, contre tout ordre de
l'Eglise, par proscriptions, meurtres et autres rigueurs et barbaries,
à ces énormes précipitations et violences je me délibère d'opposer une
juste défense, et la malédiction en soit sur ceux qui ont troublé cet
Etat sous le faux prétexte de l'Eglise...» (_Page 204._)


XXXIII.

Diane d'Andouins, vicomtesse de Louvigny, surnommée la «belle
Corysandre», était fille unique de Paul d'Andouins, vicomte de
Louvigny, seigneur de Lescun. Elle épousa, en 1567, Philibert de
Gramont, comte de Guiche, qui eut un bras emporté au siège de La Fère,
en 1580, et mourut de ses blessures. Sa liaison avec le roi de Navarre
paraît remonter aux premières années de son veuvage.

La comtesse de Gramont fut la constante amie de Henri, qui songea,
quelque temps, avant son avènement au trône de France, à répudier
Marguerite de Valois pour épouser cette femme, dont l'affection et la
générosité efficace l'avaient si puissamment soutenu au milieu de tant
de luttes. Après leur rupture, graduellement amenée par les
infidélités du roi, Corysandre, qui était, depuis longtemps, la
confidente de Catherine de Bourbon, encouragea et servit son projet de
mariage avec le comte de Soissons. Il s'ensuivit, entre elle et le
roi, une irrémédiable froideur. La comtesse survécut à Henri IV. On
date sa mort de l'année 1624. Son souvenir est inséparable, dans
l'histoire, de celui du prince dont elle aima avec une passion
désintéressée la personne et la cause.

La comtesse de Gramont était une femme lettrée. Elle composait de
beaux vers, qui malheureusement ne sont pas venus jusqu'à nous, et on
vantait son habileté à chanter en s'accompagnant sur le luth. Michel
de Montaigne lui a décerné un glorieux témoignage en lui dédiant les
sonnets d'Etienne de La Boétie, «pour l'honneur, disait-il, que ce
leur sera d'avoir pour guide cette grande Diane d'Andouins, d'autant
qu'il y a peu de femmes en France qui jugent mieux et se servent plus
à propos que vous de la poésie.» (_Page 206._)


XXXIV.

Léo Drouyn, dans les _Variétés girondines_, reproduit les
protestations des officiers de la garnison de Monségur en faveur
d'André de Meslon. Nous donnons un de ces certificats:

   «Je soussigné déclare que je n'ai jamais tenu langage à
   personne du monde au préjudice de l'honneur du sieur de
   Meslon, ni n'ai jamais dit qu'il eût failli aux devoirs de sa
   charge de gouverneur de Monségur, et qu'il n'eût fait ce
   qu'homme d'honneur doit faire, durant le siège; et s'il y a
   quelqu'un qui ait dit ou veuille dire que j'ai parlé au
   contraire, je dis qu'il a menti.

    «La Croix.»

Ce La Croix était capitaine au régiment des gardes du roi de Navarre.
(_Page 224._)


XXXV.

Par le récit du siège de Castillon (1586) qui, rédigé d'après
d'Aubigné et de Thou, se trouve dans _l'Histoire de Libourne_, par M.
Raymond Guinodie, on peut se convaincre que ce siège fut un des plus
remarquables de l'époque. Les assiégés y firent preuve d'héroïsme, et
les assiégeants, d'une énergie passionnée. Il ne restait plus à la
place qu'une centaine de défenseurs valides, lorsqu'elle capitula.
Turenne, Vivans et Favas prolongèrent sa résistance par les attaques
continuelles dont ils harcelaient les troupes de Mayenne. Il paraît
certain que si la peste n'avait pas régné dans les murs de Castillon,
d'où finirent par s'écarter les secours envoyés par les réformés, le
duc, à bout de forces lui-même, aurait compté un échec de plus dans sa
campagne. (_Page 230._)


XXXVI.

Loin de reconnaître l'insuccès de la campagne de Mayenne (1586) en
Guienne et en Gascogne, les partisans de la Maison de Guise exaltèrent
outre mesure les prétendus exploits d'un de leurs princes. Mais les
réformés ne laissèrent point passer ces éloges sans critique. La
réplique suivante de Du Plessis-Mornay donnera une idée de cette
polémique:

«La vérité est que 15 ou 16 arquebusiers furent taillés en pièces.
Pour telle victoire on n'accorda jamais triomphe à Rome. Mais il
aurait dû dire que le sieur de Béthune, gouverneur de Monflanquin, lui
défit, en ce temps, une compagnie de gendarmes entière; que celles de
Clairac, en moins d'une semaine, lui taillèrent en pièces 18 corps de
garde... De même nature sont les conquêtes qu'il fit du Mas-d'Agenais,
Damazan, Tonneins, Meilhan, etc., et faut dire qu'il est malicieux ou
mauvais capitaine; car on sait qu'il y a deux sortes de places: les
unes qui peuvent soutenir les efforts d'une armée, les autres, non.
Celles-là, on les débat jusqu'à l'extrémité, ce que M. de Mayenne a
très bien expérimenté; celles-ci, et de cette espèce sont celles qu'il
nomme, on les garde pour faire vivre les troupes et pour être au
large, si longtemps qu'on peut, résolu de les quitter, à la venue
d'une grande force. Et de fait, Le Mas et Damazan sont deux villettes
qui ne valent pas Toury en Beauce; et la reine de Navarre ayant fait
prendre Tonneins par ses gardes, le roi de Navarre les y força, le
même jour, à coups de main. Et Meilhan qu'il dit ici, a été, depuis,
repris sans peine par le sieur de Vivans, qui le tient aujourd'hui.
Mais pensons certainement qu'ils ont bien peu de villes, puisqu'ils
font mine de ces villages.» (_Page 231._)


XXXVII.

La harangue historique et immortelle du roi de Navarre avant la
bataille de Coutras est celle que nous avons rapportée: «Souvenez-vous
que vous êtes Bourbons!» Elle fut prononcée, le pied à l'étrier. La
tradition en a fait parvenir jusqu'à nous deux autres, dont voici le
texte:

    _«Au prince de Condé et au comte de Soissons._

   «Vous voyez, mes cousins, que c'est à notre Maison que l'on
   s'adresse. Il ne serait pas raisonnable que ce beau danseur et
   ces mignons de cour en emportassent les trois principales
   têtes, que Dieu a réservées pour conserver les autres avec
   l'Etat. Cette querelle nous est commune; l'issue de cette
   journée nous laissera plus d'envieux que de malfaisants, nous
   en partagerons l'honneur en commun.»

    _«Aux capitaines et soldats._

   «Mes amis, voici une curée qui se présente bien autre que vos
   butins passés; c'est un nouveau marié qui a encore l'argent de
   son mariage en ses coffres; toute l'élite des courtisans est
   avec lui. Courage! il n'y aura si petit entre vous qui ne soit
   désormais monté sur de grands chevaux et servi en vaisselle
   d'argent. Qui n'espérerait la victoire, vous voyant si bien
   encouragés? Ils sont à nous; je le juge par l'envie que vous
   avez de combattre; mais pourtant nous devons tous croire que
   l'événement en est en la main de Dieu, lequel sachant et
   favorisant la justice de nos armes, vous fera voir à nos pieds
   ceux qui devraient plutôt nous honorer que combattre.
   Prions-le donc qu'il nous assiste. Cet acte sera le plus grand
   que nous ayons fait; la gloire en demeurera à Dieu, le service
   au roi, notre souverain seigneur, l'honneur à nous, et le
   salut à l'Etat.»

       *       *       *       *       *

Pendant la déroute de l'armée de Joyeuse, un mouvement confus s'étant
produit à l'horizon du champ de bataille, quelque alarme se répandit
autour du roi, et il entendit les officiers se demander entre eux s'il
n'y avait pas à redouter l'arrivée de l'armée du maréchal de Matignon:
«--Eh bien! s'écria gaîment Henri, ce sera ce qu'on n'a jamais vu:
deux batailles en un jour!»

       *       *       *       *       *

La plupart des détails relatifs à la journée de Coutras sont
littéralement empruntés à l'_Histoire_ du Père Daniel, qui, résumant
les relations contemporaines, a donné de cette bataille le récit le
plus clair et le plus complet. (_Page 256._)


XXXVIII.

On lit dans une lettre d'Etienne Pasquier adressée à son fils Nicolas
Pasquier:

«La reine-mère est décédée, à Blois, la veille des Rois dernière, au
grand étonnement de nous tous; je ne doute point que les nouvelles
n'en soient arrivées jusqu'à vous: toutefois peut-être n'en avez-vous
entendu toutes les particularités. Elle avait été grandement malade et
gardait encore la chambre, quand soudain, après la mort de M. de
Guise, le roi la lui vint assez brusquement annoncer: dont elle reçut
tel trouble en son âme, que dès lors elle commença d'empirer à vue
d'œil. Toutefois, ne voulant déplaire à son fils, elle couvrit son
maltalent (chagrin) au moins mal qu'il lui fut possible, et quatre ou
cinq jours après voulut aller à l'église, et au retour vint visiter M.
le cardinal de Bourbon, prisonnier, qui commença, avec abondance de
larmes, de lui imputer que, sans la foi qu'elle leur avait baillée, ni
lui ni ses neveux de Guise ne fussent venus en ce lieu. Lors ils
commencèrent tous deux de faire fontaine de leurs yeux, et soudain
après, cette pauvre dame, toute trempée de larmes, retourne en sa
chambre, sans souper. Le lendemain, lundi, elle s'alite, et le
mercredi, veille des Rois, elle meurt.» (_Page 275._)

       *       *       *       *       *


XXXIX.

Par le traité de Tours, il est convenu que «le roi de Navarre, avec
toute fidélité et affection, servira le roi de toutes ses forces et
moyens dépendant tant de son particulier que de tout son parti, contre
ceux qui violent l'autorité de S. M. et troublent son Etat, et ne les
emploiera ailleurs, soit dedans ou dehors, sans le commandement ou
consentement de S. M.».

Pour faciliter l'accomplissement de cette tâche, «est faite et
accordée trêve générale et suspension d'armes et de toute hostilité
par tout le royaume de France entre S. M. et ledit sieur roi de
Navarre...».

Pour «plus grande commodité, la place des Ponts-de-Cé sera remise
entre les mains du roi de Navarre, qui, en ce lieu, passera la Loire.
Le passage effectué, le roi de Navarre marchera droit à l'ennemi».

D'autres stipulations sont faites au sujet des impositions, des
questions financières et de l'exercice du culte. (_Page 283._)


XL.

C'est d'après le recueil de Musset-Pathay que nous avons donné en
partie les paroles adressées par le roi de Navarre à Henri III, en
l'abordant à Plessis-lès-Tours. Elles sont peu connues, mais on ne
peut guère douter de leur authenticité, tant elles sont conformes, par
la pensée et par l'expression, au langage habituel de Henri. (_Page
285._)

       *       *       *       *       *

Voici le texte complet de la lettre reproduite en fac-simile:

«Monsieur de Batz, j'ai entendu avec plaisir les services que vous et
M. de Roquelaure avez faits à ceux de la Religion, et la sauveté que
vous particulièrement avez donnée, en votre château de Suberbies, à
ceux de mon pays de Béarn, et aussi l'offre, que j'accepte pour ce
temps, de votre dit château. De quoi je vous veux bien remercier, et
prier de croire que, combien que soyez de ceux-là du Pape, je n'avais,
comme vous le cuydiez, méfiance de vous dessus ces choses. Ceux qui
suivent tout droit leur conscience sont de ma religion, et moi je suis
de celle de tous ceux-là qui sont braves et bons. Sur ce, je ne ferai
la présente plus longue, sinon pour vous recommander la place qu'avez
en mains, et d'être sur vos gardes, pour ce que ne peut faillir que
n'ayez bientôt du bruit aux oreilles. Mais de cela je m'en repose sur
vous, comme le devez faire sur

    «Votre plus assuré et meilleur ami.

    «HENRY.»

       *       *       *       *       *

Le portrait placé au frontispice a été _révélé_ dans les _Châteaux
historiques de la France_. Il fait partie de la galerie des tableaux
du château de Sully-sur-Loire.

Le roi de Navarre «approche de la trentaine; l'œil est vif, le teint
clair, la bouche narquoise, la barbe terminée en pointe, ce qui était
encore la mode à ce moment». La date approximative de 1580 peut être
placée au bas de ce portrait.



ERRATA

    Page 17 ligne 5.--_Chambres de comptes_; lisez: _des comptes_.
     --  39 ligne 36.--_Couru_; lisez: _courus_.
     --  63 en tête.--_Chapitre IV_; lisez: _VI_.
     --  97 en tête.--_Livre I_; lisez: _II_.
     --  129 ligne 12.--_Le tout s'entr'ouvrit_; lisez: _la tour_.
     --  144 ligne 9.--Après _mains_, il faut le renvoi (1).
     --  153 en tête.--_Chapitre VI_; lisez:_VII_.
     --  157 en tête.--_Henri IV en Gascogne_; lisez: _Livre II.
         Chapitre VII_.
     --  161 en tête.--(1581-1586); lisez: (1581-1585).
     --  167 au renvoi.--_XVIII_; lisez: _XXIII_.
     --  194 ligne 12.--_Fut_; à annuler.
     --  205 ligne 39.--_Confications_; lisez: _confiscation_.
     --  210 ligne 23.--_Plus faibles_; lisez: _faible_.
     --  265 ligne 20.--_Huguemots_; lisez: _huguenots_.


       *       *       *       *       *



TABLE DES MATIÈRES

LIVRE PREMIER. (1553-1575)


CHAPITRE PREMIER

  Le royaume de Navarre depuis les Carlovingiens jusqu'aux
    Valois.--Son démembrement par Ferdinand le Catholique.--Les
    Etats de la Maison d'Albret.--Les prétendants de Jeanne
    d'Albret.--Ses fiançailles, à Châtellerault, avec le duc de
    Clèves.--Marguerite, reine de Navarre, et la Réforme.--Antoine
    de Bourbon, duc de Vendôme, épouse Jeanne d'Albret.--Leurs deux
    premiers enfants.--Mort de la reine Marguerite.--Henri d'Albret
    et sa fille.--Naissance de Henri de Bourbon, prince de
    Navarre.--Ses huit nourrices.--Le baptême catholique de
    Henri.--Le calvinisme en 1553.                                   5


CHAPITRE II

  La gouvernante du prince de Navarre.--Le château de
    Coarraze.--L'éducation à la «béarnaise».--Les premières
    leçons.--Mort de Henri d'Albret.--Résumé de son règne.--L'aïeul
    et le petit-fils.--Avènement de Jeanne et d'Antoine.--Les
    desseins de Henri II sur la Navarre et le Béarn.--Antoine
    protège la Réforme.--Menaces du roi de France.--Le prince de
    Navarre à la cour de Henri II.--Naissance de Catherine de
    Bourbon.--La paix de Cateau-Cambrésis.--Mort de Henri II et
    avènement de François II.--La politique de Catherine de
    Médicis.--Les Bourbons évincés par les Guises.--La revanche du
    roi et de la reine de Navarre.--La conjuration d'Amboise.--Mort
    de François II et avènement de Charles IX.--Catherine de
    Médicis régente.--Le triumvirat.--Le chancelier Michel de
    l'Hospital et l'édit de Janvier.--Les troubles.--La prise
    d'armes de Condé et de Coligny.                                 14


CHAPITRE III

  L'éducation du prince de Navarre.--Ses gouverneurs et son premier
    précepteur.--Le caractère et la méthode de La
    Gaucherie.--Maximes et sentences.--Le Coriolan français et le
    chevalier Bayard.--La première lettre connue de Henri.--Ses
    condisciples au collège de Navarre.--Le sentiment religieux du
    maître et de l'élève.--Pressentiments de La
    Gaucherie.--L'instruction militaire.--Le plus bel habit de
    Henri.--L'otage de Catherine de Médicis.--Le «petit
    Vendômet».--Choix d'une devise.--Les deux premiers amis du
    prince.--Mort de La Gaucherie.                                  26


CHAPITRE IV.

  Catherine de Médicis entre les catholiques et les
    protestants.--Antoine de Bourbon retourne au catholicisme.--Ses
    querelles avec Jeanne d'Albret, résolument calviniste.--Henri
    entre la messe et le prêche.--Réponse de la reine de Navarre à
    Catherine de Médicis.--Jeanne quitte la cour de France.--Lettre
    de Henri.--La guerre civile.--Le siège de Rouen.--Mort
    d'Antoine de Bourbon.--Jeanne d'Albret zélatrice de la
    Réforme.--Le monitoire de Pie IV contre la reine de Navarre,
    dont Charles IX prend la défense.--Jeanne ramène son fils en
    Béarn.--Le complot franco-espagnol contre Jeanne et ses
    enfants.--Catherine de Médicis ressaisit son «otage».--Voyage
    de la cour en France.--Charles IX dans le Midi.--La prédiction
    de Nostradamus.--L'entrevue de Bayonne.--Le prince de Navarre
    devant l'ennemi héréditaire.--La cour à Nérac.--L'assemblée de
    Moulins.--Retour de Jeanne et de Henri en Béarn.                33


CHAPITRE V

  La popularité du prince de Navarre.--Florent
    Chrestien.--L'éducation littéraire, militaire et
    politique.--Voyage de Henri dans les Etats de sa mère.--Son
    séjour à Bordeaux.--Reprise des hostilités entre les
    protestants et la cour.--La tentative de Meaux.--Bataille de
    Saint-Denis.--Paix de Lonjumeau.--Le geôlier politique et
    militaire de Jeanne d'Albret.--Henri réclame vainement le
    gouvernement effectif de Guienne.--Autres griefs des
    réformés.--Projet d'arrestation de Condé, de Coligny et de
    plusieurs autres chefs calvinistes.--Ils se sauvent à La
    Rochelle.--Retraite du chancelier de l'Hospital.--Boutade du
    prince de Navarre contre le cardinal de Lorraine.--Jeanne
    quitte ses Etats, malgré Montluc, et se retire à La Rochelle
    avec ses enfants.--Ses lettres à la cour de France et à la
    reine d'Angleterre.--L'organisation militaire du parti
    calviniste.--La première armure de Henri.--Essai de
    pacification.--Edit de Saint-Maur contre les protestants.--Les
    forces des calvinistes et leurs succès.                         46


CHAPITRE VI

  L'armée du duc d'Anjou.--Temporisation.--Escarmouche de
    Loudun.--Les renforts attendus.--Bataille de Bassac ou de
    Jarnac.--Mort du prince de Condé.--Son éloge par La
    Noue.--Jeanne d'Albret à Tonnay-Charente.--Henri proclamé
    généralissime.--Affaires de Béarn.--Arrivée des reîtres en
    Limousin.--La campagne de Montgomery en Gascogne et en
    Béarn.--Combat de la Roche-Abeille.--Siège de Poitiers,
    désapprouvé par le prince de Navarre.--Tactique du duc
    d'Anjou.--Combat de Saint-Clair.--Mesures de proscription
    contre Coligny.--L'avis avant la bataille.--Bataille de
    Moncontour.--L'inaction de Henri et la grande faute de
    l'amiral.--Héroïsme de Jeanne d'Albret.                         56


CHAPITRE VII

  Les lenteurs du duc d'Anjou.--Les desseins des réformés.--Siège
    de Saint-Jean-d'Angély.--Commencement de la grande retraite de
    Coligny.--Le passage de la Dordogne.--Le pont et le moulin du
    Port-Sainte-Marie.--Jonction avec l'armée de
    Montgomery.--L'armée des princes en Languedoc.--«Justice de
    Rapin.»--Négociations pour la paix.--La «pelote de
    neige».--Passage du Rhône.--Arrivée à Saint-Etienne.--Maladie
    de l'amiral.--Combat d'Arnay-le-Duc.--Première victoire de
    Henri.--Ce qu'il apprit dans la retraite de Coligny.--Les
    affaires en Saintonge et en Poitou.--Bataille de
    Sainte-Gemme.--La Noue Bras-de-fer.--Montluc à
    Rabastens.--Coligny à La Charité.--La trêve.--Paix de
    Saint-Germain.                                                  64


CHAPITRE VIII

  Le piège manifeste.--Aveuglement des calvinistes.--Coligny
    séduit.--Résistance de Jeanne d'Albret et de Henri.--Jeanne
    cède enfin.--La reine de Navarre à Blois.--Ses
    tribulations.--Sa lettre au prince de Navarre.--Signature du
    contrat de mariage de Henri avec Marguerite de Valois.--Jeanne
    d'Albret à Paris.--Sa maladie et sa mort.--Elle ne fut pas
    empoisonnée.--Son testament.--Jugement sur la vie de cette
    reine.                                                          70


CHAPITRE IX

  Henri roi de Navarre.--Ses hésitations à Chaunai.--Il entre dans
    Paris avec huit cents gentilshommes.--Son mariage.--La
    Saint-Barthélemy.--Le «Discours de Cracovie».--La
    préméditation.--Le roi de Navarre et le prince de Condé sommés
    d'abjurer.--Conséquences de l'abjuration.--Abjuration forcée,
    comédie obligatoire.--Comment Henri joua son rôle.--Révolte de
    La Rochelle.--Siège de La Rochelle.--Défense héroïque.--Le duc
    d'Anjou élu roi de Pologne.--Accommodement avec les
    Rochelais.--L'édit par ordre.--Le massacre de
    Hagetmau.--Naissance du parti des «Malcontents». Le duc
    d'Alençon et ses complots.--La conspiration de 1574.--La
    déposition du roi de Navarre.--Les calvinistes reprennent les
    armes et sont combattus par trois armées royales.--Mort de
    Charles IX.--Ses dernières paroles au roi de Navarre.--Henri
    III fait bon accueil à son beau-frère.--Autres complots du duc
    d'Alençon.--Il s'échappe de la cour et se ligue avec les
    protestants.--Le roi de Navarre médite un projet d'évasion.     79



LIVRE DEUXIÈME

(1576-1580)


CHAPITRE PREMIER

  L'évasion.--Henri, libre, retourne au calvinisme.--Le frère et la
    sœur.--Le traité de Beaulieu et ses conséquences.--Naissance
    et organisation de la Ligue.--Situation difficile.--Esprit
    politique de Henri.--Sa correspondance avec les
    Rochelais.--Séjour à La Rochelle.--Lettre du roi de France à
    Montluc.--Le roi de Navarre, le maréchal de Damville et les
    «politiques».--Lettre de Henri à Manaud de Batz.--Requête des
    Bordelais.                                                      89


CHAPITRE II

  Henri à Brouage et à Périgueux.--Séjour à Agen.--Entrevues
    politiques.--Du Plessis-Mornay.--Conquêtes
    pacifiques.--Surprise de Saint-Jean-d'Angély par le prince de
    Condé.--La convocation des Etats-Généraux.--Les députés
    calvinistes.--Henri à Nérac.--Démarche de la
    reine-mère.--Bordeaux ferme ses portes au roi de
    Navarre.--Exhortation aux Bordelais.--Les Etats de Blois.--Le
    vote contre l'hérésie.--Protestation des députés
    calvinistes.--La triple députation.--Révocation de l'édit de
    Beaulieu.--Henri III approuve et signe la Ligue.--Reprise des
    hostilités.--Protestation de Condé et manifeste du roi de
    Navarre.--L'aventure d'Eauze.--La pitié sous les armes.--Le
    «Faucheur».--Les affaires de Mirande, de Beaumont, de Lomagne
    et du Mas-de-Verdun.--Henri et les pauvres gens.--Jean de
    Favas.--L'attentat de Bazas.--Prise de La Réole.--Attaque de
    Saint-Macaire.                                                  98


CHAPITRE III

  Le siège de Marmande.--Bravoure du roi de Navarre.--Arrivée de la
    députation des Etats.--La trêve de Sainte-Bazeille.--Démêlés de
    Henri avec la ville d'Auch.--Réponse de Henri aux députés.--Sa
    lettre aux Etats.--Autre députation.--La diplomatie du roi de
    Navarre.--L'armée de Monsieur sur la Loire et en Auvergne.--Le
    duc de Mayenne en Saintonge.--Mésintelligence entre Henri et
    Condé.--Prise de Brouage.--Situation critique des réformés.--Le
    maréchal de Damville se sépare d'eux.--La cour leur offre la
    paix.--Négociations.--Déclaration de Henri au duc de
    Montpensier.--La paix de Bergerac.                             112


CHAPITRE IV

  Paix illusoire.--Le nouveau lieutenant-général en Guienne.--Henri
    ne gagne pas au change.--Biron et l'éducation militaire du roi
    de Navarre.--Henri et Catherine de Médicis.--La cour de Navarre
    s'établit à Nérac.--L'affaire de Langon.--Le voyage de
    Catherine et de Marguerite en Gascogne.--Les deux reines à
    Bordeaux.--Henri les reçoit à La Réole.--Séjour à Auch.--La
    Réole livrée aux troupes royales.--L'«Escadron
    volant».--Surprise de Fleurance.--«Chou pour chou.»--Surprise
    de Saint-Emilion.--La conférence de Nérac.--Traité favorable
    aux calvinistes.--La cour de Nérac.--Galanteries
    dangereuses.--Les revanches de Catherine de
    Médicis.--Séductions et calomnies.--Le roi de Navarre entre les
    protestants et les catholiques.--Beaux traits de
    caractère.--Mémorable déclaration.--Départ de la
    reine-mère.--La chasse aux ours.--Mésaventures de la reine de
    Navarre à Pau.                                                 121


CHAPITRE V

  Départ de Pau.--Henri malade à Eauze.--Les Etats de
    Béarn.--Fragilité de la paix.--La surprise de Figeac.--La paix
    prêchée, la guerre préparée.--Le rôle de Condé et celui de
    Damville.--Assemblée de Mazères.--L'embuscade sur la route de
    Castres.--Entente du roi de Navarre avec Châtillon et
    Lesdiguières.--Desseins belliqueux.--Lettre à Henri
    III.--Lettre-manifeste à la reine de Navarre.--Manifeste de
    l'Isle à la noblesse.--Correspondance avant l'entrée en
    campagne.                                                      137


CHAPITRE VI

  La «guerre des Amoureux».--La dot de Marguerite.--Révolte de
    Cahors.--Le baron de Vesins.--Préparatifs de l'expédition
    contre Cahors.--Cahors au XVIe siècle.--Le plan de
    l'attaque.--Les pétards.--Succès et revers.--Conseils de
    retraite et réponse du roi.--Bataille de rue.--Le roi
    soldat.--Arrivée de Chouppes.--Le terrain gagné.--Arrivée et
    défaite d'un secours.--Prise du collège.--Les quatorze
    barricades.--Exploit du roi de Navarre.--Cri magnanime.--Le
    post-scriptum royal.--La lettre à Madame de Batz.--Effets de la
    prise de Cahors.--La petite guerre.--Prise de Monségur par le
    capitaine Meslon.--Négociations pour la levée d'une armée
    auxiliaire.                                                    147


CHAPITRE VII

  La campagne du maréchal de Biron.--Combats devant Marmande.--Les
    menées du prince de Condé.--Le stratagème de Biron.--Les
    boulets mal-appris.--Mayenne en Dauphiné.--Lesdiguières.--Siège
    et prise de La Fère par le maréchal de Matignon.--Surprise de
    Mont-de-Marsan par Baylens de Poyanne.--Désarroi des
    calvinistes.--Les vues de Monsieur, duc d'Anjou et
    d'Alençon.--Son entremise pour amener la paix.--Traité de
    Fleix.--Séjour de Monsieur en Guienne et en Gascogne.--La
    chambre de justice de Guienne.--La demi-promesse de
    Henri.--Monsieur recrute des officiers à la cour de
    Navarre.                                                       154



LIVRE TROISIÈME

(1581-1585)


CHAPITRE PREMIER

  Le triomphe de la patience.--Le roi de Navarre et Théodore de
    Bèze.--Surprise de Périgueux par les
    catholiques.--Correspondance de Henri avec Brantôme.--Assemblée
    de Béziers.--Velléités pacifiques.--Préparatifs de voyage de
    Marguerite à la cour de France.--Les toilettes de la reine de
    Navarre.--Henri à Saint-Jean-d'Angély.--Son entrevue avec
    Catherine de Médicis, à Saint-Maixent.--La cure aux
    Eaux-Chaudes.--Assemblée de Saint-Jean-d'Angély.--Les projets
    de mariage de Catherine de Bourbon.--Négociation avec le duc de
    Savoie.--L'affaire des frères Casse.--Invitation de Henri III
    et réponse du roi de Navarre.                                  161


CHAPITRE II

  Déclarations de Henri au coadjuteur de Rouen.--Désordres en
    Rouergue, en Quercy et à Mont-de-Marsan.--Tentatives de
    corruption de l'Espagne, révélées par Henri au roi de
    France.--Correspondance latine avec les princes protestants de
    l'Europe.--Querelles de Henri III avec la reine de
    Navarre.--Marguerite chassée de la cour.--Arrestation de ses
    dames d'honneur.--Duplicité de Henri III.--Reprise de
    Mont-de-Marsan par le roi de Navarre.--Michel de
    Montaigne.--Actes arbitraires du maréchal de
    Matignon.--Réclamation de Henri.--Attitude des habitants de
    Casteljaloux.--Négociations au sujet du retour de Marguerite
    à Nérac.--La Ligue protestante: vues chimériques et but
    pratique.                                                      171


CHAPITRE III

  Mort de Monsieur, duc d'Anjou et d'Alençon.--La «folie d'Anvers»
    et l'incurie politique des Valois.--Conséquences de la mort de
    Monsieur.--Le roi de Navarre sur la première marche du
    trône.--Visées de la Maison de Lorraine.--Henri revendique son
    titre de «seconde personne du royaume».--Mission du duc
    d'Epernon auprès du roi de Navarre.--La conférence de
    Pamiers.--Le pour et le contre.--Détermination de
    Henri.--Indiscrétion de Du Plessis-Mornay.--Rapprochement entre
    les deux rois.--Assemblée de Montauban.--Traité de Joinville
    entre la Ligue et le roi d'Espagne.--Négociations en
    Suisse.--Ambassade des Pays-Bas à Henri III.--Déclaration de la
    Ligue.--La Ligue en armes.                                     181


CHAPITRE IV

  Entrevue, à Castres, du roi de Navarre et du maréchal de
    Montmorency.--L'avis de Henri III.--Offres du roi de Navarre au
    roi de France.--L'assemblée de Guîtres et ses
    résolutions.--Négociations de Ségur en Angleterre et en
    Allemagne.--Déclaration de Henri.--Les hostilités de la reine
    de Navarre.--Surprise de Bourg par la Ligue.--Prise du
    Bec-d'Ambès par Matignon.--Gabarret.                           191


CHAPITRE V

  Le traité de Nemours.--Les «funérailles en robe
    d'écarlate».--Alliance définitive du roi de Navarre et du
    maréchal de Montmorency.--Préparatifs de Henri.--Lettre à Henri
    III.--La guerre de la reine Marguerite.--Elle est chassée
    d'Agen.--Sa chute.--Les Seize.--Les Guises somment Henri III de
    faire la guerre au roi de Navarre.--Nouvelle démarche de Henri
    III auprès de son beau-frère.--Insuccès de cette démarche.--Le
    manifeste de Saint-Paul-Cap-de-Joux.                           197


CHAPITRE VI

  Sixte-Quint et la Ligue.--La bulle du 9 septembre 1585 contre le
    roi de Navarre et le prince de Condé.--Réponse de Henri à la
    bulle.--Début de la «guerre des Trois Henri».--Condé reprend
    les armes en Poitou et en Saintonge.--Il assiège Brouage.--Sa
    désastreuse expédition dans l'Anjou.--Henri III se décide à
    faire la guerre aux calvinistes.--Formation de trois armées
    royales.--Energie du roi de Navarre.--La comtesse de
    Gramont.--Son caractère; son dévouement au roi de Navarre; son
    rôle.--Voyage de Henri à Montauban.                            203



  LIVRE QUATRIÈME

  (1586-1589)


  CHAPITRE PREMIER

  Les quatre manifestes du roi de Navarre.--Jonction de l'armée de
    Mayenne et de l'armée de Matignon.--Conduite du
    maréchal.--Prise de Montignac en Périgord par
    Mayenne.--Dénombrement des deux armées royales.--Résolution et
    bonne humeur.--Premier siège de Castets.--Henri fait lever ce
    siège à Matignon.--Le plan du roi de Navarre.--Voyage de Henri
    à Pau.--Les Etats de Béarn et les subsides.--Retour
    précipité.--Le roi cerné.--Les deux messages de Henri à son
    «Faucheur».--La comédie militaire de Nérac.--Illusions de
    Mayenne et de Poyanne.--Odyssée du roi de Navarre, de Nérac à
    Sainte-Foy.--Le duc de Mayenne et le vicomte d'Aubeterre.      209


CHAPITRE II

  Caumont et Sainte-Bazeille.--Préparatifs de résistance.--Le
    chroniqueur royal.--Siège et reddition de
    Sainte-Bazeille.--Sévérité du roi de Navarre.--Castets acheté à
    Favas par le duc de Mayenne.--Mésintelligence entre Mayenne et
    Matignon.--Siège et reddition de Monségur.--André de
    Meslon.--Séjour et intrigues de Mayenne à Bordeaux.--Affaires
    de Poitou et de Saintonge.--Retour d'Angleterre de
    Condé.--Prise du château de Royan.--Exploits de Condé.--Siège
    de Brouage.--Arrivée du roi de Navarre devant cette
    place.--Obstruction du second havre de France.--Le maréchal de
    Biron en Saintonge.--Siège de Marans.--Trêve entre le roi de
    Navarre et le maréchal.--Le vrai motif de cette
    trêve.--Tentatives de négociation.--Un chef-d'œuvre
    épistolaire.--Lettre prophétique d'Elisabeth d'Angleterre à
    Henri III.--Siège et prise de Castillon par Mayenne et
    Matignon.--Le dernier exploit du duc de Mayenne en
    Guienne.--Brocard huguenot.--Apologie du duc et réponse des
    calvinistes.                                                   219


CHAPITRE III.

  Les ambassadeurs des princes protestants à Paris.--Leur requête
    et la réponse de Henri III.--Entrevue de Saint-Brice.--Méfiance
    des calvinistes.--Discussions pendant l'entrevue.--Ajournement
    et reprise des négociations.--Catherine de Médicis et
    Turenne.--Perfidie de la reine-mère.--Rentrée en
    campagne.--Reprise de Castillon par Turenne.--Succès du roi de
    Navarre en Saintonge et en Poitou.--L'armée du duc de Joyeuse
    et ses succès.--Joyeuse retourne à la cour.--Expédition de
    Henri jusque sur la Loire.--Le comte de Soissons et le prince
    de Conti entrent à son service.--Henri rétrograde jusqu'en
    Poitou.--Les trois nouvelles armées royales.--Henri III à
    Gien.--Le nouveau manifeste du roi de Navarre.                 232


CHAPITRE IV

  Le duc de Joyeuse cherche la bataille, et le roi de Navarre
    temporise.--Les motifs de la poursuite et ceux de la
    temporisation.--Joyeuse dédaigne l'appui de
    Matignon.--Occupation de Coutras.--Henri veut éviter la
    bataille en passant l'Isle.--Joyeuse ne lui laisse pas achever
    cette manœuvre.--Jactance de Joyeuse.--Journée de Coutras.--Le
    champ de bataille.--Les deux armées.--Echec des
    calvinistes.--Revanche.--Les grandes charges et la
    mêlée.--Défaite de l'armée catholique.--Exploits du roi de
    Navarre.--Mort de Joyeuse.--Les pertes des deux armées.--Après
    la victoire.--Grandeur d'âme de Henri.--Controverses sur la
    journée de Coutras.--Lettre au roi de France.--Lettre à
    Matignon.                                                      243


CHAPITRE V

  Voyage de Henri en Gascogne et en Béarn.--Le comte de Soissons et
    ses vues d'avenir.--Défaite des auxiliaires allemands et
    suisses.--Saül et David.--Conseil de la Ligue à Nancy.--Siège
    de Sarlat par Turenne.--Défense victorieuse.--Expédition de
    Favas en Gascogne.--Petits faits de guerre racontés par
    Henri.--Le mal domestique.--Mort du prince de Condé à
    Saint-Jean-d'Angély.--Arrestation de la princesse de
    Condé.--Les récits du roi de Navarre.--Nouveaux projets
    d'attentat contre sa personne.--Perte de Marans.--Monbéqui et
    Dieupentale.--Les menées factieuses des Seize.--Menaces de
    Henri III.--Les Seize appellent le duc de Guise à leur
    aide.--La journée des Barricades.--Henri III en
    fuite.--Négociations des factieux avec le roi.--Il leur accorde
    l'édit d'union du 21 juillet.--Toute-puissance des Guises et de
    la Ligue.--Henri III reconnaît pour héritier présomptif le
    cardinal de Bourbon.--L'arrière-pensée royale.                 257


CHAPITRE VI

  La politique du roi de Navarre en face de Henri III et de la
    Ligue.--Lettre à l'abbesse de Fontevrault.--Lettre au vicomte
    d'Aubeterre.--La ruine de l'_Armada_.--Les affaires des
    calvinistes en Dauphiné, en Languedoc et en Guienne.--Sage
    activité de Henri.--Grandes et petites négociations.--Les
    Etats-Généraux à Blois.--Discours de Henri III.--La Ligue
    amnistiée dans le passé et incriminée dans l'avenir.--Revanche
    des Guises.--Condamnation du roi de Navarre par les
    Etats.--Résistance de Henri III.--Le roi de Navarre à
    l'assemblée de La Rochelle.--Réclamation des députés, à Blois
    et à La Rochelle, contre les abus de pouvoir.--Henri reprend le
    harnais.--Prise de Niort.--Le coup d'Etat de Blois.--Les deux
    conseils donnés au roi de France.--Assassinat du duc de
    Guise.--Henri III ne sait pas profiter de son
    crime.--Négociations puériles.--Soulèvement universel contre le
    roi de France.--Menaces du Saint-Siège.--Débandade de l'armée
    royale.--Mort de Catherine de Médicis.--Son dernier conseil à
    Henri III.--Il se décide à négocier avec son
    beau-frère.--Expéditions et maladie du roi de Navarre.         267


CHAPITRE VII

  Négociation entre les deux rois.--Le rôle de Rosny et celui de Du
    Plessis-Mornay.--Opposition et intrigues de Morosini, légat du
    pape.--Prise de Châtellerault et de
    l'Ile-Bouchard.--Tergiversations de Henri III.--Ferme attitude
    du roi de Navarre.--Le «moyen de servir».--L'accord
    s'établit.--Le manifeste de Châtellerault.                     278


CHAPITRE VIII

  La trêve de Tours.--Passage de la Loire.--Nouvelle
    déclaration.--Henri III veut recevoir le roi de
    Navarre.--Méfiance et murmures des vieux huguenots.--Henri va
    au rendez-vous.--Entrevue de Plessis-lès-Tours.--Paroles du roi
    de Navarre.--Heureux effets de la réconciliation.--Henri se
    remet en campagne.--Attaque de Tours par l'armée de
    Mayenne.--Conseils salutaires du roi de Navarre à Henri
    III.--Succès des royalistes.--La grande armée
    royale.--Monitoire de Sixte-Quint contre Henri III.--Siège de
    Pontoise.--Les deux rois devant Paris.--Assassinat de Henri III
    à Saint-Cloud.--Sa mort.--Henri IV en Gascogne et Henri IV en
    France.                                                        283

CONCLUSION                                                         291

APPENDICE                                                          295

ERRATA                                                             330


POITIERS.--TYPOGRAPHIE OUDIN.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Henri IV en Gascogne (1553-1589)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home