Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire de la Monarchie de Juillet (Volume 3 / 7)
Author: Thureau-Dangin, Paul, 1837-1913
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire de la Monarchie de Juillet (Volume 3 / 7)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  HISTOIRE DE LA MONARCHIE DE JUILLET

  PAR PAUL THUREAU-DANGIN


  OUVRAGE COURONNÉ DEUX FOIS PAR L'ACADÉMIE FRANÇAISE
  GRAND PRIX GOBERT, 1885 ET 1886


  DEUXIÈME ÉDITION

  TOME TROISIÈME



  PARIS
  LIBRAIRIE PLON
  E. PLON, NOURRIT ET Cie, IMPRIMEURS-ÉDITEURS
  RUE GARANCIÈRE, 10

  1888

  _Tous droits réservés_



HISTOIRE DE LA MONARCHIE DE JUILLET



LIVRE III

LA CRISE DU GOUVERNEMENT PARLEMENTAIRE

(1836--1839)



CHAPITRE PREMIER

LE PREMIER MINISTÈRE DE M. THIERS

SA POLITIQUE INTÉRIEURE.

(22 février--6 septembre 1836.)

     I. Une ère nouvelle. Que va faire M. Thiers? Attente
     curieuse et inquiète. Dispositions des divers groupes.
     Tactique du président du conseil.--II. Gages alternativement
     donnés aux conservateurs et à la gauche. Déclaration du
     ministère. Discussion sur les fonds secrets. Attitude
     expectante et bienveillante de l'ancienne opposition.--III.
     Irritation des doctrinaires. Les ardents engagent quelques
     escarmouches à la tribune. M. Guizot est plus réservé. Les
     doctrinaires, dans leur opposition, ne sont pas suivis par
     une partie des conservateurs. Dislocation de la vieille
     majorité.--IV. M. Thiers esquive la conversion des rentes.
     Lois utiles. Tarifs de douane. Le budget. Succès personnel
     et infatuation du président du conseil.--V. Attentat
     d'Alibaud. La société des _Familles_. Blanqui et Barbès.
     Leur condamnation. La suppression de la revue du 28 juillet.
     Effet produit. Discrédit de la politique de concession.


I.

La dissolution du cabinet du 11 octobre et l'avénement du ministère
de M. Thiers marquent une date importante dans l'histoire du
gouvernement de Juillet. C'est la fin des luttes ouvertes, violentes,
souvent sanglantes, soutenues par la royauté nouvelle contre la
faction révolutionnaire; luttes périlleuses, mais non sans grandeur,
qui ont abouti à la défaite de cette faction. Désormais, la monarchie
semble maîtresse du présent et assurée de l'avenir; la paix extérieure
n'est plus en péril; le pays jouit d'une sécurité matérielle et, par
suite, d'une prospérité inconnues depuis six ans. Mais cette sécurité
même engendre, dans le parti vainqueur, des divisions néfastes. À
l'ère des combats tragiques, va succéder, pendant près de cinq ans,
l'ère parfois plus déplaisante et même plus nuisible des crises
parlementaires. Ces crises ont, dès cette époque, diminué dans
beaucoup d'esprits le crédit de cette forme de gouvernement libre,
que, depuis 1814, la France avait empruntée à l'Angleterre; et nous ne
nous dissimulons pas qu'aujourd'hui, vues de loin, dépouillées du
prestige oratoire qui enveloppait alors et voilait leurs misères,
elles risquent de paraître plus laides et plus stériles encore.
Conviendrait-il donc de glisser sur cette faiblesse passagère? On sait
que cette histoire est, de parti pris, rebelle à de telles
complaisances. Son système est de tout dire. Cette sincérité
n'est-elle pas plus honnête, plus virile, plus digne du régime dont
nous honorons la mémoire, plus profitable aux générations nouvelles
dont il importe d'aider l'inexpérience? D'ailleurs, à qui voudra
réfléchir il apparaîtra que ces crises ont été des accidents causés
par l'erreur des hommes et le malheur des temps, non le résultat
normal et essentiel du régime représentatif sagement contenu et
intelligemment pratiqué. On y apprendra donc à mettre, dans l'avenir,
la monarchie en garde contre le retour de fautes semblables, nullement
à douter des institutions elles-mêmes.

Dans le ministère tel que nous l'avons vu se constituer le 22 février
1836, M. Thiers exerce, pour la première fois, en qualité de président
du conseil, le pouvoir d'un chef de gouvernement et en porte la
responsabilité. Jusqu'alors, il avait été ministre; il n'avait eu ni à
former, ni à diriger un cabinet. Associé à des hommes considérables
dont le caractère et les idées différaient beaucoup des siennes, on
eût été embarrassé de dire dans quelle mesure la politique appliquée
avait été la sienne ou la leur. Désormais, il va donner sa vraie
mesure, et l'on pourra le juger d'après son oeuvre propre: d'autant
mieux qu'il ne risque pas d'être dominé ou éclipsé par aucun des
collègues qu'il s'est donnés[1]; quel que fût le mérite de ces
derniers, leur renom était loin d'égaler celui de leur président, et
d'ailleurs leurs origines étaient trop diverses, trop contraires même,
pour que leur réunion eût une signification bien nette. Aussi, dans le
cabinet, le public ne voyait-il que M. Thiers.

[Note 1: Rappelons la composition du cabinet: M. Thiers, président du
conseil et ministre des affaires étrangères; M. Sauzet, garde des
sceaux; M. de Montalivet, ministre de l'intérieur; M. d'Argout,
ministre des finances; M. Passy, ministre du commerce et des travaux
publics; M. Pelet de la Lozère, ministre de l'instruction publique; le
maréchal Maison, ministre de la guerre; l'amiral Duperré, ministre de
la marine.]

Cet effacement des autres ministres faisait ressortir davantage la
hardiesse, d'aucuns eussent dit volontiers la présomption, avec
laquelle leur jeune chef, de fortune récente et de considération
encore discutée, s'était élevé au poste naguère occupé par les Périer,
les Soult et les Broglie. La curiosité dont le nouveau président du
conseil se trouvait l'objet n'était pas, en effet, toute
bienveillante. Pour être plus populaire que M. Guizot, il n'avait pas
acquis une importance morale en rapport avec son talent. Les
circonstances mêmes de son avénement prêtaient aux critiques, et il
semblait naturel de soupçonner quelque intrigue dans le fait de cet
homme qui grandissait par la chute du cabinet dont il avait fait
partie, et qui prenait parmi les adversaires les plus acharnés de ce
cabinet plusieurs de ses nouveaux collègues. Pour le moins se
croyait-on autorisé à y voir une ambition un peu impatiente, et l'on
ne manquait pas d'y opposer le désintéressement si vrai et si fier du
duc de Broglie[2], ou la retraite, moins sereine au fond, mais
très-digne aussi, de M. Guizot; on montrait ce dernier rentrant
simplement, avec sa vieille mère et ses enfants, dans sa modeste
maison de la rue de la Ville-l'Évêque, et y reprenant cette vie de
famille et de travail dont l'austérité puritaine imposait le respect
aux plus ennemis. Chacun se disait que le jeune premier ministre, pour
justifier une élévation aussi anormale, chercherait à faire quelque
chose d'extraordinaire et d'éclatant. Mais que serait-ce? On
l'ignorait. Il avait déjà donné assez de preuves de son agilité et de
sa mobilité pour que personne ne pût prévoir, la veille, l'attitude
qu'il aurait fantaisie de prendre le lendemain. On attendait: attente
un peu inquiète; car, si la merveilleuse intelligence de l'homme était
connue, on n'ignorait pas ce qu'il s'y mêlait d'infatuation et de
légèreté aventureuse[3]. Aussi ceux-là même qui avaient, comme M. de
Talleyrand, le plus poussé au changement de cabinet, tenaient-ils,
aussitôt la chose faite, à dégager leur responsabilité, à se garer de
toute solidarité avec le nouveau président du conseil. Dans une lettre
écrite, le 2 mars, à M. de Sainte-Aulaire, la duchesse de Dino
protestait avec vivacité contre les bruits qui attribuaient à son
oncle le renversement du ministère précédent; ne pouvant nier
cependant toute participation de M. de Talleyrand à l'élévation de M.
Thiers, elle jugeait prudent de la limiter autant que possible. «Si de
connaître M. Thiers depuis dix ans, disait-elle, de lui avoir toujours
reconnu et beaucoup d'esprit, et beaucoup de talent, et l'humeur
facile, c'est l'avoir fait ce qu'il est aujourd'hui, en effet nous
sommes complices. Je ne nous connais point d'autre participation à ce
qui s'est fait, et peut-être que notre amitié pour M. Thiers lui
aurait souhaité une marche de plus entre celle sur laquelle il se
trouvait déjà et le sommet qu'il a atteint si rapidement. Du reste, il
a trop d'esprit pour ne pas mesurer la difficulté, trop de courage
pour ne pas l'affronter, trop de bon sens pour s'enivrer, trop de
ténacité pour se décourager. Il est possible qu'il périsse dans
l'entreprise... Cette maison-ci (c'est-à-dire la maison de M. de
Talleyrand) est trop dévouée au Roi pour ne pas désirer le succès de
ses ministres, mais elle n'accepte aucune responsabilité, n'admet
aucune solidarité. M. Thiers est trop habile pour qu'on essaye de le
diriger et de l'influencer, et s'il doit l'être par quelqu'un, c'est
par le Roi[4].» M. Molé écrivait de son côté, le 9 mars, à son ami M.
de Barante: «Les influences étrangères qui viennent aboutir à la rue
Saint-Florentin (c'était là que demeurait M. de Talleyrand) s'étonnent
et s'inquiètent de leur ouvrage. M. de Talleyrand le désavoue et fait
écrire partout qu'il n'a été pour rien dans tout ce qui s'est passé.
C'est l'habitude de sa vie entière de renier ou détruire ce qu'il a
fait[5].»

[Note 2: La duchesse de Broglie écrivait, le 25 février, à M. de
Barante, au sujet de son mari: «Nous retrouvons notre rôle tranquille
plus et mieux que l'année dernière. Personne n'a besoin de nous pour
rentier, et nous ne serons sur le chemin de personne. J'admire avec
quelle sérénité Victor reprend sa vie régulière. Il y a une grande
leçon sur les vanités du monde à avoir été placé plus haut pour les
bien voir.» (_Documents inédits._)]

[Note 3: Quelques années plus tard, Henri Heine écrivait de M. Thiers:
«La facilité avec laquelle il se meut a quelque chose d'effrayant;
elle nous inspire des inquiétudes étranges. Mais elle est toujours
extraordinaire et admirable, cette facilité, et, quelque légers et
agiles que soient les autres Français, en les comparant à Thiers, on
les prendrait pour des lourdauds allemands.» (Lettre du 20 mai 1840,
_Lutèce_, p. 63 et 64.)]

[Note 4: «On vous aura sûrement mandé, écrivait encore la duchesse de
Dino, que c'est cette maison-ci qui a tout fait: inspiré à M. Humann
la conversion, dicté à M. de Broglie l'âpre gaucherie de ses discours,
à la Chambre l'humeur qu'elle a prise, aux ministres la taquinerie
téméraire d'avoir fait d'une question incidente une question de
cabinet, au dernier cabinet la volonté de ne pas affronter la session
quand le Roi les priait de rester tous, et s'y refusant par l'organe
de M. de Broglie sous le prétexte assez cavalier que leurs convenances
personnelles s'y opposaient. C'est cette maison-ci qui a donc aussi
provoqué tous les refus qu'a essuyés M. Dupin, l'impossibilité pour M.
Molé de marcher sans Thiers, et la volonté de celui-ci d'aller tout
seul. Il faut convenir, en effet, que si nous avions fait tout cela,
nous serions des gens bien habiles, et je suis fâchée de devoir dire,
en l'honneur de la vérité, que nous ne sommes ni si coupables, ni si
sorciers.» (_Documents inédits._)]

[Note 5: Faut-il croire d'ailleurs que, rue Saint-Florentin, on avait
un moment pensé à un autre président du conseil? Nous lisons, en
effet, dans une lettre écrite par le duc Decazes, le 29 février 1836,
à M. de Barante: «M. de Talleyrand avait rêvé la présidence du conseil
sans portefeuille. Royer-Collard a fait manquer l'affaire, en en
faisant honte à madame de Dino. «Y pensez-vous, madame? lui dit-il,
vous voulez donc déshonorer les derniers moments de M. de Talleyrand?
Ne voyez-vous pas qu'il peut à peine soutenir une conversation? Lui
faire gouverner la France, dans un tel état, mais c'est une dérision!»
(_Documents inédits._)]

Cette incertitude sur la direction que suivrait M. Thiers avait pour
résultat qu'aucun parti ne se pressait de prendre attitude
d'opposition. C'était à croire qu'en débutant, le cabinet ne
rencontrait pas d'ennemis. Quand, le 1er mars, le président du conseil
ouvrit ses salons, les représentants des opinions les plus opposées
s'y rendirent, depuis M. Guizot jusqu'à M. O. Barrot, chacun conduit
par des raisons différentes. Les doctrinaires étaient sans doute au
fond fort irrités de ce qu'ils appelaient volontiers la «défection» de
leur ancien allié[6], mais ils jugeaient de leur dignité et de leur
intérêt d'éviter une hostilité trop prompte qui eût trahi leur dépit
et où ils n'eussent pas été suivis par la masse des conservateurs.
Aussi prirent-ils une attitude expectante. La duchesse de Broglie,
écho de son mari, écrivait, le 25 février, à M. de Barante: «Ce
ministère-ci a une attitude peu brillante; on désire sa durée, on lui
souhaite bon succès et bonnes intentions, mais on doute beaucoup[7].»
De Saint-Pétersbourg, le sage et fin M. de Barante écrivait à M.
Guizot, en voilant le conseil sous la forme d'un éloge: «Je suis sûr
que vous ne serez ni impatient ni ardent.» Le _Journal des Débats_ se
proclamait prêt à soutenir le cabinet, tant que celui-ci resterait
fidèle à la politique de ses prédécesseurs, et souhaitait de pouvoir
demeurer longtemps ministériel. Il feignait, non sans malice, de
croire imposable que M. Thiers désavouât son propre passé, en
changeant cette politique, et écartait, comme une injure pour le
président du conseil, les espérances manifestées par l'opposition. «Ce
que le ministère a à faire, disait-il, c'est de décourager au plus
vite ces espérances.»

[Note 6: Le duc de Broglie lui-même, bien qu'il fût personnellement
désintéressé du pouvoir et supérieur aux petites rancunes, ne
s'exprimait pas sans amertume sur la formation du nouveau cabinet; il
écrivait à un de ses amis, le 1er mars 1836: «Vous connaissez le
dénoûment de notre crise ministérielle. Jugez-en. Vous aurez quelque
peine à le concilier avec les notions les plus élémentaires du
gouvernement représentatif. Je ne me charge ni d'excuser ni
d'expliquer la conduite de personne. Il faudrait une bien longue
narration pour vous expliquer la série d'intrigues dont ceci est le
malheureux résultat.» (_Documents inédits._)]

[Note 7: _Documents inédits._]

Dans le tiers parti, satisfaction vive et sincère. Ce groupe était
heureux de voir dans le cabinet trois des siens, MM. Passy, Sauzet,
Pelet de la Lozère; plus heureux encore d'en voir exclus tous les
doctrinaires[8]. C'était, pour lui, la revanche du «ministère des
trois jours». Il ne se sentait pas gêné par le souvenir de la guerre
si rude que M. Thiers lui avait faite naguère à la tribune, ou du
mépris que, tout récemment encore, cet homme d'État lui témoignait
dans ses conversations[9]. Le _Constitutionnel_ se chargeait de
présenter le nouveau président du conseil comme un homme de Juillet
qui sortait enfin, le front levé, de sa longue captivité doctrinaire;
durant cette captivité, il avait été forcé de sacrifier aux faux dieux
et de voter, le coeur déchiré, les lois de septembre et toutes les
mesures de rigueur qui avaient marqué cette fatale époque; mais il
venait maintenant, le rameau d'olivier à la main, tout réparer, tout
apaiser, brûlant d'embrasser des frères dont il avait été trop
longtemps l'adversaire. Le _Constitutionnel_ en était tout attendri.

[Note 8: Le _Constitutionnel_ disait, le 23 février 1836: «Le fait
très-grave, c'est l'exclusion des doctrinaires. Le personnel du
cabinet nouveau ne fût-il pas satisfaisant, le pays l'accueillerait
avec faveur, seulement à cause de ce qui ne s'y trouve pas.»]

[Note 9: Pendant la crise même d'où était sorti le ministère, un jour
que M. Thiers, au milieu d'un groupe, s'égayait sur le tiers parti en
masse, et en détail sur MM. Dupin, Sauzet et Passy, un ami de ce
dernier, M. Legrand de l'Oise, s'approcha de lui: «Et pourtant, lui
dit-il, le tiers parti est à vos pieds.--Je l'y laisse», répondit
brusquement M. Thiers. À la même époque, comme il était question d'un
ministère Dupin, où M. Sauzet prendrait le ministère de la justice, M.
Thiers s'était écrié: «M. Sauzet garde des sceaux, quelle délicieuse
bouffonnerie!» Or ce fut précisément le poste que M. Sauzet occupa
dans le cabinet du 22 février. (_Notes inédites de M. Duvergier de
Hauranne._)]

Quant à la gauche dynastique, elle se flattait d'attirer et de
compromettre M. Thiers, en lui offrant sa protection: elle comptait
qu'une fois séparé de ses alliés du 11 octobre, il serait fatalement
conduit à s'appuyer sur elle; d'ailleurs, ce ministre ne lui
rendait-il pas tout de suite un inappréciable service, en rompant le
faisceau formé par Casimir Périer et maintenu depuis lors à si
grand'peine? «Il ne faut pas, disait M. O. Barrot, qu'on nous accuse
de ne vouloir d'aucun gouvernement; Soutenons ce ministère, et nous
l'enlevons à la Doctrine[10].» Aussi les journaux de gauche, à
l'exception des républicains du _National_ et du _Bon Sens_,
quittèrent immédiatement le ton d'opposition à outrance qui avait été
si longtemps le leur, se montrèrent aimables pour le nouveau cabinet,
affectèrent de voir dans le seul fait de son avénement une sorte de
détente, et indiquèrent seulement que, plus tard, ils lui
demanderaient l'abrogation des lois de septembre et l'extension du
droit électoral.

[Note 10: Lettre de M. Bresson à M. de Barante, du 7 mars 1836.
(_Documents inédits_).]

M. Thiers ne pouvait cependant se faire illusion sur les difficultés
que voilait cet accueil, en apparence si unanimement bienveillant. Les
divers partis prétendaient tous lui imposer leurs conditions, et
celles-ci étaient contradictoires et inconciliables. Les conservateurs
n'étaient disposés à le soutenir qu'autant qu'il resterait fidèle à la
politique de résistance, et il pouvait s'en fier à la vigilance peu
indulgente des doctrinaires, pour signaler toute déviation. Si la
gauche lui permettait les transitions et les dissimulations
nécessaires, c'était dans l'espoir qu'il se dirigerait réellement vers
elle. Entre les deux, à la vérité, était le tiers parti, mais il ne
pouvait suffire, ni comme qualité ni comme quantité; lui-même
d'ailleurs était malaisé à satisfaire: jaloux, si les ministres
ménageaient trop les doctrinaires; épouvanté, s'ils penchaient trop
vers la gauche.

Pour sortir d'embarras, M. Thiers imagina tout de suite une tactique
d'autant plus intéressante à étudier qu'elle lui servira dans
l'avenir, toutes les fois qu'il se retrouvera au pouvoir. Elle ne
consistait pas à prendre nettement parti dans un sens ou dans l'autre.
Le nouveau président du conseil ne songeait pas à rester enchaîné à
cette politique de résistance qui lui paraissait un peu vieillie et
qui, en le brouillant avec la gauche, l'eût placé sous la protection
et la dépendance des doctrinaires. Il n'avait pas davantage dessein de
passer nettement à l'ancienne opposition et d'y chercher une majorité
nouvelle qu'il aurait eu peine à trouver; son passé conservateur si
proche l'eût gêné pour cette complète évolution; et d'ailleurs il ne
lui convenait pas plus d'être à la merci de M. Odilon Barrot qu'à
celle de M. Guizot. La majorité fixe que, d'ordinaire, les hommes
d'État désirent comme un appui, M. Thiers semblait plutôt la redouter
comme un lien. Il lui suffisait d'empêcher qu'on n'en formât une
contre lui, se fiant à sa prestesse pour manoeuvrer entre les divers
groupes et y trouver, au jour le jour, des majorités formées
d'éléments multiples et variables. Le morcellement extrême de
l'assemblée paraissait faciliter cette tactique[11]. Le jeu du
ministre était de plaire simultanément, ou tout au moins
successivement, aux conservateurs et aux hommes de gauche, disant aux
premiers: «Ma présence vous garantit contre un ministère Barrot;» aux
seconds: «Je vous ai débarrassés des doctrinaires;» à ceux-là: «Ne me
connaissez-vous pas pour avoir combattu cinq ans à votre tête?» à
ceux-ci: «Ne suis-je pas, de tous les ministres, depuis Casimir
Périer, le premier qui ne vous traite pas en ennemis?» se faisant
honneur auprès des uns de ne rien abandonner des armes de la
résistance; donnant à entendre aux autres que cette fermeté n'était
que transitoire. Sans doute, il ne croyait pas lui-même qu'un tel
manége, si habile fût-il, pût durer indéfiniment. L'heure viendrait où
don Juan serait contraint de se prononcer entre les filles qu'il
courtisait. Pour laquelle? Il ne le savait peut-être pas bien
lui-même. Il se réservait de se décider suivant les circonstances et
les chances de succès, résolu d'ailleurs à reculer ce moment le plus
possible, et se flattant qu'il trouverait, d'ici là, l'occasion de
quelque coup d'éclat qui en imposerait à l'opinion et le dispenserait
de compter avec aucun parti.

[Note 11: Un contemporain décomposait ainsi la Chambre: 150 députés
dévoués à l'ancien cabinet, 50 faisant partie de la réunion Ganneron,
70 du tiers parti proprement dit se réunissant rue de Choiseul, 70 de
la gauche Odilon Barrot, 25 de l'extrême gauche, 20 légitimistes.]


II

Ce fut d'abord aux conservateurs que M. Thiers jugea nécessaire de
donner des gages. Le jour même où il venait de prendre le pouvoir, le
22 février, quand il se rendit à la Chambre, l'attitude de l'ancienne
majorité le frappa. Autour de M. Guizot qui était entré la tête haute,
une foule empressée. Le nouveau président du conseil se trouva au
contraire si délaissé, qu'un doctrinaire, M. Duvergier de Hauranne, le
prit en compassion et vint s'asseoir un moment auprès de lui; M.
Thiers le remercia, en lui serrant la main avec effusion. «La force
des choses, lui dit-il en manière d'excuse, m'a porté là malgré moi,
mais je ne veux changer ni de principes, ni d'amis; vous allez en
juger par ma déclaration[12]» Celle-ci, en effet, fut telle, que M.
Guizot lui-même en eût accepté tous les termes. «Vous n'oublierez pas,
je l'espère,--disait le président du conseil en parlant de lui et de
ses collègues,--que, pour la plupart, nous avons administré le pays au
milieu des plus grands périls, et que, dans ces périls, nous avons
combattu le désordre de toutes nos forces... Ce que nous étions il y a
un an, il y a deux ans, nous le sommes aujourd'hui. Pour moi, j'ai
besoin de le dire tout de suite et tout haut, car je ne veux rester
obscur pour personne: je suis ce que j'étais, ami fidèle et dévoué de
la monarchie de Juillet, mais convaincu aussi de cette vieille vérité,
que, pour sauver une révolution, il faut la préserver de ses excès.»
M. Thiers, ne craignant même pas de faire allusion aux lois de
septembre, si attaquées par la gauche, continuait ainsi: «Quand ces
excès se sont produits dans les rues ou dans l'usage abusif des
institutions, j'ai contribué à les réprimer par la force et par la
législation. Je m'honore d'y avoir travaillé de concert avec la
majorité de cette Chambre, et, s'il le fallait, je m'associerais
encore aux mêmes efforts pour sauver notre pays des désordres qui ont
failli le perdre. Voilà ce que j'avais besoin de dire, et de dire à
haute et intelligible voix...» Plus loin, à la vérité, il paraissait
vouloir adoucir un peu ce programme de combat, par des paroles de
conciliation et de pacification. «Nous ne voulons pas, disait-il,
perpétuer la division des esprits, éterniser les haines. Non,
messieurs, les troubles qui ont affligé notre beau pays paraissent
toucher à leur terme; des jours meilleurs nous sont promis, et nous ne
viendrons pas inutilement affliger la paix, des images et des
souvenirs de la guerre.» Toutefois, comme s'il craignait qu'on ne vît
là une intention de distinguer sa politique de celle du 11 octobre, il
ajoutait aussitôt: «Ici encore, nous serons fidèles à la pensée du
dernier cabinet.» La déclaration apportée, le lendemain, à la Chambre
des pairs fut plus formelle encore. Non-seulement le ministre y
rappelait la part qu'il avait prise aux lois de résistance, mais il
annonçait la volonté de les appliquer. «Nous ne souffrirons pas,
disait-il, qu'on s'associe pour des machinations factieuses, qu'on
discute publiquement le principe du gouvernement établi, qu'on propose
publiquement ou un autre prince ou une autre forme de gouvernement,
et, pour empêcher de tels désordres, s'ils pouvaient se reproduire,
nous en appellerions aux juridictions établies.» Il ajoutait seulement
que, «dans sa conviction, il y aurait peu à faire pour obtenir de tels
résultats». Loin de contredire leur chef, les ministres venus du tiers
parti s'attachaient à établir, dans leurs conversations, que leur
avénement à la place des doctrinaires n'impliquait aucun changement de
système. «Il n'y a rien de changé, disait M. Sauzet, si ce n'est qu'à
la place de cinq personnes désagréables à la Chambre, on a mis, sur le
banc des ministres, cinq personnes qui lui sont agréables[13].» Le
langage de M. Thiers ne pouvait que plaire à l'ancienne majorité: il
devait être naturellement moins agréable au centre gauche et à la
gauche. À le prendre même à la lettre, n'eût-il pas été un démenti à
toutes les espérances que ces partis avaient fondées sur le nouveau
cabinet? Mais, de ce côté, on ne parut pas vouloir l'interpréter
ainsi, ou tout au moins on évita de s'en plaindre tout haut.

[Note 12: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 13: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Ce n'était pas la seule épreuve à laquelle M. Thiers devait mettre la
bonne volonté de l'ancienne opposition. Quelques jours plus tard, la
Chambre discutait la loi sur les chemins vicinaux[14]. M. Odilon
Barrot avait présenté un amendement qui enlevait au préfet, pour le
transporter au conseil général, le droit de distribuer les
subventions. Le débat se poursuivait, fort calme, quand M. Thiers
intervint tout à coup et prit à partie le chef de la gauche avec une
rudesse qui surprit tout le monde et que l'ardeur même des opinions
centralisatrices professées par le président du conseil, ne suffisait
pas à faire comprendre. Le _Journal des Débats_ proposa aussitôt son
explication: «Cette vivacité, disait-il, aurait paru dépasser
peut-être ce que pouvait exiger le besoin de la discussion
particulière et un peu subalterne dont il s'agissait, si l'on n'avait
pas cru voir que le dissentiment de la circonstance présente rappelait
tout d'un coup à M. le président du conseil beaucoup d'autres
dissentiments d'une nature plus grave et que personne n'a encore pu
oublier. M. Thiers semblait presque revenu aux jours où, dans sa lutte
incessante contre le désordre et contre les principes générateurs de
tout désordre, il avait à gauche ses adversaires les plus déclarés et
comptait pour lui les hommes qu'on appelle aujourd'hui l'ancienne
majorité[15].» Autour de M. Odilon Barrot, on fut tout d'abord quelque
peu effaré de cette sortie. Mais des négociateurs officieux
s'interposèrent, avec des explications conciliantes; celles-ci furent
acceptées, et, malgré les provocations railleuses du _National_, les
journaux de la gauche dynastique laissèrent passer l'attaque sans la
relever.

[Note 14: 3 mars 1836.]

[Note 15: _Journal des Débats_ du 4 mars 1836.]

Ce silence, rapproché de l'attitude gardée en face des déclarations du
ministère, révélait toute une tactique de la part des anciens
opposants. Ceux-ci croyaient, ou du moins feignaient de croire que les
paroles de M. Thiers étaient une comédie destinée à faciliter
certaines évolutions, et qu'entre le ministère et eux, il y avait un
sous-entendu autorisant toutes leurs espérances. C'est ce que l'un des
députés de la gauche, qui aimait à jouer les enfants terribles, M. de
Sade, ne craignit pas d'exprimer tout haut, à la tribune, quelques
semaines plus tard. «Nous savons bien, dit-il, que M. le président du
conseil nous a fait certaines déclarations pour nous annoncer qu'il ne
comptait rien changer à sa politique, et que son ministère n'était que
la continuation du ministère précédent; mais nous savons aussi ce que
valent ces déclarations de tribune. Il faut ménager les transitions,
et, comme on l'a dit, c'était une dernière politesse qu'on faisait à
ses amis, avant de se séparer d'eux[16].»

[Note 16: Séance du 24 mars.]

Les doctrinaires n'étaient pas d'humeur à faciliter cette tactique de
la gauche. Dès le premier jour, leurs journaux s'étaient employés à
compromettre M. Thiers en appuyant sur ses déclarations, à provoquer
l'ancienne opposition en lui demandant quelle comédie cachait sa
satisfaction feinte, à empêcher enfin qu'il restât entre eux aucun
sous-entendu. Cela ne suffit pas. M. Guizot et ses amis résolurent de
continuer avec plus d'éclat la même manoeuvre à la tribune de la
Chambre. Une demande de fonds secrets leur fournit l'occasion qu'ils
cherchaient. Le rapport de la commission, rédigé par l'un d'eux, M.
Dumon, posa tout d'abord la question avec une netteté calculée pour
interdire toute échappatoire. Après avoir rappelé que le vote des
fonds secrets était un vote de confiance, il concluait à l'accorder,
par la raison que le cabinet avait formellement promis de continuer le
«système» du 11 octobre et du 13 mars. Il insistait sur cet
engagement, puis donnait à entendre que ceux qui, après une telle
déclaration, soutiendraient le ministère, se rallieraient, par cela
même, au «système» et feraient amende honorable de l'avoir autrefois
attaqué.

Le débat, ainsi préparé, s'ouvre le 24 mars. Après quelques discours
sans grand intérêt, M. Guizot paraît à la tribune, et chacun a
aussitôt le sentiment qu'une grosse partie se joue. Dans son discours,
aucune apparence d'attaque contre M. Thiers, mais tout y est combiné
pour l'enchaîner à sa déclaration du 22 février. L'orateur rappelle
comment cette déclaration a été faite pour rassurer ceux qui avaient
pu craindre qu'un changement de cabinet n'amenât un changement de
système; il insiste sur ce que cette politique, à laquelle on a promis
de demeurer fidèle, est la sienne, celle qu'il a toujours pratiquée et
dont il se pose encore comme le champion et le docteur; il se félicite
enfin, non sans ironie, d'y voir ralliés des hommes qui l'ont si
longtemps combattue. De là, il s'élève à une magnifique apologie de
cette politique, revendiquant fièrement pour elle l'honneur d'être le
vrai «progrès», appuyant avec intention sur son caractère de
résistance, confessant le mal de la «révolution qui pèse encore sur
toutes les têtes, qui trouble et égare la raison de l'homme»,
proclamant bien haut la nécessité de réagir contre ce mal. Rarement
sa parole a été aussi élevée, aussi imposante; rarement il a été aussi
maître de sa pensée et aussi libre de l'exprimer tout entière, et
cette liberté contraste avec les réticences et les équivoques dans
lesquelles on sent M. Thiers obligé de s'envelopper. Sans malice trop
visible et tout en semblant planer dans la seule région des principes,
bien au-dessus des questions de personne, M. Guizot accomplit peu à
peu, autour du cabinet et contre la gauche, la manoeuvre qu'il avait
en vue. «Ne vous y trompez pas, s'écrie-t-il en terminant, quelles que
soient leur nécessité et leur légitimité, les révolutions ont toujours
ce grave inconvénient qu'elles ébranlent le pouvoir et qu'elles
l'abaissent: et quand le pouvoir a été ébranlé et abaissé, ce qui
importe par-dessus tout à la société, à ses libertés comme à son
repos, à son avenir comme à son présent, c'est de raffermir et de
relever ce pouvoir, de lui rendre de la stabilité et de la dignité, de
la tenue et de la considération. Voilà ce qu'a fait la Chambre depuis
1830, voilà ce qu'elle a commencé, car Dieu me garde de dire que tout
soit fait! Non, tout est commencé parmi nous, rien n'est fait, tout
est à continuer». L'effet est immense: l'ancienne majorité éclate en
une superbe et puissante acclamation; la gauche est comme écrasée; au
centre gauche et sur le banc des ministres, l'embarras est
visible[17]. Malgré l'émotion de la Chambre, M. Odilon Barrot essaye
de répondre immédiatement. Mais son discours n'est pas fait pour
diminuer la gêne du cabinet. En effet, le chef de la gauche proteste
que son parti n'a rien abandonné de ses anciennes préventions contre
la politique de résistance, et il donne à entendre que s'il ménage le
nouveau ministère, c'est qu'il a lieu d'espérer le changement de cette
politique.

[Note 17: «Les huit ministres avaient l'air, sur leurs bancs, de huit
criminels attachés au carcan. On ne peut en effet, si l'on n'a été
présent, se figurer, et l'accent de M. Guizot, et l'enthousiasme de la
majorité.» (_Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._)]

Le soir, dans les salons parlementaires, on ne cause que de la séance.
L'avis général est que, sans avoir été directement attaqué, M. Thiers
sort de là gravement atteint. M. Guizot a parlé en chef de la majorité
et s'est approprié la politique que le ministère se vantait de
continuer. Si le président du conseil accepte cette situation, il se
trouve diminué; s'il proteste, ne risque-t-il pas de tomber à gauche?
En tout cas, après cette rencontre de M. Guizot et de M. O. Barrot, il
semble impossible de réunir plus longtemps les amis de l'un et de
l'autre autour du même ministère: il faut choisir. Aussi attend-on
avec curiosité la séance du lendemain, pour voir comment M. Thiers se
tirera de cette difficulté.

La trouve-t-il au-dessus de ses forces? à la surprise générale, il
prend le parti de se taire et se fait remplacer à la tribune par le
garde des sceaux, M. Sauzet. Celui-ci, venu du tiers parti, profite de
la mission qui lui est confiée, pour donner--est-ce par l'ordre ou
seulement avec la tolérance de son chef?--un coup de bascule à gauche.
Au lieu de se présenter, ainsi que l'a fait M. Thiers, le 22 février,
comme le continuateur de l'ancienne politique, il proclame que le
ministère a une politique nouvelle. «J'ai dit sa politique,
déclare-t-il, et je l'ai dit à dessein, car cette politique est la
sienne, elle est à lui; il s'appartient à lui-même.» Puis il ajoute:
«À chaque époque ses nécessités: nous ne pouvons être ni le ministère
du 13 mars, ni le ministère du 11 octobre. Nés dans d'autres
circonstances, nous ne sommes et nous ne devons être que le ministère
du 22 février. Et ces paroles, messieurs, ont leur portée; elles vous
annoncent en effet que, quand l'administration nouvelle s'est formée,
elle a porté son attention sur l'état des esprits, sur la politique à
suivre, sur les combinaisons ministérielles et parlementaires qui
convenaient à la situation présente et à l'époque même où le cabinet
était constitué.» Tâchant ensuite de définir cette nouvelle politique,
le ministre lui donne surtout un caractère de détente, de
conciliation, de rapprochement entre les partis autrefois divisés:
phraséologie un peu vague et molle, mais d'où ressort le désir de
répudier la thèse de M. Guizot. C'est d'ailleurs à ce dernier qu'il
fait allusion, sans le nommer, quand il s'écrie: «Nous voulons que
notre amour pour la conciliation soit efficace, et nous pensons tous
que ce serait un gouvernement insensé que celui qui, au moment où les
esprits se rapprochent, les irriterait par les souvenirs du passé,
voudrait les contraindre à confesser des erreurs, leur imposerait des
amendes honorables et des génuflexions, et chercherait péniblement de
quel côté furent les torts dans le passé.» Pendant ce discours, la
partie la plus conservatrice de l'ancienne majorité laisse voir sa
surprise et son mécontentement. De temps à autre, au contraire, la
gauche applaudit. Que vont faire les doctrinaires? Protesteront-ils?
Proclameront-ils que le ministère a cessé de mériter leur confiance et
qu'ils lui refusent les fonds secrets? M. Guizot, à qui ce rôle eût
naturellement appartenu, répugne à une déclaration de guerre si
ouverte et si prompte. La majorité de la commission cherche à se
concerter; peu s'en faut que le rapporteur, M. Dumon, ne demande la
parole. Mais, pendant qu'on hésite, le président met aux voix le
crédit: voté aussi bien par ceux qui ont approuvé le garde des sceaux
que par ceux qui avaient acclamé M. Guizot, il est adopté par 251 voix
contre 99, majorité trop forte pour avoir une signification bien
précise.

Ce vote ne mit pas fin à l'émotion produite par le discours de M.
Sauzet. Le soir, aux Tuileries, il y eut une sorte de protestation des
membres de l'ancienne majorité. «Nous formions un cercle autour du
Roi, rapporte l'un d'eux, et successivement nous lui faisions, sur ce
qui s'était passé le matin, des plaintes qu'il paraissait fort bien
écouter[18].» Cet incident devenait le sujet de toutes les polémiques
de la presse. À l'inverse de ce qui s'était produit après la
déclaration du 22 février, c'était maintenant à la gauche de
triompher, et le _Journal des Débats_ dénonçait avec insistance
l'espèce de répudiation qui avait été faite du 13 mars et du 11
octobre: «Voyez la joie de l'opposition, disait-il; les espérances
qu'elle a aujourd'hui, les avait-elle il y a deux mois[19]?»

[Note 18: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 19: 28 mars 1836.]

M. Thiers s'inquiéta-t-il de se trouver trop porté à gauche? On le
vit s'efforcer de détruire, par ses conversations particulières,
l'effet produit à la tribune. Il invita les membres du centre à venir
chez lui et, avec son adroite souplesse, chercha à leur persuader que
le discours du garde des sceaux n'avait pas la portée qu'on lui
attribuait. En même temps, il écrivait à notre ambassadeur à
Saint-Pétersbourg, M. de Barante, qu'il savait en correspondance avec
les doctrinaires: «Il n'y a pas un seul fait, un seul qui puisse
fournir prétexte fondé aux accusations de déviation. Le langage a été
adouci, parce que le temps le comportait ainsi. Nous ne pouvons pas
parler aujourd'hui comme du temps des émeutes. Mais, sauf la douceur
des formes, le fond est le même[20].» Cela ne suffisant pas, M. Thiers
résolut de faire donner, du haut de la tribune, un nouveau coup de
bascule, cette fois à droite. Le ministre de l'intérieur, M. de
Montalivet, en apportant, le 29 mars, aux pairs, le projet relatif aux
fonds secrets, protesta que le cabinet resterait fidèle aux principes
qui, depuis six années, avaient dirigé la politique du gouvernement et
rendu au pays sa tranquillité comme sa force au pouvoir. Cette
déclaration, qui semblait destinée à effacer celle de M. Sauzet, parut
assez importante pour que la commission voulût en prendre acte dans le
rapport. Le ministre fut d'ailleurs amené à la confirmer, non sans
éclat, dans la discussion publique[21]. Et même, pour donner un gage
plus décisif aux conservateurs, il se prononça très-nettement,
«non-seulement en son nom, mais au nom du cabinet tout entier», contre
l'amnistie. La déclaration était d'autant plus remarquable que cette
amnistie figurait depuis longtemps en tête du programme de la gauche,
que le tiers parti l'avait soutenue, et que quelques-uns des ministres
actuels, M. Sauzet entre autres, en avaient été les champions. «Que
serait-ce aujourd'hui que l'amnistie, s'écria M. Montalivet, sinon la
négation de la répression en matière politique? Le gouvernement ne
peut l'admettre.» Au tour de la gauche à être désappointée. Cette fois
même, quelques-uns de ses journaux, en dépit des explications
atténuantes aussitôt fournies par les officieux du tiers parti, ne
purent contenir l'explosion de leur mauvaise humeur. Le _Courrier
français_, qui, au lendemain du discours de M. Sauzet, s'était montré
presque ministériel, déclara que ce nouveau manifeste détruisait ses
illusions, et qu'il ne voulait pas, en affectant de conserver encore
quelque espérance, se rendre complice d'une déception.

[Note 20: Lettre du 15 avril 1836. (_Documents inédits._)]

[Note 21: Dans cette discussion, qui s'ouvrit le 21 avril, M. de
Tascher rappela la contradiction qui avait apparu entre le langage de
M. Thiers et celui de M. Sauzet. «Prenant au sérieux, dit-il, le
gouvernement représentatif, la présidence du conseil et les paroles du
chef du cabinet, je déclare devant la Chambre, qui peut-être ne me
désavouera pas, que je vote le crédit demandé, dans la confiance que
la marche du ministère, moins vacillante que ses paroles, restera
fidèle au système auquel la Chambre des pairs s'est constamment
associée depuis cinq ans.» Loin de repousser une confiance ainsi
motivée, M. de Montalivet déclara que le cabinet suivrait avec
fermeté, avec énergie, les principes qui avaient dirigé le
gouvernement depuis le 13 mars 1831; il affirma qu'il s'était mis en
mesure, non-seulement de maintenir les lois de défense sociale, mais
encore de les exécuter avec cette constance qui est la meilleure
alliée de la modération. À l'entendre, le discours de M. Sauzet avait
différé par la forme, non par le fond, de celui de M. Thiers; le garde
des sceaux avait voulu dire seulement que l'apaisement des esprits
n'exigeait plus autant d'énergie dans l'application des mêmes
principes. Faisant allusion à la façon dont ce discours avait paru
proclamer une politique nouvelle, datant du 22 février: «Acceptons,
dit-il, la date indiquée par mon éloquent ami, M. le garde des sceaux,
non comme une date de scission ou de reproche, mais comme une date
d'espérance et d'avenir.» Puis il ajoutait: «Si la révolte venait de
nouveau à éclater sur nos places publiques, nous retrouverions toute
l'énergie qui a signalé le ministère du 13 mars et celui du 11
octobre.»]

Le double jeu du président du conseil se manifestait jusque dans ses
invitations à dîner. Un jour, il avait à sa table la fine fleur de
l'ancienne majorité et même des doctrinaires; alors il semblait n'être
que l'homme du 13 mars, du 11 octobre; la gauche, le tiers parti même
étaient traités lestement et de haut. Le lendemain, autour de la même
table, s'asseyaient MM. Dufaure, Vivien, Étienne; cette fois le 13
mars et le 11 octobre avaient fait leur temps, et la chute
irrémédiable des doctrinaires égayait la conversation. Dans ces libres
propos, l'ancienne opposition avait le sentiment qu'elle était mieux
partagée que l'ancienne majorité. Cela l'aidait à se consoler du
déplaisir que lui causaient certaines déclarations de tribune.
D'ailleurs, quand ce déplaisir était trop vif, il restait toujours au
cabinet un moyen de l'apaiser, c'était de lui distribuer des places,
d'offrir aux personnes la compensation de la résistance que l'on
croyait encore prudent de faire aux idées. M. Thiers aimait cet
expédient. Il se fiait d'ailleurs, un peu présomptueusement peut-être,
à son adresse à manier les hommes, pour se faire servir par ses
nouvelles recrues, sans se laisser compromettre par elles. Ce genre
d'avances n'était pas moins goûté de ceux à qui elles étaient faites.
Il leur semblait que c'était, de la part du président du conseil, une
manière de leur dire, en clignant de l'oeil et en leur faisant des
signes d'intelligence: «Vous voyez bien qu'au fond et malgré les
protestations apparentes, nous sommes avec vous, ou que tout au moins
nous marchons vers vous.» Outre le côté pratique de ces avantages, les
anciens opposants y trouvaient une revanche d'amour-propre, prêts à
beaucoup pardonner au ministre qui leur rouvrait enfin cette porte des
fonctions publiques, si sévèrement fermée pour eux, depuis la chute de
M. Laffitte.

En dépit donc de la mauvaise humeur plus ou moins passagère que
pouvait lui causer telle ou telle déclaration de tribune, la gauche ne
sortait pas d'une attitude expectante où dominaient la bienveillance
et surtout l'espoir d'attirer peu à peu à elle le ministère. Aussi,
l'année suivante, quand M. Thiers ne sera déjà plus au pouvoir, M.
Barrot pourra-t-il définir ainsi la conduite que ses amis et lui
avaient tenue en face du ministère du 22 février: «Bien que ce
ministère ait paru craindre beaucoup plus d'être appuyé qu'attaqué par
nous, quoiqu'il ait eu grand soin de désavouer tout contact avec les
opinions auxquelles j'ai l'honneur d'être associé, cependant cette
opposition qu'on représente comme si violente, lui a-t-elle créé des
entraves? Lui a-t-elle fait une guerre systématique? Non, nous avons
mis l'arme au bras et attendu.» Il rappellera même, pour mieux faire
sentir le mérite de cette «réserve» et de cette «modération», que «ses
amis les plus avancés les lui avaient reprochées». En effet, le
_National_ et les autres journaux d'extrême gauche ne se faisaient pas
faute de railler avec mépris une tactique qu'ils trouvaient niaise,
et où ils dénonçaient une sorte de trahison[22]. Mais ces railleries
étaient sans effet. La gauche dynastique n'en persistait pas moins
dans son attitude, tout en s'étonnant parfois de ne plus se voir dans
l'opposition[23].

[Note 22: «L'opposition dynastique,--écrivait Carrel dans le
_National_, à la date du 31 mais 1836,--ressemble à une bande de
déserteurs qui se seraient introduits dans une ville assiégée, en
jetant leurs armes à la porte, et qui, reçus par la garnison comme
transfuges, crieraient aux gens du dehors qu'ils sont maîtres de la
place. Oui, la gauche dynastique s'est fait recevoir dans la ville
assiégée, mais elle y est entrée désarmée, elle a courbé la tête sous
les lois de septembre, sous la censure, sous les violations du pacte
fondamental qu'elle avait dénoncées avec fureur; elle a passé sous les
Fourches Caudines de la Doctrine, portant au dos son _Compte rendu_
comme un écriteau infâme. Elle a l'honneur insigne de manger
aujourd'hui le pain des vainqueurs; elle a ramassé les os de leur
table... Elle a pitié de nous, pauvres esprits qui consentons à nous
morfondre encore dans une opposition systématique... On ne sait ce qui
doit inspirer le plus de pitié de cette morgue ou de cette niaiserie.»
Carrel terminait en raillant ces «hommes habiles du tiers parti et de
la gauche dynastique» qui ont pris «pour général en chef M. Thiers,
leur plus insultant adversaire». Quelques semaines plus tard, le 6
mai, il disait encore: «Doctrinaires, tiers parti, gauche dynastique,
tant que l'oeuvre législative des six ans demeure, tout nous est
indifférent.»]

[Note 23: M. Léon Faucher, rédacteur d'un journal de gauche, écrivait
alors à un de ses amis: «On dirait que la presse a fait peau neuve. Le
_Journal des Débats_ a des velléités d'opposition; le _Temps_ et le
_Constitutionnel_ accourent à l'appui du ministère. M. Barrot
fréquente le salon de M. Sauzet et celui de M. Thiers; M. Guizot n'y
paraît plus. Le monde politique est à moitié renversé.» (_Léon
Faucher_, _Biographie et Correspondance_, t. I, p. 44.)]


III

Les doctrinaires étaient moins disposés que la gauche à prendre en
confiance ou même seulement en patience le jeu de M. Thiers. À leurs
ressentiments personnels se joignait l'inquiétude plus désintéressée de
voir altérer la politique de résistance. Entre leurs journaux et ceux du
tiers parti, devenus à peu près les officieux de M. Thiers, les
polémiques étaient de plus en plus aigres. Pas de jour où le
_Constitutionnel_ ne fît honneur aux nouveaux ministres d'avoir renversé
la «puissance doctrinaire». De son côté, le _Journal des Débats_ disait,
avec une mordante ironie: «Le ministère, nous en sommes convaincus, n'a
pas établi ses calculs de durée sur cette espèce de chaos de toutes les
opinions; il ne cherche pas à donner des espérances à tout le monde et à
ne mécontenter comme à ne satisfaire pleinement personne; il est franc,
il est loyal; nous le croyons, c'est malgré lui que les partis le
caressent et le ménagent. Il sentira pourtant qu'il faut sortir de cette
position équivoque, que les affaires du pays sont trop sérieuses pour
être menées comme une intrigue de théâtre, et que, si aujourd'hui tout
le monde est content, demain tout le monde craindra d'avoir été
dupe[24].» Toutefois le _Journal des Débats_ ne voulait pas laisser dire
que «les doctrinaires fussent dans l'opposition». «Des amis imprudents
du ministère, ajoutait-il, voudraient les y mettre... Ils resteront
toujours dans les rangs de l'ancienne majorité. Ils ne feront la guerre
que pour se défendre et non pour attaquer[25].» Attitude peu nette qui
fournissait prétexte aux railleries des ministériels. «Qui pourrait
dire, demandait le _Constitutionnel_, ce que pense et veut aujourd'hui
le parti doctrinaire? Il est content, et il est fâché; il fait des
compliments au ministère, et il lui dit des méchancetés; il loue la
majorité, et il la blâme; il félicite l'opposition de se prêter à la
conciliation générale, et il la raille de sa patience; il est pour la
paix et la concorde, et il désire la guerre.» Ce qui s'écrivait dans les
journaux n'était rien à côté de ce qui se disait dans le laisser-aller
des conversations. Chacun pouvait entendre, dans les couloirs du
Palais-Bourbon ou dans les salons ministériels, M. Thiers s'exprimer,
avec une vivacité et une amertume croissantes, sur le compte de M.
Guizot et de ses amis: il ne faisait exception que pour le duc de
Broglie, dont il louait la modération et le désintéressement[26]. Les
doctrinaires ne demeuraient pas en reste d'épigrammes dédaigneuses. Ces
propos, tenus des deux parts, aussitôt colportés dans le monde
politique, parfois même reproduits dans les journaux, n'étaient pas
faits pour rapprocher les esprits. Les rapports extérieurs de société ne
se trouvaient pas cependant rompus. «On se voit encore, écrivait un
témoin, mais tout juste ce qu'il faut pour ne pas être obligé
d'expliquer pourquoi l'on ne se voit plus, et cela en évitant tous les
sujets de conversation qui sont pourtant dans l'esprit de chacun[27].»

[Note 24: 13 mars 1836.]

[Note 25: 12 mai 1836.]

[Note 26: «Guizot se plaint de ce que Thiers aurait cherché à séparer
Broglie de lui.» Lettre du duc Decazes à M. de Barante, du 12 mai
1838. (_Documents inédits._)]

[Note 27: Lettre de la duchesse de Dino à M. de Barante, 28 février
1836. (_Documents inédits._)]

La bataille, ainsi plus ou moins sourdement engagée aux abords du
Parlement, ne pouvait pas ne pas y pénétrer de temps à autre. M.
Dupin, ami et protecteur du cabinet, s'adressant au Roi, le jour de sa
fête, et portant la parole au nom de la Chambre dont il était le
président, ne se priva pas d'introduire, dans cette harangue
officielle, des allusions blessantes pour les doctrinaires. À
l'entendre, le pays avait montré sa volonté de ne pas «s'abandonner à
cet esprit de système qui brave la puissance des faits, et qui, sous
le mysticisme calculé d'obscures théories, couvre souvent de funestes
doctrines et nourrit de fatales pensées». Cette frasque présidentielle
fit un tel scandale, que MM. Jaubert et Piscatory en saisirent le
lendemain la Chambre et provoquèrent des explications fort aigres, qui
naturellement n'aboutirent pas. Les députés qui avaient ouvert ce
débat représentaient la partie la plus jeune et la plus ardente du
groupe doctrinaire, celle qui se résignait le moins volontiers à la
réserve conseillée par les sages. En dépit des consignes, ils ne
pouvaient s'empêcher de lancer parfois quelque trait, ou même
d'engager quelque escarmouche, non plus seulement contre le président
de la Chambre, mais contre le président du conseil. M. Thiers, qui, de
1833 à 1836, s'était trouvé à la tête du département des travaux
publics, avait particulièrement compté sur l'achèvement de certains
monuments de Paris, entre autres de l'Arc de l'Étoile et de la
Madeleine, pour marquer avec éclat ses débuts ministériels. Il s'y
était attaché comme à son oeuvre personnelle, avait conçu à ce sujet
un plan financier, hardi pour l'époque, en avait dirigé et pressé
l'exécution avec son activité toujours un peu impatiente des obstacles
et même des règles. Il en était résulté, ce qui se produit d'ailleurs
dans presque tous les travaux de ce genre, plusieurs modifications des
plans primitivement approuvés et quelques mécomptes sur le chiffre des
dépenses. Le ministère du 22 février se vit par suite obligé de
demander, pour terminer les constructions, un crédit de 4 millions et
demi. En majorité dans la commission saisie de ce projet, les jeunes
doctrinaires l'examinèrent avec un esprit peu bienveillant. Le
rapport, rédigé par le plus militant d'entre eux, le comte Jaubert,
s'étendit avec complaisance sur les irrégularités commises,
grossissant les torts, ne parlant pas des services rendus: c'est à
peine si l'on voulait bien ne pas mettre en cause la probité du
ministre; mais on insistait sur la nécessité de lui donner un «sévère
avertissement». M. Thiers fut atteint au vif et se défendit avec une
émotion irritée; après avoir longuement réfuté les reproches:
«J'ajouterai en finissant, dit-il, que je proteste contre tous les
avertissements qu'on voudrait nous donner... Ce n'est pas quand on est
animé des meilleures intentions, du désir d'honorer son pays et son
temps, quand on a entrepris des travaux pareils avec tout le zèle que
j'y ai mis, ce n'est pas après des peines et des tourments de toute
espèce, qu'on peut consentir à recueillir un blâme. Non, je ne l'ai
pas mérité; je ne puis le subir. Si l'on veut m'imposer un blâme,
qu'on le produise par un vote, je me soumettrai au jugement de la
Chambre. Mais un avertissement sévère infligé par une commission! Non!
je le répète, je ne l'accepte pas; je le repousse de toutes mes
forces[28].» Ni la Chambre, ni l'opinion ne donnèrent raison, en cette
circonstance, à ceux qui avaient soulevé le débat. Si le moment était
venu de s'attaquer au ministère, ce ne devait pas être par une
taquinerie de ce genre. Les doctrinaires ne retirèrent donc de cette
petite campagne ni grand honneur, ni grand profit. Le seul résultat
fut d'aigrir encore davantage leurs rapports avec le président du
conseil.

[Note 28: Séance du 16 mars 1836.]

M. Guizot n'avait pris personnellement aucune part à l'incartade de
ses jeunes amis[29]. Au fond, sans doute, et malgré les apparences que
de part et d'autre on tâchait de garder, entre lui et M. Thiers il y
avait eu de l'irréparable, et l'on pouvait considérer la séparation
comme étant d'ores et déjà consommée[30]; mais, à défaut de
bienveillance pour le ministère, le chef des doctrinaires était trop
soucieux de la dignité de son propre rôle pour se commettre dans une
mesquine querelle. S'attachant à garder cette attitude de surveillance
expectante, sans apparente animosité, qu'il avait prise dès le début,
il ne paraissait que rarement à la tribune, et la plus grande partie
de la session s'écoula sans qu'il se trouvât en contradiction directe
avec M. Thiers. Il était sans doute intervenu dans le débat sur les
fonds secrets, et l'on se rappelle avec quel éclat, mais il avait
affecté plutôt de protéger le cabinet que de le critiquer, et le
président du conseil avait évité de lui répondre. Ce fut seulement à
la veille de la séparation des Chambres que, sur un terrain fort
imprévu, les deux grands orateurs se rencontrèrent face à face. Il
s'agissait du budget de l'Algérie. On avait entendu successivement les
adversaires et les partisans de l'occupation, d'un côté MM. Duvergier
de Hauranne, Desjobert, le comte Jaubert, de l'autre M. Delaborde, M.
Thiers, le maréchal Clauzel, quand M. Guizot demanda la parole[31]. Il
se prononça hautement pour le maintien et même le développement de
notre conquête; seulement, inquiet des projets qu'il supposait au
maréchal Clauzel, nommé récemment gouverneur général,--et le désastre
de Constantine devait prochainement prouver que ses inquiétudes
n'étaient pas sans fondement,--il crut devoir donner des conseils de
prudence. Opposant à la politique «agitée, guerroyante, jalouse
d'aller vite et loin», qu'il craignait de voir prévaloir, «une
conduite plus lente, plus pacifique, plus modérée», il recommanda
instamment la seconde. «Il n'y a encore aucun parti fâcheux
irrévocablement pris, disait-il en finissant, aucune faute décisive;
mais nous sommes sur une route périlleuse; nous pourrions y être
entraînés. La Chambre peut beaucoup pour avertir et retenir le
gouvernement; je la conjure d'y employer toute sa sagesse.» M. Thiers,
dont l'imagination était alors fort échauffée à la pensée de faire
grand en Algérie, qui prétendait tout y diriger lui-même et qui
encourageait, avec plus d'ardeur que de réflexion, les desseins
téméraires du maréchal Clauzel[32], reçut, non sans une impatience
visible, ces conseils qu'il appela des «leçons»; sa réponse fut aigre
et roide. M. Guizot répliqua brièvement, avec une modération un peu
hautaine. La Chambre n'était pas appelée à se prononcer entre les
contradicteurs, puisque M. Guizot concluait au vote des crédits
demandés par le ministre; mais elle assistait, avec une curiosité
émue, au premier choc de ces deux anciens alliés. «L'ardeur de la
rivalité,--écrivait un témoin au sortir de la séance,--déguisée sous
des apparences un peu forcées de modération, de réserve et de
courtoisie, se trahissait comme malgré eux, dans l'étroite enceinte
de la question qu'ils avaient prise pour champ de bataille. Elle
donnait à leur geste, à leur accent, à leur parole, une animation
toute particulière; elle imprimait un caractère plus énergique à leur
éloquence si diverse. Un sentiment inexprimable d'intérêt et d'anxiété
régnait dans la Chambre et les tribunes, où l'on paraissait s'attendre
à voir le débat se transformer, d'un moment à l'autre, en une grande
discussion de politique générale[33].»

[Note 29: C'est ce qui faisait dire à M. Thiers: «Mes anciens
collègues sont mieux pour moi que leurs amis. Ceux-ci sont aigres et
tracassiers.» Lettre particulière à M. de Barante, 15 avril 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 30: Pendant la crise qui avait précédé la formation du
ministère, M. Thiers avait témoigné de sa rivalité jalouse à l'égard
de M. Guizot, et celui-ci y avait été sensible. Un incident, entre
autres, l'avait particulièrement irrité. Au moment où le ministère
Dupin paraissait fait, la question de la présidence de la Chambre
s'était trouvée posée, et le nom de M. Guizot avait été prononcé. M.
Thiers sembla d'abord admettre cette candidature, disant que quant à
lui, il n'était pas fait pour ce poste. Mais, dès le lendemain, poussé
par son entourage et soucieux de ne pas laisser arriver M. Guizot
avant lui, il fit poser sa candidature par ses amis, sans même en
avertir les doctrinaires: «C'est moi, disait-il, qui dois être le chef
du ministère prochain: il faut donc que la Chambre, en m'investissant
d'avance de sa confiance, me désigne elle-même au choix du Roi. Nommer
Guizot plutôt que moi, ce serait le faire premier ministre, et je ne
dois pas le souffrir.» M. Guizot ne voulut pas lutter, mais il fut
blessé et s'en exprima avec beaucoup d'amertume. En fin de compte, M.
Dupin ayant refusé le ministère et gardé la présidence, la question se
trouva supprimée, mais le ressentiment n'en subsista pas moins.
(_Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._)]

[Note 31: 10 juin 1836.]

[Note 32: Nous lisons, à la date du 12 mai 1836, dans le journal de M.
de Viel-Castel: «M. Thiers, dont l'esprit mobile accepte, avec une
facilité surprenante, toutes les impressions qu'on essaye de produire
sur sa vive imagination, est, en ce moment, saisi d'un véritable
enthousiasme pour Alger. Au fond, il connaît très-peu la question.
Mais on lui a monté la tête... Il trouve que jusqu'à présent, les
affaires d'Alger ont été très-mal conduites; il veut désormais se
charger de les diriger.» M. Guizot écrivait de son côté à M. de
Barante, à la date du 14 juin: «Thiers a eu un moment l'esprit
très-échauffé sur l'Afrique et quelque vague désir de faire là, en
personne peut-être, une seconde expédition d'Égypte.» (_Documents
inédits._)]

[Note 33: _Journal inédit de M. le baron de Viel-Castel._]

Dans leur évolution vers une opposition plus ou moins déclarée, les
doctrinaires n'étaient pas suivis par toute l'ancienne majorité.
Nombre de bonnes gens à vue courte et à coeur timide se laissaient
prendre aux équivoques de M. Thiers. D'ailleurs, pour avoir combattu
quelque temps sous les ordres de M. Guizot, ces conservateurs
n'avaient presque rien de commun avec lui, plus effarouchés que
curieux des doctrines, plus jaloux qu'admirateurs des supériorités
intellectuelles, amenés à la résistance, au lendemain de 1830, moins
par conviction que par intérêt, moins par courage que par peur, moins
par volonté propre et réfléchie que par docilité un peu subalterne à
l'impérieuse impulsion de Périer et de ses successeurs. Les
doctrinaires, importants par le talent, mais peu nombreux, n'avaient
guère fait d'adeptes parmi ceux dont ils semblaient avoir été les
chefs: ils leur étaient plutôt superposés que mêlés. On eût dit une
sorte d'état-major commandant à une armée d'une autre nationalité[34].
Situation toute particulière qui aide à comprendre la facilité
relative avec laquelle M. Thiers parvint à détacher de M. Guizot une
partie de ceux qui le suivaient la veille. Le même phénomène devait se
produire plus tard, sous M. Molé.

[Note 34: La _Revue des Deux Mondes_ prétendant faire, en 1837, le
dénombrement des doctrinaires, membres de la Chambre des députés, n'en
comptait que treize: MM. Guizot, Duchâtel, Duvergier de Hauranne,
Dumon, d'Haubersaert, Guizard, Janvier, Jaubert, Piscatory, de
Rémusat, Renouard, Vitet, Saint-Marc Girardin. Encore ce dernier ne
nous paraît-il pas pouvoir être compris dans ce groupe. Par contre, on
eût pu ajouter d'autres personnages ne faisant pas partie de la
Chambre des députés, comme le duc de Broglie.]

Vers la fin de la session de 1836, cette division dans le sein de
l'ancienne majorité était assez visible pour ne pas échapper aux
observateurs. Un des amis du duc de Broglie, étranger à la Chambre,
mais spectateur attentif et avisé de ce qui s'y passait, écrivait
alors, en parlant des doctrinaires: «Sans doute, les hommes d'élite
qui forment la tête de ce parti seront toujours puissants par leur
talent, leur union et la considération qui s'attache à leur caractère,
mais la masse de leurs adhérents s'éclaircit peu à peu par la
défection de tous ceux dont la possession du pouvoir leur avait
procuré l'appui et qui, après leur chute, ne leur sont restés fidèles
qu'autant qu'on a pu croire que leurs successeurs n'auraient pas la
majorité. Chaque jour révèle les progrès de cette défection: elle
s'étend même à certains hommes qu'on aurait dû présumer
inséparablement liés à la Doctrine. Tout cela ne se passe pas
grossièrement; on y met des façons. On parle toujours avec estime et
respect de MM. de Broglie et Guizot; mais on gémit, en secouant la
tête, des imprudences et des maladresses de leurs amis. On vante avec
exagération le talent et l'habileté de M. Thiers. On dit hautement
qu'on ne veut pas faire une opposition de personnes, comme s'il y en
avait d'autres. Puis, pour se faire illusion à soi-même, pour se
persuader qu'on reste fidèle à ses principes, on ne manque pas d'aller
dire à M. Thiers qu'on ne le soutiendra qu'autant qu'il soutiendra
lui-même les principes de l'ancienne majorité. On affecte de le
séparer de ses collègues du tiers parti et de ne s'exprimer sur ces
derniers qu'avec des termes de dédain et de mépris[35].» Les
doctrinaires voyaient cet abandon, et le courage de plusieurs en était
parfois abattu. «Les nôtres, écrivait M. Guizot le 18 juin 1836,
partent assez épars et découragés. Selon leur usage, ils le paraissent
encore plus qu'ils ne le sont, car c'est leur plaisir d'amplifier leur
disposition à force d'en parler[36].»

[Note 35: _Journal inédit de M. de Viel-Castel_, 23 juin 1836.]

[Note 36: _Lettres de M. Guizot à sa famille et à ses amis_,
recueillies par madame DE WITT, p. 160.]

Il y avait là autre chose que le mécompte d'un groupe particulier; il
y avait la dislocation du grand parti de gouvernement et de résistance
dont la laborieuse formation, sous Casimir Périer, avait sauvé la
monarchie, la société et la France en péril, et que, pendant trois ans
et demi, le ministère du 11 octobre avait eu tant de peine à
maintenir. De toutes les conséquences que pouvait avoir la politique
équivoque du 22 février, nulle n'était plus funeste. Si M. Thiers fût
nettement passé à gauche, c'eût été un malheur; son exemple eût,
peut-être, entraîné quelques défections; mais le parti conservateur,
même s'il était devenu minorité, n'en serait pas moins demeuré uni et
compacte: il aurait pu être réduit, non décomposé. Telle n'était pas
la conduite du président du conseil; il prétendait demeurer
conservateur, tout en attirant à lui les gauches, parlait un double
langage, en disait assez pour tromper une partie de ses alliés de la
veille, trop pour ne pas inquiéter les autres. Ainsi, il faisait pis
que de combattre la majorité conservatrice; il l'égarait et la
divisait, commençant l'oeuvre dissolvante qu'il reprendra toutes les
fois que les événements le porteront au pouvoir, en 1840 et en 1871,
aussi bien qu'en 1836.


IV

M. Thiers ne sentait pas le malheur de cette dissolution du parti
conservateur, ou tout au moins ne s'en inquiétait pas. Bien au
contraire, il y voyait une facilité de plus pour ses évolutions. Sans
avoir une majorité à lui, il trouvait, pour tous les votes qu'il
demandait à la Chambre, des majorités d'autant plus étendues qu'elles
étaient composées d'éléments plus divers. Elles lui servaient à
franchir lestement les obstacles sur lesquels on eût pu s'attendre à
le voir trébucher.

Au nombre de ces obstacles, était la proposition de conversion des
rentes. On n'a pas oublié dans quelles conditions elle se présentait.
Peu de semaines auparavant, la Chambre l'avait jugée si urgente, que,
pour ne pas la laisser ajourner, elle avait brisé le ministère du 11
octobre. Or, si certains membres de la nouvelle administration, comme
M. Passy ou M. Sauzet, avaient soutenu alors la conversion, d'autres,
comme M. d'Argout et surtout M. Thiers, l'avaient vivement
combattue[37]. Le cabinet se décida à accepter le principe de la
mesure, mais à en renvoyer à plus tard la discussion et l'exécution;
le seul engagement qu'il prit fut de présenter lui-même un projet de
conversion dans la session suivante, «si les circonstances le
permettaient». Certes, on avait beau jeu à montrer que c'était, sous
une étiquette fort peu différente, le même ajournement qui avait été
refusé au précédent cabinet; on avait beau jeu également à mettre les
divers ministres en face des opinions contradictoires qu'ils avaient
naguère manifestées; ils firent une figure assez embarrassée, et M.
Thiers ne put se soustraire à ces attaques qu'en répondant: «Ce qui
importe, ce n'est pas ce que nous avons pu dire autrefois, ce que nous
avons pu vouloir en d'autres temps, c'est ce que nous voulons
aujourd'hui.» Mais, en fin de compte, tout le monde se prêta ou se
résigna à l'expédient proposé, et la résolution d'ajournement fut
votée à une immense majorité: à peine trente ou quarante membres des
deux extrémités se levèrent-ils à la contre épreuve[38].

[Note 37: Non-seulement M. Thiers avait combattu à la tribune la
conversion, quand il faisait partie du ministère du 11 octobre; mais,
ce ministère une fois dissous, il disait tout haut dans les couloirs
de la Chambre: «Maintenant que je ne suis plus ministre, je pourrai du
moins dire tout ce que je pense de cette absurde conversion.
Croyez-moi, c'est la mesure la plus inepte, la plus folle, la plus
funeste qu'on puisse imaginer.» (_Notes inédites de M. Duvergier de
Hauranne._)]

[Note 38: Séances du 21 et du 22 mars 1836.]

En même temps qu'il trouvait moyen d'écarter les questions gênantes,
le ministère faisait voter plusieurs lois utiles, dont quelques-unes,
il est vrai, lui venaient de ses prédécesseurs: loi supprimant les
maisons de jeu[39] et les loteries d'immeubles, comme avait été
supprimée, l'année précédente, la loterie royale; lois relatives aux
chemins de fer de Paris à Versailles, et de Montpellier à Cette; loi
augmentant les ressources de notre matériel naval; loi du 21 mai 1836,
sur les chemins vicinaux, qui devait donner un grand développement à
la construction de ces chemins, et dont les dispositions fondamentales
subsistent encore aujourd'hui.

[Note 39: Cette loi stipulait que toutes les maisons de jeu seraient
fermées le 1er janvier 1838. Le 31 décembre 1837, les habitués furent
donc prévenus que les jeux s'arrêteraient à minuit précis. Ils se
pressèrent nombreux à cette suprême veillée de la roulette. Le jeu
continua jusqu'à la dernière seconde, avec une intensité fiévreuse. Un
ouvrier qui avait perdu tout ce qu'il avait se tua en sortant de l'un
des tripots du Palais-Royal. À l'instant fixé par la loi, la police
fit évacuer toutes les maisons, et la foule assista, gouailleuse et
méprisante, à la dispersion des joueurs et surtout des joueuses.]

Parmi toutes ces lois alors soumises aux Chambres, il n'en fut pas de
plus longuement discutées que celles qui modifiaient certains tarifs
de douane[40]. Sous l'Empire et la Restauration, ces tarifs étaient
nettement protecteurs et même souvent prohibitifs. On avait pu croire
un moment que la secousse de 1830 aurait son contre-coup sur cette
partie de notre législation comme sur tant d'autres, que la liberté
commerciale paraîtrait le corollaire logique de la liberté politique,
et qu'en frappant l'aristocratie on n'épargnerait pas ce qu'on se
plaisait à appeler la «féodalité industrielle». L'école du _Globe_,
que la révolution faisait arriver au pouvoir, ne s'était-elle pas
prononcée théoriquement pour le libre-échange? Mais il fut bientôt
visible que cette prétendue «féodalité» était plus que jamais
puissante dans les Chambres, influente sur le gouvernement. Ne
semblait-elle même pas avoir gagné, sous ce régime bourgeois, tout ce
qu'avait perdu l'aristocratie de naissance? Aussi les premières
tentatives faites pour modifier la législation douanière furent-elles
d'abord repoussées. Cependant, quand M. Duchâtel, qui avait été, avant
1830, un économiste libéral, devint ministre du commerce en 1834, il
tâcha, prudemment, sans prétention absolue, sans brusque changement,
d'abaisser quelques tarifs, de supprimer quelques prohibitions. Il y
était parvenu sur certains points, et avait déposé, à la veille de
quitter le pouvoir, deux projets de loi sanctionnant ou complétant les
réductions de droits que la législation d'alors lui permettait
d'opérer provisoirement par simple ordonnance. Ce sont ces projets qui
vinrent en discussion sous le ministère du 22 février. Le débat, qui
n'occupa pas moins de dix-sept séances, fut à la fois acharné et un
peu confus. Tous les partis semblaient mêlés, chaque député prenant
position, non d'après le groupe politique auquel il appartenait, mais
d'après les intérêts de la région qu'il représentait. Manufacturiers
et agriculteurs étaient unis pour faire tête aux économistes. Le
cabinet fut loin d'avoir une attitude une et décidée: le ministre du
commerce, M. Passy, eût été volontiers favorable aux idées de M.
Duchâtel, et il intervint à plusieurs reprises dans ce sens; mais, à
côté de lui, M. Thiers, qui ne monta pas moins de cinq fois à la
tribune, se montrait, dès cette époque, un «protectionniste»
passionné. De là, quelque tiraillement dans la direction donnée à la
Chambre, et quelque incertitude dans ses votes. On n'eût pu dire pour
laquelle des deux doctrines elle se prononçait. Parmi les réductions
proposées, les unes furent admises, les autres repoussées. Néanmoins,
si petit qu'il fût, c'était un premier pas dans la voie de la liberté
commerciale[41].

[Note 40: Avril et mai 1836.]

[Note 41: Cf. pour les renseignements plus détaillés sur cette
question spéciale l'ouvrage de M. AMÉ sur les _Tarifs des douanes_.]

La session se termina par le budget, qui fut voté rapidement, tel à peu
près que le gouvernement l'avait présenté. La Chambre, fatiguée, n'était
pas en goût de discuter longuement. Le seul épisode à signaler fut un
débat provoqué par une sortie de M. Laffitte. Celui-ci, aigri par sa
chute et surtout par sa déconsidération, avait prétendu reprocher à la
royauté nouvelle de n'avoir pas diminué le budget de l'ancienne. «Quant
à moi, s'était-il écrié, la rougeur m'en monte au front; et je le
déclare: si tel devait être le résultat financier de cette glorieuse
révolution, je le dis avec douleur, mais je croirais devoir demander
pardon à Dieu et à mes concitoyens de la part que j'ai pu y prendre.» M.
Berryer saisit habilement l'occasion qui lui était ainsi offerte de
faire, aux dépens du régime actuel, l'apologie des budgets de la
Restauration. M. Thiers répondit aussitôt, en attaquant cette dernière
et en faisant ressortir la sagesse heureuse avec laquelle la monarchie
de Juillet venait, au lendemain de la révolution, de rétablir l'ordre,
la prospérité et l'économie des finances nationales. Les deux orateurs
firent assaut d'éloquence. C'était merveille de les voir manier et
remanier les chiffres, en quelque sorte les animer et les échauffer.
Rarement, sur ce terrain d'ordinaire aride, on avait assisté à un aussi
brillant tournoi oratoire. Au fond, la querelle était un peu vaine:
chacun des champions avait raison, sinon dans la critique, trop souvent
injuste, qu'il faisait de la politique financière du régime opposé, du
moins dans les louanges qu'il donnait au gouvernement de ses
préférences[42]. Et, quant à la question qui faisait plus
particulièrement l'objet du débat, au chiffre comparé des budgets avant
et après 1830, si la Restauration était digne d'éloge pour être demeurée
longtemps au-dessous du milliard et l'avoir à peine dépassé dans les
deux dernières années de son existence, la monarchie de Juillet n'avait
pas moins de mérite d'être revenue, en 1834, 1835 et 1836, après les
surélévations momentanées, conséquences inévitables de la révolution, à
un chiffre de très-peu supérieur à celui de 1829[43]. Étant donné
l'accroissement continu des dépenses publiques qui est, dans tous les
pays, la contre-partie nécessaire du progrès matériel, l'économie du
second régime n'apparaît pas moindre que celle du premier: économie
mieux appréciée encore après ce qu'on a vu depuis. Toutefois, ce
résultat montre combien l'opposition libérale d'avant 1830 parlait
légèrement, sans justice et sans vérité, quand elle avait alors dénoncé
les prétendus gaspillages de la royauté et promis, pour le jour où elle
serait au pouvoir, un gouvernement à beaucoup meilleur marché.

[Note 42: Nous avons déjà parlé et nous parlerons encore de la
politique financière si honorable et si féconde des dix premières
années de la monarchie de Juillet. Quant à la Restauration, quelques
chiffres suffiront à donner une idée de ce que fut sa bienfaisante
action. Elle trouva, à son début, le crédit de la France en un tel
état, qu'elle dut négocier à 52 fr. 50 ses premiers emprunts à 5 pour
100. En 1830, un emprunt à 4 pour 100 était adjugé au-dessus du pair à
102 fr. 7 c. et demi, fait sans analogue dans notre histoire
financière. Bien loin d'avoir augmenté la dette que lui avaient
imposée les invasions de 1814 et de 1815, elle l'avait réduite
d'environ 29 millions de rente, soit de 600 millions en capital, et M.
Roy, lors de son dernier passage au ministère des finances, pouvait
annoncer, pour un avenir prochain, l'extinction de la dette par le
seul jeu de l'amortissement. Elle avait dégrevé la propriété foncière.
Enfin les revenus indirects étaient montés de 397 millions à 583.
Aussi tous les auteurs spéciaux ont-ils rendu hommage à l'envi, sur ce
point, à la vieille monarchie, et l'un des plus compétents, M. Paul
Leroy-Beaulieu, a-t-il écrit: «Jamais nos finances n'ont été conduites
avec autant de prévoyance, de rigueur, d'honorable et nécessaire
parcimonie, que par MM. Louis, Corvetto et de Villèle.»]

[Note 43: Voici, pour les années 1815 à 1819, les chiffres officiels
et définitifs des dépenses donnés par le _Compte de l'administration
des finances pour l'année 1869_:

  1815,   913 millions      1820,   906 millions      1825,   981 millions
  1816,  1055   --          1821,   908   --          1826,   976   --
  1817,  1189   --          1822,   949   --          1827,   986   --
  1818,  1433   --          1823,  1118   --          1828,  1024   --
  1819,   896   --          1824,   986   --          1829,  1014   --

Voici maintenant le chiffre des dépenses de 1830 à 1836:

  1830,  1095 millions      1833,  1134 millions      1835,  1047 millions
  1831,  1219   --          1834,  1063   --          1836,  1065   --
  1832,  1174   --]

M. Thiers prenait part à toutes ces discussions, prêt à parler sur
chaque sujet, avec une abondance, une lucidité, une prestesse
incomparables, s'amusant de cette variété même, et mettant sa
coquetterie à paraître expert dans les spécialités les plus diverses.
Le public admirait, surpris, une intelligence si prompte et une si
universelle aptitude. Sans y voir au fond beaucoup plus clair dans la
politique du ministre, il se laissait charmer par la parole de
l'orateur et était ébloui, alors même qu'il demeurait inquiet. M.
Guizot, témoin peu suspect, constatait que «le dernier mois de la
session avait été bon pour M. Thiers personnellement». «Il a eu du
talent, ajoutait-il, du savoir-faire, de la mesure;... sa position à
lui, dans la Chambre, a gagné quelque chose[44].» Le jeune président
du conseil jouissait de ce succès: il en était même un peu grisé.
Sentant que l'on ne voyait que lui dans le cabinet, il était plus que
jamais disposé à tout rapporter à soi[45]. On eût dit parfois qu'il
prétendait occuper seul la scène, suffire à tous les rôles, trop
prompt à croire que les autres ne feraient que des sottises, et que
toute oeuvre à laquelle il ne mettrait pas lui-même la main serait
manquée[46], ne se gênant pas du reste, dans son salon, pour parler
légèrement de ses collègues. Le premier résultat était qu'il se
dispersait et se perdait dans les détails de trop d'affaires diverses;
le second, que les autres ministres, humiliés, envahis et annulés,
supportaient mal une telle ingérence; quelques-uns parlaient même de
se retirer[47]. Mais M. Thiers, tout à la joie confiante de ses succès
personnels, ne voyait pas, autour de lui, ces déplaisirs, ou du moins
croyait pouvoir n'en pas tenir compte.

[Note 44: _Lettres de M. Guizot à sa famille et à ses amis_, p. 159.]

[Note 45: La _Revue des Deux Mondes_ exprimait, vers cette époque,
l'effet produit sur une partie des spectateurs par cette personnalité
excessive de M. Thiers, quand elle disait de lui: «Il se flatte, il se
mire; s'il veut vous convaincre, il en appelle à lui; s'il combat
l'aristocratie, il vous dit qu'il n'a pas de penchant pour elle, parce
que moins qu'un autre il voudrait la trouver sur son chemin; s'il veut
vous effrayer de la guerre, il vous déclare que, pour lui, il a plus
besoin de la paix que tout autre, car elle convient à ses études, à
ses loisirs et à ses goûts. Tout part de sa personne, tout y revient
aboutir.»]

[Note 46: C'est ce qui faisait écrire à M. Sainte-Beuve: «Thiers juge
trop sévèrement les hommes, ou du moins trop exclusivement: il est
trop prompt à les déclarer bêtes.» (_Cahiers de Sainte-Beuve_, p.
106.)]

[Note 47: Nous lisons dans le _Journal de M. de Viel-Castel_: «22
avril 1836. M. de Montalivet est peu satisfait de l'outrecuidance et
du ton de supériorité du président du conseil.--12 juin. Montalivet,
Duperré, Pelet de la Lozère sont blessés du ton de prépotence, de la
légèreté dédaigneuse du président du conseil et de son ingérence
perpétuelle dans les affaires de tous les départements.» (_Documents
inédits._)--M. Guizot écrivait, à la date du 18 juin: «Les difficultés
intérieures et les bruits de désorganisation se renouvellent. M. Passy
parle ouvertement de sa retraite, comme très-prochaine; il est
dégoûté, ennuyé, malade. M. Sauzet réclame l'accomplissement de toutes
les promesses qu'il a faites et va jusqu'à dire que, si on ne les
tient pas, il sera contraint aussi de se retirer. Je ne crois pas à la
fermeté de toutes ces exigences, cependant elles sont réelles.»]


V

La session n'était pas encore terminée, qu'un nouvel attentat contre
la vie du Roi vint réveiller brusquement M. Thiers de son optimisme.
Le 25 juin 1836, à six heures du soir, Louis-Philippe, accompagné de
la Reine et de Madame Adélaïde, sortait en voiture des Tuileries,
quand une détonation se fit entendre. Le coup était tiré de si près,
que la voiture fut remplie de fumée; les balles effleurèrent la tête
du Roi: personne cependant ne fut blessé. L'assassin, aussitôt reconnu
et arrêté, encore porteur d'une canne-fusil, se trouvait être un jeune
homme de vingt-six ans, d'une figure régulière et calme, nommé Louis
Alibaud; ancien sous-officier, ayant reçu quelque instruction, non
sans courage, il s'était jeté, sous l'excitation de 1830, dans les
idées démagogiques, et s'y était comme infecté d'un fanatisme sombre,
sauvage, haineux, qui avait absolument perverti son esprit et sa
conscience. Interrogé tout d'abord sur le mobile de son crime: «J'ai
voulu tuer le Roi, dit-il, parce qu'il est l'ennemi du peuple. J'étais
malheureux par la faute du gouvernement; et, comme le Roi en est le
chef, j'ai résolu de le tuer.» Plus tard, devant la Chambre des pairs,
à laquelle il fut déféré, il répondit au président, qui lui demandait
depuis quand il avait formé son criminel dessein: «Depuis que le Roi a
mis Paris en état de siége, qu'il a voulu gouverner au lieu de régner;
depuis qu'il a fait massacrer les citoyens dans les rues de Lyon et au
cloître Saint-Merry. Son règne est un règne de sang, un règne infâme.»
Appelé à répondre à l'accusation, il déclara, avec un orgueil
farouche, «n'avoir jamais eu l'idée de disputer sa tête», et se posa
en homme qui, ayant perdu la partie, ne se refuse pas à payer l'enjeu;
il prétendit seulement lire, sous couleur de défense, une
revendication hautaine du droit de régicide. Dans sa prison, pendant
que l'aumônier lui parlait de Jésus-Christ, il murmurait tout bas:
«Jésus-Christ était démocrate comme moi, et, s'il l'eût fallu, comme
moi, il fût devenu régicide.» Condamné à la peine des parricides, il
monta sans faiblesse sur l'échafaud: «Je meurs pour la liberté,
s'écria-t-il, pour le bien de l'humanité, pour l'extinction de
l'infâme monarchie!»

L'instruction n'avait pas découvert de complices qui pussent être
judiciairement poursuivis. «Le chef de la conspiration, avait dit
Alibaud, c'est ma tête; les complices, ce sont mes bras.» Mais la
responsabilité morale du parti révolutionnaire ne pouvait être
contestée, et cette responsabilité apparaissait d'autant plus lourde
qu'on prétendait reconnaître chez le jeune meurtrier plus de qualités
naturelles. Les phrases de journaux qui se retrouvaient dans ses
réponses ne révélaient-elles pas d'où venaient les sophismes et les
excitations qui l'avaient égaré et fanatisé? Tout républicain qu'il se
prétendit, Béranger confessait alors, dans l'intimité, non sans
humiliation ni dégoût, que son parti n'était pas étranger à ce crime.
«Vous me dites,--écrivait-il à un de ses amis, le 29 juin, quatre
jours après l'attentat,--qu'on ne veut, où vous êtes, ni de la
république, ni du carlisme; je crois que c'est partout de même. Mais
aussi convenez que les républicains s'y prennent bien pour augmenter
le dégoût, en ce qui les regarde. Encore un assassinat! Comme ces
hommes sont en dehors de leur époque et de leur nation! Quand on pense
à qui l'on doit ces affreux effets de la dépravation morale et
intellectuelle, on est tenté de maudire les instruments de liberté qui
nous sont confiés[48].» Ne vit-on pas du reste, au lendemain même de
l'attentat, s'étaler dans la presse républicaine le scandale d'une
sorte de complicité rétrospective? Sauf l'éloge du crime, que ces
journaux hésitèrent à entreprendre ouvertement, ils firent tout pour
exalter le criminel, lui attribuant le plus noble caractère,
l'enveloppant de je ne sais quelle héroïque auréole, prêtant à son
forfait une grandeur farouche et même une sorte de loyale audace,
montrant, dans le trop juste châtiment qui le frappait, une cruauté
légale, appelant sur la «jeune victime» la pitié, la sympathie et
presque l'admiration du public; on eût dit vraiment que leur
préoccupation était de lui susciter des imitateurs. Poursuivis, de ce
chef, pour offense envers la morale publique et apologie du crime
d'assassinat, les gérants du _National_ et du _Bon Sens_ furent
condamnés, en cour d'assises, à trois mois de prison et 1,000 francs
d'amende[49].

[Note 48: _Correspondance de Béranger._]

[Note 49: Arrêts du 30 juillet et du 8 août 1836.]

Le gouvernement savait mieux que tout autre qu'il n'était pas en face
d'un cas isolé et monstrueux. Certaines découvertes lui avaient permis
en effet, dans ces derniers temps, d'entrevoir ce qui se passait dans
les sociétés secrètes, leur organisation nouvelle, les complots qui
s'y tramaient, les rêves de sang et de meurtre dont s'y nourrissaient
les imaginations. À la suite du procès d'avril, les révolutionnaires
avaient compris qu'ils ne pouvaient plus rien faire de la Société des
_Droits de l'homme_. Comme elle avait elle-même succédé, après la
défaite de 1832, à la Société des _Amis du peuple_, ainsi de ses
débris se forma une autre association, celle des _Familles_. Plus
préoccupées de conspiration secrète que d'agitation extérieure, les
_Familles_ prirent, pour échapper à la police, des précautions
qu'avaient négligées les sociétés précédentes. Plus de chefs connus,
de listes écrites, de réunions, de revues, d'ordres du jour. Les
affiliés, recrutés un à un, après enquête et épreuve, reliés au comité
supérieur par une hiérarchie mystérieuse, n'étaient en rapport qu'avec
leur chef immédiat; ils ne devaient se réunir qu'au jour du combat et
avaient pour instruction de se munir d'ici là de poudre et d'armes. Au
commencement de 1836, les adhérents étaient environ un millier: ce
chiffre, bien inférieur aux quatre mille sectionnâmes des _Droits de
l'homme_, ne devait guère être dépassé par les sociétés secrètes
jusqu'en 1848. Il était trop faible pour engager une vraie bataille,
mais suffisait pour tenter un mauvais coup[50]. À côté des _Familles_,
et en rapports plus ou moins étroits avec elles, s'étaient formées
d'autres associations, dont quelques-unes tâchaient de se recruter
dans l'armée.

[Note 50: Sur l'organisation de la Société des _Familles_, voyez
l'ouvrage déjà cité de Lucien DE LA HODDE sur l'_Histoire des sociétés
secrètes de 1830 à 1848_, p. 199 à 207.]

On ne retrouvait pas, à la tête des sociétés nouvelles, les
personnages politiques relativement importants qui composaient
l'état-major des _Droits de l'homme_. Les uns étaient en prison ou en
fuite, les autres, découragés ou dégoûtés. Ceux qui les remplaçaient
étaient plus obscurs. Deux cependant, fondateurs et véritables chefs
des _Familles_, ont acquis une notoriété révolutionnaire telle que
l'histoire ne peut les passer sous silence: ce sont Blanqui et Barbès.
L'un avait alors trente-six ans, l'autre vingt-six: très-différents,
mais se complétant l'un l'autre pour la vilaine besogne qu'ils
entreprenaient; celui-là, petit, pâle, chétif, nerveux, la figure
souffrante, l'oeil soupçonneux et sombre, la lèvre marquée d'un pli
qui trahissait l'amertume de l'âme; celui-ci, de grande taille, le
regard ouvert, la démarche hardie; le premier, homme de tête,
laborieux, patient, taciturne, de vie pauvre et même, au dire de ses
partisans, austère; sans cesse en travail souterrain de complot; ami
de l'ombre et du mystère; habile à répandre autour de lui le fiel dont
son âme débordait[51], à irriter toutes les passions cupides,
envieuses et haineuses; exerçant sur le personnel vulgaire des
sociétés secrètes une sorte d'ascendant fascinateur; lançant les
autres en avant, sans leur livrer tout le secret du rôle qu'il se
réservait; ne croyant qu'à la force violente; ne rêvant que de
dictature sanglante et destructive; se consolant de ne pas dominer
encore la société qu'il détestait, en lui faisant peur; capable de
tout pour arriver à son but, et flatté qu'on le sût tel;--le second,
homme d'action, esprit étroit et court, mais tempérament énergique,
indomptable; toujours prêt à payer de sa personne; n'hésitant à
commettre aucune violence ni à affronter aucun péril; sans respect de
la vie des autres, mais sans souci de la sienne propre; apportant,
dans les haines les plus féroces, une sorte de sérénité, et, au
service de sophismes pervers, je ne sais quelle droiture et simplicité
généreuses; devenu ainsi très-populaire dans le parti démagogique qui
s'est servi de ses défauts et a tâché de se parer de ses qualités.

[Note 51: Ledru-Rollin a dit de Blanqui: «Son âme est pétrie de fiel
et de sang.»]

D'où venaient ces deux démagogues? Né à Nice, fils d'un conventionnel,
Auguste Blanqui était arrivé à Paris, avec son frère aîné, dans les
dernières années de la Restauration. Sans fortune, mais intelligents,
les deux jeunes gens s'étaient mêlés d'abord aux écrivains de
l'opposition libérale et avaient été attachés, en qualité de
sténographes, à la rédaction du _Globe_. Par son travail, l'aîné
devint bientôt un économiste distingué. Pendant ce temps, le cadet
s'était jeté dans les sociétés secrètes et les conspirations. Dès
1827, il avait été blessé dans une émeute, et en 1831 subissait sa
première condamnation, commençant ainsi cette lutte acharnée avec la
loi et la justice qui devait remplir sa vie entière, et dans laquelle
il subira, comme autant de glorieuses blessures, une condamnation à
mort, deux condamnations perpétuelles, et six autres condamnations
formant un total de dix-huit années de prison[52]. Existence étrange,
dont on n'aurait pas cependant une notion complète, si l'on n'ajoutait
que ce conspirateur si farouche, si redoutable, n'a pas été parfois
sans relation avec la police secrète[53].

[Note 52: Voici le détail: 12 janvier 1831, un an de prison, pour
insulte aux magistrats; 12 janvier 1832, un an de prison, pour cris
séditieux et complot; 11 août 1836, deux ans de prison, pour société
secrète et fabrication clandestine de poudre; 31 janvier 1840, à la
suite de l'émeute du 12 mai 1839, condamnation à mort, commuée en
déportation perpétuelle; 2 avril 1849, dix ans de détention, à raison
de l'attentat du 15 mai; 17 juillet 1861, quatre ans de prison, pour
société secrète; 29 avril 1872, déportation dans une enceinte
fortifiée, à raison de la tentative insurrectionnelle du 31 octobre
1870. Il avait été nommé membre de la Commune, mais se trouvait alors
en prison hors de Paris.]

[Note 53: Le 31 mars 1848, le premier numéro de la _Revue
rétrospective_ publiait un rapport secret, adressé, le 22 octobre
1839, à M. Duchâtel au sujet de la conspiration du 12 mai précédent.
Barbès déclara aussitôt que Blanqui seul avait pu écrire ce rapport.
Grand scandale dans le monde des clubs. Blanqui se défendit mal. Il
paraît aujourd'hui avéré que, soit pour obtenir quelques
adoucissements au régime de la détention, soit pour d'autres motifs,
ce personnage rendit plusieurs services de ce genre à la police de
Louis-Philippe.]

Barbès, venu à Paris comme étudiant, avait de la fortune. On
comprendrait mal ce qui a conduit un jeune homme riche, dont la nature
était par certains côtés généreuse, à devenir l'émule d'un Blanqui, à
se mettre hors la loi et la société, si l'on ne trouvait dans les
drames intimes qui avaient troublé sa famille le secret de cette sorte
de déclassement. On a raconté qu'il était le fils d'un prêtre; son
père se serait marié aux colonies, pendant la Révolution, en cachant
son caractère sacerdotal à la jeune fille qui s'était éprise de lui;
quand la malheureuse sut plus tard à qui elle s'était unie, son
horreur fut telle, qu'elle en mourut, laissant deux fils et deux
filles aux soins d'un homme troublé lui-même par le remords; le veuf
étant revenu dans le midi de la France, une de ses filles inspira une
passion qu'elle partageait à un jeune homme distingué et d'une famille
honorable; le mariage allait se faire, quand fut découvert le secret
du prêtre marié: le fiancé rompit aussitôt avec éclat; le père se tua
de désespoir[54]. C'est probablement sous l'impression de ces
événements que Barbès conçut une rancune mortelle contre la société
qui n'avait pas pardonné à son père la honte de son sacrilége.

[Note 54: Ces faits sont rapportés par Daniel STERN, dans son
_Histoire de la révolution de 1848_, t. II, p. 5 à 7.]

Un corps de doctrine, il n'en faut pas chercher chez les fondateurs
des _Familles_. Socialistes, mais plus hommes de destruction que de
système, ce qui domine en eux, c'est le parti pris d'exaspérer toutes
les haines, toutes les révoltes, toutes les souffrances, pour les
pousser furieuses à l'assaut d'une société, cause de tout mal. Par
moments même, il semble que ce soit à un immense massacre qu'ils
convient le peuple. Qu'on en juge par la proclamation suivante, écrite
tout entière de la main de Barbès et qui, d'après divers indices, a dû
être rédigée en prévision d'une réussite de l'attentat Fieschi[55]:
«Citoyens, le tyran n'est plus; la foudre populaire l'a frappé;
exterminons maintenant la tyrannie. Citoyens, le grand jour est venu,
le jour de la vengeance, le jour de l'émancipation du peuple... Aux
armes, républicains, aux armes! La grande voix du peuple se fait
entendre; elle demande vengeance. Frappons, au nom de l'égalité. Ils
sont là, nos tyrans, prêts à couronner, par un dernier forfait, leurs
crimes innombrables. Que nos bras les fassent rentrer dans le néant!
Héros du vice et de l'aristocratie, le courage n'anima jamais leurs
coeurs; les voyez-vous, tremblants et pâles?... Peuple, redresse-toi;
à toi seul appartient le souverain pouvoir... Le coeur te
manquerait-il, quand tu n'as qu'à lever la main pour écraser tes
faibles ennemis? Te rappelles-tu comme ils t'ont outragé? les bagnes
où ils t'ont plongé? le coup sanglant dont ils t'ont meurtri le
visage? les droits de l'homme dont ils t'ont dépouillé? Ils t'ont
flétri du nom de prolétaire! Lève-toi, frappe. Vois-tu les vaincus de
juin et d'août, les victimes de Saint-Merry et de la rue Transnonain,
qui te montrent leurs plaies sanglantes?... Elles demandent du sang
aussi. Frappe! Frappe encore! Vois les enfants écrasés sous la pierre,
les femmes enceintes te présentant leurs flancs ouverts, les cheveux
blancs de ces vieillards traînés sans pitié dans la boue! Tu n'as pas
encore frappé! Qu'attends-tu? Viens, que ta colère purifie cette terre
souillée par le crime, comme la foudre purifie l'atmosphère. Immole
tous les ennemis de l'égalité et de la liberté. Frapper les
oppresseurs de l'humanité n'est que justice; tu te reposeras ensuite
dans ta force et ta grandeur... Mais maintenant point de pitié! Mets
nus tes bras, qu'ils s'enfoncent tout entiers dans les entrailles de
tes bourreaux.» Est-ce là ce qui a valu à Barbès d'être appelé le
«Bayard de la démocratie[56]»? On nous permettra de préférer celui de
la vieille monarchie.

[Note 55: Cette pièce fut saisie en 1836, dans un logement que Barbès
avait occupé à la fin de juillet 1835.]

[Note 56: Louis Blanc a écrit que «Barbès unissait le courage du
chevalier au dévouement du martyr», et Proudhon l'a proclamé le
«Bayard de la démocratie».]

Ces excitations atroces, ces aspirations au massacre n'étaient pas une
monstruosité passagère; elles étaient alors le langage courant des
sociétés secrètes. L'une d'elles, celle des _Légions révolutionnaires_,
en rapport étroit avec les _Familles_, s'exprimait ainsi dans une
proclamation: «Vrais organes du peuple révolutionnaire, disons enfin:
Point d'espérance hors du prolétaire. Loin de nous, comme rebelles à la
voix de la nature, ceux qui ne vivent pas du produit de leur travail!...
Vous ne formerez pas seulement une société régicide, mais surtout le
corps exterminateur par lequel, après la victoire, doivent être
anéanties les menées secrètes des nouveaux exploiteurs qui ne manqueront
point de se présenter...»

Les associations nouvelles, de quelque mystère qu'elles
s'enveloppassent, ne purent longtemps échapper à la vigilance de la
police. Dès les premiers mois de 1836, celle-ci commençait à saisir
des dépôts d'armes et de munitions. À Tours, elle surprenait, dans le
14e régiment de ligne, l'existence d'une société révolutionnaire dont
les membres furent, les uns déférés au conseil de guerre, les autres
envoyés en Afrique. En mars, elle fut conduite, par la découverte
d'une fabrique clandestine de poudre, à s'emparer des chefs des
_Familles_, et ceux-ci, Blanqui et Barbès en tête, furent condamnés à
des peines variant de deux ans à huit mois de prison. Peu après, elle
était mise sur la trace d'un complot formé pour s'emparer, à quatre
heures du matin, des Tuileries et de la famille royale; les meneurs
des _Familles_ avaient réussi à entraîner dans ce complot un certain
nombre d'officiers et de sous-officiers de la garnison de Paris; ils
se flattaient d'enlever, par ce moyen, les régiments de deux ou trois
casernes. Si peu que le mal eût gagné dans l'armée, on craignit le
mauvais effet d'une telle révélation; l'affaire fut étouffée: les
officiers et sous-officiers compromis furent envoyés sans bruit en
Algérie ou dans d'autres corps, et quelques régiments changèrent de
garnison.

Le gouvernement était sous le coup de l'émotion que lui avaient causée
ces découvertes successives, sinistrement couronnées, le 25 juin, par
le crime d'Alibaud, quand le bruit se répandit qu'un nouvel attentat
se préparait pour la fête du 28 juillet. Cette fête devait être
célébrée avec un éclat particulier; on avait annoncé l'intention
d'inaugurer l'Arc de l'Étoile qui venait d'être terminé. Les
conspirateurs, disait-on, s'étaient procuré le moyen de pénétrer en
grand nombre et avec des armes cachées dans l'enceinte réservée pour
la cérémonie; de là, ils comptaient avoir toute facilité pour se
précipiter sur le Roi; d'autres se mêleraient au défilé de la garde
nationale, avec leurs fusils chargés. La police crut d'abord pouvoir
écarter le péril par des précautions rigoureuses. Mais les avis
sinistres redoublèrent; ils arrivaient de toutes parts et jusque de
l'étranger[57]. Était-on sûr de prévoir toutes les formes du danger?
Au lendemain de l'attentat d'Alibaud et à l'anniversaire de celui de
Fieschi, n'était-on pas autorisé à ne croire, en ce genre, aucun crime
impossible? D'autre part, décommander la cérémonie, n'était-ce pas un
aveu d'insécurité aussi inquiétant qu'humiliant, et qui ferait le plus
fâcheux effet au dedans et au dehors? Grande fut l'anxiété du
gouvernement. M. Thiers, dans une dépêche adressée à ses ambassadeurs,
a rapporté ainsi ce qui se passa dans le conseil: «Les ministres se
sont rassemblés à l'insu du Roi: ils ont conféré entre eux, et, après
une longue et mûre délibération, ils ont décidé de ne pas compromettre
de nouveau la fortune du pays, par un de ces rendez-vous qui exaltent
toutes les imaginations, et provoquent souvent au crime des monomanes
qui, en temps ordinaire, n'y songeraient pas. Ils se sont rendus chez
le Roi et lui ont exposé une résolution irrévocable à cet égard. Le
Roi a été simple et n'a montré aucune exagération de courage; il a
discuté les raisons des ministres, il a cédé avec une répugnance
visible, mais avec la simplicité d'un esprit parfaitement raisonnable
et qui fait, en chaque occasion, plutôt ce qui lui semble sage que ce
qui lui plaît personnellement. Il était touché aussi du danger de ceux
qui l'auraient entouré, et il s'est rendu à toutes les raisons réunies
qu'on a fait valoir auprès de lui[58]». Le _Moniteur_ du 23 juillet
annonça donc que la revue n'aurait pas lieu.

[Note 57: M. d'Argout, alors ministre des finances, écrivait, quelques
jours après, à M. Dupin: «De sinistres avis nous parvenaient de tous
côtés. Si nous en arrivait d'Italie, de Suisse, d'Espagne et
d'Angleterre, tous concordants et précis. Partout, nos contumaces, des
réfugiés polonais et italiens, des gens de la jeune Italie annonçaient
un nouvel attentat plus habilement combiné que les précédents, et dont
le succès n'était pas mis en doute. La correspondance des départements
en disait autant. Ajoutez l'arrivée à Paris d'une multitude de bandits
et la découverte des traces de projets plus exécrables les uns que les
autres.» (_Mémoires de M. Dupin_, t. III, p. 216.)]

[Note 58: Dépêche de M. Thiers à M. de Barante, du 4 août 1836.
(_Documents inédits._)--Un autre ministre, M. d'Argout, dans la lettre
où il rendait compte à M. Dupin de ce qui s'était passé, présentait
aussi la décision comme ayant été prise en dehors du Roi et même
malgré lui. (_Mémoires de M. Dupin_, t. III, p. 216.)--Cependant M. de
Nouvion, ordinairement bien informé, affirme, sans nous dire d'après
quel témoignage, que la décision avait été prise par le Roi, mais que
le ministère avait résolu de la donner comme sienne, afin d'éviter les
commentaires malveillants. (_Histoire du règne de Louis-Philippe_, t.
IV, p. 50.) Cette version nous paraît difficilement conciliable avec
le récit fort précis donné, sur le moment même, par M. Thiers.]

Peut-être tout n'était-il pas bien sérieux dans les menaces devant
lesquelles le gouvernement reculait. Quelques mois plus tard, le 15
décembre, comparaissaient en cour d'assises deux jeunes gens
poursuivis pour avoir été engagés dans le complot qui avait fait
ajourner la fête du 28 juillet. Il fut établi, en pleine audience, que
le complot,--au moins en ce qui touchait ces jeunes gens, les seuls
sur lesquels on eût pu mettre la main,--était imaginaire; ils avaient
écrit eux-mêmes les lettres anonymes qui les avaient dénoncés à la
police. Comme on demandait à l'un d'eux pour quel motif il avait joué
cette étrange comédie: «Par fanfaronnade, répondit-il, pour me donner
un nom.»

Quoi qu'il en soit, l'effet de la mesure prise par le gouvernement
fut considérable et pénible, d'autant plus pénible qu'il venait
s'ajouter à l'impression toute récente du coup de feu tiré contre le
Roi. L'esprit public, encore malade des suites de la révolution,
manquait surtout de sang-froid, porté tantôt à trop espérer, tantôt à
douter de tout. Déjà M. Guizot avait noté, avec tristesse, que
l'indignation provoquée par la tentative d'Alibaud était «une
indignation effrayée, abattue, comme de gens qui ne voulaient pas
croire à tout le mal, et qui, le voyant, ne croient plus à aucun
remède[59]». M. Thiers constatait, de son côté, à la même époque, que
«la première impression avait été celle de l'abattement». «Il y avait,
ajoutait-il, une sorte de découragement dans les esprits, en voyant
ces tentatives sans cesse renaissantes et qui n'avaient échoué que par
une sorte de miracle; il y avait humiliation, en pensant au spectacle
que notre pays donnait au monde[60].» L'incident de la revue n'était
pas fait pour rétablir la confiance. «Les esprits, disait un témoin,
au lendemain de la note du _Moniteur_, sont en proie à une sorte de
terreur sourde. Les bruits les plus sinistres circulent. On ne se rend
pas compte si le danger est passé[61].» M. Duchâtel écrivait de Paris,
le 26 juillet, à un de ses amis politiques: «La situation est
très-grave, plus grave qu'à aucune époque depuis 1830. L'inquiétude
est universelle; il en est de même du blâme... La revue contremandée
est un événement immense et déplorable.» Puis il concluait ainsi, non
sans quelque exagération: «Tenez que l'opinion des hommes les plus
graves, aussi bien que celle du public, est que nous n'avons pas eu
une situation plus mauvaise depuis le pillage de l'archevêché[62].»

[Note 59: Lettre du 3 juillet 1836 à la duchesse de Broglie.]

[Note 60: Dépêche à M. de Barante, du 28 juin 1836.--M. Thiers
ajoutait, deux jours plus tard, dans une lettre confidentielle au même
M. de Barante: «Le dernier attentat a jeté une sombre tristesse dans
les esprits. Cette persévérance du crime, même après Fieschi, cette
persévérance atroce et inouïe a pénétré tout le monde d'une singulière
anxiété. Elle nous agite surtout, nous gens responsables, qui ne
savons guère de nouvelles précautions à prendre ni de mesures
efficaces à demander aux Chambres.» (_Documents inédits._)]

[Note 61: _Documents inédits._]

[Note 62: _Ibid._]

Tous ces événements ne semblaient pas de nature à affermir le crédit
du ministère. N'étaient-ils pas une sorte de démenti apporté aux
déclarations de M. Thiers? Celui-ci avait annoncé le désarmement ou
l'impuissance des partis révolutionnaires, et il lui était répondu par
des complots et un attentat; il avait beaucoup parlé de détente, de
conciliation, et il se voyait obligé de reprendre les poursuites
contre les journaux et contre les sociétés secrètes; il avait prétendu
inaugurer une politique de confiance, et la suppression de la revue
était le plus solennel témoignage de défiance qu'aucun cabinet eût
donné depuis 1830. Ce qui se passait n'était-il pas plutôt la
justification du fameux discours de M. Guizot sur la persistance du
mal révolutionnaire et la nécessité de la résistance? Dans la lettre
citée déjà plus haut, M. Duchâtel écrivait: «Le système de la
conciliation a porté de beaux fruits. Je suis très-étonné du
changement qui s'est fait pendant mon absence. Je ne croyais pas que
le système de résistance fût sitôt remis en honneur. Le grand discours
de M. Guizot était plus vrai et plus actuel que nous le pensions à la
fin de la session.» Aussi conçoit-on que M. Guizot lui-même se sentit
confirmé dans ses inquiétudes et dans ses principes: «Je suis
épouvanté, disait-il, des dispositions intérieures, de l'état moral de
ces milliers peut-être d'inconnus, sans foi, sans loi, sans coeur,
sans pain, qui errent au milieu de cette société molle et incertaine.
Que de temps, que d'efforts, que de protection divine et de sagesse
humaine il faudra pour guérir en même temps et ces plaies hideuses et
cette maladie générale de langueur! Je ne ressens ni doute, ni
découragement, tout au contraire; plus je vais, plus je crois à notre
médecine et à ses principes; mais, à mesure que ma foi s'affermit, ma
connaissance du mal s'étend; et, bien convaincu que ce que nous
faisons est bon, je suis de plus en plus frappé du peu que nous
faisons, et je demande au maître, au service duquel nous sommes, les
inspirations et les forces qu'il peut seul nous donner pour suffire à
la tâche dont il nous a chargés.»

Faut-il croire que M. Thiers lui-même, dans le premier émoi de ces
avertissements, ait eu des doutes sur sa nouvelle politique et se
soit demandé si la vérité n'était pas plutôt dans la politique qu'il
avait abandonnée? Le bruit courut, peu après l'attentat d'Alibaud, que
le chef du cabinet avait en quelque sorte abjuré, en plein conseil, la
foi qu'il avait eue un moment dans les idées et les hommes du tiers
parti; on crut remarquer, pendant plusieurs jours, qu'il ménageait les
doctrinaires et avait des pourparlers avec quelques-uns d'entre eux;
on allait jusqu'à préciser les conditions du rapprochement: c'eût été
la nomination de M. Guizot à la présidence de la Chambre et l'entrée
de plusieurs de ses amis, notamment de M. Duchâtel, dans le
cabinet[63]. Vers la même époque, les journaux du tiers parti, le
_Constitutionnel_ entre autres, naguère si dociles et si confiants à
l'égard du ministère, commencèrent à lui parler sur un ton de mise en
demeure et même de menace qui trahissait leurs inquiétudes. Qu'y
avait-il de réel dans cette velléité de revirement qui, en tout cas,
ne dura pas? M. Guizot, dans ses Mémoires, a contesté que des
ouvertures eussent été faites à lui ou à ses amis. Cela ne veut pas
dire que M. Thiers, dont on sait la mobilité, n'ait pas été un moment
tenté de revenir sur ses pas. Quoi qu'il en soit, le seul fait que le
bruit en ait couru et ait pris une telle consistance révèle que, dans
le sentiment public, cette évolution était indiquée par les
circonstances, et que la politique de conciliation, ou plutôt de
concession, apparaissait insuffisante en face du péril de nouveau
manifesté.

[Note 63: _Journal inédit de M. le baron de Viel-Castel._--Il paraît
que, même avant l'attentat d'Alibaud, M. Thiers, inquiet des exigences
du tiers parti, avait eu quelque velléité de se rapprocher des
doctrinaires. Le duc Decazes écrivait à M. de Barante, le 16 juin
1836: «Thiers se loue de Broglie et de Duchâtel; il est bien loin de
repousser une réconciliation avec Guizot. Nous avons dîné hier
ensemble chez madame de Boigne, avec Rémusat et Dumon, auquel il a
tendu la main en entrant dans le salon. Il me disait avec plaisir tout
à l'heure que Duvergier de Hauranne était venu hier lui tendre la main
et le complimenter après sa réponse à Laffitte. Il cherche, entre
nous, et trouverait avec bonheur une manière de caser noblement et
convenablement Guizot.»]

De tout cela, le ministère sortait affaibli: il avait perdu les
avantages que lui avaient donnés, à la fin de la session, les succès
oratoires de M. Thiers. M. Guizot s'en apercevait, et le constatait,
probablement sans déplaisir: «Le ministère a beaucoup perdu,
écrivait-il, le 6 août, à M. Piscatory. C'est un pouvoir décrié. Tout
le monde le dit et tout le monde s'arrête là. Mais les choses font
leur chemin, même sans qu'on les pousse, et si d'ici à la session le
cabinet n'a pas quelque bonne fortune qui le relève, il ira se
décriant et s'abaissant de plus en plus.»



CHAPITRE II

LE PREMIER MINISTÈRE DE M. THIERS

LA POLITIQUE EXTÉRIEURE.

(22 février--6 septembre 1836.)

     I. Le gouvernement se rapproche des puissances
     continentales. M. Thiers veut «faire du cardinal Fleury».
     Satisfaction des trois puissances. Mécontentement de
     l'Angleterre.--II. Occupation de Cracovie. Attitude
     conciliante de M. Thiers.--III. Le contre-coup de la
     révolution de 1830, en Suisse. L'agitation pour la réforme
     fédérale. La question des réfugiés. La politique du
     gouvernement français se modifie peu à peu. Démarches
     comminatoires de M. Thiers. La Suisse cède. Son irritation.
     Affaire Conseil.--IV. M. Thiers repousse l'intervention en
     Espagne. Il propose le mariage d'Isabelle et de don Carlos.
     Éloge fait, à Berlin et à Vienne, du roi Louis-Philippe.--V.
     Pourquoi M. Thiers se rapprochait-il des puissances
     continentales? Le duc d'Orléans. On désire, aux Tuileries,
     un mariage avec l'archiduchesse Thérèse. Résistance à
     Vienne. M. Thiers se flatte d'enlever le mariage. Voyage du
     duc d'Orléans et du duc de Nemours. Leur succès à Berlin et
     à Vienne. Pourparlers relatifs au mariage avec l'archiduc
     Charles et M. de Metternich. Les princes à Milan. L'effet de
     l'attentat d'Alibaud. Derniers efforts de M. Thiers. Refus
     de l'archiduc Charles. Le roi de Prusse propose la princesse
     Hélène de Mecklembourg-Schwerin.--VI. M. Thiers veut se
     venger. Il revient à l'idée d'une intervention en Espagne.
     Le Roi consent à l'organisation d'une légion étrangère.
     Désaccord entre le Roi et son ministre. Ce désaccord
     s'aggrave après l'insurrection de la Granja. Démission du
     ministère. Effet produit à l'étranger et en France.


I

Si M. Thiers se bornait, dans les affaires intérieures, a vivre
d'expédients, d'ajournements et d'équivoques, sans rien tenter
d'éclatant ni de décisif, était-ce qu'il se réservait de chercher au
dehors le succès qui devait illustrer son administration? Les
circonstances dans lesquelles il avait remplacé le duc de Broglie au
ministère des affaires étrangères, les influences qui l'avaient poussé
à ce poste, indiquaient à elles seules un changement de politique. Il
semblait que ce fût un pas décisif vers le système diplomatique que le
Roi, depuis quelques années, avait tâché de faire prévaloir sur les
idées différentes de son ministre doctrinaire, système tendant à
rapprocher la France des puissances continentales. M. Thiers s'était
laissé persuader par M. de Talleyrand qu'il était seul capable de
réconcilier la révolution de Juillet avec ces puissances. «Monsieur,
l'Europe vous attend», lui avait dit sentencieusement le vieux
diplomate. Aussi le président du conseil marqua-t-il, dès le premier
jour, par son langage, cette direction nouvelle donnée à la politique
française. Au lieu de s'attacher, comme l'avait fait M. de Broglie, à
former la ligue des États libéraux en opposition à l'alliance des
cours absolutistes, et de proclamer leur antinomie en quelque sorte
essentielle et permanente[64], il écrivait à ses ambassadeurs: «Il ne
faut pas nous placer entre deux camps, l'un composé des trois cours du
Nord, l'autre des deux puissances maritimes, et se préparant, par des
hostilités de langage ou de visage, à des hostilités plus réelles. Si
le temps le voulait, il faudrait resserrer l'alliance anglaise; mais,
tout le monde se rapprochant de nous, il ne faut pas repousser ceux
qui tendent vers nous et faire du Toeplitz en sens contraire[65].» Le
ministre revenait souvent sur le «danger» de cette séparation de
l'Europe en «deux camps ennemis[66]». Il exprimait du reste ainsi
l'idée personnelle du roi Louis-Philippe, qui faisait assurer le
gouvernement prussien de son désir de «faire cesser les deux camps qui
divisent l'Europe et de les fondre en un seul, en se rapprochant de
plus en plus des trois puissances continentales[67]». M. Thiers
protestait encore de la «satisfaction bien vive avec laquelle il avait
vu les grands États de l'Europe, prenant envers nous une attitude plus
amicale, nous mettre en mesure de leur prouver que nos sentiments à
leur égard n'étaient pas tels qu'ils avaient pu se le figurer. Je n'ai
pas besoin d'ajouter, disait-il, que plus ils avanceront dans cette
voie nouvelle, plus ils nous trouveront disposés à y marcher avec eux.
Notre voeu le plus sincère est d'imprimer à nos rapports avec les
cabinets étrangers un caractère de confiance bienveillante[68].»

[Note 64: Cf. notamment les instructions données, le 3 avril 1833, à
M. de Sainte-Aulaire, quand il alla prendre possession de l'ambassade
de Vienne. «L'antagonisme de la France et de l'Autriche, y lit-on, se
rattache à la différence absolue des principes de leurs gouvernements,
de l'esprit des populations, de tout ce qui constitue la force morale
de l'un et de l'autre, de tout ce qui fait qu'indépendamment des
accidents de la politique intérieure, la France en réalité n'a pas
cessé, depuis un demi-siècle, d'être à la tête du mouvement des idées
nouvelles, tandis que l'Autriche, au contraire, a constamment favorisé
le maintien ou le rétablissement des anciennes institutions...
L'hostilité morale, existant entre la France et l'Autriche, ne se
rattachant pas à des motifs accidentels, mais au fond même de la
situation, ce serait se faire une dangereuse illusion que de compter,
pour la faire cesser, sur des motifs puisés dans les vicissitudes
ordinaires de la politique. Cette hostilité durera tant que les deux
pays continueront à marcher à la tête des deux ordres d'opinions et
d'idées qui partagent aujourd'hui l'Europe en deux camps ennemis... Il
ne saurait être question, pour longtemps à moins de circonstances bien
extraordinaires, de travailler à opérer un rapprochement intime entre
deux pays séparés par des divisions aussi profondes... Le rôle de
l'ambassadeur du Roi auprès de la cour impériale est d'observer
attentivement les manoeuvres ténébreuses d'un cabinet où viendront
toujours aboutir tous les fils des combinaisons dirigées contre la
France...» (_Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._)]

[Note 65: Lettre particulière de M. Thiers à M. de Barante,
ambassadeur à Saint-Pétersbourg, en date du 15 avril 1836. (_Documents
inédits._)]

[Note 66: Lettre de M. Thiers à M. de Sainte-Aulaire, destinée à être
communiquée à M. de Metternich. (_Mémoires inédits du comte de
Sainte-Aulaire._)]

[Note 67: Dépêche d'Ancillon, du 3 avril 1836. (HILLEBRAND,
_Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 590.)]

[Note 68: Dépêche de M. Thiers, en date du 15 avril 1836. (_Documents
inédits._)]

M. de Broglie, à la fin de son ministère, avait, lui aussi, rêvé d'un
rapprochement avec l'une des cours continentales, avec l'Autriche;
mais c'était dans le dessein de séparer celle-ci des deux autres
cours, de la rattacher à l'alliance franco-anglaise. Ce projet, si
lointain qu'en fût la réalisation dans la pensée du ministre, n'avait
pas laissé que de préoccuper le gouvernement prussien. Quand M. de
Barante était passé par Berlin, en décembre 1835, M. Ancillon lui
avait demandé, avec inquiétude, s'il était vrai que nous eussions le
désir de faire «une trouée entre les trois cours, de tâter l'Autriche
pour la ramener à une alliance avec l'Angleterre et la France»,
affirmant que «ce serait une vue erronée, que l'on échouerait dans ce
dessein[69]». M. Thiers se hâta de dissiper ces alarmes. «L'idée de
diviser les cours continentales, écrivait-il à l'un de ses
ambassadeurs, d'en détacher une ou deux sur les trois, serait un
projet, et je ne suis pas disposé pour les projets. Je les trouve en
général ridicules, et inexécutables la plupart du temps. J'ai toujours
été en guerre avec les faiseurs de projets, et je ne le deviendrai pas
moi-même. Sur les trois cours du Nord, s'il y en avait une seule qui
tendît vers nous plus visiblement qu'aucune autre, alors on pourrait
peut-être exécuter le projet auquel vous faites allusion. Mais sur les
trois, deux, la Prusse et l'Autriche, sont également bien, sans qu'on
puisse distinguer entre les deux. Il y a bon sens, bon vouloir de leur
part. Il n'y a donc aucune manière de faire une scission pour ajouter
une troisième alliance à l'alliance des deux cours de France et
d'Angleterre. Tout cela, d'ailleurs, ce sont des agitations d'esprit,
et il n'en faut ni de corps ni d'esprits.[70]»

[Note 69: Dépêche de M. de Barante au duc de Broglie, en date du 20
décembre 1835. (_Documents inédits._)--Il est vrai qu'en 1836, il y
avait peu de chances d'opérer cette dissolution. Une dépêche de M. de
Barante, adressée à M. Thiers, le 22 mars 1836, indiquait
judicieusement d'où venait la difficulté: «Dans la situation présente,
toutes choses restant ce qu'elles sont, en quoi pourrait servir à une
des trois puissances de se détacher des deux autres? Si elle avait un
dessein à exécuter, si elle entrevoyait un péril dont elle eût à se
garder, je conçois qu'elle vînt chercher notre aide et notre appui.
Mais il n'y a rien de pareil en ce moment, chacun veut le _statu quo_,
chacun se trouve bien de l'équilibre européen et en souhaite la
préservation actuelle. Or, rien, selon les cabinets de Berlin et de
Vienne, ne peut mieux maintenir cet équilibre que l'union des trois
cours du Nord, destinée à arrêter les invasions révolutionnaires, et
l'alliance de la France avec l'Angleterre, qui retiendra la Russie
dans ses projets d'invasion ou de conquête... Si nous faisions
quelques tentatives, si l'on nous voyait quelque désir de dénouer les
liens qui unissent les cabinets du Nord, ces liens en deviendraient
plus serrés et plus intimes, car nous donnerions ainsi l'indice d'un
esprit d'inquiétude ou de projets ultérieurs.» Rappelons-le, du reste,
quand le duc de Broglie songeait à détacher l'Autriche des autres
puissances, c'était seulement en vue de la question d'Orient et pour
le jour où cette question se poserait. Il n'y avait donc pas
contradiction entre lui et M. de Barante.]

[Note 70: Lettre particulière de M. Thiers à M. de Barante, en date du
15 avril 1836. (_Documents inédits._)]

Cette dernière formule était faite pour aller au coeur de M. de
Metternich. M. Thiers insistait sur cette idée, sachant qu'il n'en
était pas de plus agréable aux puissances dont il voulait se
rapprocher. Il se déclara résolu à éviter les «motifs de controverse»,
les «questions périlleuses», à les «résoudre par des transactions» ou
à les «éluder», en se fiant au «temps[71]». «La conservation du _statu
quo_, disait-il encore, voilà, suivant moi, la vraie sagesse. Quand on
a cru que la paix était le meilleur des systèmes, il faut la vouloir
franchement. Être tranquille de corps, et ne pas l'être d'esprit,
serait la plus triste des façons d'être. Puisque nous n'armons pas des
armées, il est inutile de nous adresser des notes qui seraient la
guerre de plume, en attendant la guerre du canon.» Puis, après cette
déclaration où les hommes d'État du continent pouvaient voir un
désaveu de certaines notes de M. de Broglie, M. Thiers concluait
ainsi: «Il n'y a aujourd'hui rien à faire en Europe qu'à attendre et,
en attendant, à améliorer notre situation intérieure, à nous
renforcer, à devenir riches et forts. Il faut faire du cardinal
Fleury. Nous verrons ensuite. Quand l'imprévu surviendra, il nous
trouvera préparés par le repos et une longue paix. Voilà mon système.
Ceux qui pensent et agissent autrement sont des brouillons[72].» Que
M. Thiers eût tort, que ce ne fût pas la conduite la plus sage à ce
moment, nous ne le prétendons certes pas: mais le cardinal Fleury
était bien le dernier homme d'État sous le patronnage duquel on se fût
attendu à voir se placer le jeune, mobile et aventureux ministre.

[Note 71: Dépêche précitée du 15 avril 1836.]

[Note 72: Lettre précitée, en date du 15 avril 1836.]

Les puissances continentales ne devaient voir qu'avec plaisir le
pouvoir aux mains d'un personnage ainsi disposé. À l'ambassade
d'Autriche, où il y avait réception le soir même de la constitution du
cabinet, on affectait de faire un pompeux éloge de M. Thiers. De
Vienne, M. de Metternich exprimait l'espoir que le Roi, débarrassé des
doctrinaires, «trouverait plus de facilité avec le nouveau ministre
des affaires étrangères[73]». M. Ancillon, ministre dirigeant de
Prusse, saluait l'avénement de ce cabinet comme «un vrai progrès en
bien»; «à Berlin, d'ailleurs, écrivait M. Bresson, on voit, dans le
changement ministériel, la prépondérance de l'influence royale, et
l'on s'en montre joyeux[74].» Il n'était pas jusqu'à Saint-Pétersbourg
où M. de Nesselrode et le prince Orloff ne témoignassent leur
satisfaction «des rapports faciles qu'on allait entretenir» avec le
nouveau ministère[75]. Les ambassadeurs des trois cours, ravis de
n'avoir plus affaire au duc de Broglie[76], s'empressaient à cajoler
son successeur. Entre eux et lui, s'établissaient tout d'abord des
relations que l'esprit brillant, le caractère facile du jeune
ministre, l'animation et l'abandon de sa conversation rendaient aussi
agréables que commodes. On les voyait faire de la propagande en sa
faveur, parmi les députés et les pairs. «Vous avez tort, disait M. de
Werther à l'un d'eux, de regretter le dernier cabinet. Sans doute, MM.
les doctrinaires sont des gens de mérite; mais ce sont presque des
républicains. Si on les croyait, le Roi n'aurait pas la plus petite
part au gouvernement[77].» La duchesse de Dino avait mis M. Thiers en
rapport avec la princesse de Lieven, grande dame russe, fort mêlée
alors à la diplomatie européenne: il dînait chez elle et la recevait
chez lui. Spectacle piquant, en vérité, que celui du parvenu de la
révolution de Juillet, devenu, pour ainsi dire, le favori des
diplomates de la Sainte-Alliance. Il était du reste beaucoup plus
sensible que ne l'eût été le duc de Broglie à ces coquetteries
aristocratiques, si nouvelles pour lui. C'était un sujet de sarcasme
pour ses anciens collaborateurs du _National_: «On sait, écrivait
Carrel, que M. Thiers est le très-humble serviteur des grands
seigneurs hongrois, prussiens, russes, anglais, qui veulent bien lui
pardonner d'être plébéien comme nous[78].»

[Note 73: Cependant, quand il envisageait les choses au point de vue
de la politique intérieure de la France, M. de Metternich regrettait
qu'on eût fait de M. Thiers un président du conseil. Cela lui
paraissait «un véritable danger pour la durée du nouveau ministère».
«Je n'ai rien, ajoutait-il, contre l'homme personnellement; mes doutes
ne portent pas sur ses facultés intellectuelles, mais il me semble
avoir trop peu de poids. Aussi ne lui vois-je d'autre soutien que
celui que lui prêtera la couronne, et les hommes qui vivent de fonds
prêtés ne sont jamais forts par eux-mêmes... Mais tout en France est
placé en dehors des calculs, j'accepte donc le nouveau président du
conseil, et j'attends l'événement...» (_Mémoires de M. de Metternich_,
t. VI, p. 137, 138.)]

[Note 74: Lettre de M. Bresson à M. de Barante, en date du 7 mars
1836. (_Documents inédits._)]

[Note 75: Dépêches de M. de Barante, en date des 9 et 23 mars 1836.
(_Documents inédits._)--Cf. aussi HILLEBRAND, _Geschichte
Frankreichs_, 1830-70, t. I, p. 606.--Il est vrai que le czar Nicolas,
plus passionné que ses ministres, se plaignait au contraire qu'on
montrât, à Vienne et à Berlin, trop de condescendance pour Paris.]

[Note 76: «MM. d'Apponyi et de Werther ne se cachaient pas du plaisir
que leur causait l'avénement de M. Thiers.» Lettre de M. Bresson du 7
mars. (_Documents inédits._)--La duchesse de Dino, fort suspecte, il est
vrai, et passionnée en cette affaire, écrivait à M. de Sainte-Aulaire,
le 2 mars, que «les rapports du corps diplomatique avec M. de Broglie»
étaient devenus «tellement désagréables, que tout autre ministre, quel
qu'il fût, aurait paru aux ambassadeurs étrangers un ange du ciel».
(_Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._)--Plus tard, en 1842, M.
de Metternich, causant avec M. de Flahaut, du duc de Broglie, lui
disait: «Le duc de Broglie, ah! nous avons bien contribué dans le temps
à le renverser. On nous avait persuadé que cela serait utile à notre
politique.»]

[Note 77: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 78: _National_, 3 mai 1836.--C'est ce qui fera dire plus tard au
vicomte de Launay (madame de Girardin): «M. Thiers croit aux grands
seigneurs; quand un lord daigne lui écrire pour le mystifier, cela le
flatte.» (T. III, p. 76.)]

L'Angleterre, par contre, était inquiète et mécontente: elle
comprenait que la première conséquence d'un rapprochement entre la
France et les puissances continentales était, sinon une rupture, du
moins un relâchement entre les deux États occidentaux. M. Thiers
n'avait-il pas dit assez haut pour être entendu des ambassadeurs
étrangers: «Après la révolution, l'alliance anglaise a pu être
nécessaire, parce que nous avions besoin d'un appui et que les autres
puissances nous repoussaient: alors survint München-Graetz, auquel
nous opposâmes la quadruple alliance; mais les choses sont bien
changées[79]...» Il ne déplaisait pas à nos nouveaux amis de nous voir
en froid avec les anciens. M. de Metternich ne manquait pas une
occasion de nous signaler le «métier de dupe» que nous faisions avec
l'Angleterre. «Dans la plupart des affaires que vous traitez de compte
à demi avec elle, disait-il à notre ambassadeur, vous avez des vues et
des intérêts opposés. Vous vous en apercevrez tôt ou tard. Vous vous
brouillerez nécessairement, un jour, en Orient, en Suisse, en Espagne.
Pour la Suisse et pour l'Orient, peut-être parviendrez-vous à vous
raccommoder et à vous remettre ensemble; mais pour l'Espagne, jamais.
Une fois brouillés, le mal sera sans remède. Souvenez-vous de ce que
je vous dis[80].» Prophétie qui devait se réaliser avec une singulière
précision.

[Note 79: Dépêches de Sales, du 29 janvier 1836, et de Werther, du 22
mars, citées par HILLEBRAND (_Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 598).]

[Note 80: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire_, et aussi
_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 137.]

Parfois cependant, quand cette altération de nos rapports avec
l'Angleterre devenait trop visible, M. Thiers s'en alarmait, et pour
la politique de son pays, et pour sa propre popularité: il s'épuisait
alors en protestations auprès de l'ambassadeur britannique, l'assurant
que l'intimité des deux pays ne recevrait aucune atteinte[81]. Il
n'hésitait même pas à porter ces protestations à la tribune; c'est
ainsi que, le 1er juin 1836, il saisissait l'occasion d'une attaque
véhémente du duc de Fitz-James contre l'Angleterre, pour faire une
éclatante apologie de l'alliance des deux monarchies libérales, et
pour rappeler de quel secours cette alliance nous avait été dans les
trois grandes questions de Belgique, d'Espagne et d'Orient. En même
temps, à la vérité, il se félicitait d'avoir «des rapports, tous les
jours meilleurs, avec le reste de l'Europe», et proclamait que la
«méfiance» des premiers jours allait sans cesse diminuant. Il se
défendait d'avoir, pour acheter cette bienveillance, «abjuré la
révolution de Juillet», de «s'en être montré embarrassé». S'il «est
arrivé, ajoutait-il, que, de toutes les parties de l'Europe, il y a eu
concours vers nous, confiance, empressement», cela tient à notre
«sagesse», à notre résolution «pacifique», à la volonté où nous
étions, «tout en maintenant la révolution chez nous, de ne pas la
porter chez les autres». La vérité était que M. Thiers, tout en
estimant que le duc de Broglie avait tenu trop exclusivement à
l'alliance britannique, ne désirait pas la rompre. Il se flattait
d'être bien avec toutes les puissances. Seulement, tandis qu'il ne
donnait que de belles paroles à l'Angleterre, il accordait aux autres
États des gages plus positifs. C'est ce qui apparut aussitôt dans les
questions alors soulevées à Cracovie, en Suisse et en Espagne.

[Note 81: _Documents inédits._--C'est sans doute à la suite de quelque
protestation de ce genre que lord Palmerston écrivait, le 5 mars 1836:
«Thiers est tout à fait pour l'alliance anglaise. Madame Lieven et
Talleyrand seront désappointés. Ils se sont efforcés de se débarrasser
de Broglie, comme ils ont tâché de me mettre dehors, dans l'espoir de
briser ainsi l'alliance entre l'Angleterre et la France.» (BULWER,
_The Life of Palmerston_, t. III, p. 16.) Cette confiance de
Palmerston ne devait pas durer.]


II

Au moment même où M. Thiers prenait le pouvoir, arrivait la nouvelle
de l'occupation, par les troupes autrichiennes, russes et prussiennes,
de la petite république de Cracovie. Cette ville et sa banlieue,
peuplées d'environ cent mille habitants, avaient été reconnues, en
1815, comme un État souverain, jouissant d'une complète indépendance,
sous la protection des trois puissances qui l'entouraient: combinaison
assez bizarre, née en réalité de l'impossibilité de s'entendre sur
celle de ces puissances à qui l'on aurait attribué ce territoire.
L'article 9 du traité de Vienne portait qu'aucune force armée ne
pourrait jamais être introduite sur le sol de la république, «sous
quelque prétexte que ce fût». Seulement, le même article interdisait à
la république de «donner asile à des transfuges ou gens poursuivis par
la loi», appartenant à l'une des puissances protectrices. Or, comme il
eût été facile de le prévoir, Cracovie était devenue le foyer du
patriotisme polonais. Après l'insurrection de 1830 et 1831, les
réfugiés y avaient afflué; bien plus, ils ne s'étaient pas gênés pour
fomenter de là des complots et lancer des invectives contre les
oppresseurs de leur nation. Tout récemment, la fête du Czar y avait
été l'occasion de désordres et de manifestations outrageantes.
Irritées de cette conduite, les trois puissances avaient résolu, dans
l'entrevue de Toeplitz, à la fin de 1835, de prendre des mesures de
rigueur. Ces mesures étaient demandées surtout par l'Autriche, plus
intéressée à cause du voisinage de la Galicie.

Le 9 février 1836, sommation fut faite au sénat de la république
d'avoir à expulser, dans les huit jours, tous les réfugiés, faute de
quoi l'Autriche, la Russie et la Prusse y pourvoiraient elles-mêmes.
Le délai était illusoire. Les autorités de Cracovie, se fiant à
l'inviolabilité de leur territoire, à l'irrésolution habituelle des
puissances, à la protection des États occidentaux, essayèrent une
réponse évasive et dilatoire. Mais les trois cours étaient résolues à
tout brusquer; le 17 février, les Autrichiens, bientôt suivis des
Russes et des Prussiens, envahirent la république. Avis fut donné à
Paris de l'occupation: on prétendit même se faire valoir auprès de
nous de cette politesse, en nous faisant remarquer qu'on n'avait pas
pris cette peine avec le gouvernement de Londres[82]. Tout, en cette
affaire, le sans gêne avec lequel aucun compte n'avait été tenu des
stipulations du traité de 1815, comme la brutalité de l'exécution,
était fait pour émouvoir l'opinion française, alors si susceptible en
ce qui touchait à la Pologne. Cette opinion n'était-elle pas encore
tout échauffée des polémiques de presse et des débats parlementaires
qu'avait soulevés le discours provocant du Czar à la municipalité de
Varsovie[83]? Mais M. Thiers ne voulait pas risquer de se brouiller
avec les trois puissances, particulièrement avec l'Autriche, qui avait
joué le premier rôle dans cette entreprise. Il ne lui paraissait pas
d'ailleurs que nous fussions bien venus à invoquer les traités de
1815, après n'avoir permis qu'on nous les opposât en Belgique. Il
chargea donc son ambassadeur de déclarer à M. de Metternich «qu'il
n'engagerait point de controverse sur le sens de quelques phrases plus
ou moins vagues du traité de Vienne»; il reconnaissait que «la
conduite turbulente d'un certain nombre de réfugiés polonais à
Cracovie autorisait les cours voisines à exiger que ce loyer
d'agitation fût dissous». Il se bornait à demander que «la ville et le
territoire de la république fussent évacués promptement, et que les
mesures de rigueur n'atteignissent que des hommes réellement
dangereux». Quant à ceux des réfugiés qui, par leur infortune et leur
caractère, méritaient quelque intérêt, il pourrait consentir à les
recevoir en France[84]. Notre modération fut d'autant plus remarquée
qu'au même moment, sous le coup des interpellations irritées de son
parlement, lord Palmerston proclamait à la tribune que l'occupation de
Cracovie était une violation ouverte des traités. M. de Metternich se
félicita fort de nous trouver si faciles. Du moment que nous ne nous
associions pas aux protestations de l'Angleterre, il pouvait les
négliger et même y répondre de haut. Il nous déclara «n'avoir rien de
plus à coeur que la prompte évacuation de la république», sans fixer
du reste aucun délai précis, et nous promit quelque adoucissement dans
les mesures d'exécution[85]. Pendant ce temps, les puissances se
trouvaient à l'aise pour mener à fin leur entreprise: elles
expulsèrent tous les réfugiés, et ne commencèrent à retirer leurs
troupes qu'après avoir terminé à Cracovie tout ce qu'elles avaient
dessein d'y faire. Encore l'évacuation ne fut-elle pas complète et y
laissa-t-on une petite garnison autrichienne. Au parlement français,
ceux qui eussent été le plus disposés à réclamer pour les Polonais,
étaient en même temps les plus désireux de ne pas causer d'embarras à
M. Thiers: ils se turent; ou du moins la question ne fut soulevée
qu'en juin, lors de la discussion du budget: alors tout paraissait à
peu près fini, et le ministre se tira facilement d'affaire[86].

[Note 82: Interrogé sur la raison de ce traitement différent, un
diplomate autrichien avait répondu «que cette communication était, non
de droit, mais de pure confiance; que la confiance ne se commandait
point; que le cabinet français s'était toujours montré bienveillant
pour l'Autriche, que le Roi et ses ministres avaient toujours cru ce
qui était vrai, et compris ce qui était nécessaire; tandis que lord
Palmerston avait, en toute occasion, témoigné malveillance, méfiance,
hauteur; qu'ainsi l'on avait cru devoir rendre procédés pour
procédés.» Dépêche de M. de Barante à M. Thiers, du 20 avril 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 83: Voir sur ces incidents, qui s'étaient produits à la fin de
1835 et au commencement de 1836, ce qui a été dit plus haut, t. II, p.
419 et 420.]

[Note 84: _Mémoires inédits de M. de Sainte-Aulaire._--Cf. aussi
dépêches de M. Thiers à M. de Barante et à M. de Sainte-Aulaire, en
date des 3, 12 et 14 mars 1836. (_Documents inédits._)]

[Note 85: Dépêche de M. Thiers à M. de Barante, du 15 avril 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 86: L'incident de Cracovie ne fut pas le seul où M. Thiers se
montra disposé à faire passer son désir de plaire aux puissances
continentales, même à la Russie, avant les sympathies alors si vives
de l'opinion française pour la Pologne. Il écrivait, le 2 mai 1836, à
notre ambassadeur à Saint-Pétersbourg: «J'ai provoqué, avant toute
demande du comte Pahlen, la dispersion des Polonais qui avaient signé
la grande confédération. J'ai agi spontanément, parce que je regarde
commue une violation du droit des gens de laisser organiser sur son
territoire des moyens d'insurrection contre les gouvernements avec
lesquels on est en paix. Je serai attaqué à la tribune et je me
défendrai sans embarras et sans crainte, sur ce sujet. Trente-deux
Polonais ont été frappés; vingt-et-un ont voulu quitter la France;
onze sont renvoyés de Paris dans des dépôts, et dans des dépôts
différents. Nous ne leur laisserons jamais organiser l'insurrection
chez nous.» (_Documents inédits._)]


III

La direction nouvelle donnée par M. Thiers à la diplomatie de la
monarchie de 1830 apparut mieux encore dans les rapports avec la
Confédération helvétique. Pour bien comprendre cette question qui
devait, jusqu'en 1848, occuper souvent le gouvernement français, il
convient de revenir un peu en arrière. La Suisse était un des pays où
le contre-coup des événements de Juillet s'était le plus fait sentir.
Dans plusieurs cantons, des révolutions avaient aussitôt violemment
renversé les constitutions aristocratiques établies après 1815. À ces
révolutions locales se joignit bientôt, en 1831 et 1832, une agitation
pour la réforme du pacte fédéral. La constitution d'un gouvernement
central, en état de jouer un rôle actif au dehors et d'imposer au
dedans sa volonté aux cantons, était depuis longtemps le premier
article du programme radical. Pendant la première révolution
française, par l'effet de la contagion, la Suisse avait été
transformée en république une et indivisible. C'était faire violence à
la tradition historique, au génie de la race et même à la nature des
lieux. Aussi, en 1803, les populations reçurent-elles comme un
bienfait l'Acte de médiation par lequel Napoléon Ier rétablit
l'indépendance des cantons et organisa la Confédération helvétique. Le
pacte fédéral, décrété, en 1815, par le congrès de Vienne, était, à
peu de chose près, fondé sur les mêmes principes. Si peu heureuse
qu'eût été la première expérience du régime unitaire, le parti radical
refit campagne dans ce sens aussitôt après 1830. Il fut appuyé, dans
une certaine mesure, par les libéraux, qui, sans vouloir détruire
complétement l'autonomie cantonale, cherchaient à augmenter
notablement les attributions du gouvernement fédéral; leur prétention
était de transformer la Suisse, jusqu'alors confédération d'États, en
un État confédéré[87]. Au moyen de ce pouvoir central fortifié, ils
comptaient imposer les réformes démocratiques à certains cantons
demeurés fidèles aux vieilles idées.

[Note 87: M. Rossi, alors réfugié à Genève, fut le rapporteur d'un
projet de révision dans ce sens. Ce fut même l'échec de ce projet qui
le détermina à s'établir en France.]

Les puissances, qui déjà n'avaient pas vu sans déplaisir les
révolutions cantonales, s'émurent plus encore de ce projet de
révolution fédérale. Une Suisse unitaire et radicale leur paraissait
devoir changer, à leur détriment, les conditions de l'équilibre et de
la sécurité de l'Europe, M. de Metternich, plus que tout autre,
attentif à ce qui se passait de ce côté, s'inquiétait d'un tel
voisinage pour les possessions italiennes de l'Autriche. Le roi de
Prusse avait un intérêt particulier à la question, étant demeuré, par
une combinaison bizarre, souverain du canton de Neuchâtel, qui
cependant faisait partie de la Confédération. Quant au Czar, il
prétendait continuer, à l'égard de la petite république, le rôle de
protecteur et surtout de surveillant qu'avait assumé Alexandre après
1814. Enfin tous, et avec eux le gouvernement anglais[88], soutenaient
que le pacte fédéral, sanctionné par l'Europe, en 1815, ne pouvait
être modifié sans son aveu; qu'il était la condition essentielle de
l'indépendance et de la neutralité alors garanties par les puissances
signataires du traité de Vienne. Des remontrances furent donc
adressées à la Suisse, et, pour les appuyer, la plus proche
intéressée, l'Autriche, ordonna quelques concentrations de troupes sur
sa frontière.

[Note 88: Dépêche de lord Palmerston du 9 juillet 1832. (HILLEBRAND,
_Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 609.)]

La France de Juillet, sans trop se demander si, dans l'agitation
unitaire, il n'y avait pas plus de passion de secte que d'esprit de
liberté, se crut d'abord tenue à protéger ce mouvement né de sa propre
révolution. Il lui semblait que les mêmes raisons qui lui faisaient
soutenir les patriotes de Bruxelles ne lui permettaient pas
d'abandonner les radicaux de Berne. N'était-ce pas d'ailleurs une
façon d'augmenter sa clientèle en Europe, de faire une recrue pour la
ligue libérale qu'elle rêvait d'opposer à la coalition des puissances
absolutistes? Et puis, ne fallait-il pas avant tout faire échec à
l'influence autrichienne qui prétendait s'exercer en maîtresse jusque
sur nos frontières? Ces considérations parurent décisives à Casimir
Périer et au duc de Broglie[89]. Ils ne se contentèrent pas de
proclamer que la Suisse était, avec la Belgique et le Piémont, l'un
des pays où ils ne toléreraient jamais l'intervention d'une puissance
étrangère; notre ambassadeur, le marquis de Rumigny, pensa suivre ses
instructions en soutenant, ouvertement et souvent même avec un zèle un
peu intempérant, le mouvement de réforme fédérale. Sentant la France
derrière lui, le gouvernement helvétique répondit d'assez haut aux
puissances, revendiqua le droit de régler à sa guise sa constitution
intérieure, et fit même mine de mettre la main sur la garde de son
épée, en appelant sous les drapeaux une partie de son armée. Notre
attitude avait peut-être préservé la Suisse d'une intervention
européenne; mais elle ne parvint pas à triompher de l'attachement des
cantons pour leur indépendance; malgré l'appui de notre ambassadeur,
la révision, discutée dans deux diètes successives, ne put aboutir
(1833).

[Note 89: M. de Broglie avait eu, à Coppet, occasion de lier des
rapports personnels avec plusieurs des libéraux de Genève, de Berne et
de Lausanne. C'est pour cela que Louis-Philippe, causant, un peu plus
tard, en 1835, avec des ambassadeurs étrangers, se plaignait de la
«marotte suisse» de son ministre. (HILLEBRAND, _Geschichte
Frankreichs_, p. 612.)]

À cette question constitutionnelle s'en joignit bientôt une autre qui
touchait plus encore les autres puissances. La Suisse était devenue, à
la suite des insurrections avortées ou réprimées dans divers pays
d'Europe, l'asile des pires réfugiés. Ceux-ci, protégés par les
radicaux indigènes, conspiraient ouvertement contre les gouvernements
voisins. Ils ne s'en tenaient pas à des menaces en l'air. En janvier
1834, une expédition armée, préparée par Mazzini, tenta, sans succès
il est vrai, d'envahir le Piémont. Peu après, la main des mêmes
réfugiés fut visible dans les insurrections de Lyon et de Paris. Tous
les États étaient menacés par eux. Au mois d'avril 1834, ils s'étaient
constitués en _Jeune France_, _Jeune Italie_, _Jeune Allemagne_,
_Jeune Pologne_, fractions diverses de la _Jeune Europe_. Il s'y
joignit bientôt une _Jeune Suisse_ qui devait s'emparer du pouvoir
fédéral, afin de le mettre au service de la révolution universelle.
Chose étrange de voir cette nation, autrefois si exclusivement
renfermée dans le soin de ses propres affaires, si ombrageuse et si
méfiante à l'égard de l'étranger, se livrer aux démagogues
cosmopolites, débarqués de la veille sur son sol. Elle les laissait
non-seulement la compromettre par leurs attentats contre les autres
gouvernements, mais expérimenter sur elle les théories subversives
qu'ils n'avaient pu faire triompher dans leurs propres pays. On eût
dit que la Suisse n'existait plus que pour les réfugiés, pour être
leur asile, leur domaine et aussi leur instrument.

L'Autriche, dont la police avait suivi de près cette agitation,
entreprit, en 1834, pour obtenir l'expulsion des réfugiés, une
croisade diplomatique, où elle fut secondée par la Russie, la Prusse,
les États de l'Allemagne du Sud, le Piémont et le royaume de Naples.
Seules la France et l'Angleterre refusèrent de s'y associer. Ce ne
pouvait être, de notre part, sympathie pour des hommes qui, au même
moment, fomentaient chez nous la révolte et même l'assassinat. Mais
l'intérêt de ne pas laisser s'exercer à nos portes l'ingérence
autrichienne l'emporta sur toute autre considération. Le duc de
Broglie, alors ministre, écrivait, le 19 février 1834, à M. de
Sainte-Aulaire, qui eût désiré voir le gouvernement français se
rapprocher, sur cette question, du cabinet de Vienne: «L'influence que
nous exerçons en Suisse tient précisément à ce qu'on nous y considère
comme des protecteurs éventuels contre les exigences de quelques
gouvernements.» Peu après, M. de Rigny déclarait aussi aux autorités
fédérales que «la protection de la France ne leur manquerait pas
contre quiconque voudrait attenter à leur indépendance[90]». En même
temps, notre ambassadeur, M. de Rumigny, appuyait ouvertement, en
Suisse, les défenseurs des réfugiés, et incitait la diète à repousser
les demandes des puissances.

[Note 90: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

L'Autriche n'avait été qu'à moitié fâchée de notre refus: elle se
flattait de réussir sans nous et par suite contre nous. Sa campagne
fut vivement conduite; des notes très-roides menacèrent la Suisse, si
elle ne cédait, du blocus de toutes ses frontières, sauf du côté de la
France. Sous cette pression, et malgré notre ambassadeur, la diète
finit par adopter une déclaration contre les réfugiés (1834). M. de
Metternich triompha, pendant que M. de Rumigny ne dissimulait pas son
désappointement. À Vienne, cependant, on ne tarda pas à s'apercevoir
que le succès remporté était plus apparent que réel. En effet, la
diète n'avait voté qu'une invitation aux autorités locales de prendre
des mesures contre les réfugiés, invitation qui n'emportait pas
contrainte et à laquelle résistèrent quelques-uns des cantons, entre
autres celui de Berne, où était le principal centre révolutionnaire.
Force fut donc à l'Autriche de reprendre son action diplomatique
contre les autorités bernoises, qui finirent par céder (1835).

C'est vers la fin de cette année 1835 qu'on commence à entrevoir une
modification dans les tendances de la politique française en Suisse.
Louis-Philippe aimait ce pays où lui aussi avait trouvé autrefois
asile; mais il se faisait moins illusion que quelques-uns de ses
ministres sur les périls du radicalisme. «Beau pays, disait-il plus
tard à M. Guizot, et bon peuple! vaillant, laborieux, économe; un fond
de traditions et d'habitudes fortes et honnêtes. Mais ils sont bien
malades; l'esprit radical les travaille; ils ne se contentent pas
d'être libres et tranquilles; ils ont des ambitions de grand État, des
fantaisies systématiques de nouveau gouvernement. Dans mes jours de
mauvaise fortune, j'ai trouvé chez eux la meilleure hospitalité; tout
en en jouissant, je voyais bien à regret fermenter parmi eux des
idées, des passions, des projets de révolution analogue à la nôtre, et
qui ne pouvaient manquer d'attirer sur eux, d'abord la guerre civile,
puis la guerre étrangère[91].» En outre, le Roi, bien loin de chercher
les occasions de faire échec aux puissances continentales, désirait au
contraire s'en rapprocher. Fallait-il d'ailleurs s'étonner qu'il se
sentît peu encouragé à continuer sa protection aux complices de ses
assassins? Chaque jour donc, il avait plus de doute sur la politique
jusqu'alors suivie en Suisse par son gouvernement, et tâchait de la
faire modifier. Il ne s'en cachait pas aux ambassadeurs étrangers[92].
Il finit même par obtenir de M. de Broglie qu'il remplaçât, à
l'ambassade de Berne, M. de Rumigny, trop compromis avec les radicaux,
par M. de Montebello, dont les sympathies étaient tout opposées.

[Note 91: _Mémoires de M. Guizot_, t. VIII, p. 417.]

[Note 92: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. Ier p. 609-612.]

Tel était l'état des choses, quand M. Thiers arriva au pouvoir.
Aussitôt, il s'engagea résolûment dans la direction nouvelle que le
Roi avait indiquée. Il ne voulut pas sans doute agir de concert avec
les puissances, comme le lui demandait M. de Metternich[93];
seulement, pour ne pas avoir l'air de suivre l'Autriche, il la
dépassa. Il demanda, plus haut et plus rudement qu'elle, l'expulsion
des réfugiés, sans s'inquiéter de n'être plus suivi par le
gouvernement anglais qui déclarait, à la Chambre des communes, «n'être
pour rien en cette affaire». M. Thiers écrivait, le 26 avril 1836, à
M. de Montebello: «La faction radicale se montre d'autant plus
entreprenante qu'elle s'imagine qu'en dépit de ses excès et des
complications où sa conduite pourrait entraîner la Suisse, la France,
qui voit dans ce pays un boulevard du coté de l'est, se trouverait
engagée, par son propre intérêt, à le défendre contre toute action
hostile ou répressive de l'étranger. C'est une illusion qu'il importe
de détruire... Le parti radical est insensé de croire qu'il y ait
possibilité pour lui de s'établir en Suisse d'une manière solide et
durable, lorsque, partout ailleurs, ses adhérents en sont réduits à
n'oser lever la tête... Quand, en France, les factions sont
terrassées, quand le pouvoir y est fermement dirigé dans le sens de
l'ordre et de la modération, il est ridicule de penser qu'un petit
pays comme la Suisse puisse, entre les mains d'une poignée
d'agitateurs, remuer à son gré le reste de l'Europe...» Et quelques
semaines plus tard, le 7 juin 1836, M. Thiers déclarait ne pas vouloir
souffrir que, «contrairement à tout principe de justice et de droit
international, la Suisse devînt un foyer d'agitation révolutionnaire,
un lieu de rassemblement pour les factieux de tous les pays, quand
partout la Révolution, terrassée au profit de l'ordre, est impuissante
et réduite à n'oser relever la tête[94]».

[Note 93: Lettre au comte Apponyi, du 14 avril 1836. (_Mémoires de M.
de Metternich_, t. VI, p. 142.)--M. Thiers écrivait à notre
ambassadeur, le 25 juin 1836: «J'ai refusé toute démarche commune,
faite en nom collectif. Si l'Autriche trouve notre conduite bonne et
sensée, et veut l'imiter, soit! Mais il ne nous convient pas de faire
avec elle un petit fragment de Sainte-Alliance.» (_Documents
inédits._)]

[Note 94: Ces dépêches ne furent pas connues du public sur le moment.
M. Guizot les apporta à la tribune, le 3 février 1848, pour se
défendre contre M. Thiers redevenu l'avocat des radicaux suisses.]

Les autorités fédérales essayèrent d'abord de satisfaire la France par
une déclaration analogue à celle dont s'était contentée l'Autriche en
1834: cette déclaration «engageait, de la manière la plus pressante,
les gouvernements cantonaux à faire arrêter et à tenir à la
disposition du pouvoir central les réfugiés les plus dangereux»; mais
on n'y ajoutait pas le _conclusum_ qui eût dû être voté par la diète
pour imposer la mesure aux cantons. M. Thiers insista vivement pour
obtenir ce _conclusum_, et il fit adresser, le 18 juillet, au
gouvernement suisse, une note sévère qui se terminait ainsi: «Le
Directoire comprendra sans doute que, si les gages que l'Europe attend
de lui devaient se borner à des déclarations, sans qu'aucun moyen de
coercition vînt les appuyer au besoin, les puissances intéressées à ce
qu'il n'en soit pas ainsi seraient pleinement en droit de ne plus
compter que sur elles-mêmes, pour faire justice des réfugiés qui
conspirent en Suisse contre leur tranquillité et pour mettre un terme
à la tolérance dont ces incorrigibles ennemis du repos des
gouvernements continueraient à être l'objet. Il n'est pas moins
évident que la France n'aurait plus qu'à pourvoir, dans le même but,
en ce qui la concerne, à ce que lui prescrirait l'intérêt non moins
légitime de sa propre sécurité.» Charmée de rencontrer, dans notre
ministre, un chef de file si résolu et si inattendu, les puissances
continentales lui envoyèrent aussitôt leurs vives félicitations et
donnèrent ordre à leurs agents à Berne d'appuyer la démarche de
l'ambassadeur français. M. de Metternich complimentait, non sans
quelque ironie, M. de Sainte-Aulaire sur notre conversion si soudaine,
et il témoignait même quelque inquiétude que notre fougueux ministre
n'eût dépassé la mesure[95]. M. de Nesselrode rendait hommage à la
«manière sage et salutaire dont nous exercions notre influence[96]».
Chez les radicaux suisses, nos clients de la veille, la surprise, la
colère furent extrêmes. Les journaux, les clubs éclatèrent en
invectives enflammées contre le gouvernement français, et sommèrent
les autorités fédérales d'exiger le renvoi de M. de Montebello. M.
Thiers, ne se laissant pas arrêter par ces clameurs, ordonna à son
ambassadeur d'être plus pressant encore. «Il faut, dit-il, faire
entendre à la Suisse un langage franc, quoique dur. Si elle n'écoute
pas nos conseils, elle peut se considérer comme brouillée avec la
France, et sa résistance sera immédiatement suivie d'un blocus
hermétique.» Ainsi pressée, la diète finit par céder, et vota, le 11
août, le _conclusum_ exigé.

[Note 95: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire_, et dépêche de
M. Thiers à M. de Barante, du 15 août 1836. (_Documents inédits._)]

[Note 96: Dépêche de M. de Barante, du 21 mai 1836. (_Documents
inédits._)]

La question des réfugiés n'était pas la seule qui eût occupé M.
Thiers. Le territoire de Porrentruy avait été, en 1815, détaché de la
France et réuni au canton de Berne, sous la condition expresse que les
habitants ne seraient point troublés dans l'exercice du culte
catholique. M. Thiers, continuant du reste sur ce point ce qu'avait
commencé avant lui le duc de Broglie, estima que cette clause lui
donnait le droit de réclamer contre l'espèce de constitution civile
que les autorités bernoises avaient prétendu imposer au clergé de
cette région. Dès mars 1836, il leur rappela que, «dans la religion
catholique, la discipline ecclésiastique ne pouvait être régulièrement
changée qu'en s'entendant avec le Saint-Siége», et déclara que
l'honneur de la France était intéressé à ne pas souffrir qu'il fût
porté atteinte à des droits garantis par elle. Le gouvernement bernois
fut obligé de reconnaître la justesse de cette thèse et de renoncer,
au moins pour le moment, aux mesures qu'il avait prises: succès qui
nous valut «les plus vives félicitations[97]» de l'Autriche et de la
Prusse.

[Note 97: Dépêche de M. Thiers à M. de Barante, 14 juillet 1836.
(_Documents inédits._)]

Ces diverses contestations ne furent pas sans laisser entre les deux
pays des relations singulièrement aigries et tendues. Les Suisses se
prétendaient atteints dans leur indépendance et juraient de défendre,
comme autrefois à Sempach et à Morgarten, leur liberté menacée. Le
gouvernement français, naguère si populaire parmi eux, était maudit.
Nos journaux de gauche faisaient écho aux menaces et aux injures des
radicaux de Berne et de Zurich. À les entendre, le ministère avait
méconnu les traditions de la politique de Juillet, trahi ses devoirs
de gouvernement libéral, pour se mettre à la remorque de la
Sainte-Alliance et se faire la «maréchaussée des rois absolus».
Polémiques singulièrement violentes auxquelles l'affaire de l'espion
Conseil, désagréable épilogue de ce conflit, vint fournir un nouvel
aliment.

Les menées des réfugiés en Suisse, les complots qui s'y tramaient si
librement contre la vie même de Louis-Philippe, avaient obligé le
gouvernement français à y entretenir une police secrète: c'était une
mesure de légitime défense sur l'emploi de laquelle il eût été niais
d'éprouver quelque scrupule; seulement, en semblable matière, les
gouvernements ont toujours tort quand ils sont maladroits. Peu après
l'attentat d'Alibaud, un agent, nommé Conseil, avait été envoyé à
Berne, avec mission de gagner la confiance des réfugiés les plus
dangereux et de découvrir ainsi s'il se préparait quelque nouveau
crime. Il devait en outre se conduire de façon à justifier une demande
d'expulsion qui serait adressée au gouvernement fédéral en temps
opportun; il pourrait ainsi suivre les réfugiés dans leur nouvel
asile, en Angleterre probablement, et continuer sa surveillance. En
effet, le 19 juillet 1836, sur l'invitation de M. de Montalivet, M.
Thiers, qu'on n'avait pas mis dans la confidence de cette manoeuvre de
police, faisait demander au directoire fédéral l'expulsion du «sieur
Conseil, réfugié politique en Suisse». Tandis que cette demande était
examinée, Conseil agissait avec tant de sottise et de lâcheté, qu'il
se laissait arracher par des réfugiés le secret de son véritable rôle;
non content de leur livrer ses papiers, il les complétait par un récit
détaillé de ses rapports avec le gouvernement français, et il
affirmait même que l'ambassade de France à Berne venait de lui
remettre tout récemment un passe-port avec un faux nom et une fausse
date. Les réfugiés, fort empressés à se porter à leur tour accusateurs
contre le gouvernement qui les accusait naguère, livrèrent Conseil
avec ses papiers et ses révélations au directoire fédéral. Celui-ci,
bien loin d'étouffer le scandale, sembla s'attacher à lui donner plus
de retentissement: acceptant la dénonciation des réfugiés, il la
soumit à la diète, qui chargea une commission de faire une enquête et
un rapport; croyait-il trouver là une revanche de la mortification
diplomatique que le gouvernement français venait de lui faire subir?
Si M. Thiers avait été au courant du vrai caractère de Conseil,
peut-être eût-il su, au premier bruit, prendre des mesures pour
arrêter l'affaire; mais, dans l'ignorance étrange où on le laissait,
il déclara aussitôt au chargé d'affaires de Suisse que Conseil
n'appartenait pas à la police française, et qu'il ne voyait aucune
raison de ménager ce vulgaire imposteur. La vérité lui fut enfin
connue quand il n'était plus temps de rien empêcher: les faits avaient
été livrés au public, et ils provoquaient, chez les radicaux suisses,
une explosion inouïe de colère, d'injures et de menaces contre la
France; à les entendre, on se fût cru à la veille d'une déclaration de
guerre; l'ambassadeur de France en était réduit à prendre des
précautions pour sa sécurité personnelle. Cette affaire, que M. Thiers
n'eut pas le temps de terminer, devait être léguée, dans ce fâcheux
état, à ses successeurs.


IV

En Espagne, depuis que M. Mendizabal avait pris le pouvoir, le 14
septembre 1835, les choses allaient de mal en pis. Toute l'influence
était passée à l'Angleterre, qui, avec son esprit pratique habituel,
cherchait à se faire concéder des avantages commerciaux. En même
temps, champ libre était laissé à la révolution que le ministre
espagnol suivait avec docilité, quand il ne la devançait pas
étourdiment, s'employant à désorganiser toutes les forces monarchiques
et sociales, dépouillant et persécutant le clergé, provoquant la
révision du statut royal dans un sens démocratique. Les démagogues,
enhardis plutôt que satisfaits, excitaient de sanglantes émeutes dans
les villes de l'est et du sud, aux cris de: «Vive la Constitution de
1812!» Quant aux carlistes, soutenus par les puissances continentales,
ils se maintenaient dans les provinces basques, lançaient leurs
expéditions jusqu'aux portes de Madrid, et luttaient avec les
«Christinos» de sauvage cruauté. Partout l'anarchie, la décomposition,
et les signes d'une ruine qui semblait prochaine et fatale.

C'est dans ces conditions qu'en mars 1836, lord Palmerston, qui
n'avait pas voulu de l'intervention, quand elle eût pu profiter à un
gouvernement modéré, ami de la France, nous proposa brusquement une
sorte d'action circonscrite et bizarrement qualifiée de
_translimitation_. La flotte anglaise devait débarquer quelques
soldats de marine pour défendre ou reprendre les places maritimes. On
nous invitait de notre côté à occuper Fontarabie, le port du Passage
et la vallée du Bastan. Si engagé qu'il eût été jusqu'alors dans la
politique d'intervention, M. Thiers se rallia cette fois facilement au
sentiment contraire du Roi et des autres ministres. Par une dépêche en
date du 18 mars 1836, il déclina formellement la proposition de lord
Palmerston, qui en fut irrité. Mais le ministre français n'était pas
disposé à s'inquiéter beaucoup de cette irritation. Sa préoccupation
principale était de se mettre en bons termes avec les puissances
continentales. Il avait soin de se faire auprès d'elles un titre de
son refus. «J'ai dit au comte Apponyi, écrivait-il, le 3 mai, à
l'ambassadeur français à Vienne, que nous ne songions pas à intervenir
en Espagne. Je l'ai dit, et c'est la vérité pure. Nous n'y pensons pas
du tout. Pour abréger une guerre qui sera un long va-et-vient et qui
ne peut aboutir au triomphe de don Carlos, nous n'irons pas compliquer
la politique européenne. Je serais plus porté qu'un autre à cette
opération; mais le Roi et les Chambres n'en veulent à aucun prix, et
je ne puis pas, contre tout le monde, faire une chose d'ailleurs fort
contestable... L'Angleterre y avait pensé, nous l'avons calmée. Dites
de cela ce qui sera utile. Parlez du présent, laissez l'avenir libre,
mais éloignez cet avenir qui en effet l'est beaucoup[98].»

[Note 98: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

M. Thiers faisait plus encore pour témoigner aux puissances de son
désir d'entente. Un jour, sans aucun préliminaire, sans avoir pris les
ordres du Roi, il arrivait chez le comte Apponyi, lui faisait jurer un
secret inviolable et lui remettait un papier sur lequel étaient écrits
de sa main quatre articles, portant: 1º abdication de don Carlos en
faveur de son fils aîné; 2º mariage de celui-ci avec Isabelle, le
jeune prince devant être roi et non pas seulement mari de la Reine; 3º
le _Statuto reale_, ou toute autre charte constitutionnelle, garanti à
l'Espagne; 4º régence de la reine Christine. Informé de cette
démarche, Louis-Philippe blâma son ministre de s'être ainsi avancé,
sans s'être entendu avec l'Angleterre, fort ombrageuse en cette
matière, et d'avoir si légèrement laissé à l'ambassadeur un écrit de
sa main. Un peu penaud, M. Thiers courut redemander son papier au
comte Apponyi. Celui-ci le lui rendit avec une grande bonhomie, non
sans aviser en même temps M. de Metternich. Le chancelier devait
goûter le principe de la transaction; il répétait souvent que, dans
une guerre civile, quand les deux principes sont mâle et femelle, il
n'y avait rien de mieux que de les marier ensemble. Seulement
quelques-unes des conditions ne lui plaisaient pas, entre autres celle
qui maintenait la régence aux mains de la reine Christine; il fit des
objections. En même temps, il eut soin de raconter à l'ambassadeur
anglais à Vienne l'offre que lui faisait M. Thiers. Lord Palmerston,
dont la méfiance n'avait pas besoin d'être excitée, fut donc informé
que nous cherchions à nous entendre à son insu avec l'Autriche[99].
Est-ce pour cela qu'il accusait alors partout Louis-Philippe de
vouloir abandonner la cause d'Isabelle?

[Note 99: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._--Cf. aussi
les _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 149, 150.--Plus tard,
après la chute du ministère du 22 février, Louis-Philippe plaisanta le
comte Apponyi de la bonhomie avec laquelle il avait rendu le papier à
M. Thiers. «Jamais, lui dit-il, à votre place, le ne me serais
dessaisi d'une pièce originale de cette importance.»--«Profitez de la
leçon, écrivit, à cette occasion, M. de Metternich à son ambassadeur;
en suivant les conseils du roi Louis-Philippe, vous deviendrez un
parfait diplomate.»]

Tant de gages ainsi donnés, dans les affaires de Cracovie, de Suisse,
d'Espagne, ne laissaient pas indifférentes les deux grandes puissances
allemandes. Sans oublier complétement M. Thiers, c'était surtout au
Roi qu'elles savaient gré de ce changement. À Berlin, le ministre
dirigeant, M. Ancillon, ne tarissait pas, dans ses dépêches, sur les
«intentions droites», le «tact exquis» et le «coup d'oeil politique»
de Louis-Philippe. «Sa sagesse, disait-il, son habileté, les principes
conservateurs qu'il adopte pour se conserver lui-même, sont
aujourd'hui les meilleurs garants que l'Europe puisse avoir du
maintien de la paix et de l'ordre.» Le ministre prussien prenait au
besoin, auprès du Czar, la défense du roi des Français et le
présentait comme étant lassé de l'alliance anglaise. «Cette alliance
monstrueuse entre deux puissances essentiellement rivales,
ajoutait-il, a été conclue sous l'empire de circonstances que
Louis-Philippe tâche d'effacer de plus en plus, mais qu'il ne peut pas
attaquer de front. Nous ne croyons pas nous tromper en disant qu'il
porte impatiemment le joug pesant de l'alliance anglaise, et qu'il
serait heureux de trouver l'occasion de la secouer[100].» Quant à M.
de Metternich, il appelait Louis-Philippe «la première nécessité de
l'époque et la seule ancre de salut». Annonçant à l'ambassadeur de
France qu'il remettait ses troupes sur le pied de paix, et réduisait
son armée d'Italie de 60,000 hommes à 20,000, il ajoutait: «Une telle
mesure, prise par un cabinet connu pour sa prudence, est un bel
hommage rendu à la politique de votre roi. L'Autriche a armé en 1830,
elle désarme en 1836. Dans un cas comme dans l'autre, l'état de la
France a motivé ses résolutions. Mesurez à cette échelle les progrès
de notre confiance, et croyez qu'elle vous est désormais acquise. Oui,
nous comptons sur votre sagesse; elle nous rassure sur les
conséquences de la révolution de 1830. La détestable politique de la
branche aînée des Bourbons perdait l'Europe; nous espérons que celle
de Louis-Philippe la sauvera[101].» Aussi le chancelier se sentait-il
encouragé à continuer à l'égard du roi des Français le rôle de
conseiller, de professeur de politique conservatrice, qu'il avait
commencé à prendre en 1834 et 1835. Plus que jamais il s'inquiétait et
s'enquérait des affaires de France, comme s'il en avait la direction;
lisait les journaux de Paris, même le _Charivari_; donnait son avis
sur les détails de notre politique intérieure; poussait Louis-Philippe
à «avancer d'un pas ferme»; l'incitait, ce qui ne devait pas déplaire
au prince, à gouverner lui-même, sans s'effacer derrière la prétendue
«autorité ministérielle»[102]. Ces conseils étaient mêlés de
compliments à l'adresse du Roi: «Veuillez le remercier, écrivait M. de
Metternich, de la constance qu'il met à ne pas sortir de la ligne de
conduite qu'il s'est prescrite; ces remercîments doivent lui être
adressés par tous les esprits non prévenus et par les coeurs
droits[103].»

[Note 100: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 590, 596,
597, 673.]

[Note 101: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, p. 673, et _Mémoires
inédits du comte de Sainte-Aulaire_.]

[Note 102: Cf. _passim les Mémoires de M. de Metternich_, t.
VI.--Voici un spécimen de cette correspondance: «Par mon expédition de
ce jour, écrivait le prince de Metternich au comte Apponyi, le 28 mars
1836, je m'adresse de nouveau au Roi avec une grande franchise.
Veuillez lui faire sentir que dans cette franchise même se trouve le
gage de la confiance que j'ai dans la qualité de son esprit. Je crois
lui fournir, par ce que je lui dis sur les questions de cabinet, un
argument d'une grande force, qu'il pourra faire valoir pour arrêter
ses ministres dans une direction essentiellement fautive et qui repose
sur des éléments détestables, tels que la vanité et l'esprit de
domination des individus. C'est dans un monde qui n'existe pas dans la
réalité, que certains ministres ont été chercher leur utopie
d'omnipotence ministérielle. Je sais bien que le modèle leur en a été
fourni par l'Angleterre; mais s'ils avaient plus de pratique dans
l'esprit, ils auraient découvert que les moeurs gouvernementales
anglaises ne sont point et ne seront jamais véritablement applicables
à la France. La cause que nous désirons servir aujourd'hui, c'est le
rétablissement de l'autorité dans ce dernier pays, et Louis-Philippe
doit, à cet égard, être de notre avis. La France a soif du pouvoir, et
le pouvoir est un mot vide de sens s'il n'est fondé sur l'autorité.
Qu'est-ce que l'_autorité ministérielle_, surtout sous le régime du
représentatif moderne qui est l'ennemi de tout maintien des hommes en
place?... Je raisonne beaucoup dans les dépêches que j'envoie à Paris,
parce que je trouve le raisonnement à sa place dans nos relations avec
Louis-Philippe et avec un pays où l'ordre public est redevenu un objet
d'_éducation_.» (_Ibid._, p. 139, 140.) Il paraît que M. de Talleyrand
avait encouragé M. de Metternich à faire campagne contre la
«fantasmagorie représentative», et avait exprimé l'avis qu'il fallait
faire en France une «Restauration épurée». «Je ne puis assez vous
exprimer, écrivait M. de Metternich à son ambassadeur, combien les
dernières confessions que M. de Talleyrand vous a faites sur la marche
de l'opinion publique en France, m'ont intéressé. C'est une chose
curieuse à suivre que le retour d'un vieux pécheur vers les bons
principes.» (_Ibid._, p. 140, 144.)]

[Note 103: _Mémoires de M. de Metternich_, p. 142.]

Les gouvernements du continent ne se contentaient pas de ces éloges à
huis clos. Le 1er mai 1836, jour de la fête de Louis-Philippe, le
comte Apponyi, apportant solennellement au prince les voeux du corps
diplomatique, s'exprimait en ces termes qui sortaient de la banalité
ordinaire de ces sortes d'allocutions: «L'Europe, témoin de la marche
sage et éclairée que suit le gouvernement de Votre Majesté,
s'applaudit de l'ordre et de la prospérité dont la France lui est
redevable; elle y voit en même temps, avec confiance, un gage de la
paix générale..... Ce bienfait est étroitement lié à la conservation
des jours précieux de Votre Majesté[104].» Quel changement pour qui se
rappelait l'attitude et le langage des cours d'Europe, au lendemain de
la révolution de Juillet!

[Note 104: Le _National_ se plaignit, à ce propos, que le comte
Apponyi s'exprimât au nom du corps diplomatique, «comme si la royauté
du 7 août était placée sous sa tutelle et sa surveillance». «De quoi
se mêle cet étranger? ajoutait-il. De quel front ce hussard hongrois
ose-t-il se faire juge entre les partis et les opinions qui se
disputent sur le sens, sur l'interprétation et la portée de la
révolution de Juillet?» (3 août 1836.)]


V

Cette politique extérieure, un peu en réaction contre ce qu'on eût pu
appeler la politique de 1830, n'étonne pas de la part de
Louis-Philippe; depuis longtemps, ce prince voyait, dans le
rapprochement avec les puissances continentales, le complément au
dehors de l'oeuvre entreprise au dedans pour dégager la nouvelle
monarchie de son origine révolutionnaire. Elle étonne davantage de la
part de M. Thiers, si soigneux, alors même qu'il résistait au parti du
désordre et de la guerre, de se poser en homme de Juillet et de
flatter le sentiment «national». Le président du conseil allait
évidemment au rebours de ses tendances naturelles et risquait quelque
chose de sa popularité. Ce devait être en vue d'un avantage notable.
Lequel?

M. Thiers poursuivait en effet un dessein dont il attendait beaucoup
pour la France, pour la monarchie et pour lui-même: il prétendait
rompre avec éclat le blocus matrimonial établi autour de la dynastie
nouvelle par les influences légitimistes, et aller chercher la femme
du jeune duc d'Orléans au coeur même de la vieille Europe, dans la
famille impériale d'Autriche. C'eût été du coup remettre la royauté de
Juillet, encore contestée et dédaignée, au rang des autres royautés,
et lui donner ainsi plus de prestige à l'intérieur, plus de crédit et
de liberté diplomatiques à l'extérieur. N'y avait-il pas là,
d'ailleurs, de quoi séduire l'imagination mobile du jeune ministre,
imagination si curieuse d'étonner les autres et de s'amuser elle-même,
en jouant des rôles nouveaux et imprévus? Après avoir été le premier à
proposer, et à faire accepter au peuple des barricades, le roi des
Français, M. Thiers ne devait-il pas trouver piquant d'être le premier
à le faire rentrer en grâce auprès des dynasties d'ancien régime? Ne
se mettrait-il pas ainsi hors de pair parmi les ministres de
Louis-Philippe? Ne se créerait-il pas des titres exceptionnels, et en
quelque sorte perpétuels, à la faveur, à la reconnaissance du Roi et
de son héritier?... Quoi qu'il en soit de ces divers motifs, le
président du conseil s'était lancé dans cette entreprise matrimoniale
avec sa vivacité accoutumée; elle était devenue sa préoccupation
principale, et il y avait subordonné toute sa politique étrangère.
Malgré l'échec auquel elle devait aboutir, on pourrait même dire à
cause de cet échec, cette tentative a mis dans un jour curieux les
sentiments que conservaient encore les cours du continent à l'égard du
gouvernement de Juillet. Il n'est donc pas sans intérêt de s'y arrêter
un moment[105].

[Note 105: J'ai d'ailleurs, pour cet épisode, un guide excellent que
je m'attacherai à suivre; c'est M. le comte de Sainte-Aulaire, qui fut
acteur principal de cette négociation. Le récit détaillé qu'il en fait
dans ses _Mémoires inédits_, et qui, sur plus d'un point, complète ou
redresse ce qui a été jusqu'ici publié, n'est pas la partie la moins
agréable ni la moins piquante de cet écrit. Peu avant sa mort,
l'auteur en a lu, dans une des séances privées de l'Académie
française, des fragments qui ont obtenu le plus vif succès. Les
documents ou conversations qui seront cités, sans indication spéciale
de source, au cours des pages qui vont suivre, sont tirés de ces
_Mémoires_.]

On s'imaginerait difficilement un prince plus séduisant et plus brillant
que ne l'était alors le jeune duc d'Orléans. Grand, élancé, d'une figure
charmante, d'une élégance suprême, excellant à tous les exercices du
corps en même temps que distingué dans les travaux de l'esprit, brave au
feu et galant auprès des dames, c'était, comme on a dit de lui, «le
Français dans la plus aimable acception du mot[106]». Français, il
l'était surtout par un patriotisme ardent, impétueux même, qui possédait
toute son âme, jamais plus heureux que quand on lui permettait de
s'exposer et de se battre pour son pays. «Il me tarde de me rapprocher
de l'armée, écrivait-il un jour au prince de Joinville; comme tu le dis
très-bien, c'est dans les armées que se réfugie l'esprit national; c'est
là notre place, mon cher ami, à nous qui devons être les apôtres et les
ministres de cette religion des coeurs généreux[107].» Tout jeune, à
l'âge des plus vives impressions, il avait vu éclater la révolution de
Juillet et en sortir la fortune de sa maison. Doit-on s'étonner qu'il
ait d'abord épousé les idées de cette révolution avec plus d'ardeur que
de sagesse, déviation passagère que l'âge et surtout l'exercice du
pouvoir eussent vite corrigée? D'ailleurs, à cette recherche parfois
excessive de la popularité libérale, le jeune prince joignait le sens de
l'autorité personnelle, l'art de se faire respecter et obéir, dons
vraiment royaux que son père lui-même ne possédait pas à un si haut
degré. N'ayant pas encore vingt ans et en pleine révolution, il en avait
donné des preuves remarquées[108]. Depuis lors, ce je ne sais quoi
d'imposant s'était encore développé. «Bien qu'il me reçût avec une
exquise politesse, a écrit de lui M. de Sainte-Aulaire, et qu'il me
témoignât la déférence à laquelle mon âge et la confiance du Roi me
donnaient des droits, je me sentais bien moins à l'aise avec lui qu'avec
son père. On n'avait point avec le prince royal ces longues causeries
que l'esprit de Louis-Philippe, si abondant et si orné, rendait toujours
agréables et instructives, mais qui laissaient souvent une impression
vague et un peu confuse. M. le duc d'Orléans écoutait avec attention,
résumait, avec une netteté très-concise, ce que lui avait dit son
interlocuteur, puis il exprimait, en quelques phrases, son avis ou ses
ordres. Si l'on tentait de raisonner encore, quand son opinion était
formée, son regard, toujours bienveillant, mais un peu distrait,
avertissait qu'il avait autre chose à faire. Il n'aimait pas la
discussion pour la discussion. Il ne cherchait pas, dans les affaires,
l'amusement de son esprit, et cette différence capitale entre le Roi son
père et lui était assurément toute à son avantage.» Les qualités du
jeune prince étaient telles que les plus hostiles se voyaient obligés
d'y rendre hommage. En 1833, il avait fait un voyage à Londres; lord
Palmerston écrivait, après avoir dîné avec lui, chez M. de Talleyrand:
«Le duc d'Orléans a merveilleusement gagné depuis que je l'ai vu à
Paris, en octobre 1830. Il était fort bien alors; mais, depuis, il est
devenu un homme. Ses agréments extérieurs se sont accrus, et il a pris
les manières, la tenue qui appartiennent à sa situation; il a vraiment
l'air de l'héritier présomptif d'une couronne. D'après la courte
conversation que nous avons échangée, il me semble que son esprit ne
s'est pas moins développé que sa personne[109].» Même impression chez
des diplomates étrangers dont les sympathies étaient cependant toutes
légitimistes[110]. À ne voir donc que le mérite personnel du prince et
aussi l'éclat de la couronne à laquelle il semblait appelé, son mariage
eût dû être facile. Mais il fallait compter avec le sentiment
qu'éveillait, dans les vieilles maisons royales, le souvenir encore si
présent de la révolution de 1830.

[Note 106: H. HEINE, _Lutèce_, p. 264.]

[Note 107: _Revue rétrospective._]

[Note 108: M. de Sainte-Aulaire raconte à ce sujet une anecdote
intéressante. C'était dans les premiers jours d'août 1830. Le futur
ambassadeur avait accepté à l'improviste de présider un banquet que
les élèves de l'École polytechnique offraient au jeune duc d'Orléans.
À peine celui-ci fut-il arrivé, qu'il attira M. de Sainte-Aulaire dans
une embrasure et lui dit avec un ton d'autorité dont son interlocuteur
fut frappé: «Puisque vous présidez le banquet, je suis bien sûr que
vous avez tout prévu et qu'il ne s'y passera rien d'inconvenant.»--«Je
ne pouvais en vérité, raconte M. de Sainte-Aulaire, lui donner cette
assurance, et j'essayai de lui faire comprendre comment j'étais
excusable de n'avoir rien prévu du tout. Coupant court à mon apologie,
le prince reprit:--Les toasts, par exemple, quels seront-ils?
Montrez-les-moi, je vous prie.--Sur ma réponse que je ne les avais
point vus, le prince ne put contenir un mouvement d'impatience et
m'enjoignit d'aller, en toute hâte, m'enquérir de ce qui avait été
réglé à ce sujet par les commissaires.» M. de Sainte-Aulaire, au bout
de quelques instants, rapporte au duc d'Orléans un papier sur lequel
se trouvaient les toasts. Le jeune prince n'y eut pas plutôt jeté un
coup d'oeil, qu'il rougit et le rendit à M. de Sainte-Aulaire, avec un
regard de reproche, lui indiquant du doigt cette phrase qui se
trouvait dans le toast du général Gourgaud: «Le renversement des
Bourbons a lavé l'affront que les étrangers ont fait à la France, en
1815.» «Je dois l'avouer à ma confusion, ajoute M. de Sainte-Aulaire,
cette grosse inconvenance ne m'avait point frappé, tant j'étais
étourdi du mouvement qui nous entraînait tous alors. Si l'on veut
remarquer que cette même cause devait agir plus puissamment encore sur
le prince royal et qu'il n'avait pas vingt ans, il faudra lui tenir
compte d'avoir conservé à ce degré la possession de lui-même. Je lui
en fis avec sincérité mon compliment.» M. de Sainte-Aulaire obtint,
non sans peine, du général, la correction de sa phrase. Le banquet se
passa donc convenablement. À la fin cependant, les têtes
s'échauffaient, et peut-être aurait-on eu de la peine à mener la fête
à fin sans scandale, si elle n'eût été interrompue par la nouvelle
d'une émeute. La police demanda à quelques-uns des polytechniciens de
se montrer au peuple pour le rappeler au sentiment de ses devoirs.
Trois ou quatre de ces braves étourdis partirent aussitôt, ne doutant
pas du succès. Ils furent bafoués par la populace.]

[Note 109: H. L. BULWER, _The life of Palmerston_, t. II, p. 137.]

[Note 110: Cf. dépêche du comte de Sales du 19 août 1835. (HILLEBRAND,
_Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 671.)]

Depuis longtemps, aux Tuileries, on avait une préférence secrète pour
une alliance avec la maison d'Autriche. C'était particulièrement le
désir très-vif de la reine Marie-Amélie, qui se souvenait d'être
petite-fille de Marie-Thérèse. Cette arrière-pensée n'avait pas été
étrangère au choix fait, en 1833, du comte de Sainte-Aulaire pour
l'ambassade de Vienne. Gentilhomme de race, esprit aimable et
distingué, doué de ce tact supérieur que donne l'habitude du grand
monde, bien vu personnellement de la haute société européenne, même de
celle qui avait le plus de préventions contre les hommes et les choses
de 1830, M. de Sainte-Aulaire était un parfait diplomate, si, comme il
l'a écrit un jour, «la diplomatie est le savoir-vivre». En tout cas,
plus que tout autre, il avait les qualités propres à la délicate
mission dont il se trouvait chargé par la confiance de la famille
royale. Dès 1833, au moment où il allait prendre possession de son
poste, la Reine lui avait recommandé de bien étudier les quinze
archiduchesses ou archiducs qui, par leur âge, pouvaient convenir à
l'un de ses fils ou à l'une de ses filles. L'attention de
l'ambassadeur s'était portée tout de suite sur l'archiduchesse
Thérèse. Son père, l'archiduc Charles, frère de l'empereur François,
homme de guerre estimé, passait pour libéral et ami de la France;
elle-même, un peu chétive d'extérieur, avait, à défaut de qualités
héroïques, une aimable douceur, une éducation excellente, partageait
les sympathies françaises de son père, et témoignait, au sujet du duc
d'Orléans, d'une curiosité bienveillante qui paraissait de bon augure.
L'idée, soumise aux Tuileries, y avait plu. Un peu plus tard, M. de
Sainte-Aulaire étant venu passer quelques mois à Paris, ce fut pour
Louis-Philippe et Marie-Amélie l'occasion de longs entretiens avec
l'ambassadeur, sur un projet qui leur devenait chaque jour plus cher.
«Aussitôt que je me faisais annoncer, raconte ce dernier, le Roi
quittait tout pour me recevoir; il allait chercher la Reine, et, de
peur que nous ne fussions pas suffisamment à l'abri des importuns dans
son cabinet, il nous conduisait dans quelque pièce éloignée dont il
fermait la porte aux verrous; ensuite, il m'allait lui-même chercher
un fauteuil qu'il plaçait entre le sien et celui de la Reine,
voulant, disait-il, que je fusse bien à mon aise; puis il m'écoutait
attentivement et me laissait parler aussi longtemps que je voulais,
sans m'interrompre, ce qui, vu les habitudes de Sa Majesté, témoignait
assurément de l'intérêt extraordinaire qu'il mettait à l'affaire que
nous traitions. Je puis au reste rendre à ces excellentes gens (s'il
m'est permis de parler avec tant de familiarité de ce qu'il y a de
plus grand sur la terre), je puis leur rendre ce témoignage que
jamais, dans une honnête famille de bourgeois, de bons parents ne se
sont occupés de l'établissement de leurs enfants avec une tendresse
plus désintéressée. La haute moralité de la famille impériale
d'Autriche, le salutaire exemple de ses vertus sur les jeunes
archiduchesses élevées à si bonne école, toutes les considérations
morales enfin, rarement appréciées par les princes en pareil cas,
déterminaient la préférence du Roi et de la Reine, et laissaient peu
de place aux calculs de la politique sur les avantages d'une grande
alliance.» Le duc d'Orléans se montra, au début, plus froid que ses
parents. Il était trop imbu des idées de 1830 pour qu'une alliance
autrichienne ne lui inspirât pas quelque répugnance. En tout cas, il
voulait avant tout étudier par lui-même la jeune princesse. «Épouser
une femme que je ne saurais aimer, disait-il, me marier à l'ancienne
méthode, c'est à quoi je ne me résignerai jamais.»

En 1833 et au commencement de 1834, le duc de Broglie, qui dirigeait
alors le ministère des affaires étrangères, s'était montré peu disposé
à s'occuper de cette affaire. Très-méfiant à l'égard de l'Autriche, il
pressentait un refus et ne voulait pas s'y exposer. La famille royale
lui savait mauvais gré de sa réserve. À peine eut-il donné, pour la
première fois, sa démission, en avril 1834, que son successeur, M. de
Rigny, plus docile au désir du Roi, chargea M. de Sainte-Aulaire de
sonder M. de Metternich sur l'idée d'un voyage du duc d'Orléans et du
duc de Nemours à Vienne. La réponse, bien que témoignant d'un peu de
surprise et d'embarras, sembla d'abord assez favorable. Mais bientôt,
à mesure surtout que l'arrière-pensée matrimoniale fut plus apparente,
le gouvernement autrichien laissa voir ses répugnances et finit même
par n'avoir qu'une pensée, faire écarter ce que M. de Metternich
appelait ce «malencontreux». voyage. La mort de François II, en mars
1835, et le deuil qui s'ensuivit, vinrent tout suspendre[111].

[Note 111: J'ai déjà eu occasion de parler de cette première partie
des négociations et de faire connaître les sentiments de M. de
Metternich en cette circonstance. Cf. t. II, p. 403-404.]

Louis-Philippe n'avait pas renoncé à son projet; vers la fin de la
même année, il tenta d'y revenir. Il exposait ainsi à M. de
Sainte-Aulaire les considérations par lesquelles il pensait qu'on
pouvait agir sur le gouvernement autrichien: «Je crois bien comprendre
quelle est aujourd'hui ma position à l'égard des diverses puissances
de l'Europe. Chacun s'est résigné, avec plus ou moins de regret, à me
voir sur le trône de France; on accepte ma royauté, mais on l'accepte
viagère. Quant à mon fils, les uns s'affligent, les autres se
réjouissent de son renversement à ma mort, mais tous le prévoient.
L'empereur de Russie n'en fait aucun doute, et il règle sa conduite
sur cette pensée; il se garde de tout rapport personnel avec moi,
comme si j'étais pestiféré; il se ferait couper la main plutôt que de
m'écrire: Mon frère. À mon âge, avec mon caractère, de tels procédés
ont peu d'inconvénients; mais il ne faudrait pas attendre d'un jeune
roi tant de philosophie. Si, au moment où mon fils montera sur le
trône, il trouve les choses en cet état, une catastrophe est
inévitable.» Parlant spécialement de l'Autriche, le Roi ajoutait: «Je
ne cherche nullement à la séparer de la Russie; jamais je n'ai songé à
me mettre entre eux pour les brouiller; je veux, au contraire,
cimenter entre nous une alliance commune qui rende également
impossibles et une guerre de principes et une guerre de passions.
J'attache la gloire de mon règne à cette oeuvre pacifique, et je ne la
regarderai pas comme accomplie avant que j'aie marié mon fils. Les
puissances continentales ont formé contre ma famille un blocus
matrimonial; il faudrait être aveugle pour ne pas voir cette
manoeuvre. Qu'elles y prennent garde cependant, la popularité que je
compromets à vouloir retenir l'élan national me reviendrait tout
entière, si j'étais capable de me laisser aller contre elles à mon
ressentiment. Encore une fois, je ne le ferai pas, mais je ne puis
répondre de mon successeur; et, rappelez-le au prince de Metternich,
mon cher comte, il n'a pas de temps à perdre, car ce n'est pas de
vieillesse que je dois mourir.»

Pouvait-on espérer que cet appel fût entendu à la cour de Vienne? La
mort de François II n'y avait pas accru nos chances: bien au
contraire. Pour avoir remis, pendant plus d'un quart de siècle, à M.
de Metternich une part si considérable de son autorité, le vieil
empereur n'avait rien d'un Louis XIII auprès d'un Richelieu. Imposant
par la longue expérience d'un règne de quarante-cinq ans, par la
dignité habile dont il avait fait preuve en des fortunes
très-diverses, laborieux, assidu sans apparat à ses devoirs de
souverain, accessible à tous, il ne doutait pas, et l'on ne doutait
pas autour de lui qu'il ne fût la loi vivante. La simplicité
d'allures, la douceur paternelle de son pouvoir, ne pouvaient en
dissimuler le caractère despotique. Tous, des plus petits aux plus
grands, étaient prêts à lui obéir, apportant dans leur soumission une
affection et un respect que justifiaient sa bonté et ses vertus.
L'autorité même de M. de Metternich,--autorité si considérable que les
archiducs se rangeaient sur son passage, dans les salons de la Burg,
comme des caporaux devant un officier,--ne valait qu'autant qu'on y
voyait une délégation de l'Empereur. Si donc François II s'était une
fois converti par politique au mariage français, il eût été, mieux que
tout autre, en mesure de l'imposer à la cour et à la société de
Vienne. La cabale hostile, si puissante qu'elle fût, n'eût pas osé lui
résister. Impossible de rien attendre de pareil de son successeur,
Ferdinand Ier, qui était difforme et imbécile. Il avait succédé sans
difficulté à son père, dont le prestige posthume couvrait en quelque
sorte son infirmité; mais il était incapable de rien faire par
lui-même[112]. L'autorité que le souverain n'exerçait plus n'était
pas passée tout entière à M. de Metternich. Une puissance mystérieuse
s'était élevée, devant laquelle tous s'inclinaient avec une sorte de
crainte superstitieuse, et dont le chancelier prétendait n'être que
l'instrument subordonné: elle s'appelait la «volonté de la famille
impériale». Qu'était-ce? On eût été embarrassé de le préciser.
Toutefois il était visible que l'un des facteurs les plus influents de
cette «volonté» était l'archiduchesse Sophie, femme de l'archiduc
François-Charles, frère de l'Empereur et héritier du trône. Or cette
princesse, imbue des idées du Czar, ennemie passionnée de la France de
1830, devait repousser, non sans horreur, toute alliance avec le fils
du roi de la révolution. Pouvait-on attendre de M. de Metternich que,
sur une question touchant si directement la famille impériale, il
entrât en lutte avec sa future souveraine? Sans doute, il désirait
plaire à Louis-Philippe, lui savait gré de sa sagesse, le payait
volontiers en compliments dont nous ne contestons pas la sincérité,
lui offrait même de reconnaître d'avance les droits du duc d'Orléans à
la succession de la couronne; mais si, encouragé par ces politesses,
l'ambassadeur de France faisait une allusion même voilée au mariage:
«Pour Dieu! ne parlons pas de cela, s'écriait le chancelier
brusquement et comme effrayé. Rien n'est mûr, on risquerait de tout
gâter en allant trop vite... Peut-être le temps amènera-t-il des
changements... Je ne parle que pour aujourd'hui; mais, à coup sûr, une
démarche faite aujourd'hui compromettrait des intérêts que je voudrais
pouvoir servir.»

[Note 112: M. de Sainte-Aulaire raconte, dans ses _Mémoires_, que
l'empereur Ferdinand, recevant le ministre de Belgique, lui avait
parlé tout le temps de la cour de Hollande et l'avait chargé d'assurer
le roi Léopold de la part qu'il avait prise à la maladie du prince
d'Orange. Du reste, il était bon et jouissait même, pour ce motif,
d'une sorte de popularité.]

Le gouvernement français était tenu exactement au courant de ces
difficultés par son ambassadeur. Celui-ci écrivait à la Reine «qu'il
n'apercevait aucune chance de succès pour le mariage si vivement
désiré par elle». Il déconseillait même le voyage du prince à Vienne.
Un autre jour, causant avec le Roi, il lui disait moitié sérieusement,
moitié en riant, que cette négociation ne pourrait réussir que si l'on
faisait du mariage une question de paix ou de guerre. «Dieu me garde,
ajoutait-il, de conseiller un tel parti: je ne voudrais cependant pas
le condamner absolument, car, au fait, de toutes les guerres de
l'histoire ancienne, la plus raisonnable m'a toujours semblé celle de
Romulus contre les Sabins.»--«Voilà bien du duc de Broglie, repartit
le Roi avec impatience; lui aussi m'offre de commencer, mais à
condition de pousser jusqu'au bout, et d'aller, en cas de refus,
jusqu'à la guerre. Ce n'est point ainsi que je l'entends.» Le duc de
Broglie, en effet, rentré au ministère depuis le mois de mars 1835,
avait toujours aussi peu de confiance dans le projet de mariage. Il
voulait bien du voyage des princes, se prêtait volontiers à faire
faire sur ce sujet des ouvertures officieuses aux puissances, et non
sans succès, au moins à Berlin, mais il n'entendait pas qu'on y mêlât
aucune négociation matrimoniale.

Avec M. Thiers, tout changea. La présomption du nouveau président du
conseil s'imaginait volontiers que les sots rencontraient seuls des
obstacles insurmontables. Il se flattait qu'en substituant partout, et
notamment à Cracovie, en Suisse, même en Espagne, à la roideur
«libérale» avec laquelle le duc de Broglie avait traité les puissances
absolutistes, une politique plus conservatrice, plus aimable, plus
prompte aux concessions, il réussirait dans l'entreprise que son
prédécesseur avait jugée impossible. Encore ne consentait-il pas à
attendre patiemment l'effet de ce changement de politique. Vainement,
de Vienne, M. de Sainte-Aulaire lui conseillait-il de laisser le temps
agir, de remettre sa demande à plus tard, il décidait d'engager
l'affaire tout de suite et de l'emporter de haute lutte. Le Roi
s'était laissé facilement convaincre. Il n'était pas jusqu'au duc
d'Orléans qui n'entrât dans les vues du ministre. Ses premières
préventions contre le mariage autrichien s'étaient évanouies; et puis,
à voir les obstacles que lui opposait la cabale légitimiste, il se
sentait piqué au jeu: c'était comme un défi que sa jeune vaillance
avait hâte de relever, une bataille qu'il était d'autant plus
impatient de livrer, qu'il savait avoir à y payer beaucoup de sa
personne; justement confiant en soi, il brûlait d'aller confondre sur
place, rien qu'en se montrant, les railleurs et les calomniateurs qui
colportaient de lui, dans les cours d'Europe, un portrait ridicule ou
odieux.

M. Thiers fit donc reprendre sans retard, à Vienne et à Berlin, les
négociations déjà engagées au sujet du voyage que les ducs d'Orléans
et de Nemours avaient le désir de faire dans ces deux villes. Aucune
allusion n'était faite, pour le moment, à un projet de mariage. M. de
Metternich apprit, sans doute avec déplaisir, une démarche qui lui
paraissait dépasser cette «amitié de raison» à laquelle il estimait
que la France et l'Autriche devaient se tenir; mais impossible de
refuser une telle visite: il répondit donc que les voyageurs seraient
reçus comme il convenait aux bons rapports des deux gouvernements et à
la parenté des deux familles royales. À Berlin, l'acceptation de la
visite fut beaucoup plus cordiale; seulement on n'osa la faire
connaître qu'après Vienne, et encore demanda-t-on le secret, par
crainte des tracasseries de Saint-Pétersbourg[113]; les fils de
Louis-Philippe furent invités à assister aux manoeuvres de l'armée
prussienne; le ministre dirigeant, M. Ancillon, déclara que son maître
«serait enchanté de pouvoir lui-même prouver aux princes l'estime
qu'il portait à leur père et combien était grande son admiration pour
la façon adroite et sage dont il dirigeait les affaires au milieu de
si grandes difficultés[114]» Frédéric-Guillaume se montrait même
disposé, quoique timidement, à aider au succès du mariage
projeté[115]. Tout le monde, il est vrai, ne pensait pas de même, à la
cour de Prusse: le prince royal écrivait à son confident Bunzen que la
seule perspective de l'arrivée du duc d'Orléans et du duc de Nemours à
Berlin le rendait «tout à fait mal à l'aise et misérable»; il ajoutait
que l'accueil qui leur était préparé à Vienne «lui pesait tellement
qu'il aurait voulu en pleurer[116]». De Russie, le Czar faisait écho à
cette mauvaise humeur; la réception que ses deux alliés s'apprêtaient
à faire aux fils du Roi de 1830 lui paraissait un triste signe des
temps[117].

[Note 113: Ce fait est rapporté dans une lettre de M. Bresson à M. de
Sainte-Aulaire en date du 21 juin 1836. (_Documents Inédits._)]

[Note 114: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 670.]

[Note 115: Lettre précitée de M. Bresson.]

[Note 116: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 670.]

[Note 117: _Ibid._, p. 669.]

Le 2 mai 1836, les princes se mirent en route. Le duc d'Orléans se
rendait compte de la gravité de sa démarche: il écrivait, en partant,
au maréchal Soult: «Je compte que votre bienveillant intérêt me suivra
dans cette circonstance importante de ma vie. Si je puis, en restant
toujours l'homme de la France et en écartant avec soin tout ce qui
pourrait ressembler à une concession et à une justification, si je
puis inspirer la confiance que ma manière d'entendre les intérêts
nationaux est compatible avec le repos et avec les besoins de
l'Europe, j'aurai fait un grand pas pour mon avenir[118].»

[Note 118: Lettre du 29 avril 1836. (_Documents Inédits._)]

Les jeunes voyageurs commencèrent par Berlin, où ils conquirent tout de
suite la sympathie du souverain et de la foule. Ce fut un «véritable
triomphe», dit un historien prussien[119]. En recevant les fils de
Louis-Philippe, le vieux Frédéric-Guillaume «s'étendit en éloges sur la
sagesse de leur père, parla des services qu'il avait rendus à l'Europe,
protesta de son affection et de son estime pour ce souverain[120]». M.
Ancillon disait à l'ambassadeur de France: «Si vos princes ne sont pas
ingrats, ils doivent nous aimer un peu, car nous les aimons beaucoup. Il
n'y a qu'une voix sur leur compte.» Le prince Wittgenstein disait de son
côté: «Jamais je n'ai vu produire à Berlin un effet comme celui que
produisent vos princes. Le Roi est enchanté. Il est impossible d'être
mieux que ces jeunes gens. On voit qu'ils sont princes et qu'ils ont été
élevés pour être des hommes. Leur tact naturel est infaillible, leur
tenue parfaite. Sur un terrain nouveau et inconnu, ils n'ont pas bronché
une fois. Aussi tout le monde est content. L'effet politique est
complet. Ce voyage est un heureux événement qui tournera au bien de
tous.» Après avoir rapporté ces propos, M. Bresson ajoutait: «Le Roi est
véritablement sous le charme, et jamais je n'ai prévu ce que je vois de
mes yeux. Nous vivrons ici longtemps sur l'effet de ce voyage[121].»
Pour confirmer son bon témoignage, M. Ancillon avait déclaré que «les
mécontents eux-mêmes étaient réduits au silence». En effet, le prince
Guillaume, bien que du parti moscovite à la cour de Berlin, écrivait à
sa soeur, l'impératrice de Russie: «Le duc d'Orléans nous a tous
subjugués[122].»

[Note 119: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 670.]

[Note 120: Lettre de M. Bresson à M. de Barante, du 12 mai 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 121: Dépêche de M. Bresson à M. Thiers, du 23 mai 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 122: Dépêche de M. de Barante à M. Thiers, du 28 mai 1836.
(_Documents inédits._)]

Heureux début: toutefois la bataille décisive n'était pas là; elle
devait se livrer à Vienne. M. de Sainte-Aulaire y avait bien préparé
le terrain, faisant preuve, dans le règlement préalable des détails de
la réception, d'autant de prévoyance que de fermeté, déjouant les
mauvais vouloirs qui se cachaient derrière des prétentions
d'étiquette, tenant la main à ce que le fils de Louis-Philippe fût
reçu comme l'aurait été «le grand dauphin, fils de Louis XIV». Bien
que sorti assez heureusement de ces premières difficultés,
l'ambassadeur n'en eût pas moins été d'avis que, pour cette fois, le
duc d'Orléans se contentât de voir et d'être vu, et que les ouvertures
expresses de mariage fussent renvoyées à plus tard. Mais tel n'était
pas le sentiment du Roi, ni celui de M. Thiers, qui écrivait à M. de
Sainte-Aulaire: «Vos idées d'ajournement, d'insinuations indirectes,
ne sont que faiblesse et niaiserie. Il faut aborder de telles affaires
de front, livrer la bataille avec toutes ses forces et compromettre
hardiment le cabinet, afin que les conséquences du refus soient mieux
comprises.» Quant au duc d'Orléans, il était peut-être plus impatient
encore: il déclarait, de la façon la plus nette, «qu'il venait à
Vienne demander une archiduchesse en mariage, et qu'il entendait en
rapporter un consentement ou un refus». L'ambassadeur n'avait donc
plus qu'à servir de son mieux un dessein dont le succès immédiat ne
lui paraissait guère possible.

Les princes arrivèrent à Vienne le 29 mai. Charmants auprès des femmes,
sérieux avec les hommes d'État, à leur aise dans les défilés de
l'étiquette, adroits et hardis aux exercices du corps, pleins de bonne
grâce avec la foule, ils plurent à tous. Avec un désintéressement
touchant, le jeune duc de Nemours s'effaçait derrière son frère aîné
pour laisser celui-ci seul en pleine lumière[123]. Les plus hostiles,
comme la princesse de Metternich et même l'archiduchesse Sophie, se
voyaient obligés de reconnaître le mérite des fils de Louis-Philippe et
de constater leur succès[124]. L'ambassadeur de Russie écrivait à son
gouvernement que ce succès, auprès de la haute et surtout de la féminine
aristocratie, avait été au delà de ce qu'il avait prévu[125].

[Note 123: «Nos ennemis, dit à ce propos M. de Sainte-Aulaire,
s'étaient mis d'accord pour exalter le duc de Nemours aux dépens de
son frère, espérant faire naître quelque mésintelligence entre les
deux frères. Cet honnête calcul fut déjoué par la modestie noble et
généreuse du jeune prince; dès son arrivée, il s'était placé comme le
premier aide de camp de son frère, qui, de son côté, le prévenait
constamment par les attentions les plus soigneuses.»]

[Note 124: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 99 à 105 et p. 147.]

[Note 125: Lettre de M. de Barante. (_Documents inédits._)]

La maison de l'archiduc Charles n'était pas celle où l'on montrait le
moins de sympathie pour les princes français. Quand ceux-ci vinrent y
faire visite, l'archiduchesse Thérèse, bien qu'un peu embarrassée,
laissa voir, non sans une grâce naïve, son désir de plaire. Le duc
d'Orléans, fidèle à sa résolution de mener les choses vivement, prit
le parti de faire tout de suite sa demande au père de la princesse. La
réponse de l'archiduc fut émue et affectueuse; il ne prévoyait pas
d'obstacle du côté de sa fille, mais en prévoyait de grands de la part
de M. de Metternich, qui voulait marier l'archiduchesse au roi de
Naples. «Malheureusement, ajoutait-il, le chancelier dispose du nom de
l'Empereur, et ce nom seul suffit pour commander et obtenir
l'obéissance de toute la famille impériale.» L'archiduc ne niait pas
l'imbécillité du souverain, mais il répétait toujours: «Comment faire,
si M. de Metternich dit que l'Empereur ne veut pas?» Il fut convenu
que l'ambassadeur de France ferait une démarche officielle auprès du
chancelier d'État; l'archiduc promit de l'appuyer, tout en demandant
au duc d'Orléans de tenir secret ce qui s'était passé entre eux: à la
seule pensée que M. de Metternich pourrait le savoir, ce prince, qui
s'était illustré dans les grandes guerres du commencement du siècle,
s'écriait tout tremblant: «Que deviendraient mes six enfants?» M. de
Sainte-Aulaire se rendit donc chez M. de Metternich. Celui-ci essaya
d'abord de gagner du temps; mais, serré de près par l'ambassadeur, qui
demandait un oui ou un non, il déclara que la réponse dépendait de la
«famille impériale», sans préciser du reste ce que couvrait ce mot:
quant à lui, moins que jamais il avait envie de se compromettre dans
cette affaire domestique; il ne promettait même pas de plaider la
cause du duc d'Orléans; tout au plus était-il disposé à exprimer
l'avis «qu'aucune raison à lui connue ne s'opposait péremptoirement au
mariage».

Pendant ce temps, l'archiduc Charles informait les siens de la demande
du duc d'Orléans: l'archiduchesse Thérèse s'en montra très-satisfaite;
ses frères éclatèrent en transports de joie[126]. L'archiduc
s'enhardit alors à parler de l'affaire au seul prince qui eût part au
gouvernement, à l'archiduc Louis. Celui-ci déclara aussitôt que la
volonté irrévocable de l'Empereur était opposée à ce mariage, et que
la jeune princesse devait épouser le roi de Naples. Le pauvre archiduc
Charles ne trouva à peu près rien à répondre et revint tristement
raconter aux siens son insuccès[127]. À cette nouvelle,
l'archiduchesse Thérèse se trouve mal; revenue de son évanouissement,
elle déclare avec larmes «que c'est le duc d'Orléans qu'elle veut pour
mari, et qu'elle n'en acceptera pas d'autre». Son frère, l'archiduc
Albert, l'encourage dans ses sentiments et supplie son père de tenter
un effort auprès de l'Empereur. Ces scènes de famille se répètent
pendant la nuit et la journée suivante. Enfin l'archiduc Charles, ne
se sentant le coeur, ni de résister à ses enfants, ni d'affronter la
«famille impériale», aboutit, comme font souvent les gens faibles, à
prendre le parti le plus compromettant. «Le 10 juin au matin, raconte
M. de Sainte-Aulaire, les princes, après déjeuner, étaient dans leur
salon, avec leur service et quelques étrangers; ils voient arriver
l'archiduc Charles dans un état d'émotion qu'il ne cherche pas à
contenir. Sans tenir compte de l'assistance, il pousse M. le duc
d'Orléans dans l'embrasure d'une fenêtre; là, il l'embrasse à
plusieurs reprises, en l'appelant son fils: puis, presque sans baisser
la voix, il lui raconte le désespoir de l'archiduchesse Thérèse, son
évanouissement, sa volonté de n'accepter que lui pour mari. Ces
étranges révélations sont accompagnées, pendant dix minutes, des
témoignages de la plus vive tendresse. Puis, sans rien ajouter,
l'archiduc se retire en pleurant à sanglots[128].»

[Note 126: L'un de ces jeunes princes était l'archiduc Albert, le
futur vainqueur de Custozza et le meilleur homme de guerre de
l'Autriche contemporaine.]

[Note 127: Comme presque toujours, je m'attache au récit de M. de
Sainte-Aulaire. Voici comment, de son côté, la princesse de Metternich
rapporte, dans son journal, la conversation des deux archiducs: «9
juin. Clément est allé de bonne heure chez l'archiduc Louis, qui lui a
dit qu'il avait parlé à son frère l'archiduc Charles. Ce dernier a
déclaré qu'il partageait entièrement la manière de voir de l'archiduc
Louis, et qu'il était résolu à refuser la main de sa fille au duc
d'Orléans.» (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 104.)]

[Note 128: Cet épisode paraît avoir été ignoré de la princesse de
Metternich, qui, dans son journal, présente les faits sous un jour
quelque peu différent. (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 103 à
105.) M. de Sainte-Aulaire était mieux placé pour savoir ce qui
s'était passé.]

Cet incident connu, il eût été difficile au gouvernement autrichien de
persister dans son refus. Mais, bien que l'archiduc n'eût pas demandé
le secret sur sa nouvelle démarche, et que celle-ci eût été presque
publique, le duc d'Orléans, par un scrupule de délicatesse, s'opposa à
ce que, dans les négociations, il fût fait aucun usage des confidences
échappées au père de l'archiduchesse Thérèse. Ce jour même, M. de
Sainte-Aulaire se trouvait avoir rendez-vous avec M. de Metternich,
pour un entretien décisif: les princes français avaient annoncé leur
départ pour le lendemain. Tout en confirmant ce qu'il avait déjà fait
pressentir des dispositions peu favorables de la «famille impériale»,
le chancelier s'étendit sur ce qui pouvait expliquer ce refus et en
atténuer la mortification. «Jamais dauphin de France, dit-il, a-t-il
été reçu avec plus d'honneur? Après cela, vous avez eu l'idée d'un
mariage dont les avantages et les inconvénients sont immenses. Les
avantages, je ne les méconnais certes pas. J'avoue volontiers, au
contraire, que l'intérêt conservateur de l'Europe conseille l'alliance
des maisons d'Autriche et d'Orléans. Mais vous devez convenir aussi
que cette alliance doit rencontrer des difficultés de toute nature.
Sans parler de la différence de nos systèmes politiques, sans parler
des scrupules et des rancunes que la révolution de Juillet a pu nous
laisser, nous avons encore les souvenirs de Marie-Antoinette et de
Marie-Louise, la terreur récente produite par l'attentat de Fieschi.
En présence de telles difficultés, quelle était la bonne conduite à
tenir? Il fallait suivre vos conseils, mon cher ambassadeur (vous
voyez que je suis bien informé), il fallait achever tranquillement le
voyage, puis sonder le terrain, préparer les voies et attendre du
temps ce que le temps seul peut donner. Les progrès que vous faites
chaque jour sont si rapides, que l'attente n'eût pas sans doute été
longue. Mais un ministre en France n'a pas de lendemain; il lui faut
semer et récolter le même jour. M. Thiers ne veut pas seulement que le
duc d'Orléans se marie, il veut surtout le marier. C'est pour cela
qu'il a tout brusqué, en dépit de vos bons conseils.» M. de
Sainte-Aulaire répliqua que, si le mariage manquait par impossibilité
de s'entendre sur les conditions politiques, ou par un refus fondé
soit sur la tendresse d'un père, soit sur la timidité d'une jeune
fille, on pourrait se séparer bons amis. «Il en serait autrement,
ajouta-t-il, si nous acquérions la certitude que notre demande est
repoussée par des passions haineuses et contre-révolutionnaires. Nous
n'oublierions jamais alors que cette puissance mystérieuse, appelée
par les uns «la famille impériale», par les autres «l'archiduc Louis
et l'archiduchesse Sophie», était hostile à la France, que nous
aurions, un jour ou l'autre, à la combattre, et que, pour la sécurité
de notre avenir, nous n'avions à compter que sur l'énergie et l'esprit
militaire du pays.» Visiblement embarrassé de la tournure que prenait
l'entretien, M. de Metternich s'empressa d'affirmer que l'on devait
imputer la réponse négative de l'Empereur uniquement à la tendresse de
l'archiduc et à la timidité de sa fille. Notre ambassadeur eût eu beau
jeu à répondre, si le duc d'Orléans ne lui avait fermé la bouche sur
ce qui s'était passé le matin même. Il se contenta de déclarer qu'il
ne croyait pas aux sentiments prêtés à l'archiduc, et que, dans
l'état de l'Empereur, il ne regarderait comme une réponse sérieuse que
celle qui lui serait donnée, sans équivoque, par le père de la
princesse. «Que faut-il donc pour vous contenter?» demanda le
chancelier. «Il faut, repartit M. de Sainte-Aulaire, que vous
répondiez en ces termes à ma demande officielle.» Et, prenant une
feuille de papier sur le bureau du prince, il écrivit: «L'Empereur
laisse l'archiduc Charles libre de consulter ses sentiments et ceux de
sa fille, relativement au mariage proposé. Si leur décision est
favorable, le chancelier d'État s'entendra avec l'ambassadeur de
France sur les difficultés politiques que peut présenter cette
affaire.» M. de Sainte-Aulaire ajouta: «Répondez-moi en ces termes,
et, quoi qu'il arrive, j'ose vous promettre que la bonne intelligence
des cabinets ne sera pas troublée.» M. de Metternich était fort
anxieux. Cependant, se croyant assuré de dominer toujours l'archiduc
Charles, il ne vit, dans ce qui lui était demandé, qu'une façon de
ménager au duc d'Orléans une retraite honorable. Aussi, quelques
heures plus tard, après avoir consulté la «famille impériale», il
envoya à M. de Sainte-Aulaire la réponse dont celui-ci avait dicté les
termes.

L'ambassadeur avait bien manoeuvré: si l'on voulait aller de l'avant
et tenter d'enlever le mariage, il avait en main une arme à laquelle
les récentes confidences de l'archiduc donnaient une réelle valeur; si
l'on préférait ne pas insister, la dignité était sauve. Ce fut à ce
dernier parti que s'arrêta le duc d'Orléans. Au fond, son coeur
n'était pas pris; sans contester les qualités de la douce Thérèse, il
la trouvait un peu faible et craintive pour le rôle qui l'attendait en
France. Archiduchesse pour archiduchesse, il se demandait s'il ne
ferait pas mieux de demander l'une des filles de l'archiduc Renier,
vice-roi de Lombardie et de Vénétie, chez lequel il devait s'arrêtera
son retour; dans cette autre branche de la famille impériale, il avait
chance de trouver autant de sympathie pour la France et plus de
fermeté de caractère. Il se borna donc, sans retarder son départ de
Vienne, à envoyer à l'archiduc Charles copie de la lettre du prince de
Metternich, «lui laissant, disait-il, le temps de consulter ses
sentiments et ceux de sa fille», et ajoutant «qu'après son retour à
Paris, il interrogerait leurs coeurs et demanderait une réponse»; il
terminait en assurant l'archiduc que «ses secrets seraient
religieusement gardés». En tout cela, l'attitude du duc d'Orléans
avait été excellente. Dans une situation très-difficile, au milieu de
gens qui eussent été ravis de le trouver en faute, pas une de ses
démarches n'avait prêté à la critique. M. de Metternich lui-même,
revenant un peu plus tard sur ces faits, écrivait au comte Apponyi:
«Vous savez combien je rends justice à la conduite qu'a tenue ici le
duc d'Orléans; chargé d'enlever d'assaut une archiduchesse, il s'est
conduit avec un tact parfait[129].»

[Note 129: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 161.]

Sur la route d'Italie, le hasard du voyage amena, à Trente, une
rencontre entre les fils de Louis-Philippe et Marie-Louise: à la vue
de ces jeunes hommes, brillants de jeunesse et de santé, auxquels la
vie semblait tant promettre, la mère du duc de Reichstadt ne put
s'empêcher de fondre en larmes. Très-bien accueilli, à Milan, par
l'archiduc Renier, le duc d'Orléans fut charmé de sa fille aînée.
«L'idée de cette alliance souriait à son esprit, raconte M. de
Sainte-Aulaire, et déjà il y attachait son coeur», quand tomba sur lui
la nouvelle de l'attentat d'Alibaud. Désolés à la pensée que leur père
avait couru un danger en leur absence, les jeunes princes n'eurent
plus qu'une préoccupation: brusquer leur départ et revenir en toute
hâte à Paris[130].

[Note 130: Dans une lettre à son père, lettre dont M. de
Sainte-Aulaire a eu communication, l'archiduchesse, femme de
l'archiduc Renier, a fait une peinture touchante de l'effet produit
sur les jeunes princes par la nouvelle qui vint, dit-elle dans sa
langue si vivement originale, «culbuter en tristesse les événements de
la journée». «...Le duc d'Orléans, raconte la princesse, vient vite à
moi: je le vois tout bouleversé, les yeux rouges, enflés; je lui
dis:--Mon Dieu, qu'avez-vous donc?--Je viens, madame, pour vous
annoncer un affreux malheur, mais qui heureusement se termine mieux
qu'on pouvait le croire.--Et, disant cela, les larmes lui coulaient
des yeux; moi, je pensai de suite: Oh! _ci siamo_, il y a eu du
grabuge, comme on annonçait ces jours passés qu'il s'en préparait sous
main pour avant les journées. Enfin, il me dit:--On a tiré presque à
bout portant sur le Roi. Il n'est pas blessé heureusement, mais il est
affreux pour nous de n'avoir pas été là; de n'avoir pas pu nous mettre
devant lui, etc., etc.--Le voilà qui laisse un libre cours à ses idées
et à ses larmes... Jamais vous ne concevrez à quel point ils furent
touchants, dans le désespoir de n'avoir pas partagé le danger de leurs
parents. Tous leurs messieurs aussi étaient bouleversés, chacun à sa
manière, mais tous avec dévouement et prêts à faire tout au monde pour
leurs princes... M. le duc d'Orléans aurait touché un marbre
réellement. D... et R... disaient que l'avoir vu hier, c'était pour
l'aimer et l'estimer toujours... Mon Dieu, mon Dieu! quelle affreuse
position que la leur! et surtout celle de leur père! Certes, ils ne
sont pas à envier, mais bien à louer et à plaindre... Cela rend triste
et bête, car c'est toujours à recommencer de vouloir dire (_sic_) que
ce n'est pas fini, et Dieu sait comment cela finira. À présent, sauf
respect, je désire assez de bien au duc d'Orléans pour ne pas lui
souhaiter de régner.»]

Cet attentat, dont l'impression fut énorme à Vienne, faisait la partie
belle aux adversaires du mariage. Il ne leur en fallait pas tant pour
dominer la faiblesse de l'archiduc Charles et effrayer la timidité de
sa fille. «Veux-tu entrer dans une voiture à travers laquelle volent
les balles des régicides?» lui demandait l'archiduchesse Sophie[131].
Quant à M. de Metternich, il s'emparait avidement de l'argument qui
lui était ainsi fourni: «Quelle leçon pour les idées de mariage!
écrivait-il au comte Apponyi. Comment un père et une fille
pourraient-ils se décider à un établissement soumis à de telles
chances[132]?» À Paris, on ne se fit pas d'illusion. «Mon coeur
souffre, écrivit dès le premier jour la reine Marie-Amélie à M. de
Sainte-Aulaire, et je ne me dissimule pas l'effet que produira cet
événement autour de vous.» Notre gouvernement était d'ailleurs averti
par l'ambassadeur de France, toujours clairvoyant et sincère, qu'à
demander une réponse immédiate, on courrait à un refus, et que, si
l'on voulait conserver quelque chance, il fallait se tenir coi et
laisser le temps effacer cette impression fâcheuse. Néanmoins, après
conférence entre la famille royale et M. Thiers, il fut décidé d'en
finir et de provoquer une réponse, même au risque presque certain de
la recevoir négative. L'attente, disait-on, serait «sans dignité et
sans force»; elle nous «constituerait en état de dépendance» et nous
«ferait vivre indéfiniment dans cet état de blocus dont on avait parlé
si méchamment». Le duc d'Orléans ajoutait «qu'il ne désirait pas assez
ce mariage pour vouloir l'acheter au prix d'une longue incertitude».
«Le sort en est jeté, écrivait M. Thiers à M. de Sainte-Aulaire, il
faut marcher en avant.» Voulant tenter un dernier effort, il insista,
dans une lettre destinée à être mise sous les yeux de M. de
Metternich, sur les dangers politiques qu'aurait la rupture des
négociations matrimoniales. «En l'état du monde, disait-il, état agité
pour longtemps, vous aurez, tous les ans, deux ou trois grosses
questions qu'il faut aborder, suivre, résoudre, avec une forte volonté
de bonne intelligence; c'est une condition indispensable pour qu'elles
n'aboutissent pas à des éclats. Voilà cinq mois depuis le 22 février.
Eh bien! j'ai déjà vu à Cracovie, en Suisse tout récemment, à
Constantinople, sans compter l'énorme et éternelle affaire espagnole,
j'ai déjà vu de quoi mettre le feu au monde, si nous n'étions pas les
uns et les autres des gens aussi sages. Supposez des ombrages plus
grands, supposez des antipathies, des ressentiments de famille, des
circonstances enfin qui aient rendu plus profond l'intervalle qui nous
sépare, puis imaginez un jour un gros événement au milieu, et je vous
jure que je ne sais pas, absolument pas, le résultat qui
s'ensuivrait.» Au contraire, «supposez la France et l'Autriche unies
par un mariage, et tout change... L'Angleterre ne nous quittera pas
pour cela. Nous lui donnerons la main d'une part, la donnant de
l'autre à l'Autriche, l'Autriche la donnant à la Prusse et à la
Russie.» Et M. Thiers déroulait une perspective de paix indéfinie, à
faire pleurer de tendresse M. de Metternich. Mais le ministre français
exprimait aussitôt la crainte que le chancelier autrichien ne sût pas
jouer ce grand rôle jusqu'au bout: «On nous accusait, nous, et
heureusement on ne nous accuse plus, d'être menés par la rue. Il y a
une autre domination tout aussi dangereuse, tout aussi méprisable,
mais dont le danger est caché sous des dehors moins repoussants; c'est
celle des salons où l'on débite des impertinences qui valent bien,
comme sagesse politique, les grossièretés de la rue. De grands
politiques ont quelquefois subi cette influence; le gouvernement
représentatif n'est même tout à fait bon qu'à les en affranchir. Pour
moi, je méprise et déteste la rue, mais elle a du moins un avantage,
c'est qu'elle a une force brutale qu'on peut, quand on sait la
maîtriser, pousser loin et haut; on fait des armées avec. Les salons
sont impertinents et faibles; quand on se laisse pousser et
compromettre par eux, on ne trouve rien derrière; ils n'ont jamais
fourni de soldats.» M. Thiers invitait en outre l'ambassadeur de
France à laisser voir qu'un refus «nous blesserait profondément et
exercerait sur notre politique une influence que le cabinet de Vienne
pourrait avoir à déplorer».--«Il faut, disait-il encore, que M. de
Metternich sache qu'en cas de refus, c'en est fait de toute amitié
avec nous. Nous serons sages, mais froids et malveillants. Il verra ce
que c'est que la simple froideur de la France, dans un temps comme
celui-ci.» Les considérations générales développées par M. Thiers
étaient faites pour plaire à M. de Metternich, et il le laissa voir;
mais il comptait trop sur la sagesse de Louis-Philippe et avait reçu
trop souvent confidence de ses résolutions pacifiques, pour être
beaucoup troublé des menaces de son ministre.

[Note 131: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 673.]

[Note 132: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 149. Cf. aussi p.
152-3.]

En même temps que M. Thiers envoyait ces instructions à M. de
Sainte-Aulaire, le duc d'Orléans, dans une lettre digne et noble,
demandait à l'archiduc Charles sa réponse définitive: il la désirait
avant tout nette et franche. «Je suis loin, ajoutait-il, d'avoir la
prétention de réunir tout ce que vous devez désirer dans votre gendre;
je crois pourtant pouvoir vous offrir, pour votre fille, une belle et
brillante position, et une famille à qui son union et ses habitudes
morales donnent l'intérieur le plus heureux qu'il y ait au monde.
Quant à moi, je n'ai pris la résolution de me marier qu'après m'être
bien assuré que non-seulement je comprenais et voulais remplir tous
les devoirs qu'impose cette position, mais aussi que je ne saurais
manquer à aucune de mes obligations. Rendre heureuse votre fille
bien-aimée serait mon unique occupation, mon unique pensée, et je ne
regretterais pas d'avoir été plus éprouvé que la plupart des princes
de mon âge, si j'avais pu acheter à ce prix quelque garantie de
bonheur pour celle qui partagerait mon sort.»

Les réponses furent telles qu'on s'y attendait. L'archiduc Charles
fort embarrassé, fort malheureux, s'excusant sur ce qu'il avait
rencontré «des obstacles insurmontables», déclara, avec force
protestations, que sa fille, «placée dans une situation dont les
dangers l'effrayaient, craindrait de trouver, dans le bonheur même,
des causes de pénibles anxiétés auxquelles son coeur risquerait de
succomber». M. de Metternich s'attacha à rejeter toute la
responsabilité du refus sur la jeune princesse: «Madame
l'archiduchesse, écrivait-il à son ambassadeur à Paris, ne s'est pas
senti le courage de courir les chances auxquelles la famille royale
est exposée.» Toutefois, dans des lettres plus intimes, il ne
cherchait pas à cacher que la vraie cause du refus était «l'origine du
trône d'août». «La position de la famille royale en France,
ajoutait-il, est fausse... Personne ne mettra en doute que la maison
d'Orléans ne soit une grande et illustre maison; c'est le trône du 7
août qui la rapetisse. Le duc de Chartres eût été un parti plus
désirable; le prince royal des Français ne l'est pas.» En outre, il
tenait à bien marquer que, si l'on avait été réduit à faire ce refus
désobligeant, la faute en était à la maladroite précipitation de M.
Thiers. «On n'enlève rien d'assaut à Vienne, écrivait-il, ni le
cabinet, ni une princesse[133].»

[Note 133: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 152, 162 et 167.]

Le duc d'Orléans se fût volontiers rabattu sur la fille de l'archiduc
Renier, qui lui plaisait; «mais, écrivait-il à M. de Sainte-Aulaire,
je n'ai pas dû me faire illusion; j'ai très-bien compris que le refus
fait au nom de l'archiduchesse Thérèse était collectif. J'ai donc,
quoiqu'à mon grand regret, renoncé à porter mes vues de ce côté. J'ai
dû chercher ailleurs.» En effet, l'héritier de Louis-Philippe ne
pouvait rester sous le coup de cet échec matrimonial. À défaut de ce
qu'on appelait un «grand mariage», on résolut d'en faire un «petit».
«Je sens l'inconvénient, écrivait encore le duc d'Orléans, qu'il y
aurait à ce qu'un petit mariage proclamât l'isolement de ma famille en
Europe, mais je ne serai pas honteux d'avouer à mon pays que c'est
pour s'être dévoué, en 1830, à la cause de la France, et pour être
resté toujours national depuis, que le Roi mon père voit son fils
refusé ailleurs. Je dis plus: une grande partie de l'opinion qui nous
soutient et qui fait ma vraie force en Europe préférera pour moi une
alliance secondaire à un mariage autrichien.»

Dès le 28 juin, M. Thiers, prévoyant l'échec de la négociation engagée
à Vienne, avait adressé à tous ses agents diplomatiques,
particulièrement à ceux qui étaient accrédités près les cours
d'Allemagne, une circulaire où il appelait leur attention sur la
nécessité de marier promptement le duc d'Orléans. «Il faut une
princesse, disait-il, mais son rang entre les maisons princières
n'importe pas. Pourvu qu'elle soit bonne et respectable, digne mère de
nos rois, il suffit. La France est assez grande pour grandir la reine
qu'on lui donnera.» Il ajoutait, dans une lettre confidentielle à
notre ambassadeur à Saint-Pétersbourg: «C'est une pauvreté de
s'imaginer qu'une femme assise sur le trône de France paraisse grande
ou petite d'origine. Elle y sera si haut qu'on n'y verra plus que la
royauté de France. Je trouve qu'il y a une dépendance humiliante et
aucune dignité à se laisser bloquer, et qu'un parti hardiment pris
aura beaucoup de force et un fort grand air[134].» Notre représentant
à Berlin, M. Bresson, qui s'était fort habilement ménagé de puissants
moyens d'action à la cour de Prusse, fit mettre la circulaire de M.
Thiers sous les yeux de Frédéric-Guillaume; le vieux roi était encore
sous le charme des princes français qui venaient d'être ses hôtes
pendant quelques jours; il fit venir M. Bresson. «Ce que vous écrit
votre ministre est-il sérieusement vrai? lui demanda-t-il.--Vous n'en
pouvez douter, Sire.--En ce cas, je marie votre prince royal. De
toutes les princesses allemandes, il n'en est qu'une digne de lui, et
je la lui donne. Elle est ma parente et celle de l'empereur de Russie;
vous voyez qu'elle est de bonne maison. Elle n'a pas de fortune, mais
je suis prêt à la doter.» Puis, après avoir nommé la princesse Hélène
de Mecklembourg-Schwerin, il ajouta: «Ce n'est pas que cette union ne
doive rencontrer aucune opposition. J'en prévois, au contraire, une
fort décidée de la part de la famille; mais vous n'aurez pas à vous
en occuper; j'en fais mon affaire... Ces jeunes gens sont faits l'un
pour l'autre; je les aime d'une égale affection. Le mariage se fera,
dussé-je enlever la future pour l'envoyer à Paris.» Ces ouvertures
furent bien reçues en France. Toutefois il ne leur fut pas
immédiatement donné suite. Le duc d'Orléans voulait prendre ses
informations sur la princesse qu'on lui offrait; de plus, il craignait
qu'un mariage trop précipité n'eût un air de dépit.

[Note 134: Lettre du 30 juin 1836. (_Documents inédits._)]

Pendant ce temps, la nouvelle se répandit que l'archiduchesse Thérèse
allait épouser le roi de Naples[135]. On se flattait à Vienne que, de
ce côté, les révolutions étaient moins à craindre. Vanité des
précautions humaines! la future reine de Naples devait mourir en exil,
tout comme la future duchesse d'Orléans.

[Note 135: Cette nouvelle fut d'autant plus pénible à la reine
Marie-Amélie qu'elle avait espéré marier une de ses filles à son
neveu, le roi de Naples, et que celui-ci, avec son habitude de
mystifier les gens, venait, dans une visite récente à la cour de
France, de se conduire de façon à encourager les espérances de la
Reine. «Il n'y a rien de plus pénible, écrivait à ce sujet la pieuse
princesse, que d'être trompée dans des sentiments d'affection et de
confiance; mais j'offre à Dieu ma peine.»]


VI

L'échec des négociations matrimoniales causa un chagrin de coeur à la
Reine, un regret politique au Roi; mais surtout il fut un vif mécompte
pour M. Thiers. Le jeune président du conseil avait mis tout son enjeu
sur cette carte, et il perdait. Quel était, en effet, le résultat de
son ministère? Par quel succès avait-il justifié une élévation si
prompte et si contestée? À l'intérieur, il n'avait rien fait que se
maintenir au moyen de coups de bascule dont le secret était maintenant
trop connu, l'effet usé, et qu'il savait bien ne pouvoir recommencer à
la session suivante. À l'extérieur, il ne lui restait que
l'impopularité d'avoir déserté la politique de 1830, sans le profit
qu'il avait eu en vue. Irrité, il résolut de se venger sans retard des
puissances continentales qui n'avaient pas répondu, comme il
l'espérait, à ses avances[136]. Compromis, il voulut reconquérir la
faveur de l'opinion libérale. Ayant manqué un coup d'éclat
conservateur et pacifique, il ne songea plus, avec sa mobilité
aventureuse, qu'à faire un coup de tête révolutionnaire et belliqueux.
Le Roi, qui l'observait, s'aperçut de ce changement. «Thiers,
disait-il plus tard, a été excellent jusqu'à la rupture du mariage;
après cela, il a complétement perdu la tête[137].»

[Note 136: «Tant pis pour qui n'a pas voulu de notre hypothèque,
écrivait M. Thiers à l'ambassadeur de France à Vienne.» (_Mémoires
inédits du comte de Sainte-Aulaire._)]

[Note 137: Dépêche de Werther, du 3 septembre 1836, citée par
HILLEBRAND (_Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 591).]

Sur quel théâtre allait-il chercher cette sorte de revanche? Quelques
mois auparavant, comme le chancelier autrichien exprimait, non sans
ironie, la crainte que le ministre français ne se mît dans l'embarras
par l'impétuosité du zèle qu'il déployait contre les radicaux suisses:
«Que M. de Metternich ne s'inquiète pas trop pour mon compte, avait
répondu M. Thiers; si je suis trop Sainte-Alliance en Suisse, je me
referai en Espagne[138].» Un peu plus tard, à un moment où le mariage
paraissait encore possible, l'ambassadeur de Prusse avertissait, le 9
juin, son gouvernement qu'en cas d'échec, M. Thiers était résolu «à
pousser la France à une politique révolutionnaire en Espagne[139]».

[Note 138: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 139: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 591.]

Depuis que le président du conseil avait refusé, le 18 mars 1836, la
coopération proposée par lord Palmerston, l'anarchie s'était encore
accrue dans la Péninsule. Entre le parti révolutionnaire qui se rendait
maître, à la suite d'insurrections sanglantes, de presque toutes les
grandes villes de l'est et du sud, et les bandes carlistes qui
s'approchaient chaque jour davantage de Madrid, le gouvernement de la
reine Isabelle, sans un réal dans ses caisses, sans un régiment sur
lequel il pût compter, semblait à toute extrémité. Aussi M. Isturitz,
radical qui avait remplacé au ministère son coreligionnaire Mendizabal,
sollicitait-il, éperdu, le secours armé de la France. Plus l'anarchie se
montrait opiniâtre en Espagne, plus nous devions y regarder à nous
charger d'y porter remède. Mais M. Thiers, à mesure qu'il perdait espoir
d'obtenir le mariage autrichien, redevenait favorable à l'intervention.
Il recommençait à soutenir que les progrès des révolutionnaires
n'étaient dus qu'au malaise produit par l'insurrection carliste; que
d'ailleurs l'intérêt premier, dominant, de la France de 1830, était
d'empêcher le triomphe du parti rétrograde au delà des Pyrénées. Les
gouvernements du continent ne furent pas longs à s'apercevoir de cette
évolution. Le 30 juillet, M. de Metternich se plaignait que le ministère
français parût vouloir «lier l'affaire d'Espagne à celle du
mariage[140]», et il trouvait là sujet de s'exprimer, avec une
singulière amertume, sur la dangereuse incapacité de M. Thiers dans le
maniement des affaires extérieures[141]. Les puissances n'avaient plus
d'espoir que dans la sagesse de Louis-Philippe. Elles comptaient du
reste que son autorité prévaudrait; l'un des ambassadeurs étrangers
écrivait, en parlant de ce prince: «Lui seul dirige la politique; au
fond Thiers voudrait toujours intervenir; le Roi seul y est absolument
opposé, et sa volonté fait loi[142].»

[Note 140: Le chancelier ajoutait à ce propos: «Ce n'est pas
l'Autriche que, dans l'affaire de la Péninsule, nous voyons compromise
en première ligne. Ce que je prêche, ce sont les conditions de la vie
pour la France. Quand on me dit:--Si vous faites l'un, je ferai
l'autre, c'est tout comme si l'on ne disait rien. Les enfants, pour
punir leurs parents, disent souvent:--Je ne mangerai pas. Aussi
souvent que j'entends une menace pareille, je dis à l'enfant:--Eh
bien, ne mange pas!» (_Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 153.)]

[Note 141: _Ibid._, p. 155.]

[Note 142: Dépêche du 24 juillet 1836. (HILLEBRAND, _Geschichte
Frankreichs_, t. I, p. 633.)]

Louis-Philippe, en effet, était plus que jamais résolu à se refuser
aux aventures, et il s'entendait avec M. de Montalivet, ministre de
l'intérieur, pour surveiller les démarches du président du conseil.
Toutefois, il se préoccupait de ne pas fournir à celui-ci de prétexte
pour dénoncer la Couronne au pays. Situation difficile dont il
entretenait parfois les ambassadeurs étrangers. «Il me faut,
disait-il à M. de Werther, infiniment de patience pour conduire ma
barque[143].» C'est par cette considération qu'il se prêta d'abord, de
plus ou moins bonne grâce, à une sorte de transaction qui consistait à
augmenter les secours indirects fournis au gouvernement espagnol. La
légion étrangère que nous lui avions prêtée se trouvait réduite à
3,000 hommes: il fut convenu qu'on permettrait d'en élever le chiffre
au moyen d'enrôlements volontaires faits dans notre armée, et qu'un
général français serait autorisé à en prendre le commandement. La
situation n'en restait pas moins très-tendue entre Louis-Philippe et
son ministre. L'ambassadeur de France à Madrid, M. de Rayneval, étant
gravement malade, M. Thiers voulut envoyer, pour le suppléer, un agent
sûr et capable; il s'adressa à M. de Bois-le-Comte, qui demanda à voir
le Roi avant de partir: «Qu'en est-il besoin? lui dit le président du
conseil avec humeur. Ne suis-je pas ministre responsable?» Puis, comme
M. de Bois-le-Comte insistait: «Eh bien! soit; venez me prendre ce
soir, nous irons ensemble aux Tuileries, et vous partirez pour Madrid
demain matin.» Louis-Philippe reçut les deux visiteurs froidement; M.
de Sainte-Aulaire a conservé de l'entretien qui s'engagea cette sorte
de procès-verbal: LE ROI: «Vous direz à la reine Christine, monsieur
de Bois-le-Comte, que j'enverrai à son secours dix ou douze mille
hommes de mes troupes. (_Le Roi se tournant vers M. Thiers:_) N'est-ce
pas ce qui a été convenu dans le conseil, monsieur le ministre?»--M.
THIERS: «Oui, Sire.»--LE ROI, _à M. de B. le C.:_ «Le drapeau et la
cocarde française ne paraîtront pas en Espagne; mes troupes serviront
sous le drapeau et la cocarde espagnols. (_À M. Thiers:_) Cela est
bien entendu, n'est-il pas vrai, monsieur le ministre?»--M. THIERS:
«Oui, Sire.»--LE ROI, _à M. de B. le C.:_ «Pour commander mes troupes,
j'offre à la Reine le maréchal Clauzel et le général Bugeaud; elle
sera libre de choisir entre eux. (_À M. Thiers:_) Vous y consentez,
n'est-ce pas, monsieur le ministre?»--M. THIERS: «Oui, Sire.»--LE
ROI: «Le général français commandera toutes les troupes, soit
espagnoles, soit françaises, qui opéreront en commun.» Ici encore,
Louis-Philippe se retourna vers M. Thiers qui fit un signe
d'assentiment, puis Sa Majesté se leva, et, sans ajouter une parole,
congédia ses deux interlocuteurs[144].

[Note 143: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 636.]

[Note 144: _Mémoires de M. de Sainte-Aulaire._]

À peine arrivé en Espagne, M. de Bois-le-Comte, tout en annonçant les
secours, déclara qu'il fallait renoncer à l'espoir d'une action
directe de la France; mais il avait beau dire, à Madrid, on comptait
toujours sur l'intervention, et le public interprétait la venue de
l'envoyé français comme l'annonce de cette intervention ou tout au
moins d'une mesure devant y conduire. Tel était, du reste, le secret
dessein de M. Thiers. Il se flattait d'amener, bon gré, mal gré, le
Roi à l'intervention, dût-il l'y contraindre par des moyens
révolutionnaires. «Je vais faire à mon aise mes affaires en Espagne,
écrivait-il alors à M. de Sainte-Aulaire. Je recrute la légion
étrangère; elle serait de cinquante mille hommes si nous voulions; il
n'en faut pas tant, avec un bon général, pour mettre au néant le héros
de Navarre. MM. d'Apponyi et de Werther jettent feu et flamme contre
moi, ils livrent des assauts au Roi; s'ils m'obligent à ouvrir les
fenêtres et à crier au secours, il n'entrera que trop de monde dans la
maison pour me prêter main-forte.» En attendant, d'accord avec le
ministre de la guerre, le président du conseil poussait activement
l'organisation de la légion, sans s'inquiéter de l'humeur témoignée
par les puissances continentales[145], et sans se gêner pour sortir,
sur plus d'un point, des conditions convenues avec la Couronne.

[Note 145: Dépêche de M. Thiers à M. de Barante, du 15 août 1836.
(_Documents inédits._)]

Louis-Philippe était trop fin pour ne pas voir qu'on cherchait à le
jouer. Il se plaignait que son ministre «eût recours au système du
Mazarin qui disait que le nocher tournait le dos au but vers lequel il
conduisait son bateau». De là des questions, des explications, des
récriminations incessantes, au sein du conseil des ministres. Tout cela
n'était pas fait pour diminuer les doutes et les répugnances du Roi au
sujet des mesures adoptées; il en venait à se demander si ces mesures
n'étaient pas plus mauvaises encore que l'intervention directe. Lui-même
exposait ainsi les raisons de ses inquiétudes: «Un corps français de
dix, douze ou quinze mille hommes tirés de nos régiments, recruté et
formé sous la direction du ministre de la guerre et des autorités
françaises, composé de Français et de nos meilleurs soldats, commandé
par des officiers et des généraux français, organisé en France, est en
fait une armée française; la fiction de le faire entrer au service
d'Espagne, n'ayant d'autre garantie qu'une cocarde et un drapeau
espagnols, serait détruite à l'instant où elle les rejetterait pour
reprendre les siennes, ce qui ne serait ni long ni douteux; d'ailleurs
ce serait faire ce qu'aucun gouvernement, jaloux de son honneur et de
celui de la nation, n'a jamais admis ni toléré, puisque ce serait
remettre le sang, la force et la puissance nationales à la disposition
d'un gouvernement étranger, enlever une armée française à l'allégeance
de la France. Et remarquez bien ceci: c'est que, l'Espagne ne pouvant ni
les payer, ni les satisfaire, vous les exposeriez à tous les
ressentiments du désespoir, à toutes les séductions républicaines,
d'autant plus dangereuses que le gouvernement et le pays d'Espagne
deviendraient plus révolutionnaires[146].»

[Note 146: Lettre écrite, quelques jours plus tard, par Louis-Philippe
à M. Dupin, pour lui rendre compte des causes de la crise. (_Mémoires
de Dupin_, t. III, p. 223.)]

On devait commencer à se rendre compte, aux Tuileries, qu'on était
loin d'avoir gagné au change, en remplaçant le duc de Broglie par M.
Thiers. Le premier, sans doute, n'était pas un ministre commode; par
une conception trop absolue du régime parlementaire et par une
méfiance excessive des interventions parfois un peu tatillonnes de
Louis-Philippe, il avait exagéré l'indépendance ministérielle jusqu'à
refuser à la Couronne sa part d'action légitime: c'était le cas, par
exemple, quand il ne voulait pas montrer au Roi les lettres
confidentielles des ambassadeurs et ne lui communiquait qu'à
grand'peine les dépêches officielles; mais, après tout, il était loyal
et respectueux, n'usant, pour faire triompher sa volonté, ni de ruse
ni de violence, offrant seulement une démission qu'il était prêt à
donner sans éclat et sans rancune. Dans M. Thiers, avait-on trouvé le
ministre désiré qui devait se borner, selon la parole de M. de
Talleyrand, à être «l'organe éloquent de la politique royale[147]»?
Après quelques mois d'épreuve, il était visible que sa souplesse
cachait autant d'esprit d'indépendance que la roideur de M. de
Broglie; il avait en moins la sûreté dans le jugement et dans le
caractère; ce n'était plus un système raisonné qu'il prétendait
imposer, mais les aventures où le poussaient son caprice et son dépit;
et, pour arriver à ses fins, il ne se faisait pas scrupule d'essayer
de tromper ou d'opprimer la Couronne.

[Note 147: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Pendant que les rapports devenaient ainsi de plus en plus difficiles
entre le Roi et son ministre, les événements se précipitaient en
Espagne. Le 12 août, les deux régiments en garnison à Saint-Ildefonse,
où résidaient alors Isabelle et sa mère la régente, s'insurgeaient,
envahissaient le palais de la Granja, et, après une scène de violence,
la Reine se voyait contrainte «d'autoriser la troupe à jurer la
constitution de 1812». Insurrection analogue à Madrid, suivie du
massacre du brave général Queseda. Les ministres étaient obligés de
prendre la fuite. L'émeute victorieuse imposait un nouveau cabinet,
plus révolutionnaire encore que le précédent. Les Cortès étaient
dissoutes, et une assemblée nouvelle convoquée selon le système
électoral prescrit par la constitution de 1812, avec mission de
remettre celle-ci en vigueur. En même temps, on entendait répéter,
dans les cafés de Madrid, ces mots qui finissaient par y devenir
proverbiaux: «_A ver ahora lo que haran esos picaros de Franceses._
Nous allons voir maintenant ce que feront ces vauriens de
Français[148].»

[Note 148: Dépêche de M. de Bois-le-Comte, citée dans les _Mémoires de
M. Guizot_, t. IV, p. 165.]

M. Thiers n'avait sans doute aucun goût pour la constitution de 1812
et pour le parti qui s'était emparé du pouvoir à Madrid, mais il
soutenait toujours que, pour faire cesser le désordre, il fallait
d'abord abattre don Carlos, que la France seule le pouvait, et
qu'abandonner la jeune reine dans le péril qu'elle courait, c'était
vouloir sa ruine. Il pressait donc plus que jamais l'organisation de
la légion étrangère. Le général Lebeau, auquel avait été confié un
commandement dans ce corps, se croyait autorisé à annoncer, non sans
fracas, aux autorités espagnoles de Pampelune que la légion était
l'avant-garde d'une nombreuse armée envoyée par la France à leur
secours.

Quand cette démarche fut connue à Paris, le Roi s'en montra fort ému.
En l'absence de M. Thiers, qui chassait chez M. de Rothschild, il fit
aussitôt insérer par M. de Montalivet, dans le _Moniteur_ du 24 août,
la note suivante: «Plusieurs journaux ont publié un ordre du jour du
général Lebeau, daté de Pampelune, le 13 août, dans lequel il annonce
aux troupes sous ses ordres qu'il a été nommé par le roi des Français
au commandement des légions qui sont au service de S. M. la reine
d'Espagne. C'est une erreur que nous devons rectifier. Le général
Lebeau a été autorisé par le Roi à passer au service de la reine
d'Espagne; mais le Roi n'a eu aucune part à la nomination de cet
officier général à ce commandement.» Cette note indiquait une
préoccupation bien marquée de dégager le gouvernement français des
affaires espagnoles. En effet, bien loin de voir dans l'insurrection
victorieuse de Saint-Ildefonse un motif d'intervenir davantage,
Louis-Philippe y trouvait plutôt une raison de retirer les secours
qu'il n'avait consentis qu'à regret. Si l'on avait promis l'aide d'une
légion composée de soldats français, c'était à la Reine libre, non à
la Reine prisonnière; c'était à un gouvernement monarchique, non à la
constitution républicaine de 1812. Quelques jours avant
l'insurrection, M. Isturitz, qui se sentait débordé, avait posé cette
question à M. de Bois-le-Comte: «Si la constitution de 1812 était
imposée à la Reine par la violence, le gouvernement français
regarderait-il le traité comme subsistant encore pour ce qui regarde
l'Espagne?--Tout ce que je puis dire, répondit l'envoyé français,
c'est que j'ai été chargé d'annoncer des secours à la Reine libre et
indépendante, agissant avec le concours de la nation et avec celui
des corps politiques régulièrement organisés, et non à la Reine
réduite à être le jouet d'un parti, ou l'organe d'une volonté
étrangère à la sienne.» Louis-Philippe n'ignorait pas, d'ailleurs,
l'effet produit sur les autres puissances par les événements de
Saint-Ildefonse. M. de Metternich avait dit aussitôt à M. de
Sainte-Aulaire: «Ne vous y trompez pas, notre inaction n'est pas de la
faiblesse; l'Autriche, la Prusse et la Russie n'abandonnent pas
l'Espagne à la France et à l'Angleterre, comme un sujet livré à leurs
aventureuses expériences; une intervention étrangère amènera
très-probablement une guerre générale en Europe... Jamais la coalition
de 1808 n'eût eu lieu contre la France, si l'empereur Napoléon n'avait
pas été engagé en Espagne.» Ce langage du prince de Metternich et
celui non moins explicite qu'il tint à l'ambassadeur d'Angleterre
laissèrent M. de Sainte-Aulaire convaincu «que, si le parti
constitutionnel triomphait en Espagne par ses propres forces, on
éprouverait, à Vienne comme à Berlin et à Saint-Pétersbourg, une
violente humeur, sans cependant se décider à nous faire la guerre;
mais que si don Carlos succombait sous l'effort de la France et de
l'Angleterre, les trois puissances du Nord n'attendraient qu'une
occasion de se venger, et que notre réconciliation avec l'Europe
continentale deviendrait impossible[149].»

[Note 149: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

Chaque heure augmentait donc la distance qui séparait la politique du
Roi de celle de son ministre: une rupture était inévitable.
Louis-Philippe la provoqua dans les derniers jours d'août, en
demandant formellement que les corps rassemblés sur les Pyrénées
fussent dissous. Comme toutes les fois où les intérêts extérieurs de
la France lui paraissaient en péril, il était fort résolu et disait à
M. Thiers: «Je serai le second tome du roi Guillaume, et je ne vous
céderai pas, même si vous ameutiez une majorité contre moi.» Le
président du conseil combattit la mesure que proposait le Roi, par la
raison que ce serait renoncer définitivement à agir en Espagne. «Il
faut rompre la glace, dit-il: le Roi ne veut pas l'intervention, nous
la voulons; je me retire.» Ses collègues, sauf M. de Montalivet,
adhérèrent à sa déclaration. «Messieurs, répondit le Roi, il est donc
entendu que le cabinet est dissous; je vous demande de n'en point
parler et de rester à vos postes, pendant que je vous chercherai des
successeurs.»

Le secret ne fut pas longtemps gardé. Louis-Philippe annonça lui-même
l'événement aux ambassadeurs des puissances continentales[150],
sachant que, de ce côté, on lui saurait grand gré de son initiative. À
Vienne, à Berlin, ce fut comme un transport de reconnaissance: on ne
tarissait pas en éloges du Roi. «Il a prouvé disait M. Ancillon, qu'il
sait et veut non-seulement régner, mais aussi gouverner.» On admirait
surtout que M. Thiers eût été «renversé, non par la Chambre, mais par
le Roi seul[151]». L'empereur Nicolas, qui évitait d'ordinaire de
parler de Louis-Philippe, comme si ce nom seul lui brûlait les lèvres,
en venait à dire à notre ambassadeur: «Combien le Roi a eu de sagesse
et de fermeté, en s'opposant à l'intervention! L'Europe lui doit
beaucoup, et jamais il n'a donné une preuve plus forte de sa prudence
et de sa volonté[152].» Par contre, vive irritation chez lord
Palmerston, plus ou moins protecteur des radicaux espagnols; c'est au
Roi personnellement qu'il en voulait, et il lui prêtait les plus noirs
desseins. «Ces insurrections militaires en Espagne et en Portugal sont
le diable, écrivait-il à son frère; elles n'auraient pas éclaté, si
notre digne ami et fidèle allié, Louis-Philippe, avait rempli ses
engagements et avait agi dans l'esprit de la Quadruple-Alliance. Mais,
quelle qu'en soit la cause, il nous a jetés à peu près par-dessus
bord, nous, la Reine et le traité. Les uns disent que c'est par peur
des républicains, les autres par désir de plaire à l'Autriche et à la
Russie, d'autres qu'il veut le succès de don Carlos et donne une
princesse française à un fils de don Carlos...» Peu de jours après,
il revenait à la charge: «Louis-Philippe nous a traités indignement
dans les affaires espagnoles; mais le fait est qu'il est aussi
ambitieux que Louis XIV et veut mettre un de ses fils sur le trône
d'Espagne, comme mari de la jeune reine; il croit qu'il atteindra
mieux ce but par la continuation du désordre en Espagne.» Une autre
fois, il accusait le gouvernement français de convoiter les provinces
du nord de l'Espagne[153]. Ce ressentiment ne fut-il pas pour quelque
chose dans le mauvais coup que lord Palmerston devait nous porter en
1840? Beaucoup l'ont pensé, non sans quelque raison[154].

[Note 150: «Eh bien, mon cher baron, disait le Roi à M. de Werther,
j'ai été dans une nouvelle cuisson, depuis que je ne vous ai vu.»
(Dépêche de Werther citée par HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t.
I, p. 593.)]

[Note 151: _Ibid._, p. 596 et 636.]

[Note 152: Dépêche de M. de Barante, des 8 et 22 octobre 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 153: H. L. BULWER, _The life of Palmerston_, t. III, p. 24, 27,
28.]

[Note 154: Tel est le sentiment de Bulwer lui-même, t. II, p. 218.]

En France, les conservateurs ne pouvaient pleurer beaucoup un ministre
qui avait tout le temps coqueté à leurs dépens avec les amis de M.
Odilon Barrot, dont l'oeuvre la plus certaine avait été de décomposer
l'ancienne majorité et de désorienter l'administration, et qui
semblait même, à la fin, vouloir se jeter dans les aventures
extérieures. D'autre part, la gauche avait fini par trouver que
l'exclusion des doctrinaires ne suffisait pas à ses principes et à ses
passions; elle s'était lassée des ménagements qu'elle s'imposait pour
marcher avec le tiers parti, et il lui reprenait envie de combattre
sous sa propre bannière. Il n'était pas jusqu'à M. de Talleyrand qui
ne désavouât le ministre qu'il avait tant contribué à faire et qui ne
donnât pleinement raison au Roi[155]. Aussi M. Duchâtel pouvait-il
écrire, le 1er septembre: «La position de Thiers est des plus
mauvaises; il est universellement abandonné.» Quant aux spectateurs
non classés dans les partis, le _Constitutionnel_ ne parvenait pas à
leur persuader que la chute de M. Thiers fût un grand malheur: ils ne
voyaient pas ce que, dans sa mobilité équivoque et stérile, ce
ministre avait fait jusqu'alors, au dedans ou au dehors, qui le rendit
particulièrement regrettable; encore moins se faisaient-ils une idée
nette de ce qu'eussent été ses projets d'avenir. À régler le compte de
ces six mois de gouvernement, la part des déboires dépassait celle
des satisfactions; il était survenu plus d'inquiétude qu'il ne restait
d'espoir. Si bien qu'à la nouvelle de la démission du ministère,
l'impression dominante fut une impression de soulagement.

[Note 155: Lettre de M. Royer-Collard à M. Molé, en date du 2
septembre 1836. (_Documents inédits._)]

D'ailleurs, cette intervention en Espagne, à propos de laquelle avait
éclaté la crise, était loin d'être populaire. Elle l'était même si peu
qu'on se demande comment M. Thiers avait choisi pour livrer sa
dernière bataille une question où il devait être tellement assuré
d'être battu. Peut-être avait-il assez conscience de l'avortement de
son ministère pour ne plus chercher qu'un moyen de s'esquiver, pareil
à ces joueurs impatients qui, aussitôt qu'ils devinent la partie
perdue, jettent de dépit les cartes sur la table. On a observé
plaisamment que, s'il était plus agile que tous à grimper au mât de
cocagne du pouvoir, nul n'était plus prompt à s'en laisser glisser:
contraste avec M. Guizot qui s'y hissait lourdement, mais s'y
cramponnait avec ténacité. Dans ces descentes, du reste, M. Thiers
mettait beaucoup de souplesse et d'art, s'arrangeant pour retomber
toujours sur ses pieds. En succombant sur la question d'intervention,
il échappait au danger qui l'effrayait entre tous, celui de se retirer
pour avoir tenté sans succès de s'unir aux anciens tenants de la
Sainte-Alliance. L'imprudence même de l'aventure révolutionnaire et
belliqueuse où il faisait mine de vouloir jeter la France contribuait
à mieux effacer les avances faites naguère aux puissances
continentales; il donnait un gage éclatant à cette Angleterre qu'il
venait de tant négliger; il se retrouvait, pour l'opposition à venir,
l'homme de la politique «libérale» et «nationale». Comédie si bien
jouée que, quelques semaines plus tard, M. Odilon Barrot, montrant
l'Europe divisée entre les États réformateurs et les conservateurs,
entre la révolution et l'ancien régime, félicitait, avec sa gravité
sentencieuse, M. Thiers d'avoir compris, au pouvoir, que la place de
la France de Juillet était dans le premier camp, à côté des
gouvernements ayant même principe et même origine qu'elle, et il
faisait honneur au pourfendeur des radicaux suisses, au négociateur du
mariage autrichien, d'être tombé victime de sa fidélité aux alliances
libérales et de son horreur pour la contre-révolution européenne.



CHAPITRE III

L'ALLIANCE ET LA RUPTURE DE M. MOLÉ ET DE M. GUIZOT.

(6 septembre 1836--15 avril 1837.)

     I. M. Molé. Son passé. Ses qualités et ses défauts.--II. M.
     Molé demande le concours de M. Guizot. Maisons qui pouvaient
     faire hésiter ce dernier. Le duc de Broglie. M. Guizot se
     contente du ministère de l'instruction publique. Part faite
     à ses amis. Composition défectueuse du cabinet.--III.
     Premières mesures à l'intérieur et à l'extérieur. Affaires
     d'Espagne et de Suisse.--IV. Le prince Louis Bonaparte.
     Attentat de Strasbourg. Impression produite. Le prince est
     embarqué pour l'Amérique. Ses complices sont déférés au
     jury.--V. Charles X à Prague. Les royalistes et le vieux
     roi. Mort de Charles X à Goritz. Situation du duc
     d'Angoulême et du duc de Bordeaux.--VI. Les partis se
     préparent à la session. M. Thiers et le centre gauche. Ses
     rapports avec le duc de Broglie. Échec des armes françaises
     devant Constantine.--VII. Ouverture de la session. Attentat
     de Meunier. L'Adresse. Débat sur l'Espagne et l'affaire
     Conseil.--VIII. État moral de la majorité. Difficultés entre
     M. Molé et M. Guizot. Attitude de l'opposition en face de
     cette dissension.--IX. Acquittement des complices du prince
     Louis. Le ministère présente en même temps des lois pénales
     et des lois de dotation. Opposition très-vive. Rejet de la
     loi de disjonction.--X. Le ministère se roidit, mais est
     gravement atteint. Agitation contre l'apanage. Rupture entre
     M. Molé et M. Guizot.--XI. La crise ministérielle. M. Guizot
     tente sans succès de rétablir le ministère du 11 octobre.
     Malaise produit par la prolongation de la crise. Le Roi
     s'adresse en même temps à M. Molé et à M. Guizot. Il préfère
     la combinaison proposée par M. Molé. Le ministère du 15
     avril. Sa faiblesse. Les reproches faits au Roi à ce propos
     sont-ils fondés?


I

Le vote qui renverse un ministère désigne d'ordinaire ses successeurs,
souvent même les impose. Rien de pareil dans la chute de M. Thiers,
qui se retirait pour avoir été, non en minorité devant la Chambre,
mais en désaccord avec la Couronne. Il en résultait pour le Roi plus
de latitude dans le choix des nouveaux ministres, et aussi une
tentation plus grande de suivre ses goûts personnels. Ceux-ci le
portèrent tout de suite vers un personnage auquel il s'était déjà
souvent adressé, dans les crises ministérielles survenues depuis 1832,
mais qui ne s'était jamais jugé en mesure de répondre à ces appels.
Nous voulons parler du comte Molé.

M. Molé, qui n'avait pas encore eu l'occasion de déployer à la tribune
le talent et la puissance dont il fera preuve dans les débats de la
coalition, n'était pas alors compté parmi les grands orateurs: sa
parole sobre, distinguée, était celle d'un homme de bonne compagnie,
habitué à traiter des affaires publiques; mais elle manquait un peu de
relief, de chaleur et d'éclat. Il n'était pas non plus un grand chef
de parti, traînant derrière soi toute une nombreuse clientèle. Membre
de la Chambre des pairs, étranger aux divisions de la Chambre des
députés, on eût été embarrassé de le rattacher à un groupe
parlementaire. Conservateur sans doute, il s'était, dans le ministère
de l'avénement, rangé du côté de la résistance; néanmoins, demeuré un
peu à l'écart pendant les grandes luttes de 1831 à 1834, il avait
paru, une fois ces luttes finies, en coquetterie avec le tiers parti;
c'est ainsi qu'on a expliqué les scrupules inattendus qui
l'empêchèrent de siéger jusqu'au bout dans le procès des accusés
d'avril. En politique étrangère, il avait été le premier, après 1830,
à proclamer le principe de non-intervention, si déplaisant aux
puissances continentales; et cependant, en 1836, il passait pour
vouloir se rapprocher de ces mêmes puissances. En tout, une souplesse
d'allure qui lui avait permis, comme à M. Pasquier et avec la même
correction décente, d'être successivement ministre de l'Empire, de la
Restauration et de la monarchie de Juillet. Il n'avait trahi ni
répudié aucun de ces gouvernements, avait servi chacun d'eux comme il
leur convenait de l'être, mais sans se livrer ni se compromettre,
acceptant les rôles nouveaux que lui apportaient les événements,
nullement embarrassé de leur diversité, et se bornant à dire, avec une
mélancolie sans amertume: «Hélas! je n'ai jamais pu choisir ma tâche,
ni conduire ma destinée.» Tout cela n'était pas pour déplaire à
Louis-Philippe. Ne pouvait-il pas penser qu'un tel ministre aurait à
compter davantage avec la Couronne, et que celle-ci aurait plus de
chances de faire prévaloir son propre système?

Le comte Molé avait d'ailleurs d'autres avantages pour le poste auquel
on l'appelait. S'il n'était pas alors au nombre des orateurs illustres
et des chefs de parti, il n'en avait pas moins une importance sociale
et politique qui le mettait de pair avec eux. De grand nom, de grande
fortune, de grande intelligence, c'était l'homme considérable dans la
force du terme. Il était arrivé tout jeune, comme de plain-pied, aux
plus hautes situations, et, depuis lors, n'en était pas descendu. Son
expérience déjà longue, bien qu'il n'eût que cinquante-cinq ans,
expérience des affaires et surtout des hommes, se trouvait d'autant
plus étendue qu'il l'avait acquise à des écoles plus variées.
«Personne, disait M. Bertin de Vaux, ne surpasse M. Molé dans la
grande intrigue politique.» D'autres ont été plus puissants comme
Casimir Périer, plus profonds comme M. Guizot, plus brillants comme M.
Thiers; peu d'hommes ont possédé à un degré aussi haut la sagacité, la
prudence avisée, la justesse, le tact, la mesure, avec je ne sais quoi
d'équilibré et d'harmonieux, dons rares qui ne sont pas tout l'esprit
de gouvernement, mais qui en sont une partie notable[156]. Le tout
rehaussé par ce qui était vraiment la qualité maîtresse et distinctive
de M. Molé, une politesse de l'esprit et des moeurs qui mettait en
valeur ses mérites réels et faisait oublier ceux qui pouvaient lui
manquer[157].

[Note 156: M. Sainte-Beuve a écrit de M. Molé et de M. Pasquier:
«J'avoue, pour mon compte, avoir ignoré jusque-là, avant de l'avoir
considéré dans leur exemple, ce que c'est que la justice d'esprit en
elle-même, cette faculté modérée, prudente, vraiment politique, qui ne
devance qu'autant qu'il est nécessaire, mais toujours prête à
comprendre, à accepter sagement, à aviser, et qui, après tant
d'années, se retrouve sans fatigue au pas de tous les événements, si
accélérés qu'ils aient pu être.» (_Portraits littéraires_, t. III, p.
324.)]

[Note 157: M. de Tocqueville a écrit, le 23 décembre 1855: «La mort de
M. Molé fait disparaître un des derniers modèles de l'ancienne
politesse et des grandes manières. Il était également un des derniers
représentants de cet ancien goût français des plaisirs de l'esprit,
qui semble, de plus en plus, se perdre parmi nous.»]

M. Molé avait en effet des côtés faibles: les doctrinaires, qui ne
l'aimaient pas, et dont, pour cette raison, le témoignage est
suspect, ont prétendu qu'il avait moins de consistance au fond que de
bonne tenue extérieure, le caractère ombrageux et passionné,
l'amour-propre facilement souffrant, l'ambition d'un homme avec les
nerfs d'une femme[158]. S'il parut tel à quelques-uns de ceux qui
furent ses rivaux sous la monarchie de Juillet ou sous la
Restauration, tout autre fut l'impression des hommes qui ne l'ont
connu que plus tard, dans les assemblées de la seconde république,
rasséréné et désintéressé par la vieillesse, tout entier au péril de
la chose publique, de conseil très-sûr et très-écouté, rapprochant les
hommes naguère ennemis, aidant, sans les jalouser, ceux que leur âge
et leur situation portaient à un rôle plus actif, jouissant et se
contentant d'une considération qui lui donnait plus d'autorité et plus
d'importance qu'en ses jours de pouvoir[159]. Du reste, même au temps
où certains défauts pouvaient n'être pas encore corrigés ou usés par
l'âge, ils se trouvaient couverts comme d'un voile brillant de dignité
fine et charmante, d'exquise et noble décence. Dans toute sa personne,
dans son maintien, sa démarche, et jusque dans le tour de sa
conversation, apparaissait une élégance de nature et de race qui
faisait de lui le type accompli de la distinction. D'une amabilité
grave, à la fois attrayant et imposant, il avait au besoin la belle
humeur familière de M. Thiers, avec une tenue qui manquait à ce
dernier; il était grand seigneur comme le duc de Broglie, sans rien de
sa roideur un peu gauche. Nul n'a mieux possédé l'art de la
flatterie, non de celle des courtisans vulgaires ou des démagogues,
mais de la flatterie délicate qui ne coûte rien à la dignité du
flatteur; nul n'y a apporté plus d'adresse sérieuse; il s'appliquait
autant à conquérir et à garder le suffrage incertain de tel ou tel
député de la Chambre bourgeoise, qu'autrefois à gagner la faveur de
Napoléon Ier[160]. Ses moyens de séduction étaient du reste à ce point
variés et efficaces qu'ils s'exercèrent à la fois sur les politiques,
les lettrés et les femmes; il sut les modifier avec le temps: jeune,
il avait plu aux vieillards par sa «gravité consulaire[161]»; vieux,
il plaira aux jeunes par son aimable bonne grâce.

[Note 158: Les doctrinaires allaient même plus loin; dans le propos
que nous avons déjà cité, M. Bertin, après avoir rappelé que «personne
ne surpassait M. Molé dans la grande intrigue politique»: «Il y a
plaisir, disait-il, à s'en mêler avec lui»; mais il ajoutait, en riant
malicieusement: «Plus de plaisir que de sûreté.»]

[Note 159: M. Vitet, qui avait autrefois partagé les préventions de
ses amis doctrinaires contre M. Molé, déclare avoir abjuré ces
préventions quand, dans l'Assemblée législative de 1849, il se trouva
en rapports plus fréquents avec lui. «À le voir ainsi tous les jours
de près, dit-il, dans les incidents les plus divers et les plus
imprévus, j'appris non-seulement à redoubler d'estime pour cette
sagacité, cette élévation d'esprit, dont il avait donné de si
vaillantes preuves en défendant son drapeau (en 1839), mais à
connaître l'homme et sa vraie valeur dans l'intimité de son commerce,
si bien qu'à des préventions qui n'étaient pas éteintes, ne tarda pas
à succéder une affection respectueuse dont j'aime à produire ici
l'expression.» (_Revue des Deux Mondes_ du 1er décembre 1861.)--M. de
Falloux, dans son discours de réception à l'Académie française, a
rendu aussi un magnifique hommage au rôle de M. Molé après 1848.]

[Note 160: Peu de causeurs avaient été aussi goûtés de Napoléon. Quand
l'Empereur s'éloignait de Paris, le comte Molé avait ordre de
prolonger, pour ainsi dire, l'entretien, en lui écrivant tous les
jours.]

[Note 161: Expression de M. Joubert.]


II

À la fin d'août 1836, le comte Molé n'avait aucune raison de ne pas
répondre à l'appel que lui adressait le Roi. Seulement il se rendit
compte aussitôt que, pour avoir autorité sur la Chambre, le concours
d'un des grands orateurs lui était nécessaire. M. Thiers étant hors de
cause, il résolut de s'adresser à M. Guizot. Louis-Philippe avait
peut-être désiré autre chose; mais il ne fit pas d'objection.

Dans la politique et dans le monde, M. Molé et M. Guizot s'étaient
souvent rencontrés; ils avaient même fait partie ensemble du premier
ministère de la monarchie de Juillet; mais, entre eux, pas d'intimité;
plutôt froideur et défiance. Dans ces derniers temps, cependant, les
relations étaient devenues plus fréquentes. Ce changement avait
commencé à se manifester dans la crise qui avait suivi la dissolution
du ministère du 11 octobre. «M. Molé s'est conduit très-simplement et
très-dignement dans tout ceci, écrivait, le 7 mars 1836, la duchesse
de Broglie; il se trouve naturellement rapproché de ceux dont il
n'était qu'accidentellement éloigné[162].» Madame de Castellane, amie
de M. Molé, avait alors attiré M. Guizot dans son salon: les deux
hommes d'État, amenés à causer des actes de M. Thiers, s'étaient
trouvés «les juger presque toujours de même et former les mêmes
conjectures sur l'avenir[163]». N'y avait-il pas eu tout de suite
entre eux des arrangements encore plus précis? M. Bresson écrivait,
dès le 7 mars 1836, à M. de Barante: «Je crois,--mais je vous demande
le plus grand secret,--que déjà il existe une entente, sinon expresse,
du moins tacite, entre MM. Molé, Guizot, Duchâtel, pour produire un
cabinet et le publier dans le _Moniteur_, le lendemain de la chute du
ministère actuel s'il est dans son sort de choir[164].» Et M. Bresson
ajoutait plus tard qu'il tenait cette confidence de M. Molé. Chose
curieuse à noter, un des collègues de M. Thiers, M. de Montalivet,
avait paru jouer un rôle actif dans ces pourparlers[165]. Ce n'était
sans doute pas à l'insu du Roi.

[Note 162: Lettre à M. de Barante. (_Documents inédits._)]

[Note 163: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 171.]

[Note 164: _Documents inédits._]

[Note 165: _Notes inédites de Duvergier de Hauranne._]

Plusieurs des lieutenants de M. Guizot, M. Duchâtel en tête, lui
conseillaient d'accepter le portefeuille qu'on lui proposait.
D'autres, tels que M. Duvergier de Hauranne, l'en détournaient: on
était, pensaient-ils, encore trop près de la chute du ministère du 11
octobre; l'opinion n'avait pas eu le temps de revenir aux
doctrinaires, et leur intérêt était d'attendre la réaction qui ne
manquerait pas de se produire; rentrer sitôt, en l'absence des
Chambres, par l'effet d'un acte pur et simple de la volonté royale, ne
leur paraissait pas une condition d'autorité suffisante. Tout au
moins, si M. Guizot acceptait, l'engageait-on à exiger la présidence
du conseil. «Le ministère nouveau, lui écrivait le duc de Broglie,
doit vous accepter pour chef, non-seulement de fait, mais de nom; quoi
qu'il en soit, vous en aurez la responsabilité: il faut que vous en
ayez la direction.»

L'offre faite par M. Molé avait un autre inconvénient dont M. de
Broglie, autant par modestie que par fierté[166], pouvait sembler ne
pas s'apercevoir, mais que M. Guizot ne devait pas être le dernier à
sentir; c'était l'omission faite de ce même M. de Broglie. Le Roi, qui
n'avait pas oublié ses divergences avec le ministre des affaires
étrangères dans le cabinet du 11 octobre, ne voulait à aucun prix lui
laisser reprendre la direction de la politique extérieure, et
d'ailleurs M. Molé y prétendait pour son compte. Louis-Philippe
aggravait cette exclusion, déjà pénible par elle seule, en ne donnant
à M. de Broglie, dans cette crise, aucune marque de souvenir ni de
confiance. Il eût été facile cependant de paraître au moins le
consulter sur les convenances d'une combinaison où l'on prétendait
faire entrer, sans lui, son ami et ancien collègue. Le duc remarqua ce
silence; sans aucun regret du pouvoir, il souffrait de ce qu'il
jugeait être un manque d'égard et de reconnaissance[167]. Il se
gardait cependant de gêner en quoi que ce soit la liberté de M.
Guizot: «Je vous engage, lui écrivait-il, à ne tenir aucun compte de
moi dans les combinaisons que vous pourrez méditer. J'ai fait mon
temps. Ma retraite, loin d'être un obstacle de plus à l'arrangement
des affaires, le rend au contraire plus facile. C'est une occasion
qu'il ne faut pas laisser échapper[168].» Ce désintéressement
très-sincère, mais un peu dédaigneux, n'était pas de nature à rendre
moins sensible à M. Guizot l'inconvénient d'entrer seul au ministère
et de paraître abandonner son ancien collègue[169]. Pouvait-il du
reste oublier qu'en 1832, quand on avait voulu l'exclure lui-même du
ministère, comme on excluait maintenant M. de Broglie, ce dernier s'y
était fermement opposé?

[Note 166: M. Guizot disait du duc de Broglie, en janvier 1870: «Le
duc de Broglie est peut-être l'homme le plus fier et le plus modeste
que j'aie rencontré.»]

[Note 167: Le duc de Broglie écrivait à M. Guizot: «Je conçois, sans
les approuver, les motifs qui ont déterminé le Roi, en réunissant
autour de lui tous les membres du ministère dont j'avais été le chef,
à faire exception pour moi seul, à ne pas me demander mon avis sur la
formation du cabinet actuel.» M. Guizot lui répondait: «Je comprends
votre sentiment à l'égard du Roi, et je le trouve fondé. Il y a, si je
ne me trompe, dans son silence avec vous, beaucoup d'inadvertance
royale, et beaucoup aussi de cet embarras auquel on essaye de se
soustraire en détournant la tête.» Un peu plus tard, M. de Broglie
demandait à M. Guizot «de ne jamais prononcer son nom» pour «le faire
rentrer dans les affaires»; il ajoutait que «la dignité de son
caractère personnel y était engagée». (_Documents inédits._)]

[Note 168: Le duc de Broglie était, du reste, patriotiquement attristé
de voir la division s'aggraver entre les anciens alliés du 11 octobre.
Il écrivait, vers cette époque, à M. de Sainte-Aulaire, «qu'il ne
consentirait pas à rentrer dans les affaires, tant qu'il s'agirait de
servir de second en duel à un de ses amis contre un autre».
(_Documents inédits._)]

[Note 169: «Il y avait là, a écrit M. Guizot lui-même, une apparence
d'abandon et d'infidélité dont j'étais peiné et froissé.»]

M. Guizot ne semble pas cependant avoir beaucoup hésité. On fut
étonné, autour du Roi, de la facilité avec laquelle il se laissait
séparer de son ami[170]. Lui-même a ainsi exposé les raisons qui le
déterminèrent: «À ne considérer que les choses, il n'y avait pour moi
nulle difficulté à rentrer dans les affaires; c'était sur la question
d'Espagne et pour écarter l'intervention que se formait le cabinet, et
j'avais été, j'étais opposé à l'intervention. Le Roi réclamait mon
concours dans une circonstance grave pour lui-même comme pour le pays,
et dans laquelle j'approuvais sa résistance au cabinet précédent... On
ne me demandait aucune concession, on ne me faisait aucune objection
qui pût être pour moi un motif de refus.» Faut-il ajouter les
suggestions d'une ambition qui s'avouait elle-même et qui, pour être
restée digne et patriotique, n'en était pas moins parfois impatiente
du pouvoir? Faut-il ajouter aussi cette rivalité jalouse qui trouvait
plaisir à occuper une place que M. Thiers venait d'être obligé de
quitter si vite? Seulement, bien loin de demander la présidence du
conseil, comme le lui conseillaient plusieurs de ses amis, M. Guizot
déclara vouloir reprendre simplement son ancien portefeuille de
l'instruction publique. En refusant ainsi de grandir sa situation
personnelle, il espérait qu'on serait moins choqué de le voir rentrer
sans le duc de Broglie. Et puis, par un calcul où tout n'était pas
humilité, il ne lui déplaisait pas d'étonner le public en acceptant un
poste relativement inférieur à son importance, comme son rival venait
de l'étonner par une élévation que plusieurs avaient jugée trop
hâtive.

[Note 170: Peu après, l'un des doctrinaires, M. Duvergier de Hauranne,
confessait la faute commise par son parti, en abandonnant trop
facilement le duc de Broglie. «Après la chute du 11 octobre,
écrivait-il, notre parti ne songeait qu'à remonter promptement au
pouvoir. Or, M. de Broglie, désagréable au Roi et peu agréable à la
Chambre, nous était un obstacle, nous nous en sommes débarrassés...
Quand un parti possède un tel diamant, il est inexcusable de le jeter
à la mer, parce qu'il y voit quelques taches.» (_Notes inédites._)]

Pour compenser l'infériorité de son portefeuille, M. Guizot comptait
sur son importance personnelle et sur sa prééminence oratoire; il
comptait aussi sur la précaution qu'il avait prise d'exiger pour des
hommes à lui les postes principaux du cabinet. Ainsi avait-il obtenu
le ministère des finances pour son plus fidèle ami, M. Duchâtel, et le
ministère de l'intérieur pour M. de Gasparin, qu'il comptait tenir
dans sa main. Auprès de ce dernier il avait fait placer, en qualité de
sous-secrétaire d'État, M. de Rémusat, alors doctrinaire. À se
rappeler le rang qu'occupait, dix ou quinze ans auparavant, parmi ses
contemporains, celui que l'on saluait alors comme le prince de la
jeunesse libérale, on peut être étonné qu'il ne fût maintenant
question de lui que pour un poste relativement secondaire. Que lui
avait-il donc manqué pour jouer sur la scène parlementaire un de ces
premiers rôles auxquels il semblait, plus que tout autre, destiné par
les qualités et la culture de son esprit, comme par sa situation et
ses amitiés? Dira-t-on que certains moyens de l'orateur lui
manquaient? Dira-t-on que sa délicatesse affinée répugnait aux
vulgarités qui abondent dans la politique ou aux lieux communs dont se
compose, pour une bonne part, l'éloquence de la tribune? Tout cela
peut être vrai, mais n'est pas une explication suffisante. La cause
principale était dans cette nature d'esprit que nous avons eu déjà
occasion d'analyser[171], dans ce mélange de curiosité audacieuse et
de volonté nonchalante, dans ce scepticisme souriant et railleur, se
prenant à tout et ne s'attachant nulle part, interrogeant sans
affirmer, et s'arrêtant à tant d'objections que la conclusion devenait
impossible. Un tel homme pouvait être un brillant causeur, non un
orateur: pas d'éloquence sans parti pris de conviction ou de passion.
Encore moins se le figurait-on homme de pouvoir et d'action[172]. Il
assistait à la politique plus qu'il n'y prenait part, devisant
agréablement sur les sottises de tous, principalement sur celles de
son parti, peu populaire auprès de la foule, qui devinait dans son
sourire beaucoup de moquerie et de dédain, et n'étant regardé déjà par
ses amis eux-mêmes que comme un «amateur blasé[173]».

[Note 171: Cf. mon livre sur le _Parti libéral sous la Restauration_,
p. 246 et suiv.]

[Note 172: M. de Rémusat ne prit part que deux fois au gouvernement,
sous la monarchie de Juillet: d'abord, du 6 septembre 1836 au 15 avril
1837, comme sous-secrétaire d'État; ensuite, du 1er mars au 29 octobre
1840, comme ministre de l'intérieur. Ministre, il se serait fait
volontiers de l'opposition à lui-même. Il dut un jour réprimer des
coalitions d'ouvriers: tout en montant à cheval, il disait: «Je ne
sais vraiment pas pourquoi nous dissipons ces rassemblements
d'ouvriers; je me demande s'ils n'ont pas le droit de se réunir.»]

[Note 173: M. Guizot écrivait au duc de Broglie, le 17 septembre 1836,
au moment où il faisait nommer M. de Rémusat sous-secrétaire d'État:
«J'espère un peu que les affaires et la nécessité le tireront de son
état d'amateur blasé.» (_Documents inédits._)--M. Royer-Collard disait
encore de lui: «C'est le premier des amateur dans tous les genres.»]

En somme, le _Moniteur_ du 6 septembre put annoncer la composition du
ministère: M. Molé était président du conseil, ministre des affaires
étrangères; M. Guizot avait le portefeuille de l'instruction publique;
M. Persil, de la justice; M. Duchâtel, des finances; M. de Gasparin,
de l'intérieur, avec M. de Rémusat comme sous-secrétaire d'État; M.
Martin du Nord, celui du commerce et des travaux publics; le général
Bernard, de la guerre; l'amiral Rosamel, de la marine. On discernait
mal la signification d'un tel cabinet. Était-ce un pas vers la
politique de détente que M. Molé avait paru quelquefois vouloir
personnifier? alors pourquoi cette part considérable faite aux
doctrinaires? Était-ce au contraire un retour au système du 11
octobre? mais pouvait-on le refaire sans le duc de Broglie et M.
Thiers? Le seul caractère dès à présent visible était le défaut
d'homogénéité. Le ministère se trouvait formé de deux groupes en
méfiance l'un de l'autre, et entre lesquels on avait tâché moins
d'amener une fusion que d'établir un équilibre de forces. Ajoutez la
fausseté de la situation acceptée par M. Guizot. Le duc de Broglie lui
écrivait, quelques jours après[174]: «Pour le public et dans son
aspect extérieur, ce cabinet a quelque chose de bizarre; les rangs n'y
sont point réglés en raison de l'importance des personnes... Pourquoi
le personnage principal, celui qui en fait le noeud et la force, se
trouve-t-il à la dernière place? Quand ce ne serait là qu'une
apparence, ce serait déjà un grand mal; mais je crains bien qu'il n'y
ait là quelque chose de plus qu'une apparence: je crains bien qu'en
vous plaçant, par choix et officiellement, au dernier rang, vous ne
vous soyez rendu votre tâche plus rude encore qu'elle ne l'est
naturellement. Vous aurez, quoi qu'il arrive, la responsabilité de ce
cabinet; il faut que vous en ayez la direction. Mais vous vous êtes
imposé la difficulté, avant d'exercer l'ascendant qui vous appartient,
de le conquérir chaque jour, en froissant bien des amours-propres.
Cela vous sera-t-il possible? je l'ignore. Le pourrez-vous longtemps?
je voudrais l'espérer.» Il disait encore, un autre jour: «Un ministère
qui a deux présidents, l'un de nom, l'autre de fait, n'en a réellement
point. C'est là un dissolvant inévitable et prochain. Chacun tire de
son côté; personne n'obéit à personne.»

[Note 174: Lettre du 12 septembre 1836.]

Pour prévenir cette dissolution, pour maintenir un accord si
difficile, un équilibre si délicat, pouvait-on au moins compter sur
l'appui de la Couronne? Louis-Philippe n'était pas pleinement
satisfait de la composition du cabinet. Il avait compté, d'accord avec
le comte Molé, que le portefeuille de l'intérieur demeurerait aux
mains de M. de Montalivet. Cela lui paraissait la récompense naturelle
du rôle que ce dernier avait eu dans la préparation du nouveau
ministère en contribuant au rapprochement de M. Molé et de M. Guizot.
Aussi fut-il désagréablement surpris de l'opposition faite à son désir
par le chef des doctrinaires: celui-ci, sentant sa force et voulant la
faire sentir, avait imposé M. de Gasparin et offert à M. de
Montalivet, qui le refusa, le ministère des travaux publics. Le Roi
n'avait pas subi sans déplaisir cette exigence, et autour de lui il
était resté de cet incident quelque ressentiment contre M. Guizot. Peu
de temps après, M. de Montalivet se rencontrant en Berry avec M.
Duvergier de Hauranne, lui racontait qu'au moment où M. Guizot n'avait
pas voulu de lui, «le Roi avait pensé à faire un ministère de MM.
Molé, Barthe et de Montalivet, mais qu'en y regardant de près, on
avait reconnu que c'était alors impossible».--«Alors et toujours,
s'écria M. Duvergier de Hauranne.»--«Je ne suis pas de votre avis,
reprit M. de Montalivet. Aujourd'hui, M. Thiers et M. Guizot ne sont
pas assez brouillés pour qu'un raccommodement soit impossible. Dès
lors, le ministère dont je vous parle n'aurait aucune chance de durée.
Mais M. Thiers et M. Guizot vont se trouver les chefs de deux camps
opposés; ils se prendront aux cheveux et deviendront irréconciliables.
Alors on verra[175].» C'était annoncer la crise qui devait éclater
sept mois plus tard.

[Note 175: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]


III

En prenant le pouvoir, le ministère du 6 septembre trouvait les
Chambres en vacances. La session ne devait s'ouvrir qu'à la fin de
décembre. Dans le silence de la tribune, la presse seule avait la
parole. Les journaux du tiers parti et de la gauche, depuis le
_National_ jusqu'au _Constitutionnel_, dirigèrent tout de suite contre
le cabinet les plus vives attaques. Comme après le 13 mars et le 11
octobre, ils crièrent à la contre-révolution et au ministère Polignac.
À les entendre, la nouvelle administration manquait d'«hommes de
Juillet[176]»; c'était «la Restauration au pouvoir[177]». Contre M.
Guizot, ils réveillaient les accusations de «quasi-légitimité»,
d'aristocratie, de répression impitoyable. M. Molé était accusé de
vouloir courtiser la Sainte-Alliance et d'être l'instrument
complaisant du Roi. On s'en prenait à son passé, on lui reprochait
d'avoir écrit, sous Napoléon, un éloge du despotisme et d'avoir voté,
sous les Bourbons, la mort du maréchal Ney. Sans autrement se troubler
de ce vain tapage, le ministère se mit aussitôt à l'oeuvre. M. Gabriel
Delessert fut nommé préfet de police à la place de M. Gisquet:
celui-ci, choisi autrefois par Casimir Périer, avait rendu de grands
services aux époques troublées, mais il venait d'être compromis dans
un procès scandaleux, et la dignité de son caractère n'était plus
intacte; son successeur, au contraire, jouissait d'une haute
considération sociale. M. Guizot reprit, au point où il les avait
laissées en février, ses utiles réformes de l'enseignement public à
tous ses degrés, pendant que M. Duchâtel préparait, avec non moins de
compétence et de zèle, des mesures financières ou économiques, et que
M. de Gasparin publiait des circulaires étudiées où il exposait les
devoirs de l'administration et annonçait des progrès dans notre régime
pénitentiaire. Sur le rapport de M. Persil, garde des sceaux, une
ordonnance accorda remise ou commutation de peine à soixante-deux
condamnés politiques, républicains ou royalistes. La liberté fut aussi
rendue aux quatre ministres de Charles X, encore enfermés au château
de Ham, MM. de Peyronnet, de Chantelauze, de Guernon-Ranville et de
Polignac, sous la seule condition, pour les trois premiers, de
s'établir dans des résidences fixées par eux-mêmes, pour le dernier,
de quitter la France pendant vingt ans. «Nous avons pris une bonne
mesure, écrivait à ce propos l'un des ministres, M. Duchâtel. Les
carlistes modérés saisissent cette occasion de rapprochement[178].»

[Note 176: Ces journaux expliquaient que, pour être un «homme de
Juillet», il fallait non-seulement ne pas avoir servi la Restauration,
mais aussi l'avoir constamment combattue. Le _Temps_ ajoutait qu'il
fallait s'être rallié, pendant les Cent-Jours, à Napoléon.]

[Note 177: M. O. Barrot, haranguant ses électeurs de l'Aisne, leur
disait: «Voyez les hommes qui ont été successivement investis du
pouvoir: Laffitte, Périer, Soult, Thiers, Guizot. C'est une chaîne qui
part de la Révolution et va se perdre dans la Restauration.»]

[Note 178: _Documents inédits._]

C'était surtout à l'extérieur qu'il y avait à faire. «On nous a laissé
un rude héritage, l'Espagne, la Suisse, Alger, écrivait M. Molé le 17
septembre; n'importe, j'ai bon courage, et nous irons.» Il s'appliqua,
sans tarder, à rétablir avec les puissances continentales les rapports
amis qui avaient été un peu altérés à la fin du ministère précédent.
Il leur fit annoncer «qu'il ne donnerait aucune suite aux mesures
prises par son prédécesseur» relativement à l'Espagne[179]. En effet,
le corps auxiliaire, formé au pied des Pyrénées, fut immédiatement
dissous; le gouvernement français se déclarait disposé à prêter encore
son appui à la reine Isabelle, à protéger sa personne, mais entendait
laisser à la fortune le soin de décider, sans lui, la question
militaire. Après tout, l'avenir ne devait pas donner tort à cette
conduite que l'opposition critiqua alors si violemment. À Vienne, où
l'on était bien aise d'effacer les souvenirs pénibles du mariage
manqué[180], à Berlin, et même à Saint-Pétersbourg[181], on fit bon
visage au ministère qui débutait en donnant un tel gage.

[Note 179: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 180: M. de Metternich disait à notre ambassadeur: «Je me sens
aujourd'hui plus à mon aise que jamais pour soutenir Louis-Philippe en
Suisse, pour le défendre envers et contre tous, s'il en était besoin.
Je serais tout autrement empêché, si le mariage avait réussi.» Lettre
de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 27 novembre 1836. (_Documents
inédits._)]

[Note 181: Lettre de M. de Barante à M. de Sainte-Aulaire, du 19
novembre 1836. (_Documents inédits._)]

Par contre, à Londres, lord Palmerston ne dissimulait pas sa méchante
humeur. Il écrivait au comte Granville, ambassadeur d'Angleterre à
Paris: «Je pense que vous devez le prendre avec Molé sur ce ton, que
nous considérons la France comme se retirant de l'alliance aussi vite
qu'elle le peut, que nous en sommes fâchés, que nous nous lavons les
mains des conséquences, et que la responsabilité des inconvénients qui
suivront incombe à ceux qui ont conseillé ou exécuté ce plan; que le
gouvernement constitutionnel doit triompher dans la Péninsule, et que
la France se trouvera dans cette position fâcheuse d'avoir abandonné
une cause en souffrance dans le moment, mais destinée à triompher,
tandis que nous aurons le mérite et l'honneur de l'avoir soutenue avec
persévérance; que la France va perdre, en Europe, son crédit auprès du
parti libéral qu'elle abandonne; que jamais elle n'aura la confiance
ou la faveur des hommes de la Sainte-Alliance, à moins qu'elle ne
dispose son gouvernement sur leur modèle, ce qui est impossible; qu'en
conséquence elle sera détestée par les uns et méprisée par les autres.
Tel sera son sort, quant à ses relations extérieures. L'effet sur sa
condition intérieure ne sera pas plus heureux. Dans l'opinion de la
nation, son gouvernement sera identifié avec le parti despotique en
Europe et avec les ennemis des institutions libres. Le mécontentement
augmentera; les mécontents entreront en communication avec les
ultra-libéraux d'Espagne et de Portugal, et les complots et
conspirations écloront comme des moucherons[182].» Sans renoncer à se
rapprocher des puissances du continent, M. Molé tâchait de calmer les
ombrages de l'Angleterre. «Je crois, écrivait-il le 16 novembre, avoir
dissipé les préventions du cabinet anglais contre celui dont je suis
le chef. Mes rapports avec lord Granville sont ceux de la plus grande
confiance[183].» Peut-être y avait-il là, comme nous le verrons plus
tard, un peu d'illusion, voulue ou non.

[Note 182: BULWER, _The life of Palmerston_, t. II, p. 210 à 217.]

[Note 183: Dépêche à M. de Barante. (_Documents inédits._)]

La question d'Espagne n'était pas la seule que M. Molé trouvât
pendante. On se rappelle en quelle déplaisante querelle la France
était engagée avec la Suisse, au moment où M. Thiers quittait le
pouvoir[184]. La diète avait nommé une commission chargée de faire une
enquête sur l'affaire de l'espion Conseil et sur les dénonciations
apportées contre l'ambassadeur et le gouvernement français. Cette
commission déposa, le 9 septembre, un long rapport, où, après avoir
raconté avec complaisance tous les faits d'après les témoignages de
Conseil et des réfugiés, elle les qualifiait de «fraude», de «faux»,
de «crimes tombant dans le domaine du mépris public», et proposait
d'informer de ces faits le roi des Français et son gouvernement, afin
qu'ils pussent se laver d'imputations compromettant si gravement leur
honneur. À la suite d'un débat où Louis-Philippe fut personnellement
fort maltraité, il se trouva dans la diète une petite majorité pour
adopter les conclusions de ce rapport. Mais M. Molé ne laissa pas au
directoire le temps de lui faire l'offensante communication dont la
diète l'avait chargé. Loin d'accepter le rôle d'accusé où l'on
prétendait réduire le gouvernement français et d'essayer une
justification, sur certains points malaisée et en tout cas humiliante,
il prit l'offensive, et, dans une note des plus sévères, reprocha aux
autorités fédérales leur conduite en cette affaire. «Tout en laissant
à la Suisse, dit-il, le temps de se soustraire à de funestes et
criminelles influences, la France se doit à elle-même de témoigner,
d'une manière éclatante, qu'elle ressent l'injure et qu'elle en attend
la prompte satisfaction.» Il annonça que les rapports diplomatiques
seraient suspendus jusqu'à ce que cette satisfaction fût donnée; si
elle ne l'était pas, la France «saurait, sans compromettre la paix du
monde, montrer qu'elle ne laisse jamais un outrage impuni». Pour
appuyer ces menaces, des troupes furent mises en mouvement vers la
frontière du Jura. En Suisse, les esprits étaient plus montés que
jamais: on ne parlait que de recommencer Granson et Morat. Ces
violences trouvaient écho dans la presse radicale de Paris, et il
n'était pas jusqu'au _Constitutionnel_ qui ne prît sous sa protection
les Suisses, oubliant sans doute que l'origine de toute cette querelle
remontait au ministère de M. Thiers. Toutefois, dans le gouvernement
fédéral, on commençait à se rendre compte du péril auquel on s'était
exposé: le langage et les mesures de M. Molé y avaient fait une
salutaire impression. Une diète, convoquée extraordinairement à cet
effet, adopta, le 5 novembre, une réponse à la note française, où elle
rejetait le différend sur un «malentendu» et sur une «erreur»,
protestait n'avoir pas eu «l'intention d'offenser le gouvernement
français», et exprimait l'espoir de voir rétablir les rapports
d'amitié entre les deux pays. M. Molé, qui ne demandait qu'à sortir le
plus vite possible de cette malheureuse querelle, et qui désirait
adoucir l'irritation provoquée, dans un pays naguère ami, par les
procédés, à son avis, un peu excessifs du ministère précédent,
s'empressa de trouver satisfaisantes les explications données, et de
clore ainsi l'incident.

[Note 184: Voir le récit des origines de l'affaire, plus haut, p. 67.]


IV

Quelques jours avant que prit fin le démêlé avec la Suisse, le 31
octobre au soir, le gouvernement recevait de Strasbourg une dépêche
télégraphique, datée de la veille, et qui portait: «Ce matin, vers six
heures, Louis-Napoléon, fils de la duchesse de Saint-Leu, _qui avait
dans sa confidence_ le colonel d'artillerie Vaudrey, a parcouru les
rues de Strasbourg avec une partie de...» La dépêche s'arrêtait là, et
l'administrateur des télégraphes y avait ajouté cette note: «Les mots
soulignés laissent des doutes. Le brumaire survenu sur la ligne ne
permet ni de recevoir la fin de la dépêche, ni d'éclairer le passage
douteux.» Les ministres se réunirent aussitôt aux Tuileries,
échangeant leurs conjectures, préparant des instructions éventuelles,
se disposant à faire partir le duc d'Orléans. «Nous passâmes là,
auprès du Roi, raconte l'un des membres du cabinet, presque toute la
nuit, attendant des nouvelles qui n'arrivaient pas. La Reine, Madame
Adélaïde, les princes allaient et venaient, demandant si l'on savait
quelque chose de plus. On s'endormait de lassitude; on se réveillait
d'impatience. Je fus frappé de la tristesse du Roi; non qu'il parût
inquiet ou abattu; mais l'incertitude sur la gravité de l'événement le
préoccupait; et ces complots répétés, ces tentatives de guerre civile
républicaines, légitimistes, bonapartistes, cette nécessité
continuelle de lutter, de réprimer, de punir, lui pesaient comme un
odieux fardeau[185].» Ce fut seulement le lendemain matin qu'un aide
de camp du général commandant à Strasbourg apporta le récit détaillé
et enfin complet de l'entreprise du prince et de son prompt échec.

[Note 185: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 199.]

Qu'était-ce donc que l'auteur de cette tentative si inattendue? Le
prince Louis, fils de l'ancien roi de Hollande et d'Hortense de
Beauharnais, né en 1808, devenu, par la mort du duc de Reichstadt, en
1832, l'héritier politique de l'Empereur[186], était personnellement à
peu près inconnu en France: ni la foule, ni le gouvernement,
n'avaient les yeux fixés sur lui[187]. À peine quelques personnes
savaient-elles qu'engagé, avec son frère aîné, dans les conspirations
des _Carbonari_, il avait pris part, en 1831, à l'insurrection de la
Romagne; son frère y succomba; quant à lui, il s'échappa et arriva à
Paris, avec sa mère. En dépit de la loi d'expulsion qui frappait
encore la famille Bonaparte, Louis-Philippe les accueillit avec
bienveillance. Mais, pendant qu'il donnait audience à la reine
Hortense et témoignait de l'intérêt à son fils, ce dernier conspirait
avec les républicains: force fut donc de mettre fin à son séjour en
France[188]. Après un court passage en Angleterre, le prince Louis
revint s'installer auprès de sa mère, dans le riant château
d'Arenenberg, sur les bords du lac de Constance. Adonné aux plaisirs
où il ne s'épargnait pas, et aux exercices du corps où il excellait,
il les entremêlait d'études d'histoire ou de mathématiques et publiait
quelques ouvrages politiques, produit d'un esprit vague, incohérent et
peu mûri[189]. Le canton de Thurgovie lui avait conféré le droit de
bourgeoisie. Par souvenir de l'arme où son oncle avait débuté, il
s'était fait nommer capitaine dans l'artillerie du canton de Berne.
Tenant maison ouverte pour les visiteurs, trop rares à son gré,
qu'attirait la sympathie ou la curiosité, aimable, prompt aux
libéralités, fidèle à ses amis, il savait attirer et fixer les
dévouements.

[Note 186: On sait en effet que l'Empereur avait indiqué comme ses
successeurs, en cas d'extinction de sa descendance directe, les
enfants de son frère Louis, qui n'était cependant, par rang d'âge, que
le troisième de ses frères.]

[Note 187: On se souvient que lors de la mort du duc de Reichstadt, M.
de Metternich avait reproché au gouvernement français de ne pas assez
se préoccuper du personnage qui succédait au fils de Napoléon Ier.
(Voir plus haut, t. II, p. 153.)]

[Note 188: Cet épisode a été vivement raconté par M. le duc d'Aumale,
dans sa fameuse _Lettre sur l'histoire de France_.]

[Note 189: Nous avons déjà eu occasion de parler des _Rêveries
politiques_ et du _Projet de constitution_, publiés en 1832. (Voir t.
I, p. 450.)]

En tous ses actes, dominait une préoccupation exclusive: le
rétablissement de cet Empire, auquel personne autre que lui ne pensait
alors. Dès 1831, quand il s'était jeté dans l'insurrection de la
Romagne, il rêvait de mettre la couronne d'Italie sur la tête de
l'ancien roi de Rome, et de lui fournir ainsi un point d'appui pour
s'emparer de la France. Plus tard, ses écrits n'avaient eu d'autre
objet que de remuer et de flatter, toujours dans le même dessein, les
opinions démocratiques, nationales et césariennes qu'il croyait
dominantes. Comme tous les exilés, il était plein d'illusion sur ses
chances. Les politesses que lui faisaient certains ennemis impatients
ou dépités de la monarchie de Juillet, tels que Carrel, La Fayette,
Chateaubriand, la part de bonapartisme qui se mêlait à l'opposition de
gauche[190], les honneurs tant de fois rendus par le gouvernement à la
mémoire de Napoléon, l'écho que ce nom prestigieux trouvait encore
dans l'imagination populaire, tout cela servait à entretenir et à
exagérer ses illusions. Rêveur taciturne, utopiste et flegmatique,
fataliste en même temps que sceptique, téméraire quoique indolent,
esprit confus et cependant possédé par une idée fixe, «ce doux
entêté», comme l'appelait sa mère, avait dans son étoile, dans la
puissance de son nom, dans la mission de sa race, dans le droit de son
héritage, une foi superstitieuse qu'on eût volontiers qualifiée de
folie, si l'événement n'avait fini par lui donner raison. Tempérament
de joueur s'il en fut, il était résolu, sans se laisser jamais
démonter par aucune perte, à mettre indéfiniment tout son enjeu sur le
même numéro jusqu'à ce qu'il sortît. Du reste, sur les moyens
d'arriver, sur l'emploi de la fourberie ou de la violence, aucun
scrupule. Dès la première heure de sa vie publique, il s'était montré
homme de conspiration et d'aventures; tel il devait rester jusque sur
le trône.

[Note 190: Cf. t. I, p. 444 et suiv.]

À force de vivre sous l'empire de ce rêve ambitieux, il avait fini par
se persuader qu'il lui suffirait de se montrer aux soldats et au
peuple français, pour qu'ils se levassent et marchassent à sa suite,
ainsi qu'ils avaient fait, en 1815, derrière son oncle, débarqué au
golfe Juan avec quelques grenadiers. Ce souvenir lui tournait la tête.
Aidé de quelques amis dévoués corps et âme à sa fortune, entre autres
d'un ancien maréchal des logis, qui avait ajouté à son nom de Fialin
celui de Persigny, et d'une cantatrice de concert, à l'imagination
fort exaltée, madame Gordon, il chercha à se créer quelques affidés
dans l'armée. Ses efforts portèrent principalement sur la garnison de
Strasbourg, à la tête de laquelle il comptait d'abord se placer pour
marcher sur Paris. Il gagna ainsi à sa cause l'un des officiers
supérieurs de cette garnison, le colonel Vaudrey, du 4e régiment
d'artillerie, le commandant Parquin, chef d'escadrons de la garde
municipale, alors en congé, et quelques jeunes officiers auxquels il
promit honneurs et argent. Des tentatives furent faites sans succès
auprès de certains généraux, notamment du général Exelmans. M. Louis
Blanc, bien placé pour connaître les dessous du parti démocratique,
rapporte que des «citoyens aimés du peuple» furent aussi mis dans le
secret. En même temps, des proclamations étaient préparées, où le
futur auteur du Deux-Décembre se portait le champion de la «liberté
trahie» et de la «révolution reniée» par le gouvernement de Juillet.
C'était avec ces seuls moyens qu'un jeune homme de vingt-huit ans,
inconnu, sans passé, se flattait de renverser une monarchie en pleine
sécurité et prospérité, et de s'emparer de la France qui non-seulement
ne l'avait pas appelé, mais ne pensait même pas à lui.

Le 28 octobre au soir, le prince arrive secrètement à Strasbourg. Le
30, à cinq heures du matin, le colonel Vaudrey se rend au quartier
d'Austerlitz, rassemble ses artilleurs, leur distribue de l'argent, et
défend qu'on avertisse les officiers logés en ville. Survient le
prince, revêtu d'un habit d'officier d'artillerie, accompagné du
commandant Parquin, en uniforme de général, et de quelques jeunes
hommes travestis en officiers supérieurs. «Soldats, s'écrie le
colonel, une révolution vient d'éclater en France: Louis-Philippe
n'est plus sur le trône. Napoléon II, empereur des Français, prend les
rênes du gouvernement. Il est devant vous et va se mettre à votre
tête.» Le prince prononce à son tour une courte harangue où il prétend
avoir été «appelé en France par une députation des villes et des
garnisons de l'Est»; suivent des phrases sur «l'aigle d'Austerlitz et
de Wagram», sur «la liberté», des imprécations contre «les traîtres et
les oppresseurs de la patrie». Les soldats, surpris, trompés, habitués
à obéir à leur colonel, répondent en criant: Vive l'Empereur! et se
mettent en marche, derrière le prince, à travers les rues encore
désertes. Des détachements vont arrêter le préfet et le général
commandant le département, se saisissent du télégraphe et des
imprimeries. Le lieutenant Laity enlève le bataillon des pontonniers.
Les habitants, qui commencent à sortir de leurs maisons, attirés par
le bruit, suivent avec étonnement le mouvement des troupes, et
quelques-uns, bien que ne sachant guère ce qui se passe, s'associent
par esprit d'imitation aux acclamations des conjurés. Le prince, ému,
croit toucher au succès. Mais bientôt le vent tourne. Arrivé au
quartier général, il essaye vainement de séduire le général Voirol,
commandant la division, et se voit réduit à le constituer prisonnier
aux mains de quelques soldats. À peine s'est-il éloigné que le général
rappelle énergiquement au devoir les hommes chargés de le garder, et
sort à leur tête pour aller chercher à la citadelle le 16e régiment de
ligne qu'il ramène aux cris de: Vive le Roi! Pendant ce temps, la
partie se décide au quartier Finckmatt. Le prince y est arrivé à la
tête de ses artilleurs, se flattant d'entraîner le 46e de ligne qui y
est caserné. Pendant qu'il harangue les soldats descendus dans la
cour, le lieutenant-colonel Taillandier accourt avec d'autres
officiers, rassemble ses hommes, et, d'une voix brève, énergique, les
avertit qu'on les trompe. Sa parole est écoutée, et les fantassins
répondent par des cris de: Vive le Roi! aux cris de: Vive l'Empereur!
que poussent les artilleurs. Devant un tel accueil, ces derniers se
troublent, hésitent. Le lieutenant-colonel poursuit son avantage et
donne l'ordre à ses soldats d'arrêter le prince et ses complices.
Après un instant de mêlée, l'ordre est exécuté résolûment; le prince,
son uniforme déchiré, est saisi et emmené avec le colonel Vaudrey et
le commandant Parquin. Cela fait, les officiers du 4e régiment
d'artillerie n'ont pas de peine à se faire reconnaître de leurs
hommes; ils se mettent à leur tête et les ramènent en bon ordre dans
leur quartier, criant cette fois: Vive le Roi! Les autres conjurés,
dispersés dans la ville, sont aussitôt abandonnés et pourchassés; les
uns, comme le lieutenant Laity et madame Gordon, sont arrêtés; les
autres parviennent à s'enfuir, tels que M. de Persigny. L'alerte n'a
duré qu'un moment; tout s'est terminé sans effusion de sang, et la
ville reprend bientôt sa physionomie accoutumée.

Le même jour, sur un point pourtant fort éloigné, à Vendôme, on
découvrait dans un régiment de hussards un complot ourdi par un
brigadier nommé Bruyant et quelques soldats. Les conjurés
prétendaient, la nuit suivante, arrêter leurs officiers, se saisir des
autorités de la ville, et proclamer la république. Surpris avec ses
complices, Bruyant tua d'un coup de pistolet le maréchal des logis qui
voulait empêcher sa fuite, et s'échappa. Mais, après avoir erré tout
un jour, il revint lui-même se constituer prisonnier. Bien que
l'étiquette du mouvement fût républicaine, on soupçonna que la
tentative de Vendôme n'était pas sans lien avec celle de Strasbourg.

La France ne connut la téméraire aventure du prince Louis Bonaparte
qu'en apprenant du même coup son avortement misérable. «L'impression
qui domine, écrivait un témoin, à la date du 2 novembre, est celle
d'une profonde surprise. On ne comprend pas qu'il ait pu se rencontrer
dix hommes pour tenter une entreprise aussi désespérée[191].» Chacun
s'accordait à déclarer le nouveau prétendant plus insensé que
menaçant. Il n'entrait pas dans la pensée du gouvernement ou de ses
amis que jamais pût venir de ce côté un danger sérieux; la question ne
se posait même pas[192]. Le personnage ne venait-il pas d'ailleurs de
se rendre ridicule? Et l'on s'imaginait que, dans la démocratie
moderne, le ridicule était aussi mortel qu'aux jours anciens où
l'opinion de la bonne compagnie faisait loi. Personne ne paraît s'être
douté alors que de cette folle échauffourée résultait une sorte de
publicité tapageuse et violente, qui faisait connaître à la foule
l'existence, jusqu'alors ignorée, d'un héritier de Napoléon, et la
résolution où était ce dernier de tout risquer pour s'emparer de la
France.

[Note 191: _Documents inédits._]

[Note 192: Nous lisons dans une dépêche de M. Molé à M. de Barante, en
date du 5 novembre: «Cet acte insensé n'a excité ici d'autre sensation
que celle d'un profond étonnement. On a peine à concevoir les
illusions qui l'ont produit, et chacun se dit que, de tous les partis
opposés au gouvernement du Roi, celui qui vient de signaler son
hostilité est certainement le moins en état de lui susciter des
dangers ou des embarras sérieux.» (_Documents inédits._)--M. de
Sainte-Aulaire constate, dans ses _Mémoires_, une impression analogue:
«Ses prétentions, écrit-il en parlant du prince Louis, étaient un
sujet de risée; je n'ai jamais rencontré personne qui prît la peine de
les discuter.» Il ajoute que le duc d'Orléans, parlant des luttes
qu'il aurait à soutenir, ne supposait jamais que le danger pût venir
des Bonaparte; le prince royal croyait que les républicains eux-mêmes
ne seraient jamais en mesure de disposer des destinées de la France;
c'était ailleurs qu'il voyait le péril. «Je l'ai souvent entendu,
continue M. de Sainte-Aulaire, prévoir, en la déplorant, la nécessité
où il serait un jour de combattre, dans la Vendée, des parents qu'il
aimait et respectait. Les serviteurs les plus dévoués de la maison
d'Orléans ne voyaient de dangers sérieux que de ce côté.» (_Mémoires
inédits du comte de Sainte-Aulaire._)]

Si peu sérieuse qu'eût paru la tentative de Strasbourg, il y avait là
des coupables sur le sort desquels le gouvernement devait statuer. Il
n'eut aucune hésitation. Il estima d'abord que le neveu de Napoléon
Ier ne devait, pas plus que la belle-fille de Charles X, être livré
aux tribunaux: dans un tel procès, tout lui semblait à redouter,
l'humiliation d'un prince comme la mise en scène d'un prétendant, la
rigueur d'une condamnation comme le scandale d'un acquittement. Donc,
pas de poursuite judiciaire. Mais que faire du personnage? Le souvenir
de Blaye était trop présent pour qu'on ne sentît pas quel pouvait être
l'embarras d'une détention arbitraire. En 1832, Louis-Philippe avait
regretté que la volonté contraire de ses ministres et l'excitation de
l'opinion ne lui permissent pas de faire simplement reconduire la
duchesse de Berry à la frontière. En 1836, il était plus libre de
suivre son sentiment. Il fut donc décidé que, sans s'arrêter aux
poursuites déjà commencées par les autorités judiciaires, le prince
Louis serait embarqué sur un vaisseau français et mis en liberté dans
un port des États-Unis. Cette décision, toute clémente, était déjà
arrêtée, quand parvinrent aux Tuileries les supplications de la reine
Hortense, accourue à Paris pour implorer l'indulgence du Roi.
Celui-ci, d'ailleurs, était confirmé dans son sentiment par d'autres
motifs. Craignant, comme beaucoup d'autres alors, que le jeune duc de
Bordeaux ne fût tenté un jour d'imiter sa mère et de risquer une
descente en Vendée, il était bien aise d'établir ce précédent. «J'ai
songé au duc de Bordeaux, en graciant Louis Bonaparte», répéta-t-il
aux ambassadeurs étrangers[193]. Et puis il estimait digne de lui et
de la race des Bourbons d'étonner, par cette clémence, le neveu de
celui qui avait fait fusiller le descendant des Condé dans les fossés
de Vincennes[194]. «Mon coeur, écrivait la Reine, éprouve une douce
jouissance en pensant au parallèle qu'on fera, dans l'histoire, entre
le malheureux événement du duc d'Enghien et celui-ci[195].» Le prince
Louis fut donc extrait, le 10 novembre, de la citadelle de Strasbourg,
traversa Paris, arriva à Lorient dans la nuit du 13 au 14, et fut
embarqué sur la frégate _l'Andromède_, qui devait le déposer à
New-York. Il parut éprouver et manifesta alors pour la générosité du
gouvernement du roi Louis-Philippe des sentiments qu'il eut le tort
d'oublier plus tard[196]. Quand la frégate fut sur le point
d'appareiller, le sous-préfet de Lorient demanda au prince si, en
arrivant aux États-Unis, il y trouverait pour les premiers moments les
ressources dont il pourrait avoir besoin.--«Aucune, répondit-il.--Eh
bien, mon prince, reprit le sous-préfet, le Roi m'a chargé de vous
remettre quinze mille francs qui sont en or dans cette petite
cassette.» Louis Bonaparte prit la cassette, et la frégate mit à la
voile. Restaient les complices du prétendant, et notamment les
officiers qui avaient donné à leurs soldats l'exemple de la trahison.
Il importait à la fidélité de l'armée que de tels faits ne
demeurassent pas sans répression. Si des militaires seuls avaient été
en cause, nulle difficulté: le conseil de guerre eût statué; mais
parmi les conjurés se trouvaient quelques civils; dès lors, il n'y
avait choix qu'entre deux partis: ou considérer le fait comme un
attentat et le déférer à la cour des pairs, ou saisir le jury.
Craignit-on de paraître accorder trop d'importance politique à cette
échauffourée, si l'on en renvoyait les auteurs devant la plus haute
juridiction du royaume? Ou bien, en présence des critiques élevées
contre la libération arbitraire du principal coupable, voulut-on
apaiser les mécontents, en choisissant pour les autres accusés la
juridiction la plus populaire? Toujours est-il que le gouvernement
décida de renvoyer l'affaire devant la cour d'assises du Bas-Rhin. Il
ne devait pas tarder à s'apercevoir que c'était une faute.

[Note 193: Dépêches de Werther, du 18 novembre 1836 et du 16 février
1837. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 653.)]

[Note 194: Le Roi raconta alors à M. de Brignoles-Sales, ambassadeur
sarde, que le prince Louis avait été étonné de ne pas subir le sort du
duc d'Enghien. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 652.)]

[Note 195: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 196: Certains partisans du prince ont cherché à nier après coup
l'expression de cette reconnaissance. Ils ont démenti l'authenticité
d'une lettre au Roi qui fut alors publiée. Mais, dans une autre lettre
écrite à son défenseur et terminée à Lorient, le 13 novembre, au
moment de s'embarquer, lettre qui n'a pu être contestée, le prince
parlait du Roi qui, «dans sa clémence, avait ordonné qu'il fût
transporté en Amérique». Tout en regrettant de ne pas «partager le
sort» des amis qu'il avait «entraînés à leur perte», il disait
«apprécier, comme il le devait, la bonté du Roi», et ajoutait:
«J'étais coupable contre le gouvernement: le gouvernement a été
généreux envers moi.» C'est après avoir lu cette lettre devant le jury
de Strasbourg, dans le procès des complices du prince, que Me Parquin,
défenseur du commandant Parquin, s'écria: «Parmi les défauts de
Louis-Napoléon, il ne faut pas du moins compter l'ingratitude.»]


V

Presque au même moment où celui qui devait être Napoléon III faisait
une si étrange entrée sur la scène politique, la mort en faisait
silencieusement sortir celui qui avait été Charles X. Ce prince
s'éteignit à Goritz, le 6 novembre 1836; il venait d'entrer dans sa
quatre-vingtième année; aucun des rois de sa race n'avait atteint un
âge aussi avancé. Depuis 1832, il avait quitté l'Écosse et accepté, à
Prague, l'hospitalité de l'empereur François II. Enfermé, en compagnie
de quelques anciens serviteurs, dans le sombre château du Hradschin,
avec des grenadiers autrichiens montant la garde à la porte de ses
appartements, il semblait plus loin que jamais de la France moderne.
La triste issue de la tentative de la duchesse de Berry l'avait
confirmé dans son parti pris d'inaction. Il tenait rigueur à la
princesse, déchue par son second mariage: ce ne fut qu'à grand'peine,
et sur les instances des royalistes les plus considérables, qu'il
consentit à lui laisser entrevoir ses enfants, le duc de Bordeaux et
sa soeur[197]. Il se méfiait de tous les agités de son parti. Bien
loin de désirer leurs visites, il les redoutait plutôt, et M. de
Metternich était sûr de lui plaire, quand il refusait des passe-ports
à plusieurs de ces importuns. «Charles X, disait le chancelier
d'Autriche à l'ambassadeur de France, ne veut pas être compromis,
obsédé, ruiné par une foule de gens qui, plus ou moins zélés ou
désintéressés, viennent en foule lui offrir leurs services et lui
demander de l'argent[198].»

[Note 197: Abattue et humiliée, la duchesse de Berry finit, après
avoir erré en Italie et en Autriche, par s'installer dans un château
voisin de Prague.]

[Note 198: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

Ce vieux roi immobile n'était pas le chef qu'eussent voulu les
royalistes qui rêvaient d'une revanche en Vendée ou d'un coup de main
en partie liée avec les sociétés secrètes; il ne convenait guère
davantage à ceux qui, dans leurs alliances de tribune, de presse ou
d'élection avec les hommes de gauche, en étaient venus à professer sur
la liberté, sur le droit du Parlement, et même sur la démocratie,
certaines thèses singulièrement différentes des principes qui avaient
eu cours aux Tuileries, sous le ministère du prince de Polignac, ou se
conservaient au Hradschin avec M. de Blacas. Aussi ces royalistes en
voulaient-ils plus que jamais à leur prince, de garder si jalousement,
malgré l'abdication de Rambouillet, ce titre de roi dont il ne faisait
rien, ou du moins dont il ne se servait que pour imposer à tous les
siens sa volonté d'inertie. À leurs yeux, la royauté était passée,
depuis le 2 août 1830, sur la tête de Henri V, et, en attendant sa
majorité, une régence eût dû être constituée: plusieurs soutenaient
même que cette régence appartenait de droit à la duchesse de Berry. De
telles prétentions étaient qualifiées de révolutionnaires dans la
petite cour de Charles X. On y soutenait volontiers que les
abdications étaient nulles, d'abord parce que les conditions n'en
avaient pas été remplies, à commencer par la première qui était la
reconnaissance et la proclamation de Henri V, subsidiairement parce
qu'elles n'avaient pas été libres. Ni Charles X ni le duc d'Angoulême
ne se prononçaient, mais ils laissaient dire. Ces divisions
n'embarrassaient pas peu l'action royaliste. Des conférences eurent
lieu sous la présidence de M. de Pastoret pour y mettre fin: elles
n'aboutirent à aucune décision. On demanda à Charles X de trancher la
question; il ne voulut pas faire plus que d'écrire au marquis de
Latour-Maubourg une lettre où il recommandait de travailler dans
l'intérêt de son petit-fils[199]. Vers 1833, M. de Blacas envoya un
ancien magistrat, M. Billaut, à Paris, pour faire accepter aux
fractions divergentes du parti une sorte de transaction. «Les
abdications, disait le juriste de la cour, au fond, dans la forme, et
par les circonstances qui s'y rattachent, sont un acte sans valeur;
mais le Roi sait très-bien, ainsi que M. le Dauphin, qu'ils ont voulu
transmettre la couronne à M. le duc de Bordeaux: ils persistent dans
cette résolution; seulement elle s'accomplira quand le moment sera
venu. Jusque-là, il faut que la royauté reste comme dans un nuage, _in
nube_. Vous voulez Henri V, vous l'aurez, mais voici de quelle
manière: le Roi sera rétabli sur son trône, parce qu'il faut qu'il y
remonte; après avoir rétabli la monarchie légitime, il la remettra
solennellement, ainsi que M. le Dauphin, à M. le duc de Bordeaux.» Une
conférence eut lieu où l'envoyé exposa son système; mais il fut
combattu par le général de Clermont-Tonnerre et par M. Berryer. M.
Billaut avait insisté sur le caractère vif et emporté du duc de
Bordeaux, qui s'exalterait, disait-il, et deviendrait indomptable,
s'il se croyait véritablement roi. On lui répondit que si tel était le
caractère du jeune prince, il y aurait un danger bien plus grand à le
dépouiller d'une royauté qu'il devait regarder comme acquise. Cette
conférence n'eut donc pas plus de résultat que les précédentes[200].

[Note 199: _Un ministre de la Restauration, le marquis de
Clermont-Tonnerre_, par M. Camille ROUSSET, p. 409 à 411.]

[Note 200: _Ibid._, p. 411 et 412.]

Ces contestations n'étaient pas faites pour apaiser les royalistes,
déjà disposés à blâmer ce qui se faisait et ce qui ne se faisait pas à
la cour de Prague. Leurs critiques devenaient de plus en plus âpres.
Ils déploraient l'influence dominante du duc de Blacas et la direction
donnée par M. de Damas à l'éducation du duc de Bordeaux. Ils
témoignaient la crainte que ce jeune prince ne fût élevé dans des
idées étroites, vieillies, impopulaires, et ne fût ainsi mal préparé à
comprendre la France, comme à s'en faire aimer[201]. L'opposition
éclata surtout avec une vivacité qui était un signe du temps, quand,
en 1833, Charles X appela deux Jésuites, en qualité de précepteurs,
auprès de son petit-fils[202]. La _Gazette de France_ et la
_Quotidienne_ attaquèrent ce choix qui leur paraissait une sorte
d'imprudent défi à l'opinion régnante; la clameur fut telle dans le
camp des royalistes, qu'au bout de cinq mois, Charles X crut devoir
congédier les Jésuites et les remplacer par Mgr Frayssinous.

[Note 201: On trouve dans les _Mémoires d'outre-tombe_, de M. DE
CHATEAUBRIAND, notamment dans le célèbre récit du voyage à Prague, la
trace des sentiments alors régnants dans une partie du monde
royaliste. Seulement, l'illustre écrivain y a ajouté sa note
personnelle d'amertume chagrine et dédaigneuse.]

[Note 202: Le général des Jésuites, qui craignait, lui aussi, que son
Ordre ne fût compromis, notamment en France, par une telle
désignation, n'avait accédé qu'à regret et sur l'ordre formel du Pape
à la demande de Charles X. Le provincial, en résidence à Paris, eut à
cette occasion des conversations avec M. Thiers. Celui-ci le rassura,
déclarant qu'il trouvait la conduite des Jésuites toute naturelle, et
que le gouvernement ne voyait là aucune raison de se départir de sa
tolérance à leur égard. (_Histoire de la Compagnie de Jésus_, par M.
CRÉTINEAU-JOLY, t. VI.)]

Dans cette même année 1833, à l'occasion du quatorzième anniversaire
de la naissance du duc de Bordeaux, les ardents, et parmi eux beaucoup
de combattants de la Vendée, résolurent d'organiser, à grand tapage,
une sorte de pèlerinage à Prague. On voulait faire une manifestation
qui secouât la torpeur de la vieille cour, et célébrer en quelque
sorte l'émancipation du jeune roi: ne parlait-on pas de proclamer ce
dernier majeur, et quelques têtes chaudes ne rêvaient-elles même pas
de s'emparer de sa personne? Charles X, fort effarouché de tout ce
bruit, s'en plaignit à M. de Metternich, qui fit prier le duc de
Broglie de suspendre la délivrance des passe-ports pour la Bohême. Le
ministre français répondit que notre législation ne le lui permettait
pas; réponse dont le chancelier conserva quelque humeur. Ne pouvant
arrêter l'invasion qui le menaçait, le vieux roi prit le parti étrange
de s'évader de Prague, avec son petit-fils. M. de Metternich, causant
alors avec M. de Sainte-Aulaire, s'égayait beaucoup du désappointement
des légitimistes, «quand, en arrivant à Prague, ils n'y trouveraient
plus Henri V, et devraient ainsi jouer la tragédie d'Hamlet sans
Hamlet». Leur mortification fut grande, en effet. Plusieurs pèlerins
parvinrent à rejoindre la petite cour fugitive à Butchirad, où ils
purent présenter à la hâte leurs hommages au jeune roi. Mais à peine
étaient-ils arrivés, que, sans attendre l'anniversaire, occasion de la
manifestation projetée, Charles X emmena de nouveau son petit-fils;
cette fois, il s'enfuit jusqu'à Leoben en Styrie. La police
autrichienne fit bonne garde autour de cette ville et ne laissa
approcher personne[203].

[Note 203: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

Depuis lors, rien ne vint troubler la monotonie triste et la muette
immobilité des dernières années de Charles X. Sans un doute sur la
pérennité imprescriptible de son droit, sans un trouble de conscience
sur l'usage qu'il en avait fait dans le passé, sans un regret des
fautes qu'il ne voyait pas, mais aussi sans espoir humain d'une
revanche, l'honnête et aveugle auteur des ordonnances de Juillet
demeurait aussi obstinément infatué de ses idées propres que
pieusement résigné à son malheur. Doux d'ailleurs envers les hommes et
les événements, ne se laissant ni irriter ni ébranler par aucune
contradiction, aimable et bon avec son entourage, il n'avait rien de
l'amertume ombrageuse, fréquente chez les vaincus de la vie. Il ne
s'inquiétait que de garder la dignité de sa royauté honoraire et
d'assurer le salut de son âme. Une telle attitude facilitait
singulièrement le rôle du gouvernement français. «Je n'avais point,
écrit l'ambassadeur de France près la cour de Vienne, à surveiller ce
qui se passait dans la triste et paisible retraite du Hradschin. Le
duc de Broglie m'avait dit, en m'envoyant à Vienne, que le nom de
Charles X ne se trouverait probablement pas une fois dans ses
dépêches, et, pas plus que moi, il n'eût voulu troubler la solitude et
ajouter à l'infortune du vieux roi[204].»

[Note 204: _Ibid._--Le gouvernement du roi Louis-Philippe devait du
reste persister dans cette conduite, même après la mort de Charles X.
On lit, à la date du 26 décembre 1839, dans le journal de la princesse
de Metternich: «Clément (M. de Metternich) a reçu hier un courrier de
Paris, qui lui annonce que Louis-Philippe est très-irrité contre M. de
la Tour-Maubourg, son ambassadeur à Rome, parce que celui-ci se plaint
de la présence du duc de Bordeaux. Il jouit, dit-il, des priviléges
indiscutables d'un prince français, et M. de la Tour-Maubourg est tenu
de le traiter avec le plus grand respect. Jamais on ne pourra
reprocher à Louis-Philippe de manquer d'esprit.» (_Mémoires de M. de
Metternich_, t. VI, p. 347.)]

En 1836, Charles X se décida à quitter Prague et à chercher un climat
plus doux. Vers la fin d'octobre, après un voyage ralenti par une
grave maladie du duc de Bordeaux, il se trouva avec les siens dans la
petite ville de Goritz, en Illyrie. Le 1er novembre, il fut pris d'un
léger dérangement d'entrailles. Le 4, le mal s'aggrava subitement, et
les médecins constatèrent une violente attaque de choléra: il apparut
aussitôt que la mort était proche. Dans son agonie, le malade n'eut de
paroles et de pensées que pour Dieu. Il expira le 6 novembre, à une
heure et quart du matin. Peu de jours après, en présence d'étrangers
nombreux et de quelques Français, son corps fut inhumé dans le couvent
de Franciscains où, près d'un demi-siècle plus tard, devait être
également portée la dépouille de son petit-fils.

La simplicité douloureuse de cette mort ne fixa pas longtemps
l'attention, aussitôt distraite, du public français. On se découvrit
un instant devant ce cercueil lointain, puis chacun s'en alla à ses
affaires. Le ton de la presse fut du reste généralement convenable, et
le principal organe du gouvernement, le _Journal des Débats_, parla
avec respect de ce «long exil supporté avec résignation et avec une
sorte de grandeur religieuse». À la différence des autres cours
d'Europe, celle de France ne prit pas le deuil. Ainsi statua le
conseil des ministres, après en avoir longuement délibéré. On donna
pour raison que, selon la loi de l'étiquette, le deuil ne se prenait
que sur notification du décès, et que cette notification n'avait pas
été reçue. C'était se décider par un petit motif, dans une affaire qui
eût du être regardée de plus haut. Peut-être les ministres avaient-ils
craint de fournir un nouveau prétexte aux criailleries de ceux qui
leur avaient si violemment reproché de n'être pas des «hommes de
Juillet».

Dans l'intérieur du parti royaliste, la mort de Charles X ne résolvait
pas la question d'abdication. L'héritier le plus proche du défunt
était son fils, le duc d'Angoulême, alors âgé de soixante et un ans.
Le 2 août 1830, en même temps que son père abdiquait, il avait
renoncé à ses droits en faveur de son neveu. Sur la valeur et la
portée de cette renonciation, même incertitude qu'au sujet de
l'abdication de Charles X. Il semblait cependant qu'on n'eût pas à
redouter de l'ancien Dauphin des prétentions excessives. Très-pieux,
brave, instruit, sensé, mais d'une timidité gauche qui allait jusqu'à
la sauvagerie, il paraissait moins fait pour commander que pour obéir,
et était toujours plus prompt à se cacher qu'à se mettre en avant. On
put croire, au premier moment, qu'il allait donner pleine satisfaction
aux partisans de Henri V: «J'ai annoncé à mon neveu, dit-il à M. de
Clermont-Tonnerre, que je ne prenais pas le titre de roi, et que je me
ferais appeler le comte de Marnes.» Mais à peine avait-on eu le temps
de le remercier, qu'il laissait M. de Blacas rétablir autour de lui
l'étiquette royale, et faire décider, dans un conseil intime, que,
devenu Louis XIX, il devait prendre le titre de roi. Toutefois, pour
donner satisfaction aux autres royalistes, il fut convenu que, si le
fils de Charles X succédait provisoirement à son autorité, notamment à
celle que le Roi exilé avait exercée comme chef de famille, ce n'était
que jusqu'à la fin des malheurs de sa maison; le duc de Bordeaux
devait être seul roi, le jour où le titre cesserait d'être honoraire.
Ajoutons que cette royauté ne se manifestait que dans l'intimité de la
petite cour; pour tous les actes extérieurs, l'ancien Dauphin n'était
que le comte de Marnes. D'ailleurs, les cours étrangères, celle de
Vienne en tête, se refusèrent à le traiter en roi; elles ne lui
reconnurent d'autre qualité que celui de chef de sa famille, et
continuèrent à lui donner le titre d'Altesse royale[205]. En somme,
la mort de Charles X ne changea à peu près rien à la direction du
parti royaliste. Cette direction n'en était ni rajeunie, ni plus en
harmonie avec le mouvement de la France nouvelle.

[Note 205: M. de Metternich dit alors à l'ambassadeur de France:
«Charles X était roi, malgré son abdication, la royauté étant
indélébile. Nous l'avons dès lors traité et dû traiter de Majesté. La
maison de France comptait donc deux rois jusqu'à présent. Aujourd'hui,
il n'y en a plus qu'un pour nous. Le duc d'Angoulême est _Altesse
royale_. Personne, parmi nos employés, ne lui reconnaîtra et ne lui
donnera par courtoisie un autre titre. C'est cependant à lui que nous
reconnaîtrons le droit de décider toute question relative au duc de
Bordeaux, mais seulement comme _paterfamilias_.» (Lettre particulière
de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé.)--Cf. aussi une dépêche du 1er
décembre 1836, dans laquelle M. de Barante rapporte un langage
analogue de M. de Nesselrode. (_Documents inédits._)]


VI

Cependant le temps s'écoulait, et l'on approchait du jour où les
Chambres devaient se réunir. Chacun se préparait au combat qui allait
s'engager. Louis-Philippe, qui se sentait personnellement en cause, à
raison de l'initiative qu'il avait prise dans le renvoi de M. Thiers,
ne restait pas inactif. «Le Roi, écrivait, en décembre 1836, un ami du
cabinet, commence à donner des dîners et à prêcher les députés.» Il
disait à l'un de ces derniers: «Je suis très-content de mon ministère,
et ceux qui ne veulent pas m'être désagréables ne lui font pas
d'opposition[206].» D'autre part, la presse de gauche redoublait de
violence, exploitant, dénaturant tous les événements qui se
produisaient, et faisant porter le principal effort de son attaque sur
la politique étrangère.

[Note 206: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Toutefois, cette violence n'était pas un présage bien alarmant pour la
lutte parlementaire, si l'opposition de gauche devait s'y trouver
réduite à ses anciennes forces. La question délicate était de savoir
ce que ferait M. Thiers, et tous les yeux se tournaient alors vers
lui, avec une curiosité anxieuse. Depuis 1831, il avait combattu avec
les conservateurs; même pendant le ministère du 22 février, il s'était
défendu d'avoir quitté les rangs de l'ancienne majorité du 13 mars et
du 11 octobre. Voudrait-il, cette fois, par dépit, rompre ouvertement
des liens de cinq années? Il avait tout d'abord éludé cette sorte
d'interrogation muette, en partant pour l'Italie, immédiatement après
sa sortie du ministère. Mais son court voyage de dilettante terminé,
il était revenu à Paris, en novembre: dans quelles dispositions?

Dès son retour, les journaux de gauche lui firent mille avances; ils
lui donnaient à entendre que ses antécédents révolutionnaires
n'étaient pas oubliés, et qu'il dépendait de lui de reconquérir les
suffrages des hommes de Juillet, en attaquant franchement ses anciens
alliés, les doctrinaires. On put aussitôt se rendre compte que M.
Thiers accueillait favorablement ces avances. Il avait, dans le salon
de M. Mathieu de la Redorte, des pourparlers avec M. Odilon Barrot, ne
parlait de M. Guizot et de ses amis qu'avec haine et mépris,
déblatérait contre le «système antinational» que l'on inaugurait,
disait-il, dans la politique extérieure, et dont l'affaire d'Espagne
n'était qu'un incident. En même temps, il tâchait de renouer des
relations avec ses anciens amis du parti révolutionnaire, forcément
négligés pendant sa phase conservatrice, entre autres avec Béranger,
qui écrivait à ce propos: «Thiers est un très-bon enfant, que son peu
de tenue a fait calomnier au delà de ses mérites.» Il devint donc
manifeste pour tous que le dernier président du conseil prenait à
l'égard de ses successeurs l'attitude d'un opposant déclaré[207]. Il
s'apprêtait à jouer ce nouveau rôle avec son entrain habituel. «M.
Thiers, écrivait la duchesse de Broglie, le 12 novembre 1836, est fort
animé, plein d'espérances et de projets[208].» Sans doute, s'il se
séparait ainsi des conservateurs, l'ancien lieutenant de Casimir
Périer, l'ancien collègue du duc de Broglie et de M. Guizot n'allait
pas du coup jusqu'en pleine gauche; sa prétention était d'agglomérer
et de fixer, pour ainsi parler, les éléments, jusqu'alors flottants et
inconsistants, du tiers parti, d'y ajouter les conservateurs qu'il
avait pu entraîner dans sa défection, ou ce qu'il espérait détacher de
la gauche, et de constituer par là un groupe nouveau, militant, qu'il
devait commander, et auquel il donna un nom, à peu près délaissé
depuis la révolution de Juillet, celui de centre gauche[209].

[Note 207: M. Molé écrivait à M. de Barante, le 18 décembre 1836:
«S'il faut juger du rôle que M. Thiers jouera dans la session, par sa
conduite et son langage, ce rôle sera actif et celui d'une opposition
à outrance.» (_Documents inédits._)--Le vicomte de Launay (madame de
Girardin) disait dans sa «lettre parisienne» du 30 novembre 1836: «On
parle de la guerre que l'ancien président du conseil va déclarer au
ministère d'aujourd'hui. Les grands exploiteurs de petites haines font
leurs préparatifs. Déjà les hostilités commencent, grâce à leurs
soins.»]

[Note 208: _Documents inédits._]

[Note 209: Cette conduite n'était pas faite, d'ailleurs, pour
surprendre ceux qui avaient pu pénétrer les sentiments de M. Thiers
dans la crise qui avait mis fin à son ministère. Quelques-uns avaient
pu alors l'entendre dire «qu'il attendait le nouveau ministère à la
prochaine session; qu'il ne ferait pas une opposition de salon, mais
de tribune; qu'il formerait un parti nouveau dans la gauche, et le
renforcerait par le tiers parti; que, dans six mois, il serait de
nouveau ministre, et qu'alors il conduirait la révolution de Juillet à
ses fins». (_Mémoires de M. du Metternich_, t. VI, p. 155.)]

Tout en rompant avec ses anciens compagnons d'armes du parti de la
résistance, M. Thiers tâchait de conjurer la déconsidération qui en
résultait pour lui, et, dans ce dessein, entretenait très-ostensiblement
de bonnes relations avec le duc de Broglie. Il continuait à le voir,
alors qu'il ne voyait plus M. Guizot, et se montrait tout heureux et
flatté quand le noble visiteur apparaissait dans son salon[210]. Quelle
couverture morale n'eût-ce pas été pour lui, s'il avait donné à entendre
au public qu'il était approuvé par l'ancien chef, si universellement
respecté, du cabinet du 11 octobre! Depuis longtemps déjà, il y avait,
chez lui, tendance visible à se faire honneur de cette aristocratique
amitié. Dans les incidents qui avaient marqué la formation du ministère
du 6 septembre, il tâchait de faire voir une séparation définitive entre
M. Guizot et le duc de Broglie. Mais celui-ci n'était pas homme à
permettre qu'on disposât de lui: aussi incapable de se laisser détourner
de sa voie par un froissement personnel que de se laisser gagner par une
cajolerie. Sans doute, il n'augurait pas très-favorablement du cabinet;
son origine et sa composition ne lui paraissaient pas assez
parlementaires; la direction donnée à sa diplomatie lui plaisait peu; il
avait loyalement prévenu M. Guizot, dès le début, qu'il «réservait son
libre arbitre et son franc parler[211]». Sans doute aussi, n'ayant à
l'égard de M. Thiers rien du sentiment de rivalité un peu jalouse auquel
M. Guizot cédait trop souvent, il était plus préoccupé que les autres
doctrinaires de retenir dans les rangs conservateurs, fût-ce en fermant
les yeux sur certains torts, un homme qui avait été un allié si précieux
et qui pouvait devenir un ennemi si nuisible; il eût dit volontiers de
lui, comme le comte de Sainte-Aulaire: «Je suis persuadé qu'il nous fera
une fois beaucoup de mal, si on ne lui arrange pas l'occasion de nous
faire beaucoup de bien[212].» Mais de là à suivre ou à patronner dans
son opposition le chef du nouveau centre gauche, la distance était
grande. S'il n'avait pas rompu avec ce dernier, il entretenait avec M.
Guizot et ses collègues des relations encore plus suivies, mettant même
une sorte de coquetterie fière à en conserver toutes les formes amicales
et à ne rien laisser paraître au dehors de sa blessure intime.

[Note 210: Nous lisons, à la date du 8 décembre 1836, dans le journal
intime d'un ami du duc de Broglie: «On parle beaucoup d'une apparition
que M. de Broglie a faite, ces jours derniers, à une soirée de M.
Thiers, à la suite d'une visite semblable qu'il avait reçue de ce
dernier. Il est évident que M. Thiers voudrait établir, entre lui et
son prédécesseur dans la présidence du conseil, une solidarité
apparente qui lui donne l'espèce de force morale qui lui manque.»
(_Documents inédits._)]

[Note 211: «Autre chose est pour moi, vous le comprenez, un cabinet
formé par vous, dirigé par vous, autre un cabinet formé par M. Molé et
dans lequel vous acceptez un poste à telles ou telles conditions; je
ne puis être pour ce dernier ce que j'aurais vraisemblablement été
pour l'autre; je ne puis placer dans ce dernier la confiance que
l'autre m'avait inspirée... La position que je prendrai sera tout
amicale; mais je suis forcé de réserver mon libre arbitre et mon franc
parler.»]

[Note 212: _Documents inédits._--La duchesse de Broglie écrivait de
son mari, le 12 novembre 1836: «Victor n'offusque personne et ne se
mêle à aucune malveillance, en évitant toute solidarité. Je suis
heureuse de le voir ainsi et très-serein.»]

À l'heure où les partis faisaient ainsi leurs derniers préparatifs
pour la lutte parlementaire qui allait s'engager dans quelques jours,
une nouvelle douloureuse, arrivée à l'improviste d'Algérie, vint
attrister tous les patriotes en même temps que fournir une arme
nouvelle aux opposants. On apprit à Paris, vers le milieu de décembre,
qu'une expédition dirigée contre Constantine, commandée par le
maréchal Clauzel, gouverneur d'Algérie, avait abouti à un désastre tel
que nos armes n'en avaient pas encore subi en Afrique. Après avoir
échoué dans une attaque de vive force contre la ville, la petite armée
française avait dû battre en retraite, semant dans la boue et la neige
les cadavres des soldats épuisés de froid, de faim ou de maladie, ou
frappés par l'ennemi qui les harcelait sans cesse. Le récit de ce
tragique épisode trouvera sa place dans l'exposé d'ensemble que nous
ferons plus tard de la longue guerre d'Afrique. Nous nous bornons,
pour le moment, à noter le contre-coup de cet échec en France. «Le
désastre de Constantine, écrivait un observateur à la date du 14
décembre, est devenu pour l'opposition le texte de la polémique la
plus violente contre le ministère. On m'assure que, dès hier soir, il
y avait une joie féroce dans le salon de M. Thiers. On espère avoir
trouvé le terrain favorable pour abattre les doctrinaires[213].» En
effet, les journaux de gauche essayèrent tout de suite de tourner en
soulèvement contre le ministère l'étonnement douloureux du public. À
les entendre, le désastre venait de ce que les renforts nécessaires
avaient été refusés au maréchal Clauzel par des ministres dont
l'arrière-pensée était d'abandonner l'Algérie: marque nouvelle de
cette indifférence pour la grandeur nationale que l'on reprochait
partout au nouveau cabinet. Le gouvernement faisait répondre à ces
attaques que l'expédition avait été décidée et préparée par le
ministère précédent, qu'elle était, comme la querelle avec la Suisse,
un legs du 22 février. Elle faisait en effet partie d'un vaste plan
d'occupation de toute la Régence, plan peu réfléchi auquel le maréchal
Clauzel avait conquis l'imagination parfois aventureuse de M. Thiers.
Le nouveau ministère, qui se méfiait du maréchal et songeait même à
lui retirer le gouvernement de l'Algérie, lui avait signifié
expressément que son plan était désapprouvé; que si on lui permettait
de faire l'expédition déjà annoncée et préparée contre Constantine,
c'était à regret et sous la condition que le maréchal jugerait
possible de la mener à fin avec les forces dont il disposait; que s'il
estimait ces forces insuffisantes et des renforts nécessaires, il
n'avait qu'à s'abstenir. Les avocats du cabinet concluaient donc que
la faute incombait surtout au maréchal, qui, par légèreté, présomption
et impatience d'un succès personnel, s'était lancé en avant dans des
conditions mal étudiées et à une époque défavorable; qu'elle incombait
aussi au ministère précédent, qui avait encouragé ce commandant
téméraire; mais qu'on ne pouvait s'en prendre au ministère actuel, qui
avait tout fait pour le mettre en garde et le contenir. En dépit
cependant de ces justifications, la nouvelle d'un tel échec, sans
précédent depuis 1815, survenant moins de deux semaines avant
l'ouverture de la session, laissait une impression de tristesse,
d'humiliation, de méfiance; état d'esprit dont le gouvernement, même
innocent, pouvait avoir à souffrir plus que l'opposition.

[Note 213: _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]


VII

L'ouverture de la session était fixée au 27 décembre. Ce jour même, le
Roi, en voiture avec trois de ses fils, se rendait au palais Bourbon
pour présider à cette cérémonie, quand, sur le quai des Tuileries, un
coup de pistolet fut tiré sur lui. La balle effleura sa poitrine et
brisa une glace dont les éclats blessèrent légèrement deux des jeunes
princes. L'assassin fut arrêté aussitôt, et le Roi continua sa route,
saluant de la main la foule qui l'acclamait. À la Chambre, où la
rumeur de l'attentat avait précédé l'arrivée du cortége royal,
l'émotion était extrême: «Les regards inquiets, rapporte un témoin, se
tournaient en hésitant vers la Reine; on restait immobile, on se
taisait, comme pour ne pas susciter, par un trouble visible, ses
premières terreurs.» À l'entrée de Louis-Philippe et des princes, dont
quelques gouttes de sang tachaient les habits, des vivat enthousiastes
s'élevèrent et se prolongèrent pendant plusieurs minutes. D'une voix
ferme, le Roi lut un discours plein de confiance dans l'avenir de la
France. Puis il rentra aux Tuileries, à travers les rangs serrés de la
population accourue pour témoigner de sa sympathie et de son
indignation.

L'auteur de ce nouveau crime, nommé Meunier, était un jeune homme de
vingt-deux ans, grossier, obstiné, dont la vie avait été jusqu'alors
perdue dans la paresse et la débauche. Interrogé sur les motifs de son
crime: «Les lectures, répondit-il, m'ont appris que les d'Orléans
avaient toujours fait le malheur de la France.» Avait-il eu des
complices proprement dits? L'instruction laissa des doutes sur ce
point. La Chambre des pairs le condamna à mort; mais la bonté
excessive du Roi commua la peine en un exil perpétuel: elle pourvut
même à ce que ce misérable n'arrivât pas dénué de toute ressource aux
États-Unis où il fut conduit. Peu après cet attentat, la police
découvrait chez un mécanicien nommé Champion une machine infernale,
déjà presque complétement construite. Conduit aussitôt en prison,
Champion s'y étrangla. Cette persistance du régicide éveillait dans le
public un sentiment mêlé de peur et de honte. On ne voyait aucun moyen
d'arrêter cette monstrueuse épidémie. Par un renversement singulier,
les sujets en étaient venus à prendre compassion de leur souverain.
«Ah! écrivait alors madame de Girardin, c'est un triste pays que celui
où la royauté a toute la pitié du peuple[214].»

[Note 214: _Lettres parisiennes du vicomte de Launay_, 29 décembre
1836, t. 1, p. 45.]

Pendant ce temps, que devenait la session ouverte sous de si lugubres
auspices? Le ministère y trouvait-il une majorité? La discussion de
l'Adresse commença le 12 janvier 1837. Les événements de Strasbourg ne
donnèrent lieu qu'à une escarmouche sans conséquence, malgré
l'intervention de M. Dupin, qui descendit du fauteuil présidentiel
pour critiquer, plus en légiste qu'en homme d'État, la mise en liberté
du prince Louis. Sur le désastre de Constantine, le débat fut renvoyé
d'un commun accord au retour du maréchal Clauzel et au dépôt d'une
demande de crédits spéciaux à l'Algérie. L'opposition s'était réservé
de faire porter le principal effort de son attaque sur les affaires
d'Espagne. Un tel choix peut étonner de la part de M. Thiers; la thèse
de l'intervention n'était pas populaire à la Chambre, et son échec y
était certain. Mais la passion et le ressentiment ne raisonnent pas.
Peut-être, d'ailleurs, sans avoir d'illusion sur le résultat
parlementaire immédiat, le ministre d'hier trouvait-il que le plus
important, en vue du rôle qu'il voulait jouer à l'avenir, était de
faire oublier, fût-ce par une discussion imprudente et en apparence
maladroite, la diplomatie quelque peu réactionnaire des premiers mois
de son administration. Le débat sur l'Espagne ne dura pas moins de
trois jours[215]. Secondé par ses anciens collègues du 22 février,
appuyé par la gauche, M. Thiers s'engagea à fond, attaqua sans
ménagement aucun la politique d'abstention que chacun savait être
celle du Roi, et y opposa une politique d'intervention en faveur de
laquelle il évoquait le souvenir d'Ancône et d'Anvers[216]; politique,
en tout cas, fort différente de celle dont il avait tracé le
programme, quand, quelques mois auparavant, il écrivait à ses
ambassadeurs: «Il faut faire du cardinal Fleury[217].» La thèse
contraire fut soutenue, avec la faveur manifeste de l'Assemblée, par
les ministres et leurs amis; M. Molé prononça un discours étudié et
considérable par lequel il voulut sans doute prouver, dès le premier
jour, qu'il était un vrai chef de cabinet, de force à se mesurer avec
les plus redoutables orateurs; et M. Guizot monta deux fois à la
tribune, pour bien marquer de son côté qu'il était autre chose qu'un
simple ministre de l'instruction publique. Le vote qui suivit fut le
vote décisif de l'Adresse; le paragraphe approuvant de la façon la
plus explicite la politique que le Roi avait fait prévaloir, fut
adopté à une majorité de soixante et onze voix.

[Note 215: 14, 16 et 17 janvier 1837.]

[Note 216: «Je l'ai voulue, disait-il, cette politique du juste
milieu, modérée, mais ferme, comme le jour où elle est allée à Ancône
et à Anvers... C'est pourquoi j'attaque la politique du jour, parce
que ce n'est pas celle qui serait allée à Anvers. Non, Messieurs, si
Anvers n'était pas pris, ce n'est pas vous qui le prendriez.»]

[Note 217: Cf. plus haut, p. 52.--Par une coïncidence piquante, dans
cette même discussion, M. O. Barrot, voulant flétrir la politique de
non-intervention, s'écriait: «Une telle politique d'égoïsme et
d'indifférence conduirait la France là où elle était sous le cardinal
Fleury...»]

Sur la question espagnole, il y avait eu du moins une politique à
débattre; au sujet des affaires de Suisse, il n'y eut qu'un scandale à
remuer; mais l'opposition ne s'en fit pas faute. M. O. Barrot vint
demander s'il était vrai que Conseil eût été attaché à la police
française. Le ministère, au lieu de refuser un tel débat, par des
raisons supérieures de gouvernement, se contenta de dégager sa
responsabilité de faits antérieurs à son entrée au pouvoir et renvoya
la question au cabinet précédent. Mis en cause, M. Thiers fit cette
déclaration: «Vous l'avez dit, et vous avez raison: j'étais président
du conseil; je suis responsable de ce fait... Voici ma réponse: Oui,
comme président, j'aurais dû tout savoir; mais je n'ai pas tout su. On
aurait dû tout me dire, on ne m'a pas tout dit... Je vous le dis et
pour moi et pour le pays; le ministre des affaires étrangères n'a pas
été informé des faits; je ne sus pas ce qu'était Conseil, je ne le
sais pas encore... Maintenant ce n'est pas moi qui dois trouver à la
Chambre un coupable. Vous comprenez ma situation; je manquerais à mes
devoirs, aux convenances, si je trouvais un coupable; mais ce qu'il
m'importe de prouver, c'est que le cabinet ne l'était pas...» M.
Thiers ne pouvait ignorer quelle interprétation l'opposition donnerait
à ses assertions et surtout à ses réticences; il ne pouvait ignorer
que dans cet _on_ qui «aurait dû tout dire» et qui «n'avait pas tout
dit», dans ce «coupable» mystérieux dont il dénonçait l'existence,
mais qu'il se disait empêché de nommer, cette opposition verrait et
tâcherait surtout de faire voir à tous le Roi. Dès le début de cette
malheureuse affaire, la presse de gauche avait cherché à donner cette
direction aux soupçons du public, et c'est même uniquement pour ce
motif qu'elle avait fait si gros tapage de ce vulgaire accident. Le
ministre congédié en était-il donc arrivé, dans l'emportement de sa
rancune, à vouloir fournir de telles armes aux ennemis de
Louis-Philippe? Et que penser de M. Dufaure qui, dans ces conditions,
vint, après la déclaration de M. Thiers, demander la nomination d'une
commission d'enquête, chargée de découvrir le «coupable»? Pour couper
court à une délibération qui prenait une tournure si fâcheuse, il
fallut la lecture d'une lettre par laquelle l'ancien ministre de
l'intérieur, M. de Montalivet, assumait toute la responsabilité du
fait incriminé. Dès lors, le débat tomba de lui-même; du moment qu'il
n'avait pas chance d'aboutir au Roi, il n'intéressait plus ceux qui
s'y étaient jetés naguère avec tant d'ardeur.

Somme toute, en dépit de ce regrettable épisode, la discussion de
l'Adresse fut un succès pour le ministère. Son plus redoutable
adversaire, M. Thiers, en sortait fort compromis et diminué. Il
s'était laissé trop dériver à gauche. On était généralement choqué de
son manque de mesure et de tenue. «Il n'a pas su se renfermer,
écrivait alors un témoin impartial, dans la circonspection et la
modération au moins apparentes que l'opinion exige d'un ministre
sorti[218]. Peu à peu, tous ceux des membres du juste milieu avec
lesquels il était resté en relation s'éloignent de lui, fatigués de
ses incartades. On se répète qu'il a rendu son pouvoir impossible.
C'est trop dire dans nos temps de brusques changements; il n'y a rien
d'impossible; mais il l'a rendu très-difficile[219].» Et le même
témoin ajoutait: «M. Thiers s'est fait révolutionnaire.» C'est
également le mot dont s'était servi M. Berryer, dans cette discussion
de l'Adresse, lorsqu'il avait dit, sans soulever de contradiction: «Le
dernier chef du cabinet est rentré sous les drapeaux de l'opposition;
il y est bien, il est dans la vérité: car il est révolutionnaire.»

[Note 218: La même idée se retrouve dans une lettre de M. de Barante,
à la date du 3 février 1837: «J'aurais voulu plus de gravité et de
tenue à M. Thiers. Il a trop perdu le caractère ministériel, en
quittant le ministère.» (_Documents inédits._)]

[Note 219: _Documents inédits._]


VIII

L'ambition du ministère était de reconstituer la vieille majorité du
13 mars et du 11 octobre. Succédant à un cabinet qui n'était que trop
parvenu à déclasser, à décomposer et à désorienter les anciens partis,
il voulait rétablir cette division simple en deux camps, celui de la
résistance et celui du laisser-aller: condition la meilleure pour le
fonctionnement du régime parlementaire[220]. Pouvait-on conclure du
vote émis sur les affaires d'Espagne que ce but avait été atteint?
C'eût été se faire illusion. Le gros chiffre de voix obtenu en cette
occasion par le cabinet tenait beaucoup à la question même sur
laquelle l'opposition avait porté l'attaque. Mais à regarder de près
cette majorité, que d'incertitudes dans les vues et dans les
convictions! que de divisions et de subdivisions, sinon définitivement
consommées, du moins ébauchées! que de jalousies ou de ressentiments
entre les personnes! quel entre-croisement d'intrigues! et par-dessus
tout quelle lassitude! Les ministres eux-mêmes ne se trompaient pas
sur cet état d'esprit. Dans la discussion de l'Adresse, M. Guizot
avait été amené à constater publiquement à la tribune la «fatigue,
cause du désabusement et du scepticisme général[221]». Et peu de
semaines après, s'épanchant plus librement dans une lettre intime: «Je
suis mécontent, écrivait-il, rien ne va, les amis languissent, les
ennemis agissent beaucoup. Nous sommes entourés de faiblesses, de
réticences, de trahisons, d'insuffisances. Je me sens moi-même
quelquefois sur le point d'être gagné et surmonté par le flot..... Si
je m'écoutais, si je me permettais de lire ou de faire lire jusqu'au
fond de mon âme, je dirais que je suis fatigué, que j'ai besoin de
reprendre haleine, de me rafraîchir dans le repos[222].»

[Note 220: Dans la discussion même de l'Adresse, l'un des amis du
cabinet, M. Duvergier de Hauranne, faisant, sous forme d'hypothèse, le
tableau d'un mal qui n'était que trop présent et réel, disait:
«Supposez qu'au lieu de deux armées rangées sous deux drapeaux, il y
ait une multitude de petits corps indépendants et ennemis l'un de
l'autre; supposez qu'au lieu de deux volontés clairement formulées, il
se trouve une foule de demi-volontés fugitives ou opiniâtres, mais,
dans tous les cas, aussi difficiles à saisir qu'à concilier; supposez
même, pour épuiser toutes les hypothèses, que, chez quelques-uns,
l'amour-propre blessé ou l'ambition déçue fasse oublier l'intérêt
d'une cause commune, et que par degrés l'esprit de coterie se
substitue à l'esprit d'association... alors, le gouvernement
représentatif est faussé dans son principe, paralysé dans son action.»
Il ajoutait: «Il n'y a que deux opinions sérieuses et puissantes»,
deux opinions qui ont lutté l'une contre l'autre depuis six ans: d'une
part celle qui «voulait s'abandonner au courant populaire», d'autre
part celle «qui sait que les révolutions, pour être sauvées, ont
besoin d'être contenues».]

[Note 221: Discours du 16 janvier 1837.]

[Note 222: Lettre du 19 mars 1837.]

Et cependant, si malade que fût la majorité, le ministère l'était plus
encore. À peine était-il entré en fonction, qu'avaient apparu, entre
M. Guizot et M. Molé, les premiers symptômes d'un antagonisme que le
seul vice de la situation eût peut-être suffi à produire, mais
qu'aggravait encore le caractère des deux hommes en présence, la
hauteur dédaigneuse de l'un, l'ombrageuse susceptibilité de l'autre.
Force est bien de s'arrêter à cette nouvelle division, venant si
malheureusement s'ajouter à celle qui avait déjà éclaté entre M.
Guizot et M. Thiers; elle n'exercera que trop d'influence sur les
destinées du pays, dans les années qui vont suivre.

Convaincu de sa supériorité, M. Guizot n'avait pas un moment songé à
se contenter du rôle subordonné d'un simple ministre de l'instruction
publique, ni à reconnaître à M. Molé la suprématie d'un véritable
président du conseil. Il croyait faire acte de condescendance en
traitant avec lui de puissance à puissance, comptant bien, du reste,
grâce aux opinions plus fixes et plus fermes des doctrinaires, en
imposer la marque exclusive au nouveau cabinet. Cette prétention
apparaissait parfois, non sans quelque arrogance de ton, dans les
journaux qui passaient pour être inspirés par lui et par M. de
Rémusat, dans la _Charte de 1830_ et la _Paix_. On y présentait le
ministère comme le continuateur pur et simple du 11 octobre, sans
s'inquiéter de M. Molé qui n'avait pas fait partie de ce dernier
cabinet, et qui parfois même avait tenu à s'en séparer. Du reste, dans
le monde de la Doctrine, on croyait et l'on disait volontiers que le
président du conseil n'avait ni la force physique, ni la force morale
de garder longtemps son poste, qu'il se rebuterait bientôt, et l'on
disposait déjà de sa succession. Ces propos, rapportés à M. Molé, le
blessaient, l'irritaient, et ranimaient en lui des ressentiments qui,
pour être de très-ancienne date, n'en demeuraient malheureusement pas
moins vivaces; il était en effet persuadé que, depuis 1818, époque où
il s'était une première fois heurté aux doctrinaires, ceux-ci avaient
formé une sorte de cabale, à l'effet de le faire passer pour un homme
sans consistance, ne sachant ni parler ni écrire[223]. Sous
l'impression de ces griefs anciens et nouveaux, il se montra d'autant
plus jaloux d'affirmer sa volonté de durer, qu'on lui en refusait la
puissance; de manifester sa suprématie, qu'il voyait sa supériorité
contestée; de faire sentir, jusque dans les détails et d'une façon
presque tatillonne, son autorité de président, qu'il l'entendait
traiter de «nominale». M. Guizot nous l'a dépeint «livré tantôt à des
inquiétudes, tantôt à des prétentions mal fondées et incommodes»;
prenant «toute démarche inattendue, la moindre négligence de ses
collègues comme un acte de malveillance secrète ou d'hostilité
préméditée»; ressentant «une amère blessure des plus légers déplaisirs
d'amour-propre». De son côté, M. Molé ne tarissait pas en plaintes sur
le caractère déplaisant, impérieux, et sur l'«égoïsme politique» de
ses collègues doctrinaires. Les lettres qu'il adressait alors à son
ami, M. de Barante, révèlent bien son état d'esprit et aussi la
situation intérieure du cabinet. Il écrivait, dès le 2 octobre 1836,
c'est-à-dire moins d'un mois après la formation du ministère: «Vous
connaissez l'orgueil et le caractère de chacun. Heureusement ils
m'étaient connus aussi d'avance. C'est en pleine clairvoyance et
prévoyance que je me suis engagé. Cette fois, je devais entrer et
durer. Je suis entré et je durerai, j'en ai la ferme conviction.....
Il restait deux routes ouvertes devant le même personnage (M. Guizot),
celle de l'union la plus franche avec moi, celle de la tactique d'une
rivalité constamment couverte d'apparences qu'on croit habiles. C'est
cette dernière qui a été préférée..... On se croit _tout_ et _le seul_
parce qu'on est plus attaqué. N'allez pas croire, en lisant tout ceci,
qu'il y ait non-seulement division, mais germe de division parmi nous.
Non, j'avais pris d'avance ma résolution, et rien ne m'y fera
manquer..... Je sens ma position considérable, le devenant chaque jour
davantage, et je sens mon avenir plus indépendant et plus étendu que
celui d'autrui.» Le 16 novembre: «Depuis deux mois, notre intérieur
ministériel s'est réglé. Chacun a pesé son poids, et la présidence
_nominale_ a pris quelque réalité.» Et le 18 décembre: «M. G...
prétendait que si je m'appelais le _président_, c'est qu'il l'avait
bien voulu. J'ai _pris_ la première place, et je puis vous affirmer
que nul n'a été, depuis six ans, le premier, au point où je le suis
maintenant[224].»

[Note 223: M. Molé revient constamment, dans sa correspondance, sur ce
vieux grief qui lui tenait évidemment très à coeur. «J'avais beaucoup
à faire, écrit-il le 20 août 1837 à M. de Barante, pour qu'on revînt
de l'idée que les doctrinaires, depuis 1818, avaient donnée de moi.»
Et plus tard, le 25 avril 1840: «Vos anciens amis (les doctrinaires)
avaient si bien établi que je ne savais ni parler ni écrire, que je
leur dois quelquefois des louanges où il entre un peu de surprise.»
(_Documents inédits._)]

[Note 224: Lettres de M. Molé à M. de Barante. (_Documents
inédits._)]

Extérieurement, sans doute, pas de querelle, et même une sorte
d'affectation de courtoisie; mais dans la réalité «ni confiance ni
intimité»: c'est M. Molé qui le disait[225]; et M. Guizot ajoute de
son côté: «Nous nous observions mutuellement et sans nous croire, l'un
envers l'autre, en parfaite sécurité[226].» Du reste, aucun d'eux ne
se gênait, dans la conversation intime, pour mal parler de l'autre. M.
Duvergier de Hauranne alla les voir tous deux, en arrivant à Paris,
vers la fin de 1836. «Dès ma première visite à M. Molé, raconte-t-il,
je fus frappé du sentiment constamment jaloux et malveillant qu'il
portait à M. Guizot. M. Guizot, de son côté, parlait de M. Molé avec
peu d'estime et comme s'il lui eût fait beaucoup d'honneur en
s'alliant à lui[227].» Un incident qui se produisit peu après, à
propos du portefeuille de l'intérieur, fait bien comprendre les
caractères des deux personnages et les difficultés qui en résultaient.
Le titulaire de ce portefeuille, M. de Gasparin, était un
administrateur appliqué, laborieux, plutôt qu'un homme politique: il
avait l'esprit lent, la parole difficile; dès les premiers débats de
la session, son insuffisance apparut à tous et à lui-même tout le
premier. Un soir qu'il avait ainsi fait triste figure à la tribune, M.
Molé, se trouvant chez madame de Boigne, déclara bien haut que «cela
ne pouvait durer», qu'il fallait remplacer au plus vite ce collègue
compromettant par M. de Montalivet ou par M. Guizot. Le lendemain
matin, il se rendit chez ce dernier, qui, au premier mot,
l'interrompit et lui dit de son ton d'autorité: «Gasparin ne peut
rester, et quant à sa place, cela ne fait pas difficulté, _je la
prends_.» Tout interloqué et froissé de ce ton, M. Molé sortit de cet
entretien, résolu à insister auprès de M. de Gasparin pour qu'il
restât à son poste: il y réussit au moins provisoirement. Il avait
voulu le changement, avait accepté que M. Guizot passât à l'intérieur,
mais à condition que tout se fît par son autorité de président du
conseil. Du moment où M. Guizot «prenait» ainsi ce portefeuille, M.
Molé ne se souciait plus de le lui laisser[228].

[Note 225: Lettre de M. Molé à M. de Barante, du 2 octobre 1836.
(_Documents inédits._)]

[Note 226: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 223.]

[Note 227: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 228: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Bien que toutes ces difficultés n'eussent encore abouti à aucun éclat,
elles n'échappaient pas aux observateurs clairvoyants, même les plus
éloignés, entre autres à M. de Metternich, qui, cependant, goûtait
fort ce cabinet[229]. Elles n'échappaient pas davantage à la vigilance
intéressée de l'opposition. Au début, ses journaux avaient attaqué
pêle-mêle M. Molé et M. Guizot: le passé du premier n'avait pas été
jugé par eux moins compromettant que celui du second. Mais bientôt ils
comprirent l'avantage de distinguer. On les vit se souvenir tout à
coup que M. Molé manifestait, sous le ministère du 11 octobre,
quelques velléités de tiers parti, et même que, sous la Restauration,
il avait siégé au centre gauche de la Chambre des pairs. Ils
affectèrent de le considérer comme le personnage relativement libéral
du cabinet, le plaignant d'être compromis par l'impopularité de M.
Guizot, opprimé par ses exigences impérieuses, effacé par son
encombrante importance. Sans accepter ces avances, le président du
conseil n'y était pas entièrement insensible. Il n'avait aucune
intention de satisfaire la gauche, mais était heureux qu'elle le
distinguât de son collègue. Aussi bien, en dehors même de ce calcul,
n'eût-il jamais approuvé ce qu'il y avait parfois de provocant et
d'exclusif dans les polémiques de certaines feuilles doctrinaires. Il
eût plutôt été porté, par nature, à adoucir la forme de la résistance,
sans en trop abandonner le fond, à se poser en homme de modération et
de rapprochement. Au commencement de 1837, quelques libéralités et
faveurs personnelles avaient acquis au gouvernement le concours de la
_Revue des Deux Mondes_, jusqu'alors opposante[230]. Il fut
très-remarqué que les premiers articles politiques de la revue, après
sa conversion, ne firent l'éloge de M. Molé qu'au détriment de M.
Guizot; on s'y attachait à montrer deux influences rivales dans le
ministère: l'une, celle du président du conseil, modératrice et
conciliante; l'autre, celle du ministre de l'instruction publique,
arrogante et implacable. L'irritation fut grande, à ce sujet, parmi
les doctrinaires.

[Note 229: M. de Metternich écrivait au comte Apponyi, le 17 février
1837: «J'ai peur que S. M. Louis-Philippe ne se livre à des illusions,
ou ne fasse semblant de s'y livrer à l'égard de l'existence solide du
ministère, assurément le meilleur qu'il ait encore eu. Je regarde
comme possible qu'il puisse résister aux attaques de l'opposition dans
la Chambre; ce que je regarde comme moins probable, ce serait qu'il
pût résister au manque d'homogénéité qui caractérise le cabinet.»
(_Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 195.)]

[Note 230: On fut alors assez scandalisé de la nomination à un poste
diplomatique de M. Loewe-Weimar, chroniqueur politique de la _Revue_,
et écrivain peu considéré.]

Quelles que fussent ces divisions, elles étaient contenues tant que
les affaires du cabinet marchaient bien au Parlement. Ce n'est pas
dans la victoire que les armées se débandent. Après le succès de
l'Adresse, le gouvernement et la Chambre avaient été heureusement
occupés par la discussion de quelques lois utiles, entre autres d'une
loi considérable sur les attributions des maires et des conseils
municipaux qui venait compléter celle du 31 mars 1831 sur
l'organisation municipale et remplir l'une des promesses de la
Charte[231]. Le meilleur éloge à faire de cette loi est de rappeler
qu'elle demeura longtemps la loi organique en cette importante
matière, et qu'aujourd'hui beaucoup des principes qu'elle a posés sont
restés debout. Mais cette bonne fortune parlementaire ne pouvait
toujours durer. Des accidents étaient inévitables, et, avec ces
accidents, il fallait s'attendre à voir éclater, au dehors, le mal
jusqu'alors interne du cabinet.

[Note 231: Cette discussion se prolongea à la Chambre des députés, du
26 janvier au 11 février 1837.]


IX

La discussion de l'Adresse venait de finir, et le ministère avait joui
pendant quelques heures à peine de son succès, qu'il apprenait
l'acquittement par le jury du Bas-Rhin de tous les accusés militaires
et civils poursuivis à raison de l'attentat de Strasbourg[232].
C'était le résultat de la campagne entreprise par l'opposition,
aussitôt après la libération du prince Louis-Napoléon. Comment,
avait-on alors répété sur tous les tons, frapper les complices quand
le principal coupable a été arbitrairement soustrait à la justice? Le
motif principal d'une telle attitude était sans doute le désir de
faire pièce au gouvernement; mais on y discernait aussi cette
sympathie bonapartiste, tant de fois notée chez ceux qui se disaient
alors «libéraux». Au jour où l'on croyait que le prince serait
judiciairement poursuivi, M. Odilon Barrot n'avait-il pas accepté de
le défendre, et n'avait-il pas désigné son frère, M. Ferdinand Barrot,
pour être l'avocat du colonel Vaudrey? La plupart des autres
défenseurs étaient aussi des notoriétés «libérales». Dans tous les
rangs de la gauche, depuis les dynastiques jusqu'aux républicains, on
semblait s'être donné pour mot d'ordre de «protéger la défaite» du
prétendant impérial: c'est l'expression même de M. Louis Blanc[233].
Pendant le procès, du 6 au 18 janvier, tout avait été employé par
l'opposition pour échauffer l'opinion locale, pour entraîner ou
intimider les jurés. Le dernier jour, quand ceux-ci s'étaient retirés
pour délibérer, un cri passionné et impérieux avait éclaté dans la
salle: «Acquittez-les, acquittez-les!» Le verdict prononcé, la foule
avait applaudi. On eût dit la ville en fête. Un banquet avait été
offert aux accusés, et pour comble de désordre, des jurés y avaient
pris part.

[Note 232: Le verdict était du 18 janvier 1837.]

[Note 233: _Histoire de dix ans_, t. V, p. 124.--La façon dont cette
histoire, publiée en 1840, raconte, et l'échauffourée de Strasbourg,
et le procès qui suivit; les couleurs flatteuses sous lesquelles elle
s'efforce de peindre le prince et ses complices, font bien connaître
les sentiments du parti radical à cette époque.]

Ainsi, de par cette décision souveraine et aux applaudissements de la
partie la plus bruyante de l'opinion, il était établi que des colonels
pouvaient impunément trahir leur serment et tenter d'entraîner leurs
soldats dans un _pronunciamento_. De tous les scandales du jury,--et
on ne les comptait plus depuis 1830,--ce n'était certes pas le
moindre. Il retentit jusqu'à l'étranger et fut une occasion pour les
cours du continent de prendre en méprisante pitié cette monarchie
impuissante à faire punir la trahison de ses propres officiers[234].
Ceux qui représentaient la France au dehors souffraient du tort qui
lui était ainsi fait. M. de Barante écrivait, à cette occasion, de
Saint-Pétersbourg, à M. Molé: «L'aspect que nous présentons à l'Europe
est devenu triste. Il semble aux étrangers que la France soit un pays
où sont brisés les liens moraux de la société. Nous sommes un objet de
scandale et de commisération. C'est dommage: car, au fond, la
disposition est infiniment meilleure pour nous. Sans avoir un besoin
actuel de se rapprocher de nous, on suppose pourtant que telles
circonstances pourraient se présenter où cela serait à propos. On
irait même un peu en avant sur cette voie, et j'ai vu parfois des
instants de confiance commençante. Mais nous ne donnons pas assez de
sécurité pour qu'on reste trois jours de suite dans cette velléité. M.
de Nesselrode me répète sans cesse: «Vous avez un ministère en qui
l'on doit avoir toute confiance. Jamais aucun n'a convenu autant à
tout ce qui est raisonnable en Europe. Mais peut-il durer?» Puis il me
parle avec inquiétude de vos divisions intérieures, dont il semble
craindre l'effet plus que le manque de majorité[235].»

[Note 234: Cf. dépêche de M. de Metternich au comte Apponyi, en date
du 28 janvier 1837 (_Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 193), et
dépêche de M. de Barante à M. Molé, en date du 3 février. (_Documents
inédits._)]

[Note 235: Lettre particulière, du 14 mars 1837. (_Documents
inédits._)]

Fort ému, et de l'acquittement en lui-même, et de l'effet qu'il
produisait, le ministère ne crut pas possible, comme le disait l'un
des siens, «d'accepter, dans une scandaleuse inertie, cette victoire
des passions de parti sur les devoirs publics, ces mensonges légaux,
cette faiblesse des moeurs où les factions ennemies ne pouvaient
manquer de puiser un redoublement de confiance et d'audace». Mais que
faire? Aucun moyen de ressaisir par quelque côté les accusés
acquittés. Fallait-il donc s'en prendre à la législation elle-même et
en proposer la modification? Bien que ce soit toujours chose délicate
que ces lois pénales de circonstance, improvisées _ab irato_, avec le
souci du péril du moment, plus que des principes permanents, les
précédents de ce genre étaient nombreux dans l'histoire même de la
politique de résistance, depuis 1830. Que de fois, par exemple, après
les défaillances du jury, n'avait-on pas cherché à restreindre, par
quelque expédient législatif, cette juridiction à laquelle la Charte
ne permettait pas de toucher ouvertement? Il suffit de rappeler la loi
sur les crieurs et celle sur les associations en 1834, la loi sur la
presse en 1835. Après tout, si faute il y avait, c'était celle d'un
gouvernement qui, dans les grands périls, n'avait jamais l'idée d'agir
en dehors des lois.

Le ministère chercha donc par quelle modification du code pénal il
pourrait prévenir le retour du désordre qui venait de se produire. Il
s'arrêta à une loi dite de disjonction, d'après laquelle, en cas de
participation de militaires et de civils à certains crimes ou délits,
les poursuites seraient disjointes, et les militaires renvoyés devant
les conseils de guerre, tandis que les civils seraient déférés aux
tribunaux ordinaires. Il y joignit deux autres projets: l'un avait
pour objet de rendre la peine de la déportation efficace en la rendant
réelle, et fixait, dans un district de l'île Bourbon, le lieu où cette
peine devait être subie; l'autre, rétablissant trois articles du code
pénal de 1810, supprimés dans la réforme de 1832, punissait de la
réclusion la non-révélation des complots formés ou des crimes projetés
contre la vie ou la personne du Roi. Ce ne fut pas tout: par un
rapprochement étrange et périlleux, le ministère résolut de présenter
en même temps deux projets relatifs aux dotations des membres de la
famille royale: l'un portait allocation d'un million pour le payement
de la dot promise par traité, en 1832, à la reine des Belges; l'autre
assignait, à titre d'apanage, à M. le duc de Nemours, devenu majeur
l'année précédente, le domaine de Rambouillet et certaines portions
des forêts de l'État. Certes, rien de plus conforme aux traditions
monarchiques, et aussi à la législation particulière de la monarchie
de Juillet[236]. Mais on avait déjà vu, lors de la discussion de la
loi sur la liste civile, quelles étaient, en ces matières, les
préventions de la bourgeoisie de 1830, préventions demeurées si
vivaces et jugées si redoutables que, depuis 1832, aucun cabinet
n'avait osé demander de régler l'affaire, pourtant si simple, de la
dot due à la reine des Belges. Quelle inspiration avait donc fait
choisir, pour poser de telles questions, l'instant précis où l'on
croyait nécessaire de demander une aggravation des lois répressives?
Nul ne pouvait s'imaginer que cette coïncidence serait favorable à
l'une ou à l'autre des propositions. Les membres du cabinet avaient
probablement cédé aux instances de Louis-Philippe, qui, comme prince
et surtout comme père de famille, avait fort à coeur, trop à coeur
parfois, la solution de ces questions de dotation. Le Roi pouvait être
dans son droit en pressant les ministres de réclamer ce qui lui était
dû d'après les convenances et les lois monarchiques; mais c'était
affaire à ces ministres de lui présenter les objections fondées sur
l'opportunité politique. Faut-il croire que M. Molé et M. Guizot en
furent cette fois détournés par l'effet même de leur défiance
réciproque, et que chacun d'eux craignit, s'il résistait, de laisser
prendre à son rival une avance dans la faveur royale[237]? Quoi qu'il
en soit, décision fut prise de présenter en même temps ces cinq
projets: le 24 et le 25 janvier, moins d'une semaine après le verdict
de Strasbourg, ils furent tous déposés sur le bureau du Parlement,
offrant aux regards étonnés ce que M. Dupin appela «une constellation
de lois impopulaires».

[Note 236: La loi de 1832, sur la liste civile, avait stipulé qu'en
cas d'insuffisance du domaine privé, il serait pourvu, par des lois
spéciales, à la dotation des princes et princesses de la famille
royale. Le revenu net de ce domaine ne s'élevait qu'à 1,006,490
francs, et les dépenses des princes et princesses dépassaient cette
somme de plus de 2 millions de francs. De plus, au 31 décembre 1836,
le domaine privé était endetté de 6,523,558 fr., et la liste civile de
11,534,870 fr.]

[Note 237: De loin, M. de Metternich voyait clairement la faute
commise en joignant les lois de dotation aux lois répressives. Il
écrivait, à ce propos, le 7 février, en parlant de Louis-Philippe:
«Comment un homme de la portée indubitable de son esprit peut-il se
faire, sur sa position gouvernementale, une illusion assez grande pour
engager à la fois, dans les Chambres, un combat sur des lois qui
décideront de la vie ou de la mort de l'ordre de choses existant, et
sur de misérables questions d'argent pour ses enfants? Louis-Philippe
cherche des ministres qui sachent lui obéir, et en cela il a
parfaitement raison; je sais obéir, et cependant, si j'étais ministre
français, j'aurais mille fois préféré me retirer plutôt que de
présenter la demande des dotations.» (_Mémoires de M. de Metternich_,
t. VI, p. 194.)]

L'opposition, qui venait d'être battue si complétement sur la
politique extérieure, entrevit là une occasion de revanche qu'elle se
garda de laisser échapper. Elle eut d'abord cette chance que les
réformes pénales éveillèrent des scrupules, soulevèrent des objections
dans le monde juridique. On y faisait observer que la disjonction
dérogeait à l'une des maximes de la jurisprudence française, celle de
l'indivisibilité de la procédure, et qu'en fait, elle risquait
d'aboutir à des résultats choquants: les auteurs du même crime
pourraient être traités différemment suivant qu'ils appartiendraient à
la juridiction civile ou à la militaire, les uns acquittés, tandis que
les autres seraient sévèrement punis. Quant à la loi de
non-révélation, les jurisconsultes lui reprochaient d'être cruelle et
immorale; elle leur semblait d'ailleurs un retour en arrière, le
désaveu d'une réforme généreuse qu'on s'était tout récemment fait
honneur d'accomplir. Les journaux de gauche et du tiers parti
s'emparèrent de ces critiques, et accusèrent le gouvernement de violer
les principes mêmes du droit et de la moralité, pour se venger des
mésaventures méritées de sa politique. Ils n'oubliaient pas non plus
les lois de dotation, ravivant à ce propos tous les préjugés mesquins,
envieux, de la démocratie bourgeoise, et exploitant avec perfidie la
coïncidence qui faisait demander de l'argent pour la famille royale,
en même temps que l'on prétendait enlever des garanties aux citoyens:
thème facile et redoutable, que la presse développait avec une
violence chaque jour croissante. Les ennemis étaient surexcités, les
indifférents entraînés ou troublés, les amis inquiets, intimidés,
refroidis. Parmi ceux mêmes qui estimaient qu'il y avait quelque chose
à faire, beaucoup regrettaient tout haut qu'on n'eût pas mieux trouvé.
Cet état des esprits avait son contre-coup au Parlement. On racontait
que M. Dupin se prononçait très-vivement contre la loi de disjonction,
et la déclarait subversive des notions fondamentales de la justice
criminelle[238]. M. Royer-Collard, qui s'était tu depuis les lois de
septembre, annonçait l'intention de combattre comme «immoral» le
projet sur la non-révélation. Il n'était pas jusqu'à M. de Montalivet,
qui ne parlât mal de ces lois, dans le salon de M. Pasquier[239].
Surpris d'un soulèvement qui dépassait toutes ses prévisions, le
ministère cependant ne se décourageait pas. Le Roi manifestait, avec
une vivacité particulière, l'intérêt qu'il prenait à ces projets, et
chapitrait tous les députés qu'il pouvait saisir, trop prompt à
prendre pour des convertis ceux qui ne le contredisaient pas. À la
veille du débat, le gouvernement se croyait assuré d'une majorité
d'une quarantaine de voix.

[Note 238: M. Dupin était, dans ses conversations et même dans les
boutades de ses harangues officielles, plus âpre que jamais contre les
doctrinaires. Il est vrai que ce président, si prompt à porter des
coups, ne supportait pas d'en recevoir. Malmené par une partie de la
presse conservatrice, notamment par M. Henri Fonfrède, dans le
_Mémorial bordelais_, il écrivait une longue lettre à Madame Adélaïde
pour se plaindre. (_Mémoires de M. Dupin_, t. III, p. 256 et suiv.)]

[Note 239: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

La Chambre commença par la loi de disjonction. La discussion, qui se
prolongea du 28 février au 7 mars, fut principalement juridique.
C'était à l'avantage de l'opposition, qui eut soin de laisser la
parole à ses légistes, à M. Dupin, à M. Nicod, tandis que ses chefs
politiques, M. Thiers et M. Odilon Barrot, gardaient le silence. Les
défenseurs les plus en vue du projet furent M. Persil, garde des
sceaux, M. Martin du Nord, ministre du commerce, M. de Salvandy,
rapporteur, et M. de Lamartine, qui insista sur le danger des
insurrections militaires et présenta la loi comme une sorte de coup
d'État législatif, nécessaire pour réparer le mal du verdict de
Strasbourg. M. Guizot désirait prendre la parole et s'y était préparé;
au dernier moment, ses amis l'en détournèrent. «Il susciterait, lui
disait-on, des passions plus vives, attirerait dans l'arène des
adversaires jusque-là restés en dehors et ajouterait aux périls de la
question.» Il céda à ces observations. Le gouvernement se croyait
d'ailleurs toujours assuré de la majorité. En effet, les deux articles
du projet furent votés par assis et levé. La bataille semblait donc
gagnée, quand le dépouillement du scrutin secret sur l'ensemble donna
211 voix contre et seulement 209 pour. Vingt-cinq ou trente députés
avaient, au scrutin secret, démenti leur vote public. À la
proclamation d'un résultat si inattendu, la gauche éclata en
applaudissements, des députés s'embrassèrent, et la salle retentit des
cris triomphants de: Vive la Charte! Vive la liberté!


X

Le rejet de la loi de disjonction aurait suffi à ébranler un ministère
qui n'eût pas déjà eu les causes de faiblesse intérieure dont
souffrait le cabinet du 6 septembre. Celui-ci, cependant, essaya tout
d'abord de se roidir et fit aussitôt déclarer par ses journaux qu'il
ne se retirerait pas devant un vote émis à une si petite majorité.
Mais il avait beau dire, cette affirmation n'en imposait pas. On
sentait que sa blessure était profonde, qu'il était atteint aux
parties vitales, et chacun ne fut plus préoccupé que des combinaisons
par lesquelles il y avait chance de le voir remplacer. Vainement
s'efforçait-on de remettre en mouvement les rouages parlementaires,
continuait-on la délibération des lois à l'ordre du jour, on ne
parvenait à retrouver, dans ces débats, ni l'attention sérieuse des
députés, ni surtout l'autorité nécessaire du gouvernement. «Un
sentiment d'inquiétude et de découragement, écrivait un témoin, se
répand de plus en plus parmi les amis du pouvoir. Il est évident, pour
tout le monde, que la machine gouvernementale ne marche plus, que le
ministère, placé dans une situation fausse, n'a plus ni ensemble, ni
action, et laisse tout aller au hasard[240].»

[Note 240: 16 mars 1837. _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

Pendant ce temps, que devenaient les autres projets, présentés en même
temps que la loi de disjonction? Loin de désarmer après sa première
victoire, l'opposition se sentait excitée à la compléter. Aussi
menait-elle plus vivement que jamais sa campagne dans la presse. Son
principal effort était dirigé contre la loi d'apanage. Elle y avait
saisi l'occasion de réveiller les tristes préjugés auxquels s'était
heurtée déjà, cinq ans auparavant, la loi de la liste civile. Une fois
de plus, on assista donc à ce spectacle, mortel à toute idée
monarchique, d'un roi présenté plus ou moins ouvertement à ses sujets
sous la figure d'un comptable suspect, d'un thésauriseur cupide et
parcimonieux, prompt à quêter ou à escamoter sans vergogne l'argent du
pauvre peuple[241]. M. de Cormenin se retrouvait là sur son terrain.
On n'est donc pas surpris de le voir rentrer en ligne avec un nouveau
pamphlet[242], de fond misérable, mais perfidement approprié à
l'oeuvre mesquine et méchante qu'il s'agissait d'accomplir. Le
retentissement en fut immense. Vingt-quatre éditions, publiées coup
sur coup, le firent pénétrer, sous des formats divers, dans toutes les
couches du pays et jusqu'au fond des campagnes. «La question
d'apanage», lisons-nous, à cette date, dans les notes d'un ami de la
monarchie de Juillet, «fait des ravages réels dans les provinces; le
livre de M. de Cormenin, répandu à profusion, a soulevé partout une
sorte d'émeute morale[243].» Comme en 1831, une bonne partie de la
bourgeoisie faisait à ces polémiques un succès de mauvaise curiosité,
plus flattée dans ses mauvais instincts qu'effrayée dans ses intérêts,
par l'outrage fait ainsi à la monarchie de son choix. On eût dit même
que les conservateurs, d'ordinaire les plus résolus, éprouvaient une
sorte d'embarras à affronter ces préventions, à réfuter ces calomnies.
Leur défense était trop souvent molle, froide, timide, et semblait
presque faite à voix basse quand on la comparait à l'éclat tapageur de
l'attaque. Du reste, en ces questions d'argent, c'est toujours une
situation fausse que d'avoir à se justifier, et il est autrement
commode d'avancer impudemment des chiffres diffamatoires que d'en
démontrer honnêtement le mensonge.

[Note 241: On sait aujourd'hui à quoi s'en tenir sur la légende,
autrefois si généralement acceptée, du Louis-Philippe avare et
thésauriseur. Les hommes du parti républicain qui avaient le plus
contribué à la répandre en ont fait eux-mêmes éclatante, quoique
tardive justice, en ordonnant, après 1848, la liquidation et l'examen
publics des comptes de la liste civile et du domaine privé. Il en est
résulté, en effet, que l'administration du Roi, bien loin d'avoir été
parcimonieuse, avait été au contraire largement et généreusement
dépensière. Il fut établi notamment que les revenus des châteaux,
terres, forêts du domaine de la Couronne avaient été, pendant la durée
du règne, inférieurs de plus de 55 millions aux dépenses de
conservation, d'entretien et d'amélioration faites par Louis-Philippe,
et que ces 55 millions avaient été payés sur la dotation pourtant si
réduite de sa liste civile. Aussi le liquidateur général, nommé par le
gouvernement provisoire de 1848, disait-il dans son rapport:
«Louis-Philippe jouissait de sa liste civile en prince éclairé,
protecteur des arts, propice aux classes ouvrières, bienfaisant pour
les malheureux. La nation avait voulu que, sur le trône, il fût grand,
digne et généreux; il fit ce que la nation attendait de lui, peut-être
même un peu plus encore et un peu mieux... Il faut donc repousser le
reproche de parcimonie qui lui fut adressé; il faut regretter ces
accusations injustes qui furent élevées contre lui, et que dément
aujourd'hui, que démentira dans la postérité le souvenir de ses actes
et de ses oeuvres, dont quelques-unes seront debout longtemps
encore.»]

[Note 242: _Lettre sur la liste civile et l'apanage._]

[Note 243: 2 avril 1837. _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

Pour résister à une telle poussée d'opposition, il eût fallu beaucoup
de résolution et surtout d'union. Or, les revers n'avaient fait
qu'augmenter les divisions intestines du ministère. On en pouvait
juger par l'aigreur croissante des propos que tenaient les amis
respectifs du président du conseil et du ministre de l'instruction
publique. M. Molé lui-même ne se gênait pas pour attribuer les échecs
subis à l'«impopularité» de M. Guizot. Celui-ci, de son côté,
déplorait la «pusillanimité» de M. Molé. D'ailleurs, à l'antipathie
des personnes, tendait à s'ajouter une divergence sur la politique à
suivre. En dépit des insinuations contraires de certaines feuilles
opposantes, le président du conseil avait, autant et plus que tout
autre de ses collègues, la responsabilité des lois attaquées. Il les
avait toutes acceptées, voulues. Il avait même consenti à y adjoindre
une loi autorisant la déportation arbitraire hors de Paris; ce projet
n'avait été écarté que sur les objections faites par les
doctrinaires[244]. Seulement, en voyant la violence de l'opposition,
en voyant surtout la tiédeur et l'incertitude de l'ancienne majorité,
le président du conseil finissait par se demander si le vieux système
de la résistance militante, tel que l'avait créé Casimir Périer, tel
surtout que l'avaient formulé après lui les doctrinaires, n'était pas
un peu usé. Pourquoi s'y obstiner? N'était-il pas plus adroit de le
laisser au compte de ces doctrinaires qui s'y attachaient par point
d'honneur, de s'en dégager soi-même par une évolution que la presse
opposante semblait disposée à faciliter, et de se montrer peu à peu
comme l'homme de la conciliation et de la détente? Ce fut sans doute
pour produire une impression de ce genre que, deux jours après le
rejet de la loi de disjonction, M. Molé fit à M. Dupin, le principal
adversaire de cette loi, une visite, aussitôt remarquée et commentée,
et qu'il alla jusqu'à laisser prononcer autour de lui le mot
d'amnistie. M. Guizot, au contraire, estimait que la dignité du
cabinet comme l'intérêt de la monarchie ne permettaient pas
d'abandonner la politique de la résistance; après une victoire, on eût
pu désarmer; après une défaite, il y aurait honte et péril à le faire;
pour raffermir la majorité ébranlée, le ministre doctrinaire estimait
indispensable de lui bien prouver que le gouvernement ne faiblirait
pas.

[Note 244: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Entre ces deux politiques, on pouvait choisir; mais il devenait
impossible de les concilier, et de faire marcher plus longtemps
ensemble les deux hommes qui les personnifiaient. La question se posa
de nouveau à propos du remplacement de M. de Gasparin: M. Guizot
réclama cette succession pour lui, avec l'intention avouée de marquer
ainsi plus nettement la volonté de résistance du cabinet; M. Molé
opposa un refus formel. Cette fois, la rupture était consommée. Bien
que les démissions ne fussent pas officiellement données, le ministère
était virtuellement dissous et la crise ouverte.


XI

Faut-il raconter par le menu la monotone et triste histoire des
tentatives infructueuses qui remplirent la fin du mois de mars et le
commencement du mois d'avril 1837: M. Molé cherchant vainement à
reconstituer son ministère, soit avec le maréchal Soult et M. de
Montalivet, soit même en descendant jusqu'au centre gauche; le
maréchal Soult essayant, sans plus de succès, une combinaison
également de centre gauche; M. Thiers appelé à son tour, et proposant
un programme de politique extérieure qu'il savait inacceptable pour le
Roi et la majorité? De toutes ces démarches faites au début de la
crise, une seule offre un véritable intérêt, celle que tenta M.
Guizot, pour rétablir le ministère du 11 octobre. L'idée paraît lui en
avoir été suggérée par le duc de Broglie: «Mon cher ami,--lui avait
écrit ce dernier, dès le 29 mars, avant toute ouverture du Roi,--comme
il y va de votre avenir, du mien, et peut-être de celui du pays, dans
les déterminations que nous pourrions être appelés à prendre d'ici peu
de jours, il importe qu'aucune méprise, aucune incertitude ne se
glisse dans le résultat de l'entretien que nous avons eu ce matin.» Le
duc commençait par stipuler que son nom ne serait pas prononcé au Roi,
«de telle sorte, disait-il, que si, ce qu'à Dieu ne plaise, Sa Majesté
me faisait demander, je compte que ce serait spontanément». Puis il
ajoutait: «Dans ce cas, je ne pourrais, en mon âme et conscience,
donner au Roi qu'un conseil: ce serait qu'il tentât un ministère fondé
sur le principe d'une conciliation entre les hommes qui ont concouru,
depuis dix ans, à défendre le gouvernement actuel, sauf à discuter les
conditions de la réconciliation et les diverses applications du
principe.» Ce n'est pas que M. de Broglie comptât beaucoup sur le
succès de cette tentative; il en regardait au contraire l'échec «comme
très-vraisemblable», mais il ne voyait pas de salut ailleurs, et
c'était la condition expresse de son concours. Tout d'abord,
cependant, cette idée ne rencontra pas, de la part du Roi,
l'opposition que le passé eût pu faire craindre. L'année qui venait de
s'écouler avait-elle mieux fait comprendre à Louis-Philippe que la
dissolution du grand ministère avait été un malheur? Toujours est-il
qu'en se retournant vers M. Guizot, après les premiers échecs de M.
Molé, et en lui demandant de former un cabinet, il ajouta: «Ah! si
j'avais mon ministère du 11 octobre, tous mes embarras cesseraient.
Est-ce qu'il est impossible de le reconstituer? Vous me rendriez
service[245].» M. Guizot n'hésita pas: il agit promptement et
grandement. Sans s'arrêter un instant à tous les petits sentiments
d'amour-propre, de jalousie et de rancune, il se rendit de sa personne
chez M. Thiers, et lui offrit de refaire le ministère du 11 octobre,
sous la présidence du duc de Broglie: celui-ci prendrait les affaires
étrangères, M. Thiers l'intérieur, M. Duchâtel les finances; un
portefeuille serait offert à M. de Montalivet; quant à M. Guizot, il
se contenterait de son ministère de l'instruction publique. M. Thiers
reçut courtoisement ce visiteur inattendu, et eut avec lui une
conversation «longue, ouverte, sans souvenir amer comme sans
détour[246]». Il déclina l'offre qui lui était faite; il objecta la
question de l'intervention en Espagne, sur laquelle il serait toujours
en désaccord avec le Roi: toutefois le principal motif de son refus
parut être dans les liens qu'il avait formés, depuis un an, avec les
partis de gauche. «Ne croyez pas, disait-il peu après à un
doctrinaire, que j'aie la moindre répugnance à être ministre avec
Guizot. Nous sommes brouillés depuis un an, mais, pendant quatre ans,
nous avons vécu en bonne intelligence, et nous pourrions recommencer.
Entre ses idées et les miennes, d'ailleurs, je ne vois aucune
différence notable. Je crois qu'il se trompe un peu sur la situation
du pays, et il me fait le même compliment. Mais il y a là plus de mots
que de choses. Mes raisons pour refuser _aujourd'hui_ l'alliance qu'il
me propose sont, d'abord, ma dignité personnelle qui, lorsqu'il est
vainqueur et moi vaincu, ne me permet pas d'accepter sa protection et
de me laisser relever par lui; ensuite, l'opinion de mes amis qui lui
sont très-contraires, et qui me reprocheraient cette réconciliation
comme une trahison. Quand nous aurons été un an ensemble sur le pavé,
la situation sera différente, et nous verrons[247].» Si cette dernière
phrase était sincère, elle témoignait d'une illusion que l'événement
devait se charger de dissiper. Le temps ne travaillait pas à
rapprocher les anciens alliés du 11 octobre; il les séparait au
contraire chaque jour plus irrémédiablement. M. Guizot ne put que
rapporter au Roi la réponse qui lui avait été faite, et le prier de
recourir à d'autres pour former un cabinet.

[Note 245: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 246: Expressions de M. Guizot dans ses _Mémoires_.]

[Note 247: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Cependant les jours, les semaines s'écoulaient, et l'on n'aboutissait
à rien. Des tentatives faites, il ne résultait qu'un éveil plus vif de
toutes les grandes ambitions et de toutes les petites intrigues, une
division plus profonde et plus irritée entre les hommes qui s'étaient
trouvés en compétition, ou même entre ceux qui avaient cherché à se
concerter et s'imputaient l'un à l'autre de ne pas y être parvenus.
Plusieurs de ceux qui eussent dû le mieux comprendre qu'il n'y avait
pas de monarchie sans respect, s'en prenaient amèrement au Roi de leur
échec, et l'accusaient, presque tout haut, dans leurs conversations,
de les avoir joués[248]. Encore si ces misères fussent demeurées
enfermées dans les couloirs du palais Bourbon et dans les antichambres
des Tuileries! Mais la presse racontait tout, parfois ce qui n'était
pas, souvent ce qu'il eût été convenable de taire, et s'appliquait en
outre à tout envenimer. Ainsi appelé à assister à ce spectacle qu'il
commençait à trop connaître, le public le trouvait laid. «Ce que
demande le pays, écrivait le duc de Broglie à M. Guizot, c'est qu'on
en finisse et qu'on ne le tracasse plus... Il y a quelque chose de
vrai et de judicieux au fond de ce dégoût. Tout s'use à ce jeu-là, les
hommes et le pouvoir[249].» Devant cette impuissance, trop de gens
oubliaient que la décomposition des partis, bien loin d'être
l'application régulière des institutions parlementaires, en était pour
ainsi dire le contre-pied, et se prenaient à douter de ces
institutions. «On entend, écrivait un ami de la monarchie de 1830,
bien des paroles de désenchantement sur le régime représentatif, sur
les conséquences de la révolution de Juillet[250].» À mesure que la
crise se prolongeait, ce sentiment devenait plus vif, et il s'y
mêlait davantage d'inquiétude. C'était une «angoisse universelle», au
dire du même témoin. Dans les provinces, se manifestaient plus d'un
symptôme d'agitation et de malaise; des bruits sinistres circulaient
et trouvaient aussitôt créance. Les préfets déclaraient qu'il fallait
en finir. Les gouvernements étrangers nous croyaient à la veille d'une
catastrophe[251]. À la Chambre, l'opposition annonçait l'intention de
proposer une adresse au Roi, pour le prier de hâter la solution de la
crise.

[Note 248: C'était surtout autour de M. Thiers et parmi les
doctrinaires que ces ressentiments se manifestaient. (_Documents
inédits._)]

[Note 249: _Documents inédits._]

[Note 250: 11 avril 1837. _Documents inédits._]

[Note 251: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 172, 174.]

Ainsi pressé, Louis-Philippe prit le parti de s'adresser en même temps
à M. Molé et à M. Guizot, demandant à chacun s'il pouvait former un
cabinet avec ses amis propres. Dans cette sorte d'enchère, M. Guizot
se flattait de l'emporter. «À l'heure qu'il est, disait-il à ses
intimes, je suis l'homme d'État que le Roi aime le mieux.» N'avait-il
pas sur son rival l'avantage d'être le seul qui se montrât résolu à
soutenir les lois de répression et de dotation, si chères à la
Couronne? Sans doute, il ne se dissimulait pas l'impopularité d'un
ministère exclusivement doctrinaire; mais la violence de l'opposition
contre laquelle il lui faudrait lutter, l'incertitude même de la
majorité qu'il devrait conquérir et dominer, loin de le faire reculer,
intéressaient son courage, et l'oeuvre ne lui paraissait pas au dessus
des forces de son éloquence. Dès le premier jour, il avait entrevu
comme l'issue probable de la crise une combinaison où il serait seul
maître, où il pourrait appliquer complétement, avec de grandes
batailles dans la Chambre, mais sans embarras dans l'intérieur du
cabinet, sa politique de résistance et de reconstitution sociale:
cette perspective lui plaisait; elle lui avait fait voir sans regret
la rupture avec M. Molé, et l'avait consolé assez vite de n'être pas
parvenu à rétablir le ministère du 11 octobre. Si cependant il eût
voulu prêter l'oreille autour de lui, il se fût aperçu que, parmi ses
partisans, plusieurs redoutaient de le voir arriver au pouvoir dans de
telles conditions: il leur paraissait téméraire, en l'état de la
Chambre et particulièrement du parti conservateur, de braver la lutte
terrible dont cet avénement serait le signal; aussi tâchaient-ils de
faire entendre à leur chef que son heure n'était pas venue[252]. Ce
n'était pas seulement l'avis de quelques esprits peut-être timides et
courts; dans la lettre qu'il écrivait à M. Guizot, le 29 mars, et que
nous avons déjà eu occasion de citer, le duc de Broglie, après avoir
déclaré qu'il ne donnerait son concours qu'à une reconstitution du
ministère du 11 octobre, ajoutait: «Si cette indication n'était pas
accueillie, ou si, ce que je regarde comme très-vraisemblable, elle
échouait à l'épreuve, je ne conseillerais pas au Roi de former un
ministère pris exclusivement ou à peu près dans la nuance d'opinion
que vous représentez à la Chambre des députés, mon sentiment étant
qu'un nouveau ministère du 22 février 1836 serait moins périlleux pour
la monarchie et lui laisserait plus de chances à venir.»

[Note 252: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Quand on pensait ainsi même autour de M. Guizot, fallait-il s'étonner
que le Roi éprouvât de son côté quelque hésitation à prendre un
ministère dont la formation eût provoqué un combat si violent et si
incertain? Sans doute, il lui coûtait de renoncer au seul homme d'État
résolu à défendre des lois qui lui tenaient fort à coeur, notamment
celle sur l'apanage[253]; mais il était accoutumé à faire plier ses
préférences devant ce qui lui apparaissait comme une nécessité
politique. Plein d'estime pour le talent et le caractère de M. Guizot,
au fond aussi convaincu que lui de la nécessité de résister à la
révolution, il ne goûtait pas toujours la solennité un peu hautaine de
certaines de ses formules. Il avait une nature d'esprit fort
différente de celle du ministre doctrinaire, croyait moins que lui, en
politique, aux principes, plus que lui aux expédients, et était porté
à tourner les obstacles au lieu de les aborder de front. Tout en
regrettant l'impopularité d'un aussi éminent serviteur, il la trouvait
gênante, compromettante, à ce point qu'en octobre 1832, cette seule
raison le lui avait d'abord fait écarter du cabinet alors en
formation. D'ailleurs, si, avec un ministère Molé, il lui fallait
abandonner les projets de loi, ce sacrifice n'était pas sans
compensation. En face d'un cabinet où ne siégerait plus aucun des
«grands vassaux du gouvernement représentatif[254]», et qui aurait sa
principale raison de naître et de durer dans l'initiative royale, ne
serait-il pas assuré de ne plus voir son action personnelle entravée
et éclipsée, comme il se plaignait qu'elle l'eût trop souvent été
depuis 1830?

[Note 253: Lorsque M. Dupin, qui, par haine des doctrinaires,
s'employait à faire réussir la combinaison Molé, vint plaider, auprès
du Roi, l'abandon de la loi d'apanage, il se heurta tout d'abord à une
vive résistance. Louis-Philippe lui dit ne pas attacher d'importance à
ce que sa famille eût plus ou moins de biens et de revenus, mais
tenir, comme père et comme souverain, au principe que l'État devait
doter et apanager ses enfants. Il permit toutefois à M. Dupin de voir
le duc de Nemours; celui-ci, avec la promptitude fière de son
désintéressement, déclara aussitôt que personnellement il «désirait»
le retrait de la loi. Alors seulement le Roi céda. (_Mémoires de M.
Dupin_, t. III, p. 279 à 281.)]

[Note 254: C'est M. de Sainte-Aulaire qui a parlé, à ce propos, de
«ces princes de la tribune, de ces grands vassaux du gouvernement
représentatif, qui se croient un droit acquis à diriger les affaires
du pays et s'indignent qu'on ose contester leur légitimité».
(_Mémoires inédits._)]

Un incident permit bientôt d'augurer de quel côté se porterait le
choix du Roi. M. Guizot et M. Molé désiraient tous deux avoir M. de
Montalivet dans leur combinaison: non que la clientèle parlementaire
de l'honorable intendant de la liste civile fût considérable; mais sa
présence leur paraissait une garantie réelle et un signe public de la
préférence royale. Ainsi sollicité par les deux concurrents, M. de
Montalivet leur opposait un double refus: d'une part, il n'aimait
guère les doctrinaires, ne croyait pas la majorité disposée en ce
moment à les suivre, et se souvenait que M. Guizot n'avait pas voulu
de lui naguère comme ministre de l'intérieur; d'autre part, il ne
croyait pas à la force et à la durée d'un ministère qui laisserait
dans l'opposition les deux grands orateurs de la Chambre. Le Roi se
chargea de lever ce dernier scrupule; il eut recours à M. Thiers, qui,
par désir de faire échec à M. Guizot, consentit à assurer M. de
Montalivet qu'il n'avait nulle intention de refuser son appui à un
cabinet présidé par M. Molé. Aussi, quand M. Guizot vint apporter une
liste ministérielle composée uniquement de ses amis, et où figuraient
entre autres MM. Duchâtel, de Rémusat, le général Bugeaud, le Roi
l'arrêta à ce dernier nom: «C'est trop hasardeux, je ne peux pas, je
n'ose pas.--Je le comprends, Sire, répondit M. Guizot; le Roi trouvera
des moyens moins compromettants.» Tout en laissant voir sa perplexité
et ses répugnances, Louis-Philippe s'appliqua à se montrer
très-bienveillant. «Assurément, mon cher Guizot, dit-il, vous êtes mon
homme de prédilection, et je donnerais tout au monde pour vous voir à
la tête de mon gouvernement. Mais vous êtes malheureusement si
impopulaire que votre présence au pouvoir serait le signal d'une
crise. Mieux vaut laisser passer la bourrasque et vous réserver pour
un temps meilleur. Il est bien clair que le ministère que je forme ne
pourra pas durer longtemps. Nous nous retrouverons après[255].» Deux
jours plus tard, le 15 avril, le _Moniteur_ faisait connaître la
composition du ministère que M. Molé avait fait accepter au Roi. MM.
Barthe, de Montalivet, Lacave-Laplagne et de Salvandy remplaçaient aux
départements de la justice, de l'intérieur, des finances et de
l'instruction publique, MM. Persil, de Gasparin, Duchâtel et Guizot.
M. de Rémusat, sous-secrétaire d'État, suivait aussi son ministre dans
sa retraite. Le général Bernard, l'amiral de Rosamel et M. Martin du
Nord gardaient leurs portefeuilles. Par une dérogation remarquée au
commun usage, les ordonnances, contre-signées par M. Molé, ne
faisaient pas mention de la démission des ministres remplacés; ceux-ci
étaient traités comme des fonctionnaires révoqués. Faut-il voir là un
signe de l'animosité à laquelle en étaient venues les deux fractions
de l'ancien ministère?

[Note 255: _Notes inédites de Duvergier de Hauranne._]

Quel que fût le mérite des personnages auxquels M. Molé avait fait
appel, on ne pouvait se flatter d'y trouver la compensation de la
perte d'hommes tels que M. de Rémusat, M. Duchâtel et surtout M.
Guizot. Il y avait diminution évidente de talent, d'autorité et
d'éclat. Quant à la signification politique du changement opéré, il
eût été difficile de la deviner à la seule inspection des noms
conservés ou ajoutés, et de préciser en quoi le ministère transformé
allait différer du précédent; on y eût plutôt vu toutes les raisons
qu'il avait de lui ressembler: d'abord, quatre des anciens ministres
étaient demeurés, dont le président du conseil; ensuite, parmi les
nouveaux, M. de Salvandy venait d'être le rapporteur et le défenseur
ardent du projet sur la disjonction; M. Lacave-Laplagne passait pour
avoir été jusqu'alors l'ami des doctrinaires; M. Barthe avait été
collègue de Casimir Périer et membre du cabinet du 11 octobre; quant à
M. de Montalivet, on le regardait avant tout comme l'homme du Roi.
Prétendait-on du moins que les nouveaux venus dans le cabinet étaient,
nous ne dirons pas les chefs, mais les représentants, les hommes de
confiance d'une majorité? Personne n'eût su dire où et quand cette
majorité s'était manifestée. On était donc hors des règles habituelles
du gouvernement représentatif. Il ne pouvait y avoir qu'une
explication et qu'une excuse à la nouvelle combinaison, c'était que
tout autre ministère plus fort, plus éclatant et plus parlementaire,
se fût trouvé impossible.

Les faits que nous avons rapportés semblent établir, en effet, qu'il
en était ainsi. Mais, à entendre certaines gens, de ceux surtout qui
voudront plus tard justifier la coalition, cette impossibilité aurait
été l'oeuvre préméditée et machiavélique du Roi; par préoccupation de
son pouvoir personnel, Louis-Philippe aurait voulu dès le premier jour
et persévéramment préparer le résultat auquel il avait ainsi abouti
après tant de détours; c'est lui qui, pour exclure toute autre
combinaison, aurait soufflé la division entre les hommes considérables
du Parlement, entre MM. de Broglie, Guizot, Thiers, Molé; c'est lui
qui aurait fait durer la dernière crise, pour que la lassitude, le
dégoût et la nécessité d'en finir amenassent le public à subir une
solution contre laquelle il eût protesté au début. Ce reproche est
injuste. Que, par des raisons déjà dites, les secrètes complaisances
du Roi l'aient, dès l'abord, incliné vers la combinaison à laquelle il
s'est arrêté le 15 avril; que la perspective de ce dénoûment l'ait
consolé de l'échec des autres démarches; que, même, dans cet imbroglio
confus où tout le monde semblait tâtonner à l'aveugle, il ait seul
prévu, et prévu sans déplaisir que les divisions et l'impuissance des
partis auraient, à la longue, pour effet d'imposer ou du moins de
permettre un tel ministère: nous l'admettons volontiers[256]. Mais il
n'en résulte pas que le Roi ait été l'auteur de ces divisions et de
cette impuissance: il n'avait eu qu'à les constater; elles ne
s'étaient, hélas! que trop manifestées d'elles-mêmes. Avant de
recourir à la solution qu'il préférait, Louis-Philippe n'avait-il pas
loyalement mis en demeure tous les hommes importants de lui présenter
un cabinet en possession d'une majorité? Bien plus, ne les avait-il
pas poussés à s'unir pour refaire celui du 11 octobre? Si toutes ces
tentatives ont échoué, si, par l'effet de ces échecs, le Roi s'est
trouvé, en fin de compte, acculé entre un cabinet purement doctrinaire
que des amis de M. Guizot, eux-mêmes, jugeaient périlleux, et le
ministère en effet peu parlementaire de M. Molé, la faute en était
donc surtout à la Chambre et à ses meneurs. Seulement, ce ministère
rendu possible, nécessaire peut-être, par l'inconsistance et la
dislocation des partis, par la discorde jalouse de leurs chefs
naturels, ne se croira-t-il pas intéressé à les faire durer? L'avenir
montrera que là était le danger de cette combinaison.

[Note 256: C'est dans ce sens que M. de Metternich écrivait alors à M.
de Sainte-Aulaire: «Je suis à la lettre au bout de mon latin, et, s'il
m'en reste un souvenir, il me conduit à la supposition que le Roi
pourrait bien ne pas être fâché de voir les _notabilités_ fournir à la
France la preuve qu'elles ne savent pas se former en un corps
suffisamment compacte pour représenter un cabinet, et bien moins
encore pour en être un. Le Roi finira par nommer son monde.»
(_Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 197.)]



CHAPITRE IV

L'AMNISTIE ET LE MARIAGE DU DUC D'ORLÉANS.

(1837.)

     I. Le nouveau ministère ne paraît pas viable. Sa
     déclaration. Ce qu'il fait des projets de loi attaqués.
     Débat sur les fonds secrets. M. Guizot et M. Odilon Barrot.
     M. Thiers protége M. Molé. Lois d'affaires. Mauvaise
     situation du ministère et de la Chambre.--II. Négociations
     pour le mariage du duc d'Orléans avec la princesse Hélène de
     Mecklembourg-Schwerin. Intervention du roi de Prusse. La
     princesse Hélène. Le blocus matrimonial est forcé.--III.
     L'amnistie. Accueil fait à cette mesure. L'église
     Saint-Germain l'Auxerrois est rendue au culte.--IV. Arrivée
     de la princesse Hélène en France. Le mariage à
     Fontainebleau. Les fêtes de Paris. Inauguration du musée de
     Versailles.--V. Caractère de ces fêtes. Impression
     d'apaisement et de confiance. Témoignages contemporains.
     Satisfaction de M. Molé et du Roi.--VI. M. Molé obtient du
     Roi la dissolution de la Chambre. La bataille électorale.
     Les républicains et la gauche. Les légitimistes. Attitude
     peu nette du ministère. On lui reproche de jouer double jeu.
     Résultats du scrutin. M. Molé n'a pas atteint son but.


I

Lorsque le _Moniteur_ fit connaître, le 15 avril 1837, la composition du
nouveau cabinet, chacun se récria sur la témérité de M. Molé. Où était
son parti dans les Chambres? Parmi ses collègues, aucun orateur de haut
vol. Les journaux de pure gauche, comme le _National_, ou ceux de nuance
doctrinaire, comme la _Paix_, le _Journal général_ et le _Journal de
Paris_, se montraient nettement hostiles; le _Journal des Débats_ et la
_Presse_ gardaient un silence peu rassurant; les plus favorables, le
_Constitutionnel_, le _Temps_, le _Journal du Commerce_, se bornaient à
dire qu'après tout on était débarrassé de M. Guizot et de ses amis,
mais ne voyaient là qu'une combinaison «provisoire». Le «petit
ministère»,--c'est ainsi qu'on l'appelait,--était déclaré non viable par
les docteurs. Tout au plus consentaient-ils à y voir une administration
de transition à laquelle ils accordaient seulement quelques mois ou même
quelques heures de durée. C'était à qui rappellerait le ridicule épisode
du «ministère des trois jours». Du reste, chez tous, plus de dédain que
de colère[257]. Les doctrinaires ne tarissaient pas en épigrammes
hautaines, et M. Thiers, qui avait cependant aidé ce cabinet à naître,
le comparait plaisamment à ces oncles qu'on ménage parce que l'on compte
sur leur prochaine succession.

[Note 257: _Le Journal de Paris_, doctrinaire, racontait, à propos du
nouveau cabinet, l'apologue suivant: «On sait qu'en 1814, les
officiers éprouvés et vieillis dans les camps furent remplacés par des
jeunes gens fraîchement sortis du collége et qui portaient leurs
épaulettes pour la première fois. «Que pensez-vous de vos nouveaux
officiers? demandait-on à un vieux soldat.--Ils sont bien gentils, et
nous en sommes contents.--Oui, mais s'il y avait la guerre?--S'il y
avait la guerre!... Oh! alors on nous rendrait les anciens.»]

Il ne fallait pas s'attendre que M. Molé se résignât à faire une si
petite figure. Mais comment la grandir? Après s'être élevé grâce à la
désorganisation des cadres de l'ancienne majorité, parviendrait-il à
organiser une majorité nouvelle à son profit? La première condition
était d'avoir un programme bien net et de l'imposer avec autorité, de
savoir ce qu'on voulait, de le vouloir avec fermeté et de proclamer
cette volonté bien haut. Or tel ne paraissait pas être le cas du
nouveau cabinet, à en juger par la déclaration que le président du
conseil apporta à la Chambre, le 18 avril. Elle s'étendait, avec
quelque complaisance, sur l'annonce du mariage du duc d'Orléans qui
venait en effet d'être heureusement décidé. Mais, en fait de
programme, rien que quelques généralités sur «l'accord de la monarchie
et de la liberté», sur «la politique ferme et modérée qui, depuis sept
ans, avait sauvé la France». «Nous ne sommes point des hommes
nouveaux, ajoutait le ministre; tous nous avons participé à la lutte.
Vous savez qui nous sommes, et notre passé vous est un gage de notre
avenir. Nous ne vous présenterons pas d'autre programme; nos actes
vous témoigneront assez de nos intentions.» Ce laconisme évasif ne
laissa pas que de désappointer la Chambre et de provoquer quelques
murmures. Sur un seul point, M. Molé apportait une indication un peu
précise: après avoir annoncé le dépôt d'un projet de dotation pour le
duc d'Orléans, il faisait connaître l'«ajournement» de la proposition
tendant à constituer l'apanage du duc de Nemours. «Le Roi, disait-il,
n'a pas voulu que les Chambres eussent à pourvoir en même temps à la
dotation de ses deux fils.» Des autres lois pénales sur la déportation
et la non-révélation, il n'était soufflé mot. Interrogés aussitôt à ce
sujet, dans la Chambre des pairs, les ministres se dérobèrent. On
soupçonnait bien qu'ils avaient résolu _in petto_ de laisser tomber
ces projets, en ne demandant pas leur mise à l'ordre du jour; mais ils
semblaient ne pas oser le dire nettement et tout haut. Plus d'une
fois, cette interrogation leur fut renouvelée, et toujours ils usèrent
des mêmes défaites, si bien qu'à la fin de la session, au mois de
juin, un doctrinaire, le comte Jaubert, pouvait encore les interpeller
sur le point de savoir si, oui ou non, ils entendaient retirer ces
lois. On comprend que M. Molé et ceux de ses collègues qui avaient
fait partie avec lui de l'administration précédente, fussent gênés
pour annoncer l'abandon de projets que, quelques semaines auparavant,
ils avaient proposés comme nécessaires au salut de la monarchie et de
la société. Mais leur silence embarrassé n'était pas fait pour en
imposer. Ce retrait par prétérition semblait le signe, non d'une
direction nouvelle imprimée, après réflexion, par un ministre résolu,
mais de la faiblesse d'un gouvernement indécis, se laissant aller, au
jour le jour, à une politique qu'il subissait malgré lui, sans oser
l'avouer ni la définir, sans même savoir bien d'avance jusqu'où il la
suivrait.

L'apanage du duc de Nemours une fois abandonné, les dotations du
prince royal et de la reine des Belges furent votées sans grande
difficulté. Sur le désir du duc d'Orléans, le projet laissait en blanc
le chiffre de sa dotation: la commission proposa deux millions, plus
un million une fois payé pour frais d'établissement: le douaire de la
princesse était fixé à 300,000 francs. Ces chiffres furent adoptés par
307 voix contre 49. La dotation de la reine des Belges fut un peu plus
contestée. M. de Montalivet saisit cette occasion pour faire justice,
avec des faits et des chiffres, de tous les mensonges répandus sur la
liste civile et le domaine privé. Mis personnellement en cause, M. de
Cormenin déclina piteusement la lutte: il lui était plus commode de
s'embusquer dans un pamphlet que d'affronter un débat contradictoire.
Cette seconde loi fut votée par 239 voix contre 140. Le chiffre
relativement élevé de la minorité prouve combien les préventions
étaient fortes en ces matières, même chez des députés dont beaucoup ne
se fussent pas, sans protestation, laissé traiter d'adversaires de la
monarchie. Les ministres sentaient du reste ces préventions si
vivaces, qu'un peu plus tard, au mois d'octobre, lors du mariage de la
princesse Marie avec le duc de Wurtemberg, ils ne dissimulèrent pas au
Roi l'embarras qu'ils éprouveraient à demander une dot aux Chambres.
Informée de ces objections, la princesse déclara fièrement «qu'elle ne
voulait pas être discutée à la tribune», et Louis-Philippe, bien que
péniblement surpris de ce qui lui paraissait une défaillance de son
cabinet, n'insista pas et paya la dot de sa bourse. «Que le ministère
fasse bien les affaires du pays, dit-il, le reste sera bientôt
oublié.» Hélas! moins de quinze mois après, cette jeune princesse d'un
esprit si vif, si original, si généreux, ardente à toutes les grandes
et belles choses, ornée des dons les plus rares, marquée du signe
privilégié qui distingue les artistes, devenue à la fois célèbre et
populaire par sa charmante statue de Jeanne d'Arc, s'éteignait à Pise
des suites d'une maladie de poitrine; elle n'avait que vingt-cinq ans.

Le vote des lois de dotation n'avait pas fait connaître si le nouveau
ministère possédait la majorité dans le Parlement. Il importait que
cette question fût résolue sans retard. La Chambre se trouvait saisie
d'une loi de crédit pour les dépenses secrètes de la police, présentée
le 15 mars, par l'administration précédente. L'usage était de
considérer la discussion et le vote de ce genre de lois comme
l'épreuve de la confiance inspirée par le ministère. La commission,
nommée avant la reconstitution du cabinet, était composée en majorité
de doctrinaires; dans le rapport, déposé le 25 avril, M. Duvergier de
Hauranne, tout en concluant au vote du crédit, s'appliqua à être
embarrassant et désagréable pour M. Molé; il lui souhaitait, en des
termes où la malice et la méfiance n'étaient que trop visibles,
«l'esprit de suite et de fermeté sans lequel il est impossible de
gouverner aujourd'hui», exprimait l'espérance qu'il continuerait
fidèlement la politique du 13 mars et du 11 octobre, et ne lui
promettait d'appui qu'à ces conditions[258].

[Note 258: Quelques jours après, au cours de la discussion, M.
Duvergier de Hauranne résumait ainsi les sentiments de la commission:
«Elle est loin de penser que la politique du 13 mars ait fait son
temps, et qu'il convienne de la remplacer par une autre politique qui
tourne les difficultés au lieu de les aborder de front; elle pense que
le moment n'est pas venu de traiter les lois de sûreté comme de
vieilles armes qu'on met en magasin pendant la paix et que l'on
conserve à condition de ne pas s'en servir; elle est profondément
convaincue que la conciliation désirée par tout le monde doit être le
résultat de la fermeté, et non de la faiblesse; de la persévérance, et
non de la mobilité; d'une conduite droite et franche, et non d'une
conduite équivoque et tortueuse.»]

À peine le débat s'ouvre-t-il, le 2 mai, en séance publique, que, de
toutes parts, de gauche comme de droite, par MM. Havin et Salverte,
comme par MM. Roul et Jaubert, le ministère est mis en demeure de
déclarer, sans ambiguïté et sans réticence, quelle est sa politique.
«Deux fractions de cette Chambre, dit un conservateur, M. A. Giraud,
deux camps, si je puis m'exprimer ainsi, sont en présence. Où
plantez-vous votre drapeau? Essayez-vous de vous glisser entre ces
deux parties de la Chambre? Je dis que vous tentez l'impossible... Que
votre allure soit franche, décidée. Car toutes ces oscillations, ces
tâtonnements ne peuvent entraîner, je le dis à regret, que le dédain
et la pitié.» M. Molé fait une réponse brève et vague; il voudrait,
selon l'expression du _Journal des Débats_, «sinon plaire à tout le
monde, du moins déplaire à peu de personnes». «Le véritable esprit de
gouvernement, déclare-t-il, consiste à aborder les circonstances
telles qu'elles se présentent, avec l'esprit libre de toute
préoccupation du passé... Ainsi, ce que nous pouvons dire, c'est que
nous gouvernerons selon nos convictions. Nous n'admettons pas d'autre
programme.» M. de Montalivet n'ajoute rien à ces déclarations, en
proclamant que toute politique «doit être empreinte de l'esprit de
résistance et de l'esprit de conciliation».

Alors intervient M. Guizot. Un deuil récent ajoute encore à l'émotion
grave et austère de sa voix, de son geste et de sa physionomie: son
fils aîné, jeune homme plein d'avenir, vient de lui être enlevé par
une pleurésie, à l'âge de vingt-deux ans. Dès le début de son
discours, il rencontre l'occasion de faire à cette perte une allusion
qui remue profondément l'assemblée. «J'ai pris, dit-il, et quitté le
pouvoir déjà plusieurs fois en ma vie, et je suis, pour mon compte
personnel, profondément indifférent à ces vicissitudes de la fortune
politique. Je n'y mets d'intérêt que l'intérêt public... Vous pouvez
m'en croire, Messieurs; il a plu à Dieu de me faire connaître des
joies et des douleurs qui laissent l'âme bien froide à tout autre
plaisir et à tout autre mal.» Dans la dissolution du dernier cabinet,
il s'attache à faire voir autre chose et plus qu'une question de
personnes; il y montre le conflit de deux politiques opposées: l'une,
la sienne, qui, en dépit de l'échec de la loi de disjonction et des
menaces contre la loi d'apanage, voulait tenir bon et continuer le
système de résistance suivi depuis six ans; l'autre hésitante, portée
au relâchement et aux concessions. À propos des reproches de tendances
aristocratiques dont la loi d'apanage a été le prétexte, il se
proclame partisan décidé de la prépondérance des classes moyennes, et
célèbre magnifiquement leur victoire et leur règne. La fermeté lui
paraît commandée par la persistance de l'esprit révolutionnaire.
«Regardez, dit-il, aux classes où dominent les intérêts conservateurs.
Qu'observons-nous tous les jours? On ne rencontre trop souvent, dans
ces classes mêmes, qu'une intelligence incomplète des conditions de
l'ordre social et du gouvernement; là encore, dominent un grand nombre
de préjugés, d'instincts de méfiance pour le pouvoir, d'aversion
contre toute supériorité. Ce sont là des instincts véritablement
anarchiques, véritablement antisociaux. Qu'observons-nous encore tous
les jours? Un grand défaut de prévoyance politique, le besoin d'être
averti par un danger imminent, par un mal pressant; si ce mal n'existe
pas, si ce danger ne nous menace pas, la sagacité, la prévoyance
politique s'évanouissent, et l'on retombe en proie à ces préjugés qui
empêchent l'affermissement régulier du gouvernement et de l'ordre
public.» Considérant ensuite, toujours de haut, «les classes qui
vivent de salaires et de travail», l'orateur y signale un «mal plus
grand» encore, «les ravages que font tous les jours, dans ces classes,
les exemples si séducteurs et encore si récents des succès et des
fortunes amenés par les révolutions», «l'absurdité des idées répandues
sur l'organisation sociale..., l'inconcevable légèreté et
l'épouvantable énergie avec lesquelles ces classes s'en occupent», le
«relâchement des freins religieux et moraux». Ce même esprit
révolutionnaire, M. Guizot le retrouve fermentant partout, en
Angleterre, en Espagne, en Portugal. «Eh bien, s'écrie-t-il, en
présence de tels faits, comment ne verriez-vous pas que l'esprit
révolutionnaire n'est pas chez nous un hôte accidentel, passager, qui
s'en ira demain, auquel vous avez quelques batailles à livrer, mais
avec lequel vous en aurez bientôt fini! Non, Messieurs, c'est un mal
prolongé et très-lent, jusqu'à un certain point permanent, contre
lequel la nécessité de votre gouvernement est de lutter toujours. Le
gouvernement, dans l'état actuel de la société, n'a pas la permission
de se reposer, de s'endormir à côté du gouvernail... Messieurs, la
mission des gouvernements n'est pas laissée à leur choix, elle est
réglée en haut... (_bruits à gauche_), en haut! Il n'est au pouvoir de
personne de l'abaisser, de la rétrécir, de la réduire. C'est la
Providence qui détermine à quelle hauteur et dans quelle étendue se
passent les affaires d'un grand peuple. Il faut absolument monter à
cette hauteur et embrasser toute cette étendue pour y suffire.
Aujourd'hui, plus que jamais, il n'est pas permis, il n'est pas
possible aux gouvernements de se faire petits.»

M. Molé ne croit pas pouvoir suivre l'orateur doctrinaire dans les
régions élevées où il s'est complu. Sa réponse est courte. Comme
effrayé d'accepter l'opposition des deux politiques telle que l'a
développée M. Guizot, il ne veut voir, dans la récente crise, qu'une
question personnelle: c'est à peine si, à la fin de ses observations,
il esquisse vaguement le plan d'une politique de détente. «Notre
système, dit-il, est de considérer aujourd'hui la France comme
fatiguée de ses agitations passées. De vieux partis s'agitent encore,
mais, tous les jours, leurs rangs sont plus désertés... Nous ne
faisons à personne la guerre pour la guerre; au contraire, nous
tendons la main à tous ceux qui viennent à nous sincèrement... Nous
aimons mieux calmer les passions que d'avoir à les vaincre. Mais, si
le mal relevait audacieusement la tête, nous saurions prouver que le
monopole de l'énergie n'appartient à personne.»

C'est M. Odilon Barrot qui, se plaçant en face de M. Guizot, relève le
gant que le ministère n'a pas ramassé. Dans un discours étendu, un peu
vide, mais non sans une certaine ampleur éloquente, il attaque de
front la politique de résistance, et accuse l'orateur doctrinaire de
vouloir faire de la classe moyenne une sorte de nouvelle aristocratie.
«Vous voulez fonder un système exclusif qui ne tendrait à rien moins
qu'à diviser la France en castes ennemies. La classe moyenne repousse
ce funeste présent, ce monopole de la victoire. Vous oubliez donc que
toutes les victoires de notre révolution ont été gagnées par tout le
monde; vous oubliez que le sang qui a coulé, au dedans ou au dehors,
pour l'indépendance ou pour la liberté de la France, est le sang de
tout le monde.» Entre temps, le chef de la gauche reproche au
ministère ses équivoques. Si vous voulez changer la politique du 6
septembre, lui dit-il, il faut le déclarer, ce que vous n'avez pas
encore fait. Si vous voulez la continuer, «faites place à des hommes
politiques qui représentent ces idées plus éminemment aux yeux du
pays». En effet, ajoute-t-il, faisant allusion au discours de M.
Guizot, ces idées «ont d'autres représentants que vous; et vous devez
bien le sentir, alors que ces idées sont formulées avec hauteur, avec
netteté; vous devez reconnaître et la parole et le bras du maître».

Le ministère va-t-il donc enfin s'expliquer, prendre position, dire en
quoi il diffère de l'orateur doctrinaire, en quoi il refuse de suivre
le chef de la gauche? Non, il reste modeste et silencieux spectateur
de cette lutte. C'est M. Guizot qui remonte à la tribune. Dans une
longue réplique, où il s'élève plus haut encore que dans son premier
discours, il réfute M. Barrot. «J'ai parlé, dit-il, de la nécessité de
constituer et d'organiser la classe moyenne. Ai-je assigné des limites
à cette classe? M'avez-vous entendu dire où elle commençait et où elle
finissait? Je m'en suis soigneusement abstenu... j'ai simplement
exprimé ce fait général qu'il existe, au sein d'un grand pays comme la
France, une classe qui n'est pas vouée au travail manuel, qui ne vit
pas de salaires, qui a, dans sa pensée et dans sa vie, de la liberté
et du loisir, qui peut consacrer une partie considérable de son temps
et de ses facultés aux affaires publiques. Lorsque, par le cours du
temps, cette limite naturelle de la capacité politique se sera
déplacée, lorsque les lumières, les progrès de la richesse, toutes les
causes qui changent l'état de la société auront rendu un plus grand
nombre d'hommes capables d'exercer, avec bon sens et indépendance, le
pouvoir politique, alors la limite légale changera. C'est la
perfection de notre gouvernement que les droits politiques, limités à
ceux qui sont capables de les exercer, peuvent s'étendre à mesure que
la capacité s'étend; et telle est en même temps l'admirable vertu de
ce gouvernement, qu'il provoque sans cesse l'extension de cette
capacité, qu'il va semant, de tous côtés, les lumières,
l'intelligence, l'indépendance; en sorte qu'au moment même où il
assigne aux droits politiques une limite, à ce moment même, il
travaille à déplacer cette limite, à la reculer et à élever ainsi la
nation entière.» M. Guizot proteste donc qu'il n'a voulu «rien faire
qui ressemblât aux anciennes aristocraties». Mais, en même temps, il
«maintient que le moment est venu de repousser aussi ces vieilles
idées révolutionnaires, ces absurdes préjugés d'égalité absolue des
droits politiques qui ont été, partout où ils ont dominé, la mort de
la vraie justice et de la liberté». Puis il ajoute: «Ce qui perd la
démocratie dans tous les pays où elle a été perdue, c'est précisément
qu'elle ne sait pas avoir le sentiment vrai de la dignité humaine...;
c'est qu'elle n'a su admettre aucune organisation hiérarchique de la
société; c'est que la liberté ne lui a pas suffi; elle a voulu le
nivellement. Voilà pourquoi la démocratie a péri.» Sans doute
l'orateur veut que «partout où il y aura capacité, vertu, travail, la
démocratie puisse s'élever aux plus hautes fonctions de l'État». C'est
ce qui existe. «Nous avons tous, presque tous, s'écrie-t-il, conquis
nos grades à la sueur de notre front et sur le champ de bataille...
Voilà la vraie liberté, la liberté féconde, au lieu de cette
démocratie envieuse, jalouse, inquiète, tracassière, qui veut tout
abaisser à son niveau, qui n'est pas contente si elle voit une tête
dépasser les autres têtes. À Dieu ne plaise que mon pays demeure
longtemps atteint d'une si douloureuse maladie!... Messieurs, on ne
tombe jamais que du côté où l'on penche. Je ne veux pas que mon pays
penche de ce côté, et toutes les fois que je le vois pencher, je me
hâte de l'avertir. Voilà, Messieurs, mon système, ma politique... Rien
ne m'en fera dévier. J'y ai risqué ce que l'on peut avoir de plus cher
dans la vie politique, j'y ai risqué la popularité. Elle ne m'a pas
été inconnue. Vous vous rappelez, Messieurs, l'honorable M. Barrot
peut se rappeler un temps où nous servions ensemble, où nous
combattions sous le même drapeau. Dans ce temps-là, il peut s'en
souvenir, j'étais populaire, populaire comme lui; j'ai vu les
applaudissements populaires venir souvent au-devant de moi; j'en
jouissais beaucoup, beaucoup; c'était une belle et douce émotion: j'y
ai renoncé... j'y ai renoncé. Je sais que cette popularité-là ne
s'attache pas aux idées que je défends aujourd'hui, à la politique que
je maintiens; mais je sais aussi qu'il y a une autre popularité: c'est
la confiance qu'on inspire à ces intérêts conservateurs que je regarde
comme le fondement sur lequel la société repose. Eh bien! c'est
celle-là, à la place de cette autre popularité séduisante et
charmante, c'est celle-là que j'ai ambitionnée depuis... Voilà à
quelle cause je me suis dévoué; voilà quelle confiance je cherche.
Celle-là, je puis en répondre, me consolera de tout le reste, et je
n'envierai à personne une autre popularité, quelque douce qu'elle
puisse être.» À cette magnifique péroraison, que M. Guizot débite
d'une voix pénétrante, le geste superbe et le visage comme rayonnant,
des acclamations enthousiastes éclatent sur les bancs de l'ancienne
majorité. Celle-ci est tout émue et fière de voir ainsi anoblir son
passé, sa cause, ses sentiments, de se reconnaître dans une image qui
l'élève à ses yeux[259]. Deux cent six députés se réunissent pour
demander à M. Guizot l'autorisation de faire réimprimer à part ses
deux discours et de les répandre dans leurs départements; plus de
trente mille exemplaires en sont aussitôt distribués. Il n'est pas
jusqu'aux membres de la gauche qui, ne voyant plus en l'orateur un
ministre à renverser, ne se laissent aller à goûter, en spectateurs,
le plaisir de cette grande scène d'éloquence, et ne sachent gré à
l'orateur de l'honneur que son talent fait rejaillir sur l'assemblée
entière.

[Note 259: «M. Guizot, écrit un membre de cette majorité, venait
d'expliquer et d'idéaliser tout son passé, tout son présent, le nôtre
en même temps.» (_Notes inédites de Duvergier de Hauranne._)]

L'éclat de ce succès a rejeté à ce point dans l'ombre les ministres
qu'on les croit perdus. Au sortir de la séance, M. Thiers prend par le
bras M. Vitet, ami de M. Guizot: «Ceci, lui dit-il, change bien la
question; si vous le voulez, je suis prêt: demain, nous renversons le
cabinet.» Cette ouverture est accueillie avec joie par les plus
ardents des doctrinaires, et ils croient l'heure de la vengeance déjà
sonnée. Mais, d'une part, M. Guizot ne songe pas à aller si vite: il
se contente de jouir de son triomphe oratoire; il croit avoir blessé à
mort le cabinet; à quoi bon se compromettre et effaroucher les
timides, en voulant faire plus pour le moment? Aussi persiste-t-il
dans sa résolution de voter les crédits. D'autre part, M. Thiers
rencontre des avis fort divergents chez ses amis; beaucoup craignent
qu'une crise, en ce moment, ne profite aux seuls doctrinaires. Des
régions ministérielles où l'inquiétude est grande, on rappelle au chef
du centre gauche les promesses qu'il a faites au Roi et à M. de
Montalivet; on lui donne à entendre que M. Molé, fatigué, lui cédera
bientôt la place.

Le lendemain, quand M. Thiers paraît à la tribune, le silence de tous
révèle une attente anxieuse. Dès les premiers mots, on aperçoit qu'il
s'est décidé à sauver le ministère. Son discours est d'inspiration
moins haute que ceux de M. Guizot, mais il est habile, incisif et bien
fait pour détruire tout doucement l'effet produit par l'orateur
doctrinaire. Sans contredire de front la thèse de ce dernier sur la
«classe moyenne», M. Thiers insinue que cette expression ne sied pas
mieux que celle de «peuple» dont abusent les démocrates: mieux vaut,
dans les deux cas, ne parler que de la «nation». Il ne répudie pas la
politique de résistance et de combat suivie pendant six ans: «Elle a
eu, dit-il, son à-propos dans nos jours de danger»; mais elle ne l'a
plus maintenant: à preuve, le rejet de la loi de disjonction. Il en
faut conclure que le moment est venu de calmer le pays, de concilier
au gouvernement la partie modérée de l'opposition; le péril n'est plus
dans les émeutes, il est dans les mauvaises élections que provoquerait
une politique irritante. La péroraison fait grand effet: s'emparant
d'une phrase de M. O. Barrot qui avait dit la veille à M. Guizot:
«J'appelle de tous mes voeux l'épreuve de votre système», M. Thiers
dit, à son tour, de cette politique doctrinaire: «Si elle m'a reproché
les ménagements que la politique du 22 février avait obtenus de
l'honorable M. Odilon Barrot, elle a obtenu hier de l'opposition un
mot, à mon avis, bien grave. L'opposition lui a dit: Je vous souhaite.
Eh bien, non par des motifs personnels, car si l'ambition était chez
moi supérieure aux convictions, je serais aujourd'hui ministre, mais
dans la profonde conviction que je sers bien mon pays, je lui dis:
Moi, je ne vous souhaite pas, et je donne ma boule blanche au cabinet
du 15 avril. Je dis enfin à cette politique qu'elle n'a plus son
à-propos; elle l'aurait eu peut-être dans les jours de nos dangers.
Aujourd'hui, comme heureusement il n'est donné à personne de faire
renaître ces dangers, je dis que cet à-propos, elle ne l'a plus. Non
pas que, dans cette Chambre, il y ait de l'exclusion pour les
personnes; non, les personnes peuvent venir, elles auraient peut-être
la majorité; mais je n'ajoute qu'un mot: les personnes sans les
choses.»

Le vote des crédits est dès lors assuré. Ils sont adoptés, le 6 mai,
par 250 voix contre 112. De cette discussion qui s'est prolongée
pendant quatre jours, les ministres sortent, la vie sauve, mais
diminués et humiliés. Il a été trop visible que, selon l'expression de
M. Odilon Barrot, «tout s'est passé par-dessus leur tête[260]». Est-ce
l'effet d'une indisposition récente[261], est-ce qu'il n'a pas encore
pris confiance en soi, mais M. Molé n'a pas donné sa vraie mesure, il
n'a pas déployé les ressources qu'il saura trouver, plus tard, dans
d'autres débats. Toute sa bonne tenue et sa bonne grâce n'ont pas
suffi à masquer une infériorité trop manifeste. Quand il a dit: «Nous
tendons la main à tous ceux qui viennent à nous», un ami des
doctrinaires a pu lui répondre: «Vous tendez la main à tout le monde;
eh bien! depuis le commencement de cette discussion, est-il venu
quelqu'un à cette tribune nettement et franchement vous offrir la
sienne?» Sans doute, on a voté pour lui, mais en trop grand nombre
pour que ce vote ait une signification précise. Il n'a pas été suivi,
mais seulement protégé, ménagé, à raison même de sa faiblesse. Chaque
chef de groupe ne pouvant prendre le pouvoir pour soi, l'a mieux aimé
en ces mains jugées débiles qu'en celles d'un rival redouté et
jalousé. Personne ne s'est gêné pour motiver ainsi tout haut son vote,
et M. de Lamartine lui-même, le défenseur le plus bienveillant du
cabinet, a dit de lui: «Je ne le défends pas pour ce qu'il est, mais
pour ce qu'il empêche.»

[Note 260: On criait ironiquement au ministère, dans les journaux:
«Les coups se portent par-dessus votre tête; pour les éviter,
baissez-la.»]

[Note 261: La première fois qu'il prit la parole dans ce débat, M.
Molé s'excusa en disant qu'il sortait de son lit.]

Dans les questions d'affaires qui furent ensuite discutées, le
ministère ne retrouva pas l'autorité qui lui avait manqué dans les
débats politiques. Deux projets de loi étaient particulièrement
importants. Dans l'un, on abordait, pour la première fois, le problème
difficile et compliqué entre tous, qui depuis n'a jamais été bien
résolu, de la conciliation entre les intérêts opposés du sucre
colonial et du sucre indigène; l'autre proposait un système
d'ensemble pour l'exécution des chemins de fer français. Les
discussions furent incertaines, confuses, en partie stériles, faute
d'un gouvernement qui imposât une direction ferme et obéie. Dans le
premier cas, on se trouva aboutir, un peu à l'improviste, à une
demi-mesure d'une efficacité contestable. Dans le second, l'avortement
fut plus manifeste encore, et la France, déjà en retard sur d'autres
pays, vit ajourner l'établissement de son réseau ferré[262].

[Note 262: Plus tard, quand sera fixé le système de construction et
d'exploitation de nos chemins de fer, nous reviendrons, avec quelques
détails, sur les tâtonnements du début.]

Ce défaut de soumission de la Chambre n'allait pas sans doute jusqu'à
une rupture ouverte. Si le ministère n'avait pas de majorité qui fût
bien à lui, personne n'en avait contre lui. Ceux mêmes qui
dissimulaient le moins leur malveillance étaient plus ironiques et
dédaigneux qu'agressifs. Tout en raillant la faiblesse du cabinet, ils
ne se sentaient pas eux-mêmes de force à entreprendre une campagne un
peu vigoureuse. La Chambre souffrait de cette impuissance générale.
Mécontente du gouvernement, elle n'était pas moins mécontente
d'elle-même et avait conscience qu'elle fonctionnait mal. En somme, la
situation était mauvaise pour tout le monde. La duchesse de Broglie
écrivait, le 2 mai 1837, à M. de Barante: «Nous n'avons rarement,
peut-être jamais été si mal, parce qu'il n'y a point de vraies
difficultés, mais un mal moral qui nous consume. Notre pauvre
ministère est bien peu considéré; il existe, c'est sa seule qualité;
c'est le contraire de la jument de Roland qui avait toutes les
qualités, excepté qu'elle était morte. Puisse-t-il conserver cette
existence; car vraiment ces changements continuels nous abîment[263].»

[Note 263: _Documents inédits._]


II

M. Molé n'avait donc pas réussi dans les premiers débats de la
Chambre. Sa fierté ne pouvait rester sur un tel échec et désirait une
prompte revanche. Jugeant impossible de la trouver dans le Parlement,
il s'était tout de suite appliqué à la chercher dans le pays lui-même,
se disant qu'une fois populaire auprès des électeurs, il aurait raison
des députés. Le calcul était d'un homme d'État. Les circonstances lui
avaient mis une bonne carte dans son jeu: le mariage du duc d'Orléans.
On se rappelle, en effet, que, dans sa première déclaration, il avait
pu annoncer l'heureuse issue des négociations engagées, huit mois
auparavant, par M. Thiers, pour l'union du prince royal avec la
duchesse Hélène de Mecklembourg-Schwerin.

Ce n'était pas sans difficulté que ce résultat avait été atteint. Bien
que le roi de Prusse eût conçu l'idée du mariage et en eût fait son
affaire personnelle, l'opposition avait été vive à la cour de Berlin.
Elle s'appuyait sur le Czar. Mais le vieux roi n'avait pas faibli. Il
était maintenu dans ses fermes dispositions par le ministre de France,
M. Bresson. Nous avons eu déjà l'occasion de noter l'influence que ce
diplomate s'était acquise sur le gouvernement auprès duquel il se
trouvait accrédité. D'un esprit net et ferme, d'un caractère énergique
et passionné, non sans ambition, mais sans vaine chimère, sagace dans
l'observation et hardi dans l'action, sachant au plus haut degré
prendre empire sur les autres, il goûtait les grandes entreprises et
était capable d'y réussir. Il avait su s'emparer de l'esprit du prince
de Wittgenstein, ami d'enfance et conseiller fort écouté du Roi. Par
ce moyen, il arrivait directement à Frédéric-Guillaume, sans passer
par les ministres[264]. L'influence de notre représentant fut décisive
dans les négociations du mariage, et, dès le 17 février 1837, M. de
Metternich écrivait: «Si l'affaire s'arrange, ce sera M. Bresson qui
l'aura faite[265].»

[Note 264: L'année précédente, quand il avait fallu négocier le voyage
des princes français à Berlin, les premiers pourparlers avaient été
échangés par l'entremise du prince de Wittgenstein et à l'insu du
premier ministre, M. Ancillon. Celui-ci ne fut mis au courant que
quand toutes les difficultés étaient levées. Il vint alors donner
connaissance à M. Bresson de l'invitation adressée par le roi de
Prusse aux fils de Louis-Philippe, se félicitant avec quelque
solennité d'être le premier à lui annoncer une aussi agréable
nouvelle: notre ambassadeur était alors assis à une table de whist, en
face du prince de Wittgenstein; celui-ci comprima à grand'peine un
accès de fou rire, et les cartes faillirent lui échapper des mains.]

[Note 265: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 195.--M. de
Barante écrivait, peu après, à M. Bresson: «Vous seul, dans notre
sphère diplomatique, avez été appelé à la bonne fortune de faire plus
et mieux que regarder et juger.» (_Documents inédits._)]

Les adversaires du mariage avaient à leur tête une partie même de
la maison de Mecklembourg, entre autres le duc régnant de
Mecklembourg-Strélitz. Sollicité par ce dernier de faire opposition à
l'union projetée, le prince de Wittgenstein exposa, dans une lettre
confidentielle, les raisons qui lui semblaient au contraire la
justifier. Peu après, un écrit lithographié, qui réfutait avec violence
et âcreté les arguments de cette lettre, et qui repoussait une alliance
avec les d'Orléans comme une honte pour la famille de Mecklembourg,
était glissé nuitamment sous la porte des principaux personnages de la
cour. L'émotion et le scandale furent grands dans les hautes régions de
la société berlinoise. Frédéric-Guillaume en fut particulièrement
courroucé. Sa police eut bientôt découvert que l'auteur du factum était
le duc Charles de Mecklembourg-Strélitz, commandant général des
grenadiers de la garde prussienne, frère de la feue reine. Bien qu'à ce
dernier titre le vieux roi lui fût très-attaché, il ordonna à M. Kamptz,
son ministre de la justice, de répondre par un autre mémoire, bientôt
répandu dans toutes les cours d'Allemagne. Ce mémoire s'appliquait à
atténuer le caractère révolutionnaire de l'événement de Juillet, et
faisait ressortir le service que Louis-Philippe avait rendu à la cause
de la monarchie et de la paix, en barrant le chemin à la république. Il
montrait ensuite, par des exemples nombreux, que des dérogations
analogues à la règle stricte de l'hérédité s'étaient produites dans la
plupart des maisons régnantes d'Europe, que ces changements avaient été
reconnus par les autres États, et des mariages contractés sans scrupule
avec ces maisons, notamment par des princesses de Mecklembourg. Et,
parmi les dynasties où l'on s'était ainsi écarté de l'hérédité, le
mémoire avait soin, par une malice à l'adresse du Czar, de citer à
plusieurs reprises celle de Russie. «Qui a jamais demandé compte aux
puissances, disait-il, d'avoir reconnu pour souverains légitimes les
impératrices Élisabeth et Catherine, les rois Guillaume III et Georges
Ier[266]?» C'était certes un résultat inattendu de la cabale
antifrançaise que d'avoir amené l'un des chefs de la vieille Europe,
l'un des anciens tenants de la Sainte-Alliance, à justifier la
révolution de Juillet, tout au moins à en plaider les circonstances
atténuantes, et surtout à dire aux pharisiens de la légitimité,
héritiers et bénéficiaires pour leur compte de plus d'une usurpation:
«Que celui de vous qui est sans péché lui jette la première pierre!»
L'effet fut considérable. Bien que ne circulant que sous le manteau de
la cheminée, l'écrit royal était connu dans toutes les cours et dans
toutes les chancelleries. «On s'émerveille, écrivait M. Bresson à M.
Molé, de voir le gouvernement prussien transformé en champion ou du
moins en apologiste de la monarchie de 1830... Ce n'est pas tout à fait
ce que me disait hier un homme de beaucoup d'esprit: _L'avant-garde
russe était, il y a dix-huit mois, à Sarrebruck, et l'avant-garde
française est aujourd'hui à Memel_;--mais c'est un rapprochement
inespéré.»

[Note 266: Voir des extraits de cet écrit aux Pièces justificatives de
l'_Histoire de la politique extérieure du gouvernement français_,
1830-1848, par M. D'HAUSSONVILLE, t. I, p. 256 et suiv.]

En s'engageant ainsi, Frédéric-Guillaume savait sans doute quelle
irritation il éveillait à Saint-Pétersbourg. Le Czar ne prenait pas
patiemment son parti du démenti publiquement donné aux prétentions de
prépotence qu'il avait si fastueusement affichées à München-Grætz et à
Toeplitz. Aussi s'exprimait-il dans les termes les plus inconvenants
sur le roi de Prusse[267]. Mais celui-ci se savait plus ou moins
soutenu par le cabinet de Vienne. Sans aller aussi loin que
Frédéric-Guillaume, M. de Metternich affectait de se montrer
très-favorable au mariage, et son agent près la cour de Schwerin
recevait pour instruction d'y aider. «C'est de la Prusse et de
l'Autriche, disait le chancelier à l'ambassadeur de France, que vous
recevez votre princesse royale; cela vaut mieux que de la tenir du
Mecklembourg.» Et il ajoutait: «L'empereur Nicolas n'aurait rien dit
de désobligeant, si, averti à temps, j'avais pu lui déclarer que nous
nous rangions franchement du côté de la Prusse, et qu'il se trouverait
seul en Europe.» M. de Metternich mettait d'autant plus d'empressement
à nous témoigner ces bonnes dispositions, qu'il désirait nous faire
ainsi oublier son opposition au mariage autrichien, et aussi celle que
faisaient au projet du roi de Prusse certains personnages importants
de la cour et même de la maison d'Autriche[268].

[Note 267: «L'exaspération de l'Empereur continue à être portée à un
haut degré. Le langage qu'il tient dans son intérieur est étrangement
passionné.» (_Dépêche de M. de Barante à M. Molé_, 11 avril 1837.)]

[Note 268: _Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. de Barante_, 9 mai
1837; _Dépêche de M. Molé au même_, 16 mai et 21 juin 1837.
(_Documents inédits._)]

Les adversaires du mariage avaient aussi cherché à agir sur la jeune
duchesse elle-même. On évoquait devant elle les souvenirs terribles,
on lui présentait les sombres présages devant lesquels avait fini par
faiblir, une année auparavant, le courage de l'archiduchesse Thérèse.
Mais Hélène de Mecklembourg avait un coeur et un esprit d'autre
trempe. «J'aime mieux, disait-elle, être un an duchesse d'Orléans en
France, que de passer ma vie à regarder ici, par la fenêtre, qui entre
dans la cour du château.» Ambitieuse, elle l'était, non d'une ambition
vulgaire, égoïste,--elle avait pour cela l'âme trop haute, le coeur
trop tendre et trop dévoué, et la religion y tenait trop de
place,--mais d'une ambition généreuse, prompte à l'enthousiasme et au
sacrifice, séduite plus que rebutée par la part de risques et de
périls qui est le lot des grandes destinées. «Le bonheur,--dit son
biographe qui l'a si bien connue et a fait d'elle un si touchant et si
fidèle portrait,--ne consistait pas, à ses yeux, dans la possession
tranquille de tous les biens de ce monde, mais dans l'emploi de toutes
les facultés les plus nobles de l'âme et de l'intelligence, dans
l'accomplissement d'une belle, grande et importante tâche[269].» Le
duc d'Orléans l'avait devinée quand, dans une lettre adressée à M.
Bresson, mais en réalité destinée à la jeune princesse, il exposait
lui-même, avec une loyauté chevaleresque, toutes les objections que la
sollicitude de la famille de Mecklembourg pouvait élever contre ce
mariage. «J'ai puisé dans cette lettre, disait la princesse, des
forces pour marcher au-devant de toutes les difficultés que je puis
prévoir.» D'ailleurs, d'esprit et surtout de coeur, elle était et
aimait à se dire «libérale». Quand elle n'avait encore que seize ans,
du fond de sa solitude de Doberan, elle s'était prise d'une ardente
sympathie pour la France de 1830, et, depuis lors, ne s'en était pas
détachée. Peut-être même, par entraînement d'imagination et chaleur de
sentiment, plus encore que par erreur d'intelligence, ne se
tenait-elle pas assez en garde contre certaines illusions,
perdait-elle de vue certains périls, ne comprenait-elle pas la
nécessité de certaines limites[270]. Toutes ces raisons, sans parler
même de ce qui avait dû lui être rapporté des avantages personnels du
prince, l'avaient disposée, dès le premier jour, à accueillir
favorablement la proposition qui lui avait été faite, et, depuis lors,
soutenue du reste par sa belle-mère, elle ne s'était pas un moment
laissé ébranler dans sa résolution.

[Note 269: Voir le charmant volume intitulé: _Madame la duchesse
d'Orléans_.]

[Note 270: «Si intelligente qu'elle fût, dit son biographe, elle
sentait plus qu'elle ne savait... Elle soutenait toujours la cause qui
plaisait le plus à l'imagination, et l'on avait honte de lui parler
sagesse, raison, quand de son côté était le point de vue le plus
généreux, le plus fier, le plus libéral. Les événements contraires, ce
qu'on nomme leçons de l'expérience, n'agissaient pas beaucoup sur
elle.» (_La Duchesse d'Orléans._)]

Toutes les résistances étaient donc vaincues. M. Bresson put faire la
demande officielle: on signa le contrat de mariage, le 5 avril, et,
quelques jours après, l'événement fut officiellement annoncé. Sans
doute, à n'envisager les choses qu'au point de vue politique, et si
l'on ne tenait point compte des mérites personnels de la princesse, ce
mariage avait moins d'éclat que celui qui avait été tenté l'année
précédente. Entre les deux, il y avait toute la distance de la maison
d'Autriche à celle de Mecklembourg. À Vienne, on parlait, non sans
quelque nuance de dédain, de la «princesse anodine[271]». La fiancée
avait de plus le grave inconvénient d'être protestante: un mariage
mixte était une nouveauté sans précédent pour un prince destiné au
trône de France, nouveauté qui plaisait, par certains côtés et non par
les meilleurs, aux libéraux de l'époque, mais qui étonnait et
choquait d'autres parties de la nation. Malgré tout, cependant,
c'était un mariage royal; pour n'être pas d'une des grandes familles
régnantes, la princesse leur était apparentée. D'ailleurs, les
résistances mêmes opposées à cette union, l'intervention des cours du
continent dans les négociations préliminaires, donnaient à cet
événement une importance politique qu'il n'aurait peut-être pas eue
par lui seul. Le «blocus matrimonial» était définitivement forcé.

[Note 271: Le prince de Metternich écrivait à son ambassadeur de Paris
que «ce mariage avec une princesse d'une petite, mais bonne maison,
n'avait aucune portée politique». (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p.
195.)]


III

Le mariage une fois décidé, M. Molé voulut en faire une sorte de fête
à la fois royale et nationale, qui ajoutât au prestige de la
monarchie, au crédit et à la popularité du ministère, et fût, dans le
pays, le point de départ d'une ère d'apaisement, de détente et de
rapprochement. Ne lui serait-ce pas une manière d'inaugurer et de
montrer en pratique cette politique nouvelle qu'il n'avait pas su ou
osé définir nettement devant la Chambre?

Le président du conseil ne négligea rien pour préparer l'effet qu'il
voulait produire. Tout d'abord, par ordonnance rendue le 8 mai,
quelques jours après la discussion des fonds secrets, amnistie fut
accordée «à tous les individus détenus pour crimes ou délits
politiques», avec ces seules réserves que la mise en surveillance
était maintenue à l'égard des condamnés à des peines afflictives et
infamantes, et que la peine prononcée contre les régicides Boireau et
Meunier était commuée en dix ans de bannissement. Tout fut calculé
pour donner à cette mesure le caractère d'un _motu proprio_ du Roi.
«C'est mon acte», écrivait ce dernier à Madame Adélaïde, et il se
montrait tout entrain de la résolution de clémence qu'il avait
prise[272]. Le très-court rapport qui précéda l'ordonnance fit
allusion au mariage du duc d'Orléans; il insista sur ce que, «l'ordre
étant désormais affermi, les partis vaincus ne pouvaient plus
attribuer l'oubli de leurs fautes qu'à la générosité du Roi». «Votre
Majesté, ajoutait le ministre, fera descendre du haut du trône l'oubli
de nos discordes civiles et le rapprochement de tous les Français...
Votre gouvernement, après avoir plus combattu et moins puni qu'aucun
autre, aura tout pardonné.»

[Note 272: Lettre du 8 mai 1837, publiée dans la _Revue
rétrospective_.]

Que cette mesure fût applaudie par tout ce qui penchait vers la
gauche, on n'en pouvait douter. La préoccupation du ministère était de
savoir comment l'accueilleraient les conservateurs. Le refus de
l'amnistie avait été, depuis plusieurs années, l'un des premiers
articles du programme de la résistance. Députés et journaux s'étaient
maintes fois prononcés dans ce sens. Quelle raison pouvait-on donner
d'un changement d'avis? On n'alléguait aucun signe de repentance chez
les factieux. Le seul fait nouveau était l'échec subi par le pouvoir à
l'occasion de la loi de disjonction. Or si, au lendemain d'une
victoire, l'amnistie eût pu se comprendre, ne risquait-elle pas, au
lendemain d'une défaite, d'être prise pour une faiblesse? La
répression n'était-elle pas déjà trop affaiblie, l'idée du bien et du
mal en politique trop altérée par nos cinquante années de révolution?
C'est ce que pensaient et ce que disaient les amis de M. Guizot. Ils
ajoutaient, à un point de vue plus personnel, qu'en admettant la
nécessité de cette amnistie, il eût été de simple justice de la faire
faire par ceux qui s'étaient le plus compromis dans la défense sociale
et monarchique. Cette mauvaise humeur des doctrinaires n'était pas
faite pour surprendre ou chagriner M. Molé. Son dessein était
précisément de se distinguer d'eux, de laisser à leur compte cette
politique de rigueur, devenue impopulaire, et d'y opposer une
politique de clémence et de conciliation dont il serait l'initiateur.

Seulement ce qu'il redoutait et ce qu'il avait intérêt à empêcher à
tout prix, c'était que la masse conservatrice ne suivît en cette
circonstance les doctrinaires. L'amnistie, applaudie uniquement par
l'ancienne opposition et blâmée par toute l'ancienne majorité, eût
porté le ministère beaucoup plus à gauche qu'il ne le voulait. De là,
et dans le rapport préalable, et dans la circulaire qui suivit, les
précautions de langage prises pour rassurer les conservateurs. De là,
surtout, l'activité fort adroite avec laquelle M. Molé s'assura de
l'accueil favorable de la presse; rien ne lui coûta pour obtenir ce
résultat; le _Journal des Débats_ fut amené, non sans peine, ni sans
frais, à défendre la mesure qu'il avait auparavant si souvent
combattue.

D'elle-même, du reste, l'opinion conservatrice prit la chose mieux
qu'on n'eût pu s'y attendre. Cette confiance du pouvoir témoignait
d'une sécurité qu'on aimait mieux accepter que discuter. Le pays,
fatigué, se laissait volontiers dire que le temps était fini des
luttes pénibles, et bien qu'il eût passé l'âge de la crédulité naïve
et des généreuses illusions, il faisait effort pour espérer ce
«rapprochement de tous les Français», que le gouvernement lui
annonçait comme la récompense de la clémence royale. Sans doute
l'événement devait montrer la vanité de cet espoir: parmi les
amnistiés, aucun ne désarmera, et presque tous ne se serviront de la
liberté rendue que pour ranimer les sociétés secrètes et préparer de
nouveaux attentats. Mais, sur le moment, ce grand acte de clémence
n'en avait pas moins bon air. C'était, dans beaucoup d'esprits, comme
la joie de la paix, après une rude et longue guerre. En somme, le coup
avait été hardi, risqué, mais, à ne juger que le premier effet, il
semblait avoir réussi.

Par une inspiration très-politique, en même temps qu'il apportait
le pardon aux révolutionnaires, M. Molé résolut d'offrir aux
catholiques, alors un peu émus de voir une protestante sur les
marches du trône, une réparation depuis longtemps attendue. Il
complétait ainsi heureusement et grandissait sa politique de
conciliation et d'apaisement. On sait que, depuis la hideuse journée
du 14 février 1831, l'église Saint-Germain-l'Auxerrois était
demeurée fermée, outrage permanent à la conscience catholique. Rien
de plus désolé et de plus navrant que l'aspect de ce monument aux
vitres brisées, aux boiseries à demi arrachées, aux sculptures
mutilées, où les dévastations non réparées du premier jour étaient
encore aggravées par un abandon de sept années. Les ministères
précédents avaient eu plus d'une fois la pensée de mettre fin à ce
scandale; ils n'avaient pas osé. M. Molé n'hésita pas. Le 12 mai,
dans un bref rapport au Roi, le garde des sceaux disait: «Votre
coeur magnanime a voulu faire disparaître jusqu'aux dernières
traces de nos discordes civiles... Mais les portes fermées de
Saint-Germain-l'Auxerrois rappellent encore un de ces souvenirs que
Votre Majesté a résolu d'effacer.» En conséquence, le ministre
proposait la restitution immédiate de l'église au culte divin.
L'effet fut excellent. Les ambassadeurs étrangers le constataient
dans leurs dépêches[273]. L'internonce du Pape se louait vivement de
M. Molé et de ses collègues. Il n'était pas jusqu'à Mgr de Quélen
qui ne se rendît aux Tuileries pour remercier le Roi[274]. M. de
Montalembert s'écriait, quelques jours après, à la tribune de la
Chambre des pairs: «Vous le savez, d'excellents choix d'évêques, des
allures plus douces, une protection éclairée, tout cela a depuis
quelque temps rassuré et ramené bien des esprits. Ce système a été
noblement couronné par le gage éclatant de justice et de fermeté que
le gouvernement vient de donner en ouvrant Saint-Germain-l'Auxerrois.
En persévérant dans cette voie, il dépouillait ses adversaires de
l'arme la plus puissante; il conquérait, pour l'ordre fondé par la
révolution de Juillet, les auxiliaires les plus sûrs et les plus
fidèles[275].»

[Note 273: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. I, p. 678.]

[Note 274: _Vie du cardinal Mathieu_, par Mgr BESSON, t. I, p. 222.]

[Note 275: Discours du 19 mai 1837.]


IV

Les esprits étant ainsi préparés par cette double mesure de clémence
et de réparation, les fêtes du mariage commencèrent. Une ambassade
d'honneur, à la tête de laquelle était le duc de Broglie, fut envoyée
au-devant de la royale fiancée; elle la rencontra à Fulda, le 22 mai.
Le duc, qui n'était pas sujet aux engouements irréfléchis, fut tout de
suite sous le charme. Le soir même de sa première entrevue, il
écrivait à M. Molé: «La princesse est charmante, je ne dis pas:
charmante de maintien, de langage, d'esprit, d'amabilité; cela est au
plus haut degré, mais nous le savions déjà; je dis: charmante de
visage, de taille, de tout ce qui fait qu'une personne est charmante
avant d'avoir parlé. Son visage est très-doux, très-fin,
très-régulier, ses cheveux et son teint ont beaucoup d'éclat; elle est
grande, très-bien faite, quoique un peu mince; elle est mise à ravir,
et elle a excité dans toute la légation un enthousiasme
véritable[276].» Le 25 mai, la princesse entrait en France. De la
frontière à Fontainebleau, son voyage fut un triomphe. Elle charmait
tout le monde par sa grâce et sa présence d'esprit, ni exaltée ni
intimidée, émue sans être embarrassée, ayant, avec la retenue d'une
jeune fille, l'aisance d'une princesse née pour le trône, «disant à
chacun, non ce qu'on lui avait dicté, mais ce qu'elle sentait sur le
moment; et ce qu'elle sentait était ce qui convenait le mieux[277]».
«Ce voyage, écrivait encore le duc de Broglie, le 26 mai, aura
certainement des conséquences politiques, et j'étais loin de croire
que l'événement en lui-même fût aussi national. Il est vrai que notre
princesse paye de sa personne à merveille; elle réplique à tous les
discours, avec une netteté, un à-propos et une présence d'esprit
vraiment surprenante. Il y a, dans toutes les populations que nous
traversons au petit pas, en nous arrêtant de temps en temps, faute de
pouvoir fendre la foule, un intérêt animé, curieux et bienveillant,
tout à fait original à observer; toutes les maisons sont pavoisées de
drapeaux tricolores, toutes les villes sont aux fenêtres; on crie peu
quand nous arrivons et beaucoup quand nous partons, parce que le
premier moment est donné à la curiosité, et que, pendant qu'elle se
satisfait, la voiture marche, au lieu que de lendemain, quand la
curiosité est satisfaite, il y a des vivat tant et plus[278].»

[Note 276: Lettre du 22 mai 1837. (_Documents inédits._)]

[Note 277: _La Duchesse d'Orléans._]

[Note 278: _Documents inédits._--Le charme qui séduisait alors les
populations libérales de France s'était exercé peu de temps auparavant
sur la duchesse d'Angoulême. Les deux princesses s'étaient rencontrées
à Toeplitz. Plus tard, quand des Français venaient à Prague visiter
Madame la Dauphine, elle les interrogeait, la première, sur la jeune
duchesse d'Orléans dont ils avaient cru devoir éviter de prononcer le
nom: «Est-elle heureuse? leur demandait-elle avec intérêt; je le
désire, car je la connais, et je sais combien elle mérite de l'être.»
(_La Duchesse d'Orléans._)]

Le 29 mai, à sept heures du soir, le cortége arriva à Fontainebleau,
où l'attendait la famille royale, entourée d'une cour brillante, telle
qu'on n'en avait pas vu en France depuis 1830. Le duc d'Orléans avait
eu une première entrevue avec sa fiancée, la veille au soir, à
Châlons. La jeune princesse séduisit la cour, comme elle avait séduit
les populations qu'elle venait de traverser. «Elle a l'air vraiment
royal, écrivait un témoin; elle semble dominer tout ce qui l'entoure,
et pourtant il y a de la jeunesse, de l'enfance même, dans son
regard[279].» «Elle est charmante, écrivait un autre; elle a
infiniment de grâce, d'à-propos et un aplomb singulier. Elle a l'air
le plus noble avec beaucoup de simplicité; et, s'il y a dans sa tête
autant d'esprit que dans ses yeux, il y en a infiniment[280].» La
duchesse de Broglie disait de son côté: «Elle est plus grande dame que
personne, et cependant on ne sent pas le froid de la nature de prince:
elle a dans le regard quelque chose de perçant et de contenu, de jeune
et de prudent, de gai et de sérieux[281].» Le lendemain, 30 mai, après
dîner, le chancelier Pasquier célébra le mariage civil dans la galerie
de Henri II; Mgr Gallard, évêque de Meaux, le mariage catholique dans
la chapelle de Henri IV; M. Cuvier, président du consistoire de la
Confession d'Augsbourg, le mariage luthérien dans la salle dite de
Louis-Philippe: cérémonies successives dont la complication étonnait
plus qu'elle n'imposait, et dont la diversité même ne laissait guère
aux assistants qu'un rôle de spectateurs plus curieux que
recueillis[282]. La cour resta encore quatre jours à Fontainebleau: ce
ne furent que fêtes, spectacles, promenades, cavalcades en forêt. La
satisfaction était générale. «C'est de l'avenir», disait-on, et ce mot
résumait assez bien l'impression nouvelle de cette société condamnée,
depuis quelques années, à vivre au jour le jour, sans confiance ferme
dans le lendemain.

[Note 279: _La Duchesse d'Orléans._]

[Note 280: Lettre de M. de Saint-Priest à M. de Barante. (_Documents
inédits._)]

[Note 281: Lettre à M. de Barante, du 12 août 1837. (_Documents
inédits._)]

[Note 282: Une année plus tard, la princesse, recueillant ses
souvenirs, rappelait «ces mariages successifs sans recueillement, qui
lui avaient fait du mal par l'esprit qui y régnait et qui cependant
avaient fixé son bonheur». (_La Duchesse d'Orléans._)]

Le 4 juin avait été fixé pour l'entrée à Paris. Cette journée n'était
pas attendue sans quelque angoisse. Au-dessus de ces fêtes, planait la
terreur du régicide. Tout se passa à merveille. Le cortége arriva par
l'arc de l'Étoile: la garde nationale et l'armée faisaient la haie à
travers les Champs-Élysées et les Tuileries. Ciel pur et jardin en
fleur. Le Roi et les princes étaient à cheval; la Reine, la duchesse
d'Orléans et les princesses, dans une calèche découverte. Une foule
immense, curieuse et joyeuse, se pressait des deux côtés, saluant de
ses vivat la famille royale. Au moment d'entrer au palais, la
princesse, d'un mouvement plein de jeune spontanéité, se leva toute
droite dans sa calèche pour mieux voir ce spectacle vraiment
grandiose: la foule répondit par une acclamation enthousiaste. «La
princesse a été reçue à merveille, écrivait un témoin. Cet accueil
fait presque l'illusion de l'_antique amour des Français pour leurs
rois_.» Toutefois le même témoin ajoutait aussitôt: «C'est une
superficie très-mince, très-légère, et il ne faut pas trop appuyer sur
un terrain aussi trompeur[283].» Les fêtes populaires se prolongèrent
plusieurs jours. Les malheureux n'étaient pas oubliés: par une
généreuse inspiration, le duc d'Orléans dépensa, en actes de
bienfaisance, près de la moitié du million qui lui avait été alloué
pour frais de premier établissement. Tout semblait à la joie et à la
confiance. Et cependant, devant cette entrée triomphale dans le palais
de la royauté française, comment ne pas penser au jour lugubre où la
duchesse d'Orléans le quittera, onze ans plus tard, pour n'y plus
jamais rentrer? Cette fois encore, la foule sera là, mais elle
poussera des cris de révolte, et la princesse, veuve, fugitive,
traînant derrière elle ses deux enfants, sera à peine protégée contre
les violences populaires par les quelques fidèles qui l'entoureront!
Déjà, du reste, au milieu des fêtes si brillantes de 1837, la
tristesse et le deuil se faisaient leur part. Le 14 juin, un feu
d'artifice, simulant la prise de la citadelle d'Anvers, avait attiré
au Champ de Mars une foule immense. La précipitation du départ amena,
devant les issues trop étroites, une effroyable poussée. Aux cris de
détresse des gens écrasés, il se produisit un remous plus terrible
encore. Beaucoup de personnes furent renversées et foulées aux pieds.
Quand on put les relever, vingt-quatre n'étaient plus que des
cadavres. À la nouvelle de cette catastrophe, une impression sinistre
se répandit dans la cité, et les esprits chagrins ou malveillants ne
manquèrent pas de rappeler, afin d'en tirer un funeste présage, que
les fêtes du mariage de Marie-Antoinette avaient été attristées par un
accident semblable. Le lendemain, devait avoir lieu un banquet à
l'Hôtel de ville: le duc d'Orléans se rendit aussitôt au sein du
conseil municipal et demanda avec émotion l'ajournement de la fête: en
même temps, il fit distribuer de larges secours aux familles des
victimes.

[Note 283: Lettre de M. de Saint-Priest à M. de Barante, du 9 juin
1837. (_Documents inédits._)]

Aux fêtes de Fontainebleau et de Paris, s'ajoutèrent celles de
Versailles. Le château de Louis XIV avait été saccagé pendant la
Révolution. Napoléon et Louis XVIII songèrent un moment à y établir
leur résidence, mais ils reculèrent devant la dépense d'une
restauration. En 1830, ces bâtiments, livrés à peu près sans défense
aux ravages du temps, semblaient destinés à une ruine prochaine:
l'herbe poussait dans les cours; à l'intérieur, tout était solitude et
délabrement. Louis-Philippe conçut l'idée vraiment royale et française
de rendre au palais sa splendeur et en même temps de le mettre à
l'abri des révolutions futures, en y installant un musée de notre
histoire nationale. Peintres et sculpteurs furent chargés de faire
revivre tous les grands hommes et tous les grands faits de nos
annales, ou, pour parler comme la devise du monument, «toutes les
gloires de la France». Les appartements somptueusement restaurés de
l'immense édifice devinrent autant de galeries de tableaux et de
statues. Dès 1833, ouvriers et artistes s'étaient mis à l'oeuvre avec
une activité sans cesse stimulée par le Roi. C'est lui qui dirigeait,
combinait, surveillait tout; il y apportait un intérêt passionné et
trouvait là une diversion aux soucis de la politique. C'est lui aussi,
ce prince alors tant accusé de parcimonie, qui payait tout sur sa
liste civile, sans qu'il en coûtât un sou à l'État. De ce chef, il ne
devait pas dépenser moins de 23 millions et demi. L'inspiration qui
avait présidé au choix des sujets était largement patriotique:
plusieurs salles avaient été désignées pour contenir les portraits de
Louis XVIII et de Charles X, et les souvenirs glorieux de la
Restauration; c'était quelques mois après l'insurrection de la Vendée,
et des objections furent faites, fondées sur les préventions que cet
événement avait ravivées: «Non, répondit Louis-Philippe, je ne
reculerai pas devant la passion populaire, et je la ferai taire en la
bravant.» L'exécution sans doute était trop précipitée, pour que tous
les tableaux et toutes les statues eussent une égale valeur
artistique. Le Roi le savait: «Après moi, disait-il, on refera mieux
les parties que je n'ai pu faire exécuter qu'imparfaitement.» Mais les
cadres étaient remplis, et l'effet d'ensemble obtenu.[284]

[Note 284: Le Roi ne se bornait pas à restaurer le palais de
Versailles, il voulait qu'une reproduction par la gravure fût comme le
procès-verbal indestructible des travaux qu'il accomplissait.
«Hâtez-vous», disait-il à M. Gavard, ancien officier d'état-major,
auquel il avait confié la publication des Galeries historiques de
Versailles, «le château et ses trésors peuvent disparaître un jour de
révolution, mais vos volumes subsisteront et témoigneront de ce que
j'ai fait pour conserver, en la transformant, l'ancienne demeure de
Louis XIV». Le Roi avait bien placé sa confiance; l'ouvrage, dont
l'exécution ne coûta pas moins de 1,800,000 fr., fut terminé, après la
chute du trône, par l'éditeur, resté seul sur la brèche.]

En 1837, la grande oeuvre se trouvait assez avancée pour que
Louis-Philippe pût la montrer au public. Le mariage de son fils lui
parut une occasion favorable. Le 10 juin, quinze cents personnes,
représentant toutes les notoriétés de la France moderne, furent
conviées à cette fête qui dura la journée et la soirée entières. Après
une première visite du palais, un banquet fut servi dans une des
salles; ensuite, dans le théâtre étincelant de lumière, le
_Misanthrope_ fut représenté comme au temps de Molière, avec un
intermède de Scribe où les grands hommes du dix-septième siècle
venaient rendre hommage «à la gloire de Louis XIV»; la soirée se
termina par une promenade aux flambeaux, à travers les galeries
splendidement illuminées, la foule des invités suivant un peu
confusément la famille royale et s'émerveillant de telles
magnificences. Cette cérémonie, qui tranchait avec la banalité vide de
beaucoup de fêtes de cour, et dans laquelle paraissaient se rejoindre
la France du passé et celle du présent, laissa une impression
très-vive à tous ceux qui y prirent part. Le royal _impresario_ était
radieux et triomphant. «Je viens d'assister à la plus belle journée de
la vie du Roi», écrivait la duchesse de Dino, en revenant de
Versailles.


V

C'était la première fois que la royauté de Juillet se montrait,
pendant si longtemps et avec un tel éclat, en représentation et en
fête. Jusqu'alors, elle en avait été empêchée par les préoccupations
des luttes qu'il lui avait fallu soutenir pour son existence même, ou
par la peur d'offusquer certains préjugés de la démocratie bourgeoise.
Le mariage d'un jeune prince justement populaire lui avait été une
occasion de rompre avec cette sorte de deuil trop longtemps prolongé.
On n'avait pas craint de donner à ces solennités un caractère
nettement monarchique. Tout,--le cérémonial, le langage des journaux
officieux, et jusqu'au théâtre de ces fêtes,--trahissait le désir de
renouer des traditions dont, au lendemain de Juillet, le «Roi-citoyen»
avait plutôt paru vouloir se dégager. N'était-il pas significatif que
ce prince, qui hésitait, en 1831, à venir s'installer aux Tuileries,
choisît, en 1837, pour célébrer le mariage de son fils et pour
recevoir l'élite de la France moderne, ces châteaux de Fontainebleau
et de Versailles, si pleins des souvenirs les plus brillants de la
vieille cour, et où chaque pierre parlait d'un Valois ou d'un Bourbon?
Ce ne fut pas sans exciter quelques susceptibilités. Il se trouva des
gens, députés ou autres, pour demander avec alarme si l'on allait
ressusciter une «cour», et pour opposer une résistance héroïque aux
tentatives d'étiquette; il se trouva aussi des démocrates pour essayer
d'éveiller, à propos de ces royales splendeurs, les irritations
envieuses du peuple, et pour se livrer à de faciles déclamations sur
le contraste douloureux du luxe d'en haut et de la misère d'en bas.
Ces notes discordantes eurent cependant peu d'écho. La nation n'en
prenait pas moins sa part de ces réjouissances qu'elle ne connaissait
plus depuis sept ans, et que la distraction des émeutes ou des crises
parlementaires n'avait pas suffisamment remplacées. Partout régnait
comme un air de satisfaction, de paix et de bienveillance. C'était à
croire qu'on en avait fini avec les périls sociaux et les divisions
politiques, ou tout au moins qu'on les avait oubliés. L'ordre n'avait
pas été un moment troublé dans la ville; Louis-Philippe avait été
acclamé par la foule et n'y avait pas rencontré l'assassin que des
imaginations bien naturellement inquiètes s'étaient attendues à voir
surgir à chaque coin de rue. Il en était tout heureux. M. Bresson, qui
avait fait partie du cortége, résumait ainsi son impression, après
l'entrée dans Paris: «Quant au Roi, il respirait; il se sentait comme
rendu à la liberté[285].» Et M. Dupin écrivait à M. de Montalivet:
«Une vive et salutaire réaction s'est opérée en faveur du Roi. Jamais
Sa Majesté elle-même et sa famille n'ont été mieux avec
l'opinion[286].» À la Chambre, les partis avaient conclu une sorte de
trêve, et la session se terminait au milieu de l'inattention générale;
à peine parvenait-on à réunir le chiffre réglementaire des
votants[287]. Le _Journal des Débats_ saluait, dans le mariage de M.
le duc d'Orléans, «le premier jour d'une ère nouvelle». «Depuis sept
ans, disait-il, la dynastie de Juillet s'est affermie au milieu des
épreuves et des tempêtes... Ce n'est pas l'affaire de quelques jours,
même pour une grande nation, de fonder un trône. En conservant la paix
à la France et à l'Europe, le Roi a tourné contre lui toutes les
pensées de guerre et de sang; la dynastie de Juillet a, pendant
très-longtemps, payé, de son propre repos, le repos qu'elle assurait
au monde, et, de sa liberté, la liberté qu'elle tenait pour nous sous
la garantie de l'ordre et des lois. Aujourd'hui, le voile se déchire;
la dynastie de Juillet apparaît pacifique et glorieuse, entourée du
respect de l'Europe et de l'amour reconnaissant de la France. Il
semble que les esprits fatigués n'attendaient plus qu'un signal pour
se rapprocher et pour faire de leur réconciliation la plus belle fête,
le plus beau jour de la monarchie nouvelle.»

[Note 285: Lettre à M. de Barante du 27 juin 1837. (_Documents
inédits._)]

[Note 286: _Mémoires de M. Dupin_, t. II, p. 297.]

[Note 287: Au scrutin sur l'ensemble de la loi de finances, le 30
juin, sur 461 députés, il n'y eut que 242 votants.]

Tous les témoignages contemporains constatent l'éclaircie qui s'était
ainsi faite dans l'horizon politique. La duchesse de Dino écrivait, le
13 juin 1837: «La mesure hardie de l'amnistie, l'ouverture de
Saint-Germain-l'Auxerrois, le mariage du prince royal, l'admirable
inauguration de Versailles, tout cela a fait un changement à vue dont
chacun profite pour l'instant, ajournant les difficultés qui, pour
être reculées, ne sauraient être regardées comme détruites. Mais enfin
nous sommes dans la plus douce, la plus brillante, la plus magique
lune de miel qui se puisse imaginer[288].» La duchesse de Broglie
disait de son côté: «Je suis bien aise d'avoir vu l'arrivée de notre
jeune princesse, d'avoir assisté à un de ces événements rares qui sont
à la fois touchants pour le coeur et d'une haute importance pour le
pays, à l'un de ces moments où une émotion simple, vraie, domestique,
s'unit à une préoccupation politique très-vive[289].» La
transformation était si manifeste qu'elle n'échappait pas à ceux qui
observaient les événements du dehors; M. de Barante écrivait de
Saint-Pétersbourg: «Il y a deux mois que tout semblait au plus triste,
et que le découragement avait atteint tout le monde. Aujourd'hui, pour
un mariage assurément fort bien choisi, mais qui ne change rien au
fond des choses, pour une porte de prison ouverte à cent cinquante
mauvais sujets dont personne ne se soucie, nous voilà pleins
d'effusion et d'espérance... Toujours est-il que ces moments de
détente et d'armistice profitent au gouvernement. Il prend racine
pendant ces intervalles et les habitudes s'établissent autour de lui
comme un rempart. Lorsque recommenceront les clameurs et les attaques,
tous les assaillants auront perdu du terrain et seront moins à
craindre[290].» M. de Barante ajoutait dans une autre lettre: «Le Roi
a dû être bien heureux... J'en fais de très-sincères compliments à M.
Molé. Quelque grand que soit le mérite de M. Guizot, il ne pouvait
obtenir ce genre de succès. Les oppositions étaient lasses de crier
inutilement; elles sentaient le besoin de baisser leur diapason. Mais
il leur fallait une satisfaction d'amour-propre que leur a donnée la
retraite de M. Guizot. Maintenant, faire ce qu'il a dit en prenant
soin de ne le point dire, telle me paraît être la marche
indiquée[291].» Les cours étrangères, jusqu'alors si promptes à noter
tous les symptômes alarmants de notre situation intérieure, étaient
frappées d'une amélioration si subite, particulièrement de la sécurité
que le Roi paraissait avoir reconquise; elles laissaient voir à nos
ambassadeurs leur étonnement et leur sympathique curiosité[292].

[Note 288: Lettre à M. de Barante. (_Documents inédits._)]

[Note 289: Lettre du 12 août 1837. (_Documents inédits._)]

[Note 290: Lettre du 24 juin 1837. (_Documents inédits._)]

[Note 291: Lettre à M. Bresson. (_Documents inédits._)]

[Note 292: Lettre de M. de Barante à M. Molé, du 8 juillet 1837.
(_Documents inédits._)]

M. Molé avait le droit d'être fier d'un tel résultat. C'était, sinon de
la grande, du moins de l'habile et heureuse politique. «Il y a eu du
bonheur et du bien joué», écrivait un observateur[293]. Le président du
conseil jouissait d'autant plus de ce succès qu'il avait été plus
mortifié de faire petite figure lors des récents débats parlementaires.
Dans une lettre intime du 6 juin, il rappelait, avec une certaine
complaisance, les difficultés auxquelles il s'était heurté, au lendemain
du 15 avril: «Une majorité froide et regrettant mes adversaires, une
cour pour le moins partagée, pas un journal, pas un député qui me
soutînt et m'avouât; des collègues intimidés et tout près de se
dégoûter.» Puis il ajoutait: «J'avais un plan, et depuis le 6
septembre. Il me fallait seulement le mariage, afin de grouper autour
les mesures sur lesquelles je comptais pour changer l'état des esprits,
rendre le Roi à la France et la France au Roi. Le mariage une fois
assuré, je ne perdis plus l'espérance, et, chaque chose faite en son
temps, le ciel m'a aidé, et le succès a surpassé mon attente. Depuis
sept ans, on n'avait pas été si mal qu'on était il y a deux mois, et
aujourd'hui, je dis avec assurance que, depuis sept ans, on n'a pas été
mieux ni aussi bien. Il y a une détente dans tous les esprits, un retour
vers le Roi et sa famille qui se font sentir d'un bout du pays à l'autre
et qui ramènent au ministère et à son chef tous ceux à qui le dépit ou
la rancune n'ôte pas tout jugement. Vous savez mieux que personne que
j'exécute ce que j'ai toujours projeté. Rappelez-vous notre conversation
dans le parc de Champlatreux, quand vous vîntes m'y dire adieu, en
partant pour Saint-Pétersbourg. J'étais l'homme de la trêve et de la
réconciliation des partis, quand le moment serait venu. Or, au 6
septembre et plus encore au 15 avril, il fallait, à tout prix, faire du
nouveau, changer le vent, sous peine d'aller je ne sais où. Voilà ce que
des esprits inflexibles, puisant tout en eux-mêmes au lieu de regarder
autour d'eux, n'ont jamais su comprendre. Je voudrais que vous eussiez
vu l'entrée du Roi dans Paris, dimanche dernier. Cette entrée est
devenue un grand événement... On se rappelait qu'avant l'amnistie et le
mariage, on se serait cru séparé encore par des années du moment où l'on
pourrait, sans folle imprudence, risquer le Roi au milieu de la
population. Ici, nulle précaution particulière. Le Roi et sa famille
s'enivraient de cette sécurité si nouvelle et des témoignages qu'ils
retrouvaient[294].» On n'aurait pas M. Molé tout entier, si, dans ce
légitime triomphe, n'éclatait pas son ressentiment contre les
doctrinaires. «Ils se font prendre en horreur par le pays»,
écrivait-il, et il ajoutait, un peu plus tard, dans une autre lettre:
«Vos amis (M. Guizot et ses partisans) m'avaient fait la réputation d'un
causeur agréable, incapable de parler et d'agir. J'ai prouvé que je
parlais moins éloquemment, mais plus utilement qu'eux, et que j'étais,
dans l'action, plus laborieux, plus suivi, plus intelligent et plus
habile qu'eux. Je suis content: le mal momentané qu'ils m'avaient fait,
depuis 1818, a été réparé en quelques mois. J'avais désiré cette
épreuve. Je connais trop les véritables conditions d'une supériorité
réelle, pour tomber dans le ridicule de me l'attribuer. Mais, quand je
me _compare_, l'orgueil me revient, et je me sens, comme homme
politique, infiniment au-dessus de tous ceux qui me donnaient
l'exclusion et prétendaient m'amoindrir par leur dédain[295].»

[Note 293: Lettre de M. de Saint-Priest à M. de Barante, du 9 juin
1837. (_Documents inédits._)]

[Note 294: Lettre à M. de Barante. (_Documents inédits._)--M. Molé
aimait à revenir, dans ses lettres, sur l'état satisfaisant où il se
flattait d'avoir amené le pays. Il écrivait, le 9 août: «Le mot: _On
n'a jamais été si bien depuis sept ans_, est dans toutes les bouches»;
le 20 août: «Notre position à l'intérieur est excellente, admirable,
ce qu'elle n'a jamais été pour personne depuis sept ans»; le 5
octobre: «Depuis longues années, j'ose le dire, jamais la France n'a
été si prospère.» (_Documents inédits_; _Revue rétrospective_, p. 500;
_Mémoires de M. Dupin_, t. III, p. 525.)]

[Note 295: Lettre à M. de Barante, du 16 novembre 1837. (_Documents
inédits._)]

Le Roi prenait sa part de ce succès. L'un des caractères du cabinet
alors au pouvoir était précisément d'avoir été plutôt choisi par la
Couronne que désigné par le Parlement; mieux que tout autre, il
laissait libres et visibles l'initiative et la prépondérance royales.
Aussi les témoignages de la satisfaction de Louis-Philippe
abondent-ils dans les courts billets qu'il adressait fréquemment au
président du conseil, à l'occasion des affaires courantes. Il lui
écrivait, par exemple, le 12 juin: «Il est certain qu'il y a une
prodigieuse amélioration, et il ne l'est pas moins que vous y avez
contribué votre bonne part. Je désire seulement que vous le sachiez
aussi bien que je le sens.» Et, un peu plus tard, le 6 septembre, date
anniversaire de l'entrée de M. Molé au ministère: «Oui, sans doute,
c'est un bon anniversaire que celui du jour où vous êtes devenu mon
ministre, et je le tiens pour tel de tout mon coeur. C'est déjà
beaucoup plus que bien des gens ne comptaient, que d'être arrivé au
premier anniversaire. Mais je souhaite et j'espère que ces calculs
seront encore dérangés de même, et je vous porte le toast des Anglais
pour les jours de naissance de leurs amis: _The day and many happy
returns of the day_, le jour et beaucoup d'heureux retours du
jour[296].»

[Note 296: Correspondance du Roi avec M. Molé. (_Documents
inédits._)]


VI

Dans le succès ainsi obtenu, M. Molé ne voyait pas seulement une vaine
satisfaction et une consolation de ses récents échecs parlementaires:
il espérait y trouver un moyen de prendre la revanche de ces échecs.
Les incidents de la dernière session l'avaient convaincu de
l'impossibilité de se faire une majorité vraiment à lui, dans une
assemblée où tant de députés avaient pris l'habitude de suivre soit M.
Guizot, soit M. Thiers. Chercher la protection de l'un ou de l'autre,
ne vivre que de leur division, avec le risque constant de mourir de
leur réunion, lui semblait une existence à la fois sans dignité et
sans sécurité. D'ailleurs, cette Chambre, qui, depuis 1834, avait
successivement donné des majorités aux ministères du 11 octobre, du 22
février, du 6 septembre et du 15 avril, n'était-elle pas, par cela
même, usée et quelque peu déconsidérée? Ne convenait-il donc pas de
profiter du changement heureux opéré dans l'opinion, à la suite du
mariage royal et des mesures qui l'avaient accompagné, pour faire un
appel aux électeurs? Toutes les circonstances semblaient favorables. À
la crise économique qui, partie d'Angleterre, avait, dans les premiers
mois de l'année, menacé d'envahir la France, succédait, sous
l'impression de paix et de confiance laissée par les fêtes du mariage,
une vive reprise de prospérité matérielle; la rente 5 pour 100
touchait à 111 francs; les capitaux s'offraient à toutes les grandes
entreprises. Le patriotisme pouvait aussi compter sur de nobles
satisfactions: le gouvernement avait entrepris, en Algérie, un
ensemble d'opérations diplomatiques et militaires, en vue de réparer
et de venger le douloureux échec subi, l'année précédente, devant les
murs de Constantine; il en attendait prochainement le résultat. En
effet, cette ville, que la nature semblait avoir rendue imprenable et
qu'une population belliqueuse défendait avec une vaillance acharnée,
devait être emportée d'assaut, le 13 octobre 1837, par l'armée
française: glorieux fait d'armes, l'un des plus considérables de nos
guerres d'Afrique[297]. Avec tant de succès, avec la popularité qu'il
se flattait d'en retirer, M. Molé ne pouvait-il pas espérer, en
dissolvant la Chambre, obtenir du pays une majorité relevant de lui
seul, étrangère aux coteries anciennes, indépendante des influences
jusqu'alors dominantes?

[Note 297: Voir, pour le détail des événements, le récit d'ensemble
que nous donnerons plus tard des affaires d'Algérie.]

Le Roi répugnait à la dissolution, comme à toute agitation et à tout
risque qui ne lui semblaient pas nécessaires. La Chambre en fonction
lui présentait au moins cette garantie d'être en grande majorité
monarchique. N'était-ce pas elle qui avait voté les lois de septembre?
N'avait-elle pas prouvé, par l'accueil fait aux ministres les plus
divers, qu'elle n'était pas, après tout, bien difficile à manier? Elle
avait sans doute ses défauts; mais c'étaient ceux du pays. Et le
prince, dont l'expérience un peu sceptique se gardait toujours contre
les illusions, n'espérait pas aussi facilement que le président du
conseil de voir ces défauts disparaître par l'effet de nouvelles
élections. Quelques ministres partageaient la répugnance royale. M.
Molé insista; il déclara que la mesure lui était «indispensable[298]».
Les journaux l'appuyaient presque tous très-vivement, à l'exception
des feuilles doctrinaires. Le Roi finit par céder. Le 3 octobre 1837,
parut l'ordonnance de dissolution: les électeurs étaient convoqués
pour le 4 novembre. Une ordonnance de même date fit entrer au
Luxembourg une «fournée» de cinquante pairs; le cabinet marquait ainsi
sa prétention de s'installer en gouvernement assuré d'un long avenir,
et, du même coup, en choisissant près de la moitié des nouveaux pairs
parmi les députés sortants, il faisait place au personnel nouveau
qu'il désirait faire entrer dans la Chambre élective.

[Note 298: _Documents inédits._--Cf. aussi diverses lettres de M. Molé
au Roi, de juillet et août 1837, publiées dans la _Revue
rétrospective_, p. 500 à 502.]

Le ministère ne se piquait pas de neutralité électorale. Il
prétendait, au contraire, intervenir ouvertement et vigoureusement,
se mêlait à la bataille par ses circulaires et ses journaux,
marquait, sans se gêner, ses préférences ou ses exclusions, usait en
faveur de ses candidats de tous les moyens d'influence administrative.
Ses adversaires l'accusaient même d'en abuser. Rarement la presse
avait autant crié à la pression; «la corruption coule à plein bord»,
disait le _National_; mais on sait qu'en semblable cas, il faut
toujours beaucoup rabattre des hyperboles d'opposition.

À gauche, la direction de la campagne fut prise par les avancés et les
violents. Quand il fut question de constituer, selon l'usage, le
comité central de l'opposition, les radicaux prétendirent y figurer en
nombre, avec leur programme, offrant seulement à la gauche monarchique
de prendre place à côté d'eux. Aux objections des amis de M. O.
Barrot, les républicains répondirent sur un ton très-hautain; le débat
fut orageux; les dynastiques, abandonnés par MM. Laffitte et Arago,
eurent le dessous, et les journaux purent annoncer que «le comité
central, constitué à Paris, en vue de réunir dans une même action
toutes les nuances de l'opposition nationale», était présidé par M.
Laffitte, et avait pour délégués chargés de la correspondance MM.
Garnier-Pagès, Cauchois-Lemaire et Mauguin; les autres membres étaient
la plupart des républicains, ou tout au moins appartenaient à
l'extrême gauche. Sévère, mais inutile leçon à l'adresse de cette
gauche qui n'avait pas encore compris, et qui ne devait jamais
comprendre qu'en s'alliant avec les radicaux, elle faisait entrer dans
la place des ennemis disposés à la mettre dehors, aussitôt qu'ils se
croiraient les plus forts. M. O. Barrot refusa de faire partie d'un
comité «dans lequel, disait-il, le parti républicain entrait enseignes
déployées, conservant ses prétentions extralégales». Seulement, que de
ménagements encore pour des hommes dont il espérait bien, disait-il,
n'être séparé que par une «dissidence passagère»! L'orateur de la
gauche parlait d'un autre ton, quand il exposait ses griefs contre les
monarchistes conservateurs. Il n'essaya pas du reste d'élever
ouvertement autel contre autel; ce fut à peine si ses amis
organisèrent une sorte de comité clandestin qui n'eut avec ses
adhérents qu'une correspondance sans publicité, et laissa au comité
radical tout l'honneur de la direction ostensible. On conçoit que le
ministère et ses journaux ne négligèrent pas l'avantage qu'un tel
incident leur donnait contre l'opposition.

Chez les légitimistes, le mot d'ordre fut, presque partout, d'agir et
de voter; leur programme fut rédigé de façon à se rapprocher le plus
possible de celui de l'opposition radicale; et là où ils ne pouvaient
avoir de candidats à eux, ils soutenaient ceux de la gauche.
Toutefois, parmi les anciens royalistes, plusieurs répugnaient à cette
tactique révolutionnaire; à mesure qu'on s'éloignait de 1830, leur
ressentiment s'affaiblissait, la monarchie nouvelle ne leur paraissait
plus une aventure passagère, mais un gouvernement de fait, ayant la
garde des intérêts sociaux, et dont, par beaucoup de raisons, ou
générales ou privées, ils avaient intérêt à se rapprocher. Cet état
d'esprit n'échappait pas à M. Molé; il voyait là des recrues
précieuses, non-seulement pour la monarchie de Juillet, mais pour son
ministère. À raison même de son passé et de son nom, il se flattait
d'inspirer plus facilement confiance à ces royalistes que M. Thiers et
même M. Guizot. Aussi, au risque d'exciter certain ombrage chez ceux
qui lui reprochaient déjà de n'être pas un «homme de Juillet», fit-il
faire beaucoup d'avances, et parfois non sans succès, à ceux qu'on
appela alors les «ralliés».

Le ministère ne désirait pas seulement une majorité hostile aux
radicaux et aux légitimistes; s'il n'avait fallu que cela, l'ancienne
Chambre eût suffi. Son dessein était plus difficile à réaliser, plus
délicat à formuler. Il voulait des députés conservateurs, mais des
conservateurs qui fussent pour M. Molé, contre M. Guizot et contre M.
Thiers, hommes nouveaux autant que possible, ou tout au moins dégagés,
par une sorte de novation électorale, de leur origine et de leurs
attaches anciennes[299]. C'était demander aux électeurs de prendre
parti entre des nuances de doctrine que, de loin, il leur était à peu
près impossible d'apercevoir. M. Molé avait-il donc découvert, pour
distinguer son programme de ceux de ses deux rivaux, quelque idée
simple, nette, quelque enseigne bien visible, de nature à saisir et à
entraîner la masse conservatrice? Nullement: il aimait sans doute à
faire dire par ses journaux que sa politique inaugurait une ère
nouvelle[300]; mais quand il s'agissait de préciser, il n'était pas
moins embarrassé devant le pays, qu'il ne l'avait été naguère devant
la Chambre. Un jour, un article officieux posait la question
électorale entre ceux qui, «croyant la guerre terminée, ont voulu la
paix», et ceux qui, «croyant la paix dangereuse ou impossible, ont
continué la guerre», entre l'esprit de conciliation et l'esprit
d'intimidation: c'était, semblait-il, se séparer de M. Guizot, au
risque de se confondre avec M. Thiers. Mais, un autre jour, la même
feuille protestait qu'elle ne voulait à aucun degré se rapprocher du
centre gauche. Le _Journal des Débats_ et le _Temps_ faisaient, avec
un zèle égal, campagne pour M. Molé et passaient pour recevoir ses
inspirations et ses subventions: or, à entendre le _Journal des
Débats_, le ministère n'avait d'autre dessein au fond que de continuer
l'ancienne politique du 13 mars et du 11 octobre; il faisait appel et
prêtait son appui à toutes les nuances de l'ancienne majorité, y
compris les doctrinaires; d'après le _Temps_, au contraire, on eût dit
que le principal mérite du cabinet était d'avoir exclu ces mêmes
doctrinaires, et que son oeuvre principale devait être de leur faire
échec; ce journal déclarait M. Barrot plus proche de M. Molé que M.
Guizot, et promettait presque à l'opposition la mise en oubli des
lois de septembre[301]. On en venait à supposer et même à affirmer
publiquement que ces contradictions des officieux tenaient aux
divisions du ministère, que M. Molé voulait se rapprocher du centre
gauche, tandis que M. de Montalivet, appuyé par le Roi, se refusait à
rompre avec les doctrinaires. Tout cela n'impliquait pas, de la part
des ministres, volonté de tromper le public; c'était l'embarras d'une
politique un peu incertaine et flottante, plus disposée à suivre qu'à
diriger les courants divers de la majorité. Ne se sentant pas, jusqu'à
présent, de parti proprement à eux, réduits à le recruter parmi les
anciens amis de M. Guizot comme parmi ceux de M. Thiers, ces ministres
se croyaient obligés de flatter, tour à tour ou même simultanément,
les sentiments opposés des uns et des autres. Une telle tactique les
exposait au reproche de jouer double jeu. Il leur fut fait aussi bien
par les journaux doctrinaires que par ceux du centre gauche, et, des
deux parts, on mit le cabinet en demeure, avec une aigreur chaque jour
croissante, de dire enfin nettement et définitivement ce qu'il était
et ce qu'il voulait. Tout cela n'était pas fait pour éclairer beaucoup
les électeurs et pour déterminer un courant puissant d'opinion. Il en
résultait au contraire une mêlée obscure, sans grandeur, où le
gouvernement, bien que fort actif, était réduit à n'user que d'armes
mesquines, et ne paraissait choisir ses amis ou ses adversaires que
par des raisons personnelles ou locales. Rapetissée et embrouillée au
Parlement, la politique semblait l'être aussi par contre-coup dans le
pays.

[Note 299: Dans un article reproduit par le _Moniteur_, le journal _la
Charte de 1830_ s'exprimait ainsi: «Il faut que les nuances diverses
de la majorité prennent une origine nouvelle, où chacun puisse se
dégager des antécédents qui gênent sa conscience; après un
renouvellement électoral, toutes les positions parlementaires,
affranchies de tout engagement de personne et de toute direction
systématique, se rétablissent avec netteté.»]

[Note 300: «Il y avait quelque chose à finir, quelque chose à
commencer... Le cabinet du 13 avril recevait, des circonstances et du
Roi, la mission de clore la première septennalité de la monarchie de
1830, septennalité de luttes, d'efforts et de sacrifice, et d'opérer,
après cette longue résistance, toujours constitutionnelle et légale,
une transition naturelle vers un système de douceur, de clémence et de
générosité.» (_Presse_, 5 octobre 1837.)]

[Note 301: «Au lieu du rappel des lois de septembre, contentez-vous de
l'oubli de ce qu'elles ont de mauvais. Vous avez la chose, ne disputez
pas sur les mots.» (_Temps_, septembre 1837.)]

Vint enfin le jour du scrutin. Le résultat fut incertain, confus,
comme l'avait été la lutte elle-même. Sur 459 élus, 152 étaient des
hommes nouveaux; mais, pour beaucoup, il eût été embarrassant de dire
d'avance à quel groupe ils se rattacheraient. En somme, peu de
différence avec la Chambre précédente. S'il y avait un changement, il
était au détriment de la gauche et surtout des doctrinaires qui
avaient perdu quelques-uns des leurs, combattus par l'administration,
et au profit, sinon expressément du centre gauche, du moins des
opinions flottantes où il se recrute d'ordinaire; aussi étaient-ce les
journaux de ce groupe qui chantaient victoire. Le parti proprement
ministériel n'avait pas gagné; tout au plus pouvait-on dire qu'il
n'avait pas perdu[302].

[Note 302: Une feuille ministérielle, la _Presse_, donnait, au
lendemain du scrutin, la statistique suivante:

                     1834  1837                                1834  1837
                      --    --                                  --    --
  Radicaux            19    19    Centre ministériel           163   163
  Gauche dynastique   62    56    Centre droit et doctrinaires  83    64
  Centre gauche      114   142    Légitimistes                  18    15]

M. Molé échouait donc dans son dessein: après ce grand effort
électoral, il se retrouvait, en face du Parlement, dans les mêmes
conditions de faiblesse, aux prises avec les mêmes difficultés et avec
les mêmes périls. L'amnistie et le mariage ne lui avaient pas, sur ce
terrain ingrat, rapporté ce qu'il attendait. En même temps, comme pour
donner un autre démenti à ses espérances, le hasard d'un portefeuille
tombé dans la rue et ramassé par un douanier mettait sur la trace d'un
nouveau complot contre la vie du Roi[303]: il s'agissait de la
construction d'une machine infernale plus redoutable encore que celle
de Fieschi. Or le principal coupable, Huber, était l'un des libérés de
l'amnistie; à peine hors de prison, il s'était abouché avec Steuble,
ouvrier mécanicien, et avec Laure Grouvelle, admiratrice fanatique de
Morey et d'Alibaud, pour préparer un nouveau régicide[304]. Que
devenait donc le rêve de ceux qui s'étaient flattés que, grâce à une
politique de clémence, le Roi retrouverait sa sécurité? Il était trop
clair que si Louis-Philippe avait pardonné aux assassins, ceux-ci ne
lui avaient pas rendu la pareille.

[Note 303: 8 décembre 1837.]

[Note 304: En mai 1838, après un procès où les accusés se livrèrent
aux plus scandaleuses violences, Huber fut condamné à la déportation,
ses complices à cinq et trois ans de détention. En prison, Steuble se
coupa la gorge, et Laure Grouvelle devint folle.]

M. Molé cependant ne se laissa pas abattre par ces contretemps. Tout
au moins avait-il retiré de ses succès de l'été une plus grande
confiance en soi, et par suite plus d'aplomb et de force morale pour
les luttes à venir. «Du 15 avril jusqu'à présent, écrivait-il à M. de
Barante, j'ai eu, j'ose le dire, une administration brillante. Je me
présente à la Chambre dans les plus belles conditions, et, pourtant,
j'entrevois plus de difficultés que je n'en ai encore rencontré. Je me
sens non-seulement bon courage, mais une sorte d'impatiente
ardeur[305].»

[Note 305: _Documents inédits._--M. Molé écrivait dans le même sens à
M. Bresson.]



CHAPITRE V

LES PRÉLIMINAIRES DE LA COALITION.

(1838.)

     I. Ouverture de la session. Animation de M. Thiers. M.
     Guizot repousse les avances du chef du centre gauche. Débat
     de l'Adresse. Il déplaît à M. Molé d'être protégé par les
     doctrinaires.--II. Nouvelles avances de M. Thiers aux
     doctrinaires. Accueil qui y est fait. Discussion sur les
     fonds secrets. Hésitations et insuccès de M. Guizot. Les
     fonds secrets à la Chambre des pairs.--III. Irritation des
     conservateurs contre les doctrinaires. Tactique de M. Molé.
     Il parvient à détacher certains partisans de M. Guizot ou de
     M. Thiers, mais n'arrive pas à se former une majorité
     solide.--IV. L'oeuvre législative. Les chemins de fer. La
     conversion. Défaut d'autorité du cabinet.--V. M. Molé a
     personnellement grandi. Appui que lui donne Louis-Philippe.
     Le public jouit du calme matériel. Les sociétés secrètes.
     Prospérité financière. Le pays est de plus en plus étranger
     et indifférent aux agitations du monde politique. Naissance
     du comte de Paris.--VI. À défaut des chefs, les états-majors
     continuent la coalition. M. Duvergier de Hauranne. Il
     cherche un terrain d'attaque où les coalisés puissent se
     rencontrer. Ses articles de la _Revue française_. Sa
     brochure. Polémiques qui en résultent.


I

L'ouverture de la session était indiquée pour le 18 décembre. On
allait donc voir à l'épreuve la Chambre issue des récentes élections.
Dans son discours, le Roi s'applaudit de la tranquillité et de la
prospérité de la France, rappela l'amnistie, célébra dignement la
prise de Constantine. «Mon fils le duc de Nemours, dit-il d'une voix
émue, a pris la part qui lui revenait dans le péril. Son jeune frère a
voulu le rejoindre et s'associer à cette communauté de travaux et de
dangers qui identifie depuis longtemps mes fils avec l'armée. Leur
sang appartient à la France, comme celui de tous ses enfants.» Puis,
après avoir touché diverses questions: «Jamais je ne me suis trouvé
entouré des Chambres dans des circonstances si favorables. Sachons,
Messieurs, conserver, par notre union et notre sagesse, ce que nous
avons conquis par notre courage et notre patriotisme. Tâchons
d'effacer les pénibles souvenirs de toutes nos dissensions, et qu'il
ne reste d'autres traces des agitations dont nous avons tant souffert,
que le besoin plus senti d'en prévenir le retour.»

La nouvelle Chambre n'était pas plus que l'ancienne en disposition de
répondre à cet appel d'union. L'élection du bureau la montra aussi
fractionnée que jamais. Les partis se préparaient avec une agitation
passionnée à la bataille annuelle de l'Adresse. Le centre gauche, qui
se flattait d'avoir beaucoup gagné aux dernières élections, était le
plus animé de tous. M. Thiers ne songeait plus qu'à renverser le
ministère qu'il avait protégé dans la précédente session. Peut-être
était-il mécontent de n'avoir pas trouvé M. Molé plus résigné à subir
son patronage. Dans une lettre écrite le 16 novembre 1837, le
président du conseil se plaignait des exigences du chef du centre
gauche. «J'accepte avec bienveillance, disait-il, tous ceux qui
veulent m'aider, mais je repousse quiconque prétend à me protéger. Ce
rôle de protecteur, on se le dispute. Des deux côtés, on me dit: «Nous
combattrons pour vous; nous vous ferons vivre de «notre parole.» Mon
cher ami, du moment où mes actes et ma parole ne suffiront plus à me
faire vivre, je tomberai, emportant avec moi, croyez-le bien, des
regrets que mes successeurs, quels qu'ils soient, n'affaibliront
pas[306].» M. Thiers menait la guerre avec sa vivacité accoutumée,
criblant d'épigrammes ce qu'il appelait le «ministère d'été», le
«ministère sans programme», écrivant dans les journaux, nouant des
alliances parlementaires. Sous son influence, le centre gauche se
rapprocha de la gauche et permit ainsi à M. O. Barrot d'obtenir 142
voix pour la vice-présidence, ce qui fut alors très-remarqué. Dans
l'imprudent emportement de son opposition, M. Thiers se laissait même
entraîner à frapper plus haut que le cabinet, prenant à son compte
les vieilles attaques de la gauche contre le pouvoir personnel du Roi.
Son journal, le _Constitutionnel_, déclarait qu'il fallait «établir,
comme principe d'avenir, la sincérité et la vérité du gouvernement
représentatif, c'est-à-dire cet admirable axiome que la Chambre fait
le ministère, et que le ministère gouverne sous sa propre
responsabilité[307]». Le _Courrier français_ donnait, comme mot
d'ordre: «Des ministres et point de commis»; puis il ajoutait: «Aucun
homme d'État sérieux ne consentirait à succéder au ministère, aux
mêmes conditions où il tient le gouvernement. On ne veut pas le
renverser sans avoir modifié les conditions actuelles du pouvoir.
Qu'attend maintenant l'opposition du centre gauche? Une seule chose,
mais un point capital: la réalité du gouvernement représentatif. Eh
bien! l'intérêt du centre gauche, exclu une première fois des affaires
par la volonté royale, n'est-il pas de n'y rentrer qu'avec l'appui et
au nom d'une majorité qui ne se contenterait pas de régner, et qui
voudrait aussi gouverner[308]?» Aussi une feuille ministérielle, la
_Presse_, après avoir montré les partis dénonçant «la volonté du Roi»
comme un «obstacle au progrès», disait-elle: «M. Thiers a le malheur
d'être un drapeau à moitié déployé pour cette résistance des partis
contre la royauté... Nous voyons en lui un petit Necker qui se
prépare.»

[Note 306: Lettre à M. de Barante. (_Documents inédits._)]

[Note 307: 29 novembre 1837.]

[Note 308: 28 décembre 1837.]

En même temps qu'il donnait ces gages à la gauche, M. Thiers faisait
des avances aux doctrinaires. «Le ministère, leur disait-il, est le
plus honteux qui ait jamais existé. Il n'a point de force propre et ne
vit que de nos haines. Laissons nos haines en repos, et, sans que
personne abandonne son terrain, arrangeons-nous pour en finir
promptement. Je me charge de prouver que le ministère actuel est le 6
septembre, moins le talent et le courage. Attaquez-le de votre point
de vue, et faisons converger nos feux, de manière à ne pas nous
blesser réciproquement[309].» Les plus ardents des doctrinaires
eussent été d'avis d'accepter ces offres. «À quoi bon, disaient-ils,
ménager un ministère qui nous a si peu ménagés aux élections?»
Toutefois M. Guizot, moins impatient, réunit ses partisans pour leur
exposer toute sa politique. Selon lui, la mort du ministère était
certaine; l'important était, non de le tuer, mais de lui succéder. Or,
pour cela, il fallait reformer, dans la nouvelle Chambre, la vieille
majorité conservatrice, l'habituer à voir dans les doctrinaires ses
champions les plus éloquents et les plus fidèles, et, loin de s'unir à
M. Thiers et à la gauche, s'arranger pour mettre ceux-ci en minorité,
forcer M. Molé à s'engager contre eux. M. Guizot indiquait même la
question sur laquelle cette manoeuvre pouvait être tentée; c'était
celle d'Espagne[310].

[Note 309: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 310: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Le projet d'Adresse disait, en termes assez vagues, sur ce sujet:
«Nous nous confions aux mesures que votre Gouvernement, en exécutant
fidèlement le traité de la Quadruple Alliance, croirait devoir prendre
pour atteindre le but que les hautes parties contractantes se sont
proposé.» M. Molé se fût volontiers contenté de cette phrase qui,
précisément parce qu'elle ne disait rien, pouvait être votée par tous.
Les doctrinaires, suivant l'indication de leur chef, déposèrent un
amendement qui substituait aux mots: _en exécutant fidèlement_,
ceux-ci: _en continuant d'exécuter fidèlement_. C'était réveiller
l'ancien conflit entre M. Thiers et le Roi. Impossible à M. Molé de ne
pas soutenir cette rédaction, à M. Thiers de ne pas la combattre. En
effet, quand vint la discussion, ce dernier s'engagea à fond contre
l'amendement, et, à sa suite, les orateurs de la gauche et du centre
gauche. Le président du conseil monta deux fois à la tribune pour leur
répondre, et M. Guizot vint solennellement à son secours par un
discours magistral. Sur cette question, l'opinion de la majorité était
certaine, et l'amendement fut voté à une forte majorité. L'ensemble de
l'Adresse, ainsi modifiée, fut adopté par 216 voix contre 116[311].

[Note 311: L'Adresse fut discutée du 9 au 13 janvier.]

C'était une grosse défaite pour M. Thiers: il semblait en sortir
d'autant plus atteint qu'il avait mis dans son opposition plus
d'animosité personnelle. «Il se gaspille et se diminue, écrivait un
témoin impartial; il dit chaque jour d'inconvenants propos, reprend le
métier et la vie de journaliste.» On lui opposait l'attitude «sage,
patiente et grave» de M. Guizot[312]. Ses partisans eux-mêmes étaient
effarouchés. «Une des circonstances qui contribuent le plus aux échecs
successifs éprouvés par M. Thiers, notait un autre témoin, c'est
l'ardeur inconsidérée avec laquelle, à la première apparence d'un
succès, il laisse éclater sa joie et ses espérances, c'est le peu de
mesure qu'il garde dans son opposition. Une portion considérable du
centre gauche, s'effrayant de ces allures, se rejette, aux moments
décisifs, vers le pouvoir[313].» Seulement, si M. Thiers était vaincu,
à qui appartenait la victoire? «Le vote contre l'intervention,
écrivait le même observateur, et la force inattendue de la majorité
sont l'objet de tous les entretiens. Le ministère et les doctrinaires
sont triomphants, mais on croit la joie de ces derniers plus sincère
et plus complète; on les considère comme les véritables vainqueurs, en
état désormais de dicter la loi au ministère[314].» N'était-ce pas eux
en effet qui avaient voulu et engagé la bataille? Le cabinet n'avait
fait que les y suivre, et visiblement à contre-coeur. D'ailleurs, dans
le reste des débats sur l'Adresse, les ministres n'avaient fait ni
très-brillante, ni très-imposante figure. Comme l'année précédente, de
nombreux orateurs les avaient mis en demeure de dire quelle était au
juste leur politique, en quoi ils continuaient ou répudiaient celle de
leurs prédécesseurs. M. Molé n'avait répondu que par des généralités,
faisant appel à une «réconciliation universelle», à «l'oubli des
souvenirs irritants», mais sans apporter aucun programme bien défini.
Il apparaissait une fois de plus que cette habileté clairvoyante et
souple qui lui avait fait, hors du Parlement, deviner et prendre
heureusement le vent, ne suffisait pas à diriger avec autorité une
Chambre divisée, incertaine, ayant besoin de trouver dans le
gouvernement la volonté qu'elle n'avait pas elle-même; elle ne
suffisait pas non plus à dominer des rivaux redoutables qui
profitaient de ce qu'ils n'étaient pas au pouvoir pour parler haut et
net.

[Note 312: Lettre de M. de Barante à M. Bresson, datée de Paris, le 31
janvier 1838. (_Documents inédits._)]

[Note 313: _Journal inédit de M. le baron de Viel-Castel_, février
1838.]

[Note 314: _Ibid._, 12 janvier 1838.]

Cette fois encore, M. Molé sortait donc du débat plus protégé que
maître: la seule différence avec l'année précédente était qu'au lieu
d'être le protégé de M. Thiers, il devenait celui des doctrinaires, ce
qui lui paraissait plus pénible encore. Ses nouveaux protecteurs ne
s'inquiétaient guère d'ailleurs de lui rendre la situation moins
désagréable: ils ne lui épargnaient pas les épigrammes dédaigneuses,
et disposaient de sa succession, comme si elle était déjà ouverte.
Très-sensible à ces mortifications, M. Molé n'eut aussitôt qu'une
pensée, secouer, à tout risque, une pareille tutelle, dût-il pour cela
se rapprocher du parti opposé. En diverses circonstances, notamment
lors de la nomination de la commission du budget, on le vit appuyer
sous main les candidats du centre gauche, de crainte que les
doctrinaires ne devinssent trop forts. Ceux-ci n'étaient pas hommes à
pardonner facilement de tels procédés. Aussi, entre eux et le
président du conseil, l'aigreur réciproque allait-elle chaque jour
croissant. Le cabinet ne se trouvait pas pour cela en meilleurs termes
avec M. Thiers, qui était plus animé que jamais et engageait, par
lettre publique, les électeurs de Libourne à voter contre ce «triste
ministère.»

En provoquant une rupture avec les doctrinaires, alors que le centre
gauche demeurait hostile, M. Molé ne craignait-il donc pas que ces
deux groupes ne vinssent à se réunir pour l'accabler? Il se flattait
évidemment qu'un tel rapprochement était impossible. L'antagonisme
entre la politique de M. Guizot et celle de M. Thiers n'avait-il pas
éclaté dans toutes les grandes batailles de tribune depuis un an,
aussi bien dans le débat des fonds secrets où M. Guizot avait, si
magnifiquement exposé le programme de la résistance, que dans la
récente Adresse, à l'occasion des affaires d'Espagne? Ne devait-on pas
croire, dès lors, que les deux orateurs étaient beaucoup plus
éloignés l'un de l'autre, que chacun d'eux ne l'était du ministère? M.
Molé n'aurait eu cependant qu'à se souvenir des événements dont il
avait été témoin sous la Restauration, des coalitions nouées contre M.
de Serre et contre M. de Martignac, pour se rendre compte que, dans
l'entraînement de l'opposition, les plus étonnants rapprochements, les
alliances les plus monstrueuses cessent d'être impossibles. Ne
dirait-on même pas que les partis y sont conduits par la pente
naturelle et fatale de leurs animosités et de leurs impatiences? Un
homme d'un esprit élevé et délicat, qui devait, bien qu'à
contre-coeur, s'associer à la coalition contre M. Molé, M. Vitet, a
finement indiqué comment des attaques d'abord distinctes,
volontairement séparées, tendent cependant peu à peu à se confondre,
malgré l'intention première de leurs auteurs. «Les uns, dit-il,
reprochent au cabinet de n'être pas assez fort, de trop peu gouverner;
les autres, de gouverner trop. Il semble que jamais, partant de ces
points extrêmes, on ne pourra s'entendre dans un effort commun: il
n'en est rien. L'union s'établit sans qu'on sache comment. À force de
viser ensemble au même but, les assaillants perdent de vue les
différences qui les séparent: ils évitent de s'y heurter; ils ont
entre eux des ménagements, des égards instinctifs qui achèvent de tout
confondre, et peu à peu se forme un pêle-mêle où les plus
clairvoyants, les plus fermes, les plus honnêtes sont comme emportés
malgré eux[315].» C'est, en peu de mots, la triste histoire qu'il va
falloir raconter plus en détail.

[Note 315: _Notice sur M. Duchâtel._]


II

À la suite de l'Adresse, M. Thiers avait d'abord battu froid aux
doctrinaires. Mais il fut bientôt distrait de son ressentiment contre
les auteurs de l'amendement sur l'intervention en Espagne, par son
animosité plus forte contre le cabinet. Ce fut donc lui qui vint
encore, vers la fin de février 1838, faire aux amis de M. Guizot des
propositions d'action commune. Il s'en ouvrit d'abord à M. de Rémusat,
celui des doctrinaires avec lequel il avait les meilleures relations
personnelles; leur amitié remontait à la Restauration, et le jeune
historien de la Révolution avait dit alors au jeune rédacteur du
_Globe_: «Sachez que je ne ferai jamais rien sans vous demander d'en
être[316].» M. de Rémusat reçut d'abord assez froidement l'ouverture
qui lui était faite: il doutait de la possibilité de rapprocher des
hommes aussi divisés, et s'inquiétait surtout de la façon dont une
telle alliance serait jugée par l'opinion conservatrice. Mais son
indolence sceptique ne pouvait résister longtemps à l'entrain
passionné de M. Thiers. Celui-ci, d'ailleurs, se mit également en
rapports avec d'autres doctrinaires qu'il savait de tempérament plus
ardent, MM. Duvergier de Hauranne, Jaubert, Piscatory, et il leur
proposa une entrevue que les deux premiers acceptèrent, à la condition
du secret. Cette entrevue eut lieu chez M. de Rémusat[317]. «Mes chers
amis, dit M. Thiers, nous faisons, depuis dix-huit mois, un métier de
dupe, et le Roi se moque de nous tous. Il sait que, si nous étions
réunis, son ministère de laquais ne pourrait pas durer un moment.
Aussi ne songe-t-il qu'à nous tenir séparés. Mais il est temps que
cela finisse et que nous rendions à ce gouvernement un peu de force et
de dignité. C'est la conjuration des sots contre les gens d'esprit,
des plats contre les hommes indépendants. Entendons-nous pour la
déjouer. Quant à moi, mon parti est pris, quoi qu'il doive arriver.»
Comme conclusion pratique, le chef du centre gauche proposait d'agir
de concert, afin de s'assurer la majorité dans la commission chargée
d'examiner la loi des fonds secrets. Des objections furent faites; M.
Thiers avait réponse à toutes. Cette conférence devait d'ailleurs être
suivie de plusieurs autres, où l'on s'expliquerait à fond. MM.
Duvergier de Hauranne, Jaubert et de Rémusat, facilement conquis pour
leur compte, se chargèrent de rapporter ces ouvertures à leurs chefs,
MM. Guizot et Duchâtel. Ce dernier fit tout d'abord un accueil
favorable. Mais M. Guizot avait rêvé d'un tout autre moyen de revenir
au pouvoir, et, sans refuser d'entendre, il témoigna plus de
répugnance. Le tentateur se fit caressant, insinuant, déclara accepter
d'avance toutes les combinaisons qu'on voudrait, soit une restauration
du ministère du 11 octobre, soit une administration purement
doctrinaire avec M. de Broglie à sa tête, soit un engagement
réciproque de ne pas être ministres les uns sans les autres. M. Guizot
demeurait froid. Cependant il ne rompait pas les pourparlers; de
nouvelles entrevues avaient lieu entre ses amis et le chef du centre
gauche; il assistait à quelques-unes, et, bien qu'il y apportât des
dispositions peu conciliantes, son parti et lui-même se trouvaient,
par le fait de ces démarches, chaque jour un peu plus engagés dans la
voie où les attirait M. Thiers.

[Note 316: Sur les premiers rapports de M. Thiers et de M. de Rémusat,
cf. mon étude sur le _Parti libéral sous la Restauration_, p. 251 et
252.]

[Note 317: Sur tous ces faits et ceux qui suivront, j'ai trouvé
beaucoup de renseignements dans les notes inédites de M. Duvergier de
Hauranne, qui a été témoin et acteur de ces événements.]

En dépit du mystère dont s'entourait la conjuration, il en transpirait
quelque chose au dehors. On voyait bien que les journaux des deux
groupes, naguère si animés les uns contre les autres, se ménageaient,
que, dans les salons, dans les couloirs de la Chambre, des hommes, la
veille brouillés, se recherchaient et causaient longuement; on
remarquait qu'au sortir de la séance de l'Institut, où M. de
Talleyrand venait de lire l'éloge de Reinhardt, M. Thiers avait offert
à M. Guizot de le ramener dans sa voiture, et que ce dernier y avait
consenti, le tout en présence de M. Molé qui ne laissa pas que d'en
être préoccupé. La gauche, à laquelle jusqu'alors on n'avait pas
demandé d'être du complot, s'inquiétait de voir M. Thiers chercher des
alliés ailleurs que dans ses rangs. Au centre, l'impression était plus
défavorable encore, et l'idée d'un concert des doctrinaires avec leurs
anciens adversaires du centre gauche, y causait un véritable scandale.
Le _Journal des Débats_, qui, jusqu'alors, avait trouvé moyen de
soutenir M. Molé, sans attaquer M. Guizot et ses amis, commençait à ne
plus ménager ces derniers. Cette double disposition des esprits, au
centre et à gauche, produisit son effet, lors de la nomination de la
commission chargée d'examiner la loi des fonds secrets: les calculs
des opposants furent entièrement trompés, et cette commission se
trouva être en grande majorité ministérielle.

M. Thiers ne se laissa pas abattre par ce premier échec: il en
concluait seulement qu'il fallait étendre la coalition et y faire
entrer la gauche. Les plus ardents des doctrinaires étaient disposés à
le suivre dans cette voie. Mais M. Duchâtel, effrayé, parlait de tout
abandonner. Quant à M. Guizot, il n'osait rompre une alliance où il
sentait un certain nombre de ses amis de plus en plus compromis; il
les laissait donc faire, les suivait même d'un pas lent et attristé,
se réservant seulement de limiter, selon ses scrupules, la part de son
concours personnel. «Sachez, disait-il, que je ne veux me brouiller ni
avec le centre, ni avec le Roi.» Il ne se rendait pas compte qu'en
semblable circonstance, s'engager à demi est le plus sûr moyen de se
faire battre, et, par-dessus le marché, de mécontenter tout le monde.
Pendant ces préliminaires, le jour de la discussion des fonds secrets
approchait. On convint de l'ordre de bataille: M. Jaubert devait
ouvrir le feu en tirailleur, M. Guizot faire tête au ministre, et M.
Thiers achever la déroute. Du reste,--était-ce par égard pour les
scrupules du chef des doctrinaires?--on ne devait pas proposer le
rejet du crédit, ni chercher à renverser le cabinet de vive force; on
croyait arriver au même résultat, en l'affaiblissant, en le
déconsidérant, «en l'aplatissant»--c'est le mot dont on se
servait--par une discussion qui mettrait au grand jour son
impossibilité de vivre.

Le débat s'engage, le 12 mars 1838. Tout marche d'abord suivant le
plan arrêté. À la fin du premier jour, M. Jaubert prononce un discours
très-vif, très-mordant; il conclut au vote des crédits, mais les
accorde au gouvernement du Roi, non au ministère; et, usant d'une
formule empruntée aux polémiques de 1830, il déclare les voter
_quoique_ demandés par M. Molé et non _parce que_[318]. Il n'épargne
aucun sarcasme au cabinet, l'accuse de donner «le spectacle de
l'impuissance, du discrédit», et de pratiquer la maxime _diviser pour
régner_: tactique imprudente, ajoute l'orateur, qui pourrait bien
avoir pour résultat inattendu de réunir tout le monde contre lui. Le
soir, les coalisés, rassemblés chez la duchesse de Massa, sont tout
entrain de leur début; ils croient tenir la victoire; M. Guizot et M.
Thiers rient ensemble et se communiquent leurs projets de discours.

[Note 318: On se rappelle quelles furent, au lendemain de la
révolution, les controverses sur le point de savoir si Louis-Philippe
était appelé au trône _parce que_ ou _quoique_ Bourbon.]

La séance du 13 est occupée par des orateurs secondaires. Le 14, M.
Molé prend la parole. Il ne cherche pas sans doute à définir sa
politique beaucoup plus amplement et plus nettement que dans les
discussions précédentes; mais il porte la tête plus haut, le ton est
plus ferme, plus hardi, plus fier, tout en gardant la distinction
froide et d'apparence sereine qui est comme la marque de cet orateur.
«Ce que nous venons vous demander, dit-il tout de suite, ce n'est pas
de l'argent, c'est votre confiance.» Prenant l'offensive, il met en
demeure les doctrinaires de déclarer si M. Jaubert a parlé en leur
nom: «Ce n'est pas nous, dit-il, qui avions demandé à l'honorable
orateur l'alliance; ce n'est pas nous qui l'avons rompue; mais, qu'il
le sache, nous refusons tout vote et tout appui motivés comme les
siens.» Il raille son contradicteur de ne pas oser repousser les fonds
secrets, par crainte de se trouver détaché de la majorité qui soutient
le cabinet. Vient ensuite une sortie contre ces hommes possédés de
«l'esprit de domination», qui «se placent à côté du pouvoir pour le
morigéner», et qui, ayant proclamé le ministère «mort-né», ne lui
pardonnent pas «sa durée et son succès». Enfin, se retournant vers les
masses conservatrices de la Chambre: «Messieurs, c'est à vous
maintenant à porter votre arrêt. Vous arrivez de tous les points de la
France, vous savez quel mandat vous avez reçu. S'il nous est
contraire, si l'on vous a dit:--Hâtez-vous, allez renverser les
dépositaires du pouvoir; si l'on vous a dit:--Le ministère qui a fait
l'amnistie n'a pas notre confiance, remplissez votre mandat,
Messieurs; nous saurons y obéir. Mais si, au contraire, on vous a
dit:--Secondez ce ministère, donnez-lui l'appui dont il aura besoin
pour lutter contre les passions de plus d'une nature coalisées contre
lui, alors, entourez-le de votre confiance et donnez-nous enfin le
moyen de faire le bien.» Cet appel habile et digne paraît
favorablement accueilli. Rien cependant n'est décidé: les grands
orateurs ne sont pas encore entrés en ligne.

Voici M. Guizot à la tribune. Au début, on peut croire qu'il va
s'engager à fond: il s'associe à ce qu'a dit M. Jaubert. Mais
aussitôt, comme effrayé de se trouver séparé du centre, il proteste
qu'il ne veut pas prendre une attitude d'opposition, ni «presser le
renversement du ministère». Ce n'est pas qu'il soit satisfait. «Notre
situation n'est pas bonne, dit-il; au lieu de se fortifier, le pouvoir
s'affaiblit; au lieu de s'élever, il s'abaisse; au lieu de
s'organiser, la société tâtonne et se disperse.» Il dénonce, dans la
Chambre, «l'esprit d'opposition»; dans le gouvernement, «l'esprit
d'hésitation», mais sans sortir des généralités vagues, des
dissertations froides. L'auditoire est étonné, déçu. Si réservée que
soit la critique de l'orateur, elle est assez visible pour déplaire au
centre, mais trop embarrassée pour lui en imposer. Quant au centre
gauche, il est irrité de voir sa campagne ainsi compromise, et murmure
les mots de défection et de trahison. De là, une malveillance
croissante de l'auditoire qui réagit sur l'orateur, et rend plus gênée
encore sa parole d'ordinaire décidée et superbe. Quand il descend de
la tribune, l'Assemblée demeure morne et glaciale. Quel contraste avec
les ovations qui lui avaient été faites, en 1836 et en 1837, dans ces
mêmes discussions sur les fonds secrets! On en vient à se demander,
les uns avec mélancolie, les autres avec une satisfaction jalouse, si
l'orateur n'est pas «fini». «M. Guizot, écrit, le surlendemain, de
Paris, M. de Barante, a fait, pour la première fois, un _fiasco_
complet: la désolation est dans son camp. Moi-même, son vieil ami, le
coeur m'a saigné de sa mésaventure, tout en blâmant sa fausse
manoeuvre[319].»

[Note 319: Lettre à M. Bresson, en date du 16 mars 1838. (_Documents
inédits._)--M. Guizot parlant de ce discours, dans ses Mémoires, dit
qu'il ne «prit part au débat qu'avec froideur et embarras». Il ajoute:
«On m'écoutait froidement, comme je parlais; mes anciens adversaires
du côté gauche demandaient, en souriant, si je n'étais pas atteint
d'affaiblissement et de décadence.» (T. IV, p. 282.)]

Fort démontés par cet insuccès, les coalisés n'ont plus d'espoir
qu'en M. Thiers. Mais celui-ci, considérant la partie comme perdue et
préférant se réserver pour une meilleure occasion, demeure immobile et
silencieux. À sa place, on entend M. Passy dénoncer la politique
«décolorée et vacillante» du cabinet. M. Molé était sauvé. Quelques
mots de réplique lui suffisent pour clore le débat. Un amendement de
M. Boudet, tendant à réduire de 300,000 francs le chiffre du crédit,
est repoussé par 233 voix contre 184, et l'ensemble de la loi est voté
par 249 voix contre 133.

Peu après, le 6 avril, ces crédits étaient également votés par la
Chambre des pairs, non sans que le ministère eût à subir les
épigrammes de M. Villemain et de M. Cousin, et à entendre les graves
réserves du duc de Broglie[320]. Celui-ci aurait préféré garder le
silence, mais le ministère, exalté par son succès dans l'autre
Chambre, n'avait pu se retenir de provoquer la contradiction. Un des
amis de M. Molé, M. de Brigode, avait prononcé un discours sarcastique
contre ceux qui, tout en désapprouvant la politique du cabinet,
n'osaient pas cependant conclure au rejet des crédits, raillant «cette
opinion entortillée qui consiste à distribuer le blâme en même temps
que l'argent». Sans doute, il faisait allusion, en termes
respectueusement élogieux, à la réserve désintéressée du duc de
Broglie, mais c'était pour mieux accabler les doctrinaires de l'autre
Chambre, ces «candidats ministres qui ne peuvent plus vivre sans
portefeuille». Si désireux qu'il fût de demeurer à l'écart, le duc se
crut obligé de défendre ses amis. Après avoir protesté sévèrement
contre cette façon d'attaquer les membres d'une autre Chambre, il
contesta qu'il n'y eût pas de milieu entre le rejet des crédits et
l'approbation complète du ministère. Quant à lui, il déclarait
accorder les fonds secrets, parce que la sûreté du Roi et la
tranquillité du pays étaient en jeu; «mais si l'on veut, ajoutait-il,
dénaturer mon vote; mais si l'on veut, à toute force, le transformer
en acte d'adhésion pure et simple à la politique du cabinet... je
proteste hautement... Si je pensais, comme je le pense en effet dans
une certaine mesure, que la situation présente des affaires n'est rien
moins que satisfaisante; si je pensais que c'est une situation triste,
fâcheuse et précaire; si je pensais que l'ordre, rétabli à la vérité
dans les rues, sur la place publique, n'est pas le progrès, tant s'en
faut, dans les idées, dans les intelligences; si je disais enfin que
le gouvernement n'exerce pas, sur la Chambre et sur le pays,
l'ascendant que je voudrais lui voir exercer, et que la politique du
cabinet, celle qui lui est propre, spéciale, favorise plus qu'elle ne
combat cet affaiblissement du ressort de l'autorité,--je ne dirais,
Messieurs, que ce que j'ai le droit de dire en votant les fonds
secrets, et je suis certain qu'on n'aurait aucun droit de m'accuser,
pour cela, ni de duplicité, ni d'ambition déguisée.»

[Note 320: Séances des 6 et 7 avril 1838.]


III

La coalition avait débuté par un gros échec. Elle n'en fut pas
dissoute; les alliés continuèrent à se concerter pour la formation des
commissions, pour la nomination des présidents de bureaux, mais sans
entrain, à mi-voix, la tête basse, comprenant que, pour le moment,
toute attaque de front était impossible. Du côté du cabinet, au
contraire, on triomphait. La presse officieuse, devenue nombreuse,
grâce aux subventions libéralement distribuées par M. Molé[321],
semblait vouloir précipiter la déroute par ses sarcasmes et ses
invectives. La _Presse_ dénonçait ces «dix à douze ambitions
insurgées, non pas contre ce que fait le gouvernement, mais contre
l'idée de voir faire par d'autres mains ce que les leurs n'ont pas su
exécuter», ces «amours-propres qui ne peuvent s'accoutumer à croire
qu'on gouverne sans eux». Le _Journal des Débats_ flétrissait ce qu'il
appelait «cette espèce d'émeute d'ambitions impatientes», et il
ajoutait, un autre jour: «Les coalisés s'évertuent à nous dire qu'il
n'y a pas de coalition; nous le savons bien! Nous l'avons déjà dit: ce
n'est qu'une émeute où se sont donné rendez-vous toutes les
prétentions, toutes les rivalités, toutes les jalousies.»

[Note 321: Le ministère avait alors à son service le _Journal des
Débats_, la _Presse_, la _Charte de_ 1830, le _Temps_. Depuis peu, il
avait en outre enlevé aux doctrinaires l'un de leurs organes, le
_Journal de Paris_. En outre, M. Molé s'était assuré le concours
personnel de certains rédacteurs des feuilles de gauche.]

Les doctrinaires étaient ceux qui souffraient le plus de ces attaques.
La presse, qui les maltraitait ainsi, s'adressait à leur monde, à
celui dont l'estime et la reconnaissance les avaient jusqu'ici
consolés de leur impopularité auprès des partis de gauche. Aussi M.
Guizot eût-il vivement désiré prévenir cette hostilité du _Journal des
Débats_: il avait tâché d'amener à la coalition M. Bertin de Vaux;
mais celui-ci, qui se souvenait d'avoir ouvert son journal à M. de
Chateaubriand, pour y appuyer la coalition contre M. de Villèle,
répondit à son éloquent tentateur: «J'ai pour vous, à coup sûr, autant
d'amitié que j'en ai jamais eu pour Chateaubriand; mais je ne vous
suivrai pas dans l'opposition. Je ne recommencerai pas à saper le
gouvernement que je veux fonder: c'est assez d'une fois.» Les
doctrinaires étaient bien obligés de reconnaître que les sévérités de
la presse conservatrice à leur égard trouvaient écho dans l'opinion.
Leur conduite n'eût pu s'expliquer, sinon se justifier, que par le
succès; avec l'échec, ils apparaissaient non-seulement coupables, mais
maladroits et, par suite, un peu ridicules. «La coalition, écrivait un
observateur, fait beaucoup de tort à M. Guizot et à ses amis, dans
l'opinion de la masse des conservateurs, de tout ce qui tient à la
cour, de tout ce qui, étranger aux passions et aux doctrines de
partis, ne désire que le repos et s'inquiète trop du bruit des luttes
parlementaires pour ne pas condamner, de prime abord, quiconque les
provoque. Beaucoup de personnes qui, jusqu'à présent, voyaient dans M.
Guizot le chef le plus vigoureux des défenseurs de l'ordre
monarchique, ne parlent plus de lui que comme d'un ambitieux
vulgaire[322].»

[Note 322: _Journal inédit de M. de Viel-Castel_, 18 mars 1838.]

Pour se défendre, les doctrinaires n'avaient plus que le _Journal
général_, de médiocre publicité. En étaient-ils donc réduits à faire
plaider leur cause par les feuilles du centre gauche? Mais celles-ci,
qui, pendant tant d'années, n'avaient vécu que d'attaques contre ces
mêmes doctrinaires, étaient peu disposées à devenir leurs apologistes;
elles eussent plus volontiers récriminé contre la faiblesse de M. Guizot
dans la dernière bataille parlementaire. Aussi se bornaient-elles le
plus souvent à prendre acte et, en quelque sorte, possession de la
nouvelle alliance, ne se gênant pas pour le faire en des termes fort
compromettants pour leurs alliés. «Le résultat peut-être le plus grave
de cette discussion, disait le _Constitutionnel_, au lendemain du débat
sur les fonds secrets, c'est que voici les doctrinaires, naguère les
défenseurs les plus ardents de la prérogative royale, engagés dans les
voies de l'opposition et prenant leur part de cette lutte dont chacun
comprendra la portée. Or, le premier pas, dans toute carrière nouvelle,
est toujours le plus difficile à faire, et, celui-là franchi, les
doctrinaires, habitués, par la nature de leur esprit, à pousser toute
situation à l'extrême, laisseront bientôt de côté un reste de scrupule,
comme un bagage gênant pour le combat. En attendant, la majorité du 13
mars, dont ils étaient les derniers et les plus fidèles champions, est
maintenant, grâce à leur défection, complétement dissoute[323].» Ces
commentaires devaient paraître à M. Guizot et à ses amis plus pénibles
encore que les duretés de la presse conservatrice.

[Note 323: 16 mars 1838.]

Malgré sa réserve habituelle, M. Molé ne contenait pas la joie que lui
causaient la défaite de ses ennemis et surtout l'humiliation des
doctrinaires. Devait-il donc lui-même se trouver bien à l'aise? Au
début de son administration, il avait cru nécessaire d'avoir toujours
avec lui l'un des grands orateurs, soit M. Guizot, soit M. Thiers. Du
dernier débat, il sortait mortellement brouillé avec tous deux à la
fois. Néanmoins, le plaisir de n'être plus protégé le faisait passer
par-dessus le péril de cette double rupture. D'ailleurs, et surtout
depuis les nouvelles élections, sa tactique, à l'égard du centre
gauche comme du centre droit, était de gagner les soldats en écartant
les chefs. Il ne rêvait pas un déplacement en masse, déterminé par de
grandes idées, par l'autorité d'un programme, par le prestige d'un
drapeau. Il procédait par conquêtes individuelles, variant ses moyens
selon les personnes, selon leurs convictions ou leurs faiblesses;
montrant tour à tour les diverses faces de son programme; parlant aux
uns de résistance, aux autres de conciliation, à tous de leur intérêt
personnel. C'était devenu l'une de ses principales occupations. Il
fallait voir ce grand seigneur prendre par le bras le plus bourgeois
des députés, l'attirer dans l'embrasure d'une fenêtre, lui faire mille
grâces, le traiter d'un air de prédilection et avec une familiarité
caressante. Pour un tel travail, M. Molé avait des aptitudes
particulières; peu d'hommes ont poussé plus loin l'art de la
séduction.

Les adversaires criaient à la corruption; ce n'était pas toujours sans
motif. Non que le ministre acquît à prix d'argent les députés comme
les journaux; mais les faveurs de l'administration, les places
tendaient, de plus en plus, à devenir la monnaie courante avec
laquelle on payait les votes. Sur 459 députés, on ne comptait pas
moins de 191 fonctionnaires: ceux qui ne l'étaient pas eux-mêmes
avaient à caser ou à faire avancer des parents, des amis, des clients.
Ce mal n'était pas né avec M. Molé; il datait du jour où avait été
dissous le cabinet du 11 octobre, où les partis s'étaient trouvés
déclassés, morcelés, mêlés, désorientés, et où les compétitions de
personnes avaient remplacé, au Parlement, les luttes de principes. Ni
M. Thiers, pendant le ministère du 22 février, ni M. Guizot, pendant
celui du 6 septembre, n'avaient été innocents de la faute que, depuis
le 15 avril, leurs amis reprochaient si fort à M. Molé. Tout au plus
celui-ci y était-il tombé un peu plus avant, parce qu'il n'avait, par
lui-même, ni parti préalablement constitué, ni doctrine bien fixe. Il
corrigeait d'ailleurs, ou du moins voilait, par son excellente tenue
et la parfaite dignité de ses manières, ce que la besogne avait
parfois d'un peu suspect. Et puis, ne l'oublions pas: si grave que ce
mal parût alors à une pudeur publique encore facile à effaroucher, il
était limité, et laissait intacte la plus grande partie de
l'administration; depuis, on a fait mieux, et nous avons vu, sous
d'autres régimes, cette administration devenir, sans vergogne aucune,
à tous ses degrés et dans tous ses rouages, une immense entreprise
d'exploitation électorale au bénéfice du parti régnant.

Chez les soldats qu'il cherchait ainsi à détacher de leurs anciens
chefs, M. Molé rencontrait des sentiments, les uns bons, les autres
mauvais, qui facilitaient sa tâche. C'était, dans beaucoup d'esprits
honnêtes, tranquilles, timides si l'on veut, la fatigue des agitations
malfaisantes ou seulement stériles, le scandale produit par des
impatiences et des coalitions ambitieuses qui se laissaient voir trop
à nu; c'était aussi cette réflexion de bon sens que le pouvoir n'était
pas tellement fort qu'on pût impunément le secouer, ni le régime
parlementaire si populaire qu'il fût sans péril de multiplier à ce
point les crises ministérielles. Ceux mêmes qui ne se dissimulaient
pas la faiblesse ou les torts du cabinet, disaient, avec le _Journal
des Débats_: «Mieux vaut un ministère faible qui vit, que des
ministères forts que leur force n'empêche pas de mourir avec une
effrayante rapidité[324].» On rappelait, en outre, que ce cabinet
n'avait en réalité pris la place de personne, que les grands chefs
parlementaires, invités à refaire le 11 octobre, n'avaient pu
s'entendre, et l'on était fondé à dire avec le même journal: «Eh, mon
Dieu! le ministère a-t-il donc recueilli un héritage de concorde et
d'union? a-t-il dissipe des trésors de paix et de force?» C'étaient là
les bons sentiments. En voici qui l'étaient moins. Plus d'une fois,
depuis 1830, nous avons dû noter, dans la Chambre, ce prétendu esprit
d'indépendance qui n'était qu'une impatience démocratique de toute
discipline, de toute hiérarchie, et surtout une révolte des
médiocrités jalouses contre les supériorités intellectuelles et
sociales. Contenu, pendant plusieurs années, par un autre sentiment,
d'un ordre aussi peu relevé, mais au moins plus raisonnable, par la
peur, il s'était épanoui librement, dès que le danger avait diminué.
De là, ces instincts tracassiers et envieux, ces amours-propres sans
cesse offusqués, qui trouvaient toute subordination intolérable; de
là, cette tendance à se détacher par degrés des chefs naturels pour en
chercher d'autres moins imposants, à dissoudre les grands partis pour
former de petits groupes, par cette seule raison qu'il est plus facile
d'être important dans un petit groupe que dans un grand parti. Déjà
Casimir Périer avait eu à combattre ces mauvais sentiments, et le
ministère du 11 octobre, après avoir continué la lutte, avait fini par
y succomber. Pour les députés atteints de ce mal, n'était-ce pas une
nouveauté agréable que de se voir invités par le gouvernement lui-même
à secouer le joug des hommes en renom, à rompre le peu qui restait des
liens de parti? «La manie d'indépendance, disait un contemporain, est
flattée de la pensée qu'au moment où les chefs des diverses fractions
de la Chambre se réunissent dans une combinaison, il dépend de leurs
obscurs adhérents de la faire manquer en se séparant d'eux. Ce
sentiment, qui tient à l'état général des esprits, est ménagé avec
assez d'adresse par M. Molé et par les journaux qui dépendent de lui.
La _Revue de Paris_ ne disait-elle pas, ces jours derniers, qu'il ne
fallait pas faire du gouvernement représentatif le despotisme des
talents supérieurs[325]?» Plus on répétait à ces députés que M. Molé
était inférieur en éloquence et en prestige à ses rivaux, plus leur
amour-propre se trouvait à l'aise avec lui. «Mon cher monsieur Guizot,
disait le Roi au chef des doctrinaires, vous voulez former dans la
Chambre un parti; vous voulez la gouverner comme on gouverne un parti.
Cela ne se peut pas avec nos petites gens, avec notre démocratie
envieuse. Pourquoi est-ce qu'on vous en veut, à vous? Parce que vous
voulez vous placer haut et vous y tenir ferme. On aime mieux M. Molé,
parce qu'il a moins de prétention et de fermeté[326].» Une faveur
ainsi fondée n'était-elle pas bien fragile et même dangereuse? Quand
il caressait, excitait, exploitait ces médiocrités vaniteuses et
jalouses, le président du conseil ne faisait-il pas un peu comme ceux
qui, pour s'emparer du pouvoir, fomenteraient l'indiscipline dans
l'armée, et qui, une fois arrivés, ne sauraient où trouver des soldats
soumis et fidèles?

[Note 324: 15 mars 1838.]

[Note 325: _Journal inédit de M. de Viel-Castel_, 18 mars 1838.]

[Note 326: Lettre de M. Guizot au duc de Broglie, en date du 13 mai
1838. (_Documents inédits._)]

M. Molé parvenait en effet assez facilement à détacher de M. Thiers,
et surtout de M. Guizot, plusieurs des députés qui les avaient suivis
jusqu'alors. Mais voulait-il, de ces mêmes éléments, se faire une
majorité, il se heurtait à cette indépendance qui avait pris goût à ne
subir aucun lien, à n'accepter aucune prééminence. En fin de compte,
il n'avait fait qu'augmenter la désagrégation des partis,
l'émiettement de l'Assemblée. Au lendemain de cette discussion des
fonds secrets, où il avait cru mettre définitivement la coalition en
minorité, le triomphe des opposants dans l'organisation des
bureaux[327], ou le rejet de quelqu'un de ses projets, lui faisait
sentir son peu d'influence sur la Chambre. Dès le 7 février, M. de
Barante, favorable cependant à M. Molé, écrivait: «Cette Chambre est
dans un état d'éparpillement dont on peut s'affliger et s'inquiéter.
Aucune opinion ne la rallie, aucun nom propre n'agit sur elle, hormis
en méfiance. Chacun vote et parle à sa fantaisie, sans nulle déférence
pour qui que ce soit, ni quoi que ce soit. La manie démocratique a
fait de grands progrès. Le repoussement de toute hiérarchie, la
répugnance pour toute discipline est le trait marquant du public et de
la Chambre. Le ministère n'est point directement menacé par cette
situation fâcheuse sous le rapport moral, alarmante pour l'avenir,
mais encore sans action sur la politique, encore sans péril pour le
présent. On ne veut ni de M. Thiers, ni de M. Guizot; M. Dupin est
devenu odieux à presque tous; il n'est pas question de M. Barrot; mais
M. Molé, quoiqu'il convienne autant qu'il est possible, n'aura, sur
chaque question, qu'une majorité nécessaire, sans dévouement, sans
tenue. Sa vie ministérielle sera désagréable, même quand elle ne sera
pas difficile. Il sera contraint de se préoccuper des embarras de la
journée, de veiller, à chaque moment, sur les tours qu'on voudra
jouer, non point à lui, mais au pouvoir qu'on ne cherche ni à honorer
ni à affermir, bien au contraire[328].»

[Note 327: Les deux nominations de présidents de bureaux qui suivirent
le vote des fonds secrets, le 17 mars et le 16 avril, donnèrent une
forte majorité aux opposants. Sur 9 présidents, le 17 mars, il y en
eut 5 du centre gauche, 3 doctrinaires et seulement 1 ministériel. Le
16 avril, il y eut 5 centre gauche, 2 doctrinaires et 2 ministériels.]

[Note 328: Lettre de M. de Barante à M. Bresson, datée de Paris, le 7
février 1838. (_Documents inédits._)]


IV

Dans de telles conditions, l'oeuvre législative ne pouvait avancer que
péniblement: la session ne fut pas cependant stérile. Grâce surtout au
concours de la Chambre des pairs, à la fois plus compétente que celle
des députés, et moins absorbée par les intrigues parlementaires, les
ministres parvinrent à faire voter plusieurs lois d'un grand intérêt
pratique, sur l'extension de la juridiction des juges de paix[329],
sur le régime des aliénés[330], sur les faillites[331], sur les
attributions des conseils généraux[332]: encore ne parlons-nous que
des lois qui furent alors complétement terminées, et négligeons-nous
les projets secondaires. Seulement, le gouvernement eût voulu
davantage. Combien de ses propositions échouaient ou se trouvaient
dénaturées par les caprices de la Chambre! «Ceux mêmes des députés qui
ne voudraient pas voir tomber le ministère, écrivait alors un
observateur, s'habituent à ne tenir aucun compte de sa volonté, à
écarter ou à bouleverser impitoyablement tous ses projets, à lui
rendre en un mot la vie aussi dure que possible. Voilà ce que beaucoup
de niais appellent l'_indépendance_. En vérité, on se croirait revenu
aux illusions puériles de 1789, sur la séparation absolue du pouvoir
législatif et du pouvoir exécutif[333].»

[Note 329: Votée le 5 février 1838 par la Chambre des pairs, le 24
avril par la Chambre des députés.]

[Note 330: Votée le 14 février par la Chambre des pairs, le 13 avril
par la Chambre des députés.]

[Note 331: Votée le 5 avril par la Chambre des députés, le 14 mai par
la Chambre des pairs.]

[Note 332: Votée le 8 mars par la Chambre des députés, le 23 avril par
la Chambre des pairs.]

[Note 333: _Journal inédit du baron de Viel-Castel._]

Parmi les projets ainsi maltraités, on peut citer celui qui élevait à
dix mille francs la pension de la veuve du général Damrémont,
commandant en chef de l'armée d'Afrique, qui venait de succomber
héroïquement, en pleine victoire, sous les murs de Constantine:
circonstances exceptionnelles qui justifiaient le chiffre élevé de la
pension. M. Molé fut appuyé, cette fois, par M. Guizot et M. Thiers.
«Ne faisons pas dire, s'écria ce dernier, que le résultat d'un
gouvernement de discussion est de tout amoindrir, de tout dessécher.
Montrons au contraire qu'une grande nation peut discuter ses affaires,
sans devenir petite, sans refuser aux braves qui meurent pour elle, la
récompense qui leur est due... Si vous étiez exposés à voir les
finances de l'État compromises par des faits semblables, à la bonne
heure! mais quant à les voir compromises par des actes héroïques, je
suis rassuré: il n'y en aura jamais assez pour que vos finances
puissent périr.» Vainement toutes les autorités gouvernementales et
parlementaires, d'ordinaire divisées, se réunissaient-elles dans un
même effort, on put juger par le vote combien peu elles pesaient
devant l'«indépendance» des députés et aussi devant leurs préventions
mesquines. La majorité repoussa le chiffre du gouvernement et ne vota
qu'une pension de 6,000 francs[334].

[Note 334: Séance du 5 février 1838.]

Peu de questions étaient alors aussi importantes et urgentes que celle
des chemins de fer. La France se trouvait en retard sur plus d'un pays
voisin. Déjà, en 1837, le ministère Molé avait, sans succès, présenté
à la Chambre un premier projet d'ensemble. Il en présenta un nouveau
en 1838[335]. Le plan n'était pas sans hardiesse: il comprenait neuf
lignes principales, dont sept, partant de Paris, aboutissaient à la
frontière belge, au Havre, à Nantes, à Bayonne, à Toulouse, à
Marseille, à Strasbourg; les deux autres allaient de Bordeaux à
Marseille, et de Marseille à Bâle: soit onze cents lieues de voies
ferrées et une dépense d'un milliard. Pour le moment, on n'en devait
entreprendre que trois cent soixante-douze lieues. La construction de
ce réseau était réservée à l'État. La commission de la Chambre fit
mauvais accueil à ce projet[336]. Elle ne se contenta pas de critiquer
la construction par l'État, de manifester ses préférences pour
l'industrie particulière: sur ce point elle pouvait avoir en partie
raison; le rapporteur, M. Arago, blâma en outre l'exécution
d'ensemble: à son avis, l'art des chemins de fer était encore dans
l'enfance, et il y avait avantage à attendre, pour profiter des
découvertes que feraient les nations plus pressées que nous. La
discussion dura plusieurs jours[337]. Le président du conseil, le
ministre des finances et celui des travaux publics y prirent part. Le
résultat de leurs efforts fut le rejet complet du projet, à l'énorme
majorité de 196 voix contre 69[338].

[Note 335: 15 février.]

[Note 336: Le rapport fut déposé le 24 avril.]

[Note 337: 7, 8, 9 et 10 mai.]

[Note 338: Ainsi que j'ai eu déjà l'occasion de le dire, je reviendrai
plus tard, avec détails, sur ces premiers tâtonnements dans la
question des chemins de fer.]

Non-seulement la Chambre ne votait pas ce que lui demandait le
gouvernement, mais elle votait ce dont il ne voulait pas. La question
de la conversion des rentes n'avait pas fait un pas depuis qu'elle
avait amené la chute du cabinet du 11 octobre. Le 15 février 1838, M.
Gouin déposa de nouveau une proposition de conversion, qui fut
aussitôt favorablement accueillie par la commission chargée de
l'examiner. Nul n'ignorait que le ministère la voyait avec déplaisir,
et que le Roi personnellement y était fort hostile. Quand vint
cependant la discussion, discussion passionnée, approfondie, qui en
deux fois ne dura pas moins de six jours[339], les ministres se
bornèrent à indiquer quelques brèves objections d'opportunité, sans
s'engager à fond. Dans cette matière où rien n'eût dû se faire en
dehors de l'initiative du gouvernement, celui-ci laissait tout
débattre et décider sans lui, malgré lui, gardant une attitude
effacée, incertaine, comme s'il n'avait pas d'opinion, ou plutôt comme
s'il se sentait impuissant à la faire prévaloir. Aussi une immense
majorité, 251 voix contre 145, vota-t-elle sans se gêner la conversion
que le ministère eût voulu écarter. Comme pour mieux marquer le rôle
subalterne où elle prétendait réduire le cabinet, la Chambre lui
enjoignit, par une disposition spéciale, de rendre compte de
l'exécution de la mesure, dans un délai de deux mois à compter de
l'ouverture de la session suivante. Il est vrai que la Chambre des
pairs, sur laquelle le Roi usa personnellement de son influence,
repoussa le projet à la presque unanimité[340]. Ce vote débarrassa le
ministère de la question, mais ne lui rendit pas son autorité sur la
Chambre des députés.

[Note 339: Du 17 au 20 avril et du 2 au 5 mai.]

[Note 340: 20 au 26 juin.]

Les journaux opposants se gardaient de laisser dans l'ombre tous ces
échecs. Ce n'était dans leurs colonnes que sarcasmes contre les
ministres mis en minorité, sommation de quitter la place. M. Molé et
ses collègues faisaient la sourde oreille, ou bien répondaient, non
sans quelque raison, que ces votes n'impliquaient pas volonté de les
renverser, encore moins désignation de leurs successeurs. Quant à la
mortification subie, ils tâchaient de s'en consoler, en déclarant que
«le temps des majorités systématiques était décidément passé[341]».
«Nous avons un étrange ministère», disait de son côté, avec plus de
malice que d'exacte vérité, un doctrinaire, M. Vitet; «on le met tous
les jours à la porte de la Chambre, honteux et battu; le lendemain, on
râtisse les allées, et il n'y paraît plus[342].»

[Note 341: _Journal inédit de M. le baron de Viel-Castel_, 6 mars
1838.]

[Note 342: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]


V

À regarder le seul Parlement, la session finissait donc mal pour le
ministère. Mais après tout, il restait debout. À la confusion des
prophètes qui lui avaient prédit, dès sa naissance, une mort si
prompte, malgré l'hostilité chaque jour plus acharnée de tous les
grands noms et de tous les grands talents de la Chambre[343], contre
l'attente de tous les spectateurs, il avait duré. Cette durée pouvait
exciter les colères, mais ne permettait plus le dédain.
Personnellement, M. Molé avait grandi: ses adversaires eux-mêmes
étaient obligés de le reconnaître. On ne pouvait nier son habileté et
son bonheur. Il n'était pas jusqu'à son talent oratoire qui n'eût
gagné en aplomb, en ampleur, en énergie, sans rien perdre de sa
politesse simple et sobre. Même après M. Guizot et M. Thiers, et sans
pouvoir leur être comparé, il avait eu des succès de tribune.
L'effacement de ses collègues contribuait à le mettre plus encore en
lumière. C'est bien lui qui recevait et portait tous les coups. Il
s'en vantait et s'en plaignait[344], tout entier à cette lutte,
passionnément sensible à l'amertume des échecs comme à la joie des
succès, et trouvant dans cette sorte d'excitation nerveuse une vigueur
physique qui étonnait ses amis et ses adversaires[345].

[Note 343: M. Molé lui-même faisait remarquer cette hostilité, avec
une sorte de fierté triomphante. «Le fait est, écrivait-il à M.
Bresson, le 27 mai 1838, que jamais un ministre dirigeant ne s'est
trouvé aux prises avec tant de difficultés. J'avais, réunis contre
moi, toutes les forces vives de la Chambre, tout ce qui parle et tout
ce qui écrit.» (_Documents inédits._)]

[Note 344: «Je suis peu secondé; mes collègues ne prennent pas les
affaires à coeur.» Lettre de M. Molé à M. de Barante, en date du 30
septembre 1838. (_Documents inédits._)--Cette plainte se retrouve
très-fréquemment dans sa correspondance.]

[Note 345: M. Molé disait souvent, dans sa correspondance, qu'il ne
dormait que cinq ou même trois heures par nuit. Il ajoutait, dans la
lettre déjà citée plus haut: «Vous ne vous imaginez pas à quelle vie
j'ai été condamné... Je ne puis m'empêcher de voir une volonté de la
Providence dans la force de l'âme et du corps que j'ai eue pour la
supporter.»]

M. Molé se sentait fort de l'appui de la Couronne. Jamais
Louis-Philippe n'avait eu un président du conseil autant selon ses
goûts. Avec Casimir Périer et le duc de Broglie, il avait connu des
ministres sûrs, mais incommodes; avec Thiers, un ministre commode,
mais peu sûr. Cette fois, il avait un ministre commode et sûr. M.
Molé, tout en gardant la dignité, même un peu susceptible, de son
attitude, ne cherchait ni à limiter, ni à masquer l'action personnelle
du Roi. Sa première éducation politique sous Napoléon lui avait
appris, non à vouloir régenter ou éclipser son souverain, mais à le
servir avec docilité et intelligence. D'ailleurs actif, passionné même
dans ce que M. Bertin appelait la «grande intrigue politique», le
président du conseil se montrait plutôt de disposition un peu
indolente pour les affaires et n'était pas jaloux de s'en réserver
exclusivement la charge. Louis-Philippe, très-laborieux, au
contraire, ne demandait qu'à la prendre. C'était vraiment lui,
maintenant, qui dirigeait notre diplomatie et traitait avec les
ambassadeurs étrangers. Par M. de Montalivet, il était maître du
ministère de l'Intérieur. Au ministère de la Guerre, le général
Bernard acceptait facilement l'intervention chaque jour plus active,
et du reste fort intelligente et fort patriotique, du duc d'Orléans;
presque quotidiennement, lui ou ses chefs de division allaient
travailler avec le prince[346]. La faiblesse même du cabinet, les
mortifications que lui infligeait la Chambre, tout ce qu'il y avait
alors de dérangé et de faussé dans la machine parlementaire
augmentaient et en même temps rendaient plus visible cette action
royale, souvent utile et bienfaisante au fond, mais qu'il était
dangereux, en l'état des esprits, de trop afficher.

[Note 346: Cette action du duc d'Orléans était attaquée dans la presse
de gauche. Le _National_ fut même poursuivi, à cette époque, pour
offense contre le prince, dont il avait violemment critiqué
l'ingérence dans l'administration de la guerre.]

M. de Barante, quoique très-prononcé contre la coalition, se
préoccupait alors de ce danger; après avoir indiqué que Louis-Philippe
«se jetait bien avant» dans toutes les affaires, il ajoutait: «Le Roi
a besoin de toute sa prudence pour gouverner une situation qui n'est
pas prudente; il lui faut manoeuvrer bien juste et dans les limites
étroites de la Charte, puisqu'il y a évidemment autocratie dans toutes
les questions[347].» Mais ce prince, nous avons déjà eu plusieurs fois
occasion de le remarquer, n'aimait pas seulement à agir; il aimait à
faire voir qu'il agissait: justement confiant dans sa sagesse et son
habileté, il était bien aise que le public fût à même de lui en savoir
gré. La reconnaissance qu'il croyait ainsi obtenir, lui faisait
négliger les préventions qu'il irritait. Aussi, loin de sentir le
besoin de se contenir et de se dissimuler, jouissait-il pleinement
d'avoir grandi le rôle réel et apparent de la Couronne, et, se
rappelant à quels effacements il avait dû se soumettre en d'autres
temps, il se félicitait de l'heureuse habileté avec laquelle, en
quelques années, il avait amené un changement si complet. Dans cet
état d'esprit, il était peu disposé à écouter les observations qui lui
étaient faites sur ce sujet. Un jour, au cours de la session de 1838,
M. Dupin crut devoir l'avertir que son intervention «faisait grief»
dans une partie de la Chambre. Louis-Philippe répondit aussitôt en
revendiquant son droit de «diriger ses ministres» et de les «congédier
quand ils lui résistaient». M. Dupin insista; sans nier que l'action
royale ne pût être très-considérable et très-efficace dans le
gouvernement constitutionnel, il soutenait qu'il valait mieux n'en pas
faire montre, qu'elle devait rester une affaire d'intérieur entre les
ministres et le souverain, que celui-ci ne pouvait pas avoir
«d'amour-propre d'auteur», et il ajoutait: «Puisqu'il est de règle que
les ministres sont responsables, pourquoi ne pas leur laisser toute la
responsabilité? N'est-il pas essentiellement avantageux à la Couronne
de se couvrir de l'axiome anglais: Le Roi ne peut mal faire?--Ah!
s'écria vivement le prince, c'est parce qu'il ne fait rien. En France,
un pareil roi serait considéré comme un porc à l'engrais[348]!»
Quelques jours après, causant avec M. Guizot, Louis-Philippe lui
disait: «Je sais que vous ne voulez pas annuler le Roi, me mettre hors
de mes affaires. Je ne le souffrirai jamais. Mais il y a des hommes
qui le veulent; il y en a parmi vos amis[349].»

[Note 347: Lettre de M. de Barante à M. Bresson, datée de Paris, le 16
mai 1838. (_Documents inédits._)]

[Note 348: _Mémoires de M. Dupin_, t. III, p. 311 à 315.]

[Note 349: _Documents inédits._]

Le Roi soutenait donc résolûment des ministres qui lui plaisaient, et
ne se gênait pas pour le faire savoir. Les députés conservateurs
étaient informés qu'ils lui seraient agréables en appuyant le cabinet.
Lui-même prenait à part certains d'entre eux, dans les réceptions des
Tuileries, et, avec une grande abondance de conversation, souvent avec
beaucoup d'esprit et d'éloquence, il tâchait de les amener à voter
comme il le désirait: c'est ce qu'il appelait «chambrer les députés».
Il s'employait, en même temps, à rendre plus difficile l'alliance de
M. Thiers et de M. Guizot. Son moyen était de donner à entendre à
chacun d'eux qu'il pourrait prochainement recueillir seul la
succession de M. Molé, et que par suite il ne devrait pas contracter
d'alliance inutile et compromettante. Un jour, par exemple, en mai
1838, M. Guizot était venu présenter aux Tuileries une députation
d'industriels; Louis-Philippe le retint et causa avec lui de la
situation: «Cela ne peut pas aller, dit-il; cela n'ira pas! Je
n'abandonnerai pas mes ministres. Je soutiens toujours mon cabinet.
Mais si M. Molé m'apportait sa démission, je serais bien
embarrassé...»--_M. Guizot_: «Le gouvernement représentatif ne guérit
les maux qu'à la dernière extrémité.»--_Le Roi_: «Cela n'est pas gai;
c'est moi qui suis le malade. Quand vous m'avez proposé, l'an dernier,
un cabinet de vos amis, je n'ai pas osé, j'en conviens. Depuis, nous
n'avons pas gagné de terrain. Je ne sais ce qui arrivera. J'aurai
besoin d'un plan de campagne. Pensez-y. Je vous demande d'y
penser[350].» En même temps, il s'arrangeait pour qu'on fît entrevoir
à M. Thiers une perspective analogue[351]. Le chef du centre gauche et
celui des doctrinaires affectaient de n'être pas dupes des
coquetteries royales; ils en riaient même parfois ensemble. Mais, au
fond, l'idée d'un pouvoir non partagé ne laissait pas que de
chatouiller agréablement l'ambition et le ressentiment de chacun
d'eux. En tout cas, ce langage du Roi n'était pas fait pour diminuer
l'hésitation et la froideur que M. Guizot venait de montrer dans la
première campagne de la coalition.

[Note 350: Lettre de M. Guizot au duc de Broglie. (_Documents
inédits._)]

[Note 351: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

M. Molé n'avait pas seulement la Couronne pour lui. Dans le pays,
parmi ceux surtout qui n'étaient pas politiquement enrôlés, il s'était
acquis, sinon des concours très-actifs, du moins des sympathies assez
étendues. Depuis le 15 avril 1837, date de la formation du cabinet, il
n'y avait eu ni émeute, ni trouble, ni attentat contre la vie du
Roi[352]. Ce calme, cette sécurité paraissaient fort agréables, après
les secousses et les inquiétudes des années précédentes. On était
disposé à en faire honneur à la politique pacifiante de M. Molé. Sans
doute, à y regarder de près, personne n'eût pu dire le mal
révolutionnaire complétement guéri. Les sociétés secrètes étaient
toujours en travail. La société des _Saisons_ avait remplacé, à la fin
de 1836, celle des _Familles_; sous l'action de l'ouvrier imprimeur
qui l'avait fondée, Martin Bernard, et à la différence des
associations plus bourgeoises qui avaient conduit l'attaque sous la
Restauration et au lendemain de 1830, elle cherchait à se recruter
surtout dans les ateliers. L'amnistie lui procura le concours de
Blanqui, de Barbès et de plusieurs autres anciens condamnés. La
propagande en reçut une impulsion nouvelle. Des feuilles clandestines,
publiées à intervalles irréguliers, de novembre 1837 à septembre 1838,
le _Moniteur républicain_ d'abord, l'_Homme libre_ ensuite, prêchaient
ouvertement le régicide et le pillage[353]. Le 29 septembre 1838, la
police découvrit l'imprimerie secrète d'où sortaient ces factums; peu
après, elle saisit plusieurs dépôts d'armes; il en résulta des procès
et des condamnations. Mais tout cela ne fit pas grand bruit; cette
agitation demeurait souterraine et était d'ailleurs assez
restreinte[354]. Aussi le public n'y prêtait guère attention. Il lui
suffisait que l'ordre ne fût pas troublé à la surface, que la rue fût
tranquille. Ce repos satisfait du pays, n'était-ce pas après tout un
réel succès pour le gouvernement?

[Note 352: Le complot d'Huber, découvert en décembre 1837, n'avait
reçu aucun commencement d'exécution.]

[Note 353: Voici quelques extraits de ces publications: dans le numéro
de décembre 1837: «Chacun de vous est sur un théâtre immense où il ne
tient qu'à lui de jouer un grand rôle, ce théâtre où tant de Brutus et
d'Alibaud ont déjà légué leur mémoire à tous les siècles du monde, en
immolant ou cherchant à immoler la tyrannie.» Dans le numéro d'avril
1838: «Nous ne concevons rien de possible si l'on ne commence par tuer
Louis-Philippe et les siens.» Dans le numéro de mai 1838: «Il n'y a
qu'une seule ressource à employer, le régicide, le tyrannicide,
l'assassinat, comme on voudra appeler cette action héroïque... Nous
invitons, en conséquence, tous les républicains à ne prendre conseil
que de leur courage et surtout de la prudence, et à courir sus, sans
perdre un seul moment, contre Louis-Philippe et ceux de sa race.» En
août 1838: «Guerre à mort entre vous qui jouissez d'une insolente
oisiveté et nous qui souffrons depuis longtemps... Le temps approche
où le peuple exigera, les armes à la main, que ses biens lui soient
restitués.» C'est également peu de temps après l'amnistie qu'on
répandit dans Paris une _Ode au Roi_, dont voici quelques vers:

  Demain le régicide ira prendre sa place
      Au Panthéon avec les dieux.
  Oui, quel que soit l'élu pour le saint homicide,
  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
  De vols, d'assassinats eût-il flétri sa vie,
  Il redevient sans tache et vierge d'infamie,
      Dès qu'il se lave au sang des rois.
      . . . . . . . . . . . . . . . . . .
      Louis-Philippe, tu mourras!]

[Note 354: Il ne paraît pas que les _Saisons_ aient jamais eu plus de
six à huit cents adhérents.]

À cette quiétude s'ajoutait la jouissance d'une prospérité matérielle
chaque jour croissante. L'année 1838 marque une date dans l'histoire
budgétaire du règne. Alors finit ce qu'on pourrait appeler la
liquidation financière de 1830. Une révolution coûte cher: elle a
toujours ce double effet de diminuer les recettes et d'augmenter les
dépenses. Les revenus des contributions indirectes, qui, sous la
Restauration, avaient constamment progressé et s'étaient élevés de 397
millions à 583, baissèrent brusquement de 59 millions à la suite des
événements de Juillet. Il fallut emprunter, et le crédit ébranlé ne
permettait de le faire qu'à de lourdes conditions; quelques mois avant
la révolution, un emprunt en 4 pour 100 s'était placé à 102 fr. 7 c.
1/2: en mars 1831, un emprunt en 5 pour 100 se négocia à 84 francs. On
se crut en outre politiquement obligé, dans un intérêt de popularité,
à diminuer les droits sur les boissons, ce qui fit perdre au trésor 30
à 40 millions, diminution imparfaitement compensée par une élévation
des droits de mutation, ainsi que des contingents de la contribution
personnelle et mobilière, et de celle des portes et fenêtres. En même
temps que de causes d'augmentations de dépenses! armements pour faire
face aux troubles du dedans et aux périls du dehors[355]; ouverture
d'ateliers nationaux pour occuper l'ouvrier sans travail et le
distraire de l'émeute; subsides ou avances à l'industrie en détresse;
soldes de congé à deux mille officiers licenciés pour cause politique,
et pensions de retraite aux fonctionnaires disgraciés; obligation de
remplir les arsenaux vidés pour l'armement de la garde nationale[356],
etc., etc. De là, pendant les premières années de la monarchie,
nécessité de se procurer des ressources extraordinaires, que l'on
demanda à l'emprunt, aux ventes de bois, aux centimes additionnels, à
la dette flottante, et qui ne s'élevèrent pas à moins de 900
millions[357]. C'est à proprement parler le coût des événements de
Juillet.

[Note 355: Ces armements représentent la portion de beaucoup la plus
considérable des accroissements de dépenses. Avant la révolution de
Juillet, les dépenses de l'armée étaient calculées pour un effectif de
231,000 hommes et 46,000 chevaux. On dut le porter subitement à
434,000 hommes et 90,000 chevaux. Dans le budget présenté pour 1831,
l'augmentation de dépenses de ce chef était évaluée à 115 millions,
plus 65 millions pour approvisionnements: le budget de la guerre se
trouvait ainsi porté de 187 millions à 373. Dans le budget de 1832, la
dépense était calculée pour 412,000 hommes; inférieure d'environ 70
millions au chiffre de 1831, elle dépassait de plus de 100 millions le
chiffre d'avant la révolution. Encore fallut-il y ajouter, en fin
d'exercice, les frais de l'expédition d'Anvers, et y eut-il, pour le
seul ministère de la guerre, plus de 34 millions de crédits
supplémentaires. À partir de cette époque, les armements
extraordinaires disparurent peu à peu, et les dépenses revinrent à un
chiffre normal.]

[Note 356: On distribua ainsi à la garde nationale, en 1830 et 1831,
860,000 fusils, 210,000 sabres, 600 canons avec affûts et caissons,
95,000 coups de canon, 1,700,000 cartouches, 225,000 kilogrammes de
poudre.]

[Note 357: Cette évaluation est celle d'un financier très-compétent et
très-exact, M. d'Audiffret, ancien haut fonctionnaire du ministère des
finances et pair de France. Voici comment il décompose cette somme:
centimes additionnels en 1831, 46 millions; vente de bois, 114
millions; emprunts en capital, 545 millions; le reste provenait des
réserves antérieures ou de la dette flottante. Il arrive à un total de
900,567,378 francs. (Cf. D'AUDIFFRET, _Système financier de la
France_.)]

Mais, dans les années suivantes, à mesure que le mal révolutionnaire se
guérit, le mal financier diminua également. Les revenus indirects
regagnèrent ce qu'ils avaient perdu et reprirent une progression rapide.
Le crédit se releva; déjà, en 1832, on empruntait en 5 pour 100 à 98 fr.
50 c., soit 14 francs de plus que l'année précédente[358]: et, ce qui
valut mieux encore, dans les années suivantes on ne rouvrit plus le
grand-livre. Une économie courageuse ramena presque au niveau antérieur
à 1830 le chiffre des dépenses subitement grossies au lendemain de la
révolution[359]. Des réformes heureuses accomplies dans notre
législation budgétaire et dans notre comptabilité augmentèrent les
garanties d'ordre, de probité et de contrôle[360]. Dès 1836 et 1837, la
situation était redevenue très-satisfaisante. Enfin, en 1838, on arriva
à ce résultat que les 900 millions de charges extraordinaires supportées
par le pays à la suite de la révolution ne laissaient plus aucune trace,
ni dans la fortune de l'État, ni dans celle des particuliers[361]. Rien
n'en restait, soit dans les dépenses, soit dans les recettes du budget
présenté pour l'exercice suivant. Bien qu'on eût accru notablement les
dépenses de l'armée[362], des travaux publics, de l'instruction
publique[363], bien qu'on eût payé les 25 millions de l'indemnité
américaine, bien qu'on eût diminué les recettes de 15 millions par la
suppression de la loterie et des jeux, et de 9 millions par
l'abaissement des tarifs de douanes, la balance des dépenses et des
recettes, sans aucun emploi de ressources extraordinaires, faisait
ressortir un excédant réel[364]: toutes charges ordinaires acquittées,
il restait une réserve disponible de 80 millions, pouvant servir à
développer la richesse et la puissance nationales. Les travaux publics,
en effet, reçurent alors une grande impulsion; des lois diverses
engagèrent l'État pour une somme de 341 millions, chiffre énorme pour
l'époque. Ces travaux portaient sur les routes, les ponts, les rivières,
les canaux et les ports; les chemins de fer n'y étaient comptés que
pour 11 millions, représentant les frais d'études préliminaires. On
devait faire face à cette charge sans création de ressources
extraordinaires. Il fut ainsi dépensé 6,834,522 francs en 1837,
36,177,662 francs en 1838, 54,852,427 francs en 1839[365]. Ajoutons,
pour mieux montrer à quel point toute conséquence financière de la
révolution avait alors disparu, que le jeu de l'amortissement avait
ramené la dette inscrite à ce qu'elle était avant 1830, c'est-à-dire à
163 millions de rentes[366]. La dette flottante se trouvait réduite à un
chiffre très-prudent. Quant au relèvement du crédit, on en peut juger
par ce fait que le 5 et le 3 pour 100 se cotaient dans les environs de
119 francs et 86 francs[367]. En même temps paraissait, le 31 mai 1838,
la fameuse ordonnance sur le règlement de la comptabilité: monument
considérable, où étaient réunies, dans un ordre méthodique, toutes les
mesures législatives ou administratives prises, depuis vingt-cinq ans,
pour adapter la comptabilité publique aux institutions nouvelles de la
France. Ce relèvement si rapide et si complet des finances de l'État est
au plus grand honneur de la monarchie constitutionnelle. Celle-ci ne
faisait d'ailleurs que recommencer l'oeuvre qu'elle avait déjà accomplie
une première fois dans ce siècle, après les désastres de 1814 et de
1815.

[Note 358: Il est vrai que les avantages de délais et d'intérêts
accordés à l'adjudicataire, M. de Rothschild, réduisaient le taux
nominal de 98 fr. à 93 fr.]

[Note 359: Déjà nous avons eu occasion de citer quelques-uns de ces
chiffres. Rappelons-les en les complétant. Voici le chiffre des
dépenses de chaque année tel qu'il résulte des lois des comptes:

  1829,  1014 millions    1832, 1174 millions     1835, 1047 millions
  1830,  1095     --      1833, 1134     --       1836, 1065     --
  1831,  1219     --      1834, 1063     --       1837, 1078     --

En 1838 et 1839, on s'élève à 1136 et 1179 millions, mais c'est à
cause des travaux publics que les excédants mêmes des budgets
permettent d'entreprendre.]

[Note 360: Spécialité des crédits législatifs appliquée à chaque
chapitre du budget; suppression de la faculté de virement;
restrictions apportées aux crédits supplémentaires, ce qui, du reste,
ne les empêcha pas de se développer; obligation d'indiquer, dans toute
demande de crédit extrabudgétaire, les ressources spéciales avec
lesquelles il y sera fait face; publicité du rapport annuel de la Cour
des comptes, etc. Enfin le régime des douzièmes provisoires, auquel on
n'avait pu échapper dans les premiers exercices, prenait fin en 1833.]

[Note 361: M. d'Audiffret proclamait ce résultat, le 20 juin 1838, à
la Chambre des pairs.]

[Note 362: C'était surtout à cause de l'Algérie. Le contingent annuel
des jeunes soldats appelés sous les drapeaux devait être augmenté de
20,000 hommes à partir de 1839.]

[Note 363: Depuis 1830, ce budget s'était élevé de 4 à 13 millions.]

[Note 364: Sans doute, à voir le règlement de chaque budget, de 1830 à
1837, tous, sauf deux,--ceux de 1830 et de 1832, où ressortent des
déficits de 63 et de 25 millions,--se soldent en excédants. Voici les
chiffres de ces excédants: 1831, 86 millions; 1833, 28 millions; 1834,
3 millions; 1835, 24 millions; 1836, 30 millions; 1837, 12 millions.
Seulement, on n'était arrivé à ce résultat qu'au moyen des 900
millions de ressources extraordinaires. À partir de 1838, le budget
s'équilibre sans aucun emprunt à des ressources de ce genre.]

[Note 365: En 1833, M. Thiers avait déjà fait voter un ensemble de
travaux publics s'élevant à 93 millions; mais il n'y avait fait face
qu'au moyen de ressources extraordinaires.]

[Note 366: Disons, pour être absolument exact, que ce résultat ne fut
complétement atteint que l'année suivante, en 1839.]

[Note 367: Le 3 pour 100 allait atteindre en 1840 86 fr. 65: ce fut le
taux le plus élevé du règne.]

Le bon état de la fortune publique était la conséquence et le signe du
bon état des fortunes privées. Celles-ci avaient merveilleusement
gagné au rétablissement de la sécurité. Ce progrès se manifestait par
l'accroissement des dépôts aux caisses d'épargne, du rendement des
contributions indirectes, des importations et des exportations[368],
de la navigation commerciale[369]. Partout, un grand élan d'affaires,
d'entreprises de toutes sortes, auxquelles les capitaux s'offraient
abondants, hardis, parfois même trop confiants. M. Molé encourageait
ce mouvement qui lui paraissait un dérivatif utile à l'agitation
politique. Là encore, cependant, tout n'était pas à louer. À cette
activité industrielle, commerciale, financière, se mêlait forcément
une fièvre d'agiotage fort dangereuse pour la santé morale de la
nation. Parmi les innombrables sociétés en commandite qui se fondaient
pour les objets ou sous les prétextes les plus divers, plusieurs
étaient peu sérieuses, quelques-unes malhonnêtes et dignes de figurer
au dossier de Robert Macaire. Les cours des actions variaient, dans
une même bourse, de 50, de 200 et même de 300 francs. Ces scandales
furent dénoncés à la tribune de la Chambre, et l'on demanda la mise à
l'ordre du jour d'une loi spéciale. Une telle atmosphère n'était pas
bonne pour l'esprit public, qui tendait à s'y matérialiser. Mais,
malgré ce fâcheux revers, la médaille était brillante: le pays se
sentait en grand progrès de richesse et de prospérité.

[Note 368: De 1831 à 1836, les importations générales étaient montées
de 512,825,551 fr. à 905,575,359 fr.; les exportations générales, de
618,169,911 fr. à 961,284,756 fr.]

[Note 369: De 1831 à 1836, la navigation à l'entrée s'était élevée de
794,410 tonneaux à 1,374,321; la navigation à la sortie, de 689,234
tonneaux à 997,090.]

Contraste singulier! D'une part, dans la masse de la nation, une
impression de repos et de sécurité; un bien-être un peu égoïste et
terre à terre, mais réel. D'autre part, dans le Parlement et ses
entours, l'incertitude, le trouble et le malaise[370]. De là, entre
ces deux mondes, une séparation contre nature qui menaçait d'être
chaque jour plus profonde: le pays devenait étranger et indifférent à
la politique; il le devenait d'autant plus que la partie en vue de
cette politique, celle qui se traitait à la tribune, semblait
désormais réduite à des questions de personnes, peu intéressantes et
souvent même inintelligibles pour le public. On conçoit qu'un tel
résultat ne fût pas fait pour plaire aux libéraux, qui, dans les
généreuses espérances de la jeunesse du siècle, avaient rêvé d'un
idéal politique plus relevé. Aussi se laissaient-ils volontiers aller
entre eux à des gémissements que nous retrouvons dans leurs
correspondances. M. de Barante, alors en congé, écrivait de Paris, le
16 mai 1838, à M. Bresson: «Le calme continue à être complet dans
l'opinion des classes inférieures; elles sont plus contentes qu'elles
ne l'ont été depuis cinquante ans. La prospérité est croissante, le
bien-être en progrès rapide. On n'entrevoit aucun principe de
fermentation. Mais dans la région, maintenant assez restreinte, des
opinions politiques, tout est confus, anarchique, envenimé d'intérêt
et d'amour-propre. C'est un spectacle affligeant. Il serait fait pour
détruire l'espèce de sécurité dont nous jouissons, n'était ce vaste
fond d'indifférence où vont s'éteindre toutes les passions, où se
glacent du jour au lendemain toutes les vivacités.» Il ajoutait, le 27
mai: «Il y a du calme, de la prospérité; les opinions sont affaissées;
mais un manque complet de conviction, d'affection; nul souci du bien
public; aucune émulation littéraire; rien d'élevé, rien d'animé, rien
de prévoyant. C'est un état moral déplorable. Heureusement, il excite
beaucoup de dégoût et d'ennui.» Le 29 juin, M. de Barante quittait
Paris, pour passer en Auvergne; voici ce qu'il y voyait:
«L'indifférence de la province est complète; chacun s'isole encore
plus qu'à Paris. Il n'existe plus aucun lien d'opinion. Chacun est à
ses affaires, sans songer qu'il y a un gouvernement. Cela a son bon
côté. Mais le principe de cette apparente sécurité n'a rien de
très-moralement honorable[371].» M. Royer-Collard était d'un
pessimisme plus sombre, plus absolu, et par suite plus suspect;
toutefois, à côté d'exagérations évidentes, il y avait une part de
vérité dans ce qu'il écrivait à M. Molé, le 23 juillet 1838: «Il me
semble que la France n'a plus rien à donner; elle dort d'un sommeil
qui n'a pas même de rêves. Quand je disais à Vitry, il y a un an: _La
politique est maintenant dépouillée de sa grandeur_, je ne disais
point assez. La vérité d'aujourd'hui, c'est qu'il n'y a pas même de
politique. Y a-t-il encore un gouvernement, un roi, des ministres, des
Chambres? On pourrait l'ignorer; on ne le sait que par la mémoire.
Est-ce un bien? est-ce un mal? Nous l'apprendrons un jour; en
attendant, nous nous en passons sans regret. Est-ce votre tort ou
votre habileté? Ni l'un ni l'autre, je pense; mille causes connues ou
inconnues ont amené ce prodigieux résultat[372].» M. Royer-Collard
avait raison de voir là autre chose que le fait de M. Molé. En effet,
on avait déjà observé les premiers symptômes de ce mal, à une époque
où M. Molé n'avait pas encore eu le temps d'influer sur la direction
de l'esprit public. Dès le 12 novembre 1836, la duchesse de Broglie
écrivait à M. de Barante: «Il me semble que l'indifférence du public
est absolue: c'est une indifférence de fond et universelle, non pas
pour tel gouvernement, mais pour tous; c'est un désabusement de toutes
les formes, de toutes les promesses. Il semble que le pays sache qu'on
ne lui fera jamais ni grand bien ni grand mal, que les menaces ne
s'exécutent pas plus que les promesses ne se tiennent, et que son
premier intérêt est d'être tranquille, pour que chacun vaque à ses
affaires... Le petit monde politique est tout absorbé dans ses
querelles, dont le cercle se resserre de plus en plus[373].»

[Note 370: La _Presse_ disait, le 14 mai 1838: «Partout, dans les
familles, dans les manufactures, dans les ateliers, on cherche à se
rendre compte des anomalies que présentent l'ordre public et les
embarras parlementaires, le repos du pays et l'agitation de quelques
personnes, la prospérité générale et ces alarmes factices.»]

[Note 371: _Documents inédits._]

[Note 372: _Documents inédits._--Dans cette lettre, M. Royer-Collard
commençait par féliciter le président du conseil. «Comptez, lui
disait-il, ces deux années, sinon comme les plus heureuses, du moins
comme les meilleures de votre vie; vous y avez atteint le but, le seul
but d'une légitime ambition: une considération unanime, avec l'estime
des connaisseurs.»]

[Note 373: _Documents inédits._]

Ces plaintes sans doute contenaient beaucoup d'observations utiles à
recueillir et à méditer; toutefois elles témoignaient de la déception
intime de quelques natures d'élite, plutôt qu'elles ne peuvent être
acceptées comme un jugement mesuré et exact de la situation. En notant
l'insuffisance morale de l'esprit public, ces critiques oubliaient
trop les imperfections nécessaires de toute société humaine, et
surtout d'une société travaillée par tant de révolutions; ils ne
tenaient pas non plus assez de compte des avantages d'un bien-être qui
était l'un des buts du gouvernement et que peu d'époques avaient connu
au même degré. Et puis, étaient-ils bien nombreux, ceux qui sentaient
ce que ce bien-être avait d'incomplet et d'abaissé? Le vulgaire,
c'est-à-dire le pays presque tout entier, ne partageait pas ce souci,
et son contentement n'en était pas troublé. «Les gens habiles et
sérieux, écrivait encore M. de Barante, s'affligent et s'inquiètent de
cette atonie. Les coteries politiques s'en indignent. Les masses de la
population n'y songent guère[374].» Elles étaient tout entières à la
jouissance de la paix et de la prospérité qui succédaient aux
agitations et aux souffrances des premières années du règne.

[Note 374: Lettre de M. de Barante à M. Bresson, du 16 mars 1838.
(_Documents inédits._)]

D'ailleurs, à regarder en dehors du Parlement, tout semblait sourire,
en ce moment, à la royauté nouvelle. À la sécurité du présent, venait
s'ajouter l'espoir de l'avenir. Le 24 août 1838, madame la duchesse
d'Orléans donnait le jour à un fils qui recevait le titre de comte de
Paris. C'était l'épilogue heureux des grandes fêtes qui, l'année
précédente, à l'occasion du mariage du prince royal, avaient paru
célébrer l'établissement définitif de la monarchie de Juillet.
Celle-ci ne trouvait-elle pas dans la naissance du jeune prince comme
un gage nouveau de durée? Le vieux roi, ayant devant lui son fils et
son petit-fils, ne pouvait-il pas croire l'avenir de sa dynastie
assuré? Les événements ont sans doute cruellement démenti ces
prévisions. Quatre ans après, le duc d'Orléans succombait à un
accident vulgaire; encore six autres années, et le comte de Paris
suivait en exil sa mère veuve et son aïeul détrôné. Mais si les
destinées de l'enfant de 1838 ont été tout autres qu'on ne les
entrevoyait alors, il n'est pas dit, grâce à Dieu, que les espérances
fondées sur son berceau seront à jamais trompées. Pour avoir été
retardé, son rôle n'en sera-t-il même pas grandi, et la France ne se
trouvera-t-elle pas recevoir de lui plus encore qu'elle n'en attendait
au jour de sa naissance?


VI

Cet état de l'esprit public n'était pas de nature à encourager les
coalisés. Ils devaient se faire scrupule de persister à agiter un
pays si tranquille et si heureux de sa tranquillité. À défaut de ce
scrupule, ne comprendraient-ils pas qu'il n'était ni de leur intérêt
personnel, ni de celui du régime parlementaire dont ils se disaient
les champions, d'apparaître ainsi en trouble-fête? Aussi bien, dans
leurs rangs et surtout à leur tête, pouvait-on discerner plus d'un
symptôme de lassitude et d'hésitation. À la fin de la session, M.
Thiers et M. Guizot s'étaient plutôt évités que recherchés. Le premier
gardait rancune au second d'avoir mal joué son rôle dans le débat des
fonds secrets. Le chef des doctrinaires s'effrayait du scandale
produit au centre par la coalition et se sentait chaque jour davantage
blâmé et abandonné par ses anciens amis. M. Molé ne faisait-il pas du
reste dire à tous deux qu'il était sur le point de remanier son
cabinet, et disposé à entrer en composition tantôt avec l'un, tantôt
avec l'autre? La session finie, M. Thiers s'enfuyait aux Eaux-Bonnes;
de là, il devait se rendre en Italie, et n'annonçait pas l'intention
de revenir avant la rentrée des Chambres. M. Guizot quittait également
Paris et semblait absorbé par des travaux fort étrangers aux intrigues
parlementaires; il publiait dans la _Revue française_ une série
d'études d'une inspiration très-haute, sur le mouvement religieux qui
se manifestait alors dans les âmes.

Toutefois si les chefs étaient distraits ou dégoûtés, la passion de la
coalition persistait, vivace, dans une partie des deux états-majors.
Ceux-ci, jusqu'à la fin de la session, avaient eu soin de se
concerter, et, après la dispersion du Parlement, ils se montraient
résolus à continuer la bataille dans la presse. Un député se
distinguait par son ardeur: c'était un doctrinaire, M. Duvergier de
Hauranne. Chose singulière, cet homme politique qui va apparaître le
plus acharné des coalisés, en était aussi le plus désintéressé.
Beaucoup s'étaient jetés dans cette campagne par rancune ou ambition
personnelles, par dépit de ne plus être ministre ou impatience de le
devenir. Rien de pareil chez M. Duvergier de Hauranne. Indépendant par
situation et par caractère, il ne rêvait pas de portefeuille, et il
devait, jusqu'au 24 février 1848, refuser tous ceux qui lui seront
offerts[375]. Mais cet esprit vigoureux, net, avisé, était aussi un
esprit exclusif, absolu, batailleur, ne voyant guère qu'une idée à la
fois, et, qu'elle fût vraie ou fausse, la poussant sans ménagement
jusqu'au bout. Longtemps après, en 1860, M. Guizot, qui l'avait
beaucoup pratiqué, d'abord comme le plus zélé de ses amis, ensuite
comme le plus âpre de ses adversaires, écrivait finement de lui: «Un
boulet de canon va droit au but, quand il est lancé dans la bonne
direction. L'esprit de Duvergier est de même nature; il n'a jamais
qu'une passion... C'est une nature élevée, désintéressée, sincère,
très-honnête. Il est très-intelligent dans la voie où il marche. Il ne
voit rien en dehors. Il a tout ce qui fait bien penser et bien agir,
quand on a bien commencé. Il lui manque ce qui préserve de se mal
engager et d'aller loin dans l'erreur, sans s'en douter[376].» Entré à
la Chambre en 1831, enrôlé parmi les doctrinaires dont il avait
naguère connu plusieurs dans les bureaux du _Globe_, M. Duvergier de
Hauranne avait été d'abord tout entier à la «résistance», fort animé
contre la gauche, plus rebelle que personne à toute transaction avec
le tiers parti. Mais, le plus gros du danger révolutionnaire une fois
conjuré, il fut saisi d'une autre idée qui bientôt ne le posséda pas
moins entièrement. La politique, depuis 1830, ne lui parut plus être
l'effort de la monarchie pour se dégager de la révolution dont elle
était sortie, mais la lutte du pouvoir royal contre le pouvoir
parlementaire. Remontant du coup en deçà des journées de Juillet, il
se retrouvait dans l'état d'esprit des 221, et reprochait à
Louis-Philippe de vouloir faire par habileté ce que Charles X avait
tenté par violence[377]. Cette évolution paraît s'être accomplie chez
M. Duvergier de Hauranne vers la fin du ministère du 11 octobre.
C'est alors que dans tous les actes de la Couronne, dans ses démarches
les plus innocentes, aussi bien que dans ses imprudences, il crut
découvrir les indices, les preuves de son dessein d'affaiblir le
Parlement, de diviser les chefs de la majorité et de les exclure du
ministère, afin de se rendre plus maîtresse du gouvernement. Le
ministère Molé, où il ne vit que la création et l'instrument du
pouvoir personnel, lui apparut comme le dénoûment de cette longue
conspiration. État d'esprit particulier, qu'on a quelque peine à
concevoir aujourd'hui. On sait en effet maintenant à quoi s'en tenir
sur l'erreur théorique et l'impossibilité pratique de la trop fameuse
maxime: «Le Roi règne et ne gouverne pas»; on sait que la force des
choses la repousse comme l'histoire la condamne; on sait qu'en
Angleterre, sur la terre natale du régime parlementaire, la Couronne a
toujours eu, même aux époques où elle a semblé se tenir le plus dans
l'ombre, part permanente et considérable au gouvernement[378]. Aussi,
en cas de rétablissement de la monarchie, le souci de l'opinion
serait-il plutôt que l'action personnelle du prince ne fût pas assez
étendue ni même assez visible. On paraît croire que la démocratie, de
sa nature brutale et grossière, ne comprend pas des fictions trop
délicates et trop compliquées, et qu'elle s'en accommode mal.
Peut-être même, comme dans tous les mouvements de l'esprit français,
cette réaction manque-t-elle de mesure, et, pour avoir échappé aux
exagérations parlementaires, risque-t-on de verser un peu, sans le
vouloir, dans le césarisme. Mais c'est là une impression toute
récente, et bien différent se trouvait être l'état de l'opinion, au
lendemain de 1830. N'était-ce pas avec la maxime; «Le Roi règne et ne
gouverne pas», que tout le parti libéral, depuis le _Globe_ jusqu'au
_National_, avait fait campagne contre M. de Polignac, quelques-uns
sans doute n'y cherchant qu'une arme pour renverser les Bourbons[379],
mais d'autres y voyant de bonne foi la vérité constitutionnelle et
monarchique? Ceux-ci tenaient à honneur de pratiquer cette maxime sous
la monarchie nouvelle qu'ils avaient contribué à fonder: c'était même
leur façon de prouver la sincérité de leur opposition passée. Aussi
bien, une partie du public, celle du moins qui s'occupait le plus de
politique, partageait-elle leur erreur; elle était même disposée à
montrer, sur ce sujet, une singulière susceptibilité. Les opposants ne
l'ignoraient pas; aussi leur moyen habituel d'attaque contre tous les
ministères consistait à les présenter comme tolérant ou favorisant les
empiétements du pouvoir royal. Les anciens ministres qui allaient tant
se servir de ce reproche, contre M. Molé, l'avaient subi eux-mêmes
dans leur temps; tel avait été le sort de M. Guizot après le 6
septembre, et M. Thiers n'y avait pas échappé[380]. «Hommes de cour»,
«gouvernement personnel», ces mots, qui revenaient sans cesse dans les
polémiques, étaient, comme l'a dit M. de Lamartine, «les fausses
monnaies de l'opinion, distribuées chaque jour au peuple, pour le
séduire ou l'irriter[381]». Dans un tel milieu, l'état d'esprit de M.
Duvergier de Hauranne devient moins difficile à comprendre. On voit
mieux comment, tout en restant un monarchiste résolu, il en était
arrivé à croire que le danger du moment, peu d'années après la
révolution de Juillet, était, non pas que le pouvoir royal ne fût
encore trop limité, trop débile, trop timide, en face du Parlement qui
l'avait créé, mais au contraire qu'il ne devînt trop fort, trop
agissant et trop hardi.

[Note 375: En 1840, notamment, M. Duvergier de Hauranne refusera à M.
Thiers d'entrer dans le cabinet du 1er mars, et proposera à sa place
M. le comte Jaubert, son beau-frère.]

[Note 376: Lettre à M. Piscatory, du 3 juillet 1860. (_Lettres de M.
Guizot à sa famille et à ses amis_, p. 368.)]

[Note 377: «Louis-Philippe n'avait pas compris le sens véritable de la
révolution de Juillet. Il blâmait Charles X, non d'avoir voulu
gouverner, mais d'avoir méconnu et heurté de front les opinions, les
sentiments, les préjugés même de la France, et surtout d'avoir eu
recours à la violence là où l'habileté suffisait.» (_Notes inédites de
M. Duvergier de Hauranne._)]

[Note 378: Ainsi en a-t-il été même sous la reine Victoria. Cette
révélation ressort avec éclat, comme nous avons déjà eu l'occasion de
le noter (cf. plus haut, t. II, p. 398), de l'ouvrage considérable que
la Reine a fait écrire sur le prince Albert, par M. Théodore Martin.
D'ailleurs, toutes les formules officielles de l'Angleterre ne
semblent-elles pas la contradiction de la maxime: «Le roi règne et ne
gouverne pas»? Ne dit-on pas: «la Reine qui nous gouverne (_the Queen
our governor_), vaisseaux de la Reine, troupes de la Reine, service de
la Reine, etc.»?]

[Note 379: Carrel disait, à ce propos, dans le National, quelques
années après 1830: «Ceux qui proclament cet axiome: _Le roi règne et
ne gouverne pas_, ne croyaient pas, comme ils l'ont raconté depuis,
qu'un roi pût régner sans gouverner, et nous ne le croyons pas non
plus aujourd'hui; mais tout était bon pour renverser les Bourbons,
imposés par l'étranger, du moment que la France révolutionnaire se
sentait plus forte qu'eux et pouvait secouer leur joug.» (27 mars
1833.)]

[Note 380: Sous le ministère du 11 octobre, les adversaires de M.
Thiers prétendaient qu'il avait gagné la faveur de Louis-Philippe, en
déclarant, à la tribune, «que toute la pensée gouvernementale résidait
dans la tête du Roi, et que rien ne s'était fait que par cette pensée,
depuis l'établissement de la monarchie».]

[Note 381: Discours du 24 mars 1840.--Cette «fausse monnaie» avait
cours partout, notamment parmi les jurés. Au commencement de 1837, le
_Courrier français_ et le _Siècle_ avaient été déférés au jury, pour
avoir fait remonter au Roi la responsabilité des actes de son
gouvernement. Les avocats des deux journaux, Me Philippe Dupin et Me
Odilon Barrot, soutinrent, pour justifier leurs clients, que le Roi
avait eu le tort de gouverner. Le jury leur donna raison, en
prononçant deux verdicts d'acquittement. (7 janvier et 10 février
1837.)]

Dans l'opposition, où il s'engageait avec tant de conviction, M.
Duvergier de Hauranne apportait des qualités rares d'action, une
énergie infatigable, une ténacité que rien ne rebutait, un courage qui
allait toujours droit au but, sans crainte ni de déplaire aux autres,
ni de se compromettre soi-même. Orateur de second rang, ses discours,
bien que nourris d'idées, hérissés de traits acérés, manquaient un peu
de souffle et de chaleur. Mais, la plume à la main, c'était un
polémiste remarquable, d'une langue serrée, ferme, précise,
tranchante, avec je ne sais quoi d'un peu âpre qui trahissait en lui
le petit neveu de Saint-Cyran. Dialecticien redoutable, implacable,
railleur à froid, il excellait à manier cette arme de la brochure,
alors en faveur, aujourd'hui un peu démodée. C'était surtout un
merveilleux agitateur parlementaire: voyez-le descendre de banc en
banc, pendant les séances, ou circuler dans les couloirs, la fièvre du
combat dans les yeux, le geste affairé, saccadé; il négocie des
alliances, dresse des plans de bataille, colporte des mots d'ordre,
gourmande la mollesse de ceux-ci, attise la colère de ceux-là, ramasse
les soldats pour les pousser au feu, souffle et entraîne les chefs,
tient chacun en haleine, les pénètre tous de sa vaillance et aussi de
sa passion.

Deux nécessités parurent tout de suite s'imposer aux hommes qui, avec
M. Duvergier de Hauranne, entreprenaient, à la fin de la session de
1838, de ranimer la coalition alors sommeillante: d'abord, trouver une
idée, un principe, qui, proclamés au grand jour, serviraient de
programme, de drapeau à la coalition, et qui y montreraient autre
chose que l'intrigue suspecte, l'émeute d'ambitions rancunières et
impatientes, dénoncées par la presse ministérielle; ensuite, choisir
ce programme et ce drapeau tels qu'ils pussent réunir à la fois la
gauche et les doctrinaires. On s'était convaincu, en effet, qu'il ne
suffisait plus de chercher, comme on l'avait fait dans la dernière
session, à unir le centre gauche et le centre droit; qu'il fallait,
en outre, le concours effectif de la gauche. «Ainsi comprise, dit M.
Duvergier de Hauranne, la coalition devenait plus difficile et plus
hasardeuse; mais c'était la condition du succès[382].» Tout ne
semblait-il pas séparer les amis de M. Duvergier de Hauranne et ceux
de M. O. Barrot? Il y avait sept ans qu'ils se faisaient une guerre à
mort. Depuis la formation du ministère du 15 avril, M. Guizot s'était
surtout posé en conservateur inquiet, et son principal grief contre M.
Molé avait été qu'il ne combattait pas assez résolûment la gauche. De
son côté, celle-ci gardait toutes vives ses préventions et ses
ressentiments contre les doctrinaires. Son programme habituel était
inadmissible pour ces derniers; ne faisait-elle pas, en ce moment, une
assez bruyante campagne en faveur d'une réforme électorale dont M.
Guizot ne pouvait vouloir à aucun prix? Le problème était
embarrassant. On crut en trouver la solution dans l'idée même dont
nous avons vu que M. Duvergier de Hauranne était alors possédé. Il
parut que la gauche et le centre droit pouvaient s'entendre pour
reprocher au cabinet de n'être pas parlementaire: les uns entendant
par là qu'il était trop docile; les autres, qu'il était trop
«transparent»; ceux-ci, qu'il ne contenait pas assez le pouvoir
personnel du prince, et ne faisait pas observer la fameuse maxime: Le
Roi règne et ne gouverne pas; ceux-là, qu'il ne couvrait pas assez la
Couronne, et laissait remonter jusqu'à elle des responsabilités qui
eussent dû s'arrêter à lui; les premiers, flattés de s'attaquer plus
ou moins directement à la royauté; les seconds, se faisant l'illusion
qu'ils réclamaient en faveur de son inviolabilité; tous, en réalité,
faisant la même campagne, ayant le même cri de combat: Un ministère
parlementaire!

[Note 382: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

Ce plan trouvé, des conférences prolongées eurent lieu entre M.
Duvergier de Hauranne et les journalistes de gauche, M. Chambolle, du
_Siècle_, et M. Léon Faucher, du _Courrier français_: «Vous et nous,
leur répétait le député doctrinaire, nous sommes d'accord sur un
point, le danger que le ministère fait courir aux vrais principes
parlementaires. Pourquoi donc ne ferions-nous pas la guerre ensemble
sur ce terrain, au lieu de disséminer nos forces et d'éparpiller nos
attaques? Que vous n'abandonniez pas la réforme électorale, puisque
vous en êtes d'avis, rien de plus juste; mais ne venez pas la jeter à
la traverse de nos projets. Substitution du gouvernement parlementaire
au gouvernement personnel, voilà quel doit être notre mot d'ordre. Le
reste doit être mis à l'écart ou laissé dans l'ombre[383].» M.
Chambolle fut tout de suite converti. M. Léon Faucher résista
davantage, mais céda à l'insistance de M. Duvergier de Hauranne. En
même temps, un des amis de M. Thiers faisait accepter le même mot
d'ordre aux journaux du centre gauche, le _Constitutionnel_ et le
_Messager_.

[Note 383: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

M. Duvergier de Hauranne n'était pas homme à se contenter de donner le
mot d'ordre dans la coulisse; du moment où il y avait bataille à
livrer, coups à recevoir et à porter, risques à courir, il voulait
payer de sa personne. Il lui paraissait d'ailleurs nécessaire, pour
vaincre les défiances de ses nouveaux alliés, qu'un doctrinaire fût le
premier à s'engager avec éclat sur le terrain où il conviait la gauche
à porter l'effort de la bataille. Déjà au mois de mars, lors des
premières tentatives de la coalition, il avait publié dans la _Revue
française_ un article, alors assez vivement discuté, sur la _Chambre
des députés dans le gouvernement représentatif_. Il y combattait ce
qu'il appelait «les thèses ultra-monarchiques» de M. Fonfrède.
Celui-ci, autrefois ami des doctrinaires, s'était fait, depuis
quelques années, soit dans le _Mémorial bordelais_, soit dans certains
journaux de Paris, le champion hardi, provocant, parfois
compromettant, de la prérogative royale, contre les usurpations
parlementaires. À plusieurs reprises, le _Journal des Débats_ avait
jugé nécessaire de le désavouer[384]. D'après M. Fonfrède, tout le mal
venait des «préjugés représentatifs» de la France: les ministres
devaient émaner du Roi seul, gouverner sous sa seule direction; la
Chambre se contenter de discuter les lois, sans prétendre participer
au gouvernement: plus de «questions de cabinet» ou de «refus de
concours». M. Duvergier de Hauranne soutenait au contraire que le
ministère, chargé de représenter la Chambre auprès du Roi et le Roi
auprès de la Chambre, devait émaner des deux; que la Chambre devait
«être une portion active et influente du gouvernement»; enfin, qu'en
cas de dissidence prolongée et inconciliable entre cette Chambre et la
Couronne, le dernier mot appartenait à la première. Polémique de part
et d'autre assez oiseuse. Rien de plus contraire à l'esprit même du
gouvernement représentatif, esprit qui est tout de partage,
d'équilibre, de persuasion réciproque, de transaction, que ces
contestations de prééminence, que ces conflits où chacun irait au bout
de son droit. Le jour où de tels faits se produiraient, ce
gouvernement n'existerait plus: en prévoir seulement et en discuter
l'hypothèse n'est pas sans péril. Toutefois, dans ce premier article
du polémiste doctrinaire, il n'avait semblé être question que de
théorie, sans application à la situation actuelle; l'auteur s'était
attaqué à M. Fonfrède, non au ministère, encore moins au Roi.

[Note 384: En février 1837, le _Journal des Débats_ qualifiait de
«politique révolutionnaire» la conduite que M. Fonfrède conseillait à
la royauté.]

Nouvel article à la fin du mois de juin. Ce sont les mêmes thèses.
Seulement, cette fois, ce n'est plus d'une théorie plus ou moins
lointaine qu'il s'agit, mais de la situation présente. Ce n'est plus
un théoricien quelque peu fantaisiste, c'est le ministère qui est
accusé d'être en contradiction avec les vrais principes. «Pour ma
part, je n'hésite pas à le dire, déclare M. Duvergier de Hauranne, si
la Chambre tombe en poussière, si le pouvoir s'abaisse, si le
gouvernement représentatif se dégrade et s'énerve, la cause en est
surtout dans l'existence d'un ministère choisi en dehors des
conditions parlementaires, et dont tout le système consiste à
professer qu'il n'en a pas.» Il estime que, par là, la royauté, loin
d'être fortifiée, est affaiblie et compromise. «Supposez, ajoute-t-il,
un ministère d'hommes fort dévoués sans doute et fort bien
intentionnés, mais qui, choisis à l'exclusion de toutes les
notabilités politiques, semblent accepter toutes faites les opinions
qu'on leur dicte;... supposez que, sans le vouloir, on soit amené à
voir en eux, non les représentants des trois pouvoirs, mais les
délégués passifs d'un de ces pouvoirs auprès des deux autres, et dites
s'il n'est pas naturel, s'il n'est pas inévitable que, soit pour
louer, soit pour blâmer, la pensée publique ne s'arrête pas à leurs
personnes et qu'elle aille au delà. Et si, en même temps, la théorie
s'emparait hardiment du fait pour le célébrer et pour le consacrer; si
des doctrines qui, il y a trois ans, s'étaient timidement produites
dans une modeste brochure, se proclamaient hautement autour du pouvoir
et avec son assentiment;... si, en un mot, on semblait prendre à tâche
de démontrer à tout le monde, avec approbation et privilége, que
personne n'est rien dans le gouvernement, à une seule exception près,
serait-il bien étonnant que, devant une réalité si puissante, la
fiction, quelque nécessaire et sage qu'elle soit, risquât de
s'évanouir.... Si les attaques passent aujourd'hui par-dessus la tête
des ministres pour arriver à une personne auguste et que la
constitution déclare inviolable, la faute en est d'abord aux ministres
qui n'ont pas la tête assez haute, ensuite aux amis imprudents qui, en
retirant la personne auguste dont il s'agit, du sanctuaire où la place
la constitution, la découvrent et l'exposent.» L'auteur terminait en
proclamant la coalition: «Un grand devoir est imposé à tous ceux qui,
fidèles aux principes de 1829 et 1830, redoutent les excès, quels
qu'ils soient, et veulent sincèrement et complétement la monarchie
constitutionnelle: c'est d'oublier des querelles aujourd'hui sans
objet, et de réunir leurs efforts pour regagner le terrain perdu;...
c'est de protéger à la fois, contre de dangereuses maximes et de
funestes pratiques, l'inviolabilité royale, le pouvoir parlementaire,
l'influence et la pureté de l'administration. On appellera cela, si
l'on veut, une coalition. Ce sera du moins la coalition de
l'indépendance contre la servilité, de la droiture contre la
duplicité, de l'honnêteté contre la corruption.»

Cet article fit grand bruit. La presse ministérielle l'attaqua
violemment, accusant les doctrinaires d'«intrigue», de «trahison», de
«libertinage politique», leur conseillant de «ne pas lasser la
patience des honnêtes gens». Les journaux de gauche et de centre
gauche applaudissaient au contraire, reproduisaient des fragments de
l'article et prenaient sa défense, d'accord avec le _Journal général_,
organe des doctrinaires. Parmi ces derniers, cependant, tous ne
voyaient pas du même oeil la campagne de M. Duvergier de Hauranne.
Quelques-uns s'y associaient sans réserve, comme MM. Jaubert,
Piscatory et de Rémusat; ce dernier publiait même, dans le même sens,
un écrit, moins impétueux il est vrai. Mais d'autres, tels que M.
Duchâtel, M. Dumon, M. Vitet et même M. Guizot, sans vouloir désavouer
publiquement un ami fidèle et courageux, sans désapprouver le fond de
ses doctrines, s'inquiétaient de l'effet produit sur les
conservateurs, par cette mise en cause de la prérogative royale.
Quelques-uns tâchaient même, sous main, de détourner l'ardent
polémiste de pousser plus loin dans cette voie. «Ne voyez-vous pas,
lui disait-on, que les membres du centre, croyant le Roi attaqué, se
reporteront en masse du côté du ministère? C'est grandir M. Molé, que
de montrer en lui le défenseur de la prérogative royale. D'ailleurs,
en fait, ajoutait-on, les principes ne courent aucun danger sérieux.
Le Roi peut profiter de l'indifférence et des divisions de la Chambre
pour mettre au ministère des hommes médiocres, pour nier le crédit des
chefs parlementaires; mais ni lui, ni M. Molé ne contestent les droits
de la Chambre et ne songent à y porter atteinte; ils se soumettraient
au contraire à ses caprices les plus absurdes.» On en concluait que la
controverse théorique, très-opportune, quand elle était dirigée contre
M. Fonfrède, ne pouvait pas être tournée contre le cabinet. «Si les
ministres sont au pouvoir, disait-on encore, c'est par les fautes de
la Chambre, par ses dissensions intérieures, bien plus que par la
volonté du Roi.» Plus d'un indice permet de croire que M. Guizot était
de ceux à l'esprit desquels étaient venues ces objections. Du reste,
le chef des doctrinaires déclarait alors, dans la même _Revue
française_, qu'il n'y avait pas de conflit entre la Couronne et les
Chambres. «En théorie, disait-il, la querelle s'engage, les
prétentions réciproques se déploient. En fait, quels que soient le
bruit et les apparences, soit sagesse, soit faiblesse, soit l'une et
l'autre ensemble, les pouvoirs veulent vivre en paix. La lutte
constitutionnelle n'est pas sérieuse.»

M. Duvergier de Hauranne était à la fois trop convaincu et trop
passionné pour se laisser ainsi arrêter. Bien au contraire, au mois de
novembre, sous ce titre: _Des principes du gouvernement représentatif
et de leur application_, il réunit en brochure ses deux articles de la
_Revue française_, et y joignit une longue introduction qui reprenait
les mêmes idées avec plus de vivacité et de hardiesse. Le cabinet
était pris à partie, sans aucun ménagement: on le montrait n'ayant «ni
fermeté dans sa conduite, ni franchise dans ses paroles, ni dignité
dans son attitude». M. Duvergier de Hauranne ne s'en tenait pas là; il
revenait sur la question de la prérogative royale, donnait à entendre
que de «secrètes manoeuvres» avaient «aidé» à la chute «du 11 octobre,
du 22 février et du 6 septembre», et se plaignait que le ministère du
15 avril, choisi en dehors des règles parlementaires, eût une
«soumission absolue aux volontés de la Couronne». «Le cabinet,
disait-il, n'est pas assez libre, assez indépendant, pour que
l'opinion s'en prenne à lui seul de ses actions et ne cherche pas à
remonter au delà... Le pays donne-t-il tort à l'opposition, quand elle
insinue que M. le ministre des affaires étrangères s'occupe beaucoup
des députés et des journalistes, fort peu des dépêches qu'il reçoit ou
de celles qu'il expédie? Le pays donne-t-il tort à l'opposition, quand
elle montre la maison du Roi presque maîtresse absolue du ministère de
l'intérieur, quand elle affirme que partout, au ministère des finances
même, les nominations, petites ou grandes, échappent au ministre?» À
ceux qui lui objectaient que 1838 n'était pas 1830, et que M. Molé
n'était pas M. de Polignac: Oui, sans doute, répondait M. Duvergier de
Hauranne, «je l'avais dit avant vous, et je m'en étais félicité...
Proclamons donc bien haut qu'aucun coup d'État n'est à craindre. Mais
pour qu'une constitution soit violée, est-il absolument nécessaire
qu'on l'attaque à main armée et à visage découvert? N'existe-t-il pas,
en ce monde, plusieurs chemins pour arriver au même but, et n'a-t-on
jamais vu la ruse prendre la place de la violence?» M. Duvergier de
Hauranne n'en protestait pas moins de son inébranlable dévouement à
la cause de la monarchie de Juillet: en portant ces redoutables
accusations, il croyait seulement mettre cette monarchie en garde
contre un péril. Il était non moins sincère, quand il se proclamait
«pur des calculs ambitieux» qu'on lui avait prêtés, et quand il
affirmait que «des griefs privés n'entraient pour rien dans ses
appréciations des hommes et des choses».

Cette brochure eut un retentissement plus grand encore que l'article
du mois de juin, sinon dans le pays qui demeurait toujours assez
tranquille et indifférent, du moins dans le monde politique. Elle
donna un nouvel aliment à la bataille de presse déjà avivée par
l'approche de la session. Depuis longtemps, on n'avait vu polémique
aussi acharnée. Les écrivains de la gauche se précipitaient sur le
terrain de combat indiqué par l'écrivain doctrinaire, et s'y
heurtaient aux ministériels, à la tête desquels marchait le _Journal
des Débats_. Légitimistes et républicains se jetaient aussi dans la
bagarre, avec l'instinct que semblable querelle ne pouvait que leur
profiter. En effet, le résultat naturel, inévitable, d'une lutte ainsi
engagée, était de découvrir chaque jour davantage la Couronne.
Celle-ci se trouvait de plus en plus mise en cause, aussi bien par ses
défenseurs que par les assaillants. Il n'était question, dans les
journaux, que de la «cour»; c'était contre la «politique de la cour»,
le «parti de la cour», le «ministère de la cour», que les coalisés
cherchaient à ameuter l'opinion. Tous leurs coups passaient par-dessus
la tête des ministres, pour aller atteindre le Roi.

L'opposition ne s'en tenait pas, cependant, à la question
constitutionnelle soulevée par M. Duvergier de Hauranne. Il en était
une autre plus pratique, où les coalisés, en dépit de leurs points de
départ si opposés, trouvaient encore moyen de se rencontrer, et avec
laquelle ils avaient peut-être plus de chances de passionner le pays,
c'était la question extérieure. Par un point d'ailleurs, les deux
questions se mêlaient; ce que l'on reprochait au ministère, c'était
d'avoir livré les affaires étrangères au Roi, et la politique que l'on
dénonçait comme étant, au dehors, l'abandon des traditions libérales
de 1830, et l'humiliation de la France, on avait bien soin d'indiquer
que c'était la politique personnelle de Louis-Philippe. Mais, pour
bien comprendre cette autre face de la polémique, il convient
d'étudier ce qu'était devenue notre diplomatie depuis l'avénement de
M. Molé.



CHAPITRE VI

LA POLITIQUE ÉTRANGÈRE PENDANT LE MINISTÈRE DE M. MOLÉ.

(1837--1838.)

     I. Affaires d'Espagne. M. de Metternich et Louis-Philippe.
     Malgré quelques difficultés, bons rapports avec les
     puissances continentales.--II. Humeur et mauvais procédés de
     l'Angleterre. À Paris et à Londres, protestations en faveur
     du maintien de l'alliance. Le maréchal Soult au couronnement
     de la reine Victoria. Accalmie générale en Europe.--III. Le
     gouvernement français demande à la Suisse l'expulsion du
     prince Louis Bonaparte. Excitation des esprits. Le prince se
     retire en Angleterre.--IV. L'Autriche annonce qu'elle va
     évacuer les Légations. Obligation qui en résulte, pour la
     France, d'évacuer Ancône. Le Roi et M. Molé n'hésitent pas.
     Antécédents de la question. Raisons de justice et de
     politique qui militent pour l'évacuation. Comment elle
     s'opère.--V. Le roi de Hollande adhère aux vingt-quatre
     articles et en demande l'exécution. Soulèvement des esprits,
     en Belgique, à la pensée de restituer le Luxembourg.
     Dispositions des puissances. Que pouvait faire la France?
     Difficultés qu'elle rencontre à Londres et à Bruxelles.
     Décision de la conférence. La Belgique finit par se
     soumettre. Les trois affaires de Suisse, d'Italie et de
     Belgique sont exploitées par l'opposition.--VI. Action
     maritime en Amérique, spécialement contre le Mexique. Succès
     des armes françaises. Fermeté du ministère dans ses rapports
     avec les puissances. Affaire de Cracovie. Conclusion sur la
     politique extérieure de M. Molé.


I

Nous avons déjà vu comment, à peine arrivé au ministère des affaires
étrangères, M. Molé s'était appliqué, sous la direction du Roi, à
rétablir, avec Vienne et Berlin, les bons rapports, un moment altérés
à la fin de l'administration de M. Thiers, et comment il avait donné
tout d'abord un gage aux puissances continentales, en renonçant à
toute intervention armée de la France au delà des Pyrénées[385].
Depuis lors, les choses, en Espagne, étaient allées de mal en pis.
Bien que les Cortès eussent revisé la constitution de 1812 dans un
sens un peu plus monarchique, la révolution était maîtresse. La reine
Isabelle et sa mère se trouvaient en réalité prisonnières des
ministres radicaux que les séditions militaires ou seulement
l'impossibilité de gouverner faisaient se succéder avec une
prodigieuse rapidité. Il n'était pas même permis à Marie-Christine de
recevoir une lettre que l'ambassadeur de France demandait à lui
remettre de la part du roi Louis-Philippe. Partout, dans l'armée, dans
l'administration, le désordre et l'anarchie; les villes et les
provinces en insurrections continuelles; le trésor à sec. Pendant ce
temps, la guerre civile se prolongeait, sans résultat décisif d'aucun
côté, avec plus de brigandages et d'assassinats que de batailles; les
deux armées, constitutionnelle et carliste, l'une de cent cinquante
mille hommes, l'autre de cinquante, parcouraient une bonne partie de
la Péninsule, sans presque jamais se rencontrer, surtout redoutables
aux populations paisibles. D'une part, don Carlos était trop incapable
pour profiter des avantages d'une pareille situation; d'autre part,
les généraux de l'armée constitutionnelle s'entravaient mutuellement
par jalousie et employaient à des _pronunciamentos_ les troupes qu'on
leur confiait pour combattre les rebelles, pendant que les soldats,
non payés, insultaient ou massacraient leurs officiers. État inouï
qu'un pays d'une civilisation plus avancée et plus compliquée n'eût pu
supporter quelques mois, sans tomber en pleine décomposition, et qui
devait être celui de l'Espagne pendant plusieurs années. Ce spectacle
attristait le gouvernement français, mais le confirmait dans sa
résolution de ne pas prendre à sa charge la restauration d'un État si
malade. Plus que jamais, il se renfermait dans une attitude
d'observation et d'attente, sympathique à la jeune reine, prêt à aider
moralement la régente dès qu'elle pourrait reprendre quelque autorité,
mais s'abstenant de tout ce qui eût pu paraître un appui donné aux
révolutionnaires alors maîtres du gouvernement, et au fond fort
incertain sur l'issue finale. Les chancelleries continentales se
flattaient même, en voyant la réserve de Louis-Philippe, qu'il
évoluait pour se rallier à don Carlos[386]. Sorte de méprise assez
fréquente de leur part: peu préparées, par leurs habitudes d'esprit, à
saisir certaines nuances intermédiaires, aussitôt qu'elles voyaient le
gouvernement français refuser de s'engager en quelque aventure
révolutionnaire, elles le croyaient sur le point de s'enrôler dans la
Sainte-Alliance[387].

[Note 385: Cf. plus haut, p. 122 et suiv.]

[Note 386: Lettres de M. de Metternich au comte Apponyi, du 17 février
1837 et du 21 février 1838. Lettre du même à M. de Sainte-Aulaire, en
date du 21 février 1838. (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 196,
271, 272.)--Le chancelier s'en prenait même aux légitimistes français
de ce que Louis-Philippe hésitait encore. Le 25 juillet 1837, après
avoir rappelé qu'il avait trouvé le roi de Prusse très-chaud pour don
Carlos, il ajoutait: «Dites aussi à Alcudia que j'ai des nouvelles de
Paris, qui me prouvent que tout irait à souhait sans les légitimistes
français qui prennent à tâche de tout gâter, dans le but de créer des
embarras à Louis-Philippe et de marier la Restauration en France avec
le succès définitif de don Carlos. S'il y a moyen de gâter les
affaires de celui-ci, c'est aux légitimistes français que le malheur
sera dû. Ces braves gens sont tellement légers, et ils manquent si
complétement de toute saine pratique, que l'abîme dans lequel ils sont
tombés ne doit surprendre personne. L'événement prouve de nouveau que
les amis sont ordinairement plus dangereux que les adversaires.»
(_Ibid._, p. 211.)]

[Note 387: M. de Barante notait et expliquait ainsi cette méprise des
cabinets du continent: «J'ai pu observer constamment cette
impossibilité d'entrer dans une opinion moyenne et de se mettre dans
le vrai sur notre situation. Tantôt, c'est une conviction que nous
sommes en voie de révolution, que nous nous laissons, par principe,
par aveuglement ou par faiblesse, entraîner aux désordres de la
république et de l'anarchie; tantôt, lorsque quelques actes de raison
et de force ont manifesté la sagesse du Roi, le bon esprit du pays,
l'énergie des ministres, les politiques du pouvoir absolu s'imaginent
qu'enfin nous sommes des leurs, que nous revenons dans la bonne route
et que nous allons, en commun et par les mêmes procédés, marcher au
même but. De là, mécompte, étonnement, blâme de notre politique qu'on
taxe d'inconséquence, de mobilité, ou qu'on déclare ne pouvoir
comprendre.» (Dépêche de M. de Barante, en date du 15 octobre 1836.
_Documents inédits._)]

Quoi qu'il en soit, les puissances nous savaient gré de notre conduite
en Espagne, et nous témoignaient chaque jour plus ouvertement leur
bienveillance. On a vu la part prise par la Prusse, au mariage du duc
d'Orléans. À Vienne, M. de Metternich s'employait à améliorer les
relations entre l'Autriche et la France. Plus que jamais, il se
complaisait dans les rapports secrets qu'il avait noués avec
Louis-Philippe. Il s'étendait en dissertations sur la politique
conservatrice et sur les moyens de corriger l'origine révolutionnaire
de la monarchie, encourageant le Roi à empoigner les rênes du
gouvernement[388], lui prodiguant ses conseils[389], flatté des
confidences qu'il recevait en réponse[390], et faisant étalage «des
lourds travaux auxquels il se livrait» pour remplir cette sorte de
mission[391]. Il se croyait autorisé à donner son avis sur les détails
de notre politique intérieure, même sur ceux qui touchaient à
l'intimité de la maison royale, par exemple, sur la situation à faire
au duc d'Orléans[392]. Nous n'avons point trace des réponses du Roi.
Non moins expérimenté que le chancelier, et peut-être plus fin, il en
prenait et en laissait des conseils de ce dernier, mais écoutait tout
sans impatience, s'attachant à prolonger et à resserrer une intimité
qui rentrait dans les vues générales de sa politique. À l'origine,
l'ambassadeur d'Autriche à Paris était seul dans le secret; plus tard,
M. de Sainte-Aulaire, représentant de la France à Vienne, y fut en
partie initié[393]. Singulière chose, en vérité, que ces
communications mystérieuses et persistantes entre deux personnages
venus de points si opposés, placés dans des conditions et en face de
tâches si différentes. M. de Metternich lui-même en était frappé.
«Rien n'est curieux, écrivait-il au comte Apponyi, comme les rapports
qui se sont établis entre ce prince et le chef du cabinet autrichien,
car ils prêtent tout naturellement à beaucoup de fausses
interprétations... La vérité, c'est que, malgré des points de départ
opposés ou différents, les hommes pratiques peuvent se rencontrer à
l'égard du but, et c'est ce qui arrive à ces deux hommes! Le roi
Louis-Philippe ne veut pas m'enrôler sous le drapeau de la révolution,
tout comme je ne veux pas le pousser à l'absolutisme. Il veut régner,
pour pouvoir vivre, et je ne lui demande pas autre chose. Le jour où
nous sommes d'accord sur ce fait, les moyens de nous entendre ne
sauraient offrir d'autres difficultés que celles qui sont inhérentes
aux choses elles-mêmes[394].»

[Note 388: Lettre du 8 décembre 1836. (_Mémoires de Metternich_, t.
VI, p. 161.)]

[Note 389: «Il faut au gouvernement français des conseils, je ne les
lui épargne pas; mais ce qui manque, c'est l'organe pour les suivre.»
(Lettre de Metternich à Apponyi, du 14 octobre 1837. _Mémoires de
Metternich_, t. VI, p. 199.)--«Aussi souvent que je signe une
expédition comme celle de ce jour, je suis à me demander si je n'abuse
pas des moments du Roi. Comme ma conscience m'absout, ne fût-ce que
grâce à l'intention qui me guide, je me refuse à écouter mes
scrupules.» (Lettre du 26 janvier 1837. _Ibid._, p. 191.)]

[Note 390: «Ce que Sa Majesté vous a confié au sujet de la gêne
qu'Elle éprouve dans l'adoption de mesures légales pour arrêter, en
France, le mal le plus flagrant, me cause un chagrin profond, mais ne
me surprend pas.» (Lettre du 28 janvier 1837. _Ibid._, p. 193.)]

[Note 391: «Ce sentiment ne m'empêche pas de me livrer à de lourds
travaux, et mon expédition de ce jour en renferme une preuve
nouvelle.» (Lettre du 7 février 1837. _Ibid._, p. 194.)]

[Note 392: «Le Roi vous ayant fait l'honneur de vous parler de
l'attitude de Mgr le duc l'Orléans, je crois pouvoir supplier Sa
Majesté de vouer tous ses efforts au soin de faire entrer Son Altesse
Royale au conseil. Ce n'est pas là que les héritiers présomptifs du
trône courent le risque de se compromettre: c'est dans les Chambres,
ou quand ils se trouvent en pleine liberté d'appréciation.
Circonscrire cette liberté, c'est rendre aux princes et à l'État qui
vit du présent et de l'avenir, un service certain. Si les premiers
restent exclus de la connaissance des affaires, ils deviennent, pour
le moins, des critiques fort dangereux et la pâture des intrigants.»
(Lettre du 28 janvier 1837. _Ibid._, p. 193, 194.)]

[Note 393: M. de Metternich écrit, le 3 janvier 1838, au comte
Apponyi, au sujet de M. de Sainte-Aulaire: «Il est, jusqu'à un certain
point, dans le secret de mes rapports avec le roi Louis-Philippe, et
il les regarde, _aujourd'hui_, comme un bienfait pour la France.»]

[Note 394: Lettre du 26 janvier 1837. (_Mémoires de Metternich_, t.
VI, p. 189, 190.)]

Cette intimité n'était pas cependant sans nuages et sans
intermittences. Tantôt, c'était une parole prononcée à Paris, qui
détonnait aux oreilles des hommes d'État du continent, comme une
fausse note révolutionnaire; tantôt, c'était un procédé discourtois
des vieilles monarchies, montrant qu'elles n'avaient pas encore pris
tout à fait leur parti de traiter le gouvernement de Juillet sur un
pied d'égalité. Le 14 janvier 1837, dans un discours sur l'Espagne, M.
Molé avait, sans penser à mal, inséré cette phrase: «Nous détestons
l'absolutisme et nous plaignons les nations qui connaissent assez peu
leurs forces pour le subir.» Aussitôt, grand émoi chez les
ambassadeurs d'Autriche et de Russie, qui voyaient là «un appel à la
rébellion, adressé à tous les peuples». De là, pendant quelque temps,
un peu de froideur dans les relations diplomatiques. À la cour de
Berlin, où l'on avait fait preuve de si amicales dispositions, lors du
mariage, on se refusait cependant, malgré les insinuations indirectes
de notre représentant, à échanger, avec Louis-Philippe, les ordres de
Prusse et de France, comme il était d'usage entre souverains.
Frédéric-Guillaume, personnellement, l'eût fait volontiers, mais il
n'osait braver le sentiment contraire de son entourage où dominait
l'influence du Czar. «On nous tient encore en dehors du droit commun,
écrivait à ce propos M. Bresson à M. Molé, le 31 décembre 1837. C'est
l'ouvrage de l'empereur de Russie. On lui fait ce genre de concession
pour l'apaiser. Le roi de Prusse craint de se mettre en avant seul,
d'attirer exclusivement sur lui l'attention, de sembler faire parade
de ses bons rapports avec nous et de son influence à Paris. C'est un
miracle que, dans l'affaire du mariage, nous ayons pu le conduire si
loin. Le prince Wittgenstein en est encore lui-même dans
l'étonnement[395].»

[Note 395: _Documents inédits._]

Mais ces vieux restes des anciennes dissidences ne produisaient que
des ombrages passagers. Le rapprochement n'en continuait pas moins, et
chaque jour on était plus content les uns des autres. M. de
Metternich, bien que continuant à voir très en noir l'avenir de la
France, et tout en disant que «la barque de 1830 faisait eau de toutes
parts[396]», «chantait les louanges» de M. Molé, et déclarait «le
préférer à tous les autres ministres que le Roi avait eus depuis sept
ans[397]»; il aimait à répéter que «le cabinet était composé des
hommes les plus honnêtes qui se fussent trouvés au timon des affaires
depuis 1830[398]». «Si le bon Dieu, disait-il encore à M. de
Sainte-Aulaire en 1838, me donnait à choisir un ministre des affaires
étrangères pour la France, je lui demanderais avec les plus ferventes
prières de conserver celui qui y est[399].» Le chancelier surtout ne
tarissait pas en éloges de l'«expérience», de la «haute intelligence»,
de l'«habileté» de Louis-Philippe, «le seul homme, disait-il, qui, au
milieu des sots, n'a pas été un sot». Et il ajoutait: «Le Roi n'a pas
trouvé, en Europe, un cabinet qui l'ait mieux compris que le nôtre et
qui l'ait même deviné, lui et sa pensée gouvernementale, comme nous
les avons devinés[400].» La princesse de Metternich, si prévenue
qu'elle fût, était obligée de reconnaître l'«esprit» de
Louis-Philippe[401]. Mêmes impressions à Berlin. «La confiance est
grande au dehors, écrivait de cette ville M. Bresson, et notre
position s'en ressent.» Et encore: «Nous n'avons jamais été mieux
placés ici que depuis que M. Molé est au pouvoir.» Dans une autre
lettre du 31 décembre 1837, ce diplomate racontait que le prince
Wittgenstein, confident du roi de Prusse, lui avait défini ainsi les
sentiments de son gouvernement: «En 1830, nous avons vu avec regret la
révolution. En 1837, nous ne verrions pas avec un moindre regret une
révolution en France. Nous désirons ardemment le maintien de la
dynastie.» Et notre ambassadeur ajoutait: «Ces paroles résument la
situation en Prusse[402].» Il n'était pas jusqu'en Russie, où notre
gouvernement n'eût gagné en considération. M. de Barante écrivait de
Saint-Pétersbourg, le 22 octobre 1837: «Au dehors, du moins du côté où
je suis, la réputation de sagesse et de fermeté du Roi fait, de jour
en jour, du progrès... Il y a satisfaction à représenter la
France[403].» Le Czar lui-même se prenait de goût pour M. Molé[404];
événement plus nouveau et plus extraordinaire encore, il faisait
l'éloge de Louis-Philippe. «Sa conduite, disait-il au ministre de
Prusse, est aussi bonne que le permettent des circonstances
difficiles. C'est évidemment un souverain fort habile; il est plus fin
que nous tous[405].» Avec Nicolas, il est vrai, ces justices n'étaient
que passagères; la passion reprenait bientôt le dessus, mais sans
pouvoir nous nuire beaucoup, car toutes les fois que, dans sa haine
contre le gouvernement de 1830, ce prince faisait mine de passer des
paroles aux actes, l'Autriche et la Prusse l'obligeaient de s'arrêter
en refusant de le suivre. Leurs ambassadeurs à Saint-Pétersbourg, M.
de Ficquelmont et M. Libbermann, avaient même pour instruction
«d'amener le Czar à une meilleure appréciation de l'état de la
France[406]».

[Note 396: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 195; cf. aussi p. 276 à
279.]

[Note 397: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 11 septembre
1837. (_Documents inédits._)]

[Note 398: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 195, 276.]

[Note 399: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 9 septembre
1838.--Seulement notre spirituel ambassadeur, quelques semaines plus
tard, après avoir transmis à M. Molé de nouveaux compliments de M. de
Metternich, ajoutait: «Je vous garantis les paroles; mais quant aux
sentiments, je vous prie de croire encore un peu plus à la sincérité
de ceux que je vous porte.» Lettre du 22 décembre 1838. (_Documents
inédits._)]

[Note 400: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 161, 162, 185.]

[Note 401: _Ibid._, p. 347.]

[Note 402: _Documents inédits._]

[Note 403: _Ibid._]

[Note 404: Lettre de M. de Barante à M. Bresson. (_Ibid._)]

[Note 405: Lettre du même à M. Molé, 30 décembre 1837. (_Ibid._)]

[Note 406: Dépêche de M. Molé à M. de Barante, du 17 novembre 1837, et
lettre de M. Bresson à M. Molé, du 31 décembre 1837. (_Documents
inédits._)]


II

Ces bons rapports avec les puissances continentales n'étaient pas
faits pour adoucir la mauvaise humeur avec laquelle l'Angleterre avait
vu M. Molé arriver au ministère des affaires étrangères. Il était
d'usage à peu près constant, depuis 1830, que les discours de la
Couronne, en France et en Angleterre, fissent mention spéciale de
l'union existant entre les deux États occidentaux. Le discours du roi
des Français, prononcé le 27 décembre 1836, n'y avait pas manqué[407].
Au contraire, le discours du roi d'Angleterre, lu le 31 janvier
suivant, se tut complétement sur la France[408]. Cette omission fut
très-remarquée. Lord Palmerston avait écrit, le 27 janvier, à lord
Granville, son ambassadeur à Paris: «Notre discours ne dira pas un mot
de la France ou de l'alliance française. Nous ne pouvons rien dire à
son éloge, et par conséquent le silence est la façon la plus polie
dont nous puissions en user avec elle.» Le 3 février, après la
discussion de l'Adresse où il n'avait pas non plus été question de
notre pays, il ajoutait: «Si, comme vous le dites, la France doit
avoir été mortifiée de n'être pas mentionnée dans le discours, elle ne
trouvera pas probablement plus agréable d'avoir été si complétement
oubliée dans le débat[409].» Même silence à l'ouverture de la session
de 1838. Lord Palmerston était personnellement fort animé contre M.
Molé, qu'il accusait d'avoir des «sentiments anti-anglais[410]». À
chaque instant, nous nous heurtions à la mauvaise volonté du chef du
_Foreign Office_ et de ses agents. À Saint-Pétersbourg, tandis que les
ambassadeurs d'Autriche et de Prusse s'efforçaient d'amener le Czar à
de meilleurs sentiments pour la France, l'ambassadeur anglais «ne
négligeait aucune occasion de lui en parler dans un sens d'ironie et
de malveillance[411]». Dans l'été de 1837, le nouveau roi de Hanovre
ayant aboli, par un véritable coup d'État, la constitution de son
royaume, le gouvernement du roi Louis-Philippe, fidèle à la tradition
de la politique française, décida de «protéger les libertés
allemandes» et de faire des représentations à la diète de Francfort;
l'Angleterre lui dénia vivement le droit de s'occuper de ces affaires.

[Note 407: Le Roi disait: «Toujours intimement uni avec le roi de la
Grande-Bretagne, je continue à faire exécuter le traité de la
Quadruple-Alliance...»]

[Note 408: Le roi de la Grande-Bretagne se contentait de dire qu'il
«continuait à recevoir de toutes les puissances étrangères les
assurances les plus positives de leurs dispositions amicales...»
L'année précédente, après une déclaration à peu près identique, il
avait ajouté: «L'union intime qui existe entre ce pays et la France
est une garantie pour l'Europe du maintien de la paix générale.»]

[Note 409: BULWER, _Life of Palmerston_, t. II, p. 214, 215.]

[Note 410: BULWER, _Life of Palmerston_, t. II, p. 213.]

[Note 411: Dépêche de M. Molé à M. de Barante, du 17 novembre 1837.
(_Documents inédits._)]

C'était surtout en Espagne que la dissidence éclatait. Lord Palmerston
eût attribué volontiers à notre refus d'intervention l'état misérable
de la Péninsule. Lui aussi, comme les ministres du continent, était
tout disposé à croire que Louis-Philippe allait, au mépris de la
Quadruple-Alliance, abandonner la cause d'Isabelle et se rallier à don
Carlos[412]. À Madrid, entre les deux ambassades, l'antagonisme était
manifeste. Faire à tout prix échec à l'influence française était le
principal souci du représentant de l'Angleterre. La faction radicale,
alors au pouvoir en Espagne, était connue pour être «le parti anglais»
et faisait montre de son hostilité contre la France. Espartero,
populaire dans ce parti, déclarait que «ses inclinations et ses
opinions étaient en faveur d'une alliance intime avec la
Grande-Bretagne», tandis que Narvaez, son rival militaire, son ennemi
politique, attaché à la monarchie constitutionnelle, homme d'ordre et
d'autorité, passait pour le client de la France. Narvaez était en
disgrâce, même en fuite, tandis que montait l'étoile d'Espartero, créé
fastueusement duc de la Victoire pour avoir délivré Bilbao.

[Note 412: Le roi Léopold de Belgique écrivait à M. Molé, le 8
décembre 1837, au sujet de ces préventions de l'Angleterre: «Vous vous
souviendrez que l'opinion a été assez généralement répandue, et
surtout par les soins des diplomates du Nord, que le Roi ne serait pas
fâché de voir réussir don Carlos. Vous comprendrez combien il est
difficile de défendre la politique toute neutre qu'on désire conserver
vis-à-vis de l'Espagne, quand on rencontre alors l'idée que, dans
cette extrême modération, il pourrait bien y avoir un peu de faveur
pour don Carlos.» (_Ibid._)]

M. Molé n'ignorait pas les mauvais sentiments de lord Palmerston à son
égard[413]. Il y répondait en traitant le représentant de l'Angleterre
à Paris avec politesse, mais froidement et sans confiance[414].
Louis-Philippe, dans ses conversations avec les ambassadeurs des
puissances continentales, ne se retenait pas toujours de décocher,
contre les ministres d'outre-Manche, des épigrammes sur lesquelles
naturellement le secret n'était pas gardé[415]. Ces ambassadeurs
étaient d'ailleurs fort empressés à insister sur les mécomptes que le
Roi rencontrait dans l'alliance anglaise. C'était aussi l'un des
sujets sur lesquels revenait le plus volontiers M. de Metternich, dans
les communications qu'il destinait à Louis-Philippe. «Cette prétendue
alliance, disait-il, pèsera chaque jour davantage sur le _roi
conservateur_, tandis que, dans les occasions où il s'éloignera de ce
système, il ne trouvera dans les whigs que faux frères qui voudront se
servir de lui pour le _gros ouvrage_, ainsi qu'il en a déjà été des
prétentions anglaises à l'intervention française dans les affaires
d'Espagne[416].» Toutes les fois que le chancelier entrevoyait quelque
difficulté entre Paris et Londres, par exemple dans les affaires du
Mexique, il se frottait les mains. «Moins ils s'entendent, disait-il,
tant mieux pour nous; et certes, je ne graisserai pas les roues pour
qu'elles tournent mieux[417].»

[Note 413: «Le général Pozzo, écrivait M. Molé au Roi, le 15 août
1837, m'a confirmé, ce que je savais déjà, le mauvais vouloir de lord
Palmerston pour moi personnellement. Tout le ministère anglais appelle
M. Thiers de ses voeux.» (_Revue rétrospective._)]

[Note 414: Lord Palmerston écrivait, le 3 novembre 1837, à son
ambassadeur à Paris, lord Granville: «Sébastiani (alors ambassadeur de
France à Londres) m'a demandé comment allaient les choses entre vous
et Molé. Bien et mal, lui ai-je dit. J'ajoutai qu'on ne peut rien
imaginer de plus cordial que la façon dont il vous reçoit, dont il
vous parle, toujours avec la plus grande ouverture et la plus grande
confiance, du temps, des élections françaises, de ce qui se passe dans
les Chambres et ainsi de suite; mais que, toutes les fois que vous
portez la conversation sur les questions européennes où l'Angleterre
et la France ont un intérêt commun, et où il y a à faire une chose ou
l'autre, Molé se renferme aussitôt dans sa froide réserve, n'a pas
d'opinion, n'est pas suffisamment informé des faits, veut réfléchir
sur la matière, et en somme s'échappe sans donner aucune réponse.»
(BULWER, _Life of Palmerston_, t. II, p. 215.)]

[Note 415: HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. II, p. 362.]

[Note 416: Lettre à Apponyi, du 2 janvier 1837. (_Mémoires de
Metternich_, t. VI, p. 186, 187.)]

[Note 417: Dépêche du comte Sambuy, datée de Vienne, le 5 novembre
1838. (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. II, p. 288.)]

Cependant on se gardait, aussi bien à Londres qu'à Paris, d'une
rupture ouverte. Dès le 9 janvier 1837, M. Molé disait solennellement
à la Chambre des pairs: «L'honorable préopinant (M. de Dreux-Brezé) a
parlé de l'alliance anglaise, et, à ce sujet, il m'a personnellement
interpellé. Je suis heureux d'avoir l'occasion de le déclarer à cette
tribune: mon opinion personnelle est que l'alliance anglaise doit être
la base de notre politique, et qu'aujourd'hui la paix de l'Europe
serait compromise, si cette alliance venait à se rompre.» De son côté,
lord Palmerston, comme s'il voulait atténuer l'effet fâcheux du
silence gardé sur la France dans le discours de la Couronne,
saisissait l'occasion d'une interpellation sur les affaires d'Espagne,
pour faire, le 10 mars 1837, une déclaration analogue: «En ce qui
concerne, disait-il, l'alliance du gouvernement anglais avec la France
dans la question espagnole, si quelqu'un ici pense qu'elle s'est
relâchée, il se trompe; l'alliance des deux pays est fondée sur des
intérêts communs, et j'ai la confiance qu'ils auront longtemps encore
les mêmes amis et les mêmes ennemis, parce qu'ils auront le même
intérêt dans toutes les grandes questions européennes.»

Le _Journal des Débats_ relevait avec satisfaction ce langage, qui,
d'après lui, «ne devait laisser aucun doute sur la sincérité de
l'alliance unissant les deux puissances[418]», et M. Molé écrivait à
l'un de ses ambassadeurs: «Le discours dans lequel lord Palmerston a
essayé de réparer l'impression produite par le silence gardé, dans
une occasion solennelle, sur l'alliance de la France et de
l'Angleterre, aura appelé votre attention. Je dois dire que ce
ministre nous avait, depuis longtemps, fait parvenir des explications
conçues dans le même esprit. D'après ces explications, l'omission,
tant remarquée dans le discours du trône, n'aurait été déterminée que
par des considérations de politique intérieure. Lord Palmerston y
avait vu d'autant moins d'inconvénients qu'il s'était proposé d'y
suppléer dans la discussion de l'Adresse par les déclarations les plus
explicites; malheureusement l'Adresse, n'étant pas attaquée, n'avait
pu être discutée; il avait dû attendre une occasion, et la
malveillance en avait profité pour répandre les assertions les plus
contraires aux véritables sentiments du cabinet britannique[419].» Le
roi des Belges s'interposait, avec une intelligente activité, entre
les deux gouvernements. Nul n'était à la fois plus intéressé à établir
entre eux de bonnes relations, et mieux placé pour aller de l'un à
l'autre, en conciliateur; allié de la famille royale d'Angleterre par
son premier mariage, il était, par le second, gendre de
Louis-Philippe. «Je suis bien heureux d'apprendre, écrivait-il à M.
Molé, le 30 novembre 1837, que les rapports entre la France et
l'Angleterre s'améliorent de plus en plus, et je suis convaincu que la
grande franchise que vous apportez dans vos relations avec le
ministère anglais, sera récompensée par les plus grands succès...
D'Angleterre, on m'exprime, avec la plus _grande chaleur_, le vif
désir que l'on a de _maintenir_ l'alliance la plus _sincère_ et la
plus _intime avec la France_. Vous pouvez compter sur mon assistance
bien franche[420].»

[Note 418: 14 mars 1837.]

[Note 419: Lettre à M. de Barante, en date du 14 mars 1837.
(_Documents inédits._)]

[Note 420: _Documents inédits._]

D'ailleurs, s'il y avait quelque méfiance à notre égard, dans l'esprit
de lord Palmerston, il ne semblait pas qu'elle fût alors partagée par
la nation anglaise. Celle-ci se montrait plutôt en veine de sympathie
pour la France. Le 28 juin 1838, il y avait grande fête outre-Manche.
C'était le couronnement de la jeune reine Victoria qui avait succédé,
le 20 juin 1837, à Guillaume IV. Après une suite de rois peu
populaires et qui ne méritaient pas de l'être, le peuple anglais
saluait avec enthousiasme l'aurore radieuse d'un règne dont il ne
pouvait cependant pressentir alors toute l'étendue et toute la
grandeur. La France se fit représenter à cette cérémonie par le
maréchal Soult. Choisir un soldat de fortune pour prendre rang au
milieu d'ambassadeurs extraordinaires, appartenant presque tous à la
plus ancienne aristocratie d'Europe; envoyer dans la patrie de lord
Wellington le général qui avait été, en Espagne et en France,
l'adversaire souvent heureux du vainqueur de Waterloo, c'était une
inspiration originale et hardie: l'événement prouva qu'elle était
heureuse. Au premier abord, on avait pu craindre le contraire: des
journaux anglais avaient commencé par attaquer l'ancien lieutenant de
Napoléon, chicanant sa gloire, lui contestant le gain de la bataille
de Toulouse, et racontant qu'à Waterloo, le dîner préparé pour lui
avait été mangé par Wellington. Mais la réaction se fit bientôt,
rapide et complète. Fêté par l'aristocratie, acclamé par la foule, le
maréchal fut, pendant plusieurs jours, l'objet d'une de ces ovations
comme on n'en voit que sur les bords de la Tamise. Au défilé du
cortége, la voiture de l'ambassadeur de France, en forme de gondole,
d'un fond bleu avec des ornements d'argent, surpassant en splendeur
celles des autres diplomates, fut accueillie, sur tout le parcours,
par des hourras frénétiques. Le succès du vieux soldat balançait
presque celui de la jeune reine. Ces applaudissements retentirent sur
le continent. Les autres puissances, dont les représentants avaient
été loin de recevoir un tel accueil, se montraient surprises et
jalouses. En France, l'amour-propre national était agréablement
flatté, non cependant sans que les ministres ne se demandassent si le
maréchal n'allait pas revenir, de ce triomphe d'outre-mer, avec une
importance embarrassante. «On prétend, écrivait un observateur, que le
ministère s'inquiète de son retour: ce sera, dit-on, un petit
Bonaparte[421].»

[Note 421: Lettre de la duchesse de Broglie à M. de Barante, 17
juillet 1838. (_Documents inédits._)]

En somme, bien qu'au fond il y eût refroidissement entre les deux
puissances occidentales, aucun éclat ne s'était produit: au
contraire, des deux parts, il y avait effort pour conserver les
apparences, comme si l'on sentait qu'une rupture ouverte serait une
altération inquiétante, peut-être un bouleversement de ce _statu quo_
européen que chacun alors s'appliquait à maintenir. À ce point de vue,
M. de Metternich lui-même, si désireux qu'il fût de voir se relâcher
l'intimité des deux États, se fût effrayé d'un conflit. «Ne croyez
pas,--disait-il à notre ambassadeur, avec plus de sincérité qu'on ne
lui en aurait peut-être supposé au premier abord,--ne croyez pas que
je veuille vous brouiller avec l'Angleterre. Dieu m'en préserve! Je
veux seulement vous mettre en garde contre lord Palmerston. Mais
serrez-vous contre lui, pour empêcher ses écarts; contenez-le: voilà
votre rôle en Europe. Le nôtre est de contenir la Russie, et nous ne
manquerons pas à cette mission[422].»

[Note 422: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 27 novembre
1836. (_Documents inédits._)]

Rarement on avait vu tous les États aussi sincèrement d'accord pour
éviter toute affaire et tout changement. «Il n'est pas une puissance,
écrivait M. de Barante à M. Molé, qui désire autre chose que le _statu
quo_; aucune ne se propose un but; aucune ne prépare l'exécution d'un
dessein[423].» La situation se prêtait à cette immobilité. Par un
phénomène rare d'accalmie politique, aucune difficulté grave ne
s'imposait aux gouvernements, ni ne mettait aux prises leurs intérêts
et leurs amours-propres. L'Espagne sans doute était toujours en feu;
mais cet incendie demeurait comme localisé à l'extrémité de l'Europe;
du moment où la France, sa plus proche voisine, se renfermait dans une
attitude d'attente et d'observation, les plus éloignés pouvaient bien
en faire autant: seule, notre intervention eût transformé la question
espagnole en une question européenne. À y regarder un peu
attentivement, on aurait discerné, en Orient, le germe d'une
complication plus redoutable, dans les menaces de guerre
qu'échangeaient le Sultan et le pacha d'Égypte; mais l'opinion et les
cabinets eux-mêmes, dans leur désir de repos, perdaient volontiers de
vue un danger qui se manifestait sur un théâtre si lointain;
d'ailleurs, tous les efforts de la diplomatie ne se réunissaient-ils
pas pour retarder la rupture, pour contenir, au jour le jour,
l'ambition d'Alexandrie comme le ressentiment de Constantinople?

[Note 423: Lettre du 2 mai 1837. (_Ibid._)]

Dans cette immobilité générale, peut-être y avait-il plus de fatigue
du passé ou d'inquiétude de l'avenir que de bien-être actuel. On s'y
plaisait cependant, et surtout on désirait la prolonger. Ce n'étaient
ni Louis-Philippe, ni M. Molé qui songeaient à troubler, par quelque
entreprise, un calme extérieur en harmonie avec leur politique
intérieure et avec l'état de l'esprit public en France. Plus que
jamais, ils voulaient, selon la formule de M. Thiers, «faire du
cardinal Fleury[424]». Le président du conseil avait personnellement
ce qu'il fallait pour éviter avec adresse les difficultés, et aussi
pour demeurer inactif tout en gardant bon air. Cette politique n'eût
pu sans doute convenir longtemps à une grande nation, mais elle
n'était pas alors sans certains avantages[425]. Si de graves questions
devaient être soulevées en Europe, notre intérêt n'était-il pas
qu'elles le fussent le plus loin possible de 1830, à une époque où,
toute méfiance contre le gouvernement de Juillet ayant enfin disparu
dans les cours du continent, nous aurions pleine liberté dans le choix
de nos alliances? Le temps travaillait alors pour nous.

[Note 424: Louis-Philippe disait à M. de Werther, ambassadeur de
Prusse: «Tant que j'aurai Molé, vous pouvez dormir tranquille.»
(Dépêche d'Arnim, HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. II, p.
288.)]

[Note 425: «M. Thiers m'écrivait une fois: Ce n'est pas un cardinal de
Richelieu qu'il nous faut, mais un cardinal Fleury.--Cela est encore
plus vrai aujourd'hui qu'il y a trois ans. Cette ligne de conduite est
non pas seulement nécessaire, mais habile. Si nous avons quelque chose
à gagner, si nous voulons faire naître des occasions favorables et en
profiter, c'est en évitant la jactance ambitieuse et les grands airs
de Louis XIV et de Napoléon.» (Lettre de M. de Barante à sa famille.
_Documents inédits._)]


III

Le ministère jouissait, depuis près de deux ans, de cette
tranquillité diplomatique, quand, vers le milieu de 1838, précisément
à l'heure où la coalition des doctrinaires, de la gauche et du centre
gauche cherchait son terrain d'attaque, surgirent près de nous, en
Suisse, en Italie, en Belgique, des questions, sinon périlleuses, du
moins embarrassantes et propres à être exploitées par l'opposition.

Louis Bonaparte n'avait pas séjourné longtemps en Amérique; débarqué à
New-York, le 5 avril 1837, il en était reparti, deux mois après, pour
rejoindre, en Suisse, sa mère dont il avait appris la maladie. La
reine Hortense ne survécut que peu au retour de son fils, et mourut en
octobre 1837. Demeuré seul, le prince ne quitta pas Arenenberg. Il fut
bientôt manifeste que ce château devenait de nouveau un foyer
d'intrigues et de conspiration. Pour rappeler sur lui l'attention de
la France, Louis Bonaparte fit publier par un de ses partisans, M.
Laity, une brochure, où l'auteur exaltait l'attentat de Strasbourg et
s'efforçait de transformer cette misérable échauffourée en une
entreprise sérieuse, redoutable, et qui avait été sur le point de
réussir. L'événement dont on évoquait ainsi imprudemment le souvenir,
autorisait certes le gouvernement français à ne pas se montrer
indulgent. Des poursuites furent dirigées contre la brochure de M.
Laity. Par défiance du jury, la cour des pairs fut saisie: bien haut
tribunal pour une si modeste affaire. L'accusé, profitant de la
tribune qu'on lui offrait, proclama avec audace sa foi politique. Il
avait pris pour avocat Michel de Bourges: nouvelle preuve des liens
qui existaient alors entre les bonapartistes et les républicains. La
cour fut sévère; elle voulait sans doute réparer en partie le scandale
de l'acquittement prononcé, l'année précédente, par le jury de
Strasbourg; Laity fut condamné à cinq années de détention et à dix
mille francs d'amende[426].

[Note 426: 11 juillet 1838.]

Cette répression à l'intérieur ne suffisait pas. Le droit des gens
autorisait la France à exiger des Suisses que leur hospitalité ne
servît point à favoriser une conspiration permanente contre un
gouvernement voisin et ami. N'était-ce pas la question déjà posée par
M. Thiers, en 1835, à l'occasion des réfugiés radicaux? Cette fois non
plus, il n'y avait pas à craindre que notre démarche fût mal vue en
Europe. Depuis longtemps, M. de Metternich nous dénonçait les menées
bonapartistes dont la Suisse était le siége, et nous poussait à élever
de sévères réclamations[427]. «Vous ne m'avez jamais vu varier,
écrivait-il au comte Apponyi, sur l'impossibilité, pour le
gouvernement français, de laisser la faction anarchique établir son
quartier général à Arenenberg[428].» Il ne pouvait du reste déplaire
au chancelier autrichien que de nouveaux ombrages s'élevassent entre
la France et la Suisse. Dès les premiers mois de 1838, M. Molé avait
fait des représentations à Berne, mais sans presser vivement une
conclusion. Ce fut après le procès Laity qu'il se résolut à agir avec
plus de vigueur. Le 1er août 1838, il fit remettre au directoire
fédéral une note où il s'étonnait «qu'après les événements de
Strasbourg et l'acte de généreuse clémence dont Louis-Napoléon
Bonaparte avait été l'objet, un pays ami, tel que la Suisse, et avec
lequel les anciennes relations de bon voisinage avaient été naguère si
heureusement rétablies, eût souffert que Louis Bonaparte revînt sur
son territoire et, au mépris de toutes les obligations que lui
imposait la reconnaissance, osât y renouveler de criminelles intrigues
et avouer hautement des prétentions insensées que leur folie même ne
pouvait plus absoudre depuis l'attentat de Strasbourg». La note
demandait «expressément» que «Louis-Napoléon Bonaparte fût tenu de
quitter le territoire helvétique», et elle se terminait ainsi: «La
France aurait préféré ne devoir qu'à la volonté spontanée et au
sentiment de bonne amitié de sa fidèle alliée, une mesure qu'elle se
doit à elle-même de réclamer enfin, et que la Suisse ne lui fera
certainement pas attendre.» Grande émotion dans la diète alors
assemblée; débat tumultueux, trop souvent même injurieux contre la
France. Les partisans du prince arguaient de ce qu'il était citoyen
suisse, ayant reçu droit de bourgeoisie dans le canton de Thurgovie;
ils obtinrent que la diète ajournât sa décision, pour examiner si en
effet Louis Bonaparte se trouvait couvert par sa nationalité.
Justement irrité de se voir opposer une objection si peu sérieuse, M.
Molé adressa, le 15 août, à son ambassadeur, une dépêche plus sévère
encore que la première. «Est-il un homme de bonne foi, disait-il, qui
puisse admettre que Louis Bonaparte soit naturalisé Suisse et
prétende, en même temps, régner sur la France?... Ne serait-ce pas se
jouer de toute vérité, que de se dire, tour à tour, selon
l'occurrence, Suisse ou Français, Français pour attenter au repos et
au bonheur de la France, Suisse pour conserver l'asile où, après avoir
échoué dans de coupables tentatives, on ourdit de nouvelles intrigues
et l'on prépare de nouveaux coups?» Il terminait en donnant ordre à
l'ambassadeur de demander ses passe-ports, si l'expulsion était
refusée, et «de donner l'assurance que la France, forte de son droit
et de la justice de sa demande, userait de tous les moyens dont elle
dispose pour obtenir une satisfaction à laquelle aucune considération
ne saurait la faire renoncer».

[Note 427: Cf. lettres du 7 et du 9 novembre 1836. (_Mémoires de
Metternich_, t. VI, p. 158, 159.)]

[Note 428: _Ibid._, p. 282.--À ce conseil raisonnable, mais non
désintéressé, M. de Metternich joignait de curieuses observations sur
l'espèce de complicité inconsciente du gouvernement de 1830 dans la
propagande bonapartiste. «Prenez-y garde, disait-il à M. de
Sainte-Aulaire en parlant du prince Louis, ce jeune fou acquiert de
l'importance par le tort qu'on a chez vous de caresser et d'exalter
outre mesure tout ce qui se rattache à l'empereur Napoléon. On finira
par faire croire à l'avenir d'une dynastie napoléonienne.» (_Mémoires
inédits de M. de Sainte-Aulaire._)--Le chancelier revenait souvent sur
cette idée. (Cf. _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 280, 281, 283.)]

En Suisse, cependant, les esprits étaient de plus en plus montés. Le
canton de Thurgovie, auquel la question de nationalité avait été
renvoyée, s'était prononcée pour le prince. Les journaux de Berne, de
Genève, de Lausanne s'indignaient avec fracas de la violence tentée
contre l'indépendance et la souveraineté de la confédération. Une
partie de la presse française s'empressait de faire écho à ces
plaintes et à ces colères. Par contre, les puissances, émues de voir
Mazzini et d'autres réfugiés, récemment expulsés de Suisse, y rentrer
pour s'associer à l'agitation provoquée en faveur du prince,
appuyaient notre démarche[429]. Fort embarrassée, la diète délibéra
de nouveau sur la question, le 3 septembre; elle ne put aboutir à
aucune décision et se prorogea au 1er octobre.

[Note 429: Les bonapartistes avaient cependant tenté d'exploiter à
leur profit la haine passionnée du Czar contre la monarchie de
Juillet. Le jeune Jérôme Napoléon, fils de l'ex-roi de Westphalie,
allié par sa mère à l'empereur de Russie, était allé trouver celui-ci
à Friederichshafen et avait sollicité, pour son cousin, la faveur
d'une audience. Le Czar la refusa sans compliments, et il ajouta que,
«loin de porter aucun intérêt à cet insensé, il appuierait de tous ses
moyens les rigueurs demandées contre lui».]

Le gouvernement français ne voulut pas laisser se prolonger ce qu'il
regardait comme une impertinente comédie. Il ordonna de concentrer
vingt-cinq mille hommes sur la frontière suisse, sans s'inquiéter des
criailleries des journaux parisiens qui, dans leur emportement, en
venaient à dire que les soldats devaient refuser de prendre part à une
lutte fratricide. Le général Aymar, appelé à commander ce corps
d'armée, disait, dans l'ordre du jour qu'il adressait à ses troupes,
le 25 septembre: «Bientôt nos turbulents voisins s'apercevront,
peut-être trop tard, qu'au lieu de déclamations et d'injures, il eût
mieux valu satisfaire aux justes demandes de la France.» En même
temps, le grand-duc de Bade mettait le blocus sur sa frontière, le roi
de Wurtemberg se préparait à en faire autant, et l'ambassadeur
d'Autriche à Berne tenait un langage de plus en plus pressant. En
Suisse, l'irritation était au comble; on s'y livrait à des
manifestations belliqueuses; les milices se rassemblaient sur la
frontière, en face des troupes françaises. La situation était
critique, et l'on ne pouvait trop savoir comment les choses allaient
tourner.

À ce moment, le prince, cause de toute cette émotion, se décida à y
mettre un terme. Avait-il pris peur d'une si grosse responsabilité?
Comprenait-il qu'il n'était pas de son intérêt de faire trop préciser
une question de nationalité dont la conclusion pouvait être qu'il
avait perdu la qualité de Français? S'inquiétait-il du rôle qu'il
aurait à jouer, en sa qualité d'officier dans l'artillerie bernoise,
si la guerre venait à éclater? Toujours est-il qu'il écrivit, le 22
septembre, aux autorités de Thurgovie, pour leur annoncer son
intention de quitter la Suisse et de se rendre en Angleterre[430]. La
diète, réunie le 6 octobre, saisit avec empressement ce moyen de
sortir d'embarras: elle décida de faire à la note de M. Molé une
réponse où, tout en maintenant son droit de refuser l'expulsion d'un
citoyen suisse, elle annonçait le prochain départ du prince Bonaparte
et exprimait l'espoir que rien ne troublerait plus la bonne harmonie
des deux pays. Quelques jours après, le 14 octobre, le prince se
mettait en route pour l'Angleterre. À y regarder de près, la réponse
de la diète prêtait à discussion: M. de Metternich nous conseillait de
ne pas nous contenter d'une satisfaction de fait, mais d'exiger «une
franche déclaration de principes»: il ajoutait que «tout le monde
soutiendrait nos démarches[431]». Mais M. Molé, qui n'avait pas les
mêmes raisons que le chancelier d'Autriche pour désirer prolonger la
brouille de la France et de la Suisse, eut la sagesse de ne pas
pousser les choses plus loin. Autant il avait été vif et roide pour
vaincre la résistance qu'on lui opposait, autant il fut prompt à
accueillir la première occasion d'une pacification. Il se déclara donc
satisfait de la réponse de la diète, et l'incident put être regardé
comme clos.

[Note 430: L'ex-roi Louis vivait encore et était retiré à Florence. Il
désirait vivement ne pas avoir la garde de son fils, et celui-ci ne
songeait pas du reste à se rapprocher de son père. On peut juger de
leurs rapports, par cette lettre que l'ancien roi de Hollande écrivait
alors à son fils, par l'entremise de M. de Metternich: «Mon fils,
lorsque je croyais avoir raccommodé vos affaires ou, pour mieux dire,
réparé autant que possible vos graves torts, je vois que vous parlez
de vous retirer en Angleterre. Cela me désole..... Vous ne pouvez
ignorer que vous y serez le but et le jouet de tous les intrigants et
de toutes les intrigues. Comment ne voyez-vous pas que vous êtes pris
pour dupe et qu'on ne se sert de vous que comme d'un mannequin? Si
vous voulez vivre tranquille, vous n'avez que l'Autriche..... Vous me
dites que vous ne pourriez pas me rejoindre; loin de le désirer,... je
m'y opposerais de toutes mes forces..... Je ne suis pas en état de
vous rien donner de mon vivant; à ma mort, vous ferez valoir vos
droits. Du reste, je n'ai plus rien à vous dire, c'est fini pour
toujours.» Puis, après avoir de nouveau insisté pour que son fils se
retirât en Autriche, il terminait ainsi: «Adieu. Puissiez-vous éviter
les piéges qui vous entourent et profiter du seul refuge qui vous
reste, asile dont a profité votre frère, durant plusieurs années, et
dont les Bourbons de la branche aînée profitent depuis longtemps! Et
vous êtes assez juste, je pense, pour reconnaître que ceux-ci avaient
bien autant de droits et d'avantages à revendiquer que vous croyez en
avoir.» (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 289 à 291.)]

[Note 431: _Ibid._, p. 286, 287.]


IV

M. Molé terminait à peine l'affaire suisse qu'une autre question, plus
gênante encore, s'imposait brusquement à lui et exigeait une solution
immédiate. En octobre 1838, M. de Metternich, causant avec M. de
Sainte-Aulaire de choses et d'autres, lui dit, sans paraître attacher
d'importance à cette nouvelle, que le Pape l'avait invité à faire
évacuer la Romagne, que l'Empereur n'avait pu ni voulu demander aucun
délai, et que la retraite des troupes impériales allait avoir lieu
incessamment[432]. Pour comprendre la portée de cette communication,
il faut se rappeler dans quelles conditions, en février 1832, à la
nouvelle du retour des Autrichiens à Bologne, Casimir Périer avait
brusquement ordonné l'occupation d'Ancône[433]. Après avoir agi de
vive force malgré le Saint-Père, il avait beaucoup tenu, pour ôter à
l'opération son apparence de procédé de forban, à la faire accepter et
régulariser après coup par le gouvernement pontifical. De là, les
négociations qui avaient abouti à la convention du 16 avril 1832. Or
l'article 4 de cette convention portait: «Aussitôt que le gouvernement
papal n'aura plus besoin des secours qu'il a demandés aux troupes
impériales, le Saint-Père priera Sa Majesté Impériale Apostolique de
les retirer; en même temps, les troupes françaises évacueront Ancône
par eau.» L'engagement était pris non-seulement envers le Pape, mais
envers toute l'Europe; avant même de signer cette convention, le
gouvernement français, par une circulaire adressée à ses agents
diplomatiques, avait informé solennellement les puissances que, «dès
que les troupes étrangères qui occupaient la Romagne auraient repassé
la frontière, nos troupes s'embarqueraient aussi pour retourner en
France». Bien donc que M. de Metternich eût affecté, dans sa
conversation avec M. de Sainte-Aulaire, de ne pas faire la moindre
allusion à cet engagement, sa communication était une mise en demeure
d'avoir à l'exécuter.

[Note 432: Cette conversation eut lieu à Venise. M. de Sainte-Aulaire
s'y trouvait avec la cour impériale qu'il venait d'accompagner à
Milan, pour le couronnement de l'empereur Ferdinand, en qualité de roi
d'Italie. (_Mémoires inédits de M. de Sainte-Aulaire._)]

[Note 433: Cf. plus haut, t. I, p. 404 et suiv.]

Peu d'actes, dans notre politique extérieure depuis 1830, avaient
autant flatté l'amour-propre national que le coup de main sur Ancône.
C'était le souvenir que l'opposition évoquait le plus volontiers,
quand elle voulait accuser un ministre de faiblesse et de timidité.
Les politiques voyaient dans le maintien du drapeau tricolore au coeur
de l'Italie une garantie de notre légitime influence, une satisfaction
et une espérance pour les libéraux modérés de la Péninsule, nos vrais
clients, un moyen d'obtenir du gouvernement pontifical les réformes
réclamées par ses sujets et nécessaires à sa propre sécurité. Il
n'était pas jusqu'aux stratégistes de journaux qui, sur le témoignage,
plus ou moins bien rapporté ou compris, de Napoléon Ier, ne se fissent
l'idée la plus exagérée de l'importance militaire d'Ancône[434]. On
juge, dès lors, de l'effet produit par la nouvelle d'une évacuation
possible de cette place. Perdant de vue que les Autrichiens, eux
aussi, se retiraient, et qu'ainsi le but même poursuivi par Périer
était atteint, l'opinion semblait croire que le gouvernement allait
abandonner quelque chose de l'oeuvre du grand ministre et faire
reculer le drapeau de la France. Les opposants, qui, comme toujours,
en prenaient à leur aise avec les nécessités de fait et de droit,
s'empressaient d'exploiter cette disposition des esprits et de la
tourner en colère contre le cabinet. Leur objectait-on le texte formel
de la convention, ils demandaient si d'autres traités non moins
formels avaient empêché les puissances d'occuper Francfort ou
Cracovie. Tout au moins soutenaient-ils qu'une diplomatie prévoyante
et ferme n'eût pas laissé le cabinet de Vienne soulever la question.

[Note 434: Louis-Philippe écrivait peu après, sur ce sujet, à M. Molé:
«Même en supposant la guerre, Ancône ne pourrait acquérir d'importance
qu'après la conquête du nord de l'Italie et des nombreuses places dont
elle est hérissée. Jusqu'à l'accomplissement de ce grand oeuvre,
aujourd'hui d'une difficulté immense, Ancône ne serait qu'un fardeau.
Fût-il en état de défense, un simple blocus amènerait promptement la
reddition de la place, et, dans son état actuel, elle ne pourrait même
pas être défendue.» (Lettre du 12 janvier 1839. _Documents inédits._)]

De la part de l'Autriche qui faisait alors de si belles protestations
d'amitié au ministère français, ce n'était certes pas un bon procédé
de le mettre, à la veille d'une session redoutable, en face d'une
telle difficulté, et de l'y mettre brusquement, sans l'avoir consulté,
sans même l'avoir prévenu. Depuis plus d'une année, des pourparlers
étaient engagés à ce sujet entre Rome et Vienne, et l'on ne nous en
avait rien dit[435]. Pourtant, peu d'années auparavant, en 1834, M. de
Metternich, interrogé par notre ambassadeur, lui avait déclaré qu'au
cas où il serait question d'évacuation, «l'Autriche et la France
devraient agir de concert[436]». M. de Sainte-Aulaire était donc fondé
à reprocher vivement au chancelier «d'avoir oublié cet engagement, et
de nous avoir mis ainsi dans une situation très-critique». M. de
Metternich se défendit sans bonne foi, en invoquant les circonstances:
«Tout ce qu'il pouvait faire, disait-il, était de nous procurer
quelque délai; l'évacuation n'aurait lieu que le 30 novembre, et,
d'ici là, l'affaire demeurerait secrète.» Il ajoutait, révélant ainsi
la cause de son mauvais procédé: «Vous portez, en 1838, la peine de
votre faute de 1832[437].» «Le véritable motif du chancelier, écrivait
alors M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, et au fond, sa raison valable,
c'est que nous ne l'avions pas consulté pour venir à Ancône. Il en
garde rancune. Il riait sous cape, quand je lui parlais de l'embarras
dans lequel il vous plaçait[438].» L'expédition d'Ancône avait en
effet excité, à Vienne, un ressentiment, demeuré, après six années,
encore tout vivace: on était heureux de se venger. Le 30 septembre
1838, avant même d'avoir averti la France, M. de Metternich écrivait
au comte Apponyi: «Quant à l'évacuation des Légations qui entraîne
celle d'Ancône, elle aura la valeur d'un embarras pour ceux qui y ont
envoyé des troupes sans aucun fondement de justice ni même de raison.
En politique, rien ne se paye aussi cher que les fautes; semblables à
celles que l'on commet au jeu, elles font perdre la partie.» Il
parlait avec complaisance du «coup» ainsi porté à la «politique des
barricades»; et, tout en se flattant que le drapeau tricolore avait
été «inoffensif» en Italie, il ne cachait pas le plaisir qu'il
éprouvait à le «renvoyer[439]».

[Note 435: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 228 et suiv.]

[Note 436: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 437: _Ibid._]

[Note 438: Lettre particulière de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du
11 octobre 1838. (_Documents inédits._)]

[Note 439: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 231, 285, 286.]

Qu'une telle conduite nous fournît un grief contre le cabinet de
Vienne, soit. Mais ce grief nous déliait-il de l'engagement positif
contracté, non envers l'Autriche, mais envers le Pape et l'Europe? M.
de Sainte-Aulaire ne le pensait pas, et, tout en se plaignant à M. de
Metternich, il pressait le gouvernement français de ne pas refuser
l'évacuation. Son opinion avait d'autant plus de valeur qu'il s'était
trouvé ambassadeur à Rome, en 1832, et avait négocié la convention
qu'il s'agissait d'appliquer. Il écrivait à M. Molé, le 11 octobre
1838: «Si M. de Metternich ne désire pas retirer ses troupes, votre
refus lui ferait beau jeu pour s'établir indéfiniment dans la Romagne.
S'il veut sincèrement s'en aller, il partira sans tenir compte de
nous, et acquerra ainsi la réputation d'un protecteur loyal et
désintéressé auprès de toutes les puissances italiennes, nous laissant
à nous le rôle contraire et une attitude qui deviendra plus fâcheuse
chaque jour. Quoi qu'il en soit de l'arrière-pensée de M. de
Metternich, je vous conjure, cher ami, de ne pas hésiter. L'exemple de
Thiers n'est pas fait pour vous convaincre. Je restai consterné quand,
en 1836, il m'annonça sa résolution de garder Ancône. Retirez nos
troupes sans délai, sans hésitation; rien ne vous donnera meilleure
grâce en Europe. Au fait, nous sommes entrés, en 1832, par une
mauvaise porte. Je conviens cependant que notre occupation d'Ancône,
contestable en principe, détestable dans l'exécution, fut en France
d'un effet utile et populaire. Pourquoi? c'est que les Autrichiens
étaient à côté, et que cette bravade avait bon air. Mais ôtez les
Autrichiens et leur enjeu, que reste-t-il dans la partie[440]?»

[Note 440: Dépêche du 14 mars 1836.]

Ni le Roi, ni son ministre n'hésitèrent un moment. Il leur parut
aussitôt que l'engagement était formel et impossible à éluder. Les
documents que M. Molé trouva, en fouillant les archives de son
ministère, ne lui semblèrent pas de nature à affaiblir cette première
impression. Il y découvrait par exemple que le cabinet du 13 mars,
signataire de la convention du 16 avril 1832, n'avait jamais eu de
doute sur l'obligation qui en résultait pour la France: en effet, au
commencement d'octobre 1832, le général Sébastiani, alors à la tête
des affaires étrangères, sur le bruit mal fondé d'une retraite
possible des Autrichiens, avait averti aussitôt notre ambassadeur à
Rome que, dans ce cas, «il devait donner immédiatement au général
Cubières, sans attendre de nouvelles instructions, l'ordre d'évacuer
Ancône»; et il ajoutait: «Vous ne devez point hésiter un instant à cet
égard.» Le cabinet du 11 octobre, tout en s'ingéniant pour que la
question ne fût pas soulevée, n'avait pas eu un autre sentiment.
C'était seulement en 1836, et avec M. Thiers, que M. Molé voyait
apparaître, pour la première fois, dans les documents diplomatiques,
une velléité d'éluder l'engagement pris. Le ministre du 22 février
avait donné pour instruction à ses agents à Vienne et à Rome d'éviter,
autant que possible, toute conversation sur ce sujet. «Si néanmoins,
disait-il, vous étiez obligé d'exprimer une opinion, elle devrait être
que le fait de la retraite des Autrichiens n'entraînerait pas
nécessairement celle de nos propres troupes.» Et, pour trouver un
prétexte à ce manque de foi, il ajoutait: «Les garanties
d'indépendance qu'on s'était flatté un moment d'obtenir du
Saint-Siége, en cherchant à le diriger dans la voie des réformes
salutaires, sont moins que jamais à espérer aujourd'hui; et pourtant,
c'est uniquement en vue de cette solution que le gouvernement français
s'était prêté à ratifier la convention du 16 avril 1832[441].» M.
Molé n'avait pas de peine à se rendre compte, en se reportant aux
précédents, que cette prétention de lier la question de l'occupation à
celle des réformes, était toute nouvelle et absolument contraire aux
faits. Si, par le _mémorandum_ du 21 mai 1831, nous avions, de concert
avec les autres puissances, invité le Pape à faire quelques
changements dans son gouvernement temporel, ce n'était qu'un conseil
tout amical, sans arrière-pensée de coercition, et nul ne songeait
alors à une occupation armée. Tout en se montrant disposé à suivre ce
conseil, le Pape avait stipulé expressément qu'il ne prenait aucun
engagement, et que ses concessions auraient la mesure et l'étendue
qu'il jugerait à propos de leur donner. Quelques réformes furent en
effet essayées. Mais médiocrement opérées, elles avaient été mal
accueillies par les populations travaillées d'idées révolutionnaires.
Le gouvernement romain s'était dès lors cru dispensé de pousser plus
loin l'épreuve, et les puissances elles-mêmes, à commencer par la
France, n'avaient guère insisté. Quand, au commencement de 1832,
l'idée vint d'occuper Ancône, ce ne fut, à aucun degré, la suite des
négociations relatives aux réformes: on n'agissait pas contre le Pape,
et pour le contraindre à modifier son gouvernement, ce qui eût été
d'ailleurs une singulière application du principe de non-intervention;
on agissait contre l'Autriche et pour faire contre-poids à
l'occupation de Bologne par les Impériaux. Cela fut dit expressément
par le ministre d'alors et répété, à plusieurs reprises, par ses
successeurs[442]. M. Thiers ne pouvait l'ignorer et ne se faisait
probablement guère d'illusion sur la valeur de sa thèse; mais il se
flattait, en prenant cette attitude, d'intimider Rome et l'Autriche,
et de prévenir toute demande d'évacuation. Il était d'ailleurs le
premier à sentir que le terrain n'était pas solide et qu'on ne
pourrait s'y maintenir le jour où la question serait sérieusement
soulevée. «La seule chance qui m'embarrasserait beaucoup, avouait-il
un jour, ce serait qu'il prît fantaisie au prince de Metternich, qui
est retors, d'évacuer le sol pontifical et de nous laisser embourbés à
Ancône[443].» Eh bien, cette hypothèse que M. Thiers lui-même avouait
devoir être si embarrassante, était celle en face de laquelle se
trouvait M. Molé. Il ne s'agissait plus de manoeuvrer pour qu'on ne
nous posât pas la question: elle était nettement posée.

[Note 441: _Documents inédits._]

[Note 442: Dès le 26 février 1832, c'est-à-dire au lendemain de
l'occupation d'Ancône et à la veille de la convention qui devait la
ratifier, le général Sébastiani écrivait à l'ambassadeur français à
Rome: «Nous ne saurions trop le répéter, nous ne voulons en aucune
façon intervenir par la force dans le régime intérieur des États de
l'Église... Nous ne cherchons, dans l'occupation d'Ancône, qu'une
garantie politique exigée par la dignité de la France.» Un an plus
tard, M. de Broglie, voulant expliquer une phrase quelque peu
comminatoire, prononcée au sujet du retard apporté aux réformes du
l'administration romaine, écrivait à notre ambassadeur: «Cette phrase
s'applique uniquement aux éventualités de l'avenir et ne saurait être
interprétée comme un retour sur notre promesse d'évacuer Ancône,
lorsque les troupes autrichiennes quitteront les Légations. Cet
engagement subsiste toujours, et notre intention est de l'exécuter
fidèlement, dès que la condition à laquelle il est subordonné se
trouvera simultanément accomplie.» À la même époque, M. de Broglie
disait encore à la tribune: «On vous a dit: Mais que sont devenues les
promesses faites aux Légations romaines? Cette question est
indépendante de la prise de possession d'Ancône.»]

[Note 443: Ce propos est rapporté par M. de Metternich, qui disait le
tenir «de source certaine». (_Mémoires_, t. VI, p. 291.)]

En dehors même de la raison de probité diplomatique, M. Molé avait le
sentiment très-net et très-vif des inconvénients politiques qu'il y
aurait à user de l'exception dilatoire imaginée par M. Thiers. Rester
sous prétexte que les réformes n'étaient pas faites dans
l'administration pontificale, c'était dénaturer et rapetisser
rétrospectivement l'expédition d'Ancône, qui alors, au lieu
d'apparaître comme un défi hardiment jeté à une grande puissance,
n'aurait plus été qu'un abus de la force contre le plus faible et le
plus respectable des États; c'était aussi altérer complétement
l'attitude très-sage gardée jusqu'alors à l'égard du Saint-Siége,
provoquer ses protestations indignées, et commencer contre lui une de
ces luttes à la fois odieuses et inextricables, qu'à défaut même de la
conscience chrétienne, la seule prudence politique devait faire
soigneusement éviter. Le scandale de notre manque de foi eût
d'ailleurs retenti dans toute l'Europe, y eût réveillé les
inquiétudes, les préventions, les hostilités auxquelles la monarchie
de Juillet s'était heurtée en naissant, et que, depuis huit ans, sa
sagesse travaillait avec peine, mais non sans succès, à détruire. Au
contraire, en retirant loyalement ses troupes, le gouvernement du Roi
se flattait de gagner plus dans la confiance de l'Europe qu'il ne
perdait en influence sur l'Italie. Or obtenir cette confiance,
n'était-ce pas alors le principal dessein de sa diplomatie et aussi le
besoin premier du pays? À ne regarder même que l'Autriche,
n'avions-nous pas à lui donner satisfaction un intérêt qui l'emportait
sur tous nos petits ressentiments, si fondés qu'ils fussent? C'est en
Orient que les hommes d'État attentifs et perspicaces prévoyaient
alors les plus graves complications. La France, bien conduite, pouvait
y rencontrer l'occasion d'un grand rôle qui eût été la revanche des
humiliations de 1815 et de l'isolement suspect de 1830, à une
condition toutefois, c'est qu'elle détachât l'Autriche de la Russie.
Un refus de quitter Ancône, après la retraite des Impériaux, rendait
tout accord impossible entre Paris et Vienne. M. de Broglie, qui
pourtant n'aimait pas le cabinet autrichien, n'avait-il pas, pour le
disposer à une action commune en Orient, mis lui-même sur le tapis, à
la fin de 1835, la question de l'évacuation[444]? À l'époque où nous
sommes arrivés, dans les derniers mois de 1838, chacun comprenait si
bien l'avantage des bons rapports avec l'Autriche, que M. Thiers,
voyageant alors en Italie, s'appliquait à rentrer dans les bonnes
grâces de M. de Metternich, lui rappelait leur accord dans les
affaires de Suisse en 1836, et donnait à entendre qu'il se
désintéressait des affaires espagnoles[445].

[Note 444: _Mémoires inédits de M. de Sainte-Aulaire._]

[Note 445: _Mémoires de M. de Metternich_, t. VI, p. 284.]

Telles furent les raisons qui décidèrent le Roi et son ministre à ne
pas se dérober à l'engagement pris d'évacuer Ancône. Quand le comte
Apponyi vint annoncer le retrait des troupes autrichiennes, M. Molé
l'écouta sans lui répondre, et le laissa partir dans l'ignorance des
intentions du gouvernement français. Le lendemain, il fit un tout
autre accueil à l'internonce Mgr Garibaldi: sans lui laisser achever
sa demande, il l'assura, dans les termes les plus explicites, que
tous les engagements pris envers Sa Sainteté seraient fidèlement
exécutés, et qu'il ne resterait pas un soldat français dans Ancône, le
jour où les Autrichiens auraient quitté Bologne. Les ordres furent
donnés aussitôt, et, le 4 décembre, la petite garnison s'embarquait
pour rentrer en France. Cette conduite confirma l'opinion, chaque jour
meilleure, qu'on se faisait, en Europe, du gouvernement du Roi. À
Rome, la reconnaissance fut très-vive. Tout le corps diplomatique fit
l'éloge du président du conseil, et M. de Metternich avoua qu'il ne
l'aurait pas cru si hardi à dominer les entraînements de
l'opinion[446].

[Note 446: _Mémoires inédits de M. de Sainte-Aulaire._]

M. Molé s'était toutefois demandé s'il n y aurait pas moyen
d'atténuer, par quelque petite compensation, le déplaisir ressenti en
France. Il essaya d'obtenir que le Pape nous remerciât de notre
occupation et indiquât l'intention d'avoir, au besoin, de nouveau
recours à nous. Mais, à Rome, si l'on nous savait grand gré de la
loyauté avec laquelle nous nous retirions, on ne nous avait pas encore
pardonné la façon dont nous étions venus. La chancellerie pontificale
usa donc de réponses dilatoires et ne nous accorda pas, en fin de
compte, la satisfaction que nous demandions[447]. M. Molé eut une
autre velléité plus hardie: c'était de consoler le patriotisme
mortifié, en relevant, au mépris des stipulations de 1815, les
fortifications d'Huningue[448]. M. de Sainte-Aulaire avait été même
chargé de sonder à ce sujet M. de Metternich: le chancelier était
demeuré impassible et n'avait pas eu l'air de faire attention à
l'ouverture. Notre ambassadeur n'avait pas insisté: mais son
impression, aussitôt transmise à Paris, était que, la chose une fois
faite, l'Autriche la laisserait passer. M. Molé ne crut pas devoir
aller plus loin. Manqua-t-il de hardiesse, ou bien la sagesse un peu
sceptique du Roi estima-t-elle que cette bravade sentimentale ne
valait pas les mécontentements qu'elle éveillerait et les risques
qu'elle pouvait faire courir?

[Note 447: Lettres de M. de Latour-Maubourg, ambassadeur à Rome, à M.
Molé, en date du 28 octobre au 23 novembre 1838. (_Documents
inédits._)]

[Note 448: Le démantèlement de la place d'Huningue, imposé par les
traités de 1815, avait vivement froissé le sentiment national.]


V

L'affaire d'Ancône n'était qu'un embarras. Le ministère put craindre,
un moment, de rencontrer, sur notre frontière du Nord, un péril. Une
démarche du roi de Hollande, Guillaume Ier, venait en effet de
réveiller inopinément la question belge qui sommeillait depuis 1833.
On se rappelle en quel état se trouvaient les choses à cette date.
Devant le refus de Guillaume d'adhérer, comme la Belgique, au traité
des vingt-quatre articles par lequel la conférence de Londres avait
fixé le partage des territoires et des dettes entre les deux fragments
de l'ancien royaume des Pays-Bas[449], le gouvernement français, en
décembre 1832, avait enlevé de force aux Hollandais la citadelle
d'Anvers et l'avait remise aux Belges, auxquels elle devait appartenir
d'après le partage. Guillaume n'occupait plus dès lors, en dehors du
territoire que la conférence lui avait laissé, que quelques petits
fortins situés sur le bas Escaut; la Belgique, au contraire, par une
très-large compensation, se trouvait détenir, comme à titre de
nantissement, la partie du Luxembourg et du Limbourg attribuée à la
Hollande. Celle-ci aurait donc eu intérêt à accepter la décision de la
conférence: mais Guillaume, par obstination d'amour-propre, par espoir
d'une révolution en France ou d'une guerre en Europe qui lui
permettraient de remettre tout en question, avait persisté à refuser
de signer le traité. On n'avait obtenu de lui, le 21 mai 1833, qu'une
suspension des hostilités, chaque partie demeurant «provisoirement» en
possession des territoires qu'elle occupait. Depuis lors, on n'avait
plus entendu parler de rien, quand, en mars 1838, le roi de Hollande,
las d'attendre une occasion de revanche qui ne se présentait pas, se
déclara prêt à adhérer et à se conformer aux vingt-quatre articles;
il en demandait, par contre, l'exécution à son profit, c'est-à-dire la
restitution de sa part du Limbourg et du Luxembourg.

[Note 449: Cet acte était du 15 octobre 1831, et l'adhésion de la
Belgique, du 15 novembre suivant.]

Au lieu de se réjouir de ce que leur indépendance allait être enfin
unanimement reconnue et définitivement consacrée, les Belges ne virent
que la mise en demeure de rendre des territoires qu'avec le temps ils
s'étaient habitués à regarder comme leurs. Ils protestèrent aussitôt
qu'il leur était impossible de se laisser séparer de populations
attachées à leur cause, partageant leur foi religieuse et politique,
ayant souffert et combattu avec eux, et représentées, depuis plusieurs
années, comme les autres provinces du royaume, au Parlement de
Bruxelles. Débats des Chambres, adresses des villes et des
corporations, manifestations souvent tumultueuses, tout semblait
témoigner de la volonté de repousser, à tout risque, ce que l'on
prétendait être un démembrement de la patrie belge. La presse entière,
la majorité des Chambres et une partie des ministres étaient dans le
mouvement, mouvement si général, si impétueux, que le roi Léopold,
dont on connaît l'habituelle sagesse, n'osait se mettre en travers. À
Paris, les feuilles de l'opposition s'associaient bruyamment à ces
protestations, faisant croire ainsi à nos voisins qu'ils avaient
l'opinion française avec eux et pouvaient, dès lors, être téméraires
impunément.

Était-il donc possible à notre gouvernement d'approuver et de soutenir
cette résistance? La question de droit n'était pas douteuse. La
Belgique avait accepté le traité des vingt-quatre articles; elle en
avait invoqué l'application à son profit; c'est en vertu de ce traité
qu'elle nous avait demandé de la mettre en possession de la citadelle
d'Anvers. Pouvait-elle le répudier maintenant dans les clauses qui
étaient à sa charge? Il avait toujours été entendu que la détention
des deux provinces n'était que provisoire, et le retard qu'avait mis
le roi Guillaume Ier à adhérer au traité ne pouvait délier la Belgique
d'engagements contractés, non envers la Hollande, mais envers les cinq
grandes puissances. Celles-ci d'ailleurs ne se montraient pas
disposées à délier la Belgique de ces obligations. La conférence de
Londres avait rouvert ses séances, en juin 1838, pour délibérer sur
la démarche du roi de Hollande. Les représentants de l'Autriche, de la
Prusse et de la Russie, qui ne s'étaient résignées jadis qu'à
contre-coeur au démembrement des Pays-Bas, déclaraient bien haut que
«si l'on touchait aux limites hollando-belges, les vingt-quatre
articles tomberaient, et qu'il ne resterait plus rien du nouveau
royaume[450]». Le plus grave était que l'Angleterre faisait, cette
fois, cause commune avec les trois cours continentales. Était-ce la
conséquence du refroidissement qui s'était produit entre Paris et
Londres? Toujours est-il que lord Palmerston mettait une sorte
d'empressement à se prononcer, dès le début et sans se concerter avec
nous, contre les prétentions territoriales de la Belgique[451]. De
toutes parts, il revenait au cabinet français que le gouvernement
britannique marchait, sur cette question, entièrement d'accord avec
l'Autriche, la Prusse et la Russie. «Sachez, écrivait-on de Vienne à
M. Molé, que la communauté d'action des quatre cours existe jusque
dans les détails les plus intimes. Instructions, courriers,
télégraphes, tout est en commun. Chacun parle et agit pour les trois
autres comme pour soi, sans crainte d'être démenti. Dans toutes les
questions grandes ou petites de cette affaire-ci, vous allez vous
trouver en face de toute l'Europe[452].»

[Note 450: _Mémoires inédits du comte de Saint-Aulaire._--Cf. aussi la
correspondance de M. de Sainte-Aulaire et de M. Bresson. (_Documents
inédits._)]

[Note 451: Lettre de M. Molé à M. Bresson, du 27 mai 1838. (_Documents
inédits._)]

[Note 452: Lettre de M. de Langsdorff, alors chargé d'affaires à
Vienne, en l'absence de son beau-père, le comte de Sainte-Aulaire.
(_Documents inédits._)]

Prendre parti pour les exigences de la Belgique contre le texte formel
des traités et contre la volonté unanime des puissances eût été une
témérité injustifiable. Mais pouvions-nous, d'autre part, demeurer
témoins passifs et insouciants du conflit aigu qui menaçait de
s'engager entre nos alliés de la conférence de Londres et nos protégés
de Bruxelles? Si la résistance de ces derniers se prolongeait, et s'il
prenait, par exemple, fantaisie au gouvernement de Berlin de se faire
le gendarme de la conférence et de tenter, pour déloger les Belges du
Luxembourg, le pendant de ce que nous avions fait pour arracher
Anvers aux Hollandais, laisserions-nous accomplir librement cette
intervention prussienne à laquelle nous avions, en 1830, opposé un
_veto_ si ferme et si écouté? Permettrions-nous à la vieille Europe de
prendre, contre la France de Juillet, une si éclatante revanche? Ou
bien renouvellerions-nous ce _veto_, au risque d'une guerre où nous
serions seuls contre toutes les autres puissances? Il fallait à tout
prix empêcher que les choses en vinssent à l'une ou à l'autre de ces
extrémités, et, pour cela, il fallait amener l'Europe à se montrer
patiente, la Belgique à faire preuve de sagesse et de résignation.

Le Roi et M. Molé virent la difficulté et le péril de la situation, et
ils arrêtèrent tout de suite leur ligne de conduite avec fermeté et
clairvoyance. Ils commencèrent par avertir le cabinet de Bruxelles
qu'il ne serait pas soutenu dans ses prétentions territoriales. Ces
avertissements devaient être donnés avec un tact particulier: si l'on
ménageait trop les Belges, on risquait de laisser croire à ces enfants
gâtés qu'ils finiraient par nous forcer la main; si on leur parlait
trop durement, il y avait danger de les pousser par dépit à quelque
coup de tête ou d'acculer le roi Léopold à quitter une partie devenue
trop difficile: certains indices révélaient alors chez ce prince des
tentations de découragement. Ce fut Louis-Philippe qui se chargea plus
particulièrement de remplir cette tâche délicate, au moyen de la
correspondance directe qu'il avait l'habitude d'entretenir avec son
royal gendre[453]. Ses lettres de cette époque, publiées, en 1848, par
ceux qui s'en étaient emparés au pillage des Tuileries, lui font le
plus grand honneur[454]. Impossible de prévenir plus nettement la
Belgique qu'en dehors de la délimitation fixée par les vingt-quatre
articles, «tout était illusoire et chimérique»; impossible de la
conjurer plus instamment de céder. Mais, en même temps, l'accent plein
d'un intérêt si vrai pour la nation, d'une affection si émue pour le
prince, tempérait ce que l'avertissement avait de déplaisant. Pendant
que le gouvernement français tenait ce langage à la Belgique, il
tâchait d'obtenir pour elle, des puissances, quelques avantages,
notamment un allégement des charges pécuniaires qui lui avaient été
originairement imposées dans le traité de partage. L'obstination de la
Hollande ayant obligé la Belgique à maintenir, pendant plusieurs
années, un grand état militaire, n'était-il pas équitable, disait-on,
de faire supporter ce surcroît de dépenses à ceux qui l'avaient causé?
C'était, de l'avis des gens sensés, ce que l'on pouvait espérer de
mieux pour la Belgique[455]. Et surtout, la France s'appliquait à
retarder les décisions définitives de la conférence, dans l'espoir que
le temps ainsi gagné permettrait à ses voisins d'y voir plus clair et
de se conduire avec plus de sang-froid.

[Note 453: Louis-Philippe écrivait à M. Molé le 12 janvier 1839, en
lui communiquant certaines nouvelles de Bruxelles: «Vous n'y verrez
que trop d'indices de cette disposition de dégoût du roi Léopold qu'il
est bien plus important d'arrêter qu'on ne le pense en général, parce
qu'on n'y croit point, et c'est une erreur d'autant plus fâcheuse que
s'il plantait là son affaire, les embarras seraient incalculables, et
la paix serait bien gravement compromise. Son parti révolutionnaire
lui donne avec raison beaucoup d'inquiétude, et il n'y a que lui qui
puisse le _mater_. C'est très-sérieux, et je vous dirai sur cela des
choses que je ne puis dire qu'à vous. Il faut donc nous attacher à le
relever et à lui redonner la confiance qu'il perd.» (_Documents
inédits._)]

[Note 454: Cette publication a été faite par la _Revue
rétrospective._]

[Note 455: M. de Sainte-Aulaire, après avoir parlé de la tentative
faite pour obtenir une diminution de dette pour la Belgique, ajoutait:
«Les gens qui ne se contenteront pas à ces conditions n'auront guère
d'idée des choses possibles en Europe.» (Lettre du 28 octobre 1838.
_Documents inédits._)]

Le plan était habilement conçu, mais, ni d'un côté ni de l'autre, il
n'était facile à exécuter. Conseils et avertissements semblèrent tout
d'abord peu écoutés des Belges: les têtes étaient chaque jour plus
échauffées et plus troublées; les bravades belliqueuses se
multipliaient. Cette agitation avait pour plus claire conséquence
d'interrompre complétement toute industrie et tout commerce. Les
usines se fermaient, les boutiques étaient vides. La banque de
Belgique se voyait même bientôt réduite à suspendre ses payements et à
solliciter de ses créanciers un délai de trois mois. Les nombreux
ouvriers, jetés sur le pavé, passaient leur temps en promenades
tumultueuses, et nul ne pouvait prévoir où les conduirait un pareil
régime d'excitations et de souffrances. Ce petit pays, naguère si
riche et si tranquille, semblait à la veille d'une faillite et d'une
révolution. Pendant ce temps, les puissances, fortes de leur union,
supportaient mal les retards que nous leur imposions. C'est en Prusse
surtout que l'impatience se manifestait: on en suit les progrès dans
la correspondance de notre ministre à Berlin, M. Bresson. En août, ce
diplomate remarquait, dans le cabinet prussien, «la décision plus
grande du langage sur l'affaire belge, parce qu'on se croit en droit
de réclamer l'exécution d'un traité»; mais il ne discernait pas encore
de péril de guerre. Le 7 novembre, il écrivait que M. de Werther,
alors ministre des affaires étrangères, «n'entrevoyait plus que
rupture des négociations, catastrophes et guerre générale». En
décembre, il se montrait lui-même très-préoccupé des dispositions de
la Prusse[456]. À Saint-Pétersbourg, M. de Barante constatait avec
inquiétude les «fureurs» de l'ambassadeur de Prusse[457]. Bien que
moins passionné sur cette question, M. de Metternich était disposé à
laisser faire la cour de Berlin[458]. Quant à lord Palmerston, il ne
paraissait occupé qu'à reconquérir, à nos dépens, les bonnes grâces
des puissances continentales, en se montrant le plus vif à blâmer nos
efforts en faveur de la Belgique[459]. L'habile directeur à notre
ministère des affaires étrangères, M. Desages, envoyé exprès à
Londres, en décembre, pour obtenir de nouveaux délais, se heurtait à
la mauvaise volonté nullement voilée du chef du _Foreign Office_[460].

Après être parvenu, non sans peine, à retarder toute décision pendant
plus de six mois, le moment vint où M. Molé ne put plus empêcher la
conférence de rendre son arrêt. Le 11 décembre 1838, celle-ci décida
que rien ne serait changé à la délimitation territoriale fixée par les
vingt-quatre articles, avec ce correctif important, dû à notre
insistance, que les charges financières imposées à la Belgique par le
traité primitif seraient réduites de près de moitié. Conformément à la
politique suivie dès le premier jour, la France ne se sépara pas de
l'Europe en cette circonstance; son plénipotentiaire signa le
protocole, mais sous réserve de l'approbation du gouvernement. C'était
un moyen, avoué d'ailleurs aux autres puissances, de gagner encore
quelques jours. M. Molé avait désiré ce dernier ajournement, un peu
pour lui, afin de laisser passer la discussion de l'Adresse qui allait
commencer dans la Chambre des députés, beaucoup pour la Belgique, qui
devait trouver, dans ce suprême répit, le temps de revenir enfin à la
raison.

[Note 456: Correspondance de M. Bresson avec M. Molé. (_Documents
inédits._)]

[Note 457: Lettre de M. de Barante à M. Molé, du 22 décembre 1838.
(_Documents inédits._)]

[Note 458: Lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 9 septembre
1838. (_Documents inédits._)]

[Note 459: _Mémoires inédits de M. de Sainte-Aulaire._]

[Note 460: Lettre de M. Desages à M. Molé. (_Documents inédits._)]

Louis-Philippe recommença, en effet, plus vives encore, ses instances
auprès de Léopold. «Je sais, lui écrivait-il le 18 décembre, que, dans
l'opinion des révolutionnaires belliqueux qui vous poussent à la
guerre pour mieux assurer votre perte, ils disent: «Eh bien! forçons
Louis-Philippe à déclarer qu'il nous abandonne. S'il ne l'ose pas,
nous triomphons et nous avons la guerre; mais s'il l'ose, alors nous
déverserons sur sa tête tout l'odieux de cet abandon, et nous ne
parlerons que des grandes prouesses que nous aurions faites si la
France ne nous avait pas manqué.» Voilà, mon cher frère, ce que je
sais bien qui m'attend de leur part; voilà la récompense qui m'est
réservée pour avoir soutenu et défendu, comme je l'ai fait, et votre
couronne, et l'indépendance, et tous les intérêts de la Belgique, sans
me laisser dégoûter par l'ingratitude des Belges, ni intimider par
leur extravagance. C'est à vous à voir si vous croyez de votre devoir
de me laisser seul dans cette position; mais, quant à moi, mon parti
est pris. Je crois de mon devoir de les braver et de faire signer le
protocole, et je vous avertis donc de nouveau qu'il le sera.
Cependant, nous résisterons encore à la signature immédiate; nous
prenons encore un délai, qui, quoique bien court, vous laisse un peu
de temps pour réfléchir définitivement sur ce que vous allez faire, et
pour agir autour de vous et leur faire comprendre le véritable état
des choses.» Il ajoutait, le 9 janvier: «Si vous attendez les
sommations et plus encore les collisions, si vous laissez aller la
chose jusque-là, Dieu sait ce qui en arrivera, et quelles seront les
conditions qu'on pourra obtenir lorsque ces messieurs pourront dire:
_Il n'y a plus ni conférence ni traité_. Quoi qu'en disent les
correspondants de la _Gazette d'Augsbourg_, je n'ai pas à me reprocher
de ne vous en avoir pas averti, et ce n'est pas moi qu'on peut
accuser, comme ils le font, de vous avoir entraîné dans ce guêpier,
pour m'emparer de vos dépouilles[461].»

[Note 461: _Revue rétrospective._]

Ces avertissements si émus et si fermes avaient alors un peu plus de
chance d'être entendus en Belgique. La misère y était devenue
intolérable, et des pétitions commençaient à se signer dans les
centres manufacturiers, pour supplier le gouvernement de ne pas se
jeter dans une guerre insensée. Cependant le mouvement belliqueux
paraissait encore si fort qu'à la rentrée des Chambres, les ministres
du roi Léopold crurent nécessaire de demander, comme à la veille d'une
guerre, l'autorisation de percevoir à l'avance les six premiers mois
de la contribution foncière; ils engagèrent, en outre, à leur service,
un des chefs de l'insurrection polonaise de 1830, Skrzynecki, démarche
qui ne contribua pas peu à augmenter l'irritation des trois cours
continentales.

Nous ne pouvions prolonger sans péril une telle situation. Le langage
des diplomates étrangers devenait menaçant. «La corde était trop
tendue, écrit M. de Sainte-Aulaire dans ses _Mémoires_, et menaçait de
se rompre.» Les troupes belges, hollandaises, prussiennes, et celles
de la Confédération germanique, se trouvaient en présence sur les
frontières du Limbourg et du Luxembourg; la France avait dû masser un
corps d'observation dans les Ardennes; un coup de fusil, tiré par
imprudence ou à dessein, eût donné le signal d'une mêlée générale. À
Paris, d'ailleurs, la discussion de l'Adresse était terminée. M. Molé
se décida donc enfin à ratifier la signature donnée provisoirement par
son ambassadeur, et, le 23 janvier 1839, les cinq plénipotentiaires
notifièrent à la Haye et à Bruxelles leur décision, devenue cette
fois bien définitive. Le roi de Hollande y donna son adhésion, le 2
février. Le gouvernement belge dut se rendre compte qu'il ne pouvait
résister plus longtemps: il essaya une dernière contre-proposition qui
fut repoussée par la conférence; enfin, le 18 mars, après un débat
orageux, la Chambre des représentants autorisa l'acceptation du traité
proposé. Les dernières signatures furent échangées le 19 avril.

À cette date, M. Molé, ainsi qu'on le verra plus tard, était déjà
depuis quelque temps démissionnaire. Toutefois, ce n'en est pas moins
à lui, après le Roi, que revient le mérite d'avoir surmonté et dénoué
les difficultés de cette crise. Après avoir bien mis en train, en
1830, cette affaire belge, l'une des entreprises diplomatiques les
plus heureuses de la monarchie de Juillet, il eut cette chance de la
bien finir, en 1839. S'il avait, au contraire, écouté les conseils et
pris peur des reproches de l'opposition coalisée, s'il s'était laissé
séparer de l'Europe pour soutenir les prétentions territoriales de la
Belgique, on ne peut savoir ce qu'il fût advenu de celle-ci, mais la
France se fût certainement trouvée dans un grand péril. Ce péril, il
est facile aujourd'hui de s'en rendre compte, car c'est celui-là même
auquel un cabinet moins clairvoyant ne sut pas échapper, peu après,
dans la question d'Orient. La France eût été seule avec la Belgique
contre toute l'Europe, comme elle devait, un an plus tard, se trouver
seule avec l'Égypte; et la proximité de la Belgique eût rendu le
danger plus grand encore. Les conséquences déplorables de l'isolement
de 1840, conséquences qui ont pesé, pendant tant d'années, sur notre
politique, permettent de mesurer quelle reconnaissance est due à M.
Molé pour avoir évité la faute où devait tomber M. Thiers.

En Belgique donc, comme, à la même époque, en Suisse et en Italie, le
ministère avait bien agi; il avait fait ce qu'exigeait la foi des
traités et ce qui convenait, sinon aux préventions passagères du pays,
du moins à ses intérêts permanents. Toutefois, il y avait dans ces
événements, tels qu'ils se présentaient à la fin de 1838, des
apparences et des coïncidences dont ne manquaient pas de s'emparer les
opposants, alors en train de s'armer pour les prochains débats de la
session. À entendre leurs journaux, partout en Europe, la «politique
de Juillet», humiliée par les autres puissances, répudiée par
nous-mêmes, se trouvait en recul; partout, le ministère avait
abandonné la clientèle libérale de la France aux vengeances de la
Sainte-Alliance, poussant même parfois la faiblesse ou la trahison
jusqu'à se faire l'instrument de ces vengeances; et alors, parcourant
toutes nos frontières, du nord au midi, on montrait la Belgique sur le
point d'être démembrée, sans que nous sachions ou osions la protéger;
la Suisse encore tout exaspérée contre nous de ce que nous avions, aux
applaudissements et avec l'appui des puissances absolutistes, violenté
son indépendance; le drapeau tricolore, garantie de l'influence
française au delà des Alpes et espoir de la liberté italienne, se
retirant humblement d'Ancône, par déférence pour l'Autriche; enfin,
pour compléter ce tableau, la monarchie constitutionnelle aux abois en
Espagne, et les bandes de don Carlos enhardies jusqu'à menacer Madrid.
Sur ce terrain, comme sur celui où s'était placé M. Duvergier de
Hauranne, les doctrinaires croyaient pouvoir, sans renier leur passé
et leurs principes, tendre la main à la gauche. Bientôt, la question
étrangère devint le principal objet des polémiques de la coalition.
Celle-ci sentait qu'elle avait chance de réveiller et de passionner le
pays, jusqu'alors assez indifférent à cette lutte de partis ou de
personnes, en faisant appel à la susceptibilité nationale, plutôt
qu'en dissertant subtilement sur la prérogative parlementaire. M.
Guizot et ses amis n'avaient-ils donc pas conscience que, cette fois
encore, l'attaque dépassait le ministère pour atteindre le Roi, connu
et dénoncé comme le véritable directeur de cette politique étrangère,
comme l'auteur principal des déviations et des défaillances qu'on
prétendait y relever?


VI

À la même époque, cependant, et sur les théâtres les plus divers, ce
gouvernement qu'on accusait si facilement d'être, au dehors, craintif,
insensible aux exigences de l'honneur national, montrait qu'il savait
défendre vivement les intérêts du pays et tenir d'une main ferme son
drapeau. Depuis longues années, la république noire d'Haïti
n'exécutait pas les engagements qu'elle avait pris, en 1825, en retour
de la reconnaissance de son indépendance; bien loin de fournir les 150
millions promis aux colons dépossédés, elle ne payait même pas les
intérêts de l'emprunt contracté en France sous ce prétexte. Le
ministère envoya une escadre à Port-au-Prince, pour rappeler leurs
obligations à ces débiteurs oublieux et sans gêne: un traité fut
conclu où, tout en réduisant le solde de l'indemnité due à soixante
millions payables en trente annuités, il fut stipulé que le payement
en commencerait immédiatement[462]. On envoya aussi une escadre devant
Buenos-Ayres, pour tenir en respect le féroce Rosas, président de la
république Argentine, dont le despotisme se jouait des intérêts de nos
nationaux. Un blocus fut établi, un fort enlevé, mais sans dompter
Rosas, qui devait encore, pendant plusieurs années, occuper
désagréablement notre marine et notre diplomatie.

[Note 462: Février 1838.]

C'est au Mexique que notre action fut le plus brillante et le plus
décisive. Dans l'anarchie devenue l'état normal de cette république,
les résidents français avaient eu gravement à souffrir, et les
réclamations adressées à ce sujet étaient demeurées sans résultat. En
octobre 1838, une petite escadre, sous les ordres du contre-amiral
Baudin, arrivait dans les eaux du Mexique: l'un des bâtiments, la
corvette _la Créole_, était commandée par le prince de Joinville,
alors âgé de vingt ans. Rien n'arrêta nos vaillants et hardis marins,
ni les difficultés de la mer, ni les bravades et la perfidie du
gouvernement mexicain, ni l'avantage numérique et le réel courage des
soldats ennemis, ni les plaintes du commerce anglais et américain,
entravé par nos hostilités, ni la surveillance ombrageuse de la flotte
britannique, jalouse de voir s'exercer notre action maritime. Le fort
de Saint-Jean d'Ulloa, réputé imprenable, fut réduit à capituler
après un bombardement de quelques heures: et, peu de jours après, nos
compagnies de débarquement forçaient les portes de Vera-Cruz, malgré
la résistance d'une garnison bien supérieure en nombre[463]. Le tout
jeune commandant de la _Créole_, ardent à réclamer la première place
au danger, se distingua, dans tous ces combats, par sa brillante
intrépidité, électrisant les hommes qu'il menait au feu, acclamé, au
milieu même de la canonnade, par les autres équipages témoins de son
impatiente valeur, et conquérant ainsi, dès son début, dans la marine,
une popularité qui n'a fait ensuite que grandir. Cette rude leçon une
fois donnée, notre gouvernement évita la faute qui devait, en une
occasion analogue, entraîner le gouvernement de Napoléon III dans une
si néfaste aventure et coûter si cher à la France. Il mit à borner son
entreprise la même décision dont il avait fait preuve dans l'action:
des négociations furent aussitôt engagées avec les vaincus, et, peu
après, un traité fut signé, accordant à la France les satisfactions
qu'elle demandait[464]. La nouvelle de la prise de Saint-Jean d'Ulloa
arriva à Paris, le 6 janvier 1839, au moment où l'opposition
indiquait, dans son projet d'Adresse, des doutes sur l'énergie avec
laquelle l'expédition du Mexique était conduite. Aussi, en annonçant
cette «glorieuse nouvelle», le _Journal des Débats_ disait-il, avec
une fierté légitime: «Les partis accusent le ministère du 15 avril
d'avoir humilié la France à l'étranger. Le ministère a répondu à ces
reproches, l'année dernière, par la prise de Constantine; cette année,
par le blocus du Mexique, entrepris malgré les réclamations du
commerce anglais. Il y répond maintenant en plantant le drapeau
français sur les ruines de Saint-Jean d'Ulloa démantelé[465].»

[Note 463: 28 novembre et 5 décembre 1838.]

[Note 464: La conclusion définitive de ce traité fut retardée quelque
temps par les chicanes des Mexicains: les signatures furent échangées
à la Vera-Cruz, le 9 mars 1839.]

[Note 465: 7 janvier 1839.]

Ce n'était pas seulement dans les mers lointaines et sous les yeux des
marins anglais que M. Molé faisait acte de fermeté hardie, c'était
aussi parfois en Europe et à l'égard de ces puissances continentales
qu'on l'accusait de courtiser. À la fin de 1838 et au commencement de
1839, divers indices lui firent croire qu'un Espagnol, M. Zéa, avait
reçu mission secrète de négocier le mariage d'un archiduc d'Autriche
avec la jeune reine Isabelle. Notre ministre estima qu'un tel mariage
serait la destruction de l'oeuvre de Louis XIV au delà des Pyrénées.
Résolu à l'empêcher à tout prix, il s'en expliqua, sans ménagements,
avec le comte Apponyi: «Ce serait la guerre», n'hésita-t-il pas à lui
dire, et il ajoutait, en rendant compte de cet incident à l'un de ses
ambassadeurs: «Plutôt que de laisser l'Autriche placer un de ses
princes sur le trône d'Espagne, il faudrait, sans hésiter, porter la
guerre sur le Rhin et en Italie.» Bien que surpris et désappointé de
se voir parler sur ce ton, M. de Metternich se contenta de faire
répondre à M. Molé que la cour de Vienne ne consentirait pas à un tel
mariage; seulement, afin de n'avoir pas l'air de céder aux menaces de
la France, il donna pour motif la détresse de la reine Isabelle et le
caractère illégitime de sa royauté[466].

[Note 466: Lettre de M. Molé à M. Bresson, du 19 mars 1839.
(_Documents inédits._) Lettre de M. de Metternich au comte Apponyi, du
25 janvier 1839. (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 351 à 353.)]

Depuis les événements de 1836, et malgré les assurances alors données
à M. Thiers[467], la république de Cracovie n'avait jamais été
complétement évacuée par les troupes autrichiennes. Le petit corps
d'occupation venait même d'être renforcé, en 1838, à la suite de
nouveaux troubles. M. Molé, préoccupé du parti que l'opposition
pourrait tirer de son silence, résolut de demander des «explications»
aux trois cabinets de Vienne, de Berlin et de Saint-Pétersbourg. «La
question relative à l'état actuel de Cracovie, disait-il dans une de
ses dépêches, le 27 novembre 1838, a pris un caractère trop grave pour
que le gouvernement français, quel que soit son désir d'éviter ce qui
peut amener des explications délicates entre les cabinets européens,
ne se croie pas obligé d'en entretenir les alliés.» Puis, après avoir
rappelé ce qui s'était passé: «Tous ces faits ont eu lieu sans la
moindre participation des puissances qui, ayant pris part, avec les
trois cours protectrices, à la conclusion du traité de Vienne, sont en
droit de s'opposer à ce que les conditions de ce traité soient
modifiées sans leur assentiment.» M. Molé indiquait sans doute qu'un
ministre français ne saurait se faire le défenseur de toutes les
clauses de l'acte de Vienne, mais «la France a certainement le droit
de veiller à ce qu'on n'y introduise pas des altérations qui
pourraient le rendre moins favorable encore à sa politique». M. Molé
prévenait l'objection tirée de la réserve que le gouvernement du Roi
avait gardée jusqu'alors, par «souci de la paix générale». S'il se
décidait maintenant à une démarche «trop longtemps différée
peut-être», c'était à raison de la persistance et de l'aggravation des
mesures prises contre Cracovie. Du reste, «il ne cherchait pas des
sujets de plainte»; il serait heureux «qu'un exposé plus complet des
faits, si graves en apparence, lui offrit quelques motifs
d'atténuation». C'est cet exposé qu'il se croyait fondé à demander en
ce moment. «Le gouvernement impérial ne saurait manquer de sentir que,
pour repousser une demande si légitime, il faudrait admettre que
chaque puissance est autorisée à changer, à son gré et par un acte de
sa simple volonté, toute disposition de l'acte de Vienne, contre
lequel elle pourrait en appeler à une sorte de nécessité imposée par
ses intérêts.» Nos ambassadeurs près les trois cours avaient pour
instruction, en communiquant cette dépêche, d'insister sur les
passages où le ministre se montrait «disposé à suivre l'exemple qui
lui serait donné de manquer de respect à quelques clauses du traité de
Vienne». Cette dépêche était certes d'un ton bien plus net, plus
ferme[468], que le langage tenu, à l'origine de cette affaire, par M.
Thiers. En 1836, en effet, celui-ci avait à peu près passé
condamnation sur les droits violés de Cracovie. Ce n'était pas que M.
Molé attendit, pour la petite république, un grand résultat de sa
démarche; il savait bien que les trois puissances ne lâcheraient pas
leur proie, et il n'avait pas la folle envie de faire la guerre pour
ce dernier débris de la Pologne. Il voulait seulement prendre
position. «Les traités de 1815 sont évidemment violés, disait-il dans
une lettre confidentielle à M. de Barante, à la date du 3 décembre; on
le dira à outrance dans la discussion de l'Adresse. Il nous faut des
explications. Si les puissances nous objectent l'utilité ou la
nécessité, il faudra qu'elles acceptent aussi de nous cette réponse,
lorsque l'_utilité_ ou la _nécessité_ entraîneront, de notre part,
quelque infraction à ces traités.» L'une de ces «infractions» que M.
Molé, comme nous l'avons déjà dit, songeait alors à commettre, était
le relèvement des fortifications d'Huningue. Les trois puissances
affectèrent de ne voir dans la démarche du ministère français qu'une
précaution prise en vue des prochains débats parlementaires, et
protestèrent de leur désir de lui fournir l'argument désiré, «sans
cependant sacrifier les principes». Seulement, chacune d'elles ajourna
sa réponse, sous prétexte de se concerter avec les deux autres.
Pendant ce temps, les événements se précipitaient à Paris;
l'opposition, contrairement à l'attente du ministre, n'insista pas,
dans la discussion de l'Adresse, sur la question de Cracovie. M. Molé,
qui avait d'autres préoccupations, ne parla plus de cette affaire à
ses ambassadeurs; bientôt d'ailleurs il quittait le pouvoir, et les
pourparlers, si fermement engagés, se trouvèrent ainsi n'avoir pas
d'autre suite[469].

[Note 467: Cf. plus haut, p. 58.]

[Note 468: M. de Sainte-Aulaire, qui avait dû lire cette dépêche à M.
de Metternich, la qualifiait de «très-verte».]

[Note 469: Sur toute cette affaire de Cracovie, dépêche de M. Molé à
M. de Barante, du 27 novembre 1838; lettre du même au même, du 3
décembre 1838; lettre de M. de Sainte-Aulaire à M. Molé, du 17
décembre 1838; lettres du même à M. de Barante, de décembre 1838,
janvier et février 1839. (_Documents inédits._)]

En somme, à considérer d'ensemble les événements diplomatiques du
ministère Molé, on n'y découvre pas sans doute des entreprises
éclatantes et grandioses que les circonstances ne comportaient pas;
mais, pendant deux ans, ce ministère avait assuré à la nation fatiguée
la quiétude absolue dont elle sentait avant tout le besoin, il avait
travaillé, en même temps, non sans résultat, à effacer en Europe, ou
tout au moins à affaiblir, les méfiances et les préventions nées de
1830; plus tard, quand les difficultés s'étaient élevées, il les
avait sinon dominées, du moins résolues avec adresse et loyauté; enfin
cette sagesse généralement pacifique, un peu modeste quoique toujours
digne, n'avait pas empêché, par moments et sur des théâtres
strictement limités, quelques heureux coups de vigueur qui devaient
flatter l'amour-propre de la nation, sans inquiéter sa prudence, ni
troubler son repos, et qui «animaient, sans la compromettre, la
politique extérieure du cabinet[470]». Rien donc qui justifiât les
violentes critiques de l'opposition. Ne pouvons-nous d'ailleurs
opposer à ces critiques le témoignage hautement favorable rendu à
cette même politique par des hommes qui la considéraient du dehors,
sans être mêlés aux intrigues et aux partis pris parlementaires, par
les trois ambassadeurs de France près les grandes cours du continent,
MM. de Sainte-Aulaire, de Barante et Bresson? «Le ministère actuel,
écrivait M. de Sainte-Aulaire à M. de Barante, le 20 novembre 1838, me
semble mieux placé qu'aucun autre pour bien faire nos affaires à
l'étranger.» Il avait écrit, le 28 octobre, à un autre correspondant:
«En tout, le ministère a fort bon air: tout lui réussit, et il
exploite bien ce que lui donne la fortune.» Aussi se prononçait-il
ouvertement contre la coalition, dans les rangs de laquelle il
comptait cependant beaucoup d'amis. M. de Barante s'exprimait de même,
avec non moins de chaleur, et, après avoir signalé le crédit que le
cabinet avait acquis au dehors: «N'allez pas croire, disait-il, que ce
qui lui donne bon renom en Europe, c'est sa faiblesse à défendre nos
intérêts et notre honneur. Je puis assurer, en toute sincérité, que
les déterminations qu'il a eu à prendre auraient été absolument les
mêmes sous tout autre ministère qui n'eût pas été follement
révolutionnaire et propagandiste.» Telle était aussi la manière de
voir de M. Bresson, qui écrivait, le 13 décembre 1838: «Moi, vieux
doctrinaire de 1818, je renie mes anciens amis; je voudrais pouvoir le
proclamer hautement à la tribune de notre Chambre[471].» Entre cette
approbation des ambassadeurs et les critiques que faisaient alors les
écrivains ou les orateurs de la coalition, l'histoire n'hésite pas un
instant: ce ne sont pas les critiques qu'elle ratifie. Dans la
contradiction des deux langages, elle ne voit que la confirmation
nouvelle d'un fait, déjà plusieurs fois constaté: nous voulons parler
de cet oubli ou de cet obscurcissement des vrais intérêts de la
politique extérieure, qui devient si facilement, même chez les
meilleurs, la conséquence des entraînements d'opposition: tort grave
fait ainsi au patriotisme par l'esprit de parti.

[Note 470: Expression de M. Guizot dans ses _Mémoires_.]

[Note 471: Correspondance de MM. de Sainte-Aulaire, de Barante et
Bresson. (_Documents inédits._)]



CHAPITRE VII

LA COALITION.

(Décembre 1838--mars 1839.)

     I. M. Thiers et M. Guizot à la veille de la session.
     Discours du trône. Nomination du bureau et de la commission
     de l'Adresse. Débat à la Chambre des pairs.--II. La
     rédaction de l'Adresse. M. Dupin. Attitude des ministériels.
     Les deux armées en présence.--III. La première journée du
     débat. MM. Guizot, Molé, Thiers. Le second jour. La
     discussion générale se ranime le troisième et le quatrième
     jour. M. de Lamartine. Premier vote donnant une petite
     majorité au ministère. Effet produit hors de la
     Chambre.--IV. Débat sur les affaires de Belgique, de Suisse
     et d'Ancône. Votes favorables au cabinet. Continuation de la
     discussion sur la politique étrangère. MM. Berryer, Guizot,
     Thiers. Succès de l'opposition. Le lendemain, le ministère
     reprend l'avantage.--V. Débat sur le paragraphe relatif au
     refus de concours. Le ministère l'emporte. Vote sur
     l'ensemble. 221 contre 208. Talent et passion dépensés dans
     cette lutte. Qualités inattendues déployées par M.
     Molé.--VI. Le ministère donne sa démission. Appel fait, sans
     succès, au maréchal Soult. M. Molé reprend sa démission et
     fait prononcer la dissolution. Préparatifs de combat des
     deux côtés. Dangereux griefs développés par l'opposition.
     Manifestes de MM. Guizot, Thiers et O. Barrot. La presse
     s'attaque directement au Roi. Les journaux ministériels.
     Malaise général. Effet produit hors de France. Illusions du
     gouvernement. Victoire électorale de la coalition.


I

L'ouverture de la session était fixée au 17 décembre 1838. Plus cette
date approchait, plus les journaux de la coalition faisaient rage.
Toutefois, tant que l'on ne connaissait pas les dispositions
personnelles de M. Thiers et de M. Guizot, nul ne pouvait dire si ces
combats de presse aboutiraient à une grande bataille de tribune.
Pendant les vacances, les deux chefs parlementaires n'avaient pas pris
part à la lutte; le premier avait parcouru en dilettante l'Italie, le
second s'était renfermé dans sa studieuse retraite de Normandie. Tout
avait été fait, sinon malgré eux, du moins sans eux, par leurs
lieutenants. Ratifieraient-ils les initiatives prises, les alliances
conclues, les mots d'ordre donnés, les déclarations de guerre lancées?
On savait M. Thiers capricieux, mobile et fantasque. Quant à M.
Guizot, on se souvenait des incertitudes et des scrupules qui avaient
fait échouer son attaque dans la session précédente; depuis, on avait
deviné, à plus d'un indice, qu'il ne voyait pas sans déplaisir et sans
alarme les polémiques soulevées par M. Duvergier de Hauranne. Aussi
les coalisés se demandaient-ils anxieusement s'ils ne risquaient pas
d'être désavoués. Ils furent bientôt rassurés. Non-seulement M.
Thiers, à peine de retour de Rome, se montra le plus animé de tous,
mais M. Guizot, en rentrant à Paris, étonna ses amis par sa résolution
belliqueuse. Estimait-il ses partisans trop compromis pour qu'ils
pussent revenir sur leurs pas, et se faisait-il un point d'honneur de
les suivre? Cédait-il à l'impatience d'en finir avec un ministère dont
la durée trompait ses dédains, irritait ses ressentiments et gênait
son ambition? De ses hésitations de la session précédente, il ne
paraissait avoir gardé que le souvenir de l'insuccès qui en avait été
la conséquence: il concluait à la nécessité de s'engager cette fois à
fond, sans regarder en arrière; peut-être se disait-il aussi que, pour
avoir part aux profits de la campagne, il devait avant tout la faire
sienne. Aucune démarche ne lui coûta pour donner aux plus méfiants un
gage de sa nouvelle résolution. Il se présenta, un jour, chez M.
Odilon Barrot, sans s'être fait annoncer: «Vous êtes étonné de me
voir, lui dit-il; je viens m'unir à vous pour combattre ce
gouvernement personnel qui déshonore et perd notre pays; il est temps
d'en finir avec les ministres favoris.» Le chef de la gauche, surpris,
accueillit et encouragea ce visiteur inaccoutumé[472].

[Note 472: _Mémoires de M. O. Barrot_, t. I, p. 321.]

La coalition, nouée par les soldats, se trouvait donc définitivement
reconnue et adoptée par les chefs. Ceux-ci prenaient en main la
direction du combat engagé, sans prétendre rien changer au choix du
terrain ou des armes. Eurent-ils du moins le soin d'ajouter à l'accord
conclu pour l'attaque une entente sur le partage éventuel de la
victoire? Non[473]. Peut-être avaient-ils conscience que cette entente
serait impossible, et craignaient-ils, en constatant cette
impossibilité, de se fournir à eux-mêmes un argument contre leur
passion. Sorte de précipitation confuse et aveugle qui faisait dire à
un contemporain: «Veut-on donc entrer au ministère, comme on est entré
à l'Hôtel de ville en 1830, pêle-mêle, sauf à se reconnaître et à
s'éliminer après? Les leçons du passé n'ont-elles pas appris à
procéder avec moins de tumulte à l'arrangement des affaires?» Devant
le redoutable assaut qui se préparait, M. Molé avait le coeur ému, les
nerfs excités, mais son courage ne faiblissait pas, et il s'apprêtait
à faire tête à ses adversaires. «Heureusement, écrivait-il alors à M.
de Barante, les méchants n'ont pas le secret d'un homme de bien; ils
ne savent pas que le courage ni la force ne manquent jamais à un tel
homme, pour les combattre, tant qu'il croit de son devoir de le faire.
Ils le verront bientôt à la tribune. Ils m'y retrouveront, le front
haut, prêt à soutenir la lutte et à leur répondre avec autant de calme
que de fermeté[474].»

[Note 473: M. de Viel-Castel écrivait, le 6 décembre 1838: «On est
résolu à renverser le cabinet; mais, loin qu'on soit tombé d'accord du
ministère qu'on substituerait à celui qui existe, on n'entrevoit même
pas comment on pourrait y faire entrer les éléments divers de la
coalition.» (_Journal inédit._)--M. Duvergier de Hauranne dit, de son
côté, dans ses _Notes inédites_: «Quant aux arrangements ministériels,
en cas de succès, il n'en fut question qu'en passant.»]

[Note 474: _Documents inédits._]

Au jour fixé, le 17 décembre, pairs et députés étaient réunis au
palais Bourbon. Le discours du trône n'eut rien d'agressif. «Depuis
votre dernière session, disait-il en commençant, la prospérité de la
France n'a fait que s'accroître; le repos dont elle jouit n'a fait que
s'affermir.» Quelques phrases très-simples sur la question belge et
sur l'affaire d'Ancône: pas un mot de la Suisse. Seul le dernier
paragraphe faisait allusion, sans aucune provocation, aux attaques
qui se préparaient: «Messieurs, disait le Roi, l'état florissant du
pays est dû au concours si constant que les Chambres m'ont prêté
depuis huit ans, et au parfait accord des grands pouvoirs de l'État.
N'oublions pas que là est notre force. Puisse cet accord devenir tous
les jours plus complet et plus inaltérable! Puisse le jeu de nos
institutions, libre et régulier tout à la fois, prouver au monde que
la monarchie constitutionnelle peut réunir aux bienfaits de la liberté
la stabilité qui fait la force des États!»

La première escarmouche s'engagea, le 18 décembre, sur l'élection du
bureau de la Chambre des députés. Il y avait sept ans que M. Dupin
occupait le fauteuil de la présidence. Depuis que la lutte
s'annonçait, il avait évité de se prononcer entre les deux camps. Mais
les doctrinaires, qu'animaient contre lui de vieux griefs, n'étaient
pas disposés à le laisser recueillir les bénéfices de sa neutralité
expectante; ils l'avaient sommé de dire avec qui il était, et, sur son
refus public de le faire, avaient décidé les autres coalisés à porter
M. Passy à la présidence. Le ministère, moins exigeant, prit alors
pour son candidat celui que répudiait l'opposition. Malgré l'avantage
que donnait à M. Dupin sa longue possession, les forces se balancèrent
à ce point que les deux premiers tours de scrutin furent sans
résultat, et que l'ancien président ne l'emporta qu'au ballottage, par
183 voix contre 178. Sur les quatre vice-présidents, la coalition fit
passer MM. Passy et Duchâtel; les deux autres, MM. Calmon et
Cunin-Gridaine, étaient appuyés par le ministère; encore le dernier
fut-il ballotté avec M. Odilon Barrot.

Les choses tournèrent plus mal encore pour le cabinet, le 22 décembre,
dans la nomination de la commission de l'Adresse; trois de ses amis
seulement y trouvèrent place, MM. Debelleyme, de Jussieu et de la
Pinsonnière; les six autres étaient de la coalition, et non les
moindres, MM. Guizot, Thiers, Duvergier de Hauranne, Passy, Étienne,
de la Redorte.

Pendant que cette commission délibérait, la Chambre des pairs discuta
son Adresse[475]. Quatre jours durant, le ministère fut sur la
sellette, attaqué principalement pour sa politique extérieure. Le plus
passionné de ses adversaires fut M. Villemain, qui blâmait tout, au
dedans et au dehors; le plus considérable fut le duc de Broglie, qui,
dans un discours magistral, fit le procès de l'évacuation d'Ancône: à
l'entendre, la faute avait été de partir sans conditions ni garanties;
aux plaintes du Pape nous eussions pu répondre: «Et vos réformes!» À
celles de l'Europe: «Et Cracovie!» «Les gouvernements, disait-il,
doivent être loyaux, mais non dupes.» La défense de M. Molé ne fut pas
inférieure à l'attaque: il mit le langage de M. de Broglie opposant en
contradiction avec celui de M. de Broglie ministre, démontra, par les
textes et les précédents, l'obligation de la France, et repoussa,
comme «une violence faite au faible», la contrainte qu'on lui
conseillait d'exercer sur le Pape. Le président du conseil tint tête
aussi aux assaillants sur les autres points; pendant ces quatre jours,
il ne prit pas moins de onze fois la parole.

[Note 475: 26-29 décembre 1838.]

Le vote ne pouvait être douteux: l'Adresse, qui, selon l'usage de la
Chambre haute, était la paraphrase du discours du trône, fut adoptée
par 102 voix contre 14; mais l'ampleur et la vivacité de la
discussion, dans une assemblée d'ordinaire si réservée et si calme,
était un signe du temps et révélait l'excitation des esprits.


II

La commission, nommée, le 22 décembre, par les bureaux de la Chambre
des députés, s'était aussitôt mise à l'oeuvre. Les six membres de
l'opposition votaient comme un seul homme. Leur volonté faisait donc
loi. La rédaction, préparée par M. Étienne, parut verbeuse, équivoque,
et fut refaite entièrement par M. Duvergier de Hauranne écrivant sous
la dictée de M. Thiers et de M. Guizot. Cette fois du moins, le style
et la pensée étaient clairs et fermes. Depuis les 221, jamais
commission de l'Adresse n'avait proposé de tenir au gouvernement du
Roi un langage si nettement agressif. La politique extérieure du
cabinet était blâmée, soit ouvertement, soit avec une réserve où
l'inquiétude perçait à dessein. Le dernier paragraphe, où l'on
répondait à l'appel d'union fait par la Couronne, semblait viser plus
haut encore que le cabinet: «Nous en sommes convaincus, disait-on,
l'intime union des pouvoirs _contenus dans leurs limites
constitutionnelles_ peut seule fonder la sécurité du pays et la force
de votre gouvernement.» Nul n'ignorait quel était celui des pouvoirs
auquel on jugeait nécessaire de rappeler qu'il devait être «contenu
dans ses limites constitutionnelles». Le projet ajoutait: «Une
administration ferme, habile, s'appuyant sur les sentiments généreux,
faisant respecter, au dehors, la dignité de votre trône, et le
couvrant, au dedans, de sa responsabilité, est le gage le plus sûr de
ce concours que nous avons tant à coeur de vous prêter.» C'était
indiquer que, pour le moment, et tant que subsisterait un ministère
auquel on refusait précisément toutes ces qualités, ce concours était
refusé.

M. Dupin, qui, en sa qualité de président, était membre de droit de la
commission, avait assisté à toutes les délibérations, sans se
prononcer dans un sens ou dans l'autre; il n'avait pas voté une seule
fois. La commission allait se séparer, quand il demanda à faire
connaître son avis. On s'attendait à le voir opiner en faveur du
cabinet qui venait de soutenir sa candidature à la présidence. Aussi,
grand fut l'étonnement, quand il se mit à lire un petit papier, écrit
d'avance, où il condamnait hautement le ministère comme «insuffisant».
La lecture finie, les trois ministériels, abasourdis de cette
défection, sortirent sans rien dire. À peine avaient-ils fermé la
porte, que M. Dupin, changeant subitement de ton, poussa un gros éclat
de rire et se précipita vers les six coalisés, avec la joie d'un homme
qui a fait un excellent tour: «Ah! les b..., s'écria-t-il, je viens de
leur porter le dernier coup.» Et, prenant la main de M. Duvergier de
Hauranne: «Convenez au moins que j'ai fait l'acte d'un bien honnête
homme.» Il tira alors de sa poche une autre copie de sa déclaration,
obligea les membres présents à la collationner et fit parafer les deux
exemplaires par M. Étienne, afin, dit-il, que s'il publiait un jour ce
document, on ne l'accusât pas de l'avoir imaginé après coup. Pendant
ce temps, la nouvelle de l'incident se répandait dans les couloirs de
la Chambre, soulevant parmi les opposants un éclat de rire, parmi les
ministériels un cri d'indignation. Quant à M. Dupin, il se rendit chez
M. Molé: nos renseignements ne nous font pas connaître comment il y
fut reçu[476].

[Note 476: J'ai suivi principalement, pour ce récit, les _Notes
inédites de M. Duvergier de Hauranne_, peu favorable sans doute à M.
Dupin, mais témoin de tous les faits. Dans ses _Mémoires_ (t. III, p.
354 à 370), M. Dupin essaye de justifier sa conduite, en rapportant
qu'il aurait plusieurs fois, à la fin de 1838, engagé le Roi et M.
Molé à fortifier le cabinet. Ce fait, fût-il exact, ne suffirait pas à
expliquer comment M. Dupin, après s'être laissé, le 18 décembre, quand
il croyait au succès du ministère, soutenir par lui pour l'élection à
la présidence, l'avait subitement abandonné et attaqué, le 3 janvier,
quand il supposait sa défaite certaine.]

La démarche du président de la Chambre indiquait que, pour lui, la
cause du ministère était perdue. Telle avait été, en effet,
l'impression générale, après la nomination de la commission de
l'Adresse. Un moment même, on avait pu croire que les ministériels,
abattus, découragés, renonceraient à la lutte. Il y avait parmi eux
beaucoup d'esprits un peu timides et médiocres, que d'honnêtes
scrupules ou la peur d'une démarche aventureuse, ou la docilité
habituelle et souvent intéressée envers le pouvoir, avaient empêchés
de se joindre à l'opposition. De leur part, devait-on attendre grande
fermeté dans la fortune contraire? Ce fut le Roi qui les releva et
leur montra la monarchie à défendre. Sous son impulsion vigoureuse,
ils se rapprochèrent, se concertèrent, s'animèrent, s'enhardirent
mutuellement; cette masse, naguère assez molle et inconsistante, prit
presque les apparences d'une armée prête au combat. La conduite des
coalisés était aussi pour une part dans ce résultat; M. Guizot
lui-même l'a reconnu après coup: «Nous n'avions pas pressenti, dit-il
dans ses _Mémoires_, tout l'effet que produiraient, sur beaucoup
d'hommes sensés, honnêtes, amis de l'ordre et spectateurs plutôt
qu'acteurs dans les luttes politiques, le rapprochement et l'alliance
de partis qui se combattaient naguère, et dont les maximes, les
traditions, les tendances restaient essentiellement diverses.
Non-seulement ces juges de camp qui formaient le centre de la Chambre
blâmèrent la coalition et ressentirent, en la voyant à l'oeuvre, une
inquiétude sincère; mais la passion entra dans leur âme, avec le blâme
et l'inquiétude; ils luttèrent contre la coalition, non-seulement pour
le cabinet, mais pour leur propre compte; ils déployèrent, dans cette
lutte, une ardeur, une entente, une persévérance inaccoutumées.» On
put mesurer le changement opéré, le jour où le projet d'Adresse fut lu
à la Chambre. À peine la lecture finie, les ministériels, se levant de
leurs bancs et se répandant dans l'hémicycle et les couloirs,
témoignèrent de leur indignation. Loin de se laisser intimider par la
véhémence de l'attaque, ils saisirent cette occasion de prendre, à
leur tour, l'offensive et de dénoncer l'audace factieuse de la
commission, les premiers à montrer l'atteinte portée à la royauté,
l'exagérant même, afin d'alarmer, d'irriter le sentiment monarchique
et d'y trouver un appui pour le cabinet.

La presse officieuse faisait écho aux députés ministériels. «La
franchise des rédacteurs de l'Adresse a dépassé nos espérances, disait
le _Journal des Débats_; ils se sont montrés résolus et décidés. Oui,
mais à quel prix? En empruntant à la gauche son langage, son allure,
son programme révolutionnaire; en démentant leur couleur et leur
passé; en dirigeant de perfides insinuations contre l'irresponsabilité
royale qu'ils ont vingt fois exaltée; en étalant, aux yeux du pays,
l'affligeant spectacle d'ambitions étroites dans des esprits
supérieurs, de hautes raisons succombant à un besoin effréné du
pouvoir, d'hommes éminents sacrifiant leurs principes à leurs
animosités.» Et afin de bien prouver que le Roi lui-même était
attaqué, le _Journal des Débats_ ajoutait: «Pour avoir la gauche avec
vous dans une question de personnes, vous lui avez sacrifié les
choses. Nous le disons avec douleur: vous lui avez sacrifié tout,
tout, jusqu'à l'honneur de la Couronne! Il est temps de déchirer les
voiles. Le sens du dernier paragraphe de votre Adresse, le voici: Le
gouvernement que nous accusons de négliger l'honneur national, de
n'être ni ferme, ni habile, c'est le gouvernement immédiat de la
Couronne. C'est jusqu'à la royauté que remonte notre blâme. La
Couronne nous a laissés de côté; il faut qu'elle s'en repente[477].»

[Note 477: _Journal des Débats_ des 5, 6 et 10 janvier 1839.]

Cette polémique à outrance entretenait l'irritation des ministériels,
ranimait leur courage. Prendre l'offensive est, après tout, le
meilleur moyen d'empêcher la débandade, surtout avec des troupes
françaises. Il fut résolu que l'on présenterait, par amendements
successifs, un projet d'Adresse absolument opposé à celui de la
commission. C'était une manoeuvre laborieuse, difficile, hardie. Pour
la faire réussir, on s'occupa de grouper et de discipliner les députés
disposés à s'y associer. Ceux-ci se réunirent chez le général
Jacqueminot, au nombre de plus de deux cents, décidés à voter ensemble
contre la coalition et pour tous les amendements ministériels. Ils ne
le cédaient pas en discipline, en résolution, peut-être même en
passion, aux coalisés: mais ils avaient une infériorité, celle du
talent. Tous les grands orateurs étaient du côté de l'opposition; un
seul avait offert aux ministériels un concours aussitôt accepté avec
gratitude; c'était Lamartine. Jusqu'alors isolé et comme désorienté
dans le monde politique où il s'était jeté après 1830, d'opinions
flottantes au souffle de son imagination, à la fois généreux et
personnel, il avait rêvé un rôle immense, sans avoir pu en jouer un
même secondaire; une occasion s'offrait à l'ambitieux d'être enfin le
premier dans un parti, au chevalier poëte de faire servir l'épée d'or
de sa parole à la défense du faible: Lamartine la saisit avec
empressement, laissant voir toutefois que, le combat livré, il
pourrait bien reprendre sa route, chercher d'autres clients à
défendre, d'autres aventures à courir.

Les coalisés s'étaient attendus à trouver le parti ministériel
intimidé et plus prompt à se dérober qu'à attaquer. Quelque peu
surpris d'abord de sa fermeté, ils ne se laissèrent pas démonter et
n'y virent qu'une raison de redoubler d'efforts. Leur armée était peu
homogène: elle réunissait toute la gauche, le centre gauche, sauf une
douzaine de déserteurs séduits par M. Molé, enfin le petit état-major
doctrinaire, réduit à une trentaine d'officiers sans troupe[478]; mais
cette diversité d'origine s'effaçait dans une commune passion contre
le cabinet: si distincts, si ennemis même qu'ils eussent pu être
naguère, les nouveaux alliés étaient, pour le moment, résolus à
combattre le même combat, sous le commandement, universellement obéi,
des six membres de la majorité de la commission.

[Note 478: C'est le chiffre même avoué par M. Duvergier de Hauranne.
Un an auparavant, il évaluait à cent vingt le nombre des conservateurs
qu'eût pu détacher M. Guizot; mais, à mesure qu'était apparu le
véritable caractère de la campagne, ce chiffre avait diminué.]

Tous les députés semblaient s'être enrôlés dans l'une ou l'autre de
ces deux armées en présence. Seuls, les républicains d'extrême gauche
et les légitimistes d'extrême droite demeuraient en dehors, sans
engagement d'aucun côté, au fond plutôt portés, par parti pris de
renversement, à seconder les coalisés. Presque aucun isolé, aucun
indécis; nulle trace de ces groupes intermédiaires, flottants, dont
l'action n'avait été que trop sensible dans les années précédentes. À
regarder seulement l'apparence, jamais, depuis 1830, bataille de
parlement ne s'était engagée avec une ordonnance si régulière. Mais
peut-on oublier que cette ordonnance était tout artificielle,
arbitraire, fondée, non sur des principes, mais sur des divisions et
des rapprochements individuels et passagers, et que par exemple il
n'était pas un des membres du ministère attaqué par M. Thiers et M.
Guizot, qui n'eût fait ou ne dût faire un jour partie d'un même
cabinet avec l'un ou l'autre de ces deux hommes d'État[479]?
L'incertitude du résultat augmentait l'intérêt du drame, et finissait
par éveiller l'attention curieuse, anxieuse, du public, d'abord un
peu indifférent à ces querelles de personnes. En effet, comment
préjuger l'issue? De part et d'autre n'y avait-il pas à peu près même
nombre, même discipline, même ardeur? Toutefois, le sentiment le plus
répandu était que l'armée ministérielle finirait par succomber devant
l'immense supériorité de talent de ses adversaires. Telle était
notamment l'orgueilleuse confiance des meneurs de la coalition. La
veille de la discussion, trente et un orateurs s'étaient inscrits pour
défendre le projet de la commission, tandis qu'il n'y en avait que
douze pour le combattre, et presque tous obscurs.

[Note 479: M. Guizot avait été le collègue de MM. Molé, Barthe, Martin
du Nord, le général Bernard, l'amiral Rosamel, ou devait être celui de
MM. de Salvandy et Lacave-Laplagne. M. Thiers avait été le collègue de
MM. de Montalivet et Barthe.]


III

La discussion commença le 7 janvier. À peine un ministériel, M.
Liadières, l'eut-il ouverte par une attaque très-vive contre cette
Adresse «respectueusement violente, académiquement révolutionnaire»,
que M. Guizot parut à la tribune. Il tenait tellement à s'assurer son
tour de parole que, la veille, il s'était présenté, dès cinq heures du
matin, au secrétariat de la Chambre. Avait-il peur que ses nouveaux
alliés, se souvenant de la session précédente, ne doutassent de son
énergie, presque même de son talent, et voulait-il, en se précipitant
à l'avant-garde et en y frappant un grand coup, ne plus laisser place
à de tels doutes? Force lui fut cependant de se mettre d'abord sur la
défensive, de se justifier de l'accusation de «coalition»,
d'«ambition», d'«abandon de ses antécédents et de ses principes». Mais
il avait hâte d'attaquer à son tour. Ce qu'il reprocha au ministère,
ce fut d'avoir arrêté les progrès du gouvernement représentatif. À
l'entendre, ces progrès étaient très-marqués, au moment de la
formation du cabinet: les deux grands partis conservateur et
réformateur se dessinaient et se classaient de plus en plus nettement.
«Eh bien, Messieurs, s'écrie M. Guizot avec une véhémence terrible, au
lieu de nous faire avancer dans cette voie, qu'a fait le cabinet? Il
nous a jetés dans l'incertitude, dans la confusion, dans l'obscurité;
nous avons vu apparaître une politique sans système; point de
principes, point de camp, point de drapeau; une fluctuation
continuelle, cherchant, empruntant de tous côtés des mesures, des
alliances; aujourd'hui d'une façon, demain d'une autre. Rien de fixe,
rien de stable, rien de net, rien de complet. Savez-vous comment cela
s'appelle, Messieurs? Cela s'appelle l'anarchie. (_Murmures au
centre._) On a dit de l'empereur Napoléon qu'il n'avait détrôné que
l'anarchie. Le cabinet actuel ne s'est établi et n'a gouverné que par
l'anarchie (_nouveaux murmures au centre_): anarchie dans les
Chambres, anarchie dans les élections, anarchie dans l'administration.
L'anarchie est entrée avec vous dans cette Chambre, elle n'en sortira
qu'avec vous. (_Bruit._) Vous en souffrez aujourd'hui, vous vous en
plaignez; mais c'est vous qui l'avez faite. Elle a grandi, mais c'est
vous qui l'avez mise au monde...» M. Guizot blâme ensuite le ministère
d'avoir «réveillé ces questions de la réalité du gouvernement
représentatif, dont le pays s'étonne, car il les croyait résolues par
la révolution de Juillet». On sent, chez l'orateur, une résolution
sombre, implacable, de ne plus rien ménager. Le talent est dans toute
sa puissance. Certes, il y avait là de quoi dissiper les doutes et les
méfiances de la gauche et du centre gauche. Cependant, les députés de
ces groupes sont si lents, si rebelles à croire à une telle
transformation; il est si contraire à leurs habitudes d'applaudir
cette parole, qu'ils demeurent froids et silencieux. Sur les bancs du
centre, au contraire, la colère gronde et éclate: l'orateur est
interrompu, presque à chaque mot, par des murmures souvent injurieux.
Pâle, mais le front haut, l'oeil étincelant, la main crispée sur le
marbre de la tribune, il semble s'y cramponner. «Messieurs, dit-il,
d'un ton superbe, à ses interrupteurs, pendant un temps, j'ai été
accusé d'être ennemi de la liberté; aujourd'hui, je suis accusé
d'attaquer le pouvoir. Je suis fort accoutumé à toutes ces
accusations; je voudrais pouvoir vous montrer, je voudrais que vous
pussiez voir, avec quelle sérénité intérieure j'entends bourdonner
autour de moi toutes ces calomnies, je vois passer devant moi toutes
ces colères, réelles ou feintes.» Puis, sans plus s'arrêter à ces
«bourdonnements» d'en bas, il reprend son attaque, et la pousse plus
avant encore. «Pensons aux susceptibilités du pays, dit-il en
terminant. Le pays est susceptible pour la dignité de notre nom au
dehors, de nos institutions au dedans. Ces susceptibilités sont
honorables. Elles ont quelquefois l'air de sommeiller: on croit
qu'elles n'existent plus; mais elles se réveillent, tout à coup,
puissantes, menaçantes, aveugles quelquefois. Ménagez-les, prenez-en
soin; le pouvoir s'en trouvera bien. Tacite, Messieurs, dit des
courtisans qu'ils font toutes choses servilement pour être les
maîtres, _omnia serviliter pro dominatione_. Soyons précisément le
contraire; faisons toutes choses avec indépendance et dignité, pour
que la Couronne soit bien servie.»

M. Guizot est descendu de la tribune, sans presque aucun
applaudissement; c'est M. Molé qui l'y remplace: «Messieurs, dit-il
tout d'abord d'une voix élégamment et froidement incisive, ce n'est
pas des courtisans que Tacite disait ce qui vient d'être cité tout à
l'heure; c'était des ambitieux. On me permettra sans doute de rétablir
la vérité sur ce point.» Ce trait, lancé avec une si rare et si
prompte présence d'esprit, est salué par les bravos du centre[480]. Le
président du conseil, toujours soutenu par les acclamations d'une
moitié de l'assemblée, fait ensuite un retour sur le passé, rappelle
le triste état des choses au 15 avril 1837, puis l'heureuse
transformation opérée par l'amnistie, et ces jours heureux, «les
meilleurs que le pays ait connus depuis huit ans». Le mal présent, il
n'en nie pas l'existence, mais l'impute à la coalition, à cette
Adresse qu'il définit «un effort téméraire pour reconquérir ce que la
Chambre n'a ni perdu, ni été menacée de perdre». Enfin, après avoir
montré le pays «stupéfait, scandalisé, inquiet»: «Messieurs,
s'écrie-t-il, il s'instruit, en ce moment, un procès bien solennel
entre nos adversaires et nous. On a beau affecter de superbes dédains:
eh! n'y a-t-il pas un aveu frappant de notre force, dans la grandeur
des efforts qu'on fait pour nous renverser? Quel cabinet, je vous le
demande, a vu, coalisées contre lui, tant de puissances
parlementaires? Je ne suis pas, je ne me donne pas ici pour l'un des
princes de la parole; je ne dis pas, en parlant de moi: Les capacités,
c'est moi; le ministère parlementaire, c'est moi. Je ne suis,
Messieurs, qu'un vieux serviteur du pays, qui lui ai dévoué, dès mes
plus jeunes ans, mes facultés et ma vie... Savez-vous pourquoi vous
nous avez donné la majorité dans toutes les circonstances importantes?
Ce n'est pas nous qui avons triomphé: c'est notre cause... C'est dans
cette même cause que nous mettons encore toute notre confiance.»

[Note 480: Il paraît que, pour cette riposte, M. Molé a eu des
collaborateurs. Après le discours de M. Guizot, la séance se trouva
suspendue de fait, pendant une quinzaine de minutes; on vit alors M.
Royer-Collard s'approcher vivement du président du conseil: c'était
pour lui signaler la véritable portée du passage de Tacite; il alla
même chercher à la bibliothèque les oeuvres de l'historien romain. On
ajoutait, dans ce temps-là, que l'attention de M. Royer-Collard avait
été tout d'abord attirée sur ce point par M. Saint-Marc Girardin,
partisan très-décidé du ministère.]

Tous les chefs ont hâte, paraît-il, de se jeter, dès le premier jour,
dans la mêlée; M. Thiers vient répondre à M. Molé et exposer à grands
traits ses griefs contre la politique extérieure et intérieure du
cabinet. Mais, comme M. Guizot, il a dû commencer par justifier les
coalisés. «On a prétendu, dit-il, que ces hommes avaient du dépit,
qu'ils étaient des ambitieux déçus. Qu'il me soit permis de répondre
une chose: un gouvernement est bien malhabile de venir, après quelques
années, convertir en ambitieux déçus, en hommes dépités, en mauvais
citoyens, les ministres qui l'ont servi et sur lesquels il s'est
longtemps appuyé.»

Malgré le talent déployé par les deux grands orateurs de la coalition,
l'effet de cette première journée n'était pas favorable aux
adversaires du cabinet. Ceux-ci eux-mêmes le reconnaissaient[481]. Le
mauvais accueil qu'avait reçu M. Guizot contrastait avec l'espèce
d'ovation faite à M. Molé. Aussi, le lendemain matin, le _Journal des
Débats_ s'écriait-il triomphant: «Ces ministres, que, si
orgueilleusement, vous proclamiez incapables, qui vous faisaient
pitié, dont vous vous croyiez sûrs d'avoir bon marché à la tribune,
ils vous ont vaincus... N'avez-vous pas vu toute la Chambre devancer,
en quelque sorte, les paroles de M. Molé et se soulager, par
d'unanimes applaudissements, de la contrainte pénible qu'elle avait
éprouvée pendant le discours de M. Guizot?... C'est vous-même qui avez
préparé à M. Molé cet éclatant succès. Vous lui avez laissé le beau
rôle, et il vous a montré qu'il savait le prendre.»

[Note 481: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

La discussion générale se continua trois jours encore[482]. Par
moments on la croyait terminée; mais le lendemain, les deux partis se
retrouvaient aux prises, plus acharnés que jamais. Les mêmes idées se
répétaient, parfois les mêmes orateurs remontaient à la tribune. Le
seul changement qu'on pût noter était une violence croissante, à ce
point qu'un jour, M. Molé, blessé au vif par les sarcasmes de M.
Duvergier de Hauranne, et ne se possédant plus, s'écria: «C'est un
mauvais pamphlet», et se fit, à ce propos, réprimander par le
président. L'assemblée ne se montrait pas moins passionnée que les
orateurs. Ce n'étaient qu'interruptions, murmures, cris partant de
tous les bancs, échange d'invectives, de démentis, d'injures. M. O.
Barrot, le seul des chefs de la coalition qui pût s'y sentir à l'aise
et à sa place, trouva, dans ces violences mêmes, l'occasion d'un rôle
inattendu pour lui: il vint, avec une sorte de solennité sereine, se
poser en modérateur, en homme de principe, étranger aux irritations
personnelles, ne discutant que les idées et ménageant les individus;
adversaire sans doute du cabinet, mais affectant de le protéger contre
les coups trop rudes qui lui avaient été portés par des mains
conservatrices; prenant d'ailleurs un plaisir bien naturel à
contempler et à constater, du haut de sa vieille opposition, la
dissolution de l'ancienne majorité, autrefois unie contre lui. Plus
satisfait encore était M. Garnier-Pagès, l'orateur de l'extrême
gauche: «On est heureux, disait-il, de voir des hommes comme M. Thiers
et M. Guizot venir éclairer le pays et lui dire que maintenant l'ordre
n'est plus menacé, qu'il faut voler au secours de la liberté... Vous
dites, dans votre Adresse, ce que nous avons toujours dit
nous-mêmes... J'ai fait des efforts, pour ma part, afin de faire
nommer, comme commissaires de l'Adresse, les chefs des anciens
cabinets. J'ai voulu avoir le plaisir de voir des hommes qui avaient
dirigé la politique que j'avais combattue avec tant d'ardeur, venir la
blâmer eux-mêmes. Je m'en suis réjoui, comme je me réjouis de voir
percer, à travers toutes les phrases des membres du ministère actuel,
cette idée que tous les hommes qui, depuis sept ans, ont servi la
Couronne, ont été des ambitieux. Ce sont des déclarations que j'aime à
voir faire en présence de la France.» M. Guizot, plus atteint encore
par une telle approbation que par les reproches des ministériels,
reparut à la tribune, pour se défendre personnellement d'avoir été
infidèle à ses antécédents, et pour démontrer, phrase à phrase, que le
projet d'Adresse n'avait rien de factieux. Le centre lui était plus
malveillant encore que le premier jour; à peine l'orateur pouvait-il
prononcer une phrase sans être interrompu. Il dominait cette révolte
de l'auditoire, à force d'éloquente énergie. Cette fois, d'ailleurs,
la gauche se décida à le soutenir de ses applaudissements
passionnés[483]. Mais l'illustre doctrinaire ne pouvait pas ne pas
sentir combien ces applaudissements étaient compromettants: aussi
tâchait-il, jusque dans son opposition, et tout en plaisant à ses
nouveaux alliés, de rester lui-même et de se rattacher à son passé.
Effort dramatique et douloureux d'une conscience qui cherchait
vainement à échapper aux nécessités de l'oeuvre mauvaise où elle
s'était laissée entraîner[484].

[Note 482: 8, 9 et 10 janvier.]

[Note 483: Les hommes de la gauche constataient en effet tout ce que
M. Guizot avait fait pour se rapprocher d'eux. M. Léon Faucher, alors
rédacteur du _Courrier français_, écrivait à M. H. Reeve, le 12
janvier 1839: «Entre M. Guizot et M. Barrot, la distance s'efface
chaque jour. D'un autre côté, le parti de la Cour va si loin dans ses
haines pour ceux qui l'ont abandonné, que les députés ministériels
disent quotidiennement à Barrot: «Nous vous aimons mieux pour ministre
que M. Guizot.» (Léon FAUCHER, _Biographie et Correspondance_, t. I,
p. 77.)]

[Note 484: «Nous ne saurions dire, écrivait un rédacteur du _Journal
des Débats_ au sortir de cette séance, combien d'art, d'éloquence M.
Guizot a employés aujourd'hui, pour échapper au sens de l'Adresse et à
l'approbation de la gauche. La protection de M. Barrot pesait durement
sur cette noble et courageuse tête, et la courbait malgré elle. Nous,
cependant, nous éprouvions une sorte de joie mêlée de tristesse, en
reconnaissant du moins, dans cette lutte désespérée, tout l'ancien
talent de M. Guizot, je ne sais quels cris de la conscience révoltée
qui protestaient contre les nécessités d'une position fausse et,
quelquefois encore, le langage du ministre du 11 octobre jusque dans
le langage du coalisé. Nous étions émus au son du cette voix que nous
avions si souvent entendue s'élever pour défendre l'ordre, au
spectacle de ce vieil athlète de la majorité, obligé maintenant de
blesser tous les sentiments de cette majorité et fatigué sous ses cris
et ses murmures.» (10 janvier 1839.)]

Dans l'autre camp, c'était toujours M. Molé qui supportait, sans
faiblir, le poids de la lutte. Un orateur cependant lui vint en aide,
qu'on attendait avec impatience sur les bancs ministériels: ce fut M.
de Lamartine. Se tournant vers les meneurs de la coalition, il
s'écria, aux acclamations du centre: «Nous qui ne fatiguons pas la
tribune, qui ne remplissons pas la scène de nos rôles toujours
nouveaux et toujours brillants, qui ne passons pas notre temps à
exercer le pouvoir ou à le disputer à nos rivaux, nous nous levons
enfin, pour vous dire: Nous ne laisserons pas dilapider le pouvoir,
rabaisser la tribune, dégrader le gouvernement représentatif. Oui,
nous refusons de ratifier votre Adresse, parce qu'elle est votre
Adresse, et non l'Adresse du pays.» Ce n'était pas à dire que M. de
Lamartine prît à son compte tous les actes et toutes les idées du
cabinet. Il aimait à se poser en protecteur magnanime, parfois même un
peu dédaigneux, plutôt qu'en partisan dévoué, et il attaquait la
coalition plus qu'il ne défendait M. Molé.

On se battait depuis quatre jours: tout avait été dit, ressassé même.
L'heure était venue, pour les deux partis, de mesurer leurs forces
dans un premier vote. Celui-ci devait porter sur le début de
l'Adresse. Le projet de la commission paraissait attribuer à la
Chambre seule la prospérité du pays et la paix du monde; un
amendement, présenté par un ami du ministère, proposait d'en féliciter
«le gouvernement du Roi et les pouvoirs de l'État». Des deux côtés,
on attendait, dans une agitation anxieuse, le résultat, impossible à
prévoir, de cette première épreuve. Après un appel nominal fait au
milieu d'un grand tumulte, la Chambre procéda au scrutin; 216 voix se
prononcèrent pour l'amendement, 209 contre, soit une majorité de 7
voix pour le cabinet. Mortification cuisante pour l'orgueil des
coalisés qui s'étaient flattés que leur éloquence aurait facilement
raison de ce débile ministère. Toutefois une victoire tenant à si peu
de voix ne pouvait donner à M. Molé une confiance bien triomphante. Le
_Journal des Débats_ avouait mélancoliquement la faiblesse de la
majorité: il n'osait dire si elle suffirait à maintenir le cabinet:
«il faut, disait-il, voir la suite de la discussion». Seulement il
déclarait que «la minorité était bien plus faible encore, si l'on
comparait ses éléments à ceux de la majorité».

Quant au public, il ne savait trop que penser; il assistait, étonné,
inquiet, à ce drame où il n'était pas acteur, particulièrement frappé
et troublé de l'extrême violence qu'avaient tout de suite atteinte ces
débats. La fièvre qui avait gagné tous les esprits lui semblait
d'autant plus étrange qu'elle ne venait pas du pays lui-même, mais
était le produit propre et spontané de l'effervescence parlementaire.
Chacun déclarait n'avoir jamais vu pareille bataille, même en ces
jours tragiques de 1831 et 1832, où, suivant l'ancien mot de M.
Thiers, on entendait de la tribune le bruit du tambour et les cris de
l'émeute, où l'enjeu de la discussion était l'existence de la
monarchie et la paix du monde. Et surtout, ce qu'on n'avait jamais vu,
c'était, entre les adversaires, tant de haine, de mépris, de volonté
de se faire mutuellement les blessures les plus douloureuses, les plus
mortelles. «Il faut remonter assez loin dans notre histoire
parlementaire, écrivait un témoin, le 10 janvier, pour trouver quelque
chose de comparable à la violence des débats de ces derniers jours. Le
centre de la Chambre surtout est dans un état permanent d'irritation
et de fureur. Le président, jadis si respecté, si obéi, ne peut plus
se faire entendre.» Et il ajoutait, le 13 janvier: «C'est un spectacle
étrange et nouveau que celui qu'offre, depuis huit jours, la Chambre
des députés, cette lutte furieuse entre les partis, ou plutôt cette
lutte des intelligences ambitieuses et irritées contre un ministère
soutenu presque exclusivement par la masse compacte des médiocrités,
qu'unit le double lien d'un amour de l'ordre plus ou moins éclairé et
d'une aversion envieuse contre les talents supérieurs. Ces scènes
tumultueuses qui nous reportent à d'autres temps, mais qui, grâce à
Dieu, ne trouvent _encore_ que bien peu d'échos en dehors, ce
renversement des anciennes positions, cette confusion inextricable des
opinions, tout cela forme un tableau qui a bien sa beauté dramatique,
mais qui afflige profondément l'honnête homme et le bon citoyen[485].»
À la même date, la duchesse de Dino écrivait à M. de Barante: «Je vois
des gens d'affaires proprement dits s'alarmer grandement... Je lis les
journaux, et j'en ai dégoût et effroi. On me raconte quelque peu ce
que les gestes, les accents, le jeu ajoutent de hideux à l'aspect de
la Chambre, et je me demande alors ce qui reste entre nous et la
révolution.--La tranquillité du pays et le besoin de conservation de
bien des choses? Sans doute, c'est un contre-poids considérable, mais
est-il suffisant[486]?»

[Note 485: _Journal inédit de M. le baron de Viel-Castel._]

[Note 486: Lettre du 12 janvier 1839. (_Documents inédits._)]


IV

Pendant les quatre séances des 11, 12, 14 et 15 janvier, le débat,
toujours aussi violent et acharné, porta successivement sur la
Belgique, sur Ancône et sur la Suisse. C'était le terrain où
l'opposition se croyait le plus de chances de succès. Aussi
lança-t-elle à l'assaut ses orateurs les plus considérables, MM.
Duchâtel, Dufaure, Passy, Odilon Barrot, et surtout MM. Thiers et
Guizot. M. Mauguin se joignit à eux, tout heureux de rééditer, en
semblable compagnie, ses vieilles déclamations de 1830. M. Molé
faisait, presque seul, tête à cette attaque, se multipliant et
déployant des ressources qu'on ne lui connaissait pas. Chaque jour, il
montait à la tribune, au besoin plusieurs fois par séance. Il se
sentait soutenu d'ailleurs par le Roi que cette partie du débat
intéressait et regardait tout particulièrement, et qui écrivait,
presque d'heure en heure, à son ministre, de courts billets pour le
féliciter et l'encourager[487].

[Note 487: Louis-Philippe écrivait à M. Molé, le 11 janvier au soir:
«Il me semble qu'aujourd'hui, j'étais encore plus en cause que jamais,
et que les insinuations sur l'affaire belge étaient aussi directes
qu'étonnantes pour quiconque sait la vérité.» Le 12 janvier au matin:
«Je suis trop heureux, quand je peux vous témoigner combien j'apprécie
le courage, le talent et le dévouement que vous déployez dans cette
inconcevable lutte. J'espère plus que jamais qu'elle se terminera
heureusement.» Quelques heures après: «Quelle journée celle-ci va être
pour vous, puisque c'est Ancône qu'ils vont exploiter! Je crois bien
que c'est là ce qu'ils attaqueront le plus vivement, quoique, dans mon
opinion et même dans ma conviction, ce soit la plus claire et la plus
forte de toutes les questions que vous avez à défendre.» Le 12 janvier
au soir: «Je vois avec une bien vive satisfaction que vos succès vont
toujours _crescendo_...» (_Documents inédits._)]

Ce que nous avons déjà dit, à propos des négociations elles-mêmes,
permet de deviner les arguments employés de part et d'autre. Au sujet
de la Belgique, M. Thiers parut désirer qu'on éludât le traité des
vingt-quatre articles, mais sans en indiquer le moyen; M. Molé n'eut
pas de peine à répondre que l'exécution du traité s'imposait, et que
tout le possible avait été fait en faveur des Belges; d'ailleurs,
l'affaire étant encore pendante, le débat se trouva forcément limité.
Quand on en vint à la Suisse, le président du conseil montra que
c'était M. Thiers qui avait donné, en 1836, l'exemple des mesures de
rigueur, et que, si les sentiments de la petite république pour la
France étaient altérés, il fallait en chercher la cause dans la
politique suivie par le ministère du 22 février. Le débat le plus
acharné s'engagea au sujet de l'évacuation d'Ancône. Tant qu'il ne
s'agissait que de faire des phrases éloquentes sur le recul du drapeau
français, le rôle des coalisés était facile. «Messieurs, s'écriait M.
Guizot, à chacun ses oeuvres: à M. Casimir Périer, l'occupation
d'Ancône; aux ministres qui lui ont succédé, le maintien de cette
position; à vous, l'évacuation!» Mais M. Molé reprit le dessus, quand
il vint, froidement, pièces en main, rappeler les faits, les
précédents, et mettre le langage actuel de quelques-uns de ses
adversaires en contradiction avec ce qu'ils avaient dit quand ils
étaient au pouvoir. Réduits à ne plus nier l'engagement, les opposants
s'en prirent alors au ministère de ce qu'on lui en avait réclamé
l'exécution. «L'évacuation, dit M. Thiers, n'aurait pas été demandée à
un cabinet ferme; elle devait être immédiatement et péremptoirement
demandée à un cabinet sans force et sans volonté... C'est une
faiblesse d'amour-propre, peut-être, mais je suis convaincu que, si
j'étais resté au cabinet, on ne me l'aurait pas demandée, à moi.» À
quoi M. Molé répliquait: «On a de soi-même l'opinion qu'on veut. On
peut dire: On ne m'eût pas traité comme cela. Eh! mon Dieu! nous
sommes des ministres insignifiants, nous le savons bien; mais il y en
a d'autres qui sont au moins des ministres confiants.»

En somme, l'avantage resta à M. Molé. L'un de ses adversaires, M.
Guizot, devait le reconnaître plus tard[488]. La Chambre le proclama
tout de suite, en votant successivement trois amendements qui, sur
chacune des questions débattues, substitua l'approbation au blâme: sur
la Belgique, par 216 voix contre 212; sur Ancône, par 228 contre 199,
majorité un peu plus forte, peut-être à cause du concours des
légitimistes; sur la Suisse, par 221 contre 208. On le voit, les deux
partis se retrouvaient, à chaque nouvelle rencontre, à peu près
exactement ce qu'ils s'étaient montrés à la première. Vainement le
débat se prolongeait-il, vainement, de part et d'autre, faisait-on les
plus grands efforts, aucune des armées ne se laissait entamer. Une
discipline étroite réglait toutes leurs manoeuvres. Assis les uns en
face des autres, les ministres, d'un côté, les membres de la majorité
de la commission, de l'autre, donnaient les mots d'ordre aussitôt
transmis et obéis. Ne vit-on pas, un jour, M. Dupont de l'Eure venir
demander à M. Guizot comment il devait voter?

[Note 488: M. Guizot écrit en effet dans ses _Mémoires_: «Quelques-uns
de nos reproches à la politique extérieure de M. Molé étaient, au
fond, très-contestables et avaient été efficacement contestés dans le
débat.» (T. IV, p. 292.)]

On pouvait croire la question étrangère vidée. Mais, dans
l'acharnement inouï de cette lutte, tout était sans cesse à
recommencer. La discussion se rouvrit sur l'ensemble de la politique
extérieure, à propos du paragraphe suivant de l'Adresse[489]. Ce
nouveau débat durait déjà depuis quelque temps, les orateurs se
répétaient, et l'attention de la Chambre semblait fatiguée, quand M.
Berryer parut à la tribune. Par quel tour de force un légitimiste
allait-il donc pouvoir s'associer aux griefs des coalisés contre la
politique extérieure du gouvernement, c'est-à-dire reprocher à
celui-ci de n'avoir pas pris assez hautement parti pour les clients de
la révolution de Juillet, contre la vieille Europe monarchique? M.
Berryer excellait dans ces habiletés. Voyez comme il procède. Il
commence par une magnifique profession de patriotisme; il s'y complaît
éloquemment[490]. L'auditoire ému n'est plus en méfiance. C'est le
moment que l'orateur choisit pour parler des devoirs que ce
patriotisme impose au pouvoir. «Tout gouvernement, dit-il, doit puiser
dans son principe, dans les conditions de sa situation, toutes les
forces qui leur sont propres, pour en faire profiter la France, pour
développer au dehors l'ascendant, la prépondérance et la dignité du
pays; s'il ne le peut ou ne le veut, il se réprouve lui-même.» Se
tournant vers la monarchie de 1830, il lui demande si elle a rempli ce
devoir. Il rappelle quel a été, dans le monde, le retentissement de ce
«terrible événement» qui fut la révolution de Juillet. «L'Europe,
dit-il avec une éloquence superbe, a eu d'étranges,--je me trompe,
Messieurs, l'expression dont je me sers ici est mauvaise,--l'Europe a
eu de glorieux contacts avec la France. À plus d'une époque, les
peuples se sont souvenus de notre passage; la France ne passe point
sans laisser de traces de ses pas...; et une révolution en France ne
pouvait s'accomplir sans que les intelligences de l'Europe ne fussent
émues dans toutes les contrées où la gloire française a marché.» Ce
contre-coup s'est produit en Pologne, en Espagne, en Belgique. Qu'en
est-il advenu? «La Pologne n'est plus... L'Espagne est livrée aux
horreurs d'une guerre civile dont vous n'apercevez pas le terme, et
votre gouvernement dit qu'il est impuissant à mettre fin à cette lutte
horrible... La Belgique suppliante, agitée, demande avec effroi si
vous l'abandonnez, comme on le dit, sans garantie pour son
indépendance, sans même une sûreté pour sa propre existence.» Et après
ce tableau qu'il nous faut abréger: «Voilà, s'écrie M. Berryer, comme
votre gouvernement a soutenu votre principe politique au dehors, voilà
ce qu'il a produit, partout où il a eu son retentissement... Vous êtes
abandonnés partout, vous êtes isolés... Ma main se séchera avant de
jeter dans cette urne une boule qui dise qu'un tel ministère est
jaloux de notre dignité, de nos alliances: jamais! jamais!» Le tour de
force est accompli. Mais ne voit-on pas maintenant que si l'orateur
royaliste y a eu recours, ce n'a pas été pour le seul plaisir de venir
aider les adversaires de M. Molé? Son argumentation visait plus loin
et plus haut; elle atteignait la monarchie de Juillet elle-même.

[Note 489: 16 janvier.]

[Note 490: «Quelque révolution qui se fasse, dit-il, quelque
gouvernement qui s'établisse, de quelque antipathie qu'on soit animé,
on abdique sa nationalité, si l'on ne conserve pas le même sentiment
sur nos affaires avec l'étranger, la même jalousie des intérêts de la
France, de sa dignité.» Et, par un mouvement singulièrement hardi,
mais qui produit un immense effet, il s'écrie: «En tout temps et sous
tous les régimes, je crois que je n'aurais pas eu un autre sentiment,
et, pour me montrer à vous tel que Dieu m'a fait, si je disais ici
toute ma pensée, je rappellerais une époque d'horreur, de crimes, une
assemblée vouée, pour ses actes intérieurs, à l'exécration des gens de
bien, dont le souvenir soulève encore tout coeur d'homme: eh bien! je
la remercie d'avoir sauvé l'intégrité du territoire.»]

Que devaient penser M. Guizot et M. Thiers de ce commentaire de leur
Adresse, de ce développement de leurs griefs? N'en étaient-ils pas
plus embarrassés encore qu'ils ne l'avaient été du discours de M.
Garnier-Pagès? M. Molé, avec son habituelle présence d'esprit,
augmenta cet embarras, en montrant tout de suite jusqu'où portait
maintenant l'attaque. M. Guizot lui succède à la tribune. Est-ce pour
faire cause commune avec lui, contre l'ennemi de la monarchie de 1830?
Non. Sa parole saccadée, amère, mordante, trahit, contre M. Molé, une
animosité plus agressive que jamais. Il ne parle du discours de M.
Berryer que pour en accabler le ministre. «Savez-vous, dit-il, à quoi
vous devez ce discours et les apparences de raison dont il a pu être
revêtu? À la politique extérieure du cabinet.» Pressant son
contradicteur d'apostrophes enflammées, il conclut que «la France,
entre ses mains, a perdu son influence et sa dignité». À cette rude
attaque, le garde des sceaux ne fait qu'une réponse insuffisante et
fatiguée. Puis voici M. Thiers qui vient encore frapper, par un autre
côté, le ministère déjà si maltraité. «Qu'avez-vous fait de l'alliance
anglaise? crie-t-il à M. Molé... Ce que je vous reproche, c'est
d'avoir rompu le premier chaînon de cette chaîne qui nous unissait à
l'Angleterre, d'avoir commencé le refroidissement... De là, votre
faiblesse dans la question belge, votre timidité en Italie.» Certes,
il ne fallait pas peu d'audace à l'ancien ministre du 22 février pour
tenir ce langage. N'était-ce pas lui qui, au moment où il avait pris
le pouvoir, en 1836, s'était le premier écarté de l'Angleterre, pour
se rapprocher des puissances continentales? M. Molé aurait beau jeu à
le lui rappeler. Aussi bien, serait-il temps que le cabinet, si
puissamment attaqué, dans cette séance, par les plus redoutables
orateurs de la Chambre, par MM. Berryer, Guizot, Thiers, se défendît
avec quelque autorité. Mais est-ce lassitude du président du conseil,
ou s'imagine-t-il que le vote d'ensemble sur la politique étrangère
est acquis après les votes de détail émis, les jours précédents, sur
la Belgique, sur Ancône et sur la Suisse? Toujours est-il qu'il reste
à son banc et laisse sans réponse le discours de M. Thiers. On procède
au vote: pour la première fois, la coalition l'emporte; 219 voix
contre 210 repoussent l'amendement qui approuvait d'une façon générale
la politique extérieure du ministère. À la proclamation du scrutin,
l'agitation est au comble dans l'Assemblée. L'opposition triomphe.
Morne tristesse sur les bancs ministériels.

Le lendemain[491], les coalisés reviennent au combat, tout animés de
leur succès de la veille. Mais le ministère ne s'abandonne pas. Il
s'agit toujours de la politique extérieure; après avoir repoussé
l'amendement favorable au cabinet, l'Assemblée se trouve en présence
du paragraphe nettement hostile qu'a proposé la commission. De part et
d'autre, on fait des efforts désespérés. La lutte se concentre surtout
entre M. Thiers et M. Molé, qui prend deux fois la parole. Le chef du
centre gauche déploie toute sa subtile adresse pour démontrer à la
Chambre qu'elle peut, malgré les approbations partielles des jours
précédents, prononcer ce blâme général. Mais le président du conseil
fait justice de ces habiletés: «Vous allez, dit-il en finissant,
prononcer sur la politique du cabinet au dehors, d'une manière
définitive et sans appel. Avant de quitter cette tribune, je le
déclare de nouveau et en toute franchise, vos votes sur la Belgique,
sur Ancône, sur la Suisse sont perdus pour nous, si celui que vous
allez rendre nous est contraire.» Le scrutin est dépouillé, au milieu
d'une anxiété plus grande que jamais. Enfin, le président annonce que
le paragraphe est rejeté par 220 voix contre 213. Le ministère a
retrouvé sa petite majorité. Si la Chambre a hésité, la veille, à
s'engager par une approbation générale et absolue, elle persiste du
moins à ne pas s'associer au blâme de la commission. L'accident du
vote précédent n'est sans doute pas complétement réparé, mais il n'a
pas tourné en désastre.

[Note 491: 17 janvier.]


V

Restait le dernier paragraphe de l'Adresse. C'était le plus grave et
le plus irritant de tous, car il avait été interprété aussitôt, et non
sans raison, comme l'affirmation que le pouvoir royal avait besoin
d'être «contenu dans ses limites constitutionnelles», que le Roi
n'était pas suffisamment «couvert», et que la Chambre se refusait à
«prêter son concours» à la Couronne tant que le ministère serait
maintenu[492]. À la veille du débat, quelques-uns des coalisés,
effrayés de l'effet produit par certaines expressions de ce
paragraphe, proposèrent de les atténuer, au moyen d'un amendement qui
eût été présenté par un membre de la gauche, M. Billault, et accepté
par la commission. M. Duchâtel soumit cette idée à M. Thiers, qui
l'approuva. Ce fut M. Guizot qui s'y opposa; «tant que dure le combat,
pensait-il, toute apparence d'hésitation et de reculade est une faute,
dût-on regretter de l'avoir engagé[493].» M. Barrot consulté se
prononça d'abord, avec M. Thiers, pour l'atténuation; mais bientôt, se
voyant désapprouvé par ses amis de la gauche, il revint sur son avis.
Le projet d'amendement de M. Billault fut donc abandonné, et l'on
arriva à la séance[494] résolu à livrer bataille pour le texte
primitif. Bataille singulièrement dangereuse, car elle aboutissait
forcément à discuter la conduite du Roi[495]. Les habiles de la
coalition s'en défendaient et prétendaient n'avoir affaire qu'au
cabinet, jugé par eux insuffisant, transparent et non parlementaire.
Mais on avait beau jeu à leur répondre, avec l'un des orateurs
ministériels: «Dire que la Couronne n'est pas couverte, c'est dire
qu'elle est responsable des actes attaqués.» D'ailleurs, parmi les
opposants, il en était qui, du moins dans l'intimité, ne faisaient pas
mystère d'en vouloir au Roi lui-même. M. Léon Faucher, alors rédacteur
d'une feuille de gauche, s'exprimait ainsi, dans une lettre adressée à
un de ses amis d'Angleterre: «Je vous écris au fort de la bataille.
Nous grandissons par nos défaites, et j'espère qu'avant un an, le Roi
aura rendu son épée. Dompter sans révolution le prince le plus entêté
de sa propre capacité et le moins constitutionnel qui soit au monde,
ce n'est pas une petite entreprise[496].»

[Note 492: Nous avons cité plus haut, p. 319, le texte de ce
paragraphe.]

[Note 493: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 296.]

[Note 494: 19 janvier.]

[Note 495: C'est ce qui faisait écrire, quelques jours après, au
vicomte de Launay (madame de Girardin): «Écoutez ces belles harangues
de la Chambre, qui disent toutes à la Couronne, avec plus ou moins
d'éloquence: Cachez-vous donc, on vous voit.»]

[Note 496: Lettre du 12 janvier 1839 à M. H. Reeve. (Léon FAUCHER,
_Biographie et Correspondance_, t. I, p. 77.)]

Toutes les questions soulevées par le dernier paragraphe avaient déjà
été débattues lors de la discussion générale: le débat en fut abrégé.
D'ailleurs, le sujet était gênant à traiter pour les opposants qui
voulaient, cependant, ne pas paraître ennemis de la Couronne: force
leur était de s'envelopper de réticences peu favorables aux
développements oratoires. Toutefois, plus on approchait du dénoûment,
plus, de part et d'autre, l'acharnement redoublait. Les grands
orateurs s'étaient réservés pour ce suprême effort: du côté de
l'opposition, MM. Guizot, Thiers, O. Barrot; du côté du gouvernement,
M. de Lamartine.

Enfin tout a été dit. Il ne reste plus qu'à voter. Cette fois encore,
l'amendement du ministère l'emporte par 222 voix contre 213.
L'ensemble de l'Adresse, composée des amendements que le cabinet a
successivement fait adopter, est ensuite approuvé par 221 voix contre
208. Ce chiffre de 221 fit quelque sensation. On avait souvent évoqué,
au cours de la discussion, le souvenir des 221 de l'Adresse de 1830:
il était piquant de retrouver ce même nombre; seulement les nouveaux
221 étaient, non plus les adversaires, mais les défenseurs de la
prérogative royale.

Telle fut la fin de cette longue discussion qui n'avait pas duré moins
de douze jours. On chercherait vainement une bataille parlementaire où
il ait été dépensé à la fois plus d'éloquence et de passion.
L'opposition avait poussé l'attaque avec un acharnement inouï, sept
fois battue, mais revenant à l'assaut, après chaque défaite, avec une
ardeur qui semblait de plus en plus furieuse. Les chefs avaient donné
de leurs personnes, sans se ménager. M. Thiers avait parlé treize
fois, M. Guizot douze, tous deux avec un incomparable talent. Le
dernier notamment avait surpris ses alliés comme ses adversaires. Dans
cette lutte où, de part et d'autre, on s'attendait à lui voir garder
une attitude un peu gênée, attristée, réservée, il s'était jeté au
contraire en avant, toujours au plus fort de la mêlée, frappant et
recevant les coups les plus rudes. Son éloquence en avait été
modifiée, sans être diminuée: moins sereine, moins philosophique,
moins professorale, elle avait gagné en énergie nerveuse, en audace,
en action.

Plus inattendue encore fut la façon dont M. Molé tint tête à cette
formidable attaque. Contre des adversaires qui s'appelaient Guizot,
Thiers, Berryer, Odilon Barrot, Duchâtel, Dufaure, Billault, il était
seul ou presque seul: parmi ses alliés, pas d'autre orateur que M. de
Lamartine; ses collègues, hommes de valeur, mais de valeur secondaire,
avaient pris la parole plusieurs fois, mais sans grande autorité ni
vif succès. Néanmoins, à aucun instant de ce long débat, sa cause ne
parut en état d'infériorité. Ce valétudinaire, soutenu par une sorte
de fièvre, se montrait infatigable; prêt à parler sur toutes les
questions de principe ou de personne, intérieures ou diplomatiques, il
monta dix-sept fois à la tribune. Cet homme dont, jusqu'alors, on
disait justement qu'il n'était pas orateur, le devenait par l'effort
d'une conscience qui se révoltait contre d'injustes attaques et aussi
d'un amour-propre qui ne voulait, à aucun prix, se laisser humilier
par des rivaux détestés. Non sans doute que ses discours aient eu
jamais l'éclat, l'ampleur, la chaleur, la puissance de ceux d'un
Berryer ou d'un Guizot. Mais il déployait des ressources inattendues
d'esprit et de bon sens, de fermeté et d'adresse, de bonne grâce et de
fierté; son intrépidité froide donnait à ses troupes un courage
qu'elles n'eussent pas trouvé en elles-mêmes. Parfois, l'honneur
blessé lui arrachait des accents dont la vivacité inaccoutumée remuait
l'Assemblée. Très-passionné au fond, autant que ses adversaires, et
même soutenu par cette passion, il gardait un sang-froid, une
simplicité digne et noble qui contrastaient heureusement avec
l'emportement de ceux qui l'attaquaient. Les invectives laissaient
intacte la liberté de cet esprit, d'ordinaire si douloureusement
ombrageux et susceptible. Et pourtant, que n'entendait-il pas? Dans
une des dernières séances, comme, épuisé de fatigue, il se plaignait
que ses forces fussent à bout: «Crève, chien»! lui cria une voix
partie de l'opposition[497]. L'interrompait-on par quelqu'un de ces
mots outrageants auxquels son oreille de gentilhomme n'était pas
accoutumée, il s'arrêtait, laissait au mot le temps de retentir dans
toute la salle et à celui qui l'avait prononcé le temps de rougir;
puis il continuait, sans autrement se troubler. Le débat ne faisait
que commencer, que M. de Lamartine pouvait déjà lui dire: «Vous avez
grandi, en trois jours, de cent coudées: c'est l'opinion de vos
envieux, comme celle de vos amis[498].» Et le soir du vote final, le
Roi lui écrivait: «Je ne crois pas que les fastes parlementaires
d'aucun pays contiennent une lutte pareille à celle que vous venez de
soutenir avec tant d'honneur et de succès. Grâces vous soient rendues!
C'est ce que je dis de tout mon coeur[499].» Les adversaires de M.
Molé faisaient alors de lui, tout bas, presque un égal éloge: ils
l'ont fait tout haut, plus tard, avouant et leur surprise et leur
admiration[500]. N'était-ce pas d'ailleurs un résultat vraiment
extraordinaire et sans précédent, que le ministère fût arrivé à
refaire l'Adresse tout entière, à coup d'amendements successifs? Cette
majorité si frêle, composée d'éléments si médiocres, avait tenu bon
dans tous les votes, sauf un seul[501]. Elle n'avait laissé passer
aucune phrase de la rédaction élaborée par la commission. Ce succès
était bien l'oeuvre de M. Molé, et augmentait singulièrement son
renom. Et cependant, était-il suffisant? Le ministre avait sauvé son
honneur: avait-il également sauvé son pouvoir? Dans le combat d'où il
sortait vainqueur, n'avait-il pas, comme il arrive souvent en ces
mêlées meurtrières, été lui-même mortellement blessé?

[Note 497: L'incident est rapporté par M. Dupin. (_Mémoires_, t. III,
p. 376, 377.) M. Dupin ne nomme pas l'interrupteur: mais il dit que
c'était l'homme dont, en d'autres circonstances, on eût le moins
attendu un tel écart.]

[Note 498: _Documents inédits._]

[Note 499: Lettre du 19 janvier 1839. (_Documents inédits._)]

[Note 500: Cf. notamment les _Mémoires de M. Guizot_ (t. IV, p. 288),
et la _Notice_ du M. VITET sur M. Duchâtel.]

[Note 501: Les majorités du ministère avaient été successivement de 7
voix, de 4, de 29, de 13, de 7, de 9, et, au vote sur l'ensemble, de
13 voix. Pans le seul vote où elle l'avait emporté, la coalition
avait eu une majorité de 9 voix.]


VI

La bataille finie, M. Molé eut en effet à se demander s'il lui était
possible de continuer à gouverner, ayant contre soi une minorité
passionnée, considérable par le talent et le nombre, et n'ayant pour
soi qu'une majorité de quelques voix qui n'avait pu s'accroître du
premier vote au dernier, et qui même avait failli dans un des
scrutins. Après réflexion, sa conclusion fut négative. «La Chambre,
écrivait-il à l'un de ses ambassadeurs, est partagée en deux partis
d'une force presque égale et trop engagés l'un contre l'autre, pour
qu'il soit possible d'amener des défections dans leurs rangs[502].»
Connaissant d'ailleurs le tempérament de sa majorité, il estimait
qu'elle avait, dans la colère causée par la coalition, donné son
maximum d'énergie. À son avis, il y avait chance désormais de la voir
plutôt s'émietter que se fortifier. Voilà pourquoi il crut devoir, le
22 janvier, trois jours après la fin de la discussion, apporter sa
démission au Roi.

[Note 502: Lettre de M. Molé à M. de Barante, du 22 février 1839.
(_Documents inédits._)]

Que devait faire Louis-Philippe? Assurément, nulle loi parlementaire
ne l'obligeait à livrer le pouvoir aux coalisés. Si le ministère
n'avait qu'une majorité incertaine, ses adversaires étaient une
minorité certaine, et, de plus, une minorité composée d'éléments
discordants. N'eût-on pas d'ailleurs crié à la trahison dans les rangs
de ceux qui, précisément sous l'impulsion du Roi, venaient de soutenir
fidèlement le cabinet, pendant cette longue bataille, et en avaient
remporté un ressentiment singulièrement irrité contre les opposants?
Les «221» continuaient à se réunir chez le général Jacqueminot, pour
témoigner de leur résolution de faire toujours corps, de ne pas se
laisser entamer, et déclaraient hautement leur veto à toute
combinaison qui eût été un succès, même partiel, pour la coalition.
Dans ces conditions, le premier acte de tout ministère composé par les
meneurs de la minorité aurait été forcément la dissolution. Or, s'il
fallait en venir là, n'était-il pas naturel que le Roi aimât mieux
faire faire les élections nouvelles par M. Molé? Plus attaché que
jamais à ce dernier, il lui écrivait: «Vous savez combien je suis
disposé à tout faire, pour vous seconder et vous conserver. C'est là
le grand point pour moi[503].» Aussi bien, croyait-il pouvoir espérer
le succès d'élections ainsi dirigées par un ministre dont il
connaissait l'habileté. Le public lui avait paru, en face de la
coalition, d'abord indifférent, ensuite scandalisé, jamais favorable.
Autour du trône, il n'entendait que des paroles indignées contre
l'opposition, non-seulement dans la bouche des pairs, des députés
amis, mais aussi dans celle des représentants du haut commerce et de
la haute finance[504]. Dût-on du reste échouer, l'Assemblée ainsi élue
serait toujours préférable à celle qu'aurait fait nommer M. Thiers ou
tout autre coalisé; elle contiendrait le ministère nouveau qui serait
obligé de la conserver[505]. Telles furent probablement les raisons
qui, dès la première heure, décidèrent le Roi à garder le cabinet et à
dissoudre la Chambre. M. Molé était d'accord, sur ce point, avec la
Couronne, et l'on peut même supposer que sa démission n'avait pas été,
au fond, bien sérieuse.

[Note 503: _Documents inédits._]

[Note 504: _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._]

[Note 505: M. Molé, expliquant, quelques semaines plus tard, le 24
février, à M. de Barante, sa conduite, lui écrivait: «Si M. Thiers
était rendu nécessaire par la composition de la nouvelle Chambre, du
moins il ne pourrait plus dissoudre, et se trouverait obligé de
marcher en présence d'une minorité si forte qu'elle lui rendrait
impossible de se livrer aux caprices et aux témérités de son esprit.»
Il écrivait de même à M. Bresson, le 26 février: «La dissolution
épuisait ce moyen pour trois ans au moins. Le nouveau ministère serait
obligé de vivre avec une Chambre qui le contiendrait et au sein de
laquelle, s'il voulait dévier de la politique suivie depuis 1830, la
Couronne trouverait un point d'appui pour lui résister.» M. de Barante
avait d'ailleurs écrit à M. Molé, le 18 février: «La dissolution était
devenue infaillible, et la faire de préférence à Thiers était un
devoir.» (_Documents inédits._)]

Mais ni Louis-Philippe, ni son conseiller, ne pouvaient se dissimuler
que cette nouvelle dissolution, venant quinze mois à peine après
celle qu'avait déjà fait prononcer le même cabinet, en octobre 1837,
était un acte d'apparence exorbitante, et de nature à effaroucher plus
d'un esprit. Ils savaient en outre que l'idée en était très-mal
accueillie par les 221, plus désireux de se reposer après l'effort
inaccoutumé qu'ils venaient de faire dans la Chambre, que de livrer,
devant les électeurs, une autre bataille, où il faudrait payer plus
encore de leur personne et où se trouveraient en jeu non-seulement les
portefeuilles de ministres amis, mais leurs propres siéges au
Parlement. On essaya donc d'abord, avec peu d'espoir et probablement
encore moins de désir de réussir, s'il serait possible de constituer
un autre ministère conservateur qui, tout en soutenant la politique de
M. Molé, n'éveillerait pas autant d'animosité, et qui, en s'appuyant
principalement sur les 221, aurait plus de chance de détacher
quelques-uns des 213. Il parut que le maréchal Soult était le seul
homme indiqué pour un tel rôle: le Roi le lui proposa[506]. Après huit
jours de réflexions, plutôt que de démarches, l'ancien président du
cabinet du 11 octobre déclina la mission qui lui était offerte: c'est
ce qu'attendaient le Roi et M. Molé. Le maréchal laissa dire, parut
même faire dire, par le _Constitutionnel_ et autres journaux de même
nuance, que la raison de son refus était qu'il pensait comme les
coalisés. Toutefois il donnait aussi à entendre au Roi qu'il ne
refuserait pas d'entrer dans le ministère de M. Molé, après les
élections, si celles-ci étaient favorables[507]. La vérité est qu'il
se ménageait, se réservait, ne sachant pas bien que penser et que
prévoir dans cette confusion parlementaire. Quoi qu'il en fût
d'ailleurs de ses motifs, son refus servit d'argument pour démontrer
aux 221 qu'il n'y avait plus d'autre alternative que de faire faire la
dissolution par M. Molé ou de passer la main aux coalisés. Une
ordonnance du 31 janvier prorogea les Chambres au 15 février. Le
lendemain, une note, insérée au _Moniteur_, annonça que les ministres,
dont la démission n'avait pas été acceptée par le Roi, reprenaient
leurs portefeuilles. Enfin, une ordonnance du 2 février prononça la
dissolution de la Chambre des députés, et convoqua les colléges
électoraux pour le 2 mars, les Chambres pour le 26 mars.

[Note 506: M. Molé disait, dans la lettre à M. de Barante, déjà citée
plus haut: «Il fallait faire le vide et que le Roi appelât, sur ma
démission remise, le seul homme qui pût essayer de former un cabinet,
sans livrer la Couronne et le pays à ceux que nous avions vaincus.»
(_Documents inédits._)]

[Note 507: Dans une lettre du 7 février 1839, le Roi raconte à M. Molé
qu'il vient de voir le maréchal Soult, et il précise ainsi
l'impression qu'il a gardée de l'entretien: «Cette impression est que
si les élections sont favorables,--et il m'a paru croire qu'elles le
seraient,--il sera prêt à entrer dans votre ministère... Au surplus,
je n'ai rien offert...» (_Documents inédits._)]

Ce fut aussitôt une explosion de fureur chez les coalisés qui
s'étaient un moment flattés, lors de la démission de M. Molé, de
toucher au but; ils crièrent, sans raison aucune, au coup d'État et
rappelèrent les deux dissolutions prononcées coup sur coup par M. de
Polignac. Parmi les conservateurs, l'impression fut d'abord morne et
inquiète; mais le Roi et le ministre, expliquant leur conduite et
promettant le succès, parvinrent à ranimer les courages et à
transformer de nouveau en belliqueux tous ces pacifiques. Au bout de
quelques jours, la bataille était engagée, et les deux armées se
précipitaient l'une contre l'autre aussi furieusement que naguère dans
le Parlement, avec cette aggravation que le choc ne se renfermait plus
dans la salle close du Palais-Bourbon, mais qu'il se produisait, pour
ainsi parler, en plein air et s'étendait dans le pays tout entier. Le
gouvernement employait, dans cette lutte suprême, tous ses moyens
d'action, toutes ses ressources pécuniaires, tout son personnel. M.
Molé commandait: soutenu par cette sorte de fièvre qui lui avait déjà
donné des forces inattendues, lors du débat de l'Adresse, son activité
était prodigieuse[508]. Les conservateurs, contrairement à leurs
habitudes, ne laissaient pas tout faire au pouvoir. Des comités locaux
correspondaient avec le comité central, formé à Paris, sous la
présidence du général Jacqueminot: «À aucune époque, écrivait M. Molé,
je n'ai été aussi content des honnêtes gens. Je leur ai vu, pour la
première fois peut-être, l'ardeur, l'énergie d'un parti[509].» Du côté
de la coalition, on avait constitué trois comités distincts, l'un du
centre droit, l'autre du centre gauche, et le troisième de la gauche;
mais ils marchaient d'accord: MM. Guizot, Thiers et Barrot, assistés
de quelques députés, se réunissaient tous les jours, pour centraliser
le mouvement[510]. M. Berryer, avec ceux des légitimistes qui le
suivaient, et M. Garnier-Pagès, avec les républicains d'extrême
gauche, soutenaient les candidats de la coalition, sans se fondre avec
elle.

[Note 508: M. Molé écrivait à M. de Barante, le 24 février 1839: «Si
je n'étais très-décidé à ne pas me croire assez de valeur ou
d'importance pour supposer que la Providence m'a donné une mission, je
verrais le doigt de Dieu dans la force et la santé qu'il m'envoie...
Je vous dirai la vie que j'ai menée, et les inventions de mes
adversaires pour avoir raison de mon âme ou de mon corps.» (_Documents
inédits._)]

[Note 509: Lettre du 24 février 1839. (_Documents inédits._)]

[Note 510: Lettre de M. L. Faucher à M. H. Reeve, du 12 février 1839.
(L. FAUCHER, _Biographie et Correspondance_, t. 1, p. 79.)]

Les journaux de la gauche accusaient bruyamment le ministère de
violence et d'intrigue, de pression et de corruption. Il se peut que
la juste mesure ait été parfois dépassée, et qu'il y ait eu, en plus
d'une circonstance, ce qu'on a appelé «l'abus des influences». M. Molé
n'était pas scrupuleux en pareille matière, et le zèle de M. de
Montalivet ne redoutait pas les compromissions. Toutefois les
reproches étaient, comme toujours, singulièrement exagérés, et souvent
même ils supposaient, chez ceux qui les adressaient, quelque
impudence. Tel était le cas des clameurs poussées à propos des
destitutions dont avaient été frappés, avec éclat, quelques hauts
fonctionnaires engagés dans l'opposition. Ces destitutions étaient
d'autant plus justifiables, qu'en ce moment même, les coalisés,
abusant de ce qu'ils comptaient dans leurs rangs plusieurs anciens
ministres en passe de revenir au pouvoir, tâchaient de terroriser les
fonctionnaires et de provoquer leur infidélité, en leur faisant peur
des vengeances du lendemain. Sous ce titre: _Avis aux fonctionnaires
dévoués_, les journaux de la coalition publiaient une circulaire où
l'on lisait: «Il n'est personne qui ne comprenne que le premier
résultat des élections sera de renverser le cabinet. On ne peut donc
empêcher les fonctionnaires, même les plus dévoués, de songer à
l'avenir et d'examiner ce qui adviendra d'eux, après que leurs patrons
actuels seront tombés... Aujourd'hui, par une fatalité remarquable,
il se trouve que presque tous les personnages ministériels sont dans
la coalition, et que les principaux d'entre eux font partie des
comités qui se sont constitués pour seconder les candidats
parlementaires et surveiller la conduite de l'administration. Il est
donc évident que rien ne leur échappera, et que, le jour de la justice
venu, ils se souviendront de tout... Les fonctionnaires publics ne
peuvent agir pour le ministère sans se brouiller avec son successeur
inévitable; c'est donc à leur sagacité qu'il appartient de discerner
de quel côté il leur convient d'agir.» Le _Journal des Débats_
n'était-il pas fondé à dire, à ce propos: «Si ce n'est pas là de
l'anarchie, il faut rayer le mot du dictionnaire[511].» Triste
spectacle, en effet, que celui d'hommes de gouvernement qui, pour
satisfaire la passion d'un moment, ne craignent pas de démoraliser
l'administration dont ils pourront avoir eux-mêmes à se servir
bientôt[512]!

[Note 511: _Journal des Débats_ du 7 février 1839.]

[Note 512: M. O. Barrot dit, dans ses _Mémoires_, que cette manoeuvre
dut surtout son succès à la présence des doctrinaires dans
l'opposition: c'étaient eux dont les menaces pouvaient le plus faire
réfléchir les fonctionnaires; or, ajoute M. Barrot, «ces menaces ne
contribuèrent pas peu à notre victoire». (T. I, p. 333.)]

La coalition faisait valoir les mêmes griefs que naguère pendant la
discussion de l'Adresse: elle dénonçait une politique étrangère qui
trahissait l'honneur et les intérêts de la France de 1830, par peur de
la vieille Europe ou par désir de la courtiser; elle revendiquait la
prérogative parlementaire contre un ministère qui laissait le champ
libre aux empiétements du pouvoir royal. Ces questions étaient déjà
périlleuses dans un parlement habitué aux subtilités constitutionnelles
et capable de comprendre à demi-mot, avec des orateurs contenus par le
sentiment de leur responsabilité et le soin même de leur ambition; ne le
devenaient-elles pas bien plus dans le tumulte d'une bataille
électorale, traitées par le premier venu, sans autre souci que le succès
et parfois le bruit du moment, devant une foule pour laquelle il faut
toujours supprimer les nuances, forcer la note et grossir les effets?
Chez les doctrinaires, plusieurs voyaient ce péril, et redoutaient
d'être ainsi entraînés bien au delà de leurs prévisions. Mais la
bataille était engagée; la passion commandait; il fallait quand même
aller de l'avant, sauf à imputer au ministère, auteur de la dissolution,
tous les risques de l'aventure.

Il fut convenu que, sous couleur de circulaire à leurs électeurs, les
trois chefs de la coalition donneraient, chacun successivement, la
note à leur troupe. M. Guizot commença: son manifeste, très-étendu, de
forte et haute allure, était à la fois une justification et une
attaque. L'attaque portait sur les points connus. Bien que l'auteur
proclamât «qu'une lutte sans exemple, depuis 1830, était engagée entre
la Couronne et la Chambre», il faisait un effort marqué pour échapper
à la conséquence logique et fatale de ses critiques, et pour mettre la
royauté hors du débat. «Ceci, disait-il, est un spectacle sans
exemple. Voilà une opposition qui déclare, qui soutient
imperturbablement qu'elle s'adresse au cabinet seul, que c'est du
cabinet seul qu'elle parle... Et le cabinet se retire, s'efface, place
la Couronne devant lui, affirme, répète que c'est à la Couronne qu'on
en veut! En vain l'opposition persiste; le cabinet persiste à son
tour. Il veut absolument que la Couronne descende dans l'arène et lui
serve de bouclier.» À l'appui de sa protestation, M. Guizot précisait
ainsi son grief contre le cabinet: «Vous êtes trop étrangers au pays
et à ses représentants les plus immédiats; vous ne le représentez pas
vous-mêmes assez véridiquement, assez fermement, auprès de la
Couronne. Les intérêts, les sentiments, toute la vie morale et
politique du pays n'arrivent pas, fidèles et entiers, par votre
organe, auprès du trône. Et lorsque ensuite vous paraissez devant les
Chambres, comme conseillers de la Couronne, nous trouvons, nous, d'une
part, que la Couronne a été par vous mal conseillée et le pays mal
représenté auprès d'elle; d'autre part, que vous la représentez et que
vous la défendez mal devant les Chambres. Car, à notre avis, votre
faiblesse est double, votre insuffisance est double; et la Couronne en
souffre dans le pays et les Chambres, aussi bien que les Chambres et
le pays dans le conseil de la Couronne.»

M. Guizot se flattait-il sérieusement que la polémique se
renfermerait dans ces fictions ingénieuses? Quelques jours après, les
limites qu'il avait si soigneusement tracées étaient déjà franchies
dans le manifeste de M. Thiers. Celui-ci, après avoir développé avec
une abondante vivacité ses accusations contre la politique extérieure,
abordait, à son tour, la question parlementaire. Il la montrait posée,
comme en 1829, avec M. de Polignac. Il ne craignait pas sans doute une
nouvelle violation des lois. «La Restauration, disait-il, a fini par
se précipiter dans un abîme, et notre gouvernement saura s'arrêter;
mais il commence la lutte, comme la Restauration l'avait commencée. Il
a résumé aussi, dans un ministère, toutes ses tendances fâcheuses; il
le maintient, non pas, il est vrai, contre une majorité décidée, mais
lorsque la majorité qui l'appuyait s'est réduite à quatre voix; il le
maintient par deux dissolutions; il fait dire aussi que la royauté est
attaquée et la traîne ainsi dans l'arène; il repousse les amis
sincères qui cherchent à l'éclairer, il les qualifie de traîtres à
leur principe, il les frappe impitoyablement. Je le répète, si l'on ne
savait pas qu'il y a des bornes que le gouvernement de Juillet ne
franchira jamais, il y aurait de quoi s'alarmer, en voyant se
renouveler, après huit années seulement, des fautes si graves, si
cruellement punies.» Ce «gouvernement» dont l'auteur du manifeste
faisait si vivement le procès et auquel il reprochait, entre autres
choses, d'avoir mal choisi son ministère et de le maintenir à tort,
qu'était-ce donc, sinon la royauté? M. Thiers terminait par cette
déclaration quelque peu hautaine, à l'adresse de la Couronne: «Si
j'avais l'ambition d'être ministre, quand l'esprit de la révolution de
Juillet est en oubli, je le serais. Je ne veux jamais l'être à ces
conditions. Je resterai, aussi longtemps qu'il le faudra, simple
député, si vos suffrages me rendent ce titre; heureux de ma
médiocrité, fier des services que j'ai rendus dans des temps de
danger, de ceux que j'ai refusés dans des temps d'erreur...»

Lorsqu'un tel langage était tenu, non par des enfants perdus, mais par
un homme qui venait d'être ministre et qui allait le redevenir, on
comprend que le _Journal des Débats_ se demandât, avec mélancolie, si
une monarchie pouvait subsister dans de telles conditions. «M. Thiers,
disait-il, croirait déchoir s'il n'entrait, par la brèche, dans les
conseils du monarque. Et à côté de M. Thiers, il y a une foule de
médiocrités qui s'enflent et se rengorgent en songeant qu'elles
marchent avec lui, dans cette glorieuse campagne, et qu'elles le
suivront à l'assaut des Tuileries.» Puis, généralisant la question:
«Le malheur de notre pays et de notre époque, c'est que chacun se
croit assez fort pour se mesurer avec la royauté. Aujourd'hui, tout
homme qui a passé aux affaires, ne fût-ce que trois jours, tout homme
qui est entré aux Tuileries, par un succès de tribune ou par le plus
mince service rendu à l'État ou à un parti, tout homme qui a traité
avec le Roi et contre-signe une ordonnance, se croit en droit, du jour
où il n'est plus ministre, de faire de sa personne échec à la royauté.
C'est manquer envers lui de reconnaissance que de se passer de ses
lumières, c'est l'abandonner que de le laisser partir, c'est le trahir
que d'accorder la moindre confiance à ceux de ses successeurs que la
majorité soutient!... Ce n'est pas tout. À côté des hommes qui ont été
ministres, il y a ceux qui veulent le devenir... Eh bien, il faut que
la royauté compte aussi avec ces hommes-là. Ils se posent fièrement
devant elle; ils lui marquent les limites qu'elle ne doit pas
franchir; ils se dressent pour lutter contre sa prérogative...» Le
_Journal des Débats_ se demandait la cause de ce désordre. Sa réponse
est curieuse, surtout venant d'une feuille qui était, depuis
l'origine, l'organe autorisé du gouvernement de Juillet: «Voilà,
disait-il, la véritable faiblesse des royautés nouvelles, de celles
qu'on a vues naître du sein d'une insurrection populaire, de celles
dont on a discuté publiquement les attributions et les priviléges, de
celles dont chacun peut se dire: C'est moi qui l'ai faite[513]!»

[Note 513: _Journal des Débats_ du 18 février 1839.]

La circulaire de M. Odilon Barrot fut lancée la dernière; elle n'eut
ni l'importance ni l'éclat des deux autres: c'était une dissertation
un peu verbeuse et lourde sur la nécessité de ne pas réélire des
«députés dociles aux prétentions de cour et pratiquant cette maxime
qui avait déjà enfanté une révolution: Le Roi règne et gouverne».

Les manifestes des chefs, même celui de M. Thiers, gardaient une
certaine réserve: c'est dans les journaux que la polémique apparaît
avec toutes ses audaces et tous ses désordres. Encore laissons-nous
absolument de côté la presse républicaine, et ne nous occupons-nous
que des feuilles dynastiques, interprètes reconnus des partis engagés
dans la coalition. L'une d'elles, le _Courrier français_, se plaignait
précisément que M. Thiers et M. Guizot n'eussent pas été assez nets
sur la question du «pouvoir personnel»; «mais, par bonheur,
ajoutait-elle, les mêmes ménagements ne sont pas imposés à tout le
monde». À entendre ces journaux, la guerre est engagée contre la
«cour», le «parti de la cour», le «gouvernement de la cour»: ces mots
reviennent sans cesse, et l'on définit ce mot «cour» de telle sorte
que nous comprenions bien qu'il veut dire: royauté[514]. Souvent, du
reste, on ne se gêne pas pour appeler la royauté et même le Roi par
leurs noms. Voyez, par exemple, comment le _Constitutionnel_, organe
de M. Thiers, posait la question: «Les électeurs, s'écriait-il le 26
février, veulent-ils la complète annulation de la révolution de
Juillet, c'est-à-dire la royauté absorbant le pouvoir des Chambres
dans sa plénipotence absolue? Veulent-ils une royauté ne prenant plus
sa force dans le concours spontané des Chambres et l'assentiment
national, mais s'entourant du faste des vieilles monarchies?
Veulent-ils le gouvernement des aides de camp et la cour dans la
Chambre? Veulent-ils le favoritisme érigé en arbitre souverain des
promotions dans l'armée?... S'ils veulent toutes ces choses, qu'ils
votent pour les candidats ministériels.» Quelques jours plus tard, on
lisait dans le _Temps_: «Nous consentons à parler de la haute sagesse
du Roi et à la placer au-dessus de toute autre sagesse, à la condition
qu'on ne prenne pas notre politesse au mot, pour nous imposer telle ou
telle politique, au nom de cette formule... La France n'a pas abdiqué
aux mains de Louis-Philippe.» Puis, après avoir rappelé
dédaigneusement que, quelques années auparavant, Louis-Philippe
n'était que duc d'Orléans, et qu'il avait été porté au trône par la
Chambre, «sur la recommandation de La Fayette», le _Temps_ ajoutait:
«La résistance d'une dynastie qui date d'hier, qui n'est arrivée que
par un choix de majorité, une telle résistance est au fond si légère,
si facile à vaincre, qu'il n'y a vraiment pas de danger, même pour qui
résiste.» Après un tel langage, ces journaux n'étaient-ils pas bien
venus à protester que ce n'étaient pas eux qui mettaient en cause la
royauté? Il est vrai que leurs protestations étaient accompagnées de
commentaires qui en faisaient de pures moqueries: car ces commentaires
étaient eux-mêmes l'attaque la plus directe contre la Couronne[515].

[Note 514: «La cour, dit le _Courrier français_, ce ne sont pas les
courtisans. La cour, c'est un gouvernement organisé, un État dans
l'État... La cour règne, la cour gouverne, la cour administre.....
Nous n'avons pas détruit la monarchie absolue pour en voir renaître
les abus sous un autre régime et avec un autre nom. La royauté
paraissait d'abord si débile et si exposée que l'on craignait, en
résistant à des tentatives peu constitutionnelles, de détruire la
constitution. Maintenant, il se trouve que la prérogative est trop
forte et que nous sommes trop faibles. Rétablissons l'équilibre par
des élections sincères.» Lisez aussi cet article du _Siècle_: «Si nous
ne savions à quel degré de folie la cour a été conduite par l'orgueil
de ses prétentions, nous resterions confondus devant un article
publié, ce matin, dans le _Journal des Débats_; mais nous connaissons
depuis longtemps les secrètes faiblesses de la politique personnelle,
le besoin qu'elle a de se proclamer, la satisfaction qu'elle éprouve à
se mettre au-dessus des règles, à divulguer sa ténacité, son
omnipotence, et, par là même, malheureusement, à détruire, autant
qu'il est en elle, les fictions salutaires sur lesquelles repose
l'inviolabilité de la Couronne.»]

[Note 515: Voyez, par exemple, cet article du _Courrier français_: «On
prétend que la résistance de l'opposition ne s'arrête pas au
ministère: c'est une calomnie intéressée; si la Couronne se trouve
compromise dans cette lutte, c'est le ministère, et le ministère seul,
qui la compromet. Quand nous disons que le ministère découvre la
royauté, qu'il tolère l'intervention personnelle du Roi et des princes
dans les affaires, qu'il dénature, au profit de la prérogative, le
caractère des institutions, nous n'accusons pas la Couronne, nous
accusons le ministère qui est responsable même des écarts du pouvoir
royal........ Si on laissait faire les ministres du 15 avril, la
direction des affaires étrangères serait le privilége du Roi, le duc
d'Orléans disposerait souverainement du ministère de la guerre, le duc
de Nemours mettrait sans doute la main sur le gouvernement de
l'intérieur, et le prince de Joinville deviendrait l'arbitre des
choses de la mer.»]

La presse ministérielle n'était guère moins passionnée: rien ne lui
coûtait pour flétrir les coalisés, surtout ceux qui étaient naguère à
la tête de l'armée conservatrice, pour mettre en lumière ce qu'elle
croyait être la petitesse et la bassesse de leurs mobiles. Aux
reproches sur la politique extérieure, elle répondait en affirmant que
le triomphe de la coalition amènerait la guerre avec l'Europe. Le
_Journal des Débats_, qui se dépensait, en cette circonstance, avec un
zèle et une véhémence inaccoutumés, revenait sans cesse sur cette
affirmation. «Partout, dit-il, on résume ainsi la question: avec le
ministère du 15 avril, une paix sûre et honorable; avec la coalition,
la guerre.» L'argument parut assez dangereux pour que M. Guizot jugeât
nécessaire de le réfuter solennellement, dans un nouveau manifeste,
publié sous forme de lettre au maire de Lisieux; il y soutenait que,
si la paix se trouvait mise en péril, c'était «par une politique
faible, peu digne, qui blesserait l'honneur national, par une
politique imprévoyante, malhabile, qui conduirait mal les affaires»;
or, telle était, d'après M. Guizot, la politique du gouvernement. Sur
la question intérieure, les journaux officieux, bien loin de retirer
du débat la Couronne qu'y avait introduite l'opposition, répétaient
eux-mêmes, bien haut, que c'était en effet de la royauté qu'il
s'agissait; ils se flattaient de rencontrer, chez les conservateurs,
assez de sentiment monarchique, ou tout au moins de prudence
intéressée, pour qu'un tel désordre les irritât, pour qu'une telle
menace les inquiétât. «Tout le monde comprend, disait le _Journal des
Débats_ dans un appel solennel aux électeurs, que la crise est grave,
que la royauté est en cause; non pas son existence, assurément, mais
l'influence salutaire qu'elle a exercée, depuis huit ans, sur les
affaires de notre pays.»

Ainsi, de jour en jour, les questions se posaient d'une façon plus
redoutable et plus révolutionnaire[516]. Le fait frappa M.
Royer-Collard, spectateur, facilement méprisant et dégoûté,
d'événements auxquels il ne prenait plus de part active, et, à la fin
de cette campagne, s'adressant aux électeurs de Vitry-le-François, il
prononça, sur la coalition, cette sentence terrible qui eut alors un
immense retentissement[517]: «L'agitation produite par la révolution
de Juillet, chassée des rues où elle a été réprimée, s'est réfugiée,
s'est retranchée au coeur de l'État: là, comme dans un lieu de sûreté,
elle trouble le gouvernement, elle l'avilit, elle le frappe
d'impuissance et en quelque sorte d'impossibilité. Sous les voiles
trompeurs dont elle se couvre, c'est l'esprit révolutionnaire; je le
reconnais à l'hypocrisie de ses paroles, à la folie de son orgueil, à
sa profonde immoralité. Au dehors, la foi donnée ne l'oblige pas;
pourquoi la Charte jurée l'obligerait-elle davantage? Cependant les
institutions fatiguées, trahies par les moeurs, résistent mal; la
société appauvrie n'a plus, pour sa défense, ni positions fortes, ni
places réputées imprenables..... Voilà que le trône de Juillet est
attaqué, je voudrais ne pas dire ébranlé, ce trône que mes mains n'ont
point élevé, mais qui reste, aujourd'hui, je le reconnais, notre seule
barrière contre d'odieuses entreprises.»

[Note 516: Les coalisés eux-mêmes en avaient le sentiment: «On nous
avait forcés, écrit M. Duvergier de Hauranne, à montrer les dangers du
pouvoir personnel du Roi. De là résulta un mouvement d'opinion
toujours croissant et qui, si le jour de l'élection ne fût venu
l'arrêter, nous eût peut-être entraînés plus loin que nous ne voulions
aller.» (_Notes inédites._)]

[Note 517: Outre l'indignation que lui causait la coalition en
elle-même, M. Royer-Collard avait, à cette époque, une animosité un
peu jalouse contre M. Guizot.]

Quant au public, il assistait effrayé, troublé, à cette bataille des
partis. «Rien n'égale la violence de la lutte, écrivait un témoin, dès
le 10 février; if faut remonter à 1830 pour trouver quelque chose de
semblable.» Et le même observateur ajoutait encore, le 2 mars: «On ne
parle que d'élections. L'anxiété des esprits est extrême. Je ne me
rappelle pas l'avoir vue portée à ce point, pour un semblable motif,
depuis 1830[518]». La duchesse de Dino écrivait, vers la même époque,
à M, de Barante: «Je ne sache rien de plus laid que le tableau offert
par Paris en ce moment! On ne sait plus qui estimer, qui croire[519].»
La prospérité, naguère si grande, faisait place à une crise
douloureuse. «L'industrie souffre, disait le _Journal des Débats_ du
12 février; le commerce, frappé de stupeur, interrompt ou ajourne les
transactions. Les ports, ne sachant quelle sera l'issue de la question
des sucres, suspendent leurs armements; les compagnies de chemins de
fer demeurent les bras croisés; le travail est paralysé; le commerce
international coupe court à ses échanges, comme s'il craignait la
guerre[520].»

[Note 518: _Journal inédit du baron de Viel-Castel._]

[Note 519: Lettre du 10 février 1839. (_Documents inédits._)]

[Note 520: Le témoignage de la feuille ministérielle était confirmé
par celui des journaux opposants. Le _Constitutionnel_ disait: «Les
entreprises du génie industriel sont suspendues; le commerce est en
souffrance et s'alarme.» Et le _Courrier français_: «Le commerce et
l'industrie souffrent. L'argent est rare. Le crédit se resserre. De
nombreuses faillites ont éclaté.» Aucun doute donc sur la constatation
du mal; seulement, on s'en renvoyait, d'un parti à l'autre, la
responsabilité.]

Si les choses ne paraissaient ni belles ni rassurantes à qui les
regardait de près, elle ne faisaient pas meilleure figure, vues du
dehors. M. de Metternich, qui suivait les événements avec une
attention anxieuse, y trouvait, non sans un mélange d'alarme et
d'orgueil, la confirmation de ses préventions contre le régime
parlementaire et de ses doutes sur l'avenir de la monarchie de
Juillet[521]. À Vienne, à Berlin et même à Saint-Pétersbourg, toutes
les sympathies des gouvernements étaient pour M. Molé. La façon dont
il s'était défendu, dans les débats de l'Adresse, avait produit
beaucoup d'effet et l'avait grandi à tous les yeux. M. de Barante lui
envoyait de Russie les assurances suivantes: «Si vous étiez sensible à
la renommée lointaine du pays où je suis, je pourrais vous écrire des
pages de tout ce que chacun dit, à commencer par l'Empereur[522].» M.
Bresson lui écrivait de Berlin, peu de jours après: «On rattache à
votre succès non-seulement la solution des questions qui menacent la
paix, mais encore l'affermissement de là prérogative royale qui, dans
un autre genre, est aussi une question européenne[523].» M. de
Metternich donnait ces instructions à son ambassadeur à Paris:
«Veuillez inspirer du courage à M. Molé, car il est devenu le
représentant d'une cause. Par contre, effacez-vous le plus possible,
car le contraire ferait du mal à ceux mêmes qu'il s'agit de
servir[524].» Cette dernière observation n'était que trop juste: à ce
moment, en effet, les journaux de la coalition dénonçaient
ironiquement le comte Apponyi comme le véritable président du conseil,
et soutenaient que la France était menacée d'une «invasion
diplomatique». «Le gouvernement de la Restauration, disaient-ils, est
entré en France à la suite de l'étranger; l'étranger est rentré en
France à la suite du gouvernement actuel[525].»

[Note 521: Dès le 25 janvier, M. de Metternich avait écrit à son
ambassadeur à Paris: «Dans quelle position, grand Dieu! est la France!
Vous autres, qui vous trouvez au milieu de ce gâchis moral et matériel,
vous ne sauriez recevoir de débats tels que ceux qui viennent d'avoir
lieu, au sujet de l'Adresse, une impression aussi forte,--je dirai même
aussi nauséabonde--que celle qu'en ressentent ceux qui vivent dans une
atmosphère plus pure.» Le chancelier estimait qu'après tout M. Berryer,
M. Garnier-Pagès et même M. Thiers «jouaient leur jeu»; il s'en prenait
à ceux «qui voulaient la conservation de l'ordre de choses existant et
qui n'en voulaient pas les moyens». «Je ne trouve, disait-il, pour
qualifier ces hommes que les substantifs _niais_, _sots_ et _méchants_.
Qu'ils choisissent! Je suis même prêt à leur accorder les trois défauts
réunis.» Le spectacle de la lutte électorale n'était pas fait pour
donner à M. de Metternich une impression meilleure: «La France,
écrivait-il le 9 février, se trouve aujourd'hui à 1830, en partie avant
et en partie après Juillet....L'avenir le plus rapproché nous offre la
certitude de deux mois où toutes les passions seront mises en un
mouvement extrême, et cela non-seulement en France, mais dans l'Europe
entière. Par contre, que nous offre l'avenir le plus éloigné? Et tout
cela, parce que MM. Thiers et Guizot veulent être ministres à tout prix,
et--notez bien ceci,--l'un en dépit et aux dépens de l'autre! Vive donc
le régime représentatif moderne!» Et le 15 février: «Je vous avouerai
que je suis très-inquiet sur le prochain avenir de la France. Quand un
pays est une fois placé comme celui-là, il est à la veille de grandes
perturbations.» (_Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 309, 310, 353 à
359.)]

[Note 522: Lettre du 13 février 1839. (_Documents inédits._)]

[Note 523: M. Bresson écrivait encore, le 3 février, à M. de Barante:
«On est parfait à Berlin, de toutes parts, pour le Roi et M. Molé.»
(_Documents inédits._)]

[Note 524: _Mémoires de Metternich_, t. VI, p. 353, 358, 359.]

[Note 525: _Constitutionnel_ du 15 février 1839.]

S'il peut être curieux de recueillir ce jugement de M. de Metternich
et des autres ministres du continent, ce n'est pas que nous en
exagérions l'autorité. Nous sommes les premiers à reconnaître que ces
hommes d'État sont suspects, quand il s'agit de l'intérêt français, et
peu compétents dans les cas de conscience de la vie parlementaire.
Mais il était, hors frontières, d'autres spectateurs, ceux-ci au
contraire absolument clairvoyants et dignes de confiance; c'étaient
nos ambassadeurs près les trois grandes cours, MM. de Sainte-Aulaire,
de Barante et Bresson. Déjà nous avons eu occasion de noter leur
impression; elle devenait chaque jour plus vive contre la coalition.
«Mes voeux sont pour Molé, sans partage», écrivait, le 22 février, M.
de Sainte-Aulaire à M. de Barante[526]. Et ce dernier, chez qui le
diplomate était doublé d'un moraliste, analysant le mal qui se
manifestait dans cette coalition, y notait «le manque de conviction,
la facilité à revêtir de sophismes les conseils de l'intérêt, de
l'amour-propre, de la fantaisie, l'absence de tout sentiment de
devoir». Puis il ajoutait: «Chacun croit avoir devant soi le monde
moral en libre parcours, avec la faculté d'y choisir sa route, de la
changer quand une autre semble plus profitable ou plus amusante. Nous
vivons dans les saturnales de l'orgueil. J'ai déploré souvent la
malveillance que suscitent toutes les supériorités. En y pensant
mieux, je conçois qu'il en doit être ainsi, tant elles sont choquantes
par leur présomptueuse insolence... Je voudrais que trois ou quatre
personnes en vinssent à se résigner au chagrin de ne pas gouverner la
France[527].» Si ces diplomates réprouvaient si vivement la coalition,
c'est qu'ils mesuraient, autour d'eux, le tort qu'elle faisait à la
France. «Bien que les cabinets étrangers, a dit M. de Sainte-Aulaire,
conservassent au comte Molé toute leur estime, ils ne comptaient plus
guère avec lui, depuis la fin de 1838, parce qu'ils prévoyaient sa
chute prochaine... Le gouvernement du Roi était ainsi annulé en
Europe[528].» Le même ambassadeur écrivait, le 17 février, à M. Molé:
«La confiance dans l'avenir de notre gouvernement est très-ébranlée.»
Sans doute, ajoutait-il, «M. de Metternich ne cessera pas de nous
vouloir du bien, mais il ne s'appuiera jamais sur nous, et il
manoeuvrera de son mieux pour se rapprocher de ses anciens amis[529]».
Dès le 31 janvier, M. de Barante écrivait de Saint-Pétersbourg: «En un
mois, ma position politique a changé ici du tout au tout..... Si M.
Molé s'en va, toutes nos affaires en souffriront.» Le 13 février, il
insistait de nouveau sur ce que les événements de France «nuisaient à
la considération du gouvernement, ébranlaient la confiance,
ajournaient des projets bons pour tous». «Vous jugez bien, ajoutait-il
dans une autre lettre, que c'est, pour les gouvernements étrangers,
une belle occasion de nous dire: «Vous voyez que j'avais raison; qu'il
n'y avait aucune sécurité à accepter vos ouvertures, et que la France
est encore un État révolutionnaire dont nous avons à nous garder.» Ces
passions d'orgueil et d'ambition, cet oubli des intérêts du pays,
cette injustice envers le Roi, peuvent nous perdre et, pour le moment,
nous reculent de trois années, en considération et en influence[530].»
Quelle réponse aux coalisés, qui avaient soutenu que l'intérêt de la
politique extérieure exigeait le renversement de M. Molé! Pourquoi les
partis d'opposition ne regardent-ils pas plus souvent hors frontières?
S'ils le faisaient, que de fautes contre lesquelles le seul sentiment
patriotique suffirait à les mettre en garde!

[Note 526: _Documents inédits._]

[Note 527: _Documents inédits._--Dans une lettre du 21 janvier, M. de
Barante écrivait: «Il paraît que les hommes de gouvernement sont
capables de rendre le gouvernement impossible même pour eux.»]

[Note 528: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 529: _Documents inédits._]

[Note 530: _Documents inédits._]

Cependant l'heure du scrutin approchait. Malgré la violence de
l'attaque, le gouvernement conservait sa confiance du premier jour. M.
Molé informait, le 24 février, M. de Barante que, «jusqu'alors, les
apparences dépassaient ses espérances», et qu'il s'attendait à trente
voix de majorité. Le 26, il répétait le même chiffre à M. Bresson, en
ajoutant: «Toutefois rien n'est certain.» Le 28, le Roi écrivait au
président du conseil: «Il me semble que les nouvelles des élections
continuent à être bien favorables, et que l'impopularité de la
coalition augmente de plus en plus. Amen[531].» Ces espérances
devaient être trompées. Les élections eurent lieu le 2 mars. À mesure
qu'arrivèrent à Paris les résultats des scrutins, il devint plus
visible que les ministériels, loin de gagner, avaient notablement
perdu. Les chiffres étaient difficiles à préciser; les 221
paraissaient n'être plus guère que 190 ou 200; l'opposition, en y
comprenant les doctrinaires, le centre gauche, la gauche, les radicaux
et les légitimistes, réunissait environ 240 voix. Quand ces faits
furent connus, M. Molé n'hésita pas: le 8 mars, il donna de nouveau sa
démission, qui, cette fois, fut acceptée.

[Note 531: _Ibid._]



CHAPITRE VIII

L'INTERRÈGNE MINISTÉRIEL.

(8 mars--12 mai 1839.)

     I. Le maréchal Soult est chargé de former un cabinet. Il
     tente de faire le ministère de grande coalition. Les
     coalisés ne parviennent pas à s'entendre.--II. Le maréchal
     essaye de constituer un ministère de centre gauche. Tout
     échoue au dernier moment. Le duc de Broglie cherche à
     rapprocher M. Thiers et M. Guizot. Son insuccès.--III. Les
     uns s'en prennent à M. Thiers, les autres à Louis-Philippe.
     Injustice des reproches faits au Roi. Sa conduite en cette
     crise. Constitution d'un ministère provisoire.--IV.
     Désordres à l'ouverture de la session. M. Guizot se
     rapproche des conservateurs. M. Passy candidat des
     conservateurs à la présidence de la Chambre. Il l'emporte
     sur M. O. Barrot. Nouvel échec d'une combinaison centre
     gauche.--V. Malaise général. Explications à la Chambre. M.
     Passy, chargé de faire un cabinet, échoue au dernier moment,
     par le fait de M. Dupin. Autres tentatives sans succès. Une
     proposition d'Adresse au Roi est prise en considération par
     la Chambre.--VI. L'émeute du 12 mai. Elle est promptement
     vaincue. Le Roi et le maréchal Soult profitent de l'émotion
     pour former le ministère.--VII. La coalition a manqué son
     but. Le mal qu'elle a fait au dedans et au dehors. Coup
     porté à la royauté, aux institutions parlementaires.
     Tristesse découragée des contemporains.


I

Quelque mortifié que dût être le Roi de la victoire de la coalition,
il n'en discuta pas les conséquences, et accepta, comme une nécessité,
l'entrée au ministère des chefs de l'opposition. Ceux-ci avaient le
champ libre: à eux de montrer ce dont ils étaient capables. S'ils
parvenaient à constituer un ministère fort, qui remît bien en
mouvement la machine représentative, un peu détraquée depuis trois
ans, s'ils refaisaient, fût-ce au service d'une politique différente,
un autre ministère du 11 octobre, ils n'effaceraient pas complétement
les fautes commises, mais du moins l'histoire pourrait leur être
indulgente. Il n'en devait pas être ainsi. Leur triomphe marqua au
contraire l'ouverture de la plus étonnante, de la plus longue et de la
plus déplorable crise ministérielle qu'ait connue la monarchie
constitutionnelle. Ces crises sont toujours un assez triste spectacle:
c'est le moins beau moment du gouvernement parlementaire. Non sans
doute que de telles misères soient épargnées aux autres régimes. Dans
les monarchies absolues, par exemple, les intrigues de cour ne sont
pas au fond moins laides et sont peut-être plus fréquentes encore.
Mais elles échappent d'ordinaire aux regards, parfois même à la
connaissance de la foule; avec les institutions libres, au contraire,
avec la publicité à outrance qui en est la condition, tout s'étale au
grand jour. Gardons-nous de nous en plaindre. C'est déjà la moitié du
remède que de faire paraître le mal au dehors. Seulement, au moment
même, la vue en est désagréable, et quand l'histoire vient, après
coup, remuer ces compétitions personnelles qui, de loin, semblent plus
mesquines encore, elle est tentée de passer rapidement. Ici,
toutefois, elle ne doit pas céder à la tentation. Le récit de cette
longue crise permettra de mieux mesurer la responsabilité de la
coalition, complétera la leçon qui s'en dégage, et montrera ce qu'il
en a coûté aux parlementaires d'avoir exagéré leurs prétentions,
méconnu le rôle de la royauté et faussé les institutions
représentatives elles-mêmes.

Ce fut le maréchal Soult que le Roi chargea de former le cabinet. Il
avait cette particularité d'être un personnage considérable, pris au
sérieux par le public, et cependant de pouvoir, sans surprendre ni
choquer personne, prêter son nom à des politiques de nuances assez
diverses. Naguère, on lui avait demandé de s'unir à M. Molé ou de le
continuer; maintenant, c'est avec les adversaires de ce dernier qu'on
l'invitait à former un cabinet. On eût dit un manche brillant auquel
on pouvait au besoin adapter des lames de toute forme et de toute
trempe. Aidé et guidé par le Roi, le maréchal se mit tout de suite en
rapport avec les chefs de la coalition. Ceux-ci eussent dû être
préparés à répondre à une telle ouverture; mais entre eux tout avait
été d'avance concerté, précisé, pour rendre l'attaque plus redoutable,
rien pour tirer parti de la victoire; tout pour la destruction, rien
pour la reconstruction. Trois groupes, représentés par M. Guizot, M.
Thiers et M. O. Barrot, se présentaient au partage. La gauche et le
centre gauche s'étaient flattés, au début de la campagne, que M.
Guizot y garderait une attitude réservée et effacée, et que, par
suite, ils n'auraient pas beaucoup à compter avec lui. Un portefeuille
au duc de Broglie, peut-être aussi à M. Duchâtel et à M. de Rémusat,
telle était la part de butin par laquelle on avait pensé pouvoir
désintéresser les doctrinaires. Mais l'importance inattendue du rôle
joué par M. Guizot, dans la discussion de l'Adresse et dans la lutte
électorale, ne permettait plus de le laisser de côté[532]. Il avait
acquis des titres au moins égaux à ceux des deux autres chefs de la
coalition. Fallait-il donc les unir tous trois dans un même cabinet?
Une longue réflexion n'était pas nécessaire pour comprendre
l'impossibilité de cette combinaison. Mais était-il également
impossible, soit de faire un ministère Thiers-Guizot, en mettant M.
Odilon Barrot à la présidence de la Chambre, soit de réserver ce
dernier poste à M. Guizot, en faisant un ministère Thiers-Barrot?

[Note 532: «Quand M. Guizot commença cette campagne, personne, excepté
lui, ne pensait qu'il pût en sortir ministre. Quand il la finit, tout
le monde reconnaissait qu'il était à peu près impossible de se passer
de lui.» (_Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne._)]

«Veut-on, disait M. Guizot, faire un ministère de M. Thiers, de M.
Barrot et de moi? Je suis prêt. Mais, si l'on juge cette combinaison
trop hasardeuse, j'accepte également un ministère Thiers-Barrot, avec
ma présidence, ou un ministère Thiers-Guizot, avec la présidence de M.
Barrot.» De ces diverses combinaisons, il préférait la dernière. Il
demandait la présidence du conseil pour le maréchal Soult, les
finances pour M. Duchâtel et l'intérieur pour lui-même; à ce prix il
était prêt à accepter tous les collègues que M. Thiers voudrait
choisir[533]. Les dispositions de celui-ci étaient moins nettes et
moins conciliantes. Jaloux de M. Guizot, tout en se proclamant alors
son ami fidèle et dévoué, il voyait, sans déplaisir, les préventions
de la gauche à l'égard de l'orateur doctrinaire, et se demandait si,
en jouant de ces préventions, il ne serait pas possible d'écarter un
collègue qui lui faisait ombrage ou tout au moins de le reléguer à un
poste inférieur[534]. Quant à M. Barrot, il préférait rester en dehors
du cabinet. «Je ne pourrais, disait-il, entrer au ministère sans
demander la réforme électorale et l'abrogation d'une partie des lois
de septembre. Or, je sens que la Chambre ni le pays même ne sont mûrs
pour de tels changements.» La présidence, au contraire, lui plaisait
fort. Il y voyait un moyen de sortir, sans désavouer son passé, d'une
opposition systématique dont il commençait à être gêné et las.
Seulement, au cas où on lui réserverait cette présidence, acceptait-il
l'entrée de M. Guizot dans le cabinet? Personnellement, il s'y fût
résigné, de plus ou moins bon coeur; mais, craignant les reproches de
ses amis s'il accordait de lui-même cette sorte de laisser-passer, il
convoqua la gauche pour lui soumettre la question. Dans cette réunion,
éclatèrent tout de suite des antipathies très-vives contre le chef des
doctrinaires. M. Thiers, averti, accourut plaider la cause de l'union,
mais en de tels termes qu'il semblait moins revendiquer un droit
qu'implorer une grâce pour son allié. Il ne demanda ou tout au moins
n'obtint l'admission de M. Guizot dans le cabinet qu'en qualité de
ministre de l'instruction publique. Il fit grand bruit, après coup, de
la peine qu'il avait eue à faire accepter cette solution: on a lieu de
penser, au contraire, qu'il aurait, sans plus de difficulté, obtenu,
pour le chef des doctrinaires, le ministère de l'intérieur, s'il n'eût
eu lui-même ses raisons personnelles de ne lui faire attribuer qu'un
portefeuille secondaire[535]. Informé de ce qui s'était passé, M.
Guizot en fut très-blessé et refusa absolument «de devenir ministre
en sous-ordre, par la grâce de la gauche». Désaccord d'autant plus
grave que les journaux rendirent aussitôt compte de la réunion et
aigrirent la contestation par leurs commentaires. Les amours-propres
se trouvaient ainsi publiquement engagés.

[Note 533: Ces détails et beaucoup de ceux qui suivent sont empruntés
aux _Notes inédites de M. Duvergier de Hauranne_.]

[Note 534: Cette jalousie de M. Thiers est affirmée par M. O. Barrot,
dans ses _Mémoires_.]

[Note 535: M. Odilon Barrot témoigne lui-même que «M. Thiers ne fit
rien pour vaincre les scrupules de la gauche». (_Mémoires de M. Odilon
Barrot_, t. I, p. 333.)]

L'honneur de la coalition était à ce point intéressé à éviter une
rupture, qu'on résolut de faire un dernier effort. On convint d'une
conférence où se rendirent les trois chefs, accompagnés de quelques
amis. M. Thiers parla le premier. Il insista sur la nécessité de
l'union; quant à lui, disait-il, il céderait tout ce qu'on voudrait;
mais il y avait encore des préjugés dont on était obligé de tenir
compte. Il conjurait M. Guizot de ne pas s'arrêter à une question
d'étiquette, et lui faisait remarquer que son influence n'était pas
attachée à tel ou tel portefeuille. M. Guizot ne se montra pas moins
convaincu du malheur d'une séparation; «seulement, disait-il, sa
dignité d'homme et de chef de parti recevrait une atteinte profonde,
s'il entrait au pouvoir, la tête basse, comme un amnistié. Le centre
gauche allait, par la main de M. Thiers, planter son drapeau sur les
affaires étrangères. La gauche, par la main de M. Barrot, allait
placer le sien à la tête de la Chambre. Il fallait, pour tenir la
balance égale, que le drapeau du centre droit n'allât pas se cacher
dans un ministère privé de toute influence politique.» M. Guizot
ajoutait d'ailleurs,--et cette observation révélait une préoccupation
nouvelle, éveillée sans doute, chez lui, par la mauvaise volonté de la
gauche,--«qu'il croyait stipuler, non-seulement pour les trente-cinq
amis qui lui étaient restés fidèles, mais pour une portion notable du
parti conservateur dont il n'avait été que momentanément séparé». Il
concluait ainsi: «La coalition a trois chefs, et j'en suis un. Il y a
trois grandes positions à occuper, et je ne demande que celle dont MM.
Barrot et Thiers ne voudront pas. Est-ce trop exiger?» M. Barrot
répondit avec une solennité courtoise; il couvrit d'éloges les
doctrinaires; «mais, ajoutait-il, des préventions subsistaient, et ce
que M. Guizot venait de dire du parti conservateur et de la nécessité
de _planter son drapeau_, n'était pas de nature à effacer ces
préventions». Aussi estimait-il impossible de lui accorder plus que le
ministère de l'instruction publique. Vainement M. de Rémusat et M.
Duvergier de Hauranne, désespérés de voir ainsi avorter l'entreprise à
laquelle ils s'étaient donnés tout entiers, insistèrent-ils pour
vaincre la résistance de la gauche: il fallut se séparer, en
constatant l'impossibilité d'un accord. Trop fier pour récriminer, le
chef des doctrinaires était profondément ulcéré. Avoir payé de sa
personne comme il avait fait, avoir bravé les ressentiments furieux de
ses amis, le mécontentement du Roi, peut-être les reproches de sa
conscience, et se voir exclu, au lendemain même de la victoire, par
ceux auxquels il avait tout sacrifié, quel sujet d'amères réflexions!
Du reste, ce n'était plus seulement du cabinet, c'était de l'arène
parlementaire elle-même que les journaux de gauche prétendaient
exclure M. Guizot: le _Constitutionnel_, organe de M. Thiers,
signifiait aux doctrinaires qu'il ne leur restait plus qu'à se faire
«oublier» dans l'«exil temporaire» d'une ambassade[536]. Ajoutez les
commentaires ironiquement compatissants de la presse conservatrice,
qui n'étaient pas faits pour rendre la situation de M. Guizot moins
mortifiante[537].

[Note 536: Voici le passage même auquel il est fait allusion: «Que
vont devenir les doctrinaires? Ils n'ont plus d'attitude dans la
Chambre; ils n'ont plus de place dans le pays. Il faut qu'ils
s'effacent et qu'on les oublie pour un temps. Un exil temporaire est
le parti le plus sage qu'ils aient à prendre et que l'on puisse leur
conseiller. Les ambassades leur offrent un asile convenable que l'on
s'empressera sans doute de leur ouvrir.» (_Constitutionnel_ du 17
mars.)]

[Note 537: «Quel enseignement! disait le _Journal des Débats_...
Hélas! à quoi donc leur a servi d'attaquer la prérogative royale à la
tribune et dans leurs brochures? À quoi leur a servi le rôle de
tribuns, pris avec tant d'ardeur et de violence? Aux yeux de la
gauche, les tribuns n'ont pas cessé d'être des courtisans; seulement
c'étaient des courtisans mécontents... Nous croyons bien que, d'ici à
quelques jours, nous serons forcés de défendre les doctrinaires; mais,
dans ce moment, abandonnés de leurs alliés d'hier, incertains sur la
réception que leur feront leurs amis d'il y a deux ans après les
déplorables égarements de la coalition, il est bien de les laisser à
leur isolement et à leurs réflexions.»]

Ainsi huit jours ne s'étaient pas écoulés depuis la démission de M.
Molé, et les coalisés, mis en demeure de prendre le pouvoir, en
étaient réduits à avouer leur impuissance, et cela, pour n'avoir pu
s'entendre, non avec le Roi, mais entre eux. De ce résultat, faut-il
s'en prendre à tel ou tel homme, à la jalousie perfide de celui-ci, à
l'inintelligente prévention de celui-là? N'était-ce pas plutôt, en
dehors même des fautes particulières, la conséquence prévue,
inévitable, d'une alliance où il n'y avait eu, entre des partis au
fond inconciliables, d'autre lien que la haine de l'ennemi à abattre?


II

N'ayant pas réussi à former ce qu'on appelait alors le ministère de
grande coalition, le maréchal essaya, toujours sous sa présidence
nominale, un ministère purement centre gauche. Peut-être était-ce par
une secrète préférence pour une combinaison de ce genre, par désir de
se retrouver seul comme au 22 février, que M. Thiers n'avait pas
travaillé plus efficacement à l'entente avec M. Guizot. Quoi qu'il en
fût, il entra vivement dans le nouveau dessein du maréchal. M. Dupin,
sollicité, accorda son concours: avec lui, MM. Passy, Dufaure,
Villemain, Sauzet, Humann et l'amiral Duperré[538]. Louis-Philippe fit
d'abord des objections assez vives à quelques-uns de ces noms,
particulièrement à MM. Passy et Dufaure. «Le Roi se trompe, lui dit M.
Thiers; il ne connaît pas ces messieurs; qu'il les appelle: il verra
qu'ils valent mieux que moi.» Louis-Philippe parut frappé de
l'observation; regardant M. Thiers, d'un air quelque peu moqueur:
«Vous croyez, répondit-il; après tout, cela est bien possible.» Et il
n'insista pas sur ses objections. Restait à s'entendre sur le
programme que le Roi, inquiet de certaines idées exprimées par le chef
du centre gauche, désira voir fixer par écrit. Dans une conférence
avec ceux qui devaient être ses collègues, M. Thiers arrêta une
rédaction sur laquelle les futurs ministres parurent s'être mis
d'accord. Les articles principaux pouvaient se résumer ainsi: «Le
ministère, représentant les opinions du centre gauche, ne se
proclamera pas le continuateur du cabinet sortant; maintien des lois
de septembre, sauf une définition de l'attentat; ajournement de la
réforme électorale; liberté pour le changement des fonctionnaires;
pour le moment, pas d'intervention armée en Espagne, mais politique
plus amicale et plus secourable, instructions dans ce sens à la
flotte, assistance en munitions et armes, mesures prises pour empêcher
la contrebande maritime de guerre.» Quand le maréchal lui remit ce
document, le Roi se récria tout d'abord sur l'article relatif à
l'Espagne, et, demandant à réfléchir, renvoya sa réponse au lendemain.
M. Thiers crut alors ou feignit de croire que le programme était
repoussé, et écrivit au maréchal qu'il se retirait «profondément
dégoûté». Mais, au même moment, le maréchal lui fit savoir que le Roi,
après réflexion, acceptait tout, «personnes et choses[539]».
Louis-Philippe avait-il jugé la résistance dangereuse, ou
pressentait-il qu'elle viendrait d'ailleurs, sans qu'il eût besoin
d'en prendre la responsabilité? La plupart des futurs ministres se
flattaient que tout était arrangé, et qu'aux Tuileries où ils étaient
attendus, ils n'auraient plus qu'à prendre possession de leurs
portefeuilles. Ils ne comptaient pas avec la mobilité capricieuse de
M. Thiers. Celui-ci rencontrant, à ce même instant, un de ses amis qui
lui faisait compliment: «Vous avez tort, lui dit-il, rien n'est fait,
et, si j'en crois mon pressentiment, rien ne se fera.--Qui peut donc
vous arrêter, maintenant que vous êtes d'accord entre vous et que le
Roi accepte votre programme?--Oui, il accepte, mais avec le
commentaire du maréchal qui a tout atténué, tout amorti. Je lui en
réserve un d'une tout autre espèce et qui le fera bondir sur son
fauteuil. Ce soir, soyez-en certain, tout sera rompu.»

[Note 538: C'est le 15 mars qu'on fut en mesure de présenter ces noms
au Roi.]

[Note 539: 21 mars.]

Quelques heures après, les futurs ministres se trouvaient réunis
autour du Roi: les ordonnances étaient préparées, et le maréchal
prenait la plume pour les signer, quand M. Thiers demanda à présenter
quelques observations sur le programme, afin de s'assurer, dit-il, si
l'on est bien d'accord. On se récria. M. Thiers insista, et il entama
successivement, sur les premiers articles, un commentaire qu'il poussa
aussi loin que possible; rien ne lui fut contesté. Arrivé à la
question d'Espagne, il présenta les mesures à prendre sous un tel
jour, qu'elles se confondaient à peu près avec l'intervention. Le Roi
ne pouvait l'approuver; mais il laissa le soin de le contredire aux
collègues de M. Thiers. MM. Dupin, Passy, Humann, voyant ainsi
apparaître une politique fort différente de celle dont ils croyaient
être convenus, firent entendre les protestations les plus vives. «Le
Roi, reprit M. Thiers, voit bien qu'il était indispensable de
s'expliquer. Non-seulement je ne suis pas d'accord avec lui; mais nous
ne sommes pas d'accord entre nous.» Il appuya ensuite sur la nécessité
de soutenir la candidature de M. Barrot à la présidence de la Chambre.
Louis-Philippe, qui s'apercevait que, sur ce point encore, des
objections allaient s'élever, demanda que la question fût traitée hors
de sa présence. «S'il doit en résulter entre vous une rupture, dit-il,
que ce ne soit pas devant moi.» En prenant congé du prince, M. Thiers
s'approcha de lui: «Quand je disais au Roi que ces messieurs valaient
mieux que moi.--Eh! mon cher, je le vois bien», répondit
Louis-Philippe. Les futurs ministres revinrent chez le maréchal, où il
devait y avoir grand dîner, en l'honneur de l'installation du nouveau
cabinet. À peine y étaient-ils que la discussion reprit entre M.
Thiers et M. Humann, au sujet de la présidence de M. Barrot; le
premier entendait engager le cabinet dans cette candidature beaucoup
plus avant qu'il ne convenait au second. Impossible de s'accorder, et
M. Humann se retira, sans même vouloir prendre part au repas. Après le
dîner, MM. Dupin, Passy et Dufaure déclarèrent suivre M. Humann dans
sa retraite. Le ministère centre gauche se débandait avant même
d'avoir été constitué.

Nous avons raconté ces étranges péripéties, sans prétendre en donner
le secret. Les collègues manques de M. Thiers, fort irrités contre
lui, l'accusèrent d'avoir volontairement fait tout rompre. Le maréchal
disait à tout venant qu'il ne ferait plus jamais partie d'un cabinet
avec «ce petit homme». M. Dufaure le traitait de «révolutionnaire»; M.
Passy, d'«intrigant»; «c'est un homme perdu, ajoutait-il; je me charge
de l'attaquer dans la Chambre, et je suis certain de le couler».
Faut-il croire en effet que M. Thiers, sur le point de réaliser le
ministère centre gauche, s'en était subitement dégoûté, et qu'il avait
regretté le ministère de grande coalition pour lequel, quelques jours
auparavant, il montrait tant de mauvaise volonté? Un tel revirement
n'a rien d'invraisemblable, étant donnée la nature de l'homme,
d'autant plus que, se figurant être alors maître de la situation et
ministre nécessaire, il croyait pouvoir se permettre impunément tous
ses caprices. Quant aux motifs de ce changement, on a dit que M.
Thiers avait vu avec impatience la présidence du maréchal, bien
qu'elle ne fût guère que nominale; avec ennui les idées ou le
caractère de quelques-uns de ses collègues, entre autres de M. Dupin;
avec inquiétude les exigences de la gauche; qu'il s'était pris à
douter aussi bien de l'accord intime du cabinet que de son autorité
sur une Chambre aussi divisée. M. Thiers cependant s'est vivement
défendu d'avoir provoqué volontairement la rupture. Mais comment
expliquer alors son attitude et son langage dans la séance des
Tuileries? S'était-il figuré que la Couronne serait toujours obligée
de céder, et avait-il trouvé plaisir à lui faire sentir sa force, à
bien marquer qu'il entrait en vainqueur dans ses conseils, se flattant
de prendre ainsi une éclatante revanche sur cette même question
d'Espagne où le Roi avait eu le dessus en 1836? Nous ne nous
prononçons pas entre ces explications opposées. M. Thiers était
d'ailleurs de nature assez complexe pour que les mobiles en apparence
les plus contradictoires aient eu à la fois action sur sa conduite.

Découragé par ce nouvel échec, le maréchal Soult remit à la Couronne
les pouvoirs qu'elle lui avait confiés. On était au 24 mars. Les
Chambres devaient se réunir le 26. Pour gagner quelques jours, une
ordonnance les ajourna au 4 avril. En même temps, le Roi fit appeler
le duc de Broglie. Le temps et la comparaison avaient fait revenir
Louis-Philippe sur ses préventions contre ce conseiller, peut-être
incommode, mais sûr. Dès le lendemain de la démission des ministres du
15 avril, il lui avait fait des offres qui n'avaient pas été
acceptées[540]. Appelé de nouveau, le 24 mars, le duc refusa toujours
pour lui-même; toutefois il consentit à se porter médiateur en vue
d'amener un rapprochement entre M. Thiers et M. Guizot. L'idée lui
plaisait comme un retour à l'union du 11 octobre; avec quel changement
cependant! Au 11 octobre, l'union se faisait contre la gauche: ici, il
s'agissait de la faire avec la gauche. M. Thiers, que le duc de
Broglie vit d'abord, lui parut assez bien disposé; il acceptait, cette
fois, M. Guizot au ministère de l'intérieur; son programme était
raisonnable; mais il insistait pour que le ministère soutînt la
candidature de M. Barrot à la présidence de la Chambre, sans toutefois
indiquer qu'on dût en faire une question de cabinet. M. Guizot, que le
duc alla trouver ensuite, admit le programme et fit seulement, au
sujet de la présidence, quelques réserves sur lesquelles il ne
paraissait pas devoir être intraitable. M. de Broglie croyait les
choses arrangées; il décida donc de réunir chez lui M. Thiers et M.
Guizot, avec MM. Duchâtel, Dufaure, Passy, Sauzet, qui devaient faire
partie du cabinet. À peine était-on en présence, que M. Thiers
demanda, pour la première fois, que le ministère non-seulement appuyât
la candidature de M. Barrot à la présidence, mais qu'il y engageât son
existence, en posant la question de cabinet. C'était évidemment plus
qu'on ne pouvait attendre de M. Guizot. Celui-ci, sous l'impression
des mauvais procédés dont il avait été victime au début de la crise,
était plus disposé à offrir des garanties au centre qu'à donner de
nouveaux gages aux amis de M. Barrot: il fit observer que se conduire
comme le demandait M. Thiers serait «passer dans les rangs de la
gauche» et «violenter les conservateurs». Il refusa donc. M. Thiers
ayant insisté, la conférence se trouva rompue.

[Note 540: «Le duc de Broglie sort du chez moi, écrivait le Roi à M.
Molé, le 9 mars, mais il ne veut être de rien. Je lui ai bien
manifesté combien je vous regrettais, mais que, dans la chance
actuelle, et ne pouvant pas vous conserver, c'était lui que j'aurais
préféré.» (_Documents inédits._)]

D'où venait cette exigence? Était-ce de la gauche? Personne n'y avait
émis une prétention de ce genre. Interrogé à ce sujet par M. Duvergier
de Hauranne, M. Barrot lui répondit: «Ma candidature à la présidence
ne me paraît pas devoir être présentée comme une question de cabinet,
par deux raisons: la première, parce qu'il est au moins imprudent de
jeter ce défi à la Chambre; la seconde, parce qu'il résulterait d'une
telle manière de formuler ma candidature, un lien de solidarité avec
le nouveau ministère, que je ne suis pas plus disposé que lui à
contracter[541].» La condition venait donc de M. Thiers seul.
Pourquoi? Était-ce encore un revirement? Sur le point d'entrer en
partage avec M. Guizot, avait-il été ressaisi par la tentation de
gouverner seul? Dans son entourage, paraît-il, on lui avait beaucoup
répété «qu'il passait sous le joug des doctrinaires», qu'il
«s'humiliait, en faisant maintenant par force ce que, peu auparavant,
il n'avait pas voulu de plein gré». On lui avait en outre fait croire
que, depuis quelques jours, il se manifestait, dans la majorité, un
mouvement en sa faveur. Quoi qu'il en fût, le duc de Broglie n'avait
plus qu'à informer le Roi de l'échec de sa tentative. «Après tout, lui
répondit Louis-Philippe, mieux vaut que chacun resté dans son camp.»

[Note 541: Lettre du 26 mars 1839. (_Notes inédites._)]

Il faut nous borner dans cette monotone histoire de ministères
manques. Mentionnons donc seulement que, les jours suivants, de
nouvelles tentatives furent faites sans succès, soit auprès du
maréchal, soit auprès de M. Thiers, soit enfin pour la constitution
d'un cabinet dit de petite coalition, dont on eût exclu à la fois M.
Guizot et M. Thiers. Les anciens 221, qui, devant l'impuissance et la
division des vainqueurs, commençaient à sortir de leur immobilité,
manifestaient leur préférence pour cette dernière solution. Mais on
avait beau varier les combinaisons, en quelque sorte mêler et battre
les cartes, on ne parvenait pas à trouver huit ou neuf ministres
d'une opinion quelconque, auxquels la divergence des doctrines ou
simplement la rancune et la jalousie ne rendissent pas impossible de
siéger, côte à côte, dans le même cabinet.


III

Il y avait plus de trois semaines que M. Molé était démissionnaire, et
l'on se trouvait moins avancé qu'au premier jour. «La durée de la
crise devient un malheur public», disait le _Constitutionnel_. Les
partis s'en rejetaient mutuellement la responsabilité. Chez les
conservateurs, on l'imputait surtout à M. Thiers. On l'accusait, non
sans quelque fondement, d'avoir fait échouer successivement toutes les
combinaisons. Le _Journal des Débats_ ne tarissait pas en invectives
contre «cet ambitieux étourdi qui étalait, aux yeux de la France, le
ridicule de son impuissance», contre ce «brouillon» malfaisant que
l'on comparait au cardinal de Retz, et qui tentait une nouvelle
Fronde. Une démarche personnelle du Roi parut même donner à ces
reproches une confirmation qui ne contribua pas peu à aigrir M.
Thiers. Ayant fait appeler ce dernier, le 29 mars, Louis-Philippe lui
exposa, avec toutes les précautions possibles, que sa présence
paraissait être le principal obstacle à la formation d'un cabinet, et
lui demanda de consentir à aller momentanément, comme ambassadeur,
servir son pays sur un autre théâtre. M. Thiers prit mal cette
ouverture. Si l'on jugeait son absence nécessaire, répondit-il, il
était prêt, non à accepter une ambassade, mais à s'éloigner de France,
sous la condition toutefois qu'il ferait connaître le désir exprimé
par le Roi. Louis-Philippe naturellement n'insista pas. L'incident fut
aussitôt connu, et, le soir même, un grand nombre de députés, M. O.
Barrot en tête, vinrent témoigner leur sympathie à l'homme politique
qu'ils feignaient de croire menacé d'une sorte d'ostracisme royal. En
même temps, tous les journaux de gauche, empressés à compromettre M.
Thiers au moins autant qu'à le défendre, prenaient fait et cause pour
lui, affectant de le placer toujours en face du prince, comme si la
lutte était entre eux deux. Ces journaux tâchaient, en même temps, de
rejeter la responsabilité de la prolongation de la crise sur «la
cour», c'est-à-dire sur le Roi; ils donnaient à entendre que, par ses
«intrigues», par son «machiavélisme», ce prince s'appliquait à «créer
une sorte d'impossibilité universelle». Ces imputations paraissaient
quelquefois trouver crédit auprès des députés: le 29 mars, au moment
où une nouvelle combinaison venait d'échouer par le désaccord du
maréchal et de M. Thiers, M. Dupin faisait passer aux Tuileries une
note ainsi conçue: «Un très-grand nombre de députés a exprimé
aujourd'hui l'opinion que si le Roi faisait venir en sa présence le
maréchal Soult et M. Thiers, il pourrait tout accorder. On exploite
cette division contre le Roi; on la lui impute, avec une amertume qui
a son danger et qui produit beaucoup d'irritation.» Aussi les journaux
de gauche et de centre gauche proclamaient-ils, plus haut que jamais,
et avec des menaces à peine voilées, que «la guerre était engagée
entre la cour et le pays, le bon plaisir et la charte, le gouvernement
occulte et le gouvernement parlementaire». «Il leur faut absolument un
roi pour adversaire, disait le _Journal des Débats_; le Roi seul est
un adversaire digne d'eux.»

Ce que nous connaissons déjà des faits prouve l'injustice du reproche
fait à Louis-Philippe. Ne s'était-il pas montré, dès le premier jour,
prêt à tout accepter, hommes et choses? Nous ne disons pas que ce fût
une acceptation joyeuse, mais c'était une acceptation pleinement et
loyalement résignée: pouvait-on demander davantage[542]? Si la
coalition n'avait pas pris le pouvoir, elle ne devait s'en prendre
qu'à elle-même: on lui avait laissé le champ libre. M. Barrot lui-même
l'a reconnu: «Le Roi, écrit-il dans ses Mémoires, n'avait eu rien à
faire pour aider à la dissolution de la coalition; l'orgueil, la
vanité, la jalousie des coalisés y avaient suffi.» Bien loin de
relever à la charge de la Couronne une intervention gênante, on serait
plutôt tenté de regretter qu'elle n'ait pas agi avec plus d'énergie et
d'autorité, qu'elle n'ait pas mis fin, par une sorte de _motu
proprio_, à cette impuissante confusion. Mais si l'initiative royale
se trouvait ainsi diminuée et entravée, la faute n'en était-elle pas à
la coalition? N'est-ce pas elle qui, exagérant les conséquences du
gouvernement parlementaire, exaltant l'orgueil des partis, avait
prétendu que ce n'était pas la Couronne qui en réalité faisait les
ministres, mais qu'on se faisait soi-même ministre par son talent, par
son autorité sur la Chambre; qu'au lieu de recevoir le pouvoir, on le
prenait comme une dépouille, comme le prix d'une victoire? De là, tous
ces conciliabules entre chefs de groupes, où l'on se partageait les
portefeuilles, chacun posant ses conditions, grossissant son
importance et mettant sa coopération au plus haut prix possible. «Nous
avons vu le ministère tombé en adjudication publique», disait le
_Journal des Débats_; et il ajoutait: «On s'indigne maintenant du
résultat, on s'effraye du combat effroyable de toutes ces vanités qui
se renchérissent, de ces jalousies qui se frappent d'exclusion, de ces
dignités personnelles qui craignent toujours d'accepter trop peu pour
leur mérite. Mais d'où vient tout cela? Du petit rôle qu'on a fait à
la Couronne, de ce qu'on a amoindri un des pouvoirs de l'État, celui
même que la Charte avait chargé de faire les ministres. On demande
maintenant à la Couronne d'avoir une force et une influence qu'on lui
a ôtées. Le Roi peut donner sa signature, il la donnera. Mais, d'après
vos propres théories, ce n'est pas lui qui confère le pouvoir réel.
Dépend-il de lui de ramener les prétendants à un sentiment plus
raisonnable de leur importance et de les accorder entre eux[543]?»

[Note 542: «Voilà, disait a ce propos le _Journal des Débats_, qu'on
exige du Roi non-seulement qu'il cède, mais qu'il soit trop heureux de
céder; non-seulement qu'il fasse abnégation de ses sentiments
personnels, mais qu'il en change. Si l'on croit remarquer, à tort ou à
raison, un peu de froideur, un peu de tristesse chez le Roi, au lieu
de lui savoir gré du sacrifice qu'il fait, on le lui impute à crime...
Vous vous vantez de l'avoir fait céder, acceptez sa résignation. Que
voulez-vous de plus?»]

[Note 543: _Journal des Débats_, 3 mai 1839.]

Le Roi était donc la première victime, non l'auteur de la crise. Il
était fondé à se plaindre des «embarras», de l'«état violent» où elle
le mettait, et de la «patience» qu'il lui fallait dépenser[544].
Est-ce à dire que son ennui ne fût pas mélangé d'une certaine
satisfaction? Pouvait-il lui beaucoup déplaire de voir si
misérablement divisés et impuissants les hommes qui avaient prétendu
s'unir pour le dominer et l'humilier? Il goûtait la vengeance et
n'estimait pas la leçon inutile. D'ailleurs, s'il se prêtait à tout,
il mettait naturellement plus ou moins de zèle, suivant qu'on tenait
plus ou moins de compte de ses sentiments et de sa dignité.
«J'accepterai tout, je subirai tout, disait-il vers la fin de mars à
l'un des candidats ministériels; mais, dans l'intérêt générai dont je
suis le gardien, je dois vous avertir qu'il est fort différent de
traiter le Roi en vaincu ou de lui faire de bonnes conditions. Vous
pouvez m'imposer un ministère ou m'en donner un auquel je me rallie.
Dans le premier cas, je ne trahirai pas mon cabinet, mais je vous
préviens que je ne me regarderai pas comme engagé envers lui; dans le
second cas, je le servirai franchement[545].» Ce langage bien naturel
était en même temps correct et loyal. Cependant Louis-Philippe eût
peut-être mieux fait de ne pas le tenir: ses paroles mal rapportées,
perfidement commentées, fournissaient des armes à ses adversaires.
Comme toujours, il parlait trop. L'âge et le pouvoir avaient encore
augmenté, chez lui, cette intempérance de langue; il s'y mêlait même
parfois une impatience et une irritabilité peu profondes sans doute,
mais d'année en année moins contenues[546]. Ainsi se laissait-il aller
à témoigner trop vivement, devant son entourage, les sentiments que
lui inspiraient la Chambre ou tel des candidats ministériels, M.
Thiers entre autres: se consolant par ces boutades des concessions
réelles qu'il croyait devoir faire[547]. Ces propos, aussitôt
colportés, ne contribuaient pas à apaiser les esprits.

[Note 544: _Passim_, dans la correspondance inédite du Roi avec M.
Molé.--Dès le 2 février, Louis-Philippe avait écrit à son ministre:
«Patience! Dieu m'en a abondamment pourvu, et il m'a fait une grande
grâce par cette largesse, car j'en consomme beaucoup.»]

[Note 545: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 301.]

[Note 546: À la fin de 1838, M. Molé, causant avec un ambassadeur
étranger, lui disait: «La sensibilité et la vivacité du Roi augmentent
d'année en année. Il s'est mis dans une grande colère; mais j'ai
supporté l'orage, j'ai tenu bon, j'ai offert ma démission, et à la fin
il s'est adouci.» (HILLEBRAND, _Geschichte Frankreichs_, t. II, p
315.)]

[Note 547: Au moment où l'on croyait le ministère centre gauche fait,
le Roi exprimait sa conviction que la Chambre ne le supporterait pas
longtemps: «Ces messieurs, disait-il, sont comme des enfants: ils ne
veulent des jouets que pour les casser après.» Il se résignait
cependant «à avaler cette pilule, la plus amère de toutes». En parlant
de M. Thiers, il le traitait d'«homme abominable» et ne tarissait pas
sur la chimère de ses maximes de «toute-puissance parlementaire». Ces
propos étaient tenus devant les diplomates étrangers. (HILLEBRAND,
_Geschichte Frankreichs_, t. II, p. 331.)]

Cependant, le jour de l'ouverture de la session approchait, et le
cabinet démissionnaire demandait instamment à n'être pas obligé de se
présenter devant la Chambre[548]. On se trouvait donc en face d'une
double impossibilité: impossibilité d'ouvrir la session avec M. Molé,
impossibilité de former un ministère nouveau. Dans cette extrémité, et
après en avoir conféré avec MM. Pasquier, Dupin et Humann, le Roi se
résolut à recourir à un expédient assez anormal: mais les
circonstances ne l'étaient-elles pas encore plus? Faisant appel au
dévouement de quelques personnages peu engagés dans la politique, il
en fit des ministres provisoires, avec la seule fonction d'ouvrir la
session, d'expédier les affaires courantes et d'occuper la place,
jusqu'à la constitution du ministère définitif, qui serait peut-être
plus facile après que la Chambre aurait eu occasion d'indiquer
elle-même ce qu'elle voulait. Louis-Philippe espérait-il vraiment que
les délibérations parlementaires mettraient un terme à la con fusion
des partis et aux rivalités jalouses de leurs chefs; qu'il en
sortirait une majorité, et de la majorité, un cabinet? Peut-être son
désir, légitime après tout, était-il surtout de rejeter sur la Chambre
le poids d'une difficulté qu'elle avait créée, et de bien montrer au
pays que le trouble apporté par cette sorte d'interruption du
gouvernement était imputable au Parlement, non à la Couronne. Quoi
qu'il en soit, des ordonnances, en date du 31 mars, nommèrent M. de
Gasparin ministre de l'intérieur, avec l'intérim du commerce et des
travaux publics; M. Girod, de l'Ain, ministre de la justice et des
cultes; M. le duc de Montebello, des affaires étrangères; M. le
général Despans-Cubières, de la guerre; M. le baron Tupinier, de la
marine; M. Parant, de l'instruction publique; M. Gautier, des
finances. À la suite de ces ordonnances, le _Moniteur_ publiait une
note qui indiquait le caractère purement transitoire de ce ministère.
On y lisait que les hommes qui avaient accepté «cette mission de
confiance et de dévouement» ne l'avaient fait que «sous la condition
expresse de cesser leurs fonctions aussitôt qu'un ministère définitif
serait formé». La modestie de ce langage ne désarma pas les journaux
de gauche et de centre gauche, qui critiquèrent vivement cette
combinaison, sans pouvoir dire, il est vrai, ce qu'on eût pu faire à
la place.

[Note 548: «Je suis bien affligé, écrivait le Roi à M. Molé le 29
mars, de voir se prolonger autant la situation pénible où vous êtes,
et l'état violent où je suis. Je vous assure qu'il n'est pas d'efforts
et de sacrifices que je ne fasse pour y mettre un terme, mais je n'y
suis pas encore parvenu.» (_Documents inédits._)]


IV

Le 4 avril 1839, la session s'ouvrit sans discours du trône. L'aspect
de la ville eût suffi à faire comprendre aux députés combien il était
urgent de mettre fin à la crise. Une foule houleuse, de celle qui se
montre aux jours de sédition, se pressait autour du Palais-Bourbon,
contenue par les troupes à pied et à cheval qu'il avait fallu faire
sortir des casernes, mais poursuivant de ses huées et de ses sifflets
les personnages politiques, insultant et même arrêtant les
équipages[549]. Le soir, bandes circulant dans les rues, au chant de
la _Marseillaise_, rassemblements sur le boulevard Saint-Denis, bris
de réverbères, tentatives, aussitôt réprimées par les patrouilles,
contre les boutiques des armuriers. L'agitation se prolongea pendant
plusieurs jours et amena deux ou trois cents arrestations. Ces
troubles n'étaient pas imprévus; depuis quelques jours, circulaient
des rumeurs d'émeute. Les feuilles de gauche, affectant de croire que
le gouvernement désirait et provoquait le désordre, avaient exhorté
hypocritement le peuple «à ne pas compromettre, par des manifestations
imprudentes, la cause de la liberté[550]». Le _National_, entre
autres, tout en feignant de vouloir calmer les ouvriers, avait énuméré
complaisamment les causes de leur misère, et les avait rejetées toutes
sur le pouvoir.

[Note 549: Le lendemain, la duchesse de Dino, écrivant à M. de
Barante, lui parlait des «horribles figures qui barraient, la veille,
les communications entre les deux faubourgs». «Ils injuriaient les
voitures, ajoutait-elle, les gens bien mis, et les armes sur nos
carrosses leur ont singulièrement déplu.» (_Documents inédits._)]

[Note 550: _Documents inédits._]

La Chambre ne pouvait pas ne pas voir le mal. Serait-elle en mesure
d'y remédier? Ce qu'on lui demandait, c'était de montrer elle-même où
était sa majorité. Les premières séances furent remplies par la
vérification des pouvoirs, oeuvre toujours assez mesquine et d'où ne
pouvait sortir grande lumière. On attendait le moment où l'Assemblée
se constituerait définitivement par la nomination de son président;
force lui serait bien alors de se séparer en deux camps. Comment et où
se ferait la coupure? c'est ce qu'il était difficile de prévoir, dans
l'état de morcellement et de décomposition des partis. Sans doute, si
les coalisés demeuraient unis, ils auraient la majorité. Mais depuis
les derniers incidents, n'était-il pas visible que M. Guizot,
mécontent, s'éloignait de la gauche et du centre gauche, pour faire sa
paix avec le centre et rentrer en grâce auprès du Roi? C'était
d'ailleurs revenir à sa place naturelle. Parmi ses amis, les uns le
suivaient volontiers dans cette évolution, comme M. Duchâtel et M.
Vitet, ou même le devançaient avec quelque précipitation, comme M.
Persil. D'autres, au contraire, tels que MM. Duvergier de Hauranne, de
Rémusat, Jaubert, Piscatory, blâmaient leur chef et voulaient rester
fidèles quand même à leurs alliés du centre gauche et de la gauche:
nouveau signe de cet esprit de dissension qui était partout le
résultat et comme le châtiment de la coalition. Quant au centre, il ne
pouvait pas oublier tout de suite son ressentiment contre les
doctrinaires. La blessure avait été trop profonde et était encore
trop récente. Aussi l'accueil qu'il fit à M. Guizot et à ses amis
fut-il d'abord peu engageant. S'il consentait à se servir d'eux ou
même à les servir, c'était en leur gardant rancune et en leur faisant
affront. «Le parti conservateur, disait le _Journal des Débats_, le 16
mars, se défiera des doctrinaires, et il aura raison; mais il s'en
servira... Ils reviendront au parti conservateur; ils reviendront lui
demander le pouvoir qu'il leur rendra peut-être, sans leur rendre,
pour cela, son ancienne estime, et ils seront contents.» Le même
journal ajoutait, deux jours après: «Nous n'avons pas besoin de faire
les avances avec les doctrinaires: nous les attendons. Leur faute a
été énorme: ils le sentent, quoique leur orgueil n'en convienne
peut-être pas encore; ils commencent à l'expier amèrement.» Cependant,
à la réflexion, les habiles du centre finirent par comprendre de quel
prix était pour eux le retour de M. Guizot: celui-ci ne leur
apportait-il pas le talent et l'éclat qui leur manquaient? L'intérêt,
sans effacer le ressentiment, le fit taire, et, de plus ou moins bonne
grâce, les anciens fidèles de M. Molé acceptèrent d'entrer en
pourparlers avec celui qui avait été son plus redoutable adversaire.

L'objet immédiat de ces pourparlers était de s'entendre pour faire
échec à la candidature de M. Odilon Barrot, que la gauche et le centre
gauche portaient à la présidence de la Chambre. Les doctrinaires unis
au centre faisaient-ils la majorité, ou celle-ci restait-elle à la
coalition du centre gauche et de la gauche? La question était douteuse
et fort discutée dans les journaux[551]. Les doctrinaires estimèrent
que, pour être assurés de l'emporter contre M. Barrot, il fallait
détacher une fraction du centre gauche. Ce groupe n'échappait pas à la
décomposition qui était alors le mal de tous les partis. La conduite
de M. Thiers, dans les récentes négociations ministérielles, avait
laissé de vives irritations chez plusieurs de ses principaux
lieutenants, chez M. Dufaure, M. Sauzet, et surtout M. Passy. Ce
dernier prenait de plus en plus l'attitude d'un chef de groupe
dissident; il donnait à entendre que si les conservateurs le portaient
à la présidence, il leur amènerait une partie du centre gauche, et
qu'une fois nommé, il se ferait fort de constituer un ministère sans
M. Thiers. M. Duchâtel s'employa fort activement à faire accepter
cette proposition par le centre; il y eut quelque peine. Les anciens
221 gardaient rancune à M. Passy, d'avoir été l'un des plus âpres dans
la campagne contre le prétendu pouvoir personnel[552]; mais l'intérêt
de faire brèche dans le centre gauche était manifeste; aussi
acceptèrent-ils, après quelques hésitations, le candidat qui
s'offrait.

[Note 551: Le centre comptait 190 à 200 membres, les doctrinaires une
trentaine, le centre gauche environ 80, la gauche à peu près autant,
l'extrême gauche 30 à 40, les légitimistes 24. Encore tous ces
chiffres n'avaient-ils rien de bien précis, car le nombre des
flottants était considérable.]

[Note 552: À la cour, on avait appelé, en cette occasion, M. Passy un
«Roland sans sa femme».]

Quand M. Thiers vit cette manoeuvre se dessiner, il en comprit le
danger et fit des ouvertures aux doctrinaires, cette fois avec un vrai
désir de s'entendre. Il demandait seulement que l'on s'engageât à
voter personnellement pour M. Barrot; à ce prix, il promettait de
travailler à former le ministère tel que M. Guizot l'avait
précédemment demandé. Mais quelle assurance avait-on que, le président
nommé, aucune difficulté ne s'élèverait pour la constitution du
cabinet? Prévoyant l'objection, M. Thiers s'offrait à donner toutes
les garanties, par exemple à arrêter d'avance la liste ministérielle
et à la signer en commun. Il ajoutait que si le maréchal Soult
refusait son concours, il accepterait la présidence sans portefeuille
du duc de Broglie. Si M. Thiers eût été au début dans ces
dispositions, l'entente se fût faite. Maintenant il était trop tard.
M. Guizot s'était engagé dans une autre politique: il déclara que les
garanties offertes ne signifiaient rien, et ajouta qu'il était
certain, après la défaite de M. Barrot, d'amener M. Thiers à
composition. Ce propos, aussitôt rapporté à celui qu'il visait,
n'était pas fait pour combler l'abîme chaque jour plus profond qui se
creusait entre les deux rivaux.

Il ne restait plus donc à M. Thiers qu'à livrer la bataille, dont le
jour fut fixé au 16 avril. Il la perdit. M. Passy ne détacha sans
doute qu'un petit nombre de membres du centre gauche, assez cependant
pour faire une majorité avec les voix du centre et des doctrinaires.
Il fut élu président par 226 voix contre 193. La Chambre semblait dire
par là qu'elle ne voulait pas d'un ministère qui s'appuierait sur la
gauche. Les journaux de ce dernier parti ne dissimulèrent pas leur
désappointement. «La cour l'emporte, disait l'un d'eux, et la Chambre
vient d'abdiquer.» Puis, se tournant contre les doctrinaires:
«L'infamie est consommée. En six mois, vous avez été deux fois
transfuges.» Toutefois, si la majorité s'était prononcée, elle
demeurait encore bien peu sûre d'elle-même, car, dès le lendemain, la
gauche regagnait dans l'élection des vice-présidents une partie de ce
qu'elle avait perdu dans celle du président.

Est-ce ce dernier fait qui modifia les vues de M. Passy? Toujours
est-il qu'une fois élu, il ne répondit pas à l'attente de ceux qui
l'avaient nommé. Au lieu de poursuivre la campagne qu'il avait
annoncée contre M. Thiers, il tenta de se rapprocher de lui et de
reprendre, sous la présidence du maréchal Soult, la combinaison centre
gauche qui avait échoué peu auparavant. Après plusieurs jours d'allées
et venues, on se heurta à l'impossibilité de concilier le maréchal et
M. Thiers. Les personnages engagés dans ces pourparlers se séparèrent,
encore un peu plus irrités les uns contre les autres, et les journaux
ne manquèrent pas d'accuser le maréchal d'avoir été, dans les
difficultés qu'il avait soulevées, l'instrument des perfidies royales.
L'élection de M. Passy n'avait donc pas apporté la solution qu'on
espérait, et la confusion était pire que jamais.


V

Le public, qui avait été d'abord spectateur un peu dédaigneux de
complications et de compétitions auxquelles il ne pouvait
s'intéresser, finissait par s'étonner et s'inquiéter d'une crise si
prolongée. «Ce qui a remplacé la vivacité de l'attente, observait un
témoin, c'est une lassitude, un dégoût et un mécontentement
universels[553].» Déjà, deux ans auparavant, au sujet de crises
beaucoup plus courtes, M. de Broglie avait écrit à M. Guizot: «Il ne
faut pas se faire illusion, le public est las, très-las des crises
ministérielles, presque autant qu'il est las des révolutions[554].»
Dans les salons, on voyait les choses au plus sombre: «C'est de la
révolution adoucie, mais qui ne le sera pas longtemps, écrivait la
duchesse de Dino à M. de Barante. M. Molé dit tout haut que son
ministère a été le ministère Martignac du gouvernement de Juillet; car
il faut que vous sachiez qu'on dit tout, tout haut, à tout venant,
avec une liberté effrayante, ce qui prouve qu'on ne compte plus avec
personne et qu'on ne ménage plus rien. M. Royer-Collard dit que la
coalition a détroussé le gouvernement.» Et elle ajoutait, un autre
jour: «La société proprement dite s'écroule dans un semblable état de
choses; il est impossible de vous donner une juste idée du lugubre de
Paris, des cris de terreur qui s'y poussent et de l'hostilité
grossière du langage et de l'action.» Ou bien encore elle s'écriait,
avec le défaut de mesure d'une imagination féminine: «Notre pays s'en
va, soyez-en sûr[555].»

[Note 553: _Journal inédit de M. de Viel-Castel._]

[Note 554: _Documents inédits._]

[Note 555: _Ibid._]

L'inquiétude avait, dans le monde des affaires, des conséquences
désastreuses. Déjà, par le contre-coup des agitations des luttes
politiques, les mois de janvier et de février avaient été mauvais.
Mars et avril, où l'on avait espéré une reprise, se trouvaient être
plus mauvais encore. Diminution notable dans le rendement des impôts
et dans les recettes de l'octroi, retraite des fonds déposés aux
caisses d'épargne, resserrement du crédit, chômages, tous les
symptômes révélaient la stagnation du commerce et de l'industrie. Les
ouvriers sans travail se rassemblaient dans les rues, encore calmes,
mais mal préparés, par un dénûment croissant, à résister aux
excitations mauvaises. Les journaux de toute nuance, sauf à se
rejeter mutuellement la responsabilité du mal, s'accordaient à en
constater la gravité exceptionnelle. Quelques-uns parlaient même de
«panique». «Il faut, disait le _Commerce_, remonter jusqu'à 1831, pour
trouver une situation pareille.»

Devant un malaise si général, les acteurs principaux de cet étrange
imbroglio tâchèrent de se disculper publiquement. Une interpellation
de M. Mauguin leur en fournit l'occasion, et, le 23 avril, on vit se
succéder à la tribune M. Dupin, M. Thiers, M. Guizot, le marquis de
Dalmatie, porte-parole du maréchal Soult, son père, et M. Passy,
chacun racontant avec détail la part qu'il avait prise aux
négociations ministérielles. Tous s'exprimèrent sans doute avec une
grande convenance de formes. Mais n'était-ce pas chose anormale et
fâcheuse, que de montrer ainsi au public les dessous du régime
parlementaire, que de lui faire confidence de ces compétitions
personnelles, si étrangères à l'intérêt général, et de le provoquer à
porter sur elles un jugement qui ne pouvait être que sévère? Pour les
esprits réfléchis et de bonne foi, le personnage qui sortait le plus
indemne de ces explications, était celui qui n'y avait pu prendre
part: le Roi. M. Thiers, sans doute, avec une réserve apparente, eût
bien voulu donner à entendre que les avortements successifs étaient
imputables à la Couronne, mais les faits mêmes, tels qu'ils
ressortaient de tous les récits, contredisaient cette insinuation.
D'ailleurs, M. Passy et M. Guizot, renouvelant une déclaration déjà
faite, plusieurs jours auparavant, par le maréchal, à la Chambre des
pairs, affirmèrent, sans être démentis, que «la Couronne avait tout
accordé sur les choses et sur les hommes». Et M. Odilon Barrot,
lui-même, dit le lendemain: «C'est avec bonheur que j'ai entendu ceux
qui ont été mêlés aux négociations ministérielles déclarer que la
Couronne avait tout cédé, hommes et choses: ce ne sont donc pas les
institutions qui ont manqué au pays; ce sont les hommes qui ont manqué
aux institutions.»

Un tel débat rendait-il la solution plus facile et plus prochaine?
Tout au contraire, il faisait les divisions plus irrémédiables
encore, par la publicité qu'il leur donnait. Ainsi en fut-il d'abord
pour le maréchal et M. Thiers, ensuite pour M. Guizot et M. Barrot.
Entre les deux derniers, la rupture se fit même avec quelque
solennité. Dans le désir évident de continuer son mouvement de
retraite vers les anciens 221, M. Guizot expliqua l'échec des
tentatives ministérielles auxquelles il avait été mêlé, par cette
raison qu'il avait tenu à stipuler des garanties pour les
conservateurs dont il s'était trouvé momentanément séparé; puis,
s'attaquant à la gauche, il lui reprochait d'être exclusive, sans
esprit de gouvernement, et déclarait que le pays «ne la verrait pas
sans inquiétude s'approcher du pouvoir». M. Barrot releva le gant avec
hauteur, renvoya aux doctrinaires le reproche d'exclusivisme, et,
faisant une allusion directe à son contradicteur: «Si parfois nous
déprécions trop nos hommes politiques, dit-il, parfois aussi nous les
exaltons trop, et, par là, nous excitons chez eux un orgueil
indomptable. Il y a, dans notre société moderne, un mal qui mérite
toute votre sévérité: c'est cette personnalité orgueilleuse qui se
décerne de beaux titres, qui s'appelle _dignité personnelle_, comme si
la vraie dignité n'était pas dans l'abnégation et le sacrifice, bien
plutôt que dans des prétentions exagérées.» Après un tel débat, il ne
restait plus rien de la coalition. Cependant l'éclat avec lequel M.
Guizot se séparait ainsi de ses alliés de la veille ne lui valait pas
encore le pardon de tous les 221. M. de Lamartine se fit à la tribune
l'organe de ces ressentiments tenaces, et dénia amèrement à l'orateur
doctrinaire le droit de parler au nom des conservateurs. Cette sortie
fut, il est vrai, désavouée sur-le-champ par le général Bugeaud, et le
_Journal des Débats_ protesta, le lendemain, contre les «étroites
rancunes» qui faisaient repousser par quelques conservateurs un
concours aussi précieux que celui de M. Guizot.

Après que la Chambre se fut livrée à ces débats rétrospectifs et
stériles, le Roi dut recommencer ses tentatives à la recherche du
ministère introuvable. Le 28 avril, il s'adressa à M. Passy. Celui-ci
parut d'abord réussir. Dès le lendemain, il était en mesure de
proposer au Roi, qui ne faisait nulle objection, un ministère centre
gauche où il réunissait MM. Thiers, Dupin, Dufaure, Sauzet: ni M.
Passy, ni M. Thiers n'acceptant la présidence l'un de l'autre, il
avait été décidé que le garde des sceaux, qui devait être M. Dupin,
présiderait, à raison de son titre, les délibérations du conseil. Tout
était convenu, et l'on se flattait enfin d'être au bout de la crise,
quand, à la dernière heure, M. Dupin, n'écoutant que son humeur
fantasque, vint se dédire et par cela même faire tout manquer. Il
invoquait de plus ou moins méchants prétextes: son véritable motif
était sa répugnance égoïste pour les situations difficiles et
risquées. Ce fut un _tolle_ formidable contre lui. Il essaya de se
justifier devant la Chambre, en racontant longuement ce qui s'était
passé; il devenait d'usage de mettre le public dans la confidence de
toutes les négociations manquées. Ces explications furent mal
accueillies et valurent à leur auteur une réponse sévère de M.
Dufaure[556]. Les journaux amis de M. Thiers, continuant leur
campagne, ne manquèrent pas d'insinuer fort injustement que, dans
cette circonstance, l'ancien président de la Chambre avait été, comme
naguère le maréchal Soult, l'instrument du Roi, machiavéliquement
obstiné à tout empêcher.

[Note 556: 30 avril.]

Ce nouvel échec jeta le découragement dans tous les esprits: était-on
donc condamné à ne jamais sortir de l'ornière où, à chaque effort, on
s'embourbait davantage? Ce fut donc sans grand entrain, et en tout cas
avec peu de succès, que le maréchal, rentré en scène, fit quelques
tentatives pour constituer un ministère d'où seraient exclus à la fois
M. Thiers et M. Guizot. Cette combinaison avait au fond la préférence
du Roi. Dès le 24 avril, il avait fait venir M. Guizot, pour obtenir
qu'il laissât ses amis entrer, sans lui, dans un cabinet de ce genre:
«Vous voyez, lui dit-il, dans quelle impasse nous sommes; il n'y a
qu'un ministère neutre, un ministère où les grands amours-propres
n'aient pas à se débattre, qui puisse nous en tirer.--Que ce ministère
se forme, répondit M. Guizot, qu'il rapproche et unisse les deux
centres; non-seulement je ne détournerai pas mes amis d'y entrer,
mais je le soutiendrai de tout mon pouvoir.» M. Guizot ajoute dans ses
Mémoires, après avoir rapporté cet entretien: «Le Roi me prit la main
avec une satisfaction où perçait un peu de moquerie; rien ne lui
convenait mieux qu'un cabinet qui, en mettant fin à ses embarras, fût
pourtant un mécompte pour la coalition[557].» En se prêtant si
facilement au désir du Roi, M. Guizot se rendait probablement compte
qu'il lui était utile de s'effacer pendant quelque temps, pour laisser
s'apaiser l'irritation des conservateurs: au fond, d'ailleurs, il se
flattait qu'on ne pourrait pas longtemps se passer de lui. Il ne
faisait même pas d'objection à ce que le maréchal Soult prît le
ministère des affaires étrangères; et comme M. Duvergier de Hauranne
lui objectait que c'était livrer toute la diplomatie au Roi: «Après
tout, répondit vivement M. Guizot, mieux vaut la politique du Roi que
celle de M. Thiers.» Ce dernier était, au contraire, très-peu disposé
à prendre patiemment son exclusion. Pour empêcher ses amis de se
prêter à une telle combinaison, il leur fit contracter une sorte
d'engagement de ne pas entrer dans un cabinet autre que celui dont il
arrêtait avec eux la composition. Ainsi armé, il attendit que la
Couronne fût réduite à capituler entre ses mains. Son attitude prenait
un caractère chaque jour plus marqué d'hostilité contre le Roi. Le 1er
mai, lorsque la Chambre alla féliciter Louis-Philippe, à l'occasion de
sa fête, presque tous les députés étaient présents, entre autres M.
Odilon Barrot et M. Mauguin; M. Thiers ne se montra pas, et son
absence fut très-commentée. En même temps, les journaux qui passaient
pour recevoir ses inspirations ou tout au moins ses conseils,
imputaient au Roi, plus ouvertement que jamais, la prolongation de la
crise, l'accusaient de «diviser la Chambre», d'opposer une «force
d'inertie» ou «l'habileté de la ruse» aux «voeux ardents de la
France», et déclaraient, d'un ton menaçant, qu'on ébranlait ainsi la
foi du pays dans les institutions monarchiques[558].

[Note 557: _Mémoires de M. Guizot_, t. IV, p. 305-306.]

[Note 558: Cf. _passim_ le _Constitutionnel_, le _Courrier français_,
le _Siècle_, le _Temps_ et le _Commerce_, de la fin d'avril et du
commencement de mai.]

Le 4 mai, sous le prétexte de vaincre cette prétendue résistance, M.
Mauguin proposa à la Chambre de voter «une humble Adresse au Roi, le
suppliant de mettre un terme aux anxiétés du pays et de constituer, en
usant de sa prérogative, un ministère qui ne fût pas provisoire»;
l'Adresse indiquerait également quelles conditions devait remplir ce
ministère. Le premier mouvement des conservateurs fut de combattre une
proposition qui leur paraissait impertinente pour la Couronne, qui
l'était évidemment dans la pensée de son auteur, et qui risquait de
faire croire au public que l'obstacle était venu jusqu'ici de la
mauvaise volonté du Roi. Or, comme le disait M. de Lamartine, «la
Couronne serait plus en droit que les députés de faire à ceux-ci une
Adresse et de leur dire: Comment me demandez-vous de répondre à une
interrogation dont vous seuls, vous pouvez avoir le secret et la
réponse?» Sous l'empire de ces sentiments, la proposition fut d'abord
ajournée: mais bientôt, devant l'impossibilité d'aboutir, les
conservateurs en vinrent à se demander si, en dégageant la proposition
de tout ce qui pouvait être reproche ou défiance à l'égard de la
royauté, elle n'aurait pas ce bon résultat de forcer enfin la Chambre
à manifester où était sa majorité. D'ailleurs, au point où l'on en
était, pouvait-on refuser d'essayer un moyen quelconque d'en finir? Le
10 mai, la proposition fut donc prise en considération, à une immense
majorité, et la commission chargée d'y donner suite fut nommée le 11
mai. M. Thiers en faisait partie et se flattait d'y avoir la majorité:
majorité, en tout cas, minime et incertaine. On ne pouvait encore
prévoir ce qui sortirait de là, quand tout à coup, le 12 mai, la
fusillade éclata dans les rues de Paris: c'était l'émeute qui, pour la
première fois depuis cinq ans, croyait pouvoir relever la tête et
engager la bataille.


VI

Depuis trois ans, la société des _Saisons_[559], sous la conduite de
Blanqui, de Barbès et de Martin Bernard, conspirait contre la
monarchie et la société, sans avoir pu encore trouver une occasion de
mettre à exécution ses détestables desseins. Les affiliés
s'impatientaient, et les meneurs, fort embarrassés, ne savaient plus
trop quel aliment donner à ces passions surchauffées, quand se
produisit la crise dont nous venons de raconter les tristes
péripéties. Cette sorte d'interruption du gouvernement, ce discrédit
des pouvoirs publics, cette excitation et cette impuissance des
partis, ces attaques dirigées contre la royauté par les chefs de la
bourgeoisie régnante, le malaise général, la stagnation des affaires,
le chômage qui jetait tant d'ouvriers sans travail dans la rue, tout
cela leur parut offrir à l'émeute des chances telles qu'elle n'en
avait pas rencontré depuis plusieurs années. Ils se décidèrent donc à
tenter un coup, et en fixèrent le jour au dimanche 12 mai. En
attendant, convocation des affiliés, choix des lieux de rassemblement,
dépôts d'armes et de munitions, tout fut combiné et réglé avec un
secret soigneusement gardé. La police demeura dans l'ignorance de tous
ces préparatifs. Aussi a-t-on pu dire que, depuis la conspiration du
général Mallet, jamais insurrection n'avait pris le gouvernement plus
au dépourvu[560].

[Note 559: Cf. sur l'origine de cette société secrète, plus haut, p.
36 et suiv., et p. 245 et suiv.]

[Note 560: DE LA HODDE, _Histoire des sociétés secrètes_, p. 233.]

Le dimanche 12 mai, à deux heures de l'après-midi, pendant que tout
Paris est à la promenade ou aux courses du Champ de Mars, les
affiliés, au nombre de six à sept cents, se réunissent rue
Saint-Martin et rue Saint-Denis. On leur fait savoir que le grand jour
est enfin venu. Les portes de l'armurier Lepage, vite enfoncées, les
mettent à même de se procurer des armes. Des cartouches, rassemblées
d'avance dans le voisinage, leur sont distribuées. Il ne reste plus
qu'à se lancer à la conquête de Paris. Mais auparavant, un cri s'élève
des rangs de cette petite armée: «Le comité, le comité!» On veut voir
enfin ces chefs mystérieux qui, depuis trois ans, ont commandé sans se
faire connaître. N'ont-ils pas promis qu'ils se révéleraient au jour
de la lutte? «Le comité, c'est nous, répondent Martin Bernard, Blanqui
et Barbès. Nous sommes à votre tête, comme nous vous l'avions promis.»
La déception est grande chez les conjurés qu'on a leurrés de l'espoir
de combattre sous des chefs illustres. Des récriminations éclatent:
plusieurs se retirent, en se disant trahis. Enfin Barbès, pour couper
court à cet incident qui menace d'amener une débandade complète, crie:
«En avant!» et il s'élance, suivi de quelques centaines d'émeutiers.

Le plan, oeuvre de Blanqui, consistait à s'emparer d'abord, par
surprise, de la Préfecture de police, et à faire de la Cité la base
des opérations de l'émeute. Barbès se dirige donc de ce côté. Sur la
route, il rencontre le poste du Palais de justice. Le lieutenant
Drouineau, qui y commande, fait prendre les armes à ses soldats, dont
les fusils ne sont même pas chargés, et s'avance seul vers les
insurgés. Un homme, portant un fusil à deux coups, marche à la tête de
ces derniers; il somme le lieutenant de déposer les armes. «Plutôt la
mort!» lui est-il répondu. L'homme abaisse son fusil et fait feu des
deux coups: au second, Drouineau tombe foudroyé. Quel était ce
meurtrier? Plusieurs témoins ont reconnu Barbès, d'autres ont hésité;
lui-même a nié énergiquement; le point est resté douteux. Le
lieutenant à terre, les insurgés font une décharge générale sur les
soldats qui se tenaient l'arme au bras. Quatre sont tués, cinq
blessés, les autres se dispersent. Après cet exploit sauvage, la bande
se dirige vers la Préfecture de police, mais on a eu le temps de s'y
mettre sur la défensive. Les assaillants, accueillis à coups de fusil,
battent aussitôt en retraite.

Ils commencent alors, à travers les quartiers Saint-Denis et
Saint-Martin, une sorte de promenade séditieuse, désarmant et parfois
massacrant les postes isolés qu'ils rencontrent, élevant des
barricades dans les rues étroites. Leur dessein est de jeter le
trouble dans la ville et d'y soulever les éléments révolutionnaires.
L'une de leurs premières stations s'est faite à l'Hôtel de ville, où
Barbès a lu une proclamation incendiaire et féroce, imprimée à
l'avance. Cependant les ouvriers, sur le concours desquels les meneurs
ont compté, regardent, étonnés, cette insurrection dont le motif et
les moyens leur échappent, et qui leur paraît une sinistre folie: à
peine quelques centaines se joignent aux combattants. Le mystère dont
s'était enveloppée la conjuration avait eu pour effet que le peuple,
même dans sa fraction républicaine et révolutionnaire, n'était ni
moins surpris ni plus préparé que le gouvernement lui-même.

Vers la fin de l'après-midi, les troupes arrivent sur le terrain de la
lutte, les gardes municipaux d'abord, ensuite la ligne et la garde
nationale. Les postes sont repris, les bandes dispersées, les
barricades enlevées après des combats parfois acharnés. Barbès,
blessé, la figure en sang et les mains noires de poudre, est fait
prisonnier; du moins a-t-il bravement payé de sa personne. Quanta
Blanqui, qui avait tout mis en train, son action dans le combat n'a
laissé aucune trace. À la fin de la journée, il est réduit, ainsi que
Martin Bernard, à se cacher chez des amis, où tous deux seront arrêtés
peu après. Quelques heures ont suffi pour avoir raison de cette
émeute, la plus inexplicable et la plus injustifiable de toutes[561].
Le nombre exact des morts est demeuré inconnu. Cent quarante-trois
blessés furent portés dans les hôpitaux. Sur plusieurs points, entre
autres au poste du Palais de justice, il y avait eu plutôt assassinat
que combat.

[Note 561: Le lendemain, il y eut encore quelques échauffourées: mais
elles furent promptement réprimées.]

La lugubre surprise de cette émeute, venant s'ajouter au long malaise
de la crise ministérielle, avait produit dans Paris une impression de
morne stupeur. Le soir, de nombreux visiteurs, pairs, députés,
fonctionnaires, s'empressèrent aux Tuileries. Le maréchal Soult,
arrivé l'un des premiers, eut l'idée de profiter de l'émotion
générale, pour vaincre les hésitations et les résistances qui avaient
fait échouer jusqu'ici toutes les combinaisons. Le Roi agréa l'idée,
avec le dessein d'en faire sortir la solution qui avait eu toujours
ses secrètes préférences, celle qui, excluant «les grands
amours-propres», c'est-à-dire M. Thiers et M. Guizot, réunissait aux
seconds rôles du centre gauche et du centre droit un représentant des
anciens 221[562]. Seulement, si M. Guizot et M. Thiers se trouvaient
également écartés, il y avait, entre eux, cette différence que le
premier poussait à cette combinaison, tandis qu'elle se faisait malgré
le second. À mesure que se présentait aux Tuileries un des personnages
aptes à faire partie du ministère, le Roi le faisait appeler dans son
cabinet, où il se tenait avec le maréchal, et lui demandait un
concours à peu près impossible à refuser dans de telles circonstances.
M. Dufaure, arrivé l'un des derniers, fut plus long à se décider; il
était gêné par l'engagement que lui avait fait prendre, peu
auparavant, M. Thiers, de ne pas entrer dans d'autres combinaisons que
la sienne. Estimant cependant que la gravité de la situation le
déliait de sa parole, il finit par donner un consentement dont M.
Thiers lui garda longtemps rancune. Avant la fin de la soirée, tout se
trouva conclu; l'émeute avait fait, en quelques heures, ce que
n'avaient pu faire, depuis plus de deux mois, ni l'habileté patiente
du Roi, ni l'agitation des meneurs parlementaires. Le lendemain, Paris
fut agréablement surpris d'apprendre que, pendant la nuit, il lui
était né enfin un ministère. Le maréchal Soult était ministre des
affaires étrangères et président du conseil; M. Duchâtel, ministre de
l'intérieur; M. Teste, de la justice; M. Passy, des finances; M.
Villemain, de l'instruction publique; M. Dufaure, des travaux publics;
M. Cunin-Gridaine, du commerce; le général Scheider, de la guerre;
l'amiral Duperré, de la marine. MM. Passy, Dufaure, Teste
représentaient le centre gauche; MM. Duchâtel et Villemain, le centre
droit; M. Cunin-Gridaine, le centre resté fidèle à M. Molé.

[Note 562: Le maréchal tenait beaucoup à cette dernière condition. Il
écrivait, à ce propos, le 13 mai 1839, à M. de Barante: «Il fallait de
toute nécessité, pour que l'administration nouvelle se présentât avec
quelque chance de force et de durée, que ses éléments représentassent,
dans une certaine mesure, non-seulement les différentes nuances de la
majorité nouvelle sortie du scrutin électoral, mais encore la masse
considérable des opinions qui, après avoir eu la majorité dans la
Chambre précédente, se trouvant former, encore aujourd'hui, une si
importante minorité.»]


VII

On dit que le Roi ne put se défendre d'une satisfaction un peu
ironique, en signant les ordonnances qui constituaient le nouveau
ministère. En effet, si la coalition l'avait un moment vaincu et
humilié, il était bien vengé. On était parti en guerre contre M. Molé,
parce qu'il «ne couvrait pas suffisamment la Couronne»; quel homme
sérieux eût pu soutenir que le maréchal Soult la couvrait davantage?
C'était surtout dans les questions extérieures que l'on avait dénoncé
l'intrusion du pouvoir personnel; or mettre le maréchal à la tête des
affaires étrangères dont il ne connaissait rien, c'était, de l'aveu de
tous, livrer au Roi seul toute la direction de la diplomatie. On
s'était plaint que le ministère du 15 avril fût constitué en dehors
des grandes influences parlementaires; c'était même, à parler vrai, le
principal grief, celui qui avait mis tout en mouvement; or le
caractère marquant de la combinaison à laquelle on venait d'aboutir,
était l'exclusion réfléchie et voulue de M. Thiers et de M. Guizot. On
avait reproché à l'administration précédente de ne pas représenter un
parti déterminé, une politique arrêtée; or le propre du nouveau
ministère était, suivant l'expression même du Roi, d'être «neutre»;
ces ministres venus de tous les camps, naguère en lutte les uns contre
les autres, réunis sous le coup d'un péril soudain, sans s'être
concertés sur les questions à résoudre, eussent été bien embarrassés
de dire quel parti représentait leur assemblage et de formuler leur
programme. Ainsi, pas un des défauts reprochés au ministère du 15
avril, de ces défauts jugés si graves qu'on n'avait reculé devant rien
pour jeter bas le ministère, qui ne réapparût, parfois même aggravé,
dans le cabinet du 12 mai. La coalition n'avait pas été seulement une
faute, elle se trouvait être aussi une duperie.

Mais si la coalition avait complétement manqué le but qu'elle visait,
elle avait fait un mal auquel elle ne s'attendait pas. Pendant
plusieurs mois, elle avait comme interrompu tout gouvernement; à un
élan de merveilleuse prospérité, elle avait fait brusquement succéder
une crise économique douloureuse. Hors frontières, les conséquences
avaient été plus fâcheuses encore. Les cours étrangères, déjà
disposées à s'effaroucher facilement du bruit et du mouvement normal
d'un gouvernement libre, voyaient, dans le désordre de la coalition,
le prodrome d'une révolution imminente; tout ce que le gouvernement de
Juillet avait fait, depuis neuf ans, pour leur inspirer enfin
confiance dans sa stabilité et dans sa durée, se trouvait du coup
compromis[563]. On en venait aussi à douter, au dehors, de notre
volonté pacifique. Le genre d'attaques auxquelles l'opposition s'était
livrée sur la politique extérieure, et le succès qu'elles avaient paru
obtenir, faisaient soupçonner, bien à tort, la nation de velléités
belliqueuses contre lesquelles les puissances croyaient prudent de se
mettre en garde[564]. En même temps qu'il leur paraissait impossible
de compter sur nous, elles jugeaient inutile de compter avec nous. La
France était comme annulée en Europe, et cela à un moment où les plus
graves événements se préparaient en Orient et où, à Vienne, on n'eût
demandé qu'à s'entendre avec elle. M. de Metternich ne cachait pas ce
désir, «mais, disait-il à M. de Sainte-Aulaire, vous n'avez pas de
ministre, et je ne puis commencer une telle affaire sans savoir avec
qui j'aurai à la continuer[565]». Aussi M. de Barante, qui naguère
s'était félicité du crédit croissant de son gouvernement auprès des
cours même les plus mal disposées, écrivait, désolé, de
Saint-Pétersbourg: «Pour ceux qui sont au loin, la tristesse est de
remarquer combien la France s'en va perdant autorité et
considération[566].»

[Note 563: «_È una situazione molto terribile_», disait, le 4 avril
1839, Grégoire XVI à Lacordaire, et, convaincu que nous entrions en
révolution, il faisait retarder la prise d'habit du futur restaurateur
de l'Ordre des Dominicains en France. À Vienne, M. de Metternich se
plaisait, plus que jamais, dans de sombres pronostics. De
Saint-Pétersbourg, M. de Barante écrivait, le 30 mars: «Le gros de la
société russe, et, encore bien plus, le commerce de Saint-Pétersbourg,
croient que la révolution est de nouveau déchaînée en France, que nous
allons être en proie aux plus tristes désordres. Les bruits les plus
exagérés, les plus absurdes, n'ont pas cessé de circuler pendant
plusieurs semaines. Plus d'une fois, j'ai eu à rassurer des Français
établis en Russie qui venaient, désolés, chercher à l'ambassade
consolation et sécurité.» (_Documents inédits._)]

[Note 564: C'est encore M. de Barante qui écrivait de
Saint-Pétersbourg, le 25 mai 1839: «Ce qui s'est passé chez nous,
depuis quatre mois, a laissé des alarmes qui seront peut-être assez
longtemps à se dissiper... On remarque que l'appel aux irritabilités
nationales, l'excitation contre les puissances étrangères sont
toujours un moyen de chercher la popularité et de l'obtenir, du moins
par première impression; on suppose que cette habitude de représenter
sans cesse la France comme offensée ou menacée indique l'espoir de
toucher une fibre sensible et frémissante...» (_Documents inédits._)]

[Note 565: _Mémoires inédits du comte de Sainte-Aulaire._]

[Note 566: _Documents inédits._]

La coalition n'avait pas seulement jeté, dans les affaires intérieures
et extérieures de la France, un trouble momentané et plus ou moins
promptement réparable, elle avait fait tort aux institutions
elles-mêmes. La royauté, pour s'être trouvée vengée par l'issue
dernière de la crise, n'en conservait pas moins la trace des coups qui
lui avaient été portés. Ce n'était pas impunément que, arrachée à son
inviolabilité sereine et supérieure, elle avait été, pendant plusieurs
mois, mise sur la sellette par les personnages les plus considérables
du régime, dénoncée, plus ou moins ouvertement, comme coupable
d'usurpation cauteleuse sur la prérogative parlementaire, et comme
sacrifiant, au dehors, les intérêts et l'honneur de la France. Ce
n'était pas impunément qu'après une lutte électorale où adversaires et
amis déclaraient faire le pays juge de ces reproches, le scrutin avait
paru les ratifier. Tout cela eût été dangereux même pour une monarchie
ancienne et incontestée; ne l'était-ce pas plus encore pour une
monarchie imparfaitement dégagée des faiblesses d'une origine récente
et révolutionnaire? Elle sortait donc de là diminuée, humiliée,
exposée à des méfiances et à des ressentiments qui rendaient son rôle
plus difficile, son autorité plus précaire. L'internonce à Paris, Mgr
Garibaldi, esprit fort avisé, vivant depuis longtemps en France et la
connaissant bien, écrivait, peu après, à un évêque français: «Le
pouvoir royal a immensément diminué, à la suite des crises
parlementaires.» Puis, citant ce mot d'un ami de M. Thiers à qui l'on
avait dit: «Vous avez effacé le Roi», et qui répondait: «Non, nous
l'avons voilé», l'internonce ajoutait: «Cela signifie la république ou
peu s'en faut[567].» Les républicains d'ailleurs ne s'y trompaient
pas, et, en mars 1839, Béranger écrivait à un de ses amis: «La
coalition vient de porter un terrible coup au trône, et ce qu'il y a
de curieux, ce sont les monarchiens qui l'ont réduit à ce piteux état;
passe encore pour Garnier-Pagès!» Il ajoutait, dans une autre lettre:
«J'avais prédit à nos jeunes gens que la bourgeoisie finirait par se
quereller avec la royauté: ma prédiction commence à s'accomplir. Il
n'en sortira certes pas grand bien encore; mais c'est déjà beaucoup
que cette émeute parlementaire dont les chefs ne me paraissent pas
avoir pressenti toutes les conséquences.» Et encore: «La coalition
vient de porter à la cour un coup qui laissera des cicatrices, et je
vous avoue que je n'aurais rien conçu à ces attaques dirigées par des
hommes qui se prétendent monarchiques, si les ambitions personnelles
n'expliquaient bien des choses[568].» Aussi, plus tard, après la
révolution de 1848, des hommes d'opinions fort différentes, M. de
Lamartine comme M. de Montalembert, recherchant, dans le passé, les
causes d'un écroulement si soudain, s'accordaient à désigner la
coalition de 1839 comme l'une de ces causes[569].

[Note 567: _Vie de Mgr Mathieu_, par Mgr BESSON, p. 246-247.]

[Note 568: Lettres du 2, du 8 et du 29 mars 1839. (_Correspondance de
Béranger._)]

[Note 569: M. de Lamartine écrivait à la _Saturday Review_, le 6
juillet 1848. «Ce qui a fait la révolution, c'est la coalition
parlementaire de 1839, ce sont les banquets d'agitation de 1847, c'est
l'accusation des ministres.» M. de Montalembert disait, de son côté,
en 1850: «Ce sont les coalitions qui ont tué, tour à tour, deux
monarchies, en tuant le respect pour l'autorité. Ce n'est pas l'émeute
de la rue, ce sont les hommes d'État qui ont fait les révolutions.»]

L'institution parlementaire était plus atteinte encore. Ce contraste
entre les visées orgueilleuses des partis coalisés et l'impuissante
confusion qui avait suivi leur victoire; cette campagne entreprise
pour reconstituer une majorité, et qui aboutissait non-seulement à
couper en deux l'ancien parti de gouvernement, sans en former un
nouveau, mais à subdiviser, à décomposer chaque groupe[570], et à
semer, entre les fractions, d'implacables ressentiments: sorte de
confusion des langues, châtiment d'une autre Babel; cette recherche
d'un ministère puissant, au terme de laquelle on s'estimait heureux de
voir former un de «ces ministères purement négatifs, comme disait
alors le duc de Broglie, dont le but et le mérite sont d'exclure, les
uns par les autres, les personnages politiques les plus éminents, un
de ces ministères pâles, indécis, sans principes avoués, sans autre
prétention que de vivre au jour la journée, sans autre point d'appui
que la lassitude et le découragement universel[571]»; le scandale de
ces alliances, si facilement conclues malgré l'opposition ancienne des
principes, et si promptement rompues, malgré la campagne récemment
faite en commun; cette effervescence d'ambitions, de haines, de
rancunes et de jalousies, qui tendaient, dans les luttes
parlementaires comme dans les compétitions ministérielles, à
substituer les questions de personnes aux questions d'opinions[572];
cet égoïsme naïf ou cynique avec lequel chaque homme politique en
était venu à se tenir pour un principe et jugeait dès lors licite de
tout rapporter et de tout sacrifier à soi[573];--tout cela avait jeté
comme une grande ombre sur le prestige du régime représentatif.

[Note 570: M. Doudan écrivait plaisamment à ce propos: «C'est
aujourd'hui surtout qu'on peut dire qu'il y a autant et plus d'avis
que de personnes. On a tellement travaillé à disperser les groupes,
dans la Chambre des députés, que, sauf la haine qui est changeante, il
n'y a pas de cohésion entre quatre chats. Chacun se promène en liberté
dans sa gouttière, l'air capable et impertinent, et vous voulez qu'on
se mette à rallier cette grande dispersion! Il faut laisser faire cela
aux temps et aux événements.» (_Lettres de Doudan_, t. I, p. 291.)
Henri Heine écrivait aussi, vers la même époque: «Quand je considère,
sous ce rapport, les Français d'aujourd'hui, je me rappelle les
paroles de notre spirituel Adam Gurowski, qui refusait aux Allemands
toute capacité d'action, vu que, sur douze Allemands, il y avait
toujours vingt-quatre partis.»]

[Note 571: Lettre à M. Guizot. (_Documents inédits._)]

[Note 572: Quelques années plus tard, M. de Tocqueville, dénonçant à
la tribune «l'état d'anarchie morale et d'indifférence politique» dans
lequel lui paraissait être le pays, déclarait que la coalition était
pour beaucoup dans cette «perturbation», dans cette «espèce de
négation du juste et de l'injuste, en politique, qui est le trait le
plus distinctif et le plus déplorable de notre époque... On a fait
croire au pays, ajoutait-il, qu'il n'y avait, dans le monde politique,
que des intérêts, des passions, des ambitions, non des opinions.»]

[Note 573: «Il n'y a plus aujourd'hui qu'une loi bien reconnue dans la
conduite des affaires publiques, écrivait M. Doudan; chacun se tient
pour un principe. Nous avions autrefois découvert ce beau sophisme que
l'attachement aux mêmes personnes était la véritable vie des partis;
que les personnes étaient des principes incarnés, etc. En conséquence,
chacun a fait de soi son propre principe à soi-même, et ainsi nous
avons gagné que tout homme qui se fait une bonne place croit combattre
pour la bonne cause. C'est la grande conciliation de l'égoïsme avec la
morale.» (_Lettres_, t. I, p. 286-7.)]

Les amis les plus clairvoyants de ce régime eurent, sur le moment
même, l'impression très-vive et très-douloureuse du tort qu'il s'était
fait. On s'en rend compte au cri d'alarme et parfois presque de
désespérance qu'ils laissèrent alors échapper. «La situation est
difficile, disait M. de Rémusat; il y a quelque chose de souffrant, de
faible, d'impuissant, dans le fond de notre gouvernement. Le public,
avec sa sensibilité admirable, s'en aperçoit et se demande s'il n'y a
pas un vice grave dans nos institutions.» «Le gouvernement
parlementaire, écrivait de son côté M. de Barante, n'est point dans un
moment de triomphe et d'éclat... Le champ est livré aux intérêts et
aux amours-propres personnels dont j'espère que le public commence à
avoir un grand dégoût.» Et encore: «Le gouvernement représentatif est,
comme le reste, atteint par le dégoût et le doute. Toute autre
combinaison est si impossible qu'elle n'est ni regrettée ni souhaitée.
De sorte que, sur ce point comme sur tant d'autres, nous subsistons
par négation. La durée seule nous donnera du fondement.» Ce n'est pas
que M. de Barante eût «le sentiment d'un danger actuel»; le mal,
disait-il, «n'a aucune énergie, il s'affaisse, se disperse»; mais
l'observateur artiste sentait le besoin «d'un événement ou d'un homme
qui rendissent la vie morale à ce _caput mortuum_ de cinquante années
de révolutions[574].

[Note 574: Lettres du 16 mai, du 26 octobre et du 14 décembre 1839.]

Pendant que les délicats se lamentaient, en cherchant le remède, les
esprits plus impatients et plus superficiels ne s'attardaient pas à
essayer de redresser, ou seulement de faire fonctionner plus
prudemment, la machine compliquée qui venait d'être faussée et forcée;
ils se demandaient s'il ne serait pas plus simple de supprimer la
machine elle-même. Cette idée brutale ne laissait pas que d'être
accueillie là où, quelques années auparavant, elle eût été repoussée
avec scandale. La foi dans les institutions libérales se trouvait
avoir diminué, en même temps que l'estime pour les hommes qui avaient
semblé jusqu'ici les personnifier. Cette évolution ne produisit pas
sans doute, du premier coup, toutes ses conséquences. Mais c'est à
cette époque que commence à se manifester, dans une partie du pays,
une indifférence mêlée d'inquiétude et d'un peu de dégoût pour les
choses parlementaires. Quand, plus tard, le césarisme trouvera tant de
facilité à remettre la main sur la France, il le devra sans doute
surtout à la république: toutefois, dans les causes plus lointaines de
son succès, il convient de faire une certaine part à la coalition. Il
y eut, à cette date précise de 1839, comme une brusque baisse dans le
crédit, jusqu'alors si élevé, de la noble forme de gouvernement que la
France avait, en 1814, empruntée à l'Angleterre.



CHAPITRE IX

LES PROGRÈS DE LA PAIX RELIGIEUSE.

(1836--1839.)

     I. La réaction religieuse. Lacordaire quitte la chaire de
     Notre-Dame. Le P. de Ravignan.--II. Vocation monastique de
     Lacordaire. Mémoire pour le rétablissement en France des
     Frères Prêcheurs. Prise d'habit de Lacordaire et de ses
     compagnons.--III. Montalembert et sainte Élisabeth. Le jeune
     pair, champion des catholiques dans la Chambre haute. Ses
     premiers discours.--IV. Attitude du gouvernement en face du
     réveil religieux. Le crédit pour les cardinaux. Le monopole
     de l'Université et le régime des petits séminaires. Le
     projet de M. Guizot sur l'enseignement secondaire. Le
     rapport de M. Saint-Marc Girardin. Les évêques et la
     question des petits séminaires. La discussion. Vote de
     l'amendement Vatout. Le débat sur les petits séminaires. La
     loi, votée par la Chambre des députés, n'est pas portée à la
     Chambre des pairs. Réouverture de Saint-Germain l'Auxerrois
     et autres mesures dans le même esprit.--V. Protestation de
     l'archevêque de Paris contre l'aliénation des terrains de
     l'archevêché, et appel comme d'abus. Débat à la Chambre des
     pairs. Mgr de Quélen et le fronton du Panthéon.--VI. Les
     journaux de la coalition dénoncent les empiétements du
     clergé. Articles de M. Guizot sur la question religieuse.
     Mesures favorables à la religion, prises par le
     gouvernement. Dissolution de l'Institut des hautes études,
     établi par les Jésuites à Saint-Acheul. Appel comme d'abus
     contre l'évêque de Clermont, pour refus de sépulture
     religieuse à M. de Montlosier. M. Cousin dénonce à la
     Chambre des pairs la «renaissance de la domination
     ecclésiastique». M. Isambert à la Chambre des députés.--VII.
     Les catholiques et le gouvernement de Juillet. Sentiments et
     conduite de M. de Montalembert, de Lacordaire, d'Ozanam. Le
     clergé se rapproche de la monarchie nouvelle. Attitude du
     Pape. Progrès faits vers l'accord de l'Église et de l'État.


I

Pendant que la société politique, découragée par tant de crises, en
venait à douter d'elle-même, le mouvement religieux, commencé naguère
dans le désarroi et l'épouvante d'un lendemain de révolution,
continuait, chaque jour plus décidé, plus fécond, plus confiant[575].
L'affluence augmentait dans les églises; ce qui s'y passait et ce qui
s'y disait s'imposait assez à l'attention publique pour que les
journaux les plus étrangers d'ordinaire aux choses ecclésiastiques
jugeassent nécessaire de s'en occuper. La société de Saint-Vincent de
Paul prenait un développement rapide, surtout parmi la jeunesse. Les
statistiques de la librairie constataient le nombre croissant des
livres de piété et de théologie, des ouvrages de tout genre publiés
par les écrivains catholiques. Partout, dans l'Église, comme une
poussée de séve. Ce progrès frappait même les observateurs mondains.
La femme d'esprit qui, sous le nom du vicomte de Launay, écrivait le
«Courrier de Paris» dans le journal _la Presse_, madame Émile de
Girardin, constatait ce retour des générations nouvelles vers la
religion, et, signe du temps, s'en félicitait: «C'est plaisir,
disait-elle, de voir cette jeunesse française venir d'elle-même,
indépendante et généreuse, chercher des enseignements, apporter des
croyances, au pied de ces mêmes autels, où jadis on ne voyait que des
fonctionnaires publics en extase... Dites, n'aimez-vous pas mieux
cette jeune France, instruite et religieuse, que cette jeunesse
Touquet[576] que nous avions autrefois et qui a fourni tous nos grands
hommes d'aujourd'hui?» Comment, ajoutait-elle, ne pas beaucoup
attendre «d'un pays où la jeunesse prie et espère»? Ceux mêmes qui
naguère avaient considéré le christianisme, sinon avec hostilité, du
moins avec dédain, reconnaissaient et proclamaient son réveil. Le 17
mai 1838, à la tribune de la Chambre, l'ancien directeur du _Globe_,
M. Dubois, s'exprimait ainsi, en parlant du clergé: «Cette association
toute-puissante qui semble avoir été vaincue par trois cents ans de
combats, ne vous y trompez pas, elle se ravive de toutes parts, et il
se passe, à l'heure qu'il est, une espèce de réforme dans le
catholicisme, qui, en l'élevant moralement et scientifiquement, peut
lui donner aussi un jour une puissance politique qu'il a perdue par
l'abus[577].» Et, un peu plus tard, le même personnage disait à un
élève de l'École normale: «Mes sentiments sont bien connus, j'ai
toujours combattu le catholicisme; mais je ne puis me le dissimuler,
il se prépare pour lui un siècle aussi beau et plus beau peut-être
encore que le treizième[578].»

[Note 575: Sur le mouvement religieux depuis 1830, cf. t. I, p. 206 à
284; t. II, p. 62 à 90 et p. 327 à 353.]

[Note 576: Allusion au libraire Touquet, ancien officier de l'Empire,
éditeur, sous la Restauration, du _Voltaire Touquet_, des _Évangiles
Touquet_, de la _Charte Touquet_, et autres publications de propagande
«libérale» et irréligieuse.]

[Note 577: 15 mars 1837.]

[Note 578: Le propos est rapporté dans une lettre du jeune Pierre
Olivaint, le futur Jésuite, alors élève de l'École normale. (_Vie du
Père Olivaint_, par le Père CLAIR, p. 158.)]

L'un des signes les plus remarquables et aussi l'un des facteurs les
plus efficaces de cette révolution morale, conséquence inattendue de
la révolution politique, avait été la prédication de Notre-Dame,
inaugurée, en 1835, par Lacordaire. Le succès des premières
conférences n'avait pas été le résultat d'une curiosité passagèrement
excitée. Quand elles furent reprises au carême de 1836, l'assistance
se retrouva non moins nombreuse, non moins enthousiaste, non moins
altérée de ces vérités, pour elle si nouvelles. L'orateur d'ailleurs
se surpassa. Aussi fut-ce une impression de pénible surprise, quand, à
la fin de cette station, il annonça à ses auditeurs qu'il s'éloignait
d'eux pour quelque temps. «Je laisse, dit-il, entre les mains de mon
évêque cette chaire de Notre-Dame, désormais fondée, fondée par lui et
par vous, par le pasteur et par le peuple. Un moment, ce double
suffrage a brillé sur ma tête. Souffrez que je l'écarte de moi-même,
et que je me retrouve seul, quelque temps, devant ma faiblesse et
devant Dieu.» Quel était le secret de cette retraite imprévue? Au
milieu même de son succès, Lacordaire avait rencontré, de la part de
certains membres du clergé, des contradictions très-vives et parfois
douloureuses. Il fallait s'y attendre. Dans cette entreprise si
nouvelle et si hardie, tout,--procédés, formules, doctrines, jusqu'à
la personne et aux antécédents de l'ancien rédacteur de
l'_Avenir_,--était fait pour troubler les habitudes, choquer les
idées, froisser les affections de l'ancien clergé royaliste et
gallican, accoutumé à chercher le salut de l'Église et de la société
dans un retour plus ou moins complet à l'ancien régime; tout était
fait pour inquiéter la sagesse timide, routinière et vieillissante de
ceux qui craignaient, par-dessus tout, de donner du mouvement aux
esprits. De là une opposition sourde, insaisissable, mais obstinée,
qui s'attacha à toutes les démarches, à toutes les paroles de
l'orateur. Les mécontents racontaient qu'il «n'osait pas même nommer
Jésus-Christ en chaire»; qu'il prêchait des «doctrines empreintes de
l'esprit d'anarchie»; on le qualifiait de «tribun», de «républicain
forcené», de «révolutionnaire relaps». Il se rencontrait même des
vicaires généraux pour censurer les doctrines du prédicateur comme
hétérodoxes[579]. Mgr de Quélen était assailli de dénonciations qui
mettaient sa naturelle irrésolution et ses penchants contradictoires à
une épreuve embarrassante. Par ses idées, par son origine, il était
avec le clergé d'ancien régime. D'autre part, il aimait le prêtre
qu'il avait patronné dans ses disgrâces; il était fier de l'orateur
brillant auquel il avait ouvert la carrière; ce grand succès, dont il
avait sa part, consolait son coeur d'évêque si longtemps éprouvé, et
il n'était pas insensible à cette popularité qui rejaillissait un peu
sur lui. De là, des alternatives d'appui et d'abandon qui faisaient
dire à Lacordaire: «L'archevêque a eu des moments sublimes pour moi;
mais c'est un fardeau sous lequel il ploie, sans le vouloir[580].»
Malgré ses succès, le jeune prédicateur souffrait d'être si âprement
attaqué et si imparfaitement soutenu. La faveur du public ne
l'empêchait pas de se sentir isolé au milieu des hostilités qui
l'enveloppaient. Et puis il comprenait, comme il l'a écrit plus tard,
qu'il n'était pas «assez mûr encore pour fournir la carrière d'un seul
trait». Tous ces motifs, joints au travail intérieur d'une vocation
qui ne se connaissait pas encore elle-même, le décidèrent à
interrompre ses conférences et à aller chercher à Rome la paix dans le
présent et la force pour l'avenir.

[Note 579: «Je sentais tout autour de moi, écrivait Lacordaire, une
fureur concentrée qui cherchait quelque part une issue à son mauvais
vouloir. Le Pape me mettrait la main sur la tête, pendant toute ma
vie, que je ne perdrais pas une injure, une calomnie, pas une mise en
suspicion souterraine.»]

[Note 580: Sur toutes les contradictions que rencontra alors le
prédicateur de Notre-Dame, cf. la _Vie du Père Lacordaire_, par M.
FOISSET, et celle qu'a écrite le Père CHOCARNE.]

Ne pouvait-on pas craindre que la brusque retraite de Lacordaire ne
fît perdre le terrain gagné; qu'elle ne rendît, dans le sein du
clergé, aux idées et aux tactiques d'ancien régime, le crédit que le
succès des conférences leur avait enlevé; que, dans le public, elle
n'arrêtât et peut-être ne fît reculer le mouvement religieux? Il n'en
fut rien. L'élan donné à la vie chrétienne ne se ralentit pas, et en
même temps l'évolution, commencée dans l'attitude des catholiques,
continua à s'accomplir. Lacordaire avait été plus complétement et plus
définitivement vainqueur qu'il ne s'en était rendu compte dans la
fumée de la bataille[581]. La prédication de Notre-Dame ne fut pas
d'ailleurs interrompue par le départ de celui qui l'avait créée, et,
dès 1837, le Père de Ravignan,--on disait alors l'abbé de
Ravignan,--montait, à son tour, dans cette chaire qu'il devait occuper
jusqu'en 1846.

[Note 581: Quelques années plus tard, le 26 août 1839, Ozanam pourra
écrire à Lacordaire: «Vous le savez, sans avoir besoin de l'entendre
répéter encore, le mouvement auquel vous donnâtes, du haut de la
chaire de Notre-Dame, une si puissante impulsion, n'a pas cessé de se
propager parmi les multitudes intelligentes.»]

Le nouveau conférencier ne pouvait faire oublier celui qui l'avait
précédé; mais l'impression ne fut ni moins profonde, ni moins
efficace. Tout contribuait à la produire: le talent de l'orateur; son
accent d'une conviction imposante; l'autorité en quelque sorte visible
de sa vertu; cette physionomie, cette attitude d'une noblesse si
sainte qu'on a pu dire: «Quand le Père de Ravignan paraît en chaire,
on ne sait vraiment s'il vient de monter ou de descendre», et jusqu'à
ce fameux signe de croix qu'il traçait lentement et grandement sur sa
poitrine, après le silence du début, et qui était, à lui seul, une
prédication. Sans doute, il eût été impuissant à faire ce que
Lacordaire venait d'accomplir; il n'aurait pas su trouver la note
inattendue et saisissante de ce cri d'appel qui avait pénétré au plus
intime d'un siècle désaccoutumé des choses religieuses et souffrant, à
son insu, d'en être privé; ce n'est pas lui qui aurait, du premier
coup, attiré en foule les générations nouvelles sur le chemin de
l'église qu'elles avaient oublié; mais il arrivait, à son heure, pour
compléter l'oeuvre de son devancier. Celui-ci avait eu pour mission,
comme il le disait, de «préparer les âmes à la foi». Le Père de
Ravignan les y faisait entrer plus avant. Aussi,--tout en restant,
autant que le permettait la nature différente de son esprit, dans le
genre créé par Lacordaire, tout en gardant les mêmes ménagements pour
les susceptibilités et les préjugés de l'époque, tout en bravant les
critiques et les dénonciations de ceux qui ne lui épargnaient guère
plus qu'à son prédécesseur le reproche de ne pas oser être assez
chrétien,--il attirait peu à peu ses auditeurs sur le chemin qui, du
porche du temple, devait les conduire au sanctuaire. Chaque année, il
se voyait consolé par des succès nouveaux: c'étaient non-seulement des
sympathies d'opinion, mais des conversions d'âmes. La foi gagnait dans
les régions qui avaient paru lui être le moins accessibles, parmi les
élèves et les professeurs des colléges, à l'École normale, à l'École
polytechnique[582]. Bientôt même, après plusieurs années de ces
progrès continus, le Père de Ravignan osera ajouter aux conférences du
carême la retraite de la semaine sainte et la grande communion pascale
de Notre-Dame, couronnement de cette magnifique campagne et signe le
plus éclatant de la rentrée de Dieu dans la société de 1830[583].

[Note 582: Cf. les lettres citées par le Père de Pontlevoy, dans la
_Vie du Père de Ravignan_.]

[Note 583: La retraite devait être inaugurée en 1841, et la communion
générale en 1842.]


II

Ce n'était pas pour se reposer dans l'inaction que Lacordaire avait
volontairement quitté la chaire de Notre-Dame et s'était retiré à
Rome. Dans l'hiver de 1837-1838, on le revit en France, à Metz, où il
inaugura les conférences de province, digne complément de celles de
Paris: le succès fut immense, la ville entière profondément remuée.
Toutefois, là n'était pas alors sa préoccupation principale. Il avait
entendu à Rome, sans l'y avoir cherché, cet appel mystérieux,
redoutable, qu'on nomme la vocation monastique. Ce n'était pas
seulement, chez lui, le désir de trouver, dans un couvent, la règle et
le point d'appui qui lui avaient tant manqué, aux heures d'agitation
et d'isolement de sa jeunesse sacerdotale; c'était aussi le sentiment
moins personnel du besoin que l'Église du dix-neuvième siècle, et
particulièrement la France de 1830, avaient du secours des Ordres
religieux. Ainsi fut-il amené, peu à peu, non sans de longs combats
avec lui-même, non sans la vue parfois douloureuse des difficultés
extérieures qu'il aurait à surmonter, des sacrifices intérieurs qu'il
lui faudrait accomplir, à la résolution, non-seulement de se faire
moine, mais de restaurer en France l'Ordre de Saint-Dominique, l'un de
ceux contre lesquels les souvenirs de l'Inquisition avaient soulevé le
plus de préventions.

Certes, si l'on eût prédit, en juillet 1830, aux vainqueurs du jour
qu'ils allaient assister, dans leur pays, à un réveil de vie et de
fécondité monastiques, ils eussent haussé les épaules comme à une
méchante plaisanterie. C'est pourtant ce qui les attendait. Dès 1833,
l'abbé Guéranger s'était installé à Solesmes avec quelques compagnons,
pour renouer en France la grande tradition bénédictine; en 1836, il y
prenait l'habit, et, l'année suivante, une décision pontificale
déclarait le monastère ainsi ressuscité, chef d'une congrégation
nouvelle de l'Ordre de Saint-Benoît, la «congrégation de France», qui
était reconnue héritière des congrégations de Cluny, de Saint-Maur et
de Saint-Vannes: pour la première fois depuis l'ancien régime, on
revoyait sur notre sol un abbé crossé et mitré. De plusieurs côtés,
s'ouvraient des monastères nouveaux de Trappistes et de Chartreux,
parfois aux applaudissements des «libéraux», comme pour la Chartreuse
de Blosserville, près de Nancy. Les Jésuites eux-mêmes, contre
lesquels semblait avoir été faite la révolution de 1830, se voyaient
obligés, en 1836, par l'accroissement du nombre de leurs résidences et
le développement de leurs oeuvres, de diviser en deux la province
unique que la compagnie avait eue jusqu'alors en France. Mais toutes
ces fondations s'étaient opérées sans bruit, sans éclat, et même,
pour les Jésuites, presque en cachette. C'est, au contraire, la tête
haute, en plein soleil et par la grande porte, celle de la liberté,
que Lacordaire prétendait ramener avec lui les moines dans son pays.

Loin donc de procéder avec mystère, aussitôt sa décision prise et
l'approbation de l'autorité ecclésiastique obtenue, il se servit de la
presse pour en aviser le public et appeler à lui les collaborateurs
dont il avait besoin: procédé qui ne fut pas, au premier moment, sans
étonner et sans effaroucher les habitudes si différentes de la cour
romaine. La note, publiée d'abord par l'_Univers_, le 11 septembre
1838, fut reproduite par tous les journaux, sans provoquer presque
aucune réflexion hostile[584]. Mis en relation avec le ministre des
cultes d'alors, M. Barthe, Lacordaire trouva auprès de lui bon
accueil: si le ministre lui fit d'abord quelques objections, il écouta
ses réponses avec bienveillance, et l'assura que le gouvernement
«n'avait rien contre lui». Le futur Dominicain voulait du reste
réclamer son laisser-passer, non du pouvoir comme une faveur, mais de
l'opinion publique comme un droit. Le 3 mars 1839, il adressa à «son
pays» ce fameux «Mémoire pour le rétablissement en France des Frères
Prêcheurs», d'un accent si éloquent et si original, fier et caressant,
audacieux et habile, où l'homme moderne apparaît sous le froc antique,
où l'on parle de liberté et où l'on fait appel à toutes les idées
contemporaines pour restaurer une institution du treizième siècle.
«Mon pays! disait l'auteur en commençant, pendant que vous poursuivez,
avec joie et douleur, la formation de la société moderne, un de vos
enfants nouveaux, chrétien par la foi, prêtre par l'onction
traditionnelle de l'Église catholique, vient réclamer de vous sa part
dans les libertés que vous avez conquises et que lui-même a payées. Il
vous prie de lire le mémoire qu'il vous adresse ici, et, connaissant
ses voeux, ses droits, son coeur même, de lui accorder la protection
que vous donnerez toujours à ce qui est utile et sincère.
Puissiez-vous, mon pays, ne jamais désespérer de votre cause, vaincre
la mauvaise fortune par la patience et la bonne par l'équité envers
vos ennemis; aimer Dieu, qui est le père de tout ce que vous aimez;
vous agenouiller devant son fils Jésus-Christ, le libérateur du monde;
ne laisser passer à personne l'office éminent que vous remplissez dans
la création, et trouver de meilleurs serviteurs que moi, non de plus
dévoués.» Et, pour bien marquer devant qui il se présentait,
Lacordaire ajoutait: «Je m'adresse à une autorité qui est la reine du
monde, qui, de temps immémorial, a proscrit des lois, en a fait
d'autres, de qui les chartes elles-mêmes dépendent, et dont les
arrêts, méconnus un jour, finissent tôt ou tard par s'exécuter. C'est
à l'opinion publique que je demande protection, et je la lui demande
contre elle-même, s'il en est besoin, car il y a en elle des
ressources infinies, et sa puissance n'est si haute que parce qu'elle
sait changer, sans se vendre jamais.» Après avoir traité d'abord de la
légitimité des Ordres religieux en général, l'auteur faisait une
éloquente apologie des Frères Prêcheurs, traçait un tableau magistral
et charmant de leurs vertus et de leurs services, conduisait le
lecteur à travers cette merveilleuse galerie de saints, de savants et
d'artistes, ne craignant pas d'aborder de front, avec son heureuse
hardiesse, les questions délicates comme celles de l'Inquisition. Puis
il terminait ainsi: «Je crois faire acte de bon citoyen autant que de
bon catholique en rétablissant en France les Frères Prêcheurs. Si mon
pays le souffre, il ne sera pas dix années peut-être avant d'avoir à
s'en louer. S'il ne le veut pas, nous irons nous établir à ses
frontières, sur quelque terre plus avancée vers le pôle de l'avenir,
et nous y attendrons patiemment le jour de Dieu et de la France.
L'important est qu'il y ait des Frères Prêcheurs français, qu'un peu
de ce sang généreux coule sous le vieil habit de saint Dominique.
Quant au sol, il aura son tour; la France arrivera, tôt ou tard, au
rendez-vous prédestiné où la Providence l'attend. Quel que soit le
traitement que me réserve ma patrie, je ne m'en plaindrai donc pas.
J'espérerai en elle, jusqu'à mon dernier soupir. Je comprends même ses
injustices, je respecte même ses erreurs, non comme le courtisan qui
adore son maître, mais comme l'ami qui sait par quels noeuds le mal
s'enchaîne au bien, dans le coeur de son ami. Ces sentiments sont trop
anciens chez moi pour y périr jamais, et dussé-je n'en pas recueillir
le fruit, ils seront jusqu'à la fin mes hôtes et mes consolateurs.»

[Note 584: À cette date, M. Louis Veuillot n'était pas encore entré à
l'_Univers_.]

L'opinion, flattée qu'on s'adressât à elle, fut à la fois surprise et
charmée d'un langage si nouveau, et qui tranchait si singulièrement
avec les polémiques de la coalition, alors à leur période le plus
aigu. Aucun journal, aucun orateur ne témoigna de dispositions
hostiles. Parti pour Rome, aussitôt son mémoire lancé, Lacordaire y
arriva, le 27 mars 1839, avec les compagnons qu'il avait recrutés. Il
se heurta d'abord aux timidités de la cour pontificale, qui croyait
alors la France sous le coup d'une révolution imminente, et qui eût
voulu tout ajourner. Mais il en triompha, et, le 9 avril, il prit
l'habit avec ses nouveaux frères. Le pas décisif était fait. Bientôt,
son noviciat terminé, il rentrera en France, sous le froc blanc de
Saint-Dominique, ouvrant ainsi une porte par laquelle pourront passer,
derrière lui, tous les Ordres religieux.


III

Pendant que Lacordaire préparait et accomplissait cette grande oeuvre,
son frère d'armes de l'_Avenir_, le comte de Montalembert, travaillait
à faire reprendre aux catholiques la place qu'ils avaient perdue dans
le monde politique. Lui aussi, il avait dû sortir de l'arène, pour
reprendre haleine, après le faux départ de l'_Avenir_. Il avait
employé ces années de retraite à parcourir les grandes routes
d'Allemagne et d'Italie, se passionnant partout à la recherche des
vestiges, jusqu'alors mal compris et imparfaitement goûtés, des grands
siècles catholiques, particulièrement des monuments artistiques du
treizième et du quinzième siècle. Le hasard des voyages,--où le
poussait peut-être l'agitation d'un esprit non encore remis des
excitations et des secousses de la crise récente,--lui avait fait
rencontrer, dans un coin de la Hesse, les traces, presque
complétement effacées par la haine protestante et par l'oubli
populaire, du culte dont avait été l'objet «la chère sainte
Élisabeth». Séduit et indigné, touché et conquis, il avait fait de la
royale sainte la dame de ses pensées, de son imagination, de ses
études; il s'était armé son chevalier, pour venger cette mémoire
méconnue, pour ranimer cette dévotion éteinte, et avait trouvé, dans
la présence constante de cette charmante et douce vision, la direction
de son esprit, la paix de son âme, la consolation de ses déchirements
et de ses déceptions, et comme le bienfait d'une sérénité supérieure
venue du passé ou descendue du ciel.

Mais cette vie d'érudit ou de dilettante chrétien ne pouvait longtemps
suffire à une nature aussi militante. Ce n'était pas seulement dans
l'histoire, c'était dans les luttes présentes et quotidiennes de la
vie publique qu'il voulait relever le nom catholique. Quand, au
lendemain de la révolution de Juillet, il avait vu «la croix arrachée
du fronton des églises de Paris, traînée dans les rues et précipitée
dans la Seine, aux applaudissements d'une foule égarée», il s'était
promis de poursuivre la revanche de ces jours d'humiliation et
d'outrage. Il le rappelait plus tard à la tribune: «Cette croix
profanée, s'écriait-il, je la ramassai dans mon coeur, et je jurai de
la servir et de la défendre. Ce que je me suis dit alors, je l'ai fait
depuis, et, s'il plaît à Dieu, je Je ferai toujours[585].» C'était
pour tenir ce serment de ses vingt ans, que le jeune pair, qui avait
été, après 1830, l'un des derniers à recueillir le bénéfice de
l'hérédité bientôt abolie, s'empressait, dès que son âge le lui
permettait, de siéger dans la Chambre haute et de prendre part à ses
débats[586].

[Note 585: Discours du 14 avril 1845.]

[Note 586: Les pairs admis par droit d'hérédité n'avaient voix
délibérative qu'à trente ans; mais ils pouvaient siéger et parler dès
vingt-cinq ans. C'est le 14 mai 1835 que M. de Montalembert prononça
son _maiden speech_.]

On ne saurait s'imaginer aujourd'hui de quel courage, de quelle audace
même, un homme politique devait alors faire preuve pour se poser en
chrétien. M. de Montalembert, rendant hommage, en 1855, à la mémoire
de l'un des rares pairs qui devaient se joindre à lui, au comte
Beugnot, a rappelé «l'impopularité formidable qu'il fallait braver, au
sein des classes éclairées et du monde politique, quand on voulait
arborer ou défendre les croyances catholiques...» «Personne,
ajoutait-il, ou presque personne, parmi les savants, les écrivains,
les orateurs, les hommes publics, ne consentait à se laisser
soupçonner de préoccupations ou d'engagements favorables à la
religion... L'impopularité qu'il s'agissait d'affronter n'était pas
seulement cette grossière impopularité des masses, ces dénonciations
quotidiennes des journaux, ces insultes et ces calomnies vulgaires qui
sont la condition habituelle des hommes de coeur et de devoir dans la
vie publique... Mais il fallait, de plus, entrer en lutte avec tous
ceux qui se qualifiaient d'hommes modérés et pratiques, avec la
plupart des conservateurs, non moins qu'avec les révolutionnaires,
avec l'immense majorité, la presque unanimité des deux Chambres, avec
une foule innombrable d'honnêtes gens aveuglés, et, ce qui était bien
autrement dur, avec une élite d'hommes considérables qui avaient
conquis une réputation enviée, en rendant d'incontestables services à
la France, à l'ordre, à la liberté. Enfin, il fallait braver, jusque
dans les rangs les plus élevés de la société française, un respect
humain dont l'invincible intensité a presque complétement disparu dans
les luttes et périls que nous avons traversés depuis lors.» En parlant
ainsi de M. Beugnot, M. de Montalembert ne pensait-il pas à ses
propres débuts? Quand, en 1835, il entra à la Chambre haute, avec le
dessein d'y défendre la cause catholique, il s'y trouva d'abord
absolument isolé. Les hommes, d'ordinaire, hésitent à se compromettre
pour une cause, lorsqu'ils savent devoir être seuls à la défendre;
l'inutilité probable de leur effort sert d'excuse à leur défaut de
courage. Tout autre était le jeune comte de Montalembert. Il semblait
avoir le goût des causes vaincues: plus elles lui paraissaient
désespérées, abandonnées de tous, plus il se sentait porté vers elles,
plus il trouvait d'attrait et d'honneur à s'y montrer fidèle et
dévoué. _Sans espoir ni peur_, disait une vieille devise de ses
ancêtres.

Grand fut l'étonnement des vénérables pairs, sceptiques d'origine
encore refroidis par l'expérience, survivants du dix-huitième siècle
blasés davantage par les révolutions du dix-neuvième, quand ils virent
se lever, au milieu d'eux, ce jeune croyant si enthousiaste. L'entrée
dans la cour du Luxembourg d'un chevalier portant l'armure du moyen
âge et la croix sur la poitrine, ne leur eût pas paru plus étrange et
moins raisonnable. Avec son nouveau champion, la religion ne se
présentait plus dans une attitude humble, voilée et résignée; elle
avait quelque chose de hardi, on eût presque dit de cavalier.
Toutefois, il se mêlait à cette hardiesse une sorte de bonne grâce
fière et modeste qui l'empêchait de paraître outrecuidante: «Je ne
descendrai pas de cette tribune,--disait le jeune orateur, en
terminant un des premiers discours où il revendiquait les droits du
clergé,--sans vous exprimer le regret que j'éprouverais, si je vous
avais paru parler un langage trop rude ou trop étranger aux idées qui
y sont ordinairement énoncées. J'ai espéré que vous m'excuseriez
d'avoir obéi à la franchise de mon âge, d'avoir eu le courage de mon
opinion. Quoi qu'il en soit, j'aime mille fois mieux qu'il me faille
vous demander pardon ici publiquement de vous avoir fatigués ou
blessés par mes paroles, que demander pardon, dans le secret de ma
conscience, à la vérité et à la justice, de les avoir trahies par mon
silence[587].» Ce langage surprenait les nobles pairs, mais ne leur
déplaisait pas; ils ressentaient une sorte de curiosité indulgente
pour les audaces imprévues de celui dont la jeunesse leur rappelait
une hérédité regrettée; leur tolérance ratifiait la liberté qu'il
avait prise de tout dire, et lui permettait de troubler, par une
vivacité inaccoutumée dans cette enceinte, le calme décent, la froide
politesse de leurs délibérations: souriant aux saillies et même aux
écarts de son éloquence impétueuse, «comme un aïeul, à la vivacité
généreuse et mutine du dernier enfant de sa race[588]».

[Note 587: Discours du 19 mai 1837.]

[Note 588: Expression du prince Albert de Broglie, dans son discours
de réception à l'Académie française.]

Du reste, si le jeune pair n'était pas déjà, à vingt-cinq ans,
l'orateur éminent et complet des discours sur le Sunderbund ou sur
l'expédition de Rome, ce n'en était pas moins un spectacle plein
d'intérêt et de charme, de contempler ce talent dans la fraîcheur de
sa fleur première et de le suivre ensuite dans son rapide
épanouissement; talent vif, alerte, ardent, où se mêlaient le sarcasme
et l'enthousiasme, la fierté provocante et la générosité sympathique.
M. de Montalembert travaillait beaucoup ses discours; il les lisait
alors, comme avaient fait plusieurs orateurs de la Restauration, entre
autres Royer-Collard et le général Foy; plus tard seulement, il prit
le parti de réciter, ensuite de parler sur simples notes. Mais il
lisait avec une aisance et une chaleur qui rendaient sa lecture
presque aussi entraînante qu'une improvisation. Il avait peu de geste;
la voix y suppléait, souple, claire, vibrante, admirablement faite
pour l'ironie ou le pathétique, avec un de ces accents qu'on
n'oubliait plus; et, par-dessus tout, ce je ne sais quoi d'aisé dans
la véhémence, de noble dans la passion, de naturel dans la hauteur,
qui révèle la race, et qui donne à l'éloquence aristocratique un
caractère à part, auquel n'atteignent jamais ni la faconde de
l'avocat, ni la solennité du professeur, ni la déclamation du rhéteur.

M. de Montalembert n'appartenait pas à un parti politique; il ne pouvait
être contredit, quand il se défendait «d'avoir jamais combattu
systématiquement aucun ministère». Cependant alors, dans beaucoup de
questions, il paraissait en harmonie avec les hommes de gauche. Son
premier discours avait été une attaque contre les lois de septembre sur
la presse. Dans la politique étrangère, avec quelle amertume il
reprochait au gouvernement les «humiliations» de la France! Ces
exagérations d'un libéralisme un peu jeune, ces exaltations d'un
patriotisme parfois plus généreux que clairvoyant et sensé, étaient
comme un reste de l'_Avenir_, qui devait s'atténuer avec le temps et
avec l'âge. D'ailleurs, il y avait là, chez M. de Montalembert, à côté
d'entraînements très-sincères, de convictions très-ardentes, une part de
tactique: pour faire sortir les catholiques de leur état d'isolement,
d'impopularité et de proscription morale, pour leur refaire une place
dans le monde politique, il lui paraissait utile que l'orateur, connu
pour être leur champion, se montrât un libéral aussi hardi, un patriote
aussi susceptible, un défenseur aussi dévoué des nations opprimées, un
ami aussi ardent de toutes les causes généreuses, enfin un citoyen aussi
intéressé aux affaires publiques qu'aurait pu l'être aucun homme engagé
dans le mouvement du siècle. Une telle attitude lui était d'autant plus
facile que ces sentiments étaient naturellement les siens. De là, tous
ces discours qui se succèdent sur la liberté de la presse, sur la
Pologne, la Belgique, l'Espagne ou la Grèce, sur les réformes
économiques ou philanthropiques. Rarement, dans ces premières années, il
aborde les questions religieuses proprement dites: à peine, de temps à
autre, le verrons-nous engager quelque rapide escarmouche sur
l'aliénation des terrains de l'archevêché, ou sur un appel comme d'abus.
Mais, ne nous y trompons pas, c'est le catholicisme qu'il a toujours en
vue, même quand il traite d'autres sujets; ces discours sont en réalité,
pour lui, des préludes, une façon de préparer le monde politique et de
se préparer lui-même à sa mission spéciale, à celle qu'il avait
proclamée le jour où, à vingt ans, devant la Chambre des pairs, il avait
voué sa vie à la cause de la liberté religieuse et particulièrement de
la liberté d'enseignement[589].

[Note 589: Discours prononcé le 20 septembre 1831, dans le «procès de
l'école libre».]


IV

Quelle était l'attitude du gouvernement en face de ce réveil
catholique? Peut-être n'était-il pas toujours préparé à le bien
comprendre; cependant il le voyait avec satisfaction, se gardait
généralement de l'entraver, le secondait même volontiers, pourvu qu'il
n'eût pas à braver des préventions trop menaçantes. Ces préventions du
reste diminuaient chaque jour. Ainsi se continuait, dans la politique
religieuse de la monarchie de Juillet, ce mouvement ascendant vers la
justice et la liberté dont nous avons noté le début, encore incertain,
sous Casimir Périer[590], et le progrès plus marqué sous le ministère
du 11 octobre[591]. Il tenait à des causes si profondes et si
supérieures qu'il se développait en dépit des changements de
ministère, et quels que fussent les hommes au pouvoir.

[Note 590: T. II, p. 62 à 90.]

[Note 591: T. II, p. 327 à 344.]

M. Thiers, pendant son ministère du 22 février 1836, était sans doute
plus soucieux de courtiser la gauche que de servir l'Église. Il ne se
montra pas personnellement très-occupé des questions religieuses et
n'alla pas au-devant. Toutefois, quand il les rencontra, il se montra
sans petite hostilité, plutôt bienveillant, intelligent même du besoin
que la société avait de la religion et de l'obligation où elle était
de l'honorer. S'agissait-il par exemple d'améliorer le régime
pénitentiaire, un rapport officiel indiquait, comme l'une des
premières mesures à prendre, le développement de l'action
religieuse[592]. Ce fut ce ministère du 22 février qui proposa à la
Chambre de revenir à une tradition abandonnée depuis 1830, en votant
un crédit spécial pour l'installation et le traitement d'un cardinal
récemment choisi, par le Pape, dans l'épiscopat français[593]. «Il
faut qu'on sache bien, dit en cette occasion le garde des sceaux, M.
Sauzet, que la royauté de Juillet, tout en maintenant les libertés de
tous et les prérogatives de la puissance civile, ne sépare pas les
intérêts religieux sagement entendus, de ces grands principes moraux
sur lesquels repose l'avenir des sociétés.» Le crédit fut voté sans
difficulté[594]. Pour qui se rappelait ce qu'était, peu d'années
auparavant, la discussion du budget des cultes, il y avait progrès
notable. Le _Journal des Débats_ le constatait avec satisfaction. «En
soi, disait-il, il n'y a rien là que de fort simple. Dans un pays où
l'immense majorité des citoyens professe la religion catholique,
n'est-il pas convenable, n'est-il pas juste de donner à ceux qui sont
revêtus des premières dignités de cette religion, le moyen de soutenir
leur rang?..... Tout cela, aujourd'hui, paraîtra peut-être d'une
vérité triviale; mais tout cela, il n'y a pas bien longtemps, eût
horriblement scandalisé l'opposition et blessé la philosophie
courante. Supposez que Casimir Périer fût venu demander un traitement
pour les cardinaux; quel bruit, quelle colère dans l'opposition! À
quel déluge de plaisanteries philosophiques n'eût-il pas fallu
s'attendre!»

[Note 592: Rapport adressé à M. de Montalivet, ministre de
l'intérieur, par M. de Gasparin, son sous-secrétaire d'État, sur les
réformes à introduire dans les maisons centrales.--Le rapport
insistait sur l'importance du «ressort religieux», se plaignait qu'il
fût plus faible en France que dans d'autres pays, puis ajoutait: «Vous
avez mesuré, Monsieur le ministre, toute l'étendue du mal, mais vous
n'avez pas désespéré. En favorisant l'introduction des écoles dans la
prison, en augmentant le salaire des aumôniers et en facilitant ainsi
de bons choix, en applaudissant aux conférences de morale religieuse
sur le modèle de celles qu'a ouvertes, avec tant de succès, le
directeur d'une de nos maisons centrales, vous aplanissez les voies
qui peuvent conduire au développement de tous les moyens de
régénération employés chez nos voisins.»]

[Note 593: Il s'agissait du sage et vertueux Mgr de Chevelus,
archevêque de Bordeaux.]

[Note 594: 29 mars 1836.]

Meilleures encore se trouvaient être les dispositions du ministère du
6 septembre, dont les membres dirigeants étaient M. Molé et M. Guizot.
Ce dernier, nous l'avons dit, était, parmi les hommes de 1830, l'un de
ceux qui comprenaient le mieux l'importance sociale de la religion.
Quant à M. Molé, il devait, peu de temps après, en 1840, dans son
discours de réception à l'Académie française, exprimer ainsi son
sentiment sur ce sujet: «Le clergé sera le sublime conservateur de
l'ordre public, en préparant les générations nouvelles à la pratique
de toutes les vertus: car il y a moins loin qu'on ne pense des vertus
privées aux vertus publiques, et le parfait chrétien devient aisément
un grand citoyen.»

Ce ministère, à son avénement, trouvait pendante une question qui
touchait de très-près aux plus graves intérêts religieux, celle de la
liberté de l'enseignement secondaire, solennellement promise par
l'article 69 de la Charte. En janvier 1836, dans les derniers jours du
cabinet du 11 octobre, M. Guizot avait déposé, sur ce sujet, un projet
par lequel il espérait compléter l'oeuvre commencée par la loi de
1833 sur l'instruction primaire. Revenu au même ministère de
l'instruction publique, après sept mois de retraite, il trouvait
l'examen de la commission fini, le rapport déposé, et il pouvait
espérer mener à terme cette importante réforme. Bien que son espérance
ait été trompée, il n'est pas sans intérêt d'étudier, avec quelque
détail, le premier effort tenté pour résoudre un problème qui devait
être bientôt, entre les catholiques et le gouvernement, l'objet d'une
lutte si longue et si véhémente.

Rien de plus absolu que le monopole dont l'Université était alors en
possession, dans le domaine de l'enseignement secondaire. Les
établissements privés ne pouvaient exister qu'avec son autorisation
toujours révocable, sous sa dépendance, et à condition de lui payer
une sorte de tribut d'allégeance qu'on appelait la rétribution
universitaire. À moins que les parents n'attestassent que l'éducation
avait été donnée au sein de la famille, aucun élève n'était admis au
baccalauréat, sans un certificat d'études constatant qu'il avait fait
ses classes de rhétorique et de philosophie dans un collége de
l'Université ou dans un des établissements peu nombreux assimilés à
ces colléges par faveur spéciale, et qualifiés d'«établissements de
plein exercice[595]».

[Note 595: En 1848, il y avait un peu plus de trente établissements de
plein exercice.]

Seuls, les petits séminaires échappaient à l'Université. Pour bien
comprendre le régime spécial auquel ils étaient alors soumis, il
convient de remonter un peu en arrière. Supprimés sous la Révolution,
ils s'étaient rétablis peu à peu sous le Consulat. Lors de sa
fondation, en 1808, l'Université prétendit les faire rentrer dans son
domaine, comme tous les autres établissements d'enseignement; les
évêques résistèrent. Un décret du 9 avril 1809 donna raison à
l'Université, mais, par compensation, reconnut l'existence de ces
écoles ecclésiastiques et leur promit la protection du gouvernement.
L'un des premiers actes de la Restauration fut d'accorder à
l'épiscopat ce que lui avait refusé l'Empire: une ordonnance du 5
octobre 1814 autorisa chaque évêque à avoir une ou plusieurs écoles
secondaires ecclésiastiques, dont il pouvait nommer les directeurs et
professeurs: aucune obligation pour les élèves, soit de suivre les
cours des colléges, soit de payer la rétribution universitaire. Ces
écoles, ainsi soustraites à l'Université, étaient cependant des
établissements publics et avaient capacité pour recevoir des
libéralités. Sous ce régime, les petits séminaires se multiplièrent et
devinrent de véritables colléges; plusieurs, et non des moins
florissants, étaient sous la direction des Jésuites. Ce fut cette
prospérité même qui éveilla des ombrages et provoqua un soulèvement de
passions auquel le gouvernement se crut obligé de céder. De là, les
ordonnances de 1828, qui modifièrent si gravement la situation de ces
écoles; nécessité de l'approbation royale pour le choix des
supérieurs, obligation, pour ces derniers et pour les professeurs, de
déclarer qu'ils n'appartenaient pas à une congrégation non autorisée,
interdiction de recevoir des externes, limitation du nombre des
élèves, injonction de leur faire revêtir, à quatorze ans, le costume
ecclésiastique, et impossibilité pour eux de se présenter au
baccalauréat, à moins d'avoir suivi les cours de rhétorique et de
philosophie dans un établissement universitaire,--tout fut combiné
pour renfermer les petits séminaires dans leur oeuvre exclusive
d'éducation cléricale et les empêcher de faire concurrence aux
colléges; néanmoins ils demeuraient soustraits à l'Université, ne lui
payaient pas de rétribution, et, comme compensation de tant de
restrictions, l'État leur accordait 1,200,000 francs de bourses. Le
gouvernement de 1830 ne changea rien à ce régime, si ce n'est qu'en
1831 il supprima complétement les bourses; les rigueurs restaient sans
la libéralité. En fait, cependant, certaines prescriptions tombèrent
en désuétude, notamment l'obligation du costume.

Pour établir, à la place d'une telle législation, la liberté promise
par la Charte, que fallait-il faire? «Une seule solution était bonne,
a dit plus tard M. Guizot: renoncer complétement au principe de la
souveraineté de l'État en matière d'instruction publique, et adopter
franchement, avec toutes ses conséquences, celui de la libre
concurrence entre l'État et ses rivaux, laïques ou ecclésiastiques,
particuliers ou corporations. C'était la conduite à la fois la plus
simple, la plus habile et la plus efficace... Il valait beaucoup
mieux, pour l'Université, accepter hardiment la lutte contre des
rivaux libres, que de défendre, avec embarras, la domination et le
privilége, contre des ennemis acharnés.» Mais cette grande et simple
politique se heurtait alors à beaucoup de prétentions et de
préventions: prétentions de l'Université, maîtresse de son monopole
depuis bientôt trente ans; préventions de l'opinion contre le clergé
et particulièrement contre les Jésuites, que les ordonnances de 1828
venaient d'exclure de l'enseignement. Le problème était donc plus
compliqué, plus irritant que dans l'enseignement primaire.

Le projet rédigé par M. Guizot se ressentait de ces difficultés et
n'était pas aussi complet que son auteur lui-même l'eût désiré[596].
Toutefois le principe de la liberté s'y trouvait loyalement et
nettement posé[597]. Plus d'autorisation préalable ni de certificat
d'études; la concurrence était permise à tous les rivaux de
l'Université, laïques ou prêtres, sans exclusion de personne, sans
précautions trop gênantes. Quelques conditions de grades et de brevet
étaient imposées aux chefs d'établissements, aucune aux professeurs.
L'administration gardait un droit d'inspection et une certaine
autorité disciplinaire, mais celle-ci n'allait pas au delà de la
réprimande; seuls, les tribunaux civils pouvaient fermer un
établissement à raison de faits d'inconduite ou d'immoralité. Des
petits séminaires, il n'était pas question; à leur égard, le statu quo
était maintenu. En somme, malgré ses lacunes, le projet était plus
large, plus équitable que tous ceux qui devaient être ultérieurement
présentés, en 1841, 1844 ou 1847.

[Note 596: Cf. _Mémoires de M. Guizot_, t. III, p. 105, 106.]

[Note 597: M. Guizot disait, dans son exposé des motifs: «Le principe
de la liberté, appliqué à l'enseignement, est une des conséquences
promises par la Charte. Nous voulons, dans leur plénitude et leur
sincérité, les conséquences raisonnables de notre révolution... Aux
maximes du monopole, nous substituons celles de la concurrence. Les
établissements privés, les institutions et pensions subsistent au sein
de l'Université; ils en sont les auxiliaires, les succursales.
Désormais, ils seront les libres émules des établissements publics,
colléges royaux et communaux. L'État accepte la nécessité, le devoir
de soutenir aveu succès, avec éclat, une concurrence infatigable.»]

Il ne rencontra pas d'opposition de la part des catholiques: ceux-ci,
plus frappés de ses bienfaits que de ses défauts, répondirent, par une
bonne volonté égale, à celle qu'on leur témoignait. «Parmi les
réclamations que suscita le projet, a dit, quelques années plus tard,
l'abbé Dupanloup, aucune ne sortit des rangs du clergé: pas une voix
ne s'éleva parmi nous. Le clergé se tut profondément; je me trompe: il
ressentit, il exprima une juste reconnaissance, et c'est à dater de
cette époque qu'il se fit entre l'Église de France et le gouvernement
un rapprochement depuis longtemps désiré, et qui fut solennellement
proclamé[598].»

[Note 598: _De la pacification religieuse._--M. de Montalembert, lui
aussi, a rappelé, après coup, dans un de ses discours, le bon accueil
fait au projet de M. Guizot. Il disait, le 12 juin 1845: «Vous avez
présenté, en 1836, une loi pleine de générosité, contre laquelle pas
une voix ne s'est élevée au sein du clergé... Il fallait continuer
dans cette voie, et tout aurait été sauvé.»]

La commission de la Chambre entra dans l'esprit du projet, et son
rapporteur, M. Saint-Marc Girardin, quoique universitaire, se montra
animé du libéralisme le plus sincère, le plus respectueux des choses
religieuses, le plus intelligemment soucieux d'établir l'accord entre
l'Église et l'État. Dans son rapport, qui fut déposé le 15 juin 1836,
bien loin d'accepter de mauvaise grâce le principe nouveau de la
liberté d'enseignement, il le déclara nécessaire au progrès même des
études, et rappela que, sous l'ancien régime, la concurrence des
congrégations enseignantes, notamment des Jésuites, avait été, de
l'aveu même de Voltaire, un bienfait. Puis, abordant de front la
prévention régnante, il ajoutait: «Ce que beaucoup de bons esprits
craignent de la liberté d'enseignement, c'est bien moins l'influence
qu'elle pourra donner aux partis politiques, que l'influence qu'elle
va, dit-on, donner au clergé. Les prêtres, les Jésuites vont, grâce à
cette loi, s'emparer de l'éducation. Dans la loi sur l'instruction
secondaire, nous n'avons voulu créer ni privilége ni incapacité. Le
monopole de l'enseignement accordé aux prêtres serait, de notre
temps, un funeste anachronisme; l'exclusion ne serait pas moins
funeste. La loi n'est faite ni pour les prêtres, ni contre les
prêtres: elle est faite, en vertu de la Charte, pour tous ceux qui
voudront remplir les conditions qu'elle établit. Personne n'est
dispensé de remplir ces conditions, et personne ne peut, s'il a rempli
ces conditions, être exclu de cette profession. Dans le prêtre, nous
ne voyons que le citoyen, et nous lui accordons les droits que la loi
donne aux citoyens. Rien de plus, mais rien de moins. Nous entendons
parler des congrégations abolies par l'État, et qui, si nous n'y
prenons garde, vont envahir les écoles. Nous n'avons point affaire,
dans notre loi, à des congrégations; nous avons affaire à des
individus. Ce ne sont point des congrégations que nous recevons
bacheliers ès lettres et que nous brevetons de capacité: ce sont des
individus. Nous ne savons pas, nous ne pouvons pas savoir si ces
individus font partie de congrégations; car à quel signe les
reconnaître? comment s'en assurer?... Pour interdire aux membres des
congrégations religieuses la profession de maître et d'instituteur
secondaire, songez que de précautions il faudrait prendre, de
formalités inventer; quel code tracassier et inquisitorial il faudrait
faire; et ce code, avec tout l'appareil de ses recherches et de ses
poursuites, songez surtout qu'il suffirait d'un mensonge pour
l'éluder.»

Sur un point important, la commission se sépara du ministre. Nous
avons dit que M. Guizot avait laissé un peu timidement de côté la
question des petits séminaires. La commission, plus hardie, la souleva
et proposa de soumettre ces établissements au régime des
établissements libres, de leur faire recueillir les avantages et subir
les charges du nouveau droit commun. M. Sauzet, qui était alors
ministre des cultes, estima convenable de prendre l'avis des évêques;
aussi leur adressa-t-il une circulaire où il exprimait son désir
d'être «éclairé sur les voeux de l'épiscopat et les besoins réels de
l'instruction secondaire ecclésiastique». Des deux systèmes en
présence, du _statu quo_ maintenu implicitement par le projet de M.
Guizot, ou du droit commun proposé par la commission, aucun ne
pouvait satisfaire pleinement les évêques. Si le dernier avait, à
leurs yeux, l'avantage de délivrer les petits séminaires des
restrictions imposées par les ordonnances de 1828, et de les
soustraire au régime à la fois précaire et arbitraire des ordonnances,
il avait cet inconvénient grave de les dépouiller de leur caractère
d'établissements publics ayant qualité pour recevoir, de leur
spécialité d'établissements ecclésiastiques placés sous la seule
autorité épiscopale, non soumis à l'inspection et à l'autorité
disciplinaire de l'administration, dispensés de toute condition de
grades universitaires pour leurs directeurs et professeurs. Aussi ne
paraît-il pas que les réponses des évêques, réponses qui du reste
demeurèrent secrètes, aient été très-nettes et très-concordantes. Il
s'en dégageait cependant le voeu d'une solution mixte qui eût pris à
chacun des deux systèmes ses avantages sans ses inconvénients, eût
maintenu le caractère public et spécial des petits séminaires, en les
faisant bénéficier de la liberté nouvelle, et eût supprimé les
restrictions des ordonnances, sans imposer des conditions de grades,
d'inspection et de subordination disciplinaire, suffisamment
remplacées par le choix et la surveillance de l'évêque. Dans l'état
des esprits, un tel système avait peu de chance d'être accepté, et les
prélats l'indiquaient plutôt comme un desideratum lointain que comme
une prétention immédiate.

Ce fut seulement après ces longs préliminaires que la discussion du
projet put être mise à l'ordre du jour de la Chambre. Elle s'ouvrit le
14 mars 1837. À cette date, le cabinet du 6 septembre était déjà
virtuellement dissous par l'effet de ses dissensions intestines et du
rejet de la loi de disjonction. M. Guizot se trouvait encore
nominalement ministre de l'instruction publique; mais son autorité
était diminuée, son attention distraite; conditions mauvaises pour
diriger une délibération où il eût fallu faire l'éducation de la
Chambre, l'initier à des idées nouvelles, dominer ses vieux préjugés.
Le débat se prolongea pendant douze séances. L'Université fut vivement
attaquée: on lui reprocha d'être un instrument de despotisme, de
donner une mauvaise éducation morale; on se plaignit que le projet eût
accordé à la liberté une part trop étroite: fait remarquable, ces
critiques ne venaient pas des catholiques; elles venaient d'hommes de
gauche qui n'avaient pas encore oublié que la liberté d'enseignement
figurait, pendant la Restauration, sur le programme du parti
libéral[599]. D'autres orateurs, au contraire, avaient peur que les
garanties exigées ne fussent insuffisantes, et en réclamaient de
nouvelles dont plusieurs furent repoussées, d'autres adoptées, par
exemple l'obligation de grades universitaires pour certains
professeurs. Quelques-uns enfin s'alarmaient surtout des avantages que
le clergé pourrait tirer de la liberté: de ce nombre étaient M.
Isambert et M. Salverte, dont les déclamations ne parurent pas avoir
grand écho. Sur un point cependant, les adversaires du clergé
remportèrent un succès qui altéra gravement le caractère du projet. Ce
fut à l'occasion d'un amendement proposé par M. Vatout, pour obliger
tout chef d'établissement libre à jurer qu'il n'appartenait à aucune
association ou corporation non autorisée. Déjà, en 1833, lors de la
discussion de la loi sur l'enseignement primaire, ce député avait
essayé, sans succès, de faire voter une disposition semblable: ne
pouvait-on pas espérer que, cette fois encore, la Chambre refuserait
de sacrifier la justice et la liberté? L'amendement fut combattu, au
nom de la commission, par M. Dubois. M. Guizot, qui n'y était pas
moins opposé, eut le tort de garder le silence. Était-ce sécurité
excessive ou découragement? Toujours est-il qu'après un débat
très-sommaire, nullement en rapport avec la gravité du sujet, cette
disposition se trouva votée, malgré la commission et le ministère,
sans qu'aucun homme considérable fût venu l'appuyer. La peur des
Jésuites avait suffi. Ce n'était pas que la Chambre fût bien résolue à
s'engager dans cette voie: en effet, quelques jours après, elle
refusait d'exiger le même serment des professeurs. Mais, pour avoir
été le résultat d'une sorte de surprise, le mal n'en était pas moins
consommé: comme l'a dit plus tard M. Guizot, on avait «enlevé à la loi
proposée son grand caractère de sincérité et de droit commun
libéral[600]».

[Note 599: Sous la Restauration, Benjamin Constant revendiquait la
liberté d'enseignement dans divers écrits. (Cf. notamment le Mercure
d'octobre 1817.) Dès 1818, M. Dunoyer, dans le _Censeur_, combattait
le monopole universitaire, comme «l'une des plus criantes usurpations»
du despotisme impérial, et réclamait la pleine liberté, telle que
l'ont revendiquée plus tard les catholiques. (_Oeuvres de Dunoyer_, t.
II, p. 46 et suiv.) M. Dubois et M. Duchâtel soutenaient la même
thèse, dans le _Globe_: le 21 juin 1828, peu après les ordonnances sur
les petits séminaires, M. Dubois invitait les amis des Jésuites a à se
lever pour l'abolition du monopole». «Les amis de la liberté,
disait-il, ne manqueront pas à l'appel.» Mais il ajoutait: «N'espérons
pas d'eux cette preuve de loyauté; cette confiance dans la bonté de
leur cause, ils se garderont bien de la donner.» (Cf. aussi le _Globe_
des 17 mai, 5 juillet et 6 septembre 1828.) Ces écrivains étaient
arrivés à la liberté d'enseignement, par logique et par sincérité de
doctrine, par réaction contre le despotisme impérial, et aussi un peu
par crainte que l'Université ne prît un caractère ecclésiastique, sous
la direction de M. Frayssinous. Dans le barreau, MM. Renouard, O.
Barrot, Dupin ne pensaient pas autrement. La _Société de la morale
chrétienne_, dont les membres principaux étaient le duc de Broglie, M.
Guizot et Benjamin Constant, mettait au concours, en 1830, un _Mémoire
en faveur de la liberté d'enseignement_. À la même époque, dans le
_National_, M. Thiers attaquait violemment le corps universitaire,
auquel il reprochait d'être «monopoleur et inique». Au milieu de la
révolution, le 31 juillet 1830, La Fayette, dans sa proclamation aux
habitants de Paris, mettait la liberté d'enseignement au nombre des
conquêtes populaires. C'était évidemment à raison de cette origine
libérale, et non par égard pour les catholiques alors peu en faveur,
que l'article 69 de la Charte revisée s'était trouve promettre, «dans
le plus court délai possible», une loi sur la «liberté de
l'enseignement».]

[Note 600: _Mémoires de M. Guizot_, t. III, p. 108.]

La disposition proposée par la commission, pour les petits séminaires,
donna lieu à un brillant tournoi oratoire entre M. Guizot défendant le
_statu quo_, et M. Saint-Marc Girardin demandant que ces
établissements fussent soumis au droit commun. Au vote, ce fut le
_statu quo_ qui l'emporta. Mais le débat prit une ampleur qui dépassa
la question particulière des écoles ecclésiastiques. «L'empire des
croyances religieuses, disait M. Guizot, n'est pas moins nécessaire
aujourd'hui qu'à d'autres époques; je n'hésiterai même pas à dire
qu'il est plus nécessaire que jamais; nécessaire pour rétablir,
non-seulement dans la société, mais dans les âmes, l'ordre et la paix
qui sont si profondément altérés. Nous sommes tous frappés de l'état
d'inquiétude, de fermentation, de trouble, où vivent un si grand
nombre d'esprits; nous sommes frappés de cette soif effrénée de
mouvement, de bien-être matériel, de jouissances égoïstes, de cet
empire des passions qui se manifeste partout et surtout dans les
classes peu éclairées. C'est un mal immense, un mal que nous déplorons
tous les jours. Croyez-vous que les idées, les convictions, les
espérances religieuses ne soient pas un des moyens, et je dirai, sans
hésiter, le moyen le plus efficace pour lutter contre ce mal, pour
faire rentrer la paix dans les âmes, cette paix intérieure et morale,
sans laquelle vous ne rétablirez jamais la paix extérieure et
sociale?» Parlant ensuite de la détresse des classes inférieures, de
leurs souffrances matérielles, l'orateur se déclarait fort désireux de
les voir alléger; «mais, ajoutait-il, il y a un autre genre de maux,
un autre genre de misères, auxquels les classes inférieures sont
exposées, qui les assaillent tous les jours et dont pour mon compte je
suis encore plus touché, s'il est possible: c'est leur misère morale,
ce sont les dangers moraux auxquels elles sont en proie, ce sont les
ennemis de toute espèce qui rôdent sans cesse autour de ces classes,
pour les pervertir, pour les corrompre, pour les entraîner, pour
exalter leur passions, pour troubler leurs idées, en faire, dans la
société, des instruments de désordre et tourner à mal, pour
elles-mêmes, leur vie et leurs forces. C'est là une grande misère, une
misère dont il faut avoir une pitié profonde... Eh bien, sans aucune
espèce de doute, les croyances religieuses, les espérances
religieuses, les influences religieuses sont, avec les lumières que
vous travaillez à répandre, le meilleur moyen de dissiper cette misère
morale, ces périls moraux auxquels les classes inférieures sont en
proie. Il est donc, pour cette société-ci, du plus grand intérêt, et
d'un intérêt plus grand que jamais, s'il est possible, d'entretenir
avec soin, de propager l'empire des croyances religieuses.» M. Guizot
en concluait que l'État devait à l'Église non-seulement la liberté,
mais la protection, la «bienveillance». Il fallait prouver aux
catholiques «que l'autorité publique voulait sincèrement et loyalement
la durée, la dignité, l'extension du pouvoir moral et social de la
religion et de ses dépositaires».

Le rapporteur de la commission, M. Saint-Marc Girardin, qui combattait
la thèse particulière de M. Guizot sur les petits séminaires, tint à
honneur de bien marquer que, sur les idées générales, il n'était pas
en désaccord avec lui, qu'autant que lui il était convaincu de la
nécessité sociale de la religion, du devoir de la protéger et de la
seconder. «Nous voulons, comme le ministre, disait-il, l'accord
intelligent et libre de l'Église et de l'État; nous voulons que cesse
enfin ce divorce funeste... Si je voulais invoquer ma faible
expérience, je sais la nécessité des croyances religieuses, et, grâce
à Dieu, aujourd'hui, les croyances religieuses, loin d'être
abandonnées, sont reprises, avec une sorte d'impatience et de
curiosité. Je vois la jeunesse cherchant, au milieu des désordres du
siècle, où prendre et se retenir, et demandant aux croyances de ses
pères si elles ont un peu de vie et de salut à lui donner... Si
quelque espérance m'anime, et si, au milieu de toutes les paroles de
désespoir que j'entends parfois retentir dans la société, il y a
quelque chose qui me soutienne encore, c'est que je ne puis pas penser
que la religion puisse longtemps manquer à la société actuelle. Ou
vous périrez, Messieurs, sachez-le bien, ou la religion viendra encore
visiter votre société!» Voilà le langage qui, quelques années après
1830, provoquait les applaudissements de la Chambre; voilà comment,
entre les principaux orateurs, s'établissait une sorte d'émulation, à
qui proclamerait le plus haut le besoin que la société moderne avait
du christianisme, l'obligation où elle était de seconder son oeuvre!

Ces longs débats terminés, l'ensemble de la loi fut voté, le 29 mars,
à la majorité assez faible de trente voix. Quelques jours après, M.
Guizot quittait le pouvoir. Son projet ne lui survécut pas; il ne fut
même pas porté à la Chambre des pairs. M. Molé, demeuré à la tête du
nouveau cabinet, ne s'intéressait probablement pas beaucoup au sort
d'une loi qui lui rappelait un rival détesté. D'ailleurs, M. Guizot
lui-même, depuis le vote de l'amendement de M. Vatout, regardait son
projet comme faussé, et ne tenait plus guère à le voir aboutir. «S'il
fût resté tel que je l'avais présenté d'abord, a-t-il écrit plus tard,
peut-être, malgré quelques incohérences et quelques lacunes, eût-il
suffi à résoudre la question de la liberté d'enseignement et à
prévenir la lutte déplorable dont elle devint plus tard l'objet.
Mais, par les amendements qu'il avait subis, ce projet de loi, en
restreignant expressément, surtout pour l'Église et sa milice, la
liberté que la Charte avait promise, envenimait la querelle au lieu de
la vider. Il ne méritait plus aucun regret[601].» Quoi qu'il en soit,
il n'est pas inutile de constater que si l'honorable tentative de M.
Guizot a échoué, si un traité de paix et de liberté n'a pas été dès
lors signé entre l'Église et l'État, et si la question est restée
ouverte pour les batailles futures, la faute n'en a pas été aux
catholiques.

[Note 601: _Mémoires de M. Guizot_, t. III, p. 109.]

Pour n'avoir pas donné suite au projet sur la liberté de
l'enseignement secondaire, le ministère du 15 avril n'était pas
cependant moins bien disposé que ses prédécesseurs, dans les choses
religieuses. Il tint même à ce que l'un de ses premiers actes fût la
réouverture de l'église Saint-Germain l'Auxerrois, réparation qui fit
d'autant plus d'effet sur les catholiques, qu'elle avait été plus
longtemps ajournée[602]. Sous une inspiration analogue, le crucifix
reprit, dans la salle des assises de Paris, la place d'où il avait été
arraché en 1830, exemple bientôt suivi dans presque toutes les autres
cours de justice. «Le moment était arrivé, écrivait M. le premier
président Séguier au _Journal des Débats_, où le garant de la justice
des hommes devait retrouver la préséance sur le tribunal.» Aux
Tuileries, on craignait moins de donner quelque solennité aux actes
extérieurs de la vie religieuse. Même réaction sur tous les points du
territoire. Beaucoup de municipalités rappelaient les Frères dans
leurs écoles publiques, et le _Journal des Débats_ écrivait, le 24
septembre 1837, à la suite de la session des conseils généraux: «Ce
qu'il y a pu avoir de réserve et de contrainte, dans les rapports de
l'Église et du pays, s'efface chaque jour davantage. De l'ensemble des
votes des conseils généraux, on peut conclure qu'enfin une heureuse
harmonie a succédé à la malveillance réciproque qu'on a pu craindre un
instant. Dans un grand nombre de départements, des allocations
supplémentaires considérables ont témoigné de la bonne volonté des
habitants et des bons sentiments du clergé.»

[Note 602: Cf. plus haut, p. 197 et 198.]


V

Les relations amies de l'État et de l'Église n'étaient cependant pas
sans quelques ombres passagères. Le gouvernement, par un reste de
timidité en face des passions impies ou par inexpérience des
susceptibilités religieuses, plutôt que par mauvaise volonté propre,
fournissait parfois matière aux griefs des catholiques.

L'émeute des 14 et 15 février 1831 n'avait pas seulement dévasté
l'église Saint-Germain l'Auxerrois, elle avait saccagé et à peu près
entièrement détruit l'archevêché, alors situé au chevet de Notre-Dame,
à l'extrémité orientale de l'île de la Cité. Mgr de Quélen tenait
beaucoup à ce que la demeure épiscopale fût réédifiée sur son
emplacement historique. Toute autre solution lui paraissait une
concession à l'émeute, en même temps que la violation d'une antique
tradition et d'une propriété sacrée. Il ne demandait du reste à l'État
aucun sacrifice d'argent et offrait de tout reconstruire au moyen de
souscriptions privées. Mais, sous prétexte de nécessités de voirie, en
réalité par la même faiblesse qui avait fait si longtemps reculer
devant la réouverture de Saint-Germain l'Auxerrois, l'administration
avait pris aussitôt possession du terrain de l'archevêché, enlevé les
restes mutilés du vieux palais et mis à la disposition de l'archevêque
une autre demeure, située fort loin de là, à l'extrémité du faubourg
Saint-Germain. Comme complément de ces mesures, une loi fut proposée,
le 22 février 1837, autorisant l'État à céder le terrain de l'ancien
archevêché à la ville de Paris, qui devait y établir une promenade et
contribuer pour 50,000 francs à la construction d'une nouvelle
sacristie au chevet de la cathédrale. Ce projet soulevait et tranchait
implicitement, au profit de l'État, une question qui touchait au plus
vif des intérêts du clergé, celle de la propriété des anciens biens
ecclésiastiques rendus au service du culte, après le Concordat.
L'archevêque en fut fort ému, et, le 4 mars, il fit, contre ce qui lui
paraissait une spoliation de l'église de Paris, une protestation
publique à laquelle le chapitre adhéra quarante-huit heures après. Les
deux actes furent aussitôt déférés au conseil d'État, et une
ordonnance, en date du 21 mars, déclara qu'il y avait abus.

Quand le projet de loi vint à la Chambre des pairs (19 mai 1837), M.
de Montalembert se fit l'interprète de la douloureuse émotion que
l'aliénation définitive des terrains de l'archevêché causait aux
catholiques; toutefois il eut soin de rendre en même temps hommage à
la conduite du gouvernement dans les autres questions religieuses: ce
fut moins l'attaque d'un adversaire que la plainte d'un ami. «J'avoue,
dit-il en commençant, que c'est avec un très-réel embarras que je
monte aujourd'hui à cette tribune. Le premier mouvement de mon coeur
me porterait à exprimer hautement et sans réserve mon admiration pour
les deux grands actes par lesquels, dans le court espace d'une
semaine, le gouvernement a eu la gloire et le bonheur de signaler sa
politique[603]. L'un de ces actes surtout, la réouverture de
Saint-Germain l'Auxerrois, a été de nature à combler de joie tous les
hommes attachés à la religion. Pourquoi faut-il donc que je me sente
obligé de venir, au nom des intérêts religieux eux-mêmes, attaquer un
projet de loi que le ministère a, sinon présenté, du moins maintenu et
appuyé de son autorité? Pourquoi? si ce n'est parce que le ministère,
en conférant, d'une main, à l'Église, un bienfait immense, en effaçant
la moitié de la tache infligée par l'émeute à la capitale, de l'autre,
veut consacrer la seconde moitié du crime, comme une source
d'accroissement pour le domaine de l'État et comme une occasion de
contester à l'Église un de ses droits les mieux garantis par notre
législation moderne? Dans la pénible alternative où les place ce que
je ne craindrai pas d'appeler l'inconséquence du ministère, que
peuvent faire les hommes à qui leur conscience ordonne de défendre
les bases méconnues de l'ordre social, si ce n'est de bénir la main
généreuse qui guérit une plaie saignante, en même temps qu'ils se
roidissent contre la main imprudente qui veut mettre le sceau d'un
vote législatif sur l'oeuvre de l'émeute et de la spoliation?» Après
avoir discuté, en droit, la question de propriété des biens
ecclésiastiques, l'orateur rappelait le besoin que la société actuelle
avait de la religion. Or, ajouta-t-il, «il ne suffit pas de prononcer
les mots de religion et de morale, dans quelques occasions
solennelles; il ne suffit même pas de quelques actes isolés, tout
généreux qu'ils soient. Il faut un système courageux et sérieux. Il ne
faut pas ménager et consacrer les haines injustes et les violences
personnelles. Il ne faut pas disputer à l'Église le pauvre lambeau qui
lui reste de la magnifique parure dont l'avait revêtue la pieuse
générosité de nos pères... Il ne faut pas en vouloir à l'Église de ce
qu'elle prétend à un certain degré de liberté; car cette liberté
modérée est la condition même de son existence. C'est par son
indépendance qu'elle vit et qu'elle survit à tout ce qui périt dans le
monde. Si elle ne l'avait pas toujours revendiquée et toujours plus ou
moins conservée, savez-vous, Messieurs, où il vous faudrait la
chercher, à ces moments de retour et de réflexion où l'on s'aperçoit
de sa nécessité? Il vous faudrait la chercher dans le tombeau des
dynasties passées et des pouvoirs éteints, qu'elle a, tour à tour,
reconnus, et là, vous ne la trouveriez que morte et éteinte comme eux,
au lieu de pouvoir lui demander cette force secourable qu'elle est
toujours prête à prodiguer à ceux qui ne l'oppriment point.»

[Note 603: L'amnistie et la réouverture de Saint-Germain l'Auxerrois.]

Le garde des sceaux, M. Barthe, répondit en termes conciliants. Loin
de vouloir prolonger le retentissement de l'appel comme d'abus, il
chercha plutôt à en effacer le souvenir; il ne parla de la conduite de
l'archevêque qu'avec des ménagements très-marqués. Il semblait se
plaire davantage à rappeler la joie qu'il avait ressentie en signant
l'acte de réouverture de Saint-Germain l'Auxerrois[604], se
félicitait de «la réaction religieuse qui se faisait profondément
sentir partout»; puis, rappelant que «le gouvernement avait beaucoup
fait pour la religion», il concluait ainsi: «Voilà ce que nous faisons
tous les jours, parce que nous sommes convaincus que, dans un pays de
liberté plus qu'ailleurs, la religion est une des bases fondamentales
de toute morale, qu'une nation serait bien malheureuse si elle était
réduite au seul secours des lois civiles et criminelles. Ce sont nos
convictions: nous les apporterons dans nos actes.»

[Note 604: «J'ai connu, dans des temps difficiles, dit le ministre,
toutes les tribulations qui peuvent s'attacher à la vie publique; mais
il est des signatures à apposer sur certains actes qui font éprouver
des joies qui effacent toutes ces tribulations.»]

Quelques mois plus tard, en août 1837, la découverte du fronton du
Panthéon fournit un autre grief à l'archevêque de Paris, qui n'était
pas, il est vrai, porté à l'indulgence pour les torts de la monarchie
de Juillet. En 1830, à l'époque où le gouvernement commettait la
grande faute d'enlever le Panthéon au culte, M. Guizot avait chargé
David d'Angers de sculpter le fronton de ce monument, lui laissant
imprudemment toute liberté de composition. L'artiste, personnellement
engagé dans les partis de gauche, profita de cette liberté pour faire
figurer sur ce fronton, associés pêle-mêle dans les honneurs du culte
civil et de la canonisation laïque, Bichat, Voltaire, Jean-Jacques
Rousseau, le peintre David, Cuvier, La Fayette, Manuel, Carnot,
Berthollet, Laplace, Malesherbes, Mirabeau, Monge, Fénelon, Bonaparte,
Kléber, le tambour d'Arcole, des élèves de l'École polytechnique, etc.
Sous le ministère du 11 octobre, M. d'Argout avait arrêté les travaux;
mais le veto fut levé, en 1836, par M. Thiers, et le fronton était
achevé dans les premiers mois de 1837. Le gouvernement hésitait à le
découvrir: pressé par les journaux, il s'y décida, le 31 août. Ce fut
pour Mgr de Quélen l'occasion de protester publiquement contre cette
nouvelle profanation d'une ancienne église, et d'ordonner des prières
expiatoires. Cette fois, le gouvernement, un peu honteux de son
oeuvre, n'osa, malgré les clameurs de la presse de gauche, prendre
aucune mesure contre l'archevêque. D'ailleurs, en dehors même des
catholiques, tous les esprits élevés ou seulement les gens de goût
trouvaient le fronton aussi scandaleux que ridicule, et la _Paix_,
journal doctrinaire, disait à ce propos: «Nous avons assez souvent
combattu les tendances de M. l'archevêque de Paris, pour avoir acquis
le droit d'être justes à son égard; nous trouvons que, cette fois, il
a raison.»


VI

Ces quelques conflits, vite apaisés, n'effaçaient pas l'effet plus
considérable de mesures telles que la réouverture de Saint-Germain
l'Auxerrois, et le ministère du 15 avril n'en avait pas moins
l'honneur mérité de voir sa politique religieuse critiquée par ceux
qui conservaient contre le clergé les vieilles préventions de 1830.
Aussi, quand commença, en 1838, la campagne de la coalition, les
opposants crurent-ils que l'exploitation de ces préventions leur
fournirait un moyen d'attaque à ajouter à ceux qu'ils trouvaient déjà
dans les susceptibilités parlementaires et patriotiques. Ils
reprochèrent donc à M. Molé de ne pas savoir mieux résister à l'Église
qu'au Roi. Parmi les journaux de gauche, ce fut à qui se donnerait le
plus de mal pour réveiller le fantôme du parti prêtre et accuser le
gouvernement d'être le complice ou le complaisant des empiétements
ecclésiastiques. Le _Siècle_ publiait des articles avec ces titres
menaçants: «_Invasion du clergé, accroissement des couvents, leurs
priviléges, révolte des évêques._» Le _Constitutionnel_ signalait «le
retour des influences sacerdotales, dans le gouvernement». «La
congrégation refleurit!» s'écriait-il. Ou encore: «Vous êtes en voie
de restaurer un gouvernement de prêtres.» Il dénonçait, comme autant
de synodes illégaux, tolérés par la faiblesse du cabinet, les
retraites ecclésiastiques où, chaque année, suivant l'usage, les
évêques réunissaient les prêtres de leurs diocèses. Il se plaignait
qu'on respectât la liberté des processions, et qu'on laissât les
ordres religieux en paix. «C'était bien la peine, disait, à ce dernier
propos, le _Courrier français_, d'expulser les Trappistes de la
Meilleraye et d'Alsace, ainsi que les Liguoriens.» Ce journal avait
fait d'ailleurs une effrayante découverte: il s'agissait d'un billet
d'enterrement, sur lequel, reprenant une vieille formule à peu près
abandonnée depuis quelque temps, on mentionnait que le défunt avait
été «muni des sacrements de l'Église»; le _Courrier_ dénonçait là une
«nouvelle exigence du clergé», et il ajoutait gravement: «Au train
dont les choses marchent, nous ne sommes pas éloignés de revoir les
billets de confession[605].»

[Note 605: Articles divers, publiés en 1838 et au commencement de
1839.]

Ces sottises laissaient l'opinion assez froide. Elles ne trouvaient
plus le même écho qu'en 1826, et ceux qui les débitaient n'y mettaient
pas, au fond, beaucoup d'entrain ni de conviction. D'ailleurs, tous
les coalisés ne prenaient pas part à cette campagne. L'un des plus
considérables, M. Guizot, publiait alors, dans la _Revue française_,
sur la question religieuse, trois articles d'une éloquence grave et
triste, qui avaient un immense retentissement[606]. C'était le cri
d'alarme de la raison humaine et de la science politique, sentant leur
impuissance et appelant la religion à leur aide; et, entre toutes les
églises, l'écrivain protestant rendait un hommage particulier à
l'Église catholique, qu'il déclarait être «la plus grande, la plus
sainte école de respect qu'ait jamais vue le monde». Puis il ajoutait:
«La religion, la religion! c'est le cri de l'humanité en tous lieux,
en tout temps, sauf quelques jours de crise terrible ou de décadence
honteuse. La religion, pour contenir ou combler l'ambition humaine! La
religion, pour nous soutenir ou nous apaiser dans nos douleurs, celles
de notre condition ou celles de notre âme! Que la politique, la
politique la plus juste, la plus forte, ne se flatte pas d'accomplir,
sans la religion, une telle oeuvre. Plus le mouvement social sera vif
et étendu, moins la politique suffira à diriger l'humanité ébranlée.
Il y faut une puissance plus haute que les puissances de la terre, des
perspectives plus longues que celles de cette vie. Il y faut Dieu et
l'éternité.» Dès lors, M. Guizot estimait qu'il fallait établir,
«entre la religion et la politique, entente et harmonie».

[Note 606: _De la religion dans les sociétés modernes_ (février 1838).
_Du catholicisme, du protestantisme et de la philosophie en France_
(juillet). _De l'état des âmes_ (octobre).]

Vainement quelques beaux esprits parlaient-ils, avec un sourire
railleur, de l'«onction», de l'«ascétisme» et des «vues si célestes»
de M. Guizot[607]; le langage de ce dernier ne rencontrait aucune
contradiction sérieuse; il pénétrait plus profondément et répondait
mieux aux vrais sentiments du public que les vieilleries démodées du
_Constitutionnel_ contre le parti prêtre. Les journaux du ministère,
oubliant ce qui les séparait alors politiquement de l'écrivain
doctrinaire, reproduisaient des fragments de son travail, et ils y
prenaient occasion de parler eux-mêmes, avec gravité et sympathie, du
mouvement religieux[608].

[Note 607: Expressions d'un article de la _Revue des Deux Mondes_.]

[Note 608: L'un de ces journaux, la _Presse_ (28 juin 1838),
constatant l'importance de la réaction catholique qui s'était produite
après la secousse de 1830, saluait avec respect, presque avec
reconnaissance, cette «pensée d'un Dieu s'élevant sur les ruines des
illusions terrestres». Il ajoutait: «Le mouvement qui s'opère et qu'on
a pu observer, depuis trois ans, dans les familles comme dans les
églises, et à Paris comme dans les départements, est libre et
spontané. Il monte d'en bas vers la religion; il ne descend pas du
gouvernement dans les masses. On n'y remarque ni un mobile, ni un but
politique... C'est un cri de conscience.» Puis, s'adressant à ceux qui
affectaient de s'effrayer de ce mouvement, il s'écriait: «En laissant
à part vos opinions politiques, vos passions de parti, dites-nous
donc, vous qui propagez des alarmes imaginaires, à l'occasion de
quelques rites religieux, de quelques démonstrations inoffensives,
dites-nous donc votre véritable pensée comme pères de famille. En
présence des inquiétudes d'une société dans le sein de laquelle vous
voyez se multiplier, chaque jour, des actes de violence et de folie; à
l'aspect de ces listes nombreuses de suicides, d'assassinats et de
désordres de toute espère, excités par mille circonstances, au nombre
desquelles il faut compter les appétits matériels sans cesse excités
par les progrès indéfinis de la civilisation, dites-nous-le
franchement, êtes-vous sérieusement affligés de voir qu'on cherche à
calmer de jeunes imaginations, par des habitudes morales et
religieuses?..... C'est vous qui, en repoussant l'invasion de l'Église
dans l'État, faites invasion au nom de l'État dans l'Église. C'est
vous qui cherchez à substituer une intolérance philosophique que vous
ne réussirez pas à créer, à l'intolérance religieuse que le bon sens
national et la sagesse du pouvoir ont su réprimer.»]

À en juger du moins par quelques-uns de ses actes, le gouvernement
semblait plus disposé à réaliser le programme tracé par M. Guizot qu'à
obéir aux injonctions menaçantes des journaux de gauche. Tantôt il
s'occupait à multiplier les succursales et déclarait «hâter, de ses
voeux et de ses efforts, le moment où les bienfaits de l'instruction
religieuse pourraient être suffisamment répandus, pour arrêter les
progrès flagrants de l'immoralité[609]»; tantôt il déplorait la
diminution des vocations cléricales, insistait sur l'importance des
bourses de séminaire et exprimait le regret qu'elles eussent été
réduites après la révolution de 1830[610]. M. de Salvandy, ministre de
l'instruction publique, invitait les évêques à «multiplier» leurs
visites aux colléges. «En effet, ajoutait-il, ces visites ne peuvent
qu'exercer la plus heureuse influence sur la direction des
établissements et l'esprit de la jeunesse; mais elles ne sauraient
porter tous les fruits que nous avons droit d'en attendre, si les
observations que vous avez faites, Monseigneur, ne sont pas portées à
la connaissance de l'autorité qui dirige et surveille les
établissements d'instruction publique. Je vous prie donc, Monseigneur,
de vouloir bien me communiquer toutes les remarques que ces visites
vous auront suggérées, notamment en ce qui concerne l'éducation
proprement dite, la discipline, l'enseignement religieux. Vous savez
d'avance avec quelle sollicitude elles seront pesées[611].» Une autre
fois, une circulaire rappelait aux maires qu'ils ne pouvaient exiger
aucune cérémonie religieuse, quand les curés avaient refusé la
sépulture chrétienne. Sans doute, la circulaire reconnaissait qu'un
décret du 23 prairial an XII donnait, dans ce cas, au maire, le droit
de commettre un autre ministre du culte; mais elle estimait cette
disposition inconciliable avec le régime de liberté inaugurée par la
Charte: «C'est en faisant fleurir les libertés religieuses comme les
libertés civiles, ajoutait-elle, que nous consoliderons, de plus en
plus, toutes les institutions qui nous sont chères[612].» Quelle
distance franchie depuis le jour où le ministère Périer avait fait
célébrer d'autorité les obsèques de Grégoire, dans l'église de
l'Abbaye-aux-Bois! Enfin n'était-ce pas à la fin de 1838 que le
ministre des cultes accueillait avec bienveillance Lacordaire, venu
pour l'entretenir du rétablissement des Frères prêcheurs en
France[613]?

[Note 609: Circulaire de M. Barthe, ministre des cultes, aux évêques,
en date du 30 août 1838.]

[Note 610: Rapport du même, sur le budget des dépenses des cultes, en
date du 13 novembre 1838.]

[Note 611: Lettre aux évêques, du 1er octobre 1838.--Le _Courrier
français_ écrivait, à ce propos: «Nous blâmons, de toutes les forces
de notre conviction, l'esprit et le dispositif de la circulaire; elle
nous paraît empreinte d'une déférence ou plutôt d'une obséquiosité
qu'un ministre eût à peine avouée, dans les plus mauvais temps de la
Restauration. M. d'Hermopolis n'eût probablement pas osé se permettre
cela.»]

[Note 612: Cette circulaire, d'octobre 1838, émanait de M. Aubernon,
préfet de Seine-et-Oise. Mais il y était dit que la doctrine exprimée
était celle du ministre, et elle reçut les honneurs de l'insertion au
_Moniteur officiel_.]

[Note 613: Le gouvernement était arrivé à une sorte de jurisprudence
libérale, d'après laquelle les congrégations non autorisées n'étaient
pas considérées comme interdites par les lois existantes. L'année
suivante, le 28 juillet 1839, le préfet du Cantal ayant demandé des
instructions au sujet de ces congrégations, le ministre des cultes,
qui était alors M. Teste, lui répondit «qu'il devait les laisser vivre
en paix; que c'était l'intention du gouvernement; que cette tolérance
était la conséquence des lois sur la liberté individuelle et rentrait
dans l'esprit de l'article 291 du code pénal».]

Par moments, cependant, on eût dit que le ministère se laissait un peu
intimider par la clameur de presse et se croyait obligé de lui faire
quelques concessions. Les Jésuites, depuis quelques années,
travaillaient sans bruit, avec la tolérance du gouvernement, à
développer leurs moyens d'action. Ne pouvant plus avoir de colléges,
ils cherchaient à fonder, en divers lieux, des «instituts de hautes
études ecclésiastiques». Ils en avaient établi un près d'Amiens, dans
cette maison de Saint-Acheul dont il avait été si souvent question,
lors des polémiques de la Restauration[614]. De là, quelque émotion
dans la presse locale, prompte à dénoncer «la résurrection de
Saint-Acheul». Le ministère n'y avait pas d'abord fait attention.
Mais, vers la fin de 1838, le tapage redoubla, et le nom de
Saint-Acheul retentit de nouveau, dans les journaux, comme aux beaux
jours de M. de Villèle. Un peu inquiet de ce bruit, le P. Guidée, qui
remplissait les fonctions de provincial, rédigea aussitôt, pour être
soumise au gouvernement, une note sur la situation des Jésuites en
France (9 novembre 1838). Il s'attachait à les montrer «simples
auxiliaires des évêques», soumis à la légalité, n'ayant pas cherché à
enseigner depuis que l'ordonnance de 1828 le leur avait interdit,
professant la soumission au pouvoir établi, rendant justice aux
excellentes intentions du gouvernement, «ne réclamant que
l'application du droit commun», mais se croyant «fondés à l'invoquer
avec confiance». Cette note, mise par Mgr Gallard, coadjuteur de
l'évêque de Meaux, sous les yeux du Roi, de la Reine, de M. Molé et de
M. Barthe, plut généralement. Toutefois, les bonnes dispositions des
ministres n'allaient pas jusqu'à leur faire braver un péril pour
défendre des Jésuites. Inquiets du parti que l'opposition pourrait
tirer du seul nom de Saint-Acheul, et ne voulant pas compliquer, par
un tel incident, le débat de l'Adresse qui s'annonçait déjà si
redoutable, ils conseillèrent la dissolution immédiate de
l'établissement attaqué. Les Jésuites, de leur côté, ne redoutaient
pas moins un éclat qui risquait de mettre en péril toutes leurs autres
maisons; ils jugèrent plus prudent de baisser un moment la tête, pour
laisser passer la bourrasque, et de déférer à l'invitation du
gouvernement. L'institut, établi à Saint-Acheul, fut donc dissous, et
la maison en partie évacuée sur Brugelette[615].

[Note 614: La maison de Saint-Acheul était, avant 1828, l'un des plus
célèbres colléges des Jésuites. M. Dupin y avait fait, en 1825, une
visite dont les journaux s'occupèrent beaucoup. (Cf. mon livre sur le
_Parti libéral sous la Restauration_, p. 378.) Saint-Acheul, envahi et
saccagé en 1830, fut, peu après, réoccupé par les Jésuites.]

[Note 615: Cf. sur cet incident, la _Vie du R. P. Guidée_, par le R.
P. GRANDIDIER, t. I, p. 174 à 190.]

Ce ne fut pas la seule concession de ce genre que le gouvernement se
crut alors obligé de faire aux menaces de l'opposition. Le 14 décembre
1838, le comte de Montlosier mourait à Clermont, à l'âge de
quatre-vingt-quatre ans. On sait avec quelle sorte de fureur maniaque
il s'était jeté, en 1824, dans les polémiques contre le «parti
prêtre»; depuis lors, il n'en était plus sorti[616]. Néanmoins, tout
en faisant la guerre au clergé, il se flattait de demeurer catholique;
à l'entendre, il ne faisait que rester fidèle aux vraies traditions du
gallicanisme. L'autorité ecclésiastique en jugeait autrement, et quand
M. de Montlosier, malade, demanda les secours religieux, l'évêque
exigea préalablement une rétractation signée de tout ce que le
polémiste avait écrit de «contraire aux dogmes et à la morale de
l'Église». L'obstiné vieillard s'y refusa et offrit seulement de
déclarer qu'il voulait vivre et mourir dans la religion catholique. De
là, de pénibles pourparlers, au milieu desquels survint la mort.
L'enterrement dut alors se faire sans le concours du clergé. L'émotion
fut des plus vives à Clermont, et une violente clameur, dont le
retentissement gagna toute la France, s'éleva contre ce que l'on
prétendait être un acte d'étroite intolérance et de mesquine rancune;
les journaux ennemis de M. Molé avaient soin d'ajouter que le clergé
ne se fut pas permis de braver à ce point l'opinion, s'il n'eût été,
depuis quelque temps, enhardi par les complaisances du ministère.
Peut-être l'évêque n'avait-il pas procédé, en cette affaire, avec tout
le tact désirable[617]. Seulement il avait usé de son droit et fait un
acte de juridiction purement spirituelle, dont le pouvoir civil
n'avait aucunement à connaître. Ainsi que le disait, à ce propos, M.
de Montalembert, «la prière pour les morts, comme pour les vivants,
est un acte libre et spirituel; après tout, l'Église n'est pas
l'administration des pompes funèbres, et on ne peut pas lui commander
des prières, comme on commande des cercueils et des chevaux de
deuil[618]». Le gouvernement cependant, intimidé par le tapage de
presse, et craignant que l'incident ne fût exploité contre lui dans
les débats de l'Adresse, se hâta de déférer la conduite de l'évêque de
Clermont au conseil d'État. Celui-ci déclara, le 30 décembre 1838,
qu'il y avait eu «abus». Les considérants de l'ordonnance suffisaient
à faire ressortir à quel point le pouvoir civil se mêlait de ce qui ne
le regardait pas. Le haut tribunal administratif, dont la plupart des
membres n'étaient probablement, pour leur compte, que d'assez
médiocres chrétiens, jugeait, sur témoignages très-profanes, que «le
comte de Montlosier était mort dans la profession publique de la
religion catholique, apostolique et romaine», qu'il avait «demandé et
reçu le sacrement de pénitence», et il en concluait que «le refus de
sépulture catholique, dans les circonstances qui l'avaient
accompagné, constituait un procédé qui avait dégénéré en oppression et
en scandale public». C'était fournir matière non-seulement aux
protestations de la conscience, mais aussi aux railleries du bon sens.
Timon (M. de Cormenin), plus honnêtement inspiré, cette fois, que dans
ses pamphlets sur la liste civile et l'apanage, publia une _Défense de
l'évêque de Clermont_, adressée aux «révérends pères du conseil
d'État», devenus «juges de la question de savoir si M. de Montlosier
était mort en état de grâce». «Étranges juges, ajoutait-il, auxquels
il ne manque, pour confesser, prêcher et juger ceux qui confessent et
qui prêchent, que la foi, la science, les pouvoirs et le grade.» Il
terminait ainsi: «Je suis chrétien et je me résigne. Mais, ô
monseigneur le ministre des cultes, vénérable et saint pontife qui
présidez à ce concile, et vous, conseillers d'État, ses dignes
acolytes, ô maîtres de la science, ô docteurs en droit administratif
et en droit canon, ô directeurs des âmes, ô flambeaux éclatants de la
chrétienté, ô vengeurs de la foi, ô les derniers pères de l'Église, je
vous en supplie, je vous en conjure, daignez ne prononcer votre
sentence contre moi que lorsque chacun de vous se sera mis en état de
pouvoir réciter couramment le _Pater noster_; ce sera du moins, de
cette affaire, quelque chose qui restera.» Les rieurs ne furent pas du
côté du conseil d'État.

[Note 616: Sur le personnage et sur son oeuvre, je ne puis que me
référer à ce que j'en ai dit dans mon livre sur le _Parti libéral sous
la Restauration_, p. 386 à 392.]

[Note 617: M. de Montalembert, quelques jours après, disait, à la
tribune de la Chambre des pairs: «Quant à la malheureuse affaire de
Clermont, je ne crois pas que personne ait plus sincèrement, plus
profondément regretté et déploré que moi la conduite de l'évêque, en
cette circonstance.» (Discours du 27 décembre 1838.)]

[Note 618: _Ibid._]

Ces précautions prises avec plus de prudence que d'héroïsme, le
ministère put attendre, sans inquiétude, que les coalisés portassent à
la tribune leurs griefs contre sa politique religieuse. Ce fut M.
Cousin qui commença l'attaque, à la Chambre des pairs[619]. D'une voix
tragique, il vint reprocher au cabinet la «renaissance de la
domination ecclésiastique». Comme preuve à l'appui, il cita la
conduite de l'évêque de Clermont, puis ajouta avec un accent d'effroi:
«Le bruit se répand que Saint-Acheul se relève de ses cendres.» Il
arguait aussi de certains désordres, récemment survenus, dans la ville
de Reims, à l'occasion d'une prédication. Y avait-il donc eu, en ce
dernier cas, quelque imprudente provocation du prédicateur? Non,
celui-ci avait simplement rappelé l'échec de Napoléon dans sa lutte
contre la papauté. Il n'en avait pas fallu davantage pour qu'une bande
de tapageurs vînt faire du trouble dans l'église, dévaster la maison
du curé et briser des réverbères. Le _Journal des Débats_ avait été
mieux inspiré que M. Cousin, quand il ne trouvait à relever, dans cet
incident, d'autre intolérance que l'intolérance populaire. Le garde
des sceaux dégagea la responsabilité du gouvernement des deux premiers
faits incriminés, en rappelant qu'il y avait appel comme d'abus contre
l'évêque de Clermont et en annonçant que l'institut de hautes études,
établi à Saint-Acheul, venait d'être dissous. Quant aux désordres de
Reims, le ministre s'étonna que le blâme de M. Cousin n'eût pas été
pour l'émeute. Il protesta d'ailleurs que le clergé n'avait pas
d'intentions mauvaises, et qu'en tout cas le gouvernement saurait le
contenir. M. Villemain ayant insisté dans le sens de M. Cousin, M. de
Montalembert vint faire enfin entendre le vrai langage de la liberté
religieuse. «Je croyais, dit-il, la révolution de Juillet destinée à
élargir toutes nos libertés; mais, s'il faut en croire ces messieurs,
l'Église serait exceptée.»

[Note 619: 26 décembre 1838.]

En somme, si le ministère ne s'était pas défendu fièrement, l'attaque
dirigée contre lui n'avait pas été heureuse: elle ne laissait même pas
que d'avoir été un peu ridicule. Le public souriait plus qu'il n