Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Nouveau Glossaire Genevois, tome 1/2
Author: Humbert, Jean
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau Glossaire Genevois, tome 1/2" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was produced from scanned images of public domain


Notes de transcription:
Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été
harmonisée.



    NOUVEAU

    GLOSSAIRE GENEVOIS



    NOUVEAU

    GLOSSAIRE GENEVOIS

    PAR

    JEAN HUMBERT,

    PROFESSEUR DE LANGUE ARABE A L'ACADÉMIE DE GENÈVE,

    CORRESPONDANT DE L'INSTITUT DE FRANCE, MEMBRE DES ACADÉMIES

    DE NANCY, BESANÇON, MARSEILLE, TURIN, ETC.

    TOME PREMIER.

    GENÈVE

    CHEZ JULLIEN FRÈRES, LIBRAIRES,

    Place du Bourg-de-Four, 71.

    1852



    GENÈVE.--IMPRIMERIE DE FERD. RAMBOZ & Cie



A MONSIEUR

JEAN-FRANÇOIS CHAPONNIÈRE.



    _Monsieur_,

_Vos conseils et vos judicieuses remarques ont éclairé mes doutes et
facilité mes recherches; et quand la longueur de l'ouvrage et sa
monotonie m'accablaient, votre bonté ingénieuse a su vaincre mon
découragement et me décider à poursuivre._

_Puisse l'hommage d'un simple Vocabulaire ne pas être un trop
insuffisant témoignage de ma reconnaissance, de ma haute estime et de
mon attachement respectueux._

    JEAN HUMBERT.

    Genève, ce 8 juillet 1851.



NOTICE

SUR

LA VIE ET LES TRAVAUX DE JEAN HUMBERT.[1]


Jean-Pierre-Louis Humbert naquit à Genève le 30 mars 1792. Il trouva
dès le début de la vie, dans la maison paternelle, le double intérêt
qui devait remplir toute sa carrière: l'étude et l'éducation. Il fut
un des plus brillants élèves de l'institution que dirigeait son père,
et la pétulance enjouée de son jeune âge se transformant à propos en
une sorte de vivacité conquérante, il remporta au collége, dans ces
luttes de l'émulation dont il devait plus tard signaler les excès, de
nombreuses couronnes.

  [1] On a suivi et mis à contribution, pour la rédaction de cette
  Notice, l'article nécrologique publié par Mr le professeur L.
  Vaucher, dans le _Journal de Genève_, numéros du 11 et du 12
  octobre 1851.

Cependant, ni le désir, ni la possession du triomphe n'éveillaient en
lui l'esprit de jalousie ou celui d'orgueil. Il eut dès son
adolescence, et il conserva toujours la passion du succès; mais une
fois le but atteint, l'ambition faisait place à la modestie, et toute
sa vie Humbert a pris plus de peine pour mettre en relief les succès
d'un condisciple ou d'un ami, que pour faire valoir les siens. Dès le
collége, c'était pour lui une bonne fortune que d'être le premier à
apprendre à ses camarades les prix ou les honneurs qui leur étaient
échus. Cette disposition généreuse, une humeur facile, une gaîté
communicative lui concilièrent de nombreux amis parmi ses compagnons
d'études, en même temps que ses qualités intellectuelles distinguées
lui assuraient dans l'Académie, dont il suivit avec ardeur
l'enseignement littéraire, une place honorable.

Grâce à la variété et à la souplesse de son esprit, Humbert pouvait
mener de front et les travaux qu'exigent les études classiques
supérieures, et les œuvres moins sérieuses que fait éclore le don de
la versification. Il écrivit dans sa jeunesse, et il imprima plus
tard, beaucoup de poésies, mais il se refusa toujours les qualités du
poëte. Il ne voyait dans tous ces essais en vers d'autre avantage que
de varier les styles, enrichir le langage, assouplir les phrases, et
habituer à mieux écrire en prose.

Cependant les facultés remarquables et les dispositions heureuses du
jeune étudiant ne permettaient pas de le retenir dans l'institution de
son père comme simple auxiliaire. Les preuves mêmes qu'il y avait
données de son aptitude pour l'enseignement étaient un motif de plus
de favoriser, par de nouveaux moyens, la culture de son esprit et
l'extension de ses connaissances. Humbert avait en lui l'étoffe d'un
savant. Son goût pour les littératures anciennes et pour les langues
orientales avait pris, au travers de ses autres études, un caractère
toujours plus prononcé, et Genève ne pouvait pas lui offrir sous ce
rapport de suffisantes ressources.

Aussi, après avoir terminé ses cours de théologie, et avoir été
consacré au saint ministère, il prit avec joie la route de l'Allemagne
et vint s'établir à Göttingen, l'une des universités les plus
richement dotées à cette époque d'érudits illustres. Humbert mit à
profit, avec toute l'ardeur et toutes les forces d'une jeunesse pleine
de sève, les sources d'instruction qui lui étaient ouvertes. Une
étonnante capacité de travail lui permettait de suivre tout à la fois
l'étude de l'allemand, les leçons privées et publiques d'orientalistes
fameux, Tychsen et Eichhorn, et l'enseignement supérieur de la
littérature grecque, donné par Dissen et Schulz.

Un tel régime, incessamment suivi pendant plus d'une année, aurait pu
facilement devenir indigeste, mais l'esprit d'Humbert, essentiellement
net et précis, loin de se laisser écraser sous l'entassement des
connaissances, s'appropriait au contraire avec méthode et sagacité,
les richesses que lui versait l'étude. Le séjour de Göttingen, en lui
donnant plus de savoir, en lui fournissant surtout les moyens d'en
acquérir davantage, ouvrit à son intelligence un plus vaste horizon,
et il apprit à concevoir d'un point de vue plus élevé et plus étendu,
les devoirs qu'impose la science à ceux qui veulent la prendre au
sérieux. C'était bien dans cet esprit qu'Humbert entendait se vouer à
la culture des lettres, et il ne voulut rien négliger de ce qui
pouvait l'en rendre digne. Un progrès était pour lui le motif d'un
progrès nouveau.

A l'érudition allemande profonde, subtile, abstruse, il sentit le
besoin de faire succéder, comme complément et contre-poids,
l'érudition française, non moins solide, mais plus claire, plus
élégante, plus simple et plus d'accord à tous égards avec la nature
de son propre esprit. Quittant Göttingen, d'où il emportait de
précieux et durables témoignages d'estime et d'affection, il vint à
Paris, où régnait alors, dans l'enseignement des langues orientales,
celui qu'une admiration incontestée avait fait nommer le _prince des
orientalistes_, le célèbre Sylvestre de Sacy. Humbert devint un de ses
élèves les plus zélés et les plus assidus, et il retira des leçons de
ce maître, aussi remarquable par l'inépuisable fécondité de son
savoir, que par la justesse et la clarté de son intelligence,
d'inappréciables fruits. Sous sa direction, et avec le secours
d'autres orientalistes distingués, Humbert se livra à l'étude des
principales langues sémitiques, sans négliger les travaux de
philologie grecque, pour lesquels il trouvait, dans l'enseignement du
professeur Hase, de précieuses lumières.

Grâce à tant de ressources et à l'infatigable entrain qu'il apportait
au travail, Humbert voyait s'accroître le trésor de connaissances qui
devait lui permettre un jour d'occuper lui-même une place parmi les
hommes d'élite livrés à la culture savante des lettres. Mais s'il
sentait très-vivement le prix du savoir, il ne perdait pas de vue
qu'il y avait pour lui non moins d'importance à compter dans cette
république littéraire des protecteurs et des amis. Il réussit
aisément, par les aimables qualités de son caractère et de son esprit,
à se concilier l'attachement de littérateurs distingués, avec lesquels
il soutint dès lors d'utiles et constantes relations, et au nombre
desquels il suffit de nommer MM. Droz, Nodier, Leclerc, Magnin,
Matter, Burnouf, tous de l'Institut de France.

Le temps qu'Humbert avait passé loin de Genève n'avait donc pas été
perdu. Après une absence de plus de deux années, pendant lesquelles
son esprit, dans toute sa force et toute sa fraîcheur, avait beaucoup
joui et beaucoup profité, il put revenir dans sa ville natale avec le
sentiment qu'il s'était rendu capable de concourir pour sa part au
renom littéraire de son pays. Cette pensée avait toujours été l'un de
ses plus puissants mobiles, et une sorte d'ambition patriotique
s'associa toujours dans ses travaux à ses désirs de réussite.
Désormais fixé dans sa patrie, où de nouvelles affections et de
nouveaux devoirs ouvraient devant lui un heureux avenir, Humbert
voyait une double carrière offerte à son activité, celle de
l'érudition et celle de l'enseignement. L'une et l'autre se
présentaient à lui avec un égal attrait, et il se résolut à les
parcourir du même pas. L'histoire de sa vie n'est que celle de ses
travaux dans ce double champ d'occupation.

Dès son retour, Humbert avait pris la direction de l'institution de
son père, et il y avait fait circuler cette vie et cette animation,
que la sympathie pour la jeunesse et son ardeur naturelle le rendaient
plus qu'un autre capable d'éveiller. On pouvait reconnaître en lui, et
des qualités charmantes, rares chez l'instituteur, et les dons les
plus essentiels de cette profession. A côté de la tâche qu'il
remplissait con amore au milieu des élèves du pensionnat, Humbert
débutait dans la carrière d'auteur par deux productions littéraires de
nature très-différente. L'une était le _Coup d'œil sur les poëtes
élégiaques français, depuis le dix-septième siècle jusqu'à nos jours_;
l'autre était l'_Anthologie arabe ou choix de poésies arabes
inédites_.

Ces deux ouvrages, dès longtemps épuisés, parurent presque
simultanément en 1819. Le premier rentre dans un genre de composition
très-cultivé dès lors, l'histoire littéraire; s'il a perdu par cela
même un certain mérite de nouveauté, on y retrouve dans les jugements
critiques cette justesse de goût et cette vigueur de bon sens qui ont
toujours caractérisé les appréciations littéraires de l'auteur.
L'_Anthologie_ était un livre plus important, où le savoir et le
talent d'Humbert se montraient sous un jour très-favorable, et qui lui
assurait parmi les orientalistes une place distinguée. «Ce choix, dit
M. Vaucher, de poésies tantôt véhémentes et passionnées, tantôt molles
et gracieuses, quelquefois morales et sentencieuses, dont plusieurs
étaient inédites, et qui étaient accompagnées d'une traduction
française aussi fidèle que le permettait le génie de la langue, d'une
version latine littérale, et d'un commentaire historique, critique et
philologique, révéla chez J. Humbert non-seulement un savant
orientaliste, mais encore un écrivain élégant et correct, un
littérateur d'un goût délicat, et un bon humaniste.»

Humbert avait alors vingt-sept ans, et tout semblait sourire à ses
vœux. Il se sentait en pleine possession de ses forces, et il livrait
toutes ses voiles au vent. Le travail lui était agréable et facile, la
fatigue lui était inconnue, et il ne reculait devant aucun effort,
quand il s'agissait d'atteindre un but auquel il croyait glorieux
d'arriver. Parmi tous ceux qui pouvaient lui être offerts, nul ne lui
paraissait plus désirable que d'obtenir dans l'enseignement académique
une place qui lui permît de donner un complet essor à ses goûts
littéraires et à son talent pour l'instruction. La chaire de
littérature ancienne, devenue vacante l'année même où il avait publié
ses premiers écrits, réalisait tous les souhaits qu'il pouvait former,
et il ne voulut rien négliger de ce qui pouvait lui en assurer la
possession.

Dans le peu de temps qui lui était accordé pour se préparer aux
épreuves du concours, il se livra sans ménagement à la lecture et à
l'étude plus approfondie des auteurs grecs et latins, afin de paraître
dans la lice avec plus de chance de succès et plus d'éclat. Écoutant
son ardeur plus que les conseils qui lui étaient donnés, il oublia que
l'homme ne peut pas tout ce qu'il veut. Au lieu de trouver dans son
énergie les services qu'il en attendait, il sentit ses forces se
dérober sous lui et l'abandonner, au moment même où quelques efforts
de plus le faisaient arriver au port. Non-seulement il dut renoncer à
ambitionner la chaire qu'il aurait sans doute obtenue, mais à la suite
de tant de labeurs, une fatigue insurmontable allait désormais devenir
l'inséparable compagne de ses travaux.

Humbert accepta sans murmure une épreuve qui, pour lui plus que pour
tout autre, était féconde en amertume mais où il reconnut, dans un
sentiment de pieuse résignation, l'expression de la volonté de Dieu.
Il comprit que, comme les conditions de l'étude n'étaient plus pour
lui les mêmes, il devait changer aussi les dispositions avec
lesquelles il s'y livrait. A toutes les jouissances du travail facile
durent succéder les précautions du travail persévérant. La
persévérance devint en effet dès ce moment la disposition dans
laquelle Humbert chercha une compensation à ce que l'abus de la
facilité lui avait fait perdre. Il regagna par l'intelligent emploi de
cette qualité aussi rare que précieuse, sinon tout ce que le plein et
successif développement de ses belles facultés lui aurait fait
acquérir, du moins un usage de ses talents encore digne d'envie. S'il
a joué un rôle moins complet et moins brillant, il a donné un exemple
plus utile en montrant les services que peuvent rendre la volonté, la
patience et la méthode à ceux qui ont le travail difficile. Depuis
qu'au lieu d'un jeu l'étude était devenue pour lui une lutte, Humbert
a plus travaillé que beaucoup d'hommes qui n'ont jamais connu les
contre-coups de la fatigue.

Après l'intervalle de repos rendu nécessaire pour raffermir sa santé,
il rentra dans la vie active, et son temps fut bientôt rempli par la
fondation d'un pensionnat, et par de nouvelles occupations
académiques. Nommé professeur honoraire de langue arabe, sur la
demande de l'Académie, qui ne voulait pas le perdre tout entier, il
trouva, dans les leçons que cette place l'appelait à donner de loin en
loin, un encouragement à poursuivre ses études orientales, et il eut
la jouissance de voir un assez grand nombre d'élèves profiter de son
enseignement. Aucun plaisir ne pouvait être plus vif pour lui que de
communiquer aux autres la science qu'il possédait. Il était fécond à
imaginer les moyens d'en faciliter l'initiation, et il portait dans
ses leçons cette limpidité de conception qui était un des besoins
dominant de son esprit. Malheureusement pour lui et pour les autres,
les exigences de l'enseignement public ne pouvaient se concilier avec
les ménagements que réclamait sa santé, et il dut par deux fois
refuser la chaire de langue hébraïque, à laquelle il avait été appelé.

Ce fut vers l'éducation privée qu'il dirigea principalement ce qui
lui restait de forces. Il créa pour son compte une nouvelle
Institution, qui a longtemps tenu parmi les établissements de ce genre
qui ont honoré Genève, un rang distingué. C'est là qu'il déploya avec
succès les qualités particulières dont il était doué pour agir sur la
jeunesse. Ferme sans austérité, plein d'aménité sans faiblesse, habile
à discerner les défauts et plus habile à les combattre sans les
heurter, ardent à bien instruire et libre de toute pédanterie, il
cherchait à entretenir parmi ses élèves une sorte d'équilibre qui
prévînt les inconvénients de l'ennui et ceux du relâchement. Tenir les
esprits en haleine, et ramener les caractères au devoir, tel était le
double but et le double effet de sa pédagogie. La reconnaissance pour
les services qu'il a rendus vit encore dans plus d'un souvenir, et un
même sentiment de gratitude doit animer aussi tous ceux qui, sans
recevoir d'Humbert leur éducation générale, ont trouvé dans sa
vivifiante influence l'origine et le stimulant de leurs progrès.

«Non-seulement, dit M. Vaucher, il retrouvait, par les liens de la
reconnaissance et d'une affection réciproque, ses propres élèves, mais
encore ses manières affables attiraient vers lui les jeunes gens
studieux, dont il gagnait bientôt la confiance. Il inspirait aux uns
et aux autres le désir de se distinguer; il les dirigeait dans le
choix de leur carrière; il leur prodiguait les conseils, les secours,
les encouragements; il applaudissait à tous leurs efforts pour
atteindre un but honorable, et jouissait plus qu'eux-mêmes de leurs
premiers succès. Bien des noms dont Genève s'honore déjà ou s'honorera
un jour, se présentent à mon esprit pour justifier mon témoignage, et
combien d'hommes estimables à tous égards conservent un précieux
souvenir de leur aimable et digne instituteur!»

C'est ainsi qu'en exerçant sur les individus une action salutaire,
Humbert, dans sa sphère privée, travaillait cependant au bien de la
chose publique. Il chercha à la servir encore d'une manière plus
générale en appelant l'attention sur les _Moyens de perfectionner les
études littéraires à Genève_. C'était le titre de deux opuscules
publiés en 1821, dans lesquels il signalait les lacunes que présentait
l'enseignement, soit au collége, soit à l'Académie, et indiquait en
même temps par quelles réformes on pouvait y porter remède. «Ces
écrits, dit M. Vaucher, bien bon juge en cette matière, ces écrits, où
se trouvaient les germes de la plupart des réformes qui furent
introduites plus tard, qui étaient évidemment dictés par l'amour du
pays, et où l'on ne pouvait guère blâmer qu'un excès de franchise,
soulevèrent contre leur auteur une véritable tempête, et provoquèrent
des réponses qui ne se recommandaient ni par leur urbanité ni par leur
modération. Mais le temps fit son œuvre, et on finit par rendre
hommage aux intentions et aux lumières du jeune professeur.»

Comme tous ceux qui tiennent plus de compte des intérêts de tout le
monde que des susceptibilités de quelques personnes, Humbert avait
oublié qu'il est difficile de critiquer des institutions sans blesser
des individus. Mais l'expérience une fois faite, il n'en conçut ni
trouble, ni irritation, et poursuivant l'œuvre de réforme qu'il avait
commencée, il publia en 1827 un _Plan d'améliorations pour le collége
de Genève_, dans lequel, mieux éclairé, il ne craignait pas de
sacrifier quelques-unes des idées émises dans ses précédents écrits.
Cet ouvrage avait pour but principal de faire ressortir la nécessité
de concentrer plutôt que d'étendre le champ de l'enseignement, et la
convenance de séparer les parties de l'instruction qui varient selon
la diversité des professions futures. S'il insistait en même temps sur
le développement d'objets d'études trop négligés, il signalait
nettement les dangers, dans l'instruction secondaire, de l'intolérance
didactique. Une judicieuse critique du principe de l'émulation, comme
exclusif mobile du progrès, ne formait pas la moins intéressante
partie des idées émises par l'auteur. Une portion de ses bons conseils
ont été suivis dès lors, mais dès lors aussi l'entassement indigeste
des sujets d'enseignement a porté tous les mauvais fruits qu'on en
pouvait attendre.

Humbert trouva dans le _Journal de Genève_, dont il fut l'un des
fondateurs, un organe propre à populariser et à défendre ses idées sur
l'éducation publique, et il y traita plusieurs questions relatives à
l'organisation de l'enseignement. En 1835, il fit paraître sur les
mêmes sujets une brochure intitulée: _De l'enseignement libre dans
l'Académie de Genève_, où il montrait les avantages de la concurrence
dans l'instruction supérieure, et dont l'idée principale fut réalisée
plus tard par le droit accordé aux docteurs des diverses Facultés, de
prendre part à l'enseignement académique. Ceux qui ont connu Humbert
savent que l'amour désintéressé, mais très-vif, qu'il portait aux
bonnes études, et l'ardent désir de conserver à sa patrie, dans toutes
les branches de l'instruction publique, une honorable prééminence,
étaient les véritables et constants mobiles de ses tentatives de
reforme.

Particulièrement frappé, et non sans raison, de l'insuffisance de
l'enseignement de la littérature et de la langue française dans les
établissements publics, il avait dès l'origine appelé très-fortement
l'attention sur cette grave lacune. Il s'efforça d'en faire sentir
tout l'inconvénient, et il chercha à en faire découvrir le remède,
soit en offrant un prix pour le meilleur mémoire sur les causes qui
retardent à Genève l'étude de la littérature, soit en invitant le
professeur Monnard à venir de Lausanne donner des leçons publiques de
littérature française, soit en suggérant l'idée, réalisée dès lors,
d'encouragements spéciaux pour des concours de composition française,
soit en exposant lui-même dans un cours à l'Académie, ses vues sur
l'étude du style. Aussi doit-on attribuer aux efforts d'Humbert une
bonne part d'influence dans les progrès qu'ont fait parmi nous depuis
trente ans les connaissances littéraires et l'art d'écrire.

Il avait lui-même un sentiment si vif des difficultés attachées à la
pratique du style français, que cette crainte l'empêcha, plus que
toute autre cause, de mettre par écrit les idées nombreuses et variées
que son esprit toujours actif savait concevoir sans vouloir les fixer.
Lorsqu'il se décidait à prendre occasionnellement la plume, comme dans
son _Discours sur l'utilité de la langue arabe_, dans divers articles
destinés à la _Bibliothèque Universelle de Genève_ et à la _Revue
encyclopédique_, dans des notices biographiques écrites pour la grande
_Biographie_ de Michaud, dans les colonnes du _Journal de Genève_, il
apportait toujours un soin scrupuleux à la rédaction de sa pensée. Son
style précis, élégant et ferme perdait en couleur ce qu'il gagnait en
pureté. Quoique des études approfondies sur les grands écrivains
français lui eussent appris avec quelle liberté ces maîtres en ont usé
avec la langue, il s'interdisait par un scrupule souvent excessif les
moindres licences littéraires. Très-disposé à les admirer quand,
devenues des beautés, elles trouvent dans ce caractère leur
justification, il ne se laissait point aveugler, sur les violences
faites à la langue, par la célébrité de celui qui en était l'auteur.

Il a jugé de ce point de vue, sans engouement comme sans hostilité, le
style tragique de Voltaire dans _Mahomet_ et dans _Alzire_. Les
commentaires, qu'il a imprimés et publiés en partie sur ces deux
pièces, montrent comment il comprenait l'application de la critique
philologique aux chefs-d'œuvre de la littérature française. Si l'on
peut contester la justesse de quelques-unes de ses remarques, il est
incontestable que la méthode et la plupart des jugements du
commentateur sont de nature à éveiller l'attention du lecteur, à
piquer sa curiosité et à suggérer de très-utiles réflexions sur
l'emploi et les mystères de notre langue. Humbert avait préparé des
annotations du même genre sur d'autres tragédies de Voltaire, et il
laisse à moitié rédigée une _Anthologie lyrique_, ou commentaire sur
les meilleurs poëtes lyriques français, dans lequel il soumet leurs
vers à une analyse littéraire et grammaticale. Il avait également
recueilli, mais incomplétement coordonné, d'abondants matériaux qu'il
comptait employer à composer un _Guide grammatical_ de la langue
française et un _Nouveau traité des tropes_. Malheureusement,
l'obligation qui lui était imposée de travailler d'une manière
entrecoupée, et la fatigue qui, d'année en année, lui rendait toute
occupation intellectuelle plus difficile, ne laissaient guère espérer
qu'il pût jamais se livrer à l'exécution définitive des plans dont il
se plaisait à former le projet et à réunir les matériaux.

Il est particulièrement regrettable qu'il ne lui ait pas été permis de
donner suite à celle de ces entreprises qui était la plus avancée et
la plus importante. «Il avait conçu, dit Mr Vaucher, le plan d'un
dictionnaire de la langue française, dont les mots devaient être
puisés uniquement dans les auteurs classiques du dix-septième et du
dix-huitième siècle, et qui devait offrir des exemples authentiques de
toutes les locutions, tournures, constructions, idiotismes, employés
par ces auteurs. Pour l'exécution de ces vastes et utiles projets, il
avait lu, la plume à la main, ou fait lire, à ses frais, par des
collaborateurs intelligents, tous ces écrivains, et il avait recueilli
de la sorte une masse considérable de matériaux, dont il avait déjà
fait le triage, et qu'il avait disposés dans l'ordre alphabétique. Le
travail sur la lettre A fut communiqué en 1847 à la Commission de
l'Académie française chargée de la composition du Dictionnaire
historique, qui s'empressa d'en faire prendre copie.»

Humbert voulait publier, sous le titre de: _Lexique des gens de
lettres_, ce grand répertoire dont l'intérêt, pour tous ceux qui
s'occupent d'étudier la littérature française ou l'art d'écrire, est
assez évident, et qui aurait certainement contribué à accroître encore
la réputation de son auteur. Heureusement, Humbert a pris les mesures
nécessaires pour que de si utiles matériaux ne soient pas perdus pour
la science, et déjà il en avait donné connaissance à un savant
philologue, Mr Littré, de l'Institut de France, qui en a fait usage
pour un ouvrage du même genre encore inédit.

Tous ces travaux de philologie française, qui occupèrent Humbert la
plus grande partie de sa vie, ne l'avaient cependant pas empêché de
poursuivre et de perfectionner ses études sur la langue arabe, qui
déjà lui avaient valu une chaire à l'Académie de Genève, et sur
lesquelles il fondait l'espoir d'acquérir au dehors de nouvelles et
légitimes distinctions. Fidèle, dans la culture de cette langue, à la
tendance générale de son esprit et de ses travaux, ce ne fut point
vers les hauteurs et les arcanes de l'érudition qu'il dirigea ses pas.
Il crût rendre à l'étude de cet idiome difficile un plus réel service,
en offrant à ceux qui désirent s'y livrer, les secours les mieux faits
pour les guider dans cette tâche ardue. C'est dans ce but qu'il publia
en 1834 sa _Chrestomathia arabica facilior_, ou recueil de morceaux
choisis, dont l'ensemble présente la succession habilement graduée des
difficultés philologiques que soulève la première étude de la langue
arabe.

Le mérite spécial de cet ouvrage fut apprécié par les juges
compétents, auxquels l'_Anthologie_ avait déjà fait connaître, sous
d'autres rapports, le savoir étendu de l'auteur, et ces deux
publications savantes devinrent les principaux titres qui valurent à
Humbert, en 1835, la place de correspondant de l'Institut de France,
Académie des Inscriptions et Belles-lettres. Ce suffrage, accordé à
ses travaux par l'une des plus illustres compagnies de l'Europe
lettrée, était pour lui la plus précieuse des récompenses, et il
trouvait de nouveaux motifs de légitime satisfaction dans les
distinctions du même genre que lui octroyèrent aussi la Société
asiatique de la Grande-Bretagne et l'Académie royale de Turin.

Stimulé par de tels encouragements, il voulut y répondre en
persévérant dans les travaux qui les lui avaient mérités. Il publia,
en 1838, un nouveau recueil de morceaux arabes inédits (_Arabica
Analecta inedita_), destinés à faciliter aux commençants l'étude de
cette littérature. «Il mit à contribution, pour composer ce livre, les
manuscrits arabes de la Bibliothèque publique de Genève, manuscrits
qu'il avait, pour la plupart, rassemblés lui-même à Paris, plus de
vingt ans auparavant, et qui étaient dus en partie à sa générosité, en
partie à celle du savant et respectable Favre-Bertrand». La même année
il fit paraître un _Guide de la conversation arabe_, dans lequel il
put mettre en usage la connaissance spéciale qu'il avait acquise des
divers dialectes de l'arabe vulgaire par les leçons de maîtres
originaires de Syrie et d'Afrique. Un autre ouvrage, élaboré avec les
mêmes secours, mais demeuré inédit, quoique entièrement rédigé, est un
_Recueil de dialogues arabes_, dont la publication serait aussi
désirable que celle du _Dictionarium arabico-latinum_, également prêt
pour l'impression, et qui forme le complément de tous les livres
publiés par l'auteur pour l'étude de cette langue.

Il semble que tant de travaux divers ont dû suffire à employer tout ce
qu'Humbert avait conservé de forces et d'activité. Il n'en est
cependant pas ainsi. Sans parler des soins qu'il donna à la double
édition du _Cours de littérature grecque moderne_ de Rizo, dont il
avait rédigé la préface; de la part qu'il prit avec MM. les
professeurs R. Töpffer et L. Vaucher à une publication de classiques
grecs trop tôt suspendue, et de sa coopération au _Glossaire genevois_
de Mr Gaudy,--il nous reste à signaler encore trois ouvrages, pour
la composition desquels il sut trouver du temps, et dont le dernier,
qu'il ne voit pas paraître, atteste tristement que pour cesser de
travailler, Humbert devait cesser de vivre.

Dès 1830, il avait publié un _Manuel chronologique_, et dès 1834 une
_Mythologie élémentaire_, qui, plus d'une fois réimprimés, ont reçu de
leur auteur, toujours avide d'améliorations, de constants
perfectionnements. Le second de ces ouvrages, couronné par la Société
des Méthodes de Paris, doit être regardé comme un des meilleurs livres
élémentaires pour l'étude de la mythologie classique. Écrit avec une
élégante simplicité, et renfermant un choix heureux des détails les
plus caractéristiques, il a le mérite (trop dédaigné par la plupart
des écrits de ce genre) d'avoir fidèlement saisi le précepte, _Maxima
debetur pucro reverentia_, et d'avoir su traverser tout le libertinage
mythologique sans en retenir aucune trace.

       *       *       *       *       *

C'était en publiant, il y a quatre ans, la troisième édition de cette
mythologie, qu'Humbert, dans sa préface, exprimait le sentiment d'une
sorte de lassitude, dont il éprouvait souvent les atteintes, mais dont
il finissait par repousser toujours la tentation, faut-il dire, ou
l'importunité. «Il vient un âge, écrivait-il, où la vie littéraire
paraît dans son vrai jour; on regrette d'avoir trop vite imprimé et
trop imprimé, d'avoir compromis, souvent en pure perte, sa
tranquillité et ses forces, et l'on ne demande plus au ciel, comme le
nautonnier d'Horace, que de goûter enfin, après cette vaine
agitation, un calme véritable, un calme bienfaisant et réparateur.»

Mais Humbert ne pouvait acheter le calme au prix de l'inaction, et il
remettait bien vite sa barque à flot. Cependant, à mesure que l'âge
retranchait quelque chose à ses forces, il lui fallait, pour conserver
le privilége du travail, se résigner à sacrifier bien des jouissances
qu'il ne pouvait plus goûter sans s'épuiser. Une lecture suivie, une
conversation prolongée, des visites faites ou reçues le condamnaient
ensuite à une sorte d'impuissance qu'il évitait à tout prix. De là,
dans ses dernières années, une vie de retraite, de ménagements,
presque de sauvagerie, peu d'accord avec son caractère, mais rendue
nécessaire par sa santé chancelante.

C'est dans les moments d'occupation, disputés à la fatigue, qu'il
travaillait à ce _Nouveau Glossaire genevois_, dont il avait de longue
main recueilli les matériaux, et dont la composition morcelée se
conciliait mieux avec l'intermittence de ses forces. Ce livre, qui
achèvera de populariser à Genève le nom d'Humbert, a été l'objet de
ses derniers efforts et de son dernier intérêt. Il mettait une sorte
d'entrain juvénile à l'enrichir, et, si l'on peut dire, à l'égayer, en
y accumulant tous les traits caractéristiques de notre idiome
national. Le portrait est amusant, on le trouvera peut-être trop
chargé; mais il faut moins en accuser l'auteur que son cadre. Tout le
monde, à Genève, parle un peu comme le Nouveau Glossaire, personne ne
parle exclusivement le langage qui y est renfermé, et si l'on voulait
prendre la phraséologie de ce répertoire pour le type de la langue
usuelle des Genevois, on le transformerait, contre l'intention de son
auteur, en une caricature. La portée utile et pratique de l'ouvrage
lui aura bientôt assigné son vrai caractère et lui fera remplir sa
véritable destination.

Humbert, tout en cherchant, dans la rédaction de ce dernier travail,
une tâche qui l'occupât sans l'écraser, sentait cependant qu'elle
pourrait bien dépasser la mesure des jours qui lui étaient comptés, et
il répétait souvent: «Je ne finirai pas mon livre, mon livre me
finira.» Ses pressentiments étaient justes, et comme il les éprouvait
sans trouble, il les a vus se réaliser sans effroi. A la fin d'une de
ces journées passées, comme toutes les autres, dans la paix du foyer
domestique, les distractions de la promenade et de l'étude, la
révision des pages de son Glossaire, et toute la tranquillité
habituelle d'une vie sagement réglée, il a subitement ressenti les
symptômes du mal suprême et il ne s'y est pas mépris.

Autour du lit, où il croyait trouver le sommeil et où il rencontrait
la mort, il n'a voulu que les siens, et repoussant les secours qui
peuvent prolonger la vie, il n'a songé qu'à la quitter en paix. Une
âme pieuse, un cœur droit, un esprit humblement attaché aux vérités
de la foi l'avaient disposé dès longtemps à ce détachement chrétien.
Les lignes suivantes, expression secrète de ses sentiments intimes,
disent assez dans leur simplicité quelle était à cet égard la
direction de ses pensées: «J'ai une foi implicite et complète à
l'Évangile. Je crois à la rédemption par le sacrifice de mon Sauveur,
et cette foi est le rocher où je ne cesse de reposer mon cœur. Je
prie non pas seulement au moment de finir ma journée, mais à toutes
les heures du jour. Durant toutes mes promenades, je ne m'occupe que
de choses sérieuses et surtout des bienfaits de la Providence, de
cette Providence à laquelle je rapporte tout, et dont la pensée
consolante et douce est le seul baume au mal qui m'a frappé.
Providence, Rédemption: voilà en deux mots, la source de ma
tranquillité dans ce monde et de mon espoir le plus cher.»

C'est sur ce fond de piété solide qu'Humbert avait assis sa vie; c'est
ainsi qu'il avait appris à surmonter bien des occasions d'amertume et
de découragement. C'est là qu'il avait puisé cette égalité d'humeur,
cette sérénité de caractère, cette bienveillance inaltérable dont il
faisait jouir tous ceux qui l'approchaient. Peu prodigue de paroles
dans l'expression de ses sentiments, il les mettait en pratique plus
qu'il ne les proclamait, et sans protester beaucoup ni de son
dévouement, ni de son désir de rendre service, nul ne se montra plus
que lui serviable et dévoué. Il n'aspirait à rien qui dépassât ce
qu'il pouvait légitimement atteindre; il fut simple dans ses goûts,
facile et naïf dans ses rapports avec les hommes, ardemment attaché à
son pays, fidèle au devoir, à l'amitié, à l'étude, à tout ce qui rend
l'existence honorée et la mémoire respectable. Il a bien rempli sa
tâche.

Puisse son souvenir rester entouré des regrets de ses amis, de
l'estime des gens de bien, et des respects de la jeunesse! Ce triple
cortége renferme tout ce qui lui paraissait à lui-même le plus digne,
en ce monde, d'affection, d'hommages et d'intérêt.

    A. R.



AVERTISSEMENT.


Surpris par la mort, avant que l'impression de son livre fût terminée,
l'auteur de ce Glossaire n'a pu ni revoir les épreuves des dernières
feuilles, ni rédiger la préface qu'il voulait placer à la tête de
l'ouvrage. Dès la page 125 du second volume, on a dû se borner à
reproduire avec une scrupuleuse exactitude le texte du manuscrit
original, et s'abstenir d'y faire aucun des changements que l'auteur
lui-même aurait peut-être jugé bon d'opérer.

On ne substituera pas davantage aux remarques préliminaires que
l'auteur se proposait d'introduire dans sa préface, des considérations
étrangères. Mais, grâce aux notes qu'il a laissées, on peut indiquer,
de manière à les faire suffisamment connaître, les idées qu'il
désirait développer lui-même.

       *       *       *       *       *

Il voulait, d'abord, nettement établir le but qu'il s'était proposé.
Il voulait indiquer ensuite la différence qui existe entre son
Glossaire et celui qu'avait publié, pour la seconde fois, en 1827, M.
Gaudy-Le Fort. Il voulait, après cela, repousser quelques-unes des
objections et des critiques dont il pensait que son livre serait
peut-être l'objet. Il voulait, enfin, signaler les difficultés de
l'entreprise et les peines qu'il s'était données pour en triompher.

Il aurait dit, en premier lieu, que son but avait été de présenter
dans le Glossaire la nomenclature complète des termes genevois,
c'est-à-dire, des expressions qui ne se trouvent pas dans les
dictionnaires français, et qui sont en usage dans la ville ou dans le
canton de Genève; qu'il avait en même temps pris soin de relever les
fautes de langage les plus grossières et les erreurs de grammaire les
plus choquantes; qu'il avait enfin cherché à jeter quelque variété
dans ce travail, par l'insertion de tous les proverbes nationaux qu'il
avait pu recueillir, et par des rapprochements entre notre idiome et
les dialectes français circonvoisins. C'est dans la même intention, et
pour éveiller l'intérêt sur la langue des campagnes, qu'il a introduit
dans le Glossaire quelques-uns des mots patois les plus répandus.

Quant aux différences qui distinguent le Glossaire actuel du Glossaire
publié il y a vingt-quatre ans, elles portent sur les étymologies, les
remarques grammaticales, le nombre et l'explication des mots. L'ancien
Glossaire avait tiré du celtique ses principales origines; le nouveau
s'est abstenu de remonter à cette source plus ou moins équivoque.
L'ancien Glossaire avait abondé dans les observations souvent
élémentaires de grammaire et de syntaxe; le nouveau Glossaire a été
très-sobre de remarques de ce genre, parce que les grammaires
suffisent à éclairer sur cette matière ceux qui veulent s'instruire.
L'ancien Glossaire n'avait guère plus de deux mille mots, le nouveau
en compte plus de quatre mille. Enfin, les mots de l'ancien Glossaire,
que l'on a conservés dans celui-ci, ont reçu, quant à ce qui concerne
l'explication et l'emploi de chaque terme, une rédaction nouvelle. Un
très-petit nombre d'articles de peu d'importance ont été seuls
reproduits sans changement.

L'auteur voulait ensuite examiner les objections et les reproches dont
il craignait que le choix et le fond même de son travail ne fussent
l'objet. Il présumait que l'on regarderait comme puérile ou comme
dangereuse l'entreprise de recueillir et de fixer les termes barbares
ou vicieux de l'idiome genevois. Il aurait cherché à démontrer que ni
ce mépris, ni cette inquiétude n'ont un solide fondement. A cette
occasion, il aurait rappelé le favorable accueil déjà fait parmi nous
au précédent Glossaire, et il aurait indiqué le grand nombre de
travaux analogues, entrepris depuis quelques années sur les divers
dialectes français. Il aurait fait observer que la connaissance de
toutes ces variétés du langage sert à l'intelligence de la bonne
langue française, et que des littérateurs du premier ordre, Charles
Nodier, par exemple, ont signalé l'intérêt et l'utilité de ce genre de
recherches. Il aurait montré que plusieurs des mots que nous
employons, et qui sont tenus pour barbares, sont autant de débris de
l'ancien français, restés parmi nous comme les traînards d'une armée
en marche. A ce propos, il aurait présenté quelques remarques sur les
transformations que subissent incessamment les langues vivantes, et il
aurait cherché à éclaircir les origines du vocabulaire genevois. Il
aurait montré qu'un grand nombre des expressions usitées parmi nous
sont également employées dans la Suisse romane, en Savoie, en
Franche-Comté et dans le midi de la France. Il aurait indiqué comment
l'emploi de plusieurs des termes genevois est, en quelque sorte,
justifié par la nécessité où nous sommes de désigner ainsi des objets
qui n'existent pas hors de notre pays. Il aurait fait ressortir le
caractère expressif, énergique, ou gracieux, de quelques-uns de nos
mots, qui n'ont pas, dans le français classique, de véritable
équivalent. Enfin, il se serait élevé contre le purisme exagéré qui
voudrait bannir de la conversation familière toutes nos locutions
indigènes; mais il aurait, en même temps, signalé les barbarismes
grossiers, les erreurs de syntaxe et les fautes de prononciation,
comme les défauts véritablement choquants, dont nous devons chercher à
purger notre langage.

Après avoir ainsi prouvé la convenance et l'utilité du Glossaire, il
aurait parlé des difficultés attachées à la composition de cette
œuvre. Elles étaient de trois sortes: difficulté de donner une
nomenclature complète et exacte des mots genevois, de n'omettre aucun
de ceux qui sont réellement en usage, et de n'en point insérer qui
fussent imaginaires ou exceptionnels; difficulté de rendre fidèlement
le sens précis de chaque terme, et de trouver la véritable définition
d'un certain nombre de mots; difficulté de rédiger le Glossaire de
manière à le rendre utile et accessible à tout le monde (ce qui était
le but essentiel de l'auteur), et à le rendre en même temps instructif
pour les érudits versés dans l'étude des dialectes français, ce qui
était la seconde destination du livre.

Le sentiment très-vif de ces diverses difficultés avait inspiré à
l'auteur le désir de ne rien négliger pour parvenir à les vaincre. Il
aurait dit comment, dans cette intention, il avait cherché à
s'entourer d'une foule de secours, dont son prédécesseur n'avait point
fait usage. Il aurait dit comment il avait pris en quelque sorte le
public pour collaborateur; comment il avait recueilli à la ville et à
la campagne, dans la bouche des artisans, des écoliers, des ouvrières,
des paysans, des gens du monde, des ignorants et des hommes
instruits, toutes les locutions propres au langage genevois. Il
aurait dit, qu'indépendamment de cette consultation générale, il avait
pu profiter des communications d'un très-grand nombre de personnes qui
mettaient de l'intérêt à son travail. Il aurait voulu rendre un
témoignage public de remerciements et de gratitude à tous ceux qui
l'avaient secondé, et parmi lesquels il distinguait, pour l'abondance
des renseignements qu'il en avait reçus: MM. O. Bourrit, Chaponnière,
Oltramare, régent, A. Serre, Linder, Jullien frères, et surtout Mr
Pierre Gaud (de Meyrin), dont les initiales accompagnent plus d'un des
articles du Glossaire. Il aurait dit comment, grâce à tant
d'auxiliaires, il s'était efforcé d'arriver à un dénombrement complet
des mots genevois, sans se flatter toutefois d'avoir réussi, et
comment il n'avait jamais admis dans son Glossaire une seule locution,
sans l'avoir auparavant soumise à un contrôle sévère, et sans s'être
assuré par une enquête exacte de son emploi et de sa signification
précise. Aucun mot de fantaisie, aucun terme inventé n'a donc trouvé
place dans ce recueil, et s'il en est qui ne sont pas à Genève connus
de tout le monde, il n'en est point qui ne soit employé par une partie
de la population.

A ces matériaux, qui composent en quelque sorte l'élément genevois du
Glossaire, l'auteur en a ajouté d'autres destinés à établir entre nos
termes nationaux et les locutions analogues des pays voisins une
comparaison intéressante. Il aurait dit qu'il avait consulté, pour
rendre ces rapprochements aussi complets qu'il était possible, plus de
vingt Glossaires imprimés, et renfermant les mots usités dans
plusieurs parties de la Suisse romane et dans certaines provinces de
France. Il aurait ajouté qu'il devait à MM. de Bons, pour le dialecte
du Valais; Favrod, pour celui du canton de Fribourg; Dubois et
Barrelet, pour celui du canton de Vaud, des communications
manuscrites, dont il avait utilement profité.

Mais l'élaboration de ces riches matériaux créait pour l'auteur, qui
voulait donner à son livre cette double destination, une difficulté
nouvelle. Satisfaire tous ses lecteurs, c'est-à-dire tous ses
concitoyens, en étant clair, complet, varié, instructif, et sans
pédanterie; satisfaire les érudits, en leur fournissant tous les
éléments d'une étude sérieuse sur l'un des dialectes français; voilà
ce que voulait l'auteur. Il aurait dit que la poursuite de ce double
but, une santé affaiblie, et le constant désir de perfectionner son
travail, avaient contribué à retarder l'apparition de cet ouvrage dès
longtemps annoncé. Il aurait témoigné la crainte de n'avoir que
très-incomplétement rempli sa tâche, et après avoir réclamé
l'indulgence pour les imperfections de son livre, il aurait terminé en
sollicitant, afin de l'améliorer plus tard, toutes les critiques
propres à lui faire reconnaître les défauts qu'il n'avait pu corriger.

       *       *       *       *       *

Aujourd'hui le livre se présente seul; celui qui l'a composé ne
l'améliorera plus. Si le public genevois l'accueille, le goûte et le
consulte, ce succès sera la récompense à laquelle son auteur aurait
attaché le plus de prix.

    A. R.



EXPLICATION

DES ABRÉVIATIONS ET DES SIGNES EMPLOYÉS DANS L'OUVRAGE.


    †                  Expression ou prononciation très-vulgaire.
    [ACAD.]            Dictionnaire de l'Académie française.
    adj.               Adjectif.
    adv.               Adverbe, adverbial, adverbialement.
    [CH.]              Mr Chaponnière.
    conj.              Conjonction.
    dém.               Démonstratif.
    (fig.)             Au sens figuré.
    [G. G.]            Glossaire de Gaudy.
    indéf.             Indéfini.
    invar.             Invariable.
    interj.            Interjection.
    loc.               Locution.
    part.              Participe.
    [P. G.]            Mr Pierre Gaud.
    pl.                Pluriel.
    prép.              Préposition.
    pron.              Pronom.
    R.                 Racine.
    rel.               Relatif.
    s.                 Substantif.
    s. m.              Substantif masculin.
    s. f.              Substantif féminin.
    v.                 Verbe.
    v. a.              Verbe actif.
    v. n.              Verbe neutre.
    v. pron.           Verbe pronominal.
    v. récip.          Verbe réciproque.
    v. réfl.           Verbe réfléchi.



NOUVEAU

GLOSSAIRE GENEVOIS.


A

  À, prép. _Aller à âne, aller à mulet_, ne sont pas des
    expressions correctes; il faut dire: Aller sur un âne, aller
    sur un mulet, comme on dit: Aller sur un chameau, aller sur un
    dromadaire. Mais l'expression Aller à cheval est consacrée.

  À, prép. Est mis pour «comme» dans les exemples suivants, qui
    appartiennent au langage le plus populaire. _Il n'y en a point à
    lui pour rendre service. Il n'y en a point à elle pour être
    gentille et amusante. Pour faire les petits pains au beurre, il
    n'y en avait point à Mme George._

  À, prép. Est vicieux dans les exemples suivants: _Tu mettras ce
    livre à ta poche. Au moment même où il mettait son foulard à sa
    poche, un filou le lui enleva._ Substituez la préposition «dans»
    et dites: Dans sa poche.

  À, prép. Est mis pour «de» dans les phrases suivantes et phrases
    analogues: _Le cheval à Jean-Pierre. La servante à Pilate. La
    fête à Rousseau._ Cette faute, non moins répandue en France
    qu'en Suisse, nous vient du vieux français; et un poëte fameux,
    Ronsard, qui vivait au milieu du seizième siècle, était correct
    à cette époque, en écrivant: _La guerre à Troie_, pour: La
    guerre de Troie; _les victoires aux dieux_, pour: Les victoires
    des dieux.

  À, prép. _Acheter à quatre sous de cerises; prendre à deux sous de
    lait_, etc.; dites: Acheter pour quatre sous de cerises; prendre
    pour deux sous de lait.

  ABADER (S'), v. pron. Terme des campagnards. Prendre son essor,
    prendre sa course, courir les champs, s'affranchir de toute
    entrave et de toute gêne, se sauver, s'enfuir. _Il faut nous
    abader, car voici la pluie. Leurs vaches s'étaient abadées dans
    les blés. Notre petite Marguerite commence à s'abader_;
    c'est-à-dire: Commence à faire quelques pas seule. A l'actif,
    _abader_ signifie: Bouger, remuer, soulever. _Abader un chariot,
    abader une grosse pierre._ Dans le patois du Dauphiné, _Abadà lo
    tropè_ veut dire: Lâcher les troupeaux qu'on mène paître, leur
    donner la clef des champs. Voyez le mot BADE.

  ABANDONNER (S'), v. pron. Se dit des enfants qui commencent à
    faire quelques pas seuls et sans être soutenus. _Notre petit
    John ne marche pas encore, mais il s'abandonne._

  † ABANLIEUE, s. f. Banlieue.

  ABASSOURDIR, v. a. Écrivez «Abasourdir,» et prononcez
    _abazourdir_.

  ABATTANT, s. m. Nous appelons ainsi cette partie du pupitre ou du
    bureau sur laquelle on écrit, et qui, étant à charnière, se lève
    et _s'abat_ à volonté.

  ABÉCHER, v. a. Abéquer. _Tâche d'abécher les deux bouts. Cette
    tringle ne peut abécher l'anneau._

  ABEILLER, s. m. Terme des campagnards. Rucher. _Un coup de vent
    emporta les deux ruches et renversa l'abeiller._

  ABERGER, v. a. Héberger. _M. G**, curé de La Roche, nous
    accueillit et nous abergea._ Terme vieux français.

  ABOMINER, v. a. Avoir en abomination. Terme vieux français.

  ABONDANCES, s. f. pl. Betteraves.

  ABONNER (S'), v. pron. Nous disons figurément: _Je m'abonnerais
    bien pour avoir un commis aussi intelligent et aussi sage que le
    vôtre. On s'abonnerait pour avoir, pendant huit jours, un aussi
    beau temps qu'aujourd'hui_; c'est-à-dire: On ferait volontiers
    quelque sacrifice, on donnerait de l'argent pour, etc.

  ABORD (D'), adv. A l'instant, sur l'heure, tout de suite. _Je suis
    obligé de sortir; mais je reviens d'abord. Ma commission
    est-elle faite, Jenny?--Non, Madame, mais je la ferai d'abord.
    Il est huit heures d'abord. Nous déjeunerons d'abord._ L'adverbe
    D'abord signifie: «Dès l'abord, premièrement, en premier lieu,»
    mais il n'a pas le sens que nous lui donnons dans les exemples
    ci-dessus.

  ABORD APRÈS (D'), loc. adv. Aussitôt après, immédiatement après.
    _Je vais à la poste, et je vous rejoins d'abord après._ «Il
    n'est pas rare de voir _d'abord après_ une bise noire ou un
    séchard, se lever un vent de midi.» [FATIO DE DUILLER.] Cette
    expression, _d'abord après_, fort usitée chez nous et dans le
    midi de la France, n'est pas française.

  ABORD QUE (D'), conj. Aussitôt que, dès l'instant que. _D'abord
    que vous le pourrez, venez me voir. D'abord qu'ils entendirent
    le tocsin, ils coururent chacun à leur poste._ Expression
    suisse, savoisienne et méridionale.

  ABOUCHER, v. a. Mettre sur la bouche, mettre sur l'ouverture,
    mettre _à bouchon_, tourner en sens contraire. _Aboucher un pot,
    aboucher une seille pour l'égoutter._

  ABOUCHER (S'), v. pron. Se dit des personnes et de certains
    animaux. _Un tel ne dort jamais sur le dos: il s'abouche. Quand
    vous retirez de l'eau un noyé, ne l'abouchez pas._ En parlant
    d'un cheval, _s'aboucher_ signifie: Tomber sur les genoux.

  À BOUCHON ou D'ABOUCHON, loc. adv. Renversé, sens dessus dessous.
    _L'enfant souffrait du ventre; on le mit à bouchon, on le mit
    d'abouchon. Mettez cette caisse à bouchon; elle nous servira de
    table._ Terme lyonnais, etc., qu'on trouve dans le _Dictionnaire
    français-anglais_ de Cotgrave [1609].

  ABOUCLER, v. a. Boucler. _Aboucler des souliers; aboucler une
    ceinture._

  ABOULER, v. a. Apporter, donner promptement, rendre. _Aboule ça;
    aboule-moi vite ça_; c'est-à-dire: Donne cela lestement et sans
    faire d'observation. Dans un sens plus restreint, _abouler_ est
    synonyme de Financer, solder, boursiller. Terme français
    populaire.

  ABOUTONNER, v. a. Boutonner. _Aboutonne-toi, Jean-Marie, tu
    prendras froid._ Terme français populaire.

  ABRAS, s. m. pl. Grand empressement, grande hâte, air affairé, air
    empressé. _Il est dans tous ses abras; il fait beaucoup d'abras
    pour peu de chose. Il fait des abras de tout_; c'est-à-dire: Il
    s'agite, il se met toujours en avant, et sans que la chose en
    vaille la peine.

  † ABRE, s. m. Arbre. _Avante-nous des pommes sur l'abre._
    Prononciation vulgaire dans la moitié de la France. Le
    grammairien Vaugelas assure que de son temps [1610-1650] un
    grand nombre de personnes instruites prononçaient _abre_,
    quoiqu'elles écrivissent _arbre_.

  ABREUVOIR, s. m. Auget, petite auge pour les oiseaux. _La cage et
    les abreuvoirs._ Terme limousin, bordelais, etc.

  ABSENTER, v. n. S'absenter. _Toute la famille absenta trois
    jours._ Terme vieux français. Nous faisons aussi d'_absenter_ un
    verbe actif. _Il a absenté l'école. Si tu absentes encore une
    seule fois ta classe, je te punirai._

  ABSURDE, s. des 2 genres. Nigaud, sot, borné, stupide. _Tu es un
    absurde, Jean-Louis, avec ta croyance aux almanachs._ Français
    populaire. «Absurde» est un adjectif.

  À ÇÀ, interj. Çà! çà donc! eh bien! eh! _À çà! Messieurs, un peu
    moins de bruit. À çà! Frédéric, puisqu'on se quitte aujourd'hui
    de si bonne heure, on se reverra demain. À çà! qu'ai-je donc
    fait de ma clef d'armoire?_

  † ACACHONS, loc. adv. En cachette, clandestinement, à la
    sourdine. _Faire quelque chose acachons._ On dit aussi
    _d'acachons_. _Notre Étienne est un garçon ouvert, qui ne fait
    jamais rien d'acachons. Il fait chaud d'acachons_, se dit, chez
    les campagnards, de cette grande chaleur que l'on sent
    quelquefois en été, lors même que le ciel est couvert et le
    soleil entièrement caché.

  ACAGNARDIR (S'), v. pron. S'acagnarder; c'est-à-dire: Rester
    oisif, faire le paresseux, croupir nonchalamment. _S'acagnardir
    au coin du feu._ Français populaire.

  ACAGNER (S'), v. pron. Se blottir. _Il s'était acagné dans un
    coin. Acagne-toi bien dans le lit pour n'avoir pas froid._ [P.
    G.]

  ACARRER (S'), v. pron. Se blottir, se serrer contre. [P. G.]

  † À CAUSE? adv. Pourquoi? _Mama, la Betsi m'a battue.--Et à
    cause?--À cause de rien; à cause que c'est une méchante._

  ACCOMPARER, v. a. Comparer.

  ACCORDER, v. n. _Accorder une démission, accorder à un
    fonctionnaire public sa démission_, ne sont pas des expressions
    françaises; il faut dire: Recevoir une démission, ou Accepter
    une démission. «Le gouvernement a accepté la démission de M. le
    professeur N***.»

  † ACCOURAGER, v. a. Encourager. _Accourage-toi, mon valet, tu
    auras une bonne dimanche._ En vieux français, _acorager_.

  ACCOURCIR, v. n. _Les jours commencent d'accourcir._ Dites: Les
    jours commencent de s'accourcir.

  ACCOURIR (S'), v. pron. Se pourvoir de denrées et autres objets de
    consommation, en attendant le moment, peu éloigné, où se fera la
    provision. _As-tu assez de gros bois et de fascines pour
    t'accourir? Notre chariot de pommes de terre n'arrivera que dans
    quinze jours, Lisette: va donc en acheter une corbeille pour
    nous accourir. Le dîné sera sans doute retardé, et je vais
    prendre un bouillon pour m'accourir. Mon bon Monsieur, c'est
    aujourd'hui le premier du mois; je viens recevoir ma petite
    rente.--Aujourd'hui, Madame Pignolet, cela ne m'est pas
    possible, mais revenez dans cinq jours.--Eh bien, Monsieur,
    donnez-moi, s'il vous plaît, dix francs pour m'accourir_;
    c'est-à-dire, Pour que je puisse suffire pendant ce temps à mes
    dépenses ordinaires. Dans certains cas on peut employer ce verbe
    à l'actif, et dire, par exemple: _Prêtez-moi un quarteron de
    paille pour accourir mes bêtes jusqu'à la moisson._

  ACCOUTUMER, v. a. Nous disons: _Accoutumer une chose. Accoutumer
    une place. J'ai accoutumé cette promenade, cette église, etc._
    Dites: Je suis accoutumé à cette place; je suis accoutumé à
    cette église, etc.; ou trouvez un équivalent meilleur.

  ACCOUVASSER, v. n. Se dit des poules et signifie: Couver, cacher,
    mettre à l'abri, chercher à couver. Dans le vieux français,
    _accouveter_ a presque le même sens.

  ACCROCHER, v. a. (fig.) Gagner, attraper, saisir. _Hier, en
    patinant, j'ai accroché un gros rhume. Tiens, accroche ce bâton.
    Il lui appliqua un soufflet et lui dit: Accroche!_ Terme
    français populaire.

  ACCULER, v. a. _Acculer un soulier; souliers acculés._ Terme
    français populaire et vieux français. Dites: Éculer; souliers
    éculés.

  ACCUSER, v. a. Terme de certains jeux de cartes. Annoncer.
    _J'accuse un mariage en carreau. J'accuse vingt en trèfle._

  ACCUSER À. Dénoncer à. _Finis, Antoine, ou bien je t'accuse; je
    t'accuse à M'sieu._

  ACCUSEUR, s. m. Rapporteur, écolier qui se plaît à dénoncer ses
    camarades. Terme vieux français.

  ACENSER, v. a. Prendre à cens ou à ferme, affermer. Ce terme, peu
    connu en France, et qui n'est pas dans le dictionnaire de
    l'Académie, doit s'écrire «Accenser.»

  ACHAPER (S'), v. pron. Terme des campagnards. S'accrocher à, se
    cramponner à, s'attacher à. _S'achaper au cou de quelqu'un._ [P.
    G.]

  ACHATIR, v. a. Voyez ASSATIR.

  ACHOUTER (S'), v. pron. _Le temps s'achoute_, signifie: Le temps
    commence à s'éclaircir, le temps s'amende et devient meilleur.
    Voyez les mots SIOUTE OU CHOUTE.

  ACOI ou ACOUÉ, s. m. Puissance, courage, force physique, audace.
    _Tu n'as pas l'acoi._ Terme vaudois. Dans le patois de Neuchâtel
    on dit _acout_. Voyez le _Glossaire neuchâtelois_ de M. le
    professeur Guillebert, 2e édition, p. 74.

  À CRA ou À CRAS, loc. adv. _Être à cra_, signifie: N'en pouvoir
    plus, être rendu, être aux derniers expédients, être aux abois.

  † ACRASER, v. a. Écraser. _En remuant ce gros poutre, le
    charpentier vient de s'acraser le gros arteuil._

  AD HOC POUR CELA. _Il est venu ad hoc pour cela._ Dites: Il est
    venu ad hoc; ou, Il est venu pour cela; car les mots _ad hoc_ et
    les mots _pour cela_ ont exactement le même sens. Si vous les
    employez ensemble, vous dites deux fois la même chose; une fois
    en latin, et une fois en français.

  ADIEU. A Genève, à Lausanne, à Neuchâtel, à Chambéry et dans le
    midi de la France on dit _adieu_ à une personne que l'on aborde
    et qu'on est dans l'usage de tutoyer. _Adieu, cousin, comment te
    va? Adieu, ma sœur, viens-tu dîner avec nous?_ Il faut dire:
    «Bonjour,» et réserver le terme d'_adieu_ pour le moment où l'on
    se sépare. «Il se fait tard; adieu, Messieurs; adieu, Mesdames.»

  ADIEU, JE T'AI VU! Sorte d'exclamation facétieuse, à l'occasion
    d'une mésaventure, d'une perte, d'une espérance trompée. _Le
    canari s'envola, et adieu, je t'ai vu! La diligence était
    partie, et adieu, je t'ai vu!_

  ADMONESTER, v. a. Admonéter, faire une réprimande. _Admonester_
    appartient au vieux français.

  ADOMÉCHER, v. a. Apprivoiser. _Adomécher un chamois._ Terme vieux
    français. Dans les Alpes on dit: _Adometzi_. R. _domus_ ou
    _domo_.

  † ADOPTER, v. a. Adapter. _Adopter une console, adopter une
    polie._ Terme des ouvriers.

  AFFAIRE, s. m. Objet, ustensile, chose. _Un gros affaire en bois._
    Solécisme universellement répandu, et qui vient du vieux
    français. Ce mot est aujourd'hui féminin.

  AFFAIRE, s. m. Nous disons dérisoirement d'un homme ou d'un jeune
    garçon petit et chétif: _Ce petit affaire. Voyez ce petit
    affaire, qui n'a que huit ans et qui veut conduire un cheval._

  AFFAIRE, s. f. _Il y a l'affaire de trois mois_, signifie: Il y a
    environ trois mois. _Il y a une affaire de deux ans que je ne
    l'ai vu_, signifie: Il y a environ deux ans que je ne l'ai vu.

  AFFANER, v. a. Gagner avec peine, se tourmenter de travail,
    obtenir à la sueur de son front. _J'ai bien affané cet argent.
    Ces ouvriers ont bien affané un pauvre écu._ Terme suisse-roman.
    _Affaner_ est l'ancien verbe _ahaner_, qui signifiait:
    Travailler avec fatigue, comme le bûcheron qui soupire, et
    laisse entendre, à chaque coup de hache, le son _ahan_. Selon
    le dictionnaire de Roquefort, le vieux mot _affan_ est synonyme
    des mots Travail, peine, effort. Dans le dialecte languedocien,
    _s'afana_ veut dire: S'empresser à faire quelque chose.

  AFFAUTIR, v. a. Priver de nourriture. S'emploie surtout au passif.
    _Un enfant affauti_ est celui à qui la nourriture a manqué.
    _Allons, camarades, encore un morceau; il ne faut pas se laisser
    affautir._ Se dit aussi des animaux et des plantes. Terme
    suisse. Dans le dialecte lorrain, _affautrir_ signifie: Rendre
    maigre.

  AFFITS, AFFITIAUX, s. m. pl. Affiquets, petits ajustements d'une
    femme, surcharge d'ornements sans goût, colifichets. «Affûtiaux»
    est français, mais n'a pas le sens de notre mot _affitiaux_.

  AFFRANCHISSAGE, s. m. _L'affranchissage d'une lettre, d'un paquet,
    etc._ Terme français populaire. On doit dire:
    «Affranchissement.»

  AFFRE, s. f. Grande peur, effroi. _Je me fais une affre de cette
    entrevue. Ce jeune étudiant se faisait une affre de son examen
    d'Algèbre. Ne vous faites pas une affre de si peu de chose._ En
    français, _affre_ ne s'emploie qu'au pluriel et dans cette seule
    locution: Les affres de la mort. A Genève, _affre_, au
    singulier, est une expression fort répandue.

  AFFÛTER, v. n. Être à l'affût, se poster pour attendre le gibier.
    Terme connu dans le Berry et sans doute ailleurs. Dans le vieux
    français on disait: _S'affûter_.

  AGACIA, s. m. Écrivez et prononcez «Acacia.»

  AGACIN, s. m. Durillon, cor aux pieds. _Extirper un agacin. Son
    agacin l'empêchait de marcher._ Terme méridional et vieux
    français. Dans le Valais on dit: _Agaçon_. R. _agacer_, irriter,
    faire souffrir.

  AGAFFER, v. a. Gaffer, accrocher quelque chose avec une gaffe.

  AGETS (LES), s. m. pl. Les êtres d'une maison, les dégagements,
    issues, corridors, escaliers, passages. _Savoir les agets;
    étudier les agets. Ce voleur connaissait bien les agets de
    l'appartement._ Terme rouchi. A Reims on dit: _les agis_; en
    vieux français: _les agiz, les agès_, ou _les agiers_. Dans la
    basse latinité, _agestus_ a le même sens.

  AGILETÉ, s. f. _Il se déroba à nos yeux avec une incroyable
    agileté._ Le mot français est «Agilité.»

  AGIR (S'), v. pron. _Quand il a s'agi de se mettre à table, rien
    n'était prêt. Quand il a s'agi de payer l'écot, la moitié des
    convives avait disparu._ Dites, en conjuguant ce verbe avec
    l'auxiliaire _être_: Quand il s'est agi.

  AGLAN, s. m. Mot patois, qui signifie: Gland. _La saison des
    aglans. Ramasser des aglans._ Terme savoisien, méridional et
    vieux français.

  AGLÉTIR, v. a. Agglutiner, agglomérer, coller. _Ce miel s'est
    agléti à mes doigts._ En Savoie, dans le Jura et en vieux
    français, on dit: _Agléter_.

  AGNOTI, s. m. (_gn_ mouillés.) Nigaud, esprit lourd.

  AGONISER, v. a. Insulter, injurier, outrager de paroles. _Après
    avoir agonisé sa femme, il la chassée du logis._ Terme suisse,
    savoisien, comtois, lorrain, etc. Nous disons aussi, avec un
    complément indirect, _agoniser de sottises, agoniser d'injures_.
    Dans le langage parisien populaire on dit: _Agonir. Agonir
    quelqu'un de mauvais propos._

  AGONISSANT, ANTE, adj. et s. Qui est à l'agonie. Écrivez par un
    seul s «Agonisant,» et prononcez _agonizant_.

  AGOUILLARDIR ou AGOUILLARDER, v. a. Affriander, rendre friand. _En
    donnant tant de bonbons à cette petite fille, vous finirez par
    l'agouillardir._ Voyez GOUILLARD.

  † AGOÛTER, v. a. Goûter. _Agoûte-moi ce fromage._ Terme vieux
    français.

  AGOÛTION, s. m. Mouchoir tressé ou noué dru, avec lequel les
    écoliers se donnent des coups. _Faire un agoûtion; se battre à
    coups d'agoûtion._ Terme formé peut-être du verbe _agoûter_.

  AGOUTTER, v. a. Mettre à goutte, mettre à sec, tarir. _Agoutter un
    puits; agoutter une pompe. Les sources sont agouttées._ Dans la
    langue provençale on dit: _Agouta_. Dans le canton de Fribourg
    on appelle _agot_ une vache qui n'a plus de lait ou qui n'en a
    pas encore.

  AGRÈS, s. m. pl. Nous disons que _les raisins sont en agrès_,
    lorsqu'ils ont passé fleur, et que les grains commencent à
    poindre. _Dans notre canton, c'est vers les derniers jours du
    mois de juin que les raisins sont en agrès._ Dans le canton de
    Vaud on appelle _agrès_, «les petites grappes de raisin qui
    poussent plus tard que les autres et ne mûrissent pas.» En
    languedocien _agras_, et en vieux français _égret_, signifient:
    _verjus_. R. _agrestis_ ou _acer_.

  † AGRIABLE, adj. Agréable. _Agriable comme une porte de prison._
    On retrouve ce barbarisme en Savoie et dans divers patois du
    nord de la France.

  AGUENETTES, s. f. pl. (Prononcez _aghenettes_.) Argent monnayé.
    _Avoir des aguenettes; palper des aguenettes._ Selon le
    _Glossaire_ de Gaudy, ce mot vient de _agnels_, ancienne monnaie
    d'or du temps de saint Louis, dont l'empreinte était un agneau.

  AGUILLAGE, s. m. (Prononcez _aghillage_, et voyez le mot suivant.)

  AGUILLER, v. a. (Prononcez _aghiller_.) Mettre, jeter, lancer un
    objet sur un lieu élevé, qui n'est pas à la portée de la main.
    _Nos garçons avaient aguillé leur paume sur le toit_;
    c'est-à-dire: L'avaient jetée sur le toit par étourderie ou par
    maladresse. _Leur cerf-volant resta aguillé sur l'arbre._
    Quelquefois le verbe _aguiller_ veut dire simplement: Placer,
    mettre un objet dans un lieu élevé et peu convenable. _Quand les
    domestiques desservent, elles ont la manie d'aguiller,
    d'échafauder les assiettes et les plats. Au lieu de pendre ton
    coquemar, Jeanette, pourquoi l'aguilles-tu ainsi sur les bûches?
    Est-ce étonnant que notre Madelon casse et brise tout? Elle vous
    fait de ces aguillages!... S'aguiller_, v. pron., se dit des
    personnes, et signifie: Se percher, _se hucher_, se jucher.
    _Resteras-tu une fois tranquille, Adrien, et cesseras-tu de
    grimper partout et de t'aguiller partout? Les voyez-vous, ces
    deux étourdis, s'aguiller sur le char de foin?_ Ce verbe est
    d'un emploi continuel chez nous, et nous le considérons comme un
    terme expressif, qui n'a point d'équivalent en français.

  AHVOUA ou AVOUA! interj. Bah! ah bah! allez donc! laissez donc!
    _Allons-nous ce soir à la Somnambule?--Ahvoua! C'est tout du
    charlatanisme et de la farce._

  AIGLE, s. m. Nous disons proverbialement d'une personne abjecte et
    méprisable: _Elle est bonne à donner aux aigles_; c'est-à-dire:
    Elle ne vaut pas plus que la tripaille et les viandes gâtées
    dont on nourrit habituellement nos aigles.

  AIGLEDON ou ÉGLEDON, s. m. Édredon.

  AIGRE (FAIRE). Forcer, faire un abattage, faire une pesée. _Il
    fallut faire aigre avec un levier. Les voleurs, pour ouvrir le
    pupitre, ont dû faire aigre._ Employée au sens figuré, cette
    expression signifie: User de moyens violents ou extrêmes. _Ne
    faisons pas aigre: attendons que les circonstances deviennent
    meilleures. On ne gagnerait rien à faire aigre: il faut user de
    patience._

  AIGRES, s. m. pl. _Tourner aux aigres._ Tourner à l'aigre,
    s'aigrir.

  AIGRON, s. m. Héron, oiseau.

  AIGUE, s. f. Eau. Ce mot patois, qui appartient au vieux français,
    est l'origine du verbe «aiguayer» (prononcez _égayer_), lequel
    signifie: Baigner, laver. «Aiguayer un cheval; aiguayer du
    linge.» [ACAD.] _Aiguebelle_ est le nom d'une jolie cascade, au
    pied du mont Salève, près d'Étrembières.

  AIGUILLETTE, s. f. Terme de couturière. Aiguille à lacer,
    passe-lacet.

  AIGUISEUR, s. m. Émouleur.

  AIR, s. m. Ressemblance. Nous disons: _Donner de l'air à
    quelqu'un_, pour signifier: Avoir de son air, avoir sa tournure,
    avoir son allure, lui ressembler à plusieurs égards. _Il donne
    beaucoup d'air à son frère, et encore davantage à son oncle._
    Expression méridionale.

  AIRER, v. a. _Airer un appartement._ Dites: Aérer un appartement,
    c'est-à-dire, y faire circuler l'air. Chambre bien aérée.

  AIRRHES ou ERRHES, s. f. pl. Arrhes. _Donner des airrhes à une
    domestique. Rendre les airrhes. Doubler les airrhes._ Terme
    méridional et vieux français.

  AISE, s. f. _Être mal à son aise_, signifie: Être un peu
    indisposé, n'être pas bien portant. _Par ces temps de
    brouillard, je me sens mal à mon aise; je suis mal à mon aise;
    je me trouve mal à mon aise_; c'est-à-dire: Je ne suis pas
    entièrement bien; il y a quelque chose qui cloche, ma santé ne
    va pas.

  AISES, s. f. pl. Vaisselle de terre. _Laver les aises. La patte
    d'aises; la patte aux aises._ Terme suisse et savoisien. En
    languedocien, _aisine_ se dit de toutes sortes d'ustensiles
    propres à contenir des choses soit liquides, soit solides; ainsi
    Un plat, un baquet, un panier, une cruche, sont autant
    d'_aisines_. En Franche-Comté et dans le vieux français,
    _aisement_ signifie: Ustensile de ménage.

  AISES, s. m. pl. Ce mot est féminin. Ne dites donc pas: _Il se
    donne tous ses aises; il prend tous ses aises._ Solécisme assez
    répandu, et qui nous vient du vieux français, où _aise_ avait le
    genre masculin.

  AJOSSER (S'), v. pron. S'accroupir, se tapir. _La poule est
    ajossée sur ses œufs. Cette petite Adèle est toujours ajossée
    au coin du feu._ En languedocien, _s'ajhassa_ veut dire: Se
    coucher.

  AJOUTURE, s. f. Ajoutage. _Faire une ajouture à une robe._

  ALAGNE, s. f. Terme patois. Noisette. En Savoie on dit: _Alogne_;
    dans le canton de Vaud, _Alagne_, _Alogne_ et _Eulagne_; en
    vieux français, _Aulagne_; dans le patois limousin, _Oulana_; en
    provençal, _Avelano_; en latin, _Avellana_. Aveline, en
    français, est le nom d'une espèce de noisette.

  ALANGUÉ, ALANGUÉE, s. et adj. Babillard effronté. _C'est un petit
    alangué. Vous n'êtes qu'une alanguée._ En languedocien on dit:
    _Alengat_; dans le bas limousin, _Olenga_; en vieux français,
    _Langard_; dans le patois de l'évêché de Baie, _Langaie_.

  ALBINE, s. f. Arbenne, perdrix blanche.

  ALCOVE (UN). _Un grand alcôve._ Solécisme fréquent en France, dans
    le langage populaire.

  † ALCOVRE, s. f. Alcôve. _Chambre à alcôvre._ Les Languedociens
    ajoutent aussi l'r euphonique, et disent: _Alcobre_. Dans le
    Jura bernois et en Lorraine on dit: _Alcofre_. R. arabe:
    _Alkobba_.

  À L'HORREUR, loc. adv. Très-mal, horriblement, exécrablement.
    _Cette robe lui va à l'horreur. Ta page d'écriture est faite à
    l'horreur. Vos ciseaux coupent à l'horreur._

  ALIER, s. m. Sorte d'arbre. Terme méridional et vieux français. On
    dit aujourd'hui Alisier.

  ALIGNER, v. a. (fig.) _Aligner quelqu'un_, c'est le corriger, le
    mettre à la raison, le faire marcher droit. _Va, petit_
    _bandit, je te ferai aligner par ton père. Drôles que vous
    êtes, on vous alignera, on vous arrangera._

  ALLÉE, s. f. Action d'aller quelque part. _L'allée et la venue;
    l'allée et le retour. Nous payâmes au cocher six francs pour
    l'allée et la venue._ Figurément, _Donner à quelqu'un l'allée et
    la revenue, c'est le mornifler_ d'importance, le souffleter
    d'abord sur une joue, puis sur l'autre.

  ALLÉE QUI TRAVERSE. Dites: Allée de traverse. Dites aussi: Rue de
    traverse, chemin de traverse, route de traverse, et non pas:
    _Rue qui traverse_, etc.

  ALLEMAGNES, s. f. pl. _Notre fils voyage par les Allemagnes. Ces
    Allemagnes ont bien de la peine à se calmer._ Expression
    très-populaire.

  ALLEMANDAGES, s. m. pl. Causeries, commérages.

  ALLER, v. n. Nous disons: _Aller par le haut et par le bas._ Les
    dictionnaires disent: Aller par haut et par bas.

  ALLONGER, v. a. Dans le langage culinaire, _allonger une sauce_,
    c'est y ajouter du bouillon ou de l'eau, et en diminuer ainsi la
    force. _Elle laisse brûler son rôti et ensuite elle allonge la
    sauce comme elle peut._ Cette expression s'emploie aussi
    figurément. _Allons, Messieurs, ne discutez pas davantage: il ne
    faut pas allonger la sauce._

  ALLONGER (S'), v. pron. Allonger. _En passant par ce chemin, nous
    nous allongeons._ Dites: Nous allongeons.

  ALLONGER (S'), v. pron. Croître. _Les jours s'allongent._ Dites:
    Les jours croissent. En Languedoc on dit: _Les jours allongent_.

  ALLONGER (S'), v. pron. Dans le langage des ouvriers, _s'allonger_
    veut dire: Se hâter, faire vite. _Camarades, l'ouvrage presse,
    il faut s'allonger._

  ALLUMER UNE LUMIÈRE. Cette expression, généralement usitée dans
    tous les pays où l'on parle français, n'est admise ni par les
    dictionnaires, ni par les grammaires.

  ALLUMETTES, s. f. pl. Nous appelons _Jeu des allumettes_, un jeu
    d'enfants dont le nom français est Jeu des jonchets, ou Jeu des
    honchets.

  ALLURE, ALLURÉE, adj. et s. Se dit des jeunes garçons et des
    jeunes filles, et signifie: Vif, dégourdi, rusé, madré,
    intrigant. _Tony est un petit alluré qui fera son chemin._ Terme
    suisse et languedocien. A Marseille on dit: Un _luré_; dans le
    Berry, en Normandie et en Picardie, un _déluré_, terme recueilli
    par MM. Noël et Chapsal.

  † ALMANACH, s. f. _Une jolie almanach._ Ce solécisme se fait
    aussi dans le canton de Vaud, en Savoie, en Lorraine, et sans
    doute ailleurs.

  ALOUILLES ou ALOU-YES, s. f. pl. Ce mot signifie: Brandons,
    perches recouvertes de paille tortillée, que les jeunes
    villageois allument à la tombée de la nuit, sur les lieux
    élevés, le premier dimanche du Carême, appelé, pour cette
    raison, le Dimanche des Brandons. Après avoir brûlé leurs
    flambeaux, ils se rendent, en chantant, au domicile des
    personnes qui se sont mariées dans le cours de l'année, et font
    des souhaits pour qu'elles aient de beaux enfants, et surtout
    pour qu'elles offrent quelques bouteilles de vin à la joyeuse
    bande. (P. G.)

  ALOUILLES, s. f. pl. Les villageois de plusieurs de nos communes
    sont dans l'usage, le soir d'une noce, de jeter aux enfants des
    noisettes, des dragées, du caramel et autres friandises. Cela
    s'appelle, en patois: _Acougli les alouilles_ (jeter les
    alouilles). Terme savoisien.

  ALPHES ou ALPHTES, s. m. pl. Aphthes, petits ulcères qui viennent
    dans la bouche. _Avoir les alphes. Les alphtes sont douloureux._
    Ceux qui font ce mot féminin ajoutent une seconde faute à la
    première.

  AMADOU, s. f. _De la bonne amadou._ Solécisme très-répandu en
    Savoie, en France et en Suisse.

  † AMANDRE, s. f. Amande. _Une amandre douce; une amandre amère._
    Terme savoisien, lyonnais, vieux français, etc.

  AMASSER, v. a. Nettoyer. _Amasser une assiette, amasser un plat.
    N'amasse pas avec tes doigts, Alexis; amasse avec ton pain._

  AMASSER, v. n. Commencer à suppurer, commencer à aboutir. _Son
    doigt amasse._ Terme méridional.

  AMATEUSE, s. f. Ce mot n'est pas français. En parlant d'une femme,
    aussi bien que d'un homme, on doit dire: «Amateur.»

  AMBE, s. m. Amble, une des allures du cheval.

  AMBRESAILLE, s. f. Myrtille, airelle, embrune, ou raisin des bois.
    _Un gâteau aux ambresailles._ Terme savoisien.

  AMBROCHE, s. f. Myrtille, airelle, embrune, ou raisin des bois.
    Terme vaudois.

  AMENER, v. a. Appliquer, flanquer, asséner. _Il voulut répliquer;
    l'autre lui amena un épouvantable horion._

  AMI AVEC. Voyez AVEC.

  AMIDON, s. f. _De la bonne amidon._ Ce mot est masculin.

  AMIOTI, IE, adj. Signifie: 1º Fatigué, éreinté; 2º Rapetissé,
    rabougri, racorni.

  AMOMON, s. m. Tomate, pomme d'amour de la petite espèce. _Un vase
    d'amomons._

  AMPRÔ, s. m. Voyez le mot suivant.

  AMPRÔGER, v. n. Terme des écoliers dans leurs jeux. Réciter une
    kyrielle de certains mots, pour savoir quel sera, entre tous les
    joueurs, le joueur sortant. Ces mots, qui n'ont aucun sens
    connu, sont au nombre de dix-sept: _Amprô, Giraud, Carin,
    Careau, Dupuis, Simon, Carcaille, Brifon, Piron, Labordon, Tan,
    Té, Feuille, Meuille, Tan, Té, Clu_. Les deux derniers de ces
    termes semblent être patois; _Té clu_ ou _T'ey_ clus peuvent
    signifier: Tu es dehors, tu es sortant. _Clus_ serait alors le
    participe du vieux verbe _clure_, comme _exclu_ ou _exclus_ est
    le participe d'_exclure_: conjecture très-hasardée mais très-peu
    importante.

  ANAILLE, s. f. Noisette. Ce terme figure dans un ancien refrain
    que les enfants chantent encore quelquefois le jour de Noël:
    _Chalande est venu,--Son bonnet pointu,--Sa barbe de
    paille,--Cassons des anailles,--Mangeons du pain
    blanc,--Jusqu'au Nouvel an._ Voyez ALAGNE.

  ANCELLE, s. f. Éclisse, appui pour la fracture des os. Terme
    savoisien. Dans le patois du Jura, _ancette_ signifie:
    «Planchette, bardeau,» petit ais fort mince pour couvrir les
    toits.

  ANCHOIS, s. m. Dans notre dialecte et dans celui du Languedoc, des
    yeux _bordés d'anchois_ sont des yeux éraillés, des yeux «bordés
    d'écarlate,» comme s'expriment les dictionnaires.

  ANDAN, s. m. Terme des campagnards. Andain, ligne d'herbe abattue
    par la faux et qui ressemble à une _onde_. Dans le patois du
    canton de Vaud, _anda_ signifie: «Vague, bouillon, _onde_.» En
    italien, _andare_ veut dire: «Marcher.» On peut choisir entre
    ces deux étymologies, dont, peut-être, la meilleure ne vaut
    rien.

  ANDRILLE, s. f. Ne s'emploie que dans cette expression populaire:
    _Tirer l'andrille_, laquelle signifie: «Être dans le dénûment,
    être pauvre.» _Andrille_ est une corruption du mot _mandrille_
    ou _mandille_. Dans le Limousin on dit: _Traîner la mandrille_;
    à Lyon, _Traîner la mandille_. Or la _mandille_ était une sorte
    de petit manteau ou casaque que portaient autrefois les laquais:
    elle leur était particulière, et les faisait distinguer des
    autres valets.

  † ANÉDOCTE, s. f. Anecdote. _Il nous fit asseoir et nous conta
    l'anédocte suivante._ Terme dauphinois, limousin, etc.

  ÂNE, s. m. Nous disons proverbialement: _Il y a beaucoup d'ânes
    au moulin qui se ressemblent._ Dans le français populaire on
    dit: Il y a plus d'un âne à la foire qui s'appelle Martin.

  ANGE. Ce mot est masculin, lors même qu'on l'applique à une femme.
    Ne dites donc pas, comme plusieurs: _Ma chère ange_.

  ANGLAISE, s. f. Redingote, lévite. _Raccourcir une anglaise;
    tourner une anglaise._

  ANGOISSER, v. a. Agiter, inquiéter vivement, tourmenter. _Je viens
    d'apprendre que, par cette forte bise, nos jeunes gens sont en
    bateau sur le lac, et cela m'angoisse. La malade a été fort
    angoissée toute la nuit._ Excellent terme familier aux Suisses,
    et dont Mme de Staël n'a pas négligé de faire usage. Voyez, dans
    le _Glossaire_ de Roquefort, les significations qu'avait ce mot
    il y a trois cents ans.

  ANGURINE, s. f. Melon d'eau.

  ANICHON, s. m. Petit âne, âne. Terme français populaire, lequel ne
    s'emploie qu'au sens figuré.

  ANIOTI et ANIATI, adj. Fatigué à l'excès, éreinté. Ces termes sont
    une corruption du mot _anéanti_. On a dit d'abord _anéanti_,
    puis _anianti_ (par un changement fréquent de l'_é_ en _i_),
    puis _aniati_ et _anioti_.

  À NIVEAU DE. _Le salon est à niveau du jardin._ Dites: Est au
    niveau du jardin.

  ANONCHALIR (S'), v. pron. Devenir nonchalant. _Après deux années
    d'application, on le vit tout à coup se décourager et
    s'anonchalir._ Terme vieux français.

  À NOUVEAUX FRAIS. _Recommencer une chose à nouveaux frais._
    Expression fréquente chez J.-J. Rousseau. Les grammaires et les
    dictionnaires disent: Sur nouveaux frais.

  ANSE, s. f. (_a_ aspiré). _La anse d'un pot; la anse d'une
    écuelle._ Il faut écrire et prononcer «L'anse.» L'anse d'un pot,
    l'anse d'une écuelle.

  ANTICHAMBRE, s. m. _Un bel antichambre._ Ce mot est féminin, comme
    le mot «chambre,» dont il dérive.

  ANTIDILUVIEN, ENNE, adj. Qui a existé, qui a eu lieu avant le
    Déluge. _Temps antidiluviens; nations antidiluviennes._ Dites,
    avec l'Académie et toutes les grammaires: «antédiluviens.» Le
    mot _antidiluvien_ se dit quelquefois de ceux qui nient le
    Déluge.

  À NULLE PART, loc. adv. Nulle part. _Où étais-tu hier soir?--À
    nulle part; j'étais chez moi._

  ANVERS, s. m. Furoncle. Voyez ENVERS.

  À PART DE, loc. conj. À moins de. _À part de la frapper, son mari
    ne pouvait la traiter plus mal. À part d'être mort, on ne
    pourrait être plus malade qu'il n'est._

  APETISSIR, v. a. _Cette lunette apetissit._ Dites: Cette lunette
    apetisse. L'infinitif de ce verbe est: Apetisser.

  APIDANCER (S'), v. pron. Combiner avec économie son pain et sa
    pitance en mangeant. _Tu ne sais pas t'apidancer. Ce fromage est
    bien apidançant._ Terme languedocien. Dans le Berry, on appelle
    _mets apidançant_, un mets qui fait manger beaucoup de pain.
    Voyez PIDANCE.

  APIGEONNER, v. a. Attirer par de beaux discours, par de beaux
    semblants, enjôler, affrioler. _Il se laissa apigeonner par
    toutes leurs magnifiques promesses._ Terme remarquable, connu
    dans quelques provinces de Savoie, et peut-être ailleurs.

  APLATI, TIE, part. S'emploie au sens figuré et signifie: Détraqué,
    énervé, abattu, consterné. _Je ne suis pas positivement malade,
    je suis aplati, je n'ai point de force. Cette nouvelle nous a
    aplatis. Votre Mr Michel est un homme bien indolent, bien
    aplati._

  À POINT D'ENDROIT, loc. adv. Nulle part.

  APOSTICHE, adj. Postiche, ajouté après coup. _Barbe apostiche;
    frisons apostiches; dents apostiches._ Terme méridional, etc.

  APOUSTI, s. m. Rebord extérieur d'une barque sur lequel marchent
    les bateliers, qui la font aller à l'_étire_, c'est-à-dire au
    moyen d'un long pieu ferré.

  APOUSTOUILLE ou APOUTOUILLE, s. f. Allonge, ajoutage, appendice. A
    Chambéry on dit: _Apostouille_. C'est le mot français
    «Apostille» défiguré.

  APOUTOUILLER, v. a. Allonger, mettre un ajoutage.

  APPARENCE, s. f. Très-petite quantité. _Madame voudrait-elle
    goûter notre excellente eau de cerises?--Eh bien, oui; mais
    donnez-m'en seulement une apparence._

  APPARUTION, s. f. _Il ne fit qu'une apparution et il nous quitta._
    Le mot français est «Apparition.»

  APPELER (FAIRE). Nous disons: _Faire appeler le médecin, faire
    appeler le pasteur, faire appeler le notaire_. On dit en France
    plus simplement et plus correctement: Appeler le médecin, le
    notaire, etc.

  APPETIT, s. m. _Bon appetit, voisine!--Et vous aussi, voisin, bon
    appetit!_ Prononciation gasconne. Il faut écrire et prononcer
    «Appétit,» avec un accent aigu sur l'_e_.

  APPOINT, s. m. Voyez APPOINTER, v. n.

  APPOINTEMENT, s. m. _Son appointement est fixé à 1400 francs. On
    lui a doublé son appointement._ Dites: Ses appointements. Ce
    mot, pris dans le sens de Salaire, ne s'emploie qu'au pluriel.

  APPOINTER, v. a. Pointer. _Appointer un canon._ Terme français
    populaire.

  APPOINTER, v. n. Se dit au jeu de boules, par opposition à
    _baucher_. _Il appointe bien. Voilà un bon appoint._ Terme
    lyonnais et méridional.

  APPONCE, s. f. Ajoutage, allonge. _Cette robe aurait besoin d'une
    apponce. Si nos enfants viennent dîner, vous mettrez une
    apponce à la table._ Terme suisse-roman, savoisien et lyonnais.
    Dans le Jura, on dit _rapponce_.

  APPONDILLE, s. f., et APPONDILLON, s. m. Ajoutage, appendice,
    chose ajoutée à une autre.

  APPONDRE, v. a. Ajouter, attacher. _Appondre une ficelle; appondre
    une sauce; appondre du bouillon; bouillon appondu; sauce
    appondue. Qui répond, appond_; c'est-à-dire: Les ergoteurs
    prolongent et entretiennent les disputes. Terme lyonnais,
    jurassien, dauphinois, etc.

  † APPRENTIF, s. m. Apprenti. _Apprentif_ appartient au vieux
    français, et se dit encore dans le Midi.

  † APPRENTISSE, s. f. Apprentie. Terme vieux français.

  APRÈS, prép. Au lieu de dire: Envoyer chercher quelqu'un, nous
    disons: _Envoyer après quelqu'un. Le vétérinaire n'arrive pas:
    envoyez après lui._ Dites: Envoyez le chercher.

  APRÈS, prép. _Demander après quelqu'un_, n'est pas une expression
    correcte. _En mon absence, a-t-on demandé après moi?_ Dites: En
    mon absence, quelqu'un m'a-t-il demandé? Quelqu'un a-t-il
    demandé à me voir, à me parler?

  APRÈS, prép. _La clef est après la serrure; la clef est après la
    porte._ Dites: La clef est À la serrure; la clef est À la porte.

  APRÈS-MIDI, s. m. Assemblée, cercle, thé. _Mme N** nous a donné
    hier un charmant après-midi._ Ce mot est féminin et il n'a pas
    cette signification.

  ÂPREUR, s. f. Âpreté. _L'âpreur d'un fruit._

  À PRORATA, prép. comp. Au prorata, en proportion de, à raison de.
    _Il paie à prorata de ses revenus._ Terme français populaire.

  APURE, s. f. Moment de la plus grande abondance d'un fruit.
    _L'apure des fraises va finir. L'apure des melons commencera
    bientôt._ Terme savoisien.

  À PURE PERTE, loc. adv. J.-J. Rousseau a employé fréquemment cette
    expression genevoise qui a fini par s'introduire en France, dans
    le langage populaire. Au dix-septième et au dix-huitième siècle,
    les écrivains français ont toujours dit: «En pure perte,» et
    jamais _À pure perte_.

  À QUELQUE PART. _Je vais à quelque part._ Dites, sans préposition:
    Je vais quelque part.

  ARAGNE, s. f. Araignée. Voyez le mot suivant.

  ARAGNÉE, s. f. _Toile d'aragnée._ Terme français populaire et
    vieux français. Écrivez et prononcez «Araignée.» Peu de mots ont
    eu autant de peine à se former que celui-là; peu de mots ont
    subi en France plus d'altérations successives. On a dit:
    _Araigne, airagne, arigne, iragne, iraigne, aragne, aragnée_, et
    enfin Araignée.

  ARAIGNÉE, s. f. Cardère, chardon des haies.

  ARASÉE, s. f. Terme de maçonnerie. Assise. _Première arasée;
    seconde arasée._ Le verbe «Araser» est français.

  ARBORISER, v. n. Herboriser. _Arboriser_ appartient au français
    populaire. _Arboriste_ se trouve dans les Fables de La Fontaine
    (V, 8), et se dit encore dans le Midi.

  †ARGARDER, v. a. Regarder. _Argarde voir, François._

  ARÉONAUTE, s. m. Aéronaute.

  À REVOIR, Au revoir.

  †ARGENT, s. m. Dans le langage populaire, ce mot est féminin.
    _Sa petite argent ne le mènera pas loin. Ils y mettent une belle
    argent, tous ces garçons, à leur tabac et à leur fumerie._ Ce
    solécisme ne nous est pas particulier.

  ARGENT DE POCHE, s. m. Dites: Argent de la poche, argent qu'on
    destine à ses menus plaisirs.

  ARGENT MÂCHÉ, s. m. _Une tabatière d'argent mâché._ Dites: Une
    tabatière argentée.

  ARGENTS, s. m. pl. _Les argents sont rares._ Dites: L'argent est
    rare.

  ARGOT, s. m. Ergot, espèce d'ongle chez quelques animaux. _Le coq
    se tenait sur ses argots._ Terme français populaire et vieux
    français.

  † ARGOTER, v. n. Ergoter, répliquer avec humeur. Terme français
    populaire et vieux français.

  † ARGOTEUR, s. m. Ergoteur.

  † ARGUELISSE, s. f. Réglisse, plante. _Du bois d'arguelisse._ Ce
    mot a subi en France de grandes variations. On a dit
    successivement: _Ergalisse, erguelisse, regalisse, rigalisse,
    ragalisse, riglisse_, et enfin Réglisse.

  ARGUILLON, s. m. Ardillon, pointe de métal à la chappe d'une
    boucle. Terme français populaire.

  ARI, adv. Arrière. Terme de batelier. _Faire ari_ veut dire: Ramer
    en sens contraire pour aborder. _Ari_ est aussi le cri de nos
    charretiers pour faire reculer leurs chevaux. En vieux français,
    _arier_ signifie: Arrière.

  ARIOTET, s. m. Jeu d'écoliers, appelé aussi _Quique_. Voyez ce
    mot.

  † ARMANA, s. m. Almanach. _Armana_ est aussi la prononciation
    populaire en Savoie, en Franche-Comté, en Bourgogne, dans le
    Limousin, en Provence, à Paris, à Reims, etc.

  ARMISTICE (UNE). Ce mot est masculin. «Un court armistice.»

  † ARMOIRE (UN). _Nous incantâmes un superbe armoire de sapin._
    Ce solécisme nous est commun avec nos voisins de France, de
    Suisse et de Savoie.

  † ARMOLAU, s. m. Émouleur, gagne-petit. _Quand l'armolau
    passera, dites-lui de monter._ Terme neuchâtelois.

  ARPION, s. m. Harpon. En provençal, _arpioun_ signifie: Une
    griffe.

  ARPIONNER, v. a. Harponner.

  ARRAL (D'). De travers, à rebours, mal. _Ce vêtement va tout
    d'arral. Notre affaire ira tout d'arral_, etc. Terme des
    campagnards. [P. G.]

  ARRAPER, v. a. Prendre par force, arracher.

  ARRÊTE, s. f. Arrêt, cesse, repos. _N'avoir point d'arrête_,
    signifie: Bouger sans cesse, agir continuellement, se trémousser
    sans relâche.

  ARRÊTER, v. n. S'arrêter. _Partez donc; la dernière cloche vient
    d'arrêter. Nous eûmes beau faire des signes avec nos mouchoirs,
    l'omnibus ne voulut pas arrêter._ Il est mieux de dire: Ne
    voulut pas s'arrêter.

  ARRÊTER, v. n. Cesser. _Il a arrêté de pleuvoir; il a arrêté de
    sonner. Laisse ton labourage, André; et si la pluie arrête, tu
    le reprendras._

  ARRHES, s. f. pl. Dans le langage populaire raffiné, on aspire ce
    mot, et l'on dit: _Des hharrhes; livrer les hharrhes_. C'est une
    grossière faute: il faut prononcer _les z-arrhes_.

  ARRIÉRAGES, s. m. pl. Arrérages.

  ARRIÈRE-GRAND'MÈRE, s. f. Bisaïeule.

  ARRIÈRE-GRAND-PÈRE, s. m. Bisaïeul. Terme méridional.

  † ARSOUILLE, s. f. Homme ou femme de néant, crapule. Terme
    ignoble, qu'on retrouve dans quelques provinces du nord et du
    centre de la France. [Voyez le _Glossaire picard_ de M. l'abbé
    Corblet.]

  ARTÈRE (UN). _Le gros artère._ Solécisme fréquent. Ce mot est
    féminin.

  ARTEUIL, s. m. Orteil, doigt du pied. _Il s'écrasa l'arteuil._
    Dans notre patois, on dit: _artieu_; dans le Limousin et en
    vieux français, _arteil_; en Languedoc, _artel_; en rouchi,
    _artoil_; dans le dictionnaire de Cotgrave, on trouve _artail_
    et _artoir_: tous mots qui se rapprochent beaucoup de
    l'étymologie latine _articulus_. «Orteil,» qui s'en éloigne
    davantage, a prévalu.

  ARTICHAUT BÂTARD, s. m. La grande joubarbe.

  ARVE, rivière. Nous disons, en retranchant l'article devant ce
    mot: _Le sable d'Arve; la queue d'Arve; le bord d'Arve; le
    chemin d'Arve; patiner sur Arve_. Ces façons de parler sont un
    reste du vieux français.

  AS (UNE). Terme du jeu de cartes. _Une belle as._ Solécisme qu'on
    retrouve aussi dans le français populaire.

  ASPIRAL, s. m. Spiral. Terme d'horlogerie.

  ASSATIR ou ACHATIR, v. a. Écacher, aplatir, tasser, écraser. _Un
    terrain assati; une pomme assatie. Du pain assati_ est du pain
    mal cuit, mal levé, qui est trop serré, si l'on peut s'exprimer
    ainsi. Le verbe _assatir_ ou _achatir_ se dit aussi des
    personnes. _J'ai tant marché, que je suis tout achati. Si tu
    raisonnes encore, petit drôle, je t'achatis. Quand il apprit la
    nouvelle de cette faillite, il resta comme achati_;
    c'est-à-dire: Comme écrasé. Dans le patois languedocien, _acata_
    veut dire: Abaisser, et le participe _acatat_ signifie: Courbé,
    bas. Dans le patois du Berry, _sater_ a le sens de: Presser,
    fouler.

  ASSATISSEMENT, s. m. Aplatissement, abaissement.

  ASSAUT, s. m. Nous disons figurément: _Faire un assaut à
    quelqu'un_, pour: Le tancer vertement, éclater contre lui en
    reproches. _Recevoir un assaut_ veut dire: Être fortement
    réprimandé. En Lorraine, _assauter quelqu'un_ signifie:
    L'accabler d'injures, de reproches, d'invectives.

  ASSÉNER, v. a. _Asséner un coup de poing._ Ce mot s'écrit
    «Assener» sans accent sur l'_e_. [ACAD.]

  ASSÉYER (S'), v. pron. S'asseoir. _Asséye-toi, Colas. Prenez la
    peine, Mesdames, de vous asséyer._ Faute fréquente.

  ASSEZ, adv. _Monsieur a-t-il assez bois? Aurons-nous assez crême
    pour quinze personnes?_ Dites: Assez de bois, assez de crême,
    etc.

  ASSOYER (S'), v. pron. S'asseoir. _Ils s'assoyèrent par terre_,
    est un barbarisme. On dit pourtant: Assoyez-vous; il faut que tu
    t'assoyes, etc. Pour les deux manières de conjuguer le verbe
    S'asseoir, voyez absolument les dictionnaires et les grammaires,
    et ensuite débrouillez la chose, si vous le pouvez.

  ASTHME, s. m. Se prononce _asme_.

  ASTRAGON, s. m. _Vinaigre à l'astragon._ Écrivez et prononcez
    «Estragon.»

  ATARTI, IE, adj. Épuisé de fatigue, éreinté.

  ATOUT, s. m. Soufflet, taloche, mornifle, fort coup. _Flanquer un
    atout; appliquer un atout; se donner un atout._ Terme parisien
    populaire, picard, etc.

  ATRAN et ATREIN, s. f. Terme des campagnards. Fourche de fer à
    trois cornes, pour prendre et remuer le fumier. Terme savoisien.
    Dans le canton de Vaud on dit: _Trein_ ou _treun_; en
    Franche-Comté, _Tran_; en Dauphiné, _Trenc_.

  ÂTRIAUX, s. m. pl. Boulettes de foie de cochon. _Une douzaine
    d'âtriaux._ Terme suisse-roman. A Besançon on dit: _Atraux_; en
    Lorraine, _Hâtrez_. Dans le vieux français, _le Hétriaulx_
    signifie: Le foie.

  AUBE, s. f. Nous disons: _Travailler d'une aube à l'autre_, pour
    signifier: Travailler autant que la journée peut s'étendre.
    Expression remarquable, qui prouve qu'anciennement on ne
    distinguait pas (quant au degré de lumière) l'aurore du
    crépuscule, puisque l'un et l'autre étaient appelés du nom
    d'_aube_ ou blancheur. [Voyez Villa, _Nouveaux gasconismes
    corrigés_, t. I.] Cette expression, _d'une aube à l'autre_,
    n'est dans aucun des dictionnaires que j'ai pu consulter.

  AU-DESSUS, adv. _Être au-dessus_, se dit d'un malade qui, après
    une dangereuse maladie, est sur le point d'entrer en
    convalescence. _Alexis a été entre la vie et la mort pendant
    plusieurs mois; mais, grâce à Dieu, le voilà au-dessus._
    Expression consacrée.

  AU-DEVANT, adv. On entend souvent dire: _Il lui est allé au
    devant_, pour: Il est allé au-devant de lui. Ce barbarisme est
    déjà signalé dans les _Remarques_ du grammairien Vaugelas,
    publiées il y a deux cents ans.

  † AUPARAVANT, prép. _J'arriverai auparavant lui. Vous serez
    servi auparavant ces dames._ Dites: J'arriverai avant lui; vous
    serez servi avant ces dames. «Auparavant» est un adverbe, et les
    adverbes n'ont pas de régime. Cette faute appartient au vieux
    français.

  † AUPARAVANT DE. _Auparavant de mourir, il restitua la somme.
    Nous danserons auparavant de souper._ Dites: Avant de mourir;
    avant de souper.

  AUPARAVANT QUE, loc. conj. _Auparavant que tu partes, on se
    reverra._ Cette expression appartient au vieux français. Dites:
    Avant que tu partes, on se reverra.

  AUSSITÔT, adv. _Aussitôt à mon arrivée, j'irai vous voir._ Dites:
    Aussitôt mon arrivée; ou: Aussitôt après mon arrivée; expression
    meilleure que l'autre.

  AU SÛR, loc. adv. Pour sûr, avec certitude. _Es-tu bien certain de
    la chose, Bernard?--Je ne la sais pas au sûr, et je ne voudrais
    pas en jurer._

  AUTEUR, s. m. Cause. _Tu as déchiré ma veste, Jules.--Eh bien! je
    m'en moque, c'est toi qui en es l'auteur: tu n'avais qu'à ne pas
    me chicaner._ Terme parisien populaire, etc.

  AUTOUR DE, loc. prép. Environ, à peu près. _Il est autour de midi.
    À ce bal nous étions autour de soixante. Il y a autour de quatre
    ans que notre oncle est mort._

  AUTRE, adj. Les quatre expressions suivantes: _Rien d'autre,
    Quelqu'un d'autre, Quelque chose d'autre, Personne d'autre_,
    sont des expressions vicieuses, qu'il faut remplacer par
    celles-ci: Rien autre, Quelque autre, Quelque autre chose ou
    Autre chose, Personne autre ou Nul autre; ou par des termes
    équivalents. Ne dites donc pas: _J'ai gagné mon enjeu et rien
    d'autre. J'inviterai toute la famille, mais personne d'autre.
    Voudrais-tu un peu de café, Albertine?--J'aimerais mieux quelque
    chose d'autre._ Ce sont là des phrases barbares.

  AUTRES FOIS (LES), loc. adv. _Les autres fois on fermait les
    portes de la ville à six heures du soir._ Dites: Autrefois,
    jadis, anciennement.

  AUTU-BÔTU, adv. En bloc, l'un portant l'autre, pêle-mêle. _Acheter
    un chariot de foin autu-bôtu_; c'est-à-dire: Sans le peser.
    «Jamais je ne ferai un marché _autu-bôtu_ dans une matière de
    cette importance.» [HUMBERT, _Adresse à mes concitoyens_. 1792.]

  AVA! Exclamation de découragement ou d'incertitude. _Ava! n'essaie
    pas, tu n'y pourras jamais parvenir. Ava! ne sortons pas, la
    pluie commence._

  AVALANCHER, v. n., et S'AVALANCHER, v. pron. S'ébouler. _Le
    terrain menaçait d'avalancher. Le glacier venait de
    s'avalancher._ En provençal, _s'avalancha_ veut dire:
    S'affaisser, s'ébouler, crouler.

  AVALÉE, s. f. Forte réprimande, gronderie brusque. _Faire une
    avalée. Il nous surprit dans la vigne et nous fit une effroyable
    avalée._

  AVALER, v. a. Quereller durement, rudoyer, malmener. _Gardez-vous,
    mes enfants, de lui demander congé; il vous avalerait._ Terme
    français populaire.

  AVALER, v. a. (fig.) Nous disons de quelqu'un qui a des maux de
    gorge: _Il a avalé le chat par la queue_; ou: _Il a avalé la
    queue du chat._ En français, on dit d'un chanteur qui éprouve un
    embarras de gosier: «Il a un chat dans la gorge.» [ACAD.]

  AVALE-ROYAUME, s. m. Dénomination facétieuse qu'on donne à une
    personne avide, insatiable.

  AVALOIR, s. m. Grand gosier, vaste gosier, vaste estomac.
    _Dis-moi, Georgette, il faut que tu aies un fameux avaloir pour
    avoir englouti toute la fricassée de boudins. Avaloir_ est un
    mot français; mais on l'écrit «Avaloire,» avec _e_ final, et il
    est du genre féminin.

  AVAN, s. m. Osier, pleyon. _Les avans aiment le bord des eaux._
    Terme franc-comtois, etc.

  AVANCE, s. f. _Avoir de l'avance_ signifie, dans le langage des
    ouvriers et des domestiques: Avoir quelque argent devant soi,
    avoir des économies, être en fonds. _Tu es toujours ouvrier,
    Mathurin?--Hélas! oui, Monsieur; je n'ai point d'avance. Si
    j'avais eu de l'avance, je me serais établi depuis longtemps._

  AVANCE, s. f. _Prendre de l'avance, gagner de l'avance_, sont des
    expressions incorrectes. _Antoine, toi qui marches moins vite
    que tes compagnons de route, prends de l'avance, gagne de
    l'avance._ Les dictionnaires disent, en retranchant l'article:
    Prendre l'avance, gagner l'avance. [ACAD.]

  AVANCE, s. masc. Ce qui se trouve déjà de fait ou de préparé. _Tu
    me conseilles donc de bâtir ce mûr, Bastian?--Puisque Monsieur a
    tout le sable qu'il faut, et la moitié des pierres, c'est un
    joli avance, c'est un bon avance._ Ce mot est féminin: Une bonne
    avance.

  AVANCÉ, CÉE, adj. Celui ou celle qui a quelque argent amassé,
    quelque petit fonds de réserve. Expression familière aux
    ouvriers et aux domestiques. _Notre Suzon attend, pour se
    marier, d'être plus avancée._

  AVANCÉ, CÉE, s. _Les avancés de la secte. Les avancés du parti. Un
    tel est dans les avancés._ Néologisme utile.

  AVANTER, v. a. Aveindre, prendre un objet qui n'est pas à la
    portée de la main. _Toi qui es grand, Eugène, avante-nous ce
    panier qui est sur le buffet. Monte sur l'échelle et avante
    ce gros livre. Tâche d'avanter mon volant sur ce poirier._ Terme
    formé de la préposition «Avant.» _Avanter_, c'est: Tirer en
    avant, amener en avant. Ce verbe n'a point d'équivalent exact en
    français; car le verbe «Aveindre» est peu usité.

  AVEC, prép. Nous disons, et les Méridionaux le disent aussi: _Vous
    arriverez avec la nuit; nous voyageâmes avec la pluie; ils
    partirent avec le beau temps_. Ces phrases, et phrases
    semblables, n'ont pour elles l'autorité d'aucune grammaire, ni
    d'aucun dictionnaire.

  AVEC, prép. _Je suis ami avec Isaac. Connais-tu la Louise,
    Benoît?--Si je la connais: on est amie avec. Les deux cousines
    sont amies ensemble._ Ces expressions ne sont pas françaises.

  AVEC, prép. Ne dites pas: _Compter avec les doigts_. Dites:
    Compter sur les doigts, ou par les doigts.

  AVEC, prép. _Quand cela va bien, il faut aller avec._ Ce proverbe
    signifie qu'On doit être modéré en toute chose; qu'il faut, en
    toute chose, jouir sans abuser. _Allons, M. l'adjoint, encore un
    verre de Champagne.--J'ai eu ma bonne part, Messieurs, et, comme
    dit le proverbe, quand ça va bien, il faut aller avec_
    (c'est-à-dire: Quand les choses vont bien, il faut être content
    et ne pas aller jusqu'à l'excès).

  AVEC CELA QUE, loc. conj. Outre que, d'ailleurs. _Le temps est
    trop incertain et trop humide pour que je me mette en route,
    avec cela que j'ai une douleur au genou._

  AVENAIRE, s. m. L'_avenaire_ est un homme essentiellement
    désagréable, qui blâme tout, critique tout, et chez qui la
    contradiction est un besoin. A Neuchâtel, _avenaire_ signifie:
    Aventurier, homme sans aveu, nouveau venu, intrus. C'est à peu
    près le sens que lui donne le _Dictionnaire français-anglais_ de
    Cotgrave, seul dictionnaire où j'aie trouvé cette curieuse
    expression. Dans le patois du bas Valais, _aveniro_ veut dire:
    1º Enfant maigre; 2º Polisson R. _advena_ ou _advenarius_,
    étranger.

  AVOCATON, s. m. Mauvais avocat. Dans le français populaire on dit
    quelquefois: _Avocasson_.

  AVORGNAU, s. m. Homme incommode, homme ennuyeux, butor. Terme tant
    soit peu trivial, et qui commence à vieillir.

  AVOUAI, AHOUÉE ou AHOUAI, s. m. Cri, clameur générale
    d'approbation dans une réunion bachique. _Encore un avouai!_

  AVOUGNON, s. m. Coup, fort coup.

  AVOUILLON, s. m. Aiguillon pour piquer les bœufs.

  AVOUILLONNER, v. a. Piquer un bœuf avec l'aiguillon pour le faire
    aller. Ce mot et le précédent nous viennent des campagnards.


B

  BABAN ou BAMBAN, s. m. Nigaud, dadais, niais, batteur de pavé.
    _As-tu vu ce grand baban qui voulait faire le gentil?_ Terme
    suisse-roman et savoisien. Voyez BAMBANER.

  BABET, s. m. _Faire babet._ Ce terme d'écolier signifie:
    S'associer dans un jeu, mettre en commun les gains et les
    pertes. _Qui veut faire babet? Faisons babet ensemble._

  BABO, s. m. Bobo, petit mal physique, douleur légère. _Elle a babo
    au doigt._ Terme méridional, etc.

  BABOLER, v. n. Bredouiller. _Parle donc distinctement, Louise, et
    ne babole pas._ En vieux français, _babouleur_ signifiait:
    Babillard.

  BABOLI, s. m. Babillard inepte.

  BABOUINE, s. f. Babine.

  BÂCHE, s. f. Fourrage de marais, herbe qui croît dans un terrain
    marécageux.

  BACHET ou BACHAT, s. m. Auge, abreuvoir, bassin, pierre ou pièce
    de bois creusée et qui sert à abreuver les animaux domestiques.
    _Le bachet de Pezay._ Terme savoisien, lyonnais et vieux
    français. Dans le Limousin on dit: _Bac_.

  BÂCHEUX, EUSE, adj. Nous appelons _pré bâcheux_ un Pré qui est
    humide et marécageux.

  BACHIQUE, adj. Bizarre, grotesque, comique, original,
    extraordinaire. Se dit des personnes et des choses. _C'était
    véritablement bachique de les voir danser._ Français populaire.

  BACOUNI, s. m. Batelier. R. _bac_.

  BACULO, s. m. Bâtonnet, jeu d'écoliers. _Jouer à baculo; jouer au
    baculo; lancer le baculo._ R. _baculus_.

  BADE (À LA). Locution très-familière aux campagnards, et qui
    signifie: En liberté. _Être à la bade_, être libre. _Ils mirent
    les chevaux à la bade dans le pré. Bon! ne voilà-t-il pas que
    mon étourdi laisse l'eau à la bade_; c'est-à-dire: Laisse le
    robinet ouvert.

  BADE (DE), loc. adv. En vain, inutilement. _Ne me faites pas venir
    de bade. Le vent ne court jamais de bade_; c'est-à-dire: Amène
    infailliblement la pluie. En provençal, _bada_, et en vieux
    français, _bader_, signifient: Ouvrir la bouche, béer, faire le
    badaud, badauder.

  BADINAGE, s. m. Joujou, jouet, amusette. _Une boîte de badinages.
    Je t'apporte des badinages neufs: tu tâcheras d'en avoir soin._

  BAFFE, s. f. Coup bien assené, forte tape, giffle. Terme vieux
    français.

  BÂFRÉE, s. f. Bâfre, godaille. Terme dauphinois, etc.

  BAGAR (UN). Une bagarre.

  BAGNOLET, s. m. Baquet peu profond, mais d'une grande surface, où
    l'on dépose le lait, pour que la crême se forme plus aisément.
    Terme suisse-roman et savoisien.

  BAGUENAUDEUR, s. m. Baguenaudier, celui qui s'amuse à des
    bagatelles. Terme français populaire.

  BAGUETTE DE RIDEAU, s. f. Tringle.

  BAHIU ou BA-IU, s. m. Bahut, grand coffre, malle énorme. Nous
    disons au figuré, d'un homme gros et lourd, d'un homme replet et
    stupide: _C'est un gros bahiu_. Dans le dialecte rouchi, _baïou_
    se dit d'un badaud, d'un imbécile, qui ouvre la bouche pour
    regarder, et qui regarde autant de la bouche que des yeux. A
    Rumilly (Savoie), on dit: un _bavu_.

  BAIDE ou BÈDE, s. f. Terme des campagnards. Interstice,
    intervalle. _La cheminée fumait beaucoup: on fit une baide à la
    porte_; c'est-à-dire: On l'entr'ouvrit un peu. _La pluie est
    bien forte, attendez une baide pour partir_; c'est-à-dire:
    Attendez une éclaircie.

  BAIGNER, v. n. _La lune baigne_; c'est-à-dire: La lune est
    entourée d'un cercle de vapeurs. Cette expression si connue
    n'est consignée, je crois, dans aucun dictionnaire.

  BAIGNER, v. n. _Allons baigner! Qui vient baigner?_ Il faut dire,
    en employant le pronom personnel: Allons nous baigner. Qui vient
    se baigner?

  † BAIGNES, s. f. pl. Bains. _La saison des baignes._

  BAÎLLÂ, s. m. Bâillement. A Neuchâtel on dit: un _baîlle_.

  BAILLARJAUD, s. m. Pansu, qui a une panse rebondie.

  BAÎLLER, v. n. _Baîller aux corneilles_, signifie: Avoir la bouche
    ouverte et regarder niaisement. Écrivez Bayer aux corneilles, et
    prononcez _bé-ié aux corneilles_.

  BAIN-MARIN, s. m. _Réchauffer une soupe au bain-marin._ Dites: Au
    bain-marie. A Neuchâtel on dit: _Au bain mari_.

  BAISER (LE). _Le baiser d'un pain._ Dites: La baisure, ou le
    biseau; c'est-à-dire: L'endroit par lequel un pain en a touché
    un autre dans le four.

  BAÏU, s. m. Voyez BAHIU.

  BALAI, s. m. _Pêcher au balai._ Dites: Pêcher au torchon.

  BALALÂME ou BALALARME, s. m. Se dit d'un gros meuble antique et
    massif. _Ôtez-moi ce grand balalâme de fauteuil._

  BALAN, s. m. Balançoire, escarpolette. Au sens figuré ce mot
    signifie: Incertitude, irrésolution. _Être en balan_, ou _Être
    sur le balan_, veut dire: Être incertain, être en balance,
    flotter entre deux projets. _Je suis en balan si je partirai
    demain._ Expression méridionale.

  BALANCES (DES). Dites: Une balance, quand il ne s'agit que d'un
    seul instrument à peser. «Ajuster une balance; nettoyer les
    bassins d'une balance. L'hôtel de la Balance.»

  BALANDRIER, s. m. Garde-fou, barrière, galerie. On lit dans les
    _Chroniques_ de Michel Roset: «Ils composèrent une graisse comme
    leurs prédécesseurs, et engraissèrent les verrouils des portes
    et les _balandriers_ des rues et places où on soûlait
    s'appuyer.»

  † BALIER, v. a. Balayer. _Balier le colidor; balier la montée._
    Terme français populaire et vieux français.

  BALIURES, s. f. pl. Balayures. _La seille aux baliures._

  BALME, s. f. Caverne, grotte naturelle dans les rochers. _La balme
    du Démon et la balme de l'Ermitage dans le mont Salève; la
    grotte de Balme entre Cluses et Sallanches._ En Provence et en
    Languedoc, _baume_ a le même sens.

  BAMBAN, s. m. Fainéant, flâneur.

  BAMBANER, v. n. Baguenauder, muser, flâner bêtement, aller à
    l'aventure à droite et à gauche sans suivre de route certaine.
    _Se bambaner_, v. pron., a le même sens. _Pourquoi veux-tu que
    j'aille me bambaner par cette promenade?_ A Lyon, _bambane_
    signifie: Homme lent, homme indolent et lâche.

  BAMBILLER, v. n. Pendiller, brandiller. _Qu'est-ce que je vois
    bambiller à cette fenêtre?_ Terme suisse-roman et savoisien.

  BAMBILLON, s. m. Chiffon qui pendille. Nos campagnards appellent
    aussi _bambillon_ le fanon de la vache.

  BAMBINER, v. n. Muser, comme font d'ordinaire les _bambins_,
    s'arrêter dans les rues et sur les chemins.

  BAMBOCHE, s. f. Ribote, grande bombance. _Faire bamboche; faire
    une bamboche. Quelle fameuse bamboche c'était!_ Les
    dictionnaires n'emploient ce mot qu'au pluriel. «Faire des
    bamboches; il continue à faire ses bamboches.»

  BAMBOCHE, s. f. Souliers de lisières, souliers fourrés,
    pantoufles, babouches. _Bamboche_ est un mot connu dans les
    trois quarts de la France.

  BANASTRE, s. m. Importun, fâcheux, personnage ennuyeux et
    assommant. _Qui nous délivrera de ce banastre?_ En vieux
    français, _banastre_ veut dire: «Panier.»

  BANC DE BOUCHER, s. m. Étal.

  BANC DE LAVANDIÈRE, s. m. Batte, selle, petit banc à quatre pieds,
    qui se place au bord de l'eau et sur lequel les blanchisseuses
    savonnent et battent le linge avec un battoir.

  BANC DE MENUISIER, s. m. Établi. Ces trois dernières expressions
    sont fort usitées dans la Suisse romane, en Savoie et dans le
    Midi.

  BANDE, s. f. Maillot. _Enfant à la bande._

  BANDOULIÈRE, s. f. Marmotte, mentonnière, mouchoir passé en bande
    autour de la tête. _Puisque tu souffres des dents, mets-toi une
    bandoulière._

  BAN-NER, v. n. Terme culinaire. Languir. _Ne laisse pas ta viande
    ban-ner près du feu._ On dit plus souvent: _Bon-ner_.

  BANQUE, s. f. Comptoir, table à compter, table à serrer l'argent.
    _S'asseoir à la banque. Les voleurs crochetèrent les tiroirs de
    la banque._ Terme suisse-roman.

  BARA, s. m. Petite boîte, en forme de baril, destinée à recevoir
    de l'argent ou des rouages d'horlogerie.

  BARACAN, s. m. Bouracan, sorte de gros camelot.

  BARAQUETTES, s. f. pl. Souliers minces pour la danse, escarpins.

  BARAQUIN, s. m. Petite gamelle que les soldats ajustent et portent
    derrière leur havre-sac.

  BARBADIAN, s. f. Salsifis sauvage, plante de rebut appelée aussi
    Barbe de bouc et Barbouquin. Nous disons d'une chose ou d'une
    personne dont nous ne faisons aucun cas: _C'est de la barbadian;
    ce n'est que de la barbadian_; c'est-à-dire: C'est moins que
    rien. _Barbe-à-Dian_ est un mot patois qui signifie: «barbe de
    Jean.»

  BARBICHON, s. m. Terme dérisoire. Adolescent, jeune homme qui a
    une barbe naissante. Français populaire.

  BARBOT, s. m. Les campagnards appellent _raves au barbot_ les
    raves bouillies. Ce mot est très-ancien chez nous, puisqu'on le
    trouve déjà dans la _Chanson de l'Escalade_ (1602). Voyez le mot
    BARBOTER, no 2.

  BARBOTER, v. a. et n. Marmotter, parler entre les dents. _Que nous
    barbotes-tu là?_ Terme picard, provençal et vieux français.
    «Barboter» est français dans une acception différente.

  BARBOTER, v. n. Se dit d'un liquide qui cuit à gros bouillon. Dans
    le patois vaudois on dit: _Barbotà_ et _borbotà_.

  BARBOUILLON, s. m. Homme sans tenue et sans parole, homme qui a
    son dit et son dédit; homme, par exemple, qui revient sur un
    marché conclu verbalement, ou sur une promesse qu'il a faite de
    bouche. _N'ayez rien à faire avec ce Rigollet: c'est un
    barbouillon._ Terme suisse-roman et savoisien.

  BARBUE, s. f. Terme rural. Provin avec sa racine. En Dauphiné,
    _barbas_ a le même sens. R. _barbe_.

  BARETTE, s. f. Serre-tête, sorte de coiffe.

  BARFOU et BARFOLET, s. m. Terme de pêche. Sorte de filet à mailles
    serrées. Une ordonnance de 1797 défendit de pêcher avec ce
    filet.

  BARGAGNER, v. n. Barguigner, hésiter.

  BARGUIGNER, v. n. Nous disons que _le temps barguigne_, pour
    signifier que le temps est douteux, et que l'on ne saurait
    prévoir s'il pleuvra ou s'il fera beau. En français,
    «Barguigner» ne se dit que des personnes, et signifie: Hésiter,
    avoir de la peine à se décider, marchander.

  BARICOLAGE, s. m. Bariolage.

  BARICOLÉ, adj. Bariolé. _Habit baricolé; robe baricolée._ Terme
    savoisien et lyonnais. Dans le canton de Vaud on dit:
    _Baridolé_.

  BARICOLER (SE), v. pron. S'attifer, se parer mignardement.

  BARJAQUE, s. et adj. fém. Babillarde, bavarde, causeuse éternelle.
    Terme suisse-roman, savoisien et méridional.

  BARJAQUER, v. n. Caqueter, bavarder, babiller à outrance et
    indiscrètement. En provençal on dit: _Barjka_.

  BARJAQUERIE, s. f., et BARJACAGE, s. m. Caquet, babil incessant.

  † BARON-MÊTRE, s. m. Baromètre. _Consulter le baron-mêtre._
    Prononciation de nos campagnards.

  BAROT, s. m. (_o_ bref.) Camion, haquet, charrette basse pour le
    transport des marchandises. Terme vieux français, usité dans
    diverses provinces du nord de la France.

  BAROTTE, s. f. Brouette, tombereau. _Mener la barotte; traîner la
    barotte._

  BARRE. C'est le nom d'un jeu gymnastique fort connu. On dit en
    France: «Jouer aux barres,» et en Suisse: _Jouer à barre_.

  BARRER, v. a. (fig.) Serrer. _Avoir l'estomac barré. Le récit
    de cet affreux accident lui avait barré l'estomac._ Expression
    méridionale.

  BARRICADE, s. f. Fête, collation que les paysans donnent à
    l'épousée au sortir de l'église. _Faire une barricade._

  BARRIÈRE D'ESCALIER, s. f. _Descendez avec précaution, et
    tenez-vous à la barrière._ Le mot français est «Rampe.»
    «Tenez-vous à la rampe.»

  BARRIQUE (UN). Dites: Une barrique.

  BARTAVELLE, s. f. En français, ce mot se dit d'une grosse perdrix
    rouge. Nous l'employons pour désigner un grand causeur, un
    babillard.

  BAS, adv. _Se jeter bas du lit; sauter bas d'un cabriolet_. Dites:
    Se jeter à bas du lit; sauter à bas d'un cabriolet.

  BASANE, s. f. Surnom dérisoire donné aux soldats de l'ancienne
    garnison.

  † BASELI ou BASELIC, s. m. Plante de jardin. _Un vase de
    baseli._ En Languedoc on dit: _Bazéli_; à Lyon, _baselic_. Il
    faut écrire et prononcer «Basilic.»

  BASOTER, v. n. Balbutier, hésiter, barguigner. _Tu es là à basoter
    au lieu de répondre. Il n'y a pas à basoter, ni à tortiller._

  BASOTTEUR, EUSE, s. Celui ou celle qui hésite, qui balbutie, qui
    barguigne. Se prend toujours en mauvaise part.

  BASQUE (UN). Un bâtard. Au féminin, _une basque_. Terme vaudois.

  BASSEUR, s. f. _La basseur des eaux._ Expression utile, mais peu
    usitée.

  BASSIN, s. m. Homme ennuyeux, homme fatigant, homme _sciant_. _Ce
    bassin de Z. Z** nous aborda et nous embêta. Personne ne pouvait
    tenir avec ce bassin._

  BASSINANT, ANTE, adj. Ennuyeux, fort ennuyeux, fort désagréable.
    Se dit des personnes et des choses. _Individu bassinant; route
    bassinante; travail bassinant._

  BASSINE, s. f. Brasier, espèce de bassin de métal où l'on met de
    la braise pour réchauffer une chambre, un magasin, un cabinet.
    _Bassine à anse. Ébraiser la bassine. La bassine les a entêtés._
    Le mot de «Bassine» est français, mais dans une acception un peu
    différente.

  BASSINER, v. a. Ennuyer, fatiguer, être à charge. _Va-t'en, tu me
    bassines. Tout le monde s'est bassiné à cette soirée. Ça me
    bassine bien d'avoir à sortir par cette pluie._ Expression
    triviale. En Lorraine, _bassiner quelqu'un_ signifie: Lui faire
    charivari. _On l'a bassiné trois jours de suite._ [Voyez J.-F.
    MICHEL, _Dictionnaire des expressions vicieuses usitées en
    Lorraine_, p. 19.]

  BASSINET, s. m. _Cracher au bassinet._ Dites: Cracher au bassin;
    c'est-à-dire: Boursiller à contre-cœur, contribuer forcément.
    R. _bassin_, plat où l'on reçoit les offrandes à la messe; plat
    destiné aux cueillettes. _Bassinet_, petit plat, petit bassin.

  BATAILLE, s. f. Batterie, querelle où il y a des coups donnés.
    _Une bataille de cabaret. Une bataille entre gamins._

  BATAILLE, s. f. Nous appelons _Soupe à la bataille_ ce qu'on
    appelle à Paris: «Potage à la julienne.»

  BATAILLER (SE), v. récip. Se quereller. _Mes petits amis, ne
    pourriez-vous pas vous amuser sans vous batailler?_ «Je dirai,
    comme je le crois, que la paix vaut mieux que la liberté; qu'il
    ne reste plus d'asile à la liberté sur la terre que dans le
    cœur de l'homme juste, et que ce n'est pas la peine de _se
    batailler_ pour le reste.» [J.-J. ROUSSEAU, _Lettre à M.
    Moultou_, du 7 mars 1768.] _Se batailler_ n'est pas dans les
    dictionnaires. On dit: «Batailler,» v. n.

  BÂTARD, s. m. Longue et grosse scie.

  BÂTE, s. f. Terme de couturière. Troussis. _Cette robe est trop
    longue, on y fera une bâte._

  BÂTIULE, s. f. Terme des campagnards. Sac plein de semence, qu'un
    semeur porte en bandoulière lorsqu'il ensemence un champ. A
    Rumilly (Savoie), on dit d'une personne qui a le bras en
    écharpe: _Elle a le bras en bâtiule_. _Bâtiule_ est un diminutif
    de «Bât.»

  BATTE, s. f. Sorte d'étoffe grossière de laine. _Une robe de
    batte; une jupe de batte._ Terme suisse-roman.

  BATTIORER, v. a. Briser les tiges du chanvre ou du lin pour
    détacher la filasse de la chènevotte. Terme vaudois et
    savoisien. R. _battre_.

  BATTIORET, s. m. Broie, instrument qui sert à briser les tiges du
    chanvre ou du lin.

  BATTRE, v. a. _Ne pas battre le coup_ est une expression familière
    qui signifie: Ne s'occuper à rien, être désœuvré, fainéanter.

  BATTRE À FROID, (fig.) Battre froid, être froid, témoigner de la
    froideur ou de l'indifférence. _Je rencontrai hier Janeret au
    café, et je battis froid avec lui._ Dites: «Je rencontrai hier
    Janeret au café, et je lui battis froid.»

  BATTRE À LA GRANGE. Battre en grange.

  BATTRE ATOUT. Terme du jeu de cartes. Faire atout, jouer atout.

  BATTRE BRIQUET. Dites, avec l'article: Battre LE briquet.
    «Plusieurs battirent le briquet et allumèrent le cigare.» [CH.
    NODIER, _Souvenirs et portraits_.]

  BATTRE LA VIANDE. Mortifier la viande. _Du bœuf bien battu. En
    Angleterre on bat la viande bien plus et bien mieux que chez
    nous._

  BATTUE, s. f. Babeurre, lait qui reste après qu'on a fait le
    beurre. Terme vaudois, fribourgeois et savoisien. Dans le Valais
    on dit: Du _battu_.

  BAUCHE ou BÔCHE, s. f. Terme du jeu de boule. Pierre faisant
    l'office de boule. _Jouer à la bauche._ Dans plusieurs villages
    de notre canton, dans le Jura et dans le midi de la France,
    _bauche_ signifie: «Boule.» _Jouer aux bôches_ (jouer à la
    boule).

  BAUCHER, v. a. Débuter, c'est-à-dire: Ôter, chasser avec sa boule
    celle de son adversaire. _Bauche-moi cette boule; bauche-la en
    place._ Terme vaudois, savoisien, lyonnais et méridional.

  BAUME. Nom propre, qui n'est usité que dans cette locution
    adverbiale: _Pas plus que de Baume_; c'est-à-dire: Pas du tout,
    point du tout, absolument pas. _Tu voudrais que je m'inquiétasse
    des cancans de nos commères? En vérité, je ne m'en soucie pas
    plus que de Baume. Penses-tu qu'il pleuve ce soir?--Ce soir? Pas
    plus que de Baume._ Selon le _Glossaire_ de Gaudy, cette
    locution tire son origine du nom de _La Baume_, qui fut le
    dernier évêque de Genève, à l'époque de la Réformation. Mais un
    fait qui pourrait infirmer cette explication, c'est que d'autres
    cantons de la Suisse française emploient aussi ce proverbe.

  BAVARD, s. m. Nous employons fréquemment ce mot dans le sens de:
    Railleur, moqueur, persifleur. _Croyez-vous, Monsieur, que je me
    prenne à vos compliments? On sait assez que vous n'êtes qu'un
    bavard._

  BAVARDAGE, s. m. Moquerie, raillerie.

  BAVARDER (SE), v. pron. Se moquer, se railler. _Ces malicieuses
    filles se bavardaient des passants._ Nous disons, dans le même
    sens, _bavarder_, v. n. _Vous étiez tous là, comme de grands
    nigauds, à ricaner et à bavarder._

  BAVERON, s. m. Bavette, serviette d'enfant qu'on attache sous le
    menton. Terme français populaire. On disait en vieux français:
    _Baverette_.

  BAYU, s. m. Voyez BAÏU.

  BÉ-À-BA, s. m. _Être au bé-à-ba_, signifie: N'en pouvoir plus,
    être à quia, être réduit aux dernières extrémités. On le dit
    d'une personne fort malade. On le dit surtout d'un homme à qui
    le mauvais état de ses affaires ne laisse plus de ressources et
    qui est aux derniers expédients. Terme suisse-roman et
    savoisien.

  BEAUCOUP, adv. Bien, fort, fortement. _Je crois beaucoup à un
    orage pour ce soir. Dans notre cercle on croit beaucoup à la
    paix._ Français populaire.

  BÉBÉ (UNE). Une nigaude, une niaise qui est toujours bouche
    béante. Dans le dialecte limousin on dit: Une _bêbio_, et en
    Picardie, une _bébette_.

  BEC-À-CORBIN, s. m. _Canne en bec-à-corbin._ Dites: Canne en bec
    de corbin. _Corbin_, en vieux français, signifie: «Corbeau.»

  BECFI, s. m. Bec-figue. _Le passage des becfis. Tirer des becfis._
    Terme savoisien, bressan, lyonnais, etc.

  BÉCHÉE, s. f. _Donner la béchée._ Terme français populaire et
    vieux français. Dites: Donner la becquée.

  BÉCHET, s. m. Trou fait à la glace dans un lieu propre à patiner.
    _Prendre béchet_, se dit d'un patineur qui s'enfonce dans l'eau.
    _Il a pris béchet jusqu'au cou._ En vieux français, _béchet_ ou
    _baichet_ signifie: «Brochet.» Or comme, à Genève, on patine le
    plus souvent sur des fossés qui contiennent des brochets, on a
    dit, en plaisantant: _Il prend le béchet, il prend béchet_,
    pour: «Il s'enfonce dans l'eau.»

  BÉCUIT, s. m. Échauffement provenant d'une écorchure. _Avoir le
    bécuit._ Dans le patois vaudois, _békoué_ se dit d'un enfant au
    berceau dont la peau est écorchée.

  BEGNULE, s. f. (Prononcez _be-niule_.) Femme ou fille sotte,
    maladroite, sans capacité ni énergie.

  BÉGUER, v. n. Bégayer. _Je crois vraiment qu'elle bègue; on dirait
    qu'elle bègue._ Terme lyonnais, picard, normand, etc.

  BEGUINE ou BÉGUINE, s. f. Bavolet, sorte de coiffe de toile que
    portent nos paysannes, principalement celles qui sont âgées.
    Terme suisse-roman et savoisien.

  BELLES HEURES, s. f. pl. _Vous venez, Messieurs, à de belles
    heures._ On dit en français: Vous venez à belle heure.

  BELOSSE, s. f. Prunelle, prune sauvage, fruit du prunelier. Terme
    suisse-roman, savoisien et vieux français. A Fribourg on dit:
    _Bolosse_; à Lyon et dans le Jura, _pelosse_; en Normandie,
    _bloche_. A Reims, on donne aux prunes le nom générique de
    _balosses_.

  BELUES ou BELURES, s. f. pl. Menus copeaux, qui se forment et
    tombent sous le rabot. _Un sac de belues; allumer le feu avec
    des belues._ Ne pourrait-on pas rapprocher le mot _belue_ ou
    _blue_ du mot français «Bluette?»

  BELSAMINE, s. f. _Semer des belsamines._ Terme français populaire.
    Dites: Balsamine. R. _balsamum_, baume.

  † BEL-Z-ET BIEN, loc. adv. Bel et bien. _Tout ça est bel-z-et
    bien. Tout ça est bel-z-et bon, mais ça ne me va pas._ Cette
    liaison et celles de _petit-z-à petit_ et de _peu-z-à peu_ ne
    sont pas rares dans notre dialecte populaire.

  BENAITON, s. m. Corbillon, sébile, paneton, panier d'osier rond,
    de forme conique et sans anse, pour porter le pain au four. Dans
    plusieurs provinces de France, ce panier s'appelle _banneton_;
    dans la Bresse, dans le Mâconnais et en Savoie, on dit: _Benon_.

  BENET, s. m. Écrivez et prononcez «Benêt.» Ce mot, qui rime avec
    _forêt_, s'écrivait anciennement _benais_.

  BÉQUE ou BEKKE, s. f. Bout, pointe de quelque corps, et
    principalement d'un mouchoir ou d'un châle. Ce terme, qui nous
    vient des campagnards, n'est pas inconnu à nos citadines. Dans
    le vieux français, _béquu_ ou _bécu_ veulent dire: «Pointu.»
    [Voyez ROBERT-ESTIENNE, _Dictionnaire français-latin_, édition
    de 1605.]

  BÉQUETTE, s. f. Pied d'alouette, plante.

  BÉQUILLES, s. f. pl. C'est le nom que nos jeunes campagnards
    donnent aux «Échasses.»

  BERCHE, adj. et subst. Brèche-dent. Se dit d'une personne à
    laquelle il manque une ou plusieurs dents de devant. _Elle est
    berche; il est berche. Connais-tu Isabeau la berche?_ Terme
    suisse-roman et savoisien.

  BERNE, nom propre de ville. Ce nom entre dans plusieurs de nos
    locutions proverbiales. Par exemple: _Nous sommes de Berne_,
    signifie: Nous sommes sauvés, nous n'avons rien à craindre, nous
    sommes des bons. _La justice de Berne_ est une justice sévère,
    une justice sans merci. _Votre Mr N. N*** est tendre comme la
    justice de Berne._

  BESINGUE. Voyez BISINGUE.

  BESOLET, s. m. Hirondelle de mer.

  BESTIACERIE, s. f. Stupidité extrême, bêtise consommée.

  BESULE, s. f., ou BESU, s. m. Ces deux noms se donnent
    indifféremment aux diverses espèces de mouettes, oiseaux de mer
    de l'ordre des palmipèdes.

  BESULE, s. f. Terme d'écolier. Petite bille en marbre ou en grès,
    petit _mâpis_.

  BÉTANDIER, s. m. Terme rural, par lequel on désigne cet endroit du
    fenil où l'on entasse les gerbes après la moisson.

  BÊTARD, s. m. Lourdaud, maladroit. _Un gros bêtard._ Terme
    suisse-roman et lyonnais. Les dictionnaires disent: «Bêta.»

  BÊTE (UN). _Voilà un bête d'homme. Ce village est un bête
    d'endroit. Je n'ai pas pu achever de lire ce bête de roman._
    Expressions très-usitées à Genève, et qui ne sont pas plus
    extraordinaires que les suivantes: Une diable d'affaire, une
    diable de femme, nous fûmes reçus dans une diable d'auberge:
    toutes expressions qui figurent dans les dictionnaires.

  BÊTE, s. f. Nous disons d'une personne que sa famille ou ses amis
    négligent, délaissent, abandonnent: _On ne lui dit pas
    seulement: Bête, que fais-tu?_ Expression languedocienne. Les
    dictionnaires français disent: On ne lui dit pas seulement:
    Es-tu chien? Es-tu loup?

  BÊTE NOIRE, s. f. Porc, cochon. _Engraisser des bêtes noires._
    Expression adoucissante, euphémisme des campagnards.

  BÊTIOLER, v. n. Faire la bestiole, faire la bête, faire des
    niaiseries, niveler, s'occuper à des riens. _Deviens un peu
    sérieux, François, et ne sois pas toujours à bêtioler._

  BÊTION, s. m. Nigaud, niais. _Quel bêtion d'homme! Le pauvre
    bêtion veut nous parler politique, et il confond sans cesse
    Cavaignac et Changarnier. Excusez-le: c'est une tête faible,
    c'est un bêtion._ La Fontaine a dit: _Bestion_. A Lausanne on
    dit: _Bâtion_.

  BÊTISE (UNE). Une chose de peu d'importance, une misère, un rien.
    _Combien as-tu payé cette canne?--Une bêtise, quelques sous,
    quelques centimes._

  BÉTON ou BETTON, s. m. Lait d'une vache qui vient de vêler. Terme
    vaudois. Les médecins appellent aussi _béton_ le premier lait
    d'une femme qui vient d'accoucher.

  BEUFFER, v. n. _Le cœur me beuffe_, signifie: J'ai le cœur gêné,
    serré, oppressé.

      La sauce semblait de la rafe;
    En la voyant le cœur me savatait,
    Et je sentais ma fara qui _beuffait_.

    [CH.]

  BEUFFERIE, s. f. Terme fort trivial, qui signifie: 1º Une lourde
    bêtise, une balourdise; 2º Une chose ennuyeuse à l'excès. _Mieux
    vaudrait se taire que de raconter des beufferies pareilles.
    Conviens, Auguste, que ce vaudeville tant vanté n'était qu'une
    beufferie._†

  BEUGNET, s. m. Beignet.

  BEURRÉE ou POIRE BEURRÉE. Dites: Un beurré, ou une poire de
    beurré. Un beurré blanc, un beurré gris.

  BEURRES (LES). L'argent monnayé, les écus. _Avoir des beurres.
    Palper des beurres._ Expression triviale.

  BEURRIÈRE, s. f. Baratte, vase où on bat le beurre. Terme
    suisse-roman, savoisien et dauphinois.

  BEUVONS, BEUVEZ. Dites: Buvons, buvez. Ces formes du verbe «Boire»
    appartiennent à l'ancien français, et on les trouve encore dans
    Spon: «Il mangeait et _beuvait_ sans que personne le pût
    empêcher.» [Voyez _Histoire de Genève_, tome I, p. 236, édition
    de 1730.]

  BEVABLE, adj. Buvable.

  BEZALLER, v. n. Terme des campagnards. Se dit d'un bœuf ou d'une
    vache que les mouches tourmentent et qui se sauve en sautant et
    en levant la queue. Il se dit aussi d'un enfant qui se dépite et
    se mutine. [P. G.]

  BI, s. m. Biez, ou Bief, canal qui conduit les eaux pour les faire
    tomber sur la roue d'un moulin. _Passer le bi._ Terme vieux
    français.

  BIAUDER, v. n. Sauter, jouer. _Nos enfants biaudaient ensemble;
    ils ne faisaient que biauder et folâtrer._

  BIBI, s. m. Terme enfantin. Joujou.

  BICLE, adj. et s. Bigle, louche, qui a la vue courte. _Comment,
    Gustave, tu n'aperçois pas ce chalet dans les Voirons? Es-tu
    donc bicle?_ Terme vieux français.

  BICLER, v. n. et a. Bigler, loucher. _Il braqua son lorgnon et se
    mit à nous bicler. Bicler l'œil_, veut dire: «Clignoter.»

  BICLŒIL ou BICLE-L'ŒIL, s. m. Celui qui regarde en biglant, en
    louchant. Terme trivial.

  BIDODI, BIDOGNOL ou BIDOT, s. m. Niais, simple, innocent; homme
    d'un esprit faible et borné, homme qui s'abêtit par les excès.
    _Il est dans les bidodis; c'est un vrai bidodi._ Terme nouveau.

  BIDOLION, s. m. Ce mot, connu surtout des campagnards, signifie:
    1º Vin âpre, vin dur; 2º Cidre; 3º Petit bidon.

  BIEN, s. m. Pour marquer que tout homme dispose avec plus de
    libéralité du bien d'autrui que du sien propre, nous disons
    proverbialement: _Du bien d'autrui large courroie._ L'expression
    véritable est celle-ci: Du cuir d'autrui large courroie.

  BIGNET, s. m. _Un plat de bignets._ Terme vieux français. Dites:
    Beignet.

  BIGOUDI, s. m. Espèce de doigt de gant rembourré, autour duquel on
    roule les cheveux pour des papillotes. [P. G.]

  BILER, v. n. Courir vite et sans s'arrêter.

  BILEUX, BILEUSE, adj. Écrivez «Bilieux, bilieuse,» en faisant
    sonner les deux _i_, et ne dites pas: _Fièvre bileuse,
    tempérament bileux, teint bileux._ Faute très-répandue en
    France, en Suisse et en Savoie.

  BILLARD, s. m. Terme d'écolier. Toupie. _Jouer au billard; lancer
    un billard; entortiller un billard; son billard dormait et
    ronflait._ Dans les trois quarts de la France, ce jouet
    s'appelle _moine_. En Provence on dit: _Boduffe_.

  BILLET, s. m. _Je t'en donne mon billet_, est une formule
    affirmative qui répond à: Je te l'assure, je t'en donne la
    promesse positive, je t'en donne ma parole.

  BIOLE, s. f. Bouleau, arbre. _Une verge de biole. Menacer un
    enfant de la biole; lui donner la biole._ En Franche-Comté on
    dit: _Bioule_ ou _boule_. Dans le canton de Vaud, _la bioulée_,
    c'est la fouettée. _Oui, continue à crier, et tu recevras la
    bioulée._

  BIOLES, s. f. pl. _Être dans les bioles_, signifie: 1º Être un peu
    fou, être un peu toqué; 2º Être un peu gris, être entre deux
    vins.

  BIOLET, s. m. Extrémité, fin bout d'une branche. S'emploie surtout
    au pluriel, et en parlant des arbres à fruits. _Si tu_
    _cueilles nos cerises, Arnold, fais bien attention de ne point
    casser de biolets._

  BIRON, s. m. Couvet, sorte de chaufferette.

  BISCOIN, s. m. Sorte de brioche au safran. Dans nos campagnes, on
    appelle _biscoin_ un petit pain rond que l'on fait pour les
    enfants avec les derniers restes de la pâte.

  BISCÔME, s. m. Pain d'épice. _Nous tirâmes trois coups à cette
    loterie de cinquante centimes, et nous eûmes pour tout lot... un
    biscôme!_ Terme suisse-roman.

  BISCÔMIER, s. m. Fabricant de _biscômes_.

  BISE, s. f. Nous disons proverbialement d'une personne
    très-économe: _Elle n'ouvre pas son sac de farine quand il fait
    la bise_.

  BISÉ (ÊTRE). Être assailli par une forte bise. _En passant sur les
    quais du Rhône, nous fûmes bisés d'importance._

  BISINGUE (DE), ou DE BESINGUE, ou DE BISINGLE, adv. De travers, de
    biais, de guingois. _Cet habit va tout de bisingue. Que t'est-il
    donc arrivé, Ferdinand, que tu marches tout de bisingue? Avoir
    les yeux de bisingle._ Terme vaudois et franc-comtois.

  BISQUE, s. f. Dépit extrême. _Quelle bisque, quelle fameuse bisque
    il a eue! Voilà ce qui s'appelle une bisque pommée!_

  BISTOT ou BISTAUD, s. m. Le dernier apprenti dans un bureau, dans
    un magasin.

  BLÂCHE, s. f. Fourrage des marais.

  BLAGUE (UNE). Un blagueur, un hâbleur, un vantard. _Va,
    Jean-Pierre, va, tu n'es qu'une blague._ Terme trivial.

  BLANC, BLANCHE, adj. (fig.) Inutile, qui n'aboutit à rien, qui est
    sans résultat. _Faire une course blanche._ Terme méridional.
    Dans le canton de Vaud on dit: _Faire une course en blanc_.

  BLANC, s. m. Nous disons: _Saigner quelqu'un à blanc_. Les
    dictionnaires disent: «Saigner quelqu'un au blanc,» ou «jusqu'au
    blanc.»

  BLANCHE (LA). Terme des campagnards. _On craint la blanche pour
    cette nuit._ Le mot français est Gelée blanche.

  BLANCHE GELÉE, s. f. Dites: Gelée blanche. _Chaque automne les
    blés noirs souffrent plus ou moins de la blanche gelée._ Terme
    suisse-roman. On dit à Chambéry: _Le blanc gel_.

  BLANCHET, s. m. Robe de dessous, ordinairement de laine, qu'on met
    aux enfants.

  BLANCHIMENT, s. m. Nous disons: _le blanchiment d'un plafond; le
    blanchiment d'une cuisine; écrire sur le blanchiment; odeur de
    blanchiment_. «Blanchiment» est français; mais le sens genevois
    n'est pas dans les dictionnaires.

  BLESSIR (SE), v. pron. Se blossir, devenir blet.

  BLESSON, s. m. Tache noire qui se forme à la peau, à la suite d'un
    coup.

  BLESSON, s. m. Poire sauvage. Terme vaudois, etc.

  BLESSONIER, s. m. Poirier sauvage.

  BLETTIR, v. n., et SE BLETTIR, v. pron. Devenir blet. _Les poires
    commençaient à se blettir._ Terme dauphinois, lorrain, etc. En
    français on dit: «Se blossir.»

  BLEU, BLEUE, adj. (fig.) Surpris, frappé d'étonnement, stupéfait.
    _Oui, notre jeune cousine s'est laissée enlever par un Polonais,
    et j'en suis bleue._

  BLOUSIER, s. m. Ouvrier en blouse. Ce terme si connu n'est dans
    aucun dictionnaire.

  BOBÈCHE, adj. et s. f. Fille ou femme sotte, niaise, nigaude et
    maladroite. Voyez le mot suivant.

  BOBET, adj. et s. m. Niais, sot, inepte, nigaud. _Ce garçon est si
    bobet qu'on l'a exempté, pour cela seul, du service militaire.
    Le frère et la sœur se valent bien: l'un est un vrai bobet,
    l'autre une franche bobèche._

  BOBICHON, s. m. Diminutif de _bobet_.

  BOBUE, s. f. Oiseau, la huppe d'Europe.

  BOC ou BOT, s. m. Sorte de petit crapaud, qui est gris sur le dos,
    avec le ventre rouge. _Éclaffer un boc._ Les campagnards disent:
    un _bot_. _Être fier comme un bot. Bot_ se dit en Savoie, en
    Dauphiné et en vieux français.

  BOC, s. m. _Mettre de la graisse de boc_ sur une écorchure, sur un
    très-léger coup, sur une petite entamure à la peau, c'est: Y
    mettre sa propre salive. Expression facétieuse et dérisoire. _Tu
    t'es piqué au doigt, mon pauvre Élisée, et tu souffres beaucoup;
    eh bien! mets-y de la graisse de boc._

  BOC, s. m. Le _jeu de boc_ est une sorte de jeu de cartes, qui
    n'exige aucune combinaison et où le hasard seul décide. On
    l'appelle quelquefois _Jeu des petits paquets_, ou _Jeu des
    petits plots_.

  BOCHOT, s. m. Petit tonneau.

  BOCON, s. m. Petit morceau, bouchée. _Je n'en veux qu'un bocon. Tu
    nous donnes là un bien crouye bocon. Notre Jeannot ne nous écrit
    que des bocons de lettre. Où allez-vous? disais-je à un mendiant
    savoyard.--Pauvre Monsieur, me répondit-il, je vais chercher mon
    bocon._ Nous disons proverbialement: _Tenir le bocon haut à
    quelqu'un_, pour signifier: Faire qu'une chose lui soit
    difficile et qu'il ne l'obtienne qu'avec de grands efforts.
    _Crois-tu que Mr N** finisse par accorder sa fille à notre
    Amédée?--Je l'espère; mais il lui tient le bocon furieusement
    haut._

  BOILLE, s. f. Mot d'une orthographe difficile, presque
    insaisissable: il rime avec _De Broglie_, et devrait peut-être
    s'écrire _boglie_. On appelle ainsi une sorte de hotte en bois
    de sapin, dans laquelle nos laitières mettent le lait qu'elles
    transportent à la ville sur leur petite charrette. _Une paire de
    boilles. Laver les boilles._ Terme vaudois et savoisien. A
    Neuchâtel, en Franche-Comté et en vieux français on dit:
    _Bouille_.

  BOIRE, v. a. Nous disons figurément et énergiquement: _Boire le
    sang à quelqu'un_, pour signifier: «Le tourmenter, l'excéder de
    sollicitations importunes.» _Finiras-tu, Henri, avec tes
    demandes? En vérité, tu me bois le sang._

  BOIRE SUR. Prendre une infusion. _Boire sur la camomille; boire
    sur le tilleul; boire sur la fleur de bonhomme._

  BOÎTE À GIFFLES, s. f. Se dit d'un cabaret bruyant où les
    querelles et les batteries sont quotidiennes.

  BOÎTE DE TONNEAU, s. f. Cannelle, robinet de cuivre ou de buis
    qu'on met à un tonneau pour en tirer le vin ou toute autre
    liqueur.

  BOÎTIER, s. m. Terme de la fabrique d'horlogerie. Monteur de
    boîtes.

  BOITON, s. m. Étable à cochons, toit à porcs, porcherie. _Nettoyer
    le boiton._ Terme suisse-roman.

  BOLANT ou BOULANT, adj. m. Ne s'emploie guère qu'en parlant du
    _pain_. _Un pain bolant_ est un pain léger, bien levé, bien
    boulangé.

  BOLLIOT, BOLLIOTTE, adj. et s. (_ll_ mouillés.) Gros, trapu,
    ramassé. _Un petit bolliot; un gros bolliot._ Dans le vieux
    français, _beuillu_ se disait d'un homme ventru. Voyez BOILLE.

  BOMBONNE, s. f. Sorte de grosse bouteille ou dame-jeanne à l'usage
    des droguistes. Ce terme, connu dans quelques parties de la
    France, n'est dans aucun dictionnaire usuel. En français,
    «Bombe» se dit d'une bouteille de verre ronde, qui n'a qu'un
    collet fort court.

  BON-À-DROIT, s. m. Bonne mesure, bonne ration. _J'aime bien à me
    servir chez cette marchande, parce qu'elle me fait toujours
    bon-à-droit._ Terme jurassien.

  BOMBONAILLE, s. f. Bonbons, grand assortiment de friandises. _Je
    préfère une tranche de pâté à vos meringues et à votre
    bombonaille._

  BON COURANT (LE). L'ordinaire, ce qui n'est en son genre ni
    très-bien, ni très-mal. _Ce roman nouveau est du bon courant.
    Les plaidoyers de notre jeune avocat sont du bon courant_, etc.
    Expression utile et claire, fort usitée chez nous. Les
    dictionnaires disent: «Le courant des affaires, le courant du
    marché, le courant du monde,» et rien de plus.

  BONFOND, s. m. Signifie: 1º Un réjoui, un Roger-Bontems; 2º Un
    étourdi, un tapageur, un évaporé.

  BONHEUR, s. m. _Du bonheur que_, veut dire: «Heureusement que.»
    _Du bonheur que la sécheresse a fini. Du bonheur que l'incendie
    a eu lieu de jour._ «Par bonheur que» est français.

  BONNE (DE). Nous disons de quelqu'un qui est gai, qui est en
    train, qui est sur son beau dire: _Il est de bonne_. En
    Languedoc on dit: _Il est dans ses bonnes_; en vieux français,
    _il est en bonne_.

  BONNE-MAIN (LA). Petite libéralité, petite gratification faite à
    un domestique, à un cocher, à un porte-faix, etc. On dit en
    français: «Le pour-boire, la pièce.»

  BON-NER, v. a. Combuger, c'est-à-dire: Remplir d'eau un tonneau ou
    un autre vaisseau en bois, et les mettre en état de recevoir du
    vin ou une liqueur quelconque. _Bon-ner un cuvier avant la
    lessive; bon-ner un jarlot._ L'action de _bon-ner_ s'appelle
    _bon-nure_. _Faire une bonnure._

  BON-NER, v. n. Se dit d'une soupe, d'un légume, d'une viande qui,
    placée près du feu, cesse de cuire faute de feu, languit et
    contracte un mauvais goût. _Si Madame tarde encore de dîner, sa
    soupe bon-nera._ Nous appelons _goût de bon-né_, le goût que
    contracte une soupe qui a cuit trop longtemps.

  BONNETTE, s. f. Sorte de petit bonnet. _Bonnette de nuit._ Terme
    méridional.

  BON OISEAU (LE). Expression adoucissante, euphémisme, par lequel
    nos paysans désignent «L'épervier,» et en général toute espèce
    d'oiseaux de proie.

  BONTABLE, adj. Qui a de la bonté, qui est bienveillant, affable,
    complaisant, serviable, débonnaire. Terme savoisien et
    franc-comtois.

  BONTABLEMENT, adv. Avec bonté, avec affabilité.

  † BORGNE D'UN ŒIL. Borgne. Terme méridional.

  BORNE (UN). Une borne.

  BORNICANT, BORNICANTE, s. Celui ou celle qui a la vue très-basse;
    celui ou celle qui a les yeux faibles, malades, et qui les
    cligne au grand jour. A Neuchâtel on dit: _Bornicle_; dans le
    Jura, _bourniclard_, et en Languedoc, _bourniquel_.

  BORNU, BORNUE, adj. Creusé, sillonné de fissures, troué plutôt par
    le laps du temps et par la nature que par la main de l'homme.
    _Pomme de terre bornue; rave bornue; boule bornue; tronc d'arbre
    bornu; aqueduc bornu._ En patois, _borna_ ou _bourna_ signifie:
    «Trou.» En provençal, _bourna_ veut dire: Creuser, rendre creux.
    _Aqueou roure est tout bourna_ (ce chêne est tout creusé, tout
    plein de cavités).

  BOSCULER, v. a. Bousculer. Voyez BUSCULER.

  BOSSE, s. f. Grand tonneau de la contenance d'environ 914 litres.
    Terme vieux français. Dans quelques provinces de France, _bosse_
    se dit d'un tonneau à mettre le sel.

  BOSSETTE, s. f. Grand tonneau dont la capacité varie de 17 à 22
    setiers, et qui sert principalement à rentrer la vendange.

  BOT, s. m. (_o_ bref.) Crapaud. Voyez BOC.

  BOTASSER, v. n. Se dit des plantes et signifie: Végéter, rester
    rabougri. Terme vaudois.

  BOTASSON, s. m. Rabougri, qui ne croît pas. Se dit des enfants et
    des plantes. Terme vaudois.

  BOTET, s. m. _Faire botet._ S'associer. Terme d'écolier.

  BOTOLION ou BOTOLIOT, s. m. Nabot, courtaud, trapu. _Botoglle_, en
    patois, signifie: «Bouteille.»

  BOTON, s. m. Terme dérisoire. Bout d'homme, homme d'une taille
    très-petite, contrefaite et qui apprête à rire.

  BOUBE, s. m. Jeune bouvier, jeune pâtre. En patois, _boube_ veut
    dire: «Enfant.» En allemand, _bube_ (prononcez _boube_)
    signifie: Jeune garçon. Voyez BOUÈBE.

  BOUCANEUR, s. m. Tapageur. «Boucan et Boucaner» sont dans quelques
    dictionnaires.

  BOUCHARD, BOUCHARDE, adj. et s. Qui a le visage malpropre, surtout
    autour de la bouche. _Un enfant bouchard. Regarde-toi au miroir,
    petite boucharde._ Terme méridional et vieux français.

  BOUCHARDER, v. a. Barbouiller, salir le visage. _Caïon que tu es,
    où t'es-tu ainsi bouchardé?_

  BOUCHE, s. f. Bouchoir, grande plaque de fer qui sert à fermer la
    bouche d'un four. [P. G.]

  BOUCHÈRE, s. f. Barbuquet, bouton, élevure au bord des lèvres.
    _Laisse donc ta bouchère et ne la touche pas continuellement._
    Dans le patois provençal on dit: _Bousserio_; à Lyon,
    _boucharle_; en Lorraine, _bouque_.

  BOUCHON (À), adv. Voyez À BOUCHON.

  BOUCLER, v. a. (fig.) Conclure, terminer. Se dit surtout en
    parlant d'un achat, d'une vente, d'un marché, d'une transaction
    quelconque, et se joint le plus souvent au mot _affaire_.
    _L'affaire est bouclée; elle va se boucler. Nous aurons bientôt
    bouclé cette affaire._ Expression heureuse, que je ne trouve
    dans aucun dictionnaire, ni dans aucun glossaire.

  BOUDINS, s. m. pl. Nous disons: _Manger des boudins; faire griller
    des boudins, etc._ Il faut dire au singulier: Manger du boudin,
    faire griller du boudin. Dans le langage des écoliers, _Saigner
    des boudins, saigner les boudins, faire les boudins_, signifie:
    Saigner du nez, saigner par le nez, _boudiner_.

  BOUÈBE ou BOËBE, s. des 2 genres. Fils ou fille d'un tel. _Où est
    ton bouèbe, voisine? Voyez donc cette bouèbe, qui va se fourrer
    dans la pétrissoire!_ Ce mot nous vient probablement du canton
    de Vaud, et ce canton l'a reçu des Suisses allemands. Dans le
    patois de la Lorraine, _buôbe_ veut dire: «un garçon.» En
    allemand, _bube_.

  BOUELLE ou BOÈLE, s. f. Ventre, panse. Dans le vieux français,
    _boël_ ou _bouèle_ signifient: Boyau, intestins.

  BOUER, v. a. Crotter, couvrir de boue, embouer. _Maladroit que tu
    es, tu m'as boué. Se bouer_, v. pron. Se crotter.

  BOUFFAILLE, s. f. Grande bombance, repas copieux. _Faire une
    bouffaille._

  BOUFFAILLER, v. n. Augmentatif de Bouffer. _Il n'aime qu'à
    bouffailler. Il ne pense qu'à bouffailler._

  BOUFFEUR, s. m. Bâfreur, glouton.

  BOUFFISURE, s. f. Écrivez et prononcez «Bouffissure.»

  BOUGER, v. n. Nous disons de quelqu'un qui, par frayeur, demeure
    immobile: _Il n'ose ni bouger, ni griller. Elle voyait le voleur
    se glisser dans la salle voisine, et, blottie dans l'angle du
    mur, elle n'osait ni bouger, ni griller._

  BOUGER, v. a. Remuer, ôter de sa place, changer de sa place.
    _Bouger une table; bouger un canapé_: phrases vicieuses, puisque
    le verbe _bouger_ n'est pas actif. On ne doit pas dire non plus:
    _Se bouger_, pour: Se remuer, se déplacer, changer de place.
    _Bouge-toi de là, paresseux! Te bougeras-tu quand je te parle?_
    Terme gascon et vieux français.

  BOUGILLER, v. n. Bouger sans cesse. _L'ennuyeux enfant, qui ne
    fait que bougiller! Auras-tu bientôt assez bougillé?_ Terme
    savoisien.

  BOUGILLON, BOUGILLONNE, adj. et s. Mièvre, qui change toujours de
    place, qui ne peut se tenir en repos, qui est incommode par ses
    perpétuels déplacements. _Faire le bougillon. Tu es bien
    bougillonne, Alexandrine. Votre jeune écolier est un enfant
    étourdi et bougillon._ M. Bescherelle, qui a recueilli ce mot,
    ne le donne que comme substantif; nous l'employons fréquemment
    comme adjectif.

  BOUGILLONNAGE, s. m. Action de _bougiller_.

  BOUGILLONNER, v. n. Se dit des personnes, principalement des
    enfants, et signifie: Être dans un mouvement continuel et
    fatigant.

  BOUGNET, ETTE, adj. Se dit des enfants et signifie: Joli, gentil,
    mignon. Voyez le mot suivant.

  BOUGNON, adj. et s. des 2 genres. Joli, gentil, mignon. _Un
    bougnon d'enfant. Cette petite est bougnon. Quel bougnon que
    votre Amélie!_

  BOUÏE, s. f. Petite lessive. _Tu fais la lessive, Madelon?--Non,
    Madame, ce n'est qu'une bouïe._ Les mots _Bouïe_ et _buie_ se
    disent en Suisse, en Savoie, en Bourgogne et dans le Lyonnais;
    _bouaye_ ou _boaïe_ se disent dans les Vosges; enfin le vieux
    mot de _buée_ est encore d'un fréquent usage dans plusieurs
    provinces du nord et de l'orient de la France.

  BOUILLIR, v. n. et a. Ce verbe est estropié dans les phrases
    suivantes: _Quand ma servante me répondait avec ce mauvais ton,
    je bouillissais_ (je bouillais). _Eh bien, Jacqueline,
    qu'attendez-vous là, plantée comme une idoine?--Pardine, Madame,
    j'attends que ce maudit coquemar bouillisse_ (bouille).--_Eh! ne
    voyez-vous pas qu'il bouillit_ (qu'il bout), _et que moi aussi
    je bouillis d'impatience_ (je bous d'impatience) _en voyant vos
    patetages?_

  BOUILLON, s. m. Pluie, grosse pluie, averse. _Nous allons avoir du
    bouillon._ A Rennes, _mettre les pieds dans le bouillon_,
    signifie: Mettre les pieds dans la crotte.

  BOUILLON À LA REINE, s. m. Lait de poule. _Prendre un bouillon à
    la reine._ Terme languedocien, etc.

  BOUILLON BLANC. Breuvage empoisonné. _Elle fit tout doucettement
    prendre au cher homme un bouillon blanc,... et ni vu ni connu._
    On dit en français, dans le même sens: Administrer un bouillon
    d'onze heures.

  BOUILLON POINTU, s. Lavement. Français populaire.

  BOUION, s. m. Petite lessive, petite _bouïe_.

  BOULANT, adj. m. Voyez BOLANT.

  BOULE, s. f. Nous disons figurément: _Perdre la boule_, pour:
    Perdre la tête, se troubler dans un discours, perdre le fil de
    ses idées. _Avant l'audience, il parlait crânement et avec un
    flux de paroles; arrivé devant le juge, il perdit la boule, et
    balbutia._ Expression signalée aussi dans le _Dictionnaire
    jurassien_ de M. MONNIER.

  BOULE, s. f. Nous disons figurément: _Tenir pied en boule_, pour
    signifier: Être assidu, être appliqué. On dit en français: Tenir
    pied à boule.

  BOULEVARI, s. m. Grand bruit, grand tapage, grand désordre. _Un
    boulevari assourdissant._ Terme français populaire. A Reims on
    dit: _Houlvari_. Le dictionnaire de l'Académie dit: «Hourvari.»

  BOULI, s. m. _Du bouli; un bon bouli._ Terme français populaire.
    Écrivez et prononcez «Bouilli,» en mouillant les _ll_.

  BOURANFLE ou BOURENFLE, adj. Enflé, bouffi. _Un visage bouranfle;
    des joues bouranfles. Tu es aujourd'hui un peu bouranfle._ Terme
    suisse-roman et savoisien. En provençal, _boudenfle_; dans le
    dictionnaire de Cotgrave [édition de 1650], on trouve
    _bourranflé_.

  BOURDIFAILLE, s. f. Sorte de pâtisserie.

  BOURDIFAILLE, s. f. Femme sans tête, femme étourdie et négligente.
    Dans l'_Album de la Suisse romane_, tome I, page 122, Mr J.-Fr.
    Chaponnière a tracé un spirituel portrait de la _Bourdifaille_.
    Nous y renvoyons nos lecteurs. _Bourdifaiho_, en provençal, veut
    dire: Ravauderies, bagatelles, guenilles, rebuts. A Neuchâtel,
    _bourdifaille_ est synonyme de «Canaille.»

  BOURGUIGNÔTE, s. f. Bourguignonne, paysanne du Jura. _Votre dame
    est aussi marchandeuse qu'une bourguignôte._ On disait dans le
    vieux français: _À la Bourguignôte_, pour signifier: A la façon
    des Bourguignons.

  BOURI! BOURI! Cri dont on se sert dans nos basses cours pour
    appeler les canards. En Normandie et dans le vieux français,
    _bourre_ signifie: «Canard;» dans le patois lorrain on dit:
    _Bouorre_. Dans le patois vaudois, _bourita_ est le nom de la
    femelle du canard.

  † BOURIAUDER, v. a. Tourmenter, faire souffrir.

  BOURILLON, s. m. Nombril. Dans le patois du Jura on dit:
    _Berelion_; dans le patois de la Bresse, _beurelion_. Dans le
    dialecte languedocien, _bourillon_ signifie: «Bourgeon.»

  BOURNEAU, s. m. Nous appelons _bourneau_: 1º Le tuyau de bois, de
    grès ou de terre cuite, destiné à conduire l'eau à une fontaine;
    2º Par extension, la fontaine elle-même. _Le bourneau du Molard.
    La conche d'un bourneau. Tomber dans le bourneau. Changer les
    bourneaux. Les bourneaux sont arrêtés._ Terme suisse-roman et
    savoisien. Dans le midi de la France et en vieux français,
    _bourneau_ a le sens de Tuyau de grès ou de terre cuite.

  BOURRAIN, s. m. Brisures de menu bois, menues parcelles qui se
    détachent des fagots entassés dans un grenier. _Une poignée de
    bourrain. Ramasser du bourrain._ En français, _bourrée_
    signifie: «Bois menu et mauvais.» A Rennes, les balayeurs
    s'appellent _des bourriers_.

  BOURRATIF, IVE, adj. Se dit d'un mets qui bourre et rassasie
    promptement. _Nos matafans et nos châchauds à la drachée sont
    bourratifs._ Terme un peu trivial.

  BOURREAUDE, s. f. Femme qui se livre à des actes de cruauté.
    _Voyez cette bourreaude qui va noyer elle-même son chat._

  BOURREAUDER, v. a. Faire souffrir, tourmenter. _Bourreauder un
    chien; bourreauder un lapin. Bourreauder un petit enfant._ Terme
    suisse-roman et savoisien, connu aussi dans le nord de la
    France. _Bourreauder une poupée_, c'est: La gâter, l'abîmer. En
    Franche-Comté, _bourreauder un ouvrage_, c'est: Le bousiller, le
    faire avec précipitation et sans soin.

  BOURREAUDEUR, BOURREAUDEUSE, s. Se disent quelquefois pour:
    Bourreau, _bourreaude_.

  BOURRÉE, s. f. Fougade, travail acharné mais court; effort
    considérable, mais qui dure peu. _Travailler par bourrées._ En
    Languedoc on dit: _Bourrade; donner une bourrade_. A Rumilly
    (Savoie), _une bourrée de mal de ventre_, c'est: Une douleur
    violente, mais courte, de mal de ventre.

  BOURRÉE, s. f. Bourrade, rebuffade, réprimande faite avec humeur,
    avec dureté et avec une sorte d'éclat. _Faire une bourrée._
    «Bourrer» est français dans le sens de Tancer durement et en
    élevant la voix.

  BOURRER, v. a. Pousser rudement après soi. _Bourrer les portes._

  BOURRIQUE (UN). _Le bourrique se mit à galoper et l'enfant tomba._
    Bourrique est féminin.

  BOURROCHE, s. f. Plante potagère. _Sirop de bourroche._ Terme
    vieux français. On dit aujourd'hui: «Bourrache.»

  BOURTILLE, s. f. Sous-bois.

  BOUSINER, v. a. Tracasser, ennuyer, chiffonner, vexer.
    _Laisse-moi, Gaspard, tu me bousines. Lequel, de vous autres,
    voudrait s'en retourner avec moi? Je me bousine ici._ Terme
    trivial, qui appartient au français populaire.

  BOUTE-ROUE, s. m. Borne qu'on établit au coin ou le long des rues
    et des chemins. _Heurter contre un boute-roue._ Terme connu dans
    le Berry et ailleurs. En Dauphiné on dit: _Un butte-roue_; en
    Savoie, _un chasse-roue_.

  BOUTIFAILLE, s. f. Mangeaille, victuailles, vivres, provisions de
    bouche. [P. G.]

  BOVAIRON, s. m. Jeune gardeur de vaches, petit bouvier. On donne
    quelquefois le nom de _bovaironne_ aux gardeuses de vaches.

  BRAFFE, s. f. La _braffe_ est une femme qui fait les choses vite
    et mal; une femme qui cause beaucoup, s'agite et se trémousse
    pour des résultats insignifiants et chez laquelle on ne trouve
    d'ordinaire ni économie, ni ordre, ni tenue, ni propreté. Ce mot
    de _braffe_, emprunté à nos campagnards, vient du mot _brasse_
    (indicatif du verbe «Brasser»), les lettres _ss_ ou _s_ se
    changeant fréquemment en _f_ dans notre patois. Une _braffe_ est
    donc celle qui aime à _brasser_ beaucoup d'affaires. A Chambéry
    on appelle _brasse-femme_ celle qui est toujours en mouvement.
    Dans nos Alpes, _brassa_ se dit d'une femme qui se mêle sans
    nécessité des affaires d'autrui.

  BRAILLÉE, s. f. Cris, paroles prononcées en braillant. _Tu
    m'essourdelles avec tes braillées. Braillée_ est quelquefois
    synonyme de Gronderie. _Peu à peu il se fâcha et nous fit une
    braillée._

  BRAISES (DES). Ce mot ne s'emploie pas au pluriel. On ne dira donc
    pas: _Le fayard fait des braises excellentes. Notre soupe versa
    dans les braises. Étouffer des braises._ Dans ces exemples, et
    exemples semblables, mettez le singulier.

  BRAMÉE, s. f. Cri, hurlement. _Faire des bramées. Pousser des
    bramées._

  BRAMER, v. n. Crier, hurler, parlant des personnes. Terme vaudois,
    dauphinois, etc. En français, «Bramer» ne se dit que du cerf.
    En Languedoc: _Bramer_, et dans notre patois, _bran-ma_, se
    disent du beuglement des vaches et des bœufs.

  BRAND ou BRANT, s. m. Bande de papier soufré qu'on brûle dans les
    futailles pour fortifier le vin. En allemand: _Brand_. _Ce vin
    est bon, mais il a un goût de brand._

  BRANDE, s. f. Hotte faite de douves, hotte de bois pour porter la
    vendange, le vin, l'eau ou d'autres liquides. _Les bretelles
    d'une brande._ Terme suisse-roman et savoisien. A Fribourg on
    dit: _Brente_; en Provence, _brindo_.

  BRANDÉE, s. f. Le contenu d'une _brande_.

  BRANDENAILLES, s. f. pl. Terme de pêcheur. Blanchaille, menu
    fretin, petites perches, _perchettes_.

  BRANDER, v. a. Faire brûler dans une futaille un papier soufré.
    Voyez BRAND.

  BRANLETTES, s. f. pl. Échalottes, ciboulettes, espèce d'ail.
    _Cueillir des branlettes._ Terme suisse-roman.

  BRANQUER, v. a. Braquer. _Branquer un canon; branquer une
    lunette._ Terme suisse-roman.

  BRAQUE, s. m. Vantard, hâbleur, blagueur. «Braque,» en français,
    veut dire: «Étourdi, inconsidéré.»

  BRASAILLE ou BRAISAILLE, s. f. Menu charbon, poussier de charbon
    de bois. Dans le canton de Vaud on dit: _Braisette_ ou
    _brasette_.

  BRASSE, s. f. Brassée, nagée, espace que parcourt un nageur par un
    seul mouvement de ses bras et de ses jambes. _Notre fils
    commence à savoir nager: il fait douze brasses de suite._

  BRASSE (LA). Les bras, le courage, la force. _Couper la brasse;
    ôter la brasse. Tes histoires de champs de bataille et
    d'hôpitaux m'ont coupé la brasse._ Expression connue dans le
    canton de Vaud.

  BRASSE-CORPS (À), loc. adv. À bras-le-corps, c'est-à-dire: «À
    bras (qui entourent) le corps.» _Ils se prirent à brasse-corps._
    Français populaire.

  BRASSÉE, s. f. _Se battre à la brassée_, signifie: Lutter, se
    prendre corps à corps avec quelqu'un pour le terrasser.

  BRASSER, v. a. _Brasser la boue_, signifie: Marcher dans la boue,
    patauger, barboter. A Neuchâtel on dit: _Brasser dans la boue_.

  BRASSER LES CARTES. Mêler les cartes.

  BRASSEUR DE BIÈRE, s. m. Brasseur. _Ils se donnèrent rendez-vous
    chez le brasseur de bière._ Cette faute nous vient de la Suisse
    allemande. _Bierbrauer_ signifie littéralement: Brasseur de
    bière.

  BRASSERIE DE BIÈRE, s. f. Brasserie.

  BRAVE, adj. Joli, joliet, mignon, grassouillet. En français,
    «Brave,» appliqué aux enfants, signifie: Bien paré, vêtu avec
    soin. [ACAD.]

  BRAVET, ETTE, adj. Joli, gentil, mignon. _Que notre Élisa était
    bravette avec son chapeau rose!_ Terme dauphinois, languedocien,
    etc.

  BRECAILLON ou BROCAILLON, s. m. Dénomination dérisoire donnée aux
    soldats de l'ancienne milice, et, par extension, à tout
    fantassin qui est mal équipé. Ce terme a vieilli. En français,
    _briquaillon_ signifie: Vieux restes d'un pot cassé, objet de
    rebut.

  BREDOUILLE, s. f. et adj. Celui ou celle qui fait les choses à
    l'étourdie, sans exactitude et sans soin. En Dauphiné et en
    Lorraine, _bredouille_ se dit d'une personne qui ne parle pas
    distinctement.

  BREDOUILLON, s. m. Diminutif de _bredouille_.

  † BREGANTIN, s. m. Brigantin, sorte de barque.

  BREGAUSSER ou BREGAUCHER, v. n. Tracasser, ranger, nettoyer dans
    un appartement.

  BREGOLET, s. m. Roulette d'enfant, machine roulante où les
    enfants se tiennent debout lorsqu'ils commencent à faire
    quelques pas.

  BREGON, s. m. Se dit d'une domestique active et bruyante, d'une
    domestique toujours en action, toujours agitée. _Justine est un
    bon bregon._

  BREGONNER et BREGOUNER, v. n. Faire du bruit en se trémoussant
    dans les diverses occupations du ménage. _Nous l'entendîmes
    bregonner toute la nuit. Elle bregonnait dans la chambre
    avoisinante, et nous empêchait de dormir._ Ce terme et les trois
    précédents tirent leur origine du mot _brego_, qui, dans le
    patois vaudois signifie: Rouet, machine à roue dont on se sert
    pour filer, et dont le bruit devient souvent importun.

  BRELAIRE (UNE). Une tête légère, une personne évaporée, un
    étourneau. _Il oublie tout, il embrouille tout: c'est une
    brelaire, c'est une tête de brelaire._ Dans les cantons de Vaud
    et de Fribourg, _brelaire_ signifie: Fantaisie, caprice, lubie,
    idée bizarre. _Avoir une brelaire; une brelaire lui a passé par
    la tête._

  BRELANCHER, v. n. Vaciller, locher, chanceler, branler, n'être pas
    bien ferme. _Notre Jacques avait trop bu et il commençait à
    brelancher. Mes enfants, cottez donc votre table, vous voyez
    bien qu'elle brelanche. Brelancher_ est probablement un
    diminutif de «Branler,» v. n.

  BRELAUDES ou BRELÔDES, s. f. pl. Lambeaux, pièces, loques. _Il
    avait un chapeau gras et percé, et son habit s'en allait tout en
    brelaudes._ Terme connu dans le canton de Vaud. Au sens figuré,
    _avoir la tête en brelôdes_, veut dire: Avoir la tête fatiguée
    et souffrante.

  BRELAUDÉ, ÉE, adj. Qui est gâté, qui est déchiré, qui s'en va en
    _brelaudes_. Voyez ce mot.

  BRELINGUE, s. f. Mauvaise voiture. En français, «Berlingot»
    signifie: Berline.

  BRELINGUER, v. a. Voiturer.

  BRELINGUER (SE), v. pron. Se faire voiturer, se promener en
    voiture. _Je m'ennuyais, j'étais seul: je me fis brelinguer deux
    fois par l'omnibus de Fernex. Brelinguer_ ne se dit qu'en
    plaisantant, et se prend d'ordinaire en mauvaise part.

  BRELOQUE, s. f. Se dit d'une personne bavarde, d'une personne sans
    jugement et sur laquelle on ne peut compter. _Ne l'écoutez pas,
    c'est une breloque; c'est une tête de breloque._ «Battre la
    breloque» est une expression française qui signifie: Divaguer,
    déraisonner.

  † BRELUE, s. f. _Avoir la brelue_. Terme français populaire et
    vieux français. On dit aujourd'hui: «Berlue.»

  BRELURIN ou BRELURON, s. m. Étourdi, tapageur. _Après le bal, nos
    brelurins se mirent à boire et à faire mille extravagances._

  BRENIQUE, adv. Bernique, bernicles, point du tout. _Je comptais
    sur sa visite: mais brenique! il n'a pas paru._

  BRESOLER ou BRISOLER, v. a. Rissoler, rôtir. _Châtaignes
    bresolées._ Terme suisse-roman et savoisien. Au sens figuré,
    _bresoler_ signifie: Être impatient, pétiller d'impatience. _Il
    bresole d'être marié. Nos deux enfants bresolent d'aller sur un
    bateau à vapeur; ils en bresolent d'envie._ Expression qui
    appartient au langage le plus familier. _L'os qui bresole_, est
    une dénomination plaisante donnée à ce nerf du coude que les
    médecins appellent «Nerf cubital.» Quand ce nerf reçoit un coup
    sec, la main et le bras en éprouvent un frétillement, un
    _bresolement_ très-douloureux.

  BRESOLEUSE, s. f. Femme qui _bresole_, femme qui rôtit des
    châtaignes et les vend au coin des rues. _La mère Colloux, la
    bresoleuse, vient de mourir._

  BRETANTAINE, s. f. _Courir la bretantaine._ Le mot français est
    «Pretentaine.»

  BRETIFAILLE, s. f. Le mot français correspondant est
    «Promiscuité,» c'est-à-dire: Mélange confus et désordonné.
    _Dans plusieurs écoles les enfants sont instruits à la
    bretifaille_; c'est-à-dire: Pêle-mêle, jeunes garçons et jeunes
    filles à la fois. _Les moissonneurs et les moissonneuses sont
    entassés le soir à la bretifaille._ [P. G.] Ce mot n'est qu'une
    corruption du mot _Bourdifaille_, p. 58.

  BRETILLANT, ANTE, adj. Croustillant. _Pain bretillant, pâtisserie
    bretillante_, c'est-à-dire: Dont la croûte est bien cuite, ferme
    et friable.

  BRETINTAILLE, s. f. Pretintaille, ornements de femme, frivolités,
    bagatelles, choses de peu de valeur.

  BRIBANDER, v. a. Se promener sans but, flâner, fainéanter, mener
    une vie oisive et vagabonde. En vieux français, _briban_
    signifie: Mendiant.

  BRIFE, s. f. Espèce de petit-lait blanc et épaissi qui se forme
    sur le _séret_ dans la chaudière d'une laiterie. [P. G.]

  BRIFFE-TOUT, s. m. Celui qui gâte tout, fripe et détruit tout.
    _Votre Hippolyte est un briffe-tout._

  BRINNÉE, s. f. Volée de coups, rossée. _Flanquer une brinnée._
    Terme trivial.

  BRINNER, v. n. Résonner, renvoyer un son léger mais clair. Se dit
    surtout des objets en métal. _J'entendais brinner un grelot.
    Elle faisait brinner ses petits sous dans sa cachemaille._ Dans
    le patois du Faucigny, _brin-nà_ signifie: «Tonner.» _Y brin-ne_
    (il tonne).

  BRIONNER, v. a. Émietter, réduire en petits morceaux. _Brionner
    son pain._ En provençal, _briè_ signifie: Miette de pain; et
    _friouna_ a le sens de notre mot _brionner_.

  BRIQUE, s. f. Signifie: 1º Débris, éclat, partie ou fragment d'une
    chose cassée; 2º Pièce, morceau d'une chose non brisée. _Les
    briques d'un vase; les briques d'une terrine. Voilà ma jolie
    pipe en briques! Il vendit tout son ménage brique par brique_
    (pièce à pièce). _Il avait mis ses vêtements en gage jusqu'à la
    dernière brique. Ta lessive est-elle sèche, Marion?--Oui,
    Madame, à l'exception de deux ou trois briques._ Terme
    suisse-roman, savoisien, lyonnais et franc-comtois.

  BRIQUET, s. m. Petit cheval.

  BRISE, s. f. Miette, brin, petit fragment d'une chose brisée.
    _Brises de pain; brises de sucre. Ils achetèrent chez le
    confiseur pour deux sous de brises._ Terme méridional.

  BRISER EN ARGENT. Convertir en argent la valeur de divers objets
    mobiliers pour en faire une somme. Terme de pratique.

  BRISÉS, s. m. pl. _Aller sur les brisés de quelqu'un._ Chercher à
    s'emparer de la place qu'il occupe. Le mot français est
    «Brisées,» s. f. pl.

  BRISETTE (UNE). Un brin, une petite _brise_, tant soit peu. Terme
    languedocien.

  BRISOLER, v. a. Voyez BRESOLER.

  BRISSELET, s. m. Sorte de gaufre plate. _Un plat de brisselets.
    Les brisselets du nouvel an._

  BROSSETIER, s. m. Brossier, celui qui fait les brosses ou qui les
    vend.

  BROSSU, UE, adj. Se dit des personnes et signifie: Hérissé, qui a
    les cheveux crépus. Terme connu dans le canton de Vaud et dans
    une partie de la Savoie.

  BROT, s. m. Terme d'agriculture dont on se sert pour désigner les
    jeunes sarments de vigne quand ils sont tendres et cassants. Il
    ne faut pas confondre ce terme avec le mot français «Brout,» qui
    ne se dit que de la pousse des jeunes taillis au printemps,
    lesquels sont _broutés_ par les bestiaux. [P. G.]

  BROTTER, v. a. Brocher, écrire vite et mal, gribouiller. _Brotter
    un pensum. En vingt minutes il avait brotté toute sa tâche._

  BROUHÂR, s. m. Brouhaha. _Tout le monde parlait à la fois: c'était
    un brouhâr à n'y pas tenir._

  BROUILLARD, s. m. Brouillon. _Le brouillard d'une lettre. Écrire
    sans faire de brouillard._ Terme méridional.

  BROUILLARDS, s. m. pl. Nous disons proverbialement d'une affaire
    que nous regardons comme fort incertaine et fort chanceuse:
    _Elle est sur les brouillards du Rhône_. On dit à Paris, dans le
    même sens: «Ma créance est hypothéquée sur les brouillards de la
    Seine.»

  BROUILLER, v. n. Tromper au jeu, tricher.

  BROUILLON, BROUILLONNE, s. Tricheur, tricheuse.

  BROUSTOU et BROSSETOU, s. m. Gilet de flanelle qui se porte sur la
    peau. Terme formé du mot allemand _Brusttuch_.

  BRUCHON, s. m. Brin de paille, brin de bois. _Il lui était entré
    un bruchon dans l'œil._ En Bretagne, _brochon_ veut dire: Petit
    morceau de bois.

  BRUGNOLE, s. f. Brignole, sorte de prune desséchée qui vient de
    Brignoles, ville de Provence.

  BRÛLE (LE). Le brûlé. _Odeur de brûle. Ta robe sent le brûle._
    Terme français populaire. A Lausanne et à Neuchâtel on dit: _Le
    brûlon_.

  BRÛLE-BOUT, s. m. Brûle-tout, sorte de petit cylindre d'ivoire, de
    métal, d'albâtre, sur lequel on met un bout de bougie ou de
    chandelle qu'on veut brûler entièrement.

  BRÛLEMENT, s. m. _Avoir un brûlement dans le gosier, un brûlement
    dans l'estomac. Je n'ai pu dormir à cause d'un rhume affreux et
    d'un brûlement continuel dans la poitrine._ Ce mot, si connu
    chez nous, est inusité en France, s'il en faut croire tous les
    dictionnaires usuels.

  BUCHANCE ou BUCHÉE, s. f. Terme des collégiens. Batterie, conflit
    entre écoliers.

  BÛCHE DE BOIS, s. f. Bûche. _Nous avions brûlé, dans cette
    seule journée, douze bûches de bois._ Ce pléonasme, si c'en est
    un, se retrouve dans le canton de Vaud, à Neuchâtel, en
    Dauphiné, à Lyon, à Limoges, en Languedoc, en Lorraine, et sans
    doute ailleurs.

  BÛCHE DE PAILLE, s. f. Brin de paille. En vieux français, _bûche_
    signifiait: «Brin de paille;» ce qui explique fort bien nos
    expressions: _Bûche de bois_ et _courte-bûche_ (courte-paille).

  BÛCHER, v. neutre. Travailler à force, s'occuper vigoureusement,
    abattre une besogne considérable. _Amusons-nous encore
    aujourd'hui; demain il faudra bûcher._ En vieux français,
    _bûcher_, v. n., signifie: Abattre du bois, faire des bûches.

  BÛCHER, v. actif. Rosser, battre très-fort. _Bûcher un cheval;
    bûcher une bourrique._ Terme savoisien, normand, etc.

  BÛCHETTE, s. f. _Élever un oiseau à la bûchette._ Terme français
    populaire. Dites: À la brochette. _Élever un enfant à la
    bûchette_, c'est l'élever tendrement et délicatement.

  BÛCHEUR, s. m. Grand travailleur. _Alexis n'a pas un esprit bien
    éminent; mais c'est un bûcheur._

  BUCHILLES, s. f. pl. Bûchettes, menu bois qu'on ramasse dans les
    forêts. _Une flambée de buchilles; une hottée de buchilles.
    Mettre le vin sur les buchilles._ Terme suisse. Ce que nous
    appelons _Chapeaux de buchilles_, s'appelle à Paris «Chapeaux de
    bois.»

  BUCHILLONS, s. m. pl. Copeaux, menues _buchilles_.

  BUFFÉTERIE, s. f. Buffleterie, certaines parties de l'équipement
    d'un soldat. R. _buffle_.

  BUFFLE, s. m. Jeu d'écoliers. _Jouer à buffle; faire à buffle._ De
    ce substantif a été formé le verbe _buffler_. _Je t'ai bufflé,
    tu es bufflé._

  BUGNE, s. m. Chapeau de feutre.

  BUGNET, s. m. _Pâte de bugnet. Faire des bugnets._ Terme français
    populaire. Dites: Beignet.

  BUGNON, s. m. Beignet.

  BUIDON, s. m. Écurie à porcs, porcherie.

  BUMANT, s. m. Engrais, fumier. En patois, _bù_ veut dire: «Un
    bœuf.»

  BUMANTER, v. a. Mettre de l'engrais, mettre du _bumant_. _Bumanter
    un pré._

  BUSCULER, v. a. Bousculer.


C

  CABARET, s. m. Sorte de petite table.

  CABINET, s. m. Atelier d'horlogerie. _État de cabinet_ se dit
    d'une profession prise dans une des branches de l'horlogerie.

  CABINOTIER, s. m. Ouvrier horloger. Terme dérisoire.

  CABOLER, v. a. Déformer, bossuer. _Caboler une montre; caboler un
    arrosoir. La bouilloire tomba et fut cabolée._ En Franche-Comté
    et en vieux français, on dit: _Cabouler_. A Besançon, _caboule_
    signifie: Bosse que l'on se fait au front par l'effet d'un coup.

  CABORGNON ou CABOURGNON, s. m. Cabinet borgne.

  CABOSSE, s. f. Caboche, tête. _Bonne cabosse; forte cabosse; avoir
    de la cabosse._ Terme méridional.

  CABOSSER, v. a. Bossuer, déformer. _Cabosser de l'étain; cabosser
    un pochon. Nos fashionables s'étudient à cabosser leurs chapeaux
    avec art._ Ce terme, qui appartient au vieux français, s'est
    conservé dans le langage français populaire.

  CABOURNE ou CABORNE, s. f. Baraque, cabine, petit logement,
    cache. _Abattre une caborne._ Terme savoisien. En provençal et
    en languedocien, _caborno_ signifie: Antre, caverne, tanière,
    réduit, cache; en Franche-Comté, _cabourot_, réduit obscur,
    cabinet borgne. Voyez le mot S'ENCABOURNER.

  CABUSSE, adj. féminin. Le dictionnaire de l'Académie et tous les
    autres dictionnaires modernes refusent un _féminin_ à l'adjectif
    «Cabus.» Ils disent: «Chou cabus,» et rien autre. A Genève nous
    disons: _Laitue cabuce_ ou _cabue_, et les dictionnaires de
    Robert Estienne et de Cotgrave le disent aussi.

  CACABO, s. m. (_o_ bref.) Tache d'encre sur le papier, pâté.
    _Faire des cacabos._ A Chambéry on dit: _Cacabon_.

  CACADIOT, s. m. Demi-imbécillité, état d'enfance. _Tomber dans le
    cacadiot._ Expression triviale. On dit aussi: _Un cacadiot_,
    pour signifier Un idiot, un personnage stupide.

  CACAPHONIE, s. f. Cacophonie.

  CACHARD, ARDE, adj. et subst. Se dit d'une personne mystérieuse et
    sournoise.

  CACHEMAILLE, s. f. _Cachemaille en terre cuite. Mettre dans la
    cachemaille; briser la cachemaille._ Terme méridional. _Maille_
    est le nom d'une ancienne petite monnaie, valant un centime.
    Quelques personnes disent, par corruption: _Cachemille_. Le mot
    français est «Tire-lire.»

  CACHER, v. a. Serrer, enfermer. _Cacher des joujous_, c'est: Les
    serrer dans le tiroir, dans la boîte, dans l'armoire qui leur
    est destinée. _Aie un peu d'ordre, Jules, et va cacher tes
    habits._ Dites: «Et va serrer tes habits.»

  CACHOTTER, v. n. Faire des cachotteries. _Durant tout le bal ils
    n'ont fait que cachotter et se moquer. À quoi bon tant
    cachotter?_ Terme vaudois, dauphinois, lorrain, etc., qu'on ne
    trouve dans aucun dictionnaire moderne, mais dont Mme de Sévigné
    a fait usage: «Je lui contai tout naïvement mes petites
    prospérités, ne voulant point les _cachotter_. À Genève,
    _cachotter_ est un verbe neutre.

  CACIBRAILLE ou CASSIBRAILLE, s. f. Se dit des personnes, et
    signifie: Racaille, lie, rebut. _Ne fréquente pas ces gens-là,
    c'est de la gogne, c'est de la cassibraille._

  † CADENAR, s. m. Cadenas.

  CADENATER, v. a. Cadenasser. _Cadenater une porte, cadenater un
    coffre._ Terme formé de _cadenat_ (_t_ final), ancienne
    orthographe du mot «Cadenas.»

  CADENATIÈRE, s. f. Se dit de la charnière et de l'anneau auxquels
    s'adapte le cadenas. Ni _cadenatière_ ni _cadenassière_ ne sont
    français.

  CADET (LE). Le moindre. Ne s'emploie guère que dans cette phrase:
    _C'est le cadet de mes soucis_; c'est-à-dire: C'est le dernier,
    c'est le moindre de mes soucis.

  CADRACTURE, s. f. Terme d'horlogerie. Cadrature.

  CADRE DE LIT, s. m. Ciel de lit.

  CADRETTE ou QUADRETTE, s. f. Sorte de jeu de cartes qu'on joue à
    quatre personnes, et qui est surtout en usage parmi les
    domestiques et les cochers. _Faire la cadrette._

  CAFFARD, s. m. Blatte, insecte qui recherche les endroits chauds,
    les fours, par exemple, et les cuisines. Au figuré, _feu de
    caffard_ signifie: Grand feu. _Vous mettez dans cette
    chaufferette un feu de caffard._ Terme savoisien et lyonnais.
    Nous disons aussi, mais abusivement: _Rouge comme un caffard_.

  CAFFE, s. fém. _Casse_, casserole. Nous citons ce mot à cause de
    ce dicton populaire: _Il y a caffe et caffe, dit le magnin_;
    c'est-à-dire: Il y a une distinction à faire entre les choses
    qui paraissent au premier coup d'œil toutes semblables. _Mais,
    dites-moi, Monsieur le cordonnier, je n'ai payé jusqu'ici mes
    souliers que huit francs, et vous m'en demandez dix!--Monsieur
    le professeur, il y a caffe et caffe: je vous apporte des
    souliers qui sont à double semelle et en cuir de vache._
    _Caffe_, mot patois, est notre mot genevois _casse_ (casserole).

  CAFFE, loc. adv. Rien, néant, bernique.

    Le poisson vient: autre tatouille,
    Des moutailes, des rondions,
    Accommodés en milcantons:
    Mais cherchez-y du beurre... _caffe_.

    [CH.]

  CAFIOT, CAFIOTE, s. Nabot, nabote; garçon ou fille d'une taille
    ridiculement petite.

  CAFORNET ou CAFOURNET, s. m. _Faire le cafornet_, se dit des
    femmes qui se tiennent baissées et comme accroupies sur leur
    chaufferette. _Cafforno_, en provençal, signifie: Cabinet
    sombre.

  CAGNE, s. f. Cache, cachette, bon coin. _Jouons à ilaî, jouons à
    ilaî! Je sais une cagne, une excellente cagne. Venez tous avec
    moi, je sais la cagne du diot._ Dans le patois vaudois on dit:
    _Can-ne_. _Se can-ner_ se blottir. En languedocien et en vieux
    français, _cagnard_ signifie: Abri.

  CAHOTEMENT, s. m. Cabotage, cahot, secousse qu'on éprouve dans une
    voiture qui chemine sur un terrain raboteux. Terme suisse-roman,
    dauphinois, gascon, orléanais, parisien populaire, etc.
    _Cahotement_, mot connu partout, vaut bien Cahotage, qui est
    beaucoup moins usité.

  CAILLE, s. f. _Il attend que les cailles lui tombent toutes
    rôties_: se dit d'un paresseux qui voudrait avoir les choses
    sans peine. Les dictionnaires français disent: «Il attend que
    les alouettes lui tombent toutes rôties.»

  CAILLÉE, s. f. Caillé, lait caillé, caillebotte.

  † CAILLOTON ou CAILLOU, s. m. Caillot, grumeau. _Des caillous de
    sang; des caillous de lait tourné._

  CAÏON, CAÏONNE, s. Ne se dit que des personnes, et signifie:
    Très-sale, très-malpropre. _Faut-il être caïon pour relever une
    pomme rongillée et la manger!_ Terme connu en Savoie, en
    Dauphiné et en Franche-Comté.

  CALABRE (LA). _Battre la Calabre._ Déraisonner, battre la
    campagne.

  CALAMANDRE, s. f. Calmande, étoffe de laine, lustrée d'un côté
    comme le satin. _Un habit de calamandre._ Terme méridional. On
    dit à Lyon: _Calmandre_.

  CALAMAR, s. m. Sorte d'étui à mettre les plumes. Terme vieux
    français. R. _calamus_.

  CALEMBOURDAINE, s. f. Calembredaine. _Battre la calembourdaine_,
    signifie: Parler à bâtons rompus, déraisonner. «Calembredaine»
    est français. Mais «Battre la calembredaine» ne se trouve dans
    aucun dictionnaire.

  CALLOT, s. m. Têtard, arbre qu'on taille entièrement à des époques
    fixes. En Flandre, _hallot_ signifie: Vieux saule étêté.

  CALVINE, s. f. Calville, sorte de pomme. _Des calvines rouges._
    Terme suisse-roman, lorrain, parisien populaire, etc. Selon
    l'Académie, «Calville» est du genre masculin; selon Boiste et M.
    Bescherelle, il est féminin.

  † CAMAMILE, s. f. Camomille.

  CAMELOTTE, s. f. Contrebande. _Faire la camelotte._

  CAMOMILE, s. f. Écrivez et prononcez «Camomille,» en mouillant les
    _ll_ comme dans _Famille_.

  CAMOUFLET, s. m. Soufflet, mornifle. _Donner un camouflet._ Terme
    français populaire du nord.

  CAMPAGNE (EN). À la campagne. _Tous les étés ils vont en campagne.
    Notre cousin Bernard a un cercle en ville et un cercle en
    campagne. Mme N*** demeure toute l'année en campagne._

  CAMPAN-NE, s. f. Terme patois. Sonnette en fonte que l'on suspend
    au cou des bœufs et des vaches. Terme suisse-roman, savoisien,
    franc-comtois, méridional et vieux français. R. _campana_,
    cloche.

  CAMPE, s. f. Voyez EN CAMPE.

  CAMPÈNE, s. f. Plante nommée en français Aïault, ou Campane jaune,
    ou Narcisse sauvage.

  CAMPHRER (SE), v. pron. Faire abus de vin, ou de liqueurs.

  CAMUE, adj. f. _Une petite camue._ L'adjectif «Camus» fait au
    féminin «Camuse.»

  ÇAN, pron. rel. Terme patois, qui signifie: Ceci, cela. _Y é çan_
    (c'est cela). Ce mot _çan_, qui appartient au vieux français, se
    retrouve dans les expressions suivantes, que chacun de nous a pu
    entendre: _Çan mien, çan tien, çan nôtre, çan leur_, et qui
    signifient: Le mien, le tien, le nôtre, le leur. Dans le Jura on
    dit exactement de même. Dans le dialecte populaire du Limousin
    on dit: _Ça mien, ça tien_, etc.

  CANARD, s. m. Bourde, fausse nouvelle politique. Dans le français
    populaire, _donner des canards à quelqu'un_, signifie: Lui en
    faire accroire. [Voyez le _Dictionnaire du Bas langage_, t. I,
    p. 151.]

  CANARDER, v. n. Nager au fond de l'eau; plonger.

  CANARDIÈRE, s. f. Bateau destiné surtout à la chasse des canards
    sur notre lac.

  CANDI, CANDIE, adj. S'emploie figurément dans le sens de: Penaud,
    interdit, stupéfait, immobile d'étonnement. _Elle demeura muette
    et candie; ils restèrent candis et confondus._

  CANFARER ou CAFARER, v. a. Brûler, enflammer. _Ces épices m'ont
    canfaré la bouche. Se cafarer_, se brûler. _Quel cafarô de
    chauffe-pied tu me donnes là!_ c'est-à-dire, quel chauffe-pied
    brûlant, etc. _Être rouge comme un cafarô_, signifie: Être rouge
    écarlate. Voyez CAFARD.

  CANIULE, s. f. Canule.

  CANONNER (SE), v. pron. Boire avec excès. En français, «Canon»
    signifie: Petite mesure de boisson spiritueuse.

  CANOTER et CANIOTER, v. n. Marcher comme les canes, c'est-à-dire,
    en se balançant, en se tortillant, en jetant son corps
    successivement à droite et à gauche, _Elle canote; elle marche
    en canotant._ Dans le vieux français, _caneter_ avait la même
    signification.

  CANTALOUPE (UNE). Sorte de melon. Ce mot est masculin; il s'écrit
    «Cantaloup,» et le _p_ final est muet.

  CANTINE, s. f. Dame-jeanne, grosse bouteille de verre. Terme
    méridional.

  CAOUET, CAOUETTE, ou COUET, COUETTE, adj. et s. Se dit d'un animal
    qui n'a point de queue, ou qui a eu la queue coupée. On dit en
    français: «Écoué.» Le premier mot (_caouet_) est employé sur la
    rive gauche du Rhône et en Savoie; le second (_couet_) est en
    usage sur la rive droite et en France. [P. G.]

  CAPÉ, CAPÉE, adj. Huppé, qui a une huppe (une cape) sur la tête.
    _Alouette capée, canari capé._

  CAPELLADE, s. f. Coup de chapeau, salut qu'on fait en ôtant son
    chapeau. Terme méridional, fort ancien chez nous, puisqu'on le
    trouve déjà dans la chanson de l'Escalade:

    _Y vou leu fit on-na grant capellade._

  On dit à Neuchâtel: _Une chapelade_. R. _capel_, chapeau.

  CÂPITE, s. f. Cabane, hutte dans les jardins ou au centre des
    vignes, maisonnette rustiquement construite et isolée dans la
    campagne. _Les câpites de Plainpalais; la câpite de
    Grange-Canal; la câpite de Vésenaz._ Terme connu dans le canton
    de Vaud, et qui existait déjà dans le vieux français. L'ancien
    _Glossaire_ pense que ce terme vient du mot latin _capitatio_,
    qui signifie: «Taxe.» Il viendrait plutôt du mot latin _caput_,
    tête, sommité, parce que ces cabanes sont ordinairement placées
    de manière à dominer toute la campagne environnante.

  CAPO ou CAPOT, s. m. (_o_ bref.) Capote, sorte de chapeau ou de
    capuchon que nos dames mettent quelquefois par-dessus leur
    coiffure pour la préserver. Terme berrichon. Dans la plupart des
    dialectes de France, _capo_ a le sens de «Manteau.»

  CAPONNERIE, s. f. Poltronnerie, lâcheté.

  CAPOTE, adj. fém. Confuse, déconcertée. _Elle se retira toute
    capote. Combien elle fut capote, quand elle trouva la porte
    fermée!_ «Capot» est un adjectif des deux genres. On doit donc,
    en parlant d'une femme, dire: Elle est capot; elle s'en alla
    bien capot.

  CAPOTISANT, ANTE, adj. Qui rend capot. _Une mésaventure
    capotisante. Cette pluie est bien capotisante._

  CAPOTISER, v. a. Rendre capot, déconcerter. _Ce contre-temps nous
    capotisa. Le bal fut renvoyé à huitaine, et la jeune fille en
    fut bien capotisée. Ma réponse l'a capotisé_, écrivait De Sonnaz
    à Grenus, en 1794. Terme connu en Savoie et dans la Suisse
    romane.

  CAQUEGRAISSE, s. m. Avare, ladre, taquin.

  CAQUEUX, EUSE, adj. et s. Misérable, chétif. Se dit surtout des
    choses, et s'emploie principalement dans cette expression: _Un
    air caqueux._

  CARABASSE, s. f. Terme des campagnards. Sarments de _hutins_ avec
    lesquels on lie les haies.

  CARABASSE, s. f. Frasque, équipée, tour malin, espièglerie,
    mystère. _Faire des carabasses._ L'expression _Vendre la
    carabasse_, revient à celle-ci: Découvrir le pot aux roses. [P.
    G.]

  CARAMELLE (UNE). _De bonnes caramelles._ Ce mot s'écrit «Caramel,»
    et il est du genre masculin.

  CARCAGNOU, s. m. Se dit principalement de la petite armoire qui
    est pratiquée à l'extrémité des barques. Par extension, ce mot
    signifie: Petit réduit dans une cuisine; petite chambre borgne,
    bouge à peine éclairé. _Ils occupaient au cinquième étage deux
    mansardes et un carcagnou._

  CARCAN, s. m. _Sonner le carcan_, se dit: 1º Du son que rend un
    vase fêlé; 2º D'une personne atteinte de marasme et dont
    l'existence est compromise. Quelques-uns disent: _Sonner le
    carquet_.

  CARCASSE, s. f. Terme d'écolier. Sabot, sorte de toupie qu'on fait
    tourner avec un fouet.

  CARDE, s. f. Cardon, plante potagère. _Accommoder des cardes._
    Terme méridional.

  CARAMBOLER, v. a. (fig.) Meurtrir, contusionner. _Il tomba et se
    carambola le nez._ Ne se dit qu'en plaisantant.

  CARON, s. m. Voyez CARRON.

  CAROTTE, s. f. Betterave.

  CAROTTIER, s. m. Carotteur, celui qui tire des carottes, dupeur,
    escroc.

  CARPIÈRE, s. f. En français, ce mot ne se dit que d'un étang où
    l'on nourrit des carpes; il se dit chez nous de toute espèce
    d'étang. M. PAUTEX, dans son _Vocabulaire_, pense que notre mot
    de _carpière_ doit être rendu par celui de «Mare.»

  CARQUEVELLE, s. f. Plante. Crête de coq des prés.

  CARQUILLON, s. m. Insecte de l'espèce des charançons. _Les
    lentilles sèches sont continuellement envahies par les
    carquillons._ Dans les dialectes vaudois et neuchâtelois on dit:
    _Gorgolion_; dans le Jura, _gargouillon_; en Languedoc,
    _gourgoul_; en latin, _curculio_.

  CARRE, s. f. Ondée, averse, pluie subite et de peu de durée. _Une
    carre de pluie. Une grosse carre; recevoir une carre._ Terme de
    la Suisse romane. En Savoie, et même dans quelques villages de
    notre canton, on dit aussi bien _carre de soleil, carre de
    neige, carre de grêle_, que l'on dit _carre de pluie_. Et quand
    je demandais à un paysan savoisien le sens véritable de ce mot,
    il me répondit: Une _carre_, Monsieur, c'est un _bocon_
    (c'est-à-dire: Une petite quantité).

  CARREAU DE JARDIN, s. m. Planche de jardin, carré de jardin. _Nous
    cultivions deux carreaux de chicorée et un carreau d'asperges._
    Terme vieux français, etc.

  CARRELET, s. m. Voyez CARROLET.

  CARRÉMENT, adv. (fig.) Fermement, nettement, crânement. _Répondre
    carrément._

  CARRIEUR, s. m. Carrier, celui qui exploite une carrière,
    l'ouvrier qui y travaille. Terme vieux français. A Bordeaux on
    dit: _Carréyeur_.

  CARRIÔLER (SE), v. pron. Aller en voiture, se faire traîner en
    voiture, se faire charrier en voiture. _On les voit chaque
    dimanche se carriôler, se brelinguer._ Terme dérisoire.

  CARROLET ou CARRELET, s. m. Petit carré, petit objet coupé en
    carré. _Des carrolets de papier. Écrivez les noms sur des
    carrolets de carton et tirons au sort._ Je trouve dans une
    lettre écrite au _Journal de Genève_, le 8 décembre 1846: «Il
    faut faire bouillir les bulbes de dahlias et les couper par
    tranches et par _carrolets_.» En Normandie, _carrelet_ se dit
    d'un petit carré de papier. [Voyez DUMÉRIL, _Dictionnaire du
    patois normand_, p. 59.]

  CARRON, s. m. (_a_ bref.) Carreau de terre cuite, brique. _Les
    carrons d'une cuisine. Rougir les carrons. Carrons déjoints.
    Tomber sur les carrons._ Terme suisse-roman, savoisien et
    franc-comtois.

  CARRONNAGE, s. m. Carrelage.

  CARTE ou QUARTE, s. f. Mesure de capacité pour les solides,
    laquelle contient la sixième partie d'une coupe. _Une carte de
    châtaignes. Une carte de gros blé._

  CAS, s. m. _Faire du cas._ Faire cas, estimer. _Que penses-tu de
    Pierre Des Mouilles?--Pierre Des Mouilles? C'est un homme
    certainement dont je fais du cas._

  CASSANT, ANTE, adj. Nous disons figurément d'un homme qui, dans
    les discussions, tranche durement et contredit avec roideur:
    _C'est un homme cassant_. Expression remarquable.

  CASSE, s. f. (_a_ bref.) Poêle à frire. _Le manche d'une casse.
    Poissons à la casse; œufs à la casse._ Terme suisse-roman,
    savoisien, jurassien, lyonnais, etc. Dans le patois bourguignon
    on dit: _Caisse_. En Normandie et en Picardie on appelle _casse_
    une Lèchefrite.

  CÂSSE, s. fém. Se dit des objets cassés. _Le voiturier ne répond
    pas de la câsse._

  CÂSSE, s. f. Altération sensible dans la santé d'une personne qui
    n'est plus jeune. _Avoir une câsse. Prendre une câsse._
    Expression connue aussi dans le canton de Vaud.

  CASSÉ, adj. masc. Se dit du sang et signifie: Coagulé, figé.

  CASSÉS, adj. m. pl. Se dit des yeux et signifie: Cernés, battus.
    _Avoir les yeux cassés._

  CASSÉ, ÉE, adj. Se dit des fruits tombés de l'arbre et meurtris.
    _Poires cassées, pommes cassées. On fit avec ces fruits cassés
    une excellente marmelade._

  CASSÉ, adj. masc. Se dit du papier. Ce que nous appelons _papier
    cassé_ s'appelle en France: «Papier brouillard, papier gris.»

  CASSE-MUSEAU, s. m. Sorte de massepain très-dur et de nature à
    _casser_ les dents. En français, «Casse-museau» a une
    signification différente.

  CASSE-NOISETTES, s. m. Muscardin, sorte de mulot ou petite souris
    rousse. Les campagnards l'appellent: _Maragnou_ ou
    _casse-alagnes_.

  CASSER, v. a. (fig.) Dans le langage des cuisinières, _on casse le
    lait_, c'est-à-dire, on le dispose à s'aigrir et à tourner,
    lorsque, en été, l'on touche à un pot plein de lait, où la crême
    commence à se former, et dont l'emploi n'est pas immédiat.

  CASSEROLE D'UNE CHAUFFERETTE, s. f. Brasier.

  CASSETTE, s. f. Sorte de poêlon dans lequel on fait cuire le lait.
    _Le manche d'une cassette._

  CASSEUR, s. m. (fig.) Homme tranchant, hâbleur, fanfaron. Terme
    français populaire.

  CASSIBRAILLE, s. f. Voyez CACIBRAILLE.

  CASSIN, s. m. Ecchymose, épanchement du sang entre la peau et la
    chair, causé par une contusion. Voyez CASSÉ, no 1.

  CASSOTON, s. m. Poêlon, ustensile de cuisine.

  CASTONADE, s. f. Cassonade.

  CATAPLÂME, s. m. Écrivez et prononcez «Cataplasme,» en faisant
    sonner l'_s_.

  † CATAPLASSE, s. m. Cataplasme.

  CATARATE ou CATARAQUE, s. f. Cataracte. Terme de médecine.

  CATÉCHIME, s. m. Écrivez et prononcez «Catéchisme,» en faisant
    sonner l'_s_, comme dans le mot Gargarisme.

  CATELER, v. a. Terme rural. Élever, faire monter les gerbes au
    moyen d'une _catelle_. Le verbe français est «Poulier.»

  CATELET, CATET ou CHÂTELET, s. m. Terme des campagnards. Trochet
    de noisettes, c'est-à-dire: Noisettes qui ont crû attachées
    ensemble.

  CATELLE, s. f. Terme rural par lequel on désigne la poulie et la
    corde dont on se sert dans les granges pour élever les gerbes
    qu'on place sur le _soli_. Terme dauphinois.

  CATELLE, s. f. Brique vernissée, carreau de poterie. _Catelle
    fendue; remettre des catelles. Poêle de catelles; fourneau de
    catelles._ Terme suisse-roman. L'expression française est
    «Faïence.» Poêle de faïence.

  CÂTIULE, s. f. Ce terme, qui nous vient des campagnards, signifie:
    Femme maladive et chétive, femme qui se plaint toujours de ses
    maux et ennuie par cela même ses alentours. _Ayez un peu de
    patience avec notre pauvre câtiule._ En languedocien, _câitiou_,
    et en vieux français, _caitiu_, veulent dire: Chétif, misérable.

  CATOLION ou GATOLION, s. m. Grumeau, caillot. _Des gatolions de
    sang. Une soupe en gatolions._ On dit à Lyon: _Des catons_. Dans
    le Jura on donne le nom de _catons_ à une bouillie très-épaisse
    de farine de maïs.

  CATTE, s. f. Boucle de cheveux, mèche de cheveux. _Se prendre aux
    cattes; tirer les cattes. Fais-toi donc couper les cattes, John,
    tu as l'air d'un ours._

  CAUQUE, s. f. Terme de dérision, de compassion et d'amitié. Il se
    dit: 1º D'une vieille femme en général; 2º D'une vieille femme
    maladive; 3º D'une vieille femme grognon et commère. _Qu'as-tu,
    cousin, que tu sembles triste?--J'ai... que ma cauque est
    toujours malade et qu'elle me gongonne toujours. Toutes nos
    cauques sont en émoi à cause que le café a renchéri._

  CAUSER À QUELQU'UN. Cette expression n'est pas française. Il faut
    donc éviter les phrases suivantes, et phrases analogues: _Je lui
    ai causé après le sermon. Finis, Jules, et ne me cause plus. Sur
    les bateaux à vapeur on trouve toujours à qui causer._ J.-J.
    Rousseau a dit dans ses _Confessions_, livre VII: «La première
    fois que je la vis, elle était à la veille de son mariage. _Elle
    me causa_ longtemps avec cette familiarité charmante qui lui est
    naturelle.» Faute fréquente en Suisse, en Dauphiné, en Lorraine,
    en Franche-Comté, en Normandie, en Provence et en Languedoc,
    c'est-à-dire, faute universelle.

  CAUSETTE, s. f. Causerie, entretien qui a de l'abandon et de la
    bonhomie, conversation nourrie et animée, mais douce et facile.
    _Faire la causette._ Terme très-connu en France. «J'aime le feu,
    les criscris, une salade de homards, une bouteille de Champagne
    et la _causette_.» [_Don Juan_, chant Ier, § 134, traduction
    d'A. PICHOT.] Expression heureuse, qui n'a point d'équivalent
    dans la langue des dictionnaires et dont ils feraient bien de
    s'enrichir.

  CAVAGNE, s. f. Grande corbeille carrée qui se fabrique dans le
    Jura, et dont on se sert pour emballer. _Une paire de cavagnes._
    Terme qui nous vient de la Provence et du Piémont.

  CAVALAIRE (À), loc. adv. À califourchon, à chevauchons, jambes de
    çà, jambes de là. _Se mettre à cavalaire. Mets-toi à cavalaire
    sur moi et je te porterai._ En vieux français, _cavalart_ veut
    dire: Cavalier.

  CAVALCADER, v. n. Se dit des promenades que plusieurs personnes
    réunies font à cheval. _Nos trois étourdis s'échappèrent du
    pensionnat dès le matin, et on les aperçut dans l'après-midi
    cavalcadant près du château de Fernex._ Excellente expression,
    qui n'a pas été négligée par Töpffer.

  CAVALE, s. f. Se dit figurément d'une jeune fille qui se réjouit
    avec excès en dansant, en sautant, en gambadant. [P. G.]

  CAVALER, v. n. Prendre ses ébats, se réjouir avec excès en
    dansant, en sautant, en gambadant. [P. G.]

  CAVALIER MAL MONTÉ, s. m. Jeu d'écoliers.

  CAVALIÈRE, s. f. Terme de tailleur. Petit pont. _Cavalière_ n'est
    pas dans les dictionnaires, mais il se dit à Marseille et sans
    doute ailleurs.

  CAVALIERS (LES). Nous appelons de la sorte trois jours regardés
    comme funestes, à cause des pluies, des gelées ou des ouragans
    qui les accompagnent d'ordinaire. Ces jours sont: le 25 avril,
    fête de saint Marc; le 28 avril, fête de saint Georges, et le
    1er mai, fête de saint Philippe. Cette croyance populaire se
    retrouve en Franche-Comté, en Languedoc et ailleurs. Dans le
    Chablais (Savoie) on donne le nom de _Cavaliers_ aux trois
    derniers jours d'avril et aux trois premiers jours de mai.

  CAVETTE, s. f. Petite cave ou caverne pratiquée au dedans d'un
    poêle pour y tenir chauds les mets qu'on va servir. Terme connu
    aussi à Neuchâtel.

  CAVILLE, s. f. (_ll_ mouillés.) Bévue, erreur, sottise, méprise,
    manque-à-toucher. _Mme N** a voulu prendre en main la direction
    de sa grande campagne, et elle n'y a fait que des cavilles. Tu
    ne fais donc que des cavilles, Alexis! tu vas demander à Mme
    Bouvard des nouvelles de son mari, et tu sais très-bien qu'elle
    a divorcé depuis deux ans._ Cette expression, _Faire des
    cavilles_, est si usitée chez nous, que la plupart de mes
    lecteurs genevois, la croyant française, seront étonnés de la
    rencontrer ici.

  CAVOT, s. m. (_o_ bref.) C'est ainsi qu'on prononce, dans toute la
    Suisse romane, le mot de «Caveau» (petite cave). _La clef du
    cavōt._ «Caveau» rime avec _nouveau_.

  † CELUI-LÀ, CEUX-LÀ, pron. dém. Celui, ceux. _Que ceux-là qui
    veulent venir baigner lèvent la main! À qui est ce mâpis?--C'est
    celui-là à Jean Renaud. À qui est cette ronfle?--C'est cette-là
    à Dufournet._ Quelques-uns vont plus loin encore, et disent:
    _Cettui-là-là, cette-là-là, ceux-là-là. Bandits, vauriens!
    lequel de vous trois a jeté cette pierre?--Eh! Monsieur, ce
    n'est pas nous deusse_ (nous deux), _c'est cettui-là-là qui s'en
    sauve_.

  CENAISE, s. f. Vase d'étain destiné au transport du vin dans nos
    temples, lorsque l'on y communie. _Les cenaises sont la
    propriété de l'Hôpital._ R. _cæna_, Cène, sainte Cène.

  CENSÉMENT, adv. Cet adverbe (qui du reste n'est pas français) a
    une signification vague et bien difficile à saisir. _Le_
    _voisin Jean-François est parti censément pour un voyage; mais
    c'est pour échapper à ses créanciers. Vous voudriez savoir la
    signification du mot_ niâniou? _Eh! pardine, Monsieur, c'est
    comme qui dirait censément Louis Guillerot ou Jean Treboulioux._

  CENTIME (UNE). Un centime.

  CERCEAU, s. m. Trouble, sorte de filet rond.

  † CERCHER, v. a. Chercher. _Jean-Pierre, va-t'en voir me cercher
    ma veste._ Terme vieux français.

  CERCLE, s. m. Cerceau, jouet d'enfant.

  CÉRÉMONIEL, ELLE, adj. Cérémonieux, qui fait trop de cérémonies.
    _Ce jeune Mr B** est fort aimable, mais trop cérémoniel._

  CERUSE, s. f. _Blanc de ceruse. Blanchir à la ceruse._ Écrivez et
    prononcez, avec un accent aigu sur l' _é_, «Céruse.»

  † CÉRUSIEN et CÉRUGIEN, s. m. Chirurgien. _La voisine courut
    appeler le cérusien._ Barbarisme qui n'est pas inconnu en
    France.

  CERVELAS, s. m. Terme de charcutier. Tête marbrée, fromage de
    cochon. «Cervelas» est français dans une acception différente.

  † C'EST MOI QUE J'AI... Dites: C'est moi qui ai... _C'est moi
    que j'ai paillé vos chaises, Monsieur le Receveur, et c'est moi
    que j'ai ployé votre tante Livache._

  CET AUTRE ou S'TAUTRE! Sorte d'exclamation, qui exprime une
    surprise mêlée de doute. _Attache-moi le bras gauche, et je te
    parie de nager tout de même.--Oh! s'tautre!_

  † CETTUI-CI, CETTUI-LÀ, CETTE-CI, etc. Celui-ci, celui-là,
    celle-ci, etc. Termes vieux français.

  CHÂCHAUD ou CHÂCHÔ, s. m. Terme de boulangerie. Galette, gâteau
    plat. _Châchô au beurre, châchô à la drâchée._ Pris figurément,
    ce mot désigne: 1º Un enfant mou et paresseux, un enfant choyé
    outre mesure; 2º Toute personne flasque, lâche, qui se meut
    difficilement, ou qui se soigne, s'écoute et se dorlote à
    l'excès. _Votre jeune dame se plaint toujours de quelque
    malaise: c'est un vrai châchô._ Nos paysans disent d'un enfant
    gâté: _Y et on châchô mâ cuë_ (c'est un châchô mal cuit). Au
    milieu du dix-huitième siècle, un de nos malins citoyens, qui
    voulait blâmer certaines élections faites au Conseil des
    Deux-Cents, disait: «Ne voyez-vous pas que dans chaque fournée
    on met un _châchô_» [_Lettre de_ TREMBLEY, _avocat_.]

  CHÂCHOLER, v. a. Dorloter, choyer à l'excès. _Sa mère le châchole
    et le pourrit._ Au réfléchi, _se châcholer_, se dorloter. _Quoi,
    Fanny, il est onze heures, et tu n'es pas levée!--Que veux-tu,
    ma chère? il fait mauvais temps, j'ai un commencement de rhume,
    et je me châchole._

  CHADE, adv. Terme d'écolier. Vigoureusement, fortement, dru,
    serré. _Allons, chade, chade! donne-lui-en, tape-le-moi._ Par un
    rapprochement fortuit, mais curieux, le mot arabe _chadd_ a le
    même sens. Dans le patois lorrain, _dchâde_ veut dire chaud.
    _L'air a dchâde_ (l'air est chaud).

  CHADANCE ou CHADENCE, s. f. Force, vigueur, énergie. _Regarde cet
    agoûtion! Regarde avec quelle chadance je vais y aller!_

  CHAFOUILLER, v. n. Pignocher, manger salement et sans appétit.

  † CHAFTAL ou CHAFTANE, s. f. Chaptal, sorte de cafetière. _Son
    câfé et sa chaftal: c'est le parfait bonheur de la Joséphine._

  CHAGRIN, s. m. Nous disons: _Cette nouvelle me fait chagrin. J'ai
    bien chagrin que Philippe soit parti_, etc. Ce retranchement de
    l'article est vicieux.

  CHAÎNE D'OIGNONS. s. f. Glane d'oignons.

  CHAIRCUITIER ou CHAIRCUTIER, s. m. Charcutier.

  CHÂLÉE, s. f. Traînée d'une chose qui s'est répandue goutte à
    goutte, ou grain à grain, ou brin à brin. _Une châlée d'huile;
    une châlée de blé; une châlée de cendre; une châlée de poudre.
    Faire une châlée._

  CHALENDE. Noël, le jour de Noël. _Quel âge as-tu, Bastien?--Oh là,
    Monsieur, j'ai quatorze ans contre Chalende._ R. _calendæ_.

  CHALOUREUX, EUSE, adj. Chaleureux. _Chaloureux_ appartient au
    vieux français.

  CHAMBRE À LESSIVE, s. f. Buanderie. Rien ne ressemble moins à une
    chambre que nos _chambres à lessive_.

  CHAMBRE À MANGER, s. f. Salle à manger.

  CHAMBRE À RESSERRER, s. f. Galetas dépendant d'un appartement, et
    où l'on dépose le linge sale qui attend la grande lessive.

  CHAMEAU, s. m. (fig.) Terme grossier, qui répond à: Butor, sot
    achevé, homme stupide. _Va-t'en, chameau, et ne nous impatiente
    plus._

  CHAMEAUDER, v. a. Vexer, ennuyer, être à charge.

  CHAMPER, v. a. Jeter, jeter là, laisser tout de suite.

  CHAMPILLERIE, s. f. Se dit d'une chose qui ne vaut rien ou dont on
    ne peut tirer aucun parti. _C'est de la champillerie; tâchez de
    vous défaire de cette champillerie._ [P. G.]

  CHANGE, s. m. Terme de Cercle. _Faire le change_, signifie: Boire
    bouteille au Cercle. _Faire un change banal_, boire bouteille en
    commun. _Change de la Compagnie_, réunion militaire au cabaret.

  CHANGER, v. neutre. Tourner. Se dit des raisins qui commencent à
    prendre de la couleur.

  CHANGER (SE), v. pron. Changer de linge, changer de vêtement,
    changer. _Ils durent se changer de pied en cap. Tu es tout
    trempe, Frédéric, va te changer._ Français populaire.

  CHANTEPLEURE ou CHANTAPLEUR, s. m. Se dit d'une personne qui passe
    rapidement de la tristesse à la joie, et, _vice versâ_, de la
    joie à la tristesse. [P. G.]

  CHANTE-POULET, s. m. Œillet des Chartreux, sorte de fleur.

  CHANTER, v. n. Frémir. Se dit de l'eau qui commence à bouillir et
    à faire entendre ce frémissement des bulles qui arrivent à la
    surface. A Besançon on dit: _Crier_; en Normandie,
    _gourgousser_.

  CHANTOLEMENT, s. m. Fredonnement, chant à demi-voix.

  CHANTOLER, v. n. Chantonner, fredonner, chanter tant bien que mal,
    chanter entre ses dents. _N** avait une telle habitude de
    murmurer toujours un refrain, qu'il chantolait même aux
    enterrements._

  CHAPITOLAGE, s. m. Action de marchander, de taquiner en
    marchandant. _Finissons-en avec tous ces chapitolages. Vos
    chapitolages, ma chère Dame, n'aboutiront à rien._

  CHAPITOLER, v. n. Marchander, disputer sur le prix d'une
    marchandise, taquiner, batailler. _Vaut-il donc la peine de
    chapitoler pour si peu de chose?_ Terme très-familier, qui se
    retrouve dans l'argot des enfants au jeu des _mâpis_.
    _Chapitoler_ est probablement une corruption du mot «Capituler.»

  CHAPITOLEUR, s. m. Celui qui _chapitole_, celui qui a l'habitude
    de _chapitoler_.

  CHAPLE, s. m. Signifie: 1º Massacre, tuerie, carnage; 2º Ravage,
    dégât. _Ils en vinrent à la fin aux bâtons et aux cailloux, et
    ce fut un véritable chaple. La grêle nous a fait cette nuit un
    beau chaple._ Terme méridional et vieux français. On trouve déjà
    ce mot dans le _Roman de la Rose_, c'est-à-dire, au treizième
    siècle.

  CHAPLE-COUTEAUX (À), loc. invar. _Être à chaple-couteaux_,
    signifie: Être à couteaux tirés. _Sais-tu que nos deux
    sous-lieutenants sont à chaple-couteaux?_

  CHAPLER, v. a. Gâter, endommager un objet en le coupant, ou en
    l'entaillant avec maladresse ou avec malice. _Les écoliers se
    plaisent à chapler les tables et les pupitres. En coupant une
    gaule, il s'est chaplé le doigt. La couturière m'a chaplé cette
    robe. Voilà un manteau chaplé, abîmé._ Terme suisse-roman,
    savoisien, jurassien et méridional. «Chapeler,» en français,
    signifie: Ôter avec un couteau le dessus de la croûte du pain.

  CHAPLOTAGE, s. m. Action de _chapler_.

  CHAPLOTER, v. a. Diminutif de _chapler_. Voyez ce mot. Dans les
    patois savoisiens et dauphinois on dit: _Chapota_ ou _çapotà_;
    dans le Berry, _chapoter_.

  CHAPLOTON, s. m. Rognures, mauvais restes d'objets coupés. _Le
    tailleur avait promis de me rendre des morceaux, et il ne
    m'envoie là que des chaplotons. Le travail fini, les couturières
    laissèrent la chambre toute jonchée de chaplotons._

  CHAQUE, pron. ind. On ne dit pas: _Ces volumes coûtent six francs
    chaque_; on dit: Coûtent six francs chacun.

  CHAR, s. m. Cabriolet. _Aller en char; faire une partie de char;
    verser de char. Il faisait beau temps, nous prîmes un char. Elle
    acheta à bon marché un char d'enfant._ Dans tous ces exemples,
    _char_ n'est pas français. «Char» se dit: 1º D'une sorte de
    voiture à deux roues, dont les anciens se servaient dans les
    triomphes, dans les jeux, dans les combats. Il se dit, 2º en
    poésie et dans le style oratoire, de toute espèce de voitures,
    de chariots, et principalement d'une voiture remarquable par son
    élégance ou sa richesse. Voilà les seuls cas où le mot de _char_
    se puisse employer seul. Mais on dira très-bien: Un char de
    côté, un char à banc, un char en face, parce que ces sortes de
    voitures, propres à notre pays et aux pays qui nous avoisinent,
    n'ont point en français de terme correspondant.

  CHAR, s. m. Chariot. Nous appelons _char à échelles_ ce qu'on
    appelle en français: «Chariot à ridelles.» Nous disons aussi:
    _Acheter un char de fascines, marchander un char de bois, peser
    un char de foin, conduire un char de fumier_, etc.; «Chariot»
    est le véritable terme.

  CHAR, s. m. Ne dites pas: _Char de roulier, char de Provence_;
    dites: Charrette de roulier, charrette de Provence.

  CHAR, s. m. Mesure de capacité pour les liquides, et
    principalement pour le vin. _Le char contient douze setiers._

  CHARAVOÛTE, s. f. Se dit d'une femme, et quelquefois d'un homme
    sale, fainéant et de mœurs crapuleuses. _Cette charavoûte de
    femme a été rapportée chez elle ivre morte. Il n'est pas
    étonnant que le mari et la femme en soient venus à mendier: ce
    sont deux charavoûtes._ Terme ignoble.

  CHARBEUILLE ou CHARBOUILLE, s. f. Petit goûter ou repas que les
    jeunes bergers et bergères font en commun dans les champs le
    jour de la Toussaint, époque à laquelle ils cessent
    ordinairement de mener le bétail aux pâturages. [P. G.]

  CHARBONNIÈRE, s. f. Charbonnier, endroit de l'appartement où l'on
    serre le charbon. _Remplir la charbonnière; nettoyer la
    charbonnière._ Terme méridional. On appelle en français
    «Charbonnière» le lieu où l'on fait le charbon dans les bois.

  CHARCUITIER, s. m. Charcutier.

  † CHARDINOLET, s. m. Chardonneret.

  CHARGE, adj. Plaisant, drôle, jovial, amusant, singulier, bizarre.
    _N'est-ce pas charge de le voir saluer? Quel charge d'accent il
    a! Ne trouves-tu pas, femme, que notre Antoine a été bien charge
    hier soir?_ Terme français populaire.

  CHARITÉ, s. f. Nous disons proverbialement: _Première charité
    commence par soi-même_. Les dictionnaires disent: «Charité bien
    ordonnée commence par soi-même.»

  CHARLON. Voyez POIRE CHARLON.

  CHARMEUR DE SERPENT, s. m. Ce terme, que les dictionnaires donnent
    comme hors d'usage, est usité encore dans plusieurs communes de
    notre canton.

  CHAROGNE, s. f. (fig.) Terme ignoble et injurieux.

  CHAROTON, s. m. Charretier. En vieux français: _Charton_.

  CHAROTTER, v. a. Trimballer, mener partout, charrier. [P. G.]

  CHAROUPE, s. f. Se dit d'une personne paresseuse, lâche,
    indolente. _J'ai cessé de prendre intérêt à cette tailleuse: ce
    n'est qu'une charoupe. Cette jeune femme est active et
    vaillante; mais sa charoupe de mari se contente de boire, manger
    et dormir._ Terme suisse-roman et dauphinois. En provençal,
    _charospo_ se dit d'une femme de mœurs dissolues.

  CHAROUPÉE, s. f. Quantité de monde, ribambelle. _Une charoupée de
    badauds. C'est grande pitié de voir un si petit cheval traîner
    une pareille charoupée de monde_ (une pareille charretée).

  CHAROUPER, v. n. Fainéanter. Une lavandière me disait, en se
    plaignant de son mari: _Pendant que je m'estringole tout le
    jour, lui ne fait que charouper_. Dans le canton de Vaud on dit:
    _S'acharoupir_.

  CHAROUPERIE, s. f. Profonde paresse.

  CHAROUPIONGE, s. f. Paresse excessive, apathie complète,
    fainéantise incurable. Terme trivial, mais énergique. _Tu la
    crois malade, la Glaudine? Pas plus: c'est la charoupionge qui
    la tient et rien d'autre._ Terme suisse-roman.

  CHARPI ou CHARPIS, s. m. (_s_ muet.) Charpie. _Le charpi_
    _manquait dans les hôpitaux._ Français populaire et vieux
    français.

  CHARPILIÈRE ou CHERPILIÈRE, s. f. Serpillière, toile d'emballage.

  CHARPIN, s. m. Signifie: 1º Grabuge, tapage; 2º Inquiétude,
    chagrin. _Il y aura du bruit, il y aura du charpin. Elle a du
    charpin, notre Marguerite: son tenant a l'air de l'abandonner._
    Terme méridional.

  CHARPINER, v. a. Tarabuster, préoccuper désagréablement. En
    provençal, _charpinà_ signifie: Être de mauvaise humeur; et en
    languedocien, _charpa_ veut dire: Gronder, quereller.

  CHARRE, s. m. Gomme, ou apprêt que les tisserands mettent au fil
    de la toile pour que le tissage en soit plus facile. _Avant la
    lessive, il faut avoir soin d'ôter le charre._

  CHARRIÈRE, adj. f. _Les rues charrières étaient alors pleines de
    boue._ Dites: Les rues charretières.

  CHARTE, s. f. Chartre, prison. _Tenir quelqu'un en charte privée._
    Terme français populaire. R. _carcer_.

  † CHARTUTIER, s. m. Charcutier.

  CHASSE, s. f. (fig.) Gronderie, réprimande sévère. _Donner une
    chasse._ Français populaire.

  CHASSE D'UN FOUET, s. f. Mèche, corde à fouet. _Mettre une
    chasse._ Terme provençal, etc. On dit en Lorraine: _Une
    chasseuse_.

  CHASSE-GUEUX, s. m. Valet de ville, écorcheur de voirie,
    équarrisseur. «A commencer dès demain matin 19 de septembre, les
    _Chasse-gueux_ auront ordre de jeter du poison dans les rues et
    places publiques, et d'assommer tous chiens non emmuselés.»
    [_Ordonnance de police_ du 18 septembre 1786.]

  † CHASSE-PAREILLE, s. f. Salsepareille.

  CHAT, s. m. «Chat échaudé craint l'eau froide,» est un proverbe
    français qui signifie: Que lorsqu'une chose nous a causé une
    vive douleur, ou nous a été fort nuisible, nous en craignons
    même l'apparence. A Genève, beaucoup de personnes estropient ce
    proverbe et disent: _Chat échaudé craint l'eau chaude_; ce qui
    n'est plus qu'une très-insipide niaiserie.

  CHÂTAGNE, s. f. _Cuire des châtagnes, bresoler des châtagnes._
    Écrivez et prononcez «Châtaigne.»

  CHÂTAGNE, s. f. Férule, coup donné sur la main d'un écolier avec
    une petite palette de bois ou avec une lanière pour le punir de
    quelque sottise. _Recevoir la châtagne; mériter la châtagne._
    Punition inconnue aujourd'hui dans nos écoles.

  CHATANCE, s. f. Voyez CHETTANCE.

  CHATIÈRE, s. f. Nous disons figurément et facétieusement de
    quelqu'un qui déménage à la sourdine et sans payer ses dettes:
    _Il a mis la clef à la chatière_, c'est-à-dire: «Il a mis la
    clef sous la porte,» comme s'expriment les dictionnaires. _Quand
    il s'est vu assailli de créanciers, il n'a fait ni un ni deux;
    il a mis la clef à la chatière, et il a filé._

  CHATON, s. m. Gourdin, bâton. Dans le dialecte fribourgeois et en
    vieux français on dit: _Saton_.

  CHATTE, s. f. Nous disons proverbialement: _C'est où la chatte a
    mal au pied_, pour signifier: C'est là le point difficile, c'est
    là le hic, c'est là le nœud de l'affaire. _Nous savons où la
    chatte a mal au pied_ (nous savons où le bât blesse).

  CHAUD, s. m. Nous disons: _Prendre quelqu'un au chaud du lit_. On
    doit dire: Prendre quelqu'un au saut du lit, c'est-à-dire, au
    moment où il saute à bas de son lit.

  † CHAUD (LA). Le chaud, la chaleur. _Tu es drôlement bâti,
    Robert: tu crains également la froid et la chaud._

  CHAUDELET, s. m. Chaudeau, boisson chaude composée de lait,
    d'œufs et d'eau de fleur d'orange, qu'on donne aux femmes,
    lorsqu'elles viennent d'accoucher.

  CHAUDELET, s. m. Folle fleur de l'ormeau. _Abattre des chaudelets.
    Salade de chaudelets._

  CHAUDES (LES), s. f. pl. Terme de lessiveuse. _Lissu_ bouillant
    qu'on jette sur le cuvier après qu'on a retiré les cendres. _Ces
    rideaux ne sont pas bien sales: vous ne les mettrez qu'aux
    chaudes._

  CHAVAINE, s. f. Chevaine ou Chevanne. Petit poisson du genre Able.

  CHEBER ou QUEBER, v. a. Terme des écoliers dans certains jeux.
    Gagner tout, mettre à sec son adversaire. _Je suis chebé. Ils
    m'ont chebé, je m'en vais._

  † CHÉCUN, CHÉCUNE, pronom. Chacun, chacune. _Un chécun. Tout
    chécun donnera cinq sous. Chécun pour soi, ce n'est pas trop._
    Terme vieux français.

  CHÉDAL, s. m. Le bétail, l'attirail, les outils, les ameublements
    d'un domaine.

  CHÉ-MIETTE (À), loc. adv. Par parcelle, par très-petite quantité,
    chichement, mesquinement. _Acheter le bois à ché-miette.
    Rembourser à ché-miette._ Les campagnards disent: _À
    châ-miette_. A Lyon et dans le vieux français, _à cha un_
    signifie: «Un à un.» Voyez CHÉ-PEU.

  CHENÂ, s. f. Chenal, chéneau, s. m. A Genève nous confondons le
    Chéneau avec le Tuyau de descente: c'est une erreur. Voyez les
    dictionnaires.

  CHENAILLER, v. a. Secouer, tracasser une porte ou une serrure pour
    ouvrir.

  CHENEVAR, s. m. Chènevis, graine de chanvre.

  CHENEVIER, s. m. Dites: Chènevière, champ semé de chanvre.
    _Labourer le chenevier._ Cette faute nous vient du patois: _On
    çenevi_.

  CHENIÛLE ou SENIÛLE, s. f. Terme des campagnards. Manivelle. _La
    cheniûle du moulin à café._

  CHENU ou CHENIU, UE, adj. et s. Se dit des choses et signifie:
    Exquis, excellent, cossu. _Goûtez ce vin, Messieurs: c'est du
    chenu. Le repas de noce fut splendide: truite, pâté de foie
    d'oie, punch et glaces... C'était du chenu et du porpu._ Terme
    français populaire.

  † CHÉ-PEU (À), loc. adv. Par parcelle, par très-petite quantité,
    une petite quantité après l'autre, peu à peu. _Si M'cieu voulait
    parmettre que je le rembourse à ché-peu, ça m'irait tant bien.
    Ces marchands, pour m'attirer, m'ont vendu d'abord bon marché,
    et puis ils ont augmenté à ché-peu, à ché-peu._ En patois: _A
    châ-pou, à châ-sou, à châ-pot_, signifient: Peu à peu, sou à
    sou, pot à pot. Terme savoisien, qu'on retrouve tel quel dans le
    dialecte provençal: _Paou acha paou_ (peu à peu), _soou acha
    soou_ (sou après sou).

  CHERCHE, s. f. Recherche, quête, soin que l'on prend pour
    chercher. Nous disons: _Être en cherche de_, ou _être à la
    cherche de_, pour: Être à la recherche de, à la poursuite de, en
    quête de.» _Je suis en cherche de ma tabatière. On est à la
    cherche du voleur. Nos physiciens sont en cherche de la solution
    d'un grand problème._ Terme méridional et vieux français.

  CHERCHER, v. a. Agacer, provoquer. _Finis donc, Jacot: c'est
    toujours toi qui me cherches_, c'est-à-dire: C'est toujours toi
    qui es l'agresseur. Français populaire.

  CHÉRI, s. m. Terme enfantin. _Tu es mon chéri, oui, tu es mon
    chéri, ne pleure pas._ En français, ce mot n'est pas substantif.

  † CHÉRUZIEN, s. m. Chirurgien.

  CHETTANCE ou CHETTE, s. f. Pénurie d'argent, état de gêne. _Être
    dans la chette._ En vieux français, _chétif_ signifiait: Pauvre,
    indigent, misérable.

  CHEVILLIÈRE, s. f. Ruban de fil. _Une aune de chevillières._ Terme
    suisse-roman, savoisien et méridional.

  CHÈVRE, s. f. Nous disons d'un homme ivre: _Il a sa chèvre_.
    _Avoir sa chèvre_, signifie aussi: Se fâcher, se dépiter. Dans
    ce dernier sens on dit en français: «Prendre la chèvre.»

  CHEVRELLE, s. f. Sorte de bécassine.

  CHEVRER, v. n. Chevroter, se dépiter, pester. _Tes lambineries me
    font chevrer. Attendre deux mortelles heures! n'y a-t-il pas là
    de quoi chevrer?_ Terme formé du mot «Chèvre,» par allusion aux
    trépignements, aux hauts de corps de cet animal, quand on le
    gêne ou qu'on l'impatiente.

  CHEVROTIN, s. m. Fromage de lait de chèvre.

  CHEZ, prép. Cette préposition, suivie du nom des propriétaires ou
    des fondateurs, a formé chez nous des noms de localités.
    _Chez-Charrot_ est un hameau de la commune de Compésière.
    _Louons un char, et l'on ira à Chez-Charrot._ L'auteur du
    _Vocabulaire du Berry_, M. JAUBERT, a observé la même expression
    dans sa province. Le mot _chez_ a signifié originairement
    Maison, _chezal_. R. _casa_.

  CHICOT, s. m. Chicorée non frisée.

  CHIENNERIE, s. f. Cochonnerie, vilenie. _Nous punir pour si peu de
    chose: quelle chiennerie!_ Terme bas.

  CHIFFON, s. des 2 genres. Terme insultant qu'on adresse à de
    jeunes enfants, surtout à de jeunes filles qui nous manquent de
    respect. Il équivaut à «Impertinent» ou à «Insolent.» [P. G.]

  CHIFFON DE PAIN, s. m. Gros morceau de pain. Terme usité à Rennes,
    à Paris et dans le nord.

  CHIFFRE (LA). L'arithmétique. _Nous voulons pousser notre garçon
    dans la chiffre._ Expression franc-comtoise, lyonnaise et
    méridionale.

  CHIFFRER, v. a. _Chiffrer une addition. Chiffrez-moi ce compte._
    Français populaire.

  CHIGOUGNER ou CHEGOUGNER, v. a. Secouer fortement. Voyez
    SIGOUGNER.

  CHILLES, s. f. pl. (_ll_ mouillés.) Terme méridional. Écailles à
    la peau, peau squammeuse, peau furfuracée.

  CHILLEUX, EUSE, adj. Écailleux, squammeux, furfuracé. _Peau
    chilleuse, tête chilleuse, visage chilleux._

  CHIPOTER, v. a. Chagriner, contrarier, quereller. _Ce mauvais
    temps me chipote. Le mari et la femme sont toujours à se
    chipoter._ «Chipoter,» v. n., est français dans le sens de:
    Vétiller, barguigner, baguenauder.

  CHIPOTEUR, CHIPOTEUSE, s. Chipotier, vétilleur, taquin. Terme
    français populaire.

  CHIQUE, s. f. _Avoir sa chique_, signifie: Être ivre. _Une chique
    morte_, désigne un état d'ivresse complète. En Dauphiné,
    _chiquer_, et dans le vieux français, _chinquer_, signifient:
    Boire, boire beaucoup.

  CHIQUE, adj. Ivre. _Louis Francaleu est habituellement chique dès
    le matin._ Dans le langage des collégiens, _un chique_ se dit
    d'un homme ivre.

  CHIQUE, s. f. Terme d'écolier. Manière de tenir un _mâpis_ (voyez
    ce mot) et de le lancer. _Chique grasse; chique forte; chique
    molle. Avoir une bonne chique; avoir une chique rogneuse;
    montre-nous ta chique._ En français, «Chique» signifie: Bille de
    terre cuite, de marbre ou d'agate, avec laquelle jouent les
    enfants.

  CHIQUE, s. f. Chiquenaude donnée à un _mâpis_. _Chique! chique!
    chique à donner!_ En provençal, _chiquo_ veut dire: Chiquenaude.

  CHIQUER, v. n. Terme d'écolier. Lancer le _mâpis_ en roidissant le
    pouce contre l'index. _Fais voir comme tu chiques._

  CHIQUER (SE), v. pron. Se griser, s'enivrer.

  CHIQUET, s. m. Gros morceau d'une chose qui se mange. _Chiquet de
    pain; chiquet de viande; chiquet de fromage._ En Picardie, _un
    chiquet_ est un gros morceau de pain. Dans le Berry, _chiquet_
    signifie: Excédent de mesure. _Donner le chiquet_ (faire bonne
    mesure). A Bordeaux, _chicot de pain_ se dit pour: Morceau de
    pain. Du mot _chiquet_ s'est formé l'ancien verbe _chiqueter_
    (couper, tailler) et son composé «Déchiqueter.»

  CHIQUET, s. m. Signifie: Lourdaud, dans le langage des collégiens.

  CHIQUEUR, s. m. Terme d'écolier. Se dit: 1º De celui qui _chique_
    bien, qui joue bien aux _mâpis_; 2º Du mâpis lui-même. _Voici
    mon chiqueur. Cette agate est ma chiqueuse._

  CHIRUGIEN, s. m. Écrivez et prononcez «Chirurgien.»

  CHOCOLAT, s. m. En France, les personnes qui parlent bien, disent:
    Prendre du chocolat. Nous disons souvent: _Boire du chocolat_,
    expression qui n'est autorisée par aucun dictionnaire.

  CHOGNER, v. n. Chômer, ne rien faire. [P. G.]

  CHOGNER UN ENFANT. Avoir pour lui des soins minutieux et exagérés,
    le traiter délicatement, le dorloter.

  CHOGNET, ETTE, adj. Mou, paresseux, choyé à l'excès.

  CHOGNON, s. m. Se dit d'un enfant mou et d'un enfant gâté.

  CHOUCROÛTE. Ce mot est féminin.

  CHOUGNET, ETTE, adj. Terme enfantin, qui signifie: Mignon, gentil.
    _Cette petite est chougnette. Quel chougnet d'enfant! A-t-on
    rien vu de plus chougnet?_

  CHOUQUET, ETTE, adj. et s. Mot de tendresse qui ne s'emploie qu'en
    parlant aux enfants, et qui signifie: Gentil, joli, mignon,
    aimable. _Tu es mon chouquet; tu es mon petit chouquet._ Ce mot
    est un diminutif de «Chou,» qui a, en français, cette même
    signification. «Tu es mon chou, tu es mon chou-chou.» [ACAD.]

  CHOÛTE (À LA), loc. adv. À l'abri, à couvert. _Se mettre à la
    choûte._ Voyez SIOÛTE.

  CHOUX, s. m. pl. Nous disons proverbialement et figurément:
    _Faites-en des choux et des pâtés_, pour signifier: Faites-en ce
    qu'il vous plaira. L'Académie dit: «Faites-en des choux,
    faites-en des raves.»

  CHRÉTIÉNETÉ, s. f. Écrivez «Chrétienté» et prononcez la syllabe
    _tien_ comme vous la prononcez dans _chrétien_.

  CHRISTIANISME, s. m. Ne prononcez pas _Christianizme_, en donnant
    au second _s_ le son du _z_. Ne prononcez pas non plus
    _schizme_, ni _paganizme_.

  CHRYSANTHÈME. Plante. Ce mot est masculin.

  CHUCHOTAGE, s. m. Chuchoterie.

  CHUTER, v. n. Tomber. _Le baromètre qui avait monté hier, a chuté
    cette nuit. Le pavé était fort glissant, j'ai failli chuter.
    Depuis quelques mois le sieur Damirond a beaucoup chuté dans
    notre estime._ Terme suisse-roman.

  CIBARE, s. m. Marqueur à la cible, celui qui signale et marque les
    coups des tireurs. Terme suisse-roman.

  CIBE, s. f. Cible. _Tirer à la cibe; atteindre la cibe; cibe
    tournante._ Terme suisse-roman. Ce terme, venant de l'allemand
    _Scheibe_, nous pouvons affirmer que «Cible» est l'expression
    corrompue, et _cibe_ la véritable.

  CICLER, v. n. Voyez SICLER.

  CIGALE, s. f. La grosse sauterelle verte. Dans le patois limousin,
    _sigalo_ a le même sens.

  CIGARRE (UNE). Ce mot, dont le genre a été longtemps douteux et
    l'orthographe incertaine, est aujourd'hui masculin, et s'écrit
    avec un seul _r_, «Cigare.»

  CIGOUGNER, v. a. Voyez SIGOUGNER.

  CINTIÈME, adj. Mauvaise prononciation du mot «Cinquième.»

  CIRÉ, adj. m. Se dit du pain qui est compacte et _diotu_ comme de
    la cire. _Pain ciré_ est l'opposé de _pain bolant_.

  CISEAUX. _De bonnes ciseaux._ Ce mot est masculin.

  CITER, v. a. Réciter, conter, dire. _Citez-nous donc quelque
    chose; citez-nous un des charmants contes de Petit-Senn ou de
    Chaponnière. Demain, au Cercle littéraire, on chantera, on fera
    de la musique et l'on citera._

  CITRONNELLE, s. f. Seringat. Sorte d'arbrisseau.

  CLÂFI, IE, adj. Plein, rempli de. _Un lit clâfi de punaises; une
    tête clâfie de poux._ Terme trivial. Dans le patois de l'Isère,
    _claffi_ se dit d'un arbre chargé de fruits.

  CLAIRE, s. f. Terme de lingère. Rang de mailles usées et où le
    trou va se faire. _Refais tes claires avec soin, Georgette, si
    tu veux que tes bas n'aient jamais de trous._

  CLAIRETTE, s. f. Clarette. Petit vin blanc.

  † CLAIRINETTE, s. f. Clarinette. R. _clair_ (sons clairs).

  † CLAIRTÉ, s. f. Clarté. Terme vieux français.

  † CLÂMEAU, s. m. Crachat très-épais. _Faire un clâmeau._
    Expression ignoble.

  CLARET, adj. _Vin claret._ Dites: Vin clairet.

  CLÉDAL, s. m. Porte à barreaux de bois ou de fer; fermeture d'un
    champ, d'un jardin, d'une cour; claydas, barrière. _Escalader un
    clédal._ En languedocien on dit: _Clëdas_; en limousin et en
    provençal, _clédo_.

  CLÉDAR, s. m. Fermeture d'un champ, d'un jardin, d'une cour.
    _Ouvrir le clédar. Changer le clédar._ Terme vaudois, valaisan
    et neuchâtelôis. A Lyon, _clédar_ signifie: «Claire voie.» Voyez
    CLÉDAL, qui a le même sens.

  CLEF, s. f. Mérelle. Jeu d'écolier. _Faire une clef. Jouer à la
    clef._

  CLICLI-MOUCHETTE. Cligne-musette. Sorte de jeu très-connu. _Jouer
    à clicli-mouchette; faire à clicli-mouchette._ Terme vaudois et
    neuchâtelois. _Mouchette_, en vieux français, et _muchette_,
    dans les dialectes normand et picard, signifient: «Cachette,» et
    viennent de l'ancien verbe _musser_ (cacher).

  CLIE, s. f. Claie. _Réparer une clie._ Terme méridional et vieux
    français.

  CLINER LES YEUX. Cligner les yeux, clignoter. _Son tic est de
    toujours cliner les yeux._ Terme vieux français.

  † CLINQUAILLER, s. m. Quincaillier. R. _clinquant_.

  CLINQUETTE (À LA). Au point du jour. _Se lever à la clinquette._

  CLOCHE, s. f. _Est-ce la cloche de Monsieur ou celle de Madame que
    je viens d'entendre?_ Quand on parle des cloches d'un
    appartement, il faut se servir du mot «Sonnette.» [Voyez le
    _Recueil de mots français_ de M. PAUTEX.]

  CLOCHE, s. f. Liseron ou clochette, plante.

  CLOCLO, s. m. Montre, petite horloge de poche. Terme badin. En
    languedocien: _Cloco_, coup de cloche; en allemand, _die
    Glocke_, la cloche.

  CLOPET, s. m. Petit somme, sieste, méridienne. _Faire un clopet._

  CLOPORTE (UNE). Ce mot est masculin: «Un cloporte,» sorte
    d'insecte. Quelques-uns disent: _Cléoporte_; c'est un
    barbarisme.

  CLOUS, s. m. pl. Nous disons: _River les clous à quelqu'un_, pour
    dire: Lui répondre fortement, vertement et de manière qu'il
    n'ait rien à répliquer. _Qu'il y revienne seulement, et je
    saurai bien lui river ses clous._ L'Académie dit, avec le
    singulier: «Lui river son clou.»

  CLOUSSER, v. n. Glousser.

  CLUSSE, s. f. Poule qui a des poussins. _La courageuse clusse
    força Médor à battre en retraite._ Terme dauphinois. Dans le
    Jura et à Reims on dit: _Clousse_; dans le midi et en vieux
    français, _clouque_: tous mots dont le son imite le cri
    habituel des poules qui couvent ou qui sont mères.

  COAILLÉE, COUAILLÉE, ou COUÉLÉE, s. f. Cri aigu. _Ces petits
    enfants faisaient des couaillées à nous rompre le tympan._ Dans
    le canton de Vaud on dit: _Couilée_.

  COAILLER, COUAILLER, COUALER, ou COUÉLER, v. n. Crier, pousser des
    cris aigus. Dans le dialecte du Berry, _coualer_ signifie:
    Pousser des cris semblables à ceux du corbeau.

  COÂTEUX, EUSE, adj. Voyez COITEUX.

  COCARD, adj. m. Voyez COQUARD.

  COCASSE, s. f. Voyez COQUASSE.

  COCHES, s. f. pl. Terme rural. Débris de blé ou d'autres céréales
    qui tombent du van quand il est secoué alternativement sur l'un
    et l'autre genou. [P. G.]

  COCHON, s. m. Nuque du cou. _Avoir le cochon découvert._ Terme
    suisse-roman.

  COCHON, ONNE, adj. Sale, très-sale. _Un enfant cochon. Avoir des
    mains cochonnes._ Ce mot n'est pas adjectif.

  COCHON DE MER, s. m. Terme suisse et savoisien. On dit en
    français: «Cochon d'Inde.»

  COCHONNER (SE), v. pron. Se salir. En français, Cochonner un
    ouvrage, c'est: Le faire grossièrement et sans soin.

  COCO, s. m. Terme enfantin. Œuf. _Allons voir si ta jolie poule a
    fait son coco._ Terme usité en Normandie. _Coconnier_, en vieux
    français, signifiait: Marchand d'œufs.

  COCO, s. m. Homme simple, dadais, nigaud, niais. _Après
    l'étourderie que je viens de faire, me voilà un joli coco. Le
    pauvre N** a été le coco de la farce._ Plus souvent ce mot se
    place dérisoirement devant un nom propre d'homme. _Coco un tel,
    coco X**, coco Z**._ Dans le dialecte rouchi, _coco_ ou
    _cocosse_ signifient: Niais, imbécile.

  COCO, s. m. Dénomination amicale qu'on donne aux enfants. _Oui, tu
    es mon coco, tu es mon valet_, disent les bonnes et les mamans
    à leur enfant qui se désole. _Coco_ est aussi l'équivalent de
    Benjamin, enfant de prédilection. _L'aîné est le coco de la
    famille._ Français populaire.

  COCOCHER (À), ou À COCOCHÉ, loc. adv. _Mettre un enfant à
    cococher_, c'est: «Le porter sur le dos, jambe deçà, jambe delà.
    En français on dit: «À califourchon.» Les Gascons disent:
    _Mettre en croupe, porter en croupe_.

  † COCODRILLE, s. m. Crocodile. _Des larmes de cocodrille_,
    c'est-à-dire: Des larmes feintes. Terme parisien populaire et
    vieux français.

  COCOLE, s. f. Enfant gâté. Dans le dialecte rouchi, _cocole_ se
    dit de toute personne molle et nonchalante.

  COCOLER, v. a. Dorloter, choyer, traiter délicatement. _Notre
    Auguste est un peu malade et je le cocole._ Dans le dialecte du
    Jura on dit: _Cocoter_, et en languedocien, _acocoula_. R.
    _coco_, terme d'amitié.

  COCOLER, v. n. Terme des campagnards. Bégayer.

  COCOLI, s. m. Celui qui bégaie. Onomatopée remarquable.

  COCOMBRE, s. m. Concombre. _Salade aux cocombres._ Terme vaudois,
    neuchâtelois et français populaire. Dans l'évêché de Bâle et en
    vieux français on dit: _Coucombre_.

  COCU, s. m. Terme des campagnards. Coucou, oiseau. En vieux
    français, _cucu_.

  COCU, s. m. Coucou des prés, plante.

  COCUE, s. f. La grande ciguë, fleur.

  CŒUR, s. m. Nous disons: _Cela me tient à cœur_. L'Académie et
    les meilleurs écrivains disent: Cela me tient au cœur.

  CŒUR, adj. invar. Charmant, joli, mignon, adorable. Ne se dit que
    des jeunes enfants. _Cet enfant est cœur. Votre petite Adélaïde
    est cœur._

  COFFE, adj. et s. Sale, saligaud. En vieux français, _gof_ ou
    _goffe_ signifie: 1º Mouillé, trempé; 2º Mal fait, grossier,
    maussade.

  COGNER, v. a. Presser, serrer, fouler. _La salle était pleine à
    regorge: nous y étions cognés jusqu'à étouffer._ En français,
    «Cogner» signifie: Frapper, heurter, faire entrer à force au
    moyen d'un coin.

  COI, adj. fém. _Elle se tenait coi; elle restait coi._ Dites:
    Coite. «Elle se tenait coite.»

  COIFFAGE, s. m. Coiffure. _Toutes les danseuses avaient un
    coiffage simple, mais plein de goût. Coiffage_ n'est pas
    français.

  COIGNÉE, s. f. Cognée, hache.

  COIGNIER, s. m. Cognassier, arbre qui porte les coings. Le mot
    _coignier_ appartient au vieux français.

  COIN (À), loc. adv. En réserve. _Mettre à coin_, mettre en
    réserve, serrer. _Elle avait mis à coin quelques sous pour les
    cas d'ovaille._

  COINEAU, COËNEAU, ou COINET, s. m. Sorte de planche brute,
    arrondie d'un côté et plate de l'autre. _Un cent de coineaux._
    Terme vaudois, comtois, etc. On dit en français: «Dosse.»

  COIN-NÉE, s. f. Cri des petits enfants quand ils souffrent, ou
    qu'ils s'impatientent et font les méchants. _Faire des
    coin-nées._

  COIN-NER, v. n. Se dit des petits enfants et signifie: Crier,
    pleurer en grognant. _Sa fièvre ourtillière le tourmentait, et
    il ne cessait pas de coin-ner._ Onomatopée évidente. Dans le
    Jura, _coin-ner_ se dit du cri des petits cochons quand on les
    porte. A Lyon, _quiner_ veut dire: Crier d'un ton aigre; en
    Languedoc, _caïner_.

  † COISSIN, s. m. Coussin. _Coissin_ appartient au vieux
    français. Dans le Berry on dit: _Cuissin_.

  COÎTEUX, EUSE, adj. Qui a grande hâte, qui se dépêche beaucoup.
    Quand on parlait patois à Genève, on chantait une chanson dont
    le refrain était: _Vo-z-êtes tant coîteux, Vo-z-âtres amoireux_;
    c'est-à-dire: Vous avez tant de hâte, vous êtes si pressés, vous
    autres amoureux. _Coîte_ signifie: «Hâte;» _à la coîte_, à la
    hâte. Ce terme, très-connu de nos campagnards et de ceux du
    canton de Vaud, appartient au vieux français. Dans le patois de
    l'Isère, _coeïta_ veut dire: «Empressement.»

  COITRE ou COUATRE, s. f. Couette ou coite, lit de plume.

  COÎTRON, s. m. Petit limaçon qui fait beaucoup de mal aux légumes.
    Dans le canton de Vaud, on dit d'une personne très-laide,
    qu'_elle est laide comme un coîtron_.

  COÎTRON, s. m. Culot. Oiseau dernier éclos d'une couvée. _Tout le
    nid s'envola; mais nous attrapâmes le coîtron._ On le dit aussi
    de quelques quadrupèdes.

  COL D'HABIT, s. m. Collet d'habit.

  † COLIDOR, s. m. Corridor. _Colidor étroit, colidor sombre._
    Terme connu à Lyon, à Reims, à Nancy, etc. Le changement de
    l'_r_ en _l_ est très-fréquent.

  COLLARD, s. m. Carcan. Cercle de fer avec lequel on attachait par
    le _cou_ à un poteau celui qui avait été condamné à cette peine.

  COLLECTER, v. n. Faire une collecte. _En 1840, le gouvernement de
    Genève permit de collecter pour les incendiés de Sallanches._
    Terme clair et utile.

  COLLER QUELQU'UN. Le réfuter victorieusement, le mettre dans
    l'impossibilité de répondre. Terme normand, etc.

  COLLIOT, adj. m. (_ll_ mouillés.) Se dit: 1º D'un homme large
    d'épaules, fort, vigoureux; 2º De celui qui est le coq de son
    village, c'est-à-dire, qui en est le plus riche et le plus
    considéré.

  COLOGNE, s. f. Terme patois. Quenouille. A Reims et dans le vieux
    français on dit: _Quelongne_.

  COLORER et COLORIER, v. a. On ne doit pas employer indistinctement
    ces deux verbes. «Colorer» se dit des couleurs naturelles: Un
    teint coloré; un visage coloré; le soleil colore les fruits.
    «Colorier» se dit des couleurs artificielles: Estampe coloriée;
    images coloriées; ce peintre colorie mieux qu'il ne dessine.

  COMÂCLE ou COUMÂCLE, s. m. Crémaillère.

    J'espérais m'attabler et bâfrer sans obstacle,
    Mais, hélas! rien n'était plus froid que le _comâcle_.

    [CH.]

  C'est-à-dire: Rien n'était plus maigre, ni plus chétif que le
    repas qui nous fut servi. Dans le patois de l'Isère on dit:
    _Coumaclo_; dans le Jura, _coumacle_, et en Provence,
    _cumascle_.

  COMBE, s. f. Petite vallée, pli de terrain, lieu bas entouré de
    collines. L'Académie n'a pas enregistré ce mot, et Boiste dit
    qu'il est vieux. _Combe_ est, en effet, un mot très-ancien, mais
    qui est fort usité en Suisse, en Savoie, en Franche-Comté, dans
    le Midi, et sans doute ailleurs.

  COMBIEN (LE)? Le quantième? _Le combien du mois tenons-nous? Le
    combien est-ce aujourd'hui? Le combien es-tu dans ton école?_
    Dites: Quel quantième du mois avons-nous? Quel quantième est-ce
    aujourd'hui? Ou bien, dites: Quel est le quantième du mois? À
    quel quantième sommes-nous aujourd'hui? Le quantième es-tu dans
    ton école?

  COMÈTE, s. f. Nous disons d'un homme ivre: _Il a sa comète_, par
    allusion à l'excellent vin de 1811.

  COMMAND, s. m. Nous disons d'un domestique qui est facile à
    diriger: _Il est de bon command_. En vieux français, _command_
    signifie: «Commandement.»

  † COMME? adv. _Comme est-on chez vous, Blaise? Comme va-t-il
    chez ton père, Fanchette?_ Cette expression appartient au vieux
    français.

  † COMME, est employé pour «que» dans les phrases suivantes:
    _Votre garçon n'est pas aussi grand comme le mien. Je n'ai pas
    autant d'éducation comme vous autres._

  COMME ÇA. Cette locution adverbiale est employée inutilement dans
    la phrase suivante, et phrases analogues: _Notre bourgeois qui
    était de très-bonne humeur me dit comme ça: Garcin, aimes-tu les
    figâces?_ Français populaire.

  COMME DE. _Comme de juste_ (comme cela est juste); _comme de vrai_
    (comme cela est vrai).

  COMMENCEMENT (DU), loc. adv. Au commencement, dans le premier
    temps, dans l'origine. _Nous allâmes demeurer tout auprès de
    lui, et du commencement l'on se visitait._ Cette expression
    appartient à l'ancienne langue française.

  COMMISSION, s. f. Affaire, emplette. En Suisse et en Savoie, une
    dame qui sort pour vaquer à ses propres affaires, dit qu'_elle
    va faire ses commissions_. Terme impropre, puisque _commission_
    signifie: Charge, mandat, ordre donné à quelqu'un de faire telle
    ou telle chose.

  COMMUNAL, s. m. Terres communales, pâturages communaux. _Sa vache
    paissait dans le communal._ Terme vieux français, connu dans le
    Berry et ailleurs.

  COMMUNAUTÉ, s. f. Manières et tons communs, grossièreté de mœurs
    et de langage. _Quel accent! quel ton! quelle communauté! Ce Mr
    N*** est d'une communauté sans égale._

  COMMUNICATION, s. f. Nous appelons _communication de mariage_, ce
    qu'on appelle en France «Billet de faire-part,» ou simplement
    «Billet de part.» _Recevoir une communication de mariage.
    Envoyer une communication de mariage_, ou simplement: _Envoyer
    une communication; recevoir une communication_. Cependant on
    peut très-bien dire: «Mr X** m'a donné communication de son
    mariage,» c'est-à-dire: M'a donné avis, m'a fait savoir qu'il
    allait se marier, ou qu'il venait de se marier.

  COMMUNIQUER UN MARIAGE. Au lieu de dire: _C'est lundi prochain que
    votre cousine communiquera son mariage_, dites: C'est vendredi
    prochain que votre cousine enverra ses billets de faire part.
    Mais la phrase suivante est très-française: C'est à mon ancien
    précepteur que je veux premièrement communiquer mon mariage;
    c'est-à-dire: C'est à lui le premier que j'en veux communiquer
    la nouvelle. (Il n'est pas question ici de Lettres circulaires,
    ni de Billets de faire part.)

  † COMMUNS, s. m. pl. Latrines.

  † COMPANIE, s. f. Compagnie. _Viens-t'en, Jeannot, et tire ta
    casquette à la companie._

  COMPAGNONNE, s. f. Luronne, femme grande, forte et effrontée. _Le
    jeune officier crut pouvoir tourner en ridicule l'accent
    traînard de la fille d'auberge: mais cette compagnonne le prit
    aux cheveux et le sigougna._

  COMPARAISSANCE, s. f. Comparution.

  COMPARITION, s. f. Comparution. _Je veux que tu ailles à ce bal,
    quand tu ne devrais y faire qu'une comparition._ Terme vieux
    français.

  COMPÔTE, s. f., et COMPÔTIER, s. m. Ces mots s'écrivent et se
    prononcent «Compote» et «Compotier» (_o_ bref). Ne dites donc
    pas comme plusieurs, en appuyant sur la deuxième syllabe:
    _Compôte de Chambéry; compôte de poires et de coings_.

  COMPTE, s. m. _Être en compte à demi avec quelqu'un_, signifie:
    Être en société d'intérêt avec quelqu'un. Les dictionnaires
    disent: «Être DE compte à demi avec quelqu'un.»

  COMPTER, v. n. Nous disons d'une chose qui sort de ligne, d'une
    chose remarquable, considérable en son espèce, excellente,
    qu'_elle compte au piquet_; expression un peu triviale, mais
    fort usitée. _On nous servit un dîner qui comptait au piquet.
    Notre petit vagabond recevra demain une saboulée qui comptera au
    piquet._

  COMPTER, v. a. _Compter ses chemises_, se dit figurément et
    populairement d'un soulard, et signifie: Rendre le superflu des
    aliments, vomir.

  COMTÉ (LA). _La comté de Neuchâtel._ Ce mot, qui a été féminin
    jusqu'à la fin du dix-septième siècle, est aujourd'hui masculin.

  CONCHE, s. f. Bassin de fontaine. _Tomber dans la conche. Vider la
    conche. Laver du linge dans la conche._ Terme savoisien,
    dauphinois, etc. Dans le patois du canton de Vaud, _contza_
    signifie: Bassin de pressoir. En provençal, _conquo_ veut dire:
    Abreuvoir. Nos bateliers appellent le lac _La grande conche, la
    conche_.

  CONCHON, s. m. Sorte de jeu de boule.

  CONDUITE, s. f. Manière sage d'agir, manière prudente et
    raisonnable de se gouverner. _Notre Josette est une fille de
    conduite. Ta blanchisseuse est une femme active et économe, une
    femme de conduite._ Dites: Une femme qui a de la conduite.

  CONFÉRENCE, s. f. Accessit, distinction accordée dans notre
    Collége à l'écolier qui a beaucoup approché du prix. _Trois
    conférences sont d'ordinaire plus honorables qu'un prix._

  CONFÉRENT, s. m. Écolier qui a obtenu un accessit. _Il n'a pas le
    prix, mais il est conférent._

  CONFESSION, s. f. Prononciation vicieuse du mot Confection, sorte
    de médicament. _Une prise de confession. Faire usage de
    confession._ Cette faute est déjà signalée dans le _Traité
    d'orthographe_ de Jean BARBE, Genève, 1701.

  CONFIRE, v. a. _Confire son argent_, signifie: Ménager ses écus,
    les choyer, les laisser séjourner dans le coffre-fort, comme on
    laisse séjourner au fond d'un bocal les fruits que l'on veut
    _confire_. Expression heureuse, connue en Dauphiné, en
    Languedoc, et sans doute ailleurs.

  CONFISSEUR, s. m. Ancienne orthographe du mot Confiseur, lequel ne
    s'écrit plus avec deux _s_.

  CONFIT, ITE, adj. Stupéfait, ébaubi.

  CONFORON, s. m. Dans les villages catholiques du canton, ce mot
    signifie: Bannière d'église (bannière qui est d'un rouge
    écarlate). Figurément et proverbialement, _rouge comme un
    conforon_ est l'équivalent de Très-rouge, extrêmement rouge. _Il
    avait tant et tant couru, qu'il était rouge comme un conforon._
    Ce terme, connu aussi en Savoie et dans le Jura, est une
    corruption des mots _gonfanon_ ou _gonfalon_, ancien étendard
    militaire.

  CONFUSIONNER, v. a. Rendre confus, couvrir de confusion. _Ses
    prévenances vont si loin que j'en suis presque confusionné._
    Terme français populaire.

  CONGRÉGATION, s. f. Sermon de paraphrase. _Assister aux
    congrégations; suivre les congrégations. Les Congrégations du
    pasteur Cellérier ont paru en 1825, sous le titre d'Homélies._

  CONNAISSANCE, s. f. Nous disons: _Être en connaissance avec
    quelqu'un_, pour signifier: Avoir des relations avec quelqu'un.
    _Il y a dix ans que je suis en connaissance avec cette famille._
    Les dictionnaires ne donnent pas cette expression, dont l'emploi
    chez nous est journalier.

  CONNAISSANCE, s. f. _Avoir une connaissance_, terme consacré,
    signifie, dans le langage des ouvrières et des domestiques:
    Avoir une liaison d'amour. _La Rosalie a une connaissance_ (elle
    a un tenant, elle a un prétendant).

  CONNAÎTRE (SE), v. pron. Se dit des moribonds et signifie: Avoir
    sa connaissance, conserver sa connaissance. _Ce malade s'est
    connu parfaitement jusqu'au dernier moment de sa vie._
    Expression méridionale, etc.

  CONNAÎTRE (SE), verbe impersonnel. _Il se connaît que tu as été
    chez l'Italien. Il se connaît facilement que Monsieur est
    étranger._ Dites: On connaît, on voit, il paraît bien que, etc.
    Terme méridional.

  CONSCIENCE, s. f. Nous disons: _Se faire une conscience de... Je
    me fais une conscience de lui emprunter de l'argent, parce qu'il
    en refuse les intérêts._ Dites en retranchant l'article: Je me
    fais conscience de lui emprunter, etc.; ou: Je me fais un cas de
    conscience de, etc.

  † CONSEILLER, v. a. _Je les conseille de partir. On les
    conseille d'être prudents._ Il faut dire: Je LEUR conseille de
    partir. On LEUR conseille d'être prudents.

  CONSENTIR À CE QUE, suivi d'un verbe au subjonctif. _Je consens à
    ce que tu ailles au cirque. Consentez-vous à ce que nous
    sortions dimanche? Je ne consens pas à ce qu'on vienne me
    déranger._ Dans ces divers exemples et les exemples analogues,
    il faut dire: Je consens que tu ailles. Consentez-vous que nous
    sortions? etc.

  † CONSENTU, UE, partic. Consenti, ie. _Ils y aviont consentu
    dans le principe. On y a tous consentu que la Fanchette et sa
    cauque de belle-sœur._ Cette expression, connue aussi dans
    plusieurs provinces de France, appartient au vieux français.

  CONSÉQUENCE, s. f. Valeur d'une chose, prix d'une chose. _Notre
    excellente maîtresse m'a fait un legs de 2000 francs; si j'en
    suis satisfaite, c'est pour le sentiment, bien plus que pour la
    conséquence._ Français populaire.

  CONSÉQUENT, TE, adj. Ne signifie pas: Considérable, important.
    C'est donc une faute de dire: _Un gain conséquent; une perte
    conséquente. Il a hérité cent louis d'or: c'est conséquent._
    Mais on peut dire, avec un habile écrivain (DUCLOS): «Une
    erreur conséquente,» pour signifier: Une erreur qui tire à
    conséquence.

  † CONSINE, s. f. Consigne. _Forcer la consine; changer la
    consine._ CONSINER, v. a. Consigner. _Le capitaine fit consiner
    les deux sous-lieutenants._ Voyez nos mots COMPANIE, MANIFIQUE,
    SÉNIFIER, BÉNINE, CLINER les yeux, etc. Ces fautes sont une
    tradition de l'ancien français.

  CONSULTE, s. f. Consultation. _Il y eut deux consultes le même
    jour._ Terme français populaire et vieux français.

  CONSUMÉ, s. m. Consommé, bouillon succulent.

  CONTINUE (À LA), loc. adv. Sans relâche, sans interruption. _En
    1817, le temps fut froid et pluvieux à la continue._
    L'expression «À la continue» est française, mais dans un autre
    sens.

  CONTRE, prép. de temps. Vers. _Tu ne manqueras pas d'arriver à
    l'audience contre neuf heures. La Nancy aura ses vingt ans
    contre Noël. Le mariage se fera contre la vogue._

  CONTRE, adv. Ce mot peut, dans certains cas, être employé comme
    adverbe; mais ce n'est pas dans les phrases suivantes ni dans
    les phrases analogues. _Fermez ce rideau: le soleil nous vient
    contre. Faites attention, s'il vous plaît, vous me jiclez
    contre._

  CONTRE, prép. de lieu. Du côté de. _Je m'acheminais contre Nantua.
    La voiture allait contre Lausanne._

  CONTRE, adv. Dans le langage des campagnards, _Faire contre_,
    signifie: Nuire, faire tort, porter dommage. _Sois tranquille,
    Gaspard, je ne te ferai jamais contre._ Un paysan savoisien
    sortait du tribunal, où il avait perdu son procès contre un
    Genevois. Nous causâmes et je tâchai d'adoucir un peu son dépit.
    _N'en parlons plus_, me dit-il en finissant; _on sait bien que
    les Genevois ne se font jamais contre_.

  CONTRE FIN (À), loc. adv. Dites: A fin contraire. _En agissant de
    la sorte, tu vas directement à contre fin. Nos plans, nos
    mesures, nos combinaisons, sont allées à contre fin._ Expression
    très-répandue.

  CONTRE-POIDS, s. m. Valet, poids qui pend avec une corde derrière
    la porte, pour faire quelle se ferme sans qu'on la touche.
    «Contre-poids» est français, mais il n'a pas cette signification
    dans les dictionnaires.

  CONTRE-POINTE, s. f. Courte-pointe, couverture de lit piquée.

  CONTRE-POINTIER, CONTRE-POINTIÈRE, subst. «Mademoiselle Giraud
    était _contre-pointière_.» [J.-J. ROUSSEAU, _Confessions_, livre
    IV.] Terme suisse-roman, français populaire et vieux français.
    Aujourd'hui on dit: Courte-pointier, courte-pointière.

  CONTREVENTION, s. f. Contravention. _Être pris en contrevention._
    Terme français populaire et vieux français.

  CONTRIÈRES, s. f. pl. Gardes d'une serrure.

  CONVENIR, v. a. et n. Faire accord. _Qu'avez-vous convenu
    ensemble?--Nous avons convenu de partir dans quinze jours._
    Dites: De quoi êtes-vous convenus ensemble?--Nous sommes
    convenus de partir dans quinze jours.

  CONVOI FUNÈBRE, s. m. _Vous êtes prié par la famille de Mr N**
    d'assister à son convoi funèbre qui aura lieu_, etc. Formule
    consacrée chez nous et dans plusieurs villes du midi de la
    France. Au lieu de _convoi funèbre_, dites: Enterrement, ou bien
    dites «Convoi» tout court, et sans y ajouter d'épithète.

  COPON, s. m. Sébile, grande écuelle de bois, destinée à recevoir
    la pâte que l'on porte au four. Le _copon_ avait jadis un second
    emploi: la plupart des marchands y tenaient l'argent de la vente
    journalière; et c'est de là qu'est venue cette expression
    proverbiale: _Mettre la main au copon_, laquelle signifie:
    Soustraire de l'argent à un patron.

  COPON, s. m. Employé au sens figuré, ce mot est un terme de
    couturière. Il se dit d'un vêtement mal coupé ou d'une couture
    mal faite, qui occasionne un renflement dans l'étoffe. _Le dos
    de ta robe va mal: il fait le copon du côté droit et tu as l'air
    bossue._

  COPONNER, v. n. Faire le _copon_. Voyez ce mot, no 2.

  COPONNIER, s. m. Dans l'ancienne langue genevoise, on appelait
    _coponnier_ l'ouvrier qui fabriquait la vaisselle de bois.

  COQ, s. m. (fig.) _À nous le coq_, est une expression proverbiale
    qui signifie: À nous la supériorité, à nous le fion, à nous le
    bouquet. _Pour les chaînes de montres, à nous le coq. Pour
    accommoder une truite, à moi le coq, à moi le pompon._ «Le coq
    du village» est une expression française fort connue; mais
    celle-ci: _à nous le coq_, n'est pas dans les dictionnaires
    usuels.

  COQUARD, adj. masc. _Être à son point coquard, être à son moment
    coquard_, signifient: Être à son maximum de bonté, de beauté,
    d'excellence, de perfection. _Mangez vite cet œuf, il est à son
    point coquard. Venez voir le Mont-Blanc, il est à son point
    coquard. Cueillez-moi ces pêches, François, c'est l'instant
    coquard. Ta fille n'a point de dot, mais elle est jolie;
    dépêche-toi de la marier pendant qu'elle est à son point
    coquard._ On voit par ces exemples: 1º Que notre mot _coquard_,
    inconnu à tous les dictionnaires et à tous les glossaires,
    appartient au style familier; 2º Qu'il n'a point de
    correspondant exact en français. L'étymologie de ce singulier
    terme pourrait se chercher dans le vieux mot _coquardise_.
    [Voyez le _Glossaire roman_ de ROQUEFORT, et le _Dictionnaire
    wallon_ de DON FRANÇOIS.]

  COQUASSE, s. f. Signifie: 1º Femme ou fille ridicule; 2º Femme ou
    fille ivrogne. Dans l'ancien français, _coquasse_ signifiait:
    Chaudron, coquemar, cruche, vase à vin. Voyez CAUQUE.

  COQUEMOLLE ou CROQUEMOLLE, s. f. Sorte d'amande dont la coque est
    facile à briser. Le mot français est «Amande princesse.»

  COQUER, v. n. Terme d'écolier. Frapper l'un contre l'autre deux
    œufs cuits durs. _Qui veut coquer? Veux-tu coquer avec moi?_
    Dans le canton de Vaud on dit: _croquer_.

  COQUER, v. a. Enlever la coque. _Coquer des noix._

  COQUILLON, s. m. Boucle de cheveux. Dans le vieux français,
    _coquillon_ signifiait: Petite coquille.

  CORAILLON ou COURAILLON, s. m. Trognon, cœur d'un fruit ou d'un
    légume. _Coraillon de pomme, coraillon de poire, coraillon de
    chou, coraillon de salade._ Terme suisse-roman, savoisien et
    jurassien. A Lyon et dans le Berry on dit: _Curaille_. En vieux
    français, _coraille_ signifiait: «Cœur;» _coraillon_
    signifiait: «Petit cœur.»

  CORBE, s. f. Fruit du sorbier domestique. Terme connu dans le
    Berry et sans doute ailleurs.

  CORBEILLE DE NOCE, s. f. _Préparer une corbeille de noce. Envoyer
    la corbeille de noce._ En français on dit: La corbeille de
    mariage, ou simplement: «La corbeille.» [ACAD.] «Notre ami
    Gremillet a dépensé 400 francs pour la corbeille.»

  CORDONNIER, s. m. Petit insecte rouge et noir, de l'ordre des
    Coléoptères.

  CORIANDE, s. f. Coriandre, sorte de plante. En latin,
    _Coriandrum_.

  CORNER, v. a. Donner de la corne, frapper de la corne.
    _Éloignez-vous, mes enfants: cette vache corne; elle vous
    cornera._ Terme vaudois.

  CORNER, v. a. _Corner un chapeau_, c'est le déformer. _Maladroit,
    tu viens de corner l'aile de mon chapeau._

  CORNIOLE, s. f. Terme de Boucherie. Œsophage de l'animal, conduit
    par où les aliments descendent du gosier dans l'estomac. _Je te
    demandais de la viande et tu me donnes de la corniole!_ Terme
    méridional, etc. R. _corne_.

  CORPORANCE, s. f. _Grosse corporance; énorme corporance._ Terme
    suisse-roman, français populaire et vieux français. Le mot
    véritable est «Corpulence.»

  CORPORÉ, ÉE, adj. Membré. En vieux français, _corporu_.

  CORPS, s. m. Dans plusieurs de nos villages, _être corps_ se dit
    d'un mort non enterré. _Pendant que la Fanchon était corps, son
    mari en guignait déjà une autre._ Expression curieuse.

  CORSÉ, ÉE, adj. Se dit des personnes et signifie: Membru,
    vigoureux, solide, bien taillé. Dans le vieux français on disait
    _Corsu_, terme usité encore en Normandie.

  CORTI, s. m. Voyez COURTI.

  CORTIAUD, s. Voyez COURTIAUD.

  COSSU, s. m. Nous disons d'une chose belle, d'une chose riche,
    superbe, bien étoffée: _C'est du cossu_. En français, «Cossu»
    n'est pas substantif.

  COSSU, s. m. Nom que l'on donne à une maladie ou indisposition des
    vaches, qui leur fait enfler le pis et gêne la sortie du lait.
    Ce mal leur vient le plus souvent après qu'elles ont vêlé. [P.
    G.]

  COSTI, s. m. Cautère, ulcère artificiel. Dans le canton de Vaud on
    dit: _Costic_, et en Languedoc, _coustic_.

  COTAPILE, s. f. Foule compacte. _C'était une cotapile à y
    étouffer. J'ai assez d'une pareille cotapile, et l'on ne m'y
    retrouvera pas. Être à la cotapile_, signifie: Être fort
    serrés, être fort pressés les uns contre les autres, de manière
    à en avoir les _côtes pilées_.

  COTAPILER, v. a. Presser, fouler, serrer. _L'assemblée était
    infiniment trop nombreuse: on y était cotapilé._

  CÔTES, s. f. pl. Cardes de bettes, cardes de poirée. _Un plat de
    côtes. Plucher des côtes._ Terme languedocien.

  CÔTES, s. f. pl. Nous disons figurément et facétieusement d'un
    homme bizarre, original, capricieux, qui ne fait rien comme les
    autres et ne peut se plier ni aux goûts ni aux désirs de
    personne: _Il a les côtes en long_. Locution provençale. Se dit
    aussi, mais plus rarement, d'un homme paresseux.

  COTON SANS FILÉ, s. m. Coton qui n'est pas filé, coton en bourre.

  COTONNE, s. f. Cotonnade, étoffe de coton. _Cotonne quadrillée._
    Terme suisse-roman.

  COTTE, s. f. Signifie: 1º Étai, appui, soutien. _Mettre des cottes
    à un pommier qui plie sous le poids des fruits. Mettre des
    cottes à une masure qui menace ruine. Cotte_ signifie: 2º
    Cale, c'est-à-dire: Morceau de bois, de pierre, de carton, que
    l'on place sous un objet quelconque pour le mettre de niveau ou
    pour lui donner de l'assiette. _Ne voyez-vous pas que cette
    table remue? Mettez-y une cotte._ En Franche-Comté on dit:
    _Coute_.

  COTTER, v. a. Serrer, assujettir, fixer, caler, mettre une
    _cotte_. _Cotter une porte, cotter une fenêtre, cotter un
    contrevent qui bat. Voici la troisième fois que le vent fait
    tomber ce devant de cheminée: cottez-le donc avec soin._ Dans un
    sens analogue, _cotter un lit_, signifie: Le border,
    c'est-à-dire: Mettre les bords de couverture sous le matelas.
    _Le lit était mal cotté: la couverture est tombée._ Terme
    suisse-roman, savoisien, méridional et vieux français. On dit en
    Franche-Comté: _Couter_. Notre mot _cotter_ est le radical perdu
    des mots français «acoter» (appuyer) et «acotoir» (appui).

  COTTER, v. n. S'arrêter, hésiter en récitant ou en déclamant. _Le
    jeune étudiant nous récita toute la première satire de Boileau
    sans cotter, sans cotter d'un seul mot. Notre ministre a fait un
    bien beau sermon: mais il a un peu cotté._ Terme vaudois. A
    Neuchâtel, _être cotte, rester cotte_, signifie: Rester court,
    demeurer court.

  COTTER (SE), v. réc. Ne pas tomber d'accord sur une vente, sur un
    achat qui allaient être faits; se tenir à très-peu de chose. _On
    allait conclure le marché, quand on s'est cotté pour vingt
    francs. Cette magnifique campagne allait se vendre: on s'est
    cotté pour une vétille_ (on s'est tenu à une vétille).

  COTTES, s. f. pl. Cotillons.

  COUAILLÉE et COUAILLER. Voyez COAILLÉE et COAILLER.

  COUALER, v. n. Crier comme les enfants. Voyez COAILLER.

  COUANNE, s. f. _Couanne de lard._ On écrit «Couenne de lard.» Au
    sens figuré, _couanne_ signifie: Grande saleté, grande
    malpropreté. _Va te cacher, caïon, avec ta couanne; va laver ta
    couanne._ «Couenne» est français, mais non pas dans cette
    acception.

  COUANNE, s. f. Force, vigueur, courage. _Avoir la couanne de_,
    signifie: Oser, avoir le courage de, avoir le cœur de. _As-tu
    la couanne de te battre? Lequel de vous quatre aurait la couanne
    de traverser le Rhône? Si tu as de la couanne, Marmilloud,
    fais-y voir._ Ce mot de _Couanne_ n'est autre chose que le mot
    français «Couenne» pris dans un sens figuré, sens que les
    dictionnaires ne mentionnent pas.

  COUANNEUX, EUSE, adj. Très-sale, fort malpropre. _Enfant
    couanneux; mains couanneuses._ Dans ce sens on ne dit, en
    français, ni _couanneux_, ni couenneux.

  COUÂTRE, s. m. Culot. Le dernier né d'une famille d'animaux, et
    principalement le dernier éclos d'une couvée. _Voilà le couâtre
    de nos poulets; voici le couâtre de nos petits lards._ [P. G.]

  COUBLE (UNE). Une paire de chevaux de carrosse, une couple. Terme
    méridional. Selon M. Pierre GAUD, ce mot signifie aussi: Bande,
    troupe, remonte. _Une couble de chevaux suisses._

  COUCHER, v. a. _Coucher le poil à quelqu'un_, le flatter, le
    cajoler, l'endoctriner pour obtenir de lui une faveur, un
    bienfait, un avantage quelconque. Image tirée des caresses qu'on
    fait aux chiens, aux chats, aux chevaux.

  COUCI-COUÇÀ, loc. adv. _Et la santé, Monsieur
    Robert?--Couci-couçà, ni bien ni mal, tolérablement._ On dit en
    français: «Couci-couci.»

  COUDE, s. m. Nous disons figurément et proverbialement d'un homme
    intelligent qui comprend vite les choses et ne se laisse pas
    duper: _Il ne se mouche pas du coude_. Le Dictionnaire de
    l'Académie dit: «Il ne se mouche pas du pied.»

  COU DU PIED, s. m. Il faut dire: «Cou-de-pied,» puisqu'on disait
    anciennement: _Col de pied_. [Voyez les dictionnaires de Robert
    ESTIENNE et de COTGRAVE.] On disait de même: _Col de bras_.

  COUESTE, s. f. Extrait d'absinthe.

  COUGNARDE, s. f. Compote de coings, cotignac, résiné. Terme
    vaudois et neuchâtelois. Dans le Jura on dit: _Coignarde_. R.
    _coing_.

  COUGNE, s. f. Se dit d'une ou de plusieurs personnes qui, étant
    prises et serrées dans une foule compacte d'où elles voudraient
    sortir, s'y démènent, s'y agitent violemment en tout sens pour
    reculer ou pour avancer, pressant ainsi à leur tour et
    bousculant ceux qui les enveloppent. La _cougne_ est quelquefois
    un jeu entre écoliers ou entre gamins. On dit alors: _Faire à la
    cougne_, ou, _Faire une cougne_, ou, _Faire la cougne_.

  COUGNER, v. a. Pousser vivement, presser fortement, pousser
    quelqu'un dans une encognure et l'y serrer. _Qui est-ce qui
    cougne? Ne cougnez donc pas! On s'est cougné sous le
    vestibule du Théâtre, jusqu'à y étouffer._ Le verbe français
    «Cogner» n'a pas ce sens. R. _cuneus_, coin.

  COUIN-NÉE, s. f. Voyez COIN-NÉE.

  COULERIE, s. f. Perte, ruine, déroute. _Quelle coulerie! Quelle
    fameuse coulerie! C'est une coulerie complète._

  COULEURS, s. f. pl. Façons, sortes. _Dans la dispute, ils se sont
    insultés et ils s'en sont dit de toutes les couleurs. Notre
    cadet devient chaque jour plus malin et il nous en fait de
    toutes les couleurs._

  COULEUSE, s. f. Buandière, femme chargée du soin de couler la
    lessive.

  COULOUVRINE, s. f. Coulevrine, ancienne pièce d'artillerie plus
    longue que les canons ordinaires. C'est du mot _coulevrine_ que
    s'est formé celui de _Coulouvrenière_, vaste emplacement
    consacré à nos tirs.

  COUP DE CHALUMEAU, s. m. Soleil ardent, soleil donnant aplomb.
    Expression de nos milices. _Dis donc, Marcelin, quels coups de
    chalumeau on recevait hier à cette revue._

  COUP DE FROID, s. m. Coup d'air, refroidissement. _Prendre un coup
    de froid; avoir un coup de froid. Ce n'est pas une pleurésie,
    c'est un très-mauvais coup de froid._

  COUP DE PARTI, s. m. Coup de partie, coup qui décide du gain de la
    partie, coup avantageux. _En achetant cette bicoque, il a fait
    un coup de parti._

  COUPE, s. f. Mesure de capacité pour les grains, laquelle équivaut
    environ à soixante-dix-sept litres. _La coupe de blé a coûté, en
    avril 1847, quarante-deux francs._

  COUPEAUX, s. m. pl. Copeaux, éclats de bois.

  COUPER, v. a. _Couper pique, couper trèfle_, etc. Terme du jeu de
    cartes. Dites: Couper À pique, couper À trèfle.

  COUPER, v. neutre. Se dit des couleurs, et signifie: Trancher,
    faire un contraste trop grand, n'être pas assorti. _Le brun
    et le jaune coupent trop_, c'est-à-dire: Sont des couleurs trop
    tranchantes.

  COUPER LA CHIQUE. Terme trivial. Rabattre le caquet, couper le
    sifflet.

  COUPER, v. a. (fig.) Pour dire: Supplanter quelqu'un, lui enlever
    sa place, son poste, etc., nous disons figurément et
    proverbialement: _Lui couper l'herbe sous les pieds_. L'Académie
    dit: «Lui couper l'herbe sous le pied.» Les proverbes et
    locutions proverbiales quelconques doivent être conservées
    intactes, ou elles cessent d'exister. «Ils veulent nous couper
    l'herbe sous le pied,» dit Voltaire, dans ses _Dialogues_, t.
    II, p. 186, édition de Baudouin frères.

  COUPEUR DE BOIS, s. m. Scieur de bois, fendeur de bois. «Tout
    _coupeur de bois_, qui, au débarquement d'une voiture, ne serait
    pas muni de ses outils, ne pourrait venir plus tard, prendre
    part au travail.» [_Règlement de police_, 1850.]

  COUPILLE, s. f. Goupille, petite cheville de laiton ou d'autre
    métal.

  COUPLE, s. m. _Un couple d'écus, un couple d'œufs_, etc. Dites:
    Une couple d'écus, une couple d'œufs; c'est-à-dire: Deux écus,
    deux œufs, etc.

  COUPS, s. m. pl. _Faire les cent coups, faire les cent dix-neuf
    coups_, veut dire: Se porter à toutes sortes d'extravagances et
    d'excès. Français populaire.

  COURANT, s. m. Terme de couturière. Coulisse. _Robe à courant._

  COURATIER, s. m. Voyez COURIATIER.

  COURBATURE, s. f. Lassitude douloureuse.

  COURBE, adj. des 2 genres. Courbé, courbée. _Il marche tout
    courbe; elle se tient toute courbe._

  COURGERON, s. m. Potiron, sorte de légume. _Peler des courgerons._
    Terme suisse-roman et savoisien.

  COURGE SAUVAGE, s. f. C'est le nom que nous donnons à une plante
    appelée en français Couleuvrée ou Bryone. [P. G.]

  COURIATER, v. neutre. Courir, perdre son temps, vagabonder. Se dit
    surtout des jeunes garçons et des jeunes filles. _À çà,
    Françoise, où avez-vous été couriater, que vous rentrez si
    tard?--Couriater, Madame? Je me suis promenée tranquillement
    avec mon amie._ Ce mot de _couriater_ n'a point d'équivalent
    exact en français.

  COURIATERIE, s. f. Action de _couriater_.

  COURIATIER, IÈRE, ou COURATIER, IÈRE, s. et adj. Celui ou celle
    qui perd son temps en courses de plaisir inutiles. Se dit
    surtout des jeunes garçons et des jeunes filles. Terme connu
    dans le Berry et sans doute ailleurs. En vieux français,
    _couratier_ signifie: 1º Messager; 2º Courtier.

  COURT (À). _Vous étiez à court d'argent; je suis à court de pommes
    de terre; elle est à court de fascines_, etc. Dites: Vous étiez
    court d'argent; je suis court de pommes de terre; elle est court
    de fascines. Dans ces exemples, «Court» est un adjectif
    invariable.

  COURTE-BÛCHE, s. f. Courte-paille. _Tirer à la courte-bûche._
    Terme suisse-roman. Voyez BÛCHE.

  COURTI ou CORTI, s. m. Jardinet, petit jardin. Ce terme, qui
    appartient au vieux français, est fort usité dans la Suisse
    romane et dans la moitié de la France.

  COURTIAUD, COURTIAUDE, s. et adj. Courtaud, courtaude; homme ou
    femme d'une taille ramassée et trapue. _Un petit courtiaud; un
    gros courtiaud; une courtiaude réjouie._ On dit quelquefois au
    féminin: _Courtiaule_.

  COUSINER, v. n. _Cousiner_ n'est pas un verbe neutre. On ne doit
    pas dire: _Cousiner avec quelqu'un; il cousine avec tous ceux de
    son village; les Vaudois, dit-on, cousinent beaucoup_.
    «Cousiner» est un verbe actif. On dira donc: Cousiner quelqu'un;
    il cousine tous ceux de son village; les Vaudois se cousinent
    beaucoup.

  COÛTE, s. f. Coût, dépense, frais.

  COUTEAU, s. m. (fig.) Rayon de miel.

  COUTEAU DE BOIS, s. m. Plioir, petit instrument fort connu, que
    nous appelons aussi, mais improprement, _couteau de papier_.
    Terme français populaire.

  † COUTELAR, s. m. Coutelas. Dans le patois bressan on dit:
    _Cutelar_.

  COUTELER, v. a. Faire une blessure avec un couteau. _Se couteler_,
    v. récip. S'écharper. Terme vaudois.

  COÛTE QUI COÛTE. Expression rapide et concise qui signifie: À
    quelque prix que ce soit. _Coûte qui coûte, je veux en finir
    avec mon procès._ L'expression française est: Coûte que coûte.

  COÛTES, s. f. pl. _Vivre aux coûtes de quelqu'un, être sur les
    coûtes de quelqu'un_, signifie: Être à la charge de quelqu'un,
    vivre à ses dépens. _Ce jeune homme est depuis deux ans sur les
    coûtes de sa grand'mère._ On dirait, en français: Ce jeune homme
    est depuis deux ans sur les crochets de sa grand'mère.

  COUTHIONS, s. m. pl. _Jouer aux couthions._ Ce jeu, fort en usage
    dans diverses communes du bassin de Genève, se joue entre filles
    et garçons le jour de Pâques, et quelquefois le lendemain. Il
    consiste à lancer des bâtons retordus et recourbés qu'on dirige
    contre une baguette appelée _margale_. Celui qui s'est le plus
    éloigné de la margale, en jouant, perd quelque chose. Le jeu se
    termine à la nuit par un régal, où l'on dépense l'argent qui a
    été perdu. [P. G.]

  COUTUME, s. f. Nous disons: _Avoir de coutume_, pour: Avoir
    coutume. _Nous avions de coutume d'aller ensemble après dîner
    boire la demi-tasse._ Expression vieillie, qui a disparu des
    dictionnaires.

  COUTURE RENTRÉE. Terme de couturière. Rentraiture.

  COUVASSER, v. n. Se dit d'une poule qui cherche à couver.

  COUVÉ, adj. masc. Ce que nous appelons _œuf couvé_ s'appelle en
    français «Œuf couvi,» c'est-à-dire: Œuf à demi couvé, œuf
    gâté.

  COUVERT, s. m. Couvercle. _Un pot et son couvert; une boîte et son
    couvert._ Terme suisse-roman, franc-comtois et méridional.

  COUVERTE, s. f. Couverture. _La couverte du lit. Changer de
    couverte. Couverte de coton._ Au dix-septième siècle, les
    grammairiens français attaquaient déjà ce barbarisme, lequel
    cependant est resté vivace en France, en Suisse et en Savoie.

  COVET, s. m. Couvet, vase de fer-blanc ou de terre, dans lequel on
    tient de la braise allumée, et dont quelques femmes se servent
    en guise de chaufferette. A Paris on dit populairement:
    _Couvot_. Ces mots viennent probablement du verbe «Couver,»
    parce que les femmes semblent, en quelque sorte, s'accroupir sur
    ce meuble, comme la poule sur ses œufs.

  CRA, s. m. (_a_ bref.) Crasse attachée à la peau de la tête d'un
    enfant. Terme vaudois.

  CRA (À), loc. adv. Voyez À CRA.

  CRACHE, s. f. Salive.

  CRACHÉE, s. f. Très-petite quantité. Ne s'emploie guère que dans
    cette expression: _Une crachée de neige_.

  CRAINTE DE. De crainte de. _Crainte des gendarmes, les deux filous
    disparurent. Crainte des brigands, nos voyageurs prirent une
    escorte._ Dans le style familier, «Crainte de» peut se dire en
    parlant des choses: «Crainte de malheur, crainte d'accident;»
    mais il ne se dit jamais des personnes.

  CRAINTE DE. _Crainte de tomber, marchez doucement; crainte de vous
    égarer, prenez un guide._ Ces phrases sont incorrectes; il faut
    ajouter la préposition, et dire: «De crainte de tomber, de
    crainte de vous égarer,» etc.

  CRAINTE QUE. _Crainte qu'on ne nous dérange, sortons d'ici.
    Crainte qu'il ne s'échappe, tiens-le bien._ Dites, avec la
    préposition: «De crainte que,» etc.

  CRAINTER, v. n. Terme rural. Se dit principalement du raisin et
    signifie: Rester petit. _Les raisins ont crainté_ (ils n'ont pu
    acquérir leur grosseur accoutumée).

  CRAINTER, v. n. Terme rural. Secouer avec vitesse le van sur l'un
    et l'autre genou pour en faire sortir les épis et les mauvais
    grains. [P. G.]

  CRAMARINS, s. m. pl. Terme des campagnards. Groseilles rouges.

  CRAMOISIN ou CARMOISIN, s. m. La grosse blanquette, sorte de
    poire. Nous disons aussi adjectivement: _Une poire cramoisin_.
    Dans le dialecte languedocien, _cramoisin_ et _cramoisien_
    signifient: «Cramoisi.»

  CRAMPON, s. m. Ne dites pas: _Le crampon d'une boucle_, mais
    «L'ardillon d'une boucle.» [P. G.]

  CRAPAUD, s. m. (fig.) Terme injurieux qui équivaut à: Polisson,
    mauvais drôle. En français, «Crapaud, vilain crapaud,» se disent
    d'un homme très-disgracié de la nature. [_Dictionnaire_ de
    BESCHERELLE.]

  CRÂPE, s. f. Celle qui mène une vie dissolue. De ce mot peuvent
    dériver les mots «Crapule» et «Crapuleux.»

  CRAQUER, v. n. Nous disons: _Les dents lui craquent_. On dit en
    français: Les dents lui claquent.

  CRASANE, s. f. Sorte de poire d'hiver. _De bonnes crasanes. Une
    livre de poires crasanes._ C'est l'orthographe du dictionnaire
    de Trévoux. Mais GATTEL, BOISTE, NOËL ET CHAPSAL, BESCHERELLE,
    et Mr PAUTEX, dans son _Vocabulaire_, écrivent: _Crassane_;
    l'Académie française préfère _Cresane_; à Reims, à Gap et
    ailleurs, on dit: _Cressane_; le peuple de Paris prononce
    _Creusane_. Voilà, certes, de quoi choisir.

  CRASE, s. f. Berge, falaise, rive escarpée. _Les crases de l'Arve,
    au-dessus de Champel._

  CRASET, ETTE, s. Se dit d'une personne petite, maigre et chétive.
    _Viens-y, craset, viens, que je te giffle. Mettez bien vite à la
    raison ce craset._ Terme vaudois.

  CRASSER, v. a. Encrasser. _Crasser ses habits._

  CRASSERIE, s. f. Ladrerie, mesquinerie, avarice sordide. Terme
    français populaire.

  CRENELLE, s. f. Crécelle, moulinet de bois qui fait un bruit
    aigre. [P. G.]

  CRENET, s. m. Oiseau dont J.-J. Rousseau parle dans l'_Héloïse_.
    BOISTE et le _Complément du dictionnaire de l'_ACADÉMIE disent:
    _Crenel_, et Mr BESCHERELLE a copié cette faute. Le terme
    véritable est «Courlieu.»

  CREPETONS (À), loc. adv. À croupetons, c'est-à-dire: En
    s'accroupissant. _Se mettre à crepetons._ Terme jurassien. A
    Neuchâtel on dit: _À crepotons_; dans une partie de la Lorraine
    on dit: _À cripotons_. Voyez CROPETONS.

  CRÉPISSAGE, s. m. Crépissure, crépi. _Ce mur aurait grand besoin
    d'un crépissage._ Terme suisse-roman et méridional.

  CRESOLETTE, CREUSELIETTE, ou COURSELIETTE, s. f. Tire-lire,
    laquelle est quelquefois une botte en fer-blanc, et quelquefois
    un sac, que l'on présente à l'église en faisant la quête.
    _Mettre à la cresolette._ Dans le canton de Vaud on appelle
    _crusille_, la boîte ou tronc destiné aux aumônes dans le
    temple.

  CREST ou CRÊT, s. m. Cime d'un coteau, mamelon, éminence de terre
    dans une plaine. _Les crêts du Grand-Saconnex. Le Crêt de Jussy.
    Les Hauts-Crêts_, dans la commune de Vandœuvres. Terme
    suisse-roman, savoisien et franc-comtois. R. _crista_, crête.

  † CRÉTIQUE, s. fém. Critique, blâme.

  CRÉTIQUEUR, s. m. Critiqueur.

  CREUX (LE). Sorte de jeu d'enfant. _Jouer au creux._ On dit en
    français: Jouer à la fossette.

  CREVAISON, s. f. Ne se dit que des animaux, et signifie: État de
    dépérissement, état de maladie mortelle. Les enfants disent d'un
    oiseau qui a la pépie et qui va mourir: _Il a la pipi, la mimi,
    la crevaison_. Dans le Berry on dit populairement d'une personne
    qui vient de mourir: _Elle a fait sa crevaison_; et dans le
    langage parisien, _elle a fait sa crevation_.

  CRÈVEMENT DE CŒUR, s. m. Crève-cœur, grand déplaisir, grande
    mortification mêlée d'un certain dépit. _Ce fut un crèvement de
    cœur pour notre Étienne d'aller aux Promotions sans y recevoir
    de prix._

  CREVER, v. n. Nous croyons parler correctement, quand nous disons
    d'un chien, d'un chat, d'un bœuf, etc., qu'_ils ont crevé_,
    pour signifier qu'ils ont cessé de vivre. Il faut dire: Ils sont
    morts, ou, Ils ont péri. «Quarante vaches périrent dans les
    neiges du Bon-Homme. Le pauvre canari mourut de faim. Les
    moutons du fermier moururent de la clavelée.» On trouve dans le
    dictionnaire de l'Académie: «Le poison fait _crever_ les rats;»
    mais cet exemple ne prouve rien contre ce qui vient d'être
    avancé. Voyez tous les dictionnaires.

  CREVOTANT, ANTE, adj. Se dit des personnes et des choses et
    signifie: Malade, fort malade, près de finir. _Un feu crevotant;
    une lampe crevotante. Je trouvai la pauvre mère Trapelle toute
    crevotante._ Appliqué aux personnes, ce terme appartient au
    style badin ou au style trivial. _Eh bien, l'ami Tronchet,
    comment va ce te santé depuis deux mois?--Hélas! c'est toujours
    le catarrhe, toujours la goutte, toujours l'estomac qui digère
    mal: je suis tout crevotant._

  CREVOTER, v. n. Se dit des choses et des personnes, et signifie:
    Être près de finir, être sur le point de mourir. _La chandelle
    vient de s'éteindre, et tu laisses ton lumignon crevoter!_

  CREZENET, s. m. Petite tomme ou fromage que les fruitiers se font
    dans les laiteries avec les égouttures de lait qui restent dans
    le couloir. [P. G.]

  CRIBLETTE ou QUIBLETTE, s. f. Cresserelle, espèce de faucon.

  CRIÉE, s. f. Crierie, gronderie. _Faire une criée. Il nous faisait
    des criées à épouvanter les voisins._

  CRIER, v. a. Réprimander en élevant la voix, gronder. _Crier ses
    domestiques; crier ses enfants. J'ai été criée tout le jour._
    Terme méridional. Le verbe «Crier,» pris dans cette acception,
    est neutre, et l'on doit dire: «Crier après quelqu'un; il ne
    cesse de crier après ses enfants.» Dans le canton de Vaud,
    _crier quelqu'un_, signifie: L'appeler.

  † CRINCAILLER, s. m. Quincaillier.

  CRIQUET, s. m. Crécelle, moulinet de bois très-bruyant.

  CRIQUET, ETTE, adj. Étroit, trop étroit, étriqué. _Un bonnet
    criquet._

  CROCHER, v. a. Agrafer, attacher avec une agrafe. _Crochez-lui sa
    robe, crochez-moi mon manteau._ Terme suisse-roman. Nous disons
    dans un sens analogue: _Crocher un contrevent_, c'est-à-dire: Le
    fixer au moyen d'un crochet.

  CROCHET, s. m. (fig.) Croc. _L'affaire est au crochet; le procès
    est au crochet; l'ouvrage est au crochet._ Dites: L'affaire est
    au croc (elle est suspendue, interrompue); le procès est au
    croc, etc.

  CROCHETER, v. a. Agrafer, attacher avec une agrafe. Terme
    méridional.

  CROCHON, s. m. Grignon, entamure de pain, morceau de l'entamure du
    côté le plus cuit. _Un joli crochon; un gros crochon;
    s'emparer du crochon._ Terme suisse-roman et savoisien. En
    languedocien, on dit: _Crouchon_; en patois lorrain, _croche_; à
    Marseille, _corchon_.

  CROCHONNER, v. a. Couper la croûte autour du pain. Nous appelons
    _pain crochonné_, un pain fait à cornes pour en multiplier les
    grignons ou _crochons_. Les Languedociens disent: _Pain
    crouchonné_.

  CROCODILLE, s. m. (_ll_ mouillés.) Écrivez et prononcez, avec un
    seul _l_, «Crocodile.»

  CROIRE, v. a. Nous disons proverbialement et familièrement à une
    personne que nous voyons ajouter une foi aveugle à des récits
    invraisemblables ou absurdes: _Croyez cela et buvez de l'eau_
    (_buvez de l'eau_ pour mieux digérer de semblables contes).

  CROIRE DE. _Je croyais d'arriver le premier. Il croyait de ne pas
    se tromper. Nous avions cru d'être fouillés à la douane._
    Retranchez le _de_ et dites: Je croyais arriver le premier. Il
    croyait ne pas se tromper. Nous avions cru être fouillés à la
    douane.

  CROIRE (S'EN), v. pron. S'en faire accroire, s'enorgueillir, être
    fier. _Tu t'en crois bien, Pierre, avec ton chapeau neuf. Voyez
    comme ces gamins de huit ans s'en croient avec leur cigarette à
    la bouche._

  CROISON, s. m. Pomme sauvage. Dans le Berry on dit: _Croix_.

  CROIZONNIER, s. m. Pommier sauvage. Dans le Berry on dit:
    _Croizier_.

  CROISSANT, s. m. Se dit des enfants et des adolescents, et
    signifie: Croissance, augmentation en grandeur. _Avoir le
    croissant; souffrir du croissant._

  CROPETONS (À), loc. adv. À croupetons, en s'accroupissant, à
    genoux repliés.

  CROQUEMOLLE, s. f. Sorte d'amande. Voyez COQUEMOLLE.

  CROSSE, s. f. Béquille. _Marcher avec des crosses._ Terme
    suisse-roman, savoisien et méridional. Proverbialement: _Un
    boiteux ne peut se servir que de ses crosses_; signifie: Nul ne
    peut employer que les ressources, grandes ou petites, qu'il
    possède.

  CROTON, s. m. Cachot, prison obscure et enfoncée. _Être mis au
    croton; passer la nuit au croton._ Terme suisse-roman, savoisien
    et méridional. Ce mot vient du vieux mot français _crote_,
    lequel signifiait: Un creux, un caveau, une grotte. A Genève, ce
    qu'on appelle aujourd'hui «la Grotte aux Archives,» s'appelait
    autrefois _la Crotte aux Archives_. Dans le Berry, _crot_ veut
    dire: Un creux, un trou, et _crotter_, v. a., signifie: Creuser,
    faire un trou. Enfin, dans le dialecte provençal, on appelle
    _crotto_ un local souterrain pour tenir le vin.

  CROTU, TUE, adj. Marqué de petite vérole, grêlé. Expression très
    usitée, et que J.-J. Rousseau a introduite dans sa _Nouvelle
    Héloïse_: «Veux-tu que je coure baiser un visage noir et
    _crotu_?» [IVe partie, lettre 8e.] _Crot_, dans le vieux
    français, signifie: Creux, fossette.

  CROUILLE, adj. Voyez CROU-YE.

  CROUSTILLEUX, EUSE, adj. En Suisse, nous donnons à cet adjectif
    une signification qu'il n'a point dans les dictionnaires; nous
    disons, par exemple, d'une affaire délicate, épineuse,
    embarrassante, qu'elle est _croustilleuse_. _Voilà qui est
    difficile et croustilleux._ «Croustilleux» signifie: Plaisant,
    leste, libre, graveleux, licencieux. «Anecdote croustilleuse;
    conte croustilleux.»

  CROUSTILLON, s. m. Croustille, petite croûte de pain. _Ces
    messieurs voudraient-ils boucher par un croustillon?_

  CROÛTE AU BEURRE, s. f. Tartine de beurre, tranche de pain
    recouverte de beurre. Nous disons dans le même sens: _Croûte au
    miel, croûte à la drâchée, croûte aux confitures, croûte dorée_.
    Terme suisse-roman.

  CROÛTION, s. f. Morceau de pain mordu, rongé, et laissé sur la
    table après le repas; vieux reste de pain sec. _Ne jetez pas ces
    croûtions; ayez soin de ces croûtions. Si Madame exige que je
    fasse de la soupe avec ces croûtions, ce n'est pas moi qui en
    mangerai._ Le mot français «Croûton» n'est point l'équivalent de
    notre mot _croûtion_. Au sens figuré, nous disons quelquefois
    d'un chenapan: _C'est un croûtion d'homme_; et d'un mauvais
    dîné: _C'est un croûtion de dîné_.

  CROU-YE ou CROUILLE, adj. Mauvais, grossier, gâté, en mauvais
    état. Se dit des personnes et des choses. _Une crou-ye
    marchandise; un crou-ye habit; un crou-ye déjeuné; une crou-ye
    auberge. Michel Godineau est un crou-ye sujet, mais son fils est
    plus crou-ye encore._ Terme suisse-roman. _Crou-ye_ s'emploie
    aussi dans le sens de: Chétif, malade, malingre, souffreteux,
    cacochyme. _Oui, Madelon, je suis bien crou-ye aujourd'hui.
    Notre cousin Godefroi n'est pas des plus vigoureux, mais il
    n'est pas des plus crou-yes._

  CROU-YERIE, s. f. Objet de nulle valeur.

  CRÛ, s. m. Crue, croissance. _Faire son crû._ Se dit des animaux
    et de l'homme. _Voilà un beau poulain qui aura bientôt fait tout
    son crû._ Terme vieux français.

  CRUE, adj. fém. Écrue. _Toile crue_, toile qui n'a pas été
    blanchie. _Soie crue_, soie qui n'a pas été mise à l'eau
    bouillante. Terme dauphinois, etc.

  CRULLION, s. m. (_ll_ mouillés.) Fer pour attiser le feu, fourgon.
    [P. G.] Dans le canton de Vaud on dit: _Crullion_ et
    _crouillon_.

  CUARD, s. m. Terme de boucherie. Cimier, filet, pièce de bœuf
    charnue, prise sur le quartier de derrière.

  CUCHET, s. m. Terme rural. Veillotte, petit tas de foin qu'on
    forme sur les prés. _Mettre le foin en cuchets. Étendre les
    cuchets; s'ébattre sur les cuchets._ Terme vaudois. Dans le
    vieux français, _cuche_ veut dire: Tas de foin, meule de paille.
    En provençal, _cucha_, mettre les gerbes en tas.

  CUEILLER ou CUEILLÈRE, s. f. Orthographe et prononciation
    vicieuses des mots «Cuiller» et «Cuillère,» qui sont tous deux
    français et se prononcent tous deux _kuillère_.

  CUEILLIR, v. a. Beaucoup de personnes prononcent _ku-llir_ (_ll_
    mouillés), au lieu de _keu-llir_. Plusieurs personnes aussi
    disent au futur: _Je cueillirai, tu cueilliras_, etc., au lieu
    de: Je cueillErai, tu cueillEras, etc. Cette forme, _je
    cueillirai_, appartient à l'ancienne langue française.

  CUEILLIR, v. a. (fig.) _Cueillir du linge_, signifie: Ramasser du
    linge. _Cueillir les thèmes des écoliers_, signifie: Les
    recueillir, les rassembler.

  CUEILLIR, v. a. (fig.) Gagner. _Cueillir un mal. Cueillir la
    petite vérole. La coqueluche se cueille._

  CUER ou COUER, s. m. (Faites sonner l'_r_.) Cuir, peau. _Entre
    cuer et chair._ Terme vieux français.

  CUIRE, v. a. et n. _Votre lait va cuire, Colette; votre lait cuit
    déjà._ Dites: «Votre lait va bouillir; votre lait bout déjà.»

  CUISON, s. f. Action de cuire ou de faire cuire. _La cuison du
    pain, la cuison de la viande. La cuison que fait éprouver une
    plaie._ Le mot français est «Cuisson.»

  CUISSE-DAME, s. f. Cuisse-madame, sorte de poire.

  CUIT, partic. masc. _Beurre cuit. Accommoder avec du beurre cuit.
    Toupines de beurre cuit._ On dit en français: «Beurre fondu.»

  CUIT, CUITE, adj. Pourri. _Du bois cuit._

  CUITE, s. f. Terme de laiterie. Recuite, petit-lait recuit,
    dernière qualité de petit-lait, c'est-à-dire, celui qui reste
    après qu'on en a fait le _séret_. _La cuite sert à engraisser
    les cochons._ Terme vaudois.

  CUITE, s. f. État d'ivresse. _Il a sa cuite_ (il est soûl).

  CULOT, s. m. (fig.) _Être culot_, terme du jeu de billard,
    signifie: Être inférieur à son adversaire, avoir moins de points
    que lui. Cette expression, qui est sans doute connue ailleurs,
    n'est pas consignée dans les dictionnaires.

  CULOTTE, s. f. (fig.) Gronderie, mercuriale, réprimande. _Donner
    une culotte; recevoir une culotte. Un tel a eu sa culotte._

  CULOTTES, s. f. pl. _Dans sa chute, ses culottes furent déchirées.
    Il avait mis ce jour-là ses culottes du dimanche._ Dites: «Sa
    culotte,» et n'employez le pluriel que lorsque vous parlez de
    deux ou de plusieurs culottes.

  CUPESSE, s. f. Culbute, saut que l'on fait en mettant la tête en
    bas et les jambes en l'air. _Quand nos jeunes écoliers apprirent
    qu'ils avaient congé, ils firent des cupesses de joie._ Terme
    suisse-roman et savoisien. _En cupesse_, locution adverbiale,
    signifie: Sens dessus dessous, à la culbute. _Mettre en cupesse_
    (bouleverser). _On déménageait; tout était en cupesse dans la
    maison._

  CUPESSER, v. n. Tomber, faire une chute légère, se renverser. Se
    dit des personnes et des choses. _La table où il écrivait
    cupessa. En voulant monter sur l'échelle, je cupessai._ Ce terme
    appartient au style le plus familier. Employé figurément, il
    signifie: Faire faillite. _La maison X., Y. et Cie vient de
    cupesser._ Quelquefois ce verbe s'emploie à l'actif. _Philibert
    se mit en rage et cupessa tout._

  CUPLAT ou CUL-PLAT, s. m. Chute sur le derrière, casse-cul. _Faire
    un cuplat. Les patineurs novices sont exposés à de continuels
    cuplats._

  CURAFIFI, s. m. Vidangeur, gadouard, maître des basses-œuvres,
    nettoyeur de latrines. Terme connu dans le canton de Vaud. En
    Dauphiné et en Provence, on appelle les gens de cette profession
    _cure-privés_, et en Languedoc, _maîtres fifi_. [Voyez VILLA,
    _Nouveaux Gasconismes corrigés_, t. 1, p. 232.] R. _Fi! Fi!_

  CURE. Ce mot ne s'emploie que dans l'expression _faire cure_, qui
    se dit dans certains jeux, quand on ne fait aucun point, ou
    qu'on perd tout ce qu'on met sur jeu. C'est l'équivalent de:
    _Être à sec, mettre à sec_. [P. G.]

  CURER, v. a. _Curer un poisson_, le vider. _Curer une volaille_,
    l'effondrer, c'est-à-dire, en ôter la poche, le gésier et la
    tripaille. _Curer des pommes_, c'est: Les cerner avec la pointe
    d'un couteau. Expressions méridionales.

  CUSIN, s. m. Cousin, insecte.

  CUTTRER ou CUTURER et COUTURER, v. a. Terme d'agriculture. Houer,
    labourer à la houe. _Cuttrer des pommes de terre._ En vieux
    français, on disait: _Culturer_.

  CUVET, s. m. Nous appelons _char à cuvets_, ce qu'on nomme en
    français: «Chariot à hèches.»

  CYTISE, s. f. _De la cytise en fleur._ Ce mot est masculin.


D

  D. Les campagnards ajoutent un _d_ euphonique ou énergique dans
    une foule d'expressions très-familières. Ils disent, par
    exemple: _Aller d'à quatre; mettre d'à coin; monter d'à
    reculons; faire une chose d'acachette_ (en cachette); _tomber
    d'abouchon. Nous sommes de cousin avec Jean-Glaude. J'étais
    d'assis. Je vous ferai un mur bien soigné_, me disait un maçon,
    _je tiendrai les pierres bien d'égal_. Voyez les mots ACACHONS,
    D'AVAU, DOBLIGÉ et DÔTER.

  DÂ, s. m. Terme enfantin qui équivaut à: Merci, je te remercie.
    _Dis dâ, ma petite; il faut dire dâ. Dâ, ma nainnain._

  DADA, s. m. Nourricier, mari de la nourrice.

  DADERIDOU, s. m. Dadais. Voyez le mot suivant.

  DÂDOU, s. m. Dadais, nigaud, bélître. _Grand dâdou, cesseras-tu
    une fois de faire crier cet enfant?_ Terme suisse-roman et
    savoisien.

  DAGUER, v. n. Pester, enrager. _Voyez comme il bisque! Voyez comme
    il dague!_ Terme trivial.

  DAILLE, s. f. Faux, instrument pour faucher. _Piquer une daille._
    Terme méridional et vieux français.

  DAM, s. m. (Prononcez _dan_.) _C'est ton dam, c'est bien ton dam_,
    se dit à une personne qui semble avoir mérité le mécompte, le
    désagrément, la mésaventure qui lui arrive. _Tu t'es coupée,
    Jenny, et c'est bien ton dam: on t'avait défendu de jamais
    toucher un canif. J'ai été trompé par Guichardin, et c'est bien
    mon dam: j'y avais été pris déjà deux fois._ Ce terme, qui
    appartient au vieux français, est d'un emploi journalier chez
    nous. R. _damnum_.

  DANDINE, s. f. Volée de coups, rossée. _Administrer une dandine._
    Français populaire.

  D'À PLOMB, loc. adv. _Le soleil donnait d'à plomb; le soleil
    tombait d'à plomb sur nos têtes._ Dites: «Donnait à plomb;
    tombait à plomb.»

  DARBON ou ZARBON, s. m. Nos campagnards désignent par ce mot
    tantôt le mâle de la taupe, tantôt le campagnol ou rat des
    champs. Terme savoisien, dauphinois et provençal. _Darbounîre_,
    s. f. Taupinière. _Edarbogni_, v. a., signifie dans le patois
    vaudois: Étendre la terre qui a été soulevée par la taupe.

  † DARDE ou DAIRDE, s. f. Dartre.

  † DARNIER, adj., adv. et prépos. Voyez DERNIER.

  DARTE, s. f. Dartre, maladie de peau. _Darte rentrée; darte
    farineuse._ Français populaire.

  DAUBER, v. a. Duper, tromper, flouer. _Pauvre nigaud, on t'a daubé
    et on te daubera encore._ En français: «Dauber» signifie: 1º
    Battre à coups de poing; 2º Railler, injurier. [ACAD.]

  DAUDER, v. n. Mot patois. Donner de la corne, frapper de la corne.
    _Éloignez-vous, cette vache daude._

  DAUDINÉE, s. f. Rossée, volée de coups.

  DAVANTAGE DE. _Tu as eu davantage de peine, tu auras aussi
    davantage d'argent._ Dans cette phrase et dans les analogues,
    employez l'adverbe «plus», et dites: Tu as eu plus de peine, tu
    auras aussi plus d'argent.

  D'AVAU, adv. Là-bas, plus loin en descendant. Terme patois et
    vieux français. R. _vau_ ou _val_.

  DE, prép. Dans les phrases suivantes et phrases analogues, on doit
    retrancher la préposition _de_. _Il m'en a fait de cadeau. Cela
    ne fait de rien. Tu ne risques de rien sur ce bateau. Reprends
    ton couteau, je n'en ai plus de besoin_ (expression, au reste,
    qui était encore française au milieu du dix-huitième siècle). _A
    quoi bon de se tourmenter? A quoi bon de lire tant de journaux?
    Il fait bon de s'asseoir. Il fait bon de boire frais en été._
    Voyez FAIRE, no 5.

  DE, prép. Les phrases suivantes offrent une syntaxe remarquable,
    quoiqu'elles appartiennent au langage populaire. _Je n'ai rien
    dit qui ne soit de dire; je n'ai rien fait qui ne soit de
    faire_, etc.; c'est-à-dire: Qui ne puisse se dire, qui ne puisse
    se faire.

  DÉBAGAGER, v. n. Plier bagage, déménager brusquement, décamper.
    _Ils débagagèrent de nuit et emportèrent tout le bataclan._
    Terme suisse-roman, savoisien et français populaire.

  DÉBARRAS, s. m. Nous appelons _chambre de débarras_ un petit local
    où l'on serre les meubles, les ustensiles, et les vêtements qui
    ne sont pas d'un usage ordinaire, ou qui causent quelque
    embarras. Nos _chambres de débarras_ s'appellent en français:
    «Décharge, pièce de décharge.»

  DÉBARRASSÉE, s. f. Débarras, délivrance de ce qui embarrassait.
    _Les voilà partis! quelle débarrassée!_

  DÉBIGOCHÉ, ÉE, adj. Se dit des personnes et des choses, et
    signifie: 1º Disloqué, détraqué, gâté, endommagé; 2º Malingre,
    sans entrain, lâche, débiffé. _Une poupée débigochée. Quand il
    veut pleuvoir, disait Mme N***, je me sens toute débigochée._
    Dans le patois languedocien, _débigoussat_ signifie: Contrefait,
    tortu. [Voyez le _Dictionnaire patois_ de M. l'abbé Gary.
    Castres, 1845.]

  DÉBITE, s. f. Débit, vente. _Cette marchandise n'a pas de débite._
    Terme vieux français.

  DÉBITER, v. a. et n. Il se dit de certains oiseaux qui abandonnent
    pour toujours leur nid, quand on va les inquiéter pour voir
    leurs œufs ou leurs petits. C'est le propre des corbeaux, des
    geais, des pies-grièches, etc. [P. G.]

  DÉBLOTTER, v. a. Réciter fort vite, débiter vivement. _Déblotter
    un discours; déblotter des injures. Il nous déblotta en moins de
    rien toute son histoire._ Terme suisse-roman. _Déblotter_
    signifie aussi: Manger avidement. _Déblotter un pain; déblotter
    un poulet._ La signification primitive de ce mot est: Ôter les
    jeunes pousses d'un arbrisseau; ôter la première enveloppe de
    certains fruits. _La chèvre a déblotté toute la haie.
    Déblotte-moi ces branches de noisetier_, etc. Expression
    familière à nos campagnards et à ceux du canton de Vaud. Quant à
    l'idée qui domine dans ces diverses significations et qui les
    lie entre elles, c'est évidemment l'idée de vitesse, de
    promptitude, de célérité.

  DÉBLOTTURES, s. f. pl. Jeunes pousses qui viennent d'être ôtées
    d'un arbrisseau. _Ramasser les déblottures. Une corbeille de
    déblottures._

  DE BON, adv. Sérieusement, tout de bon, tout badinage à part.
    _Jouer de bon. Se fâcher de bon. Parlez-vous de bon ou
    plaisantez-vous?_ Français populaire.

  DÉBOQUER QUELQU'UN. Le déplacer, le chasser du poste qu'il
    occupait, le débusquer. En vieux français, _bos_ ou _bosc_
    veulent dire: Bois, forêt. Les mots «Débusquer,» _débosquer_
    (vieux français), et _déboquer_, ont signifié originairement:
    «Faire sortir d'un bois.»

  DÉBOUCHARDER, v. a. Laver, nettoyer le visage. _Va te
    déboucharder, Gédéon, avant qu'on se mette à table._ R.
    _bouchard_.

  DÉBOULÉE, s. f. Sortie précipitée. Terme suisse-roman.

  DÉBOULER, v. n. Déloger promptement, décamper, déguerpir. _Drôles
    que vous êtes, déboulez d'ici._ Français popul.

  DÉBRANLER, v. n. _Ne pas débranler d'un endroit_, signifie: Ne pas
    le quitter. _Ne pas débranler de l'ouvrage_, signifie: Ne pas
    quitter le travail avant que la tâche donnée soit remplie. _Il
    bûcha tout le jour sans débranler. Ils restèrent toute la nuit
    au cabaret sans débranler._ Terme parisien populaire, etc.

  DÉCESSER, v. n. _Tu ne décesses de babiller. Elle ne décesse de se
    plaindre. La pluie n'a pas décessé de toute la nuit._ Terme
    français populaire. Dites: Tu ne cesses de babiller; elle ne
    cesse de se plaindre; la pluie n'a pas cessé de toute la nuit.

  DÉCHANTER, v. a. Désensorceler, ôter un mauvais sort,
    déguignonner.

  DÉCHARGE, s. f. Dans notre langage, _Demander sa décharge_ veut
    dire: Demander d'être déchargé d'une place, d'une fonction, d'un
    emploi; expression qui n'a rien de choquant.

  DÉCHARGEOIR, s. m. Terme des campagnards. Grande cuve où l'on
    jette la vendange qui vient d'être cueillie.

  DÉCHÂSSER, v. a. Ôter le _charre_. Voyez ce mot.

  DÉCHAUX, adj. _Aller déchaux, être déchaux_, signifie: Aller sans
    chaussure, être sans chaussure. _Le frère et la sœur allaient
    déchaux._ Ce terme, qui appartient au vieux français, est
    encore fort usité chez nos campagnards et dans le nord de la
    France.

  † DÉCHELOQUER, v. a. Disloquer. _Une serrure décheloquée._

  DÉCHICOTER, v. a. Déchiqueter, couper en morceaux. _Déchicoter la
    carcasse d'un poulet._ Français populaire.

  DÉCIDER (SE), v. pron. _Je me décidai de partir; elle se décida de
    rester_, etc. Il faut dire, en employant la préposition _à_: Je
    me décidai À partir; elle se décida À rester.

  DÉCOCHE, s. f. Ce terme n'est guère usité que dans l'expression
    suivante: _Être dur à la décoche_, c'est-à-dire: Être dur à la
    desserre, aimer trop l'argent, se faire tirer l'oreille pour
    boursiller.

  DÉCOCHER, v. a. et n. (fig.) Payer, s'élargir, contribuer,
    boursiller. _On te fera décocher; il faudra bien que chacun de
    vous décoche. À la fin des fins, ils ont décoché dix francs._

  DÉCOMBRES, s. f. pl. _Toutes ces décombres nous arrêtèrent._ Ce
    mot est masculin.

  DÉCOTTÉ, TÉE, participe. Ce terme n'est guère employé que dans
    l'expression suivante: _Un lit décotté_, c'est-à-dire, un lit
    dont les couvertures et le drap supérieur ne sont pas serrés
    avec le matelas. Voyez COTTER.

  DÉCOTTER, v. a. et n. Terme de commerce. Arranger, rapprocher
    (fig.). _Je mettrai encore vingt-cinq francs pour décotter, pour
    vous décotter._

  DÉCOUVRIR UN LIT. Cette expression genevoise signifie: Faire la
    couverture d'un lit, préparer le lit avant que de se coucher. «Ô
    çà, écoutez, Mme Gray; rangez-moi cette chambre, _découvrez-moi
    ce lit_, j'ai envie de me coucher.» Cette phrase est de CLÉMENT,
    de Genève, dans ses _Annales littéraires_, t. II, p. 217. En
    Languedoc et en Gascogne, on dit: _Faire la découverte d'un
    lit_.

  DÉCROCHER, v. a. _Ma robe me serre, décroche-la-moi._ Le verbe
    «Décrocher» n'a pas cette signification en français. Il faut
    dire: Dégrafer. «Dégrafer une robe; dégrafer un corsage.»

  DÉCROÎT, s. m. Atrophie, aridure. _La pauvre enfant avait le
    décroît à la jambe droite._

  DÉDAIGNER (SE), v. pron. Dédaigner, répugner à. _Votre nièce,
    Madame, se dédaigne d'aller avec nous._

  DEDANS, prép. _Dedans le buffet, dessous le lit, dessus la table_,
    étaient des expressions correctes il y a deux cents ans; mais
    aujourd'hui ces mots ne sont plus des prépositions, et il faut
    dire: Dans le buffet, sous le lit, sur la table.

  DÉDELÀ, adv. Cette expression, si usitée chez nous, signifie: Dans
    la chambre voisine, dans la pièce attenante. _Il fait froid dans
    ce cabinet: allons dédelà. Ce fauteuil embarrasse dans cette
    chambre: portez-le dédelà. Je vous rejoins tout de suite:
    attendez-moi dédelà._ Terme suisse-roman et savoisien. A Lyon,
    _dès delà l'eau_, veut dire: De l'autre côté du fleuve. En
    français, «De delà les monts» signifie: Au delà des monts. En
    Languedoc, _la nuit de delà, le jour de delà_, signifient:
    L'avant-dernière nuit, l'avant-dernier jour.

  DÉDITE (UNE). _Si vous cassez le bail, il y a une dédite de cent
    cinquante francs._ Terme suisse-roman et savoisien. Le mot
    français est «dédit,» s. m.

  DÉFAIRE, v. a. _Défaire une pièce de drap. Ne défaites pas cette
    pièce de drap vert: c'est du drap bleu qu'il me faut._ Le mot
    français est «Développer» ou «Déployer.» [Voy. A. PÉTER,
    _Dictionnaire des Locutions vicieuses_, deuxième édition.]

  DÉFAIRE (SE), v. pron. Ôter une partie de ses vêtements de dessus.
    _Tu as bien chaud, Théophile, ne te défais pas._ Terme
    méridional.

  DÉFAIT, AITE, partic. Se dit d'une personne débraillée, d'une
    personne dont les vêtements qui couvrent la tête, le cou,
    l'estomac, sont en désordre. _Tu es toute défaite, Judith: va
    mettre ta coiffe, va te crocher, va arranger ton fichu._

  DÉFAITE, s. f. Rupture d'un marché fait, d'un engagement
    contracté. Ce terme n'est employé, je crois, que dans cette
    phrase des écoliers et des gamins: _Pache faite, trente sous
    pour la défaite_; c'est-à-dire: Le marché est conclu: celui qui
    viendrait à le rompre payerait tant et tant.

  DÉFATIGUER, v. a. Délasser, ôter la fatigue. _Les bains de pieds
    défatiguent. Quand je serai défatigué, je repartirai._ [P. G.]
    Expression remarquable, dont l'emploi est continuel parmi nous.

  DÉFAUFILER, v. a. Défaire une faufilure. Terme méridional. Employé
    figurément, le participe _défaufilé_ signifie: Détraqué,
    désorganisé, abattu, énervé. _Je me sens toute défaufilée; je
    suis toute défaufilée aujourd'hui, et je n'ai pas le cœur au
    travail._

  DÉFICELER, v. a. Ôter la ficelle. _Déficeler un paquet, déficeler
    une boîte._ Terme connu partout, et qu'on s'étonne de ne pas
    trouver dans les dictionnaires.

  DÉFIER (EN). L'expression: _Je lui en défie_, n'est pas française.
    Il faut dire: Je l'en défie. _Ils croient sans doute nous
    prendre pour dupes, mais je leur en défie._ Français populaire.

  DÉFINIR, v. n. Expirer, rendre l'âme, finir. _J'ai cru qu'il
    allait définir entre mes bras._ Terme vieux français.

  DÉFINITION, s. f. Fin. _Il faut faire une définition_;
    c'est-à-dire: Il faut en finir. _En définition_, enfin.

  DÉFORCENÉ, s. m. _Crier comme un déforcené. Elle s'agitait comme
    une furieuse, comme une déforcenée._ Dites: Forcené, forcenée.

  † DÉFLUXION, s. f. _Défluxion de poitrine._ Dites: Fluxion de
    poitrine [P. G.] Le mot _défluxion_ appartient au vieux
    français. [Voyez ROQUEFORT, _Glossaire roman_.]

  DÉFUNTER, v. n. Mourir. _Il défunta vers minuit._ Dans le nord de
    la France, on dit: _Défunquer_ et _défuncter_. [Voyez le
    _Glossaire picard_ de M. l'abbé CORBLET.]

  DÉGAGÉ, ÉE, adj. Leste. _Voyez comme il court! Voyez comme il est
    dégagé!_ Terme méridional. «Dégagé» ne se dit que des choses:
    «Taille dégagée; air dégagé; allure dégagée.»

  DÉGAGER (SE), v. pron. Se dépêcher. _Dégage-toi, Ambroise, l'heure
    sonne. Dégageons-nous, Messieurs, il se fait tard._ Français
    populaire.

  † DÉGAL, s. m. Dégât. _Aurait-on jamais émaginé un dégal
    semblable?_

  DÉGIGANDÉ, ÉE, adj. _Homme dégigandé; femme dégigandée._ On dit en
    français: «Dégingandé.»

  DÉGLÉTIR, v. a. Dégluer, ôter la glu. Voyez AGLÉTIR.

  DÉGONFLER (SE), v. pr. Épancher, dire tout ce qu'on a sur le
    cœur. _Je lui ai enfin parlé nettement, et je me suis
    dégonflé._

  DÉGORGER, v. a. (fig.) Restituer, rendre ce qu'on avait pris
    frauduleusement. _Il m'a escroqué dix francs, mais il faudra
    bien qu'il les dégorge._

  DÉGOÛTAMMENT, adv. D'une façon dégoûtante. _Manger dégoûtamment._
    Terme que les Dictionnaires ne feraient pas mal d'accueillir.

  DÉGREDELER, v. n. Dégringoler, descendre les degrés plus vite
    qu'on ne le voudrait, rouler en tombant dans un escalier. _On ne
    voyait goutte, j'ai dégredelé au bas de la rampe._

  DÉGREUBER, v. a. Nettoyer, laver. _Dégreuber une table, dégreuber
    un buffet._ Voyez GREUBE.

  DÉGRUFFÉ, ÉE, s. et adj. _Un garçon dégruffé_ est celui qui est
    vif, éveillé, espiègle, qui voit clair dans les affaires et qui
    sait facilement se tirer d'une position difficile. Expression
    curieuse, qui n'a pas d'équivalent exact en français.

  DÉGUILLE, s. f. Non-succès, échec, affaire manquée. Dans la langue
    de nos Étudiants, _déguille_ se dit (ou se disait) d'une
    mauvaise composition.

  DÉGUILLEMANDRÉ, ÉE, adj. Déguenillé.

  DÉGUILLER, v. actif. (Prononcez _déghiller_.) Abattre, faire
    tomber, renverser. _Déguiller des noix. Déguiller des nids. Ils
    mirent une bouteille sur un piquet et jouèrent à qui la
    déguillerait. L'arbre était couvert de moineaux: nous lâchâmes
    ensemble nos deux coups, et nous en déguillâmes une vingtaine.
    S'il vous plaît, Monsieur, déguillez-moi mon volant._ Voyez
    GUILLE, no 2.

  DÉGUILLER, v. neutre. Tomber, au sens propre et au sens figuré.
    _Notre Louis était depuis trois semaines le premier de sa
    classe: hier il a déguillé. Ne va pas grimper sur ce tas de
    pierres, tu déguilleras._

  DEHORS, adv. _Dîner dehors_, signifie: Ne pas dîner chez soi,
    dîner en ville. _Hier toute la famille dîna et soupa dehors._
    Nous disons dans le même sens: _Veiller dehors_, etc. Terme
    méridional.

  DEHORS DE, prép. _Je vous attendrai dehors de porte. Votre frère
    était dehors de chez lui_, etc. Dites: «Hors de chez lui,» etc.

  DÉJÀ, adv. Est inutile et vicieux dans les phrases suivantes:
    _Comment s'appelle-t-il déjà? Pour ne pas m'estropier avec cet
    outil, comment faut-il faire déjà? Dis donc, femme: cette belle
    dame que tu as rencontrée hier, qui est-ce déjà?_

  DÉJUNER, v. n. _Si tu n'as pas encore déjuné, déjunons ensemble._
    Écrivez et prononcez «Déjeuner.»

  DÉLABRE, s. m. Délabrement, détérioration, mauvais état d'une
    chose. S'emploie surtout au sens figuré. _Il n'y a point de
    surveillance, point d'ordre ni d'économie dans cette maison:
    tout y est en délabre._

  † DÉLIBÉRER, v. a. Libérer, délivrer. _Il faut avouer, Bastian,
    que ta défunte a bien fait de mourir, et que te voilà délibéré
    d'un fameux poids._ Dans le vieux français, _délibération_
    signifiait: Délivrance.

  † DÉLIGENCE, s. f. Diligence. _La déligence de Lyon._

  DÉLIGENT, ENTE, adj. Diligent.

  DÉLIGENTER, v. n., et SE DÉLIGENTER, v. pron. _Allons, allons,
    déligentez-vous._ Ces trois termes appartiennent au français
    populaire.

  DEMANDER, v. a. _Combien vos musiciens ont-ils demandé pour le
    bal? Combien les guides de Chamouny demandent-ils pour chaque
    journée?_ Dans ces exemples et autres analogues, «Prendre» est
    le mot véritable. «Tel marchand prend tant de sa marchandise. Le
    chirurgien prit deux cents francs pour l'opération. Les bons
    maîtres de piano, à Paris, prennent vingt francs par cachet.»

  DEMANDER SA DÉMISSION. Nous disons, et cette faute est générale
    dans la Suisse romane: _Demander sa démission_, pour: Donner sa
    démission. «Mr le pasteur C** _ayant demandé sa démission_ pour
    cause de santé, etc.» [_Journal de Genève_, 1847.] «Füssli
    _demanda_ et obtint _sa démission_ de la manière la plus
    honorable.» [_Société d'Utilité publique_, 1838.] Observons que
    le fonctionnaire qui abandonne volontairement une place ne
    _demande_ pas de s'en démettre: il annonce officiellement, il
    donne avis qu'il s'en démet.

  DÉMANGONNER ou DÉMANGOUNER, v. a. Déranger, détraquer, gâter.
    _Loquet démangouné, serrure démangounée._ Dans le dialecte
    rouchi, _angoner_ se dit des efforts que l'on fait pour ouvrir
    une porte. Pourrait-on établir un rapprochement entre ces deux
    mots, et l'un serait-il la racine de l'autre? _Angon_, en vieux
    français, signifiait: Gond.

  DÉMATINER (SE), v. pron. Se lever plus matin que de coutume. _Mes
    enfants, nous partons demain de très-bonne heure: il faudra bien
    cette fois que l'on se dématine._ Jolie expression, qui est,
    parmi nous, d'un usage universel.

  DÉMATOQUER, v. a. Déniaiser. SE DÉMATOQUER, v. pron. Se déniaiser,
    se dégourdir, perdre le ton et les manières gauches du village.
    _On t'enverra en condition à Genève pour un peu te dématoquer.
    Les payses l'auront bien vite dématoquée._ R. _matoque_. Voyez
    ce mot.

  DÉMÉNAGER (SE), v. pron. _Elle s'est déménagée hier._ Dites: Elle
    a déménagé hier.

  DÉMÉNAGEUR, s. m. Ouvrier qui aide aux déménagements ou qui les
    fait. _Avoir les déménageurs. La journée des déménageurs est de
    cinq francs._

  DÉMETTRE, v. neutre. Terme des campagnards. Se dit d'un tonneau,
    d'un cuvier, d'un ustensile qui laisse échapper l'eau par des
    fissures. _Ta seille démet_ (ta seille coule). R. _demitto_.

  DEMEURANCE, s. f. Demeure, habitation. _Est-ce là votre
    demeurance?_ Ce terme, plus en usage à la campagne qu'à la
    ville, appartient au vieux français, et n'est pas inconnu dans
    diverses provinces de France. [Voyez le _Vocabulaire du Berry_,
    p. 36.]

  DEMEURANTS (LES). Les survivants. N'est usité que dans ce souhait,
    par lequel on termine quelquefois les compliments de
    condoléance: _Dieu conserve les demeurants!_ Terme vieux
    français.

  DEMEURET, s. m. Petit local confortable.

  DEMI-FEMME, s. f. Lavandière que l'on ne prend qu'à la
    demi-journée. _Nous avons eu là une considérable lessive: sept
    femmes et une demi-femme!_

  DÉMILGANDRÉ, DRÉE, adj. Détraqué, dérangé. C'est probablement une
    corruption du mot _déguillemandré_, lequel a le même sens.

  † DÉMINUER, v. n. Diminuer. _La fièvre a déminué; on pourra
    aussi déminuer les visites du cérugien._

  DEMI-POT, s. m. Chopine. _Boire demi-pot._ Terme consacré.

  DEMIPOTER, v. n. Boire _demi-pot_, siroter, godailler. _Ces deux
    ouvriers sont toujours demipotant._

  DÉMISSION, s. f. Voyez DEMANDER.

  DEMOISELLE, s. f. Fille d'un tel. _Comment se porte votre
    demoiselle? Vos demoiselles seront-elles dimanche de la partie?_
    Dans ces exemples et les analogues, il faut dire: Comment se
    porte votre fille? Vos filles (ou Mesdemoiselles vos filles)
    seront-elles de la partie? Cette remarque est empruntée aux
    meilleures autorités.

  DÉMONE, s. f. Femme ou fille très-méchante. _La fille à Nicolas
    est une pouine, une démone._ Terme rouchi, etc.

  DÉNIOTER, v. a. _Dénioter quelqu'un_, c'est: L'Ôter, l'arracher de
    sa _niote_, c'est-à-dire, de son trou, de son coin. _On ne peut
    pas le dénioter de chez lui._ R. _niot_, nid.

  DENT DE L'ŒIL. Dent œillère.

  DENTELLES, s. f. pl. Nous disons: _Faire des dentelles, blanchir
    des dentelles, porter des dentelles; mettre des dentelles à un
    chapeau_. Dans ces exemples et les analogues, il faut employer
    le singulier et dire: Faire de la dentelle, porter de la
    dentelle, etc. «Ma broderie et ma dentelle suffisent pour
    m'entretenir.» [J.-J. ROUSSEAU.]

  DÉNUTÉ, TÉE, adj. Se dit de quelqu'un qui est privé du nécessaire,
    de quelqu'un qui est dans un état de gêne complète. _Il n'a pas
    sistance; il est dénuté de tout._ Ce terme, connu en Lorraine et
    sans doute ailleurs, doit être plus ancien que le mot «Dénué.»
    R. _denudatus_.

  DEPELOTONNER, v. a. Défaire un peloton.

  DÉPENSEUR, DÉPENSEUSE, s. Dépensier, dépensière.

  DÉPÉTRENÉ, NÉE, adj. Qui a la poitrine découverte d'une manière
    peu séante. Dans le Berry et en Dauphiné on dit: _Dépoitriné_;
    en provençal, _despeitrina_. Dans notre patois, le mot _pétrena_
    (_a_ très-bref) signifie: Poitrine.

  DÉPONDRE, v. a. et n. Signifie: 1º Enlever, décrocher. _Dépondre
    les rideaux. L'estomac me dépond_ (j'ai grand faim); _je me sens
    tout dépondu, tout détraqué_; 2º Discontinuer. _Il y avait un
    monde, un monde, à cet ensevelissement: depuis Plainpalais
    jusqu'à Bel-Air ça ne dépondait pas. Aux heures où le docteur
    Prévost recevait, les malades ne dépondaient pas_, c'est-à-dire:
    Se succédaient sans interruption. _Nous voici près de la ville,
    Mesdemoiselles, dépondons-nous_; c'est-à-dire: Cessons de nous
    donner le bras. Expression des domestiques.

  DÉPRESSÉ (ÊTRE). Se dit des personnes et signifie: Être moins
    pressé, avoir des occupations moins urgentes, avoir du répit
    dans son travail. _Quand je serai dépressé, j'irai vous voir._

  DEPUIS, prép. De. _On a, depuis le village de Mornex, une vue
    magnifique. Depuis le Piton, on découvre le lac d'Annecy._
    Phrases barbares. Mais les suivantes sont correctes: «À son
    arrivée, je lui dictais de mon lit mon travail.» [J.-J.
    ROUSSEAU, _Confessions_, livre VIII.] «Don Manuel nous écoutait
    de son cabinet.» [LE SAGE, _Le bachelier de Salamanque_, IIIe
    part., chap. XIV.]

  DEPUIS LORS, loc. adv. Il est beaucoup mieux de dire: «Dès lors,»
    ou «Depuis.» _Il m'écrivit une fois en 1840: je suis resté
    depuis lors sans nouvelle._ Cette expression, qui nous vient du
    Midi, se rencontre fréquemment dans J.-J. Rousseau, dans De
    Saussure et dans la plupart des écrivains suisses; mais on la
    chercherait vainement, je crois, dans Voltaire et dans les
    auteurs classiques français du dix-septième et du dix-huitième
    siècle.

  DEPUIS MOI, DEPUIS TOI, DEPUIS VOUS. C'est-à-dire: Depuis mon
    départ, depuis ton départ, depuis votre départ. _Depuis moi,
    qu'a-t-on fait? Depuis toi, on s'est mis à jouer aux cartes._
    Cette expression n'a l'autorité d'aucun dictionnaire; ce qui ne
    l'empêchera pas, peut-être, de faire son chemin et de s'établir.

  † DÈRE, s. m. Dé, dé à coudre. _Un dère en argent, un dère en
    os._ Terme vaudois. La lettre _r_ est ajoutée par euphonie.

  DÉRATER (SE). Se dit des personnes, et signifie: Se former,
    prendre de l'usage et de l'assurance, perdre les manières
    gauches, roides et gênées des nouveaux débarqués. _Depuis que le
    jeune Hermann est à Genève, il s'est considérablement dératé._
    Ce verbe, pris dans cette acception, ne se trouve pas dans les
    dictionnaires usuels.

  † DERNIER ou DARNIER, prép. et adv. Derrière. _Darnier l'église;
    darnier le Rhône. Où est la Jeanne?--Elle est restée darnier._
    Terme suisse-roman, franc-comtois et méridional.

  DERNIER (EN), loc. adv. En dernier lieu, dernièrement. _Dans
    quelle maison demeure ton oncle?--Il habitait en dernier la
    maison des Trois Perdrix._

  DÉROCHER, v. neutre. Se dit des personnes et des choses, et
    signifie: Tomber, tomber en dégringolant, s'ébouler. _Il dérocha
    dans les montées. Je dérochai de l'arbre. Cette pile énorme de
    pierres dérocha. Se dérocher_, v. pron., est encore plus
    usité. _Monte avec précaution sur cette échelle, et tâche de ne
    pas te dérocher._ Terme suisse-roman, savoisien, dauphinois et
    franc-comtois.

  DÉROCHER, v. actif. Renverser, abattre, démolir. _Dérocher un mur,
    dérocher une paroi._ «Certaines logettes de bois furent alors
    toutes _desrochées_.» [BONIVARD.]

  DERRIÈRES (LES), s. m. pl. Le derrière de la maison, l'endroit
    reculé, écarté. _Nous habitions sur les derrières de la maison
    de l'Escarcelle._ Au sens figuré: _Vivre sur les derrières_, se
    dit d'une personne qui néglige de s'informer de ce qui se passe,
    et reste absolument étrangère aux événements du jour.

  DES, DU, DE LA. Ces trois mots sont mis pour «aux, au, à la,» dans
    les phrases suivantes: _Hé! ici, la femme des cerises! Ici,
    l'homme de la greube! Ici, l'homme du raisson!_ Dites: «La femme
    aux cerises, l'homme à la greube, etc.»

  DÉSABONNER (SE), v. pron. Cesser de s'abonner, interrompre son
    abonnement. _Se désabonner à un journal; se désabonner à la
    Feuille d'Avis._ Terme clair et utile, qui ne figure pas encore
    dans les dictionnaires. Nous disons aussi à l'actif: _Désabonner
    quelqu'un. Vous me désabonnerez dès le mois prochain._

  DÉSASSORTI, TIE, part. _Un marchand désassorti, une modiste
    désassortie. Je ne veux pas me désassortir._ Appliqué ainsi aux
    personnes, ce verbe n'est pas français; mais on dira fort bien:
    Une marchandise désassortie, de la porcelaine désassortie, des
    bas désassortis.

  DESCAMPETTE, s. f. Escampette.

  DESCENDRE, v. a. Abattre, faire tomber. _Tu vois là haut cet
    écureuil?... Mire-le bien, et tâche de le descendre._ Terme
    dauphinois et languedocien.

  DESCENDRE LA GARDE. Au sens figuré, cette expression signifie: 1º
    Éprouver un échec de fortune ou de santé; 2º Mourir. _La fièvre
    va en augmentant, et notre pauvre Mathieu descend la garde.
    Cette nuit, notre vieille hôtesse a descendu la garde._ Terme
    parisien populaire.

  DESCENTE DE GOSIER, s. f. Bon appétit, grand appétit. Dans le
    français populaire, _descente de gosier_, signifie: Mal de
    gorge. [Voyez le _Dictionnaire du bas langage_, t. I.]

  DÈS-DELÀ, loc. adv. Voyez DÉDELÀ.

  DÉSEMBÊTER (SE), v. pron. Expression ignoble qui signifie: Se
    distraire, chasser l'ennui. _Que pourrait-on faire aujourd'hui
    pour un peu se désembêter?_

  DÉSENCOMBRER, v. a. Décombrer, ôter les décombres. _Désencombrer
    une rue, désencombrer une cour._ Terme méridional, etc.

  DÉSINDICATION, s. f. Voyez le mot suivant.

  † DÉSINDIQUER, v. a. Terme consacré jadis dans certaines
    élections, et, en particulier, dans l'élection des pasteurs. Il
    signifiait: Retirer une présentation, une _indication_. _On
    avait indiqué comme candidat Mr N. N**, on l'a désindiqué
    l'instant d'après, sur la demande d'un de ses amis._

  DÉSORDRE. Ce mot est employé adjectivement dans les phrases
    suivantes et phrases analogues: _Cette maison a un air désordre.
    Cette pendule toujours arrêtée donne à cette chambre un air
    désordre._

  DESPECTUEUX, EUSE, adj. Qui marque peu de respect, irrévérent.
    _Geste despectueux, ton despectueux, paroles despectueuses._
    Excellent terme qui manque dans plusieurs dictionnaires. Le
    _Complément_ du Dictionnaire de l'Académie ne l'emploie qu'en
    parlant des personnes. A Genève, nous le disons surtout des
    choses, et c'est là, peut-être, son meilleur emploi.

  † DESPENSER, v. a. (Prononcez _dessepenser_.) Terme des
    campagnards. _Mon pauvre Jacot, tu as despensé là une belle
    argent._ Terme vieux français. On dit: «Dépenser.»

  DÈS QUE, conj. Ne doit pas se prononcer _daisse que_. «Dès» rime
    avec _près_.

  † DESSARGER, v. a. Décharger.

  DESSOUS, prép. Voyez le mot DEDANS, page 140.

  DESSOUSTER, v. a. Cesser de _souster_, cesser d'appuyer, cesser
    de soutenir. Terme employé surtout au jeu de cartes. _Roi
    dessousté, Dame dessoustée._ Expression connue dans l'évêché de
    Bâle, à Lyon et sans doute ailleurs, mais dont l'emploi semble
    se perdre journellement chez nous. En Languedoc, _dessouster
    quelqu'un_, c'est le supplanter. R. _de sub stare_?

  DESSUIVRE, v. a. Copier quelqu'un pour le tourner en ridicule;
    imiter par dérision son accent ou ses manières, le contrefaire.
    _Cesse tes moqueries et ne continue pas à me dessuivre._

  DESSUR, prép. Sur. _Dessur toi, dessur moi, dessur le pommier._
    Français populaire et vieux français.

  DESSUS, adv. _Ce lourdaud m'a marché dessus. Cette gronderie ne
    devait pas me tomber dessus. M'cieu, il y a lui qui me crache
    dessus._ Il faut tourner autrement ces phrases et dire, par
    exemple: Ce lourdaud a marché sur ma robe. Cette gronderie ne
    devait pas tomber sur moi, etc.

  DE SÛR, adv. Pour sûr, sûrement, certainement. _S'il fait beau
    jeudi nous partons de sûr. Est-il vrai, Charles, que tu doives
    entrer au Collége?--Oui, j'y entre de sûr._ Terme méridional.

  DÉTABLER, v. n. Départager, décider une élection entre deux
    nombres égaux de suffrages. Autrefois, quand les juges allaient
    donner leur avis, ils s'asseyaient autour d'une _table_, et ils
    y restaient jusqu'à ce que la majorité se fût prononcée pour un
    des candidats. S'il y avait égalité dans les voix, le président
    donnait son vote, et par cela même faisait _détabler_ le
    tribunal. Cette explication est de M. GUILLEBERT, dans son
    _Dictionnaire neuchâtelois_.

  DE TÊTE, loc. adv. Par cœur, de mémoire. _Réciter de tête. Dire
    de tête. Ne sais-tu pas de tête la fable des Deux Pigeons?_
    Terme dauphinois, etc. Nous disons dans un sens analogue: _Faire
    un paysage de tête; faire un portrait de tête_.

  DÉTRACTÉ, ÉE, partic. Détraqué, désorganisé (au sens figuré).
    _J'ai des tiraillements dans le dos, j'ai un bruit continuel
    dans les oreilles, j'ai un brûlement dans le cou: je suis toute
    détractée._

  DÉTRAQUE, s. f. Désordre, laisser-aller, désorganisation. _La
    détraque s'est mise dans cette maison, et tout y va par le plus
    bas._

  † DETTE (UN). _Acquitter son dette. Avec soixante francs je
    pourrais en finir avec deux ou trois vieux dettes._ Ce mot est
    féminin.

  DEUX, adj. Deuxième. _Prendrais-tu encore une tasse de café, ma
    bonne?--Merci, ma chère, j'ai ma deux_ (j'ai pris ma deuxième
    tasse).

  DEVANT, prép. Avant. Les campagnards disent: _Se lever devant
    jour. Partir devant la nuit_, etc. Ce sens de la préposition
    «Devant» appartient à l'ancien français.

  DÉVARIÉ, ÉE, adj. Se dit des personnes et signifie: Dérangé,
    incommodé, détraqué, mal disposé. _Je ne sais pas ce que j'ai,
    mais je me sens tout dévarié aujourd'hui._ Ce mot, qui n'est
    dans aucun dictionnaire, appartient à la même famille que le mot
    français «Avarié.»

  DEVENIR MORT. Cesser de vivre, être mort. Terme limousin, etc.

  DEVERS, prép. Vers. _J'irai chez toi devers le soir. On se reverra
    devers le tantôt._ Les campagnards ne s'expriment pas autrement.
    C'est l'ancien langage français.

  DÉVOUGNER, v. a. Ce verbe est l'opposé de _vougner_. Voyez ce mot.

  DIABLE, s. m. Nous disons facétieusement de quelqu'un qui louche
    ou dont les yeux n'ont pas une direction régulière: _Il regarde
    le diable sur le poirier_, c'est-à-dire: Il a le regard aussi
    mal assuré que s'il eût aperçu tout à coup le diable sur un
    poirier.

  DIABLE ET DEMI (UN). Expression triviale qui signifie: Beaucoup,
    infiniment. _Il y avait autour de l'escamoteur un diable et demi
    de monde. Vous tardez bien à venir, vous autres: il y a un
    diable et demi de temps que je m'impatiente._ Le dictionnaire de
    l'Académie dit dans le même sens: «En diable et demi.» «Il était
    fourbe en diable et demi,» est une phrase tirée de LE SAGE, dans
    son roman de _Gusman d'Alfarache_, livre IV, ch. I.

  DIAUDER, v. n. Folâtrer, sauter, s'ébattre, prendre ses ébats.
    _Les enfants diaudaient autour de nous. On voyait les deux
    chevreaux diauder sous le grand tilleul._

  † DIFFÉRENT, ENTE, adj. Indifférent, ente. Ne s'emploie que
    précédé d'une négation. _Cela n'est pas différent_, signifie:
    Cela est passable. _Le temps n'est pas différent. Cette étoffe
    n'est pas différente. La récolte des blés ne sera pas
    différente._

  DIGESSION, s. f. _Faire digession. Avoir une mauvaise digession._
    Écrivez «Digestion,» et faites sonner le _t_ après l'_s_.

  † DIMANCHE (UNE). _On ira à Salève la première dimanche de
    juillet._ Ce mot est masculin aujourd'hui; il était encore
    féminin au milieu du dix-septième siècle. L'historien Spon, dans
    son _Histoire de Genève_, dit: «_La deuxième dimanche de mars._»

  DIMANCHE, s. f. Argent de poche qu'on est dans l'usage de donner
    chaque dimanche aux enfants et aux adolescents. _Sa dimanche lui
    a été retranchée. Notre garçon économise toutes ses petites
    dimanches._ Ce mot est masculin.

  DINDE (UN). _Un dinde farci. Ils emplétèrent deux gros dindes pour
    leur Escalade._ Faute très-répandue en Suisse, en Savoie et en
    France. Dites: Une dinde ou un dindon.

  DÎNER AVEC. _Nous dînâmes avec de la soupe et du bouilli._ Il est
    plus correct et plus élégant de dire: Nous dînâmes DE soupe et
    DE bouilli.

  DIOGUET, adj. et s. m. Nigaud, niais, dadais.

  DIOT, s. m. (Prononcez _dio_, _o_ bref.) Terre glaise. _Des
    pétards de diot. Des mâpis de diot. Votre simolat a cuit trop
    longtemps: c'est du papet, c'est du diot._ Dans le canton de
    Vaud, _s'endioter_ veut dire: S'enfoncer dans quelque chose
    d'épais, s'empêtrer.

  DIOTU, UE, adj. Épais, ferme. _Une soupe diotue; du pain diotu._

  DIRE, v. a. Demander. _Dis à Joseph s'il peut venir me parler.
    Dites au fermier s'il pourrait nous fournir quelques
    artichauts._ Locution méridionale.

  DIRE, v. a. Se vanter, se donner du jabot. _Ce n'est pas pour
    dire, mais je saurais en faire autant que toi._ Expression
    française populaire.

  † DIRE À QUELQU'UN. _Ce meunier qui passe, comment lui dit-on?
    Cette femme que nous avons rencontrée hier, comment lui dit-on?_
    Expression qui équivaut à: «Comment l'appelle-t-on? Quel est son
    nom?»

  DISCREUSAGE, s. m. Terme d'art. Décreusage.

  DISCREUSER, v. a. Décreuser.

  DISPARAT (UN). _Un disparat choquant._ Ce mot est féminin, et il
    s'écrit avec un _e_ final: Disparate. «Disparate choquante.»

  DISPARUTION, s. f. Disparition.

  DISSIPÉ, s. m. _Un jeune dissipé._ Selon les dictionnaires, ce mot
    n'est pas substantif.

  DISTAC, s. m. Terme de tir. Prix supplémentaire donné par des
    amateurs. _Mettre un distac, remporter un distac, faire
    plusieurs distacs._

  DISTINCTÉMENT, adv. «J'ai reconnu _distinctément_ ces ardoises.»
    [DE SAUSSURE, _Voyage dans les Alpes_, t. I, p. 504.] «Je ne
    voyais pas _distinctément_.» [_Ibid._, p. 288.] Écrivez et
    prononcez «Distinctement.»

  DISTRAIRE, v. a. Ce verbe, et ceux qui viennent de «traire,» comme
    «soustraire» et «extraire,» sont d'une conjugaison difficile.
    Nous disons: _Vous me distraisez; ces enfants me distraisaient,
    ils me distraisent; je n'aime pas qu'on me distraise_. «Trop
    d'autres goûts me _distraisent_. L'exercice... me _distraisant_
    sur mon état.» [J.-J. ROUSSEAU, _Confessions_, livres I et VI.]
    Il faut dire: Vous me distrayez, ils me distrayaient, ils me
    distraient, distrayant.

  DIVISER, v. n. Deviser, causer, jaser. Le mot «Deviser» vient de
    _devis_, qui, en vieux français, signifiait: Discours, entretien
    familier, conversation.

  DIX-HEURES (LES), s. m. pl. L'heure sèche, petit repas sec, petite
    collation qui se fait à _dix heures_ du matin. _Faire les
    dix-heures._ On dit aussi au singulier: _Faire le dix-heures;
    faire un dix-heures_.

  DIZEURER, v. n. Se dit quelquefois pour signifier: Faire le repas
    de _dix heures_.

  † DOBLIGÉ, DOBLIGÉE, part. Obligé, forcé, contraint. _L'incendie
    éclata dans le cabaret, et les buveurs furent dobligés de se
    sauver par la fenêtre._ On dit aussi, sous forme de
    remerciement: _Je vous suis bien dobligé_.

  DODO, s. m. Terme enfantin. Lit, couchette. Français populaire.

  DOGUIN, DOGUINE, s. Terme d'écolier. Se dit de certains objets, et
    signifie: Gros, grosse. _Quel doguin de mâpis! Venez tous voir
    le doguin de poisson que j'ai pris._

  DOIGT, s. m. Nous disons proverbialement: _Se mettre le doigt dans
    l'œil_, ou, _Se mettre du doigt dans l'œil_, pour signifier:
    Faire une fausse spéculation, faire un faux calcul. _En vendant
    sa campagne pour acheter des rentes de France, il s'est mis le
    doigt dans l'œil._

  DÔLE (LA). Nom propre de montagne. Nous disons proverbialement
    d'une chose qu'on nous représente comme remarquable,
    prodigieuse, extraordinaire, et sur laquelle nous portons un
    jugement moins favorable: _Ce n'est pas la Dôle. Traverser le
    lac à la nage?... Ce n'est pas la Dôle. Faire à pied quatorze
    lieues par jour?... Ce n'est pas la Dôle_; c'est-à-dire: Ce
    n'est pas merveille. _As-tu lu le nouveau poëme de Z. Z**?--Oui,
    je l'ai lu; ce n'est pas la Dôle._

  DOMESTIQUE, s. m. Ne dites pas: _Un domestique en homme_; dites
    tout court: Un domestique.

  DOMMAGER, s. m. Causer du dommage, gâter, prodiguer. _Dommager du
    pain_, signifie: Le perdre, le jeter sans profit pour personne,
    le gaspiller. _Ne dommagez pas ces restes de viande: ils feront
    plaisir à un mendiant._ Terme suisse-roman. Le _Complément_ du
    dictionnaire de l'Académie donne le verbe _dommager_ comme hors
    d'usage: c'est possible. A Genève il est d'un emploi journalier.
    On disait en vieux français: _Damager_. R. _dam_. [Voyez
    ROQUEFORT, _Glossaire roman_.]

  DONDAINE, s. f. Dondon, femme ou fille grasse et d'un solide
    embonpoint. _Quelle dondaine! Quelle puissante dondaine!_ Terme
    lorrain, etc.

  DONNE, s. f. Dans la commune de Meyrin et lieux avoisinants ce mot
    signifie: «Belle-mère.» Dans le canton de Vaud il signifie:
    _mère_, et dans le vieux français il se disait pour «Dame, femme
    noble.» R. latin, _domina_; italien, _donna_.

  DON-NE, s. f. Ce terme, fort connu dans les communes réunies, se
    dit plus particulièrement d'une distribution de pain à tous les
    pauvres de la paroisse après un enterrement. _Faire une don-ne._
    Terme vaudois, savoisien, dauphinois, languedocien et vieux
    français.

  DONNER, v. neutre. Se dit principalement des vaches et signifie:
    Frapper de la corne. _Prenez garde, Madame, notre vache donne._
    En Languedoc et en Dauphiné, _donner_, v. n., se dit des mules,
    et signifie: «Ruer.» _Votre mule donne-t-elle?_

  DONNER, v. neutre. Nous disons: _Ce vin donne à la tête_. Les
    dictionnaires disent: «Ce vin porte à la tête,» ou, «Ce vin
    donne dans la tête.»

  DONNER, v. neutre. Nous disons: _L'odeur du musc donne sur les
    nerfs_. Les dictionnaires disent: «Porte sur les nerfs.»

  DONNER DU PIED CONTRE. Nous disons figurément: _Un tel ne donne
    pas du pied contre cette proposition, contre ce projet_, pour
    signifier: Un tel ne s'oppose pas à cette proposition, à ce
    projet.

  DONNER LE TOUR. Faire un circuit, faire le tour. _Qui est-ce qui
    frappe là-bas?--C'est moi, père.--Eh bien, donne le tour par la
    maison de Trimolet._

  DONNER LE TOUR. Signifie, au sens figuré: Avoir de quoi suffire
    aux dépenses de l'année; gagner de quoi faire face à tous les
    besoins journaliers. _Nous ne mettons rien de côté, nous autres,
    mais nous donnons le tour._

  DONNER UN COURS. _Mr N**, licencié en philosophie, donnera cet
    hiver un cours de dialectique. TABLEAU des cours qui seront
    donnés, l'hiver prochain, par les professeurs de l'Académie de
    Genève._ Terme consacré chez nous, utile en beaucoup de cas,
    mais inconnu aux dictionnaires. On dit en France: _Faire un
    cours, faire des cours_.

  DONNER (SE), v. pron. _Votre ami Z** est un honnête homme, mais il
    se donne un peu trop à la boisson._ Dites: Mais il s'adonne un
    peu trop à la boisson.

  DONNER PEUR (SE). S'effrayer, prendre de l'épouvante. _Se voyant
    seule dans un chemin écarté, Alexandrine se donna peur._
    Expression fort usitée.

  DONT AUQUEL. Sorte d'adjectif des 2 genres qui signifie: «Bien né,
    bien élevé, riche, et qui a de bonnes manières.» _Un jeune
    homme dont auquel; une jeune personne dont auquel._ En français,
    cette expression se prend toujours en mauvaise part.

  DORAN-NAVANT, adv. Écrivez et prononcez «Dorénavant.»

  † D'ORE-S-EN-AVANT, adv. Dorénavant. _Te voilà guéri de ton
    indigestion, Anselme; tâche de moins gaillaufrer
    d'ore-s-en-avant._ Terme vieux français. R. _hora_.

  DÔTER (SE), v. pron. Terme des campagnards. S'ôter. _Dôtez-vous
    d'ici, mes enfants. Dôte-toi de là._ Dans le Berry, _d'ôter_
    signifie: Ôter, enlever. En vieux français, _tauter_ a le même
    sens.

  DOUBLE, s. f. Terme de boucherie. Gras double.

  DOUBLET, s. m. Terme de chasseur. Coup double. _Pour son début,
    Alberti vient de faire un doublet_; c'est-à-dire: Chacun des
    deux coups de son fusil a atteint le but.

  DOUCE, s. f. Ne s'emploie que dans cette locution adverbiale: _À
    la douce_; c'est-à-dire: Doucement, couci-couci, ni bien ni mal,
    tolérablement. _Comme ça va-t-il avec la santé, Monsieur
    Bégoz?--Ça va tout à la douce._

  DRÂCHÉE, s. f. Résidu ou crasse du beurre fondu. _Un morceau de
    drâchée; une figâce à la drâchée; un châchô à la drâchée._ Terme
    suisse-roman. Dans le patois de l'Isère on dit: _Drachi_. En
    provençal, _draco_ signifie: Marc de raisin. En rouchi,
    _draque_, en vieux français, _drasche_, et en français,
    _drèche_, signifient: Marc de l'orge qui a été employée pour
    faire de la bière. Ce mot _drâchée_ est en usage quelquefois au
    sens figuré, et il se prend alors en mauvaise part.

  DREMILLE ou DORMILLE, s. f. Loche franche, poisson.

  DROIT, adv. Précisément, exactement. _Venez droit à midi. Tu
    arriveras droit à l'heure convenue._

  DROIT, DROITE, adj. Debout. _La pauvre Emma avait un si grand
    sommeil qu'elle dormait toute droite. Le quart des assistants
    resta droit pendant tout le spectacle._ Faute très-répandue.

  DROIT (LE). _Le droit d'une étoffe._ Dites: «L'endroit.» L'endroit
    et l'envers.

  DROIT FIL (À). Nous disons: _Couper à droit fil, aller à droit
    fil_, pour signifier: Couper une étoffe entre deux fils sans
    biaiser. Les dictionnaires disent: «Couper DE droit fil; aller
    DE droit fil.»

  DROITIER, s. m. Cheval de droite.

  DRÔLE, s. m. _Le pauvre drôle était gisant et moribond._ En
    français, «Drôle» (subst.), ne se prend qu'en mauvaise part. «Je
    t'apprendrai, drôle, à obéir promptement.»

  DRUGE, s. f. Engrais, fumier. Ce mot appartient à notre patois et
    aux patois de Vaud et de Fribourg. R. _dru_.

  DRUGEON, s. m. Femme ou fille forte, hardie, laborieuse. _Notre
    Josette est un vrai drugeon._ R. _dru_.

  DU BONHEUR QUE... Voyez BONHEUR.

  DU DEPUIS, adv. _Nous avons campé ensemble il y a douze ans, et
    l'on ne s'est pas vu du depuis._ Terme français populaire et
    vieux français. Dites: Depuis, ou dès lors.

  DU MATIN. _J'irai du matin. Venez du matin. On partira du matin._
    Dites: Dès le matin.

  D'UN JOUR L'UN. Expression bizarre qui revient à celle-ci: «De
    deux jours l'un.» _Il se baigne en Arve d'un jour l'un. Jérémie
    doit prendre une purge d'un jour l'un._

  DU MOINS, adv. _Je ne peux que du moins_, signifie: Je suis forcé
    d'agir de la sorte; il faut que je fasse ainsi. _J'ai souscrit à
    l'ouvrage de Mr N**: je ne pouvais que du moins. Nos polissons,
    à force de tourmenter la porte et de la sigougner, l'ont
    disloquée, et ça ne pouvait que du moins._

  D'UN. _C'est d'un joli! C'est d'un beau!_ Signifie: C'est si joli!
    C'est si beau! _Ce Mr Z** est d'un bête! Ce travail est d'un
    long, d'un fatigant, d'un assommant!_ Français populaire.

  DURÉE, s. f. Nous disons avec les Méridionaux: _Une étoffe de
    durée, un drap de durée_, pour signifier: Une étoffe de bon
    user, un drap de bon service.

  DUVET, s. m. Couvre-pied d'édredon. _J'avais trop chaud, je lançai
    à terre mon duvet._ Le mot de «Duvet» est français, mais avec
    une signification différente.


E

  EAU, s. f. Nous disons: _Crier à l'eau! Les cris d'à l'eau! à
    l'eau! se répétaient dans toutes les rues._ On dit en France:
    «Crier au feu!»

  ÉBALOURDIR, v. a. Abalourdir, étourdir, troubler. R. _balourd_,
    homme stupide.

  ÉBARAGNER, v. a. Enlever, au moyen d'un _ébaragnoir_, les toiles
    d'araignée. _Ébaragner un plafond, ébaragner un corridor._

  ÉBARAGNOIR, s. m. Longue époussette, long balai à tête ronde,
    destiné à ôter les toiles d'araignée. R. _aragne_.

  ÉBAU ou ÉBAUD, s. m. Terme des campagnards. Signifie: 1º Un feu
    clair, un feu flamboyant, un feu de joie dans les champs; 2º Un
    flambeau de poix. Ce mot est probablement l'origine du verbe
    «Ébaudir» (égayer, divertir, réjouir).

  ÉBAUCHE (UN). _Un petit ébauche._ Ce mot est féminin.

  ÉBÉNISTRE, s. m. Écrivez sans _r_, et prononcez «Ébéniste.»
    _Ébénistre_ se dit aussi en Lorraine, et sans doute ailleurs.

  ÉBERCHER, v. actif. _Couteau éberché, assiette éberchée._ Terme
    français populaire. Dites: «Ébrécher.»

  ÉBERCHURE, s. f. _Faire une éberchure à une tasse, à une_
    _assiette, à un couteau._ On devrait dire en français:
    «Ébréchure,» mais ce mot utile ne se trouve pas dans les
    dictionnaires.

  ÉBOÉLER, ÉBOILER, ou ÉBOUELLER, v. a. Éventrer, faire sortir les
    boyaux, arracher les entrailles. Terme vaudois et vieux
    français. R. _boël_, boyau.

  † ÉBOLUTION, s. f. Ébullition, éruption passagère qui survient à
    la peau.

  ÉBORNICLER, v. a. Éborgner. _Le soleil nous éborniclait._

  ÉBOURIFFLER, v. a. _Cheveux ébourifflés. Cette grosse bise m'a
    ébourifflée._ Le verbe français est «Ébouriffer.»

  ÉBRAISER, v. a. Remuer la braise d'une chaufferette ou d'un
    brasier. Ce terme, usité aussi chez nos proches voisins, mérite
    d'être observé.

  ÉBRIQUER, v. a. Briser, mettre en pièces, effondrer. _Ébriquer une
    caisse. Écuelle ébriquée; pipe ébriquée._ Terme suisse-roman et
    savoisien. R. _brique_. Voyez ce mot.

  ÉCAGNER QUELQU'UN. L'écarter, le mettre de côté, le supplanter, le
    chasser.

  ÉCALABRER, v. a. Ouvrir entièrement. _La porte resta écalabrée.
    Portes et fenêtres étaient écalabrées._ A Lausanne et à
    Neuchâtel on dit: _Écalambrer_. Dans le patois dauphinois,
    _eicalambra_, et dans le dialecte languedocien, _escarlamba_,
    signifient: Écarquiller les jambes. Tous ces termes, fort
    expressifs, n'ont point d'équivalents en français.

  ÉCAMBOUILLI ou ESCAMBOUILLI, IE, adj. ou partic. Ébouilli, trop
    cuit, diminué par la cuisson. _Bouillon écambouilli; sauce
    écambouillie; viande écambouillie._

  ÉCARABILLER, v. a. Écarquiller. _Tout en dormant, il avait les
    yeux écarabillés._ Dans le dialecte provençal, _escarabiha_
    signifie: Éveillé, gai, de bonne humeur. Le dictionnaire de
    l'Académie (édition de 1760) enregistre encore le mot
    d'_Escarbillard_, et lui fait signifier: Éveillé, gai, enjoué.

  ÉCARAFLER, v. a. Aplatir, écacher, écraser. _Il s'est écaraflé le
    genou en tombant. En remuant cette pierre, je m'écaraflai le
    pouce._

  ECCÉTÉRA ou ECCÉTRA. Expression qui a passé du latin dans le
    français. Écrivez et prononcez «et cétéra,» en faisant sonner le
    _t_ du mot _et_.

  ÉCHAFFOURÉE, s. f. Échauffourée.

  ÉCHALAS, s. m. La syllabe finale est longue, comme dans les mots
    _appās_ et _trépās_; mais les Genevois la prononcent aussi
    brève que la dernière syllabe des mots _prélăt_, _plăt_,
    _éclăt_, etc.

  ÉCHANGE (UNE). _Une échange avantageuse._ Solécisme fort répandu.
    «Échange» est masculin, aussi bien que «Change.»

  ÉCHAPPER, v. actif. _Tu as échappé une occasion excellente._
    Dites: «Tu as laissé échapper, tu as manqué une occasion
    excellente.»

  ÉCHARAVOÛTÉE, s. f. Rossée, étrillée. _Ils se sont donné là une
    fameuse écharavoûtée._ On dit dans le même sens: _Ils se sont
    fameusement écharavoûtés_. Terme énergique, mais trivial.

  ÉCHARAVOÛTER, v. a. Mettre en désordre, embrouiller (au sens
    propre). _Fil écharavoûté; cheveux écharavoûtés; femme
    écharavoûtée._

  ÉCHARBOTTER, v. a. Mêler, embrouiller. _Écheveau écharbotté;
    crinière écharbottée._ Terme savoisien, dauphinois et vieux
    français. Dans le patois de Dijon, _encharbôtai_, et dans le
    patois franc-comtois, _encharbouter_, signifient: «Embarrasser.»

  † ÉCHARPE, s. f. _Une écharpe au doigt._ Dites: «Écharde.»

  ÉCHARPINER ou ÉCHARPIGNER, v. a. Se dit du chanvre qu'on ouvre,
    qu'on ébouriffe après qu'il a été battu, et avant qu'il passe
    dans les mains de ceux qui doivent le peigner. Figurément,
    _écharpiné_ signifie: Échevelé, ébouriffé. _Cheveux écharpinés;
    coiffure écharpinée._ Terme vaudois, valaisan et savoisien. Dans
    le patois franc-comtois on dit: _Encharpé_. En languedocien et
    en provençal, _escarpina_ signifie: Écheveler, tirer par les
    cheveux, écharper, déchirer. Dans ces mêmes dialectes,
    _charpineux_ se dit d'un arbre hérissé de pointes. R. lat.
    _carpere_.

  ÉCHART, ÉCHARTE, adj. Terme de couturière. Se dit de ce qui manque
    d'ampleur, de ce qui est étriqué. _Robe écharte; manteau échart;
    rideau échart._ Terme suisse-roman et franc-comtois. Dans le
    vieux français, _échars_, et en italien, _scarso_, signifient:
    Chiche, mesquin, avare.

  ÉCHEMI, IE, adj. Terme culinaire. Se dit de certains mets qui
    manquent de suc et qui sont, par cela même, desséchés. _Viande
    échemie, légume échemi. Un bouilli échemi_ est un bouilli
    maigre et comme desséché.

  ÉCHEVETTE, s. f. Écheveau. _Échevette de fil; échevette de soie;
    échevette embrouillée._ Terme suisse-roman, savoisien, lyonnais,
    comtois, lorrain et vieux français.

  ÉCHILLE, s. f. Esquille, écharde, éclat de bois. [P. G.]

  ÉCHINANT, ANTE, adj. Très-fatigant, accablant, tuant. _Travail
    échinant; occupation échinante._ «Échinant,» en français, est un
    participe et non un adjectif; du moins, ce mot n'existe-t-il,
    sous cette dernière forme, dans aucun dictionnaire usuel.

  † ÉCHIRER, v. a. Déchirer. _Fais donc attention, Lise, tu me
    marches et tu vas m'échirer._

  ÉCHIRURE, s. f. Déchirure.

  ÉCHOPPLE, s. f. Terme d'art. Échoppe, pointe dont se servent
    plusieurs artistes, et surtout les graveurs.

  ÉCHOPPLER, v. a. Échopper, travailler avec l'échoppe.

  ÉCLAFFER, v. a. Écraser avec le pied un objet qui éclate et rend
    un bruit ou exprime un suc par le fait même de l'écrasement.
    _Éclaffer une poire; éclaffer une grenouille; éclaffer un
    escargot. Il lui éclaffa le nez d'un coup de poing._ Terme
    vaudois, neuchâtelois et franc-comtois. Dans le dialecte
    languedocien, _esclafa_. En vieux français, _esclaffer_ veut
    dire: «Éclater» (_s'esclaffer de rire_); en limousin,
    _escloffa_, aplatir, ouvrir en pressant, comme on le fait pour
    une noix; en picard, _éclifer_, fendre, déchirer. Tous ces
    termes sont des onomatopées évidentes; mais la plus remarquable
    de toutes est notre mot patois _écllafà_ (_ll_ mouillés).

  † ÉCLAIR (UNE). Ce mot est masculin.

  ÉCLAIRCI (UN). _Au premier éclairci nous partirons._ Terme
    bordelais, etc. Dites: Éclaircie.

  ÉCLAIREMENT, s. m. Éclairage. «Dans l'hiver de 1755 à 1756, un
    grand nombre de particuliers firent allumer la nuit des
    lanternes devant leurs maisons, pour éclairer la rue, et ils
    continuèrent cet _éclairement_ pendant tout l'hiver.» [J. PICOT,
    _Histoire de Genève_, t. III, p. 303.]

  ÉCLAIRER, v. a. Allumer, faire brûler. _Éclairer les quinquets;
    éclairer le feu._ Terme méridional, etc.

  ÉCLATER (S'), v. pron. Se gercer, se crevasser. _Le froid fait
    éclater les mains_ (fait gercer les mains).

  ÉCLATER (S'), v. pron. _S'éclater de rire._ Terme vieux français.
    On dit aujourd'hui: «Éclater de rire.»

  ÉCLIFFE, s. f. Seringue en sureau avec laquelle les enfants se
    jettent de l'eau. J.-J. ROUSSEAU, dans ses _Confessions_, livre
    Ier, dit: _Équiffles_. «A Bossey... nous faisions des cages, des
    flûtes, des volants, des tambours, des maisons, des _équiffles_,
    des arbalètes.» C'est le mot _écliffe_, avec une prononciation
    différente: la véritable est _eykllieffa_ (_ll_ mouillés et _a_
    presque muet).

  ÉCLÔPÉ, PÉE, adj. et partic. _Comme tu es éclôpé, Daniel!_
    Prononciation genevoise du mot _écloppé_, dont l'_o_ est bref,
    comme dans _développé_.

  ÉCOLAI ou ÉCOULAI, s. m. Terme des campagnards. Mère-goutte,
    surmoût, vin qui coule du pressoir dans la cuve avant que le
    raisin soit pressé.

  ÉCORCE NOIRE, s. f. _Un plat d'écorces noires._ Terme suisse-roman
    et savoisien. On dit en français: «Scorsonère.»

  ÉCORCES, s. f. pl. _Sécher des écorces; brûler des écorces._ Le
    mot français est «Tannée.»

  ÉCOT DE BOIS, s. m. Bûchette, ramille, menu bois que les pauvres
    gens vont ramasser dans les forêts, ou au bord des haies, ou
    près des ruisseaux. Sismondi n'a pas hésité d'adopter ce mot.
    «Quelques petits _écots_ recueillis le long des chemins, etc.»
    [_L'Irlande en 1834_; article de la Bibliothèque Universelle,
    mai 1836.] Terme suisse-roman et jurassien. Montaigne dit:
    _Escot_; on le dit encore dans le patois limousin (_esco de
    boï_). Au sens figuré nous disons: _Être maigre comme un écot;
    être sec comme un écot_.

  ÉCOTER, v. n. Ramasser des _écots_, c'est-à-dire, du menu bois.
    _Où allez-vous, brave femme?--Pauvre Monsieur, je vais écoter le
    long d'Arve._

  ÉCOUAIRU, UE, s. et adj. Petit, maigre, débile, chétif. _Un
    écouairu comme toi, vouloir camper! Dis voir, Cabot,
    connaîtrais-tu par hasard la femme de Jean Lorrain, cette petite
    écouairue, qui tient une boutique brisée darnier le Rhône?_ Dans
    quelques provinces de France, _écouer_ signifie: Couper la queue
    à un animal (_écouer un chien_), et c'est là peut-être l'origine
    de notre mot _écouairu_. Dans le patois vaudois, _écouairu_ veut
    dire: «Écureuil.»

  ÉCOUAIRÙLE, s. f. C'est un féminin du mot précédent.

  ÉCOUENNE, s. f. Force, vigueur. _Il y va de toutes ses_
    _écouennes_, c'est-à-dire, de toute sa force. _Tu n'as pas
    l'écouenne_, tu ne peux pas, tu n'es pas assez fort.

  ÉCOUENNER (S), v. pron. S'efforcer. Voyez COUANNE.

  ÉCOULER, v. a. Terme de tricoteuse. Laisser couler, laisser
    tomber, laisser échapper. _Écouler une maille; maille écoulée._

  ÉCOVET ou ÉCOVÉ, s. m. Écouvillon, linge fixé à l'extrémité d'une
    perche et servant à nettoyer le four. Terme suisse-roman. En
    provençal, _escoubo_, en vieux français, _escouve_, et en
    français, «écouvette,» signifient: «Balai.»

  ÉCRELET ou LÉCRELET, s. m. Sorte de nougat. _Des écrelets de
    Bâle._ Terme suisse-roman, formé du mot allemand _Leckerei_,
    friandise.

  ÉCREMÉ, ÉE, adj. _Étang écremé, rivière écremée._ Étang, rivière
    dont les froids de l'hiver commencent à congeler la surface.

  ÉCREMER, v. a. _Écrémer du lait._ Écrivez et prononcez «Écrémer,»
    avec un accent aigu sur les deux _é_.

  ÉCRITOIRE (UN). _Un petit écritoire._ Ce mot est féminin.

  ÉCRIVISSE, s. f. _Pêcher aux écrivisses._ Terme suisse-roman,
    savoisien et franc-comtois. Dans le vieux français on écrivait
    et on prononçait _Escrivisse_, et l'on ne dit pas autrement dans
    plusieurs villages de notre canton.

  ÉCU, s. m. _Écu changé, écu mangé._ Ce proverbe, peu répandu à
    Genève, mais qui nous appartient réellement, signifie qu'une
    pièce d'argent, dès qu'elle est changée, est bientôt dépensée.
    Ce proverbe a été recueilli par deux dictionnaires modernes,
    savoir, le _Complément_ du dictionnaire de l'Académie (au mot
    Manger), et le Dictionnaire national de M. Bescherelle.

  ÉCUELLE, s. f. _Écuelle de lait._ Dites: Écuellée de lait.

  ÉCUELLE, s. f. Nous disons figurément: _Verser son écuelle_, pour
    signifier: «Faire mal ses affaires.» _Un tel a versé son
    écuelle_; c'est-à-dire: Un tel a perdu, en tout ou en partie, ce
    qu'il possédait.

  ÉCUELLE, s. f. Ricochet, bond que fait une pierre plate et légère
    jetée obliquement sur la surface de l'eau. _Faire des écuelles._

  ÉCUERNE ou ÉTIEURNE, s. des 2 genres. Idiot, hébaté, ahuri.
    _J'avais beau vous appeler à mon secours, vous restiez là tous
    deux comme des écuernes._ Terme savoisien.

  ÉCUÉRU, UE, s. Voyez ÉCOUAIRU.

  ÉCUISSETER ou ÉCUISSOTER, v. a. Signifie: Fendre, partager en
    deux. _La foudre, en tombant sur cet arbre, l'a écuisseté._ Au
    sens figuré: Fatiguer à l'excès, harasser. _Une marche de six
    jours consécutifs nous avait écuissotés._ [P. G.]

  ÉCUIT, ÉCUITE, adj. Se dit de la peau des petits enfants,
    lorsqu'elle s'écorche ou se crevasse. _Notre pauvre Lolotte est
    tout écuite._ Terme suisse-roman. On dit à Lyon: _Entrecuit_.

  ÉCUMOIRE (UN). Ce mot est féminin.

  ÉDUQUER, v. a. Élever un enfant, l'instruire, le former. _Suis-je
    assez misérable! s'écriait la Simonne; j'ai tout sacréfié pour
    faire éduquer mon Janot, et j'y ai pardu, avec ma peine, tous
    mes petits argents!_ Ce mot d'_éduquer_ appartient au langage le
    plus négligé et le plus populaire. Cependant on peut fort bien
    dire d'un homme incivil et grossier: «Voyez ce mal éduqué.»

  EFFARCLÉ, ÉE, adj. et partic. Se dit principalement des ustensiles
    en bois, et signifie: Brisé, mis en pièces. _Seille effarclée;
    cuvier effarclé; bagnolet effarclé._ En patois, _farclle_ (_ll_
    mouillés) veut dire: «Cercle.»

  EFFEUILLES (LES). L'opération d'effeuiller la vigne. _Le temps des
    effeuilles. Les femmes sont aux effeuilles._ Les dictionnaires
    disent: «L'effeuillaison» et «L'effeuillage.»

  † EFFINI, NIE, ou ÉFINI, NIE, adj. Infini. _Depuis un temps
    effini la voisine me rocandait ce crou-ye paravent._

  ÉGANCE, s. f. Répartition de charges, distribution d'impositions
    entre divers copropriétaires. Ce terme est mentionné dans le
    _Glossaire de l'ancien droit français_, par MM. DUPIN et
    LABOULAYE.

  ÉGANCER, v. a. Fixer les proportions, régler les parts d'une
    contribution, _faire les égances_. Expression consacrée.

  ÉGANGUILLÉ, ÉE, adj. Se dit d'une personne dont les vêtements sont
    pleins de trous, sont en lambeaux, en loques. _Ce petit drôle
    veut toujours grimper sur les arbres, et toujours il en
    redescend éganguillé._ Voyez GANGUILLER.

  ÉGATTER (S'), v. pron. S'ébattre, se divertir, courir la
    prétantaine. Voyez GATTES.

  ÉGLEDON, s. m. Édredon.

  ÉGRAVETER, v. a. Gratter la terre. _Les poules égravetaient dans
    le jardin._ R. _gravier_?

  ÉGRÉGE, adj. m. Honorable. «Ordonné aux secrétaires de la Justice
    de ne point qualifier de Nobles ceux des Auditeurs desquels les
    pères n'auront été ni Syndics, ni Conseillers, mais simplement
    d'_Égréges_ ou honorables.» [_Fragments historiques de_ GRENUS.]
    Ce terme, qui appartient à l'ancienne langue genevoise, manque
    dans les dictionnaires, et en particulier dans le _Glossaire
    roman_ de ROQUEFORT. «Égrégiat,» s. m., est dans Bescherelle. R.
    _egregius_.

  ÉGRENÉ, ÉE, adj. Se dit des personnes et des choses, et signifie:
    Isolé, incomplet, éparpillé. _Quelques soldats égrenés furent
    surpris et massacrés. Quand on commence à étudier une langue
    quelconque, des leçons égrenées sont d'un médiocre profit. La
    bibliothèque du bateau à vapeur ne nous offrit que quelques
    volumes égrenés de Buffon et de Voltaire._ On lit dans le
    _Journal de Genève_, du 27 mai 1851: «Suffrages en faveur de la
    liste jaune, 1900; en faveur de la liste rouge, 1050; le reste
    se répartit en _voix égrenées_.» Cette expression utile n'a pas
    d'équivalent exact en français. «Égrené,» ou plutôt «égréné,»
    est français dans un autre sens.

  ÉGRILLÉ, ÉE, adj. Desséché, éraillé par l'action du soleil. _Un
    vernis égrillé; un bagnolet égrillé; une brande égrillée._ Terme
    suisse-roman et jurassien. R. _grillé_, desséché.

  ÉGROUGNER, v. a. Frapper rudement, meurtrir, abîmer de coups une
    personne ou une chose. _Il prenait plaisir à égrougner la poupée
    de sa sœur. En tombant sur ces cailloux, elle s'égrougna le
    bras. Ils se battirent dans le cabaret et s'egrougnèrent._ Terme
    trivial. En provençal, _eigoourigna_ signifie: Charcuter, couper
    malproprement de la viande à table.

  ÉGRUFFÉ, ÉE, adj. et s. Éveillé, vif, étourdi. On dit plus
    souvent: _Dégruffé_.

  ÉJARRATER, v. a. et n. Se dit de certains animaux qui creusent la
    terre avec leurs pattes, comme les chiens, les lapins et les
    poules. _Éjarrater_ signifie aussi, en parlant des personnes: Se
    démener avec les bras ou les jambes pour se débarrasser d'une
    chose dont le poids nous incommode. [P. G.]

  ÉJAVETER (S'), v. pron. Se débattre, s'ébattre, remuer vivement
    les pieds et les mains. _Etendez votre enfant sur le gazon et
    laissez-le s'éjaveter._

  ÉLANCÉE, s. f. Élancement, impression que fait en quelque partie
    du corps une douleur subite et de peu de durée. _Avoir des
    élancées; son abcès lui causait des élancées cruelles._ Dans le
    français populaire on dit: _Une lancée_.

  ÉLEVER (S'), v. pron. En parlant du temps. Se lever, se mettre au
    beau. _Quand le temps s'élèvera, nous partirons._ Dites: Quand
    le temps se lèvera.

  ÉLÉXIR, s. m. _Éléxir de longue vie._ Dans le français populaire
    on dit: _Élexir_ (_e_ muet). L'expression véritable est
    «Élixir.»

  ÉLOURDI, IE, partic. Alourdi, appesanti. _Cette maudite voiture
    m'a tant secoué, que j'en suis tout élourdi._ Terme vieux
    français.

  † ÉLUMINER, v. a. Illuminer.

  † ÉMAGINER, v. a. Imaginer. _Peut-on s'émaginer rien de plus
    laid, de plus-z-hideux? T'émagines-tu bien la tarente que j'ai
    eue là!_ Dans le patois rouchi on dit: _S'émagéner_. Chez nous
    il n'est pas rare d'entendre: _Magine-toi, maginez-vous_, pour:
    «Imagine-toi, imaginez-vous.»

  EMBARBOUILLER, v. a. Barbouiller, salir. Au réfléchi:
    _S'embarbouiller. Le ciel s'embarbouille, le temps
    s'embarbouille_; c'est-à-dire: Se dérange, se met à la pluie.
    Terme français populaire.

  EMBARDOUFFLER, v. a. Salir, barbouiller. Terme vaudois, etc.

  EMBARRAS, s. m. (fig.) _Ce n'est pas l'embarras_, est une locution
    adverbiale qui répond à: Au surplus, après tout. _Ce n'est pas
    l'embarras, il pourrait bien y avoir de l'orage cette nuit. Ce
    n'est pas l'embarras, nos deux garçons peuvent bien faire toute
    la route à pied._ Français populaire.

  EMBAUMER, v. impers. _Il embaume dans cette orangerie; il embaume
    dans ce salon._ Locution méridionale. Dites: Cette orangerie
    embaume; ce salon embaume. [ACAD.]

  EMBEGUIGNÉ, ÉE. part. Embéguiné, ée.

  EMBERLICOQUER, v. a. Voyez EMBRELICOQUER.

  EMBIBER (S'), v. pron. S'imbiber. _L'eau s'embibait dans la
    mollasse et la pourrissait._

  EMBIJÔLER, v. a. Cajoler, caresser, endormir par des paroles
    flatteuses. Augmentatif du verbe «Enjôler.»

  EMBIJÔLEUR, EMBIJÔLEUSE, s. Enjôleur, enjôleuse.

  EMBIJÔNER, v. a. A la même signification qu'_embijôler_, dont il
    n'est qu'une corruption.

  EMBLOUSER QUELQU'UN. Le mettre dedans, le duper, le friponner dans
    une affaire. [P. G.]

  EMBLOUSER (S'), v. pron. Se fourvoyer dans une affaire, se mettre
    dedans, être dupe par sa faute. [P. G.]

  EMBOIRE, v. neutre. Boire. _Ce papier emboit._ «S'emboire» est
    français, mais il ne se dit qu'en peinture. «Les couleurs de ce
    tableau s'emboivent,» c'est-à-dire: S'imbibent dans la toile.
    «Tableau embu.» [ACAD.]

  EMBOIRE, v. neutre. Boire. _Faire emboire une étoffe, faire
    emboire du linge_, signifie: Plissoter deux morceaux d'étoffe ou
    deux morceaux de linge inégaux, pour les égaliser. On dit en
    français: Faire boire une étoffe, faire boire du linge,»
    c'est-à-dire: Les tenir lâches en les cousant.

  EMBOUTI, s. m. Sorte d'étoffe piquée. _Une jupe d'embouti._

  EMBOUYONNER, v. n. Tremper la lessive. Terme des campagnards. R.
    _bouïe_, lessive.

  EMBRELICOCAGE, s. m. Confusion, brouillamini, quiproquo. _Il y a
    là-dessous un embrelicocage auquel je ne comprends rien._

  EMBRELICOQUER, v. a. Emberlucoquer, troubler, embarrasser.
    S'emploie surtout au réfléchi: _S'embrelicoquer._ R. _brelue_,
    berlue.

  EMBRELIFICOTER (S'), v. pron. S'emberlucoquer, s'embrouiller.
    Terme suisse-roman et français populaire. Nous disons aussi:
    _S'embrelificoquer_ et _s'emberlificoquer_: toutes expressions
    qui appartiennent au français populaire.

  EMBRESAILLE, s. f. Sorte d'arbrisseau. Voy. AMBRESAILLE.

  EMBRINGUER (S'), v. pron. Se mettre dans l'embarras, être dans
    l'embarras. _Cette maison de commerce est, dit-on, un peu
    embringuée._ R. _En bringues_.

  EMBRONCHE, adj. Sombre, soucieux, inquiet, de mauvaise humeur. _Un
    air embronche. Un visage embronche. Vous me semblez embronche,
    Monsieur Nicolas._ Dans le vieux français on dit: _Embronché_,
    terme connu en Suisse, et recueilli par plusieurs dictionnaires
    modernes.

  EMBROUILLAGE, s. m. Embrouillement, confusion, mic-mac. Terme
    méridional.

  EMBROUILLAMINI, s. m. Brouillamini.

  EMBROUILLE, s. f. Embrouillement, confusion, gâchis.

  EMBROUILLER, v. a. Brouiller, mêler. _Embrouiller du fil. Écheveau
    embrouillé; ficelle embrouillée._ Ce sens du verbe «Embrouiller»
    manque dans les dictionnaires.

  EMBUMANTER, v. a. Mettre de l'engrais, mettre du fumier.

  ÉMINE, s. f. Mouture, salaire du meunier. Voyez le mot suivant.

  ÉMINER, v. a. et n. Terme de meunier. Prendre une certaine
    quantité de farine ou de grains pour se payer quand la personne
    qui a donné à moudre n'a pas d'argent. [P. G.]

  EMME, ÉME, ou EIME, s. m. Esprit, intelligence, jugement. _Il n'a
    point d'eime._ Terme jurassien, dauphinois et vieux français. R.
    _anima_?

  ÉMOTTER, v. a. Émonder. _Émotter un ormeau._ C'est le mot patois
    _émotà_.

  ÉMOURGER (S'), v. pron. S'animer, se réveiller, se donner de la
    peine. _Courage, Adolphe, émourge-toi. C'est aujourd'hui qu'il
    faut s'émourger._ A l'actif, _émourger_, mettre en train.

  EMPAFFER (S'), v. pron. Signifie: 1º S'empiffrer, se gorger de
    nourriture; 2º Faire excès de vin ou de liqueurs. Terme français
    populaire.

  EMPARE, s. f. Marge, champ. (fig.) _Prendre de l'empare_ (prendre
    de la marge); _avoir de l'empare_ (avoir de la marge). _En
    évaluant à 25,000 francs nos frais d'établissement, nous avons
    de l'empare._ En vieux français, _emparer_ signifie: Prendre,
    saisir.

  EMPARER, v. a. Soutenir le parti de quelqu'un. _Emparer quelqu'un;
    emparer une gageure._ En vieux français, _emparer_ signifie:
    Protéger, fortifier; _emparement_, protection.

  EMPÂTIÈRE, s. f. Huche, pétrin, pétrissoire. Dans notre patois,
    _patîre_ a le même sens.

  EMPATOUFFLER (S'), v. pron. Se couvrir, se remplir
    involontairement les mains ou le visage d'une matière gluante ou
    épaisse. _S'empatouffler de miel; s'empatouffler de suif;
    s'empatouffler de beurre. L'enfant niait avoir visité l'armoire
    des provisions; mais son visage empatoufflé de confitures le
    trahissait._ R. _patte_?

  EMPÊCHER À QUELQU'UN DE. Dites: Empêcher quelqu'un de. _Je lui
    empêcherai bien d'entrer. Empêche-leur de se battre. Notre plus
    belle vache a une maladie qui empêche au lait de sortir._

  EMPÉGÉ, ÉE, adj. et part. Embarrassé, empêtré, pris, arrêté. _Nous
    fûmes accostés et empégés par ton babillard de cousin._ En
    provençal, _empeiga_ signifie: Enduire de poix, coller. R.
    _pége_. Voyez ce mot.

  EMPELOTONNER, v. a. Pelotonner.

  EMPESTIFÉRÉ, ÉE, adj. et part. _Une chambre empestiférée._ Dites:
    Une chambre empuantie, empestée, puante.

  EMPLÂTRE (UNE). Ce mot est masculin; mais il était encore féminin
    au dix-septième siècle, et il l'est encore dans plusieurs
    dialectes populaires de France.

  EMPLÂTRE, s. m. (fig.) Coup bien appliqué, horion, soufflet.
    _Donner un emplâtre. Si tu répliques un seul mot, tu as un
    emplâtre._ Terme méridional.

  EMPLÂTRER, v. a. (fig.) Choyer, dorloter, traiter avec une
    délicatesse outrée. _Emplâtrer un enfant. Eugénie est emplâtrée
    par sa mère._ Au réfléchi, _s'emplâtrer_ signifie: Se dorloter,
    se choyer. «Emplâtre,» s. m., homme mou, femme sans vigueur, est
    français.

  EMPLÂTRER (S'), v. pron. Se salir, se couvrir les mains de
    matières sales ou glutineuses. _Je voulus prendre le coquemar et
    je m'emplâtrai._ Terme méridional. Ce sens manque dans les
    dictionnaires.

  EMPLÉTER, v. a. Faire emplette. _Empléter une robe; empléter du
    sucre et du café._ Terme suisse-roman et savoisien.

  EMPLETTE, s. f. Nous disons: _J'ai fait l'emplette d'une table.
    J'ai fait l'emplette d'un canapé_, etc. On doit retrancher
    l'article et dire: J'ai fait emplette d'une table, j'ai fait
    emplette d'un canapé.

  EMPOIGNÉE, s. f. Lutte, conflit. _Ils se rencontrèrent et eurent
    ensemble une rude empoignée._

  EMPOIS, s. f. _Empois blanche; empois cuite_, etc. Ce mot est
    masculin: Empois blanc, empois cuit.

  EMPOISONNER, v. actif. Puer, communiquer une mauvaise odeur.
    _Recule-toi, tu empoisonnes la pipe. Cette vieille mendiante
    empoisonnait l'eau-de-vie. Votre chambre empoisonne le brûle._

  EMPOISONNER, v. a. (fig.) Infecter, infester. _Votre prairie est
    empoisonnée de mauvaises herbes; ce champ est empoisonné de rats
    et de sauterelles. La France nous empoisonne de mauvais romans._
    Ces diverses significations du mot «Empoisonner» manquent dans
    les dictionnaires.

  EMPOUTOUILLE, s. f. Terme des campagnards. Brouillamini, discours
    confus et embrouillé, bagout inintelligible. _Quelle
    empoutouille tu nous fais là!_

  EMPOUTOUILLER, v. a. Embrouiller (au sens propre et au sens
    figuré). _Échevette empoutouillée._

  EMPRÔGER, v. n. Voyez AMPRÔGER.

  EMPUANTER, v. a. Empuantir, infecter.

  EN, prép. Pour. _Une tailleuse en hommes._ Dites: Une tailleuse
    pour hommes. Dans une comédie de LE SAGE, intitulée: _Les trois
    Commères_ (acte I, scène 9), on trouve cette phrase: «Je suis
    cordonnier POUR femmes.»

  EN, prép. À (avec mouvement devant un nom de ville). _Aller en
    Carouge, aller en Seyssel_, etc. Expression de nos campagnards,
    fort usitée en Savoie, à Lyon et dans le Midi. Un guide de
    Chamouny me disait: _Je pris ces deux Anglais à La Roche, je
    passai avec eux le Petit-Bornand, et je les conduisis jusqu'en
    Thônes_. «Un tel fut conduit captif _en_ Alger,» est une phrase
    que chacun de nous a rencontrée dans les vieux romans.

  EN, prép. À la (avec mouvement). _Aller en Diète. Ils quittèrent
    la campagne le 15 septembre et ils rentrèrent en ville._ Phrases
    incorrectes.

  EN, prép. Est retranché à tort dans l'expression suivante: _Il ne
    fit ni un ni deux et lui appliqua un soufflet_. Dites: Il n'EN
    fit ni un ni deux. [ACAD.]

  † EN, prép. Est inutile et vicieux dans les phrases suivantes:
    _Cela ne fait en rien; cela ne signifie en rien_.

  EN AGIR. _En agir bien, en agir mal, en agir librement_, etc., ne
    sont pas des expressions avouées par les grammairiens. Il faut
    dire: Agir bien, agir mal, agir librement; ou: En user bien, en
    user mal, en user librement.

  EN BAS, prép. _En bas la Tour de Bois; en bas la rue Verdaine; en
    bas Coutance; en bas Chevelu._ «En bas» n'est pas une
    préposition, c'est un adverbe. Pour être correct il faut dire:
    En bas DE la rue Verdaine, en bas DE Coutance, en bas DE
    Chevelu; ou mieux encore: Au bas de la rue Verdaine, au bas de
    Coutance, etc.

  EN BONNE FOI, loc. adv. De bonne foi, sincèrement.

  EN-ÇÀ, adv. Çà, ici. _Joson, mon ami, viens en-çà, et salue toute
    la companie._ Dites: Joson, mon ami, viens çà, viens ici.

  ENCABOURNER (S'), v. pron. Se tenir enfermé, se tenir caché chez
    soi. _Il reste tout le jour encabourné._ Terme neuchâtelois et
    languedocien. Dans le dialecte vaudois on dit: _S'encabiborner_.
    R. _cabourne_. Voyez ce mot.

  EN CAMPE. En course, en campagne. _Être en campe_, être sur pied,
    courir çà et là. _Mettre en campe_, mettre en campagne, envoyer
    à la découverte. _Toute la gendarmerie est en campe._

  ENCANTER, v. a. Acheter à l'encan.

  ENCAVAGE, s. m. Encavement, action d'encaver.

  ENCHEBROTTER ou ENCHEVROTTER, v. a. Bredouiller, parler dans un
    langage confus et embrouillé. _Qu'est-ce que tu nous
    enchebrottes là? Qu'as-tu tant à enchebrotter?_ On dit aussi:
    _Lanchebrotter_.

  ENCHENAILLER, v. a. Terme de charpentier, qui signifie: 1º Ajuster
    le tenon dans la mortaise; 2º Lier fortement.

  ENCHEVALER, v. a. Ranger des colis les uns sur les autres, les
    mettre, pour ainsi dire, _à cheval_ les uns au-dessus des
    autres.

  ENCLINTE, adj. fém. Encline. _Votre tante Judith a le visage bien
    échauffé; ne serait-elle point enclinte à la boisson?_

  † ENCOMPAGNER, v. a. Accompagner. _Allez dire à la Mariette
    qu'elle nous encompagne._

  ENCOQUER, v. a. Terme de pêcheur. Étourdir le poisson ou l'enivrer
    au moyen de la coque du Levant. Terme méridional.

  ENCORE PASSE. _Faire un tel voyage à pied!... Encore passe, si
    nous étions dans la belle saison._ Dites: Passe encore, si, etc.

  ENCOUBLE, s. f. Signifie: 1º Entraves, liens dont on embarrasse
    les pieds d'un cheval; 2º Obstacle, empêchement, embarras. _Ces
    deux cousines, qui arrivent la veille de notre déménagement,
    sont une fière encouble._ Terme provençal. R. _couble_, tresses
    de paille qui servent d'entraves aux pieds des chevaux.

  ENCOUBLER, v. a. Gêner, embarrasser. _Un paillasson troué
    m'encoubla. La jeune fille s'encoubla dans sa robe et tomba._

  ENCOURAGER (S'), v. pron. _S'encourager à l'ouvrage_, signifie,
    dans notre dialecte: Travailler avec ardeur. _Encourage-toi,
    Justine, si tu veux nous faire plaisir._ «S'encourager» est un
    verbe réciproque.

  † ENCRE, s. masc. _De l'encre épais._ Ce solécisme est une
    tradition du vieux français. Dites: «De l'encre épaisse.»

  ENCRE À LA CHINE, s. f. Encre de Chine.

  ENCROIRE (FAIRE). _T'imagines-tu me faire encroire une semblable
    bêtise?_ Terme méridional. Dites: T'imagines-tu me faire
    accroire? etc.

  EN CROIRE (S'). S'en faire accroire, être glorieux, se pavaner,
    faire le faraud. _Voyez donc comme il s'en croit! Tu t'en crois,
    toi, parce que tu as un paletot neuf._ Terme méridional.

  ENCROTTER, v. a. Enfouir, enterrer. _Encrotter un chien, encrotter
    un cheval._ Terme suisse-roman, savoisien, berrichon, etc. Nos
    campagnards disent aussi: _Encrotter un tison dans les cendres_.
    En vieux français, _crot_ signifie: «Creux.»

  ENCUCHER, v. a. Terme rural. Envélioter, mettre le foin en
    véliotes. Voyez CUCHET.

  EN DERNIER, loc. adv. Voyez DERNIER.

  EN DESSUS DE, prép. Au-dessus de. _Le village de Gingins est à une
    lieue en dessus de Nyon._

  ENDOLORÉ, ÉE, adj. Terme vieux français. Dites: «Endolori, ie.»

  ENDOSE, s. f. Orthographe et prononciation vicieuses du mot
    «Endosse.» Les dictionnaires disent: «Avoir l'endosse, tu en
    auras l'endosse.» Nous disons: _Porter l'endose, tu en porteras
    l'endose_.

  ENDRUGER, v. a. Mettre de l'engrais dans un champ. Voyez DRUGE.

  † EN EFFET DE, loc. adv. En fait de. _En effet d'habit des
    dimanches, je n'ai que ma blouse neuve. En effet de linge, j'ai
    deux chemises et un vieux paire de bas. En effet de légume,
    parlez-moi des écorces noires. En effet de viande, parlez-moi
    d'une lièvre._ Expression fort usitée.

  EN ÉTÉ. _Se mettre en été_, signifie: Quitter les habillements
    d'hiver et se vêtir légèrement. _Chez nous il n'est jamais
    prudent de se mettre en été avant le milieu du mois de mai._

  ENFANTIAU, s. m. et adj. Celui qui fait des enfantillages. _Faire
    l'enfantiau; être très-enfantiau._ Dans le vieux français,
    _enfanteau_ signifiait: Petit enfant.

  ENFANTIOLE, s. f. et adj. C'est le féminin du mot _enfantiau_. _À
    ton âge, Albertine, s'amuser de la sorte, c'est être bien
    enfantiole. Tu es une véritable enfantiole._

  ENFANTISE, s. f. Enfantillage.

  ENFARÉ, ÉE, adj. Enfariné, ée. _Il est accouru, la bouche tout
    enfarée, m'apprendre... que les sauteurs viennent d'arriver._

  ENFAUFILER, v. a. Se glisser dans. _Enfaufiler un sentier._
    _S'enfaufiler_, v. pron. Se faufiler, s'introduire, se glisser.

  ENFILÉE, s. f. Enfilade. _On nous fit traverser une longue enfilée
    de chambres et de corridors._

  EN FIN DE COMPTE, loc. adv. Au bout du compte, en résumé, enfin.

  ENFLAMMATION, s. f. Inflammation.

  ENFLAMMATOIRE, adj. _Rhume enflammatoire._ Dites: «Inflammatoire.»

  † ENFLE, adj. Enflé. _À la suite d'une tombure, son genou devint
    tout enfle._ Français populaire.

  ENFONCE, s. f. Enfoncement. _Il demeure dans un certain recoin,
    dans une certaine longue, vilaine enfonce de la rue du Perron._

  ENFOURNER (S'), v. pron. S'enfoncer, se fourrer. _Quand la nuit on
    crie à l'eau! mon poltron s'enfourne dans son lit et laisse
    crier._ Dans le dialecte languedocien, _s'enfourna_ se dit du
    vent qui entre avec impétuosité et s'engouffre dans un lieu
    étroit. Ces deux sens du verbe _s'enfourner_ manquent dans les
    dictionnaires.

  ENGLAUDINER, v. a. Enjôler, endoctriner, duper. _Par tes paroles
    mielleuses tu espères peut-être m'englaudiner, mais bernicle._
    Dans le Jura on dit: _Englauder_. R. _Glaude_ ou _Claude_, nom
    propre, qui est quelquefois synonyme de «niais.»

  † ENGOND, s. m. Gond. _Poser les engonds; arracher les engonds._

  ENGORGELER et ENGORGER, v. a. Faire entrer par force un aliment
    dans la _gorge_; ingurgiter. _Il fallut lui desserrer les dents
    et lui engorger sa potion._

  ENGRINGER, v. a. Chagriner, rendre triste, peiner. Terme
    suisse-roman. Dans le vieux français, _engraigner_ a le même
    sens. R. _gringe_. Voyez ce mot.

  ENGRENER (S'), v. pron. Se dit surtout des personnes, et signifie:
    S'engager dans une affaire, y participer. Se prend d'ordinaire
    en mauvaise part. _Si tu t'engrènes une fois dans cette
    spéculation, je crains pour ta bourse._ Terme recueilli par
    Boiste et par Chapsal. Nous disons aussi à l'actif: _Engrener_,
    dans le sens de «Commencer.» _Engrener une affaire. Engrener des
    relations. La chose fut mal engrenée et elle échoua._ Le
    dictionnaire de l'Académie et celui de Mr Bescherelle ne disent
    rien de satisfaisant.

  ENGUEUSEUR, EUSE, s. Celui ou celle qui engueuse, qui endoctrine,
    qui trompe par de belles paroles. Terme familier, qui ne
    s'emploie guère qu'en plaisantant.

  ENGUIGNACHÉ, CHÉE, adj. Qui a du guignon, qui est en guignon.
    Augmentatif d'_enguignonné_.

  ENGUIGNÔCHER (S'), v. pron. S'habiller étrangement, s'accoutrer
    d'une manière qui apprête à rire. Ne se dit que des femmes.

  ENGUIGNONNÉ, NÉE, adj. Qui a du guignon, qui est en guignon.
    _Permettez-moi de quitter le jeu, je suis trop enguignonnée
    aujourd'hui._ Terme parisien populaire.

  EN HAUT ou EN HAUT DE, prép. _En haut la Cité; en haut la Treille;
    en haut de Coutance._ Dites: Au haut de la Cité, au haut de la
    Treille, etc.

  ÉNIERLER (S') ou S'ÉNIARLER, v. pron. Se fatiguer à l'excès,
    s'éreinter. L'ancien _Glossaire_ dérive le mot _énierler_ de la
    préposition latine _e_, et de _nerio_, force, puissance. Le mot
    _nerio_ ne se trouve pas dans les dictionnaires. Mais, sans
    recourir aux langues anciennes, les mots genevois populaires
    _Nière_, _nierf_, ou _niarf_, nous fournissent spontanément la
    véritable étymologie de ces deux termes.

  ENJOUER, v. a. Mettre en joue, coucher en joue. _Le garde-chasse
    enjoua notre braconnier._ Ce mot n'est pas dans les
    dictionnaires.

  EN LÀ, adv. En delà, plus loin. _S'il vous plaît, Messieurs,
    tirez-vous en là, placez-vous tant soit peu en là. Aide-moi,
    Drion, à mettre ce placard plus en là._ Terme languedocien, etc.

  ENLESSIVER, v. n. Encuver le linge destiné à la lessive.

  ENLIASSER, v. a. Mettre en liasse. _Enliasser du linge_, c'est: En
    faire une trousse, l'accoupler. Terme méridional.

  ENLIER, v. a. et n. Agacer. _Être enlié_, signifie: 1º Avoir les
    dents agacées; 2º Avaler avec difficulté. [P. G.]

  † EN MÊME DE. À même de, en position de, capable de. _Tu n'es
    pas en même de me rattraper. Si M'sieu voulait m'avancer deux
    écus de cinq francs, je serais en même de les lui rendre dans
    trois mois._ Terme lyonnais et méridional.

  ENNIFLÉ, ÉE, adj. Enchiffrené, ée. [P. G.]

  ENNIÔLER, v. a. Terme d'écolier. _Je t'enniôle_, c'est-à-dire: Je
    me moque de toi. _Je vous enniôle tous_, c'est-à-dire: Vous
    pouvez tous aller au d.....

  ENNOSSER, v. a. Engouer, embarrasser le passage du gosier en
    mangeant ou en buvant trop vite. _S'ennosser_, s'engouer, perdre
    la respiration en buvant de travers, ou en mangeant trop vite.
    _Il s'ennossa au point qu'il fut obligé de quitter la table._
    Dans le vieux français, _énosser_ signifie: Boucher le gosier
    avec un _os_.

  ENNUYANT, ANTE, s. Ennuyeux, euse. _Tu es une ennuyante. Va-t'en,
    petite ennuyante, et laisse-nous tranquilles._ Terme méridional.
    «Ennuyant» n'est pas un substantif; c'est un adjectif et un
    participe.

  ENNUYER (S'), v. pron. _S'ennuyer de quelqu'un_ ou de _quelque
    chose_, signifie: S'ennuyer de l'absence de quelqu'un; regretter
    la privation d'une chose dont on avait joui. _Tu fais bien de
    revenir, Baptiste, car tout le monde s'ennuyait de toi. Mme N**
    s'ennuie de son appartement_ (elle regrette de l'avoir quitté).
    On dit dans le même sens, et cette expression est plus usitée
    que la précédente: _S'ennuyer après quelqu'un; s'ennuyer après
    quelque chose. Je m'ennuie après ces deux aimables étrangers._
    Expression connue en Lorraine, et sans doute ailleurs.

  † ÉNONDÉ, DÉE, part. Inondé, dée. _La seille coulait, et la
    pauvre Marguerite en fut tout énondée. Cette averse nous a
    énondés._

  ÉNOSSER, v. a. Voyez ENNOSSER.

  EN OUTRE DE CELA, loc. adv. Outre cela.

  EN PLACE DE, prép. Au lieu de. _En place de vin, donnez-nous une
    cruche de bière. En place d'un mur, établissez une bonne haie.
    En place d'étudier, tu babilles._ Français populaire.

  † EN PREMIER, adv. Premièrement, d'abord. _Nous irons en premier
    chez l'oncle, et ensuite chez le cousin._ Français populaire.

  ENRAIDI, IE, adj. et part. Voyez ENROIDI.

  ENRAUFER ou ENRÔFER, v. a. Salir, couvrir d'ordures. En vieux
    français, _roffée_ signifie: Gale, croûte de gale. [Voyez
    ROQUEFORT, _Glossaire de la langue romane_.]

  ENROIDI, IE, adj. et part. Roidi, devenu roide par le froid ou par
    une cause quelconque. _Je me sens tout enroidi, tout enraidi;
    j'ai le cou enraidi. S'enroidir_ ou _s'enraidir_, v. pron. Se
    roidir. _Mon bras et ma main s'enraidissent._ Terme méridional.

  ENROSSER, v. a. Flouer, attraper, mettre dedans. _On t'a joliment
    enrossé avec ce cheval. Il s'est laissé enrosser d'un tas de
    rossignols_ (rebuts de magasin). _Le croyez-vous assez enrossé
    avec sa vieille comtesse?_ R. _rosse_.

  † ENROUCHÉ, ÉE, adj. Enroué, qui a de l'enrouement. _Le froid
    l'a enrouché. Pauvre Suzon, te voilà donc bien enrouchée._ R.
    _rouche_. Voyez ce mot.

  ENROUURE, s. f. Enrouement, maladie du gosier. _Une forte
    enrouure._ Terme suisse-roman, dauphinois et languedocien.

  † ENSAUVER (S'), v. pron. Se sauver, s'enfuir. _Ensauve-toi,
    ensauve-toi! on te court après. Voilà l'hussier: ensauvez-vous!_

  ENSEIGNE, s. f. _À bonne enseigne_, c'est-à-dire: À juste titre,
    avec des sûretés. _Si ton frère a pris cette résolution, ce
    n'est qu'à bonne enseigne._ On dit en français: «À bonnes
    enseignes.»

  ENSEVELIR et ENTERRER n'ont point le même sens. «Ensevelir,»
    c'est: Envelopper un corps mort dans le drap appelé linceul.
    «Enterrer,» c'est: Mettre en terre le corps mort. L'historien
    suisse, Ruchat, s'est donc exprimé peu correctement dans la
    phrase suivante: «Calvin mourut le 27 mai (1564), et fut
    _enseveli_ tout simplement au cimetière commun de Plainpalais.»
    Il fallait dire: Enterré, ou Inhumé.

  ENSEVELISSEMENT, s. m. Ne dites pas: _Accompagner un
    ensevelissement. Regarder passer un ensevelissement.
    L'ensevelissement défila pendant plus d'une demi-heure_. Dites:
    Accompagner un convoi, accompagner un enterrement, accompagner
    une pompe funèbre, etc.

  † ENSOUVENIR (S'), v. pron. Se souvenir. _Ensouviens-t'en,
    Gabriel, ensouviens-t'en bien: je t'attends demain à la
    Jonction._

  ENSUITE, adv. D'ailleurs, de plus, au surplus. _Devais-tu, André,
    te gendarmer de la sorte, quand ton père te réprimandait?
    Premièrement il en a le droit; ensuite tu es véritablement dans
    tes torts._ Expression gasconne, etc.

  ENSUITE (D'). _L'année d'ensuite._ Dites: L'année suivante,
    l'année d'après. [ACAD.]

  ENTAILLER (S'). Se couper, se faire une coupure, une incision dans
    la chair. _S'entailler le doigt; s'entailler la main._ Ce verbe,
    pris dans cette acception, manque dans les dictionnaires.

  ENTE (LA). _La ente d'un poirier; la ente d'un rosier. La ente a
    bien réussi._ L'_e_ initial de ce mot ne s'aspire pas. Il faut
    écrire et prononcer «L'ente.» L'ente a bien réussi, etc.

  ENTE, s. f. Terme de couturière. Voyez ENTER, no 2.

  ENTÉCHER, v. a. Mettre en tas. Se dit particulièrement des
    fourrages. Voyez TÈCHE.

  ENTENDU (UN). Un plan concerté, un plan combiné, une collusion
    secrète. _C'est un entendu entre eux_ (c'est une affaire
    arrangée et calculée entre eux). Terme méridional.

  † ENTENTION, s. f. Attention. _Faites entention, ma bonne Dame,
    vous pourriez glisser._ Terme vieux français, que l'on trouve
    déjà dans le _Roman de la Rose_, ainsi que l'adjectif _ententif_
    (attentif).

  ENTER, v. a. Greffer. Nous aspirons l'_e_ initial de ce mot, comme
    s'il s'écrivait _henter_. C'est une faute aussi grossière que
    fréquente. Ne dites donc pas: _Je soigne cet arbrisseau pour le
    enter quand le moment sera favorable_; dites: «Pour l'enter.»

  ENTER, v. a. Terme de couturière. _Enter des bas_, veut dire:
    Remonter des bas, les raccommoder en y ajoutant des bouts. Terme
    suisse-roman et méridional. Dans l'évêché de Bâle on dit:
    _Renter_.

  ENTERREUR, s. m. Fossoyeur, celui qui creuse les fosses destinées
    aux morts. Terme dauphinois et languedocien. On dit à Marseille:
    _Un enterre-mort_.

  ENTICHER (S'), v. pron. S'entêter, s'éprendre d'une personne. _Il
    s'enticha d'une comédienne, et il l'épousa. Il est entiché de
    lui-même et il s'admire._ L'Académie dit: «S'enticher d'une
    opinion, s'enticher d'un système;» mais elle ne dit pas:
    S'enticher d'une personne. Expression fort admissible.

  ENTORSE, s. f. Nous disons: _Se faire une entorse; il se fit une
    entorse au pied_. Il faut dire: «Se donner une entorse.»

  EN TOUT ET PARTOUT. Sorte d'adverbe, qui signifie: En total. _À la
    fin de ce long voyage, il ne leur restait en tout et partout que
    trois francs._

  ENTRAIN, s. m. Ardeur au travail. _Étudier avec entrain.
    Travailler avec entrain. Je n'ai point d'entrain, je n'ai aucun
    entrain aujourd'hui._ Ce substantif, si usité chez nous et si
    remarquable, n'existe pas en français.

  ENTRE, prép. _Ils n'avaient entre eux tous que sept francs à
    dépenser._ Ce sens de la préposition _entre_ n'est pas français.
    Il faut dire: «Ils n'avaient ensemble que sept francs à
    dépenser.»

  ENTRECOT, s. m. (_o_ bref.) Ruelle, ruelle formée par les
    boutiques ou échoppes qui bordent nos Rues basses. _Traverser un
    entrecot; s'échapper par l'entrecot. On nous fit passer par un
    corridor étroit, ou, pour mieux dire, par un entrecot._

  ENTRE DEUX. Nous disons: _Être entre deux_, pour signifier: Être
    indécis, être en balance, hésiter. _Partirai-je? Resterai-je? Je
    suis là entre deux._ Expression méridionale.

  ENTREPOSER, v. a. Déposer. _Entreposer sa canne, entreposer son
    ombrelle à l'entrée d'un lieu public._ «Entreposer,» en
    français, n'a aucun autre sens que celui de: Déposer des
    marchandises dans un entrepôt.

  ENTRER, v. actif. Mettre dedans ce qui était dehors. _Entrer le
    bois au grenier; entrer les fauteuils dans le salon; entrer les
    vases dans la serre_, etc. _Entrer son chapeau_ (l'enfoncer dans
    sa tête). _Elle s'est entré une écharde dans le doigt._
    Expressions incorrectes, ou qui, du moins, n'ont pas l'autorité
    des dictionnaires.

  † ÉNUTILE, adj. Inutile. ÉNUTILEMENT, adv. Inutilement.

  ENVERJURE, s. f. Envergure, que l'on prononce _enverghure_ (comme
    _figure_). R. _vergue_.

  ENVERS, s. m. Clou, furoncle. _Il dormit sur l'herbe humide, et il
    lui sortit des envers par tout le corps._ Terme suisse-roman.

  EN VEUX-TU? EN VOILÀ. Cette locution adverbiale signifie: À
    foison, abondamment, en grande quantité. _C'était un bal
    magnifique: il y avait des glaces en veux-tu? en voilà._

  ENVIER QUELQU'UN. _Envier les riches. Tu vas demain aux Treize
    Arbres, Catherine: ah! que je t'envie._ On dit: «Envier une
    chose;» on ne dit pas: _Envier quelqu'un_.

  ENVIRONS (AUX), prép. _J'irai te voir aux environs de Noël. Quel
    âge a ton garçon, compère?--Il a aux environs de douze ans.
    Quelle heure est-il?--Il est aux environs de quatre heures._
    Dites: Près de Noël. Il est quatre heures environ, etc.

  ÉPARE, s. f. Penture, bande de fer pour soutenir les portes et les
    fenêtres. Terme suisse-roman. A Lyon on dit: _Empare_.

  ÉPARGNE, s. f. Binet, petit instrument qu'on adapte au chandelier
    pour brûler les bouts de chandelle. A Neuchâtel, en Dauphiné, en
    Languedoc et en Lorraine on dit: _Une ménagère_; en Picardie,
    _un profit_; en Limousin, _une économie_.

  ÉPAULE, s. f. (fig.) Grappillon au haut d'une grappe et qui en
    dépend. _Accepterais-tu ce raisin, Fanny?--C'est beaucoup trop;
    mais j'en prendrai avec plaisir une épaule._ Expression
    très-juste.

  ÉPAUTE, s. f. Épeautre, sorte de froment.

  ÉPENALET, s. m. Tranche de lard coupée au dos d'un cochon. C'est
    un morceau estimé des paysans gourmets. [P. G.]

  ÉPICACUANA ou ÉPÉCACUANA, s. m. _Tablettes d'épicacuana._ Écrivez
    et prononcez «Ipécacuana.»

  ÉPIDERME. _Épiderme délicate._ Ce mot est masculin.

  ÉPINARDS. Ce substantif est masculin; mais beaucoup de personnes
    le font féminin et disent: _De bonnes épinards_. Cette faute
    nous vient du patois, où le mot _épenoches_ (épinards) est
    féminin.

  ÉPINGLE D'ÉPOUSE, s. f. Camion. [Voyez le _Vocabulaire français_
    de Mr PAUTEX, 9e édition, p. 57.]

  ÉPINGOLER, v. a. Épingler, déboucher la lumière d'une arme à feu
    avec une épinglette.

  ÉPINGOLOIR, s. m. Épinglette.

  ÉPINGUE, s. f. Prononciation vicieuse du mot «Épingle.»

  ÉPINIACHER ou ÉPINASSER, v. a. Au sens propre ce mot signifie:
    Peigner les échappes ou tresses de chanvre; défaire les échappes
    et les mettre en quenouilles. Au sens figuré il signifie:
    Ébouriffer les cheveux, les mettre en désordre. _Les trois
    quarts du temps vous rencontrez cette jeune personne tout
    épiniachée._

  ÉPION, s. m. Espion. ÉPIONNER, v. a. Espionner.

  ÉPISODE, s. fém. Au milieu du dernier siècle, le genre de ce mot
    n'était pas encore fixé; aujourd'hui il est masculin. «Un court
    épisode; un charmant épisode.»

  ÉPIZOOTIE, s. f. L'Académie veut que l'on prononce _épizo-o-tie_,
    en donnant au _t_ un son dur, comme dans _rôtie_.

  ÉPOULAILLÉ, ÉE, part. Épouvanté, ée; effrayé, ée. _Elle vint tout
    époulaillée me dire qu'elle croyait avoir vu un loup. Tu
    t'époulailles de rien, Dorothée._ Dans notre patois, _poulaille_
    ou _polaille_ signifie: «Poule.»

  ÉPOUSE (L'). La femme d'un tel. _Je vous présente mon épouse. Je
    vais monter en char avec mes deux garçons et mon épouse. Si
    Monsieur avait occasion d'une excellente courtepointière, je lui
    recommanderais mon épouse._ Dans tous ces exemples il faut dire:
    «Ma femme.» Voyez l'article ÉPOUX.

  ÉPOUSE, s. f. Nous disons d'une femme parée avec affectation ou
    avec un soin outré: _Elle est parée comme une épouse_. Il faut
    dire: Elle est parée comme une épousée; ou mieux: Comme une
    épousée de village. [ACAD.]

  ÉPOUSES DU MOIS DE MAI (LES). Jeunes villageoises qui, dans un
    costume aussi gracieux qu'elles le peuvent, vont, le premier
    dimanche du mois de mai, offrir des bouquets aux promeneurs et
    leur demander une étrenne.

  ÉPOUSSETER QUELQU'UN. L'expulser, le chasser d'un lieu où il était
    importun. En français, «Épousseter» veut dire: Battre, châtier.

  ÉPOUSSOIR, s. m. Époussette, sorte de grande brosse.

  ÉPOUSTACHER ou ÉPOUSTATER, v. a. Chasser quelqu'un, le renvoyer
    avec humeur. Augmentatif d'_épousseter_. Voyez ce mot.

  ÉPOUX, s. m. Ne signifie point: «Fiancé.» _Épouse_ ne signifie
    point: «Fiancée.» «Époux» veut dire: Mari, dans le style noble;
    «Épouse» veut dire: Femme, dans le style poétique et oratoire,
    ou quand on parle de la femme d'un roi, d'un prince ou d'un
    seigneur.

  ÉPUISETTE, s. f. Écope, sorte de pelle creuse pour ôter l'eau d'un
    bateau.

  ÉQUIFFLE, s. f. Canonnière. Voyez ÉCLIFFE.

  ÉQUIPAGE, s. m. Voiture, cabriolet, etc. _Aller en équipage;
    mettre les chevaux à l'équipage; laver un équipage._ En français
    on appelle «Équipage» la voiture et le cheval. La voiture seule
    ne s'appelle pas _équipage_.

  ÉRAILLÉ, ÉE, adj. _Visage éraillé, teint éraillé, peau éraillée._
    Ces divers sens du mot «Éraillé» manquent dans les
    dictionnaires; mais on y trouve: «Œil éraillé.»

  ERCE, s. f. Gerce, larve de la teigne des pelleteries.

  ÉREINTE, s. f. Outrance. _À toute éreinte_, à toute outrance. _Il
    y allait à toute éreinte; il le battait à toute éreinte._
    Français populaire.

  ÉREINTÉE, s. f. Volée de coups. _Appliquer une éreintée. Recevoir
    une éreintée._

  † ERGENT, s. m. Argent. _Une cueillère en ergent._

  ÉRINIÈRES, s. f. pl. Douleur de reins, lumbago, courbature. _Avoir
    les érinières._ On dit à Lyon: _Les enreinières_.

  ERREUR, s. f. Écart, différence. _Je demande six francs de ce
    beau dinde, et vous m'en offrez trois!... Il y a trop d'erreur._

  † ERRIÈRE, adv. Arrière. _Il fit trois pas en errière._ Terme
    français populaire.

  † ERTEUIL, s. m. Voyez ARTEUIL.

  ÉRYSIPÈLE ou ÉRÉSIPÈLE (UNE). Ce mot est masculin. «Érésipèle ou
    Érysipèle dartreux.»

  ÈS. Aux (à les). Nos paysans disent: _La boîte ès lettres_, pour:
    La boîte aux lettres. _La soupe ès faviûles_, pour: La soupe aux
    haricots. _D'ei étà ès pommes_ (j'ai été aux pommes), etc. Ce
    vieux terme ne s'est conservé en français que dans trois ou
    quatre dénominations: Bachelier ès lettres, Docteur ès sciences,
    Maître ès arts, et dans quelques phrases de pratique. L'emploi
    de ce mot, chez nous, est continuel dans la bouche des
    campagnards.

  ESCALIER, s. m. C'est une erreur de confondre les mots «Escalier»
    et «Degré.» Un escalier n'est pas un _degré_. Ne dites donc pas:
    _Le clocher du temple de Saint-Pierre a cent cinquante-six
    escaliers. Les jeunes garçons aiment à sauter les escaliers
    quatre à quatre_. Dans ces exemples et les analogues il faut se
    servir des mots «Degré» ou «Marche.» Descendre les degrés,
    sauter les degrés; monter les marches, descendre les marches,
    etc. «Un escalier,» en français, est ce que nous appelons
    vulgairement _une montée_, c'est-à-dire: La réunion de toutes
    les marches, de tous les degrés, depuis le rez-de-chaussée
    jusqu'à l'étage le plus élevé. On dira donc: Éclairer un
    escalier, monter un escalier, glisser dans l'escalier, tomber
    dans l'escalier, jouer dans l'escalier, etc.

  ESCAMPETTE, s. f. Ce mot est français; mais, selon les
    dictionnaires, il ne s'emploie que dans cette locution: «Prendre
    la poudre d'escampette,» c'est-à-dire: S'enfuir. A Genève nous
    disons: _Faire une escampette; faire des escampettes; je
    commence à m'inquiéter de ses fréquentes escampettes_.
    _Escamper_, en vieux français, signifie: Décamper.

  † ESCANDALE, s. m. Scandale.

  ESCANDALISER, v. a. Scandaliser. _Oui, Messieurs, elle m'a dit:
    Fayasse; elle m'a dit: Vieille cauque; et j'en suis encore tout
    émotionnée, tout escandalisée._ Terme méridional et vieux
    français.

  † ESCARAMOUCHE, s. f. Escarmouche.

  † ESCARTER (S'). S'écarter. _Escartez-vous, Messieurs, s'il vous
    plaît. Jâques, tu ne t'escarteras pas de là._ Terme vieux
    français, conservé dans le langage des paysans.

  ESCAVALANT (EN), ou EN ESCAVALON, loc. adv. En désordre, en
    déroute, sens dessus dessous. _La chambre était en escavalon, en
    escavalant. Gaudichon revint soû_ (soûl) _du cabaret, et mit
    toute sa maison en escavalant._

  ESCIENT, s. m. Bon sens, raison, jugement, judiciaire. _Avoir de
    l'escient; manquer d'escient; faire preuve d'escient. Les dents
    d'escient_ (dents de sagesse). Expressions d'un emploi
    journalier dans la Suisse romane. En français le mot «Escient»
    ne s'emploie que dans cette phrase: «À bon escient,»
    c'est-à-dire: Sciemment, avec connaissance de cause.

  ESCLANDRE (UNE). _Une grande esclandre, une fameuse esclandre._ Ce
    mot est aujourd'hui masculin, après avoir été féminin jusqu'au
    milieu du dix-septième siècle. R. _scandalum_.

  ESCORMANCHER (S'), v. pron. S'échiner à travailler, s'escrimer, se
    tourmenter, s'excéder. Terme suisse-roman.

  ESCÔTE, s. f. Terme de batelier. Écoute, corde qui sert à diriger
    la voile. _Tirer l'escôte._ En vieux français: _Escoute_.

  ESCUSE, s. f. Excuse. ESCUSER, v. a. Excuser.

  ESPADRON, s. m. Espadon. ESPADRONNER, v. n. Espadonner.

  ESPARGEOLER ou ASPARGEOLER, v. a. Asperger, jeter de l'eau avec un
    balai mouillé à cette intention.

  † ESPÉTÂCLE, s. m. Spectacle. _C'était un espétâcle à vous
    fendre l'âme._ Terme méridional.

  ESPICERIE, s. f. Épicerie. ESPICES, s. f. pl. Épices. ESPICIER, s.
    m. Épicier. Ces trois termes appartiennent au vieux français.

  ESPINCHER, v. a. Épier, découvrir avec adresse, rechercher,
    poursuivre.

  ESPLICATION, s. f. Explication. ESPLIQUER, v. a. Expliquer.

  † ESQUELETTE (UNE). Un squelette.

  ESSARTIR ou ESSERTER, v. n. Essarter, défricher en arrachant les
    bois et les épines. Du mot _esserter_ sont venus les noms
    propres _Essertines_, _Les Esserts_ et _Belesserts_, ou
    _Bellexserd_, ou _Ballexserd_, hameaux ou habitations voisines
    de Genève. R. _essart_, terre défrichée.

  ESSEMER, v. n. _Les deux ruches ont essemé le même jour._
    Orthographe et prononciation vicieuses du mot «Essaimer.»

  ESSENCILLER, v. a. et n. (_ll_ mouillés.) Terme de lessive. Faire
    égoutter le linge, l'étendre quand il vient d'être lavé et qu'il
    dégoutte encore. _Mettez ce linge essenciller au soleil. Ne
    rentrez pas ces draps: ils sont à peine essencillés._

  ESSERTER, v. a. Essarter, défricher. Voyez ESSARTIR.

  ESSOURDELER, v. a. Assourdir. _Finis, Charles, avec ton tambour:
    tu nous essourdelles. Il parlait si haut qu'il m'essourdelait._
    Terme suisse-roman. En Franche-Comté, _essourder_, en Lorraine,
    _essourdir_, ont le même sens.

  ESSOURER (S'), v. pron. Sortir de chez soi pour prendre l'air. _Il
    faut que l'on s'essoure un peu aujourd'hui. Ce n'est pas
    s'essourer que de se promener dans des rues humides et
    étroites._ Nous disons aussi à l'actif: _Essourer des
    couvertures, essourer des coussins, essourer un lit_;
    c'est-à-dire: Les mettre à l'air. L'Académie dit: «Essorer du
    linge,» en ajoutant que ce terme est peu usité. _Essourer_ et
    _s'essourer_ sont fort usités dans le dialecte genevois.

  † ESTATUE, s. f. Statue. _Il restait là planté comme un idoine,
    comme une estatue._ Terme méridional et vieux français.

  ESTIME, s. f. Estimation. _Acheter des meubles à l'estime._ Terme
    méridional.

  ESTOC, s. m. Esprit, imagination, sagacité, capacité. _Avoir de
    l'estoc_, signifie: Avoir de la tête, trouver facilement des
    ressources, se tirer d'affaire aisément. Le contraire est:
    _Manquer d'estoc, être sans estoc_. Terme picard et lorrain. En
    Dauphiné, _cela ne vient pas de son estoc_, signifie: Cela ne
    vient pas de lui. En vieux français, _estoc_ avait le sens de:
    Race, extraction, lignée; et dans le dialecte de Valenciennes on
    appelle _homme d'estoc_ «Un homme comme il faut.»

  ESTOMAC (UNE). _Estomac dérangée, estomac serrée._ Ce mot est
    masculin, et il se prononce _estoma_.

  ESTOMACHIQUE, adj. Stomachique.

  † ESTRAIT, s. m. _Estrait d'absinthe. Un verre d'estrait._
    Écrivez «Extrait,» et donnez à l'_x_ le son qui lui est propre.

  ESTRANGALA, s. f. Grand filet de pêche. Terme vaudois.

  † ESTRÉMENT, adv. Extrêmement. _Le temps n'est pas, pour dire,
    estrément mauvais. N'as-tu pas estrément soif, Carizot?_

  ESTRIFFE, s. f. Discussion, dispute, querelle, castille. Dans le
    vieux français ce mot était masculin et il s'écrivait _estrif_.

  ESTRINGOLER, v. a. Étrangler. _Que le d..... t'estringole!_ Terme
    vaudois, berrichon et rouchi. Le peuple de Paris dit:
    _Espringoler_. _S'estringoler_, v. pron., signifie: Se donner
    beaucoup de peine, se tourmenter, se fatiguer, s'échiner. _Je
    suis là à m'estringoler toute seule, pendant que cette charoupe
    d'homme me regarde faire. Nous nous sommes toutes trois
    estringolées à cette lessive._ R. _stringo_ ou _strangulo_?

  † ESTRORDINAIRE, adj. Orthographe et prononciation vicieuses du
    mot Extraordinaire.

  ÉTABLISSEUR, s. m. _Un établisseur d'horlogerie_, est Celui qui
    fait confectionner, _établir_ les montres, par opposition au
    marchand qui les vend.

  ÉTALABOURDI, IE. Augmentatif d'_élourdi_. Voyez ce mot.

  † ÉTALIE. Italie. ÉTALIEN. Italien.

  ÉTARTIR (S'), v. pron. S'étendre par terre, tomber tout de son
    long. _Il resta étarti et sans connaissance._ R. _stratus_.

  ÉTATS, s. m. pl. _Être dans tous ses états_, signifie: Être fort
    troublé, être fort agité, se désoler, ne pas se posséder. Nous
    disons dans le même sens: _Se mettre dans tous ses états; se
    mettre dans des états affreux_. Terme suisse-roman.

  ÉTATS, s. m. pl. _Prendre les états_, se dit d'une domestique qui,
    ayant quitté le service, s'habille à la façon des dames.
    _Félicie a pris les états._

  † ÉTENAILLES, s. f. pl. Tenailles. _Tends-me voir les
    étenailles._ Terme méridional, etc.

  ÉTENDRE, v. a. _Étendre du fumier._ Dites: «Épandre du fumier,»
    c'est-à-dire: Le jeter çà et là en plusieurs endroits,
    l'éparpiller.

  ÉTIEURNE, s. des 2 genres. Voyez ÉCUERNE.

  ÉTIRE, s. f. Sorte de gaffe ou grande perche ferrée pour conduire
    les barques. _Aller à l'étire._

  ÉTONNER (S'), v. pron. _Je m'étonne si... Je m'étonne comment...
    Je m'étonne pourquoi... Je m'étonne où..._ Ces expressions
    signifient: Je voudrais bien savoir si... J'aimerais bien savoir
    comment... Il me tarde de savoir pourquoi... _Je m'étonne si je
    recevrai ce soir une réponse à ma lettre. Je m'étonne si le
    mariage en question aura lieu. Je m'étonne s'il fera beau temps
    demain. Je m'étonne comment finira leur procès. Je m'étonne où
    l'on peut se procurer d'excellentes chaussures. Je m'étonne où
    est ma clef d'armoire. Je m'étonne pourquoi notre Ernest n'est
    pas invité à ce bal. Je m'étonne quand notre contingent
    reviendra_, etc. Les grammairiens condamneront sans doute cette
    expression, et diront doctoralement qu'on _s'étonne_ d'une chose
    qui est arrivée, mais non pas d'une chose incertaine et non
    avenue. Pour nous, passant condamnation là-dessus, nous ferons
    observer: 1º Que les expressions: _Je m'étonne si, je m'étonne
    quand, je m'étonne pourquoi_, sont universellement usitées dans
    la Suisse romane; 2º Qu'elles ont une rapidité, une concision et
    une originalité remarquables; 3º Qu'elles n'ont aucun équivalent
    meilleur en français.

  ÉTOUFFÉE, s. f. _Des haricots à l'étouffée._ Terme vaudois,
    neuchâtelois, savoisien, etc. Dites: À l'étuvée.

  ÉTOUFFER DE RIRE (S'), v. pron. Étouffer de rire. [ACAD.]

  ÉTOUILLER (S'), v. pron. Étendre les bras en bâillant, s'étirer.
    Terme des campagnards. [P. G.]

  ÉTRAMER, v. a. Terme des campagnards. Serrer, renfermer, abriter,
    mettre à couvert. En vieux français, _estran_ signifie:
    Couverture de paille, chaume. En Picardie, en Normandie, en
    Franche-Comté et en Lorraine, _étrain_ a le même sens. R.
    _stramen_.

  ÉTRANGER, v. actif. Surfaire. _Étranger les Anglais, étranger les
    voyageurs._ «Étranger,» v. a., est français, mais dans une autre
    acception.

  ÉTRANGER, s. m. Pays étranger. _Vivre dans l'étranger; s'établir
    dans l'étranger; il s'est marié dans l'étranger._ Les
    dictionnaires disent: «À l'étranger.» Passer À l'étranger.

  ÊTRE, v. auxil. Ce verbe est mal employé dans les phrases
    suivantes: _Quatre et quatre sont huit; sept et sept sont
    quatorze_. Dites: Quatre et quatre FONT huit; sept et sept FONT
    quatorze.

  ÊTRE, v. auxil. _C'est incroyable les belles vaches qu'il y avait
    à la foire de Nyon. C'est immense le nombre des curieux qui
    entourait l'escamoteur._ Construction claire, simple, concise,
    mais qui ne soutiendrait pas l'examen grammatical.

  ÉTRET, ÉTRETTE, adj. C'est ainsi que nos campagnards prononcent
    les mots «Étroit, Étroite»: prononciation qui était encore
    usitée en France au milieu du dix-huitième siècle. Le
    grammairien Féraud, qui vivait à cette époque, dit positivement:
    «On écrit Étroit, mais l'on prononce indifféremment _étroit_ ou
    _étret_.»

  ÉTRILLÉE, s. f. Rossée, volée de coups.

  † ÉTROICEUR, s. f. Étroitesse. _L'étroiceur d'une planche;
    l'étroiceur d'un passage_, etc. Terme vieux français. Le
    dictionnaire de Cotgrave écrit: _Estroisseur_.

  † ÉTROICIR, v. a. Étrécir. _Étroicir un gilet, étroicir une
    manche d'habit_, etc. Terme franc-comtois, bordelais et vieux
    français. Par une opposition bizarre, la langue française dit:
    «Étroit» et «Étrécir,» tandis que nos campagnards disent:
    _Étrait_ et _Étroicir_.

  ÉTROUBLES, s. f. pl. Éteules ou esteubles, chaume; ce qui reste
    sur la terre du tuyau des épis après la moisson. _Tourner les
    étroubles._ Terme connu dans le Berry. Figurément: _Être dans
    les étroubles_, signifie: 1º Être dans l'embarras, être
    perplexe, s'embrouiller dans un discours; 2º En parlant des
    choses: Avoir disparu, être égaré, être perdu. _Ton canif,
    Joseph, a donc passé par les étroubles._ En Normandie,
    _étoubles_, et en vieux français, _estoubles_, signifient:
    Chaume nouveau. L'ancien _Glossaire_ pense que le mot
    _étroubles_ est formé, par contraction, des deux mots _eaux
    troubles_. Étymologie inadmissible.

  † EUX, pron. pers. _Eux_ est mis pour «lui» dans la phrase
    suivante et phrases analogues, qui sont familières aux gamins.
    _Dis-moi, enfant, où va ce petit garçon qui pleure?--M'sieu, il
    s'est donné un coup à la tête, et il se rentourne chez eusse
    (chez eux)._

  † ÉVALANCHE, s. f. Avalanche. ÉVALANCHER, v. n. S'ébouler.

  ÉVEILLON, s. m. Soufflet, mornifle, coup qui _réveille_. _Il lui
    flanqua un éveillon qui le fit taire._ A Neuchâtel on dit: _Un
    réveillon_.

  ÉVENTAIRE, s. m. Inventaire. _On fit l'éventaire de la petite
    commode et du placard._ Terme parisien populaire.

  ÉVITATION, s. f. _En évitation de frais._ Terme consacré. Dites:
    Pour éviter des frais.

  ÉVITER, v. a. _Éviter une peine à quelqu'un, éviter un embarras à
    un ami, s'éviter un souci_, ne sont pas des expressions
    correctes. Dans ces phrases et les analogues, il faut se servir
    du mot «Épargner.» Épargnez-moi ce travail; épargnez-lui cette
    course; épargne-toi cette peine; épargnons-leur cette confusion.

  ÉVOUATER ou ÉVOUÉTER, v. a. Terme des campagnards. Grappiller.

  EXCROC, s. m. Écrivez «escroc,» et prononcez _escrô_.

  EXCROQUER, v. a. Escroquer.

  EXCOFFIER, v. a. Escoffier, tuer, faire disparaître.

  EXCUSE, s. f. _Demander excuse. Je vous demande excuse.
    Demande-moi excuse, Louisa._ Ces phrases ne sont pas correctes,
    quoique fort usitées en Suisse et ailleurs. Dites: Demander
    pardon; je vous demande pardon; ou dites: Faire des excuses; je
    vous demande de m'excuser; je vous prie de m'excuser.

  EXERCICE, s. m. Nous disons: _Prendre de l'exercice_. On dit en
    français: «Faire de l'exercice.» «Vu son embonpoint, il faut
    qu'il fasse de l'exercice.» [PICARD, _Le Collatéral_, IV, I.]

  † EXERCICE (UNE). _Le caporal Gandinaud est aux arrêts pour
    avoir manqué la première exercice._ Ce mot est masculin.

  EXPÉDIER (S'), v. pron. Se dépêcher, se hâter, accélérer.
    _Expédions-nous, Messieurs, l'heure approche._

  † EXPRÈS (PAR), adv. Exprès. _Tu m'as rejiclé de la gouille,
    Urbain, et tu y as fait par exprès._ Français populaire.

  EXTERMINER, v. a. Battre à outrance. _Il se jeta sur l'agresseur,
    et l'extermina de coups._ «Exterminer» est français, mais dans
    des acceptions différentes.

  EXTRAIT DE BAPTÊME, s. m. Extrait baptistaire.

  EXTRAVAGUÉ, GUÉE, s. Extravagant, extravagante. _Ne va pas
    couriater avec tes cousins, petite extravaguée._


F

  FAÇON, s. f. _Faites de façon à ce que l'affaire marche
    promptement. De façon à ce que..._ est une expression
    incorrecte. Il faut dire: De façon que, de manière que.

  FAC-SIMIL, s. m. Prononciation et orthographe vicieuses du mot
    «fac-simile,» lequel se prononce «_fac-similé_.»

  FAÏASSE ou FAYASSE, s. f. et adj. Femme qui se fait remarquer par
    une mise étrange, par un accoutrement bizarre et même choquant,
    et dont elle semble satisfaite. _Quel air faïasse! Quelle
    tournure faïasse! Une vieille faïasse. Se mettre comme une
    faïasse; avoir l'air d'une faïasse._ Dans le dialecte rouchi on
    dit: _Fouïasse_. Voyez FÂYE.

  FAIBLER, v. n. Faiblir, céder. _La poutre commençait à faibler;
    elle faiblait; elle a faiblé; elle faiblera._ Terme très-connu
    des artisans.

  † FAIGNIANT, s. et adj. Orthographe et prononciation vicieuses
    du mot «Fainéant.» _C'est un faigniant; c'est une faigniante._
    Français populaire.

  FAIGNIANTISE, s. f. Fainéantise.

  FAILLI-FAILLETTE (À). _Jouer à failli-faillette_, jouer à coup
    faillant, jouer à coup failli.

  FAIRE, v. a. _Faire plusieurs maîtres_, se dit des domestiques qui
    changent souvent de condition. _Elle a fait six maîtres en deux
    ans._ Nous disons pareillement: _Faire plusieurs domestiques_,
    pour: Changer plusieurs fois de domestiques: expressions qui
    appartiennent aux dialectes du Midi. En Dauphiné, et ailleurs
    sans doute, on dit dans le même sens: _Cet enfant a fait
    plusieurs nourrices_.

  FAIRE, v. a. _Il fait son homme d'importance; elle fait sa grande
    dame; ne fais pas ton rodomont._ Dites avec les dictionnaires:
    Il fait l'homme d'importance; elle fait la grande dame; ne fais
    pas le rodomont.

  FAIRE À UN JEU. _Faire à colin-maillard; faire à barre; faire à
    passe-Jean_, etc. Fautes suisses et méridionales. Les
    dictionnaires disent: Jouer à un jeu; jouer à colin-maillard,
    jouer aux barres, etc.

  FAIRE BON DE. _Il fait bon de connaître son monde; il fait bon de
    boire frais en été; il fait bon en hiver de travailler dans une
    chambre chaude._ Dites: Il EST bon de connaître son monde; il
    EST agréable de boire frais en été; ou dites, en retranchant la
    préposition _de_: Il fait bon connaître son monde, il fait bon
    boire frais en été, etc.

  FAIRE CHERCHER. Envoyer chercher, appeler. _Qu'on fasse chercher
    le médecin; qu'on fasse chercher le notaire_, etc. Dites: Qu'on
    appelle, qu'on envoie chercher le médecin, le notaire, le
    confesseur, etc. Germanisme qu'on retrouve en Lorraine et sans
    doute ailleurs.

  FAIRE DANS. _Ce marchand fait dans les draps; Francillon fait dans
    les spiritueux; Antoine fait dans les denrées coloniales._
    Dites: Ce marchand fait le commerce des draps; Francillon fait
    le commerce des spiritueux, etc.

  FAIRE DEMANDER. Envoyer savoir. _J'ai fait demander de vos
    nouvelles. A-t-on fait demander des nouvelles de mon
    beau-frère?_ Locution de la Suisse romane.

  FAIRE LES CARTES. Mêler les cartes. En France, «faire les cartes»
    signifie: Donner. [ACAD.]

  FAIRE TENIR. Assujettir, consolider. _Faire tenir une patère;
    faire tenir un contrevent_, etc. Terme suisse-roman.

  FAIRE (À). Affaire. _Il s'aperçut bien vite qu'il avait à faire à
    un fripon._ Écrivez en un seul mot: Affaire. «Avoir affaire à un
    fripon.»

  FAIRE (À). _Avoir à faire_, avoir des affaires. _Qu'on ne reçoive
    personne ce matin, car j'ai beaucoup à faire._ Expression fort
    répandue, mais que le bon usage n'a pas consacrée. Il faut dire:
    J'ai beaucoup d'affaires, je suis occupé.

  FAIRE (S'EN). _Je croyais m'en tirer avec cent sous, je m'en suis
    fait pour quinze francs._ Dites: J'ai dû y mettre quinze francs.
    _Dans un seul dîner, il s'en firent chacun pour dix francs_,
    c'est-à-dire: Un seul dîner coûta à chacun d'eux dix francs.
    Expression méridionale, etc.

  FAISANT, ANTE, adj. Agissant, actif, qui met la main à tout. _Je
    vous recommande notre Pernette, c'est une domestique
    très-fesante._

  FAJOLE et FAJULE, s. f. Terme des campagnards. Haricot. On dit à
    Lyon: _Fiageole_; à Cambray, _fageole_; dans le Faucigny,
    _fajoule_ et _fajole_; en vieux français, _fasol_. R.
    _phaseolus_. Voyez FAVIOLE.

  FALET, adj. masc. Rouan. Se dit des chevaux dont le poil est mêlé
    de blanc, de gris et de bai.

  † FALLOIR, v. impers. _Il faudrait mieux_ (il vaudrait mieux).
    _Il faudrait mieux se taire que de parler aussi sottement._
    Français populaire. Plus populairement encore, quelques-uns
    disent: _Il fadrait; il fadrait mieux_.

  FALOT, s. m. Lanterne. _Allumez votre falot, Isaline, et partons._
    En Français, on appelle «falot» une grande lanterne faite de
    toile, et que l'on porte d'ordinaire au bout d'un bâton.

  FAMEUSEMENT, adv. Très, fort, extrêmement. _Il resta fameusement
    capot. Nous eûmes tous fameusement peur._ Français populaire.

  FAMINER, v. n. Avoir grand faim. _Ces pauvres enfants faminaient._
    Expression très-adoptable.

  † FANTÔME (UNE). Une femme ridicule, folle, _folache_. _Sa
    fantôme de cousine n'était pas faite pour nous attirer. La
    Louison est toujours mise comme une fantôme._ Le peuple de Lyon
    donne aussi à ce mot le genre féminin. _Il crut voir une
    fantôme._

  FANTÔMERIE, s. f. Enfantillage, billevesée.

  FAQUINER, v. n. Faire le faquin.

  † FARÂ, s. f. Voyez FÉRA.

  FARATTE, s. f. Se dit d'une femme indiscrète, épilogueuse,
    bavarde, tatillonne, marchandailleuse, _barbouillonne_ enfin.
    _N'ayez rien à faire avec la Michaude: c'est une faratte._

  FARATTER, v. n. Faire la _faratte_. Voyez ce mot.

  † FARBALA, s. m. Falbala. _Une robe à grands farbalas._ Terme
    lyonnais, rouchi, etc.

  FARCE, adj. Bouffon, plaisant, facétieux. _Un comédien farce, une
    actrice farce. Voilà qui est farce._ Français populaire.

  FARCELLE, s. f. Faisselle, sorte de plat criblé de trous pour
    égoutter les fromages. Terme vaudois. Dans notre patois on dit,
    suivant les localités: _Farcela_, _faikala_, _facel-lă_ et
    _făchó-lă_. Dans le Jura on dit: _Fachalle_; dans le
    Berry, _fachelle_.

  FARCEMENT, s. m. Terme culinaire. Farce, chou farci avec des
    épinards, des châtaignes et des raisins secs. A Lausanne et à
    Neuchâtel on dit: _Farçon_; en Languedoc et en Provence:
    _farsun_.

  FARCEMENT, adv. Drôlement, plaisamment. _L'affaire se termina
    farcement. Il joua ce rôle assez farcement._

  FARÇONNETTES, s. f. pl. Laitues farcies.

  FARET, s. m. Mèche d'une lampe ou d'une chandelle. _Couper le
    faret._ Terme vaudois, savoisien et dauphinois. _Faret_, au sens
    figuré, se dit d'une personne maigre, malade, et dont la vie
    semble près de s'éteindre. _Un tel n'a plus que le faret._ On le
    dit aussi d'une étoffe qui n'a que l'apparence. _Cette étoffe
    n'a que le faret._

  FARETTES, s. f. pl. _Faire ses farettes_, signifie: Réussir, faire
    bien ses affaires, faire ses orges.

  FARFOUINER, v. a. Farfouiller. _Farfouiner des livres; farfouiner
    une armoire._

  FASCINE, s. f. Sorte de gros fagot destiné au foyer, falourde.
    _Une centaine de belles fascines coûte environ vingt-sept
    francs._ Terme suisse-roman et savoisien. A Bordeaux, on dit:
    _Faissonnat_; dans le patois de l'évêché de Bâle et dans le
    patois lorrain, _faichin_.

  FASTES, s. f. pl. «Il travaille pour dérouler à ses concitoyens
    les _fastes_ glorieuses de leurs annales.» [_Journal de Genève_,
    janvier 1833.] Ce mot est du genre masculin. «Fastes glorieux,
    fastes brillants.»

  FATRASSER (SE), v. pr. S'accoutrer, s'affubler, se fagoter. En
    vieux français, _fatrasser_, v. n., a ce même sens. [Voyez
    ROQUEFORT, _Glossaire roman_, t. I, p. 577.]

  FAÜLAY, FAÜLET et FEULET, s. m. Terme des campagnards.
    Tourbillon, vent _follet_, qui fait tournoyer la poussière et
    autres corps légers, et les élève fort haut en colonne. Dans le
    Berry on dit: _Foulot_.

  FAUTE, s. f. Besoin, nécessité naturelle. _Avoir faute._ Terme
    berrichon, etc. Chez les campagnards, _avoir faute d'une chose_,
    signifie: En avoir besoin. _D'ei fauta d'eună robă_ (j'ai
    besoin d'une robe). _Attache ce sac, Jean-Pierre.--Non, il n'y a
    pas faute._

  FAUTIF, IVE, adj. Coupable. _Ne persiste pas à nier, et avoue que
    tu es fautif._

  FAUX, s. m. _Avoir du faux_, c'est: Vouloir paraître plus qu'on
    n'est, plus riche surtout, et d'un rang plus élevé. _Les
    parvenus sont d'ordinaire pleins de faux. Notre jeune tailleuse
    était charmante avant son mariage: elle a pris dès lors beaucoup
    de faux. Avoir du faux_ et «être faux» sont deux choses
    très-différentes. On méprise et on fuit les gens qui sont faux.
    On rit de ceux qui _ont du faux_, on s'en amuse quelquefois: le
    plus souvent on les regarde en pitié.

  FAUX CLAIR, s. m. Terme des tonneliers. Vin au bas, baissière,
    ripopée.

  FAUX FIL, s. m. _Passer un faux fil_, faufiler.

  † FAVETTE, s. f. _Un nid de favettes._ Terme vieux français.
    Dans le patois lorrain on dit: _Fâvatte_. En français:
    «Fauvette.»

  FAVIOLE, s. f. Haricot. _Faviole à bouquets._ Terme suisse-roman
    et franc-comtois. En vieux français, _favouille_ signifie:
    Petite fève. Au sens figuré, _faviole_ ou _favioule_ se disent
    d'un sot, d'un nigaud, d'un niais qui ajoute foi à toutes les
    sornettes, à tous les contes qui se débitent. _Oh! la faviole,
    qui ne voit pas qu'on se moque de lui!_

  FAVIOLON, s. m. Graine de haricot.

  FAYARD, s. m. (Prononcez _faïard_.) Hêtre. _Du bois de fayard. Un
    moule de fayard._ Terme suisse-roman, savoisien et méridional.
    Boiste et Gattel ont recueilli ce terme, en indiquant que c'est
    un provincialisme. A Neuchâtel on dit: _Foyard_; on le dit aussi
    dans l'évêché de Bâle, en Franche-Comté et dans le Berry.

  FAYASSE, s. f. Voyez FAÏASSE.

  FÂYE, s. f. Femme qui veut se singulariser par une mise bizarre,
    par un accoutrement choquant et ridicule, et dont elle semble
    tirer vanité. _Pense-t-elle, cette vieille fâye, qu'on la
    remarque? Avouez, Rosine, que votre jeune maîtresse s'habille
    quelquefois comme une fâye. Il n'y a qu'une fâye qui puisse
    mettre autant de fleurs voyantes à son chapeau._ En patois,
    _fâye_ veut dire: Fée, sorcière.

  FÂYES (LES), s. f. pl. Les brandons, les _alouilles_.

  FELIN, s. m. Entrailles, fiel. _Ils se mangeaient le felin_;
    c'est-à-dire: Ils se querellaient vivement.

  FELOGNE, s. f. Felougne, grande chélidoine, plante.

  FÉMELIN, INE, adj. Frêle, délicat, qui a un tempérament de femme.
    _Visage fémelin; voix fémeline. Votre neveu est trop fémelin
    pour devenir jamais un soldat._ Terme vaudois, savoisien et
    vieux français.

  FENALET, s. m. Sorte de pierre fort dure, excellente pour bâtir,
    et qui se tire des rochers de Meillerie. _Un mur en fenalet._

  FENDANT, adj. m. Un raisin _fendant_ est celui qui se _fend_ sous
    la dent, celui dont la gousse reste adhérente à la pulpe
    lorsqu'on le mange. L'opposé de raisin _fendant_ est raisin
    _rafeux_.

  FEND-L'AIR, s. m. Cheval qui fend l'air, coursier.

  FENER, v. n. Faner, tourner et retourner l'herbe d'un pré fauché,
    pour la faire sécher. _Les dames elles-mêmes fenaient à côté des
    ouvrières._ Terme suisse-roman et français populaire. _Féner_,
    avec un accent sur l'_e_, se trouve dans quelques dictionnaires.

  FENEUR, FENEUSE, s. Faneur, faneuse. _On invita les feneuses à ce
    bal champêtre._ Terme français populaire.

  FENICULES, s. f. pl. Follicules de séné.

  FENIÈRE, s. f. Fenil, grenier dans lequel on serre le foin. Terme
    méridional et vieux français.

  FÉRÂ, s. f. Poisson qui est propre à notre lac. _Une belle férâ
    pèse jusqu'à trois livres._ On appelle _férâ du travers_, celle
    que l'on pêche sur le travers, c'est-à-dire, sur le banc de
    sable qui coupe le lac près de Genève, entre Cologny et
    Sécheron. De Saussure fait le mot _férâ_ masculin. [_Voyage dans
    les Alpes_, t. 1er, p. 16.]

  FÉRÂ, s. f. Au sens figuré ce mot signifie: «Le cœur.» _Dis voir,
    Christophe, la vue de cette exécution (1850) ne t'a-t-elle pas
    diantrement remué la férâ?_ Nous disons proverbialement de deux
    personnes qui se querellent à outrance: _Elles se mangent le
    foie et la férâ_.

  FERLATER, v. a. _Du vin ferlaté._ Terme méridional. A Paris le
    peuple dit: _Farlaté_. Le mot français est: «Frelaté.»

  FERMATURE, s. f. Fermeture.

  FERMENTE, s. f. Ferrure, garniture de fer. _La fermente d'un
    buffet._ Terme suisse-roman. En Dauphiné et en Languedoc on dit:
    _Féramente_.

  FERMENTER, v. n. _Le foin fermente._ Dites: Le foin sue.

  FERRATAILLE, s. f. Vieille ferraille, fer inutile et rouillé.
    Terme savoisien.

  FERRON, s. m. Petit traîneau _ferré_, à l'usage des jeunes
    garçons, pour glisser sur la neige ou sur la glace. _Aller en
    ferron. Tomber de ferron._

  FERRONNEUR, s. m. Celui qui va en _ferron_.

  FERTIER ou MARCHAND FERTIER, s. m. Ferronnier, marchand de fer.
    Terme vaudois et savoisien. On dit à Lyon: _Ferratier_.

  FÊTE À DIEU, s. f. Fête-Dieu.

  FEU (LE). _Jouer au feu._ Ce jeu d'enfant est appelé en France:
    «Jeu du moulin.»

  FEU, s. m. Hêtre, fayard. _Feu_ se dit au village de Veirier, à
    Monetier et lieux circonvoisins. En Languedoc on dit: _Fâou_; en
    vieux français, _fau_.

  FEUILLE, s. f. Feuillet, deux pages d'un livre. _Distrait dans ma
    lecture, je tournai deux feuilles à la fois._

  FEVROTTER, v. n. Avoir la fièvre. Ce verbe n'est employé, je
    crois, que dans ce proverbe des campagnards: _Se fevry ne
    fevrotte, mâr marmotte_. «Si février ne tremble pas la fièvre,»
    c'est-à-dire: Si les rigueurs du froid ne tombent pas sur le
    mois de février, «c'est mars qui en souffre,» c'est-à-dire: Les
    rigueurs tombent sur le mois de mars. Voici le proverbe vaudois:
    _Se févrai ne févrotte, mar vein ke to debliotte_ (mars vient
    qui _déblotte_ et détruit tout). Voyez DÉBLOTTER, p. 137.

  FIBRE (UN). _Fibres délicats; fibres tendus; longs fibres._
    Solécisme fréquent, qui nous vient du vieux français, où ce mot
    était masculin. Au milieu du dix-huitième siècle, le grammairien
    Féraud faisait encore _fibre_ masculin.

  FICHAISE, s. f. Terme trivial. Chose de peu d'importance,
    bagatelle, vétille, niaiserie. _La belle fichaise! Dire des
    fichaises._ Français populaire.

  FICHIMASSER, v. n. Terme trivial. Vétiller, s'amuser à des
    bagatelles. Français populaire.

  FIDÉS, s. f. pl. _Des fidés blanches, des fidés jaunes._ Terme
    suisse-roman et savoisien. Le mot français est: «Vermicelle.» En
    gênois on dit: _Fidei_; en languedocien, _fidêou_. Le mot
    espagnol _fideos_ veut dire: Corde de luth. R. latin, _fides_.

  FIELLEUX, EUSE, adj. Atrabilaire, rancunier, haineux, froidement
    méchant, vindicatif. _Un homme fielleux; un caractère fielleux._
    Terme fort expressif, qui manque dans l'Académie et même dans
    Boiste (6e édition). Mr Bescherelle lui donne un sens qu'il n'a
    pas chez nous.

  FIERTE, adj. fém. Fière. _Tu fais bien la fierte, Marion. Tu es
    fierte de ton joli bonnet à dentelle._ Terme fort usité à
    Carouge et qui n'est pas inconnu dans les autres cantons de la
    Suisse romane.

  FI ET FAIT ou FIEFFET, adj. masc. _Un fieffet menteur; un fi et
    fait bandit._ Écrivez «Fieffé,» et prononcez la dernière syllabe
    comme celle du mot _étouffé_.

  FIÈVRE DES VEAUX, s. f. Tremblement, frisson après le repas.
    L'expression française est: «Fièvre DE veau. Avoir la fièvre DE
    veau.»

  FIFRER, v. a. (fig.) Avaler, dévorer, dissiper. _Il a fifré six
    verres de vin de suite. Ce jeune homme a fifré tout son bien._
    [P. G.] Quelques-uns disent: _Fifer_.

  FIGÂCE, s. f. Galette, gâteau plat fait de fleur de farine.
    _Figâce aux pommes, figâce aux prunes_, etc. Dans le midi de la
    France on dit: _Fougasse_; en Bourgogne, _fouace_, terme
    recueilli par les dictionnaires.

  FIGEAU, adj. masc. Penaud, consterné, pris, attrapé, dupé. _Être
    figeau._ On dit aussi: _Fligeau_.

  FIGER (SE), v. pron. (fig.) Rester immobile d'étonnement, être
    stupéfait.

  FIGUETTE, s. f. Fiole, flacon.

  FIGURE, s. f. _Se laver la figure. Avoir la figure mâchurée. Il
    reçut un coup de poing à la figure._ Dans ces exemples et les
    analogues, employez le mot «Visage.» Se laver le visage;
    recevoir un coup au visage, etc.

  FIGURER (SE). _Il se figure de pouvoir réussir._ Retranchez la
    préposition et dites: «Il se figure pouvoir réussir.»

  FIL, s. m. Main, vrille. _Les fils de la vigne; les fils des
    fraisiers._ Terme dauphinois et languedocien.

  FIL, s. m. (fig.) _Le fil de la langue. On ne lui a, certes,
    pas coupé le fil de la langue._ Le mot français est: «Filet.»
    Le filet de la langue.

  FIL, s. m. _Parler à fil._ Se dit d'un babillard, et signifie:
    Avoir un flux de bouche, bavarder.

  FILAGRAMME, s. m. Filigrane, ouvrage d'orfévrerie en filets à
    jour. Français populaire.

  FILÉE, s. f. Longue file. _Une filée de voitures; une filée de
    chambres. Sur ce propos il lui lâcha une filée de sottises. On
    voyait une filée considérable de promeneurs monter le Pas de
    l'Échelle._

  FILER, v. a. (fig.) Nous disons proverbialement d'un homme dont la
    santé, ou les affaires, ou la réputation déclinent: _Il file un
    mauvais coton._ Tous les dictionnaires disent: «Il jette un
    mauvais coton.»

  FILET DE CHEVAL, s. m. Le mot français est: Émouchette.

  FILIÈRE, s. f. Terme de maçon. Brancard pour porter les pierres.

  FILLASSE, s. f. (_ll_ mouillés.) Signifie: 1º Une fille de mœurs
    irrégulières; 2º Une grande et grosse fille dégingandée et
    débraillée. Terme méridional.

  FILLE DE CHAMBRE. On dit aujourd'hui: Femme de chambre.

  FILLERET, s. m. (_ll_ mouillés.) Dameret, damoiseau.

  FILLEULE ou FILLOLE, s. f. (_ll_ mouillés.) Terme de jardinier.
    Bouture, œilleton pris au pied des artichauts. _Lever des
    filleules._ Expression méridionale. Dans le canton de Vaud on
    dit: _Filleuse_; dans le Berry, et ailleurs sans doute, on dit:
    _Fille_ (_des filles d'artichaut_).

  FILLIOL, FILLIOLE, s. Filleul, filleule. _Il nous montrait d'un
    air satisfait la page d'écriture de son filliol._ Terme vieux
    français et français populaire. Dans le dialecte parisien on
    dit: _Fillot_.

  FILOCHER, v. a. Faire de la filoche ou du filet. _Un fichu
    filoché. Elle apprenait à son jeune garçon à filocher._ Terme
    utile et bien fait.

  FILS (LE). _As-tu rencontré le fils Bazoche depuis son retour?...
    Et le fils Meytral, l'as-tu vu?_ Cette expression triviale doit
    se remplacer par celle-ci: As-tu rencontré Bazoche le fils?
    As-tu vu Meytral le fils? Mais on peut dire: La mère Bazoche, le
    père Meytral, etc.

  † FINITION, s. f. Fin, dénouement, achèvement, conclusion. _La
    finition du procès._

  FISTE, s. f. Foi. Ne s'emploie que dans cette exclamation: _Ma
    fiste! Par ma fiste!_ Terme provençal.

  FIOU. Terme d'écolier, qui équivaut à: Fini, achevé, terminé.
    _C'est fiou; voilà qui est fiou; fiou tâche et ouvrage!_

  FIOÛLER et FIULER, v. a. Fioler, boire à longs traits, siroter.
    _Ils fioûlèrent toute la nuit. En un clin d'œil les quatre
    bouteilles furent fioûlées._

  FIOÛLEUR, s. m. Fioleur, buveur intrépide.

  FITRIPIS ou FITREPIS, s. m. pl. (_s_ muet.) Chiffons, vieilles
    nippes. _Un tas de fitripis; un tiroir plein de fitrepis._

  FIXER QUELQU'UN. Le regarder fixement. _Je t'ai longtemps fixée,
    Augustine, sans te reconnaître._ Cette expression, blâmée de
    tous les grammairiens, a eu récemment pour avocat Mr Bescherelle
    aîné, dans son _Dictionnaire National_: ouvrage d'ailleurs
    très-remarquable, mais où la plupart des barbarismes de la
    langue ont trouvé asile et protection.

  FLAIRER, v. n. _Ce réséda flaire comme baume._ Dites: Ce réséda
    fleure comme baume. Flairer est un verbe actif. («Flairer un
    bouquet.») Fleurer est un verbe neutre.

  FLAÎRON, s. m. Enfant qui se fait soigner à l'excès, enfant gâté
    et pleurard. Le portrait du _Flaîron_ a été tracé par Mr J.-F.
    CHAPONNIÈRE, dans l'_Album de la Suisse romane_, t. Ier.

  FLAÎRONNER, v. a. Gâter un enfant, le dorloter, le choyer.
    _Juliette aime à se faire flaîronner._

  FLAMBANT, ANTE, adj. (fig.) Brillant, éclatant, myrobolant. _Un
    repas flambant; un discours flambant; un habit flambant; une
    toilette flambante._ Expression heureuse, qui n'a pas
    d'équivalent exact dans la langue des dictionnaires.

  FLAMBÉE, s. fém. Feu clair, vif et qui n'est fait que pour un
    instant. _Allons! vite une flambée et nous partons. Cette petite
    flambée nous avait tout ragaillardis._ Terme berrichon, normand,
    picard, etc.

  † FLAMBOISE, s. f. Framboise. _Confiture aux flamboises._ Terme
    lyonnais et méridional. En rouchi on dit: _Flambesse_.

  FLAMMER, v. n. Flamber, jeter ou donner de la flamme. _Ce feu ne
    veut pas flammer._ Terme suisse-roman, etc. Dans le _Roman de la
    Rose_, _flammant_ signifie: Flamboyant.

  FLÂNÉE, s. f. Rossée, _fouettée_ à coups de verges.

  FLÂNER, v. a. Donner, appliquer, sangler, flanquer. _Flâner une
    volée. Elle lui flâna un soufflet. Se flâner_, v. pron. se
    donner. _Se flâner un verre de vin sur la conscience._

  FLANQUER (SE), v. pron. Ne se dit qu'en mauvaise part, et
    signifie: Commencer à, se mettre à. _Au lieu de répondre à ton
    professeur, tu te flanques à rire. Nos deux nigauds ne font ni
    un ni deux, ils se flanquent à table les premiers._ «Flanquer,»
    terme français populaire, signifie: Lancer, jeter brusquement.
    «Flanquer un coup de poing. Se flanquer dans la boue.» [ACAD.]

  FLAPPE, adj. Signifie: 1º Flétri, fané, blet, pourri; 2º Flasque,
    mou, lâche. _Une poire flappe, une rave flappe._ Terme fort
    connu de nos campagnards et de ceux du canton de Vaud.

  FLAPPET, ETTE, adj. Diminutif de _flappe_. Dans ces deux mots la
    lettre _l_ étant mouillée, forme une onomatopée.

  FLAQUE, adj. Mou, sans vigueur, sans ressort. Se dit des personnes
    et des choses. _Flaque_, dans le dialecte rouchi, signifie:
    Poltron. _S'aflaqui_, dans le patois languedocien, signifie:
    Devenir lâche, s'amollir.

  FLÂR, s. m. Senteur, odeur, vapeur. _Le flâr du rôti. Le flâr d'un
    estaminet. Il venait de cette allée un flâr empesté._ En vieux
    français, _flâreur_, s. f., a le même sens.

  FLASQUE, s. fém. Poire à poudre, sorte de bouteille pour mettre
    soit la grenaille, soit la poudre. _Une flasque en peau. Une
    flasque en corne._ Terme suisse-roman, savoisien, méridional et
    vieux français. On disait anciennement: _Flascon_ pour «Flacon.»

  FLATIBOLAGE, s. m. Action de _flatiboler_. Voyez ce mot.

  FLATIBOLER, v. a. Flatter, cajoler, enjôler. _Rusé que tu es,
    après nous avoir fait endêver toute la semaine, tu viens le
    samedi soir nous flatiboler._ Expression charmante, connue dans
    le canton de Vaud, et peut-être ailleurs.

  FLATIBOLEUR, s. m. Flatteur, cajoleur, enjôleur, patelin. _Petit
    flatiboleur, je vois assez clairement où tu en veux venir._

  FLAU, s. m. Prononciation vicieuse du mot Fléau (instrument à
    battre le blé), lequel mot forme deux syllabes. La prononciation
    _flau_ se retrouve à Lyon, en Dauphiné, dans le Limousin, et
    ailleurs.

  FLÉCHON, s. m. Petite flèche pour l'arbalète.

  FLEGME (UNE). _Une flegme épaisse._ Ce mot est du genre masculin.
    «Un flegme épais.»

  FLEUME ou FLEMME, s. m. Flegme, pituite, glaire. _Rejeter des
    fleumes._ Terme picard et vieux français. A Paris le peuple dit:
    _Flume_.

  FLEUR DE PÊCHE, s. f. Fleur de pêcher. L'expression _Eau de fleur
    d'orange_ se trouve dans le dictionnaire de l'Académie, t. II,
    p. 730, au mot «Sentir.»

  FLEURIER, s. m. Drap de toile forte qu'on étend sous la table
    pendant le repas. _Mettre le fleurier. Ôter le fleurier. Secouer
    le fleurier._ Terme vaudois. A Chambéry on dit: _Florier_. Dans
    le Jura on appelle _fleurier_ une pièce de grosse toile qu'on
    met sur la lessive pour contenir les cendres. Cette même toile
    s'appelle en Dauphiné et dans tout le Midi: _Flourier_; en
    français, «Charrier.»

  † FLEUTRE, s. m. _Chapeau de fleutre._ Dites: «Feutre.»

  FLIBUSTER, v. a. Tromper.

  FLIGEAU ou FLIGEOT, adj. masc. Ne se dit que des personnes et
    signifie: 1º Dupé, trompé, floué; 2º Flambé, perdu. _Il se
    retira tout fligeau. Je vois bien qu'ils m'ont mis dedans et que
    je suis fligeau._ On dit aussi: _Figeau_.

  FLON, s. m. Flan, tarte faite avec des œufs, du sucre et de la
    crème. Terme français populaire. _Flan_ s'écrivait autrefois
    _flaon_, que les uns prononçaient _flon_, et les autres _flan_,
    comme nous prononçons _ton_ et _tan_ le mot «Taon.»

  FLORIN, s. m. Nous disons proverbialement de quelqu'un qui a fait
    une mauvaise spéculation commerciale ou autre: _Il a fait de son
    florin cinq sous_. (Le _florin_ de Genève, aboli depuis quelques
    années, valait quarante-six centimes.) L'expression française
    proverbiale est celle-ci: «Il a fait de cent sous quatre livres,
    et de quatre livres rien.» [ACAD.]

  FLOTTE, s. f. Écheveau. _Flotte de fil; flotte de soie; flotte de
    chanvre._ Terme vaudois et méridional.

  FLÛTE, s. f. L'Académie dit: «Ce qui vient de la flûte s'en
    retourne au tambour.» Nous disons à Genève: _Ce qui vient par la
    flûte s'en va par le tambour_; et l'on trouve ce proverbe
    exprimé de la même manière dans le _Dictionnaire des Proverbes_
    de LE ROUX [Lyon, 1735].

  FOIE, s. m. Nous disons d'un homme bizarre, original, et qui ne
    fait rien comme les autres: _Il a le foie blanc_.

  FOIN, s. m. Nous disons proverbialement: _Année de foin, année de
    rien_; ce qui veut dire que les années pluvieuses ne sont pas,
    dans notre pays, favorables à l'ensemble des récoltes.

  FOIS (LA). _La fois que tu es venu me voir; la fois que nous
    voyageâmes ensemble_, etc. Ces phrases ne sont pas correctes. Il
    faut dire: «Le jour que tu es venu me voir,» ou il faut chercher
    une tournure différente.

  FOIS (DES). Locution adverbiale qui signifie: 1º Quelquefois, de
    temps à autre; 2º D'aventure, par hasard. _Je suis des fois
    obligé de me fâcher. Que me voulez-vous, brave femme?--Oh là,
    Madame, on m'envoye vers ces dames, pour si des fois elles
    avaient occasion de fil ou de chevillères._ Français populaire.

  FOLACHE, s. f. Femme bizarre, singulière, extravagante, femme qui
    a le timbre un peu fêlé. _Laissons cette folache, et partons._
    _Folache_ est aussi adjectif. _Convenez que votre amie est tant
    soit peu folache._

  FOLÂTRE (UN). Un homme qui a des singularités, des bizarreries
    choquantes. _Ce folâtre ne va-t-il pas lui-même acheter son
    beurre et ses œufs au marché?_ En français, «Folâtre» a un
    autre sens.

  FOLIU ou FOLLIU, s. m. (_ll_ mouillés.) Le _foliu_ est une
    réjouissance que font les petits bouviers ou _bovairons_ le
    premier dimanche de mai. L'un se couvre le buste d'une enveloppe
    de feuillage garnie de fleurs et de rubans, et va avec quelques
    camarades faire la quête chez les particuliers, dont les uns
    donnent de l'argent, les autres du pain, ceux-ci du vin, ceux-là
    de la farine, des œufs ou des fruits. Ces jeunes gens
    s'amusent le reste de la journée à friper le produit de leur
    quête. [P. G.] En patois, _foliu_ signifie: «Garni de feuilles.»
    On disait en vieux français: _Foillu_.

  FONCÉ, ÉE, adj. Entièrement plein. _Un cuvier foncé._

  FOND, s. m. Nous disons: _Un fond d'artichaut_. Dans quelques
    provinces de France on dit: _Un portefeuille d'artichaut_. Les
    dictionnaires disent: «Un cul d'artichaut.»

  FOND, s. m. Ampleur. _Cette culotte manque de fond. Ce caleçon a
    trop de fond._ Terme méridional, etc.

  FOND, s. m. Terme de baigneur. Endroit où l'eau arrive au-dessus
    des épaules du baigneur. _Prendre son fond. Avoir son fond.
    Nager plus loin que son fond._

  FONDRAILLONS, s. m. pl. Fondrilles, effondrilles, résidu, dépôt,
    sédiment. Terme suisse-roman.

  FONFONNER, v. a. Remplir à tel point une tasse, une écuelle, un
    pot plein, que le liquide s'en répand par les bords.

  FORT, adv. _La voiture allait très-fort._ Dites: La voiture allait
    très-vite, très-rapidement.

  FORT, adv. _Je sais fort_, signifie: Qu'en sais-je? Le sais-je
    moi-même? Comment le pourrais-je savoir? _Sais-tu, Nicolette, si
    tu auras la permission de sortir dimanche?--Je sais fort: notre
    bourgeoise est si quinteuse._ Cette expression, _Je sais fort_,
    marque le plus souvent un doute désagréable, et s'emploie quand
    on est de mauvaise humeur.

  FORTUNE (LA BONNE). _Se faire dire la bonne fortune_, signifie: Se
    faire dire la bonne aventure.

  FORTUNÉ, NÉE, adj. Beaucoup de personnes, dans tous les pays où
    l'on parle français, croient que l'adjectif _fortuné_ signifie:
    Riche, opulent. _Vous pouvez faire cette dépense, vous autres
    qui êtes fortunés. Si j'étais fortuné, je m'achèterais une
    campagne et j'y vivrais._ Ce sens du mot _fortuné_ n'est pas
    français. Ouvrez les dictionnaires, et vous verrez que
    «fortuné» signifie: Heureux, qui a du bonheur. On peut être
    fortuné et n'être pas riche.

  FOSSOYEUR, s. m. Ouvrier qui fossoie. En français «fossoyeur» ne
    se dit que de celui qui creuse les fosses pour les morts.

  FOU (DE). Nous disons: _Un mal de tête de fou. Le nouveau roman de
    George Sand a obtenu un succès de fou. Ce petit volume nous a
    coûté un argent de fou_, etc. Il faut dire: Un mal de tête fou;
    un succès fou; un argent fou, c'est-à-dire: Excessif,
    prodigieux. Cette faute, si fréquente à Genève, n'est signalée
    nulle part.

  FOUDRES, s. m. pl. _Faire les foudres._ Se mettre dans une extrême
    colère, s'emporter jusqu'à la rage. _Tu es bien agitée,
    Janneton?--On le serait à moins. J'ai eu le malheur de payer une
    tomme 20 centimes au lieu de 18, et voilà que notre maîtresse
    m'agonise et fait les foudres._

  FOUETTE, s. f. Terme de pêcheur. Sorte de ligne. _Pêcher à la
    fouette._

  FOUETTE ou FOUATTE, s. f. Terme de tir. Sorte de baguette dont le
    _cibarre_ (ou marqueur) se sert pour signaler et montrer les
    coups au fur et à mesure qu'ils se font.

  FOUETTÉE (UNE). _Mériter la fouettée. Donner, appliquer une
    fouettée à un enfant. Recevoir la fouettée._ L'Académie dit:
    «Une fessée.»

  FOUETTER, v. a. (fig.) Terme de tir. Se dit du marqueur ou
    _cibarre_, et signifie: Indiquer par un signe convenu que le
    coup du tireur n'a pas touché la cible. _Un coup fouetté_, est
    un coup perdu, un coup qui n'a pas touché la cible. _Sur six
    coups, Walter en a eu quatre de fouettés._

  FOUGNER, v. a. Fouiller. _Les gabeloux négligèrent de nous
    fougner._

  FOUINE, s. f. Coïncidence de rayons du soleil avec la pluie.

  FOUINER, v. n. et act. Fouiller, fureter comme une _fouine_. _Il
    va fouinant partout. Que fouines-tu là? Quand cesseras-tu de
    fouiner dans cette dépense?_ Terme valaisan, savoisien et
    limousin. Dans les dialectes de la France septentrionale,
    _fouiner_ signifie: Fuir comme une fouine.

  FOUINET ou FOUINEUR, s. m. Furet, fureteur. _C'est un fouinet, qui
    fourre son nez où il n'a que faire._

  FOUR, s. m. Nous disons: _Faire au four_. On dit en français:
    Cuire au four. _Les boulangers ne font pas au four le jour de
    Noël._ Expression suisse-romane et gasconne.

  FOUR, s. m. _Commander au four._ Retenir place au four.

  FOUR, s. m. Le proverbe: _On ne peut pas être à la fois au four et
    au moulin_, proverbe si connu chez nous, n'est pas dans les
    dictionnaires usuels; mais le vieux _Dictionnaire
    français-anglais_ de COTGRAVE en fait mention.

  FOURCHU, CHUE, adj. _Pied fourchu._ Pied fourché, pied fendu.

  FOURGOUNER, v. a. Fourgonner, remuer la braise, tisonner.

  † FOURMI (UN). Une fourmi. Dans le Berry et ailleurs, les
    campagnards font aussi ce mot masculin.

  FOURNEAU, s. m. _Se chauffer à un fourneau. Plusieurs personnes
    préfèrent les fourneaux aux cheminées._ Ce que nous appelons
    _fourneau_ s'appelle en France «Poêle.» Le mot «Fourneau» est
    français dans un autre sens.

  FOURRE, s. f. Fourreau, taie, têt. _Une fourre d'oreiller. Une
    fourre de parapluie. La fourre du canapé._ Terme suisse-roman.
    Dans le patois du Faucigny, _fó-ră_ (_fourre_) signifie:
    Bogue, enveloppe épineuse de la châtaigne.

  FOUSSOIR, s. m. Fossoir, houe.

  FOUSSOYER, s. m. Fossoyer, labourer au hoyau.

  FRACTION, s. f. Effraction. _Un vol avec fraction._ Terme
    languedocien.

  FRAIDIEU, s. f. Nom que les bateliers du lac de Genève donnent au
    vent quand il fraîchit ou qu'il devient plus fort. [P. G.]

  FRANC, CHE, adj. _Être franc comme l'or. Il est franc comme l'or_,
    se dit de quelqu'un d'honnête, de probe, de loyal. Expression
    languedocienne, etc.

  FRANC DE COLLIER. _Cheval franc de collier._ Dites: Cheval franc
    DU collier. Au sens figuré: «Être franc DU collier,» signifie:
    Suivre toujours la ligne du devoir et de l'honneur. [ACAD.]

  FRANCHIPANE, s. f. Frangipane.

  FRANCHIR, v. a. Affranchir, couper, tailler. _Franchir l'extrémité
    d'une branche; franchir les racines d'un arbuste avant de le
    replanter._ Terme des campagnards et des ouvriers.

  FRANCILLON (UN). Un Français. Terme de dénigrement, créé vers la
    fin du dix-septième siècle, lorsque, à la révocation de l'Édit
    de Nantes, un très-grand nombre de familles françaises se
    réfugièrent dans notre ville et y exercèrent leur industrie, aux
    dépens et au grand déplaisir de quelques artisans nationaux. Une
    chanson composée à cette époque, et que nous avons sous les
    yeux, témoigne de cette mauvaise disposition des fabricants
    genevois.

  FRAUDÉ, DÉE, part. _Du vin fraudé; de l'eau-de-vie fraudée._ Ce
    sens très-répandu du verbe «Frauder» n'est pas dans les
    dictionnaires. L'expression française est: «Frelater.» Vin
    frelaté. Eau-de-vie frelatée.

  FREGALE, s. f. Rondin de bois à brûler.

  FREGALON, s. m. Grosse bûche ronde.

  FRELOQUE, s. f. Caprice, boutade, lubie. _Il lui prit une
    freloque, et il nous planta là._

  FRELORE, adj. Perdu. _Voilà mon argent frelore. Me voilà frelore._
    R. allem. _verloren_.

  FRENÉSIE, s. f. Écrivez et prononcez «Frénésie.»

  FREPPE, s. f. Frette, lien de fer qui retient le moyeu de la roue.

  FRÉQUENTATION, s. f. Cour honnête et avouée que reçoit une jeune
    ouvrière ou une domestique, et qui doit aboutir au mariage.
    _Avoir une fréquentation._ Expression consacrée.

  FRÉQUENTER, v. n. Dans le langage des ouvrières et des
    domestiques, ce mot se prend en bonne part et signifie: Recevoir
    la cour d'un jeune homme, avoir un bon ami. _Elle n'est pas
    encore mariée, elle fréquente._

  FRÉSURE, s. f. Terme de boucherie. Fressure.

  FRÊTE, s. f. Faîtage, crête. _La frête d'un toit; la frête d'une
    montagne._ «En suivant la frête de la montagne noire, etc.» [DE
    SAUSSURE, _Voyage dans les Alpes_, t. Ier, p. 500.] Terme
    suisse-roman et savoisien. Dans l'évêché de Bâle on dit: _Le
    frête_. Dans le dialecte rouchi, _frête_ signifie: Élévation le
    long d'un fossé qui borde un champ.

  FRICASSER, v. neutre. Avoir excessivement chaud. _Touche voir mes
    mains, comme je fricasse. On fricasse dans cette chambre vers ce
    fourneau._ Terme suisse-roman.

  FRICASSER (SE)., v. pron. Se brûler involontairement une partie du
    corps. _La pauvre Drion s'est toute fricassée en fondant son
    beurre._

  FRIGOUSSE (LA). Le fricot, la bonne chère. _Faire la frigousse. La
    femme N** entend bien la frigousse; c'est une bonne_
    FRIGOUSSEUSE. Terme français populaire.

  FRILIEUX, EUSE, adj. Frileux, qui est sensible au froid. Faute
    générale qui nous vient du vieux français, où ce mot s'écrivait
    _Frilleux_ (_ll_ mouillés).

  FRINGALLE, s. f. Faim-valle, appétit dévorant. _Avoir la
    fringalle._ Terme français populaire.

  FRISQUIN (LE). Le frusquin, le saint-frusquin, l'avoir d'une
    personne, le petit argent qu'elle a épargné. _Il a gaspillé
    tout son frisquin, tout son saint-frisquin._ Terme français
    populaire.

  FRITIÈRE, s. f. Voyez FRUITIÈRE.

  † FROID (LA). _Endurer la froid._ Solécisme très-répandu en
    Suisse et en France.

  FROID (PRENDRE). Être surpris par le froid, avoir un
    refroidissement. _Ôte-toi de cette fenêtre, tu prendras froid._
    Cette expression, si familière en Suisse, n'est pas inconnue en
    France, mais elle n'a l'autorité d'aucun dictionnaire usuel.

  FROISSURE, s. f. _Froissure de chevreau._ Terme suisse-roman et
    savoisien. On dit en français: «Fressure.»

  FROMENT ou FROUMAIN. Terme des campagnards. Bœuf dont le poil est
    d'un rouge tendre comme le _froment_. _Zouli, Froment!_ sont des
    dénominations aussi usitées en Savoie et dans le Jura que chez
    nous.

  FRONCER, v. neutre. Terme de modiste. Goder, faire des faux plis.
    _Cette robe fronçait; cette manche fronce encore._ «Froncer,» v.
    actif, est français.

  FRONÇURE, s. f. Le mot véritable est: «Froncis.»

  FROUILLE, s. f. Tricherie, fraude au jeu.

  FROUILLER, v. n. Tromper au jeu, tricher. _Si tu frouilles encore
    une fois, je ne joue plus._ Terme suisse-roman.

  FROUILLERIE, s. f. Tricherie, fraude au jeu.

  FROUILLEUR ou FROUILLON, s. m. Tricheur.

  FROÛLER (SE), v. pron. Se frôler, se frotter.

  † FROUMILIÈRE, s. f. _Détruire une froumilière._ Dites:
    «Fourmilière.» Dans le Berry on dit: _Froumi_ pour: «fourmi;» en
    vieux français, _fromi_; à Reims, _freumi_, et dans notre
    patois, _fremi_.

  FRUIT, s. m. _Manger un fruit. Mangeriez-vous un fruit?_ Cette
    locution n'est pas admise. L'Académie et les grammairiens
    veulent qu'on dise: Manger DU fruit, ou qu'on spécifie le fruit
    dont il est question. «Mangeriez-vous une pêche? Mangeriez-vous
    un abricot?»

  FRUITE, s. f. Terme des campagnards. Cidre, vin de fruit. _Faire
    la fruite._

  FRUITIER, s. m. Fromager, celui qui fait le beurre et le fromage
    dans les _fruitières_. Terme suisse-roman et franc-comtois.

  FRUITIÈRE, s. f. Fromagerie, laiterie, établissement où l'on fait
    le beurre et le fromage.

  FUMERIE, s. f. Habitude de fumer du tabac, habitude de beaucoup
    fumer. _Crois-moi, Gustave, renonce à la fumerie. La fumerie
    prend chaque jour plus d'extension._

  FUMET, s. m. Fumeron. _Prenez mon chauffe-pied, Fanchon, et
    ôtez-en le fumet._ Terme vaudois, neuchâtelois et savoisien. On
    dit en Lorraine: _Un fumant_.

  FUMETERRE (LE). Plante très-commune dans les champs. Ce mot est du
    genre féminin. «Une fumeterre.»

  FUMIER, s. m. (fig.) Vieille chose, objet de rebut et qui
    embarrasse dans une maison. _À notre prochain déménagement nous
    nous débarrasserons de tous nos fumiers._

  FUR ET MESURE (AU). _Travaillez sans crainte, on vous payera au
    fur et mesure._ Il faut dire, selon les dictionnaires: «Au fur
    et à mesure,» ou bien: «À fur et mesure,» ou: «À fur et à
    mesure.»

  FURON (LE). Le furet, amusement de société, qui consiste à se
    passer l'un à l'autre un objet, une clef, par exemple, avec
    assez de rapidité et d'adresse pour que cet objet échappe à la
    personne qui doit le saisir. _Faire au furon. Jouer au furon._
    «Il a passé par ici, le _furon_ du bois, Mesdames; il a passé
    par ici, le _furon_ du bois joli.» Ces rimes se chantent pendant
    que le _furon_ circule entre les joueurs. Le nom français de ce
    jeu est: «Jeu de la savatte.»

  FUSÉ, SÉE, adj. Se dit surtout du bois qui est vieux et vermoulu.
    _Poutre fusée. Sapin fusé._ On appelle _linge fusé_, celui que
    l'humidité, ou le soleil, ou le laps du temps ont endommagé. _Un
    rideau fusé._

  FUSÉES, s. f. pl. (fig.) _Faire des fusées._ Vomir. Dans le
    langage parisien populaire on dit: _Jeter des fusées_. [Voyez le
    _Dictionnaire du Bas langage_, t. II.]

  FUSER (SE), v. pron. Se dit des personnes, et signifie: Tomber en
    langueur, se consumer, dépérir. _Depuis la mort de son enfant,
    cette jeune dame est inconsolable; elle ne dort plus, elle ne
    mange plus, elle se fuse._ Ce verbe s'emploie aussi à l'actif:
    _La jeune Éléonore a un esprit ardent et une imagination qui la
    fusent_. Expressions remarquables, inconnues aux dictionnaires.

  FUSTE, s. f. Sorte de tonneau. Terme suisse-roman et savoisien. En
    provençal _fusto_, et en vieux français _fust_, signifient:
    Pièce de bois de charpenterie. De ce mot _fust_ s'est formé le
    vieux mot de _fusterie_, qui veut dire: Chantier, atelier de
    charpenterie. Une de nos principales places publiques s'appelle
    _Place de la Fusterie_.

  FUSTIER, s. m. Marchand de planches, de chaux et de gypse. Terme
    vieux français. Dans le midi de la France, _fustier_ signifie:
    «Charpentier.»


G

  † GABINET, s. m. _Un gabinet sur le devant. Un gabinet à six
    fenêtres_, etc. Terme vieux français. On dit aujourd'hui:
    «Cabinet.»

  GABIOLON, s. m. Cabinet borgne, petit _gabion_. [P. G.]

  GABION, s. m. Bouge, cabinet qui sert de galetas. _Loger dans un
    gabion._ En languedocien, _gabio_ veut dire: Une cage. En
    provençal, _gabiolo_ signifie: Prison, maison de détention.

  GÂCHE, s. f. Foin qui a crû dans un pré gâcheux.

  GADIN, s. m. Layette; c'est-à-dire: Linge, langes, maillot et tout
    ce qui est à l'usage d'un enfant nouveau-né. _Faire le gadin.
    Donner le gadin._ Expression consacrée.

  GADROUILLAGE, s. m. Action de _gadrouiller_, ou résultat de cette
    action. _Faire un gadrouillage; faire des gadrouillages._

  GADROUILLE, s. f. Mauvaise sauce, mauvaise boisson. _Ce n'est pas
    de la soupe que vous nous donnez là: c'est une gadrouille, c'est
    de la gadrouille._ Terme suisse-roman.

  GADROUILLER, v. n. Se dit ordinairement des enfants, et signifie:
    Tripoter avec de l'eau, agiter sans précaution ou salement de
    l'eau avec les mains. _Les deux petites filles trouvèrent la
    seille pleine, et se mirent à gadrouiller._ Terme suisse-roman.
    Dans le dialecte rouchi on dit: _Gadouiller_; à Lyon,
    _gabouiller_.

  GADROUILLON, ONNE, subst. Celui ou celle qui _gadrouille_.

  GAFOUILLER, v. a. et n. Tacher avec de l'eau sale, salir. Se dit
    surtout des petits garçons et des petites filles. _On t'avait
    mis ce matin un tablier propre, Elisabeth, et le voilà
    gafouillé._ Au sens réfléchi, _se gafouiller_, signifie: Se
    salir en tripotant avec de l'eau malpropre; en provençal,
    _gaffouya_, barboter dans l'eau comme font les canards.

  GAGE, s. m. _Le gage d'une domestique, le gage d'un cocher.
    Augmenter le gage d'un commis._ Pris dans cette acception,
    _gage_ ne s'emploie qu'au pluriel: «Payer les gages, diminuer
    les gages.»

  GAGER, s. m. Fripier.

  GAGÈRE, s. f. _La gagère fera l'estime des meubles._ Terme vaudois
    et savoisien. On dit en français: «Fripière.»

  GAGNER, v. a. _Mr R** gagne d'être connu._ Dites: Mr R** gagne À
    être connu. [_Acad._]

  GAGNER À SON AVANTAGE. _À mesure que notre petite Alexandrine
    grandit, elle gagne beaucoup à son avantage._ Gagne-t-on à son
    désavantage?

  GAGUI, s. f. Femme ou fille éhontée, dont la mise annonce le
    désordre et la crapule. _Une dégoûtante gagui._ Terme vaudois et
    neuchâtelois. Dans le vieux français, _gagui_ ou _gaguie_ se
    disait d'une grosse femme, fraîche et enjouée.

  GAI, GAIE, adj. Se dit figurément d'une chose qui est au large
    dans sa place, dans son lieu. _Cette vis est trop gaie, trop
    libre, elle ne tient pas. Ma tabatière était trop gaie, elle
    s'est ouverte dans ma poche. Cette nourrice a le lait gai._
    Terme dauphinois, lorrain, etc., qui n'a point d'équivalent
    exact en français. Le dictionnaire de Trévoux [1721] avait
    relevé ce sens, qui a été abandonné à tort par la plupart des
    lexicographes subséquents. Laveaux l'a recueilli, mais il ne le
    donne que comme terme de marine: Un mât libre.

  GAIEMENT, adv. (Au sens figuré.) _Cette vis entre trop gaiement_,
    c'est-à-dire: Elle est trop libre, elle ne serre pas assez.

  GAILLEMÂFRER, v. a. Bâfrer, dissiper en excès de table.

  GAILLEPAN, s. m. Mauvais drôle, chenapan, bandit, vagabond. En
    Normandie, on dit: _Galapian_; dans le Berry et en Picardie,
    _gaillepat_; dans le bas Limousin, _golopian_, etc.

  GALAMAR, s. m. Écritoire. Voyez CALAMAR.

  GALANCER (SE), v. pron. Terme des campagnards. Se balancer.

  GALANDAGE, s. m. Cloison hourdée, cloison faite de bois et de
    gypse. _Ce n'est pas un mur, c'est un simple galandage. Deux
    coups de hache ont suffi pour enfoncer le galandage._ Terme
    lyonnais. En Franche-Comté on dit: _Galandure_. Dans le canton
    de Vaud, _un galandage_ est une cloison en briques.

  GALAVARDE, s. f. Petite fille qui aime à courir avec les garçons,
    ou qui en imite les manières. _Faire la galavarde._ Dans le
    midi de la France, _galavard_ signifie: Goulu, goinfre,
    gouliafre; dans le vieux français il signifie: Gros réjoui,
    homme sans souci, vaurien.

  GALAVARDER, v. n. Se dit des petites filles, et signifie:
    Garçonner, imiter les ébats des garçons, faire des jeux de
    garçons.

  GALÈRE, s. f. Tombereau dont se servent les maçons et qu'ils
    traînent eux-mêmes. _Tirer la galère; transporter du mortier
    dans la galère._

  GALETAS, s. m. Ce mot ne signifie pas: Grenier; il signifie: 1º
    Logement pratiqué sous les combles; 2º Logement pauvre et mal en
    ordre. [ACAD.]

  GALIAUFRE, subst. des 2 genres. Gouliafre, goinfre, glouton. En
    vieux français, _galiofe_.

  GALIAUFRER, v. n. S'empiffrer, bâfrer, manger avidement et
    malproprement.

  GALIET, s. m. Caille-lait, sorte de plante.

  GALIMAUFRÉE, s. f. Galimafrée, fricassée composée de restes de
    viandes.

  GALOP, s. m. Algarade, forte réprimande. _Donner un galop;
    recevoir un galop; il a eu son galop._ Français populaire.

  GAMBÉE, s. f. _D'une gambée on le vit franchir le ruisseau._ Nos
    campagnards disent: _Une écambée. Faire une écambée_. Dans le
    canton de Vaud, _cambée_; en Dauphiné, _jambée_. Le mot français
    est: «Enjambée.»

  GAMBER, v. a. _Gamber un fossé._ Le mot français est: Enjamber.
    Nos campagnards disent: _Écamber. Écamber une gouille_. Dans le
    canton de Vaud, _camber_. En vieux français, _gambe_ ou _cambe_
    se disaient pour: «Jambe.»

  GAMBION, s. m. Celui qui est contrefait des jambes, celui qui
    boite en marchant; bancroche. On dit à Lyon: _Gambille_; dans le
    Jura, en Bourgogne et dans le Berry, _gambi_; en Picardie,
    _gambète_. Dans le dialecte provençal, _bouès gambi_ signifie:
    «Bois tortu.»

  GAMBIROLET, ETTE, s. et adj. Bancroche, qui a les jambes arquées.
    En languedocien on dit: _Gambèrlié_.

  GANDIN, s. m. Tapage, grand tapage, scandale. _Dis voir, Bosson,
    quel gandin il y a eu cette nuit dans la montée._

  GANDOISES, s. f. pl. Fariboles, sornettes, gravelures, fleurettes.
    _Dire des gandoises; conter des gandoises._ Terme suisse-roman,
    savoisien et méridional.

  GANDROUILLE, s. f. Personne malpropre; sale cuisinière. [P. G.]

  GANGALER, v. n. Trimbaler, balancer dans ses bras. [P. G.]

  GANGANER (SE), v. pron. Se suspendre, grimper pour atteindre à
    quelque chose. _N'allez pas vous ganganer là-haut._

  GANGUILLER, v. n. Pendre, être pendu, se pendre. Se dit des
    personnes et des choses. _Il faudra couper ces branches qui
    ganguillent. Une affreuse pannosse ganguillait à la croisée. Ne
    te ganguille pas à cette échelle, Pauline, tu pourrais tomber._

  GANGUILLES, s. f. pl. Guenilles ou lambeaux qui pendent. _Une robe
    en ganguilles._

  † GANIF, s. m. Canif. _Tout en flânant darnier le Rhône, je
    trouva un beau ganif à six lames._ Terme suisse-roman,
    savoisien, franc-comtois, dauphinois, bordelais, parisien
    populaire et vieux français.

  GÂPÉE, s. f. Trotte, longue course. _Faire une gâpée._

  † GÂPER, v. n. Faire une longue trotte, arpenter beaucoup de
    terrain. _Nos gamins se dépêchèrent de voler des noix et
    gâpèrent à travers champs._ Terme trivial.

  GÂPION ou GÂPIAN, s. m. Terme de dénigrement par lequel on désigne
    les Employés subalternes des douanes, de l'octroi et de la
    police. _Il se prit de querelle avec les gâpions._ Terme
    vaudois, savoisien, limousin, etc. En provençal et en
    languedocien: _Gâbian_.

  GARAUDE, s. f. Mauvaise poupée, et, figurément, femme ou fille de
    mœurs relâchées. Terme vaudois. En vieux français, _caraulde_
    signifie: Vieille sorcière. Dans le patois de l'Isère,
    _garaudié_ veut dire: Chenapan, maraud; dans le Berry, _garaud_,
    Celui qui ne marche pas d'aplomb.

  GARAUDER, v. a. Manier sans soin ou brusquement, maltraiter.
    _Garauder une poupée. Ne lui donnez pas cet enfant à garauder._

  GARÇON, s. m. _Le garçon à David s'est enrôlé. Notre garçon vient
    d'être placé dans la Fabrique._ Dites: Le fils de David, etc.

  GARDE-PAILLE, s. m. Paillasse. _Garnir un garde-paille._ Terme
    suisse-roman, savoisien, parisien populaire, etc.

  † GARDE-ROBE (UN). _Un petit garde-robe. Un mauvais garde-robe._
    Ce mot est féminin.

  GARDE-ROBE, s. f. Armoire. _Garde-robe en noyer, garde-robe en
    sapin; les tablats d'une garde-robe._ En Suisse, en Savoie, à
    Lyon, en Languedoc, _garde-robe_ se dit, comme chez nous, d'une
    armoire destinée à recevoir les habits, les hardes; mais ce sens
    n'est pas admis par le bon usage, ni par les dictionnaires.
    «Garde-robe» signifie: 1º Le cabinet destiné à renfermer des
    hardes; 2º Tous les habits, toutes les hardes à l'usage d'une
    personne; 3º Etc. Voyez les dictionnaires.

  GARDE-VIGNE, s. m. Surveillant préposé aux vignes, durant l'époque
    des vendanges.

  GARDIATEUR, s. m. Gardien, la personne qui est chargée de garder
    une saisie. [P. G.]

  GARDIATURE, s. f. Garde, surveillance. [P. G.]

  GARGATAINE et GARGATE, s. f. Gosier, gorge, cou. _Couper la
    gargataine. Cette soupe m'a brûlé la gargataine._ En vieux
    français, et dans le dialecte parisien populaire, on dit:
    _Gargate_. En languedocien, _s'engargater_ veut dire:
    S'embarrasser le gosier en mangeant trop vite.

  GARGORISER (SE), v. pron. Se gargariser. Nous disons aussi: _Se
    gargoliser_.

  GARGORISME, s. m. Gargarisme.

  GARGOTER, v. n. Se dit d'un liquide qui bout fortement. _Ton
    bouillon gargote, Tiennette._ Se dit, par analogie, du bruit que
    fait à la surface de l'eau le souffle d'une personne qui est
    sous l'eau. _Le jeune garçon tomba du bateau, et déjà il
    gargotait, lorsque_... etc. Terme méridional.

  GARGOUILLE, s. f. Égout. _Les gargouilles se trouvaient bouchées._
    «Gargouille» est français, mais dans une acception différente.

  GARGOUILLER, v. n. Grouiller. _Le ventre me gargouille. Les boyaux
    lui gargouillaient._ Français populaire.

  GARNEÇON, s. f. Terme de boucherie. Basse viande, réjouissance.
    _Mon boucher croit-il bonnement que je me contenterai d'os et de
    garneçon?_ Dans le canton de Vaud et à Rumilly (Savoie), on dit:
    _Garnison_. Ce mot de _garnison_ vient de _garnir_ (compléter),
    et notre mot de _garneçon_ n'est vraisemblablement qu'une
    corruption de ce terme.

  GARNI EN. _Une robe garnie en dentelle; une bague garnie en
    diamants_, etc. Dans ces phrases et dans les phrases analogues,
    mettez la préposition «de,» et dites: Une robe garnie DE
    dentelle; une bague garnie DE diamants.

  GARNIR, v. a. _Garnir la salade._ Expression méridionale.

  GARNISSAIRE, s. m. Écrivez avec un seul _s_, «Garnisaire.»

  GASEMATE, s. f. Écrivez et prononcez «Casemate.»

  GASPILLER, v. a. Voler, filouter. _Prends-y garde, Madeleine: on
    nous gaspille._ Expression dauphinoise, lorraine, etc. Dans la
    langue des dictionnaires, «Gaspiller» signifie: 1º Gâter; 2º
    Prodiguer, dissiper.

  GASTRIQUE, s. f. Gastrite. «Gastrique» est l'adjectif; «Gastrite»
    est le substantif.

  GÂTER (SE), v. pron. Se dit du temps et signifie: Se déranger,
    devenir mauvais. _Le ciel se gâte; le temps se gâte, nous aurons
    de l'eau._ Expression fort répandue, mais qui n'est pas
    consignée dans les dictionnaires.

  GATILLON, s. m. Détente d'un fusil, d'un pistolet, etc. _Lâcher le
    gatillon._

  GATOLION, s. m. Grumeau, caillot.

  GATTANCE, s. f. _Faire une gattance._ Terme d'écolier. Faire
    l'école buissonnière, manquer la classe pour aller jouer.

  GATTELION, s. m. Fleur et fruit de la bardane.

  GATTER, v. n. Faire l'école buissonnière, manquer l'école pour
    aller jouer. _La moitié des écoliers a gatté hier. Si tu gattes
    encore une fois, Jean-Louis, je te punis sans miséricorde._
    Terme consacré. Nous disons aussi à l'actif: _Gatter l'école_.

  GATTES (LES). L'école buissonnière. _Faire les gattes._

  GAUDIR DE QUELQU'UN. Venir à bout de le dompter, se rendre maître
    de lui. _J'ai beau être sévère avec tous ces jeunes garçons, je
    ne peux pas en gaudir._ Le mot français correspondant, mais qui
    commence à vieillir, est _chevir_.

  GAUFRE (UN). _Des gaufres plats._ Solécisme fréquent dans la
    Suisse romane. On doit dire: _Une gaufre; une gaufre plate_.

  GAULÉE, s. f. Averse considérable.

  GAULER (SE), v. pron. Se crotter, se salir. Se dit principalement
    de la crotte qui s'attache au bas des robes. _Être gaulé_
    signifie: Être crotté.

  GAUME, s. m. Seau traversé par un long manche de bois, et servant
    à puiser de l'eau ou du _lisier_.

  GAUPE, s. f. Dans le dialecte de nos villageois, ce mot ne se
    prend point en mauvaise part. Ainsi, pour eux, _une belle
    gaupe_ est une grosse femme ou une grosse fille, fraîche et
    attrayante. Dans le canton de Vaud, _gaupe_ se dit d'une femme
    grosse et robuste.

  GAZETTE, s. f. _Lire la gazette_, se dit d'un cheval ou d'une
    autre bête de somme, que son maître laisse exposée à l'injure du
    temps, pendant que lui se tranquillise au cabaret. _Le maître
    fioûle sa bouteille, la jument lit la gazette._

  GAZOUILLON, s. m. Terme des campagnards. Margouillis. Se dit
    surtout du margouillis qui provient d'un mélange de neige
    fraîchement tombée et de pluie. _Gazouillon_ et _Margouillis_
    sont des onomatopées.

  GÉANE, s. f. Géante. _La merveilleuse géane étonna toute
    l'assemblée._ Français populaire.

  GEL, s. m. Gelée. Le mot _gel_ manque dans plusieurs dictionnaires
    et en particulier dans celui de l'Académie française. Le
    _Complément_ de ce même dictionnaire, et le _Dictionnaire
    national_ de Bescherelle [1846], disent que _gel_, dans le sens
    de «Gelée,» a vieilli. Nous pouvons affirmer que le mot _gel_,
    signifiant: «Gelée,» est d'un emploi habituel chez nous et chez
    nos proches voisins.

  GELÉE AUX GROSEILLES, s. f. Dites: «Gelée DE groseilles.» Dites
    aussi: Gelée DE pomme, gelée DE framboise, etc.

  GELER DE FROID. Geler. _Faites-moi vite un grand feu, je gèle de
    froid._ Français populaire.

  GELER (SE), v. pron. Geler. _Je me gèle ici à vous attendre._
    Faute très-répandue. «Se geler» n'est français qu'en parlant des
    choses. «Le mercure peut se geler. Le nez de Mme Z*** se gela au
    passage du grand Saint-Bernard.»

  GEMOTTER, v. n. Signifie: 1º S'impatienter, pester; 2º Languir,
    être languissant. _La pauvre drôlesse, abandonnée de tout le
    monde, était là à gemotter dans son lit. Ranimez donc ce feu
    qui ne fait que gemotter._ Dans le patois vaudois, _gemotta_
    veut dire: Gémir, et dans le patois neuchâtelois, _gemiller_,
    s'impatienter. R. _Gemo_.

  GENDRE, s. m. _Se faire gendre_, signifie, dans son sens le plus
    large: Se procurer, par un riche mariage, une position douce,
    confortable, oisive, à laquelle on ne serait jamais arrivé d'une
    autre manière. Dans un sens plus restreint, _se faire gendre_ se
    dit facétieusement et dérisoirement d'un jeune homme du _haut_,
    qui, ayant une fortune exiguë, des habitudes un peu
    dispendieuses et un extérieur agréable, choisit pour femme une
    riche héritière dans la classe bourgeoise. Cette expression
    originale, _se faire gendre_, a été créée ou mise en circulation
    par un charmant article du journal de Mr PETIT-SENN. [Voyez _le
    Fantasque_ de 1835, no 81, p. 322, et la _Revue suisse de 1850_,
    livraison du mois de mai, p. 328.]

  GENÈVRE, s. m. _Des grains de genèvre._ Ce terme nous vient du
    vieux français. Au commencement du dix-huitième siècle, on
    disait encore indifféremment _genèvre_ et _genièvre_. «Genièvre»
    a prévalu.

  GENILLÉ, s. m. Nous appelons _goût de genillé_, un mauvais goût
    que contractent les volailles qui ont été nourries dans un
    poulailler petit et malpropre. _Geniller_ veut dire «Poulailler»
    dans le dialecte du Berry. _Djeneuille_, dans le patois vaudois,
    signifie: Poule. Par métathèse, c'est-à-dire par transposition
    de lettres, ces mots viennent du mot latin _gallina_, poule.

  GENOU, s. m. Nous disons d'un couteau qui coupe mal: _Il coupe
    comme les genoux d'une vieille femme, comme les genoux de ma
    grand'mère_. Expression triviale, consignée dans le
    _Dictionnaire du Bas langage_, t. II, p. 10.

  GERLE, s. f. Corbeille ronde et peu profonde, destinée à recevoir
    le légume qu'on porte au marché. En Dauphiné, _gerle_ signifie:
    Jarre, grand vase de terre. En languedocien, une _gerle_ est un
    baquet, un grand seau. Voyez JARLOT.

  GÉROFLÉE, s. f. _Géroflée blanche. Bouquet de géroflées._ Terme
    français populaire. On doit dire: «Giroflée.»

  GÉROLE, s. f. Chervis, racine potagère. Dans quelques provinces de
    France, on dit: _Gyrole_.

  GESSION, s. f. _On vient d'ôter à ce jeune dissipateur la gession
    de sa fortune._ Terme parisien populaire, etc. On doit écrire
    «Gestion» et prononcer _gess-tion_.

  GICLÉE ou JICLÉE, s. f. Signifie: 1º Jaillissement, liquide qui
    jaillit; 2º Éclaboussure, flaquée. _En deux ou trois giclées, on
    se rendit maître du feu. Une giclée de mortier suffira contre ce
    mur._ Dans le Jura, _gicle_, s. f., se dit d'une petite seringue
    de sureau, avec laquelle les polissons s'évertuent à arroser les
    passants. [Voyez MONNIER, _Vocabulaire du Jura_.]

  GICLER ou JICLER, v. n. et a. Signifie: 1º Jaillir, saillir,
    sortir impétueusement; 2º Faire jaillir, jeter de l'eau. _Faire
    gicler de l'eau; faire gicler de la boue. Finis-donc, André, tu
    me gicles._ Terme suisse-roman, savoisien, franc-comtois et
    lyonnais. En provençal et en languedocien: _Jhiscla_. Onomatopée
    remarquable. Dans le patois bourguignon, _chicclai_ signifie:
    «Faire jaillir,» et _chiccle_ se dit d'une «Canonnière» ou
    seringue de bois dont s'amusent les enfants pour jeter de l'eau.
    [Voyez les _Noëls bourguignons_ de LA MONNOYE.]

  GIFFLARD, DE, s. Joufflu, mouflard, qui a le visage bouffi et
    rebondi. _Un gros gifflard._ On disait en vieux français:
    _Giffard, giffarde_, terme formé de _giffe_ ou _giffle_, joue.

  GIFLÉE, s. f. Giffle, mornifle, taloche.

  GIGASSE, s. f. Se dit d'une personne démesurément grande et un peu
    dégingandée.

  GIGIER, s. m. Gésier, second ventricule de certains oiseaux. _Ne
    jetez pas ces gigiers, ils serviront pour le bouillon._ Terme
    généralement usité en Suisse et en France, mais que les
    dictionnaires n'ont pas recueilli. Nous disons aussi: _Gisier_.

  GIGNER, v. a. Guigner, regarder du coin de l'œil.

  GIGOT DE MOUTON, s. m. Dites simplement: «Gigot,» puisque «gigot»
    signifie: Cuisse de mouton séparée du corps de l'animal pour
    être mangée. [ACAD.]

  GIGUE, s. f. Se dit d'une personne dont la taille est grande et
    toute d'une venue. _Vois-tu là-bas cette grande gigue, cette
    perche?_ En Normandie, une _gigue_ est une jeune fille qui a de
    grandes jambes. En français, «Gigue» veut dire: Jambe; et
    «Giguer,» aller vite, courir, sauter, danser.

  GILLOTIN, s. m. (_ll_ mouillés.) Pantin, jeune garçon qui est
    toujours en mouvement, et qui cherche à divertir par ses
    perpétuelles pasquinades. _Faire le gillotin._

  GILLOTINER, v. n. Faire le _gillotin_.

  GINGEOLET, ETTE, adj. Ginguet, court, étriqué. _Habit gingeolet._

  GINGUER ou JINGUER, v. n. Jouer, rire, sauter, folâtrer. _Elle est
    toujours à ginguer._ Terme limousin, normand et vieux français.
    En Picardie on dit: _Jingler_.

  GIRADE, s. f. Girarde ou julienne, fleur.

  GIRANIUM, s. m. Écrivez «Géranium» et prononcez _géraniome_.
    Prononcez aussi _albome_, _peinsome_ et _laudanome_ les mots
    Album, Pensum et Laudanum.

  GIRAUD, nom propre. Nous disons proverbialement et facétieusement
    à une personne qui nous fait une demande inadmissible, à une
    personne qui porte très-haut ses prétentions et dont l'attente
    sera trompée: _As-tu connu Giraud?... Eh bien, torche Miraud_;
    ou plus laconiquement: _As-tu connu Giraud?_ c'est-à-dire:
    Bernicle; à d'autres; adresse ta demande à un autre. _Tu
    voudrais que je te prêtasse encore cinquante francs? As-tu
    connu Giraud? Quoi! ton vilain cousin se flatte d'épouser cette
    jeune et jolie Anna!... As-tu connu Giraud?_

  GISIER, s. m. Voyez GIGIER.

  GISPINER, v. a. Expression adoucissante, pour signifier: Filouter,
    attraper, enlever habilement et sans scrupule, comme le font
    quelquefois des amis entre eux. _Ce joli volume était à sa
    potte: il me l'a tout bonnement gispiné._ En Lorraine on dit:
    _Gaspiner_ ou _gabsiner_, et à Valenciennes, _gobsiner_.

  GIVRÉ, ÉE, part. et adj. Couvert de givre. _C'est givré; c'est
    tout givré. Il a beaucoup givré cette nuit._ Terme des
    campagnards.

  GLACE, s. f. Ne dites pas: «_Manger une glace_.» Dites: «Prendre
    une glace, prendre des glaces.»

  GLACE, s. f. _Être froid comme la glace; être uni comme la glace._
    Retranchez l'article et dites: Être froid comme glace; être uni
    comme glace.

  GLACER UN PLAFOND. Terme de plâtrier. L'expression française est:
    Enduire un plafond.

  GLAFFER ou GLLAFFER, v. a. (_ll_ mouillés.) Terme des campagnards.
    Manger gloutonnement quelque chose qui croque sous la dent. On
    le dit des pourceaux et de ceux qui, de près ou de loin, leur
    ressemblent. Ce mot _gllafer_, quand on le prononce comme il
    faut, imite parfaitement la chose qu'il doit peindre.

  GLAÎNE ou GLÈNE, s. f. _Faire glaîne_, terme d'écolier, signifie:
    Faire rafle, prendre à l'improviste les jouets, et surtout les
    _mâpis_ des joueurs. _Ce polisson, ce voleur s'approcha
    doucement du carré et nous fit glaîne._ Voyez GLENNE, nº 1.

  GLAPPE, s. f. Signifie: 1º Terre glaise; 2º Pisé. [P. G.]

  GLAIRE, s. m. _Le glaire d'un œuf._ «Glaire» est féminin.

  GLÉNER ou GLAÎNER, v. a. et n. Glaner, ramasser les épis après la
    moisson. Terme français populaire et vieux français.

  GLÉNEUR, GLÉNEUSE, s. Glaneur, glaneuse.

  GLENNE, s. f. Glane, produit du glanage, glanure. _Un bandit lui
    enleva toutes ses glennes._ Terme français populaire et vieux
    français.

  GLENNE, s. f. Sorte de renoncule des champs.

  GLIN-GLIN, s. m. Terme enfantin. Le petit doigt. _Il a bobo à son
    glin-glin._ Cette expression, usitée aussi dans les cantons
    voisins, vient probablement des mots allemands _klein, klein_,
    qui signifient: Petit, petit.

  GLISSE, s. f. Terme de pâtissier. Cressin, sorte de petit pain
    long, qui est fort léger à l'estomac.

  GLISSE, s. f. Glissoire, chemin frayé sur la glace pour y glisser
    par divertissement. _Faire une bonne glisse, faire une longue
    glisse. Gare, gare, sur la glisse!_ Terme suisse-roman et
    savoisien. On dit à Lyon: _Une glissière_; en Lorraine, _un
    glissant_; à Paris, _une glissade_.

  GLISSER, v. neutre. _La rue du Perron glisse souvent en hiver._
    Dites: La rue du Perron est souvent glissante en hiver; ou
    dites: On glisse souvent en hiver dans la rue du Perron.

  GLISSER (SE), v. pron. Glisser, s'amuser à glisser. _Les fossés
    sont gelés: allons nous y glisser tous ensemble._ Il faut dire:
    «Allons y glisser tous ensemble.»

  GLOPET, s. m. Sieste, méridienne. Voyez CLOPET.

  GLU, s. masc. _Du bon glu._ Solécisme répandu aussi dans le reste
    de la Suisse romane, en Savoie, en Dauphiné, en Franche-Comté,
    en Lorraine et ailleurs.

  GNIABLE, s. m. Sobriquet qu'on donne aux cordonniers.

  GNIANIOU, s. m. Voyez NIANIOU.

  GNIFFE-GNIAFFE, s. m. Ce terme fort expressif signifie: 1º
    Nigaud, niais, benêt; 2º Flasque, lâche, mou et sans ressort. En
    Picardie on dit: _Gniouffe_.

  GOBE-LA LUNE, s. m. Gobe-mouche, niais, grand niais qui marche la
    tête levée comme s'il regardait la _lune_. Dans le patois du bas
    Limousin, _gobo-luno_ se dit de celui qui s'occupe niaisement de
    bagatelles. [Voyez BÉRONIE, _Dictionnaire du patois du bas
    Limousin_.]

  GOBERGER (SE), v. pron. Faire grande chère, bâfrer, faire
    bombance, se régaler. _Nos quatre amis allèrent à une auberge de
    Coppet, où ils demandèrent des feras et des volailles, dont ils
    se gobergèrent. Voyez donc comme ces enfants se gobergent et
    s'empiffrent de raisins et de noix!_ En français, «Se goberger»
    signifie: Prendre ses aises, se dorloter, se divertir.

  GODAILLE, s. f. Débauche de bouche, bâfre, grande ribote. _Faire
    une godaille. Ce fut une godaille complète, une godaille de
    mâlevie._ Le dictionnaire de l'Académie ne fait pas mention de
    ce terme; et, selon les dictionnaires de Boiste, de Landais et
    de Bescherelle, _godaille_ signifie: 1º Ivrognerie; 2º Mauvais
    vin. Ce n'est point là le sens que nous lui donnons à Genève; ce
    n'est pas non plus le sens qu'il a dans le langage français
    populaire. [Voyez le _Dictionnaire du Bas langage_, t. II, p.
    17, et le _Dictionnaire rouchi-français_, aux mots _godaïer_ et
    _godalier_.]

  GODAILLER, v. n. Faire une grande ribote, une bâfre, une
    _godaille_. Dans les dictionnaires ce verbe a un autre sens.

  GODAILLEUR, s. m. Riboteur, bambocheur, bâfreur. _Un tas de
    godailleurs._ Ce mot et les deux précédents sont probablement
    originaires du nord de la France, où le mot _godale_ signifie:
    «Bière, petite bière.»

  GODICHE, s. et adj. Plaisant, risible. _Être godiche_, être
    plaisamment bête. _Tu es godiche, toi! Voilà qui est vraiment
    godiche._ Terme parisien populaire recueilli par MM. Noël et
    Chapsal. Les autres dictionnaires donnent à ce mot le sens de:
    «Gauche, emprunté, maladroit.»

  GODICHON, s. m. Diminutif de _godiche_.

  GODRON, s. m. Goudron. GODRONNER, v. a. Goudronner. Les mots
    _godron_ et _godronner_ appartenaient encore à la langue des
    dictionnaires, il y a un siècle.

  GOFFETTE, adj. fém. Nous appelons _mains goffettes_, des mains
    grassettes, des mains potelées.

  GOGNE, s. f. Courage, cœur, hardiesse, capacité. _Avoir la
    gogne_, oser. _Aurais-tu la gogne de sauter ce ruisseau? Non, tu
    n'en as pas la gogne; tu n'as point de gogne._

  GOGNE, s. f. Rebut, lie, crasse, crapule. Se dit des personnes et
    des choses. _Quelle gogne de bâton tu as là! Dis donc, Jacques,
    et ce bal d'hier! Quel bal! Quelle gogne! Qu'as tu donc appris
    sur le compte de Robillard?--J'ai appris que c'est une
    gogne.--Et sa famille?--Sa famille? C'est tout de la gogne._
    _Tomber dans la gogne_, veut dire: Tomber dans la crapule. Terme
    vaudois. Chez nos voisins du Jura, _gone_ se dit d'une femme
    méprisable. [Voyez C. MONNIER, _Vocabulaire du Jura_.]

  GÔGNES, s. f. pl. Compliments, cérémonies. _Faire des gôgnes._

  GOGNEUX, EUSE, adj. et s. Crasseux, dégoûtant, repoussant,
    crapuleux. Se dit des personnes et des choses. _Un chapeau
    gogneux. Une tournure gogneuse; un air gogneux. Tu te promenais
    hier avec deux individus bien gogneux._ Dans le bas limousin,
    _gognou_, et en vieux français, _gognon_, signifient: Pourceau,
    cochon, et se disent de toute personne sale et malpropre.
    _Gognounà_, faire grossièrement et salement un ouvrage.

  GOGUINETTE, s. f. Propos gaillard, parole un peu libre. _Dire la
    goguinette. Dire une goguinette; dire des goguinettes._ En
    Lorraine, _goguenettes_ signifie: Propos joyeux. En vieux
    français, _goguer_, v. n., veut dire: «Plaisanter.»

  GOISE ou GOËZE, s. f. Serpe, grosse serpe. En Franche-Comté on
    dit: _Goisse_ et _gouisse_.

  GOISET, GOAZET, ou GOINZET, s. m. Serpette. Se dit aussi d'un
    couteau et principalement d'un mauvais couteau.

  GOLÉE, s. f. Gorgée. _Avales-en une seule golée. J'ai bu deux
    petites golées de ton sirop, et j'en ai eu assez._ En Picardie
    on dit: _Goulée_. «Goulée» est un mot français; mais il
    signifie: «Grande bouchée.»

  GOLÉRON ou GOLAIRON, s. m. Ouverture, trou. _Le goléron d'une
    nasse._ Dans l'ancienne langue provençale, _golairos_
    signifiait: «Gosier.»

  GOLET, s. m., et GOLETTE, s. f. Goulot, trou, orifice. _Le golet
    d'une bouteille._ Terme jurassien et savoisien. Dans notre
    patois ces mots ont une signification plus étendue.

  GONFLE, s. f. Signifie: 1º Vessie des quadrupèdes; 2º Petite
    ampoule sur la peau, cloche, élevure; 3º Bulle de savon. _Sa
    brûlure lui a fait lever des gonfles. Percer une gonfle. Se
    soutenir sur l'eau avec des gonfles._ Terme suisse-roman et
    savoisien.

  GONFLE, adj. Gonflé. _Il a tant marché aujourd'hui, qu'il en a les
    pieds gonfles._ Terme français populaire. A Lyon on écrit et on
    prononce _confle_.

  GONGON, s. des 2 genres. Grognon, celui ou celle qui bougonne, qui
    grogne. _Cette gongon finira-t-elle une fois de nous ennuyer?
    Le mari et la femme sont aussi gongons l'un que l'autre._

  GONGONNER, v. a. Bougonner, marmonner, se fâcher, gronder. _Notre
    vieux raufin ne s'arrête pas de gongonner. Il gongonne ses
    enfants, il gongonne sa servante, il gongonne tout le monde._
    Terme suisse-roman, savoisien et lyonnais.

  GONVÉ, s. m. _Une odeur de gonvé_, est une odeur de renfermé, une
    odeur de linge sale et gras. _Votre Baby Chailloux sentait
    terriblement le gonvé._

  GONVER, v. a. et n. Couver. _L'incendie éclata le matin; mais le
    feu avait gonvé toute la nuit. Ne crois-tu pas, femme, que notre
    Françoise gonve une maladie?--Je crois qu'elle gonve la
    rougeole. Ta seille, Madelon, est égrillée: il faut la faire
    gonver_ (c'est-à-dire: Gonfler dans l'eau). Terme connu dans le
    canton de Vaud. En Franche-Comté on dit: _Gouver_.

  GONVIÈRE, s. f. Signifie: 1º Fondrière, creux plein de boue; 2º
    Tas de neige amoncelé par le vent.

  GOTRET, s. m. Terme de boucherie. Ris de veau.

  GOTTE, s. f. Mauvais ouvrage, mauvaise marchandise, chose de nulle
    valeur, et dont on ne fait aucun cas.

  GOUAILLER, v. n. Crier. Voyez COUAILLER.

  GOUGNAUD, AUDE, s. et adj. Se dit d'une personne ou d'une chose de
    rebut. _Quel gougnaud de chapeau tu as là! Notre nouvelle
    voisine N** est une gougnaude; elle s'habille comme une
    gougnaude._

  GOUGNAUDER, v. a. Manier maladroitement, gâter en maniant,
    déformer, froisser, chiffonner.

  GOUGNAUDS ou GOUGNEAUX, s. m. pl. Vieux chiffons, mauvais linge,
    vieilles nippes, et, en général, objets vieux et sans valeur.

  GOUILLARD, ARDE, s. et adj. Voyez GOULIARD.

  GOUILLE, s. f. Petite mare, endroit où la boue séjourne, flaque.
    _Marcher dans la gouille; tomber dans la gouille._ Terme
    suisse-roman, savoisien, dauphinois et franc-comtois. Dans le
    bas Limousin on dit: _Ga-oullio_, et dans le Berry, _gouillat_.

  GOUJATER, v. a. et n. Travailler comme un goujat. Prendre des
    manières de goujat. _Un ouvrage goujaté_ est un ouvrage
    bousillé, un ouvrage fait vite et sans soin.

  GOULIAFE, s. m. Glouton malpropre. A Paris on dit: _Gouliafre_;
    dans le vieux français et en Picardie, _goulafre_.

  GOULIARD, ARDE, s. et adj. Gourmet, friand. _Oh! la gouliarde, qui
    trempe son doigt dans le sirop! Ces petits gouliards eurent
    fripé en un clin d'œil tous les bonbons._ Terme vaudois,
    savoisien et vieux français. Dans le Limousin, en Normandie et
    sans doute ailleurs, _goulard_ signifie: Goulu, gourmand.

  GOULIARDISE, s. f. Friandise. _Comment, Élisa! du beurre et de la
    confiture sur ton pain? quelle gouliardise! Tu n'aimes que les
    gouliardises, Georgette, et tu vivrais de gouliardises._ En
    vieux français on disait: _Goulardise_ et _gouillardise_. R.
    _gula_.

  GOURLLE, s. f. (_ll_ mouillés.) Cep de vigne arraché. Dans le
    canton de Vaud on dit: _Gourgne_.

  GOURMANDISE (UNE). _Un plat de gourmandises. Si vous êtes sages,
    vous aurez chacun pour votre goûter une petite gourmandise._
    Cette expression, fort usitée en Suisse et en Savoie, n'est pas
    inconnue en France, quoique les dictionnaires ne l'aient pas
    relevée. «Je t'avais préparé les _gourmandises_ que tu aimes,»
    dit feu Mr De Balzac, dans un de ses romans. L'expression
    française consacrée est: «Friandise.» Un plat de friandises.

  GOURMANDS (POIS). Pois goulus, pois dont la cosse est tendre et se
    mange.

  GOURME, s. m. _Jeter son gourme._ Ce mot est féminin.

  GOÛTER SOUPATOIRE, s. m. Goûter qui tient lieu de souper.

  GOUTTE AU NEZ, s. f. Expression méridionale, etc. Les
    dictionnaires disent: «Roupie.»

  GOUTTIÈRE, s. f. Voie d'eau, fente, trou, ouverture à un toit par
    où l'eau de la pluie pénètre et coule en dedans. _L'orage
    souleva les tuiles et occasionna une gouttière. Le plafond, qui
    était tout neuf, fut entièrement taché par les gouttières._
    Terme suisse-roman, méridional, etc. On appelle en français
    Gouttière: 1º Le chéneau qui reçoit et recueille les eaux de la
    pluie; 2º Le tuyau de descente.

  GOYARDE, s. f. Serpe. Dans le Berry on dit: _Goyard_.

  GRABEAU, s. m. Mercuriale, censure. _Bon grabeau, mauvais grabeau.
    Faire le grabeau des étudiants. Être soumis au grabeau; recevoir
    son grabeau._ On lit dans notre Constitution de 1814: «Les
    membres du Conseil d'État qui ne sont point sujets au _grabeau_,
    n'y assisteront pas.» Terme vaudois et neuchâtelois.

  GRABELER, v. a. Faire le _grabeau_. «La Compagnie des Pasteurs
    élira chacun de ses membres; elle _se grabellera elle-même_.»
    [_Constitution de 1814._] «Tous les Conseillers d'État qui ne
    sont ni Syndics, ni Lieutenant, ni Syndics sortant de charge, ni
    Trésorier, ni membres du Tribunal civil et de la Cour suprême,
    _seront grabelés_ un à un à la balotte.» [_Ibid._] Le mot
    _grabeler_, en vieux français, signifiait: Examiner, éplucher,
    débattre, choisir.

  GRABOT, s. m. Voyez GRABEAU.

  GRABOTER, v. a. Se dit quelquefois pour _grabeler_.

  GRADUATION, s. f. Dans le langage académique on appelle _Examen de
    graduation_, un examen à la suite duquel l'étudiant reçoit le
    grade de bachelier, ou celui de licencié, ou celui de docteur.

  GRAIFION, s. m. Voyez GREFFION.

  GRAILET, s. m. Plat d'étain donné pour prix dans les tirs.

  GRAILETTE ou GREULETTE, s. f. Sorte de terrine, sorte de casserole
    à trois pieds, laquelle sert à réchauffer les ragoûts.

  GRAILLON, s. m. Ce mot est français; mais à Genève il se dit,
    entre autres: 1º D'un mets quelconque (viande, poisson, légume,
    lait, etc.) qui, réchauffé, a contracté une mauvaise odeur, un
    mauvais goût. Il se dit: 2º Des tabliers, torchons, mauvais
    linges, etc., dont la cuisinière s'est servie. En français:
    Goût de graillon, odeur de graillon, signifient: «Goût, odeur de
    viande ou de graisse brûlée.» [ACAD.]

  GRAIN DE SEL, s. m. Quand les jeunes enfants voient voltiger près
    d'eux un oiseau, et qu'ils demandent comment il faut s'y prendre
    pour l'attraper, on leur répond que l'infaillible moyen est de
    leur mettre un grain de sel sur la queue. De là a pris naissance
    notre expression figurée: _Mettre un grain de sel sur la queue
    de quelqu'un_; c'est-à-dire: «Faire d'inutiles efforts pour le
    capter et pour l'attirer dans le filet.»

  GRAIN DE SUCRE, s. m. Morceau de sucre. _Fais attention, Caroline,
    tu coupes les grains de sucre trop gros._

  GRAINGE, adj. Voyez GRINGE.

  GRAISSE, s. f. Réprimande, semonce sévère. _Donner une graisse;
    recevoir une graisse. Tu as eu ta graisse._ Terme français
    populaire.

  GRAISSE DE CHAR, s. f. Vieux oing, cambouis.

  GRAISSE-MOLLE, s. f. Saindoux, graisse de porc. En Dauphiné, en
    Provence et en Languedoc, on dit: _Graisse blanche_; à Bordeaux,
    _graisse douce_.

  GRAMON, s. m. Gramen, chien-dent, plante dont les racines sont
    d'un grand usage pour les tisanes apéritives. _Boire sur le
    gramon._ En Dauphiné, on dit: _Grame_.

  GRAND, adj. Les expressions suivantes: _Ce n'est pas grand chose;
    j'ai eu grand peine; voici la grand route_, etc., sont des
    expressions correctes, mais étranges, et qui nous viennent du
    vieux français. Au treizième siècle, _grand_ ou _grant_ était un
    adjectif des deux genres.

  GRAND, s. f. Terme des campagnards. Grand'mère. _Dis-moi, Colette,
    comment se porte ta grand? Pauvre Monsieur, cette bonne grand,
    nous l'avons perdue il y a huit jours._

  GRANDE-MAISON (LA). Terme adoucissant, euphémisme pour dire:
    L'hôpital, la maison de charité. _Jamais, non jamais, Monsieur
    le Directeur, je ne consentirai à entrer dans la Grande-maison._

  GRANDET, ETTE, adj. Grandelet. _Notre Stéphanie est déjà
    grandette._ Terme excellent, employé dans tout le Midi et sans
    doute ailleurs.

  GRAND-LOUIS ou GRAND-SIFFLET, s. m. Courlis ou courlieu cendré,
    oiseau aquatique.

  GRANGER, s. m. Métayer, fermier partiaire, fermier qui partage le
    produit des champs avec le propriétaire. Ce terme, si connu dans
    la Suisse romane, en Savoie et en Franche-Comté, n'a été
    recueilli ni par le dictionnaire de l'Académie, ni par M.
    Poitevin, le plus récent des lexicographes, ni par Gattel, ni
    par M. Bescherelle; mais Boiste et N. Landais l'ont mentionné.

  GRANGERIE, s. f. Grangeage. _Mettre un domaine en grangerie_, ou
    _à grangerie_, c'est: En confier l'exploitation à un _granger_.
    Voyez ce mot. Le mot _grangerie_, très-usité chez nous, n'a été
    enregistré que par un seul dictionnaire moderne, le _Complément_
    de l'Académie.

  GRATON, s. m. Aspérité sur le papier, sur le terrain, etc. _Sa
    boule rencontra un graton._

  GRATTE-À-CUL, s. m. Gratte-cul, fruit de l'églantier.

  GRATTE-BOISSEUSE ou GRATTE-BOESSEUSE, s. f. Polisseuse de boîtes
    de montres. Boesse ou gratte-boesse se disent d'une sorte
    d'outil de ciseleur.

  GRATTE-LOTON, s. m. Sobriquet qu'on donne aux ouvriers horlogers.
    Voyez LOTON.

  GRATTER, v. a. _Gratter la rogne à quelqu'un_, signifie: Le
    flatter pour en obtenir une faveur, le cajoler, le flagorner
    dans des vues intéressées. _Il s'aperçut enfin que sa nièce lui
    grattait la rogne, et qu'elle en voulait, par-dessus tout, à
    l'héritage._ Expression triviale. Dans le français populaire,
    on dit en ce même sens: «Gratter l'oreille,» ou «gratter
    l'épaule à quelqu'un.» [Voyez le _Dictionnaire du Bas langage_,
    t. II.]

  GRATUISE, s. f. Râpe de fer-blanc, ustensile de cuisine. En
    Dauphiné et en Languedoc, on dit: _Gratuse_; dans le patois
    provençal, _gratuè_. En vieux français, _gratuser_ signifie:
    Râper.

  GRAVANCHE, s. f. Sorte de _férâ_. Voyez ce mot.

  † GRAVATE, s. f. Cravate. _Dis voir, femme, fadrait-il pas
    mettre une gravate à notre petit, qui a un commencement de
    rouche?_ Terme suisse-roman, savoisien, franc-comtois et
    méridional.

  GRAVE, s. f. Grève, endroit au bord d'une rivière couvert de
    gravier. Terme dauphinois et vieux français.

  GRAVELAGE, s. m. Action de _graveler_.

  GRAVELER, v. a. Couvrir de gravier. _Graveler les allées d'un
    jardin; graveler une promenade._ Terme indispensable, et qu'on
    cherche vainement dans les dictionnaires. En Languedoc on dit:
    _Agraver_.

  GRAVELLE, s. f. Maladie des moutons, clavelée.

  GREBATTER, v. a. Rouler. _Se grebatter_, se rouler. Expressions
    très-familières aux campagnards.

  GRÈBE (UNE). Sorte d'oiseau plongeur. Dites au masculin: Un grèbe.
    Grèbe cornu, grèbe huppé.

  GRÈBION, s. m. Grèbe esclavon, grèbe oreillard.

  GREBOLER, v. n. Grelotter, trembler de froid. _Je le trouvai tout
    greulant, tout grebolant._ En Savoie on dit: _Grevoler_; dans le
    patois dauphinois, _gromolà_.

  GREDON ou GREUDON, s. m. Guenilles, vieilleries, objets de rebut.

  GREGNOLU, UE, adj. Qui a beaucoup de nœuds. _Bois gregnolu._
    Terme des campagnards.

  GREIFION, s. m. Gros bigarreau. _Une livre de greifions._ Terme
    suisse-roman, savoisien et jurassien. En provençal, en
    piémontais et en vieux français, on dit: _Graffion_; dans le
    Languedoc, _agrefion_.

  GREINGE, adj. Voyez GRINGE.

  GRELON, s. m. Écrivez et prononcez «Grêlon.»

  GREMILLETTE, s. f. (_ll_ mouillés.) Lézard gris, lézard de
    murailles. [P. G.] Dans le patois de Rolle (canton de Vaud) on
    dit: _Gremeillette_.

  GREMOLLION ou GREMAILLON, s. m. Grumeau, portion durcie d'un
    liquide. _La soupe s'était mise en gremollions. Notre pauvre
    Estelle vomissait des gremollions de sang._ Terme connu aussi
    chez nos voisins du canton de Vaud. Dans le Berry et en Lorraine
    on dit: _Gremillion_.

  GRENÉ, ÉE, adj. _Épi grené._ Terme méridional et vieux français.
    Dites: «Épi grenu.» Le verbe «grener» est français.

  GRENETTE, s. f. Ce mot signifiait jadis: Marché aux grains; et
    c'est le nom que porte encore aujourd'hui notre halle au blé.
    Terme vaudois, savoisien, etc.

  GRENETTE, s. f. Semen contra, poudre contre les vers, barbotine.

  GRENIER À LESSIVE, s. m. Séchoir, sécherie, étendage.

  GRENOUILLE, s. f. (fig.) Sorte de petit instrument formé d'une
    tête de bouteille recouverte d'un morceau de parchemin traversé
    par du crin. En le faisant tourner comme une crécelle, il imite
    assez bien le cri des _grenouilles_, quand elles commencent à
    crier au printemps. [P. G.]

  GRÈSE, adj. fém. Voyez GRÈZE.

  GRÉSILLER, v. neutre. Croquer sous la dent, comme le pain
    lorsqu'il s'y est mêlé du sable ou du menu gravier. En Languedoc
    on dit: _Gréziner_.

  GREUBE, s. f. Tuf, terre sèche et dure qui sert à écurer, à
    nettoyer les ustensiles de cuisine, les tablettes de sapin, etc.
    _Patte à greube._ Terme suisse-roman et savoisien. Le vendeur
    de greube s'appelle, dans notre patois: _Le greubi_.

  GREUBIÈRE, s. f. Carrière d'où l'on tire la _greube_.

  GREUBONS, s. m. pl. Peau croustillante qui reste quand on vient de
    fondre du lard. _Un plat de greubons._ A Neuchâtel et dans
    quelques parties du canton de Vaud, on dit: _Grabon_; dans
    l'allemand-suisse, _Grieben_.

  GREUGER, v. a. Gruger, friper, dissiper en folles dépenses. _Il
    avait hérité trois mille francs: c'est tout greugé._ En vieux
    français, _gréuge_ signifie: Perte, dommage.

  GREULER, v. actif. Secouer un arbre pour en faire tomber les
    fruits. _Greuler un cerisier, greuler un pommier._ En Savoie on
    dit: _Creuler_; en Franche-Comté, _crôler_; en vieux français,
    _crosler_ et _crouller_. Figurément et familièrement, _creuler_
    s'emploie dans le sens de: Questionner quelqu'un, lui arracher
    des nouvelles, le forcer, de façon ou d'autre, à dire ce qu'il
    sait et qu'il se soucie peu ou point de raconter. _Nous l'avons
    tant pressé, nous l'avons tant greulé, qu'il a fini par nous
    débiter tout le journal._ Voyez le mot suivant.

  GREULER, v. neutre. Grelotter, trembler de froid ou de peur. _Ce
    pauvre diable, blotti dans un fossé, greulait comme la feuille
    du tremble._ Terme suisse-roman, qu'on retrouve tel quel dans le
    patois lorrain. Dans le Jura on dit: _Grouller_; en Bourgogne et
    en vieux français, _gruler_. Nous disons à l'actif: _Greuler la
    fièvre_, pour: Trembler la fièvre, avoir le tremblement qui
    résulte de la fièvre. Nos campagnards disent en ce même sens ou
    sens analogue: _Greuler le marmot_.

  GREULETTE ou GREULAISON, s. f. Frisson, tremblement que donne la
    fièvre ou la peur. _Avoir la greulette; avoir la greulaison._
    Cette dernière expression est surtout familière aux campagnards.

  GREULETTE, s. f. Sorte de terrine appelée aussi: _Grailette_.

  GRÉVÉ, VÉE, adj. et part. _Un fonds grévé; un domaine grévé
    d'hypothèques._ On doit écrire et prononcer «Grever,» sans
    accent sur l'_e_.

  GREVURE, s. f. Blessure. Ce terme vieillit.

  GRÈZE ou GRÈSE, adj. f. _Soie grèze._ Soie qui est tirée de dessus
    le coton. Terme lyonnais. Dites: «Soie grége.»

  GRIBICHE, s. f. Signifie: 1º Femme ou fille maligne, méchante,
    pie-grièche; 2º Et plus souvent, Fille ou femme de mœurs
    dissolues. En Normandie, _gribiche_ se dit d'une vieille femme
    méchante dont on fait peur aux enfants.

  GRIE, s. f. Plâtre gris, gypse. Terme de nos campagnards et de
    ceux du canton de Vaud. Il existe à Bernex une ancienne carrière
    de _grie_, qui a fait donner le nom de _grisse_ aux terrains
    environnants.

  GRIFFÉE, s. f. Griffade, coup de griffe.

  GRILLE, s. f. Cheville du pied. _S'écorcher la grille._ Terme
    suisse-roman, savoisien et franc-comtois.

  GRILLER, v. a. Rôtir. _Griller du café; griller des châtaignes;
    griller des glands._ Terme savoisien. En français «Griller»
    signifie: Rôtir sur le gril. «J'avais couché mes pincettes sur
    la braise pour faire griller mon pain.» [Xav. DE MAISTRE,
    _Voyage autour de ma chambre_, ch. VIII.]

  GRILLET, s. m. (LL mouillés.) Sorte d'insecte. _Le cri des
    grillets. Un trou de grillet._ Terme suisse-roman, savoisien,
    lyonnais, franc-comtois et méridional. En Poitou et dans le
    Berry on dit: _Grelet_; en limousin et en vieux français,
    _gril_. Les dictionnaires et le bon usage veulent qu'on dise:
    «Grillon.» R. lat. _gryllus_.

  GRILLOIRE, s. f. Sorte de petite casserole à manche, surmontée
    d'un couvercle, et qui sert à rôtir le café. Dans le canton de
    Vaud on dit: _Un grilloir. Le grilloir à café_.

  GRILLOIRE, s. f. (fig.) Endroit où la chaleur est insupportable;
    endroit où l'on grille. _Ce cabinet au midi est une grilloire
    pendant l'été._

  GRILLOTTER, v. actif. Griller, frire.

  GRIMPER, v. n. Dans notre langage énergique, _faire grimper les
    murs à quelqu'un_, signifie: L'impatienter outre mesure, le
    vexer, le dépiter à l'excès. Les dictionnaires disent en ce même
    sens: «Faire sauter quelqu'un au plancher, le faire sauter aux
    nues.» On dit en Languedoc: _Faire monter quelqu'un au ciel sans
    échelle_.

  GRIMPION, s. m. Grimpereau, oiseau bien connu. Au sens figuré,
    nous appelons _grimpion, grimpionne_, celui ou celle qui cherche
    par des politesses, par des avances répétées, par des
    flatteries, à s'introduire, à se glisser dans une société plus
    élevée, plus haut placée que la sienne. De là ont pris naissance
    les phrases suivantes familières: _C'est un grimpion; il fait le
    grimpion; elle fait la grimpionne. Ces jeunes époux veulent
    grimper. Les grimpions doivent éprouver quelquefois de fameux
    déboires_.

  GRIMPIONNER, v. n. Faire le _grimpion_, faire la _grimpionne_. _Tu
    ne t'aperçois pas que cette jeune femme veut absolument
    grimpionner._

  GRINGALET, ETTE, adj. Faible, chétif. _Cheval gringalet; veau
    gringalet. Ton beau-frère est bien gringalet_, etc. Le
    _Complément_ du dictionnaire de l'Académie, et le dictionnaire
    de M. Bescherelle ne présentent ce mot que comme substantif, et
    ne l'emploient qu'en parlant de l'homme. Nous l'employons
    très-souvent comme adjectif, et nous lui donnons des sens fort
    étendus.

  GRINGE, adj. Triste, ennuyé, chagrin, de mauvaise humeur,
    maussade, malingre. _Rosalie est toute gringe aujourd'hui, et je
    crains qu'elle ne soit malade. Qu'avez-vous donc, Monsieur le
    notaire? Vous paraissez sombre et préoccupé?--En effet, je
    suis gringe. J'attendais mes enfants par le bateau à vapeur, et
    voilà le bateau qui arrive sans eux._ Terme suisse-roman. Dans
    le patois de l'évêché de Bâle, on dit: _Graigne_; en
    Franche-Comté, _grigne_, et en Bourgogne, _greigne_; dans le
    Berry, _grignaut_; dans le patois rouchi, _engraigné_. Tous ces
    mots, qui sont fort usités, n'ont point de correspondants exacts
    en français. Dans le dialecte normand, _grigner_ signifie: «Être
    maussade.» En Picardie, _grigneux_ et _grignard_ veulent dire:
    Pleurnicheur.

  GRINGERIE, s. f. Mauvaise humeur, malingrerie. _Après une pareille
    mésaventure, un peu de gringerie est bien permis._

  GRIOTTE, s. f. En français, ce mot désigne une espèce de cerise
    grosse et noirâtre, plus douce que les autres. En Suisse, au
    contraire, nous appelons _griotte_ une cerise acide.

  GRIPPÉ, ÉE, adj. Atteint de la grippe. _Toute la famille est
    grippée._ Ce mot, si connu en Suisse et en France, n'est dans
    aucun dictionnaire usuel.

  GRISAILLE, s. f. Ribotte, excès de table, excès de boisson. [P.
    G.]

  GRISE, s. fém. Tour malin, malice, espièglerie. _En faire des
    grises, en faire voir de grises_, signifie: Jouer des tours,
    faire des malices, attraper, tourmenter. _Voilà un bambin qui en
    fera voir de grises à son père et à sa mère. Vous m'en faites
    des grises, malins enfants que vous êtes._ Locution dauphinoise,
    limousine, etc.

  GRISPER et GRISPOUILLER, v. a. Crisper, agacer, impatienter. _Cela
    me grispouille_, c'est-à-dire: Cela me tarabuste.

  GRISPILLE, s. f. Sorte de jeu ou d'amusement, appelé aussi
    _tire-poils_, et en français: La gribouillette. [P. G.] _À la
    grispille_, locution adverbiale, signifie: Au pillage. _Tout
    était à la grispille dans cette maison._

  GRISPILLER, v. a. Voler, filouter, friponner.

  GRISSE ou GRITZE, s. m. Gruau d'avoine ou d'orge. Ce terme, usité
    dans toute la Suisse romane, est formé du mot allemand _Grütze_,
    qu'on prononce _gritze_, et qui a le même sens.

  GROGNASSER, v. n. Grogner, se plaindre en grognant. Terme parisien
    populaire.

  GROGNE, s. f. Mauvaise humeur, disposition à se plaindre. _Avoir
    la grogne._

  GROGNER QUELQU'UN. Le gronder, le réprimander avec humeur. _Il
    grogne tout son monde; il ne cesse de nous grogner._ «Grogner,»
    verbe neutre, est français. «Cette femme ne fait que grogner.»

  GROGNONNE, adj. et s. féminin. _Sa maladie l'a rendue un peu
    grognonne._ Dites: «Grogneuse.»

  GROLLE, s. f. Vieux soulier fort usé, savate. _Mettre des grolles.
    Porter des grolles. Comment donc, Madame Bonnard? vous nous
    donnez là du pain qui est sec comme de la grolle._ Terme vieux
    français et français populaire.

  GRONDÉE, s. f. Gronderie, réprimande. _Faire une grondée. Recevoir
    une grondée._

  GROS, s. m. _Le gros de l'hiver; le gros de l'été._ Dites: «Le
    fort de l'hiver; le fort de l'été.»

  GROS (LES). Les notables, les riches, les principaux de l'endroit.
    _Nos gros se montrèrent, en toute occasion, humains et
    charitables._

  GROS, s. m. Terme de calligraphie. _Écrire en gros_, c'est Écrire
    en gros caractères. Il faut dire: «Écrire la grosse.»

  GROS, adj. _De gros en gros_, locution adverbiale. _Il consentit à
    nous raconter de gros en gros cette singulière aventure_. Il
    faut dire: «En gros.» Raconter en gros.

  GROS-BLÉ, s. m. Nonnette, variété de froment. Le _gros-blé_
    s'appelle aussi en français: «Blé barbu» et «Blé poulard.»

  GROS-FORT, s. m. Grande absinthe, plante.

  † GROS MAL, s. m. Haut mal, épilepsie, mal caduc. _Tomber du
    gros mal._ Terme vaudois et savoisien. Dans le Limousin on dit:
    _Le grand mal_.

  GROS NEIRET ou GROS NOIRET, s. m. Canard garrot.

  GROSSET, ETTE, adj. Un peu gros. _Un poulet grosset; une perdrix
    grossette._

  GROUP, s. m. Angine du larynx. Écrivez et prononcez «Croup.»

  GRUER, v. a. _Faire gruer de l'avoine._ Dites: «Monder.» Monder de
    l'avoine.

  GRUGEUR, s. m. Celui qui gruge.

  GRUMEAU, s. m. Terme de boucherie. La pièce du devant de la
    poitrine de l'animal entre les deux jambes. _Grumeau de bœuf;
    grumeau de mouton._ Terme méridional.

  GRUMEAU, s. m. Cerneau, noix cassée. Terme de la Suisse romane.

  GRUS, s. m. pl. Gruau, orge mondé, avoine mondée. _De la soupe aux
    grus._ Terme suisse-roman, savoisien et franc-comtois. En
    Champagne, _gru_ signifie: Son de farine; et en vieux français,
    _greu_, farine d'avoine et de froment.

  GRUS (DES). Terme de fromagerie. Du caillé, du _séret_ mêlé de
    crême. «La Fanchon nous servit des _grus_ et de la céracée.»
    [J.-J. ROUSSEAU, _Nouvelle Héloïse_.]

  GUENAPIN, s. m. Polisson, bandit, chenapan.

  GUENICHE, s. f. Femme débraillée, sale et d'un aspect repoussant.
    Terme lorrain. En vieux français, «_guenuche_» ou _guenoche_
    veulent dire: Sorcière, enchanteresse. Dans l'évêché de Bâle,
    _genache_ a le même sens.

  GUENILLERIE, s. f. Guenille, rebut, objet de rebut. Se dit des
    personnes et des choses.

  GUERRER, v. n. Terme enfantin, en usage surtout chez les
    campagnards. _Cette petite folle d'Ernestine veut toujours_
    _guerrer avec nous_, c'est-à-dire: Veut toujours être en guerre
    avec nous, guerroyer, batailler.

  † GUETTE, s. f. Guêtre. _De vieilles guettes._ Français
    populaire.

  GUETTON, s. m. Petite guêtre, guêtron. _Une paire de guettons._
    Terme savoisien, rouchi, etc.

  GUEULÉE, s. f. Cri éclatant, clameur perçante. _Pousser des
    gueulées. Faire des gueulées. Ce n'étaient pas des chants,
    c'étaient des gueulées d'enfer._ Ce mot est français, mais dans
    une acception différente.

  GUEULER, v. a. _Gueuler quelqu'un_, l'appeler à voix forte. _Tu ne
    m'entends donc pas, Colombier: il y a une demi-heure que je te
    gueule._ «Gueuler,» v. n., est français.

  GUEUSER, v. n. Faire une action de gueux, se conduire mal, faire
    une _gueuserie_. _Priver cette petite fille de son bal, c'est
    gueuser, c'est coquiner, c'est être par trop sévère et méchant._
    En français, «Gueuser» signifie: Mendier.

  GUEUSERIE, s. f. Tour malin, méchanceté, action coupable. _Sevrer
    un enfant de quatre mois, c'est une gueuserie._

  GUICHE, s. f. Jambe. _Tirer la guiche, traîner la guiche. Après
    douze heures de marche, le sac au dos, on commence joliment à
    tirer la guiche._

  GUIDE, s. f. Terme des campagnards. Digue. _Élever des guides
    contre le torrent. Guide_ vient-il de «digue» par une
    transposition de lettres? _Guide_ est-il au contraire le terme
    primitif et véritable? Une digue n'est autre chose, en effet,
    qu'une barrière établie pour _guider_ les eaux. Voyez dans
    Gattel l'étymologie banale.

  GUIGNACHE, s. f. Guignon, guignon achevé.

  GUIGNAUCHE, s. f. Guenuche, femme de mauvaise façon, femme mal
    mise, fagotée, vêtue salement. Dans le canton de Vaud,
    _guignauche_ ou _guegnauche_ signifie: Sorcière.

  GUIGNE-EN-L'AIR. Badaud, imbécile.

  GUILLAME, s. m. _Grand guillame_, grand flandrin.

  † GUILLE, s. f. Quille. _Jouer aux guilles_. Terme suisse-roman,
    franc-comtois et lorrain.

  GUILLE, s. f. Terme des campagnards. Fine pointe, sommet, sommité.
    _La guille d'un clocher, la guille d'un arbre, la guille d'une
    tour. Guillon_, dans le canton de Vaud, a le même sens. A
    notre fête du Tir fédéral [1851], un Vaudois disait: J'ai vu
    planter le drapeau de la Confédération sur le fin _guillon_ de
    la Tour de l'Isle. En Franche-Comté, la pointe du jour
    s'appelle: _L'aube guillerole_. [_Vocabulaire jurassien_ de M.
    MONNIER.] De cette racine _guille_, viennent indubitablement les
    mots genevois _déguiller_, _aguiller_, _guille_ (à jouer), etc.

  GUILLE, adj. À moitié ivre, gris. R. _Guille_, pointe. On dit en
    français: Avoir une pointe de vin.

  GUILLEMETTE (EN), loc. adv. _Être en guillemette_, signifie: Être
    en pile, être l'un sur l'autre. _Ces livres sont trop en
    guillemette, ils vont tomber._

  GUILLERETTE, s. f. _Être à la guillerette_ ou _être en
    guillerette_, se disent d'un objet mis dans une position d'où il
    risque de tomber. _Guillet_, dans notre patois, et _guilleret_,
    dans le patois vaudois, signifient: Sommet d'un arbre, d'un
    rocher, d'un bâtiment. Voyez GUILLE, no 2.

  GUILLERI, s. m. _Courir le guilleri._ Terme dauphinois, etc. Les
    dictionnaires disent: «Courir le guilledou.»

  GUILLETTE, s. f. (Prononcez _ghillette_.) Signifie: 1º Boulette de
    pâte dont on engraisse les dindes; 2º Fusée de poudre. Voyez
    _GUILLE_, no 2.

  GUILLON, s. m. (Prononcez _ghillon_.) Fausset de tonneau, petite
    broche de bois servant à boucher le trou qu'on fait à un tonneau
    pour donner de l'air ou pour goûter le vin. _Mettre un guillon.
    Ôter le guillon._ Terme vaudois, savoisien et jurassien. A
    Lyon, on dit: _Une guille_; dans les environs de Dôle, _une
    guillotte_. Voyez GUILLE, no 2.

  GUILLONNER, v. a. Mettre le _guillon_, mettre le fausset.

  GUINCHE, adj. Louche, qui a la vue de travers. En provençal on
    dit: _Guèchou_. Dans le Berry, _faire la guinche_, signifie:
    Baisser la tête après une mauvaise action.

  GUINCHER, v. a. et n. Signifie: 1º Lorgner du coin de l'œil,
    guigner; 2º Loucher, regarder de travers. Terme provençal.

  GUINGOINE (DE), adv. De guingois, de travers, de biais, en
    biaisant. _Il marche tout de guingoine. Son habit allait tout de
    guingoine._ Nous disons aussi: _De guingouarne_ et de
    _guingouaine_. En Picardie, on dit: _De guingoin_.

  GUIZE, s. f. (Prononcez _ghize_.) Terme de forge. Gueuse, fonte de
    fer, fer coulé. «Un tuyau de gueuse.»

  GY ou GI, s. m. _Un tonneau de gy._ Terme suisse, savoisien,
    franc-comtois, méridional et vieux français. On doit dire:
    «Gypse, ou plâtre.»

  GYPER, v. a. Plâtrer, enduire de plâtre.

  GYPERIE, s. f. Plâtrage, ouvrages en plâtre. _La gyperie de cette
    seule chambre avait coûté six cents francs._

  GYPIER, s. m. Plâtrier.

  GYSSAGE, s. m. Plâtrage.

  GYSSER, v. a. Appliquer du plâtre, enduire de plâtre, plâtrer.
    _Gysser un plafond, gysser une paroi._

  GYSSEUR, s. m. Ouvrier qui emploie le gypse, plafonneur. Dans le
    Valais on dit: _Gypseur_.


H

  HABILLÉ, ÉE. Participe. Nous disons d'une personne stupide, d'une
    personne dépourvue de tout bon sens: _C'est une bête habillée_.

  HABILLÉ EN. _Habillé en noir, habillé en blanc._ Dites: Habillé DE
    noir, habillé DE blanc.

  HABITUÉ, ÉE, adj. _Place habituée; jeu habitué; lecture habituée;
    promenade habituée._ Dites: Place habituelle, jeu habituel,
    promenade habituelle, lecture habituelle. [BOISTE.]

  HABITUER, v. a. _J'ai habitué cet appartement, et j'y reste. Les
    bonnes d'enfants ont habitué la promenade de la Treille. J'aime
    mon cercle, je n'y rencontre que des personnes que j'ai
    habituées._ Toutes ces phrases sont autant de barbarismes.

  † HABRE-SAC, s. m. Havre-sac. R. all. _Haber_, avoine.

  † HACHIS, s. m. L'_h_ de ce mot doit s'aspirer; mais dans le
    langage populaire on prononce _l'hâchis_. On prononce aussi
    _l'hareng, les-z-haricots, les-z-harnais, les-z-hasards,
    l'hai-ye_ (la haie), _l'hibou, l'hangar, j'haïs_ (je hais),
    _c'est-t-hideux, c'est-t-honteux_, etc., etc.

  HACHON, s. m. Hache, petite hache. _L'hachon lui échappa des
    mains. Hachon_ appartient au vieux français, et au patois du
    canton de Vaud. On dit à Bordeaux: _Hachot_.

  HAMEÇON, s. m. L'_h_ de ce mot n'est point aspiré. On dit: Prendre
    l'hameçon, mordre à l'hameçon. C'est donc par inadvertance, sans
    doute, que MM. Ch. NODIER et ACKERMANN, dans leur _Vocabulaire
    français_ [1836], disent qu'il faut prononcer _le hameçon_, en
    aspirant l'_h_.

  HANCHOIS, s. m. (_h_ aspiré.) _Une salade de hanchois._ Écrivez
    sans _h_, «anchois,» et n'aspirez pas l'_a_.

  HARENG, s. m. (fig.) Banc de sable, banc de gravier, îlot. _Les
    harengs de l'Arve. Tirer du sable de l'hareng._ (sic.) _L'Arve a
    tellement grossi pendant ces trois jours, qu'elle a emporté
    l'hareng._ «Nous voyons souvent dans le lit d'une rivière, une
    grande pierre retarder la vitesse des eaux, et occasionner un
    amas de sable et de gravier: de là naissent des HARENGS qui,
    etc.» [DE SAUSSURE, _Voyage dans les Alpes_, t. Ier, p. 245.]

  † HASARD, s. m. Terme d'encan. _Miser un n-hasard._

  HASARD DU POT (LE). _Viens manger ma soupe quand tu voudras; c'est
    au hasard du pot._ On dit en France: La fortune du pot.

  HAUT (LE). _Les gens du haut, les dames du haut, les bals du haut,
    etc. Se frotter contre les gens du haut; imiter, singer les gens
    du haut._ Ces expressions, d'un usage universel à Genève, ont
    besoin d'être expliquées aux étrangers. Notre ville, étant bâtie
    sur un coteau, se trouve naturellement divisée en _haute_ et
    _basse_ ville. Or, comme les familles aisées demeurent, pour la
    plupart, dans les quartiers du _haut_, on appelle _gens du
    haut_, les riches de ces quartiers, en tant du moins que leurs
    familles sont anciennes. Avec cette courte explication on
    comprendra sans peine ce passage des _Confessions_ de J.-J.
    ROUSSEAU [liv. Ier]: «Il était, lui (Bernard, le cousin de
    Jean-Jacques), il était, lui, un garçon du _haut_; moi, chétif
    apprenti, je n'étais plus qu'un enfant de Saint-Gervais.»

  HAUT, HAUTE, adj. Nous disons proverbialement d'un homme
    orgueilleux et fier: _Il est haut comme le temps_, c'est-à-dire:
    Il est excessivement fier et hautain. Expression languedocienne,
    etc.

  HAUT-BANC, s. m. Sorte d'échoppe.

  HAUT-DE-CORPS (UN). _Son cheval ne cessait de faire des
    hauts-de-corps._ Dites: Des hauts-le-corps.

  HAUT GOÛT, s. m. Nous disons d'une sauce salée, poivrée, épicée:
    _Cette sauce a un haut goût_. L'Académie dit: «Cette sauce EST
    DE haut goût.»

  HEM! Sorte d'exclamation. _Le jeu de hem!_ s'appelle en français:
    Le jeu des quatre coins. _Faire à hem! Jouer à hem!_

  HÉMORRHAGIE, s. f. Ce mot signifie: Perte considérable de sang.
    Ceux qui disent: _Une hémorrhagie de sang_, s'expriment
    très-mal.

  HERBE À COCHONS, s. f. Renouée des oiseaux.

  HERBE À ÉCURER, s. f. Prêle ou asprêle.

  HERBE AUX POIS, s. f. Sarriette, savorée.

  HERBE DES RAMONEURS, s. f. Orge sauvage.

  HERBETTES, s. f. pl. Fines herbes pour le potage et pour la
    salade. _La saison des herbettes. Cueillir des herbettes._ Terme
    suisse-roman et languedocien. A Paris on appelle «Fourniture»
    les petites herbes destinées à la salade.

  HERBOLAINES ou HERBOLAN-NES, s. f. pl. Herbes officinales.
    _Ramasser des herbolaines; sécher des herbolaines._
    _Herbolan-nes_ est la prononciation patoise de notre canton, du
    canton de Vaud et de la Savoie.

  HERCE, s. m. Martin-pêcheur, alcyon.

  HEURE, s. f. _À bonne heure_, est une locution qui a vieilli. On
    dit aujourd'hui: De bonne heure. Viens de bonne heure; viens de
    meilleure heure; viens de très-bonne heure. Expressions qu'il
    faut substituer aux trois suivantes: _Viens à bonne heure; viens
    plus de bonne heure; viens très de bonne heure_.

  HEURE ET QUART. _Il est une heure et quart; il est midi et quart_,
    etc. Dites: Il est une heure ET UN quart; il est midi ET UN
    quart.

  HEURES INDUES, s. f. pl. Nous disons: _Rentrer à des heures
    indues_. L'Académie dit: Rentrer à heure indue.

  HEURE SÈCHE (L'). _Faire l'heure sèche_, signifie: Manger, vers
    dix heures du matin, un morceau de pain et de fromage, ou un peu
    de viande froide, ou chose semblable.

  † HIER À SOIR. Hier au soir.

  † HIRESSON, s. m. _L'hiresson se mit tout en boule._ Terme vieux
    français. Dites: Le hérisson.

  HOMMASSE, s. f. _Une hommasse_ est une femme dont la corpulence et
    les manières tiennent de celles de l'homme. Selon tous les
    dictionnaires, _hommasse_ est un adjectif. «Une taille hommasse,
    un visage hommasse.» [ACAD.]

  † HONTES (DES). _N'est-ce pas des z-hontes de rentrer si tard?
    N'est-ce pas des z-hontes de battre ainsi un enfant?_ Dites au
    singulier, et en aspirant l'_h_: N'est-ce pas une honte?

  HOQUET, s. m. (fig.) Obstacle, accroc. _Je m'intéresserai
    volontiers à votre requête, mais je crains fort que la chose ne
    fasse un hoquet, je crains fort qu'il n'y ait un hoquet._
    «Hoquet» a été pris quelquefois, en français, pour: Heurt,
    accroc, au sens propre; mais jamais au sens figuré. L'expression
    genevoise mérite quelque attention.

  HOQUETON, s. m. Sorte de vêtement d'enfant.

  HORION, s. m. Coup rudement déchargé sur la tête ou sur les
    épaules. _Recevoir un n-horion; appliquer des z-horions._
    «Horion» est français; mais l'_h_ est aspiré.

  HORLOGER, v. a. Ennuyer, fatiguer, importuner, sermonner,
    talonner. _Le bourgeois ne décesse de nous horloger._

  HORMIS QUE, conj. À moins que, si ce n'est que. _Hormis que ce
    soit mon frère, ne laissez entrer personne. Le bal a été peu
    amusant, hormis qu'on a eu un bon souper._ Cette conjonction
    appartient au vieux français.

  HORS DE, prép. _Donnons-nous rendez-vous hors de ville?--Oui, on
    s'attendra hors de porte._ Expressions consacrées chez nous, et
    qui sont un reste du vieux français. On doit dire: Hors de la
    ville; hors de la porte.

  HÔTEL, s. m. Malgré l'accent circonflexe, l'_ô_ de ce mot doit
    être prononcé aussi légèrement que dans les mots _olive, orange,
    origine_. Ceux qui disent: _Une belle hôtel_, ajoutent une
    seconde faute à la précédente.

  HOU! Exclamation de blâme ou de mépris. _Hou! le vilain; hou! le
    porc, qui ramasse les coraillons et qui les mange. Hou! le laid,
    qui fait enrager sa petite sœur._ Terme méridional, etc.

  HOURIOU, s. m. Petit enfant. Voyez OURIOU.

  HOUZET, HOUZET! Cri dont on se sert pour éloigner un chien, ou
    pour le chasser.

  HUCHER (SE), v. pron. Se percher, jucher. _Où donc vas-tu te
    hucher?_ Dans le Limousin et à Lyon, _hucher_, v. neutre, se dit
    des poules, et signifie: «Percher,» v. neutre.

  HOUILLASSON, s. m. Colporteur d'huile, petit marchand d'huile.

  † HUILE. Ce mot est féminin; mais dans le langage populaire nous
    disons: _Du bon huile; de l'huile d'olife fin_, etc. Cette faute
    existe en patois; elle existe dans le canton de Vaud, en
    Franche-Comté et dans tout le midi de la France. Au commencement
    du dix-septième siècle, le genre de ce mot n'était pas encore
    fixé.

  HUILE, s. f. _Il tirerait de l'huile des pierres._ Se dit d'un
    intrigant actif, d'un homme hardi et entreprenant, à qui tout
    semble réussir. On dit en France: Il tirerait de l'huile d'un
    mur.

  HUILE DE COUDE, s. fém. Dans le langage badin des domestiques et
    des maîtresses, l'_huile de coude_, c'est le frottage,
    c'est-à-dire: Le travail de la servante qui frotte. _Ces
    meubles, Madame, ne veulent pas devenir brillants.--C'est que,
    ma mie, tu y as sans doute économisé l'huile de coude_;
    c'est-à-dire: Tu as trop ménagé ton bras et tes forces.

  HUILE DE RUSSIN, s. f. Huile de ricin.

  HUITANTE, nom de nombre. Quatre-vingts. Aucun dictionnaire usuel
    n'a recueilli ce terme, qui est fort commode et fort usité en
    Suisse, en Savoie, en Franche-Comté et dans le Midi.

  HURLUBRELU, s. m. Hurluberlu, étourdi, écervelé. On dit à Paris:
    _Un hustuberlu_; en Lorraine, _un huberlu_.

  HUSSIER, s. m. Huissier. _Hussier_ appartient au vieux français et
    au français populaire. Dans le dialecte de Valenciennes on dit:
    _Un lussier_.

  HUTINS ou HUTAINS, s. m. pl. Guirlandes de vigne. Ce terme, qui
    n'est guère connu que dans le midi de la France, en Savoie et
    chez nous, a été pourtant recueilli par Boiste et par Mr
    Bescherelle. Dans le Dauphiné on dit: _Autin_. Le _Complément_
    du dictionnaire de l'Académie définit le mot de «Hautain» par:
    «Vigne entrelacée à un arbre.»


FIN DU TOME PREMIER.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Nouveau Glossaire Genevois, tome 1/2" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home