Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 1/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques
Author: Dussieux, Louis
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 1/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



(This file was produced from images generously made
available by the Bibliothèque nationale de France
(BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
et n'a pas été harmonisée.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.

    EXTRAITS

    DES CHRONIQUES, DES MÉMOIRES ET DES DOCUMENTS

    ORIGINAUX,

    AVEC DES SOMMAIRES ET DES RÉSUMÉS CHRONOLOGIQUES,

    PAR

    L. DUSSIEUX,

    PROFESSEUR D'HISTOIRE A L'ÉCOLE DE SAINT-CYR.

    TOME PREMIER.

    PARIS,

    FIRMIN DIDOT FRÈRES, FILS ET Cie, LIBRAIRES,

    IMPRIMEURS DE L'INSTITUT, RUE JACOB, 56

    1861

    Tous droits réservés.



    L'HISTOIRE

    DE FRANCE

    RACONTÉE PAR LES CONTEMPORAINS.



TYPOGRAPHIE DE H. FIRMIN DIDOT.--MESNIL (EURE).



AVERTISSEMENT.


Depuis quelques années, le goût de lire l'histoire dans les documents
originaux s'est généralement répandu; de nombreuses publications
historiques ont été faites; et déjà l'ensemble de nos diverses
collections de mémoires, de chroniques et de documents dépasse
plusieurs centaines de volumes, que l'on ne peut rassembler qu'avec
difficulté et dont la lecture demande un temps considérable.

Le but de l'ouvrage que nous publions est de réunir en quelques
volumes tout ce que ces nombreux, recueils nous ont paru renfermer
d'utile et de curieux sur les principaux événements de l'histoire de
France, de manière à composer un abrégé de ces collections.

Pour la jeunesse studieuse, comme pour les gens du monde, il faut
tenir compte du temps dont ils peuvent disposer, et ne mettre sous
leurs yeux que ce qui est réellement utile à connaître. Nous avons
entrepris de faire ce choix, en prenant le parti de ne nous occuper
que des grands faits historiques, des grands hommes, et quelquefois de
détails caractéristiques sur les mœurs. Nous avons toujours donné la
préférence, entre les auteurs contemporains, à ceux qui avaient vu,
et surtout à ceux qui après avoir pris part aux événements les avaient
eux-mêmes racontés. Presque toujours nous avons publié plusieurs
relations du même fait, afin de mettre sous les yeux du lecteur les
opinions opposées, l'esprit des différents partis, les divers
jugements de l'époque sur ce fait. Nous avons cherché à être d'une
impartialité absolue dans le choix des pièces, parce que nous voulions
donner au public une œuvre sans système, sans parti pris, dans
laquelle les opinions et la manière de voir des contemporains fussent
surtout en évidence.

Pour les premières époques de notre histoire, souvent les récits
contemporains font défaut; les événements ne sont indiqués dans les
chroniques que par une phrase courte et sèche. C'est pourquoi nous
avons cru devoir reproduire, pour ces temps anciens, quelques pages
savantes d'auteurs modernes, dans lesquelles ils avaient su fondre
tous les éléments épars dans les chroniques.

Nous devons dire encore que ce choix a été fait de telle sorte que le
père et la mère de famille pussent mettre ces volumes entre les mains
de leurs enfants, pour compléter leur instruction. Nous avons voulu
que ce recueil pût être donné à la jeunesse, à qui l'on ne sait quel
ouvrage faire lire sur l'histoire de France, au moment où s'achèvent
et où se complètent les études.

Nous avons essayé de faire un livre instructif et attrayant, qui pût
permettre, selon la méthode de Rollin, d'apprendre l'histoire par la
lecture, par le détail des grands événements, par le portrait des
grands hommes, par la peinture des mœurs, en mettant le lecteur en
face des documents originaux. Des résumés chronologiques en tête de
chaque volume, et des sommaires placés au commencement de chaque
récit, lient ces morceaux détachés et leur donnent l'enchaînement et
la suite nécessaires.

Ces extraits d'anciens auteurs ont encore l'avantage de faire
connaître les écrivains historiques, si nombreux dans notre
littérature, les plus remarquables passages des chroniques et des
mémoires, et de composer ainsi, en même temps qu'une histoire de
France, une histoire de la littérature française, qui montre toutes
les transformations de la langue.



RÉSUMÉ CHRONOLOGIQUE

DES PRINCIPAUX ÉVÉNEMENTS DE LA PÉRIODE DE L'HISTOIRE DE FRANCE
CONTENUE DANS CE PREMIER VOLUME.


GAULE CELTIQUE.

Les plus anciens peuples de la Gaule paraissent avoir été les Ibères,
connus sous les noms d'Aquitains et de Ligures, et dont un débris
existe encore, sous le nom de Basques, dans les Pyrénées occidentales.

A une époque inconnue, la Gaule est envahie et occupée par les peuples
Celtes, Gaulois ou Galls au centre, Kimris ou Belges au nord. Les
Ibères sont réduits en esclavage dans tout le pays conquis par les
Celtes; mais ils restent indépendants dans l'Aquitaine et sur le bord
de la Méditerranée (Languedoc et Provence).

XIIe siècle avant J.-C. Les Phéniciens fondent plusieurs colonies sur
la côte ligurienne, dont la plus importante est Nîmes.

600 av. J.-C. Les Grecs fondent de nombreuses colonies sur la côte
ligurienne, dont la plus importante est Marseille, qui devint une
république considérable.

Dès le VIe siècle avant J.-C., les Gaulois envoyèrent hors de la Gaule
de grandes expéditions, et envahirent successivement: l'Espagne, où
ils s'établirent en Celtibérie;--la Gaule Cisalpine, en 587, où
Bellovèse fonda Milan;--la Germanie;--la Macédoine, la Grèce et la
Thrace, où en 279 ils furent défaits par les Grecs aux batailles des
Thermopyles et de Delphes;--l'Asie Mineure, où ils fondèrent le
royaume de Galatie;--l'Étrurie, où ils assiégèrent Clusium, en 391.

Le siége de Clusium fit commencer la guerre entre les Gaulois et les
Romains, qui ne parvinrent à dompter les Gaulois qu'après 200 ans de
luttes acharnées. Les principaux événements de cette lutte sont:

  en 390, la bataille de l'Allia et la prise de Rome par les
          Gaulois;

  en 295, la défaite des Gaulois à Sentinum;

  en 283, la défaite des Gaulois au lac Vadimon;

  en 222, la défaite des Gaulois à Télamone. Enfin, en 170, les
          Gaulois de la Gaule Cisalpine furent complétement soumis à la
          domination de Rome.

  189.    Manlius soumet les Galates ou Gaulois de l'Asie Mineure.

  154.    Les Romains entrent dans la Gaule Transalpine, et viennent au
          secours de la république de Marseille, leur alliée, attaquée
          par les Salyens.

  124.    Les Romains fondent Aix et s'établissent en Provence.

  122-121. Les Romains soumettent les Allobroges, et battent
          Bituitus, roi des Arvernes.

  118.    Fondation de Narbonne. Les Romains occupent la province
          romaine (Roussillon, Languedoc, Dauphiné, Provence).

  58-51.  Jules César fait la conquête de la Gaule.--52, Grande
          victoire de César à Alise sur Vercingétorix.


GAULE ROMAINE.

  (51 av. J.-C.--476 ap. J.-C.)

La Gaule reste soumise aux Romains depuis 51 av. J.-C. jusqu'en 476
ap. J.-C., date de la chute de l'empire d'Occident.

Pendant ce temps elle est entièrement transformée, et adopte la
religion, la langue, les mœurs, les lois et les institutions de
Romains.

160 ap. J.-C. Le christianisme pénètre dans la Gaule. Saint-Pothin et
saint Irénée sont les premiers apôtres de la Gaule et fondent l'église
de Lyon. Saint Denis (250) et saint Martin (371-400) achèvent la
conversion de la Gaule au christianisme.

  177. Première persécution des chrétiens à Lyon.

  241. Premières invasions des Franks dans la Gaule.

  285. Grande révolte des Bagaudes contre la tyrannie de
       l'administration romaine; 286, ils sont vaincus par Maximien
       Hercule.

  287. Les Franks-Saliens établis dans la Toxandrie comme lètes ou
       mercenaires à la solde de l'Empire.

  292. Les Franks-Ripuaires établis entre la Meuse et le Rhin comme
       mercenaires à la solde de l'Empire.

  358. Guerre de Julien contre la tribu des Franks-Saliens, qui est
       dès lors la plus importante, et qui s'emparera sous Clovis de
       la domination de la Gaule.

  407. Invasion des Suèves, des Alains et des Vandales.

  412. Les Wisigoths sous Ataulphe s'établissent dans la Gaule
       méridionale.

  413. Les Burgondes s'établissent dans le bassin du Rhône.

  431. Clodion, roi des Franks-Saliens, est battu par Aétius à
       Héléna.

  451. Invasion d'Attila dans la Gaule. Il est repoussé devant
       Orléans et vaincu dans les champs Catalauniques par Aétius, par
       Mérovée, roi des Franks-Saliens, et par Théodoric, roi des
       Wisigoths.

  458. Childéric succède à Mérovée.

  468. Avénement d'Euric, roi des Wisigoths, à Toulouse.--Grande
       puissance de ce roi.

  471-475. Ecdicius défend l'Arvernie contre les Wisigoths; il est
       obligé de se soumettre.

  476. Fin de l'empire romain d'Occident. Le dernier empereur,
       Romulus-Augustule, est renversé par Odoacre, roi des Hérules,
       qui se proclame roi d'Italie.


GAULE FRANQUE.

  481. Avénement de Clovis, successeur de Childéric.

  486. Le patrice Syagrius est battu par Clovis à Soissons.--Fin de
       la domination romaine dans la Gaule.

  486-490. Clovis soumet les cités gallo-romaines de l'Armorique.

  492. Clovis épouse Clotilde.

  496. Défaite des Alemans à Tolbiac. Conversion de Clovis. Dès lors
       Clovis devient le champion de l'Église orthodoxe contre les
       peuples ariens qui occupent la Gaule, Burgondes et Wisigoths.

  500. Clovis bat Gondebaud, roi des Burgondes, à Dijon.

  507. Clovis bat les Wisigoths à Vouillé, et conquiert l'Aquitaine.

  508. Les Franks sont battus au siége d'Arles par Ibbas, général de
       Théodoric, roi des Ostrogoths, qui envoie des secours aux
       Wisigoths.

  509. Clovis fait assassiner plusieurs rois franks, et soumet leurs
       tribus à sa domination.

  511. Mort de Clovis. Ses quatre fils se partagent ses États;

       Thierry est roi d'Austrasie;
       Clodomir est roi d'Orléans;
       Childebert est roi de Paris;
       Clotaire est roi de Soissons.

  523. Clodomir, Childebert et Clotaire envahissent la Bourgogne.

  524. Bataille de Véseronce, où Clodomir est battu et tué par les
       Burgondes.

  528-530. Conquête de la Thuringe par Thierry.

  533. Meurtre des fils de Clodomir par Childebert et Clotaire.

  534. Childebert et Clotaire font la conquête de la Bourgogne.

  539. Première expédition des Franks en Italie, où les Grecs et les
       Ostrogoths sont en guerre. Théodebert, fils de Thierry et roi
       d'Austrasie, bat les Grecs et les Ostrogoths, et se fait céder
       par les Ostrogoths la Provence, tandis que Justinien, pour
       avoir son alliance, renonce aux droits de l'Empire sur la
       Gaule.

  553. Bucelin et Leutharis, généraux de Théodebald, fils de
       Théodebert et roi d'Austrasie, sont battus par Narsès, sur le
       Vulturne, à Casilinum.

  558. Clotaire Ier réunit tous les royaumes des Franks.

  561. Mort de Clotaire Ier. Ses quatre fils se partagent ses États;

       Caribert est roi de Paris;
       Gontran est roi d'Orléans et de Bourgogne;
       Chilpéric est roi de Soissons ou de Neustrie;
       Sigebert est roi d'Austrasie.

  566. Sigebert épouse Brunehaut. Chilpéric épouse Galsuinthe, la
       tue, et la remplace par Frédégonde.

  _Première lutte de la Neustrie et de l'Austrasie, 573-613._

  573. Sigebert attaque Chilpéric et assiége Tournay; il est tué
       par des émissaires de Frédégonde. Childebert II lui succède.

  584. Chilpéric est assassiné par les ordres de Frédégonde,
       Clotaire II lui succède.

  587. Traité d'Andelot entre Gontran et Childebert II.

  593-596. Victoires de Frédégonde sur les Austrasiens à Brennac ou
       Droissy et à Leucofao.

  593. Mort de Gontran. Childebert II lui succède.

  596. Mort de Childebert II. Théodebert lui succède en Austrasie et
       Thierry II en Bourgogne.

  597. Mort de Frédégonde.

  598. Brunehaut est chassée d'Austrasie par les leudes, dont elle
       veut diminuer le pouvoir; elle se réfugie auprès de Thierry II,
       roi de Bourgogne.

  600. Clotaire II battu à Dormeille par les Austrasiens.

  612. Brunehaut et Thierry II battent les Austrasiens à Toul et à
       Tolbiac; Théodebert et ses enfants sont massacrés; Brunehaut
       rentre victorieuse à Metz.

  613. Conjuration des leudes austrasiens, dirigés par Pépin de
       Landen et Warnachaire, contre Brunehaut. Ils s'allient avec
       Clotaire II, et lui livrent Brunehaut, qui est mise à mort.

  Clotaire II réunit toutes les parties du royaume des Franks.

  614. Constitution perpétuelle ou Édit de Paris, par lequel de
       grands priviléges sont accordés par Clotaire aux leudes et au
       clergé. Les royaumes de Neustrie et d'Austrasie auront chacun
       un maire du palais.

  622. Dagobert succède à Clotaire II.

  630. Caribert, frère de Dagobert, obtient le duché d'Aquitaine.
       Ses descendants, Eudes, Hunald et Waïfre, le possèdent jusqu'en
       769.

  632. Sigebert II, fils de Dagobert, est nommé roi d'Austrasie,
       avec Pépin de Landen pour maire du palais.

  638. Clovis II succède à Dagobert en Neustrie et en Bourgogne,
       avec Ega et Erkinoald pour maires du palais.

  656. Mort de Sigebert II. Grimoald, maire du palais d'Austrasie,
       cloître Dagobert fils de Sigebert II, et fait proclamer son
       fils roi d'Austrasie. Erkinoald renverse le fils de Grimoald,
       réunit l'Austrasie à la Neustrie, et réprime les leudes.
       L'unité de l'empire frank est rétablie pour quelque temps,
       grâce à la vigueur et à l'habileté d'Erkinoald.

  656. Mort de Clovis II; Clotaire III lui succède. Ébroïn remplace
       Erkinoald, mort en 657.

  660. Les Austrasiens obtiennent de former un royaume séparé.
       Ébroïn leur donne pour roi Childéric II, second fils de Clovis
       II.

  670. Mort de Clotaire III. Thierry III lui succède.

  _Seconde lutte de la Neustrie et de l'Austrasie, 680-719._
    (Triomphe de l'Austrasie.)

  680. Ébroïn vainqueur de Pépin de Héristal, maire du palais
       d'Austrasie, à Loixy.

  681. Ebroïn est assassiné.

  687. Pépin de Héristal bat les Neustrieus à Testry, soumet la
       Neustrie à l'Austrasie, et meurt en 714. Charles Martel lui
       succède.

  715. Rainfroy est nommé maire du palais de Neustrie; il se soulève
       contre l'Austrasie, et gagne la bataille de Compiègne.

  717. Charles Martel bat les Neustriens à Vincy et à Soissons, en
       719. La Neustrie est définitivement soumise à l'Austrasie
       jusqu'en 843.

  _Gouvernement de Charles Martel et de Pépin le Bref, sous plusieurs
     rois fainéants._

  720-730. Charles Martel soumet les peuples germains, qui
       s'étaient rendus indépendants des Franks pendant les guerres
       civiles. Les Saxons, les Bavarois, les Alemans ou Souabes, les
       Frisons, sont replacés sous la domination des Austrasiens.

  721. Après avoir conquis l'Espagne sur les Wisigoths, en 712, les
       Arabes entrent en Septimanie. L'apparition de ces barbares
       décide toutes les provinces de la Gaule méridionale, Vasconie,
       Septimanie, Provence, à se placer sous la domination d'Eudes,
       duc d'Aquitaine, qui, en 721, gagne sur les Arabes la grande
       bataille de Toulouse.

  732. Eudes est battu à la bataille de Bordeaux par Abdérame, et se
       soumet à Charles Martel pour en avoir des secours contre les
       Arabes.

       Bataille de Poitiers.

  736. Les Arabes envahissent la Provence et la Bourgogne.

  739. Charles Martel les chasse de la Bourgogne, les bat à Berre,
       en Septimanie, mais ne peut leur enlever Narbonne.

  741. Mort de Charles Martel. Carloman et Pépin le Bref le
       remplacent.

  _Pépin le Bref, 741-768._

  742. Commencement des guerres d'Aquitaine, contre les ducs
       mérovingiens de ce pays, qui ne seront soumis qu'en
       769.--Pépin veut soumettre l'Aquitaine, gouvernée par Hunald,
       successeur d'Eudes. En 745, Hunald abandonne ses États à son
       fils Waïfre, et se retire dans un cloître.

  743. Carloman, par l'influence de l'archevêque de Mayence,
       Boniface, commence la guerre contre les Saxons, c'est-à-dire
       contre les peuples du nord de la Germanie entre le Rhin,
       l'Elbe, la mer du Nord et le Mein, afin de détruire l'odinisme
       et la barbarie dans la Germanie, d'y établir la civilisation
       et la foi chrétiennes, et de faire cesser les ravages et les
       invasions de ces barbares.

  747. Abdication de Carloman, qui se retire au Mont-Cassin. Pépin
       est seul maître du pouvoir.

  752. Childéric III, le dernier Mérovingien, est déposé, et Pépin
       le Bref est proclamé roi.

  754. Le pape Étienne II sacre Pépin.

  755-757. Guerre contre Astolphe, roi des Lombards, peuple arien,
       qui attaquait la papauté à Rome. Les Lombards vaincus,
       l'exarchat de Ravenne est cédé au pape.--Fondation de la
       puissance temporelle des papes.

  759. Narbonne enlevée aux Arabes. Les Arabes sont chassés de la
       Septimanie.

  759-768. Guerre contre Waïfre en Aquitaine. Assassinat de Waïfre
       en 768 et soumission de l'Aquitaine.

  768. Mort de Pépin le Bref. Ses États sont partagés entre
       Charlemagne et Carloman.


CHARLEMAGNE, 768-814.

  769. Hunald sort du cloître et soulève l'Aquitaine. Charlemagne
       réprime cette dernière révolte. Hunald se réfugie chez les
       Lombards, et l'Aquitaine se soumet aux Franks.

  771. Mort de Carloman. Charlemagne dépouille ses neveux, qui se
       réfugient auprès de Didier, roi des Lombards.

  772. Commencement des guerres de Charlemagne contre les Saxons. La
       Saxe ne sera soumise qu'en 804, après soixante et un ans de
       luttes, en datant de 743, et après 18 campagnes de Charlemagne
       contre ces peuples.

  773-774. Guerre contre Didier. Passage du mont Cenis et du
       Saint-Bernard. Prise de Vérone et de Pavie.--Fin du royaume des
       Lombards. Destruction de l'arianisme en Occident; augmentation
       des domaines de la papauté.--Charlemagne devient roi d'Italie
       et donne ce royaume, en 781, à son fils aîné Pépin.

  778. Expédition de Charlemagne en Espagne contre les Arabes
       divisés en deux factions, l'une pour les Ommyades, l'autre pour
      les Abassides. Charlemagne soutient quelques émirs. A son
      retour, son arrière-garde est détruite à Roncevaux par Loup,
      duc de Vasconie, fils de Waïfre, qui est battu, pris et pendu.
      Mort de Roland dans ce désastre.

  780. Création des évêchés de la Saxe.

  780. Création du royaume d'Aquitaine, pour Louis le Débonnaire. Ce
       royaume est chargé de la guerre contre les Arabes d'Espagne. De
       791 à 812, cette guerre est faite par Guillaume le Pieux, comte
       de Toulouse, qui conquiert la marche d'Espagne, c'est-à-dire le
       pays entre l'Èbre et les Pyrénées, où se formeront plus tard
       les royaumes chrétiens de Castille, de Navarre et d'Aragon.

  782. Massacre des Saxons à Verden.

  785. Wittikind, chef des Saxons, se fait baptiser à Attigny.

  786. Conquête de la Bavière sur Tassilon, duc de ce pays, qui
       s'était allié avec les Grecs, les Avares et les Lombards de
       Bénévent, contre Charlemagne.

  787. Le duché de Bénévent, dernière possession des Lombards en
       Italie, est soumis aux Franks.

  788-810. Guerres contre les Slaves, entre l'Elbe et l'Oder.
       Soumission des Obotrites, des Wendes, des Serbes ou Sorabes et
       des Tchèques. La civilisation chrétienne commence à pénétrer
       chez ces barbares.

  791-796. Guerres contre les Avares. Destruction de ce peuple
       sauvage.

  800. Charlemagne est proclamé empereur d'Occident, à Rome, par le
       pape Léon III et le peuple romain.

  804. Soumission de la Saxe. Transplantation et conversion de ce
       peuple. L'odinisme et la barbarie sont détruits dans
       l'Allemagne du nord, qui entre dans l'Europe civilisée. La
       limite de la civilisation est reculée du Rhin jusqu'à
       l'Elbe.--Fin des invasions des peuples germains.

  804. Traité avec Irène, impératrice d'Orient, pour la fixation des
       limites des deux empires.

  808. Première apparition des Northmans en France.

  812. Bernard roi d'Italie. Il succède à Pépin, son père, mort en
       810.

  814. Mort de Charlemagne. Louis le Débonnaire ou le Pieux lui
       succède.

Pendant le règne de Charlemagne, l'ordre est rétabli; les invasions
des barbares sont arrêtées; de nombreuses lois (capitulaires) sont
rédigées; on crée une administration et des écoles; les études sont
rétablies, les arts cultivés. Cette première renaissance est due aux
efforts de Charlemagne, d'Alcuin, de Leidrade, archevêque de Lyon, de
Théodulf, évêque d'Orléans, de saint Benoît, abbé d'Aniane,
d'Adalhard, abbé de Corbie. Cette renaissance disparaît entièrement au
milieu des désordres qui ont lieu pendant les règnes des premiers
successeurs du grand empereur.


LOUIS LE DÉBONNAIRE, 814-840.

  817. Louis le Débonnaire partage l'Empire entre ses trois fils,
       Lothaire, Pépin et Louis.

  818. Bernard qui s'est révolté en Italie est vaincu, condamné et
       mis à mort.

  822. Pénitence publique de Louis le Débonnaire à Attigny, pour
       expier la mort de son neveu.

  826. Harold, roi ou chef danois, se soumet à Louis le Débonnaire
       et se fait baptiser.

  830. Première révolte des fils de Louis le Débonnaire.

  833. Seconde révolte des fils du Débonnaire. Il est trahi au champ
       du Mensonge, dégradé, déposé et remplacé par Lothaire.

  834. Louis le Débonnaire est rétabli.

  838-839. Nouvelles révoltes des fils du Débonnaire.

  840. Mort de Louis le Débonnaire. Partage de l'Empire entre ses
       fils.



LISTES CHRONOLOGIQUES

DES EMPEREURS ROMAINS ET DES ROIS FRANKS, WISIGOTHS ET BURGONDES QUI
ONT RÉGNÉ PENDANT CETTE PÉRIODE.


I. EMPEREURS ROMAINS.

    Jules César  48-30 av. J.-C.
    Auguste      30 av. J.-C.--14 ap. J.-C.
    Tibère                                             41
    Caligula                                           37
    Claude I                                           41
    Néron                                              54
    Galba                                              68
    Othon                                             _id._
    Vitellius                                         _id._
    Vespasien                                          69
    Titus                                              79
    Domitien                                           81
    Nerva                                              96
    Trajan                                             98
    Adrien                                            117
    Antonin                                           138
    Marc-Aurèle et Verus                              161
    Commode                                           180
    Pertinax                                          193
    Didius Julianus                                  _id._
    Albinus                                          _id._
    Pescennius Niger                                 _id._
    Septime Sévère                                   _id._
    Caracalla et Géta                                 211
    Macrin                                            217
    Héliogabale                                       218
    Alexandre Sévère                                  222
    Maximin                                           232
    Les deux Gordiens                                 237
    Maxime                                           _id._
    Pupien et Balbin                                 _id._
    Gordien III                                       238
    Philippe                                          244
    Dèce                                              249
    Gallus, Hostilianus et Volusien                   251
    Émilien                                           253
    Valérien                                         _id._
    Gallien                                           260
    Les trente Tyrans                             260-268
      parmi lesquels _Postumius_, dans la Gaule.
    Claude II                                         268
    Quintilius                                        270
    Aurélien                                         _id._
    Tacite et Florien                                 276
    Probus                                           _id._
    Carus                                             282
    Carin et Numérien                                 283
    Dioclétien                                    284-305
    Maximien Hercule lui est associé               en 286

291. _Partage de l'Empire en 4 préfectures._

  CÉSARS CHARGÉS DE GOUVERNER LA PRÉFECTURE DE LA GAULE, BRETAGNE
    ET ESPAGNE.

      _Constance Chlore_                              291
      _Constantin_                                    306
    Constantin                                    323-335
      _Constantin II_                             337-340
      _Constant_                                  337-350
    Constance II                                  353-361
      _Julien_                                        355
    Julien                                        361-363
    Jovien                                            363
    Valentinien I                                 364-375
    Gratien                                       375-383
    Valentinien II                                375-392
    Maxime                                        383-388
      _Eugène_                                        392
    Théodose                                          394

395. _Partage de l'Empire._

EMPEREURS d'OCCIDENT.

    Honorius                                      395-423
    Jean                                          423-425
    Valentinien III                               425-455
    Maxime                                            455
    Avitus                                            455
    Majorien                                      457-460
    Libius Sévère                                     461
      _Égidius_  }
      _Syagrius_ } règnent en Gaule.
    Anthémius                                         467
    Olybrius                                          472
    Glycerius                                         473
    Oreste et Augustule                           475-476
    Odoacre, chef des Hérules, renverse
      Oreste et Augustule, prend le titre de
      roi d'Italie, et met fin à l'empire
      d'Occident.


II. ROIS DE FRANCE

  de 428 à 840.

I. _Mérovingiens._
    428. Clodion.
    448. Mérovée.
    458. Childéric.
    481. Clovis.
    511. Le royaume est partagé entre les fils de Clovis.

ROIS DE PARIS.

    511. Childebert, [+] 558.

ROIS DE SOISSONS.

    511. Clotaire, [+] 561.

ROIS D'ORLÉANS.

    511. Clodomir, [+] 524.

ROIS D'AUSTRASIE.

    511. Thierry.
    537. Théodebert.
    548. Théodebald, [+] en 555.

    538. Clotaire I, maître de toute la monarchie.
    561. Le royaume est partagé entre les fils de Clotaire I.

ROIS DE PARIS.

    561. Caribert, [+] 567.

ROIS DE SOISSONS.

    561. Chilpéric II.
    584. Clotaire II.

ROIS D'ORLÉANS ET DE BOURGOGNE.

    561. Gontran [+] 593.
    593. Childebert II.
    596. Thierry II, [+] 613.

ROIS D'AUSTRASIE.

    561. Sigebert.
    575. Childebert II.
    596. Théodebert II, [+] 612.

    613. Clotaire II réunit toute la monarchie. [+] 628.
    628. Dagobert. A sa mort, 638, la monarchie est partagée en deux
         royaumes.

ROIS DE NEUSTRIE ET DE BOURGOGNE.

    638. Clovis II, [+] 656.
    656. Clotaire III.
    670. Thierry III.
    691. Clovis III.
    695. Childebert III.
    711. Dagobert III.
    716. Chilpéric II.
    717. Clotaire IV.
    720. Thierry IV.
    737-742. Interrègne.
    742. Childéric III, déposé en 752.

ROIS D'AUSTRASIE.

    638. Sigebert II, [+] 656.
    660. Childéric II.
    674. Dagobert II, [+] 679.

_Maires du palais de la famille d'Héristal, ducs d'Austrasie._

    Pépin d'Héristal, [+] 714.
    Charles Martel, [+] 741.
    Pépin le Bref.

2. _Carlovingiens._

    752. Pépin le Bref.
    768. Charlemagne et Carloman. 771, Charlemagne seul.
    800, Charlemagne empereur.
    814. Louis le Débonnaire, meurt en 840.


III. ROIS DES WISIGOTHS

  _qui ont régné en Aquitaine_.

    412. Ataulphe.
    415. Wallia.
    420. Théodoric I.
    451. Thorismond.
    452. Théodoric II}
    467. Euric       } conquièrent l'Espagne.
    484. Alaric II, tué à Vouillé, 507.
         Ses successeurs ne possèdent plus en France que la
         Septimanie, et résident en Espagne.


IV. ROIS BURGONDES.

    413. Gondicaire.
    443-470. Gondioche et _Chilpéric_.
    470. Gondebaud et _Chilpéric_, _Godomar_, _Godesegil_.
    516. Sigismond.
    524. Godemar.--En 534 le royaume des Burgondes est conquis par les
         Franks.



LES GRANDS FAITS

DE

L'HISTOIRE DE FRANCE

RACONTÉS PAR LES CONTEMPORAINS.


LES PEUPLES DE L'ANCIENNE GAULE.

  50 ans avant J.-C.

Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée
par les Belges[1], l'autre par les Aquitains[2], la troisième par ceux
que nous appelons Gaulois, et qui dans leur langue se nomment Celtes.
Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les mœurs et les
lois. Les Gaulois sont séparés des Aquitains par la Garonne, des
Belges par la Marne et la Seine. Les Belges sont les plus braves de
tous ces peuples; étrangers aux mœurs élégantes et à la civilisation
de la Province romaine[3], ils ne reçoivent point du commerce
extérieur ces produits du luxe qui contribuent à énerver le courage;
d'ailleurs, voisins des peuples de la Germanie qui habitent au delà du
Rhin, ils sont continuellement en guerre avec eux. Par la même raison,
les Helvétiens[4] surpassent en valeur le reste des Gaulois; ils
luttent chaque jour avec les Germains pour les repousser, et pour
pénétrer eux-mêmes sur leur territoire.

    CÉSAR, _Commentaires ou Mémoires sur la guerre des Gaules_, liv.
      I, ch. 1. Traduction de M. Baudement.

   Jules César naquit à Rome 100 av. J.-C., et fut assassiné l'an 44
   av. J.-C. Il est célèbre pour avoir conquis la Gaule, renversé la
   république romaine et établi l'empire. César a laissé de précieux
   Mémoires ou Commentaires sur la guerre des Gaules et sur la guerre
   civile qu'il soutint contre les derniers défenseurs de la
   république.

  [1] La plupart des peuples de la Belgique étaient d'origine
  germanique (CÉSAR, liv. II, ch. 4), mais les Belges (Bolgs)
  étaient de race celtique.

  [2] Les Aquitains diffèrent absolument des deux autres peuples,
  non-seulement par leur langage, mais encore par leur figure, qui
  approche plus de la figure des Ibères (Espagnols) que de celle
  des Gaulois. (STRABON, IV, 1.)

  [3] La Provence, qui avait été soumise par les Romains cent ans
  avant le reste de la Gaule.

  [4] Les Helvétiens habitaient la Suisse.


DESCRIPTION DE LA GAULE.

  Sous Auguste, vers le commencement de l'ère chrétienne.

Toute la Gaule est arrosée par des fleuves qui descendent des Alpes,
des Pyrénées et des Cévennes et qui vont se jeter, les uns dans
l'Océan, les autres dans la Méditerranée. Les lieux qu'ils traversent
sont pour la plupart des plaines et des collines qui donnent naissance
à des ruisseaux assez forts pour porter bateau. Les lits de tous ces
fleuves sont, les uns à l'égard des autres, si heureusement disposés
par la nature, qu'on peut aisément transporter les marchandises de
l'Océan à la Méditerranée et réciproquement; car la plus grande partie
du transport se fait par eau, en descendant ou en remontant les
fleuves; et le peu de chemin qui reste à faire par terre est d'autant
plus commode qu'on n'a que des plaines à traverser. Le Rhône surtout a
un avantage marqué sur les autres fleuves pour le transport des
marchandises, non-seulement parce que ses eaux communiquent avec
celles de plusieurs autres fleuves, mais encore parce qu'il se jette
dans la Méditerranée, qui l'emporte sur l'Océan[5], et parce qu'il
traverse d'ailleurs les plus riches contrées de la Gaule.

  [5] Strabon dit en effet, au liv. II, que les avantages de la
  Méditerranée sont d'avoir des côtes situées sous un meilleur
  climat et habitées par des nations policées.

Quant aux productions de la Gaule, la Narbonnaise[6] entière donne les
mêmes fruits que l'Italie. Cependant, à mesure qu'on avance vers le
Nord et les Cévennes, l'olivier et le figuier disparaissent, quoique
tout le reste y croisse. Il en est de même de la vigne, elle réussit
moins dans la partie septentrionale de la Gaule; tout le reste produit
beaucoup de blé, de millet, de glands, et abonde en bétail de toute
espèce. Aucun terrain n'y est en friche, si ce n'est les parties
occupées par des marais ou par des bois; encore ces lieux mêmes
sont-ils habités; ce qui néanmoins est l'effet de la grande population
plutôt que de l'industrie des habitants; car les femmes y sont
très-fécondes et excellentes nourrices. Mais les hommes sont portés à
l'exercice de la guerre plutôt qu'aux travaux de la terre. Aujourd'hui
cependant, forcés de mettre bas les armes[7], ils s'occupent
d'agriculture.

  [6] Roussillon, Languedoc, Provence et partie du Dauphiné.

  [7] Depuis que la Gaule était soumise aux Romains.

Je l'ai déjà dit et je le répète encore: ce qui mérite surtout d'être
remarqué dans cette contrée, c'est la parfaite correspondance qui
règne entre ses divers cantons, par les fleuves qui les arrosent et
par les deux mers[8] dans lesquelles ils versent leurs eaux;
correspondance qui, si l'on y fait attention, constitue en grande
partie l'excellence de ce pays, par la grande facilité qu'elle donne
aux habitants de communiquer les uns avec les autres et de se procurer
réciproquement tous les secours et toutes les choses nécessaires à la
vie. Cet avantage devient surtout sensible en ce moment où, jouissant
du loisir de la paix, ils s'appliquent à cultiver la terre avec plus
de soin et se civilisent de plus en plus. Une si heureuse disposition
de lieux, par cela même qu'elle semble être l'ouvrage d'un être
intelligent plutôt que l'effet du hasard, suffirait pour prouver la
Providence.

    STRABON, _Géographie_, liv. IV, ch. I et 12. Trad. par Letronne.

   Strabon, célèbre géographe grec, né en Asie Mineure, à Amasée, 50
   ans av. J.-C.

  [8] L'Océan et la Méditerranée.


MŒURS ET USAGES DES GAULOIS.

Dans toute la Gaule, il n'y a que deux classes d'hommes qui soient
comptées pour quelque chose et qui soient honorées; car la multitude
n'a guère que le rang des esclaves, n'osant rien par elle-même, et
n'étant admise à aucun conseil. La plupart, accablés de dettes,
d'impôts énormes et de vexations de la part des grands, se livrent
eux-mêmes en servitude à des nobles qui exercent sur eux tous les
droits des maîtres sur les esclaves. Des deux classes priviligiées,
l'une est celle des druides, l'autre celle des chevaliers. Les
premiers, ministres des choses divines, sont chargés des sacrifices
publics et particuliers, et sont les interprètes des doctrines
religieuses. Le désir de l'instruction attire auprès d'eux un grand
nombre de jeunes gens qui les ont en grand honneur. Les druides
connaissent de presque toutes les contestations publiques et privées.
Si quelque crime a été commis, si un meurtre a eu lieu, s'il s'élève
un débat sur un héritage ou sur des limites, ce sont eux qui statuent;
ils dispensent les récompenses et les peines. Si un particulier ou un
homme public ne défère point à leur décision, ils lui interdisent les
sacrifices; c'est chez eux la punition la plus grave. Ceux qui
encourent cette interdiction sont mis au rang des impies et des
criminels, tout le monde s'éloigne d'eux, fuit leur abord et leur
entretien, et craint la contagion du mal dont ils sont frappés; tout
accès en justice leur est refusé; et ils n'ont part à aucun honneur.
Tous ces druides n'ont qu'un seul chef, dont l'autorité est sans
bornes. A sa mort, le plus éminent en dignité lui succède; ou, si
plusieurs ont des titres égaux, l'élection a lieu par le suffrage des
druides, et la place est quelquefois disputée par les armes. A une
certaine époque de l'année, ils s'assemblent dans un lieu consacré sur
la frontière du pays des Carnutes (pays Chartrain), qui passe pour le
point central de toute la Gaule. Là se rendent de toutes parts ceux
qui ont des différends, et ils obéissent aux jugements et aux
décisions des druides. On croit que leur doctrine a pris naissance
dans la Bretagne, et qu'elle fut de là transportée dans la Gaule; et
aujourd'hui ceux qui veulent en avoir une connaissance plus
approfondie vont ordinairement dans cette île pour s'y instruire.

Les druides ne vont point à la guerre et ne payent aucun des tributs
imposés aux autres Gaulois; ils sont exempts du service militaire et
de toute espèce de charges. Séduits par de si grands priviléges,
beaucoup de Gaulois viennent auprès d'eux de leur propre mouvement, ou
y sont envoyés par leurs parents et leurs proches. Là, dit-on, ils
apprennent un grand nombre de vers, et il en est qui passent vingt
années dans cet apprentissage. Il n'est pas permis de confier ces vers
à l'écriture, tandis que, dans la plupart des autres affaires
publiques et privées, ils se servent des lettres grecques. Il y a, ce
me semble, deux raisons de cet usage: l'une est d'empêcher que leur
science ne se répande dans le vulgaire; et l'autre, que leurs
disciples, se reposant sur l'écriture, ne négligent leur mémoire; car
il arrive presque toujours que le secours des livres fait que l'on
s'applique moins à apprendre par cœur et à exercer sa mémoire. Une
croyance qu'ils cherchent surtout à établir, c'est que les âmes ne
périssent point, et qu'après la mort, elles passent d'un corps dans un
autre, croyance qui leur paraît singulièrement propre à inspirer le
courage, en éloignant la crainte de la mort. Le mouvement des astres,
l'immensité de l'univers, la grandeur de la terre, la nature des
choses, la force et le pouvoir des dieux immortels, tels sont en outre
les sujets de leurs discussions: ils les transmettent à la jeunesse.

La seconde classe est celle des chevaliers. Quand il en est besoin et
qu'il survient quelque guerre (ce qui, avant l'arrivée de César, avait
lieu presque tous les ans, soit pour faire, soit pour repousser des
incursions), ils prennent tous part à cette guerre, et proportionnent
à l'éclat de leur naissance et de leurs richesses le nombre de
serviteurs et de clients dont ils s'entourent. C'est pour eux la seule
marque du crédit et de la puissance.

Toute la nation gauloise est très-superstitieuse; aussi ceux qui sont
attaqués de maladies graves, ceux qui vivent au milieu de la guerre et
de ses dangers, ou immolent des victimes humaines, ou font vœu d'en
immoler, et ont recours pour ces sacrifices au ministère des druides.
Ils pensent que la vie d'un homme est nécessaire pour racheter celle
d'un homme, et que les dieux immortels ne peuvent être apaisés qu'à ce
prix; ils ont même institué des sacrifices publics de ce genre. Ils
ont quelquefois des mannequins d'une grandeur immense et tissus en
osier, dont ils remplissent l'intérieur d'hommes vivants; ils y
mettent le feu et font expirer leurs victimes dans les flammes. Ils
pensent que le supplice de ceux qui sont convaincus de vol, de
brigandage ou de quelque autre délit, est plus agréable aux dieux
immortels; mais, quand ces hommes leur manquent, ils se rabattent sur
les innocents.

Le dieu qu'ils honorent le plus est Mercure. Il a un grand nombre de
statues; ils le regardent comme l'inventeur de tous les arts, comme le
guide des voyageurs, et comme présidant à toutes sortes de gains et de
commerce. Après lui ils adorent Apollon, Mars, Jupiter et Minerve. Ils
ont de ces divinités à peu près la même idée que les autres nations.
Apollon guérit les maladies; Minerve enseigne les éléments de
l'industrie et des arts; Jupiter tient l'empire du ciel, Mars celui de
la guerre; c'est à lui, quand ils ont résolu de combattre, qu'ils font
vœu d'ordinaire de consacrer les dépouilles de l'ennemi. Ils lui
sacrifient ce qui leur reste du bétail qu'ils ont pris; le surplus du
butin est placé dans un dépôt public; et on peut voir, en beaucoup de
villes, de ces monceaux de dépouilles entassées en des lieux
consacrés. Il n'arrive guère, qu'au mépris de la religion, un Gaulois
ose s'approprier clandestinement ce qu'il a pris à la guerre, ou ravir
quelque chose de ces dépôts. Le plus cruel supplice et la torture sont
réservés pour ce larcin.

Les Gaulois se vantent d'être issus de Pluton, tradition qu'ils
disent tenir des druides. C'est pour cette raison qu'ils mesurent le
temps, non par le nombre des jours, mais par celui des nuits. Ils
calculent les jours de naissance, le commencement des mois et celui
des années de manière que le jour suive la nuit dans leur calcul. Dans
les autres usages de la vie, ils ne diffèrent guère des autres nations
qu'en ce qu'ils ne permettent pas que leurs enfants les abordent en
public avant d'être adolescents et en état de porter les armes. Ils
regardent comme honteux pour un père d'admettre publiquement en sa
présence son fils en bas âge.

Autant les maris ont reçu d'argent de leurs épouses à titre de dot,
autant ils mettent de leurs propres biens, après estimation faite, en
communauté avec cette dot. On dresse conjointement un état de ce
capital, et l'on en réserve les intérêts. Quelque époux qui survive,
c'est à lui qu'appartient la part de l'un et de l'autre, avec les
intérêts des années antérieures. Les hommes ont, sur leurs femmes
comme sur leurs enfants, le droit de vie et de mort. Lorsqu'un père de
famille d'une haute naissance vient à mourir, ses proches
s'assemblent, et s'ils ont quelque soupçon sur sa mort, les femmes
sont mises à la question des esclaves; si le crime est prouvé, on les
fait périr par le feu et dans les plus horribles tourments. Les
funérailles, eu égard à la civilisation des Gaulois, sont magnifiques
et somptueuses. Tout ce qu'on croit avoir été cher au défunt pendant
sa vie, on le jette dans le bûcher, même les animaux; et il y a peu de
temps encore, on brûlait avec lui les esclaves et les clients qu'on
savait qu'il avait aimés, pour complément des honneurs qu'on lui
rendait.

Dans les cités qui passent pour administrer le mieux les affaires de
l'État, c'est une loi sacrée que celui qui apprend, soit de ses
voisins, soit par le bruit public, quelque nouvelle intéressant la
cité, doit en informer le magistrat, sans la communiquer à nul autre,
l'expérience leur ayant fait connaître que souvent des hommes
imprudents et sans lumières s'effrayent de fausses rumeurs, se portent
à des crimes et prennent des partis extrêmes. Les magistrats cachent
ce qu'ils jugent convenable, et révèlent à la multitude ce qu'ils
croient utile. C'est dans l'assemblée seulement qu'il est permis de
s'entretenir des affaires publiques.

    CÉSAR, _Guerre des Gaules_, liv. VI, ch. 13 à 21.


MÊME SUJET.

En général, tous les peuples connus aujourd'hui sous le nom de Gaulois
sont belliqueux, vifs, prompts à se battre, d'ailleurs d'un naturel
plein de candeur et sans malice. Aussi, pour peu qu'on les irrite, ils
courent en masse aux armes; et cela sans dissimuler leurs projets, et
sans y apporter la moindre circonspection. Cela fait qu'on peut
aisément les vaincre en employant les ruses de la guerre; car, qui
veut les provoquer au combat, quel que soit le temps ou le lieu, et
sous quelque prétexte qu'il lui plaise, les trouvera toujours prêts à
l'accepter, sans qu'ils y portent autre chose que leur force et leur
audace. Néanmoins ces qualités n'empêchent point qu'ils ne soient
dociles et qu'ils ne se laissent facilement persuader, lorsqu'il
s'agit de ce qui peut leur être utile. Aussi est-on parvenu à leur
faire goûter l'étude des lettres.

Leur force vient, non-seulement de l'avantage de la taille, mais
encore de leur nombre. La franchise et la simplicité de leur caractère
font que chacun ressent les injustices qu'on fait à son voisin, et
qu'elles excitent chez eux une telle indignation qu'ils se rassemblent
promptement pour les venger. Il est vrai qu'à présent, soumis aux
Romains, ils sont obligés de vivre en paix et d'obéir à leurs
vainqueurs.

Par ce caractère des Gaulois, on peut expliquer la facilité de leurs
émigrations. Dans leurs expéditions, ils marchaient tous à la fois, ou
plutôt ils se transportaient ailleurs avec leurs familles, toutes les
fois qu'ils étaient chassés par des ennemis supérieurs en force. Aussi
ont-ils moins coûté de peine à vaincre aux Romains que les Ibères[9].
La raison en est que les Gaulois combattant en grand nombre à la fois,
leurs échecs devenaient des défaites générales, au lieu que les
Ibères, pour ménager leurs forces, morcelaient pour ainsi dire la
guerre en plusieurs petits combats qu'ils livraient tantôt d'un côté,
tantôt de l'autre, à la manière des brigands. Tous les Gaulois sont
naturellement bons soldats; mais ils se battent mieux à cheval qu'à
pied. Aussi les Romains tirent-ils de la Gaule leur meilleure
cavalerie. Les plus vaillants d'entre les Gaulois sont ceux qui
habitent vers le Nord et près de l'Océan. Les Belges, surtout, passent
pour être les plus braves. Seuls ils ont soutenu les incursions des
Germains, des Cimbres et des Teutons. Les Belges les plus vaillants
sont les Bellovaques[10] et les Suessons[11]. La Belgique est si
peuplée, qu'on y comptait autrefois[12] jusqu'à trois cent mille
hommes en état de porter les armes.

  [9] La guerre des Ibères dura deux cents ans.

  [10] Les habitants du Beauvaisis.

  [11] Les habitants du Soissonnais.

  [12] Au temps de César.

Les Gaulois laissent croître leurs cheveux[13]; ils portent
des saies[14] et couvrent leurs extrémités inférieures de
hauts-de-chausses[15]; leurs tuniques sont fendues, descendent
jusqu'au-dessous des reins et ont des manches. La laine des moutons de
la Gaule est rude, mais longue; on en fabrique des saies à poils.
Néanmoins on entretient, même dans les parties septentrionales, des
troupeaux de moutons qui donnent une assez belle laine, par le soin
qu'on a de les couvrir avec des peaux.

  [13] C'est d'après cet usage que les Romains ont appelé la Gaule
  transalpine la Gaule chevelue, excepté la partie méridionale, la
  Narbonnaise, qu'ils appelaient la Gaule _braccata_, ou Gaule à
  braies ou à hauts-de-chausses.

  [14] Espèce de manteau militaire ou capot.

  [15] Pantalons très-amples.

L'armure des Gaulois est proportionnée à leur taille. Un long sabre
leur pend au côté droit; leurs boucliers aussi sont fort longs, et
leurs lances à proportion. Ils portent de plus une espèce de pique
qu'on nomme _mataris_, et quelques-uns font usage de l'arc et de la
fronde. Ils se servent encore d'un trait en bois, semblable au javelot
des Romains, qu'ils lancent de la main, et non par le moyen d'une
courroie, à de plus longues distances que ne porterait une flèche;
cette arme leur sert surtout pour la chasse des oiseaux.

La plupart des Gaulois conservent encore aujourd'hui l'usage de
coucher à terre, et celui de prendre leurs repas assis sur la paille.
Leur nourriture ordinaire est du lait et des viandes de toute espèce,
mais particulièrement du cochon, tant frais que salé. Leurs cochons
restent en pleine campagne et l'emportent sur ceux des autres pays
pour la taille, la force et la vitesse; au point qu'ils sont aussi à
craindre que les loups, pour les personnes qui n'ont pas coutume d'en
approcher.

Les Gaulois habitent des maisons vastes, construites avec des planches
et des claies, et terminées par un toit cintré et couvert d'un chaume
épais. Ils possèdent un si grand nombre de troupeaux de moutons et de
cochons, qu'ils fournissent non-seulement Rome, mais l'Italie presque
entière de saies et de porc salé.

La plupart des peuples de la Gaule avaient autrefois un gouvernement
aristocratique; tous les ans on choisissait un gouverneur et un
général que le peuple nommait pour le commandement des troupes.

Dans leurs assemblées, les Gaulois observent un usage qui leur est
particulier. Si quelqu'un trouble ou interrompt celui qui a la parole,
un huissier s'avance, l'épée à la main, et lui ordonne avec menaces de
se taire; s'il persiste à troubler l'assemblée, l'huissier répète ses
menaces une seconde, puis une troisième fois, et enfin s'il n'est
point obéi, il lui coupe du manteau un assez grand morceau pour que le
reste ne puisse plus servir.

Quant aux occupations des deux sexes, distribuées chez les Gaulois
d'une manière opposée à ce qui se fait parmi nous[16], cet usage leur
est commun avec beaucoup d'autres peuples barbares.

  [16] Les femmes étaient chargées de tous les travaux que les
  hommes devaient faire, et ceux-ci passaient leur temps, soit à la
  guerre, soit dans l'oisiveté.

Chez presque tous les Gaulois, il y a trois sortes de personnes qui
jouissent d'une considération particulière, ce sont les bardes[17],
les devins et les druides[18]. Les bardes composent et chantent des
hymnes; les devins s'occupent des sacrifices et de l'étude de la
nature; et les druides joignent à cette étude celle de la morale. On
a si bonne opinion de la justice des druides, qu'on s'en rapporte à
leur jugement sur les procès, tant particuliers que publics. Autrefois
ils étaient même les arbitres des guerres, qu'ils réussissaient
souvent à apaiser au moment où l'on était prêt à en venir aux mains.
C'étaient surtout les accusés de meurtre qu'ils avaient à juger. Les
druides croient que les âmes sont immortelles, et qu'il y aura des
époques dans lesquelles le feu et l'eau prendront le dessus tour à
tour.

  [17] _Barde_, chanteur, poëte.

  [18] _Druide_, du celtique _derv_, chêne.

A leur franchise et à leur vivacité naturelle, les Gaulois joignent
beaucoup d'imprudence, d'ostentation et d'amour pour la parure. Tous
ceux qui sont revêtus de quelque dignité portent des ornements d'or,
tels que des colliers, des bracelets et des habits de couleur
travaillés en or. L'inconstance de leur caractère fait qu'ils se
vantent d'une manière insupportable de leurs victoires, et qu'ils
tombent dans la plus grande consternation lorsqu'ils sont vaincus.

Ils ont en outre, ainsi que la plupart des peuples septentrionaux, des
coutumes étranges qui annoncent leur barbarie et leur férocité. Tel
est, par exemple, l'usage de suspendre au cou de leurs chevaux, en
revenant de la guerre, les têtes des ennemis qu'ils ont tués, et de
les exposer ensuite en spectacle attachées au-devant de leurs portes.
Posidonius[19] dit avoir été témoin, en plusieurs endroits, de cette
coutume qui l'avait d'abord révolté, mais à laquelle il avait fini par
s'habituer. Lorsque parmi ces têtes, il s'en trouvait de quelques
hommes de marque, ils les embaumaient avec de la résine de cèdre[20],
les faisaient voir aux étrangers, et ils refusaient de les vendre même
au poids de l'or.

  [19] Posidonius, philosophe stoïcien, contemporain de Pompée et
  de Cicéron, qui tint école à Rhodes. Tous ses écrits sont perdus;
  on ne les connaît que par un petit nombre de fragments qui nous
  ont été conservés par quelques auteurs anciens. Posidonius avait
  visité la Gaule.

  [20] La résine de cèdre servait aussi chez les Égyptiens à
  embaumer les morts.

Cependant les Romains les ont obligés de renoncer à cette cruauté,
comme aux usages qui regardent les sacrifices et les divinations,
usages absolument opposés à ce qui se pratique parmi nous. Tel était,
par exemple, celui d'ouvrir d'un coup de sabre le dos d'un homme
dévoué à la mort, et de tirer des prédictions de la manière dont la
victime se débattait. Ils ne faisaient les sacrifices que par le
ministère des druides[21]. On leur attribue encore diverses autres
manières d'immoler des hommes, comme de les percer à coups de flèche,
ou de les crucifier dans leurs temples. Quelquefois ils brûlaient des
animaux de toute espèce, jetés ensemble avec des hommes dans le creux
d'une espèce de colosse fait de bois et de foin[22].

    STRABON, _Géographie_, liv. IV, ch. 4.

  [21] César donne pour cela un précieux détail et qui diminue de
  beaucoup l'horreur que nous inspire ces immolations. «Les
  druides, dit-il, sont persuadés que de ces supplices, les plus
  agréables aux dieux sont ceux des criminels qui ont été saisis
  dans le vol, dans le brigandage ou dans quelque autre forfait.»
  (Liv. III.) Les prêtres exécutaient eux-mêmes les condamnés à
  mort.

  [22] Ces sacrifices ont été abolis par l'empereur Claude.


MÊME SUJET.

Les Gaulois sont d'une taille élevée, ont la carnation molle, la peau
blanche et les cheveux naturellement blonds; ils cherchent même par
diverses préparations à augmenter cette couleur propre à la chevelure,
qu'ils lavent habituellement avec une lessive de chaux. Ils relèvent
droit les cheveux du front sur le sommet du crâne, et les rejettent
ensuite en arrière vers le chignon du cou, de manière qu'ils
rappellent assez la figure des Satyres et des Faunes. Par ce moyen,
ils parviennent à épaissir leur chevelure à un tel point qu'elle ne
diffère presqu'en rien de la crinière des chevaux. Les uns se coupent
la barbe entièrement, d'autres en conservent une partie. Les nobles se
rasent les joues, mais laissent croître leurs moustaches si longues
qu'elles leur couvrent entièrement la bouche; aussi, lorsqu'ils
mangent, les poils se remplissent des débris des aliments, et ce
qu'ils boivent ne leur parvient, pour ainsi dire, qu'à travers un
filtre. Ils prennent leur repas assis, non sur des siéges, mais à
terre, où des peaux de chiens ou de loups leur tiennent lieu de
coussins, et se font servir par des enfants de l'un ou de l'autre
sexe, qui remplissent ces fonctions jusqu'à l'adolescence. Près du
lieu où ils mangent, sont des fourneaux remplis de feu, qui portent ou
des chaudières ou des broches chargées de grosses pièces de viande.
Ils font hommage des meilleurs morceaux aux hôtes les plus distingués.

Les Gaulois invitent aussi les étrangers à leurs festins, et ne leur
demandent qui ils sont, et quelles affaires les attirent, qu'après
qu'ils ont mangé. Mais dans leurs repas même, les convives ont
l'habitude, pour peu qu'une dispute de paroles s'engage entre eux, de
se lever sur-le-champ et de se provoquer réciproquement en combat
singulier, tant ils font peu de cas de leur vie. Ce mépris de la mort
tient à ce que les Gaulois sont fortement attachés à la doctrine de
Pythagore, qui enseigne que les âmes des hommes sont immortelles, et
que chacun doit, après un certain nombre d'années déterminé, revenir à
la vie, l'âme se revêtant à cette époque d'un autre corps. C'est aussi
d'après cette opinion, que dans les funérailles quelques-uns ont
adopté l'usage d'écrire des lettres à leurs amis défunts, et de les
jeter au milieu du bûcher, comme si elles devaient être lues par le
mort à qui elles sont adressées.

Dans les voyages et dans les batailles, les Gaulois se servent de
chars à deux chevaux qui portent un cocher et un guerrier combattant.
Lorsqu'à la guerre ils se trouvent en présence d'un ennemi à cheval,
ils commencent par lancer contre lui le javelot, puis ils descendent
du char et en viennent au combat à l'épée. Quelques-uns méprisent la
mort à un tel point qu'ils courent tous les hasards de la guerre le
corps entièrement nu, n'ayant qu'une ceinture autour des reins. Ils
mènent avec eux des servants, de condition libre, qu'ils choisissent
parmi les pauvres et qui les suivent en campagne, soit comme cochers,
soit comme écuyers chargés de porter leurs armes. Lorsque deux armées
sont en présence, quelques-uns ont la coutume de se porter en avant du
front de bataille, et de défier en combat singulier les plus braves de
la ligne opposée, en brandissant leurs armes pour inspirer de l'effroi
à l'ennemi. Si l'on répond à cet appel, ils se mettent à chanter les
hauts faits de leurs ancêtres et leur propre vaillance, accablent au
contraire d'insultes le guerrier qui se présente, et par les discours
les plus injurieux cherchent à lui faire perdre courage. Dès qu'un
ennemi est tombé, ils lui coupent la tête, qu'ils attachent au cou de
leurs chevaux, ou remettent ces dépouilles sanglantes à leurs
servants, et entonnent l'hymne de la victoire.

Le vêtement des Gaulois est d'une bizarrerie frappante. Ils portent
des tuniques teintes et semées de fleurs de diverses couleurs, des
hauts-de-chausses qu'ils nomment _braies_, et s'attachent sur les
épaules avec des agrafes, des saies rayées, d'une étoffe à carreaux de
couleur et très-serrés[23], fort épaisse en hiver, et mince en été.

  [23] C'est l'ancienne tiretaine du moyen âge, ou tartan des
  Écossais, peuple également d'origine gauloise.

Les Gaulois sont en général d'un aspect effrayant. Dans la
conversation leur voix est grave et rude; ils parlent avec brièveté,
emploient des expressions figurées et s'énoncent souvent en termes
obscurs ou métaphoriques. Ils font un grand usage de l'hyperbole,
surtout lorsqu'il s'agit de se vanter eux-mêmes ou de dépriser les
autres. Enfin, le ton de leurs discours est hautain, visant à
l'élévation et portant souvent une empreinte tragique. Ils ont
l'esprit vif, et sont assez susceptibles d'instruction; on trouve même
chez eux des poëtes qu'ils appellent _bardes_, et qui en
s'accompagnant sur un instrument semblable à notre lyre, chantent les
vers qu'ils ont composés, soit pour célébrer, soit pour diffamer ceux
qui en sont le sujet. Ils ont aussi quelques philosophes ou
théologiens, jouissant d'une grande considération et connus sous le
nom de _druides_. Ils consultent en outre des devins singulièrement
estimés parmi eux, qui prédisent l'avenir d'après le vol des oiseaux
ou l'inspection des victimes offertes en sacrifice, et auxquels tout
le peuple obéit. Ces devins pratiquent, particulièrement quand il
s'agit d'une consultation sur une affaire importante, une coutume
tellement hors des idées ordinaires, que l'on a peine à y croire. Ils
immolent un homme en le frappant d'un coup d'épée dans la poitrine, et
lorsqu'il tombe, ils annoncent l'avenir d'après les circonstances de
la chute, les convulsions des membres du mourant, et la manière dont
le sang coule, pronostics auxquels ils ajoutent foi, en s'appuyant sur
une longue suite d'observations conservées depuis des temps
très-reculés. Les Gaulois sont dans l'usage de n'offrir aucun
sacrifice sans la présence d'un druide. Comme ils leur croient une
connaissance plus précise de la nature de la Divinité et qu'ils les
regardent comme ses interprètes, ils supposent que les actions de
grâces qu'ils offrent, et leurs prières pour obtenir quelques faveurs,
doivent passer par ces prêtres pour arriver aux dieux. Du reste, ce
n'est pas seulement dans la paix, mais encore dans la guerre, que les
druides savent se faire obéir. Souvent, lorsque des armées étaient
déjà rangées en bataille, les glaives tirés et les javelots prêts à
s'échapper des mains, on a vu ces prêtres se montrer soudain au milieu
des deux lignes, et, tels que les enchanteurs qui, par de magiques
accents, charment la fureur des bêtes féroces, calmer d'un mot la rage
des combattants.

Les femmes gauloises sont en général très-belles de figure et presque
de la même taille que les hommes, et peuvent leur disputer l'avantage
de la force. Les enfants viennent au monde pour la plupart avec des
cheveux blancs; mais en avançant en âge, leur chevelure change et
prend la couleur de celle de leurs pères.

On trouve les Gaulois adonnés, dès la plus haute antiquité, au
brigandage, envahissant les terres étrangères et méprisant toutes les
lois humaines. Ce sont eux qui ont pris Rome, saccagé le temple de
Delphes, rendu tributaires une grande partie de l'Europe et plusieurs
contrées de l'Asie, et qui se sont établis sur le territoire des
peuples qu'ils avaient vaincus. De leur mélange avec les Grecs[24] ils
ont pris le nom de Gallo-Grecs, et ont enfin défait les plus
puissantes armées des Romains.

  [24] Dans l'Orient, en Galatie.

L'excessive barbarie de leurs mœurs se montre jusque dans les
sacrifices impies qu'ils offrent aux dieux. Ils gardent les
malfaiteurs en prison pendant cinq années, et les attachent ensuite,
en l'honneur de la Divinité, à des croix élevées sur un vaste bûcher,
où ils les immolent en sacrifice avec d'autres prémices réservées pour
ces solennités. Ils emploient à un usage semblable les prisonniers
qu'ils font à la guerre, et il en est même qui, indépendamment des
hommes, égorgent encore les animaux qu'ils ont pris dans la mêlée, ou
les font périr soit dans les flammes, soit par tout autre genre de
supplice.

    DIODORE DE SICILE, liv. 5, ch. 28 à 32. Traduit par Miot.

   Diodore de Sicile, historien grec, vivait au temps de César et
   d'Auguste; il est auteur d'une histoire universelle; des quarante
   livres qui la composaient, il n'en reste plus que quinze.


LES GAULOIS EN ITALIE.

  587 à 222 av. J.-C.

C'est au pied des Alpes que commencent les plaines de la partie
septentrionale de l'Italie, qui par leur fertilité et leur étendue
surpassent tout ce que l'histoire nous a jamais appris d'aucun pays de
l'Europe. Ces plaines étaient occupées autrefois par les Étrusques;
depuis, les Gaulois, qui leur étaient voisins et qui ne voyaient
qu'avec un œil jaloux la beauté du pays, s'étant mêlés avec eux par
le commerce, tout d'un coup sur un léger prétexte fondirent avec une
grosse armée sur les Étrusques, les chassèrent des plaines arrosées
par le Pô, et se mirent en leur place.

Vers la source du fleuve étaient les Laens et les Lébicéens; ensuite
les Insubriens, nation fort puissante; après eux, les Cénomans; auprès
de la mer Adriatique, les Vénètes, peuple ancien qui avait à peu près
les mêmes coutumes et le même habillement que les autres Gaulois, mais
qui parlait une langue différente. Au delà du Pô et autour de
l'Apennin, les premiers qui se présentaient étaient les Anianes,
ensuite les Boïens; après eux, vers la mer Adriatique, les Lingons, et
enfin sur la côte, les Sénonais.

Tous ces peuples étaient répandus par villages, qu'ils ne fermaient
point de murailles. Ils ne savaient ce que c'était que meubles; leur
manière de vivre était simple; point d'autre lit que de l'herbe, ni
d'autre nourriture que de la viande[25]; la guerre et la culture de
leurs champs faisaient toute leur étude; toute autre science, tout
autre art leur était inconnu. Leurs richesses consistaient en or et en
troupeaux, les seules choses que l'on peut facilement transporter d'un
lieu en un autre à son choix ou selon les différentes conjonctures.
Ils s'appliquaient surtout à s'attacher un grand nombre de personnes,
parce qu'on n'était puissant parmi eux qu'à proportion du nombre des
clients dont on disposait. D'abord, ils ne furent pas seulement
maîtres du pays, mais encore de plusieurs contrées voisines qu'ils
soumirent par la terreur de leurs armes. Peu de temps après, ayant
vaincu les Romains et leurs alliés (à l'Allia), ils les menèrent
battant pendant trois jours jusqu'à Rome, dont ils s'emparèrent, à
l'exception du Capitole. Mais les Vénètes s'étant jetés sur leur pays,
ils s'accommodèrent avec les Romains, leur rendirent leur ville, et
coururent au secours de leur patrie[26]. Ils se firent ensuite la
guerre les uns aux autres. Leur grande puissance excita aussi la
jalousie de quelques-uns des peuples qui habitaient les Alpes. Piqués
de se voir si fort au-dessous d'eux, ils se réunirent, prirent les
armes et firent souvent des incursions dans leur pays.

  [25] Posidonius le stoïcien dit: «Voici comment les Celtes
  servent à manger. Ils se mettent du foin sous eux, et mangent sur
  des tables de bois, peu élevées au-dessus de terre. Le manger
  consiste en très-peu de pain, et beaucoup de viandes bouillies et
  rôties sur la braise ou à la broche. On les apporte proprement,
  il est vrai; mais ils y mordent comme des lions, saisissant des
  membres entiers des deux mains. S'il se trouve quelque chose de
  dur à arracher, ils l'entament avec un long couteau qui est à
  leur côté dans une gaîne particulière.» (ATHÉNÉE, _Festin des
  philosophes_, trad. de Lefebvre de Villebrune, in-4º, t. II, p.
  82.)

  [26] On verra combien le récit de Polybe diffère de celui de
  Tite-Live, et combien ce dernier auteur a flatté les Romains.

Pendant ce temps-là, les Romains s'étaient relevés de leurs pertes et
avaient composé avec les Latins. Trente ans après la prise de Rome,
les Gaulois s'avancèrent jusqu'à Albe avec une grande armée. Les
Romains surpris, et n'ayant pas eu le temps de faire venir les troupes
de leurs alliés, n'osèrent leur aller au-devant. Mais douze ans après,
les Gaulois étant revenus avec une armée nombreuse, les Romains, qui
s'y attendaient, assemblent leurs alliés, s'avancent avec ardeur et
brûlent d'en venir aux mains. Cette fermeté épouvanta les Gaulois; il
y eut différents sentiments parmi eux sur ce qu'il y avait à faire;
mais, la nuit venue, ils firent une retraite qui approchait fort d'une
fuite. Depuis ce temps-là ils restèrent chez eux sans remuer, pendant
treize ans.

Ensuite voyant les Romains croître en puissance et en force, ils
conclurent avec eux un traité de paix, auquel pendant quatre ans ils
ne donnèrent aucune atteinte. Mais menacés d'une guerre de la part des
peuples d'au delà des Alpes, et craignant d'en être accablés, ils
leur envoyèrent tant de présents, ils surent si bien faire valoir la
liaison qu'il y avait entre eux et les Gaulois d'en deçà les Alpes,
qu'ils leur firent tomber les armes des mains. Ils leur persuadèrent
ensuite de les reprendre contre les Romains, et s'engagèrent de courre
avec eux tous les risques de cette guerre. Joints ensemble, ils
passent par l'Étrurie, gagnent les peuples de ce pays à leur parti,
font un riche butin sur les terres des Romains et en sortent sans que
personne fasse mine de les inquiéter. De retour chez eux, une sédition
s'éleva sur le partage du butin; c'était à qui aurait la meilleure
part, et leur avidité leur fit perdre la plus grande partie, et du
butin et de leur armée. Cela est assez ordinaire aux Gaulois,
lorsqu'ils ont fait quelque capture, surtout quand le vin et la
débauche leur échauffent la tête.

Quatre ans après cette expédition, les Samnites et les Gaulois
joignant ensemble leurs forces, livrèrent bataille aux Romains dans le
pays des Camertins et en défirent un grand nombre. Les Romains,
irrités par cet échec, revinrent peu de jours après avec toutes leurs
troupes dans le pays des Sentinates. Dans cette bataille, les Gaulois
perdirent la plus grande partie de leurs troupes, et le reste fut
obligé de s'enfuir à vau-de-route dans leur pays. Ils revinrent encore
dix ans après, avec une grande armée, pour assiéger Arretium[27]. Les
Romains accoururent pour secourir les assiégés et livrèrent bataille
devant la ville, mais ils furent vaincus, et Lucius, qui les
commandait, y perdit la vie. M. Curius, son successeur, leur envoya
demander les prisonniers; mais contre le droit des gens ils mirent à
mort ceux qui étaient venus de sa part. Les Romains outrés se mettent
sur-le-champ en campagne; les Sénonais se présentent, la bataille se
donne, les Romains victorieux en tuent la plus grande partie, chassent
le reste, et se rendent maîtres de tout le pays. C'est dans cet
endroit de la Gaule cisalpine qu'ils envoyèrent pour la première fois
une colonie, et qu'ils bâtirent une ville nommée Séna[28] du nom des
Sénonais qui l'avaient les premiers habitée.

  [27] Arezzo.

  [28] Sinigaglia.

La défaite des Sénonais fit craindre aux Boïens qu'eux mêmes et leur
pays n'eussent le même sort. Ils levèrent une armée formidable, et
engagèrent les Étrusques à se joindre à eux. Le rendez-vous était au
lac Vadimon, et ils s'y mirent en bataille. Presque tous les Étrusques
y périrent, et il n'y eut que les Boïens qui échappèrent par la fuite.
Mais l'année suivante, ils se liguèrent une seconde fois, et ayant
enrôlé toute la jeunesse, ils livrèrent bataille aux Romains. Ils y
furent entièrement défaits, et contraints, malgré qu'ils en eussent,
de demander la paix aux Romains et de faire un traité avec eux. Tout
ceci se passa trois ans avant que Pyrrhus entrât dans l'Italie, et
cinq ans avant la déroute de Delphes (282 av. J.-C). De cette fureur
de guerre que la fortune semblait avoir soufflée aux Gaulois, les
Romains tirèrent deux grands avantages. Le premier fut, qu'accoutumés
à être battus par les Gaulois, ils ne pouvaient ni rien voir, ni rien
craindre de plus terrible que ce qui leur était arrivé; et c'est pour
cela que Pyrrhus les trouva si exercés et si aguerris. L'autre
avantage fut que les Gaulois réduits et domptés, ils furent en état de
réunir toutes leurs forces contre Pyrrhus, d'abord pour défendre
l'Italie, et ensuite contre les Carthaginois pour leur enlever la
Sicile.

Pendant les quarante-cinq ans qui suivirent ces défaites, les Gaulois
restèrent tranquilles, et vécurent en bonne intelligence avec les
Romains. Mais après que la mort eut enlevé ceux qui avaient été
témoins de leurs malheurs, la jeunesse, qui leur succéda, brutale et
féroce, et qui n'avait jamais connu ni éprouvé le mal, commença à se
remuer, comme il arrive ordinairement. Elle chercha querelle aux
Romains pour des bagatelles, et entraîna dans son parti les Gaulois
des Alpes. D'abord le peuple n'eut point de part à ces mouvements
séditieux; tout se tramait secrètement entre les chefs. De là vint que
les Gaulois transalpins s'étant avancés avec une armée jusqu'à
Ariminium[29], le peuple, parmi les Boïens, ne voulut pas marcher avec
eux. Il se révolta contre ses chefs, s'éleva contre ceux qui venaient
d'arriver, et tua ses propres rois Atis et Galatus. Il y eut même
bataille rangée, où ils se massacrèrent les uns les autres. Les
Romains, épouvantés de l'irruption des Gaulois, se mirent en campagne,
mais apprenant qu'ils s'étaient défaits eux-mêmes, ils reprirent la
route de leur pays.

  [29] Rimini.

Cinq ans après, sous le consulat de Marcus Lépidus, les Romains
partagèrent entre eux les terres du Picenum, d'où ils avaient chassé
les Sénonais. Ce fut C. Flaminius qui, pour capter la faveur du
peuple, introduisit cette nouvelle loi, qu'on peut dire qui a été la
principale cause de la corruption des mœurs des Romains, et ensuite
de la guerre qu'ils eurent avec les Sénonais. Plusieurs peuples de la
nation gauloise entrèrent dans la querelle, surtout les Boïens, qui
étaient limitrophes des Romains. Ils se persuadèrent que ce n'était
plus pour commander et pour faire la loi, que les Romains les
attaquaient, mais pour les détruire entièrement. Dans cette pensée,
les Insubriens et les Boïens, les deux plus grands peuples de la
nation, se liguent ensemble et envoient chez les Gaulois qui
habitaient le long des Alpes et du Rhône, et qu'on appelait Gésates,
parce qu'ils servaient pour une certaine solde, car c'est ce que
signifie proprement ce mot. Pour gagner les deux rois Concolitan et
Anéroeste, et les engager à armer contre les Romains, ils leur font
présent d'une somme considérable; ils leur mettent devant les yeux la
grandeur et la puissance de ce peuple; ils les flattent par la vue des
richesses immenses qu'une victoire gagnée sur lui ne manquera pas de
leur procurer; ils leur promettent solennellement de partager avec eux
tous les périls de cette guerre; ils leur rappellent les exploits de
leurs ancêtres, qui ayant pris les armes contre les Romains, les
avaient battus à plate couture, avaient pris d'emblée la ville de Rome
et en étaient restés les maîtres pendant sept mois, et qui après avoir
rendu la ville, non-seulement sans y être forcés, mais même avec
reconnaissance de la part des Romains, étaient revenus dans leur
patrie sains et saufs et chargés de butin.

Cette harangue échauffa tellement les esprits, que jamais on ne vit
sortir de ces provinces une armée plus nombreuse et composée de
soldats plus braves et plus belliqueux. Au bruit de ce soulèvement, on
trembla à Rome pour l'avenir; tout y fut dans le trouble et dans la
frayeur. On lève des troupes, on fait des magasins de vivres et de
munitions, on mène l'armée jusque sur les frontières, comme si les
Gaulois étaient déjà dans le pays, quoiqu'ils ne fussent pas encore
sortis du leur.

Enfin, huit ans après le partage des terres du Picenum, les Gésates et
les autres Gaulois franchirent les Alpes et vinrent camper sur le Pô.
Leur armée était nombreuse et bien équipée. Les Insubriens et les
Boïens soutinrent le parti qu'ils avaient pris; mais les Vénètes et
les Cénomans se rangèrent du côté des Romains, gagnés par les
ambassadeurs qu'on leur avait envoyés, ce qui obligea les rois gaulois
de laisser dans le pays une partie de leur armée pour le garder contre
ces peuples. Ils partent ensuite, et prennent leur route par
l'Étrurie, ayant avec eux cinquante mille hommes de pied, vingt mille
chevaux et autant de chars. Sur la nouvelle que les Gaulois avaient
passé les Alpes, les Romains firent marcher Lucius Emilius, l'un des
consuls, à Ariminium, pour arrêter les ennemis par cet endroit. Un des
préteurs fut envoyé dans l'Étrurie. Caius Atilius, l'autre consul,
était allé dans la Sardaigne. Tout ce qui resta dans Rome de citoyens
était consterné et croyait toucher au moment de sa perte. Cette
frayeur n'a rien qui doive surprendre. L'extrémité où les Gaulois les
avaient autrefois réduits était encore présente à leurs esprits. Pour
éviter un semblable malheur, ils assemblent ce qu'ils avaient de
troupes, ils font de nouvelles levées, ils mandent à leurs alliés de
se tenir prêts; ils font venir des provinces soumises à leur
domination les registres où étaient marqués les jeunes gens en âge de
porter les armes, afin de connaître toutes leurs forces. On donna aux
consuls la plus grande partie des troupes, et ce qu'il y avait de
meilleur parmi elles. Des vivres et des munitions, on en avait fait un
si grand amas que l'on n'a point d'idée qu'il s'en soit jamais fait un
pareil. Il leur venait des secours, et de toutes sortes et de tous les
côtés. Car telle était la terreur que l'irruption des Gaulois avait
répandue dans l'Italie, que ce n'était plus pour les Romains que les
peuples italiens croyaient porter les armes; ils ne pensaient plus
que c'était à la puissance de cette république que l'on en voulait;
c'était pour eux-mêmes, pour leur patrie, pour leurs villes qu'ils
craignaient, et c'est pour cela qu'ils étaient si prompts à exécuter
tous les ordres qu'on leur donnait..... De sorte que l'armée campée
devant Rome était de plus de cent cinquante mille hommes de pied et de
six mille chevaux, et que ceux qui étaient en état de porter les
armes, tant parmi les Romains que parmi les alliés, montaient à sept
cent mille hommes de pied et soixante-dix mille chevaux.

A peine les Gaulois furent-ils arrivés dans l'Étrurie, qu'ils y firent
le dégât sans crainte et sans que personne les arrêtât. Ils s'avancent
enfin vers Rome. Déjà ils étaient aux environs de Clusium, à trois
journées de cette capitale, lorsqu'ils apprennent que l'armée romaine,
qui était en Étrurie, les suivait de près et allait les atteindre. Ils
retournent aussitôt sur leurs pas pour en venir aux mains avec elle.
Les deux armées ne furent en présence que vers le coucher du soleil,
et campèrent à fort peu de distance l'une de l'autre. La nuit venue,
les Gaulois allument des feux, et ayant donné l'ordre à leur
cavalerie, dès que l'ennemi l'aurait aperçue le matin, de suivre la
route qu'ils allaient prendre, ils se retirent sans bruit vers Fésule,
et prennent là leurs quartiers, dans le dessein d'y attendre leur
cavalerie, et quand elle aurait joint le gros, de fondre à
l'improviste sur les Romains. Ceux-ci, à la pointe du jour, voyant
cette cavalerie, croient que les Gaulois ont pris la fuite et se
mettent à la poursuivre. Ils approchent, les Gaulois se montrent et
tombent sur eux; l'action s'engage avec vigueur, mais les Gaulois,
plus braves et en plus grand nombre, eurent le dessus. Les Romains
perdirent là au moins six mille hommes; le reste prit la fuite, la
plupart vers un certain poste avantageux où ils se cantonnèrent.
D'abord les Gaulois pensèrent à les y forcer; c'était le bon parti,
mais ils changèrent de sentiment. Fatigués et harassés par la marche
qu'ils avaient faite la nuit précédente, ils aimèrent mieux prendre
quelque repos, laissant seulement une garde de cavalerie autour de la
hauteur où les fuyards s'étaient retirés, et remettant au lendemain à
les assiéger, en cas qu'ils ne se rendissent pas d'eux-mêmes.

Pendant ce temps-là, Lucius Emilius, qui avait son camp vers la mer
Adriatique, ayant appris que les Gaulois s'étaient jetés dans
l'Étrurie et qu'ils approchaient de Rome, vint en diligence au secours
de sa patrie et arriva fort à propos. S'étant campé proche des
ennemis, les Romains réfugiés sur leur hauteur virent les feux de
Lucius Émilius, et se doutant bien que c'était lui, ils reprirent
courage. Ils envoient au plus vite quelques-uns des leurs, sans armes,
pendant la nuit, et à travers une forêt, pour annoncer au consul ce
qui leur était arrivé. Emilius, sans perdre le temps à délibérer,
commande aux tribuns, dès que le jour commencerait à paraître, de se
mettre en marche avec l'infanterie; lui-même se met à la tête de la
cavalerie et tire droit vers la hauteur. Les chefs des Gaulois avaient
aussi vu les feux pendant la nuit, et conjecturant que les ennemis
étaient proche, ils tinrent conseil. Anéroeste, leur roi, dit qu'après
avoir fait un si riche butin (car leur butin était immense en
prisonniers, en bestiaux et en bagages), il n'était pas à propos de
s'exposer à un nouveau combat, ni de courir le risque de perdre tout;
qu'il valait mieux retourner dans leur patrie; qu'après s'être
déchargés là de leur butin, ils seraient plus en état, si on le
trouvait bon, de reprendre les armes contre les Romains. Tous se
rangeant à cet avis, lèvent le camp avant le jour et prennent leur
route le long de la mer par l'Étrurie. Quoique Lucius eût joint à ses
troupes celles qui s'étaient réfugiées sur la hauteur, il ne crut pas
pour cela qu'il fût de la prudence de hasarder une bataille; il prit
le parti de suivre les ennemis et d'observer les temps et les lieux où
il pourrait les incommoder et regagner le butin.

Le hasard voulut que dans ce temps-là même, Caius Atilius, venant de
Sardaigne, débarquât ses légions à Pise et les conduisît à Rome par
une route contraire à celle des Gaulois. A Télamon, ville des
Étrusques, quelques fourrageurs gaulois étant tombés dans
l'avant-garde du consul, les Romains s'en saisirent. Interrogés par
Atilius, ils racontèrent tout ce qui s'était passé, qu'il y avait dans
le voisinage deux armées, et que celle des Gaulois était fort proche,
ayant en queue celle d'Émilius. Le consul fut touché de l'échec que
son collègue avait souffert, mais il fut charmé d'avoir surpris les
Gaulois dans leur marche et de les voir entre deux armées.
Sur-le-champ il commande aux tribuns de ranger les légions en
bataille, de donner à leur front l'étendue que les lieux permettraient
et de s'avancer contre l'ennemi. Il y avait sur le chemin une hauteur
au pied de laquelle il fallait que les Gaulois passassent. Atilius y
courut avec la cavalerie et se posta sur le sommet, dans le dessein de
commencer le premier le combat, persuadé que par là il aurait la
meilleure part à la gloire de l'événement. Les Gaulois, qui croyaient
Atilius bien loin, voyant cette hauteur occupée par les Romains, ne
soupçonnèrent rien autre chose, sinon que pendant la nuit Émilius
avait battu la campagne avec sa cavalerie pour s'emparer le premier
des postes avantageux. Sur cela, ils détachèrent aussi la leur et
quelques soldats armés à la légère pour chasser les Romains de la
hauteur. Mais ayant su d'un prisonnier que c'était Atilius qui
l'occupait, ils mirent au plus vite l'infanterie en bataille et la
disposèrent de manière que, rangée dos à dos, elle faisait front par
devant et par derrière; ordre de bataille qu'ils prirent sur le
rapport du prisonnier et sur ce qui se passait actuellement, pour se
défendre, et contre ceux qu'ils savaient à leurs trousses, et contre
ceux qu'ils avaient en tête.

Émilius avait bien ouï parler du débarquement des légions à Pise; mais
il ne s'attendait pas qu'elles seraient si proche; il n'apprit
sûrement le secours qui lui était venu que par le combat qui se livra
à la hauteur. Il y envoya aussi de la cavalerie et en même temps il
conduisit aux ennemis l'infanterie rangée à la manière ordinaire.

Dans l'armée des Gaulois, les Gésates et après eux les Insubriens
faisaient front du côté de la queue, qu'Émilius devait attaquer; ils
avaient à dos les Taurisques et les Boïens, qui faisaient face du côté
qu'Atilius viendrait. Les chariots bordaient les ailes; et le butin
fut mis sur une des montagnes voisines, avec un détachement pour le
garder. Cette armée à deux fronts n'était pas seulement terrible à
voir, elle était encore très-propre pour l'action. Les Insubriens y
paraissaient avec leurs braies, et n'ayant autour d'eux que des saies
légères. Les Gésates, aux premiers rangs, soit par vanité, soit par
bravoure, avaient jeté bas leurs vêtements et ne gardaient que leurs
armes, de peur que les buissons qui se rencontraient çà et là en
certains endroits ne les arrêtassent et ne les empêchassent d'agir.

Le premier choc se fit à la hauteur, et fut vu des trois armées, tant
il y avait de cavalerie de part et d'autre qui combattait. Atilius
perdit la vie dans la mêlée, où il se distinguait par son intrépidité
et sa valeur, et sa tête fut apportée aux rois des Gaulois. Malgré
cela, la cavalerie romaine fit si bien son devoir, qu'elle emporta la
position et gagna une pleine victoire sur celle des ennemis.

L'infanterie s'avança ensuite, l'une contre l'autre. Ce fut un
spectacle fort singulier, et aussi surprenant pour ceux qui sur le
récit d'un fait peuvent par l'imagination se le mettre comme sous les
yeux, que pour ceux qui en furent témoins. Car une bataille entre
trois armées tout ensemble est assurément une action d'une espèce et
d'une manœuvre bien particulière. D'ailleurs aujourd'hui, comme
alors, il n'est pas aisé de démêler si les Gaulois attaqués de deux
côtés, s'étaient formés de la manière la moins avantageuse ou la plus
convenable. Il est vrai qu'ils avaient à combattre de deux côtés; mais
aussi, rangés dos à dos, ils se mettaient mutuellement à couvert de
tout ce qui pouvait les prendre en queue. Et, ce qui devait le plus
contribuer à la victoire, tout moyen de fuir leur était interdit; et
une fois défaits, il n'y avait plus pour eux de salut à espérer; car
tel est l'avantage de l'ordonnance à deux fronts.

Quant aux Romains, voyant les Gaulois pris entre deux armées et
enveloppés de toutes parts, ils ne pouvaient que bien espérer du
combat; mais, d'un autre côté, la disposition de ces troupes et le
bruit qui s'y faisait les jetait dans l'épouvante. Le nombre des cors
et des trompettes y était innombrable, et toute l'armée ajoutant à ces
instruments ses cris de guerre, le vacarme était tel que les montagnes
voisines, qui en renvoyaient l'écho, semblaient elles-mêmes joindre
leurs cris au bruit des trompettes et des soldats. Ils étaient encore
effrayés de l'attitude et des mouvements des soldats des premiers
rangs, qui en effet frappaient autant par la beauté et la vigueur de
leur corps que par leur complète nudité, outre qu'il n'y en avait
aucun dans ces premiers rangs qui n'eût le cou et les bras ornés de
colliers et de bracelets d'or. A l'aspect de cette armée, les Romains
ne purent se défendre d'une certaine frayeur, mais l'espérance d'un
riche butin enflamma leur courage.

Les archers s'avancent sur le front de la première ligne, selon la
coutume des Romains, et commencent l'action par une grêle épouvantable
de traits. Les Gaulois des derniers rangs n'en souffrirent pas
extrêmement, leurs braies et leurs saies les en préservèrent; mais
ceux des premiers rangs, qui ne s'attendaient pas à ce prélude, et qui
n'avaient rien sur le corps qui les mît à couvert, en furent
très-incommodés. Ils ne savaient que faire pour parer les coups. Leurs
boucliers n'étaient pas assez larges pour les couvrir; ils étaient
nus, et plus leurs corps étaient grands, plus il tombait de traits sur
eux. Se venger sur les archers eux-mêmes des blessures qu'ils
recevaient était impossible; ils en étaient trop éloignés, et
d'ailleurs comment avancer au travers d'un si grand nombre de traits?
Dans cet embarras, les uns transportés de fureur et de désespoir, se
jettent inconsidérément parmi les ennemis et se livrent volontairement
à la mort; les autres pâles, défaits, tremblants, reculent et rompent
les rangs qui étaient derrière eux. C'est ainsi que dès la première
attaque fut rabaissé l'orgueil et la fierté des Gésates.

Quand les archers se furent retirés, les Insubriens, les Boïens et les
Taurisques en vinrent aux mains. Ils se battirent avec tant
d'acharnement que malgré les plaies dont ils étaient couverts, on ne
pouvait les arracher de leur poste. Si leurs armes eussent été les
mêmes que celles des Romains, ils remportaient la victoire. Ils
avaient à la vérité comme eux des boucliers pour parer, mais leurs
épées ne leur rendaient pas les mêmes services. Celles des Romains
taillaient et frappaient, au lieu que les leurs ne frappaient que de
taille.

Ces troupes se soutinrent jusqu'à ce que la cavalerie romaine fut
descendue de la hauteur, et les eut prises en flanc. Alors
l'infanterie fut taillée en pièces, et la cavalerie s'enfuit à
vau-de-route. Quarante mille Gaulois restèrent sur la place, et on fit
au moins dix mille prisonniers, entre lesquels était Concolitan, un de
leurs rois. Anéroeste se sauva avec quelques-uns des siens en je ne
sais quel endroit, où il se tua de sa propre main. Émilius ayant
ramassé les dépouilles, les envoya à Rome, et rendit le butin à ceux à
qui il appartenait. Puis, marchant à la tête des légions par la
Ligurie, il se jeta sur le pays des Boïens, y laissa ses soldats se
gorger de butin, et revint à Rome en peu de jours avec l'armée. Tout
ce qu'il avait pris de drapeaux, de colliers et de bracelets, il
l'employa à la décoration du Capitole; le reste des dépouilles et les
prisonniers servirent à orner son triomphe. C'est ainsi qu'échoua
cette formidable irruption des Gaulois, laquelle menaçait d'une ruine
entière, non-seulement toute l'Italie, mais Rome même (225 av. J.-C.).

Après ce succès, les Romains ne doutant point qu'ils ne fussent en
état de chasser les Gaulois de tous les environs du Pô, firent de
grands préparatifs de guerre, levèrent des troupes, et les envoyèrent
contre eux sous la conduite de Q. Fulvius et de Titus Manlius, qui
venaient d'être créés consuls. Cette irruption épouvanta les Boïens,
ils se rendirent à discrétion. Du reste, les pluies furent si grosses,
et la peste ravagea tellement l'armée des Romains, qu'ils ne firent
rien de plus pendant cette campagne.

L'année suivante, Publius Furius et Caius Flaminius se jetèrent encore
dans la Gaule, par le pays des Anamares, peuple assez peu éloigné de
Marseille. Après leur avoir persuadé de se déclarer en leur faveur,
ils entrèrent dans le pays des Insubriens, par l'endroit où l'Adda se
jette dans le Pô. Ayant été fort maltraités au passage de la rivière
et dans leurs campements, et mis hors d'état d'agir, ils firent un
traité avec ce peuple et sortirent du pays. Après une marche de
plusieurs jours, ils passèrent le Cluson, entrèrent dans le pays des
Cénomans, leurs alliés, avec lesquels ils retombèrent par le bas des
Alpes sur les plaines des Insubriens, où ils mirent le feu et
saccagèrent tous les villages. Les chefs de ce peuple voyant les
Romains dans une résolution fixe de les exterminer, prirent enfin le
parti de tenter la fortune et de risquer le tout pour le tout. Pour
cela ils rassemblent en un même endroit tous leurs drapeaux, même ceux
qui étaient relevés d'or, qu'ils appelaient les drapeaux immobiles, et
qui avaient été tirés du temple de Minerve. Ils font provision de
toutes les munitions nécessaires, et au nombre de cinquante mille
hommes ils vont hardiment et avec un appareil terrible se camper
devant les ennemis.

Les Romains, de beaucoup inférieurs en nombre, avaient d'abord dessein
de faire usage dans cette bataille des troupes gauloises qui étaient
dans leur armée. Mais, sur la réflexion qu'ils firent que les Gaulois
ne se font pas scrupule d'enfreindre les traités, et que c'était
contre des Gaulois que le combat devait se donner, ils craignirent
d'employer ceux qu'ils avaient dans une affaire si délicate et si
importante; et pour se précautionner contre toute trahison, ils les
firent passer au delà de la rivière et plièrent ensuite les ponts.
Pour eux, ils restèrent en deçà et se mirent en bataille sur le bord,
afin qu'ayant derrière eux une rivière qui n'était pas guéable, ils
n'espérassent de salut que de la victoire.

Cette bataille est célèbre par l'intelligence avec laquelle les
Romains s'y conduisirent. Tout l'honneur en est dû aux tribuns, qui
instruisirent l'armée en général, et chaque soldat en particulier de
la manière dont on devait s'y prendre. Les tribuns, dans les combats
précédents, avaient observé que le feu et l'impétuosité des Gaulois,
tant qu'ils n'étaient pas entamés, les rendaient à la vérité
formidables dans le premier choc, mais que leurs épées n'avaient pas
de pointe, qu'elles ne frappaient que de taille et qu'un seul coup;
que le fil s'en émoussait et qu'elles se pliaient d'un bout à l'autre;
que si les soldats, après le premier coup, n'avaient pas le loisir de
les appuyer contre terre et de les redresser avec le pied, le second
n'était d'aucun effet. Sur ces remarques, les tribuns donnent à la
première ligne les piques des triaires qui sont à la seconde, et
commandent à ces derniers de se servir de leurs épées. On attaque de
front les Gaulois, qui n'eurent pas plutôt porté les premiers coups
que leurs épées leur devinrent inutiles. Alors les Romains fondent sur
eux l'épée à la main, sans que les Gaulois puissent faire aucun usage
des leurs; au lieu que les Romains ayant des épées pointues et bien
affilées, frappent d'estoc et non pas de taille. Portant donc alors
des coups et sur la poitrine et au visage des Gaulois, et faisant
plaie sur plaie, ils en jetèrent la plus grande partie sur le carreau.
La prévoyance des tribuns leur fut d'un grand secours dans cette
occasion. Car le consul Flaminius ne paraît pas s'y être conduit en
habile homme. Rangeant son armée en bataille sur le bord même de la
rivière, et ne laissant par là aux cohortes aucun espace pour reculer,
il ôtait à la manière de combattre des Romains ce qui lui est
particulier. Si pendant le combat, les ennemis avaient gagné tant soit
peu de terrain sur son armée, elle eût été renversée et culbutée dans
la rivière. Heureusement le courage des Romains les mit à couvert de
ce danger. Ils firent un butin immense, et, enrichis de dépouilles
considérables, ils reprirent le chemin de Rome.

L'année suivante les Gaulois envoyèrent demander la paix; mais les
deux consuls Marcus Claudius et Cn. Cornélius ne jugèrent pas à propos
qu'on la leur accordât. Les Gaulois rebutés se disposèrent à faire un
dernier effort; ils allèrent lever à leur solde chez les Gésates, le
long du Rhône, environ trente mille hommes qu'ils exercèrent en
attendant l'arrivée de l'ennemi. Au printemps, les consuls entrent
dans le pays des Insubriens, et s'étant campés proche d'Acerres, ville
située entre le Pô et les Alpes, ils y mettent le siège. Comme ils
s'étaient emparés les premiers des postes avantageux, les Insubriens
ne purent aller au secours de la ville; cependant, pour en faire lever
le siège, ils firent passer le Pô à une partie de leur armée,
entrèrent dans les terres des Adréens et assiégèrent Clastidium. A
cette nouvelle, M. Claudius, à la tête de la cavalerie et d'une partie
de l'infanterie, marche au secours des assiégés. Sur le bruit que les
Romains approchent, les Gaulois laissent là Clastidium, viennent
au-devant des ennemis et se rangent en bataille. La cavalerie fond sur
eux avec impétuosité; ils soutiennent de bonne grâce le premier choc,
mais cette cavalerie les ayant ensuite enveloppés et attaqués en queue
et en flanc, ils plièrent de toutes parts. Une partie fut culbutée
dans la rivière, le plus grand nombre fut passé au fil de l'épée. Les
Gaulois qui étaient dans Acerres abandonnèrent la ville aux Romains et
se retirèrent à Milan, qui est la capitale des Insubriens (222 av.
J.-C.).

Cornélius se met sur-le-champ aux trousses des fuyards et paraît tout
d'un coup devant Milan. Sa présence tint d'abord les Gaulois en
respect; mais il n'eut pas sitôt repris la route d'Acerres, qu'ils
sortent sur lui, chargent vivement son arrière-garde, en tuent une
bonne partie et en mettent plusieurs en fuite. Le consul fait avancer
l'avant-garde et l'encourage à faire tête aux ennemis; l'action
s'engage; les Gaulois, fiers de l'avantage qu'ils venaient de
remporter, font ferme quelque temps; mais bientôt enfoncés, ils
prirent la fuite vers les montagnes. Cornélius les y poursuivit,
ravagea le pays et emporta de force la ville de Milan. Après cette
déroute, les chefs des Insubriens ne voyant plus de jour à se relever,
se rendirent aux Romains à discrétion.

Ainsi se termina la guerre contre les Gaulois. Il ne s'en est pas vu
de plus formidable, si l'on en veut juger par l'audace désespérée des
combattants, par les combats qui s'y sont donnés et par le nombre de
ceux qui y ont perdu la vie en bataille rangée. Mais à la regarder du
côté des vues qui ont porté les Gaulois à prendre les armes et de
l'inconsidération avec laquelle chaque chose s'y est faite, il n'y eut
jamais de guerre plus méprisable; par la raison que ces peuples, je ne
dis pas dans la plupart de leurs actions, mais généralement dans tout
ce qu'ils entreprennent, suivent plutôt leur impétuosité qu'ils ne
consultent les règles de la raison et de la prudence. Aussi furent-ils
chassés en peu de temps de tous les environs du Pô, à quelques
endroits près qui sont au pied des Alpes; et cet événement m'a fait
croire qu'il ne fallait pas laisser dans l'oubli leur première
irruption, les choses qui se sont passées depuis, et leur dernière
défaite. Ces jeux de la fortune sont du ressort de l'histoire, et il
est bon de les transmettre à nos neveux pour leur apprendre à ne pas
craindre les incursions subites et irrégulières des Barbares. Ils
verront par là qu'elles durent peu, et qu'il est aisé de se défaire
de ces sortes d'ennemis, pourvu qu'on leur tienne tête, et que l'on
mette plutôt tout en œuvre que de leur rien céder de ce qui nous
appartient. Je suis persuadé que ceux qui nous ont laissé l'histoire
de l'irruption des Perses dans la Grèce et des Gaulois à Delphes, ont
beaucoup contribué au succès des combats que les Grecs ont soutenu
pour maintenir leur liberté; car quand on se représente les choses
extraordinaires qui se firent alors, et le nombre innombrable d'hommes
qui, malgré leur valeur et leur formidable appareil de guerre, furent
vaincus par des troupes qui surent dans les combats leur opposer la
résolution, l'adresse et l'intelligence, il n'y a plus de magasins,
plus d'arsenaux, plus d'armées qui épouvantent ou qui fassent perdre
l'espérance de pouvoir défendre son pays et sa patrie.

    POLYBE, _Histoire_, liv. II, ch. 3 à 6. Trad. de dom Thuillier.

   Polybe, historien grec, né en 206 av. J.-C., mourut en 124. Il est
   auteur d'une histoire générale en quarante livres, dont il ne reste
   que les cinq premiers et des fragments des autres livres. Polybe
   est un historien critique, judicieux et impartial.


PRISE DE ROME PAR LES GAULOIS.

  390 av. J.-C.

Des députés de Clusium vinrent demander aux Romains du secours contre
les Gaulois. Cette nation, à ce que la tradition rapporte, séduite par
la douce saveur des fruits de l'Italie et surtout de son vin, volupté
qui lui était encore inconnue, avait passé les Alpes et s'était
emparée des terres cultivées auparavant par les Étrusques. Aruns de
Clusium avait, dit-on, transporté du vin dans la Gaule pour allécher
ce peuple, et l'intéresser dans sa vengeance contre le ravisseur de sa
femme, Lucumon, dont il avait été le tuteur, riche et puissant jeune
homme qu'il ne pouvait punir qu'à l'aide d'un secours étranger. Il se
mit à leur tête, leur fit passer les Alpes, et les mena assiéger
Clusium. Pour moi, j'admettrais volontiers que les Gaulois furent
conduits devant Clusium par Aruns ou par tout autre Clusien; mais il
est constant que ceux qui assiégèrent Clusium n'étaient pas les
premiers qui eussent passé les Alpes: car deux cents ans avant le
siége de Clusium et la prise de Rome, les Gaulois étaient descendus en
Italie; et longtemps avant les Clusiens, d'autres Étrusques, qui
habitaient entre l'Apennin et les Alpes, eurent souvent à combattre
les armées gauloises. Les Toscans, avant qu'il ne fût question de
l'empire romain, avaient au loin étendu leur domination sur terre et
sur mer; les noms mêmes de la mer Supérieure et de la mer Inférieure
qui ceignent l'Italie comme une île, attestent la puissance de ce
peuple: les populations italiques avaient appelé l'une mer de Toscane,
du nom même de la nation, l'autre mer Adriatique, du nom d'Adria,
colonie des Toscans. Les Grecs les appellent mer Tyrrhénienne et mer
Adriatique. Maîtres du territoire qui s'étend de l'une à l'autre mer,
les Toscans y bâtirent douze villes, et s'établirent d'abord en deçà
de l'Apennin vers la mer Inférieure; ensuite de ces villes capitales
furent expédiées autant de colonies qui, à l'exception de la terre des
Vénètes, enfoncée à l'angle du golfe, envahirent tout le pays au delà
du Pô jusqu'aux Alpes. Toutes les nations alpines ont eu, sans aucun
doute, la même origine, et les Rhètes avant toutes: c'est la nature
sauvage de ces contrées qui les a rendues farouches au point que de
leur antique patrie ils n'ont rien conservé que l'accent, et encore
bien corrompu.

Pour ce qui est du passage des Gaulois en Italie, voici ce qu'on en
raconte: A l'époque où Tarquin-l'Ancien régnait à Rome, la Celtique,
une des trois parties de la Gaule, obéissait aux Bituriges, qui lui
donnaient un roi. Sous le gouvernement d'Ambigat, que ses vertus, ses
richesses et la prospérité de son peuple avaient rendu tout-puissant,
la Gaule reçut un tel développement par la fertilité de son sol et le
nombre de ses habitants, qu'il sembla impossible de contenir le
débordement de sa population. Le roi, déjà vieux, voulant débarrasser
son royaume de cette multitude qui l'écrasait, invita Bellovèse et
Sigovèse, fils de sa sœur, jeunes hommes entreprenants, à aller
chercher un autre séjour dans les contrées que les dieux leur
indiqueraient par les augures: ils seraient libres d'emmener avec eux
autant d'hommes qu'ils voudraient, afin que nulle nation ne pût
repousser les nouveaux venus. Le sort assigna à Sigovèse les forêts
Hercyniennes; à Bellovèse, les dieux montrèrent un plus beau chemin,
celui de l'Italie. Il appela à lui, du milieu de ces surabondantes
populations, des Bituriges, des Arvernes, des Sénons, des Édues, des
Ambarres, des Carnutes, des Aulerques; et, partant avec de nombreuses
troupes de gens à pied et à cheval, il arriva chez les Tricastins. Là,
devant lui, s'élevaient les Alpes; et, ce dont je ne suis pas surpris,
il les regardait sans doute comme des barrières insurmontables; car,
de mémoire d'homme, à moins qu'on ne veuille ajouter foi aux exploits
fabuleux d'Hercule, nul pied humain ne les avait franchies. Arrêtés,
et pour ainsi dire enfermés au milieu de ces hautes montagnes, les
Gaulois cherchaient de tous côtés, à travers ces roches perdues dans
les cieux, un passage par où s'élancer vers un autre univers, quand un
scrupule religieux vint encore les arrêter; ils apprirent que des
étrangers, qui cherchaient comme eux une patrie, avaient été attaqués
par les Salyens. Ceux là étaient les Massiliens, qui étaient venus par
mer de Phocée. Les Gaulois virent là un présage de leur destinée: ils
aidèrent ces étrangers à s'établir sur le rivage où ils avaient
abordé, et qui était couvert de vastes forêts. Pour eux, ils
franchirent les Alpes par des gorges inaccessibles, traversèrent le
pays des Taurins, et, après avoir vaincu les Toscans, près du fleuve
Tésin, il se fixèrent dans un canton qu'on nommait la terre des
Insubres. Ce nom, qui rappelait aux Édues les Insubres de leur pays,
leur parut d'un heureux augure, et ils fondèrent là une ville qu'ils
appelèrent _Mediolanum_ (Milan).

Bientôt, suivant les traces de ces premiers Gaulois, une troupe de
Cénomans, sous la conduite d'Elitovius, passe les Alpes par le même
défilé, avec l'aide de Bellovèse, et vient s'établir aux lieux alors
occupés par les Libuens, et où sont maintenant les villes de Brescia
et de Vérone. Après eux, les Salluves se répandent le long du Tésin,
près de l'antique peuplade des Ligures Lèves. Ensuite, par les Alpes
Pennines, arrivent les Boïens et les Lingons, qui, trouvant tout le
pays occupé entre le Pô et les Alpes, traversent le Pô sur des
radeaux, et chassent de leur territoire les Étrusques et les Ombres:
toutefois, ils ne passèrent point l'Apennin. Enfin, les Sénons, qui
vinrent en dernier, prirent possession de la contrée qui est située
entre le fleuve Utens et l'Esis. Je trouve dans l'histoire que ce fut
cette nation qui vint à Clusium et ensuite à Rome; mais on ignore si
elle vint seule ou soutenue par tous les peuples de la Gaule
cisalpine. Tout, dans cette nouvelle guerre, épouvanta les Clusiens;
et la multitude de ces hommes, et leur stature gigantesque, et la
forme de leurs armes, et ce qu'ils avaient ouï dire de leurs
nombreuses victoires, en deçà et au delà du Pô, sur les légions
étrusques: aussi, quoiqu'ils n'eussent d'autre titre d'alliance et
d'amitié auprès de la république que leur refus de défendre contre les
Romains les Véiens, leurs frères, ils envoyèrent des députés à Rome
pour demander du secours au sénat. Ce secours ne leur fut point
accordé; mais trois députés, tous trois fils de M. Fabius Ambustus,
furent chargés d'aller, au nom du sénat et du peuple romain, inviter
les Gaulois à ne pas attaquer une nation dont ils n'avaient reçu
aucune injure, et d'ailleurs alliée du peuple romain et son amie. Les
Romains, au besoin, les protégeront aussi de leurs armes; mais ils
trouvent sage de n'avoir recours à ce moyen que le plus tard possible;
et pour faire connaissance avec les Gaulois, nouveau peuple, mieux
vaut la paix que la guerre.

Cette mission était toute pacifique; mais elle fut confiée à des
députés d'un caractère farouche, et qui étaient plus gaulois que
romains. Lorsqu'ils eurent exposé leur message au conseil des Gaulois,
on leur fit cette réponse: «Bien qu'on entende pour la première fois
parler des Romains, on les estime vaillants hommes, puisque les
Clusiens, dans des circonstances critiques, ont imploré leur appui;
et, puisque ayant à protéger contre eux leurs alliés, ils ont mieux
aimé avoir recours à une députation qu'à la voie des armes, on ne
repoussera point la paix qu'ils proposent, si aux Gaulois, qui
manquent de terres, les Clusiens, qui en possèdent plus qu'ils n'en
peuvent cultiver, cèdent une partie de leur territoire; autrement, la
paix ne sera pas accordée. C'est en présence des Romains qu'ils
veulent qu'on leur réponde: et s'ils n'obtiennent qu'un refus, c'est
en présence des mêmes Romains qu'ils combattront, afin que ceux-ci
puissent annoncer chez eux combien les Gaulois surpassent en bravoure
les autres hommes.» Les Romains leur ayant alors demandé de quel droit
ils venaient exiger le territoire d'un autre peuple et le menacer de
la guerre, et ce qu'ils avaient affaire, eux Gaulois, en Étrurie; et
les Gaulois ayant répondu fièrement qu'ils portaient leur droit dans
leurs armes, et que tout appartenait aux hommes de courage, les
esprits s'échauffent, on court aux armes et la lutte s'engage. Alors
les destins contraires l'emportent sur Rome: les députés, au mépris du
droit des gens, prennent les armes, et ce combat de trois des plus
vaillants et des plus nobles enfants de Rome, à la tête des enseignes
étrusques, ne put demeurer secret: ils furent trahis par l'éclat de
leur bravoure étrangère. Bien plus, Q. Fabius, qui courait à cheval en
avant de l'armée, alla contre un chef des Gaulois qui se jetait avec
furie sur les enseignes étrusques, lui perça le flanc de sa lance et
le tua: pendant qu'il le dépouillait, il fut reconnu par les Gaulois,
et signalé sur toute la ligne comme étant l'envoyé de Rome. On dépose
alors tout ressentiment contre les Clusiens, et l'on sonne la retraite
en menaçant les Romains. Plusieurs même émirent l'avis de marcher
droit sur Rome; mais les vieillards obtinrent qu'on enverrait d'abord
des députés porter plainte de cet outrage et demander qu'en expiation
de cette atteinte au droit des gens, on leur livrât les Fabius. Les
députés Gaulois étant arrivés, exposèrent leur message: mais, bien que
le sénat désapprouvât la conduite des Fabius et trouvât juste la
demande des Barbares, il n'osait point prononcer contre les coupables
un arrêt mérité, empêché qu'il était par la faveur attachée à des
hommes aussi considérables. Ainsi, pour n'avoir pas à répondre des
malheurs que pourrait entraîner une guerre avec les Gaulois, il
renvoya au peuple la connaissance de leur réclamation. Là, le crédit
et les largesses eurent tant d'influence, que ceux dont on poursuivait
le châtiment furent créés tribuns militaires, avec puissance de
consuls pour l'année suivante. Cela fait, les Gaulois, justement
indignés d'une pareille insulte, retournèrent au camp, en prononçant
tout haut des menaces de guerre. Avec les trois Fabius, on créa
tribuns des soldats Q. Sulpicius Longus, Q. Servilius pour la
quatrième fois, Ser. Cornélius Maluginensis.

En présence de l'immense péril qui la menaçait (tant la fortune
aveugle les esprits, quand elle veut rendre ses coups irrésistibles!)
cette cité, qui, ayant affaire aux Fidénates, aux Véiens et aux autres
peuples voisins, avait eu recours aux mesures extrêmes et tant de fois
nommé un dictateur, aujourd'hui, attaquée par un ennemi étranger et
inconnu, qui lui apportait la guerre des rives de l'Océan et des
dernières limites du monde, elle ne recourut ni à un commandement ni à
des moyens de défense extraordinaires. Les tribuns, dont la témérité
avait amené cette guerre, dirigeaient les préparatifs; et, affectant
de mépriser l'ennemi, ils n'apportaient à la levée des troupes ni plus
de soin ni plus de surveillance que s'il se fût agi d'une guerre
ordinaire. Cependant les Gaulois avaient appris que l'on s'était
complu à conserver des honneurs aux violateurs des droits de
l'humanité, et qu'on s'était joué de leur députation; bouillant de
colère, et d'un naturel impuissant à la contenir, ils arrachent leurs
enseignes, et s'avancent d'une marche rapide sur le chemin de Rome.
Comme, au bruit de leur passage, les villes épouvantées couraient aux
armes, et que les habitants des campagnes prenaient la fuite, les
Gaulois annonçaient partout à grands cris qu'ils allaient sur Rome;
et, dans tous les endroits qu'ils traversaient, cette confuse
multitude d'hommes et de chevaux occupait au loin un espace immense.
La renommée qui marchait devant eux, les courriers de Clusium et de
plusieurs autres villes avaient porté l'effroi dans Rome; leur venue
impétueuse augmenta encore la terreur. L'armée partit au-devant d'eux
à la hâte et en désordre; et, à peine à onze milles de Rome, les
rencontra à l'endroit où le fleuve Allia, roulant du haut des monts
Crustumins, creuse son lit, et va, un peu au-dessous du chemin, se
jeter dans le Tibre. Partout, en face et autour des Romains, le pays
était couvert d'ennemis; et cette nation, qui se plaît par goût au
tumulte, faisait au loin retentir l'horrible harmonie de ses chants
sauvages et de ses bizarres clameurs.

Là, les tribuns militaires, sans avoir d'avance choisi l'emplacement
de leur camp, sans avoir élevé un retranchement qui pût leur offrir
une retraite, et ne se souvenant pas plus des dieux que des hommes,
rangent l'armée en bataille, sans prendre les auspices et sans immoler
de victimes. Afin de ne pas être enveloppés par l'ennemi, ils étendent
leurs ailes; mais ils ne purent égaler le front des Gaulois, et leur
centre affaibli ne forma plus qu'une ligne sans consistance. Sur leur
droite était une éminence où ils jugèrent à propos de placer leur
réserve, et si par ce point commença la terreur et la déroute, là
aussi se trouva le salut des fuyards. En effet, Brennus, qui
commandait les Gaulois, craignant surtout un piège de la part d'un
ennemi si inférieur en nombre, et persuadé que leur intention, en
s'emparant de cette hauteur, était d'attendre que les Gaulois en
fussent venus aux mains avec le front des légions pour lancer la
réserve sur leur flanc et sur leur dos, marcha droit à ce poste; il ne
doutait pas que, s'il parvenait à s'en emparer, l'immense supériorité
du nombre ne lui donnât une victoire facile; et ainsi la science
militaire aussi bien que la fortune se trouva du côté des Barbares.
Dans l'armée opposée, il n'y avait rien de romain, ni chez les
généraux ni chez les soldats; les esprits n'étaient préoccupés que de
leur crainte et de la fuite; et, dans leur égarement, la plupart se
sauvèrent à Véies, ville ennemie dont ils étaient séparés par le
Tibre, au lieu de suivre la route qui les aurait menés droit à Rome
vers leurs femmes et leurs enfants. La réserve fut un moment défendue
par l'avantage du poste; mais dans le reste de l'armée, à peine les
plus rapprochés eurent-ils entendu sur leurs flancs, et les plus
éloignés derrière eux, le cri de guerre des Gaulois, que, presque
avant de voir cet ennemi qu'ils ne connaissaient pas encore, avant de
tenter la moindre résistance, avant même d'avoir répondu au cri de
guerre, intacts et sans blessures, ils prirent la fuite. On n'en vit
point périr en combattant; l'arrière-garde éprouva quelque perte,
empêchée qu'elle fut dans sa fuite par les autres corps qui se
sauvaient sans ordre. Sur la rive du Tibre, où l'aile gauche s'était
enfuie tout entière, après avoir jeté ses armes, il en fut fait un
grand carnage; et une foule de soldats qui ne savaient pas nager, ou à
qui le poids de leur cuirasse et de leurs vêtements en ôtait la force,
furent engloutis dans le fleuve. Le plus grand nombre cependant purent
sains et saufs gagner Véies, d'où ils n'envoyèrent à Rome ni le
moindre renfort pour la garder, ni même un courrier pour annoncer leur
défaite. L'aile droite placée loin du fleuve et presque au pied de la
montagne, se retira vers Rome, et sans se donner le temps d'en fermer
les portes se réfugia dans la citadelle.

Les Gaulois, de leur côté, étaient comme stupéfaits d'une victoire si
prodigieuse et si soudaine; eux-mêmes ils restèrent d'abord immobiles
de peur, sachant à peine ce qui venait d'arriver; puis ils craignirent
qu'il n'y eût là quelque piége; enfin ils se mirent à dépouiller les
morts, et, suivant leur coutume, entassèrent les armes en monceaux.
Après quoi, n'apercevant nulle part rien d'hostile, ils se mettent en
marche et arrivent à Rome un peu avant le coucher du soleil. La
cavalerie qui marchait en avant leur apprit que les portes n'étaient
point fermées; qu'il n'y avait point de postes pour les couvrir, point
de soldats sur les murailles. Ce nouveau prodige, si semblable au
premier, les arrêta encore; la crainte de la nuit et l'ignorance des
lieux les décidèrent à camper entre la ville et l'Anio, après avoir
envoyé au tour des remparts et vers les autres portes des éclaireurs
qui devaient tâcher de découvrir quelle était dans cette situation
désespérée l'intention des ennemis. La plus grande partie de l'armée
romaine avait gagné Véies; mais à Rome on ne croyait échappés de la
bataille que ceux qui étaient venus se réfugier dans la ville, et les
citoyens désolés, pleurant les vivants aussi bien que les morts,
remplirent presque toute la ville de cris lamentables. Les douleurs
privées se turent devant la terreur générale, quand on annonça
l'arrivée de l'ennemi; et bientôt l'on entendit les hurlements, les
chants discordants des Barbares qui erraient par troupes autour des
remparts. Pendant tout le temps qui s'écoula depuis lors, les esprits
demeurèrent en suspens; d'abord, à leur arrivée, on craignit de les
voir d'un moment à l'autre se précipiter sur la ville, car si tel
n'eût pas été leur dessein, ils se seraient arrêtés sur les bords de
l'Allia; puis, au coucher du soleil, comme il ne restait que peu de
jour, on pensa que l'attaque aurait lieu avant la nuit; et ensuite,
que le projet était remis à la nuit même pour répandre plus de
terreur. Enfin, à l'approche du jour, tous les cœurs étaient glacés
d'effroi; et cette crainte sans intervalle fut suivie de l'affreuse
réalité, quand les enseignes menaçantes des Barbares se présentèrent
aux portes. Cependant il s'en fallut de beaucoup que cette nuit et le
jour suivant Rome se montrât la même que sur l'Allia, où ses troupes
avaient fui si lâchement. En effet, comme on ne pouvait pas se flatter
avec un si petit nombre de soldats de défendre la ville, on prit le
parti de faire monter dans la citadelle et au Capitole, outre les
femmes et les enfants, la jeunesse en état de porter les armes et
l'élite du sénat; et, après y avoir réuni tout ce qu'on pourrait
amasser d'armes et de vivres, de défendre, dans ce poste fortifié, les
dieux, les hommes et le nom romain. Le flamine et les prêtresses de
Vesta emportèrent loin du meurtre, loin de l'incendie, les objets du
culte public, qu'on ne devait point abandonner tant qu'il resterait un
Romain pour en accomplir les rites. Si la citadelle, si le Capitole,
séjour des dieux, si le sénat, cette tête des conseils de la
république, si la jeunesse en état de porter les armes, venaient à
échapper à cette catastrophe imminente, on pourrait se consoler de la
perte des vieillards qu'on laissait dans la ville, abandonnés à la
mort. Et pour que la multitude se soumît avec moins de regret, les
vieux triomphateurs, les vieux consulaires déclarèrent leur intention
de mourir avec les autres, ne voulant point que leurs corps,
incapables de porter les armes et de servir la patrie, aggravassent le
dénûment de ses défenseurs.

Ainsi se consolaient entre eux les vieillards destinés à la mort.
Ensuite ils adressent des encouragements à la jeunesse, qu'ils
accompagnent jusqu'au Capitole et à la citadelle, en recommandant à
son courage et à sa vigueur la fortune, quelle qu'elle dût être, d'une
cité victorieuse pendant trois cent soixante ans dans toutes ses
guerres. Mais au moment où ces jeunes gens, qui emportaient avec eux
tout l'espoir et toutes les ressources de Rome, se séparèrent de ceux
qui avaient résolu de ne point survivre à sa ruine, la douleur de
cette séparation, déjà par elle-même si triste, fut encore accrue par
les pleurs et l'anxiété des femmes, qui, courant incertaines tantôt
vers les uns, tantôt vers les autres, demandaient à leurs maris et à
leurs fils à quel destin ils les abandonnaient: ce fut le dernier
trait à ce tableau des misères humaines. Cependant une grande partie
d'entre elles suivirent dans la citadelle ceux qui leur étaient chers,
sans que personne les empêchât ou les rappelât; car cette précaution,
qui aurait eu pour les assiégés l'avantage de diminuer le nombre des
bouches inutiles, semblait trop inhumaine. Le reste de la multitude,
composé surtout de plébéiens, qu'une colline si étroite ne pouvait
contenir, et qu'il était impossible de nourrir avec d'aussi faibles
provisions, sortant en masse de la ville, gagna le Janicule; de là,
les uns se répandirent dans les campagnes, les autres se sauvèrent
vers les villes voisines, sans chef, sans accord, ne suivant chacun
que son espérance et sa pensée personnelle, alors qu'il n'y avait plus
ni pensée, ni espérance commune. Cependant le flamine de Quirinus et
les vierges de Vesta, oubliant tout intérêt privé, ne pouvant emporter
tous les objets du culte public, examinaient ceux qu'elles
emporteraient, ceux qu'elles laisseraient, et à quel endroit elles en
confieraient le dépôt: le mieux leur paraît de les enfermer dans de
petits tonneaux qu'elles enfouissent dans une chapelle voisine de la
demeure du flamine de Quirinus, lieu où même aujourd'hui on ne peut
cracher sans profanation: pour le reste, elles se partagent le
fardeau, et prennent la route qui, par le pont de bois, conduit au
Janicule. Comme elles en gravissaient la pente, elles furent aperçues
par L. Albinius, plébéien, qui sortait de Rome avec la foule des
bouches inutiles, conduisant sur un chariot sa femme et ses enfants.
Cet homme, faisant même alors la différence des choses divines et des
choses humaines, trouva irréligieux que les pontifes de Rome
portassent à pied les objets du culte public, tandis qu'on le voyait
lui et les siens dans un chariot. Il fit descendre sa femme et ses
enfants, monter à leur place les vierges et les choses saintes; et les
conduisit jusqu'à Céré, où elles avaient dessein de se rendre.

Cependant à Rome, toutes les précautions une fois prises, autant que
possible, pour la défense de la citadelle, les vieillards, rentrés
dans leurs maisons, attendaient, résignés à la mort, l'arrivée de
l'ennemi; et ceux qui avaient rempli des magistratures curules,
voulant mourir dans les insignes de leur fortune passée, de leurs
honneurs et de leur courage, revêtirent la robe solennelle que
portaient les chefs des cérémonies religieuses ou les triomphateurs,
et se placèrent au milieu de leurs maisons, sur leurs siéges d'ivoire.
Quelques-uns même rapportent que, par une formule que leur dicta le
grand pontife M. Fabius, ils se dévouèrent pour la patrie et pour les
Romains, enfants de Quirinus. Pour les Gaulois, comme l'intervalle
d'une nuit avait calmé chez eux l'irritation du combat, que nulle part
on ne leur avait disputé la victoire, et qu'alors ils ne prenaient
point Rome d'assaut et par force, ils y entrèrent le lendemain sans
colère, sans emportement, par la porte Colline, laissée ouverte, et
arrivèrent au Forum, promenant leurs regards sur les temples des dieux
et la citadelle qui, seule, présentait quelque appareil de guerre.
Puis ayant laissé près de la forteresse un détachement peu nombreux
pour veiller à ce qu'on ne fît point de sortie pendant leur
dispersion, ils se répandent pour piller dans les rues où ils ne
rencontrent personne: les uns se précipitent en foule dans les
premières maisons, les autres courent vers les plus éloignées, les
croyant encore intactes et remplies de butin. Mais bientôt, effrayés
de cette solitude, craignant que l'ennemi ne leur tendît quelque piége
pendant qu'ils erraient çà et là, ils revenaient par troupes au Forum
et dans les lieux environnants. Là, trouvant les maisons des plébéiens
fermées avec soin, et les cours intérieures des maisons patriciennes
tout ouvertes, ils hésitaient encore plus à mettre le pied dans
celles-ci qu'à entrer de force dans les autres. Ils éprouvaient une
sorte de respect religieux à l'aspect de ces nobles vieillards qui,
assis sous le vestibule de leur maison, semblaient, à leur costume et
à leur attitude, où il y avoit je ne sais quoi d'auguste qu'on ne
trouve point chez les hommes, ainsi que par la gravité empreinte sur
leur front et dans tous leurs traits, représenter la majesté des
dieux. Les Barbares demeuraient debout à les contempler comme des
statues; mais l'un d'eux s'étant, dit-on, avisé de passer doucement la
main sur la barbe de M. Papirius, qui, suivant l'usage du temps, la
portait fort longue, celui-ci frappa de son bâton d'ivoire la tête du
Gaulois, dont il excita le courroux: ce fut par lui que commença le
carnage, et presque aussitôt tous les autres furent égorgés sur leurs
chaises curules. Les sénateurs massacrés, on n'épargna plus rien de ce
qui respirait; on pilla les maisons, et, après les avoir dévastées, on
les incendia.

Au reste, soit que tous n'eussent point le désir de détruire la ville,
soit que les chefs gaulois n'eussent voulu incendier quelques maisons
que pour effrayer les esprits, dans l'espoir que l'attachement des
assiégés pour leurs demeures les amènerait à se rendre, soit enfin
qu'en ne brûlant pas la ville entière ils voulussent se faire, de ce
qu'ils auraient laissé debout, un moyen de fléchir l'ennemi, le feu ne
marcha le premier jour ni sur une aussi grande étendue, ni avec autant
de rapidité qu'il est d'usage dans une ville conquise. Pour les
Romains, voyant de la citadelle l'ennemi remplir la ville et courir çà
et là par toutes les rues; témoins à chaque instant, d'un côté ou d'un
autre, d'un nouveau désastre, ils ne pouvaient plus ni maîtriser leurs
âmes, ni suffire aux diverses impressions que la vue et l'ouïe leur
apportaient. Partout où les cris de l'ennemi, les lamentations des
femmes et des enfants, le bruit de la flamme et le fracas des toits
croulants, appelaient leur attention, effrayés de toutes ces scènes de
deuil, ils tournaient de ce côté leur esprit, leur visage et leurs
yeux, comme si la fortune les eût placés là pour assister au spectacle
de la chute de leur patrie, en ne leur laissant rien que leur corps à
défendre. Ils étaient plus à plaindre que ne le furent jamais d'autres
assiégés, car investis hors de leur ville, ils voyaient tout ce qu'ils
possédaient au pouvoir de l'ennemi. La nuit ne fut pas plus calme que
l'affreuse journée qu'elle suivait; ensuite le jour succéda à cette
nuit agitée, et il ne se passa pas un moment où ils n'eussent à
contempler quelque nouveau désastre. Cependant, malgré les maux dont
ils étaient accablés et écrasés, leurs âmes ne plièrent point; et
quand la flamme eut tout détruit, tout nivelé, ils songèrent encore à
défendre bravement cette pauvre et faible colline qu'ils occupaient,
dernier rempart de leur liberté; puis, s'habituant à des maux qui
renaissaient chaque jour, ils finirent par en perdre le sentiment, et
par concentrer leurs regards sur ces armes, leur dernière espérance,
sur ce fer qu'ils avaient dans leurs mains.

Les Gaulois, après avoir, pendant plusieurs jours, fait une folle
guerre contre les maisons de la ville, voyant debout encore, au milieu
de l'incendie et des ruines de la cité conquise, des ennemis en armes
que tant de désastres n'avaient pas effrayés, et qu'on ne pourrait
réduire que par la force, résolurent de tenter une dernière épreuve et
d'attaquer la citadelle. Au point du jour, à un signal donné, toute
cette multitude se rassemble au Forum, où elle se range en bataille;
puis, poussant un cri et formant la tortue, ils montent vers la
citadelle. Les Romains se préparent avec ordre et prudence à les
recevoir; ils placent des renforts à tous les points accessibles,
opposent leur plus vaillante jeunesse partout où les enseignes
s'avancent, et laissent monter l'ennemi, persuadés que plus il aura
gravi de ces roches ardues, plus il sera facile de l'en faire
descendre. Ils s'arrêtent vers le milieu de la colline, et, de cette
hauteur, dont la pente les portait d'elle-même sur l'ennemi,
s'élançant avec impétuosité, ils tuent et renversent les Gaulois, de
telle sorte que jamais depuis, ni ensemble, ni séparément, ils ne
tentèrent une attaque de ce genre. Renonçant donc à tout espoir
d'emporter la place par la force des armes, ils se disposent à en
faire le siége: mais, dans leur imprévoyance, ils venaient de brûler
avec la ville tout le blé qui se trouvait à Rome, et pendant ce temps,
tous les grains des campagnes avaient été recueillis et transportés à
Véies. En conséquence, l'armée se partage; une partie s'éloigne et va
butiner chez les nations voisines; l'autre demeure pour assiéger la
citadelle, et les fourrageurs de la campagne sont tenus de fournir à
sa subsistance. La fortune elle-même conduisit à Ardée, pour leur
faire éprouver la valeur romaine, ceux des Gaulois qui partirent de
Rome. Ardée était le lieu d'exil de Camille. Tandis que, plus affligé
des maux de sa patrie que de son propre sort, il usait là ses jours à
accuser les dieux et les hommes, s'indignant et s'étonnant de ne plus
retrouver ces soldats intrépides qui, avec lui, avaient pris Véies et
Faléries et qui, toujours, dans les autres guerres, s'étaient fait
distinguer encore plus par leur courage que par leur bonheur, tout à
coup il apprend qu'une armée gauloise s'avance, et qu'effrayés de son
approche, les Ardéates tiennent conseil. Comme entraîné par une
inspiration divine, lui qui jusqu'alors s'était abstenu de paraître
dans toutes les réunions de ce genre, il accourut au milieu de leur
assemblée.

«Ardéates, dit-il, mes vieux amis, et mes nouveaux concitoyens,
puisqu'ainsi l'ont voulu vos bienfaits et ma fortune, n'allez pas
croire que j'aie oublié ma situation en venant ici; mais l'intérêt et
le péril commun font un devoir à chacun dans ces circonstances
critiques, de contribuer, autant qu'il est en son pouvoir, au salut
général. Et quand pourrai-je reconnaître les immenses services dont
vous m'avez comblé, si j'hésite aujourd'hui? Où pourrai-je vous
servir, sinon dans la guerre? C'est par cet unique talent que je me
suis soutenu dans ma patrie; et, invaincu à la guerre, c'est durant la
paix que j'ai été chassé par mes ingrats concitoyens. Pour vous,
Ardéates, l'occasion se présente et de reconnaître les anciens et
importants bienfaits du peuple romain, que vous n'avez point oubliés
et qu'il n'est pas besoin de rappeler à vos mémoires, et d'acquérir en
même temps à votre ville des alliés qui s'en souviennent, et une
grande gloire militaire aux dépens de l'ennemi commun. Ces hommes dont
les hordes confuses arrivent vers nous, tiennent de la nature une
taille et un courage au-dessus de l'ordinaire, mais ils manquent de
constance, et sont dans le combat plus effrayants que redoutables. Le
désastre même de Rome en est la preuve: elle était ouverte quand ils
l'ont prise: de la citadelle et du Capitole, une poignée d'hommes les
arrête; et, déjà vaincus par l'ennui du siége, ils s'éloignent et se
jettent errants sur les campagnes. Chargés de viandes et de vins,
dont ils se gorgent avidement, quand la nuit survient, ils se couchent
au bord des ruisseaux, sans retranchements, ni gardes, ni sentinelles,
comme des bêtes sauvages; et maintenant leur imprévoyance habituelle
est encore augmentée par le succès. Si vous avez à cœur de défendre
vos murailles, si vous ne voulez pas souffrir que tout ce pays soit
Gaule, à la première veille, prenez tous les armes, et suivez-moi, je
ne dis pas au combat, mais au carnage: si je ne vous les livre
enchaînés par le sommeil et bons à égorger comme des moutons, je
consens à recevoir d'Ardée la même récompense que j'ai reçue de Rome.»

Amis et ennemis savaient que Camille était le premier homme de guerre
de cette époque; l'assemblée levée, ils préparent leurs forces, se
tiennent prêts, et, au signal donné, dans le silence de la première
nuit, ils viennent tous aux portes se ranger sous les ordres de
Camille. Ils sortent, et, non loin de la ville, comme il l'avait
prédit, trouvant le camp des Gaulois sans défense, sans gardes, ils
s'y élancent en poussant des cris. Nulle part il n'y a combat, c'est
partout un carnage: on égorge des corps nus et engourdis de sommeil;
et si les plus éloignés se réveillent et s'arrachent de leur couche,
ignorant de quel côté vient l'attaque, ils fuient épouvantés, et
plusieurs même vont aveuglément se jeter au milieu des ennemis; un
grand nombre s'étant échappé sur le territoire d'Antium, où ils se
dispersent, les habitants font une sortie et les enveloppent. Il y eut
aussi sur le territoire de Véies pareil massacre des Toscans, qui,
sans pitié pour une ville depuis près de quatre cents ans leur
voisine, écrasée par un ennemi jusqu'alors inconnu, avaient choisi ce
moment pour faire des incursions sur le territoire de Rome, et qui,
chargés de butin, se proposaient d'attaquer Véies, où était la
garnison, dernier espoir du nom romain. Les soldats romains les
avaient vus errer dans les campagnes, revenir en une seule troupe en
poussant leur butin devant eux, et ils apercevaient leur camp placé
non loin de Véies. Ils éprouvèrent d'abord un sentiment d'humiliation,
puis ils s'indignèrent de cet outrage, et la colère les prit: «Les
Étrusques, desquels ils avaient détourné la guerre gauloise pour
l'attirer sur eux, osaient se jouer de leur malheur! N'étant plus
maîtres d'eux-mêmes, ils voulaient faire à l'instant une sortie; mais
contenus par le centurion Cédicius qu'ils avaient choisi pour les
commander, ils remirent leur vengeance à la nuit. Il n'y manqua qu'un
chef égal à Camille; du reste, ce fut la même marche et le même
succès. Ensuite, prenant pour guides des prisonniers échappés au
massacre de la nuit, ils se dirigent contre une autre troupe de
Toscans, vers Salines, les surprennent la nuit suivante, en font un
plus grand carnage encore, et, après cette double victoire, rentrent
triomphants dans Véies.

Cependant, à Rome, le siége continuait mollement, et des deux côtés on
s'observait sans agir, les Gaulois se contentant de surveiller
l'espace qui séparait les postes, et d'empêcher par ce moyen qu'aucun
des ennemis ne pût s'échapper; quand tout à coup un jeune Romain vint
appeler sur lui l'admiration de ses compatriotes et celle de l'ennemi.
Un sacrifice annuel avait été institué par la famille Fabia sur le
mont Quirinal. Voulant faire ce sacrifice, C. Fabius Dorso, la toge
ceinte à la manière des Gabiens, et tenant ses dieux à la main,
descend du Capitole, sort et traverse les postes ennemis, et sans
s'émouvoir de leurs cris, de leurs menaces, arrive au mont Quirinal;
puis, l'acte solennel entièrement accompli, il retourne par le même
chemin, le regard et la démarche également assurés, s'en remettant à
la protection des dieux dont il avait gardé le culte au mépris de la
mort même; il rentre au Capitole auprès des siens, à la vue des
Gaulois étonnés d'une si merveilleuse audace, ou peut-être pénétrés
d'un de ces sentiments de religion auxquels ce peuple est loin d'être
indifférent. A Véies, cependant, le courage et même les forces
augmentaient de jour en jour: à chaque instant y arrivaient
non-seulement des Romains accourus des campagnes où ils erraient
dispersés depuis la défaite d'Allia et la prise de Rome, mais encore
des volontaires accourus en foule du Latium, afin d'avoir leur part du
butin. L'heure semblait enfin venue de reconquérir la patrie et de
l'arracher aux mains de l'ennemi; mais à ce corps vigoureux une tête
manquait. Le lieu même leur rappelait Camille; là se trouvaient la
plupart des soldats qui sous ses ordres et sous ses auspices avaient
obtenu tant de succès; et Cédicius déclarait qu'il n'avait pas besoin
que quelqu'un des dieux ou des hommes lui retirât le commandement,
qu'il n'avait pas oublié ce qu'il était, et qu'il réclamait un chef.
On résolut d'une commune voix de rappeler Camille d'Ardée, après avoir
consulté au préalable le sénat qui était à Rome; tant on conservait,
dans une situation presque désespérée, de respect pour la distinction
des pouvoirs. Mais ce n'était qu'avec de grands dangers qu'on pouvait
passer à travers les postes ennemis. Pontius Cominius, jeune homme
entreprenant, s'étant fait donner cette commission, se plaça sur des
écorces que le courant du Tibre porta jusqu'à la ville; là, gravissant
le rocher le plus rapproché de la rive, et que, par cette raison même,
l'ennemi avait négligé de garder, il pénètre au Capitole, et, conduit
vers les magistrats, il leur expose le message de l'armée. Ensuite,
chargé d'un décret du sénat, par lequel il était ordonné aux comices
assemblés par curies de rappeler de l'exil et d'élire sur-le-champ,
au nom du peuple, Camille dictateur, afin que les soldats eussent le
général de leur choix, Pontius, reprenant le chemin par où il était
venu, retourna à Véies. Des députés qu'on avait envoyés à Camille le
ramenèrent d'Ardée à Véies; ou plutôt (car il est plus probable qu'il
ne quitta point Ardée avant d'être assuré que la loi était rendue,
puisqu'il ne pouvait rentrer sur le territoire romain sans l'ordre du
peuple, ni prendre les auspices à l'armée qu'il ne fût dictateur) la
loi fut portée par les curies, et Camille élu dictateur en son
absence.

Tandis que ces choses se passaient à Véies, à Rome la citadelle et le
Capitole furent en grand danger. En effet, les Gaulois, soit qu'ils
eussent remarqué des traces d'homme à l'endroit où avait passé le
messager de Véies, soit qu'ils eussent découvert d'eux-mêmes, vers la
roche de Carmente, un accès facile, profitant d'une nuit assez claire,
et se faisant précéder d'un homme non armé pour reconnaître le chemin,
ils s'avancèrent en lui tendant leurs armes dans les endroits
difficiles; et s'appuyant, se soulevant, se tirant l'un l'autre,
suivant que les lieux l'exigeaient, ils parvinrent jusqu'au sommet.
Ils gardaient d'ailleurs un si profond silence, qu'ils trompèrent
non-seulement les sentinelles, mais même les chiens, animal qu'éveille
le moindre bruit nocturne. Mais ils ne purent échapper aux oies
sacrées de Junon, que, malgré la plus cruelle disette, on avait
épargnées; ce qui sauva Rome. Car, éveillé par leurs cris et par le
battement de leurs ailes, M. Manlius, qui trois ans auparavant avait
été consul, et qui s'était fort distingué dans la guerre, s'arme
aussitôt, et s'élance en appelant aux armes ses compagnons: et, tandis
qu'ils s'empressent au hasard, lui, du choc de son bouclier, renverse
un Gaulois qui déjà était parvenu tout en haut. La chute de celui-ci
entraîne ceux qui le suivaient de plus près; et pendant que les
autres, troublés et jetant leurs armes, se cramponnent avec les mains
aux rochers contre lesquels ils s'appuient, Manlius les égorge.
Bientôt, les Romains réunis accablent l'ennemi de traits et de pierres
qui écrasent et précipitent jusqu'en bas le détachement tout entier.
Le tumulte apaisé, le reste de la nuit fut donné au repos, autant du
moins que le permettait l'agitation des esprits, que le péril, bien
que passé, ne laissait pas d'émouvoir. Au point du jour, les soldats
furent appelés et réunis par le clairon autour des tribuns militaires;
et comme on devait à chacun le prix de sa conduite, bonne ou mauvaise,
Manlius le premier reçut les éloges et les récompenses que méritait sa
valeur; et cela non-seulement des tribuns, mais de tous les soldats
ensemble qui lui donnèrent chacun une demi-livre de farine et une
petite mesure de vin, qu'ils portèrent dans sa maison, située près du
Capitole. Ce présent paraît bien chétif, mais dans la détresse où l'on
se trouvait, c'était une très-grande preuve d'attachement, chacun
retranchant sur sa nourriture et refusant à son corps une subsistance
nécessaire, afin de rendre honneur à un homme. Ensuite on cita les
sentinelles peu vigilantes qui avaient laissé monter l'ennemi. Q.
Sulpicius, tribun des soldats, avait annoncé qu'il les punirait tous
suivant la coutume militaire; mais, sur les réclamations unanimes des
soldats, qui s'accordaient à rejeter la faute sur un seul, il fit
grâce aux autres; le vrai coupable fut, avec l'approbation générale,
précipité de la roche Tarpéienne. Dès ce moment, les deux partis
redoublèrent de vigilance; les Gaulois, parce qu'ils connaissaient
maintenant le secret des communications entre Véies et Rome; les
Romains, par le souvenir du danger de cette surprise nocturne.

Mais parmi tous les maux divers qui sont inséparables de la guerre et
d'un long siége, c'est la famine qui faisait le plus souffrir les deux
armées: les Gaulois étaient, de plus, en proie aux maladies
pestilentielles. Campés dans un fond entouré d'éminences, sur un
terrain brûlant que tant d'incendies avaient rempli d'exhalaisons
enflammées, et où le moindre souffle du vent soulevait non pas de la
poussière, mais de la cendre, l'excès de cette chaleur suffocante,
insupportable pour une nation accoutumée à un climat froid et humide,
les décimait comme ces épidémies qui ravagent les troupeaux. Ce fut au
point que, fatigués d'ensevelir les morts l'un après l'autre, ils
prirent le parti de les brûler pêle-mêle; et c'est de là que ce
quartier a pris le nom de _Quartier des Gaulois_. Ils firent ensuite
avec les Romains une trêve pendant laquelle les généraux permirent les
pourparlers entre les deux partis: et comme les Gaulois insistaient
souvent sur la disette, qui, disaient-ils, devait forcer les Romains à
se rendre, on prétend que pour leur ôter cette pensée, du pain fut
jeté de plusieurs endroits du Capitole dans leurs postes. Mais bientôt
il devint impossible de dissimuler et de supporter plus longtemps la
famine. Aussi tandis que le dictateur fait en personne des levées dans
Ardée, qu'il ordonne à L. Valérius, maître de la cavalerie, de partir
de Véies avec l'armée, et qu'il prend les mesures et fait les
préparatifs nécessaires pour attaquer l'ennemi sans désavantage, la
garnison du Capitole, qui, épuisée de gardes et de veilles, avait
triomphé de tous les maux de l'humanité, mais à qui la nature ne
permettait pas de vaincre la faim, regardait chaque jour au loin s'il
n'arrivait pas quelque secours amené par le dictateur. Enfin,
manquant d'espoir aussi bien que de vivres, les Romains, dont le corps
exténué fléchissait presque, quand ils se rendaient à leurs postes,
sous le poids de leurs armes, décidèrent qu'il fallait, à quelque
condition que ce fût, se rendre ou se racheter; et d'ailleurs les
Gaulois faisaient entendre assez clairement qu'il ne faudrait pas une
somme bien considérable pour les engager à lever le siége. Alors le
sénat s'assembla, et chargea les tribuns militaires de traiter. Une
entrevue eut lieu entre le tribun Q. Sulpicius et Brennus, chef des
Gaulois; ils convinrent des conditions, et mille livres d'or furent la
rançon de ce peuple qui devait bientôt commander au monde. A cette
transaction déjà si honteuse, s'ajouta une nouvelle humiliation: les
Gaulois ayant apporté de faux poids que le tribun refusait, le Gaulois
insolent mit encore son épée dans la balance, et fit entendre cette
parole si dure pour des Romains: «Malheur aux vaincus!»

Mais les dieux et les hommes ne permirent pas que les Romains
vécussent rachetés. En effet, par un heureux hasard, cet infâme marché
n'était pas entièrement consommé, et, à cause des discussions qui
avaient eu lieu, tout l'or n'était pas encore pesé, quand survient le
dictateur: il ordonne aux Romains d'emporter l'or, aux Gaulois de se
retirer. Comme ceux-ci résistaient en alléguant le traité, Camille
répond qu'un traité conclu depuis sa nomination à la dictature, sans
son autorisation, par un magistrat d'un rang inférieur, est nul, et
annonce aux Gaulois qu'ils aient à se préparer au combat. Il ordonne
aux siens de jeter en monceau tous les bagages et d'apprêter leurs
armes: c'est par le fer et non par l'or qu'ils doivent recouvrer la
patrie; ils ont devant les yeux leurs temples, leurs femmes, leurs
enfants, le sol de la patrie dévasté par la guerre, en un mot tout ce
qu'il est de leur devoir de défendre, de reconquérir et de venger. Il
range ensuite son armée, suivant la nature du terrain, sur
l'emplacement inégal de la ville à demi détruite; et de tous les
avantages que l'art militaire pouvait choisir et préparer, il n'en
oublie aucun pour ses troupes. Les Gaulois, dans le désordre d'une
surprise, prennent les armes et courent sur les Romains avec plus de
fureur que de prudence. Mais la fortune avait tourné, et désormais la
faveur des dieux et la sagesse humaine étaient pour Rome; aussi, dès
le premier choc, les Gaulois sont aussi promptement défaits
qu'eux-mêmes avaient vaincu sur les bords de l'Allia. Ensuite une
autre action plus régulière s'engage près de la huitième borne du
chemin de Gabies, où les Gaulois s'étaient ralliés, dans leur déroute,
et, sous la conduite et les auspices de Camille, sont encore vaincus.
Là le carnage n'épargna rien; le camp fut pris, et pas un seul homme
n'échappa pour porter la nouvelle de ce désastre. Le dictateur, après
avoir recouvré Rome sur l'ennemi, revint en triomphe dans la ville; et
au milieu des naïves saillies que les soldats improvisent, ils
l'appellent Romulus, et père de la patrie, et second fondateur de
Rome: titres aussi glorieux que mérités.

    TITE-LIVE, _Histoire romaine_, liv. V, ch. 23 à 49. Trad. par
      M. Nisard.

   Tite-Live, historien latin, naquit à Padoue 59 ans av. J.-C, et
   mourut en 19 ap. J.-C. Des 140 livres dont se composait son
   Histoire romaine, il n'en reste plus que 35 et quelques fragments.
   Historien peu critique, Tite-Live est surtout remarquable par son
   style.


AMBASSADE DES GAULOIS A ALEXANDRE.

  336 av. J.-C.

Ce fut, au rapport de Ptolémée fils de Lagus, pendant l'expédition
d'Alexandre contre les Triballes[30], que des Gaulois des environs de
la mer Adriatique vinrent trouver Alexandre, désirant faire avec lui
un traité d'amitié et d'hospitalité réciproque. Ce prince les reçut
avec bienveillance, les régala, et pendant qu'ils étaient à table, il
leur demanda quelle était la chose qu'ils craignaient le plus; il
présumait qu'ils allaient dire que c'était lui-même. Les Gaulois
répondirent: «Nous ne craignons que la chute du ciel; mais nous
faisons grand cas de l'amitié d'un homme tel que toi.»

    STRABON, livre VII.

  [30] Peuple de Thrace.


MÊME SUJET.

Pendant la guerre contre les Triballes, Alexandre reçut, sur les bords
du Danube, diverses ambassades, tant des nations libres qui habitent
le long du Danube, que de Syrmus, roi des Triballes, et des Gaulois
qui sont sur le golfe Adriatique, gens robustes et arrogants. Car
comme il leur demandait ce qu'ils craignaient le plus au monde,
s'imaginant que le bruit de son nom les aurait déjà étonnés, ils
répondirent qu'ils ne craignaient rien que la chute du ciel et des
astres. Peut-être que, le voyant occupé ailleurs, et leurs terres
éloignées et d'un abord difficile, ils prirent sujet de faire une si
hardie réponse. Le prince, après les avoir reçus en son alliance comme
les autres, et pris et donné la foi réciproquement, leur dit qu'ils
étaient des fanfarons et les renvoya.

    APPIEN, _les Guerres d'Alexandre_, liv. I. Traduction de Perrot
      d'Ablancourt.


CONQUÊTES DES GAULOIS DANS LA GERMANIE.

Il fut un temps où les Gaulois surpassaient les Germains en valeur,
portaient la guerre chez eux, envoyaient des colonies au delà du
Rhin, vu leur nombreuse population et l'insuffisance de leur
territoire. C'est ainsi que les terres les plus fertiles de la
Germanie, près de la forêt Hercynienne[31], furent envahies par les
Volkes-Tectosages[32], qui s'y fixèrent. Cette nation s'est jusqu'à ce
jour maintenue dans cet établissement et jouit d'une grande réputation
de justice et de courage; et encore aujourd'hui, ils vivent dans la
même pauvreté, le même dénûment, la même habitude de privations que
les Germains, dont ils ont aussi adopté le genre de vie et
l'habillement. Quant aux Gaulois, le voisinage de la province[33] et
l'usage des objets de commerce maritime leur ont procuré l'abondance
et les jouissances du luxe. Accoutumés peu à peu à se laisser
surpasser, et vaincus dans un grand nombre de combats, ils ne se
comparent même plus à ces Germains pour la valeur.

    CÉSAR, _guerres des Gaules_, liv. VI, ch. 24.

  [31] La forêt Noire, qui, malgré son étendue, n'est qu'une faible
  partie de la forêt Hercynienne.

  [32] Peuple du haut Languedoc.

  [33] La Gaule Narbonaise (Provence et Languedoc).


LES GAULOIS EN ESPAGNE.--LES CELTIBÉRIENS.

On raconte que les Celtes et les Ibériens se firent longtemps la
guerre au sujet de leurs demeures, mais que s'étant enfin accordés,
ils habitèrent en commun le même pays; et s'alliant les uns aux autres
par des mariages, ils prirent le nom de Celtibériens, composé des deux
autres. L'alliance de deux peuples si belliqueux, et la bonté du sol
qu'ils cultivaient, contribuèrent beaucoup à rendre les Celtibériens
fameux; et ce n'a été qu'après plusieurs combats et au bout d'un
très-long temps qu'ils ont été vaincus par les Romains. On convient
non-seulement que leur cavalerie est excellente, mais encore que leur
infanterie est des plus fortes et des plus aguerries. Les Celtibériens
s'habillent tous d'un sayon noir et velu, dont la laine ressemble fort
au poil de chèvre. Quelques-uns portent de légers boucliers à la
gauloise, et les autres des boucliers creux et arrondis comme les
nôtres. Ils ont tous des espèces de bottes faites de poil, et des
casques de fer ornés de panaches rouges. Leurs épées sont tranchantes
des deux côtés, et d'une trempe admirable. Ils se servent encore dans
la mêlée de poignards qui n'ont qu'un pied de long. La manière dont
ils travaillent leurs armes est toute particulière. Ils enfouissent
sous terre des lames de fer, et ils les y laissent jusqu'à ce que, la
rouille ayant rongé les plus faibles parties de ce métal, il n'en
reste que les plus dures et les plus fermes. C'est de ce fer ainsi
épuré qu'ils fabriquent leurs excellentes épées et tous leurs autres
instruments de guerre. Ces armes sont si fortes qu'elles entament tout
ce qu'elles rencontrent, et qu'il n'est ni bouclier, ni casque, ni à
plus forte raison aucun os du corps humain qui puisse résister 5 à
leur tranchant. Dès que la cavalerie des Celtibériens a rompu
l'ennemi, elle met pied à terre, et devenue infanterie, elle fait des
prodiges de valeur.

Ils observent une coutume étrange. Quoiqu'ils soient très-propres dans
leurs festins, ils ne laissent pas d'être en ceci d'une malpropreté
extrême; ils se lavent tout le corps d'urine et s'en frottent même les
dents, estimant que ce liquide ne contribue pas peu à la netteté du
corps. Par rapport aux mœurs, ils sont très-cruels à l'égard des
malfaiteurs et de leurs ennemis; mais ils sont pleins d'humanité pour
leurs hôtes. Ils accordent non-seulement avec plaisir l'hospitalité
aux étrangers qui voyagent dans leur pays, mais ils désirent qu'ils
viennent chez eux: ils se battent à qui les aura, et ils regardent
ceux à qui ils demeurent comme des gens favorisés des dieux. Ils se
nourrissent de différentes sortes de viandes succulentes, et leur
boisson est du miel détrempé dans du vin, car leur pays fournit du
miel en abondance; mais le vin leur est apporté d'ailleurs par des
marchands étrangers.

    DIODORE DE SICILE, liv. V.


INVASION DES GAULOIS EN MACÉDOINE ET EN GRÈCE.

  280 et 279 av. J.-C.

Les Gaulois, dont la population était si nombreuse que leur territoire
ne pouvait plus les nourrir, avaient envoyé trois cent mille d'entre
eux chercher des habitations nouvelles dans des contrées étrangères.
Les uns s'arrêtèrent en Italie, prirent Rome et l'incendièrent;
d'autres, guidés par le vol des oiseaux (car de tous les peuples les
Gaulois sont les plus instruits dans la science augurale), pénétrèrent
en Illyrie, et, après avoir fait un carnage effroyable des Barbares,
ils s'établirent dans la Pannonie. Ce peuple féroce, audacieux et
guerrier, depuis Hercule, qui dut à cet exploit l'admiration des
hommes et leur foi dans son immortalité, franchit le premier les Alpes
indomptées, et ces sommets que le froid rendait inaccessibles.
Vainqueur des Pannoniens, il fut pendant de longues années en guerre
avec les nations voisines, et, encouragé par ses succès, il se
partagea en deux corps, dont l'un envahit la Grèce, et l'autre la
Macédoine, massacrant toutes les populations. Le nom de ces peuples
était si redouté qu'on vit venir des rois qui n'en étaient pas
attaqués, acheter d'eux la paix à prix d'or. Le seul Ptolémée[34], roi
de Macédoine, apprit sans effroi leur arrivée. Agité par les furies
vengeresses de ses parricides, il marche contre eux avec une poignée
de gens en désordre, comme s'il eût été aussi facile de combattre que
d'assassiner. Il dédaigne un secours de vingt mille hommes que les
Dardaniens lui font offrir, et, joignant l'insulte au mépris, il
répond à leurs envoyés «que c'en serait fait de la Macédoine, si,
après avoir soumis seule tout l'Orient, elle avait besoin de
Dardaniens pour défendre ses frontières; que ses soldats sont les fils
de ceux qui, sous Alexandre, ont vaincu l'univers.» Cette réponse fit
dire au roi dardanien «que, par la témérité d'un jeune homme
inexpérimenté c'en serait fait bientôt de l'illustre empire de
Macédoine.»

  [34] Ptolémée Céraunus.

Les Gaulois, conduits par Belgius, envoient des députés à Ptolémée,
pour connaître ses dispositions et lui offrir la paix s'il la veut
acheter. Mais Ptolémée, se glorifiant devant les siens de ce que les
Gaulois ne demandaient la paix que par crainte de la guerre, dit avec
non moins d'arrogance, en présence des députés gaulois, «qu'il ne peut
être question de paix entre eux et lui, avant qu'ils ne donnent leurs
armes et leurs généraux pour otages, et qu'il ne se fiera à eux que
désarmés.» A ce récit de leurs députés, les Gaulois se mirent à rire
et s'écrièrent à l'envi «que le roi verrait bientôt s'ils lui avaient
offert la paix dans leur intérêt ou dans le sien.» Quelques jours
après, une bataille s'engage; les Macédoniens sont vaincus et taillés
en pièces. Ptolémée, couvert de blessures, est fait prisonnier, et sa
tête, plantée au bout d'une lance, est promenée sur le champ de
bataille pour épouvanter l'ennemi. Peu de Macédoniens purent se sauver
par la fuite; le plus grand nombre fut pris ou tué. Quand la nouvelle
de ce désastre parvint en Macédoine, les villes fermèrent leurs
portes, et la consternation fut générale. Les uns pleurent la perte de
leurs enfants, les autres tremblent pour la ruine de leurs cités; ils
invoquent les noms de Philippe et d'Alexandre, comme ceux de leurs
dieux tutélaires, disant que, sous le règne de ces princes, la
Macédoine n'avait pas seulement été à l'abri de tout péril, mais
qu'elle avait encore subjugué le monde. Ils les prient de défendre
cette patrie qu'ils avaient égalée aux cieux par la grandeur de leurs
exploits, et de la tirer de l'extrémité où l'avaient réduite
l'extravagance et la témérité de Ptolémée. Pendant qu'ils
s'abandonnent ainsi au désespoir, Sosthènes, l'un des principaux
Macédoniens, pensant que ce n'était pas le moment de faire des vœux,
rassemble la jeunesse, arrête les Gaulois dans l'ivresse de leur
victoire, et sauve la Macédoine de leurs ravages. En récompense de ce
service, et malgré sa naissance obscure, il fut mis à la tête de la
nation, de préférence à tous les nobles qui briguaient alors la
couronne de Macédoine. Proclamé roi par l'armée, ce ne fut pas comme
roi qu'il en exigea le serment militaire, mais comme général.

Cependant Brennus, chef des Gaulois qui avaient envahi la Grèce,
apprend que ses compatriotes, commandés par Belgius, ont vaincu les
Macédoniens; et, indigné, qu'après un tel succès ils aient abandonné
si facilement un butin immense, grossi de toutes les dépouilles de
l'Orient, il rassemble quinze mille cavaliers, cent cinquante mille
fantassins, et fond sur la Macédoine. Tandis qu'ils dévastent les
campagnes, Sosthènes vient les attaquer, à la tête de l'armée
macédonienne. Celle-ci, réduite à peu de monde et déjà tremblante, est
aisément battue par un adversaire nombreux et confiant; et les
Macédoniens en déroute s'étant enfermés dans les murs de leurs villes,
Brennus ravage sans obstacle toute la Macédoine. Bientôt, comme
dégoûté des dépouilles de la terre, il porte ses vues sur les temples,
disant par raillerie «que les dieux sont assez riches pour donner aux
hommes.» Il se tourne aussitôt vers Delphes; et, s'inquiétant moins de
la religion que du butin, et de commettre un sacrilége que d'amasser
de l'or, il assure que ceux qui dispensent les biens aux hommes n'en
ont pas besoin pour eux-mêmes. Le temple de Delphes est situé sur un
roc du mont Parnasse, escarpé de toutes parts. L'affluence venue là de
tous les pays, pour y rendre hommage à la sainteté du lieu, en fit à
la longue une ville qu'ils assirent sur ces rochers. Le temple et la
ville sont protégés non par des murailles, mais par des précipices;
non par des ouvrages d'art, mais par la nature: en sorte qu'on ne sait
si l'on doit plus s'étonner de ces fortifications naturelles que de la
présence du dieu. Le rocher, dans son milieu, rentre en forme
d'amphithéâtre; aussi, le son de la voix humaine ou celui de la
trompette, venant à y retentir, est répercuté par l'écho des rochers
qui se répondent, et qui renvoient les sons grossis et multipliés.
Ceux qui ignorent la cause physique de ce phénomène sont stupéfaits
d'admiration ou pénétrés d'une terreur religieuse. Dans les sinuosités
du roc, vers le milieu de la montagne, est une plaine étroite, et dans
cette plaine une cavité profonde d'où sortent les oracles, et d'où
s'échappe une vapeur froide qui, poussée comme par le souffle du vent,
trouble l'esprit des devins, les remplit du dieu, et les force à
rendre ses réponses à ceux qui le consultent. On voit là
d'innombrables et riches offrandes des peuples et des rois, attestant,
par leur magnificence, et les réponses du dieu, et la reconnaissance
de ceux qui sont venus l'implorer.

A la vue du temple, Brennus délibéra longtemps s'il brusquerait
l'attaque, ou s'il laisserait à ses troupes fatiguées la nuit pour
réparer leurs forces. Émanus et Thessalorus, chefs gaulois qui
s'étaient joints à lui dans l'espoir du butin, disent qu'ils
s'opposent à tout délai, l'ennemi n'étant point sur ses gardes, et
leur arrivée imprévue devant le frapper d'épouvante; que pendant la
nuit il pourrait lui venir du courage, et peut-être aussi du secours;
que les routes, libres encore, seraient alors fermées devant eux. Mais
le commun des soldats, trouvant, après de longues privations, des
campagnes qui regorgeaient de vins et de provisions de toute nature,
aussi joyeux de cette abondance que d'une victoire, se débande, quitte
ses drapeaux, et se met à courir çà et là, comme si en effet ils
avaient déjà vaincu. Les Delphiens gagnèrent ainsi du temps. On dit
qu'en apprenant l'arrivée des Gaulois, les oracles avaient défendu aux
paysans d'enlever de leurs fermes le vin et le blé. On ne comprit bien
cette injonction salutaire que lorsque les Gaulois, arrêtés par cet
excès d'abondance, laissèrent aux peuples voisins le temps de venir au
secours de Delphes. Aussi les habitants, fortifiés par ces
auxiliaires, achevèrent-ils leurs travaux de défense avant que les
Gaulois eussent rejoint leurs enseignes. Brennus avait soixante mille
fantassins, choisis dans toute son armée; les Delphiens et leurs
alliés comptaient à peine quatre mille soldats. Méprisant leur petit
nombre, Brennus, pour animer les siens, leur faisait entrevoir la
possession d'un magnifique butin, affirmant que ces statues, ces chars
qu'ils apercevaient de loin étaient d'or massif, et que leur poids
surpassait même ce qu'on en pouvait juger sur l'apparence.

Excités par cette assurance et échauffés d'ailleurs par les débauches
de la veille, les Gaulois, sans considérer le péril, s'élancent au
combat. Les Delphiens, au contraire, plus confiants dans la protection
du dieu qu'en eux-mêmes, résistaient à l'ennemi sans le craindre, et,
du haut de leur montagne qu'il tentait d'escalader, le culbutaient
tantôt à coups de pierres, tantôt à coups de traits. Soudain, au plus
fort de l'action, les prêtres de tous les temples, les devins
eux-mêmes, échevelés, revêtus de leurs bandelettes et de leurs
insignes, l'air égaré, l'esprit en délire, s'élancent au premier rang;
ils s'écrient «que le dieu est arrivé, qu'ils l'ont vu descendre dans
le temple par le toit entr'ouvert; que, tandis qu'on implorait son
appui, un jeune guerrier d'une beauté plus qu'humaine avait paru à
tous les yeux, accompagné de deux vierges armées, sorties des deux
temples voisins de Minerve et de Diane; que non-seulement ils les
avaient vus, mais qu'ils avaient entendu le sifflement de l'arc et le
cliquetis des armes. Ils priaient, ils conjuraient les habitants de
fondre sans hésiter sur l'ennemi, à la suite de leurs dieux, et de
partager leur victoire.» Enflammés par ce discours, tous à l'envi
s'élancent au combat. Bientôt ils sentent la présence de leurs dieux;
la terre tremble; une portion de la montagne se détache, renverse les
Gaulois, dont les bataillons les plus serrés sont rompus, renversés çà
et là, et mutilés. Une tempête survient, et la grêle et le froid
achèvent les blessés. Brennus lui-même, ne pouvant supporter la
douleur de ses blessures, se tue d'un coup de poignard. Tel fut le
châtiment des auteurs de cette guerre. Un autre chef Gaulois quitta la
Grèce à marches forcées, avec dix mille blessés: mais la fortune
n'épargna pas non plus ces fuyards. Toujours en alarmes, ils passaient
les nuits sans abri, les jours sans repos, sans sécurité. Les pluies
continuelles, la glace, la neige, la faim, l'épuisement, et par-dessus
tout cela les veilles non interrompues, détruisirent les tristes
restes de cette malheureuse armée. Les peuples qu'ils traversaient les
poursuivaient comme une proie. Enfin de cette armée prodigieuse, et
qui naguère se croyait assez puissante pour faire la guerre aux dieux,
il ne resta pas même un homme pour rappeler le souvenir d'un si
sanglant désastre[35].

    JUSTIN, liv. XXIV, ch. 4 à 8. Traduction par M. Ch. Nisard.

   Justin, historien latin du second siècle de l'ère chrétienne, est
   auteur d'un abrégé de l'Histoire universelle de Trogue Pompée.

  [35] Callimaque (hymne VI, [Grec: eis tên Dêlon]), parle de
  Gaulois exterminés sur les bords du Nil par Ptolémée Philadelphe.
  Le scoliaste de Callimaque nous apprend qu'après le désastre des
  Gaulois à Delphes, une partie de leur armée passa au service de
  Ptolémée, qui pour lors avait besoin de troupes. Il ajoute
  qu'étant arrivés en Égypte, ils conspirèrent pour s'emparer des
  trésors de ce prince, et que leur projet ayant été découvert, ils
  furent exterminés sur les bords du Nil.


LES GAULOIS EN ASIE MINEURE.

  278-277 av. J.-C.

Cependant, vers cette époque, la nation gauloise était devenue si
nombreuse, qu'elle inondait l'Asie comme autant d'essaims. Les rois
d'Orient ne firent bientôt plus la guerre sans avoir à leur solde une
armée gauloise. Chassés de leurs royaumes, c'est encore aux Gaulois
qu'ils recouraient. Telle fut la terreur de leur nom et le succès
constant de leurs armes, que nul ne crut pouvoir se passer d'eux pour
maintenir ou pour relever sa puissance. Le roi de Bithynie ayant
imploré leurs secours, ils partagèrent avec lui ses États, comme ils
avaient partagé sa victoire, et donnèrent à la portion qui leur échut
le nom de Gallo-Grèce.

    JUSTIN, XXVII, 2.


RETOUR D'UNE PARTIE DES GAULOIS DANS LA GAULE.

Les Gaulois, après avoir échoué contre Delphes, dans une attaque où la
puissance du dieu leur avait été plus fatale que l'ennemi, n'ayant
plus ni patrie ni chef, car Brennus avait été tué dans le combat,
s'étaient réfugiés les uns en Asie, les autres dans la Thrace. De là
ils avaient regagné leur ancien pays par la même route qu'ils avaient
prise en venant. Une partie d'entre eux s'établit au confluent du
Danube et de la Save, et prit le nom de Scordisques. Les Tectosages,
de retour à Toulouse, leur antique patrie, y furent attaqués d'une
maladie pestilentielle, et ne purent en être délivrés qu'après avoir,
sur l'ordre des aruspices, jeté dans le lac de cette ville l'or et
l'argent recueillis dans leurs déprédations sacriléges. Longtemps
après, ces richesses furent retirées par Cépion, consul romain[36].
L'argent montait à cent dix mille livres pesant, et l'or à cinq
millions. Cet autre sacrilége fut cause, dans la suite, de la perte de
Cépion et de son armée; et l'invasion des Cimbres vint à son tour
venger sur les Romains l'enlèvement de ces trésors sacrés.

    JUSTIN, liv. XXXII, ch. 3.

  [36] Le consul Cépion prit Toulouse 106 ans av. J.-C., et fut
  battu l'année suivante par les Cimbres, sur les bords du Rhône.

LES ROMAINS SOUMETTENT LES GALLO-GRECS.

189 av. J.-C.

Les Tolistoboïens étaient des Gaulois que le manque de territoire ou
l'espoir du butin avait fait émigrer en grand nombre. Persuadés qu'ils
ne rencontreraient sur leur route aucune nation capable de leur
résister, ils arrivèrent en Dardanie, sous la conduite de Brennus. Là,
s'éleva une sédition qui partagea ce peuple en deux corps: l'un
demeura sous l'autorité de Brennus; l'autre, fort de vingt mille
hommes, reconnaissant pour chefs Leonorius et Lutarius, prit le chemin
de la Thrace. Ceux-ci, tantôt combattant les nations qui s'opposaient
à leur passage, tantôt mettant à contribution celles qui leur
demandaient la paix, arrivèrent à Byzance, rendirent tributaire toute
la côte de la Propontide, et tinrent quelque temps les villes de cette
contrée sous leur dépendance. Leur voisinage de l'Asie les ayant mis à
même de savoir combien le sol en était fertile, ils conçurent dans la
suite le dessein d'y passer; et, devenus maîtres de Lysimachie, dont
ils s'étaient emparés par surprise, et de la Chersonèse entière,
qu'ils avaient subjuguée par la force des armes, ils descendirent sur
les bords de l'Hellespont. La vue de l'Asie, dont ils n'étaient
séparés que par un détroit de peu de largeur, redoubla leur désir d'y
aborder. Ils députèrent donc vers Antipater, qui commandait sur cette
côte, pour obtenir la liberté du passage; mais durant la négociation,
trop lente au gré de leur impatience, une nouvelle sédition s'éleva
entre leurs chefs. Leonorius, avec la plus grande partie de l'armée,
s'en retourna à Byzance, d'où il était venu; Lutarius enleva aux
Macédoniens, qu'Antipater lui avait envoyés comme ambassadeurs, mais
en effet comme espions, deux navires pontés et trois barques. Au moyen
de ces bâtiments qu'il fit aller jour et nuit, il effectua en peu de
jours le passage de toutes ses troupes. Peu de temps après, Leonorius,
secondé par Nicomède, roi de Bithynie, partit de Byzance et rejoignit
Lutarius. Ensuite les Gaulois réunis secoururent Nicomède contre
Zybœtas, qui s'était emparé d'une partie de la Bithynie. Ils
contribuèrent puissamment à la défaite de ce dernier, et la Bithynie
entière rentra sous l'obéissance de son souverain. Au sortir de ce
pays, ils pénétrèrent en Asie. De vingt mille hommes qu'ils étaient,
ils se trouvaient réduits à dix mille combattants. Cependant ils
inspirèrent une si grande terreur à tous les peuples situés en deçà du
mont Taurus, que toutes ces nations, voisines ou reculées, attaquées
de près ou menacées de loin, se soumirent à leur domination. Enfin,
comme ces Gaulois formaient trois peuples distincts, les
Tolistoboïens, les Trocmiens et les Tectosages, ils divisèrent l'Asie
en trois parties, dont chacune devait être tributaire du peuple
auquel elle se trouverait soumise. Les Trocmiens eurent en partage la
côte de l'Hellespont; l'Éolide et l'Ionie échurent aux Tolistoboïens,
et l'intérieur de l'Asie aux Tectosages. Ainsi, toute l'Asie située en
deçà du Taurus devint tributaire de ces Gaulois, qui fixèrent leur
principal établissement sur les bords du fleuve Halys. L'accroissement
successif de leur population rendit si grande la terreur de leur nom,
qu'à la fin les rois de Syrie eux-mêmes n'osèrent refuser de leur
payer tribut. Attale[37], père du roi Eumène, fut le premier Asiatique
qui résolut de se soustraire à cette humiliation; et, contre l'attente
générale, la fortune seconda son audacieuse entreprise. Il livra
bataille aux Gaulois, et la victoire demeura de son côté. Toutefois il
ne put les abattre au point de leur faire perdre l'empire de l'Asie.
Leur domination se maintint jusqu'à l'époque de la guerre d'Antiochus
contre les Romains. Alors même, malgré l'expulsion de ce prince, ils
se flattèrent que, comme ils étaient loin de la mer, l'armée romaine
n'arriverait pas jusqu'à eux.

  [37] Roi de Pergame.

Au moment d'entreprendre la guerre contre un ennemi si redouté de
toutes les nations qui l'entouraient, le consul Cnéius Manlius
assembla ses soldats et les harangua de la manière suivante: «Je
n'ignore point, soldats, que de toutes les nations qui habitent
l'Asie, aucune n'égale les Gaulois en réputation guerrière. C'est au
milieu des plus pacifiques des hommes que ce peuple féroce est venu
s'établir, après avoir ravagé par la guerre presque tout l'univers. La
hauteur de la taille, une chevelure flottante et rousse, de vastes
boucliers, de longues épées, des chants guerriers au moment du combat,
des hurlements, des mouvements convulsifs, le bruyant cliquetis des
armes de ces guerriers agitant leurs boucliers à la manière de leurs
compatriotes, tout semble calculé pour frapper de terreur. Que tout
cet appareil effraye les Grecs et les Phrygiens et les Cariens, pour
qui c'est chose nouvelle; pour les Romains, habitués à combattre les
Gaulois, ce n'est qu'un vain épouvantail. Une seule fois jadis, dans
une première rencontre, ils défirent nos ancêtres sur les bords de
l'Allia. Depuis cette époque, voilà deux cents ans que les Romains les
égorgent et les chassent devant eux épouvantés, et les Gaulois nous
ont valu plus de triomphes que tout le reste de la terre. D'ailleurs
nous l'avons appris par expérience, quand on sait soutenir leur
premier choc, qu'accompagnent une extrême fougue et un aveugle
emportement, bientôt la sueur inonde leurs membres fatigués, les armes
leur tombent des mains; quand cesse la fureur, le soleil, la pluie, la
soif terrassent leurs corps fatigués et leur courage épuisé, sans
qu'il soit besoin d'employer le fer. Ce n'est pas seulement dans des
combats réglés de légions contre légions que nous avons éprouvé leurs
forces; c'est encore dans des combats d'homme à homme. Manlius et
Valérius ont montré combien le courage romain l'emporte sur la fureur
gauloise[38]. Manlius le premier, seul contre une armée de ces
barbares, les précipita du Capitole, dont ils gravissaient les
remparts. Encore était-ce à de véritables Gaulois, à des Gaulois nés
dans leur pays, que nos ancêtres avaient affaire. Ceux-ci ne sont plus
qu'une race dégénérée, qu'un mélange de Gaulois et de Grecs, ainsi que
l'indique leur nom; il en est d'eux comme des plantes et des animaux,
qui, malgré la bonté de leur espèce, dégénèrent dans un sol et sous
l'influence d'un climat étranger. Les Macédoniens, qui se sont établis
à Alexandrie en Égypte, à Séleucie et à Babylone, et qui ont fondé
d'autres colonies dans les diverses parties du monde, sont devenus des
Syriens, des Parthes, des Égyptiens. Marseille, entourée de Gaulois, a
pris quelque chose du caractère de ses voisins. Que reste-t-il aux
Tarentins de cette dure et austère discipline des Spartiates? Toute
production croît avec plus de vigueur dans le terrain qui lui est
propre: transplantée dans un autre sol, elle dégénère en empruntant la
nature de ses sucs nutritifs. Vos ennemis sont donc des Phrygiens
accablés sous le poids des armes gauloises. Vous les battrez comme
vous les avez battus quand ils faisaient partie de l'armée
d'Antiochus; les vaincus ne tiendront pas contre les vainqueurs. La
seule chose que je crains, c'est que dans cette occasion votre gloire
ne se trouve diminuée par la faiblesse de la résistance. Souvent le
roi Attale les a défaits et mis en fuite. Les bêtes sauvages récemment
prises conservent d'abord leur férocité naturelle, puis s'apprivoisent
après avoir longtemps reçu leur nourriture de la main des hommes.
Croyez qu'il en est de même de ceux-ci, et que la nature suit une
marche toute semblable pour adoucir la sauvagerie des hommes.
Croyez-vous que ces Gaulois sont ce qu'ont été leurs pères et leurs
aïeux? Forcés de quitter leur patrie, où ils ne trouvaient pas de quoi
subsister, ils ont suivi les âpres rivages de l'Illyrie, parcouru la
Macédoine et la Thrace en combattant contre des nations pleines de
courage, et se sont emparés de ces contrées. Endurcis, irrités par
tant de maux, ils se sont fixés dans un pays qui leur offrait tout en
abondance. La grande fertilité du sol, l'extrême douceur du climat, le
naturel paisible des habitants, ont changé cette humeur farouche
qu'ils avaient apportée de leur pays. Pour vous, enfants de Mars,
soyez en garde contre les délices de l'Asie, et fuyez-les au plus tôt,
tant ces voluptés étrangères sont capables d'amollir les plus mâles
courages, tant les mœurs contagieuses des habitants seraient fatales
à votre discipline. Par bonheur, toutefois, vos ennemis, tout
impuissants qu'ils sont contre vous, n'en conservent pas moins parmi
les Grecs la renommée avec laquelle ils sont arrivés; et la victoire
que vous remporterez sur eux ne vous fera pas moins d'honneur dans
l'esprit de vos alliés, que si vous aviez vaincu des Gaulois
conservant le naturel courageux de leurs ancêtres.»

  [38] _Rabies gallica._ Il y a longtemps, comme on le voit, que
  l'on parle de la _furia francese_.

Après cette harangue, il envoya des députés vers Éposognat, le seul
des chefs gaulois qui fût demeuré dans l'amitié d'Eumène[39] et qui
eût refusé des secours à Antiochus contre les Romains; puis il
continua sa marche, arriva le premier jour sur les bords du fleuve
Alandre, et le lendemain au bourg appelé Tyscon. Là, il fut joint par
les députés des Oroandes, qui venaient demander l'amitié des Romains;
il exigea d'eux cent talents, et, cédant à leurs prières, leur permit
d'aller prendre de nouvelles instructions. Ensuite il conduisit son
armée à Plitendre, d'où il alla camper sur le territoire des Alyattes.
Il y fut rejoint par les députés envoyés vers Éposognat; ils étaient
accompagnés de ceux de ce prince qui venaient le prier de ne point
porter la guerre chez les Tectosages, parce que Éposognat allait
lui-même se rendre chez eux et les engager à se soumettre. Le prince
gaulois obtint ce qu'il demandait, et l'armée prit sa route à travers
le pays qu'on nomme Axylon[40]. Ce nom lui vient de sa nature, car il
est absolument dépourvu de bois, même de ronces et de toute autre
matière combustible; la fiente de bœuf séchée en tient lieu aux
habitants. Tandis que les Romains étaient campés auprès de Cuballe,
forteresse de la Gallo-Grèce, la cavalerie ennemie parut avec grand
fracas, chargea tout à coup les postes avancés, y jeta le désordre, et
tua même quelques soldats; mais quand on eut donné l'alerte dans le
camp, la cavalerie romaine en sortit aussitôt par toutes les portes,
mit en déroute les Gaulois et leur tua un certain nombre de fuyards.
De ce moment, le consul, voyant qu'il était entré sur le territoire
ennemi, se tint sur ses gardes, n'avança qu'en bon ordre et après
avoir poussé au loin des reconnaissances. Arrivé sans s'arrêter sur le
fleuve Sangarius, et ne le trouvant guéable en aucun endroit, il
résolut d'y jeter un pont. Le Sangarius prend sa source au mont
Adorée, traverse la Phrygie et reçoit le fleuve Tymber à son entrée
dans la Bithynie, et se jette dans la Propontide, moins remarquable
par sa largeur que par la grande quantité de poissons qu'il fournit
aux riverains. Le pont achevé, on passa le fleuve. Pendant qu'on en
suivait le bord, les Galles, prêtres de la mère des dieux[41], vinrent
de Pessinunte au-devant de l'armée, revêtus de leurs habits
sacerdotaux, et déclamant d'un ton d'oracle des vers prophétiques, par
lesquels la déesse promettait aux Romains une route facile, une
victoire certaine, et l'empire de cette région. Le consul, après avoir
dit qu'il en acceptait l'augure, campa en cet endroit même. On arriva
le lendemain à Gordium. Cette ville n'est pas grande; mais quoique
enfoncée dans les terres, il s'y fait un grand commerce. Située à
distance presque égale des trois mers, c'est-à-dire, des côtes de
l'Hellespont, de Sinope et de la Cilicie, elle avoisine en outre
plusieurs nations considérables, dont elle est devenue le principal
entrepôt. Les Romains la trouvèrent abandonnée de ses habitants, mais
remplie de toutes sortes de provisions. Pendant qu'ils y séjournaient,
des envoyés d'Éposognat vinrent annoncer que la démarche de leur
maître auprès des chefs gaulois n'avait pas réussi, que ces peuples
quittaient en foule leurs habitations de la plaine, avec leurs femmes
et leurs enfants, et que, emportant et emmenant tout ce qu'il leur
était possible d'emporter et d'emmener, ils gagnaient le mont Olympe,
pour s'y défendre par les armes, à la faveur de la situation des
lieux.

  [39] Roi de Pergame, allié des Romains.

  [40] Sans bois.

  [41] Suivant Strabon, cette déesse s'appelait Agdistis.

Arrivèrent ensuite les députés des Oroandes, qui apportèrent des
nouvelles plus positives et annoncèrent que les Tolistoboïens en masse
avaient pris position sur le mont Olympe; que les Tectosages, de leur
côté, avaient gagné une autre montagne, appelée Magaba; que les
Trocmiens avaient déposé leurs femmes et leurs enfants dans le camp de
ces derniers, et résolu d'aller prêter aux Tolistoboïens le secours de
leurs armes. Ces trois peuples avaient alors pour chefs Ortiagon,
Combolomar et Gaulotus. Le principal motif qui leur avait fait adopter
ce système de guerre était l'espoir que, maîtres des plus hautes
montagnes du pays, où ils avaient transporté toutes les provisions
nécessaires pour un très-long séjour, ils lasseraient la patience de
l'ennemi. Ou, il n'oserait pas venir les attaquer en des lieux si
élevés et d'un si difficile accès; ou, s'il faisait cette tentative,
il suffirait d'une poignée d'hommes pour l'arrêter et le culbuter;
enfin, s'il demeurait dans l'inaction au pied de ces montagnes
glacées, le froid et la faim le contraindraient de s'éloigner. Bien
que suffisamment protégés par la hauteur même des lieux, ils
entourèrent d'un fossé et d'une palissade les sommets sur lesquels ils
s'étaient établis. Ils se mirent peu en peine de se munir de traits,
comptant sur les pierres que leur fourniraient en abondance ces
montagnes âpres et rocheuses.

Le consul, qui avait bien prévu qu'il aurait à combattre non de près
mais de loin, à cause de la nature du terrain, avait rassemblé de
grandes quantités de javelots, de traits, de balles de plomb et de
pierres de moyenne dimension, propres à être lancées avec la fronde.
Ainsi pourvu de projectiles, il marche vers le mont Olympe, et va
camper environ à cinq milles de l'ennemi. Le lendemain, il s'avança
avec Attale et quatre cents cavaliers; mais un détachement de
cavalerie ennemie, double de son escorte, étant sorti du camp, le
força de prendre la fuite, lui tua quelques hommes, et en blessa
plusieurs. Le troisième jour, il partit avec toute sa cavalerie pour
opérer enfin sa reconnaissance; et comme l'ennemi ne sortait point de
ses retranchements, il fit le tour de la montagne, sans être inquiété.
Il remarqua que, du côté du midi, il y avait des mouvements de terrain
qui s'élevaient en pente douce jusqu'à une certaine hauteur; que vers
le septentrion, les rochers étaient escarpés et presque coupés à pic;
que tous les abords étaient impraticables à l'exception de trois, l'un
au milieu de la montagne, où elle était recouverte de terre; les deux
autres plus difficiles, au levant et au couchant. Ces observations
faites, il vint camper le même jour au pied de la montagne. Le
lendemain, après un sacrifice qui lui garantit d'abord la faveur des
dieux, il divisa son armée en trois corps et la mena à l'ennemi.
Lui-même, avec le plus considérable, s'avança par la pente la plus
douce. L. Manlius, son frère, eut ordre de monter avec le second par
le côté qui regardait le levant, tant que le permettrait la nature
des lieux et qu'il le pourrait en sûreté; mais s'il rencontrait des
escarpements dangereux, il lui était ordonné de ne point lutter contre
les difficultés du terrain, et sans chercher à forcer des obstacles
insurmontables, de prendre des chemins obliques pour se rapprocher du
consul et se réunir à sa troupe. C. Helvius à la tête du troisième
corps, devait tourner insensiblement le pied de la montagne et la
faire gravir à ses soldats du côté qui regardait le couchant. Après
avoir divisé en trois parties égales en nombre les auxiliaires
d'Attale, le consul prit avec lui ce jeune prince. Il laissa la
cavalerie avec les éléphants sur le plateau le plus voisin des
hauteurs. Les officiers supérieurs avaient ordre d'examiner
attentivement tout ce qui se passerait, afin de porter promptement du
secours où il en serait besoin.

Les Gaulois se croyant à l'abri de toute surprise sur leurs flancs,
qu'ils regardaient comme inaccessibles, envoyèrent environ quatre
mille hommes fermer le passage du côté du midi, en occupant une
hauteur éloignée de leur camp de près d'un mille; cette hauteur
dominait la route, et ils croyaient l'opposer à l'ennemi comme un
fort. A la vue de ce mouvement, les Romains se préparent au combat.
Les vélites se portèrent en avant, à quelque distance des enseignes,
avec les archers crétois d'Attale, les frondeurs, les Tralles et les
Thraces. L'infanterie s'avance lentement, comme l'exigeait la roideur
de la pente, et ramassée sous ses boucliers, de manière à se garantir
des projectiles, puisqu'il ne s'agissait pas de combattre de près. A
cette distance, l'action s'engage à coups de traits, d'abord avec un
égal succès, les Gaulois ayant l'avantage de la position et les
Romains celui de la variété et de l'abondance des armes. Mais
l'affaire se prolongeant, l'égalité cessa de se soutenir. Les
boucliers longs et plats des Gaulois étaient trop étroits et
couvraient mal leurs corps; ils n'avaient d'autres armes que leurs
épées, qui leur étaient inutiles puisqu'on n'en venait pas aux mains.
Comme ils ne s'étaient pas munis de pierres, chacun saisissait au
hasard celles qui lui tombaient sous la main, la plupart trop grosses
pour des bras inhabiles, qui n'aidaient leurs coups ni de l'adresse ni
de la force nécessaires. Cependant une grêle de traits, de balles de
plomb, de javelots, dont ils ne peuvent éviter les atteintes, les
crible de blessures de toutes parts; ils ne savent que faire, aveuglés
qu'ils sont par la rage et la crainte, engagés dans une lutte à
laquelle ils ne sont pas propres. En effet, tant qu'on se bat de près,
tant qu'on peut tour à tour recevoir ou porter des coups, ils sont
forts de leur colère. Mais quand ils se sentent frappés de loin par
des javelines légères, parties on ne sait d'où, alors, ne pouvant
donner carrière à leur fougue bouillante, ils se jettent les uns sur
les autres comme des bêtes sauvages percées de traits. Leurs blessures
éclatent aux yeux, parce qu'ils combattent nus, et que leurs corps
sont charnus et blancs, n'étant jamais découverts que dans les
combats: aussi le sang s'échappe-t-il plus abondant de ces chairs
massives; les blessures sont plus horribles, la blancheur de leurs
corps fait paraître davantage le sang noir qui les inonde. Mais ces
plaies béantes ne leur font pas peur: quelques-uns même déchirent la
peau, lorsque la blessure est plus large que profonde, et s'en font
gloire. La pointe d'une flèche ou de quelque autre projectile
s'enfonce-t-elle dans les chairs, en ne laissant à la surface qu'une
petite ouverture, sans qu'ils puissent, malgré leurs efforts, arracher
le trait, les voilà furieux, honteux d'expirer d'une blessure si peu
éclatante, se roulant par terre comme s'ils mouraient d'une mort
vulgaire. D'autres se jettent sur l'ennemi, et ils tombent sous une
grêle de traits, ou bien, arrivant à portée des bras, ils sont percés
par les vélites à coups d'épée. Les vélites portent de la main gauche
un bouclier de trois pieds; de la droite, des piques qu'ils lancent de
loin; à la ceinture, une épée espagnole; et, s'il faut combattre corps
à corps, ils passent leurs piques dans la main gauche et saisissent le
glaive. Bien peu de Gaulois restaient debout; se voyant accablés par
les troupes légères, et sur le point d'être entourés par les légions
qui avançaient, ils se débandent et regagnent précipitamment leur
camp, déjà en proie à la terreur et à la confusion. Il n'était rempli
que de femmes, d'enfants, de vieillards. Les Romains vainqueurs
s'emparèrent des hauteurs abandonnées par l'ennemi.

Cependant L. Manlius et C. Helvius, après s'être élevés tant qu'ils
l'avaient pu, par le travers de la montagne, ne trouvant plus passage,
avaient tourné vers le seul endroit accessible, et s'étaient mis tous
deux à suivre de concert, à quelque distance, la division du consul;
c'était ce qu'il y avait de mieux à faire dès le principe: la
nécessité y ramena. Le besoin d'une réserve se fait souvent vivement
sentir dans des lieux aussi horribles; car les premiers rangs venant à
ployer, les seconds couvrent la déroute et se présentent frais au
combat. Le consul voyant, près des hauteurs occupées par ses troupes
légères, flotter les enseignes de l'ennemi, laissa ses soldats
reprendre haleine et se reposer un moment, et leur montrant les
cadavres des Gaulois étendus sur les éminences: «Si les troupes
légères ont combattu avec tant de succès, que dois-je attendre de mes
légions, de troupes armées de toutes pièces, de mes meilleurs soldats?
la prise du camp, où, rejeté par la troupe légère, l'ennemi est à
trembler.» Il fit néanmoins prendre les devants à la troupe légère,
qui, pendant la halte des légions, au lieu de rester inactive, avait
employé ce temps à ramasser les traits épars sur les hauteurs, afin de
n'en pas manquer. Déjà on approchait du camp, et les Gaulois, dans la
crainte de n'être point assez couverts par leurs retranchements, se
tenaient l'épée au poing devant leurs palissades; mais, accablés sous
une grêle de traits, que des rangs serrés et fournis laissent rarement
tomber à faux, ils sont bientôt forcés de rentrer dans leurs
fortifications, et ne laissent qu'une forte garde. La multitude,
rejetée dans le camp, y est accablée d'une pluie de traits, et tous
les coups qui portent sur la foule sont annoncés par des cris où se
mêlent les gémissements des femmes et des enfants. La garde placée aux
portes est assaillie par les javelines des premiers légionnaires, qui,
tout en ne blessant pas, percent les boucliers de part en part, les
attachent et les enchaînent les uns aux autres: on ne put soutenir
plus longtemps l'attaque des Romains.

Les portes sont abandonnées: mais avant que les vainqueurs s'y
précipitent, les Gaulois ont pris la fuite dans toutes les directions.
Ils se jettent en aveugles dans les lieux accessibles ou non;
précipices, pointes de roc, rien ne les arrête. Ils ne redoutent que
l'ennemi! Une foule s'abîment dans des gouffres sans fond, s'y brisent
ou s'y tuent. Le consul, maître du camp, en interdit le pillage à ses
soldats, et les lance à la poursuite des Gaulois, pour achever de les
épouvanter à force d'acharnement. En ce moment arrive L. Manlius avec
sa division: l'entrée du camp lui est également fermée. Il reçoit
l'ordre de se mettre immédiatement à la poursuite des fuyards. Le
consul en personne, laissant les prisonniers aux mains de ses
tribuns, partit aussi un moment après; c'était, pensait-il, terminer
la guerre d'un seul coup, que de profiter de la consternation des
ennemis pour en tuer ou en prendre le plus possible. Le consul était à
peine parti, que C. Helvius arriva avec la troisième division: il lui
fut impossible d'empêcher le pillage du camp, et le butin, par la plus
injuste fatalité, devint la proie de ceux qui n'avaient pas pris part
au combat. La cavalerie resta longtemps à son poste, ignorant et le
combat et la victoire des Romains. Elle finit aussi, autant que
pouvait manœuvrer la cavalerie, par s'élancer sur les traces des
Gaulois épars au pied de la montagne, en tua un grand nombre et fit
beaucoup de prisonniers. Le nombre des morts ne peut guère être
évalué, parce qu'on égorgea dans toutes les cavités de la montagne,
parce qu'une foule de fuyards roulèrent du haut des rochers sans issue
dans des vallées profondes, parce que dans les bois, sous les
broussailles, on tua partout. L'historien Claudius, qui fait livrer
deux batailles sur le mont Olympe, prétend qu'il y eut environ
quarante mille hommes de tués. Valérius d'Antium, d'ordinaire si
exagéré dans les nombres, se borne à dix mille. Ce qu'il y a de
positif, c'est que le nombre des prisonniers s'éleva à quarante mille,
parce que les Gaulois avaient traîné avec eux une multitude de tout
sexe et de tout âge, leurs expéditions étant de véritables
émigrations. Le consul fit brûler en un seul tas les armes des
ennemis, ordonna de déposer tout le reste du butin, en vendit une
partie au profit du trésor public, et fit avec soin, de la manière la
plus équitable, la part des soldats. Il donna ensuite des éloges à son
armée et distribua les récompenses méritées. La première part fut pour
Attale, au grand applaudissement de tous. Car le jeune prince avait
montré autant de valeur et de talent au milieu des fatigues et des
dangers, que de modestie après la victoire.

Restait toute une seconde guerre avec les Tectosages. Le consul marcha
contre eux, et, au bout de trois journées, arriva à Ancyre, grande
ville de la contrée, dont les ennemis n'étaient qu'à dix milles.
Pendant la halte qu'il y fit, une captive se signala par une action
mémorable. C'était la femme du chef Ortiagon; cette femme, d'une rare
beauté, se trouvait avec une foule de prisonniers comme elle, sous la
garde d'un centurion, homme avide et débauché, vrai soldat. Voyant que
ses propositions infâmes la faisaient reculer d'horreur, il fit
violence à la pauvre captive que la fortune de la guerre mettait en sa
puissance. Puis pour pallier cette indignité, il flatta sa victime de
l'espoir d'être rendue aux siens, et encore ne lui donna-t-il pas
gratuitement cet espoir, comme eût fait un amant. Il fixa une certaine
somme d'or, et, pour ne mettre aucun des siens dans sa confidence, il
permit à la captive de choisir un de ses compagnons d'infortune qui
irait traiter de son rachat avec ses parents. Rendez-vous fut donné
près du fleuve: deux amis de la captive, deux seulement, devaient s'y
rendre avec l'or la nuit suivante pour opérer l'échange. Par un hasard
fatal au centurion, se trouvait précisément dans la même prison un
esclave de la femme; elle le choisit, et à la nuit tombante, le
centurion le conduisit hors des postes. La nuit suivante, se trouvent
au rendez-vous les deux parents, et le centurion avec sa captive. On
lui montre l'or; pendant qu'il s'assure si la somme convenue y est
(c'était un talent attique), la femme ordonne, dans sa langue, de
tirer l'épée et de tuer le centurion penché sur sa balance. On
l'égorge, on sépare la tête du cou, et, l'enveloppant de sa robe, la
captive va rejoindre son mari Ortiagon, qui, échappé du mont Olympe,
s'était réfugié dans sa maison. Avant de l'embrasser, elle jette à ses
pieds la tête du centurion. Surpris, il lui demande quelle est cette
tête, que veut dire une action si extraordinaire chez une femme. Viol,
vengeance, elle avoua tout à son mari; et, tout le temps qu'elle vécut
depuis (ajoute-t-on), la pureté, l'austérité de sa conduite, soutint
jusqu'au dernier moment la gloire de cette belle action conjugale.

A son camp d'Ancyre, le consul reçut une ambassade des Tectosages, qui
le priaient de ne point se mettre en mouvement qu'il ne se fût entendu
avec les chefs de leur nation, assurant qu'à n'importe quelles
conditions la paix leur semblait préférable à la guerre. On prit heure
et lieu pour le lendemain, et le rendez-vous fut fixé à l'endroit même
qui séparait Ancyre du camp des Gaulois. Le consul, à l'heure dite,
s'y rendit avec une escorte de cinq cents chevaux, et, ne voyant
arriver personne, rentra dans son camp: peu après arrivèrent les mêmes
députés gaulois pour excuser leurs chefs, retenus, disaient-ils, par
des motifs religieux: les principaux de la nation allaient venir, et
l'on pourrait aussi bien traiter avec eux. Le consul, de son côté, dit
qu'il enverrait Attale: on vint cette fois de part et d'autre. Attale
s'était fait escorter par trois cents chevaux: on arrêta les
conditions; mais l'affaire ne pouvant être terminée en l'absence des
chefs, il fut convenu que le lendemain, au même lieu, le consul et les
princes gaulois auraient une entrevue. L'inexactitude des Gaulois
avait un double but: d'abord, de gagner du temps pour mettre à couvert
leurs effets avec leurs femmes et leurs enfants de l'autre côté du
fleuve Halys; ensuite, de faire tomber le consul lui-même, peu en
garde contre la perfidie de la conférence, dans un piége qu'ils lui
tendaient. A cet effet ils choisirent mille de leurs cavaliers d'une
audace éprouvée; et la trahison eût réussi, si le droit des gens,
qu'ils se proposaient de violer, n'eût trouvé un vengeur dans la
fortune. Un détachement romain envoyé au fourrage et au bois, s'était
porté vers l'endroit où devait se tenir la conférence; les tribuns se
croyaient en toute sûreté sous la protection de l'escorte du consul et
sous l'œil du consul lui-même; cependant ils n'en placèrent pas moins
eux-mêmes, plus près du camp, un second poste de six cents chevaux. Le
consul, sur les assurances d'Attale, que les chefs gaulois se
rendraient à l'entrevue et qu'on pourrait conclure, sortit de son camp
et se mit en route avec la même escorte de cavalerie que la première
fois. Il avait fait environ un mille et n'était qu'à quelques pas du
lieu du rendez-vous, lorsque, tout à coup, il voit à toute bride
accourir les Gaulois qui le chargent en ennemis. Il fait halte,
ordonne à sa cavalerie d'avoir la lance et l'esprit en arrêt, et
soutient bravement le combat, sans plier; mais bientôt, accablé par le
nombre, il recule au petit pas, sans confusion dans ses rangs. Enfin,
la résistance devenant plus dangereuse que le bon ordre n'était
salutaire, tout se débande et prend précipitamment la fuite. Les
Gaulois pressent les fuyards l'épée levée et font main basse. Presque
tout l'escadron allait être massacré, lorsque le détachement des
fourrageurs, six cents cavaliers, se présentent tout à coup. Aux cris
de détresse de leurs compagnons, ils s'étaient jetés sur leurs chevaux
la lance au poing. Ils vinrent, tout frais, faire face à l'ennemi
victorieux; aussitôt la fortune change; l'épouvante passe des vaincus
aux vainqueurs, et la première charge met les Gaulois en déroute. En
même temps, de toute la campagne, accourent les fourrageurs. Les
Gaulois sont entourés d'ennemis. Les chemins leur sont coupés, la
fuite devient presque impossible, pressés qu'ils sont par une
cavalerie toute fraîche, eux n'en pouvant plus; aussi bien peu
échappèrent. De prisonniers, on n'en fit pas; tous expièrent leur
perfidie par la mort. Les Romains, encore tout enflammés de colère,
allèrent le lendemain, avec toutes leurs forces chercher l'ennemi.

Deux jours furent employés par le consul à reconnaître en personne la
montagne, afin de ne rien laisser échapper: le troisième jour, après
avoir consulté les auspices et immolé des victimes, il partagea ses
troupes en quatre corps; deux devaient prendre par le centre de la
montagne, deux se porter de côté sur les flancs des Gaulois. La
principale force des ennemis, c'étaient les Tectosages et les
Trocmiens, qui occupaient le centre, au nombre de cinquante mille
hommes. La cavalerie, inutile au milieu des rocs et des précipices,
avait mis pied à terre, au nombre de dix mille hommes, et pris place à
l'aile droite. Les auxiliaires d'Ariarathe, roi de Cappadoce, et de
Morzus, avaient la gauche, au nombre d'environ quatre mille. Le
consul, comme au mont Olympe, plaça à l'avant-garde des troupes
légères, et eut soin de faire mettre sous la main une bonne quantité
de traits de toute espèce. On s'aborda: tout, de part et d'autre, se
passait comme dans le premier combat; les esprits seuls étaient
changés, rehaussés chez les uns par le succès, abattus chez les
autres; car, pour n'avoir pas été eux-mêmes vaincus, les ennemis
s'associaient à la défaite de leurs compatriotes, et l'action, engagée
sous les mêmes auspices, eut le même dénoûment. Comme une nuée de
traits légers vint écraser l'armée gauloise, avancer hors des rangs,
c'était se mettre à nu sous les coups, personne ne l'osa. Serrés les
uns contre les autres, plus leur masse était grande, mieux elle
servait de but aux tireurs. Tous les coups portaient. Le consul,
voyant l'ennemi presque en déroute, imagina qu'il n'y avait qu'à faire
voir les drapeaux légionnaires pour mettre aussitôt tout en fuite, et
faisant rentrer dans les rangs les vélites et les autres auxiliaires,
il fit avancer le corps de bataille.

Les Gaulois, poursuivis par l'image des Tolistoboïens égorgés, le
corps criblé de traits plantés dans les chairs, n'en pouvant plus de
fatigue et de coups, ne tinrent même pas contre le premier choc. Aux
premières clameurs des Romains, ils s'enfuirent vers leur camp, et un
petit nombre seulement se réfugia derrière les retranchements; la
plupart, emportés à droite et à gauche, se jetèrent à corps perdu
devant eux. Les vainqueurs poussèrent l'ennemi jusqu'au camp, l'épée
dans les reins; mais l'avidité les retint dans le camp et la poursuite
fut complétement abandonnée. Sur les ailes, les Gaulois tinrent plus
longtemps, parce qu'on les avait joints plus tard; mais ils
n'attendirent même pas la première décharge de traits. Le consul, ne
pouvant arracher au pillage ceux qui étaient entrés dans le camp, mit
aussitôt les ailes à la poursuite des ennemis. La chasse dura quelque
temps, mais il n'y eut guère plus de huit mille hommes de tués dans la
poursuite, je ne dis pas combat, il n'y en eut point. Le reste passa
l'Halys. Les Romains, en grande partie passèrent la nuit dans le camp
ennemi; les autres revinrent avec le consul dans leur camp. Le
lendemain on fit l'inventaire des prisonniers et du butin: le butin
était immense; c'était tout ce qu'une nation avide, longtemps
maîtresse par la conquête de toute la contrée en deçà du mont Taurus,
avait pu amasser. Les Gaulois, dispersés, se rassemblèrent sur un même
point, blessés pour la plupart, sans armes, sans aucune ressource. Ils
envoyèrent demander la paix au consul. Manlius leur donna rendez-vous
à Éphèse, et, comme l'on était déjà au milieu de l'automne, ayant
hâte d'abandonner un pays glacé par le voisinage du mont Taurus, il
ramena son armée victorieuse sur les côtes, pour y prendre ses
quartiers d'hiver.

    TITE-LIVE, liv. XXXVIII, ch. 16 à 27. Trad. de M. Nisard.


RICHESSES DE LUERN, ROI DES ARVERNES.

  Environ 150 av. J.-C.

Posidonius, détaillant quelles étaient les richesses de Luern, père de
ce Bituite que les Romains tuèrent, dit que pour capter la
bienveillance du peuple, il parcourait les campagnes sur un char,
répandant de l'or et de l'argent à des milliers de Gaulois qui le
suivaient. Il fit une enceinte carrée, de douze stades, où l'on tint,
toutes pleines, des cuves d'excellente boisson, et une si grande
quantité de choses à manger, que pendant nombre de jours ceux qui
voulurent y entrer eurent la liberté de se repaître de ces aliments,
étant servis sans relâche. Une autre fois, il assigna le jour d'un
festin. Un poëte de ces peuples barbares étant arrivé trop tard, se
présenta cependant devant lui et chanta ses vertus, mais versant
quelques larmes de ce qu'il était venu trop tard. Luern flatté de ces
éloges, se fait donner une bourse pleine d'or, et la jette au barde,
qui courait à côté de lui. Le poëte la ramassant, le chante de
nouveau, disant que la terre où Luern poussait son char devenait sous
ses pas une source d'or et de bienfaits pour les hommes.

  ATHÉNÉE, _le Festin des philosophes_, liv. IV. Traduction de
    Lefebvre de Villebrune.

   Athénée, grammairien grec de la fin du deuxième siècle de l'ère
   chrétienne, est auteur d'une compilation appelée _le Festin des
   philosophes_, et dans laquelle se trouvent rassemblés des
   renseignements de toute espèce, et la plupart fort curieux.


LES ROMAINS COMMENCENT A S'ÉTABLIR DANS LA GAULE.

  125-121 av. J.-C.

Ce fut à la prière des Marseillais que les Romains passèrent les
Alpes; mais ils ne se contentèrent pas d'avoir secouru leurs alliés,
ils se firent un établissement durable dans les Gaules et commencèrent
à y former une province ou pays de conquête.

Les Saliens, peuple ligure, dans le territoire desquels Marseille
avait été bâtie, n'avaient jamais vu que d'un œil jaloux
l'accroissement de cette colonie étrangère. Les Marseillais, fatigués
et harcelés par eux, eurent recours à la protection des Romains, l'an
125, sous le consulat de Fulvius, homme séditieux et turbulent. Le
sénat était bien aise de se débarrasser d'un consul factieux; Fulvius
ne l'était pas moins de se procurer l'occasion de remporter le
triomphe. Ainsi ses vœux et ceux du sénat furent également satisfaits
par la commission qu'il reçut d'aller faire la guerre aux Saliens.

Les exploits de Fulvius en Gaule ne furent pas bien considérables; il
obtint néanmoins l'honneur du triomphe, soit par la faveur du peuple,
soit que le sénat même regardât comme un heureux présage un premier
triomphe sur les Gaulois transalpins. Sextius, consul en 124, fut
envoyé pour le relever. Mais il ne partit que sur la fin de son
consulat, ou même au commencement de l'année suivante avec la qualité
de proconsul.

Sextius ayant trouvé la guerre contre les Saliens plutôt entamée que
bien avancée par Fulvius, la poussa avec vigueur. Il remporta sur eux
divers petits avantages, et enfin une victoire considérable auprès du
lieu où est maintenant la ville d'Aix. Le proconsul prit ses quartiers
d'hiver dans le lieu où il avait livré la bataille. Et comme le pays
était beau et abondant en sources, dont quelques-unes donnaient des
eaux chaudes, il y bâtit une ville, qui, à cause de ses eaux et du nom
de son fondateur, fut appelée _Aquæ Sextiæ_ (les eaux sextiennes).
C'est la ville d'Aix, capitale de la Provence. Il nettoya aussi toutes
les côtes depuis Marseille jusqu'à l'Italie, en ayant chassé les
Barbares, qu'il recula jusqu'à mille et à quinze cents pas de la mer;
et il donna toute cette étendue de côtes aux Marseillais. Il revint à
Rome l'année suivante, et triompha, ayant eu pour successeur Cneius
Domitius Ahenobarbus, dont nous allons parler.

(122). Les Saliens étaient domptés, mais la guerre n'était pas finie.
Leur infortune, et sans doute la crainte d'éprouver un pareil sort,
intéressèrent dans leur querelle des peuples voisins et puissants; et
Domitius, en arrivant dans la Gaule, trouva plus d'ennemis que Sextius
n'en avait vaincu. Teutomal, roi des Saliens, s'était retiré chez les
Allobroges[42], qui entreprirent hautement sa défense; et Bituite, roi
des Arvernes, qui avait donné asile dans ses États à plusieurs des
chefs de la nation vaincue, envoya même une ambassade à Domitius, pour
lui demander leur rétablissement.

  [42] Qui habitaient le pays appelé depuis le Dauphiné.

Ces deux peuples réunis formaient une puissance considérable. Les
Allobroges occupaient tout le pays entre le Rhône et l'Isère jusqu'au
lac de Genève; et les Arvernes, non-seulement possédaient l'Auvergne,
mais, selon Strabon, ils dominaient presque dans toute la partie
méridionale des Gaules, depuis le Rhône jusqu'aux Pyrénées, et même
jusqu'à l'Océan.

Nous avons dit que Bituite envoya à Domitius une ambassade; elle était
magnifique, mais d'un goût singulier et qui étonna les Romains.
L'ambassadeur, superbement vêtu et accompagné d'un nombreux cortége,
menait de plus une grande meute de chiens; et il avait avec lui un de
ces poëtes gaulois qu'ils nommaient _bardes_, destiné à célébrer dans
ses vers et dans ses chants la gloire du roi, de la nation et de
l'ambassadeur. Cette ambassade fut sans fruit, et ne servit même
vraisemblablement qu'à aigrir les esprits de part et d'autre.

Un nouveau sujet de guerre fut fourni par les Éduens qui habitaient le
pays entre la Saône et la Loire, et dont les principales villes
étaient celles que nous nommons aujourd'hui Autun (_Bibracte_),
Châlon, Mâcon, Nevers. Ces peuples sont les premiers de la Gaule
transalpine qui aient recherché l'amitié des Romains. Ils se faisaient
un grand honneur d'être nommés leurs _frères_, titre qui leur a été
souvent donné dans les décrets du sénat. De tout temps il y avait eu
entre eux et les Arvernes une rivalité très-vive; ils se disputaient
le premier rang et la suprématie dans les Gaules. Dans les temps dont
nous parlons, les Éduens, attaqués d'un côté par les Allobroges, et de
l'autre par les Arvernes, eurent recours à Domitius, qui les écouta
favorablement. Tout se prépara donc à la guerre, qui se fit vivement
l'année suivante (121).

Les Allobroges et les Arvernes épargnèrent au général romain la peine
de venir les chercher; ils marchèrent eux-mêmes à lui, et vinrent se
camper au confluent de la Sorgue et du Rhône, un peu au-dessus
d'Avignon. La bataille se donna en cet endroit. Les Romains
remportèrent la victoire; mais ils en furent redevables à leurs
éléphants, dont la forme étrange et inusitée effraya et les chevaux et
les cavaliers. L'odeur des éléphants, insupportable aux chevaux, comme
le remarque Tite-Live, contribua aussi à ce désordre. Il resta, dit
Orose, 20,000 Gaulois sur la place; 3,000 furent faits prisonniers.

Une si grande défaite n'abattit point le courage des deux peuples
alliés. Ils firent de nouveaux efforts; et lorsque le consul Q. Fabius
arriva en Gaule, les Allobroges et les Arvernes, soutenus des Ruthènes
(peuples du Rouergue), allèrent au-devant de lui avec une armée de
200,000 hommes. Le consul n'en avait que 30,000; et Bituite[43]
méprisait si fort le petit nombre des Romains, qu'il disait qu'il n'y
en avait pas assez pour nourrir les chiens de son armée. Le succès fit
voir en cette occasion, comme en bien d'autres, quel avantage a le bon
ordre et la discipline sur la multitude.

  [43] Bituite, couvert d'une saie aux couleurs brillantes,
  commandait son armée monté sur un char d'argent.

Ce fut vers le confluent de l'Isère et du Rhône que les armées se
rencontrèrent. Les mémoires qui nous restent nous instruisent peu sur
le détail de cette grande action. Il est à présumer que Fabius attaqua
les Gaulois lorsqu'ils passaient le Rhône ou venaient de le passer,
sans leur donner le temps de se former et de s'étendre. Une charge
vigoureuse mit bientôt le trouble parmi les Gaulois, que leur
multitude embarrassait, bien loin qu'ils en pussent tirer avantage.
Mais la fuite était difficile. Il fallait repasser le Rhône sur deux
ponts, dont l'un avait été fait de bateaux, à la hâte et peu
solidement. Il rompit sous le poids et la multitude des fuyards, et
causa ainsi la perte d'un nombre infini de Gaulois[44], qui furent
noyés dans ce fleuve, dont la rapidité, comme personne ne l'ignore,
est extrême.

  [44] 120,000 Gaulois furent tués suivant Tite-Live; 150,000
  suivant Orose.

Les Gaulois, accablés d'un si rude coup, se résolurent à demander la
paix. Il ne s'agissait que de savoir auquel des deux généraux romains
ils s'adresseraient, car Domitius était encore dans la province. La
raison voulait qu'ils préférassent Fabius, qui était consul et dont la
victoire était plus éclatante que celle de Domitius; ils le firent;
mais Domitius, homme fier et hautain, s'en vengea sur Bituite par une
noire perfidie. Il engagea le roi des Arvernes à venir dans son camp
sous prétexte d'une entrevue; et lorsqu'il l'eut en son pouvoir, il le
fit charger de chaînes et l'envoya à Rome. Si le sénat ne put
approuver cet acte d'injustice, dit Florus, il ne voulut pas non plus
l'annuler, de peur que Bituite, rentré dans son pays, n'excitât de
nouveau la guerre; on le relégua dans la ville d'Albe pour y être
retenu comme prisonnier. Il fut même ordonné que son fils Cogentiat
serait pris et amené à Rome. On rendit néanmoins une demi-justice à ce
jeune prince. Après qu'on l'eût fait élever et instruire
soigneusement, on le renvoya dans le royaume de ses pères.

Il paraît que les peuples vaincus furent diversement traités par les
Romains. Les Allobroges furent mis au nombre des sujets de la
république. Pour ce qui est des Arvernes et des Ruthènes, César assure
que le peuple romain leur pardonna, ne les réduisit point en province
et ne leur imposa point de tributs. Ainsi, il y a apparence que la
province romaine dans les Gaules ne comprit d'abord que le pays des
Salyens et celui des Allobroges[45]. Les années suivantes ne nous
fournissent plus d'événements considérables, quoiqu'il soit
vraisemblable que les consuls de ces années ont été envoyés en Gaule,
et y ont peut-être étendu la province romaine le long de la mer
jusqu'aux Pyrénées. Ce qui est constant, c'est que trois ans après les
victoires que nous venons de rapporter, le consul Q. Martius fonda la
colonie de Narbonne(118), à laquelle il donna son nom _Narbo Martius_.
Nous ne pouvons mieux marquer le dessein de cet établissement que par
les termes de Cicéron, qui appelle Narbonne la sentinelle du peuple
romain et le boulevard opposé aux nations gauloises.

  [45] Provence et Dauphiné. Le nom de Provence dérive de celui de
  province, _provincia_.

Fabius et Domitius, de retour à Rome, obtinrent tous deux le triomphe.
Celui de Fabius fut et le premier et le plus éclatant. Bituite en fut
le principal ornement. Il y parut monté sur le char d'argent dont il
s'était servi le jour de la bataille, avec ses armes et sa saie
bigarrée de diverses couleurs.

  ROLLIN, _Histoire romaine_, d'après Diodore de Sicile, Strabon
    (liv. 2), Appien, Pline (liv. 7), Valère-Maxime.

   Rollin, né en 1661 et mort en 1741, fut un célèbre professeur de
   l'université de Paris; il est auteur d'un excellent _Traité des
   Études_, d'une _Histoire ancienne_ et d'une _Histoire romaine_.


PORTRAIT DE CÉSAR.

César avait, dit-on, une haute stature, le teint blanc, les membres
bien faits, le visage plein, les yeux noirs et vifs, le tempérament
robuste, si ce n'est que dans les derniers temps de sa vie il était
sujet à des défaillances subites et à des terreurs nocturnes qui
troublaient son sommeil. Deux fois aussi il fut atteint d'épilepsie
dans l'exercice de ses devoirs publics. Il attachait trop d'importance
au soin de son corps; et, non content de se faire tondre et raser
souvent, il se faisait encore épiler, comme on le lui reprocha. Il
souffrait impatiemment le désagrément d'être chauve, qui l'exposa
maintes fois aux railleries de ses ennemis. Aussi ramenait-il
habituellement sur son front ses rares cheveux de derrière; et de tous
les honneurs que lui décernèrent le peuple et le sénat, aucun ne lui
fut plus agréable que le droit de porter toujours une couronne de
laurier. On dit aussi que sa mise était recherchée, et son
laticlave[46] garni de franges qui lui descendaient sur les mains.
C'était toujours par-dessus ce vêtement qu'il mettait sa ceinture, et
il la portait fort lâche; habitude qui fit dire souvent à Sylla, en
s'adressant aux grands: «Méfiez-vous de ce jeune homme, qui met si mal
sa ceinture.»

  [46] Tunique bordée par-devant d'une large bande de pourpre, et
  garnie de nœuds de pourpre ou d'or, imitant des têtes de clous.
  C'était le vêtement des sénateurs et de la plupart des
  magistrats.

Il habita d'abord une assez modeste maison dans Subure[47]; mais quand
il fut nommé grand-pontife, il eut pour demeure un bâtiment de l'État,
sur la voie Sacrée. Il passe pour avoir aimé passionnément le luxe et
la magnificence. Il avait fait bâtir auprès d'Aricie une maison de
campagne, dont la construction et les ornements lui avaient coûté des
sommes énormes; il la fit, dit-on, jeter à bas parce qu'elle ne
répondait pas entièrement à son attente: et il n'avait encore qu'une
fortune médiocre et des dettes. Dans ses expéditions, il portait avec
lui, pour en paver son logement, du bois de marqueterie et des pièces
de mosaïque.

  [47] C'était un quartier de Rome très-fréquenté, entre l'Esquilin
  et le Cælius.

On dit qu'il n'alla en Bretagne[48] que dans l'espoir d'y trouver des
perles, et qu'il prenait plaisir à en comparer la grosseur et à les
peser dans sa main; qu'il recherchait avec une incroyable avidité les
pierres précieuses, les sculptures, les statues et les tableaux
antiques.

  [48] La Grande-Bretagne, l'Angleterre.

Dans ses gouvernements, il avait toujours deux tables de festin: l'une
pour ses officiers et les personnes de sa suite, l'autre pour les
magistrats romains et les plus illustres habitants du pays. La
discipline domestique était chez lui exacte et sévère, dans les
petites choses comme dans les grandes. Il fit mettre aux fers son
pannetier pour avoir servi à ses convives un autre pain qu'à lui-même.

Ses mœurs étaient décriées et infâmes; mais ses ennemis même
conviennent qu'il faisait un usage très-modéré du vin; et l'on connaît
ce mot de Caton, «que de tous ceux qui avaient entrepris de renverser
la république César seul était sobre.» C. Oppius nous apprend qu'il
était si indifférent à la qualité des mets, qu'un jour qu'on lui avait
servi, chez un de ses hôtes, de l'huile gâtée au lieu d'huile fraîche,
il fut le seul des convives qui ne le refusa point, et que même il
affecta d'en redemander, pour épargner à son hôte le reproche, même
indirect, de négligence ou de rusticité.

Il ne montra aucun désintéressement dans ses gouvernements ni dans ses
magistratures. Il est prouvé, par des mémoires contemporains, qu'étant
proconsul en Espagne il reçut des alliés de fortes sommes, mendiées
par lui comme un secours, pour acquitter ses dettes; et qu'il livra au
pillage plusieurs villes de la Lusitanie, quoiqu'elles n'eussent fait
aucune résistance, et qu'elles eussent ouvert leurs portes à son
arrivée. Dans la Gaule, il pilla les chapelles particulières et les
temples des dieux, tout remplis de riches offrandes; et il détruisit
certaines villes plutôt dans un intérêt sordide qu'en punition de
quelque tort. Ce brigandage lui procura beaucoup d'or, qu'il fit
vendre en Italie et dans les provinces, sur le pied de trois mille
sesterces la livre[49]. Pendant son premier consulat, il vola dans le
Capitole trois mille livres pesant d'or, et il y substitua une
pareille quantité de cuivre doré. Il vendit l'alliance des Romains; il
vendit jusqu'à des royaumes; il tira ainsi du seul Ptolémée, en son
nom et en celui de Pompée, près de six mille talents[50]. Plus tard
encore, ce ne fut qu'à force de sacriléges et d'audacieuses rapines
qu'il put subvenir aux frais énormes de la guerre civile, de ses
triomphes et de ses spectacles.

  [49] 581 fr. 25.

  [50] 27,900,000 fr.

Pour l'éloquence et les talents militaires, il égala, il surpassa même
les plus glorieuses renommées. Son accusation contre Dolabella le fit
ranger sans contestation parmi les premiers orateurs de Rome. Cicéron,
dans son traité à Brutus, où il énumère les orateurs, dit «qu'il n'en
voit point à qui César doive le céder,» et il ajoute «qu'il y a dans
sa manière de l'élégance et de l'éclat, de la magnificence et de la
grandeur». Cicéron écrivait aussi à Cornelius Nepos: «Quel orateur
oseriez-vous lui préférer parmi ceux qui n'ont jamais cultivé que cet
art? Qui pourrait l'emporter sur lui pour l'abondance ou la vigueur
des pensées? qui, pour l'élégance ou la beauté des expressions?» Il
avait, dit-on, la voix éclatante, et il savait unir, dans ses
mouvements et ses gestes, la grâce et la chaleur.

César a laissé aussi des mémoires sur ses campagnes dans les Gaules et
sur la guerre civile contre Pompée. Pour l'histoire des guerres
d'Alexandrie, d'Afrique et d'Espagne, on ne sait pas quel en est
l'auteur. Les uns nomment Oppius, et les autres Hirtius, qui aurait
même complété le dernier livre de la guerre des Gaules, encore
imparfait. Voici le jugement que Cicéron a porté des Commentaires de
César, dans le traité à Brutus[51]: «Ses Commentaires sont un livre
excellent; le style en est simple, pur, élégant, dépouillé de toute
pompe de langage: c'est une beauté sans parure. En voulant fournir aux
futurs historiens des matériaux tout-prêts, il a peut-être fait une
chose agréable à des sots, qui ne manqueront pas de charger
d'ornements frivoles ces grâces naturelles; mais il a ôté aux gens de
goût jusqu'à l'envie de traiter le même sujet.» Hirtius dit aussi, en
parlant du même ouvrage[52]: «La supériorité en est si généralement
reconnue, que l'auteur semble avoir plutôt enlevé que donné aux
historiens la faculté d'écrire après lui. Mais nous avons plus de
motifs que personne d'admirer ce livre: les autres savent avec quel
talent et quelle pureté il est écrit; nous savons, de plus, avec
quelle vitesse et quelle facilité il le fut.» Asinius Pollion prétend
que ces Commentaires ne sont pas toujours exacts ni fidèles, César
ayant, pour les actions de ses lieutenants, ajouté une foi trop
entière à leurs récits, et pour les siennes mêmes ayant altéré,
sciemment ou faute de mémoire, la vérité des faits. Aussi Pollion
est-il persuadé qu'il devait les récrire et les corriger.

  [51] Chapitre 75.

  [52] Préface du livre VIII de la _Guerre des Gaules_.

Il excellait à manier les armes et les chevaux, et il supportait la
fatigue au delà de ce qu'on peut croire. Dans les marches il précédait
son armée, quelquefois à cheval, mais le plus souvent à pied, et la
tête toujours nue, malgré le soleil ou la pluie. Il franchissait les
plus longues distances avec une incroyable célérité, sans apprêt, dans
une voiture de louage, et il faisait ainsi jusqu'à cent milles par
jour[53]. Si des fleuves l'arrêtaient, il les passait à la nage ou sur
des outres gonflées, et il lui arrivait souvent de devancer ses
courriers.

  [53] Le mille romain répond à 4,449 pieds métriques, ou 1 kilomètre
  483 mètres.

On ne saurait dire s'il montrait dans ses expéditions plus de prudence
que de hardiesse. Jamais il ne conduisit son armée dans un pays propre
à cacher des embuscades sans avoir fait explorer les routes; et il ne
la fit passer en Bretagne qu'après s'être assuré par lui-même de
l'état des ports, du mode de navigation, et des endroits qui pouvaient
donner accès dans l'île. Ce même homme si précautionné, apprenant un
jour que son camp est assiégé en Germanie[54], revêt un costume
gaulois, et arrive jusqu'à son armée, à travers celle des assiégeants.
Il passa de même, pendant l'hiver, de Brindes à Dyrrachium au milieu
des flottes ennemies. Comme les troupes qui avaient ordre de le suivre
n'arrivaient pas, malgré les messages qu'il ne cessait d'envoyer, il
finit par monter seul, en secret, la nuit, sur une petite barque, la
tête couverte d'un voile; et il ne se fit connaître au pilote, il ne
lui permit de céder à la tempête, que quand les flots allaient
l'engloutir.

  [54] Chez les Éburons.

Jamais la superstition ne lui fit abandonner ou différer ses
entreprises. Quoique la victime du sacrifice eût échappé au couteau,
il ne laissa pas de marcher contre Scipion et Juba. Un autre jour, il
était tombé en sortant de son vaisseau, et tournant en sa faveur ce
sinistre présage, il s'écria: «Je te tiens, Afrique.» Pour éluder les
prédictions et l'espèce de destinée qui sur cette terre attachaient au
nom des Scipions le privilége des triomphes[55], il eut sans cesse
avec lui dans son camp un obscur descendant de la famille Cornelia,
homme des plus abjects et de mœurs infâmes.

  [55] Un Scipion commandait l'armée ennemie.

Pour les batailles, ce n'était pas seulement un plan bien arrêté, mais
aussi l'occasion qui le déterminait. Il lui arrivait souvent
d'attaquer aussitôt après une marche, et quelquefois par un temps si
affreux que personne ne pouvait croire qu'il se fût mis en mouvement.
Ce n'est que vers les dernières années de sa vie qu'il hésita
davantage à livrer bataille, persuadé que plus il avait vaincu
souvent, moins il devait tenter la fortune, et qu'il gagnerait
toujours moins à une victoire qu'il ne perdrait à une défaite. Jamais
il ne mit un ennemi en déroute qu'il ne s'emparât aussi de son camp,
et il ne laissait aucun répit à la terreur des vaincus. Quand le sort
des armes était douteux, il renvoyait tous les chevaux, à commencer
par le sien, afin d'imposer à ses soldats l'obligation de vaincre, en
leur ôtant le moyens de fuir.

Il montait un cheval remarquable, dont les pieds rappelaient la forme
humaine, et dont le sabot fendu offrait l'apparence de doigts. Ce
cheval était né dans sa maison, et les aruspices avaient promis
l'empire du monde à son maître: aussi l'éleva-t-il avec grand soin.
César fut le premier, le seul, qui dompta la fierté rebelle de ce
coursier. Dans la suite, il lui érigea une statue devant le temple de
Vénus Génitrix[56].

  [56] Vénus Mère. César prétendait descendre de cette déesse; il
  lui voua ce temple avant la bataille de Pharsale (APPIEN, II,
  68).

On le vit souvent rétablir seul sa ligne de bataille qui pliait, se
jeter au-devant des fuyards, les arrêter brusquement, et les forcer
l'épée sur la gorge de faire face à l'ennemi. Et cependant ils étaient
quelquefois si effrayés, qu'un porte-aigle, qu'il arrêta ainsi, le
menaça de son glaive, et qu'un autre, dont il avait saisi l'étendard,
le lui laissa dans les mains.

Je citerai des circonstances où il donna des marques de courage encore
plus éclatantes. Après la bataille de Pharsale, il avait d'avance
envoyé ses troupes en Asie, et lui-même passait le détroit de
l'Hellespont sur un petit bâtiment de transport: il rencontre C.
Cassius, un de ses ennemis, à la tête de dix vaisseaux armés en
guerre; loin de fuir, il s'avance, l'exhorte aussitôt à se rendre, et
le reçoit suppliant à son bord.

Il attaquait un pont dans Alexandrie; mais une brusque sortie de
l'ennemi le força de sauter dans une barque. Comme on s'y précipitait
après lui, il se jeta à la mer, et nagea l'espace de deux cents pas,
jusqu'au vaisseau le plus proche, élevant sa main gauche au-dessus des
flots, pour ne pas mouiller des écrits qu'il portait, traînant son
manteau de général avec ses dents, pour ne pas laisser cette dépouille
aux ennemis.

Il n'estimait point le soldat en raison de ses mœurs ou de sa
fortune, mais seulement en proportion de sa force; et il le traitait
tour à tour avec une extrême rigueur et une extrême indulgence.
Sévère, il ne l'était pas partout ni toujours, mais il le devenait
quand il était près de l'ennemi. C'est alors surtout qu'il maintenait
la plus rigoureuse discipline; il n'annonçait à son armée ni les jours
de marche ni les jours de combat; il voulait que, dans l'attente
continuelle de ses ordres, elle fût toujours prête au premier signal à
marcher où il la conduirait. Le plus souvent il la mettait en
mouvement sans motif, surtout les jours de fête et de pluie. Parfois
même il avertissait qu'on ne le perdît pas de vue, et s'éloignant tout
à coup, soit de jour, soit de nuit, il forçait sa marche, de manière à
lasser ceux qui le suivaient sans l'atteindre.

Quand des armées ennemies s'avançaient précédées d'une renommée
effrayante, ce n'est pas en niant leurs forces ou en les dépréciant
qu'il rassurait la sienne, mais, au contraire, en les grossissant
jusqu'au mensonge. Ainsi l'approche de Juba ayant jeté la terreur dans
tous les esprits, il assembla ses soldats, et leur dit: «Sachez que
dans très-peu de jours le roi sera devant vous, avec dix légions,
trente mille chevaux, cent mille hommes de troupes légères, et trois
cents éléphants. Que l'on s'abstienne donc de toute question, de toute
conjecture, et qu'on s'en rapporte à moi, qui sais la vérité. Sinon,
je ferai jeter les nouvellistes sur un vieux navire, et ils iront
aborder où les poussera le vent.»

Il ne faisait pas attention à toutes les fautes, et ne proportionnait
pas toujours les peines aux délits; mais il poursuivait avec une
rigueur impitoyable le châtiment des déserteurs et des séditieux; il
fermait les yeux sur le reste. Quelquefois, après une grande bataille
et une victoire, il dispensait les soldats des devoirs ordinaires, et
leur permettait de se livrer à tous les excès d'une licence effrénée.
Il avait coutume de dire «que ses soldats, même parfumés, pouvaient se
bien battre». Dans ses harangues, il ne les appelait point _soldats_,
mais se servait du terme, plus flatteur, de _camarades_. Il aimait à
les voir bien vêtus, et leur donnait des armes enrichies d'or et
d'argent, autant pour la beauté du coup d'œil que pour les y attacher
davantage au jour du combat, par la crainte de les perdre. Il avait
même pour eux une telle affection, que lorsqu'il apprit la défaite de
Titurius, il laissa croître sa barbe et ses cheveux, et il ne les
coupa qu'après l'avoir vengé. C'est ainsi qu'il leur inspira un entier
dévouement à sa personne et un courage invincible.

Quand il commença la guerre civile, les centurions de chaque légion
s'engagèrent à lui fournir chacun un cavalier sur l'argent de son
pécule, et tous les soldats à le servir gratuitement, sans ration ni
paye, les plus riches devant subvenir aux besoins des plus pauvres.
Pendant une guerre aussi longue, aucun d'eux ne l'abandonna; il y en
eut même un grand nombre qui, faits prisonniers par l'ennemi,
refusèrent la vie qu'on leur offrait, sous la condition de porter les
armes contre lui. Assiégés ou assiégeants, ils supportaient si
patiemment la faim et les autres privations, que Pompée, ayant vu au
siége de Dyrrachium l'espèce de pain d'herbes dont ils se
nourrissaient, dit «qu'il avait affaire à des bêtes sauvages»; et il
le fit disparaître aussitôt, sans le montrer à personne, de peur que
ce témoignage de la patience et de l'opiniâtreté de ses ennemis ne
décourageât son armée. Une preuve de leur indomptable courage, c'est
qu'après le seul revers éprouvé par eux près de Dyrrachium, ils
demandèrent eux-mêmes à être châtiés, et leur général dut plutôt les
consoler que les punir. Dans les autres batailles, ils défirent
aisément, malgré leur infériorité numérique, les innombrables troupes
qui leur étaient opposées. Une seule cohorte de la sixième légion,
chargée de la défense d'un petit fort, soutint pendant quelques heures
le choc de quatre légions de Pompée, et périt presque tout entière
sous une multitude de traits: on trouva dans l'enceinte du fort cent
trente mille flèches. Tant de bravoure n'étonnera pas si l'on
considère séparément les exploits de quelques-uns d'entre eux: je ne
citerai que le centurion Cassius Scéva et le soldat C. Acilius. Scéva,
quoiqu'il eût l'œil crevé, la cuisse et l'épaule traversées, son
bouclier percé de cent vingt coups, n'en demeura pas moins ferme à la
porte d'un fort dont on lui avait confié la garde. Acilius, dans un
combat naval près de Marseille, imita le mémorable exemple donné chez
les Grecs par Cynégire: il avait saisi de la main droite un vaisseau
ennemi; on la lui coupa, il n'en sauta pas moins dans le vaisseau, en
repoussant à coups de bouclier tous ceux qui faisaient résistance.

Pendant les dix années de la guerre des Gaules, il ne s'éleva aucune
sédition dans l'armée de César. Il y en eut quelques-unes pendant la
guerre civile; mais il les apaisa sur-le-champ, et par sa fermeté bien
plus que par son indulgence; car il ne céda jamais aux mutins, et
marcha toujours au-devant d'eux. A Plaisance, il licencia
ignominieusement toute la neuvième légion, quoique Pompée fût encore
sous les armes; et ce ne fut qu'avec beaucoup de peine, ce ne fut
qu'après les plus nombreuses et les plus pressantes supplications, et
après le châtiment des coupables, qu'il consentit à la rétablir.

A Rome, les soldats de la dixième légion réclamèrent un jour des
récompenses et leur congé, en proférant d'effroyables menaces, qui
exposaient la ville aux plus grands dangers. Quoique la guerre fût
alors allumée en Afrique, César, que ses amis essayèrent en vain de
retenir, n'hésita pas à se présenter aux mutins et à les licencier.
Mais avec un seul mot, et en les appelant _citoyens_ au lieu de
_soldats_, il changea entièrement leurs dispositions: «Nous sommes des
soldats,» s'écrièrent-ils aussitôt; et ils le suivirent en Afrique
malgré lui, ce qui ne l'empêcha pas d'enlever aux plus séditieux le
tiers du butin et des terres qui leur étaient destinées.

Il traita toujours ses amis avec des égards et une bonté sans bornes.
C. Oppius, qui l'accompagnait dans un chemin agreste et difficile,
étant tombé subitement malade, César lui céda la seule cabane qu'ils
trouvèrent, et coucha en plein air, sur la dure. Quand il fut parvenu
au souverain pouvoir, il éleva aux premiers honneurs quelques hommes
de la plus basse naissance; et comme on le lui reprochait, il répondit
publiquement: «Si des brigands et des assassins m'avaient aussi aidé à
défendre mes droits et ma dignité, je leur en témoignerais la même
reconnaissance.»

Jamais, d'un autre côté, il ne conçut d'inimitiés si fortes, qu'il ne
les abjurât volontiers dans l'occasion.

Il était naturellement fort doux, même dans ses vengeances. Quand il
eut pris, à son tour, les pirates dont il avait été le prisonnier, et
auxquels il avait alors juré de les mettre en croix, il ne les fit
attacher à cet instrument de supplice qu'après les avoir fait
étrangler.

Mais c'est surtout pendant la guerre civile et après ses victoires
qu'il fit admirer sa modération et sa clémence.

    SUÉTONE.


CÉSAR.

J'aurais voulu voir cette blanche et pâle figure, fanée avant l'âge
par les débauches de Rome, cet homme délicat et épileptique, marchant
sous les pluies de la Gaule, à la tête des légions; traversant nos
fleuves à la nage; ou bien à cheval entre les litières où ses
secrétaires étaient portés, dictant quatre, six lettres à la fois,
remuant Rome du fond de la Belgique, exterminant sur son chemin deux
millions d'hommes et domptant en dix années la Gaule, le Rhin et
l'Océan du nord.

    MICHELET, _Histoire romaine_, t. 2, p. 234.


CÉSAR DANS LES GAULES.

Après son consulat, César choisit parmi toutes les provinces romaines
celle des Gaules, qui, entre autres avantages, offrait à son ambition
un vaste champ de triomphes. Il reçut d'abord la Gaule Cisalpine avec
l'Illyrie, en vertu d'une loi de Vatinius, et ensuite la Gaule
Chevelue[57], par un décret des sénateurs, qui, persuadés que le
peuple la lui donnerait aussi, préférèrent que César la tînt de leur
générosité. Il en éprouva une joie qu'il ne put contenir: on
l'entendit peu de jours après se vanter en plein sénat d'être enfin
parvenu au comble de ses vœux, malgré la haine de ses ennemis
consternés, et s'écrier qu'il marcherait désormais sur leurs têtes. Il
ajouta d'autres légions[58] à celles qu'il avait reçues de la
république, et il les entretint à ses frais. Il en forma dans la Gaule
Transalpine une dernière, à laquelle il fit prendre le nom gaulois
d'Alauda[59], qu'il sut former à la discipline des Romains, qu'il arma
et habilla comme eux, et que dans la suite il gratifia tout entière du
droit de cité. Il ne laissa désormais échapper aucune occasion de
faire la guerre, fût cette guerre injuste et périlleuse: il attaqua
indistinctement et les peuples alliés et les nations ennemies ou
sauvages. Enfin sa conduite fit prendre un jour au sénat la résolution
d'envoyer des commissaires dans les Gaules, pour informer sur l'état
de cette province; on proposa même de le livrer aux ennemis. Mais le
succès de toutes ses entreprises lui fit, au contraire, décerner de
solennelles actions de grâces[60], plus longues et plus fréquentes
qu'à aucun autre avant lui.

  [57] Ou Transalpine (la Province romaine). Il comptait que les
  désordres de la Gaule indépendante lui fourniraient l'occasion
  d'en faire la conquête.

  [58] Deux.

  [59] L'Alouette.

  [60] Ces actions de grâces (_supplicationes_) étaient rendues aux
  dieux pour les victoires d'un général.

Voici en peu de mots ce qu'il fit pendant les neuf années que dura son
commandement. Toute la Gaule comprise entre les Pyrénées, les Alpes,
les Cévennes, le Rhône et le Rhin, c'est-à-dire dans un circuit de
deux ou trois cent mille pas, il la réduisit en province romaine, à
l'exception des villes alliées et amies, et il imposa au pays conquis
un tribut annuel de quarante millions de sesterces[61]. Il est le
premier qui après avoir jeté un pont sur le Rhin ait attaqué les
Germains au delà de ce fleuve, et qui ait remporté sur eux de grands
avantages. Il attaqua aussi les Bretons, jusqu'alors inconnus, les
vainquit, et en exigea des contributions et des otages. Au milieu de
tant de succès, il n'éprouva que trois revers: l'un en Bretagne, où
une tempête faillit détruire sa flotte; un autre en Gaule, devant
Gergovie[62], où une légion fut battue; et le troisième sur le
territoire des Germains, où ses lieutenants Titurius et Aurunculeius
périrent dans une embuscade.

    SUÉTONE.

  [61] 7,750,000 fr.

  [62] Clermont.


LA GUERRE DES GAULES.

  58-51 av. J.-C.

César avait quarante-et-un ans lorsqu'il commença sa première
campagne, l'an 58 av. J.-C. Les peuples d'Helvétie avaient quitté leur
pays, au nombre de 300,000, pour s'établir sur les bords de l'Océan.
Ils avaient 90,000 hommes armés, et traversaient la Bourgogne. Les
peuples d'Autun[63] appelèrent César à leur secours. Il partit de
Vienne, place de la province romaine, remonta le Rhône, passa la Saône
à Châlons, atteignit l'armée des Helvétiens à une journée d'Autun, et
défit ces peuples dans une bataille longtemps disputée. Après les
avoir contraints à rentrer dans leurs montagnes, il repassa la Saône,
se saisit de Besançon, et traversa le Jura pour aller combattre
l'armée d'Arioviste[64]; il le rencontra à quelques marches du Rhin,
le battit et l'obligea à rentrer en Allemagne. Sur ce champ de
bataille il se trouvait à 90 lieues de Vienne; sur celui des
Helvétiens il en était à 70 lieues. Dans cette campagne, il tint
constamment réunies en un seul corps les six légions qui formaient
son armée. Il abandonna le soin de ses communications à ses alliés,
ayant toujours un mois de vivres dans son camp et un mois
d'approvisionnements dans une place forte, où, à l'exemple d'Annibal,
il renfermait ses otages, ses magasins, ses hôpitaux; c'est sur ces
mêmes principes qu'il a fait ses sept autres campagnes des Gaules.

  [63] Les Éduens.

  [64] Roi des Suèves.

Pendant l'hiver de 57, les Belges levèrent une armée de 300,000
hommes, qu'ils confièrent à Galba, roi de Soissons. César, prévenu par
les Rémois, ses alliés, accourut et campa sur l'Aisne. Galba,
désespérant de le forcer dans son camp, passa l'Aisne pour se porter
sur Reims; mais il déjoua cette manœuvre, et les Belges se
débandèrent; toutes les villes de cette ligue se soumirent
successivement. Les peuples du Hainaut[65] le surprirent sur la Sambre
aux environs de Maubeuge, sans qu'il eût le temps de se ranger en
bataille; sur les huit légions qu'il avait alors, six étaient occupées
à élever les retranchements du camp, deux étaient encore en arrière
avec les bagages. La fortune lui fut si contraire dans ce jour, qu'un
corps de cavalerie de Trèves l'abandonna et publia partout la
destruction de l'armée romaine; et cependant il triompha.

  [65] Les Nerviens et leurs alliés.

L'an 56, il se porta tout d'un trait sur Nantes et Vannes, en faisant
de forts détachements en Normandie et en Aquitaine: le point le plus
rapproché de ses dépôts était alors Toulouse, dont il était à 130
lieues, séparé par des montagnes, de grandes rivières, des forêts.

L'an 55, il porta la guerre au fond de la Hollande, à Zutphen, où
400,000 barbares passaient le Rhin pour s'emparer des terres des
Gaulois: il les battit, en tua le plus grand nombre, les rejeta au
loin, repassa le Rhin à Cologne, traversa la Gaule, s'embarqua à
Boulogne, et descendit en Angleterre.

L'an 54, il franchit de nouveau la Manche avec cinq légions, soumit
les rives de la Tamise, prit des otages, et rentra avant l'équinoxe
dans les Gaules; dans l'arrière-saison, ayant appris que son
lieutenant Sabinus avait été égorgé près de Trèves avec quinze
cohortes, et que Quintus Cicéron était assiégé dans son camp de
Tongres, il rassembla huit à neuf mille hommes, se mit en marche,
défit Ambiorix, qui s'avança à sa rencontre, et délivra Cicéron.

L'an 53, il réprima la révolte des peuples de Sens, de Chartres, de
Trèves, de Liége, et passa une deuxième fois le Rhin.

Déjà les Gaulois frémissaient, le soulèvement éclatait de tous côtés.
Pendant l'hiver de 52 ils se levèrent en masse: les peuples si fidèles
d'Autun même prirent part à la guerre; le joug romain était odieux aux
Gaulois. On conseillait à César de rentrer dans la province romaine ou
de repasser les Alpes; il n'adopta ni l'un ni l'autre de ces projets.
Il avait alors dix légions; il passa la Loire et assiégea Bourges au
cœur de l'hiver, prit cette ville à la vue de l'armée de
Vercingétorix, et mit le siége devant Clermont[66]; il y échoua,
perdit ses otages, ses magasins, ses remontes qui étaient dans Nevers,
sa place de dépôt, dont les peuples d'Autun s'emparèrent. Rien ne
paraissait plus critique que sa position. Labienus, son lieutenant,
était inquiété par les peuples de Paris; il l'appela à lui, et avec
son armée réunie il mit le siége devant Alise, où s'était enfermée
l'armée gauloise. Il employa cinquante jours à fortifier ses lignes de
contrevallation et de circonvallation. La Gaule leva une nouvelle
armée, plus nombreuse que celle qu'elle venait de perdre; les peuples
de Reims seuls restèrent fidèles à Rome. Les Gaulois se présentent
pour faire lever le siége; la garnison réunit pendant trois jours ses
efforts aux leurs, pour écraser les Romains dans leurs lignes. César
triomphe de tout; Alise tombe, et les Gaules sont soumises.

  [66] Gergovie.

Pendant cette grande lutte, toute l'armée de César était dans son
camp; il n'avait aucun point vulnérable. Il profita de sa victoire
pour regagner l'affection des peuples d'Autun, au milieu desquels il
passa l'hiver, quoiqu'il fît des expéditions à cent lieues l'une de
l'autre et en changeant de troupes. Enfin, l'an 51, il mit le siége
devant Cahors, où périrent les derniers des Gaulois.

Les Gaules devinrent provinces romaines; leur tribut accrut
annuellement de huit millions les richesses de Rome.

    NAPOLÉON, _Mémoires_ publiés par Gourgaud et Montholon.


ARIOVISTE BATTU PAR CÉSAR.

  58 av. J.-C.

Arioviste, roi des Suèves, avait été déclaré allié du peuple romain.
Appelé en Gaule par les Auvergnats et les Francs-Comtois[67], il
battit les Autunois[68] et leurs alliés, dans une bataille près de
Pontarlier, soumit toutes ces petites républiques à lui payer tribut
et à lui livrer des otages. Plus tard, il appesantit son joug sur les
Francs-Comtois eux-mêmes, et s'appropria le tiers de leurs terres,
qu'il distribua à 120,000 Allemands. Un plus grand nombre, attiré par
cet appât, se préparait à passer le Rhin; 24,000 étaient partis de
Constance, et les cent cantons des Suèves étaient déjà arrivés sur les
bords de ce fleuve: la Gaule allait être ébranlée dans ses fondements,
elle eut recours aux Romains.

  [67] Arvernes et Séquanes.

César fit demander une entrevue à Arioviste. En ayant reçu une réponse
peu satisfaisante, il passa la Saône, et surprit Besançon. Après
quelques jours de repos, il continua sa marche dans la direction du
Rhin. Le septième jour, ayant fait un détour pour éviter les
montagnes, les deux armées se trouvèrent en présence. César et
Arioviste eurent une entrevue, qui n'eut aucun résultat. Les Allemands
étaient d'une haute taille, forts, braves. Après plusieurs manœuvres,
les deux armées en vinrent aux mains, sur un champ de bataille éloigné
de seize lieues du Rhin[69]. Arioviste fut battu, son armée poursuivie
jusqu'à ce fleuve, que ce prince passa sur un petit bateau. Ce
désastre consterna les Germains et sauva les Gaules.

  NAPOLÉON, _Précis des Guerres de J. César, écrit à l'île
    Sainte-Hélène sous la dictée de l'empereur_, par Marchand, p.
    31.

  [68] Éduens.

  [69] La bataille contre Arioviste a été donnée dans le mois de
  septembre et du côté de Belfort. (_Note de Napoléon._)


GUERRE DES BELGES. COMBAT SUR L'AISNE.--DÉFAITE DES BELGES DU
HAINAUT. BATAILLE SUR LA SAMBRE.

57 av. J.-C.

Les Belges étaient de race barbare; leurs pères avaient passé le Rhin,
attirés par la beauté du pays. Ils en avaient chassé les premiers
habitants, et s'y étaient établis. Ils étaient considérés comme les
plus braves d'entre les Gaulois. Les Teutons et les Cimbres
craignirent de les indisposer, et les respectèrent. La défaite des
Helvétiens, celle d'Arioviste et la présence de l'armée romaine, qui,
contre l'usage, hivernait dans la Celtique, éveillèrent leur jalousie;
ils craignirent pour leur indépendance. Ils passèrent tout l'hiver en
préparatifs, et ils mirent en campagne, au printemps, une armée de
300,000 hommes, commandée par Galba, roi de Soissons, dont le
contingent était de 50,000 hommes; les peuples de Beauvais en avaient
fourni autant, ceux du Hainaut, 50,000; de l'Artois, 15,000; d'Amiens,
10,000; de Saint-Omer, 25,000; du Brabant, 9,000; du pays de Caux,
10,000; du Vexin, 10,000; de Namur, 30,000; et enfin 40,000 Allemands
de Cologne, de Liége, de Luxembourg. Ces nouvelles arrivèrent au delà
des monts, où se trouvait César, qui leva deux nouvelles légions. Il
arriva avec elles à Sens dans le courant de mai.

Les peuples de la Celtique lui restèrent fidèles; ceux d'Autun, de
Reims, de Sens, lui fournirent une armée qu'il mit sous les ordres de
Divitiacus, qu'il destina à ravager le territoire de Beauvais, et il
se campa avec ses huit légions à Pont-à-Vaire, sur l'Aisne, territoire
de Reims. Il fit établir une tête de pont sur la rive gauche,
environna son camp par un rempart de douze pieds de haut, ayant en
avant un fossé de dix-huit pieds de largeur. L'armée belge ne tarda
pas à paraître; elle investit la petite ville de Bièvre, à huit milles
du camp romain. Cette ville avait une garnison rémoise; elle reçut un
renfort dans la nuit, ce qui décida le lendemain Galba à marcher droit
sur Pont-à-Vaire. Mais trouvant le camp parfaitement retranché, il
prit position à deux milles. Il occupait trois lieues de terrain.
Après quelques jours d'escarmouches, César sortit avec six légions en
laissant les deux nouvelles pour la garde du camp; mais, de peur
d'être tourné, il fit élever deux retranchements de 3 à 400 toises de
longueur, perpendiculaires à ses deux flancs; il les fit garnir de
tours et de machines. Galba désirait tout terminer par une bataille;
mais il était arrêté par le marais qui séparait les deux camps. Il
espérait que les Romains le passeraient, mais ils s'en donnèrent bien
de garde. Chacun rentra le soir dans son camp. Alors Galba passa
l'Aisne; pendant la nuit il attaqua les ouvrages de la rive gauche, se
mit à ravager le territoire rémois; mais César le battit avec sa
cavalerie et ses troupes légères, et le chassa sur la rive gauche de
l'Aisne. Peu de jours après, les Beauvoisins[70] apprirent que les
Autunois étaient sur leurs frontières et menaçaient leur capitale. Ils
levèrent sur-le-champ leur camp, et allèrent au secours de leur
patrie. Le signal de la défection une fois donné, fut imité; chacun
se retira dans son pays. Le surlendemain les Romains firent une marche
de dix lieues, donnèrent l'assaut à Soissons: ils furent repoussés;
mais le lendemain les habitants se soumirent par la médiation des
Rémois; ils donnèrent des otages. Alors César marcha sur Beauvais,
accorda la paix à ses habitants, à la recommandation des Autunois, se
contentant de prendre six cents otages. Amiens et plusieurs villes de
la Picardie se soumirent également.

  [70] Bellovaques.

Les peuples du Hainaut[71], les plus belliqueux et les plus sauvages
des Belges, s'étaient réunis aux Artésiens et aux Vermandois. Ils
étaient campés sur la rive droite de la Sambre, à Maubeuge, couverts
par une colline et au milieu d'une forêt. César marcha à eux avec huit
légions. Arrivé sur les bords de la Sambre, il fit tracer son camp sur
une belle colline. La cavalerie et les troupes légères passèrent la
rivière et s'emparèrent d'un monticule qui domine le pays de la rive
gauche, mais plus bas que celui sur lequel voulait camper l'armée
romaine. Les six légions qui étaient arrivées se distribuèrent autour
de l'enceinte du camp pour le fortifier, lorsque tout d'un coup
l'armée ennemie déboucha de la forêt, culbuta la cavalerie et les
troupes légères, se précipita à leur suite dans la Sambre, déborda sur
l'armée romaine, qu'elle attaqua en tous sens: généraux, officiers,
soldats, tous furent surpris; chacun prit son épée sans se donner le
temps de se couvrir de ses armes défensives. Les 9e et 10e légions
étaient placées sur la gauche du camp; la 8e et la 11e sur le côté qui
faisait front à l'ennemi, formant à peu près le centre; la 7e et la
12e sur le côté opposé, à la droite. L'armée romaine ne formait pas
une ligne, elle occupait une circonférence; les légions étaient
isolées, sans ordre, la cavalerie et les hommes armés à la légère
fuyaient épouvantés dans la plaine. Labienus[72] rallia les 9e et 10e
légions, attaqua la droite de l'ennemi, qui était formée par les
Artésiens, les culbuta dans la Sambre, s'empara de la colline et de
leur camp sur la rive gauche. Les légions du centre, après diverses
vicissitudes, repoussèrent les Vermandois, les poursuivirent au delà
de la rivière; mais les 7e et 12e légions avaient été débordées et
étaient attaquées par toute l'armée du Hainaut, qui faisait la
principale force des Gaulois: elles furent accablées. Les barbares
ayant tourné les légions, s'emparèrent du camp. Ces deux légions,
environnées, étaient sur le point d'être entièrement défaites, lorsque
les deux légions qui escortaient le bagage arrivèrent, et que d'un
autre côté Labienus détacha la 10e légion sur les derrières de
l'ennemi: le sort changea; toute la gauche des Belges, qui avait passé
la Sambre, couvrit le champ de bataille de ses morts. Les Belges du
Hainaut furent anéantis au point que quelques jours après, les
vieillards et les femmes étant sortis des marais pour implorer la
grâce du vainqueur, il se trouva que cette nation belliqueuse était
réduite de six cents sénateurs à trois, et de 60,000 hommes en état de
porter les armes à 500. Pendant une partie de la journée les affaires
des Romains furent tellement désespérées, qu'un corps de cavalerie de
Trèves les abandonna, s'en retourna dans son pays, publiant partout la
destruction de l'armée romaine.

    NAPOLÉON, _Précis des Guerres de J. César_, p. 36.

  [71] Les Nerviens.

  [72] Un des meilleurs généraux de l'armée de César.


GUERRE CONTRE LES VÉNÈTES.

  56 av. J.-C.

A la fin de la campagne précédente[73], César avait détaché le jeune
Crassus, qui depuis périt avec son père contre les Parthes, avec une
légion, pour soumettre la Bretagne. Il s'était en effet porté sur
Vannes, avait parcouru les principales villes de cette grande
province, avait partout reçu la soumission des peuples et des otages.
Il avait pris ses quartiers d'hiver en Anjou, près de Nantes.
Cependant les Bretons, revenus de leur première stupeur,
s'insurgèrent. Vannes, qui était leur principale ville, donna le
signal. Ils arrêtèrent partout les officiers romains, qui pour
diverses commissions étaient répandus dans la province. La ville de
Vannes était grande et riche par le commerce de l'Angleterre; ses
côtes étaient pleines de ports. Le Morbihan, espèce de mer intérieure,
assurait sa défense; il était couvert de ses bâtiments. Les confédérés
ayant jeté le masque firent connaître à Crassus qu'il eût à leur
renvoyer leurs otages, qu'ils lui renverraient ses officiers, mais
qu'ils étaient résolus à garder leur liberté et à ne pas se soumettre
de gaieté de cœur à l'esclavage de Rome. César, au printemps, arriva
à Nantes. Il envoya Labienus avec un corps de cavalerie à Trèves, pour
contenir les Belges, et détacha Crassus, avec douze cohortes et un
gros corps de cavalerie, pour entrer dans l'Aquitaine et empêcher que
les habitants de cette province n'envoyassent des secours aux Bretons.
Il détacha Sabinus avec trois légions dans le Cotentin, donna le
commandement de sa flotte à Domitius Brutus: il avait fait venir des
vaisseaux de la Saintonge et du Poitou, et fit construire des galères
à Nantes; il tira des matelots des côtes de la Méditerranée. Mais les
vaisseaux des peuples de Vannes étaient plus gros et montés par de
plus habiles matelots; leurs ancres étaient tenues par des chaînes de
fer, leurs voiles étaient de peaux molles. L'éperon des galères
romaines ne pouvait rien contre des bâtiments si solidement
construits; enfin, les bords étaient très-élevés, ce qui leur donnait
un commandement non-seulement sur le tillac des galères romaines, mais
même sur les tours qu'il était quelquefois dans l'usage d'y élever.
Les javelots des Romains, lancés de bas en haut, étaient sans effet,
et les leurs, lancés de haut en bas, faisaient beaucoup de ravages.
Mais les navires romains étaient armés de faux tranchantes emmanchées
au bout d'une longue perche, avec lesquelles ils coupèrent les
cordages, les haubans, et firent tomber les vergues et les mâts. Ces
gros vaisseaux désemparés, devenus immobiles, furent le théâtre d'un
combat de pied ferme. Le calme étant survenu sur ces entrefaites,
toute la flotte de Vannes tomba au pouvoir des Romains. Dans cette
extrémité, le peuple de Vannes se rendit à discrétion. César fit
mourir tous les sénateurs, et vendit tous les habitants à l'encan.

    NAPOLÉON, _Précis des Guerres de J. César_, p. 47.

  [73] La seconde.


VERCINGÉTORIX.

  52 av. J.-C.

Un jeune Arverne très-puissant, Vercingétorix, fils de Celtill, qui
avait tenu le premier rang dans la Gaule et que sa cité avait fait
mourir parce qu'il visait à la royauté, assemble ses clients et les
échauffe sans peine. Dès que l'on connaît son dessein, on court aux
armes; son oncle Gobanitio et les autres chefs, qui ne jugeaient pas à
propos de courir une pareille chance, le chassent de la ville de
Gergovie[74]. Cependant, il ne renonce pas à son projet, et lève dans
la campagne un corps de vagabonds et de misérables. Suivi de cette
troupe, il amène à ses vues tous ceux de la cité qu'il rencontre; il
les exhorte à prendre les armes pour la liberté commune. Ayant ainsi
réuni de grandes forces, il expulse à son tour du pays les adversaires
qui, peu de temps auparavant, l'avaient chassé lui-même. On lui donne
le titre de roi, et il envoie des députés réclamer partout l'exécution
des promesses que l'on a faites. Bientôt il entraîne les Sénons, les
Parisiens, les Pictons, les Cadurkes, les Turons, les Aulerkes, les
Lemovikes[75], les Andes, et tous les autres peuples qui bordent
l'Océan: tous s'accordent à lui déférer le commandement. Revêtu de ce
pouvoir, il exige des otages de toutes les cités, donne ordre qu'on
lui amène promptement un certain nombre de soldats, et règle ce que
chaque cité doit fabriquer d'armes, et l'époque où elle les livrera.
Surtout il s'occupe de la cavalerie. A l'activité la plus grande il
joint la plus grande sévérité; il détermine les incertains par
l'énormité des châtiments; un délit grave est puni par le feu et par
toute espèce de tortures: pour les fautes légères il fait couper les
oreilles ou crever un œil, et renvoie chez eux les coupables pour
servir d'exemple et pour effrayer les autres par la rigueur du
supplice.

    CÉSAR, _Guerre des Gaules_, liv. VII, ch. 4.

  [74] Cette ville était située à une lieue de l'emplacement actuel
  de Clermont, sur une colline qui porte encore le nom de mont
  _Gergoie_ ou _Gergoriat_.

  [75] Peuple du Limousin.


SIÉGE DE BOURGES.

  52 av. J.-C.

César marcha sur Avarium[76], la plus grande et la plus forte place
des Bituriges, et située sur le territoire le plus fertile; il
espérait que la prise de cette ville le rendrait maître de tout le
pays.

  [76] Aujourd'hui Bourges.

Vercingétorix convoque un conseil; il démontre «que cette guerre doit
être conduite tout autrement qu'elle ne l'a été jusque alors; qu'il
faut employer tous les moyens pour couper aux Romains les vivres et le
fourrage; que cela sera aisé, puisque l'on a beaucoup de cavalerie et
qu'on est secondé par la saison; que, ne trouvant pas d'herbes à
couper, les ennemis seront contraints de se disperser pour en chercher
dans les maisons, et que la cavalerie pourra chaque jour les détruire;
qu'enfin le salut commun doit faire oublier les intérêts particuliers;
qu'il faut incendier les bourgs et les maisons en tous sens, aussi
loin que l'ennemi peut s'étendre pour fourrager. Pour eux, ils auront
tout en abondance, étant secourus par les peuples sur le territoire
desquels aura lieu la guerre; les Romains ne pourront soutenir la
disette ou s'exposeront à de grands périls en sortant de leur camp; il
importe peu de les tuer ou de leur enlever leurs bagages, dont la
perte leur rend la guerre impossible. Il faut aussi brûler les villes
qui par leurs fortifications ou par leur position naturelle ne
seraient pas à l'abri de tout danger, afin qu'elles ne servent ni
d'asile aux Gaulois qui déserteraient leurs drapeaux, ni de but aux
Romains qui voudraient y enlever des vivres et du butin. Si de tels
moyens semblent durs et rigoureux, ils doivent trouver plus dur encore
de voir leurs enfants, leurs femmes, traînés en esclavage, et de périr
eux-mêmes, sort inévitable des vaincus.»

Cet avis étant unanimement approuvé, on brûle en un jour plus de vingt
villes des Bituriges. On fait la même chose dans les autres pays. De
toutes parts on ne voit qu'incendies: ce spectacle causait une
affliction profonde et universelle, mais on s'en consolait par
l'espoir d'une victoire presque certaine, qui indemniserait
promptement de tous les sacrifices. On délibère dans l'assemblée
générale s'il convient de brûler ou de défendre Avaricum. Les
Bituriges se jettent aux pieds des autres Gaulois: «Qu'on ne les force
pas à brûler de leurs mains la plus belle ville de presque toute la
Gaule, le soutien et l'ornement de leur pays; ils la défendront
facilement, disent-ils, vu sa position naturelle; car presque de
toutes parts entourée d'une rivière et d'un marais, elle n'a qu'une
avenue très-étroite.» Ils obtiennent leur demande; Vercingétorix, qui
l'avait d'abord combattue, cède enfin à leurs prières et à la pitié
générale. La défense de la place est confiée à des hommes choisis à
cet effet.

Vercingétorix suit César à petites journées, et choisit pour son camp
un lieu défendu par des marais et des bois, à seize mille pas
d'Avaricum. Là des éclaireurs fidèles l'instruisaient à chaque instant
du jour de ce qui se passait dans Avaricum, et y transmettaient ses
volontés. Tous nos mouvements pour chercher des grains et des
fourrages étaient épiés; et si nos soldats se dispersaient ou
s'éloignaient trop du camp, il les attaquait et leur faisait beaucoup
de mal, quoiqu'on prît toutes les précautions possibles pour sortir à
des heures incertaines et par des chemins différents.

Après avoir assis son camp dans cette partie de la ville qui avait,
comme on l'a dit plus haut, une avenue étroite entre la rivière et le
marais, César fit commencer une terrasse, pousser des mantelets, et
travailler à deux tours; car la nature du lieu s'opposait à une
circonvallation. Il ne cessait d'insister auprès des Boïes et des
Édues pour les vivres; mais le peu de zèle de ces derniers les lui
rendait comme inutiles, et la faible et petite cité des Boïes eut
bientôt épuisé ses ressources. L'extrême difficulté d'avoir des
vivres, due à la pauvreté des Boïes, à la négligence des Édues et à
l'incendie des habitations, fit souffrir l'armée au point qu'elle
manqua de blé pendant plusieurs jours, et qu'elle n'eut pour se
garantir de la famine que le bétail enlevé dans les bourgs
très-éloignés. Cependant, on n'entendit pas un mot indigne de la
majesté du peuple romain ni des victoires précédentes. Bien plus,
comme César, visitant les travaux, s'adressait à chaque légion en
particulier, et leur disait que si cette disette leur semblait trop
cruelle, il léverait le siége, tous le conjurèrent de n'en rien faire.
«Depuis nombre d'années, disaient-ils, qu'ils servaient sous ses
ordres, jamais ils n'avaient reçu d'affront ni renoncé à une
entreprise sans l'avoir exécutée; ils regardaient comme un déshonneur
d'abandonner un siége commencé: il valait mieux endurer toutes les
extrémités que de ne point venger les citoyens romains égorgés à
Orléans par la perfidie des Gaulois.» Ils le répétaient aux centurions
et aux tribuns militaires pour qu'ils le rapportassent à César.

Déjà les tours approchaient du rempart, quand des prisonniers
apprirent à César que Vercingétorix, après avoir consommé ses
fourrages, avait rapproché son camp d'Avaricum, et qu'avec sa
cavalerie et son infanterie légère, habituée à combattre entre les
chevaux, il était parti lui-même pour dresser une embuscade à
l'endroit où il pensait que nos fourrageurs iraient le lendemain.
D'après ces renseignements, César partit en silence au milieu de la
nuit, et arriva le matin près du camp des ennemis. Ceux-ci,
promptement avertis de son approche par leurs éclaireurs, cachèrent
leurs chariots et leurs bagages dans l'épaisseur des forêts, et mirent
toutes leurs forces en bataille sur un lieu élevé et découvert. César,
à cette nouvelle, ordonna de déposer les sacs et de préparer les
armes.

La colline était en pente douce depuis sa base: un marais large au
plus de cinquante pieds l'entourait presque de tous côtés et en
rendait l'accès difficile et dangereux. Les Gaulois, après avoir rompu
les ponts, se tenaient sur cette colline, pleins de confiance dans
leur position; et, rangés par familles et par cités, ils avaient placé
des gardes à tous les gués et au détour du marais, et étaient
disposés, si les Romains tentaient de le franchir, à profiter de
l'élévation de leur poste pour les accabler au passage. A ne voir que
la proximité des distances, on aurait cru l'ennemi animé d'une ardeur
presque égale à la nôtre; à considérer l'inégalité des positions, on
reconnaissait que ses démonstrations n'étaient qu'une vaine parade.
Indignés qu'à si peu de distance il pût soutenir leur aspect, nos
soldats demandaient le signal du combat; César leur représente «par
combien de sacrifices, par la mort de combien de braves il faudrait
acheter la victoire: il serait le plus coupable des hommes si,
disposés comme ils le sont à tout braver pour sa gloire, leur vie ne
lui était pas plus chère que la sienne.» Après les avoir ainsi
consolés, il les ramène le même jour au camp, voulant achever tous les
préparatifs qui regardaient le siége.

Vercingétorix, de retour près des siens, fut accusé de trahison, pour
avoir rapproché son camp des Romains, pour s'être éloigné avec toute
la cavalerie, pour avoir laissé sans chef des troupes si nombreuses,
et parce qu'après son départ les Romains étaient accourus si à propos
et avec tant de promptitude. «Toutes ces circonstances ne pouvaient
être arrivées par hasard et sans dessein de sa part; il aimait mieux
tenir l'empire de la Gaule de l'agrément de César que de la
reconnaissance de ses compatriotes.» Il répondit à ces accusations
«qu'il avait levé le camp faute de fourrage et sur leurs propres
instances; qu'il s'était approché des Romains déterminé par l'avantage
d'une position qui se défendait par elle-même; qu'on n'avait pas dû
sentir le besoin de la cavalerie dans un endroit marécageux, et
qu'elle avait été utile là où il l'avait conduite.» C'était à dessein
qu'en partant il n'avait remis le commandement à personne, de peur
qu'un nouveau chef, pour plaire à la multitude, ne consentît à engager
une action; il les y savait tous portés par cette faiblesse qui les
rendait incapables de souffrir plus longtemps les fatigues. Si les
Romains étaient survenus par hasard, il fallait en remercier la
fortune, et si quelque trahison les avait appelés, rendre grâce au
traître, puisque du haut de la colline on avait pu reconnaître leur
petit nombre et apprécier le courage de ces hommes qui s'étaient
honteusement retirés dans leur camp, sans oser combattre. Il ne
désirait pas obtenir de César par une trahison une autorité qu'il
pouvait obtenir par une victoire, qui n'était plus douteuse à ses yeux
ni à ceux des Gaulois; mais il est prêt à se démettre du pouvoir,
s'ils s'imaginent plutôt lui faire honneur que lui devoir leur salut;
«et pour que vous sachiez, dit-il, que je parle sans feinte, écoutez
des soldats romains.» Il produit des esclaves pris quelques jours
auparavant parmi les fourrageurs et déjà exténués par les fers et par
la faim. Instruits d'avance de ce qu'ils doivent répondre, ils disent
qu'ils sont des soldats légionnaires; que, poussés par la faim et la
misère, ils étaient sortis en secret du camp pour tâcher de trouver
dans la campagne du blé ou du bétail; que toute l'armée éprouvait la
même disette; que les soldats étaient sans vigueur et ne pouvaient
plus soutenir la fatigue des travaux; que le général avait en
conséquence résolu de se retirer dans trois jours, s'il n'obtenait pas
quelque succès dans le siège. «Voilà, reprend Vercingétorix, les
services que je vous ai rendus, moi que vous accusez de trahison, moi
dont les mesures ont, comme vous le voyez, presque détruit par la
famine, et sans qu'il nous en coûte de sang, une armée nombreuse et
triomphante; moi qui ai pourvu à ce que, dans sa fuite honteuse,
aucune cité reçoive l'ennemi sur son territoire.»

Un cri général se fait entendre avec un cliquetis d'armes,
démonstration ordinaire aux Gaulois quand un discours leur a plu.
Vercingétorix est leur chef suprême; sa fidélité n'est point douteuse;
on ne saurait conduire la guerre avec plus d'habileté. Ils décident
qu'on enverra dans la ville dix mille hommes choisis dans toute
l'armée; ils ne veulent pas confier le salut commun aux seuls
Bituriges, qui s'ils conservaient la place ne manqueraient pas de
s'attribuer tout l'honneur de la victoire.

A la valeur singulière de nos soldats, les Gaulois opposaient des
inventions de toutes espèces; car cette nation est très-industrieuse
et très-adroite à imiter et à exécuter tout ce qu'elle voit faire. Ils
détournaient nos faux avec des lacets, et lorsqu'ils les avaient
saisies, ils les attiraient à eux avec des machines. Ils ruinaient
notre terrasse, en la minant avec d'autant plus d'habileté qu'ayant
des mines de fer considérables, ils connaissent et pratiquent toutes
sortes de galeries souterraines. Ils avaient de tous côtés garni leur
muraille de tours recouvertes de cuir. Faisant de jour et de nuit de
fréquentes sorties, tantôt ils mettaient le feu aux ouvrages, tantôt
ils tombaient sur les travailleurs. L'élévation que gagnaient nos
tours par l'accroissement journalier de la terrasse, ils la donnaient
aux leurs, en y ajoutant de longues poutres liées ensemble; ils
arrêtaient nos mines avec des pieux aigus, brûlés par le bout, de la
poix bouillante, d'énormes quartiers de rocher, et nous empêchaient
ainsi de les approcher des remparts.

Telle est à peu près la forme des murailles dans toute la Gaule: à la
distance régulière de deux pieds, on pose sur leur longueur des
poutres d'une seule pièce; on les assujettit intérieurement entre
elles, et on les revêt de terre foulée. Sur le devant, on garnit de
grosses pierres les intervalles dont nous avons parlé. Ce rang ainsi
disposé et bien lié, on en met un second en conservant le même espace,
de manière que les poutres ne se touchent pas, mais que, dans la
construction, elles se tiennent à une distance uniforme, un rang de
pierres entre chacune. Tout l'ouvrage se continue ainsi, jusqu'à ce
que le mur ait atteint la hauteur convenable. Non-seulement une telle
construction, formée de rangs alternatifs de poutres et de pierres,
n'est point, à cause de cette variété même, désagréable à l'œil; mais
elle est encore d'une grande utilité pour la défense et la sûreté des
villes; car la pierre protège le mur contre l'incendie, et le bois
contre le bélier; et on ne peut renverser ni même entamer un
enchaînement de poutres de quarante pieds de long, la plupart liées
ensemble dans l'intérieur.

Quoique l'on rencontrât tous ces obstacles, et que le froid et les
pluies continuelles retardassent constamment les travaux, le soldat,
s'y livrant sans relâche, surmonta tout; et en vingt-cinq jours il
éleva une terrasse large de trois cent trente pieds, et haute de
quatre-vingts. Déjà elle touchait presque au mur de la ville, et
César, qui, suivant sa coutume, passait la nuit dans les ouvrages,
exhortait les soldats à ne pas interrompre un seul instant leur
travail, quand un peu avant la troisième veille on vit de la fumée
sortir de la terrasse, à laquelle les ennemis avaient mis le feu par
une mine. Dans le même instant, aux cris qui s'élevèrent le long du
rempart, les barbares firent une sortie par deux portes, des deux
côtés des tours. Du haut des murailles, les uns lançaient sur la
terrasse des torches et du bois sec, d'autres y versaient de la poix
et des matières propres à rendre le feu plus actif, en sorte qu'on
pouvait à peine savoir où se porter et à quoi remédier d'abord.
Cependant, comme César avait ordonné que deux légions fussent toujours
sous les armes en avant du camp, et que plusieurs autres étaient dans
les ouvrages, où elles se relevaient à des heures fixes, on put
bientôt, d'une part, faire face aux sorties, de l'autre retirer les
tours et couper la terrasse pour arrêter le feu; enfin toute l'armée
accourut du camp pour l'éteindre.

Le reste de la nuit s'était écoulé, et l'on combattait encore sur tous
les points; les ennemis étaient sans cesse ranimés par l'espérance de
vaincre, avec d'autant plus de sujet, qu'ils voyaient les mantelets de
nos tours brûlés, et sentaient toute la difficulté d'y porter secours
à découvert; qu'à tous moments ils remplaçaient par des troupes
fraîches celles qui étaient fatiguées, et qu'enfin le salut de toute
la Gaule leur semblait dépendre de ce moment unique. Nous fûmes alors
témoins d'un trait que nous croyons devoir consigner ici, comme digne
de mémoire. Devant la porte de la ville était un Gaulois, à qui l'on
passait de main en main des boules de suif et de poix, qu'il lançait
dans le feu du haut d'une tour. Un trait de scorpion lui perce le
flanc droit; il tombe mort. Un de ses plus proches voisins passe
par-dessus le cadavre et remplit la même tâche; il est atteint à son
tour et tué de la même manière; un troisième lui succède; à celui-ci
un quatrième; et le poste n'est abandonné que lorsque le feu de la
terrasse est éteint et que la retraite des ennemis partout repoussés a
mis fin au combat.

Après avoir tout tenté sans réussir en rien, les Gaulois, sur les
instances et l'ordre de Vercingétorix, résolurent le lendemain
d'évacuer la place. Ils espéraient le faire dans le silence de la
nuit, sans éprouver de grandes pertes, parce que le camp de
Vercingétorix n'était pas éloigné de la ville, et qu'un vaste marais,
les séparant des Romains, retarderait ceux-ci dans leur poursuite.
Déjà, la nuit venue, ils se préparaient à partir, lorsque tout à coup
les mères de famille sortirent de leurs maisons, et se jetèrent, tout
éplorées, aux pieds de leurs époux et de leurs fils, les conjurant de
ne point les livrer à la cruauté de l'ennemi elles et leurs enfants,
que leur âge et leur faiblesse empêchaient de prendre la fuite. Mais
comme ils persistaient dans leur dessein, tant la crainte d'un péril
extrême étouffe souvent la pitié, ces femmes se mirent à pousser des
cris pour avertir les Romains de cette évasion. Les Gaulois, effrayés,
craignant que la cavalerie romaine ne s'emparât des passages,
renoncèrent à leur projet.

Le lendemain, tandis que César faisait avancer une tour, et dirigeait
les ouvrages qu'il avait projetés, il survint une pluie abondante. Il
croit que ce temps favorisera une attaque soudaine, et remarquant que
la garde se faisait un peu plus négligemment sur les remparts, il
ordonne aux siens de ralentir leur travail, et leur fait connaître ses
intentions. Il exhorte les légions qu'il tenait toutes prêtes derrière
les mantelets à recueillir enfin dans la victoire le prix de tant de
fatigues; il promet des récompenses aux premiers qui escaladeront la
muraille, et donne le signal. Ils s'élancent aussitôt de tous les
côtés et couvrent bientôt le rempart.

Consternés de cette attaque imprévue, renversés des murs et des tours,
les ennemis se forment en coin sur la place publique et dans les
endroits les plus spacieux, résolus à se défendre en bataille rangée,
de quelque côté que l'on vienne à eux. Voyant qu'aucun Romain ne
descend, mais que l'ennemi se répand sur toute l'enceinte du rempart,
ils craignent qu'on ne leur ôte tout moyen de fuir; ils jettent leurs
armes, et gagnent d'une course les extrémités de la ville. Là, comme
ils se nuisaient à eux-mêmes dans l'étroite issue des portes, nos
soldats en tuèrent une partie; une autre, déjà sortie, fut massacrée
par la cavalerie; personne ne songeait au pillage. Animés par le
carnage d'Orléans, et par les fatigues du siége, les soldats
n'épargnèrent ni les vieillards, ni les femmes, ni les enfants. Enfin
de toute cette multitude, qui se montait à environ quarante mille
individus, à peine en arriva-t-il sans blessures auprès de
Vercingétorix huit cents qui s'étaient, au premier cri, jetés hors de
la ville. Il les recueillit au milieu de la nuit en silence; car il
craignait, s'ils arrivaient tous ensemble, que la pitié n'excitât
quelque sédition dans le camp; et à cet effet il avait eu soin de
disposer au loin sur la route ses amis et les principaux chefs des
cités, pour les séparer et les conduire chacun dans la partie du camp
qui dès le principe avait été affectée à leur nation.

Le lendemain, il convoqua l'armée, la consola, et l'exhorta à ne se
laisser ni abattre ni décourager à l'excès par un revers. «Les Romains
n'ont point vaincu par la valeur et en bataille rangée, mais par un
art et une habileté dans les siéges, inconnus aux Gaulois; on se
tromperait si on ne s'attendait, à la guerre, qu'à des succès; il
n'avait jamais été d'avis de défendre Bourges; ils en sont témoins:
cependant cette perte, due à la témérité des Bituriges et au trop de
complaisance des autres cités, il la réparera bientôt par des
avantages plus considérables. Car les peuples qui n'étaient pas du
parti du reste de la Gaule, il les y amènera par ses soins; et la
Gaule entière n'aura qu'un but unique, auquel l'univers même
s'opposerait en vain. Il a déjà presque réussi. Il était juste
néanmoins qu'il obtint d'eux, au nom du salut commun, de prendre la
méthode de retrancher leur camp, pour résister plus facilement aux
attaques subites de l'ennemi.»

Ce discours ne déplut pas aux Gaulois, surtout parce qu'un si grand
échec n'avait pas abattu son courage, et qu'il ne s'était pas caché
pour se dérober aux regards de l'armée. On lui trouvait d'autant plus
de prudence et de prévoyance, que quand rien ne périclitait encore, il
avait proposé de brûler Bourges, ensuite de l'évacuer. Ainsi, tandis
que les revers ébranlent le crédit des autres généraux, son pouvoir,
depuis l'échec qu'il avait éprouvé, s'accrut au contraire de jour en
jour.

    CÉSAR, _Guerre des Gaules_, liv. VII, chap. 13-30.


BATAILLE DE GERGOVIE.

Il semble que César y reçut quelque échec; car les Arvernes montrent
encore une épée suspendue dans un de leurs temples, qu'ils prétendent
être une dépouille prise sur César. Il l'y vit lui-même dans la suite,
et ne fit qu'en rire. Ses amis l'engageaient à la faire enlever; mais
il ne le voulut pas, disant qu'il la regardait comme une chose
sacrée[77].

    PLUTARQUE, _Vie de César_.

  [77] La défaite de César, dissimulée par lui dans ses
  Commentaires, est attestée par Suétone, d'après lequel César
  aurait éprouvé dans la guerre des Gaules trois échecs: l'un en
  Bretagne; le second devant Gergovie, où une légion fut détruite;
  enfin, le troisième en Germanie. L'histoire de la conquête de la
  Gaule racontée par le vainqueur est tout à son avantage; ses
  victoires sont longuement décrites; il est à peine question des
  revers. Et notre éducation latine produit cet incroyable résultat
  que nous applaudissons au vainqueur, en étudiant et en admirant
  la beauté de son style. Pour nous, Gaulois et Vercingétorix sont
  des ennemis et des barbares. Ce sont cependant nos pères, et le
  grand roi Arverne était le défenseur de l'indépendance nationale.


BATAILLE D'ALISE.

  52 av. J.-C.

Cependant Commius et les autres chefs, investis du commandement
suprême[78], arrivent avec toutes leurs troupes devant Alise, et
prennent position sur l'une des collines qui entourent la plaine, à la
distance de mille pas au plus de nos retranchements. Ayant le
lendemain fait sortir la cavalerie de leur camp, ils couvrent toute
cette plaine que nous avons dit avoir trois mille pas d'étendue, et
tiennent non loin de là leurs troupes de pied cachées sur des
hauteurs. On voyait d'Alise tout ce qui se passait dans la campagne. A
la vue de ce secours, on s'empresse, on se félicite mutuellement, et
tous les esprits sont dans la joie. On fait sortir toutes les troupes,
qui se rangent en avant de la place; on comble le premier fossé; on le
couvre de claies et de terre, et on se prépare à la sortie et à tous
les événements.

  [78] De l'armée que les divers peuples de la Gaule envoyaient au
  secours de Vercingétorix, assiégé dans Alise.

César, ayant rangé l'armée tout entière sur l'une et l'autre de ses
lignes, afin qu'au besoin chacun connût le poste qu'il devait occuper,
fit sortir de son camp la cavalerie, à laquelle il ordonna d'engager
l'affaire. Du sommet des hauteurs que les camps occupaient, on avait
vue sur le champ de bataille, et tous les soldats, attentifs au
combat, en attendaient l'issue. Les Gaulois avaient mêlé à leur
cavalerie un petit nombre d'archers et de fantassins armés à la
légère, tant pour la soutenir si elle pliait, que pour arrêter le choc
de la nôtre. Plusieurs de nos cavaliers, surpris par ces fantassins,
furent blessés et forcés de quitter la mêlée. Les Gaulois, croyant que
les leurs avaient le dessus, et que les nôtres étaient accablés par le
nombre, se mirent, assiégés et auxiliaires, à pousser de toutes parts
des cris et des hurlements pour encourager ceux de leur nation. Comme
l'action se passait sous les yeux des deux partis, nul trait de
courage ou de lâcheté ne pouvait échapper aux regards, et l'on était
de part et d'autre excité à se bien conduire, par le désir de la
gloire et la crainte de la honte. On avait combattu depuis midi
jusqu'au coucher du soleil, et la victoire était encore incertaine,
lorsque les Germains, réunis sur un seul point en escadrons serrés, se
précipitèrent sur l'ennemi et le repoussèrent. Les archers, abandonnés
dans cette déroute, furent enveloppés et taillés en pièces, et les
fuyards poursuivis de tous côtés jusqu'à leur camp, sans qu'on leur
donnât le temps de se rallier. Alors ceux qui étaient sortis d'Alise,
consternés et désespérant presque de la victoire, rentrèrent dans la
place.

Après un jour employé par les Gaulois à faire une grande quantité de
claies, d'échelles et de harpons, ils sortent silencieusement de leur
camp au milieu de la nuit, et s'approchent de ceux de nos
retranchements qui regardaient la plaine. Tout à coup poussant des
cris, signal qui devait avertir de leur approche ceux que nous tenions
assiégés, ils jettent leurs claies, attaquent les gardes de nos
remparts à coups de frondes, de flèches et de pierres, et font toutes
les dispositions pour un assaut. Dans le même temps, Vercingétorix,
entendant les cris du dehors, donne le signal avec la trompette et
fait sortir les siens de la place. Nos soldats prennent sur le rempart
les postes qui avaient été, les jours précédents, assignés à chacun
d'eux, et épouvantent les ennemis par la quantité de frondes, de
dards, de boulets de plomb, de pierres, qu'ils avaient amassés dans
les retranchements, et dont ils les accablent. Comme la nuit empêchait
de se voir, il y eut de part et d'autre beaucoup de blessés; les
machines faisaient pleuvoir les traits. Cependant les lieutenants M.
Antoine et C. Trébonius, à qui était échue la défense des quartiers
attaqués, tirèrent des forts plus éloignés quelques troupes pour
secourir les légionnaires sur les points où ils les savaient pressés
par l'ennemi.

Tant que les Gaulois combattirent éloignés des retranchements, ils
nous incommodèrent beaucoup par la grande quantité de leurs traits;
mais lorsqu'ils se furent avancés davantage, il arriva, ou qu'ils se
jetèrent sur les aiguillons qu'ils ne voyaient pas, ou qu'ils se
percèrent eux-mêmes en tombant dans les fossés garnis de pieux, ou
enfin qu'ils périrent sous les traits lancés du rempart et des tours.
Après avoir perdu beaucoup de monde, sans être parvenus à entamer les
retranchements, voyant le jour approcher, et craignant d'être pris en
flanc et enveloppés par les sorties qui se faisaient des camps situés
sur les hauteurs, ils se replièrent sur les leurs. Les assiégés, qui
mettaient en usage les moyens préparés par Vercingétorix pour combler
le premier fossé, après beaucoup de temps employé à ce travail,
s'aperçurent de la retraite de leurs compatriotes avant d'avoir pu
approcher de nos retranchements. Abandonnant leur entreprise, ils
rentrèrent dans la ville.

Repoussés deux fois avec de grandes pertes, les Gaulois tiennent
conseil sur ce qui leur reste à faire. Ils ont recours à des gens qui
connaissent le pays, et se font instruire par eux du site de nos forts
supérieurs et de la manière dont ils sont fortifiés. Il y avait au
nord une colline qu'on n'avait pu comprendre dans l'enceinte de nos
retranchements, à cause de son grand circuit; ce qui nous avait
obligés d'établir notre camp sur un terrain à mi-côte et dans une
position nécessairement peu favorable. Là commandaient les lieutenants
C. Antistius Réginus et C. Caninius Rébilus, avec deux légions. Ayant
fait reconnaître les lieux par leurs éclaireurs, les chefs ennemis
forment un corps de soixante mille hommes, choisis dans toute l'armée
gauloise et surtout parmi les nations qui avaient la plus haute
réputation de courage. Ils arrêtent secrètement entre eux quand et
comment ils doivent agir; ils fixent l'attaque à l'heure de midi, et
mettent à la tête de ces troupes l'Arverne Vergasillaunus, parent de
Vercingétorix, et l'un des quatre généraux gaulois. Il sort de son
camp à la première veille; et ayant achevé sa route un peu avant le
point du jour, il se cache derrière la montagne, et fait reposer ses
soldats des fatigues de la nuit. Vers midi, il marche vers cette
partie du camp romain dont nous avons parlé plus haut. Dans le même
temps la cavalerie ennemie s'approche des retranchements de la plaine,
et le reste des troupes gauloises commence à se déployer en bataille
à la tête du camp.

Du haut de la citadelle d'Alise, Vercingétorix les aperçoit, et sort
de la place emportant du camp ses longues perches, ses galeries
couvertes, ses faux et ce qu'il avait préparé pour la sortie. Le
combat s'engage à la fois de toutes parts avec acharnement; partout on
fait les plus grands efforts. Un endroit paraît-il faible, on
s'empresse d'y courir. La trop grande étendue de leurs fortifications
empêche les Romains d'en garder tous les points et de les défendre
partout. Les cris qui s'élevaient derrière nos soldats leur
imprimaient d'autant plus de terreur, qu'ils songeaient que leur
sûreté dépendait du courage d'autrui; car souvent le danger le plus
éloigné est celui qui fait le plus d'impression sur les esprits.

César, qui avait choisi un poste d'où il pouvait observer toute
l'action, fait porter des secours partout où il en est besoin. De part
et d'autre on sent que ce jour est celui où il faut faire les derniers
efforts. Les Gaulois désespèrent entièrement de leur salut s'ils ne
forcent nos retranchements; les Romains ne voient la fin de leurs
fatigues que dans la victoire. La plus vive action a lieu surtout aux
forts supérieurs, où nous avons vu que Vergasillaunus avait été
envoyé. L'étroite sommité qui dominait la pente était d'une grande
importance. Les uns nous lancent des traits, les autres, ayant formé
la tortue, arrivent aux pieds du rempart: des troupes fraîches
prennent la place de celles qui sont fatiguées. La terre que les
Gaulois jettent dans les retranchements les aide à les franchir, et
comble les piéges que les Romains avaient cachés; déjà les armes et
les forces commencent à nous manquer.

Dès qu'il en a connaissance, César envoie sur ce point Labienus avec
six cohortes; il lui ordonne, s'il ne peut tenir, de retirer les
cohortes et de faire une sortie, mais seulement à la dernière
extrémité. Il va lui-même exhorter les autres à ne pas céder à la
fatigue; il leur expose que le fruit de tous les combats précédents
dépend de ce jour, de cette heure. Les assiégés, désespérant de forcer
les retranchements de la plaine, à cause de leur étendue, tentent
d'escalader les hauteurs, et y dirigent tous leurs moyens d'attaque;
ils chassent par une grêle de traits ceux qui combattaient du haut des
tours; ils comblent les fossés de terre et de fascines, et se frayent
un chemin; ils coupent avec des faux le rempart et le parapet.

César y envoie d'abord le jeune Brutus avec six cohortes, ensuite le
lieutenant C. Fabius avec sept autres; enfin, l'action devenant plus
vive, il s'y porte lui-même avec un renfort de troupes fraîches. Le
combat rétabli et les ennemis repoussés, il se dirige vers le point où
il avait envoyé Labienus, tire quatre cohortes du fort le plus voisin,
ordonne à une partie de la cavalerie de le suivre, et à l'autre de
faire le tour des lignes à l'extérieur et de prendre les ennemis à
dos. Labienus, voyant que ni les remparts ni les fossés ne peuvent
arrêter leur impétuosité, rassemble trente-neuf cohortes sorties des
forts voisins et que le hasard lui présente, et dépêche à César des
courriers qui l'informent de son dessein.

César hâte sa marche pour assister à l'action. A son arrivée, on le
reconnaît à la couleur du vêtement qu'il avait coutume de porter dans
les batailles; les ennemis, qui de la hauteur le voient sur la pente
avec les escadrons et les cohortes dont il s'était fait suivre,
engagent le combat. Un cri s'élève de part et d'autre, et est répété
sur le rempart et dans tous les retranchements. Nos soldats, laissant
de côté le javelot, tirent le glaive. Tout à coup, sur les derrières
de l'ennemi, paraît notre cavalerie; d'autres cohortes approchent:
les Gaulois prennent la fuite; notre cavalerie barre le passage aux
fuyards, et en fait un grand carnage. Sédule, chef et prince des
Lémovikes, est tué, et l'Arverne Vergasillaunus pris vivant dans la
déroute. Soixante-quatorze enseignes militaires sont rapportées à
César; d'un si grand nombre d'hommes, bien peu rentrent au camp sans
blessure. Les assiégés, apercevant du haut de leurs murs la fuite des
leurs et le carnage qu'on en fait, désespèrent de leur salut, et
retirent leurs troupes de l'attaque de nos retranchements. La nouvelle
en arrive au camp des Gaulois, qui l'évacuent à l'instant. Si les
soldats n'eussent été harassés par d'aussi nombreux engagements et par
les travaux de tout le jour, l'armée ennemie eût pu être détruite tout
entière. Au milieu de la nuit, la cavalerie, envoyée à sa poursuite,
atteint l'arrière-garde; une grande partie est prise ou tuée; le
reste, échappé par la fuite, se réfugia dans les cités.

Le lendemain Vercingétorix convoque l'assemblée et dit, «qu'il n'a pas
entrepris cette guerre pour ses intérêts personnels, mais pour la
défense de la liberté commune; que puisqu'il fallait céder à la
fortune, il s'offrait à ses compatriotes, leur laissant le choix
d'apaiser les Romains par sa mort ou de le livrer vivant». On envoie à
ce sujet des députés à César. Il ordonne qu'on lui apporte les armes,
qu'on lui amène les chefs. Assis sur son tribunal, à la tête de son
camp, il fait paraître devant lui les généraux ennemis. Vercingétorix
est mis en son pouvoir; les armes sont jetées à ses pieds. A
l'exception des Éduebs et des Arvernes, dont il voulait se servir pour
tâcher de regagner ces peuples, le reste des prisonniers fut distribué
par tête à chaque soldat, à titre de butin.

    CÉSAR, _Guerre des Gaules_, liv. VII, ch. 79 à 89.


VERCINGÉTORIX SE REND A CÉSAR.

  52 av. J.-C.

Vercingétorix, ayant pris ses plus belles armes et un cheval
magnifiquement harnaché, sortit des portes d'Alise, et après avoir
fait quelque passade autour de César qui était assis sur son tribunal
devant son camp, il sauta de son cheval, dépouilla ses armes, et vint
se mettre aux pieds de César, où il demeura dans un profond silence
jusqu'à ce que César le donnât en garde à ses gens, afin qu'on le
réservât pour son triomphe.

    PLUTARQUE, _Vie de César_; trad. de Dacier.

   Plutarque, écrivain grec, naquit en 48 ap. J.-C. à Chéronée en
   Béotie, et y mourut très-vieux, après avoir enseigné la philosophie
   à Rome pendant quelques années. Il est auteur d'un assez grand
   nombre de biographies d'hommes illustres de la Grèce et de Rome, et
   d'une quantité de traités de politique et de morale.


AUTRE RÉCIT DU MÊME FAIT.

Après sa défaite, Vercingétorix, qui n'avait été ni pris ni blessé,
pouvait fuir; mais espérant que l'amitié qui l'avait uni autrefois à
César lui ferait obtenir grâce, il se rendit auprès de lui, sans avoir
fait demander la paix par un héraut, et parut soudainement en sa
présence au moment où il siégeait dans son tribunal. Son apparition
inspira quelque effroi, car il était d'une haute stature et il avait
un aspect fort imposant sous les armes. Il se fit un profond silence:
le chef gaulois tomba aux genoux de César, et le supplia, en lui
pressant les mains, sans proférer une parole. Cette scène excita la
pitié des assistants, par le souvenir de l'ancienne fortune de
Vercingétorix, comparée à son malheur présent. César, au contraire,
lui fit un crime des souvenirs sur lesquels il avait compté pour son
salut. Il mit sa lutte récente en opposition avec l'amitié qu'il
rappelait, et par là fit ressortir plus vivement l'odieux de sa
conduite. Ainsi, loin d'être touché de son infortune en ce moment, il
le jeta sur-le-champ dans les fers et le fit mettre plus tard à mort,
après en avoir orné son triomphe.

    DION CASSIUS, _Histoire romaine_, liv. XL, h. 41.


CONQUÊTE DE LA GAULE PAR CÉSAR.

César nous a soumis une région immense et des villes innombrables,
dont nous ne savions pas même le nom; et bien que n'ayant reçu de nous
ni les forces, ni les sommes suffisantes, il a accompli son ouvrage
avec une telle célérité, que nous avons appris la victoire avant
d'avoir appris la guerre. Il a tout conduit d'une manière si sûre que
c'est par les Gaulois eux-mêmes qu'il s'est fait ouvrir et la Celtique
et la Bretagne. Et aujourd'hui cette Gaule qui nous a autrefois envoyé
les Ambrons et les Cimbres vit en servitude, et s'occupe à
l'agriculture comme l'Italie elle-même.

  _Oraison funèbre de César prononcée par Antoine, dans l'Histoire
    romaine de_ DION CASSIUS, liv. XLIV.

   Dion Cassius, historien grec, naquit à Nicée, en 155 ap. J.-C., et
   mourut après 235. Il remplit de hauts emplois sous les empereurs
   Commode, Pertinax et Alexandre Sévère. Son Histoire romaine
   s'étendait depuis l'arrivée d'Énée en Italie jusqu'au temps du
   consulat de Dion Cassius; des quatre-vingts livres qui la
   composaient, il n'en reste que dix-neuf.


DE LA CIVILISATION GAULOISE AVANT LA CONQUÊTE ROMAINE.

1. _Organisation politique de la Gaule._

Les trois races des Belges, des Galls et des Aquitains différaient
entre elles de langue, d'institutions politiques et de lois civiles.
Elles se subdivisaient en plusieurs centaines de petites peuples, plus
ou moins indépendants, fixés avec des destinées diverses dans les
vallées qui sillonnent la Gaule ou sur les plateaux qui la dominent,
défendant des intérêts souvent opposés, et adonnés à des travaux aussi
variés que les contrées qu'ils cultivaient. Ces peuplades, ou cités
indépendantes, étaient quelquefois unies par des liens de
confédération, mais le plus souvent désunies par la passion ou
l'intérêt. Aucune influence permanente ne dirigeait leurs mouvements;
aucune discipline ne réglait leur action commune; aucune intelligence
ne donnait à leur force collective la puissance de l'unité...... La
Gaule n'avait donc point de constitution politique commune et
régulière. Des formes différentes de gouvernement coexistaient sur le
même territoire ou se succédaient avec le temps. Mais la moins
constante et la moins goûtée était la forme monarchique. Ce ne fut
jamais que pour de courtes années qu'un pouvoir unique put s'établir
parmi les peuples appartenant à la même famille. Toutes les
institutions étaient variables et changeantes, car la Gaule était
gouvernée par des factions. Les passions individuelles étouffaient
l'esprit public. Au demeurant, chaque état administrait librement ses
affaires intérieures. La liberté communale régnait dans les cités,
mais souvent avec le cortége de l'anarchie. Les Arvernes, les Séquanes
(Francs-Comtois), les Éduens (Bourgogne), étaient en dispute
perpétuelle pour la suprématie des confédérations. Cette agitation
donnait de l'importance aux plus petits événements. La vie sociale
était dans une instabilité continuelle. Dans chaque État, ou chaque
confédération, les affaires se réglaient en assemblée publique. Mais
rien ne prouve qu'avant l'invasion de César la Gaule eût des
assemblées générales et périodiques où les questions d'intérêt
territorial et commun fussent examinées et décidées. Tous les
textes allégués à ce sujet ne se rapportent qu'à des réunions
extraordinaires, motivées par la nécessité momentanée de la défense
contre les Romains.

La puissance nationale était encore morcelée et comme éparpillée par
le régime des _clans_, régime analogue au système féodal dans ce que
ce dernier avait de plus arbitraire et de plus diversifié, mais
dépourvu de la gigantesque unité de la hiérarchie, et qui paraît avoir
été répandu anciennement dans l'Occident, comme le régime patriarcal
dans l'Orient. Il était tellement propre à la race celtique qu'il
s'est maintenu en Écosse et en Irlande jusqu'à la destruction de
l'indépendance politique de ces contrées. César considère le système
des clans sous la forme romaine du patronat et de la clientèle. Il
s'appliquait aux individus comme aux cités, et de même que les
premiers choisissaient un patron puissant dont ils devenaient souvent
les serviteurs _dévoués_ à la vie et à la mort[79], de même les petits
États se plaçaient sous la protection et l'obéissance d'un peuple
puissant. Mais ce lien était purement moral ou politique; il
n'emportait aucune obligation de tribut. La soumission au tribut était
une condition réservée aux peuples vaincus. Ce patronat paraît avoir
reposé de toute antiquité, dans les villes, sur le libre consentement
de ceux qui s'y soumettaient, et en cela il se rapprochait du
_comitatus_ germanique. Mais nul doute que l'obligation du client ne
fût au moins viagère; dans les campagnes, elle a dû constituer un
droit héréditaire, comme dans les clans écossais.....

  [79] _Quos illi soldurios appellant._ (César, III, 22.)

Les peuples de la Gaule n'avaient à vrai dire qu'un lien commun, qu'un
seul élément d'unité: c'était la religion. Une constitution
théocratique, à la tête de laquelle se trouvait une caste plus ou
moins puissante, selon les temps et selon les lieux, imprima
momentanément une communauté d'action au gouvernement des clans. Les
druides formaient une caste supérieure comme les brahmes et les mages.
Mais ils avaient été contraints d'abandonner le principe de
l'hérédité. Au temps de César, ils ne se recrutaient plus que par
l'initiation et le noviciat. Malgré la force qu'avait encore leur
association hiérarchique, cette révolution fut fatale à la race
celtique; car, appuyés seulement sur l'autorité religieuse, disséminés
sur une vaste étendue de territoire, et placés, par l'application du
principe électif, dans une contradiction fréquente avec leurs
traditions et leurs coutumes mystérieuses, ils ne purent prendre un
ascendant décisif sur la puissance des clans et les diriger vers un
but politique. Leur ambition fut réduite à la domination du collége
des prêtres, et ne s'éleva point à l'intérêt d'État. Elle abaissa les
caractères et leur communiqua un fanatisme stérile, au lieu de donner
aux âmes une activité féconde, ferme et durable; car l'organisation
religieuse, quelque habilement disposée qu'elle soit, ne tient pas
lieu d'organisation politique pour soutenir et développer la vitalité
des nations. Le corps redoutable des druides demeura donc impuissant
pour civiliser et pour défendre la Gaule; il ne put ni arrêter ni
diriger un mouvement démocratique qui se manifestait dans les villes
et qui tendait à dissoudre le pouvoir fondé sur la distinction des
rangs, des castes et des lois héréditaires....

Les anciennes formes de la vie gallique étaient en voie de dissolution
au moment de l'invasion romaine. L'anarchie se manifestait par une
méfiance générale et par une haine jalouse qui s'attachait à tous les
personnages éminents, quelque noble et patriotique que fût leur
caractère: je ne citerai que l'exemple de Vercingétorix. Aussi une
simple commune italienne, que les Celtes avaient jadis réduite aux
abois, eut raison de leur effrayante puissance, par sa fermeté
inébranlable et l'habile persistance de sa politique. Les Romains, si
souvent maltraités, reportèrent la guerre dans les foyers des Celtes
et finirent par les subjuguer. César lui-même atteste que les Celtes
étaient déchus de leur ancienne vigueur lorsqu'il entreprit la
conquête des Gaules.....

2. _De la condition du droit chez les Gaulois._

Il n'y avait pas plus d'uniformité dans le droit que dans
l'organisation politique de la Gaule. Chacune des trois grandes
familles des Ibères, des Gauls et des Belges avait des institutions
différentes; et chacun encore des petits peuples qui composaient ces
grandes familles avait ses coutumes propres et ses lois municipales.
César observe comme une chose digne de remarque que les Rémois et les
Suessiones obéissaient aux mêmes lois.

On peut cependant assigner un caractère général à l'administration
judiciaire de la Gaule; c'est qu'elle était abandonnée aux chefs
de clan et à la congrégation des druides. La protection des
premiers avait les attributs d'une magistrature paternelle
quand elle s'exerçait sur les hommes du même clan; elle tournait
en violentes querelles et en rivalités passionnées entre des
familles puissantes lorsqu'elle se manifestait à l'occasion
d'individus appartenant à des clans différents. Quant aux druides,
ils avaient l'attribution régulière et souveraine du droit de juger
toutes les contestations privées, relatives soit à l'état des
personnes, soit à l'interprétation et à l'exécution des conventions,
soit aux mutations de propriété par succession ou autrement, soit aux
limites des champs; ils avaient aussi la connaissance des délits et
des crimes commis contre les personnes et les propriétés. Ils
partageaient avec les assemblées publiques le droit de réprimer les
attentats dirigés contre la sûreté de l'État; et la sanction de leur
pouvoir était la peine redoutée de l'excommunication, par laquelle ils
punissaient la désobéissance à leur autorité. Cette concentration des
fonctions du sacerdoce et de la magistrature dans les mains des
prêtres donne au droit gaulois la couleur d'un _jus sacrum_, droit
pontifical, mystérieux et caché; sa culture scientifique a dû être peu
développée. Si nous en croyons Strabon, les druides jouissaient d'une
grande réputation de justice; mais les principes généraux du droit,
ceux au moins dont la connaissance était divulguée et la pratique
arrêtée, étaient certainement en petit nombre. Le droit d'enseigner
appartenait aux druides. L'enseignement de la jurisprudence, en
particulier, devait faire partie de l'initiation sacerdotale:
probablement les règles du droit étaient fixées par des poëmes; les
symboles devaient y abonder, comme dans toutes les législations
théocratiques. Et comme les lois n'étaient pas écrites, le peuple ne
pouvait se rappeler que les applications qu'il en avait vu faire.

La population gauloise se divisait en trois castes. La première était
la caste sacerdotale, qui, bien qu'elle ne fût plus établie sur
l'hérédité, avait pourtant conservé les caractères d'une caste
dominante. Elle comprenait les druides et divers ordres inférieurs ou
subordonnés, tels que les bardes, les eubages, les femmes fanatisées
auxquelles étaient confiées des fonctions religieuses. Les druides,
comme les brahmes, étaient vêtus de lin[80]; seuls ils avaient le
droit d'offrir des sacrifices, et de plus ils jouissaient de plusieurs
prérogatives politiques. Ils avaient le dépôt des lois, et ils ne le
conservaient que par la mémoire et les traditions. Ils possédaient de
grandes richesses et se recrutaient dans la classe des nobles. Ils
obéissaient à un chef unique ou grand pontife, ordinairement électif.
Ils étaient exempts d'impôts, de service militaire et de toute charge
publique. Mais ils pouvaient cumuler le sacerdoce avec les fonctions
politiques. César dit que chez les Éduens les druides intervenaient
dans la nomination du principal magistrat. Ils étaient de droit
membres du sénat, et probablement ils exerçaient une grande influence
sur les assemblées publiques et sur leurs délibérations, à l'exemple
des prêtres germains. Ils cumulaient donc, avec le pouvoir religieux,
le pouvoir judiciaire, le privilége de l'enseignement et de la
direction de la jeunesse, et une partie importante du pouvoir
politique. Mais leur puissance était déjà fort diminuée, et leur
influence amoindrie, par les envahissements toujours croissants de la
classe des nobles et les progrès de l'anarchie. Ajoutons que, pour
achever de subjuguer le peuple gaulois, les druides avaient, comme les
mages de Perse, le droit exclusif d'exercer l'art de guérir les hommes
et les animaux.

  [80] Les Bas-Bretons appellent encore aujourd'hui nos prêtres des
  _belhhec_, c'est-à-dire des _porte-lin_.

La seconde caste était celle des nobles ou des guerriers (_equites_).
Elle faisait profession du métier des armes. Elle occupait les grandes
charges politiques, administratives et militaires. Elle formait le
corps véritable de la nation, car elle était toute-puissante dans les
assemblées publiques, où l'influence ne lui était disputée que par le
collége des prêtres, qui recruté par la noblesse finit par identifier
avec elle ses intérêts et ses prétentions. La noblesse était fort
nombreuse; elle avait conservé jusqu'à César son vieux privilége de
l'hérédité; mais les progrés de l'esprit démocratique, favorisés par
les Romains, avaient ménagé à la fortune et au crédit personnel les
moyens de pénétrer dans ses rangs. Elle payait peu d'impôts, possédait
de grands biens, et se groupait autour des nobles devenus chefs de
faction ou de clientèle. Elle formait la principale force des clans.
Les jeunes nobles qui n'étaient point encore chefs de famille
pouvaient choisir un chef auquel ils attachaient leur fortune et dont
ils devenaient les _soldures_ dévoués, en échange de la protection et
de la solde qu'ils en recevaient. La noblesse se composait donc de
différents degrés et conditions, entre lesquels il n'existait aucun
lien hiérarchique. Elle avait dans certains cas ses assemblées
particulières. Ses prérogatives et ses habitudes militaires donnèrent
à son influence une force toujours croissante chez un peuple qui abusa
de la guerre; mais la division des clans, jointe au caractère
inconstant de la noblesse gauloise, fut une cause de dissolution. Aux
nobles s'applique principalement le reproche que César adresse aux
Celtes, de n'avoir point dans l'esprit cette persévérance par laquelle
le courage et la ténacité viennent à bout de la fortune. Il paraît
qu'indépendamment du service dans les bandes guerrières, la noblesse
fournissait encore un service régulier pour la défense de chaque cité
ou pour la sûreté publique. Le nombreux cortége d'une clientèle
puissante était l'objet principal de son ambition.

Le troisième ordre de la population, le peuple (_plebs_), était adonné
aux travaux agricoles et se composait d'individus de diverses
conditions, les uns libres, les autres réduits à un état voisin de la
servitude, d'autres, enfin, en servitude complète. Qu'il y eût des
hommes libres dans la _plebs_, on n'en saurait douter. Que cette
classe libre jouît même de certains droits politiques, cela paraît
incontestable, au moins pour quelques régions de la Gaule; mais la
_plebs_ entière formait une masse inerte, subjuguée par l'ascendant
moral des deux premiers ordres, timide, craintive, méprisée et privée
de toute participation aux emplois politiques ou administratifs. Les
uns naissaient dans une sorte de servage héréditaire; d'autres étaient
réduits à l'esclavage par la misère; d'autres, enfin, vivaient dans
une condition intermédiaire, de nature servile, mais qui pourtant ne
saurait être assimilée à la servitude domestique des Romains. César en
avait fait l'observation. C'étaient plutôt des colons que des
esclaves. Libres et serfs, tous formaient la foule des _clients_
attachés à la puissance et à la fortune des chefs de clan.

La constitution politique de la Gaule était donc essentiellement
aristocratique, quoique à différents degrés selon les pays. C'était
encore la division orientale des personnes. Il est à croire que les
trois castes n'avaient point entre elles le _connubium_[81], et que si
la prohibition des mésalliances tomba en désuétude, à l'égard des
druides, après que la caste sacerdotale fut dépouillée du privilége de
l'hérédité, elle continua d'exister à l'égard de la _plebs_ et des
deux premiers ordres.

  [81] Le droit de contracter des mariages.

La _plebs_ gauloise supportait à peu près tout le fardeau des charges
publiques; elle était accablée d'impôts, de vexations, de
redevances[82]. Il y avait encore des esclaves domestiques, qui
étaient sacrifiés sur la tombe de leurs maîtres. Tel était aussi le
sort réservé aux _clients_ que le maître avait honorés d'une affection
particulière. Cette vieille coutume asiatique avait cessé d'exister au
temps où César écrivait.

  [82] La _plebs_ conservait un culte populaire, plus ancien que le
  druidisme; c'était un polythéisme dans lequel les forces et les
  phénomènes de la nature étaient divinisés. La différence des
  religions, l'esclavage de la _plebs_, la puissance des classes
  supérieures, la constatation de types différents dans les peuples
  gaulois, l'un grand et blond, l'autre petit et brun, amènent
  naturellement à supposer qu'une conquête avait eu lieu dans les
  Gaules à une époque reculée, et que la race celtique avait soumis
  et réduit à l'esclavage la race primitive. On ne sait quelle est
  cette race primitive, mais tout porte à croire que c'est la race
  ibérienne, qui se conserva indépendante dans tout le midi de la
  Gaule. (Sur le polythéisme populaire de la Gaule, voir D. MARTIN,
  _La Religion des Gaulois_.)

La polygamie était encore en usage à la même époque chez les Gaulois,
au moins pour les grands personnages[83]. Les femmes jouissaient en
général de moins de considération chez les Gaulois que chez les
Germains. Le mari avait sur elles droit de vie et de mort, et
lorsqu'on les soupçonnait d'un attentat à la vie de leur époux, un
tribunal de famille, composé des parents du mari, pouvait, sans
l'intervention du magistrat, les soumettre à la même torture que les
esclaves. L'usage barbare de jeter dans le même bûcher la femme
préférée et le cadavre du mari a régné chez les Celtes. Mais
l'adoucissement des mœurs avait avec le temps sauvé l'épouse. On lui
avait substitué le _dévoué_, ou l'esclave de prédilection. Lorsque les
Romains sont entrés dans les Gaules, on ne jetait plus dans le bûcher
que les objets dont la possession avait été chère au défunt.

  [83] CÉSAR, _Guerre des Gaules_, VI, 19.

La femme celtique était donc vis-à-vis de son époux et des agnats[84]
de ce dernier dans une condition civile analogue à celle de la femme
indoue. Elle ne recevait de son époux aucun don de mariage, mais elle
lui portait une dot, au sujet de laquelle existait une singulière
coutume. Le mari mettait en fonds commun cette dot avec une valeur
exactement équivalente fournie par lui-même. Ce capital social était
exploité dans l'intérêt des époux, pendant le mariage, mais les
produits en étaient constamment réservés et accumulés; et ces fruits
réservés, ainsi que le capital, appartenaient au survivant après la
dissolution du mariage.

  [84] Collatéraux descendant par les mâles d'une même souche
  masculine.

La coutume celtique n'a réellement d'analogue dans aucune autre
coutume connue, et son caractère essentiellement national a disparu
avec la constitution celtique elle-même. Ce qu'elle a de remarquable
dans l'antiquité _barbare_, c'est d'offrir l'alliance du principe
sévère de l'autorité maritale avec le principe moral et religieux de
la société civile entre les époux, principe inconnu encore aux peuples
civilisés de la Grèce et de l'Italie. Sous ce point de vue, le droit
gaulois a été le précurseur le plus ancien du droit fondé plus tard
par le christianisme et pressenti par la philosophie stoïcienne. Les
soins intérieurs de la famille étaient abandonnés aux femmes.

Les pères avaient sur leurs enfants droit de vie et de mort; et je
dois remarquer ici que les Gaulois avaient bien moins de goût que les
Germains pour la vie intérieure de la famille. On peut en juger par ce
que dit César, que les enfants des Celtes n'étaient admis auprès de
leur père qu'à l'époque où ils étaient devenus aptes à porter les
armes.

  CH. GIRAUD, _Essai sur l'Histoire du Droit français au moyen
    âge_, t. I, p. 17.


LA RÉPUBLIQUE DE MARSEILLE.

Sous Auguste, vers le commencement de l'ère chrétienne.

Marseille, fondée par les Phocéens[85], est bâtie sur un sol pierreux.
Son port[86] est situé au midi[87], au-dessous d'un rocher en
amphithéâtre, entouré de fortes murailles, ainsi que la ville entière,
qui est d'une grandeur considérable. Dans la citadelle sont placés le
temple de Diane d'Éphèse et celui d'Apollon Delphinien. On dit qu'au
moment où les Phocéens allaient quitter leur patrie, un oracle leur
prescrivit de prendre de Diane d'Éphèse un conducteur pour le voyage
qu'ils se proposaient de faire. S'étant donc rendus à la ville
d'Éphèse[88], pendant qu'ils s'y informaient de quelle manière ils
pouvaient obtenir de la déesse ce que l'oracle venait de leur
prescrire, Diane, dit-on, apparut en songe à Aristarché, une des
femmes les plus considérées d'Éphèse, et lui ordonna de partir avec
les Phocéens, en prenant avec elle une des statues consacrées dans son
temple. L'ordre fut exécuté. Arrivés aux lieux où ils devaient
s'établir, les Phocéens y bâtirent le temple dont j'ai parlé, et
témoignèrent pour Aristarché la plus grande estime, en la nommant
prêtresse de Diane. De là vient que toutes les colonies sorties du
sein de Marseille ont regardé Diane comme leur première patronne, et
se sont conformées, soit pour la forme de la statue, soit pour son
culte, à ce qui était pratiqué dans la métropole.

  [85] Les Phocéens fondèrent Marseille 600 ans av. J.-C. Phocée
  était une ville grecque de l'Asie Mineure, dont les habitants
  étaient de race ionienne.

  [86] Le port s'appelait _Lacydon_.

  [87] Marseille était alors située près du cap de La Croisette, où
  l'on voit encore ses ruines, et son port s'ouvrait alors au midi.

  [88] Ville grecque de l'Asie Mineure.

Le gouvernement des Marseillais est une aristocratie bien réglée. Ils
ont un conseil composé de six cents personnes, qu'ils nomment
_timouques_[89], et qui jouissent de cette dignité durant leur vie. De
ce nombre, quinze président le conseil et sont chargés d'expédier les
affaires courantes. Ceux-ci sont présidés à leur tour par trois
d'entre eux, en qui réside la plus grande autorité. Personne ne peut
devenir timouque qu'il n'ait des enfants et qu'il ne soit citoyen
depuis trois générations. Les lois des Marseillais sont des lois
ioniennes; et elles sont exposées en public, de manière que tout le
monde peut en prendre connaissance.

  [89] _Timouques_, ceux qui possèdent les honneurs.

Leur pays produit des oliviers et des vignes en abondance; mais la
rudesse du terroir fait que le blé y est rare. Aussi, comptant plutôt
sur les ressources que leur offre la mer, se sont-ils appliqués de
préférence à profiter de leur position avantageuse pour la navigation.
Cependant leur courage leur a fait dans la suite conquérir quelques
plaines des environs, par les mêmes moyens qui leur valurent la
fondation de plusieurs villes. Du nombre de ces villes sont celle
qu'ils fondèrent en Ibérie[90] pour se prémunir contre les Ibères; et
elles reçurent aussi d'eux le culte de la Diane d'Éphèse et tous les
autres rites grecs, tels qu'ils les observaient dans leur patrie, sans
excepter les sacrifices. Il en est de même des villes qu'ils fondèrent
dans la Gaule, telles que _Rhode_[91], _Agatha_[92], pour contenir les
barbares[93] qui habitent les environs du Rhône, ainsi que de
_Taurentium_[94], d'_Olbia_[95], d'_Antipolis_[96] et de _Nicæa_[97],
qu'ils bâtirent dans le dessein de se garantir des incursions des
Salyens[98] et des Ligures[99] qui habitent les Alpes.

  [90] L'Ibérie ou l'Espagne. Ces villes sont: _Hemeroscopium_
  (Denia), _Emporium_ (Ampurias), _Rhode_ (Rosas).

  [91] Rhode était bâtie sur le Rhône (Rhodanus), et lui donna sans
  doute son nom; la position de cette ville est inconnue.

  [92] Agde.

  [93] Les Grecs et les Romains appelaient barbares tous les
  peuples qui n'appartenaient pas à leur civilisation.

  [94] Torento, aujourd'hui en ruines, au fond du golfe des Lèques.

  [95] Eoube.

  [96] Antibes.

  [97] Nice. Ces quatre villes étaient situées sur la côte de
  Provence.

  [98] Peuple des environs d'Aix.

  [99] Les Ligures étaient d'origine ibérienne, et couvraient une
  partie du Roussillon, du Languedoc, de la Provence et du pays de
  Gênes.

Marseille possède encore des chantiers et un arsenal de marine.
Autrefois on y voyait aussi un grand nombre de vaisseaux, d'armes de
toutes espèces, de machines propres à la navigation et aux siéges.
C'est à l'aide de ces moyens que les Marseillais se soutinrent contre
les barbares et qu'ils s'acquirent l'alliance des Romains, auxquels
ils rendirent de grands services, et qui les aidèrent à leur tour à
s'agrandir. En effet, Sextius, après avoir défait les Salyens, fonda,
non loin de Marseille, une ville qui tire son nom de ce général[100]
et des eaux thermales qui s'y trouvent, et dont quelques-unes, dit-on,
ont perdu leur chaleur. Il mit dans cette nouvelle ville une garnison
romaine; il chassa de la côte qui conduit de Marseille en Italie les
barbares, que les Marseillais seuls n'avaient pu entièrement
repousser, et céda aux Marseillais le terrain qu'ils avaient été
obligés d'abandonner.

  [100] Aix, en latin _Aquæ Sextiæ_, les Eaux Sextiennes ou de
  Sextius.

Dans la citadelle de Marseille, on voit déposée quantité de
dépouilles, fruits des victoires que les flottes marseillaises ont
remportées à diverses époques sur ceux qui leur disputaient
injustement la mer[101]. Jadis les Marseillais étaient florissants, et
ils jouissaient de plus de l'avantage d'être unis avec les Romains
par les liens d'une amitié particulière.

  [101] Marseille soutint de longues luttes contre les Étrusques et
  les Carthaginois; ces guerres furent causées par des raisons
  commerciales.

Cette prospérité a en grande partie diminué, depuis que dans la guerre
de Pompée contre César[102] les Marseillais eurent embrassé le parti
du premier. Cependant ils conservent encore quelques traces de leur
ancienne industrie pour ce qui regarde la fabrication des machines de
guerre et de tout ce qui sert à la marine; mais ils s'en occupent avec
beaucoup moins d'ardeur, parce que ce genre d'occupation perd tous les
jours de son intérêt, à mesure que les barbares leurs voisins, soumis
aux Romains, se civilisent et quittent les armes pour s'occuper
d'agriculture.

  [102] Marseille s'était déclarée pour Pompée contre César,
  celui-ci l'assiégea, et fut d'abord repoussé. Obligé de partir
  pour l'Espagne, il laissa à ses lieutenants le soin de continuer
  le siége et de prendre la ville.

Une preuve de ce que je viens de dire est ce qui se passe aujourd'hui
à Marseille. Tous ceux qui y jouissent de quelque considération
s'appliquent à l'éloquence et à la philosophie; et cette ville, qui
était autrefois l'école des barbares et communiquait aux Gaulois le
goût des lettres grecques, à tel point que ceux-ci rédigeaient en grec
jusqu'à leurs contrats[103], oblige aujourd'hui les plus illustres
Romains même de préférer pour leur instruction le voyage de Marseille
à celui d'Athènes. Les Gaulois, excités par cet exemple, et profitant
d'ailleurs du loisir que la paix leur procure, emploient volontiers
leur temps à des occupations semblables; et cette émulation a passé
des particuliers à des villes entières[104]; car non-seulement les
personnes privées, mais les communautés des villes font venir à leurs
frais des professeurs de lettres et de sciences ainsi que des
médecins.

  [103] Ceci ne doit s'appliquer qu'aux Gaulois de la Province
  Romaine, c'est-à-dire du midi.

  [104] Autun (Bibracte), Toulouse, Lyon, Bordeaux, Nîmes, Vienne,
  Arles, Narbonne avaient des écoles justement célèbres.

Quant à la vie simple des Marseillais et à la sagesse de leur
conduite[105], en voici une grande preuve. Chez eux, la plus forte dot
n'excède pas la somme de cent pièces d'or[106]; ils y en ajoutent
cinq[107] pour les habits et autant pour les ornements en or.

  [105] Plus lard, le luxe et la dissolution des mœurs firent de
  tels progrès à Marseille,qu'il s'établit deux proverbes: _Tu
  viens de Marseille_, _Tu devrais faire le voyage de Marseille_,
  qu'on appliquait aux débauchés.

  [106] 2,500 francs.

  [107] 125 francs.

César et ses successeurs, malgré les sujets de plainte que les
Marseillais leur avaient donnés pendant la guerre, les ont traités
avec modération, en considération de leur ancienne amitié, et ils les
ont maintenus dans la liberté de se gouverner selon leurs anciennes
lois; de manière que ni Marseille ni les villes qui en dépendent ne
sont soumises aux gouverneurs que Rome envoie dans la Narbonnaise.

    STRABON, _Géographie_, liv. VI, ch. 3.


RÉVOLTE DE SACROVIR.

  21 ap. J.-C.

Cette même année, le poids de leurs dettes jeta les Gaulois dans un
commencement de révolte. Les plus ardents instigateurs furent Sacrovir
chez les Éduens[108], et Florus chez les Trévires[109], tous deux
distingués par leur naissance et par les belles actions de leurs
ancêtres, à qui elles avaient valu le titre de citoyen romain, dans le
temps que cette récompense se donnait rarement et toujours au mérite.
Ces deux hommes, après de secrètes conférences, après s'être associés
les plus entreprenants, tous ceux à qui la misère ou la crainte des
supplices ne laissait de ressources que le crime, conviennent entre
eux de faire soulever, Florus les Belges, Sacrovir les Gaulois de son
voisinage. Se mêlant donc dans toutes les assemblées générales et
particulières, ils se répandaient en discours séditieux sur la
prolongation des impôts, sur l'énormité des usures, sur l'orgueil et
la cruauté des présidents[110]. «Le soldat romain, disaient-ils, était
en proie aux dissensions depuis qu'il avait appris la mort de
Germanicus; jamais l'occasion ne fut plus favorable pour recouvrer
leur liberté; ne voyaient-ils pas eux-mêmes combien les Gaules étaient
florissantes, l'Italie dénuée de ressources, le peuple de Rome
efféminé, et que les étrangers faisaient seuls la force de ses
armées?»

  [108] Bourgogne.

  [109] Pays de Trèves.

  [110] Gouverneurs de province.

Il n'y eut presque pas de cité où ils ne portèrent les semences de
cette révolte; mais les Andécaves et les Turons[111] éclatèrent les
premiers. Le lieutenant Acilius, avec la cohorte qui était en garnison
à Lyon, fit rentrer les Andécaves dans le devoir. Ce même Acilius
défit aussi les Turons avec un corps de légionnaires que Varron,
lieutenant de l'armée de la Germanie inférieure, lui avait envoyé et
avec les secours fournis par les grands de la Gaule[112], qui, en
attendant une occasion plus favorable, voulurent masquer leur
défection. Il n'y eut pas jusqu'à Sacrovir qui ne signalât son zèle.
On le vit combattre pour nous la tête découverte; ce qu'il faisait,
disait-il, par ostentation de bravoure; mais les prisonniers lui
reprochaient de ne s'être fait ainsi reconnaître des siens que pour
n'être point en butte à leurs traits. Sur ce sujet on consulta Tibère,
qui négligea l'avis, et par sa négligence fomenta la rébellion.

  [111] Habitants des cités d'Angers et de Tours.

  [112] _Primores Galliarum._

Pendant ce temps, Florus poursuivait ses projets. On avait levé à
Trèves un corps de cavalerie, qu'on disciplinait suivant la méthode
romaine. Il mit en œuvre la séduction pour l'engager à massacrer les
marchands Romains et à commencer la guerre. Quelques-uns se laissèrent
corrompre; la plupart restèrent fidèles. Il n'en fut pas ainsi de ses
clients et d'une foule de malheureux perdus de dettes, qui prirent les
armes. Florus se disposait à gagner avec eux la forêt des Ardennes,
mais les légions des deux armées de Varron et de Silius, arrivant par
des chemins opposés, lui fermèrent le passage. On avait aussi envoyé
en avant, avec un corps d'élite, Julius Indus, qui était de la cité de
Trèves, comme Florus, et son ennemi personnel, et par là même plus
ardent à nous servir. Celui-ci eut bientôt dissipé cette multitude,
qui n'était encore qu'un attroupement. Florus en se tenant caché
trompa quelque temps les recherches du vainqueur. Enfin, voyant toutes
les issues occupées par les soldats, il se tua de sa propre main.
Ainsi finit la révolte des Trévires.

Celle des Éduens fut plus sérieuse, et par la puissance de ce peuple,
et par l'éloignement de nos forces[113]. Sacrovir, avec les
auxiliaires de sa nation, s'était emparé d'Autun. Cette capitale des
Gaules, en le rendant maître de toute la jeune noblesse qu'y rassemble
la réputation de ses écoles, lui répondait des familles. On avait
fabriqué des armes secrètement: il les fit distribuer aux habitants.
On rassembla 40,000 hommes, dont le cinquième était armé comme nos
légionnaires; le reste avait des épieux, des couteaux et d'autres
armes de chasseur. Il y joignit les crupellaires. C'est ainsi qu'on
nomme des esclaves destinés au métier de gladiateur, qu'on revêt,
suivant l'usage du pays, d'une armure complète de fer, qui les rend
impénétrables aux coups, mais incapables d'en porter eux-mêmes. Ces
forces s'augmentaient par l'ardeur d'une foule de Gaulois des villes
voisines, qui sans être autorisés publiquement par leur cité venaient
séparément offrir leurs services, et par la mésintelligence de nos
généraux qui se disputaient le commandement. Enfin Varron, infirme et
vieux, le céda à Silius, qui était dans la vigueur de l'âge.

  [113] Toutes les légions étaient établies le long du Rhin.

Cependant, à Rome ce n'était pas seulement, disait-on, Trèves et Autun
qui se révoltaient, c'étaient les soixante-quatre cités de la Gaule;
elles se liguaient avec les Germains; elles allaient entraîner les
Espagnes; on enchérissait encore sur les exagérations ordinaires de la
renommée. Les bons citoyens gémissaient par intérêt pour la patrie;
mais une foule de mécontents, dans l'espoir d'un changement, se
réjouissaient de leurs dangers même, et tous s'indignaient qu'au
milieu de ces grands mouvements, de viles délations occupassent tous
les soins de Tibère. Irait-il aussi dénoncer Sacrovir au sénat, pour
crime de lèse-majesté? Il s'était enfin trouvé des hommes de cœur qui
opposaient leurs armes à ces lettres sanguinaires; la guerre même
valait mieux qu'une paix si malheureuse. Tibère, bravant ces rumeurs,
affecta encore plus de sécurité; il ne changea ni de lieu ni de
visage; il continua ses fonctions ordinaires, soit fermeté d'âme, soit
qu'il sût le péril moindre qu'on l'avait publié.

Silius, ayant fait prendre les devants à un corps d'auxiliaires,
marche avec deux légions, et dévaste le territoire des Séquanes[114],
les plus proches voisins, les alliés des Éduens, et qui avaient aussi
pris les armes. De là il gagna Autun à grandes journées; les
porte-enseigne, les moindres soldats signalaient à l'envi leur
impatience; ils s'indignaient des retardements de la nuit, des haltes
accoutumées; ils demandaient la présence de l'ennemi, ne voulant pour
vaincre que voir et être vus. A douze milles d'Autun, on découvrit
dans une plaine l'armée de Sacrovir. Il avait placé les cohortes sur
les ailes, sur le front ses hommes couverts de fer, et le reste
derrière. Lui-même, sur un cheval superbe, entouré des principaux
chefs, parcourait tous les rangs; il rappelait à chacun les anciens
exploits des Gaulois, et tout le mal qu'ils avaient fait aux Romains;
combien la liberté serait glorieuse après la victoire, et la servitude
plus accablante après une nouvelle défaite.

  [114] Franche-Comté.

Son discours ne fut ni long ni d'un grand effet; car les légions
s'avançaient en bataille, et ce ramas d'habitants sans discipline,
sans la moindre connaissance de la guerre, déjà ne voyait plus,
n'entendait plus rien. De son côté, Silius, quoique des espérances si
bien fondées rendissent toute exhortation superflue, ne cessait de
crier qu'il serait honteux pour les vainqueurs de la Germanie de
regarder des Gaulois comme un ennemi; qu'une cohorte avait suffi
contre les Turons rebelles, une seule division de cavalerie contre les
Trévires, quelques hommes de cette même armée contre les Séquanes; que
les riches et voluptueux Éduens étaient encore moins redoutables.
«Romains, la victoire est à vous, dit-il; je vous recommande les
fuyards.» Un grand cri s'élève à ce discours. La cavalerie enveloppe
les flancs, l'infanterie attaque le front de l'ennemi. Les ailes ne
firent aucune résistance; on fut un peu arrêté par les crupellaires,
dont l'armure résistait au javelot et à l'épée; mais les soldats,
saisissant des coignées et des haches, enfoncent ces murailles de fer,
fendent le corps avec l'armure; d'autres, avec des leviers et des
fourches, culbutent ces masses lourdes et immobiles, qui une fois
renversées restaient comme mortes, sans pouvoir faire le moindre
effort pour se relever. Sacrovir, avec ses plus fidèles amis, se sauva
d'abord à Autun, et de là, craignant d'être livré, dans une villa
voisine; il s'y poignarda lui-même; les autres s'entretuèrent. Le feu
qu'ils avaient mis aux bâtiments servit à tous de bûcher.

Pour lors, enfin, Tibère fit part au sénat de ces événements,
annonçant la révolte avec la soumission; n'ajoutant, n'ôtant rien à la
vérité, rendant justice à la bravoure, à la fidélité de ses
lieutenants, comme aussi à la sagesse de ses propres mesures. En même
temps il expliqua pourquoi ni lui ni Drusus n'étaient point partis; il
allégua la dignité de l'empire, qui ne permettait point à ses chefs de
quitter, pour quelques troubles dans une ou deux villes, la capitale
d'où l'on surveillait tout l'État. Il ajouta que maintenant qu'on ne
pouvait plus attribuer son départ à la crainte, il irait voir le
désordre et le réparer.

    TACITE, _Annales_, liv. III; traduit par Dureau de la Malle.


FOLIES DE CALIGULA DANS LES GAULES.

  39 et 40 ap. J.-C.

Caligula ne s'essaya qu'une seule fois à la guerre et aux affaires
militaires; encore ce ne fut pas à la suite d'un projet arrêté. Étant
allé voir le bois sacré et le fleuve Clitumnus[115], il avait poussé
jusqu'à Mevania[116]; là, il lui vint à l'esprit de compléter la garde
batave qu'il avait autour de lui, et sur-le-champ il entreprit son
expédition de Germanie. Sans aucun délai, il leva de toutes parts des
légions et des troupes auxiliaires, se montra fort sévère sur le
recrutement, fit en tous genres des approvisionnements tels qu'on n'en
avait jamais vu, et se mit en route. Il marchait parfois avec tant de
préoccupation et si rapidement, que pour le suivre les cohortes
prétoriennes se virent contraintes, contre l'usage, de mettre leurs
enseignes sur des bêtes de somme. Quelquefois aussi, il s'avançait
avec tant de négligence et de mollesse, que huit personnes portaient
sa litière, et qu'il exigeait du peuple des villes voisines qu'on
balayât les chemins et qu'on les arrosât pour lui épargner la
poussière.

  [115] Dans l'Ombrie.

  [116] Bevagna, dans l'État de l'Église.

Lorsqu'il fut arrivé au camp, il congédia ignominieusement ceux de ses
lieutenants qui avaient amené leurs troupes trop tard, car il voulait
se montrer chef exact et sévère. Mais à la revue qu'il fit de son
armée il prétexta la vieillesse et la faiblesse des centurions d'un
âge mur, et leur enleva leurs places de primipiles. Quelques-uns même
n'avaient plus que quelques jours à servir pour accomplir leur temps.
Il accusa les autres de cupidité, et restreignit à 6,000
sesterces[117] les avantages de la retraite. Du reste, il se borna
pour tout exploit à recevoir la soumission d'Adminius, fils de
Cynobellinus, roi des Bretons, qui, chassé par son père, s'était enfui
avec fort peu de troupes. Néanmoins, comme si on lui eût livré
l'île[118] tout entière, Caligula écrivit à Rome des lettres
pompeuses, ordonna aux courriers de se rendre en char au forum et
jusqu'à la curie, et de ne remettre ces dépêches aux consuls que dans
le temple de Mars et en plein sénat.

  [117] 1,168 francs.

  [118] La Grande-Bretagne.

Bientôt, ne sachant plus contre qui faire la guerre, il ordonna qu'on
fît passer le Rhin à quelques Germains de sa garde, et qu'on les
cachât, afin qu'après son dîner on vînt avec le plus grand trouble lui
annoncer que l'ennemi était là. Cela fut fait. Aussitôt il se
précipita avec ses amis et une partie des cavaliers prétoriens dans le
bois le plus voisin. Après y avoir coupé des arbres et les avoir ornés
en forme de trophées, il revint à la lueur des flambeaux, accusant de
timidité et de lâcheté ceux qui ne l'avaient pas suivi. Quant aux
compagnons qui avaient participé à sa victoire, il imagina pour eux un
genre de couronnes, qu'il nomma d'un nom nouveau. Ces couronnes
étaient ornées des images du soleil, de la lune et des astres, et il
les appela exploratoires. Une autre fois, il fit enlever de l'école et
partir secrètement quelques jeunes otages; puis, quittant tout à coup
le festin, il les poursuivit avec sa cavalerie, et les ramena chargés
de chaînes, comme s'il les eût saisis dans leur fuite. Il ne garda pas
plus de mesure dans cette comédie que dans tout le reste. Lorsqu'on
revint à table, il dit à ceux qui lui annonçaient que la troupe était
réunie, de s'asseoir cuirassés comme ils étaient. Il cita dans cette
occasion un vers fort connu de Virgile, les engageant à «se conserver
pour des temps plus heureux». Cependant il publia un édit très-sévère
contre le sénat et le peuple, sur ce qu'ils s'adonnaient à des excès
de table, au cirque, au théâtre, et se reposaient doucement pendant
que César combattait.

Enfin, comme s'il voulait terminer la guerre d'un coup, il rangea son
armée en bataille sur le rivage de l'Océan, et disposa les machines et
les balistes. Personne ne savait ni ne soupçonnait ce qu'il allait
entreprendre; tout à coup il ordonna de ramasser des coquillages, et
d'en remplir les casques et les poches. «C'étaient, disait-il, les
dépouilles de l'Océan; on les devait au Capitole.» Pour marquer sa
victoire, il éleva une très-haute tour, au sommet de laquelle des feux
devaient, comme sur le phare[119], briller pendant les nuits, pour
diriger la course des vaisseaux[120]. Il décerna aussi des récompenses
aux soldats; chacun eut cent deniers (70 fr.). Alors, comme s'il eût
dépassé toutes les libéralités des temps passés, il leur dit:
«Allez-vous-en joyeux, allez-vous-en riches.»

  [119] D'Alexandrie.

  [120] Cette tour s'est écroulée en 1644. Le dessin se trouve dans
  le _magasin pittoresque_, 1847, p. 332.

Occupé désormais du soin de son triomphe, il ne se contenta pas
d'emmener les captifs et les transfuges barbares; il choisit les
Gaulois les plus grands et, comme il le disait, de la tournure la plus
triomphale, quelques-uns même des plus illustres familles, et les
réserva pour le cortége. Non-seulement il les contraignit à se teindre
les cheveux en blond[121], il leur fit encore apprendre la langue
germanique, et leur imposa des noms barbares. Enfin il écrivit à ses
gens d'affaires «de préparer son triomphe avec le moins de frais
possible, mais de le faire tel que jamais on n'en eût vu de pareil,
puisqu'ils avaient le droit de disposer des biens de tous».

    SUÉTONE.

  [121] Pour ressembler aux Germains, qui étaient blonds.


PREMIÈRE PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS DANS LA GAULE.

  177 ap. J.-C.

   Vers l'année 160, l'église d'Asie Mineure envoya en Gaule les
   premiers missionnaires. Le christianisme s'établit à Lyon, où saint
   Pothin et saint Irénée, disciples de saint Polycarpe, qui l'était
   lui-même de saint Jean, fondèrent la première église des Gaules.
   L'église de Lyon a conservé dans sa liturgie, jusqu'à ces dernières
   années, les traces de son origine grecque. A peine établi dans la
   Gaule, le christianisme y fut persécuté.

  LETTRE DES CHRÉTIENS DE VIENNE ET DE LYON AUX CHRÉTIENS D'ASIE.

  _Les serviteurs de Jésus-Christ qui demeurent à Vienne et à Lyon,
    dans la Gaule, aux frères d'Asie et de Phrygie qui ont la même
    foi et la même espérance, paix, grâce et gloire de la part de
    Notre Seigneur Jésus-Christ._

L'animosité des païens était telle contre nous, que l'on nous chassait
des maisons particulières, des bains, de la place publique, et qu'en
général on ne souffrait pas qu'aucun de nous parût en quelque lieu que
ce fût. Les plus faibles se sauvèrent, les plus courageux s'exposèrent
à la persécution. D'abord le peuple s'emportait contre eux en
confusion et en grandes troupes, par des cris et des coups, les
tirant, les pillant, leur jetant des pierres, les enfermant et faisant
tout ce que peut une multitude effarouchée. On les mena dans la place,
où ils furent examinés publiquement par le tribun et par les
magistrats de la ville, et ayant confessé, ils furent mis en prison
jusques à la venue du gouverneur. Ensuite ils lui furent présentés; et
comme il les traitait cruellement, Vettius Epagatus, jeune homme d'une
vie irréprochable et d'un grand zèle, ne le put souffrir, et demanda
d'être écouté pour les défendre et pour montrer qu'il n'y a aucune
impiété chez nous. Tous ceux qui étaient autour du tribunal
s'écrièrent contre lui, car il était fort connu, et le gouverneur, au
lieu de recevoir sa requête, lui demanda seulement s'il était aussi
chrétien? Vettius le confessa à haute voix, et fut mis au nombre des
martyrs, avec le titre d'avocat des chrétiens. Il y en eut environ dix
qui tombèrent par faiblesse, étant mal préparés au combat. Leur chute
nous affligea sensiblement, et abattit le courage des autres qui,
n'étant pas encore pris, assistaient les martyrs et ne les quittaient
point malgré tout ce qu'il fallait souffrir. Nous étions tous dans de
grandes alarmes, à cause de l'incertitude de la confession; nous
n'avions pas peur des tourments, mais nous regardions la fin, et nous
craignions que quelqu'un ne tombât. On faisait tous les jours des
captures, en sorte que l'on rassembla tous les bons sujets des deux
églises qui les soutenaient principalement.

Avec les chrétiens on prit aussi quelques païens qui les servaient,
car le gouverneur avait fait une ordonnance publique de les chercher
tous. Ces esclaves païens, craignant les tourments qu'ils voyaient
souffrir aux fidèles et poussés par les soldats, accusèrent faussement
les chrétiens des festins de Thyeste, c'est-à-dire des repas de chair
humaine, et de tout ce qu'il ne nous est permis ni de dire, ni de
penser, ni même de croire que jamais des hommes l'aient commis. Ces
calomnies étant divulguées, tout le peuple fut saisi de fureur contre
nous; en sorte que s'il y en avait qui gardassent encore quelque
mesure d'amitié, ils s'emportaient alors frémissant de rage. On voyait
l'accomplissement de la prophétie du Sauveur: «que ceux qui feraient
mourir ses disciples croiraient rendre service à Dieu». (SAINT JEAN,
XVI, 21.)

Ceux que la fureur du peuple, du gouverneur et des soldats attaqua le
plus violemment furent: Sanctus, diacre, natif de Vienne; Maturus,
néophyte; Attalus, né à Pergame, mais qui avait toujours été le
soutien de ces églises; et Blandine, esclave. Nous tous et
principalement sa maîtresse, qui était du nombre des martyrs, nous
craignions qu'elle n'eût pas même la hardiesse de confesser, à cause
de la faiblesse de son corps. Cependant elle mit à bout ceux qui l'un
après l'autre lui firent souffrir toutes sortes de tourments, depuis
le matin jusqu'au soir. Ils se confessaient vaincus, ne sachant plus
que lui faire; ils admiraient qu'elle respirât encore, ayant tout le
corps ouvert et disloqué, et témoignaient qu'une seule espèce de
torture était capable de lui arracher l'âme, bien loin qu'elle en dût
souffrir tant et de si fortes. Pour elle, la confession du nom
chrétien la renouvelait; son rafraîchissement et son repos était de
dire: «Je suis chrétienne, et il ne se fait point de mal parmi nous.»
Ces paroles semblaient la rendre insensible.

Le diacre Sanctus souffrit aussi des tourments excessifs. Les païens
espéraient par là en tirer quelque parole indigne de lui, mais il eut
une telle fermeté que jamais il ne leur dit ni son nom, ni sa nation,
ni la ville d'où il était, ni s'il était libre ou esclave. A toutes
ces questions il répondit en latin: «Je suis chrétien.» Ils ne
l'entendirent jamais dire autre chose. Le gouverneur et les bourreaux
en furent tellement irrités contre lui que, ne sachant plus que lui
faire, ils lui appliquèrent enfin sur les parties les plus délicates
des lames de cuivre embrasées. Ainsi brûlé, il demeurait immobile et
ferme dans la confession. Son corps était tout plaie et meurtrissure,
tout retiré, et il n'y paraissait plus de figure humaine. Quelques
jours après, les païens voulurent le remettre à la gêne[122], croyant
le vaincre en appliquant les mêmes tourments à ces plaies enflammées
qui ne pouvaient pas même souffrir d'être touchées avec les mains, ou
du moins qu'il mourrait dans les tourments et épouvanterait les
autres. Mais contre toute apparence, son corps se redressa et se
rétablit à la seconde gêne; il reprit sa première forme et l'usage de
ses membres; en sorte qu'il semblait que ce fût plutôt le panser que
le tourmenter.

  [122] A la torture.

Biblis, l'une de ceux qui avaient nié, fut appliquée à la gêne, pour
lui faire avouer les impiétés dont on accusait les chrétiens. Les
tourments la réveillèrent comme d'un profond sommeil; ces douleurs
passagères la firent penser aux peines éternelles de l'enfer. «Et
comment, dit-elle, mangerions-nous des enfants, nous à qui il n'est
pas même permis de manger le sang des bêtes?» Dès lors elle se
confessa chrétienne, et fut mise avec les martyrs. (Les chrétiens
observaient encore alors, et plusieurs siècles après, la défense de
manger du sang, portée par l'ancienne loi et confirmée par le concile
des apôtres.)

Les tourments se trouvant inutiles par la vertu de Jésus-Christ et la
patience des martyrs, on les enferma dans une prison obscure et
incommode; on leur mit les pieds dans des entraves de bois, les
étendant jusqu'au cinquième trou, et on les traita si cruellement, que
la plupart furent étouffés dans la prison. Quelques-uns après avoir
été si violemment tourmentés, qu'ils semblaient ne pouvoir vivre,
quand ils auraient été pansés avec tout le soin imaginable,
demeurèrent dans la prison, privés de tout secours humain, mais
tellement fortifiés par le Seigneur qu'ils consolaient et
encourageaient les autres. D'autres, tout frais et nouvellement pris,
dont les corps n'avaient point été maltraités, ne pouvaient souffrir
l'incommodité de la prison, et y mouraient.

Pothin, évêque de Lyon, fut de ce nombre. Il était âgé de plus de
quatre-vingt-dix ans, faible et infirme, en sorte qu'à peine
pouvait-il respirer. Le zèle et le désir du martyre le fortifiaient.
Il fut traîné devant le tribunal, conduit par les magistrats et
regardé de tout le peuple, qui jetait toutes sortes d'imprécations
contre lui, comme si c'eût été Jésus-Christ même. Il rendit témoignage
à la vérité; et comme le gouverneur lui demanda qui était le Dieu des
chrétiens, il dit: «Si vous en êtes digne, vous le connaîtrez.» Alors
on ne l'épargna plus, il fut traîné et battu de tous côtés. Ceux qui
étaient proche le frappaient des mains et des pieds, sans aucun
respect pour son âge. Ceux qui étaient loin lui jetaient ce qu'ils
trouvaient dans leurs mains. Tous croyaient commettre une grande
impiété s'ils manquaient à l'insulter, pensant venger ainsi leurs
dieux. A peine respirait-il encore quand il fut jeté dans la prison,
et il y rendit l'âme deux jours après.

Dans cette prison étaient avec les martyrs ceux qui avaient renié la
première fois qu'ils avaient été pris; car en ce temps-là il ne
servait de rien de nier. Ceux qui avaient confessé étaient enfermés
comme chrétiens, sans être accusés d'autre chose; ceux-ci étaient
gardés comme des meurtriers et des scélérats. En sorte que les uns
étaient soulagés par la joie de leur confession, par l'espérance des
promesses, par l'amour pour Jésus-Christ et par l'esprit du Père; les
autres étaient tourmentés par leur conscience. Cette différence
paraissait au dehors. Les uns avaient le visage gai et plein de
dignité et de grâce, plutôt ornés que chargés de leurs chaînes;
répandant une bonne odeur, qui faisait croire à quelques-uns qu'ils se
servaient de parfums; les autres étaient tristes, abattus et
défigurés; les païens même leur reprochaient leur lâcheté. Ce
spectacle confirmait les autres chrétiens.

On tira premièrement de prison quatre martyrs pour les exposer aux
bêtes, en un spectacle qui fut donné exprès pour les nôtres. Ces
quatre furent Maturus, Sanctus, Blandine et Attale. Maturus et Sanctus
passèrent de nouveau par tous les tourments, dans l'amphithéâtre,
comme s'ils n'avaient rien souffert auparavant. Ils furent traînés par
les bêtes. On leur fit souffrir tous les maux que le peuple enragé
demandait par divers cris, les uns d'un côté, les autres d'un autre,
et surtout la chaise de fer, où on les fit rôtir, en sorte que l'odeur
frappait les spectateurs; mais ils n'en étaient que plus furieux. Ils
ne purent toutefois tirer autre parole de Sanctus que la confession
qu'il avait accoutumé de faire dès le commencement. Enfin ces deux
martyrs, après avoir longtemps résisté, furent immolés ce jour-là,
ayant tenu lieu, dans ce spectacle, de tous les divers combats de
gladiateurs.

Blandine fut attachée à une pièce de bois, pour être dévorée par les
bêtes; et ce spectacle donnait courage aux martyrs, à qui elle
représentait le Sauveur crucifié. On la traitait ainsi parce qu'elle
était esclave. Aucune des bêtes ne la toucha; elle fut détachée et
remise dans la prison. Le peuple demandait instamment Attale, car il
était connu. On lui fit faire le tour de l'amphithéâtre avec un
écriteau devant lui, où était en latin: «C'est le chrétien Attale.» Le
peuple frémissait contre lui, mais le gouverneur ayant appris qu'il
était citoyen romain, le fit remettre en prison avec les autres,
attendant la réponse de l'empereur[123], à qui il avait écrit à leur
sujet.

  [123] Marc-Aurèle.

En cet état, les martyrs firent paraître leur humilité et leur
charité. Ils désiraient tellement d'imiter Jésus-Christ, qu'après
avoir confessé son nom, non-seulement une fois ou deux, mais plusieurs
fois, ayant été exposés aux bêtes, brûlés, couverts de plaies, ils ne
s'attribuaient pas le nom de martyrs et ne nous permettaient pas de le
leur donner. Mais si quelqu'un de nous les nommait martyrs, en leur
écrivant ou en leur parlant, ils s'en plaignaient amèrement. Ils
cédaient ce titre à Jésus-Christ, le vrai et fidèle témoin, le premier
né d'entre les morts, le chef de la vie divine, et faisaient mention
de ceux qui étaient déjà sortis du monde. «Ceux-là, disaient-ils, sont
martyrs que Jésus-Christ a daigné recevoir dans la confession de son
nom, la scellant ainsi par leur mort; nous autres ne sommes que de
petits confesseurs.» Ils priaient les frères avec larmes, de faire
pour eux de ferventes prières afin qu'ils souffrissent jusqu'à la fin,
et ils montraient par leurs actions la force du martyre, parlant aux
païens avec grande liberté. Ils étaient remplis de la crainte de Dieu
et s'humiliaient sous sa main puissante, excusant tout le monde,
n'accusant personne et priant pour ceux qui les maltraitaient. Leur
plus grande application était de retirer de la gueule de l'enfer ceux
qu'il semblait avoir engloutis; car ils ne s'élevait pas de gloire
contre ceux qui étaient tombés, mais ils suppléaient aux besoins des
autres par leur abondance, leur montrant une tendresse maternelle et
répandant pour eux beaucoup de larmes devant le Père céleste. Leur
patience et leurs exhortations donnèrent du cœur à ceux qui avaient
renié la foi, et les disposèrent à confesser.

Entre les martyrs était un nommé Alcibiade, accoutumé à mener une vie
très-austère et à ne prendre pour toute nourriture que du pain et de
l'eau. Il voulait continuer dans la prison; mais Attale, après son
premier combat de l'amphithéâtre, apprit par révélation qu'Alcibiade
ne faisait pas bien de ne pas user des créatures de Dieu et qu'il
était aux autres une occasion de scandale. Alcibiade se laissa
persuader, et dès lors il mangea de tout avec actions de grâces. Dieu
visitait les martyrs par ses faveurs, et le Saint-Esprit était leur
conseil.

La réponse de l'empereur vint cependant. Elle portait que l'on fît
mourir ceux qui confesseraient, et que ceux qui nieraient fussent mis
en liberté. Donc au commencement de l'assemblée des jeux solennels qui
se tient en ce lieu-là, et qui est très-nombreuse, parce que toutes
les nations y viennent, le gouverneur fit amener les martyrs à son
tribunal, voulant encore les montrer au peuple et lui en donner le
spectacle. Il les interrogea de nouveau, et fit couper la tête à tous
ceux qui étaient citoyens romains; les autres furent envoyés aux
bêtes. Il examina séparément ceux qui avaient nié, croyant n'avoir
qu'à les renvoyer; mais, contre l'attente des païens, ils
confessèrent, et furent joints à la troupe des martyrs. Quelques-uns
demeurèrent dehors; mais ceux-là n'avaient jamais eu ni trace de foi,
ni respect pour la robe nuptiale, ni pensée de la crainte de Dieu, et
avaient déshonoré la religion par leur conduite.

Pendant l'interrogatoire, un nommé Alexandre, phrygien de nation et
médecin de profession, qui avait demeuré plusieurs années dans les
Gaules et était connu de tout le monde par sa charité envers Dieu et
sa liberté à publier la doctrine, car il avait part à la grâce
apostolique, Alexandre étant près du tribunal, leur faisait des signes
pour les exciter à la confession de Jésus-Christ, et se donnait tant
d'action que tout le peuple le remarquait. Comme ils étaient indignés
de voir que ceux qui avaient nié confessaient alors, ils s'écrièrent
contre Alexandre, comme s'il en eût été cause. Le gouverneur se tourna
vers lui, et lui demanda qui il était; il dit qu'il était chrétien, et
le gouverneur, en colère, le condamna aux bêtes. Il entra donc le
lendemain dans l'arène avec Attale, que le gouverneur exposa encore
aux bêtes, par complaisance pour le peuple. Après avoir passé par tous
les tourments que l'on pratiquait dans l'amphithéâtre, ils furent
enfin égorgés. Alexandre ne jeta pas un soupir et ne dit pas le
moindre mot, se contenta de s'entretenir avec Dieu en son cœur.
Attale étant mis sur la chaise de fer, comme son corps brûlait et que
l'odeur de la graisse s'élevait, il dit au peuple en latin: «Voilà ce
que c'est de manger des hommes; c'est ce que vous faites ici; pour
nous, nous ne mangeons point d'hommes et ne faisons aucun mal.» On lui
demanda quel nom avait Dieu; et il répondit: «Dieu n'a pas un nom
comme un homme.»

Après eux tous, le dernier jour des gladiateurs, Blandine fut encore
amenée avec un enfant d'environ quinze ans, nommé Ponticus. On les
avait amenés tous les jours pour voir les supplices des autres, et on
les voulait contraindre à jurer par les idoles. Comme ils demeurèrent
fermes à les mépriser, le peuple entra en fureur contre eux, et, sans
avoir égard ni à l'âge de l'un, ni au sexe de l'autre, ils les firent
passer par tous les tourments, les pressant l'un après l'autre de
jurer. Ils n'en purent venir à bout, car Ponticus était encouragé par
Blandine, en sorte que tout le peuple s'en apercevait. Il souffrit
donc tous les tourments, et rendit l'esprit. Blandine fut la dernière.
Elle allait à la mort avec plus de joie qu'à un festin de noces. Après
les fouets, les bêtes, la chaise ardente; enfin, on l'enferma dans un
filet et on l'exposa à un taureau qui la secoua longtemps. Mais elle
ne sentait rien de ce qu'on lui faisait, par l'espérance et
l'attachement à ce qu'elle croyait et par les entretiens qu'elle avait
avec Jésus-Christ. Enfin elle fut aussi égorgée; et les païens mêmes
disaient qu'ils n'avaient jamais vu une femme tant souffrir.

Ils ne furent pas contents de la mort des martyrs; ils étendirent la
persécution sur leurs cadavres. Ceux qui avaient été étouffés dans la
prison furent jetés aux chiens et gardés soigneusement nuit et jour,
de peur que nous ne les enterrassions. Ils assemblèrent aussi les
restes de ceux qui avaient souffert dans l'amphithéâtre, c'est-à-dire
ce que les bêtes ou le feu avaient laissé de leurs membres déchirés ou
réduits en charbon, et les têtes coupées des autres, avec leurs
troncs. Ils firent garder tous ces restes pendant plusieurs jours par
des soldats. Les uns frémissaient et grinçaient les dents en regardant
ces reliques; les autres riaient et se moquaient, exaltant leurs
idoles et leur attribuant la punition de leurs ennemis. Les plus
raisonnables témoignaient quelque compassion, et leur faisaient des
reproches en disant: «Où est leur Dieu? et que leur a servi cette
religion qu'ils ont préférée à leur propre vie?» Cependant nous étions
sensiblement affligés de ne pouvoir enterrer ces corps. La nuit n'y
servait de rien. Les gardes ne se laissaient gagner ni par argent ni
par prière; ils semblaient faire un grand profit si ces corps
demeuraient sans sépulture. Après les avoir laissés à l'air, exposés
en spectacle pendant six jours, ils les brûlèrent et les réduisirent
en cendre, puis les jetèrent dans le Rhône afin qu'il n'en parût aucun
reste sur la terre. Ils le faisaient pour ôter aux chrétiens
l'espérance de la résurrection, qui leur donne, disaient-ils, la
confiance de nous introduire une religion étrangère et nouvelle, de
mépriser les tourments et d'aller à la mort avec joie. Voyons
maintenant s'ils ressusciteront, si leur Dieu pourra les secourir et
les tirer de nos mains.

  EUSÈBE, traduit par l'abbé Fleury, dans son _histoire
    ecclésiastique_, livre IV, chap. 12 à 15.

  Eusèbe, nommé évêque de Césarée en Palestine, en 315, a laissé une
    Histoire ecclésiastique (traduite en français par le président
    Cousin), une Chronique allant depuis la création du monde
    jusqu'à la 20e année du règne de Constantin[124], une Vie de
    Constantin, et la Préparation évangélique.

  [124] L'original grec est perdu; on a conservé heureusement la
  traduction latine que saint Jérôme en avait faite et une
  traduction en langue arménenne.


CANTILÈNE,

_Dans laquelle se trouve la première mention du nom des Franks_.

Composée vers 241.

Aurélien, étant alors tribun de la sixième légion gauloise, battit
près de Mayence les Franks, qui ravageaient toute la Gaule; il en tua
sept cents et en fit prisonniers trois cents, qu'il vendit à l'encan.
Les soldats firent cette chanson à l'occasion de sa victoire:

«Nous avons tué mille Franks et mille Sarmates ensemble;

«Nous cherchons maintenant mille, mille, mille, mille, mille
Perses[125].»

    FLAVIUS VOPISCUS, dans les écrivains de l'_Histoire Auguste_.

  [125] L'histoire des Franks est extrêmement obscure et disséminée
  dans les écrivains contemporains. A défaut d'un récit, nous
  essayerons de résumer dans cette note les événements principaux
  de l'histoire de ces barbares.

  C'est vers 240 que les tribus germaniques habitant entre le Rhin,
  le Mein, le Weser et la Lippe, formèrent entre elles une
  confédération et prirent le nom de Franks (_Franken_), mot dont le
  sens paraît répondre à celui du latin _ferox_, fier et belliqueux.
  Les tribus qui entrèrent dans cette confédération furent les
  Bructères, les Teuctères, les Chamaves, les Sicambres, les Cattes
  et les Angrivariens. Le pays des Franks prit le nom de _Francia_
  (France), conservé encore aujourd'hui dans celui de Franconie.

  Depuis 241 jusqu'en 287, les Franks s'emparent de la Batavie,
  pillent et dévastent la Belgique. En 287, l'empereur Maximien,
  malgré quelques avantages remportés sur eux, leur céda le pays
  dévasté des Trévires et des Nerviens, qui comprenait la partie de
  la Belgique entre Trèves et Tournay (Toxandrie), à titre de
  bénéfice militaire, c'est-à-dire à condition du service militaire
  et de l'obéissance envers l'empire.

  Constance Chlore, en 292, battit de nouveau les Franks, mais ne
  put pas les détruire ni les chasser; il les força à se soumettre à
  l'empire, et leur céda la Germanie inférieure, située entre la
  Meuse et le Rhin.

  Cependant les Franks d'outre-Rhin continuèrent à attaquer
  l'empire, et la guerre fut continuelle contre eux. Constantin
  (306-12) leur fit une guerre acharnée, livra aux bêtes, dans
  l'amphithéâtre de Trèves, deux de leur rois; mais il finit, comme
  ses prédécesseurs, par admettre un grand nombre de ces barbares
  dans les colonies militaires de la Belgique.

  Depuis lors les Franks fournissent de nombreux contingents aux
  armées impériales, et leurs rois ou chefs occupent d'importants
  emplois à la cour; l'un d'eux, le ripuaire Arbogaste (mort en
  394), est le plus célèbre de ces rois franks vassaux de l'empire.

  En 358, Julien fit la guerre aux Salyens, dont le nom paraît alors
  pour la première fois dans l'histoire, et renouvela les traités en
  vertu desquels ils étaient établis depuis 287 dans le pays appelé
  la Toxandrie, c'est-à-dire entre la Meuse et l'Escaut. C'est la
  tribu établie dès cette époque dans la Toxandrie qui est la
  principale des tribus franques; c'est elle qui est le noyau de la
  nation, et qui deviendra sous Clovis le peuple prépondérant de la
  Gaule.

  Arbogaste, qui était général des forces militaires et le maître de
  l'empire, lutta contre les Franks d'outre-Rhin et battit leurs
  chefs Marcomer et Sunnon. En 407 les Franks essayèrent de défendre
  le Rhin contre les Vandales, les Suèves et les Alains, mais ils
  furent vaincus.

  Les désordres de l'empire (407-428) permirent aux Franks de
  secouer l'autorité romaine et de conquérir de nouveaux territoires
  dans la Belgique; les Salyens s'emparèrent de la Morinie,
  d'Amiens, Cambray, Tournay, Arras, et étendirent leur domination
  jusqu'à la Somme; les Ripuaires prirent Trèves et Cologne (413).

  En 428, Aétius, qui restaura pour un moment l'autorité impériale
  dans les Gaules, attaqua les Ripuaires, les battit, et les força
  de nouveau à reconnaître la suzeraineté de l'empire. En 431, il
  attaqua les Salyens, et battit à Helena leur roi Chlodion (Chloio,
  Chlogio, ou Clovis), qui résidait à Dispargum (Duisbourg?).
  Vaincus dans d'autres rencontres, les Salyens se soumirent, mais
  restèrent maîtres de tous les territoires qu'ils avaient conquis.

  C'est ainsi que s'accomplissaient les conquêtes des barbares. «Les
  empereurs, dit l'historien grec Procope, cité par M. de Pétigny,
  les empereurs ne pouvaient pas empêcher les barbares d'entrer dans
  les provinces; mais les barbares, de leur côté, ne croyaient point
  posséder en sûreté les terres qu'ils occupaient tant que le fait
  de leur possession n'avait pas été changé en droit par l'autorité
  impériale.»

  Les Franks Salyens et Ripuaires firent fidèlement leur devoir dans
  la guerre contre Attila. Mérovée, roi des Salyens, et bien
  probablement fils de Clodion, était particulièrement dévoué à
  Aétius. Après la mort de ce grand général, lâchement assassiné par
  l'empereur Valentinien, en 454, les Franks se crurent déliés de
  leurs obligations envers l'empire, et pillèrent la Belgique.
  Soumis de nouveau par Avitus et par Majorien, les Salyens, qui
  avaient chassé leur roi Childéric, prirent pour chef Egidius
  maître des milices de la Gaule, et à ce titre chef suprême de tous
  les barbares vassaux de l'empire. Egidius fut le dernier des
  officiers de l'empire qui ait su maintenir l'autorité du nom
  romain.

  Depuis 457 Egidius gouverna les Franks jusqu'en 464, qu'ils
  reprirent leur roi Childéric et qu'Egidius mourut, après avoir été
  battu par ses ancien sujets. A son tour, Childéric devint maître
  des milices vers 469. Peu après, l'empire s'écroula en Italie, et
  les monarchies barbares, jusque là vassales et fédérées de
  l'empire, devinrent indépendantes, et restèrent enfin maîtresses
  des territoires qu'elles avaient conquis. (Cf. l'ouvrage de M. de
  Pétigny déjà cité.)


SAINT DENIS, PREMIER ÉVÊQUE DE PARIS.

  Vers 250.

Saint Irénée, successeur de saint Pothin, donna une nouvelle vigueur à
l'église des Gaules; mais après son martyre et les terribles
persécutions de Septime Sévère et de Dèce, l'église des Gaules se
trouva fort affaiblie; on n'y voyait vers le milieu du troisième
siècle que peu d'églises et un assez petit nombre de chrétiens. La
propagation de l'Évangile dans les Gaules se fit lentement, jusqu'à ce
que la miséricorde divine y envoya saint Martin.

L'état des églises des Gaules toucha les saints évêques des pays
voisins, et le pape saint Fabien envoya sept évêques prêcher dans les
Gaules. Ces sept apôtres furent saint Gatien de Tours, saint Trophime
d'Arles, saint Paul de Narbonne, saint Saturnin de Toulouse, saint
Denis de Paris, saint Austremoine de Clermont et saint Martial de
Limoges. Des six évêques qui vinrent avec saint Denis, ce fut lui qui
porta le plus loin la prédication de l'Évangile; car les autres étant
demeurés dans les pays plus méridionaux, il s'avança jusqu'à Lutèce,
capitale des Parisii, suivi de onze compagnons, parmi lesquels on
remarque les saints Éleuthère et Rustique. Une persécution s'étant
élevée tout d'un coup contre l'Église, comme on cherchait partout les
chrétiens dans l'Occident, les persécuteurs trouvèrent saint Denis à
Lutèce, et le prirent avec saint Rustique, prêtre, et saint Éleuthère,
diacre. Le préfet Fescennius fit battre de verges le saint apôtre,
ainsi que ses compagnons, parce qu'il avait converti beaucoup de gens
à la religion chrétienne. Comme il persévérait très-courageusement
dans la prédication de la foi du Christ, on le coucha sur un gril sous
lequel on avait mis des charbons ardents, et on lui fit en outre
endurer beaucoup d'autres supplices en même temps qu'à ses compagnons.
Mais les martyrs ayant souffert tous ces divers tourments avec un
courage et une joie héroïques, Denis eut avec les autres la tête
tranchée, à Montmartre[126].

  [126] _Mons Martyrum_, mont des martyrs.

La tradition nous apprend que ce saint martyr releva sa tête et la
porta dans ses mains en faisant deux mille pas. L'on dit qu'il
s'arrêta non loin des bords de la Seine, dans l'endroit où depuis, en
638, a été fondée par Dagobert Ier l'abbaye de Saint-Denis, pour y
conserver les reliques du saint.

Sainte Geneviève avait déjà fait bâtir en l'honneur de saint Denis une
première église, qui fut le théâtre de nombreux miracles et qui fut en
très-grande vénération chez les peuples de France du temps de nos
premiers rois. On y venait des extrémités du royaume en pèlerinage. On
y venait aussi faire serment pour déclarer la vérité des choses qu'on
ne pouvait découvrir par les voies ordinaires. Le tombeau du saint y
était orné dès lors de meubles précieux et de beaucoup de richesses;
c'était un monument bâti en forme de tour, ou plutôt environné de
petites tours. Saint Éloi prit plaisir à l'enrichir davantage, et il
en fit l'un des plus grands ornements de la France, avant même qu'on
parlât d'y bâtir une abbaye. Il semble que cette église eût été
choisie dès lors pour le lieu de la sépulture de la famille royale. Au
moins trouve-t-on qu'un fils du roi Chilpéric fut enterré avant le
règne de Dagobert.

Les honneurs qui se rendaient à saint Denis n'étaient point renfermés
dans les limites du diocèse de Paris; il ne serait pas facile de
compter le nombre des églises qui furent bâties dans toutes les
provinces du royaume en l'honneur du saint, depuis la fondation de
l'abbaye, et principalement depuis le neuvième siècle, où l'on reçut
l'opinion de ceux qui le prenaient pour Denis l'Aréopagite d'Athènes,
converti par saint Paul.

Les rois de France ont toujours honoré saint Denis comme leur patron
et comme le protecteur de leur couronne, parce qu'il l'était de la
capitale de leur royaume. Ils avaient soin de visiter son tombeau, et
ils venaient demander son intercession avec beaucoup de cérémonie
quand ils étaient sur le point d'aller à la guerre ou de faire quelque
voyage important. Ils y prenaient l'étendard qui devait marcher devant
eux; et l'on sait que l'oriflamme, si célèbre dans notre histoire,
n'était autre chose que la bannière de l'abbaye de Saint-Denis. Ils le
réclamaient dans les combats et les périls; et portant la confiance
qu'ils avaient en sa protection jusqu'au tombeau, ils comptaient
encore pour un avantage et une faveur particulière que leurs cendres
reposassent auprès des siennes. Cette dévotion de nos rois était
aussi celle de leur cour et celle de leurs sujets. C'est peut-être ce
qui a contribué principalement à faire regarder saint Denis comme le
patron et l'apôtre de la France.

  Extrait de:

  BAILLET, _Vies des Saints_; in-4º, 1739;

  LE NAIN DE TILLEMONT, _Mémoires pour l'histoire de l'Église_;
    in-4º, 1696.


LES BAGAUDES.

  285.

Les Bagaudes ont joué un grand rôle dans l'histoire des derniers temps
de l'empire; leurs soulèvements prirent un caractère formidable dans
les anciennes contrées celtiques, telles que la Gaule et le nord de
l'Espagne.

Dans toutes les contrées soumises à la puissance de Rome, la
population des campagnes était presque uniquement composée d'esclaves,
dont la condition variait à quelques égards chez les différents
peuples compris dans le monde romain, mais était partout inférieure à
celle des serfs du moyen âge. Sous les premiers Césars on se plaignait
déjà en Italie de la diminution du nombre des hommes libres, tandis
que celui des esclaves allait toujours croissant. Dès cette époque la
proportion des hommes libres relativement aux esclaves n'était guère
plus élevée que celle des blancs par rapport aux nègres dans nos
colonies des Antilles. Si le principe de l'esclavage n'avait pas été
aussi profondément enraciné dans les mœurs des nations antiques, cet
état de choses n'aurait pu se soutenir. Ces masses immenses d'hommes
réduits à la condition des bêtes par une aristocratie peu nombreuse
auraient au moins fait quelques efforts pour conquérir leur liberté;
mais la légitimité de l'esclavage était alors reconnue par tout le
monde, par les esclaves comme par les maîtres. Aucun des philosophes,
aucun des législateurs de l'antiquité n'a su concevoir une société
sans esclaves. Le christianisme, en proclamant pour la première fois
sur la terre l'égalité de tous les hommes devant Dieu, put seul opérer
cette grande révolution dans les idées.

Néanmoins, et malgré l'acquiescement universel du genre humain au
principe de la servitude, il éclatait de temps à autre des révoltes
d'esclaves qui donnèrent quelquefois lieu à des guerres sérieuses.
Sous la république, Spartacus en Italie, Sertorius en Espagne
soulevèrent la population des campagnes, et il n'y eut peut-être pas
de guerres qui aient inspiré plus d'effroi et causé plus d'embarras à
l'aristocratie romaine.

Dans la Gaule, toute la population agricole était de temps immémorial
réduite à un état de servitude moins complet que l'esclavage romain,
et plus analogue à la condition des serfs de l'époque féodale. Cette
population de cultivateurs attachés à la glèbe n'était point désarmée
comme les misérables esclaves que les Romains tenaient à la chaîne;
elle marchait au combat comme les serfs du moyen âge, sous la
direction de la caste guerrière; en temps de paix, elle travaillait
pour les nobles, seuls propriétaires du sol; elle leur obéissait en
temps de guerre comme à ses commandants-nés. Quelquefois même
l'aristocratie n'était point maîtresse de contenir les mouvements de
cette foule, qui se levait spontanément quand elle croyait le
territoire menacé. César, dans ses expéditions contre la Gaule, trouva
presque partout des alliés parmi les factions aristocratiques; mais
le peuple, fanatisé par les druides, entraînait souvent ses chefs à
combattre malgré eux. Ce fut ainsi que les Bellovaques vaincus
alléguèrent pour excuse de leur résistance, que la guerre avait été
engagée malgré le sénat, ou la caste noble, par la glèbe ignorante.

Sous la domination impériale la scission devint plus profonde entre le
peuple des campagnes et la caste des propriétaires, qui devenus tout à
fait romains avaient pris droit de cité à Rome, adopté des noms latins
et renié la langue, les mœurs et la religion de leurs ancêtres.
Tandis que les riches possesseurs du sol allaient s'avilir à la cour
des césars, et dissipaient en Italie dans de monstrueuses profusions
leurs immenses revenus, le peuple des campagnes continuait à parler la
langue celtique, à porter l'habit gaulois, et malgré les édits des
empereurs, toujours attaché aux superstitions druidiques, obéissait
avec un fanatisme aveugle aux restes des druides et des fées, qui se
cachaient dans les bois et les déserts, pour se soustraire aux
persécutions exercées contre leur culte. Il y avait là des ferments
d'agitation et de haine qui n'attendaient qu'une occasion pour
éclater.

Pendant les troubles qui suivirent la mort de Néron (68), les paysans
de la Gaule centrale se soulevèrent sous la conduite d'un des leurs,
nommé _Mariccus_ ou Maric; il se donnait le titre de dieu et de
libérateur des Gaules, ce qui prouve que cette insurrection, comme
toutes les autres du même genre, avait à la fois pour principes le
fanatisme religieux et les souvenirs de l'indépendance nationale[127].
L'aristocratie des Éduens, secondée par la jeunesse noble, qui
fréquentait en grand nombre les célèbres écoles d'Autun, suffit, en
l'absence des armées romaines, pour comprimer ce mouvement, dont le
chef fut livré aux bêtes. Il faut voir avec quel dédain les historiens
latins parlent de ce plébéien inconnu, _quidam e plebe Boiorum_, qui
avait osé mêler ses obscures destinées aux grands événements de
l'époque. Et quels événements! La querelle d'un Vitellius et d'un
Othon[128].

  [127] Je ne parle point ici des révoltes de Sacrovir, sous
  Tibère, et de Vindex sous Néron. Ces soulèvements eurent un
  caractère politique, une allure pour ainsi dire officielle. Ce
  n'étaient pas des émeutes populaires, c'étaient des conjurations
  d'ambitieux, des mouvements de parti, auxquels se mêlèrent les
  plus hauts personnages des cités gauloises.

  [128] TACITE, _Hist._, liv. II, ch. 61.

Ces soulèvements, dont les premiers symptômes s'étaient manifestés à
l'extinction de la famille des Césars, se développèrent avec bien plus
de gravité dans l'anarchie qui suivit la chute de la dynastie des
Antonins. Déjà, sous le règne de Commode, un simple soldat, nommé
_Maternus_, avait rassemblé dans la Gaule une troupe de bandits et de
déserteurs, si nombreuse qu'il fallut envoyer contre lui une armée
commandée par Niger, général estimé, qui disputa, quelques années plus
tard, l'empire à Sévère. Maternus conçut même l'audacieux projet de
pénétrer secrètement dans Rome, avec quelques-uns de ses soldats
déguisés et d'assassiner l'empereur au milieu d'une fête. Il échoua
dans ce complot, qu'il paya de sa vie; mais l'idée seule n'était point
d'un vulgaire chef de brigand[129].

  [129] HÉRODIEN. Cet historien, grec de nation, a écrit une
  histoire estimée, allant de 180 à 238 ap. J.-C. (L. D.)

L'insurrection fut encore alors facilement réprimée; l'excès des
misères publiques la fit bientôt reparaître, plus terrible. Pendant
les troubles du troisième siècle la Gaule fut horriblement ravagée par
les barbares et par les armées des généraux romains qui se
disputaient la pourpre impériale. Les villages furent incendiés, les
vignes arrachées, les champs dévastés, la famine et les massacres
décimèrent la population.

Au milieu de tant de calamités, les usurpateurs, maîtres impitoyables
auxquels l'histoire a conservé le nom de tyrans, n'en faisaient pas
moins agir toutes les rigueurs du fisc pour arracher aux habitants des
campagnes leurs dernières ressources, tandis que les propriétaires,
appauvris, exigeaient le payement des redevances avec une dureté
inaccoutumée. Le désespoir mit enfin la rage au cœur des malheureux
paysans; de toutes parts ils s'armèrent, se jetèrent dans les bois et
dans les landes désertes; puis, réunis en bandes, ils infestèrent les
routes, massacrèrent les propriétaires et les agents du fisc,
pillèrent les petites villes, les habitations isolées, et osèrent
tenir tête aux détachements de soldats qu'on envoyait à leur
poursuite. Ce fut une guerre de buissons et de chicane, une guerre de
chouans ou de guérillas, comme en font toutes les populations
soulevées, mais dont la race celtique semble avoir plus
particulièrement le génie ou l'instinct.

L'anarchie qui dévorait l'empire ne permettait pas d'employer contre
les paysans révoltés des forces suffisantes, ni surtout de les
poursuivre avec la ténacité et la persévérance qui peuvent seules
triompher de ce genre d'ennemis. Ils s'enhardirent par leurs succès;
leurs rangs se grossirent des hommes de toutes classes qui n'avaient
plus rien à perdre ou qui espéraient gagner au désordre; leurs bandes
devinrent des corps d'armée considérables, qui ne craignirent plus de
s'attaquer même aux grandes villes. En 269, ils prirent et
saccagèrent, après sept mois de siége, l'opulente cité d'Autun,
première alliée des Romains dans les Gaules, objet constant de la
cupidité et de la haine des paysans gaulois, et qui dans son malheur
implora en vain les secours de la puissance romaine, qu'elle avait si
bien servie[130].

  [130] EUMÈNE, _Panégyr. de Constance_.

Ce fut alors qu'on commença à donner à ces rassemblements armés le nom
de _Bagaudes_, emprunté à l'idiome celtique. Je ne rapporterai pas ici
toutes les étymologies ridicules qu'on a données de ce nom. Du
Cange[131] en indique une, qui paraît assez plausible; c'est celle
qu'il dérive du mot celtique, _Bagat_, conservé dans la langue
celtique, et qui signifie une troupe, une réunion nombreuse.

  [131] _Glossarium médiæ et infimæ Latinitatis_ (1678).--MM. Didot
  ont publié une excellente édition de ce précieux livre. (L. D.)

Le pillage d'Autun ne fut qu'un des épisodes de cette guerre des
Bagaudes qui éclatait partout en même temps. Sur tous les points du
pays ils avaient des lieux fortifiés qui leur servaient de retraites,
et d'où ils se répandaient dans la campagne. Retranchés dans ces
forts, ils occupaient les avenues des grandes villes où la classe
riche s'était réfugiée, ils interceptaient leurs approvisionnements,
et les rançonnaient lorsqu'ils ne pouvaient les prendre.

Auprès de Lutèce, cité déjà considérable et siége d'un commerce
florissant, ils s'étaient établis dans la presqu'île que forme la
Marne avant de s'unir à la Seine, au lieu où l'on bâtit depuis une
abbaye consacrée à saint Maur, et qu'on appela Saint-Maur-les-Fossés,
à cause des traces encore existantes du fort des Bagaudes. Cette
position était admirablement choisie pour arrêter à la fois les
arrivages de la Marne et de la Seine; ils s'y maintinrent pendant
plusieurs années. La porte de Lutèce qui ouvrait dans cette
direction, à l'est de la ville, en prit le nom de porte des Bagaudes.
Dans le moyen âge cette même porte s'appela Porte Baudoyer, et la
place où elle était située conserve encore ce nom[132]. Il semble donc
que dans la prononciation le mot _Bagaude_ se rapprochait beaucoup du
mot _badaud_, dérivé d'un ancien radical qui signifiait demeurer,
habiter, et qui s'est conservé dans l'italien _badare_. Le mot latin,
_manens_, manant, en est la traduction littérale. Ainsi, bagaude,
badaud, manant, vilain, paysan, sont autant de termes synonymes, qui
tous désignaient l'_habitant_ serf des campagnes, et qui par cette
raison ont fini par être tous pris en mauvaise part, comme exprimant
l'idée de rusticité, de bassesse et d'ignorance.

  [132] Cette place a disparu récemment, dans les changements qui
  ont été faits autour de l'hôtel de ville. (L. D.)

La guerre des Bagaudes ou la Bagaudie, _Bacaudia_, suivant
l'expression des historiens du Bas-Empire, ne différa en rien de la
_Jacquerie_ du quatorzième siècle. Elle fut provoquée par les mêmes
causes, les maux affreux que l'invasion étrangère faisait peser sur la
population des campagnes, impitoyablement pressurée par les seigneurs
et par le fisc. Elle eut les mêmes effets, le massacre des riches, des
nobles, des fonctionnaires, le pillage des châteaux, l'attaque des
villes, le brigandage sur les routes; elle eut la même marche, les
mêmes vicissitudes et la même fin; on peut dire que l'histoire de
l'une serait presque exactement l'histoire de l'autre.

Que les rassemblements auxquels on a donné le nom de Bagaudes aient
été composés en grande majorité de paysans serfs, c'est ce dont on ne
saurait douter. Tous les auteurs qui en ont parlé s'expriment
clairement à cet égard. A l'occasion du soulèvement qui éclata de 280
à 285, après que Carinus eut emmené l'armée des Gaules en Italie,
Eutrope et Aurelius Victor s'accordent à dire que les paysans gaulois,
_rusticani, agrestes_, avaient formé les rassemblements que l'on
nomma _Bagaudes_[133]. La Chronique de Prosper, à l'année 435, dit que
la Bagaudie était une conspiration de tous les serfs de la Gaule.
L'évêque Salvien trace un éloquent tableau des misères du peuple
gaulois[134]. Rien ne fait mieux connaître les véritables causes de
l'insurrection que ces paroles inspirées par une indignation
vertueuse, et comparables aux plus beaux chefs-d'œuvre de l'éloquence
antique. Le saint évêque nous apprend encore que les classes
inférieures ne prenaient pas seules part à la révolte; des hommes même
d'une naissance distinguée et d'une éducation libérale étaient
contraints de chercher un asile parmi les Bagaudes, pour sauver au
moins leur vie, après avoir perdu tous leurs biens par les exactions
du fisc. Cette allégation est confirmée par un fait que rapporte la
Chronique de Prosper à l'année 445. Un médecin d'un mérite éminent,
nommé Eudoxius, fut poursuivi comme un des moteurs du soulèvement de
Bagaudes qui eut lieu à cette époque, et n'échappa au supplice qu'en
se réfugiant chez les Huns.

  [133] EUTROPE, _Hist._, liv. 9.

  [134] Que nous reproduisons plus loin.

Toutes ces circonstances se retrouvent dans la grande insurrection du
troisième siècle; car ce n'étaient pas non plus des hommes ordinaires
que ces Helianus et ces Amandus, qui furent alors chefs des Bagaudes,
et qui osèrent prendre le titre d'empereurs. Cette ambition, au reste,
fut fatale à leur parti. Tant que les Bagaudes s'étaient bornés à
infester les routes, à massacrer les propriétaires, à piller les
villes, les empereurs s'en étaient peu inquiétés, et les cités
gauloises avaient en vain imploré le secours des armes romaines. Mais
l'usurpation de la pourpre impériale donnait à ces mouvements un autre
caractère. Dès que Dioclétien en fut instruit, il s'empressa d'envoyer
Maximien au delà des Alpes, avec une armée dont la présence suffit
pour dissiper ces bandes, qui n'étaient redoutables qu'en l'absence de
troupes réglées. Maximien fit périr leurs chefs, prit et rasa leurs
forts, entre autres celui qu'ils avaient construit près de Lutèce,
dans la presqu'île de la Marne, et termina cette guerre en 285.

L'insurrection parut alors étouffée, mais elle ne fut jamais
entièrement éteinte; il y eut toujours quelques bandes disséminées
dans le pays, et le feu de la révolte éclata avec plus de violence et
plus d'étendue que jamais au cinquième siècle, lorsque l'invasion des
Vandales eut fait peser de nouveau sur les habitants des campagnes les
affreuses calamités dont les avait frappés, au troisième siècle,
l'invasion des Alémans.

Il est à remarquer que les grands rassemblements de Bagaudes se sont
toujours formés dans les contrées vraiment celtiques, dans l'ouest et
le centre de la Gaule, ancien territoire des Galls; dans ces provinces
qui ont été au moyen âge le principal foyer de la jacquerie et de nos
jours même encore le théâtre de la guerre civile. Il n'y eut jamais de
Bagaudes dans la Belgique, où dominait l'esprit militaire de la
Germanie et où se recrutaient les légions.

  PÉTIGNY, _Études sur l'histoire, les lois et les institutions de
    l'époque mérovingienne_, 3 vol. in-8º; Paris, A. Durand, 1851;
    t. I, p. 192.


SAINT MARTIN, ÉVÊQUE DE TOURS.

  316-400.

Martin naquit en 316, à Salarie, ville de Pannonie, dont on voit
aujourd'hui les ruines à deux lieues de Sarwar, en Hongrie. Dès sa
jeunesse il montra par toutes ses actions qu'il ne vivait que pour
Dieu. Il avait pour les pauvres un amour ardent; on le vit une fois à
la porte d'Amiens donner la moitié de sa casaque, parce qu'il ne lui
restait aucune autre chose qu'il put donner. Cette action ne manqua
pas de lui attirer des railleries de la part des libertins; mais quand
on ne veut plaire qu'à Jésus-Christ, on est peu sensible aux faux
jugements des hommes, et souvent on reçoit de lui dès ce monde même
l'approbation que ceux-ci refusent; c'est ce qui arriva à Martin. La
nuit suivante, pendant qu'il donnait à ses membres fatigués un court
repos, qu'il avait coutume d'interrompre souvent par la prière,
Jésus-Christ se montra à lui, revêtu de cette moitié de casaque qu'il
avait donnée et environné d'une multitude d'anges à qui il dit:
Martin, qui n'est encore que catéchumène, m'a couvert de cet habit.

Un ordre de l'empereur obligeant les enfants des officiers et des
soldats vétérans à porter les armes, le père de Martin découvrit
lui-même son fils, et le contraignit de suivre une profession qu'il
jugeait préférable à toute autre. Ainsi Martin entra à quinze ans dans
la cavalerie. Il sut se préserver des vices qui ne déshonorent que
trop la profession des armes, et gagna l'estime de ceux qui vivaient
avec lui. Il fut un soldat vraiment chrétien, exact à remplir ses
devoirs. A l'âge de dix-huit ans il demanda et reçut le baptême. Deux
ans après il se retira du service, malgré les instances de son
tribun, avec lequel il vivait dans une étroite amitié.

La haute réputation de saint Hilaire l'attira à Poitiers. Quand ce
grand homme eut été élevé sur le siége qu'il a tant illustré, il
voulut ordonner diacre Martin, qui refusa cet honneur par humilité, et
ne consentit qu'à être ordonné exorciste. Peu de temps après, le désir
de revoir sa famille le conduisit en Pannonie. En revenant, il apprit,
comme il traversait l'Italie, que les Ariens opprimaient l'église des
Gaules et qu'ils avaient fait exiler saint Hilaire. Martin choisit
alors une retraite près de Milan, et y pratiqua tous les exercices de
la vie monastique. Ayant appris, en 360, que saint Hilaire retournait
dans son diocèse, il se hâta de se rendre auprès de lui. Ce grand
évêque reçut avec joie son disciple, et lui donna un terrain[135] pour
bâtir un monastère[136], dans lequel on vit bientôt des hommes de
différents pays se réunir pour servir Dieu sous une même discipline.
Saint Martin s'y renferma lui-même pour se sanctifier et conduire les
autres à Jésus-Christ.

  [135] A Ligugé, à deux lieues de Poitiers.

  [136] A peine reste-t-il aujourd'hui quelques vestiges de
  l'église de ce monastère, qui est détruit depuis un grand nombre
  d'années. L'église paroissiale actuelle a été bâtie sur
  l'ancienne cellule de saint Martin.

Vers l'an 371, le peuple de Tours et des villes voisines le demanda
pour évêque. Il fallut user d'artifice et employer la violence pour
l'arracher de sa solitude. Il joignit toutes les vertus épiscopales à
celles de la profession monastique, qu'il n'abandonna point. Il
conserva toujours la même humilité dans le cœur, la même pauvreté
dans ses habits et dans ses meubles. Il demeura quelque temps dans une
étroite cellule, qui tenait à l'église; mais, ne pouvant souffrir les
visites, qu'il recevait fréquemment, il bâtit de l'autre côté de la
Loire le célèbre monastère de Marmoutier, que l'on regarde comme la
plus ancienne abbaye de France.

Saint Martin se vit à la tête de quatre-vingts moines, qui rappelaient
le temps des plus austères anachorètes et dont plusieurs furent
enlevés, à cause de leur sainteté, pour être évêques en différentes
villes. Pour lui, il fut comme l'apôtre de toute la Gaule; il dissipa
l'incrédulité des païens, détruisit les temples et fit bâtir des
églises en l'honneur du vrai Dieu dans les lieux où l'on rendait
auparavant aux fausses divinités un culte superstitieux. Partout il
établissait la piété sur la connaissance de Jésus-Christ. Ce qu'il
enseignait de vive voix, il le confirmait par des miracles sans
nombre, et le persuadait, pour ainsi dire, par sa fidélité à le
pratiquer le premier. Son zèle s'étendit jusqu'en Bourgogne, où il
arracha un grand nombre de victimes au démon pour les donner à
Jésus-Christ. Étant un jour dans un bourg rempli de païens, il
entreprit, comme il avait fait ailleurs, de les convertir au vrai Dieu
et de leur faire abandonner leurs vaines superstitions. Après les
avoir exhortés assez longtemps, il leur dit d'abattre un arbre qui
était dans ce lieu et que le peuple regardait avec vénération. Les
païens dirent à saint Martin: Nous voulons bien le couper, pourvu que
vous consentiez à rester dessous. Il accepta la condition. On abattit
l'arbre; il penchait du côté de saint Martin. Les païens le crurent
déjà écrasé; mais le saint ayant fait le signe de la croix, l'arbre se
redressa, et tomba du côté des païens; plusieurs auraient été tués
s'ils n'eussent évité la mort par une prompte fuite. Dieu se servit de
ce miracle pour amollir le cœur féroce des idolâtres et les porter à
demander le baptême.

Quelquefois il sollicitait auprès des princes le pardon des criminels,
la liberté des captifs, le retour des exilés ou le soulagement des
personnes affligées. Ce fut pour obtenir quelques-unes de ces grâces
qu'il alla à Trèves, vers l'an 383, trouver le tyran Maxime, qui après
s'être révolté contre l'empereur Gratien s'était emparé des Gaules, de
l'Angleterre et de l'Espagne. Martin demanda ces grâces en évêque,
c'est-à-dire sans les acheter par des bassesses. Il faisait connaître
au prince que c'était plaider pour ses propres intérêts que de prendre
en main auprès de lui la cause de la veuve, de l'orphelin ou du
prisonnier; que sa gloire la plus solide était de faire du bien aux
malheureux, et qu'il devait remercier ceux qui lui montraient les
objets sur qui devaient tomber ses faveurs. L'empereur Maxime, loin de
se choquer de cette sainte hardiesse, en conçut plus d'estime pour le
saint évêque, et il le pria plusieurs fois de manger à sa table. Saint
Martin refusa d'abord l'honneur que lui faisait ce prince, mais dans
la suite il crut devoir l'accepter. Maxime convia les plus illustres
de sa cour pour le jour où le saint lui avait promis de dîner avec
lui. Dans le repas, Martin fut assis à la droite du prince, et un
prêtre qui l'avait accompagné fut placé entre le frère et l'oncle de
l'empereur. Quand on donna à boire, l'officier présenta la coupe à
Maxime, qui la fit donner au saint évêque pour la recevoir lui-même de
sa main; mais celui-ci la donna au prêtre dont on vient de parler.
Cette action fut admirée par l'empereur même et de tous les
assistants.

Vers l'an 400, saint Martin alla recevoir la récompense que Dieu
accorde à ses fidèles serviteurs.

    _Abrégé des vies des Saints_, par RICHARD, t. 2, p. 398.


PARIS EN 358.

Julien[137] passa au moins à Lutèce[138] les deux hivers de 358 et de
359. Il aimait cette bourgade, qu'il appelait sa _chère Lutèce_, et où
il avait rassemblé, autant qu'il avait pu au milieu de ses entreprises
militaires, des savants et des philosophes. Oribase[139] le médecin,
dont il nous reste quelques travaux, y rédigea son abrégé de
Galien[140]; c'est le premier ouvrage publié dans une ville qui devait
enrichir les lettres de tant de chefs-d'œuvre.

  [137] Julien, neveu de Constantin, né en 331, fut nommé
  gouverneur des Gaules, avec le titre de césar, puis empereur en
  360; il mourut en 363. Il est aussi célèbre par son apostasie que
  par l'habileté de son gouvernement.

  [138] Lutèce (Lutecia) était le nom de la ville des Parisii
  (Parisiens).

  [139] Médecin de l'empereur Julien, né à Pergame. Il a laissé un
  recueil d'extraits des écrits des anciens médecins.

  [140] Célèbre médecin grec de la fin du second siècle de l'ère
  chrétienne. Il reste de lui plusieurs ouvrages importants.

On se plaît à rechercher l'origine des grandes cités, comme à remonter
à la source des grands fleuves; vous serez bien aise de relire le
propre texte de Julien[141]:

«Je me trouvais pendant un hiver à ma chère Lutèce; c'est ainsi qu'on
appelle dans les Gaules la ville des Parisii. Elle occupe une île au
milieu d'une rivière[142]; des ponts de bois la joignent aux deux
bords. Rarement la rivière croît ou diminue; telle elle est en été,
telle elle demeure en hiver; on en boit volontiers l'eau, très-pure
et très-riante à la vue. Comme les Parisii habitent une île, il leur
serait difficile de se procurer d'autre eau. La température de l'hiver
est peu rigoureuse, à cause, disent les gens du pays, de la chaleur de
l'Océan, qui, n'étant éloigné que de 900 stades, envoie un air tiède
jusqu'à Lutèce. L'eau de mer est en effet moins froide que l'eau
douce. Par cette raison, ou par une autre que j'ignore, les choses
sont ainsi[143]. L'hiver est donc fort doux aux habitants de cette
terre; le sol porte de bonnes vignes; les Parisii ont même l'art
d'élever des figuiers[144] en les enveloppant de paille de blé comme
d'un vêtement, et en employant les autres moyens dont on se sert pour
mettre les arbres à l'abri de l'intempérie des saisons.

  [141] L'ouvrage de Julien, dont ce fragment est extrait, est
  écrit en grec, et porte le titre de _Misopogon_, ce qui veut dire
  _haine de la barbe_. C'est une satire contre la ville d'Antioche,
  dans laquelle Julien fait semblant d'écrire contre lui-même. La
  barbe que portait Julien déplaisait beaucoup aux habitants
  d'Antioche.

  [142] Lutèce (Lutecia) était le nom de la ville des Parisii
  (Parisiens).

  [143] L'observation des Gaulois-Romains était juste; les hivers
  sont plus humides, mais moins froids, aux bords de la mer que
  dans l'intérieur des terres. (_Note de Chateaubriand._)

  [144] On voit que le climat de Paris n'a guère changé. Il y a
  longtemps que l'on cultive la vigne à Surène. Julien ne se
  piquait pas de se connaître en bon vin. Quant aux figuiers, on
  les enterre et on les empaille encore à Argenteuil. (_Note de
  Chateaubriand._)

«Or, il arriva que l'hiver que je passais à Lutèce fut d'une violence
inaccoutumée; la rivière charriait des glaçons comme des carreaux de
marbre. Vous connaissez les pierres de Phrygie? tels étaient par leur
blancheur ces glaçons bruts, larges, se pressant les uns les autres,
jusqu'à ce que, venant à s'agglomérer, ils formassent un pont[145].
Plus dur à moi-même et plus rustique que jamais, je ne voulus point
souffrir que l'on échauffât à la manière du pays, avec des fourneaux,
la chambre où je couchais[146].»

  [145] Julien peint très-bien ce que nous avons vu ces derniers
  hivers. Les glaçons que la Seine laisse sur ses bords, après la
  débâcle, pourraient être pris pour des blocs de marbre. (_Note de
  Chateaubriand._)

  [146] Ces fourneaux étaient apparemment des poêles.

Julien raconte qu'il permit enfin de porter dans sa chambre quelques
charbons, dont la vapeur faillit l'étouffer.

  CHATEAUBRIAND, _Études ou discours historiques sur la chute de
    l'empire romain, la naissance et les progrès du christianisme
    et l'invasion des barbares_.


GOUVERNEMENT DE JULIEN.

  359.

La Gaule commençait à respirer, et Julien, libre un moment des soins
de la guerre, reportait sa sollicitude sur tout ce qui pouvait
contribuer au bien-être des provinces. Veiller à l'égale répartition
de l'impôt, prévenir tout abus de pouvoir, écarter des affaires cette
classe de gens qui spéculent sur les malheurs publics, ne souffrir
chez les magistrats aucune déviation de la stricte équité, telle était
l'occupation de tous ses instants. Ce qui aidait aux réformes dans
cette dernière partie de l'administration, c'est que le prince
siégeait lui-même comme juge, pour peu que les procès eussent
d'importance par la gravité des cas ou par le rang des personnes; et
jamais la justice n'eut de dispensateur plus intègre. Un exemple,
entre mille, suffira pour établir son caractère sous ce rapport.
Numerius, ancien gouverneur de la Narbonnaise, avait à répondre devant
lui à la charge de dilapidation, et, contre l'usage dans les causes
criminelles, les débats étaient publics. Numerius se renferma dans la
dénégation, et les preuves manquaient contre lui. Son adversaire
Delphidius, homme passionné, voyant l'accusation désarmée, ne put
s'empêcher de s'écrier: «Mais, illustre césar, s'il suffit de nier,
où seront désormais les coupables?» A quoi Julien répliqua sans
s'émouvoir: «S'il suffit d'accuser, où seront les innocents?» Ce trait
le peint comme juge.

    AMMIEN MARCELLIN, _Histoire_, liv. XVIII, trad. de M. Savalète.

   Ammien Marcellin, historien latin du quatrième siècle de l'ère
   chrétienne, a composé une histoire des empereurs depuis Nerva jusqu'à
   Valentinien, en 31 livres, dont les 13 premiers sont perdus. C'est un
   ouvrage précieux par les détails exacts qu'il fournit, Ammien ayant vu
   lui-même tout ce qu'il raconte dans ses derniers livres; il avait
   longtemps servi dans les armées de la Gaule, et fit avec Julien la
   campagne de Perse.


TYRANNIE DE L'ADMINISTRATION ROMAINE.

  285-450.

La société antique, bien différente de la nôtre, ne renouvelait pas
incessamment la richesse par l'industrie. Consommant toujours et ne
produisant plus, elle demandait toujours davantage à la terre, et les
mains qui la cultivaient, cette terre, devenaient chaque jour plus
rares et moins habiles.

Rien de plus terrible que le tableau que nous a laissé Lactance[147]
de cette lutte meurtrière entre le fisc affamé et la population
impuissante, qui pouvait souffrir, mourir, mais non payer. «Tellement
grande était devenue la multitude de ceux qui recevaient[148] en
comparaison du nombre de ceux qui devaient payer, telle l'énormité
des impôts, que les forces manquaient aux laboureurs, les champs
devenaient déserts, et les cultures se changeaient en forêts..... Je
ne sais combien d'emplois et d'employés fondirent sur chaque province,
sur chaque ville, _magistri_, _rationales_, vicaires des préfets. Tous
ces gens-là ne connaissaient que condamnations, proscriptions,
exactions; exactions, non pas fréquentes mais perpétuelles, et dans
les exactions, d'intolérables outrages.... Mais la calamité publique,
le deuil universel, ce fut quand le fléau du cens ayant été lancé dans
les provinces et les villes, les censiteurs se répandirent partout,
bouleversèrent tout; vous auriez dit une invasion ennemie, une ville
prise d'assaut. On mesurait les champs par mottes de terre, on
comptait les arbres, les pieds de vigne. On inscrivait les bêtes; on
enregistrait les hommes. On n'entendait que les fouets, les cris de la
torture; l'esclave fidèle était torturé contre son maître, la femme
contre son mari, le fils contre son père; et faute de témoignage, on
les torturait pour déposer contre eux-mêmes; et quand ils cédaient
vaincus par la douleur, on écrivait ce qu'ils n'avaient pas dit. Point
d'excuse pour la vieillesse ou la maladie; on apportait les malades,
les infirmes. On estimait l'âge de chacun; on ajoutait des années aux
enfants, on en ôtait aux vieillards; tout était plein de deuil et de
consternation. Encore ne s'en rapportait-on pas à ces premiers agents;
on en envoyait toujours d'autres pour trouver davantage, et les
charges doublaient toujours, ceux-ci ne trouvant rien, mais ajoutant
au hasard, pour ne pas paraître inutiles. Cependant les animaux
diminuaient, les hommes mouraient, et l'on n'en payait pas moins
l'impôt pour les morts[149].»

  [147] Lactance, écrivain chrétien, né vers 250, mort vers 325. Il
  fut chargé par Constantin de l'éducation de son fils Crispus. Il
  est auteur des ouvrages suivants: _Institutions divines_,
  _L'Œuvre de Dieu_, _La Colère de Dieu_, _La Mort des
  persécuteurs_. C'est un écrivain élégant, que l'on a surnommé le
  Cicéron chrétien.

  [148] L'armée, les fonctionnaires civils, les juges, les
  percepteurs ou exacteurs, etc. C'est Dioclétien qui créa
  l'administration civile et cette armée d'employés civils.

  [149] LACTANCE, Mort des Persécuteurs.

Sur qui retombaient tant d'insultes et de vexations endurées par les
hommes libres? Sur les esclaves, sur les colons ou cultivateurs
dépendants, dont l'état devenait chaque jour plus voisin de
l'esclavage. C'est à eux que les propriétaires rendaient tous les
outrages, toutes les exactions dont les accablaient les agents
impériaux. Leur misère et leur désespoir furent au comble à l'époque
dont Lactance vient de nous tracer le tableau. Alors tous les serfs
des Gaules prirent les armes sous le nom de _Bagaudes_[150]. En un
instant ils furent maîtres de toutes les campagnes, brûlèrent
plusieurs villes, et exercèrent plus de ravages que n'auraient pu
faire les barbares. Ils s'étaient choisis deux chefs, Ælianus et
Amandus, qui, selon une tradition, étaient chrétiens. Il ne serait pas
étonnant que cette réclamation des droits naturels de l'homme ait été
en partie inspirée par la doctrine de l'égalité chrétienne. L'empereur
Maximien accabla ces multitudes indisciplinées (en 286).....

  [150] _Bagat_, en celtique, assemblée, multitude de gens. Ces
  révoltes, sans cesse renaissantes, duraient encore au milieu du
  cinquième siècle. (L. D.)

L'avénement de Constantin et du christianisme fut une ère de joie et
d'espérance. Né en Bretagne, comme son père, Constance Chlore, il
était l'enfant, le nourrisson de la Bretagne et de la Gaule. Après la
mort de son père, il réduisit le nombre de ceux qui payaient la
capitation en Gaule de 25,000 à 18,000. L'armée avec laquelle il
vainquit Maxence devait appartenir en grande partie à cette dernière
province.

Les lois de Constantin sont celles d'un chef de parti qui se présente
à l'empire comme un libérateur, un sauveur: «Loin, s'écrie-t-il, loin
du peuple, les mains rapaces des agents fiscaux! Tous ceux qui ont
souffert de leurs concussions peuvent en instruire les présidents des
provinces. Si ceux-ci dissimulent, nous permettons à tous d'adresser
leurs plaintes à tous les comtes de provinces ou au préfet du
prétoire, s'il est dans le voisinage, afin qu'instruit de tels
brigandages, nous les fassions expier par les supplices qu'ils
méritent[151].»

  [151] Lois de Constantin, dans le Code Théodosien.

Ces paroles ranimèrent l'empire. La vue seule de la croix triomphante
consolait déjà les cœurs. Ce signe de l'égalité universelle donnait
une vague et immense espérance. Tous croyaient arrivée la fin de leurs
maux.

Cependant le christianisme ne pouvait rien aux souffrances matérielles
de la société. Les empereurs chrétiens n'y remédièrent pas mieux que
leurs prédécesseurs. Tous les essais qui furent faits n'aboutirent
qu'à montrer l'impuissance définitive de la loi. Que pouvait-elle en
effet, sinon tourner dans un cercle sans issue? Tantôt elle
s'effrayait de la dépopulation, elle essayait d'adoucir le sort du
colon, de le protéger contre le propriétaire, et le propriétaire
criait qu'il ne pouvait plus payer l'impôt; tantôt elle abandonnait le
colon, le livrait au propriétaire, l'enfonçait dans l'esclavage[152],
s'efforçait de l'enraciner à la terre; mais le malheureux mourait ou
fuyait, et la terre devenait déserte. Dès le temps d'Auguste la
grandeur du mal avait provoqué les lois qui sacrifiaient tout à
l'intérêt de la population. Pertinax avait assuré la propriété et
l'immunité des impôts pour dix ans à ceux qui occuperaient les terres
désertes en Italie, dans les provinces et chez les rois alliés.
Aurélien l'imita. Probus fut obligé de transplanter de la Germanie des
hommes et des bœufs pour cultiver la Gaule. Il y fit replanter les
vignes arrachées par Domitien. Maximien et Constance Chlore
transportèrent des Franks et d'autres Germains dans les solitudes du
Hainaut, de la Picardie, du pays de Langres; et cependant la
dépopulation augmentait dans les villes, dans les campagnes. Quelques
citoyens cessaient de payer l'impôt; ceux qui restaient payaient
d'autant plus. Le fisc affamé et impitoyable s'en prenait de tout
déficit aux curiales[153], aux magistrats municipaux.

  [152] La loi finit par identifier le colon à l'esclave. «Que les
  colons soient liés par le droit de leur origine, et bien que, par
  leur condition, ils paraissent des hommes libres, qu'ils soient
  tenus pour serfs de la terre sur laquelle ils sont nés.» (_Code
  Justinien._)--«Si un colon se cache ou s'efforce de se séparer de
  la terre où il habite, qu'il soit considéré comme ayant voulu se
  dérober frauduleusement à son patron, ainsi que l'esclave
  fugitif.» (_Code Justinien._)

  [153] Les villes de la Gaule avaient pour les administrer une
  curie (assemblée, sénat). Les membres de ces curies étaient
  appelés curiales; on les choisissait dans les moyens
  propriétaires. Dans les derniers siècles de l'empire leur sort
  était devenu intolérable.

Si l'on veut se donner le spectacle d'une agonie de peuple, il faut
parcourir l'effroyable code par lequel l'empire essaye de retenir le
citoyen dans la cité qui l'écrase, qui s'écroule sur lui. Les
malheureux curiales, les derniers qui eussent encore un patrimoine
dans l'appauvrissement général, sont déclarés les _esclaves_, les
_serfs_ de la chose publique. Ils ont l'honneur d'administrer la cité,
de répartir l'impôt à leurs risques et périls; tout ce qui manque est
sur leur compte[154]. Ils ont l'honneur de payer à l'empereur l'_aurum
coronarium_[155]. Ils sont l'_amplissime sénat_ de la cité, l'ordre
_très-illustre_ de la curie. Toutefois, ils sentent si peu leur
bonheur, qu'ils cherchent sans cesse à y échapper. Le législateur est
obligé d'inventer tous les jours des précautions nouvelles pour
fermer, pour barricader la curie. Étranges magistrats, que la loi est
obligée de garder à vue, pour ainsi dire, et d'attacher à leur chaise
curule. Elle leur interdit de s'absenter, d'habiter la campagne, de se
faire soldats, de se faire prêtres; ils ne peuvent entrer dans les
ordres qu'en laissant leur bien à quelqu'un qui veuille bien être
curiale à leur place. La loi ne les ménage pas: «Certains hommes
lâches et paresseux désertent les devoirs de citoyens.... Nous ne les
libérerons qu'autant qu'ils mépriseront leur patrimoine. Convient-il
que des esprits occupés de la contemplation divine conservent de
l'attachement pour leurs biens[156].»

  [154] Aussi ne disposent-ils pas librement de leur bien. Ils ne
  peuvent vendre sans autorisation. Le curiale qui n'a pas
  d'enfants ne peut disposer par testament que du quart de ses
  biens. Les trois autres quarts appartiennent à la curie.

  [155] Impôts prétendus volontaires, que les curiales étaient
  obligés de payer aux empereurs en monnaie ou en couronnes d'or,
  dans diverses circonstances heureuses ou malheureuses, pour
  témoigner de leur joie ou pour venir en aide au trésor public, à
  peu près dans les circonstances où l'on fait aujourd'hui des
  adresses au souverain. (L. D.)

  [156] _Code Théodosien_, XII, 1.

L'infortuné curiale n'a pas même l'espoir d'échapper par la mort à la
servitude. La mort poursuit même ses fils. Sa charge est héréditaire.
La loi exige qu'il se marie, qu'il lui engendre et lui élève des
victimes. Les âmes tombèrent alors de découragement. Une inertie
mortelle se répandit dans tout le corps social. Le peuple se coucha
par terre de lassitude et de désespoir, comme la bête de somme se
couche sous les coups et refuse de se relever. En vain les empereurs
essayèrent par des offres d'immunités, d'exemptions, de rappeler le
cultivateur sur son champ abandonné. Rien n'y fit. Le désert s'étendit
chaque jour. Au commencement du cinquième siècle, il y avait dans
l'_heureuse_ Campanie, la meilleure province de tout l'empire,
528,000 arpents en friche.

Tel fut l'effroi des empereurs à l'aspect de cette désolation, qu'ils
essayèrent d'un moyen désespéré. Ils se hasardèrent à prononcer le mot
de liberté. Gratien exhorta les provinces à former des assemblées.
Honorius essaya d'organiser celles de la Gaule[157]; il engagea, pria,
menaça, prononça des amendes contre ceux qui ne s'y rendraient pas.
Tout fut inutile, rien ne réveilla le peuple engourdi sous la
pesanteur de ses maux. Déjà il avait tourné ses regards d'un autre
côté. Il ne s'inquiétait plus d'un empereur impuissant pour le bien
comme pour le mal. Il n'implorait plus que la mort, tout au moins la
mort de l'empire et l'invasion des barbares.

  [157] Voici les principales dispositions de la loi de 418:--I.
  L'assemblée est annuelle.--II. Elle se tient aux ides
  d'août.--III. Elle est composée des honorés, des possesseurs et
  des magistrats de chaque province.--IV. Si les magistrats de la
  Novempopulanie et de l'Aquitaine, qui sont éloignées, se trouvent
  retenus par leurs fonctions, ces provinces, selon la coutume,
  enverront des députés.--V. La peine contre les absents sera de
  cinq livres d'or pour les magistrats, et de trois pour les
  honorés et les curiales.--VI. Le devoir de l'assemblée est de
  délibérer sagement sur les intérêts publics.

Viennent donc les barbares. La société antique est condamnée. Le long
ouvrage de la conquête, de l'esclavage, de la dépopulation, est près
de son terme. Est-ce à dire pourtant que tout cela se soit accompli en
vain, que cette dévorante Rome ne laisse rien sur le sol gaulois, d'où
elle va se retirer? Ce qui y reste d'elle est en effet immense. Elle y
laisse l'organisation, l'administration. Elle y a fondé la _cité_; la
Gaule n'avait auparavant que des villages, tout au plus des villes.
Ces théâtres, ces cirques, ces aqueducs, ces voies que nous admirons
encore, sont le durable symbole de la civilisation fondée par les
Romains, la justification de leur conquête de la Gaule. Telle est la
force de cette organisation, qu'alors même que la vie paraîtra s'en
éloigner, alors que les barbares sembleront près de la détruire, ils
la subiront malgré eux. Il leur faudra, bon gré, mal gré, habiter sous
ces voûtes invincibles qu'ils ne peuvent ébranler; ils courberont la
tête, et recevront encore, tout vainqueurs qu'ils sont, la loi de Rome
vaincue. Ce grand nom d'empire, cette idée de l'égalité sous un
monarque, si opposée au principe aristocratique de la Germanie, Rome
l'a déposée sur cette terre. Les rois barbares vont en faire leur
profit. Cultivée par l'Église, accueillie dans la tradition populaire,
elle fera son chemin par Charlemagne et par saint Louis. Elle nous
amènera peu à peu à l'anéantissement de l'aristocratie, à l'égalité, à
l'équité des temps modernes.

Voilà pour l'ordre civil. Mais à côté de cet ordre un autre s'est
établi, qui doit le recueillir et le sauver pendant la tempête de
l'invasion barbare. Partout à côté de la magistrature romaine, qui va
s'éclipser et délaisser la société en péril, la religion en a placé
une autre, qui ne lui manquera pas. Le titre romain de _defensor
civitatis_[158] va partout passer aux évêques. Dans la division des
diocèses ecclésiastiques subsiste celle des diocèses impériaux.
L'universalité impériale est détruite, mais l'universalité catholique
apparaît.

    MICHELET, _Histoire de France_, t. I, p. 98[159].

  [158] Défenseur de la cité.

  [159] Nous ne saurions trop recommander la lecture de cette
  poétique et savante histoire à nos lecteurs.


IMPOTS ET EXACTIONS.--LES BAGAUDES.--LE PATROCINIAT.

  Vers 435.

Je parle de ces proscriptions et de ces exactions cruelles par
lesquelles les Romains se ruinent les uns les autres. Mais pourquoi
dis-je qu'ils se ruinent mutuellement? Disons plutôt qu'un petit
nombre opprime une innombrable multitude, et c'est en cela que le
crime paraît plus grand. Il serait plus supportable si chacun
souffrait à son tour ce qu'il fait souffrir aux autres. Mais quel est
ce renversement par lequel on voit les impôts publics devenir la proie
des particuliers. On voit, sous le prétexte du fisc, des hommes privés
s'enrichir des dépouilles du peuple. On dirait que c'est une
conspiration; tout y entre, les supérieurs et les subalternes; les
juges mêmes n'en sont pas exempts. Y a-t-il une ville, un bourg, un
village, où il n'y ait pas autant de petits tyrans qu'il y a de juges
et de receveurs des droits publics? Ils sont fiers du nom qu'ils
portent; ils s'applaudissent de leurs concussions et de leurs
violences, parce que c'est par ce même endroit qu'ils sont craints et
honorés, semblables aux voleurs de grands chemins, qui ne se croient
jamais plus glorieux ni plus dignes d'envie que quand ils sont plus
redoutés. Je le répète donc, est-il une ville où les principaux ne
ruinent les veuves et les orphelins, et ne leur dévorent pour ainsi
dire les entrailles? Les gens de bien ont le même sort; soit que par
mépris des biens de la terre, ils ne veuillent pas se défendre, soit
que n'ayant que leur innocence pour tout appui, ils ne le puissent
pas. Ainsi personne n'est en sûreté; et si vous en exceptez ceux que
leur autorité ou leur crédit rend redoutables, personne n'échappe à
l'avidité de cette espèce de voleurs. Il faut leur ressembler, si l'on
veut éviter de devenir leur proie, et l'on a porté l'injustice
jusqu'à ce point qu'il n'y a de sûreté que pour les méchants et qu'il
n'y en a plus pour les gens de bien.

Mais quoi, au milieu de cette foule d'hommes injustes, ne se
trouve-t-il pas des personnes amies de la vertu qui protègent les gens
de bien, qui, selon l'expression de l'Écriture, délivrent le pauvre et
l'indigent des mains du pécheur? Non; il n'en est pas, et peu s'en
faut que l'on ne puisse dire avec le Prophète: «Il n'y a pas un homme
qui fasse le bien, il n'en est pas un seul». En effet, les malheureux
trouvent-ils quelque part du secours? Les prêtres mêmes du Seigneur
n'ont pas assez de fermeté pour résister à la violence des
oppresseurs. Parmi ces prêtres, les uns gardent le silence et les
autres ne font pas mieux que s'ils le gardaient; non que tous manquent
de courage, mais une prudence et une politique coupables les
retiennent. Ils se dispensent d'annoncer la vérité; parce que les
méchants ne sont pas disposés à l'écouter; ils portent ce dégoût
jusqu'à la haine et à l'horreur. Loin de respecter et de craindre la
parole de Dieu, ils la méprisent avec un orgueil insolent. Voilà sur
quoi se fondent les prêtres pour autoriser ce silence par lequel ils
ménagent les méchants. Ils n'osent, disent-ils, exposer la vérité avec
toute la force qu'il faudrait, de peur que cette exposition ne serve à
rendre les méchants plus criminels, en les rendant plus rebelles.

Tandis que l'on use de ces lâches ménagements, les pauvres sont
dépouillés, les veuves gémissent, les orphelins sont opprimés; on en
voit qui, sortis d'une honnête famille, et après avoir reçu une
honnête éducation, sont contraints de chercher un asile chez les
ennemis même du peuple Romain, pour ne pas être les victimes d'une
injuste persécution; prêts à périr par la cruauté dont usent à leur
égard d'autres Romains, ils vont chercher chez les barbares une
humanité qui devrait être le vrai caractère des Romains. J'avoue que
ces barbares chez qui ils se retirent ont des mœurs, un langage, une
manière malpropre de se mettre, qui n'a nul rapport aux coutumes et à
la propreté des Romains; mais n'importe, ils ont moins de peine à se
faire à ces manières qu'à souffrir la cruauté des Romains. Ils passent
au service des Goths, ou se mêlent à des voleurs attroupés, et ne se
repentent point d'avoir pris ce parti, trouvant plus de douceur à
vivre libres en portant le nom d'esclaves qu'à être esclaves en ne
conservant que le seul nom de liberté. Autrefois on estimait et on
achetait bien cher le titre de citoyen romain; aujourd'hui on y
renonce, et on le quitte devenu tout à la fois et vil et détestable.
Or je demande quel plus fort argument pour prouver l'injustice des
Romains que de voir des personnes nobles se résoudre à perdre le nom
de Romains pour échapper à l'injustice de leurs persécuteurs?

De plus, parmi ceux qui ne se retirent pas chez les barbares, une
partie est contrainte de devenir en quelque sorte semblable à eux. Je
parle d'une grande partie de l'Espagne et des Gaules et de toutes ces
autres provinces de l'empire à qui notre injustice a fait renoncer ou
à qui elle a fait perdre le nom de citoyens Romains. Je parle encore
de ces exilés à qui on a donné le nom de _Bagaudes_; maltraités,
dépouillés, condamnés par des juges injustes, après avoir perdu tout
droit aux immunités de l'empire, ils ne se sont plus mis en peine de
conserver la gloire du nom romain. Après cela, nous leur faisons un
crime de leur malheur. Nous leur donnons un nom odieux, dont nous les
avons forcés de se charger. Nous les traitons de rebelles, après que
par nos vexations nous les avons comme contraints de se soulever. Car
quelle raison les a déterminés à vivre ainsi de vols et de
brigandage? Ne sont-ce pas nos violences? N'est-ce pas l'injustice
des magistrats? Ne sont-ce pas les proscriptions, les rapines, les
concussions de ceux qui s'enrichissent du bien des citoyens, et qui,
sous le prétexte de tributs et d'impôts, augmentent leurs richesses
des dépouilles du peuple? Ce sont des bêtes farouches, qui n'ont de
penchant que pour dévorer. Ce sont des voleurs qui, différents de la
plupart des autres, ne se contentent pas de voler, mais portent la
fureur jusqu'à donner la mort et à se repaître, pour ainsi dire, de
sang. Par ce procédé inhumain, on a forcé de devenir barbares des gens
à qui il n'était plus permis d'être Romains, ou qui ne le pouvaient
être sans périr. Après avoir perdu leur liberté, ils ont pensé à
conserver leur vie. N'est-ce pas là la peinture de ce qui se fait
aujourd'hui[160]. Il est un nombre infini de gens que l'on réduit à
être contraints de se retirer parmi les Bagaudes; ils s'y retireraient
en effet, tant est grande la persécution qu'ils souffrent, si le
défaut de courage ne les empêchait de se résoudre à mener cette vie
vagabonde. Ils gémissent sous le joug de leurs ennemis, et souffrent
un supplice forcé. Accablés sous le poids de la servitude, ils font
des vœux inutiles pour la liberté. Ainsi leur cœur se trouve
partagé; d'une part la violence dont on use à leur égard les porte à
chercher les moyens de se rendre libres; mais cette même violence les
met hors d'état d'exécuter leurs résolutions.

  [160] Il s'agit de la grande révolte des Bagaudes, aux ordres de
  Tibat ou Tibaton; cette révolte dura deux ans (435-36). Comme
  toujours ceux qui firent cette _Bagaudie_ étaient surtout des
  esclaves et des colons. La Bagaudie de 441 paraît être une des
  dernières ou même la dernière; ces révoltes avaient commencé vers
  280.

En vain on dirait que ces sortes de personnes, souvent bizarres dans
leurs désirs, souhaitent de certaines choses et craignent en même
temps qu'on ne les force à les faire. Toutefois, comme ce qu'ils
désirent en cette rencontre est un grand malheur pour eux, la justice
n'exige-t-elle pas de ceux qui les dominent, de ne pas les contraindre
à former de semblables souhaits? Mais après tout n'est-il pas naturel
de voir des malheureux penser à la fuite, tandis qu'on les opprime par
des exactions cruelles, tandis que des proscriptions qui se succèdent
les unes aux autres les mettent dans un danger continuel. S'ils
quittent leurs maisons, c'est qu'ils craignent qu'elles ne deviennent
le théâtre de leurs tourments, et l'exil est pour eux la seule
ressource qui leur reste contre l'oppression. Il est vrai qu'ils se
retirent chez des peuples ennemis; mais ces ennemis mêmes leur
semblent moins redoutables que ceux qui les ruinent par leurs
exactions. Et ces exactions sont d'autant plus insupportables pour
eux, qu'elles sont mal distribuées, que chacun n'en est pas chargé à
proportion du bien qu'il possède, tous ne contribuant pas à des
impositions qui devraient être générales. Car n'y a-t-il pas de la
cruauté à exiger que les pauvres payent ce qui devrait être pris sur
les riches, et que, pour ainsi dire, tout le fardeau tombe sur les
faibles, tandis que les forts ne sont chargés de rien? Ainsi deux
choses concourent à les rendre malheureux, l'envie et la pauvreté;
l'envie s'acharne contre eux, parce qu'ils refusent de payer; la
pauvreté les afflige, parce qu'elle les met hors d'état de satisfaire.
N'est-ce pas là la situation la plus déplorable que l'on puisse
imaginer?

Voici des choses plus cruelles encore, et des injustices plus criantes
que l'on fait à ces malheureux. On voit les riches se faire une étude
d'inventer de nouveaux tributs pour en charger ensuite le peuple. Ce
serait se tromper que de prétendre justifier les riches en disant que
leurs richesses doivent les empêcher d'en user de la sorte, parce
qu'en augmentant les impôts ils se chargeraient eux-mêmes. Et quoi!
ignorez-vous que les lois ne sont pas pour les riches, hardis et
empressés à faire ces augmentations, parce qu'ils savent bien qu'elles
ne tomberont pas sur eux? Or, tels sont les prétextes auxquels ils ont
recours. Tantôt ce sont des ambassadeurs et tantôt des envoyés
extraordinaires des princes. On les recommande aux personnes qui
tiennent les premiers rangs dans la province, et l'accueil magnifique
qu'on leur offre est toujours la cause de la ruine du peuple. Les
présents qu'on leur fait sont pris sur de nouveaux tributs que l'on
impose, et toujours le pauvre fournit ce que le riche donne; celui-ci
fait sa cour aux dépens de celui-là.

Ici l'on fait une objection frivole. Peut-on, disent quelques-uns, se
dispenser de faire de ces sortes de réceptions aux ministres des
princes? Non, on ne doit pas s'en dispenser. Mais la justice
n'exige-t-elle pas des riches qu'étant les premiers à imposer, ils
soient aussi les premiers à payer, et que ces longs flots de
compliments et de marques de respect dont ils sont si prodigues soient
soutenus par une libéralité plus réelle? Les pauvres ne sont-ils pas
en droit de leur dire: «Vous voulez que nous portions une partie des
charges publiques, il faut donc que vous portiez l'autre, et que
tandis que nous donnons vous donniez de votre côté»? Ne pourraient-ils
pas même prétendre avec justice que ceux qui recueillent toute la
gloire de ces sortes de réceptions en fissent toute la dépense? Ils se
relâchent cependant sur cet article, et ils demandent seulement un
partage juste et plus humain des impositions publiques. Qu'après tout
la condition des pauvres est à plaindre! Ils payent, et on les force
de payer, sans qu'ils sachent pourquoi on les y force. Car permet-on à
quelqu'un de demander pourquoi il doit payer, ou d'alléguer et de
chercher les raisons qu'il a de payer, ou de demander à être
déchargé?

Au reste, on ne sait au vrai jusques où va l'injustice des riches que
quand ils viennent à se brouiller entre eux. Alors on entend ceux qui
se croient offensés reprocher aux autres que c'est une injustice
criante de voir deux ou trois hommes faire des traités, inventer des
tributs qui ruinent des provinces entières. C'est là en effet le
caractère des riches; ils croient qu'il est de leur honneur de ne pas
souffrir que l'on décide de rien sans les consulter, prêts à approuver
les choses les plus injustes, pourvu que l'on ait pour eux la
déférence qu'ils croient qu'on leur doit. Guidés par leur seul
orgueil, on les voit, ou pour se venger de ceux qui les avaient
méprisés, ou pour faire briller leur autorité, ordonner les mêmes
choses qu'ils avaient traité d'injustices lorsque les autres les
ordonnaient. Au milieu de ces dissensions, les pauvres sont comme sur
une mer orageuse, toujours battus et agités par les flots qui
s'entrechoquent. Il ne leur reste pas même cette consolation, de
pouvoir dire que les personnes constituées en dignité ne sont pas
toutes injustes; qu'il se trouve des gens de bien qui réparent le mal
que les méchants ont causé, et qui relèvent par de nouveaux remèdes
ceux que l'on avait opprimés par de nouvelles impositions. Il n'en est
pas ainsi. L'injustice est partout égale. Ne voit-on pas que comme les
pauvres sont les premiers que l'on accable, ils sont les derniers que
l'on pense à soulager. Nous l'avons éprouvé, il n'y a pas longtemps,
lorsque le malheur des temps a obligé les empereurs à diminuer les
impôts de quelques villes; ce soulagement qui devait-être répandu
également sur tout le monde, a-t-il été pour d'autres que pour les
riches? Ce n'est point aux pauvres que l'on pense dans ces
conjonctures, et après avoir commencé par les opprimer, on a la dureté
de ne pas seulement penser à les soulager, du moins les derniers.
Pour tout dire en un mot, c'est aux pauvres que l'on fait porter tout
le fardeau des tributs, et ce n'est jamais à eux qu'on en fait sentir
la diminution.

Quelle serait après cela notre erreur si, traitant les pauvres avec
tant de rigueur, nous croyions que Dieu n'usera d'aucune sévérité à
notre égard, comme s'il nous était permis d'être injustes sans que
Dieu nous fasse sentir le poids de sa justice? Les Romains seuls sont
capables de se souiller par tous les vices qui règnent parmi eux;
nulle autre nation ne les porte à cet excès. On ne voit rien de
semblable chez les Francs, chez les Huns, chez les Vandales, chez les
Goths. Ceux des Romains qui ont cherché un asile dans les provinces
barbares y sont à l'abri des maux qu'ils enduraient sur les terres de
l'empire. Il n'y a rien qu'ils souhaitent avec plus d'ardeur que de
n'avoir plus à vivre sous la domination romaine, plus contents parmi
les barbares que dans le sein de leur patrie. Ne soyons donc plus
surpris de voir les barbares prendre l'ascendant sur nous. Leur nombre
grossit tous les jours, et bien loin que ceux qui s'étaient retirés
parmi eux les quittent pour revenir à nous, nous voyons tous les jours
de nouveaux Romains nous abandonner pour chercher un asile parmi eux.
Une seule chose m'étonne à ce propos; c'est que tout ce qu'il y a de
pauvres et de malheureux parmi nous, n'aient pas recours à ce moyen de
se mettre à l'abri de l'oppression. Ce qui les en empêche, c'est sans
doute la difficulté de transporter leurs familles et le peu de bien
qu'ils ont dans une terre étrangère; forcés par une dure nécessité,
ils ne quittent qu'à regret leurs maisons et leurs troupeaux; mais la
violence et le poids des exactions leur paraît un plus grand mal, et
dans cette extrémité ils prennent la seule ressource qui leur reste,
quelque pénible qu'elle soit. Ils se jettent entre les bras des
riches pour en recevoir de la protection, ils se réduisent à une
triste espèce de servitude[161].

  [161] Il s'agit du patronage (patrocinium), qui se trouvera
  expliqué plus loin, p. 226.

A dire vrai, je ne désapprouverais pas cette conduite, je croirais
même qu'il y aurait en cela de quoi louer les riches si, pleins de
charité, ils se servaient de leur crédit en faveur des pauvres par une
protection gratuite; si des motifs d'humanité, et non pas d'intérêt,
les portaient à se rendre les défenseurs des opprimés. Mais qui peut
ne pas regarder comme une cruauté dans les riches de les voir ne se
déclarer les protecteurs des pauvres que pour les dépouiller, de ne
défendre des malheureux qu'à condition de les rendre plus malheureux
encore qu'ils n'étaient, c'est-à-dire par la perte de tout leur bien.
Le père alors, pour acheter un peu de protection, est contraint de
livrer ce qu'il avait destiné à être l'héritage de son fils, et l'un
ne peut se mettre à l'abri de l'extrême misère qu'en réduisant l'autre
à l'extrême disette. Voilà tout ce qui revient aux pauvres de la
protection des riches; voilà où aboutissent les secours qu'ils se
vantent de donner. Il paraît bien qu'ils n'ont jamais que leur intérêt
en vue, et qu'en se déclarant pour les pères ils ne cherchent qu'à
ruiner les enfants.

Telle est la manière dont les riches s'y prennent pour tirer du profit
de tout ce qu'ils font. Il serait à souhaiter que du moins leur façon
de vendre fût semblable à ce qui se pratique dans les autres ventes;
alors il resterait quelque chose à celui qui achète. Mais quel est ce
nouveau genre de commerce dans lequel celui qui vend reçoit sans rien
donner; et dans lequel celui qui achète donne tout sans rien
acquérir? Dans les autres marchés, la condition de celui qui achète
est regardée comme la plus avantageuse, par l'espérance du profit; ici
celui qui vend profite seul, et rien ne reste à celui qui achète.

Ce n'est là cependant qu'une partie du malheur des pauvres. Voici
quelque chose de plus barbare et de plus criant; on ne peut ni le voir
ni l'entendre sans frémir d'horreur. Il arrive que la plus grande
partie du petit peuple, après avoir été ainsi dépouillés de leurs
terres et de leurs possessions, réduits à ne rien avoir, ne laissent
pas d'être chargés d'impôts; l'exaction est un fardeau dont ils ne
peuvent se décharger, et ce qui semblait devoir être seulement attaché
à leurs terres retombe sur leurs personnes. Quelle injustice cruelle!
Le riche possède, et le pauvre paye! Le fils sans avoir recueilli la
succession de son père se trouve accablé par les mêmes impôts que le
père payait! Imagine-t-on une plus dure extrémité que celle d'être
dépouillé par des usurpateurs particuliers et d'être en même temps
persécuté par des tyrans publics?

Parmi ces malheureux, ceux à qui il reste quelque prudence naturelle,
ou ceux que la nécessité a rendus prudents, tâchent à devenir les
fermiers[162] des terres qu'ils possédaient auparavant; d'autres se
cherchent des asiles contre la misère, et d'autres enfin, en qui se
trouve une âme moins élevée, se rendent volontairement esclaves,
chassés non-seulement de leur patrimoine, mais encore dégradés du rang
de leur naissance, bannis de leurs maisons, et perdant tout à la fois
le droit qu'ils avaient sur eux-mêmes par la liberté. De là vient le
comble de leur misère; car en perdant la liberté ils perdent presque
la raison; et par un changement qui tient de l'enchantement, des
hommes devenus esclaves sont traités comme des bêtes, et leur
deviennent semblables en quelque sorte en cultivant comme elles les
terres des riches.

  [162] Les colons.

Cessons donc de nous plaindre avec étonnement de ce que nous devenons
la proie des barbares, nous qui ravissons la liberté à nos
concitoyens. Ces ravages qui désolent les campagnes, ces villes
ruinées et détruites, sont notre ouvrage; nous nous sommes attiré tous
ces maux; et la tyrannie que nous avons exercée contre les autres est,
à dire vrai, la cause de celle que nous éprouvons. Nous l'éprouvons
plus tard que nous ne méritions; Dieu nous a longtemps épargnés, mais
enfin sa main s'est appesantie, et selon l'expression de l'Écriture,
prise dans un autre sens, l'ouvrage de nos mains retombe sur nous. De
malheureux exilés ne nous ont touchés d'aucune compassion; à notre
tour, nous sommes châtiés par l'exil; nous avons trompé les étrangers,
devenus étrangers parmi les barbares, nous souffrons de leur mauvaise
foi; attentifs à profiter des conjonctures du temps, nous nous en
sommes servis pour ruiner des hommes libres; chassés du lieu de notre
naissance, nous éprouvons les mêmes maux.

Mais que l'aveuglement des hommes est incurable! nous sentons le poids
de la colère de Dieu justement irrité contre nous, et nous nous
dissimulons à nous-mêmes que la justice de Dieu nous poursuit.

  SALVIEN, _du Gouvernement de Dieu_, liv. 5. Traduction du P.
    Bonnet.

   Salvien, prêtre, né vers 390, à Trèves, mourut en 484, à Marseille,
   où il était prêtre depuis longtemps. Il est auteur des traités _De
   la Providence ou du gouvernement de Dieu_, et _De l'Avarice_. Ces
   ouvrages sont écrits avec éloquence et énergie. (Voy. plus loin le
   récit intitulé: _Conduite du clergé envers les conquérants
   Germains_.)


MŒURS DES GALLO-ROMAINS.

Ne voit-on pas dans les Gaules que les plus grands seigneurs n'ont
tiré d'autres fruits de leurs malheurs que de devenir plus déréglés
dans leur conduite? J'ai vu moi-même, dans Trèves, des personnes
nobles et constituées en dignité, quoique dépouillées de leurs biens,
au milieu d'une province ravagée, montrer plus de corruption dans
leurs mœurs qu'on ne remarquait de décadence dans leurs affaires
domestiques. La désolation du pays n'avait pas été si grande qu'il ne
restât encore quelque ressource; mais la corruption des mœurs était
si extrême, qu'elle était sans remède. Les vices, ces cruels ennemis
du cœur, faisaient au dedans plus de ravages que les barbares,
ennemis seulement du corps, n'en faisaient au dehors. Les Romains
étaient eux-mêmes leurs plus cruels ennemis. Je devrais arroser de mes
larmes la peinture des choses dont j'ai été témoin. J'ai vu des
vieillards qui étaient dans les charges publiques, des chrétiens dans
le dernier retour de l'âge, aimer encore la bonne chère et la volupté.
Par où commencer pour leur reprocher leur corruption? Leurs dignités,
leur âge, le nom de chrétiens, le péril qui les menaçait, lequel de
tous ces endroits devait fournir les premiers reproches? Pourrait-on
croire que des vieillards fussent capables de s'abandonner à ces
déréglements pendant la paix, que des jeunes gens le pussent être,
pendant la guerre, que des chrétiens le pussent jamais être? Dignités,
âge, profession, religion, on oubliait tout dans la fureur de la
débauche. Qui n'eût pris les principaux de cette ville pour des
insensés? Cette ardeur n'a pu être ralentie par les destructions
réitérées de cette ville criminelle. Quatre fois Trèves, cette ville
la plus florissante des Gaules, a été prise et ruinée. Le premier
malheur eut dû suffire pour déterminer les habitants à une sincère
conversion, afin qu'une rechute n'attirât pas une seconde punition.
Chose incroyable! le nombre des malheurs n'a fait qu'augmenter le
penchant fatal pour le vice. Tel qu'on nous représente dans la fable
cet hydre dont les têtes renaissaient plus nombreuses à mesure qu'on
les coupait, telle était la ville de Trèves; ses malheurs croissaient,
et en même temps croissait aussi la fureur de ses habitants pour le
libertinage des mœurs. Le châtiment, qui dégoûte ailleurs du vice, en
faisait naître ici un goût plus vif et plus empressé; et il eût été
plus facile de vider Trèves d'habitants que de la purger de cette
fureur impie.

Cette peinture des désordres de Trèves convient à une ville voisine,
qui lui cédait peu en magnificence. Outre tous les autres vices qui
s'y étaient introduits, l'avarice et l'ivrognerie y dominaient; mais
l'ivrognerie surtout était si fort en usage, que les principaux de la
ville ne purent se résoudre ou n'étaient pas en état de pouvoir sortir
de table lorsque les barbares, maîtres des remparts, entraient de tous
côtés dans la ville. Dieu le permit ainsi, afin de faire voir plus
clairement la raison pourquoi il châtiait les habitants de cette
ville. C'est là que j'ai vu un renversement bien déplorable. On ne
voyait aucune différence de mœurs entre les vieillards et les jeunes
gens; la même indiscrétion dans les discours, la même légèreté, le
même luxe, le même penchant pour l'ivrognerie, les rendait semblables
les uns aux autres. Des hommes âgés, élevés depuis longtemps aux
charges publiques, n'ayant plus que peu de jours à vivre, buvaient
comme eussent pu faire les plus robustes. Les forces, qui leur
manquaient pour marcher, ne leur manquaient pas pour boire; et leurs
jambes ailleurs chancelantes se fortifiaient dans les occasions de
danser. Je raccourcis ce portrait odieux; et pour l'achever d'un seul
trait, je n'ai qu'à dire qu'on a vu dans cette ville la vérité de ce
que disait le Sage, que le vin et les femmes rendent les sages impies
à l'égard de Dieu.

Après avoir décrit ce qui se faisait dans les plus fameuses villes des
Gaules, que dirai-je des villes moins considérables, si ce n'est
qu'elles ont de même toutes péri par les vices de leurs habitants? Le
crime y avait tellement endurci tous les cœurs, qu'on était au milieu
du péril sans le craindre. On était menacé d'une captivité prochaine,
et on ne la craignait pas. Dieu permettait qu'on demeurât dans cette
insensibilité, afin qu'on ne prît point de précautions pour détourner
sa ruine. Déjà les barbares étaient présents qu'on ne voyait aucune
crainte dans les hommes, et que dans les villes on ne se donnait aucun
mouvement pour se garantir de l'invasion. Personne, à la vérité,
n'avait envie de périr; mais tel était l'aveuglement des pécheurs,
qu'on ne prenait aucun soin pour éviter sa perte. L'intempérance,
l'ivrognerie, l'amour du repos avaient fait naître une négligence et
une indolence incurables. Semblables à ceux dont l'Écriture dit qu'un
assoupissement que Dieu permettait s'était saisi d'eux. Cet
assoupissement que Dieu répand est un présage d'une ruine prochaine;
car l'Écriture nous apprend que quand les iniquités du pécheur sont
montées à un certain point, la Providence l'abandonne à lui-même, et
qu'ainsi livré à son propre sens il court à sa perte.

Je ne crois pas devoir rien ajouter pour persuader que l'empressement
des hommes pour les plaisirs criminels n'a pas cessé jusqu'à leur
entière destruction. Ce qu'il y a de plus déplorable, c'est que cet
aveuglement se perpétuera, et l'on peut prédire que les hommes seront
toujours les mêmes. Voyons-nous qu'aucune des villes et des provinces
qui sont prises ou ravagées par les barbares change de conduite? Y
est-on humilié, pense-t-on à se convertir et se corriger? Tel est le
caractère des Romains; on les voit périr, mais on ne les voit pas se
corriger. Trois fois la première ville des Gaules a été détruite,
trois fois elle a été comme le bûcher de ses habitants. La destruction
même ne fut pas le plus grand mal qu'elle eut à supporter. La misère
accablait ceux que la ruine de leur patrie n'avait pas fait périr. Ce
qui s'était garanti de la mort gémissait dans le malheur. Les uns,
couverts de blessures, traînaient une vie languissante; les autres, à
demi-brûlés, sentaient longtemps les cruels effets de l'incendie.
Ceux-ci périssaient par la faim, et ceux-là par la nudité; un grand
nombre succombaient à la violence du mal ou à la rigueur du froid.
Ainsi la même mort se faisait sentir en mille façons différentes. En
un mot, la ruine d'une seule ville était une calamité pour un grand
nombre d'autres. J'ai vu, et je n'ai pas refusé mon secours aux
misérables, j'ai vu les cadavres des hommes et des femmes confondus,
nus, déchirés, donnant un douloureux spectacle aux habitants des
autres villes, et servant de nourriture aux chiens et aux oiseaux. La
puanteur qu'exhalaient ces corps morts devenait mortelle pour les
vivants, et ceux qui n'avaient pas été enveloppés dans le saccagement
de cette ville ne laissaient pas d'en sentir les mauvais effets. Mais
qu'ont produit toutes ces calamités? Si les choses n'étaient
évidentes, on ne pourrait s'imaginer que les hommes fussent capables
d'un endurcissement si extraordinaire; mais personne n'ignore qu'un
petit nombre de gens de qualité qui étaient restés dans cette ville
ruinée employèrent leurs premiers soins à obtenir des empereurs la
permission de faire célébrer les jeux du cirque.

Habitants de la ville de Trèves, à qui j'adresse ici la parole, est-il
possible que vous ayez pu conserver de l'empressement pour les jeux du
cirque[163]! Quoi! ce triste état d'une ville prise et saccagée, tant
de sang répandu, tant de tourments soufferts, tant de captifs dans les
fers, tant de maux, n'ont pu vous apprendre à vous modérer! Ah, votre
folie mérite les larmes de tous les hommes de bon sens. A dire le
vrai, vous m'avez paru dignes de pitié lorsque votre ville a été
ruinée; mais je trouve que vous l'êtes bien davantage quand je compare
votre ardeur pour les spectacles. Je croyais bien que les malheurs de
la guerre pouvaient faire perdre les biens temporels, mais je ne
croyais pas qu'ils pussent faire perdre la raison. Vous vous adressez
donc aux empereurs pour obtenir la permission d'ouvrir le théâtre et
le cirque; mais où est la ville, où est le peuple pour qui vous
présentez cette requête? Je regarde, et je ne vois qu'une ville
ensevelie dans ses cendres et un peuple dans les fers; partout je
rencontre ou des cadavres ou des yeux baignés de pleurs. A peine des
restes malheureux ont-ils échappé à la ruine commune, et ces restes
sont dans la douleur et dans la misère, et l'on ne sait si la destinée
de ceux qui ont péri n'est pas plus heureuse que le sort de ceux qui
vivent encore.

  [163] Les combats de gladiateurs étaient encore les principaux
  jeux du cirque.

Mais quel lieu choisirez-vous pour ces jeux sacrilèges? Sera-ce sur le
tombeau de vos citoyens égorgés, au milieu de leur sang répandu et
encore fumant et de leurs ossements dispersés. Trouverez-vous un
endroit dans toute la ville où cette image de la mort et du carnage ne
s'offre à vos yeux? Toutes ces circonstances ne vous ont-elles pas dû
persuader que ce n'est pas le temps de demander des jeux et des fêtes
publiques? Comment oserez-vous donner des marques de joie, environnés
des débris de l'incendie? Et comment oserez-vous rire au milieu de
tant de justes sujets de pleurer? Mais enfin quand il n'y aurait que
cette seule considération à avoir, pensez que par ces spectacles
impies vous allumez contre vous la colère de Dieu. Ah! je ne suis plus
étonné que vous ayez été châtiés par tous les maux que vous avez
soufferts! Une ville que trois renversements n'ont pu corriger
méritait bien de souffrir une quatrième destruction!

    SALVIEN, _du Gouvernement de Dieu_, livre 6.


LES TYRANS.--LE PATROCINIAT.--ORIGINES DE LA FÉODALITÉ.

Chacun essayait de se soustraire aux charges intolérables de la vie
civile. Ce ne fut plus la liberté que l'on rechercha, ce fut la
servitude. On y courut, on s'y précipita. Ce furent les paysans des
frontières, exposés sans défense aux incursions des barbares, qui
donnèrent le signal de cette espèce de désertion. Bientôt elle devint
générale, et au milieu du troisième siècle des villages, des villes
entières renoncent à leur indépendance et se donnent un autre maître
que l'empereur. Le monde romain se brise déjà à ses extrémités; une
multitude infinie de petites sociétés presque imperceptibles se
forment incessamment des blocs qui s'en détachent, et s'abritent au
milieu de ses ruines. Le Code nous les montre se constituant au cœur
même de l'empire, sous la main même de l'empereur, en dépit de toutes
les menaces, par la double influence des spoliations du fisc et des
déprédations des barbares. Il y eut dès lors comme un essai, une
première efflorescence des institutions féodales qui un peu plus tard
couvrirent l'Europe entière. Il y a déjà des _seigneurs_, cachés
encore sous l'ancienne et familière dénomination de _patrons_; et il y
en a autant qu'il se trouve de villages en révolte contre une autorité
qui ne peut plus donner que l'oppression en retour de l'obéissance.

Ce principe de dissolution devint plus actif à mesure que la force
centrale perdit de son énergie, et devait rester sans contre-poids le
jour où celle-ci cesserait de se faire sentir. Au IIIe siècle, ce ne
sont encore que quelques hameaux isolés qui se séparent de l'empire;
un peu plus tard ce sera la Gaule et la Bretagne. La plupart de ces
_tyrans_ qui remplissent l'histoire des empereurs ne sont que
l'expression et le produit de cette situation nouvelle. Eux aussi sont
des _patrons_, des libérateurs que les provinces opprimées croyaient
se donner contre la tyrannie étrangère. C'étaient les représentants de
cette force de répulsion qui tendait de plus en plus à disloquer ce
grand tout, et à replacer dans l'isolement et l'indépendance les
parties hétérogènes qu'un travail de huit cents ans y avait fait
entrer. Ce malaise s'annonce pour la première fois par les séditions
de la Gaule, sous les règnes d'Auguste et de Tibère, arrive de crise
en crise à son paroxysme sous les Trente Tyrans, se continue à travers
les révoltes de Carausius, d'Allectus, de Maxime, de Constantin dans
la Bretagne, celles de Magnence, de Sylvanus, de Maxime, de
Constantin, de Sébastien dans la Gaule (pour ne parler que de
celles-là), et aboutit enfin, après tant de scissions temporaires, au
partage définitif du Ve siècle.

Ainsi l'empire d'Auguste ne périt pas d'une autre manière que celui de
Charlemagne; les circonstances étaient les mêmes, les résultats ne
pouvaient différer. Le principe de dissolution qui brisa l'Empire
Romain et qui le fractionna en autant de royaumes barbares qu'il
renfermait de grandes lignes géographiques et de nationalités mal
éteintes brisa l'empire carlovingien à son tour en autant de blocs
qu'il renfermait de royaumes, et chacun de ceux-ci en autant de
parcelles qu'il comptait de châteaux forts. Il continua d'agir sans
interruption, malgré de vains et impuissants efforts, pendant six
cents ans, de Dioclétien à Hugues Capet. Alors on recommença de
nouveau à reconstruire. Ainsi, au point de vue de l'histoire générale,
la formation des royaumes barbares à la chute de l'empire et
l'établissement de la féodalité à la mort de Charlemagne ne sont, à
vrai dire, que des effets de la même cause. Dioclétien, Constantin,
Théodose, Théodoric, Charles Martel, Charlemagne, réussirent un moment
à la paralyser, mais sans pouvoir la détruire. Leurs essais de
reconstruction ont immortalisé leur mémoire, parce que les hommes
admirent volontiers ce qui est grand, et ne demandent aux héros que du
génie; mais si leurs efforts ont pu retarder de quelques années la
formation de la société féodale, elle n'en est pas moins sortie de
terre sous leurs yeux, et elle n'a conservé en s'élevant que les moins
significatives peut-être des empreintes dont ils avaient voulu la
marquer.

Il faut convenir que les origines de la féodalité ne sont pas toutes
où l'on a coutume de les chercher; et que tels faits qui nous
paraissent nouveaux aux sixième et septième siècles dataient déjà
de trois cents ans. Dans ce nombre il faut placer le plus
caractéristique de tous, le fractionnement du territoire et
l'isolement du pouvoir. Ce mal avait déjà miné l'empire romain avant
de s'attaquer aux sociétés barbares; et lorsqu'il les faisait crouler
à petit bruit du sixième au dixième siècle, il ne faisait que se
continuer. Il faut se donner le spectacle de cette lutte désespérée de
la loi impériale contre un ennemi qui la tuera.

«Que les laboureurs[164] n'invoquent aucun patronage[165], et qu'ils
soient livrés au supplice si par d'audacieuses fourberies ils
cherchent à se donner de pareils appuis. Quant à ceux qui les
accordent, ils devront payer pour chaque fonds et chaque contravention
une amende de 25 livres d'or; mais que notre fisc ne prenne que la
moitié de ce que les patrons avaient coutume de prendre en totalité.»

  [164] _Code Théodosien_, XI, tit. 24, l. 2.

  [165] Le petit propriétaire, libre de naissance et maître de sa
  terre, pour échapper au fisc, à l'impôt, aux exactions et aux
  violences de toutes espèces, achetait la protection, le patronage
  (_patrocinium_) de quelque puissant personnage, en lui donnant sa
  terre et en devenant _colon_, c'est-à-dire à peu près esclave,
  lui et sa postérité. Les grands, en devenant patrons d'un grand
  nombre de colons, se constituèrent d'immenses propriétés
  (_latifundia_) sur lesquelles ils régnaient en seigneurs presque
  indépendants. L'usage des _patrocinia_ se continua sous les
  Franks par le système de la _recommandation_. (L. D.)

«Quiconque[166] parmi les officiers, ou dans quelque classe de
citoyens que ce soit, sera convaincu d'avoir accepté un _patronage_,
qu'il soit soumis aux peines de droit. Quand aux possesseurs[167],
qu'on les contraigne, bon gré mal gré, d'obéir aux statuts impériaux
et de contribuer aux charges publiques. Que s'il se trouve des
villages qui, à raison des avantages de leur position ou du nombre de
leurs habitants, osent s'y refuser, qu'on leur inflige tel châtiment
que de droit.»

  [166] _Code Théodosien_, l. 3 (année 395).

  [167] C'est-à-dire aux propriétaires qui avaient cédé leurs
  propriétés à des patrons et en étaient devenus les colons,
  échangeant la liberté et la propriété contre une espèce
  d'esclavage et un peu de sécurité. (L. D.)

«Quiconque[168] accordera son _patronage_ aux paysans, de quelque
dignité qu'il soit, qu'il soit maître de la milice, comte, proconsul,
vicaire, préfet de la province, tribun, curiale, ou de telle autre
dignité, qu'il paye une amende de 40 livres d'or pour chaque patronage
accordé, s'il ne renonce à l'avenir à une pareille témérité. Et
non-seulement ceux qui accueilleront les paysans dans leur _clientèle_
seront frappés de l'amende en question, mais ceux qui y recourront
pour échapper à l'impôt en payeront le double.»

  [168] Année 396.

«Nous avons attaché des peines plus sévères aux lois faites par nos
prédécesseurs pour défendre les _patronages_. Ainsi, à l'avenir,
quiconque sera convaincu d'avoir accordé son patronage à des
laboureurs ou à des villageois propriétaires, qu'il soit dépouillé de
son propre bien. Quant aux laboureurs, qu'ils soient aussi dépouillés
de leurs terres[169].»

  [169] Année 399.

Toutes ces menaces furent également impuissantes, car la situation
était déjà plus forte que les hommes; la dissolution suivit son cours,
et marcha rapidement vers son terme.

    LEHUËROU, _Histoire des institutions mérovingiennes et
      carlovingiennes_, t. I, p. 136.

   Lehuërou, né en 1807, mort en 1843, était professeur à la faculté
   des lettres de Rennes. Son ouvrage a paru en 2 vol. in-8º
   (1841-43).


DE LA RACE CELTIQUE.

Avant d'amener les Allemands sur le sol de la Gaule et d'assister à ce
nouveau mélange, j'ai besoin de revenir sur tout ce qui précède,
d'évaluer jusqu'à quel point les races diverses établies sur le sol
gaulois avaient pu modifier le génie primitif de la contrée, de
chercher pour combien ces races avaient contribué dans l'ensemble,
quelle avait été la mise de chacune d'elles dans cette communauté,
d'apprécier ce qui pouvait rester d'indigène sous tant d'éléments
étrangers.

Divers systèmes ont été appliqués aux origines de la France.

Les uns nient l'influence étrangère; ils ne veulent point que la
France doive rien à la langue, à la littérature, aux lois des peuples
qui l'ont conquise. Que dis-je? s'il ne tenait qu'à eux, on
retrouverait dans nos origines les origines du genre humain. Le
Brigant et son disciple, La Tour d'Auvergne, le premier grenadier de
la république, dérivent toutes les langues du bas breton; intrépides
et patriotes critiques, il ne leur suffit pas d'affranchir la France,
ils voudraient lui conquérir le monde. Les historiens et les légistes
sont moins audacieux. Cependant l'abbé Dubos ne veut point que la
conquête de Clovis soit une conquête; Grosley affirme que notre droit
coutumier est antérieur à César.

D'autres esprits, moins chimériques peut-être, mais placés de même
dans un point de vue exclusif et systématique, cherchent tout dans la
tradition, dans les importations diverses du commerce ou de la
conquête. Pour eux notre langue française est une corruption du latin,
notre droit une dégradation du droit romain ou germanique, nos
traditions un simple écho des traditions étrangères. Ils donnent la
moitié de la France à l'Allemagne, l'autre aux Romains; elle n'a rien
à réclamer d'elle-même. Apparemment ces grands peuples celtiques dont
parle tant l'antiquité, c'était une race si abandonnée, si déshéritée
de la nature, qu'elle aura disparu sans laisser trace. Cette Gaule,
qui arma 500,000 hommes contre César, et qui paraît encore si peuplée
sous l'empire, elle a disparu tout entière, elle s'est fondue par le
mélange de quelques légions romaines, ou des bandes de Clovis. Tous
les Français du nord descendent des Allemands, quoiqu'il y ait si peu
d'allemand dans leur langue. La Gaule a péri, corps et biens, comme
l'Atlantide. Tous les Celtes ont péri, et s'il en reste, ils
n'échapperont pas aux traits de la critique moderne. Pinkerton[170] ne
les laisse pas reposer dans le tombeau; c'est un vrai Saxon, acharné
sur eux, comme l'Angleterre sur l'Irlande. Ils n'ont eu, dit-il, rien
en propre, aucun génie original... Il voudrait, dans son amusante
fureur, qu'on instituât des chaires de langue celtique «pour qu'on
apprît à se moquer des Celtes».

  [170] Géographe écossais, né en 1758, mort en 1826. L'ouvrage
  principal de Pinkerton est sa _Géographie_. Le livre auquel fait
  allusion M. Michelet est intitulé: _Recherches sur les Goths_.

Nous ne sommes plus au temps où l'on ne pouvait que choisir entre les
deux systèmes et se déclarer partisan exclusif du génie indigène ou
des influences extérieures. Des deux côtés, l'histoire et le bon sens
résistent. Il est évident que les Français ne sont plus les Gaulois;
on chercherait en vain parmi nous ces grands corps blancs et mous! ces
géants enfants qui s'amusèrent à brûler Rome[171]. D'autre part, le
génie français est profondément distinct du génie romain ou
germanique; ils sont impuissants pour l'expliquer.

  [171] Les Celtes étaient divisés en deux rameaux, les Gaulois et
  les Kymris ou Belges, et ces populations différaient entre elles
  par les caractères physiologiques, la taille, la couleur des
  cheveux et des yeux, et par les langues. Les auteurs anciens
  constatent chez les Celtes deux types différents: l'un, petit et
  aux cheveux bruns; l'autre, grand, aux cheveux blonds ou roux et
  aux yeux bleus. Les Gaels ou Gaulois semblent appartenir au
  premier, les Kymris au second, De ces deux types, c'est le
  premier qui l'a emporté dans la formation de la nation française
  et qui lui donne ses caractères les plus tranchés; mais il faut
  tenir compte aussi dans la création du type gallo-français, petit
  et brun, des influences ibériennes et de la conquête romaine.

  Si les langues celtiques attestent l'existence de deux rameaux dans
  la race, elles prouvent en même temps que les Kymris étaient Celtes
  et non pas Germains, et qu'ils avaient la plus étroite parenté avec
  les Gaels. Modifiés au point de vue de la langue, des mœurs, de la
  religion et des institutions, par la conquête romaine, et sans nul
  doute aussi par un certain mélange avec les conquérants, les peuples
  gaulois sont devenus les Gallo-Romains; c'est dans cette population
  que sont venues se fondre les peuplades germaniques qui se sont
  établies en Gaule, et qui à leur tour, et dans une certaine
  proportion, ont modifié les Gallo-Romains. (L. D.)

Nous ne prétendons pas rejeter des faits incontestables; nul doute que
notre patrie ne doive beaucoup à l'influence étrangère. Toutes les
races du monde ont contribué pour doter cette Pandore.

La base originaire, celle qui a tout reçu, tout accepté, c'est cette
jeune, molle et mobile race des Gaels, bruyante, sensuelle et légère,
prompte à apprendre, prompte à dédaigner, avide de choses nouvelles.
Voilà l'élément primitif, l'élément perfectible.

Il faut à de tels enfants des précepteurs sévères. Ils en recevront et
du Midi et du Nord. La mobilité sera fixée, la mollesse durcie et
fortifiée; il faut que la raison s'ajoute à l'instinct, à l'élan la
réflexion.

    MICHELET, _Histoire de France_, t. I, p. 126.


MŒURS DES BARBARES.

Tout ce qui se peut rencontrer de plus varié, de plus extraordinaire,
de plus féroce dans les coutumes des sauvages, s'offrit aux yeux de
Rome: elle vit d'abord successivement, et ensuite tout à la fois, dans
le cœur et dans les provinces de son empire, de petits hommes maigres
et basanés, ou des espèces de géants aux yeux verts, à la chevelure
blonde lavée dans l'eau de chaux, frottée de beurre aigre ou de
cendres de frêne; les uns nus, ornés de colliers, d'anneaux de fer, de
bracelets d'or; les autres couverts de peaux, de sayons, de larges
braies, de tuniques étroites et bigarrées; d'autres encore la tête
chargée de casques faits en guise de mufles de bêtes féroces; d'autres
encore le menton et l'occiput rasés, ou portant longues barbes et
moustaches. Ceux-ci s'escrimaient à pied avec des massues, des
maillets, des marteaux, des framées, des angons à deux crochets, des
haches à deux tranchants, des frondes, des flèches armées d'os
pointus, des filets et des lanières de cuir, de courtes et de longues
épées; ceux-là enfourchaient de hauts destriers bardés de fer ou de
laides et chétives cavales, mais rapides comme des aigles. En plaine,
ces hommes hostoyaient éparpillés, ou formés en coin, ou roulés en
masse; parmi les bois, ils montaient sur les arbres, objets de leur
culte, et combattaient portés sur les épaules et dans les bras de
leurs dieux.

Des volumes suffiraient à peine au tableau des mœurs et des usages de
tant de peuples.

Les Agathyrses, comme les Pictes, se tachetaient le corps et les
cheveux d'une couleur bleue; les gens d'une moindre espèce portaient
leurs mouchetures rares et petites; les nobles les avaient larges et
rapprochées.

Les Alains ne cultivaient point la terre; ils se nourrissaient de lait
et de la chair des troupeaux; ils erraient avec leurs chariots
d'écorce, de désert en désert. Quand leurs bêtes avaient consommé tous
les herbages, ils remettaient leurs villes sur leurs chariots, et les
allaient planter ailleurs. Le lieu où ils s'arrêtaient devenait leur
patrie. Les Alains étaient grands et beaux; ils avaient la chevelure
presque blonde, et quelque chose de terrible et de doux dans le
regard. L'esclavage était inconnu chez eux; ils sortaient tous d'une
source libre.

Les Goths, comme les Alains, de race scandinave, leur ressemblaient;
mais ils avaient moins contracté les habitudes slaves, et ils
inclinaient plus à la civilisation. Apollinaire a peint un conseil de
vieillards Goths: «Selon leur ancien usage, leurs vieillards se
réunissent au lever du soleil; sous les glaces de l'âge, ils ont le
feu de la jeunesse. On ne peut voir sans dégoût la toile qui couvre
leur corps décharné; les peaux dont ils sont vêtus leur descendent à
peine au dessous du genou. Ils portent des bottines de cuir de cheval,
qu'ils attachent par un simple nœud au milieu de la jambe, dont la
partie supérieure reste découverte.» Et pourquoi ces Goths étaient-ils
assemblés? Pour s'indigner de la prise de Rome par un Vandale, et pour
élire un empereur romain!

Le Sarrasin, ainsi que l'Alain, était nomade: monté sur son
dromadaire, vaguant dans des solitudes sans bornes, changeant à chaque
instant de terre et de ciel, sa vie n'était qu'une fuite.

Les Huns parurent effroyables aux barbares eux-mêmes: ils
considéraient avec horreur ces cavaliers au cou épais, aux joues
déchiquetées, au visage noir, aplati et sans barbe; à la tête en forme
de boule d'os et de chair, ayant dans cette tête des trous plutôt que
des yeux; ces cavaliers dont la voix était grêle et le geste sauvage.
La renommée les représentait aux Romains comme des bêtes marchant sur
deux pieds, ou comme ces effigies difformes que l'antiquité plaçait
sur les ponts. On leur donnait une origine digne de la terreur qu'ils
inspiraient: on les faisait descendre de certaines sorcières appelées
_Aliorumna_, qui, bannies de la société par le roi des Goths Félimer,
s'étaient accouplées dans les déserts avec les démons.

Différents en tout des autres hommes, les Huns n'usaient ni de feu ni
de mets apprêtés; ils se nourrissaient d'herbes sauvages et de viandes
demi-crues, couvées un moment entre leurs cuisses, ou échauffées entre
leur siége et le dos de leurs chevaux. Leurs tuniques, de toile
colorée et de peaux de rats des champs, étaient nouées autour de leur
cou; ils ne les abandonnaient que lorsqu'elles tombaient en lambeaux.
Ils enfonçaient leur tête dans des bonnets de peau arrondis, et leurs
jambes velues dans des tuyaux de cuir de chèvre. On eût dit qu'ils
étaient cloués sur leurs chevaux, petits et mal formés, mais
infatigables. Souvent ils s'y tenaient assis comme les femmes; ils y
traitaient d'affaires, délibérant, vendant, achetant, buvant,
mangeant, dormant sur le cou étroit de leur bête, s'y livrant, dans un
profond sommeil, à toutes sortes de songes.

Sans demeure fixe, sans foyer, sans loi, sans habitudes domestiques,
les Huns erraient avec les chariots qu'ils habitaient. Dans ces huttes
mobiles, les femmes façonnaient leurs vêtements, accouchaient,
allaitaient leurs nourrissons jusqu'à l'âge de puberté. Nul, chez ces
générations, ne pouvait dire d'où il venait, car il avait été conçu
loin du lieu où il était né, et élevé plus loin encore. Cette manière
de vivre dans des voitures roulantes était en usage chez beaucoup de
peuples, et notamment parmi les Franks. Majorien surprit un parti de
cette nation: «Le coteau voisin retentissait du bruit d'une noce; les
ennemis célébraient en dansant, à la manière des Scythes, l'hymen d'un
époux à la blonde chevelure. Après la défaite on trouva les
préparatifs de la fête errante, les marmites, les mets des convives,
tout le régal prisonnier et les odorantes couronnes de fleurs........
Le vainqueur enleva le chariot de la mariée[172]»

  [172] SIDOINE APOLLINAIRE, _Panégyrique de Majorien_.

Sidoine est un témoin considérable des mœurs des barbares dont il
voyait l'invasion. «Je suis, dit-il, au milieu des peuples chevelus,
obligé d'entendre le langage du Germain, d'applaudir, avec un visage
contraint, au chant du Bourguignon ivre, les cheveux graissés avec du
beurre acide....... Heureux vos yeux, heureuses vos oreilles, qui ne
les voient et ne les entendent point! heureux votre nez, qui ne
respire pas dix fois le matin l'odeur empestée de l'ail et de
l'oignon!»

Tous les barbares n'étaient pas aussi brutaux. Les Franks, mêlés
depuis longtemps aux Romains, avaient pris quelque chose de leur
propreté et de leur élégance. «Le jeune chef marchait à pied au milieu
des siens; son vêtement d'écarlate et de soie blanche était enrichi
d'or; sa chevelure et son teint avaient l'éclat de sa parure. Ses
compagnons portaient pour chaussure des peaux de bête garnies de tous
leurs poils: leurs jambes et leurs genoux étaient nus; les casaques
bigarrées de ces guerriers montaient très-haut, serraient les hanches,
et descendaient à peine au jarret; les manches de ces casaques ne
dépassaient pas le coude. Par-dessous ce premier vêtement se voyait
une saie de couleur verte bordée d'écarlate, puis une rhénone fourrée,
retenue par une agrafe[173]. Les épées de ces guerriers se
suspendaient à un étroit ceinturon, et leurs armes leur servaient
autant d'ornement que de défense: ils tenaient dans la main droite des
piques à deux crochets, ou des haches à lancer; leur bras gauche était
caché par un bouclier aux limbes d'argent et à la bosse dorée[174].»
Tels étaient nos pères.

  [173] Sorte de manteau en usage chez les peuples des bords du
  Rhin.

  [174] S. APOLLINARIUS, lib. IV, _Epist. ad Domnit._

Sidoine arrive à Bordeaux, et trouve auprès d'Euric, roi des
Visigoths, divers barbares qui subissaient le joug de la conquête.
«Ici se présente le Saxon aux yeux d'azur: ferme sur les flots, il
chancelle sur la terre. Ici l'ancien Sicambre, à l'occiput tondu, tire
en arrière, depuis qu'il est vaincu, ses cheveux renaissants sur son
cou vieilli; ici vagabonde l'Hérule aux joues verdâtres, qui laboure
le fond de l'Océan, et dispute de couleur avec les algues; ici le
Bourguignon, haut de sept pieds, mendie la paix en fléchissant le
genou[175].»

  [175] APOLLINARIUS, lib. VIII, epist. IX.

Une coutume assez générale chez tous les barbares était de boire la
cervoise (la bière), l'eau, le lait et le vin, dans le crâne des
ennemis. Étaient-ils vainqueurs, ils se livraient à mille actes de
férocité; les têtes des Romains entourèrent le camp de Varus, et les
centurions furent égorgés sur les autels de la divinité de la guerre.
Étaient-ils vaincus, ils tournaient leur fureur contre eux-mêmes. Les
compagnons de la première ligue des Cimbres que défit Marius furent
trouvés sur le champ de bataille attachés les uns aux autres; ils
avaient voulu impossibilité de reculer et nécessité de mourir. Leurs
femmes s'armèrent d'épées et de haches; hurlant, grinçant des dents de
rage et de douleur, elles frappaient et Cimbres et Romains, les
premiers comme des lâches, les seconds comme des ennemis: au fort de
la mêlée, elles saisissaient avec leurs mains nues les épées
tranchantes des légionnaires, leur arrachaient leurs boucliers, et se
faisaient massacrer. Sanglantes, échevelées, vêtues de noir, on les
vit, montées sur les chariots, tuer leurs maris, leurs frères, leurs
pères, leurs fils, étouffer leurs nouveau-nés, les jeter sous les
pieds des chevaux, et se poignarder. Une d'entre elles se pendit au
bout du timon de son chariot, après avoir attaché par la gorge deux de
ses enfants à chacun de ses pieds. Faute d'arbres pour se procurer le
même supplice, le Cimbre vaincu se passait au cou un lacs coulant,
nouait le bout de la corde de ce lacs aux jambes ou aux cornes de ses
bœufs: ce laboureur d'une espèce nouvelle, pressant l'attelage avec
l'aiguillon, ouvrait sa tombe.

On retrouvait ces mœurs terribles parmi les barbares du cinquième
siècle. Leur cri de guerre faisait palpiter le cœur du plus intrépide
Romain: les Germains poussaient ce cri sur le bord de leurs boucliers
appliqués contre leurs bouches. Le bruit de la corne des Goths était
célèbre.

Avec des ressemblances et des différences de coutumes, ces peuples se
distinguaient les uns des autres par des nuances de caractères: «Les
Goths sont fourbes, mais chastes, dit Salvien; les Allamans,
impudiques, mais sincères; les Franks, menteurs, mais hospitaliers;
les Saxons, cruels, mais ennemis des voluptés[176].» Le même auteur
fait aussi l'éloge de la pudicité des Goths, et surtout de celle des
Vandales. Les Taïfales, peuplade de la Dacie, péchaient par le vice
contraire[177].

  [176] SALVIAN., _De Gubern. Dei_, lib. VII.

  [177] AMMIEN MARCELLIN, liv. XXXI, ch. 9.

Les Huns, perfides dans les trêves, étaient dévorés de la soif de
l'or. Abandonnés à l'instinct des brutes, ils ignoraient l'honnête et
le déshonnête. Obscurs dans leur langage, libres de toute religion et
de toute superstition, aucun respect divin ne les enchaînait. Colères
et capricieux, dans un même jour ils se séparaient de leurs amis sans
qu'on eût rien dit pour les irriter, et leur revenaient sans qu'on eût
rien fait pour les adoucir[178].

  [178] AMMIEN MARCELLIN, liv. XXXI, ch. 2.

Quelques-unes de ces races étaient anthropophages. Un Sarrasin tout
velu et nu jusqu'à la ceinture, poussant un cri rauque et lugubre, se
précipite, le glaive au poing, parmi les Goths arrivés sous les murs
de Constantinople après la défaite de Valens; il colle ses lèvres au
gosier de l'ennemi qu'il avait blessé, et en suce le sang aux regards
épouvantés des spectateurs[179]. Les Scythes de l'Europe montraient ce
même instinct du furet et de la hyène: saint Jérôme[180] avait vu dans
les Gaules les Atticotes, horde bretonne, qui se nourrissaient de
chair humaine: quand ils rencontraient dans les bois des troupeaux de
porcs et d'autre bétail, ils coupaient les mamelles des bergères et
les parties les plus succulentes des pâtres, délicieux festin pour
eux. Les Alains arrachaient la tête de l'ennemi abattu, et de la peau
de son cadavre ils caparaçonnaient leurs chevaux. Les Budins et les
Gélons se faisaient aussi des vêtements et des couvertures de cheval
avec la peau des vaincus, dont ils se réservaient la tête. Ces mêmes
Gélons se découpaient les joues; un visage tailladé, des blessures qui
présentaient des écailles livides, surmontées d'une crête rouge,
étaient le suprême honneur.

  [179] _Idem_, XXXI, 16.

  [180] T. IV, p. 201, _adv. Jovin._, lib. II.

L'indépendance était tout le fond d'un barbare, comme la patrie était
tout le fond d'un Romain, selon l'expression de Bossuet. Être vaincu
ou enchaîné paraissait à ces hommes de bataille et de solitude chose
plus insupportable que la mort: rire en expirant était la marque
distinctive du héros. Saxon le Grammairien dit d'un guerrier: «Il
tomba, rit et mourut.» Il y avait un nom particulier dans les langues
germaniques pour désigner ces enthousiastes de la mort: le monde
devait être la conquête de tels hommes.

Les nations entières, dans leur âge héroïque, sont poëtes: les
barbares avaient la passion de la musique et des vers; leur muse
s'éveillait aux combats, aux festins et aux funérailles. Les Germains
exaltaient leur dieu Tuiston dans de vieux cantiques: lorsqu'ils
s'ébranlaient pour la charge, ils entonnaient en chœur le bardit; et
de la manière plus ou moins vigoureuse dont cet hymne retentissait,
ils présageaient le destin futur du combat.

Chez les Gaulois, les bardes étaient chargés de transmettre le
souvenir des choses dignes de louanges.

Jornandès raconte qu'à l'époque où il écrivait on entendait encore les
Goths répéter les vers consacrés à leur législateur. Au banquet royal
d'Attila, deux Gépides célébrèrent les exploits des anciens guerriers:
ces chansons de la gloire attablée animaient d'un attendrissement
martial le visage des convives. Les cavaliers qui exécutaient autour
du cercueil du héros tartare une espèce de tournoi funèbre,
chantaient: «C'est ici Attila, roi des Huns, engendré par son père
Mundzuch. Vainqueur des plus fières nations, il réunit sous sa
puissance la Scythie et la Germanie, ce que nul n'avait fait avant
lui. L'une et l'autre capitale de l'Empire Romain chancelaient à son
nom: apaisé par leur soumission, il se contenta de les rendre
tributaires. Attila, aimé jusqu'au bout du destin, a fini ses jours,
non par le fer de l'ennemi, non par la trahison domestique, mais sans
douleurs, au milieu de la joie. Est-il une plus douce mort que celle
qui n'appelle aucune vengeance?[181]»

  [181] Jornandès. Chap. 45.

Un manuscrit originaire de l'abbaye de Fulde, maintenant à Cassel, a
par hasard sauvé de la destruction le fragment d'un poëme teutonique
qui réunit les noms d'Hildebrand, de Théodoric, d'Hermanric, d'Odoacre
et d'Attila. Hildebrand, que son fils ne veut pas reconnaître,
s'écrie: «Quelle destinée est la mienne! J'ai erré hors de mon pays
soixante hivers et soixante étés, et maintenant il faut que mon propre
enfant m'étende mort avec sa hache, ou que je sois son meurtrier.»

L'Edda (l'aïeule), recueil de la mythologie scandinave, les Sagga ou
les traditions historiques des mêmes pays, les chants des Scaldes
rappelés par Saxon le Grammairien, ou conservés par Olaüs Wormius dans
sa _Littérature runique_, offrent une multitude d'exemples de ces
poésies. J'ai donné ailleurs[182] une imitation du poëme lyrique de
Lodbrog, guerrier scalde et pirate. «Nous avons combattu avec
l'épée......... Les aigles et les oiseaux aux pieds jaunes poussaient
des cris de joie.......... Les vierges ont pleuré longtemps.........
Les heures de la vie s'écoulent: nous sourirons quand il faudra
mourir.» Un autre chant tiré de l'Edda reproduit la même énergie et la
même férocité.

  [182] _Martyrs_, liv. VI.

    Pugnavimus ensibus. . . . . . .
    . . . . . . . . . . . . . . . .
    Vitæ elapsæ sunt horæ:
        Ridens moriar.

  On trouvera plus loin ce chant reproduit tout entier.

Hogni et Gunar, deux héros de la race des Nifflungs, sont prisonniers
d'Attila. On demande à Gunar de révéler où est le trésor des
Nifflungs, et d'acheter sa vie pour de l'or.

Le héros répond:

«Je veux tenir dans ma main le cœur d'Hogni, tiré sanglant de la
poitrine du vaillant héros, arraché avec un poignard émoussé du sein
de ce fils de roi.

«Ils arrachèrent le cœur d'un lâche qui s'appelait Hialli; ils le
posèrent tout sanglant sur un plat, et l'apportèrent à Gunar.

«Alors Gunar, ce chef du peuple, chanta: «Ici je vois le cœur
sanglant d'Hialli; il n'est pas comme le cœur d'Hogni le brave; il
tremble sur le plat où il est placé; il tremblait la moitié davantage
quand il était dans le sein du lâche.»

«Quand on arracha le cœur d'Hogni de son sein, il rit; le guerrier
vaillant ne songea pas à gémir. On posa son cœur sanglant sur un
plat, et on le porta à Gunar.

«Alors ce noble héros, de la race des Nifflungs, chanta: Ici je vois
le cœur d'Hogni le brave; il ne ressemble pas au cœur d'Hialli le
lâche; il tremble peu sur le plat où on l'a placé; il tremblait la
moitié moins quand il était dans la poitrine du brave.

«Que n'es-tu, ô Atli (Attila), aussi loin de mes yeux que tu le seras
toujours de nos trésors! En ma puissance est désormais le trésor caché
des Nifflungs; car Hogni ne vit plus.

«J'étais toujours inquiet quand nous vivions tous les deux, maintenant
je ne crains rien; je suis seul!»

Ce dernier trait est d'une tendresse sublime.

Ce caractère de la poésie héroïque primitive est le même parmi tous
les peuples barbares; il se retrouve chez l'Iroquois qui précéda la
société dans les forêts du Canada, comme chez le Grec redevenu
sauvage, qui survit à la société sur ces montagnes du Pinde, où il
n'est resté que la muse armée. «Je ne crains pas la mort, disait
l'Iroquois; je me ris des tourments. Que ne puis-je dévorer le cœur
de mes ennemis!»

«Mange, oiseau (c'est une tête qui parle à un aigle, dans l'énergique
traduction de M. Fauriel); mange, oiseau, mange ma jeunesse;
repais-toi de ma bravoure; ton aile en deviendra grande d'une aune, et
ta serre d'un empan[183].»

  [183] Chants populaires de la Grèce.

Les lois mêmes étaient du domaine de la poésie. Un homme d'un rare
talent dans l'histoire, M. Thierry, a fort ingénieusement remarqué que
les _premières lignes du prologue_ de la loi salique semblent être le
texte littéral d'une ancienne chanson; il les rend ainsi, d'un style
ferme et noble:

«La nation des Franks, illustre, ayant Dieu pour fondateur, forte sous
les armes, ferme dans les traités de paix, profonde en conseil, noble
et saine de corps, d'une blancheur et d'une beauté singulières,
hardie, agile et rude au combat, depuis peu convertie à la foi
catholique, libre d'hérésie; lorsqu'elle était encore sous une
croyance barbare, avec l'inspiration de Dieu, recherchant la clef de
la science, selon la nature de ses qualités; désirant la justice,
gardant sa pitié; la _loi salique_ fut dictée par les chefs de cette
nation, qui en ce temps commandaient chez elle.

«Vive le Christ, qui aime les Franks! Qu'il regarde leur royaume......
Cette nation est celle qui, petite en nombre, mais brave et forte,
secoua de sa tête le dur joug des Romains.»

La métaphore abondait dans les chants des scaldes: les fleuves sont la
_sueur de la terre et le sang des vallées_, les flèches sont les
_filles de l'infortune_, la hache est la _main de l'homicide_, l'herbe
est la _chevelure de la terre_, la terre est le _vaisseau qui flotte
sur les âges_, la mer est le _champ des pirates_, un vaisseau est leur
_patin_ ou le _coursier_ des flots.

Les Scandinaves avaient de plus quelques poésies mythologiques. «Les
déesses qui président aux combats, les belles Walkyries, étaient à
cheval, couvertes de leur casque et de leur bouclier. Allons,
disent-elles, poussons nos chevaux au travers de ces mondes tapissés
de verdure, qui sont la demeure des dieux.»

Les premiers préceptes moraux étaient aussi confiés en vers à la
mémoire: «L'hôte qui vient chez vous a les genoux froids, donnez-lui
du feu. Il n'y a rien de plus inutile que de trop boire de bière:
l'oiseau de l'oubli chante devant ceux qui s'enivrent, et leur dérobe
leur âme. Le gourmand mange sa mort. Quand un homme allume du feu, la
mort entre chez lui avant que ce feu soit éteint. Louez la beauté du
jour quand il sera fini. Ne vous fiez ni à la glace d'une nuit, ni au
serpent qui dort, ni au tronçon de l'épée, ni au champ nouvellement
semé.»

Enfin les barbares connaissaient aussi les chants d'amour: «Je me
battis dans ma jeunesse avec les peuples de Devonstheim, je tuai leur
jeune roi; cependant une fille de Russie me méprise.

«Je sais faire huit exercices: je me tiens ferme à cheval, je nage, je
glisse sur des patins, je lance le javelot, je manie la rame;
cependant une fille de Russie me méprise[184].»

  [184] _Les deux Edda, les Sagga_; WORM., _Litt. runic._; MALLET,
  _Hist. de Danemark_.

Plusieurs siècles après la conquête de l'empire romain, l'usage des
hymnes guerriers continua: les défaites amenaient des complaintes
latines, dont l'air est quelquefois noté dans les vieux manuscrits:
Angelbert gémit sur la bataille de Fontenay et sur la mort de Hugues,
bâtard de Charlemagne. La fureur de la poésie était telle, qu'on
trouve des vers de toutes mesures jusque dans les diplômes du
huitième, du neuvième et du dixième siècle. Un chant teutonique
conserve le souvenir d'une victoire remportée sur les Normands, l'an
881, par Louis, fils de Louis le Bègue. «J'ai connu un roi appelé le
seigneur Louis, qui servait Dieu de bon cœur, parce que Dieu le
récompensait.... Il saisit la lance et le bouclier, monta promptement
à cheval, et vola pour tirer vengeance de ses ennemis[185].» Personne
n'ignore que Charlemagne avait fait recueillir les anciennes chansons
des Germains.

  [185] _Rerum Gall. et Franc. Script._, tom. IX, pag. 99.

La chronique saxonne donne en vers le récit d'une victoire remportée
par les Anglais sur les Danois, et l'Histoire de Norvège, l'apothéose
d'un pirate du Danemark, tué avec cinq autres chefs de corsaires sur
les côtes d'Albion[186].

  [186] Voyez ces chants dans l'_Histoire de la Conquête de
  l'Angleterre par les Normands_, de M. A. Thierry, tom. I, pag.
  131 de la 3e édition.

Les nautoniers normands célébraient eux-mêmes leurs courses; un d'entre
eux disait: «Je suis né dans le haut pays de Norvège, chez des peuples
habiles à manier l'arc; mais j'ai préféré hisser ma voile, l'effroi
des laboureurs du rivage. J'ai aussi lancé ma barque parmi les
écueils, _loin du séjour des hommes_.» Et ce scalde des mers avait
raison, puisque les _Danes_ ont découvert le Vineland ou l'Amérique.

Ces rhythmes militaires se viennent terminer à la chanson de Roland,
qui fut comme le dernier chant de l'Europe barbare. «A la bataille
d'Hastings, dit admirablement le grand peintre d'histoire que je viens
de citer, un Normand appelé Taillefer poussa son cheval en avant du
front de la bataille, et entonna le chant des exploits, fameux dans
toute la Gaule, de Charlemagne et de Roland. En chantant il jouait de
son épée, la lançait en l'air avec force, et la recevait dans sa main
droite; les Normands répétaient ses refrains, ou criaient: Dieu aide!
Dieu aide!»

Wace nous a conservé le même fait dans une autre langue:

    Taillefer, qui moult bien chantoit,
    Sur un cheval qui tost alloit,
    Devant eus alloit chantant
    De Karlemagne et de Rollant,
    Et d'Olivier et des vassaux
    Qui moururent à Rainschevaux.

Cette ballade héroïque, qui se devrait retrouver dans le roman de
Roland et d'Olivier, de la bibliothèque des rois Charles V, VI et
VII[187], fut encore chantée à la bataille de Poitiers.

  [187] DU CANGE, voce _Cantilena Rollandi_; _Mém. de l'Ac. des
  Inscript._, tom. I, part. I, pag. 317; _Hist. litt. de la
  France_, tom. VII, Avertiss., pag. 73.

Les poésies nationales des barbares étaient accompagnées du son du
fifre, du tambour et de la musette. Les Scythes, dans la joie des
festins, faisaient résonner la corde de leur arc. La cithare ou la
guitare était en usage dans les Gaules, et la harpe dans l'île des
Bretons: il y avait trois choses qu'on ne pouvait saisir pour dettes
chez un homme libre du pays de Galles: son cheval, son épée et sa
harpe.

Dans quelles langues tous ces poëmes étaient-ils écrits ou chantés?
Les principales étaient la langue celtique, la langue slave, les
langues teutonique et scandinave: il est difficile de savoir à quelle
racine appartenait l'idiome des Huns. L'oreille dédaigneuse des Grecs
et des Romains n'entendait dans les entretiens des Franks et des
Tartares que des croassements de corbeaux ou des sons non articulés,
sans aucun rapport avec la voix humaine; mais quand les barbares
triomphèrent, force fut de comprendre les ordres que le maître donnait
à l'esclave. Sidoine Apollinaire félicite Syagrius de s'exprimer avec
pureté dans la langue des Germains: «Je ris, dit le littérateur
puéril, en voyant un _barbare_ craindre devant vous de faire un
_barbarisme_ dans sa langue.» Le quatrième canon du concile de Tours
ordonne que chaque évêque traduira ses sermons latins en langue romane
et tudesque. Louis le Débonnaire fit mettre la _Bible_ en vers
teutons. Nous savons, par Loup de Ferrières, que sous Charles le
Chauve on envoyait les moines de Ferrières à Pruym, pour se
familiariser avec la langue germanique. On fit connaître à la même
époque les caractères dont les Normands se servaient pour garder la
mémoire de leurs chansons; ces caractères s'appelaient _runstabath_;
ce sont des lettres runiques: on y joignit celles qu'Ethicus avait
inventées auparavant, et dont saint Jérôme avait donné les
signes......

Passons à la religion des barbares. Les historiens nous disent que les
Huns n'en avaient aucune: nous voyons seulement qu'ils croyaient,
comme les Turcs, à une certaine fatalité. Les Alains, comme les
peuples d'origine celtique, révéraient une épée nue fichée en terre.
Les Gaulois avaient leur terrible _Dis_, père de la Nuit, auquel ils
immolaient des vieillards sur le _dolmen_, ou la pierre druidique; les
Germains adoraient la secrète horreur des forêts. Autant la religion
de ceux-ci était simple, autant celle des Scandinaves était
compliquée.

Le géant Ymer fut tué par les trois fils de Bore: Odin, Vil et Ve. La
chair de Ymer forma la terre, son sang la mer, son crâne le ciel. Le
Soleil ne savait pas alors où était son palais; la Lune ignorait ses
forces; et les étoiles ne connaissaient point la place qu'elles
devaient occuper.

Un autre géant, appelé Norv, fut le père de la Nuit. La Nuit, mariée à
un enfant de la famille des dieux, enfanta le Jour. Le Jour et la Nuit
furent placés dans le ciel, sur deux chars conduits par deux chevaux;
Hrim-Fax (crinière gelée) conduit la Nuit: les gouttes de ses sueurs
font la rosée; Skin-Fax (crinière lumineuse) mène le Jour. Sous chaque
cheval se trouve une outre pleine d'air: c'est ce qui produit la
fraîcheur du matin.

Un chemin ou un pont conduit de la terre au firmament: il est de trois
couleurs, et s'appelle l'arc-en-ciel. Il sera rompu quand les mauvais
génies, après avoir traversé les fleuves des enfers, passeront à
cheval sur ce pont.

La cité des dieux est placée sous le chêne Ygg-Drasill, qui ombrage le
monde. Plusieurs villes existent dans le ciel.

Le dieu Thor est fils aîné d'Odin; Tyr est la divinité des victoires.
Heindall aux dents d'or a été engendré par neuf vierges. Loke est
l'artisan des tromperies. Le loup Fenris est fils de Loke; enchaîné
avec difficulté par les dieux, il sort de sa bouche une écume qui
devient la source du fleuve Vam (les vices).

Frigga est la principale des déesses guerrières, qui sont au nombre de
douze; elles se nomment Walkyries: Gadur, Rosta et Skulda (l'avenir),
la plus jeune des douze fées, vont tous les jours à cheval choisir les
morts[188].

  [188] _Edda._--Voyez aussi Mallet, _Introd. à l'histoire de
  Danemark_, et les _Monuments de la Mythologie des anciens
  Scandinaves_ pour servir de preuve à cette introduction, par le
  même auteur, in-4º; Copenhague, 1766.

Il y a dans le ciel un grande salle, le Valhalla, où les braves sont
reçus après leur vie. Cette salle a cinq cent quarante portes; par
chacune de ces portes sortent huit cents guerriers morts pour se
battre contre le loup. Ces vaillants squelettes s'amusent à se briser
les os, et viennent ensuite dîner ensemble: ils boivent le lait de la
chèvre Heidruna, qui broute les feuilles de l'arbre Lœrada. Ce lait
est de l'hydromel: on en remplit tous les jours une cruche assez large
pour enivrer les héros décédés. Le monde finira par un embrasement.

Des magiciens ou des fées, des prophétesses, des dieux défigurés
empruntés de la mythologie grecque, se retrouvaient dans le culte de
certains barbares. Le surnaturel est le naturel même de l'esprit de
l'homme: est-il rien de plus étonnant que de voir des Esquimaux
assemblés autour d'un _sorcier_ sur leur mer solide, à l'entrée même
de ce passage si longtemps cherché[189], qu'une éternelle barrière de
glace fermait au vaisseau de l'intrépide capitaine Parry?

  [189] Second voyage du capitaine Parry pour découvrir le passage
  au nord-ouest de l'Amérique.

De la religion des barbares descendons à leurs gouvernements.

Ces gouvernements paraissent avoir été en général des espèces de
républiques militaires, dont les chefs étaient électifs, ou
passagèrement héréditaires, par l'effet de la tendresse, de la gloire,
ou de la tyrannie paternelle. Toute l'antiquité européenne du
paganisme et de la barbarie n'a connu que la souveraineté élective: la
souveraineté héréditaire fut l'ouvrage du christianisme; souveraineté
même qui ne s'établit qu'au moyen d'une sorte de surprise, laissant
dormir le droit à côté du fait.

La société naturelle présente les variétés de gouvernement de la
société civilisée: le despotisme, la monarchie absolue, la monarchie
tempérée, la république aristocratique ou démocratique. Souvent même
les nations sauvages ont imaginé des formes politiques d'une
complication et d'une finesse prodigieuses, comme le prouvait le
gouvernement des Hurons. Quelques tribus germaniques, par l'élection
du roi et du chef de guerre, créaient deux autorités souveraines
indépendantes l'une de l'autre: combinaison extraordinaire.

Les peuples sortis de l'orient de l'Asie différaient en constitutions
des peuples venus du nord de l'Europe: la cour d'Attila offrait le
spectacle du sérail de Stamboul ou des palais de Pékin, mais avec une
différence notable; les femmes paraissaient publiquement chez les
Huns; Maximin fut présenté à Cerca, principale reine ou sultane
favorite d'Attila: elle était couchée sur un divan; ses suivantes
brodaient assises en rond sur les tapis qui couvraient le plancher. La
veuve de Bléda avait envoyé en présents aux ambassadeurs de belles
esclaves.

Les barbares, qui en raison de quelques usages particuliers
ressemblaient aux sauvages que j'ai vus au Nouveau Monde, différaient
d'eux essentiellement sous d'autres rapports. Une centaine de Hurons,
dont le chef tout nu portait un chapeau brodé à trois cornes,
servaient autrefois le gouverneur français du Canada: les pourrait-on
comparer à ces troupes de race slave ou germanique auxiliaires des
troupes romaines? Les Iroquois au temps de leur plus grande prospérité
n'armaient pas plus de dix mille guerriers: les seuls Goths mettaient,
comme un excédant de leur conscription militaire, un corps de
cinquante mille hommes à la solde des empereurs; dans le quatrième et
dans le cinquième siècle, les légions entières étaient composées de
barbares. Attila réunissait sous ses drapeaux sept cent mille
combattants, ce qu'à peine serait en état de fournir aujourd'hui la
nation la plus populeuse de l'Europe. On voit aussi dans les charges
du palais et de l'empire, des Franks, des Goths, des Suèves, des
Vandales: nourrir, vêtir, équiper tant d'hommes, est le fait d'une
société déjà poussée loin dans les arts industriels; prendre part aux
affaires de la civilisation grecque et romaine suppose un
développement considérable de l'intelligence. La bizarrerie des
coutumes et des mœurs n'infirme pas cette assertion: l'état politique
peut être très-avancé chez un peuple, et les individus de ce peuple
conserver les habitudes de l'état de nature.

L'esclavage était connu chez toutes ces hordes ameutées contre le
Capitole. Cet affreux droit, émané de la conquête, est pourtant le
premier pas de la civilisation: l'homme entièrement sauvage tue et
mange ses prisonniers: ce n'est qu'en prenant une idée de l'ordre
social qu'il leur laisse la vie, afin de les employer à ses travaux.

La noblesse était connue des barbares comme l'esclavage: c'est pour
avoir confondu l'espèce d'égalité militaire qui naît de la fraternité
d'armes, avec l'égalité des rangs, que l'on a pu douter d'un fait
avéré. L'histoire prouve invinciblement que différentes classes
sociales existaient dans les deux grandes divisions du sang Scandinave
et caucasien. Les Goths avaient leurs Ases ou demi-dieux: deux
familles dominaient toutes les autres, les Amaliet les Baltes.

Le droit d'aînesse était ignoré de la plupart des barbares; ce fut
avec beaucoup de peine que la loi canonique parvint à le leur faire
adopter. Non-seulement le partage égal subsistait chez eux, mais
quelquefois le dernier né d'entre les enfants, étant réputé le plus
faible, obtenait un avantage dans la succession.

«Lorsque les frères ont partagé le bien de leur père, dit la loi
gallique, le plus jeune a la meilleure maison, les instruments de
labourage, la chaudière de son père, son couteau et sa cognée.» Loin
que l'esprit de ce qu'on appelle la _loi salique_ fût en vigueur dans
la véritable loi salique, la ligne maternelle était appelée avant la
ligne paternelle dans les héritages et les affaires résultant d'iceux.
On va bientôt en voir un exemple à propos de la peine d'homicide.

Le gouvernement suivait la règle de la famille; un roi en mourant
partageait sa succession entre ses enfants, sauf le consentement ou la
ratification populaire: la loi politique n'était dans sa simplicité
que la loi domestique.

Chez plusieurs tribus germaniques la possession était annale;
propriétaire de ce qu'on avait cultivé, le fonds, après la moisson,
retournait à la communauté. Les Gaulois étendaient le pouvoir paternel
jusque sur la vie de l'enfant: les Germains ne disposaient que de sa
liberté. Au pays de Galles, le pencénedit, ou chef du clan, gouvernait
toutes les familles.

Les lois des barbares, en les séparant de ce que le christianisme et
le code romain y ont introduit, se réduisent à des lois pénales pour
la défense des personnes et des choses. La loi salique s'occupe du vol
des porcs, des bestiaux, des brebis, des chèvres et des chiens, depuis
le cochon de lait jusqu'à la truie qui marche à la tête d'un troupeau,
depuis le veau de lait jusqu'au taureau, depuis l'agneau de lait
jusqu'au mouton, depuis le chevreau jusqu'au bouc, depuis le chien
conducteur de meutes jusqu'au chien de berger. La loi gallique défend
de jeter une pierre au bœuf attaché à la charrue et de lui trop
serrer le joug.

Le cheval est particulièrement protégé: celui qui a monté un cheval ou
une jument sans la permission du maître est mis à l'amende de quinze
ou de trente sous d'or. Le vol du cheval de guerre d'un Frank, d'un
cheval hongre, d'un cheval entier et de ses cavales, entraîne un forte
composition[190]. La chasse et la pêche ont leurs garants: il y a
rétribution pour une tourterelle ou un petit oiseau dérobé aux lacs où
ils s'étaient pris, pour un faucon happé sur un arbre, pour le meurtre
d'un cerf privé qui servait à embaucher les cerfs sauvages, pour
l'enlèvement d'un sanglier forcé par un autre chasseur, pour le
déterrement du gibier ou du poisson cachés, pour le larcin d'une
barque ou d'un filet à anguilles. Toutes les espèces d'arbres sont
mises à l'abri par des dispositions spéciales: veiller à la vie des
forêts[191], c'était faire des lois pour la patrie.

  [190] _Lex Salic._, tit. XXV.--_Lex Rip._, tit. XLII.

  [191] _Lex Salic._, tit. VIII.--_Lex Rip._, tit. LXVIII.

L'association militaire, ou la responsabilité de la tribu et la
solidarité de la famille, se retrouvent dans l'institution des
cojurants ou compurgateurs: qu'un homme soit accusé d'un délit ou d'un
crime, il peut, selon la loi allemande et plusieurs autres, échapper
à la pénalité, s'il trouve un certain nombre de ses _pairs_ pour jurer
avec lui qu'il est innocent. Si l'accusé était une femme, les
compurgateurs devaient être femmes[192].

Le courage étant la première qualité du barbare, toute injure qui en
suppose le défaut est punie: ainsi, appeler un homme LEPUS, _lièvre_;
ou CONCACATUS, _embrené_, amène une composition de trois ou de six
sous d'or[193]; même tarif pour le reproche fait à un guerrier d'avoir
jeté son bouclier en présence de l'ennemi.

  [192] _Leg. Wall._

  [193] _Lex Salic._, tit. XXXII.

La barbarie se montre tout entière dans la législation des blessures;
la loi saxonne est la plus détaillée à cet égard: quatre dents cassées
au-devant de la bouche ne valent que six schillings; mais une seule
dent cassée auprès de ces quatre dents doit être payée quatre
schillings; l'ongle du pouce est estimé trois schillings, et une des
membranes du nez le même prix[194].

  [194] _Lex Anglo-Saxonic._, pag. 7.

La loi ripuaire s'exprime plus noblement: elle demande trente-six sous
d'or pour la mutilation du doigt qui sert à décocher les flèches[195]:
elle veut qu'un ingénu paye dix-huit sous d'or pour la blessure d'un
autre ingénu dont le sang aura coulé jusqu'à terre[196]. Une blessure
à la tête, ou ailleurs, sera compensée par trente-six sous d'or s'il
est sorti de cette blessure un os d'une grosseur telle qu'il rende un
son en étant jeté sur un bouclier placé à douze pieds de
distance[197]. L'animal domestique qui tue un homme est donné aux
parents du mort avec une composition; il en est ainsi de la pièce de
bois tombée sur un passant. Les Hébreux avaient des règlements
semblables.

  [195] _Lex Ripuar._, tit. V, art. XII.

  [196] _Lex Ripuar._, tit. II, art. XII.

  [197] _Ibid._, tit. LXX, art. I.

Et néanmoins ces lois, si violentes dans les choses qu'elles peignent,
sont beaucoup plus douces en réalité que nos lois: la peine de mort
n'est prononcée que cinq fois dans la loi salique, et six fois dans la
loi ripuaire; et, chose infiniment remarquable, ce n'est jamais, un
seul cas excepté, pour châtiment du meurtre: l'homicide n'entraîne
point la peine capitale, tandis que le rapt, la prévarication, le
renversement d'une charte, sont punis du dernier supplice; encore pour
tous ces crimes ou délits, y a-t-il la ressource des cojurants.

La procédure relative au seul cas de mort en réparation d'homicide est
un tableau de mœurs. Quiconque a tué un homme, et n'a pas de quoi
payer la composition, doit présenter douze cojurants, lesquels
déclarent que le délinquant n'a rien, ni dans la terre, ni hors la
terre, au delà de ce qu'il offre pour la composition. Ensuite l'accusé
entre chez lui, et prend de la terre aux quatre coins de sa maison; il
revient à la porte, se tient debout sur le seuil, le visage tourné
vers l'intérieur du logis; de la main gauche, il jette la terre
par-dessus ses épaules sur son plus proche parent. Si son père, sa
mère et ses frères ont fait l'abandon de tout ce qu'ils avaient, il
lance la terre sur la sœur de sa mère ou sur les fils de cette sœur,
ou sur les trois plus proches parents de la ligne maternelle[198].
Cela fait, déchaussé et en chemise, il saute à l'aide d'une perche
par-dessus la haie dont sa maison est entourée: alors les trois
parents de la ligne maternelle se trouvent chargés d'acquitter ce qui
manque à la composition. Au défaut de parents maternels, les parents
paternels sont appelés. Le parent pauvre qui ne peut payer jette à
son tour la terre recueillie aux quatre coins de la maison, sur un
parent plus riche. Si ce parent ne peut achever le montant de la
composition, le demandeur oblige le défendeur meurtrier à comparaître
à quatre audiences successives; et enfin, si aucun des parents de ce
dernier ne le veut rédimer, il est mis à mort: _de vita componat_.

  [198] Voilà l'exemple de la préférence dans la ligne maternelle.

De ces précautions multipliées pour sauver les jours d'un coupable, il
résulte que les barbares traitaient la loi en tyrans, et se
prémunissaient contre elle: ne faisant aucun cas de leur vie ni de
celle des autres, ils regardaient comme un droit naturel de tuer ou
d'être tués. Un roi même, dans la loi des Saxons, pouvait être occis;
on en était quitte pour payer sept cent vingt livres pesant d'argent.
Le Germain ne concevait pas qu'un être abstrait, qu'une loi pût verser
son sang. Ainsi, dans la société commençante, l'instinct de l'homme
repoussait la peine de mort, comme dans la société achevée la raison
de l'homme l'abolira: cette peine n'aura donc été établie qu'entre
l'état purement sauvage et l'état complet de civilisation, alors que
la société n'avait plus l'indépendance du premier état et n'avait pas
encore la perfection du second.

SUITE DES MŒURS DES BARBARES.

Les conducteurs des nations barbares avaient quelque chose
d'extraordinaire comme elles. Au milieu de l'ébranlement social,
Attila semblait né pour l'effroi du monde; il s'attachait à sa
destinée je ne sais quelle terreur, et le vulgaire se faisait de lui
une opinion formidable. Sa démarche était superbe; sa puissance
apparaissait dans les mouvements de son corps et dans le roulement de
ses regards. Amateur de la guerre, mais sachant contenir son ardeur,
il était sage au conseil, exorable aux suppliants, propice à ceux dont
il avait reçu la foi. Sa courte stature, sa large poitrine, sa tête
plus large encore, ses petits yeux, sa barbe rare, ses cheveux
grisonnants, son nez camus, son teint basané, annonçaient son origine.

Sa capitale était un camp ou grande bergerie de bois, dans les pacages
du Danube: les rois qu'il avait soumis veillaient tour à tour à la
porte de sa baraque; ses femmes habitaient d'autres loges autour de
lui. Couvrant sa table de plats de bois et de mets grossiers, il
laissait les vases d'or et d'argent, trophée de la victoire et
chefs-d'œuvre des arts de la Grèce, aux mains de ses compagnons.
C'est là qu'assis sur une escabelle, le Tartare recevait les
ambassadeurs de Rome et de Constantinople. A ses côtés siégeaient non
les ambassadeurs, mais des barbares inconnus, ses généraux et
capitaines: il buvait à leur santé, finissant, dans la munificence du
vin, par accorder grâce aux maîtres du monde. Lorsque Attila
s'achemina vers la Gaule, il menait une meute de prince tributaires,
qui attendaient avec crainte et tremblement un signe du commandeur des
monarques pour exécuter ce qui leur serait ordonné.

Peuples et chefs remplissaient une mission qu'ils ne se pouvaient
eux-mêmes expliquer: ils abordaient de tous côtés aux rivages de la
désolation, les uns à pied, les autres à cheval ou en chariots, les
autres traînés par des cerfs ou des rennes, ceux-ci portés sur des
chameaux, ceux-là flottant sur des boucliers ou sur des barques de
cuir et d'écorce. Navigateurs intrépides parmi les glaces du Nord et
les tempêtes du Midi, ils semblaient avoir vu le fond de l'Océan à
découvert. Les Vandales qui passèrent en Afrique avouaient céder
moins à leur volonté qu'à une impulsion irrésistible.

Ces conscrits du Dieu des armées n'étaient que les aveugles exécuteurs
d'un dessein éternel: de là cette fureur de détruire, cette soif de
sang qu'ils ne pouvaient éteindre, de là cette combinaison de toutes
choses pour leurs succès, bassesse des hommes, absence de courage, de
vertu, de talents, de génie. Genséric était un prince sombre, sujet
aux accès d'une noire mélancolie; au milieu du bouleversement du
monde, il paraissait grand parce qu'il était monté sur des débris.
Dans une de ces expéditions maritimes, tout était prêt, lui-même
embarqué: où allait-il? il ne le savait pas. «Maître, lui dit le
pilote, à quels peuples veux-tu porter la guerre?--A ceux-là, répond
le vieux Vandale, contre qui Dieu est irrité.»

Alaric marchait vers Rome: un ermite barre le chemin au conquérant; il
l'avertit que le ciel venge les malheurs de la terre: «Je ne puis
m'arrêter, dit Alaric; quelqu'un me presse et me pousse à saccager
Rome.» Trois fois il assiège la ville éternelle avant de s'en emparer:
Jean et Brazilius, qu'on lui députe lors du premier siége pour
l'engager à se retirer, lui représentent que, s'il persiste dans son
entreprise, il lui faudra combattre une multitude au désespoir.
«L'herbe serrée, repart l'abatteur d'hommes, se fauche mieux.»
Néanmoins il se laisse fléchir, et se contente d'exiger des suppliants
tout l'or, tout l'argent, tous les ameublements de prix, tous les
esclaves d'origine barbare: «Roi, s'écrient les envoyés du sénat, que
restera-t-il donc aux Romains?--La vie.»

Je vous ai déjà dit ailleurs qu'on dépouilla les images des dieux, et
que l'on fondit les statues d'or du Courage et de la Vertu. Alaric
reçut cinq mille livres pesant d'or, trente mille pesant d'argent,
quatre mille tuniques de soie, trois mille peaux teintes en écarlate,
et trois mille livres de poivre. C'était avec du fer que Camille avait
racheté des Gaulois les anciens Romains.

Ataulphe, successeur d'Alaric, disait: «J'ai eu la passion d'effacer
le nom romain de la terre, et de substituer à l'empire des Césars
l'empire des Goths, sous le nom de Gothie. L'expérience m'ayant
démontré l'impossibilité où sont mes compatriotes de supporter le joug
des lois, j'ai changé de résolution: alors j'ai voulu devenir le
restaurateur de l'empire romain, au lieu d'en être le destructeur.»
C'est un prêtre nommé Jérôme qui raconte en 416, dans sa grotte de
Bethléem, à un prêtre nommé Orose cette nouvelle du monde: autre
merveille.

Une biche ouvre le chemin aux Huns à travers les Palus-Méotides, et
disparaît. La génisse d'un pâtre se blesse au pied dans un pâturage;
ce pâtre découvre une épée cachée sous l'herbe; il la porte au prince
tartare: Attila saisit le glaive, et sur cette épée, qu'il appelle
l'épée de Mars, il jure ses droits à la domination du monde. Il
disait: «L'étoile tombe, la terre tremble; je suis le marteau de
l'univers». Il mit lui-même parmi ses titres le nom de _Fléau de
Dieu_, que lui donnait la terre[199].

  [199] _Rerum Hungararum Scriptores varii_; Francofurti, 1660.

C'était cet homme que la vanité des Romains traitait de _général au
service de l'empire_; le tribut qu'ils lui payaient était à leurs yeux
ses _appointements_: ils en usaient de même avec les chefs des Goths
et des Burgondes. Le Hun disait à ce propos: «Les généraux des
empereurs sont des valets; les généraux d'Attila, des empereurs.»

Il vit à Milan un tableau où des Goths et des Huns étaient représentés
prosternés devant les empereurs; il commanda de le peindre, lui
Attila, assis sur un trône, et les empereurs portant sur leurs épaules
des sacs d'or qu'ils répandaient à ses pieds.

«Croyez-vous, demandait-il aux ambassadeurs de Théodose II, qu'il
puisse exister une forteresse ou une ville s'il me plaît de la faire
disparaître du sol?»

Après avoir tué son frère Bléda, il envoya deux Goths, l'un à
Théodose, l'autre à Valentinien, porter ce message: «Attila, mon
maître et le vôtre, vous ordonne de lui préparer un palais.»

«L'herbe ne croît plus, disait encore cet exterminateur, partout où le
cheval d'Attila a passé.»

L'instinct d'une vie mystérieuse poursuivait jusque dans la mort ces
mandataires de la Providence. Alaric ne survécut que peu de temps à
son triomphe: les Goths détournèrent les eaux du Busentum, près
Cozence; ils creusèrent une fosse au milieu de son lit desséché; ils y
déposèrent le corps de leur chef, avec une grande quantité d'argent et
d'étoffes précieuses; puis ils remirent le Busentum dans son lit, et
un courant rapide passa sur le tombeau d'un conquérant. Les esclaves
employés à cet ouvrage furent égorgés, afin qu'aucun témoin ne pût
dire où reposait celui qui avait pris Rome, comme si l'on eût craint
que ses cendres ne fussent recherchées pour cette gloire ou pour ce
crime.

Attila expiré, est d'abord exposé dans son camp, entre deux longs
rangs de tentes de soie. Les Huns s'arrachent les cheveux et se
découpent les joues pour pleurer Attila, non avec des larmes de femme,
mais avec du sang d'homme. Des cavaliers tournent autour du catafalque
en chantant les louanges du héros. Cette cérémonie achevée, on dresse
une table sur le tombeau préparé, et les assistants s'asseyent à un
festin mêlé de joie et de douleur. Après le festin, le cadavre est
confié à la terre dans le secret de la nuit; il était enfermé en un
triple cercueil d'or, d'argent et de fer. On met avec le cercueil des
armes enlevées aux ennemis, des carquois enrichis de pierreries, des
ornements militaires et des drapeaux. Pour dérober à jamais aux hommes
la connaissance de ces richesses, les ensevelisseurs sont jetés avec
l'enseveli.

Au rapport de Priscus, la nuit même où le Tartare mourut, l'empereur
Marcien vit en songe, à Constantinople, l'arc rompu d'Attila. Ce même
Attila, après sa défaite par Aétius, avait formé le projet de se
brûler vivant sur un bûcher composé des selles et des harnais de ses
chevaux, pour que personne ne pût se vanter d'avoir pris ou tué le
maître de tant de victoires; il eût disparu dans les flammes comme
Alaric dans un torrent; images de la grandeur et des ruines dont ils
avaient rempli leur vie et couvert la terre.

Les fils d'Attila, qui formaient à eux seuls un peuple, se divisèrent.
Les nations que cet homme avait réunies sous son glaive se donnèrent
rendez-vous dans la Pannonie, au bord du fleuve Netad, pour
s'affranchir et se déchirer. Une multitude de soldats sans chef, le
Goth frappant de l'épée, le Gépide balançant le javelot, le Hun jetant
la flèche, le Suève à pied, l'Alain et l'Hérule, l'un pesamment,
l'autre légèrement armés, se massacrèrent à l'envi: trente mille Huns
restèrent sur la place, sans compter leurs alliés et leurs ennemis.
Ellac, fils chéri d'Attila, fut tué de la main d'Aric, chef des
Gépides. L'héritage du monde qu'avait laissé le roi des Huns n'avait
rien de réel; ce n'était qu'une sorte de fiction ou d'enchantement
produit par son épée: le talisman de la gloire brisé, tout s'évanouit.
Les peuples passèrent avec le tourbillon qui les avait apportés. Le
règne d'Attila ne fut qu'une invasion.

L'imagination populaire, fortement ébranlée par des scènes répétées de
carnage, avait inventé une histoire qui semble être l'allégorie de
toutes ces fureurs et de toutes ces exterminations. Dans un fragment
de Damascius, on lit qu'Attila livra une bataille aux Romains, aux
portes de Rome: tout périt des deux côtés, excepté les généraux et
quelques soldats. Quand les corps furent tombés, les âmes restèrent
debout, et continuèrent l'action pendant trois jours et trois nuits:
ces guerriers ne combattirent pas avec moins d'ardeur morts que
vivants.

Mais si d'un côté les barbares étaient poussés à détruire, d'un autre
ils étaient retenus: le monde ancien, qui touchait à sa perte, ne
devait pas entièrement disparaître dans la partie où commençait la
société nouvelle. Quand Alaric eut pris la ville éternelle, il assigna
l'église de Saint-Paul et celle de Saint-Pierre pour retraite à ceux
qui s'y voudraient renfermer. Sur quoi saint Augustin fait cette belle
remarque: Que si le fondateur de Rome avait ouvert dans sa ville
naissante un asile, le Christ y en établit un autre, plus glorieux que
celui de Romulus.

Dans les horreurs d'une cité mise à sac, dans une capitale tombée pour
la première fois et pour jamais du rang de dominatrice et de maîtresse
de la terre, on vit des soldats (et quels soldats!) protéger la
translation des trésors de l'autel. Les vases sacrés étaient portés un
à un et à découvert; des deux côtés marchaient des Goths l'épée à la
main; les Romains et les barbares chantaient ensemble des hymnes à la
louange du Christ.

Ce qui fut épargné par Alaric n'aurait point échappé à la main
d'Attila: il marchait à Rome; saint Léon vient au-devant de lui; le
fléau de Dieu est arrêté par le prêtre de Dieu, et le prodige des arts
a fait vivre le miracle de l'histoire dans le nouveau Capitole, qui
tombe à son tour.

Devenus chrétiens, les barbares mêlaient à leur rudesse les austérités
de l'anachorète: Théodoric, avant d'attaquer le camp de Litorius,
passa la nuit vêtu d'une haire, et ne la quitta que pour reprendre le
sayon de peau.

Si les Romains l'emportaient sur leurs vainqueurs par la civilisation,
ceux-ci leur étaient supérieurs en vertus. «Lorsque nous voulons
insulter un ennemi, dit Luitprand, nous l'appelons _Romain_: ce nom
signifie bassesse, lâcheté, avarice, débauche, mensonge; il renferme
seul tous les vices.» Les barbares rejetaient l'étude des lettres,
disant: «L'enfant qui tremble sous la verge ne pourra regarder une
épée sans trembler.» Dans la loi salique, le meurtre d'un Frank est
estimé deux cents sous d'or; celui d'un Romain propriétaire, cent
sous, la moitié d'un homme.

Dignités, âge, profession, religion, n'arrêtèrent point les fureurs de
la débauche, au milieu des provinces en flammes; on ne se pouvait
arracher aux jeux du cirque et du théâtre: Rome est saccagée, et les
Romains fugitifs viennent étaler leur dépravation aux yeux de
Carthage, encore romaine pour quelques jours. Quatre fois Trèves est
envahie, et le reste de ses citoyens s'assied, au milieu du sang et
des ruines, sur les gradins déserts de son amphithéâtre.

«Fugitifs de la ville de Trèves, s'écrie Salvien, vous vous adressez
aux empereurs afin d'obtenir la permission de rouvrir le théâtre et le
cirque: mais où est la ville, où est le peuple pour qui vous présentez
cette requête?»

Cologne succombe au moment d'une orgie générale; les principaux
citoyens n'étaient pas en état de sortir de table, lorsque l'ennemi,
maître des remparts, se précipitait dans la ville...

Souvenez-vous, pour ne pas perdre de vue le train du monde, qu'à cette
époque Rutilius mettait en vers son voyage de Rome en Étrurie, comme
Horace, aux beaux jours d'Auguste, son voyage de Rome à Brindes; que
Sidoine Apollinaire chantait ses délicieux jardins, dans l'Auvergne
envahie par les Visigoths; que les disciples d'Hypatia ne respiraient
que pour elle, dans les douces relations de la science et de l'amour;
que Damascius, à Athènes, attachait plus d'importance à quelque
rêverie philosophique qu'au bouleversement de la terre; qu'Orose et
saint Augustin étaient plus occupés du schisme de Pélage que de la
désolation de l'Afrique et des Gaules; que les eunuques du palais se
disputaient des places qu'ils ne devaient posséder qu'une heure;
qu'enfin il y avait des historiens qui fouillaient comme moi les
archives du passé au milieu des ruines du présent, qui écrivaient les
annales des anciennes révolutions au bruit des révolutions nouvelles;
eux et moi prenant pour table, dans l'édifice croulant, la pierre
tombée à nos pieds, en attendant celle qui devait écraser nos têtes.

On ne se peut faire aujourd'hui qu'une faible idée du spectacle que
présentait le monde romain après les incursions des barbares: le tiers
(peut-être la moitié) de la population de l'Europe et d'une partie de
l'Afrique et de l'Asie fut moissonné par la guerre, la peste et la
famine.

La réunion des tribus germaniques, pendant le règne de Marc-Aurèle,
laissa sur les bords du Danube des traces bientôt effacées; mais
lorsque les Goths parurent au temps de Philippe et de Dèce, la
désolation s'étendit et dura. Valérien et Gallien occupaient la
pourpre quand les Franks et les Allamans ravagèrent les Gaules et
passèrent jusqu'en Espagne.

Dans leur première expédition navale, les Goths saccagèrent le Pont;
dans la seconde, ils retombèrent sur l'Asie Mineure; dans la
troisième, la Grèce fut mise en cendres. Ces invasions amenèrent une
famine et une peste qui dura quinze ans; cette peste parcourut toute
les provinces et toutes les villes: cinq mille personnes mouraient
dans un seul jour. On reconnut, par le registre des citoyens qui
recevaient une rétribution de blé à Alexandrie, que cette cité avait
perdu la moitié de ses habitants.

Une invasion de trois cent vingt mille Goths, sous le règne de Claude,
couvrit la Grèce; en Italie, du temps de Probus, d'autres barbares
multiplièrent les mêmes malheurs. Quand Julien passa en Gaule,
quarante-cinq cités venaient d'être détruites par les Allamans: les
habitants avaient abandonné les villes ouvertes, et ne cultivaient
plus que les terres encloses dans les murs des villes fortifiées. L'an
412, les barbares parcoururent les dix-sept provinces des Gaules,
chassant devant eux, comme un troupeau, sénateurs et matrones, maîtres
et esclaves, hommes et femmes, filles et garçons. Un captif qui
cheminait à pied au milieu des chariots et des armes n'avait d'autre
consolation que d'être auprès de son évêque, comme lui prisonnier:
poëte et chrétien, ce captif prenait pour sujet de ses chants les
malheurs dont il était témoin et victime. «Quand l'Océan aurait inondé
les Gaules, il n'y aurait point fait de si horribles dégâts que cette
guerre. Si l'on nous a pris nos bestiaux, nos fruits et nos grains; si
l'on a détruit nos vignes et nos oliviers; si nos maisons à la
campagne ont été ruinées par le feu ou par l'eau, et si (ce qui est
encore plus triste à voir) le peu qui en reste demeure désert et
abandonné, tout cela n'est que la moindre partie de nos maux. Mais,
hélas! depuis dix ans les Goths et les Vandales font de nous une
horrible boucherie. Les châteaux bâtis sur les rochers, les bourgades
situées sur les plus hautes montagnes, les villes environnées de
rivières, n'ont pu garantir les habitants de la fureur de ces
barbares, et l'on a été partout exposé aux dernières extrémités. Si je
ne puis me plaindre du carnage que l'on a fait sans discernement, soit
de tant de peuples, soit de tant de personnes considérables par leur
rang, qui peuvent n'avoir reçu que la juste punition des crimes qu'ils
avaient commis, ne puis-je au moins demander ce qu'ont fait tant de
jeunes enfants enveloppés dans le même carnage, eux dont l'âge était
incapable de pécher? Pourquoi Dieu a-t-il laissé consumer ses
temples[200]?»

  [200] _De Provid. div._, trad. de TILLEMONT, _Hist. des Emp._

L'invasion d'Attila couronna ces destructions; il n'y eut que deux
villes de sauvées au nord de la Loire, Troyes et Paris. A Metz, les
Huns égorgèrent tout, jusqu'aux enfants que l'évêque s'était hâté de
baptiser; la ville fut livrée aux flammes: longtemps après, on ne
reconnaissait la place où elle avait été qu'à un oratoire échappé seul
à l'incendie. Salvien avait vu des cités remplies de corps morts: des
chiens et des oiseaux de proie, gorgés de la viande infecte des
cadavres, étaient les seuls êtres vivants dans ces charniers.

Les Thuringes qui servaient dans l'armée d'Attila exercèrent, en se
retirant à travers le pays des Franks, des cruautés inouïes, que
Théodoric, fils de Khlovigh, rappelait quatre-vingts ans après, pour
exciter les Franks à la vengeance. «Se ruant sur nos pères, ils leur
ravirent tout. Ils suspendirent leurs enfants aux arbres, par le nerf
de la cuisse. Ils firent mourir plus de deux cents jeunes filles
d'une mort cruelle: les unes furent attachées par les bras au cou des
chevaux, qui, pressés d'un aiguillon acéré, les mirent en pièces; les
autres furent étendues sur les ornières des chemins, et clouées en
terre avec des pieux: des charrettes chargées passèrent sur elles;
leurs os furent brisés, et on les donna en pâture aux corbeaux et aux
chiens[201].»

  [201] GRÉGOIRE DE TOURS, III, 7.

Les plus anciennes chartes de concessions de terrains à des monastères
déclarent que ces terrains sont soustraits des forêts, qu'ils sont
déserts, _eremi_, ou plus énergiquement, qu'ils sont pris du désert,
_ab eremo_[202]. Les canons du concile d'Angers (4 octobre 453)
ordonnent aux clercs de se munir de lettres épiscopales pour voyager;
ils leur défendent de porter des armes; ils leur interdisent les
violences et les mutilations, et excommunient quiconque aurait livré
des villes: ces prohibitions témoignent des désordres et des malheurs
de la Gaule.

  [202] _S. Bernard. Vit._

Le titre quarante-septième de la loi salique, _De celui qui s'est
établi dans une propriété qui ne lui appartient point, et de celui qui
la tient depuis douze mois_, montre l'incertitude de la propriété et
le grand nombre de propriétés sans maîtres. «Quiconque aura été
s'établir dans une propriété étrangère, et y sera demeuré douze mois
sans contestation légale, y pourra demeurer en sûreté comme les autres
habitants[203].»

  [203] ART. IV.

Si sortant des Gaules vous vous portez dans l'est de l'Europe, un
spectacle non moins triste frappera vos yeux. Après la défaite de
Valens rien ne resta dans les contrées qui s'étendent des murs de
Constantinople au pied des Alpes Juliennes; les deux Thraces offraient
au loin une solitude verte, bigarrée d'ossements blanchis. L'an 448,
des ambassadeurs romains furent envoyés à Attila: treize jours de
marche les conduisirent à Sardique, incendiée, et de Sardique à
Naïsse: la ville natale de Constantin n'était plus qu'un monceau
informe de pierres; quelques malades languissaient dans les décombres
des églises, et la campagne alentour était jonchée de squelettes. «Les
cités furent dévastées, les hommes égorgés, dit saint Jérôme; les
quadrupèdes, les oiseaux et les poissons même disparurent; le sol se
couvrit de ronces et d'épaisses forêts.»

L'Espagne eut sa part de ces calamités. Du temps d'Orose, Tarragone et
Lerida étaient dans l'état de désolation où les avaient laissées les
Suèves et les Franks; on apercevait quelques huttes plantées dans
l'enceinte des métropoles renversées. Les Vandales et les Goths
glanèrent ces ruines; la famine et la peste achevèrent la destruction.
Dans les campagnes, les bêtes, alléchées par les cadavres gisants, se
ruaient sur les hommes qui respiraient encore; dans les villes, les
populations entassées, après s'être nourries d'excréments, se
dévoraient entre elles: une femme avait quatre enfants; elle les tua
et les mangea tous[204].

  [204] SAINT JÉRÔME.

Les Pictes, les Calédoniens, ensuite les Anglo-Saxons, exterminèrent
les Bretons, sauf les familles qui se réfugièrent dans le pays de
Galles ou dans l'Armorique. Les insulaires adressèrent à Aétius une
lettre ainsi suscrite: _Le gémissement de la Bretagne à Aétius, trois
fois consul_. Ils disaient: «Les barbares nous chassent vers la mer,
et la mer nous repousse vers les barbares; il ne nous reste que le
genre de mort à choisir, le glaive ou les flots[205].»

  [205] BEDÆ, _presbit._, _Hist. eccl. gentis Anglorum_, cap. XIII.

Gildas achève le tableau: «D'une mer à l'autre, la main sacrilége des
barbares venus de l'Orient promena l'incendie: ce ne fut qu'après
avoir brûlé les villes et les champs sur presque toute la surface de
l'île, et l'avoir balayée comme d'une langue rouge jusqu'à l'Océan
occidental, que la flamme s'arrêta. Toutes les colonnes croulèrent au
choc du bélier; tous les habitants des campagnes, avec les gardiens
des temples, les prêtres et le peuple, périrent par le fer ou par le
feu. Une tour vénérable à voir s'élève au milieu des places publiques;
elle tombe: les fragments de murs, les pierres, les sacrés autels, les
tronçons de cadavres pétris et mêlés avec du sang, ressemblaient à du
marc écrasé sous un horrible pressoir.

«Quelques malheureux échappés à ces désastres étaient atteints et
égorgés dans les montagnes; d'autres, poussés par la faim, revenaient,
et se livraient à l'ennemi pour subir une éternelle servitude, ce qui
passait pour une grâce signalée; d'autres gagnaient les contrées
d'outre-mer, et pendant la traversée chantaient avec de grands
gémissements, sous les voiles: _Tu nous as, ô Dieu, livrés comme des
brebis pour un festin; tu nous as dispersés parmi les nations_[206].»

  [206] _Histor. Gildæ, liber querulus de excidio Britanniæ_, p. 8,
  _in Hist. Brit. et Angl. Script._, tom. II.

La misère de la Grande-Bretagne est peinte tout entière dans une des
lois galliques: cette loi déclare qu'aucune compensation ne sera reçue
pour le larcin du lait d'une jument, d'une chienne ou d'une
chatte[207].

  [207] _Leges Wallicæ_, lib. III, cap. III, pag. 207-260.

L'Afrique dans ses terres fécondes fut écorchée par les Vandales,
comme elle l'est dans ses sables stériles par le soleil. «Cette
dévastation, dit Posidonius, témoin oculaire, rendit très-amer à
saint Augustin le dernier temps de sa vie; il voyait les villes
ruinées, et à la campagne les bâtiments abattus, les habitants tués ou
mis en fuite, les églises dénuées de prêtres, les vierges et les
religieux dispersés. Les uns avaient succombé aux tourments, les
autres péri par le glaive, les autres, encore réduits en captivité,
ayant perdu l'intégrité du corps, de l'esprit et de la foi, servaient
des ennemis durs et brutaux... Ceux qui s'enfuyaient dans les bois,
dans les cavernes et les rochers, ou dans les forteresses, étaient
pris et tués, ou mouraient de faim. De ce grand nombre d'églises
d'Afrique, à peine en restait-il trois, Carthage, Hippone et Cirthe,
qui ne fussent pas ruinées, et dont les villes subsistassent[208].»

  [208] Traduct. de Fleury, _Hist. ecclés._

Les Vandales arrachèrent les vignes, les arbres à fruit, et
particulièrement les oliviers, pour que l'habitant retiré dans les
montagnes ne pût trouver de nourriture[209]. Ils rasèrent les édifices
publics échappés aux flammes: dans quelques cités, il ne resta pas un
seul homme vivant. Inventeurs d'un nouveau moyen de prendre les villes
fortifiées, ils égorgeaient les prisonniers autour des remparts;
l'infection de ces voiries sous un soleil brûlant se répandait dans
l'air, et les barbares laissaient au vent le soin de porter la mort
dans des murs qu'ils n'avaient pu franchir[210].

  [209] VICTOR, _Vitensis episc._, lib. I, _De Persecutione
  africana_, pag. 2; Divione, 1664.

  [210] VICTOR, _Vitens. episc._, _De Persecutione africana_, pag. 3.

Enfin l'Italie vit tour à tour rouler sur elle les torrents des
Allamans, des Goths, des Huns et des Lombards; c'était comme si les
fleuves qui descendent des Alpes et se dirigent vers les mers opposées
avaient soudain, détournant leurs cours, fondu à flots communs sur
l'Italie. Rome, quatre fois assiégée et prise deux fois, subit les
maux qu'elle avait infligés à la terre. «Les femmes, selon saint
Jérôme, ne pardonnèrent pas même aux enfants qui pendaient à leurs
mamelles, et firent rentrer dans leur sein le fruit qui ne venait que
d'en sortir[211]. Rome devint le tombeau des peuples dont elle avait
été la mère... La lumière des nations fut éteinte; en coupant la tête
de l'empire romain on abattit celle du monde[212].» «D'horribles
nouvelles se sont répandues, s'écriait saint Augustin du haut de la
chaire, en parlant du sac de Rome: carnage, incendie, rapine,
extermination! Nous gémissons, nous pleurons, et nous ne sommes point
consolés[213].»

  [211] SAINT JÉRÔME.

  [212] Idem.

  [213] AUG., _De Urb. Excidio_, t. VI, pag. 624.

On fit des règlements pour soulager du tribut les provinces de la
Péninsule, notamment la Campanie, la Toscane, le Picenum, le Samnium,
l'Apulie, la Calabre, le Brutium et la Lucanie; on donna aux étrangers
qui consentaient à les cultiver les terres restées en friche[214].
Majorien et Théodoric s'occupèrent de réparer les édifices de Rome,
dont pas un seul n'était resté entier, si nous en croyons Procope. La
ruine alla toujours croissant avec les nouveaux temps, les nouveaux
siéges, le fanatisme des chrétiens et les guerres intestines: Rome vit
renaître ses conflits avec Albe et Tibur; elle se battait à ses
portes; les espaces vides que renfermait son enceinte devinrent le
champ de ces batailles qu'elle livrait autrefois aux extrémités de la
terre. Sa population tomba de trois millions d'habitants au-dessous de
quatre-vingt mille[215]. Vers le commencement du huitième siècle, des
forêts et des marais couvraient l'Italie; les loups et d'autres
animaux sauvages hantaient ces amphithéâtres qui furent bâtis pour
eux, mais il n'y avait plus d'hommes à dévorer.

  [214] _Cod. Theodos._, lib. XI, XIII, XV.

  [215] Brottier et Gibbon ne portent cette population qu'à douze
  cent mille, évaluation visiblement trop faible, comme celle de
  Juste Lipse et de Vossius est trop forte; il s'agirait, d'après
  ces derniers auteurs, de quatre, de huit et de quatorze millions.
  Un critique moderne italien a rassemblé avec beaucoup de sagacité
  les divers recensements de l'ancienne Rome.

Les dépouilles de l'empire passèrent aux barbares; les chariots des
Goths et des Huns, les barques des Saxons et des Vandales, étaient
chargés de tout ce que les arts de la Grèce et le luxe de Rome avaient
accumulé pendant tant de siècles; on déménageait le monde comme une
maison que l'on quitte. Genséric ordonna aux citoyens de Carthage de
lui livrer, sous peine de mort, les richesses dont ils étaient en
possession: il partagea les terres de la province proconsulaire entre
ses compagnons; il garda pour lui-même le territoire de Byzance, et
des terres fertiles en Numidie et en Gétulie. Ce même prince dépouilla
Rome et le capitole, dans la guerre que Sidoine appelle la quatrième
guerre punique: il composa d'une masse de cuivre, d'airain, d'or et
d'argent, une somme qui s'élevait à plusieurs millions de talents.

Le trésor des Goths était célèbre: il consistait dans les cent bassins
remplis d'or, de perles et de diamants offerts par Ataulphe à
Placidie; dans soixante calices, quinze patènes et vingt coffres
précieux pour renfermer l'Évangile. Le _Missorium_, partie de ces
richesses, était un plat d'or de cinq cents livres de poids,
élégamment ciselé. Un roi goth, Sisenand, l'engagea à Dagobert pour un
secours de troupes; le Goth le fit voler sur la route, puis il apaisa
le Frank par une somme de deux cent mille sous d'or, prix jugé fort
inférieur à la valeur du plat. Mais la plus grande merveille de ce
trésor était une table formée d'une seule, émeraude: trois rangs de
perles l'entouraient; elle se soutenait sur soixante-cinq pieds d'or
massif incrustés de pierreries; on l'estimait cinq cent mille pièces
d'or; elle passa des Visigoths aux Arabes: conquête digne de leur
imagination.

L'histoire, en nous faisant la peinture générale des désastres de
l'espèce humaine à cette époque, a laissé dans l'oubli les calamités
particulières, insuffisante qu'elle était à redire tant de malheurs.
Nous apprenons seulement par les apôtres chrétiens quelque chose des
larmes qu'ils essuyaient en secret. La société, bouleversée dans ses
fondements; ôta même à la chaumière l'inviolabilité de son indigence;
elle ne fut pas plus à l'abri que le palais: à cette époque, chaque
tombeau renferma un misérable.

Le concile de Brague, en Lusitanie, souscrit par dix évêques, donne
une idée naïve de ce que l'on faisait et de ce que l'on souffrait
pendant les invasions. L'évêque Pancratien prit la parole: «Vous
voyez, mes frères, dit-il, comme l'Espagne est ravagée par les
barbares. Ils ruinent les églises, tuent les serviteurs de Dieu,
profanent la mémoire des saints, leurs os, leurs sépulcres, les
cimetières..................... Mettez devant les yeux de notre
troupeau l'exemple de notre constance, en souffrant pour Jésus-Christ
quelque partie des tourments qu'il a soufferts pour nous.» Alors
Pancratien fit la profession de foi de l'Église catholique, et à
chaque article les évêques répondaient: _Nous le croyons_. «Ainsi, que
ferons-nous maintenant des reliques des saints?» dit Pancratien.
Clipand de Coïmbre dit: «Que chacun fasse selon l'occasion; les
barbares sont chez nous, et pressent Lisbonne; ils tiennent Merida; au
premier jour ils viendront sur nous. Que chacun s'en aille chez soi;
qu'il console les fidèles; qu'il cache doucement les corps des saints,
et nous envoie la relation des lieux ou des cavernes où on les aura
mis, de peur qu'il ne les oublie avec le temps.» Pancratien dit:
«Allez en paix. Notre frère Pontamius demeurera seulement, à cause de
la destruction de son église d'Éminie, que les barbares ravagent.»
Pontamius dit: «Que j'aille aussi consoler mon troupeau, et souffrir
avec lui pour Jésus-Christ. Je n'ai pas reçu la charge d'évêque pour
être dans la prospérité, mais dans le travail.» Pancratien dit: «C'est
très-bien dit. Dieu vous conserve.» Tous les évêques dirent: «Dieu
vous conserve.» Tous ensemble: «Allons en paix à Jésus-Christ.»

Lorsque Attila parut dans les Gaules, la terreur se répandit devant
lui: Geneviève de Nanterre rassura les habitants de Paris; elle
exhortait les femmes à prier réunies dans le Baptistère, et leur
promettait le salut de la ville: les hommes qui ne croyaient point aux
prophéties de la bergère s'excitaient à la lapider ou à la noyer.
L'archidiacre d'Auxerre les détourna de ce mauvais dessein, en les
assurant que saint Germain publiait les vertus de Geneviève: les Huns
ne passèrent point sur les terres des Parisii. Troyes fut épargnée, à
la recommandation de saint Loup. Dans sa retraite, le Fléau de Dieu se
fit escorter par le saint: saint Loup esclave et prisonnier,
protégeant Attila est un grand trait de l'histoire de ces temps.

Saint Agnan, évêque d'Orléans, était renfermé dans sa ville, que les
Huns assiégeaient; il envoie sur les murailles attendre et découvrir
des libérateurs: rien ne paraissait. «Priez, dit le saint, priez avec
foi;» et il envoie de nouveau sur les murailles. Rien ne paraît
encore: «Priez, dit le saint, priez avec foi;» et il envoie une
troisième fois regarder du haut des tours. On apercevait comme un
petit nuage qui s'élevait de terre. «C'est le secours du Seigneur!»
s'écrie l'évêque.

Genséric emmena de Rome en captivité Eudoxie et ses deux filles, seuls
restes de la famille de Théodose. Des milliers de Romains furent
entassés sur les vaisseaux du vainqueur: par un raffinement de
barbarie, on sépara les femmes de leurs maris, les pères de leurs
enfants. Deogratias, évêque de Carthage, consacra les vases saints au
rachat des prisonniers. Il convertit deux églises en hôpitaux, et,
quoiqu'il fût d'un grand âge, il soignait les malades, qu'il visitait
jour et nuit. Il mourut, et ceux qu'il avait délivrés crurent retomber
en esclavage.

Lorsque Alaric entra dans Rome, Proba, veuve du préfet Petronius, chef
de la puissante famille Anicienne, se sauva dans un bateau sur le
Tibre; sa fille Læta et sa petite-fille Démétriade l'accompagnèrent:
ces trois femmes virent, de leur barque fugitive, les flammes qui
consumaient la ville éternelle. Proba possédait de grands biens en
Afrique; elle les vendit pour soulager ses compagnons d'exil et de
malheur.

Fuyant les barbares de l'Europe, les Romains se réfugiaient en Afrique
et en Asie; mais dans ces provinces éloignées ils rencontraient
d'autres barbares: chassés du cœur de l'Empire aux extrémités,
rejetés des frontières au centre, la terre était devenue un parc où
ils étaient traqués dans un cercle de chasseurs.

Saint Jérôme reçut quelques débris de tant de grandeurs, dans cette
grotte où le Roi des rois était né pauvre et nu. Quel spectacle et
quelle leçon que ces descendants des Scipions et des Gracques réfugiés
au pied du Calvaire! Saint Jérôme commentait alors Ézéchiel; il
appliquait à Rome les paroles du prophète sur la ruine de Tyr et de
Jérusalem: «Je ferai monter contre vous plusieurs peuples, comme la
mer fait monter les flots. Ils détruiront les murs jusqu'à la
poussière...... Je mettrai sur les enfants de Juda le poids de leurs
crimes. .... Ils verront venir épouvante sur épouvante.» Mais lorsque,
lisant ces mots, _Ils passeront d'un pays à un autre et seront emmenés
captifs_, le solitaire jetait les yeux sur ses hôtes, il fondait en
larmes.

Et pourtant la grotte de Bethléem n'était pas un asile assuré;
d'autres ravageurs dépouillaient la Phénicie, la Syrie et l'Égypte. Le
désert, comme entraîné par les barbares et changeant de place avec
eux, s'étendait sur la face des provinces jadis les plus fertiles;
dans les contrées qu'avaient animées des peuples innombrables, il ne
restait que la terre et le ciel. Les sables mêmes de l'Arabie, qui
faisaient suite à ces champs dévastés, étaient frappés de la plaie
commune; saint Jérôme avait à peine échappé aux mains des tribus
errantes, et les religieux du Sina venaient d'être égorgés: Rome
manquait au monde, et la Thébaïde aux solitaires.

Quand la poussière qui s'élevait sous les pieds de tant d'armées, qui
sortait de l'écroulement de tant de monuments, fut tombée; quand les
tourbillons de fumée qui s'échappaient de tant de villes en flammes
furent dissipés; quand la mort eut fait taire les gémissements de tant
de victimes; quand le bruit de la chute du colosse romain eut cessé,
alors on aperçut une croix, et au pied de cette croix un monde
nouveau. Quelques prêtres, l'Évangile à la main, assis sur des ruines,
ressuscitaient la société au milieu des tombeaux, comme Jésus-Christ
rendit la vie aux enfants de ceux qui avaient cru en lui[216].

  [216] Cette admirable étude, aussi belle dans la forme que
  savante dans le fond, a été rédigée d'après les sources
  suivantes:

  AGATHIAS, _Histoire du règne de Justinien_.--AMMIEN MARCELLIN,
  _Histoire romaine_.--SAINT AUGUSTIN, _Cité de Dieu_.--BÈDE,
  _Histoire ecclésiastique de la nation anglaise_.--_Recueil des
  Bollandistes_ (sainte Geneviève).--CLAUDIEN, _Invectives contre
  Rufin_; _Consulat d'Honorius_.--_Chronicon
  Alexandrinum._--_L'Edda._--EUSÈBE, _Histoire
  ecclésiastique_.--FRÉDEGAIRE, _Chronique_.--_Gallia
  christiana._--GRÉGOIRE DE TOURS, _Histoire ecclésiastique des
  Franks_.--IDACE, _Chronique_.--SAINT JÉRÔME, _Contre Jovin_ et
  _Lettres_.--JORNANDÈS, _Histoire des Goths_.--JULIEN, _Diverses
  œuvres_.--LE P. LABBE, _Collection des Conciles_.--LUITPRAND,
  _Ambassades auprès de Nicéphore_.--OROSE, _Histoire_.--PRISCUS,
  _Histoire des Goths_.--PROCOPE, _Histoire des Goths et des
  Vandales_.--PROSPER D'AQUITAINE, _Chronique_.--SALVIEN, _du
  Gouvernement de Dieu_.--SIDOINE APOLLINAIRE, _Panégyrique de
  Majorien_, _Lettres_.--SOZOMÈNE, _Histoire
  ecclésiastique_.--TERTULLIEN.--VICTOR, _évêque de Vite_, _Histoire
  de la Persécution des Vandales_.--ZOSIME, _Histoire romaine_, etc.

    CHATEAUBRIAND, _Études historiques_.

   Chateaubriand (François-René, vicomte de), l'un des plus grands
   écrivains de notre temps, naquit à Saint-Malo, en 1768, et mourut à
   Paris en 1848.


INVASION DE LA GAULE PAR LES ALAINS, LES VANDALES ET LES SUÈVES.

  407.

Depuis que les Alains avaient été forcés par les Huns d'abandonner les
bords du Tanaïs, ce peuple guerrier, divisé en plusieurs bandes
indépendantes les unes des autres, et n'ayant plus de demeure fixe,
errait le long du Danube toujours en armes, et prêt à vendre son
secours soit aux autres barbares contre les Romains, soit aux Romains
eux-mêmes. Gratien en avait attiré un grand nombre à sa cour, et la
distinction dont il les honorait lui avait été funeste. Ils avaient eu
part aux plus éclatantes victoires de Théodose, et Stilicon les avait
employés dans ses guerres contre Alaric. Les secrètes intrigues de ce
perfide ministre les mirent en mouvement; ils furent les premiers à
prendre les armes pour se jeter dans la Gaule. Deux corps nombreux
d'Alains partirent des bords du Danube sous la conduite de deux chefs,
Goar et Respendial, qui portaient le titre de roi. Après avoir
traversé le pays des Marcomans et des Thuringiens, ils arrivèrent au
bord du Rhin, où les Franks étaient établis, et s'y arrêtèrent pour
attendre les Vandales et les Suèves. Pendant ce séjour, la
mésintelligence s'étant mise entre les deux rois, Goar se sépara de
Respendial, et déclara qu'il préférait l'amitié des Romains à
l'intérêt du pillage. Honorius le récompensa dans la suite en lui
donnant un établissement dans la Gaule. Cette peuplade d'Alains
subsista quelque temps dans la Gaule sous la domination de ses rois
particuliers. On les y voit encore cinquante ans après; et Sambida,
successeur de Goar, obtint la possession d'une grande étendue de
terres abandonnées dans les environs de la ville de Valence, en
Dauphiné.

Les Franks ne voyaient qu'avec jalousie tant d'aventuriers venir sous
leurs yeux s'emparer d'un pays qui était à leur bienséance et sur
lequel ils faisaient depuis longtemps de continuelles entreprises. Ils
avaient laissé le chemin libre aux Alains; mais ils avaient dessein de
revenir sur eux, et de les combattre séparément, après s'être défaits
des Vandales et des Suèves. Dès qu'ils surent que les Vandales
approchaient, ils marchèrent à leur rencontre, leur livrèrent bataille
et leur tuèrent 20,000 hommes, avec leur roi Godigiscle. Il n'en
serait pas échappé un seul si Respendial n'eût été averti assez à
temps pour accourir au secours de ses alliés. Ce prince plein de
valeur perça l'armée des Franks, joignit les Vandales, rallia les
fuyards, et revint à leur tête charger les vainqueurs, qui furent
battus et terrassés à leur tour. Bientôt après les Suèves arrivèrent.
Gonderic, fils de Godigiscle, fut déclaré roi des Vandales; et les
trois nations passèrent le Rhin près de Mayence, le dernier jour de
l'année 406, époque fatale de la ruine de l'empire dans les provinces
de l'occident.

La frontière de la Gaule le long du Rhin étant demeurée sans défense
depuis que Stilicon en avait retiré les garnisons pour les employer
contre Alaric, les barbares ne trouvèrent aucun obstacle à leur
passage. Un auteur du temps dit que si l'Océan se fût débordé dans la
Gaule, ses eaux n'y auraient pas causé tant de dommage. Ils se
répandirent d'abord dans la première Germanie, qui renfermait les
cités de Mayence, de Worms, de Spire et de Strasbourg. Mayence fut
prise et saccagée; plusieurs milliers de chrétiens furent égorgés dans
l'église, avec Aureus, leur évêque. Worms fut détruite après un long
siége. Spire, Strasbourg, et les autres villes de moindre importance,
éprouvèrent la fureur de ces cruels ennemis. Ils s'emparèrent de
Cologne dans la Seconde Germanie. De là ils passèrent dans les deux
Belgiques, portant partout la désolation et le carnage. Trèves fut
pillée; Tournay, Arras, Amiens, Saint-Quentin, ne purent arrêter ce
torrent. Laon fut la seule ville de ces cantons qui tint contre leurs
attaques; ils se virent obligés d'en lever le siége. Ces barbares,
furieux ariens, la plupart même encore idolâtres, firent dans toute la
Gaule grand nombre de martyrs. Nicaise, évêque de Reims, eut la tête
tranchée après la prise de sa ville épiscopale. Ils traitèrent de même
Didier, évêque de Langres; ils passèrent les habitants au fil de
l'épée, et mirent le feu à la ville. Besançon vit massacrer son
évêque Antidius. Sion fut prise; Bâle ruinée. Ils s'étendirent
jusqu'aux Pyrénées. Les deux Aquitaines, la Novempopulanie, les deux
Narbonnaises, provinces auparavant les plus fortunées de la Gaule, ne
furent plus couvertes que de cendres et de ruines. Peu de villes
purent résister à cette fureur par l'avantage de leur situation. Ils
assiégèrent inutilement Toulouse; et l'on attribua le salut de cette
ville aux prières de son saint évêque, Exupère. La faim dévorait ceux
que le fer ennemi avait épargnés. Dans toute l'étendue de la Gaule,
auparavant si peuplée, on ne rencontrait plus que des morts et des
mourants. Ces horribles ravages ne cessèrent pendant trois ans.

L'Espagne présentait aux barbares une nouvelle source de richesses. Ce
pays, environné de mers et de hautes montagnes, avait toujours été
moins exposé aux pillages. La conquête en était facile. S'étant
rassemblés au pied des Pyrénées, ils les passèrent, le 28 d'octobre
409.

    LE BEAU, _Histoire du Bas-Empire_, édition Saint-Martin, t. V.


ÉTABLISSEMENT DES ALEMANS ET DES BURGONDES DANS LA GAULE.

  407.

Les Alains, les Suèves et les Vandales s'étant avancés dans
l'intérieur de la Gaule, les Alemans et les Burgondes, à leur exemple,
passèrent le Rhin pour avoir part au pillage de cette riche contrée.
Les Alemans s'emparèrent des bords du fleuve, depuis Bâle jusqu'à
Mayence, et demeurèrent en possession de ce pays jusqu'au temps
qu'ils en furent chassés par les Franks.

Les Burgondes, sous la conduite de leur roi Gondicaire, se rendirent
maîtres de l'Helvétie, aujourd'hui la Suisse, jusqu'au mont Jura. Peu
de temps après, ils s'étendirent dans le pays des Séquaniens et des
Éduens, jusqu'à la Loire et à l'Yonne. C'est ce qu'on appelle à
présent le duché et le comté de Bourgogne. Cette nation puissante et
pleine de valeur, avait des mœurs plus douces et plus pacifiques que
les autres barbares. Ils traitèrent les peuples conquis avec plus
d'humanité. Ils étaient encore païens lorsqu'ils entrèrent dans la
Gaule. Instruits par les missionnaires que les évêques des Gaules leur
envoyèrent, ils embrassèrent avec docilité la religion chrétienne dans
sa pureté; ensuite ils se laissèrent corrompre par le commerce des
Goths, qui les infectèrent des erreurs de l'arianisme.

413. Constance marcha contre eux; mais comme ils demandèrent la
permission de s'établir dans le pays, ce général, n'osant les réduire
au désespoir, conseilla à l'empereur Honorius de leur accorder une
partie des contrées dont ils avaient fait la conquête. On leur céda
une portion considérable du territoire des Éduens et des Séquaniens,
et leur roi Gondicaire fut reconnu pour ami et allié de l'empire.

    LE BEAU, _Histoire du Bas-Empire_, t. V.


CONQUÊTE DES WISIGOTHS DANS LA GAULE.

  312.

Ataulphe avait succédé à Alaric[217], et il méritait de le remplacer.
Il était de petite taille, mais beau et bien fait, de beaucoup
d'esprit, ne craignant pas la guerre et aimant la paix. Il racontait
lui-même dans la suite qu'après la mort d'Alaric, ayant l'esprit
rempli des vastes projets de son prédécesseur, il avait d'abord conçu
le désir d'abattre entièrement la puissance et de détruire même le nom
des Romains; qu'il se flattait que l'empire ayant changé de face entre
ses mains, le nom d'Ataulphe deviendrait aussi célèbre que celui de
César Auguste; mais qu'après de mûres réflexions il avait reconnu que
les Goths étaient encore trop barbares pour se plier au joug des lois,
et que sans lois un État ne pouvant se soutenir, il perdrait sa nation
même en la rendant maîtresse des autres; qu'il avait donc pris le
parti d'employer ses forces non à détruire, mais à rétablir; et que
faute de pouvoir acquérir la gloire de fonder un nouvel empire, il
s'était borné à celle d'en relever un ancien qui tombait en ruine. Une
passion plus forte dans un jeune prince que les motifs de politique
lui inspirait encore des ménagements en faveur d'Honorius. Il aimait
Placidie, et de sa captive il désirait en faire son épouse[218]. Mais
comme il avait un cœur honnête et généreux, il voulait auparavant
gagner celui de la princesse. Sur ce plan, il cherchait à procurer à
sa nation un établissement qui coûtât peu à l'empire. Une grande
partie de la Gaule était déjà perdue pour les Romains; elle était
possédée par des barbares ou par de faibles tyrans; il résolut de s'y
retirer avec son armée. Il séjourna donc quelque temps en Italie pour
y faire reposer ses troupes, sans leur permettre de nouveaux ravages;
il se contenta d'exiger des contributions, et entama dès lors ses
négociations avec Honorius. Comme elles traînaient en longueur, il
passa en Gaule.

  [217] Son beau-frère.

  [218] Placidie, sœur de l'empereur Honorius, avait été faite
  prisonnière par Alaric, en 409, à la prise de Rome.

   [Ataulphe renverse les tyrans Sébastien et Jovin; il prend le titre
   d'ami de l'empire, et veut épouser Placidie. Mais l'empereur
   Honorius refusa de livrer sa sœur à un barbare.]

Pour appuyer sa demande, Ataulphe s'empara de Narbonne et de Toulouse.
S'étant présenté devant Bordeaux, il y fut reçu comme ami de l'empire.
Il marcha ensuite vers Marseille, espérant s'y introduire sous le même
titre. Mais pour s'être approché de trop près, il y courut risque de
la vie; le gouverneur, ayant fait fermer les portes de la ville, le
blessa d'un coup de trait du haut des murs, et l'obligea de se retirer
avec honte.

Le roi des Wisigoths s'étant retiré à Narbonne, se consola de ce
mauvais succès en épousant Placidie, au mois de janvier 414. La
conquête de cette princesse lui avait coûté plus de temps et de peines
que celle d'une partie de la Gaule, Constance[219] avait employé à
traverser ce projet tout ce qu'il avait de crédit et d'adresse. Il
avait tâché de détacher Ataulphe de cette poursuite en lui faisant
offrir une princesse sarmate. Placidie elle-même sentit longtemps de
la répugnance à s'unir avec un roi barbare. Enfin la passion
d'Ataulphe, secondée des vives sollicitations d'un Romain nommé
Candidianus, attaché au service de Placidie, et que le roi des Goths
avait mis dans ses intérêts, surmonta tous ces obstacles. Les noces
furent célébrées à Narbonne, dans la maison d'Ingenius, un des
premiers de la ville. Tous les honneurs furent adressés à Placidie. La
salle était parée à la manière des Romains; la princesse portait les
ornements impériaux, Ataulphe était vêtu à la romaine. Entre autres
marques de sa magnificence, il fit présent à sa nouvelle épouse de
cinquante pages, qui portaient chacun deux bassins, l'un rempli de
monnaies d'or, l'autre de pierreries d'un prix infini. C'étaient les
dépouilles de Rome; et ce superbe appareil semblait réunir ensemble
les noces d'Ataulphe et les funérailles de l'empire d'Occident. Tout
dans cette cérémonie retraçait la fragilité des grandeurs humaines.
Attalus, empereur quatre ans auparavant, chanta l'épithalame; il
précéda dans cette fonction Rustacius et Phœbadius, poëtes de
profession. Les Romains et les Goths, confondus ensemble, célébrèrent
cette fête avec une joie unanime.

  [219] Général d'Honorius, qui aspirait aussi à la main de
  Placidie.

Une inscription trouvée à Saint Gilles, en Languedoc, prouve
qu'Ataulphe et Placidie choisirent pour leur résidence la ville nommée
Héraclée, aujourd'hui Saint-Gilles, sur la rive droite du Rhône, entre
Nîmes et Arles. La flatterie y est portée à un excès qui annonce la
naissance de la barbarie. Ataulphe y est nommé le très-puissant roi
des rois, le très-juste vainqueur des vainqueurs. On le loue d'avoir
chassé les Vandales; il avait apparemment soutenu quelques guerres
contre ces peuples ou contre les Alains restés en Gaule; car tous les
barbares étaient compris sous le nom de Vandales.

    LE BEAU, _Histoire du Bas-Empire_, t. V.

   Le Beau, né à Paris, en 1701, mort en 1778, professeur au Collége
   de France, publia, en 1757, l'Histoire du Bas-Empire, en 22 vol.
   in-8º. M. Saint-Martin, érudit et orientaliste distingué, né en
   1791, mort en 1832, a donné de l'Histoire de Le Beau une nouvelle
   édition annotée et complétée, et de beaucoup supérieure à la
   première.


PHARAMOND.

  420.

Il est certainement très-remarquable qu'on ne trouve aucune mention de
Pharamond ou Faramond, ni dans Grégoire de Tours, ni dans Frédegaire,
les deux plus anciens historiens de notre nation. Ils parlent bien de
Marcomir, de Sunnon, de Génobaudes, de Théodemir, et de plusieurs
autres chefs plus anciens que Pharamond; mais Clodion, qu'ils
appellent _Chlogio_ ou _Chlodeo_, est le premier de nos rois qu'ils
relatent d'une manière positive. La première mention de Pharamond se
trouve dans la Chronique intitulée: _Gesta regum Francorum_, qui
paraît avoir été rédigée sous le règne de Thierry IV, vers l'an 720.
L'auteur inconnu de cette chronique rapporte donc qu'après la mort de
Sunnon, dont il appelle le père Anténor, le conseil général de la
notion s'assembla, et, sur l'avis de Marcomir, fils de Priam, les
Franks résolurent d'élire un roi. «Ils choisirent le fils même de
Marcomir, qui s'appelait Faramond, et l'élevèrent au-dessus d'eux
comme roi chevelu.» Cette notion se trouve reproduite dans une foule
de chroniques et de généalogies du moyen âge[220] et quelques-unes
d'une époque assez moderne; mais la manière dont ces auteurs
s'expriment et les termes qu'ils emploient montrent assez qu'ils ont
tous copié le même ouvrage, celui que j'ai indiqué. On cite bien un
manuscrit de la Chronique de Prosper, continuateur de saint Jérôme, et
presque contemporain du temps où vécut Pharamond, où il est dit, sous
la 26e année d'Honorius, 420 de J.-C., que Pharamond régna sur la
France: mais on ne parle que d'un seul manuscrit où se lise pareille
chose, et il est si facile de faire des additions à des ouvrages de
cette espèce, et on y en a fait effectivement si souvent, que je ne
crois pas qu'on doive réellement faire aucune attention à cette
indication. Il est donc vrai de dire que la Chronique des rois
franks, que j'ai citée, est le plus ancien monument où il soit
question de Pharamond, et il ne remonte pas au delà de l'an 720. En
est-ce assez pour regarder comme fabuleuse l'existence de ce
personnage? Il faudrait alors supposer que cet auteur en est
l'inventeur, ou admettre que c'était dès lors une opinion répandue
parmi les Franks; mais dans ce cas-là il y a présomption pour croire à
l'existence du premier roi des Franks. Il est certain qu'il est bien
difficile de se décider sur ce point. Quoiqu'il en soit, l'histoire
des Franks fait mention de quelques individus qui portaient le même
nom. C'est une circonstance que l'on n'a pas remarquée, et c'est en
même temps un argument en faveur de ceux qui croient à l'existence de
ce premier roi de notre nation. Il existe une petite pièce de vers
adressée, au sixième siècle par l'évêque de Poitiers, Venance Fortunat
(_lib._ IX, _carm._ 12.), à un de ses amis nommé Faramund, qui avait
la charge de référendaire. En l'an 700 il existait un évêque de même
nom, qui est mentionné dans une vie anonyme de Pépin, l'ancien maire
du palais (_Coll. des Hist. de Fr._, t. II, p. 608). Enfin, on trouve
en l'an 591 un prêtre de l'église de Paris, mentionné par Grégoire de
Tours (liv. X, ch. 26), qui fut ensuite évêque de cette ville, appelé
Faramod, nom qu'on doit placer dans la même catégorie.

    SAINT MARTIN, _note à l'Histoire du Bas-Empire_ de Le Beau,
      t. V, p. 469.

  [220] Une ancienne généalogie, qui paraît remonter à une époque
  très-reculée, dit positivement: Faramond engendra Cleno et
  Cludiono. (Note de M. Saint-Martin, _Hist. du Bas Empire_, t. VI;
  p. 25.)


CLODION BATTU PAR AÉTIUS.

  431[221].

Vous avez combattu ensemble[222] dans les plaines des Atrébates[223],
que le Frank Cloïo avait envahies. Là venaient aboutir plusieurs
chemins resserrés par un défilé; ensuite, on voyait le bourg de
Helena[224], formant un arc, puis on trouvait une rivière traversée
par un pont construit en planches. Majorien, alors chevalier,
combattait à la tête du pont. Voilà qu'on entend résonner sur la
colline prochaine les chants d'un hymen que célébraient les barbares
dansant à la manière des Scythes. Deux époux à la blonde chevelure
s'unissaient alors. Majorien défit les barbares. Son casque
retentissait sous les coups, et les lances étaient repoussées par sa
cuirasse aux mailles épaisses, jusqu'à ce qu'enfin l'ennemi plie, se
débande et prend la fuite. Vous eussiez vu errer à l'aventure sur des
chariots les brillants apprêts de l'hymen barbare; on emportait ça et
là des plats et des mets, puis des bassins entourés de guirlandes de
fleurs. Tout à coup le combat redouble, et Bellone, plus ardente,
brise le flambeau nuptial: le vainqueur s'empare des essèdes[225] et
de la nouvelle épouse. Le fils de Sémélé[226] ne mit pas plus
promptement en déroute les monstres de Pholoé ni les Lapithes de
Péléthronium, lorsque les femmes de Thrace, enflammées par les orgies,
appelèrent Mars et Cythérée, se servirent de mets sanglants pour
commencer le combat, se firent une arme de vases remplis de vin, et
qu'au plus fort de la mêlée le sang des Centaures souilla le mont
Othrys, en Macédoine.

  [221] Cette date est fixée par M. de Pétigny; quelques auteurs
  donnent 447.

  [222] Aétius et Majorien.

  [223] L'Artois.

  [224] Probablement Lens.

  [225] Voitures dans lesquelles les familles franques demeuraient
  et voyageaient.

  [226] Bacchus.

Qu'on ne me vante plus les querelles de ces frères, enfants des nues.
Majorien, lui aussi, a dompté des monstres. Du sommet de la tête au
front descend leur blonde chevelure, tandis que la nuque reste à
découvert; dans leurs yeux mêlés de vert et de blanc, roule une
prunelle couleur d'eau; leur visage sans barbe n'offre que des
moustaches arrangées avec le peigne. Des habits étroits tiennent
serrés les membres vigoureux de ces guerriers d'une haute stature; de
courtes tuniques laissent paraître leurs jarrets; un large baudrier
presse leurs flancs aplatis. Lancer au travers des airs la rapide
francisque, mesurer de l'œil l'endroit qu'ils sont sûrs de frapper,
imprimer à leurs boucliers un mouvement circulaire, c'est un jeu pour
eux, aussi bien que de devancer leurs piques par l'agilité de leurs
sauts, et d'atteindre l'ennemi avant elles. Dès leurs tendres années,
ils sont passionnés pour les combats. Si le nombre de leurs ennemis ou
le désavantage de la position les fait succomber, la mort seule peut
les abattre, jamais la crainte. Ils restent invincibles, et leur
courage semble leur survivre au delà même de la vie. Tels sont les
hommes que Majorien a mis en fuite.

    SIDOINE APOLLINAIRE, _Panégyrique de Majorien_, traduction de MM.
    Grégoire et Collombet.


LES HUNS ET LES ALAINS.

  375.

Les Huns sont à peine mentionnés dans les annales, et seulement comme
une race sauvage répandue au delà des Palus-Méotides, sur les bords de
la mer Glaciale, et d'une férocité qui passe l'imagination. Dès la
naissance des enfants mâles, les Huns leur sillonnent les joues de
profondes cicatrices, afin d'y détruire tout germe de duvet. Ces
rejetons croissent et vieillissent imberbes, sous l'aspect hideux et
dégradé des eunuques. Mais ils ont tout le corps trapu, les membres
robustes, la tête volumineuse; et un excessif développement de carrure
donne à leur conformation quelque chose de surnaturel. On dirait des
animaux bipèdes plutôt que des êtres humains, ou de ces bizarres
figures que le caprice de l'art place en saillie sur les corniches
d'un pont. Des habitudes voisines de la brute répondent à cet
extérieur repoussant. Les Huns ne cuisent ni n'assaisonnent ce qu'ils
mangent, et se contentent pour aliments de racines sauvages, ou de la
chair du premier animal venu, qu'ils font mortifier quelque temps, sur
le cheval, entre leurs cuisses. Aucun toit ne les abrite. Les maisons
chez eux ne sont d'usage journalier non plus que les tombeaux; on n'y
trouverait pas même une chaumière. Ils vivent au milieu des bois et
des montagnes, endurcis contre la faim, la soif et le froid. En voyage
même, ils ne traversent pas le seuil d'une habitation sans nécessité
absolue, et ne s'y croient jamais en sûreté. Ils se font, de toile ou
de peaux de rat des bois cousues ensemble, une espèce de tunique, qui
leur sert pour toute occasion, et ne quittent ce vêtement, une fois
qu'ils y ont passé la tête, que lorsqu'il tombe par lambeaux. Ils se
coiffent de chapeaux à bords rabattus, et entourent de peaux de
chèvre leurs jambes velues; chaussure qui gêne la marche et les rend
peu propres à combattre à pied. Mais on les dirait cloués sur leurs
chevaux, qui sont laidement mais vigoureusement conformés. C'est sur
leur dos que les Huns vaquent à toute espèce de soin, assis
quelquefois à la manière des femmes. A cheval jour et nuit, c'est de
là qu'ils vendent et qu'ils achètent. Ils ne mettent pied à terre ni
pour boire, ni pour manger, ni pour dormir, ce qu'ils font inclinés
sur le maigre cou de leur monture, où ils rêvent tout à leur aise.
C'est encore à cheval qu'ils délibèrent des intérêts de la communauté.
L'autorité d'un roi leur est inconnue; mais ils suivent
tumultuairement le chef qui les mène au combat. Attaqués eux-mêmes,
ils se partagent par bandes, et fondent sur l'ennemi en poussant des
cris effroyables. Groupés ou dispersés, ils chargent ou fuient avec la
promptitude de l'éclair, et sèment en courant le trépas. Aussi leur
tactique, par sa mobilité même, est impuissante contre un rempart ou
un camp retranché. Mais ce qui fait d'eux les plus redoutables
guerriers de la terre, c'est qu'également sûrs de leurs coups de loin,
et prodigues de leur vie dans le corps à corps, ils savent de plus au
moment où leur adversaire, cavalier ou piéton, suit des yeux les
évolutions de leur épée, l'enlacer dans une courroie qui paralyse tous
ses mouvements. Leurs traits sont armés, en guise de fer, d'un os
pointu, qu'ils y adaptent avec une adresse merveilleuse. Aucun d'eux
ne laboure la terre ni ne touche une charrue. Tous errent indéfiniment
dans l'espace, sans toit, sans foyer, sans police, étrangers à toute
habitude fixe, ou plutôt paraissant toujours fuir, à l'aide de
chariots où ils ont pris domicile, où la femme s'occupe à façonner le
hideux vêtement de son mari, enfante, et nourrit sa progéniture
jusqu'à l'âge de puberté. Nul d'entre eux, conçu, mis au monde, et
élevé en autant de lieux différents, ne peut répondre à la question:
d'où êtes-vous? Inconstants et perfides dans les conventions, les Huns
tournent à la moindre lueur d'avantage; en général, ils font toute
chose par emportement, et n'ont pas plus que les brutes le sentiment
de ce qui est honnête ou déshonnête. Leur langage même est captieux et
énigmatique. Ils n'adorent rien, ne croient à rien, et n'ont de culte
que pour l'or. Leur humeur est changeante et irritable, au point
qu'une association entre eux, dans le cours d'une même journée va se
rompre sans provocation et se renouer sans médiateur. A force de tuer
et de piller de proche en proche, cette race indomptée, par le seul
instinct du brigandage, fut amenée sur les frontières des Alains, qui
sont les anciens Massagètes. Puisque l'occasion s'en présente, il est
bon de dire aussi quelques mots sur l'origine de ce peuple et sa
situation géographique.

L'Ister, grossi de nombreux affluents, traverse tout le pays des
Sarmates, qui s'étend jusqu'au Tanaïs, limite naturelle de l'Europe et
de l'Asie. Au delà de ce dernier fleuve, au milieu des solitudes sans
terme de la Scythie, habitent les Alains, qui doivent leur nom à leurs
montagnes, et l'ont, comme les Perses, imposé par la victoire à leurs
voisins. De ce nombre sont les Neures, peuplade enfoncée dans les
terres, bornée par de hautes montagnes incessamment battues par
l'Aquilon, et que le froid rend inaccessibles; plus loin les Budins et
les Gélons, race féroce et belliqueuse, qui arrache la peau à ses
ennemis vaincus pour s'en faire des vêtements ou des housses de
cheval; les Agathyrses, voisins des Gélons, qui se chamarrent le corps
de couleur bleue, et en teignent jusqu'à leur chevelure, marquant le
degré de distinction des individus par le nombre et les nuances plus
ou moins foncées de ces taches. Viennent ensuite les Mélanchlènes et
les Anthropophages, nourris, dit-on, de chair humaine; détestable
coutume qui éloigne leurs voisins, et forme le désert autour d'eux.
C'est pour cette cause que ces vastes régions, qui s'étendent au
nord-est jusqu'au pays des Sères, ne sont que de vastes solitudes. Il
y a aussi les Alains orientaux, voisins du territoire des Amazones,
dont les innombrables et populeuses tribus pénètrent, m'a-t-on dit,
jusqu'à cette contrée centrale de l'Asie où coule le Gange, fleuve qui
sépare en deux les Indes, et court s'absorber dans l'Océan Austral.

Distribués sur deux continents, tous ces peuples, dont je m'abstiens
d'énumérer les dénominations diverses, bien que séparés par d'immenses
espaces où s'écoule leur existence vagabonde, ont fini par se
confondre sous le nom générique d'Alains. Ils n'ont point de maisons,
point d'agriculture, ne se nourrissent que de viande et surtout de
lait, et, à l'aide de chariots couverts en écorce, changent de place
incessamment au travers de plaines sans fin. Arrivent-ils en un lieu
propre à la pâture, ils rangent leurs chariots en cercle, et prennent
leur sauvage repas. Ils rechargent, aussitôt le pâturage épuisé, et
remettent en mouvement ces cités roulantes, où les couples s'unissent,
où les enfants naissent et sont élevés, où s'accomplissent, en un mot,
pour ces peuples tous les actes de la vie. Ils sont chez eux, en
quelque lieu que le sort les pousse, chassant toujours devant eux des
troupeaux de gros et de menu bétail, mais prenant un soin particulier
de la race du cheval. Dans ces contrées l'herbe se renouvelle sans
cesse, et les campagnes sont couvertes d'arbres à fruit; aussi cette
population nomade trouve-t-elle à chaque halte la subsistance de
l'homme et des bêtes. C'est l'effet de l'humidité du sol et du grand
nombre de cours d'eau qui l'arrosent. Les enfants ou les femmes
s'occupent, au dedans et autour des chariots, des soins qui n'exigent
pas de force corporelle. Mais les hommes faits, rompus dès l'enfance à
l'équitation, regardent comme un déshonneur de se tenir sur leurs
pieds. La guerre n'a pas de condition dont ils n'aient fait un
rigoureux apprentissage; aussi sont-ils excellents soldats. Si les
Perses sont guerriers par essence, c'est que le sang scythe
originairement a coulé dans leurs veines.

Les Alains sont généralement beaux et de belle taille, et leurs
cheveux tirent sur le blond. Leur regard est plutôt martial que
féroce. Pour la rapidité de l'attaque et l'humeur belliqueuse, ils ne
cèdent en rien aux Huns. Mais ils sont plus civilisés dans leur
manière de s'habiller et de se nourrir. Les rives du Bosphore
Cimmérien et des Palus-Méotides sont le théâtre ordinaire de leurs
courses et de leurs chasses, qu'ils poussent quelquefois jusqu'en
Arménie et en Médie. Cette jouissance que les esprits doux et
paisibles trouvent dans le repos, ils la placent, eux, dans les périls
et dans la guerre. Le suprême bonheur, à leurs yeux, est de laisser sa
vie sur un champ de bataille. Mourir de vieillesse ou par accident est
un opprobre pour lequel il n'est pas assez d'outrages. Tuer un homme
est un héroïsme pour lequel ils n'ont pas assez d'éloges. Le plus
glorieux des trophées est la chevelure d'un ennemi servant de
caparaçon au cheval du vainqueur. La religion chez eux n'a ni temple
ni édifice consacré, pas même une chapelle de chaume. Un glaive nu,
fiché en terre, devient l'emblème de Mars; c'est la divinité suprême,
et l'autel de leur dévotion barbare. Ils ont un mode singulier de
divination: c'est de réunir en faisceau des baguettes d'osier, qu'ils
ont soin de choisir droites; et, en les séparant ensuite à certain
jour marqué, ils y trouvent, à l'aide de quelque pratique de magie,
une manifestation de l'avenir. L'esclavage est inconnu parmi eux. Tous
sont nés de sang libre. Ils choisissent encore aujourd'hui pour chefs
les guerriers reconnus les plus braves et les plus habiles.

    AMMIEN MARCELLIN, livre XXXI.


LES HUNS.

Si l'on consulte l'antiquité, voici ce qu'on apprend sur l'origine des
Huns. Filimer, fils de Gandaric le Grand et roi des Goths, le
cinquième de ceux qui les avaient gouvernés depuis leur sortie de
l'île Scanzia, étant entré sur les terres de la Scythie à la tête de
sa nation, comme nous l'avons dit, trouva parmi son peuple certaines
sorcières que, dans la langue de ses pères, il appelle lui-même
Aliorumnes. La défiance qu'elles lui inspiraient les lui fit chasser
du milieu des siens; et, les ayant poursuivies loin de son armée, il
les refoula dans une terre solitaire. Les esprits immondes qui
erraient par le désert les ayant vues, s'accouplèrent à elles, se
mêlant à leurs embrassements, et donnèrent le jour à cette race la
plus farouche de toutes. Elle se tint d'abord parmi les marais,
rabougrie, noire, chétive: à peine appartenait-elle à l'espèce
humaine, à peine sa langue ressemblait-elle à la langue des hommes.
Telle était l'origine de ces Huns, qui arrivèrent sur les frontières
des Goths. Leur féroce nation, comme l'historien Priscus le rapporte,
demeura d'abord sur le rivage ultérieur du Palus-Méotide[227], faisant
son unique occupation de la chasse, jusqu'à ce que, s'étant
multipliée, elle portât le trouble chez les peuples voisins par ses
fraudes et ses rapines. Des chasseurs d'entre les Huns étant, selon
leur coutume, en quête du gibier sur le rivage ultérieur du
Palus-Méotide, virent tout à coup une biche se présenter devant eux.
Elle entra dans le marais, et, tantôt s'avançant, tantôt s'arrêtant,
elle semblait leur indiquer un chemin. Les chasseurs la suivirent, et
traversèrent à pied le Palus-Méotide, qu'ils imaginaient aussi peu
guéable que la mer; et puis quand la terre de Scythie, qu'ils
ignoraient, leur apparut, soudain la biche disparut. Ces esprits dont
les Huns sont descendus machinèrent cela, je crois, en haine des
Scythes. Les Huns, qui ne se doutaient nullement qu'il y eût un autre
monde au delà du Palus-Méotide, furent saisis d'étonnement à la vue de
la terre de Scythie; et comme ils ont de la sagacité, il leur sembla
voir une protection surnaturelle dans la révélation de ce chemin que
peut-être personne n'avait connu jusqu'alors. Ils retournent auprès
des leurs, racontent ce qui s'est passé, vantent la Scythie, tant
qu'enfin ils persuadent leur nation de les suivre, et se mettent en
marche tous ensemble vers ces contrées, par le chemin que la biche
leur a montré. Tous les Scythes qui tombèrent dans leurs mains dès
leur arrivée, ils les immolèrent à la victoire; le reste fut vaincu et
subjugué. A peine en effet eurent-ils passé cet immense marais, qu'ils
entraînèrent comme un tourbillon les Alipzures, les Alcidzures, les
Itamares, les Tuncasses et les Boïsques qui demeuraient sur cette côte
de la Scythie. Ils soumirent également par des attaques réitérées les
Alains, leurs égaux dans les combats, mais ayant plus de douceur dans
les traits et dans la manière de vivre. Aussi bien ceux-là même qui
peut-être auraient pu résister à leurs armes ne pouvaient soutenir la
vue de leurs effroyables visages, et s'enfuyaient à leur aspect,
saisis d'une mortelle épouvante. En effet, leur teint est d'une
horrible noirceur; leur face est plutôt, si l'on peut parler ainsi,
une masse informe de chair, qu'un visage; et ils ont moins des yeux
que des trous. Leur assurance et leur courage se trahissent dans leur
terrible regard. Ils exercent leur cruauté jusque sur leurs enfants
dès le premier jour de leur naissance; car, à l'aide du fer, ils
taillent les joues des mâles, afin qu'avant de sucer le lait ils
soient forcés de s'accoutumer aux blessures. Aussi vieillissent-ils
sans barbe après une adolescence sans beauté, parce que les cicatrices
que le fer laisse sur leur visage y étouffent le poil à l'âge où il
sied si bien. Ils sont petits, mais déliés; libres dans leurs
mouvements, et pleins d'agilité pour monter à cheval; les épaules
larges; toujours armés de l'arc et prêts à lancer la flèche; le port
assuré, la tête, toujours dressée d'orgueil; sous la figure de l'homme
ils vivent avec la cruauté des bêtes féroces.

    JORNANDÈS, _Histoire des Goths_, ch. 24, trad. de M. Fournier de
      Moujan.

   Jornandès était Goth et devint évêque de Ravenne vers 552. Son
   histoire des Goths est un abrégé de l'histoire de Cassiodore, qui
   est malheureusement perdue.
  [227] La mer d'Azof.


PORTRAIT D'ATTILA.

Cet homme était venu au monde pour ébranler sa nation et pour faire
trembler la terre. Par je ne sais quelle fatalité, des bruits
formidables le devançaient et semaient partout l'épouvante. Il était
fier dans sa démarche, promenant ses regards tout autour de lui;
l'orgueil de sa puissance se révélait jusque dans les mouvements de
son corps. Aimant les batailles, mais se maîtrisant dans l'action,
excellent dans le conseil, se laissant fléchir aux prières, bon quand
il avait une fois accordé sa protection. Sa taille était courte, sa
poitrine large, sa tête forte. De petits yeux, la barbe clair-semée,
les cheveux grisonnants, le nez écrasé, le teint noirâtre, il
reproduisait tous les traits de sa race. Bien que naturellement sa
confiance en lui-même fût grande et ne l'abandonnât jamais, elle
s'était encore accrue par la découverte du glaive de Mars, ce glaive
pour lequel les rois des Scythes avaient toujours eu de la vénération.
Voici, au rapport de Priscus, comment se fit cette découverte. «Un
pâtre, dit-il, voyant boiter une génisse de son troupeau, et ne
pouvant imaginer ce qui l'avait ainsi blessée, se mit à suivre avec
sollicitude la trace de son sang. Il vint jusqu'au glaive sur lequel
la génisse en broutant avait mis le pied sans le voir, et l'ayant tiré
de la terre, il l'apporta à Attila. Celui-ci, fier de ce don, pensa,
car il était ambitieux, qu'il était appelé à être le maître du monde,
et que le glaive de Mars lui mettait aux mains le sort des batailles.»

    JORNANDÈS, _Histoire des Goths_, trad. de M. Fournier de Moujan.


INVASION D'ATTILA EN GAULE.

  451.

L'armée d'Attila était de 500,000 hommes, quelques auteurs disent de
700,000. Il traînait à sa suite tous les Barbares du Nord: c'étaient
avec les Huns, les Ruges, les Gépides, les Hérules, les Turcilinges,
les Bellonotes, les Gélons, les Neures, les Burgondes et les
Ostrogoths. Dans la marche, se joignirent à lui les Suèves, les
Marcomans, les Quades, les Thuringiens. Chacun de ces peuples avait
son roi; mais tous ces princes tremblaient devant Attila, dont ils
étaient les vassaux ou plutôt les esclaves. Il y en avait deux
qu'Attila distinguait dans cette foule de rois: Ardaric, roi des
Gépides; l'autre était Walamir, roi des Ostrogoths.

Les anciens auteurs ne nous apprennent rien de clair ni de précis, sur
la route que tint Attila jusqu'à son entrée dans la Gaule. Les
sentiments des modernes sont partagés sur ce sujet. Les uns lui font
traverser la Germanie, par le centre, pour arriver à Cologne. Les
autres le conduisent le long du Danube, pour lui faire passer le Rhin
auprès du lac de Constance. Ce dernier sentiment me paraît aussi le
plus vraisemblable[228]. Le voisinage du fleuve, la commodité de la
voie romaine, la facilité des convois qu'il pouvait tirer de la
Mésie[229] et de la Pannonie[230] et qui remontaient le Danube à la
suite de son armée, devaient lui faire préférer cette route à celle de
l'intérieur de la Germanie, encore couverte de vastes forêts, et
presque impraticable à une innombrable cavalerie. De plus, Procope
rapporte qu'Attila détruisit, en passant, les forts que les empereurs
avaient élevés sur les bords du Danube; et Paul Diacre nous représente
les Burgondes disputant au roi des Huns le passage du Rhin. Je
croirais même que l'armée, divisée en deux corps, côtoyait le Danube,
le fleuve entre deux. L'un de ces corps entraînait sur son passage les
nations germaniques, attirées par l'espérance du pillage, tandis que
l'autre, ravageant la Mésie et la Pannonie, détruisait les forts, qui
ne consistaient pour la plupart qu'en une tour garnie de quelques
soldats. Toute l'armée dut se réunir aux sources du Danube, et passer
le Rhin près de Bâle, où le voisinage de la forêt Hercynienne
facilitait la construction des barques et des canots.

  [228] Je crois qu'il serait plus exact de dire que les Huns et
  leurs alliés occupaient tout le pays situé sur les bords du Rhin,
  depuis Mayence jusqu'à Bâle, lorsqu'ils franchirent ce fleuve
  pour pénétrer dans les Gaules. (_Note de Saint-Martin._)

  [229] Serbie et Bulgarie.

  [230] Hongrie occidentale.

Les Franks, qui habitaient au delà du Rhin vers les bords du Necker,
se joignirent à l'armée d'Attila, et ceux qui tenaient dans la Gaule
le parti de Clodebaud[231], vinrent bientôt se rendre auprès de ce
prince, qu'ils voulaient placer sur le trône. Mais les Burgondes
entreprirent d'arrêter le torrent, qui venait inonder l'Occident, et
de défendre le passage du Rhin. Leur hardiesse ne fut pas heureuse;
ils furent repoussés et taillés en pièces. Les Huns achevèrent de
détruire dans ces contrées ce qui avait échappé aux ravages des
Vandales, des Suèves et des Alains. Ce fut alors que la ville des
Rauraques, celles de Vindonissa et d'Argentovaria furent entièrement
renversées. Leurs ruines ont donné naissance à Bâle, à Windisch et à
Colmar, bâties dans leur voisinage. Attila, côtoyant les bords du
Rhin, traversa la Germanie supérieure, aujourd'hui l'Alsace:
Strasbourg, Spire, Worms, ne s'étaient point encore relevées depuis
les invasions précédentes. Il pilla et saccagea Mayence; il vint
assiéger Metz. La force des remparts, qui résistaient à toutes les
attaques, ayant rebuté ses troupes, il se retira à Scarpona,
forteresse à 14 milles de Metz, et envoya de là des détachements qui
prirent et brûlèrent Toul et Dieuze. Cependant les murs de Metz, qui
avaient été ébranlés par les machines, étant tombés d'eux-mêmes, les
Huns accoururent, y entrèrent le 7 d'avril veille de Pâques,
égorgèrent un grand nombre d'habitants de tout âge et de tout sexe,
emmenèrent les autres avec l'évêque, et mirent le feu à la ville, qui
fut réduite en cendres à l'exception d'une chapelle de saint Étienne.

  [231] Compétiteur de Mérovée, réfugié à la cour d'Attila. Son
  existence est cependant douteuse.

Il n'est pas possible de suivre par ordre les courses des Huns. On
sait seulement que ces vastes contrées comprises entre le Rhin, la
Seine, la Marne et la Moselle ressentirent toute la fureur de ces
peuples féroces. Comme Attila s'annonçait pour l'ami et l'allié des
Romains, et qu'il publiait que son dessein était d'établir Clodebaud
roi des Franks, et d'aller ensuite combattre les Wisigoths au delà de
la Loire, plusieurs villes romaines lui ouvrirent d'abord leurs
portes. Les violences qu'elles éprouvèrent ayant répandu la terreur,
les autres essayèrent de se défendre. Mais nul rempart ne pouvait
tenir contre ce déluge de Barbares. Tongres, Reims, Arras et la
capitale du Vermandois, furent emportées de force. Trèves, autrefois
la plus florissante ville des Gaules, mais la plus malheureuse dans ce
siècle d'invasions et de ravages, fut saccagée pour la cinquième fois.
Les partis ennemis, dont chacun formait une armée, dispersés dans les
campagnes, portaient de toutes parts le fer et le feu. Ce fut dans une
de ces courses que Childéric, fils de Mérovée, fut enlevé avec la
reine sa mère, et délivré aussitôt par la valeur d'un seigneur frank,
nommé Viomade.

Attila s'avançait vers la Loire; les habitants de Paris prirent
l'alarme et allaient abandonner leur ville, si sainte Geneviève ne les
eût rassurés en leur promettant de la part de Dieu, que les Barbares
n'approcheraient pas de leur territoire. Cette prophétie fut vérifiée
par l'événement. Attila ayant passé la Seine dans un autre endroit,
alla mettre le siége devant Orléans.

Sur la nouvelle de la marche d'Attila vers la Gaule, Aétius avait
passé les Alpes, et s'était rendu à Arles avec peu de troupes. Il
comptait sur celles qu'il trouverait dans la province, et
principalement sur le secours des Wisigoths, que l'intérêt commun
devait réunir avec les Romains. Mais lorsqu'il apprit que Théodoric,
trompé par les fausses protestations d'Attila, ne faisait aucun
mouvement pour s'opposer aux progrès du prince barbare, il lui dépêcha
Avitus, afin de le tirer de cette fausse sécurité. Avitus, accoutumé à
traiter avec Théodoric, dont il avait gagné l'estime, lui représenta
que son inaction lui serait funeste; qu'Attila ne cherchait qu'à
diviser les Romains et les Wisigoths, pour les accabler plus
facilement. Il lui mit sous les yeux la lettre d'Attila à
Valentinien[232]. Convaincu de la mauvaise foi d'Attila, Théodoric
répondit que les victoires de ce conquérant sanguinaire ne
l'effrayaient pas; que la Providence divine avait fixé un terme à tous
les succès criminels, et qu'Attila le trouverait dans le courage des
Wisigoths.

  [232] Attila, avant de commencer son invasion, avait écrit à
  Valentinien et à Théodoric. Au premier il disait qu'il n'en
  voulait qu'aux Wisigoths; à Théodoric, qu'il n'en voulait qu'aux
  Romains.

Aussitôt il donne ses ordres. La crainte d'une invasion prochaine
rassemble en peu de temps une nombreuse armée. Il laisse dans ses
États quatre de ses fils, et se mettant à la tête de ses troupes avec
ses deux aînés, Thorismond et Théodoric, qui voulurent partager le
péril avec leur père, il marche vers Arles pour se joindre aux
Romains. Aétius avait déjà dépêché des courriers dans toute la Gaule
et chez les peuples alliés, les invitant à s'unir à lui pour écarter
l'horrible tempête qui désolait l'Occident. Toute la Gaule prit les
armes. Mérovée[233] accourut avec les Franks; les Burgondes, les
Armoriques, les Ripuaires, des Saxons même établis vers les bouches du
Rhin, et des Sarmates, dont plusieurs cohortes avaient été transférées
en Gaule, se rendirent avec une incroyable diligence auprès d'Aétius.
Il se vit bientôt environné de tant de troupes, que l'armée d'Attila,
déjà beaucoup moins nombreuse qu'elle n'avait été d'abord, n'était
guère supérieure à la sienne.

  [233] Ce fait n'est pas certain; on remarquera plus loin que
  Jornandès ne parle pas de Mérovée.

Dans ces désastres publics, la charité épiscopale suppléait à la
timidité ou remédiait à la perfidie des commandants; et l'Église,
destinée à combattre les ennemis invisibles, s'occupait des périls
temporels de ses enfants. Sangiban, à la tête d'une troupe d'Alains,
commandait dans Orléans; mais on le soupçonnait d'entretenir avec
Attila de secrètes intelligences, et son inaction, aux approches de
l'ennemi, confirmait ces soupçons[234]. Saint Aignan, alors évêque
d'Orléans, prélat respectable par ses vertus, et rempli de ce courage
qu'inspire le mépris de la vie présente, prit sur lui tous les soins
d'un commandant. Avant qu'Attila eût passé la Seine, l'évêque se hâta
de relever les murs de la ville; il fit des amas de vivres, et par la
ferveur de ses prières et de celles de son peuple, il s'efforça
d'armer le ciel contre les Barbares. Pour presser le secours d'Aétius,
il se rendit en diligence à Arles, et revint se renfermer dans
Orléans, résolu d'y périr avec son troupeau si la ville n'était pas
secourue. Bientôt après son retour, les Huns arrivèrent. Ils
attaquèrent avec fureur la partie de la ville qui était sur la rive
droite de la Loire; ils mirent en œuvre toutes les machines alors en
usage dans les siéges, et livrèrent plusieurs assauts. Pendant que les
hommes combattaient sur les murailles, les femmes et les enfants,
prosternés avec leur évêque au pied des autels, élevaient leurs cris
vers Dieu et imploraient son assistance. Une pluie orageuse qui dura
trois jours fit cesser les attaques; et le prélat, profitant de cet
intervalle, alla trouver Attila dans son camp, pour en obtenir quelque
composition. Il fut repoussé avec insolence. L'orage ayant cessé, les
Huns donnèrent un nouvel assaut, et redoublant leurs efforts, ils
enfoncèrent les portes et entrèrent en foule. Les habitants, fuyant de
toutes parts, n'attendaient que le pillage et la mort, lorsqu'ils
entendirent sonner les trompettes romaines, et virent une nouvelle
armée qui, comme si elle fût descendue du ciel, fondait avec rapidité
sur les Huns. C'étaient Aétius et Théodoric à la tête de toutes leurs
troupes. Ils étaient entrés dans la ville de l'autre côté de la Loire,
en même temps qu'Attila y entrait par la porte opposée. Ce Barbare,
qui passait pour invincible dans les batailles, faisait si mal la
guerre, il était si peu instruit des mouvements de l'ennemi, qu'Aétius
traversa toute la Gaule méridionale et vint d'Arles à Orléans, sans
que les Huns en eussent aucune connaissance. Les Romains et les
Wisigoths, trouvant les Huns en désordre, en font un horrible carnage.
Orléans est inondé du sang de ses vainqueurs; les uns se jettent en
foule hors des portes; les autres, aveuglés par la terreur, se
précipitent dans le fleuve. Le saint évêque, aux yeux duquel les
Barbares étaient des hommes, courait de toutes parts pour arrêter le
massacre; il sauva un grand nombre de ces malheureux, qui demeurèrent
prisonniers. Attila, hors de la ville, ralliait les fuyards.
Frémissant de fureur, il reprit la route de la Belgique; et Orléans
fut alors pour la première fois le rempart de la Gaule, et le terme
fatal des conquêtes de ses ennemis.

  [234] Aussitôt qu'Aétius et Théodoric furent informés de la
  trahison que méditait Sangiban, ils s'assurèrent de sa personne
  et des siens.

Aétius et Théodoric suivaient Attila, sans harceler son armée, se
croyant fort heureux s'ils pouvaient sans coup férir le conduire hors
des terres de l'empire. Il passa près de Troyes, qui n'avait alors ni
garnison, ni même de murailles. Cette ville attribua son salut aux
ferventes prières de saint Loup, son évêque. On dit que ce saint vint
avec son clergé au-devant du roi des Huns; et que comme Attila se
vantait d'être le fléau de Dieu, le saint répondit qu'il ne fallait
donc pas lui résister, et l'invita même à venir dans sa ville. On
ajoute que le Barbare adouci par cette soumission passa outre; mais
qu'il obligea l'évêque de l'accompagner jusqu'au passage du Rhin,
promettant de le renvoyer alors, et qu'il lui tint parole. Tout ce
récit pourrait bien n'être qu'un tissu de fables. La proximité
d'Aétius et de Théodoric pouvait empêcher Attila de s'arrêter au
pillage de Troyes. Les deux armées, qui marchaient à peu de distance
l'une de l'autre, étant arrivées dans les vastes plaines qui, un
siècle après, ont donné le nom à la province de Champagne
(_Campania_), le roi des Huns, honteux de se retirer en fugitif,
voulut se venger par une bataille de l'affront qu'il avait reçu à
Orléans. Le terrain ne pouvait être plus favorable pour déployer la
cavalerie des Huns. Ces plaines, au rapport de Jornandès, s'étendaient
en longueur à cinquante lieues sur trente-cinq de largeur. Il les
nomme champs Catalauniques (champs de Châlons) ou plaines de Mauriac,
déjà signalées par la victoire d'Aurélien sur Tétricus. Les modernes
ne s'accordent pas sur la position précise de ce lieu; les uns croient
que cette fameuse bataille se livra près de Méry, au diocèse de
Troyes, entre la Marne et la Seine; les autres au delà de la Marne,
près d'un village encore appelé Mauru, dans le diocèse de Châlons.

Attila, inquiet du succès d'une si importante journée, consulta ses
devins. Ils lui répondirent que les entrailles des victimes ne lui
promettaient pas la victoire, mais que le chef des ennemis y perdrait
la vie. Il se persuada que cette prédiction tomberait sur le général
romain; et comme Aétius était le principal obstacle à ses desseins, il
ne balança pas d'acheter la mort de ce grand capitaine, par la perte
d'une partie de son armée. D'ailleurs, plus impie que superstitieux,
il ne comptait pas assez sur l'infaillibilité de ses devins pour
perdre l'espérance de la victoire. Cependant, afin d'abréger le temps
du combat et de se préparer une ressource dans l'obscurité de la nuit
en cas de mauvais succès, il résolut de ne livrer bataille que quand
le jour serait fort avancé. Les deux armées étant campées en présence
l'une de l'autre, la nuit qui précéda la bataille, deux partis
très-nombreux, l'un de Franks, l'autre de Gépides, s'étant rencontrés,
se battirent avec tant d'acharnement qu'il en resta 15,000 sur la
place[235].

  [235] Jusqu'ici le récit est emprunté à l'histoire du Bas-Empire
  de _Le Beau_; la suite est de _Jornandès_.

Sur le terrain incliné du champ de bataille s'élevait une éminence qui
formait comme une petite montagne. Chacune des deux armées désirant
s'en emparer, parce que cette position importante devait donner un
grand avantage à qui s'en rendrait maître, les Huns et leurs alliés en
occupèrent le côté droit, et les Romains, les Wisigoths et leurs
auxiliaires, le côté gauche. Le point le plus élevé de cette hauteur
ne fut pas disputé, et demeura inoccupé. Théodoric et ses Wisigoths
tenaient l'aile droite; Aétius, la gauche avec les Romains. Ils
avaient placé au centre Sangiban, ce roi des Alains dont nous avons
parlé plus haut; et par un stratagème de guerre, ils avaient pris la
précaution d'enfermer au milieu de troupes d'une fidélité assurée
celui sur les dispositions duquel ils pouvaient le moins compter; car
celui-là se soumet sans difficulté à la nécessité de combattre, à qui
est ôtée la possibilité de fuir.

Quant à l'armée des Huns, elle fut rangée en bataille dans un ordre
contraire; Attila se plaça au centre avec les plus braves d'entre les
siens. Par cette disposition, le roi des Huns songeait principalement
à lui-même, et son but, en se plaçant ainsi au milieu de l'élite de
ses guerriers, était de se mettre à l'abri des dangers qui le
menaçaient; les peuples nombreux, les nations diverses qu'il avait
soumis à sa domination, formaient ses ailes. Entre eux tous se faisait
remarquer l'armée des Ostrogoths, commandée par Walamir, Théodemir et
Widémir, trois frères qui surpassaient en noblesse le roi même sous
les ordres duquel ils marchaient alors; car ils étaient de l'illustre
et puissante race des Amales. On y voyait aussi à la tête d'une troupe
innombrable de Gépides, Ardaric, leur roi, si brave, si fameux, et que
sa grande fidélité à Attila faisait admettre par ce dernier à ses
conseils. Le roi des Huns avait su apprécier sa sagacité; aussi lui et
Walamir, roi des Ostrogoths, étaient-ils de tous les rois qui lui
obéissaient ceux qu'il aimait le plus. Walamir était fidèle à garder
le secret, d'une parole persuasive, incapable de trahison. Ardaric
était renommé pour sa fidélité et pour sa raison. En marchant avec
Attila contre les Wisigoths leurs parents, l'un et l'autre
justifiaient assez sa confiance. La foule des autres rois, si l'on
peut ainsi parler, et les chefs des diverses nations, semblables à ses
satellites, épiaient les moindres mouvements d'Attila; et dès qu'il
leur faisait un signe du regard, chacun d'eux en silence, avec
crainte et tremblement, venait se placer devant lui, ou exécutait les
ordres qu'il en avait reçus. Cependant le roi de tous les rois,
Attila, seul veillait sur tous et pour tous.

On combattit donc pour se rendre maître de la position avantageuse
dont nous avons parlé. Attila fit marcher ses guerriers pour s'emparer
du haut de la colline; mais il fut prévenu par Thorismond et Aétius,
qui, ayant uni leurs efforts pour parvenir à son sommet, y arrivèrent
les premiers, et repoussèrent facilement les Huns, à la faveur du
point élevé qu'ils occupaient.

Alors Attila, s'apercevant que cette circonstance avait porté le
trouble dans son armée, jugea aussitôt devoir la rassurer, et lui tint
ce discours: «Après vos victoires sur tant de grandes nations, après
avoir dompté le monde, si vous tenez ferme aujourd'hui, ce serait
ineptie, je pense, que de vous stimuler par des paroles, comme des
guerriers d'un jour. De tels moyens peuvent convenir à un chef novice,
ou à une armée peu aguerrie; quant à moi, il ne m'est point permis de
rien dire, ni à vous de rien écouter de vulgaire. Car, qu'avez-vous
accoutumé, sinon de combattre? Ou bien qu'y a-t-il de plus doux pour
le brave que de se venger de sa propre main? C'est un grand présent
que nous a fait la nature, que de nous donner la faculté de rassasier
notre âme de vengeance. Marchons donc vivement à l'ennemi; ce sont
toujours les plus braves qui attaquent. N'ayez que mépris pour ce
ramas de nations discordantes; c'est signe de peur, que de s'associer
pour se défendre. Voyez! même avant l'attaque, l'épouvante déjà les
entraîne; elles cherchent les hauteurs, s'emparent des collines, et
dans leurs tardifs regrets, sur le champ de bataille, elles demandent
avec instance des remparts. Nous savons par expérience combien peu de
poids ont les armes des Romains; ils succombent, je ne dis pas aux
premières blessures, mais à la première poussière qui s'élève. Tandis
qu'ils se serrent sans ordre, et s'entrelacent pour faire la tortue,
combattez, vous, avec la supériorité de courage qui vous distingue,
et, dédaignant leurs légions, fondez sur les Alains, tombez sur les
Wisigoths. Ce sont eux qui entretiennent la guerre et qu'il nous faut
tâcher de vaincre au plus tôt. Les nerfs une fois coupés, les membres
aussitôt se laissent aller; et le corps ne peut se soutenir si on lui
arrache les os. Que votre courage grandisse, que votre fureur
ordinaire s'enflamme! Huns, voici le moment d'apprêter vos armes;
voici le moment aussi de vous montrer résolus, soit que blessés vous
demandiez la mort de votre ennemi, soit que sains et saufs vous ayez
soif de carnage. Nuls traits n'atteignent ceux qui doivent vivre,
tandis que, même dans la paix, la destinée précipite les jours de ceux
qui doivent mourir. Enfin pourquoi la fortune aurait-elle assuré les
victoires des Huns sur tant de peuples, sinon parce qu'elle les
destinait aux joies de cette bataille? Et encore, qui a ouvert à nos
ancêtres le chemin des Palus-Méotides, fermé et ignoré pendant tant de
siècles? Qui faisait fuir des peuples armés devant des hommes qui ne
l'étaient pas? Non, cette multitude rassemblée à la hâte ne pourra pas
même soutenir la vue des Huns. L'événement ne me démentira pas; c'est
ici le champ de bataille qui nous avait été promis par tant d'heureux
succès. Le premier je lancerai mes traits à l'ennemi. Que si quelqu'un
pouvait rester oisif quand Attila combattra, il est mort.» Enflammés
par ces paroles, tous se précipitent au combat.

Quelque effrayant que fût l'état des choses, néanmoins la présence du
roi rassurait ceux qui auraient pu hésiter. On en vint aux mains;
bataille terrible, complexe, furieuse, opiniâtre, et comme on n'en
avait jamais vu de pareille nulle part. De tels exploits y furent
faits, à ce que l'on rapporte, que le brave qui se trouva privé de ce
merveilleux spectacle ne put rien voir de semblable pendant sa vie;
car s'il faut en croire les vieillards, un petit ruisseau de cette
plaine, qui coule dans un lit peu profond, s'enfla tellement, non par
la pluie, comme il lui arrivait quelquefois, mais par le sang des
mourants, que grossi outre mesure par ces flots d'une nouvelle espèce,
il devint un torrent impétueux qui roula du sang; en sorte que les
blessés, qu'amena sur ses bords une soif ardente, y puisèrent une eau
mêlée de débris humains, et se virent forcés, par une déplorable
nécessité, de souiller leurs lèvres du sang que venaient de répandre
ceux que le fer avait frappés. Pendant que le roi Théodoric parcourait
son armée pour l'encourager, son cheval se renversa; et les siens
l'ayant foulé aux pieds, il perdit la vie, déjà dans un âge avancé.
D'autres disent qu'il tomba percé d'un trait lancé par Andax du côté
des Ostrogoths, qui se trouvaient alors sous les ordres d'Attila. Ce
fut l'accomplissement de la prédiction faite au roi des Huns peu de
temps avant par ses devins. Alors les Wisigoths, se séparant des
Alains, fondent sur les bandes des Huns; et peut-être Attila lui-même
serait-il tombé sous leurs coups, s'il n'eût prudemment pris la fuite
sans les attendre, et ne se fût tout d'abord renfermé, lui et les
siens, dans son camp, qu'il avait retranché avec des chariots.

Ce fut derrière cette frêle barrière que cherchèrent un refuge contre
la mort ceux-là devant qui naguère ne pouvaient tenir les remparts les
plus forts. Thorismond, fils du roi Théodoric, et le même qui s'était
emparé le premier de la colline et en avait chassé les Huns, croyant
retourner au milieu des siens, vint donner à son insu, et trompé par
l'obscurité de la nuit, contre les chariots des ennemis; et, tandis
qu'il combattait bravement, quelqu'un le blessa à la tête et le jeta à
bas de son cheval; mais les siens, qui veillaient sur lui, le
sauvèrent, et il se retira du combat. Aétius, de son côté, s'étant
également égaré dans la confusion de cette nuit, errait au milieu des
ennemis, tremblant qu'il ne fût arrivé malheur aux Goths. A la fin il
retrouva le camp des alliés, après l'avoir longtemps cherché, et passa
le reste de la nuit à faire la garde derrière un rempart de boucliers.
Le lendemain, dès qu'il fut jour, voyant les champs couverts de
cadavres, et les Huns qui n'osaient sortir de leur camp, convaincus
d'ailleurs qu'il fallait qu'Attila eût éprouvé une grande perte pour
avoir abandonné le champ de bataille, Aétius et ses alliés ne
doutèrent plus que la victoire ne fût à eux. Toutefois, même après sa
défaite, le roi des Huns gardait une contenance fière; et faisant
sonner ses trompettes au milieu du cliquetis des armes, il menaçait de
revenir à la charge. Tel un lion, pressé par les épieux des chasseurs,
rôde à l'entrée de sa caverne: il n'ose pas s'élancer sur eux, et
pourtant il ne cesse d'épouvanter les lieux d'alentour de ses
rugissements; tel ce roi belliqueux, tout assiégé qu'il était, faisait
encore trembler ses vainqueurs. Aussi les Goths et les Romains
s'assemblèrent-ils pour délibérer sur ce qu'ils feraient d'Attila
vaincu; et comme on savait qu'il lui restait peu de vivres, et que
d'ailleurs ses archers, postés derrière les retranchements du camp, en
défendaient incessamment l'abord à coups de flèches, il fut convenu
qu'on le lasserait en le tenant bloqué. On rapporte que dans cette
situation désespérée, le roi des Huns, toujours grand, surtout dans le
danger, fit dresser un bûcher formé de selles de chevaux, prêt à se
précipiter dans les flammes si les ennemis forçaient son camp; soit
pour que nul ne pût se glorifier de l'avoir frappé, soit pour ne pas
tomber, lui le maître des nations, au pouvoir d'ennemis si
redoutables.

Durant le répit que donna ce siége, les Wisigoths et les fils de
Théodoric s'enquirent les uns de leur roi, les autres de leur père,
étonnés de son absence au milieu du bonheur qui venait de leur
arriver. L'ayant cherché longtemps, selon la coutume des braves, ils
le trouvèrent enfin sous un épais monceau de cadavres, et après
l'avoir honoré par leurs chants, ils l'emportèrent sous les yeux des
ennemis. Vous eussiez vu alors des bandes de Goths, aux voix rudes et
discordantes, s'occuper des soins pieux des funérailles, au milieu des
fureurs d'une guerre qui n'étaient pas encore éteintes. Les larmes
coulaient, mais de celles que savent répandre les braves. Pour nous
était la perte, mais les Huns témoignaient combien elle était
glorieuse; et c'était, il semble, une assez grande humiliation pour
leur orgueil, de voir, malgré leur présence, emporter avec ses
insignes le corps d'un si grand roi. Avant d'avoir fini de rendre les
derniers devoirs à Théodoric, les Goths, au bruit des armes,
proclamèrent roi le vaillant et glorieux Thorismond; et celui-ci
acheva les obsèques de son père bien-aimé, comme il convenait à un
fils. Après l'accomplissement de ces choses, emporté par la douleur de
sa perte et par l'impétuosité de son courage, Thorismond brûlait de
venger la mort de son père sur ce qui restait de Huns. Il consulta le
patrice Aétius, à cause de son âge et de sa prudence consommée, pour
savoir ce qu'il fallait qu'il fît dans cette conjoncture. Mais
celui-ci, craignant qu'une fois les Huns écrasés, les Goths ne
tombassent sur l'empire romain, le décida par ses conseils à retourner
dans ses foyers, et à se saisir du trône que son père venait de
laisser, de peur que ses frères, s'emparant du trésor royal, ne se
rendissent maîtres du royaume des Wisigoths et qu'il n'eût ensuite à
soutenir contre les siens une guerre sérieuse et, qui pis est,
malheureuse. Thorismond reçut ce conseil sans se douter de la
duplicité qui l'avait dicté; il y vit plutôt de la sollicitude pour
ses intérêts, et laissant là les Huns, il partit pour la Gaule. Voilà
comme en s'abandonnant aux soupçons, la fragilité humaine se laisse
enlever l'occasion de faire de grandes choses.

On rapporte que dans cette fameuse bataille, que se livrèrent les plus
vaillantes nations, il périt des deux côtés cent soixante-deux mille
hommes, sans compter quatre-vingt-dix mille Gépides et Franks qui,
avant l'action principale, tombèrent sous les coups qu'ils se
portèrent mutuellement dans une rencontre nocturne, les Franks
combattant pour les Romains, et les Gépides pour les Huns.

En apprenant le départ des Goths, Attila, comme il arrive
ordinairement dans les événements imprévus, sentit redoubler sa
défiance, pensant que ses ennemis lui tendaient un piége, et se tint
longtemps renfermé dans son camp. Mais à la fin, détrompé par le long
silence qui avait succédé à leur retraite, son courage se releva
jusqu'à s'attribuer la victoire; il fit éclater une vaine joie, et les
pensées du puissant roi se reportèrent aux anciennes prédictions.
Quant à Thorismond, élevé subitement à la dignité royale dès la mort
de son père dans les champs Catalauniques, où il venait de combattre,
il fit son entrée dans Toulouse; et là, quelque joie que lui
témoignassent ses frères et les premiers de la nation, il fit paraître
de son côté tant de modération dans les commencements, que personne ne
lui disputa la succession au trône de son père.

Attila, profitant de l'occasion que lui offrait la retraite des
Wisigoths, et rassuré sur l'avenir en voyant, comme il l'avait souvent
souhaité, la ligue des ennemis dissoute, marcha aussitôt à la conquête
de l'Italie.

    JORNANDÈS, _Histoire des Goths_.


SAINT AIGNAN.

Attila, roi des Huns, étant parti de Metz et ayant ravagé les villes
de la Gaule, vint assiéger Orléans, et essaya de s'en emparer en
renversant les murailles par le choc puissant du bélier. En ce
temps-là, cette ville avait pour évêque le bienheureux Aignan, homme
d'une grande sagesse et très-saint, dont les actions vertueuses ont
été fidèlement conservées parmi nous. Comme les assiégés demandaient à
grands cris à leur évêque ce qu'ils devaient faire, Aignan mettant
toute sa confiance en Dieu, les engagea à se prosterner tous pour
adresser leurs prières et leurs larmes à Dieu, et demander le secours
du Seigneur toujours présent dans les malheurs. Ceux-ci s'étant mis en
prières, selon son conseil, l'évêque leur dit: «Regardez du haut des
murs de la ville si la miséricorde de Dieu vient à notre secours.» Car
il espérait, grâce à Dieu, voir arriver Aétius, que, prévoyant
l'avenir, il avait été trouver à Arles. Mais, regardant du haut des
murs, ils ne virent personne, et l'évêque leur dit: «Priez avec
ferveur, car Dieu vous délivrera aujourd'hui.» Ils se mirent à prier,
et il leur dit: «Regardez une seconde fois.» Et ayant regardé, ils ne
virent personne qui vînt à leur secours. Il leur dit pour la troisième
fois: «Si vous le suppliez sincèrement, Dieu vous secourra bientôt.»
Et ils imploraient la miséricorde du Seigneur avec de grands
gémissements et de grandes lamentations. Leur prière achevée, ils
vont, sur l'ordre du vieillard, regarder pour la troisième fois du
haut des murs, et ils aperçoivent de loin comme un nuage qui s'élevait
de terre. Ils le dirent à l'évêque, qui leur dit: «C'est le secours de
Dieu.» Cependant les murs, ébranlés déjà sous les coups du bélier,
allaient s'écrouler, lorsque voilà Aétius qui arrive, voilà
Théodoric, roi des Goths, et Thorismond son fils, qui accourent vers
la ville avec leurs armées, repoussant l'ennemi et le mettant en
déroute.

    GRÉGOIRE DE TOURS, _Histoire ecclésiastique des Franks_, livre II.

   Saint Grégoire de Tours, né en Auvergne vers 540, mort vers 595,
   fut élu évêque de Tours en 577. Il joua un rôle important et
   résista à Chilpéric et à Frédégonde dans quelques circonstances.
   Son histoire s'étend de 417 à 591; c'est un document précieux pour
   l'histoire de nos origines.


VIE DE SAINTE GENEVIÈVE.

Sainte Geneviève naquit vers l'an 422, à Nanterre, près de Paris. Elle
avait sept ans environ, lorsque saint Germain, évêque d'Auxerre, et
saint Loup, évêque de Troyes, passèrent à Nanterre en allant en
Angleterre, pour y combattre l'hérésie pélagienne[236]. A leur
arrivée, une foule de gens, attirés par la réputation de leur
sainteté, s'assembla autour d'eux pour recevoir leur bénédiction.
Geneviève y alla avec les autres, conduite par son père et sa mère;
mais saint Germain, par un instinct de l'esprit de Dieu, la discerna
au milieu de la foule, et l'ayant fait approcher, il dit à son père et
à sa mère que cette petite fille serait grande devant Dieu, et que son
exemple attirerait à lui plusieurs personnes. Il demanda ensuite à
Geneviève si elle voulait se consacrer à J.-C. comme son épouse. Elle
lui répondit que c'était tout son désir; et il l'amena à l'église, où
il lui tint la main sur la tête pendant le temps de la prière.

  [236] Pelage, auteur de cette hérésie, était un moine né en
  Angleterre, qui enseignait que l'homme naissait sans péchés, et
  qu'il pouvait vivre dans l'innocence et parvenir au royaume du
  ciel sans le secours de la grâce de Dieu.

Le lendemain matin, le saint évêque l'ayant prise à part, lui demanda
si elle se souvenait de ce qu'elle avait promis la veille. «Oui,
dit-elle, et j'espère l'observer par le secours de Dieu et par vos
prières.» Alors saint Germain, regardant à terre, vit une médaille de
cuivre où la croix était empreinte. Il la lui donna en lui
recommandant de la porter à son cou. Puis il ajouta ces paroles
remarquables: «Ne souffrez pas que votre cou ou vos doigts soient
chargés d'or, d'argent ou de pierreries; car si vous aimez la moindre
parure du siècle, vous serez privée des ornements célestes et
éternels.»

Peu de temps après le départ des deux évêques, sa mère allant à
l'église en un jour de fête solennelle, voulut l'obliger à rester à la
maison. Geneviève la conjura en pleurant de lui permettre d'y aller
aussi, et comme elle continuait de lui faire de vives instances, cette
femme entra en colère et lui donna un soufflet. Son emportement fut
puni sur-le-champ; elle perdit la vue et demeura aveugle près de deux
ans. Enfin, se souvenant de la prédiction de saint Germain, et poussée
par un mouvement extraordinaire de foi, elle dit à sa fille de lui
apporter de l'eau de puits et de faire le signe de la croix dessus.
Geneviève en ayant apporté et ayant fait le signe de la croix, sa mère
s'en lava les yeux trois fois, et recouvra la vue entièrement.

Geneviève reçut le voile sacré de la main de l'évêque de Paris. Après
la mort de son père et de sa mère, elle se retira à Paris, chez une
dame qui était sa marraine et qui l'avait invitée à venir demeurer
avec elle. Dès l'âge de quinze ans elle commença à ne manger que deux
fois la semaine, le dimanche et le jeudi; et ces jours-là même elle
prenait pour toute nourriture du pain d'orge, avec des fèves cuites
depuis une semaine ou deux, et ne buvait jamais que de l'eau. Elle
continua ce genre de vie si austère jusqu'à l'âge de cinquante ans,
où, par le conseil des évêques, pour qui elle eut toujours un profond
respect, elle commença d'user d'un peu de lait et de poisson. Un jeûne
si rigoureux était soutenu par une prière fervente et presque
continuelle. Elle y répandait en la présence de Dieu une si grande
abondance de larmes, que le lieu où elle priait ordinairement en était
tout trempé. Elle passait en prières la nuit du samedi au dimanche,
pour se préparer à célébrer le jour du Seigneur. Elle se disposait à
la fête de Pâques par une retraite qui durait depuis l'Épiphanie
jusqu'au jeudi saint.

La vertu de Geneviève fut longtemps éprouvée par de grandes
persécutions, et attaquée par les calomnies les plus atroces. La
sainte n'y répondit que par une patience à toute épreuve, et elle se
contenta de pleurer et de prier dans le secret pour ses ennemis et ses
calomniateurs. Saint Germain d'Auxerre passant à Paris, dans son
second voyage d'Angleterre, un de ses premiers soins fut de s'informer
de Geneviève. Alors le peuple se déchaîna contre elle et traita sa
vertu d'hypocrisie et de superstition; mais ce saint évêque, pour
faire voir qu'il en jugeait bien autrement, lui alla rendre visite et
la traita avec un respect qui fut admiré de tout le monde.

Attila, roi des Huns, après avoir ravagé plusieurs provinces de
l'empire romain, était entré dans la Gaule avec une armée formidable.
Cette nouvelle répandit l'alarme dans Paris; les habitants, ne se
croyant pas en sûreté dans leur ville, étaient résolus de se retirer
avec leurs biens dans des places plus fortes. Au milieu de cette
consternation universelle, Geneviève assembla les femmes, et les
exhorta à détourner les fléaux de la colère de Dieu par les prières et
les jeûnes. Elles la crurent, et passèrent plusieurs jours à prier
dans l'église. Mais notre sainte s'efforça en vain de persuader la
même chose aux hommes; elle eut beau leur représenter qu'ils devaient
mettre leur confiance en Dieu, que leur ville serait conservée, et que
celles où ils prétendaient se retirer seraient pillées et saccagées
par les Barbares, ils la traitèrent de fausse prophétesse, et leur
rage contre elle alla jusqu'à vouloir attenter à sa vie. Mais le
moment où Geneviève semblait avoir tout à craindre était celui que
Dieu avait marqué pour la délivrer; il changea tout d'un coup les
cœurs les plus emportés, à l'arrivée de l'archidiacre d'Auxerre, qui
leur montra les eulogies[237] qu'il apportait à Geneviève de la part
de saint Germain. Ils renoncèrent dès ce moment à leurs mauvais
desseins contre elle, et quand ils virent que l'événement avait
confirmé sa prédiction, que les Huns n'approchaient pas de leur ville,
ils n'eurent plus pour elle que des sentiments de vénération et de
confiance.

  [237] Les eulogies étaient des présents de choses bénites que
  l'on s'envoyait, en ces temps-là, en signe d'union et d'amitié.

La sainteté extraordinaire de sa vie fut récompensée par le don des
miracles. Cette vertu l'accompagnait partout, et l'on venait de toutes
parts implorer son secours. Elle mourut au commencement du sixième
siècle, âgée d'environ quatre-vingt-dix ans. Son corps fut inhumé dans
l'église des apôtres saint Pierre et saint Paul, qui porta plus tard
le nom de Sainte Geneviève. Ses reliques y reposent encore[238]; et
les bienfaits que Dieu accorde à ceux qui recourent à cette sainte
attirent tous les jours dans son église un grand concours de peuple.

    RICHARD, _Abrégé des vies des Saints_, 2 vol. in-18, chez Didot, t. I, p. 39.

  [238] Elles ont été sauvées en 1793.


RÉSISTANCE DE L'ARVERNIE CONTRE LES WISIGOTHS.

  471-475.

Dès 471, Euric avait commencé contre les Arvernes une guerre qui
n'était point encore terminée à la fin de 474, et dont l'historien
peut à peine aujourd'hui donner un aperçu général[239]. Il paraît que,
durant tout l'intervalle indiqué, Euric fit chaque année une ou
plusieurs irruptions en Arvernie, la parcourant et la ravageant dans
toutes les directions, détruisant partout les habitations et les
récoltes, forçant les cultivateurs à se réfugier dans les montagnes.
Ce fut le privilége et le malheur de cette belle province, d'être
particulièrement convoitée par tous les conquérants de la Gaule. Dans
son empressement de la voir à lui, Euric aimait mieux l'occuper
appauvrie et dévastée que de courir le risque d'en attendre trop
longtemps la conquête. Il ne s'en tenait pas au dégât des campagnes;
plusieurs fois il marcha sur la capitale, l'assiégea et la réduisit à
de dures extrémités. Mais les Arvernes tenaient bon; l'hiver venait;
il fallait lever le siége et attendre le printemps pour reprendre le
même cours d'hostilités.

  [239] Les lettres de Sidoine Apollinaire sont aujourd'hui le seul
  document d'après lequel on puisse se faire quelque idée de cette
  guerre. La troisième du livre 3 est particulièrement intéressante
  parmi celles qui ont rapport à ce sujet.

C'était au nom et pour la défense de l'Empire que les Arvernes
supportaient une si pénible guerre, et le gouvernement impérial n'en
savait rien, ou n'en prenait pas le moindre souci; il ne leur envoyait
pas un soldat, il ne prononçait pas un mot d'intervention en leur
faveur. Les rois Burgondes sont la seule puissance dont il y a lieu
de croire qu'ils obtinrent quelques secours, mais des secours
intéressés et suspects. Ces rois étaient jaloux d'Euric, ils
s'inquiétaient des accroissements de sa puissance, et il était de leur
politique de soutenir contre lui un peuple disposé à lui résister avec
énergie et qu'ils projetaient eux-mêmes de soumettre. Du reste,
l'histoire n'a gardé aucune marque certaine de la part que les
Burgondes prirent à cette guerre. Nous y voyons les Arvernes
habituellement réduits à leurs seules forces, commandées par leur
illustre compatriote Ecdicius, dont les exploits, durant cette
première période de la lutte, ne sont malheureusement pas connus.

Après Ecdicius, le personnage qui joua le plus grand rôle dans cette
guerre fut Sidoine Apollinaire, devenu évêque de Clermont à l'époque
où elle commença, ou bientôt après. Sidoine n'était guère connu jusque
là que comme un écrivain ingénieux et par des variations politiques
brusques et nombreuses; aussi ne devait-on pas s'attendre à l'énergie
et à la constance qu'il montra dans sa nouvelle position. Plein de
haine et de mépris pour les Barbares sans distinction, aussi fier du
titre de Romain qu'il aurait pu l'être au temps des Scipions, Sidoine
employa tout l'ascendant de l'épiscopat à inspirer aux Arvernes son
horreur des Goths, son respect pour les anciennes gloires de Rome, son
dévouement à l'Empire, bien que déchu. On ne vit jamais tant de
patriotisme romain secondé par tant de ferveur chrétienne.

Les fameuses processions expiatoires, dites des _Rogations_, venaient
d'être instituées par saint Mamert, évêque de Vienne, pour obtenir du
ciel la cessation de divers fléaux surnaturels qui avaient désolé son
diocèse. Ces mêmes processions, Sidoine les faisait autour de
Clermont, pour en affermir les remparts contre les assauts d'Euric, et
il écrivait là-dessus à saint Mamert lui-même une lettre dont
quelques traits méritent d'être cités. «Le bruit court que les Goths
sont en mouvement pour envahir le territoire romain; et c'est toujours
notre pays, à nous, malheureux Arvernes, qui est la porte par où se
font ces irruptions. Ce qui nous inspire la confiance de braver un tel
péril, ce ne sont pas nos remparts calcinés, nos machines de guerre
vermoulues, nos créneaux usés au frottement de nos poitrines; c'est la
sainte institution des Rogations. Voilà ce qui soutient les Arvernes
contre les horreurs qui les environnent de toutes parts[240].»

  [240] _Lettres_, VII, I.--Sa date est de 472 ou 473.

Le sort de l'Arvernie était encore incertain, lorsqu'il se fit en
Italie un changement qui en décida. L'empereur d'Orient, Léon, prenant
enfin son parti de donner à l'Occident un souverain avec lequel il pût
s'entendre, fit choix de Julius Nepos, pour l'envoyer en Italie, avec
le titre d'empereur. Julius Nepos arrivé à Ravenne au mois de juin
474, y fut accueilli avec joie. L'empereur fait par le Burgonde
Gondebaud, Glycérius, fut déposé, tonsuré et fait évêque. Nepos
n'attendit pas les messages des Arvernes pour prendre une décision sur
les affaires de la Gaule. La chose était d'autant plus urgente qu'il y
avait tout lieu de croire qu'Euric, sans suspendre ses attaques contre
les Arvernes, était sur le point de se porter au delà du Rhône et
d'envahir le peu de territoire qui restait à l'Empire entre ce fleuve
et les Alpes.

Nepos fit donc partir en toute hâte pour la Gaule Licinianus de
Ravenne, personnage plus considéré encore pour l'intégrité de son
caractère que pour son rang de questeur. Il apportait à Ecdicius le
titre de patrice, qui lui avait été promis par l'empereur Anthémius,
et qu'il venait de gagner par la belle résistance qu'il avait opposée
à Euric[241]. Ce n'était là que la moindre partie de sa mission, mais
il y a de l'obscurité sur tout le reste. Nous verrons tout à l'heure
trois évêques, Græcus de Marseille, Fauste de Riez, Leontius d'Arles,
investis de pouvoirs extraordinaires pour traiter de la paix avec
Euric; il est plus que probable que ces pouvoirs leur furent conférés,
au nom de l'empereur Nepos, par le questeur Licinianus. Enfin il
paraît que, soit à Narbonne, soit à Toulouse, cet envoyé eut une
conférence avec Euric. Il n'existe pas le moindre indice des résultats
de cette conférence; mais, s'il est permis de les construire sur
l'ensemble des événements qui s'y rattachent, on n'est point
embarrassé à les deviner. Il est évident que l'Empire convint avec
Euric de lui abandonner tous les pays qu'il avait déjà conquis jusqu'à
la Loire et jusqu'au Rhône, y compris l'Arvernie elle-même, à
condition qu'il ne franchirait pas ces nouvelles limites.

  [241] _Sidoine Apollinaire_, Lettres, V, 16.

Ce fut très-probablement au mois de juillet ou d'août de l'an 474
qu'eut lieu cette négociation, ou, pour rester dans des termes plus
généraux, la mission du questeur Licinianus. Les Arvernes, dont le
territoire était en ce moment libre d'ennemis, furent aisément
informés de l'arrivée du questeur et s'attendaient, d'un jour à
l'autre, à apprendre quelque chose de positif sur l'objet de son
voyage, lorsque les Goths, reparaissant tout à coup devant Clermont,
en recommencèrent le siége et leur coupèrent toute communication avec
le reste de la Gaule.

Des divers siéges soutenus par les Arvernes contre les armées d'Euric,
celui-ci est le dernier, probablement le plus mémorable, et le seul au
sujet duquel on trouve quelques détails épars çà et là dans diverses
lettres de Sidoine Apollinaire. Je les ai soigneusement recueillis,
en tâchant de les coordonner et de les réduire d'une expression
oratoire maniérée à une expression plus historique et plus simple.

Rien n'annonce que l'armée des assiégeants fût commandée par Euric en
personne; il est plus probable qu'elle l'était par ses généraux. Elle
n'était pas uniquement composée de Goths; beaucoup de Gallo-Romains en
faisaient partie, lesquels, si résignés qu'ils fussent à la domination
d'Euric, ne le servaient probablement pas sans répugnance et sans
douleur contre des hommes de même race et de même langue qu'eux.

Ecdicius, enfermé dans la place, la défendait cette fois comme les
précédentes; mais Ecdicius était un guerrier d'une bravoure toute
chevaleresque, pour lequel ce n'eût point été assez de résister à
l'ennemi, et qui voulait l'étonner. Un jour que les Goths paraissaient
fort animés à l'attaque des remparts, Ecdicius conçoit l'idée de faire
brusquement diversion à cette attaque; il sort à cheval, suivi
seulement de dix-huit compagnons aussi intrépides que lui, franchit
les fossés, paraît tout à coup dans le camp ennemi, et s'élance au
milieu d'un détachement de plusieurs milliers de Goths. Les premiers
qui l'ont reconnu sont saisis de frayeur et prennent la fuite. La
terreur gagne tout le détachement; elle gagne l'armée entière, qui,
renonçant à l'attaque des murs, se réfugie en désordre sur un
monticule voisin, poursuivie par Ecdicius, qui en tue quelques-uns des
plus braves, les derniers et les plus lents à fuir. L'intrépide
Arverne occupe un instant en vainqueur la plaine que vient de lui
abandonner l'ennemi, et rentre dans la ville aux applaudissements et
aux transports de tous les habitants qui l'ont vu du haut des
remparts. Il peut y avoir dans le merveilleux de ce trait quelque
chose qui tienne à l'exagération ou à l'omission de quelqu'une de ses
circonstances; mais, dût-on beaucoup en rabattre, il y resterait
encore de quoi prouver qu'en faisant la guerre aux Goths, Ecdicius
s'était conduit de manière à leur donner une haute idée de sa
bravoure.

C'était principalement par la famine et par la ruine générale du pays
que les assiégeants espéraient contraindre enfin les Arvernes à se
rendre; aussi détachaient-ils de tous côtés des corps de troupes pour
battre au loin la contrée, avec la consigne d'y tout détruire ou tout
enlever. Ecdicius résolut d'arrêter ces dégâts: il leva à ses frais,
organisa une petite armée mobile, à la tête de laquelle il tint la
campagne contre les corps détachés de l'ennemi qui la ravageaient, et
en traita plusieurs de manière à leur ôter toute envie de recommencer
leurs excursions.

Ecdicius eut alors le loisir de tenter une expédition plus hardie,
mais sur laquelle Sidoine a malheureusement laissé beaucoup de vague
et d'obscurité. Informé, à ce qu'il paraît, de la marche d'un renfort
qui arrivait aux assiégeants, il se porta avec sa petite armée
au-devant de lui, animé par l'espoir de l'anéantir. Il le rencontra à
la distance d'une ou deux marches de la ville. Un combat sanglant
s'engagea, lequel dura jusqu'à la nuit, chaque parti se maintenant sur
son terrain. Cependant les auxiliaires des assiégeants avaient
beaucoup plus souffert que la troupe d'Ecdicius, et ils étaient
résolus à battre en retraite sans attendre une nouvelle attaque. Une
considération les arrêtait: ils n'avaient pas eu le temps de donner la
sépulture aux nombreux cadavres des leurs restés sur le champ de
bataille, et ils regardaient comme une honte de les abandonner à un
ennemi qui pourrait les compter à son aise et les fouler aux pieds. Ce
scrupule et les déterminations qui s'ensuivirent indiquent, ce me
semble, des Barbares qui, dans ce cas, ne pouvaient guère être que des
Goths. Ces peuples attachaient, en général, la plus haute importance
et une sorte de point d'honneur à la sépulture de leurs guerriers
morts sur le champ de bataille.

Dans leur embarras, les adversaires d'Ecdicius coupèrent à leurs morts
la tête, qu'ils purent enterrer aisément, et laissèrent les corps là
où ils étaient tombés. Mais le jour venu, soit qu'ils eussent repris
courage, soit qu'ils éprouvassent à la vue de ces cadavres décapités,
une pitié qu'ils n'avaient pas d'abord sentie, ils se mirent à leur
donner la sépulture, mais à la hâte, sans l'ordre, sans le soin
accoutumés en pareil cas, et en hommes qui craignent à chaque instant
d'être interrompus; et ils le furent. Ecdicius les ayant attaqués et
les poussant de nouveau devant lui, tout ce qu'ils purent faire fut de
charger sur de nombreux chariots et d'emmener avec eux les corps
qu'ils n'avaient pas encore eu le temps d'ensevelir; mais à mesure
qu'ils rencontraient une habitation, une chaumière déserte, ils y
mettaient le feu et y jetaient quelques-uns de ces corps auxquels les
débris embrasés de la chaumière servaient à la fois de bûcher et de
tombeau.

Cependant les vivres, rares pour tous dans un pays ravagé plusieurs
années de suite, commençaient à manquer aux assiégés; ils étaient
réduits à manger les herbes qui poussaient dans les crevasses de leurs
murs, mais ils ne parlaient point de se rendre. Ils ne voyaient plus,
du haut de leurs remparts ébranlés, que villages et maisons
incendiées, que campagnes blanches d'ossements, et ils songeaient
encore à résister. L'hiver était venu; mais, en dépit de ses pluies,
de ses neiges, de ses longues et orageuses nuits, ils ne songeaient
point à abandonner la garde de leurs murs. Enfin, pour que rien ne
manquât aux misères des assiégés, ils se divisèrent en deux partis,
dont il paraît que l'un, croyant avoir assez souffert pour l'honneur,
partout ailleurs abandonné, du nom romain, voulait se rendre aux
Wisigoths. Ce fut le parti qui préférait mourir pour les lois romaines
à vivre sous la domination des Barbares, qui l'emporta jusqu'à la fin,
qui continua à combattre du haut de ses murs délabrés. Tant de
constance lassa les Wisigoths; ils levèrent le siége encore une fois,
et encore une fois les Arvernes respirèrent et se crurent libres.

Leur premier souci fut de savoir où en étaient les négociations entre
les Wisigoths et l'Empire. Sidoine Apollinaire écrivit à un noble et
puissant Narbonésien, nommé Félix, à portée d'être bien informé de
tout ce qu'il y avait déjà de fait ou de prêt à se faire à ce sujet,
et ce fut de lui, selon toute apparence, qu'il apprit qu'une paix
était sur le point d'être conclue entre Euric et l'empereur Nepos, par
l'intermédiaire des évêques de Marseille, de Riez et d'Arles, et que
la principale condition de cette paix était la cession de l'Arvernie
aux Wisigoths.

A cette nouvelle, Sidoine, outré de dépit et accablé de douleur,
écrivit à Græcus, l'un des trois évêques désignés, une lettre que je
traduis en entier, sauf deux ou trois traits de mauvais goût,
heureusement intraduisibles.

_Sidoine à Græcus._

«Le porteur accoutumé de mes lettres, Amantius, va, si du moins la
traversée est bonne, regagner son port de Marseille, emportant chez
lui, comme à l'ordinaire, quelque peu de butin fait ici. Je saisirais
cette occasion de jaser gaiement avec vous, s'il était possible de
s'entretenir de choses gaies quand on en subit de tristes. Or, c'est
où nous en sommes, dans ce coin disgracié de pays qui, si la renommée
dit vrai, va être plus malheureux par la paix qu'il ne l'a été par la
guerre. Il s'agit de payer la liberté d'autrui de notre servitude; de
la servitude des Arvernes, ô douleur! de ces Arvernes qui anciennement
osèrent se dire les frères des Latins, les descendants des Troyens;
qui, de nos jours, ont repoussé par leurs propres forces les attaques
des ennemis publics, et qui, souvent assiégés par les Goths, loin de
trembler dans leurs murailles, ont fait trembler leurs adversaires
dans leurs camps!

«Ce sont ces mêmes Arvernes qui, lorsqu'il a fallu tenir tête aux
Barbares de leur voisinage, ont été à la fois généraux et soldats.
Dans les vicissitudes de ces guerres, tout le fruit du succès a été
pour vous, pour eux tout le désastre des revers.

«Cette paix, dont on parle, est-elle donc ce qu'ont mérité nos
privations, nos murs et nos champs ravagés par le fer, le feu et la
peste, nos guerriers exténués par la fatigue? Est-ce dans l'espoir
d'une paix semblable que nous nous sommes nourris des herbes cueillies
dans les crevasses de nos remparts, fréquemment empoisonnées par des
plantes vénéneuses que nous ne savions point discerner, et cueillies
d'une main aussi livide qu'elles? Tous ces actes, de tels actes de
dévouement n'auront-ils, comme on l'assure, abouti qu'à notre perte?

«Ah! ne souffrez pas, nous vous en conjurons, un traité si funeste et
si honteux! vous êtes les intermédiaires de toutes les négociations;
c'est à vous les premiers que sont communiqués, en l'absence de
l'Empereur, les décisions prises, et soumises les décisions à prendre.
Écoutez donc, nous vous en conjurons, écoutez une âpre vérité, un
reproche qui doit être pardonné à la douleur; vous vous réunissez
rarement, et quand vous vous réunissez, c'est moins pour remédier aux
maux publics que pour traiter de vos intérêts privés. A force d'actes
pareils, vous ne serez bientôt plus les premiers, mais les derniers
des évêques. Le prestige ne saurait durer, et ceux là ne seront pas
longtemps qualifiés de supérieurs auxquels les inférieurs ont déjà
commencé à manquer.

«Empêchez donc, rompez à tout prix une paix si honteuse. Nous faut-il
combattre encore, être encore assiégés, être encore affamés? Nous
sommes prêts, nous sommes contents. Mais si nous sommes livrés,
n'ayant point été vaincus, il sera constaté que vous avez trouvé, en
nous livrant, un lâche expédient pour faire votre paix avec le
Barbare.

«Mais à quoi bon lâcher le frein à une douleur excessive! N'accusez
pas des affligés. Tout autre pays libre en serait quitte pour la
servitude: le nôtre doit s'attendre à des châtiments. Ainsi donc, si
vous ne pouvez nous sauver, obtenez du moins par vos instances la vie
sauve à ceux qui vont perdre la liberté. Apprêtez des terres pour les
exilés, des rançons pour les captifs, des provisions pour ceux qui
auront voyage à faire. Si nos murs s'ouvrent à l'ennemi, que les
vôtres ne soient pas fermés à des hôtes[242].»

  [242] _Lettres_, VII, 7.

Cette lettre fit peut-être rougir un peu ceux à qui elle s'adressait,
mais elle ne fit rien de plus. La paix, déjà convenue entre l'Empire
et les Wisigoths, fut définitivement conclue à des conditions dont une
seule est bien connue, la cession de l'Arvernie à ces derniers.

Euric se hâta d'occuper cette belle province. Il en donna le
gouvernement, avec le titre de duc, à un nommé Victorius, qui en était
l'un des principaux personnages. Sidoine Apollinaire et Grégoire de
Tours, qui ont eu l'un et l'autre l'occasion de parler de ce
Victorius, en parlent d'une manière fort diverse. Le premier en fait,
bien qu'en termes généraux, un éloge flatteur, et manifeste pour lui
beaucoup de considération et d'attachement[243]; Grégoire de Tours le
représente comme un mauvais magistrat, qui se fit détester pour ses
violences et ses impudiques déportements, au point qu'il fut obligé de
s'enfuir, afin d'échapper aux Arvernes qui voulaient le tuer[244].

  [243] _Lettres_, VII, 17.

  [244] _Hist. des Franks_, II, 20.

Ce qu'il importe le plus de remarquer à propos de ce premier
gouverneur wisigoth de l'Arvernie, c'est qu'il était non-seulement
Gallo-Romain, mais Arverne, et que son choix annonçait, de la part
d'Euric, la volonté expresse de laisser à ses nouveaux sujets l'usage
des lois et de l'administration romaines.

Du reste, l'occupation de l'Arvernie par Euric ne fut pas si prompte
que ceux des Arvernes qui s'étaient le plus compromis envers lui, par
leur résistance obstinée, n'eussent le temps de s'enfuir. Plusieurs se
dispersèrent de divers côtés, préférant les misères de l'exil à la
domination de Barbares hérétiques. Le brave Ecdicius se réfugia à la
cour de l'un des deux rois burgondes. Sidoine Apollinaire n'était pas
moins compromis que lui; mais il ne crut pas qu'il lui fût permis
d'abandonner son église, et il attendit avec résignation la sentence
d'Euric à son sujet. Elle ne fut pas aussi rigoureuse qu'il aurait pu
le craindre; il fut momentanément envoyé en exil à Livia, sur les
frontières de la Gaule et de l'Espagne.

    FAURIEL, _Histoire de la Gaule Méridionale_, t. I, p. 324.

   Fauriel, né en 1772, à Saint-Etienne, mort en 1844, professeur de
   littérature étrangère à la Sorbonne, est l'un des historiens
   critiques les plus éminents de notre époque. Son _Histoire de la
   Gaule méridionale sous les conquérants Germains_ (4 vol. in-8º,
   1836) est son principal ouvrage: on lui doit encore une _Histoire
   de la poésie provençale_ (3 vol. in-8º, 1846).


EURIC, ROI DES WISIGOTHS.

  466-483.

Il est fâcheux que l'histoire ait laissé dans une obscurité si
profonde tout ce qui tient aux relations de ce chef avec diverses
nations barbares, germaniques ou autres, dont il paraît qu'il était
devenu le patron et l'arbitre. Cassiodore[245] dit en termes formels
qu'il avait puissamment aidé de ses subsides les rois des Varnes, des
Hérules et des Thuringiens, et fait cesser la guerre que leur avaient
déclarée leurs voisins. D'autres écrivains font allusion à ses
victoires sur les Sicambres de la confédération franque et sur les
tribus barbares des bords du Wahal, qui étaient aussi, selon toute
apparence, des tribus franques[246]. Mais si obscures et si
incomplètes que soient sur toutes ces choses les indications des
historiens, elles suffisent néanmoins pour constater qu'Euric était le
roi le plus puissant de son époque, et que sa cour était devenue une
espèce de centre autour duquel s'agitaient, comme pour se rallier ou
chercher un point d'appui, les parties disloquées de l'empire
d'Occident.

  [245] _Cassiod. Chronic._, ad ann. 483.

  [246] Sidoine Apollinaire, _Lettres_, VIII, 3, 9.

Il y a dans Sidoine une lettre curieuse qui peut aider à éclaircir un
peu ces indices historiques, et dont, par cette raison, je crois bien
faire de donner quelques extraits.

Euric, en prenant possession de la province et de la capitale des
Arvernes, avait relégué Sidoine Apollinaire à Livia, dans la Cerdagne.
Il paraît que cet exil ne fut pas long, et que le digne évêque obtint
aisément d'Euric l'autorisation de retourner à son siége. Il en reprit
aussitôt le chemin (477); mais il lui fallut passer par Bordeaux pour
y voir le roi, qui s'y trouvait, soit qu'il ne voulût que le remercier
de sa délivrance, soit qu'il eût à traiter avec lui de quelque
affaire. Deux mois se passèrent avant qu'Euric pût lui donner
audience.

Ce fut pour abréger un peu ce long intervalle d'attente et d'oisiveté
que Sidoine écrivit à Lampridius, le rhéteur alors le plus fameux de
Bordeaux, une lettre curieuse pour l'histoire littéraire de l'époque,
accompagnée d'une pièce de vers plus curieuse encore comme document
historique[247]. C'est un tableau de la cour d'Euric.

  [247] _Lettres_, VIII, 9 (on la trouvera traduite tout entière,
  p. 329).

Ce roi, si occupé de guerre, de conquêtes et de sa prépondérance
politique au dehors, fit plus qu'aucun de ses prédécesseurs pour la
culture morale et sociale de son peuple. Jusqu'à lui les Wisigoths
n'avaient été gouvernés que par des usages traditionnels; il leur
donna le premier des lois écrites, qui furent comme le noyau ou le
germe du code méthodique et complet auquel travaillèrent après lui la
plupart de ses successeurs, et si connu sous le nom de code des
Wisigoths.

Euric mourut à Arles en 483, laissant un fils unique Alaric. Aussitôt
après sa mort, Alaric II fut proclamé son successeur à Toulouse,
restée la capitale de leur royaume, même après l'acquisition d'Arles
et de Tarragone.

Euric aspirait à la domination de la Gaule entière, et non-seulement
la tâche n'était point au-dessus de ses forces, mais elle était, à ce
qu'il semble, assez avancée. Il est probable que s'il eût vécu
seulement quelques années de plus, il serait parvenu à établir, dans
cette contrée comme en Espagne, une sorte d'unité politique, qui
aurait pu en modifier heureusement l'avenir. Alaric II, jeune prince
doué de bonnes inclinations, mais mollement élevé et n'ayant aucune
des grandes qualités de son père, se trouva incapable de poursuivre
l'exécution de ses plans et de compléter ses conquêtes.

    FAURIEL, _Histoire de la Gaule méridionale_, t. I, p. 344.


LA COUR DU ROI EURIC A BORDEAUX.

Déjà depuis plus de deux mois, la lune me voit confiné dans ces lieux;
je n'ai paru qu'une fois aux regards du souverain, qui n'a pas
beaucoup de loisir pour moi, car le monde subjugué lui demande aussi
réponse.

Ici, nous voyons le Saxon aux yeux bleus, lui naguère le roi des
flots, maintenant trembler sur la terre. Des ciseaux placés sur le
sommet du front n'atteignent pas seulement les premières touffes, mais
coupent jusqu'à leurs racines ses cheveux qui, tranchés ainsi au
niveau de la peau, donnent à sa tête une forme plus courte, et font
paraître son visage plus long.

Là, vieux Sicambre, après que tu as été vaincu et que l'on t'a
dépouillé de ta chevelure, tu rejettes en arrière sur ta tête les
cheveux qui te reviennent.

Ici, porte ses pas errants l'Hérule aux joues bleuâtres, lui qui
habite les côtes les plus reculées de l'Océan, et dont le visage
ressemble presque à l'algue des mers.

Ici, le Burgonde, haut de sept pieds, fléchit souvent le genou, et
demande la paix.

L'Ostrogoth trouve dans Euric un protecteur puissant, traite avec
rigueur les Huns ses voisins; et les soumissions qu'il fait ici le
rendent fier ailleurs.

Et toi, Romain, c'est ici que tu viens demander du secours, et que tu
implores contre les phalanges des régions de Scythie l'appui d'Euric,
lorsque la grande ourse menace de quelques troubles. Ainsi par la
présence de Mars qui règne sur ces bords, la Garonne puissante protége
le Tibre affaibli. Le Parthe Arsace lui-même demande qu'il lui soit
permis, en payant un tribut, de régner en paix dans son palais de
Suse. Car, sachant qu'il se fait de grands préparatifs de guerre sur
le Bosphore, il n'espère pas que la Perse, consternée au seul bruit
des armes, puisse être défendue sur les rives de l'Euphrate; et lui,
qui se fait appeler le parent des astres, qui s'enorgueillit de sa
fraternité avec Phébus, descend néanmoins aux prières et se montre
simple mortel.

Au milieu de tout cela, mes jours se perdent en des retards inutiles;
mais toi, Tityre, cesse de provoquer ma muse; loin de porter envie à
tes vers, je les admire plutôt, moi qui, n'obtenant rien et employant
en vain les prières, suis devenu un autre Mélibée.

  SIDOINE APOLLINAIRE, _Lettres_, liv. VIII, lettre 9, adressée à
    son ami Lampridius. (Traduction de MM. Collombet et Grégoire.)

   Sidoine Apollinaire, né à Lyon en 430, mourut à Clermont en 488. Il
   était d'une illustre famille, et avait épousé la fille d'Avitus,
   qui fut empereur en 455. Après avoir pris part aux affaires de la
   Gaule, Sidoine fut élu évêque de Clermont, et rendit de grands
   services à son diocèse, surtout pendant la guerre contre Euric.
   Très-lettré et l'un des poëtes distingués de son temps, Sidoine a
   laissé des lettres et vingt-quatre pièces de vers, qui sont au
   nombre des principaux documents de l'histoire du cinquième siècle.


CONDUITE DU CLERGÉ ENVERS LES CONQUÉRANTS GERMAINS.

Le désastre inouï des invasions et des victoires des Barbares au
cinquième siècle n'avait pas seulement bouleversé tous les intérêts
matériels, humilié les vanités de tout grade, accumulé sur toutes les
conditions tous les genres de misère et de douleur; il avait fortement
ébranlé les imaginations; il y avait jeté des doutes funestes, de
sombres idées d'avenir, des regrets amers du passé; il avait troublé
des opinions chrétiennes qui n'étaient point encore suffisamment
affermies, celles surtout du gouvernement providentiel de Dieu,
gouvernement attentif à tous les événements de ce monde, les dirigeant
tous avec une intelligence et une justice suprêmes. Les chrétiens ne
savaient comment concilier, avec un tel gouvernement, les calamités
sans mesure et sans nombre qui changeaient brusquement la face du
monde et semblaient livrer à la barbarie les résultats accumulés de la
civilisation du genre humain.

Quant aux païens, ils étaient moins embarrassés; ils n'hésitaient pas
à voir, dans ces calamités, les conséquences et la punition de
l'abandon du culte ancien, et ils imputaient franchement au
christianisme toutes les hontes, tous les revers et tous les maux de
l'Empire. Ces clameurs païennes avaient éclaté au milieu des terreurs
de l'invasion de Radagaise[248]; elles avaient redoublé à la prise de
Rome par Alaric, et rien de ce qui s'était passé depuis n'était fait
pour leur imposer silence.

  [248] Roi des Suèves qui dévasta l'Italie septentrionale, fut
  battu, pris et décapité en 406.

Presque également alarmée des blasphèmes de ses adversaires et des
doutes des siens, l'Église ne pouvait se dispenser de s'expliquer sur
ce qui provoquait les uns et les autres, et de prouver, si elle le
pouvait, que les malheurs de l'Empire et les prospérités des Barbares
n'avaient rien d'incompatible avec la doctrine du gouvernement
providentiel de Dieu. Sa tâche n'était pas aisée; mais elle n'était
pas au-dessus du génie qui se l'imposa le premier. Ce fut saint
Augustin. Pressé de remplir cette haute tâche, l'illustre évêque se
mit, dès 413, trois ans après la prise de Rome, à écrire son immense
et célèbre traité de la _Cité de Dieu_, l'ouvrage le plus hardi et le
plus profond qui eût été jusque-là composé en faveur du christianisme.

L'objet de cet ouvrage était de prouver qu'il ne faut point chercher
dans ce monde le but du gouvernement de Dieu, ni le terme de ses
desseins sur l'homme. Ce monde, en effet, est rempli de maux et de
biens communs aux bons et aux méchants, et dont cette communauté même
indique suffisamment l'imperfection, l'incomplet et la nature
transitoire. Au delà de ce monde, de cette cité de passage et
d'épreuve, il y a une autre cité, une cité éternelle, celle de Dieu,
où tout est justice, où le mal n'existe plus que comme punition, le
bien que comme récompense. Le plus aride extrait de ce grand ouvrage
serait encore trop étendu pour trouver place ici. Je n'en puis citer
que des passages isolés qui ont directement trait à mon dessein; ce
sont ceux où il s'agit de la conduite des Wisigoths à Rome, quand ils
l'eurent prise, et des rapprochements par lesquels saint Augustin
relève cette conduite, cherchant à la présenter sous le jour qui
convenait à ses vues. Voici un de ces passages:

«Tout ce qu'il y a eu, dans ce récent désastre de Rome, de ravages, de
massacres, de pillages, d'incendies, de misères, tout cela est arrivé
conformément à toutes les guerres. Mais ce qu'il y a eu là de nouveau,
d'inouï en cas pareil, c'est que la férocité barbare se soit montrée
adoucie au point que de vastes basiliques aient été choisies pour être
remplies d'hommes à épargner, comme des lieux où nul ne serait frappé,
d'où nul ne serait enlevé, où l'on conduirait pour les sauver tous
ceux qu'aurait épargnés la pitié des ennemis, où nul ne serait fait
prisonnier, pas même par ceux des Barbares restés féroces. Quiconque
ne voit pas que tout cela doit être attribué au nom du Christ et aux
temps chrétiens est aveugle. Quiconque le voit et n'en loue pas Dieu
est un ingrat, et quiconque s'offense de l'en entendre louer est un
insensé. Que tout homme sage prenne bien garde à ne pas faire honneur
de pareilles choses à la férocité des Barbares. Celui-là seul a
épouvanté, a enchaîné, a miraculeusement adouci ces âmes sauvages et
brutes, qui a dit si longtemps d'avance: «Je visiterai leur iniquité
la verge à la main[249].»

  [249] _De Civitate Dei_, lib. I, 7.

Dans un second passage, saint Augustin rapproche les cruautés des
proscriptions de Sylla de celles des Wisigoths à la prise de Rome.
Après un énergique et sombre tableau des premières, il poursuit en ces
termes:

«Où est, de la part des nations étrangères, un exemple de rage, ou de
la part des Barbares un exemple de férocité à comparer à cette
victoire de citoyens sur leurs concitoyens? Qu'a vu Rome de plus
funeste, de plus atroce, de plus terrible, de l'ancienne irruption des
Gaulois, de celle toute récente des Goths, ou des fureurs de Marius,
de Sylla et des autres illustres personnages de leurs factions? Les
Gaulois, il est vrai, égorgèrent le sénat et tout ce qu'ils
rencontrèrent dans la ville; mais le Capitole tint contre eux, et à
ceux qui s'y trouvaient ils vendirent à prix d'or la vie qu'ils
auraient pu leur ôter, sinon par le fer, au moins par un siége. Les
Goths ont épargné tant de sénateurs qu'il y a lieu de s'étonner qu'ils
en aient fait périr quelques-uns. Mais, du vivant même de Marius,
Sylla occupa en vainqueur ce Capitole qui avait échappé aux Gaulois,
pour dicter de là les massacres, et fit égorger plus de sénateurs que
les Goths n'en avaient dépouillé[250].»

  [250] Liv. III, 29.

N'y a-t-il pas, dans ces considérations, quelque chose de tant soit
peu sophistique qui en affaiblit l'autorité? Il y avait eu dans Rome
prise d'assaut par les bandes d'Alaric, des dévastations, des
incendies, des pillages, des massacres, des outrages de toute espèce.
Mais à tout cela saint Augustin ne trouvait rien d'étrange; tout cela,
comme il dit, était ce qui arrive dans toutes les guerres. Qu'est-ce
donc qui l'étonnait? Qu'est-ce qui le faisait crier au miracle?
C'était qu'il n'y eût pas eu, à la prise de Rome, autant de ravages,
de massacres et de calamités qu'il aurait pu y en avoir; c'était qu'il
y eût eu des hommes épargnés, des Romains conduits par les Barbares
eux-mêmes dans des églises où leur vie et leur liberté devaient être
respectées. Il ne serait pas aisé de distinguer, dans cette
catastrophe, la part du fait ordinaire de celle du miracle; et
peut-être faut-il, pour être juste, attribuer une bonne partie de ce
miracle à l'effet de ce grand nom de Rome sur des Barbares à demi
chrétiens, qui commençaient à se policer, et commandés par un chef
dans les instincts duquel il y avait quelque chose de magnanime, qui
avait reçu de fortes impressions du spectacle de la civilisation, et
qui aurait mieux aimé gouverner Rome que la prendre pour la dévaster
et la piller.

Quoiqu'il en soit de la solution donnée par saint Augustin des
objections contre la Providence, tirées des calamités des invasions
germaniques, cette solution et les théories sur lesquelles elle était
fondée eurent la plus grande influence sur les opinions et la conduite
du clergé chrétien. Ce fut dans cette hardie création de la _Cité de
Dieu_ que les docteurs ecclésiastiques de l'Occident apprirent à
chercher les beaux côtés du caractère des Barbares et les raisons
providentielles de leurs succès. Partout où il y avait des Barbares,
la doctrine de saint Augustin devait être bien accueillie du clergé.
Elle devait l'être, et le fut mieux que partout ailleurs, en Gaule, où
les Barbares étaient plus puissants et plus nombreux, et où le clergé
comptait dans son sein beaucoup d'hommes ingénieux capables de faire
valoir les doctrines dont il s'agit, de les résumer, de les orner, de
les modifier selon les localités et les circonstances.

Prosper d'Aquitaine[251] ne se contenta pas d'en avoir mis la
substance en vers; il y revint dans un petit traité en prose sur _la
vocation des nations_, traité où il se félicite naïvement, et sans
détours oratoires, de ces immenses bouleversements de l'époque qui,
jetant des flots de Barbares païens parmi les nations civilisées et
chrétiennes, multipliaient d'autant pour les premiers les chances de
leur conversion.

  [251] Saint Prosper d'Aquitaine, né en 403, mort vers 463, est
  auteur d'une chronique estimée et d'un poëme intitulé: _les
  Ingrats_, dirigé contre l'hérésie du semi-pélagianisme.

Ce fut cette même doctrine que Salvien de Marseille exposa et abrégea
à sa manière dans son fameux traité du Gouvernement de Dieu. J'ai cité
de cet ouvrage des morceaux qui en indiquent suffisamment l'esprit et
l'objet. Salvien a voulu y démontrer que les véritables calamités de
l'Empire devaient être imputées au despotisme impérial, à l'avarice et
à la cruauté de ses agents, à l'insatiabilité du fisc, à la corruption
et à l'égoïsme des riches. Les irruptions des Barbares ne sont à ses
yeux que la juste punition de tous ces vices des gouvernants et des
gouvernés; elles ne sont que l'heureux terme de misères devenues
intolérables. Le royaume des Wisigoths lui apparaît comme un refuge
ouvert par miracle aux malheureux que l'administration impériale avait
réduits au désespoir. Dans ces terribles Wisigoths, au nom desquels
tout Romain devait rattacher tant de funestes souvenirs, Salvien ne
voit et ne veut voir que des hommes moins corrompus que les Romains.
Il ne se demande pas si, au despotisme et aux vices du gouvernement
impérial, il n'y avait pas quelque autre fin possible que la
domination des Barbares; si cette domination ne devait pas être
mortelle pour des lumières, pour des talents, pour des vertus,
résultat d'un état social dont elles compensaient toutes les
imperfections. Il n'y a pour lui, dans les conquêtes des Barbares,
qu'un fait pur et simple, un fait accompli, irrévocable, expression
directe et fidèle d'une volonté suprême attentive à tout et en tout
parfaitement équitable.

Salvien a bien parlé des Franks et des Burgondes, mais il n'en a parlé
que rarement, sans détail et sans intention expresse de se faire leur
apologiste. Mais ce qu'il ne fit pas, il se trouva pour le faire
d'autres évêques, d'autres prêtres, d'autres disciples de saint
Augustin. Nous verrons un peu plus tard que les Franks furent, de tous
les Barbares, ceux auxquels le clergé fit le plus d'avances et
prodigua le plus d'éloges. Je me bornerai à rapporter ici quelques
traits de la manière dont il envisagea l'invasion des Burgondes.

On a plusieurs homélies de saint Eucher, évêque de Lyon, de 434 à
454, homélies qui portent tous les caractères de compositions faites
pour le peuple et prononcées devant lui. Il y en a une qui contient un
passage curieux, relatif à la conquête des Burgondes, qui n'a point
été noté par l'histoire et qu'il est difficile d'y rattacher. Il
s'agit, je crois, de la prise et de l'occupation de Lyon; mais assez
peu importe d'ailleurs le fait précis de la conquête burgondienne
auquel se rapporte ce morceau. Ce qu'il y faut remarquer, c'est la
manière dont l'évêque caractérise les conquérants.

«Tout le pays, dit-il, tremblait à l'approche d'une nation puissante,
irritée; et cependant voilà que celui que l'on réputait barbare arrive
avec un cœur tout romain. Enfermés de toutes parts, les Barbares au
service des Romains, ne sachant ni soutenir le combat, ni recourir aux
prières pour fléchir le plus fort, repoussent insolemment la paix que
leur offrait le vainqueur. Quelle est donc la main par laquelle il se
fait que le chef (des Barbares), maître de faire ce qu'il veut, tourne
à l'improviste à la clémence quand nous provoquons sa colère? Qui a
rendu à tant de malheureux ce service que la fureur ne sache point
s'irriter, et que, vainqueur d'une sorte nouvelle, le vainqueur sache
s'attendrir sans en être prié[252]?»

  [252] Homeliæ S. Eusebii (Eucherii), p. 282.

Parler ainsi des Barbares, ranger ainsi solennellement leurs triomphes
dans les plans de la Providence, c'était se déclarer hautement pour
eux, c'était aller au-devant de leur domination; c'était leur offrir
les services et les conseils dont ils avaient besoin pour
l'organisation de leurs conquêtes. Or, de la part du clergé
gallo-romain, ces signes de dévouement, ces offres n'étaient pas à
dédaigner. Ce clergé était à la tête des masses de la population, il
exerçait sur elle la double autorité de la religion et des
magistratures civiles. Le fait était si évident que les Barbares
n'avaient pu tarder beaucoup à s'en apercevoir, ni s'en apercevoir
sans prendre une grande opinion du clergé, sans désirer l'avoir pour
auxiliaire.

D'un autre côté, les masses elles-mêmes, effarouchées de tous ces
gouvernements barbares auxquels elles allaient avoir affaire, avaient
le plus grand intérêt à ce que le clergé intervînt pour elles auprès
des conquérants, à ce qu'il prît de l'ascendant sur eux, à ce qu'il
usât de tous les moyens qu'il avait de les adoucir, de les éclairer,
de leur inspirer des idées d'ordre, de paix et d'humanité, d'en faire
les continuateurs, non du despotisme impérial, mais du gouvernement
romain. C'était une grande et noble mission auprès de ces conquérants
que le vœu général des Gallo-Romains imposait au clergé; et cette
mission, le clergé l'accepta; il la remplit avec zèle et habileté.
Sans doute il y trouva et finit par y chercher trop son intérêt
propre; mais il fit certainement beaucoup pour l'intérêt de tous; il
rendit de vrais services aux plus forts et aux plus faibles, aux
vainqueurs et aux vaincus.

    FAURIEL, _Histoire de la Gaule méridionale_, t. I, p. 562.


LETTRE DE SAINT REMI[253] A CLOVIS[254].

  481.

La grande nouvelle est venue jusqu'à nous, que tu as pris heureusement
l'administration des affaires militaires[255]. Ce n'est pas chose
nouvelle que tu commences à être ce que tes pères ont toujours été. Tu
dois surtout faire en sorte que le jugement de Dieu ne t'abandonne pas
maintenant que ton mérite et ta modération sont récompensés par ton
élévation au comble des honneurs, car tu sais que l'on dit
ordinairement que c'est par la fin que l'on juge les actions des
hommes. Tu dois choisir des conseillers qui puissent donner de l'éclat
à ta bonne renommée, te montrer chaste et honnête dans la gestion de
ton bénéfice[256], honorer les évêques et toujours recourir à leurs
conseils. Si tu es d'accord avec eux, tout ira bien dans la
province[257]. Protége tes citoyens[258], soulage les affligés,
secours les veuves, nourris les orphelins, afin que tous t'aiment et
te craignent. Que la justice sorte de ta bouche. Il ne faut rien
demander aux pauvres ni aux étrangers, et ne te laisse pas aller à
recevoir la moindre chose en présent. Que ton prétoire soit ouvert à
tous, et que personne n'en sorte triste. Tout ce que tu as hérité de
richesses de ton père, emploie-le à soulager les captifs et à les
délivrer du joug de la servitude. Si quelque voyageur est amené devant
toi, ne lui fais pas sentir qu'il est étranger. Joue avec les jeunes
gens, traite les affaires avec les vieillards, et si tu veux être roi,
fais-t'en juger digne[259].

  [253] Saint Remi, évêque de Reims, mourut en 533, âgé de
  quatre-vingt-seize ans, après avoir été évêque pendant
  soixante-quatorze ans.

  [254] Clovis à son avénement n'avait que quinze ans.

  [255] Childéric avait possédé la dignité romaine de maître des
  milices, et la transmit à Clovis. Tel est le sens que trouve M.
  Pétigny à la phrase _Rumor ad nos magnus pervenit,
  administrationem vos secundum rei bellicæ suscepisse_. D'autres
  croient qu'il s'agit d'une seconde expédition militaire et
  lisent: _administrationem vos secundam_.

  [256] Terres cédées par les empereurs romains aux Barbares, à la
  condition du service militaire.

  [257] La Gaule du nord, sur laquelle s'étendait son autorité
  comme officier de l'empire.

  [258] Les Gallo-Romains, en faveur desquels saint Remi intervient
  auprès de Clovis.

  [259] Le texte de cette lettre est dans Duchesne, _Script.
  francor._, t. I.


CLOVIS.

  481-511.

_Guerre contre Syagrius._

Childéric étant mort, Clovis, son fils, fut roi à sa place. Dans la
cinquième année de son règne, Syagrius, roi des Romains[260] et fils
d'Egidius, résidait dans la ville de Soissons, qu'Egidius avait prise
autrefois. Clovis ayant marché contre lui avec Ragnacaire, son parent,
qui était aussi en possession d'un royaume[261], il lui fit demander
de choisir un champ de bataille. Celui-ci ne différa point et n'hésita
pas à faire la guerre. La bataille s'engagea bientôt (486). Syagrius,
voyant son armée battue, prit la fuite, et se rendit auprès du roi
Alaric, à Toulouse, où il comptait trouver un asile. Clovis envoya
prier Alaric de le lui livrer, disant que s'il le gardait, il irait
lui faire la guerre. Alaric, craignant de s'attirer la colère des
Franks, car la crainte est habituelle aux Goths, livra aux envoyés de
Clovis Syagrius enchaîné. Clovis l'ayant reçu ordonna de le garder, et
s'étant emparé de son royaume, il le fit tuer secrètement.

  [260] Syagrius était patrice et non pas roi des cités
  gallo-romaines du bassin de la Seine.

  [261] Celui de Cambrai.

Dans ce temps, l'armée de Clovis pilla beaucoup d'églises, parce que
ce roi était encore plongé dans l'idolâtrie. Des soldats avaient
enlevé d'une église un vase remarquable par sa beauté et sa grandeur,
et tous les autres ornements du culte. L'évêque de cette église[262]
envoya auprès de lui des députés pour lui demander qu'on lui rendît au
moins ce beau vase, si l'on ne pouvait obtenir la restitution des
autres. Le roi ayant entendu ces paroles, dit à l'envoyé: Suis-moi
jusqu'à Soissons, parce que c'est là que l'on fera les parts du butin;
et lorsque le sort m'aura donné le vase, je ferai ce que demande
l'évêque. Après leur arrivée à Soissons, on plaça le butin au milieu
de la place, et le roi dit en montrant le vase dont nous venons de
parler: Je vous prie, mes braves guerriers, de me donner, outre ma
part, ce vase que voici. Les plus sages répondirent à la demande du
roi: Glorieux roi, tout ce que nous voyons est à toi, et nous-mêmes
nous sommes soumis à ton pouvoir. Fais donc ce que tu veux, car
personne ne peut résister à ta puissance. Quand ils eurent ainsi
parlé, un soldat plein d'audace, de jalousie et de colère, leva sa
francisque, frappa le vase et dit: Tu n'auras rien autre que ce que le
sort te donnera. Tous ceux qui étaient là furent stupéfaits, et le roi
dissimula son mécontentement de cet outrage sous un air de patience.
Il donna à l'envoyé de l'évêque le vase que le sort lui avait fait
échoir, gardant au fond du cœur une colère secrète.

  [262] Saint Remi.

Un an après, Clovis rassembla ses guerriers au champ de Mars, pour
voir si leurs armes étaient brillantes et en bon état. Il examina tous
les soldats, passant devant eux, et arriva auprès du guerrier qui
avait frappé le vase: Personne n'a des armes aussi mal fourbies que
les tiennes, lui dit-il, ni ta lance, ni ton épée, ni ta hache ne sont
en état de servir; et lui arrachant sa hache, il la jeta à terre. Le
soldat s'étant baissé pour la ramasser, le roi levant sa francisque,
l'en frappa sur la tête, en lui disant: Voilà ce que tu as fait au
vase à Soissons. Ce soldat tué, il ordonna aux autres de s'en aller.
Cette action inspira pour lui une grande crainte.

_Conversion de Clovis._

Les Burgondes avaient pour roi Gondeuch. Il eut quatre fils:
Gondebaud, Godégisile, Chilpéric et Godomar. Gondebaud égorgea son
frère Chilpéric, et ayant attaché une pierre au cou de sa femme, il la
noya. Il exila les deux filles de Chilpéric. L'aînée, qui se fit
religieuse, s'appelait Chrona; la plus jeune Clotilde. Clovis envoyait
souvent des députés en Burgondie; ils virent la jeune Clotilde.
Témoins de sa beauté et de sa vertu et ayant appris qu'elle était du
sang royal, ils le dirent au roi. Clovis envoya aussitôt des députés à
Gondebaud pour la lui demander en mariage. Gondebaud, n'osant pas
refuser, la remit aux envoyés de Clovis, qui se hâtèrent de la
conduire au roi. Clovis fut transporté de joie en la voyant, et
l'épousa.

Clovis eut de la reine Clotilde un premier fils. Voulant qu'il reçût
le baptême, Clotilde donnait sans cesse de pieux conseils au roi, lui
disant: Les dieux que vous adorez ne sont rien, puisqu'ils ne peuvent
se secourir eux-mêmes ni secourir les autres, car ils sont de pierre,
de bois ou de métal... Le Dieu que l'on doit adorer est celui qui par
sa parole a sorti du néant le ciel et la terre, la mer, et tout ce qui
y est contenu; qui a fait briller le soleil, et orné le ciel
d'étoiles; qui a rempli les eaux de poissons, la terre d'animaux et
l'air d'oiseaux; aux ordres duquel la terre se couvre de plantes, les
arbres de fruits et les vignes de raisins; dont la main a créé le
genre humain; qui a donné enfin à l'homme toutes les créatures pour
lui obéir et le servir.

Ces conseils de la reine ne disposaient pas le roi à accepter la foi;
il disait au contraire: C'est par l'ordre de nos dieux que tout a été
créé et produit; il est évident que votre Dieu ne peut rien; bien
plus, il n'est pas de la race des dieux. Cependant la pieuse reine
présenta son fils au baptême; elle fit orner l'église de voiles et de
tapisseries, pour que cette magnificence attirât vers la foi
catholique le roi, qui n'avait pas été convaincu par ses paroles.
L'enfant ayant été baptisé et appelé Ingomer, mourut dans la même
semaine qu'il avait été baptisé. Le roi, mécontent de sa mort, la
reprochait à la reine et lui disait: Si l'enfant avait été consacré au
nom de mes dieux, il vivrait encore; c'est parce qu'il a été baptisé
au nom de votre Dieu, qu'il est mort. La reine lui répondit: Je
remercie le puissant Créateur de toutes choses, qui ne m'a pas jugée
indigne de voir admis dans son royaume l'enfant né de mon sein. Cette
mort n'a pas causé de douleur à mon âme parce que je sais que les
enfants que Dieu retire de ce monde, quand ils sont encore dans les
aubes, sont nourris de sa vue. Elle engendra ensuite un second fils,
qui reçut au baptême le nom de Clodomir. Cet enfant étant tombé
malade, le roi disait: Il lui arrivera ce qui est arrivé à son frère,
il mourra aussitôt après avoir été baptisé au nom de votre Christ.
Mais Dieu accorda la vie de l'enfant aux prières de sa mère.

La reine suppliait sans cesse le roi d'adorer le vrai Dieu et de
renoncer aux idoles; mais rien ne put l'y déterminer, jusqu'à ce que
la guerre ayant éclaté avec les Alémans, Clovis se trouva forcé, par
la nécessité, de confesser ce qu'il s'était obstiné à nier jusque-là.
Il arriva que les deux armées se battant[263] avec beaucoup
d'acharnement, celle de Clovis commençait à être taillée en pièces;
alors, Clovis, levant les mains au ciel et le cœur touché et fondant
en larmes, s'écria: Jésus-Christ, que Clotilde affirme être le fils du
Dieu vivant, toi qui, dit-on, secours ceux qui sont en danger et
donnes la victoire à ceux qui espèrent en toi, j'invoque avec ferveur
la gloire de ton secours. Si tu m'accordes la victoire sur mes ennemis
et que j'éprouve cette puissance dont le peuple consacré à ton nom dit
avoir reçu tant de preuves, je croirai en toi et je me ferai baptiser
en ton nom; car j'ai invoqué mes dieux, et, comme je le vois, ils ne
me sont d'aucune aide, ce qui me prouve qu'ils n'ont pas de pouvoir,
puisqu'ils ne secourent pas ceux qui les servent. Je t'invoque donc,
je veux croire en toi, mais que j'échappe à mes ennemis. Comme il
disait ces paroles, les Alémans plièrent et commencèrent à fuir; et
voyant que leur roi était mort, ils se rendirent à Clovis, en lui
disant: Nous te supplions de ne pas faire périr notre peuple, car nous
sommes à toi. Clovis fit cesser le carnage, soumit le peuple, rentra
victorieux dans son royaume, et raconta à la reine comment il avait
gagné la victoire en invoquant le nom du Christ.

  [263] Il s'agit de la bataille de Tolbiac, livrée en 496.

Alors la reine fit prévenir secrètement saint Remi, évêque de Reims,
et le pria de faire pénétrer dans le cœur du roi la parole du salut.
L'évêque ayant fait venir Clovis, commença à l'engager en secret à
croire au vrai Dieu, créateur du ciel et de la terre, et à abandonner
ses idoles, qui n'étaient d'aucun secours, ni pour elles-mêmes, ni
pour les autres. Clovis lui dit: Très-saint père, je t'écouterai
volontiers; mais il y a encore le peuple qui m'obéit et qui ne veut
pas abandonner ses dieux; j'irai à eux et je leur répéterai tes
paroles. Lorsqu'il eut rassemblé ses sujets, avant même qu'il eût
parlé, et par la volonté de Dieu, le peuple tout entier s'écria: Pieux
roi, nous abandonnons les dieux mortels, et nous voulons obéir au
Dieu immortel que prêche saint Remi.

On annonça cette nouvelle à l'évêque, qui, plein de joie, fit préparer
les fonts sacrés. On couvrit de tapisseries peintes les portiques
intérieurs de l'église, on les orna de voiles blancs; on prépara les
fonts baptismaux; on répandit des parfums; les cierges brillaient;
tout le temple respirait une odeur divine, et Dieu fit descendre sur
les assistants une si grande grâce qu'ils se croyaient transportés au
sein des parfums du paradis. Le roi pria l'évêque de le baptiser le
premier. Le nouveau Constantin s'avança vers le baptistère pour s'y
faire guérir de la vieille lèpre qui le souillait, et laver dans une
eau nouvelle les taches hideuses de sa vie passée. Comme il allait
recevoir le baptême, le saint de Dieu lui dit de sa bouche éloquente:
Doux Sicambre, baisse la tête; adore ce que tu as brûlé, brûle ce que
tu as adoré.

Le roi ayant donc reconnu la toute-puissance de Dieu dans la Trinité,
fut baptisé[264] au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et oint
du saint chrême avec le signe de la croix. Plus de trois mille de ses
soldats furent aussi baptisés[265].

  [264] Clovis fut baptisé le jour de Noël de l'année 496.

  [265] Quelques jours après, Clovis écoutait la lecture de
  l'évangile que lui faisait saint Remi. Quand l'évêque vint à dire
  comment J.-C. avait été livré aux bourreaux, Clovis devint
  furieux et s'écria: Que n'étais-je là avec mes Franks, j'aurais
  promptement vengé son injure! (_Chronique de Frédégaire._)

_Guerre contre les Burgondes._

Gondebaud et son frère Godégisile possédaient la Burgondie, située aux
environs du Rhône et de la Saône, et la province de Marseille. Ils
étaient ariens, comme leurs sujets. La guerre ayant éclaté entre eux,
Godégisile apprenant les victoires de Clovis lui fit dire secrètement
que s'il lui donnait des secours contre son frère et qu'il parvînt par
son aide à le tuer ou à le détrôner, il lui payerait chaque année le
tribut qu'il exigerait. Clovis y consentit volontiers, et lui promit
de lui fournir du secours partout où il en aurait besoin. Le moment
venu, Clovis se mit en marche avec son armée contre Gondebaud. A cette
nouvelle, Gondebaud, ignorant la ruse de son frère, lui fit dire:
Viens me secourir, car les Franks marchent contre nous et viennent
pour conquérir notre pays. Réunissons-nous pour repousser un peuple
ennemi, de peur que, si nous restons séparés, nous n'ayons le même
sort que les autres peuples. Godégisile lui répondit: Je viendrai avec
mon armée et t'amènerai du secours. Les trois armées, c'est-à-dire
celle de Clovis et celles de Gondebaud et de Godégisile, s'étant mises
en marche avec tout leur appareil de guerre, arrivèrent auprès d'un
fort appelé Dijon. Pendant qu'elles se livraient bataille sur les
rives de l'Ouche, Godégisile se joignit à Clovis, et réunis ils
détruisirent l'armée de Gondebaud. Celui-ci, voyant la perfidie de son
frère, qu'il n'avait pas soupçonnée, prit la fuite. Après avoir
parcouru les bords marécageux du Rhône il se réfugia dans Avignon.
Godégisile, vainqueur, promit à Clovis une partie de ses terres, et
entra en triomphe dans Vienne, se croyant le seul maître de tout le
royaume. Clovis, ayant encore augmenté ses forces, poursuivit
Gondebaud pour le prendre et le faire périr. A cette nouvelle,
Gondebaud effrayé craignit qu'une mort soudaine ne vînt le frapper. Il
avait auprès de lui un homme célèbre par sa sagesse et son courage,
nommé Aridius. Il le fit venir, et lui dit: De tous côtés je suis
entouré de dangers, et je ne sais que faire, parce que ces barbares
marchent contre nous pour nous tuer et ravager ensuite notre pays.
Aridius lui répondit: Pour ne pas périr, il faut apaiser la férocité
de cet homme. Maintenant, si cela vous convient, je feindrai de vous
fuir et de passer vers lui; et lorsque je me serai réfugié vers lui,
je ferai en sorte qu'il ne vous tue pas et qu'il ne ravage pas le
pays. Veuillez seulement lui accorder ce qu'il vous demandera d'après
mes conseils, jusqu'à ce que la clémence du Seigneur daigne rendre
votre cause meilleure. Et Gondebaud lui dit: Je ferai ce que tu auras
demandé. Après avoir ainsi parlé, Aridius prit congé du roi et partit.
Arrivé auprès de Clovis, il lui dit: Voilà que moi, ton humble
esclave, très-pieux roi, je viens me livrer en ta puissance,
abandonnant ce misérable Gondebaud. Si ta clémence daigne jeter les
yeux sur moi, tu verras en moi un serviteur fidèle pour toi et tes
successeurs. Le roi l'ayant aussitôt accepté, le garda avec lui, car
il était gai dans ses récits, sage dans ses conseils, juste dans ses
jugements, et fidèle dans ce qu'on lui confiait.

Clovis étant venu camper sous les murs de la ville, Aridius lui dit:
Si la gloire de ta grandeur, ô roi, daigne accueillir les petits
conseils de ma faiblesse, quoique tu puisses te passer d'avis, je te
les donnerai avec une entière fidélité, et ils pourront être utiles à
toi et au pays que tu te proposes de traverser. Pourquoi retenir ton
armée quand ton ennemi est enfermé dans une ville très-fortifiée? tu
ravages les champs et les prés, tu coupes les vignes et les oliviers,
tu détruis tout ce que produit le pays, et cependant tu ne fais aucun
mal à ton ennemi. Envoie-lui donc des députés et soumets-le à un
tribut qu'il te payera chaque année. Alors le pays sera délivré, et tu
seras le maître de celui qui te payera tribut. Si Gondebaud n'y
consent pas, tu feras ce qui te plaira. Le roi ayant accepté ce
conseil, ordonna à ses guerriers de retourner chez eux, et ayant
envoyé une ambassade à Gondebaud, il lui enjoignit de lui payer tous
les ans le tribut qu'il lui imposait. Gondebaud le paya sur-le-champ
et promit d'en faire autant chaque année.

_Guerre contre les Wisigoths._

Alaric, roi des Goths, voyant les conquêtes continuelles que faisait
Clovis, lui envoya des députés pour lui dire: Si mon frère y veut
consentir, j'ai dessein que nous ayons une entrevue sous les auspices
de Dieu. Clovis ayant accepté la proposition, alla vers lui. Ils se
joignirent dans une île de la Loire, située auprès du bourg d'Amboise;
ils s'entretinrent, mangèrent et burent ensemble, et se séparèrent en
paix après s'être promis amitié. Beaucoup de gens alors, dans toute la
Gaule, désiraient avec ardeur être soumis à la domination des
Franks[266]. Il arriva que Quintien, évêque de Rhodez[267], haï pour
ce sujet, fut chassé de la ville. On lui disait: C'est parce que tu
désires que les Franks viennent dominer sur ce pays. Peu de jours
après, une querelle s'étant élevée entre lui et les habitants, les
Goths qui étaient dans la ville eurent de grands soupçons, car ses
concitoyens reprochaient à Quintien de vouloir les soumettre aux
Franks; ils tinrent conseil, et résolurent de le tuer. L'homme de Dieu
en ayant été instruit, se leva pendant la nuit avec ses plus fidèles
ministres, et, sortant de Rhodez, il se retira en Arvernie, où
l'évêque saint Euphrasius le reçut avec bonté, lui donna maison,
champs et vignes, le garda avec lui, et lui dit: Le revenu de cette
église est assez considérable pour nous entretenir tous deux. Que la
charité recommandée par le saint Apôtre existe au moins entre les
évêques de Dieu!

  [266] Parce qu'ils étaient catholiques et que les autres barbares
  étaient ariens. Pour les Gallo-Romains catholiques, la domination
  des Franks catholiques était plus supportable; aussi les évêques
  aidaient-ils partout à l'établir.

  [267] Ville de l'Aquitaine et soumise aux Wisigoths.

Le roi Clovis dit à ses soldats: Il me déplaît fort que ces ariens de
Goths occupent une partie de la Gaule; marchons contre eux, et avec
l'aide de Dieu chassons-les, et soumettons le pays à notre puissance.
Ce discours ayant plu à tous les guerriers, l'armée se mit en marche,
et se dirigea vers Poitiers, où se trouvait alors Alaric. Mais comme
une partie de l'armée passait sur le territoire de Tours, par respect
pour saint Martin, Clovis donna l'ordre que personne ne prît dans ce
pays autre chose que des légumes et de l'eau. Un soldat s'empara
cependant du foin d'un pauvre homme en disant: Le roi nous a
recommandé de ne prendre que de l'herbe; ce foin, c'est de l'herbe; en
le prenant nous ne lui désobéissons pas. Puis il fit violence au
pauvre homme et lui arracha son foin. Le roi eut connaissance de ce
fait. Ayant aussitôt frappé le soldat de son épée, il dit: Où sera
l'espoir de la victoire, si nous offensons saint Martin? Cet exemple
empêcha l'armée de rien prendre dans le pays. Le roi envoya des
députés à l'église du saint et leur dit: Allez, vous trouverez
peut-être dans le saint temple quelque présage de la victoire. Il leur
donna des présents pour orner l'église, et dit: Seigneur Dieu, si vous
êtes mon aide et si vous voulez livrer en mes mains cette nation
incrédule et ennemie de votre nom, daignez me faire voir que vous
m'êtes favorable, afin que je sache si vous daignerez protéger votre
serviteur.

Les envoyés s'étant hâtés arrivèrent à la sainte basilique, selon
l'ordre du roi. A leur entrée, le premier chantre entonna aussitôt
cette antienne: Seigneur, vous m'avez revêtu de force pour la guerre,
et vous avez abattu sous moi ceux qui s'élevaient contre moi, et vous
avez fait tourner le dos à mes ennemis devant moi, et vous avez
exterminé ceux qui me haïssaient[268]. Ayant entendu ce psaume, les
envoyés rendirent grâce à Dieu, offrirent les dons du roi au saint
confesseur, et revinrent joyeux annoncer à Clovis cet heureux présage.

  [268] Psaumes, XVII, v. 39, 40.

L'armée étant arrivée sur les bords de la Vienne, on ne savait pas où
il fallait traverser cette rivière, car elle était débordée à la suite
des pluies. Pendant la nuit, le roi pria le Seigneur de vouloir bien
lui montrer un gué par où l'on pût passer. Le lendemain matin, par
l'ordre de Dieu, une biche d'une grandeur extraordinaire entra dans le
fleuve devant l'armée, le passa à gué, et montra le chemin qu'il
fallait suivre[269]. Arrivé dans le territoire de Poitiers, le roi se
tenait dans sa tente sur une élévation; il vit de loin un feu qui
sortait de la basilique de Saint-Hilaire et semblait voler vers lui,
comme pour indiquer qu'aidé de la lumière du saint confesseur Hilaire,
le roi triompherait plus facilement de ces bandes hérétiques, contre
lesquelles le saint évêque lui-même avait souvent défendu la foi.
Clovis défendit à toute son armée de dépouiller personne ou de piller
le bien de qui que ce soit dans cet endroit ou dans la route.

  [269] Ce gué est près de Lussac, et s'appelle encore le gué de la
  biche.
Clovis en vint aux mains avec Alaric, roi des Goths, dans le champ
de Vouglé, à trois lieues de Poitiers[270]. Les Goths ayant pris la
fuite, selon leur coutume, le roi Clovis, par l'aide de Dieu,
remporta la victoire. Il avait pour allié le fils de Sigebert[271],
nommé Clodéric. Ce Sigebert boitait d'une blessure qu'il avait
reçue au genou, à la bataille de Tolbiac contre les Alémans. Le
roi, après avoir obligé les Goths à fuir et tué leur roi Alaric,
fut tout à coup attaqué par derrière par deux soldats qui lui
portèrent des coups de lance sur les deux côtés. Mais la bonté de
sa cuirasse et la légèreté de son cheval lui sauvèrent la vie.
Après le combat, le fils d'Alaric, Amalaric, s'enfuit en Espagne et
gouverna avec sagesse le royaume de son père. Clovis envoya son
fils Thierry en Arvernie, par Alby et Rhodez; celui-ci soumit à son
père toutes les villes depuis la frontière des Goths jusqu'à celle
des Burgondes. Clovis, après avoir passé l'hiver dans la ville de
Bordeaux et emporté de Toulouse tous les trésors d'Alaric, marcha
sur Angoulême. Par la grâce du Seigneur, les murs tombèrent à sa
vue. Il en chassa les Goths, soumit la ville à son pouvoir. Puis,
ayant remporté la victoire, il revint à Tours, et offrit de
nombreux présents à la sainte église du bienheureux Martin.

  [270] C'est dans les plaines de Voulon (_vocladensis campus_), à
  quatre lieues de Poitiers, que s'est livrée la bataille, et non
  pas à Vouillé. L'année de cette victoire est 507.

  [271] Roi des Franks ripuaires.
Clovis ayant reçu de l'empereur Anastase des lettres de consul, se
revêtit dans la basilique de Saint-Martin, de la tunique de pourpre
et de la chlamyde, et ceignit la couronne. Ensuite, étant monté à
cheval, il jeta de sa propre main, avec une grande libéralité, de
l'or et de l'argent au peuple assemblé sur le chemin qui mène de la
porte de la ville à la basilique de Saint-Martin, et depuis ce jour
il prit le titre de consul ou d'Auguste. Ayant quitté Tours, il
vint à Paris, et y fixa le siége de son royaume.

_Meurtres des rois franks._

Clovis, pendant son séjour à Paris, envoya dire secrètement au fils de
Sigebert: Ton père est vieux, il boite de son pied blessé: s'il
mourait, son royaume et notre amitié te reviendraient de droit.
L'ambition l'ayant séduit, Clodéric se résolut à tuer son père.
Sigebert étant sorti de Cologne et ayant passé le Rhin pour se
promener dans la forêt de Buconia, s'endormit dans sa tente. Son fils
envoya des assassins à sa suite, et le fit tuer, espérant posséder son
royaume. Mais par le jugement de Dieu, il tomba dans la fosse qu'il
avait traîtreusement creusée pour son père. Il envoya annoncer au roi
Clovis la mort de son père, et lui fit dire: Mon père est mort, et son
royaume et ses trésors sont en mon pouvoir. Envoie-moi quelques-uns
des tiens et je leur remettrai ceux des trésors qui te conviendront.
Clovis lui répondit: Je te remercie de ta bonne volonté, et je te prie
de montrer tes trésors à mes hommes, après quoi tu les posséderas
tous. Clodéric montra donc aux envoyés les trésors de son père.
Pendant qu'ils les regardaient, le prince dit: C'est dans ce coffre
que mon père avait l'habitude de mettre ses pièces d'or. Ils lui
dirent: Mettez donc votre main jusqu'au fond pour trouver tout. Il le
fit et se baissa; alors un des envoyés leva sa francisque et lui cassa
la tête. Ainsi ce fils coupable subit la mort dont il avait frappé son
père. A la nouvelle de la mort de Sigebert et de Clodéric, Clovis vint
à Cologne, convoqua le peuple et lui dit: Écoutez ce qui est arrivé:
Pendant que je naviguais sur l'Escaut, Clodéric, fils de mon parent,
tourmentait son père en lui disant que je voulais le tuer. Comme
Sigebert fuyait à travers la forêt de Buconia, Clodéric a envoyé
contre lui des assassins qui l'ont tué; lui-même a été tué, je ne sais
par qui, au moment où il ouvrait les trésors de son père. Je ne suis
pas complice de tout cela. Je n'ai pu verser le sang de mes parents,
puisque c'est défendu; mais puisque ces choses sont arrivées, je vous
donne un conseil, et vous le suivrez s'il vous est agréable. Ayez
recours à moi, et mettez-vous sous ma protection. Le peuple répondit
à ces paroles par des applaudissements de mains et de bouche; ils
élevèrent Clovis sur un bouclier, et le proclamèrent leur roi. Clovis
reçut donc le royaume[272] et les trésors de Sigebert, et les ajouta à
sa domination. Chaque jour Dieu faisait tomber ses ennemis sous sa
main et augmentait son royaume, parce qu'il marchait le cœur droit
devant le Seigneur et faisait les choses qui sont agréables à ses
yeux.

  [272] Des Franks ripuaires.

Clovis marcha ensuite contre le roi Cararic[273]. Dans la guerre
contre Syagrius, Clovis l'avait appelé à son secours; mais Cararic ne
vint point et ne secourut personne, car il attendait le résultat de la
bataille pour s'allier avec le vainqueur. Indigné de cette conduite,
Clovis marcha contre lui, et, l'ayant environné de piéges, il le fit
prisonnier avec son fils, et les fit tondre tous les deux, ordonnant
que Cararic fût ordonné prêtre et son fils diacre. Comme Cararic
gémissait et pleurait de son abaissement, on rapporte que son fils lui
dit: Ces branches ont été coupées d'un arbre vert et vivant; il ne
séchera pas et produira bien vite une verdure nouvelle. Puisse mourir
aussi vite, par l'aide de Dieu, l'homme qui a fait ces choses. Ces
mots furent répétés à Clovis qui crut que Cararic et son fils le
menaçaient de laisser repousser leur chevelure et de le tuer. Il
ordonna alors qu'on leur coupât la tête à tous deux, et après leur
mort il acquit leur royaume, leurs trésors et leurs sujets.

  [273] Roi de Thérouanne.

Il y avait alors à Cambrai un roi nommé Ragnacaire, d'une débauche si
effrénée qu'il n'épargnait pas même ses proches parents. Il avait pour
conseiller un certain Faron, qui se souillait des mêmes impuretés. On
dit que lorsqu'on apportait au roi quelque mets ou quelque présent,
il avait coutume de dire que c'était pour lui et pour son Faron, ce
qui indignait les Franks. Alors Clovis fit faire des bracelets et des
baudriers de cuivre doré, et les donna aux leudes de Ragnacaire pour
les exciter contre lui. Il marcha ensuite contre lui avec son armée.
Ragnacaire envoya plusieurs espions pour savoir ce qui se passait; il
leur demanda, à leur retour, quelle pouvait être la force de cette
armée, et ils lui dirent que c'était un grand renfort pour lui et son
Faron. Mais Clovis étant arrivé lui fit la guerre. Ragnacaire, voyant
son armée battue, allait se sauver quand il fut arrêté par ses
guerriers et amené à Clovis avec son frère Ricaire, les mains
attachées derrière le dos. Clovis lui dit: Pourquoi as-tu déshonoré
notre race en te laissant enchaîner? ne valait-il pas mieux mourir?
et, levant sa hache il lui en frappa la tête. Se tournant ensuite vers
son frère, il lui dit: Si tu avais porté secours à ton frère, il
n'aurait pas été enchaîné: et il le frappa aussi de sa francisque.
Après leur mort, ceux qui les avaient trahis s'aperçurent que l'or
qu'ils avaient reçu du roi était faux. Ils le dirent au roi, qui leur
répondit: Celui qui volontairement traîne son maître à la mort mérite
de recevoir un pareil or; et il ajouta qu'ils devaient se contenter de
ce qu'il les laissait vivre, car ils méritaient d'expier leur trahison
dans les tourments. A ces paroles ils voulurent obtenir sa faveur et
lui dirent qu'il leur suffisait d'avoir la vie.

Les rois dont nous venons de parler étaient les parents de Clovis.
Renomer fut tué aussi par son ordre dans la ville du Mans. Après leur
mort, Clovis recueillit leurs royaumes et tous leurs trésors. Ayant
tué de même beaucoup d'autres rois, et ses plus proches parents, de
peur qu'ils ne lui enlevassent l'empire, il étendit son pouvoir dans
toute la Gaule. On rapporte cependant qu'un jour il rassembla ses
sujets et leur dit en parlant de ses parents qu'il avait fait tuer:
Malheur à moi qui suis resté comme un voyageur parmi des étrangers,
n'ayant plus de parents qui puissent me venir en aide si j'étais
malheureux. Mais ce n'était pas qu'il s'affligeât de leur mort; il
parlait ainsi seulement par ruse, pour découvrir s'il avait encore
quelque parent et le faire tuer.

Toutes ces choses s'étant passées ainsi, Clovis mourut à Paris[274],
où il fut enterré dans la basilique des Saints-Apôtres, qu'il avait
lui-même fait construire avec la reine Clotilde. Son règne avait duré
trente ans et sa vie quarante-cinq. La reine Clotilde, après la mort
de son mari, vint à Tours, et s'établit dans la basilique de
Saint-Martin; elle y vécut jusqu'à la fin de ses jours, pleine de
vertus et de bontés, et visitant rarement Paris.

    GRÉGOIRE DE TOURS, livre II.

  [274] En 511.


LETTRE DU PAPE ANASTASE A CLOVIS,

  à propos de son baptême.

Nous voulons faire savoir à Ta Sérénité toute la joie dont notre cœur
paternel est rempli, afin que tu croisses en bonnes œuvres, et, nous
comblant de joie, tu sois notre couronne et que l'Église notre mère se
réjouisse d'avoir donné à Dieu un si grand roi. Continue donc,
glorieux et illustre fils, à réjouir ta mère; et sois pour elle une
colonne de fer, afin qu'elle te donne à son tour la victoire sur tous
tes ennemis. Pour nous, louons le Seigneur d'avoir ainsi pourvu aux
besoins de son Église, en lui donnant pour défenseur un si grand
prince, un prince armé du casque du salut contre les efforts des
impurs.


LETTRE D'AVITUS, ÉVÊQUE DE VIENNE, A CLOVIS,

  à propos de son baptême.

Enfin, la divine Providence vient de trouver en vous l'arbitre de
notre siècle. Tout en choisissant pour vous, vous décidez pour nous
tous. Votre foi est notre victoire. Que la Grèce [275] se réjouisse
d'avoir un prince catholique; elle n'est plus seule en possession de
ce don précieux, et l'Occident a aussi sa lumière. Bien que je n'aie
point assisté en personne aux pompes de votre régénération, j'ai pris
part aux joies de ce grand jour. Grâce à la bonté divine, nos régions
avaient appris l'heureuse nouvelle avant que votre baptême fût
accompli. Notre anxiété avait disparu, et la nuit sacrée de la
Nativité nous a trouvés assurés de vous! Nous en suivions en esprit
toutes les cérémonies; nous voyions la troupe des pontifes répandre
sur vos membres royaux l'onde vivifiante; nous voyions cette tête
redoutée des nations se courber devant les serviteurs de Dieu; ces
cheveux nourris sous le casque, revêtir l'armure de l'onction sainte,
et ce corps purifié déposer la cuirasse de fer, pour briller sous la
robe blanche du néophyte. Ce léger vêtement fera plus pour vous qu'une
impénétrable armure. Poursuivez vos triomphes. Vos succès sont les
nôtres, et partout où vous combattez, nous remportons la victoire.

  [275] L'empire d'Orient ou l'empire grec.


CLOVIS SOUMET LES GALLO-ROMAINS INDÉPENDANTS.

  486-490.

La sanglante inimitié qui avait existé entre Égidius et Childéric
s'était transmise à leurs enfants[276]. En voyant se relever si près
de lui l'influence d'un nom funeste à sa famille, Clovis, qui venait
d'atteindre sa vingtième année, ne pouvait rester dans l'inaction. Il
fallait qu'il pérît ou qu'il abattît ce nouveau maître des
milices[277], ce prétendant à un pouvoir que lui-même possédait par
droit héréditaire, comme l'avait reconnu la lettre de l'évêque saint
Remi. Sa position était critique; tout dépendait pour lui d'un premier
succès, et la victoire devait se décider plutôt par la valeur que par
le nombre de ses soldats; car, pour se former une armée, il ne pouvait
compter que sur la tribu des Franks de Tournai. Ragnacaire, roi de
Cambrai, consentit cependant à le seconder. Mais Cararic, roi des
Franks de Thérouanne, et le roi des Ripuaires refusèrent de prendre
parti dans une querelle qui semblait personnelle au fils de Childéric.
Il est vrai que, de son côté, Syagrius n'avait point de troupes
régulières à lui opposer. Depuis Majorien, l'empire n'avait plus
envoyé de troupes dans la Gaule, et l'armée d'Égidius s'était dissoute
après la mort de son général. Il ne restait donc pour la défense du
pays que les milices locales, c'est-à-dire les habitants armés, sous
la conduite des grands propriétaires du sol. Mais ces milices
n'étaient point méprisables; l'Auvergne avait montré ce qu'elles
pouvaient faire.

  [276] Syagrius était fils d'Egidius et Clovis de Childéric.

  [277] Syagrius avait pris le titre de _patrice_, dignité qui
  d'abord jointe à celle de maître des milices, avait fini par la
  remplacer.

Résolu de prévenir Syagrius et de ne pas lui laisser le temps de
consolider sa puissance, Clovis lança à son rival un défi dont les
formes rappellent l'esprit chevaleresque du moyen âge; il lui
demandait un rendez-vous, en champ clos, et le sommait de fixer le
jour et le lieu du combat. Le général romain ne jugea pas à propos de
répondre, et attendit les Franks sous les murs de Soissons.

La route la plus directe de cette ville à Tournai traversait le
territoire des Franks de Cambrai. Rassuré, de ce côté, par son
alliance avec Ragnacaire, Clovis sentit que rien n'était plus
important pour lui que d'empêcher Syagrius de soulever la partie de la
Belgique romaine contenue jusqu'alors par l'influence de saint Remi;
il commença donc par se diriger sur Reims, à travers la forêt des
Ardennes, et passa sous les murs de cette cité avec sa petite armée
qu'on ne peut évaluer à plus de 4 ou 5,000 combattants. Par respect
pour le saint prélat, il avait recommandé à ses Franks la plus sévère
discipline, et leur avait défendu d'entrer dans la ville, dont
lui-même s'abstint de franchir les portes. Cependant quelques soldats
y pénétrèrent en cachette, et, s'étant glissés dans l'église, y
dérobèrent un vase précieux[278]. Aussitôt saint Remi vint réclamer
l'objet volé; Clovis ne demandait pas mieux que de faire droit à ses
plaintes, mais il craignait de mécontenter par trop de rigueur ses
troupes encore païennes, et, selon les annalistes, il lui répondit:
renvoyez avec moi un de vos prêtres jusqu'à Soissons; là se fera le
partage du butin, et je vous rendrai ce qu'on vous a pris[279]. On
connaît la suite de cette anecdote du vase de Reims à laquelle je
n'attacherai pas plus d'importance qu'elle n'en mérite. Elle a été le
sujet de longues discussions entre les historiens et les publicistes
modernes, qui ont voulu en tirer des conséquences politiques que je
crois très-exagérées. A mes yeux le fait le plus remarquable qui
ressort de ce récit, c'est que Clovis, en marchant sur Soissons, avait
dans son armée un délégué de l'évêque de Reims, du prélat le plus
révéré du nord de la Gaule, du frère de l'évêque même de la ville
qu'il allait assiéger.

  [278] _Hincmar_, Vie de saint Remi.

  [279] _Frédégaire_, Histoire, chap. 16.

Ces circonstances peuvent seules expliquer le dénoûment aussi prompt
qu'inattendu d'une guerre qui semblait devoir faire couler des flots
de sang. Dès la première bataille, Syagrius fut entièrement défait et
contraint de chercher son salut dans la fuite. Il ne put même rallier
au delà de la Seine les débris de son parti; toutes les cités
gauloises lui fermèrent leurs portes, et, chassé de ville en ville, il
se décida enfin à passer la Loire et à demander un asile aux
Wisigoths[280]. En prenant ce parti désespéré, il comptait sur
l'inimitié naturelle, sur l'antipathie de race qui existait entre les
Goths et les Franks. Mais Alaric redoutait encore plus la résurrection
de l'influence romaine; il ne pouvait oublier le rang éminent que
tenait la famille Syagria dans cette généreuse aristocratie des
Arvernes, qui avait effrayé les Wisigoths par sa résistance héroïque
et les inquiétait encore par son obéissance mal assurée. Saisissant
avec joie l'occasion de se défaire du dernier représentant d'une race
illustre, il livra le fugitif à Clovis, qui le jeta dans un cachot et
ne tarda pas à lui ôter la vie. Ainsi finit le fils d'Égidius,
succombant sous le poids des haines que la gloire de son père avait
amassées sur sa tête. Clovis, délivré du seul rival qu'il pût
craindre, s'établit à Soissons, et fit de cette ville gauloise sa
place d'armes et son quartier général.

  [280] Grégoire de Tours, liv. 2, ch. 27.

La défaite et la mort de Syagrius semblaient devoir rendre la paix au
nord de la Gaule. Qui ne croirait qu'après cette rapide victoire,
Clovis n'eut plus d'ennemis à combattre et put étendre sa domination
sans obstacles sur toutes les contrées qui avaient reconnu l'autorité
de son père? C'est de cette manière que les faits sont présentés dans
la plupart des histoires modernes, et cependant il n'en fut pas ainsi.
Les cités gallo-romaines de la Sénonaise et des Armoriques avaient
soutenu faiblement le fils d'Égidius. Le nom de l'illustre lieutenant
de Majorien n'était point populaire dans ces provinces où son armée de
Barbares avait commis des dévastations dont les traces existaient
encore. D'ailleurs la famille Syagria, originaire de l'Auvergne et de
la première Lyonnaise, était étrangère au nord de la Gaule. Entre
cette région et celle du midi, la ligne de démarcation tracée par le
cours de la Loire établissait une scission profonde que le travail de
quinze siècles n'a pu entièrement effacer. L'aristocratie gauloise
avait ses racines dans le sol et en tirait une force immense. Mais par
cette raison même, l'influence des familles nobles, si puissante dans
leur province, n'en dépassait point les limites. Ce patriotisme local
est un des caractères les plus constants de la race celtique[281], et
son esprit exclusif et jaloux règne encore dans nos campagnes de
l'ouest.

  [281] Il explique la conquête de la Gaule par les Romains et par
  les Franks. César et Clovis purent conquérir la Gaule, parce que
  deux fois le patriotisme local s'opposa à ce que le pays tout
  entier acceptât un dictateur national. Vercingétorix vint trop
  tard, quand la partie était presque perdue; et personne ne
  soutint Syagrius. (L. D.)

Les cités armoriques avaient abandonné au premier revers un chef qui
n'avait point leurs sympathies; mais elles n'acceptaient pas pour cela
le joug des Franks. Peu intimidées par la victoire de Soissons, elles
se préparèrent à une vigoureuse résistance; à une querelle personnelle
succédait un conflit de peuple à peuple, et la lutte commençait à
devenir sérieuse au moment où Clovis pouvait la croire terminée.

La défaite de Syagrius n'avait amené que la soumission des cités
belges[282]. Les Sénonais, descendants de ces conquérants célèbres qui
jadis avaient abaissé l'orgueil de Rome, se montrèrent dignes de leurs
ancêtres. Pendant plusieurs années ils défendirent leur territoire
avec une constance inébranlable et repoussèrent toutes les attaques de
l'ennemi. Malheureusement cette courageuse défense n'a point eu
d'historien. Le triomphe définitif des Franks en a étouffé le
souvenir. Nous ne savons point quels furent les chefs des Gaulois dans
cette guerre nationale, et nous ne connaissons pas le détail des
événements auxquels elle donna lieu. Les chroniqueurs n'en parlent
qu'en termes généraux. Grégoire de Tours se borne à dire qu'après la
défaite de Syagrius, Clovis fit encore beaucoup de guerres et remporta
beaucoup de victoires jusqu'à la dixième année de son règne,
c'est-à-dire jusqu'en 491. Il ajoute que ses soldats païens ne
respectaient point les lieux saints et dévastaient les églises[283].
La lutte fut donc cruelle et acharnée; nous en trouvons la preuve dans
un fait qui nous est révélé par l'auteur contemporain de la vie de
sainte Geneviève.

  [282] Les cités belges qui avaient reconnu le pouvoir de Syagrius
  étaient celles de Soissons, de Vermandois, d'Amiens, de Beauvais
  et de Senlis. Leur territoire est représenté par celui des
  départements de l'Aisne, de la Somme et de l'Oise.

  [283] _Grégoire de Tours_, Histoire, livre 2, ch. 27.

Cet auteur nous apprend que Paris fut alors bloqué pendant cinq ans et
souffrit toutes les horreurs de la famine. La sainte, émue de pitié à
la vue de tant de malheureux qui mouraient d'inanition, s'embarqua sur
la Seine, remonta jusqu'à Arcis-sur-Aube et même jusqu'à Troyes, et
obtint des magistrats de ces villes un chargement de grains qu'elle
réussit à introduire dans la place assiégée[284]. Ne nous étonnons
donc point des honneurs que Paris a rendus à cette humble bergère qui
le sauva de la famine devant l'armée de Clovis, après l'avoir préservé
de la destruction en présence d'Attila.

  [284] Vie de sainte Geneviève, dans les Bollandistes, ch. 35 à
  40.

La place que ce récit occupe dans la vie de sainte Geneviève prouve
qu'on doit le rapporter à ses dernières années. Son pèlerinage à
Saint-Martin de Tours et sa mort sont les deux seuls événements que
son biographe raconte ensuite; et comme elle vécut plus de
quatre-vingts ans, étant née vers 423, on voit que le siége de Paris
ne peut être placé qu'entre 480 et 500. Ainsi la courageuse résistance
des Parisiens à l'invasion des Franks nous semble un fait
authentiquement démontré. Elle fut glorieuse pour les populations
gallo-romaines cette lutte qu'elles soutinrent seules, sans chef
marquant et sans secours étranger, contre le plus brave des peuples
barbares. Elle le fut d'autant plus qu'elle ne se termina point par
leur défaite et leur soumission forcée, mais par la lassitude des deux
partis que leurs pertes réciproques amenèrent à désirer également la
paix.

Procope[285] est de tous les historiens celui qui a présenté de ces
événements le tableau le plus exact. Son récit éclaircit et complète
ceux des chroniqueurs, et ne les contredit en aucun point essentiel;
il sera facile de voir combien il s'accorde avec l'ensemble de notre
exposition historique. «Les Wisigoths, dit cet auteur, ayant triomphé
de la puissance romaine, se rendirent maîtres de l'Espagne et de toute
la Gaule au delà du Rhône. Les Armoricains étaient alors au service de
l'empire romain. Les Germains[286] voulurent les soumettre, et ils
espéraient y réussir facilement, parce qu'ils voyaient ces populations
dépourvues de secours et leur ancien gouvernement renversé[287]. Mais
les Armoricains, en qui les Romains avaient toujours trouvé autant de
fidélité que de courage, montrèrent encore dans cette guerre leur
ancienne valeur. Ne pouvant rien obtenir par la force, les Germains se
résolurent à fraterniser avec eux et à leur proposer une alliance
mutuelle à laquelle les Armoricains accédèrent volontiers, parce que
les deux peuples étaient chrétiens; et ainsi réunis en un seul corps
de nation ils acquirent une grande puissance[288].»

  [285] Historien grec, mort vers 565.

  [286] Les Franks.

  [287] Par la chute de l'empire d'Occident et la suppression de la
  préfecture d'Arles.

  [288] _Procope_, de la Guerre des Goths, liv. I, ch. 12.

Procope dit plus haut que les Franks jusqu'à cette époque étaient une
nation barbare dont on faisait peu de cas. En effet, ils furent loin
de jouer dans la Gaule un rôle aussi important que les Wisigoths et
les Burgondes. Leur attachement au paganisme les mettait en dehors de
la société chrétienne, et Sidoine Apollinaire ne parle jamais d'eux
qu'en termes de mépris[289]. Ce fut seulement après leur fusion avec
les Gaulois du Nord qu'ils prirent rang parmi les puissances
politiques de l'Occident et occupèrent une place éminente dans le
monde civilisé.

  [289] _Lettres_, liv. VIII, 3; liv. IV, 1.

Le témoignage de Procope étant confirmé par les documents
contemporains que nous avons cités, il résulte de cet ensemble de
preuves que Clovis, maître de la Belgique après la défaite de
Syagrius, envahit la Sénonaise, assiégea Paris inutilement pendant
cinq ans, et se détermina enfin à entrer en négociation avec les
populations gallo-romaines[290].

  DE PÉTIGNY, _Études sur l'histoire, les lois et les institutions
    de l'époque mérovingienne_, 3 vol. in-8º. Paris, Durand, 1851.
    T. 2, p. 384.

  [290] La soumission des Gallo-Romains du Nord fut le prix de la
  conversion de Clovis.


MARIAGE DE CLOVIS.

  492.

Les Gaulois chérissaient la mémoire de l'épouse du roi burgonde
Chilpéric. La mort cruelle que Gondebaud fit subir à cette princesse
accrut encore la vénération qu'elle inspirait; victime des fureurs
d'un prince barbare et arien, elle était honorée comme martyre de la
foi catholique et de la cause romaine. De toute cette malheureuse
famille, Gondebaud n'avait épargné que deux filles alors dans
l'enfance: l'aînée, Chrona, avait pris le voile dans un couvent
aussitôt qu'elle avait été en âge de prononcer ses vœux; Clotilde, la
plus jeune, était élevée dans un château, près de Genève, où résidait
Godégisile, frère de Gondebaud et associé à son pouvoir et à ses
crimes. Le souvenir des douces vertus de l'épouse de Childéric
faisait désirer à tous les catholiques gaulois de la voir revivre dans
sa fille Clotilde, unie au jeune chef des Franks, qu'on espérait
amener à la vraie foi et qu'on signalait déjà comme le futur
régénérateur de la Gaule. Ce n'était pas seulement le vœu des Gaulois
du Nord; c'était aussi celui des nobles et du clergé dans les contrées
soumises aux princes ariens. Il est hors de doute que par
l'intermédiaire de saint Remi, Clovis entretenait des relations
secrètes avec les prélats de ces provinces. Les lettres d'Avitus,
évêque de Vienne, le plus illustre et le plus influent d'entre eux, en
font foi....

Au projet de mariage de Clovis avec Clotilde les catholiques
rattachaient de vastes espérances. Ils y voyaient dans l'avenir leur
délivrance du joug arien et la réunion de toute la Gaule sous un
prince de leur foi. Mais les mêmes raisons politiques avaient éveillé
la défiance de Gondebaud. Maître des destinées de la jeune princesse,
il la tenait dans une sorte de captivité, l'entourait d'une active
surveillance, et n'aspirait qu'à éteindre dans un cloître les derniers
restes du sang de Chilpéric. Comment aurait-on pu s'attendre qu'il
consentît à donner à sa nièce un époux dans lequel ses sujets
mécontents devaient trouver un appui et son frère assassiné un
vengeur?

Ces difficultés, en apparence insurmontables, ne découragèrent pas les
partisans de Clovis. Les mœurs germaniques, favorables à la liberté
des femmes, donnaient un caractère sacré au libre engagement pris par
une jeune fille envers l'homme auquel elle promettait de s'unir un
jour. Un anneau donné et reçu suffisait pour constater ce lien
respecté par tous les peuples barbares. Dans leurs codes, les droits
des fiancés étaient presque assimilés à ceux des époux, et la
violation des promesses de mariage, de quelque part qu'elle vînt,
était sévèrement punie. Les amis de Clovis pensaient donc que, s'il
était possible de déterminer Clotilde à recevoir l'anneau du roi des
Franks, et à lui promettre la foi de mariage, on pourrait, en
invoquant le lien sacré des fiançailles, arracher à Gondebaud un
consentement forcé. Mais le plus difficile était d'approcher de la
jeune recluse, dont toutes les démarches étaient soigneusement épiées.
Aurélien, noble romain, de la province sénonaise, animé du généreux
désir de mettre un terme aux malheurs de son pays, se chargea de cette
mission périlleuse; et, pour y réussir, il eut recours à la ruse.

Déguisé en mendiant, il se rendit à pied aux environs de Genève, et se
mêla dans la foule des pauvres auxquels la pieuse fille de Chilpéric
distribuait elle-même chaque jour d'abondantes aumônes dans la
chapelle de son palais. Lorsqu'elle arriva devant Aurélien et qu'elle
lui eut mis dans la main une pièce d'or comme aux autres malheureux
qui imploraient sa charité, il la retint par un coin de son manteau,
et lui fit entendre qu'il désirait lui parler sans témoins. Dans ces
temps de ferveur chrétienne, les haillons de la misère, qui ne
provoquent partout aujourd'hui qu'un sentiment de répulsion et de
mépris, étaient le moyen d'introduction le plus assuré, même auprès
des grands. Admis dans l'appartement de la princesse, en présence
seulement de ses femmes, Aurélien se fit connaître et déclara l'objet
de sa mission. Mais il rencontra un obstacle sur lequel il n'avait pas
compté. Élevée par de saints évêques, Clotilde était parfaitement
instruite des lois de l'Église; elle n'ignorait pas que le premier
concile d'Arles, en 314, avait défendu, sous peine d'excommunication,
aux filles chrétiennes d'épouser des païens; elle répondit
sur-le-champ qu'elle ne pourrait donner sa main à Clovis tant qu'il
n'aurait pas reçu le baptême. Sans doute, pour combattre ces
scrupules, Aurélien fit valoir les grands intérêts de la religion et
le vœu des prélats catholiques qui peut-être avaient déjà prévenu
secrètement la princesse, car elle se laissa facilement ébranler; elle
consentit à recevoir de l'envoyé du roi des Franks l'anneau d'or, gage
des fiançailles, et lui remit le sien en échange. Aurélien, joyeux de
ce succès inespéré, s'en retourna sous le même déguisement, portant
dans sa besace les destinées de la Gaule et l'avenir du monde
chrétien. Une circonstance bizarre manqua pourtant encore de faire
tout échouer. Dans le cours de son voyage, et comme il approchait des
limites de la Sénonaise, il fut obligé de marcher en compagnie d'un
mendiant qu'il rencontra sur la route, et pendant la nuit cet homme
lui déroba la besace qui renfermait un si inestimable trésor. Par
bonheur, l'ambassadeur n'était plus qu'à quelques heures de marche
d'un de ses domaines, situé près de la frontière; il y courut et
dépêcha ses esclaves dans toutes les directions à la poursuite du
mendiant. Le voleur fut saisi et amené devant son camarade de la
veille, qui le força de rendre le précieux anneau, et lui infligea une
sévère correction. Délivré enfin de toute inquiétude, Aurélien
s'empressa d'instruire Clovis de ces heureuses nouvelles; mais le roi
des Franks était alors éloigné de ces contrées. Après avoir conclu,
vers la fin de l'année 490, une trêve avec les cités sénonaises, il
avait porté ses armes vers le Nord, où l'ancien patrimoine de sa
nation, le territoire de Tournai, avait beaucoup à souffrir du
voisinage des Tongriens. Clovis les combattit pendant toute l'année
491, et réussit à les dompter. La cité de Tongres subit la loi du
vainqueur.

Au retour de cette expédition, il manda près de lui Aurélien, qui
avait si bien justifié sa confiance, et le chargea de se rendre à la
cour de Gondebaud, mais cette fois avec les insignes et la pompe d'un
ambassadeur, pour réclamer solennellement la remise de la royale
fiancée. Le secret du premier voyage avait été parfaitement gardé, et
Gondebaud n'en avait aucun soupçon; aussi reçut-il fort mal
l'ambassadeur; il le menaça de le traiter comme espion, et ne vit dans
ses paroles qu'un prétexte mensonger mis en avant par Clovis pour
provoquer une guerre. Sans se déconcerter, Aurélien persista dans ses
assertions, et représenta l'anneau de Clotilde. Alors la jeune
princesse fut elle-même appelée, et ne fit pas difficulté d'avouer
tout ce qui s'était passé, en montrant à son tour l'anneau de Clovis.
Troublé par cette découverte inattendue, Gondebaud se trouva d'autant
plus embarrassé qu'il n'avait pas auprès de lui son ministre de
confiance, le plus habile de ses conseillers, le romain Arédius, qui
était allé à Constantinople porter les félicitations du roi à
l'empereur Anastase, élevé au trône le 11 avril 491, après la mort de
Zénon. Les chefs burgondes qui entouraient Gondebaud s'écrièrent avec
la loyauté des mœurs germaniques qu'on ne pouvait refuser de rendre
une fiancée à son époux, et firent sentir au roi les dangers d'une
guerre injuste, où le sentiment national se prononcerait contre lui.
Vaincu par leurs représentations, Gondebaud céda, malgré son dépit
d'avoir été joué. Les envoyés du roi des Franks présentèrent le sol
d'or et le denier, prix symbolique de la fiancée, selon les formes de
la loi salique, et la princesse fut remise entre leurs mains.

Ce n'était point sans une vive répugnance que le prince burgonde
s'était laissé arracher ce consentement involontaire. Dans sa
perplexité, il déplorait plus que jamais l'absence d'Arédius, lorsque
ce fidèle ministre débarqua à Marseille. Instruit du grand événement
qui venait de se passer, il accourt auprès de son maître: Qu'avez-vous
fait, lui dit-il; avez-vous oublié que le père de Clotilde et ses deux
frères ont été massacrés de vos mains; que, par vos ordres, sa mère a
été précipitée dans l'eau avec une pierre au cou, et vous faites de
votre nièce une reine! Pouvez-vous douter que le premier usage qu'elle
fera de sa puissance ne soit de venger ses parents?

A ces mots, Gondebaud épouvanté comprend toute l'étendue de sa faute,
dont il n'envisageait que vaguement les conséquences, et sur-le-champ
il envoie une troupe de cavaliers à la poursuite de Clotilde. On
pouvait espérer de l'atteindre. Elle était partie de Châlon dans un de
ces chariots pesants appelés _bastarnes_, qui, traînés par des bœufs,
conduisaient majestueusement au temple les matrones romaines. Les
cavaliers dévorent l'espace; arrivés près de la frontière, ils
aperçoivent la lourde voiture, ils la devancent, ils l'arrêtent; mais
elle était vide. Aurélien, pressentant le repentir de Gondebaud, avait
fait monter la princesse à cheval, et, traversant rapidement le
territoire burgonde, l'avait déposée entre les bras de son royal
époux, qui l'attendait au village de Villiers, sur les confins de la
cité de Troyes. Au moment de quitter les États de Gondebaud, les
Franks qui escortaient Clotilde mirent le feu aux maisons qui se
trouvaient sur leur passage: «Dieu soit béni, s'écria la princesse,
j'ai vu commencer ma vengeance[291]!» Clovis la conduisit à Soissons,
et là des fêtes solennelles annoncèrent à toute la Gaule cette union
qui consacrait pour la première fois l'alliance du principe catholique
et de l'élément barbare[292].

    DE PÉTIGNY, ouvrage cité.

  [291] Dans les mœurs germaniques, venger le meurtre de ses
  parents était un devoir qu'on ne pouvait négliger sans encourir
  l'infamie et l'exhérédation.


BAPTÊME DE CLOVIS.--LA SAINTE AMPOULE.

Cependant on prépare le chemin depuis le palais du roi jusqu'au
baptistère; on suspend des voiles, des tapisseries précieuses; on tend
les maisons de chaque côté des rues; on pare l'église; on couvre le
baptistère de baume et de toutes sortes de parfums. Comblé des grâces
du Seigneur, le peuple croit déjà respirer les grâces du paradis. Le
cortége part du palais; le clergé ouvre la marche avec les saints
Évangiles, les croix et les bannières, chantant des hymnes et des
cantiques spirituels; vient ensuite l'évêque, conduisant le roi par la
main; enfin la reine suit avec le peuple. Chemin faisant, on dit que
le roi demanda à l'évêque si c'était là le royaume de Dieu qu'il lui
avait promis: Non, répondit le prélat, mais c'est l'entrée de la route
qui y conduit. Quand ils furent parvenus au baptistère, le prêtre qui
portait le saint Chrême, arrêté par la foule, ne put arriver jusqu'aux
saints fonts; en sorte qu'à la bénédiction des fonts le Chrême manqua
par un exprès dessein du Seigneur. Alors le saint pontife lève les
yeux vers le ciel et prie en silence et avec larmes. Aussitôt une
colombe blanche comme la neige, descend, portant dans son bec une
ampoule pleine de Chrême envoyé du ciel. Une odeur délicieuse s'en
exhale, qui enivre les assistants d'un plaisir bien au-dessus de tout
ce qu'ils avaient senti jusque-là. Le saint évêque prend l'ampoule,
asperge de Chrême l'eau baptismale, et aussitôt la colombe disparaît.
Transporté de joie à la vue d'un si grand miracle de la grâce, le roi
renonce à Satan, à ses pompes et à ses œuvres, et demande avec
instance le baptême. Au moment où il s'incline sur la fontaine de vie:
Baisse la tête avec humilité, Sicambre, s'écrie l'éloquent pontife,
adore ce que tu as brûlé, et brûle ce que tu as adoré. Après avoir
confessé le symbole de la foi orthodoxe, le roi est plongé trois fois
dans les eaux du baptême, et ensuite, au nom de la sainte et
indivisible Trinité, le Père, le Fils et le Saint-Esprit, le
bienheureux prélat le reçoit et le consacre par l'onction divine.
Alboflède et Lantéchilde, sœurs du roi, reçoivent aussi le baptême,
et en même temps 3,000 hommes de l'armée des Franks, outre grand
nombre de femmes et d'enfants. Aussi pouvons-nous croire que cette
journée fut un jour de réjouissance dans les cieux pour les saints
anges, comme les hommes dévots et fidèles en reçurent une grande joie
sur la terre.

  FRODOARD, _Histoire de l'église de Reims_, ch. XIII (traduction
    de M. Guizot).

  [292] Grégoire de Tours ne parle de ces faits que
  très-succinctement et en termes généraux. Nous en connaissons les
  détails par les récits de Frédégaire (_Histoire_, ch. 17 et 18)
  et de l'auteur des _Gestes des rois franks_ (chap. 11 et 12), qui
  sont le résumé des traditions de famille de la dynastie
  mérovingienne. J'ai pris alternativement dans ces deux récits les
  circonstances qui m'ont paru les plus vraisemblables. (_Note de
  M. de Pétigny_).

   Frodoard naquit en 894, à Épernai, et mourut en 966. Frodoard fut
   évêque de Noyon: il avait étudié dans les écoles de Reims, et était
   l'un des hommes les plus instruits de son temps. Il est auteur de
   l'_Histoire de l'église de Reims_, et d'une chronique qui s'étend
   de 919 à 966.


LETTRE DE SAINT REMI A CLOVIS,

  au sujet de la mort de sa sœur Alboflède.

Au seigneur illustre par ses mérites, le roi Clovis, Remi évêque.

Je suis vivement affligé de la tristesse que vous inspire la perte de
votre sœur, de glorieuse mémoire, Alboflède[293]. Mais nous pouvons
nous consoler, parce qu'elle est sortie de ce monde si pure et si
pieuse, que nos souvenirs doivent lui être consacrés bien plutôt que
nos larmes. Elle a vécu de manière à laisser croire que le Seigneur,
en l'appelant aux Cieux, lui a donné place parmi ses élus. Elle vit
pour votre foi; si elle est dérobée au désir que vous avez de sa
présence, le Christ l'a ravie pour la combler des bénédictions qui
attendent les vierges. Il ne faut pas la pleurer maintenant qu'elle
lui est consacrée, maintenant qu'elle brille devant le Seigneur de sa
fleur virginale, dont elle resplendit comme d'une couronne récompense
de sa virginité. A Dieu ne plaise que les fidèles aillent pleurer
celle qui mérita de répandre la bonne odeur du Christ, afin de
pouvoir, heureuse médiatrice, appuyer efficacement leurs demandes.
Bannissez donc, seigneur, la tristesse de votre âme; commandez à votre
affliction, et, vous élevant à de plus hautes pensées, pour ramener la
sérénité dans votre cœur, donnez-vous tout entier au gouvernement de
votre royaume. Qu'une sainte allégresse reconforte vos membres; une
fois que vous aurez dissipé le chagrin qui vous assiége, vous
travaillerez mieux au salut. Il vous reste un royaume à administrer,
à régir, sous les auspices de Dieu. Vous êtes le chef des peuples, et
vous tenez en main leur conduite. Que vos sujets ne voient pas leur
prince se consumer dans l'amertume et le deuil, eux qui sont
accoutumés, grâce à vous, à ne voir que des choses heureuses. Soyez
vous-même votre propre consolateur, rappelez cette force d'âme qui
vous est naturelle, et que la tristesse n'étouffe pas plus longtemps
vos brillantes qualités. Le trépas récent de celle qui vient d'être
unie au chœur des vierges, réjouit, j'en suis sûr, le monarque des
cieux.

  [293] Elle mourut presqu'aussitôt après son baptême.

En saluant votre gloire, j'ose vous recommander mon ami le prêtre
Maccolus que je vous adresse. Excusez-moi, je vous prie, si, au lieu
de me présenter devant vous, comme je le devais, j'ai eu la
présomption de vous consoler en paroles. Néanmoins, si vous m'ordonnez
par le porteur de cette lettre de vous aller trouver, méprisant la
rigueur de l'hiver, oubliant l'âpreté du froid, ne regardant pas aux
fatigues de la route, je m'efforcerai, avec le secours du Seigneur,
d'arriver jusqu'à vous.

  Traduction de MM. Collombet et Grégoire. (Le texte est dans
    Duchesne, _Script. Francor._, 1, 849.)


LA LOI SALIQUE.

  _Prologue._

Les Franks, peuples fameux, réunis en corps de nation par la main de
Dieu, puissants dans les combats, sages dans les conseils, fidèles
observateurs des traités, distingués par la noblesse de la stature, la
blancheur du teint et l'élégance des formes, de même que par leur
courage et par l'audace et la rapidité de leurs entreprises
guerrières, ces peuples, dis-je, récemment convertis à la foi
catholique, dont jusqu'ici aucune hérésie n'a troublé la pureté,
étaient encore plongés dans les ténèbres de l'idolâtrie, lorsque, par
une secrète inspiration de Dieu, ils sentirent le besoin de sortir de
l'ignorance où ils avaient été retenus jusqu'alors et de pratiquer la
justice et les autres devoirs sociaux. Ils firent en conséquence
rédiger la loi salique par les plus anciens de la nation, qui tenaient
alors les rênes du gouvernement. Ils choisirent quatre d'entre eux,
nommés Wisogast, Rodogast, Salogast et Widogast, habitant les pays de
Salehaim, Bodohaim, Widohaim, qui se réunirent pendant la durée de
trois assises, discutèrent, avec le plus grand soin, les sources de
toutes les difficultés qui pouvaient s'élever; et traitant de chacune
en particulier, rédigèrent la loi telle que nous la possédons
maintenant.

A peine le puissant roi des Franks, Clovis, eut-il été appelé, par une
faveur céleste, à jouir, le premier de sa nation, de la grâce du
baptême; à peine Childebert et Clotaire eurent-ils été revêtus des
marques distinctives de la royauté, qu'on les vit s'occuper à corriger
les imperfections que l'expérience avait fait découvrir dans ces lois.

Gloire aux amis de la nation des Franks! que le Christ, le souverain
des rois, veille sur les destinées de cet empire; qu'il prodigue à ses
chefs les trésors de sa grâce; qu'il protège ses armées, et fortifie
ses peuples dans la foi chrétienne; qu'il leur accorde des jours de
paix et de bonheur!

C'est, en effet, cette nation qui, forte par sa vaillance plus que par
le nombre de ses guerriers, secoua par la force des armes le joug que
les Romains s'efforçaient d'appesantir sur elle; ce sont ces mêmes
Franks qui, après avoir reçu la faveur du baptême, recueillirent avec
soin les corps des saints martyrs que les Romains avaient livrés aux
flammes, au fer et aux bêtes féroces, et prodiguèrent l'or et les
pierres précieuses pour orner les chasses qui les contenaient.

TITRE XIX.

_Des blessures._

1. Si quelqu'un a tenté de donner la mort à un autre, et qu'il n'ait
pas réussi dans son projet; ou s'il a voulu le percer d'une flèche
empoisonnée et qu'il ait manqué son coup, il sera condamné à payer
2,500 deniers, ou 62 sous d'or et demi[294].

  [294] Le sou d'or valait 90 francs.

2. Quiconque aura blessé quelqu'un à la tête, de telle sorte que le
sang ait coulé jusqu'à terre, sera condamné à payer 600 deniers, ou 15
sous d'or.

3. Si quelqu'un a blessé un homme à la tête, et qu'il en soit sorti
trois esquilles, le coupable sera condamné à payer 1,200 deniers, ou
30 sous d'or.

4. Si le cerveau a été mis à découvert, et que trois fragments du
crâne aient été détachés, le coupable sera condamné à payer 1,800
deniers, ou 45 sous d'or.

5. Si la blessure a été faite au milieu des côtes et qu'elle ait
pénétré jusque dans l'intérieur du corps, le coupable sera condamné à
payer 1,200 deniers, ou 30 sous d'or.

6. Si la gangrène s'empare de la blessure, et que le mal ne se
guérisse point, l'agresseur sera condamné à payer 2,500 deniers, ou 62
sous d'or et demi, outre les frais de maladie qui sont évalués 360
deniers, ou 9 sous d'or.

7. Si un ingénu[295] a frappé avec un bâton un autre ingénu,
l'agresseur sera condamné, si le sang n'a point coulé, à payer pour
chacun des trois premiers coups qui auront été portés, 120 deniers, ou
3 sous d'or.

  [295] Homme libre, né de parents libres.

8. Mais si le sang a coulé, l'agresseur paiera une composition
pareille à celle qu'il aurait payée si la blessure eût été faite avec
un instrument de fer quelconque, c'est-à-dire qu'il paiera 600
deniers, ou 15 sous d'or.

9. Quiconque aura frappé une autre personne à coups de poing sera
condamné à payer 360 deniers, ou 9 sous d'or, ou autrement 3 sous d'or
pour chaque coup.

10. Si un homme en a attaqué un autre sur la voie publique, dans le
but de le dévaliser, et que celui-ci soit parvenu à s'échapper par la
fuite, l'agresseur sera condamné à lui payer 1,200 deniers, ou 30 sous
d'or.

11. Si l'homme attaqué n'a pu s'échapper et qu'il ait été dépouillé,
le voleur sera condamné à payer 2,500 deniers, ou 62 sous d'or et
demi, outre la valeur des objets volés et les frais de poursuite.

TITRE XXXI.

_Des mutilations._

1. Quiconque aura coupé à un autre homme la main ou le pied, lui aura
fait perdre un œil, ou lui aura coupé l'oreille ou le nez, sera
condamné à payer 4,000 deniers, ou 100 sous d'or.

2. Si la main n'est pas entièrement détachée, il sera condamné à payer
1,800 deniers, ou 45 sous d'or.

3. Mais si la main est entièrement détachée, il sera condamné à payer
2,500 deniers, ou 62 sous d'or et demi.

4. Quiconque aura abattu à un autre homme le gros doigt du pied ou de
la main sera condamné à payer 1,800 deniers ou 45 sous d'or.

5. Si le doigt blessé n'a point été entièrement détaché, le coupable
sera condamné à payer 1,200 deniers ou 30 sous d'or.

6. Quiconque aura abattu le second doigt qui sert à décocher les
flèches, sera condamné à payer 1,400 deniers, ou 35 sous d'or.

7. Celui qui d'un seul coup aura abattu les trois autres doigts, sera
condamné à payer 1,800 deniers, ou 45 sous d'or.

8. Celui qui aura abattu le doigt du milieu, sera condamné à payer 600
deniers, ou 15 sous d'or.

9. Celui qui aura abattu le quatrième doigt, sera condamné à payer 600
deniers ou 15 sous d'or.

10. Si c'est le petit doigt qui a été abattu, le coupable sera
condamné à payer 600 deniers, ou 15 sous d'or.

11. Quiconque aura coupé un pied à un autre homme, sans l'avoir
entièrement détaché, sera condamné à payer 1,800 deniers, ou 45 sous
d'or.

12. Mais, si le pied est entièrement détaché, le coupable sera
condamné à payer 2,500 deniers ou 62 sous d'or et demi.

13. Celui qui a arraché un œil à quelqu'un sera condamné à payer
2,500 deniers ou 62 sous d'or et demi.

14. Celui qui aura coupé le nez à quelqu'un sera condamné à payer
1,800 deniers ou 45 sous d'or.

15. Quiconque aura coupé l'oreille à un autre homme, sera condamné à
payer 600 deniers, ou 15 sous d'or.

16. Si quelqu'un a eu la langue coupée de manière à ne plus pouvoir
parler, le coupable sera condamné à payer 4,000 deniers ou 100 sous
d'or.

17. Celui qui aura fait tomber une dent à un autre homme, sera
condamné à payer 600 deniers, ou 15 sous d'or.

TITRE XXXII.

_Des injures._

1. Quiconque aura appelé un autre homme, infâme, sera condamné à payer
600 deniers, ou 15 sous d'or.

2. S'il l'a appelé embrené, il sera condamné à payer 120 deniers, ou 3
sous d'or.

3. S'il l'a appelé fourbe, il sera condamné à payer 120 deniers, ou 3
sous d'or.

4. S'il l'a appelé lièvre (lâche), il sera condamné à payer 240
deniers, ou 6 sous d'or.

5. Quiconque aura accusé un homme d'avoir abandonné son bouclier en
présence de l'ennemi, ou de l'avoir, en fuyant, jeté par lâcheté, sera
condamné à payer 120 deniers ou 3 sous d'or.

6. Celui qui aura appelé un homme dénonciateur et qui ne pourra
justifier cette imputation, sera condamné à payer 600 deniers, ou 15
sous d'or.

7. S'il l'a appelé faussaire, sans pouvoir appuyer de preuves cette
qualification, il sera condamné à payer 600 deniers, ou 15 sous d'or.

TITRE XLIII.

_Du meurtre des ingénus._

1. Si un ingénu a tué un Frank ou un barbare vivant sous la loi
salique, il sera condamné à payer 8,000 deniers, ou 200 sous d'or.

2. Mais s'il a précipité le corps dans un puits ou dans l'eau, il sera
condamné à payer 24,000 deniers ou 600 sous d'or.

3. S'il a caché le corps sous des branches vertes ou sèches, ou de
tout autre manière, ou s'il l'a jeté dans les flammes, il sera
condamné à payer 24,000 deniers, ou 600 sous d'or.

4. Si quelqu'un a tué un antrustion du roi[296], il sera condamné à
payer 24,000 deniers, ou 600 sous d'or. '

  [296] Antrustion (_in truste regis_, sous la protection du roi),
  ou convive du roi, personnage élevé aux plus hautes dignités de
  la cour des rois franks.

5. S'il a précipité le corps de cet antrustion dans un puits ou dans
l'eau, ou s'il l'a recouvert de branches vertes ou sèches, ou enfin
s'il l'a jeté dans les flammes, le meurtrier sera condamné à payer
72,000 deniers, ou 1,800 sous d'or.

6. Quiconque aura tué un Romain, convive du roi, sera condamné à payer
12,000 deniers, ou 300 sous d'or.

7. Si l'homme qui a été tué est un Romain possesseur, c'est-à-dire qui
a des propriétés dans le pays qu'il habite, le coupable convaincu de
lui avoir donné la mort sera condamné à payer 4,000 deniers, ou 100
sous d'or.

8. Quiconque aura tué un Romain tributaire sera condamné à payer 1,800
deniers, ou 45 sous d'or.

TITRE LXII.

_De l'alleu._

1. Si un homme meurt sans laisser de fils, son père ou sa mère
survivant lui succédera.

2. A défaut du père et de la mère, les frères et sœurs qu'il a
laissés lui succéderont.

3. A défaut des frères et sœurs, les sœurs de son père lui
succéderont.

4. A défaut des sœurs du père, les sœurs de la mère lui succéderont.

5. A défaut de tous ces parents, les plus proches dans la ligne
paternelle lui succéderont.

6. A l'égard de la terre salique[297], aucune portion de l'hérédité ne
sera recueillie parles femmes, mais l'hérédité tout entière sera
dévolue aux mâles.

    _Loi salique_, édition et traduction par Peyré.

  [297] La maison (_sala_) et la terre qui l'entoure était la seule
  propriété héréditaire chez les anciens Germains, comme l'_ogorod_
  chez les Russes; les autres terres changeaient de possesseurs
  tous les ans, par la voie du sort, comme cela se pratique encore
  chez les serfs de Russie. La terre salique (la terre paternelle,
  l'alleu des parents de la loi des Ripuaires) n'était pas soumise
  à ces partages annuels, et restait propriété ou alleu héréditaire
  dans les mâles de la famille.


MEURTRE DES FILS DE CLODOMIR.

  Vers l'an 533.

Childebert voyant que Clotilde, sa mère, donnait toute son affection
aux fils de Clodomir, en conçut de l'envie; et, craignant que par la
faveur de la reine, ils n'eussent part au royaume, il envoya
secrètement vers le roi Clotaire, son frère, et lui fit dire: «Notre
mère garde avec elle les fils de notre frère, et veut leur donner le
royaume; il faut que tu viennes promptement à Paris, et que, réunis
tous deux en conseil, nous déterminions ce que nous devons faire de
ces enfants, si on leur coupera les cheveux, comme au reste du peuple,
ou si, après les avoir tués, nous partagerons par moitié le royaume de
notre frère. Satisfait de cette proposition, Clotaire arriva à Paris.
Childebert avait déjà fait dire dans le peuple que les deux rois
étaient résolus à élever les enfants au trône. Ils envoyèrent donc, en
leur nom, dire à Clotilde, qui demeurait aussi à Paris: Envoie-nous
les enfants, pour que nous les élevions au trône. Remplie de joie, et
ne se doutant pas de leur ruse, Clotilde, après avoir fait boire et
manger les enfants, les envoya en disant: Je croirai n'avoir pas perdu
mon fils, si je vous vois succéder à son royaume. Les enfants étant
partis, furent arrêtés aussitôt et séparés de leurs serviteurs et de
leurs gouverneurs: ensuite on les enferma séparément, d'un côté les
serviteurs, de l'autre les enfants. Alors Childebert et Clotaire
envoyèrent Arcadius à la reine, portant des ciseaux et une épée nue.
Quand il fut arrivé près de la reine, il les lui montra, et lui dit:
Tes fils nos seigneurs, très-glorieuse reine, attendent que tu leur
fasses connaître ta volonté sur la manière dont il faut traiter ces
enfants; ordonne qu'ils vivent les cheveux coupés, ou qu'ils soient
égorgés. Consternée et pleine de colère en voyant l'épée et les
ciseaux, Clotilde se laisse aller à son indignation, et, ne sachant
dans sa douleur ce qu'elle disait, elle répondit avec imprudence: «Si
on ne les élève pas sur le trône, j'aime mieux les voir morts que
tondus.»

Arcadius, s'inquiétant peu de sa douleur, et ne cherchant pas à
deviner quelle serait ensuite sa volonté, revint à la hâte vers ceux
qui l'avaient envoyé et leur dit: «Vous pouvez continuer avec
l'approbation de la Reine ce que vous avez commencé, car elle veut que
vous donniez suite à vos projets.» Aussitôt Clotaire, prenant l'aîné
des enfants par le bras, le jette à terre, et, lui plongeant son
couteau dans l'aisselle, le tua cruellement. A ses cris, son frère se
jeta aux pieds de Childebert, et, lui prenant les genoux, lui disait
en pleurant: «Secours-moi, mon bon père, afin que je ne meure pas
comme mon frère.» Alors Childebert, fondant en larmes, dit à Clotaire:
«Je te prie, mon cher frère, d'avoir la générosité de m'accorder sa
vie; et si tu veux ne pas le tuer, je te donnerai, pour le racheter,
tout ce que tu voudras.» Mais Clotaire l'accabla d'injures et lui dit:
«Repousse-le loin de toi ou tu mourras sûrement à sa place; c'est toi
qui m'as poussé à cette affaire, et tu es bien prompt à reprendre ta
foi.» Alors Childebert repoussa l'enfant et le jeta à Clotaire, qui
lui enfonça son couteau dans le côté et le tua, comme il avait fait de
son frère. Ils tuèrent ensuite les serviteurs et les gouverneurs; et
après leur mort, Clotaire, montant à cheval, s'en alla avec Childebert
dans les faubourgs, sans se préoccuper du meurtre de ses neveux.

Clotilde ayant fait poser ces petits corps sur un brancard, les
conduisit avec beaucoup de chants pieux et une grande douleur, à
l'église de Saint-Pierre, où on les enterra tous deux de la même
manière. L'un des deux avait dix ans, et l'autre sept.

Ils ne purent prendre le troisième, Clodoald, qui fut sauvé par le
secours de braves guerriers. Dédaignant un royaume terrestre, il se
consacra à Dieu, et, s'étant coupé les cheveux de sa propre main, il
fut fait clerc. Il persista dans les bonnes œuvres et mourut prêtre.

Les deux rois partagèrent entre eux également le royaume de Clodomir.
La reine Clotilde déploya tant et de si grandes vertus, qu'elle se fit
honorer de tous. On la vit toujours empressée de faire l'aumône, et
demeurer pure par sa chasteté et sa fidélité à toutes les choses
honnêtes. Elle pourvut les domaines des églises, les monastères et
tous les lieux saints de ce qui leur était nécessaire, distribuant ses
largesses avec générosité; en sorte que, dans le temps, on ne la
considérait pas comme une reine, mais comme une servante du Seigneur,
toute dévouée à son service. Ni la royauté de ses fils, ni l'ambition
du siècle, ni le pouvoir, ne l'entraînèrent à sa ruine, mais son
humilité la conduisit à la grâce.

    GRÉGOIRE DE TOURS, _Histoire des Franks_, liv. III.


BRUNEHAUT ET GALSUINTHE.

  566.

Le roi Sigebert, qui voyait ses frères prendre des femmes indignes
d'eux, et épouser, à leur honte, jusques à leurs servantes, envoya des
ambassadeurs en Espagne, avec beaucoup de présents, pour demander en
mariage Brunehaut, fille du roi Athanagild. C'était une jeune fille de
manières élégantes, d'une belle figure, honnête et de mœurs pures, de
bon conseil et d'une conversation agréable. Son père consentit à
l'accorder, et l'envoya au roi avec de grands trésors; et celui-ci,
ayant rassemblé les leudes et fait préparer des siéges, la prit pour
femme avec joie et fit de grandes réjouissances. Elle était soumise à
la croyance des Ariens; mais les prédications des prêtres et les
conseils du roi lui-même la convertirent; elle confessa la Trinité une
et bienheureuse, reçut l'onction du saint Chrême, et, par la vertu du
Christ, persévéra dans la foi catholique.

Le roi Chilpéric, qui avait déjà plusieurs femmes, voyant ce mariage,
demanda Galsuinthe, sœur de Brunehaut, promettant par ses
ambassadeurs que, s'il pouvait avoir une femme égale à lui et de race
royale, il répudierait toutes les autres. Le père accepta ses
promesses, et lui envoya sa fille, comme il avait envoyé l'autre, avec
de grandes richesses. Galsuinthe était plus âgée que Brunehaut. Quand
elle arriva vers le roi Chilpéric, il la reçut avec beaucoup
d'honneurs et l'épousa. Il l'aimait beaucoup et avait reçu d'elle de
grands trésors; mais la discorde s'éleva entre eux à cause de
Frédégonde, que le roi avait eue auparavant pour concubine. Galsuinthe
avait été convertie à la foi catholique et avait reçu le saint Chrême.
Elle se plaignait de recevoir du roi des outrages continuels, et de
vivre auprès de lui sans honneur. Elle lui demanda donc de pouvoir
retourner dans son pays, lui laissant toutes les richesses qu'elle
avait apportées. Chilpéric dissimula avec adresse, l'apaisa par des
paroles de douceur, et ordonna enfin à un domestique de l'étrangler;
puis on la trouva morte dans son lit. Après sa mort Dieu fit un grand
miracle, car une lampe qui brûlait devant son sépulcre, suspendue à
une corde, tomba sur le pavé, la corde s'étant cassée sans que
personne y touchât; en même temps la dureté du pavé disparaissant, la
lampe s'enfonça tellement dans cette matière amollie, qu'elle y fut à
moitié enterrée sans être brisée, ce qu'on ne put voir sans y
reconnaître un grand miracle. Le roi pleura sa mort, puis épousa
Frédégonde quelques jours après.

    GRÉGOIRE DE TOURS, _Histoire des Franks_, liv. IV.


COMMENT LE ROI CHILPÉRIC DOTA SA FILLE RIGONTHE.

  584.

Il arriva au roi Chilpéric une grande ambassade des Wisigoths[298]; le
roi revint à Paris, et ordonna de prendre un grand nombre de colons
des villas royales et de les mettre dans des chariots. Beaucoup se
désespérèrent et ne voulurent pas partir; il les fit mettre en prison
pour pouvoir facilement les faire partir avec sa fille. On rapporte
que plusieurs se donnèrent la mort et s'étranglèrent, de douleur de se
voir ainsi enlevés à leurs parents. On séparait le fils du père, la
fille de la mère; et ils s'en allaient en gémissant et en maudissant.
On entendait tant de pleurs dans Paris, qu'on les a comparés aux
pleurs de l'Égypte la nuit où périrent les premiers-nés. Plusieurs
personnes, de naissance distinguée, obligées de partir, firent leur
testament, donnèrent tous leurs biens à l'Église, et demandèrent que
l'on ouvrit leurs testaments quand la fille de Chilpéric entrerait en
Espagne, comme si elles étaient mortes.

  [298] Envoyée par le roi Léovigilde, qui venait prendre Rigonthe,
  promise à Reccarède, fils du roi des Wisigoths.

Cependant il vint à Paris des envoyés du roi Childebert pour avertir
le roi Chilpéric de ne donner à sa fille aucune des villes qu'il
tenait du royaume du père de Childebert, ni aucune partie de ses
trésors, et de ne pas toucher aux esclaves, aux chevaux, aux jougs de
bœufs, ni à rien de ce qui appartenait à ces propriétés. Un de ces
envoyés fut, dit-on, tué secrètement, mais je ne sais par qui.
Cependant on soupçonna le roi. Chilpéric promit de ne pas disposer de
tout cela, convoqua les principaux Franks et ses leudes et célébra
les noces de sa fille. Il la remit aux ambassadeurs du roi des
Wisigoths, et lui donna de grands trésors; mais Frédégonde, sa mère, y
ajouta tant d'or, d'argent et de vêtements, que le roi, à cette vue,
crut qu'il ne lui restait plus rien. La reine, le voyant mécontent, se
tourna vers les Franks et leur dit: «Ne croyez pas que tout ceci fasse
partie des trésors des rois précédents. Tout ce que vous voyez est à
moi, car le roi très-glorieux a été très-généreux envers moi, et j'ai
amassé beaucoup de choses par mes soins, et beaucoup me viennent des
tributs des terres qui m'ont été données. Vous m'avez fait aussi
beaucoup de présents. C'est avec tout cela que j'ai composé ce que
vous voyez devant vous, et il n'y a rien qui vienne des trésors du
roi.» C'est ainsi qu'elle trompa l'esprit du roi. Il y avait une telle
quantité de choses en or et en argent et d'autres choses précieuses,
qu'on en chargea cinquante chariots. Les Franks apportèrent encore de
nombreux présents, de l'or, de l'argent, des chevaux, des vêtements.
Chacun donna ce qu'il put. La jeune fille dit adieu, en pleurant
beaucoup, et embrassa ses parents; mais, lorsqu'elle sortit de la
porte, l'essieu de l'une des voitures se cassa. Tous dirent alors que
cet accident était de mauvais augure.

Étant partie de Paris, elle ordonna de dresser les tentes à huit
milles de la ville. Pendant la nuit, cinquante hommes de sa suite se
levèrent, volèrent cent chevaux, et des meilleurs, tous les freins
d'or, deux grandes chaînes, et se sauvèrent auprès du roi Childebert.
Pendant toute la route, tous ceux qui pouvaient s'échapper se
sauvaient, emportant avec eux tout ce qu'ils pouvaient enlever. On
reçut partout ce cortége, en grand appareil, aux frais des diverses
villes. Le roi avait ordonné que pour cela on ne payât rien sur les
impôts ordinaires: tout fut donc fourni par un impôt extraordinaire
levé sur les pauvres gens.

Comme le roi craignait que son frère ou son neveu ne tendissent
pendant la route quelque embûche à sa fille, il avait ordonné qu'une
armée l'accompagnerait. Avec elle étaient des hommes du premier rang;
le reste de la troupe, composé de gens du commun, était au nombre de
plus de quatre mille. Les autres chefs et camériers qui
l'accompagnaient la quittèrent à Poitiers. Ses compagnons de voyage
firent en chemin tant de butin et pillèrent si bien, qu'on ne peut le
raconter. Ils dépouillaient les chaumières des pauvres, ravageaient
les vignes, emportaient sarments et raisins, enlevaient les troupeaux
et tout ce qu'ils trouvaient, et ne laissaient rien dans les lieux par
où ils passaient, accomplissant ce qui a été dit par le prophète Joël:
«La sauterelle a mangé les restes de la chenille, le ver les restes de
la sauterelle, et la nielle les restes du ver.»

    GRÉGOIRE DE TOURS, livre VI.


LES ROIS FAINÉANTS.

La race des Mérovingiens, dans laquelle les Franks avaient coutume de
choisir leurs rois, passe pour avoir duré jusqu'au roi Childéric, qui
fut, par ordre du pontife romain Étienne[299], déposé, rasé et jeté
dans un monastère. Quoiqu'on puisse la considérer comme finissant
seulement avec ce prince, néanmoins elle était déjà depuis longtemps
sans aucune force, et n'offrait plus en elle rien d'illustre, si ce
n'est le vain titre de roi; car les moyens et la puissance du
gouvernement étaient entre les mains des préfets du palais, que l'on
appelait majordomes et à qui appartenait l'administration suprême. Le
prince, pour toute prérogative, devait se contenter du seul titre de
roi, de sa chevelure flottante, de sa longue barbe et du trône où il
s'asseyait pour représenter l'image du monarque, pour donner audience
aux ambassadeurs des différents pays, et leur notifier, à leur départ,
comme l'expression de sa volonté personnelle, des réponses qu'on lui
avait apprises et souvent même imposées. A l'exception de ce vain nom
de roi et d'une pension alimentaire mal assurée, il ne possédait rien
en propre qu'une seule terre d'un modique revenu, qui lui fournissait
une habitation et un petit nombre de serviteurs, à ses ordres, chargés
de lui procurer ce qui lui était nécessaire. S'il fallait aller
quelque part, c'était sur un char traîné par un attelage de bœufs
qu'un bouvier menait à la manière des paysans: c'était ainsi qu'il se
rendait au palais et à l'assemblée générale de son peuple, tenue
chaque année pour les affaires publiques; c'était ainsi qu'il revenait
chez lui. Quant à l'administration du royaume, aux mesures et aux
dispositions qu'il fallait prendre au dedans et au dehors, le maire du
palais en avait tout le soin.

    EGINHARD, _Vie de Charlemagne_, trad. de M. Teulet.

   Eginhard, secrétaire de Charlemagne et l'un des principaux personnages
   de sa cour, mourut en 844. On lui doit une _Vie de Charlemagne_ et des
   _Annales des rois Franks_. Ces deux ouvrages sont bien composés.

  [299] Ce fut le pape Zacharie qui ordonna la déposition de
  Childéric, au mois de mars 752.


LES MAIRES DU PALAIS.

Le premier maire dont il soit fait mention est Goggon, qui fut envoyé
à Athanaghilde de la part de Sighebert, pour lui demander la main de
Brunehilde.

Deux origines doivent être assignées à la _mairie_: l'une romaine,
l'autre franke ou germanique. Le _maire_ représentait le _magister
officiorum_. Celui-ci acquit dans le palais des empereurs la puissance
que le _maire_ obtint dans la maison du roi frank. Considérée dans son
origine romaine, la charge de maire du palais fut temporaire sous
Sighebert et ses devanciers, viagère sous Khlother, héréditaire sous
Khlovigh II: elle était incompatible avec la qualité de prêtre et
d'évêque. Elle porte dans les auteurs le nom de: _magister palatii_,
_præfectus aulæ_, _rector aulæ_, _gubernator palatii_, _major domus_,
_rector palatii_, _moderator palatii_, _præpositus palatii_, _provisor
aulæ regiæ_, _provisor palatii_.

Pris dans son origine franke ou germanique, le maire du palais était
ce _duc_ ou chef de guerre dont l'élection appartenait à la nation
tout aussi bien que l'élection du roi: _Reges ex nobilitate, duces ex
virtute sumunt_. J'ai déjà indiqué ce qu'il y avait d'extraordinaire
dans cette institution, qui créait chez un même peuple deux pouvoirs
suprêmes indépendants. Il devait arriver, et il arriva, que l'un de
ces deux pouvoirs prévalut. Les maires s'étant trouvés de plus grands
hommes que les souverains, les supplantèrent. Après avoir commencé par
abolir les assemblées générales, ils confisquèrent la royauté à leur
profit, s'emparant à la fois du pouvoir et de la liberté. Les maires
n'étaient point des rebelles; ils avaient le droit de conquérir, parce
que leur autorité émanait du peuple ou de ce qui était censé le
représenter, et non du monarque: leur élection nationale, comme chefs
de l'armée, leur donnait une puissance légitime. Il faut donc réformer
ces vieilles idées de sujets oppresseurs de leurs maîtres et
détenteurs de leur couronne. Un roi, un général d'armée, également
souverains par une élection séparée (_reges et duces sumunt_)
s'attaquent; l'un triomphe de l'autre, voilà tout. Une des dignités
périt, et la mairie se confondit avec la royauté par une seule et même
élection. On n'aurait pas perdu tant de lecture et de recherches à
blâmer ou à justifier l'usurpation des maires du palais, on se serait
épargné de profondes considérations sur les dangers d'une charge trop
prépondérante, si l'on eût fait attention à la double origine de cette
charge, si l'on n'eût pas voulu voir un _grand maître de la maison du
roi_ là où il fallait aussi reconnaître un chef militaire librement
choisi par ses compagnons: «_Omnes Austrasii, cum eligerent Chrodinum
majorem domus._»

    CHATEAUBRIAND, _Analyse raisonnée de l'histoire de France_.


INVASION DES ARABES.--BATAILLE DE POITIERS.

  732.

Le plan d'Abd-el-Rahman était de fondre directement du haut des
Pyrénées sur la Vasconie et sur l'Aquitaine. Les Arabes avaient échoué
jusque-là dans toutes leurs tentatives pour pénétrer dans ces
provinces par la vallée de l'Aude et par la Septimanie; il voulut les
y mener par une voie nouvelle, et ouvrir ainsi à l'islamisme une porte
de plus sur la Gaule. Du reste, il n'avait point immédiatement en vue
une guerre sérieuse, une guerre de conquête dans le sens que les
Arabes attachaient à ces termes; il ne voulait que marcher devant lui,
piller et dévaster le plus rapidement possible le plus de pays qu'il
pourrait, venger la mort de ses prédécesseurs El-Samah et Anbessa, et
rétablir ou accroître en deçà des Pyrénées la terreur des armes
musulmanes.

Ayant concentré son armée sur le haut Èbre, Abd-el-Rahman prit sa
route vers les Pyrénées par Pampelune; il traversa les pays des
Vascons Ibériens, s'engagea dans la vallée d'Hengui, franchit le
sommet depuis si célèbre dans les romans héroïques du moyen âge sous
le nom de Port de Roncevaux, et déboucha dans les plaines de la
Vasconie gauloise par la vallée de la Bidouze. L'histoire ne parle
d'aucune résistance opposée à Abd-el-Rahman dans les redoutables
défilés qu'il eut à franchir. Il avait déjà atteint les plaines quand
il rencontra Eudon[300] qui, à la tête de son principal corps d'armée,
s'apprêtait à lui barrer le passage et à le rejeter dans les
montagnes. Un écrivain arabe, très-croyable sur ce point, affirme
qu'Eudon, qu'il désigne très-imparfaitement par le titre de comte de
cette frontière, livra aux Arabes plusieurs combats dans lesquels il
fut quelquefois vainqueur, mais plus souvent vaincu et obligé de
reculer devant son adversaire, de ville en ville, de rivière en
rivière, de hauteur en hauteur, et fut poussé jusqu'à la Garonne dans
la direction de Bordeaux.

  [300] Eudon ou Eudes, duc d'Aquitaine.

Il était évident que le projet d'Abd-el-Rahman était de se porter sur
cette ville, dont l'antique renommée et la richesse ne lui étaient
probablement pas inconnues. Le duc passa donc la Garonne, et vint
prendre position sur la rive droite de ce fleuve, en avant de la
ville, du côté qu'il croyait le plus nécessaire ou le plus facile de
couvrir; mais Abd-el-Rahman, sans lui laisser le temps de s'affermir
dans sa position, passa la Garonne de vive force, et livra aux
Aquitains une grande bataille, dont on ne sait autre chose sinon que
ceux-ci furent battus avec une perte immense. Dieu seul sait le nombre
de ceux qui y périrent, dit Isidore de Béja. Abd-el-Rahman,
victorieux, se jeta sur Bordeaux, l'emporta d'assaut et le livra à son
armée. Suivant les chroniques franques, les églises furent brûlées et
une grande partie des habitants passée au fil de l'épée. La chronique
de Moissac, Isidore de Béja et les historiens arabes ne disent rien de
pareil; mais parmi ces derniers il en est qui donnent à entendre que
l'assaut fut des plus sanglants. Je ne sais quel grand personnage,
incomplétement désigné par le titre de comte, y fut tué; c'était
probablement le comte de la ville, que les Arabes prirent pour Eudon,
et auquel, par suite de cette méprise, ils firent l'honneur de couper
la tête. Le pillage fut immense; les historiens des vainqueurs en
parlent avec une exagération vraiment orientale; à les en croire, le
moindre soldat aurait eu, pour sa part, force topazes, hyacinthes,
émeraudes, sans parler de l'or, un peu vulgaire en pareil cas. Le fait
est que les Arabes sortirent de Bordeaux déjà embarrassés de butin, et
qu'à dater de ce moment leur marche fut un peu moins rapide et moins
libre qu'auparavant.

Laissant la Garonne derrière eux et prenant leur direction vers le
nord, ils arrivèrent à la Dordogne, la traversèrent, et se jetèrent à
l'aventure dans les pays ouverts devant eux, sans autre but que de
grossir leur butin et sans plan bien arrêté, même dans ce but. Il est
seulement très-vraisemblable qu'ils se divisèrent en plusieurs bandes,
pour ne point s'affamer les uns les autres et pour mieux exploiter le
pays. S'il est vrai, comme le rapportent des légendes et des
traditions contemporaines, et comme il est facile de le croire, que
l'une de ces bandes traversa le Limousin, et qu'une autre pénétra
jusqu'aux âpres montagnes d'où descendent le Tarn et la Loire, on
concevra aisément qu'il n'en manqua pas pour visiter les parties de
l'Aquitaine les plus accessibles et les plus riches; il est même
probable que quelques-uns de ces détachements de l'armée
d'Abd-el-Rahman, plus aventureux que les autres ou plus avides du
butin, traversèrent la Loire et se répandirent jusqu'en Burgondie. Ce
que les légendes et les chroniques disent de la destruction d'Autun et
du siége de Sens par les Sarrazins n'a point l'air d'une fiction pure;
or, des nombreuses invasions des Arabes en Gaule, il n'en est aucune à
laquelle on puisse rapporter ces deux événements avec autant de
vraisemblance qu'à l'invasion d'Abd-el-Rahman. On n'a point de
particularités sur le désastre d'Autun; mais ce que dit la Chronique
de Moissac de la destruction de cette ville ne doit pas probablement
être pris à la lettre. Quant à Sens, il ne fut pas attaqué par une
aussi forte troupe qu'Autun, ou se défendit mieux. La ville fut, à ce
qu'il paraît, quelques jours entourée et serrée de près; mais Ebbon,
qui en était l'évêque et peut-être le seigneur temporel, soutint
bravement plusieurs assauts à la tête des assiégés, et finit par
surprendre et battre dans une sortie les Arabes, qui, contraints de se
retirer, se rabattirent sur le pillage des pays environnants.

On peut évaluer à trois mois l'intervalle de temps durant lequel les
bandes d'Abd-el-Rahman parcoururent en tous sens les plaines, les
montagnes et les plages de l'Aquitaine, sans rencontrer la moindre
résistance en rase campagne. L'armée d'Eudon avait été tellement
battue sur la Garonne, que les débris même en avaient disparu et
s'étaient fondus en un instant dans la masse des populations
consternées. Les champs, les villages, les bourgs restaient déserts à
l'approche d'une de ces bandes, et celle-ci se vengeait des fuyards en
détruisant et brûlant tout ce qu'ils avaient laissé derrière eux,
récoltes, arbres fruitiers, habitations, églises. Les Musulmans en
voulaient particulièrement aux monastères; ils les pillaient avec
transport, et les laissaient rarement debout après les avoir pillés.
Les villes encloses de murs et les forteresses étaient les seuls
endroits où les populations chrétiennes leur résistaient plus ou
moins; et comme le but des envahisseurs se bornait à prendre et à
détruire ce qui pouvait être vite pris ou vite détruit, il suffisait
quelquefois d'une résistance médiocre pour les écarter d'une place
dont ils avaient ardemment convoité le butin.

C'est seulement vers les derniers temps du séjour d'Abd-el-Rahman en
Aquitaine que l'on peut entrevoir, dans les opérations de ce chef,
quelque chose qui ait l'air de tenir à un dessein suivi et semble
supposer la réunion et le concert de ses forces jusque-là éparses de
divers côtés. Soit en Espagne, soit plus probablement dans le cours de
son invasion en Gaule, il avait reçu des informations sur la ville de
Tours et sur l'existence dans cette ville d'une célèbre abbaye dont le
trésor surpassait celui de toute autre abbaye et de toute autre église
de la Gaule. Sur ces informations, Abd-el-Rahman avait résolu de
marcher sur Tours, de le prendre et d'enlever, avec le trésor de
l'abbaye, les dépouilles de la ville qu'il savait bien n'être pas à
dédaigner. Dans cette vue il réunit ses forces, et prit à leur tête le
chemin de Tours. Arrivé à Poitiers, il en trouva les portes fermées et
la population en armes sur les remparts, décidée à se bien défendre.
Ayant investi la ville, il en prit un faubourg, celui où se trouvait
l'église fameuse de Saint-Hilaire, pilla l'église et les maisons,
après quoi il y mit le feu, et de tout le faubourg il ne resta que les
cendres. Mais là se borna le succès: les braves Poitevins, enfermés
dans leur cité, continuèrent à faire bonne contenance; et lui, ne
voulant pas perdre là un temps qu'il espérait mieux employer à Tours,
poursuivit sa marche vers cette dernière ville. Il y a des historiens
arabes qui affirment qu'il la prit; mais c'est une erreur manifeste;
il est même incertain s'il en commença le siége. Tout ce qui paraît
constaté, c'est qu'il menaça la place de fort près, et qu'il était
encore aux environs lorsque des obstacles imprévus vinrent à la
traverse de ses plans.

Il me faut ici revenir au duc des Aquitains, au brave et malheureux
Eudon; on conçoit tout ce qu'il y avait de triste et d'amer dans la
position de ce chef après la bataille de Bordeaux. Sans armée, comme
déchu, voyant ses États à la merci d'un ennemi dévorant, il n'y avait
au monde qu'un seul personnage capable de le relever promptement de sa
détresse, et ce personnage c'était Charles[301], c'est-à-dire un
ennemi qu'il craignait, auquel il ne pardonnait pas de lui avoir
perfidement déclaré la guerre l'année précédente, à l'instant où il se
croyait sur le point de nouer de graves démêlés avec ces mêmes
Musulmans de l'Espagne, maintenant ses vainqueurs. Toutefois l'urgente
nécessité du moment l'emporta sur l'orgueil, sur les ressentiments du
passé et sur les craintes de l'avenir; Eudon se rendit en toute
diligence à Paris, se présenta à Charles, lui raconta son désastre,
et le conjura de s'armer contre les Arabes avant qu'ils eussent achevé
de dépouiller et de ravager l'Aquitaine, et que la tentation les prit
d'en faire autant en Neustrie. Charles consentit à tout, mais à des
conditions qui allégeaient beaucoup pour Eudon le fardeau de la
reconnaissance. Des mesures furent prises pour réunir dans le plus
court délai possible toutes les forces des Franks.

  [301] Maire du palais du roi des Franks.

Un historien arabe rapporte un entretien assez curieux qu'il suppose
avoir eu lieu en cette occasion entre Charles et l'un des personnages
venus auprès de lui pour solliciter son appui contre Abd-el-Rahman.
«Oh! quel opprobre va rejaillir de nous sur nos neveux! dit ce
personnage: les Arabes nous menaçaient; nous sommes allés les attendre
à l'Orient, et ils sont arrivés par l'Occident. Ce sont ces mêmes
Arabes qui, en si petit nombre et avec si peu de moyens, ont soumis
l'Espagne, pays si peuplé et de si grands moyens. Comment se fait-il
donc que rien ne leur résiste à eux, qui n'usent pas même de cottes de
maille à la guerre!--Mon conseil, fait-on répondre Charles, est que
vous ne les attaquiez pas au début de leur expédition; ils sont comme
le torrent qui emporte tout ce qui s'oppose à lui. Dans la première
ardeur de leur attaque, l'audace leur tient lieu de nombre, et le
cœur de cotte de maille; mais donnez-leur le temps de se refroidir,
de s'encombrer de butin et de prisonniers, de se disputer à l'envi le
commandement, et à leur premier revers ils sont à nous.»

Ces discours ne sont certainement qu'une invention de l'historien qui
les rapporte, mais curieux pourtant et même historiques, en ce sens
qu'ils vont bien à l'événement et peignent fidèlement l'état dans
lequel les Franks allaient rencontrer les Arabes. Charles eut, pour
rassembler ses troupes, à peu près le même intervalle de temps
qu'Abd-el-Rahman pour ravager en tout sens les diverses contrées de
l'Aquitaine, et l'instant où l'on voit ce dernier concentrer ses
forces pour marcher sur Tours dut correspondre assez exactement à
celui où Charles se trouve prêt de son côté à entrer en campagne;
c'était vers le milieu de septembre. Aucun historien ne dit où Charles
passa la Loire; mais tout autorise à présumer que ce fut à Orléans.

Abd-el-Rahman était encore sous les murs ou aux environs de Tours
lorsqu'il apprit que les Franks s'avançaient à grandes journées. Ne
jugeant pas à propos de les attendre dans cette position, il leva
aussitôt son camp et recula jusqu'au voisinage de Poitiers, suivi de
près par l'ennemi qui le cherchait; mais l'immense train de butin, de
bagages, de prisonniers que son armée menait avec elle, embarrassant
de plus en plus sa marche, finissait par lui rendre la retraite plus
chanceuse que le combat. Au dire de quelques historiens arabes, il
aurait été sur le point de commander à ses soldats d'abandonner tout
ce périlleux butin et de ne garder que leurs armes et leurs chevaux de
bataille. Un pareil ordre était dans le caractère d'Abd-el-Rahman;
cependant il n'osa pas le donner, et résolut d'attendre l'ennemi dans
les champs de Poitiers, entre la Vienne et le Clain, se flattant que
le courage des Arabes suffirait à tout. Les Franks ne tardèrent pas à
paraître. Les chroniques chrétiennes, mérovingiennes et autres, ne
renferment pas le moindre détail concernant cette mémorable bataille
de Poitiers. Celle d'Isidore de Béja est la seule où l'on en trouve
une espèce de description, mais une description qui n'est célèbre que
par son étonnante barbarie et son obscurité. Néanmoins, faute de
mieux, elle a son prix et présente même des traits intéressants, dont
quelques-uns sembleraient avoir été recueillis de la bouche d'un Arabe
témoin oculaire. Ce sont ces divers traits que je vais tâcher de
saisir, en les combinant avec le peu que les historiens arabes des
temps postérieurs présentent là-dessus de positif.

Les deux armées s'abordèrent avec un certain mélange de curiosité et
d'effroi bien naturel entre deux peuples si divers, également braves
et renommés à la guerre. Il n'est pas douteux qu'il n'y eût dans
l'armée de Charles beaucoup de Gallo-Romains; aussi Isidore de Béja en
a-t-il fait l'armée des Européens, et les Arabes disent qu'elle était
composée d'hommes de diverses langues. Mais les Franks, surtout ceux
d'Austrasie, en faisaient la portion d'élite, la mieux armée, la plus
belliqueuse et la plus imposante. C'était la première fois qu'eux et
les Arabes se trouvaient en présence sur un champ de bataille, et tout
permet de croire que ces derniers n'avaient point vu jusque-là d'armée
en si belle ordonnance, si compacte dans ses rangs, tant de guerriers
de si haute stature, décorés de si riches baudriers, couverts de si
fortes cottes de maille, de boucliers si brillants, et ressemblant si
bien par l'alignement de leurs files à des murailles de fer. Il n'est
donc pas étonnant qu'il se rencontre dans le récit d'Isidore des
traits où perce, à travers l'impropriété barbare de la diction,
l'intention de peindre l'espèce de surprise que durent éprouver les
Arabes à la première vue de l'armée franke. Quant à la force numérique
de cette armée, elle est inconnue; mais on doit présumer qu'elle était
pour le moins aussi nombreuse que celle des Arabes; les historiens de
ces derniers la qualifient d'innombrable.

Abd-el-Rahman et Charles restèrent une semaine entière, campés ou en
bataille, en face l'un de l'autre, différant d'heure en heure, de jour
en jour, à en venir à une action décisive, et s'en tenant à des
menaces, à des feintes, à des escarmouches; mais au lever du septième
ou du huitième jour, Abd-el-Rahman, à la tête de sa cavalerie, donna
le signal d'une attaque qui devint promptement générale. Les chances
du combat se balancèrent avec une sorte d'égalité entre les deux
partis jusque vers les approches du soir. Alors un corps de Franks
pénétra dans le camp ennemi, soit pour le piller, soit pour prendre à
dos les Arabes qui combattaient en avant et le couvraient de leurs
files. S'apercevant de cette manœuvre, la cavalerie musulmane
abandonna aussitôt son poste de bataille pour courir à la défense du
camp, ou, pour mieux dire, du butin qui y était entassé. Ce mouvement
rétrograde bouleversant tout l'ordre de bataille des Arabes,
Abd-el-Rahman accourut à toute bride pour l'arrêter; mais les Franks,
saisissant l'instant favorable, se jetèrent sur le point où était le
désordre, et il y eut là une mêlée sanglante où périrent beaucoup
d'Arabes et Abd-el-Rahman lui-même.

Tel fut, d'après un écrivain musulman, la circonstance de la bataille
de Poitiers la plus funeste pour les Arabes. Maintenant, pour combiner
cet incident, très-vraisemblable en lui-même et que rien ne contredit,
avec la partie la plus claire et la plus positive du récit d'Isidore,
il faut supposer qu'après avoir perdu leur général et des milliers des
leurs, les Arabes réussirent néanmoins à regagner leur camp aux
approches de la nuit, tandis que les Franks retournèrent de leur côté
dans le leur, avec un commencement de victoire plutôt que décidément
victorieux; aussi se disposaient-ils à poursuivre le combat le
lendemain. Ils sortirent dès l'aube de leur camp et se rangèrent en
bataille dans le même ordre que la veille, s'attendant à voir les
Arabes en faire autant en face d'eux; mais, à leur grande surprise,
il n'y avait dans le camp de ceux-ci ni mouvement, ni bruit, encore
moins l'agitation et le tumulte qui précèdent une bataille. Personne
ne paraissait hors des tentes; personne n'allait ni ne venait, et plus
les Franks écoutaient ou regardaient, et plus leur surprise et leur
incertitude allaient croissant.

Des espions sont envoyés pour reconnaître les choses de plus près; ils
pénètrent dans le camp, ils visitent les tentes: elles étaient
désertes. Les Arabes avaient décampé dans le plus grand silence
pendant la nuit, abandonnant tout le gros de leur immense butin, et
s'avouant vaincus par cette retraite précipitée, bien plus qu'ils ne
l'avaient été dans le combat.

Les Franks, toujours étonnés de cette fuite, refusèrent d'y croire, et
la prirent d'abord pour une ruse de guerre; il leur fallut attendre,
rôder, fouiller de toutes parts à l'entour, pour s'assurer que les
Arabes étaient vraiment partis et leur avaient abandonné le champ de
bataille et leur butin. Ils ne songèrent point à les poursuivre et se
partagèrent gaiement les dépouilles des malheureux Aquitains, qui ne
firent ainsi que changer d'ennemis.

    FAURIEL, _Histoire de la Gaule méridionale_, t. II, p. 118.


VIE INTÉRIEURE ET HABITUDES DOMESTIQUES DE CHARLEMAGNE.

Après la mort de son père, quand Charlemagne eut partagé le royaume
avec son frère Carloman, il supporta si patiemment l'inimitié et la
jalousie de ce frère, que ce fut pour tous un sujet d'étonnement qu'il
ne se laissât pas même aller à un mouvement de colère. Dans la
suite[302], ayant épousé, à la prière de sa mère, la fille de
Didier[303], roi des Lombards, il la répudia, on ne sait trop pour
quels motifs[304], au bout d'un an, et prit pour femme Hildegarde,
issue d'une des plus illustres familles de la nation des Suèves. Elle
lui donna trois fils, Charles, Pépin et Louis, et autant de filles,
Rotrude, Berthe et Gisèle. Il eut encore trois autres filles,
Théodérade, Hiltrude et Ruodhaid; les deux premières, de Fastrade, sa
troisième femme, qui était de la nation des Francs-Orientaux,
c'est-à-dire des Germains; l'autre d'une concubine dont le nom
m'échappe pour le moment. Lorsqu'il eut perdu Fastrade, il épousa une
Allemande nommée Liutgarde, dont il n'eut pas d'enfants. Après la mort
de celle-ci il eut quatre concubines[305]: Maltegarde, qui lui donna
une fille nommée Rothilde; Gersuinde, d'origine saxonne, dont il eut
Adaltrude; Régina, qui fut la mère de Drogon et de Hugues; et enfin
Adallinde, dont il eut Thierri. Sa mère Bertrade vieillit auprès de
lui, comblée d'honneurs. Il lui témoignait la plus grande vénération,
et jamais il ne s'éleva entre eux le moindre nuage, si ce n'est à
l'occasion de son divorce avec la fille du roi Didier, qu'il avait
épousée par ses conseils. Elle mourut après la reine Hildegarde, ayant
déjà vu trois petits-fils et autant de petites-filles dans la maison
de son fils. Charles la fit ensevelir en grande pompe dans la
basilique de Saint-Denis, où reposait déjà le corps de son père. Il
avait une sœur unique, nommée Gisèle, qui s'était consacrée dès ses
plus jeunes années à la vie monastique, et à laquelle il témoigna
toujours, comme à sa mère, la plus tendre affection. Elle mourut peu
d'années avant lui, dans le monastère où elle avait passé toute sa
vie.

  [302] En 770.

  [303] Elle s'appelait Désirée.

  [304] Il la répudia parce qu'elle était toujours malade et
  inhabile à lui donner des enfants.

  [305] Charles n'eut pas toutes ces concubines en même temps, mais
  successivement et à différentes époques. Bien qu'Éginhard et les
  anciens historiens les appellent constamment des concubines, le
  P. Le Cointe prétend qu'on doit les considérer comme épouses
  légitimes. (_Note de M. Teulet._)

D'après le plan d'éducation qu'il adopta pour ses enfants, les fils et
les filles furent instruits dans les études libérales, que lui-même
cultivait. Puis aussitôt que l'âge des fils le permettait, il les
faisait exercer, selon la coutume des Francs, à l'équitation, au
maniement des armes et à la chasse. Quant aux filles, il voulut
non-seulement les préserver de l'oisiveté, en leur faisant apprendre à
travailler la laine, à manier la quenouille et le fuseau, mais encore
les former à tous les sentiments honnêtes. De tous ses enfants, il ne
perdit, avant de mourir, que deux fils et une fille: Charles, qui
était l'aîné, Pépin, auquel il avait donné le royaume d'Italie, et
Rotrude, la première de ses filles, qu'il avait fiancée à Constantin,
empereur des Grecs. Pépin en mourant laissa un fils nommé Bernhard, et
cinq filles, Adalhaïde, Atule, Gontrade, Berthrade et Théoderade. La
conduite du roi à leur égard fut une preuve éclatante de sa bonté, car
il voulut que le fils de Pépin succédât à son père, et que les filles
fussent élevées avec ses propres filles. Il ne supporta pas la perte
de ses fils et de sa fille avec toute la résignation qu'on aurait pu
attendre de sa fermeté d'âme; la tendresse paternelle, qui le
distinguait également, lui arracha des larmes abondantes, et même
lorsqu'on lui annonça la mort du pape Adrien, l'un des amis auxquels
il était le plus attaché, il ne pleura pas moins que s'il eût perdu un
fils ou un frère chéri. C'est qu'il était véritablement né pour les
liaisons d'amitié: facile à les contracter, il les entretenait avec
la plus grande constance, et cultivait, avec une espèce de religion,
l'affection de ceux qu'il s'était unis par des liens de cette nature.
Il veillait avec tant de sollicitude à l'éducation de ses fils et de
ses filles, que, tant qu'il était dans l'intérieur de son royaume,
jamais il ne prenait ses repas, jamais il ne voyageait sans eux: ses
fils l'accompagnaient à cheval; quant à ses filles, elles venaient
ensuite, et des satellites tirés de ses gardes étaient chargés de
protéger les derniers rangs de leur cortége. Elles étaient fort
belles, et tendrement chéries de leur père. On est donc fort étonné
qu'il n'ait jamais voulu en marier aucune, soit à quelqu'un des
siens[306], soit à des étrangers. Jusqu'à sa mort, il les garda toutes
auprès de lui dans son palais, disant qu'il ne pouvait se passer de
leur société. Aussi, quoiqu'il fût heureux sous les autres rapports,
éprouva-t-il, à l'occasion de ses filles, la malignité de la
fortune[307]. Mais il dissimula ses chagrins, comme s'il ne se fût
jamais élevé contre elles aucun soupçon injurieux, et que le bruit ne
s'en fût pas répandu.

  [306] Cependant, en 787, il consentit au mariage de Berthe avec
  Angilbert, l'un des officiers de son palais. (_Note de M.
  Teulet._)

  [307] Une grande licence régnait à la cour de Charlemagne, et les
  historiens contemporains ont été forcés de reconnaître que, sous
  ce rapport, il donnait lui-même un fort mauvais exemple. (_Note
  de M. Teulet._)
L'une de ses concubines lui avait donné un fils, nommé Pépin, dont
j'ai omis de faire mention en parlant de ses autres enfants: il
était beau de visage, mais bossu. Du temps de la guerre contre les
Huns, pendant que le roi passait l'hiver en Bavière, ce jeune homme
simula une maladie, et avec quelques-uns des principaux d'entre les
Francs, qui l'avaient ébloui du vain espoir de le mettre sur le
trône, il conspira contre son père. La conspiration fut
découverte, les coupables punis; et Pépin, après avoir été rasé,
demanda et obtint la permission d'embrasser la vie monastique dans
le monastère de Prum. Déjà antérieurement, une grande conjuration
s'était formée contre Charles dans la Germanie. Parmi ceux qui
l'avaient excitée, les uns eurent les yeux crevés, les autres s'en
tirèrent sains et saufs; mais tous furent punis de l'exil. Au
reste, pas un ne perdit la vie, à l'exception de trois des
conjurés, qui, ne voulant pas se laisser prendre, se défendirent
les armes à la main, tuèrent plusieurs soldats, et ne furent mis à
mort que parce qu'il ne fut pas possible de les réduire autrement.
On regarde la cruauté de la reine Fastrade comme la cause et
l'origine de ces conjurations; et si dans l'une comme dans l'autre
on s'attaqua directement au roi, c'est qu'en se prêtant aux
cruautés de sa femme, il semblait s'être prodigieusement écarté de
sa bonté et de sa douceur habituelle. Au reste, pendant toute sa
vie il sut si bien se concilier, au dedans comme au dehors, l'amour
et la bienveillance de tous, qu'on n'a jamais pu lui reprocher de
s'être montré, même dans la moindre circonstance, injustement
rigoureux.

Il aimait les étrangers, et mettait tant de soin à les bien recevoir
que souvent leur nombre s'accrut au point de paraître une charge,
non-seulement pour le palais, mais même pour le royaume. Quant à lui,
il avait l'âme trop grande pour se trouver incommodé d'un tel fardeau,
et il se croyait assez dédommagé de tant d'inconvénients par les
louanges qu'on donnait à sa libéralité et l'avantage d'une bonne
renommée.

Il était gros et robuste de corps; sa taille était élevée, quoiqu'elle
n'excédât pas une juste proportion, car il est certain qu'elle n'avait
pas plus de sept fois la longueur de ses pieds. Il avait le sommet de
la tête arrondi, les yeux grands et vifs, le nez un peu long, de
beaux cheveux blancs, et la physionomie riante et agréable: aussi
régnait-il dans toute sa personne, soit qu'il fût debout, soit qu'il
fût assis, un air de grandeur et de dignité; et quoiqu'il eût le cou
gros et court et le ventre proéminent, il était d'ailleurs si bien
proportionné que ces défauts ne s'apercevaient pas. Sa démarche était
ferme, et tout son extérieur présentait quelque chose de mâle; mais sa
voix claire ne convenait pas parfaitement à sa taille. Sa santé fut
constamment bonne, excepté pendant les quatre années qui précédèrent
sa mort. Il eut alors de fréquents accès de fièvre; il finit même par
boiter d'un pied. Dans ce temps de souffrance, il se traitait plutôt à
sa fantaisie que d'après les conseils des médecins, qui lui étaient
devenus presque odieux, parce qu'ils lui défendaient les rôtis,
auxquels il était habitué, pour l'astreindre à ne manger que des
viandes bouillies. Il se livrait assidûment à l'équitation et au
plaisir de la chasse. C'était chez lui un goût national, car à peine
trouverait-on dans toute la terre un peuple qui pût rivaliser avec les
Francs dans ces deux exercices. Les bains d'eaux naturellement chaudes
lui plaisaient beaucoup. Passionné pour la natation, il y devint si
habile, que personne ne pouvait lui être comparé. C'est pour cela
qu'il fit bâtir un palais à Aix-la-Chapelle, et qu'il y demeura
constamment pendant les dernières années de sa vie, jusqu'à sa mort.
Il invitait à prendre le bain avec lui, non-seulement ses fils, mais
encore ses amis, les grands de sa cour et quelquefois même les soldats
de sa garde; de sorte que souvent cent personnes et plus se baignaient
à la fois.

Son costume était celui de sa nation, c'est-à-dire, le costume des
Francs. Il portait sur la peau une chemise de lin et des
hauts-de-chausses de la même étoffe; par-dessus, une tunique bordée
d'une frange de soie; aux jambes, des bas serrés avec des bandelettes;
aux pieds, des brodequins. L'hiver, un justaucorps en peau de loutre
ou, de martre lui couvrait les épaules et la poitrine. Par-dessus tout
cela il revêtait une saie bleue, et il était toujours ceint de son
épée, dont la poignée et le baudrier étaient d'or ou d'argent.
Quelquefois il en portait une enrichie de pierreries, mais ce n'était
que dans les fêtes les plus solennelles, ou lorsqu'il avait à recevoir
les députés de quelque nation étrangère. Il n'aimait point les
costumes des autres peuples, quelque beaux qu'ils fussent, et jamais
il ne voulut en porter, si ce n'est toutefois à Rome, lorsqu'à la
demande du pape Adrien d'abord, puis à la prière du pape Léon, son
successeur, il se laissa revêtir de la longue tunique, de la chlamyde
et de la chaussure des Romains. Dans les grandes fêtes, ses habits
étaient brodés d'or, et ses brodequins ornés de pierres précieuses;
une agrafe d'or retenait sa saie, et il marchait ceint d'un diadème
étincelant d'or et de pierreries; mais les autres jours son costume
était simple, et différait peu de celui des gens du peuple.

Sa sobriété lui faisait éviter tous les excès de table, surtout ceux
de la boisson; car il détestait l'ivrognerie dans quelque homme que ce
fût, et à plus forte raison dans lui-même et dans les siens. Mais il
ne lui était pas tellement facile de s'abstenir de manger, qu'il ne se
plaignît souvent de l'incommodité que lui causaient les jeûnes. Il
était fort rare qu'il donnât de grands festins, excepté aux
principales fêtes, et alors il y invitait de nombreux convives. Son
repas ordinaire se composait de quatre mets, sans compter le rôti, qui
lui était ordinairement apporté dans la broche par les chasseurs, et
dont il mangeait, avec plus de plaisir que de toute autre chose.
Pendant qu'il était à table, il aimait à entendre un récit ou une
lecture, et c'étaient les histoires et les hauts faits des temps
passés qu'on lui lisait d'ordinaire. Il prenait aussi grand plaisir
aux ouvrages de saint Augustin, et principalement à celui qui a pour
titre: _De la Cité de Dieu_. Il était si modéré dans l'usage du vin et
de toute espèce de boisson, qu'il buvait rarement plus de trois fois
dans tout un repas. En été, après le repas du milieu du jour, il
prenait quelques fruits, buvait un seul coup, et, quittant ses
vêtements et ses brodequins, comme il le faisait pour la nuit, il se
reposait pendant deux ou trois heures. Quant au sommeil de la nuit, il
l'interrompait quatre ou cinq fois, non-seulement en se réveillant,
mais en quittant son lit. Pendant qu'il se chaussait et s'habillait,
il admettait ses amis; et si le comte du palais l'avertissait qu'un
procès ne pouvait être terminé que par sa décision[308], il faisait
introduire sur-le-champ les parties intéressées, prenait connaissance
de la cause, et rendait son jugement comme s'il eût siégé sur son
tribunal. Ce n'était pas seulement ces sortes d'affaires qu'il
expédiait à ce moment, mais encore tout ce qu'il y avait à traiter ce
jour-là, et les ordres qu'il fallait donner à chacun de ses ministres.

  [308] C'était les contestations de haute importance, _potentiores
  causæ_, celles qui s'agitaient entre les évêques, les abbés, les
  comtes et les autres grands de l'empire. (_Note de M. Teulet._)

Doué d'une éloquence abondante et inépuisable, il exprimait avec
clarté tout ce qu'il voulait dire. Peu content de savoir sa langue
maternelle, il s'appliqua aussi à l'étude des autres idiomes, et
particulièrement du latin, qu'il apprit assez bien pour le parler
comme sa propre langue: quant au grec, il le comprenait mieux qu'il
ne le prononçait. En somme, il parlait avec tant de facilité, qu'il
paraissait même un peu causeur. Passionné pour les arts libéraux, il
eut toujours en grande vénération et combla de toutes sortes
d'honneurs ceux qui les enseignaient. Le diacre Pierre de Pise, qui
était alors dans sa vieillesse, lui donna des leçons de grammaire. Il
eut pour maître dans les autres sciences un autre diacre, Albin,
surnommé Alcuin, né en Bretagne et d'origine saxonne, l'homme le plus
savant de son époque. Le roi consacra beaucoup de temps et de travail
à étudier avec lui la rhétorique, la dialectique, et surtout
l'astronomie. Il apprit le calcul, et mit tous ses soins à étudier le
cours des astres avec autant d'attention que de sagacité. Il essaya
aussi d'écrire[309], et il avait toujours sous le chevet de son lit
des feuilles et des tablettes pour accoutumer sa main à tracer des
caractères lorsqu'il en avait le temps. Mais il réussit peu dans ce
travail, qui n'était plus de son âge et qu'il avait commencé trop
tard.

  [309] Ce passage d'Éginhard a donné lieu à de nombreux
  commentaires. Il semble résulter, des termes mêmes du texte, que
  Charlemagne savait écrire; mais il est probable qu'il ne put
  parvenir à acquérir cette fermeté, cette élégance d'écriture en
  usage de son temps, dont nous possédons encore aujourd'hui de
  nombreux modèles. (_Note de M. Teulet._)

Il pratiqua dans toute sa pureté et avec la plus grande ferveur la
religion chrétienne, dont les principes lui avaient été inculqués dès
l'enfance. C'est pourquoi il fit construire à Aix-la-Chapelle une
magnifique basilique qu'il orna d'or et d'argent, de candélabres, de
grilles et de portes d'airain massif, et pour laquelle il fit venir de
Rome et de Ravenne les marbres et les colonnes qu'on ne pouvait se
procurer ailleurs. Il fréquentait assidûment cette église le soir, le
matin, et même pendant la nuit, pour assister aux offices et au saint
sacrifice, tant que sa santé le lui permettait. Il veillait avec
sollicitude à ce que rien ne se fît qu'avec la plus grande décence,
recommandant sans cesse aux gardiens de ne pas souffrir qu'on y portât
ou qu'on y laissât rien de malpropre ou d'indigne de la sainteté du
lieu. Il la gratifia d'un grand nombre de vases d'or et d'argent, et
d'une telle quantité de vêtements sacerdotaux, que, pour la
célébration du service divin, les portiers eux-mêmes, qui sont les
derniers dans l'ordre ecclésiastique, n'avaient pas besoin de se vêtir
de leurs habits particuliers pour exercer leur ministère. Il
introduisit de grandes améliorations dans les lectures et la
psalmodie, car lui-même y était fort habile, quoique jamais il ne lût
en public, et qu'il chantât seulement à voix basse et avec le reste
des assistants.

Toujours prêt à secourir les pauvres, ce n'était pas seulement dans
son pays et dans son royaume qu'il répandait ces libéralités gratuites
que les Grecs appellent aumônes: mais au delà des mers, en Syrie, en
Égypte, en Afrique, à Jérusalem, à Alexandrie, à Carthage, partout où
il savait que des chrétiens vivaient dans la pauvreté, il compatissait
à leur misère, et il aimait à leur envoyer de l'argent. S'il
recherchait avec tant de soin l'amitié des rois d'outre-mer, c'était
surtout pour procurer aux chrétiens vivant sous leur domination des
secours et du soulagement. Entre tous les lieux saints, il avait
surtout en grande vénération l'église de l'apôtre saint Pierre à Rome.
Il dépensa des sommes considérables pour les objets d'or et d'argent
et les pierres précieuses dont il la gratifia. Les papes reçurent
aussi de lui de riches et innombrables présents, et pendant tout son
règne il n'eut rien de plus à cœur que de rendre à la ville de Rome
son antique prépondérance. Il voulut que l'église de Saint-Pierre fût
non-seulement défendue et protégée par lui, mais qu'au moyen de ses
dons elle surpassât en ornements et en richesses toutes les autres
églises; et cependant, malgré cette prédilection, pendant les
quarante-sept années que dura son règne, il ne put s'y rendre que
quatre fois[310] pour y faire ses prières et accomplir des vœux.

Son dernier voyage ne fut pas seulement décidé par ces motifs de
piété: le pape Léon, accablé d'outrages par les Romains, qui lui
avaient arraché les yeux et coupé la langue, se vit forcé d'implorer
sa protection. Étant donc venu à Rome pour rétablir dans l'Église
l'ordre si profondément troublé, il y passa tout l'hiver. Ce fut alors
qu'il reçut le titre d'empereur et d'auguste. Il témoigna d'abord une
grande aversion pour cette dignité; car il affirmait que, malgré
l'importance de la fête, il ne serait pas entré ce jour-là dans
l'église s'il avait pu prévoir les intentions du souverain pontife.
Toutefois, cet événement excita la jalousie des empereurs
romains[311], qui s'en montrèrent fort irrités; mais il n'opposa à
leurs mauvaises dispositions qu'une grande patience, et, grâce à cette
magnanimité qui l'élevait si fort au-dessus d'eux, il parvint, en leur
envoyant de fréquentes ambassades et en leur donnant dans ses lettres
le nom de frères, à triompher de leur opiniâtreté.

  [310] En 774, 781, 787 et 800. (_Note de M. Teulet._)

  [311] C'est-à-dire des empereurs grecs. (_Note de M. Teulet._)

Après avoir reçu le titre d'empereur, Charles songea à réformer les
lois de son peuple, dans lesquelles il avait remarqué de nombreuses
imperfections. En effet, les Francs ont deux lois qui diffèrent
beaucoup entre elles dans un grand nombre de points[312]. Il conçut la
pensée d'y ajouter ce qui leur manquait, d'en retrancher les
contradictions, et d'en corriger les vices et les mauvaises
applications. Mais ce projet n'aboutit qu'à les augmenter d'un petit
nombre de capitulaires qui sont demeurés imparfaits. Cependant il
ordonna que toutes les lois non écrites des peuples vivant sous sa
domination fussent recueillies et rédigées. Les poëmes antiques et
barbares[313], dans lesquels les actions et les guerres des anciens
rois étaient célébrées, furent également écrits, par son ordre, pour
être transmis à la postérité. Il fit encore commencer une grammaire de
sa langue nationale, et donna des noms tirés de cette langue à tous
les mois de l'année, dont la nomenclature usitée chez les Francs avait
été jusque-là moitié latine, moitié barbare. Il distingua les vents
par douze termes particuliers, tandis qu'avant lui on n'en avait pas
plus de quatre pour les désigner. Les mois furent appelés: Janvier,
Wintarmanoth; Février, Hornung; Mars, Lentzinmanoth; Avril,
Ostarmanoth; Mai, Winnemanoth; Juin, Brachmanoth; Juillet,
Heuvimanoth; Août, Aranmanoth; Septembre, Witumanoth; Octobre,
Windumemanoth; Novembre, Herbistmanoth; Décembre, Heilagmanoth[314].

  [312] La loi Salique et la loi des Ripuaires. (_Note de M.
  Teulet._)

  [313] Ces poëmes populaires, _vulgares cantilenæ_, _gentilitia
  carmina_, dont l'existence, bien antérieure au règne de
  Charlemagne, est incontestable, se chantaient ordinairement
  durant les repas, comme le prouve ce curieux passage de la vie de
  S. Ludger (dans Pertz, tom. II, p. 412): «Tandis qu'il était à
  table avec ses disciples, on lui amena un aveugle, nommé Bernlef,
  fort aimé du voisinage à cause de sa bonne humeur, et parce qu'il
  était habile à chanter les gestes et les guerres des anciens
  rois.» (_Note de M. Teulet._)

  [314] Les noms donnés aux mois par Charlemagne ne furent pas
  inventés par lui, car ils étaient en usage bien antérieurement
  chez les divers peuples germains, et notamment chez les
  Anglo-Saxons. Ces noms de mois avaient une signification
  appropriée aux différentes saisons de l'année, comme on peut le
  voir par le tableau suivant:

  WINTARMANOTH, Janvier, _mois d'hiver_.--HORNUNG, Février, _mois de
  boue_.--LENTZINMANOTH, Mars, _mois de printemps_.--OSTARMANOTH,
  Avril, _mois de Pâques_.--WINNEMANOTH, Mai, _mois des
  délices_.--BRACHMANOTH, Juin, _mois des
  défrichements_.--HEUVIMANOTH, Juillet, _mois des
  foins_.--ARANMANOTH, Août, _mois des moissons_.--WITUMANOTH,
  Septembre, _mois des vents_.--WINDUMEMANOTH, Octobre, _mois des
  vendanges_.--HERBISTMANOTH, Novembre, _mois
  d'automne_.--HEILAGMANOTH, décembre, _mois saint_. (Note de M.
  Teulet.)

Sur la fin de sa vie, lorsque déjà il se sentait accablé par la
maladie et la vieillesse, il fit venir Louis, roi d'Aquitaine, le seul
fils qui lui restât de son mariage avec Hildegarde. Ensuite il réunit
dans une assemblée solennelle tous les grands de l'empire, et, d'après
leur avis unanime, il l'associa au trône, le déclara héritier de la
dignité impériale, et, lui plaçant le diadème sur la tête, le fit
proclamer empereur et auguste[315]. Cet acte fut accueilli avec une
grande faveur par toute l'assemblée; il parut avoir été inspiré par la
volonté divine, dans l'intérêt de l'État, et il accrut encore la
puissance de Charles en frappant de terreur les nations étrangères.
Ayant ensuite renvoyé son fils en Aquitaine, lui-même, malgré son
grand âge, partit, comme il le faisait habituellement, pour aller
chasser dans les environs de son palais d'Aix. Il employa à cet
exercice le reste de l'automne, et revint à Aix-la-Chapelle vers le
premier jour de novembre. Tandis qu'il passait l'hiver dans cette
ville, il fut, au mois de janvier, saisi d'une fièvre violente qui le
contraignit à s'aliter. Recourant aussitôt au remède qu'il employait
d'ordinaire pour combattre la fièvre, il s'abstint de toute
nourriture, persuadé que cette diète suffirait pour chasser ou tout au
moins pour adoucir la maladie; mais à la fièvre vint se joindre cette
douleur de côté que les Grecs appellent pleurésie. Néanmoins il
persévéra dans son abstinence, en ne soutenant son corps que par des
boissons prises à de longs intervalles; et le septième jour depuis
qu'il s'était mis au lit, après avoir reçu la sainte communion, il
succomba, dans la soixante-douzième année de son âge et la
quarante-septième de son règne, le cinq des calendes de février, vers
la troisième heure du jour[316].

    EGINHARD, _Vie de Charlemagne_, traduite et annotée par M. Teulet.

  [315] Au mois d'août 813.

  [316] Vers neuf heures du matin, le samedi 28 janvier 814.


GUERRE CONTRE LES SAXONS.

  772-804.

Aucune guerre ne fut plus longue, plus acharnée, plus laborieuse pour
le peuple franc, parce que les Saxons, comme presque toutes les
nations qui habitent la Germanie, naturellement sauvages, livrés au
culte des démons et ennemis de la religion chrétienne, croyaient
pouvoir sans honte profaner et violer les lois divines et humaines. Il
y avait encore d'autres causes de nature à troubler la paix chaque
jour; en effet, nos frontières et les leurs sont presque partout
contiguës dans un pays de plaines, et c'est par exception que, dans un
petit nombre de lieux, de vastes forêts et de hautes montagnes
délimitent d'une manière plus certaine le territoire des deux peuples:
aussi n'était-ce de part et d'autre, sur toute la frontière, que
meurtres, incendies et rapines. Ces excès irritèrent tellement les
Francs, qu'ils résolurent, non plus d'user de représailles, mais de
faire aux Saxons une guerre déclarée. Une fois commencée, elle se
continua pendant trente-trois ans avec un égal acharnement de part et
d'autre, mais d'une manière plus funeste pour les Saxons que pour les
Francs. Cette guerre aurait pu être terminée plus tôt, si la perfidie
des Saxons l'eût permis. Il serait difficile de dire combien de fois
vaincus et suppliants, ils s'abandonnèrent à la merci du roi et
jurèrent d'obéir à ses ordres; combien de fois ils livrèrent sans
délai les otages qu'on leur demandait[317] et reçurent les gouverneurs
qui leur étaient envoyés; combien de fois même ils semblèrent
tellement domptés et abattus, qu'ils promirent d'abandonner le culte
des idoles pour se soumettre au joug de la religion chrétienne. Mais,
s'ils furent prompts à prendre de tels engagements, ils se montrèrent
en même temps si empressés de les rompre, qu'on ne saurait dire au
vrai lequel de ces deux penchants était en eux le plus fort. En effet,
depuis le commencement de la guerre, à peine se passa-t-il une seule
année qui ne fût signalée par un de ces changements. Mais le grand
courage du roi, sa constance inébranlable dans les revers comme dans
la prospérité, ne se laissa jamais vaincre par leur mobilité, ni
rebuter dans l'exécution de ses projets. Il ne souffrit jamais qu'ils
manquassent impunément à leur foi; jamais ils ne commirent de telles
perfidies sans qu'une armée, guidée par lui ou par ses comtes, n'allât
en tirer vengeance et leur infliger un juste châtiment; jusqu'à ce
qu'enfin, après avoir complétement vaincu et réduit en son pouvoir
tout ce qui s'opiniâtrait à résister, il fit enlever, avec leurs
femmes et leurs enfants, dix mille de ceux qui habitaient les deux
rives de l'Elbe, et les répartit çà et là en mille endroits séparés
de la Gaule et de la Germanie[318]. Une condition prescrite par le
roi et acceptée par les Saxons mit fin à cette guerre qui durait
depuis tant d'années. Il fut convenu qu'abandonnant le culte des
démons et renonçant aux cérémonies de leurs pères, ils embrasseraient
la foi chrétienne, en recevraient les divins sacrements, et se
réuniraient aux Francs pour ne plus former qu'un seul peuple.

    EGINHARD, _Vie de Charlemagne_, trad. de M. Teulet.

  [317] C'étaient des enfants que Charlemagne confiait aux
  monastères pour les faire élever dans la religion chrétienne, et
  les envoyer ensuite prêcher l'Évangile dans leur pays. Tel fut
  Ebbo, archevêque de Reims, l'apôtre du Danemark. (_Note de M.
  Teulet._)

  [318] En 804.


GUERRE CONTRE LES AVARES.

  791-799.

Alors commença la guerre la plus importante que Charles ait
entreprise, si l'on excepte celle des Saxons, c'est-à-dire la guerre
contre les Avares, autrement dits les Huns. Il les attaqua avec plus
de vigueur et avec des forces plus considérables qu'aucun autre
peuple. Cependant il ne dirigea en personne qu'une seule expédition
dans la Pannonie (les Huns habitaient alors cette contrée): il confia
le soin des autres à son fils Pépin, à des gouverneurs de provinces, à
des comtes ou à des lieutenants. Malgré l'énergie qu'ils déployèrent,
cette guerre ne fut terminée qu'au bout de huit ans. La dépopulation
complète de la Pannonie, dans laquelle il n'est pas resté un seul
habitant, la solitude du lieu où s'élevait la demeure royale du
Chagan[319], lieu qui n'offre pas aujourd'hui trace d'habitation
humaine, attestent combien il y eut de combats livrés et de sang
répandu. Toute la noblesse des Huns périt dans cette guerre, toute
leur influence y fut anéantie. Tout l'argent et les trésors qu'ils
avaient entassés depuis si longtemps furent pillés. De mémoire
d'homme, les Francs n'avaient pas encore soutenu de guerre qui les eût
enrichis davantage et comblés de plus de dépouilles. Jusqu'alors ils
avaient toujours passé pour un peuple assez pauvre: mais ils
trouvèrent tant d'or et d'argent dans la demeure du Chagan, ils
s'enrichirent dans les combats d'un butin si précieux, qu'on est fondé
à croire qu'ils enlevèrent avec justice aux Huns ce que les Huns
avaient injustement enlevé aux autres nations. Les Francs ne perdirent
dans cette guerre que deux de leurs chefs: Héric, duc de Frioul, qui
succomba en Liburnie, près de Tersatz, ville maritime, dans une
embuscade dressée par les assiégés; et Gérold, duc de Bavière, qui fut
tué en Pannonie, on ne sait par qui, avec deux hommes qui
l'accompagnaient, au moment où il disposait son armée pour combattre
les Huns, et lorsqu'il allait à cheval exhorter chacun à bien faire.
Du reste, les Francs n'eurent pour ainsi dire aucune autre perte à
déplorer dans cette guerre, qui eut le plus heureux succès, bien que
son importance en eût prolongé la durée.

    EGINHARD, _Vie de Charlemagne_, trad. de M. Teulet.

  [319] Ce titre s'est conservé jusqu'à nos jours dans la langue
  turque pour désigner les princes tartars, _Khâcân_, _Kan_. (_Note
  de M. Teulet._)


CHARLEMAGNE PREND PAVIE.

  774.

Après la mort du victorieux Pépin, les Lombards inquiétèrent Rome de
nouveau. L'invincible Charles, quoique fort occupé ailleurs, revint
rapidement en Italie et soumit les Lombards, soit en leur livrant de
terribles combats, soit en les forçant à se rendre d'eux-mêmes à
discrétion; et pour s'assurer qu'ils ne secoueraient jamais le joug
des Franks et ne recommenceraient pas leurs attaques contre le
patrimoine de saint Pierre, il épousa la fille de leur roi, Didier.
Quelque temps après, et sur l'avis des plus saints prêtres, il répudia
cette princesse, toujours malade et inhabile à lui donner des enfants.
Didier, irrité, fit embrasser sa cause à ses compatriotes, et se lia
par les serments; il s'enferma dans Pavie, et leva l'étendard de la
révolte contre l'invincible Charles. Ce prince, l'ayant appris, marcha
rapidement contre l'Italie[320]. Quelques années auparavant, un des
grands du royaume, nommé Ogger, ayant encouru la colère du terrible
Charles, avait cherché un refuge auprès de Didier. Quand ils apprirent
tous les deux que le redoutable roi arrivait, ils montèrent sur une
tour très-élevée, d'où ils pouvaient le voir venir de loin et de tous
côtés. Ils aperçurent d'abord des équipages de guerre plus
considérables que ceux des armées de Darius et de Jules César. Et
Didier dit à Ogger: Charles n'est-il pas avec cette grande armée? Et
Ogger répondit: non. Le Lombard voyant ensuite une troupe immense de
soldats rassemblés de tous les points de notre vaste empire, dit à
Ogger: Certes, Charles s'avance triomphant au milieu de cette
multitude. Non, pas encore, et il ne paraîtra pas de si tôt, répliqua
Ogger. Que pourrons-nous donc faire, reprit Didier, qui commençait à
s'inquiéter, s'il vient accompagné d'un plus grand nombre de
guerriers? Vous verrez comment il viendra, répondit Ogger; mais ce qui
nous arrivera, je l'ignore. Pendant qu'ils parlaient parut le corps
des gardes, qui jamais ne connaît de repos. A cette vue, le Lombard,
effrayé, s'écrie: Pour le coup, c'est Charles! Non, dit Ogger, pas
encore. A la suite, marchaient les évêques, les abbés, les clercs de
la chapelle royale et leur cortége. Didier ne pouvant plus supporter
la lumière du jour, ni braver la mort, crie en pleurant: Descendons et
cachons-nous au fond de la terre, loin de la face et de la fureur d'un
si terrible ennemi! Ogger, tout tremblant, qui savait par expérience
quelles étaient la puissance et les forces de Charles, car il l'avait
appris par une longue habitude dans des temps meilleurs, dit alors:
Quand vous verrez les moissons s'agiter d'effroi dans les champs, le
sombre Pô et le Tésin inonder les murs de la ville de leurs flots
noircis par le fer, alors vous pourrez croire à la venue de Charles.
Il n'avait pas achevé de parler qu'on commença de voir au couchant
comme un nuage ténébreux, soulevé par le vent de nord-ouest, qui
changea le jour le plus clair en ombres terribles. Puis, Charles
approchant un peu plus, l'éclat des armes fit luire pour les gens
enfermés dans la ville un jour plus sombre qu'aucune nuit. Alors parut
Charles, cet homme de fer, la tête couverte d'un casque de fer, les
mains garnies de gantelets de fer, sa poitrine de fer et ses épaules
de marbre défendues par une cuirasse de fer, la main gauche armée
d'une lance de fer, qu'il tenait élevée en l'air, et sa main droite
était toujours étendue sur son invincible épée. Le dessus de ses
cuisses, que les autres guerriers, pour monter à cheval plus
facilement, dégarnissaient même de courroies, était entouré de lames
de fer. Que dirai-je de ses bottines? Comme celles de tous ses
soldats, elles étaient garnies de fer. Sur son bouclier on ne voyait
que du fer. Son cheval avait la couleur et la force du fer. Tous ceux
qui précédaient le roi, tous ceux qui marchaient à ses côtés, tous
ceux qui le suivaient, toute l'armée, avaient des armures semblables,
selon les ressources de chacun. Le fer couvrait les champs et les
routes. Les pointes du fer renvoyaient les rayons du soleil. Ce fer si
dur était porté par un peuple plus dur encore. L'éclat du fer répandit
la terreur dans le peuple de Pavie: Que de fer! hélas, que de fer!
s'écriaient confusément les citoyens. La solidité des murs et des
jeunes gens s'ébranla de peur à la vue du fer, et le fer anéantit la
sagesse des vieillards. Ce que moi, pauvre écrivain bégayant et
édenté, j'ai essayé de peindre dans une longue description, Ogger
l'aperçut d'un coup d'œil rapide, et dit à Didier: Voici celui que
vous avez cherché avec tant de peine, et en disant cela il tomba
presque mort.

  [320] Le récit épique qui suit est regardé avec raison par
  quelques critiques comme la traduction latine du quelque chant
  tudesque.

Comme ce même jour, les citoyens, soit par folie, soit par quelque
espoir de pouvoir résister, ne voulurent pas laisser entrer Charles
dans leur ville, ce prince, plein d'expédients, dit aux siens: Il faut
faire aujourd'hui quelque chose d'extraordinaire pour qu'on ne nous
accuse pas d'avoir passé la journée à ne rien faire. Construisons
rapidement une chapelle où nous puissions assister au service divin,
si la ville ne nous ouvre ses portes. A peine eut-il parlé, que les
ouvriers, qui le suivaient partout, se dispersant de tous côtés,
rassemblèrent et apportèrent chaux, pierres, bois et divers matériaux.
Depuis la quatrième heure du jour et avant que la douzième fût
terminée, ils élevèrent, avec l'aide des soldats, une église, dont les
murs, les toits, les lambris et les peintures étaient tels, que
quiconque l'eût vue aurait pensé qu'elle n'avait pu être construite en
moins d'une année. Dès le lendemain quelques-uns des citoyens
voulaient se rendre, d'autres persistaient au contraire à se défendre,
ou, pour dire vrai, à se tenir renfermés dans leurs murs; mais
Charles soumit et prit la ville sans effusion de sang, et par sa seule
adresse.

    LEMOINE DE SAINT-GALL, _Des Faits et gestes de Charlemagne_, liv. II.

   Le moine de Saint-Gall, auteur de l'ouvrage que nous venons de
   citer, l'écrivit à la prière de l'empereur Charles le Chauve, en
   884, et d'après les souvenirs de divers personnages qui avaient
   connu Charlemagne et Louis le Débonnaire. Les Faits et gestes de
   Charlemagne sont un recueil d'anecdotes, de traditions et de
   légendes, composant une très-précieuse peinture de mœurs. On croit
   que ce moine s'appelait Notker le Bègue.


BATAILLE DE RONCEVAUX.

  778.

Tandis que la guerre contre les Saxons se continuait assidûment et
presque sans relâche, le roi, qui avait réparti des troupes sur les
points favorables de la frontière, marche contre l'Espagne à la tête
de toutes les forces qu'il peut rassembler, franchit les gorges des
Pyrénées, reçoit la soumission de toutes les villes et de tous les
châteaux devant lesquels il se présente, et ramène son armée sans
avoir éprouvé aucune perte, si ce n'est toutefois qu'au sommet des
Pyrénées il eut à souffrir un peu de la perfidie des Gascons. Tandis
que l'armée des Franks, engagée dans un étroit défilé, était obligée,
par la nature du terrain, de marcher sur une ligne longue et
resserrée, les Gascons qui s'étaient embusqués sur la crête de la
montagne (car l'épaisseur des forêts dont ces lieux sont couverts
favorise les embuscades) descendent et se précipitent tout à coup sur
la queue des bagages et sur les troupes d'arrière-garde, chargées de
couvrir tout ce qui précédait: ils les culbutent au fond de la
vallée[321]. Ce fut là que s'engagea un combat opiniâtre, dans lequel
tous les Franks périrent jusqu'au dernier. Les Gascons, après avoir
pillé les bagages, profitèrent de la nuit, qui était survenue, pour se
disperser rapidement. Ils durent en cette rencontre tout leur succès à
la légèreté de leurs armes et à la disposition des lieux où se passa
l'action; les Franks, au contraire, pesamment armés, et placés dans
une situation défavorable, luttèrent avec trop de désavantage.
Eggihard, maître d'hôtel du roi, Anselme, comte du palais, et
Roland[322], préfet des Marches de Bretagne, périrent dans ce
combat[323]. Il n'y eut pas moyen dans le moment de tirer vengeance de
cet échec; car, après ce coup de main, l'ennemi se dispersa si bien,
qu'on ne put recueillir aucun renseignement sur les lieux où il aurait
fallu le chercher.

    EGINHARD, _Vie de Charlemagne_, trad. de M. Teulet.

  [321] La vallée de Roncevaux, _Roscida vallis_, en Navarre, entre
  Pampelune et Saint-Jean-Pied-de-Port.

  [322] Ce passage est le seul, parmi les historiens, où il soit
  fait mention du célèbre Roland, qui joue un si grand rôle dans
  les épopées carlovingiennes.

  [323] «Les noms de ceux qui périrent étant connus, je me suis
  dispensé de les dire», écrit l'Astronome, dans sa vie de Louis le
  Débonnaire. Une telle phrase suppose que la popularité de la
  bataille et des preux qui y furent tués était déjà
  très-considérable, plus que ne semble le faire croire la phrase
  assez concise d'Éginhard. (L. D.)

MÊME SUJET.

Cette année, le roi, cédant aux conseils du Sarrasin Ibn-al-Arabi, et
conduit par un espoir fondé de s'emparer de quelques villes en
Espagne, rassembla ses troupes, et se mit en marche. Il franchit dans
le pays des Gascons la cime des Pyrénées, attaqua d'abord Pampelune
dans la Navarre, et reçut la soumission de cette ville. Ensuite il
passa l'Èbre à gué, s'approcha de Saragosse, qui est la principale
ville de cette contrée, et après avoir reçu d'Ibn-al-Arabi,
d'Abithener et d'autres chefs sarrasins, les otages qu'ils lui
offrirent, il revint à Pampelune. Pour mettre cette ville dans
l'impuissance de se révolter, il en rasa les murailles, et, résolu de
revenir dans ses États, il s'engagea dans les gorges des Pyrénées. Les
Gascons, qui s'étaient placés en embuscade sur le point le plus élevé
de la montagne, attaquèrent l'arrière-garde et jetèrent la plus grande
confusion dans toute l'armée. Les Franks, tout en ayant sur les
Gascons la supériorité des armes et du courage, furent défaits, à
cause du désavantage des lieux et du genre de combat qu'ils furent
obligés de soutenir. La plupart des officiers du palais, auxquels le
roi avait donné le commandement de ses troupes, périrent dans cette
action; les bagages furent pillés, et l'ennemi, favorisé par la
connaissance qu'il avait des lieux, se dispersa aussitôt. Ce cruel
revers effaça presque entièrement dans le cœur du roi la joie des
succès qu'il avait obtenus en Espagne.

    EGINHARD, _Annales des Franks_, trad. par M. Teulet.


LA BATAILLE DE RONCEVAUX ET LA MORT DE ROLAND.

   L'admirable récit qui va suivre est extrait et traduit du poëme
   attribué à Théroulde, et intitulé: _La Chanson de Roland_[324].
   Nous avons cru devoir faire précéder et suivre l'épisode que nous
   donnons ici d'une courte analyse du poëme.

   Marsille, roi sarrasin de Saragosse, se décide en envoyer des
   ambassadeurs auprès de Charlemagne pour lui demander la paix. A son
   tour, Charlemagne envoie Ganelon auprès de Marsille pour traiter de
   la paix. Ganelon se laisse corrompre par Marsille, et s'engage à
   trahir Charlemagne, pour se venger de Roland; il décidera
   l'empereur à partir d'Espagne et à laisser Roland à
   l'arrière-garde, où l'armée de Marsille pourra l'accabler à loisir.

   Chargé de présents, le traître Ganelon revient au camp de
   Charlemagne; il annonce la soumission de Marsille. Charlemagne,
   trompé, lève son camp, et se met en route pour rentrer en France.
   Roland, par le conseil de Ganelon, est laissé à l'arrière-garde;
   l'avant-garde se met en marche, et s'engage dans les défilés.

   «Les montagnes sont hautes et les vallées ténébreuses, les rochers
   noirs, les défilés sinistres. Les Français eurent grand'peine tout
   le jour; de quinze lieues on entendait leur rumeur, pendant qu'ils
   approchaient de la grande terre[325]. Ils virent la Gascogne, la
   terre de leur seigneur; alors ils se rappellent leurs fiefs, et
   leurs honneurs, et les demoiselles, et les nobles épouses; il n'est
   celui qui de pitié ne pleure. Plus qu'aucun autre, Charlemagne est
   anxieux d'avoir laissé son neveu dans les défilés d'Espagne; il est
   saisi de pitié; il ne peut s'empêcher de pleurer.»

   Pendant ce temps, Marsille rassemble 400,000 hommes, barons, comtes
   et émirs, et s'avance contre l'arrière-garde de Charlemagne.
   Olivier monté sur un grand pin voit s'approcher les païens:

   «Il avertit Roland, et l'engage à sonner de son olifant: Olivier
   dit: «Les païens sont nombreux, de nos Français il me semble y
   avoir bien peu; compagnon Roland, sonnez dans votre cor, Charles
   l'entendra et fera retourner l'armée.» Roland refuse de sonner. «Ne
   plaise au seigneur Dieu que mes parents pour moi soient blâmés et
   que douce France tombe ainsi en abaissement. Mais je frapperai de
   Durandal[326] assez, ma bonne épée que j'ai ceinte au côté; vous en
   verrez tout l'acier ensanglanté. Les félons païens se sont
   assemblés pour leur perte, je vous le dis, tous sont livrés à la
   mort.»

  [324] M. Génin a publié, en 1850, une bonne édition de La
  _Chanson de Roland_, 1 vol. in-8º.

  [325] La France.

  [326] _Dur en da_, dur en donne, selon la chronique du faux
  Turpin.

   A l'approche des ennemis, l'archevêque Turpin bénit les Français.
   La bataille s'engage.

_La bataille de Roncevaux._

La bataille est merveilleuse et terrible; Olivier et Roland y frappent
fort et ferme! L'archevêque Turpin y rend plus de mille coups! les
douze pairs n'y sont point en retard; les Français y frappent tous les
uns comme les autres; les païens meurent par milliers et par cents;
qui ne s'enfuit n'échappe pas à la mort; qu'il le veuille ou non,
chacun y laisse sa vie! Les Français y perdent leurs meilleurs
garçons, qui ne reverront ni leur père, ni leurs parents, ni
Charlemagne, qui les attend au-delà des défilés!


En France il y a de prodigieuses tempêtes; il y a des tourbillons de
tonnerre et de vent, pluies et grésil démesurément; la foudre tombe et
menu et souvent; tremblement de terre il y a vraiment; de Saint-Michel
de Paris jusques à Sens, de Besançon jusqu'au port de Guitsand[327],
il n'est de logis dont les murs ne crèvent! à midi il fait de grandes
ténèbres; il n'y a de clarté que si le ciel se fend! Personne ne le
voit qui ne s'épouvante! plusieurs disent: C'est le définement, c'est
la fin du monde qui arrive. Ils ne le savent, et ne disent pas vrai:
c'est le grand deuil pour la mort de Roland!

  [327] Wissant, près de Boulogne, qui était alors un port
  fréquenté.

Les Français ont frappé avec cœur et vigueur! païens sont morts à
milliers et en foule. Sur cent mille il ne peut en échapper deux! «Çà,
dit Roland, nos hommes sont braves, homme sous le ciel n'en a de
meilleurs! il est écrit dans la Geste des Francs[328] que notre
empereur a les braves.» Roland et Olivier parcourent le camp pour
encourager les leurs; tous pleurent des larmes de deuil et de
tendresse pour leurs parents, qu'ils aiment de tout cœur.

  [328] Gesta Francorum.

Le roi Marsille avec sa grande armée les attaque. Il s'avance par une
vallée avec sa grande armée, qu'il a rassemblée; il l'a partagée en
trente escadrons, dont brillent les heaumes[329] ornés d'or et de
pierres précieuses, et les écus[330] et les cuirasses frangées. Sept
mille clairons y sonnent la marche; grand est le bruit par toute la
contrée.

  [329] Casques.

  [330] Boucliers.


«Çà, dit Roland, Olivier, mon compagnon, mon frère, Ganelon le traître
a juré notre mort; sa trahison ne peut être cachée, l'empereur en
tirera une éclatante vengeance! nous aurons une bataille forte et
dure, jamais on ne vit telle assemblée! J'y frapperai de Durandal mon
épée, et vous, compagnon, frappez de Hauteclaire! En tant de bons
lieux nous les avons portées, avec elles tant de batailles nous avons
achevées, mauvaise chanson n'en doit être chantée!»

    En avant!


Marsille voit de sa gent le martyre, aussi fait-il sonner ses cors et
ses trompettes; puis il chevauche avec sa grande armée rassemblée.
Devant chevauche un Sarrasin, Abisme; c'est le plus méchant de toute
cette bande: il est souillé de crimes et de félonies; il ne croit pas
en Dieu le fils de sainte Marie; il est noir comme poix qui est
fondue; il aime plus la trahison et le meurtre que tout l'or de la
Galice! jamais nul homme ne le vit jouer ni rire. Cependant il est
plein de courage et d'orgueil; pour cela il est le favori du félon roi
Marsille; il porte le dragon où l'armée se rallie. L'archevêque Turpin
ne l'aimera jamais; sitôt qu'il le voit, il désire le frapper; bien
tranquillement il se dit à lui-même: «Ce Sarrasin me semble bien
hérétique: il est bon que je l'aille occire; jamais je n'aimai couard
ni couardise.»


L'Archevêque commence la bataille sur le cheval qu'il ravit à
Grossaille, qui était au roi qu'il tua en Danemark. Le destrier est
agile et rapide; il a les pieds bien faits et les jambes plates, la
cuisse courte et la croupe bien large, les flancs allongés et l'échine
bien haute, la queue blanche et la crinière jaune, petite oreille, la
tête toute fauve; il n'y a bête qu'on puisse lui comparer.
L'Archevêque l'éperonne bravement; il ne veut pas manquer d'assaillir
Abisme; il va le frapper sur son écu d'émir, couvert de pierreries,
d'améthystes et de topazes, et d'escarboucles qui brillent. Turpin le
frappe et ne l'épargne pas; après son coup, l'écu ne vaut pas un
denier; il traverse le corps du païen de part en part et le jette mort
en belle place. Et les Français de dire: «Voilà un vaillant trait! par
l'Archevêque la croix est bien défendue.»


Quand les Français voient qu'il y a tant de païens, et que de tous
côtés les champs en sont couverts, ils prient Olivier et Roland, et
les douze pairs, de les protéger. Turpin leur dit alors: «Seigneurs
barons, n'ayez pas de mauvaise pensée! Pour Dieu! je vous en prie, ne
lâchez pas pied, que les honnêtes gens ne chantent pas mauvaise
chanson sur nous. Il faut mieux que nous mourions en combattant! Cela
nous est promis, nous mourrons ici. Passé ce jour nous ne serons plus
vivants; mais d'une chose je vous suis bien garant: c'est que le saint
paradis vous est ouvert, où vous serez assis avec les bienheureux.» A
ce mot, les Français se réjouissent, et tous crient: _Monjoie!_


Il y eut un Sarrasin de Saragosse, seigneur d'une moitié de cette
ville: c'est Climborin, qui n'était pas homme de bien. C'est lui qui
reçut le serment du comte Ganelon, par amitié l'embrassa sur la bouche
et lui donna son épée et son escarboucle. Il mettra à honte la grande
terre, dit-il, et enlevera la couronne à l'empereur. Sur son cheval,
qu'il appelle Barbamouche, il est plus léger qu'épervier ou
hirondelle; il l'éperonne fortement, lui lâche la bride, et va frapper
Angelier de Gascogne. Ni son écu ni sa cuirasse ne le peuvent
garantir; le païen lui met dans le corps la pointe de son épieu,
pousse ferme, le traverse d'outre en outre, et à pleine lame le
retourne mort sur le sol; puis il s'écrie: «Ils sont bons à confondre!
Frappez, païens, pour rompre la presse!» Et les Français de dire:
«Quelle perte que celle de ce brave!»


Le comte Roland appelle Olivier: «Sire compagnon, lui dit-il, déjà
Angelier est mort; nous n'avions pas de plus vaillant chevalier.»
Olivier lui répond: «Que Dieu me donne de le venger!» Il pique son
cheval de ses éperons d'or pur, tient Hauteclaire, dont l'acier est
sanglant, de tout son courage va frapper le païen, brandit son coup,
et le Sarrasin tombe. Les diables emportent son âme. Puis Olivier
occit le duc Alphaïen, et tranche la tête à Escababiz; il désarçonne
sept Arabes: ceux là ne seront plus bons pour le service! «Çà, dit
Roland, mon compagnon est en colère; c'est pour s'égaler à moi qu'il
frappe ainsi; c'est pour de tels coups que Charles nous estime.» Puis
il crie de toute sa voix: «Frappez-y, chevaliers!»


D'autre part est un païen, Valdabrun; il éleva le roi Marsille; il est
seigneur sur mer de 400 dromons; il n'est matelot qui réclame un autre
nom que le sien. Il prit jadis Jérusalem par trahison, viola le temple
de Salomon, et tua le patriarche devant les fonts. Il reçut aussi le
serment de Ganelon, et lui donna son épée et 1,000 mangons. Sur son
cheval, qu'il appelle Gramimond, il est plus léger qu'un faucon. Il le
pique de ses éperons aigus, et s'en vient frapper le duc Sanche; il
brise son écu, déchire son haubert, lui plante dans le corps la
banderole de son gonfanon, et à pleine lance le jette mort à bas des
arçons: «Frappez, païens! crie-t-il, car nous les vaincrons
très-bien!» Et les Français de dire: «Quelle perte que celle de ce
brave!»


Le comte Roland, quand il vit Sanche mort, vous devinez la grande
douleur qu'il en eut. Il pique son cheval, court à lui à toute force,
tient Durandal, qui vaut mieux qu'or fin, va le frapper bravement,
tant qu'il peut, sur son casque damasquiné d'or, pourfend la tête, la
cuirasse et le corps, et la bonne selle ouvragée d'or, et le dos du
cheval jusqu'au fond, et les tue tous deux; qui l'en blâme ou le loue.
Les païens de dire: «Ce coup est fatal.» Roland répond: «Je ne puis
aimer les vôtres; devers vous est l'orgueil et le tort.»


Il y a un Africain venu d'Afrique; c'est Malcroyant, le fils du roi
Malcud; tous ses harnais sont d'or battu; il luit au soleil parmi tous
les autres; son cheval s'appelle Saut-Perdu; nulle bête ne peut
courir plus vite que lui. Malcroyant va frapper Anséis sur l'écu, dont
il tranche le vermeil et l'azur; il rompt les mailles de son haubert
et lui met dans le corps et le fer et le bois de sa lance. Le comte
est mort, ses jours sont finis. Et les Français de dire: «Malheureux
baron!»


Sur le champ de bataille est l'archevêque Turpin; jamais pareil
tonsuré ne chanta la messe, qui de son corps fit de telles prouesses;
il dit au païen: «Que Dieu te rende tout ce mal; tu viens d'en tuer un
que mon cœur regrette!» Il pousse son bon cheval, frappe sur l'écu de
Tolède, et l'abat mort sur l'herbe verte.


D'un autre côté est un païen, Grandogne, fils de Capuel, le roi de
Cappadoce, sur un cheval qu'il appelle Marinore; il est plus léger que
n'est oiseau qui vole; il lâche la bride, le pique des éperons, et va
frapper Gérin de toute sa force, brise l'écu vermeil qui lui pendait
au cou, ouvre sa cuirasse, et lui entre dans le corps sa banderole
bleue, et l'abat mort au pied d'un haut rocher. Il tue encore son
compagnon Gérer, et Bérenger, et Guyon de Saint-Antoine, puis va
frapper un riche duc, Austore, qui possède Valence et Envers sur le
Rhône; il l'abat mort; les païens en ont grande joie. Et les Français
de dire: «Quel déchet des nôtres!»


Le comte Roland tient son épée sanglante; il a bien entendu que les
Français se désespèrent; il a tant de douleur que le cœur lui fend.
Il dit au païen: «Que Dieu te renvoie tout ce mal, car tu viens de
tuer un homme que je veux te faire payer cher»; il pique son cheval,
qui court de toute force. Qui va le payer! Les voilà en présence.


Grandogne était vaillant et brave combattant; en son chemin il
rencontre Roland; il ne l'avait jamais vu, il le reconnaît cependant à
son fier visage, à la beauté de son corps, à son regard et à sa
contenance. Il ne peut s'empêcher d'avoir peur; il voudrait s'enfuir,
mais il ne le peut. Le comte le frappe si vertement que jusqu'au nez
il fend le casque, tranche le nez et la bouche et les dents, tout le
corps et l'haubert, et la selle d'argent, et l'épée s'enfonce encore
profondément dans le dos du cheval; tous les deux sont tués sans
remède, et ceux d'Espagne s'en désolent piteusement. Et les Français
de dire: «Il frappe bien, notre défenseur!»


La bataille est merveilleuse et grande; les Français y frappent de
leurs épieux d'acier bruni. On y voyait grande douleur de gens, hommes
morts, blessés et sanglants; l'un gisant sur l'autre, sur le dos ou
sur la face. Les Sarrasins ne peuvent plus tenir; qu'ils le veuillent
ou non, on les fait déguerpir, et les Français les chassent de vive
force.

    En avant!


La bataille est merveilleuse et rapide. Les Français combattent avec
vigueur et colère, tranchent les poings, les côtes, les échines et les
vêtements jusques aux chairs vives; sur l'herbe verte le sang clair
découle. Grande terre, Mahomet te maudit; sur toute nation la tienne
est hardie! Il n'est Sarrasin qui ne crie: «Marsille! chevauche, roi,
nous avons besoin d'aide!»


Le comte Roland dit à Olivier: «Sire compagnon, si vous voulez le
permettre, l'Archevêque est très-bon chevalier! Il n'en est pas de
meilleur en terre ni sous le ciel; il sait bien frapper et de la lance
et de l'épieu.» Olivier répond: «Allons donc l'aider.» A ces mots, les
Français recommencent. Durs sont les coups, et le combat est vif; il
y a grand carnage de chrétiens. Qui eût vu Roland et Olivier de leurs
épées frapper et combattre, aurait pu garder le souvenir de rudes
soldats. L'Archevêque frappe de son épieu. Ceux qu'ils ont tué, on les
peut bien compter; le nombre est écrit dans les histoires; c'est, dit
la Geste, plus de quatre milliers.


Les quatre premières charges ont réussi aux Français; mais le
cinquième choc leur est désastreux. Tous les chevaliers français sont
occis, excepté soixante que Dieu y a épargnés et qui se vendront cher
avant que de mourir.

    En avant!


Le comte Roland voit la grande perte des siens; il appelle son
compagnon Olivier: «Beau cher compagnon, lui dit-il, par Dieu, qui
vous protége, voyez tous ces bons soldats gisants par terre. Nous
pouvons plaindre douce France, la belle, qui perd de tels barons! Eh!
roi notre ami, que n'êtes-vous ici? Frère Olivier, que pouvons-nous
faire? Comment lui ferons-nous savoir des nouvelles? Olivier dit: «Je
ne sais comment le quérir; mieux vaux la mort que la honte.»

    En avant!


«Çà, dit Roland, je cornerai l'olifant, et Charles, qui passe les
défilés l'entendra; je vous garantis que les Français vont
revenir.»--«Ah! dit Olivier, ce serait grande honte à répandre sur
tous vos parents, et cette honte durerait toute leur vie. Quand je
vous dis de corner, vous n'en fîtes rien; vous ne le ferez pas
maintenant par mon conseil; et si vous cornez, ce ne sera pas
hardiment; déjà vous avez les deux bras sanglants.»--«C'est vrai, dit
Roland, mais j'ai donné de fameux coups!»

    En avant!


«Çà, dit Roland: la partie est trop forte; je cornerai, et le roi
Charles l'entendra.» Olivier reprit: «Ce ne serait pas brave! quand je
vous le dis, compagnon, vous ne daignâtes pas m'écouter. Si le roi eût
été ici, nous n'aurions pas eu ce dommage. Ceux qui sont là n'en
doivent avoir blâme.» Il dit encore: «Par cette mienne barbe, si je
puis revoir ma gentille sœur Aude, jamais vous ne serez couché entre
ses bras!»

    En avant!


«Çà, dit Roland, pourquoi me gardez-vous rancune?» Et Olivier répond:
«Compagnon, c'est votre ouvrage; car courage raisonnable n'est pas
folie, et modération vaut mieux qu'orgueil: ces Français sont morts à
cause de votre imprudence, et de nous Charles n'aura jamais plus de
service. Si vous m'aviez cru, notre seigneur arrivait, nous aurions
gagné cette bataille, et le roi Marsille serait pris ou mort. Votre
prouesse, Roland, a tourné contre nous. Charles le Grand n'aura plus
d'aide de nous, et pareil homme ne sera plus jusqu'au jugement
dernier. Vous mourrez ici, et la France en sera honnie; aujourd'hui
vous manque sa loyale compagnie; avant le soir la perte sera grande.»

    En avant!


L'Archevêque les entend disputer; il pique son cheval de ses éperons
d'or pur, vient près d'eux, et se met à les reprendre: «Sire Roland et
vous sire Olivier, pour Dieu, je vous prie, ne vous disputez pas!
Sonner du corps ne nous servirait à rien; mais cependant il est bon
que le roi vienne: il nous pourra venger. Ceux d'Espagne n'y doivent
pas retourner. Quand nos Français arriveront, ils nous trouveront
morts et hachés; ils nous mettront dans des bières, sur des mulets,
nous donneront des larmes de deuil et de compassion, et nous
enseveliront dans les cimetières des monastères, et les loups, ni les
porcs, ni les chiens ne nous mangeront.» Roland répond: «Sire, vous
parlez très-bien.»

    En avant!


Roland met l'olifant à sa bouche, l'embouche bien, et le sonne de
toute sa puissance. Dans ces hautes montagnes, le bruit du cor se
prolonge. Trente grandes lieues l'entendirent résonner.

Charles l'entend et tous ses compagnons. «Çà, dit le roi, nos gens
livrent bataille.» Mais Ganelon lui répondit à l'encontre: «Si un
autre le disait, ça semblerait un grand mensonge.»

    En avant!


Le comte Roland sonne son olifant avec tant de peine, d'effort et de
douleur qu'un sang clair sort de sa bouche et que la tempe de son
front en est rompue aussi. La voix du cor qu'il tient est bien grande!
Charles l'entend qui traverse les défilés. Naimes l'entend, et les
Français l'écoutent. «Çà, dit le roi, j'entends le cor de Roland!
jamais il ne le sonna que ce ne fût en combattant.» Ganelon répond:
«Il n'est point de bataille; vous êtes déjà vieux et blanc fleuri; par
telles paroles vous ressemblez à un enfant! Vous savez assez le grand
orgueil de Roland; c'est merveille que Dieu le souffre autant; déjà,
sans votre commandement il a pris Naples; les Sarrasins qui y étaient
s'en échappèrent; six de leurs chefs vinrent trouver le preux
Roland...........[331]; ensuite il fit laver les prés avec de l'eau
pour qu'on ne vît plus le sang. Pour un seul lièvre il va corner tout
un jour; devant ses pairs il est maintenant à folâtrer. Sous le ciel
il n'est homme qui osât le rappeler à la raison. Donc chevauchez;
pourquoi vous arrêter? La grande terre est bien loin devant nous.»

    En avant!

  [331] Il y a une lacune d'un ou de plusieurs vers dans tous les
  manuscrits; M. Génin pense qu'il était question du massacre de
  ces six chefs qui s'étaient rendus, et que Roland fit tuer.

Le comte Roland a la bouche sanglante; la tempe de son front est
rompue; il sonne l'olifant avec douleur et peine. Charles l'entend et
les Français l'entendent. «Çà, dit le roi: «Ce cor a longue haleine.»
Le duc Naimes répond: «C'est un brave qui a cette peine; il y a
bataille. Par ma conscience, celui-là l'a trahi qui veut vous donner
le change. Apprêtez-vous, criez votre cri de guerre, et allez au
secours de votre noble maison. Vous entendez assez que Roland se
désespère.»


L'empereur fait sonner ses cors; les Français redescendent[332],
revêtent leurs hauberts et leurs heaumes et prennent leurs épées d'or;
ils ont des boucliers et des épieux grands et forts, et gonfanons
blancs, et bleus, et rouges. Tous les barons de l'armée remontent sur
leurs destriers et les piquent vivement; tant que durent les défilés
ils se disent tous entre eux: «Si nous voyions Roland avant qu'il fût
mort, ensemble avec lui nous donnerions de grands coups!» Mais c'est
en vain! Ils ont trop tardé.

  [332] Ils gravissaient les montagnes.

L'ombre est éclaircie; il fait jour; les armures reluisent au soleil;
heaumes et hauberts jettent de grands reflets, et les écus, qui sont
bien peints à fleurs, et les épées, et les gonfanons dorés. L'empereur
chevauche avec colère, et les Français tristes et soucieux. Il n'y en
a aucun qui ne pleure rudement, et tous sont remplis d'inquiétude sur
Roland. Le roi fait prendre le comte Ganelon; il l'a ordonné aux
queux[333] de sa maison; il a dit à Besgun, leur chef: «Garde-le-moi
bien, ce félon qui a trahi ainsi ma maison.» Besgun le reçoit, et met
auprès de lui cent compagnons de la cuisine, des meilleurs et des
pires, qui lui arrachent la barbe et les moustaches poil à poil;
chacun lui donne quatre coups de son poing; ils le battent à coups de
bâton et lui mettent au cou une chaîne, et l'enchaînent tout comme un
ours. Sur un âne ils le placent par ignominie, et le garderont jusqu'à
ce qu'ils le rendent à Charles.

    En avant!

  [333] Cuisiniers, officiers de la bouche.

Les monts sont hauts, et ténébreux, et grands, les vallées profondes
et les eaux rapides; les trompettes sonnent et derrière et devant, et
toutes répondent à l'olifant. L'empereur chevauche avec fureur, et les
Français tristes et soucieux; tous pleurent et se lamentent et prient
Dieu qu'il conserve Roland jusqu'à ce qu'ils le rejoignent sur le
champ du combat; réunis à lui ils y frapperont ferme. Mais c'est en
vain; ils ont trop tardé, ils ne peuvent y être à temps.

    En avant!


Le roi Charles chevauche en grand courroux; sur sa cuirasse gît sa
barbe blanche. Tous les barons de France piquent leurs chevaux, et
chacun exprime sa colère de ne pas être avec Roland le capitaine, qui
se bat avec les Sarrasins d'Espagne; s'il est blessé, ils ne croient
pas que d'autres en réchappent! Dieu! il a soixante chevaliers avec
lui, tels que jamais roi ou capitaine n'en eut de meilleurs.

    En avant!


Roland regarde les montagnes et les sapins; il voit tant de Français
étendus morts qu'il les pleure en noble chevalier: «Seigneurs barons,
dit-il, que Dieu vous fasse miséricorde; qu'à toutes vos âmes il
octroie le paradis et les fasse reposer au milieu des fleurs saintes!
Meilleurs soldats que vous jamais je ne vis, vous qui si longtemps
m'avez aidé à conquérir de grands royaumes pour Charles! Pour cette
fin cruelle l'empereur vous avait-il nourris! Terre de France, bien
doux pays, vous êtes veuve aujourd'hui de bien braves soldats! Barons
français, vous êtes morts par ma faute! Je ne puis plus vous sauver;
que Dieu vous aide, qui jamais ne mentit! Olivier, frère, je ne dois
pas vous faire défaut: de chagrin je mourrai si je ne suis tué ici.
Sire compagnon, retournons au combat!»


Le comte Roland reparaît sur le champ de bataille, tient Durandal et
frappe comme un brave; il coupe en deux Faudron de Pin et vingt-quatre
Sarrasins des mieux prisés; jamais homme ne se défendit mieux. Comme
le cerf s'enfuit devant les chiens, ainsi devant Roland s'enfuient les
païens, et l'Archevêque de dire: «Vous allez assez bien! Telle valeur
doit avoir un chevalier bien armé et sur un bon cheval; il doit être
fort et fier pendant la bataille, ou autrement il ne vaut pas quatre
sous, et doit être moine dans un de ces monastères où il priera tous
les jours pour nos péchés.»--Roland répond: «Frappez, point de
quartier!» A ces mots les Français recommencent; grande perte il y eut
des chrétiens.


Les Français savent qu'il n'y aura pas de prisonniers dans une telle
bataille; aussi se défendent-ils et sont-ils fiers comme des lions.


Voici Marsille; il a l'air d'un noble guerrier sur son cheval, qu'il
appelle Gaignon; il le pique, fond sur Beuve, sire de Beaune et de
Dijon, et du choc lui brise l'écu, lui rompt le haubert et le renverse
mort sans blessure. Puis il occit Yvoire et Yvon, et avec eux Gérard
de Roussillon. Le comte Roland, qui n'est guère loin, dit au païen:
«Que Dieu te confonde, toi qui tues mes compagnons! tu en seras payé
avant de nous séparer, et tu apprendras le nom de mon épée.» Il court
dessus, comme sur un noble guerrier, lui tranche le poing droit, puis
coupe la tête à Jurfaleu le blond, le fils du roi Marsille. Les païens
crient: «Aide-nous, Mahomet, notre Dieu, venge nous de Charles! Il a
envoyé contre nous, dans ce pays, des félons qui ne fuiront pas, même
pour ne pas mourir.» Ils se disent les uns aux autres: «Eh! sauvons
nous!» A ces mots, cent mille se sauvent; les rappelle qui voudra, ils
ne reviendront pas.

    En avant!


Mais c'est en vain. Si Marsille s'est enfui, est demeuré son oncle
Marganice, qui tient Carthagène pour son frère Garmaille et
l'Ethiopie, une terre maudite; les noirs qu'il commande ont le nez
grand et les oreilles larges; ils sont plus de cinquante mille, et
chevauchent fièrement et avec fureur, criant la devise des païens.
«Çà, dit Roland, ici nous recevrons le martyre, et je sais bien que
nous n'avons guère à vivre; mais sera félon qui ne vendra cher sa vie;
frappez, seigneurs, de vos épées fourbies, et disputez votre mort et
votre vie; que la douce France par nous ne soit honnie! Quand sur ce
champ viendra Charles, notre sire, il verra comment nous avons
combattu les Sarrasins, et en trouvera quinze de morts contre un de
nous; il ne laissera pas que de nous bénir.»

    En avant!


Quand Roland vit la gent maudite, qui est plus noire que l'encre et
n'ont de blanc que sur les dents: «Or çà, dit le comte, je sais
vraiment que nous mourrons certainement aujourd'hui; frappez,
Français, je vous le recommande.» Et Olivier de dire: «Malheur sur les
plus lents!» A ces mots les Français reviennent à la charge.


Quand les païens voient que les Français diminuent, ils en ont et
orgueil et reconfort; ils se disent: «L'empereur a tort.» Le
Marganice, sur un cheval bai, qu'il pique de ses éperons d'or, frappe
Olivier par derrière, au milieu du dos, lui crève son haubert blanc et
lui plante son épieu dans la poitrine, et dit après: «Vous avez reçu
un fort coup! Mal vous en a pris que Charlemagne vous ait laissé dans
les défilés! S'il nous a fait du mal, il n'aura pas à s'en vanter, car
sur vous seul j'ai bien vengé les nôtres!»--Olivier sent qu'il est
frappé à mort; il tient toujours Hauteclaire à l'acier bruni; il
frappe sur le casque d'or de Marganice, en démolit les fleurs et les
cristaux, fend la tête jusqu'aux dents, brandit son coup et l'abat
mort, et dit après: «Païen, maudit sois-tu! Je ne dis pas que Charles
n'y perde, mais ni à ta femme, ni à une autre du royaume dont tu fus,
tu n'iras te vanter de m'avoir enlevé pour un denier vaillant, ni
d'avoir fait tort à moi ou à d'autres.» Après il appelle Roland à son
secours.

    En avant!


Olivier sent qu'il est blessé à mort; il n'aura plus d'autre occasion
de se venger; il se jette dans la mêlée et y frappe en brave,
tranchant lances, écus, pieds, poings, selles et côtes. Qui l'eût vu
couper en morceaux les Sarrasins, jeter par terre un mort sur un
autre, d'un bon guerrier conserverait le souvenir. Olivier ne veut pas
oublier la devise de Charles; il crie Montjoie d'une voix forte et
claire, et appelle Roland son ami et son pair: «Sire compagnon, lui
dit-il, joignez-vous à moi; car à notre grand deuil nous serons
aujourd'hui séparés.»

    En avant!


Roland regarde Olivier au visage; le teint est livide, décoloré et
pâle. Le sang vermeil lui coule partout le corps et descend sur la
terre en ruisseaux. «Dieu, dit le comte, que faire maintenant! Sire
compagnon, ta noblesse est malheureuse; jamais nul ne sera qui te
vaille! Eh, douce France, tu demeureras aujourd'hui privée de bons
soldats, confondue et chétive. L'empereur en aura grand dommage! A ce
mot, sur son cheval il se pâme.»

    En avant!


Roland est pâmé sur son cheval et Olivier est blessé à mort; il a tant
saigné que les yeux en sont troubles; de loin ni de près, il ne peut
voir assez clair pour reconnaître quelqu'un; comme il a rencontré son
compagnon, il le frappe sur le casque doré et le fend jusqu'au nasal,
mais il ne touche pas la tête. A ce coup, Roland le regarde et lui
demande avec douceur et amitié: «Sire compagnon, l'avez-vous fait de
bon gré? C'est Roland qui est là, Roland qui tant vous aime! d'aucune
manière vous ne m'aviez défié.»--«Je vous entends parler, dit Olivier,
je ne vous vois pas. Que Dieu vous protège! je vous ai frappé!
pardonnez-le moi!» Roland répond: «Je ne suis pas blessé, je vous le
pardonne ici et devant Dieu.» A ces mots, ils s'inclinent l'un vers
l'autre, et dans cette étreinte la mort va les séparer.


Olivier sent que la mort le prend; les deux yeux lui tournent dans la
tête, il perd l'ouïe et la vue; il descend de cheval et se couche sur
la terre; à haute voix il confesse ses péchés; ses deux mains jointes
vers le ciel, il prie Dieu qu'il lui donne le paradis et qu'il bénisse
Charles, et la France, et son compagnon Roland sur tous les hommes. Le
cœur lui faut, son casque se penche sur sa poitrine, il s'étend tout
de son long sur la terre. Le preux est mort, rien n'en reste plus. Le
brave Roland le pleure et se lamente; jamais sur terre vous
n'entendrez homme plus dolent.


Quand Roland vit que son ami est mort, gisant la face contre terre, il
se prit à le regretter bien doucement: «Sire compagnon, vous fûtes si
hardi pour votre perte! Nous avons été ensemble tant d'années et de
jours, et jamais tu ne me fis de mal, ni je ne t'en fis! Maintenant
que tu es mort, c'est douleur que je vive! A ces mots Roland se pâme
sur son cheval Veillantif; mais il est affermi sur ses étriers d'or,
et quelque part qu'il aille il ne peut tomber.


Avant que Roland se soit reconnu et revenu de sa pamoison, un grand
dommage lui est apparu; les Français sont morts, il les a tous perdus,
sauf l'Archevêque et Gautier de Luz, qui descend des montagnes où il a
si bien combattu ceux d'Espagne; ses hommes sont morts vaincus par les
païens; qu'il le veuille ou non, il s'enfuit de ces vallées et réclame
le secours de Roland: «Eh, noble comte, vaillant homme, où es-tu?
Jamais je n'eus peur là où tu étais! C'est moi Gautier, qui vainquis
Maëlgut, le neveu de Droon, le vieillard chenu; pour ma valeur j'étais
accoutumé à être ton favori! ma lame est brisée et mon écu percé, et
mon haubert démaillé et rompu! un épieu m'a frappé dans le corps; j'en
mourrai, mais j'ai vendu chèrement ma vie!» Roland l'a entendu, il
pique son cheval et vient vers lui.

    En avant!


Roland dans sa douleur était d'humeur dangereuse; en la mêlée il
recommence à frapper; il tue vingt Sarrasins, et Gautier six, et
l'Archevêque cinq. Et les païens de dire: «Oh! les terribles hommes!
prenez garde, seigneurs, qu'ils n'en sortent vivants! félon sera qui
ne leur courra sus, et lâche qui les laissera sauver.» Donc
recommencent à huer et à crier, et de toutes parts on revient les
attaquer.

    En avant!


Le comte Roland est un noble guerrier, Gautier de Luz un bien bon
chevalier, et l'Archevêque un vaillant éprouvé. Aucun ne veut rien
laisser aux autres; ils frappent les païens dans la mêlée. Mille
Sarrasins à pied et quarante mille à cheval arrivent encore, et,
croyez-moi, n'osent s'approcher! Ils lancent leurs épieux et leurs
lances, leurs dards, leurs traits et leurs javelots. Aux premiers
coups ils tuent Gautier; Turpin de Reims a son écu percé, son casque
cassé; ils l'ont blessé à la tête, ils ont rompu et démaillé son
haubert; il a dans le corps quatre épieux; son cheval est tué sous
lui. C'est grand malheur que l'Archevêque tombe.

    En avant!


Turpin de Reims, quand il se sent abattu et blessé de quatre épieux
dans le corps, joyeusement, le brave, il se relève, cherche où est
Roland, puis court vers lui, et dit un mot: «Je ne suis pas vaincu! un
bon soldat n'est jamais pris vivant!» Il tire Almace, son épée d'acier
bruni, et frappe dans la mêlée mille coups et plus. Charles l'a dit
depuis, qu'il n'en avait épargné aucun et qu'il en avait trouvé
quatre cents autour de lui, les uns blessés, d'autres coupés en deux,
et d'autres sans leur tête.

Le comte Roland se bat en gentilhomme, mais le corps lui sue de grande
chaleur; en la tête il a douleur et grand mal parce qu'il s'est rompu
la tempe en cornant. Cependant, il veut savoir si Charles va venir; il
prend son olifant, mais le sonne faiblement. L'empereur s'arrête, et
écoute: «Seigneurs, dit-il, nos affaires vont mal; Roland mon neveu
cejourd'hui nous va manquer; j'entends à son corner qu'il ne vivra
guère. Qui veut arriver chevauche rapidement! sonnez vos clairons tant
qu'il y en a dans cette armée!» Soixante mille clairons y sonnent si
fort, que les monts et les vallées y répondent. Les païens
l'entendent, et n'en sont pas réjouis. Ils se disent l'un à l'autre:
«Nous aurons encore affaire à Charles!»

    En avant!

Et les païens de dire: «L'empereur revient! Entendez-vous sonner les
clairons des Français? Si Charles vient, Dieu! il y aura grande perte
pour nous! Nous y perdrons notre terre d'Espagne. Si Roland vit, la
guerre recommence!» Alors ils se rassemblent quatre cents armés de
casques, et des meilleurs de leur armée; ils rendent à Roland une
attaque formidable. A cette heure, le comte a assez affaire autour de
lui.

    En avant!

Le comte Roland, quand il les vit venir, se fait d'autant plus fort,
fier et intrépide; ils ne le prendront pas vivant. Sur son cheval
Veillantif, qu'il pique de ses éperons d'or fin, il les va tous
attaquer dans la mêlée, accompagné de l'archevêque Turpin; l'un dit à
l'autre: «Çà, frappez, ami! nous avons entendu les cors des Français;
Charles revient, le roi puissant.»

Le comte Roland jamais n'aima les couards, ni les orgueilleux, ni les
méchants, ni chevalier qui ne fût bon soldat; il dit à l'archevêque
Turpin: «Sire, vous êtes à pied, et je suis à cheval; pour l'amour de
vous, ici je vais descendre; nous aurons ensemble et le bien et le
mal; je ne vous abandonnerai pour nul mortel; nous allons rendre aux
païens cet assaut. Les meilleurs coups sont ceux de Durandal!» Et
l'Archevêque de dire: «Félon qui bien n'y frappe! Charles revient qui
nous vengera.»

Les païens disent: «Malheur à nous! à mauvais jour nous sommes
arrivés; nous avons perdu nos seigneurs et nos pairs! Charles revient
avec sa grande armée, le terrible! des Français nous entendons les
clairons éclatants, et le grand bruit des cris de Monjoie! Le comte
Roland est de si grande valeur qu'il ne sera vaincu par nul homme de
chair. Lançons tout sur lui, et qu'il reste sur la place.» Et ils
lancent dards et épieux, et lances et traits empennés. Ils ont
traversé et fracassé l'écu de Roland, rompu et démaillé son haubert;
mais ils n'ont pas atteint le corps. Cependant Veillantif, en vingt
endroits frappé, reste mort sous le comte. Puis les païens se sauvent,
et laissent Roland sur la place; mais il est démonté.

    En avant!

Les païens s'enfuient courroucés et furieux, et galoppent du côté de
l'Espagne. Le comte Roland ne peut les poursuivre, car il a perdu son
cheval Veillantif; qu'il le veuille ou non, il faut rester à pied. Il
va au secours de l'archevêque Turpin, lui détache son casque d'or de
la tête, lui enlève son haubert blanc et léger, et déchire sa tunique,
et en met les morceaux sur ses grandes plaies; puis il le serre contre
sa poitrine, et puis le couche doucement sur l'herbe verte, et bien
humblement lui fait une prière: «Eh! gentilhomme, donnez-moi congé;
nos compagnons qui nous furent si chers sont morts maintenant; mais
nous ne devons pas les abandonner! Je veux les aller querir et devant
vous les ranger.» Et l'Archevêque de dire: «Allez et revenez. Ce champ
de bataille reste à vous, Dieu merci, et à moi!»


Roland s'en va, et s'avance tout seul par le champ de bataille,
cherche dans les vallées et cherche dans les montagnes, trouve Gérer
et Gérin son compagnon; il trouve aussi Bérenger et Othon, Anséis,
Sanche et Gérard, le vieux de Roussillon. Roland un à un les a pris,
les a apportés à l'Archevêque et mis en rang devant ses genoux.
L'Archevêque ne peut s'empêcher de pleurer, lève sa main, fait sa
bénédiction, et dit ensuite: «Malheur vous est arrivé, seigneurs;
toutes vos âmes ait Dieu le glorieux! en paradis qu'il les mette au
milieu des saintes fleurs! Ma mort me remplit d'angoisse, je ne verrai
plus le puissant empereur.»


Roland s'en retourne et va fouiller le champ de bataille; ayant trouvé
son compagnon Olivier, il le serre étroitement contre son cœur, et
comme il peut il revient vers l'Archevêque; il le couche sur un
bouclier auprès des autres, et l'Archevêque les a absouts et bénits.
Alors se réveille le deuil et la pitié. «Çà, dit Roland, beau
compagnon Olivier, vous fûtes le fils du vaillant duc Régnier, qui
tenait la Marche[334] jusqu'au val de Runers; pour rompre une lance,
pour mettre en pièces un écu, pour vaincre et dompter l'insolence, et
pour conseiller loyalement un honnête homme, nulle part il n'y eut
meilleur chevalier.»

  [334] Marquisat, frontière.

Le comte Roland, quand il vit ses pairs morts et Olivier qu'il aimait
tant qu'il pouvait, se sentit ému et commença à pleurer, et son visage
fut tout décoloré; il eut chagrin plus grand qu'il ne peut être;
malgré lui il tombe par terre évanoui. Et l'Archevêque de dire: «Vous
êtes bien malheureux, chevalier.»


Quand il vit Roland se pâmer, l'Archevêque eut donc telle douleur que
jamais il n'en eut si grande; il tendit la main et prit l'olifant. Il
y a dans le val de Roncevaux une eau courante; Turpin y veut aller
pour en donner à Roland; il s'avance à petits pas et tout chancelant;
il est si faible qu'il ne peut avancer; il n'en a pas la force, il a
trop perdu de sang; avant qu'il ait marché la longueur d'un arpent, le
cœur lui faut, et il tombe sur la face, dans les angoisses de la
mort.


Le comte Roland revient de pamoison; il se dresse sur ses pieds, mais
il a grande douleur! Il regarde en aval, il regarde en amont, il voit
gisant sur l'herbe verte, outre ses compagnons, le noble baron,
c'est-à-dire l'Archevêque que Dieu mit ici bas en son nom; il confesse
ses péchés, lève les yeux, joint ses deux mains contre le ciel et prie
Dieu de donner le paradis à Turpin. Turpin est mort, le bon soldat de
Charles, qui par grandes batailles et par beaux sermons, contre les
païens fut de tout temps un rude champion. Que Dieu lui octroie sa
sainte bénédiction.

    En avant!


Le comte Roland voit l'Archevêque à terre; dehors son corps il voit
sortir les entrailles; dessus le front lui sort la cervelle. Roland
lui croise ses blanches et belles mains sur la poitrine, et le plaint
à la manière de son pays. «Eh! gentil homme, chevalier de bonne
maison, je te recommande en ce jour au glorieux père céleste; jamais
homme ne sera un meilleur serviteur; depuis les Apôtres, il n'y eut
pareil prophète pour maintenir la loi et pour conquérir les âmes. Que
votre âme ne souffre pas de mal et que la porte de paradis lui soit
ouverte!»


Roland sent que la mort lui est proche; par les oreilles lui sort la
cervelle; il prie que Dieu reçoive ses pairs, et se recommande
lui-même à l'ange Gabriel. Il prend l'olifant (que reproche n'en ait),
et de l'autre main son épée Durandal. Il n'eût pu lancer flèche d'une
arbalète! Il va vers l'Espagne, dans un guéret, monte sur un tertre.
Sous un bel arbre, il y a quatre perrons de marbre. Là, Roland tombe à
la renverse sur l'herbe verte, et se pâme, car la mort lui est proche.


Hauts sont les monts et hauts sont les arbres! Il y a là quatre
perrons de marbre luisant. Sur l'herbe verte le comte Roland est pâmé.
Un Sarrasin l'épiait et le guettait, et faisant le mort gisait parmi
les autres, le corps et le visage couverts de sang. Il se relève et se
hâte de courir. Il fut fort et de grand courage!


Dans son orgueil et sa mortelle rage, il saisit Roland, corps et
armes, et dit un mot: «Vaincu est le neveu de Charles; cette épée je
la porterai en Arabie!» Il la tire; mais Roland ressentit quelque
chose.


Il s'aperçoit qu'on lui enlève son épée, ouvre les yeux, et dit un
mot au païen: «Par mon escient, tu n'es pas des nôtres.» Il tenait
l'olifant, qu'il ne voudrait perdre; il l'en frappe sur le casque
damasquiné d'or, brise l'acier, la tête et les os, lui fait sortir les
deux yeux de la tête et le renverse mort à ses pieds, et après lui
dit: «Coquin, comment as-tu été si osé que de me toucher, à droit ou à
tort; il n'y aura homme qui ne te tiendra pour fol! J'en ai fendu le
gros bout de mon olifant; l'or et le cristal en sont tombés!»


Mais Roland sent qu'il n'y voit plus; il se relève, s'évertue; mais
son visage a perdu toute couleur. Devant lui est une roche brune; de
dépit il y frappe dix coups; l'acier grince, mais ne rompt ni
s'ébrèche. «Eh, dit le comte, Sainte Marie, à mon aide! ma bonne
Durandal, vous êtes malheureuse! quoique je n'aie plus que faire de
vous, vous m'êtes toujours chère! tant de batailles par vous j'ai
gagné! tant de grandes terres j'ai conquis, que possède aujourd'hui
Charles, à la barbe chenue! Que jamais homme ne vous ait qui fuirait
devant un autre! vous fûtes longtemps aux mains d'un bon soldat;
jamais la France n'en verra pareil; la France libre[335]!»

  [335] Dans nos vieilles traditions, conservées dans la chronique
  de Turpin, la France est appelée libre, parce que la domination
  et l'honneur lui sont dus sur toutes les autres nations.

Roland frappe le perron de marbre; l'acier grince, mais ne rompt ni
s'ébrèche. Quand il voit qu'il n'en peut briser un morceau, il
commence à plaindre son épée en lui-même: «Ah! ma Durandal, que tu es
claire et blanche, comme tu flambes et reluis au soleil! Charles était
aux vallons de Maurienne quand le Dieu du ciel lui manda par son ange
qu'il te donnât à un comte capitaine. Donc le noble, le grand roi me
la ceignit. Avec elle je lui conquis Normandie et Bretagne, je lui
conquis le Poitou et le Maine, je lui conquis Bourgogne et Lorraine,
je lui conquis Provence et Aquitaine, et Lombardie et toute la
Romagne, je lui conquis Bavière et toute la Flandre et l'Allemagne, et
la Pologne, Constantinople, dont il eut la foi, et la Saxonie soumise
à sa loi; je lui conquis Écosse, Galles, Islande et Angleterre, qu'il
aimait à habiter; avec elle j'ai conquis tous les pays et terres que
possède Charlemagne, à la barbe blanche. Pour cette épée j'ai douleur
et inquiétude! Mieux vaut mourir qu'aux païens elle ne reste! Que Dieu
le père ne laisse pas honnir la France!»


Roland frappe sur un rocher gris[336]; plus en abat que je ne vous
sais dire. L'épée grince, mais ne se tord et ne se brise; elle
rebondit contre le ciel. Quand le comte voit qu'il ne la brisera pas,
il la plaint doucement en lui-même. «Eh! Durandal, que tu es belle et
sainte! Il y a tant de reliques dans ta garde dorée; une dent de saint
Pierre et du sang de saint Bâle, et des cheveux de monseigneur saint
Denis, du vêtement de sainte Marie! Il n'est pas juste que les païens
te prennent; par des chrétiens vous devez être servie. Ne vous ait
homme qui fasse couardise! Par vous j'ai conquis beaucoup de grandes
terres que possède Charles à la barbe fleurie, et dont l'empereur en
est puissant et riche!»

  [336] La brèche de Roland, dans les Pyrénées, est une immense
  crevasse dans les rochers, de 40 à 60 mètres d'ouverture, sur 100
  mètres de hauteur et 1,000 mètres de longueur. La légende veut
  que Roland ait taillé cette brèche, dans le roc, d'un coup de sa
  Durandal.


Mais Roland sent que la mort l'entreprend et de vers la tête sur le
cœur lui descend. Dessous un pin il est allé courant, et s'est
couché sur l'herbe verte, face en terre; dessus lui il met son épée et
l'olifant, et tourne la tête vers la gent païenne, parce qu'il veut
vraiment, le noble comte, que Charlemagne dise, et tout son monde,
qu'il est mort en conquérant! Il confesse ses péchés, et menu et
souvent. Pour ses péchés il offre son gant à Dieu.

    En avant!


Roland sent que son temps est fini! Il est sur un pic aigu tourné vers
l'Espagne; d'une main il frappe sa poitrine: «Dieu, dit-il, je fais
pénitence de mes péchés, des grands et des petits, que j'ai faits
depuis l'heure que je suis né jusqu'à ce jour que tout est fini.» Son
gant droit il a tendu vers Dieu, et les anges du ciel descendent à
lui.

    En avant!


Le preux Roland gisait sous un pin, le visage tourné vers l'Espagne;
alors il se prit à se souvenir de plusieurs choses: des royaumes qu'il
a conquis, de douce France, des hommes de sa maison, de Charlemagne
son seigneur qui le nourrit; il ne se peut tenir d'en pleurer et
soupirer! Mais il ne se veut oublier lui-même, il confesse encore ses
péchés et prie Dieu de lui faire merci: «Vrai père, qui jamais ne
mentis, qui ressuscitas saint Lazare d'entre les morts et préservas
Daniel des lions, sauve mon âme de tous périls pour les péchés que je
fis en ma vie!» Il offre son gant droit à Dieu, et saint Gabriel de sa
main le prit. Roland, sa tête penchée sur le bras, et les mains
jointes, est allé à sa fin. Dieu envoya son ange Chérubin et saint
Michel surnommé du péril; saint Gabriel s'est joint à eux, et ils
emportent l'âme du comte en paradis.

_Analyse de la suite du poëme._

   Charlemagne arrive enfin dans la vallée de Roncevaux; il est
   consterné à l'aspect du champ de bataille jonché de cadavres; il
   retrouve le corps de son neveu, et le fait mettre à part avec ceux
   de Turpin et d'Olivier; il recueille leurs cœurs, puis fait
   enterrer tous les Français que les Sarrasins ont tués. Il allait
   repartir, quand il voit apparaître l'armée des Sarrasins: il
   s'écrie alors de sa voix grande et haute: «Barons français, à
   cheval et aux armes!» Après une furieuse bataille, les Sarrasins
   sont mis en fuite; Charlemagne prend Saragosse et revient en
   France, à Aix-la-Chapelle, et entre dans son palais.

   Voici venir à lui Aude, une belle demoiselle[337], qui dit au roi:
   «Où est Roland le capitaine, qui me jura de me prendre pour femme?»
   Charles en a grande douleur; il pleure et tire sa barbe blanche.
   «Sœur, chère amie, lui dit-il, tu me parles d'un homme mort, mais
   je te donnerai Louis en échange; je ne te puis mieux dire; il est
   mon fils, et gouvernera mes frontières.»--Aude répond: «Ces paroles
   sont étranges: ne plaise à Dieu, ni à ses saints, ni à ses anges
   qu'après Roland je reste vivante!» Elle pâlit, tombe aux pieds de
   Charlemagne, morte pour toujours. Dieu ait pitié de son âme! Les
   barons français en pleurent et la plaignent. La belle Aude est
   allée à trépas, mais le roi croit qu'elle n'est que pâmée; il en a
   pitié et en pleure, lui prend les mains, la relève; mais sur les
   épaules la tête est penchée. Quand Charles voit qu'elle est morte,
   il mande quatre comtesses et la fait porter en un couvent de
   nonnains, qui la veillent toute la nuit jusqu'au jour, et
   l'enterrent bellement le long d'un autel.»

  [337] La sœur d'Olivier.

Puis vient le châtiment de Ganelon. Il se défend devant la cour des
barons, qui demande sa grâce à Charlemagne. Vous me trahissez tous,
dit le roi, et son visage se rembrunit. Alors un chevalier, Thierry,
demande à Charlemagne qu'il ordonne le jugement de Dieu; il s'offre à
combattre le champion de Ganelon. Thierry est vainqueur, et Ganelon
est écartelé.

    THÉROULDE, _La Chanson de Roland_, traduite par L. Dussieux.

Le normand Théroulde, qui, selon la thèse très-savante et
très-acceptable de M. Génin, paraît avoir été le précepteur de
Guillaume le Conquérant, composa le poëme ou chanson de Roland avant
1066. Trop oublieuse de ses vieilles gloires, la France possède dans
la chanson de Roland une épopée qu'elle a trop longtemps laissée de
côté. Il est admis dans certains cours de littérature que la France
n'a pas de poésie épique; c'est une grave erreur. Le poëme de
Théroulde est notre épopée française, et a été longtemps un poëme
national et très-populaire; on le chantait à la bataille de Hastings
(1066), comme le rapporte Robert Wace[338]. Les étrangers admiraient
notre poëme, l'imitaient et le traduisaient. En Espagne, l'auteur du
poëme du Cid lui a fait de nombreux emprunts; en Allemagne, on en fit
trois imitations pendant le moyen âge; en Italie, Pulci Boiardo et
l'Arioste (Roland furieux) l'ont imité également. Mais au seizième
siècle l'admiration enthousiaste pour l'antiquité fit succéder un
mépris irréfléchi pour toutes les créations spontanées du génie
français: art, poésie, tout fut honni et oublié qui ne sortait pas de
la source grecque ou latine. Le poëme de Théroulde fut compris dans
cette proscription universelle. Plus justes que nos pères, nous avons
rendu la vie à cette œuvre admirable; et si la France ne peut opposer
que sa triste et froide _Henriade_ aux épopées artificielles
étrangères: _L'Énéide_, _La Jérusalem délivrée_, _La Messiade_, _Le
Paradis perdu_ et _Le Roland furieux_, elle compte parmi les épopées
naïves et populaires sa _Chanson de Roland_, et l'oppose à _L'Iliade_,
à _L'Odyssée_, aux _Nibelungen_, au poëme du _Cid_, à _La Divine
Comédie_.

  [338]

    Taillefer, qui très-bien chantoit,
    Sur un bidet qui vite alloit
    Devant eux s'en allait chantant
    De Charlemagne et de Roland
    Et d'Olivier et des vassaux
    Qui moururent en Roncevaux.

    (_Roman de Rou_, v. 1319.)

Théroulde a recueilli pour la création de son poëme toutes les
traditions populaires qui se retrouvent aussi dans la chronique du
faux Turpin[339]. Roland est un personnage historique, mais n'était
pas neveu de Charlemagne; il est demeuré le type populaire de la
valeur. Le traître Ganelon était un archevêque de Sens, qui trahit
Charles le Chauve. Quant aux faits de la bataille, si Théroulde les a
exagérés, il est bien évident qu'Éginhard les a amoindris, et qu'il a
atténué toute cette affaire, pour ne pas diminuer la gloire de
Charlemagne.

  [339] La Chronique de Turpin, dont on ne connaît ni l'auteur ni
  la date, est, selon M. Génin, l'œuvre de Guy de Bourgogne,
  archevêque de Vienne, devenu pape en 1119, et qui mit sa
  chronique au nombre des livres canoniques, en 1122.


LA GRANDE TAILLE DE ROLAND.

L'opinion que Roland avait été d'une taille surhumaine était encore en
vigueur du temps de François Ier; car ce prince, à son retour
d'Espagne, passant par Blaye, où était le tombeau de Roland, voulut
vérifier la tradition. Je crois que le lecteur ne sera pas fâché
d'entendre cette anecdote de la bouche même d'un témoin oculaire[340].

  [340] HUBERTUS THOMAS LEODIUS, _De Vita Frederici II, palatini_,
  lib. 1, p. 5, traduit par Génin, dans son _Introduction à La
  Chanson de Roland_.

«Les chroniques françaises nous content que Charlemagne et ses douze
pairs étaient des géants. Afin d'en savoir la vérité, et d'ailleurs
grand amateur de ces antiquailles, le roi François Ier, lorsqu'il
passa par Blaye, à son retour de sa captivité d'Espagne, descendit
dans le souterrain où Roland, Olivier et saint Romain sont ensevelis,
dans des sépulcres de marbre, de dimensions ordinaires. Le roi fit
rompre un morceau du marbre qui recouvrait Roland, et tout de suite
après avoir plongé un regard dans l'intérieur, il fit raccommoder le
marbre avec de la chaux et du ciment, sans un mot de démenti contre
l'opinion reçue. Apparemment il ne voulait point paraître avoir perdu
ses peines.

«Quelques jours après, le prince palatin Frédéric, qui allait
rejoindre Charles Quint en Espagne, ayant, en passant, salué François
Ier à Cognac, vint à son tour loger à Blaye, et voulut voir aussi ces
tombeaux. J'y étais, avec l'illustre médecin du prince, le docteur
Lange; et comme nous étions l'un et l'autre à la piste de toutes les
curiosités, nous questionnâmes le religieux qui avait tout montré au
prince: si les os de Roland étaient encore entiers dans le sépulcre,
et s'ils étaient aussi grands qu'on le disait. Assurément, la renommée
n'avait point menti d'une syllabe, et il ne fallait pas s'arrêter aux
dimensions du sépulcre; c'est que depuis que ces reliques avaient été
apportées du champ de bataille de Roncevaux, les muscles avaient eu
le temps de se consumer, et le squelette ne tenait plus; mais les os
avaient été déposés liés en fagot, à telles enseignes qu'il avait
fallu creuser le marbre pour pouvoir loger les tibias, qui étaient
entiers. Nous admirâmes beaucoup la taille de Roland, dont, supposé
que le moine dit vrai, les tibias calculés sur la longueur du marbre,
avaient trois pieds de long pour le moins.

«Pendant que nous raisonnions là-dessus, le prince emmena le moine
d'un autre côté, et nous restâmes tout seuls. Le mortier n'était pas
encore repris: si nous ôtions le morceau de marbre? Aussitôt nous
voilà à l'ouvrage; la pierre céda sans difficulté, et tout l'intérieur
du tombeau nous fut découvert... Il n'y avait absolument rien qu'un
tas d'osselets à peu près gros deux fois comme le poing, lequel étant
remué nous offrit à peine un os de la longueur de mon doigt!

«Nous rajustâmes le fragment du marbre, en riant de bon cœur de la
duperie de ce moine ou de son impudence à mentir[341]!»

  [341] GÉNIN, _Introduction à la Chanson de Roland_, p. XXII.


LE CHANT D'ALTABIÇAR[342].

              Un cri s'est élevé
    Du milieu des montagnes des Escaldunac[343],
    Et l'homme libre, debout devant sa porte,
    A ouvert l'oreille et a dit: «Qui va là? que me veut-on?»
    Et le chien qui dormait aux pieds de son maître
    S'est levé et a rempli les environs d'Altabiçar de ses aboiements.

    Au col d'Ibagnette un bruit retentit;
    Il approche, en frôlant, à droite, à gauche, les rochers;
    C'est le murmure sourd d'une armée qui vient.
    Les nôtres y ont répondu du sommet des montagnes;
    Ils ont soufflé dans leurs cornes de bœuf;
    Et l'homme libre aiguise ses flèches.

    Ils viennent, ils viennent! Quelle haie de lances!
    Comme les bannières aux couleurs variées flottent au milieu!
    Quels éclairs jaillissent des armes!
    Combien sont-ils? Enfant, compte-les bien.
    Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze,
      douze,
    Treize, quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf,
      vingt.

    Vingt, et des milliers d'autres encore!
    On perdrait son temps à les compter.
    Unissons nos bras nerveux, déracinons ces rochers,
    Lançons-les du haut des montagnes
    Jusque sur leurs têtes!
    Ecrasons-les, tuons-les!

    Et qu'avaient-ils à faire dans nos montagnes, ces hommes du Nord,
    Pourquoi sont-ils venus troubler notre paix?
    Quand Dieu fait des montagnes, c'est pour que les hommes ne les
      franchissent pas.
    Mais les rochers en roulant tombent; ils écrasent les bataillons;
    Le sang ruisselle, les chairs palpitent;
    Oh! combien d'os broyés! quelle mer de sang!

    Fuyez, fuyez, ceux à qui il reste de la force et un cheval!
    Fuis, roi Carloman, avec tes plumes noires et ta cape rouge.
    Ton neveu, ton plus brave, ton chéri, Roland, est étendu mort
      là-bas;
    Son courage ne lui a servi à rien.
    Et maintenant, Escaldunac, laissons les rochers,
    Descendons vite en lançant nos flèches a ceux qui fuient.

    Ils fuient! ils fuient! Où donc est la haie de lances!
    Où sont les bannières aux couleurs variées flottant au milieu?
    Les éclairs ne jaillissent plus de leurs armes souillées de sang.
    Combien sont-ils? Enfant, compte-les bien!
    Vingt, dix-neuf, dix-huit, dix-sept, seize, quinze, quatorze,
      treize,
    Douze, onze, dix, neuf, huit, sept, six, cinq, quatre, trois,
      deux, un.

    Un! Il n'y en a même plus un!
    C'est fini! homme libre, vous pouvez rentrer avec votre chien,
    Embrasser votre femme et vos enfants,
    Nettoyer vos flèches, les serrer avec votre corne de bœuf, et
      ensuite vous coucher et dormir dessus.
    La nuit, les aigles viendront manger ces chairs écrasées,
    Et tous ces os blanchiront pendant l'éternité.

  [342] Ce chant, que l'on croit être du neuvième siècle ou du
  dixième, s'est conservé chez les montagnards des Pyrénées; M.
  Eug. de Montglave l'a publié dans le journal de l'Institut
  historique, t. I, p. 176.

  [343] Basques.


LES CAPITULAIRES DE CHARLEMAGNE.

Les capitulaires de Charlemagne, relatifs à la législation civile et
religieuse, reproduisent à peu près ce que l'on trouve dans les lois
romaines et dans les canons des conciles; mais ceux qui concernent la
législation domestique sont curieux, par le détail des mœurs.

Le capitulaire _De Villis fisci_ se compose de soixante-dix articles,
vraisemblablement recueillis de plusieurs autres capitulaires.

Les intendants du domaine sont tenus d'amener au palais où Charlemagne
se trouvera le jour de la Saint-Martin d'hiver tous les poulains, de
quelque âge qu'ils soient, afin que l'empereur, après avoir entendu la
messe, les passe en revue.

On doit au moins élever dans les basses-cours des principales
métairies cent poules et trente oies.

Il y aura toujours dans ces métairies des moutons et des cochons gras,
et au moins deux bœufs gras, pour être conduits, si besoin est, au
palais.

Les intendants feront saler le lard; ils veilleront à la confection
des cervelas, des andouilles, du vin, du vinaigre, du sirop de mûres,
de la moutarde, du fromage, du beurre, de la bière, de l'hydromel, du
miel et de la cire.

Il faut, pour la dignité des maisons royales, que les intendants y
élèvent des laies, des paons, des faisans, des sarcelles, des
pigeons, des perdrix et des tourterelles.

Les colons des métairies fourniront aux manufactures de l'empereur du
lin et de la laine, du pastel et de la garance, du vermillon, des
instruments à carder, de l'huile et du savon.

Les intendants défendront de fouler la vendange avec les pieds:
Charlemagne et la reine, qui commandent également dans tous ces
détails, veulent que la vendange soit très-propre.

Il est ordonné, par les articles 39 et 65, de vendre au marché, au
profit de l'empereur, les œufs surabondants des métairies et les
poissons des viviers.

Les chariots destinés à l'armée doivent être tenus en bon état; les
litières doivent être couvertes de bon cuir, et si bien cousues qu'on
puisse s'en servir au besoin comme de bateaux pour passer une rivière.

On cultivera dans les jardins de l'empereur et de l'impératrice toutes
sortes de plantes, de légumes et de fleurs: des roses, du baume, de la
sauge, des concombres, des haricots, de la laitue, du cresson alénois,
de la menthe romaine, ordinaire et sauvage, de l'herbe aux chats, des
choux, des oignons, de l'ail et du cerfeuil.

C'était le restaurateur de l'empire d'Occident, le fondateur des
nouvelles études, l'homme qui, du milieu de la France, en étendant ses
deux bras, arrêtait au nord et au midi les dernières armées d'une
invasion de six siècles; c'était Charlemagne enfin qui faisait vendre
au marché les œufs de ses métairies et réglait ainsi avec sa femme
ses affaires de ménage.

Les capitulaires des rois franks jouirent de la plus grande autorité:
les papes les observaient comme des lois; les Germains s'y soumirent
jusqu'au règne des Othons, époque à laquelle les peuples au delà du
Rhin rejetèrent le nom de Franks qu'ils s'étaient glorifiés de porter.
Karle le Chauve, dans l'édit de Pitres (chap. VI), nous apprend
comment se dressait le capitulaire. «La loi, dit ce prince, devient
irréfragable par le consentement de la nation et la constitution du
roi.» La publication des capitulaires, rédigés du consentement des
assemblées nationales, était faite dans les provinces par les évêques
et par les envoyés royaux, _missi dominici_.

Les capitulaires furent obligatoires jusqu'au temps de Philippe le
Bel: alors les ordonnances les remplacèrent. Rhenanus les tira de
l'oubli en 1531: ils avaient été recueillis incomplétement en deux
livres par Angesise, abbé de Fontenelles (et non pas de Lobes), vers
l'an 827. Benoît, de l'église de Mayence, augmenta cette collection en
845. La première édition imprimée des Capitulaires est de Vitus; elle
parut en 1545.

Les assemblées générales où se traitaient les affaires de la nation
avaient lieu deux fois l'an, partout où le roi ou l'empereur les
convoquait. Le roi proposait l'objet du capitulaire: lorsque le temps
était beau, la délibération avait lieu en plein air; sinon, on se
retirait dans des salles préparées exprès. Les évêques, les abbés et
les clercs d'un rang élevé se réunissaient à part; les comtes et les
principaux chefs militaires, de même. Quand les évêques et les comtes
le jugeaient à propos, ils siégeaient ensemble, et le roi se rendait
au milieu d'eux; le peuple était forclos, mais après la foi faite on
l'appelait à la sanction. (HINCMAR, _Hunold_.) La liberté individuelle
du Frank se changeait peu à peu en liberté politique, de ce genre
représentatif inconnu des anciens. Les assemblées du huitième et du
neuvième siècle étaient de véritables états, tels qu'ils reparurent
sous saint Louis et Philippe le Bel; mais les états des Karlovingiens
avaient une base plus large, parce qu'on était plus près de
l'indépendance primitive des barbares: le _peuple_ existait encore
sous les deux premières races; il avait disparu sous la troisième,
pour renaître par les _serfs_ et les _bourgeois_.

Cette liberté politique karlovingiennne perdit bientôt ce qui lui
restait de populaire: elle devint purement aristocratique quand la
division croissante du royaume priva de toute force la royauté.

La justice dans la monarchie franke était administrée de la manière
établie par les Romains; mais les rois chevelus, afin d'arrêter la
corruption de cette justice, instituèrent les _missi dominici_, sorte
de commissaires ambulants qui tenaient des assises, rendaient des
arrêts au nom du souverain, et sévissaient contre les magistrats
prévaricateurs.

    CHATEAUBRIAND, _Analyse raisonnée de l'Histoire de France_.


CANONISATION ET CULTE DE CHARLEMAGNE.

Son corps, revêtu du cilice qu'il avait porté en santé, et couvert
par-dessus des habillements impériaux, fut mis dans l'église
d'Aix-la-Chapelle, où il fut en vénération publique à tout l'Occident,
jusqu'à ce qu'en 1165 il fut élevé de terre par les soins de
l'empereur Frédéric Ier, surnommé Barbe-Rousse, pour être mieux exposé
au culte religieux qu'on rendait déjà à sa mémoire. On prétend que ce
fut dans le temps de sa translation qu'il fut canonisé par Pascal III,
antipape, qui tenait l'Église divisée en faveur de l'empereur Frédéric
contre le pape légitime Alexandre III. Cet acte devait être nul, ce
semble, comme étaient tous les autres qui avaient été faits par cet
usurpateur du saint-siége. Cependant, il n'a été ni cassé ni blâmé par
les papes suivants, qui n'ont pas jugé à propos de s'opposer au culte
public de Charlemagne, à qui ils savaient que l'Église romaine avait
des obligations immortelles. Son nom, comme celui d'un saint
confesseur, est inséré dans la plupart des martyrologes de France,
d'Allemagne et des Pays-Bas: l'office de sa fête se trouve dans
plusieurs bréviaires des églises de tous ces pays. Et quoi qu'il ait
été retranché dans celui de Paris, on n'a point laissé de continuer
non-seulement la vacance du Palais et du Châtelet, mais encore la
messe solennelle du jour (28 janvier) en diverses églises de Paris. La
fête semblait s'abolir peu à peu dans l'Université, qui le reconnaît
comme son fondateur, mais elle y fut rétablie sur la fin de l'an 1661.

    A. BAILLET, _Les Vies des Saints_, t. II (in-4º, 1739).


LOUIS LE PIEUX[344].

  817.

On voyait briller en lui des vertus sacrées qu'il serait trop long
d'énumerer. Il était d'une taille ordinaire; il avait les yeux grands
et brillants, le visage ouvert, le nez long et droit, des lèvres ni
trop épaisses ni trop minces, une poitrine vigoureuse, des épaules
larges, les bras robustes; aussi pour manier l'arc et lancer un
javelot personne ne pouvait-il lui être comparé. Ses mains étaient
longues, ses doigts bien conformés; il avait les jambes longues et
grêles pour leur longueur; il avait aussi les pieds longs, et la voix
mâle. Très-versé dans les langues grecque et latine, il comprenait
cependant le grec mieux qu'il ne le parlait. Quant au latin, il
pouvait le parler aussi bien que sa langue naturelle[345]. Il
connaissait très-bien le sens spirituel et moral des Écritures Saintes
ainsi que leur sens mystique. Il méprisait les poëtes profanes qu'il
avait appris dans sa jeunesse, et ne voulait ni les lire, ni les
entendre, ni les écouter. Il était d'une constitution vigoureuse,
agile, infatigable, lent à la colère, facile à la compassion. Toutes
les fois que, les jours ordinaires, il se rendait à l'église pour
prier, il fléchissait les genoux et touchait le pavé de son front; il
priait humblement et longtemps, quelquefois avec larmes. Toujours orné
de toutes les pieuses vertus, il était d'une générosité dont on
n'avait jamais ouï parler dans les livres anciens ni dans les temps
modernes, tellement qu'il donnait à ses fidèles serviteurs, et à titre
de possession perpétuelle, les domaines royaux qu'il tenait de son
aïeul et de son bisaïeul. Il fit dresser pour ces donations des
décrets qu'il confirma en y apposant son sceau et en les signant de sa
propre main. Il fit cela pendant longtemps. Il était sobre dans son
boire et son manger, simple dans ses vêtements; jamais on ne voyait
briller l'or sur ses habits, si ce n'est dans les fêtes solennelles,
selon l'usage de ses ancêtres. Dans ces jours, il ne portait qu'une
chemise et des hauts-de-chausses brodés en or, avec des franges d'or,
un baudrier et une épée tout brillants d'or, des bottes et un manteau
couverts d'or; enfin il avait sur la tête une couronne resplendissante
d'or, et tenait dans sa main un sceptre d'or. Jamais il ne riait aux
éclats, pas même lorsque, dans les fêtes et pour l'amusement du
peuple, les baladins, les bouffons, les mimes défilaient auprès de sa
table suivis de chanteurs et de joueurs d'instruments: alors le peuple
même, en sa présence, ne riait qu'avec mesure; et pour lui, il ne
montra jamais en riant ses dents blanches. Chaque jour avant ses repas
il faisait distribuer des aumônes. Au mois d'août, époque où les cerfs
sont le plus gras, il s'occupait à les chasser jusqu'à ce que le temps
des sangliers arrivât.

    THÉGAN, _Vie et actions de Louis le Pieux_, trad. de M. Guizot.

   Thégan, chorévêque (vicaire général) de Trèves, mort vers 845,
   était d'origine franque et noble; il était renommé pour sa beauté,
   ses vertus, sa science et son éloquence. Au milieu des dissensions
   du règne de Louis le Débonnaire, il fut toujours fidèle à
   l'empereur. Son histoire est assez bien faite, quoique abrégée, et
   s'étend de 813 à 835.

  [344] Les contemporains ont tous appelé Louis le Débonnaire Louis
  le Pieux.

  [345] Le tudesque.


BAPTÊME DE HÉROLD LE DANOIS[346].

  826.

Dès que tout est prêt pour la cérémonie sacrée, Louis et Hérold se
rendent dans le saint temple. César[347], par respect pour le
Seigneur, reçoit lui-même Hérold quand il sort de l'onde
régénératrice, et le revêt de sa propre main de vêtements blancs.
L'impératrice Judith, dans tout l'éclat de sa beauté[348], tire de la
source sacrée la reine, femme d'Hérold, et la couvre des habits de
chrétienne. Lothaire, déjà césar, fils de l'auguste Louis, aide de
même le fils d'Hérold à sortir des eaux baptismales; à leur exemple,
les grands de l'empire en font autant pour les hommes distingués de la
suite du roi danois, qu'ils habillent eux-mêmes, et la foule tire de
l'eau sainte beaucoup d'autres d'un moindre rang. O grand Louis!
quelle foule immense d'adorateurs tu gagnes au Seigneur! Quelle sainte
odeur s'émane d'une telle action et s'élève jusqu'au Christ? Ces
conquêtes, prince, que tu arraches à la gueule du loup dévorant, pour
les donner à Dieu, te seront comptées pour l'éternité.

  [346] Hérold, chef danois, fut baptisé dans l'église de
  Saint-Alban, à Mayence, avec sa femme et beaucoup de Danois.
  Louis le Débonnaire lui donna un comté dans la Frise. (_Vie de
  Louis le Débonnaire_ par L'Astronome.)

  [347] L'empereur.

  [348] L'empereur avait choisi entre toutes les filles des
  seigneurs de son empire, réunies de tous côtés, la belle Judith,
  fille du noble comte Guelfe. (Voy. L'Astronome.)

Hérold, couvert de vêtements blancs et le cœur régénéré, se rend sous
le toit éclatant de son illustre parrain. Le tout-puissant empereur le
comble alors des plus magnifiques présents que puisse produire la
terre des Franks. D'après ses ordres, Hérold revêt une chlamyde tissue
de pourpre écarlate et de pierres précieuses, autour de laquelle
circule une broderie d'or; il ceint l'épée fameuse que César lui-même
portait à son côté et qu'entourent des cercles d'or symétriquement
disposés; à chacun de ses bras sont attachées des chaînes d'or; des
courroies enrichies de pierres précieuses entourent ses cuisses; une
superbe couronne, ornement dû à son rang, couvre sa tête; des
brodequins d'or renferment ses pieds; sur ses larges épaules brillent
des vêtements d'or, et des gantelets blancs ornent ses mains. L'épouse
de ce prince reçoit de l'impératrice Judith des dons non moins dignes
de son rang et d'agréables parures. Elle passe une tunique entièrement
brodée d'or et de pierreries, et aussi riche qu'ont pu la fabriquer
tous les efforts de l'art de Minerve; un bandeau entouré de pierres
précieuses ceint sa tête; un large collier tombe sur son sein
naissant; un cercle d'or flexible et tordu entoure son cou; ses bras
sont serrés dans des bracelets tels que les portent les femmes; des
cercles minces et pliants, d'or et de pierres précieuses, couvrent ses
cuisses, et une cape d'or tombe sur ses épaules. Lothaire ne met pas
un empressement moins pieux à parer le fils d'Hérold de vêtements
enrichis d'or; le reste de la foule des Danois est également revêtu
d'habits franks, que leur distribue la religieuse munificence de
César.

Tout cependant est préparé pour les saintes cérémonies de la messe;
déjà le signal accoutumé appelle le peuple dans l'enceinte des murs
sacrés. Dans le chœur brille un clergé nombreux et revêtu de riches
ornements, et dans le magnifique sanctuaire tout respire un ordre
admirable. La foule des prêtres se distingue par sa fidélité aux
doctrines de Clément[349], et les pieux lévites se font remarquer par
leur tenue régulière. C'est Theuton qui dirige, avec son habileté
ordinaire, le chœur des chantres; c'est Adhalwit qui porte en main la
baguette, en frappe la foule des assistants et ouvre ainsi un passage
honorable à César, à ses grands, à sa femme et à ses enfants. Le
glorieux empereur, toujours empressé d'assister fréquemment aux saints
offices, se rend à l'entrée de la basilique en traversant de larges
salles de son palais resplendissant d'or et de pierreries
éblouissantes; il s'avance la joie sur le front, et s'appuie sur les
bras de ses fidèles serviteurs. Hilduin est à sa droite; Hélisachar le
soutient à gauche; et devant lui marche Gerung, qui porte le bâton,
marque de sa charge[350], et protége les pas du monarque, dont la tête
est ornée d'une couronne d'or. Par derrière viennent le pieux Lothaire
et Hérold, couverts d'une toge et parés des dons éclatants qu'ils ont
reçus. Charles, encore enfant, tout brillant d'or et de beauté,
précède, plein de gaieté, les pas de son père, et de ses pieds il
frappe fièrement le marbre. Cependant Judith, couverte des ornements
royaux, s'avance dans tout l'éclat d'une parure magnifique; deux des
grands jouissent du suprême honneur de l'escorter; ce sont Matfried et
Hugues; tous deux, la couronne en tête et vêtus d'habits tout
brillants d'or, accompagnent avec respect les pas de leur auguste
maîtresse. Derrière elle, et à peu de distance, vient enfin l'épouse
d'Hérold étalant avec plaisir les présents de la pieuse impératrice.
Après, on voit Friedgies[351] que suit une foule de disciples, tous
vêtus de blanc et distingués par leur science et leur foi. Au dernier
rang marche avec ordre le reste de la jeunesse danoise, parée des
habits qu'elle tient de la munificence de César.

  [349] Le pape saint Clément Ier, auquel on a attribué des
  ouvrages qui contiennent beaucoup de détails sur les devoirs des
  prêtres. (Dom Bouquet.)

Aussitôt que l'empereur, après cette marche solennelle, est arrivé à
l'église, il adresse, suivant sa coutume, ses vœux au Seigneur;
sur-le-champ, le clairon de Theuton fait entendre le son clair qui
sert de signal, et au même instant les clercs et tout le chœur lui
répondent et entonnent le chant. Hérold, sa femme, ses enfants, ses
compagnons contemplent avec étonnement le dôme immense de la maison de
Dieu, et n'admirent pas moins le clergé, l'intérieur du temple, les
prêtres et la pompe du service religieux. Ce qui les frappe plus
encore, ce sont les immenses richesses de notre roi, à l'ordre duquel
semble se réunir ce que la terre produit de plus précieux. «Eh bien,
illustre Hérold, dis, je t'en conjure, ce que tu préfères maintenant,
ou de la foi de notre monarque, ou de tes misérables idoles. Jette
donc dans les flammes tous ces dieux faits d'or et d'argent; c'est
ainsi que tu assureras à toi et aux tiens une éternelle gloire. Si
dans ces statues il s'en trouve de fer, dont on puisse se servir pour
cultiver les champs, ordonne qu'on en fabrique des socs, et en ouvrant
le sein de la terre elles te seront plus utiles que de telles
divinités avec toute leur puissance...»

  [350] Celle de portier en chef du palais.

  [351] Chancelier de l'empereur et abbé de Saint-Martin de Tours.

Cependant on préparait avec soin d'immenses provisions, des mets
divers et des vins de toutes les espèces pour le maître du monde. D'un
côté, Pierre, le chef des pannetiers, de l'autre, Gunton, qui préside
aux cuisines, ne perdent pas un instant à faire disposer les tables
avec l'ordre et le luxe accoutumés. Sur des toisons, dont la blancheur
le dispute à la neige, on étend des nappes blanches, et les mets sont
dressés dans des plats de marbre. Pierre distribue, comme le veut sa
charge, les dons de Cérès, et Gunton sert les viandes. Entre chaque
plat sont placés des vases d'or; le jeune et actif Othon commande aux
échansons et fait préparer les doux présents de Bacchus.

Dès que les cérémonies du culte respectueux adressé au Très-Haut sont
terminées, César, tout brillant d'or, se dispose à reprendre le chemin
qu'il a suivi pour se rendre au temple. Son épouse, ses enfants, et
tout son cortége, couverts de vêtements resplendissants d'or, et enfin
les clercs habillés de blanc, imitent son exemple, et le pieux
monarque se rend d'un pas grave à son palais, où l'attend un festin
préparé avec un soin digne du chef de l'empire. Radieux, il se place
sur un lit[352]; par son ordre, la belle Judith se met à ses côtés,
après avoir embrassé ses augustes genoux; le césar Lothaire et Hérold,
l'hôte royal, s'étendent de leur côté sur un même lit, comme l'a voulu
Louis. Les Danois admirent la prodigalité des mets et tout ce qui
compose le service de la table, le nombre des officiers, ainsi que la
beauté des enfants qui servent César. Ce jour, si heureux à juste
titre pour les Franks et les Danois régénérés par le baptême, sera
pour eux dans la suite l'objet de fêtes qui en rappelleront la
mémoire.

  [352] L'usage des Romains de manger couchés sur des lits était
  encore conservé.

Le lendemain, à la naissance de l'aurore, dès que les astres quittent
le ciel et que le soleil commence à réchauffer la terre, César
s'apprête à partir pour la chasse avec ses Franks, dont cet exercice
est le plaisir habituel, et il ordonne qu'Hérold l'accompagne. Non
loin du palais est une île que le Rhin environne de ses eaux
profondes, où croît une herbe toujours verte et que couvre une sombre
forêt. Des bêtes fauves, nombreuses et diverses, la remplissent, et
leur troupe, dont rien ne trouble le repos, trouve dans les vastes
bois un asile paisible. Des bandes de chasseurs et d'innombrables
meutes de chiens se répandent çà et là dans cette île. Louis monte un
coursier qui foule la plaine sous ses pas rapides, et Witon, le
carquois sur l'épaule, l'accompagne à cheval. De toutes parts se
pressent des flots de jeunes gens et d'enfants, au milieu desquels se
fait remarquer Lothaire, porté par un agile coursier. Hérold, l'hôte
de l'empereur, et ses Danois accourent aussi pleins de joie pour
contempler ce beau spectacle; la superbe Judith, la pieuse épouse de
César, parée et coiffée magnifiquement, monte un noble palefroi; les
premiers de l'État et la foule des grands précèdent ou suivent leur
maîtresse, par égard pour leur religieux monarque. Déjà toute la forêt
retentit des aboiements redoublés des chiens; ici les cris des hommes,
là les sons répétés du clairon frappent les airs; les bêtes fauves
s'élancent hors de leurs antres, les daims fuient vers les endroits
les plus sauvages; mais ni la fuite ne peut les sauver ni les taillis
ne leur offrent d'asiles sûrs. Le faon tombe au milieu des cerfs armés
de bois majestueux; et le sanglier aux larges défenses roule dans la
poussière percé par le javelot. César, animé par la joie, donne
lui-même la mort à un grand nombre d'animaux qu'il frappe de ses
propres mains. L'ardent Lothaire, dans la fleur et la force de la
jeunesse, fait tomber plusieurs ours sous ses coups; le reste des
chasseurs tue çà et là, à travers les prairies, une foule de bêtes
fauves de toutes espèces.

Tout à coup une jeune biche, que la meute des chiens poursuit avec
chaleur, traverse en fuyant le plus épais de la forêt, et bondit au
milieu d'un bouquet de saules; là s'étaient arrêtés la troupe des
grands, Judith, l'épouse de César, et le jeune Charles, encore enfant.
L'animal passe avec la rapidité de l'éclair, tout son espoir est dans
la vitesse de ses pieds: s'il ne trouve son salut dans la fuite, il
périt. Le jeune Charles l'aperçoit, veut le poursuivre à l'exemple de
ses parents, demande un cheval avec d'instantes prières, presse
vivement pour qu'on lui donne des armes, un carquois et des flèches
légères, et brûle de voler sur les traces de la biche, comme son père
a coutume de le faire. Mais vainement il redouble ses ardentes
sollicitations; sa charmante mère lui défend de la quitter, et refuse
à ses vœux la permission de s'éloigner. Sa volonté s'irrite, et si le
maître aux soins duquel il est confié et sa mère ne le retenaient, le
royal enfant n'hésiterait pas à suivre la chasse à pied. Cependant
d'autres jeunes gens volent, atteignent la biche dans sa fuite, et la
ramènent au petit prince sans qu'elle ait reçu aucune blessure; lui,
alors, prend des armes proportionnées à la faiblesse de son âge et en
frappe la croupe tremblante de l'animal; toutes les grâces de
l'enfance se réunissent et brillent dans le jeune Charles, et leur
éclat emprunte un nouveau lustre de la vertu de son père et du nom de
son aïeul. Tel autrefois Apollon, quand il gravissait les sommets des
montagnes de Délos, remplissait d'une orgueilleuse joie le cœur de sa
mère Latone.

Déjà César, son auguste père, et les jeunes chasseurs chargés de
gibier se disposaient à retourner au palais. Cependant la prévoyante
Judith a fait construire et couvrir dans le milieu de la forêt une
salle de verdure; des branches d'osier et de buis dépouillées de leurs
feuilles en forment l'enceinte, et des toiles la recouvrent.
L'impératrice elle-même prépare sur le vert gazon un siége pour le
religieux monarque, et fait apporter tout ce qui peut assouvir la
faim. Après avoir lavé ses mains dans l'eau, César et sa belle
compagne s'étendent ensemble sur un lit d'or, et, par l'ordre de cet
excellent roi, le beau Lothaire et leur hôte chéri, Hérold, prennent
place à la même table; le reste de la jeunesse s'assoit sur l'herbe
qui couvre la terre, et repose ses membres fatigués sous l'ombrage de
la forêt. On apporte, après les avoir fait rôtir, les entrailles
chargées de graisse des animaux tués à la chasse, et la venaison se
mêle aux mets apprêtés pour César. La faim satisfaite disparaît
bientôt. On vide les coupes; et la soif à son tour est chassée par
une agréable liqueur; un vin généreux répand la gaieté dans toutes ces
âmes courageuses, et chacun regagne d'un pas plus hardi le toit
impérial.

  ERMOLD LE NOIR, _Faits et Gestes de Louis le Pieux_, chant IV,
    traduction de M. Guizot[353].

   Ce poëme a été composé vers 826. On ne sait rien sur son auteur.

  [353] M. Guizot a publié, de 1823 à 1827, en 29 volumes in-8º,
  une collection des mémoires relatifs à l'histoire de France.
  Cette collection se compose de traductions des principales
  chroniques et histoires écrites en latin, depuis Grégoire de
  Tours jusqu'au treizième siècle.


FIN.



TABLE DES MATIÈRES


      LA GAULE.

                                                                Pages.

    Les peuples de l'ancienne Gaule. (_César._)                      1

    Description de la Gaule, sous Auguste. (_Strabon._)              2

    Mœurs et usages des Gaulois. (_César._)                         4

    Même sujet. (_Strabon._)                                         9

    Même sujet. (_Diodore de Sicile._)                              14

    Les Gaulois en Italie, 587 à 222 avant J.-C. (_Polybe._)        19

    Prise de Rome par les Gaulois, 390 avant J.-C.
      (_Tite-Live._)                                                38

    Ambassade des Gaulois à Alexandre. (_Strabon._)                 63

    Même sujet. (_Appien._)                                        _ib._

    Conquêtes des Gaulois dans la Germanie. (_César._)              64

    Les Gaulois en Espagne. (_Diodore de Sicile._)                  65

    Invasion des Gaulois en Macédoine et en Grèce.
      (_Justin._)                                                   66

    Les Gaulois en Asie Mineure. (_Justin._)                        73

    Retour d'une partie des Gaulois dans la Gaule.
      (_Justin._)                                                  _ib._

    Les Romains soumettent les Gallo-Grecs. (_Tite-Live._)          74

    Richesses de Luern, roi des Arvernes. (_Athénée._)              93

    Les Romains commencent à s'établir dans la Gaule.
      (_Rollin._)                                                   94

    Portrait de César. (_Suétone._)                                 99

    César. (_Michelet._)                                           111

    César dans les Gaules. (_Suétone._)                            _ib._

    La guerre des Gaules. (_Napoléon._)                            113

    Arioviste battu par César. (_Napoléon._)                       117

    Guerre des Belges. Combat sur l'Aisne. Défaite des Belges
      du Hainaut. Bataille sur la Sambre. (_Napoléon._)            118

    Guerre contre les Vénètes. (_Napoléon._)                       122

    Vercingétorix. (_César._)                                      123

    Siége de Bourges. (_César._)                                   125

    Bataille de Gergovie. (_Plutarque._)                           135

    Bataille d'Alise. (_César._)                                   136

    Vercingétorix se rend à César. (_Plutarque._)                  143

    Même sujet. (_Dion Cassius._)                                  _ib._

    Conquête de la Gaule par César. (_Marc-Antoine._)              144

    De la civilisation gauloise avant la conquête romaine.
      (_Ch. Giraud._)                                              145

    La république de Marseille. (_Strabon._)                       155


      LA GAULE ROMAINE.

    Révolte de Sacrovir. (_Tacite._)                               159

    Folies de Caligula dans les Gaules. (_Suétone._)               164

    Première persécution des chrétiens dans la Gaule.
      (_Eusèbe._)                                                  168

    Cantilène dans laquelle se trouve la première mention du
      nom des Franks                                               178

    Saint Denis. (_Baillet_ et _Le Nain de Tillemont_.)            179

    Les Bagaudes, 285. (_Pétigny._)                                183

    Saint Martin. (_Richard._)                                     192

    Paris en 358. (_Chateaubriand_ et _Julien_.)                   196

    Gouvernement de Julien. (_Ammien-Marcellin._)                  198

    Tyrannie de l'administration romaine. (_Michelet._)            199

    Impôts et exactions. Les Bagaudes. Le Patrociniat.
      (_Salvien._)                                                 207

    Mœurs des Gallo-Romains. (_Salvien._)                         218

    Les Tyrans. Le Patrociniat. Origines de la féodalité.
      (_Lehuërou._)                                                223

    De la race celtique. (_Michelet._)                             228


      LES BARBARES.

    Mœurs des barbares. (_Chateaubriand._)                        231

    Invasion de la Gaule par les Alains, les Vandales et les
      Suèves. (_Le Beau._)                                         275

    Établissement des Alemans et des Burgondes dans la Gaule.
    (_Le Beau._)                                                   278

    Conquêtes des Wisigoths dans la Gaule. (_Le Beau._)            279

    Pharamond. (_Saint-Martin._)                                   282

    Clodion battu par Aétius. (_Sidoine Apollinaire._)             285

    Les Huns et les Alains. (_Ammien-Marcellin._)                  287

    Les Huns. (_Jornandès._)                                       292

    Portrait d'Attila. (_Jornandès._)                              294

    Invasion d'Attila en Gaule. (_Le Beau_ et _Jornandès_.)        295

    Saint Aignan. (_Grégoire de Tours._)                           311

    Sainte Geneviève. (_Richard._)                                 312

    Résistance de l'Arvernie contre les Wisigoths, 471-475.
      (_Fauriel._)                                                 316

    Euric, roi des Wisigoths. (_Fauriel._)                         327

    La cour du roi Euric à Bordeaux. (_Sidoine Apollinaire._)      329

    Conduite du clergé envers les conquérants germains.
      (_Fauriel._)                                                 331


      LES FRANKS.

    Lettre de saint Remi à Clovis                                  338

    Clovis. (_Grégoire de Tours._)                                 340

    Lettre du pape Anastase à Clovis                               355

    Lettre d'Avitus à Clovis                                       356

    Clovis soumet les Gallo-Romains indépendants. (_Pétigny._)     357

    Mariage de Clovis. (_Pétigny._)                                364

    La sainte Ampoule. (_Frodoard._)                               370

    Lettre de saint Remi à Clovis                                  372

    La loi salique                                                 373

    Meurtre des fils de Clodomir, 533. (_Grégoire de Tours._)      380

    Brunehaut et Galsuinthe, 566. (_Grégoire de Tours._)           383

    Comment le roi Chilpéric dota sa fille Rigonthe.
      (_Grégoire de Tours._)                                       385

    Les rois fainéants. (_Éginhard._)                              387

    Les maires du palais. (_Chateaubriand._)                       389

    Invasion des Arabes. Bataille de Poitiers. (_Fauriel._)        390

    Vie intérieure et habitudes domestiques de Charlemagne.
      (_Éginhard._)                                                400

    Guerre contre les Saxons. (_Éginhard._)                        413

    Guerre contre les Avares. (_Éginhard._)                        415

    Charlemagne prend Pavie. (_Le Moine de Saint-Gall._)           416

    Bataille de Roncevaux. (_Éginhard._)                           420

    La bataille de Roncevaux et la mort de Roland. (_Théroulde._)  423

    La grande taille de Roland. (_Thomas Leodius._)                451

    Le chant d'Altabiçar                                           453

    Les capitulaires de Charlemagne. (_Chateaubriand._)            455

    Canonisation et culte de Charlemagne. (_Baillet._)             458

    Louis le Pieux. (_Thégan._)                                    459

    Baptême de Hérold le Danois. (_Ermold le Noir._)               461


FIN DE LA TABLE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Histoire de France racontée par les Contemporains (Tome 1/4) - Extraits des Chroniques, des Mémoires et des Documents - originaux, avec des sommaires et des résumés chronologiques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home