Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques et Littéraires (1 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (1 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  VARIÉTÉS

  HISTORIQUES

  ET LITTÉRAIRES,


  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER


  TOME I



  A PARIS
  Chez P. JANNET, Libraire

  MDCCCLV



PRÉFACE.


Jusqu'à ces derniers temps, pour les études d'histoire et de
littérature, l'on ne s'étoit guère adressé qu'aux ouvrages traitant
_in extenso_ de la question historique ou littéraire dont on étoit
curieux; on n'alloit d'ordinaire qu'aux renseignements consacrés, aux
sources connues et en évidence, c'est-à-dire aux gros livres, qui ne
répondoient pas toujours; l'on paroissoit à peine, se douter que, tout
près de ces documents pour ainsi dire épuisés par l'usage, auprès de
ces volumes muets, ou ne parlant que pour se répéter, il se trouvoit
de simples livrets, de minces plaquettes, tout remplis des faits omis
par les grands livres, d'autant plus intéressants, la plupart, qu'ils
étoient plus inconnus, et que l'ignorance où l'on étoit même de leur
titre leur avoit laissé, après deux ou trois siècles, tout le piquant
de la nouveauté.

Le goût des livres rares, qui s'est si bien développé pendant toute
la première moitié de ce siècle, a fait retrouver un très grand nombre
des pièces dont nous parlons, et a fait assigner à chacune son prix
vénal. Ce n'étoit pas assez: il ne suffisoit pas que ces livrets
curieux eussent été trouvés pour le bibliophile; il falloit aussi
qu'ils fussent acquis pour l'écrivain préoccupé des curiosités de
toutes les histoires, de toutes les littératures; il ne falloit pas
seulement qu'ils eussent un prix dans les ventes par devant le
commissaire-priseur, il étoit bon qu'ils retrouvassent aussi leur
valeur réelle devant l'amateur qui, pour se consoler de ne pas
posséder, veut au moins pouvoir lire et travailler.

Leur rareté a fait le prix vénal de ces pièces; la publicité doit
montrer leur prix historique, leur valeur littéraire, et ainsi leur
réhabilitation ressortira de deux contraires. Voilà ce que nous nous
sommes dit, voilà ce qui nous a guidé dans la recherche de celles dont
ce volume commence le recueil.

Nous nous adressons à toutes les classes de lecteurs curieux et
travailleurs; nous voulons apporter à chacun, quelle que soit la
préoccupation de ses études, notre lot de connoissances nouvelles et
de documents inattendus; c'est pour cela qu'au lieu de suivre un ordre
quelconque, qui nous eût, fatalement rendu exclusif, et nous eût
forcé, dès l'abord, de démentir notre titre, nous nous sommes imposé
le désordre qu'on remarquera dans ce premier volume, comme dans les
suivants, et qui nous permettra, grâce à son sans-gêne et à son mépris
des transitions, de satisfaire ensemble et l'une après l'autre toutes
les curiosités.

L'immense période comprise entre la seconde partie du XVIe siècle et
la Révolution, tel est l'espace que nous nous promettons d'explorer,
dans tout ce qu'il a d'intéressant au point de vue des faits de
l'histoire ou des oeuvres de l'esprit.

       *       *       *       *       *


     _Ensuit une remonstrance touchant la garde de la librairie du
     roy, addressée à toutes personnes qui ayment les lettres, par
     Jean Gosselin, garde d'icelle librairie[1]._

     [Note 1: Jean Gosselin succéda à Mathieu LaBssie comme garde de
     la bibliothèque du Roi à Fontainebleau. (_Discours sur l'histoire
     de la bibliothèque du Roi_, en tête du 1er volume du catalogue
     imprimé, p. 16.)]


Vous, Messeigneurs, et autres personnes qui avez cest honneur d'aimer
les lettres et ceux qui les traittent, je, Jean Gosselin, garde de la
librairie royale, vous prie d'entendre le brief discours qui ensuit:

Il y a trente-quatre ans et plus que j'ay la charge de garder la
librairie du roy, qui est un des plus beaux thresors de ce royaume,
durant lequel temps je l'ay gardée plusieurs années dedans le chasteau
de Fontainebleau, et puis, par le commandement du roy Charles IX[2],
je la feis apporter en ceste ville de Paris; et combien que, depuis le
temps que j'ay la charge de garder la dicte librairie, les sciences et
lettres ayent eu beaucoup de traverses et adversitez, si est-ce que
Dieu m'a faict la grace d'avoir fidellement gardé icelle librairie, et
d'avoir empesché plusieurs fois qu'elle n'ayt esté dissipée ou ruynée,
et signamment depuis le commencement des derniers troubles, que
quelques uns des supposts de la ligue ont voulu s'ingérer d'entrer en
icelle, souz couleur d'y vouloir donner ordre selon leur façon,
lesquels j'ay empesché, par la grace de Dieu et par l'ayde de
Messeigneurs et amis, et, voyant que je ne pourois plus résister
contre la force de tels supposts, estimant aussi qu'ils auroient plus
de hardiesse d'entrer en la dicte librairie en ma présence, me
contraignant, par emprisonnement de ma personne, leur en faire
ouverture, qu'ils n'auroient pas en mon absence, j'ay très bien fermé
la porte d'icelle librairie, avec une bonne serrure et un bon cadenat,
et par dedans avec une forte barre, et me suis absenté de ceste ville
de Paris deux mois devant qu'elle ait esté assiégée, et me suis retiré
à Saint-Denis, où estoit Sa Majesté, et par après me suis refugié en
la ville de Meleun, qui estoit en l'obéissance du roy, là où j'ay été
jusques à la dernière trève, durant laquelle le président de Nully,
qui pour lors avoit moult d'autorité en ceste ville de Paris, meu
d'une particulière affection, s'est adressé à la dicte librairie, a
fait crocheter la serrure et le cadenat dont la porte d'icelle estoit
fermée; et ne pouvant ouvrir icelle porte, à cause qu'elle estoit
fermée par derrière avec une forte barre, il a fait rompre la
muraille afin d'ouvrir la dicte porte, est entré en icelle librairie
avec telle compagnie qu'il luy a pleu[3], et y est allé plusieurs
fois avec ses gens, qu'on a veu s'en aller avecques luy portans
d'assez gros pacquets soubs leurs manteaux, et a possédé la dicte
librairie, ainsi qu'il a voulu, jusques au temps que ceste ville a
esté réduite en l'obéissance du roy, et que Sa Majesté luy a mandé de
me rendre les clefs d'icelle librairie, et remettre en la dite
librairie les livres d'icelle si aucuns en avoit pris, et ledit
président m'a seulement rendu les clefs, disant qu'il n'avoit pris
aucune chose dedans la dite librairie. Je n'en veux pas parler plus
avant; mais je reviens à mon propos, à moy plus nécessaire: c'est que
vous, messeigneurs et autres personnes qui aymez les lettres et ceux
qui les traictent, je vous supplie d'entendre l'estat calamiteux
auquel m'ont réduit les supposts de la ligue. Aucuns de ceux qui
estoient en ceste ville de Paris, très mal affectionnez envers les
serviteurs du roy, estant advertis que je m'estois retiré en ville qui
estoit en l'obéissance du roy, viennent en mon logis, auprès de
Sainct-Nicolas-des-Champs, où j'avois laissé feu ma femme, et
ravissent tout mon bien, tellement qu'il ne me demeure rien, et s'ils
m'eussent trouvé, ils ne m'eussent pas laissé derrière. Voylà comment
les dits supposts de la ligue m'ont reduit en fort grande nécessité.
Mais Sa Majesté, pleine de bonté, ayant entendu les fidelles services
que j'ay faits par le passé, et que je faits encores de présent, et
aussi la grande nécessité où j'ay esté et suis encores maintenant, a
ordonné et commandé très expressement (mesmement par l'advis de son
conseil) à maistre Balthasar Gobelin, thresorier de l'espargne, qu'il
ait à me payer comptant, des plus clairs deniers de sa charge, la
somme de seize cens soixante six escus, à moy deue pour plusieurs
années de mes gaiges, et pour deniers par moy desboursez pour
l'entretenement de la dite librairie, de laquelle il y a mandement
deuement expédié, dont la copie ensuit par cy après.

[Note 2: Cette déclaration si positive de Jean Gosselin rétablit un
fait altéré dans le _Discours_ cité tout-à-l'heure. Il devient
constant que ce ne fut pas sous Henri IV, en 1595, comme les auteurs
de cette notice, d'ailleurs excellente, l'ont avancé, mais long-temps
auparavant, sous Charles IX, que la bibliothèque fut transférée de
Fontainebleau à Paris.]

[Note 3: Jean Gosselin a fait ailleurs une autre constatation de cet
acte de violence et des pillages qui en furent la conséquence. Entre
autres choses précieuses, un manuscrit françois, _Marguerites
historiales_ de Jean Massuë, avoit été distrait de la bibliothèque. Il
y fut réintégré après les troubles, mais un cahier y manquoit. J.
Gosselin, qui étoit encore _garde de la librairie_, afin de renvoyer à
qui de droit la responsabilité de cette mutilation, écrivit cette note
sur le côté intérieur de la couverture du manuscrit: «Mémoire que le
président de Nully, durant la ligue et durant la trève, s'est saisi de
la librairie, laquelle il a possédée jusqu'à la fin du moys de mars,
en MDXCIV, qui sont six mois, pendant lequel temps on a coupé ou
emporté le premier cahier du présent livre, auquel cahier estoient
contenues choses remarquables. _Item_, durant le temps susdit, ont
esté emportez de cette dite librairie plusieurs livres dont le
commissaire Chenault feist enqueste bientôt après que le dit président
eut rendu cette librairie. Signé Gosselin, _ita est_.» Dans le
_Discours_ qui sert d'introduction au catalogue (p. 17), cette
curieuse note est citée, puis il est dit après: «Ce garde (Jean
Gosselin) parle ensuite des tentatives que Guillaume Rose, evesque de
Senlis, et Pegenac, docteur de Sorbonne, fameux ligueurs, firent dans
un autre temps pour envahir la Bibliothèque royale; et il a adjouté
qu'ils en furent toujours empeschez par le président Brisson, à la
requête et à la sollicitation de lui Gosselin.» Cette circonstance,
comme le remarquent les auteurs du _Discours_, est en contradiction
avec ce qu'assure Joseph Scaliger dans ses _Lettres_ (lib. I, epist.
63). A l'entendre, Barnabé Brisson «ayant eu chez lui un bon nombre
des livres du Roi, sa veuve les vendit presque rien.» Il faut sans
doute être moins rigoureux que Scaliger, et ne pas faire un crime de
ces simples emprunts au malheureux président, qui ne fut que trop
empêché pour rendre ce qu'il avait emprunté; mais il faut regretter la
perte qui en résulta pour la bibliothèque, et qui ne fut que trop
réelle. Parmi les livres qui ne reparurent plus se trouvait l'un des
deux seuls exemplaires échappés à l'auto-da-fé que le numismatiste
Hautin avoit fait de son _Traité des Médailles_. Gardant l'un pour
lui, il avait donné l'autre à la bibliothèque du Roi: «Il en fut tiré,
avec quelques autres, par M. Brisson, qui, les ayant portez chez lui,
selon sa coutume, pour les examiner plus à loisir, et dans le dessein
de les remettre à leur rang, fut prévenu de la mort, ayant péri
malheureusement dans les désordres de la ligue. Sa veuve, qui trouva
ce livre parmi ceux de son mari, sans démêler s'il étoit de la
Bibliothèque royale ou non, le vendit avec les autres.» (_Essais de
littérature pour la connoissance des livres, etc._) La Haye, 1703,
in-12, p. 15.--Les Sainte-Marthe ont aussi parlé des pertes faites
alors par la bibliothèque. Le père en fait mention dans l'un de ses
opuscules, le fils dans un _Discours_ au Roi sur la bibliothèque de
Fontainebleau. Le Prince, dans son essai historique sur la
_Bibliothèque du Roi_, ne fait que reproduire à ce sujet ce qu'il a
trouvé dans le _Discours_ préliminaire; il ajoute, toutefois, dans une
longue note, que parmi les livres disparus se trouvoit le manuscrit
des _Statuts et livre armorial des escripts et blasons des armes des
chevaliers et commandeurs de l'ordre et milice du Saint-Esprit,
institué par Henri III en 1578_, manuscrit magnifique qui, plus tard,
passa de chez Gaignat dans la bibliothèque du duc de la Vallière.]

Et d'autant que monsieur le thresorier ne m'en veult pas faire la
raison, la nécessité me contraint de supplier humblement vous autres,
Messeigneurs et autres personnes honorables qui aymez les lettres,
qu'il plaise à chacun de vous (quand l'occasion se présentera) de
remonstrer et persuader audit thrésorier qu'il acquerroit honneur,
avec la grace de Dieu et des hommes, en faisant plaisir (suyvant le
bon vouloir du roy) aux personnes qui traictent les lettres, font
service au roy et au publiq, et spécialement en me payant ce qui m'est
deu et ordonné par sa dicte Majesté, afin que m'acquite envers les
gens de bien qui m'ont presté argent durant le mauvais temps qui a
couru, et aussi que j'aye moien d'avoir du pain et des habilements en
l'aage où je suis: car autrement (à mon très grand regret) je seray
contrainct, après que j'ay servy fidellement quatre grands roys, par
l'espace de trente-quatre ans, de mendier et demander l'aumosne (avec
grande honte) à toutes personnes que je cognoistray aymer les lettres,
plus tost que de mourir de faim en languissant.

       *       *       *       *       *


     _Ensuit la copie du mandement par lequel le Roy mande très
     expressément à maistre Balthasar Gobelin, thresorier de
     l'Espargne, qu'il paye à Jean Gosselin, garde de la librairie
     royale, les gages qui lui sont deuz et les deniers qu'il a
     desboursez pour l'entretenement de la dicte librairie._


Henry, par la grace de Dieu, roy de France et de Navarre, à notre amé
et feal conseiller et tresorier de nostre espargne maistre Balthasar
Gobelin, salut. Nous vous avons mandé par nos lettres patentes du
diseptième jour d'octobre dernier de payer à nostre bien aimé Jean
Gosselin, garde de nostre librairie, la somme de seze cens soixante
six escus deux tiers, à luy deue pour les causes et comme il est porté
par nos dictes lettres, ausquelles, ainsi qu'il nous a fait humblement
remonstrer, vous faictes difficulté de satisfaire, à cause des
reglemens par nous nagueires faits en nostre conseil sur le faict de
nos finances, nous suppliant très humblement, attendu que c'est chose
deue pour ses gaiges et remboursement des frais par luy avancez pour
la conservation et entretenement de notre dicte librairie, luy vouloir
sur ce subvenir, pour ce est-il que ayant esgard aux longs et fidelles
services que le dit Gosselin nous a faits, et aux feus roys nos
predecesseurs, en quoi il a reçeu de grandes pertes en ses biens, et
desirants luy donner moyen de vivre le reste de ses jours, nous
voulons et nous vous mandons très expressement par ces presentes que,
sans vous arrester ny avoir aucun egard aux dicts reglements, vous
ayez, des plus clers deniers de vostre charge, à payer, bailler et
délivrer comptant à iceluy Gosselin, la dicte somme de seize cents
soixante six escus deux tiers, selon et tout ainsi qu'il vous est
mandé faire par nos dictes lettres cy attachées sous nostre
contreseel, sans qu'il luy soit besoing de plus en venir à plainte à
nous, nonobstant lesdicts réglements et deffences au contraire, de la
rigueur desquelles nous l'avons excepté et reservé, exceptons et
reservons, et vous en avons dechargé et dechargeons par ces dictes
presentes, signées de notre main, car tel est nostre plaisir. Donné à
Paris, le quatrième jour de mars l'an de grace mil cinq cens quatre
vings quinze, et de nostre règne le sixième.

Ainsi signé: HENRY, et plus bas: Par le roy, POTTIER; et scellé sur
simple queüe en cire jaune, et au dos est écrit ce qui s'en suit:
Enregistré au contrerolle général des finances, par moy, soubzsigné, à
Paris, le septième mars mil cinq cens quatre vings quinze.

                                                _Signé_: DE SALDAIGNE.

Ceux qui embrassent Pluton et le préfèrent aux thresors de Palas vont
estre mal contents de la petite remonstrance, à cause de quoy je suys
iniquement traicté touchant cest affaire.

  _Ventus en est vita mea._

       *       *       *       *       *


     _Le Diogène françois[4], ou les facetieux discours du vray
     anti-dotour comique blaisois. Jouxte la coppie imprimée à Limoge,
     par Guillaume Bureau, imprimeur et libraire, près l'église
     Sainct-Michel._

       M. DC. XVII.

         In-8.

     [Note 4: Il ne faut pas confondre ce livret avec un autre paru
     sous le même titre en 1615, réimprimé dans l'un des volumes du
     recueil A. Z, et le même dont Malherbe écrivoit à Peiresc, le 13
     février 1615: «Il s'est fait un _Diogène françois_, mais ridicule
     et impertinent; et, hormis trois ou quatre mots où il contrefait
     le baragouin d'un certain homme et bouffonne sur la physionomie
     d'un autre, je n'en donnerois pas un clou à soufflet.»]


AUX LECTEURS.

_Les subjects trop serieux se convertissent le plus souvent en un
ennuy qui nous rend paresseux à la lecture; par divertissement, et
pour les heures moings occupées, j'ay fagoté ce paradoxe facetieux,
pour servir d'apozeme cordial aux esprits melancholiques et moins
curieux. Les matières graves temperées par la consolation de quelque
gaillardise ne sont que plus agreables, de mesme que le printemps plus
récréatif par les froidures d'un importun hyver. Il vaut mieux rire
franchement et avecques ses amis, et sans crainte, que faire la
chattemitte et estre du nombre de ceux_ qui furtim coëunt et sua furta
regunt.

       *       *       *       *       *

A CE LIVRET.

  Passe, tu es assez fort,
  Ton humeur est ta conduite,
  L'on ne te peut faire tort,
  Tes ennemys sont en fuite.

       *       *       *       *       *

PARADOXE

SUR LES CHOSES PETITES.

_Parvi parva decent_, à petit mercier petit pannier. Voyons d'où vient
la cause efficiente de ceste matiere. Hier justement à deux heures et
demye deux minutes, et un moment après midy, estant au jour d'une
vieille fenestre casuellement trivialle, appuyé comme un Astrophile,
j'entendy deux grosses chambrières grasses, grosses et rebondies, dont
l'une complaignante disoit: Hélas! qu'il m'ennuye en ceste ville! Les
hommes y sont si petits qu'il n'y a ny sel ny saulce. Comment! lui
respondit sa camarade; il en arrive tous les jours de si grands, de si
gros et de si longs à votre logis, que n'en prenez-vous quelqu'un
pour le prix de vostre argent? Sur ce discours, la ratelle s'esmeut
de telle sorte, que je fus sur l'après de passer le pas, comme celuy
qui mourut à force de rire voyant un âne qui mangeoit des figues sur
sa table. Cela fut cause que tout aussitôt je mis la main à la plume,
et qu'à chapeau relevé je resoluz de rembarrer cette insatiable
caqueterie, et qu'en despit de sa langue jasarde, je decrete la
manutation, le support et protection des choses petites, que je
concluds, di-je, à sourcil refrongé, de les mettre en lustres et
frontispice.

_Primo._ Est-il rien plus petit que l'amour? plus poupin que l'amour?
plus mignard que l'amour? plus abrégé que l'amour? C'est luy toutefois
qui premier fendit le chaos, et qui premier mit la réunion entre les
choses confuses: voyez, de grace, les forces, la vertu et l'energie de
ce petit babouin d'amour! Aussi dit-on: _Omnia vincit amor_.

_Secundo._ Lors qu'une beauté veut emprisonner quelque amoureux
trancy, par où fait-elle sa capture? Par les yeux, la partie la plus
delicatte de ceste masse de chair: c'est pourquoy Ovide tient que
_oculi sunt in amore duces_. Tous les philosophes assemblez, voulant
signifier ce que c'estoit que de l'homme, l'ont appelé microcosme,
_tanquam parvus mundus_; l'ont, dis-je, deffini par ce mot de _petit
monde_, pour notifier que les choses petites ont je ne sçay quoy de
plus que les grandes, _et igitur aures arigite, admiranda canam_. Il
est certain qu'Apulée, ayant mangé un petit bouton de rose, laissa sa
forme asinaire et reprit sa premiere. Un bon orateur se recognoist
lors qu'il parle en peu de mots, succinctement et laconiquement, au
contraire de nos procureurs, chicaneurs, appariteurs et garde-nottes,
qui estendent et pourfillent le miserable cahyer, pour faire valoir
leurs escritures. _Juxta illud odor lucri bonus est ex re qualibet_,
que quelque maleficié et morfondu presente une pistole à son medecin
pour son ordonnance, jaçoit qu'elle soit petite et rongnée contre la
reigle _hic et hac et hoc nimis_, au diable s'il en fait refus: _donum
quodcumque sumendum_. Voylà, voilà: les maximes _d'accipe, sume,
cape_, sont cejourd'huy si ressentes et familières, qu'on est
contrainct d'avouer à monsieur le bachelier, pour la peine de ces
recipez, _materiam non formam_, si mieux il ne vouloit recevoir du
febricitant _stercus aureum_ en champ de gueule.

N'en déplaise à messieurs nos courtisans, ils ayment aussi les choses
petites, le chapeau petit, la barbe petite en queue de canard, le
petit manteau à la clisterique[5], la petite espée, et, foy de Platon,
le plus souvent la bourse si petite, qu'il ne se trouve rien dedans,
suivant ces mots: A demain, je n'ay point de monnoye, les pistoles me
font ombre. Que feroit-on là? Il faut confesser qu'aujourd'huy
_vanitas vanitatum et omnia vanitas_. Leurs lettres amoureuses
s'appellent poulets, _in diminutivo_, et non pas chappons[6], où
avecque peu de discours ils font espanouyr ceste rose qui fleurit tous
les moys.

[Note 5: La forme écourtée des manteaux dont on parle ici, et qui, ne
descendant guère plus bas que les reins, eussent été si favorables aux
apothicaires qui poursuivoient Pourceaugnac, fait comprendre de reste
le sens de ce mot _clistérique_.]

[Note 6: On avoit dit aussi _chappons_ pour lettres galantes; on les
écrivoit surtout en vers. Il s'en trouve plusieurs dans les poésies de
Christophe de Beaujeu. «On conçoit aisément, est-il dit à ce propos
dans les _Mélanges d'une grande bibliothèque_, tome VII, pag. 297, que
les poulets galants sont des diminutifs de ces chapons-là.»]

Pour crayonner une belle Helène, il faut qu'elle aye un petit sorcil à
perte de veüe, une petite bouche, un petit manton, un petit tetin
rondelet, blanchelet et mignardelet, et non point de ces poupes et
tetasses à la perigourdine, propres à charger sur l'espaule comme une
besace; il faut, di-je, qu'elle aye une petite main potelée et
caillotée, _absque fuco et cerusa_, un petit pied, et un petit, petit,
petit, etc.

Appelles, voulant dépeindre une beauté parfaite, emprunta les attraits
plus beaux des plus gratieuses filles de la ville de Crotone, par le
moyen desquelles il se fit un petit tableau soubz le nom de madame
Venus, l'une des merveilles du monde, et dit-on que ceste bonne dame
avoit les talons si petits et si courts, qu'à toute heure elle tomboit
à la renverse. Pour moy, je n'en parle que par ouyr dire; je m'en
rapporte à Flore et Laïs, ses compagnes.

Hippocrate nous advertit que les bonnes drogues se mettent
ordinairement ès petites boëtes, et ses disciples par succession
tiennent qu'une petite mouche fait souvent peter et vessir un grand
ase. S'il est ainsi, nous aurons besoing cest an nouveau de forces
queües pour les chasser, si mieux on ne fait inhibitions et défences à
ces taons et frelons du repos public de passer les portes de la ville
en ces mots:

  Troupe picquante et du tout vile,
  Des asnes le vray chastiment,
  Nous vous faisons commandement
  De reculer de nostre ville.

Et si, par le moyen de la prosopopée, ces guespes vouloient
s'arraisonner et contester leur antienne liberté, espouventez-les en
ceste façon, comme Ænée parlant à Turne:

  Nos Arcades à ceste fois
  Ont sur vous un tel advantage
  Qu'ils naissent soubz humain visage,
  Comme les feuilles par les bois.

Les maistres des sales noires qui percent le vent avecque la boure[7]
tiennent que les meilleurs joueurs de paulme se recognoissent quand à
frise corde et à fauciles imperceptibles ils mettent dans les petits
troux; il en est ainsi des champions d'amour: les grands troux leurs
sont odieux, desplaisants et desagréables. Prenons-les doncques
petites et jeunes, vertes et tendres comme la fleur en son matin,
selon Virgile: _collige, virgo, flores, dum flos novus et nova pubes:
una dies aperit, deperit una dies_.

[Note 7: Périphrase pour désigner les maîtres paumiers.]

Un jour, appuyé sur la boutique d'un tisseran en cuir, après plusieurs
discours sur les guerres d'Ostande, de Juilliers, de Hongrie, de
Flandres[8], je luy demanday: A qui est ce petit soullier si bien
fait, si bien coupé, si bien cousu et si bien paré? Il me répondit: A
une jeune damoyselle, miste, belle, gaillarde, dispose, gratieuse et
affaitée, qui ne chausse qu'à trois petits points, mais il est bien
vray qu'elle couche à douze grands, mesure de Saint-Denis en France;
et qu'ainsi ne soit, me dit-il, considerez ce satyre, _in laudem ex
parte cujusdam amasi irritati_: car il parloit latin, le drôle, et
s'il m'affirma ne l'avoir jamais apris qu'au siége des Toopinambous,
près de Marathon, soubz l'equateur oriental.

[Note 8: Ce sont les événements qui, de 1614 à 1617, devoient le plus
préoccuper les esprits.]

  Petite, que vous estes sotte,
  Dans ceste robe de prix!
  Je n'ayme point le mespris.
  Quitez-la, qu'on la décrotte.
  Je n'ayme point que l'on trote
  Pour efforer les esprits:
  Cela ressent sa Cypris
  Lorsqu'à Mars on la garote.
  Que si vous craignez les loix
  De la courrière des mois
  Et de mort estre ferue,
  Sans bruit accourez à moy:
  Avecq' un bon pied de roy:
  Vous serez tost securüe.

Je recognus par ce sonnet que nostre tireur de rivet vouloit rapporter
ses douze grands points à ce bon pied de roy, gaige suffisant pour
contenter les plus degoustez: _o parva iterum quam excellentissima!_
Que dirons-nous de plus? Si nous sommes à quelque sympose ou banquet
françois, est-il pas plus beau de voir sur notre assiette des os de
perdriaux, de cailles, de faisandeaux, d'alloüettes, d'ortolans, de
pigeonneaux, de poulets, de ramiers, de palombes, de tourterelles, de
grives, de levraux, que non pas ceux d'un boeuf, d'une vache, d'un
pourceau, d'une truye, d'un bouc, d'une chèvre et autres bestes
puantes, grossières et massives? Baste, baste, _in parvis virtus, in
magnis virus_. Par comparaison, qu'on demande à quelque pucelle de
vingt ans estant à table: M'amye, voulez-vous manger de ces
fricandeaux? de ces petits gougeons? de ces lamperons? de ces loches
frites[9]? de ces barbillons? de ces soles à la gibelote? de ces
brochetons? de ces grenouilles à la saulce blanche? Sage et civilisée,
elle respondra: Un petit, s'il vous plaist, monsieur. Je remets à vos
jugements quelle grace si elle disoit: Les plus gros et les plus longs
me sont les meilleurs. _Quid magis?_ Si quelque amoureux, pour
favoriser sa maistresse et parvenir au but de ses bonnes graces, luy
présentoit un bouquet composé d'une fleur de pavot, de chardon,
d'herbe au soleil, de lys champestre, avec une feuille de choux ou de
boüillon blanc à l'entour, se rendroit-il pas ridicule et stupide par
devant les plus idiots de sa jurisdiction? Comment agencerons-nous
donc ce bouquet pour sa grace et perfection? Avec une fleur de
violette, de giroflée, de pensée, de jasmin, de jacinthe, de narcis,
de paquerette, d'oeillets, de boutons de rose, avec le myrthe plus
petit et la marjolaine plus franche qu'il se pourra trouver: voylà la
gloire et l'immortalité des choses petites. Entre les oyseaux, l'on se
plaist à nourrir un tarin, un rossignol, un serin, un lynot, un
pinçon, un passereau, un chardonneret, un verdier, une alloüette et
autres petits animaux plaisans à la vëue et à l'ouye. Il semble que la
cour de nos princes sembleroit nüe et sans ornemens si elle ne
s'accommodoit d'un pigmée, d'un nain, d'un mysantrope prodigieux et
contrefaict, tant l'esprit de l'homme est agité de divers appetits
changeans et variables! Voyons ce quatrain fait sur l'un des plus
petits frantaupins de l'Europe:

  La doubleure d'une baguette
  Dessoubz la peau d'une belette
  Suffit pour luy faire en tout point
  Le bas, la trousse et le pourpoint[10].

[Note 9: C'étoit la friture à la mode depuis que Henri IV, pour
répondre à cette rodomontade de l'ambassadeur d'Espagne: «Votre Paris
danseroit dans notre Gand», lui avoit dit: «J'ai une Loche (il parloit
de cette ville de Touraine et de sa grosse tour) si grosse et si
grande que tout le beurre d'Espagne ne suffiroit pas pour la frire.»]

[Note 10: Ce quatrain rappelle les nombreuses facéties et chansons qui
furent faites au XVIe siècle contre la milice si promptement
discréditée des Francs-Taupins. La plus curieuse chanson sur ce sujet
se trouve dans le recueil Maurepas, avec son refrain:

  Deriron, vignette sur vignon.

M. L. de Lincy l'a aussi donnée dans ses _Chants historiques du XVIe
siècle_, mais c'est Le Duchat qui l'imprima le premier, dans sa note
sur le passage de Rabelais ayant trait à »Bon Joan, capitaine des
Franc-Topins.» (Liv. I, ch. 35.)]

Il est à suposer que ce petit botiné estoit bastant de s'embarquer
vers le nord pour boire du fleuve Strymon, en despit des grües
ennemyes maistresses de ce rivage. Attendant mieux, soustenez et
cherissez les choses petites, et j'auray occasion d'en loüer le
premier dessein. _Valete et plaudite._


SUITE DES CHOSES PETITES.

Je ne puis oublier les choses petites, tellement insculptées,
enracinées, caracterées, cizelées, imprimées, voyre s'il faut dire
infuses dans le cerveau de mon intellect, que _deum timo pascent apes,
dum rore cicadæ_, toujours, toujours j'auray en reverence le fond de
la cause du subject de ceste matière, tant opulentissime et tant
excellentissime! _O parva turturella! parva colombella! parva
muliercula! parva filiola! parva puella!_ Je maintien à visage
refrongné, à poil hérissé et à barbe partialisée, qu'il n'est rien de
plus poupin, de plus mignon et de mieux calamistré (ce mot est bon
jaçoit que pedentesque, _calamistro, as, âre, penultima longa_; il
passera en despit du censeur); est-il rien, dis-je, de plus poly que
la chose petite?

  Margoton sans fin m'agite
  En son giron arresté,
  Non pas tant pour sa beauté,
  Que pour ce qu'elle est petite.

Commençons donc par ce syllogisme parodoxiquement formé à la
ciceroniène: _La lune est plus grande que la terre_; _la lune nous
semble plus petite_: ergo, _la chose petite nous doit sembler plus
grande que toute la terre_. Et bien! bouches antiperistasées, qui,
comme les Thyades, Menades et Bacchantes, forcenez contre les choses
petites, avez-vous jamais ouy dire qu'à petit chien grande queüe? à
petit rouet bon ressort? et à petite braguette grand engin? Ouvrez les
yeux, testes degoustées, et aprenez que soubz un petit buisson gist un
grand lièvre, que dans une petite cheminée on y faict un grand feu, et
que dans une basse maison la vertu le plus souvent y séjourne. _Parvus
et pauper scientiarum magister._ Le nombre des sages est petit, celuy
des foux universel; un seul Platon suffit pour user la vie à une
iliade de bouriquets, officiers sedentaires, arcades de Mirebeau. Que
dirons-nous de ce petit poisson _Remora_, qui, malgré toute tempeste,
arreste les plus grands vaisseaux en plaine mer? D'où ceste vertu
occulte et cachée? Aristote, lisant sur sa vertu, Aristote, lequel
envoya dans Euripe pour un semblable subject. _Aristo non Euripium,
imo Eurip. Aristo._ Cela me fait souvenir de ce grand Hercul, qui se
laissa embabouiner par Omphale, petite femelette, afin d'esteindre sa
chandelle et exterminer son chaud et bouillant desir au monument du
tambour de nature. Avoit-il raison, le compagnon, de tourner le fuseau
et soubs l'habit de femme chanter toute la nuit! _Et compressa fuit
Omphale._ Quel dompteur de monstres! quel officier d'amour! il aymoit
mieux un dedans que trois dehors. Que dirons-nous de ce petit animal
que nos cosmographes appellent Ichneumô, lequel, espiant l'absence du
crocodil, destruict et ronge ses oeufs, et par ce moyen delivre
l'Egipte d'une mortelle apprehension? Que dirons-nous de l'abeille,
dont Virgile a voulu enrichir son quatriesme des _Georgiques_, le
commençant par ces mots: _Protinus aris mellis celestia dona exequar_,
où il est descript si amplement ses roys, ses loix, son peuple, ses
bornes, sa coustume et tout ce qui dépend d'une vraye republique? Que
dirons-nous du mouscheron dont le même Virgile a faict le tombeau,
_Parve culex pecudum custos_, etc., sinon advouer les choses grandes
inferieures aux petites? Silene, monté sur son asne, eust perdu la
bataille contre les Indiens sans le secours d'une guespe, qui, tenant
son asne aux fesses, le picqua si vivement qu'il passa tout au travers
des ennemys, lesquels, espouvantez des eslancs prodigieux de ceste
furieuse beste, prindrent la fuitte à la gloire de ce bon vieillard.
C'est pourquoy Bacchus, en commémoration d'un tel benefice, par
sentence donnée sur le pressoir, tous les tonneaux, muids, poinssons
et bariques assemblez, ordonna que lesdites guespes et freslons
repaistroient doresnavant et sans contredict des raisins blancs et
noirs, et assisteroient prerogativement à la vendange. Voyez quel
privilége, pour faire bien contre sa volonté! Si tels freslons
alegoriques ne vivoient que de moust, le vin seroit à meilleur prix et
le pain à plus juste compte. _Nec est omnibus adire Corinthum._ Que
dirons-nous de plus? Le coq, par le trechat de son chant, faict fuir
le lyon; une grenouille fut bastante d'arrester dernièrement en
Antioche, quinze jours devant la canicule, le coche du colonel des
bons beuveurs, cosmographe des pantagones, lignes diagonales et accens
circomflets, lors assisté de Robinette, du Filoux et de la Gazette
normande; une damoyselle soubz-riant sur son petit mestier, ou soit
qu'elle fust pressée du derière, ou qu'elle fust subjecte à telles
ventositez, ou que l'exez de la faculté du ris la portast à ceste
gaillarde action, fit un petit pet tellement parfumé, que toutes les
cassolettes, parfums, oyselets de cipre[11], musquadins, n'eussent pas
eu plus competiteurs poursuivans que ce sonnet invisible, spirituel et
organisé.

[Note 11: Il est parlé de ces oyselletz de Chippre dans la plaisante
chronicque du petit Jehan de Saintré, chap. 43. «C'étoient, lit-on
dans _le Ducatiana_ (t. I, p. 39), de petites balottes de toutes
grandeurs remplies de parfums exquis, et qu'on joignoit ensemble avec
de la gomme, pour leur faire prendre la forme de certains petits
oiseaux de la peau desquels on les composoit, afin de les faire crever
à propos. Un ancien inventaire, inséré t. II, p. 921, de l'_Histoire
de Bretagne_ de D. Lobineau, contient: Deux cagettes d'argent veirrées
pour mettre oyseletz de Chypre.»]

  Femme qui pète, ce dit-on,
  N'est pas signe qu'elle soit morte,
  Quand le cul parle, dit Platon,
  Le ... voisin se reconforte.

Par experience, et pour maintenir la grandeur des choses petites, quel
plaisir d'entendre le murmur d'un petit ruisseau, de voir bondir et
sauteler le chevrel, l'aignelet et autres petits fans, compagnons des
forests et des bruyères! La grâce, en effect, n'ayme point la chose
grande; la femme, pour sa propreté, doit porter un petit estuy, de
petits cizeaux, de petits cousteaux, un petit drajouer, un petit
manchon et un petit chien, pour servir de couverture aux exhalaisons
du ventricule, suyvant ce proverbe (Chassez ces chiens, ces femmes
vessent). Quelqu'un, ruminant soubz son bonnet, me pourra objecter
qu'aujourd'huy la plus grande part de nos courtisanes portent de
grands patins. Il est vray, mais telles femmes sont sujettes à glisser
et à mesurer le pavé avec le cul, suyvant ce quatrain:

  Ceste femme qui, si debille,
  Se fait porter dessoubz les bras,
  Si elle estoit entre deux draps,
  Elle en lasseroit plus de mille.

M'objecteront davantage qu'elles portent de grandes vertugades. De
rechef je leur respondray que c'est la verité; mais Lycurgue appelle
tels lève-culs cages de _Taurus_ et _Geminj_, où tous bons colliers
peuvent aprendre la règle de _Rectum persæpe tacemus_, joint que le
naturel de la femme est tel, qu'il se passeroit plustôt de chemise que
de bourrelet.

  Les masques et vertugades
  D'un tel crédit se sont ornez,
  Que les femmes seroient malades
  Sans leur culz et cachenez.

Non, non, par necessité necessitante, il faut advouer que les
merveilles sont incluses parmy les choses petites. Que dirons-nous
d'un grain de froment qui jaunit tous les ans les guerets de l'Europe
et de la Thessalie, d'un grain de mil, de panis et autres semences, la
recource annuelle de tant de sortes de nations? Un bon cappitaine se
recognoist lors qu'avecque une poignée de gens il deffaict et met en
fuite une puissante armée; un sergent avec un petit bout de plume
faict autant d'execution au logis d'un pauvre homme qu'un maquignon
parmy un haras pour un quart d'escu. Je n'aurois jamais faict sur les
choses petites; je les finiray jusques au premier jour, avec une
reverence du costé gauche à la pedentesque. _Valete et iterum
valete._

       *       *       *       *       *


     _Histoires espouvantables de deux magiciens qui ont esté
     estranglez par le Diable dans Paris la Semaine saincte. A Paris,
     par Claude Percheron, rue Galande, aux Trois Chappelets._

       In-8.


A MONSIEUR D., DOCTEUR EN MÉDECINE.

Monsieur,

_Sur le bruit qui couroit hier de la mort de deux magiciens estranglez
par le Diable, je fus me promener en divers lieux pour me rendre
certain de cest espouvantable accidant, où, après en avoir
tumultuairement recueilly quelque chose au bruit de la cour, la
nouveauté du faict me sembla si estrange, que je l'ay jugée digne de
vous estre escrite, et me tardoit que je misse la main à la plume pour
vous en tracer quelque chose, laquelle d'un plain vol a passé sans
s'arrester par dessus ce petit discours mal tissu et limé, aussy que
je n'ay point esté curieux en la recherche des beaux mots, me
contentant de vous en escrire unement et sans fard la verité. Vous la
recepvrez donc, s'il vous plaist, d'aussy bon oeil que si le stile en
estoit plus relevé, attendant que je puisse trouver en autre endroit
l'occasion de vous pouvoir tesmoigner par effect plustost que par
paroles l'affection que j'ay de demeurer à jamais_,

_Monsieur_,

  _Vostre très affectionné serviteur_,

                              F. L. M.
                              P. P. D.
                                    S.

De Paris, ce 16 avril 1615.

       *       *       *       *       *


_Histoires espouvantables de deux magiciens[12]._

[Note 12: M. Leber (V. _Catalogue de sa bibliothèque_, nº 4222, t. II,
p. 266) pense qu'il s'agit ici 1º «du fameux Cosme Ruggieri, ou, comme
on disoit alors, Cosme le Florentin», astrologue de Catherine de
Médicis; 2º du maréchal d'Ancre, «pour lequel le bon peuple faisoit
des voeux de potence et de bûcher», et qui pourtant, ajoute M. Leber,
ne s'en portoit pas moins bien alors. Il a raison pour l'un, et tort,
je crois, pour l'autre. Je préfère l'opinion émise dans la _Biographie
universelle_ (supplément), au mot _Ruggieri_. Notre pièce y est citée,
et, sans se préoccuper de pseudonymes, on y conserve au premier de nos
deux magiciens son nom de César, qu'un sorcier de ce temps-là portait
en effet. Quant au second, c'est Ruggieri. Tout s'accorde à le
prouver, notamment la date de sa mort, qui eut lieu en effet dans la
Semaine-Sainte de 1615. V. _le Mercure françois_, t. IV, p. 46.]

Il n'y a rien au monde qui soit si capable de trouver place dans un
esprit malsain et qui a tant soit peu esté haleiné du vent d'ambition
et des vanitez mondaines, que l'imaginaire contentement de la
possession des richesses et de la vaine jouissance des grandeurs et
dignitez terrestres. C'est ce qui fait que beaucoup d'hommes couverts
toutefois d'un faux masque de chrestiens font banqueroute à leur
conscience, et, abandonnant le culte qu'ils doivent au service divin
du Tout-Puissant, sacrifient et dressent des autels tous les jours et
des voeux aux faux dieux des anciens payens, Junon et Venus,
c'est-à-dire aux honneurs, aux richesses et aux plaisirs, et enfin
(pour s'estre desmunis de l'assistance du grand Dieu et du bon ange
gardien que sa divine Majesté a gardée à chacune de leurs ames à
l'instant de leur création) se laissent attirer dans les precipices de
magie par une allechante friandise de pouvoir par dessus la nature
mesme, de se faire aimer, de se venger, et nuire aux ennemis, car
c'est ce qui les incite à ce damnable mestier. Joint que cest
imposteur Sathan ne manque de leur promettre qu'ils feront miracles,
et à la parfin, après qu'ils se sont empestrés avec ce maudit et
cauteleux serpent, et à l'heure qu'ils le servent le mieux, c'est
alors que ce pervers ouvrier d'iniquitez vient à les posseder ou
estrangler. Voilà la recompence que Dieu donne à ces esprits maniaques
qui ont renié sa puissance pour se faire cognoistre à eux par les
effets du ministre de sa haute justice, à la puissance duquel (quand
Dieu lui lasche la bride) il n'est rien de comparable sur la terre,
comme dit Job. La preuve de cecy se peut clairement faire par deux
petites histoires autant admirables et espouvantables en leur
esvenement que pleines d'impieté et irreligion en leur subject. J'ai
toutefois horreur de prendre, ô miserable, malheureuse et desreglée
meschanceté! ô effrontée et intolerable volupté! ce tesmoignage entre
les chrestiens, et de voir ceste peste de magie, non seullement
condempnée par les loix divines et humaines, mais encore abhorrée et
destestée par les payens même, comme faict voir le poète Virgile, par
ces grands serments et adjurations que faisoit Didon, voulant
persuader à sa soeur que, malgré elle, il falloit avoir recours aux
charmes et arts magiques:

  J'atteste les grands Dieux et toi, ma soeur, ma mie,
  Qu'il faut que malgré toi tu t'aides de magie,

trouver place encore dans les âmes qui ont cognoissance d'un seul Dieu
tout-puissant! Mais puisque Paris est le spectacle de deux estranges
tragedies qui se jouèrent entre le Diable et deux magiciens, les 11
mars, veille des Rameaux, et 14 dudict mois, jour de mardy sainct
dernier, 1615, j'en feray, le petit discours qui s'en suit:


PREMIÈRE HISTOIRE.

L'un de ces deux miserables qui ont servy de proye aux démons se
nommoit Cæsar[13], lequel a non seulement tonné dans les airs, mais
estonné toute la France par les effects extraordinaires de sa magie,
qui avoit tousjours en sa bouche ce que disoit un ancien magicien:

  Je suis necromancien qui, par ma necromance,
  Faits fleschir quand je veux souz moy toute puissance;
  Je faits trembler la terre et mouvoir les cieux;
  Il pleut, il grèle, il vente, alors que je le veux.

[Note 13: C'est bien probablement le même César, magicien, qui, selon
Tallemant des Réaux (_Historiettes_, édit. in-12, t. I. p. 173),
s'étoit entremis avec ses sortiléges dans le mariage du connétable de
Montmorency, qui eut lieu le 13 mars 1593. C'est Louise de Budos, la
future connétable, qui avoit recouru à lui. «On a dit, écrit
Tallemant, qu'elle s'étoit donnée au diable pour épouser M. le
connétable, et que César, un Italien, qui passoit pour magicien à la
cour, avoit été l'entremetteur de ce pacte.» Il ajoute un peu plus
loin: «Le bonhomme de La Haye, un vieux gentilhomme huguenot, qui
avoit bien vu des choses, m'a dit que César n'étoit qu'un fourbe.
«Vous me voulez, lui disoit-il, faire voir le Diable dans une cave où
cinq ou six coquins charbonnés me viendront peut-être bien étriller.
Je le veux voir dans la plaine Saint-Denis.»--Le vrai nom de ce César
étoit Jean du Chastel, voy. _le baron de Fæneste_, édit. Jannet, p.
112. Comme si ce n'étoit pas assez de ces deux noms, Jean de Lannel,
qui parle longuement de lui dans son _Roman satirique_, p. 1105,
l'appelle Perditor. V. l'abbé d'Artigny, _Nouv. Mém. de litt._, VI, p.
44-47.]

Et pouvoit aussi dire ce que Petronius Arbiter faisoit dire à sa
sorcière Enothée:

  Tout ce que tu peux voir dessouz le ciel doré,
  Au desir de ma voix est tousjours preparé;
  Par mes charmes j'attire en ce monde la Lune,
  Et tiens dessouz mes loys les Dieux et la fortune.

Ces merveilles ne sont pas difficiles à croyre, car il avoit un esprit
familier qui s'appeloit Sophocles, lequel parloit à luy à toute heure
et en toute compagnie; et faire eslever des nuées noires, arracher le
feu, la gelée, l'orage, la foudre, troubler les elements, ce sont jeux
de Sathan. Les petits enfants aux païs septentrionaux font à milliers
de ces tours pour plaisir. Tout cela n'estoit que des moindres traitz
de son mestier. C'est luy qui avoit predit la mort de monsieur le
maréchal de Biron[14], et, depuis, la mort du roy[15] Henri le Grand,
qui a apporté tant de malheurs et de desordre à notre desolée France.
Il avoit un chien avec luy[16], qu'il envoyoit où il vouloit porter
des lettres, et en tiroit responce s'il en estoit besoing. Je ne l'ay
jamais veu; mais il y a sept ans que je commençay à le cognoistre par
réputation: ce fut lors qu'il fut fait prisonnier sur ce qu'on
l'accusoit d'avoir fait une image de cire[17] pour faire mourir en
langueur un certain gentilhomme; de laquelle accusation, par le moyen
de son demon, après avoir gardé longtemps sa prison, il fust renvoyé
absouz. Mais quelles meschancetez et diableries n'a-t-il point faict
depuis, qui ne peuvent venir à la cognoissance des hommes! Il fut
soupçonné une autre fois d'avoir donné quelques philtres et potions
amatoires, que les anciens jurisconsultes ont tant condamné par leurs
loix, à un jeune homme, pour le faire jouyr d'une fille à laquelle il
fit un enfant, dont il s'ensuivit un enfanticide, et pour ce demeura
encore longtemps en prison. Enfin, tant de maux ne pouvant demeurer
impunis, il y a près de deux mois qu'il fust remis en prison à la
Bastille, à Paris, pour s'estre vanté d'avoir chevauché au sabbat une
grande dame de la cour. Les philosophes, les theologiens et les
historiens disent qu'il y a quatre sortes de demons, les infernaux,
les aquatiques, les aïriens et les subterriens, et que les plus
pervers, menteurs et trompeurs de tous, sont les subterriens et
aïriens, du nombre desquels estoit celuy de ce malheureux (car les
autres ne se familiarisent pas), comme il lui a bien montré. Ce demon
donc, tant qu'il vit qu'on ne faisoit pas grande instance contre son
maistre, le visitoit souvent en sa prison (comme le disoient les
prisonniers de sa chambre), le caressoit, luy faisoit mille belles
promesses et l'asseuroit tousjours de le mettre bientost en liberté,
comme il avoit fait autrefois, jusques à ce qu'il vit qu'on eust tiré
beaucoup de preuvres contre luy et qu'il estoit en danger de perdre la
proye qu'avec tant de soin il avoit si longtemps conservée. Lors,
jouant un tour, non de serviteur, comme il avoit tousjours esté, mais
de maistre, s'en alla dans la prison samedy dernier, veille des
Rameaux, à la nuict, non doucement, comme il avoit accoutumé, mais
avec un grand tintamarre qui esveilla et espouvanta fort les autres
prisonniers, qui entendirent une voix effroyable qui dict: _Eh bien!
Cæsar, il est temps que tu viennes avec moy_, et ouyrent cest
abominable magicien crier: _Mes amis!_ Ce qui les espouvanta
tellement, qu'il n'y eust pas un d'eux qui ne demeura en pamoison plus
de demie heure, de la craincte qu'ils avaient euë que ce diable
deschesné ne leur en fist autant, car ils s'imaginèrent d'abord ceste
mort desesperée. Le jour venu, il fit paroistre sa lumière dans la
chambre par une fenestre qui avoit esté rompue à ce combat, qui fit
voir ce miserable duelliste mort et decouvert sur son lict.

[Note 14: Je ne sais si ce César avoit prédit la mort du maréchal de
Biron, mais on pensoit sous Louis XIII que Nostradamus l'avoit
clairement pronostiquée. V. _Historiettes de Tallemant_, in-12, t. X,
p. 58.]

[Note 15: Un autre magicien, Olerius, bénéficier de Barcelonne, dans
son _Almanach_, publié à Valence en novembre 1609, avoit prédit la
mort de Henri IV. Riquier, _Vie de Peiresc_, p. 128.]

[Note 16: Une fameuse sorcière de cette époque, Marie Boudin, qui
exploitoit surtout les prophéties d'amour et de mariage, faisoit aussi
agir un chien noir dans ses maléfices. V., d'ailleurs, sur le rôle des
chiens dans la magie, Louandre, _la Sorcellerie_, p. 32.]

[Note 17: Ce maléfice, qu'on appeloit _envoûtement_ ou _envoultement_,
de _in_, contre, et _vultus_, visage, consistoit à faire modeler à la
ressemblance de la personne à qui l'on vouloit mal de mort une
figurine de cire, et à la piquer au coeur d'une longue épingle, avec
l'espoir que la personne représentée mourroit d'une pareille blessure.
V. un article de l'_Illustration_, 22 mai 1852, dans lequel nous nous
sommes étendu sur cette espèce de sortilége. Quelquefois, et nous en
avons des exemples au XIIe siècle, on se contentoit de faire chanter
des messes par maléfice devant ces images de cire. On peut voir ce
qu'en dit Pierre-le-Chantre, _Histoire littéraire de France_, t. XV,
p. 290.]


DEUXIÈME HISTOIRE.

L'autre et seconde tragedie est d'un duquel, pour le respect que,
comme bon chretien, je dois à sa profession, je tairay le nom et la
qualité, et me contenteray de dire seulement qu'il estoit Florentin et
qu'il demeuroit à Paris chez un mareschal de France[18], qui ne
cherissoit personne plus que luy; mais, ô vergongne! ô sacrilége! ô
malheur qu'un tel homme ayt esté si aveuglé que de se laisser charmer
les sens par ces appas magiques, et que des grands aient de telles
personnes en leurs maisons, qu'ils n'en facent ce que dict Philon Juif
au traicté des lois particulières, qui dict qu'aussi tost que nous
apercevons des serpants, des scorpions ou autres bestes venimeuses,
nous les tuons auparavant qu'elles mordent ou blessent! Ainsy se
faut-il promptement defaire des sorciers empoisonneurs, qui mettent
leurs soins à changer la nature, douce, sociable et raisonnable, au
naturel sauvage des bestes cruelles, n'ayant plaisir qu'à mal faire à
tout le monde. Je n'ay jamais ouy dire qu'il eust faict aucune
meschanceté, sinon qu'il estoit grand astrologue, qu'il se mesloit de
predire les choses à venir[19], et qu'il s'entendoit fort à faire des
horoscopes, qui est astrologie judiciaire, du tout contraire à sa
profession et tant condamnée par Hieremie, qui dict: Ne craignez pas
que les signes du ciel puissent quelque chose contre vous, comme font
les Gentils; ce sont toutes inventions vaines. Et par la bouche de
Dieu mesme, qui profère ces mots dans Job: Te voudrois-tu bien vanter
de connoistre l'ordre du ciel, et serois-tu bien si hardy d'en
appliquer les raisons ou bien d'en faire là-bas des supputations en
terre? Horace mesme, seulement esclairé de la lumière de nature et non
de la cognoissance du vrai Dieu, resprouve ceste precognoissance des
Dieux choses futures quand il dict:

Ne veuille rechercher ce qui doit demain estre. Les Chrestiens
devroient avoir honte que les payens leur façent leçon, comme font
aussi les satyriques en plusieurs endroits, de fuir la recherche de ce
que Dieu nous a voulu exprès cacher, pour nous contenir dans les
bornes de l'humanité, de la modestie et de la loy. Le diable ne se
mesle pas dans ces folles et vaines ames qui se laissent emporter hors
les termes de la nature, et les pousse à vouloir faire comme luy,
quand il voulut non pas estre Dieu, car il connoissoit bien cela estre
impossible, mais il eust cette ambition d'estre egal à Dieu. Je n'ai
pas ouy dire autre chose de ce Florentin, c'est ce qui m'empesche de
faire un asseuré jugement de luy; toutefois, ce qui luy arriva le jour
du mardy sainct, en la nuict, peut faire croire qu'il n'avoit pas
l'ame meilleure que celuy qui luy fraya le chemin quatre jours
auparavant; au contraire, qu'il estoit plus pernicieux et endiablé que
l'autre, et que ses entreprises estoient plus haultes, puisque Dieu
luy a faict sentir la juste rigueur de sa justice par l'entremise de
Sathan, qui fut sur la minuict dans sa chambre, et, disent l'homme et
le laquais de ce Florentin, qu'ils n'entendirent rien qu'un grand
bruit quy sembloit faire abismer toute la maison, et que le matin ils
trouvèrent leur maistre mort, hors de son lict, ayant la tête tournée
le devant derrière.

[Note 18: Cette phrase, qui a fait sans doute l'erreur de M. Leber,
peut s'appliquer fort bien à Ruggieri. «Vers la fin de sa vie, dit de
lui M. Bazin, il trouva dans le maréchal d'Ancre, comme lui Florentin,
un nouveau protecteur.» _La Cour de Marie de Médicis_, etc. Paris,
1830, in-8º, p. 139.]

[Note 19: A partir de 1604, Ruggieri publia, dit-on, un almanach
chaque année.]

Telle fut la juste recompence que ces impies et abominables receurent,
qui, infidèles et ingrats envers leur Createur, s'estoient empestrés
dans les lacs de Sathan, ennemy juré du genre humain, lequel, après
les avoir chastiez en ce monde, les a emportez au plus profond abisme
des enfers pour y recevoir eternellement la juste punition de leurs
demerites.

_De bonne vie, bonne mort._

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Discours faict au Parlement de Dijon, sur la presentation des
     lettres d'abolition obtenuës par Helène Gillet, condamnée à mort
     pour avoir celé sa grossesse et son fruict._

     _Comme aussi les lettres d'abolition en forme de chartres et
     arrest de verifications d'icelles._

     _A Paris, chez Henry Sara, au Palais, en la gallerie des
     Prisonniers, proche la Chancellerie._

       M. DC. XXV.

         In-8.

       *       *       *       *       *

     _Extraict du plumetif du greffier de la cour du Parlement de
     Dijon, du lundy second jour de juin 1625[20]._

     _Fevret l'aisné[21] presentant les lettres de pardon obtenues par
     Helène Gillet, dict_:

     [Note 20: Gabriel Peignot ne connoissoit pas ce livret lorsqu'il
     écrivit son intéressante brochure: _Histoire d'Hélène Gillet, ou
     Relation d'un événement extraordinaire et tragique survenu à
     Dijon dans le XVIIe siècle, etc., par un ancien avocat_. Dijon,
     1829, in-8º, brochure qui a inspiré le dramatique article de
     Nodier, publié d'abord la même année dans la _Revue de Paris_,
     puis dans ses Oeuvres, t. III, p. 373. Peignot, toutefois,
     connoissoit notre livret en substance, puisque sa relation est
     faite d'après le recueil d'où toutes les pièces de celui-ci
     procèdent (_le Mercure françois_, 1625, t. XI, p. 526-541.)]

     [Note 21: Ch. Fevret, né à Semur en Auxois, le 16 décembre 1583,
     fut l'un des plus célèbres avocats du Parlement de Dijon au XVIIe
     siècle; en outre de ce plaidoyer, qui lui fait un si grand
     honneur, il se distingua par sa harangue à Louis XIII en faveur
     des paysans dont la révolte avait exigé la présence royale à
     Dijon en février 1630. Il mourut très âgé, le 16 août 1661.]


Messieurs, Helène Gillet, qui se représente au conspect de la Cour,
donne de l'estonnement à ceux qui la voyent, et n'en a pas moins
elle-mesme.

Elle n'avoit veu la Justice de ceans que dans le trosne de sa plus
sevère majesté; elle ne l'avoit apperceuë que le visage plain de
courroux et d'indignation, tel qu'elle le faict paroistre aux plus
criminels; elle ne l'avoit considerée que l'espée à la main, dont elle
se sert pour la punition des maléfices.

Mais, chose estrange! elle treuve aujourd'hui ce premier appareil tout
changé: il lui semble que le visage de cette déesse luy rit, comme
plus adoucy et favorable; elle voit sa main desarmée, et vous diriez
qu'elle tend les bras pour promettre quelque asyle et protection à
celle qui, de criminelle, est devenue suppliante.

Vous vistes, Messieurs, cette pauvre fille, il y a quelques jours, le
visage couvert de honte par l'ignominie de sa condamnation, la langue
noüée dans l'estonnement du supplice, les yeux ternis d'horreur et
d'espouventement, l'esprit troublé dans les dernières agitations d'une
funeste separation; vous la vistes (dis-je) aller courageusement à la
mort pour satisfaire à vostre justice; maintenant elle retourne pour
vous dire que le lieu du supplice où les criminels perdent la vie l'a
et absoute et sauvée. Elle paroist devant vos yeux pour vous dire que,
l'ayant traictée par la rigueur de vos jugemens, vous ne pouvez plus
luy refuser vostre misericorde; elle est humblement prosternée à vos
pieds pour baiser, de l'intérieur de son coeur, le tranchant de
l'espée qui, comme le fer de la lance d'Achille, guerira les playes
que luy-mesme a faictes.

Il se pourroit bien treuver des exemples, à qui les voudroit
rechercher, de plusieurs qui se sont trouvez garantis de la mort au
moment mesme de leur execution, les uns par le commandement inopiné
d'un chef d'armée, les autres par l'intercession d'un Tribun, d'autres
par la rencontre fortuite d'une Vestale, d'autres par une emotion
populaire, qui par des paroles mesmes de railleries heureusement
rencontrez en ceste extremité, qui par des stratagesmes pratiquez à
l'endroict de leurs complices ou de l'executeur; _aliorum in capite
gladius flectit_, ainsi qu'il en arriva à ceste femme faussement
accusée d'adultère à Verseil, qui doit le bonheur de sa memoire à la
plume de saint Hierosme; _aliorum laqueus contritus et ipsi liberati
sunt_.

Mais qu'on considère tous ces exemples en gros, qu'on les examine en
destail, qu'on en pèse à part ou confusement les plus singulières
circonstances, il se trouvera icy quelque chose de plus rare, de plus
esmerveillable, je ne sçais si j'oserois dire de plus miraculeux,
qu'en tout cela.

Car icy le glaive a tranché, la corde a faict son office, la pointe
des ciseaux a secondé la violence des deux; et cependant cette fille,
dans l'imbecillité de son aage, dans l'infirmité de son sexe, dans les
horreurs du supplice, dans les apprehensions de la mort, frappée de
dix playes ouvertes, n'a peu mourir, mais bien plus! _ipsam mori
volentem mors ipsa quamvis armata perimere non potuit_.

Quel prodige, en nos jours, qu'une fille de cest aage ayt colleté la
mort corps à corps! qu'elle ayt luitté avec ceste puissante geante
dans le parc de ses plus sanglantes executions, dans le champ mesme de
son Morimont[22]! et, pour dire en peu de mots, qu'armée de la seule
confiance qu'elle avoit en Dieu, elle ayt surmonté l'ignominie, la
peur, l'executeur, le glaive, la corde, le ciseau, l'estouffement, et
la mort mesme.

[Note 22: Le Morimont est la place des exécutions à Dijon. Elle tient
son nom d'une ancienne abbaye de Champagne, dont les abbés avoient
leur hôtel à l'un des angles de cette place.]

Après ce funeste trophée, que luy reste-il, sinon d'entonner
glorieusement ce cantique, qu'elle prendra d'oresnavant à sa part:
_Exaltetur dominus Deus meus quoniam superexaltavit misericordiæ
indicium?_

Que peut-elle faire, sinon d'appendre, pour eternel memorial de son
salut, le tableau votif de ses misères dans le sacraire de ce temple
de justice?

Quel dessein peut-elle choisir plus convenable à sa condition, que
d'eriger un autel en son coeur, où elle admirera tous les jours de sa
vie la puissante main de son libérateur, les moyens incogneus aux
hommes par lesquels il a brisé les ceps[23] de sa captivité, et
l'ordre de sa providente dispensation à faire que toutes choses ayent
concouru pour sa liberation?

[Note 23: C'étoit une espèce d'entraves où l'on mettoit les mains et
les pieds des criminels.]

Ce fut un commencement de bon-heur en ce desastre que, le lendemain de
l'execution, la Cour entra dans les feries nouvelles que le Roy avait
concedées par lettres expresses peu auparavant entherinées. Ce fut
encore quelque chose de plus signalé, qu'alors qu'on recourut à la
bonté du Prince pour impetrer des lettres de pardon, luy et sa cour
estoient en allegresse et festivité, à cause de l'heureux et tant
desiré mariage du roy de la grande Bretagne[24] avec madame Henriette
Marie, princesse du sang de France. Ce fut bien plus de voir qu'à
l'instant que le discours de ceste sanglante catastrophe eut frappé
l'oreille de ce sage Orphée, de ce doux ravissant esprit[25], qui
tient dignement le premier rang en l'eminence de l'ordre de la
justice, il ait aussitost empoigné la lyre pour charmer la dureté des
Parques, revoquer la juste severité des loix, rappeler les décrets
inviolables de la mort, revivre ceste infortunée Euridice, morte
civilement par la condamnation, et presque naturellement par la peine.
C'est une merveille digne d'admiration, que celle qui debvoit estre
dans l'oubly d'une mort infame vive encore avec ce contentement,
qu'elle donnera subject à la postérité de dire que nostre Prince, avec
le tiltre juste qu'il s'estoit legitimement acquis, ait merité par
ceste action le nom de clement et misericordieux, pour avoir pardonné,
et sans autre peine que de prier Dieu pour la prosperité de sa
personne et de son estat.

[Note 24: Ce mariage eut lieu le 11 mai 1625. Ainsi, les noces d'un
roi qui devoit tomber sous la hache furent signalées par un acte de
clémence pour celle qui s'étoit miraculeusement échappée d'un supplice
pareil.]

[Note 25: C'est le chancelier d'Aligre.]

_Quam bonus princeps qui indulget, quam pius qui miseretur, quam
fidelis qui vel a nocentibus nil nisi preces et supplicationes
exposcit, quam pene divinitati proximus qui veniam criminum non
supplicii gravitate, sed votorum nuncupatione pro sua totiusque
imperii salute dispensat!_

Puissiez-vous ainsi tousjours, juste Roy, marier heureusement la
justice avec la paix, le jugement avec la misericorde, la clemence
avec la severité! Puissiez-vous si glorieusement terrasser les ennemis
de vostre Couronne, qu'après les avoir domptez par la rigueur de
vostre justice, vous leur imprimiez les mouvemens d'une humble et
fidelle obeissance par les effects de vostre clemence et debonnaireté!
Puissiez-vous, grand monarque, punir si parfaittement les crimes, que
les coulpables, ayans satisfait à la peine, puissent survivre à leur
supplice pour exalter à longs jours la felicité de vostre règne et de
vostre domination!

Cependant, puisqu'il a pleu à Dieu de redonner la vie à ceste fille,
au Roy de luy conceder l'abolition de son crime, elle vous demande,
Messieurs, la liberté, sans laquelle le reste luy tiendroit lieu d'un
second et dernier supplice, et soubs esperance d'obtenir ce qu'elle
poursuit, elle vous presente en deuë reverence ses lettres de pardon,
vous suppliant de proceder à l'entherinement d'icelles[26].

[Note 26: Cette harangue de Ch. Fevret long-temps oubliée comme tout
le reste de cette dramatique affaire, à laquelle Desessart seul a
consacré 27 lignes de son _Essai sur l'Histoire des Tribunaux_ (Paris,
1778-1784, t. VII, p. 134), a été reproduite mutilée et dénaturée dans
un recueil publié en 1836 sous le nom de M. Berryer, _Leçons et
modèles d'éloquence judiciaire et parlementaire_, etc., t. I, p.
77-79.]

       *       *       *       *       *

Louis, par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous
presens et advenir salut. Nous avons reçu l'humble supplication de
Helène Gillet, aagée de vingt et un ans ou environ, fille de Pierre
Gillet, nostre chastellain en nostre ville de Bourg en Bresse[27],
contenant qu'induitte par mauvaises recherches[28], elle se seroit
trouvée enceinte, et comme la crainte de ses parens, gens d'honneur
et de bonne famille, luy faisoit apprehender leur blasme et le
chastiment de son père, elle auroit, par mauvais conseil, resolu de
dissimuler sa faute, tellement sollicitée de son malheur, que mal
assistée en son part[29], son fruict se seroit treuvé meurtry: si que,
pour reparation, elle auroit esté condamnée à avoir la teste tranchée
par sentence rendüe au bailliage de Bourg[30], confirmée par arrest de
nostre Parlement à Dijon du 12 du present mois; en suitte de quoy, la
suppliante delivrée à l'executeur de la haute justice, et par lui
conduitte au lieu du Morimont en nostre-ditte ville de Dijon, après
avoir fait ses prières à Dieu, et soumise au supplice ordonné, ledit
executeur luy auroit eslancé un coup de coutelas sur l'espaule
gauche[31], dont elle seroit tombée sur le carreau de l'eschaffaut,
puis relevée par ledit executeur à l'ayde de sa femme, elle seroit
tombée d'un second coup qu'il luy auroit porté dudit coutelas à la
teste. Ce qui auroit excité telle rumeur dans le peuple que ledit
executeur, intimidé de plusieurs pierres ruées sur ledit eschaffaut,
se seroit jetté en bas, laissant la suppliante en la disposition de sa
femme, qui, l'ayant traisnée dans un coing dudit eschaffaut avec une
corde qu'elle luy jetta au col, auroit fait plusieurs efforts pour
l'estrangler, soit en serrant le col, ou luy pressant l'estomac de
plusieurs coups de pieds, et voyant ces supplices inutils, elle se
seroit aydée de ses cizeaux en intention de luy coupper la gorge, lui
en ayant porté plusieurs coups au col et au visage. Finalement ladite
femme, pressée de la clameur et indignation du peuple, seroit
descendue dudit eschaffaut en la chapelle qui est au-dessoubs,
traisnant avec ladite corde la suppliante la teste en bas, où elle
seroit demeurée mutillée en toutes les parties de son corps[32], sans
poulx, sentiment, ny cognoissance, pendant que le peuple irrité
assomoit à coups de pierres et de ferremens ledit executeur et sadite
femme. Ce mouvement passé, quelques uns, meus de compassion, auroient
levé et transporté la suppliante en la maison d'un chirurgien, où elle
a repris quelque esperance de vie par les secours et remèdes qui luy
ont esté promptement administrez. Mais pourceque nostre dit parlement
a commis sa garde à un huissier, l'apprehension d'un nouveau supplice
luy est une continuelle mort, qui la contraint implorer nostre
misericorde, et requerir très humblement nos lettres de remission
necessaires. Eu esgard à l'imbecilité et fragilité de son sexe et de
son aage, et à la diversité des tourmens qu'elle a soufferts en ses
divers supplices, qui esgalent, voire surpassent la paine de sa
condamnation; à ce que, la vieillesse de ses père et mère relevée de
ceste infamie, elle convertisse sa vie à l'employer à louer Dieu[33]
et le prier pour nostre prosperité: SÇAVOIR faisons qu'inclinant pour
la consideration susdite, à la recommandation d'aucuns nos speciaux
serviteurs, en faveur mesme de l'heureux mariage de la Royne de la
grande Bretagne nostre très-chere et très-aymée soeur, de nostre
propre mouvement, grace speciale, plaine puissance et authorité
royale, NOUS avons à ladite Helène Gillet, suppliante, quitté remis et
pardonné, quittons, remettons et pardonnons, par ces presentes signées
de nostre main, le faict et cas susdit, comme il est exprimé, avec
toute peine et amende corporelle et civile qu'elle a encourue envers
nous et justice; et mettant à neant toutes informations, decrets,
mesmes ladite sentence et arrest de mort qui en sont ensuivis, la
restituons et restablissons en sa bonne renommée et en ses biens non
d'ailleurs confisquez; imposons silence à nos procureurs généraux,
lieutenans, substituts, presens et advenir. SI DONNONS en mandement à
nos amez et feaulx conseillers les gens tenans nostre Cour de
Parlement à Dijon ces presentes nos lettres de remission entheriner,
et de leur contenu faire jouir ladite suppliante plainement et
paisiblement, sans permettre y estre contrevenu: Car tel est nostre
plaisir. Et afin qu'elles soient stables, nous y avons fait mettre
nostre seel, sauf, en toutes choses, nostre droict et de l'autruy.
Données à Paris au mois de may l'an de grace 1625, et de nostre regne
le 16. Signé Louys. Et sur le reply, le Beauclerc. Visa Contentor.
Signé Le Long et seellées en cire verte du grand seel à laqs de soye
rouge et verte.

Sur le dos est escrit: _Registrata_, avec paraphe.

[Note 27: «Et dont la mère est petite fille de feu M. le président
Fabry.» _Relation manuscrite_ qui se trouve au tome XCIII des
manuscrits Du Puy, Bibliothèque impériale.]

[Note 28: «Bien demeuroit-elle d'accord qu'il y avoit quelques mois
qu'un jeune homme, curé d'un village voisin de Bourg, qui demeuroit au
logis d'un sien oncle, venant à celui de son père pour apprendre à
lire et à écrire à ses frères, l'avoit connue, une fois seulement, au
moyen d'une servante de sa mère, qui l'avoit enfermée dans une chambre
avec ledit curé, qui la força.» (_Ibid._)]

[Note 29: _Partus_, accouchement.]

[Note 30: Le rang qu'occupoit sa famille l'avoit fait condamner non à
la pendaison, mais à la mort par le glaive, supplice des nobles.]

[Note 31: «Le bourreau, lisons-nous dans la relation citée tout à
l'heure, qui n'entendoit pas son métier, lui fait hausser le menton et
retirer le cou pour la prendre de côté, et à l'instant lui décharge un
coup sur la mâchoire gauche, glissant au cou, dans lequel il entre du
travers d'un doigt. La patiente tombe sur le côté droit. Le bourreau
quitte ses armes, se présente au peuple et demande de mourir. On
commençoit déjà à exaucer sa demande, les pierres volant de tous
côtés, lorsque la femme du bourreau, qui assistoit son mari en cette
occasion, releva la patiente, qui en même temps marcha d'elle-même
vers le poteau, se remit à genoux et tendit le cou. Le bourreau éperdu
reprend le coutelas, que sa femme lui présentoit, et décharge un
second coup, que la pauvre victime reçoit sur l'épaule droite, sans la
blesser que légèrement. La sédition se renouvelle et s'augmente. Le
bourreau se sauve en la chapelle qui est au bas de l'échafaud; la
femme du bourreau demeure seule avec la patiente, qui étoit tombée sur
le coutelas, duquel assurément la bourelle se fût servie si elle l'eût
vu. Elle prit en son lieu la corde que la patiente avoit apportée au
supplice, la lui met au cou. Elle se défend, et jette ses mains sur la
corde. L'autre lui donne des coups de pied sur l'estomac et sur les
mains, et lui donne cinq ou six secousses pour l'étrangler, puis,
comme elle se sentit frappée à coups de pierres, elle tire ce corps
demi-mort, la corde au cou, la tête devant, à bas la montée de
l'échafaud. Comme elle fut au dessous, proche des degrés, qui sont de
pierre, elle prend des ciseaux qu'elle avoit apportés pour couper les
cheveux de la condamnée, longs de deux pieds, et la veut égorger;
comme elle n'en peut venir à bout, elle les lui fiche en divers
endroits.»]

[Note 32: «Outre les deux coups de coutelas, elle a six coups de
ciseaux: un qui passe entre le gosier et la veine jugulaire; un autre
sous la lèvre d'en bas, qui lui égratigne la langue et entre dans le
palais; un au dessous du sein, passant entre deux côtes, proche de
l'emboiture du dos; deux en la tête, assez profonds, quantité de coups
de pierres, les reins entamés fort avant du coutelas, sur lequel elle
étoit couchée, lorsqu'on la secouoit pour l'étrangler, et son sein et
son cou plombés de coups de pieds de la bourelle.» _Même relation._]

[Note 33: Hélène Gillet, en effet, se retira du monde. Elle entra dans
un couvent de la Bresse, et y vécut très saintement de longues années.
Sa mort fut des plus édifiantes. V. _Vie de Madame de Courcelles de
Pourlans_, etc., par Edme-Bernard Bourrée, oratorien, Lyon, 1699,
in-8., p. 264.]


  _Extraict des Registres du Parlement._

Veu les lettres patentes obtenues à Paris au mois dernier par Helène
Gillet, fille de maistre Pierre Gillet, chastellain royal à Bourg, par
lesquelles le Roy, pour les causes y contenues, à la recommandation de
ses speciaux serviteurs, en faveur mesme de l'heureux mariage de la
Royne de la grande Bretagne, sa très-chère et très-aymée soeur, de son
propre mouvement, grace speciale, plaine puissance et authorité
Royalle, auroit à ladite Gillet quitté, remis et pardonné le faict et
cas exprimé ès dittes lettres, avec toute peine et amende corporelle
et civile qu'elle avoit encourue envers sa Majesté et justice, mettant
à neant toutes informations, decrets, mesme les sentence et arrest de
mort qui s'en estoient ensuivis, la restituoit et restablissoit en sa
bonne renommée et en ses biens non d'ailleurs confisquez, imposant
silence à ses procureurs generaux, leurs substitus presens et à venir,
et à tous autres; arrest du deuxiesme du present mois de juin, par
lequel, sur la presentation faicte en audience par laditte Gillet
desdittes lettres, et ouy Picardet, procureur general du Roy, auroit
este ordonné que, sur le contenu en icelles, elle seroit ouye et
repetée par le commissaire au rapport duquel avoit esté donné l'arrest
du 12 dudit mois de may, pour après estre pourveu sur l'entherinement
d'icelles, ainsi qu'il appartiendroit; cependant demeureroit laditte
Gillet en la garde d'un huissier; interrogations, responses et
repetitions de laditte Gillet par devant ledit commissaire; ledit
arrest du 12 de may confirmatif de la sentence donnée au bailliage de
Bresse le 6 fevrier precedent, par laquelle laditte Gillet auroit esté
declarée deuement atteinte et convaincue d'avoir recelé, couvert et
occulté sa grossesse et son enfantement; et pour reparation, ayant
aucunement esgard à l'aage et qualité de ladite Gillet, icelle
condamnée à avoir par l'executeur de la haute justice la teste
tranchée, en l'amende de cent livres envers le Roy, et ès frais et
despens de justice: LA COUR a intheriné et intherine lesdittes
lettres; ordonne que ladite Gillet jouira de l'effet d'icelles selon
leur forme et teneur. Faict en la Tournelle, à Dijon, le cinquiesme de
juin mil six cens vingt cinq.

       *       *       *       *       *


     _Histoire veritable de la conversion et repentance d'une
     courtisane venitienne, laquelle, après avoir demeuré long-temps
     souillée dans les lubricitez et ordures de son peché, Dieu a
     faict reluyre dans son ame les rayons de son amour et l'a retirée
     à soy._

     _Traduit d'italien en françois. A Paris, chez Guillaume Marette,
     ruë Sainct Jacques, au Gril._

       1608.--In-8º.


Entre tous les vices et pechés qui se sont enracinez dans le coeur des
hommes et qui plus manifestent l'ire de Dieu, ç'a esté la paillardise:
car Dieu a fait pleuvoir feu et foudre pour advertissement d'un si
enorme et detestable peché devant sa divine Majesté. Quelle chose est
sous le ciel plus abominable et plus digne de hayne que ce vice, qui
est la source et fontaine de tous maux? Certains auteurs remarquent
qu'il n'y a rien au monde qui offence plus le corps et l'esprit, et
qui nuise plus à la santé corporelle et spirituelle, qui engendre plus
de maladies interieures et exterieures, qui rende l'homme plus brutal
et insensé que ce mechant acte voluptueux qui tue le corps et l'ame.
Tous les livres des anciens et des modernes sont si remplis d'infinis
exemples, que, si nous les feüilletons, nous verrons les punitions,
misères et malheurs qui l'accompagnent. Les enfans d'Hely nous ont
servi d'exemple de la divine vengeance, et ceux qui estoient du temps
de Noë, comme parle nostre Seigneur en son Evangile. Valère[34], livre
9, chapitre 12, nous en fournit assez quand il parle du poëte lascif
et vilain qui mourut où il se plaisoit tant. Mais nous nous
arresterons seulement pour le present à la recerche curieuse de la
vie, meurs et façons de ceste Leonor Venitienne, issuë de riches et
fameux personnages dont je tais le nom, à laquelle Nature avoit
desparti tous ses dons et graces, et l'avoit doüée de parfaicte
beauté, enrichie dès son commencement de vertus requises à une
damoiselle bien née comme elle estoit.

[Note 34: Valère-Maxime.]

On voit ordinairement qu'en un bel arbre fruitier il y a quelques
branches qui sont pourries et mortes, et que, si on ne les coupoit,
elles gasteroient tout l'arbre; de mesme les parens de ceste Leonor,
qui estoient beaux arbres florissans et eslevés en haut, enracinez en
la vertu, produirent une branche, de commencement verdoyante, et qui,
petit à petit, comme elle croissoit, elle se pourrissoit: car, dès que
l'amour aveugle eut decoché ses fléches dans son coeur, elle aperceut
des nouveaux traitz et desirs d'aimer, qui sont les enfans et
avant-coureurs d'Amour, qui luy firent clorre les yeux de chasteté
pour ouvrir ceux de lubricité: car ayant atteint l'aage de quinze ans,
lors vray miroir de vertu et beauté, et estant delaissée orpheline
depuis deux ans et unique heritière des biens paternels, fust
recherchée de plusieurs braves cavaliers, qui, espris de ses beautez,
ne pouvoient respirer que l'air de ses bonnes graces; et comme la
coustume de ces païs porte que les filles soient retirées des
compagnies, principalement de celles des hommes; mais elle estoit
maistresse de soy-mesme et se laissoit aller où sa volonté et plaisirs
la poussoient. Elle attiroit par sa beauté les coeurs de ceux qui la
regardoient, et, en la regardant, l'admiroient, entre autres le
cavalier Lysandro, qui, jà long-temps auparavant, avoit esté adverti
des beautez de ceste damoiselle, estant envoyé à Venise pour l'estude
des sciences et exercices de noblesse, tascha par subtils moyens de
pouvoir treuver lieu, temps et heure commodes pour offrir et sacrifier
les veux de son service sur l'autel des merites de ceste beauté, et ne
pouvant treuver telle commodité comme il desiroit, il se delibera de
l'aller voir à son logis, accompagné d'un homme seulement, et là
estant, la treuva aussi gratieuse que belle; incontinant luy commença
à descouvrir la douleur qu'il avoit enduré dès que les rayons de sa
beauté eurent penetré son coeur, et qu'il la supplioit et conjuroit
d'alleger le tourment de son mal. Tous deux au mesme instant furent
comblez d'heur et desir, comme ils souhaitoient; il ne manque point
tous les jours en après la voir; enfin tous deux sont embrasés de
l'amour de l'un et de l'autre. Et ainsi passionné luy donna à
entendre, comme la coustume est, qu'il la prendroit pour sa loyale
espouse, et que cependant elle esteint les feux ardens d'amour qui le
brusloient. Alors les parens de l'un et de l'autre, estans advertis du
faict, firent moyen de les separer et esloigner, afin d'esteindre le
feu et la fumée du bruit qui estoit semé d'eux par la ville. Mais
Lysandro, qui ne desiroit plus belle occasion que celle, afin d'eviter
les rets où il estoit pris s'il ne s'en retournoit à la maison de son
père, la quitte, ayant assoupi ses lubricitez l'espace d'un an; et
ainsi elle demeura grosse d'une fille. Je ne vous pourrois representer
les douleurs et afflictions accompagnez de souspirs et repentirs de
ceste pauvre Leonor, qui au premier commancement avoit gouté les
fruicts de l'amour si doux, et maintenant luy sont si amers! La voilà
delaissée et abandonnée d'un chacun, reputée pour une autre Laïs,
fameuse putain, qui, estant morte, afin de faire revivre sa memoire,
fut mis sur son tombeau une lionne qui esgratignoit un belier par les
fesses, pour designer que le belier estordy, à sçavoir, l'homme, se
laisse piper à la femme, qui luy tire le sang et luy oste la laine.
Elle est contraincte en après de poursuivre comme elle avoit commencé,
et s'addonne tellement à toutes sortes de lubricitez, qu'au lieu que
c'estoit un miroir de vertu et chasteté, ce n'est que le receptacle
des vices: sa beauté et elegance de son corps estoit flestrie, sa
conscience offencée, laquelle l'epoinçonnoit ordinairement avec des
vives attaintes d'un repentir; son nom tout difamé, sa vie abregée, le
coeur et l'ame perduë. Mais Dieu, qui ayme les siens, et qui ne cerche
la mort du pecheur, fit reluyre peu à peu les effects de son amour
dans le coeur de ceste creature, afin de la retirer des ordures et
saletés du peché où elle estoit plongée; si bien que le 26e jour du
mois de mars, entendant la predication d'un R. P. de l'ordre S.
François, qui avoit prins pour thème de son sermon la conversion de la
Magdaleine, luy esmeut et incita une telle ardeur de l'amour divin,
accompagné d'un repentir et remord de conscience d'avoir offencé un si
long temps celuy qui l'avoit creée à son image, qu'incontinant que le
père fut descendu de la chaire, elle se prosterna à ses pieds, luy
demandant humblement pardon, le priant de vouloir entendre une
confession auriculaire de tous ses pechés, qu'elle vouloit faire.
C'estoit auparavant une Laïs, maintenant c'est une autre Magdelaine,
que les souspirs et pleurs qu'elle respand pour ses pechés passés, et
la penitence qu'elle a commencée luy acquerront les cieux. Cependant
elle s'est retirée à un couvent des religieuses de S. François, où
elle vit avec telle penitence, jeusnes et oraisons; ayant party tout
le reste de ses biens paternels, et ceux que la lubricité lui avoient
acquis, aux pauvres et au couvent, remit sa fille à la suitte d'une
grande dame.

Cest escrit m'estant tombé entre les mains, j'ay desiré le mettre
d'italien en françois, afin d'emouvoir et inciter un chacun à fuïr et
avoir en horreur ce vice et peché si enorme devant la divine Majesté,
et conjurer ceux qui ont esté seduits et attrapez par les retz et
filetz que le diable, ennemy immortel, leur prepare tous les jours, de
tascher par tous moyens de s'en delivrer, car toujours il a esté
divinement puny. Qui pourroit donc mettre en registre tant de villes
ruinées, saccagées, apauvries et desolées par ce malheureux vice? Les
monarchies des Perses, Assyriens, Mèdes, Macedoniens, Troiens,
Romains, les florissantes cités de Lacedemone, Thèbes, Athènes et
autres, ont esté perdues par ce monstre detestable. Je serois trop
prolix de deduire les malheurs qui l'accompagnent, mais cecy servira
de miroir et vray exemple de chasteté, afin que ces belles ames ne se
viennent à souiller, fletrir et secher par les retz de l'ordure de ce
péché: car, ayant ce lustre si resplendissant, on reluyra de tous
costez, rejettant ceste insatiable volupté, qui ameine avec soy un
repentir qui mord et pince la conscience ordinairement, et engendre en
l'esprit une douleur perpetuelle, et faict oublier le doux pour succer
l'amer, et depeint en nous une infamie; et comme dit le poète,

  O passion dissoluë!
  O volonté trop gouluë!
  Plus l'hydropique met peine
  De succer une fontaine,
  Plus il creuse son tombeau, etc.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Les singeries des femmes de ce temps descouvertes, et
     particulièrement d'aucunes bourgeoises de Paris[35]._

       M. DC. XXIII. In-8º.

     [Note 35: M. Leber, qui possédoit ce livret, l'indique comme rare
     dans son catalogue, nº 2504, 5e pièce.]


Dernierement je me rencontray en un lieu où je vis plusieurs
gentils-hommes et damoiselles qui discouroient sur diverses choses;
enfin, chacun faisant à qui mieux paroistre quelque beau traict
d'esprit, nous tombasmes sur les singularitez, tant du corps que de
l'esprit, qui se rencontroient ordinairement aux dames, singularitez
ausquelles les jeunes gens, de quelque profession qu'ils fussent,
sembloient avoir beaucoup d'obligation, comme leur servant de première
leçon pour se façonner.

Ces parolles diversement promenées de bouche en bouche, à l'advantage
des femmes, et assez bien recueillies de la compagnie, se rencontra un
homme de la trouppe, lequel, par manière de rire, soit ou quil eut
conçeu quelque inimitié contre les femmes, ou autrement, voulut
contrepointer de point en point ceste opinion et renverser ceste
proposition.

Vous qualifiez du nom de singularité des choses que je nomme singeries
des femmes, dit-il, car si vous ostez de ce sexe les singeries et les
folies dont elles sont remplies, vous destruirez toute leur essence,
et ce qu'elles ont de singulier en elles.

A ce mot, chacun commença à murmurer; un bruit sourd s'espandit dans
la chambre, et les femmes qui assistoient à ceste assemblée se
promirent bien de le faire desdire de la parole qu'il advançoit.

Mais le gentil homme, d'un visage hardy: Non, non (poursuit-il), ne
vous estonnez aucunement de ceste mienne première demarche; mais
suspendez un peu votre jugement: j'espère faire en sorte de vous
rendre contens en ce que je vous ay proposé.

Il y a quelques années que, feuilletant un ancien codice intitulé: _le
Répertoire des choses humaines_, je trouvay que les dieux, voulant
bastir et former l'homme, prindrent une grosse masse de terre,
laquelle ils pestrirent longuement avec je ne sçay quelle mixtion
celeste, et un temperament des qualitez elementaires (bien que les
chimistes soient d'une autre opinion), puis, ayant mis toute cette
masse à la fonte, firent l'homme composé d'une ame raisonnable, oeuvre
où l'art surmonta la nature, et où les dieux mesmes admirerent leur
propre industrie, pour les richesses et raretez qui y furent encloses;
et d'autant qu'il se rencontra beaucoup de matière qui restoit, ne
voulant les dieux qu'une si divine composition fust perdue, ils la
remirent de rechef à la fonte; mais ils ne s'apperceurent qu'à la
façon des chimistes et soufleurs, en voulant purifier et rendre ceste
matière plus excellente, elle se précipita et devint plus lourde et
terrestre, et de ceste estoffe ils en formèrent la femme, beaucoup
plus stupide et grossière que l'homme, et qui n'a rien de viril que ce
que l'homme luy en fournit.

Il restoit encor quelque peu d'escume de la femme, dont les dieux,
pour ne rien perdre, _natura enim non facit frustra_, bastirent et
façonnèrent de petits avortons de nature, qui furent appelez pigmées
ou nains, et des singes, leurs demi-frères.

De façon que l'homme est mitoyen entre les dieux et la femme, et ainsi
la femme tient le milieu de l'homme et des pigmées et singes, qui ne
leur ressemblent point trop mal.

Et ainsi on peut dire que les dieux, voulans former les femmes,
prirent un peu de la nature et raison de l'homme, un peu des pigmées
et de leur essence, et le reste ils le tirèrent des singes; et, de
fait, on remarque plusieurs indices des singes qui se retrouvent en la
femme. De là vient que les femmes sont ordinairement plus petites que
les hommes, qu'elles se veulent mesler de tout faire et manier tout,
et le plus souvent les hommes ne s'en apperçoivent qu'après que la
besogne est faite. Les femmes, recognoissant de leur costé que de leur
escume avoit esté fait et procréé le singe, animal assez plaisant, et
voyant qu'elles estoient nées en ce monde pour servir de singe aux
hommes et leur complaire, s'estudièrent de là en avant de proceder de
bien en mieux, et, par un artifice nouveau, alambiquèrent la
quintescence des singes, que nous apellons singeries, qui leur sont si
familières et ordinaires, que, quand vous repasserez sur toutes les
singularités de corps et d'esprit qu'estimez resider en elles, vous
n'y trouverez autre chose que singeries.

Un second passage, qui confirme grandement tout ce que j'ay advancé
des singeries des femmes, est celuy qui se retrouve dans le mesme
autheur.

Au commencement du monde, les dieux avoient fait un beau verger et
avoient planté l'homme et la femme au milieu pour contempler les
fruicts; or, entre autres arbres, il y en avoit un de science et
l'autre de singes, fruicts si agreables aux femmes, qu'elles
quittoient le boire et le manger pour cueillir desdits singes, et
despouilloient les branches, ne laissant rien sur l'arbre que les
queües (de là vient que les singes sont aujourd'huy sans queüe).

Les dieux ayant remarqué ceste singerie, en punition attachèrent les
femmes sur l'arbre et les entèrent sur les queuës des singes; c'est
pourquoy maintenant les femmes aiment tant la queüe, n'y ayant morceau
de chair ni venaison qui leur semble de meilleur goust, et depuis ce
temps-là on a nommé toutes les actions des femmes singeries.

Si maintenant je veux allegorier ce discours et en venir à
l'experience, quelle femme se peut rencontrer en tout l'univers qui
n'a passé son temps en singeries, en momeries, bombances et
niaiseries? Il ne faut point aller chercher d'exemples en Italie, le
lupanar et la sentine de toutes les salletez des femmes; il ne faut
aller en Espaigne ny en Angleterre, mais il faut venir à Paris: vous y
verrez une fourmilière, non de femmes, bien qu'elles en ayent le
visage et le dehors, mais un escadron de singes.

Les singes se remarquent à leur poil et à leur exterieure façon; à
cela recognoistrez-vous les femmes; les singes ont une face que, si
elle etoit masquée, ce seroit une vraye femme, et quand on me monstre
une femme masquée, je m'imagine de voir un singe, tant le rapport a de
proximité et de concurrence. Le singe cache mille ravauderies dans les
concavitez de ses joües; la femme, sous un visage trompeur, cache tout
ce qui se peut imaginer au monde de perfide et de meschant. Souvent
vous croirez qu'elle vous caresse, mais, pire qu'une serène, elle
taschera de vous engluer en ses rets et se mocquera de vous. Il n'y a
rien de plus inconstant que la face: c'est une lune qui a ses
croissans, ses cartiers et son plain; tantost elle paroistra plaine, à
l'autre elle semblera carne[36]; et comme jadis la teste de Meduse
convertissoit toutes choses en pierre, ainsi l'homme à l'aspect de la
face de sa femme deviendra cornu. La femme est un vray Prothée, il n'y
a rien qui change plus tost.

[Note 36: Au 17e siècle, comme aujourd'hui encore à Orléans, le peuple
disoit _carne_ pour _corne_. (V. Molière, le _Malade imaginaire_ acte
I, sc. 2).]

  _Fiet enim subito sus horridus atraque tigris
  Squammosusque draco et fulva cervice leena._

Le singe a les mains, ou, pour mieux dire, les pattes, semblables aux
mains des femmes, sinon que celles des singes sont velues par dehors,
en quoy vous remarquez la mesme difference que celle qui est entre le
né et le cul: le cul est velu par dehors et le né dedans. Reste à
parler de la queüe, qui est la principale pièce, et de qui despend
tout le mistère. Les singes n'ont point de queüe, n'aussi n'ont les
femmes, et c'est en quoy elles se plaignent aussi bien que les singes;
toutefois, elles ont mille inventions pour en trouver: car, pour une
seule peau de connin, elles auront la queüe de plus de cent veaux, ce
que ne peuvent faire les singes. Aussi les femmes ont tousjours le
bruit de mieux traffiquer que tout autre animal, et, de fait, elles
bailleront tousjours le double pour le triple. Les singes, de honte,
sont tousjours assis sur le cul, à cause qu'ils n'ont point de queüe,
et les femmes se couchent sur le dos afin d'en avoir. Bref, il y a une
grande simpathie entre le corps d'un singe et le corps d'une femme.

Venons maintenant à esplucher les actions de l'un et de l'autre, et
voyons si la femme n'a pas une grande correspondance d'esprit avec la
nature essentielle et quidditative du singe.

Le singe a un certain instinct de faire tout ce qu'il void faire, et
de produire les mesmes actions au jour qu'il void exercer par ceux
qu'il regarde; peut-on trouver une singerie plus belle en la femme,
laquelle ne s'ingère pas seulement de faire ce qu'elle void faire,
mais mesme se veut quelquefois vaincre soy-mesme et aller au delà de
ses forces?

N'estoit-ce pas une vraye singerie que ceste royne superbe des
Assiriens, Semiramis, laquelle massacra son mary et son fils Ninus
pour regenter sur les hommes, et osa bien mesme, tant elle avoit le
coeur d'imiter les actions des hommes, quitter les habits de femme et
se revestir du manteau royal?

N'estoit-ce point une singerie bien formée, de voir les cinquante
Danaïdes feindre avec passion de caresser leurs maris la première
nuict de leurs nopces, et cependant sous leurs chemises porter le
cousteau fatal dont elles leur ravirent la vie?

Je serois trop prolixe si je voulois parler de toutes les singeries
qu'ont exercé les femmes de l'antiquité: nostre siècle nous en produit
assez d'exemples, et principalement la ville de Paris, où les cornes
croissent invisiblement plus qu'en autre lieu du monde.

La singerie de ceste marchande de la rue Sainct-Martin estoit
admirable, lors qu'elle fit venir son courtisan dans une basle de
marchandise, et qui de nuict elle alloit visiter la basle et joüoit du
flageolet cependant que son mary soufloit la cornemuse.

C'estoit une belle singerie que pratiqua ceste brunette d'auprès
Sainct-Innocent, de se faire servir par un jeune garçon habillé en
fille de chambre; mais tout le fait fut descouvert par le moyen du
garçon de boutique, qui voulut faire l'amour à la fille de chambre, et
trouva que son cas n'alloit pas bien.

C'estoit une singerie remarquable que celle de la procureuse du
Chastelet, laquelle se faisoit ventouser par son clerc, quand son
maistre arriva, sans sçavoir qu'il fust acteonisé, ou qu'on l'eust
placé au zodiaque, au signe du capricornio.

Mais il y a bien plus à rire pour l'autre de la rue de Sainct-Honoré,
assez proche de la Croix du Tiroir, qui fit entrer un certain
bourgeois de la rue aux Ours en son logis, sous espérance de traitter
avec luy, et cependant trois ou quatre estaffiers luy mirent la main
sur le collet et luy donnèrent les estrivières. Il n'y avoit point à
rire pour tout le monde, et principalement pour le susdit, qui depuis
a juré qu'il n'avoit jamais dansé à telle feste.

Mais ces singeries-là n'ont rien d'esgal à celles qui se joüent au
cours, où toutes les Nimphes, Orcades, Naiades, Driades, Bocagères,
Montaigneuses et autres, se rencontrent avecque les Satirs,
Capripèdes, Chevrepiés, Silvains, et telles manières de gens qui font
leurs affaires sans chandelle et qui ne vont qu'à tatons. Dernièrement
il me print une humeur d'y aller; mais je ne sçay si seray
metamorphosé en Acteon: car je vis une belle Diane de la rue
Sainct-Anthoine toute nue entre les bras d'un gentil-homme de la rue
Dauphine; mais en ma vie je ne fus si estonné, et à peine que de
ravissement les cornes ne me montèrent en la teste.

Je ne veux oublier les singeries de ceste grande dame à cinq estages
de la rue Sainct-Jacques, qui toute nuict fait la sucrée et la Diane,
et le matin, quand son mary est dehors, se donne du bon temps et passe
ainsi sa jeunesse.

Je ne veux aussi oublier par mesme moyen celle du costé des
Bernardins, qui enferme son mary dans une chambre cependant qu'elle
luy plante des cornes sur le front. Tout cela peut estre appellé
singeries.

Mais, pour conclure, n'est-ce point une vraye singerie de voir les
femmes de crocheteurs vouloir faire les bourgeoises, et les
bourgeoises imiter les damoiselles, et celles-cy les princesses[37]?
En quel siècle sommes-nous? Vit-on jamais tant de bombance et de
superfluitez qu'on en voit maintenant? Qui vid jamais tant de singes
et tant de singeries? Ma commère a un cotillon à fleurs, et toutefois
elle n'est point si riche que moy: pourquoy mon mary ne m'en
donnera-il point? S'il ne le fait, je sçay bien le moyen d'en avoir
qu'il ne me coustera rien.--Et moy, qui suis grosse marchande, sera-il
dit que ceste mercière sera plus brave que moy? Il faut resolument que
je me face raccommoder tout de neuf. Et ainsi des autres.

[Note 37: On trouve de pareilles plaintes sur le luxe croissant des
bourgeoises dans les _Caquets de l'accouchée_ (passim), et dans une
autre pièce du même temps: le _Satyrique de la court_, 1624, in-8º,
pag. 13-15.]

Pleust à Dieu que les singes et singeries[38] fussent dans un basteau
et s'en allassent tous au vent! Nous ne serions point en la peine où
nous sommes.

Adieu.

[Note 38: Rabelais, dans un passage de son _Gargantua_, chap. XL,
passage que Voltaire a visiblement imité dans sa satire du _Pauvre
diable_, sans que personne l'ait encore remarqué, établit entre les
moines et les singes la même comparaison qui a été faite ici entre les
singes et les femmes.]

FIN.

       *       *       *       *       *


     _La Chasse et l'Amour, à Lysidor._

       MDCXXVII.

         In-8º. 15 pages.


_L'Amoureuse Chasse, à Lysidor._

    Lysidor, voicy le printemps
  Qui remet sa gaye verdure;
  Mais les bons veneurs en ce temps
  Ont une bien maigre adventure.
    La saison ne rit à leurs coeurs;
  Envain s'y romproient-ils la teste,
  La senteur de l'herbe et des fleurs
  Prive leurs chiens d'aller en queste.
    Ils ont beau sonner de leurs cors,
  Et brosser dans les forets vertes;
  Ils ont beau picquer dans les forts,
  Leurs meutes n'y vont qu'à leurs pertes.
    Ny leurs forhus, ny leurs relais,
  Ny leurs routes, ny leurs brisées
  Ne servent qu'à rendre à leurs frais
  Toutes leurs peines abusées.
    Mais si vous aymez à chasser,
  Vous plaisant à la venerie;
  Si vous aymez à relancer,
  Que ferez-vous donc, je vous prie?
    Tandis, si vous le desirez,
  Estant chasseur comme vous estes,
  Doucement vous esquiperez
  Vostre chasse pour les fillettes.
    Bien garny de tout ce qu'il faut,
  Et les voyant de bonnes prises,
  Sans les aller courre en deffaut,
  Les belles vous seront acquises.
    Tantôt la blonde vous suivrez,
  Remarquant son erre et sa voye;
  Ore à la brune vous irez,
  Mariant la peine à la joye.
    Ore un tetin dont l'Orient
  Ne sera que lys et qu'ivoire,
  Un teint de rose, un oeil friand,
  Vous induiront à la victoire.
    Ores vous prendrez les devants,
  Maintenant vous ferez l'enceinte:
  Les veneurs expers et sçavans
  Usent d'une pareille feinte.
    Maintenant vous plierez le trait
  Du limier avec retenuë,
  Ou l'alongerez, comme on fait
  A l'heure que la beste est veuë.
    C'est le moyen de r'habiller
  Les désordres que l'on peut faire:
  Lysidor, il y faut veiller,
  Et regarder à son affaire.
    On eslogne souventes fois
  La venaison que l'on pourchasse,
  N'usant des statuts et des loix
  Qui sont de l'amoureuse chasse.
    Or les plaines et les forests
  De ce quartier, sans raillerie,
  Assez, de loin comme de près,
  Nourrissent telle venerie.
    Chassez donc et soir et matin,
  Car telle chasse le merite;
  Et, pour un si digne butin,
  La gloire n'en sera petite.
    Revoir, rencontrer, retourner,
  Demesler, cognoistre le change,
  Lancer, r'embucher[39], ramener,
  Vous donneront heur et louange.
    Quand vous aurez fait tout cela,
  Cherchant le frais de la serée
  Comme gens qui font le holà,
  Vous sonnerez pour la curée.
    Lors (s'il me doit estre permis
  De vous le dire sans feintise),
  Vous obligerez vos amis
  De quelque chose de la prise,
    Afin qu'ils soient mieux restaurez
  Des biens qui viennent de la chasse,
  Qu'ils n'ont esté remunerez
  De ceux des muses du Parnasse.

[Note 39: _Faire rentrer dans le bois._ Regnard a employé ce verbe
d'une façon très comique dans sa comédie du _Bal_ (sc. 2).]


_Eslection d'une maistresse._

    Pour faire une belle maistresse,
  Capable de ravir mon coeur
  Et d'estre un jour une deesse,
  Malgré le temps et sa rigueur,
  Voicy comme je la desire
  Et comme je la veux eslire.
    Premièrement, je la demande
  Entre seize et dix et sept ans,
  De taille qui soit riche et grande,
  Et que la fleur de son printemps
  Ait un air de qui la merveille
  La fasse juger nompareille.
    Je ne la recherche trop grasse,
  Ny trop maigre je ne la veux:
  Toutes deux ont manque de grace
  Pour embarquer un amoureux.
  Un gresle embonpoinct je souhaitte,
  La desirant toute parfaicte.
    Je veux qu'elle ait la face ronde,
  Peinte de roses et de lys,
  Et qu'une amorce autre que blonde
  Rende ses cheveux embellis,
  Frisez en leur brune teinture
  Par un miracle de nature.
    Je luy desire un front d'yvoire,
  Et que deux bruns sourcils pareils
  Ombragent l'une et l'autre gloire
  De ses yeux (deux humains soleils)
  Riant, sans l'emprunt de la bouche,
  Pour attirer le plus farouche.
    Aussi je veux en ceste belle
  Un nez de moyenne longueur,
  Traitis, comme l'eut jadis celle
  Par qui Roland fut en langueur,
  Et que son oreille desclose
  Imitte la nouvelle rose.
    Sa bouche soit ronde et petitte,
  Vermeille dehors et dedans,
  Où deux rangs de perles d'elitte
  Se manifestent pour les dents
  Avec une grace alléchante,
  Soit qu'elle rie ou qu'elle chante.
    Qu'aux deux bords deux fossettes rient,
  Et que, par l'effect de leurs ris,
  En ravissant elles marient
  Et la civette et l'ambre gris.
  Sous une haleine parfumée,
  Naturellement embasmée.
    Comme la pomme nouvelette
  Qui n'a plus rien de son cotton
  Paroist en embas jumelette,
  Ainsi la belle ait un menton;
  Sa gorge soit doüillette et blanche
  Comme nège au long d'une branche.
    Son col apparoisse de mesme,
  Droit, charnu, bien uni partout;
  Et que, d'une blancheur extresme,
  Ses tetins, fraisez sur le bout,
  Lentement, d'une suitte esgalle,
  Soient agitez par intervalle.
    Que ses mains aux lys fassent honte;
  Que ses longs doits appareillez
  Ay'nt une beauté qui surmonte
  Les marbres polis et taillez;
  Ses pieds ay'nt la forme divine
  Des pieds de la nymphe marine.
    Les autres beautez soient pareilles:
  J'entends celles qu'on ne voidt pas,
  Et dont les secrettes merveilles
  Attrairoient les dieux icy-bas,
  Et feroient marcher en trophée
  Les monts et les bois, comme Orphée.
    Mais, si je la veux excellente
  Et parfaitte en beauté de corps,
  Je la desire aussi brillante
  Par dedans comme par dehors,
  Recherchant un esprit en elle
  Qui soit digne d'une immortelle.
    J'entends qu'elle soit bien apprise
  Toujours dans la civilité;
  Qu'elle parle avec galantise,
  D'un entendement arresté,
  Sans vouloir estre dedaigneuse
  Que par une feinte amoureuse.
    Je veux (si, partant de l'enfance,
  On peut acquerir un tel art)
  Qu'elle ait parfaitte cognoissance
  De tous les escris de Ronsard
  Et de tous les chants de Petrarque,
  Dignes de surmonter la parque.
    Je veux qu'elle adore leur style,
  Dont l'air est toujours de saison,
  Dont la seule voix est habile
  Pour une fille de maison:
  Le jargon d'un autre langage
  Est pour les filles de village.
    Rien d'austaire je ne desire,
  Ny de revesche en son humeur:
  La severité n'a l'empire
  Que sur le fait d'un age meur.
  Les ris, les jeux et les blandices
  D'amour sont les vrays exercices.
    Je veux donc qu'elle soit gaillarde
  Comme un chevreuil dedans un bois,
  Impatiente et fretillarde,
  Et moderement, toutesfois,
  Car en cette humeur vive et prompte,
  Mon desir est qu'elle se domte.
    De plus, je veux que ses oeillades
  Facent mille et dix mille tours,
  Soit pour rendre les coeurs malades,
  Soit pour alleger leurs amours,
  Donnant, comme Achille en Mysie,
  D'un coup et la mort et la vie.
    Je veux qu'à la dance elle monstre
  Je ne sçay quoy de nompareil,
  Et que son chant, de sa rencontre,
  Plonge les yeux dans le sommeil,
  Quand au luth ses mains charmeresses
  Joindront ma peine ou mes liesses.
    Je la souhaitte bien parée,
  Nette, propre et sans afficquets,
  N'estant seulement bigarée
  Que de perles et de bouquets
  A l'oreille, au col, sur la teste:
  L'excès est tousjours mal honneste.
    Aussi la desiré-je encore
  De bon sang et de bons ayeux,
  Affin que mieux elle decore
  Les graces qu'elle aura des cieux
  Toujours une eau claire desrive
  Et jaillit d'une source vive.
    Pour cela, qu'elle ne mesprise
  Les fers de ma captivité;
  Le soleil, bien qu'il ne reluise,
  Empesché de l'obscurité,
  Ne laisse pas neantmoins d'estre
  Le soleil comme il est veu naistre.
    Bref, je demande qu'elle passe
  Toutes les filles de son temps
  En gentillesse, en bonne grace,
  Pour rendre mes esprits contens,
  Et pour gaigner en mon service
  Un nom qui jamais ne perisse.
    Telle je veux une maistresse
  Pour loüer ses jeunes beautez
  Et pour en faire une déesse
  Là-haut, parmy les deitez,
  Qui, la voyant si bien choisie,
  En auront de la jalousie.
    Mais toutesfois, si quelque belle
  Et d'autre air et d'autre couleur,
  Me fait voir quelque chose en elle
  Digne de penetrer un coeur,
  A l'heure, je ne veux pas dire
  Que peut-estre je ne l'admire.
    Ainsi donc me plaist-il de vivre
  Eslogné des soins de la cour;
  Ainsi me plaist-il de ressuivre
  Encor' la banière d'amour:
  Car de chanter les grands du monde,
  C'est battre l'air et frapper l'onde.


_Sonnet de l'infortune des bons vers._

    Si les carmes jadis (on nomme ainsi les vers)
  Acquirent de l'honneur et du prix en leur style,
  Un Homère, un Petrarque, un Ronsard, un Virgile,
  En donnent assez preuve au rond de l'univers.

    Les grands en firent cas, et les peuples divers,
  Et leur gloire supresme eust cours de ville en ville.
  Maintenant (quelle honte!) il n'est chose plus vile:
  Ils marchent les pieds nuds, tristement descouverts!

    Qui leur rendra leur grade aujourd'huy par la France?
  Des majestez depend telle heureuse influence.
  Les voyant donc si nuds et si mal ajancez,

    Il faut que, par devoir, en leur nom je m'escrie:
  N'oubliez pas le tronc des carmes deschaussez,
  Et vous aurez au ciel une immortelle vie.

       *       *       *       *       *


     _Dialogue fort plaisant et recreatif de deux Marchands: l'un est
     de Paris, et l'autre de Pontoise, sur ce que le Parisien l'avoit
     appellé Normand; ensemble diffinition de l'assiette d'icelle
     ville de Pontoise, selon les chroniques de France._

     _A Lyon, par Benoist Rigaud. 1573. Avec permission. In-8._


PARIS _commance_.

Dieu vous garde, Seigneur!

PONTOISE. Et vous aussi, Sire. Où s'adresse vostre chemin (qu'il ne
vous desplaise)?

PARIS. Je m'en vais en Normandie.

PONTOISE. Allons, je vous tiendray compagnie seulement jusques à
Pontoise.

PARIS. Je ne veux aller plus loing. Allons hastivement, car, si je
puis, je seray de retour cejourd'huy à Paris.

PONTOISE. Comment (Sire)! je pensois, quand vous avez parlé de
Normandie, que vous allassiez au mont Saint-Michel ou à Cherbourt.
Vous prenez Normandie bien près.

PARIS. Pontoise n'est-il pas de Normandie[40]?

[Note 40: Le débat qui va suivre sur la position de Pontoise, et sur
la question de savoir si elle est ou non cité normande, fut jusqu'à la
révolution et est sans doute encore à l'ordre du jour chez les
bourgeois de la bonne-ville.]

PONTOISE. Comment, de Normandie? Si vous aviez debagoulé ce mot-là
dans la ville, on vous diroit que vous en avez menty, et fussiez-vous
bourgeois de Paris cent mil fois.

PARIS. Je suis bien ayse que vous m'en avez averty, de peur de noyse,
combien toutefois que je ne m'en soucie pas beaucoup, car je serai
quitte pour le prouver.

PONTOISE. Pouvez-vous prouver que Pontoise est de Normandie?

PARIS. Facilement et par plusieurs raisons, spécialement par un petit
livre intitulé _la Guyde_ des chemins[41], que j'ay en mes chausses,
et qui me dict que, pour aller de Paris à Rouen, il faut passer le
pont de Pontoise, et puis qu'on est entré en Normandie.

[Note 41: _La Guide des chemins de France._ A Paris, chez Charles
Estienne, imprimeur du Roy, M.D.LII, avec privilége dudict seigneur.
In-12. (Attribué à Charles Estienne.) On y lit en effet, page 15:
«Pontoise, V. ch., etc.--Après avoir passé la rivière d'Oyse sur le
pont qui donne le nom à la ville, l'on entre en la Normandie.»]

PONTOISE. Si vous n'avez d'autres probations que celle-cy, vous estes
mal appuyé. La raison est que l'autheur du livre est incertain,
lequel, s'il eust dict: Passez la rivière à gué, et vous ne serez pas
noyé, il n'eust esté croyable en ses paroles; ou s'il eust dict:
Passez Ponthoise et vous serez à Rome, il eust menty, car nous sommes
bien loing d'Italie. Ainsi je dis qu'il en ay menty malheureusement.

PARIS. Je ne vous croy non plus que luy. J'ay toujours ouy dire à mes
ancestres que Ponthoise et tout son vicariat est de Normandie, et ne
le peuvent nier, car ils sont du diocèse de Rouen, ville
metropolitaine de Normandie[42].

[Note 42: Ce fait suffiroit pour faire de Pontoise une ville de
Normandie, quoi qu'en dise l'interlocuteur qui va parler après. L'abbé
Expilly, du moins, le pense ainsi: «A l'exception du seul faubourg de
l'Aumosne, dit-il, Pontoise a toujours été, comme il est aujourd'hui
(1768), du diocèse de Rouen. Il ne faut, pour se le persuader, que la
simple lecture de l'histoire. Cependant ses habitants ont prétendu
répandre quelques doutes sur cette matière. Aujourd'hui encore la
plupart d'entre eux se plaisent à en faire une question
problématique.» _Dictionnaire de la France_, 1768, in-fol., au mot
_Pontoise_.]

PONTOISE. Je confesse que nous sommes subjectz à l'archevesque de
Rouen; mais le moyen comment, je vous le diray, s'il vous plaist?

PARIS. Ouy dea, et seray fort ayse de l'ouyr.

PONTOISE. Vous sçavez que Ponthoise et son vicariat est entre quatre
eveschez, assavoir: de Paris, Rouen, Chartres et Beauvais. Or, les
evesques de Paris, Beauvais et Chartres, eurent grande controverse
l'un contre l'autre à qui auroit la possession dudict vicariat, avec
ses dependances, immediatement de la cour romaine (comme ainsi soit
que les causes jugées par le vicaire dudict lieu n'ayent autre ressort
qu'en la cour romaine). Le roy, estant adverty de la dissension
desdits evesques, laissa le procez à juger à sa Cour de Parlement. Et
pour autant que monsieur de Rouen n'y prétendoit aucun droict, ledict
vicariat luy fut baillé en garde jusques à la fin du procez; mais,
tant pour les grandes affaires qui survindrent au royaume que pour la
mort desdicts demandeurs, le procez est demeuré au croc, et par ce
moyen ledict vicariat est demeuré entre les mains de l'archevesque de
Rouen. Et qu'il soit vray de ce que j'ay dict, sans aller chez les
advocatz pour copier ledict procez, il est probable, car les curez et
vicaires dudict vicariat ne sont subjectz d'aller au senne[43] de
Rouen aux jours ordonnez.

[Note 43: Assemblée à son de cloche. (_Dict. de Trévoux._)]

PARIS. Vous avez fort bien prouvé, s'il est vray ce que vous avez
dict.

PONTOISE. Je ne voudrois pas mentir pour si peu de chose.

PARIS. Aussi ne veux-je vous reprendre de mensonge, car ançois
qu'eussiez menty et trouvé quelque mensonge, toutefois et quantes que
vous voudrez, vous avez congé de vous desdire.

PONTOISE. Il est vray que plusieurs de nostre pays veulent user de ce
privilége.

Il n'en faut nonobstant tirer consequence que par cela soyons de
Normandie, car non seulement les Normands usent de ce privilége, mais
aussi toutes les autres nations, specialement à Paris quasi en tous
estats.

PARIS. Il est vray, et ne vous pourrois prendre par là; mais je vous
prie de me monstrer et prouver que Ponthoise a esté quelquesfois
subject à d'autres evesques qu'à celuy de Rouen.

PONTOISE. Il est facile de le prouver par ce que nous avons dict jà cy
devant; neantmoins, s'il vous plaist, je vous diray encore un petit
mot, moyennant que je ne vous attedie de parolles.

PARIS. Non, certainement; ains suis fort consolé de vous ouyr. Mais
hastons-nous d'aller en devisant, car il est dejà tard; je vois bien
qu'il me faudra loger aux Deux Anges.

PONTOISE. C'est un bon logis pour les gens de bien, et non pour les
huguenots.

PARIS. Dieu mercy, je ne suis pas huguenot, et ne le voudrois pas
estre pour tous les biens de ce monde.

PONTOISE. Je ne voulois sçavoir autre chose; mais je n'osois ouvrir la
bouche pour le vous demander.

Quand donc vous irez demain le matin à l'église Sainct-Maclou pour
ouyr la messe, vous oyerez chanter la messe et les heures canoniales
selon l'usaige de Paris, ce qui se faict non seulement en cette ville
par toutes les paroisses, mais aussy aux cinq villages de l'environ.

PARIS. C'est chose merveilleuse, de quoy plusieurs s'esbahissent, et
est par là à presumer que vous n'estes pas subject à l'eglise
metropolitaine de Rouen, ains avez esté autres fois subjectz de
l'evesque de Paris. Mesmement estes subjectz à nostre parlement de
Paris, et non à celuy de Rouen[44]; car quand il y a quelque mauvais
garçon à Pontoise qui appelle de sa sentence prononcée par votre juge,
on le nous amène à PARIS.

[Note 44: Tout étoit complexe, il est vrai, dans l'administration de
la ville de Pontoise. Ainsi, tandis qu'elle dépendoit du siége de
Rouen pour les affaires ecclésiastiques, et du Parlement de Paris pour
les choses judiciaires, elle étoit soumise, pour tout ce qui dépendoit
du service militaire, au lieutenant général du Vexin françois.]

PONTOISE. Il est vray, et m'esbahis comme il se peut faire que ne
soyons de l'evesché de Senlis, ainsi que nous sommes de son baillage.
Je ne puis estimer autre chose sinon que, pendant l'altercation des
evesques (dont nous avons parlé), chasque print son lopin de la
seigneurie de Pontoise.

PARIS. Je voudrois bien sçavoir pourquoy on vous faict porter votre
taille à Gisors? Par cela on peut conjecturer que vous estes de
Normandie.

PONTOISE. Or, pour cela rien: on peut porter l'argent des tailles en
Espaigne, et toutefois par cela ne serions dicts Espaignols, car
l'argent ne faict pas la nation. Quant à ce que nous sommes de
l'election de Gisors, il vous faut entendre que le roy feit un impost
sur le baillage de Gisors. Les esleus du dict lieu remonstrèrent au
roy qu'ils n'estoyent suffisans pour payer si grande somme de deniers.
Adonc le roy ordonna que la chastelenerie de Ponthoise seroit annexée
au dict baillage pour payer la dicte somme, et depuis ce temps-là
avons esté toujours taxés pour payer aux dicts esleus.

PARIS. Voilà trop parler sans boire.

PONTOISE. Buvons une fois à Pierrelaye.

PARIS. C'est bien dict, beuvons et allons vistement; je voys bien
neantmoins que je ne pourray pas ce jourd'huy retourner à Paris:
parquoy, allons paisiblement en rachevant nostre propos.

PONTOISE. N'est-ce pas assez deviser de cette matière? Je prouve que
je ne suis pas de Normandie pour estre natif de Pontoise; pour en
faire foy, demandez à tous ceux de la ville: ils vous diront qu'ils
n'en sont pas.

PARIS. Ils n'ont pas toujours dict ainsi; j'ay ouy dire que le roy
feit un impost en l'Isle-de-France pour subvenir à ses affaires. Adonc
le commissaire des tailles envoya une commission aux bourgeois de
Pontoise, lesquels la refusèrent, se disant estre de Normandie, et non
subjectz à l'Isle-de-France. Or il y a une reigle en droict qui dict
que _volenti et consentienti non fit injuria neque dolus_. Puis donc
qu'ils ont confessé estre de Normandie, il me semble qu'on ne leur
faict poinct injure en les interpellant Normands.

PONTOISE. Quand ils avoient faict telle responce que vous dictes,
encore n'est-ce pas pour prouver peremptoirement qu'ils fussent de
Normandie.

Quand les Galaodites guetoient les Effraites au passaige de Jourdain
pour les esgorger et outrager, lesdicts Ephraites nioyent leur lignée
et nation. En cas pareil, sainct Pierre, interrogué des juifs s'il
estoit de Galilée, dict non, pour craincte que les juifs luy eussent
peu faire. Ainsy diray-je de messieurs de Pontoise, lesquels, voyant
qu'on les vouloit outrager en leurs biens, les faisant payer un impost
faict à la volée, ils ont dict qu'ils n'estoyent subjectz de
l'Isle-de-France, comme ainsy soit que desjà eussent payé leur part à
Givors par le commandement du roy.

PARIS. En bonne foy, voilà une bonne raison, et n'y pourrois
aucunement contredire: car si on me venoit querir pour me mettre en
prison ou pour me demander de l'argent, je ferois (en la mode de
Paris) faire la court en ma porte, et dire que Monsieur n'y est pas,
jusques à ce que je n'eusse plus des moiens d'evader. Et je pense ce
qui faisoit dire aux bourgeois de Ponthoise qu'ils n'estoyent pas
subjectz à l'Isle-de-France n'estoit que pour evader. Mais je vous
demanderois volontiers où donc est Normandie. J'ai quelques fois esté
en pelerinage au Mont-Sainct-Michel, et si jamais n'ay sceu trouver
Normandie.

PONTOISE. Je suis certain où commence le pays de Normandie, tant par
les annales de France que par les livres qui ont faict quelques fois
description de la terre.

PARIS. Je vous prie fort de me dire, ainsy que je me trouve en place,
où on en fasse mention, que j'en soys resolu.

PONTOISE. J'ay trouvé que la Normandie commençoit à
Sainct-Cler-sur-Epte, tirant vers Rouen.

PARIS. La ville ny le vicariat de Pontoise n'est donc pas Normand, car
il ne s'estend plus loing que là.

PONTOISE. Je ne l'ay ainsi leu aux chroniques de maistre Robert
Guaguin, où il est dict: _Apud flumen Eptæ, quod est Neustriæ ad
orientem limes, fit conventio: unam fluminis ripam Carolus, alteram
Rollo incedit. Intercedentibus legatis res acta est. Rollo Gillam,
Caroli filiam, uxorem recipit, et in dotem Neustriam, quæ ab Epta
fluento ad Britones terminatur, clauditurque gallico Oceano.....
Neustriam adeptus Rollo, eam Normanniam appellavit_[45]. Si vous en
voulez avoir d'autres temoignages, regardez maistre Hugues de
Sainct-Victor, lib. 2; _Exceptionum priorum_, cap. 10, _Chronica
chronicorum_, le Rosier historial de France, les Chroniques de maistre
Nicolles Gilles, la Mer des histoires, la Cosmographie de Seb.
Munster, et plusieurs autres que je serois trop long à reciter.

[Note 45: _R. Gaguini rerum gallicarum annales_. Francfort, 1577,
in-fol. Pag. 71.]

PARIS. Venez çà. Par vostre foy, n'avez-vous jamais ouy desbattre
ceste matière?

PONTOISE. Ouy, par plusieurs fois, et qui plus est, la question a esté
proposée par messieurs de la Cour de Parlement pour en donner
resolution, à cause de la dissension quy fut, il y a quatre ou cinq
ans, quand maistre Guillaume de Boissy, docteur en medecine, natif de
Pontoise, fut mis recteur en l'Université de Paris. Les Picards
disoyent que Pontoise estoit de Picardie, et pour ce vouloyent user
des priviléges octroyés à ceux qui sont de mesme nation que le
recteur; les Normands, au contraire, et les François, d'autre costé.

Quand les presidens eurent ouy les parties de chasque costé, on
conclud que Pontoise avec ses appendices estoit de France, comme ainsi
fut qu'il soit appelle le Vulcain françois.

PARIS. Puisque la Cour de Parlement y a passé et que vous avez mesme
langage que nous, je ne dy plus mot.

PONTOISE. Nous voicy aux fauxbourgs de la ville qu'on appelle
l'Aumosne; demandez à quy vous voudrez: on vous dira que c'est la
vraye France[46].

[Note 46: On a vu plus haut que, d'après l'abbé Expilly, le faubourg
de l'Aumosne étoit, de toute la ville de Pontoise, la seule partie non
comprise dans le diocèse de Rouen.]

PARIS. Je ne doubtois pas des fauxbourgs, ains seulement de la ville,
à cause que la rivière est entre eux.

PONTOISE. Ce seroit chose ridicule que la ville fust de Normandie et
les fauxbourgs de France.

PARIS. Il n'y a point d'inconvenient, car nous avons le semblable à
Paris: c'est assavoir, que l'abbaye Sainct-Germain-des-Prez est de
l'evesché de Paris et non subjecte à l'evesché. Autant en pourray-je
dire de toute la ville de Sainct-Denis: jaçoit qu'elle soit proche de
Paris, n'est toutes fois subjecte à l'Evesque de Paris.

Mais, pour chose que j'en die, je n'en doubte pas, puisque messieurs
de la Cour du Parlement y ont mis la main; seulement je desire sçavoir
pourquoy ceste nation est tant odieuse par tout le monde.

PONTOISE. Vous pouvez penser que ce n'est pour vertu qui soit à ceux
du pays, ains pour leur vice, lequel est odieux à tout le monde, et
specialement trahison en riant.

PARIS. Vous me faictes venir en mesmoire un vers poetique que j'ay
autrefois ouy reciter ou leu quelque part:

  Normanos fugias, ne fraudis labe graveris:
  Ipsos si socias, certe tu decipieris;
  Hos vitare stude, nam sunt de germine Jude.
  Tr. Tr. la. fla. Normanos dicitur esse.

PONTOISE. Ce n'est sans cause qu'ils sont hays, car ils ont faict tant
de maux qu'on en feroit une pleine Bible de leur tyrannie.

Sebastien Munster, en sa Cosmographie, recite qu'eux partant du païs
Dace, d'où ils ont prins leur origine, pour venir au pays où ils sont
de present, allèrent par la grande mer oceanne, ravissant tout, comme
pirastes et escumeurs de mer; abordant à Nantes, en Bretagne,
entrèrent en la grande eglise, et là, tuèrent l'evesque dudict lieu,
lequel celebroit la saincte messe, ainsi que recitent Sigebertus et le
_Theatre de la vie humaine_, liv. 14. Ils mirent le feu en l'abbaye
des Jumiéges, où estoient plus de neuf cents religieux, lequel lieu
demeura desert et inhabitable environ l'espace de trente ans, ainsi
que recite maistre Robert Guaguin et maistre Nicolle Gilles,
historiographes françois. Ils ont d'abondant quelquefois bruslé les
abbayes de Sainct-Germain-des-Prez et Saincte-Geneviève, lesquelles,
pour lors, estoyent hors la ville, tellement que les religieux
desdictes abbayes ne recepvoyent jamais pour estre religieux aucuns
qui se disent de Normandie[47].

[Note 47: A tous ces méfaits des Normands, Pontoise auroit pu ajouter
la prise et l'incendie de son château, dont s'emparèrent les hommes du
nord, et qu'ils brûlèrent en 880 ou 883. C'est peut-être du souvenir
qu'on en avoit gardé que venoit la haine des gens de Pontoise contre
les Normands.]

PARIS. Je le crois bien, et si je l'ay veu et ouy par experience, et
qui plus est, quand ils chantent la litanie, ils disent: _A furore
Normanorum libera nos, Domine_.--Adieu vous dis, Seigneur.

PONTOISE. Adieu, Sire; Dieu vous conduise, et ne m'appelez plus
Normand.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Discours prodigieux et espouvantable de trois Espaignols et une
     Espagnolle, magiciens et sorciers, qui se faisoient porter par
     les diables de ville en ville, avec leurs declarations d'avoir
     fait mourir plusieurs personnes et bestail par leurs sorcilléges,
     et aussi d'avoir fait plusieurs degats aux biens de la terre._

     _Ensemble l'arrest prononcé contre eux par la Cour de Parlement
     de Bourdeaux, le samedy 10e jour de mars 1610._

     _A Paris, jouxte la coppie imprimée à Bourdeaux_[48]. In-8.

     [Note 48: Nous connoissons une autre édition de cette pièce sous
     la date de 1626, Paris, même format, même titre. Nodier, qui la
     possédoit, ne la place pas moins parmi les plus rares. _Nouveaux
     mélanges d'une petite bibliothèque_, nº 58.]


L'homme, dès aussi tost qu'il fut fabriqué par l'Eternel, ouvrier
divin, fut aussi tost surpris par l'ennemy de nature humaine; du
depuis, Satan n'a cessé, par toutes subtillitez et moyens, de pouvoir
succomber et arriver le genre humain en ses lacs. Dès incontinant que
ce grand capitaine Moyse eut en main la commission pour retirer les
Israëlites d'entre les mains de ce pervers et inique roy d'Egypte
Pharaon, il luy declare l'ambassade celeste, il le somme à relacher le
peuple de Dieu; et, pour preuver son dire, il jette sa verge en bas,
qui tout aussi tost prend vie, et se metamorphose en serpent furieux.
Les magiciens veulent faire de mesme, mais pour neant: car celle qui
est produite par la toute-puissance divine engloutit et dissipe ceux
qui sont provenus de l'art diabolique.

De mesme fut fait les raynes, sauterelles et autres animaux provenus
d'enchanterie et sortilléges; tellement que l'homme est bien aveuglé
et dehors de toutes considerations, qui s'adonne à ces malheureuses et
detestables oeuvres de magie, quittant son Dieu pour suyvre le diable,
laissant la verité pour le mensonge, se précipite du port de grace et
salut dans les abismes et gouffres des enfers. Les lecteurs se
contenteront de ce preambule, à celle fin de ne les ennuyer pour estre
prolixe, se contentant, s'il leur plaist, au recit de ce discours très
veritable, prodigieux, et autant admirable que long-temps aye esté mis
en lumière.

Trois Espaignols, magiciens, accompagnez d'une femme espagnolle, aussi
sorcière et magicienne, se sont promenez par l'Italie, Piedmont,
Provence, Franche-Comté, Flandres, et ont par plusieurs fois traversé
toute la France; et tout aussi tost qu'ils avoient receu quelque
desplaisir de quelques uns en quelque vilotte ou bourgade, ils ne
manquoyent, par le moyen de leurs maudits et pernicieux charmes et
sorcilléges, de faire secher les bleds, et de mesme aux vignes, et,
pour le regard du bestail, il languissoit quelque trois sepmaines,
puis demeuroit mort, tellement qu'une partie du Piedmont a senty que
c'estoit de leurs maudites façons de faire.

Tout aussi tost qu'ils avoient fait joüer leurs charmes en quelques
lieux par leurs arts pernicieux, ils se faisoient porter par les
diables dans les nuées, de ville en ville, et quelquefois faisoient
cent ou six vingts lieües le jour; mais comme la justice divine ne
veut longuement souffrir en estre les malfacteurs, Dieu permit qu'un
curé nommé messire Benoist la Faye, natif d'Ambuy, près de Bourdeaux,
estant allé à Dole pour poursuivre un du lieu auquel il avoit presté
une somme notable, et pour autant qu'il falloit que le dit messire
Benoist s'en retournasse à Bourdeaux pour faire enqueste de ce prest,
attendu que sa partie nioit, il ne fut pas loin d'une harquebusade de
Dole qu'il trouva ces Espaignols et leur suivante, lesquels se mirent
en compagnie avec, luy demandèrent où il alloit. Après le leur avoir
declaré et conté une partie de son ennuy, et se faschant de la
longueur du chemin qu'il avoit à faire, tant d'aller que de revenir,
et mesme que les juges ne luy avoient baillé qu'un mois de delay, et
passé iceluy il seroit forclos, un de ces Espaignols, nommé Diego
Castalin, luy dit ces mots: Ne vous desconfortez nullement; il est
près de midy, mais je veux que nous allions coucher à Bourdeaux. Le
curé pensoit qu'il le disse par risée, veu qu'il y avoit près de cent
lieues; neantmoins ce, après estre assis tous ensemble, ils se mirent
à sommeiller. Au reveil du curé, environ les six heures du soir, il se
trouve aux portes de Bourdeaux avec ces Espaignols.

Estant enquis de ses amis qu'il avoit fait, il monstre ses actes
faites du mesme jour dans Dole. Nul ne peut croire ce fait; il asseure
au contraire. Un conseiller de Bourdeaux en fust adverty: il voulut
sçavoir comment cela s'estoit passé; il declare les trois Espagnols et
la femme qu'ils menoient; on fouille leurs bagages, où se trouve
plusieurs livres, caractères, billets, cires, cousteaux, parchemins et
autres denrées servant à magie; ils sont examinez, ils confessent le
tout, et plus que l'on ne leur demandoit, disant entre autres d'avoir
fait, par leurs malheureuses oeuvres, perir les fruits de la terre aux
endroits où il leur plaisoit; d'avoir fait mourir plusieurs personnes
et bestail, et estoient resolus, sans ceste descouverte, de faire
plusieurs maux du costé de Bourdeaux. La Cour leur fit leur procez
extraordinaire, qui leur fut prononcé le premier mars mil six cens
dix, en la manière que s'ensuit:


_Extrait des registres de la Cour de Parlement._

Veu par la Cour, les chambres assemblées, le procez criminel et
extraordinaire par les conseillers à ce deputez, à la requeste du
sieur procureur general du roy, en ce qui resulte à l'encontre de
Diego Castalin, natif de Boquo en Espaigne, et de Francesco Ferdillo,
natif de Lina en Castille, et de Vincentio Torrados, natif de Madril,
et de encores Catelina Fiosela, natifve de Colonasos, les conclusions
du sieur procureur general du roy. Ouys et interrogez par la dite
Cour, les dits accusez, sur les enchantemens, magies, sorcileges et
autres oeuvres diaboliques, et plusieurs autres crimes à eux imposez,
tout consideré, dit a esté que la dite Cour a declaré et declare les
dits Diego Castalin, Francesco Ferdillo et Vincentio Torrados, et
encore Catalina Fiosella, deuëment attaints et convaincus des crimes
de magies, sorciléges et autres pernicieuses oeuvres malheureuses et
diaboliques; et pour réparation desquels crimes, les a la dite Cour
condamné et condamne à estre prins, mené par la haute justice en la
place du Marché aux porcs, et estre conduits sur un buscher pour illec
estre bruslez tous vifs, et leurs corps estre mis en cendres, ensemble
leurs livres, caractères, cousteaux, parchemins, billets et autres
servant à magie. Donné à Bourdeaux, en Parlement, le 10 mars 1610.

       *       *       *       *       *

Estant sur le buscher, ils declarent plusieurs malheureuses oeuvres
diaboliques qu'ils exerçoient par art de magie, et dirent qu'ils
avoient apris le dit art à Toledos en Espaigne, où ordinairement s'en
faisoit escole publique, et que par le moyen de ceste fanatique
science ils avoient puissance de faire perir plusieurs personnes,
bestail, et porter beaucoup de dommages aux fruicts de la terre; aussi
ils confessèrent d'avoir voulu entrer dans la Rochelle, ce qui ne
leur fut permis, et n'y alloyent à autre fin, sinon pour faire, par
leur diabolique science, perir plusieurs personnes; disant que, quand
ils vouloyent, avec certaines poudres qu'ils brusloient, ils
infectoient l'aër, tellement que plusieurs personnes, attaints de
ceste mauvaise et pernicieuse odeur, mouroient subitement.

L'Espagnolle qui les suyvoit, nommée Catalina Fiosela, dit et confessa
une infinité de meschancetez par elle exercez: entre autres, par ses
malheureux sorcilléges, elle avoit fait avorter une infinité de femmes
enceintes, et d'avoir infecté avec certaines poisons plusieurs
fontaines, puits et ruisseaux, et aussi d'avoir fait mourir plusieurs
bestail, et d'avoir fait par ses charmes tumber pierres et gresles sur
les biens et fruits de la terre. Après sa confession, elle fut incitée
à crier mercy à Dieu, ce que jamais ne voulut faire.

Ainsi fut la fin de ces maudits magiciens, lesquels, estant possedez
du diable, meurent sans aucune contrition de leurs fautes et pechez.

Voilà qui doit servir d'exemple à plusieurs personnes qui s'estudient
à la magie; d'autres, si tost qu'ils ont perdu quelque chose, s'en
vont au devin et sorciers, et ne considèrent pas qu'allant vers eux
ils vont vers le diable, et quittent leur Dieu et createur pour suivre
l'ennemy et le prince des tenèbres.

Mais qu'en vient il à la fin? Une ruine miserable, comme il est arrivé
à ces pauvres malheureux; car Dieu, qui est jaloux de son honneur et
de sa gloire, ne permet pas que ces tours de Babel, qui ont esté
edifiées par cet arrogant et superbe qui ne tasche qu'à obscurcir sa
gloire, puissent durer long-temps, et dès aussi tost qu'il commence à
s'ennuyer de ces crimes trop odieux, du premier mouvement qu'il remue
sa main pour les accabler, tout cela s'en va en poudre, et n'en sort
qu'une confusion miserable de ceux qui s'y sont arrestez. Voire
encore, ce qui devroit effrayer davantage leurs imaginations, il fait
d'ordinaire que celuy qui les a fait broncher en ces filez par ses
belles promesses, c'est celuy qui les prent dedans, et leur fait
endurer une fin miserable; aussi est-ce le bourreau de la justice de
Dieu, qui ne se plaist qu'en la perte des ames, et qui roule toutes
ses machines pour les abismer au gouffre de damnation, où il leur fait
puis après payer l'usure des maux et execrables parricides qu'ils ont
attenté et mis en exécution sur leurs frères. C'est une chose du tout
estrange de dire que l'homme se laisse tellement aveugler en soy-mesme
qu'il perde tout sentiment et de l'humanité et de la religion,
laschant ainsi la bride à ses passions pour executer les desseins de
Satan sur les creatures, et bouchant l'oreille aux inspirations du
ciel, qui luy font voir parmy les tenèbres de son erreur la deformité
de ses pechez. Ils ne se soucient plus de salut, et logent toutes
leurs espérances en morte paye en enfer, sans se soucier de rien,
sinon d'estre compagnons du diable; et celuy qui peut faire quelque
acte dont l'abomination fasse dresser les cheveux, voire à ses
compagnons, c'est celuy qui s'estime le plus gentil de la trouppe, et
qui merite plus de salaire; de façon qu'il n'y a meschanceté que ces
maudits ne mettent en exécution. D'où penserons-nous que cela
provienne, sinon de ce qu'ils oublient entièrement Dieu et son
paradis pour se donner en holocauste à la cruauté de l'enfer?
Recognoissons donc nostre Dieu et craignons ses jugemens, puis qu'il
permet ainsi que ceux qui l'oublient tresbuschent en des horreurs si
estranges, et, le priant de confondre ceste engeance perverse,
retournons-nous à luy par penitence, et le supplions qu'il luy plaise
reveiller ceux qui sont enyvrez de ces charmes pour se remettre au
droit chemin.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Histoire admirable et declin pitoyable advenu en la personne
     d'un favory de la cour d'Espagne. A Paris, chez Nicolas Rousset,
     rue de la Calandre, au Saumon._

     M.DC.XXII. In-8.

       *       *       *       *       *

     _Histoire admirable en laquelle on voit les principes abjects,
     progrez magnifiques et declin pitoyable d'une grande fortune, en
     la personne d'un favory de la cour d'Espagne._


Rien de plus superbe, rien de plus indomptable qu'un homme eslevé de
la poussière au sommet de quelque haute fortune. Ce Thraso, ce
bravache, gourmande les destins, bat la terre d'un pied glorieux, et
croit que le ciel luy est obligé de ses influences. Jupin a perdu ses
foudres, la mer ses tempestes, et tous les tremble-terre du monde ne
lui feroient pas (ce luy semble) changer ses orgueilleuses demarches.
Ce fut ceste consideration qui fit refuser à Platon de prescrire les
loix aux Atheniens: La prosperité, disoit ce grand philosophe, est un
rapide torrent qui entraisne et bouleverse les esprits qui n'ont jetté
des profondes racines au champ de la vertu, et qui d'un sang noble et
genereux n'ont esmané leur origine. Mais sur tous ceux-là sont
indignes de grandes fortunes et d'estre employez aux affaires
publiques, qui ont pris leur estre d'un sordide concubinage; ces
aiglons adulterins n'osent regarder le soleil, et leurs foibles
cerveaux se lassent au premier essor. Enfin, il faut conter entre les
miracles naturels lorsqu'un infame bastard essaye d'amender par ses
louables actions les defauts de son extraction. L'histoire suivante
mettra le doigt du lecteur sur ces veritables propositions et
realisera ses maximes.

Dom Rodrigo[49] estoit fils de François Calderon, lequel estoit soldar
en Flandres, et de Marie Sandelin, de nation allemande[50], et fut
engendré auparavant le mariage, mais depuis fut legitimé par celuy de
son pere et mere. Il naquist en Envers, entre le peu de richesses et
l'infortune de la guerre, et ne se pouvoit douter de la sienne, puis
qu'estant nouveau-né il fut enlevé par dessus les murailles de la
ville pour ne scandaliser la reputation de sa mère, et fut donné en
nourrice hors la ville. Sa mère deceda peu de temps après, et son
père, estant vefvier, quittant Envers, s'en alla à Valdoric, d'où il
estoit natif, issu d'honnestes parens, dont il en herita de quelques
commodités. Peu de temps après, il se remarie; voyant son jeune enfant
desjà grandelet et mal aymé de sa belle-mère, il essaye de trouver
moyen de le placer pour passer sa vie. Il fit donc tant que, par la
faveur de ses intimes amis, il fut le premier page du vice-chancelier
d'Arragon, et en après, à cause de sa beauté et gentillesse d'esprit,
il fut mis au service du marquis de Denia, dom François Gormez de
Sandoval et Rosas, qui alors estoit duc de Lerme, et reveré comme
vice-roy de toute l'Espagne et seigneur de la plus grande privance du
roy dom Philippe troisiesme, lequel est en gloire. Mais, pour la mesme
cause de dom Rodrigo, il est demis de toutes ses charges, et l'on
pourchasse à present pour le faire mourir.

[Note 49: C'est le même que Le Sage a mis en scène dans _Gil Blas_,
liv. VIII, chap. 2-13, etc. Ce qu'il en dit, tout à fait d'accord avec
ce qu'on va lire, prouve combien dans son roman il savoit respecter
l'histoire. Cette pièce, qui peut servir utilement à commenter le
chef-d'oeuvre dans cette partie, n'a pas été connue de François de
Neufchâteau, ou, disons mieux, de M. Victor Hugo, véritable auteur des
notes du _Gil Blas_, que l'académicien mit sous son nom, faisant ainsi
payer à l'_enfant sublime_ la protection qu'il lui accordoit.]

[Note 50: La mère de D. Rodrigue s'appeloit en effet Marie Sandelen.
L'histoire dit qu'elle étoit Flamande.]

Dom Rodrigo devint si grand à l'ombre de la puissance de son maistre,
gaignant les bonnes graces des princes et seigneurs d'Espagne, qu'il
fut soustenu de deux fortunes, et fit tant par ses prières, reverences
et supplications, qu'il parvint à estre ayde de la garde-robbe
royalle: il succeda à l'estat de dom Pedro de Franqueya, comte de
Villalonga, secretaire d'estat, ayant en son seul maniement plusieurs
papiers et escritures, lesquelles estoient du precedent entre les
mains de diverses personnes, ayant pour son compte l'expedition des
plus grandes affaires de ce royaume. Il estoit doué d'un esprit fort
prompt, bien entendu aux choses qui dependoient de la republique; il
estoit d'une agreable taille, mais aussi fort presomptueux envers ceux
qui estoient sous sa domination[51] (qui estoient pour lors en grand
nombre). Il se maria avec la comtesse d'Oliva; il fut fait chevalier
de l'ordre de Saint-Jacques, et quelque peu de temps après commandeur
de Ocanna, puis comte d'Oliva, tiltre lequel il passa en après à son
fils dom François Calderon, premier nay de sa maison, marquis de Sept
Eglises[52], et sa dernière qualité estoit d'estre capitaine de la
garde allemande.

[Note 51: Ceci répond très bien a ce qu'on lit dans _Gil Blas_ (liv.
VIII, chap. 3), et justifie à merveille les courbettes que Le Sage
fait faire à son héros lors de sa première visite à D. Rodrigue.]

[Note 52: De _Siete Iglesias_.]

Son père, estant homme fort vertueux, bien qu'il devînt plus riche, ne
meit jamais en oubly son origine. Ains, sans aucun desir d'atteindre
au sommet des honneurs mondains, remonstroit souvent à dom Rodrigue en
quel peril se jettoit celuy qui s'asseuroit sur le glissant pavé des
hautesses humaines; mais d'autant plus il luy remonstroit, d'autant
plus il devint ambitieux et remply d'orgueil, jusques à prendre à
deuil les dites remontrances, et l'en avoit en haine.

Neantmoins, voyant son père vefvier pour la seconde fois, il tascha
de le gorger du mesme suc de ses grandeurs[53], car, comme aimé et
favory du roy, il luy fit obtenir l'ordre de chevalier de Sainct-Jean,
qui sont comme les chevaliers de Malte en France; en après chevalier
de Sainct-Jacques, vicomte de Suegro, estat qui ne se donne qu'à celuy
en qui Sa Majesté se fie le plus et plus privé de sa personne. Il fut
lieutenant de la garde allemande et l'ordre de mayeur d'Arragon, en
quoy il voulut limiter sa fortune, ainsi qu'omme bien advisé.

[Note 53: D. Rodrigue avoit, dit-on, commencé par renier son père;
mais les reproches que cette conduite lui attira le firent se raviser,
comme il est dit ici. Le Sage, que l'histoire de Calderon préoccupe à
chaque page des livres VIII et IX de son _Gil Blas_, fait allusion à
ces sentiments et à ce retour repentant du favori; mais, pour les
mettre mieux en relief, il les prête à Gil Blas lui-même, qu'il nous
montre alors admis avec Calderon au partage des faveurs du duc de
Lerme. «Me reprochant moi-même que j'étois un fils dénaturé, je
m'attendris, lui fait-il dire. Je me rappelai les soins qu'on avoit
eus de mon enfance et de mon éducation; je me représentai ce que je
devois à mes parents, etc.» Liv. VIII, chap. 13.]

La renommée de Rodrigue volloit par tout le pays. La familiarité qu'il
avoit avec le dit duc[54], et l'authorité et puissance qu'il avoit au
gouvernement, le rendit si orgueilleux, qu'il franchit toutes les
limites d'humilité, et estimoit à peu les nobles du pays, et traitoit
fort mal ceux qui estoient sous sa domination. Ses richesses et
delicts marchoient d'un mesme pas; il se faisoit porter un grandissime
respect, et bien souvent ceux qui tenoient le frein de la justice se
tenoient très heureux d'estre à ses bonnes graces, et lui deferoient
ce qui estoit de leur devoir pour tousjours s'entretenir en icelles,
et en ceste manière de vivre commença à se faire hayr de plusieurs, et
se mettre en mauvaise odeur du commun peuple, qui fit tant que son
avarice fut portée jusques aux oreilles du roy, qui, l'ayant fait
venir devant luy, sceut si bien pallier son mal à force de blandices
et belles parolles, qu'il obtint son pardon, luy disant qu'il ne
croyoit rien de ce qui luy avoit esté rapporté.

[Note 54: «Son logement communiquoit à celui du duc de Lerme, et
l'égaloit en magnificence. On auroit eu de la peine à distinguer par
les ameublements le maître du valet.» _Gil Blas_, liv. III, chap. 8.]

Le restablissement du dit duc en sa maison servist de rechef de butte
aux calomnies du peuple, qui à haute voix l'accusoit de grands delits,
meurtres, faussetés et sorcelleries, et dessus tout d'avoir levé de
grandes daces[55] sur eux, ce qui lui occasionna de se retirer de la
cour, et s'en alla à Valdoric avec une frayeur de sa disgrace, à cause
qu'entre plusieurs informations qu'on faisoit pour lors de quelques
ministres d'estat, la sienne se trouva très meschante et digne de
mort. Il fut quelque temps à Valdoric pour determiner ce qu'il devoit
faire à son infortune, et en confera à une religieuse qui estoit en
son monastère de Porta-Cely, et lui disoit qu'il vouloit eviter la
furie d'un roi offensé et courroucé. La saincte religieuse luy dit
que, s'il se vouloit sauver, qu'il attendît le succès de ses affaires.
Il l'entendoit du corps, elle l'entendoit de l'ame. Pendant ce temps,
il cacha chez ses amis plusieurs papiers d'importance, ensemble or,
argent et autres richesses, pensant que la rumeur du peuple se
passeroit[56]. Mais il succeda un effect tout contraire à son
intention, d'autant qu'en une nuict dom Fernando Ramirez Farinas,
conseiller au royal conseil, assisté d'hommes en armes, le vint
prendre, et le bailla en seure garde à dom Francisco de Itazabal,
chevalier de l'ordre de Sainct-Jacques, et le menèrent au chateau de
Montaches, et alors fut esleu pour ses juges dom Francisco de
Contreres, à present president de Castille, et Louys de Salcedo, et
dom Petro del Cortal, conseillers du suprême conseil, pendant lequel
temps on descouvrit plusieurs choses en divers lieux, à force
mandemens et censures.

[Note 55: Le Sage parle de ces grandes daces (taxes) que D. Rodrigue
levoit sur ceux qui demandoient sa faveur. «Il (D. Roger de Rada)
avoit envie, fait-il dire à Scipion, de s'adresser à don Rodrigue de
Calderon, dont on lui a vanté le pouvoir; mais je l'en ai détourné en
lui faisant entendre que ce secrétaire vendoit ses bons offices au
poids de l'or, etc.» _Gil Blas_, chap. 7.]

[Note 56: La disgrâce du duc de Lerme (1618) mit le comble à celle de
D. Rodrigue et acheva sa perte.]

Il fut fait inventaire des biens meubles qu'il avoit au dit
Valladolid, où il se trouva une richesse inestimable, outre plusieurs
registres et papiers qui donnoient tesmoignage de plusieurs faussetez
en son compte. Quelques jours en après, il fut changé de prison, et
mené à Santercas avec la même garde, et pour sa dernière il fut amené
à son logis, et fut donné en garde ès mains de dom Manuel Francisco
de la Hinozosa, chevalier de l'ordre de Sainct-Jacques, lequel
l'assista au dit logis jusqu'au jour de sa mort. Deux coffres remplis
d'escritures, qui furent trouvés chez un sien parent, esclaircirent
beaucoup d'affaires procedant aux informations. Il fut mis à la
question, où il endura tous les tourmens de la gesne, et la seconde
fois il l'eust extraordinairement, laquelle il supportoit avec autant
de constance et generosité comme auparavant. Toutes les ceremonies de
justice furent observées avec tel droit et equité, que lui-mesme en
loüoit grandement la procedure, et les juges en beaucoup d'occasions.
Il ne sortoit hors de la chambre, qui estoit celle où il couchoit du
precedent, petite et très obscure; c'est pourquoy il y avoit tousjours
de la chandelle, et n'entroit en icelle que deux gardes de porte, qui
se changeoient à certaines heures, et un sien serviteur, auquel
n'estoit permis de sortir, qui luy donnoit ce qui luy estoit
nécessaire. Le reste des gardes estoient dehors, au nombre de
dix-huict hommes, sans lesquels jamais ne s'ouvroit la porte. Aucune
personne de qualité ne parla à luy jusques à ce que sa sentence fut
donnée, sinon ses procureurs, advocats et son confesseur, non
toutesfois sans la presence de ceux de sa garde. La plus grande partie
du temps il estoit au lict, qui fut cause qu'estant assailly d'une
goutte, difficilement pouvoit-il marcher sans l'aide d'un baton pour
aller à costé d'icelle, où estoit construit un petit oratoire fait
exprès pour lui faire entendre la saincte messe, assisté tousjours de
sa garde. Il y avoit aussi une autre chambre où ses juges
instruisoient son procès. En la grande salle estoit la marquise sa
femme, qui recevoit toutes ses visites.

Le neufiesme de juillet luy fut notifié deux sentences, l'une pour les
fautes qu'il avoit contre le civil, et l'autre à cause du crime de
lèse-majesté; par icelle liberté luy fut donnée, parceque le procureur
fiscal qui l'avoit accusé complice de la mort de dame Marguerite
d'Austriche, reyne d'Espagne[57], ne peut en faire preuve vallable;
mais pour les assassinats de dom Alphonso de Caravajal, reverend père
Christofle Suarez, de la compagnie de Jesus, Pedro Cavallero et Pedro
del Camino; pour l'emprisonnement et mort d'Augustin de Avila, vivant
sergent en la cour, et tout ce qui se passa en sa mort, et même pour
avoir commis et fait faire l'assassinat contre la personne de
Francisco de Xuara, par les mains d'un sergent de compagnie nommé Juan
de Gusman, et pour avoir impetré de Sa Majesté (lequel est en gloire)
remission de ses delictz, faussetez et mensonges, fut condamné que, de
la prison où il estoit, il seroit mené sur une mule sellée et bridée
(qui est l'ordre de mener les criminels de qualité, car les autres on
les meine sur des ânes), avec un crieur, lequel publieroit ses fautes,
et de ceste sorte seroit mené par les rues accoustumées de la ville,
et conduit au lieu patibulaire, au quel lieu il seroit pour cet effect
dressé un theatre, et que sur iceluy il seroit degorgé (qui est la
manière comme sont punis les criminels de qualité, car on ne décolle
par derrière que les traistres); et par sa sentence civile, laquelle
l'on dit contenir deux cens quarante-quatre delicts, a esté condamné à
un milion deux cens cinquante mil ducats, et pour chapitre final, où
fut remis beaucoup d'offences touchant le dit civil, a esté condamné à
tous et tels offices, tiltres, dons et choses qu'il possédoit, et en
tout son vaillant, sans faire mention de ses enfans, qui sont deux
masles, et tout cecy il entendit avec une grande generosité de coeur,
se remettant entre les mains de Dieu. Pour le diffinitif de la
sentence, et pour estre bien examinée, fut nommé d'avantage les juges
que cy-dessus, desquels dom Rodrigo en recusa quelques uns, et à cause
d'icelle recusation en fut nommé d'autres; il fut declaré ignoble,
parquoy il fut condamné à douze mil maravedis, qui est une amende que
doivent les criminels de qualité. Et pour n'avoir les juges approuvé
le consentement de la mort de la reyne, quelques jours après ses
advocats et procureurs appelèrent que la sentence ne s'executast,
parceque la loy du pays ne permet d'executer les sentences criminelles
le mesme jour, ains les laissent quelque espace de temps pour avoir
recognoissance de leurs fautes. Si tost qu'icelle sentence lui fust
notifiée, l'on donna permission à tous religieux de le visiter, et le
disposer de se resoudre à la mort; ce que voyant s'y resoult. Il
diminue donc son manger, ne dort en lict, et se règle du tout à
penitences et disciplines. Il passoit les jours à plorer ses pechez et
offences, et les nuicts à oraison, demandant pardon à Dieu. Sa
penitence estoit si grande, que par plusieurs fois frère Gabriel du
Sainct-Esprit, religieux de l'ordre des carmes (exemple de toute
religion), lequel l'assistoit journellement, le reprint d'une si
grande cruauté qu'il usoit sur son corps, tant en jeusnes,
disciplines, mortifications de chair, comme d'oraisons et repentance
de ses pechez, et outre plus une grande patience de ses maux, lesquels
il representoit à Dieu pour la diminution de tous ses pechez. Pendant
ce temps, il se confessa et communia par plusieurs fois, non jamais
sans avoir les yeux baignant en pleurs.

[Note 57: Marguerite d'Autriche, fille de l'archiduc Charles, duc de
Styrie, femme du roi Philippe III, morte le 8 octobre 1611.]

Il lui fust signifié le mardy au matin, dix-neufiesme d'octobre, qu'il
eust à faire testament de deux mille ducats, et qu'il se disposast
pour souffrir la mort dans trois jours consecutifs. Il donna mille
embrassemens à celuy qui luy apporta ceste nouvelle, le remerciant du
bonheur qu'il luy apportoit pour sortir si promptement d'une si
miserable vie et pour voir la fin de ses travaux; de rechef il impetra
très affectueusement la misericorde de Dieu, disposa aussi de son âme
au mieux qu'il luy fut possible, s'apprestant comme bon chrestien à la
dernière heure. Le jour venu, il ne cessa de se discipliner, sans
prendre aucune refection, pleurant tousjours ses fautes devant un
crucifix et un image de la saincte mère Therèse de Jesus, au quel il
avoit une singulière devotion; il pria que l'on luy portast devant luy
jusques à la mort. Ce dit jour il deschargea le sergent Juan de
Gusman, condamné avec luy à la mort pour l'assassinat de Francisco de
Xuara, et confessa qu'il avoit donné une memoire signée de Sa Majesté
au dit sergent, laquelle estoit fausse, et depuis luy avoit ostée et
rompue.

Le mercredy de relevée, par un decret du conseil des ordres, un
religieux et un chevalier de S.-Jacques lui allèrent arracher l'ordre
du dit S.-Jacques, acte le quel il regretta grandement, et neantmoins
le laissa prendre avec une grande patience; toutesfois il dit qu'il
eust bien desiré mourir avec le dit ordre, et que jamais on ne l'avoit
osté à ceux qui avoient commis de pareils crimes.

Il fut publié par la ville, et enjoint à tous sergens royaux et à tous
ceux de la cour de monter à cheval et leur trouver le jeudy à la place
publique. A icelle heure la dite place se trouva vide de plusieurs
estats qui y estoient, à cause qu'en ce lieu on y vend les fruicts, et
n'y avoit rien qu'un eschaffaut haut, grand et large, et au milieu une
chaise de bois couverte de noir, qui par après fut descouverte, pour
eviter l'esmotion du peuple, le quel en murmuroit, et ne vouloit que
on lui fist tant d'honneur. En la dite place, et par toutes les rues
où il devoit passer, il se trouva si grande quantité de peuple que
c'estoit chose impossible de le pouvoir nombrer.

A unze heures et demie du matin, estoit attendant à la porte du logis
de dom Rodrigo, les croix des deux confrairies qui ordinairement
accompagnent toutes personnes que l'on execute, et plus de soixante et
dix sergens à cheval. Il descend donc en bas, accompagné de 4
religieux cordeliers, 4 de la Trinité, 4 augustins, 4 carmes et 4
penitens des carmes, et avoit vestu une robe de deuil et chaperon en
forme de babelou, le tout de baguette, avec la face descouverte,
laquelle il montra assez venerable et de bonne presence, les cheveux
jusques sur les espaules, (d'autant que depuis le temps qu'il avoit
esté prisonnier il ne s'estoit fait couper son poil), et la barbe
jusques à l'estomach.

Avant que de monter sur la mulle, laquelle l'attendoit caparaçonnée et
couverte d'une housse de baguette noire, il fit le signe de la croix
par deux fois, et print un crucifix en sa main, et d'un grand courage
se mit le chaperon, pour n'avoir le visage decouvert, et baisoit fort
souvent le crucifix; et auparavant que sortir de la maison fit autre
signe de la croix et sortit de sa porte, assisté à ses costez de deux
sergens, et devant lui marchoient les croix et bannières des deux
confrairies; en sortant à la rue, jetta ses yeux partout, et contempla
la grande quantité de populace qui l'attendoit, et jetta sa veüe au
ciel, fut de cette sorte l'espace de deux _credo_, et rejetta ses yeux
sur le crucifix, jamais ne les leva jusques à estre arrivé à
l'eschafaux. Son confesseur lui donnoit courage, et lui respondit: A
la bonne heure, mon père, car je ne manque de courage à souffrir la
mort, d'autant que mon sauveur Jesus-Christ l'a endurée pour moi plus
honteusement. Allons donc au nom de Dieu. Puis que Sa Majesté le veut,
je vay très content accomplir sa volonté, et payer les excez de mes
enormes pechez et offenses. Puis, rejettant les yeux sur le crucifix,
le baisant en commemoration de celuy qui nous a rachetez, lui demanda
pardon et misericorde. Il eut toujours le courage si grand, que,
mesmes ceux qui pensoient, par quelque pieux discours, le consoler en
ses grandes afflictions, il les encourageoit et les consoloit
luy-mesmes, desprisant les grandeurs et vanitez de ce monde, les
figurant comme une ombre ou une fumée au prix de celles de la
beatitude eternelle, tellement qu'il attiroit le peuple à si grande
compassion, qu'ils avoient plus de doleance de son infortune qu'il
n'avoit luy-même à la mort que il alloit librement souffrir. Aussi
ceste generosité, que les plus offensez remarquèrent en luy, servit
d'eau pour esteindre le feu de leur animosité. L'executeur des hautes
sentences criminelles luy menoit lui-mesme sa mule par la bride,
estant l'ordre et la coustume du dit païs quand c'est quelque homme de
qualité qui a acquis quelque supresme degré, ainsi que cestuy-cy
avoit; et, commençant à marcher ce funèbre arroy (bien que la
multitude du peuple les empeschât assez), le crieur public, à son
accoustumée, commença à s'escrier tout haut, à prononcer sa sentence,
avec les crimes qu'il avoit miserablement commis, disant ainsi:

«Voicy la justice que fait faire le roy nostre sire à cet homme, pour
en avoir fait massacrer miserablement un autre, commetant delicts
d'assassinat, et avoir esté coupable en la mort de plusieurs personnes
de remarque, soit pour en avoir commis plusieurs et diverses offences,
lesquelles ne doivent estre declarées, et sont reservées en secret
dans le procès, pour lesquelles il est condamné à estre degorgé pour
son chastiment, afin qu'il puisse servir d'exemple à ceux qui
commettront un tel excez; qui tel fera, ainsi le payera.»

Il arriva à l'échafaud. Le père maistre frère Gregoire de Pedroza, de
l'ordre de S.-Hierosme, predicateur de Sa Majesté, et grand ami de
Rodrigo. Il monta premierement tous les religieux, et lui avec
quelques uns, se decouvra du chaperon, et montra son visage encore
avec la mesme miserable gravité seigneurialle; il fut quelque temps à
parler au dit père Pedroza sur les bras de la chaise, pendant que tous
les religieux estoient à genoux, et lui faisoient la prière et
recommandation de son âme. Il se reconcilia de rechef avec un grand
courage, print congé de tous, et s'est assis dans la chaise, donnant
permission à l'executeur afin qu'il lui liast les bras, pieds et le
corps, et lui-mesme denoua les cordons de sa fraise, ce que après
l'executeur lui osta tout à fait, lui demandant pardon. Dom Rodrigo
l'embrassa, et approcha par deux fois sa joüe auprès de la sienne et
lui donna, lui disant qu'il estoit son plus grand amy; et, se
descouvrant fort bien la gorge pour recevoir le coup, de rechef il
s'offrit à Dieu, adorant le crucifix avec une douleur amère et
repentance de ses pechez, pendant que l'executeur lui accommoda un
bandeau de taffetas devant ses yeux, et, lui renversant la tête sur le
dossier de la chaise, lui coupa la gorge[58], rendant en un même
instant l'âme à son createur, sans que le corps fist aucun
mouvement[59], ce qui encourageoit tous les assistans à faire prières
et oraisons pour luy, ce que firent aussi les religieux, et ne se peut
ennombrer les cris et lamentations du peuple de voir un si horrible
spectacle, considerant les deux extresmes degrez où la fortune l'avoit
reduit.

[Note 58: Cette exécution eut lieu le 21 octobre 1621. Il y avoit
trois ans que le procès de D. Rodrigue étoit commencé. On ne l'avoit
ainsi fait traîner en longueur que pour entretenir la haine du peuple
contre tout ce qui rappeloit le ministère du duc de Lerme, et, créer
de nouveaux obstacles à ce ministre s'il tentoit de rentrer en grâce.
Il y réussit un instant: Philippe III le rappela de l'exil, et il y
eut quelque espérance de salut pour D. Rodrigue; mais la mort du roi
et l'avénement de Philippe IV, qui fut tout à fait contraire à ces
idées de clémence, firent renvoyer le duc de Lerme en exil et hâter le
supplice de son favori.]

[Note 59: «Calderon mourut, dit Saavedra en ses devises politiques,
avec une constance héroïque, qui changea en estime et en compassion
cette haine universelle que sa fortune lui avoit attirée.»]

Incontinent après, le corps fut delié et mis sur une bayette noire;
deux carreaux de dueil estoient sur l'eschaffaux, qui servirent à cet
effet; son visage ne fut couvert, mais tout le reste de son corps le
fut de la mesme estoffe, qui fut mise dessous luy. Un crucifix fut mis
dessus son estomach, et quatre flambeaux furent mis à ses costez;
plusieurs officiers de la justice y faisoient une soigneuse garde, et
tout incontinent il fut publié à son de trompe de n'enlever ce dit
corps sur peine de la vie jusque à ce que le sieur president en eust
ordonné. Il fut veu et visité de plusieurs personnes pour voir s'il
etoit mort entierement, et estoient auprès de luy grande quantité de
prestres et religieux, lesquels, par grande devotion, faisoient à Dieu
prières et oraisons pour son âme. Sur le soir il fut donné permission
de l'enterrer, où il s'assembla très grande quantité du clergé et
religieux, avec des flambeaux dont on se sert en ce pays au lieu de
torches, et s'apprestoit-on à faire de grandes solennitez pour
l'enterrement d'un personnage tel qu'il estoit; mais il vint un
commandement et deffence que aucun ne l'eust à assister au dit
enterrement, et ne fust permis à aucune personne de le descendre pour
l'ensevelir honorablement, et fut enseveli par les deux femmes qui
ordinairement ensevelissent les criminels. Ses vestemens furent
delivrez à l'executeur par les officiers de la justice. Il fut
depouillé devant tout le peuple; je ne sçay coeur si dur qui n'en eust
eu pitié. Par dessus une tunique blanche il luy fut mis la robbe d'un
cordelier, parce que c'est la coustume du pays que, lors qu'on
ensevelist une personne, s'il a devotion à quelque religion, on lui
met une robbe des dits religieux avec luy. Il ne fut mis dans un
coffre, ains dans la mesme bière de sa parroisse, et fut couvert avec
la même bayette noire, et porté sur les espaules par les six frères
d'Anton Martin, qui sont ceux qui portent les executez. Deux croix des
confraires de la Paix et de la Misericorde l'accompagnèrent; six
pauvres avec six flambeaux, et quatre prestres de la parroisse, et le
portèrent sans qu'on sonnast aucune cloche au monastère des Carmes
penitens, où il requist estre inhumé au capitoire. Ces bons pères
avoient tendu leur eglise de noir, et dirent pour luy plusieurs messes
et autres prières. Le desaccoustrant de ses vestemens, il fut trouvé
une très apre haire. L'acte de la contrition (qui est une image de
Nostre Seigneur portant la croix) lui fut trouvé sur son estomach, un
chapelet de bois en sa pochette, et tout son corps meurtry et
deschiré des grandes disciplines qu'il s'estoit données; d'estre à
genoux continuellement, il en avoit de grandes playes. Dieu permist
qu'il fust despouillé en public, afin que sa penitence fust reconnue
et manifeste.

Voicy un exemple où l'on peut gouster quel est le succez de la
felicité humaine, et quel poison c'est que les richesses qui s'y
peuvent posseder, car Dieu dispose de l'advenir, et rabaisse assez
souvent l'orgueil de ceux qui, eslevez au sommet de quelque dignité,
veulent braver sa divinité et mescognoistre la cause dont ils ne sont
qu'un petit effet. Dieu veuille mesurer sa misericorde à l'aspresté de
sa penitence, et lui donner son paradis! Mandement et execution fut
donné contre dom Rodrigue pour deux cens soixante et douze millions
cent soixante et deux mil neuf cens soixante et quatre maravedis, qui
valent en France 887066 escus, aux condamnations pecuniaires, les
joyaux et meubles de la maison appliquez à Sa Majesté, qui ont esté
appreciez à cent quatre vingt mil ducats, qui valent 165000 escus.

Il estoit marquis des Sept Eglises, comte de la Oliva, commandeur de
Ocana en l'ordre de Sainct-Jacques, capitaine de la garde allemande,
concierge de la maison d'Arragon, greffier en la chancellerie de
Valladolid, tresorier des ouvrages de la dite ville, grand prevost, et
sergent mayeur, concierge de la prison royale, et avoit deux regimens,
avec voix et place au conseil, et en la première antiquité; il estoit
grand courrier de la dite ville, et avoit un maravedy de chacune bulle
de la croisade qui s'imprime à Valladolid, qui se monte à plus de six
mil ducats de rente, qui valent, monnoye de France, 5500 escus;
aucune personne ne peut demeurer en Espagne sans avoir la bulle; il
avoit sa chambre perpetuelle aux comedies de Valladolid, et une autre
à la cour de la Orix; il estoit resident de Soria, qui vaut autant
qu'eschevin, ayant voix au conseil et assemblées; gardien et patron du
monastère de Portacely en Valladolid; il avoit aussi deux regimens en
la cité de Plasencia; il estoit gardien de la chapelle royalle du
monastère de la Trinité en Madrid. Ses meubles furent prisez à quatre
cens mil ducats, qui valent 366666 escus. Il avoit la moitié du butin
qu'on apporte des Indes; il avoit le droict du bois du Bresil qui
vient à Lisbonne, qui luy valloit 11000 escus de rente, et le roy lui
avoit donné que nul ne pouvoit traicter aux Indes en meules de moulin
et d'esmouleur que luy, qui luy valloit grand revenu.

Il s'est trouvé pour certain que chacun an il entroit en sa maison
plus de deux cens mil ducats de rente, qui seroit 183333 escus de
rente, sans les particulières richesses, qu'il est impossible de
nombrer.

Son père et sa femme, avec deux fils et deux filles, s'exemptèrent de
cette ville deux jours avant son execution, après avoir fait de
grandes diligences pour lui sauver la vie, et avoir jetté plusieurs
larmes; et tient-on qu'ils se sont retirez à Oliva, qui est ce que
l'on peut raconter de ceste presente histoire.

De Madrid, le vingt-deuxiesme jour d'octobre mil six cens vingt-un.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Examen sur l'inconnue et nouvelle caballe des frères de la
     Rozée-Croix, habituez depuis peu de temps en la ville de Paris.
     Ensemble l'histoire des moeurs, coustumes, prodiges et
     particularitez d'iceux._

      _Maleficos non patieris venire._ Exod. 22.

      M.DC.XXIIII.

        In-8[60].

     [Note 60: Il y avoit eu une édition de cette pièce l'année
     précédente, _Paris_, _Pierre de le Fosse_, 1623, in-8. Le titre
     est le même, sauf cette différence que les frères de la
     Rose-Croix y sont appelés _frères de la Croix-Rosée_. M. Leber
     possédoit cette édition. V. le _Catalogue_ de sa bibliothèque, nº
     3390.--

     Les frères de la Rose-Croix, qui reconnoissoient pour fondateur
     Christian Rosenkreutz, avoient commencé de se révéler en 1604,
     après que l'ouverture du tombeau du maître eut livré aux
     disciples les grands arcanes écrits en lettres d'or. «Entre
     toutes ces raretez, dit Naudé, parlant des momeries de la secte
     nouvelle, il n'y en avoit pas de plus remarquable qu'une
     inscription, laquelle ils trouvèrent sous un vieil mur: «Après
     six vingts ans, je seray descouverte», car elle nous desnote l'an
     1604, qu'ils ont commencé à paroistre.» _Instruction à la France
     sur la verité de l'histoire des frères de la Roze-Croix_, Paris,
     1623, in-8, pag. 38. Ce livre de G. Naudé, que M. Hoefer a
     indiqué par erreur sous le titre de _Advis à la France_, etc.
     (_Hist. de la Chimie_, tom. II, pag. 326), est une curieuse
     satire des pratiques de ces thaumaturges. C'est la plus
     considérable de celles qui furent publiées alors dans la même
     intention, et parmi lesquelles nous nous contenterons de citer:
     1º _Effroyables factions faictes entre le diable et les prétendus
     Invisibles...._, pièce que nous comptons donner dans l'un de nos
     volumes; 2º _Advertissement pieux et très utile des frères de la
     Rosée-Croix... escrit et mis en lumière pour le bien public par
     Henry Neuhous de Dantzic..._ Paris, 1623, traduction d'une pièce
     latine: _Pia et utilissima admonitio de fratribus Roseæ-Crucis_,
     etc., parue l'année précédente. Les pièces en latin sur ce sujet
     furent surtout nombreuses; M. Leber en possédoit un plein
     portefeuille. Il en cite sept, avec leurs titres, sous le nº 3391
     de son _Catalogue_, et il n'en épuise pas la liste. Elles sont
     datées de 1616 à 1622, et la plupart viennent d'Allemagne. Ce
     même pays nous avoit envoyé, mais écrite dans l'idiome national,
     une autre critique de la doctrine des Rose-Croix sous ce titre
     bizarre: _les Noces chimiques de Christian Rosen-Kreutz_, etc.
     Strasbourg, 1616, in-8.--Nous ne citons ce livre que d'après M.
     Hoefer, _loc. cit._]


Depuis la culbute des demons, et que le premier ange apostat eust
souffert la punition deüe à sa superbe, superbe qui paroissoit en ces
termes: «_Je grimperay dans le ciel, je hausseray mon throsne au
dessus_ _des astres, je seray assis en la montagne du testament au
costé d'Aquilon, je monteray sur la hautesse des nües, et seray
semblable au Très-Haut_» (Es. 14); depuis, dis-je, que cet orgueilleux
eust mesuré la distance du ciel en terre, et qu'au lieu de voltiger
sur les orbes célestes, il s'est veu garotté des liens eternels au lac
caligineux des enfers, l'homme, son successeur aux siéges du paradis,
a eu beaucoup à souffrir. Cet enragé, se voyant forclos de l'heritage
qui luy appartenoit comme au fils aisné, et se voyant exilé et
vagabond par le monde, n'a cessé de dresser des embuches à son cadet.

Or, les trois plus fortes machines qu'il fist jamais rouller sont
comprises en ce passage de l'apostre sainct Jude: _Hi, inquit, carnem
quidem maculant, dominationem spernunt, majestatem blasphemant._ Ces
demons, dit l'apostolique escrivain, fouillent et contaminent nostre
chair par la contagion du peché, et ce en depit qu'elle a servy de
vestement à la divinité.

Ils meprisent et foullent aux pieds toutes puissances superieures, se
servans pour ce subject d'un nombre infiny d'heretiques, esprits
revesches et libertins, indomptables poulains, rompans licentieusement
où les portent leurs caprices, et ce en despit du bel ordre
hierarchique dont se maintiennent au ciel empirée les neuf classes des
anges confirmez en grace.

Ils blasphèment aussi contre la majesté divine par enchantemens,
prestiges, sabbats et autres impietez execrables, dont ils
enbaboüinent les simples, et ce pour contre-carrer la toute-puissance
de Dieu, faire bande à part, et s'approprier quelque espèce de culte
et d'adoration.

Pour faire joüer cette dernière pièce, Sathan a de tout temps
entoxiqué les esprits qu'il a jugé les plus souples à ses
frauduleuses impressions de je ne sçay quelle science noire et
cabalistique, qui ne consiste qu'en certains caractères, figures,
cernes, ablutions, sacrifices, invocations, suffumigations, croix
doubles, usurpation des noms divins, en sorte que les advancez en
cette escolle diabolique se pensent des petits dieux, et veulent tenir
tout le monde en bransle souz leur baguette magicienne, ne
s'appercevant pas, les miserables, que tous ces prodiges executez par
les demons à leur commandement, ne sont que des singeries et des
trompeurs appas pour leur faire avaller l'hameçon infernal.

Combien de curieux ont fait naufrage en cette mer perilleuse! combien
d'Absirtes ont senty les griffes de cette Medée! combien de Grecs
empoisonnez du gasteau de cette Circé! Un Zoroastre, un Porphyre, un
Hydrootès, un Apulée, un Agripe, un Thianée, un Arbatel, et autres de
telle farine, sçavent bien maintenant, cruciez des flames eternelles,
combien frivolles et ridicules sont les dogmes de cette maudite
science!

L'Egypte, l'Arrabie et la Caldée, furent seules jadis contagiées de
ceste peste; mais aujourd'huy ce venin pullule par toute la terre
habitable: le diable a rompu ses liens, l'enfer est ouvert, et nos
crimes sont montez à tel point, que l'univers des-jà semble crouller
ses fondemens, et ne faisons plus qu'attendre le feu vengeur du ciel
pour renouveller les elements et purger les mortels dans la fournaise
de l'ire de Dieu.

Que sont, je vous prie, tous ces devins, aruspices, magiciens,
cabalistes, triacleurs, charlatans, maistres-mires et autres
desesperez, sinon precurseurs de l'ante-christ[61], enfans perdus et
fourriers de Sathan? Mais ce que je trouve de plus abominable aux
escrits de ces curieux, c'est que pour fueilles de leurs hapelourdes,
et pour mieux rendre plausibles leurs estranges maximes, ils osent se
couvrir de l'authorité des pères et patriarches anciens, et les faire
autheurs de leurs magiques piperies.

[Note 61: Dans l'une des pièces citées tout à l'heure, _Advertissement
pieux et très utile_, etc., pag. 1, on retrouve cette pensée, que les
Rose-Croix étoient précurseurs de l'Antechrist et apportoient au monde
«l'advertissement que Notre-Seigneur nous a donné par sa bouche, et
signes qui doivent précéder son dernier avénement.»]

Ainsi, si nous croyons à ces blesches, Adam fut le premier inventeur
de la caballe; ce fut en l'estude de cette doctrine qu'après sa chute
le roy de l'univers trouva de l'allegement à sa douleur, et que par
elle il vit en esprit prophetique que de sa race devoit naistre le
Restaurateur du genre humain; ce fut par ceste fabuleuse magie
qu'Enoch et Helie furent ravis, que Noé se sauva du deluge universel,
et Moyse n'eust jamais fait de miracles en Egypte, en la terre de
Cham, divisé les flots de la mer Rouge, fait sourcer les eaux des
rochers, s'il n'eust estudié en ceste mystique science; ce fut par
elle que Josué arresta le soleil au milieu de sa carrière, que
Ezechias se prolongea la vie de quinze ans. Gedeon, Sansoh, Jepté,
estoient de la première classe; Abraham en tenoit escole ouverte;
Daniel et Joseph en apprindrent l'explication des songes; par elle,
sainct Paul monta jusqu'au ciel, et luy furent revellez les secrets
cachez au reste des hommes; par elle, les trois roys orientaux eurent
l'honneur d'adorer des premiers le Sauveur en sa chreiche; c'estoit
l'exercice des premiers anachorettes, et les apostres n'eussent eu
jamais le don des langues qu'abreuvez de ceste ancienne et venerable
discipline.

O blasphèmes! ô impietez! ô monarques! ô magistrats! laisserez-vous
toujours ces monstres sur la terre? Ces diables incarnés, ces
criminels de lèze-majesté divine, pollueront-ils tousjours impunement
le ciel et la terre de leurs sorcelleries?

Et, Louys le Juste, sera-il dit qu'en la metropolitaine de vostre
royaume, à la barbe du plus auguste de voz parlemens, sejour ordinaire
de Vostre sacrée Majesté, tels endiablez ozent jetter leurs envenimées
racines pour y commencer le règne du fils de perdition? Est-il point
parvenu jusqu'en vostre Louvre le bruit commun des _frères de la
Rosée-Croix_, bande infernalle, mortes payes de Sathan, brigade
abandonnée, sortie de ces derniers temps des manoirs plutonniques pour
achever de corrompre un tas de desbauchez qui courent le grand galop
aux enfers, et dont les brutalles actions font voir combien peu ils
estiment le salut de leurs ames?

Je raconteray icy deux histoires prodigieuses sorties de la boutique
de ces nouveaux academiques, tesmoignées par plusieurs personnes
dignes de foy.

Deux de ces rustres furent trouver l'un des premiers directeurs des
fleurs de lys, dont la consommée doctrine et probité de moeurs sont
les deux chandelliers d'or tousjours luysans devant l'image de
Themis[62]. La harangue de ces striges et enchanteurs fut un tissu du
grec de Demosthène, du latin de Ciceron, de l'arrabe d'Avicenne, de
l'hebreu de Joseph; bref, tout le miel d'Hymette, toutes les fleurs du
Parnasse, y estoient abondamment espandüs. Neantmoins cet esprit de
calibre, ce jugement de fine trempe se douta de l'encloüeure, et
recogneut en leurs discours quelque chose de sur-naturel. Après donc
quelques complimens faits de bienseance, il les congedie, et leur fait
promettre de le revoir en plus grande troupe. Partis que sont ces
effrontez, ils rencontrent de hazard un certain senateur, dont la face
morne et triste monstroit l'esprit n'estre en bonne assiette. Eux
trouvant cet humeur propre à leurs malefices, ils l'abordent,
l'appellent par son nom, feignent avoir estudié avec luy, le font
ressouvenir de ses jeunesses passées, enfin s'informent de la cause de
son ennuy. Il leur dit franchement qu'il estoit pressé de creanciers,
et que ses debtes le reculoient de ses pretentions. Ils prennent
l'occasion au poil, lui font offres de deniers et luy promettent de
livrer à son simple cedule telle somme qu'il desire. Les remerciemens
suivent les offres; ils se separent après s'estre dit reciproquement
leur logis. Nostre conseiller demeure estonné de l'excessive
liberalité de ces incogneus, ne se souvient point les avoir jamais
pratiquez, et, contant le fait à plusieurs de ses amis, il eust langue
que c'estoient les mesmes qui avoient fait la susdicte visite.

[Note 62: Les Rose-Croix s'attaquèrent surtout aux gens de robe pour
les endoctriner. «Ils produisent, dit G. Naudé, des advocats et
presidents qui pourroient rendre tesmoignage de cette congregation.»
_Instruction à la France_, etc., pag. 5.]

Ces deux juges se voyent, prennent resolution de donner la chasse à
ces cabalistes, et pour ce subject y envoient le chevalier du guet et
ses archers, qui, venus, frappent à la porte, font commandement
d'ouvrir de par le roy. Les frères refusent l'ouverture, respondent
insolemment; enfin, les portes rompues, ne se trouve en la maison que
les murailles[63].

[Note 63: Dans l'_Advertissement pieux et très utile, etc._, pag. 5,
l'apparition des Rose-Croix à un avocat de Paris est racontée d'une
manière moins défavorable pour eux, bien qu'elle aboutisse aussi à une
fuite prudente: «Selon le commun bruict, se sont apparus à un advocat
qui faisoit des escritures pour une de ses parties; mais étant survenu
quelqu'un qui avoit affaire à luy, après luy avoir dit qu'ils
reviendroient une autre fois, soudain ils disparurent; ce que
l'advocat ayant raconté à un sien amy quelques jours après, on dit que
ces frères s'apparurent de rechef à luy dans le faubourg
Saint-Germain, et luy reprochèrent qu'il n'avoit pu garder le secret,
qui est le premier principe de leur secte, et qu'oncques depuis il ne
les a reveus.»]

Un jeune homme de bonne maison, amoureux de la fille d'un droguiste,
ne pouvant parvenir à ses desseins, tombe malade. Un des frères de la
Rosée-Croix, desguisé en medecin[64], le va voir, luy dit la cause de
sa maladie, luy promet la jouissance de ses desirs; enfin, ayant tiré
son consentement, luy fait voir un demon succube souz la forme de la
droguiste, qui abuse de ce miserable, puis le laisse aliené de son
esprit.

[Note 64: Tous les frères de la Rose-Croix, et, «de quatre qu'ils
estoient au commencement, ils s'estoient accreuz et augmentez jusqu'au
nombre de huit», s'arrogeoient la grâce de guerir les malades, grâce
«si abondante en eux que la multitude des affaires leur causoit de
l'empeschement.» G. Naudé, _Instruction à la France_, etc., pag. 33,
35, 36.]

Mille autres merveilles se racontent de ceste canaille, qui font assez
cognoistre de quel esprit elle est poussée; mais surtout ne sont pas
sans admiration les placards et affiches que ces beaux dogmatiseurs
ont ozé apposer par les carfours et places publiques. En voicy la
teneur[65].

[Note 65: Cette affiche des Rose-Croix est reproduite dans
l'_Advertissement pieux et très utile_, etc., pag. 1. G. Naudé la
donne aussi (pag. 5), en la faisant précéder de ces curieux détails:
«Et, de fait, il y a environ trois mois que quelqu'un d'iceulx, voyant
que, le roy estant à Fontainebleau, le royaume tranquille, Mansfeld
trop esloigné pour avoir tous les jours des nouvelles, l'on manquoit
de discours sur le change par toutes les compagnies, s'advisa, pour
vous en fournir, de placarder par les carrefours ce billet, contenant
six lignes manuscrites.» _Instruction à la France_, etc., pag. 26.]

«Nous, les deputez de nostre collége principal des frères de la
Rosée-Croix, qui faisons sejour en ceste ville, visibles et
invisibles, au nom du Très Haut, vers qui se tourne le coeur des
justes, enseignons toutes sciences sans livres, marques ny signes, et
parlons les langues des pays où nous habitons, pour retirer les
hommes, nos semblables, d'erreur et de mort.»

En ce peu de lignes se remarquent de grands blasphèmes: premièrement,
que ces prophanes font mine de s'enroller soubs le drapeau de la
croix, que le prince des tenèbres, leur maistre, abhorre sur toutes
choses;

Secondement, en ce qu'ils se disent invisibles quand ils veulent,
qualité incommunicable à tout corps naturel qui consiste de matière et
de forme, et qui ne peut s'acquerir par aucune science legitime;

Tiercement, se jactans d'apprendre toutes disciplines en un moment,
sans livres, signes ni marques, ce qui surpasse l'esprit humain: car
par épitomes et abregez se pourroit bien faciliter l'acquisition des
sciences, mais encore seroit-ce successivement et avec le temps;

Quartement, s'approprians tous vocables et dialectes et parlans toutes
langues, prerogative qui n'a jamais esté conferée qu'aux apostres, de
la vie desquels ils sont bien esloignez.

Reste à conclure que telles gens ne sont pas envoyez de Dieu pour nous
retirer d'erreur et de mort, mais suscitez de Satan pour traisner aux
abismes les ames emportées de trop grande curiosité.

Or, avant que terminer cet examen, je veux faire un racourcy de toute
la science cabalistique, et en rediger les preceptes, theorèmes et
règles universelles.

Le principal donc de cet abominable collége[66] est Sathan, sçavant
veritablement, n'ayant rien perdu par sa revolte de ses dons de
nature.

[Note 66: Les Rose-Croix appeloient en effet collége le lieu de leur
réunion. Ils en avoient trois: «l'un aux Indes, en une île toujours
flottante sur la mer; un autre au Canada, et le troisième en la ville
de Paris, en certains lieux souterrains.» _Avertissement pieux et très
utile_, etc., pag. 4-5.]

Son A B C et premier document, c'est de renier Dieu, createur de
toutes choses, blasphemer contre la très simple et individuë Trinité,
fouler aux pieds tous les mistères de la redemption, cracher au visage
de la mère de Dieu et de tous les saints.

Le second, abhorrer le nom chretien, renoncer au baptesme, aux
suffrages de l'Eglise et aux sacrements.

Tiercement, sacrifier au diable, faire pacte avec luy, l'adorer, lui
rendre hommage de fidelité, adulterer avec luy, luy vouer ses enfants
innocens, et le recognoistre pour son bien faicteur.

Quartement, aller aux sabbats, garder les crapaux, faire des poudres
venefiques, poissons, pastes de milet noir, gresles sorcières, dancer
avec les demons, battre la gresle, exciter les orages, ravager les
champs, perdre les fruits, meurtrir et martirer son prochain de mil
maladies.

Voilà les fruicts plus suaves de ceste abominable magie; puis les bons
compagnons demandent s'il est loisible de les faire mourir, si l'on
doit proceder judiciairement contr'eux, et s'il n'est pas plus à
propos de les renvoyer à leurs pasteurs et curez, comme gens estropiez
de cervelle, que regler leur procez à l'extraordinaire!

O ames peu zelées de l'honneur de Dieu! sçachez que l'heresie et la
sorcellerie sont deux monstres qu'on doit estouffer au berceau; ce feu
gaigne bientost pays, et bientost ce venin se communique à toute la
masse. C'est pourquoy les saincts cayers en conseillent l'extirpation
en ces termes exprès: _Maleficos non patieris venire_ (Exod. 22); et
au Levitiq., 20: _Anima quæ declinaverit ad magos et ariolos et
fornicata fuerit cum eis, ponam faciem meam contra eam et interficiam
eam de medio populi sui_.

       *       *       *       *       *


     _Role des presentations faictes au Grand Jour de l'éloquence
     françoise. Première assize le 13 mars 1634_[67]. In-8.

     [Note 67: Cette date, pour une pièce, qui a trait sans doute aux
     séances de l'Académie françoise, est fort intéressante à
     remarquer, en ce qu'elle devance de près d'une année celle des
     lettres royales qui constituèrent ce corps illustre. Ces
     lettres-patentes sont du 5 janvier 1635; or il seroit évident,
     d'après notre curieux livret, que dès les premiers mois de
     l'année précédente la docte assemblée tenoit ses assises, non
     plus à huis clos, comme elle avoit fait d'abord dans le petit
     logis de Conrart, rue Saint-Denis, mais ouvertement et à la
     connoissance de tous. Il ne faudroit donc plus dater de 1635,
     mais bien de 1634, l'existence réelle de l'Académie françoise.]


S'est presenté le procureur des Pères de l'Oratoire, requerant que
tous les mots de spiritualité quy sont dans les livres du feu cardinal
de Berulle[68] soient tenuz pour bons françois.--Respondu: Soit
communiqué au sieur Arsent[69] et au Père Binet[70].

[Note 68: Le saint homme n'échappoit du reste au bon langage que par
ses néologismes de spiritualité; il faut même se hâter de dire qu'il
étoit l'un des plus fervents admirateurs des bons écrivains de son
époque, fussent-ils assez peu chrétiens, comme Balzac, par exemple,
qu'il admiroit par dessus tout. Vigneul-Marville, _Mélanges d'histoire
et de littérature_, Paris 1699, in-12, pag. 90.]

[Note 69: Il faut lire _Hersent_, car il doit s'agir ici du docteur de
Sorbonne Charles Hersent, l'un des plus forts casuistes de cette
époque. Il avoit été prêtre de l'Oratoire, dans les premiers temps de
son établissement par M. de Berulle. En remettant à son examen les
livres du cardinal, on les soumettoit donc à un bon juge.]

[Note 70: Étienne Binet, jésuite, mort en 1639, après avoir été
recteur en différentes maisons de son ordre, et avoir publié grand
nombre d'ouvrages de piété. Dans le plus excellent de tous, omis
pourtant par la _Biographie universelle: Quel est le meilleur
gouvernement, le rigoureux ou le doux_, Paris, 1636, in-8, se trouve,
au chapitre IV, cette phrase sur la famille de Dieu, que Bossuet
appliqua plus tard si éloquemment à la congrégation de l'Oratoire:
«Jamais il ne fut une telle famille, où tout le monde obéit sans que
personne y commande.» V. édit. de 1776, pag. 90.]

S'est presentée la dame vicomtesse d'Auchy[71], requerant que toute
l'Ecriture saincte soit traduicte en termes aussy doux que ceux
qu'elle a employé en son livre, et que desormais ceux qui la
traicteront par parolle ou par escript ayent à s'abstenir de plusieurs
mots terminez en _ment_, comme categoriquement, substantiellement, _et
cætera_.--R. Soit communiqué au syndic de la Faculté de theologie de
Paris.

[Note 71: Charlotte des Ursins, vicomtesse d'Auchy, tenoit chez elle
une sorte d'académie de théologie, que l'archevêque de Paris dut
interdire. (_Tallemant_, in-12., t. II, p. 6-7.) Elle publia un livre
qu'elle n'avoit point fait elle-même, sous ce titre: _Homélies sur
l'épître de S. Paul aux Hébreux, par Charlotte des Ursins, vicomtesse
d'Ochy_. Paris, Charles Rouillard, 1634, in-4.]

S'est presenté le sieur Montmor, le Grec[72], requerant pour monsieur
le P. de N.[73] qu'il plaise à la compagnie de declarer que le
françois du dict sieur P. de N. est de bon debit.--R. Soit communiqué
à l'imprimeur Estienne.

[Note 72: P. de Montmaur, le fameux parasite tant moqué par Ménage,
dont Sallengre a donné _l'Histoire_ satirique, 2 vol. in-8, 1715. On
l'appeloit Montmaur _le Grec_ depuis qu'il avoit succédé au P. Goulu
dans la chaire de professeur royal en langue grecque.]

[Note 73: Peut-être faut-il substituer l'initiale M à celle-ci, car je
pense qu'on veut parler ici du président de Mesmes, chez qui Montmaur
avoit plein accès, et qu'en bon parasite il flattoit, même dans son
mauvais langage.]

S'est presentée la dame marquise de M.[74], requerant que, pour eviter
les occasions de mal penser que donnent souvent les parolles embiguës,
le mot de _conception_ ne soit tenu pour françois qu'une fois l'an, et
ce seullement à cause de l'epithète _immaculée_, et que, pour le
surplus de l'année, à yceluy mot de _conception_ soit subrogé celuy de
_penser_.--Monsieur le president a demandé à ladicte dame en quel nom
elle procedoit, et elle a repondu qu'elle requeroit seullement de son
chef ce qu'elle croyoit importer à la pureté de la langue
françoise.--R. La requerante fera apparoir de procuration de toutes
les parties ayans interests à sa requeste, et ce dans huictaine pour
tout delay, à peine d'estre deboutée.

[Note 74: Nous ne savons quelle est cette prude marquise.]

S'est presenté Richard de Sainct-Felix, sieur de la Serre, fondé en
procuration de tous les couchez sur l'estat de volerie, requerant que
_le vol_ ne fust pas cassé.--R. Remis au bon plaisir de Sa Majesté.

S'est presenté un capitaine licencié apportant sa lettre de
licenciement, quy commence par: _Nostre amé et feal_, desquels mots il
demande l'interprétation.--R. Renvoyé au conseil des despesches.

S'est presenté H. de Fierbras, cadet gascon, se faisant fort sur tous
ceux de son pays, requerant qu'on n'ostast point le _poinct_ à leur
honneur, ny _l'eclaircissement_ à leur espée.--R. Pour ce quy est du
_poinct_, soit communiqué aux professeurs de mathematiques; pour
_l'eclaircissement_, renvoyé aux fourbisseurs.

S'est presenté Jean le Preux, dict la Coque, sergent de la maistre de
camp de Menillet, requerant que reiglement soit faict entre les
soldats et les couriers pour le mot de _poste_.--R. Le sieur de
Nouveau sera prié d'en conferer avec messieurs les marechaux de
France.

S'est presenté noble Anthoine Partout, sieur de Passevolant[75],
chevau-leger de Montestruc, menant par dessous les bras la demoiselle
Niepce de la Guimbarde en simple coiffeure de nuict, eux requerant
conjointement que, pour eviter à grands inconveniens, il plaise à la
compagnie declarer que _cornette_ est diminutif de _cor_ ou de
_corps_, et non de _corne_.--R. La compagnie, ayant esgard à
l'interest que peuvent pretendre à ce mot messieurs les officiers de
justice, a presentement deputé le sieur B. pour prier le sieur Gillot,
conseiller en la cinquiesme des enquestes, d'en conferer à messieurs
de sa chambre, et, en cas qu'ils se trouvassent partys et que, selon
la coustume, l'affaire tombast à la première des enquestes, suffira
que le dict sieur B. la recommande au sieur de *** conseiller,
distribué en ycelle; que si, par proposition d'erreur contre l'arrest
quy pourroit estre donné en ladicte première des enquestes, l'affaire
doit estre terminée au conseil, ledict sieur B. solicitera à ce que le
sieur *** soit donné pour rapporteur.

[Note 75: Ce mot de passe-volant sent bien son soldat de contrebande.
C'est en effet le nom qu'on donnoit aux hommes que, les jours de
revue, les capitaines incorporoient dans leurs compagnies pour en
combler les vides. Une ordonnance de 1668 comdamna les passe-volants à
être marqués à la joue d'une fleur de lis.]

S'est presenté le sieur Rouillard, syndic des advocats, requerant
qu'il soit declaré que, sans desroger à la pureté de la langue, les
advocats auront droict de continuer à se servir de tous les mots de
pratique, surtout de _salvation_, _forclusion_ et autres en _ion_,
même d'_intimation_ avec son O, quy est ny en grec, ny micron, mais
notoirement bon françois, puis qu'il donne à vivre à tant d'officiers
du roy en cour souveraine, declarant excepter de sa requeste les mots
de _haro_ et de _chartre_, qu'il recognoist n'estre que de pratique
normande.--R. La compagnie, sans avoir esgard à la requeste verbale
dudict Rouillard, a ordonné que le jargon des advocats ne peut estre
receu françois que sus lettres royales quy ne soyent ni obreptices ny
subreptices.

S'est presenté le syndic des secretaires de Sainct-Innocent[76],
requerant qu'il soit dit que le mot de _secretaire_ ne peut signifier
en bon françois le clerc d'un conseiller.--Respondu: Seront sur ce
faites remontrances au roy de la Bazoche.

[Note 76: Ce sont les écrivains publics, qui, on le sait, se tenoient
en grand nombre sous les charniers de Saint-Innocent.]

Se sont presentées plusieurs dames expressement revenues du cours pour
requerir qu'elles peussent s'approprier le mot de _ravissant_[77] et
l'appliquer à tout.--R. Accordé, reservée l'opposition des tresoriers.

[Note 77: Mot redevenu fort à la mode, et que les poètes et les femmes
employoient alors à tout propos. Voiture s'en servoit plus que
personne. V. le _Dictionnaire_ de Richelet, 1re édit., à ce mot.]

S'est presentée une mercière du Palais, requerant qu'il fust declaré
que c'est parler bon françois de dire qu'une dame porte un
_galand_[78].--R. Accordé.

[Note 78: C'étoit un _noeud de ruban_ que les femmes portoient alors
sur la poitrine. Le mot, sur lequel on jouoit souvent, comme ici,
étoit venu d'Italie avec la mode de cet ornement coquet. En cette
année 1634, elle étoit en pleine faveur et faisoit la fortune des
mercières du Palais. Corneille, dans une de ses premières pièces,
jouée justement à cette époque, met en scène, devant une de leurs
boutiques, une suivante à qui un valet parle ainsi:

  Si tu fais ce coup-là, que ton pouvoir est grand!
  Viens, je te veux donner tout à l'heure un galant.
               (_La Galerie du Palais_ (1634), act. 4, scène 15.)

Le beau _galand de neige_ que Gros-René rend à Marinette dans le
_Dépit amoureux_ (acte IV, sc. 4) se trouve ainsi expliqué.]

Se sont presentés... curateurs de la poesie du feu sieur de Malherbe,
requerant qu'il soit declaré que les mots de _face_, _canton_ et
_ligue_, ne sont pas françois.--R. Pour le mot de _face_, sera escrit
à monsieur de Marcheville pour le supplier d'en conferer avec le
premier vizir, pour tascher de savoir si le grand Turc se le veut
approprier privativement; pour les mots de _canton_ et _ligue_,
semblable despesche sera faicte à messieurs les ambassadeurs vers les
Suisses et Grisons.

S'est presenté l'intendant des planettes, requerant que _errer_ et
tout ce qui en derive soit declaré n'estre pas injure en françois.--R.
Accordé, en consideration du favory de la lune.

S'est presenté un novice en poesie, requerant, de peur de se
mesprendre en chose d'importance, qu'il plaise à la compagnie
desclarer quel genre sont les mots _navire_ et _affaire_[79].--R. La
compagnie surseoit à opiner sur sa requeste jusques à l'arrivée du
sieur Racan[80].

[Note 79: Le genre du mot _navire_ n'étoit pas en effet encore bien
décidé. Pour la plupart, esclaves de l'étymologie latine, c'étoit
encore un mot féminin, suivant l'usage observé jusqu'au XVIe siècle;
d'autres lui donnoient déjà le genre qui lui est resté, et que Du
Bellay avoit été le premier à lui attribuer en son _Illustration de la
langue françoise_, au risque des critiques, qui ne lui furent pas
épargnées, surtout par Charles Fontaine (_Quintil Censeur_, 1576,
in-12, pag. 206). En 1666, le débat n'étoit pas encore vidé. «Ce mot,
écrit Ménage, est encore présentement masculin et féminin, surtout en
vers.» _Observations sur les poésies de Malherbe_, 1666, in-8, pag.
268.--Quant au mot _affaire_, il est vrai qu'on pouvoit aussi discuter
encore sur le genre à lui attribuer. On l'employoit souvent au
masculin. Nous renverrons, sans chercher d'autre exemple, à une phrase
de la pièce françoise concernant Antoine Perez, que nous donnons dans
ce volume à la suite de celle-ci.]

[Note 80: On veut qu'il intervienne en ces questions, non seulement
pour ses oeuvres, où le mot _navire_ se trouve toujours au féminin,
mais comme étant l'un de ces _curateurs_ des poésies de Malherbe dont
il est parlé plus haut.]

S'est presentée la demoiselle de Gournay, requerant qu'on ne
retranchast pas du bon françois les mots qu'elle a succé avec le
laict, qu'elle pourroit soustenir signifier tout ce qu'ils veulent
dire, declarant toutefois la dicte demoiselle que, pour eviter à
procez quy finiroit à peine avant sa vie, elle ne demande en ceste
premiere assize que le restablissement par provision de _ains_,
_jadis_ et _pieça_, bons et vieux gaulois, comme sçavent tous ceux quy
ont leu les livres modernes[81].--R. Pour _jadis_ et _pieça_, fins de
non-recevoir; pour _ains_, soit communiqué au sieur abbé de
Croisilles[82].

[Note 81: Dans sa _Requeste des Dictionnaires à Messieurs de
l'Académie_, Ménage met en scène Mlle de Gournay pour la même cause:

  ..... Depuis trente années
  On a par diverses menées
  Banny des romans, des poullets,
  Des lettres douces, des billets,
  Des madrigaux, des élégies,
  Des sonnets et des comédies,
  Ces nobles mots: moult, ains, jaçois
  ................................
  Pieça, servant, illec, ainçois
  Comme estant de mauvais françois,
  Et ce sans respect de l'usage.
  ................................
  Et bien que telle outrecuidance
  Fît préjudice aux suppliants,
  Vos bons et fidèles clients,
  Et que de Gournay la pucelle,
  Cette sçavante damoiselle,
  En faveur de l'antiquité
  Eust nostre corps sollicité
  De faire des plaintes publicques
  Au decry de ces mots anticques.]

[Note 82: J.-B. Croisille, abbé de la Couture, mort en 1651. Tallemant
a écrit son _historiette_ (édit. P. Paris, t. III, p. 27-36). On a de
lui: _Héroïdes ou épistres amoureuses à l'imitation des épistres
d'Ovide_, 1619, in-8º.]

S'est presenté le procureur des Petites Maisons, requerant que le
langage de l'Erty[83] ne fust pas supprimé.--R. Soit communiqué au
sieur de Vaux[84].

[Note 83: Fou célèbre, que Sarrazin donne pour père à Dulot dans son
poème de _Dulot vaincu, ou la Défaite des bouts rimés_, et auquel G.
Colletet consacra l'une de ses épigrammes, avec ce titre: _Pour
l'Herty, fou sérieux des Petites-Maisons._ (_Epigrammes_ de Colletet,
Paris, 1653, in-12, pag. 213.)]

[Note 84: C'est le pseudonyme pris par le comte de Cramail pour son
livre grotesque _les Jeus de l'inconnu_, Rouen, 1630, in-8. Un petit
livret, _l'Herti ou l'universel_, s. l., attribué au même auteur,
parut aussi en 1630. V. _Rev. franç._, 20 mai 1855, p. 483, notre
article sur le comte de Cramail.]

S'est presenté Bocan[85], bon violon, requerant que _bail à ferme_
n'aye point de pluriel, si _bal_ pour dancer n'en a aussy, le tout
pour eviter à noyse, quy arrive souventefois faute de s'entendre, luy
requerant, quy n'a pas si bien en main le pied que la langue, ayant
couru, il y a un peu plus de deux sepmaines, il ne sait quel hazard,
pour avoir dict, selon qu'il luy vint à la bouche et sans
premeditation, qu'un caresme prenant luy faisoit bien faire ses
affaires, parce qu'il ne se faisoit point de _baulx_ où, malgré les
envieux, il ne fust appelé et prié d'y prendre telle part que bon luy
sembleroit; un partyzan, quy par malheur estoit de la compagnie, et
pour lors avoit baulx à ferme en teste, s'imagina à tort qu'yceluy
requerant couroit sur ses marchez, et, preoccupé de passion nullement
amoureuse, luy dressa une querelle où tout au moins la poche[86]
dudict Bocan eust cassée esté, si par amis communs n'eust esté
remonstré au partyzan que les _baulx_ dont avoit parlé Bocan
n'estoient que pour dancer, et non pas à ferme, ledict mot de _baulx_
pouvant signifier les uns et les autres en pluriel, ce qu'ils le
prioient de croire tout au moins par interim, jusqu'à la tenue des
Grands Jours de l'eloquence françoise, à la première assise desquelz
se chargeoit ledict Bocan d'obtenir pour ledict mot de _baulx_
reiglement entre les partyzans et les baladins; accommodement quy fut
enfin accepté respectivement, pour auquel satisfaire de sa part,
conclut ledict requerant ainsy que dessus.--R. A cause de l'importance
de ce quy est requis, est deputé le sieur de Bois-Robert pour en
conferer avec le sieur de B.

[Note 85: Jacques Cordier, dit Bocan, du nom d'une terre que M. de
Montpensier lui avoit donnée, étoit bon violon, comme il est dit ici,
et fameux maître à danser. Tout ce qu'on lit sur lui dans les
biographies est pris à la _Description de Paris_, par Piganiol, tom.
II, pag. 215-216. Une danse qu'il avoit composée, et qui à cause de
lui s'appeloit la _bocane_, se dansoit encore au commencement du
XVIIIe siècle. (V. Compan, _Dict. de danse_.) C'est lui qui joua sur
son violon l'air de la sarabande que le cardinal de Richelieu dansa
pour plaire à Anne d'Autriche. Brienne, qui raconte le fait, l'appelle
par erreur Boccau pour Bocan. (_Mémoires_, tom. I, pag. 276.)]

[Note 86: «Manière de violon, qui est un instrument de musique que les
maîtres à danser portent en ville dans leur poche lorsqu'ils vont
montrer à leurs escoliers, et qui n'a esté appelé _poche_ que
parcequ'on le met dans la _poche_.» _Dictionnaire_ de Richelet, 1re
édit.]

S'est presentée Guillemine, la revenue recommandaresse de nourrices,
exposant que, quand elle presente quelqu'une de sa cognoissance pour
estre nourrice en bonne maison, la première demande qu'on fait à
ladicte exposante est si la nourrice qu'elle recommande sçait bien
parler françois, ce qu'elle ne peut ny ne doit garantir, mais
seulement, ce quy est de son etat, que la nourrice a bon laict, est et
sera tousjours, si Dieu plaist, de bonne vie, et mourra sans reproche:
de quoi ne se contentent pas les monsieux, disant qu'il faut à leur
enfant une nourrice quy parle françois, et encore immatriculée au
secretariat des Grands Jours de l'eloquence françoise, quy sont
qu'elle n'entend point; mais elle supplie qu'on ne luy oste pas sa
chalandize.--R. Sans approuver le mot de _recommandaresse_ que
l'exposante prend pour qualité, à ce que soit promptement pourveu au
cas par elle exposé selon son exigence, dans huictaine la compagnie
donnera cognoissance des commissaires pour approuver les nourrices
capables d'apprendre à parler aux petits enfans.

S'est presentée Perrette Lemaigre, doyenne des harengères de la
halle, suppliant pour la My-Caresme.--R. Renvoyé après Pasques.

S'est presenté Gilles Feneant, sieur de Tourniquet, l'un des
ordinaires de la maison du roy de Bronze, fondé en procuration du
Filou et de Lanturelu, requerant qu'il plaise à la compagnie declarer
que _vrayement, C'est mon, Voilà bien de quoy_, et toutes chansons de
ceste sorte composées par quelques autheurs que ce soit, ne
contiennent que bon françois.--R. Soit communiqué à Jean de Nivelle.

S'est presenté le sieur Renaudot, suppliant qu'on le desdommageast de
la perte qu'il estoit contrainct de souffrir par l'establissement des
Grands Jours de l'eloquence, evidente en ce que les Allemands et
autres nations n'auront plus recours à son bureau[87] pour avoir
adresses aux maistres de la langue françoise. Item a requis le
sieurdict Renaudot qu'affin que la fille n'estouffast pas sa mère, le
lundy soit jour de vacation pour Messieurs, comme samedy pour les
predicateurs.--R. Communicquera ledict Renaudot ses griefs pretendus
au procureur de la compagnie.

[Note 87: C'est le bureau d'adresse auquel nous avons déjà consacré
une note dans _le Roman bourgeois_, édit. P. Jannet, pag. 106. Comme
c'étoit un centre de compagnie, on l'avoit d'abord appelé _bureau de
rencontre_. En 1631, on avoit eu la singulière idée de le mettre en
ballet. Il y est appelé, en assez mauvais vers:

  Un rendez-vous en titre de bureau,
  Pour ceux qui ne savent que faire,
  .....
  Pour nos trois sols nous y pourrons entrer
  Et trouver quelque chose ou blanque.]

S'est presenté le sieur B., fondé en raisonnement, requerant que, sans
interloquer ny deputer commissaire, soit declaré par la compagnie que
le mot car[88] est bon et naturellement françois, et tout au moins
très utile à la langue. Sur ceste requisition, a remonstré le sieur de
Gomberville que, sauf meilleur advis, le sien estoit qu'il fust
traicté de _de_, de _du_, de _a_, de au; articles _il_, _le_, _luy_,
_ils_, _les_, _leur_, _son_ et autres pronoms, le tout par preferance
audict _car_, quy tout au plus, ce luy semble, ne pouvoit pretendre
que conjonction. Monsieur le president a demandé au procureur de la
langue ce qu'il concluoit, tant sur la requysition cy-dessus que sur
la remonstration dudict sieur de Gomberville, lequel procureur a dit
que pour le deu de sa charge il concluoit aux fins de la remonstrance
dudict sieur de Gomberville, sans que toutesfois sa conclusion ne
portast aucun prejugé au fond de l'affaire de _car_, mais seulement à
ce que fust conservé son rang et ordre à chaque partie de la
grammaire: à quoy la compagnie doit avoir principal esgard.--R. La
compagnie a ordonné que sera procedé suivant les conclusions du
procureur de la langue.

[Note 88: V., sur la grande querelle académique que souleva ce mot,
accepté par les uns, repoussé par les autres, et par Gomberville
surtout, notre article du _Constitutionnel_, 30 janvier 1852,
_Histoire du trente-sixième fauteuil de l'Académie françoise_.]

Finalement, a requis ledict procureur que _naturalité_ fust
naturalisée par la compagnie, parce qu'il en falloit des lettres à
_intriguer_, _agir_, _negotier_, _ministre_, _genie_, _parque_, et à
quantité d'autres necessaires, ce luy sembloit, à l'entretien des
Grands Jours. R. La compagnie a naturalisé ladicte _naturalité_ et
ordonné au secretaire de la langue d'en expedier des lettres aux
desnomés en la requysition cy-dessus.

Comme l'assize estoit preste à se lever, s'est presenté
tumultuairement le sieur de l'Usage, declarant par le notaire le
Peuple qu'il se portoit pour appelant devant quy il appartiendroit de
tout ce quy seroit ordonné par Messieurs tenant les Grands Jours de
l'eloquence françoise, si au prealable ne luy estoit communicqué en
Cour, où il elisoit domicile.

La compagnie a dit que ne pouvoit pour le present estre opiné sur
ceste affaire, parce que l'heure d'aller chercher à vivre venoit de
sonner, après laquelle est arresté aucune affaire ne pouvoir estre
traictée ny proposée, echeant besoin notoire à la plus grande partie
de Messieurs de sortir precisement à icelle.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Recit veritable du grand combat arrivé sur mer, aux Indes
     occidentales, entre la flotte espagnole et les navires
     hollandois, conduits par l'amiral Lermite, devant la ville de
     Lyma, en l'année mil six cens vingt-quatre_[89].

     _A Paris, pour la vefve Abraham Saugrain, en l'isle du Palais._

     M. DC. XXIV.

     In-8º.

     [Note 89: Cette expédition des Hollandois contre Lima étoit
     entreprise à l'imitation de celle que trois ans auparavant Jacob
     Villekens avait tentée contre San-Salvador avec tant de bonheur,
     et qui avoit valu à la compagnie des Indes occidentales formée au
     Zuyderzée l'occupation momentanée de cette belle colonie
     portugaise. Le Pérou, la plus riche des possessions espagnoles en
     Amérique, étoit surtout convoité par les aventuriers de toutes
     les nations, qui commençoient dans ces mers des courses dont les
     _flibustiers_ firent bientôt de si terribles expéditions.
     D'Aubigné, dans son _Baron de Fæneste_, cite, par exemple, «le
     general Stincs et huict autres grands pirates qui ont boulu
     bailler au roy d'Angleterre deux millions d'or pour conquerir le
     Pérou à leurs despens.» Liv. III, chap. 17.--On conçoit que les
     Hollandois missent les premiers à exécution cette entreprise de
     conquête seulement projetée par d'autres. Enlever le Pérou aux
     Espagnols, c'étoit en effet les détruire presque complétement
     dans l'Amérique du Sud, et aussi les ruiner en Europe. Decker le
     dit en termes formels au commencement de la relation qu'il fit de
     cette expédition de Jacques-Lhermite, relation excellente, selon
     Paw (_Recherches philosophiques sur les Américains_, tom. I, pag.
     300-301), publiée d'abord en allemand à Strasbourg (1629, in-4º),
     puis reproduite en latin dans le 13e partie des _Grands Voyages_
     de De Bry, et enfin en françois, au tom. IX, pag. 1-104, du
     _Recueil des voyages qui ont servi à l'établissement et aux
     progrès de la compagnie des Indes orientales_, Rouen, 1725,
     in-12. Voici les premières lignes de ce curieux journal, d'après
     le Recueil que nous venons de citer, où il porte pour titre:
     _Voyage de la flotte de Nassau aux Indes orientales par le
     détroit de Magellan, commencé l'an 1623, sous le commandement de
     l'amiral Jacques Lhermite, et fini l'an 1626_: «Tous les
     politiques qui ont particulièrement connu les affaires du royaume
     d'Espagne ont jugé qu'il n'y avoit pas de meilleur moyen pour le
     reduire sur l'ancien pié et pour faire cesser les tyrannies qu'il
     exerçoit en divers endroits de l'Europe, que de lui enlever ce
     qu'il possedoit en Amerique, ou de lui en faire perdre les
     revenus: car c'est par le secours des richesses qu'il en tire
     qu'il fait la guerre aux autres pays de la chrétienté.»

     Notre relation dit que l'expédition se composoit de 12 navires;
     Decker ne parle que de 11 vaisseaux, qui, portant 294 canons et
     1637 hommes, dont 600 soldats, «firent voile de Goerée ou Gourée
     le 29 avril 1623.»]


Amy lecteur, il est cogneu de plusieurs et diverses personnes de ces
Pays-Bas que l'année 1623 il partit de ce pays de Hollande une flotte
de douze navires, laquelle l'on nommoit la flotte incognuë, d'autant
que l'on ne sçavoit où elle devoit aller. Elle partit de Hollande sous
la conduite de l'admiral Lermyte, afin de mettre à execution ce qui
leur avoit esté commandé par les très puissants seigneurs Messeigneurs
les Estats, et par Son Excellence le très illustre prince d'Orange.
Ils ont esté près d'un an sans que l'on aye peu sçavoir de certaines
nouvelles d'eux; neantmoins, plusieurs personnes de ces Pays-Bas
languissoient de sçavoir de leurs nouvelles[90], afin de comprendre
leur dessein. A present, je veux faire entendre et sçavoir à un chacun
ce qui est advenu auxdits navires. Il y a quelque temps qu'il arriva
en Hollande et Zeelande quelques navires venans des Indes
occidentales, lesquels faisoient entendre par certain bruit sourd
qu'il s'estoit rendu un combat, mais qu'ils n'en sçavoient aucune
certitude quoy et comment ledit combat se pouvoit estre fait; mais à
present, afin de faire entendre amplement à un chacun la verité de ce
qui est advenu en cedit combat, faut sçavoir que l'admiral Lermyte a
envoyé une patache à Messeigneurs les Estats et à Son Excellence le
prince d'Orange, afin de leur faire entendre et advertir de tout ce
qui leur estoit advenu, et de la grande et nompareille victoire que
Dieu tout-puissant leur avoit donnée contre la grande flotte
d'Espagne. Les mariniers, lesquels sont venus dans ladite patache,
rapportent avoir esté audit combat, et disent verballement qu'ils
sçavoient trois jours auparavant qu'ils se devoient battre dans peu de
jours, d'autant qu'ils estoient advertis que la flotte d'Espagne
estoit devant la ville de Lyma, au nombre de trente navires[91], où
ils nous attendoient pour nous battre, d'autant qu'ils sçavoient que
nous n'estions que douze navires. Nostre admiral, en ayant esté
adverti, dit qu'il les vouloit aller visiter, et pour cet effect fit
venir à son navire le vis-admiral et tous les autres capitaines,
lesquels, s'estans tous ensemblement juré serment de fidelité de
s'assister les uns les autres jusques à la mort, prindrent resolution
de ce qu'ils devoient faire[92]; par après un chacun se retira dans
son navire, et mismes à la voille et prismes nostre routte tout droit
à la ville de Lyma, de laquelle nous eusmes cognoissance au troisième
jour, ensemble de la flotte d'Espagne, sur laquelle nous allions
courageusement pour les attaquer. Les capitaines encourageoient tant
les soldats que mariniers, d'une grande et vehemente affection, et en
outre cela firent trotter les bidons pleins de bon vin deçà et delà,
afin de nous resjouyr le coeur. Ceux de la flotte espagnolle, voyant
cela, s'appretèrent incontinent pour nous venir battre, n'estimant pas
que nous y fussions venus pour cet effect, et croyoient fermement
qu'ils nous deussent supedier, d'autant qu'il y avoit longtemps qu'ils
nous attendoient, et qu'aussi ils sçavoient que nous n'estions que
douze navires. Leur conseil avoit arresté entr'eux que, sy nous ne les
fussions venus chercher, qu'ils nous fussent venus chercher, d'autant
qu'ils avoyent beaucoup ouy parler de nous. La flotte d'Espagne estoit
composée de trente navires, et y avoit dans l'admirai bien au nombre
de huict cens hommes, le vis-admiral cinq cens hommes, et tous les
autres trois cens hommes à chacun. Ils furent incontinent prests pour
nous venir visiter. Nos capitaines avoient fort bien arresté entr'eux
l'ordre qu'ils devoient tenir, et, après nous estre jetté à genoux,
fait nostre prière et invoqué Dieu, afin qu'il luy pleust nous donner
la victoire sur nos ennemis, lesquels nous allions combattre pour la
gloire de son nom[93], nous fismes voille, allans à l'encontre de nos
ennemis, ayant le vent en pouppe. Ce que voyant, l'admiral espagnol en
fut fort estonné; mais nous approchasmes fort près d'eux, de telle
façon que nostre admiral et le navire nommé _l'Unité de Encuise_[94]
s'en allèrent aborder l'admiral espagnol, le cramponnant chacun d'un
costé, et posèrent incontinent leurs encres et tirèrent leurs canons
dans iceluy si courageusement et furieusement qu'il y avoit du plaisir
à le voir. Nostre vis-admiral, avec un autre de nos navires,
abordèrent aussi le vis-admiral d'Espagne chacun à un costé. Nos
autres huit navires, en ces entrefaites, se battoient sy vaillamment
et furieusement parmi la flotte espagnole que la mer devint rouge du
sang des Espagnols. Le combat ne dura pas demie-heure que l'admiral
des Espagnols fut coullé à fonds, et le feu fut mis dedans le
vis-admiral, qui brusloit; ce que voyant, nostre vis-admiral s'en alla
attaquer un autre navire espagnol, lequel il accommoda de telle façon
qu'il coulla aussi à fonds. Tous nos capitaines se deffendoyent
courageusement comme des lions, et l'on ne voyoit personne avoir
aucune crainte. Le combat ne durit pas deux heures qu'il y eut six
navires espagnols bruslés et trois coullés à fonds. Les Espagnols
nageoient par centeines dans la mer, et se grimpoient avec les mains à
nos navires, comme des chats; le restant des Espagnols ne se vouloyent
pas neantmoins rendre, d'autant qu'ils avoient encores beaucoup plus
de navires que nous, mais au contraire se deffendoient vaillamment,
combien qu'ils fussent fort estonnés, et tiroient le plus souvent par
le dessus de nos navires sans nous faire du dommage, d'autant que nos
gens se tenoient dessous leurs ponts, qui causoit que nous les
endommagions grandement, et ne pouvions tirer sans les endommager. Ce
combat durit s'y longtemps et de si grande furie que le sang sortoit
de tous costés par les dallots hors des navires espagnols. Les
Espagnols, voyans que nous continuions encores à les canoner
furieusement et à bon escient, et ne pouvans remarquer qu'ils nous
eussent fait du dommage remarquable, et au contraire, voyans leur
admiral, avec plusieurs autres de leurs navires, tant coullés à fonds
que bruslez, et le restant fort endommagez, brisez et fracassez,
eurent de la frayeur et crainte, et disoient entr'eux: Ce ne sont pas
des hommes, mais ce sont des diables. Aucuns d'eux se pensoient
retirer vers la ville pour se garentir; mais ils en furent empeschés
par nos navires. Les Espagnols, ne voyant aucun remède pour se sauver,
reprindrent courage, et commencèrent de rechef à tirer, tant de coups
de canons que mousquets, lesquels ne nous pouvoient endommager,
d'autant que nous nous tenions bas. Finalement, ils mirent un sinal
blanc, demandant paix. Nous leur demandasmes s'ils se vouloient
rendre à nostre misericorde. Ils respondirent que non, d'autant qu'ils
estoient encores en plus grand nombre que nous. Alors nous
recommençasmes de nouveau à prendre courage et à tirer aussi
furieusement qu'auparavant. Nostre admiral se trouva entre deux
navires espagnols, auxquels il en donna tant à eux deux qu'ils ne
durèrent guères dessus l'eau. Le dernier combat fut si heureux qu'en
moins d'une heure il fut encore coullé quatre navires espagnols à
fonds et sept de bruslez, tellement qu'il y a en tout vingt deux
navires de perdus devant la ville de Lyma. Deux de nos navires furent
brisés, mais les gens furent sauvez. Il y eut par ce moyen telle
crainte et frayeur dans la ville que plusieurs prenoient la fuite, et
y a apparence que, si nous nous fussions attacqués à la ville, que
nous l'eussions prise, et y eussions trouvé des richesses
extraordinaires; mais il nous fust besoin premièrement de nous reparer
et rafraichir jusques au lendemain, qu'il estoit trop tard, d'autant
qu'il estoit venu beaucoup de gens de la campagne pour secourir la
ville en cas de necessité, et aussi que nos gens estoient assez
contens de la grande victoire que Dieu nous avoit donné à l'encontre
de nos ennemis. Nous en rendismes graces à Dieu, lequel nous prions de
continuer à nous garentir de nos ennemis.

[Note 90: Cette année s'étoit écoulée tout entière tant aux environs
du détroit récemment découvert par Lemaire, dont la flotte franchit
enfin la passe, que sur les côtes de la Terre-de-Feu, où Jacques
Lhermite laissa son nom à la petite île située au sud, dont le fameux
cap Horn est la pointe. Les Hollandois n'arrivèrent en vue de Callao
de Lima que le 8 mai 1621. (Decker, _lieu cité_, pag. 59-64).]

[Note 91: Decker dit cinquante. Id., pag. 65.]

[Note 92: Dans ce conseil, Jacques Lhermite, qui étoit gravement
malade depuis deux mois (_Id._, pag. 52), voyant que sa foiblesse ne
lui permettoit pas d'agir, «établit le vice-amiral en sa place, et son
beau-frère, nommé Corneille Jacobsz, pour sergent-major.» _Id._ pag.
61.]

[Note 93: La description de ce combat est tout à fait différente de
celle que Decker a écrite. Or, l'une étant faite, comme on l'a vu, sur
des _on dit_, l'autre par un homme qui fut témoin et acteur, il n'y a
pas à hésiter pour savoir à laquelle il faut demander la vérité. Cette
pièce n'est donc, en réalité, qu'une invention de nouvelliste, un
véritable _canard_, pour l'appeler par son nom. Elle n'en reste pas
moins curieuse comme spécimen d'un genre renouvelé de nos jours avec
tant d'habileté et de fécondité. On y voit de quelle manière les
mensonges d'outre mer s'exploitoient déjà, et comment d'une défaite on
faisoit une victoire. L'attaque de Lima fut en effet un échec pour les
Hollandois. Ayant perdu leur amiral Jacques Lhermite, que sa maladie
emporta le 2 juin 1624 en vue de Callao (Decker, pag. 71), ils se
contentèrent de brûler un certain nombre de vaisseaux espagnols; puis
ils quittèrent ces parages en suivant la côte jusqu'à Acapulco.]

[Note 94: Ce nom ne se trouve pas dans la liste des onze vaisseaux
donnée par Decker aux premières pages de sa _Relation_.]

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Discours veritable[95] de l'armée du très vertueux et illustre
     Charles, duc de Savoye[96] et prince de Piedmont, contre la ville
     de Genève. Ensemble la prise des chasteaux que tenoyent les
     habitans de la dite ville, avec tout ce qui s'y est passé depuis
     le premier jour de juin dernier jusques à présent, par I. D. S.,
     sieur de la Chapelle._

     _A Paris, pour Anthoine le Riche, rue S. Jacques, près les
     Trois-Mores. 1589._

     _Avec permission._ In-8º.

     [Note 95: Ce _Discours véritable_ n'est qu'un pamphlet catholique
     qui prouve jusqu'où pouvoit aller, au temps de la Ligue, la
     violence des écrits contre les protestants.]

     [Note 96: Charles-Emmanuel Ier, dit le Grand, mort le 26 juillet
     1630, après s'être vu dépouillé non seulement de ses conquêtes,
     mais d'une partie de ses états, par l'armée de Louis XIII. C'est
     de lui qu'on a écrit: «Prince trop inquiet pour être pleuré de
     ses sujets, trop infidèle pour être regretté de ses alliés, il
     étoit si dissimulé qu'on disoit que son coeur étoit inaccessible
     comme son pays.»]


Il n'y a rien plus vray que ce proverbe doré, et souvent recité par la
bouche des hommes lettrez, par lequel il est dit que la conscience est
plus que mille tesmoings, chose indubitablement aperte et manifeste en
celuy qui se sent coulpable en soi-mesme, et qui a quelque ordure en sa
fluste, comme l'on dit, lequel est tellement bourrellé en sa conscience
cauterisée et vitieuse et esprouve jour et nuit de telle sorte les
furieux assaux des soeurs Eumenides, qu'il luy est presque impossible de
reposer asseurement sur l'une et l'autre oreille, estimant, par une
deffiance trop demesurée, qu'à chaque bout de champ on tient propos de
luy, et que tout ce qui se faict et passe est fait à son prejudice,
confusion et desavantage, ce qui a esté pour vray remarqué et practiqué
depuis deux ou trois moys en çà à l'endroit, je ne diray plus des
politiques protestans pretendus et reformez de la ville de Genève, mais
je diray pour adroit et useray du mot plus usité des huguenots, auxquels
il faut imposer un nom nouveau, les appellant Henrions, diction insigne
et memorable, à raison de son etymologie; et si quelqu'un demandoit:
Pourquoy sont-ils dignes de telle appellation? il faudroit dire: Pour
l'intelligence qu'ils ont toujours eüe avec les Henrys[97], ennemis de
l'Eglise catholique, apostolique et romaine. Or, pour reiterer nostre
propos, ce que dessus a esté merveilleusement bien experimenté en ces
crapaux immondes et sales animaux nourris et alimentez des eaux infectes
et puantes du lac de Genève: car, si tost que le roy catholique eut
conjoinct sa fille du lien stable et indissoluble de mariage avec le
genereux et bien zelé prince de Savoye[98], alors ils commencèrent
d'entrer en je ne sçay quelle deffiance et soupçon d'esprouver bien tost
combien est valeureux en faict de guerre un tel prince et combien poise
son bras fort et belliqueux; et, pour se delivrer de telle crainte, ils
firent quelque levée, et, par certaine surprise et subtil stratagème,
saisirent le fort de Ripaille[99], appartenant au magnanime duc de
Savoye, auquel lieu ils trouvèrent assez bonne quantité de vivres et
force munitions de guerre, et, outre plus, s'emparèrent de quelques
vaisseaux jà appareillez et flottans sur l'eschine du lac spatieux de
Genève. Mais telle surprise et ruse bellique de peu d'importance
n'empescha point que le prince debonnaire ne soit enfin venu à bout de
ses justes et heureux desseins[100].

[Note 97: Henri de Navarre et Henri III. C'est en effet celui-ci qui,
menacé sur ses frontières par Charles-Emmanuel, déjà maître du
marquisat de Saluces, avoit poussé les Genevois à lui faire la
guerre.]

[Note 98: Charles-Emmanuel avoit épousé l'infante dona Catherine,
fille de Philippe II.]

[Note 99: Bourg du Chablais, en Savoie, situé sur le lac de Genève,
entre Thonon et Evian. La vie voluptueuse qu'y avoit menée Amédée
VIII, duc de Savoie, et plus tard pape sous le nom de Félix V, a fait
croire que le nom de ce bourg étoit pour quelque chose dans
l'étymologie de notre locution _faire ripaille_ (Spon, _Histoire de
Genève_, 2e édit., tom. 1, pag. 107-108). Il faut plutôt croire, avec
Le Duchat, que c'est une contraction du mot _repaissaille_, employé
par Rabelais (_Ducatiana_, tom. 1, pag. 76).]

[Note 100: Cette prise de Ripaille eut lieu le 1er mai 1589. Spon,
_Hist. de Genève_, Lyon, 1680, in-12, tom. 2, pag. 74-75.]

Car tout incontinent que Son Altesse eut esté advertie de la prise du
dit chasteau et fort de Ripaille, à l'heure mesme se delibera de
dresser ses forces, et manda Monsieur le grand lieutenant general de
son armée, lequel s'achemina à grande diligence, accompagné et assisté
de quatre mille Piedmontois, deux mille de la val d'Oste et de trois
mille Espaignols, soustenus de deux mille cavaliers italiens, joint un
regiment de Bourguignons: de sorte que le tout se pouvoit bien monter
jusques à dix-huict mille hommes.

Et s'estant, par le vouloir du bon Dieu, le prince zelé et magnanime
en peu de jours joint à son lieutenant general, sans aucun sejour
s'achemina droit au chasteau de Terny[101] (qui est distant de la
ville de Genève d'une lieue ou environ), lequel fort ayant
industrieusement assiegé, le fit sommer environ le quatorziesme jour
de juin; mais, nonobstant ceste première sommation, les assiegez ne
firent aucun estat d'obtemperer aux volontez du dict prince.

[Note 101: «Le duc mesme vint en personne, avec deux gros canons et
quatre pièces de campagne, devant le chasteau de Terny, qui n'estoit
qu'une tour antique non flanquée, et seulement avec une muraille fort
épaisse..... Les assiegez se rendirent, sur la promesse qu'on leur fit
de leur laisser la vie sauve; mais, nonobstant cela, estant sortis,
ils furent garottez et penduz par ordre du duc, quoy que ceux de sa
suite lui en representassent la consequence.» _Id._, pag. 77-78.]

Après l'advertissement fait à Son Altesse de la contumacité, refus et
rebellion des luteriens, se delibera et fut d'advis d'y envoyer
nombre suffisant de canon, ce qu'il fit, et de rechef les fit sommer,
qui estoit jà pour la seconde fois.

A quoy ne voulans entendre en façon quelconque, mais demeurans resolus
et constans en leur perverse et maudite volonté, trouva le prince de
Savoye juste et legitime argument de reprimer leur audace, commandant
de les battre à coups de canons, et leur disant: Jusques à quand,
paillards de Genève, abuserez-vous de nostre faveur et patience?

Les assiegez furent chargez de telle sorte par la main forte du
Tout-Puissant, qu'ils furent enfin contrains, considerant que leurs
forces n'estoient bastantes pour resister après avoir receu tant de
canonades, finalement se soumettre à la mercy et devotion de Son
Altesse.

Laquelle, après qu'elle eut cogneu par tant de fois l'opiniastreté et
resistance de son ennemy, jaçoit qu'il se voulut rendre par
composition et se ranger au vouloir de sa susdicte Majesté, si est-ce
que toutesfois, eu esgard au refus et bravades faictes assez
obstinement par deux fois, telle fut sa volonté, et tel son plaisir,
en faire mourir en l'air une grande partie, de manière que ilz furent
pendus et estranglez jusques au nombre de quarante neuf à cinquante
des plus signalez et remarquables du chasteau, affin puis après de
servir d'exemple aux aultres, qui, se mirant desormais sur telles
canailles, se vouldroient ingerer d'algarader les princes chrestiens
et catholiques fidelles serviteurs de Dieu, qui, comme fermes colonnes
de sa vraie et antique religion, ne feroient difficulté par cy après,
si le cas le requeroit, d'emploier leurs biens, voire leur propre vie,
pour telz louables exploits et dignes entreprises.

Le reste fut taillé en pièces, après avoir faict mille resistances sur
l'esperance vaine et inutile d'avoir quelque secours de leurs
confederez, complices et coadjuteurs de la ville de Genève, sur
lesquels ils avoient plus d'esperance que non pas sur la bonté infinie
et indicible de nostre bon Dieu, doux, benin et misericordieux, lequel
pouvoit bien lire dans leurs consciences perverses et malefices, les
salaria du guerdon dignes de telles pestes, et tous leurs vains
efforts n'ont en rien empesché que nostre bon Duc ne les ait gouvernez
ne la verge de fer et qu'il ne les ait plus facilement fracassez que
le vaisseau du potier.

Peu de temps auparavant, les crapaux enflez du lac de Genève avoient
fait demolir et raser à fleur de terre toutes les maisons situées sur
le pont d'Erve[102], qui peut estre distant de la ville environ deux
fois la portée d'un mousquet, et ce à telle fin et intention d'y faire
dresser un fort que l'on dit estre desjà edifié, et outre plus estre
totallement inaccessible, qui occasiona le prince, suyvant le rapport
qu'on luy en avoit faict, de se resouldre à l'instant de l'aller
saluer de ses trouppes; et pour ce faire il envoya les regiments du
seigneur de Disimieux et du seigneur de La Grange, gentils hommes
notables, et non moins experimentez en l'art militaire que bien zelez
au faict de la religion, lesquels avoient chacun un des beaux regimens
qu'on puisse jamais avoir veu depuis la memoire des hommes, et
estoient naguères arrivez du Lyonnois pour aller recognoistre la
place. Le vingt et deuxiesme du dit mois, ils commencèrent la première
escarmouche, qui dura l'espace de cinq grosses heures, et nos ennemis
furent chargez de telle furie, par l'aide de Dieu, qu'enfin ils ne
trouvèrent rien plus commode pour leur advantage, sinon de se mettre à
couvert dans leur fort, où, pour obvier à la perilleuse gresle qui
menaçoit leurs oreilles empoisonnez, se retirèrent au petit pas; mais
au preallable de ce faire, on trouve qu'ils avoient bien perdu de
leurs gens pour le moins deux cens hommes de guerre.

[Note 102: Il s'agit du fort d'Arve, où, dit Spon, Son Altesse «eut du
pire, quoy que son armée fust de sept à huit mille hommes.»]

Le lendemain, qui estoit le 23 du mois, nos gens retournèrent de
rechef pour leur faire quitter leur fort, et lors ils cogneurent que
c'est une chose merveilleusement dure, pierreuse et ferme en la faulse
opinion que le coeur de l'heretique, accompagné et aveuglé tousjours
d'une temerité outrecuidée, de sorte que ce n'est pas sans juste
occasion que sainct Augustin dit ces mots en son 22e livre contre
Fauste. Car il faut entendre que les canonnades envoyées de la part
des nostres ne les esmouvoient non plus qu'une pierre, tant y a qu'ils
receurent une seconde charge quatre heures durant; mais par ce que les
deux susdits regimens n'avoient bastante quantité de canon, ils ne
peurent passer plus outre[103].

[Note 103: Il est curieux de voir ici comment l'écrivain catholique
pallie la défaite du duc; mais il est plus intéressant encore de lui
opposer le récit de Spon, l'écrivain huguenot. (V. _Hist. de Genève_,
II, 78-79.)]

De façon qu'ayant rebrousé chemin vers le village de Coulonge, il
arriva, par cas fortuit, que ceux du chasteau de la Pierre firent une
sortie sur nos gens avec les paysans du dit lieu, qu'il fault quilz
confessent qu'ilz furent maniez furieusement; toutes fois que, si
n'eussent tourné le doz, difficilement eussent-ilz peu aller dire des
nouvelles de tout ce qui s'est passé en ce lieu aux Genevois.
D'abondant on a remarqué que, par la violence des harquebousades
tirées de part et d'autre, le feu se mit dans les villages de
Coulonge, par permission divine, chose, à la verité, terrible et
espouvantable à voir, où il y eut plus de deux centz maisons bruslées;
et tout esprit conduict de pieté n'estimera jamais autrement que ce ne
fust une punition envoyée d'en haut pour les pechez enormes de telle
raquaille de Genève; que si l'on vouloit s'amuser à faire une
narration de tous les vices auxquelz ilz se veaultrent journellement
comme pourceaux, certainement ce ne seroit jamais faict, et enfin on
ne trouveroit autre chose, sinon un progrès. Toutefois, on remarque
principalement un vice leur estre entre autres fort commun, sçavoir
est la paillardise; et toute leur intention et desseins tendent
signamment à pouvoir entretenir leurs appetiz charnelz et desordonnez,
et ne me peux persuader qu'il y ait peuple soubs la voulte du ciel
encore plus addonné aux incestes que ce peuple de Genève, comme de
faict il est appert par leurs loix et coustumes, qui portent que le
cousin germain peut avoir affaire à sa cousine germaine, le frère à
sa soeur, et (s'il faut ainsi parler) le père à sa propre fille,
disans que l'inceste n'est pas defendu de Dieu, mais de l'Eglise
seulement, et mesme que c'est mesme chose d'abuser d'une seculière ou
d'une sacrée fille de religion, d'une qui ne nous est parente ou d'une
de nostre sang, en quelque degré que ce soit.

Et je donne à penser, suyvant ceste malheureuse et meschante coustume,
combien de mariages illicites se traitent journellement entre gens de
semblable farine. Que si quelque jeune femme mariée, aiant un mary de
bonne foy, est une fois ensorcelée et tant soit peu encharmée des
enchantemens de leur doctrine, si faire se peut ils la seduisent, luy
preschant si dextrement à leur mode la voye de salut, qu'ils la
retirent de la compagnie de son vray mary, de sa puissance et de son
authorité, et la mainent à l'infame bordeau de Genève, où, par une
devote charité, ils paillardent ensemblement, couvrant toutesfois leur
mal-heureux adultère d'un faux et simulé mariage. Je laisse une si
longue diggression, appartenant plustost à l'orateur qu'à
l'historiographe, pour revenir à mon propos et à la vehemence du feu
eslancé par le vouloir de Dieu sur le village de Coulonge, et, bien
que ce ne soit une chose non encore veue que de voir embraser les
villes et villages, si est-ce que toutesfois je veux bien advertir
cette pernicieuse ville de Genève qu'elle prenne garde à elle, à
laquelle il pourroit bien arriver semblable inconvenient, comme il
arriva à Sodome et Gomorre; et faut estimer que le feu de Coulonge
n'est qu'un commencement et rien plus qu'une menace ou un signe
evident de la perte et ruine totale d'un tel bordeau. Partant, je luy
mettray ce vers en avant comme en façon d'advertissement:

  Tunc tua res agitur, paries cui proximus ardet.

D'avantage l'experience, maistresse des choses, nous fait sage et nous
apprend journellement que nostre Dieu a de coustume de punir
griefvement les pecheurs et delinquans par les mesmes choses contre
lesquelles le peché est commis; comme, pour exemple, nous avons veu
depuis quelque temps en çà que le plus inique tyran que la terre
jamais porta, pour s'estre attaqué trop irraisonnablement à l'Eglise,
faisant malheureusement assassiner les princes debonnaires et chefs de
la religion, enfin luy-mesme a perdu la vie par le moyen du plus
humble et plus simple serviteur de l'Eglise de Dieu. N'est-ce pas donc
chose raisonnable, et voire plus que raisonnable, puisqu'il est ainsi
que ce peuple malheureux de Genève ne cesse journellement de
blasphemer contre le sainct feu, qui est le purgatoire, voulant tollir
et du tout abolir son estre, soit aussi griefvement puny par le feu
mesme, et voire en ce monde present aussi bien comme en l'autre?

Or, pour reprendre le fil de nostre discours, le premier jour du
moys[104] en suivant l'on retourna assieger le dit chasteau de la
Pierre, et après que nos gens eurent bien descouvert jusques à seize
enseignes que ceux de Genève y avoient envoyez pour la defense et
tutèle de la place, nostre bon et magnanime duc de Savoye en ayant eu
advertissement, aydé du Tout-Puissant, les approche, et avecques ses
forces donna si vivement dessus qu'il y eut perte pour eux bien de
quatre à cinq cens hommes, le reste se retirans dans la ville de
Genève avec ung regret et remors de conscience d'avoir perdu une si
forte place par le sainct vouloir de Dieu, se servant de la vaillance
d'un si vertueux et fidelle prince, à la devotion duquel le chasteau
fut remis.

[Note 104: Notre auteur omet à dessein les entreprises malheureuses
tentées par les troupes du duc, à la fin de juin, contre Bonne. Spon,
au contraire, n'a garde de les oublier. «La garnison, dit-il, n'étoit
que d'environ cent cinquante hommes, et ceux-là, croyant déjà les
tenir, leur crioient, en les raillant, qu'ils leur apprêtassent à
dîner; mais ils ne furent servis que de prunes bien dures et de
mortelle digestion, qui les contraignirent de sonner la retraite après
y avoir perdu quelques uns des leurs.» _Id._, pag. 32.]

Ces choses ainsi considerées, Son Altesse, voyant que Dieu,
premierement la fortune de toutes les aultres choses, favorisoit ses
entreprises, fait faire un fort[105] distant de la ville de Genève
environ une lieüe françoise, pour empescher qu'il ne puisse y aller ny
venir chose quelconque, tant à l'advantage de ceux de la ville que au
detriment et prejudice de nos gens, tellement que il nous fault entrer
en ceste bonne et saincte esperance que le vertueux duc de Savoye,
moyennant l'ayde de Dieu, pourra, par trait de temps, venir à bout de
ses très heureux desseins à son advantage et au dam des Genevois,
lesquelz veritablement semblent presque vouloir declarer la guerre au
Dieu vivant, non plus ny moins que jadis les enfans de la terre
taschèrent par trop temerairement d'extorquer le sceptre des mains de
Jupiter, amasser montagnes sur montagnes, et tout ce que nous esperons
de ce vertueux prince, nous le devons par mesme moyen esperer des
autres princes catholiques et zelez, lesquels nostre Dieu a choisis
pour la defense de la saincte religion, sur la fidelité desquels
reposons, nous disans avec David: Il est bien vray que nos ennemis
pourront faire quelques bresches aux murailles de nostre fort, et que
nous y aurons des assaux terribles; mais ils ne le pourront forcer,
car avec nous defendra la brèche l'ange invincible, lequel eut
victoire sur les Assyriens et les mit en route (2, _Paralipo._, 32),
lequel pareillement seul mit à mort cent quatre vingts et cinq mille
hommes de l'armée du roy Sennacherib (_des Rois_, 19), et se faut
attendre que le vaillant capitaine lequel deffit la superbe et
espouvantable armée en la mer Rouge y combattra avec nous (_Exod._,
14). C'est le tout-puissant capitaine, lequel, d'un seul coup de
langue qu'il donna contre une cohorte de juifs tous armez, les rua par
terre et les renversa du son seulement de ces deux mots: _Quem
quæritis_; de façon que, estans ainsi bien accompagnez, nous n'avons
occasion de craindre; mais avec une telle asseurance nous ne devons
laisser de nous adresser à la divine Majesté, laquelle nous prions
tous unanimement qu'il luy plaise, par sa bonté infinie et
misericorde, garder et maintenir ce preux et vaillant chef de guerre,
monseigneur le prince de Piedmont, lequel, comme nous sommes bien
asseurez, ose bien exposer sa vie pour la querelle de Jesus-Christ et
pour la manutention de l'Eglise catholique, et avec luy tous les
autres princes catholiques, lesquels journellement se hazardent pour
la mesme fin, postposant leurs biens et leur vie à la defense et
protection de la très juste querelle de Dieu et soulagement du pauvre
peuple.

[Note 105: Le duc étoit las de cette guerre avec Genève, et, d'un
autre côté, la mort de Henri III et la prévision des troubles qui en
résulteroient et qui affaibliroient la France venoient ranimer ses
anciennes idées de conquête sur la Provence. C'est donc vers ce point
que, laissant le territoire genevois, il tourna ses espérances et
dirigea son armée. Auparavant, il bâtit le fort dont il est parlé ici.
«Pour les brider, écrit Spon, il fit tracer un fort nommé
Saint-Maurice, à Versoy, et dressa une plate-forme sur le bord du lac,
pour battre avec de grandes pièces d'artillerie toutes les barques qui
se hasarderoient sur le lac de Genève. Il y laissa pour gouverneur le
baron de la Serra, s'étant retiré lui-même avec son armée delà les
mnts,» _Id._, pag. 84-85.]

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Histoire miraculeuse et admirable de la contesse de Hornoc,
     Flamande, estranglée par le diable dans la ville d'Anvers, pour
     n'avoir trouvé son rabat bien godronné[106], le quinziesme avril
     1616._

     _A Lyon, par Richard Pailly._

       M.D.C.XVI.

     _Avec permission_. In-8º.

     [Note 106: _Godronné_ ne vient pas, comme on pourroit le croire,
     du mot _goudron_, qui toutefois n'eût pas été mal employé pour
     des _rabats_ et des _fraises_ aussi solidement empesés que ceux
     dont il s'agit ici; il dérive du mot _godron_, dont se servoient
     les anciens architectes pour désigner une sorte d'ornement ou de
     moulure en forme d'oeuf, d'amande, ou plutôt de _godet_, pour
     remonter tout de suite à la première source de toutes ces
     étymologies. Dans le langage des lingères et empeseuses, le
     _godron_ étoit le pli rond et rebondi qu'on multiplioit à
     l'infini sur les collets à plusieurs étages que portoient les
     femmes, et sur les larges _fraises_ mises à la mode, puis
     délaissées, par Henri III. «Le roy...., dit l'Estoile, alloit
     tous les jours faire ses prières et aumônes en grande dévotion,
     laissant ses chemises à grands _godrons_, dont il étoit
     auparavant si curieux, pour en prendre à collet renversé à
     l'italienne.» Les orfèvres employoient le mot _godronné_ à peu
     près dans le même sens: ils s'en servoient pour désigner la
     vaisselle d'or ou d'argent à filets. Aujourd'hui encore, quand
     une étoffe ou une feuille de papier font un pli, on dit qu'elles
     _godent_.]


Le luxe a esté de tout temps si depravé, par devant les femmes
principalement, qu'il semble qu'elles se soyent estudié le plus à ce
subjet qu'à autre chose quelle qu'elle soit. Ceste laxive Egypsienne,
Cleopâtre, ne se contentoit de porter sur soy à plus d'un million
d'or vaillant des plus belles perles que produit l'Orient, mais en un
festin elle en faisoit dissoudre et manger à plus de vingt-mille escus
à ce pauvre abusé de Marc-Antoine, à quy à la fin elle cousta
l'honneur et la vie.

Je laisse une infinité d'histoires qui serviroient à ce subjet, pour
racompter ceste très veritable, modernement arrivée à Anvers, ville
renommée et principale de la Flandre.

La comtesse de Hornoc, fille unique de ceste illustre maison, estoit
demeurée riche de plus de deux cent mille escus de rente; mais elle
estoit fort colerique, et lorsqu'elle estoit fort en colère, elle
juroit et se donnoit au diable, et outre ce elle estoit très
ambitieuse et subjette au luxe, n'espargnant rien de ces moyens pour
se faire paroistre la plus pompeuse de la ville d'Anvers.

Au mois de decembre dernier, elle fut convoyée en un festin qui se
faisoit en l'une des principales maisons, où, pour paroistre des plus
relevées, elle ne manquoit à ce subjet de se faire faire des plus
riches habits et des plus belles façons qu'elle se pouvoit adviser,
entre autres des plus belles et deslies toilles, dont la Flandre, sur
toutes les provinces de l'Europe, est la mieux fournie pour se faire
des rabats des mieux goderonnés. A ces fins, elle avoit mandé querir
une empeseuse de la ville pour lui en accommoder une couple, et qui
fussent bien empesés. Cette empeseuse y met toute son industrie, les
luy apporte; mais, aveuglée du luxe, elle ne les trouve point à sa
fantaisie, jurant et se donnant au diable qu'elle ne les porteroit
pas.

Mande querir une autre empeseuse, fit marché d'une pistole avec soy
pour luy empeser un couple, à la charge de n'y rien espargner. Ceste y
fait son possible; les ayant accommodés au mieux qu'elle avoit peu,
les apporte à ceste comtesse, laquelle, possedée du malin esprit, ne
les trouve point à sa fantaisie. Elle se met en colère, depitant,
jurant et maugreant, jurant qu'elle se donneroit au diable avant
qu'elle portast des collets et rabats de la sorte, reiterant ses
paroles par plusieurs et diverses fois.

Le diable, ennemy capital du genre humain, qui est tousjours aux
escouttes pour pouvoir nous surprendre, s'apparut à ceste comtesse en
figure d'homme de haute stature, habillé de noir; ayant fait un tour
par la salle, s'accoste de la comtesse, lui disant: Et quoy! madame,
vous estes en colère? Qu'est-ce que vous avez? Si peux y mettre
remède, je le feray pour vous.--C'est un grand cas, dit la comtesse,
que je ne puisse trouver en ceste ville une femme qui me puisse
accommoder un rabat bien goderonné à ma fantaisie! En voilà que l'on
me vient d'apporter. Puis, les jettant en terre, les foulant aux
pieds, dit ces mots: Je me donne au diable corps et âme si jamais je
les porte.

Et ayant proferé ces detestables mots plusieurs fois, le diable sort
un rabat de dessous son manteau, luy disant: Celuy-là, madame, ne vous
agrée-t-il point?--Ouy, dit elle, voilà bien comme je les demande. Je
vous prie, mettez le moy, et je suis tout à vous de corps et d'âme. Le
diable le luy presente au col, et le luy tordit en sorte qu'elle tomba
morte à terre, au grand espouvantement de ses serviteurs. Le diable
s'esvanouyt, faisant un si gros pet comme si l'on eust tiré un si
grand coup de canon, et rompit toutes les verrines de la salle.

Les parens de la dite comtesse, voulant cacher le faict, firent
entendre qu'elle estoit morte d'un catharre qui l'avoit estranglée, et
firent faire une bière et firent preparer pour faire les obsèques, à
la grandeur comme la qualité de telle dame portoit. Les cloches
sonnent, les prêtres viennent. Quatre veulent porter la bière et ne la
peuvent remuer; ils sy mettent six... autant que devant; bref, toutes
les forces de tant qui sont ne peuvent remuer ceste bierre, en sorte
qu'ont esté contraint d'atteler des chevaux; mais pour cela elle ne
peut bouger, tellement que ce que l'on vouloit cacher fut descouvert.
Toute la ville en est abrevée; le peuple y accourut. De l'avis des
magistrats, on ouvre la bière: il ne se trouve qu'un chat noir, qui
court et s'evanouyt par dedans le peuple. Voilà la fin de ceste
miserable comtesse, qui a perdu et corps et âme par son trop de luxe.

Cecy doit servyr de miroir exemplaire à tant de poupines qui ne
desirent que de paroistre des mieux goderonnées, mieux fardées, avec
des faux cheveux et dix mille fatras pour orner ce miserable corps,
qui n'est à la fin que carcasse, pourriture, pasture de vers et des
plus vils animaux. Dieu leur doint la grâce que ceste histoire leur
profite et les convie à amender leurs fautes!

Ainsi soit-il.

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Discours au vray des troubles naguères advenus au royaume
     d'Arragon, avec l'occasion d'iceux et de leur pacification et
     assoupissement, tiré d'une lettre d'un gentilhomme françois,
     estant à la suyte de Sa Majesté Catholique, à un sien amy._

     _A Lyon, par Jean Pillehotte, à l'enseigne du Nom-de-Jesus.
     1592._

     _Avec permission._ In-8º[107].

     [Note 107: Pièce très intéressante, en ce qu'elle est peut-être
     le seul document françois relatif à cette partie de l'histoire
     d'Antonio Perez. M. Mignet, qui aurait puy trouver quelques faits
     nouveaux pour son excellent livre, semble ne pas l'avoir connue.

     On verra tout à l'heure, et ce n'est pas l'une des particularités
     les moins curieuses de cette pièce, jusqu'où notre ligueur
     françois pousse l'admiration pour Philippe II, à la suite duquel
     il se trouve.]


Monsieur et frère, je commenceray la presente pour responce à ce qui
est contenu à la fin de celle que j'ay receu de vous du xviij du moy
passé, et pour satisfaire à la curiosité que monstrez avoir d'avoir
quelque lumière des bruits que l'on faict courir des esmotions, non
pas de Valladolid (comme me mandez), mais de Sarragoce, ville
capitalle du royaume d'Arragon. Je vous diray qu'il y a environ vingt
ans que le roy tenoit à son service un nommé Antonio Perès, lequel il
avoit faict son secretaire d'estat, et l'avoit tellement receu en sa
grace, que, pour la bonne opinion qu'il avoit conceue de luy, il se
reposoit d'une bonne partie de ses plus importans affaires sur sa
suffisance et fidelité, tellement qu'il estoit recherché d'un chacun
(grands et petits) pour la grande creance que son maistre avoit en luy
plus que personne de toute la court. Après s'estre longuement maintenu
en cest estat, n'estant pas donné à un chacun d'user en la bonne
fortune de la prudence et moderation qui y est requise, il devint si
glorieux et insupportable, qu'il se rendoit fort mal voulu des gens de
bien, et, non content de ce, s'oublia de tant que de commettre
beaucoup de choses desquelles Sa Majesté (avec beaucoup de raison)
demeuroit offencée, et telles y en avoit-il qui meritoient une griefve
punition, voyre de la vie. Toutesfois, le tout averé, elle se contenta
de le faire sortir de sa court et retirer en sa maison, où il
jouyssoit de ses biens, qui estoient très grands, pour avoir receu
beaucoup de bienfaits pendant qu'il estoit en grace, et de sa femme et
enfans fort paisiblement, sans qu'il fust inquieté en manière
quelconque. Neantmoins, sa conduicte fut si mauvaise, et y usa de si
peu de prudence, que, pour justiffier son eslongnement, il blamoit et
accusoit sa dicte Majesté d'ingratitude, detractant de luy plus
licentieusement qu'il n'appartient à un subject qui avoit receu tant
de biens et honneurs de son maistre, desquels il estoit descheu par
ses mauvais deportemens, et aucuns adjoustent qu'il faisoit des
deservices prejudiciables à l'estat de son prince; ce qu'estant venu à
sa cognoissance, il l'envoya prendre en sa maison, le fit mener en
ceste ville, mettre en une maison où il estoit bien logé[108], et mis
soubz la garde de quelques uns qui furent commis à ce[109]. On luy
permit de jouyr de la presence et compagnie de sa femme, ses enfans,
et de ceux qui le vouloient aller visiter, sans luy donner aucun
empeschement en la jouyssance de ses biens, et ne voulans qu'il fust
fait plus ample information de ses delicts, ni que l'on procedast à
l'encontre de luy criminellement, comme il avoit suffisamment de quoy,
et pour luy faire perdre la vie. Il demeura long-temps en cest
estat[110], jusques à ce que, s'en ennuyant, il trama avec sa femme de
se sauver, laquelle, saige et accorte, desireuse de complaire à
l'intention de son mary, sceut si bien entretenir ses gardes un soir
qu'il fist le malade, qu'il eust moyen de se sauver en habit d'une des
servantes de la dicte femme[111], et, estant aidé de chevaux, s'en
alla d'une traicte (en la diligence que pouvez penser) à dix lieux
d'icy, où il print la poste pour gaigner Sarragoce, de cela il y a peu
moins de deux ans, et, y estant arrivé, se presenta à la justice du
lieu, remonstra qu'il estoit natif du païs d'Arragon, que l'on l'avoit
detenu injustement en prison un long temps par deçà, et qu'ayant
trouvé moyen d'eschapper, il se mettoit entre leurs mains, les prioit
de luy conserver son innocence, et ne point souffrir qu'il fust
traicté contre les priviléges desquels ont accoustumé de jouyr ceux du
dict païs d'Arragon: à quoy il fut receu, et par ceremonie mis en
prison en la dicte ville. Les officiers de laquelle (jaloux de la
conservation de leurs dicts priviléges plus que de leurs femmes
mesmes) envoyèrent incontinent des deputez au roy[112], pour
l'advertir de ce qui s'estoit passé avec le dict Antonio Perès,
promettans, s'il avoit delinqué, d'en faire la justice par la rigueur
des loix du pays, lesquelles ne permettent qu'un gentilhomme puisse
estre puny de mort ni ses biens confisquez, pour quelque crime et
forfaict que ce soit. Sa Majesté les loüa de l'avoir retenu
prisonnier, mais monstra desirer qu'il fust ramené par deçà; à quoy
ils ont tousjours contredict, comme chose repugnante à leurs dicts
priviléges: de manière que, pour tirer ledict Perès de leur pouvoir et
le mettre ès mains de la justice de sa dicte Majesté au dict lieu de
Sarragoce, il fut ordonné au vice-roi de là de le faire transporter de
la prison où il estoit en un lieu hors la ville, qui est en forme de
chasteau, où se mettent ceux qui sont accusez de l'inquisition[113],
ce qui fut executé au mois de juillet dernier; mais ses parens et amis
firent telle clameur parmy le peuple que l'on leur vouloit oster leur
liberté et priviléges, leur remontrans le mal qui en resulteroit
s'ils enduroient ce qui estoit advenu, qu'à l'instant plus de six mil
hommes prindrent les armes, accoururent au logis du gouverneur, où
estans entrez de force, ils tuèrent quelques uns de ses gens et le
blessèrent, de sorte que quelque temps après il mourut[114]; furent
aux maisons des juges de l'inquisition, les contraignirent, les armes
à la gorge, de sortir le dict Perès du lieu où il avoit esté mené, et
le remettre en leurs mains, et, s'imaginans que le roy, pour avec plus
d'apparence le pouvoir faire mourir, vouloit qu'il fust accusé par
devant les dicts juges de l'inquisition, voulurent qu'il fust examiné
par eux sur toutes choses qui concernent la dicte inquisition, et le
firent declarer innocent et exempt d'en estre recherché. Depuis, au
mois de septembre, sa dicte Majesté, estant mal satisfaicte de ce qui
s'estoit passé, commanda à ceux qu'elle sçavoit luy estre obeissans,
de tirer de nouveau le dict Perès du lieu où il estoit gardé, pour le
remettre en l'autre où auparavant elle avoit ordonné qu'il fust
conduict; à quoy ceux auxquels ce commandement s'adressa desirans
d'obeyr, et neantmoins doutans qu'il ne se peust faire seurement sans
estre assistez de forces, firent mettre en armes un bon nombre
d'hommes, pour, à l'aide d'iceux, executer ce qui leur estoit ordonné.
Mais le peuple et ceux qui avoient esté autheurs de la première
esmotion, en ayans eu le vent, mirent ensemble cinq ou six mil
hommes[115], vindrent avec les autres aux mains, où il y en eust
plusieurs tuez et blessez, bruslèrent le coche dans lequel on avoit
deliberé de mettre le prisonnier[116], et de la mesme furie allèrent à
la prison, le mirent dehors, et avec luy quelques autres coupables de
la vie, et leur firent fournir chevaux pour se sauver, comme ils
firent, et dit-on qu'ils se sont retirez en France[117]. Ceste audace
meritoit (comme pouvez presumer) le juste courroux d'un grand roy,
qui, se faisant obeyr et respecter aux parties les plus eslongnées de
la terre, souffroit un mespris de ses subjects si près de luy;
neantmoins il y proceda avec tant de doulceur que, sur les
remontrances qui luy en furent faictes, il dict qu'il sçavoit bien que
parmy les bons il y avoit tousjours des mauvais; que l'on fist
recherche de ceux qui avoient esté autheurs de ces esmotions; que l'on
en fist la justice, moyennant quoy il estoit content d'oublier ce qui
s'estoit passé. Mais ceste commune, enyvrée en ses debordemens, ne
pouvant ouyr parler de la justice, disant aussi que ce qu'ils avoient
faict n'avoit esté que pour maintenir leurs priviléges, et que les
loix d'Arragon ne souffriroient qu'un gentilhomme, pour quelque crime
que ce fust, peut mourir par justice, se rendirent si obstinez,
fermans les oreilles à toutes les propositions, douces et aigres,
mesmes retenans par force les princes, seigneurs et gentilz hommes du
pays qui pour lors se trouvèrent en leur ville, disans que puisqu'il
alloit en ce faict de la conservation de leurs priviléges, il falloit
qu'ils les assistassent, ayans aussi semond, non seulement les autres
villes d'Arragon d'entrer avec eux en la dicte deffence, mais aussi le
royaume de Valence et de la Cathalogne, qui jouyssent des mesmes
droits qu'eux, lesquels toutesfois les ont abandonnez en leur mauvaise
cause, que Sa Majesté a esté contraincte, pour reprimer telles
insolences, de faire tourner la teste à une armée de dix mil hommes de
pied et deux mil cinq cens chevaux (tous Espaignolz)[118] qui avoient
esté levez l'esté passé pour nostre secours[119], comme je peux le
vous avoir cy devant escript, de ce costé là, à laquelle ils se sont
voulu opposer, ayans créé d'entre eux par force un pour leur chef[120]
(s'estans ceux que j'ay dict cy-dessus avoir esté retenus, sauvez de
diverses façons en habitz desguisez), avec lequel ils allèrent en
nombre de cinq ou six mil, à trois ou quatre lieües de la dicte ville
de Sarragoce, en intention de defendre le passage d'un pont à la dicte
armée[121]; mais leur dict chef, non consentant en leurs folies,
faignant les mettre en ordre pour combattre, monté sur un bon cheval,
les laissa et se retira avec ceux du roy en icelle, dont estonnez,
sans sçavoir à quoy se resouldre, se retirèrent en leur ville fort
troublez, où ils furent suyvis de la dicte armée, laquelle, à
l'intercession des gens de bien, y est entrée sans avoir trouvé aucune
resistance, ni usé d'aucune violence ni extorsion. Voilà comment ce
faict s'est passé, avec beaucoup d'honneur et de reputation de ce bon
roy, lequel tout ensemble faict cognoistre à ses subjects sa douceur
et clemence[122], encores qu'il tienne en la main de quoy les chastier
rigoureusement. Voilà la verité de l'histoire, que je vous prie de
communiquer aux amys, et me conserver en leurs bonnes graces, comme je
desire (Monsieur et frère) demeurer pour tousjours en la vostre. De
Madrid, ce xxj de novembre 1591.

[Note 108: Le flatteur de Philippe II oublie avec intention de
rappeler la captivité de Perez, pendant deux années, dans la
forteresse de Tarruegano. Mignet, _Antonio Perez et Philippe II_, 1re
édit., Paris, 1845, in-8, pag. 88-91.]

[Note 109: Cette demi-délivrance de Perez ne fut pas un effet de la
clémence de Philippe II; elle fut motivée par la maladie assez grave
qu'il avoit contractée pendant son emprisonnement sévère à Tarruegano.
«Dona Juana Coello, dit M. Mignet, obtint qu'il fût transporté à
Madrid, où il jouit de nouveau, pendant quatorze mois, d'une
demi-liberté dans une des maisons les meilleures de la ville, et reçut
les visites de toute la cour.» _Id._, pag. 91.]

[Note 110: Notre ligueur glisse encore habilement sur tous les détails
qui pourroient rendre le roi odieux, «les perfides interrogatoires
auxquels Perez fut soumis, la torture qu'on lui fit subir, etc.»
Mignet, _loc. cit._, pag. 99-114.]

[Note 111: Selon M. Mignet (pag. 118), Perez prit «un vêtement et une
mante de sa femme»; mais ce qui est dit ici des habits de servante
endossés par le fugitif s'accorde bien mieux avec ce qui suit dans le
récit de l'excellent historien: «Il passa, dit-il, sous ce
déguisement, à travers les gardes, et sortit de sa prison. Au dehors
l'attendoit un de ses amis, et plus loin se tenoit l'enseigne Gil de
Mesa, avec des chevaux tout prêts pour le transporter en Aragon. A
peine avoient-ils fait quelques pas dans la rue avant de joindre Gil
de Mesa, qu'ils rencontrèrent des gens de justice faisant la ronde.
Sans se troubler, l'ami de Perez s'arrêta et causa avec eux, tandis
que Perez restoit silencieusement et respectueusement derrière eux,
comme un domestique.» _Id._, 118-119.]

[Note 112: M. Mignet ne parle pas de cette députation vers Philippe
II, qui nous semble du reste fort invraisemblable.]

[Note 113: Philippe II, à qui Perez échappoit toujours comme coupable,
avoit en effet trouvé moyen de le rendre justiciable de l'Inquisition
en le chargeant du crime d'impiété; et ce furent non pas les officiers
du roi, comme il est dit ici, mais les alguazils du saint-office, qui
eurent ordre d'aller se saisir de lui pour le mener de la prison des
Manifestados dans celle de l'Inquisition, ce qui fut cause du
mouvement populaire dont il va être parlé.]

[Note 114: C'est pendant qu'on l'entraînoit loin de son palais que le
gouverneur, à qui l'on avoit arraché son bonnet et sa cape, reçut
trois coups de couteau à la tête et un à la main. «On le déposa tout
meurtri et ensanglanté dans la prison vieille, et quatorze jours après
il mourut de ses blessures.» Mignet, pag. 159-160.]

[Note 115: Cette nouvelle insurrection eut lieu le 24 septembre.]

[Note 116: M. Mignet entre dans de grands détails sur cette
insurrection et sur la délivrance définitive de Perez, mais il ne
parle pas de ce coche brûlé. Pag. 185-189.]

[Note 117: Perez s'y réfugia en effet.]

[Note 118: M. Mignet ne dit que «six mille hommes de pied et quinze
cents hommes de cavalerie légère.» _Antonio Perez et Philippe II_, 1re
édit., pag. 199. Quand il dit _tous Espaignolz_, l'auteur de la lettre
veut dire _tous Castillans_.]

[Note 119: M. Mignet ne parle pas de cette première destination de
l'armée de Philippe II.]

[Note 120: «Les membres de la députation permanente et les cinq juges
de la cour suprême avoient proclamé la légalité et la nécessité de la
défense, prescrit la formation d'une armée, nommé le grand justicier
pour la commander, conformément à sa charge, et désigné don Martin de
la Nuza pour lui servir de mestre de camp.» Mignet, pag. 198.]

[Note 121: M. Mignet n'indique pas le lieu où l'armée aragonaise alla
attendre l'armée castillane, commandée par Vargas. Quant à la
défection de Juan de la Nuza, il la donne comme une simple retraite:
«Cédant à la faiblesse de son caractère et au sentiment de son
impuissance, il se retira dans un de ses châteaux. Le député du
royaume don Juan de Luna, et le jurat de Saragosse, qui étoient avec
lui, en firent autant.» _Id._ pag. 200.]

[Note 122: Il ne faut pas oublier qu'il s'agit toujours ici de
Philippe II.]

       *       *       *       *       *


     _Recit naïf et veritable du cruel assassinat et horrible massacre
     commis le 26 aoust 1652 par la compagnie des frippiers de la
     Tonnelerie, commandés par Claude Amand, leur capitaine, en la
     personne de Jean Bourgeois, marchand espinglier ordinaire de la
     royne, bourgeois de Paris, aagé de trente-deux ans; tiré des
     informations et revelations faites en suite des monitoires
     obtenus et publiez en aucunes des parroisses de ceste ville de
     Paris[123]._

     [Note 123: Cette pièce est la plus intéressante de celles qui
     furent écrites au sujet de cet assassinat, lesquelles, celle-ci
     comprise, ne s'élèvent pas à moins de dix, toutes citées, avec
     leur titre exact, dans la _Bibliographie des Mazarinades_, par M.
     Moreau. Ce sont: 1º _Relation, véritable de ce qui s'est passé au
     meurtre d'un jeune garçon.... nommé Bourgeois_, _Paris_, Simon le
     Porteur, 1652, 8 pages; 2º _Histoire véritable et lamentable d'an
     bourgeois de Paris cruellement martyrisé par les Juifs de la
     synagogue_, le 26 août 1652, (S. L.,) 1652, 7 pages en vers; 3º
     _Monitoire publié par toutes les paroisses de la ville de Paris
     contre les Juifs de la synagogue, le_ 1er _jour de septembre_
     1652, _pour avoir cruellement martyrisé, assassiné et tué un
     notable bourgeois de la dite ville de Paris_, Paris, v{e} J.
     Guillemot, 1652, 6 pages; 4º _La cruauté de la synagogue des
     juifs de la dernière génération, de plus le jugement de Minos
     rendu à l'âme du pauvre massacré, aux Champs-Elysiens, le repos
     des âmes heureuses, P. A. C. L. A. M. B. D. R. T. A. P._, Paris,
     1652, 8 pages; 5º _La fureur des Juifs, dédiée à Messieurs de la
     synagogue, en vers burlesques_, par Cl. Veyras, Paris, Jacq. Le
     Gentil, 1652; 6º _La synagogue mise en son lustre, avec
     l'épitaphe du bourgeois pour mettre sur son tombeau_, 12 pages;
     7º _Le jugement criminel rendu contre la synagogue des fripiers,
     portant que ceux de leur nombre qui se trouveront circoncis (qui
     est la marque de la juiverie) seront châtrés ric à ric, afin que
     la race en demeure à jamais éteinte dans Paris_, (S. L.,) 7
     pages; 8º _Examen de la vie des Juifs, de leur religion, commerce
     et trafic, dans leur synagogue_, Paris, Fr. Preuveray, 1652, 8
     pages; 9º _Réponse des principaux de la synagogue, présenté_
     (sic) _par articles aux notables bourgeois de Paris, où il
     montre_ (sic) _leur ordre, leur reigle, leur loy, et leur procez
     avec le complaignant_, Paris, 1652, 8 pages. Cette pièce est
     dirigée contre la précédente. Celle que nous donnons ici est la
     requête présentée au Parlement par le père et les parents du
     pauvre épinglier. M. de Boyvin Vaurouy fut nommé rapporteur.]


Le 15 dudit mois d'aoust, ledit Bourgeois[124] se rencontrant, près
Sainct-Eustache, sur le pas de la porte du sieur Deganne, marchand,
comme les frippiers de la Tonnellerie revenoient de garde de la porte
de Montmartre, un passant luy demanda quelle compagnie c'estoit,
auquel il repondit: C'est la synagogue[125]. Ces paroles, quoyque
dites assez bas et sans dessein de les offenser, furent pourtant
entendues par aucuns d'eux, qui se saisirent aussitost de luy,
l'outrageant de coups de hallebardes et de fusils, lui baillèrent
quelques soufflets, et le menèrent, suivant leur marche, chez ledit
Amand, leur capitaine, où, après plusieurs mauvais traitements, ils le
contraignirent de se mettre à genoux, et en cette posture leur
demander pardon et faire amende honorable, le menaçant de le tuer à
faute de le faire. Pendant que cela se passoit ainsi, plusieurs
frippiers s'attroupèrent, avec leurs femmes et enfants, au devant de
la maison dudit Amand, criant tous d'une voix: Il le faut tuer,
parcequ'il a offensé tout nostre corps! Ce qui obligea ledit Bourgeois
d'attendre la nuit pour se retirer à la faveur d'icelle et eviter leur
fureur[126]. Ce n'est pas là tout: leur insolence naturelle passa
outre. Dès le lendemain, ils se mocquèrent de luy, et, en toutes
occasions où il se rencontroit depuis dans les rues, ils le faisoient
railler, contrefaisant les soumissions qu'il leur avoit faites, et les
faisans passer pour une reparation authentique, à la honte et
confusion dudit Bourgeois, qui, se voyant si mal mené et ressentant de
plus en plus les excez et meurtrissures qu'il avoit receues sur son
corps, se resolut d'aller au conseil, par l'advis duquel il trouva à
propos de se pourvoir par justice. Il fit sa plainte par devant le
baillif du For-Levesque, l'injure ayant esté faite sur les terres
dependantes de sa juridiction. Il obtint decret de prise de corps en
vertu duquel il fit, le 24 dudit mois, emprisonner ès prisons du
For-aux-Dames[127] le nommé Michel Forget, caporal de ladite
compagnie, par lequel il avoit esté le plus excedé. Le mesme jour, qui
estoit la feste de saint Barthelemy, apostre, ledit Amand, supposant
une sentence de la ville pour faire eslargir le prisonnier, vint ès
dites prisons, accompagné de deux cents hommes, tous armez de fusils,
mousquetons et pistolets, qu'il laissa au devant d'icelle, demandant
ledit Forget au geollier, qui luy dit qu'ayant esté emprisonné en
vertu d'un decret decerné dudit baillif, il ne le pouvoit mettre
dehors sans son ordre. Ce refus ne plust audit Amand, qui voulust en
mesme temps se saisir des clefs desdites prisons, à quoy il trouva de
la resistance; ce qui l'obligea de sortir, et demeura toute la nuict
avec ses gens armez au devant et ès environs desdites prisons, qu'il
entreprist diverses fois de forcer, sous pretexte d'y amener quelque
prisonnier. Mais la courageuse resolution du geollier fist avorter ce
dessein trop hardy. Amand se vit par là obligé de se retirer le
lendemain dimanche, 25 dudit mois, par devers ledit baillif, qui luy
bailla volontairement ou de force, sans appeler la partie et contre
tout ordre de justice, l'eslargissement dudit Forget[128], se
contentant seulement d'en faire charger ledit Amand, lequel ne manqua
pas de l'aller aussitost faire sortir. Ledit Forget, parmy la joye de
sa delivrance, ne put dissimuler le ressentiment de son indignation;
il dit plusieurs fois, jurant et blasphemant le sainct nom de Dieu,
qu'il tueroit ledit Bourgeois. Ceux de sa compagnie en dirent autant,
et entre eux le nommé Macret, qui passa outre, disant que, s'il ne se
trouvoit personne qui voulust faire le coup, luy-mesme le feroit de
son mousqueton. Et enfin l'adieu dudit Forget au geollier et à sa
femme et autres fut que l'on entendroit bientost parler de luy. Ces
menaces furent bientost suivies de l'effect, mais le plus etrange et
le plus cruel dont on ait jamais ouy parler. Le lendemain,
vingt-sixiesme jour dudit mois, dès les cinq heures et demie du matin,
les frippiers s'emparèrent des advenues et des portes du cimetière des
Saincts-Innocens; quelques uns s'y glissèrent et cachèrent, d'autres
firent mine de se pourmener, et envoyèrent le nommé Pierre
Jusseaume[129], qu'ils avoient gagné par argent, vers ledit Bourgeois,
pour, sous couleur d'amitié et de luy vouloir communiquer quelque
chose qui luy importoit, l'attirer dans le cimetière. Ce traistre
s'approcha de luy, et, le voyant avec les sieurs de Bourges et
Godelat, marchands, ses voisins, à l'ouverture de leurs boutiques,
demanda à luy parler en particulier. Il repondit que c'estoient ses
amis, et qu'il n'y avoit point de danger de tout dire devant eux. Le
perfide insista à le vouloir entretenir en secret, et l'obligea
d'entrer audit cimetière, où ledit Bourgeois ne fut pas plustost que
le nommé François Haran, qui estait caché derrière le premier pillier
dudit cimetière, se jetta sur luy, jurant et blasphemant, luy porta un
coup du bout de son pistolet dans l'estomac, duquel il le renversa par
terre. Aussitost il donna le signal aux autres conjurez, au nombre de
trente à quarante, entre lesquels, outre ledit Haran, ont estez
remarquez Jean et Michel Forget frères, Philippes Saydes, Noël de
Barque, Simon Cahouel, le Roux, Ruelle le jeune, Bryare le jeune,
Belargent, Macret et Laurent Hattier, tous armez de fusils,
mousquetons, espées nues et d'instruments non encore usitez, et
qu'autres que des frippiers n'auroient pu inventer, tous lesquels,
renians et blasphemans, se ruèrent impetueusement sur ledit Bourgeois,
l'outragèrent de coups de poings et de pieds en toutes les parties de
son corps, le frappèrent du bout de leurs armes, luy arrachèrent les
cheveux, luy donnèrent plusieurs coups de ces meurtrières nouvelles,
qui sont peaux d'anguilles et lizières de drap, entre lesquelles sont
cousuës dix balles de mousqueton des plus grosses[130], desquelles ils
luy donnèrent plus de cinquante coups, dont la moindre blessure est
mortelle, et, entre autres, le nommé Briard le jeune, frippier. Il
eust pourtant assez d'adresse et de vigueur pour s'eschapper des mains
de ces bourreaux, mais ce ne fut pas pour long-temps: car, n'ayant que
des pantoufles à ses pieds et des chaussettes non liées à ses jambes,
il ne put guère courir sans broncher, et par ainsi retomber plus
perilleusement encore au pouvoir de ses ennemis, lesquels, après
l'avoir traisné d'une partie dudit cimetière par les pieds, la face
contre terre, le saisirent qui par les bras, qui par les jambes, qui
par les cheveux, et, après avoir redoublé sur luy les effects de leur
cruauté, de telle sorte qu'il ne pouvoit plus parler, ains seulement
haletoit et souffloit, l'entraisnèrent de ceste façon par la porte
dudit cimetière du costé des halles, jusqu'au milieu de la Petite
Friperie, où ils firent pose, pour l'exposer de nouveau à de nouvelles
injures et mauvais traitements, disant: Voilà celuy qui a faict
emprisonner M. Forget. De là ils achevèrent de le mener, sur les six
heures du matin, en la maison dudit Amand, lequel, non moins passionné
que les frippiers, et voulant avoir sa bonne part à leur felonie, fit
aussitost battre la caisse par tout le quartier, posa corps de garde
au devant et au dedans de sa boutique, et des sentinelles, comme à la
garde des portes d'une ville. Pendant que la compagnie s'assembloit,
on fit, l'espace de quatre heures et plus, souffrir audit Bourgeois, à
la veue dudit Amand, toutes les indignitez que la rage peut suggerer:
on luy tire et arrache la barbe et les cheveux, on le soufflette, on
le perce et picque de poinçons et grandes aiguilles, on luy presse du
verjus en grappe dans les yeux, et, pour l'accabler entierement de
douleur, ayant demandé un peu d'eau à cause de la grande alteration
qu'il avoit, on luy en presenta qui estoit corrompuë. Ce n'est pas là
tout; mais, ô barbarie inouïe! l'on luy refusa la consolation d'un
confesseur, qu'il demanda plusieurs fois, voyant et entendant la
resolution que ses ennemis avoient prise de le massacrer
inhumainement[131]. Alors Amand devoit, ce semble, estre rassasié de
cruauté; pourtant il fait paroistre le contraire, et qu'il veut estre
jusqu'à la fin le principal acteur de ceste funeste tragedie. Pour cet
effet, il veut voir luy-mesme si la compagnie est complette et en
estat de marcher; il en fait la reveuë, il renvoie les garçons qui
estoient venus à la place de leurs maistres, il marche ayant le
hausse-col, et va de porte en porte, le pistolet à la main, pour les
obliger et forcer de venir en personne, les menaçans de l'amende.
Cependant les bourgeois des quartiers circonvoisins et autres passans
par là, entendans le bruit de ce tambour à une heure extraordinaire,
estoient portez de curiosité de sçavoir le sujet de ceste assemblée,
et pourquoy on retenoit et traittoit ainsi ce jeune homme. Les uns
respondoient: C'est un coquin qui nous a appelez Synagogue; il a
affaire à huit cens hommes qui l'entreprennent; d'autres que c'est un
voleur qu'ils ont pris volant une maison en leur quartier, et d'autres
que c'estoit un mazarin qui avoit voulu tuer M. de Beaufort.

[Note 124: Selon la _Relation véritable..._ il étoit fils d'un
marchand épinglier de la rue Saint-Denys.]

[Note 125: La plupart des fripiers étoient des Juifs, ou de nouveaux
convertis, toujours prêts à s'offenser quand on leur rappeloit leur
ancienne religion. V. l'une des pièces de ce volume, _les Grands Jours
tenus à Paris par M. Muet_, etc. Paris, 1622, pag. 198-199.]

[Note 126: Loret raconte ainsi la première partie du drame:

  On dit que messieurs les fripiers,
  La plupart de vrais frelampiers,
  Aucuns d'eux meschans et damnables,
  Et d'autres assez raisonnables,
  Traitèrent d'estrange façon
  L'autre jour un certain garçon
  Qui d'un ton fort hardy et rogue
  Les nommoit gens de synagogue.
  Dès qu'il eut dit ce mot piquant,
  Un d'eux luy donna quant et quant
  Six ou sept coups de hallebarde
  (Car ils retournoient de la garde).
  Ensuite ces gens mutinez
  Luy crachèrent cent fois au nez,
  Luy dirent ses fièvres quartaines,
  Et lui donnèrent trois douzaines
  De soufflets des plus inhumains
  Avec leurs pataudes de mains.
      (_Muse historique_, liv. III, lettre 35e, 1er sept. 1652.)]

[Note 127: Il étoit situé rue de la Heaumerie, où il donnoit son nom à
un impasse. On l'appelait _For-aux-Dames_, parcequ'il fut, jusqu'en
1674, le siége de la juridiction des religieuses de Montmartre.]

[Note 128: M. Moreau dit que l'ordre de relâcher le fripier Forget fut
donné par le prévôt des marchands, Broussel, à qui Amand et les autres
s'étoient adressés. _Bibliog. des Mazarinades_, nº 2997.]

[Note 129: Nom fameux depuis long-temps dans la draperie. Dans le
_Pathelin_, le drapier s'appelle Guillaume Joceaume.]

[Note 130: «On dit qu'ils ont une lisière longue d'une aulne et large
de quatre doigts, et que dans cette lisière ils mettent des balles de
plomb ou quelques pièces de fer, avec quoi ils frappent les vendeurs
de vieux chapeaux ou ceux qu'ils veulent chastier.» _Relation
véritable de ce qui s'est passé au meurtre d'un jeune garçon..._]

[Note 131: Loret fait raconter par le patient lui-même toutes les
indignités qu'il eut à subir avant sa mort:

  «..... Helas! ils me martirent,
  Leurs rigueurs à tous coups s'empirent;
  Ils m'ont mené, me malmenant,
  Du capitaine au lieutenant,
  Et maintenant on me ramène
  Du lieutenant au capitaine;
  Ils m'ont fait mainte indignité,
  Moqué, tiraillé, souffleté.
  Bref, la nation judaïque
  Ne fut guère plus tyrannique
  Quand elle tourmenta jadis
  Le createur du Paradis.»]

Amand, ayant mis sous les armes environ quatre-vingts hommes de sa
compagnie, se jugea assez fort pour executer de plein jour et au
milieu des rues le pernicieux complot fait en sa maison contre ledit
Bourgeois. Pour cet effet, il supposa avoir un ordre de la ville pour
l'y conduire, lequel ne pouvoit estre que faux ou mandié après temps,
puisque, comme il a esté remarqué cy-devant, ledit Bourgeois avoit
esté enlevé dès les cinq heures et demie du matin, auquel temps ledit
Amand ne pouvoit pas avoir obtenu un ordre de la ville en la forme et
avec les circonstances qu'il l'a depuis fait paroistre. Il ne laissa
de commander audit Bourgeois de le suivre, qui repondit ne le pouvoir
faire, estant tout roué et ayant le genouil cassé de coups; et il le
pria de luy envoyer querir une chaise, avec offre de la payer. Une
chaise! repartit Amand en luy dechargeant un soufflet, cela est bon
pour les princes; mais à toy, il te faut un tombereau. Neantmoins,
quelqu'un de la bande se mit en peine pour cela, et on fist apporter
une sorte de fauteüil, laquelle sert à porter à l'Hostel-Dieu les
pauvres malades. Ledit Amand envoya querir quelques paquets de mesches
et de cordes, et commanda de lier ledit Bourgeois sur ledit fauteuil,
ce qui fut promptement executé par les nommez Masselin et Sayde,
sergens de la compagnie, sçavoir par le millieu du corps, les bras sur
les appuis du fauteüil et les jambes separement sur les batons qui
servent à le porter, et cela si rudement et serré, que les cordes en
demeurèrent imprimées en sa chair; envoya querir deux crocheteurs pour
le porter, ausquels il repondit en son nom de leur salaire, duquel il
les fit satisfaire le lendemain par sa femme. Cet innocent captif,
sans secours et sans defense, fit paroistre une telle constance en la
durée de tous ses tourmens, qu'il ne lascha aucune parolle capable
d'offenser les frippiers ny leur capitaine, lequel, environ les dix
heures et demie de la mesme matinée, fist battre la marche, et en cest
equipage, luy et Guillaume Leguay, son enseigne, chacun avec leur
hausse-col et les pistolets à la main, marchant à la teste de la
compagnie, les sergens et caporaux en leur rang, les rangs quatre à
quatre, sortirent de leur quartier de la Tonnellerie, faisant porter
ledit Bourgeois au milieu de ladite compagnie, à costé du tambour,
vinrent droit à la rue Tire-Chappe; et, quelques uns des plus
effrontez ayant dit qu'il falloit marcher et le faire passer à la
barbe du père, au lieu d'entrer en icelle, enfilèrent à celle de
Sainct-Honoré, entrèrent en celle des Bourdonnois, puis en celle de la
Limace, où ledit Amand, capitaine, fit faire halte et cesser le
tambour, pour tenir entre eux le dernier conseil pour l'execution de
leur vengeance. Après, ils continuèrent leur marche en celle des
Deschargeurs, où estans, se saisirent de toutes les advenües
circonvoisines, firent plusieurs decharges de leurs fuzils, tant
contre ceux qui les suivoient, dont aucuns furent atteints et blessez,
qu'en haut, pour empescher de regarder aux fenestres; firent fermer
les boutiques qui estoient ouvertes, et, voyant ce lieu-là fort propre
pour mettre fin à leur pernicieux dessein, firent poser ladite chaise
où estoit ledit Bourgeois contre le meur d'une maison nouvellement
bastie près la rue du Plat-d'Estin. Et alors, plusieurs ayant dit
qu'il estoit temps de s'en deffaire, et le capitaine dit: Main basse!
firent une decharge de fuzils à bout portant sur ledit Bourgeois, dont
il fut atteint d'un coup à l'oeil senestre qui luy arracha la vie, fit
voler la cervelle par le derrière de la teste et emplir son visage et
le pavé de sang. Un charitable ecclesiastique, aumosnier de M. l'abbé
de Sillery[132], s'estant trouvé engagé dans ceste rüe, s'efforça,
malgré la resistance de ces meurtriers, d'approcher ledit Bourgeois
pour le reconcilier et donner la benediction. La chose ainsi achevée,
le capitaine, asseuré de la mort dudit Bourgeois par celuy mesme qui
avoit fait le coup, tint nouveau conseil avec les principaux de ladite
compagnie pour adviser ce qu'ils feroient de ce corps mort. Après le
resultat, il fit recharger et remettre sa compagnie en ordre, commanda
aux porteurs de reprendre ladite chaise et porter ledit deffunct, les
y força sur leur refus, passant de la rue des Deschargeurs par celles
des Mauvaises-Parolles, Thibaultodée, Sainct-Germain, et de là droict
à la Grève, disans tousjours que c'estoit un voleur et un mazarin qui
avoit voulu tuer M. de Beaufort, qu'ils le conduisoient à
l'Hostel-de-Ville, et de temps en temps faisoient des decharges de
leurs fuzils sur ceux qui couroient et crioient après eux à la veuë
d'un tel spectacle. D'abord, ils se saisirent du perron de la porte de
l'Hostel-de-Ville pour en empescher l'entrée aux parents et amis du
deffunct. Amand et quelques uns des siens montèrent où Messieurs de la
ville siegeoient, et, pour excuse de l'abominable crime qu'ils
venoient de commettre, leur supposent que, plusieurs personnes
s'estant presentées pour leur ravir ledit Bourgeois, ils avoient esté
obligez de le tuer. Ainsi, cette victime innocente fut posée dans la
cour dudit Hostel-de-Ville, qui devoit estre le lieu de franchise et
l'azile des opprimez. Ce fait, Amand et ses complices se retirèrent
chez eux par les rues les moins frequentées, et néantmoins tousjours
suivis par la pluspart de ceux qui avoient veu ce sanglant et
espouvantable spectacle, qui les auroient dès lors punis tout
chaudement de leur forfait, si Dieu ne les eust reservez pour en faire
un chastiment et une punition exemplaire à toute la posterité[133].
C'est ce que le père, les parens dudit deffunct et tout Paris
attendent et espèrent de sa justice et de celle de Messieurs du
Parlement.

M. de Boyvin-Vaurouy, rapporteur.

[Note 132: Un autre bon prêtre donna les derniers soins à la victime.
Il en est parlé dans le rapport manuscrit que des chirurgiens
dressèrent de l'état du cadavre, et qui a été retrouvé par M. Moreau
dans un volume de la Bibliothèque de l'Arsenal. Voici l'extrait qu'il
en donne (_Bibliogr. des Mazarinades_, III, pag. 11 nº 2997):
«Premièrement, ils reconnurent qu'il avoit esté lié d'une grosse corde
par le milieu, de son corps, dont les marques en estoient encore
toutes recentes, et particulièrement le noeud de ladite corde qui
avoit enfoncé dans son corps de la profondeur d'une grosse noix. Un
honneste ecclesiastique de ses amis, nommé M. Butel, s'estant
rencontré lorsqu'on le visitoit, s'offrit à lui rendre les derniers
devoirs de charité, qui furent de l'ensevelir; ce que s'estant mis en
devoir d'exercer, luy ayant levé la teste pour mettre sa coiffe, une
partie de sa cervelle tomba dans ses mains, qui fut un spectacle
d'horreur et de compassion à tous les assistans. Il remarqua sur son
corps quantité de meurtrissures, provenantes des grands coups de
lisière qu'ils lui avoient donnés, comme aussi la plaie d'un coup de
hallebarde qu'il receut au dessus de la cuisse, de la largeur de
quatre doigts, et plusieurs piqueures de poinçons aux genoux.»

Loret donne aussi quelques détails qui s'accordent bien avec ceux
qu'on vient de lire:

  Un d'entre eux, le plus perverty,
  Le frappa de façon cruelle
  Et luy fit sortir la cervelle.]

[Note 133: «Ce meurtre, dit M. Moreau, causa une très vive émotion
dans Paris. La Justice dut en connoître, mais je ne sais pas quel
arrêt fut rendu.» Nos recherches n'ont pas été plus heureuses. Il dut
y avoir de longs débats, au milieu desquels, en ces temps de troubles
de toutes sortes, la vérité et la justice eurent certainement peine à
se faire jour. Loret, presque toujours si bien renseigné, et qui, en
qualité de voisin assez proche, puisqu'il logeoit rue de l'Arbre-Sec,
devoit avoir été édifié mieux que personne sur les détails du drame de
la Tonnellerie, donne lui-même à penser qu'il y eut dans toute cette
affaire beaucoup de contradiction et d'obscurité. _Mais_, dit-il,

  ... De ce noir evenement
  On parle si diversement,
  Que certes l'on ne sait que croire
  D'une si malheureuse histoire.]

       *       *       *       *       *


     _Les Grands jours tenus à Paris par M. Muet, lieutenant du petit
     criminel_[134].

       M.D.C.XXII.

         In-8º de 32 pages.

     [Note 134: M. Leber possédoit deux exemplaires de cette pièce,
     qui, selon lui, et son éloge n'est pas exagéré, «est une critique
     enjouée et fort piquante du barreau, des moeurs et de diverses
     personnes». (V. _Catal._ de sa _biblioth._, n{os} 4226, 5625.--V.
     aussi _Catal. Monmerqué_, nº 1569.) Cette satire fit grand bruit
     dans le monde de la basoche. On y répondit et on l'imita. La
     pièce qui servit de réplique a pour titre: _la Reponse aux Grands
     jours et plaidoyers de M. Muet, par quelques mal contents du
     Chastelet_, 1622, in-8º. Quant aux imitations qui parurent dans
     l'année qui suivit, voici le titre de celles que nous avons pu
     retrouver: _les Assizes tenues à Gentilly_, par le Sr Balthazar,
     bailly de S.-Germain-des-Prez (Paris), 1623, in-8º;--_les Estats
     tenus à la Grenouillère les_ 15, 16, 17, 18, _du present mois de
     juin_ (Paris,) 1623, in-8º.--M. Veinant, qui a été dans ces
     recherches notre guide obligeant, pense qu'une autre pièce, _les
     Actions du temps_, 1622, pourroit aussi se rapporter à cette
     sorte de cycle moqueur et parodiste. Quelques petits livrets
     parus huit ou neuf ans auparavant semblent s'y rattacher aussi et
     en être les précédents. Ce sont: _les Conférences d'Antitus,
     Panurge et Guéridon_, S. L. N. D., in-8º;--_les Grands jours
     d'Antitus, Panurge, Guéridon et autres_, S. L. N. D., pet.
     in-8º;--_Continuation des Grands jours interrompus d'Antitus,
     Panurge et Guéridon_, S. L. N. D. (1614), in-8º.--La plupart de
     ces pièces se trouvoient chez le duc de la Vallière et chez Méon.
     V. _Catal. de sa bibliothèque_, nº 3470.]


Je me suis trompé quand j'ay creu que j'aurois du repos et
tranquillité d'esprit lors que, retiré de toutes affaires, je jouyrois
de la nuict pour refuge de mes travaux: car j'y ay trouvé de
l'inquiétude, et mille visions se sont presentées qui me l'ont
empesché.

Je croy qu'il est necessaire que le jour j'eusse ruminé et songé à
tout ce qui se passe de bien et de mal en mon temps, et que j'eusse
desiré la reformation du mal, dont je ne pouvois venir à bout, puis
qu'en songe il m'a semblé qu'il s'est presenté à moy le venerable juge
du petit criminel, Me Nicolas, avec sa barbe assez mal peignée et sa
fraize à l'espagnolle, empezée de son, qui, en levant la teste avec
une parole assez rude et brutine, assisté tant des procureurs de son
temps, Carré, Goguier, Mauclerc, Pamperon, Bois-Guillot, Humbelot, que
infinis autres qui m'estoient incogneus, qui disoit ce qui en suit:

Et quoy! est-il necessaire de revenir au monde pour reformer ce peuple
insolent, lequel j'ay si bien chastié de mon temps, ne leur ayant
donné autres viandes plus solides pour leur caresme que des amandes?
Et neantmoins c'est tousjours à recommencer. J'espère bien, avant que
de partir de ce monde, d'y mettre tel ordre par mes jugemens, qui leur
en souviendra. Je viens tenir mes grands jours pour cet effet.

J'ay choisy pour mon greffier un homme assez sage et discret, quoy
qu'il soit camus et impotant des deux mambres. Ce que j'en ay faict
est affin qu'il tienne pied à boulle, et que sans discontinuation il
redige par escrit mes jugemens, pour estre executez par Tanchon, qui à
présent n'a nul empeschement, puisque sa femme est mariée ailleurs.

Et vous, l'huissier Cornet, qui autrefois avez eu tant de vogue à la
justice de saint Ladre, et qui avez esté, par miracle ou autrement,
trente-deux ans sans changer d'habit ny de chapeau, qui sert encores à
présent à Pierre Parru, cordonnier de la grosse pantoufle de saint
Crespin, je vous ay choisi pour appeler les causes et faire taire les
babillards, pour lesquelles appeler vous n'aurez qu'un sol de la
douzaine, veu le grand nombre qui se presente à juger, afin que le
peuple ne soit point foulé. Or sus, appelez.

--Carré, avez-vous des causes? Plaidez.

--Monsieur le lieutenant, j'aurois besoing de plaider pour moy le
premier, afin de me faire donner le moyen d'avoir une robbe et un
bonnet, car la mienne est toute deschirée d'avoir esté attiré si
souvent à la table Roland[135] par mes parties, aussi que j'ay perdu
la pluspart de ma praticque depuis que j'ay fait le voyage de
Golgotha. Donnez-moy patience que je sois en meilleur poinct, et
cependant faites plaider Goguier.

[Note 135: Fameux cabaret dont il est parlé avec détail dans le
curieux livre: _Visions admirables du pèlerin du Parnasse_, etc.,
Paris, 1635, in-12.]

--Goguier! Goguier!

--Monsieur le lieutenant, il est necessaire, avant que de plaider, de
faire une reigle en vostre justice, et que vous ordonniez que
l'audiance commencera à quatre heures du matin, que tout le monde est
à jeun: car, pour mon regard (ny de plus d'une douzaine de mes
compagnons), il nous est impossible de bien reciter ny faire entendre
le faict de nos parties depuis huict heures du matin jusques à neuf
heures au soir, que nous avons l'esprit preoccupé du son des pots et
du remuement des verres[136].

[Note 136: Les gens de justice, avocats et procureurs, passoient alors
pour des piliers de taverne et de brelan:

  Mais vous ne dites pas qu'ils sont fort desbauchez,
  Et que tout leur estude est de jouer aux billes,
  A la boule, à la paulme, aux cartes et aux quilles.

  Puis les bons compagnons, comme le viel Lymière,
  Le gros Grouart, Bricot, La Joue et La Rivière,
  Dont le ventre à la suisse et le rouge museau
  Temoignent qu'à leur vin ils ne mettent pas d'eau.

(_La Responce à la misère des clercs de procureur, etc., par mad.
Choiselet et consorts, ses disciples_, Paris, 1638, in-8º, p. 8.)]

--Ho, ho! par saint Lopin, si vous me faschez, je donneray licence aux
parties de plaider sans vous, et feray ma justice consulaire, puisque
vous coustez plus à saouler, que le fonds du procès ne vaut. Sus, sus,
donnez tout à vostre ayse; chancelez comme de coustume; parlez du coq
à l'asne avec le plan: je ne veux plus vous escouter; et vous,
parties, plaidez distinctement les uns après les autres, sans vous
confondre.

--Monsieur le lieutenant, nous nous y opposons; il y a d'honnestes
procureurs qui sont revenus de l'autre monde pour gaigner leur vie; ne
permettez pas cela.

--Qui estes-vous qui parlez? Estes-vous le turbulant Mauclerc?
Plaidez, et ne vous mettez poinct en cholère, afin de n'estre poinct
suspandu de vostre charge, ny condamné à l'amande comme autrefois: car
cela vous a faict mourir, au grand dommage de la fille du Chat.

--Monsieur le lieutenant, si vous forcez mon naturel, je ne diray rien
qui vaille: car il faut que je süe en plaidant, que je crie quand ma
partie adverse parle, afin que l'on ne l'entende pas, et que je face
d'une meschante une bonne cause. C'est ce qui m'a faict avoir tant de
pratiques en mon temps. Il est vray que je n'ay pas tant duré au
monde, mais j'ay eu grand renom.

--Or, changez de naturel, si vous voulez assister aux grands jours,
mitigez vostre cholère, tandis que j'ecouteray messieurs les
frippiers. L'huissier Cornet, appelez.

--Messieurs les frippiers, on vous donne licence de plaider sans
procureurs; aussi bien les tromperiez-vous comme vous faictes les
autres.

--Monsieur le lieutenant, nous avons grand subjet de plainte: nous ne
gaignons plus tant que nous soulions, et la cause est qu'à force de
crier après les prevosts des mareschaux de Paris, ils ont faict une
capture depuis peu de deux cent seize voleurs, au nombre desquels il y
avoit vingt-deux manteaux rouges qui estoient à gages, et qui
jettoient par le soupirail des caves[137] ce qu'ils avoient butiné par
la ville, qu'on avoit à vil pris, et en faisoit-on fort bien son
proffit: car on sçait changer un manteau en pourpoinct, en chausse et
en tout autre vestement, si bien qu'il estoit impossible de rien
recognoistre. Or, à present, on a envoyé ces honnestes gens-là aux
gallères, et nous avons de la peine maintenant à vivre et à gaigner
nostre vie. Nous vous demandons justice.

[Note 137: Cette connivence des fripiers et des voleurs appelés
_Rougets_ ou _Manteaux-rouges_ duroit, à ce qu'il paroît, depuis
long-temps. Il est déjà parlé, dans une pièce de 1614, de ces effets
volés, jetés par les détrousseurs de nuit dans les caves des fripiers,
leurs receleurs:

  Ceux qui vous font gagner sont des tireurs de laine,
  Desquels ceste cité est de tout temps si pleine.
  Si de vos caves estoyent les soupirails bouschez,
  Tant de manteaux de nuict n'y seroient tresbuchez
  Car, à ce que je voy, ils sont si bien hantez,
  Que jamais, ô araignes! vos toiles n'y tendez.
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  Tous les habitz qu'avez viennent de ces penduz.

     (_Discours de deux marchands fripiers et de deux maistres
     tailleurs, etc., avec le propos qu'ils ont tenu touchant leur
     estat._ Paris, 1614, in-8º, p. 6.)]

--Levez la main tous. Par le serment que vous avez faict, estes-vous
chrestiens?

--Monsieur le lieutenant, à la verité nous tenons encores un tantay du
judaïsme[138] plus de deux douzaines d'entre nous, et neantmoins nous
faisons bonne mine à la paroisse S.-Eustache, où nous ne croyons pas
la moitié de ce que l'on y dict. Mais n'en dites mot. Faictes-nous
justice pourtant.

[Note 138: Presque tous les fripiers des halles étoient juifs, mais
cachoient avec soin leur religion. V. la pièce qui précède, _Recit
naïf et veritable, etc._, pag. 181.]

--Escrivez, greffier:

«Il est enjoint à Tanchon d'interroger les gallères pour sçavoir qui
sont les recelleurs frippiers, et, deument informé, qu'il les fera
compagnons d'écolle aux galleriens, et neantmoins, pour l'antiquité de
leur race, qu'il fera mettre les frippiers au costé droict des dites
gallères, et leurs biens acquis et confisquez à l'hostel Dieu.»

--Monsieur le lieutenant, vous n'aviez que faire de revenir en ce
monde pour donner des jugemens si cruels contre les bourgeois de
Paris; les juges qui sont à present sont plus favorables et ne
penètrent pas si avant. Nous en appellerons devant monsieur Lusigoly,
et de là à la cour, où nous ferons trotter nos alliances pour avoir de
la faveur, car nous avons cet honneur, pour nostre argent, d'avoir
marié nos filles aux plus anciennes maisons de Paris, sans que pour
cela on ait eu esgard à cet ancien dicton (garde-toy de l'alliance
d'un juif, d'un fol et d'un ladre), ce qui estoit escrit en lettres
d'or au dessus du portail du cimetière des saincts Innocens; mais, par
succession de temps, nos confrères, ayant brigué la marguillerie, ont
si bien faict, qu'ils l'ont fait effacer.

[Note 139: Il était alors lieutenant criminel. C'est le même qui est
appelé Lugoli dans les _Galanteries des rois de France_, par Sauval,
in-12, tom. I, pag. 323, et à qui la reine Marguerite fit faire le
procès d'Aubiac.]

--Allez, allez, on vous le fera manger sans peler; sortez de
l'audiance, et laissez plaider les autres. Appelez, huissier.

--Carré! Carré! si vous estes de sens rassis, plaidez.

--Monsieur le lieutenant, en ceste cause il est question d'un point de
droict pour sçavoir si un enfant doit estre meilleur que son père. Il
y en a un qui est à present prisonnier pour avoir, en continuant ses
debauches, espousé une femme contre le gré de son père; si elle est
garse, je ne m'en suis pas informé; si elle est legitime, encore
moins. Quoyque s'en soit, le père, qui est de grande alliance, tonne,
crie, tempeste, arrache, frappe, consulte, court, employe ses amis,
parle mal de son fils, bref, fait retentir la cour du peché de sa
maison; cependant je demande l'eslargissement du fils.

--Carré, plaidez une autre cause: celle-là merite d'estre appointée au
conseil. On plaide à huis-clos, car je trouve en nostre code une loy
qui dict:

  _Sæpe patri filius similis esse solet_,

qu'il faut expliquer en compagnie.

--Cependant, monsieur le lieutenant, je demande acte de mon
emprisonnement, pour me servir lors que je brigueray l'eschevinage.

--«Acte est joinct au principal pour estre faict droit conjointement.»

Appelez un autre.

--Mauclerc! Mauclerc! plaidez, et vous souvenez du temps passé pour
estre sage.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour les pères qui ne sont pas ce
qu'ils veulent en ce monde, et ausquels, par une subtilité
extraordinaire, on coupe la broche de leurs desseins. Il est question
qu'un certain marchand de Paris desiroit s'allier en bon lieu, et
donner sa fille en mariage à gens de son calibre, où il y avoit du
fonds; et toutesfois, pour avoir permis à cette fille la communication
et fréquentation d'un advocaceau qui la visitoit et la langueoit
souvent, le père n'a sceu faire condescendre sa fille à ce mariage: si
bien que, de cholère, le père luy dit que jamais il ne parleroit de la
marier; pour à quoy remedier par la fille et l'advocat, après une
consultation secrette, la fille a laissé aller le chat au fromage si
souvent, que l'on s'est apperceu qu'il falloit r'eslargir sa robbe,
qui a esté le subject que, pour ne point descrier la maison, le
marchand luy-mesme a esté le postulant pour avoir l'advocat, qu'il
refusoit auparavant; et l'advocat, faisant semblant de le mepriser, a
eu du bien avec la fille beaucoup plus qu'il n'avoit volonté de
donner, et ont esté mariez secrettement; et si on a accouché avant
terme d'un roussin qui a queue, crin et oreille. A ceste cause, je
demande que l'antiquité soit restablie, et qu'il ne soit pas permis de
faire communiquer les filles avec les jeunes hommes que le jour de
leurs accordailles.

--Où sont les gens du roy, Bourguignon et Gouffé? Qu'ils concluent.

--Monsieur le lieutenant, ils sont empeschez à la chambre civile à
faire leurs affaires. Vous pouvez juger sans eux.

--Escrivez, greffier:

«Attendu que tels accidens ne proceddent que de la faute des folles
mères, qui donnent trop d'estat et de licence à leurs filles, au
respect du temps passé, nous ordonnons que la fascherie que les père
et mère en porteront leur sera precomptée sur les peines du
purgatoire.»

Appelez un autre.

--Goguier! Goguier!

--Monsieur le lieutenant, excusez si je prens le faict et cause des
garçons de taverne: je les ayme autant comme Harlequin faisoit son
petit pourceau; je les reputte comme mes clercs, car ils ont tousjours
mon sac et ma liasse en garde. C'est pourquoy je desire qu'on leur
fasse justice.

--Plaidez.

--Monsieur, ce dont je veux parler est advenu depuis huict jours en
çà, au grand dommage du clerc de taverne du Pied-de-Biche, près de la
porte du Temple, auquel cinq ou six manteaux rouges ont faict un
affront, les quels, sous ombre de boire pinte ensemble, luy ont faict
une querelle d'Allemant, l'ont bien battu, et, qui pis est, arraché de
force son tablier à bourse, où l'argent de sa journée estoit, qui se
montoit à trente livres pour le moins, et, pour l'intimider, afin
qu'il ne peust crier aux larrons, ont tous deguené leur espée, et
faisoient semblant de s'entretenir l'un l'autre, tandis que l'on
emportoit sa bourse; et, comme ils sont sortis par la ruë, les
bourgeois espouvantez se sont retirez en leurs maisons, et ces
manteaux rouges evaddez, si bien qu'il ne sçait à qui s'en prendre. Je
demande attendu qu'il n'y a point de partie capable pour en
respondre, qu'il soit faict une queste à la porte de l'eglise du
temple.

--Escrivez, greffier:

«Attendu que c'est un cabaret où toutes les putains et macquereaux
font retraite, qu'il a faict la courte pinte et mis de l'eau à son
tonneau, ses coups de bastons luy serviront de penitence pour son
peché et de recompence pour son tablier à bourse.»

Un autre.

--Boisguillot, Boisguillot, vous serez condamné à l'amande; pourquoy
venez-vous si tart à la justice?

--Monsieur le lieutenant, la cause pourquoy je suis arrivé si tart est
legitime: je suis logé fort loing, vers la ruë Sainct-Denis, en une
ruelle aussi renommée à Paris que la court de Miracle[140], en un bas
où mon estude, ma cuisine et ma chambre sont tout ensemble. Le malheur
a voulu que ceste nuict le chat a fait tintamarre, faict choir mes
plats et mes papiers, que j'ay eu de la peine à remettre par ordre.

[Note 140: Sans doute tout près de la _cour du Roi François_, qui
étoit en effet une cour des Miracles, succursale de celle dont
l'emplacement a gardé le nom. Cette _cour du Roi François_ existe
encore presque entière dans la rue Saint-Denis, nº 328. Elle doit,
dit-on, son nom aux écuries de François Ier, qui l'occupèrent
d'abord.]

--Que ne demourez-vous ailleurs, pour estre plus honorable en vostre
vacation?

--Monsieur le lieutenant, c'est le plus brave quartier pour nostre
estat qui se puisse trouver; il n'y a jour qu'il n'y ait quatre
querelles et six batteries. S'ils ne plaident point, je gaigne pour
les accorder, et toutesfois il y en a un pour lequel je demande
justice.

--Plaidez.

--Je suis pour Rolland Patrouillart, pauvre homme qui exerce un office
de charbonnier soubs monsieur... Monsieur le lieutenant, je n'oserois
le nommer, d'autant qu'il est officier de la ville. Quoy que s'en
soit, cet office luy est escheu par droict de bienseance, qu'il garde
et fait exercer par autruy et en tire le revenu. Or, monsieur, en
rendant compte par ma partie des voyages qu'il a faicts, il s'est
trouvé que ma partie luy en avoit frippé quatre ou cinq, pour laquelle
fripperie, outre qu'il a esté battu et frappé, il l'a depossedé de sa
charge, si bien qu'à present il n'a le moyen de vivre. Il demande à
estre reintegré ou recompensé.

--Escrivez, greffier:

«Nous ordonnons que le pourveu des offices les exercera en personne,
fust-il eschevin[141], afin que l'on cognoisse à sa mine de quel
mestier il est, si mieux il n'ayme reintegrer ledit Patrouillart.»

[Note 141: Les échevins disposoient de ces offices de charbonniers, et
les vendoient à de pauvres gens, qui les exerçoient à leur profit. Il
est parlé de ce trafic des petits métiers dans _le Caquet de
l'accouchée_ (première journée du _Recueil général, ad fin._) V. la
note de notre édition.]

Un autre.

--Pamperon, Pamperon, ne vous amusez pas tant à manger des lamproyons;
vous donnez plus de pratique aux apotiquaires qu'à ma justice.

--Plaidez.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour un honeste gentilhomme qui
est icy present, homme d'honneur et plain de commoditez, vivant de ses
rentes et revenus, comme il nous a dict, qui a une juste plainte à
vous faire, qui est que toutes et quantes fois qu'il passe par la
vieille ruë du Temple, le perroquet d'une certaine maison, qui est sur
la fenestre, l'appelle macquereau, qui est une injure atroce et
scandaleuse. C'est pourquoy, outre qu'il demande reparation contre le
maistre ou maistresse de la maison, requiert que le perroquet soit mis
sur la ruelle, où il ne passe personne, et où certaines gens demeurent
que l'on ne cognoist point.

--Monsieur, levez la main. Par le serment que vous avez fait, dictes:
De quel pays estes-vous?

--Je suis Gascon, monsieur.

--Où demeurez-vous à present?

--Pardieu! qui, çà qui là, rien d'asseuré.

--De quel estat estes-vous?

--Advoué de monsieur d'Espernon.

--Avez-vous rentes ou pignon sur ruë pour vivre?

--Non pas.

--De quoy vivez-vous doncques.

--Que diable! faictes-moy justice, et ne vous enquestez point tant;
cela n'est pas ma cause.

--Escrivez, greffier.

«Le perroquet est reputé avoir dict vray, et le maistre de la maison
absous.»

Un autre.

--Alexandre! Alexandre!

--Monsieur le lieutenant, j'ay vendu ma pratique, à cause que j'estois
si petit que je ne paroissois point à la presse; je baisois le cul à
l'audiance à tous les autres.

--Plaidez... Plaidez doncques, Richer, et n'alez plus aux prunes avec
Ryme, et n'entretenez plus vostre nourrice, puisque vous avez une
femme.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour les habitans de Mont-Rouge,
Arcueil et Gentilly, qui se plaignent du grand degast qui est faict en
la presente année de leurs bleds et mars, qui se sont trouvez tous
versez, foulez et trepignez par les femmes debauchées qui hantent et
frequentent le pays. Je demande qu'il vous plaise y donner ordre, les
faire prendre pour estre chastiées selon les loix.

--Escrivez, greffier:

«Il est enjoint à l'huissier Cornet de faire advertir le sieur
Cordiable, baron de Malva, lieutenant du prevost des mareschaux, que,
en faisant sa chevauchée vers le pays de Trefou[142], il ait à se
faire accompagner des gens de guerre qui sont en ses roolles et
liasses, pour, avec le baston ordinaire dont il chastie les dites
garses quand il les trouve, prendre vengeance tant du dit degast que
des poulins que son commis a gaignez avec elles en allant à sa maison,
sauf à ordonner de ses salaires.»

[Note 142: Nom _équivoqué_, qu'il n'est pas difficile de deviner sous
l'interversion de ses deux syllabes, si l'on pense à l'office du baron
de Malva et à la population soumise à sa police.]

Appelez un autre.

--Humblot! Humblot! prenez vostre robbe de semoneux[143] et vostre
bonnet plain de duvet, et venez plaider.

[Note 143: _Semmoneur d'enterrement_ ou _crieur de corps morts_, comme
dit Tallemant (édit. IV, pag. 345). V. une note de notre édition du
_Roman bourgeois_, pag. 225.]

[Note 144: C'est encore une affaire de cette succession de la reine
Marguerite de Valois dont il est parlé dans la huitième partie du
_Recueil général des caquets de l'accouchée_, et que les grandes
dépenses de la princesse avoient rendue si difficile à liquider. La
construction de l'immense hôtel qu'elle avoit fait bâtir rue de Seine,
et dont les jardins occupoient l'espace compris entre le quai et la
rue Jacob, la rue de Seine et la rue des Saints-Pères, avoit été la
principale de ces dépenses. Henri IV avoit été effrayé de l'étendue et
du luxe de cette demeure la première fois qu'il alla y visiter cette
reine Margot, qui, depuis leur divorce, étoit toujours restée son
amie. En partant, il la pria d'être plus ménagère. «Que voulez-vous?
lui dit-elle, la prodigalité est chez moi un vice de famille.» Quand
elle fut morte, on voulut tirer profit de ces vastes bâtiments; mais
ils étoient dans un quartier encore mal habité ou désert, et l'on ne
put leur trouver pour locataires que des femmes comme celles dont on
parle ici. Plus tard, cette habitation princière se réhabilita. Le
président Séguier y logeoit en 1640, et Gilbert des Voisins en étoit
propriétaire en 1718. Les jardins avoient de bonne heure été diminués
d'étendue; ce qu'on en avoit pris avoit servi à l'élargissement du
quai Malaquais et à la construction des hôtels voisins, dont quelques
uns subsistent encore.]

--Monsieur le lieutenant, soyez-moy favorable en justice: car, si je
gaigne ceste cause, j'espère en avoir une neufve, car elle est de
consequence.

Je parle pour deux créanciers de la royne Marguerite, à sçavoir, un
sommelier et un charpentier, ausquels il est deu de dettes bien
verifiées plus de six cent livres tournois, et, pour avoir payement
des interests de la dite somme, en attendant le fort principal, le
procureur scindicq des creanciers, au lieu d'argent contant, leur a
donné sa quittance pour recevoir les dits loyers. Ils ont poursuivy
plus de trois mois durant, et n'en ont peu tirer aucun denier,
parceque ceux qui les doivent, se sont damoiselles de Dannemarc[145],
marquées à la fesse, qui ne gaignent plus rien, et sont en friche pour
l'absence de la cour; et encores, pour leur paine d'avoir tant
attendu, les dites damoiselles leur ont donné la verolle, qu'ils suent
à present. _Nota_: C'est pourquoy ils ont besoin d'argent. Je demande
que le procureur scindic ait à reprendre les dites quittances pour
aller luy-mesme aussi gaigner la verolle si bon luy semble, et nous
fournir argent comptant, sauf à monsieur l'advocat du roy à prendre
telles conclusions qu'il verra bon estre contre ceux qui ont fait de
la maison d'une princesse une maison vitieuse.

[Note 145: Dénomination qui s'explique par les mots qui suivent, et
qui rappellent la _marque_ qu'on met sur les _ânes_.]

--Gens du roy, concluez.

--Monsieur, j'aurois beaucoup à discourir sur la loi _quod semel est
imbuta_; mais je la passe sous silence, et reviens au fonds.

Ces creanciers-cy ont esté payez en rubis et escarboucles, qu'il est
besoin de mettre à pris, à fin que tous les autres creanciers y
participent, puisque tous ensemble ils ont fait les baux à loyer à
telles gens, sans qu'ils ayent doresnavant autre payement, pour avoir
descrié la maison d'une princesse liberale, qui de son vivant leur a
fait tant gaigner d'argent à ses batimens.

--Escrivez, greffier:

«Il est enjoint aux damoiselles de Dannemarc de donner la verolle à
tous les autres creanciers, en punition de ce qu'ils ont esté si
vilains de decrier la maison d'une princesse qui leur a fait de son
vivant plus de bien qu'ils ne merittent, sans qu'ils puissent demander
cy après autre payement, et les deniers provenans de la vente de la
maison confisquez à l'Hostel-Dieu.»

Appelez un autre.

--Mathieu, Mathieu, vous estes un paresseux!

--Monsieur le lieutenant, excusez-moy: j'estois empesché à assister au
_Te deum_ que les officiers de l'escritoire[146] ont fait chanter en
l'église S.-Bon pour le grand bien et pratique que leur ont donnée
ceux qui ont mis le feu au pont.

[Note 146: Il s'agit ici, soit des officiers de justice, qui durent
trouver leur profit dans les procès entre les locataires et les
propriétaires, conséquence naturelle de l'incendie des maisons du
Pont-au-Change; soit des marchands d'encre, qui étoient nombreux
autour de l'église Saint-Bon, et auxquels le même incendie et la
destruction des boutiques renommées des marchands leurs concurrents
avoient dû, en effet, envoyer bon nombre de pratiques.]

--Plaidez.

--Monsieur, je plaide pour Guillaume le Sourd, pauvre cocher, homme
fort bon et paisible, pourveu qu'il aye tout ce qu'il luy faut, lequel
s'est loüé à un honneste homme, jeune financier, nouveau maryé, pour
la conduicte d'un carosse qu'il a esté contrainct d'avoir, parce que
sa femme l'en pressoit fort, auquel cocher on a promis deux sols par
jour pour son vin, du potage le matin et un morceau de cher le soir,
avec une casaque des couleurs de Madamoiselle, outre les gaiges de
cinquante livres par an. Or il a esté fort bien payé de ce que dessus
huict ou quinze jours durant; mais à present on luy veut retrancher
son vin et sa cher, d'autant qu'il ne travaille pas beaucoup, et que
ny Monsieur ny Madamoiselle n'ont aucune maison aux champs, et que
leur parenté est de basse condition, que l'on ne visite point en
carosse, et n'ont pour tout que le promenoir du cours du bois de
Vincenne. Et quant il dit à Monsieur que ce n'est pas la raison de luy
retrancher son vivre, il fait reponce qu'il faut aller selon la jambe
le coup, qu'il faut faire petite despence pour l'entretenement de
Madamoiselle, autrement qu'il seroit taillé d'avoir un substitud,
aussi qu'il luy a fallu financer cette année une grosse somme de
deniers pour une nouvelle attribution faite à son office, qui luy a
emporté tout son argent et absorbé ses gaiges; de quoy ma partie n'a
que faire, et à quoy elle vous supplie avoir esgard, et ordonner que
son maistre sera tenu de luy bailler ce qu'il luy a promis, sans que
pour le chasser il puisse luy oster sa casaque de livrée, comme il l'a
menacé.

--Escrivez, greffier:

«Il est ordonné que la damoiselle fera une conversion d'appel en
opposition, qu'elle reprendra son chapperon de drap, fera vendre son
carosse et ses chevaux pour vivre plus modestement et n'en faire
point accroire à ceux qui voyent bien cler; qu'elle payera et
chassera son cocher, et en son lieu qu'elle nourrira trois poulles et
un coq pour avoir des oeufs pour les vendredis.»

Appelez un autre.

--Cabarin! Cabarin! plaidez, et ne vous amusez plus à vendre du son.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour plusieurs habitants de Paris
qui ont juste occasion de plainte à l'encontre de messire Ravanalo di
Bosco[147], Italien de nation, soy-disant ingenieur, refugié de son
pays à cause qu'il est encores à choisir une religion, qui a entrepris
de fournir tous les jours aux bourgeois un muid d'eau par la subtille
invention qu'il a trouvée d'un moulin à vand dressé au haut d'une
maison en l'isle de Nostre-Dame, lequel moulin à vand il n'ozeroit
faire tourner, d'autant qu'il esbranle toute la maison où il est posé,
et qui ne peut durer six mois en continuant à tourner; si bien que, au
lieu du dit moulin, il est contraint de faire travailler des chevaux
aveugles, encore ne peut-il venir à bout de son entreprise; si bien
que les dits bourgeois, qui ont fait de grands frais, chaument d'eau,
et sont contraints de recourir au secours des porteuses d'eau comme
auparavant. Je demande qu'il ait à nous descharger de la rente qu'il
pretend sur nostre heritage pour ledit cours d'eau, ou qu'il face
joüer son angin.

[Note 147: Il y avoit alors à Paris plusieurs Italiens qui
s'occupoient, comme celui dont on parle ici, de travaux hydrauliques.
Olivier de Serres, dans son _Théâtre d'agriculture_ (in-4º, II,
555-557), s'étend longuement, par exemple, sur les travaux de Balbani,
qui vers le même temps construisit une magnifique citerne dans
l'hôtel de Sébastien Zamet.]

--Escrivez, greffier:

«Attendu qu'il tasche à tromper le public, et que son angin n'est pas
permanant et durable, tout le plomb qu'il a mis en terre est acquis et
confisqué, avec deffence d'oresnavant de permettre un estranger
huguenot servir le public, si ce n'est par l'advis de la cour ou une
ample experience.»

Appelez un autre.

--Rossignol! Rossignol! votre temps de chanter est passé; plaidez.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour deux honnestes femmes, l'une
vefve d'un savetier, l'autre femme d'un tailleur qui ne vaut guères
mieux, car son mary se meurt, pource que, vendredy dernier, leurs
maris, voulant prendre recreation à la farce de Mont-d'Or[148], où ils
estoient allez exprès, il intervint tumulte, causé par quelques jurez
de la courte espée[149] qui se trouvèrent à la presse saisis d'une
bourse, lesquels voleurs estoient assistez de nombre de leurs
compagnons, gens d'espée exempts de la guerre, qui commencèrent à
battre et frapper pesle mesle, sans recognoistre, où le savetier fut
tué et le tailleur bien blessé, sans y comprendre plusieurs mal
contans, qui ont juré qu'ils en auront leur revanche. Or, Monsieur,
les pauvres femmes n'ont point de partie civille, car chacun s'en est
enfuy. Je vous demande, monsieur le juge, à qui je m'en prendré.

[Note 148: Le fameux opérateur de la place Dauphine, dont Tabarin
étoit le valet. V. nos notes sur _la Seconde après disnée du caquet de
l'accouchée_.]

[Note 149: V., sur cette expression argotique souvent employée alors
pour désigner les voleurs, _Études de philologie comparée sur
l'argot_, par M. Francisque Michel.]

--Concluez, procureur.

--Monsieur le lieutenant, je ne sçay contre qui, car, si je conclus
contre Mont-d'Or, il dira: J'ai permission; si contre le bailly du
Palais, vous n'avez point de justice sur luy; si contre nos maris pour
avoir quitté leur boutique, je parlerois contre moy. Je suis bien
empesché: concluez pour moy.

--Escrivez, greffier:

«Il est deffendu à tous ceux qui seront gratez à telles assemblées,
specialement le vendredy, de se venir plaindre; permis à ceux qui
iront de mourir de faim à faute de travailler, et sans despens.»

Appelez un autre.

--Deschamps! Deschamps! on a retranché vostre ordinaire, et reduict à
deux lots par repas.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour une honneste femme qui est de
la paroisse S.-Paul, ayant soixante et deux ans pour le moins, et qui
a toutes les babines usées à force de dire son chappellet, qui est
tousjours en trance, plaine d'inquietude à cause d'une fille qu'elle a
qui va souvent aux cours se promener avec les financiers et la
noblesse, et qui va entendre une petite messe à l'_Ave-Maria_ pour
deviser plus à son aise; la pauvre mère a beau luy faire des
remontrances au vieux loup, et mesme, pour tascher à corriger sa
fille, elle norit un petit moineau, à qui elle dict souvent en sa
présence: _Guillery, garde ta queüe_[150]. Nonobstant elle ne fait que
sauter, dancer, chanter, et n'en tient conte. Elle voudroit bien la
marier, mais elle ne trouve personne pour son argent, par ce qu'elle a
pris un trop grand vol; elle demande d'où peut proceder cela, et luy
donner conseil.

[Note 150: Refrain d'une complainte faite à propos du supplice de
Guillery. On y jouoit sur le surnom du fameux brigand, qui se trouvoit
aussi être le nom que le peuple donnoit au moineau franc.]

--Ma bonne dame, levez la main. Par le serment que vous avez faict,
dites vérité. Comment vous estes-vous gouvernée en jeunesse?

--Monsieur le lieutenant, elle est sourde; elle n'entend pas ce que
vous luy dictes.

--Procureur, faictes-luy entendre et criez bien haut.

--Madame, monsieur le lieutenant demande comment vous vous estes
gouvernée en jeunesse?

--Et Dieu! mon amy, je ne viens pas icy pour cela; je viens pour avoir
conseil. Ne songez plus au temps passé; chacun a faict sa charge,
faictes la vostre. C'est à un curé de nostre parroisse à qui j'ay
autrefois tout dict, qui est mort, et puis il s'est passé depuis
quarante ans, plus de trois jubilez, qui nous ont tout debarbouillez.

--Escrivez, greffier:

«Attendu que la fille ressemble à la tulippe, qu'elle est belle à la
veüe et puante à l'odorat; aussi que la pye ressemble tousjours à sa
mère par la queüe, il est ordonné que la fascherie de la mère luy
servira de penitence pour le temps passé.»

Appelez un autre.

--Leroux! Leroux! vous vous cachez; où est vostre robbe?--Monsieur, je
n'ozerois la porter, car je suis suspendu.--Playdez en manteau.

--Monsieur le lieutenant, je plaide pour deux officiers du roy,
conseillers et eslus en l'eslection de Rozoy, en Brye, gens
honorables, plains de moyens et d'honneur, meprisans les superfluitez,
puis qu'ils n'ont point changé d'abis il y a plus de quinze ans,
lesquels, prevoyans que tandis que Chalange[151] et les autres
partizans et maltotiers viveroient, qu'ils auroient tous les jours des
nouvelles attributions, augmentations de gages, qualitez de
conseillers, exemptions de tailles, droits de signatures de rolles et
infinies autres, pour lesquelles payer leurs gages sont tousjours
saisis, parce qu'ils n'ont aucuns biens plus apparans, ils s'estoient
advisez, comme gens d'esprit, et de faict l'ont executé, de faire
nourir par certains paysans de leur eslection des cochons à moytié. Or
il est advenu, à leur grand prejudice, que les gensdarmes, passant par
leurs villages, ont par force tué ou faict tuer deux desdits cochons,
si bien qu'il n'en reste plus qu'un à partir en trois. A present ils
se battent à qui aura le grouin. Monsieur le lieutenant, ils vous
supplient d'en ordonner.

[Note 151: Chalange, fameux partisan dont il est parlé dans les
satires de Régnier et dans la _Chasse aux larrons_ de J. Bourgoing,
avoit fait rendre par le connétable de Luynes, à la condition d'en
partager avec lui les profits, un édit contre les procureurs, dont
toute la basoche s'étoit émue. Il en est dit un mot dans _les Caquets
de l'accouchée_ (V. les notes de notre édition); mais l'_Anti-Caquet_
s'en explique plus longuement. «Tu te plains de Chalange, y est-il
dit, et tu ne cognois pas le plaisir qu'il a fait au plat pays
lorsqu'il a fait l'edit des procureurs. Il est cause que les clercs,
n'ayant plus d'esperance d'estre receus, ils se sont retirez en leur
pays; il s'en est engendré une pepinière d'esleus, grenetiers,
sergens, receveurs du taillon et autres menus offices, pour lesquels
achepter ils ont fait boursiller leurs parents et amis, qui sont à
present secqs comme bresil.» (_L'Anti-Caquet_, 1622, in-8º, p.
12-13.)]

--Escrivez, greffier:

«Combien que de droict le grouin et la grognerie en appartienne aux
esleus privativement à tous autres qui ne se peuvent resjouir de tels
accidens, il est ordonné que Chalange en fera la partition, puisque il
est cause de la querelle.»

Appelez un autre.

--Grandin! Grandin! mettez vostre nez des dimanches, et venez plaider.

--Monsieur le lieutenant, on dit communement que les femmes sont de la
nature des fruicts, qu'elles ne preignent leur principalle nouriture que
par la queüe; c'est pourquoi monsieur... monsieur... monsieur...
(excusez-moy, je ne le puis nommer à présent, mais pourtant c'est un
procureur assez cogneu), qui a eu un mauvais soubçon de sa femme pour
avoir trouvé son clerc le soir, comme il alloit coucher, caché sous son
lit[152], où par hazard il le trouva comme il vouloit ramasser sa
monstre qui estoit cheutte à terre, lequel fit un grand vacarme et luy
pensa donner un coup de canivet[153]; mais il n'avoit pas son
escritoire. Il reveille sa femme, qui estoit couchée il y avoit une
heure, luy demande pourquoy ce clerc estoit là; fit responce qu'elle
n'en sçavoit rien, qu'elle dormoit, que c'estoit un mauvais garçon et
mal instruict, qu'il le falloit foüiller pour voir s'il avoit quelque
instrument à crochetter. Cependant je demande qu'il aye à sortir de la
maison, et auparavant qu'il soit interrogé.

[Note 152: Aventure qui pourroit être la même que celle à laquelle il
est fait allusion à la fin du petit livret reproduit plus haut: _les
Singeries des femmes de ce temps_.]

[Note 153: _Canif._ Une rue de Paris porte encore ce nom, qu'elle
devoit à une enseigne de coutelier.]

--Levez la main, le beau fils, et gardez de gaster vostre ranver à la
guimbarde[154]. Par le serment que vous avez fait, qu'aliez-vous faire
sous ce lict? Parlez; estes-vous muet?

[Note 154: Mode du temps, dont le nom venoit de l'air d'une danse
fameuse alors. Tout bon courtisan devoit

  Avoir gands à la Cadenet.
   . . . . . . . . . . . .
  _A la guimbarde_ le colet.

     (_Pasquil de la Court, pour apprendre à discourir_, à la suite de
     _le Satyrique de la Court_, 1624, in 8º, p. 29.)]

--Monsieur le lieutenant, il vaut mieux qu'il se taise que de dire
quelque chose qui decrie la maison. Je vous prie, jugez-le.

--Escrivez, greffier:

«Attendu que tout le monde a eu peur du duc de Mansfeld[155], qui est
peut-estre l'occasion qui l'a faict cacher, il est ordonné qu'il
demeurera, à la charge que la femme luy fera une reprimande en la
presence de son mary.

[Note 155: V. encore, sur cette frayeur que l'apparition de Mansfeld
avec son armée sur les frontières de Lorraine jeta dans Paris et par
toute la France, une note de notre édition des _Caquets de
l'accouchée_.]

Appelez un autre.

--Procureurs, pourquoy contestez-vous tant? Que de bruit!

--Monsieur le lieutenant, nous sommes vingt-deux procureurs chargez de
causes qui sont presque tout de mesme faict, en matière de complainte:
qui juge l'une juge l'autre. Carré veut avoir l'honneur de la plaider,
Bois-Guillot dit qu'il est son antien après Goguier; mais, parce que
Goguier est soul et qu'il ne peut parler, donnez-moi la preferance.

--Ce sera pour Sauvage; aussi bien n'a-t-il guères de pratiques.
Playdez.

--Monsieur le lieutenant, ce n'est pas de maintenant que l'on tient
que les jours des festes sont jours caniculaires à Paris; nous le
cognoissons par le grand nombre d'inconveniens advenus les festes de
la Magdelaine, Sainct-Jacques et Sainct-Philippes, où il s'est fait un
pot-pourry de toutes sortes de folies; et de faict ma partie, nommée
Jacques Grimaudets, compagnon menuisier, a eu un coup de baston sur la
teste pour avoir, sur le pont Neuf, faict un affront à une honneste
femme. Hierosme Tronquet, maistre savetier, a perdu son manteau en
joüant à la bouloüaire. Philippes, l'épissié, a esté grommé[156] pour
avoir chanté une chanson lubrique à la danse qui se faisoit au jardin
de la royne Margueritte[157]. Laurens Bienvenu, la partie de
Bois-Guillot, a perdu ses habits en se baignant, et bien battu pour
avoir monstré ses triquebilles aux bourgeoises qui faisoient collation
en l'isle Louvié. Marguerite Hastiveau, servante, a esté chassée par
sa maistresse pour avoir dansé en l'isle avec des gens incognus. Le
fils de Mathieu Langlois a esté noyé. Trois coupe-bourses ont esté
prins aux jesuistes pendant la devotion. Deux soldats ont assassiné
une bourgeoise, qui se meurt. Bref, l'un dance, l'autre pleure,
l'autre meurt de faim. Monsieur le lieutenant, tous ces gens-là vous
demandent justice.

[Note 156: _Grondé_, _admonesté_. Ce verbe, très peu usité, avoit
_grommeler_ pour diminutif.]

[Note 157: C'est le jardin dont nous avons parlé tout à l'heure, et
qu'on avoit sans doute transformé en jardin public et en bal
champêtre, en même temps que l'on avoit donné aux appartements de
l'hôtel les locataires et la destination que vous savez. On le
désignoit sous le nom de: _Allée de la Reine-Marguerite_. La
population y étoit la même que celle du logis. Dans _le Ballet
nouvellement dansé à Fontainebleau par les dames d'amour_. Paris,
1625, in-8, pag. 1, l'une des héroïnes, la dame Guillemette, est
appelée gouvernante des _Allées de la feue royne Marguerite_. Elle est
conduite au bal par une commère des mêmes quartiers, «la petite Jeanne
des fossez S.-Germain des Prez.»]

--Escrivez, greffier:

«Attendu qu'il est cheu une bouteille d'ancre sur les ordonnances de
la police, qui est la cause que les commissaires ne la peuvent plus
lire, aussi qu'ils ont les mains gourdes, monsieur le lieutenant civil
sera supplié d'en faire de nouvelles; et, faisant droit sur le tout,
il est ordonné que les festes seront gardées et observées, et que
chacun ira à vespre et au sermon.»

--Monsieur le lieutenant, il est l'heu... heu... heure: frappez de la
baguette et allez sonner.

Incontinent, chacun se lève avec tumulte. L'un va grondant, l'autre
riant, l'autre se plaignant que ses jugemens n'avoient de rien servy
aux complaignans, ains seulement à gausser la police; qu'il n'avoit
que faire de revenir de l'autre monde pour scindicquer les actions
d'autruy; qu'il y avoit assez de juges en France et officiers pour ce
faire, et que le roy, de sa benigne grace, estoit encores après pour
les augmenter et pour faire des edits nouveaux. Les autres disoient
qu'il y viendroit à tart, que le monde n'estoit plus gruë, que les
offices et les officiers estoient ruynez; l'autre disoit qu'il falloit
devenir marchand, comme les Italiens, qui, sans tenir boutique,
trafiquent de tout et partout, et si paroissoient nobles devant le
monde. Bref, je n'ay jamais veu tel bruit, et quant les hommes et les
femmes qui sont au monde seroient aussi parfaicts de corps comme
Esoppe, d'esprit comme Guerin[158], de visage comme le comte de
Guenesche[159], de chasteté comme la dame Catherine, que l'on ne
laisseroit pas d'en parler.

[Note 158: Bouffon de la reine Marguerite, qui, à la mort de la
princesse, eut la misère pour dernier salaire de ses turlupinades. V.
_les Caquets de l'accouchée_, et Sauval, _Galanteries des rois de
France_. Edit. in-12, 3e partie, pag. 70. «Il prenoit la qualité de
maître de requêtes de la reine Marguerite et de son orateur jovial.»]

[Note 159: Type caricature créé en haine et en moquerie des Espagnols,
dont, comme Polichinelle, il exagéroit encore sur sa physionomie le
nez proéminent et la mâchoire saillante. De _ganassa_, qui est ce mot
_mâchoire_ en espagnol, on lui avoit fait le nom cité ici, et dont
notre mot _ganache_ est encore aujourd'hui une altération
transparente. Le _Livre des singularités_, par Philomneste (G.
Peignot), pag. 105.]

Sur ce bruit, je me reveille en sursaut, duquel je ne m'estonnay pas
tant que de voir un petit homme qui sortoit de ce plaidoyer ayant les
actions d'Heraclite et de Democrite, qui disoit en s'en allant:

«Si le temps dure, la necessité corrigera le tout.»

       *       *       *       *       *


     _La Revolte des Passemens_[160].

     A Mademoiselle de la Trousse[161].

     [Note 160: Nous empruntons cette pièce, intéressante pour
     l'histoire des modes, au _Recueil de pièces en pose les plus
     agreables de ce temps, composées par divers autheurs_
     (_quatriesme partie_). Paris, Charles Sercy, MDCLXI. Elle doit
     avoir été écrite par quelqu'un de la société de Mme de Sévigné.
     La dédicace à Mlle de la Trousse le feroit du moins penser.]

     [Note 161: Elle étoit fille de François le Hardi, marquis de la
     Trousse, et de Henriette de Coulange, tante de Mme de Sévigné.
     Après une existence beaucoup moins frivole que la dédicace qui
     lui est faite ici et que plusieurs couplets de Bussy pourraient
     le faire croire, elle mourut saintement aux Feuillantines, où
     elle s'étoit retirée, en décembre 1685.]


  Belle et sçavante de la Trousse,
  Mon humeur aujourd'huy me pousse
  De vous decrire les combats,
  Les regrets et les embarras,
  Les retraittes et les tuëries
  De mesdames les Broderies,
  Des inutiles ornemens,
  Des Poincts, Dentelles, Passemens,
  Qui, par une vaine despence,
  Ruinoient aujourd'huy la France.
  Leurs vains efforts et le depit
  Qu'elles conceurent de l'edit
  Lequel, l'an mil six cent soixante[162],
  Rendit chacune mecontente;
  De plus, leurs imprecations,
  Leurs belles resolutions,
  Les desseins de chacune d'elles,
  La conversion des Dentelles,
  Qui vouloient par devotion
  S'enfermer en religion,
  Lors qu'une pauvre malheureuse,
  Qu'on appelle, dit-on, la Gueuse[163],
  Sans en craindre le dementy,
  Leur fit prendre un autre party,
  Où, dès lors qu'elles consentirent,
  Bientost après se repentirent
  De s'estre mises au hazard;
  Mais il estoit desjà trop tard.
  Et, pour punir leur entreprise,
  Je crois qu'une telle sottise
  Meritoit, comme on fit aussy,
  Que l'on leur fit crier mercy.

[Note 162: Cet édit porte la date du 27 novembre 1660; c'est le même
dont Molière a dit par la bouche de Sganarelle:

  Oh! trois et quatre fois béni soit cet édit,
  Par qui des vêtements le luxe est interdit!
  Les peines des maris ne seront pas si grandes,
  Et les femmes auront un frein à leurs demandes!
  Oh! que je sais au roy bon gré de ces descris
  Et que, pour le repos de ces mêmes maris,
  Je voudrais bien qu'on fît de la coquetterie
  Comme de la guipure et de la broderie.]

[Note 163: Dentelle unie, qui devoit à sa simplicité le nom
significatif qu'elle portoit.]

Il estoit environ les cinq heures du soir lorsque les Broderies, les
Points et les Dentelles entendirent parler de la defense des
Passemens. Vous pouvez vous imaginer leur surprise, après l'eclat où
elles s'estoient vües à l'Entrée, et combien elles se plaignirent de
la Fortune de ne les avoir elevées jusqu'au trône que pour les
precipiter dans la boüe. Aussi-tost que cette fascheuse nouvelle fut
divulguée partout et que le bruit universel luy eust donné une entière
croyance, on ne rencontroit plus dans les ruës que des Broderies en
carrosse, qui se plaignoient les unes aux autres; que des Poincts qui
dans leur affliction ne prenoient pas seulement la peine de se mettre
en linge blanc, et que des Dentelles qui, d'elles-mêmes, s'efforçoient
de quitter la toile d'où elles devoient bien-tost estre separées. Il y
avoit desjà quelques jours qu'elles deploroient leur malheur, lorsque
le Poinct de Gênes, se trouvant dans la compagnie du Poinct de Raguse,
du Poinct de Venise[164], et de quelques autres, se plaignit en cette
manière:

  C'est aujourd'huy, noble assistance,
  Qu'il faut abandonner la France,
  Et nous en aller bien et beaux,
  Pour n'estre pas mis en lambeaux.
  Ne croyez pas que je me rie;
  Il faut revoir nostre patrie,
  A mon gré fort pauvre ragoust,
  Pour estre le baille-luy-goust
  D'un mary de qui l'oeil sevère
  Redoute toujours l'adultère,
  Ou nous serons mis en prison
  Dans quelque maudite maison.
  Et toi, pauvre Poinct de Venise,
  Tu dois craindre pour ta franchise,
  Et que t'en retournant sur mer,
  Par un malheur bien plus amer,
  Un corsaire, ou bien pis encore,
  Ne te traitte de Turc à More;
  Que peut-estre dans le serrail,
  Où le jour par un soupirail
  Vient le long d'une sarbatane,
  Tu ne serve à quelque sultane,
  Qui peut-estre, pour ton malheur,
  Sera femme du Grand-Seigneur.
  Encor si ce coup de tonnerre
  Nous fût venu durant la guerre[165],
  Peut-estre, ma foy, qu'en ce cas
  Je ne m'en tourmenterois pas:
  En retournant dans ma patrie,
  J'eusse fait quelque menterie,
  J'eusse dit quelque fausseté,
  Que c'eust esté la pauvreté
  Et le manquement de finance
  Où chacun avoit veu la France
  Qui m'eut fait revoir mon pays;
  Et du Danube au Tanaïs,
  On auroit cru, par ma sortie,
  Que j'eusse quitté la partie,
  Au lieu que l'on voit clairement
  Que nous sortons honteusement.
  Encor pour vous, Poinct de Raguse,
  Vous qui n'estes pas une buse,
  Il est bon, crainte d'attentat,
  D'en vouloir purger un estat.
  Les gens aussy fins que vous estes
  Ne sont bons que, comme vous faites,
  Pour ruiner tous les estats;
  Mais pour nous autres Poincts, hélas!
  Et vous, Aurillac ou Venise,
  Si nous plions nostre valise,
  Et si l'on nous presse si fort,
  C'est, je vous jure, bien à tort.

[Note 164: La mode de ces dentelles d'Italie commença en France à la
fin du XVIe siècle (V. _Le vray theatre d'honneur et de chevalerie_,
2e partie, chap. XL, p. 502), et dura pendant tout le XVIIe. (V.
_Mémoires_ de Saint-Simon, édit. in-8º, t. 4, P. 286, année 1704.)]

[Note 165: Le traité des Pyrénées, signé l'année précédente, avoit mis
fin à la guerre avec l'Espagne.]

Les autres parlèrent à leur tour à peu près aussi douloureusement que
le Poinct de Gênes, lorsque, d'un autre costé, les Broderies ayant
esté rendre visite aux Dentelles d'Angleterre, une vieille Broderie
d'or, qui avoit desjà veu un autre decry, et qui, ne sçachant plus
que devenir, s'estoit mise en tour de lit et puis avoit esté employée
à la housse d'un cheval à l'entrée de la Reyne, s'efforça de consoler
ses compagnes, en leur parlant de la sorte:

  Sans faire la petite bouche
  Il est vray, ce decry me touche,
  Et m'attaque aussy fort les sens,
  Comme à vous autres, jeunes gens:
  Car, dites-moi, je vous en prie,
  Poinct, Dentelles ou Broderie,
  Qu'aurons-nous donc fait à la Court,
  Pour qu'on nous chasse haut et court,
  Nous par qui la noble jeunesse,
  Meprisant toujours la bassesse,
  N'avoit point d'autre passion
  Que la gloire et l'ambition,
  Pour nous seules faisant depence,
  Vivoit quasi dans l'innocence,
  Et ne faisoit, faute d'escus,
  Que fort peu de maris cocus,
  Au lieu qu'estant dans l'opulence,
  Elle en repeuplera la France?
  Mais ces discours sont superflus:
  Mes compagnes, n'y pensons plus,
  Et, sans en deviner la cause,
  Soyons desormais autre chose,
  Et, dans un semblable conflit,
  Faisons nous toutes tour de lit:
  C'est une agréable corvée;
  Pour moy, je m'en suis bien trouvée.
  Là, mille et mille serviteurs
  Y viennent compter des douceurs,
  Et j'y ai veu plus d'une duppe
  Aussi bien que quand j'estois juppe.

Là-dessus, une grande Dentelle d'Angleterre, prenant la parole, dit:

  Compagnes, mes chères amies,
  Après toutes ces infamies,
  Qui doivent bien crever le coeur
  A toutes Dentelles d'honneur,
  Cette infortune sans seconde
  Me fait bien renoncer au monde,
  Et me fait connoître assez bien
  Que l'éclat du monde n'est rien,
  Ce n'est qu'un vent, qu'une fumée
  Eteinte plustost qu'allumée,
  Et qui, dans chaque occasion,
  Se changent en illusion;
  Ses faveurs ne sont que des songes.
  Hélas! qui peut de ces monsonges
  Vous rendre compte mieux que moy?
  j'habitois la maison du roy,
  J'ai veu toutes ces momeries,
  Que l'on nomme galanteries
  Au royaume des beaux esprits.
  J'ai veu ceux qui gagnent le prix:
  Ces grands debiteurs de fleurettes,
  Souvent caboches très mal faites,
  Debitent d'un air surprenant
  Des mensonges à tout venant.
  Vous autres, belles Broderies,
  Vous avez de ces menteries
  Entendu, je pense, ma foy.
  Peut-estre dix fois plus que moy;
  Mais encor que cela deplaise,
  Je les entendois à mon aise;
  Car peut-on, sans ces deplaisirs,
  Satisfaire mieux ses desirs
  Que de passer toute sa vie
  Dans des lieux qui feroient envie
  Aux esprits les plus delicats,
  Demeurant tantost sur les bras,
  Tantost sur la gorge charmante
  De Philis ou bien d'Amaranthe?
  Quel plaisir de toucher à nu
  Un beau sein tout nouveau venu!
  De baiser les lys d'un visage
  Non terni par l'excès de l'age!
  De toucher l'embonpoint d'un bras!
  Mais à tous ces plaisirs, helas!
  Je decouvre bien du meconte.
  Un edit nous comble de honte,
  Mon coeur en est tout abattu.
  Mais quoy! mon coeur, faisons vertu
  Des necessités de la vie,
  Et, prenant desormais l'envie
  De renoncer à ce plaisir,
  Que pourrions-nous, icy, choisir
  Qui nous pût estre convenable,
  Ou qui pût estre comparable,
  Pour ne plus tourner à tout vent,
  Comme d'entrer dans un couvent?

C'estoit assez bien raisonner, ce me semble, pour une Dentelle qui
venoit d'un païs où la liberté de conscience n'est pas permise; et je
trouve que pour le peu qu'elle avoit habité en France, qu'elle n'y
avoit pas fait un petit progrès. Sa harangue entra si avant dans
l'esprit de ses compagnes et les persuada si fortement, qu'elles ne
songèrent plus à leur liberté, et qu'elles ne pensèrent plus qu'à
faire un bon usage de leur disgrace. Mais les Dentelles de Flandre, ne
pouvant pas souffrir une si rude reforme, se contentèrent d'obeir
seulement à la rigueur des lois et de se cacher pour jamais aux yeux
des hommes. Pour cela elles acceptèrent un party que l'on leur vint
offrir de la part des filles; et, comme elles avoient toujours lié une
etroite amitié ensemble, elles ne purent se resoudre de les
abandonner, et quelque chose que l'on put dire pour les en detourner
ne leur put faire changer la resolution qu'elles avoient prise de se
mettre au bas de leurs chemises, quoiqu'on les eût averties que,
si..... qui veut entièrement purger l'Estat de toutes ces
superfluitez, les y trouvoit, pour la première fois, on ne repondoit
pas de ce qui en arriveroit; mais que, s'il les y rencontroit pour la
seconde fois, elles devroient s'asseurer qu'il les feroit mettre en
pièces. Tout cela ne leur put faire changer de pensée; ce fut
plus-tost un aheurtement qu'une resolution, et il n'y eut que le
dessein d'estre rebelles quy leur put faire abandonner celuy qu'elles
avoient pris de se loger en un poste si avantageux, où elles croyoient
estre à l'abry des insultes et des insolences des hommes. Pour les
Broderies, elles en voulurent faire chacune à leur teste. La lesine en
fit resoudre quantité de devenir ameublements; d'autres, plus
pieuses, prirent dessein de s'employer aux chasubles et aux devants
d'autel des eglises. Mais celles qui avoient vieilli parmi les
divertissements, ne pouvant pas faire si tost de necessité vertu,
resolurent de s'employer aux habits de mascarades, esperant qu'en cet
equipage elles pourroient encore estre de tous les plaisirs de la
Cour, et se trouver quelquefois aux bals, aux balets, aux comedies et
à tous les divertissements du carnaval.

La Dentelle noire d'Angleterre se loua à bon marché à un giboyeur pour
lui servir de filets à prendre des becasses dans les bois; à quoy elle
se trouvoit assez propre, dans l'habit où la mode l'avoit mise depuis
peu.

Tous les Poincts resolurent de s'en retourner en leurs païs, excepté
le Point d'Aurillac, qui fit plus de difficulté que les autres,
craignant qu'aussy tost qu'on le verroit de retour, on ne l'employa à
passer les fromages d'Auvergne, dont la senteur lui estoit
insupportable, après avoir gousté la civette, le musc et l'eau de
fleurs d'orange, dont il estoit arrosé tous les matins dans Paris,
soit que ce fut pour corriger l'odeur de quelque gousset ou quelque
sueur trop aigre, ou pour attirer les amans, comme on amorce les
pigeons d'un colombier.

  Chacun, dissimulant sa rage,
  Doucement plioit son bagage,
  Resolu d'obeir au sort,
  Ne se voyant pas le plus fort,
  Lorsqu'une petite rusée,
  Leur donnant une autre visée,
  Leur fit bien, dessus ce sujet,
  A toutes changer de projet.

Cette petite revoltée s'appeloit la Gueuse, qui arriva d'une petite
ville autour de Paris, qui s'en vint comme une enragée faire un
vacarme epouvantable; elle leur dit, quoy qu'elle ne fut pas de si
bonne maison, qu'elle avoit le coeur aussi bien placé qu'une autre, et
que, quand elle seroit toute seule de son party, elle ne souffriroit
pas que de semblables injustices demeurassent impunies; qu'elle ne
sçavoit pas quel refuge elles avoient decidé de prendre, mais que,
pour elle, elle n'avoit pas assez d'esprit pour decouvrir où elle
pourroit se retirer, puisqu'on ne lui offroit pas même une place à
l'hospital; que, si on la vouloit croire, elle engageoit sa chaînette
qu'elle les remettroit toutes dans leur eclat; qu'au reste, elles ne
doivent pas estre si degoustées que de ne vouloir faire alliance avec
elle; qu'elle avoit eu pour le moins d'aussi beaux emplois que les
autres, et que, si on s'estoit servi d'elles pour le faste et pour
eblouir les yeux, que, pour sa discretion, on lui avoit confié les
plus grands secrets des dames.

  Tout ce discours rempli d'audace
  Fit regarder chacun en face;
  On fut un temps sans dire mot,
  Chacun croyant estre un grand sot;
  Puis, rompant ce morne silence,
  Chacun, pour dire ce qu'il pense,
  Voulant parler à haute voix,
  Tous commencèrent à la fois;
  Ce qui causoit un grand vacarme.
  Mais après, de crainte d'allarme,
  On appaisa tout ce grand bruit;
  Et, comme il estoit desjà nuit,
  Chacun, se retirant d'emblée,
  Prit lors congé de l'assemblée,
  Et, se frappant dedans la main,
  Toutes dirent qu'au lendemain
  Elles s'assembleroient encore
  Dès qu'on découvriroit l'aurore
  Se montrer dessus l'horizon,
  Toutes, dedans quelque maison,
  Afin de voir plus net qu'un verre
  Tous les accidens de la guerre;
  Que la nuit il faudroit resver
  A ce qui pourroit arriver.
  Cependant ils remercièrent
  Madame Gueuse, et la prièrent,
  Dedans des accidents pareils,
  De leur fournir de ses conseils.
  Ainsi finit, comme je pense,
  Cette agreable conference.

C'estoit une chose assez agreable à mon gré d'entendre des Dentelles
discourir de la guerre, raisonner sur toutes ses difficultez, en
prevoir toutes les disgraces, et parler en leur langage sur tous les
evenements d'une chose si douteuse. Le lendemain, un Passement qui
estoit accoustumé à ne point dormir, pour avoir servy depuis dix ans à
la coëffe du bonnet de nuit d'un vieux jaloux, les alla esveiller deux
heures plus matin qu'on avoit arresté, et elles se trouvèrent toutes,
comme elles s'estoient donné le mot, au logis de Perdrigeon[166],
croyant que ce devoit estre un lieu de seureté pour elles; mais elles
rencontrèrent la place occupée par les Rubans, qu'elles trouvèrent si
bouffis d'orgueil de n'estre pas compris dans l'edit, qu'ils en
estoient insupportables, si bien que, ne voulant pas avoir de commerce
avec de telles gens, qu'elles ne prenoient que pour des esclaves ou
des foux que l'on ne laisse jamais sans estre liez, que la superfluité
avoit mis en credit seulement depuis le règne de Louis XIII, et qui ne
passoient auparavant que pour des noüeurs d'aiguillettes, à qui on
faisoit mettre bien souvent les fers aux pieds, comme à des criminels,
elles s'assemblèrent toutes au _Vase d'Or_, dans la ruë Saint-Denis,
où on les receut à bras ouverts.

[Note 166: Fameux marchand de Paris à cette époque. La vogue de sa
maison, consacrée par un passage des _Précieuses ridicules_, duroit
encore en 1692, comme le prouve ce qu'en dit Palaprat dans son
_Arlequin Phaëton_. V. notre _Paris démoli_, 2e édit., p. 45, chapitre
l'_Almanach des adresses de Paris sous Louis XIV_.]

  Là, chacun, parlant à sa teste,
  Raisonnoit ainsi qu'une beste;
  Un autre, se tenant debout,
  Vouloit mettre son nez partout;
  Tel qui proposoit une affaire
  Aussy-tost conclut le contraire;
  L'autre, faisant le rafiné,
  Se tourmente comme un damné;
  L'autre, de tout faisant mystère,
  Parle, raisonne, delibère.
  Enfin, pour le dire _inter nos_,
  Ce n'estoit du tout qu'un cahos.
  Mais cependant, foy de Dentelle,
  Disoit, pour temoigner son zèle,
  Un grand Cravate fanfaron[167],
  Il nous faut venger cet affront;
  Revoltons-nous, noble assemblée:
  J'en ai l'ame trop bourrelée.
  Et dit, en jurant par la mort:
  Voyons qui sera le plus fort.

[Note 167: _Cravate_, qui étoit alors un mot nouveau, se mettoit
indistinctement au féminin, comme dans la lettre de madame de Sévigné
du 22 avril 1672, et au masculin, comme ici. C'est, du reste, avec
intention qu'on lui donne ce genre dans cette pièce, où tous les
objets de toilette ont un rôle si viril et si belliqueux. On sait, en
effet, que la _cravate_ a une origine toute militaire. On en doit la
mode et le nom aux soldats _croates_ ou _cravates_, comme on
prononçoit alors, qui servoient dans les armées du roi: ils se
garnissoient le cou d'une bande d'étoffe aidant à soutenir sur leur
nuque l'amulette qui devoit les garantir des coups de sabre. Ce qui
étoit superstition chez eux devint mode et est resté usage chez nous.
Dans cette pièce, le _cravate_ de dentelle intervient à la façon
guerroyante de son patron, le vrai Croate: nous l'entendrons dire tout
à l'heure qu'il a fait deux campagnes sous monsieur le Prince!]

Vous pouvez vous imaginer facilement combien ce discours chatoüilla
l'oreille de la Gueuse, qui n'aspiroit qu'à la revolte et la sedition.
Quelques unes remontrèrent toutes les difficultez qu'il y avoit dans
une semblable entreprise, veu que, n'etant plus en credit, elles
manqueroient de toutes les choses necessaires; mais ce doute fut
bientost levé par un Poinct, qui asseura qu'il trouveroit credit de
deux millions dans Paris, et peut-estre davantage, si on pouvoit voir
quelque jour leur entier retablissement.

  Il n'en fallut pas davantage
  Pour leur augmenter le courage.
  Là-dessus, le Poinct d'Alençon,
  Ayant bien appris sa leçon,
  Poinct qui sçavoit plus d'une langue,
  Fit une fort belle harangue,
  Remplie de tant de douceurs,
  Qu'elle ravit, dit-on, les coeurs.
  Chacun temoignoit sa furie,
  Lorsque de la Coutellerie
  Il leur vint, par un coup du sort,
  Dit-on, un très puissant renfort:
  C'estoient Mesdames les Espées,
  Encor presque toutes trempées
  Du noble sang des ennemis.

Ces Espées, après que le port d'armes fut defendu, plus tost que de
demeurer inutiles, s'estoient resolües de se raccourcir, c'est-à-dire
les Couteaux de devenir couteaux de poche, et les Escotades de se
changer en bayonnettes; et, pour en venir du projet à l'execution,
elles s'en alloient toutes ensemble à la Coutellerie, lorsqu'entendant
parler de la revolte des Passemens, elles changèrent bien tost de
dessein et se resolurent de leur aller offrir leur service. Vous
pouvez vous imaginer si on les receut favorablement et si on fit leur
composition avantageuse. Premièrement, on leur promit que, si le parti
demeuroit victorieux, pas une de toutes celles qui se seroient
employées pour leur service ne pendroit plus qu'à des baudriers en
broderie; qu'on les feroit toutes damasquiner à la mode, et qu'elles
ne coucheroient plus que dans des fourreaux parfumés. Les Poincts
mesme leur promirent, de leur part, de les mettre en si haut credit
auprès des dames, qu'elles passeroient desormais, aussi bien que les
plumes, pour l'ornement le plus surprenant et le plus avantageux pour
leur plaire.

  On dit que quelqu'une d'entre elles,
  Qu'on disoit venir du Marais,
  Leur apprit aussi des nouvelles
  De leurs amis les Pistolets.
  Tout aussi-tost, de haute lute,
  A l'instant même l'on depute
  Vers ces ennemis de la paix;
  On les asseura desormais,
  Quelque chose qui pût leur plaire,
  Tout au moins de les satisfaire;
  Que, s'ils aidoient à les venger,
  Et les tiroient de ce danger,
  Pour plus grande reconnoissance,
  On ne les chargeroit, en France,
  Qu'avec des poudres de parfum,
  Et quelques anis de Verdun.

Il ne fallut pas grande eloquence pour persuader les Pistolets
d'accepter un semblable party. La misère où ils estoient les y fit
bien-tost resoudre; et, comme ils ne voyoient aucune ressource
d'autre part, ces propositions leur eblouissant les yeux, ils
promirent de faire merveille, ce qui remit le coeur au ventre de bien
des Poincts et de bien des Broderies, qui n'auroient autrement accepté
la guerre qu'à ecorche-cul. Combien vit-on après cela de Dentelles qui
se faisoient toujours blanches de leurs espées! Pour s'exciter les
unes les autres, elles se racontoient les occasions perilleuses où
elles s'estoient rencontrées. Telle Dentelle de Flandre disoit avoir
fait deux campagnes sous Monsieur le Prince, en qualité de Cravate;
une autre se vantoit d'avoir appris le mestier sous Monsieur de
Turenne; une autre racontoit comment elle avoit esté blessée au siége
de Dunkerque, et que, s'il n'y paroissoit plus, c'estoit qu'elle
s'estoit fait penser sur le metier. Il se trouvoit mesme une grande
Garniture toute entière de Poinct de Raguse qui disoit avoir appris le
mestier sous Monsieur de Candale[168], lors qu'il commandoit en
Catalogne. Enfin on entendoit raconter partout un nombre infini de
belles actions. Il n'y en avoit presque pas une qui ne se fût
rencontrée à quelque siége, à la journée d'une bataille, et qui
n'eust du moins fait deux ou trois campagnes; et telle Broderie qui
n'avoit jamais esté plus loin que du fauxbourg Saint-Antoine[169] au
Louvre racontoit mille beaux exploits qu'elle avoit faits, tantost
sous un tel capitaine, et tantost sous un autre chef.

[Note 168: Louis-Charles-Gaston Nogaret de Foix, duc de Candale,
petit-fils du duc d'Epernon, favori de Henri III, avoit été le roi de
la mode pendant la minorité de Louis XIV. Il étoit mort, n'ayant que
trente-un ans, le 28 janvier 1658; mais les modes auxquelles il avoit
donné son nom lui avoient survécu. En 1666, quand parut le _Roman
bourgeois_, on parloit encore des _chausses à la Candale_. V. notre
édition de ce livre de Furetière (Jannet, 1854, in-12, p. 73, note),
et les _Mélanges d'histoire et de littérature_ de M. Craufurd, Paris,
1817, in-8, p. 186-187.]

[Note 169: C'étoit le quartier des brodeuses. Madame Dumont, que le
comte de Marsan avoit amenée de Bruxelles à Paris, et à qui il avoit
fait obtenir le privilége exclusif des ateliers de dentelles, s'y
établit à la fin du XVIIe siècle, et ajouta ainsi à la réputation
industrielle de ce faubourg, déjà si bien commencée.]

      Ainsi souvent les ridicules,
      Rencontrant des esprits crédules,
      Se vantent de mille beaux faits,
      Et, pour que chacun les honore,
      Leurs testes, dignes d'hellebore,
  Racontent des combats qu'ils ne virent jamais.

Ce n'est pas une chose rare dans le monde que ces sortes
d'extravagances. Combien voyons-nous tous les jours de ces braves
jusqu'au degainer! Combien de ces gens qui se font tenir à quatre,
pourveu qu'il y ait quelqu'un pour les separer, et qui ne parlent que
de mettre sur le carreau, de casser les jambes et d'abattre un bras,
pourveu qu'ils aient perdu l'ennemi de veüe! Nos Passemens en firent
bien de même lors qu'ils virent le renfort des Espées et des
Pistolets; jamais on ne vit de plus grands rodomonds. Une Dentelle
d'Angleterre s'ecria là-dessus:

      Qu'aurons-nous donc à redouter,
      Puisque la Cour reste sans armes?
      Je crois qu'il ne faut pas douter
      Qu'elle ne fasse un beau vacarme;
  Mais sans que sa fureur nous donne aucune allarme,
      Il la faudra laisser pester.

Cette Dentelle s'imaginoit qu'elle n'avoit plus à craindre que quelque
hallebarde ou quelque pertuisanne, dont les coups passeroient d'outre
en outre sans l'offencer. Le Poinct de Gênes, qui avoit le corps un
peu plus gros, dit qu'il ne s'en mettoit guères en peine, et qu'il
feroit faire des caisses à l'épreuve de la pique et du baston à deux
bouts. La Broderie, étant faite en chemise de mail, se mit à siffler
quand elle entendit parler de toutes ces difficultez, si bien qu'on ne
vit jamais de gens si braves, parce qu'elles s'imaginoient n'avoir
plus rien à redouter. Là-dessus il leur vint encore un autre avis,
que, pour quelque desordre, on vouloit defendre les mascarades; ce qui
n'encouragea pas peu les Broderies, tant à cause qu'elles voyoient
leur beau dessein renversé, que parce qu'elles s'imaginoient que cela
renforçoit leur party, et qu'elles s'en pourroient servir d'espions
dans leur armée, sans qu'on les pût jamais reconnoistre.

  Enfin tout estoit résolu,
  Et chacun d'eux, hurlu brelu,
  Vouloient demeurer sans oreilles
  Si tous ne faisoient des merveilles;
  Et, sans presque avoir contesté,
  Ils signèrent tous le traitté,
  Qui fut depuis mis en lumière,
  A peu près de cette manière:

  Aujourd'hui, solennellement
  Nous jurons, foy de Passement,
  Foi de Poincts et de Broderie,
  De Guipure, d'Orfevrerie,
  De Gueuse de toute façon,
  Que nous voulons mettre à rançon
  La Cour du Roy, nostre bon sire,
  Et que, ce qui sera le pire,
  Nous voulons bannir hautement
  Le Conseil et le Parlement,
  Pour, d'une honteuse manière,
  Avoir voulu faire litière
  Tant des plus nobles ornemens
  Que de nous autres Passemens;
  Qu'il faut que le diable s'en pende,
  Ou qu'on les condamne à l'amende;
  Que pour semblables trahisons,
  Pour telles et autres raisons,
  Voulant toujours aller grand'erre[170],
  Nous voulons déclarer la guerre,
  Et dire partout hautement,
  Que, sans un restablissement
  Qui fût d'éternelle durée,
  La guerre sera déclarée.
  A tous ennemis du repos,
  Et que nous casserons les os
  A ceux qui voudront entreprendre
  Tant seulement de les defendre.
  Ce que nous signons tout entier,
  Ce dix-huitième janvier,
  Tant les nouvelles Broderies,
  Comme celles des Friperies,
  Tant les Gueuses, les Agremens,
  Comme nous autres Passemens.

[Note 170: _Erres_, en terme de vénerie, se prend pour les traces du
cerf. On dit qu'il va _hautes erres_ quand il suit ses anciennes
voies, _grandes erres_ ou _belles erres_ quand il va vite. Au figuré,
cette expression signifioit faire grande dépense, aller grand train.
Montaigne l'employoit, et Voltaire s'en servoit encore. V. sa lettre à
M. de Fourmont, 7 septembre 1731.]

Le traitté ayant esté signé, on ne songea plus qu'à choisir un poste
avantageux pour les trouppes; mais il s'emeut quantité de difficultez
sur ce sujet. Les uns soutenoient par mille raisons qu'il falloit
sortir de Paris, parceque, tant que l'on habiteroit avec ses ennemis,
il estoit impossible de se garentir de leurs embusches; que, si l'on
faisoit ce pas en arrière, ce n'estoit que pour mieux sauter, et qu'il
valoit bien mieux voir venir l'ennemy à soy que de l'avoir de quelque
costé que l'on se tourne. Mais une Dentelle, qui avoit autrefois servy
à....., soustint qu'elle sçavoit par experience que de quitter Paris
estoit perdre la partie, et qu'il valoit bien mieux s'emparer du
terrain et le disputer, que de l'abandonner sans esperance de le
prendre puis après d'emblée; que, de plus, elle sçavoit bien qu'ils ne
manqueroient pas de partisans qui leur donneroient tous les jours de
nouvelles forces et de nouvelles lumières des affaires; au lieu
qu'estant hors de Paris, on n'en pourroit sçavoir que par des espions;
et que, le regiment des gardes estant tous les jours à l'affut pour
les decouvrir, ils en perdroient autant qu'ils en feroient sortir de
leur armée.

Il s'emeut encor une seconde difficulté pour sçavoir si on feroit la
guerre ouvertement; si on mettroit d'abord le siége devant quelque
place et si on rangeroit tout d'un coup l'armée en bataille, ou bien
si on se menageroit d'avantage, si on ne se contenteroit pas de
repousser les insultes, et si on ne se mettroit pas plus-tost en estat
de faire une retraite honorable que de s'engager tout d'un coup dans
des combats dont le seul appareil seroit capable de les espouvanter.
On fut encore partagé sur cet article. Les uns soustenoient que
c'estoit trop hazarder que de donner bataille tout d'un coup, qu'il
estoit difficile que des trouppes qui n'avoient habité que parmi des
femmes fussent si tost aguerries, et que, si elles venoient à la
perdre, elles seroient perdues sans resource et ne se rallieroient
jamais. Les autres soutenoient que les premiers efforts estoient
toujours les plus violents; que tel qui fournissoit bien une carrière
n'estoit pas toujours à l'epreuve d'une seconde, et que les coeurs mal
aguerris se ralentissoient assez tost; que la moindre pluie et le
moindre mauvais temps les rendroient toutes moles et sans vigueur;
que, ne combattant pas à force ouverte, on les dissiperoit toutes
petit à petit; que deux millions n'estoient pas suffisans pour faire
subsister si longtemps une armée si nombreuse, et que, quand leurs
finances seroient épuisées, elles ne voyoient pas à qui elles
pourroient avoir recours. Comme elles en estoient à toutes ces
difficultés, une d'entre elles, dont je n'ay pu sçavoir le nom, les
vint avertir qu'elle avoit pratiqué sous main une affaire d'une haute
importance, et que, moyennant une somme assez considerable, elle
s'estoit renduë maistresse de la Foire de Saint-Germain; mais qu'il
luy estoit defendu d'en ouvrir les portes publiquement jusques au
troisième de fevrier, et que cependant il faudroit faire marcher
toutes les trouppes et garnir la place de toutes sortes de munitions.
Ce dernier advis les emporta tout d'un coup; on se resolut que l'on
demeureroit dans Paris; que l'on tiendroit toujours l'armée en
bataille, de peur d'être surprises; que l'on feroit tous les jours des
sorties considerables, et que par ce moyen on pourroit se menager sans
rien craindre. Là-dessus on donna les ordres necessaires à toutes les
trouppes, et on ordonna qu'elles fileroient petit à petit, et que,
sans faire aucun bruit, elles se rendroient dans la place; ce qui fut
executé ponctuellement jusqu'au troisième de fevrier, auquel jour le
generalissime Luxe, avec la Superfluité et le Vain-Orgueil, qui ne
l'abandonnoient jamais, leur firent faire la revue et les rangèrent en
bataille, comme vous verrez par la suite.

  Mais pendant que ce jour viendra,
  Abandonnons un peu la prose
  Et discourons sur autre chose;
  Parlons de ce qu'il vous plaira.

  Par le dieu qui lance les flames,
  Dites-moy pourquoy vos attraits
  Ne seront-ils faits tout exprès
  Que pour faire enrager nos âmes?

  Vous, pour qui cent coeurs, chaque jour,
  Souffrent mille cruelles gehennes,
  Vous qui causez toutes leurs peines,
  Pourquoi n'aurez-vous point d'amour?

  Quoi! ny le rang, ny le merite,
  Le renom, l'esprit, ny le coeur,
  A votre inhumaine rigueur
  Ne feront point prendre la fuite?

  Vous voyez où je veux aller;
  Et, comme vous êtes très fine,
  Je voy que vous me faites signe
  Sur ce fait de ne plus parler.

  Tout beau! Muse trop libertine,
  Avez-vous l'esprit de travers?
  Mêlez-vous de faire des vers;
  Vous êtes un peu trop badine.

L'ordre ayant été donné de la manière que vous avez entendu, le
colonel Sotte-Despence, qui avoit pris soin de la marche, fit arriver
les troupes dans la place par quatre costez differens, afin de donner
moins de soupçon de leur entreprise.

  Lors, comme j'ai veu dans l'histoire,
  On vit arriver à la foire,
  Sous de differents estendarts,
  Des Dentelles de toutes parts;
  Mais, selon l'ordre expediée,
  On marchoit enseigne pliée,
  Et, pour faire encor moins de bruit,
  L'on n'alloit presque que de nuit;
  De peur qu'on ne demande: Qu'est-ce?
  On n'osa pas battre la caisse,
  Et chacun alloit doucement,
  Tant le Poinct que le Passement.
  Qui pourroit nombrer chaque sorte
  De ceux qui vinrent par la porte
  Qui prend le nom de Luxembourg?
  Combien par celle du fauxbourg,
  Et par les autres moins fameuses?
  Combien il arriva de Gueuses?
  Combien il en vint sourdement,
  Combien d'autres plus hautement?
  Pour vous en descrire l'histoire,
  Toute l'encre d'une escritoire
  N'y pourroit pas suffire encor.
  Il en vint dont le pesant d'or
  N'auroit pas payé leurs dents creuses;
  Il en vint que le plus souvent
  On disoit venir du Levant;
  Il en vint des bords de l'Ibère;
  Il en vint d'arrivez naguères
  Des païs septentrionaux[171];
  Enfin il en vint des tonneaux,
  Tant de mechante, tant de bonne
  Que le seul nombre m'en estonne.

[Note 171: Sans doute les dentelles de Flandres, dont la réputation
commençoit.]

Quand elles furent toutes arrivées dans la foire Saint-Germain, ce fut
un desordre et une confusion epouvantable: chacun vouloit avoir le
premier rang; et comme l'ordre et les dignitez n'avoient pas encore
esté decidées, n'ayant jamais esté mises sur le tapis, ils se
seroient tous egorgés les uns les autres, et les Pistolets, qui
faisoient desjà feu, et qui sçavoient un peu mieux la guerre, alloient
faire main basse, si le generalissime Luxe, accompagné de sa suite, ne
fût venu mettre l'ordre parmi ces trouppes de nouvelles impressions,
qui s'imaginoient que pour estre braves il ne falloit que faire du
bruit, et jurer deux ou trois morguiennes pour estre aussi bons
soldats que les Allemands. Aussitost qu'ils furent arrivez, ils firent
tracer deux lignes pour mettre l'armée en bataille, comme ils avoient
desjà projetté. On distribua des quartiers à chaque trouppe, et on
chercha le poste le plus avantageux et le moins apparent que l'on pût
pour l'artillerie, qui estoit composée de trois cens paires de canons
à passemens, tous chargés de quartiers de rondache et de chaisnettes
de rubans figurés, ce qui devoit faire un fracas effroyable et
emporter les regimens tout entiers. Deux cens Cravates volontaires
tenoient la campagne et ne cherchoient partout qu'à faire le coup de
pistolet. Ensuite on donna l'aile droite à commander au colonel
Raguse, composée de six escadrons, chacun de cent cinquante ballots de
Dentelles d'Angleterre, Dentelle façon d'Angleterre, et de
Moresse[172]. L'aisle gauche estoit composée d'autant d'escadrons de
neiges[173], de Rubans figurés et d'Agremens, et tous estoient
commandés par le capitaine Orgoglio.

[Note 172: Sorte de dentelle venue «des bords de l'Ibère», comme il
est dit plus haut. Elle devoit sans doute son nom aux dessins
_morisques_ ou arabesques dont elle étoit ouvragée.]

[Note 173: _Neige_, «dentelle faite au métier, de peu de valeur.»
(_Dict. de Trévoux._) On connoît le beau _galand de neige_ que
Gros-René rend à Marinette.]

Le corps de bataille estoit de huit bataillons, tous bordez de deux
rangs de Piquots en haye, et soutenus par deux autres rangs de
Pistolets.

Le premier estoit composé de cinq à six cens Caisses, toutes l'espée
au costé, de Dentelles d'or, et commandées par le capitaine
Brocard-d'Or, et portoit pour enseigne un Amour deguisé en broderie,
avec de grands canons aux jambes et des rubans jusqu'aux bouts de ses
souliers, en sorte qu'avec sa petite taille il ne ressembleroit pas
mal à un pigeon trapu, avec cette inscription en haut du drapeau:
_Ingannator di donne_, voulant temoigner que les beaux habits et les
riches ornemens estoient pour l'ordinaire ce qui surprenoit le plus
les femmes.

Le second estoit composé de quatre cens ballots de Dentelles de
Flandre, de Dentelles du Havre, et estoit commandé par le colonel
Poinct-de-Gênes, ayant pour enseigne la Reyne de Suède, ayant cette
inscription: _Famosa per omnes terras_.

Le troisième contenoit cinq cens tiroirs de Dentelles de soie noire,
commandé par le colonel Brocard-d'Argent, et portoit dans son chapeau
un diable fort leste, fort poudré et fort affeté, à qui bien des gens
faisoient accueil, et un autre tout nud, à qui on donnoit des coups de
baston, avec ceste devise: _Fa ti vestire_, voulant dire qu'au siècle
où nous vivons, pour estre receu favorablement, il faut être
magnifique, et qu'à moins que d'estre leste il ne faut pas pretendre
d'estre consideré dans les compagnies.

Le quatrième estoit composé de trois cens grands coffres de Broderies
d'or et d'argent, sous la conduite du colonel Somptuosité; leur
drapeau estoit d'une etoffe precieuse et enrichi de broderie fort
relevée, avec ces trois ou quatre mots: _Et pour le poil et pour la
plume_, voulant marquer par là que la broderie estoit necessaire pour
la guerre, qu'elle servoit à faire reconnoistre les principaux chefs,
et qu'elle estoit aussi de grand usage durant la paix pour se donner
quelque entrée parmy le monde.

Le cinquième estoit de huit cens ballots de Gueuses, commandé par le
capitaine Parcimonia, et portoit une enseigne assez sale et presque
toute en lambeaux, où on lisoit à peine ces mots espagnols: _No
siempre relumbra el coraçon_, qui signifioient en nostre langue que le
coeur ne se rencontroit pas plus dans les personnes eclatantes que
dans celles qui ne faisoient pas un si grand eclat.

La sixième comprenoit quatre cens caisses de Poincts de Gênes, Poincts
d'Aurillac, Poincts d'Alençon, Poincts de Raguse, et quelques autres,
qui marchoient sous la conduite d'un etranger nommé Poinct-d'Espagne;
leur enseigne estoit de toille de Hollande toute parsemée d'aiguilles
et d'espées sans nombre, avec ces mots: _De lago alla spada duro
passagio_, ce qui vouloit peut-estre signifier que pour eux, qui
avoient fait à l'aiguille et qui n'habitoient que parmy les femmes,
ils estoient difficiles de s'accoutumer aux fatigues de la guerre.

Le septième contenoit douze cens gros paquets de Boutons à queue, tant
de canetille que de soie, commandé par le capitaine Agrément, et dans
leur enseigne on voyoit la figure d'un homme, l'espée à la main, qui
remettoit dans un sac quantité d'argent, dont une grande partie estoit
comptée sur une table, avec cette inscription: _Si non auro saltem
gladio quærenda libertas_.

Le huitième estoit composé de cinq cens quaisses de Dentelles escrües,
que le lieutenant du colonel Brocard-d'Or commandoit, et l'on voyoit
ces mots ecrits: _Gia di Vanita, hor di Marte, e siempre serva_, se
plaignant de ce qu'elles estoient toujours esclaves, ou de Mars
pendant la guerre, ou de la Vanité durant la paix.

Quand toutes ces trouppes furent passées, et qu'elles eurent toutes
pris leurs postes sur la première ligne, le generalissime donna des
ordres pour faire advancer le reste qui devoit composer la seconde;
mais une petite Dentelle d'un pouce, qui avoit quelque correspondance
à la cour, vint advertir un grand Passement de Flandre, avec lequel
elle avait eu quelque intrigue, pour lui avoir autrefois servy de
pied, que l'on les venoit attaquer avec tous les canons de
l'artillerie, et que, s'ils n'abandonnoient ce poste, deux volées
seules estoient capables de les foudroyer. Ce bruit, à quoy elles ne
s'attendoient pas, passant aussitost de quaisses en quaisses et de
ballots en ballots, jetta une si grande epouvante parmi les soldats
Passemens, qu'il fut impossible de les retenir, et que, quelques
efforts que purent faire les principaux chefs, ils ne furent pas
capables de les arrester: tous se debandèrent avec une telle confusion
qu'à moins de rien on n'en vit plus paroistre aucun sur les rangs.

  Chacun, pour éviter l'assaut,
  Se seroit jetté d'un plein saut
  Dans une plus noire caverne
  Que ne sont celles de l'Averne.
  Chacun pour sortir se pressoit;
  Une Dentelle un Poinct poussoit;
  Puis, pour éviter la tüerie,
  On voyoit une Broderie
  Se voulant pousser par un coing,
  Recevoir plus d'un coup de poing.
  Un ballot poussoit une quaisse;
  Et tant pour sortir on s'empresse,
  Que maints Passemens sur leur dos
  Sentirent maints coups de Piquots.
  Alors mesdames les Espées,
  Voyant qu'elles estoient dupées,
  Ayant les esprits mecontens
  De s'estre joint à telles gens,
  Retournèrent tout en furie,
  Tout droit à la Coutellerie;
  Et pour messieurs les Pistolets,
  Poussant mille et mille regrets,
  Dans le depit qui les accable,
  Se donnèrent, dit-on, au diable,
  Qu'ils s'en vengeroient un petit.
  Pour cela, chez monsieur Petit
  Ils firent soudain la retraitte,
  Où depuis ils tinrent diète,
  Pour plus aisément convenir
  De ce qu'ils pourroient devenir.

Le parti des rebelles ayant donc esté dissipé de sorte, toutes ces
trouppes epouvantées se retirent avec precipitation, du mieux qu'elles
purent, dans les lieux où elles crurent avoir plus de protection, pour
y avoir esté autrefois assez bien receües, et elles y demeurèrent
quelque temps cachées. Cependant, pour les punir de leur revolte, on
proposa de faire rendre un arrest solennel, par lequel on auroit
declaré que tous les Poincts serviroient d'oresnavant à faire de la
mesche, qui ne seroit employée que pour les mousquets de la compagnie
des mousquetaires du roy; que toutes les Dentelles serviroient à faire
du papier, sur lequel on devoit ecrire leur condamnation, pour en
envoyer la copie par toute la France; que toutes les Dentelles de
soie, Dentelles escruës, Gueuses et autres sortes de Passemens
seroient employées pour faire des cordes, et qu'ainsy elles seroient
envoyées aux galères à perpetuité pour servir de chaisnes aux
galeriens, la bonté du roy ayant eu quelque pitié du poids et de la
dureté de celles qu'il leur avoit veu traisner à Marseille; que pour
toutes les Broderies d'or et d'argent, que parce que par un faux advis
on s'imagina qu'elles avoient excité cette sedition, on ordonna
qu'elle seroient bruslées toutes vives. Pour les Espées, on les devoit
laisser à la Coutellerie, jugeant bien que ce seroit une assez grande
punition pour elles; mais pour les Pistolets, à cause du grand service
qu'ils avoient rendu durant l'espace de plus de vingt années, on
feroit leur composition meilleure, et on leur offriroit un vaisseau
pour les porter en Portugal, où on les assureroit de leur faire
trouver un employ.

Ce sanglant arrest, qu'on estoit sur le poinct de publier contre ces
rebelles, les obligea de se tenir encore plus cachés que jamais; il y
eut pourtant quelques Broderies et quelques Poincts qui, plus hardis
que les autres, se hasardèrent de sortir les soirs en habits deguisez,
et s'estant une fois rencontrez avec mesdames les Plumes dans une
celèbre mascarade qui se fit sur la fin du carnaval, dont le dessein
estoit de representer _le Triomphe de l'Amour_[174], ils renouvelèrent
l'etroite amitié qu'ils avoient toujours eu ensemble pour s'estre
trouvé dans les mesmes occasions, ayant tous esté employés toute leur
vie pour plaire aux dames. Quelques uns d'entre eux, tombant
adroitement sur le sujet de leur disgrace, sembloient ne se plaindre
pas tant d'estre bannis pour jamais de la societé des hommes, comme de
ne pouvoir plus travailler avec les Plumes à de si glorieuses
conquestes, quoy que par une fausse humilité ils avoüassent qu'ils ne
pouvoient pas pretendre d'y avoir jamais travaillé avec autant de
succez.

[Note 174: Ce passage est curieux, en ce qu'il nous apprend à quelle
époque fut donnée pour la première fois cette pastorale en musique, à
trois parties, avec intermèdes, que nous pensions dater seulement de
1672, année où elle fut encore représentée devant le roi, à
Saint-Germain-en-Laye. Il faut l'ajouter aux deux ballets royaux
_l'Impatience_ et _les Saisons_, que M. Walckenaer pensoit avoir été
les seuls qui furent dansés en 1660 et 1661 (_Mémoires sur madame de
Sévigné_, t. II, p. 490).]

        Ainsi les Poincts, les Broderies,
        Gagnèrent, comme on fait souvent,
        Par ces adroites flatteries,
        Les Plumes, qui vont à tout vent.
        Ces ornemens des jeunes testes
  Leur promettent desjà mille et mille conquestes;
        Se voyant ainsy caresser,
        Et se joignant à ces rebelles,
  Protestent desormais de quitter leurs ruelles
        Si l'on ne les veut exaucer.

Par ces beaux discours, les Plumes s'engageoient desjà à l'etourdy
dans le party de ces miserables; et je ne doute pas que ces gens qui
font tout à la legère ne les eussent servy comme ils leur avoient
promis, si l'Amour, qui faisoit lui-mesme son personnage dans cette
celèbre mascarade, voyant que toutes ces pratiques lui pourroient
apporter de grands dommages pour le retablissement de ses affaires:
car, se voyant desjà privé du secours des Dentelles et des Passemens,
qui luy avoient rendu de si grands services, il apprehendoit
extremement de se voir encore abandonné des Plumes, qui estoient pour
lors les seules forces qui luy restoient, et dont il tiroit le plus
d'avantage, prevoyant bien que, ne pouvant s'en passer absolument, il
seroit contraint d'arracher plustost celles de ses aisles pour les
prester aux galans qu'il employoit pour son service, estant absolument
impossible qu'ils pussent reussir dans leurs entreprises sans leur
aide, et que lui-mesme, après cela, n'en ayant plus, ne pouvant plus
voler si haut, seroit obligé de camper sur terre, et de se reduire,
comme autrefois, parmy les bergers, ne pouvant paroistre à la cour ny
s'elever à de plus hautes conquestes.

Ces considerations le portèrent à rompre la partie qui s'estoit liée,
et, pour le faire de meilleure grace, il s'avisa d'offrir luy-mesme
aux Passemens d'employer le credit qu'il avoit à la cour pour leur
restablissement, les priant de se reposer sur luy du soin et de la
conduite de cette affaire; que la reconnoissance des services qu'ils
luy avoient rendus jusques icy l'obligeoit à l'entreprendre, et qu'il
ne doutoit pas d'y pouvoir reussir, pourveu qu'ils ne precipitassent
rien et qu'ils se gardassent d'irriter la cour de nouveau par leur
desobeissance.

  Lors, considerant meurement
  L'effet de son engagement,
  Et que, s'il les vouloit defendre,
  Au lieu de leur faire faux bond,
  L'utilité qu'il pouvoit prendre,
  S'engageant pour eux tout de bon,
  Le petit dieu, plein de finesse,
  Resolu de les servir mieux,
  S'adressa, d'un air plein d'adresse,
  Au plus galant des demy-dieux.

Ce n'estoit pas d'aujourd'huy qu'il avoit de secrettes pratiques
avecque luy; ils avoient toujours tant d'affaires ensemble qu'ils
sembloient ne se pouvoir passer l'un de l'autre; mais l'occasion luy
estoit d'autant plus favorable qu'il venoit tout de nouveau de le
faire ouvertement declarer de son party, en sorte qu'il avoit tout
lieu d'esperer un succez favorable à sa requeste. En effet, il ne se
trompa pas: nostre demy-dieu fut ravy de lui rendre ce petit service
pour le payer de tant d'obligation qu'il luy avoit, en sorte que par
son credit il obtint de la cour l'elargissement de quelques-uns de ces
miserables que l'on avoit pris prisonniers pour en faire l'exemple des
autres, avec l'entière liberté pour tout le reste, dont ils jouissent
maintenant en faveur de l'Amour.

  Mais après que ce dieu vient de nous faire voir
      Le credit qu'il avoit en France,
  Pensez-vous qu'il soit temps de faire résistance?
      La plus prude, comme je pense,
  Pourroit bien, sans rougir, ceder à son pouvoir;
      Et quoy qu'en vostre humeur altière,
      Vous le preniez pour un oyson,
      Vous avez beau faire la fière,
  Il saura bien un jour vous mettre à la raison.

       *       *       *       *       *


     _Ordonnance[175] pour le faict de la police et reglement du
     camp._

     _A Paris, pour Jean Canivet et Jean Dallier, libraire, demourant
     sur le pont Sainct-Michel, à l'enseigne de la Rose-Blanche.
     1568._

     _Avec privilége du Roy._

     In-8º.

     [Note 175: Elle ne se trouve pas parmi les _Ordonnances
     recueillies du code Henry, etc._, par le capitaine Saint-Chamant,
     Rouen, 1636, in-12. C'est un règlement pour l'armée catholique
     placée sous les ordres du duc d'Anjou. La date que porte cette
     ordonnance toute belliqueuse et hostile aux huguenots prouve à
     elle seule combien l'on avoit eu raison d'appeler _boiteuse_ et
     mal _assise_ la paix signée le 2 mars précédent. On n'avoit même
     pas désarmé. C'est à Lonjumeau que la paix s'étoit faite, et
     c'est d'Etampes, à quelques lieues de là, que le futur vainqueur
     de Jarnac et de Montcontour datoit l'ordonnance disciplinaire de
     son armée, prête à rentrer en campagne.]


De par Monseigneur le duc d'Anjou et de Bourbonnois, fils et frère de
roy et son lieutenant general representant sa personne par tout son
royaume, pays, terres et seigneuries de son obeissance.

Ayant esté la presente armée mise sus et levée premierement pour
l'honneur de Dieu, conservation de l'authorité de nostre mère saincte
Eglise, catholique, apostolique et romaine; et après, pour maintenir
et conserver la couronne au roy, nostre très honoré seigneur et frère,
rompre les desseinz de nos ennemiz eslevez en armes contre nouz, leur
resister et rendre aux subjects dudict seigneur le repos et
tranquillité dont par la malice du temps ils ont esté privez. Nous
avons estimé que pour conduire nostre intention à la bonne, heureuse
et saincte fin que nous desirons, il estoit très necessaire, en
premier lieu, d'avoir nostre Dieu propice, et avant toute chose nouz
reconcilier avec luy, et le servir comme bon et fidèle chrestien,
faisant preuve de ce quy est en l'interieur de nos cueurs par nos
actions exterieures, en sorte que nous puissions appaiser son yre, quy
a esté provoquée et concitée à l'encontre de ce royaume par infinyes
personnes quy se glorifient en la diversité de leurs opinions et
inventions, des quelles ils usent ordinairement pour rendre abjecte,
comtemptible, meprisée et ridicule contre l'honneur de Dieu, la
saincte religion, ancienne, catholique, apostolique et romaine, et les
effets de la justice tellement debilités et de si peu d'effects que
ilz puissent executer leurs mauvais desseingz, tenir les champs, à la
foulle et oppression du pauvre peuple, desjà tellement attenué par les
calamitez passées, qu'il est presque demeuré abattu sous le faix, sans
moyen de se pouvoir resoudre; et d'autant que nous desirons pourveoir
qu'il ne se commette semblable chose en l'armée du roy nostre dict
seigneur et frère, et que nostre intention est de faire vivre toutes
personnes, de qualité qu'ils soient, estant à la solde dudict seigneur
ou autrement, avec l'ordre, devoir et police qu'il convient et est
necessaire en l'armée d'un prince très chrestien, tant pour le regard
de ce quy est dû à l'amour, craincte et honneur de Dieu, manutention
et execution de la justice en sa splendeur et integrité, ordre et
police militaire entre les soldats pour les conduire et mener
seurement en campaigne, au combat avec l'ennemy, et les faire loger
sans desordre, que pour garder d'oppression et violence des dictz
soldatz et autres gens de guerre les subjectz du roy nostre seigneur
dict, et faire en sorte qu'ilz puissent vivre sans estre vexés,
tourmentez, battuz, ne pillez, et demeurer en seureté soubz la sevère
justice que nous entendons faire de ceux quy contreviendront aux
ordonnances cy-après desclarées, lesquelles nous voulons etre si
exactement et inviolablement observées, que par la punition des
grandes et execrables impietez et detestables vices quy se font et
commettent ordinairement, à present nous puissions faire cognoistre à
un chacun combien telles choses nous deplaisent.

Premièrement:

Il est tres expressement enjoinct et commandé à tous capitaines de
gens d'armes, de quelque qualité qu'ils soient, qu'ilz aient chacun en
leur compaignye un prestre, quy dira chaque jour la messe, à laquelle
ilz seront tenuz d'assister, ensemble les principaux chefs de ladicte
compaignie.

Que chacun des colonels des genz de pied auront pareillement un
prestre, quy dira chaque jour la messe, à laquelle les capitaines
seront tenus d'assister pour le moins les festes et dimanches, et les
autres jours quand ils pourront; et, afin que ceux quy s'y voudront
treuver puissent savoir l'heure qu'elle se dira, lesdictz capitaines
en feront advertir avec le tambourin.

Et pour garder que les vices que la licence de la guerre produict
ordinairement ne puissent prendre racine aux cueurs desditz genz de
guerre, et que par la parolle de Dieu ilz puissent estre incitez à
suivre la vertu, il est ordonné qu'il y aura, tant en la bataille que
en l'avant-garde, un prescheur homme de bien quy annoncera la parolle
de Dieu et preschera l'Evangile, où assisteront les chefs et gens de
guerre de ladicte armée, chacun selon le lieu où il leur est ordonné
de marcher[176].

[Note 176: Ici le chef catholique semble prendre à tâche d'imiter les
prescriptions pieuses des chefs huguenots. Il ordonne le prêche:
l'armée catholique va donc avoir, elle aussi, _ses écoles
buissonnières_, pareilles à celles qu'un arrêt du Parlement de 1552
avoit défendues aux Calvinistes. «Quelquefois, dit M. Michelet, ils
s'assembloient en plein champ, au nombre de huit ou dix mille
personnes; le ministre montoit sur une charrette ou sur des arbres
amoncelés; le peuple se plaçoit sous le vent, pour mieux recueillir la
parole, et ensuite tous ensemble, hommes, femmes et enfants,
entonnoient des psaumes. Ceux qui avoient des armes veilloient à
l'entour, la main sur l'épée.»]

Que par touz les lieux et endroits où ladicte armée passera, sera
prohibé et defendu que personne ne se loge ne se mette en les eglises
pour autre effect que pour prier Dieu; et que où il y seroit trouvé
chevaulx ou autres bestes, mesme des hommes logez pour autre effect,
ils soient punis selon l'ordonnance quy en a esté sur ce
particulièrement faicte[177]; et, afin que personne n'en pretende
cause d'ignorance, sera publiée tant en la bataille qu'en
l'avant-garde de ladicte armée, et en tous les lieux où elle passera,
pour estre observée exactement selon la teneur d'icelle.

[Note 177: C'est celle qui vient à la suite de celle-ci.]

Et pour faire entretenir tant le contenu ès dessus dicts que
subsequentz articles, il est enjoinct très expressement au grand
prevost de mondict seigneur de commettre et donner charge à l'un de
ses lieutenans de marcher devant ladite armée, et avec les marechaux
de camp accompagnez de dix archers, pour pourveoir et donner ordre à
ce que, par lesdictz marechaux, luy sera commandé et ordonné. Et à
iceluy grand prevost de demeurer près de mon dict seigneur à la
bataille pour l'execution du contenu en ces presentes ordonnances et
autres choses concernant son estat et charge. Et pareillement de
commander et ordonner à l'un de ses dicts lieutenants de demeurer et
marcher après le camp et armée pour empescher qu'il ne se face aucun
desordre, malversion, vollerie et larcin à la suite d'icelle. Il sera
aussy envoyé un prevost en l'avant-garde pour obvier et pourveoir à ce
quy ne se commette aucune chose au prejudice de ces dictes
ordonnances, et icelles faire entièrement observer selon leur forme et
teneur. Et seront tenuz tous les prevosts dessus dictz et autres
estans au camp, à la suite de ladicte armée, d'obeyr à ce que par les
marechaux de camp leur sera commandé et ordonné, sans y faire aucune
faute.

Que toutes personnes vagabonds et sans aveu ayent à se retirer hors du
camp et armée, sans y plus retourner, dedans douze heures après la
publication de ces presentes, sur peine de la hart et confiscation de
leurs chevaulx, armes et autres biens[178]; ensemble ceux quy se
seront absentez de ladicte armée pour eluder ces dictes ordonnances,
et quelque temps après seroient retournez en icelle.

[Note 178: S'il eût fallu renvoyer de l'armée tous les vagabonds, on
l'eût sans doute singulièrement décimée, car on n'étoit pas loin du
temps où elle ne se recrutoit de fantassins que parmi les garnements
dont Brantôme nous a laissé ce portrait: «C'estoient, pour la plupart,
des hommes de sac et de corde, meschants garniments eschappés à la
justice, et surtout force marqués de la fleur de lys sur l'épaule,
essorillés, et qui cachoient les oreilles, à vrai dire, par de longs
cheveux herissés, barbes horribles, tant pour ceste raison que pour se
monstrer plus effroyables à leurs ennemys.» (Brantôme, édit. du
_Panthéon littéraire_, t. 1, p. 580.)--Un peu auparavant, il nous
avoit montré l'armée de Louis XII, aussi bien que celle de François
Ier, «composée de marauts, belistres, mal armés, mal complexionnés,
faict-néants, pilleurs, mangeurs de peuple.» (_Ibid._, 578-579.)]

Au nombre desquelz vagabonz et sans aveu nous voulons estre censez,
jugez et reputez toutes personnes, de quelque qualité ou condition
qu'elles soyent, n'estant enroléez soubz quelque enseigne ou cornette
pour faire le serment quy leur sera commandé; excepté toutesfois les
serviteurs, domestiques estans advouëz par les princes, gentilzhommes
et autres gens notables et grands personnages estant à la suitte de
ladicte armée.

Et pour ce, il est enjoinct à toutes personnes, de quelque qualité
qu'ils soient, tant genz de cheval que de pied, de se ranger et faire
enrooler soubs la cornette de mon dict seigneur ou soubs quelque
cornette ou enseigne, pour faire le serment ainsy qu'il sera ordonné,
et ce, dedans huict jours après qu'ils seront arrivez en ladicte
armée: autrement, et à faute d'obeyr en ledict temps, seront leurs
chevaux et armes dès à present comme pour lors, et dès lors comme dès
à present, desclarez adjugez et acquis à celuy ou ceux quy les auront
defferez à mon dict seigneur ou aux marechaux de camp.

Et d'autant qu'il se commect infinité d'abuz et volleries par les
vallets quy vont fourrager dans les maisons des habitans des villages
estans ès environs de ladicte armée sans aucune conduicte, il est très
expressement defendu à tous capitaines, tant de gens de pied qu'à
cheval, ou maistres estanz à l'armée, de n'envoyer, ne permettre
d'aller aucunz de leurs valetz fourrager sans leur commandement, et
qu'ils ne soient envoyez pour la conduicte ou escorte desdicts valletz
quelques-uns des hommes d'armes de la compaignie à la discretion du
capitaine, et où ils s'en trouveroient aucuns quy allassent fourrager
en autre façon, ils seront punis corporellement et leurs chevaulx
confisquez.

Quelconque soldat ou autre quy se trouvra saisy d'aucun bestial,
vivres ou autres meubles prins ès lieux par où ilz passeront et auront
passé, sans payer et outre le gré de leurs hostes ou autres, soient
puniz par mort[179], sans autre genre ny forme de procez[180].

[Note 179: L'ordonnance de 1586, art. 3, renouvela cette prescription
sévère.]

[Note 180: Ordinairement, le connétable seul avoit le droit de faire
pendre sans procès. (Brantôme, _Vie d'Anne de Montmorency_.) Quand il
falloit que les prévôts en vinssent à ces extrêmes rigueurs, ils
devoient se faire assister de dix notables avocats du plus prochain
siége. Alors la condamnation à mort pouvoit être sans appel. (Jean des
Caurres, _Oeuvres_, liv. v, chap. 6.)]

Pareillement est defendu très expressement à toutes personnes, de
quelque qualité qu'ils soyent, de piller et de trousser les vivres et
autres choses que l'on apportera de divers et plusieurs endroictz au
camp, à l'armée, pour le bien et commodité d'icelle, sur peine de la
vie à ceux quy y contreviendront.

Que les gens d'armes ayant receu leurs soldes seront tenuz de payer ce
qu'ils prendront, selon un moderé taux quy en sera faict par le grand
prevost estant à nostre suite, fors et excepté le fourrage, dont ils
ne devront aucune chose, voulantz que les chefs d'iceux y prennent
garde, sur peine de s'en prendre à eux.

Et pour contenir les dictz gens de guerre en leur devoir, et avoir
plus prompte information du mal quy se commettra par eux, les prevost
estanz en la dicte armée se pourmeneront par les regimentz hors du
camp logez, et feront promptement punir ceux qu'ilz trouveront
contrevenanz aux presentes ordonnances; et n'y pouvanz aller en
personne, seront tenuz d'y envoyer leurs lieutenantz pour les faire
observer et entretenir le plus exactement qu'il leur sera possible,
faisanz briève et prompte justice de ceux quy seront trouvez en
flagrant delict.

Item est ordonné que à l'entour du camp et regimentz des genz de pied
françois il y aura tousjours quelque capitaine ou chefs des dictz gens
de guerre quy se pourmenera par rangs, et pouvoira aux desordres quy
pourroient survenir aux soldatz.

Et s'il advenoit quelque tumulte en faisant justice, et qu'il y eust
quelque chef quy empeschast l'execution d'icelle, il en sera puny par
mort, sans aucune grace ou remission.

Et est enjoinct expressement à tous capitaines et soldatz estanz en
corps de garde pretz et joignant le dict lieu où se fera l'execution
de la dicte justice de tenir la main forte, tant à l'execution de
icelle que à faire la punition des ditz chefs ou autres quy la
voudroient empescher, lesquelz, au cas se monstrassent lentz et
negligentz à s'employer à la maintenir et faire executer, seront puniz
exemplairement, privez de leurs armes et constituez prisonnierz par
l'espace de trois jours au pain et à l'eau. Et le caporal et chef de
la dicte garde si grievement puny qu'il appartiendra.

Et où il adviendroit quelque querelle ou debat devant le corps de
garde, près ou joignant iceluy, il est enjoinct très expressement aux
chefs ayanz charge de ladicte garde d'y aller promptement pour y
veoir, la faire cesser, et apprehender les autheurs d'icelle, pour
après en estre cogneu la cause et intention et sur le tout estre
pourveu comme il apartiendra. Et où lesdictz soldats ne feroient leur
devoir d'y aller promptement, il en sera faict telle et si briefve
punission que leur malice ou negligence meritera.

Que quelque personne, de quelque qualité et condition qu'ils soient,
estanz audict camp et armée, ne soient si hardiz de mestre la main à
l'espée contre aucun chef ne autres, sus peine de la vie; encore que
ledict chef luy eust faict tort, auquel cas se retireront lesdicts
soldats et gens de guerre par devers mon dict seigneur, qui en
ordonnera ainsi qu'il appartiendra par raison.

Et d'autant qu'il pourroit advenir que en ladicte armée il se trouvast
plusieurs gentilshommes et autres ayantz par cy devant et de longue
main querelles particulières par le moyen desquelles il seroit aisé à
renouveler et apporter en icelle quelque tumulte ou emotion, leur est
expressement defendu et inhibé de se quereller ne se demander aucune
chose les uns aux autres, tant et si longtemps que ladicte armée
demourera ensemble, sur peine de la mort, sans esperance d'obtenir
aucune grace.

Est aussy ordonné que, si aucun homme d'armes ou archer abandonne son
enseigne pour prendre son logis et s'accommoder avant les autres,
celuy quy n'aura bougé de son enseigne le pourra desloger, laissant à
la discrétion du capitaine de faire telle punition du deserteur
d'enseigne qu'il jugera estre convenable[181].

[Note 181: Sous Henri II, la _désertion_, même simple, étoit
considérée comme crime de lèse-majesté, et punie du dernier supplice.
(La Chesnaye, _Dict. milit._, au mot _Déserteur_.)]

Et afin qu'il ne se commette aucun desordre par les capitaines et
autres gens de guerre de ladicte armée, changeant les logiz quy leur
ont esté baillez par les marechaulx de camp, et qu'il ne soit malaisé
auxdits marechaux de camp de les faire marcher ou advertir de ce
qu'ils auront à faire advenant une prompte occasion, il est très
expressement deffendu à tous capitaines et gens de guerre de ne se
departir ne desloger ès lieux et endroictz quy leur auront esté
assignez par lesdictz marechaux, sur peine d'estre cassez; et sur la
même peine est très expressement enjoinct et ordonné auxditz
capitaines et gens de guerre d'obeyr et executer promptement à tout ce
que par lesditz marechaux de camp leur sera commandé et ordonné.

Et afin que les compaignies d'hommes d'armes sçachent et soyent
adverties des lieux où elles auront à loger[182], il est ordonné
qu'il y aura cinq ou six archers desdictes compaignes avec les
mareschaux des logis pour y estre par eux envoyez au devant desdictes
compaignies et leur enseigner les logis[183].

[Note 182: Louis XII vouloit qu'on ne logeât les troupes que dans les
villes closes (_ordonn._ du 15 janvier 1514, art. 3); mais ce
règlement ne pouvoit être exécutoire en campagne. D'autres ordonnances
militaires, telles que celle du 15 février 1566 et celle du 1er
juillet 1575, permirent donc, non seulement de loger dans les
villages, mais même décrétèrent la peine de mort contre tout fourrier
qui accepteroit de l'argent des habitants d'un bourg pour les exempter
du logement de sa compagnie.]

[Note 183: Les logements pris, le fourrier devoit, sous peine du
fouet, inscrire sur la porte les noms des soldats logés. (_Règl.
milit._ de Villers-Cotterets, 29 décembre 1570.)]

Et où en ladicte armée il y auroit aucuns hommes d'armes, archers ou
autres personnes estanz à la solde du roy nostre dict seigneur et
frère ou à la suitte de son camp quy eussent deslogé ou entreprins de
desloger les chevaulx d'artillerie ou ceux quy sont ordonnez pour la
conduicte des vivres. Nous voulons qu'iceux soient grievement et
exemplairement puniz, selon et ainsy que le cas et excès par eux
commis le meriteront.

Voulons et ordonnons en oultre que ceux quy auront charge des dictz
chevaulx d'artillerie et vivres, ayant mandement des dicts mareschaux
de camp pour loger en quelque lieu et endroict que ce soit, seront
incontinent logez, nonobstant qu'il y en eust d'autres desjà de logez,
auxquelz il est enjoinct et tres expressement ordonné qu'ils ayent à
en desloger promptement et sans aucune excuse, sur peine d'estre puniz
ainsy qu'il appartiendra.

Est deffendu très expressement, sur peine de la vie, à tous hommes
d'armes, archers ou soldats, que en marchant par les champs en
bataille ou autrement ils n'ayent à s'en departir, et d'abandonner
leurs enseignes sans congé de leurs capitaines.

Que toutes fois et quand les marechaux marcheront pour faire
l'assiette du camp, il sera ordonné à tour de roole, par les colonelz
des bandes tant françoises qu'estrangères, un capitaine pour garder
que les soldats ne se desbandent, lesquelz, faisant autrement,
encoureront le chastiment des dictz capitaines, suivant ce quy en sera
ordonné par les dicts marechaux de camp, afin que, quand la punition
aura esté faicte, serve d'exemple à tous les autres. Et pour empescher
et pourveoir que les dictz soldatz n'aillent vaganz et prennent
occasion de se desbander, les dicts capitaines donneront ordre que les
regimentz et compaignies soient advertiz de leurs logis, et les y
feront adresser avec leur suitte et bagage.

Et d'autant qu'il advient souvent confusion et desordre pour estre les
dictz soldatz meslez parmy le bagage, et que advenant une soudaine
occasion ils ne se peuvent ranger et s'assembler promptement avec
leurs compaignies, il est enjoinct très expressement à tous colonelz
de gens de pied quy n'ayent à souffrir que aucuns de leurs soldatz
demeurent avec le dict bagage; et que à ceste fin ils y en commettent
quelques uns pour les conduire, et où il en seroit trouvé d'autres que
ceux que les dictz capitaines y auront mis après la publication de
l'ordonnance, ils seront pendus et estranglez sans aucune forme de
procez, pour donner exemple aux autres.

Que les armes et chevaulx des hommes d'armes et archez quy seront
portez et conduictz par leurs valletz devant ou après leur bagage
seront confisquez, et les ditz hommes d'armes cassez de leur dicte
compaignie.

Que aucuns des valletz des dictz hommes d'armes et archers ne autres
n'aillent devant ceux quy seront ordonnez pour accompaigner les
mareschaux des logiz, et que ceux quy les accompagneront tiennent la
main que les dictz logis ne soient fourragez, sur peine de s'en
prendre aux dictz marechaux des logis.

Il est pareillement ordonné que les compaignies de chacun regiment de
cavallerie marcheront tous ensemble et avec l'ordre qu'elles devront
garder en combattant, afin que chacun soit accoustumé à tenir son rang
et faire ce qui appartiendra.

Que chacun jour les gens de pied estanz en la dicte armée s'exercent
et mettent en ordre en bataillon, afin qu'un chacun d'eux sçache le
lieu et la place qu'il doit tenir, et qu'il n'y ait aucun desordre,
soit en marchant en bataille, soit en combattant ou arrivant ès logis.

Que le bagage de chacun regiment aille ensemble sans deranger
aucunement, et que les chefs et dictz capitaines d'iceux regimentz y
pourvoient tellement qu'il n'en advienne aucun desordre, sur peine de
s'en prendre à eux.

Que aucunz capitaines des ordonnances ne pourront donner congé à
aucuns des hommes d'armes ou archers de leurs compaignies sans le
demander à Monseigneur, et où ils partiroient sans avoir permission,
seront prinz et puniz; sera escrit aux baillifs et senechaux où seront
assiz leurs biens de les faire saisir et les mettre en la main du roy.

Et pour ce que les sauvegardes que le roy nostre dict seigneur et
frère et nous avons cy-devant données sont tenuz en mespris et
contemnement, sans y avoir aucun esgart.

Nous enjoignons tres expressement aux genz de guerre estanz à nostre
service qu'ils ayent à respecter les dictes sauvegardes venues et
emanées de nous, sur peine d'estre grievement puniz.

Faict à Estampes, le septiesme jour d'octobre mil cinq cens ssoixante
huict.

                                                   Ainsy signé: HENRY.

                                                Et au dessoubz: FIZES.

       *       *       *       *       *

     _Autre ordonnance deffendant à toutes personnes de profaner les
     eglises, chapelles, oratoires et autres lieux sainctz, tant des
     villes, villages, bourgades, que autres lieux où passera l'armée,
     sur peine de la hart._


Pour ce que c'est le debvoir de tous bons et fidelles chrestiens
catholiques de ne faire aucune chose contre l'honneur de Dieu, ne au
mespris et contemnement de nostre mère saincte Eglise et des sainctz
lieux destinez pour luy rendre des louanges, faire prières et
oraisons, consacrer et offrir le precieux corps de Jesus-Christ pour
le sallut d'un chacun; et qu'il appartient au roy très chrestien,
nostre très honoré seigneur et frère, et à nous, de faire
inviolablement observer tout ce quy touche et concerne l'authorité,
commandement et ordonnance d'icelle, en tout temps et saison, et
nommement de tenir la main en la presente guerre, commencée à
l'encontre des rebelles quy ont reprins les armes contre ledict sieur
roy, et empescher que, par la licence que chacun se veult arroger et
attribuer durant icelle guerre, que lesdictz lieux ne soient profanez,
et faire cognoistre noz actions estre du tout contraires et ne
participer aucunement avec celles de nos dictz ennemiz, quy
s'efforcent de les ruyner et en abolir la mesmoire;

A ceste cause,

Il est enjoinct et defendu très expressement à touz soldatz,
pourvoyeurs, boucherz, vivandierz, pionnierz, marchandz et toutes
autres personnes, de quelque qualité et condition qu'ils soyent,
estanz de ladicte armée ou à la suite d'icelle, de ne loger personnes,
chevaux, bestes ne autres, vendre ne debiter aucunes choses ne
marchandises, dans lesdictes eglises, chapelles ou oratoires des
villes, villages ou bourgades par où passera ladicte armée, ne icelles
profaner en aucunes façons, quy que ce soit, sur peine de la hart,
sans autre forme de procez, à ceux quy seront trouvez sur-le-champ y
contrevenir; et à ceux quy seront accusez d'y avoir contrevenu, sur
mesme peine, après toutefois qu'ils en seront convaincus.

Faict à Estampes, le 7 octobre 1568.

                                                                HENRY.

                                                           FIZES[184].

[Note 184: On s'étonnera de ce que, dans cette ordonnance pour la
sauvegarde des églises, chapelles et oratoires, il n'est rien dit
contre le vol et la vente des ornements et vases sacrés. Le duc
d'Anjou auroit peut-être craint, en se montrant sévère sous ce
rapport, de donner un démenti indirect aux ordres que, dès le
commencement de la guerre, le roi son frère avoit envoyés à certains
gouverneurs de province, pour qu'ils eussent à s'entendre avec les
évêques et autres gens d'église sur l'argent à tirer de ces saintes
richesses. Mon ami M. Anatole de Montaiglon veut bien me communiquer à
ce sujet une lettre adressée en 1562 par Charles IX à M. de Matignon,
et dont il a pris copie d'après l'original conservé à Rouen, dans la
collection Leber. (V. Catal., nº 5735.)

     «Monsieur de Matignon, ce m'a été un grand desplaisir d'entendre
     que les choses de la Basse-Normandie commencent à se brouiller si
     fort que je l'ay veu par vostre lettre du IXe de ce moys, et
     entendu encore plus particulièrement par ce que le porteur m'en a
     dict de vostre part, ne faisant point de doubte que le feu qui va
     ainsi saultant de lieu en lieu et de ville en ville ne procède de
     plus loin, et que ce ne soyt à la suscitation ou par un complot
     faict et accordé avec ceux qui ont commencé les premiers. Et pour
     ce que je considère bien qu'il ne vous est pas possible de
     pourveoir ne pareillement de contenir longtemps les villes de ces
     pays-là en mon obéissance sans quelque force, je ne sçauroys que
     bien fort louer l'ouverture que vous me faictes d'en faire
     fournir la despense sans que je mecte la main à ma bourse,
     laquelle, comme vous sçavés, n'est que trop chargée d'ailleurs,
     estant bien d'advis, quant à laditte force, que vous la faictes
     d'une cornette de cent harquebuziers à cheval, si mieulx vous
     n'aymez cc. harquebuziers à pied, dont je vous remet le choix et
     l'election. Mais il faut que, au même temps que vous les ferez
     lever, vous accordez avec les evesques du pays et aultres gens
     d'eglise du paiement de leur solde, pour lequel effect je ne
     trouveray poinct mauvais qu'ils s'aydent de l'argenterie des
     châsses et reliques qu'ils ont en leurs eglises, actendu qu'il va
     en cela de la conservation d'eulx et de leurs biens, aussy bien
     que de celle de mon autorité et obeissance, et qu'ils sont touz
     les jours en dangiers, parmy tous ces troubles, que aultres s'en
     saisissent, pour convertir contre eulx-mêmes ce qu'ils peuvent
     aujourd'huy employer à leur entière seureté. Il est vray qu'il
     sera bien necessaire d'adviser quel ordre et police ils auront à
     tenir en cela pour garder qu'il n'y ait personne qui en abuse et
     qui en convertisse chose, quelle qu'elle soyt, à aultre usaige
     que au paiement des d. forces, suivant ce que vous en ordonnerez
     par chacun moys. Vous en confererez et accorderez avec eulx, et
     me ferez service de me tenir ordinairement adverty du progrez que
     prendront les choses de la dicte Basse-Normandie, et de la
     provision que vous y sçaurez bien donner, selon la necessité du
     temps, pour y maintenir mon obeyssance et les pays en repos et
     trancquilité. Priant Dieu, mons. de Matignon, qu'il vous ayt en
     sa garde.--Escript à Monceaux, le XVIIe jour de may 1562.

                                                              CHARLES.

                                                              BOURDIN.]

       *       *       *       *       *


     _Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché, au bout
     du Pont-Neuf._

     _A Paris, chez Maurice Rebuffe le jeune, imprimeur-libraire, rue
     Dauphine, au Grand Jurisconsulte. 1704._

     _Avec permission_[185].

     In-8º.

     [Note 185: Ce livret a été publié plusieurs fois, et n'en est pas
     pour cela moins rare: c'est ce qui nous engage à le donner ici.
     M. Ch. Magnin pense que la première édition, devenue tout à fait
     introuvable, dut suivre de près la mort de Cyrano de Bergerac,
     arrivée en 1655. (_Hist. des marionnettes_. Paris, 1852, in-8º,
     p. 136.) En 1704, il en parut une autre, celle-là même dont nous
     suivons le texte, d'après l'exemplaire qui a appartenu à Ch.
     Nodier, et que M. Le Roux de Lincy, son possesseur actuel, a bien
     voulu nous communiquer. M. Ch. Magnin parle d'une troisième
     édition, donnée en 1707, et d'une autre parue de nos jours, aussi
     d'après celle de 1704.]

       *       *       *       *       *

_Epitre à Cirano de Bergerac._

      Sur tout animal qui respire,
  Le ris est propre à l'homme; il n'appartient qu'à luy:
      Donc on ne peut luy deffendre de rire,
      Et moins encor de faire rire autruy.
      Un auteur est maître aujourd'huy
      De nous parler en Heraclite;
  Moi, qui ne connois point la tristesse et l'ennuy,
  Je pretens m'eriger en petit Democrite.
      Pour mon seul divertissement,
      Et sans craindre aucune censure,
  Je veux, cher Bergerac, conter fidellement
      Ta facetieuse avanture;
      Mais, pour le faire plaisamment,
      Infuse-moy dans ce moment
  Quatre onces d'esprit vif, cinq dragmes de manie,
      Dix grains de folatre genie,
      Et tu vas voir, feu Bergerac,
      Que mon affaire est dans le sac.
  Ma foy, je sens dejà que ton esprit m'inspire,
      Je sens qu'il me force de dire
  Ce que de ton vivant tu souhaitois ecrire.
      Sans ta mort, dont je suis faché,
      Tu nous aurois peint Brioché,
      Son singe, ses marionnettes,
  Et chanté là-dessus cent plaisantes sornettes;
  Mais, puisque ton esprit s'est infusé chez moy,
  L'ouvrage que je donne est moins à moy qu'à toy.

       *       *       *       *       *

_Combat de Cirano de Bergerac avec le singe de Brioché, au bout du
Pont-Neuf._

Un jour Phebus, plus guay qu'à l'ordinaire, avoit quitté de grand
matin le lit de Thetis, sa belle hôtesse, pour dorer la terre de ses
rayons; il s'etoit même donné les airs de montrer sa tresse blonde
pendant douze heures, lorsqu'un auteur, qui se vantoit de tirer son
origine des Mages, representa une tragi-comedie au bout du pont[186]
où le cheval de bronze accompagne de loin la Samaritaine. Ce fut là
que ce brave champion extermina le presqu'homme des marionnettes.

[Note 186: Jean Brioché ou Briocci, ainsi que l'appelle M. Magnin
(_Id._, p. 135), qui voit en lui un compatriote de Mazarin, avoit son
théâtre de marionnettes à l'extrémité nord de la rue Guénégaud, en
face d'une petite tour en encorbellement sur la Seine, qu'on appeloit
le _Château-Gaillard_ (V., à ce mot, le _Paris ridicule_ de Cl. Le
Petit), et dont le dernier reste, le cul-de-lampe de la tour même, n'a
disparu que dans ces derniers temps, avec l'escalier de l'abreuvoir,
auquel il attenoit. Boileau a parlé de

  ..... cette place où Brioché préside

au vers 104 de sa 7e épître, parue en 1677. Alors ce n'étoit plus Jean
qui faisoit jouer les marionnettes, mais son fils, François ou
_Fanchon_ Brioché, comme Brossette l'appelle, d'après le nom que lui
donnoit le peuple.]

Tout ce beau preambule signifie qu'en un charmant jour d'esté, sur les
quatre heures du soir, Cirano de Bergerac tua le singe de Brioché au
bout du Pont-Neuf.

Que ne parlois-tu d'abord naturellement? dira quelqu'un.

Doucement, Monsieur le critique. Souviens-toy que j'entre dans
l'esprit de celuy dont je decris l'avanture, et que la metaphore,
l'allegorie, l'hyperbole et le reste, sont gens dont je ne me puis
passer aujourd'huy.

J'ay dit que Bergerac se vantoit de tirer son origine des Mages:
lecteur, peut-être seras-tu bien aise de sçavoir l'ethimologie comique
du terme Cirano.

Bergerac soutenoit, en plaisantant, que mage et roy etoient jadis
_unum et idem_, qu'on appelloit un roy cir, en françois sire, et,
comme ce mage, ce roy, ce cir, pour faire ses enchantemens, se campoit
au milieu d'un cercle, c'est-à-dire d'un O, on le nommoit Cir An O.

Charbonnons maintenant le portrait de mon heros, j'entens le portrait
de sa corporance; il n'est question que de celui-cy, et il fait
beaucoup à la chose. Bergerac n'etoit ni de la nature des Lapons, ny
de celle des geans. Sa tête paroissoit presque veuve de cheveux; on
les eût comptez de dix pas. Ses yeux se perdoient sous ses sourcils;
son nez, large par sa tige et recourbé, representoit celuy de ces
babillards jaunes et verds qu'on apporte de l'Amerique. Ses jambes,
broüillées avec sa chair, figuroient des fuseaux. Son esophage
pagotoit un peu. Son estomach etoit une copie de la bedaine esopique.
Il n'est pas vrai que notre auteur fût malpropre; mais il est vrai que
ses souliers aimoient fort madame la boue: ils ne se quittoient
presque point.

Après avoir portraituré Bergerac, venons à Brioché. Quand je serois
peintre en fresque, en huile, en detrempe, on ne verrait point icy sa
peinture. Eh! pourquoy? Parce qu'elle ne sert pas à mon sujet.

Encore une digression, Monsieur le lecteur, et puis plus. On connoîtra
par là que Brioché fut original pour les marionnettes, puisque
certains, en certains païs, les croyoient personnes vivantes. Il se
mit un jour en tête de se promener au loin avec son petit Esope de
bois remuant, tournant, virant, dansant, riant, parlant, petant. Cet
heteroclite marmouset, disons mieux, ce drolifique bossu, s'appelloit
Polichinelle; son camarade se nommoit Voisin[187], et manioit un
violon comme Pierrot le Fort.

[Note 187: «N'étoit-ce pas plutôt le voisin, le compère de
Polichinelle?» dit M. Ch. Magnin, qui cite ce passage. (_Id._, p.
140.)]

Après que Brioché se fut presenté en divers bourgs, bourgades, villes,
villages, escorté de Polichinelle et de sa bande, il pietonna en
Suisse dans un canton dont Rochefort n'a point de reminiscence, ni moy
non plus. Qu'importe? c'etoit un quartier où l'on connoissoit les
Marions, et point les marionnettes. Polichinelle ayant montré son
minois aussi bien que sa sequelle, en presence d'un peuple
brule-sorcier, on denonça Brioché aux magistrats. Des temoins
attestoient avoir oüy jargonner, parlementer et deviser de petites
figures qui ne pouvoient être que des diables: on decrette contre le
maître de cette troupe de bois animée par des ressorts. Sans la
rhetorique d'un homme d'esprit qui prêcha les accusateurs, on auroit
condamné le sieur Brioché à la grillade dans la Grève de ce païs-là,
s'il y en a une, s'entend. On se contenta de depoüiller les
marionnettes qui montroient leur nudité[188].

[Note 188: Cette aventure de Brioché en Suisse est ainsi racontée dans
les _Nouveaux mémoires d'histoire, de critique et de littérature_, par
M. l'abbé d'Artigny, t. 5, p. 123-124. «L'ignorance a toujours été la
mère de l'admiration et la source des préjugés les plus faux et les
plus dangereux. Combien de fois n'a-t-elle pas attribué à la magie
diabolique les effets de l'adresse et de l'industrie des philosophes,
des mathématiciens, des artistes, les tours des charlatans, des
joueurs de gobelets et de gibecière? On sait l'aventure de Brioché:
Après avoir long-temps amusé Paris et la province avec ses
marionnettes, il passe en Suisse, et ouvre son théâtre à Soleure. La
figure de Polichinelle, son attitude, ses gestes, ses discours,
surprennent, épouvantent les spectateurs. On tient conseil, et, après
une longue et mûre délibération, on conclut tout d'une voix que
Brioché est à la tête d'une troupe de diablotins. En conséquence, il
est dénoncé au magistrat, qui le fait emprisonner. On travaille à son
procès. M. Du Mont, capitaine aux gardes suisses, arrive à Soleure
pour y faire recrue. La curiosité le prend, comme beaucoup d'autres,
de voir le prétendu magicien. Il reconnoît Brioché, qui étoit dans des
transes mortelles; il le console, et lui promet de travailler à son
élargissement. M. Du Mont va trouver le magistrat; il lui explique le
mécanisme des marionnettes, et l'engage à mettre Brioché hors de
prison. Si le joueur de flûte de M. Vaucanson avoit alors paru à
Soleure, auroit-on douté qu'il n'y eût quelque diable caché dans cet
automate?»]

Brioché servit de plastron à d'etranges bourasques pendant le cours de
sa vie turlupine; mais la mort de son singe le saisit et l'affligea
si cruellement que peu s'en fallut qu'il n'allât luy tenir compagnie
au delà du bateau caronique.

Voilà ma digression finie. Entrons maintenant dans l'arène et voyons
le combat en question. Notre auteur, galopant de son pied sur le
Pont-Neuf, s'arrêta court devant le logis de Brioché. Une troupe de
gens du regiment de l'arc-en-ciel[189], attendant que les petites
machines briochiques fûssent prêtes à donner le divertissement à
l'honorable compagnie, agaçoient le singe deffunt. Ce singe étoit gros
ainsi qu'un paté d'Amiens, grand comme un petit homme, bouffon en
diable; Brioché l'avoit coëffé d'un vieux vigogne, dont un plumet
cachoit les trous, les fissures, la gomme et la colle; il lui avoit
ceint le col d'une fraise à la Scaramouche; il lui faisoit porter un
pourpoint à six basques mouvantes garni de passemens et d'eguillettes,
vêtement qui sentoit le laquéisme[190]; il lui avoit concedé un
baudrier où pendoit une lame sans pointe. _Nota_ que le maître avoit
accoûtumé son disciple à se mettre en garde et à pousser quelques
bottes. Cette remarque est nécessaire[191].

[Note 189: C'est-à-dire la foule des laquais à livrées de toutes
couleurs qui formoient le public le plus assidu des chanteurs du
Pont-Neuf (V. Tallemant, in-12, t. 10, p. 188) et des joueurs de
marionnettes (V. Furetière, _Roman bourgeois_, p. 117 de notre
édition, Paris, Jannet, 1854, in-12). Cette diversité, ce bariolage
des livrées, étoient si remarquables, que le P. Labbe voulut y trouver
l'origine du mot _valet_. Il venoit, selon lui, de _varius_,
_variolus_, «comme qui diroit _variolet!_» Mais notre étymologiste n'a
pas fait attention que le mot _valet_ est bien plus ancien que la mode
des livrées de diverses couleurs. Jusqu'au milieu du XVIIe siècle, les
laquais portoient cet habit de nuance uniforme et peu voyante qui les
avoit fait appeler _grisons_. C'est seulement en 1654, après une des
échauffourées dont ils étoient souvent cause, et dans laquelle une
bande d'entre eux tua M. de Tilladet, capitaine aux gardes, qu'il
parut une déclaration royale ordonnant «qu'ils seroient dorénavant
habillez de couleur diverse, et non de gris, afin qu'il fût possible
de les reconnoître.» (_Lettre_ de Gui Patin, du 26 janvier 1654.)]

[Note 190: Néologisme qui ne fit pas fortune, et qu'on ne retrouve
qu'à la page 342 du _Qu'en dirait-on?_ pamphlet de la Beaumelle.]

[Note 191: Le singe de Brioché, qui n'a jamais été si complètement
_pourtraict au vif_, s'appeloit Fagotin. Molière le montre
accompagnant les marionnettes dans leurs représentations nomades
(_Tartuffe_, act. II, sc. 4). La Fontaine rappelle ses bons tours dans
sa fable _la Cour du Lion_ (liv. VII, fable 7), et Furetière lui a
fait jouer un rôle important dans sa jolie nouvelle allégorique
_l'Amour esgaré_. (V. _Roman bourgeois_, notre édition, p. 176, etc.)]

A l'aspect de la figure de Bergerac, la troupe à couleurs eclata de
rire sardoniquement; un de la bande fit faire le moulinet au feutre de
l'auteur; un autre gaillard, en luy appuyant une chiquenaude au beau
milieu de la face, s'ecria: Est-ce là votre nez de tous les jours?
Quel diable de nez! Prenez la peine de reculer, il m'empêche de voir.
Notre nasaudé, plus brave que Dom Quixote de la Manche, mit flamberge
au vent contre vingt ou trente agresseurs à brettes: les laquais alors
portoient des epées[192]. Il les poussa si vivement qu'il les chassa
tous devant luy comme le mâtin d'un berger fait un troupeau. Belle
comparaison! laissez-la passer.

[Note 192: Ce détail prouve que la scène eut lieu plus d'un an avant
la mort de Cyrano, puisque la défense faite aux laquais de porter
l'épée se trouve aussi dans la déclaration royale de 1654, rendue à
propos du meurtre de M. Tilladet, et que nous avons citée tout à
l'heure. Ce règlement contre les laquais décidoit, dit Gui-Patin
(_loc. cit._), «que, pour empêcher de tels abus, ils ne porteroient
plus d'épée, ni aucune arme à feu, sur peine de la vie.... Cette
déclaration, ajoute-t-il, a été envoyée au parlement pour être
vérifiée et publiée. Cela a été fait. Elle est affichée par tous les
carrefours et publiée par la ville; mais je ne sais combien de temps
elle sera observée.» Elle le fut fidèlement, et la tranquillité
publique s'en trouva bien. Les laquais firent toujours du désordre,
mais n'allèrent plus jusqu'à l'assassinat. On lit dans les _Annales de
la cour et de Paris, pour les années_ 1697 _et_ 1698, in-8, t. 2, p.
106, à propos d'une esclandre de laquais dans les Tuileries: «Ces
malheureux donnent de temps en temps quelque scène au public; et
c'étoit encore bien pis quand ils portoient des épées: il n'y en avoit
point qui ne fît tous les jours quelque insolence; et l'on eut grande
raison quand on leur en interdit le port.»]

Le singe, farci d'une ardeur guenonique, lorgnant nôtre guerrier le
fer en main, se presenta pour luy alonger une botte de quarte.
Bergerac, dans l'agitation où il se trouvoit, crût que le singe etoit
un laquais et l'embrocha tout vif. O! quelle desolation pour Brioché!

Animal sans pareil, s'écria-t-il, larmoyant comme un veau, t'avois-je
doüé de tant de gentillesses pour te faire transpercer la bedaine?
Digne amusement de la canaille, introducteur du divertissement
marionnettique, cher Fagotin de mes lucratives folies, utile et
facetieux gagne-pain, bête moins bête que tel homme, singe des plus
singes, où me reduis-tu!

Après ces pitoyables et lamentables paroles, il se cola quelque temps
sur le mort; ensuite son camarade Violon, l'angoisse au coeur,
s'empara du corps du deffunt; ayant detaillé maintes remontrances à
son maître, il luy persuada, _primò_, de rendre six blancs à ceux qui
etoient entrez pour visiter les marionnettes; _secondò_, et _ultimò_,
de noyer sa douleur dans le vin. Brioché suivit ce conseil salutaire;
ils prennent tous deux le chemin du cabaret gargotique, on y sable des
rasades, la couleur enlumine la face, les esprits volatils de la
liqueur petillante s'insinuënt dans la glande pineale: alors que de
pleurs vineux sur la privation d'un trepassé! que de clameurs
bachiques contre l'assassin! Minuit se fit entendre, l'hôte reçut de
la pecune, on deguerpit. Brioché ne put reconnoître sa maison, tant il
étoit troublé; il eut même un si grand mal de coeur, qu'il vomit de
foiblesse dans un egout où il se trouva enfangé. Son camarade étoit si
peu hardy, qu'au lieu d'avancer pour debourber son maître du cloaque,
il reculoit en arrière et battoit la terre de son corps. Ils restèrent
trois heures à serpenter les rües, enveloppez dans les voiles
tenebreux de l'ennemie du jour. La corne argentée de Diane vint à
briller sur l'horison: à la lueur de ce flambeau nocturne, ils
regagnèrent leur gîte bien harassez; là, ils firent mille caresses à
leur duvet; Morphée leur ferma les paupières: laissons nos gens entre
ses bras; à tantôt choses nouvelles.

Cinq ou six heures après, Brioché ouvre ses visières mal nettes, il
rumine à sa perte. Quittons le grabat, dit-il, et intentons un procès
criminel. Ce qui fut dit, fut exécuté: il se lève et met la main à
l'oeuvre; il ne pretendoit pas moins que cinquante pistoles de
dommages et interêts.

Bergerac se deffendit en Bergerac, c'est-à-dire avec des ecrits
facetieux et des paroles grotesques: il dit au juge qu'il payerait
Brioché en poëte, ou en monnoye de singe; que les espèces étoient un
meuble que Phébus ne connoissoit point; il jura qu'il apotheoseroit la
bête morte par un epitaphe appollinique. Sur les raisons alleguées,
Brioché fut debouté de ses pretentions; on luy deffendit même de
laisser vaguer à l'avenir le singe qui succederoit au deffunt, crainte
d'accident.

  DIXI.

  _Permis d'imprimer.--Fait ce 9 juillet 1704._

  M. R. DE VOYER DARGENSON.

       *       *       *       *       *


     _La prinse et deffaicte du capitaine Guillery, qui a été pris
     avec 62 volleurs de ses compagnons, qui ont estez roués en la
     ville de La Rochelle le vingt-cinquiesme de novembre 1608; avec
     la complainte qu'il a faict avant que mourir._

     _Paris, jouxte la coppie imprimée à La Rochelle par les heritiers
     de Jerosme Hautain, 1609._

       In-8º[193].

     [Note 193: Cette pièce est l'une des plus curieuses, et pourtant
     des moins connues qui aient été faites sur le bandit
     saintongeois. Elle complète pour plusieurs détails, et rectifie,
     pour plusieurs autres, le petit livret qui, pendant plus de deux
     siècles, en popularisa l'histoire, et le même dont un érudit de
     Niort, M. Fillon, a donné en 1848 une édition annotée, sous ce
     titre, qui ne change presque rien à l'ancien: _Histoire véridique
     des grandes et exécrables voleries et subtilitez de Guillery,
     depuis sa naissance jusqu'à la juste punition de ses crimes,
     remise de nouveau en lumière_. Fontenay, imprimerie de Robuchon,
     1848, in-8. A 50 exemplaires. Ce n'est, comme je l'ai dit, et
     comme M. Fillon le déclare lui-même, qu'une réimpression de la
     pièce dont je parlois, et qui, à cette même époque de 1848, avoit
     encore à Épinal ses éditions populaires sous le titre de:
     _Histoire de Guillery_, Pellerin, in-18, 22 pages (V. Nisard,
     _Histoire des livres populaires ou de la Littérature du
     colportage_, in-8, t. 1, p. 534). M. Fillon n'a ajouté qu'un
     épisode, c'est «l'anecdote drôlatique du trésorier de
     Saint-Michel-en-l'Herme, que la tradition, dit-il, a pris soin de
     conserver.» Il s'est aussi servi, dit-il encore, de la relation
     donnée par Fr. Rosset dans ses _Histoires tragiques_; mais
     c'étoit sans doute pour n'en rien tirer de nouveau, car nous
     avons lu ce récit, qui est la XIXe histoire du livre de Rosset
     dans l'édition de Lyon, 1701, in-8º, p. 349, etc., et nous n'y
     avons trouvé que la reproduction, mot pour mot, du livret
     populaire. Collin de Plancy, dans ses _Anecdotes du XIXe siècle_,
     Paris, 1821, in-8º, t. II, p. 267, avoit déjà donné un long
     extrait de ce chapitre des _Histoires tragiques_, et l'auteur
     d'un article du _Mercure de France_ traitant du même sujet,
     reproduit par Merle dans l'_Esprit du Mercure_, etc., Paris,
     1808, in-8, t. I, p. 27-29, l'avoit aussi suivi de tout point.
     Quant à la pièce que nous donnons, et qui, je le répète, est si
     bonne à lire après, l'autre, personne n'en a dit un mot. L'auteur
     de l'article Guilleri, dans la _Biographie universelle_, et après
     lui M. Fillon, la citent seulement, avec ce titre inexact: _Prise
     et lamentation du capitaine Guilleri_, in-8.]


La malice piaffe pour un temps, et depuis que l'homme a faict alliance
avec l'ennemy de son salut, bronchant parmy les tenèbres de son
erreur, il ne cesse de courir à perte d'aleine jusques à ce qu'il se
trouve sur le bord du precipice, où, à la fin, l'autheur de ses
debauches le fait trebucher et en fait un joüet d'un funeste supplice
et le spectacle d'une piteuse tragédie. Il a ouvert la fosse (dit le
prophète) et l'a creusée, et est tombé en l'abisme qu'il a fait. Dieu
les laisse courir pour un peu, jusqu'à temps que le comble de leur
malice soit accompli; mais en fin, ne pouvant supporter la calamité
que ses boutefeux attisent parmy son peuple, vaincu par les cris de
ceux que la force a piteusement conversé en terre, il esveille les
flammes de sa colère et ouvre la main aux foudres de sa justice, pour
leur faire engloutir ces serviteurs du grand dragon sous les flots
d'une sevère punition, où il leur faict gouster le fiel de leur
malice.

Un Guillery, ou plustost un vray monstre à la nature, que l'enfer a
vomy du plus profond de ses abysmes, pour luy faire enfanter une
infinité de volleries et brigandages, s'en est toujours allé suyvant
sa brizée, jusques à ce qu'il s'est filé le cordeau qui luy pend sur
la teste, et a dejà attaché son frère sur le posteau d'un sevère
supplice, là où, pour toute la recompense de toutes meschancetez qu'il
a cruellement exercez envers plusieurs marchands, il a laissé la vie
sur une roüe parmy les tourmens et les bourreaux. Mais il faut
entendre les moyens par où il a esté acheminé à ce pas, et marquer icy
en passant quelques traits de sa malice, bien qu'elle se soit assez
fait cognoistre par toute la France au bruit qui a remply les oreilles
d'un chacun.

Ce Guillery estoit d'une grand maison de Bretaigne, dont je tairay le
nom de peur d'offencer quelqu'un[194], et a monstré assez clairement
parmy le feu de nos guerres civiles qu'il estoit homme resolu et de
courage, de façon que, s'amusant plustost à remuer le fer parmy le
gros des ennemis, où sa valeur le conduisoit, que au pillage, comme
font coustumierement les ames casanières, ses esperances l'ont trompé
à fin, qui luy promettoient un orage perpetuel en nos fureurs civiles,
et pensoit tien que, pourveu que la guerre peut tousjours escumer ses
bouillons, rien ne luy manqueroit, veu mesmes qu'il estoit fort
affectionné de feu monsieur le duc de Mercure[195] à cause de sa
vaillance; mais quoy! il y a des revolutions ordinaires au cours des
affaires humaines que la providence de l'homme ne peut penetrer, et,
lorsqu'il pense tenir le feste de ce qu'il pretendoit, il ne faut
qu'un tourbillon de la fortune pour la raser au bas de sa roüe, où
elle lui fait sentir les effects d'inconstance.

[Note 194: Le nom véritable du chef de bande ne se trouve pas
davantage dans le livret réimprimé par M. Fillon; seulement une note
curieuse de cet érudit nous donne la raison du sobriquet qu'il prit.
Dans les légendes poitevines, saintongeoises et vendéennes, il
existoit, bien avant le temps de Guillery, un type de chasseur ou de
brigand nocturne connu sous le nom, presque semblable, de Guallery. On
appeloit _Chasse Guallery_ ses courses dans les bois, après lesquelles
on trouvoit toujours quelque cadavre au fond des taillis. Plusieurs
ballades furent faites sur Guallery et sa chasse. M. Fillon (p. 27-30)
en cite une qu'il entendit chanter à Saint-Cyr en Talmondois, et dans
laquelle Guallery, déjà moins redouté, est mis en scène, non pas tant
comme un chasseur d'hommes que comme un dépisteur habile de lièvres et
de perdrix. Son nom, toutefois, au commencement du dix-septième
siècle, devoit avoir encore gardé tout son sinistre caractère, et il
n'est pas étonnant que le noble Breton, se faisant bandit, voulût en
prendre un qui le rappelât, et se donnât celui de _Guilleri_. Il en
résulta entre les deux personnages une confusion inévitable, et dans
laquelle on est surtout tombé au sujet de la chanson si populaire
encore, surtout en Saintonge, avec ce refrain: _Toto carabo, compère
Guilleri_. On pense qu'il s'agit de Guilleri le brigand; mais M.
Fillon prouve fort bien qu'il doit être question de Guallery le
chasseur fantastique, puisque trente ans avant l'arrivée du bandit
dans le Bas-Poitou, on avoit imprimé une plaquette anonyme intitulée:
_Le vray pourtraict du Huguenot_, MDLXXIX, petit in-8, 12 pages, où se
trouve, page 7, cette allusion à l'un des épisodes de la chanson:
«Comme Guallery, ils se casseront la jambe, si mieux n'aiment le
col.»]

[Note 195: Le duc de Mercoeur, qui commandoit en Bretagne, et le
dernier qui tint pour la Ligue. «En ce temps-là, lit-on dans le livret
publié par M. Fillon (p. 7), le duc de Mercoeur tenoit encore la
Bretagne, et avoit amassé autour de lui force gens de toute sorte.
Guillery s'alla enrôler sous ses étendards, où il ne fut pas
long-temps sans conquérir réputation.»]

Ainsi Guillery, se voyant demeuré à sec par le calme de la paix, qui
fit incontinent rassoir les vagues de la tourmente, et ses esperances
esvanoüies avec les brouillards de la guerre, se laisse gaigner au
desespoir, qui luy fait prendre les bois, et, laissant abastardir la
vigueur de son courage et rouiller ses conceptions guerrières à faute
de moyens et d'exercice où il se peut tenir en haleine, il advance sa
main meurtrière sur le passant et ses desirs au pillage; de ses moyens
et d'un genereux Theseus, il se transforme en un Scyni[196] monstrueux
et ravisseur. Voilà comme les esprits les plus eslevez se laissent
quelquefois aller en cendre, et mesme les âmes les plus asseurées sur
le pied de la vertu se laissent une fois brider au vice, ou sont
celles qui despeignent plus au vif l'enormité de leur malice.

[Note 196: Scinis, le brigand tué par Thésée.]

Luy donc estant robuste et fort redouté, ne manque point d'estre suivy
de beaucoup de gens de sa sorte, qui attachent leur vie et leur
fortune au mesme hazard de la sienne, et entre autres de deux de ses
frères, qu'il attire à sa cordelle, et, ramassant aussi l'escume de
toute la haulte et basse Bretaigne, Poictou et autres circonvoisins
pays, il se trouve accompagné de plus de quatre cens hommes[197], tous
de fait, et qui ne respiroient autre chose que le carnage.

[Note 197: Dans l'_Histoire de la vie et grandes voleries_, etc., il
n'est parlé d'abord que «d'une quarantaine des plus résolus mauvais
garçons», dont Guilleri se fait le chef.]

Estant donc ainsi rangé en un bois[198], où il dresse une puissante
forteresse, un jour il attend jusques environ sur le midy, couché sur
le ventre le long du grand chemin de Nantes[199], tant que à la fin il
passe un bon-homme, à qui il demande où il alloit, et ayant desjà bien
entendu qu'il alloit à Nantes, il feint aussy y vouloir aller. Se
mettant en chemin ensemble, demandoit au bon-homme qu'il alloit faire
à Nantes; luy respondit qu'il alloit solliciter un procez. Tu as donc
bien de l'argent? luy dit-il. L'autre s'excuse et dit qu'il n'en avoit
point, sinon sept ou huict souls pour son disner. Non ay-je point moy,
respondit-il; mais j'espère que Dieu nous en envoyera. Puis, estant
passé un peu plus oultre, et luy ayant encore demandé s'il n'avoit
point d'argent, et l'autre ayant dit que non: Or bien, dit-il, prions,
Dieu nous en envoyra. Et de ceste façon, tirant un petit manuel de sa
pochette, il se met à genoux et y fait mettre ce bon-homme avec luy,
puis il luy dist: Regarde s'il t'en est point venu. Il met la main en
sa pochette et dit que non. Tu ne pries donc point de bon coeur?
dit-il. L'autre s'excuse et dit que si faisoit; et disant cela il tire
cinq sols de sa pochette et le fait encores prier, et la seconde fois
en tire dix, puis quinze, et tousjours le bon-homme ne trouvoit rien.
Tu ne prie donc pas de bon coeur? dit-il, car il t'en viendroit aussi
bien qu'à moy. Il dit que si, tant qu'il pouvoit. Or, dit-il, alors tu
en as donc bien: car moy, qui ne prie guières de bon coeur, s'il m'en
est venu, à plus forte raison à toy aussi, et, partant, je le veux
voir. Et disant cela il se met à le fouiller, luy trouve quatre cens
escuz, en prend la moitié et le renvoyé avec le reste, luy disant:
Comment! tu me veux tromper, et ne me rien donner de ce que Dieu
t'envoye en ma compagnie, comme si je n'en devois avoir ma part!

[Note 198: Il avoit trois ou quatre retraites en Bas-Poitou, Bretagne
et Saintonge, les plus sûres dans les forêts de Machecoul, des
Essarts, de la Chastenerie. _Id._, p. 8.]

[Note 199: Dans le livret populaire, cette aventure forme le chapitre
3e, qui a pour titre: «_Comme il vola un paysan en lui faisant prier
Dieu._» Le récit est le même à peu près; seulement la scène ne se
passe pas sur la grande route de Nantes, mais sur «le grand chemin qui
va de Nantes à La Rochelle». Le bonhomme se rendoit à cette dernière
ville.]

Cela sont les moindres choses, et n'est rien au prix des chasteaux
forcés, où ils ont miserablement massacrez les pauvres seigneurs,
gentilshommes et damoiselles, emporté leurs moyens et mis leurs
maisons en desolation; et, entre autres, en ayant voulu forcer un
autre, S.-Hermine[200] et Mareul[201] ils furent descouverts par la
sentinelle qui y veilloit d'ordinaire, comme s'il eût été en temps de
guerre, pour la crainte qu'il avoit d'eux, et leur ayant ladite
sentinelle tiré un coup d'arquebuze, ils furent poursuiviz par le
seigneur du lieu, qui manda en diligence à quelques gentilshommes ses
voisins, et aux villages par là auprès, pour avoir des gens, et ayant
en peu de temps ramassez jusques à près de deux cens hommes, tant
d'uns que d'autres, il les attint auprès d'un bois à trois lieües de
là. Eux, estant jusques au nombre d'environ trente cuirasses, se
mettent en défense, et y eut quelques morts, tant d'un costé que
d'autre; mais le monde y abordant à la file de tous costez, comme pour
esteindre le brasier qui devoroit le repos de tout le pays, ils furent
contrains de se mettre en fuitte, laissans trois ou quatre de leurs
compaignons prisonniers, qui furent mis sur la roüe à Bessay[202], qui
est là auprès.

[Note 200: Le château de Saint-Hermine étoit la baronie de Jacques
Desnouches, chevalier, seigneur de la Tabarière, baron de
Saint-Hermine, mari de Anne de Mornay, fille de l'illustre Duplessis
Mornay. Fillon, _notes_.]

[Note 201: L'affaire du château de Mareuil est racontée, p. 12-13,
dans le livret publié par M. Fillon.]

[Note 202: Bessay, selon M. Fillon, appartenoit alors à Jonas de
Bessay, chevalier, baron de Saint-Hilaire, seigneur de la Voute de
Boisse, gouverneur de Talmond, mari de Louise Chasteigner, fille du
seigneur de Saint-Georges.]

Que diray-je davantage? ils prindrent un gentilhomme, grand seigneur
de là auprès, et après lui avoir bandé les yeux, ils le menèrent à
travers le bois jusques à leur forteresse[203], puis, estant là, ils
le desboucherent, luy monstrèrent tout là dedans force munitions, tant
de guerre que pour le vivre, avec un molin à bras et un four, des
petites pièces de campaigne, à force mousquets et arquebuses, picques,
grenades, petards et autres engins, tant pour l'offensive que pour la
deffensive, puis les autres fortifications des fossez à plein de cuve,
un pont-levis avec un ravelin enclos d'une palissade, et, pour dire en
un mot, il y remarqua tant de fortifications qu'il luy sembloit
imprenable; ils le menèrent aussi en une grande sale toute tapissée de
cuir d'Espagne qu'ils avoyent vollé en une navire le long de la
mer[204]. Mais ainsi que on le conduisoit, Guillery luy mit le
pistolet à la gorge, et luy fit jurer sur peine de la vie qu'il ne
leur seroit jamais contraire. Après cela, on luy presente le disner,
où il fut traité fort magnifiquement, et tout en vesselle d'argent, et
puis après s'estre bien promenez et bien discouru ensemble, on luy
reboucha la veüe, et le ramena-on jusques au bort du bois, d'où on le
renvoya.

[Note 203: C'étoit celle du bois des Essarts.]

[Note 204: Dans l'_Histoire de la vie et grandes voleries_, etc., il
est parlé de ce luxe de Guilleri et de ce «cuir d'Espagne volé sur
mer, près des Sables-d'Olonne, à la prise d'un vaisseau enlevé par ses
gens, qui exerçoient aussi la piraterie, et avoient alliance avec les
forbans de plusieurs pays.» Fillon, p. 13.]

Mais quoy? de s'ennuyer de leurs meschancetez et ne plus permettre
que ceste trame soit roulée plus avant, tout le monde murmure, et la
France ne peut plus supporter ceste peste sur le coeur sans la vomir;
ils s'enflamment tousjours de plus en plus, et se descouvrent
eux-mesmes, mettans certains escritaux par les chemins, par lesquels
ils decouvrent qu'ils vouloyent la vie de messieurs de la justice,
l'argent, le pillage et rençon des gentilshommes; rencontrent un
prevost, le chargent, prennent quelques uns de ses gens, et s'il ne se
fût sauvé de legereté, il eût tombé entre leurs mains[205]; de sorte
que personne ne pouvait trafiquer en toute la Bretagne ny le bas
Poitou, parce qu'il a un esprit familier, par lequel il se fait porter
par tout là où il veut en moins de rien, de façon qu'on le verra
quelquefois le matin auprès de Nantes, et le soir il sera autour de
Rouen et d'Orléans[206], et autres lieux semblables, s'accostans des
marchands comme s'il estoit aux foires, et puis quand il voist la
commodité il les destrousse, et leur oste tous leurs biens. La cour,
en estant advertie, mande à Monsieur de Parabole, gouverneur de
Niort, et à tous les officiers d'autour, qu'on mît diligence de les
attrapper. Ce qu'estant sceu, tous les prevosts s'assemblent jusqu'au
nombre de dix-huit ou vingt, conduicts par le grand prevost, avec
toute la communauté qu'ils assemblèrent incontinent de toutes parts,
jusques au nombre d'environ quatre mille cinq cens hommes, et de ce
pas s'en vont assiéger le bois où le gentilhomme qui avoit esté en
leur chasteau les mena, et courant de tous costez, ils trouvent à la
fin ceste forteresse en un petit vallon, entre force arbres qui la
couvroient fort bien de tous costez, de façon qu'à peine pouvoit-on la
descouvrir.

[Note 205: Guilleri fit souvent de ces mauvais partis aux prévôts. Il
y a deux chapitres à ce sujet dans l'_Histoire de la vie et grandes
voleries_...: savoir: _Comme Guilleri prit prisonniers les prévosts de
Niort et de La Rochelle.--Comme Guillery rencontra le prévost de
Fontenay avec ses archers_.]

[Note 206: Nous n'avons trouvé qu'ici ces détails sur les excursions
lointaines de Guilleri et de sa bande. Il est certain qu'ils furent
alors redoutables par toute la France, et qu'on les trouve nommés avec
les Rouget, Barbet, Grisons, et autres bandits qui désoloient le
royaume sur ses points les plus opposés.]

Ils estoient plusieurs prevosts avec quelques autres gens[207], et
avec quatre couleuvrines ils se mettent à les battre; la batterie dure
tout un jour, et ceux qui estoient dedans, environ trois cens, se
mettent en devoir de se defendre; mais à la fin Guillery, voyant qu'il
ne pouvoit tenir long-temps, sort de furie avec ses gens à la
desesperade, et, fendant la presse, bien monté et armé de toutes
pièces, passe outre avec quelques uns de ses gens qui estoient les
plus legerement et mieux montez[208]; et le reste, estant chargé de
près par soldats fort adroits aux armes, conduicts par bons
capitaines qui n'ignoroient pas toutes les ruses et stratagèmes dont
il falloit user pour avoir tels voleurs, car en fin finale, ils furent
prins avec le capitaine Guillery[209], qui fut accablé soubs la foule
qui les arresta, et tandis les autres passent outre à tirer vers la
mer, où ils trouvent une navire sur le bord, où ils ravagent et tuent
la plus part de ceux qui estoient dedans, puis ils se mettent sur la
mer où ils se sont encore mis à escumer et ont faict plusieurs
voleries.

[Note 207: M. de Parabère, gouverneur de Niort, commandoit l'attaque,
qui est ici racontée avec plus de détails que dans le livret de M.
Fillon.]

[Note 208: «... Guilleri, ne craignant ni Dieu ni diable, ayant
exhorté ses gens à la défense, sortit le premier, monté sur un cheval,
le pistolet en main, passa au travers les ennemis et se sauva.»]

[Note 209: C'est le frère du grand Guillery, dont il est parlé au
commencement de cette pièce. Quant à lui, il s'est sauvé, comme nous
venons de le voir; d'après l'_Histoire de la vie et grandes
voleries.._, il s'en va dans les environs de Bordeaux, y vit quatre
années environ en riche gentilhomme, puis, découvert par un marchand
qu'il avoit autrefois volé, il est pris et rompu sur la place publique
de La Rochelle.]

Estant donc le capitaine Guillery demeuré pris avec environ quatre
vingt de ses gens, il est mené à Saintes, où son procez luy fut faict
dès le lendemain, et luy condamné à la rouë avec tous ses complices,
qui furent rouez en plusieurs lieux, pour donner exemple; mais lui fut
exécuté à la Rochelle, où estant sur l'eschaffaut, d'un visage rassis
et d'une contenance qui marquoit bien son assurance, sans aucun
effroy, il arrache ces pitoyables paroles du milieu de ses remors
qu'il pousse dehors, en presence de toute l'assistance, qui estoit
composée d'une infinité de personnes qui accouroient de toutes parts à
ce spectacle.

«Je pense qu'il n'y a personne de vous autres, Messieurs, qui ne soit
icy pour contenter ses desirs en la peine qu'on dedie à mon supplice;
mais quand on aura mis en la balance tout le faict de mon destin, vous
donnerez plus tôst des larmes à ma fortune, que vos desirs à
l'accomplissement de ceste miserable prophetie de ma defaite. Il est
vray, cest eschaffaut odieux, et que mes mesfaits ont estez les degrez
par lesquels je me suis porté; mais quoy! ç'a esté un coup à qui je ne
pouvois gauchir, et un passage qu'il me failloit traverser. Il y a ici
beaucoup de gens qui sçavent la maison d'où je suis sorti, laquelle
doit à ce jour avoir une si ignominieuse tache estre attachée à la
memoire de postérité qui ternira son renom au souvenir de la faute.»
Et disant ces mots, les larmes luy commencèrent à couler le long des
joües; puis, se tournant de l'autre costé:

«Et combien, Messieurs, il n'est pas incompatible qu'il ne puisse
sortir un mauvais fruict d'une bonne semence, selon le champ où sera
semé, qui le corrompt quelquefois, ou la constellation des astres, qui
luy sera contraire; de façon que, quand vous blasmerez ma fortune et
celle de mes compaignons, je vous prie, et mes larmes vous y convient,
de jeter les yeux de vostre memoire sur mes ayeuls, qui n'ont jamais
veu courir des ombrages si odieux que cela sur leur reputation, et
dont les vertus ne me doivent presager que de merveille; mais-quoi!
les meilleurs naturels peuvent estre corrompus comme le mien, qui, se
laissant flatter aux persuasions de mon frère, que le desespoir avoit
envelopé en ses toilles, s'est laissé emporter à ses desbauches, qui
me font aujourd'huy dresser les cheveux à la contemplation de ma
faute, et, d'une main odieuse, me presentant ceste coupe funeste qu'il
faut que j'avalle quand le malheur me range à ses loix. J'ai jette
incontinent les yeux sur ce que le presage de ma fortune me presentoit
tout au long; mais ma fragilité, qui ne faisoit en sorte de penetrer
si avant, m'a toujours empêché de voir la fin; je me suis trouvé sur
le dernier saut de ma defaicte, où il faut que la peine que l'on
prepare à mon corps satisface pour les forfaicts que j'ai commis.» Il
faict une petite pose, puis, tirant un grand soupir, il dit encore:

«Je vous puis bien asseurer que la mort qu'il me faut endurer tout
maintenant ne me fasche point, puisqu'il nous faut tous passer ce
passage; mais il n'y a que le chemin par où il faut que je le
franchisse qui me soit fascheux, avec le blasme qui en doit courir sur
mes parens, et les presages qui menacent encore mes frères de frapper
au mesme caillou. Je prie Dieu qu'il leur ouvre les yeux pour les
appeller à penitence et leur faire changer le train de leur vie, afin
que, se retirant, ils puissent atteindre à une fin heureuse. Et vous
autres, Messieurs, consolez mes parens, leur remonstrant que, si à ce
aujourd'huy la fortune fait courir ce nauffrage sur leur memoire, ils
en doivent combattre la douleur par la souvenance des vertus signalez
de nos ayeux, et que, quand la memoire de nos desbauches leur
travaillera l'esprit, ils nous restranchent du nombre de leur famille
et imaginent comme si nous n'avions point esté.

«Cest oubly essuyra la playe de leur douleur, et ne laisseront pas de
suivre le chemin que nos ayeux leur ont tracé. Et vous autres,
Messieurs, je vous conjure d'avoir compassion de ma fortune et de
prier pour mon ame, afin qu'il plaise à nostre Sauveur ne vouloir
point avoir esgard à mes fautes, et que, puis qu'il me faut icy servir
d'exemple, brider le courage de ceux qui se voudroient attacher aux
desordres où me suis enveloppé, il luy plaise vouloir ouvrir la porte
de son paradis à mon ame.»

Il se tourne vers ses compaignons, et, après les avoir encouragés de
se monstrer constans à ce passage, il prie le bourreau de l'expedier
le plus diligemment qu'il luy sera possible; et, ayant recommandé son
ame à Dieu, il s'estend sur l'eschaffaut, où il endura la mort d'une
constance, nompareille, jusqu'à ce que il rendit l'ame. Dieu veuille
qu'elle soit entre ses mains! Ainsi soit-il.

        C'est verité; j'ay desservy
        Une mort encor plus cruelle;
        Car le peché que j'ay commi
        Merite bien, mort eternelle.
  Après mal-heur (helas!) à la fin bousche
  Le vil conduit d'une maligne bouche,
      Et le mechant en horreur obstiné
      Par un gibet est aussy ruiné.

       *       *       *       *       *


     _Le bruit qui court de l'espousée._

       M.DC.XIIII.

         In-8º.


    Le bruit est que la mariée
  Est damoiselle au grand ressort:
  Chacun en dit sa ratelée[210],
  Tout le monde dit qu'elle a tort.

    La David a pris la parolle
  Pour feu son mary l'advocat,
  Disant: Je ne suis pas si folle
  Que d'hausser ainsi mon estat.

    La Sabrenaude[211], sa voisine,
  En a tenu quelque propos;
  Mais la bouchère Cailletine,
  S'est mise sur ses _audinos_[212].

    Il vaudroit mieux, dit la Rotine,
  Qu'une grande cité perît,
  Que de souffrir la sotte mine
  D'une gueuse qui s'enrichit.

    La Menarde s'est arrestée,
  Disant: Commère, qu'avez-vous?
  Parlez-vous point de l'espousée,
  Qui n'estoit guère plus que nous?

    Ma bonne foy, dit la Paiote,
  Je ne trouve pas cela bon;
  Pour moy, je ne suis point si sotte,
  Que de quitter mon chaperon[213].

    Mercy de Dieu! dit l'Auvergnate,
  Parlant à la grosse Catin;
  Elle fait bien la delicate,
  Avec sa cotte de satin!

    La Croupière, oyant la nouvelle,
  Veut mettre son espingle au jeu,
  Et aussi tost elle l'appelle
  Madamoiselle depuis peu[214].

    La Citarde s'en est esmeuë,
  Soutenant que c'est le marchand
  Et le tailleur qui l'ont vestuë
  En damoiselle en nez friand.

    La Mijolette a bonne grace
  De maintenir par ses discours
  Qu'elle est première de sa race
  Qui a le masque de velours[215].

    La Cointesse, voyant la belle,
  Dit aux vendeuses de porreaux:
  Son père l'a fait damoiselle[216],
  Mais, Nostre-Daigne[217]! j'entre en faux.

    La Gaussette, quoy qu'édentée,
  Lui a chanté deux petits mots,
  Disant que c'est une effrontée,
  Et que ses parens sont des sots.

    La Rousse dit que, si sa fille
  Avoit l'habit de taffetas,
  Elle seroit aussi gentille
  Ou plus belle qu'elle n'est pas.

    La Jeanne Verrier, sa commère,
  S'en mocque fort de son costé;
  Et aussi la belle Tessière
  Dit qu'elle a trop de vanité.

    La Blenonne va par la ville,
  Elle s'est plainte à plus de mille
  Et en fait ses contes partout,
  Qu'elle veut tenir le haut bout.

    La Chantecler, l'escervelée,
  Veut tenir le livre à son tour.
  Voilà, dit-elle, une espousée
  Faicte à la mode de la cour!

    La Madelon, ceste matoise,
  A juré par la Feste-Dieu
  Que sa fille n'est que bourgeoise,
  Quoy qu'elle soit d'aussi bon lieu.

    Les damoiselles, ses amies,
  Luy vont apprendre tout le jour
  A recevoir les compagnies
  Selon les modes de la cour.

    L'une luy dit: Tu es jolie,
  Mais ton masque ne va pas bien.
  L'autre luy dit par mocquerie:
  Attache-le comme le mien.

    Quelques unes des plus rusées
  Sont sur le point de l'aller voir,
  Mais il faut beaucoup de dragées
  Qui les veut toutes recevoir.

    Tredame! disent les Bourgeoises,
  Celle-là a pris les florets[218];
  Il faut laisser aux villageoises
  Nos chaperons et nos collets[219].

    Elle est venuë d'un village
  Pour espouser un advocat;
  Mais tout d'un coup, en son veufvage,
  Elle a bien haussé son estat.

    Les couvrechefs[220] en veulent estre
  Aussi bien que les chaperons,
  Et se disent à la fenestre:
  Voilà la royne des brandons[221]!

    C'est l'entretien des lavandières
  Et de celles qui vont au four
  Qu'une dame depuis naguères,
  S'est fait damoiselle en un jour.

    Les desbauchez sont à sa porte
  Qui luy font le charivary,
  Luy demandant de quelle sorte
  Elle secouë son mary.

    SIZAIN.

    Quand l'espousée fut couchée
  Et que son mary l'eut tastée,
  Elle luy dit de la façon:
  Mon grand amy, je suis pucelle,
  Car jamais homme ni garçon
  Ne me l'a fait en damoiselle.

[Note 210: «_Dire sa ratelée_, c'est dire à son tour librement tout ce
qu'on sait, tout ce qu'on pense de quelque chose.» (Leroux, _Dict.
comique._) C'est faire comme le jardinier, qui, lorsqu'il a bien
promené son rateau par le jardin, finit par placer dans un coin sa
ratelée d'ordures.]

[Note 211: _Sabrenaud_ se disoit pour un mauvais ouvrier, un gâcheur
d'ouvrage. On en avoit fait le verbe _sabrenauder_, qui s'employoit
encore au XVIIIe siècle.]

[Note 212: C'est-à-dire s'est campée les poings sur les hanches comme
en disant: _Ecoutez-nous_.]

[Note 213: Le chaperon étoit la marque de la petite bourgeoisie; il
consistoit, au XVIIe siècle, en une bande de velours placée sur le
bonnet.]

[Note 214: V., sur les noms qu'on donnoit à ces damoiselles par
usurpation, _Les XV joies de mariage_, P. Jannet, 1853, in-8º, p.
168.]

[Note 215: Les femmes de distinction, quand elles sortoient, portoient
un masque de velours noir. Boileau, par une note sur le vers 322 de sa
Xe satire, nous apprend qu'il en étoit encore ainsi pendant sa
jeunesse. On peut voir, sur cet usage, de longs détails dans le
_Palais Mazarin_ de M. L. de Laborde, p. 314, note 367. C'étoit
surtout la marque distinctive des femmes dont nostre _espousée_ veut
singer les manières. «Que ne diray-je pas des chirurgiens...
(lisons-nous dans _la Troisième après-disnée du Caquet de
l'Accouchée_, 1622 in-8º, p. 15). Quant à leurs filles, il ne leur
manque que le masque qu'on ne les prenne pour damoiselles.»]

[Note 216: Il étoit aussi ridicule pour les filles bourgeoises de se
faire appeler _madamoiselle_ que pour les femmes mariées de la même
classe de prendre le titre de _madame_. Entre autres pièces publiées à
ce propos contre ces dernières, nous connaissons un livret de la
dernière moitié du XVIIe siècle: _Satyre sur les femmes bourgeoises
qui se font appeler madame_, in-8º.]

[Note 217: Pour: Notre-Dame.]

[Note 218: Nous avons pensé d'abord qu'il s'agissoit ici du satin à
fleurs que les damoiselles seules devoient porter, et dont plusieurs
marchandes se paroient pourtant, au grand scandale des bourgeoises.
«Si, lisons-nous dans la sixième partie des _Caquets de l'accouchée_,
une marchande porte le satin à fleurs de velours cramoisy, faut-il en
murmurer? etc.» Mais il est plus probable que ce mot _florets_ doit
s'entendre ici pour les touffes de fleurs et de verdure que la
Mijolette s'étoit mises dans les cheveux. Ainsi s'explique le nom de
_royne des brandons_ que lui donnent plus loin les paysannes.]

[Note 219: Encore un objet de la toilette modeste des bourgeoises;
elles devoient s'en tenir au simple _collet monté_. S'il s'élevoit peu
à peu jusqu'à devenir un _collet à cinq étages_, il encouroit le blâme
des matrones.]

[Note 220: L'auteur entend parler ici des paysannes, et il les désigne
par leur coiffure, qui, surtout en Normandie et en Picardie,
consistoit en un _couvre-chef_ «morceau de toile empesée et tortillée
dont elles entouroient leur tête.» _Dict. de Trévoux_.]

[Note 221: Ce mot doit se prendre ici dans le sens qu'il avoit souvent
alors, surtout à Lyon, où l'on n'appeloit pas autrement les _rameaux
verts_ du dimanche qui précède Pâques, et qu'on nommoit pour cela
_dimanche des brandons_.]

       *       *       *       *       *


     _La conference des servantes de la ville de Paris soubs les
     charniers Sainct-Innocent; avec protestations de bien ferrer la
     mule[222] ce caresme, pour aller tirer à la blanque à la foire de
     Sainct-Germain, et de bien faire courir l'ance du panier_[223].

     _A Paris._

       M.D.C.XXXVI.

         Pet. in-8º de 13 pages, titre compris.

     [Note 222: L'origine de cette locution remonte à une anecdote
     racontée par Suétone dans la _Vie de Vespasien_ (cap. 23), et
     ainsi mise en françois par Moisant de Brieux: «Le muletier de
     Vespasien, sous pretexte que l'une des mules estoit deferrée,
     arresta long-temps la litière de l'empereur, et par là fit avoir
     audience à celuy auquel il l'avoit promise sous l'asseurance
     d'une somme d'argent, mais dont l'odeur vint frapper aussitost le
     nez de ce prince, qui l'avoit très fin pour le gain: en sorte,
     dit Suétone, qu'il voulut partager avec son muletier le profit
     qu'il avoit eu à ferrer la mule.» _Origines de diverses coutumes
     et façons de parler_, Caen, 1672, p. 101. Dans la traduction du
     Guzman d'Alpharache, par Chapelain, 1re part. liv. II, chap. 4,
     on trouve cette phrase: «Un serviteur malin, menteur et
     _ferre-mule_.»]

     [Note 223: Nous n'avons rien trouvé sur cette locution
     proverbiale, ni dans le livre de Moisant de Brieux, ni dans celui
     de Fleury de Bellingen, ni dans _les Matinées senonoises_ de
     l'abbé Tuet, ni dans les _Dictionnaires des proverbes_ de La
     Mésengère et de M. Quitard, pas même dans _la Fleur des
     proverbes_ et l'_Encyclopédie des proverbes_ de M. G. Duplessis;
     et nous avouons franchement n'avoir pu, avec nos seules lumières,
     en découvrir l'origine. La variante qui se trouve ici, et qui
     nous prouve qu'au XVIIe siècle on ne disoit pas, comme
     aujourd'hui, _faire danser l'anse du panier_, mais bien _la faire
     courir, la faire cheminer_, n'étoit pas de nature à nous rendre
     cette étymologie plus facile.]


Ce fut le vendredy, premier jour de fevrier, que dame Lubine, la plus
fameuse harangère, et la plus vieille et la plus connue de toutes les
nourrices et servantes de la ville et fauxbourgs de Paris, tint sa
conferance sous les charniers S.-Innocent, estant assistée d'un
millier de servantes, vieilles et jeunes, anciennes et modernes, et de
tout pays, et principalement du pays de Sapience, où les chiens
s'assirent sur leur queue quand on fit vandange, dit Normandie, et les
autres de la garanne des foux, dit Picardie, et d'autres pays. Dame
Lubine commence ce langage: Mes chères consors et bien-aymées, il faut
croire que vous ne serez pas tousjours jeunes et belles. A celle fin
de vous conserver tousjours en habit et en argent, il faut tousjours
croire vostre maistre et le laisser faire, et ne dire jamais un seul
mot, car les femmes sont tousjours jalouses de leur mary, et ne
veulent point qu'on rie à personne; il faut contrefaire quelquefois la
bigotte et la rechignée et la fascheuse. Et davantage, voici le
caresme qui est fort bas, les vivres seront grandement chers; il faut
que ce caresme-ci vous en vaille deux, et bien faire valoir et
cheminer l'ance du panier; il faut que sept semaines vous vaillent une
année et demie.

Sur ce propos finy, une grosse citroüille de servante, qui demeure
chez un marichal: Je ne suis point apprentie de ferrer la mule; il y a
quatre ans et demy que je demeure où je suis; au bout de trois
semaines, j'estois aussi sçavante que ma maistresse, qui est mariée il
y a dix-huict ans, car mon maistre battoit sur mon enclume, et moy je
levois les soufflets, et ay bien gaigné huict cens cinquante livres.

Après, une petite servante de la rue Saint-Honoré: Je suis chez un
notaire; je ne gaigne que treze escus; je vais à la halle, à la
boucherie, et ne rend point compte qu'à mon maistre, qui est assez
jovial[224]; et ma maistresse, qui est toute devote, elle ne bouge de
ces religions; je fais ce que je veux: D'avantage nous avons trois
clercs[225], dont le maistre clerc, qui a sa plume aussi douce et
charmante comme sa voix; je n'ay qu'à me plaindre à luy quand j'ay
affaire de quelque chose, incontinent j'ay tout ce que je veux avoir
de luy, fusse argent ou autre chose.

[Note 224: Les facéties du temps faites à propos des chambrières
reviennent toujours sur ces accointances des maîtres avec leurs
servantes. Lisez, par exemple, le _Banquet des chambrières fait aux
estuves le jeudi gras_:

  Un jour Monsieur descendoit à la cave
  Avecque moy, qui suis sa chambrière,
  Lequel, marchant dessus ma robe brave,
  Sur les degrez me fit choir en arrière, etc.]

[Note 225: Tout étoit bon pour les chambrières:

  Autant le beau comme le laid,
  Et le maistre que le valet,
  Étoient reçus de la Doucette.

(_Les Folastries de la bonne chambrière à Janot, Parisien, recitées au
bouc de Estienne Jodelle_.)]

Une autre grosse vesse de la même rue: Vramy, vous nous la baillez
belle! j'ayme bien mieux le charnage[226] que le caresme, car on ne
fait pas un enfant d'un hareng; j'ayme bien mieux voir une bonne
grosse andoüille en ma marmitte avec quatre jambons qu'un meschant
flanchet de morüe.

[Note 226: Temps opposé au carême, où il étoit permis de manger de la
chair.]

Il en vint une autre d'auprès la Croix-du-Tiroir: Je demeure,
dit-elle, chez un drappier. Ils sont fort chiches; mais nos garçons
sont fort bons enfans, car quand tout le monde est retiré, et que je
lave ma vaisselle, ils prennent la peine de me prester leur lavette,
et après je vois à la cave et leur tire du meilleur, et font la
coulation ensemble[227].

[Note 227: Ces pique-niques comptoient parmi les plus chers amusements
des servantes. Voici ce que dit, dans les _Ruses et finesses
decouvertes sur les chambrières de ce temps_, Babeau aux yeux friands:

  .......... J'ai du porc frais,
  Une andouille et quatre saucisses,
  Que malgré nos maistresses chiches
  Mangerons. As-tu rien, Perrette?

V. aussi _les Doux entretiens des bonnes compagnies_, 1634, in-12,
chanson 57.]

Il y vint une petite affriolée de la rue Sainct-Denys, assez proche du
Chastelet, qui a les pasles couleurs. Il n'est que demeurer chez les
marchands, dit-elle, car l'argent vient en dormant. Faisant un jour
feinte de nettoyer les souliers de nos garçons, il y en eut un qui me
vint accoster et qui me donna six pièces de trèze sols pour decroter
ses chausses, et il me decrota ma cotte à la mode du pays du Mans.

Une autre de la rue au Fer, qui a les pasles couleurs: Je suis la plus
heureuse, dit-elle, de tout Paris: car j'ay un maistre le plus beau
garçon de tout Paris; mais il est un peu chiche. Mais quand il est en
bonne humeur, il y a moyen que de l'avoir, si ce n'estoit les voisins
qui le gastent; car l'année passée je perdy mon demy-ceing
d'argent[228], et en trois semaines j'en gaignay un autre.

[Note 228: Demi-ceinture ou boucle d'argent, joyau très recherché des
chambrières: leur ambition ne va pas au delà. «Quand nous avions servy
sept ou huict ans, dit l'une d'elles dans _le Caquet de l'Accouchée_,
1622, in-8, p. 9, et que nous avions amassé un demy-ceint d'argent et
cent escus comptant, tant à servir qu'à ferrer la mule, nous trouvions
un bon officier sergent en mariage ou un bon marchand mercier.»
Peut-être ce demy-ceint étoit-il un supplément de gage qu'on donnoit
aux servantes, comme plus tard une aune de toile et en sus le prix du
vin. (_La Maison réglée_, Amsterdam, Marret, 1697, chap. 4,
_Appointements des domestiques_.) Chez les maîtres pris de la _colique
housset_, selon l'expression de Tallemant, c'est-à-dire coureurs de
servantes, elles avoient bien d'autres menus profits.]

Vraiment, se dit une petite blonde de la rüe Sainct-Denys, j'ay eu un
demy-ceing de vingt-deux escus qui ne m'a servy que six mois. Allant
à la foire Sainct-Germain, je vis une lavandière qui avoit gaigné[229]
un bassin de soixante et quatre livres, et moy je n'ay eu qu'un miroir
de sept ou huit sols; mais ce qui me reconforte, c'est que j'ai gaigné
celuy-là en cinq semaines, et j'en gaigneray bien un autre en quinze
jours, car nous avons des garçons de bonne volonté et fort fidèles.

[Note 229: Les servantes étoient les joueuses les plus assidues à la
_blanque_ de la foire St-Germain. On fit sur leurs pertes à cette
loterie, leur adoration de tous les temps, la pièce qui a pour titre:
_Apologie des chambrières qui ont perdu leur mariage à la blanque_.
Voici les plaintes de l'une des perdantes:

  ..... Je me suis obligée
  Pour cinq testons à ma maîtresse,
  Qui me cause au cueur grand' detresse,
  Pensant gaigner mon mariage
  Comme toy; oultre mis en gaige
  Ma bonne robbe et mon corset,
  Et de chemises encor sept.]

Une rousse d'auprès le _Sepulchre_ respond: Je suis la plus infortunée
du monde: il y a neuf ans que je suis à Paris, et si je ne sçay comme
vous en pouvez tant gaigner en si peu de temps; tant en habit qu'en
argent, je n'ay point vaillant deux cens livres, et si je me suis
donné carrière autant comme fille de ma sorte.

Une servante de la rue des Vieux-Augustins: Je suis la plus
malheureuse qui soit sous la voûte des cieux, car un jour, comme mon
maistre et moy faisions le dia hur haut, ma maistresse survint, et
pour ma recompense j'ay eu du pied au cul et n'ay eu que la moitié de
mes gages.

Une petite sucrée de la rue Sainct-Anthoine: J'ay eu de la peine
autant comme fille de ma sorte, estant toute nouvelle à Paris...
Depuis que je me suis frottée au pillier, je suis la plus heureuse de
toutes les servantes de Paris car mon maistre a loüé une petite
chambrillon[230] qui fait tout mon menage, et moy je ne sers plus
qu'au lict et à la table, pour ce que mon maistre est jeune et ma
maistresse est vieille, et nous passons nostre temps joyeusement
ensemble. Quand je suis plaine, il m'envoye à une maison qui est au
champ, et quand je suis vuide je reviens, et ma maistresse croit que
je viens de voir ma mère à nostre pays.

[Note 230: Petite chambrière. Ce mot se perdit à la fin du XVIIe
siècle, après avoir été fort en usage au commencement.]

Une autre de la halle: Je fus dernierement surprise avec un de nos
garçons. Pour recompence, nous avons eu la porte pour salaire.

Une autre de la place Maubert: J'ay esté bien plus fine quand je me
suis fait amplir par un garçon de chez moy devant un autre plus riche
que luy. Je luy ay permis l'usage, et fûmes pris tous deux sur le
fait. Je le fis mettre à l'officialité[231]. J'ay eu quatre cens
livres, et luy a eu l'enfant.

[Note 231: Justice d'église dont le chef étoit l'official. Il statuoit
sur les actions en promesses ou dissolutions de mariage, et aussi sur
les affaires du genre de celle-ci. Les intérêts à donner aux parties
étoient réglés par le juge royal.--D'après ce qu'on vient de lire, il
étoit donc possible aux chambrières de tirer profit de leur faute! Le
père devenoit responsable en cas de flagrant délit, ou bien seulement
par suite d'un aveu de sa part, quand on l'avoit mené devant
l'official. Il devoit même, comme on le voit, des intérêts à la mère.
Cette jurisprudence procédoit, je crois, d'une ordonnance de Henri II.
Voyant les avortements se multiplier d'une manière effrayante, il
avoit décrété que toute femme cachant sa grossesse seroit punie de
mort. Pour compléter et surtout pour atténuer l'édit, on avoit ensuite
encouragé les femmes à l'aveu, par les dommages et intérêts dont il
est parlé ici. Les chambrières durent être des premières à en prendre
leur part, comme auparavant elles avoient été les premières, sinon les
seules que la terrible ordonnance contre les grossesses clandestines
avoit frappées. «Il me souvient, dit Henri Estienne, _Apologie pour
Hérodote_, d'avoir vu pendre, à Paris, assez souvent des chambrières,
pour ce crime, mais nulle d'autre qualité.»]

Une autre de la rüe Sainct-Denys, qui demeure à present au cimetière
Sainct-Jean: J'ay esté quatre ans chez un vieux fondeur d'habits, le
plus vilain qui fut jamais au monde; mais en recompance, quand il
avoit affaire de moy, je sçavois bien joüer mon personnage. Me sentant
grosse, non pas de luy, mais de son valet, qui joüoit bien mieux de la
flûte que luy, j'ay attrapé de l'argent de tous deux ensemble.

Une autre de sur le pont Nostre-Dame: Je suis bien miserable, car la
première année que je fus à Paris je me laissay abattre par un garçon
de taverne sur belle promesse. Luy ayant receu son congé, je ne l'ay
pas veu depuis; mais j'atrapay finement un des garçons de nos voisins,
qui a eu l'enfant, et moy quarante escus, et depuis j'en ay eu un
autre, que je n'ay pas faict à si bon marché, car, un venerable
savetier me faisant l'amour, il a esté le P A P A; toutefois je suis
assez bien pourveüe. Je prie Dieu, mes soeurs, de vous faire bien
valoir, et de faire vos affaires finement, car voicy le temps qui
calamite, et qui faict bon avoir quelque chose, car les filles ne sont
plus recherchées pour leurs beautez; si elles n'ont des pistolles, il
faut qu'elles soient long-temps à marier[232]. Sur ces antretiens dix
heures sonnèrent. Il fallut que chacune courust vitement à la Halle,
et de là apprester à disner. Dame Lubine, grandement satisfaite d'une
si très auguste compagnie, commence à pleurer de joye d'avoir de si
bonnes apprentisses, et bien dressées à faire dancer l'ance du panier,
car la plus moindre estoit capable de devenir maistresse.

[Note 232: Même plainte, et plus vive encore, dans _le Caquet de
l'accouchée_, à l'endroit cité tout-à-l'heure: «A present, pour nostre
argent, nous ne pouvons avoir qu'un cocher ou un palfrenier, qui nous
fait trois ou quatre enfans d'arrache-pied, puis, ne les pouvant plus
nourrir pour le peu de gain qu'ils font, sommes contraintes de nous en
aller resservir, comme devant, ou de demander l'aumône; on ne voit
autre chose par les ruës.»]

       *       *       *       *       *


     _Le triomphe admirable observé en l'aliance de Betheleem Gabor,
     prince de Transilvanie, avec la princesse Catherine de
     Brandebourg[233]; ensemble les magnifiques presens envoyez de la
     part de l'Empereur, du roy d'Espagne, de l'evesque de Cracovie,
     et autres princes d'Allemagne, et celuy du Grand Turc, envoyé par
     un Bacha; traduit d'allemand en françois._

     _A Paris, chez Jean Martin, ruë de la Vieille-Boucherie, à l'Escu
     de Bretagne._

       M.D.C.XXVI.

         In-8º.

     [Note 233: Elle étoit soeur de l'électeur de Brandebourg. Avant
     de mourir, Bethlem Gabor, qui n'avoit pas d'enfants, ordonna que
     Catherine lui succéderoit; mais son ordre ne fut pas exécuté.]


Comme il n'y a rien qui oblige davantage les bons esprits au
contentement que la curiosité qu'ils ont tousjours d'apprendre ce
qu'ils ne sçavent pas, j'ay creu en obliger beaucoup de ceste espèce
en leur faisant voir, par un veritable recit, les plus belles
magnificences, les plus beaux triomphes et les choses les plus
remarquables que l'antiquité nous aye laissé pour un mariage d'entre
un prince et une princesse seulement. Pour en venir à la pure verité
et ne point entretenir les lecteurs de fantaisies imaginaires, comme
beaucoup d'autres qui de rien font des choses de grand prix, je
commenceray à dire:

Que Betheleem Gabor, prince de Transilvanie, estant arrivé à Cacha
pour y solemniser son mariage avec la princesse Catherine de
Brandebourg, voulut luy-mesme, comme un grand capitaine qu'il est,
faire les logemens des ambassadeurs qui le devoient aller trouver, et
faire orner devant luy tous les autres destinez pour les delices de
ses nopces.

Le premier ambassadeur qui luy arriva fut celui du prince de Walachie,
accompagné de cent cinquante gentilshommes, lequel, après avoir eu
audience, luy presenta deux grands chevaux si richement enharnachez
que la description que j'en voudrois faire icy effaceroit quelque
chose de la valeur et de l'estime d'un si riche present.

A ceste arrivée succeda celle des ambassadeurs du prince de Poulogne,
l'evesque de Cracovie, duc de Sburas et de Strastota et Sendomiria. Il
n'en vint point de la part du roy de Poulogne, pourceque, quelques
jours d'auparavant, le prince de Transilvanie s'estoit offensé contre
Sa Majesté de ce que, luy envoyant par un courrier un pacquet où il
n'avoit point mis les qualitez au dessus, il ne le voulut pas recevoir
à ceste occasion, et le renvoya avec ceste responce au roy, qu'il ne
devoit point feindre à luy donner les tiltres et les qualitez dont
l'empereur et les autres roys et princes de la chrestienté le
qualifioient; que, ne le faisant pas, il luy tesmoignoit n'estre pas
son amy, veu qu'en cela c'estoit comme s'oposer à son bonheur et à sa
gloire[234].

[Note 234: Bethlem Gabor tenoit d'autant plus à ses titres que, né
d'un simple gentilhomme, il se devoit tout à lui-même.]

Un bacha arriva après, de la part du grand-seigneur, suivy d'une belle
compagnie de Turcs et Tartares, au devant duquel le prince envoya son
carrosse et quantité de seigneurs de qualité, avec cinq cens lanciers,
qui conduisirent cest ambassadeur jusques à son logis; le son des
tambours et des flustes, qui sont les instrumens ordinaires dont ceste
nation se sert pour les plus grandes resjouissances, ravissoit les
coeurs d'admiration, estonnant la terre et resjouissant le ciel. Comme
l'ambassadeur eust esté ouy, il presenta au prince, de la part de son
maistre, deux grands chevaux turcs avec les caparaçons et les
crinières de toille d'or, et treize hommes turcs, dont trois
presentèrent chacun un habit à la turque de toille d'or, trois autres
chacun un de toille d'argent, et les autres sept des estoffes les plus
precieuses dont les plus grands princes se servent en ce pays-là. Le
mesme jour, le prince fit un festin au bacha et à toute sa suitte, où
il n'y eust pas moins de despence qu'à celuy de Marc-Anthoine avec
Cleopâtre. C'est là qu'il prit la place d'honneur et beut à la santé
du grand-seigneur, la teste couverte, ce qui estonna fort toute la
compagnie.

Le prince, qui a bon jugement et bon esprit, prévoyant et craignant
tout ensemble les disputes qui pourroient survenir pour les
presceances entre l'ambassadeur de l'empereur, qui devoit arriver le
lendemain, et celuy du grand-seigneur, et jugeant aussi qu'à cause du
grand nombre de gens qu'avoit amené le bacha il ne pouvoit plus
longtemps sejourner sans beaucoup d'incommodité, il se servit de ceste
ruse admirable pour le renvoyer honnestement sans lui deplaire, qui
fut qu'il l'asseura avoir apris par un courrier exprès que sa
maistresse estoit malade de la petite-verolle, et que pour ce sujet il
l'alloit trouver, comme le devoir l'y obligeoit, de telle sorte que,
ne sçachant pas l'heure certaine de son retour, il luy conseilloit de
s'en retourner trouver son maistre; ce qui fut aussitost executé que
resolu: car le bacha s'en retourna le lendemain; et la prompte arrivée
de la princesse, et son visage aussi frais qu'à l'ordinaire,
montrèrent bien que c'estoit bien par consideration d'estat que le
prince de Transilvanie avoit ainsi congedié le bacha.

Le lendemain de ce departement, les ambassadeurs de l'empereur, de son
fils, esleu nouvellement roy d'Hongrie[235], de l'électeur et du duc
de Bavière, accompagnez de cinq cens chevaux beaux et lestes, au
devant desquels le prince envoya six carrosses et un regiment de deux
mille Poulonnois à pied, qui les conduisirent jusques aux logis qu'on
leur avoit preparez, où l'on posa en haye force gens de guerre, qui
tenoient depuis leurs maisons jusques au palais du prince.

[Note 235: A peu d'années de là, Bethlem Gabor, en guerre avec
l'empereur Ferdinand II, et agissant de concert avec les troupes
ottomanes, devoit, après une heureuse campagne, prendre pour lui-même
ce titre de roi de Hongrie; mais il l'abdiqua bientôt, se contentant
de garder ses conquêtes.]

Après les audiances particulières, l'ambassadeur de l'empereur
presenta une chaisne d'or esmaillée, reprise par couplets avec force
diamans, prisée à soixante mille richedales.

L'ambassadeur du roy de Hongrie donna un diamant d'une incroyable
grosseur, estimé vingt mille richedales.

L'ambassadeur de l'électeur et duc de Bavière fit deux presens: l'un
d'une fontaine d'or artistement fabriquée, et d'une grandeur
desmesurée, de la part de son maistre, et l'autre d'un aigle d'or,
dans lequel y avoit un horloge très artificiellement fait, de la part
de l'électeur de Cologne.

La princesse de Brandebourg estant à demie lieuë de la ville de Cacha,
le prince de Transilvanie alla au devant d'elle, accompagné de six
mille chevaux, quinze cens Hongrois vestus tous de bleu avec du
passement d'argent, cinq cens mousquetaires allemans, vestus de satin
rouge avec du passement d'or et la livrée blanche, et une très grande
suitte de seigneurs et de gentilshommes, qui estoient tous si bien
couverts qu'il y a longtemps qu'on n'a veu chose si magnifique. Ce fut
dans une grande campagne, où le prince avoit fait tendre grande
quantité de tentes et de pavillons d'estoffes rares et precieuses, que
se rencontrèrent ces deux amans. Le prince, voyant que sa maistresse
avoit fait arrester son carrosse pour descendre et le saluer, luy
descend aussi-tost de cheval, et, s'estant approché d'elle sans luy
faire de grands complimens, il luy donna la main, qu'elle baisa, et la
conduisit dans un pavillon de velours rouge tout couvert de clinquant
d'or, où ils devisèrent ensemble une bonne heure et demie, après
laquelle le prince sortit de là avec sa maistresse, laquelle il fit
monter dedans un carrosse de velours cramoisy brodé d'or; luy monta à
cheval et s'en retourna dans la ville en bel ordre, à la teste de
toutes ses trouppes, où devant lui paroissoient douze chevaux aussi
richement enharnachez qu'il est possible de descrire, menez en main
par douze esclaves; deux elephans les suivoient, d'une prodigieuse
grandeur, couverts de velours cramoisy en broderie d'or eslevée, où
estoient depeintes toutes les actions les plus remarquables qu'avoit
jamais fait le prince en toutes ses guerres.

En cest apareil entra ce grand guerrier dans la ville, et ensuitte la
princesse, sa maistresse, avec madame la duchesse de Bronsvich, sa
soeur, qui estoit dans un carrosse de velours cramoisy, avec des
clinquans d'or et d'argent aussi bien dehors que dedans.

A leur suite il y avoit cent cinquante coches à la mode du pays,
couverts de cuir rouge, tirez chacun par six chevaux, et conduis par
deux cochers, vestus d'escarlatte, chamarrez de passement d'or; deux
cens cavaliers suivoient après, aussi vestus d'escarlatte, avec du
passement d'or, et autre grand nombre de noblesse, qui n'avoit rien
espargné pour paroistre à un jour si solennel.

Il se remarque particulierement que le mareschal de Brandebourg avoit
fait faire si grande quantité d'habits, et de si riches, qu'on en
croit, la despence revenir à cinquante mille richedales.

Plusieurs pages, montez sur chevaux fort richement enharnachez,
marchoient après, ayant les pourpoins de toille d'or noir découpée, et
dessous des camisolles de toille d'or, et les hauts de chausses et
manteaux de velours noir, chamarrez de passement d'or, et grand nombre
de laquais vestus de la mesme façon.

C'est là la suite de la princesse, qui, pour n'estre point d'une haute
taille, ne laisse pas d'être d'aussi bonne mine qu'il se peut dire.
Elle est brune, mais la plus agreable et la plus blanche qui se puisse
voir; elle begaye un peu, mais non à dessein, ny par affetterie, et
cela luy revient si bien qu'il y a de l'admiration à l'ouyr parler;
ses mains sont si blanches et si polies qu'il n'y a marbre qui le soit
davantage.

Après que l'ambassadeur de l'Electeur de Brandebourg, qui avoit arrivé
avec la princesse, eust eu audience, il presenta au prince un petit
coffre d'ambre, plein de pierres précieuses d'un prix inestimable.

Cela fait, la ceremonie du mariage se fist au palais du prince, en
presence de tous les ambassadeurs, et peu après on commença le festin,
qui dura huict jours continuels, durant lesquels il ne se vit jamais
des choses semblables. Là furent servies force viandes accomodées à la
façon des Hongrois, desquelles ne peurent manger les Allemans, et, ne
les trouvans à leurs goûts, les rejettèrent, s'en mocquant et n'en
faisant point d'estat. Pendant ce temps là, c'estoit à qui inventeroit
de nouveaux passetemps pour honorer le triomphe de ce mariage. Le jour
on voyoit force courses de bagues, combats à la barrière, et autres
exercices que la noblesse allemande est curieuse de venir apprendre en
France; le soir, on prenoit plaisir à voir toutes sortes de feux
d'artifices, danses et jeux, dont chacun se divertissoit selon son
inclination.

Le second jour de ceste resjoyssance fut dansé un balet par quelques
seigneurs Allemans, qui fut fort approuvé et trouvé beau generalement
de tous ceux qui le virent, hormis des Hongrois, qui, comme ignorans
en semblables gentillesses, le trouvèrent fort extravagant. Le mesme
jour, sur le soir, où l'on voyoit rompre le bas à quelques cavaliers,
le boufon du prince en défia un autre, par galenterie, à faire cest
exercice; mais il en devint si bon maître qu'il mourut le lendemain,
d'un esclat de sa lance qui luy donna dans l'oeil.

Le jour suyvant, le prince donna à sa femme quantité de pierreries,
belles par excellence, jusques à la valeur de deux cens mil
richedales, et ce qui est à remarquer, c'est qu'encores qu'il n'y eust
aucuns ambassadeurs de France, d'Espagne, d'Angleterre, de Venise, ny
de quantitez d'autres royaumes, seigneuries et républiques, et y
estant convyez toutesfois, la valeur des presens que l'on a envoyé
s'est montrée deux fois plus grande que la despense de toute ceste
magnificence.

Tant de pompes cessées, et l'esprit du prince appelé ailleurs,
l'oblige à s'en retourner en Transylvanie.

Il traversa le fleuve de Tyssa, sur lequel il fist faire un pont de
basteaux qui luy cousta 6,000 richedales, et chacun se retira dans son
pays.

L'ambassadeur du roy d'Espagne, qui estoit en chemin pour aller de la
part de son maistre trouver le prince en Transilvanie, aprit à deux
journées de Cacha son retour; cela le fit rebrousser sur ses pas, et
il ne laissa pas d'avoir le present qu'il avoit charge de lui faire
par l'un des siens, accompagné de quatre gentilshommes, qui estoit
deux diamants estimez 4,000 richedales.

C'est là tout ce qui s'est passé de plus remarquable aux nopces de ce
prince, de qui la valeur et son espée luy ont acquis le tiltre qu'il
possède maintenant. Et en ces pompes diverses il a bien tesmoigné sa
puissance et sa grandeur, plus grande que beaucoup ne se l'imaginoient
pas.

Nous le laisserons à l'abry de ses mirthes, qui se joignent à ses
lauriers, et qui font la paix entre Mars et l'Amour.

       *       *       *       *       *


     _La descouverture du style impudique des courtisannes de
     Normandie à celles de Paris, envoyée pour estrennes, de
     l'invention d'une courtisanne angloise._

     _A Paris, chez Nicolas Alexandre, demourant rue
     Neuve-des-Mathurins. 1618._

       In-8º.


Chères soeurs, puis que l'amour, ce clairvoyant aveugle, cet argus
aveuglant qui, avec ses yeux bandez, se glisse insensiblement dans les
ames des courtisannesques, étant charmé des traicts de nos perfidies
inventées, de la poison de nos malices, desquelles, comme
compatriotes, nous vous envoyons ce petit narré pour vous instruire en
cas de nécessité, pour user des moyens qui vous seront très utiles
pour cacher les infirmitez de celles de votre confrairie, pour
attraper et abuser ceux qui ordinairement sont en vos quartiers, en
cas qu'ils veulent être si valeureux champions que de vouloir
combattre seul à seul soubz la cornette de Vénus, lequel style nous
vous prions de recevoir pour vos agreables estreines, vous asseurant
qu'usant d'iceluy, vous cognoistrez que cet enfant, cet insigne
voleur, ce grand detrousseur des ames, ce brigand renommé quy
s'enrichit des depouilles d'autruy et qui endommage indifferemment
tout ce qu'il rencontre, fera voir, par ce moyen, vos charmantes
faintises, lesquels, par les moyens cy-après specifiez, penseront
avoir quelques belle nymphe amadriade, auront le plus souvent la mère
des dieux: et pour ce faire, chères compaignes, vous serez adverties
et advertirez celles à qui nature n'a tant donné de perfection, qu'il
est necessaire pour jouer au reversis, et qui plus souvent, par faute
d'intelligence, demeure cazanière, gratant les cendres à leur foyer;
c'est doncques à elles à qui ces preceptes pourront être utiles et
necessaires; est qui s'ensuit.

Premierement, celles qui, par faute de devotion, n'auront jeûné le
caresme souvent, et qui auront la face grosse et grasse, ce qui est
fort mal séant d'être comme des mamulères, elles y pourront obvier et
se faire paroistre poupines[236], moyennant qu'elles portent leurs
fraises et collet plus grands et plus larges que d'ordinaire, et aussi
leur coiffeure comme leur perrucque et moulle estroits; et pour
l'ornement d'icelles, il est nécessaire, si leurs propres cheveux ne
sont ni beaux ni longs, elles auront recours aux fausses
perruques[237], lesquelles, étant bien agensées de roses de diverses
couleurs et des plus voyantes, sans y oublier la poudre de
Chypre[238], qu'elles pourront y applicquer avec une houppe de soie
qu'elles tiendront pour cet effet ordinairement dans leurs petites
boites, et surtout que, si tant est qu'elles aient recours aux fausses
perruques, comme il n'est pas que quelqu'une n'est fait quelque voyage
au royaume de Suède[239], et pourront avoir passé la forêt de la
Pellade[240], qu'elles applicquent ces susdicts cheveux revenant à
leurs sourcils.

[Note 236: Être _poupin_, c'étoit avoir le visage et la taille
mignonne.]

[Note 237: On voit bien ici que c'est une Angloise qui parle. L'usage
des faux cheveux, peu à peu délaissé en France, depuis l'époque ou
Guil. Coquillard en avoit parlé, ne s'étoit jamais perdu en
Angleterre, du moins chez les femmes (V. Fr. Junius, _Comment. de
Comâ_, cap. 1.)]

[Note 238: La première fois qu'il est parlé de la poudre pour les
cheveux à cette époque, c'est dans le _Journal_ de l'Estoille: il y
est dit qu'en 1593, on vit se promener à Paris des religieuses frisées
et poudrées.]

[Note 239: «Manière de parler figurée qui signifie _suer_... le mal de
Naples.» Leroux, _Dict. comique_.]

[Note 240: Maladie du cuir chevelu, suite ordinaire d'un autre mal.
S.-Amant a dit:

  Que la tigne, que la _pelade_,
  Se jette dessus ma salade.]

_Item_, celles qui auront le visage blanc de trop, ainsi que pasle,
trop rouge ou trop triste, elles pourront, pour la blancheur, y
appliquer le vermillon destrempé sur la rondeur de leurs joues; et
pour la rougeur, le blanc d'Espagne deslayé assez clairement, qu'elles
appliqueront très doucement sur leurs visages, et sans y oublier la
petite mouche[241] noire sur leurs tempes et la plume orangé pastel,
meslée avec vert naissant, et puis après voilà un cheval de louage.

[Note 241: C'est une mode qui ne datoit alors que de quelques années.
V. Tallemant, édit. in-8º, t. III, p. 326, et L. de Laborde, _le
Palais Mazarin_, p. 318, note 368.]

_Item_, celles quy auront la bouche belle et coraline, il ne faut
qu'elles portent leurs masques longs, ains courts et fort relevés, à
icelle fin qu'elles paroissent et soient à la vue des regardans, et
que par ce moyen leur fasse envie d'en desirer des baisers.

_Item_, celles quy ne l'auront belle et bien faite, et leurs lèvres
pasles, il leur sera necessaire de porter leurs dicts masques tant
soit peu plus longs et leurs mentonnières un peu largettes, nonobstant
leurs masques un peu relevés, pour suivre l'usage qui se pratique de
les porter de la façon.

_Item_, celles qui auront la gorge blanche et bien taillée et les
tetons blancs et bien relevez, qu'elles se donnent bien de garde de
mettre rien de leurs affutages au devant, qui empechent la vue des
regardans, mais leur fassent souhaiter de s'en servir de coucinets.

_Item_, celles quy l'auront au contraire ci-dessus, qu'elles mettent
de larges paremens à leurs collets et robbes, et n'en fassent
paroistre que des eschantillons.

_Item_, celles qui auront une espaule plus grosse que l'autre et
seront bossues, par le moyen d'un corps de cuirasse et force
garnitures à leurs robbes les feront paroistre esgalles et cacheront
cette imperfection.

_Item_, celles qui sont d'une grosse stature et grossière taille,
portent d'amples et larges manches et de grands vertugadins, ou, pour
bien dire, cache-bastards[242], qui relèvent fort par derrière. Par
iceluy moyen, on ne verra point cette desfectuosité.

[Note 242: Les vertugadins, si «favorables aux filles qui s'étoient
laissé gâter la taille», comme il est dit dans le dictionnaire des
jésuites de Trévoux, étoient pour cela nommés ironiquement
_vertu-gardiens_. Les Espagnols, qui furent les derniers à en
conserver la mode, les appeloient sérieusement _garde-infante_.]

_Item_, celles qui auront soufflé l'alquemie devant le siége de
Soissons[243], quy seront maigres et descharnées, il faut pour cela
faire paroistre d'une assez bonne façon, portant leurs coiffeures fort
estroictes, et leurs collets assez petits, et leurs robbes moderement
garnies.

[Note 243: J'ignore ce qui se cache ici; je soupçonne seulement une
grosse obscénité. La _ribaudie de Soissons_ étoit déjà proverbiale au
XIIIe siècle. Il en est parlé dans le _Dit de l'Apostoile_.]

_Item_, celles qui seront boiteuses, il leur est necessaire de porter
un soulier plus haut que l'autre.

_Item_, celles quy seront d'une petite stature, et quy seront restées
de la race des pygmés, pourront estre en un instant, sans esternuer,
ne leur dire que Dieu les croisse, se faire de la riche taille par le
moyen d'un soulier d'un demy-pied de liége de haut, quy sera caché par
leurs longues robbes, et par ainsy, où la nature a denié la
bienseance, il est necessaire de la trouver par artifice.

De plus, il vous est necessaire, chères compatriotes, qu'outre la
bienseance des habits il se faut estudier à former vos actions, affin
que l'un corresponde à l'autre, et que par ce moyen vous puissiez
parler sans dire mot; et pour ce faire, vous employerez les yeux de
quelque vieille matrone qui aura fait son cours en la phylosophie
cyprienne, devant laquelle vous cheminerez, pour estre asseurées si
votre allure est trop prompte, trop lente, trop affectée, trop niaise
ou trop grave, afin de la former selon votre taille, votre air et
votre naturel, pour ce qu'il faut laisser tousjours quelque chose de
sa nature, qui veut avoir bonne grace.

Plus, pour votre dernier stile, pour voir ce que nous avons specifié
vous estre convenable, vous aurez recours à un miroir pour y puiser
vos secrets, et apprendrez par iceluy à regarder si votre visage est
trop gay, trop triste, trop doux ou trop soucieux, et y reformerez et
adjoutterez ce que vous y trouverez necessaire. Par ce moyen, vous
instruirez vos yeux à donner des regards doux, et vos bouches à former
en un instant des petits souris pour les accompagner, et apprendre à
jeter de rudes oeillades, et quelquefois de douces à ceux qu'il vous
plaira; et suivant ces instructions, nous sommes asseurées, chères
compatriotes, que jamais l'ambre n'attirera tant à soy que vos
feintises amoureuses attireront à vous autres ces pauvres malheureux
errans. Voilà donc ce que pour le present, à ce nouvel an, nous vous
pouvons envoyer, que nous vous prions de recevoir d'aussy bon coeur
que nous sommes à tout jamais vos chères compatriotes et humbles
servantes.

De Rouen, aux fauxbours de Soteville, fripant la crème, ce premier
jour de l'an mil six cens dix huict.

Amy lecteur, l'une des copies de ce discours m'estant tombée entre les
mains, j'ay estimé que je serois très ingrat si je ne le faisois voir
au jour, pour servir d'avertissement à ceux qui sont tellement
abandonnez à leurs appetits charnels, et quy le plus souvent se
laissent aller aux charmes et faintises de ces bestes envenimées, quy
ne s'estudient, comme il paroist par ces salles et impudiques
discours, que pour attraper ceux quy par trop aiment leurs salles et
deshonnestes plaisirs, et quy le plus souvent, par le moyen de ces
canailles, perdent le corps et l'ame. C'est pourquoy je m'en estonne
si Aristote disoit que nature a faict les femmes plus belles et
tendres que les hommes; aussi les a-t-elle faict plus fines,
cauteleuses et malicieuses. Cela occasionna Codrus à dire que le ciel
ne contenoit tant d'estoiles, ne la mer tant de poissons, que la femme
couvoit de fraude et de malice dans son ame pleine de curiosité et de
desirs. Chiron disoit qu'il estoit meilleur d'ensevelir une femme que
de l'espouser. La femme chaste, pudique et vertueuse, se fait bien
cognoistre et respecter sans mot dire.

La fille de joye porte preuve de son deshonneur en ses gestes et en sa
contenance, disoit l'ancien tragique Eschylian, dans Athènes.

C'est le propre de la femme de se laisser tromper, dit sainct
Hierosme, et de tromper les autres. Aussi, si la première femme ne se
fust mise du party du diable, le diable se desesperoit de venir à bout
du premier homme. Il suit encore son premier train, dont il s'estoit
bien trouvé. Tu es la porte du diable, disoit Tertulian à sa femme,
etc. La première qui a mis la main au fruict deffendu, la première qui
a abandonné Dieu, et avec si peu de peine a faict perdre l'homme, quy
est l'image de Dieu, que le diable n'avoit osé aborder. J'aurai
recours, disoit ce malin, dans Origènes, quand il vouloit s'aider de
la femme, j'aurai recours à mes anciennes armes, disoit-il, pour
vaincre l'homme.

Les Sybarites convioient les femmes au festin un an avant le jour,
afin qu'elles eussent le loisir de se parer de vestemens et joyaux
pour y venir et s'y presenter. Ces festins sont aussy ruyneux à la
bouche que les plaisirs charnels à ceux quy les frequentent.

  Vous semblez aux tombeaux, peinturez au dehors;
  Au dedans l'on n'y voit que pourriture et morts,
  Où repaissent les vers leur extrême famine;
  Vos visages sont feintz, vernissez et fardez;
  De mille clouds luisans vos habits sont parez,
  Mais vos corps sont remplis de puante vermine.

  Vous fardez vos discours afin de nous flechir,
  Vous emplastrez vos cols, afin de les blanchir,
  De graisse et d'argent vif encorporez ensemble[244];
  Puis, nous livrant l'assaut, vous laschez vos boutons,
  Afin de nous monstrer vos estranquez tetons,
  Que vous faictes enfler au moyen d'une sangle.

  Vostre miroir vous fasche en disant verité;
  Vous accusez le ciel pour n'avoir de beauté;
  De vermeil et de blanc vous forcez la nature;
  Vos visages fumez, barbouillez et rouillez,
  Semblent des parchemins de lescive mouillez
  Quand d'un fard espagnol vous raclez la peinture

  Ny du foudre eclatant l'epouvantable bruict,
  Ny les affreux demons quy volent jour et nuict,
  Ny les crins herissez de l'horrible Cerbère,
  Ny du Cocyte creux la rage et le tourment,
  Ny du père des dieux le sainct commandement,
  Ne sauroit empescher la femme de malfaire.

  Un demon, une femme, sont tous deux compagnons:
  L'un est maistre en malice, l'autre en inventions.

[Note 244: Dans le livre rare avant pour titre: _Les amours, intrigues
et cabales des domestiques des grandes maisons de ce temps_, Paris,
1633, in-8º, p. 218, il est ainsi parlé de l'art d'une camériste pour
attifer sa maîtresse: «Tout son crédit procède de ce qu'elle sait
bien..... ajuster ses cheveux et appliquer ses mouches, bien preparer
le sublimé, le blanc d'Espagne et la pommade, et tant d'autres
mixtions, etc.» La sorcière de la _Celestine_ «fabriquoit du sublimé,
des fards..., des pommades, des eaux pour le teint, du blanc et autres
drogues pour le visage.» (Trad. de M. Germond de La Vigne, in-12, p.
36).]

FIN.

       *       *       *       *       *


     _La rubrique et fallace du monde, pasquin excellent._

     _A Paris._ 1622.

       In-8.


  Voicy le siècle methodique
  Où l'on voit la belle pratique
  De servir Dieu mondainement
  Et d'estre mondain sagement.
  Il faut hanter les monastères
  Et sçavoir en toutes matières
  De nos devostes le babil;
  Avoir un directeur subtil
  Quy vous enseigne la méthode
  De vous confesser à la mode;
  Quy entende le compliment,
  Et surtout qui soit indulgent;
  Qu'en des scrupules ne vous mette,
  Ains que plustost il vous permette
  Poudres et frisons et bouquetz,
  Et tous les petits affiquetz,
  Pour, d'une façon non commune,
  Quy n'est nullement importune,
  Pratiquer la devotion
  En diverse condition,
  Chacun selon sa fantaisie,
  Sans qu'il faille (quoy que l'on die),
  Se priver du contentement
  Qu'on prend à son habillement:
  Car, pour estre un peu bigarrée
  Et à la mode apropriée,
  Cela n'empesche nullement
  De vivre bien devotement.
  La gorge honestement ouverte,
  D'un petit quintain[245] clair couverte,
  Lequel, se tournant à tous coups,
  Monstre ce qu'il y a dessoubz.
  Pierres brillantes, pierreries,
  Ce sont de pures resveries
  D'un faible cerveau, quy a dict
  Qu'on cognoit le moine à l'habit.
  Si parfois on a l'ame atteinte
  De quelque devotion feinte,
  Il faut avec humilité
  Reclamer la divinité.
  Lors à dix heures on s'esveille,
  Et de bonne heure on s'apareille
  Pour se confesser de bon coeur
  Et recepvoir son createur.
  On se met au confessionnal
  Avec un maintien fort esgal,
  Puis la petite coiffe claire
  Sert d'ornement à tout l'affaire,
  Quy, encore qu'avec les yeux,
  Elle cache aussi les cheveux.
  C'est une methode si belle,
  Qu'on peut jouer de la prunelle
  Et facilement regarder
  Ce quy peut le plus contenter.
  A tout cecy l'on trouve excuse
  Et d'un terme souvent on use:
  C'est que la bonne intention
  Rend parfaite toute action.
  Ainsi la femme mariée
  Pour son mary sera parée,
  Quy ne s'en soucie nullement;
  Plustost le mecontentement
  Qu'il a de sa grand braverie
  Forge en son coeur la jalousie.
  La fille doit se faire veoir,
  Si elle veut bien se pourveoir;
  Il faut qu'elle se rende aimable,
  Afin qu'estant plus desirable,
  Quelque party advantageux
  Contente son coeur courageux.
  Mais, las! la pauvrette, trompée,
  A la fin du jeu est pipée
  Par quelque trop leger amant:
  Car il arrive rarement
  Que les hommes, pleins de malice,
  S'attrapent par cest artifice;
  Ils cherchent de l'argent content
  Et se donnent au plus offrant.
  Mais si quelqu'une plus zelée
  Et d'un saint desir attirée
  Veut prendre avec humilité
  L'habit, en sa simplicité,
  Je luy donneray pour modelle
  En la vie spirituelle
  Des sainctes devostes d'humeur
  La modestie et la douceur,
  Et surtout la grande prudence
  Quy reluit dans leur excellence,
  La coiffe et les petits colletz,
  Les grands croix et gros chappeletz;
  Gaigner toujours quelque indulgence
  Pour adoucir sa penitence,
  Visiter fort les capucins,
  Les minimes, les jacobins,
  Principalement les jesuites,
  Pour estre bonnes casuistes;
  Mepriser la mondaineté
  Et blasmer fort la vanité,
  Cheminant la veüe baissée
  D'une façon mortifiée,
  Delaissant en cette façon
  Toute la pompe à la maison,
  Car les belles tapisseries,
  Les lits de soie, les broderies,
  Avec les vaisselles d'argent,
  C'est leur commun ameublement.
  Il court encore une manie
  De certaine theologie
  Pour asseurer l'entendement
  De ceux quy vont plus simplement,
  Ne sachant encor la pratique
  Comme on peut, en bon catholique,
  S'accommoder du bien d'autruy,
  Pourveu que Dieu en soit servy
  Et que pour nous ils fassent croire
  Que c'est pour sa plus grande gloire,
  Bien que par son commandement
  Il le desfende absolument.
  Par la voye extraordinaire,
  Sans doute cela se peut faire,
  Car les bons theologiens
  Sont savants méthodiciens
  Et trouvent par leur suffisance
  Que c'est en bonne conscience.
  S'il entre dans quelque famille
  Quelqu'enfant qui soit malhabille,
  Aussi tost il est destiné
  Et par arrest predestiné
  Qu'il sera bon ou mauvais moine,
  Afin que de son patrimoine
  On fasse une meilleure part
  A ceux quy n'auroient que le quart;
  Ou s'il advient qu'on apprehende
  Des filles la charge trop grande,
  Par forme de devotion,
  On les met en religion.
  Mais c'est plus tost un bon menage[246]
  Pour espargner leur mariage;
  On forcera leur volonté
  Pour les mestre en captivité,
  Dessoubz une reigle asservies,
  Dont elles n'auront nulle envie.
  Il faut parler avec honneur
  De nos evesques de faveur,
  Dont l'evesché est en tutelle
  Pendant qu'ils sont à la mamelle,
  Et, sans prolonger, sont mittrez
  Auparavant d'estre sevrez.
  Chacun a plusieurs abbayes
  Priorez et commanderies,
  Comme l'on voit les seculiers
  Avoir des femmes à milliers.
  Une favorable dispense
  Vous donnera toute l'essence
  D'estre abbé, evesque ou curé,
  Sans qu'on soit escolier juré,
  Ny qu'on sache en nulle manière
  Dire service ou brevière;
  L'assistance d'un suffragant,
  Va tout cela accomodant.
  Je n'en veux dire davantage,
  Mettant mon perroquet en cage,
  Ne croyant, sauf meilleur advis,
  Qu'on aille ainsy en Paradis,
  Si Dieu, par un miracle estrange,
  Selon la mode ne se change.

[Note 245: Le _quintin_ étoit une toile fort fine et fort claire, dont
on faisoit des collets et des manchettes.]

[Note 246: Une bonne économie. Quand Sganarelle, d'après Panurge,
parle de vivre en ménage, il veut dire vivre d'économie (_le Médecin
malgré lui_, acte I, sc. 1). V. encore, sur l'emploi de ce mot,
Tallemant, édit. in-12, t. IX, p. 48.]

FIN.

       *       *       *       *       *


     _Plaidoyers plaisans dans une cause burlesque_[247].

       M.DCC.XLIII.

         _Avec permission._ In-8º.

     [Note 247: C'est une facétie sans doute inspirée par celle de
     Moncrif, _Histoire des chats, etc._, dont le succès étoit très
     grand alors. Quelques détails nous donneroient toutefois à croire
     qu'elle devança peut-être l'ouvrage de Moncrif, et qu'une
     première édition, antérieure à celle que nous reproduisons ici,
     pourroit bien remonter au XVIIe siècle. Alors il faudroit y voir
     une imitation des plaidoyers de l'Intimé et de Petit-Jean, pour
     et contre le chien Ciron, dans _les Plaideurs_.]


_Plaidoyers burlesques._

MESSIEURS,

Je suis en cette cause pour Gerofflette-Perronelle Minette, veuve de
Rominagrobis Mitoulet, ancien syndic de la communauté des Miaulans,
chevalier de l'ordre des Gouttières, généralissime de l'armée des
Chats, demanderesse, accusatrice;

Contre _Boscot Polichinel, marchant de mort-aux-rats, défendeur,
accusé_.

Ma cause, Messieurs, est d'autant plus importante, qu'il s'agit non
seulement de la vie de cette pauvre dame Chatte, ma partie, et de
celle de six petits chatons, orphelins, ses enfants, issus du plus
noble sang de la race des chats, mais encore de la tranquillité de la
France, de l'Europe entière; que dis-je? de tout l'Univers, que le
malheureux Polichinel a troublé par des crimes effroyables.

Un des plus graves, et qui trouble le plus la société, est qu'il a tué
et assassiné, dans cette ville, le jour de Carême-prenant de l'année
mil sept cent je ne sais combien, le fameux Mitoulet, mari de celle
pour qui je parle, le plus fidèle sujet, le plus intelligent et le
plus valeureux capitaine qui ait jamais paru dans les armées des
chats; un chat, Messieurs, qui, comme le plus habile politique de la
nation chatonne, avoit plusieurs fois été élu pour deputé vers les
alliés, quand il s'agissoit d'y négocier quelque affaire importante
pour la conservation de sa République, et qui, par surcroît de
dignité, avoit passé par toutes les principales charges de la
communauté des chats, et exercé, avec un jugement dont il se voit peu
d'exemples, la marguillerie dans leurs assemblées nocturnes, je veux
dire dans les sabats. Et pour comble de cruauté, et non content
d'avoir massacré le mari de celle pour qui je parle, il a encore
arraché les ongles de ma partie.

Si l'on mesure la punition du coupable à la qualité de la personne
envers laquelle le crime a été commis, après ce que je viens d'avoir
l'honneur de produire aux yeux de la Cour, il me paroît douteux qu'on
puisse inventer un supplice assez affreux pour cet accusé.

Eh! quel motif a porté cet infâme meurtrier à massacrer ce héros, ou,
pour mieux dire, à désoler cette famille entière? Vous ne le croiriez
pas, Messieurs: le plus vil intérêt. Cet opérateur, cet empirique, en
un mot ce marchand de mort-aux-rats, ne s'est porté à cet assassinat
que pour mieux parvenir à débiter sa drogue. Le fameux Mitoulet étoit
l'ennemi juré des rats; autant il en trouvoit, autant étoient-ils
croqués par sa dent meurtrière. Mitoulet étoit le rempart le plus
assuré de cette ville; il nuisoit par là au commerce et à la
réputation de Polichinel. Personne n'étoit curieux d'acheter de la
mort-aux-rats: Mitoulet suffisoit pour les détruire.

Voilà, Messieurs, voilà la source et la cause de la haine de
Polichinel: il regarda cet illustre défenseur comme son plus mortel
ennemi; Polichinel périssoit si Mitoulet conservoit des jours
précieux. Il ne lui en fallut pas davantage pour l'engager à commettre
le plus grand de tous les crimes, en portant ses mains hardies sur la
personne de Mitoulet.

Eh! que deviendra la société, s'il est ainsi permis de massacrer ses
plus grands bienfaiteurs, et si notre interêt nous engage à donner la
mort à tous ceux qui peuvent nous nuire?

Marchands, puisque la notable race des chats est éteinte, qui mettra
désormais vos marchandises à couvert de la morsure des rats?

Soldats! qui veillera à la conservation de la bourre et de la mèche
de vos mousquetons?

Et vous, dames si bien parées! qui les empêchera de ronger vos habits
magnifiques, vos blondes, et d'insulter même jusqu'à votre visage, en
y léchant le lard dont vous empruntez vos teints fleuris[248] et vos
grâces artificielles?

[Note 248: Le Gorgibus des _Précieuses ridicules_ reproche à ses
filles la grande quantité de lard dont elles faisoient un usage
pareil; et un siècle après, on le sait, le maréchal de Richelieu
demandoit au même procédé les apparences de son éternelle jeunesse.]

Avocats, procureurs, greffiers, tabellions, huissiers, sergens, en un
mot tout ce que la chicane a de plus formidable! que ne devez-vous pas
craindre pour vos papiers?

Ce n'est là, Messieurs, qu'une légère partie de tous les maux que va
causer la mort du fameux Mitoulet.

Au premier bruit de cet assassinat, tous les chats sont accourus. Que
de miaulemens! que de regrets! que de plaintes! que de gémissemens! On
perdoit en lui un vaillant capitaine, l'espoir de sa nation, plus
grand encore par les rares qualités du coeur et de l'esprit que par
ses talens. Lion dans les combats, mais modeste après la victoire;
libéral, désintéressé; pour tout dire enfin, entièrement dévoué aux
intérêts de sa patrie, chacun le pleura comme un ami, un protecteur et
un père.

Mais quelle fut la désolation de dame Minette, ma partie? Bien moins
sensible au supplice que ce malheureux lui avoit fait subir qu'à la
perte qu'elle venoit de faire, représentez-vous, Messieurs, ce que la
douleur a de plus amer, et à peine vous formerez-vous un tableau de sa
triste situation.

  _............... Quis, talia fando,
  Mirmidonum, Dolopumve, aut duri miles Ulixei,
  Temperet a lacrimis!_

Il ne revenoit jamais que chargé des dépouilles de ses ennemis; ses
premiers regards se tournoient toujours vers Minette, sa chère épouse;
il lui miauloit amoureusement, il la léchoit avec délectation, il lui
faisoit patte de velours. Elle, à son tour, recevoit ce vainqueur dans
ses pattes: il confondoit ses lauriers dans les tendres caresses de sa
moitié. Peu semblable à ces héros qui se croyent tout permis, Mitoulet
étoit fidèle à son épouse. Aux vertus d'un grand chat il joignoit
encore celle d'un chat de bien.

Qu'allez-vous devenir, Minette infortunée? Veuve de cet Hector[249],
vous allez essuyer le sort de la malheureuse Andromaque: vos fils sont
autant d'Astianax qui éprouveront le sort du fils de ce héros troyen.
Polichinel est pire pour eux que tous les Grecs ensemble: c'est un
Ulisse, un Pyrrhus acharné à leur ruine; ils ressembleroient à leur
père, il les massacrera également.

[Note 249: Voyez l'_Illiade_ d'Homère. (_Note de l'auteur._)]

  ............... Venez, famille désolée;
  Venez, pauvres enfans devenus orphelins,
  Venez faire parler vos esprits enfantins;
  Oüi, Messieurs, vous voyez ici notre misère:
  Nous sommes orphelins[250].....

[Note 250: _Les Plaideurs_, acte III, scène avant-dernière.]

Qui ne seroit touché de l'état pitoyable où ils sont réduits!... C'est
à vous, Messieurs, à les vanger et leur mère. La mort d'un père et
d'un époux crie et demande justice. Faut-il laisser un semblable
forfait impuni? Polichinel mérite les tourmens les plus inouïs. Après
ce que je viens d'avoir l'honneur de vous dire, pourroit-il échapper à
la rigueur de vos jugemens? L'intérêt particulier de mes parties,
l'intérêt public, tout se lie et se joint contre cet infâme meurtrier
pour qu'il subisse la peine due à ses crimes.

Ne croyez pas, en l'épargnant, de laisser un ennemi aux rats: sa
drogue n'est que celle d'un opérateur, plus nuisible, plus dangereuse
qu'utile; les fils de Mitoulet, bientôt devenus grands, feront revivre
leur père et rendront à l'univers sa tranquillité.

Je conclus, Messieurs, à ce qu'il plaise à la Cour déclarer ledit
Polichinel düement atteint et convaincu du meurtre commis en la
personne de messire Rominagrobis Mitoulet, et, pour réparation de ce
crime, ordonner que son enseigne sera dépendüe et lui y être pendu à
la place; déclarer ses biens acquis et confisqués au profit de la
veuve et de ses fils, avec tous dépens, dommages et intérêts, et, en
cas de récidive, le condamner aux galères.

  Leu et approuvé par moi, censeur pour la police, ce
  29 août 1743.

  _Vu l'approbation, permis d'imprimer. A Paris,
  ce 2 septembre 1743._

                                                             MARVILLE.

       *       *       *       *       *

_Plaidoyer pour Boscot Polichinel, marchand épicier-droguiste,
défendeur;_

_Contre Gerofflette Perronnelle Minette, veuve de Rominagrobis
Mitoulet, demanderesse, accusatrice._


MESSIEURS,

Je parle ici pour Boscot Polichinel, bourgeois de cette ville,
marchand épicier-droguiste, contre Gerofflette Perronnelle Minette,
veuve de Rominagrobis Mitoulet, demanderesse, accusatrice.

Le combat qui s'engage entre les parties a de quoi vous surprendre.
C'est une chatte qui poursuit la mort de son prétendu mari;
eussiez-vous jamais cru avoir à juger de la destinée d'un chat? Mais
Mitoulet n'étoit pas, ainsi qu'on vous l'a dit, de ces chats
ordinaires; ses vertus et ses talens devoient le distinguer de ceux de
son espèce. Des vertus et des talens dans un chat! Pour moi, j'avois
jusque alors vécu dans l'opinion que tout le mérite d'un chat
consistoit à croquer une souris; mais il appartenoit à nos adversaires
d'ennoblir de si petites idées.

Quels pleurs cependant n'a pas coûté la mort d'un si noble chat! Vous
avez entendu les miaulemens de notre partie adverse; on n'a rien
oublié pour vous attendrir. Rappellez-vous ces tristes images: une
veuve désolée, six petits chatons orphelins, un mari, un père
assassiné! A des traits si frappans, peu s'en faut que je n'aye
moi-même versé des larmes; et quel est le barbare qui n'eût pas
pleuré? Daignez pour un instant calmer des mouvemens si vifs, et
accordez-moi une audience favorable.

Quand je ne serois pas aussi persuadé que je suis, Messieurs, de la
solidité de vos jugemens, le bon droit du malheureux accusé dont
j'embrasse ici la défense me donne une juste confiance que vous
voudrez bien vous déclarer hautement protecteurs de son innocence.
C'est un misérable disgracié de la nature, à qui elle ne semble avoir
refusé tous ses dons extérieurs que pour l'orner plus libéralement du
don le plus précieux de tous, je veux dire de celui de l'esprit,
qualité qu'il possède au suprême degré et dont il fait un si bon
usage, qu'elle ne lui gagne pas moins l'estime de tous ceux qui le
voyent et qui l'entendent que son triste état leur fait de compassion.

Ce Polichinel, Messieurs, né de parens obscurs et pauvres, n'a reçu
d'eux qu'une éducation convenable à leur triste état; mais son heureux
génie, et plus encore sa probité, l'ont toujours soutenu jusques
aujourd'huy, sans que jamais la pauvreté l'ait porté à quelque mauvais
coup, ainsi que notre partie adverse a l'audace de nous le reprocher.

Je ne nierai point cependant, Messieurs, qu'il n'ait tué Rominagrobis
Mitoulet, ce chat si vanté et peint par nos adversaires d'un si
ridicule pinceau. Oui, il l'a tué; mais jamais attentat mérita-t-il
mieux un pareil châtiment? Aux belles qualités qu'on lui a si
libéralement attribué, on eût dû ajouter la perfidie et l'ingratitude
dont il s'est si souvent noirci envers celui pour qui je parle. Ces
vertus eussent encore rehaussé son tableau. Ma partie ne l'a que trop
long-temps gardé chez lui: il étoit depuis deux ans l'objet de son
amitié, et les artificieuses caresses de ce traître animal avoient sçu
si bien gagner son coeur, que, quelque dure que fût sa pauvreté,
Mitoulet (grâce à la vigilance et aux soins de son maître) ne s'en
étoit presque jamais senti; mais tel est le caractère d'un traître,
que rien ne peut jamais mériter sa reconnoissance.

Un soir que Polichinel, accablé d'inanition et d'inquiétude, étoit
assis au coin de son feu, plus triste de n'avoir rien pour le souper
de Mitoulet que pour le sien propre, ce scélérat, que dis-je? ce trop
digne chat, ne pouvant plus long-temps se retenir, s'élance avec furie
sur Polichinel; il eût sans doute ajouté à toutes les belles actions
qu'on vous a décrites celle d'étrangler son maître, si Polichinel,
dans ce danger, n'eût eu la présence d'esprit de prendre son sabot et
d'en casser la tête de cet ingrat animal, qui ne payoit tous les bons
traitemens de son maître que par la plus noire de toutes les
perfidies.

Vous voyez bien, Messieurs, par ce récit aussi vrai que touchant:

Premièrement, que Polichinel, en tuant le traître Mitoulet, ne l'a
puni que comme il le méritoit;

Secondement, que les tourmens les plus affreux n'auroient pu effacer
la noirceur de son crime;

Troisièmement, qu'un scélérat capable d'une telle trahison n'avoit été
que trop long-temps comblé de caresses par Polichinel;

Quatrièmement, enfin, que l'aversion que quantité de gens ont pour
cette maudite engeance est on ne peut mieux fondée, puisque nous ne
voyons que trop tous les jours une infinité d'exemples de leur
monstrueuse malice. Je vous en retracerois la mémoire, si je ne
craignois d'entrer dans un détail d'autant plus inutile, sans doute,
que vous n'en ignorez pas les tragiques avantures. Voilà cependant
quel est le premier crime dont on ose nous accuser? On transforme en
forfait une action de justice de la part de Polichinel! Devoit-il donc
se laisser étrangler? devoit-il, pour conserver les jours d'un chat si
respectable, s'abandonner au meurtre et à la trahison?

Nos ennemis, Messieurs, ne se sont pas contentés de nous accuser de ce
prétendu crime: à la médisance ils ont joint la calomnie. Polichinel,
disent-ils encore effrontément, a arraché les ongles de cette veuve.
Quelle perte, en effet, que les ongles de cette chatte! Si je voulois
pour un moment me prêter à toute son illusion, je vous dirois que sans
ongles elle en sera plus traitable et plus retenüe; ses ongles ne
repousseront que trop tôt, et lui rendront toute sa férocité. Eh!
connoît-on Polichinel, pour le croire coupable de cette action?

Non, Messieurs, Polichinel n'a jamais fait le mal de dessein
prémédité. Je pourrois, pour prouver ce que j'avance, emprunter la
voix de tous ceux qui le connoissent, et pas un d'eux ne me
contrediroit; mais, pour démontrer invinciblement ce que j'ai
l'honneur de vous exposer, j'aurai seulement recours à la base
fondamentale de toutes les accusations qui se font juridiquement:

     _Quis, quid, ubi, quibus auxiliis, cur, quomodo, quando;_

et par là je vous ferai voir combien cette accusation est mal fondée.

Cette Perronnelle Minette demeuroit chez un voisin de Polichinel, sur
le même pallier, et, en digne veuve de Mitoulet, elle ne lui céda
jamais en aucune de ses belles qualités. Le peu d'intelligence qui
avoit été entre ce beau couple n'affligea pas extrêmement la
survivante, et six petits chatons, fruits de leur mariage, et par
conséquent héritiers de la méchanceté de leurs parens, devinrent
bientôt les objets de sa haine et de son aversion. Comme Polichinel ne
connut jamais la vengeance, il oublia bientôt l'attentat de son mari,
la reçut volontiers chez lui et ne lui témoigna aucun ressentiment.

Un jour de fête solemnelle dans toutes les cuisines, je veux dire un
jour de mardi-gras, le pauvre Polichinel faisoit boüillir son pot
(chose qui ne lui arrive pas souvent). Cette bête affamée entra
furtivement chez lui, attirée par l'odeur de la cuisine; elle voulut,
aussi bête que gourmande, pêcher la viande dans le pot qui boüilloit;
mais sa gourmandise lui coûta cher: ses griffes s'y dessolèrent et y
restèrent pour preuve de sa gloutonnerie. A ses miaulemens,
Polichinel, occupé à autre chose, se retourna, et, par une douceur
qu'on voit rarement en semblable occasion, se contenta de la mettre
dehors de chez lui.

Après cela, Messieurs, elle osera porter l'audace et l'effronterie
jusqu'à paroître en ce lieu en qualité d'accusatrice, lorsqu'elle y
devroit elle-même redouter la rigueur de vos jugemens! assurément il
faut être de la dernière des impudences pour faire un pareil coup.
Mais il est aisé de voir ce qui l'a portée à cette extrémité: elle
s'est imaginé, jugeant de Polichinel par elle-même, qu'il alloit sans
doute la poursuivre criminellement; et, pour éluder le châtiment
qu'elle méritoit, elle est venüe l'attaquer la première. N'est-ce pas
là le comble de la méchanceté, et un pareil monstre d'iniquité
devroit-il encore voir le jour? Elle accuse Polichinel d'avoir tué son
mari. Ah! connut-elle jamais les liens conjugaux, pour être sensible à
leur rupture? Bien plus, elle l'accuse de lui avoir arraché les
ongles... Ne faut-il pas être bien hardie pour oser seulement parler
de ce qui la devroit couvrir de honte, si elle en étoit capable?
A-t-on jamais fait un crime à un homme de gagner légitimement sa vie?
Non, assurément. C'est cependant, Messieurs, ce qu'elle prétend faire.
Polichinel fait un petit négoce d'épicerie, dont le gain est aussi
modique que légitime. Parmi plusieurs drogues, il vend de la
mort-aux-rats, qui en fait partie. Elle ne laisse pas de lui en faire
un crime, quoiqu'il me seroit aisé, si je voulois, de prouver que
cette drogue est plus commode et plus propre que les chats pour se
défaire des rats et des souris. Sans entamer cette question, je finis
en deux mots, Messieurs, par vous supplier d'examiner quelle est
l'accusation et quel est l'accusé. Ces deux considérations, jointes à
ce que je viens d'avoir l'honneur de vous dire, me font espérer que
vous voudrez bien, en terrassant les méchans, faire triompher
l'innocence. Par ces raisons,

Je conclus, Messieurs, à ce qu'il vous plaise confirmer Polichinel
dans le droit de vendre et débiter de la mort-aux-rats, le déclarer
indüement accusé du meurtre commis en la personne de Mitoulet,
condamner Minette, sa veuve, à lui faire réparation d'honneur
authentique, dont sera dressé acte et déposé au greffe; la condamner,
elle et toute sa race, au bannissement perpétuel, avec tous dépens,
dommages et intérêts.


_Jugement._

Parties oüies, nous avons ordonné que l'action de ladite Perronnelle
Minette sursoira jusqu'à sa qualité certaine, ses enfans étant
mineurs, et n'ayant point fait apparoir d'acte de délibération de
parens par lequel elle eût été nommée tutrice à iceux, et cependant
provisoirement défend à Polichinel d'user du métier de droguiste, même
de vendre aucunes drogues, pour quelque cause que ce soit, sans qu'il
justifie de sa lettre de maîtrise, dépens réservés.

  Lû et approuvé par moi, censeur pour la police, ce 29
  aoust 1743.

  _Vû l'approbation, permis d'imprimer. A Paris,
  ce 2 septembre 1743._

                                                             MARVILLE.

Registré sur le livre de la communauté des libraires-imprimeurs de
Paris, nº 2199, conformément aux règlemens, et notamment à l'arrêt de
la cour du parlement du 3 décembre 1705. A Paris, ce 13 septembre
1743.--_Signé_ SAUGRAIN, syndic.

       *       *       *       *       *


     _Les merveilles et les excellences du salmigondis de l'aloyau,
     avec les Confitures renversées._

       _A Paris, chez Jean Martin,_ 1627. In-8.


  Le Roux, ta gentille humeur
  Merite bien qu'un rimeur,
  Des plus gentils de sa race,
  Pour toy grimpe sur Parnasse.

  Un jour, beuvant rejouys
  A la santé de Louys
  Et de Charles ton bon maistre,
  Il t'en souviendra peut-estre,
  Tu laissas les mets royaux
  Pour manger les alloyaux.
  Tu me fy promestre, en somme,
  Sur la foy d'un galant homme,
  Qu'en vers je celebrerois
  Ces morceaux dignes des rois.
  Je m'acquitte de ma debte
  En monnoie de poëte.
  Si Rouillard s'est esbatu
  Sur le renom d'un festu[251]
  Qu'un miserable asne mange;
  Si Pasquier, en sa loüange
  De la puce de Poitiers[252],
  A du bruict en nos quartiers,
  Loüant l'aloyau, j'espère
  La faveur autant prospère,
  Voire plus, car le subject
  Est plus noble et moins abject.

  Arrière donc, ô viandes
  Delicates et friandes,
  Et de quy l'enorme coust
  Faict à maint perdre le goust!
  A la table epicurée
  Vous servirez de curée;
  Soient de vos morceaux disnez
  Les hommes effeminez!
  Vous fistes perdre Capoue:
  Aux vils corbeaux je vous voüe.

  Hercule ne vouloit pas
  Vous avoir en ses repas;
  Au goust des Alcibiades
  Vous eussiez esté trop fades:
  Le boeuf seul les contentoit;
  Un aloyau seul estoit
  La solide nourriture
  Convenable à leur nature.

  Aux geants membrus et forts,
  Aux athlètes grands de corps,
  Les chairs grosses et charnues
  Plaisent mieux que les menues;
  Les poussins, les pigeonneaux,
  Les bizets[253], les estourneaux,
  Les moineaux, les allouettes,
  Sont pour les marionettes,
  Pour les petits marjolets,
  Pour les petits hommelets
  Quy n'osent paroistre en rue,
  Tant ils ont peur de la grue[254].
  Tant de mets et d'entremets
  Ne furent propres jamais
  Aux phylosophes antiques.
  Je m'en rapporte aux ethiques.

  Les diverses qualitez
  Amènent des cruditez;
  Les cruditez indigestes
  Sont à la santé molestes;
  De là viennent les douleurs
  Tant aux intestins qu'ailleurs,
  Les choliques, les tranchées,
  Sinistres aux accouchées;
  Les vertiges du cerveau
  Avec la fièvre de veau[255].
  Quy soi-mesme se commande,
  Et quy, sobre, ne demande
  Qu'un aloyau pour tout mets
  N'est point malade jamais.

  Un aloyau profitable
  Repare tout une table
  Du beau lustre coloré
  De son rouge sur-doré.
  Il paist nostre faim plus grosse,
  Et l'on retrouve en la sausse
  L'appetit perdu souvent:
  De mort il le rend vivant.

  Nutritive est la fumée
  A la personne affamée;
  Et, si vous ne me croyez,
  Feuilletez les plaidoyez.
  Entre la Rotisserie,
  Jadis, et la Gueuserie,
  Il se mut un gros procez.
  N'ayant mangé leurs pains secz,
  Mais, au flair de la viande,
  Les gueux payèrent l'amende[256];

  Et mesmement aux faulx dieux
  Le flair en est gracieux:
  Il les contente, où leur prestre
  Veult la chair pour en repaistre.
  Les prestres et les devins
  Des sacrifices divins,
  Aux solennelles journées,
  Enlevoient les charbonnées:
  C'est tout un et l'aloyau,
  J'en croy le boucher Croyau.

  Il sera de bonne sorte,
  Et tel qu'on nous en apporte
  De Sainct-Etienne-du-Mont[257]
  Ou de nostre Petit-Pont[258].
  Ceux de la pièce première
  N'ont pas la gloire dernière.
  Les uns sont à deux costez,
  Et les autres, escourtez,
  N'en ont qu'un: c'est au choix vostre
  Que de prendre l'un ou l'autre.
  Les plus gras sont les meilleurs.
  Manquent-ils, allez ailleurs.
  La viande est tant plus franche
  Que la graisse en est plus blanche,
  Et plus tendre elle sera.

  La dame l'embrochera
  D'une gentille manière,
  Sinon vostre chambrière,
  Ou bien vostre marmiton.
  A la guerre, un long baston
  Sert bien souvent d'une broche.
  Le feu ne sera trop proche,
  D'autant qu'il le raviroit[259]
  Plustost qu'il ne le cuiroit.

  Moyenne soit la distance.
  C'est au feu qu'est l'importance:
  Il doibt estre bel et bon;
  Le meilleur est de charbon.
  Celuy quy vire et quy tourne
  Ordinairement sejourne
  Sur le plus espais costé.
  Qui le brusle soit frotté.
  Il vaut mieux que l'on n'y mette
  Qu'une personne discrette.
  Ne tournez pas au rebours:
  Je hais trop les mauvais tours
  A l'ancienne coustume.
  Cuite est la chair quy ne fume;
  Sèche, elle a moins de saveur.
  Je tiendrois à grand'faveur
  Qu'elle mouillast mon assiette.
  Sur l'espaule une serviette,
  Vous le desembrocherez,
  Au plat vous le poserez.

  Le sel et l'eau sont la sausse.
  Tel y a quy la rehausse
  Avec du vinaigre aux aulx;
  Mais ce sont les Champenaux.
  Il n'est meilleure poyvrade,
  Meilleure capylotade,
  Ny meilleur salmygondis,
  Tel qu'en apprestoit jadis
  Nostre maistre La Fontaine,
  La Fontaine Marmitaine.
  L'amy que j'ayme d'amour
  Avoit dict qu'à mon retour
  J'en trouverois un en broche.
  L'heure du souper approche:
  Je m'en vay voir s'il est cuit.
  Adieu, bonsoir, bonne nuit.

[Note 251: Allusion au livre singulier dont voici le titre: _La
magnifique doxologie du festu_, par M. Sebastien Roulliard, de Melun,
advocat au parlement. Paris, 1610, in-8º.]

[Note 252: C'est la fameuse puce qu'Estienne Pasquier, étant à
Poitiers pour les _Grands jours_, aperçut sur le sein de la belle
Catherine des Roches, et au sujet de laquelle il ouvrit une sorte de
concours poétique. Tous les célèbres auteurs y prirent part, non
seulement ceux qui écrivoient en françois, mais ceux qui faisoient des
vers grecs, latins, italiens et espagnols. Aussi le P. Garasse a-t-il
dit: «Cette puce a tant couru et sauté dans les esprits fretillans des
François, des Italiens, des Flamands, qu'ils en ont fait un Pégase.»
(_Recherche des recherches_, liv. V, ch. 10.) Pasquier fit un recueil
de tous ces vers, qu'il dédia à M. Achille du Harlay, président des
Grands-jours, et qu'on trouve à la fin de son volume: _la Jeunesse
d'Estienne Pasquier et sa suite_, Paris, Jean Petit-Pas, 1610, in-8º.
Le recueil a lui-même pour titre: _La Puce, ou jeux poétiques françois
et latins composés sur la puce aux Grands jours de Poitiers, en_ 1579.
Il avait déjà paru isolément en 1581 et 1583, sous le titre de: _La
Puce de madame des Roches_.]

[Note 253: Le _biset_ est un pigeon sauvage un peu plus petit que le
ramier, ayant les pieds et le bec rouges.]

[Note 254: Comme les pygmées d'Homère, que les grues dévorèrent.]

[Note 255: On appeloit ainsi l'espèce de malaise mêlé de frissons qui
suit les débauches de bonne chère. «Il a fièvre de veau, il tremble
quand il est saoul.» (_Adages françois_, XVIe siècle.)]

[Note 256: «A Paris, en la roustisserie du Petit-Chastelet, au devant
de l'ouvroir d'ung roustisseur, un facquin mangeoit son pain à la
fumée du roust, et le trouvoit, ainsy parfumé, grandement savoureux.
Le roustisseur le laissoit faire. Enfin, quand tout le pain fust
bauffré, le roustisseur happe le facquin au collet, et vouloit qu'il
luy payast la fumée de son roust. Le facquin disoit en rien n'avoir
ses viandes endommaigé, rien n'avoir du sien prins, en rien luy estre
debiteur. La fumée dont est question evaporoit par dehors: ainsi,
comme ainsi se perdoit-elle, jamais n'avoit esté dit que dedans Paris
on eust vendu fumée de roust en rue. Le roustisseur replicquoit que de
fumée de son roust n'estoit tenu nourrir les facquins, et renioit, en
cas qu'il ne le payast, qu'il luy osteroit ses crochets. Le facquin
tire son tribart, et se mettoit en deffense. L'altercation fust
grande; le badaud peuple de Paris accourut au debat de toute part. Là
se trouva à propos Seigni Joan, le fol citadin de Paris. L'ayant
aperceu, le roustisseur demanda au facquin: Veulx-tu sus nostre
differend croire ce noble Seigni Joan? Ouy, par la sambre guroy!
respondit le facquin. Adonc Seigni Joan, ayant leur discord entendu,
commanda au facquin qu'il luy tirast de son bauldrier quelque pièce
d'argent. Le facquin luy mist en main ung tournois Philippus. Seigni
Joan le print et le mist sur son espaule gausche, comme explorant s'il
estoit de poids; puis le timpoit sur la paulme de sa main gausche,
comme pour entendre s'il estoit de bon alloy; puis le posa sus la
prunelle de son oeil droict, comme pour veoir s'il estoit bien marqué.
Tout ce fust faict en grand silence de tout le badaud peuple, en ferme
attente du roustisseur et desespoir du facquin. Enfin le feit sur
l'ouvroir sonner à plusieurs fois; puis, en majesté presidentale,
tenant sa marotte au poing, comme si feust un sceptre, et affublant en
teste son chaperon de martres singesses, à aureilles de papier fraisé
à poinct d'orgues, toussant prealablement deux ou trois bonnes fois,
dist à haulte voix: La cour vous dict que le facquin qui a son pain
mangé à la fumée du roust civilement a payé le roustisseur au son de
son argent; ordonne la dicte cour que chascun se retire en sa
chacunière, sans despens, et pour cause.» (Rabelais, liv. III, ch.
36.)]

[Note 257: Il veut parler des boucheries voisines de cette église,
et qui, dès le XIIe siècle, avoient fait donner à la rue
Montagne-Sainte-Geneviève le nom de rue des Boucheries.]

[Note 258: On vendoit toutes sortes de denrées sur le Petit-Pont, V.
notre _Paris démoli_, 2e édit., p. XLV.]

[Note 259: Vieux mot que la langue culinaire a seule conservé. _Havir_
se dit pour l'action du feu trop vif, qui dessèche la viande par
dehors sans la cuire à l'intérieur. C'est, selon Ménage, le mot grec
[Grec: auein], rôtir, brûler.]

       *       *       *       *       *

_Les Confitures renversées._

  Quy veult empescher un vilain,
  Il luy faut mestre un oeuf en main.
  Que tu m'empeschas, ô Voicture[260],
  Avec tes pots de confiture!

  Il te souvient qu'à mon depart
  J'en pris en mes mains bonne part,
  Ayant serré l'autre partie
  Dans ma pochette appesantie.

  De chez toy chez nous y a loin,
  Et tout du long de ce chemin
  Il n'y eut fils de bonne mère,
  Quy ne me creust apothicaire.

  Ayant les deux mains à mes pots
  (Ils cuidoient choir à tout propos),
  Le moyen de faire l'honneste!
  Mon chapeau tenoit à ma teste,

  Les uns m'estimoient desdaigneux,
  Les autres m'appeloient teigneux.
  Je ne sçay qui disoit: Malherbe,
  Qui sçait bien, n'est pas tant superbe.

  En evesque, non autrement,
  Je les saluois froidement,
  Rasserenant ma triste mine,
  En tournant le col vers l'eschine.

  Quoy qu'assez chiche de salut,
  Le malheur toutefois voulut
  Que je repandisse la saulce
  Tant sur le manteau que la chausse.

  De mal en pis, un autre effect
  Dedans ma pochette se faict:
  Tout pesle-mesle se renverse,
  Et n'est doubleure qu'il ne perse.

  Mes vers se trouvèrent dessous,
  Bon Dieu! que mes vers estoient doux!
  Ma bienheureuse gibecière
  En fut enduicte toute entière.

  Il ne fut sol ny carolus[261]
  Quy ne fust lors pris à la glus.
  Alors j'appris que chose aucune
  N'est si douce que la pecune.

  Du travers de la cuisse au corps
  La douceur me passa dès lors.
  Si Dieu veut qu'elle y persevère,
  Je ne seray plus tant sevère.

  Le plus petit chien de chez nous
  Me trouva plus que son laict doux;
  Il fut si friand de la sausse,
  Qu'il a presque avallé ma chausse.

  Tant et tant ce petit coquin
  En barboüilla son musequin,
  Qu'il n'est chien au mont Sainct-Hilaire
  Quy ne le suive et ne le flaire.

  Amy Voicture, étant sur tous
  Et plus que confiture doux,
  Ne me donne plus confiture
  Sans un laquay pour la voiture.

[Note 260: C'est Voiture le poète; nous le reconnaissons bien à ce
cadeau de friandises.]

[Note 261: Petite pièce de billon mise en cours par Charles VIII, et
tout à fait baissée de valeur à l'époque où ces vers furent écrits.
Elle ne valoit alors que dix deniers.]

FIN.

       *       *       *       *       *


TABLE DES MATIÈRES.


  Préface.                                                           v

   1. Ensuit une remonstrance touchant la garde de la librairie
     du Roy, par Jean Gosselin, garde d'icelle librairie.            1

   2. Le Diogène françois, ou les facetieux discours du vray
     anti-dotour comique blaisois.                                   9

   3. Histoires espouvantables de deux magiciens qui ont esté
     estransglez par le diable, dans Paris, la semaine sainte.      23

   4. Discours fait au parlement de Dijon sur la presentation des
     Lettres d'abolition obtenues par Helène Gillet, condamnée à
     mort pour avoir celé sa grossesse et son fruict.               35

   5. Histoire veritable de la conversion et repentance d'une
     courtisanne venitienne, laquelle, après avoir demeuré long
     temps souillée dans les lubricitez et ordures de son peché,
     Dieu a faict reluire dans son ame les rayons de son amour,
     et l'a retirée à soy.                                          49

   6. Les singeries des femmes de ce temps descouvertes, et
     particulièrement d'aucunes bourgeoises de Paris.               55

   7. La Chasse et l'Amour, à Lysidor.                              65

   8. Dialogue fort plaisant et recreatif de deux marchands: l'un
     est de Paris, et l'autre de Pontoise, sur ce que le Parisien
     l'avoit appelé Normand; ensemble deffinition de l'assiette
     d'icelle ville de Pontoise selon les Chroniques de France.     75

   9. Discours prodigieux et espouvantable de trois Espaignols et
     une Espagnolle, magiciens et sorciers, qui se faisoient porter
     par les diables de ville en ville; avec leur declaration d'avoir
     fait mourir plusieurs personnes et bestail par leurs sorcillèges,
     et aussi d'avoir fait plusieurs degâts aux biens de la terre.
     Ensemble l'arrest prononcé contre eux par la Cour du parlement
     de Bordeaux, le samedi 10 mars 1610.                           87

  10. Histoire admirable et declin pitoyable advenu en la personne
     d'un favory de la cour d'Espagne.                              95

  11. Examen sur l'inconnue et nouvelle caballe des frères de la
     Rozée-Croix, habituez depuis peu de temps en la ville de Paris.
     Ensemble l'histoire des moeurs, coustumes, prodiges et
     particularitez d'iceux.                                       115

  12. Role des presentations faictes aux Grands Jours de
     l'Eloquence françoise.                                        127

  13. Recit veritable du grand combat arrivé sur mer, aux Indes
     Occidentales, entre la flotte espagnole et les navires
     hollandois, conduits par Lhermite, devant la ville de Lima,
     en l'année 1624.                                              141

  14. Discours veritable de l'armée du très vertueux et illustre
     Charles, duc de Savoie et prince de Piedmont, contre la ville
     de Genève, ensemble la prise des chasteaux que tenoyent les
     habitans de la ditte ville, par J. K. S. sieur de la
     Chapelle.                                                     149

  15. Histoire miraculeuse et admirable de la comtesse de Hornoc,
     flamande, estranglée par le diable, dans la ville d'Anvers,
     pour n'avoir trouvé son rabat bien godronné, le 15 avril
     1616.                                                         163

  16. Discours au vray des troubles naguères advenus au royaume
     d'Arragon, avec l'occasion d'iceux, et de leur pacification
     et assoupissement.                                            169

  17. Recit naïf et veritable du cruel assassinat et horrible
     massacre, commis le 26 août 1652, par la Compagnie des
     frippiers de la Tonnellerie, en la personne de Jean
     Bourgeois.                                                    179

  18. Les Grands Jours tenus à Paris par M. Muet, lieutenant
     du petit criminel.                                            193

  19. La revolte des Passemens.                                    223

  20. Ordonnance pour le faict de la police et reglement
     du camp.                                                      259

  21. Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché, au
     bout du Pont-Neuf.                                            277

  22. La prinse et deffaicte du capitaine Guillery.                289

  23. Le bruit qui court de l'Espousée.                            305

  24. La conference des servantes de la ville de Paris, soubs
     sainct Innocent, avec protestations de bien ferrer la mule
     ce caresme pour aller tirer à la blanque à la foire de
     Sainct-Germain, et de bien faire courir l'anse du panier.     313

  25. Le triomphe admirable observé en l'alliance de Betheleem
     Gabor, prince de Transylvanie, avec la princesse Catherine
     de Brandebourg.                                               323

  26. La descouverte du style impudicque des courtisannes de
     Normandie à celles de Paris, envoyée pour estrennes, de
     l'invention d'une courtisanne angloise.                       333

  27. La Rubrique et fallace du monde.                             343

  28. Plaidoyers plaisans dans une cause burlesque.                349

  29. Les merveilles et les excellences du Salmigondis
     de l'Aloyau, avec les Confitures renversées.                  363

       *       *       *       *       *

[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

--L'orthographe imprimée a été conservée.

--Les notes 139 et 144 n'ont pas d'ancre dans le texte.

--Les lettres supérieures inhabituelles sont placées entre
parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (1 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home