Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3273, 18 Novembre 1905
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3273, 18 Novembre 1905" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'Illustration, No. 3273, 18 Novembre 1905

Avec ce Numéro: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE
CONTENANT
LA MARCHE NUPTIALE


LA REVUE COMIQUE, par Henriot.


Ce numéro contient quatre pages sur les troubles de Russie, non
brochées. En supplément: L'ILLUSTRATION THÉÂTRALE avec le texte complet
de LA MARCHE NUPTIALE, par Henry Bataille.

L'ILLUSTRATION _Prix de ce Numéro: Un Franc._ SAMEDI 18 NOVEMBRE 1905
_63e Année--Nº 3273_

UNE «BANDE NOIRE» A MOSCOU

_Des Russes qui marchent derrière le portrait du tsar et le drapeau
national devraient inspirer toute la sympathie due à des défenseurs de
l'ordre. Pourtant les correspondances de Russie attribuent aux «cent
noirs» un rôle équivoque et odieux: celui de provoquer des désordres
pour donner aux autorités l'occasion de les réprimer. Bien plus, ce
seraient ces bandes noires qui, sous l'oeil indifférent de la police,
massacreraient les étudiants à Moscou, les juifs à Odessa, et qui
partout pilleraient et incendieraient les magasins et les demeures des
«ennemis de l'autocratie»._



COURRIER DE PARIS

JOURNAL D'UNE ÉTRANGÈRE

Une nouvelle jetée distraitement, par un étudiant qui passe, à un ami:
«Rambaud est mort.» Et l'on parle d'autre chose,--des cours de la
Faculté, dont la réouverture est prochaine et que de vastes affiches
blanches annoncent sur les murs du quartier. Les morts vont vite,
dit-on; et cela tient sans doute à ce que les vivants vont vite aussi.
Il faut marcher, se débrouiller dans la cohue des concurrences qui vous
pressent et vous poussant, et le temps manque un peu de s'attarder à la
vue des cercueils qui passent. Celui-là pourtant fut un homme dont le
souvenir devrait rester cher aux étudiants de Paris. J'avais rencontré
Rambaud plusieurs fois dans les couloirs de la Sorbonne et, comme
j'avais lu les livres qu'il a écrits sur mon pays (il était un des rares
Français qui en connussent bien l'histoire), j'éprouvai un jour le désir
de causer avec lui. Un ami présenta l'étudiante au maître, et c'est lui
qui parut intimidé. Déjà malade, il parlait d'une voix douce et
fatiguée, écoutait d'un air surpris les éloges que j'osais lui adresser,
les yeux écarquillés sur une face souriante; et je fus frappée, comme
confuse, de l'étrange modestie de ce sénateur infiniment savant, qui ne
semblait même pas se souvenir qu'il eût été ministre.

Mais il n'en fut pas beaucoup plus fier à l'heure même où il l'était, et
l'ami qui me présentait à lui me conta ce jour-là, je m'en souviens, une
anecdote charmante:

Rambaud venait d'être nommé, il y a de cela huit ou neuf ans, ministre
de l'Instruction publique. Il habitait rue d'Assas un tout petit hôtel,
dont son cabinet de travail emplissait l'étage supérieur. En apprenant
l'heureuse nouvelle, ses amis se précipitent, veulent lui serrer la
main. Mme Rambaud les arrête: «Il est absent pour quelques heures,
dit-elle; excusez-le.» Puis se tournant vers l'ami qui me contait
l'anecdote: «Il ne peut recevoir personne en ce moment; mais montez à
son grenier, vous l'y trouverez.»

Il était là en effet, tout seul, au milieu d'un désordre de bouquins, de
dossiers, de paperasses amoncelés,--assis devant une petite table où
s'alignaient des fiches couvertes de sa fine écriture. A peine leva-t-il
la tête: «Mon cher, pardonnez-moi; je suis très pressé. Mon éditeur
attend ces fiches; ce sont des renseignements que je lui ai promis, une
«bibliographie polonaise» dont il a besoin... C'est très ennuyeux à
faire; mais me voilà ministre, et cette besogne ne sera jamais finie si
je ne l'achève à présent.» Et le nouveau grand maître de l'Université
continua ainsi toute la nuit le classement de ses petits papiers, aussi
paisible que si nulle autre pensée n'eût occupé son esprit. N'est-ce pas
là un joli trait de probité professionnelle?

                                   *
                                  * *

... Concerts Rouge. La réouverture s'en est faite en même temps que
la Sorbonne rappelait à elle ses étudiants. Les concerts Rouge ne
sauraient être classés au nombre des attractions dites «parisiennes». Le
Paris de la rive droite et des boulevards, en effet, les ignore; ou,
s'il a entendu parler d'eux, c'est par hasard, comme d'un spectacle qui
serait à la mode à Etampes ou à Meaux. Il n'y vient donc pas. Car il ne
sied point que Paris aille s'amuser en province; et, le Quartier latin,
n'est-ce pas un morceau de province dans Paris?

Nous sommes donc, gens de rive gauche, très «entre nous» dans cet
endroit-là. Rué de Tournon. Une vaste salle basse encombrée de petites
tables rondes et de sièges en velours grenat. Cercle, salle de
conférences, ou café? On ne comprendrait pas à quoi ce local singulier
peut servir, si l'estrade carrée qui en forme le centre, et que meublent
une contrebasse et un piano, n'indiquait que c'est pour entendre de la
musique qu'on vient ici. C'est une des singularités de Paris qu'on y
rencontre, le soir, à peu près tous les genres d'amusements, excepté le
plus simple et le plus sain de tous: un peu de bonne musique à bas prix.
Les concerts Rouge nous donnent cela. Ils nous le donnent très
simplement. Sept ou huit musiciens à peine composent leur orchestre; un
paravent les protège contre les curiosités du passant...
Malheureusement, il y a les bruits de la rue, qui ne peuvent être
évités, et quand, sur le pavé cahoteux, toutes les cinq minutes,
l'omnibus de Batignolles vient couper de son coup de tonnerre la phrase
de Schumann ou de Bach qui commençait d'enchanter nos oreilles, nous
souffrons un peu... Mais c'est tout de même Schumann et c'est tout de
même Bach; et c'est, à côté d'eux, Beethoven, Mozart, Haydn, Gluck, tous
les bons maîtres. Il est permis de boire, mais on boit peu. Il est
permis de fumer, mais à peine la musique est-elle commencée que
d'elles-mêmes les cigarettes s'éteignent. On écoute... Autour de moi, j
entends parler diverses langues. Les étudiants étrangers surtout
affluent ici. Ils préfèrent cette petite salle aux music-halls du
boulevard, aux cabarets de Montmartre; elle est pour eux comme un refuge
au milieu de séductions qui les effarouchent encore plus qu'elles ne les
tentent. Et c'est tant mieux pour Paris. Ils pourront, en sortant des
concerts Rouge, écrire chez eux que cette ville de perdition est tout de
même un peu calomniée; que d'autres attractions que le cake-walk, la
_mattehiche_, les luttes à main plate et la chansonnette grivoise y sont
possibles, et que, même entre neuf heures et minuit, la vertu peut y
rencontrer du plaisir...

                                   *
                                  * *

Habillés de minces couvertures de toutes les couleurs, les petits
almanachs de 1906 (déjà!) s'éparpillent sur ma table: littérature à dix
sous le volume et qui sera demain, pour plusieurs semaines, l'aliment et
le régal de quelques millions d'esprits. J'ai cette faiblesse: j'adore
les almanachs, et je suis allée tout à l'heure en faire ma provision rue
Garancière. C'est de là qu'ils sortent presque tous: l'almanach
Liégeois, ceux de Mathieu de la Drôme (le _double_ et le _triple_); ceux
des campagnards et ceux des citadins; des cuisinières et des demoiselles
à marier; des militaires et des ecclésiastiques; l'almanach triste et
l'almanach gai; celui qui propage le calembour et celui qui donne des
leçons de vertu... De tous ces livrets s'exhale je ne sais quel parfum
d'ingénuité qui me touche; et je les feuillette avec une satisfaction où
nulle ironie ne se mêle. Ces almanachs me reposent de beaucoup de
livres. La vertu n'y est point enseignée par des arguments très savants
et la plaisanterie n'y est pas toujours délicate; mais on sent que le
moraliste et l'humoriste, en ces petites pages, se sont mis d'accord
pour adapter le ton de leur prédication et la forme de leur fantaisie
aux goûts et aux habitudes d'une clientèle un peu ignorante des
raffinements de la pensée. Cela est simple et sain comme des tranches de
pain de ménage; et j'ai connu tant de grands dîners au lendemain
desquels un morceau de pain de ménage était si doux à l'estomac! Des
historiettes, des recettes de cuisine, de couture ou de jardinage, des
biographies de grands hommes, des «bons mots» dont la plupart ont déjà
servi, et voila de quoi répandre un peu d'amusement, de joie propre,
dans l'atelier, dans la mansardé ou dans la chaumière. Qu'est-ce que
seront pour les millions d'êtres qui les vont feuilleter ces douze
colonnes de jours dont l'almanach tout neuf leur apporte la liste?
Qu'est-ce que la vie va verser pour chacun d'eux de douleurs ou de joies
dans ces cinquante-deux semaines-là? Cela aussi donne à rêver; et je
pense, en feuilletant mes petits livres, à la réflexion dont Henri
Murger accueillit, un jour de décembre, le facteur qui lui apportait le
calendrier de l'année nouvelle.

Murger considérait le carton d'un air soupçonneux, le retournait en tous
sens, puis:

--Il est bon, votre calendrier?

Le facteur ne comprenait pas. Murger ajouta doucement:

--Je vous demande cela parce que je n'ai pas été très content de celui
de l'année dernière...

SONIA.



NOS ROMANS

_Nous commençons dans ce numéro la publication de_

La Toison d'or, par J.-H. ROSNY.

_Nos abonnés, qui n'ont pas oublié_ la Collectionneuse, _parue dans_
L'Illustration en 1904, _savent déjà qu'un roman des frères Rosny n'est
pas seulement une belle oeuvre littéraire, mais qu'à leur maîtrise de
style, ces deux écrivains joignent les dons d'imagination qui font seuls
les grands conteurs_. La Toison d'or _est un récit qui, dès le début,
intéressera tous les lecteurs,--et qui, un peu plus loin, les
passionnera._

_Il y a quelque temps, nous avions promis une surprise à nos abonnés,
dans le domaine du roman. Elle sera double._

_On sait que, depuis quelque? années, le théâtre enlève au roman
beaucoup des meilleurs écrivains. Puisque les romanciers font des
pièces, pourquoi les romans ne seraient-ils pas écrits désormais par les
auteurs dramatiques? C'est ce que_ L'Illustration _a suggéré l'été
dernier à deux des plus illustres, au lendemain de deux des plus beaux
triomphes de leur carrière._

_L'entreprise tenta tout de suite M. Henri Lavedan, qui voulut bien nous
promettre de consacrer les vacances que lui donnait le succès éclatant
du_ Duel _à écrire pour_ L'Illustration _un roman. Cette oeuvre est
terminée aujourd'hui. Le brillant académicien, dont le souple génie
littéraire est coutumier de ces transformations, s'est acquitté comme en
se jouant de cette tâche nouvelle. Et nous avons ainsi le plaisir
d'annoncer pour le 17 février 1906 (dans trois mois), les premières
pages de_

                    Le Bon Temps, par HENRI LAVEDAN.

_M. Alfred Capus, avant de faire jouer les exquises comédies qui l'ont
rendu célèbre, avait publié déjà quelques romans: mais son nom n'était
pas encore prestigieux et c'est aujourd'hui seulement qu'on en apprécie
la philosophie souriante et les fines analyses. Lui aussi nous donnera
en 1906 un roman nouveau, écrit entre son succès d'hier_: Monsieur
Piégois, _et ses succès de demain_: l'Attentat _et_ les Passagères.
_Nous publierons dans le courant de l'année prochaine:_ Robinson, par
ALFRED CAPUS. _Comme nous l'avons annoncé déjà, c'est aux lecteurs de_
L'Illustration _qu'est réservée également la primeur des oeuvres
nouvelles de deux des premiers romanciers d'aujourd'hui:_

La Mémoire du coeur, par MICHEL CORDAY.
et

La Douceur de vivre, par MARCELLE TINAYRE.
_Ces cinq romans, imprimés sur papier vergé, et illustrés de belles
gravures en deux tons, formeront à la fin de 1906 un magnifique volume
de bibliothèque, de plus de 500 pages, contenant 50 hors texte._

NOS SUPPLÉMENTS DE THÉÂTRE
_Nous donnons avec ce numéro:_
La Marche nuptiale, par HENRY BATAILLE.

_Nous publierons la semaine prochaine:_
Bertrade, par JULES LEMAITRE.

_Et, dans les numéros de décembre et janvier:_
Les Oberlè, par EDMOND HARAUCOURT,
(d'après le roman de René Bazin);
La Rafale, par HENRY BERNSTEIN;
Jeunesse, par ANDRÉ PICARD;
Le Réveil par PAUL HERVIEU
_ainsi que les autres pièces à succès qui seront représentées dans cette
période._



[Illustration: L'EXCITATION A L'ÉMEUTE, LE JOUR DU MANIFESTE, A ODESSA]

Cette gravure et celle qui représente la «bande noire» parcourant les
rues de Moscou caractérisent et résument en quelque sorte les deux
mouvements populaires en conflit dans les événements qui se déroulent
actuellement en Russie: révolution et contre-révolution.

Le pouvoir a espéré que l'octroi, par lui, au peuple russe, des libertés
essentielles allait soulever dans l'empire entier une explosion
d'allégresse. Il a provoqué, invité la foule à la joie. Des
illuminations ont été préparées partout. A Odessa, par exemple, où fut
prise la photographie ci-dessus, le blason impérial, que surmonte le
premier vers de l'hymne impérial, voeu et prière, _Boje Tsara kram_, est
prêt à illuminer de son aigle de feu le péristyle de la Douma. Mais les
agitateurs l'ont entendu autrement. Il leur faut plus encore qu'on ne
leur promet, qu'on ne leur donne, et ce premier succès les enhardit. Une
foule se rue vers la Douma, parée pour la fête. Plus d'illuminations.
_Boje, Tsara_ les deux premiers mots de l'inscription, le nom de Dieu,
celui de l'empereur, sont arrachés, brisés, et, dans la carcasse
métallique des armoiries, des orateurs grimpent pour haranguer les
manifestants et les exciter à la révolte.

En face de cette attitude, les conservateurs, naturellement,
s'organisent aussi,--pour résister et encourager l'empereur à la
réaction. Et c'est l'origine de la création des bandes dites «cent
noirs», véritables partis de contre-révolutionnaires, de chouans,
eussent dit nos grands-pères, décidés à s'opposer par la violence à la
violence, à répondre aux excès par des excès pareils, et dont le choc
contre les éléments de la révolution a déjà fait couler tant de sang.



LES TROUBLES D'EKATERINOSLAV

Ekaterinoslav, sur le Dnieper, ville essentiellement industrielle et
siège, notamment, des usines métallurgiques connues de la «Société de la
Briansk», les «Aciéries», a été, dans toute cette période
révolutionnaire, le théâtre de troubles très graves. Sa population
ouvrière, d'ailleurs, agitée depuis plusieurs années déjà, avait fait
depuis longtemps l'apprentissage de la grève et de l'insurrection. Plus
qu'ailleurs on a procédé ici par le mode stratégique, si l'on peut dire,
élevant dans les rues, des barricades, et réduisant, par le siège en
règle, les établissements industriels qui tentaient de résister à
l'émeute. A l'aide de barrages métalliques, dont les éléments avaient
été empruntés aux grandes usines métallurgiques de la ville, on
obstruait les rues, dont la défense était ainsi facile contre les
cosaques armés de leurs nagaïkas, de leurs sabres et de leurs carabines.
La lutte, sur certains points, a été acharnée, et de nombreux cadavres,
des blessés en quantité, ont jonché le sol. Les émeutiers ont d'ailleurs
réussi à 'détruire toutes les maisons contre lesquelles leur action
était dirigée et c'est ainsi qu'ont été anéanties complètement et
l'usine de mélasse, et l'usine de savon Minuchine, rue Ulianovskaïa, que
nos photographies montrent après l'incendie.



[Illustration: A EKATERINOSLAV.--Usine de mélasse incendiée et pillée.]

[Illustration: L'usine de savon Minuchine, après l'incendie.]

UNE VICTIME DES ÉMEUTES DE MOSCOU

M. Baumann était l'un des champions les plus ardents de la cause
libérale à Moscou. De sa profession médecin-vétérinaire, il s'était
acquis, par sa bienveillance envers les humbles, une véritable
popularité. Le 31 octobre, jour de la publication du manifeste impérial
qui donnait une première victoire à la cause pour laquelle il
combattait, il tombait, victime de ses convictions, tué au cours d'une
manifestation. Ses concitoyens lui ont fait des funérailles comme Moscou
n'en avait pas vu encore, et qui dépassaient, par leur impressionnante
solennité, par l'affluence du peuple qui se pressait derrière le char
funèbre, celles même du prince Troubetzkoï. Plus de 300.000 personnes,
un millier de couronnes et 300 étendards suivaient ce cercueil drapé de
rouge et que ne précédait aucun prêtre. Cette manifestation, dans une
ville surexcitée au point où l'est Moscou, devait presque fatalement
attirer des représailles. Et, le soir, comme les étudiants qui avaient
accompagné les restes de M. Baumann à sa dernière demeure regagnaient
l'Université, ils furent assaillis par une «bande noire» près du manège
municipal. Une bataille en règle s'engagea. Une douzaine d'hommes furent
tués: une cinquantaine, blessés.

[Illustration: A MOSCOU.--Les funérailles du médecin-vétérinaire
Baumann, tué le 31 octobre.]



_Ici s'intercalent quatre pages, non brochées, paginées
323-326, 327, 328._



[Illustration: EN FINLANDE.--La foule sur la place du Sénat, à
Helsingfors, attendant la proclamation de l'oukase impérial.]

Pendant que le reste de la Russie était en proie aux troubles les plus
graves, en Finlande, toute une véritable révolution s'opérait
pacifiquement. Profitant des circonstances, les Finlandais ont recouvré
brusquement toutes les libertés qui leur avaient été successivement
enlevées par le tsar Nicolas II, et que celui-ci leur a rendues par son
oukase du 4 novembre.



[Illustration: EN POLOGNE.--La grande démonstration nationale du 5
novembre à Varsovie.]

Après les incidents sanglants du 1er novembre, où la foule qui
manifestait sans violence sur la place de l'Hôtel-de-Ville, pour
réclamer l'élargissement des prisonniers politiques, fut sabrée par les
cosaques, la capitale de la Pologne eut, le dimanche 5 novembre, une
journée où l'on aurait cru voir l'aurore d'une ère nouvelle. Pour fêter
le manifeste impérial accordant la liberté personnelle à tous les sujets
russes, une immense démonstration d'allégresse avait été organisée. Un
cortège de 200.000 hommes de tout âge et de toute condition, qui
promenaient des drapeaux aux couleurs polonaises (amarante, avec l'aigle
blanc à un bec), portant l'inscription: _Pour la Patrie, la Liberté et
le Peuple_, parcourut dans un ordre parfait, précédé par le clergé, les
principales artères de la ville, en chantant l'air national: _la Pologne
n'est pas encore perdue_. Le soir, Varsovie fut illuminée... On sait ce
qui s'est passé depuis: l'état de siège appliqué à la Pologne entière,
et ce malheureux pays excepté des mesures libérales dont doivent
bénéficier les autres parties de l'empire.



[Illustration: UN RENDEZ-VOUS DE CHASSE A COURRE AU DÉBUT DU VINGTIEME
SIÈCLE]

_Il n'est pas besoin d'être un vieux chasseur pour se rappeler avec
émotion le joli et pittoresque spectacle que présentait, dans le
sous-bois d'automne, ou dans la cour du château accueillant, un
rendez-vous de chasse, naguère. Tandis qu'à cheval caracolaient déjà et
de souples amazones, le «lampion» sur l'oreille, et des officiers
sanglés dans leur dolman bien ajusté, et les chasseurs les premiers en
selle de l'équipage, des breaks, des victorias, des landaus, des
tilburys, tous les véhicules disponibles, se chargeaient de la foule
impatiente des invités; les hennissements des attelages répondaient à
ceux des chevaux de selle, piaffant. L'avènement de l'automobile a
changé, et profondément, tout cela. Et c'est le ronflement des
teufs-teufs qui accompagne désormais le sémillant brouhaha du départ en
forêt; ce sont de rapides_ quarante chevaux _qui emmènent, en trépidant
et soufflant, vers les futaies défeuillées, les belles spectatrices
doublement emmitouflées, contre l'hiver, contre le vent, coiffées
d'hétéroclites casquettes plus volontiers que de chapeaux élégants,
voilées d'épaisses gazes ou masquées de lourdes lunettes, et pourtant
gardant toujours leur charme d'élégance sous le faix des manteaux-sacs,
derrière l'armature disgracieuse des besicles de route._



UN ATTENTAT ANARCHISTE A PÉKING

Une mission, chargée par le gouvernement chinois d'aller étudier sur
place les institutions européennes, devait quitter Péking le 24
septembre dernier. Au jour fixé, ses membres s'installaient dans un
train spécial à destination de TienTsin, lorsqu'une formidable explosion
se produisit à l'intérieur de la voiture qu'ils occupaient: une bombe
venait d'éclater, tuant quatre personnes, en blessant une vingtaine,
entre autres le prince Tsai et Ou-Ting-Fang, ministre des Voies et
Communications, ceux-ci d'ailleurs peu grièvement. La première victime
avait été l'auteur de l'attentat: sur le plancher du wagon, au pied d'un
bureau adossé à une cloison, au milieu d'une mare de sang où
s'apercevaient des éclats de l'engin, il gisait, la tête fracassée,
affreusement défiguré et mutilé. Notre document photographique montre le
corps à l'endroit même de sa chute, et la tension des bras de l'aide
requis par l'opérateur y indique l'effort nécessaire pour soulever
devant l'objectif cet amas presque informe d'os broyés et de chairs
pantelantes. Quant aux dégâts matériels, panneaux disloqués, portières
arrachées, etc., deux vues extérieures de la voiture achèveront d'en
donner une idée: l'une, prise du côté de l'explosion, face à la muraille
séparant la ville chinoise de la ville tartare; l'autre, du côté opposé.
Au moment de l'explosion, la panique affola mandarins, employés de la
gare, soldats, policiers, et il convient de noter que ce furent des
officiers français de la légation, venus pour saluer quelques-uns des
voyageurs, qui organisèrent les premiers secours. Ainsi donc, l'Occident
n'a plus le monopole de l'anarchisme, et il est assez curieux de voir un
«compagnon» chinois en fournir la preuve par un attentat contre des
réformateurs disposés à emprunter à l'Europe les institutions que la
Chine lui envie.

[Illustration: Le wagon dynamité photographié du côté où s'est produit
l'explosion.]

[Illustration: En gare de Péking: le wagon dynamité, avec deux volets
arrachés.]

[Illustration: L'auteur de l'attentat anarchiste en gare de Péking,
première victime de sa bombe.--_Photographie prise dans le wagon
dynamité._]



[Illustration: Les recrues prêtant serment au drapeau, en présence de
l'empereur d'Allemagne et du roi d'Espagne, au Lustgarten.]

Le roi d'Espagne, qui a repris la série de ses visites aux chefs d'État,
inaugurée par ses voyages en France et en Angleterre, vient de consacrer
près d'une semaine à l'Allemagne, du 6 au 12 novembre. Pendant son
séjour, réceptions, représentations de gala, chasses, excursions se sont
succédé sans incident notable, suivant un programme strictement
officiel. Ce sont surtout des spectacles militaires que l'empereur s'est
plu à offrir à son hôte, conciliant ainsi sa propre prédilection avec le
goût marqué du jeune roi pour les armes. Dès le lendemain de son arrivée
à Berlin, il le faisait, assister à la cérémonie de la prestation de
serment des recrues incorporées dans les régiments de la garde. Cette
cérémonie eut lieu le matin, au Lustgarten; Guillaume II avait revêtu
l'uniforme de feld-maréchal et Alphonse XIII celui de général; la
présence du kronprinz et d'un nombreux état-major rehaussait encore
l'éclat de la parade. Ce fut un tableau vraiment curieux, surtout par
l'aspect des troupes massées en ordre serré et dont les plumets
formaient comme un champ d'étranges floraisons que dominaient les
casques empanachés des deux souverains à cheval.

[Illustration: A BERLIN.--LL. MM. Guillaume II et Alphonse XIII, le
premier en feld-maréchal, le second en général, passent la revue des
recrues--_Phot. Carl. Delius._]

LE ROI D'ESPAGNE EN ALLEMAGNE



LES LIVRES ET LES ÉCRIVAINS

UN HISTORIEN QUI FUT MINISTRE:

M. ALFRED RAMBAUD.

M. Alfred Rambaud, membre de l'Institut, ancien ministre, vient de
mourir à Paris, à l'âge de soixante-trois ans.

[Illustration: M. Alfred Rambaud.--_Phot. Larger_.]

Universitaire des plus distingués, au sortir de l'École normale, après
un court passage dans l'enseignement secondaire, il avait professé aux
facultés des lettres de Caen et de Nancy, puis à l'école de Sèvres, et,
lors de la création, à la Sorbonne, d'une chaire d'histoire
contemporaine, il en était devenu titulaire. Il représentait le
département du Doubs au Sénat quand il fut chargé, de 1896 à 1898, du
portefeuille de l'Instruction publique, dans le cabinet Méline. En 1897,
il remplaçait le duc d'Aumale à l'Académie des sciences morales et
politiques. Comme historien, M. Alfred Rambaud laisse un grand nombre
d'ouvrages très estimés, notamment sur la Russie, dont, au cours de
plusieurs missions, il avait étudié de près la politique, les moeurs et
la littérature. Ses autres travaux les plus importants sont: _la France
coloniale, la Civilisation française_ et sa collaboration, avec M.
Lavisse, à une _Histoire générale de l'Europe_. Son dernier ouvrage
publié est une remarquable biographie de Jules Ferry, dont il fut le
chef de cabinet à l'Instruction publique. Il avait dirigé la Revue Bleue
pendant quelques aimées.



VIENNENT DE PARAÎTRE:

Romans.

Les lecteurs de _L'Illustration_, qui accueillirent avec une faveur si
marquée, d'abord _les Archives de Guibray_, puis _Dans la paix des
campagnes_, ont eu l'occasion de constater que M. Maurice Montégut est
non seulement un des représentants les plus justement réputés du roman
«romanesque», mais encore un de nos conteurs les mieux doués et les plus
séduisants. Dès le début, son récit éveille notre intérêt, excite notre
curiosité: quand il nous a saisis, il nous tient étroitement captifs, il
nous entraîne jusqu'au bout, charmés, émus, intrigués. Et cet empire, il
l'exerce par des moyens de bon aloi, en écrivain aussi soucieux de la
dignité des lettres qu'expert en la pratique de son art: un sujet non
banal, se prêtant dans une juste limite aux combinaisons de
l'imagination créatrice, quoique tiré des réalités de la vie; des
développements où les péripéties dramatiques, savamment graduées sont
les conséquences vraisemblables et logiques de la donnée initiale; une
construction d'ensemble à la fois élégante et solide; du mouvement et de
la couleur; des morceaux descriptifs révélant à propos chez
l'observateur la survivance du poète, ainsi, se résume, si l'on peut
dire, la technique du maître romancier. Appréciée d'un public d'élite,
la valeur de ses ouvrages, est-il besoin de l'ajouter, se rehausse d'une
parfaite tenue littéraire.

Toutes ces fortes qualités d'un talent en pleine maturité se retrouvent
dans le nouveau volume, _Papiers brûlés_, dont vient de s'augmenter
l'oeuvre déjà considérable de M. Maurice Montégut. Rien de plus
attachant, de plus poignant, de plus douloureusement humain que
l'histoire de Prosper Thibault, ce pauvre petit employé de ministère
qui, par un méchant caprice du hasard, détenteur ignoré d'un trésor
auquel la probité élémentaire lui interdit de toucher, lutte pendant des
années contre les tentations où l'induisent non la cupidité, mais des
sentiments honnêtes en soi et des circonstances vraiment atténuantes.
Autour du héros, caractère faible, volonté indécise, physionomie plutôt
sympathique, évoluent, non moins bien observées et dessinées, chacune à
son plan, diverses figures typiques nécessaires à l'action. En somme,
c'est, sous la forme attrayante du roman, l'étude très serrée d'un cas
de conscience singulièrement émouvant.

Au premier volume de son roman, _Jean Christophe: l'aube_, M. Romain
Rolland vient de donner une suite en deux parties, _Jean Christophe: le
matin, l'adolescent_ (Ollendorff, 2 vol., 7 fr.) Au matin, dès les
années de l'enfance, l'âme sauvage, isolée et douloureusement fière du
petit musicien Jean Christophe s'éveille à l'amitié d'abord (Otto), puis
à l'amour (Mina), l'amour vierge que nulle matérialité ne ternit. Ce
sont là les premières émotions vives de la vie. Jean Christophe les
subit avec une violence, une intensité d'enthousiasme et de souffrance,
qui mûrissent son esprit en deux étés. Les crises de l'enfance préparent
les crises des années de transition. Adolescent, Jean Christophe
raisonne les conceptions toutes faites qui vaguent dans son esprit.
Bientôt, il ne croit plus en Dieu. Après une infidélité de sa première
maîtresse (Ada), après la félonie d'un frère aimé, l'artiste cesse de
croire à l'amour, à l'affection familiale, à l'amitié. Il n'a plus foi
en lui-même. Alors, puisque le coeur meurt, puisque les ambitions sont
irréalisables, pourquoi vit-on? «Pour vivre», répond un pauvre homme qui
passe. Et, de fait, il suffit d'une embellie de soleil après la brume
pour rendre à Jean Christophe le courage, le goût, la volupté de vivre.

Le livre de M. Romain Rolland est fortement pensé. Il renferme un monde
d'idées qu'exprime, dans d'heureuses pages, un style exact et concis.
C'est vraiment une oeuvre de grande allure qui, peut-être, eût encore
gagné en puissance à se condenser en un seul volume, mais qui n'en est
pas moins harmonieuse, compacte et bien vivante.

Sous ce titre suffisamment suggestif, _le Marchepied_ (Flammarion. 3 fr.
50) M. Daniel Riche nous raconte un de ces mariages d'argent par où
l'homme peu fortuné cherche à se faciliter l'ascension vers le but de
ses ambitions. Tel est le cas de Georges Frémiet, un clerc d'avoué
besogneux, qui, convoitant une étude, épouse, pour la grosse dot,
Emmeline Rodrannes, en jouant devant la jeune fille la comédie de la
passion désintéressée. Quelques remords--car il n'est point malhonnête
au fond--et surtout le chantage d'un financier véreux, doublé d'un agent
matrimonial, lequel lui tendit l'appât tentateur, sont d'abord sa
punition; même, son bonheur doré est à la veille de s'écrouler, lorsque
tout s'arrange, grâce à la puissance irrésistible de l'amour. Cet
heureux dénouement n'a, en somme, rien d'invraisemblable, et il n'est
pas pour déplaire aux nombreux lecteurs que laissent toujours sous une
impression plutôt optimiste les romans de M. Daniel Riche, écrits d'une
main preste, bien vivants, fertiles en émotions.

Une bluette au refuge du Lautaret, un petit roman d'amour, sans grande
émotion, entre deux touristes, tel est le sujet de la nouvelle qui donne
son nom: _le Chalet dans la montagne_ (Fasquelle, 3 fr. 50), au livre de
M. Eugène Montfort. Suivent des notes de voyage prises à Barcelone la
nuit, à Florence, à Oxford et en Écosse.

_Variétés historiques et pittoresques._

Il y a des pages coloriées et d'étincelantes descriptions dans _la Cité
de la mort_, de M. Louis Bertrand (Ollendorff, 3 fr. 50). L'auteur nous
donne une vision neuve de l'Afrique du Nord considérée comme pays latin.
Mais n'y aurait-il pas quelque souvenir de Loti dans la manière dont M.
Louis Bertrand a brossé ses paysages?

M. Emmanuel Rodocanachi, l'auteur de tant de remarquables études
relatives à l'histoire de Rome, a consacré une substantielle monographie
au _Capitole romain antique et moderne_ (Hachette, 5 fr.) Cette nouvelle
contribution vaut à plusieurs titres: importance du sujet, abondance et
qualité des documents (y compris de nombreuses gravures). Le
Capitole--ce vocable fameux désigne à la fois, on le sait, la colline
elle-même et ses édifices--a eu, selon les propres expressions du savant
écrivain, ce rare privilège de demeurer, à travers les âges, le centre
et comme le symbole de la vie politique de Rome; il en a été bien
réellement la tête, ainsi que son nom l'y prédestinait. Aussi ses
transformations successives offrent-elles le plus haut intérêt. C'est à
nous les retracer, depuis les origines jusqu'à l'époque moderne, que M.
Rodocanachi s'est appliqué, avant de nous guider pas à pas parmi les
curieuses et instructives collections archéologiques du musée capitolin.
Il l'a fait avec la précision et la variété d'une érudition où le souci
de l'art sous ses diverses formes, monuments, statues, etc., s'allie
étroitement à la science historique la plus sûre.

_Questions sociales._

L'application, à la Russie réformée, des théories de Henry Georges sur
la nationalisation du sol, voilà, d'après Tolstoï, le seul moyen de
rendre la vie possible au paysan russe qui meurt de faim. La terre est
accaparée par ceux qui ne travaillent pas. Ceux qui remuent le sol--ils
sont cent millions!--ne peuvent, par leurs propres efforts, subvenir à
leur existence. Et c'est là le _Grand Crime_ (Fasquelle, 3 fr. 50) que
dénonce le célèbre penseur. En tête de ce plaidoyer pour les misérables,
Tolstoï adresse un éloquent appel au tsar. Ajoutons que l'oeuvre est
accompagnée d'une remarquable préface de M. Halpérine-Kaminski,
l'éminent traducteur.



DOCUMENTS et INFORMATIONS

LES USINES DE NIAGARA.

L'énergie électrique fournie par les chutes du Niagara et distribuée par
la _Niagara Falls Power Company_ est utilisée actuellement par trois
services: le service de Niagara même, absorbant 45.000 chevaux qui
assurent l'éclairage de la ville, la marche du tramway et le
fonctionnement de trente usines, presque toutes consacrées à
l'électrolyse; le service de la rive canadienne, où le courant est amené
par des conducteurs suivant le pont métallique, encore à ses débuts et
consommant 2.000 chevaux; le service à longue distance vers Buffalo (32
kilomètres). Tonawanda, Lockport et Olcott, qui distribue 30.000
chevaux, dont 24.000 à la seule ville de Buffalo.

Pour cet envoi à distance, le courant, en sortant des dynamos
génératrices, est amené à la tension de 22.000 volts par des
transformateurs qui en absorbent une partie et qui représentent
eux-mêmes une dépense appréciable. Les droits de parcours, l'entretien
des conducteurs, la déperdition d'énergie, la retransformation du
courant à son arrivée à Buffalo et sa distribution, augmentent beaucoup
les frais. Et, s'il est exact que la perte par transmission entre
Niagara et Buffalo n'excède pas 10%, le prix de l'énergie transmise se
trouve majoré dans une proportion beaucoup plus considérable: il reste,
cependant, intérieur au prix que pourrait offrir une production locale.
Mais c'est là un cas d'espèce, et M. H.-W. Buck, dans un rapport aux
membres des Sociétés d'ingénieurs américains, se prononce formellement,
au point de vue économique, contre le système du transport de la force.
Il estime que les industries ont un intérêt indiscutable à se grouper
près des chutes.

La puissance de la cataracte est évaluée à 900.000 chevaux et l'on a
commencé récemment des travaux qui permettront, à bref délai, d'en
utiliser 500.000. On peut juger de l'essor industriel auquel est appelée
la région de Niagara.

LA LAMPE UVIOL.

La nouvelle lampe électrique imaginée par M. O. Schott, et baptisée par
lui «Uviol». est une lampe qui ne vise ni à éclairer, ni à chauffer.
C'est une lampe qui, des trois catégories de rayons composant la lumière
solaire: les calorifiques, les lumineux et les chimiques, émet surtout
les derniers, les rayons actiniques, les rayons ultra-violets. Ce
caractère spécial de la lampe explique son nom. La lampe «Uviol» est une
modification de la lampe à vapeur de mercure Cooper-Hewitt, et n'a été
rendue possible que par la fabrication récente, à Iéna, d'un verre qui
laisse passer en notable abondance les rayons ultra-violets. Les usages
de cette lampe pourront être nombreux. Il est entendu que personne n'en
fera usage pour s'éclairer ou se chauffer; mais elle servira de beaucoup
d'autres manières. Elle servira à éprouver les couleurs de teinture des
étoffes. Au lieu d'exposer les étoffes teintes au soleil pour voir
quelle est la résistance des coloris aux rayons (chimiques) du soleil,
on les exposera aux rayons de lampes Uviol, leur fonctionnement étant
régulier et constant, ce qu'on ne saurait dire de celui du soleil. La
lampe Uviol servira aussi en photographie: ce sera une excellente
lumière artificielle, en raison de sa richesse en rayons actiniques.
Enfin, elle paraît devoir prendre une place importante en thérapeutique.
Les rayons chimiques ont, on le sait, une puissante action sur
l'organisme: ce sont eux qui, entre autres méfaits, occasionnent le coup
de chaleur et aussi les brûlures du visage chez les alpinistes. Les
rayons actiniques tuent les bactéries et agissent fortement sur la peau.
La lampe Uviol tue les insectes: une mouche tenue à proximité meurt en
une minute: et si on laisse dehors, en été, une lampe Uviol allumée
pendant la nuit, on trouve, au matin, autour d'elle, une foule de
cadavres de petits insectes. Elle servira encore et surtout en
photothérapie selon la méthode de Finsen, et, avec une source aussi
puissante, on peut s'attendre à agir vigoureusement sur la peau. Si on
laisse agir sur celle-ci, à petite distance (de 1 à 3 centimètres), les
rayons pendant un temps variant de 5 à 15 minutes, on n'aperçoit rien
d'abord, comme avec le radium. Mais, quelques heures après, la peau
rougit,--elle est le siège d'une sensation de brûlure, et elle pèle. On
a certainement dans la lampe Uviol un agent thérapeutique pouvant
fournir des résultats fort intéressants.

LE CENTENAIRE DE MOREUIL.

Nous avons donné récemment le portrait de M. Bourgogne, de Brignoles,
qui venait de fêter son centième anniversaire. Nous donnons aujourd'hui
celui de M. Baudry, de Moreuil (Somme), qui entre dans sa cent deuxième
année le 18 novembre courant. Ce beau vieillard jouit encore de toutes
ses facultés et continue à gérer lui-même ses affaires. La vue seule est
un peu faible.

[Illustration: M. Baudry, né le 18 novembre 1804.]

LE PROGRÈS DÉCENNAL DES CHEMINS DE FER.

Le produit des chemins de fer français était de 1 milliard 191 millions
en 1895. Après avoir atteint 1 milliard 350 millions en 1899, puis 1
milliard 440 millions en 1900, année de l'Exposition, il retombait, en
1901, à 1 milliard 384 millions. Depuis, il s'est lentement relevé pour
arriver à 1 milliard 437 millions en 1904. La plus-value constatée en
1904, par rapport à 1895, est donc de 246 millions. Au cours de cette
période décennale, 2.432 kilomètres de voie ferrée ont été construits,
portant à 34.953 kilomètres le total des réseaux exploités.

En Angleterre, la longueur des réseaux exploités est peu supérieure à
celle des réseaux français: 35.800 kilomètres. Le produit, qui se
chiffrait par 2 milliards 168 millions en 1895, s'est élevé, en 1903, à
2 milliards 800 millions: soit une augmentation de 632 millions.

L'Allemagne possédait 45.261 kilomètres de rails en 1895 et 51.740
kilomètres en 1902. Le produit, qui était de 1 milliard 869 millions
pour l'exercice 1895-1896, a atteint, pour l'exercice 1903-1904, la
somme de 2 milliards 697 millions: soit une plus-value de 828 millions.

En Amérique, 338.000 kilomètres ont produit, pendant l'exercice
1903-1904, plus de 10 milliards.

[Illustration: Le _Sully_, échoué dans la baie d'Along, rompu par le
typhon du 28 septembre.]

LA FIN DU «SULLY».

Nous avons publié précédemment divers documents se rapportant à
l'accident du croiseur cuirassé _Sully_, échoué le 7 février dernier sur
un écueil de la baie d'Along, et dont, après de laborieux efforts, on a
dû abandonner le sauvetage. Un typhon, survenu le 30 août, avait
commencé à l'ébranler; le 28 septembre, un second typhon, d'une extrême
violence, achevait de le briser. Comme le montre notre gravure, qui
reproduit une photographie prise quelques heures après la rupture,
celle-ci s'est produite à hauteur des tourelles avant, au point où le
panneau séparant ces deux tourelles des portemanteaux arrière offrait
une zone de moindre résistance. Le _Sully_ forme maintenant deux
morceaux distincts séparés par une brèche large d'une trentaine de
mètres. Il touche à l'avant et à l'arrière, le rocher «le Canot». où il
s'est échoué, se trouvant entre les deux tronçons. Le bateau est
complètement perdu; mais, comme il avait été évacué la veille du typhon,
on n'eut aucun accident de personne à déplorer. Il semble douteux qu'on
puisse sauver la partie mobile des tourelles.

LA FORCE DU LAC DE TITICACA.

Il est question de demander au lac de Titicaca l'énergie électrique
nécessaire pour mettre en marche les chemins de fer du sud du Pérou.

Ce lac, situé à 3.800 mètres d'altitude, est la plus haute masse d'eau
navigable de l'univers. Il mesure environ 200 kilomètres de longueur sur
une largeur moyenne de 70 kilomètres; sa plus grande profondeur dépasse
200 mètres et sa superficie, qui approche de 8.000 kilomètres carrés,
représente quatorze à quinze fois celle du Léman (578 kil. 9). Son
bassin, isolé dans une dépression des Andes, est en quelque sorte
suspendu au-dessus des routes fluviales du continent, dans une contrée
aride et inhabitée. Son émissaire ou déversoir, large seulement d'une
quarantaine de mètres, marque la frontière entre le Pérou et la Bolivie
Tout récemment encore, on le franchissait au moyen d'un pont formé de
couches de roseaux Bottant sur l'eau et soutenues par des chaînes de
fibres végétales accrochées à des piliers dont l'intervalle était occupé
par des portes à deux battants. Le soir, à 6 heures, chaque république
s'enfermait chez elle à double tour; elle rouvrait sa porte à 8 heures
du matin.

Les chemins de fer du Sud-Péruvien, qui passent à 4.000 mètres
d'altitude, consomment journellement pour 7.000 francs de houille. Après
avoir utilisé pour leur exploitation l'eau descendue du lac de Titicaca,
il resterait encore une force disponible de 6.000 chevaux.

NOUVELLE MÉTHODE DE CONSERVATION DES FRUITS.

On sait que la difficulté de conserver les fruits réside dans la
rapidité avec laquelle les fruits charnus s'altèrent sous l'action des
organismes, champignons et bactéries, vivant à leur surface.

Partant de ce point de vue, des savants anglais en ont déduit que, si
ces micro organismes pouvaient être détruits, la période durant laquelle
le fruit peut se maintenir en excellente condition serait
considérablement prolongée.

La méthode qui a fourni les meilleurs résultats à ces auteurs repose sur
l'immersion des fruits dans de l'eau froide contenant 3% de la solution
commerciale de formol.

S'il s'agit de fruits à pulpe molle, comme les cerises, les fraises et
les raisins, on les plonge seulement durant dix minutes dans la dite
solution, puis on les trempe pendant cinq autres minutes dans de l'eau
froide et, finalement, on les étend sur une toile métallique ou tout
autre dispositif convenable pour y égoutter et sécher.

Mais, lorsque les fruits ont une pelure ou peau qu'on ne mange pas, il y
a tout avantage à ne les soumettre qu'à la solution formolée.

L'expérience a montré que les fruits ayant subi ce traitement sont
restés absolument sains, après qu'une même quantité de fruits de chaque
sorte, pris comme témoins, étaient devenus moisis et décomposés, pendant
une durée de sept jours pour les cerises, quatre jours pour les fraises
et raisins, et dix jours pour les poires.

M. Truelle, en faisant connaître ces faits à la Société d'agriculture, a
remarqué que ce traitement pourrait être appliqué aux fruits de
pressoir, dont le grand ennemi est la pourriture.

APRÈS L'EXPLOSION DU «CHATHAM».

On se rappelle que le navire anglais _Chatham_, en partie chargé de
dynamite, ayant pris feu au cours de son passage dans le canal de Suez,
fut aussitôt coulé, par mesure de prudence. Trois semaines plus tard, le
28 septembre, on détruisait l'épave par une explosion minutieusement
préparée. Dans notre numéro du 14 octobre dernier, à côté de
photographies instantanées faisant voir la gerbe de l'explosion et les
phénomènes de remous des eaux et d'obscurcissement du ciel qui
l'accompagnèrent, une de nos gravures présentait les «bigues» occupées à
débarrasser le canal des débris du _Chatham_. Nous montrons aujourd'hui
les plus gros de ces débris que les puissantes machines ont réussi à
amener sur la berge.

LA NAISSANCE ET LA MORT DES MONNAIES.

On est assez bien fixé sur la façon dont naissent les monnaies, mais on
connaît moins bien comment elles meurent.

Depuis l'origine des coupures en usage actuellement (1803 pour l'or, an
IV pour les écus, 1865 pour l'argent divisionnaire, 1852 pour le bronze,
1903 pour le nickel), 15 milliards et demi de monnaies ont pris
naissance.

Or, d'après un tableau emprunté à une récente étude de M. Dolléans, plus
de la moitié de ces monnaies auraient déjà disparu, dans les proportions
suivantes (en millions de francs):

Frap. av. 1904               Exist. en Franc.

Or                           9.808     4.200

Ecus                         5.061     1.935

Argent divisionnaire           585       240

                            15.454     6.375

Il est certain que nombre de pièces vont s'ensevelir en Extrême-Orient;
mais beaucoup périssent par le feu, l'eau, la terre, ou la fonte
industrielle.

Ainsi, dans le cours du siècle dernier, des millions de pièces de 5
francs en argent ont été démonétisées par l'industrie privée, non
seulement pour ses besoins, mais parce que le métal blanc faisait prime,
et qu'il s'y cachait un peu d'or.

L'ARGILE DANS LE TRAITEMENT DU CHOLÉRA.

Un médecin allemand, M. J. Stumpf, de Wurzbourg, emploie, depuis cinq
ans, l'argile dans les cas de diarrhée cholériforme, et déclare avoir
obtenu de ce singulier remède les meilleurs effets. L'argile qu'il
utilise est la blanche, qu'il pulvérise et qu'il donne, dans de l'eau,
en uns dose unique mais massive: 70 ou 100 grammes pour l'adulte, 30
grammes pour les enfants et 10 ou 15 grammes pour les nourrissons.
L'adulte avale sa dose en vingt ou trente minutes, délayée dans un
demi-litre d'eau; on agite souvent le mélange, pour que l'argile ne
reste pas au fond du verre. L'effet de l'argile est presque instantané:
les symptômes s'apaisent et le malade ressent un grand bien-être. Ce
traitement a été employé par M. Stumpf dans un cas de choléra asiatique
bien caractérisé, le mois dernier, avec plein succès. Point important:
pour administrer utilement l'argile, il faut que le tube digestif soit
vide et que le malade ne prenne aucune nourriture ni aucune boisson
alcoolique pendant vingt-quatre heures après avoir avalé l'argile.
Celle-ci agirait en étouffant, pour ainsi dire, les bactéries de
l'intestin et en les empêchant de se multiplier et de multiplier aussi
leurs toxines. Cette explication ne suffit peut-être pas à rendre compte
de la rapidité avec laquelle les symptômes de la diarrhée cholériforme
et du choléra asiatique s'évanouissent après l'ingestion du remède. Mais
l'essentiel est que le remède agisse. Et il agit.

UN INTÉRESSANT CROISEMENT.

M. L. Dechambre vient de réussir un assez curieux croisement de moutons.

La mère est de la race «à grosse queue», qui habite l'Égypte, la côte
des Somalis, Madagascar, et qui présente les caractères suivants: tête
fine, avec une dépression au niveau de la racine du nez, oreilles
tombantes, encolure grêle, poitrine étroite, ventre peu développé,
membres hauts et fins, queue très volumineuse remplie de graisse. La
peau est couverte de poils; le pelage, blanc sur le corps, est noir sur
la tête et l'encolure. Le père appartient à notre vieille race
berrichonne, qui donne d'excellente viande. Cette race a la tête fine,
les oreilles dressées, le tronc développé, les membres fins, la queue
longue et mince. La toison, de finesse moyenne, est entièrement blanche.

[Illustration: Une curiosité ovine: brebis de la côte des Somalis,
bélier berrichon et leurs agneaux.]

Du mariage des deux types sont nés deux agneaux de sexe différent, qui
ont la tête fine de la mère, les oreilles dressées du père, le dos
droit, la croupe longue, les membres hauts et fins. La grosse queue du
mouton exotique a disparu et se trouve remplacée par un appendice de
forme cylindrique qui tombe au niveau de la pointe du jarret. Le corps
est couvert d'un poil brillant rappelant un peu la laine. Quant au
pelage, il diffère totalement de celui des parents: l'un des agneaux est
tout noir; l'autre est pie, avec prédominance très marquée de noir. Il y
a donc, chez les agneaux, plutôt juxtaposition que fusion des caractères
des deux parents.

[Illustration: Quelques débris du _Chatham_ retirés du canal de Suez.]

LE NOUVEL HOPITAL D'AUBERVILLIERS

Il n'y a guère plus d'un an--c'était en juillet 1904--nous montrions à
nos lecteurs M. Mesureur, directeur de l'Assistance publique, allumant
lui-même, par mesure de salubrité, l'incendie qui devait consumer les
baraquements insalubres, dangereux, construits lors de l'épidémie de
choléra de 1884, à Aubervilliers, et que les nécessités avaient obligé à
utiliser jusque-là malgré les conditions hygiéniques déplorables qu'ils
offraient aux malades. Sur leur emplacement, on a reconstruit les
pavillons dont nous donnons aujourd'hui la vue, et qui sont les plus
confortables, les plus conformes aux prescriptions de la science
actuelle qu'on puisse trouver.

L'AGITATION OUVRIÈRE DANS LES ARSENAUX

[Illustration: Grévistes discutant devant la porte de l'arsenal de
Toulon.]

Depuis quelque temps, une vive agitation règne dans nos cinq ports de
guerre, où les ouvriers des arsenaux, constitués en syndicats, ont
décidé de proclamer la grève générale s'il n'était pas donné
satisfaction à leurs diverses revendications. A Cherbourg, à Brest, à
Lorient, à Rochefort, à Toulon, n'ont été, ces jours derniers, que
réunions, discours, manifestes, diatribes violentes contre l'autorité
maritime; la menace de grève a même commencé à se réaliser. Le
gouvernement a montré aussitôt la ferme résolution de ne pas tolérer
davantage un état de choses préjudiciable à la défense nationale, et le
ministre de la Marine fit savoir que tout ouvrier n'ayant pas repris le
travail jeudi, 16 courant, se verrait rayé des contrôles.

LES «MAQUETTES ANIMÉES»

[Illustration: Le joueur de violoncelle sur la scène du théâtre des
Marionnettes.]

[Illustration: Le nouvel hôpital d'Aubervilliers.]

A Versailles, dans l'atelier du peintre Georges-Bertrand. Deux cents
spectateurs environ, la plupart venus de Paris tout exprès pour jouir du
pittoresque et rare spectacle auquel l'artiste les convie. Voici, au
premier rang, frileusement enveloppé de sa pelisse, le ministre
plénipotentiaire du Japon et Mme Motono; à leur droite, M. Finot,
directeur de la _Revue_, derrière qui sourit Mme Pierson, de la
Comédie-Française; voici M. Gaston Menier, député; le prince B.
Karageorgevitch, M. René Baschet, MM. Gaston Bérardi, Mariani, le
peintre Roll; et, debout, à gauche, M. Henri Lavedan, de l'Académie
française, et Mme Lavedan, qui ont l'air de s'amuser beaucoup... Et tout
le monde, en effet, s'amuse ici infiniment; car le rideau de la petite
scène devant laquelle nous sommes assis vient de s'ouvrir, et la
première des «maquettes animées» de Georges-Bertrand vient d'entrer en
scène: c'est le clown violoncelliste, dont la prodigieuse virtuosité va
nous enchanter pendant de trop courtes minutes. Après lui viendront la
cantatrice, le clown jongleur, le chef d'orchestre, Polin, Caruso, Cleo
de Mérode et Zambelli. Aux musiques du phonographe invisible s'adaptent
si exactement, si spirituellement les gestes, les mouvements de corps,
les jeux de physionomie de l'interprète que c'est bien, en vérité, un
petit personnage vivant qui s'agite, chante et parle devant nous!

Le peintre Georges-Bertrand s'est révélé, en cette circonstance,
sculpteur émérite, costumier, mécanicien et metteur en scène hors de
pair. Les «maquettes animées» sont devenues l'oeuvre et la passion de sa
vie. Puisse le succès récompenser un effort d'art si original et si
intéressant!

LA MUNICIPALITÉ DE NEW-YORK

Les élections locales du 7 novembre, aux États-Unis, ont pris, comme
toujours, à New-York, le caractère d'un gros événement, et la lutte
engagée entre les partis pour la possession des pouvoirs municipaux a
été plus chaude que jamais.

[Illustration: M. G. B. Mac Clellan, dont l'élection comme maire de
New-York est contestée.]

Depuis longtemps, on le sait, la mairie de la grande cité américaine,
sauf de rares exceptions, reste aux mains d'une puissance, bien connue
sous le nom de Tammany, sorte de syndicat intéressé à entretenir dans la
gestion des affaires publiques le régime de l'arbitraire, de la
corruption et de l'exaction. C'est encore Tammany qui vient de triompher
par la réélection, en qualité de maire, de son candidat, M. Mac Clellan,
démocrate, battant M. Hearst, socialiste, et M. Ivins, républicain.

[Illustration: W. J. Jérôme, attorney de district de New-York.]

Son principal concurrent, M. Hearst, lequel est milliardaire quoique
socialiste, conteste la validité du scrutin, et s'est déclaré prêt à
payer royalement toutes les preuves matérielles de fraude et de
corruption électorales qu'on pourra lui fournir. La justice devant être
saisie des accusations, on comprend l'importance attribuée à la
réélection du juge Jérôme comme attorney de district. En effet, ce
magistrat, qui exerce des fonctions analogues à celles de notre
ministère public, est un des plus ardents champions de la réforme des
moeurs municipales à New-York et, par conséquent, pour Tammany, un juge
particulièrement redoutable.

[Illustration: Au premier rang: Mme Tanner. Mme Darlaud. Mme Degenne. M.
Finot. M. Motono. Mme Motono. Mme Finot. Mme Messimy. AU THÉÂTRE DES
MARIONNETTES DE M. GEORGES-BERTRAND.--Le public.--_Phot. Paul Boyer_.]



59e LEÇON D'HYGIÈNE, par Henriot.



NOUVELLES INVENTIONS

(Tous les articles compris sous cette rubrique sont entièrement
gratuits.)

NOUVEAU RÉPERTOIRE
TÉLÉPHONIQUE AVEC FICHES MOBILES

Depuis que le téléphone a pris une extension considérable, aussi bien
chez les commerçants que chez les particuliers, il est fort utile de
posséder un classeur pratique permettant d'avoir toujours sous les yeux,
sans être obligé de consulter constamment l'_Annuaire_, les numéros des
abonnés avec lesquels on est en relations.

[Illustration:]

Le nouveau répertoire que représente notre gravure, quoique d'un très
petit volume, permet de classer d'une façon très discrète, par lettres
alphabétiques, environ 620 noms, adresses et numéros téléphoniques
d'abonnés.

On peut le placer en évidence dans un bureau sans que chacun puisse y
lire les noms des personnes inscrites.

Les fiches en sont mobiles et se remplacent très facilement, ce qui
permet de les changer quand elles sont salies ou raturées. Elles sont
maintenues aux volets que l'on voit sur notre gravure par un découpage
spécial et combiné.

Les intéressés comprendront combien ce système est plus pratique que les
anciens tableaux sur lesquels on ne pouvait inscrire que 40 ou 50 noms
et dont le classement était parfois difficile, tout en étant d'un volume
considérable.

Le répertoire nouveau se fait en deux tailles:

Le grand, 31 x 23, en percaline grain soie, au prix de 3 fr. 75; le
petit, 21 x 14, en percaline grain soie, au prix de 2 fr. 90, en vert et
grenat; le grand, en maroquin grain long, 15 fr. 75; le petit, en
maroquin grain long, 9 fr. 75, en rouge, vert et grenat.

On trouve ces répertoires chez les principaux papetiers. Demander le
Répertoire téléphonique à fiches mobiles (marque A G). Vente en gros,
chez _M. Gonnet, 14, boulevard Saint-Germain, Paris._

Note du transcripteur: Les suppléments mentionnés en titre ne nous ont
pas été fournis.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3273, 18 Novembre 1905" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home