Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0051, 17 Février 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0051, 17 Février 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL.

[Illustration.]

        Nº 51. Vol. II.--SAMEDI 17 FÉVRIER 1844.
        Bureaux, rue de Seine, 33.

        Ab. pour Paris.--3 mois. 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr.
        Prix de chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr, 75.

        Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois. 17 fr.--Un an, 32 fr.
        pour l'Étranger.-   ---    10             --   20                 --  40


Sommaire.

Bernadotte, 1764-1844. Notice biographique. _Portraits de Bernadotte et
du prince Oscar_.--Histoire de la Semaine.--Courrier de Paris.
_Costumes, types et scènes de carnaval, sept dessins par
Gavarni_.--Fragments d'un voyage en Afrique. (Suite.)--Chronique
musicale.--Théâtre de la Porte-Saint-Martin. Les Mystères de Paris.
_Portrait de M. Eugène Sue; costumes de Fleur-de-Marie, de Rodolphe, de
Rigolette, du Maître-d'École, du Chourineur et de Ferrand Frédéric
Lemaître; la rue des pères; la Maison Pipelet; le Pont d'Azatères; la
Patte-d'Oie_.--Académie des Sciences. Compte rendu des second et
troisième trimestre de 1843. (Fin.)--Don Graviel l'alférez. Fantaisie
maritime par M. G. de la Landelle. _Une Gravure_.--De la Chasse et du
Braconnage. _Cinq Gravures_.--Annonces.--Modes. _Costumes de
Cour_.--Caricature. _La Fabrique Cornet_.--Correspondance.--Échecs.
Solution du problème Nº 7.--Trois Rébus.


Bernadotte, 1764-1844.

NOTICE BIOGRAPHIQUE.

Bernadotte (Charles-Jean), aujourd'hui roi de Suède et de Norwége sous
le nom de Charles XIV, naquit à Pau dans le Béarn, le 26 janvier 1764,
d'une famille honorable de la bourgeoisie de cette ville. Son père
exerçait la profession d'avocat. A peine âgé du dix-sept ans, se sentant
peu de goût pour le barreau, blessé d'ailleurs des préférences marquées
que ses parents témoignaient à son frère aîné, il s'engagea
volontairement en qualité de soldat dans le régiment Royal-Marine, et il
se rendit à l'instant même à Marseille, où il s'embarqua pour la Corse.

[Illustration: Bernadotte, roi de Suède et de Norwége.]

Quand la Révolution française éclata, Bernadotte n'était encore que
sergent-major. Le 7 février 1790, il obtint le grade d'adjudant. Son
régiment se trouvait alors à Marseille, où le contre-coup des grands
événements de Paris commençait à se faire sentir. Un jour le peuple se
révolta au nom de la liberté; le colonel de Royal-Marine veut réprimer
l'insurrection par la force. Repoussé avec perte, il va payer de sa vie
son imprudente audace, quand deux jeunes gens, s'élançant devant lui,
lui font un rempart de leur corps et calment la foule exaspérée. Ces
deux jeunes gens étaient Bernadotte et Barbaroux. Ils s'embrassèrent
avec effusion sur le perron même de l'Hôtel-de-Ville, en se jurant une
amitié éternelle; mais ils ne devaient plus se revoir.

Bernadotte, comme Barbaroux, avait embrassé avec ardeur la cause de la
Révolution. En 1792, il était colonel; il servit à l'armée du Rhin sous
le général Custine et sous Kléber, et il s'y fit remarquer par sa
faconde, sa bravoure et ses talents militaires. D'abord il refusa
l'avancement qu'on lui offrit, mais, après la bataille de Fleurus (26
mai 1792), au gain de laquelle il avait puissamment contribué, Kléber le
força d'accepter sur le champ de bataille le grade de général de
brigade. Nommé peu de temps après général de division, il prit une part
active et importante aux campagnes de 1795, 1796 et 1797, sur les bords
du Rhin. Ses soldats paraissaient-ils hésiter, il les électrisait tout à
la fois par sa parole et par ses actions. Un jour il jeta ses épaulettes
dans les rangs ennemis: «Allons les reprendre!» s'écria-t-il: et tous
ceux qui l'avaient vu ou qui l'avaient entendu s'élancèrent sur ses pas
à la victoire. Il se distingua surtout au passage du Rhin à Neuwied (18
avril 1797). A la fin de cette campagne, le Directoire lui écrivait: «La
République est accoutumée à voir triompher ceux de ses défenseurs qui
vous obéissent.»

Peu de temps après la bataille de Neuwied, Bernadotte fut chargé de
conduire à l'armée d'Italie 20,000 hommes de l'armée de Sambre et Meuse;
c'était la première fois qu'il se trouvait face à face avec Bonaparte.
Dès qu'ils s'aperçurent, ils éprouvèrent l'un pour l'autre une secrète
antipathie. «Je viens de voir, dit Bernadotte en rentrant à son quartier
général, un homme de vingt-six à vingt-sept ans qui veut avoir l'air
d'en avoir cinquante, et cela ne me présage rien de bon pour la
République.» A en croire certains biographes, Bonaparte dit de lui que
c'était une tête française sur le coeur d'un humain. Les _messieurs de
l'armée_ d'Allemagne ne fraternisèrent pas d'abord avec les
_sans-culottes_ de l'armée d'Italie; mais quand il s'agit de battre
l'ennemi, toutes ces haines, toutes ces rivalités disparurent dans des
sentiments communs, l'amour de la gloire et la haine de l'étranger.
Pendant la mémorable campagne qui amena la paix de Campo-Formio,
Bernadotte se signala surtout au passage du Tagliamento et à la prise de
la forteresse de Gradisca. Chargé de présenter au Directoire les
drapeaux pris sur l'ennemi, il arriva à Paris quelques jours avant le
coup d'État du 18 fructidor. Il était porteur d'une lettre du général en
chef de l'armée d'Italie; cette lettre se terminait ainsi: «Vous voyez
dans le général Bernadotte un des amis les plus solides de la
République, incapable par principes comme par caractère de capituler
avec les ennemis de la liberté, pas plus qu'avec l'honneur.»

Seul de tous les généraux des armées républicaines présents à Paris,
Bernadotte avait refusé de jouer un rôle dans la révolution du 18
fructidor. Laissant faire Augereau, il alla rejoindre Bonaparte en
Italie; A peine arrivait-il à l'année, Bonaparte la quittait. Instruit
des dispositions malveillantes du Directoire à son égard, le général en
chef venait de signer le traité de pais de Campo-Formio, et il
retournait à Paris. Leur inimitié mutuelle n'avait fait que s'accroître.
En partant de Milan, Bonaparte, non content d'enlever à Bernadotte la
moitié des troupes qu'il commandait, lui enjoignit de rentrer en France
avec le reste. Mais le Directoire, heureux de cette rivalité naissante,
s'empressa de nommer le général disgracié commandant en chef de l'armée
d'Italie à la place de Berthier, qui exerçait cette fonction par
intérim. Il se rendait il son poste quand, à son grand étonnement, il
reçut un nouvel arrêté qui le nommait ambassadeur à Vienne.

Bernadotte n'était alors rien moins que diplomate. Dès qu'il fut
installé à Vienne, il se déclara l'ennemi du ministre Thugut, et il
engagea avec lui une lutte dans laquelle il eut le dessous. Il avait
choisi, pour arborer les couleurs nationales, le jour où les Viennois
célébraient l'armement des volontaires qui s'étaient levés contre la
France. Ameutée par Thugut, la populace abattit et déchira le drapeau
tricolore; l'ambassadeur exigea vainement une réparation. Le Directoire
le désavoua et le rappela à Paris. On a dit, mais nous ne pouvons rien
affirmer, que Bonaparte l'avait fait nommer ambassadeur à Vienne dans le
but de l'éloigner de l'Italie et dans l'espérance qu'il romprait
forcément, par quelque démarche imprudente, une paix trop longue pour
l'ambition du futur empereur des Français.

[Illustration: Oscar, prince royal de Suède.]

Tandis que l'expédition d'Égypte se préparait, Bernadotte, de retour à
Paris, y épousa la belle-soeur de Joseph, mademoiselle Désirée Clary,
fille d'un négociant de Marseille. Singulière destinée que celle de
cette jeune fille, née pour être impératrice ou reine! Quelques années
auparavant, Bonaparte, alors général d'artillerie en demi-solde, et sans
emploi, l'avait demandée à son père. Bien que sa passion fût partagée,
il essuya un refus, «Il y a bien assez d'un Bonaparte dans la famille,»
lui répondit M. Clary. Peut-être si, lorsqu'elle épousa le général
Bernadotte, mademoiselle Clary eût su qu'elle devait être un jour reine
de Suède et de Norwége, eut-elle hésité à contracter cette union; car,
si nous en croyons certaines indiscrétions, elle aimerait mieux être
simple bourgeoise à Paris que la femme ou la mère d'un roi à Stockholm.

La paix de Campo-Formio ne pouvait être qu'une trêve de courte durée; la
guerre ne tarda pas à se rallumer. Après l'assassinat des ministres
français à Rastadt, Bernadotte fut nommé, par le Directoire commandant
en chef du corps d'observation qui s'étendait de Bale à Dusseldorf.
Aucun engagement sérieux n'eut lieu à cette époque sur cette longue
ligne, où ses talents devenaient par conséquent inutiles. Aussi, quand
la révolution du 30 prairial an VII (18 juin 1799) eut remplacé les
directeurs Treilhard, Laréveillère-Lépaux et Merlin, par Gohier,
Roger-Ducos et Moulins, le nouveau Directoire le nomma ministre de la
guerre. Malheureusement il n'exerça pas longtemps ces fonctions, dont il
s'était acquitté avec autant de bonheur que de zèle. Au bout de deux
mois et demi, une intrigue le renversa. Sieyès, qui n'aimait plus les
républicains et qui ne pouvait lui faire adopter ses projets de
constitution, l'amena, dans une conversation, à exprimer le désir de
reprendre du service actif, dès que sa mission réorganisatrice serait
remplie. Le lendemain même, l'arrêté suivant, pris en secret par trois
directeurs, fut remis à Bernadotte: «La démission donnée par le citoyen
général Bernadotte de ses fonctions de ministre de la guerre est
acceptée.»--«Je reçois à l'instant, citoyens directeurs, répondit
Bernadotte, votre arrêté d'hier, par lequel vous acceptez, une démission
que je n'ai pas donnée...» Et il terminait sa lettre en demandant son
traitement de réforme: «J'en ai, disait-il, autant besoin que de repos.»

Un mois après la _démission_ de Bernadotte, la révolution du 18 brumaire
était accomplie. Un moment, Bernadotte avait manifesté l'intention de
défendre la constitution de l'an III; mais pendant qu'il haranguait
quelques républicains, Bonaparte agissait et se nommait premier consul.
D'abord Bernadotte accepta la place de conseiller d'État, et se chargea
de pacifier l'Ouest, et d'empêcher les Anglais de débarquer à Quiberon;
mais il n'était pas franchement rallié au nouveau pouvoir. «Des
documents _importants_ que j'ai eus sous les yeux, dit _l'homme de
rien_(l), et qui seront un jour publiés dans un beau livre, me
permettent d'affirmer positivement que non-seulement Bernadotte a
conspiré pour le renversement du premier consul, mais encore qu'il s'est
efforcé à plusieurs reprises et vainement de pousser à une résolution
Moreau, toujours indécis, toujours faible, toujours mécontent, et par
conséquent toujours compromis. Une fouis même, à un bal chez Moreau, à
la suite d'une longue conversation inutile, il s'écria; «Vous n'osez
prendre la cause de la liberté, eh bien! Bonaparte se jouera de la
liberté et de vous; elle périra malgré nos efforts, et vous serez
enveloppé dans sa ruine sans avoir combattu.» Bernadotte était bon
prophète; quelques mois après, Moreau partait pour l'exil; Bernadotte se
tirait d'affaires, il devenait maréchal, prince suédois, et, onze ans
plus tard, tous deux se retrouvaient, sous la même bannière, aux
conférences de Trachenberg.»

      Note 1: _Galerie des Contemporains illustres_, par un Homme de
      Rien, Tome III.

Napoléon empereur avait pardonné à Bernadotte ses conspirations contre
le premier consul. En 1804, il le nomma maréchal de l'Empire; mais,
désirant l'éloigner de la France, il lui confia, en remplacement du
maréchal Mortier, le commandement en chef de l'armée de Hanovre. La vie
militaire de Bernadotte, sous l'Empire, est si connue, et cette notice
doit se renfermer dans des bornes tellement étroites, que nous nous
contenterons de rappeler quelques dates. S'étant réuni, en 1805, aux
Bavarois contre l'Autriche, Bernadotte fut créé prince de Ponte-Corvo
après la bataille d'Austerlitz, dans laquelle il avait eu le bonheur
d'enfoncer le centre de l'armée ennemie. Le 9 octobre de la même année,
il défit, à Schleitz, un corps de 10,000 Prussiens; le lendemain, il
triomphait avec Lannes au combat de Saafeld, où périt le prince Louis de
Prusse.--La _Biographie des Contemporains_ l'accuse d'avoir _lâchement_
abandonnée Davoust, pendant que Napoléon battait Hohenlohe à Iéna. «Il
répara, ajoute l'auteur de l'article, sa honteuse conduite à Hall, dont
il s'empara.» Parvenu ensuite jusqu'à Lubeck, il prit cette ville
d'assaut, importante victoire suivie de la capitulation de Magdebourg.
De Lubeck il se dirigea vers la Vistule, pénétra en Pologne, sauva, près
de Thorn, par une combinaison hardie, le quartier général de l'Empereur
et la division du maréchal Ney, remporta une nouvelle victoire à
Braumberg, et reçut une blessure grave à la tête en repoussant deux
colonnes russes à Spandau.

A la paix de Tilsitt, Napoléon confia au prince de Ponte-Corvo le
gouvernement des villes hanséatiques. «Cette époque de sa vie, a dit un
de ses biographes, est la plus honorable, celle, dont l'éclat s'effacera
jamais: une sage administration propre à réparer les maux de la guerre,
sa modération, son humanité sa justice, l'intégrité la plus pure,
inspirèrent aux peuples qui étaient sous son commandement, et surtout
aus habitants de Hambourg, la plus haute estime pour le général
français, et lui valurent bientôt la confiance la plus illimitée et le
prix le plus flatteur dont les hommes puissent honorer leurs
semblables.» Bernadotte se disposait à envahir la Suède pour réduire à
la raison le fou couronné qui, seul, au milieu de le paix générale,
voulait soutenir la guerre contre la France, lorsque les Suédois
déposèrent enfin Gustave IV, et élurent à sa place son oncle le duc de
Sudermame, sons le nom de Charles XIII (10 mai 1809) A cette nouvelle,
le prince de Ponte-Corvo suspendit les hostilités; Napoléon le blâma,
mais la Suède garda un profond souvenir de sa modération. Sa conduite
antérieure envers un corps détaché de l'armée suédoise, fait prisonnier
le 6 novembre 1806, avait déjà depuis longtemps rendu son nom populaire
dans ce pays, dont il devait bientôt devenir le souverain.

Le 17 mai 1809, Bernadotte battait les Autrichiens au pont de Linz; le 6
juillet, il commandait l'aile gauche de l'armée française à la bataille
de Wagram. A en croire ses panégyristes, sa conduite fut irréprochable;
selon Napoléon, il fit lit que des fautes. Incompétents pour nous
prononcer sur une pareille question, nous n'osons ni le condamner ni
l'absoudre; mais nous le blâmerons de s'être permis, après la victoire,
contre tous les usages reçus, d'adresser une proclamation particulière
au corps d'armée qu'il commandait, et d'avoir, en outre, dans cette
inconvenante proclamation, altéré l'évidence des faits par ces paroles:
«Vos colonnes vivantes sont restées immobiles comme l'airain;» car les
troupes saxonnes s'étaient laissé enfoncer sous ses ordres. A dater de
ce moment, l'inimitié secrète qui avait éloigné Napoléon de Bernadotte
éclata ouvertement. Le prince de Ponte-Corvo revint à Paris, et le
conseil du gouvernement l'envoya è Anvers pour contenir et repousser les
Anglais débarqués à Walcheren; mais Napoléon lui retira bientôt ce
nouveau commandement, et l'exila dans sa principauté. Malgré cet ordre,
Bernadotte vivait à Paris au milieu de sa famille, lorsque deux
officiers suédois vinrent lui annoncer que la nation suédoise, par la
voix de ses représentants, réunis en diète solennelle à Orebro, le 18
août 1810, l'appelait à la succession du roi régnant Charles XIII.

Le prince de Ponte-Corvo s'empressa d'accepter avec joie et avec
reconnaissance la couronne qu'on lui offrait, et qui lui était d'autant
plus précieuse qu'il ne la devait qu'à ses talents et à ses vertus.
Seulement, avant de prendre un parti décisif, il voulut obtenir
l'autorisation de l'Empereur. «Élu du peuple, lui répondit Napoléon, je
ne puis m'opposer au choix des autres peuples.» Malgré cette réponse,
l'Empereur retardait l'envoi des lettres d'émancipation. Une dernière
entrevue eut lieu entre les deux ennemis.--La discussion fut orageuse.
«Eh bien! allez donc, s'écria enfin Napoléon; que nos destinées
s'accomplissent!» En indemnité de la principauté de Ponte-Corvo et de
ses dotations en Pologne, Bernadotte reçut la promesse du paiement de
trois millions du francs; mais il ne toucha réellement que le tiers de
cette somme.

Leurs destinées s'accomplirent en effet. Napoléon mourut à
Sainte-Hélène, et l'Empereur exilé dictait ses Mémoires à son fidèle ami
le comte de Las Cases, il s'exprimait en ces termes en parlant du roi de
Suède:

«Bernadotte a été le serpent nourri dans notre sein. A peine il nous
avait quittés, qu'il était dans le système de nos ennemis, et que nous
avions à le surveiller et à le craindre. Plus lard, il a été une des
grandes causes actives de nos malheurs, celui qui a donné à nos ennemis
la clef de notre politique, la tactique de nos armées; celui qui leur a
montré le chemin du sol sacré. Vainement dirait-il pour excuse qu'en
acceptant le trône de Suéde, il n'a plus dû être que Suédois; excuse
banale, bonne tout au plus pour le vulgaire des ambitieux. Pour prendre
femme on ne renonce pas à sa mère, encore moins est-on tenu à lui percer
le sein et à lui déchirer les entrailles. On dit qu'il s'en est repenti
plus lard, c'est-à-dire quand il n'était plus temps et que le mal était
accompli. Le fait est qu'en se retrouvant au milieu de nous il s'est
aperçu que l'opinion en faisait justice; il s'est senti frappé de mort.
Alors ses yeux se sont dessillés; car on ne sait pas, dans son
aveuglement, à quels rêves n'auront pas pu le porter sa présomption et
sa vanité...

«Et un Français a eu en ses mains les destinées du monde! s'il avait eu
le jugement et l'âme à la hauteur de sa situation, s'il eût été bon
Suédois, ainsi qu'il l'a prétendu, il pouvait rétablir le lustre et la
puissance de sa nouvelle patrie, reprendre la Finlande, être sur
Saint-Pétersbourg avant que j'eusse atteint Moscou. Mais il a cédé à des
ressentiments personnels, à une sotte vanité, à de toutes petites
passions; la tête lui a tourné, A lui ancien jacobin, de se voir
recherché, encensé par les légitimes, de se trouver face à face, en
conférence politique et d'amitié avec un empereur de toutes les Russies,
qui ne lui épargnait aucune cajolerie. On assure qu'il lui fut encore
insinué alors qu'il pouvait prétendre à une de ses soeurs en divorçant
d'avec sa femme; et d'un autre côté, un prince français lui écrivait
qu'il se plaisait à remarquer que le Béarn était le berceau de leurs
deux maisons! Bernadotte! sa maison!...

«Dans son enivrement, il sacrifie sa nouvelle patrie et l'ancienne, sa
propre gloire, sa véritable puissance, la cause des peuples, le sort du
monde. C'est une faute qu'il paiera chèrement. A peine il avait réussi
dans ce qu'on attendait de lui, qu'il a pu commencer à le sentir. Il
s'est même repenti, dit-on, mais il n'a pas encore expié. Il est
désormais le seul parvenu occupant un trône. Le scandale ne doit pas
rester impuni, il serait d'un exemple trop dangereux.»

A ces terribles accusations, qu'ont répondu les panégyristes de
Bernadotte? Que Napoléon s'était montré injuste et dur envers la Suéde,
et que le prince royal avait dû venger les injures de sa nouvelle
patrie. Mais les mauvais procédés de M. Alquier, l'ambassadeur de
France, les exigences blâmables de Napoléon, et l'imprudente occupation
de la Poméranie par les troupes françaises, ne nous semblent pas, quant
à nous, des justifications suffisantes. En homme politique et en saine
morale, Bernadotte fut coupable. Dans l'intérêt bien entendu de la
Suède, il ne devait pas s'allier avec la Russie; celui de son honneur
exigeait qu'il ne portât jamais les armes contre cette France sur
laquelle il écrivit ou il débita toujours de si belles phrases. Et qu'on
ne l'oublie pas, ce fui lui, l'ex-général républicain, qui, ligué avec
les alliés, nous empêcha de prendre Berlin, qui nous fit perdre la
bataille de Leipzig, et qui se montra, aux conférences de Trachenberg,
l'ennemi le plus dangereux de la France, Il avait poursuivi jusqu'au
Rhin ses anciens compagnons d'armes... Un moment il s'arrêta sur les
bords de ce fleuve, où il retrouvait de si glorieux souvenirs. Enfin il
le franchit, et, en 1814, après l'abdication de Napoléon, il vint à
Paris avec les souverains alliés. L'accueil qu'il y reçut le détermina à
regagner promptement sa nouvelle patrie. Ses futurs sujets
l'accueillirent avec les plus vifs transports de joie, et le portèrent
en triomphe à son palais.--De ces deux réceptions si différentes, à
laquelle fut-il le plus sensible?

Soyons juste envers Bernadotte. «La détermination dont nous venons de
résumer les conséquences coûta cher au coeur de Charles-Jean, dit
l'ancien instituteur du prince Oscar dans l'_Abrégé de l'histoire de
Suède_ qu'il vient de publier; nous en avons été témoin et nous ne
pouvons le taire; quels vifs regrets il éprouva en prenant les armes
contre son ancienne pairie! Que de combats se livrèrent dans son âme
entre ses premières affections et ses devoirs récents! on le sait, et
l'histoire doit le dire, ces combats agissant sur son physique, lui
causèrent une maladie dangereuse; pendant laquelle on l'entendit
implorer la mort et refuser les remèdes qui lui étaient présentés! Que
de ménagements, que de prières même n'employa-t-il pas pour prévenir
cette lutte terrible!» Une détermination honorable est-elle donc si
pénible à prendre?

Lorsque le prince royal apprit la nouvelle du débarquement de Napoléon à
Cannes, il dit à son fils, en présence de son instituteur: «Vois, Oscar,
ce que c'est que la gloire militaire! aussi, depuis César, c'est le plus
grand homme qui ait paru sur la terre!...» Du reste, pendant les
Cent-Jours, Bernadotte, occupé à réunir solidement la Norwége à la
Suède, jusqu'alors séparées, refusa de se mêler en rien des affaires
intérieures de la France. «Faire la guerre à une nation contre laquelle
nous n'avons maintenant aucuns griefs, écrivait, au représentant de la
Suède au congrès de Vienne, le comte de Lowenhelm, ne serait-ce pas
s'interdire les avantages d'un système que nous prescrivent à la fois
notre position géographique, nos relations commerciales et notre
organisation politique? Il ne s'agit que de replacer les choses dans leur
état primitif, en partant du traité de Paris, qui a terminé la guerre
entre la France et la Suède, et mis fin à la coalition.»

Le 5 février 1818 mourut le roi Charles XIII, et Bernadotte fut proclamé
sans opposition roi de Suède et de Norwége, sous le nom de Charles XIV
Jean. Il signa devant le conseil d'État l'acte d'assurance et de
garantie exigé par la constitution; puis il se fit couronner roi le 11
mai à Stockholm et le 7 septembre à Drontheim. «Au sacre célébré à
Stockholm, dit M. Lemoine, on eut lieu de remarquer une particularité
ingénieuse et touchante. A chacun des degrés qui conduisaient à un trône
fort élevé où le nouveau souverain devait recevoir l'hommage et le
serment des États et des fonctionnaires publics, on lisait sur des
écussons les noms de ses principales victoires, et ces noms semblaient
indiquer que c'étaient là les titres de sa grandeur et comme les degrés
qui l'avaient conduit au trône.» Malgré l'origine populaire de son
autorité, tous les souverains de droit divin s'empressèrent de lui
adresser leurs compliments de félicitations sur son avènement au trône.

«Le règne de Charles XIV, a dit un de ses biographes, comptera dans les
annales de la Suède parmi les plus heureux: sauf des difficultés
toujours renaissantes avec les Norwégiens, peuple rude, ombrageux,
pourvu d'une constitution distincte de celle de la Suède, et dont
l'assemblée nationale (Storthing) se met souvent en opposition avec les
idées et les plans de Charles XIV, nul orage n'est venu troubler les
jours du Béarnais-Suédois, qui est peut-être en ce moment le plus
populaire des rois de l'Europe, dont il est le doyen d'âge. Sur ce
trône, gagné au grand jeu des destinées, il a développé des qualités
qu'on n'eût pas attendues d'un soldat. La Suède a vu sous ses auspices
l'agriculture, mise en oubli, naître, prospérer et fleurir, le commerce
tiré d'une langueur mortelle, le crédit public restauré, l'industrie
expirante rendue à la vie et encouragée; de nombreux travaux d'utilité
publique ont été exécutés sur plusieurs points du royaume; une large
route, creusée à travers les Alpes scandinaves, est venue lier
physiquement la Suède et la Norwége; et l'immense canal de Gothie, qui
unit la mer Baltique à la mer du Nord, gigantesque entreprise
aujourd'hui accomplie, restera comme un monument impérissable des
grandes pensées de Charles XIV. Malheureusement, sous le point de vue
intellectuel et politique, le progrès est moindre... Ajoutons toutefois
que Charles XIV, bien qu'imbu au fond en matière de gouvernement des
principes de l'école impériale, n'est pas l'homme le moins libéral de
son royaume. Il lui est arrivé quelquefois de prendre lui-même
l'initiative d'innovations généreuses. A ses goûts de harangueur, qui
datent de l'an II, Charles XIV joint aussi, depuis qu'il est roi, un
goût assez prononcé pour la petite guerre de journaux; ne pouvant plus
se servir de son épée, il se bat avec sa plume contre les journalistes
de l'opposition...»

L'opposition, fort nombreuse d'ailleurs, est devenue plus vive d'année
en année. On reproche surtout à Bernadotte d'aimer passionnément le
pouvoir absolu, et de se conformer avec une stricte exactitude aux plus
absurdes coutumes de l'étiquette. L'héritier présomptif, le prince
Oscar, est, selon l'usage, le chef de l'opposition. On raconte à ce
sujet une curieuse anecdote: il y a deux années, Charles XIV, trouvant
que son fils jouait trop bien son rôle, et n'osant pas l'en blâmer
ouvertement, recommanda à tous les ministres du royaume de prêcher «sur
le commandement de Dieu relatif au respect que les enfants doivent à
leurs parents.»

Bernadotte et mademoiselle Désirée Clary n'ont eu qu'un fils,
Joseph-François Oscar, actuellement prince royal et duc de Sudermame. Il
est né à Paris, le 1 juillet 1799; il a reçu une éducation soignée et
paraît donc d'évidentes qualités; il s'est surtout occupé de la réforme
pénitentiaire, et il a même publié un ouvrage remarquable qui a été
traduit en français sous ce litre: _Des Peines et des Prisons_. Marié le
19 juillet 1823 à la fille aînée d'Eugène de Beauharnais, il en a eu
cinq enfants, quatre princes et une princesse, dont l'aîné, le duc de
Seame, est né le 3 mai 1826.

Benjamin Constant avait tracé le portrait suivant de Bernadotte:
«Quelque chose de chevaleresque dans la figure, de noble dans les
manières, de très-fin dans l'esprit, de déclamatoire dans la
conversation, en font un homme remarquable, courageux dans les combats,
hardi dans les propos, timide dans les actions qui ne sont pas
militaires, irrésolu dans ses projets....»

Charles XIV a été frappé, le 20 janvier dernier, d'une attaque
d'apoplexie; il entrait ce jour-là dans sa quatre-vingtième année. Les
dernières nouvelles de Stockholm annoncent que les médecins conservent
peu d'espoir de le sauver.


Histoire de la Semaine.

Les séances publiques de la Chambre des Députés; ont été remplies cette
semaine par la discussion fort laborieuse du projet de loi sur la
chasse. La plaie du braconnage, ses fâcheux effets pour l'agriculture,
ses dangers pour la société tout entière, qu'effraient et qu'affligent
trop souvent les crimes nombreux que commettent contre les personnes les
hommes qui se livrent habituellement à cette nature de délits, ont été
bien haut et à plusieurs reprises signalés par les conseils généraux. En
présence de réclamations aussi instantes et aussi fondées, une loi et
une pénalité nouvelle sont devenues indispensables. La projet nouveau
a-t-il été assez étudié? Ne s'y est-on pas trop peu occupé du
braconnage, et trop préoccupé du droit de propriété, qui n'était
nullement menacé et ne réclamait peut-être pas de garanties nouvelles?
C'est ce que la Chambre des Députés a paru croire, en écoutant avec
faveur dans la discussion générale des critiques prononcées par des
orateurs du centre comme des extrémités, et en ne passant à la
discussion des articles que pour admettre des amendements qui modifient
essentiellement le projet primitif. Si cette discussion aboutit en
définitive, ce dont nous doutons, un projet nouveau lui aura donc été en
quelque sorte substitué à l'autre. Il renfermera des dispositions
meilleures sans doute, mais bien probablement il manquera d'ensemble et
sera une preuve nouvelle qu'il ne faut pas laisser à la Chambre le soin
d'improviser une loi.

La proposition sur les incompatibilités a été déposée samedi dernier par
M. de Rémusat. Lundi les bureaux se sont réunis pour prononcer sur la
question de savoir si la lecture publique en serait ou non autorisée.
Trois bureaux ayant voté pour qu'il en fût donné connaissance à la
Chambre, la lecture, aux termes du règlement, en a été faite mardi par
l'honorable député de la Haute Garonne, et, sur sa demande, la
discussion pour la prise en considération a été fixée au mercredi 21.
Les statisticiens de la Chambre calculent que dans le vote des bureaux
175 voix se sont montrées favorables à la proposition et que 200 lui ont
été contraires. Nous ne savons si le débat public modifiera ces
chiffres, qui n'ont donné au ministère qu'une majorité plus faible
encore que dans le vote sur l'ensemble de l'adresse; mais ce qui paraît
bien probable c'est que la discussion sera vive et la lutte chaudement
engagée. Ce qui s'est passé dans les bureaux ne le fait que trop
pressentir. Si l'on doit déplorer l'état d'animation auquel, dans cette
circonstance, sont arrivées les opinions, on doit applaudir du moins à
un mode de voter en usage dans les chambres anglaises, qui s'est
introduit déjà dans les bureaux de la Chambre et qui un peu plus tard,
nous l'espérons, sera adopté par le règlement pour les séances
publiques, le vote par division. La représentation nationale y gagnera
beaucoup en dignité, en bonne réputation. Sans doute ce mode pourra
mettre a découvert quelques jeux doubles assez bien joués jusqu'ici,
mais en en rendant le retour impossible pour l'avenir et en donnant à
chacun la responsabilité, c'est-à-dire l'honneur comme les charges de
ses opinions, il relèvent le caractère et éclairera la religion souvent
surprise de l'électeur.

La Chambre des Pairs a nommé sa commission pour l'examen du projet sur
la liberté de l'enseignement, et ses choix, comme la discussion qui les
a précédés, ont prouvé qu'elle entendait apporter l'attention la plus
sérieuse à ce complément de la Charte de 1830, vainement tenté en 1836
et en 1841, et ne pas vouloir, pour sa part, se laisser attribuer un
retard nouveau, si cette loi en avait encore un à subir contre toute
attente.

Une autre question dont on attend également la solution avec impatience,
c'est celle des chemins de fer, et du parti que le gouvernement adoptera
définitivement pour mener à fin le réseau tracé en 1842. La loi votée à
cette époque, au milieu de tous les vices qu'on lui peut reprocher, a eu
un mérite et a rendu un service également incontestables; elle a rétabli
la confiance en des entreprises qui promettent à l'industrie et au pays
tout entier d'immenses avantages, confiance qu'avaient profondément
ébranlée les tristes résultats de spéculations mal conçues. Mais cela
fait, et aujourd'hui que l'État a dépassé de beaucoup et sur toutes les
lignes la part de coopération et de dépenses qu'il avait acceptée par la
loi de 1842, aujourd'hui qu'il a acquis et fait poser des rails nombreux
sur la ligne du Nord, sur celles d'Orléans à Tours et de Chalon à Dijon,
doit-il appeler des compagnies à recueillir le fruit des peines qu'il
s'est données et des avances qu'il a faites et qui ne lui incombaient
point, en leur abandonnant, par des baux de longue durée, des
entreprises dans lesquelles elles ne se seront engagées que quand il n'y
aura plus eu que des bénéfices de bourse à recevoir? Voilà ce que s'est
demande le nouveau ministre des travaux publics avec une sollicitude qui
est une preuve de son patriotisme et de son bon esprit. Soit que l'État
demeure chargé de l'exploitation des chemins de fer, soit que, menant à
fin les travaux de pose de rails et d'ensablement de la voie il afferme
cette exploitation par des baux de courte durée qui trouveront une
grande concurrence de preneurs, il y a là pour la chose publique des
avantages auxquels il serait d'une mauvaise administration de renoncer,
et pour les services de l'État comme celui de la poste aux lettres par
exemple, des facilités que lui refusent obstinément les compagnies pour
lesquelles les sacrifices les plus grands, nous ne voulons pas dire les
plus inexplicables, ont été faits. Nous faisons donc des voeux pour que
l'opinion de M. Dumont prévale, pour que ses efforts l'emportent dans le
conseil.

Il serait bien impossible de donner en ce moment l'état au vrai de
l'Espagne. Ou a dit à la tribune de notre Chambre des Députés que la
fièvre que ce pays ressentait depuis plusieurs années était une fièvre
de croissance. S'il en est ainsi, de tant et de si violents accès il ne
pourra sortir qu'un géant.

A Alicante, à Murcie, à Carthagène, l'insurrection a pris le dessus;
mais des dépêches nous ont appris qu'elle avait été maltraitée dans une
sortie de la première de ces villes, et comprimée dans quelques
localités voisines de cette même place. Pendant ce temps-là le ministère
déclare l'Espagne entière en état de siège et expédie des ordres que la
dépêche suivante du ministre de la guerre au capitaine général Roncali
met à même de bien apprécier:

«Excellence, S. M. a appris avec la plus grande satisfaction la conduite
loyale qu'ont tenue, pendant la nuit du 29 au 30 du mois passé, le
commandant d'Alcoy et les gardes nationaux. Conformément à la
communication adressée, à V. E., d'ordre de S. M., le 1er du courant, S.
M. _veut que les révoltés qui ont été pris à la suite de la tentative
avortée à Alcoy soient fusillés après que leur identité aura été
reconnue_, V. E. me rendra compte d'avoir exécuté cet ordre sans aucune
espèce de considération ni de ménagement, afin que j'en instruise S. M.
V. E. ne devra pas être arrêtée par des craintes de représailles de la
part des révoltés d'Alicante; car bien que S. M. vit avec douleur que
quelques personnes fussent victimes de la fureur des partis, elle
reconnaît que la défense des lois et de la vindicte publique doit être
une vérité, persuadée qu'_un peu de sang, versé avant que les passions
s'enveniment_ empêcherait qu'il n'en soit versé davantage par la suite;
et ceux qui, par malheur ou par incurie, seraient victimes, doivent s'y
résigner, en pensant que leur sacrifice est un grand service rendu à la
patrie.

«Madrid, le 3 février 1844. MAZAREDO.»

Les ministres capables d'écrire de pareils ordres ne pourraient-ils du
moins n'en pas laisser peser la responsabilité sur cette enfant qu'on a
prématurément assise sur le trône, qui à coup sûr est bien étrangère aux
volontés cruelles qu'on lui prête ici, et dont le nom devrait être
réservé pour les actes de clémence, si jamais il peut venir dans la
pensée de pareils conseillers de la couronne d'en présenter à la
signature royale? Du reste, il n'en faut pas douter pour l'avenir de
l'Espagne, personne ne croira aux formules de M. Mazaredo, et il ne se
trouvera pas, dans toute la Péninsule, un Espagnol assez injuste pour
faire retomber sur Isabelle l'odieux de pareilles mesures et d'un
semblable langage.

Cette situation des affaires et des esprits en Espagne ne détourne pas
l'ex-reine-régente, Marie-Christine, de se rendre auprès de sa fille. Il
est impossible que les impressions que cette princesse a dû recueillir à
Paris sur l'attitude prise par le gouvernement de Madrid, ne la portent
pas à faire entendre des conseils d'une modération moins cruellement
dérisoire que celle dont se targue le ministère Bravo.

La défense présentée par O'Connell était aussi modérée que l'attaque
avait été vive. L'homme de parti sentait bien qu'il n'avait pas besoin
de se montrer agitateur dans cette occasion et que ce qu'il importait à
la cause du rappel, c'est que toutes les manifestations auxquelles on
s'était livré, et qui étaient incriminées, ne fussent pas condamnées
pour le passé, et rendues ainsi impossibles pour l'avenir. Il s'est donc
renfermé complètement dans la question de légalité et a été, par calcul,
aussi froid qu'un professeur de procédure. Après l'accomplissement
d'autres formalités, le jury est entré dans la salle de ses
délibérations et en a rapporté un verdict prononçant la culpabilité sur
certains chefs, se taisant sur certains autres, résolvant les questions
relatives à quelques accusés et gardant le silence sur d'autres
coinculpés. Le chef de la cour a dû inviter le jury à se retirer de
nouveau et à revoir et compléter ses réponses. Mais ceci se passait le
samedi soir 10, et l'heure fatale de minuit avant sonné sans que les
jurés eussent accompli leur tâche, ils ont été condamnés, attendu la
solennité du dimanche, jour où une audience ne saurait être tenue dans
les trois royaumes, à demeurer enfermés jusqu'au lundi matin. On a eu le
soin de prendre toutes les mesures nécessaires pour qu'ils n'eussent
point trop à souffrir de se voir ainsi cloîtrés et pour qu'ils pussent,
mais toujours sans sortir, satisfaire à leurs devoirs religieux.--Le
lundi 12, à neuf heures du matin, l'audience a été ouverte, et le jury
est venu lire un verdict de culpabilité sur tous les chefs contre tous
les prévenus, à l'exception de M. Tierney, qui n'a été déclaré coupable
que sur deux chefs seulement. L'avocat de la couronne a demandé
l'ajournement de la Cour, et, le premier jour de sa réunion prochaine,
le gouvernement pourra requérir l'application de la peine qui résultera
de cette déclaration du jury. Après en avoir entendu la lecture,
O'Connell est moulé en voiture et s'est rendu dans la salle des séances
de l'Association nationale, qu'il devait présider ce jour-là. Dès le
matin, il avait adressé une proclamation au peuple d'Irlande pour qu'il
demeurât calme, en lui donnant l'assurance que ce verdict serait _de la
plus haute utilité à la cause du rappel_. Le _Morning-Advertiser_ dit
qu'il n'est pas probable que le jugement soit rendu avant le 15 avril.
O'Connell va se rendre à Londres pour siéger à la Chambre des Communes
et prendre part au vote sur la motion de lord John Russell.

L'Angleterre est toujours vivement préoccupée du mouvement de la grande
ligue pour la réforme complète des lois sur les céréales. Aux
associations organisées dans ce but, on s'efforce d'opposer des
associations pour le maintien de la législation existante. D'un côté se
rangent les districts manufacturiers, les radicaux, les chartistes; de
l'autre, les torys et les principaux habitants des pays où l'agriculture
domine.

Des deux parts on lève des souscriptions dont le produit atteint des
chiffres considérables. Une collecte faite dans un meeting de la ligue à
Birmingham a donné 21,000 fr. Dans une réunion de douze cents membres de
l'antiligue tenue à Devizes, on a recueilli 30,000 fr.--Dans une des
dernières séances du Parlement, le gouvernement, sur une motion de M.
Baring, a communiqué le compte général des recettes et des dépenses de
la Grande-Bretagne pendant l'exercice 1843. La somme totale du revenu a
été de 1,340,862,000 fr., dans laquelle est comprise l'indemnité obtenue
du gouvernement chinois. L'intérêt de la dette consolidée absorbe à lui
seul 728,817,000 fr., la marine en a coûté 168,454,000, l'armée de terre
152,927,000; l'artillerie et le génie, qui forment un article à part
dans le budget, 18,723,000 fr. L'excédant du revenu sur la dépense a été
d'environ 36,804,000 fr.

Un banquet de trois cents couverts a été offert par le maire et la
corporation de Douvres au président et aux directeurs de la compagnie du
chemin de fer de cette ville à Londres. Les municipalités de Calais et
de Boulogne y avaient été invitées. Des tostes ont été gracieusement
échangés, et le _Morning-Herald_, qui rapporte les speechs qui les ont
accompagnés, a le soin d'ajouter: «Le banquet a été excellent; les vins
ont été parfaits.» Un convoi spécial emmenant les directeurs est parti
de Douvres à dix heures du soir; il est arrivé à Londres à une heure
trente-cinq minutes.--Il a été vivement question, au Parlement, de
contraindre les compagnies de chemins de fer à disposer, pour les
classes pauvres, des moyens de transport moins inhumains, surtout par la
saison d'hiver, que ceux qui sont en pratique aujourd'hui. L'ignoble
spéculation des wagons découverts est fort menacée.

Les dernières nouvelles de New-York sont du 21 janvier. Dans la Chambre
des Représentants, le comité du commerce avait déposé son rapport sur un
bill tendant à exempter de tout droit le colon importé du Texas dans les
États de l'Union. Avis a été donné que, lorsque le bill relatif au
territoire de l'Orégon serait soumis à la discussion, un amendement
serait présenté à l'effet de demander l'annexation du Texas aux
États-Unis.--M. Van Buren, qui semblait avoir quelque chance pour la
présidence, par les efforts que fit son parti dans les élections à
l'ouverture du congrès, est menacé aujourd'hui par une coalition
formidable, et paraît devoir être vaincu dans la lutte. Le parti
démocrate est tellement divisé que bien probablement M. Clary sera
nommé. --Nous avons déjà dit qu'une proposition avait été faite pour
l'occupation et la fortification de l'Orégon. C'est M. Hughes qui l'a
déposée. On pense que Benton, Van-Buren et les démocrates du Nord
pousseront de toutes leurs forces à quelques actes vigoureux
relativement à ce territoire. Les vanburenistes sont encore dépassés par
les partisans du président Tyler. Ceux-ci disent, dans leur journal
_Madisonian_ que la guerre est nécessaire pour vivifier le
patriotisme.--Il faut attribuer à ces nouvelles et à la position
qu'elles font, aux réflexions qu'elles inspirent au gouvernement
anglais, la modération du langage récemment tenu à la Chambre des Lords
par lord Aberdeen relativement au droit de visite et à la reprise de la
négociation avec la France pour la révision des traités de 1831 et de
1833.

Une énorme quantité de neige a couvert les Alpes Suisses et la plaine à
une grande distance. Des avalanches redoutables ont, le 1er février,
porté l'épouvante et la ruine dans le village de Netstall (Glaris) et
dans le canton d'Uri. Une maison a été emportée près de Goeschenen dans
la profondeur de la vallée. Les deux familles qui l'habitaient étaient
depuis quelques instants de retour de l'église lorsque la montagne de
neige est venue les envelopper et les ensevelir. Ou a retrouvé les
cadavres dispersés, loin les uns des autres, d'un père, d'une mère et de
deux enfants; on était à la recherche des corps des autres victimes.
Dans l'Oberland bernois, dans l'Oberland saint-gallois, d'autres
désastres semblables ont jeté la même consternation. «En général,
écrit-on, la quantité de neiges qui couvre les Alpes est prodigieuse; il
y a des endroits où, durant trente heures, elle n'a pas discontinué de
tomber à gros flocons. Si le dégel survenait brusquement, de grands et
incalculables malheurs affligeraient ces contrées et celles que
traversent les cours d'eau qui y prennent naissance.»

M. le duc de Montpensier se rend en Algérie pour prendre part à une
expédition que prépare le commandant de la province de Constantine, son
frère, M. le duc d'Aumale.--M. le prince de Joinville va s'embarquer à
Toulon, et faire appareiller une escadre pour être à même d'offrir
l'intervention de la France dans le démêlé entre la Sardaigne et la
régence de Tunis.

_L'Illustration_ rendait compte dernièrement d'un bon catalogue
d'autographes. La vogue est aujourd'hui à ces curiosités recherchées
avec avidité par les propriétaires de collections. Une lettre de La
Fontaine, de trois pages, vient d'être adjugée moyennant 550 fr.; une de
Galilée a été payée 399 fr.; de madame de Sévigné, 222 fr.; de Fénelon,
307 fr.; de Descartes 105 fr. On a vendu 70 fr. une lettre de
mademoiselle Clairon, qui prouve que l'illustre tragédienne traitait
avec dédain les règles de l'orthographe: «_Cher amis tu ma rendu la vie;
je conte taler remercier._» Quant à un prétendu autographe de Molière,
fort pompeusement annoncé à grand renfort de trompettes, il a été mis
sur table à 500 fr., et n'a trouvé de preneur que le libraire même qui
faisait la vente, et qui en aura été quitte pour se faire immédiatement
rembourser par le vendeur, comme font du matin au soir ces messieurs
qu'on remarque sur les boulevards auprès des marchands de chaînes de
sûreté, et qu'on appelle _allumeurs_.

La Cour de cassation, qui doit voir avec une double peine mourir un de
ses membres, et pour la perte qu'elle fait, et pour le successeur que
les exigences politiques font donner la plupart du temps au défunt, la
Cour de cassation vient de rendre les derniers devoirs à M. Legouidec,
un de ses plus anciens conseillers.--L'émigration polonaise a vu un vide
bien pénible se former dans ses rangs. M. Fr. Wolowski, ancien nonce à
la diète de Pologne, vient de mourir.


Courrier de Paris.

De quoi voulez-vous que je vous parle, si ce n'est encore de bal, de
concerts et de danses? Vous seriez bien singuliers de vous en étonner.
Qu'est-ce qui occupe toute, la ville, sinon le bal? Quelle est la grande
affaire du moment, sinon la danse? Il ne s'agit pas de savoir comment va
l'Orient ou l'Occident, le Nord ou le Midi; si la Chine accueille note
ambassade ou si l'Espagne continue à s'égorger; si l'Irlande se lève à la
voix d'O'Connell ou si le glaive turc décime les chrétiens du Liban.
Bagatelles! Le bal d'hier, le bal d'aujourd'hui, le bal de demain, voilà
la grande nouvelle! Dans le temps héroïque où Napoléon couvrait l'Europe
de soldats, le Courrier de Paris n'apportait que des bulletins de
bataille; aujourd'hui, dans notre siècle de galop et de polka, que
pouvez-vous en attendre? Des bulletins de contredanses.--Chaque saison a
ses fleurs et ses fruits: le printemps a le lilas et la rose, et toutes
les familles odorantes qui peuplent les parterres; l'automne a ses
grappes mûries et ses pommes dorées suspendues aux arbres du verger; les
fruits et fleurs de l'hiver sont la valse et la danse: ils naissent et
s'épanouissent en serre-chaude sous le feu des lustres et des ardentes
prunelles. La saison ne finit qu'en avril. Il faut donc vous attendre,
jusque-là, à recevoir de temps en temps, par mon ministère, la
mercuriale de ce produit et de cette denrée d'hiver.

Dieu merci! le Paris dansant ne chôme pas. A peine un bal est-il fini,
qu'un autre recommence; à peine a-t-on jeté des cris d'admiration pour
celui-ci, que celui-là vous contraint de crier encore plus fort au
prodige.--«Il est impossible de rien voir de plus splendide,» disait la
foule élégante et charmée qui sortait des magnifiques salons de l'hôtel
Lambert. Le lendemain, le bal donné par M. La Riboissière, dans son
immense palais de la rue de Bondi, et le bal de l'ancienne liste civile,
animant de son éclat, les magnifiques salons du _Casino-Paganini_, sans
faire oublier la nuit merveilleuse de l'hôtel Lambert, lui disputaient
le prix de l'élégance et de la splendeur.--Nous n'avons rien de
particulier à dire de la fête de M. de La Riboissière, si ce n'est qu'on
y remarquait surtout les notabilités de la pairie de 1830, et
l'aristocratie de la révolution de Juillet. Le bal de la liste civile en
a fait, en quelque sorte, la contre-partie. M. de La Riboissière avait
convié le présent; le bal de la liste civile a invité le passé. Examinez
ces agréables danseurs, suivez des yeux ces valseurs vernis et gantés:
chacun d'eux représente un regret et une espérance.--Le noble faubourg
était sorti de ses noirs hôtels héréditaires, pour assister à cette fête
dédiée à la vieillesse ou à la pauvreté des serviteurs de l'antique
monarchie exilée; les blanches duchesses, les fines marquises, les
comtesses et les baronnes pur sang y brillaient, les unes par la
jeunesse, par les fraîches parures et par la beauté; les autres par
l'éclat des noms et la vénérable authenticité de la race, --Parmi les
hommes politiques, nous avons aperçu M. Berryer, M. le duc de Valmy et
M. de la Rochejacquelin, et au premier rang des voyageurs de
Belgrave-Square, M. le comte de La Ferronnais et M. le duc de Rohan. Peu
à peu, le bal s'échauffant à la lueur des lustres étincelants, les
opinions se sont mises en danse et ont disparu dans l'enivrement de la
valse tourbillonnante; alors il n'y a plus eu d'autre parti que le parti
des aimables tête-à-tête, des élégantes conversations et du
plaisir.--Tout le monde a lutté de bonne grâce et de dévouement dans
cette nuit aristocratique; et pour ne citer qu'un trait de cette
courtoisie générale, M. Perregaud, propriétaire voisin du
_Casino-Paganini_ a fait jeter bas un vaste mur de son hôtel, pour faire
un plus libre passage aux équipages nombreux et bruyants qui se
croisaient en tous sens, à la grande douleur des oreilles délicates de
la rue de la Chaussée-d'Antin.

[Illustration: Hussard et Hussarde, par Gavarni.]

[Illustration: Le Galop, par Gavarni.]

Mais il y a bal et bal: toutes les danses ne ressemblent pas à ces
danses coquettes, toutes les valses à ces valses délicates et
distinguées même dans leur plus vive ardeur, dans leur plus grand
abandon; demandez plutôt au bal de l'Opéra ce qu'il en pense. C'en est
fait! le bal de l'Opéra a jeté, comme on dit, son bonnet par-dessus les
moulins, semblable à ces bons et joyeux compères qui finissent par se
moquer du qu'en-dira-t-on, et se livrent, à la face du prochain, aux
éclats de leur plus grosse joie; le bal de l'Opéra ne garde plus de
ménagements; il s'est fait débardeur, le plus ardent, le plus intrépide,
le plus infatigable, le plus bruyant, le moins anacréontique des
débardeurs. Véritable danseur d'enfer, ses nuits se passent dans les
emportements de l'haletante _cachucha_, dans l'effroyable flux et reflux
du galop infernal. Le foyer a tout à fait abdiqué son galant privilège;
ce n'est plus le lieu d'asile des mystérieux tête-à-tête et des fines
causeries, mais une espèce de voie publique trop étroite pour contenir
la foule qui s'y presse et s'y entasse bêtement, sans grâce, sans but et
sans plaisir. --Passez du foyer dans la salle, c'est autre chose; là le
coup d'oeil est à la fois effrayant et splendide, éblouissant et
diabolique: on se croirait convié à une noce de démons. Les costumes
bizarres, les masques grotesques, les cris effrénés, le délire de ces
nuits étincelantes de mille feux, ressemblent en effet, à s'y méprendre,
à quelque furieuse fête de damnés. On ne danse pas autrement à l'hôpital
des fous, ou sur une terre d'anthropophages, autour des idoles que les
naturels du pays encensent par des cris et des rondes échevelées.--Que
diraient, je vous le demande, les petits marquis et les petites
duchesses d'autrefois, nation mouchetée et mignarde, qui venait d'un
pied leste et fin, d'une voix traîtresse et douce, animer ces nuits
d'Opéra de ses piquantes médisances, de ses guet-apens amoureux, de ses
furtives trahisons? que diraient-ils en se retrouvant tout à coup au
milieu des propos violents et du tumulte brutal de ces horribles bals?
madame la marquise s'évanouirait et demanderait des sels; M. le
chevalier s'échapperait en pirouettant sur son talon rouge, s'écriant:
«Holà! oh! Lafleur! holà! Dubois! holà! Labranche! où sommes-nous? Qu'on
me délivre de ces forcenés!» Oui, le vice raffiné, la corruption
parfumée de ces petits messieurs, s'enfuiraient aux énergiques éclats de
l'orchestre de Musard, en se bouchant les oreilles d'épouvante.

Le bal de l'Opéra est, à l'heure où je parle, dans son plus chaud accès
de fièvre; c'est que le carnaval touche à sa fin; c'est que le mercredi
des cendres, ce croque-mort des jours de folies, creuse déjà la fosse où
le mardi gras doit être porté en terre par les débardeurs éplorés. Dans
quelques jours tout sera dit, Musard n'aura plus qu'à monter sur son
pupitre pour prononcer l'oraison funèbre du carnaval de 1844.

Gavarni, pressentant cette mort prochaine, a voulu sauver quelques
traits de ce carnaval bientôt expiré; le carnaval ne mourra pas du moins
sans nous laisser un souvenir de sa figure et de sa personne, grâce au
spirituel crayon qui vient de le croquer avant son dernier soupir, pour
les menus plaisirs des lecteurs de l'_Illustration_. Sans doute, ce
n'est pas là le carnaval tout entier; il serait difficile, cher lecteur,
de vous l'envoyer sous bande et à domicile. Essayez un peu de mettre
l'Opéra et son bal colossal dans la boîte du porteur de _l'Illustration_
et de le glisser sous votre porte ou sous votre chevet pour vous
divertir à votre réveil; je vous en défie, tout habile homme que vous
êtes, ô lecteur mon ami! Or, à défaut du carnaval en personne,
acceptez-en ces échantillons; d'une part, ce commis marchand déguisé en
Albanais pour rire; de l'autre, ce clerc d'huissier affublé des ailes,
des pattes, des plumes, du bec d'un oiseau fantastique. Voici un hussard
qui certes n'a pas fait ses premières armes dans le régiment des
hussards de la mort; son uniforme n'annonce ni de terribles coups de
sabre ni de sanglantes batailles; au tuyau de poêle qui lui sert de
coiffure, à son dolman orné des glands et des cordons de ses rideaux, on
devine que mondit hussard sort de l'école militaire des bals masqués, et
qu'il ne connaît que la manoeuvre professée de minuit à six heures du
matin, sous le commandement du capitaine général Musard; ce n'est certes
pas sa sabretache, si semblable à un cabas, qui dira le contraire et
convertira mon héros nocturne en César ou en Napoléon.

[Illustration: Un turc par Gavarni.]

[Illustration: Mascarade par Gavarni.]

Dans l'année de Musard, un hussard n'est au grand complet qu'à condition
d'avoir la femme-hussard pour compagne; c'est la consigne; aussi Gavarni
n'y a pas manqué; il connaît trop bien la loi du carnaval pour lui faire
un tel affront. Voici donc la femme-hussard dans son élégant costume,
aigrette au front, éperons aux jambes. Vraiment, hussard mon ami, tu
n'es pas malheureux; oh! quel galop tu vas danser avec ta gentille
_hussarde_!

Le galop commence en effet, mais Gavarni a cru devoir y mettre des
ménagements; de même que toute vérité n'est pas bonne à dire, tout galop
n'est pas bon à montrer. Ne montre donc, ô Gavarni! que juste ce qui se
peut voir; ménage notre jeunesse et notre candeur. Bien! nous pouvons
risquer les deux yeux: ce débardeur qui se dandine en s'appuyant sur
l'épaule de son voisin, ce malin, ce grenadier, ce lancier polonais, ces
figures burlesques, et cette pantomime qui les accompagne, tout ce
carnaval n'a rien qui me paraisse devoir en arrêter l'impression, connue
disaient les visas des censeurs d'autrefois: la fille permettra la vue
de cet innocent galop à sa mère.--Mais assez danser et galoper comme
cela; passons à d'autres exercices.

[Illustration: Le Galop, par Gavarni.]

L'Académie française ne donne pas de bal, mais elle livre des batailles
à toute outrance; le dernier combat académique a été des plus acharnés;
_l'Illustration_, dans son dernier numéro, en a déjà donné un rapide
bulletin. Deux fauteuils, comme on sait, étaient le prix de la victoire,
l'un occupé naguère par l'honnête M. Campenon, l'autre par notre
regrettable et illustre Casimir Delavigne; la lutte: n'a pas été vive
autour du fauteuil de Campenon: du premier coup, M. Saint-Marc Girardin
l'a emporté et s'y est assis, laissant M. Alfred de Vigny et M. Émile
Deschamps de huit à dix voix en arrière; la succession de Campenon ne
demandait pas un plus grave engagement: c'était un héritage de rimes
bucoliques, et les pipeaux champêtres invitent aux innocents combats.
L'ombre pastorale du poète aurait souffert d'une bataille plus ardente
et plus prolongée; elle préfère, sans doute, cette simple escarmouche
terminée au premier choc, et presque aussi douce qu'un duel entre
Mélibée et Tityre, sous la voûte d'un hêtre, au son de la musette.

Pour Casimir Delavigne, c'était autre chose; l'auteur des _Messéniennes_
et du _Paria_ avait droit à une plus vaillante mêlée; le clairon martial
et la lyre héroïque retentissent dans les poésies de Casimir Delavigne,
chantant la liberté, célébrant les faits illustres, ou gémissant sur un
mode tragique et sombre; tout, dans ses rimes épiques, respire les
passions sérieuses et profondes.--Les candidats académiques semblaient
s'être échauffés à l'ardeur du poète; ils se sont pris corps à corps,
décidés à combattre avec acharnement pour savoir à qui reviendrait sa
dépouille. Trois champions,--on l'a vu--ont tenu bon jusqu'à la dernière
extrémité: M. Alfred de Vigny, M. Sainte-Beuve et M. Vatout; sept fois
ils sont revenus à la charge, l'un contre l'autre, épuisés, haletants,
mais se défendant toujours, et aucun d'eux ne voulant battre en retraite
devant son rival. Parmi ces trois adversaires acharnés, M. Sainte-Beuve a
gardé constamment l'avantage, M. Vatout l'a suivi de plus près, et M.
Alfred de Vigny, le noble poète, n'est venu que sur les talons de M.
Vatout, comme pour attester, une fois encore, que dans ces pugilats
littéraires ce n'est pas toujours l'athlète le plus richement et le plus
élégamment armé d'esprit et de génie qui a pour lui les juges de camp ou
les dieux.--L'Académie, lasse de ces sept assauts inutilement livrés par
M. Vatout à M. Sainte-Beuve, par M. Alfred de Vigny à M. Vatout;
l'Académie les voyant tous trois debout après cette terrible journée,
sans que l'un eût pu décidément tuer les deux autres; l'Académie, qui,
d'ailleurs, sentait le besoin de refaire ses forces, a fini par déserter
les bancs pour aller dîner.

[Illustration: Un homme-Oiseau, par Gavarni.]

L'affaire recommencera dans deux mois, et comme dans cette mémorable
séance du 8 février, deux fauteuils seront offerts à l'ambition des
concurrents: ce fauteuil de Casimir Delavigne, si vivement disputé et
qu'on croirait imprenable, et celui de Charles Nodier, encore vierge de
toute attaque; durant ces deux mois, M. du Vigny, M. Sainte-Beuve, M.
Vatout, auront le temps de reprendre haleine et d'affiler leurs armes
émoussées. Mais les Académies et les flots sont changeants; qui sait
si M. Vatout, qui voguait hier à la surface, demain ne fera pas un
plongeon; M. du Vigny et M. Sainte-Beuve sont, en effet, les deux
talents vraiment littéraires que l'Académie devrait sérieusement
adopter. Elle se ferait honneur par ces deux choix, en faisant justice à
deux hommes d'un mérite incontestable et incontesté; mettez donc l'un
dans le fauteuil de Delavigne, et que l'autre fasse son nid dans celui
de Charles Nodier! on battrait des mains de tous côtés. Or l'Académie
est peu habituée à recueillir, pour prix de ses suffrages particuliers,
le suffrage universel. Ce sera du fruit nouveau pour elle.

Il est vrai que la question se complique; au lieu de deux écrivains
distingués, de deux rares esprits poursuivant le double héritage de
Delavigne et de Nodier, l'Académie française en comptera, dit-on, un
troisième. M. Mérimée, l'auteur si ingénieux et si correct de tant du
petits romans exquis, s'est décidé à se livrer un flux et reflux
académique; M. de Vigny et M. Sainte-Beuve l'auront pour adversaire dans
la prochaine rencontre.--Du Vigny, Sainte-Beuve, Mérimée, Vatout, voilà
les quatre candidats appelés à tenir le haut bout dans cette nouvelle
mêlée; d'autres encore rodent aux portes, pour tâcher de se faufiler
dans un moment de confusion et de trouble, et de se glisser au fauteuil
par un tour d'escamotage; nous ne les nommerons point, de peur de les
compromettre. Mais l'histoire de l'huître et des plaideurs est d'une
application tout académique; plus d'une fois, deux tiers champions, se
battant à qui aurait le fauteuil, ont été tout surpris de voir un
monsieur qui flânait paisiblement par là s'y installer à leur barbe: M.
Casimir Bonjour a des chances.

Le trait suivant de moeurs conjugales vient faire diversion aux intérêts
académiques; c'est précisément dans le voisinage de l'Institut que le
fait s'est passé, non loin du quai Voltaire.--M. et madame A.... ne
brillent point par un excès de tendresse réciproque; plus d'une fois ils
ont donné à leurs voisins des preuves de l'incompatibilité de leur
humeur; ou accusé M. A.... d'être un peu bourru, et madame d'avoir des
crises de nerfs par trop fréquences; quand monsieur gronde, madame
s'évanouit, et quand madame s'évanouit, monsieur tempête de plus belle;
de sorte que les colères de monsieur et les crises de madame arrivant
tous les jours, plutôt deux fois qu'une, c'est véritablement un ménage
diabolique.--Vendredi dernier, madame A.... se plaignit de violentes
douleurs d'entrailles: «C'est ce monstre, s'écria-t-elle, qui m'aura
empoisonnée!» le mot monstre désignait naturellement son mari. Aussitôt
l'alarme de se répandre, dans la maison; M. A.... rentra sur ces
entrefaites: «Ah! monsieur, lui dit son portier, en arrivant à lui tout
effaré; savez-vous ce qui arrive?--Non!--Madame se plaint d'être
empoisonnée! et devinez qui elle accuse?--Pas davantage! --Vous,
monsieur.--Moi! répliqua le mari, du plus beau sang-froid du monde, moi!
Eh bien! qu'on la fasse ouvrir!»


Fragments d'un voyage en Afrique (2),

(Suite.--Voir t. II, p. 338 et 374.)

      [Note 2: La reproduction de ces fragments est interdite.]

Des chevaux tout sellés furent mis à notre disposition, et nous nous
joignîmes au cortège de l'émir, qui était composé d'environ huit cents
hommes, y compris les cinq cents cavaliers réguliers qui forment sa
garde ordinaire. Ces cavaliers ne quittent jamais sa personne, pour
laquelle ils ont montré, dans certaines circonstances, le dévouement le
plus absolu. Au milieu des réguliers je remarquai un kalifat qui portait
l'étendard de l'émir; cet étendard est tout simplement un petit carré de
toile qui a la forme des guidons de nos régiments; elle est de couleur
bleue, avec un yatagan rouge au milieu.

Nous franchîmes au galop la distance qui séparait le douair
d'Abd-el-Kader des douairs de son armée. En arrivant, nous la trouvâmes
rangée en bataille dans la plaine. L'interprète, qui marchait à nos
côtés, et devant lequel je n'avais pas jugé à propos de faire parade de
ma connaissance de la langue arabe, m'expliquait ce qui se passait
autour de moi; puis, me montrant avec ostentation les bataillons qui se
déroulaient devant nous en longues spirales.

«Tu vois, me dit-il, les corps commandés par les lieutenants de mon
maître: ici sont les troupes de Sidi-Mohammed-el-Berkany, kalifat de
Médéah; là, le kalifat de Milianah, Ben-Oulil, a établi son camp.
Presque à l'extrémité de la plaine se trouve l'artillerie, composée en
grande partie de déserteurs chrétiens. En reportant ton regard vers
l'ouest, tu retrouveras les milices de Sidi-Mustapha, frère
d'Abd-el-Kader, et du scheik Ben-Salem, dont le terrible yatagan a tant
fait tomber de têtes ennemies; puis les fantassins de Sidi-al-Kraroubi,
premier ministre, enveloppant comme dans un réseau de fer cette armée
formidable; enfin, et comme un vaste cercle qui circonscrit tous les
autres, les cavaliers irréguliers, fournis par toutes les tribus,
fourmillent le long de la vallée. Regarde autour de toi, sur les crêtes,
des monts, sur les plateaux que tu peux découvrir, dans les gorges
étroites, partout il y a des hommes dévoués, dont l'indépendance est le
premier besoin, et qui ne négligeront rien pour la reconquérir.

--Ton maître est donc bien puissant? m'écriai-je.

--Son bras s'étend sur toute l'Algérie; il gouverne à la fois les
provinces auxquelles tant de beys commandaient jadis. Le descendant
d'Ismaël est inspiré de Dieu, et la lumière céleste illumine son âme.
Comment veux-tu que les Arabes résistent à l'entraînement qu'il leur
inspire? Le serviteur du Prophète réunit donc sous sa bannière tous les
Arabes indépendants. Ce que tu aperçois d'hommes et de chevaux ne
constitue que la moitié des ressources de mon maître; il y ajouterait au
besoin les vaillants soldats de Ben-Thamy, les deux mille cinq cents
combattants de Bou-Hamidy, et la foule innombrable des volontaires dont
tu ne vois ici qu'un faible détachement.»

Nous arrivions, en cet instant, au milieu de la plaine; Abd-el-Kader et
sa suite se placèrent sous l'ombrage de quelques arbres qui étendaient
leurs rameaux protecteurs à quelques pieds du sol, et, tandis que
l'armée se disposait à évoluer en notre présence, l'émir me fit dire
qu'il avait à causer avec moi.

Je m'approchai, non sans crainte, du tertre sur lequel se trouvait
l'émir; mais ma timidité ne tint pas devant son sourire, et ce fut avec
toute l'aisance dont j'étais susceptible que je vins prendre place à ses
côtés.

Après les saints d'usage, que les Arabes prolongent indéfiniment, et
tandis que l'armée défilait à quelques pas de nous, j'expliquai à
Abd-el-Kader mes vues et mon traité de commerce. Quelques avantages que
je lui fis entrevoir le séduisirent, et il m'accorda sur-le-champ son
appui.

La revue se termina enfin; je pris congé de mon protecteur, et je
rentrai en ville avec le seul de mes compagnons de route qui fût resté à
mon service, le fidèle Ben-Oulil.

Depuis ce jour, j'eus souvent l'occasion de voir Abd-el-Kader, qui ne
cessa de me témoigner le vif intérêt qu'il portait à la réussite de mes
desseins. J'obtins même de lui un sauf-conduit revêtu de son sceau; et,
après un assez long séjour à Milianah, je fis mes préparatifs pour un
long voyage à travers des populations inconnues.

J'avais le droit d'exploiter, sans exception, tous les points du
territoire arabe; et là où j'opérais, il n'était permis à personne de me
faire concurrence. L'émir en avait fait publier l'ordre dans tous les
marchés. Médéah fut le lieu où j'établis le centre de mes opérations;
cette ville me convenait d'autant mieux, qu'elle était plus rapprochée
des possessions françaises, et que ses laines et celles de la province
sont d'une qualité supérieure à toutes les autres.

Le traité que j'avais conclu fut exécuté malgré les obstacles que
m'opposèrent le bey et les notables de la ville. On me soumit au
contrôle du chef; mais, chaque fois que j'étais menacé d'un acte
arbitraire, j'écrivais à l'émir, qui me rendait toujours justice.
J'allai dans l'intérieur des terres, afin d'obtenir des laines à des
prix modiques. Je passai deux mois au milieu des tribus arabes,
assistant à tous les marchés, sans avoir eu à supporter la moindre
injure. C'était, au contraire, à qui me livrerait ses produits, et ils
se battaient quelquefois pour m'offrir l'hospitalité. L'empressement
avec lequel j'étais accueilli partout paraîtra d'autant plus
extraordinaire, que je n'avais pour toute escorte que mon juif Ben-Oulil
(un juif est la plus triste des recommandations en Afrique). Jamais le
moindre incident fâcheux ne troubla mon repos, et pourtant je parlais
sans cesse aux Arabes de ma patrie, de la valeur de nos soldats, de la
supériorité de nos armes. Loin d'exciter leur colère, j'étais écoulé
avec intérêt; je leur faisais désirer d'être gouvernés par cette nation
qu'ils nomment, dans leur métaphorique langage, la sultane des nations.

C'est avec la même sécurité que je visitai successivement des lieux qui
touchent au désert: le Ziben, Ghronat et Boural. Je parcourus les
aghalicks des Beni-Bonyacoub, Tittery, Douaier, Habedy, où les
populations me parurent pencher du côté de la France; mais la crainte
que leur inspire l'émir est plus forte que leur désir. Plus tard (en
1840) ils furent, comme tous les Arabes, appelés à la guerre sainte.
Force leur fut de marcher; mais ils combattirent avec tant de mollesse,
qu'Abd-el-Kader les frappa d'une contribution de cent mille houdjous.

Dès que j'eus écoulé mes laines, je me rendis à Tekedempt. Là, je
trouvai les ouvriers français qui étaient venus fonder une manufacture
d'armes. Je me liai d'amitié avec l'un de mes jeunes compatriotes, et
nous nous mîmes à visiter la place, qui allait devenir bientôt la
capitale de l'empire arabe.

Tekedempt est d'une importance incontestablement supérieure à toutes les
villes de l'intérieur de l'Afrique. Située non loin du désert, au milieu
de montagnes élevées, elle semble inexpugnable à l'émir. Un fort assez
mal bâti, peu considérable (il a cent mètres de tour environ) auquel on
travaille depuis quatre ans, élève à peine à quelques pieds du sol ses
murs inachevés. L'intérieur du fort a été divisé en magasins et en
casernes; quatre canons de 1 sont placés sur une esplanade à l'entrée du
fort; en dehors est un grand hangar où l'on met l'orge. Comme celui de
Tazza, le fort de Tekedempt possède des cachots où les prisonniers ne
sont pas trop maltraités.

L'Hôtel des monnaies d'Abd-el-Kader est aussi à Tekedempt. On y frappe
de petites pièces en cuivre d'une valeur conventionnelle de trois
liards, et qui ont tout au plus la valeur intrinsèque du tiers. L'émir
n'a jamais frappé de monnaies d'or ni d'argent, mais il a mis en
circulation quelques pièces blanchies auxquelles il a donné une valeur
assez élevée. Les outils dont on se sert à la monnaie proviennent de
France.

La ville Tekedempt est non seulement le dépôt particulier de Mascara,
mais encore le dépôt général de l'Arabie indépendante. L'émir y
entretenait constamment cinq cents chameaux et deux cents mulets
affectés aux transports de la guerre. D'immenses approvisionnements y
sont amoncelés; c'est là qu'aboutissent les caravanes chargées d'armes
et de poudre qu'expédie le Maroc, et qu'on distribue à toutes les places
de l'intérieur, suivant les besoins du moment.

A côté du fort principal est un fortin à demi ruiné; c'est là qu'ont été
établis les ouvriers, envoyés par le gouvernement Français. A droite, au
fond de la vallée et sur les bords d'un ruisseau, a été bâti un bel
édifice qui devait leur servir d'atelier. Les travaux s'exécutent à
l'aide d'une machine hydraulique. Durant mon voyage à Médéah, j'appris
que la fabrication des fusils avait commencé et qu'on en livrait trois
par jour à l'émir. On avait désigné, sur la demande des ouvriers, une
cinquantaine d'Arabes, pour faire l'apprentissage du métier; car, à
l'expiration de leur engagement nos compatriotes devaient rentrer dans
leurs foyers. Abd-el-Kader les payait fort mal. Le chef de ces ouvriers,
M. Guillemin, avait été assassiné; un second était mort de la fièvre;
les autres ont revu la France.

Tekedempt possède une garnison de deux cents réguliers, une compagnie,
de canonniers et quatre pièces de petit calibre, réparées par nos
ouvriers. A trois cents pas du fort s'élèvent une multitude de cabanes
en chaume et en maçonnerie. L'émir engagea les habitants à bâtir des
maisons; ceux-ci ne tenant pas compte de l'invitation, il s'avisa de
mettre le feu à leurs huttes, et renouvela trois fois la plaisanterie.
Les arabes obéirent alors et se mirent à jouer de la truelle. Une
mosquée brille au milieu de la ville. Tous les dimanches il s'y tient un
grand marché; les tribus y apportent leurs récoltes; on y vend des
raisins de Médéah et de Milianah à un prix excessif. De hautes montagnes
enserrent Tekedempt; la Mina l'arrose de ses eaux bienfaisantes. La
rivière est três-dangereuse pendant l'hiver, qui est ordinairement
rigoureux dans cette contrée. L'été s'y distingue, au contraire, par des
chaleurs excessives, d'où naissant des fièvres mortelles.

Les lions y sont nombreux et portent leurs ravages jusqu'aux portes de
la ville. Dès que le soleil se couche, on entend rugir ces animaux qui
mettent la population en émoi et enlèvent des ânes sous le fort même.
Les hyènes et les panthères rôdent aussi en grand nombre aux alentours.
Du reste, les jardins de Tekedempt sont charmants, et le sol de la
province est fertile.

Le gouverneur, Hadji-Adb-el-Kader-Bou-Krelekra est un homme dans la
force de l'âge, petit et vigoureux; ses traits sont loin d'annoncer le
talent qu'il possède. Il est beau-père de Mouloud-Ben-Aratch. Son
influence sur les indigènes est très-étendue; tous prennent les armes à
son appel, et il n'a qu'à se montrer pour qu'on lui paie l'impôt.
Abd-el-Kader lui a fait don de la maison qu'il habite. Il assiste aux
_conseils d'État_, et jouit d'un grand crédit auprès de l'émir. Quoique
sous les ordres du kalifat de Milianah, il commande en souverain dans
son district, Krelekra ne va jamais à la guerre et ne quitte point son
gouvernement: il est moins fanatique que les autres chefs et bon diable
au fond, quoique un peu brusque.

On remarque, tout près de la ville, une montagne colossale et taillée à
pic d'un côté, tandis que l'autre a la forme d'une scie; c'est
l'Ouenseris: elle a donné son nom à la tribu qui l'habile. Vers le
milieu de la pente, est une grande caverne d'où l'on extrait 80 pour
cent de plomb et 2 pour 100 d'argent. Les Ouenseris ont le monopole de
l'exploitation; ils retirent le métal en allumant de grands feux dans la
caverne et en le faisant fondre; ils fabriquent beaucoup de balles avec
ce plomb.

(La suite à un prochain numéro.)


Chronique musicale.

La Société des Concerts, qui a repris ses belles séances au
Conservatoire, a débuté cette année par une oeuvre, sinon nouvelle, du
moins inconnue à Paris. C'est une symphonie de M. Mendelshon-Bartholdy,
laquelle passe, en Allemagne, pour une des productions les plus
remarquables de ce maître. Elle atteste, en effet, un grand savoir, un
sentiment très-délicat de l'harmonie, une habileté de contre-pointiste,
que peu de musiciens vivants pourraient égaler, que nul ne pourrait
surpasser peut-être. Les détails ingénieux y abondent, et les fines
nuances, et les piquantes dispositions d'orchestre; seulement il nous
semble que la pensée première n'est pas toujours au niveau de tout ce
savoir-faire, et qu'à cette oeuvre si habilement travaillée
l'inspiration manque quelquefois. Sans cela. M. Mendelshon devrait être
placé sur le même rang que Haydn, Mozart et Beethoven, ces rois de la
symphonie. M. Mendelshon occupe du moins le premier degré au-dessous
d'eux, et c'est encore une place assez élevée pour satisfaire les plus
ardentes ambitions.

Deux autres morceaux inconnus ont été essayés dans les deux premiers
concerts. Ce sont deux choeurs de Beethoven. L'un, intitulé sur le
programme _le Calme de la Mer_, ne répond guère à ce titre, sauf
quelques détails. C'est une composition bruyante, violente, tourmentée.
L'effet vocal est dur et peu harmonieux. On est tout surpris de n'y
rencontrer aucune de ces grandes pensées, aucun de ces élans de passion
qui sont comme le cachet du génie de Beethoven.

L'autre est, sous tous les rapports, digne de ce grand homme. C'est un
choeur composé pour un drame allemand intitulé _les Ruines d'Athènes_.
Souvent, de l'autre côté du Rhin, on intercale dans une oeuvre poétique,
ou même dans une pièce en prose, quelques morceaux de musique vocale ou
instrumentale; on sait que les Allemands ne trouvent la musique de trop
nulle part. Cela même s'est fait quelquefois en France, et notamment à
l'ancien Odéon, où l'on représenta, il y a quinze ans, un ouvrage
intitulé la _Prise de Missolonghi_, pour lequel Hérold avait composé une
ouverture et des choeurs d'une beauté remarquable. Le morceau intercalé
dans _les Ruines d'Athènes_ est une marche instrumentale au milieu de
laquelle le choeur intervient de la manière la plus originale et la plus
imprévue. On dirait une population enivrée d'enthousiasme, qui mêle tout
à coup ses acclamations à un chant de triomphe. Rien de plus neuf et de
plus saisissant que la pensée première de cette composition, laquelle
est exécutée d'ailleurs avec cette vigueur de main, cette largeur de
développements, cette riche sobriété de détails, cette habileté
souveraine, cet éclat et cette puissance qui ont élevé si haut la gloire
de Beethoven.

Les autres morceaux exécutés dans ces trois premiers concerts, qu'ils
soient de Beethoven, de Mozart, de Haydn ou de Weber, sont connus depuis
longtemps, et nous sommes dispensés d'en parler. Mais nous devons
remarquer une innovation fort inattendue qui a signalé la dernière
séance. On y a exécuté le début de l'introduction du _Moïse_ français.

Il semblait jusqu'ici que la Société des Concerts ne jugeât point
Rossini digne de son attention. On avait bien vu, une fois ou deux, le
nom de cet homme illustre inscrit sur son programme, mais c'était sans
tirer à conséquence, et on eût dit une concession faite au talent de
quelque cantatrice en renom. Il y a deux ans, par exemple, il avait été
permis à madame Viardot de faire entendre le rondeau final de
_Cenerentola_ Cette faveur était accordée non au mérite de l'auteur,
mais à la brillante exécution de son interprète. Aujourd'hui, c'est tout
autre chose; c'est bien à Rossini lui-même que la salle de la rue
Bergère vient d'ouvrir ses portes. Quoiqu'il soit vivant, et qu'il porte
un nom italien, Rossini vient d'être admis enfin au rang des grands
maîtres de l'art, et nous félicitons sincèrement la Société des Concerts
de cet acte de justice.

Elle n'a pas eu lieu de s'en repentir: l'introduction de _Moïse_ a
produit un effet immense. Les vastes proportions de ce morceau,
l'élévation des idées, la magnificence du style, l'éclat de
l'instrumentation, ont fait sur l'auditoire une impression profonde. Ce
succès encouragera sans doute la Société des Concerts à ne plus négliger
désormais cette mine si opulente, qui est tout entière à sa disposition.

Trois exécutants se sont fait entendre dans ces trois séances. Dans la
première, M. Belke, premier trombone de la musique de sa majesté
prussienne. C'est un artiste d'un talent remarquable, qui engage
fièrement la lutte avec son instrument rebelle, et qui réussit presque
toujours à le dompter. Mais à quoi bon ces batailles sans but et ces
stériles exploits? Le trombone ne paraît-il pas un peu prétentieux quand
il lutte avec le galoubet, et ne ressemble-t-il pas au géant Polyphème
faisant l'aimable auprès de Galathée, que ses tendres attentions mettent
en fuite?

M. Dorus a prouvé pour la centième fois, ce qui est déjà connu de tout
le monde, et n'est contesté par personne, savoir qu'il n'aurait point de
rival sur la flûte, si M. Tulou n'existait pas.

Mademoiselle Louise Maliman a exécuté dans le troisième concert un
concerto de Beethoven pour piano et orchestre. Elle a montré une
netteté, une fermeté, un aplomb que l'on rencontre rarement chez les
maîtres les plus expérimentés, et mademoiselle Maliman n'a pas dix-huit
ans! Telle est déjà la perfection de son exécution, la rigoureuse
précision de ses allures, la pureté de son goût, l'élégante simplicité
de son style; tel est enfin son respect pour le texte qu'elle exécute et
pour les intentions du maître qui l'a écrit, qu'on peut sans hésiter
ranger son talent au nombre des plus sérieux, des plus solides de ce
temps-ci.

Tel est aussi le caractère du talent de M. Charles Dancla, élève de
Baillot, et également recommandable comme violoniste, ou violiniste, et
comme compositeur. M. Dancla a donné dernièrement un concert où il a
fait entendre plusieurs morceaux de sa composition, des études pour le
violon d'une très-habile facture, une ballade vocale d'un style tort
distingué, un trio pour piano, violon et violoncelle, et un fragment de
quatuor. Tout cela atteste à la fois de l'imagination, du goût et
beaucoup de savoir. Dans cette séance, M. Charles Dancla était assisté
de mademoiselle Laure Dancla, sa soeur, et de MM. Arnaud et Léopold
Dancla, ses deux frères. Charmant et touchant spectacle que celui de ces
quatre jeunes artistes, enfants de la même mère, vivant ensemble,
travaillant ensemble, et s'appuyant l'un sur l'autre le long de ce
chemin raboteux et escarpé qui mène à la renommée!

Le second concert de M. Berlioz a eu lieu le 3 février dernier. La
seconde partie était composée des quatre morceaux de la symphonie
dramatique où l'auteur s'est efforcé de traiter à sa manière ce
magnifique sujet de _Roméo et Juliette_, qui a déjà inspiré tant de
poètes, de peintres et de musiciens. C'est une composition instrumentale
où interviennent parfois des voix humaines, comme dans la dernière
symphonie du Beethoven. Cette oeuvre paraît généralement moins
heureusement inspirée que la _Symphonie fantastique_ et la symphonie
d'Harold, sauf toutefois le _Scherzo_ connu sous le nom de _Scherzo de
la reine Mab_, lequel est l'ouvrage le plus singulier, le plus bizarre,
le plus piquant, le plus fantastique et le plus curieux peut-être qu'ait
jamais enfanté le cerveau d'un musicien. L'auteur y a pris pour thème la
célèbre tirade de Mercurio, dans la cinquième scène du premier acte de
_Romeo and Juliet_: La reine Mab est la sage-femme des fées; elle n'est
pas plus grosse que l'agate qui orne le doigt d'un alderman; son char
est une noisette creusée par un écureuil ou par un vieux ver;--ce sont
là, de temps immémorial, les carrossiers des fées.--Les roues de ce char
sont faites de longues pattes d'araignée;--la couverture, d'ailes de
sauterelles;--les traits, des fils d'araignée les plus déliés;--son
fouet et composé d'un os et d'une membrane de grillon; son cocher est un
petit moucheron habillé de gris....--En cet équipage, elle vient galoper
chaque nuit à travers le cerveau des amoureux, qui alors rêvent d'amour;
elle se pose sur les genoux des courtisans, et ils rêvent de faveurs
royales;--sur les doigts des avocats, et ils rêvent d'honoraires;--sur
les lèvres des grandes dames, et elles rêvent de baisers, etc., etc.»
Voilà ce que M. Berlioz a voulu traduire par des combinaisons
d'intonations, de rhythme et de sonorités.--A-t-il réussi complètement?
nous n'oserions l'affirmer. Devait-il raisonnablement se flatter de
réussir, et la musique peut-elle revêtir d'une forme distincte et
appréciable ces bizarres caprices de l'imagination, auxquels toute la
précision du langage parlé ne suffit pas toujours à donner un sens? nous
ne le pensons pas. Mais M. Berlioz n'en a pas moins produit une oeuvre
fort remarquable, pleine d'effets inattendus, de dispositions
instrumentales toutes nouvelles; une oeuvre, enfin, qui n'est, sous
aucun rapport, celle d'un musicien ordinaire.

L'ouverture du _Carnaval romain_ est un morceau tout neuf, ou du moins
que son auteur faisait entendre pour la première fois. Ici nous n'avons
rien, ou presque rien à critiquer, et nous avons beaucoup à applaudir.
Mélodies simples et parfaitement distinguées, travail harmonique,
combinaisons instrumentales, tout est d'un homme supérieur. Ce morceau
est écrit d'un bout à l'autre avec une verve, un feu, une fougue
singulière; il a électrisé l'auditoire, qui l'a redemandé tout d'une
voix, et nous regrettons que les bornes de cet article ne nous
permettent pas d'en donner une analyse détaillée.

Quant aux autres compositions nouvelles que M. Berlioz a fait, ce
soir-là, connaître au public, n'en parlons pas... Et qu'importe à un
général d'être battu dans une escarmouche, pourvu qu'il reste vainqueur
en bataille rangée?

On nous annonce, du fond de la Russie, des succès bien brillants aussi
et des victoires bien éclatantes. C'est madame Viardot qui est le
triomphateur; l'armée moscovite suit son char avec enthousiasme, et
vient de lui décerner, par souscription, une couronne d'or rehaussée de
pierres précieuses. Voilà ce qu'on peut appeler, sans métaphore et sans
hyperbole, d'impérissables lauriers.


Théâtres.

THÉÂTRE DE LA. PORTE-SAINT-MARTIN: _Les Mystères de Paris_, roman en
cinq actes et onze tableaux, par MM. Eugène Sue et Dinaux, décors de MM.
Devoir, Philastre et Cambon.

Enfin le voici, ce fameux drame si impatiemment attendu!--Le
verrons-nous ou ne le verrons-nous pas? disait-on depuis deux mois; et
puis, c'était la censure qui le taillait, le mutilait, lui portait des
coups mortels. Comment fera-t-il pour marcher après de telles entailles?
Pourra-t-il vivre encore? Ne sera-t-il pas réduit à l'état d'un moribond
qui n'a plus que le souffle? Et cent questions de cette espèce qui
témoignaient de la curiosité publique et de l'importance que les
gourmets et amateurs de sensations fortes et de denrées épicées,
mettaient à voir le roman de M. Eugène Sue assaisonné en drame et servi
sur le théâtre. Enfin, la censure a lâché sa proie; mardi dernier,
l'affiche portait bien positivement ces mots écrits en lettres
majuscules: «Aujourd'hui, première représentation des _Mystères de
Paris_».

Non, jamais événement ne causa une plus vive émotion; dès l'après-midi,
le boulevard Saint-Martin était encombré d'une foule immense; une queue
formidable et bruyante s'agitait aux portes du théâtre en replis
tortueux; toutes les avenues étaient obstruées, et les passants, étonnés
de cette affluence, s'arrêtaient sur les dalles du boulevard en formant
un vaste amphithéâtre de curieux ébahis; au bureau de location, on se
disputait les stalles et les loges; supposez la salle vaste comme la
place du Carrousel, tout au plus aurait-elle suffi à contenir et à
satisfaire les tumultueux amateurs qui se succédaient par douzaines,
demandant une stalle ou une loge. On aurait coté les billets à cinquante
francs, que les acheteurs n'auraient pas reculé. A voir cette multitude
se ruant de tous côtés, on pouvait craindre que le théâtre ne s'écroulât
sous ses violents efforts; il semblait que la représentation dût être
pleine de trouble et de cris; il n'en a rien été; sauf le flux et le
reflux inévitable dans une telle circonstance, je veux dire la
bourrasque des applaudissements luttant contre tes sifflets, cette
soirée, ou plutôt cette nuit (le drame a fini à une heure du matin),
s'est accomplie très-honorablement, sans hurlements et sans blessures; à
vrai dire, le public était, en général, ganté et verni, et les plus
jolies femmes, les plus brillantes toilettes donnaient au théâtre
Saint-Martin un éclat d'élégance et de coquetterie auquel il n'est pas
tous les jours accoutumé.

Mais silence! ouvrons les yeux, prêtons l'oreille, la toile se
lève.--Nous voici dans la rue aux Fèves, rue sombre et tortueuse,
lugubrement éclairée par des réverbères au reflet sinistre et blafard; à
droite, le fameux cabaret du _Lapin-Blanc_, lieu d'asile fréquenté par
tous les bandits de la cité; cette décoration est d'un effet original et
saisissant; on la doit au pinceau de Devoir; ce n'est pas le seul éloge
que nous aurons à faire de cet habile artiste.

Dans cette terrible rue aux Fèves, nous retrouvons déjà tous les
principaux personnages du roman; le prince Rodolphe protégeant
Fleur-de-Marie, la pâle Fleur-de-Marie aux mains féroces de la Chouette
et du Maître-d'École; le Maître-d'École, Jacques Ferrand. Rigolette et
le Chourineur.--Jacques Ferrand médite ses assassinats et ses ténébreux
complots; ce n'est plus à Cécily qu'il en veut, mais à Fleur-de-Marie;
il la couve des yeux, il la convoite, il faut à tout prix qu'il
assouvisse cet amour forcené; oui, l'or et Fleur-de-Marie, voilà tes
deux passions de Jacques Ferrand. Le Maître-d'École est l'instrument de
Jacques Ferrand dans ces infâmes entreprises; il est également prêt pour
le rapt, pour le vol et pour le meurtre; il vient de frapper le
malheureux client de Jacques Ferrand, et voici qu'il se retourne contre
Fleur-de-Marie et l'accable de menaces et de violences; mais le prince
Rodolphe et le Chourineur veillent sur l'infortunée; la Goualetise se
réfugie sous la protection du prince, tandis que le Chourineur, armé de
ses deux poings et de son bras de fer, tient le Maître-d'École en
respect; pour cette fois, Fleur-de-Marie échappe aux griffes de la bête
féroce.

En sortant de la rue aux Fèves, nous entrons dans la maison Pipelet. Je
vous présente la tendre madame Pipelet et son gros chéri M. Pipelet,
portier et savetier tout à la fois, l'infortuné Pipelet, victime de
l'infâme Cabrion. Cabrion est son cauchemar; il le poursuit, il lui tire
le nez, il lui enlève sa perruque, il joue avec lui des scènes de
Méphistophélès et le magnétise. Plaignez Pipelet!--Mais ce n'est pas
tout que de rire; Cabrion, Rigolette et Pipelet ne sont pas toujours là.
L'orchestre joue un air farouche et lamentable: c'est Jacques Ferrand,
c'est le Maître-d'École qui reviennent; le Maître-d'École menaçant
toujours Fleur-de-Marie, et Jacques Ferrand prenant la pauvre fille à
son service, véritable vautour planant sur sa proie et n'attendant que
le moment de tomber sur elle et de la dévorer. Plus loin je reconnais
l'honnête Germain et le malheureux Morel, l'ouvrier lapidaire; Germain,
l'ami de Rigolette; Morel, pâle, triste, succombant sous le faix du
travail et de la misère. Qui sauvera Morel? qui donnera du pain à la
vieille mère, privée de la raison, à ses enfants amaigris, à sa femme
minée par la maladie? Hélas! pour surcroît d'infortune, un bandit vient
de voter au lapidaire un diamant de trois mille francs qu'un joaillier
lui avait remis pour le tailler. C'en est fait de Morel; s'il ne meurt
pas du faim, il mourra de désespoir. A qui s'adressera le pauvre diable?
A Jacques Ferrand, qui passe pour un si honnête homme.

Ici Jacques Ferrand joue une de ces horribles scènes d'hypocrisie
auxquelles il est habitué: il prête cinq cents francs à Morel. Le brave
homme! s'écrie-t-on. Oui, mais, attendez: Morel a signé une obligation à
trois mois déchéance; dans trois mois il ne paiera pas, et Jacques te
philanthrope le fera mettre en prison. N'a-t-il pas besoin de se défaire
de ce pauvre Morel, qui a, sans le savoir, entre les mains, la preuve,
d'un assassinat autrefois commis par Penaud.

En public, Jacques Ferrand joue admirablement l'homme de bien, mais,
seul, il jette le masque. Voyez-le comptant son or d'un oeil cupide et
sanglant; entendez-le raillant ses victimes et supputent les
épouvantables bénéfices que lui rapportent ses crimes: puis, quand il a
enfoui sa cassette, Jacques reprend son air bénin, sa voix de sainte
nitouche, et fait venir Fleur-de-Marie. Mais comme sa voix tremble!
comme la passion perce sous ce masque d'hypocrisie! Fleur-de-Marie
commence à éprouver de funestes pressentiments! Il ne faut rien moins
qu'une seconde intervention du Chourineur et de Rodolphe pour la sauver
encore de la concupiscence de Jacques et de la férocité du
Maître-d'École.

Pénétrez maintenant dans cette épouvantable mansarde. Une femme livide,
des enfants malades, une folle, un malheureux désespéré; c'est
l'intérieur de la famille Morel. Germain, le bon Germain, apporte mille
francs à cette misère pour l'arracher aux poursuites des huissiers. Le
protêt, en effet, vient disputer à cette famille affamée ce grabat qui
lui reste et ce dernier morceau du pain. Le protêt, c'est Jacques
Ferrand qui l'envoie; et quand Germain offre ses mille francs,
«Monsieur, je vous arrête, dit Jacques Ferrand; vous avez volé cela dans
ma caisse!» Germain proteste de son innocence, Rigolette défend Germain,
Morel se désespère; mais qu'importe! on traîne Morel et Germain en
prison, et Jacques Ferrand, profilant de ce désordre, fait disparaître
cette preuve d'un de ses forfaits qu'il poursuivait dans Morel.

Ainsi le drame s'engage dans tous les noirs mystères, dans toutes les
douleurs, dans tous les crimes du roman.

Fleur-de-Marie, sauvée par Rodolphe, s'est retirée à la campagne dans un
pays charmant; là elle est heureuse, là elle recouvre la santé et la
paix de l'âme. Les beaux sites, ces vertes pelouses la ravissent; tout
le monde l'aime, tout le monde la bénit, tout le momie la respecte.
C'est un ange, dit-on, mais le Maître-d'École et Jacques Ferrand ne
sont-ils pas toujours sur ses traces? Le Maître-d'École la retrouve,
l'épie et n'attend que l'heure de la ressaisir; c'est peu! La pauvre
Fleur-de-Marie est reconnue par une fermière dont le mari a été
assassiné dans la rue aux Fèves; elle a vu Fleur-de-Marie parmi les
bandits et la croit leur complice. «La voilà! s'écrie t-elle, c'est la
Goualeuse!» Et Fleur-de-Marie est chassée honteusement par ces honnêtes
villageois qui tout à l'heure l'adoraient et la bénissaient.

Elle s'enfuit; le Maître-d'École, qui la guette, la happe au passage.
L'infortunée retombe entre ses horribles mains; et d'ailleurs Jacques
Ferrand n'est pas loin. O Rodolphe! ô mon brave Chourineur! que
faites-vous? Venez, il est temps; venez au secours de Fleur-de-Marie!

Rodolphe ne vient pas, et le Chourineur est en prison. Le brave homme
s'est fait mettre à la Force pour un crime imaginaire, afin de veiller
sur le malheureux Germain. Ceci nous procure l'occasion d'assister à un
intérieur de prison: les visages féroces et repoussants, la violence, le
crime, les haillons, les sombres et sanguinaires complots, rien n'y
manque. Le Chourineur arrive à temps, en effet, pour sauver Germain de
la fureur de ces horribles bandits qui veulent le tuer, attendu son
honnêteté et son innocence; c'est un espion, pensent-ils. Sans le
Chourineur, c'en serait fait de Germain; mais notre brave terrasse les
plus vigoureux et fait peur aux plus hardis. Après quoi, on nous donne
le spectacle d'une évasion de prisonniers; le Maître-d'École, qui s'est
laissé prendre, est du nombre.

(Illustration: Fleur-de-Marie; mademoiselle Grave.)

(Illustration: Rodolphe; M. Clarence.)

(Illustration: Rigolette: mademoiselle Amant)

(Illustration: 1er Tableau.--La Rue aux Fèves.)

(Illustration: M. Eugène Sue.)

(Illustration: 2e Tableau.--La Maison de la rue du Temple.)

(Illustration: 3e Tableau.--Le Pont d'Austère.)

Dès qu'il est libre, il rejoint avec ses complices Jacques Ferrand au
pont d'Asnières. Cette décoration du pont d'Asnières est d'une rare
beauté, d'un pittoresque merveilleux; elle est encore de M. Devoir. Là
le Maître-d'École retrouve Fleur-de-Marie, et cette fois il a résolu de
s'en défaire; mais le Chourineur vient à passer, descend sous l'arche du
pont, et vient au secours de Fleur-de-Marie. Le Maître-d'École recule
devant ce terrible Chourineur, qui, saisissant Fleur-de-Marie, la jette
sur sa barque et rame à tours de bras. La barque chavire: Au secours!
Fleur-de-Marie va se noyer. Non pas; le Chourineur la saisit et l'élève
d'une main vigoureuse au-dessus des eaux, tandis que de l'autre il se
cramponne de toutes ses forces à un anneau de fer attaché à une des
arches du pont. On crie, on accourt; un batelier arrive avec sa nacelle;
le Chourineur y jette Fleur-de-Marie évanouie. Quant à lui, il se
précipite au milieu des flots et s'échappe à la nage. Ce tableau a
produit un grand effet.

(Illustration: Le Maître-d'École: M Rancourt.)

(Illustration: Jacques Ferrand: M. Frédéric-Lemaître.)

(Illustration; Le Chourineur et Tortillard; M. Jemans, Mademoiselle
Lerry.)

(Illustration: 11e et dernier Tableau.--La Patte-d'Oie.)

N'avez-vous pas reconnu ce batelier? C'est Jacques Ferrand, Jacques qui
prend tous les costumes et tous les visages. Ainsi Fleur-de-Marie est en
son pouvoir. Jacques emporte sa victime à l'île des Ravageurs. Il y
trouve le Maître-d'École et sa bande; alors il se fait un horrible pacte
entre eux: Ferrand livrera à ces bandits Rodolphe, qui va quitter la
France avec trois millions; il ne s'agit que de s'embusquer sur la route
où le prince doit passer, et puis on l'assassinera. «C'est bien! dit le
Maître-d'École.--J'y mets une condition, réplique Jacques Ferrand: tu
m'abandonneras Fleur-de-Marie.--Marché conclu.» Il reste seul en effet
avec la pauvre fille; et maintenant sa passion ne se contient plus;
l'infâme supplie et menace; Fleur-de-Marie résiste: «Eh bien! tu
mourras!» Et il se prépare à la frapper: garde à toi, Ferrand! voici le
Chourineur; une lutte affreuse commence entre ces deux hommes; enfin le
Chourineur, frappé d'une balle au bras, succombe à la douleur de sa
blessure; Ferrand le terrasse, le charge de liens, et met le feu à la
chaumière pour étouffer le Chourineur dans les flammes; après ce
monstrueux exploit, il s'échappe.

Le Chourineur sera-t-il rôti? Non pas: nous le retrouvons à la
Patte-d'Oie, debout et ferme sur ses jarrets, attendant le passage de
Rodolphe, qu'il veut sauver du poignard du Maître-d'École, et Ferrand,
qu'il surveille pour le livrer à la justice; les gendarmes sont avertis
et sur leurs gardes.

Tandis que tous ces événements s'accomplissaient, le prince Rodolphe
retrouvait dans Fleur-de-Marie la fille qu'il avait perdue et qu'il
croyait morte; maintenant le bonheur commence pour Fleur-de-Marie; elle
a un père, un bon et généreux père! Et sa mère, l'ambitieuse Sarah
Mac-Grégor? Sa mère vient d'expirer en demandant pardon au prince et à
Fleur-de-Marie, que cette marâtre avait abandonnée; le poignard du
Maître-d'École a mis fin à la vie et aux remords de Sarah.

Mais revenons à la Patte-d'Oie, c'est là que le drame se dénoue. Nous
avons encore à louer ici un admirable décor de M. Philastre et Cambon,
dignes associés de M. Devoir; une forêt, des allées à perte de vue, de
longues haies d'arbres se perdant à l'horizon, un ciel chargé d'azur et
de nuages légers; l'effet est superbe et au-dessus de toute idée.

Jacques Ferrand et le Maître-d'École arrivent avec leurs complices;
alors se passe une terrible scène; le Maître-d'École demande à Ferrand
la moitié du trésor qu'il a enfoui dans la forêt; Ferrand refuse;
furieux, le Maître-d'École l'entraîne dans une sombre cabane: on entend
un cri; Ferrand sort à tâtons, et les yeux sanglants; le Maître-d'École
l'a privé de la vue: il a appliqué à Ferrand le châtiment de
l'aveuglement qu'il subit lui-même dans le roman de M. Sue. Dans cette
atroce situation, le malheureux Ferrand gémit, se désespère,
s'agenouille, demande pardon à Dieu; cependant, le Chourineur et les
gendarmes le saisissent, lui, le Maître-d'École et les autres assassins,
tandis que Fleur-de-Marie et Rodolphe passent dans une élégante calèche,
escortés de Rigolette, de Germain, de Morel, et de tous les heureux
qu'ils ont faits et qui les bénissent.

Tel est à peu près ce drame; nous disons à peu près, car il est
impossible d'entrer dans tous les détails de cette monstrueuse pièce,
dont la représentation a duré six heures. Maintenant qu'en dire? Que les
auteurs ont besoin d'ôter le superflu des premiers actes, et que cette
sage opération faite, les _Mystères de Paris_ obtiendront, à la
Porte-Saint-Martin, une longue vogue de curiosité due à la popularité du
livre, à la singularité du drame, aux terreurs qu'il excite, à la
magnificence des décors, qui sont d'une grande hardiesse, d'une grande
nouveauté, et enfin, au talent de Frédéric Lemaître. N'oublions pas
mademoiselle Grave, Rancourt, Clarence et Eugène Grailly.


Académie des Sciences.

COMPTE RENDU DES SECOND ET TROISIÈME TRIMESTRES

DE 1843.

(Voir t. I, p. 247, 254, 258; t. II, p. 182, 198 et 346.)

III.--Sciences mathématiques pures.

La nature de notre journal ne nous permet pas de suivre dans tous leurs
détails les communications qui su rattachent à ce titre; mais nous
devons donner un résumé, ou au moins une indication de celles qui
offrent le plus d'intérêt.

_Sujets divers_.--Mentionnons d'abord un mémoire dû à un jeune
professeur, M. Amyot, sur les _surfaces du second ordre_. Le lecteur se
formera une idée des surfaces de ce genre, lorsque nous lui dirons que
la sphère, que l'ellipsoïde terrestre, que les réflecteurs paraboliques
des réverbères et des lampes d'applique, et que même la surface gauche
de l'aile d'un moulin à vent n'en sont que des cas particuliers. M Amyot
est arrivé, par l'application de l'algèbre à la géométrie, à des
résultats qu'une commission dont M. Cauchy était le rapporteur a trouvés
très-dignes d'intérêt. L'Académie, suivant les conclusions du rapport, a
adressé des remerciements à M. Amyot, et a approuvé son travail.

M. Cauchy a communiqué à l'Académie un grand nombre de résultats de ses
fécondes méditations. La mécanique moléculaire, le développement des
fonctions en séries, la métaphysique du calcul infinitésimal, et les
parties les plus élevées de l'analyse mathématique ont successivement
fourni à l'illustre géomètre le sujet de mémoires étendus. Mais ses
recherches sur la synthèse algébrique, pour être plus élémentaires et à
la portée d'un plus grand nombre de lecteurs, ne nous paraissent pas eu
avoir moins de prix.

Mentionnons encore les mémoires de M. Serret sur les fonctions
elliptiques, de M. Binet sur le calcul intégral, de M. Libri sur les
équations numériques, de M. Lamé sur les surfaces isothermes, et une
note de M. Delaunay sur un problème de _maximum_.

Mais, parmi ces travaux, ceux qui nous paraissent offrir le plus
d'intérêt à raison de l'âge de leurs auteurs aussi bien qu'à cause de
leur importance, sont dus à deux jeunes géomètres qui donnent déjà mieux
que des espérances. M. Liouville s'est chargé de faire les rapports sur
ces travaux, et il s'en est acquitté avec la bienveillance et
l'attention les plus propres à encourager ceux qui entrent dans la
carrière. Citons textuellement quelques passages de ces rapports.

«L'Académie nous a chargés, M. Lame et moi, de lui rendre compte du
mémoire relatif à une des parties les plus abstraites de l'analyse, la
division des fonctions abéliennes ou ultra-elliptiques, dont l'auteur,
M. Hermite, figure depuis quelques mois seulement parmi les élèves de
l'École Polytechnique. C'est avec un vif plaisir que nous venons
présenter aujourd'hui les résultats de l'examen auquel nous nous sommes
livrés. Peu de mots en effet suffiront pour faire comprendre toute
l'importance du travail de notre jeune compatriote.
...................................................
...................................................

«En résumé, vos commissaires pensent que le mémoire de M. Hermite est
très-digne de l'approbation de l'Académie, et qu'il doit être imprimé
dans le _Recueil des Savants étrangers_.»

M. Bertrand, ingénieur des mines, est l'un des auteurs dont nous
parlons. Ses développements sur quelques points de la théorie des sut
faces isothermes orthogonales ont motivé un rapport dont nous extrayons
le passage suivant:

«M. Bertrand a débuté, bien jeune encore, par des recherches fort
remarquables sur la théorie mathématique de l'électricité, en prouvant
le premier, d'une manière à la fois générale et simple, 1° que l'absence
de l'électricité statique dans l'intérieur des corps conducteurs est une
conséquence nécessaire de la loi du carré des distances; 2° que
l'épaisseur de la couche en équilibre doit être nulle aux points où deux
corps conducteurs se touchent. Il a depuis publié divers travaux de
mécanique et d'analyse pure. Au mérite d'avoir résolu avec sagacité les
questions dont il s'est occupé, il a su joindre celui de bien choisir
ces questions elles-mêmes. C'est la marque d'un excellent, esprit.

«Le mémoire qu'il a soumis en dernier lieu au jugement de l'Académie
nous paraît digne d'être approuvé par elle, et d'être inséré dans le
_Recueil des Savants étrangers_.»

Certains passages du rapport sur le mémoire de M. Hermite ont été, pour
M. Libri, l'occasion de soulever une réclamation de priorité à la suite
de laquelle a eu lieu entre lui et M. Liouville un débat des plus vifs,
qui a occupé la majeure partie de plusieurs séances. Nous regrettons que
les académiciens qui, en très-petit nombre, sont en état de porter le
flambeau de la vérité dans une discussion de ce genre, ne l'aient pas
fait d'une manière explicite. Il est vraiment déplorable que le pour et
le contre puissent être soutenus presque avec la même vraisemblance, à
en juger par les comptes rendus, aux yeux de la plupart des académiciens
eux-mêmes tout aussi bien qu'à ceux du public.

_Origine de notre arithmétique_.--Il y a déjà plusieurs années que M.
Chasles, habile géomètre non moins que savant bibliophile, avait
expliqué un passage fort obscur du célèbre Boèce, de manière à rendre
fort probable que les chiffres étaient employés avec une valeur de
position, comme dans notre système ordinaire de numération, dès le
quatrième siècle de l'ère chrétienne. Quoique cette opinion ne fût pas
nouvelle, puisqu'elle se trouve exprimée dans l'histoire des
mathématiques de Montuela, M. Chasles la présentait avec tant de
développements, la discutait d'une manière si plausible qu'elle attira
au plus haut degré l'attention de toutes les personnes qui portent
quelque intérêt à l'histoire des sciences. Cependant elle fut loin
d'être admise sans contradiction. Parmi les adversaires les plus
persistants de M, Chasles, il faut ranger M. Libri, qui, dans son
_Histoire des sciences mathématiques en Italie_, avait signalé à la
reconnaissance des Européens Fibonacci, connu sous le nom de Léonard de
Pise, comme le premier qui eût, en 1202, publié dans son traité de
l'Abacus et fait connaître aux chrétiens d'Occident la numération arabe.
Mais depuis l'époque où cette question historique si importante a été
soulevée, pas une année, ne s'est écoulée sans que de nouvelles preuves,
chaque fois plus convaincantes, n'aient été apportées en faveur de
l'opinion de M. Chasles. La communication faite par ce savant à
l'Académie, au commencement de 1843, avait prouvé que, dès la fin du
dixième siècle, notre compatriote Gerbert vulgarisait le système de
numération exposé d'une manière si obscure par Boèce. Il est revenu sur
ce sujet dans le courant de l'année, et voici ce qui résulte de sa plus
récente lecture à l'Académie:

1° Nos chiffres actuels dérivent des _apices_ de Boèce, lesquels ont été
en usage dans les traités du moyen âge; les Arabes et les Hindous, au
contraire, ont des chiffres très-différents des nôtres.


2° La méthode de l'_Abacus_, telle qu'on la trouve dans le traité de
Gerbert, était pratiquée sur des tables couvertes de poudre; aussi
quelques auteurs modernes ont-ils appelé méthode _l'art de compter sur
la table couverte de poudre_, en ignorant toutefois ce qu'était cette
méthode, et la signification des textes obscurs qui la décrivent.

3° Cette même méthode à une parfaite analogie avec deux procédés de
calcul qui ont été en usage vulgaire chez les anciens, et qui se
pratiquaient, l'un, avec des jetons qu'on plaçait sur des lignes
parallèles, où ils prenaient des valeurs de position en progression
décuple; et, l'autre, avec l'instrument appelé _saian-pan_ chez les
Chinois, et _abacus_ chez les Romains.

4° La tradition attribue à Pythagore le système de l'abacus. Boèce dit
que les disciples de ce grand philosophe ont appelé en son honneur table
de Pythagore le tableau sur lequel se pratiquait cette méthode de
calcul. Cette dénomination, table de Pythagore, qui s'est conservée dans
plusieurs auteurs du moyen âge, nous a été transmise avec un sens tout
différent. C'est donc, probablement à tort que nous attribuons à
Pythagore la petite table de multiplication que l'on trouve dans tous
les traités d'arithmétique ordinaire; mais nous devons, avec plus de
probabilité encore, lui rapporter l'honneur du système de numération que
l'on attribue si mal à propos aux Arabes.

5° L'abacus n'a pas été une simple spéculation arithmétique; les
mathématiciens s'en servaient réellement pour leurs calculs. Cette
méthode était déjà devenue d'un usage vulgaire, dans certaines contrées,
à la fin du dixième siècle ou au commencement du onzième.

6° Dans le cours du douzième siècle, le système de l'abacus a éprouvé
plusieurs modifications. Le terme _abacus_ a été remplacé par celui
d'_algorisme_; plusieurs auteurs ont nommé les Indous, dans leurs
ouvrages, comme les premiers inventeurs de cette arithmétique. Les
traces de l'ancien système de l'abacus se sont effacées insensiblement
dans les ouvrages des chrétiens, pendant que quelques notions empruntées
à la littérature arabe s'y sont introduites; les anciennes expressions
ont disparu, tandis que celles de _cifra_ (chiffre) et de _figuria
Indorum_ se sont conservées. Ce sont ces expressions principalement qui
ont paru offrir des preuves que l'arithmétique nous venait de l'Orient,
et qu'elle nous avait été importée vers le treizième siècle. Quant aux
anciens traités de l'abacus qui subsistaient, même en grand nombre, ils
n'ont plus été compris, et l'on a refusé d'y rien voir d'analogue aux
principes de notre arithmétique actuelle. Mais M. Chasles a trouvé que,
dans tous les temps, jusqu'au seizième siècle, et qu'à cette époque
notamment, il a existé des traces de l'abacus, et qu'on a toujours su
que cette ancienne méthode était l'origine de l'arithmétique vulgaire.

Au commencement du treizième siècle, en 1202. Fibonacci lui-même met la
_méthode de Pythagore_ au nombre des méthodes arithmétiques qu'il a
étudiées. Et le passage le plus récent, qui soit relatif à ce sujet, a
été extrait par M. Chasles de la _Bibliothèque historiale_ de Nicolas
Vignier, 3 vol. in-fol. Paris, 1588 (2e vol., p. 612:)

«Gerbert et encore un autre sien compagnon ou disciple ès sciences
géométriques et mathématiques, nommé Bernelinus, qui composa quatre
livres: _De abaco et numeris_ desquels se peut apprendre l'origine du
chiffre dont nous usons aujourd'hui ès comptes d'arithmétique. Lesquels
livres M. Savoye Pithou m'a assuré avoir en sa bibliothèque, et
recognoitre en iceux un sçavoir et intelligence admirable de la science
qu'ils traitent.»

A tous ces faits si précis, à tous ces arguments si convaincants, on n'a
plus répondu même par des dénégations vagues; les adversaires de M.
Chasles ont gardé un silence absolu. Nous devons donc regarder comme un
fait désormais, acquis à l'histoire, l'origine purement occidentale de
notre système actuel d'arithmétique. L'importance de ce fait, si
contraire aux idées généralement reçues, motive suffisamment le
développement que nous avons donné à l'examen des beaux travaux par
lesquels il se trouve établi d'une manière irréfragable.

IV.--Sciences mathématiques appliquées.

_Perspective pratique_.--M. Jump avait présenté à l'Académie une échelle
de perspective, sur laquelle M. Mathieu a fait un rapport dont voici les
conclusions: «Nous pensons que l'échelle de perspective de M. Jump
pourra servir à former avec une précision suffisante, pour les besoins
ordinaires des arts, la perspective des objets, surtout quand on aura
souvent occasion d'en faire usage, et que l'on sera disposé d'en étudier
l'explication, qui n'a pas toute la simplicité désirable.»

_Représentation graphique de diverses lois_.--Toutes les personnes qui
ont eu sous les yeux des plans topographiques exécutés avec soin, savent
comment on y représente le relief du terrain. On imagine que les
surfaces de niveau équidistantes, telles que le seraient celles de
l'Océan si ses eaux venaient à s'élever successivement à diverses
hauteurs au-dessus du sol, aient laissé leurs traces sur le relief; et
on projette sur la carte les courbes de niveau ainsi tracées, en y
affectant des cotes ou nombres, qui expriment à quelles hauteurs sont
placées respectivement les unes par rapport aux autres ces coupes de
niveau faites dans le relief du sol.

C'est en 1780 nue Ducarla, de Genève, imagina cette notation aussi
simple qu'expressive. Il paraît qu'Halley, contemporain du grand Newton,
avait imaginé de réunir sur la mappemonde, par des courbes continues,
les points où la déclinaison de l'aiguille aimantée est la même. Au
commencement de ce siècle, M. de Humboldt a vulgarisé l'emploi de cette
notation, au moyen de ses _isothermes_, ou lignes d'égale température.
On doit aussi à un savant navigateur. M. Duperrey, des cartes fort
intéressantes des méridiens et des parallèles magnétiques. Mais ce qu'il
y a de remarquable, c'est que cette notation peut être employée avec
succès pour exprimer des lois mathématiques, et une foule de lois
naturelles, aussi bien que des surfaces et les propriétés de certains
points de l'écorce terrestre; on peut donc s'en servie pour remplacer
des tables numériques, souvent plus longues à construire, et d'un usage
moins commode. M. Pouchet, dans son _Arithmétique linéaire_, publiée en
1797, a eu le premier cette heureuse idée, qui a été employée aussi par
M. d'Obenheim, dans sa planchette du canonnier; par M. Piobert, par M.
Allix, etc.; seulement, aucun de ces auteurs n'avait pensé à combiner la
notation des plans topographiques avec un certain système de graduation,
au moyen duquel des courbes difficiles à construire peuvent souvent se
réduire à de simples lignes droites. On n'avait pas non plus pensé à
appliquer la notation de Ducarla aux lois de la météorologie, C'est ce
qui a été fait dans un travail présenté à l'Académie par un ingénieur
des ponts et chaussées, travail pour lequel M. Gauchy a fait un rapport,
dont voici les conclusions favorables à l'auteur:

«L'Académie a approuvé le mémoire présenté, et a décidé qu'il serait
inséré dans le _Recueil des Savants Etrangers_.»

L'appendice à la traduction que M. Martins a donnée de la _Météorologie
de Kaemtz_, renferme un grand nombre de figures, et les principes de la
partie de ce Mémoire qui est relative aux lois naturelles. Nous y
renvoyons le lecteur (3).

      [Note 3: Cours complet de Météorologie de M. F. Kaemtz, professeur
      de physique à l'Université de Malle; traduit et annoté par Ch.
      Martins, professeur agrégé d'histoire naturelle à la Faculté de
      médecine de Paris. (Paulin, libraire-éditeur, 57, rue de Seine. 1
      fort vol. in-12 avec 40 planches gravées.]

_Latitude de Fomentera_.--La détermination de la latitude d'un lieu,
par les hauteurs des astres à leur passage au méridien, est une des
opérations les plus simples qui puissent se présenter à l'astronome
praticien. Cependant lorsque l'on examine dans tous leurs détails les
observations qu'elle exige, on reconnaît qu'elle réclame les soins les
plus minutieux, les corrections les plus délicates, les instruments les
plus parfaits. M. Biot, dont le nom restera attaché, ainsi que celui de
M. Arago, à la mesure la plus précise qu'on ait encore obtenue des
dimensions de sphéroïde terrestre, a donné un mémoire étendu du plus vif
intérêt pour tous les amateurs de la haute précision, sur la latitude de
l'extrémité australe de l'arc méridien de France et d'Espagne. Il faut
lire ce mémoire pour voir quelle sagacité doit déployer un observateur
désireux d'éviter ou de reconnaître toutes les causes d'erreurs qui ne
manquent pas de se présenter en assez grand nombre, lors même qu'il est
muni des instruments les plus précis.

_Comètes_.--Ces astres singuliers ont été le sujet de travaux nombreux
pendant le cours de l'année dernière. Nous avons déjà rendu compte de
plusieurs d'entre eux à propos de la grande comète (v. 1, p. 64 et 259).
Parlons de quelques autres qui ont aussi beaucoup d'intérêt.(4)

M. Matthiessen a fait, à l'aide d'un de ces instruments si sensibles que
les propriétés des courants thermo-électriques permettent d'employer
avec succès à la détermination des plus légères variations de
température, des expériences fort curieuses, desquelles il résulte que
la grande comète n'envoyait, à la surface terrestre, qu'une chaleur à
peine appréciable à l'aide de ces instruments eux-mêmes. Car en braquant
sa pile thermo-électrique, munie de son cône condensateur, sur la queue
de la comète au-dessous d'Orion, l'aiguille du galvanomètre restait sur
zéro, absolument comme lorsque l'instrument était braqué sur l'étoile
polaire. Le noyau de l'astre donna une déviation angulaire de 2 degrés,
sous les pléiades on obtint 10°, vers la base de la lumière zodiacale
12°.

L'expérience avait lieu dans une ondulation légèrement concave du
terrain entre l'arc de l'Étoile et le bois de Boulogne, le 27 mars
dernier, vers huit heures du soir. Pour donner une idée de la
sensibilité de l'appareil, il suffit de dire que la température de la
main de l'observateur, refroidie par le contact de l'herbe humide,
envoya l'aiguille indicatrice frapper contre la pointe à 90 degrés, à la
distance d'un mètre; qu'une petite maison blanche, à 800 mètres de
distance, mais échauffer par les rayons du soleil avant son coucher,
fixa l'aiguille à 26 degrés, et à huit heures et demie à 21 degrés; et
qu'une chandelle qui brillait à la croisée de cette maison ayant été
éteinte, l'aiguille descendit à 19 degrés.

M. Quételet a signalé l'étendue de la lumière zodiacale vers la même
époque, et l'apparition d'un assez grand nombre de météores lumineux qui
se sont montrés du 18 au 24 mars, à Bruxelles à Brimes, etc.

Dès les premiers jours de l'apparition de la grande comète du mois de
mars, M. Edward Cooper, habile astronome anglais, avait signalé un
passage d'un livre bien connu (_l'Usage des globes de Bion_) duquel
semblait résulter que cette comète avait déjà été vue plusieurs fois et
qu'elle se meut autour du soleil suivant une courbe fermée dans l'espace
de 54 à 55 ans. Les recherches de MM. Laugier et Mauvais, loin
d'infirmer cette idée, y ont donné un fort degré de probabilité. En
attribuant une orbite elliptique à la comète, ces messieurs ont trouvé
que la plus grande différence entre les positions observées et calculées
était de 12 secondes en longitude, et de 18 en latitude. M. Valz,
directeur de l'observatoire de Marseille, est parvenu de son côté à un
résultat analogue. Ainsi la belle comète de 1843 est assez probablement
identique avec celles de 1702, de 1668, de 1528, de 1191, de 1157, de
1106, de 1003, de 685, de 582, de 379, de 336, de 193, de 161, et de 371
avant notre ère.

Nous devons encore mentionner ici, à cause de sa singularité, le
rapprochement fait par M. Laisné entre la hauteur barométrique relevée à
l'observatoire de Paris et la position de la comète par rapport à la
terre à la fin du mois de février. Cette hauteur a été constamment en
décroissant du 26 à neuf heures du matin, où elle était de 747 mm. 2,
jusqu'au 27 à neuf heures du soir, où elle est descendue à 727 mm. 2,
puis en augmentant de nouveau jusqu'au 28 à neuf heures du soir, où elle
atteignait 742 mm. 4. Or, c'est le 27 février, après dix heures du soir,
que la comète a passé à son périhélie, et vers minuit, qu'elle a été en
conjonction inférieure avec le soleil.

Ajoutons, du reste, que rien, jusqu'à ce jour, ne permet de croire qu'il
y ait eu autre chose qu'une coïncidence fortuite entre ces deux
phénomènes; et M. Laisné lui-même a eu soin d'éviter le sophisme: _cum
hoc, ergo propter hoc_.

Une autre comète découverte par M. Mauvais, l'un des astronomes attachés
à l'observatoire de Paris, dans la nuit du 2 au 5 mai, a beaucoup moins
attiré l'attention, sinon des astronomes, au moins des gens du monde, à
cause de son extrême petitesse. Ce qu'elle offre de remarquable, c'est
la grandeur de sa distance périhélie, qui atteint 1.613; c'est-à-dire
que la distance moyenne de la terre au soleil étant prise pour unité, la
comète ne s'est approchée du soleil qu'à une distance égale à plus d'une
fois et demi de la première. Les trois comètes de 1729, 1747 et 1876,
dont les distances _périhélies_ ont été trouvées respectivement de
4,070; de 2,294 et de 2,008, sont les seules qui, sous ce rapport,
puissent être classées avant la comète de M. Mauvais.

      [Note 4: Cours complet de Météorologie de M. F. Kaemtz, professeur
      de physique à l'Université de Malle; traduit et annoté par Ch.
      Martins, professeur agrégé d'histoire naturelle à la Faculté de
      médecine de Paris. (Paulin, libraire-éditeur, 57, rue de Seine. 1
      fort vol. in-12 avec 40 planches gravées.]

_Mécanique céleste_.--On doit à M. Damoiseau un travail capital sur les
perturbations de Junon et de Céres. M. Leverrier a aussi communiqué les
résultats très-importants d'une détermination nouvelle de l'orbite de
Mercure et de ses perturbations, des tables numériques pour servir à la
construction des éphémérides de cette planète, et un mémoire sur la
grande inégalité du mouvement moyen de Pallas. M. Delaunay a repris
toute la théorie des marées, et a cherché à expliquer plusieurs
circonstances fondamentales qui n'avaient pas encore été déduites
rigoureusement du principe de la gravitation universelle.

_Travaux relatifs à l'histoire de l'astronomie_.--On attribue
généralement à l'astronome allemand Apian (milieu du seizième siècle) la
première observation de la queue des comètes en sens opposé au soleil.
M. Edouard Biot, dans le cours de ses recherches sur les anciennes
apparitions de la comète d'Halley, a trouvé dans un ouvrage chinois
l'observation suivante relative à une comète observée le 22 mars et
jours suivants de l'an 857; «En général, quand _un balai_ (une comète)
paraît le matin, alors il est dirigé vers l'occident; quand il paraît le
soir, il est dirigé vers l'orient. C'est une règle constante.» Le
curieux renseignement, qui prendra dorénavant sa place dans l'histoire
de l'astronomie, n'effacera pas l'observation d'Apian, ainsi que M.
Arago l'a fait remarquer; car l'astronome allemand a, de plus que le
chinois, annoncé que l'axe de la queue prolongée passe par le soleil.

Il y a déjà sept ans qu'un habile orientaliste, M. Sédillot, avait cru
reconnaître, dans un paysage d'Aboul-Wefa, astronome arabe de Bagdad qui
écrivait vers la fin du Xe siècle, la découverte d'une inégalité lunaire
comme sous le nom de _variation_, découverte qui était généralement
attribuée à Tycho-Brahé. Le résultat annoncé par M. Sédillot était
généralement admis, car on n'y avait opposé que des dénégations vagues,
sans preuves décisives. Mais aujourd'hui, un autre orientaliste
distingué, M. Munk, tout en rendant hommage à l'authenticité du chapitre
communiqué par M. Sédillot, comme à la fidélité de sa traduction
française, vient annoncer que l'on s'est fait illusion en attribuant aux
Arabes l'importante découverte de l'astronome danois, et que l'inégalité
signalée pur Aboul-Wefa n'est pas la _variation_, mais bien la
_prosneuse_ qui est décrite dans Ptolémée.--L'Académie avait d'abord
nommé une commission pour décider entre ces deux assertions opposées;
mais on a bientôt reconnu que la question litigieuse n'était pas de la
nature de celles qui doivent être tranchées par l'Académie, et on a
laissé aux recherches individuelles le soin de découvrir et de signaler
la vérité.--M. Biot est le seul qui soit entré dans l'arène: il a pris
parti pour M. Munk, et nous reconnaissons que les raisons alléguées par
M. Sédillot ne nous ont pas paru assez fortes pour infirmer les
résultats de ses savants adversaires.

L'annonce faite par M. Albéri de la découverte de certains manuscrits
qui renferment tous les travaux de Galilée et de son disciple Remeri sur
les satellites de Jupiter, a été l'occasion de débats tellement
personnels qu'il nous a paru convenable de ne pas nous y arrêter.


Don Graviel l'Alférez.

FANTAISIE MARITIME.

I.

«S'appeler don Graviel Badajoz y Serrano y Lopez; avoir au juste
vingt-cinq uns, cinq pieds quatre pouces, deux beaux yeux, un air
martial rehaussé d'une magnifique paire de moustaches noires, plus le
grade d'enseigne de frégate dans l'armée navale de Sa Majesté catholique
(à raison de 50 piastres fortes par mois, ce qui ferait
incontestablement 600 piastres par an, si on nous payait); avoir titres
et qualités de créancier de la couronne pour trois années de cette
superbe solde; devoir, du reste, six fois autant; et d'autre part, être
la fleur des cavaliers d'Estramadure, la perle des manoeuvriers de
l'escadre, le rubis des académistes de toutes les Espagnes, et sans
contredit le plus amoureux des mortels jetés par le sort dans la cité de
la Havane, c'est, parbleu, bien quelque chose!...--C'est même un peu
plus que rien, attendu la ration que le manutentionnaire royal nous
délivre matin et soir.--Mais, pour tout blason, patrimoine, meubles et
immeubles présents et à venir, ne posséder que sa bonne mine et l'épée
d'un officier de fortune, si bien trempés que soient l'homme et la lame,
il faut, hélas! en convenir, ce n'est pas le Pérou! Non! me croira qui
voudra, les espérances ne sont pas belles, lorsqu'au résumé l'on n'a pas
un _maracedi_ vaillant à offrir à la fille unique de l'illustrissime don
Antonio Barzon, marquis de las Ermaduras y Famaroles, grand d'Espagne,
brigadier des années de sa Majesté, commandeur de ses ordres et
gouverneur général de l'île de Cuba et dépendances.--Il est vrai, par
exempte, que ledit seigneur est bien le père le plus brutal et le plus
maussade des hommes qu'ait produits notre chère patrie;--mais il est
encore plus vrai que je suis empressé, galant, bien fait de ma personne,
et fort amusant auprès des jeunes filles, surtout quand je les aime. A
quoi servirait une sotte modestie? De Pampelune à Cadix, de la Trinité
Espagnole à Mexico, Juana chercherait inutilement mon pareil. Or, sur
mon âme, je crois qu'elle le sait! Comment d'ailleurs expliquer
autrement sa tirade de ce soir en faveur des aventuriers, des
flibustiers et des corsaire?... Grave sujet livré à mes méditations, et
qui me décide à jouer quitte ou double le plus tôt possible.»

Tel est l'exorde et l'échantillon d'un long monologue que s'adressait
don Graviel Badajoz y Serrano y Lopez, au sortir du palais de son
excellence le gouverneur de la Havane.

Il était environ une heure du matin; les carrosses et les _rolantes_
roulaient à grand bruit dans les rues, éclairées seulement par les
torches des noirs esclaves qui accompagnaient leurs maîtres au logis. Ou
sait par quels motifs notre enseigne de frégate allait à pied et sans
escorte; aussi avait-il prudemment dégainé son sabre, suivant l'usage
des piétons; plus prudemment encore, il se tenait au milieu de la rue,
l'oeil et l'oreille au guet, surtout quand il s'agissait de traverser
quelque carrefour. D'épaisses vapeurs cachaient les étoiles, la lune
était nouvelle, et la police fort mal faite; autant de raisons pour ne
rêver que de l'esprit. Un bandit peu au fait des usages du Trésor royal
aurait pu espérer que la poche d'un officier de marine contenait, sinon
des quadruples et des doubles pistoles, au moins un nombre honnête de
gourdes et de piécettes à colonnes. Don Graviel tenait à n'exposer aucun
industriel nocturne à un triste mécompte, lui qui s'était vu dans
l'impossibilité de risquer un pauvre douro sur le tapis vert du
gouverneur. Cette cruelle nécessité l'avait rangé parmi les
infatigables: il n'avait pas manqué une seule danse havanaise, espagnole
ou française, pas un boléro, pas un fandango, pas un quadrille. Dona
Juanita lui en lit compliment:

«Je vous félicite, seigneur Badajoz, dit-elle, de votre brillante
ardeur, et je suis aise de vous voir renoncer au jeu.

--Comment pourrais-je chercher d'autres émotions lorsque j'ai le bonheur
d'être près de vous? Tous les trésors du monde ne valent pas un de vos
sourires, divine Juana; si j'avais les galions d'Espagne en mon pouvoir,
je les donnerais pour un de vos regards.

--Il fut nu temps, répondit Juanita en faisant allusion à une
conversation précédente, il fut un temps où les cavaliers ne se
bornaient pas à parler de galions dans les bals; ils savaient leur
courir sus en pleine mer.

--Si, pour vous plaire, il suffit d'être forban, j'y perdrai mon nom ou
je le serai avant huit jours,» répliqua don Graviel en retroussant sa
moustache.

Juana repart il d'un petit éclat de rire;

«Caramba! dit-elle, pour la rareté du fait, je vous mettrais volontiers
au défi, monsieur le matamore.

--Et je l'accepterais, aussi vrai que vous êtes la reine du bal et la
plus digne d'être adorée.

--Prenez garde qu'on vous entende, interrompit Juana en baissant la
voix; on croirait que je vous autorise à tant d'audace.

--Ne craignez rien, âme de ma vie, reprit don Graviel avec chaleur; on
me prendrait pour un fou d'oser parler ainsi à la fille du marquis de
las Ermaduras, et l'on ne se tromperait pas; je suis fou d'amour, fou à
lier! Je ne pense qu'à vous, je ne vis que de l'espérance de vous voir.
La nuit, à bord de la frégate, c'est à vous que j'adresse toutes mes
pensées, tous mes vieux, tous mes soupirs. J'ai fait en votre honneur
plus de cinquante sonnets que je ne vous offrirai pas, car ils ne valent
rien; mais j'ai fait aussi une petite romance que vous me permettrez de
vous apporter, n'est-il pas vrai, Juanita?

--Savez-vous, seigneur cavalier, murmura la jeune fille effrayée,
savez-vous que si mon père vous entendait, votre vie même serait en
péril?

--Et savez-vous, répliqua don Graviel, que lorsqu'on a résolu de se
faire forban, on se rit des colères de tous les gouverneurs du monde,
fussent-ils dix fois grands d'Espagne, et vingt fois plus sévères que
son excellence don Barzon?

--Comment? demanda Juanita.

--Ne faisiez-vous pas à l'instant l'éloge des aventuriers et des
corsaires? ne parliez-vous pas avec enthousiasme, il n'y a pas une
heure, des exploits des frères de la Côte? n'avez-vous pas soupiré en
disant: «Ah! si les Castillans d'aujourd'hui étaient gens de coeur, ils
prendraient leur revanche, et ce serait leur tour d'écumer la mer aux
dépens des ennemis!» Ces paroles, je vous jure, n'ont pas été perdues.

--Sérieusement? reprit la jeune fille d'un air moqueur.

--Sérieusement, Juana, comme je vous aime de l'amour le plus passionné!

--Silence donc! vous dépassez toutes les bornes ce soir; si vous
continuez, je ne danserai plus avec vous.

--Mille pardons, senorita, poursuivit l'enseigne d'un ton dégagé; ne
prenez pas votre mine boudeuse, vous savez que j'en raffole. Pour peu
une vous fronciez encore ce sourcil de madone, il n'y a pas
d'extravagances que je ne fasse... dût le seigneur don Barzon me couper
en quatre quartiers comme une pastèque!

--Vous êtes bien toujours le même, répliqua la rieuse jeune fille en
levant sur l'alférez ses grands yeux noirs; vous plaisantez quand vous
devriez être confus et repentant.

--En âme et conscience, si nous n'étions pas entourés de monde, je me
jetterais à vos pieds, j'implorerais à genoux mon pardon en portant à
mes lèvres cette jolie main que vous n'osez me retirer, car c'est à nous
d'aller en avant. Et, ma foi! j'aimerais encore mieux cette altitude que
celle dont il faut bien me contenter à présent.

--C'en est trop! taisez-vous! je l'ordonne!

--Quand je serai capitaine corsaire, vous serez, j'espère, moins cruelle
envers votre esclave.

--Peut-être, dit imprudemment la jeune fille, que la pantomime plaisante
de don Graviel désarmait malgré tous ses efforts pour lui imposer une
certaine retenue.

--Peut être! Je prends note de la réponse; d'ici à la fin de la semaine
il pourra être utile de vous la rappeler.

--Allons donc! trêve de menteries!

--Très-bien! dit légèrement don Graviel; à la messe de minuit, le jour
de Noël, vous verrez si je mens.

--Ah! c'est décidément le jour de Noël que vous passez capitaine
corsaire!

--Jusque-là permis à Votre Grâce d'en douter, mais alors...

--Alors, qu'adviendra-t-il, s'il vous plaît? demanda ironiquement la
jeune fille.

--Qui vivra verra!» répondit gravement don Graviel en la reconduisant à
sa place.

Puis comme les riches habitants, les dignitaires coloniaux et les dames
de la Havane se retiraient avec le cérémonial d'usage, le jeune alférez
s'esquiva discrètement, non sans avoir salué d'un amoureux regard la
charmante Juanita, qui fit semblant de ne l'avoir pas remarqué.

Après une multitude de digressions, don Graviel, qui poursuivait sa
route en brandissant son sabre, conclut en ces termes:

«Forban, corsaire, flibustier, soit! l'on ne peut être pendu qu'une
fois, et Juanita vaut bien qu'on en coure la chance!»

Le problème était loin d'être résolu, mais la détermination était prise;
restaient à trouver les moyens d'exécution. Or, le jeune enseigne
s'ingéniait à débrouiller un chaos de projets étranges, lorsqu'il crut
apercevoir dans l'ombre un individu caché sous un porche à peu de
distance du quai.

«Holà! cria don Graviel.

--Ah! c'est le lieutenant, dit avec humeur un homme qui remit dans sa
ceinture un énorme coutelas.

--Que diable faisais-tu là, maudit coquin? reprit l'officier; tu devrais
être au canot à m'attendre.

--Je vous attendais aussi, mon lieutenant; j'étais bien sûr que vous
passeriez par ici pour rallier l'embarcation.

--Mais enfin que faisais-tu sous cette porte cochère, maître Brimbollio?

--Rien, oh! rien du tout, seigneur Badajoz.

--Je parierais, brigand, que tu guettais l'occasion de dévaliser quelque
honnête bourgeois, Que signifie ce long couteau?

--Vous croyez donc qu'il y a des bourgeois honnêtes dans ce pays-ci? dit
le marin; ma foi, tant pis pour eux. S'il faut vous dire le vrai, je
cherchais le moyen de me procurer un peu de tabac. Être à la Havane, mon
officier, et n'avoir pas un misérable cigare à fumer une fois le temps,
ce serait capable de damner un saint du paradis. Si encore l'on nous
payait seulement un mois sur quatre, ou bien si l'on nous envoyait
croiser au large contre les Anglais, on prendrait patience.

--Camarade, dit l'officier qui se radoucit tout à coup, tu m'as l'air
d'avoir la conscience large.

--Sauf meilleur avis, mon lieutenant, le Trésor, qui ne nous paie pas,
doit l'avoir plus large encore. Je me serais contenté, je vous jure, de
la moindre chose, d'un demi-duro, d'une couple de piécettes, d'un real
au pis-aller. Il n'est pas défendu de demander l'aumône quand on est
pauvre.

--Oui! reprit don Graviel en riant, demander l'aumône un poignard à la
main, à deux heures de la nuit!

--C'est que les riches ont l'oreille et le coeur si durs!»

Maître Brimbollio était un vigoureux marin, taillé en Hercule, carré,
bronzé, velu, barbe et cheveux noirs tirant sur le roux, oeil fauve,
physionomie renfrognée; au demeurant excellent matelot et en possession
d'une grande influence sur le gaillard d'avant. Il faisait office de
second contre-maître à bord de la frégate la _Santa-Fé_, dont l'enseigne
don Graviel était quatrième lieutenant.

«Et tu aimerais, dis-tu, continua ce dernier, tu aimerais à appuyer la
chasse aux Anglais?

--Aux Anglais ou à d'autres, je n'ai pas de préférences. Si je parle des
Anglais, c'est parce qu'on est en guerre avec eux.

--Mais crois-tu que dans la frégate tu trouverais une quarantaine de
gaillards de ton avis?

--Je n'aurais qu'à lever le pouce pour en emmener cent cette nuit même.»

Don Graviel, pour toute réponse, lâcha un juron admirablement guttural.

«Oui, seigneur Badajoz, continua Brimbollio, d'un mot, d'un signe,
j'entraînerais les cent plus solides de l'équipage. Ah! mon Dieu! si
nous avions trouvé un officier pour nous commander, depuis longtemps
nous serions à courir bon bord avec ou sans la frégate: par malheur,
nous ne savons pas calculer le point, nous autres. Alors on se résigne,
on fait son petit service, et l'on attend.»

Chacun des deux interlocuteurs eût été bien aise de pouvoir lire sur les
traits de l'autre; mais il faisait nuit noire. Don Graviel en savait
assez, il restait sur ses gardes; maître Brimbollio s'était suffisamment
avancé.

[Illustration.]

«Si pour son mauvais destin, pensait-il, l'alférez Badajoz tourne contre
moi ce que je viens de lui dire, son indiscrétion lui coûtera cher!»

Un coup d'oeil jeté sur le coutelas fut le commentaire de cette agréable
réflexion, après laquelle le patron et l'officier embarquèrent dans le
canot.

La _Santa-Fé_ était mouillée fort loin de l'embarcadère; pour s'y
rendre, il fallait passer au milieu d'une foule de bâtiments marchands,
de négriers et de légers navires sur lesquels l'alférez laissait errer
des regards de convoitise. Il examinait surtout d'un oeil d'envie un
long brick-goélette ancré à l'écart. Le _Caprichoso_,--tel était son
nom,--avait l'avant effilé comme un poignard, le corps ras sur l'eau, la
mâture audacieusement inclinée sur l'arrière, le corsage noir, la
ceinture rouge. Il présentait on ne sait quelle analogie avec un reptile
ou un oiseau de proie, mais on aurait dit d'un dragon, d'un milan ou
d'une aigle de mer. La lueur phosphorescente de la marée montante qui se
brisait à son étrave permettait d'admirer la finesse de ses formes.

«Joli morceau de bois! murmura maître Brimbollio.

--Ses voiles sont-elles enverguées? demanda l'officier voix basse.

--Oui, capitaine,» répondit avec affectation le patron du canot.

L'enseigne tressaillit en s'entendant donner ce titre inaccoutumé.

Une demi-heure après, il faisait réveiller son ami Fernando Riballosa,
garde-marine, qui remplissait les fonctions de cinquième lieutenant sur
la _Santa-Fé_.

Fernando avait vingt-huit ans passés. À son début dans la carrière, il
s'était bercé de l'espoir de faire son chemin; comme tant d'autres, il
avait rêvé d'épaulettes d'amiral; plus tard, il s'était contenté de
désirer le grade d'enseigne de corvette; depuis six ans qu'il
n'ambitionnait plus rien, il occupait ses loisirs à pêcher à la ligne:
il fallait, comme on voit, qu'il eût passé par tous les désenchantements
du métier. C'était du reste un garçon plus froid que glace, tempérament
nervoso-bilieux qui défiait la fièvre jaune; maigre et sec, ne riant
jamais; il n'en était pas moins dévoué corps et biens au plus joyeux des
écervelés, c'est-à-dire à don Graviel Badajoz.

«As-tu peur d'être pendu? lui demanda brusquement celui-ci.

--Est-ce pour m'adresser cette sotte question que tu me fais monter ici
à pareille heure?

--Ma question n'est pas si sotte qu'elle en a l'air; réponds-moi
catégoriquement.

--Eh bien! non! dit le garde-marine. Après?

--C'est que j'ai un projet où tu figures en première ligne, et qui peut
mener droit à ta potence.

--Ah!

--Il ne s'agit de rien moins que de débaucher une partie de l'équipage,
de s'emparer du brick-goélette que tu vois là-bas, d'aller avec faire ta
course, et avant tout d'enlever la fille du gouverneur, dona Juanita de
las Esmaduras, dont je suis amoureux fou.

--Tiens! c'est drôle, dit Fernando.

--Veux-tu me donner un coup de main?

--Pour la goélette, oui; pour la fillette, non! que diable ferions-nous
d'elle à bord? Ne me parle pas des femmes, j'aime mieux les poissons,
ils sont muets.

--Je suis amoureux, te dis-je!

--Tant pis!

--Et je n'ai combiné toute cette affaire que pour parvenir à la conquête
de Juanita.»

Fernando haussa les épaules.

«C'est-à-dire que tu m'abandonnes!

--Tu m'insultes?

--Alors, tu consens à tout?

--Il le faut parbleu bien!

--Tu es un ami sans pareil!» s'écrie don Graviel enchanté, qui voulut se
jeter au col de Fernando.

L'autre le repoussa carrément. Quand un Espagnol est flegmatique, il
déconcerterait un Hollandais.

«As-tu un cigare? demanda le garde-marine.

--Hélas, non!

--Eh bien, bonsoir!

--Ne t'en va pas, reprit vivement Graviel; attends donc, causons un peu
de nos préparatifs.

--A quoi bon?

--Plaisante demande! Que diable! il faut un plan.

--Fais-le tout seul; tu donneras la consigne, j'exécuterai.»

Là-dessus Fernando retourna se coucher, et s'endormit du sommeil du
juste; quant à don Graviel, il ne put fermer l'oeil.

G. DE LA LANDELLE.

(La suite à un prochain numéro.)


De la Chasse et du Braconnage.

Que de choses ont existé autrefois, et ne vivent plus pour ainsi dire
aujourd'hui que dans les souvenirs du l'histoire! Grâce à la mode, qui
les a quelquefois été chercher dans les limbes où elles étaient
ensevelies, et couvertes de son éphémère protection, quelques unes ont
surnagé: d'autres, moins favorisées, ont disparu... sans retour
peut-être.

Au nombre de ces dernières il nous faut compter la chasse. La véritable
chasse est passée à l'état de mythe; quelques esprits même la regardent
comme un anachronisme au sein de notre société. Enfin le chasseur, comme
une foule d'individualités plus ou moins célèbres, et qui ont eu leur
époque de gloire et d'illustration, le chasseur, lui aussi, a disparu.

Mais comme au fond rien ne périt dans ce monde, le chasseur a été
remplacé par qui? par le braconnier.

Le braconnier occupe dans notre hiérarchie sociale une place éminemment
respectable, en effet, il n'a su rien moins qu'élever un délit à l'état
d'industrie, on pourrait même dire de monopole, car, la plupart du
temps, il n'y a de gibier que pour lui. Personne, du reste, ne connaît
mieux que lui, dans un canton, l'existence de tous les terriers, ne sait
mieux reconnaître le passage d'un lièvre; il sait à point nommé où
remise telle compagnie de perdrix. C'est un homme universel; en fait de
topographie, il n'y a pas d'ingénieur du cadastre ou d'arpenteur juré
qui soit capable de lutter avec lui.

Le soir, vous le voyez dans le cabaret du village, causant de la pluie
et du beau temps, se plaignant de ses fatigues et annonçant à haute voix
qu'il va retourner se reposer à son logis. Mais n'en croyez rien: il
sait que dans une heure la lune va se lever; aussi il arrange son fusil,
fait sa provision et, quelques instants après, vous pouvez le voir se
glisser derrière les habitations; il se dirige vers les bois qui sont à
peu de distance du village, et là il attend, caché dans un fourré, au
bord d'une allée ou d'une petite clairière, que quelque imprudent lapin
vienne y prendre ses ébats et se placer au bout de son fusil. La
proximité de sa proie et la clarté de la lune, qui, dans l'intervalle,
s'est levée, et lui vient en aide, lui permettant d'ajuster avec
certitude. Aussi lui arrive-t-il rarement de manquer son coup; plus d'un
lapin périt ainsi victime du sa jeunesse et de son imprévoyance.

[Illustration: L'affût.]

Quand il a effectué sa razzia, le braconnier retourne tranquillement
chez lui pour recommencer le lendemain sur un autre point. Au lever du
jour, le garde du bois, en faisant sa tournée, trouve dans les herbes
des bourres de fusil, des poils, du sang, et sur le sol des traces de
pas empreints sur la rosée. Il surveille, il guette, il rôde pendant
quelques jours, mais il ne peut rien voir, rien entendre. Le braconnier,
plus fin ou mieux instruit, s'est transporte les nuits suivantes sur un
autre point du canton, où il continue tranquillement ses exploits peu
trop bruyants de l'affût, il change d'occupation et va chercher ses
poches et son furet, petit animal du genre belette, et qui est trop
connu pour que nous en fassions la description. C'est la sangsue du
lapin. Comme les terriers n'ont point de secret pour notre industriel
sans patente, il se dirige aussitôt vers celui qui est le plus fourni,
celui qui contient la plus nombreuse portée; il en bouche, avec des
mottes de gazon, toutes les ouvertures, excepté une ou deux qu'il ferme
hermétiquement avec ses poches, après avoir toutefois lancé son furet
dans les galeries souterraines. Le lapin, pour éviter les poursuites de
son ennemi, cherche une issue par une des ouvertures du terrier, mais il
les trouve toutes fermées, toutes, excepté celles qui sont garnies de
poches ou de filets.

Traqué par le furet, il n'a d'autre ressource que de s'y précipiter et
de tomber ainsi au pouvoir d'un ennemi non moins impitoyable que celui
auquel il vient d'échapper.

[Chasse au furet et au filet.]

Quelquefois cependant, après une longue attente, le braconnier ne voit
rien venir; la poche reste béante, le filet vide. Bien plus, il a beau
prêter l'oreille, il n'entend aucun bruit souterrain. Que s'est-il alors
passé? Le furet, infidèle à sa mission, s'est fait braconnier à son tour
et s'est amusé à chasser pour son compte; il a piqué le lapin, a sucé
son sang et ensuite s'est endormi sur sa victime. Il est alors assez
rare qu'il en revienne; ou il est étouffé, ou il est perdu. La chasse au
lièvre, si elle demande un peu plus d'attention, n'est pas plus
difficile. Un braconnier expérimenté doit connaître non-seulement le
nombre des lièvres qui peuvent exister sur un canton, mais encore le
gîte et la tournée de chacun; il sait qu'à tel endroit, à tel moment, il
en est passé un, et qu'il repassera un peu plus tard. C'est à ces places
désignées d'avance qu'il a soin de tendre ses collets: un collet est une
espèce de collier en laiton ou en fil de fer, que souvent, pour mieux
dépister et les lièvres et ceux qui les protègent, on dissimule en
tournant autour une tresse d'herbes; ce collet est attaché à un ou deux
petits morceaux de bois fichés en terre, de manière à rencontrer la tête
du lièvre, qui vient s'y enfoncer et s'y étrangler; si par hasard il
court un peu trop fort à ce moment, ce n'est pas par le cou qu'il se
prend, mais par les pattes, qu'il se casse ou se tord presque toujours
dans les efforts qu'il fait pour se dégager; quelquefois cependant il y
parvient, mais le plus souvent il ne sort de ses liens que pour passer
dans la gibecière du braconnier.

Presque toutes ces chasses se pratiquent isolément; il en est d'autres,
comme celle des perdrix, qui demandent le secours de l'association;
quant à celles-ci, elles ont, outre l'attrait, commun du reste à toutes
les autres, du fruit défendu, l'avantage de ne pouvoir se faire avec
succès qu'avant l'ouverture légale de la chasse. Plusieurs braconniers,
parfaitement instruits de l'existence de toutes les compagnies qui
peuvent se trouver sur un territoire, du lieu où elles remisent
d'habitude, du nombre de têtes qui les composent, se mettent en campagne
la nuit, munis d'énormes filets ou panneaux que, dans leur langue, ils
ont insolemment nommés le drap mortuaire; ils se placent d'abord contre
le vent, et dans l'endroit qui leur semble le plus propice; ils tendent
leurs filets à l'aide de longues perches, à l'une desquelles est
attachée une corde tenue par un des chasseurs. Cette opération terminée,
les rabatteurs tournent la compagnie et la font lever. Ordinairement,
les malheureuses bêtes, ainsi troublées, effarouchées, effrayées par le
bruit qu'elles entendent derrière elles, n'ont d'autre ressource que de
fuir du côté opposé au bruit; elles vont alors se précipiter dans les
panneaux; tout aussitôt le braconnier aux aguets tire la corde qui
entraîne les perches oui soutenaient les filets; le drap mortuaire tombe
et ensevelit sous ses replis une compagnie tout entière de perdrix qu'on
n'a plus qu'à ramasser avec la main.

[Illustration: Le drap mortuaire.]

Quand une compagnie est détruite, on passe à une autre, et on enlève
ainsi tout le gibier que peut contenir un canton. Il n'est pas rare de
voir plusieurs centaines de perdrix être le fruit ou le butin d'une
seule de ces expéditions nocturnes.

Quelquefois on varie ses plaisirs, et pour être plus sûr du succès, pour
endormir au besoin la vigilance des perdrix, tromper cet instinct de la
conservation qui est naturel à tous les animaux, les braconniers ont
avec eux une _chanterelle_ ou perdrix _qui rappelle_, et sert ainsi,
soit à attirer les perdrix, soit à les réunir de nouveau, lorsque
quelque coup manqué les a dispersées.

Au moyen des procédés mis en usage par les braconniers, il n'est pas
difficile de dépeupler un canton en fort peu de temps; du moins ce qui
reste à glaner après le passage de ces chasseurs sans port d'armes est
bien peu de chose. Nous avions donc raison de dire, en commençant, que
la chasse n'existait plus; le braconnage l'a détruite et remplacée; d'un
amusement, il a fait un délit. Il n'y a plus de chasseurs, il n'y a plus
que des braconniers.

Comme tout se perfectionne, on ne se contente plus de braconner
isolément; il s'est formé dernièrement des sociétés qui ont leur siège à
Paris, et qui exploitent à tour de rôle, soit par leurs propres membres,
soit par des affidés, tous les départements voisins de la capitale. Ces
sociétés, comme on le voit, fonctionnent en grand, et un jour viendra
peut-être où elles se mettront en actions.

La Chambre des Députés s'occupe actuellement de discuter une loi qui,
tout en ayant pour but de régler l'exercice de la chasse, a surtout la
prétention de mettre pour l'avenir un terme au braconnage. Nous estimons
trop nos législateurs pour médire de leur capacité ou même de leurs
bonnes intentions mais nous pouvons assurer d'avance que la loi qu'ils
vont incessamment voter n'aboutira pas à grand'chose. On a cru trouver
un remède en élevant le prix des ports d'armes, mais on n'a sans doute
pas réfléchi que les braconniers, qui ne demandent pas de permis de port
d'armes quand ils coûtent quinze francs, sauront bien s'en passer quand
le prix en sera porté à vingt-cinq.

[Illustration: Lièvre pris au collet.]

Enfin, en terminant, nous prendrons la liberté grande de donner à nos
honorables législateurs un petit conseil que nous ne croyons pas
entièrement dépourvu d'utilité: la loi qu'ils projettent n'aura un but
réel que lorsque ses dispositions autoriseront tout gendarme, tout garde
champêtre et tout autre agent de l'autorité publique à saisir, partout
où ils se trouveront, les filets, panneaux et autres engins destinés à
la destruction du gibier.

Une semblable autorisation, comme sanction de la loi future, n'aurait
rien d'exorbitant et trouverait, du reste, des précédents dans notre
législation. On permet aux commis des contributions indirectes d'exercer
le débitant de liquides, de pénétrer chez lui, de fouiller jusque dans
son lit, à toute heure du jour et de la nuit; pour protéger quelquefois
l'indolence d'un fabricant contre le stimulant de la concurrence
étrangère, on autorise les préposés des douanes à rechercher et à saisir
des cotons, des mousselines, d'autres produits qui se trouvent dans les
magasins d'un marchand; et on refuserait à un agent de l'autorité
publique le droit de saisir des instruments qui ne sont en la possession
de leur propriétaire que dans le but de violer la loi ou d'empêcher son
exécution! Il est évident qu'une loi qui concéderait de pareils pouvoirs
ne pourrait être taxée d'illogisme ou d'arbitraire. En votant une loi,
le premier devoir du législateur est d'en assurer l'exécution, et de se
ressouvenir qu'il y a quelque chose de pire qu'une mauvaise loi, c'est
celle qui n'a pas de sanction pénale et qu'on peut violer impunément.

[Illustration: La chanterelle.]

Bibliographie.

[Illustration.]

_Abrégé de l'Histoire de Suède_; par M. L. Lemoine, chevalier de l'ordre
de l'Étoile-Polaire, ancien instituteur de S. A. R. le prince Oscar,
prince royal de Suède et de Norwége. 2 vol. in-8°.--Paris, 1844. _Arthus
Bertrand_. 14 fr.

_Histoire des États Européens depuis le Congrès de Vienne_; par le
vicomte de BEAUMONT-VASSY. Tome II: Suède et Norwége, Danemark, Prusse.
1 vol. in-8°, 1844.--Amyot. 7 fr. 50 c.

La maladie grave dont vient d'être atteint, à l'âge de quatre-vingts
ans, le roi de Suède et de Norwége actuel, Charles XIV, donne un intérêt
d'actualité à ces deux ouvrages, qui n'avaient cependant été ni écrits
ni publics dans la prévision d'un semblable événement. Au moment où le
prince Oscar va, selon toute probabilité, être appelé à succéder à son
illustre père, l'ex-général républicain français Bernadotte, on sera
plus que jamais curieux de connaître l'histoire passée et la condition
présentes de ces deux royaumes, séparés pendant tant d'années, et réunis
aujourd'hui sous le même sceptre.

M. L. Lemoine appartient à l'ancienne école historique. Ce n'est pas
l'histoire de la Suède qu'il écrit, encore moins celle du peuple
suédois, mais l'histoire de ses amis, des diverses familles qui ont
règné sur cette province de la Scandinavie. De la nation proprement
dite, de ses moeurs, de ses lois, de ses coutumes, de ses ressources, de
sa littérature, de sa civilisation, il ne s'en occupe jamais. Pour lui
l'histoire se compose uniquement d'avènements et de morts de souverains,
de changements de dynasties, de guerres, de négociations et de traités
de paix. A peine même si, dans son premier volume, il nous donne un
court précis de la mythologie Scandinave. Mieux que personne cependant,
M. Lemoine aurait pu nous faire connaître la Suède et ses habitants, car
il a été pendant plusieurs années l'instituteur du prince Oscar,
héritier présomptif du roi régnant. Pourquoi s'est-il borné à
enregistrer des dates ou à raconter des faits sans en tirer jamais les
conséquences?--Quoi qu'il en soit, son ouvrage, estimable à divers
titres, peut être, sinon fort agréable à lire, du moins utile à
consulter. On y trouvera un résumé correctement écrit de tous les
événements importants qui ont eu lieu en Suède sous les dynasties de
Forniother, Vugve ou Odin, Hvar et Sigurd ou Ivar et Lodbrok, Stenkil,
Sverker et Erik le Saint, des Folkungars ou Folkungiens, de l'union des
Calmas, de Vasa, Deux-Ponts, Hesse-Cassel, Holstein-Gottorp et
Ponte-Corvo.

M. le vicomte de Beaumont-Vassy mériterait peut-être les mêmes
reproches. Son second volume de _l'Histoire des États Européens depuis
le Congrès de Vienne_, qui renferme et Suède et la Norwége, le Danemark
et la Prusse, nous semble inférieur au premier, consacré exclusivement à
la Belgique et à la Hollande. Comme M. Lemoine, M. le vicomte de
Beaumont-Vassy s'occupe un peu trop des faits. L'histoire contemporaine,
plus encore que celle des siècles passés, a besoin d'explications et de
commentaires. Pour l'écrire comme elle doit être écrite, il ne suffit
pas de la bien connaître, il faut la comprendre. Si nous ne nous
trompons, M. Je vicomte de Beaumont-Vassy s'est un peu trop hâté de
publier ce second volume. Espérons que les tomes III et IV, qui doivent
paraître prochainement, et qui auront pour titre: la _Grande-Bretagne_,
seront plus dignes du beau sujet que leur auteur a eu l'heureuse idée de
traiter.

Le nouveau volume de M. de Beaumont-Vassy ne supporterait pas plus
l'analyse que l'abrégé de M. Lemoine: son titre seul indique
suffisamment ce qu'il contient, c'est-à-dire l'histoire politique de la
Suède et de la Norwége, du Danemark et de la Prusse, depuis le congrès
de Vienne jusqu'à l'année 1844.

Oeuvres complètes de J. Racine, avec les notes de tous les
commentateurs; cinquième édition, publiée par L. Aimé Martin. Tome
1er.--Paris, 1844. Chez _Lefevre_ et chez _Furne_, libraires, in-8.

Voici un des plus beaux livres qu'on ait publiés depuis longtemps. Un
des doyens de la librairie, qui a voué sa carrière entière à l'élégante
et soigneuse reproduction de nos classiques, et un de ses ardents et
ingénieux confrères, qui a su ouvrir, à l'aide de la gravure, une voie
toute nouvelle à la librairie française, se sont réunis pour élever à
Racine un véritable monument typographique. Chacun d'eux aura rivalisé
d'efforts et de soins avec son coassocié pour faire atteindre la
perfection à la partie de l'oeuvre artistique et matérielle dont il
s'est trouvé chargé. Aussi, nous le répétons, nous ne croyons pas que
jamais vignettes aussi admirablement gravées aient été jointes à un plus
magnifique papier, imprimé de plus beaux caractères.

M. Aimé Martin, dont on réimprimait le _Variorum_, a voulu lutter
d'efforts et de soins avec ses éditeurs. Il annonce, dans sa préface,
que vingt ans d'une vie toute consacrée à l'étude ont nécessairement
profité à son commentaire, et que parmi les améliorations qu'on y
remarquera se trouvèrent plusieurs notes rectifiés;--un grand nombre de
notes nouvelles;--le nom des acteurs qui ont joué d'original les pièces
de Racine:--la musique des choeurs d'_Esther_ et d'_Athalie_, celle des
hymnes, des cantiques, etc., telles qu'elles furent chantées devant
Louis XIV; les essais inédits de Racine sur les odes de Pindare et sur
les premiers livres de l'Odyssée;--une révision complète du
texte;--enfin, un dictionnaire critique des locutions et des tours
nouveaux créés par Racine.

Ce programme sera accompli avec soin, nous n'en doutons pas.

Le critique, le philologue, l'annotateur historique ne négligera aucune
recherche pour que le travail qu'il a publié pour la première fois il y
a vingt-quatre ans soit purgé des erreurs qui avaient pu s'y glisser, et
pour que ses notes nouvelles soient toutes également irréprochables.
Nous l'engageons, pour toute la partie historique, à recourir aux
autorités contemporaines, à ne pas citer sur la foi d'un tiers, et à ne
pas s'exposer ainsi à des inexactitudes qui ont quelquefois pris
naissance dans une faute d'impression commise il y a cent soixante ans.

Ces réflexions sont suggérées, ces conseils nous sont dictés par la
partie nouvelle du travail de M. Aimé Martin, qui se trouve dans le tome
premier, le seul qui ait encore paru. Ce volume ne renferme que trois
pièces: _la Thébaïde, Alexandre et Andromaque_.

Les archives de la Comédie-Française auraient fourni à M. Aimé Martin la
date de la première représentation de la première pièce de Racine, _la
Thébaïde_, que ne donne nul éditeur, et que M. Aimé Martin laisse
également ignorer à ses lecteurs. Il dit bien, comme ses devanciers,
qu'elle est de 1664; mais, en mettant à profit les notes historiques de
la Comédie, il aurait été à même d'ajouter qu'elle fut jouée pour la
première fois le 20 juin, qu'elle n'obtint que quatorze représentations
peu productives à la ville; que Molière, par intérêt pour le jeune
auteur qu'il protégeait et à qui il avait même indiqué ce sujet, en lui
donnant ou en lui avançant cent louis (1,100 livres alors), la
représenta sur le théâtre de la cour, à Fontainebleau, devant Louis XlV
et le légat, et au château de Villers-Cotterêts, devant Monsieur, et
qu'enfin Racine toucha comme auteur deux parts d'acteur, ce qui ne lui
valut que 6 livres pour la quatrième représentation où sa pièce, jouée
seule, ne produisit que 150 livres de recette.--Les mêmes archives
auraient encore empêché M Aimé Martin d'imprimer que le rôle d'Hemon fut
créé par _Hébert_. C'était _Hubert_ qu'il fallait dire.

Pour _Alexandre_, il eût, par le même moyen, évité des erreurs toutes
semblables. C'est encore par cet _Hubert_, qui excellait en même temps
dans les travestissements en femme et qui créa les rôles de madame
Peruelle, madame Jourdain, Belise et la comtesse d'Escarbaguas; c'est
encore par cet Hubert, et non, connue l'imprime l'éditeur, par un
_Imbert_, qui n'a jamais figuré dans la troupe de Molière, que fut créé
le rôle de Tavile.--Quant à la date de la première apparition de cette
tragédie et à la simultanéité des représentations qu'en donnèrent la
troupe du Palais-Royal et celle de l'hôtel de Bourgogne, l'éditeur
commet encore plusieurs erreurs et confusions, dont il se fût aperçu
comme nous en puisant à cette même source, la seule à laquelle on se
doive fier. L. Racine avait dit que l'_Alexandre_ fut joué par la troupe
de Molière, et que son père donna ensuite cette même pièce aux comédiens
de l'hôtel de Bourgogne. M. Aime Martin se livre à des raisonnements et
à une interprétation peu exacte d'un passage du gazetier Robinet, pour
chercher à prouver que Louis Racine à tort. En cherchant là où nous lui
disons, il aurait vu que l'assertion du fils de son auteur était
parfaitement fondée, et il n'aurait point imprimé que cette pièce fut
jouée, pour la première fois, le même jour, 15 décembre 1665, au
Palais-Royal et à l'hôtel de Bourgogne. Cette date du 15 décembre est
purement d'imagination. C'est le 4 décembre qu'_Alexandre_ fut
représenté, pour la première fois, sur le théâtre de Molière, le
registre de sa troupe en fait foi; ce n'est que le 18 qu'il fut donné à
l'hôtel de Bourgogne. Voici la mention qu'on lit, à la date du vendredi
18 décembre, jour de la sixième représentation, sur ce registre, tenu
par La Grange: «Ce même jour, la troupe fut surprise que la même pièce
d'_Alexandre_ fût jouée sur le théâtre de l'hôtel de Bourgogne. Comme la
chose s'était faite de complot avec M. Racine, la troupe ne crut pas
devoir les parts d'auteur audit M. Racine, qui en usait si mal que
d'avoir donné et fait apprendre la pièce aux autres comédiens. Lesdites
parts d'auteur furent partagées, et chacun des douze acteurs eut pour sa
part 17 livres.»

Après quoi on ne donna plus que trois fois la pièce au Palais-Royal.
Tout ceci, on le voit, offrait de l'intérêt et mettait à l'abri
d'erreurs dont on ne saurait toujours se préserver en histoire
littéraire, quant on procède par des conjectures, même en apparence
logiques.

A l'aide de trois cartons, M. Aimé Martin pourra faire disparaître ces
erreurs, qui dépareraient le beau travail qu'on est en droit d'attendre
de lui. Nous l'engageons en même temps à uniformiser les appellations
dont il se sert pour dénommer les actrices Il dit: _Mademoiselle_ Du
Parc et _madame_ Molière, _mademoiselle_ De Brie et _madame_ d'Ennehaut.
Il faut être conséquent. Ces quatre actrices étaient aussi bien mariées
les unes que les autres, et il doit à son choix les appeler, mais l'une
comme l'autre, _madame_, comme on le ferait aujourd'hui, ou
_mademoiselle_, comme on le faisait alors pour toutes les femmes dont
les maris n'étaient pas nobles. Molière dit, en parlant de sa femme,
dans l'Impromptu de Versailles: «mademoiselle Molière.» Que M. Aimé
Martin prenne donc le même parti que Molière.

Tout ceci, on le voit, est facilement remédiable, et nous ne l'avons
signalé que parce que nous trouvions là en même temps l'occasion de
fournir à l'auteur du travail annoncé une indication qui peut lui être
utile. Nous aussi nous avons voulu, ouvrier indigne, apporter notre
pierre au beau monument qu'il promet d'élever.

T.

_La Kabbale_, ou la Philosophie religieuse de Hébreux; par A. FRANCK.
1 vol. in-8.--Paris, 1843. _Hachette_, rue Pierre-Sarrazin, 12.

«Une doctrine qui a plus d'un point de ressemblance avec celles de
Platon et de Spinosa; qui, par sa forme, s'élève quelquefois jusqu'au
ton majestueux de la poésie religieuse; qui a pris naissance sur la même
terre, et à peu près dans le même temps que le christianisme; qui,
pendant une période de plus de douze siècles, sans autre preuve que
l'hypothèse d'une ancienne tradition, sans autre mobile apparent que le
désir de pénétrer plus intimement dans le sens des livres saints, s'est
développée et propagée à l'ombre du plus profond mystère; voilà ce que
l'on trouve, après les avoir épurés de toute alliage, dans les monuments
originaux et dans les anciens débris de la Kabbale.» C'est ainsi que M.
Franck caractérise, au début de son ouvrage, la doctrine dont il s'est
fait l'historien. Ces quelques lignes que nous venons de citer prouvent
assez de quel intérêt doit être pour l'histoire de la philosophie
l'étude de cette doctrine. Et pourtant, malgré de nombreux et importants
travaux, cette page curieuse était encore à écrire dans l'histoire de la
pensée philosophique. Les principaux éléments de la Kabbale étaient, à
la vérité, connus des savants, et l'on savait sur quels principes et
quelle méthode s'appuyait cette mystérieuse doctrine, qui enseignait
l'émanation perpétuelle et infinie de la Divinité dans tout l'être du
monde; mais personne, jusqu'ici, n'avait entrepris de donner une
exposition régulière et complète du système kabbalistique, de la fonder
sur une étude sérieuse des monuments les plus authentiques, et de
l'éclairer en la rapprochant de toutes les doctrines qui offrent quelque
ressemblance avec elle, comme la doctrine de Platon, celle de l'école
d'Alexandrie, celle du christianisme, etc.

M Cousin, présentant le livre du M. Franck à l'Académie des Sciences
morales et politiques, disait: «C'est un travail entièrement nouveau. II
n'existe en Europe aucun ouvrage sur la Kabbale qui soit digne de faire
autorité en France; on n'avait rien écrit jusqu'alors sur cette
mystérieuse philosophie. L'un des premiers historiens de la philosophie,
Tennemann, faute de connaître les langues hébraïques et syriaques, a été
obligé de s'en rapporter à des renseignements quelque peu infidèles M.
Franck, qui est israélite, et à qui ces deux langues sont parfaitement
familières, a pu étudier dans ces sources le système métaphysique
désigné sous le nom de Kabbale...»

L'ouvrage le plus important qui ait été écrit sur la Kabbale, avant
celui de M. Franck, la _Cabala denudata_ du baron de Rosenroth, était
une oeuvre respectable par les travaux et les fatigues qu'elle avait
coûtées, utile par les renseignements qu'elle présente, mais bien
imparfaite encore. L'auteur se bornait à établir les principes de la
doctrine; mais la Kabbale et ses livres ayant été, jusqu'à nos jours,
chargés de commentaires, et d'amplifications souvent confondus avec des
doctrines étrangères, et enfin faussement interprétés par les dystiques
religieux, il y avait à faire un travail d'éclaircissement que la
critique encore n'avait point entrepris. On chercherait vainement dans
les historiens de la philosophie, Brucker, Tennemann et les autres, des
données plus exactes et plus complètes que celles du baron Rosenroth.

Il faut donc reconnaître que, sur ce point obscur et intéressant de
_l'histoire de la pensée philosophique_, il existait une grande lacune,
et nous devons remercier M. Franck de l'avoir si bien comblée. Cette
sûreté de méthode et de critique, cette clarté et cette régularité
d'exposition qu'on chercherait en vain dans tous les travaux qu'a déjà
suscités la Kabbale, se rencontrent ici au plus haut degré. M. Franck a
puisé aux sources les plus pures, et il examine en détail les deux
livres, qui sont les monuments les plus authentiques de la Kabbale,
c'est-à-dire le Sepher ietzirah (livre de la Genèse) et le Zohar la
lumière. Après avoir discuté l'authenticité de ces livres, l'auteur nous
en donne de longues et lumineuses analyses, et, par là, nous fait
connaître la doctrine kabbalistique dans tout ce qu'elle a d'essentiel
et d'original.--Telles sont les parties les plus importantes du travail
de M. Franck. Mais le savant historien ne s'est pas borné là: à ces deux
premières parties, il en a ajouté une troisième sur l'origine et
l'influence de la Kabbale aux diverses époques qu'elle a traversées.
Nous y trouvons cette doctrine comparée successivement aux systèmes
antérieurs et contemporains qui ont avec elle quelques points communs;
d'abord la religion des Chaldéens et des Perses, puis la philosophie de
Platon, celle des alexandrins, et enfin les doctrines religieuses du
christianisme.

«Donc d'un esprit éminemment critique, d'une grande intelligence dans
les matières de philosophie, M. Franck a pu discuter l'authenticité des
pages qu'il déchiffrât, rechercher l'origine des opinions dont il s'est
fait l'interprète, et en apprécier la valeur philosophique.» Nous
n'ajouterons rien à cet éloge que M. Cousin a donné à l'auteur du livre
sur la Kabbale. M. Franck ne pouvait en espérer un qui fût plus flatteur
pour son livre et pour lui.

L'Académie des Sciences morales et politiques avait entendu déjà, sous
la forme de mémoire, les deux premières parties du travail de M. Franck.
Elle avait donc pu apprécier par elle-même la valeur et la science de
l'auteur; et, lorsqu'une place s'est trouvée vacante dans son sein, elle
a fait un acte de justice en y appelant M Franck, dont la réputation de
savant est déjà populaire, et dont le nom va s'attacher à l'importante
publication de l'Histoire des Sciences philosophiques.

O. G.

_Les Duranti_ par M. LEROYER DE CHANTEPIE. 2 vol. in-8.

_Hippolyte Souverain_, éditeur, rue des Beaux-Arts, 5.

Le titre de ces volumes n'indique pas ce qu'ils contiennent. _Les
Duranti_ sont un petit roman qui n'occupe que la moitié du tome premier.
Cinq autres nouvelles complètent les deux volumes; en voici les titres:
_Zinetta, Karl Sand, les Deux Soeurs, Leona, Rose et Gatien_. On ne sait
pas le motif qui a pu engager l'auteur à dissimuler la variété de cette
publication, à moins qu'il n'attache à ce titre de Duranti une valeur
commerciale supérieure à celle des titres que nous venons de citer.
C'est un calcul bien profond; nous avons aujourd'hui des libraires qui
feraient des hommes d'état incomparables. Il serait à souhaiter que
toute cette habileté ne se dépensât point uniquement à composer deux
volumes de romans variés, n'ayant aucun rapport entre eux, sous un titre
aussi piquant que _Les Duranti_. Un peu de cette habileté ménagée pour
la surveillance de leurs épreuves et la correction des bévues
grammaticales des imprimeurs au rabais qui fabriquent des livres aux
environs de Paris, serait un service à rendre aux auteurs et au public,
même à ce public peu grammairien qui s'abonne aux cabinets de lecture.
L'auteur des deux volumes que nous annonçons ne peut être rendu
responsable des fautes qui déparent son ouvrage. Ce n'est pas lui,
assurément, qui écrit _tant qu'à_, au lieu de _quant à_. Son style est
correct et annonce un écrivain qui sait sa langue, comme ses nouvelles
attestent en lui de l'invention, de l'esprit, et tout ce qui donne de
l'intérêt à ce genre de composition, si abondant et à la fois si stérile
dans le temps présent.

O.

_Le Journal des Économistes_, revue mensuelle de l'économie publique des
questions agricoles, manufacturières et commerciales. 3e année, n.
I.--Paris, décembre 1843. _Guillemin_, 30 fr. par un.

_Le Journal des Économistes_ commence sa troisième année avec le mois de
décembre 1843. Le nouveau recueil mensuel a tenu les promesses, de
l'introduction de son premier numéro. Il s'est mêlé à toutes les
discussions des questions agricoles, manufacturières et commerciales qui
ont agité le pays et les chambres; il a pris un rang distingué dans la
presse parisienne. Le numéro de décembre, 1er de la 3e année, contenant
outre une introduction, un bulletin économique, un bulletin
bibliographique, et une revue des travaux de l'Académie des Sciences
morales et politiques, les articles suivants. _Formation d'un projet de
loi relatif aux brevets d'invention, par M. Renouard..............

      [Note du transcripteur: Le reste de cette colonne, soit environ 8
      lignes, est tellement endommagé dans le document qui nous a été
      fourni, qu'il est impossible à déchiffrer.]

Mode.

[Illustration.]

Le grand costume de cour n'est plus en usage en France; cependant, il en
reste encore quelques souvenirs dans la toilette de présentation. Ainsi
la robe ouverte à demi-queue arrondie n'est qu'un diminutif de la grande
robe traînante.

Nous avons reproduit ici la toilette d'une jeune femme présentée aux
dernières réceptions du jour de l'an.

Le costume de bal pour les hommes est un uniforme de fantaisie, collet,
parements brodés, etc. Malheureusement, le deuil de la cour est venu
interrompre pour peu de jours les fêtes du château, et nous n'avons eu
que les bals particuliers pour centre d'observation.

Parmi les plus belles et les plus gracieuses parures, citons-en
quelques-unes d'une fraîcheur et d'une recherche exquise:

--Robe de satin rose entourée d'un bouillonné de gaze rose continué
autour du revers du corsage; petit bord en velours épinglé rose avec une
seule plume tombant derrière la tête.

--Robe de velours royal bleu de ciel, ouverte des côtés avec des chefs
d'argent d'une grande berthe de dentelle d'argent.

--Robe de damas rose couverte de deux volants de guipure posés à plat;
petit turban en velours vert couvert de pierreries.

--Robe de tulle blanc à trois jupes, la dernière ouverte devant, à
quatre ouvertures attachées par des bouquets, au nombre de cinq;
demi-couronne de fleurs posées de côté sur la natte; cheveux en bandeaux
ondés.

--Robe de satin blanc ouverte tout autour en cinq morceaux attachés
chacun par trois petits noeuds-choux en rubans; «dessous en pékin rose;
coiffure en dentelle et fleurs.

--Robe de satin rose ornée d'une passementerie d'argent; un dessus en
crêpe rose forme tunique entouré de biais de crêpe lisse, au bord
desquels règne un petit chef d'argent; coiffure et feuillage d'argent.


Caricature sur le Boeuf-Gras, par Bertal.

[Illustration.]

_L'Illustration_ est parvenue à se procurer une vue des ateliers Cornet.
Cette maison, seule approuvée par l'Académie de Poissy, se charge
d'engraisser au plus juste prix tous ceux qui voudront l'honorer de leur
pratique, et s'engage à préparer au concours annuel les boeufs qui
désireront figurer à la solennité des jours gras.--La méthode est aussi
sûre que facile, comme on peut le voir dans ce tableau. Un des cornets
vous représente le boeuf de 1843 déjà près d'éclore; le boeuf de 1846
est moins avancé que celui-ci, il l'est plus que son frère de 1847.
Celui de 1844 vient d'être reçu dans les bras de ses bienfaiteurs.


Correspondance..

_A M. L., à Paris._--L'idée est excellente et rentre parfaitement dans le
plan de _l'Illustration_. Nous y viendrons après les deux expositions.

_A M. O., à Orléans_.--La variété vaut mieux; elle répond à la variété
des goûts et des esprits. Il y a des gens singuliers qui n'aiment que la
guitare; les véritables amateurs profèrent les concerts du
Conservatoire.

_A M. F. D., à Rouen._--Vous êtes le contraire de M. O.; mettez, si vous
voulez, une grosse-caisse à la place de la guitare et arrangez la
réponse à votre usage.

_A M. H., à Bruxelles._--Cela va sans dire.

_A M. D., à Paris._--Voyez plus bas la solution.

_A M. B., à Paris._--Faites vous-même le calcul en divisant par 52.



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS:

L'adresse de janvier 1844 a fait donner à cinq députés marquant leur
démission.

[Illustrations: Nouveaux rébus I, II et III.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0051, 17 Février 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home