Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0052, 24 Février 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0052, 24 Février 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                           L'ILLUSTRATION,
                          JOURNAL UNIVERSEL

[Illustration]

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 fr.--6 mois, 16 fr.--Un an, 30 fr. Prx de
chaque Nº, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 fr. 75.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 fr.--6 mois. 17 fr.--Un an, 32 fr. pour
l'Étranger.           -   10        -     20        -   40

Nº 52. VOL. II.-SAMEDI 24 FEVRIER 1844. Bureaux, rue de Seine, 33.


SOMMAIRE. Histoire de la Semaine. _Portrait de Marie-Christine_.--De la
Question de l'Enseignement.--Le Vésuve. _Maison de l'Ermitage du Vésuve;
Coupe du Cratère du Vésuve._--Algérie. Escadron de dromadaires.
_Manoeuvres de Dromadaires; Bride et Selle du Dromadaire._--Paris
souterrain. _Une rue souterraine._--Don Graviel l'Alférez. Fantaisie
maritime par M. de la Landelle. (Suite),--Courrier de Paris. _Descente
de la Courtille; un Sergent de Ville le mercredi des cendres; l'Ami
Carême, fils du Mardi Gras; Mort et Enterrement du Mardi
Gras._--Théâtres. Opéra-Comique, Cagliostro. _Une Scène de
Magnétisme_.--Fragments d'un Voyage en Afrique (Suite.)--Musique. Entre
Pise et Florence. Paroles de M. Philippe Busoni, Musique de M. Gustave
Hequet.--Bulletin bibliographique.--Modes.
_Travestissements_.--Amusements des Sciences. _Une Gravure_.--Rébus.


Histoire de la Semaine.

La discussion de la loi sur la chasse a encore occupé les trois premiers
jours de la semaine parlementaire. Cette loi a ouvert ses articles et
ses paragraphes à une foule d'amendements qui ne la rendront à coup sûr
pas bonne, qui lui auraient ôté surtout l'esprit d'ensemble, si elle en
avait eu, mais qui lui ont valu en définitive d'être adoptée à une assez
forte majorité.

Il était peu de membres de la Chambre qui n'eussent fait admettre, dans
le cours de cette interminable discussion, leur amendement ou leur
sous-amendement: chacun était donc poussé par une sorte d'amour-propre
d'auteur à donner une boule blanche à cette fille de ses oeuvres. Son
sort à cependant été un instant douteux. Dans la séance de lundi, un
amendement abrogeant par le fait la législation spéciale aux forêts du
domaine, de 1790, a fait ranger celles-ci dans la catégorie des forêts
particulières et a soumis le prince qui en a la jouissance et les siens
aux mêmes et sévères règles qu'elle impose aux citoyens.

Cette disposition, que le ministère absent ou distrait n'a pas su faire
rejeter, a, sans aucun doute, attiré d'un côte à la loi des antipathies,
tandis qu'elle lui assurait quelques suffrages de l'autre. Mais en
définitive elle aura été la cause de son adoption, car les suffrages
conquis lui sont restés et les antipathies se sont tues dans l'espoir
que la Chambre des Pairs n'admettrait pas cet amendement, et qu'une fois
supprimé, la Chambre des Députés ne le rétablirait pas.

Est venue ensuite la discussion sur la prise en considération de la
proposition de M. de Rémusat, relative aux incompatibilités. Il était
difficile de penser que ce débat, qui tant de fois déjà s'est engagé
devant la Chambre, verrait se produire aujourd'hui de nouveaux motifs.
Mais les questions personnelles sont venues l'animer et le rajeunir. En
effet, c'est peut-être le seul qui les comporte ou plutôt les nécessite.
Pour les partisans de la proposition, là où ils voient un abus ils
doivent voir nécessairement un argument, et la situation d'un
fonctionnaire menacée parce qu'il a voté, dans tel ou tel sens comme
député, ou le vote d'un autre représentant passant du blanc au noir par
la force de motifs secrets qu'ils ont la curiosité de connaître, tout
cela trouve naturellement place dans leurs discours. Quelques faits
récents avaient fourni des arguments de ce genre; il en a été fait usage
pour la plus grande satisfaction des spectateurs avides d'agitation,
plutôt que pour l'édification de ceux qui croient à la bonté du
gouvernement représentatif, honnêtement et sincèrement pratiqué, et qui
seraient profondément désolés qu'on arrivât à l'user sans s'en être
servi. MM. Barrot, Thiers et Guizot, sont successivement montés à la
tribune, qu'ont aussi occupée MM. Dugabé et de Salvandy. La prise en
considération a été repoussée par une majorité que quelques de membres
regardent comme douteuse.

[Illustration: Marie-Christine, ex-reine d'Espagne.--Voir à la page
suivante.]

La loi sur le roulage n'a pas été beaucoup plus heureuse à la Chambre
des Pairs que la loi sur la chasse à la Chambre des Députés. Ce que l'on
avait fait il y a deux ans au palais du Luxembourg, il y a un an au
palais Bourbon, on l'a défait cette année en grande partie. Dans les
précédentes discussions, on avait paru très-frappé du résultat des
expériences faites par M. Morin, par ordre du gouvernement, et de la
nécessité d'imposer, dans l'intérêt des routes et de leur conservation,
des conditions sévères et d'établir des distinctions tranchées pour la
largeur des jantes des voitures, selon qu'elles étaient à deux ou quatre
roues. Cette année on a paru croire beaucoup moins aux résultats des
expériences de M. Morin, sur lesquels était fondé le projet de loi, et
beaucoup plus à l'utilité de la liberté en matière de roulage, sinon
complète encore et illimitée, du moins beaucoup moins restreinte que par
le passé et que ne l'établissait le projet. Ainsi, sur la proposition
de M. le comte Daru, cette distinction a disparu pour le minimum des
jantes des voitures à quatre et des voitures à deux roues; il sera pour
les unes comme pour les autres indistinctement de 6 centimètres, et le
maximum de 17. Du reste, et par contre, si l'industrie a été bien
traitée par ce changement, l'agriculture a vu restreindre les facilités
que la Chambre des Députés avait voulu lui accorder l'an passé, en
adoptant un amendement de M. Darblay par lequel les voitures de
l'agriculture étaient affranchies dans tous les cas, c'est-à-dire
qu'elles allassent au marché ou qu'elles en revinssent, qu'elles
transportassent des matériaux pour les constructions de la ferme,
qu'elles allassent de la ferme aux champs ou des champs à la ferme, des
règles relatives à la largeur des bandes et à la limitation du poids. La
Chambre des Pairs a cru devoir restreindre cette exemption au cas
seulement où les véhicules agricoles vont de la ferme aux champs ou en
reviennent. Cet amendement oblige, on le voit, les fermiers et les
agriculteurs à avoir des voitures de plusieurs sortes. Cette loi doit
revenir de nouveau à la Chambre des Députés.

Nous déplorions dans notre dernier bulletin la vivacité que la
discussion avait prise dans un des bureaux de cette Chambre, à
l'occasion de l'admission à la lecture de la proposition de M. de
Rémusat. Mais ce que nous avons vu ici n'est qu'une gentillesse en
comparaison de ce qui se passait presque en même temps à la Chambre des
Représentants des États-Unis et à la Chambre des Lords d'Angleterre. A
tout seigneur tout honneur: nous commençons par la Chambre anglaise.
Dans la dernière discussion, à l'occasion des affaires d'Irlande, lord
Campbell a dit en répondant à lord Brougham:

«Le discours de mon noble et savant ami est parfaitement irrégulier:
cela ne m'étonne pas, car tout ce qu'il fait dans cette Chambre est
irrégulier. J'ai demandé hier l'ajournement, parce que je croyais qu'il
parlerait, et que je voulais lui répondre. J'étais bien pardonnable de
croire cela, car voilà bien, autant que je m'en souviens, le premier
débat de quelque importance dans lequel il n'ait parlé, et parlé au
moins sept fois... Toutes les fois qu'il prêchera les principes qu'il
condamnait autrefois, je ne me gênerai pas pour le lui rappeler, et pour
lui remettre devant les yeux ceux qu'il défendait avec moi et qu'il
abandonne aujourd'hui.» Lord Brougham lui a répondu avec le ton de la
plus violente colère: «Mylords, on dit que j'ai commis une irrégularité.
Jamais je n'ai vu dire une aussi grosse absurdité, même par mon noble et
savant ami. Je ne me laisserai pas faire la leçon par d'ignorants
nouveaux venus, qui ne connaissent pas l'A B C du règlement, et qui
montrent une ignorance si _crasse_ que je n'aurais jamais cru personne
capable d'en montrer une semblable sur quoi que ce soit. Je serai
heureux qu'on me donne l'occasion de repousser en face cette fausse,
vile et calomnieuse accusation que l'on me fait, d'avoir abandonné mes
principes. Je défie qu'on me le prouve, et je jette ce défi avec
l'assurance que je saurai le justifier.»

En Amérique on est infiniment moins parlementaire encore. M. Stewart,
membre de la Chambre des Représentants des États-Unis, avait été, il y
a quelque temps, en butte à une attaque très-vive d'un de ses collègues,
M. Waller. Un neveu de M. Stewart, M. Schriver, correspondant du
_Baltimore-Patriot_, et ayant, à ce titre, une place réservée dans
l'enceinte de la Chambre, avait rendu compte de cette sortie en termes
qui avaient blessé M. Waller. Celui-ci, rencontrant M. Schriver à la
Chambre, l'apostropha, et, après l'échange de quelques mots, le frappa.
Aussitôt ils se prirent au corps. Dans la lutte, les deux combattants
tombèrent dans une croisée et la défoncèrent. Plusieurs membres de la
chambre accoururent et essayèrent de les séparer, tandis que d'autres
criaient: «_Laissez-les se battre comme il faut._» Un membre démocrate
dit même, en s'adressant au banc des whigs: «S'il y a quelqu'un qui
veuille prendre part au combat, je pourrai bien m'en mêler un peu.»
Enfin, après que quelques horions eurent encore été échangés, un membre
se hasarda à séparer définitivement les deux champions. Plainte fut
portée par M. Schriver, et caution fournie par M. Waller.

D'importantes nouvelles sont arrivées de Taïti, et quoique depuis
plusieurs jours le gouvernement ait gardé un silence diversement, mais
en général peu favorablement interprété, il est impossible de ne pas
accorder toute confiance aux détails très-concordants qu'ont donnés
plusieurs correspondances particulières sur les événements dont la
nouvelle Cythère a été le théâtre. La reine Pomaré, cédant aux
suggestions de M. Pritchard, missionnaire, négociant et consul anglais,
se refusait obstinément à exécuter le traité du 9 septembre, après
l'avoir ratifié, et affectait le plus grand mépris pour le gouvernement
provisoire institué par l'amiral Dupetit-Thouars, en vertu du
protectorat de la France, accepté puis méconnu par la reine. Notre
pavillon avait été amené et remplacé par un chiffon bizarre qu'elle
avait déclaré être le pavillon taïtien. Cette résistance avait été, nous
ne dirons pas provoquée, mais très-ostensiblement appuyée par le
commandant de la frégate anglaise la _Vindictive_, lequel menaça même de
recourir à la force pour faire prévaloir les nouvelles façons d'agir de
la reine. Nous n'avions en ce moment que deux corvettes dans ces
parages; mais leurs officiers et leurs équipages n'hésitèrent pas un
seul instant, malgré l'inégalité des forces, à prendre l'attitude qui
convenait à la marine française, en réponse à cet insolent langage. Les
menaces demeurèrent alors sans effet, et l'amiral anglais Thomas, pour
éviter un conflit que rendait imminent la présence du commodore
Nicholas, qui montait _la Vindictive_, la remplaça par la frégate _le
Dublin_, qui se borna à demeurer spectatrice de nos démêlés avec la
reine Pomaré. Instruit de cette situation et des faits qui l'avaient
précédée, l'amiral Dupetit-Thouars se présenta, le 4 novembre dernier,
devant Papeiti avec les trois frégates _la Reine-Blanche, l'Uranie, la
Danaé_, dans la pensée que ce déploiement de forces épargnerait une
lutte déplorable pour l'humanité et enlèverait même à la reine, on
plutôt à ses imprudents conseillers, toute idée de résistance. Le calcul
de l'amiral n'était pas complètement exact. Il accorda un premier délai
qu'on laissa s'écouler sans rentrer dans l'ordre. Alors il en fixa un
définitif, expirant le 6 à midi, et au terme duquel le traité devait
avoir été exécuté sous peine de déchéance de la reine. Le capitaine de
la frégate anglaise, oubliant un moment les recommandations de
modération et de neutralité que son amiral lui avait faites, se laissa
aller à déclarer à l'amiral Dupetit-Thouars, sur le pont même de _la
Reine-Blanche_, qu'il allait faire venir à son bord la reine Pomaré,
hisser le pavillon taïtien et le saluer de vingt et un coups de canon.
Justement blessé de cette intervention injustifiable et hautaine, M.
Dupetit-Thouars répondit au commodore: «A votre aise, monsieur; menez,
tant qu'il vous plaira cette femme à votre bord, mais gardez-vous de
hisser le pavillon taïtien; et, si vous le saluez de vingt et un coups
de canon, vous assumerez sur vous toutes les conséquences qui pourront
en résulter. Maintenant que vous êtes prévenu, agissez comme il vous
plaira.» On comprend que la matinée du 6 ait tenu l'escadre française
dans une attente pleine d'émotions. Mais l'heure dite arriva sans que la
reine eût arboré le pavillon tricolore; l'ordre du débarquement fut
aussitôt exécuté que donné, et Pomaré a cessé de régner. Un gouvernement
a été installé par l'amiral, dont la conduite a été digne de son nom et
des couleurs sous lesquelles il sert.

La situation de l'Espagne, c'est-à-dire la lutte entre un gouvernement
qui s'est mis en dehors de toutes les règles constitutionnelles et une
insurrection qui n'offre pas beaucoup plus de garanties aux hommes qui
appellent de leurs voeux un gouvernement régulier, cette situation se
prolonge, et l'on se demande si le retour de la reine Christine en
Espagne (voir la page, précédente) y mettra fin. Bien des yeux, de
l'autre côté des Pyrénées, sont tournés vers cette princesse.
Désavouera-t-elle franchement les actes dictatoriaux du général Narvaez?
les désapprouvera-t-elle seulement pour la forme, ou enfin le
suivra-t-elle ouvertement dans cette voie? Voilà les questions que les
Espagnols s'adressent, et que beaucoup, dans leurs préventions ou dans
leur confiance, résolvent dans le sens qui justifie ou les unes ou
l'autre.

Mais la fièvre de l'insurrection et celle des mesures extraordinaires de
gouvernement ont passé la frontière d'Espagne, et travaillent à leur
tour et de nouveau le royaume de dona Maria. Une conspiration militaire
a éclaté en Portugal. Un général considéré, ancien ministre de la
guerre, le comte de Boulin, est à la tête de ce mouvement, qui fait
valoir comme griefs les violations qu'on a fait subir au principe de la
souveraineté nationale, en faisant revivre, sans la faire réviser par
une Chambre constitutionnelle, la Charte que don Pedro avait octroyée.
Là, connue en Espagne, les Chambres ont été fermes, la liberté de la
presse, la liberté individuelle suspendues, et le royaume entier mis en
état de siège. C'est bien mal commencer; attendons la fin.

Les feuilles françaises et étrangères ont vu cette semaine leurs
colonnes attristées par le récit de nombreux et déplorables malheurs. Le
_Standard_ du 17 annonce qu'un terrible accident est arrivé la veille
dans la houillère de Landshipping. Des mineurs, au nombre de
cinquante-huit, travaillaient dans l'une des galeries qui passent sous
la rivière, lorsque tout à coup l'eau fit irruption dans la mine avec
une telle violence que dix-huit de ces ouvriers seulement eurent le
temps de se sauver. Les quarante autres ont été noyés.--A Granville,
dans la nuit du 14 au 15, par un temps fort calme, un canot monté par
dix hommes ayant chaviré à une brasse ou deux tout au plus du bord du
quai, sept de ces matelots allèrent au fond, où ils restèrent engagés
dans des vases molles qui se sont accumulées dans cet endroit.--

Quel douloureux spectacle s'offrit le matin aux regards lorsque la mer
se fut retirée. Les cadavres de ces sept malheureux gisaient pêle-mêle,
dans un espace de quelques mètres, les uns retenus par les pieds,
d'autres engagés jusqu'aux épaules dans la boue noire et fétide du port.
Pour ceux-ci, l'asphyxie a dû être instantanée, et la position de l'un
d'eux, qui avait les mains dans les poches ne son paletot, le prouvait
assez. Six de ces hommes sont pères de famille et le laissent,
assure-t-on, sans aucune ressource plus de vingt orphelins.--Un des plus
anciens et des plus justement célèbres de nos généraux, le
lieutenant-général Pajol, a fait, dans le grand escalier du château des
Tuileries, une chute affreuse, qui a causé la fracture de la cuisse au
col du fémur, et donne de vives inquiétudes.--Le savant M. Gay-Lussac,
qui a la simplicité de faire encore son cours, et qui ne croit pas que
le rôle d'un professeur doive consister uniquement à se choisir un
suppléant, a pensé être victime de l'explosion d'un flacon dont le
contenu s'est enflammé par le contact subit de l'air, au moment où il
préparait une expérience de laboratoire du Jardin-des-Plantes.
L'illustre professeur et son jeune préparateur ont été blessés, le
premier grièvement, le second plus légèrement. L'état de M. Gay-Lussac
est aujourd'hui complètement rassurant.--On a annoncé, cette semaine, la
mort d'un homme excellent, d'un homme dont la vie a été vouée aux
oeuvres utiles, de M. Cassin, agent général des sociétés savantes et de
bienfaisance.--Un des plus éminents publicistes de la Suisse, le docteur
Charles Schnell, rédacteur du _Volksfreund_, depuis longtemps en proie à
une profonde mélancolie, par suite d'un état obstiné de souffrances
physiques, a mis fin à ses jours. C'était un des plus formidables
antagonistes de l'aristocratie suisse et de l'aristocratie bernoise en
particulier.--Le 15 février est mort à White-Lodge (Richmond-Barker),
dans sa quatre-vingt-septième année, Henry Addington, vicomte de
Sydmouth. Il avait été président de la Chambre des Communes de 1789 à
1801, premier lord de la trésorerie et chancelier de l'Échiquier de 1801
à 1804, lord président du conseil en 1805, lord du sceau privé en 1806,
secrétaire d'État de l'intérieur de 1812 à 1822.--Les nouvelles de
Stockholm peignent l'état du roi de Suède comme s'aggravant de jour en
jour, et nous devons craindre que la notice biographique que nous lui
avons consacrée ne devienne bientôt une notice nécrologique.



De la Question de l'Enseignement.

_L'Illustration_ ne saurait se proposer d'entrer dans toutes les
discussions qui s'engagent chaque jour sur les questions d'organisation
que le législateur a encore à résoudre. Mais elle regarde comme un
devoir, auquel elle ne manquera pas, d'exposer l'état de chacune de ces
questions au fur et à mesure qu'elles arriveront à l'examen des
Chambres. L'abbé Sieyès a laissé en mourant un manuscrit volumineux
ayant pour titre cette proposition, à la démonstration de laquelle
l'ouvrage entier est consacré; _Il n'y a point de questions insolubles,
il n'y a que des questions mal posées_. Nous pourrons donc croire avoir
contribué pour notre part à la solution de celles qui seront agitées
quand nous aurons clairement fait connaître la difficulté qu'il faut
trancher ou les différents intérêts qu'il s'agit de mettre d'accord.

En remontant dans notre histoire, aux premiers temps où le règne des
lois régulières commença à s'établir, même au temps où la science était
presque uniquement cléricale, aux premières années du quatorzième siècle
(1312), sous Philippe le Bel, on trouve déjà admis et en vigueur le
principe que l'instruction publique dépend de l'État. Celui-ci eut sans
aucun doute à défendre son droit contre plus d'une tentative
empiètement; mais, d'une part, les édits, les ordonnances, etc., de
l'autre l'action de la magistrature, fixèrent et maintinrent son
influence. Ainsi, en 1446, une ordonnance de Charles VII vint donner
juridiction aux Parlements sur les Universités, qui prétendaient ne
relever que du pouvoir royal et du pape. En même temps, de leur côté,
les Parlements établissaient par des arrêts le droit d'autorisation et
d'inspection des Universités sur les écoles particulières, et
l'obligation pour les maîtres d'être gradués dans les le lettres qu'ils
enseignaient.--La collation des grades et leur indispensabilité furent
encore l'objet de prescriptions nouvelles dans l'édit de Blois de mai
1579.--Elles furent confirmées par l'édit réglementaire de Henri IV sur
l'Université de Paris, de septembre 1598, édit marquant davantage la
sécularisation commencée de l'enseignement public.--Une ordonnance
royale de janvier 1629 dispose également que «nul ne sera reçu aux
degrés qu'il n'ait étudié l'espace de trois ans en l'Université où
seront conférés lesdits degrés, ou en une autre pour partie dudit temps,
et en ladite Université pour le surplus, dont il rapportera certificat
suffisant; mais elle va plus loin encore, et, ne se contentant pas
d'imposer des conditions aux hommes qui se vouaient à l'enseignement ou
aux jeunes gens qui voulaient entrer dans certaines carrières, elle
subroge en quelque sorte l'État à tous les droits des pères de famille:
«Nous défendons, y est-il dit, à tous nos sujets, de quelque état et
condition qu'ils soient, d'envoyer leurs enfants étudier hors de notre
royaume, pays et terres de notre obéissance, sans notre permission et
congé.»

Nous pourrions montrer également la constante surveillance de l'État sur
les Universités; sa vigilance à ne laisser établir aucun collège, qu'il
fût fondé par une dotation particulière, ou entretenu par une ville, ou
même doté sur des biens ecclésiastiques, sans une autorisation spéciale
et l'intervention d'une ordonnance du roi. Nous pourrions rappeler
comment, à diverses reprises, furent refoulés les empiètements des
jésuites et montrer comment, dès 1708, fut imposée l'obligation de
fréquenter les collèges aux élèves de tout établissement particulier
d'instruction; mais l'historique de l'instruction publique en France et
la préexistence presque immémoriale de toutes les prescriptions dont
Napoléon, en les coordonnant, a fait le code de Université, sont trop
clairement et trop complètement déduits et démontrés dans l'exposé des
motifs du projet de loi que M. Villemain vient de présenter à la Chambre
des Pairs, pour que nous n'y renvoyions pas ceux de nos lecteurs qui
voudraient, à ce sujet plus de preuves et de détails que l'espace ne
nous permet d'en donner ici.

Si la liberté de l'enseignement n'exista jamais au profit des
particuliers sous l'ancienne monarchie; et le clergé lui-même, malgré
ses immenses privilèges, vit continuellement dans cette matière la
législation et la jurisprudence lui dicter des règles et lui imposer des
obligations, cette liberté n'exista pas davantage de fait après 1789 et
sous la République elle-même. L'Assemblée constituante en prononça le
nom, mais ne la constitua point. La Convention la proclama, mais y mit
d'abord des conditions qui assuraient qu'il n'en serait point usé sans
l'agrément de l'autorité; et si la constitution de l'an III ne semblait
pas imposer les mêmes limites, dès l'année suivante elles furent en
quelque sorte tracées par le décret du 3 brumaire, et, un peu plus tard,
la loi du 1er mai 1802 statua positivement que «il ne pourrait être
établi d'école secondaire sans l'autorisation du gouvernement.»

Enfin vint l'Empire, qui, par la loi du 10 mai 1806 et les décrets du 17
mars 1809 et du 15 novembre 1811, codifia avec ensemble tout ce que les
ordonnances des rois et les arrêts des Parlements avaient accumulé de
précautions et de garanties, les compléta, et faisant des anciennes
universités autant d'académies, les relia toutes à une seule et puissante
Université, dépendante de l'État, qui, selon l'expression de M.
Boyer-Collard, n'était autre chose que le gouvernement appliqué à la
direction universelle de l'instruction publique, et qui avait le
monopole de l'éducation à peu près comme les tribunaux ont le monopole
de la justice, et l'armée celui de la force publique.

Cette organisation puissante fut maintenue par la Restauration, qui ne
consentit de dérogation à cette règle générale qu'en faveur des écoles
secondaires ecclésiastiques ou petits séminaires. Dès 1802, les besoins
du service religieux avaient fait créer par plusieurs évêques, avec des
secours particuliers, quelques écoles préparatoires à l'enseignement des
séminaires métropolitains ou diocésains, reconnus par un article du
Concordat, et, plus tard, organisés par la loi du 14 mars 1804. Un
décret du 9 avril 1809 mentionna pour la première fois ces écoles
préparatoires. Un titre spécial du décret du 15 novembre 1811, les
assimila tout à fait aux écoles ordinaires, leur interdisant de plus de
s'établir autre part que dans les localités où se trouvait placé un
collège communal ou un lycée, dont leurs élèves étaient tenus de suivre
les cours. Un ordonnance royale du 5 octobre 1814 vint dispenser ces
établissements de ces obligations et autorisa l'augmentation de leur
nombre. Ces facilités amenèrent un état de choses auquel on crut devoir
porter remède en 1828. L'exemption de toute obligation de grades quant
aux maîtres, la dispense de toute rétribution envers l'État quant aux
élevés, favorisaient les petits séminaires au détriment des collèges et
des institutions universitaires, et mettant ces derniers établissements
dans l'impossibilité de soutenir une lutte rendue trop inégale.

C'est alors que, sur la proposition de M. le comte Portalis, ministre de
la justice, fut instituée, pour constater les faits et proposer les
mesures à prendre, une commission composée de neuf membres, qui
choisirent pour rapporteur M. de Quéleu, archevêque de Paris. Son
travail remarquable constate que, outre le nombre des écoles secondaires
ecclésiastiques porté à 126, 53 autres établissements s'étaient formés
comme succursales ou écoles cléricales; que plusieurs étaient dirigées,
non par des prêtres, mais par des membres de corporations religieuses
non autorisées par les lois; qu'enfin le but de l'institution des petits
séminaires était tout a fait dépassé. Il conclut à ce que nulle nouvelle
école secondaire ecclésiastique ne fût établie sans une autorisation
spéciale; à ce qu'on ne fît dans ces écoles que des études compatibles
avec l'état ecclésiastique; que l'habit y fût pris par les élèves ayant
deux ans d'études; qu'il leur fût interdit de recevoir des externes, et
enfin à ce que tous les élèves qui auraient abandonné l'état
ecclésiastique après leurs cours d'études, fussent tenus, pour obtenir
le diplôme de bachelier ès-lettres, _de se soumettre de nouveau aux
études et aux examens, selon les règlements de l'Université._

Les ordonnances du 16 juin 1828 ne furent que la mise en pratique et en
vigueur de ces principes et de ces conclusions. Elles furent présentées
à la signature de Charles X par M. Feutrier, évêque de Beauvais,
ministre des affaires ecclésiastiques, à la suite d'un rapport au roi où
ce prélat faisait ressortir la nécessité de conserver aux écoles
ecclésiastiques un caractère tout spécial, de le maintenir par la
condition relative, au baccalauréat, par l'obligation de porter le
vêtement ecclésiastique; et où il établissait, par des calculs bien
déduits, que le nombre de vingt mille élèves était largement suffisant
pour répondre à tous les besoins à venir du culte, et devait être fixé
comme une limite légale.

Ces ordonnances furent exécutées immédiatement; mais vint la révolution
de 1830, qui, dans un des articles de sa Charte nouvelle, consacra le
principe de la liberté de l'enseignement, et promit la présentation d'un
projet de loi pour réglementer l'exercice de cette liberté En 1836, en
1841, deux projets furent portés aux Chambres; mais, à l'une comme à
l'autre de ces époques, beaucoup de personnes voulurent voir dans la
démarche ministérielle plutôt un acte conservatoire pour empêcher la
prescription de la promesse de la Constitution que la pensée bien
sérieuse de fixer immédiatement et définitivement la législation. On ne
fit rien pour démentir ces suppositions, car ni l'un ni l'autre de ces
projets n'arriva à la sanction royale, et il allèrent reposer dans les
archives des Chambres. L'hésitation à résoudre une question difficile, à
prononcer entre des prétentions aminées était explicable; mais ce qui
devait être d'une évidence non moins grande, c'est qu'il ne pouvait être
sans de nombreux inconvénients de prolonger la situation dans laquelle
on se trouvait: car les lois dont la Charte de 1830 avait promis la
révision d'après un principe qui n'était pas celui qui avait inspiré
leur rédaction, ces lois avaient inévitablement, par cette promesse
même, perdu de leur empire; les parties intéressées mettaient de
l'empressement à s'y soustraire comme à une législation caduque, et
l'administration incitait peut-être trop de faiblesse à faire exécuter
leurs plus importantes prescriptions; car, enfin, bien que condamnées à
une refonte, à ses yeux, elles devaient former encore le code de
l'enseignement jusqu'à la promulgation d'un code nouveau. En
législation, un interrègne c'est l'anarchie.

De cette situation prolongée il est résulté que, tandis que l'Université
se bornait à élever quelques collèges communaux au titre de collège
royal, il s'est formé à côté d'elle une sorte d'Université
ecclésiastique, jouissant du privilège de ne pas payer le droit
universitaire, auquel les élèves des collèges, internes et externes,
sont tous tenus, et multipliant ses établissements grâce à cet avantage
et à son activité. Il n'y a aujourd'hui, en France, que 46 collèges
royaux et 312 collèges communaux, tandis que l'on compte 1,137
établissements particuliers et séminaires indépendants de l'Université.
Les établissements de l'Université ne sont fréquentés que par 45,581
élèves, sur lesquels 25,000 sont externes, et soumis pour l'éducation
morale à toute l'influence de la famille. Les établissements
particuliers, au contraire, comptent 63,000 élèves.

On comprend que si la liberté de l'enseignement eût été réglementée en
1830, aussitôt que le principe fut proclamé, l'enseignement
ecclésiastique, qui était à cette époque renfermé dans les limites
tracées par les ordonnances de 1828, se fût montré de facile composition
pour un état de choses qui serait venu rendre plus favorable sa
situation. Mais quatorze années se sont passées depuis lors, quatorze
aimées durant lesquelles la liberté promise par la Charte a été à peu
près accordée dans le fait à cette nature d'établissements, et accordée
par l'État, gardant pour les siens toute la charge dont il exemptait ses
rivaux; le point de départ n'est plus le même, et les exigences ont
changé comme lui.

Les prétentions aujourd'hui sont celles-ci:

Une partie du clergé, en demandant pour les établissements qu'il a
fondés, et pour ceux qu'il serait maître de fonder encore, une complète
liberté, semble vouloir se réserver une sorte de censure sur les
établissements universitaires, en en retirant ou en y laissant à son gré
les aumôniers.

Une autre partie se borne à réclamer la liberté, mais la liberté
entière, c'est-à-dire le droit d'élever non-seulement les jeunes gens
qui se destinent au culte, mais tous ceux qu'elle amènerait les parents
à lui confier, et sans que ces jeunes gens, pour être reçus bacheliers
ès-lettres, fussent tenus, comme le prescrivent les ordonnances de 1828,
de se soumettre aux études et aux examens selon les règlements de
l'Université.

L'opinion la plus générale demande au gouvernement de fixer les
conditions auxquelles toute personne les remplissant pourra ouvrir un
établissement d'éducation, mais de traiter chacun également, de
n'accorder de privilège particulier et d'exemption de faveur à personne.
De ce côté on est tout disposé à reconnaître l'action supérieure et la
surveillance constante de l'État; on ne prétend point qu'elle ne doive
s'exercer sur les maisons d'éducation que comme celle de la police
s'exerce sur les lieux publics; on reconnaît qu'il est du droit, du
devoir du gouvernement d'exiger des garanties particulières des
établissements où se forment de jeunes citoyens, les intérêts de l'État
et ceux des pères de famille ne sauraient, aux yeux des hommes éclairés
et de bonne foi, être des intérêts opposés. On ne demande pas qu'on
soumette les écoles ecclésiastiques à la rétribution universitaire, mais
qu'on exempte toutes les institutions de cet impôt fort malentendu, fort
lourd, et arbitrairement assis. On ne demande pas que les grades ne
soient pas délivrés par l'État, et qu'il ne soit pas appelé à juger, par
l'intervention de ses fonctionnaires, de la capacité de ceux qui se
présentent pour les obtenir, mais que ce soit lui, désintéressé dans la
question d'amour-propre, et non des hommes que leur situation de
rivalité rend juges et parties, qui reconnaisse et proclame la capacité;
en un mot, que le grand-maître de l'Université et le ministre de
l'instruction publique soient deux fonctionnaires distincts, l'un
dirigeant, sous les ordres de ce dernier, les établissements dont l'État
aura pris le patronage spécial, et où il placera ses boursiers; l'autre
surveillant et gouvernant tous les établissements, qu'ils dépendent de
l'Université ou qu'ils soient dirigés par les hommes qui les auront
ouverts à leur compte, après avoir rempli les formalités voulues et
satisfait aux conditions imposées.

Voilà les exigences, les prétentions et les demandes en présence
desquelles se trouve M. Villemain. Comment y a-t-il répondu, et quelle
transaction a-t-il su trouver? C'est ce qui demandera de notre part ou
de celle de l'historien de la Semaine un examen à part, et quelques
développements nouveaux, quand le projet présenté arrivera à la
discussion définitive, car nous ne sommes pas de ceux qui pensent que ce
projet n'a été porté d'abord à Chambre des Pairs que pour qu'il ne
revint pas, en temps utile, à la Chambre de Députés, et pour qu'une
solution, difficile sans doute, se trouvât encore une fois différé.
Mais, aujourd'hui, nous ne nous sommes proposé que d'exposer la
question. Une autre fois nous examinerons de quelle façon on entreprend
de la trancher.



Le Vésuve.

Nous empruntons à un ouvrage qui paraîtra prochainement quelques détails
curieux sur le Vésuve. Quoique le sujet ait fourni la matière de
beaucoup de volumes, chaque nouveau récit présente encore de l'intérêt,
surtout quand il contient, comme les extraits suivants, les impressions
et les expériences de deux savants tels que les docteurs Magendie et
Constantin James, auxquels nous devons cette communication.

«Depuis le bas de la montagne jusqu'à l'Ermitage, les substances qui
proviennent de la décomposition des cendres vomies par le cratère
recouvrent la lave d'un terreau extrêmement fertile. C'est là qu'on
récolte le fameux vin de Lacryma-Christi. Triste fécondité cependant que
celle qui est achetée au prix d'incessantes alarmes!

«Il était une heure quand j'arrivai à l'Ermitage. Je m'attendais à
rencontrer là quelqu'un de ces vénérables religieux qui inspirent à la
fois l'admiration et le respect. Je fus bien désappointé. L'ermite du
Vésuve est tout bonnement un cabaretier qui a pris à ferme l'Ermitage,
et vend fort cher de très-mauvais vin. Il n'a d'un ermite que la robe de
bure, le capuchon et un gros trousseau de clefs, auxquelles il manque
des serrures à ouvrir.

«A partir de l'Ermitage, le chemin cesse bientôt d'être praticable pour
nos montures. Nous nous trouvons au milieu d'une nature aride, désolée,
morte, sans trace aucune de végétation. Le sol, bouleversé affreusement,
est partout hérissé de masses volcaniques d'un gris plombé, miroitantes,
jetées pêle-mêle les unes à côté des autres, et unies entre elles par un
ciment de lave. Il nous faut marcher sur les aspérités des roches, et
souvent sauter par-dessus de larges crevasses. A notre gauche est le
cratère à demi écroulé de l'ancien volcan, aujourd'hui éteint et appelé
_Monte di summa_, le même qui a enseveli Pompéi, Herculanum et Stabia
(1). Sur la droite, l'épaisse coulée de lave de la dernière éruption,
celle de 1839. En face de nous, le cône de cendre qui nous reste à
gravir.

      [Note 1: L'an 79 de notre ère. Parti du cap Visene pour aller
      étudier de plus près le phénomène de l'éruption, Pline fut étouffé
      à Herculanum sous les cendres vomies par le volcan. Voir
      l'admirable lettre de Pline le jeune à Tacite, dans laquelle il
      raconte la mort de son oncle, et les détails de la catastrophe.]

«Mon thermomètre indique 19 degrés. On aperçoit de distance en distance
des fumaroles, et on commence à entendre les détonations du volcan.

«Notre marche devient de plus en plus pénible. La cendre superposée par
couches molles et fines constitue un plancher mouvant qui s'affaisse
sous les pas, et dans lequel on peut craindre à chaque instant de rester
embourbé. Nous enfoncions quelquefois jusqu'au-dessus du genou. A mesure
qu'on s'approche de la cime du cône, cette cendre s'échauffe et fume.
J'ai vu le thermomètre, que j'y plongeais, s'élever jusqu'à 55 degrés.

«Enfin, nous voici au sommet du volcan, dont la hauteur totale est de
1,207 mètres. Il est trois heures. Mon oeil plonge dans le cratère. Quel
imposant spectacle!

«Représentez-vous un large gouffre, profond de plus de cent pieds,
irrégulièrement circulaire, d'où s'échappe un nuage de fumée suffocante
et roussâtre. Enveloppé de ténèbres, il s'illumine par intervalle de
jets de lumière, accompagnés d'explosions, qui sont immédiatement
suivies d'une chute de pierres sur des surfaces retentissantes. On
dirait souvent d'un bouquet d'artifices. Ainsi, au fond de l'abîme,
l'éclair a brillé; une fusée s'élance, s'irradie à une certaine hauteur,
retombe verticalement, et ruisselle en filons étincelants sur les
facettes sonores d'une pyramide. La base de cette pyramide repose au
milieu d'une nappe de feu semée de fissures en zigzag, qui reflètent
inégalement la lueur de l'incendie. Cependant le sol que nous foulons
est brûlant. Dans certains endroits, la chaleur est si forte qu'elle
pénétré la chaussure, l'attaque, et oblige de changer de place
fréquemment.

«Ce gouffre, ces vapeurs, l'horreur des ténèbres, ces conflagrations
constituent un panorama dont aucune expression ne pourrait traduire la
terrible harmonie. Aussi le premier sentiment que j'éprouvai fut-il un
sentiment de stupeur mêlée de crainte. J'osais à peine circuler autour
du cratère; je sentais la poussière crépiter sous mes pas, et il me
fallait prendre garde aux inégalités du terrain.

«Le jour paraît. Il éclaire peu à peu l'intérieur du volcan; les objets
se dessinent; les scènes de la nuit s'expliquent et diminuent le
prestige.

«Le cratère a la forme d'un immense entonnoir, dont l'orifice évasé
couronne la crête de la montagne, et se continue insensiblement avec les
parois de l'infundibulum. Des parois aboutissent à un étroite enceinte,
qu'elles circonscrivent.

Au centre est la bouche du cratère. Celle-ci n'occupe pas la partie la
plus déclive de l'excavation, mais au contraire le sommet tronqué d'un
cône qui se dresse comme une île au milieu de la lave, et dont la
formation est facile à comprendre.

«Supposons une surface plane percée d'un trou. Des pierres sortent de ce
trou par jets alternatifs et retombent les unes dans le trou, les autres
autour. Ces dernières, s'entassant graduellement, finissent par figurer
un cône ou pyramide, dont le conduit central se continue avec le trou
d'émission. Vous diriez presque d'un tuyau de cheminée. Telle est, sur
une plus grande échelle, la manière dont se forme et s'accroît la
pyramide du volcan.

«En effet, le sommet de cette pyramide vomit des matières
incandescentes. Des matières retombent les unes perpendiculairement dans
la bombe du cratère, les autres sur son pourtour, d'autres enfin roulent
jusqu'à la base ou bondissent, en se brisant sur les arêtes de la
pyramide. A mesure qu'elles se refroidissent, elles passent par diverses
nuances de coloration, dont on n'apprécie bien la teinte que pendant la
nuit.

«Ces éruptions se succèdent toutes les huit ou dix secondes. Elles sont
précédées d'un murmure profond, et la bouche du volcan paraît embrassée.
Puis on entend une explosion pareille à un coup de pistolet, à un coup
de canon ou même au roulement de la foudre. C'est la lave qui jaillit.
La hauteur du jet dépasse rarement trente ou quarante pieds. Court
moment de silence; puis un pétillement sec, à grains nombreux et gros,
indique que la lave retombe en pluie sur la pyramide.

«La quantité et le volume des matières lancées ainsi par chaque éruption
sont très-variables. Tantôt il n'y a que quelques scories de la grosseur
du poing; d'autres fois, des fragments de roches fondues en nombre
considérable.

«Je ne suis encore qu'à la moitié de mes explorations. Il s'agit
maintenant de descendre dans le cratère.

«Il n'y a pas de chemin tracé. Les parois du cratère me rappelaient
assez ces grandes falaises qui bordent le rivage de certaines côtes,
excepte qu'au lieu d'être taillées à pic, elles représentent un plan
incliné dont la surface est inégalement onduleuse. La pente est trop
rapide pour qu'on puisse, suivre une ligne directe. Je marchais donc en
biaisant, tantôt à droite, tantôt à gauche, revenant souvent sur mes
pas, en un mot obéissant à tous les caprices du terrain. Le guide allait
devant moi, sondant avec son bâton les endroits suspects. On ne peut pas
se traîner sur les genoux, ni se cramponner avec les mains, car le sol
n'est formé que de cendres et de roches brûlantes. Des roches sont de
nature sulfureuse. Elles offrent, suivant leur degré plus ou moins
avancé de combustion, toutes les nuances possibles de couleur, depuis le
jaune safrané jusqu'au jaune paille.

«On rencontre à chaque pas des fumaroles. Ce sont autant de bouches de
vapeur dont les émanations, semblables à celles du soufre qui brûle,
provoquent la toux et oppressent. La température de ces fumaroles est
d'environ 60 degrés. Quand on plonge le thermomètre dans les points d'où
la fumée s'échappe, le mercure monte rapidement jusqu'à 90 et 95 degrés.
Il faut retirer l'instrument, de peur que le tube n'éclate.

«J'arrive ainsi non sans peine, jusqu'au fond du cratère. Il est six
heures. Nous avions mis près de quarante minutes à descendre.

«Pour bien comprendre l'endroit où je pose actuellement le pied, qu'on
se figure un cirque, et au milieu de l'arène une pyramide. Il règne un
espace libre entre la base de la pyramide et les premiers gradins du
cirque. Or, c'est dans cet espace que me voici parvenu. La cheminée, du
cratère représente la pyramide de l'arène, et le pourtour des parois les
gradins du cirque.

«La largeur de cet espace est d'environ trois mètres. Son plancher,
qu'on me pardonne l'expression, est uni et légèrement granuleux comme
l'asphalte d'un trottoir. Et, en effet, ce n'est autre chose qu'une
couche de lave refroidie. Cette lave a la solidité de la dalle.
Frappez-la avec le talon de la chaussure ou l'extrémité ferrée d'un
bâton, vous ne réussirez pas à l'entamer.

«Peut-on circuler autour de la cheminée du cratère? Oui, mais seulement
dans un tiers de sa circonférence, car dans les deux autres tiers la
lave est en pleine ébullition.

«Maintenant que nous nous sommes occupés de ce qui est à nos pieds,
levons les yeux vers la pyramide du cratère (2).

      [Note 2: Il y a quelques années un Français gravit cette pyramide,
      et se précipita volontairement dans la bouche du cratère. Il fut
      rejeté quelques instants après entièrement calciné.]

«Cette pyramide ressemble à un énorme tas de coke, seulement sa couleur
est d'un gris plus foncé. Ce n'est pourtant pas tout à fait celle du
charbon de terre, ni surtout son reflet luisant. Les détritus
volcaniques qui la composent sont entassés grossièrement les uns
au-dessus des autres, de manière à laisser des creux où l'air pénètre.
C'est à cette disposition que la pyramide doit sa sonorité, alors que
les matières lancées par le cratère pleuvait à sa surface.

«Des matières arrivaient quelquefois en roulant jusqu'à nous. On les
évite aisément; car, arrêtées en chemin à tout instant par leur
viscosité, elles laissent derrière elles une traînée de feu qui en
diminue et ralentis la masse. Jamais elles ne sont venues d'emblée de
notre côté. Pour franchir d'un seul bond la pyramide, il eût fallu
qu'elles décrivissent dans l'air une parabole, que leur projection
verticale rendait impossible.

«La lave lancée par le volcan est plus liquide et a une température plus
élevée que celle qui baigne la base de la pyramide. En voici la preuve.

«Je m'étais amusé à détacher du fond des crevasses des fragments de lave
liquéfiée dans lesquels j'enfonçais avec mon bâton de petites pièces en
argent. Je rapprochais ensuite l'orifice du trajet, de manière à n'y
laisser qu'un simple pertuis. La lave, en se refroidissant, acquérait
bientôt la dureté de la pierre. Quant à la pièce, elle restait
emprisonnée sans pouvoir ressortir, puisque son diamètre se trouvait
devenu plus large que celui du trou qui lui avait livré passage.

«Je veux répéter la même expérience sur un morceau de lave que venait de
lancer le cratère. La pièce y pénètre par son propre poids, mais à
l'instant même elle fond, brûle et disparaît. Il me fallut, pour
prévenir la fusion du métal, laisser s'écouler près d'une demi-minute
avant d'introduire d'autres pièces dans la lave.

«Ces deux laves, quand elles sont refroidies, ont la même teinte, la
même consistance, le même poids. J'en ai rapporté plusieurs
échantillons, que j'ai fait examiner par des personnes très-compétentes.
On leur a trouvé une composition parfaitement identique. Elles sont en
très-grande partie formées par du granit fondu, ce qui explique pourquoi
leur pesanteur est si considérable.

«Chaque éruption du volcan faisait vibrer notre plancher, de lave. Au
moment des plus fortes détonations, je sentais des oscillations
véritables. Ces phénomènes étaient produits par l'ébranlement de l'air
et la conductivité du sol.

[Illustration: Maison de l'Ermitage du Vésuve.]

«Il me sembla aussi plusieurs fois, même en l'absence de l'éruption,
entendre une suite de mugissement souterrain. Ayant recouvert de mon
mouchoir un endroit refroidi de la lave, j'y appliquai l'oreille.
D'abord, il me fut impossible de rien distinguer. J'étais comme assourdi
par le frétillement des couches voisines en ébullition. Mais bientôt,
concentrant toute mon attention, j'entendis par intervalle, dans la
profondeur du volcan, une sorte de clapotement humide, de gargouillement
tumultueux, qui indiquait des déplacements de gaz et de matières
liquides.»

[Illustration: Coupe du Cratère du Vésuve.]



Algérie.--Escadron de Dromadaires.

L'excessive mobilité des tribus arabes et la rapidité avec laquelle
leurs cavaliers franchissent de grandes distances ont été jusqu'ici de
sérieux obstacles à l'affermissement de notre domination en Algérie.
Comment, en effet, triompher d'un ennemi presque insaisissable, et
imposer une obéissance durable à des populations fugitives? Dès 1843,
cependant, on avait eu recours, pour les atteindre, à lui expédient
couronné de succès. Un corps expéditionnaire fut organisé sous les
ordres du colonel Jusuf, et composé de quelques escadrons de spahis avec
environ deux mille fantassins montés sur des mulets. Ce corps se mit à
la poursuite des tribus réfugiées dans le petit Désert, où elles se
croyaient à l'abri de nos coups. Il ne tarda pas à les rejoindre, et les
força à rentrer dans le Tell, pour y rester soumises à l'autorité de la
France.

Dans le courant de la même année, un autre essai fut tenté afin de
remplacer les mulets par des dromadaires. Un mulet, en filet, revient en
Afrique à 850 fr.; il coûte 1 fr. 50 c. par jour de nourriture, et ne
peut servir, terme moyen, que dix-huit mois; taudis qu'un dromadaire ne
coûte que 200 fr., vit avec ce qu'il trouve, porte le triple du fardeau
d'un mulet, peut servir vingt ans, parcourt de grands espaces, sans
éprouver les besoins des autres bêtes de somme, et supporte pendant
plusieurs jours les privations de boisson et d'aliments. Sous tous les
rapports, l'usage du dromadaire est donc plus économique et plus
avantageux que celui du mulet.

[Illustration: Bride du Dromadaire.]

Il existe deux variétés de dromadaires; les uns, très-grands, très-gros,
très-forts à la marche pesante, sont destinés exclusivement au transport
des marchandises; les autres, moins grands, de forme moins épaisse,
sveltes et élancés, sont extrêmement agiles et servent spécialement de
monture. Ils sont, à l'égard des premiers, comme des chevaux de selle
auprès des chevaux de trait. Les dromadaires de la grosse espèce portent
des poids énormes et jusqu'à cinq ou six cents kilogrammes. Comme ils
sont très-hauts, ils sont dressés à s'accroupir pour recevoir les
charges énormes que l'on met sur leur dos. Ce sont ceux que l'on a
appelés avec raison les vaisseaux du désert, et qui le traversent avec
les caravanes où on les compte souvent par centaines. Les seconds ne
portent que les hommes; ils sont également dressés à s'accroupir sur les
genoux, lorsqu'on veut les monter; le cavalier se place alors sur une
espèce de bât creusé vers le milieu, et garni à chacun des arçons d'un
morceau de bois arrondi, planté verticalement, qu'il saisit fortement
avec les mains pour se tenir.

Les dromadaires ne sont pas conduits par le mors. Dans les villes, on
leur passe aux narines, partie chez eux fort sensible, un anneau auquel
on attache un bridon. Dans le désert, on se contente de les retenir par
un licou, et on les frappe avec un kourbach (fouet) du côté où on veut
les faire avancer. Leur plus grand mérite est d'avoir un trot allongé et
doux. Leur allure pourtant, très-fatigante pour ceux qui n'y sont pas
accoutumés, produit sur le cavalier l'effet du roulis.

[Manoeuvres de Dromadaires]

Déjà, dans la célèbre expédition d'Égypte, les dromadaires furent
enrégimentés avec succès. Les Arabes bédouins inquiétaient les derrières
de l'armée, venaient jusque dans les faubourgs du Caire commettre des
vols et des assassinats, et parvenaient presque toujours, grâce à la
vitesse supérieure de leurs chevaux, à échapper aux poursuites de la
cavalerie française. Le général Bonaparte, voulant mettre un terme à ces
incursions, ordonna, par un arrêté du 9 janvier 1799, la formation d'un
régiment de dromadaires, composé de deux escadrons à quatre compagnies
de soixante hommes. Chaque dromadaire portait des vivres et de l'eau
pour cinq ou six jours; il était monté par deux hommes places dos à dos
et armés d'un fusil de dragon avec baïonnette et d'un sabre de hussard.
Les officiers avaient des pistolets, et ils étaient munis de boussoles
pour se diriger dans le désert. L'uniforme, dessiné par Kléber dans le
goût oriental, était très-brillant. Lorsque, dans les engagements qui
avaient lieu autour du Caire, une tribu arabe était parvenue à échapper
à la cavalerie européenne, on dirigeait sur ses traces un détachement du
corps des dromadaires, et il était rare qu'il ne parvint pas à
l'atteindre. Les chameaux fléchissant alors le genou, les cavaliers
descendaient avec leurs armes, entravaient leurs moulures, les
pelotonnaient toutes ensemble, en laissant au milieu un espace vide
pour placer quelques hommes chargés de les défendre; puis le reste,
manoeuvrant en dehors de ce groupe, engageait l'action avec les Arabes,
déjà découragés par cette attaque inattendue, et ne tardant pas à les
vaincre.

Au mois d'août 1843, M. le chef de bataillon Carluccia, du 33e de ligne,
a obtenu, sur sa demande, du gouverneur-général, l'autorisation
d'organiser à la Maison-Carrée un escadron de cent dromadaires, avec
deux ceins hommes d'élite du 33e de ligne et du 6e bataillon de
chasseurs d'Orléans. Il y a ainsi deux hommes pour un dromadaire: un
seul monte, un autre conduit; ils se relayent à chaque halte; tous deux
peuvent monter au besoin. C'est sur l'arriére du bât que le cavalier est
assis; le devant est occupé par les deux sacs des soldats, par deux
outres contenant de quatre à cinq litres d'eau chaque, ainsi que par un
grand sac en toile renfermant pour un mois de vivres des deux soldats en
biscuit, sel, sucre, café et riz.

Le bât se maintient au moyen d'une corde fortement sanglée. A
l'extrémité d'une des traverses du bât, à laquelle s'attachent les
bagages ci-dessus mentionnés, vient s'enrouler une double corde que
traversent deux étriers en bois. Le cavalier est, de cette manière,
libre de mettre ses pieds à la position qui lui convient le mieux, et de
se servir des étriers pour monter et descendre.

Le licol est à la fois simple et ingénieux. Au moyen de deux anneaux
fixés en dessus et en dessous du museau, on fait passer en sens
contraire une double corde attachée à l'anneau supérieur. A l'aide de
ces brides, on maîtrise le dromadaire le plus méchant et le plus rétif.

Le soldat monte habituellement sur le dromadaire en faisant agenouiller
sa monture et en lui mettant le pied sur une des jambes de devant; pour
descendre, il passe les deux jambes du même côté, et se laisse glisser
au commandement _à terre!_

Le dimanche 28 janvier 1811, le maréchal gouverneur-général passait en
revue la gendarmerie, l'artillerie et le génie sur le champ de
manoeuvres de Mustapha, près d'Alger, quand tout à coup des cris
sauvages se firent entendre. Aussitôt on vit déboucher par le chemin de
la Maison-Carrée, en une masse noire et compacte, un groupe de cavaliers
d'une espèce toute nouvelle, élevant dans les airs, du haut de leurs
montures africaines, leurs fusils reluisant au soleil; c'était
l'escadron de dromadaires. La première vue de cette cavalerie provoqua
un mouvement d'hilarité, que le gouverneur-général réprima en s'écriant:
«Ne riez pas; la chose est plus sérieuse que vous ne pensez.» En effet,
l'escadron de dromadaires exécuta sur-le-champ diverses manoeuvres avec
une extrême précision, marchant tantôt en colonne, tantôt en bataille,
se formant sur la droite, sur la gauche et en avant en bataille, tantôt
au pas, tantôt au trot. Bientôt, à un commandement, les hommes sautèrent
lestement à terre et se portèrent en avant, exécutant des feux de
tirailleurs, tandis qu'un quart d'entre, eux suivaient le mouvement
offensif, chaque homme conduisant quatre dromadaires par les rênes.

La promptitude de toutes ces évolutions, la facilité avec laquelle nos
braves et intelligents fantassins ont appris à manier leurs dromadaires,
ont vivement frappé toute l'assistance. Aux plaisanteries a succédé
l'admiration, et chacun a compris tout l'avantage qu'il sera possible de
retirer de cette institution. Grâce aux escadrons de dromadaires, aucune
population arabe ne saurait plus désormais trouver dans l'émigration un
asile où elles soient assurées d'échapper à l'atteinte de nos colonnes
expéditionnaires.



Paris souterrain.

[Illustration: Une rue souterraine de Paris.]

I.

Du temps de nos bons aïeux, lorsqu'on croyait encore aux esprits,--car
nous sommes aujourd'hui trop raisonnables pour y croire,--on avait
divisé notre momie en trois parties habitées par des êtres de nature
diverse. L'air et les nuées étaient le domaine des sylphes, esprits
légers, toujours beaux, toujours jeunes, nés pour la poésie et le
plaisir, habitant des palais brillants formés de nuages dorés par le
soleil, étincelants comme l'arc-en-ciel.--Au-dessous d'eux, à la surface
de la terre, c'était la race humaine, notre domaine à nous, tel que nous
l'habitons.--et puis, au-dessous encore, dans les entrailles de la
terre, se trouvait un troisième monde, celui des gnomes, esprits
souterrains, relégués au dernier degré de l'univers. Ceux-ci, on le
conçoit, étaient encore moins connus. Des hommes doués de bons yeux, et
surtout d'une bonne dose de crédulité, pouvaient bien avoir entrevu, par
intervalles, dans les nuages, les palais fantastiques et les armées
légères des sylphes rangées en bataille dans le ciel; de graves
historiens en rapportent mille témoignages. Mais nul regard, si
complaisant qu'il fût, ne pouvait percer jusqu'aux cavernes
inaccessibles des gnomes. L'imagination, qui ne fait jamais défaut, y
suppléait; tantôt, selon le caprice du rêveur, on peignait ces pauvres
gnomes comme des démons malfaisants, difformes, rabougris, accaparant
les trésors de la terre, et les enfouissant avec eux par une insatiable
avarice; tantôt, au contraire, on trouve des palais d'or, de pierres
précieuses, qui s'ouvrent dans les longues galeries souterraines à la
lueur étincelante des escarboucles et des ruisseaux de phosphore; pays
merveilleux où règnent des esprits irrésistibles, vifs et séduisants,
mais capricieux et fugitifs comme ces feux errants qui scintillent dans
l'obscurité des cavernes.

Sans doute nos lecteurs ne sont pas sans avoir entendu quelquefois, et
même avec plaisir, ces récits fantastiques. Eh bien! sans rouvrir les
vieux contes de la _Bibliothèque bleue_, ou les graves entretiens du
comte de Gabalis sur les êtres élémentaires, nous allons faire aussi des
histoires de l'autre monde. Nous allons décrire des régions
souterraines; nous allons nous promener à vingt pieds, à cent pieds, à
cent cinquante pieds sous terre, avec les habitants de ces domaines,
dans le royaume des gnomes et des farfadets; tout cela, sans dire autre
chose que ce qui est, que ce que nous avons vu et touché,--et sans
sortir, qui plus est, de l'enceinte de Paris et de sa banlieue.

Nous allons conduire nos lecteurs dans le Paris souterrain. Nous leur
ferons faire, j'en suis presque certain, d'inévitables découvertes dans
ce monde nouveau et presque inconnu. Cela ne doit pas surprendre, car la
superficie du pavé de Paris est souvent assez boueuse pour qu'on ne soit
guère tenté de regarder dessous. Cependant, à chaque pas, de nombreux
témoignages viennent révéler l'existence de cette seconde ville enfouie
sous les pieds de la première. Chacun a sans doute remarqué ces épaisses
et larges plaques de fonte ciselée, éparpillées çà et là au milieu des
chaussées, tremblant et résonnant sous les roues des voitures; ce sont
les portes et les fenêtres des rues souterraines. Il n'est personne qui
n'ait rencontré, de temps en temps, un escadron de ces hommes armés
d'échelles, de cordes, de râteaux, et chaussés de ces redoutables bottes
qui broient le pavé; ou bien encore, ceux que l'on entend et que l'on
voit le soir, courant sur les trottoirs, fouillant à l'angle des murs et
des soupiraux, et faisant retentir par intervalles, d'un son stridont et
cadencé, la barre de fer poli dont ils sont armés?--Ce sont les
habitants, ou les ambassadeurs de la ville invisible que vous foulez aux
pieds.

On a décrit, on a peint souvent avec talent l'aspect du Paris à vol
d'oiseau; nous allons faire le contraire, et donner l'aspect de Paris à
course de taupe. Au lieu de nous élever, nous descendrons; au lieu de
voir Paris au-dessus des toits, nous le verrons au-dessous des caves. Ce
sera peut-être moins facile, moins lumineux; mais ce sera peut-être
aussi intéressant, et sans doute ce sera plus neuf.

Avant de nous engager dans les détails de ce voyage, prenons d'abord une
idée générale du pays; et, en voyageurs érudits, prenons-en la
configuration générale, la disposition et les limites.

De même que ces villes édifiées au pied des volcans et construites sur
d'autres villes enfouies qui leur servent de base, le Paris souterrain
compte plusieurs étages de régions souterraines, superposées les unes
aux autres et descendant ainsi de degré en degré depuis la surface du
pavé jusqu'à d'immenses profondeurs. Chaque étage caverneux, bien
distinct de celui qui le précède et de celui qui s'enfonce au-dessous de
lui, a sa physionomie particulière et ses habitants qui lui
appartiennent. Aussi, pour procéder par ordre, nous commencerons notre
voyage par la région la plus.--rapprochée de nous pour descendre ensuite
de plus en plus. Et, placé d'abord en simple piéton sur le pavé de la
rue, nous allons, tout à coup, changer de place, et, glissant plus bas,
regarder dessous...--Voici le premier étage de Paris souterrain.--Que
vous en semble?

Depuis quelque temps on a beaucoup parlé de travaux d'assainissement, de
distribution d'eau, d'éclairage public; et on sait bien vaguement que
toutes ces dispositions exigent des constructions souterraines. Mais,
malgré tout ce qu'on peut avoir su et entendu, sans doute on ne se
figure pas ce dédale de cavernes obscure, ce tissu croisé et recroisé de
tuyaux, de conduites enchevêtrées les unes dans les autres, et les unes
sur les autres; il est facile de comprendre à cet aspect tout ce
qu'exige de combinaisons et de travaux le placement, l'entretien et le
renouvellement d'un semblable appareil.

Il faut penser qu'il existe sous le sol de Paris environ cent vingt
kilomètres d'égouts, qui représentent par conséquent trente lieues de
rues souterraines, et environ autant de lieues de conduites d'eau. Quant
aux conduites de gaz, elles sont encore bien plus étendues. Nous ne
comptons pas, en outre, tous les embranchements particuliers qui coupent
les conduites maîtresses pour distribuer droite et à gauche l'eau et le
gaz dans les maisons ou sur la voie publique.

Nous avons cherché à présenter dans cet aspect du sol de la rue un
aperçu des principales dispositions adoptées pour l'agencement et le
service de ces conduites. En voici rapidement l'indication et
l'explication.

A est la coupe d'un égout. Les balayeurs-égoutiers y descendent à l'aide
d'une échelle par le tampon de regard B.--C'est une bouche sous
trottoir, qui absorbe les eaux du ruisseau; et D est un tuyau de chute,
par lequel les eaux ménagères et pluviales de la maison voisine tombent
directement dans l'égout. L'administration accorde en effet aux
propriétaires qui le demandent, l'autorisation de se débarrasser ainsi
de leurs eaux, moyennant l'apposition de grilles convenablement
établies, et certaines dispositions qu'exigent la prudence et la sûreté
publique.--De distance en distance, des trappes de regard sont ouvertes
sous la voûte de l'égout, afin de pouvoir en opérer la ventilation au
besoin, et y faire parvenir les ouvriers.

C'est la conduite d'eau qui dessert la rue à main droite; au point F
elle porte une concession particulière servie au moyen d'une bourbe à
clef, dont la manoeuvre peut avoir lieu à travers le madrier perforé G,
à l'affleurement du pavé. Cette conduite d'embranchement E a sa prise
d'eau sur la conduite maîtresse H, qui dessert la rue à main gauche et
fournit la borne-fontaine I; comme elle est placée au niveau de l'égout,
elle rencontre sur sa route les reins de la voûte, et la traverse sur
une espèce de chevalet en fonte qui la soutient dans ce passage.

La prise d'eau d'embranchement a lieu dans le regard par un double
système, de manière à pouvoir arrêter l'eau de la maîtresse conduite en
amont ou en aval sans arrêter le service de l'embranchement. Le regard
en maçonnerie y est ainsi établi, afin que les agents des eaux de Paris
puissent faire la manoeuvre des robinets d'écoulement et d'arrêt.

Les conduites E et H ont été posées dans de simples tranchées, et ne
sont à découvert que dans le regard. Il n'en est pas de même de celles
qui sont figurées aux lettres K. L. Celles-ci sont posées sur
encorbellement dans des galeries. Ce système, qui permet de s'assurer à
chaque instant de l'état des conduites, et de les réparer sans
intercepter la circulation et remuer le pavage, peut être adopté pour
les conduites d'eau. Mais cette méthode ne pourrait être employée pour
les tuyaux de gaz, à cause des dangers qui en résulteraient.

Notre, gravure représente la mise en communication de deux conduites, de
diamètre différent par le tuyau circulaire M, garni de ses robinets
d'écoulement et de vanne.

Nous n'entrerons pas dans les détails explicatifs sur la forme et la
manoeuvre de ces robinets; ils seraient longs et exigeraient des
développements techniques qui n'intéresseraient qu'un petit nombre de
nos lecteurs. Nous dirons seulement que cette mise en communication des
tuyaux a lieu pour remédier aux irrégularités du service. On tient ainsi
les conduites en charge l'une par l'autre, on supplée au besoin aux eaux
de l'Ourcq, lorsqu'elles font défaut, par les eaux de la Seine, et
réciproquement. Lors d'un accident, la seule manoeuvre d'un robinet
suffit pour procurer l'eau à tout un quartier, que sans cela pourrait en
rester privé fort longtemps.

Après les conduites d'eau viennent les conduites de gaz. Les tuyaux N.
O. desservent la rue à droite, et les tuyaux P. R. la rue à gauche. Dans
les rues dont la largeur est assez considérable, et qui surtout sont
divisées dans le milieu par un égout, il est d'usage de placer une
conduite de gaz de chaque côté, afin d'éviter les inconvénients qui
résulteraient pour les branchements particuliers des deux côtés de la
rue, s'il fallait à chaque fois traverser toute la largeur de la
chaussée et la maçonnerie de l'égout. Notre gravure ne présente donc que
les conduites nécessaires; les petits tuyaux S sont ceux qui desservent
la borne-fontaine, l'éclairage public, et quelques concessions
particulières d'eau, de gaz, etc.

Quelquefois le nombre de ces tuyaux est plus considérable. La grosseur
en varie aussi beaucoup, il y en a dont l'énorme diamètre est de 0,50 à
0,60 c. sont de véritables tonneaux; la maîtresse conduite des eaux de
Chaillot est de ce nombre. D'autres, au contraire, n'ont que 0,08 c. Les
petits tuyaux en plomb sont aussi exigus qu'on le désire.

Les égouts varient également de largeur; ils sont de petite ou de grande
section, pour se servir du terme administratif, selon l'importance et la
longueur de leur parcours, selon le volume des eaux qu'ils sont appelés
à recevoir. Les égouts-galeries sont ceux qui reçoivent en outre une
conduite supportée par encorbellement.

Voilà donc l'aperçu rapide de ce que l'on trouve sous le pavé, de ce qui
constitue le premier étage de Paris souterrain. Quant au peuple qui
anime et gouverne cette cité suburbaine, sans doute il vaut mieux
n'avoir pas de fréquents rapports avec ses râteaux mal odorants, ses
lampes fumeuses et ses grosses bottes; mais cette existence d'un travail
pénible et rebutant mérite bien aussi quelque intérêt. Passer les jours
entiers dans ces étroites et humides cavernes, sans lumière, sans
soleil, et sans autre air que les émanations fétides des immondices,
gagner sa vie à remuer la fange produite par un million d'individus qui
s'agitent sur leurs tête, certes le salaire de ceux qui se dévouent à
une semblable profession est rudement gagné. D'ailleurs cette existence,
triste toujours, n'est souvent pas sans péril. Ces dédales obscurs ont
vu de sanglantes catastrophes, de terribles agonies, et la funeste
histoire de la galerie des Martyrs n'est pas la seule que les égouts de
Paris aient à déplorer.

Pour achever cette rapide description du premier plan de la ville
souterraine, nous devons dire qu'elle possède deux fleuves: l'un au
nord, sur la rive droite; l'autre, au sud, sur la rive gauche de la
Seine.--Le premier, que l'on appelle l'aqueduc de ceinture, est une
large galerie voûtée qui reçoit les eaux du canal à la Vilette, et les
mène jusqu'au faubourg du Roule. C'est une rivière claire, limpide et
tranquille.--L'autre..., hélas! elle fut jadis célèbre, et, non contente
de traverser la grande cité aux rayons du soleil, elle la menaçait sans
cesse de sa puissance et de ses colériques débordements. En 1579, la
nuit du 1er avril, elle inonda Paris, et ses eaux montèrent jusqu'au
deuxième étage des maisons. O gloire! ô vanité des puissances déchues!
depuis, la Bièvre n'a menacé que d'empester, par l'infection de sa vase,
les quartiers qu'elle inondait autrefois. On l'a emprisonnée, murée,
voûtée..., et elle n'est plus qu'un égout obscur!

Mais ce premier étage souterrain est bien près encore de la surface. En
suivant les conduites, en traversant les galeries, nous avons pu heurter
le sol des caves, et mettre la tête aux soupiraux pour demander et
recevoir des nouvelles du monde supérieur. Toutefois, en descendant plus
bas par intervalles, nous avons pu ouïr quelques bruits étranges,
quelques signes précurseurs de demeures plus profondes encore. Nous
avons pu voir que quelques-unes de ces trappes, mystérieuses ouvertures
placées à la superficie du pavé comme les fenêtres de ces habitations
obscures, ne s'étaient pas ouvertes à notre approche. Elles
appartiennent à nue autre cité enfouie. C'est de ce côté que nous allons
diriger notre voyage.

_(La suite à un prochain numéro.)_



                           Don Graviel l'Alférez.

                            FANTAISIE MARITIME.

(Suite.--Voir page 39.)

II.

La veille de Noël, tous les officiers de la frégate voulurent aller
passer la nuit à terre, car, après la messe, le gouverneur devait donner
à toutes les autorités civiles et militaires un réveillon suivi d'un
grand bal, qui se prolongerait jusqu'au jour. Don Graviel et son ami
Fernando se chargèrent seuls du service à bord de _la Santa-Fé_.

Vers minuit, toutes les cloches de la ville commencèrent à carillonner à
qui mieux mieux; les rues, sillonnées par des milliers de torches,
semblaient embrasées; l'obscurité n'en était que plus épaisse dans la
baie de la Havane. Les trois chefs de complot se tenaient à l'arrière de
la frégate.

«Les armes sont-elles dans la chaloupe? demanda don Graviel au
contre-maître Brombollio.

--Oui, capitaine.

--Eh bien! fais embarquer tous nos gens sans bruit; combien sont-ils en
tout?

--Cinquante; je n'ai pas pu en prendre un de moins, tous des amis, des
matelots achevés, des enragés premier choix.

--C'est dix de trop; mais allons toujours.»

Don Graviel avait eu soin d'expédier tous les canots en corvée pour la
nuit entière; il ne restait plus que la chaloupe et une légère yole
réservées aux déserteurs. Fernando et quarante marins, armés jusqu'aux
dents, partirent avec la première; elle déborda mystérieusement, longea
les quais non sans motif, et se perdit ensuite au milieu des bâtiments
de commerce. La yole fut montée par don Graviel, maître Brombollio et
les dix plus robustes matelots. Un poignard en ceinture, un pistolet
caché sous leurs vêtements, des biscaïens estropés au bout de longs
bâtons en manière de fléaux, tel était l'équipement de la bande d'élite.
Ils abandonnèrent la frégate à la garde de Dieu et sans canots. Puis ils
nagèrent droit au rivage, où l'on accosta dans un étroit canal situé
entre deux hautes tes maisons. La petite embarcation, cachée par
l'obscurité la plus profonde touchait cependant le bord; deux hommes y
restèrent; en cas de malheur, ils avaient ordre de s'enfuir, et de
prévenir au plus vite leurs camarades de la chaloupe.

--Eh bien! Brombollio, le dé est en l'air, disait l'enseigne.

--La peste étouffe les filles! répondit le maître; cette terre me brûle
les pieds!»

L'église n'était pas éloignée; les marins y pénétrèrent à la suite de don
Graviel, travesti en matelot; ils se confondirent dans la foule sans
perdre leur officier de vue.

Du côté des femmes, Dona Juana occupait la place d'honneur. Dans le
choeur étaient groupés don Antonio Barzon, ses aides de camp, le
commandant de _la Santa-Fé_, les officiers de la rade, ceux de la
garnison, l'intendant colonial et tous les dignitaires de la cité.

«Par quelle porte sortira-t-elle?» se demandait don Graviel avec anxiété,
tandis que maître Brombollio continuait à maugréer tout bas contre les
filles et les amoureux.

Dona Juana priait dévotement; et, certes, les gais propos du dernier bal
étaient loin de sa mémoire.

Si elle eut une distraction, ce fut quand elle remarqua, bien malgré
elle, que don Graviel n'était pas venu à la messe avec son commandant;
elle ne conclut qu'il était de service à bord. La fête de la
_Media-noche_ devait suivre l'office, elle regretta peut-être l'absence
du téméraire alférez; mais, hâtons-nous d'ajouter que ces pensées
mondaines n'effleurèrent qu'à peine l'esprit de la jeune fille; encore
se les reprocha-t-elle en faisant son examen de conscience.

Enfin, la foule s'écoula lentement; don Antonio Barzon sortit du choeur,
s'avança vers sa fille, lui offrit le bras et se dirigea vers la porte
latérale. Un carrosse attendait dehors. Les officiers se pressaient en
foule à la suite du gouverneur; l'issue allait être obstruée. Don
Graviel fit un signe, s'ouvrit passage de vive force à travers les
autorités galonnées, et fut imité par ses compagnons. Une certaine
confusion s'ensuivit. Les dignitaires coloniaux s'indignaient de
l'insolence des rustres qui les coudoyaient, mais les rustres gagnaient
du terrain.

Déjà le marquis de las Hermaduras présentait la main à sa fille pour la
faire, monter en voiture quand le bouillant alférez le poussa rudement
en arriéré, enleva Juana à bras le corps, et se prit à courir en criant
«Noël!» C'était le mot de ralliement.

«Au secours! aux armes! soldats et citoyens, à moi!» hurlait avec fureur
don Antonio Barzon. Les officiers tirèrent leurs épées, la garde du
gouverneur croisa la baïonnette.

«Noël! Noël! en avant les biscaïens!» répondirent les matelots.

Brombollio et ses huit camarades couvraient la retraite de l'enseigne,
le terrible moulinet de leurs fléaux enferrés tenait en respect la
multitude effrayée. Dona Juana, éperdue, se débattait inutilement entre
les bras de son ravisseur, qui la déposa bientôt dans la yole, s'y jeta
ainsi que ses gens, et poussa au large.

Tout cela dura moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.

Mille clameurs partaient du rivage, où régnait un désordre inexprimable.
Cent torches éclairèrent bientôt l'étroite ruelle par laquelle les
marins s'étaient enfuis; les soldats avaient chargé leurs armes, mais
comment tirer? on aurait pu blesser la fille du gouverneur. La yole
d'ailleurs filait plus vite qu'un trait, elle ne tarda pas à s'effacer
dans l'ombre.

«Des canots! des canots! mort de ma vie! ou je vous fais tous pendre à
l'instant! Des canots! sang et tonnerre!» répétait d'une voix
étourdissante l'illustrissime don Antonio Barzon.

Les officiers de marine, ceux de _la Santa-Fé_ entre autres,
parcouraient les quais en cherchant des canots partout: mais la
chaloupe, en passant, avait entraîné les uns, engravé les autres, jeté
les avivons à la mer, démonté les gouvernails; et grâce aux précautions
de don Graviel, la frégate, à qui l'on fit en vain des signaux de nuit,
ne put expédier le moindre batelet à terre.

Pendant que le gouverneur et tous les siens se trouvaient ainsi cloués
au rivage, la yole rejoignait la chaloupe entre deux pontons abandonnés,
lieu convenu de rendez-vous.

On doit rendre cette justice à l'entreprenant alférez, que son plan
était habilement combiné. L'amour, par exception à l'adage du fabuliste,
n'a point exclu toute prudence, bien que maître Brombollio, qui murmure,
soit loin de partager notre opinion.

Dona Juana, effrayée, n'avait pas encore reconnu son audacieux
adorateur, qui crut devoir laisser au contre-maître le soin de la
réduire au silence. La mantille de soie de la jeune fille fut galamment
convertie en bâillon: un petit mal pour un grand bien; don Graviel avait
permis cette violence assez peu chevaleresque. Du reste, il gouvernait
et n'ouvrit la bouche que quand il s'agit de donner le mot de passe à
son complice Fernando, et même eut-il la précaution de contrefaire sa
voix. Puis les deux embarcations voguèrent de conserve; les aventuriers
visitèrent leurs amorces de pistolet, et l'on se dirigea, toujours à la
muette, vers le _Caprichoso_ dont on connaît suffisamment la physionomie
extérieure, mais sur lequel de nouveaux détails deviennent nécessaires.

_Le Caprichoso_ n'était pas navire de guerre; seulement, il portait sur
pivot une longue pièce de 24 en bronze; par son travers grimaçaient dans
la ligne rouge une dizaine de canons en fonte d'un moindre calibre: de
distance en distance, à l'arrière, à l'avant, jusque dans la hune,
s'épanouissaient, comme les fleurs dorées d'un parterre, bon nombre
d'espingoles et de petters de deux à six livres de balles. Le tout était
merveilleusement fourbi et reluisait de la façon la plus appétissante.

_Le Caprichoso_ n'était pas non plus un navire marchand; seulement, il
était en rapports suivis, avec les gros négociants de la Havane, on
l'avait vu livrer commercialement superbes cargaisons de nègres qui,
disait-on, n'avaient pas dû lui coûter cher. On assurait que son
excellence don Antonio Barzon s'intéressait paternellement aux
opérations de cet estimable spéculateur, dont quarante gaillards de
mauvaise mine composaient l'équipage. Un certain Bertuzzi, assez mal
famé dans ta colonie, quoique fort bien reçu chez le gouverneur, le
commandait.

«Ho! de la chaloupe!» héla d'une voix éclatante un homme qui se dressa
sur le couronnement; et pourquoi ne dirions-nous pas tout de suite que
cet homme était simplement le capitaine Bertuzzi?

«Ronde d'officier!» répondit militairement Fernando en longeant le
brick-goélette illuminé de bout en bout, car les négriers aussi
faisaient réveillon. Ils buvaient, dansaient, hurlaient et riaient aux
éclats. Le talia coulait à flots, et le poète de la bande,--où n'y
a-t-il point un poète?--improvisait une chanson de circonstance sur la
capture de quelques traitants dont on avait, le mois dernier, pris les
noirs et brûlé les navires.

A la réponse rassurante du garde-marine, le capitaine Bertuzzi se
recoucha nonchalamment à plat-pont. Tout en fumant le cigare, et
attendait, le digne homme, que ses jurons en fussent aux coups de
couteau pour mettre le holà et les envoyer dans leurs hamacs. Mais, il
n'avait pas eu le temps de fumer trois bouffées, que son bord fut tout à
coup envahi par les cinquante déserteurs de _la Santa-Fé_, et que lui
personnellement se trouvait aux prises avec quatre vigoureux matelots
dont le dogmatique Fernando dirigeait les mouvements.

«Capitaine Bertuzzi, pas de colère, je vous en prie, disait posément le
garde-marine; voyez, ce pistolet, si vous faites le méchant, il vous
cassera la tête.»

Pris au piège où tant de fois il avait fait tomber ses confrères, le
négrier-pirate fut artistement garrotté, bâillonné et déposé dans la
chaloupe. Inutile d'ajouter que les marins de la frégate n'avaient pas
laissé à ceux du brick le temps de courir aux armes. Leurs arguments,
aussi simples que celui de Fernando, eurent un égal succès. Sur ces
entrefaites, par les soins de don Graviel, dona Juana, qui maintenant
pleurait à chaudes larmes, avait été enfermée dans la cabine du
capitaine; enfin, lorsqu'une bonne moitié des négriers eurent été
rangés, pieds et poings liés, à côté du capitaine Bertuzzi, l'enseigne,
dépouillant sa cape de matelot, fit briller son uniforme et s'adressa
aux autres en ces termes:

«Gens du _Caprichoso_». nous sommes les plus forts et les plus nombreux;
le premier de vous qui témoignera le moindre mécontentement sera jeté à
la mer avec un boulet aux pieds. Soyez donc sages et mignons comme des
brebis. Secondement, si l'un de vous s'avise de toucher une arme, sans
ma permission, il aura le droit d'être immédiatement hissé au bout de la
grand'vergue. D'ailleurs, vous faisiez la course avec Bertuzzi, vous la
ferez avec moi, voilà toute la différence. _Range à larguer les voiles!_

--Bien parlé!» dit maître Brombollio en disposant son monde pour
l'appareillage.

La chaloupe, pleine des hommes dont les capteurs avaient jugé prudent de
se débarrasser, fut abandonnée en dérive, sans avirons. On leva l'ancre,
on établit les voiles, et à l'aide d'une légère bris on navigua sur
l'entrée du port.

Durant ces diverses opérations, l'alarme allait croissant dans la ville,
l'on y battait la générale, la garnison prenait les armes, le gouverneur
avait enfin des canots à ses ordres, les officiers de terre et de mer se
multipliaient, les forts se mettaient sur la défensive, des coups de
canon de signaux retentissaient sur l'une et l'autre rive du port.

«Maudite donzelle! murmurait maître Brombollio. Sans elle pourtant
personne ne se douterait de rien, nous filerions notre petit noeud au
large, et, au point du jour, on pourrait nous courir après.

--Ne me parlez pas des femmes!» répétait dogmatiquement Fernando
Ribalosa.

Don Graviel était trop occupé de la manoeuvre pour descendre dans la
cabine où l'infortunée Juanita ne cessait de se lamenter, toujours sans
rien comprendre de ce qui lui arrivait. L'entrevue promettait d'être
délicate; elle exigeait du calme, du sang-froid, du temps surtout. D'un
autre côté, la brise de terre mollissait. Le canon de la frégate se fit
entendre à son tour, preuve certaine que le commandant de _la Santa-Fé_
soit enfin parvenu à rejoindre son bord. La position devenait critique.

«Il serait dommage de manquer l'affaire après avoir si bien commencé,
murmura l'enseigne.

--D'autant plus que nous serions inévitablement mis au croc, répondit
maître Brombollio.

--Comme des goujons au bout d'une ligne, ajouta le garde-marine.

--Armez les avirons de galère, mes petits coeurs! commanda don Graviel,
et si vous tenez à votre peau, nagez, ventre bleu! nagez, les caïmans,
enlevez-moi çà connue des tigres!»

Le brick-goélette ne tarda pas à glisser sur la mer unie, à l'aide de
ses longues rames.

Fernando, sans perdre de temps, faisait charger à double projectile,
boulet et mitraille, toutes les pièces d'artillerie du _Caprichoso_. Les
négriers, voyant qu'on ne leur faisait aucun mal, se prêtèrent à tout de
fort bonne grâce.

Cependant les embrasures du fort du Morro, sous lequel il faut
nécessairement passer pour sortir, s'illuminaient peu à peu. On voyait
les canonniers apprêter leurs pièces; les murailles du fort de la Puota,
qui défend également l'entrée du port, se garnissaient aussi de soldats.
La frégate _la Santa-Fé_ sembla faire des mouvements: les déserteurs
crurent reconnaître le son de ses trompettes appelant l'équipage aux
postes de combat; bientôt après elle largua ses voiles. Tous les
bâtiments légers de la station, canonnières, goélettes, pataches,
tartanes, se mettaient en route. Les commandements marins résonnaient
d'un bout à l'autre du port, et, chose plus douloureuse encore, le bruit
cadencé des avirons de la flottille de chasse devenait plus distinct de
minute en minute. On avait, à bâbord, le fort du Morro; à tribord,
devant et derrière, des ennemis flottants.

«Oh! les femmes, les filles, les mantilles, les basquines et les jupons
de malheur! je les voudrais à tous les cinq cent mille diables. Race de
femelles damnées! perdition des hommes! engeance maudite! répétait à
chaque coup de rame maître Brombollio, qui donnait l'exemple de nager
vigoureusement. Il mêlait à ses malédictions des encouragements non
moins énergiques. «Nagez donc, les agneaux! disait-il; souquez! hardi!
ferme, mille millions de tonnerres! ne dormons pas. Voilà une satanée
canonnière qui veut nous couper la route!»

Fernando, sa longue-vue de nuit en main, examinait la baie, et toussait
à intervalles égaux; c'était sa méthode pour témoigner de l'inquiétude.
Le grave garde-marine s'était spécialement chargé de la pièce à pivot,
qu'il pointait sur la canonnière la plus rapprochée.

Quant à don Graviel, il commençait à craindre de perdre la partie.

G. DE LA LANDELLE.

_(La suite à un prochain numéro.)_



Courrier de Paris.

La semaine n'a produit que des oeuvres dramatiques médiocrement
récréatives, et qui méritent à peine une rapide mention; _le Vieux
Consul_ aurait mieux fait, par exemple, d'attendre le carême; il est
d'un intérêt assez maigre pour qu'on regrette qu'il n'ait point patienté
jusqu'à cette époque si conforme à son tempérament. Ce vieux consul
n'est rien moins que Marius le proscripteur; or, je vous demande si les
proscriptions conviennent à la saison des bals masqués; quelques beaux
vers, une ou deux scènes énergiques, ont pu difficilement préserver
Marius du péril résultant de son apparition en plein carnaval; il a eu
affaire à un parterre d'étudiants encore tout émus du galop de la veille
et qui riaient aux éclats et jouaient, peu s'en faut, des scènes de
débardeurs aux moments les plus pathétiques; pour rien au monde, nos
étourdis ne voulaient de tragédie ce jour-là. Le mercredi des cendres,
le _Marius_ de M. Ponroy aurait peut-être monté aux nues! Il n'y a rien
de tel que de choisir son temps: arriver à propos est un grand art.

Vous parlerai-je des vaudevilles venus au monde à la même époque,
pauvres créatures chétives, qui n'ont ni jeunesse ni gaieté et sont
peut-être déjà mortes, pour la plupart, au moment où je parle; _les
Oppressions de voyage_ enterrées en une soirée, sous les sifflets; _les
Comédiens ambulants_ reproduisant pour la centième fois, sans beaucoup
d'adresse ni d'esprit, le roman comique de Scarron; _le Nouveau
Rodolphe_, parodie des _Mystères de Paris_, que le parterre a sifflé
sans mystère? Non, vraiment, je n'abuserai ni de mon temps ni du vôtre
pour vous entretenir de ces fadaises; un seul vaudeville a survécu à
cette mortalité universelle: c'est _le Major Cravachon_. Ce brave major
ne manque ni de franchise ni de gaieté, il a servi sous Napoléon; on
s'en aperçoit à son ton vainqueur et à ses redoutables moustaches; et,
bien qu'il ait déposé son glaive, Cravachon n'en a pas moins l'humeur
terriblement belliqueuse; si vous n'avez pas pourfendu au moins trois ou
quatre chrétiens, vous n'êtes pas son homme; imaginez, d'après cet
échantillon, ce que Cravachon exigerait de celui qui s'aviserait
d'aspirer à l'honneur d'être son gendre; à moins d'être un foudre de
guerre, ne vous y frottez pas; or, les Césars et les Cravachons sont
rares, et notre vaillant major en est réduit à éconduire, l'un après
l'autre, une quantité de soupirants qui prétendent à la main de sa
fille. Quoi donc? faudra-t-il que la pauvre petite sèche et dessèche
dans les ennuis du célibat? Ne trouverons-nous pas, à la fin, un
fier-à-bras pour conclure ses noces? Cravachon commence à désespérer; le
monde n'est plus rempli que de lièvres, pense-t-il; enfin, un lion lui
arrive; celui-là a le poignet fort, le coeur vaillant, le jarret
intrépide; il donne à Cravachon un grand coup d'épée pour premier
certificat. Cravachon ne se sent pas d'aise, lui tend les bras, le
caresse, l'embrasse et lui dit; «Touchez là, vous avez ma fille!»--Cette
recette pour le mariage n'est pas encore très-répandue, et fort peu de
beaux-pères s'accommoderaient de recevoir le coup d'épée reçu par
Cravachon, au risque de rester comme lui six mois au lit à se faire
panser; mais ne sommes-nous pas dans un siècle original? Patience donc!
le goût en viendra peut-être, et ces demoiselles ne se marieront plus
autrement.--Les auteurs de cette petite pièce comique sont MM. Lefranc
et Labiche.

La semaine du moins a été particulièrement remarquable par l'apparition
d'un important personnage; pendant deux jours il a visité les quartiers
les plus fréquentés et les rues les plus fameuses, excitant partout une
curiosité immense, et recevant des honneurs magnifiques: des hérauts
d'armes, des gardes à pied, des cavaliers le casque en tête, lui
servaient de cortège, au roulement du tambour, au bruit d'une musique
militaire; son état-major se composait de Grecs, de Romains, de
chevaliers armés de pied en cap, de gentilshommes ressuscités de la cour
de Louis XIII et de Louis XIV. C'est peu encore; les dieux et demi-dieux
s'étaient mis à sa suite; Hercule, Hébé, Vénus, Mars, Cupidon, Bacchus,
Junon, Minerve, Apollon, Jupiter lui même, le terrible Jupiter, lui
faisaient escorte; et le vieux Saturne n'avait pas dédaigné de monter
sur un char et d'en tenir les rênes.

Un autre aurait pu tirer vanité de ces honneurs inouïs, et attendre que
des gens qui désiraient le visiter et le voir fissent auprès de lui les
premières démonstrations; mais le personnage en question a montré qu'il
n'était ni difficile ni exigeant sur l'affaire de l'étiquette; il a
tranché la difficulté en faisant, de sa propre personne, des visites
empressées aux notables habitants de la ville. C'est ainsi qu'il est
allé saluer successivement M. le ministre des finances, M. Sauzet,
président de la Chambre des Députés, M. le maréchal Soult, M.
l'ambassadeur d'Autriche, M. le président de la Chambre des Pairs, M.
Crinin-Gridame et M. Duchatel; mais son hommage le plus solennel a été
pour le château des Tuileries: c'est là qu'il s'est efforcé surtout
d'être agréable et de réussir.

De quoi s'agit-il? dites-vous.--Mais d'un personnage de poids, du poids
de 1,370 kilogrammes.--Vous l'appelez?--Le boeuf gras, roi du carnaval;
son règne a duré trois jours: commencé et inauguré dimanche à dix heures
du matin, il s'achevait mardi soir aux abattoirs Montmartre. Les
courtisans et les grands-officiers de carnaval, qui l'avaient servi et
flatté pendant sa puissance, l'ont mangé en beefteack après sa chute; ô
fragilité des grosseurs humaines!

Le boeuf gras mort, tout est dit, le carnaval est enterré. Un soleil
charmant, un ciel d'azur, ont éclairé son dernier jour; il est
impossible de finir plus gaiement, et surtout d'avoir pour cortège, et
pour témoins de sa journée suprême, des amis plus nombreux et plus
empressés.--Dès midi, une moitié de Paris s'était mise à ses fenêtres
pour voir passer le carnaval; l'autre moitié se répandait dans les rues;
de la Madeleine à la bastille, le boulevard était couvert d'une
population immense, qui s'agitait tumultueusement et se pressait sur les
dalles des contre-allées, tandis qu'une double haie de voitures occupait
les bas-côtés, s'allongeant à perte de vue; c'était l'image de l'égalité
parfaite; l'équipage armorié était rangé sur la même ligne que le
fiacre plébéien; l'élégante calèche et l'humble vinaigrette marchaient
du même pas monotone et lent; quant au carnaval, il était difficile de
l'apercevoir. Les curieux ne manquaient pas; ils arrivaient par
milliers, à pied, à cheval, en voiture, pour assister aux exercices du
dieu burlesque; mais le dieu daignait à peine se manifester çà et là,
sous la forme de quelques débardeurs crottés, trottant pédestrement à
travers la foule, qui les saluait de ses huées; et à peine deux ou trois
calèches chargées de masques venaient-elles, de loin en loin, témoigner
qu'en effet Paris était en plein mardi-gras.

Le carnaval est encore une de ces vieilles institutions que le temps a
modifiées, sinon complètement détruites; autrefois, messire carnaval
s'éveillait dès le matin, s'affublait de son costume bigarré, couvrait
son visage du masque joyeux ou grotesque, et s'en allait par toute la
ville agitant ses grelots et amusant les passants, les scandalisant
quelquefois de ses lazzi et de ses propos effrontés; le carnaval
agissait en plein jour et à la face de tout le monde; ses desservants
innombrables, répandus de tous côtés, transformaient Paris, pendant deux
ou trois journées, en un immense magasin de masques en plein vent.

Le carnaval d'aujourd'hui a d'autres fantaisies et d'autres habitudes;
il trônait autrefois dans la rue; il envahissait les carrefours, les
boulevards, les places publiques; on le rencontrait à chaque pas;
c'était lui, toujours lui; il était maître de la cité et de ses
faubourgs. Maintenant la lumière lui déplaît; la vie publique n'est plus
son affaire; d'année en aimée il s'est retiré de la rue, et on peut
prédire que dans peu de temps il en aura complètement disparu; il ne
restera du carnaval en plein air que cette population ambulante et
curieuse,--qui viendra encore le chercher à travers la ville, longtemps
après qu'il n'y sera plus.

Il ne faut pas conclure de ce qui précède que le carnaval est défunt; il
n'a jamais eu, au contraire, une vie plus agitée et plus furieuse; il ne
s'est jamais livré à sa folle passion avec moins de modération et de
retenue: mais, au lieu du jour, c'est la nuit qu'il recherche; le
carnaval est devenu noctambule. Honnêtes curieux désappointés, qui avez
passé toute votre journée à courir vainement après le carnaval en
soufflant dans vos doigts, si le soir, minuit venu, vous étiez entrés
dans la salle de l'Opéra-Comique ou de l'Opéra, si vous vous étiez
glissés au Prado et dans tous les lieux nocturnes où le bal trouve
asile, c'est pour le coup que le carnaval vous aurait apparu dans toute
sa force et sa souveraineté.--Oui, le voilà! c'est bien le carnaval, on
le reconnaît à ses cris, à son agitation, à ses traits convulsifs, à son
effronterie, à sa fureur pour le plaisir; c'est lui qui a revêtu de ses
oripeaux cette multitude diaprée; c'est lui qui la précipite dans cette
joie violente, dans cette danse à tous crins, dans cete valse à tous
bras!--Tout s'explique; le carnaval se calme et se repose pendant le
jour, afin d'avoir assez de force pour soutenir le choc de ses nuits
terribles. Il fait comme ces gastronomes et ces débauchés prudents qui
se préparent, par un peu de diète et d'abstinence aux excès d'un énorme
repas et d'une orgie.

Quant à su mort et à sa sépulture, le carnaval n'a rien changé aux
usages passés; c'est toujours le lendemain du mardi gras qu'il expire;
c'est toujours à la Courtille que se célèbre, la cérémonie funèbre, et
que les adorateurs du carnaval viennent l'escorter en grande pompe et
assister à son dernier soupir.

Le carnaval de 1844 a été inhumé avec un cérémonial inaccoutumé et une
si grande affluence de fidèles que nous sommes obligés, en conscience,
d'en faire part aux abonnés du _l'Illustration_, et de leur mettre sous
les yeux les traits principaux de cette fin mémorable.

Il est six heures du matin; les réverbères mêlent au jour naissant leurs
dernières lueurs blafardes. Cette rue qui s'allonge devant vous se nomme
la rue du Faubourg-du-Temple. Il est aisé de la reconnaître à l'enseigne
qui se fait voir à gauche avec ces mots; _Vendanges de Bourgogne._--Les
bals viennent de cesser; les danseurs, pâles, haletants, les yeux caves,
harassés des joies de la nuit, se sont jetés pêle-mêle, ceux-ci dans le
fiacre, ceux-là dans le cabriolet, d'autres dans la calèche béante; ils
s'en vont tous à la Courtille user de leur dernière heure et saluer de
leurs derniers cris d'amour le carnaval qui finit, à la barbe du
mercredi des cendres.--Vous les voyez qui vont et viennent, montent et
descendent; la rue est encombrée de voitures et de mascarades. En voici
une qui s'arrête. Quels gestes! Quelles attitudes! D'où vient cette
halte? Pourquoi cette pantomime énergique et cet air agressif? Eh! ne
faut-il pas que ces vaillants masques se défendent? Se laisseront-ils
impunément railler par cette commère à l'éloquence hasardée, qui leur
montre le poing et leur lance à bout portant des fragments de dialogue
qui n'ont rien d'attique? Ce n'est pas à cette heure, et dans la rue du
Temple, qu'il faut compter sur des voix mélodieuses comme la voix de
Cinti-Damoreau ou de Persiani; ce n'est pas à la descente de la
Courtille qu'on enseigne les belles manières et la modestie; ce n'est
pas entre débardeurs qu'on tient école de marivaudage. Cependant un
sergent de ville, las de cette rude campagne du carnaval, s'endort à ce
terrible vacarme, comme Tytire au doux murmure d'une source limpide.
Mais que vois-je près de lui? Un enfant tout nu! c'est l'ami Carême,
fils posthume du Carnaval.

[Illustration: Descente de la Courtille.]

[Illustration: Un Sergent de Ville le mercredi des cendres.]

Puisque Carême vient de naître, il est clair que Carnaval est trépassé.
Le père n'a jamais pu vivre avec le fils. Et, en effet, Carnaval n'est
plus, voici qu'on le fait porter en terre, non pas comme feu M. de
Marlborough, «par quatre-z-officiers,» mais accompagné d'un cortège
digne du défunt, et tout à fait de circonstance.

Le Mardi gras est couché sur le dos, comme il convient à un mort; on a
eu soin de le revêtir de tous ses insignes, ordres de toute espèce et
décorations. Tandis que le pauvre hère, tout à l'heure si tapageur et si
bon vivant, garde cette position immobile, on voit à droite le Mercredi
_descendre_ de son échelle; Mercredi ne se décide pas à cet exercice
sans quelque hésitation; il a peur du Mardi gras, tout mort qu'il paraît
être; tels les héritiers du grand Alexandre ne pouvaient approcher de
ses restes sans pâlir. Le Temps, qui n'entend pas raison sur cette
question et veut que ses affaires marchent, le Temps pousse
très-positivement Mercredi par derrière pour lui donner de l'audace et
l'obliger à sauter le pas.

Mercredi mène à sa suite le cortège ordinaire et la cour de sa très-pâle
et très-étique majesté Carême: poissons de mer et d'eau douce, oeufs
frais, panais, carottes, choux, salades, oignons, épinards, chicorées,
toute l'insipide nation des légumes. Un peu plus loin, le dieu Mars
survient absolument comme mars en carême.

L'apparition du Mercredi des cendres et la mort du Mardi gras produisent
des émotions diverses: chacun, selon ses intérêts, fête l'avènement de
l'un ou regrette le trépas de l'autre. Les sergents de ville, ces
martyrs du carnaval, saluent avec joie l'arrivée de Mercredi, comme le
signal du repos et de la délivrance; cependant au son de la cloche que
Mercredi fait résonner dans ses mains, les débardeurs, effrayés, sentant
leur fin prochaine, se dispersent avec effroi; c'est pour eux le
tintement du jugement dernier. Quelques intrépides s'efforcent de faire
bonne contenance et de défendre pied à pied l'empire du Mardi gras; ils
forment un bataillon sacré et luttent jusqu'à la dernière extrémité,
menaçant Mercredi du geste et de la parole. Vain courage! héroïsme
inutile! qui peut arrêter le Temps? Mardi n'est plus; Mercredi s'empare
invariablement de son domaine et règne à sa place, en attendant que
Jeudi le détrône à son tour, et ainsi de suite jusqu'à la fin du monde
et des calendriers.

[Illustration: l'Ami Carême, fils posthume de Mardi Gras]

[Illustration: Enterrement du Carnaval.]

Ce personnage qui pleure à chaudes larmes sent bien que le mal est
irrémédiable; c'est un garçon de café-restaurant: il est plus
particulièrement frappé que d'autres par la mort du Mardi gras. Que de
petits soupers il y perd, et que de pourboires! aussi voyez ses yeux se
fondre en eau; est-il une plus belle oraison funèbre? et que ce Mardi
gras est heureux d'ètre si tendrement regretté!--_De profundis!_ de la
part du petit Carême, fils de Mardi gras, qu'on élève secrètement au
champagne-Darbo pour le fortifier et en faire le Mardi gras de l'année
1845.

Adieu, cher lecteur, et au revoir; j'espère que tu vas passer ton carême
honnêtement et que tu rachèteras tes péchés petits ou gros du carnaval
dernier.



Théâtre royal de l'Opéra-Comique.

CAGLIOSTRO, OPÉRA-COMIQUE EN TROIS ACTES, PAROLES DE MM. SCRIBE ET DE
SAINT-GEORGES, MUSIQUE DE M. ADOLPHE ADAM.

On connaît l'histoire du grand Cagliostro, soi-disant fils d'un grand
maître de Malte, élevé secrètement en Arabie par le sage _Althotas_,
initié aux sciences occultes dans les pyramides d'Égypte, lequel
prédisait l'avenir, guérissait toutes les maladies, prolongeait la vie
indéfiniment et évoquait les morts. Le plus merveilleux n'est pas qu'un
homme ait imaginé toutes ces absurdités, c'est qu'il soit parvenu à les
faire croire, et cela à Paris, au dix-huitième siècle, vingt-cinq ans
après la publication de l'Encyclopédie, huit ans après la mort de
Voltaire, quatre ans avant la convocation des États-Généraux, qui furent
l'Assemblée nationale. Et qui avait-il pour adeptes? des couturières,
des blanchisseuses? Non pas, s'il vous plaît, mais de belles dames et de
grands seigneurs, et à leur tête un archevêque, prince de l'Église, et
longtemps ambassadeur du roi Très-Chrétien, le cardinal de Rohan!

Ce héros singulier vient d'avoir son tour auprès de la muse de M.
Scribe, muse, comme on sait, d'humeur facile, et incapable de rebuter
qui que ce soit.

M. Scribe a mis sur le théâtre le personnage, mais non son histoire, ou
du moins aucun acte qui nous soit positivement connu. Mais si Cagliostro
n'a pas fait ce que M. Scribe lui prête, du moins il a pu le faire. Que
peut-on exiger de plus du drame en général et de l'opéra-comique en
particulier?

[Illustration: Opéra-Comique: _Cagliostro_ 3e acte, scène du
magnétisme.--Madame Anna Thillon, Corilla; madame Boulanger, la marquise
Pottier, Cecilli; M. Chollet, Cagliostro; M. Henri, Caracoli; M. Mocker,
le chevalier.]

Au moment où commence la pièce, toutes les imaginations sont frappées
des prodiges accomplis par Cagliostro, Paris et Versailles ont à la fois
les yeux sur lui, et les journaux sont pleins de récits merveilleux dont
il est le héros.

Parmi les personnes qui croient Cagliostro sur parole, il faut mettre en
première ligne un prince bavarois tout récemment débarqué à Paris, et
une certaine marquise de Volmérange, femme jadis à la mode, qui doit
avoir été charmante du temps du cardinal de Fleury, et qui, j'en suis
sûr, n'était pas encore trop mal en point sous le règne de madame la
marquise de Pompadour. Elle a vu longtemps à ses pieds,--c'est elle qui
le dit,--le roi Louis XV et toute sa cour; mais tout est bien changé
depuis le nouveau règne. Ses beaux jours sont passés, ses honneurs sont
détruits. Comment les faire renaître? comment remonter le cours des
années? comment effacer les fâcheuses traces que cet insolent vieillard
qu'on nomme le Temps a imprimées sur son visage? Assurément il faut
toute la science et tout le pouvoir d'un Cagliostro pour cela.

Le Bavarois n'est guère moins embarrassé: il est amoureux, cet infortuné
prince, amoureux d'une cantatrice appelée Corilla, artiste célèbre, qui,
depuis trois ans, occupe tous les _dilettanti_ et tous les badauds de
l'Italie. Mais il a eu beau lui peindre sa passion dans les termes les
plus pathétiques, et joindre à l'offre de sa fortune celle de sa main,
il n'a pu rien obtenir, Corilla lui rit au nez toutes les fois qu'il
entame le chapitre de son amour.--C'est donc une étrange bégueule,
dites-vous, que cette Corilla?--Point du tout, lecteur; attendez la fin
de mon récit, et ne faites pas de jugement téméraire.

«Monsieur le comte, dit le prince au charlatan, ne pourriez-vous me
donner quelque secret, quelque philtre pour me faire aimer d'une
cruelle?» Cagliostro, qui a vu jouer _le Philtre_ à l'Académie royale de
Musique, et qui sait son Scribe par coeur, répond sans hésiter:

--Dans notre état, nous en tenons beaucoup.

--Il serait vrai?

--Chaque jour j'en compose, car on en demande partout.

--Et vous en vendez?

--Oui.

--Et combien?

--Peu de chose.

«Dix mille livres le flacon, pour ne point vous faire marchander.--Ah!
c'est pour rien, en vérité, et je vous devrai la vie.»

La consultation de la marquise, est bien plus importante encore.
«Monsieur le comte, ne pourriez-vous me rendre mes beaux jours
d'autrefois, l'éclat dont brillaient jadis les roses qui
s'épanouissaient sur mon visage, et le timbre argentin de ma voix, qui
chevrote si misérablement aujourd'hui?--Oui, madame.--Oh! donnez,
donnez, et toute ma fortune...--Doucement! il faut du temps pour
composer ce breuvage; il se fait avec le suc de plantes qu'on ne peut
cueillir que sur les plus hautes montagnes du globe. Un de mes amis en a
consommé, il y a quelques jours, le dernier flacon; il n'en a rien
laissé. Ah! si fait! il en reste deux ou trois gouttes.--Ah!
donnez-les-moi, monsieur le comte!-Hélas! madame la marquise, il y a à
peine dix minutes de jeunesse au fond de cette petite bouteille.--Eh
bien! ce seront dix minutes pendant lesquelles j'oublierai mon
chagrin.--Au fait, dit tout bas Cagliostro en regardant autour de lui,
il n'y a pas de glaces dans ce salon, et quant à ce miroir, je puis m'en
défaire.» II jette le miroir par la fenêtre, et donne le précieux
flacon.

La marquise boit, puis cherche partout son miroir, mais en vain. Quel
désespoir! Être jeune, et ne pouvoir pas jouir de sa jeunesse, même par
la vue! ne pouvoir pas s'assurer de sa métamorphose! L'idée ne lui vient
pas, à cette pauvre marquise, qui n'a pas de glaces dans son salon,
d'aller consulter au moins sa toilette dans sa chambre à coucher, ou de
s'assurer avec ses deux mains si sa taille est redevenue fine et svelte
comme autrefois; elle ne sait que crier à tue-tête: «Mon miroir! où est
donc mon miroir?» Quand soudain le marquis de Caracoli se présente,
s'incline devant elle, et dit d'un air étonné: «Quelle est donc cette
jeune fille?» Ah! pauvre marquise! quelle vieille, ne fut-elle qu'une
petite bourgeoise, ne se pâmerait d'aise en entendant faire une pareille
question?

Ce Caracoli, vous l'avez, deviné sans doute, clairvoyant lecteur, n'est
autre qu'un adroit compère, introduit dans la maison par Cagliostro,
pour l'aider à ses tours de passe-passe. Il a fort bien débuté, en
tombant de voiture tout exprès pour se faire guérir des suites de ce
terrible accident. «Ah! monsieur le comte, s'écrie la vieille, un flacon
de votre eau de Jouvence, et je n'aurai rien à vous refuser. Vous
n'aurez, qu'à dire.--Madame, dit l'élève d'Althotas, vous savez que ce
n'est jamais l'intérêt qui me guide. Il n'y a qu'une récompense à
laquelle j'aspire; c'est la main de votre charmante nièce.»

La charmante nièce a un million de dot.

Malheureusement, elle est peu disposée à jouer ce rôle de lettre de
change, car elle aime de tout son coeur son cousin le chevalier de
Saint-Luc, qui le lui rend de son mieux. Mais Cagliostro a des moyens à
lui pour vaincre toutes les difficultés, comme il a des remèdes pour
guérir toutes les maladies.

Le compère Caracoli, très-subtil espion, je vous le jure, a surpris une
conversation fort intéressante entre le chevalier et une jeune étrangère
qui est venue lui rappeler d'anciennes amours et d'anciens serments.
L'étrangère est justement cette Corilla dont je vous ai déjà parlé, et
vous comprenez, maintenant, pourquoi le prince a toujours perdu auprès
d'elle son temps et son... bavarois. Caracoli va chez elle, lui apprend
la trahison du chevalier, et l'amène en secret dans un cabinet voisin du
laboratoire de son maître. Là elle acquerra des preuves palpables de
l'infidélité de son muant. Bientôt, en effet, le prince, la marquise, et
sa nièce Cécile, arrivent dans ce laboratoire. Cagliostro débute par
faire de l'or en leur présence. C'est une des merveilles dont ils sont
le plus curieux.--«Je donnerais mille louis, dit la marquise, pour voir
faire devant moi un grain d'or.»--A ce prix-là, on comprend que
l'opération ne serait pas difficile; et, de fait il n'en coûte pas tant
à Cagliostro. Il lui suffit de glisser adroitement dans le creuset
embrasé le lorgnon du compère Caracoli, lequel est cruellement mystifié
par ce tour de physique amusante. Le pauvre homme tenait beaucoup à son
lorgnon. Il faut vous dire que ce Caracoli, si spirituel et si fin au
premier acte, n'est plus, au deuxième, qu'un sot et qu'un poltron. Si
cette métamorphose était l'ouvrage de Cagliostro, ce serait la preuve la
plus incontestable qu'il pût donner de son savoir-faire.

Le _grand oeuvre_ accompli, Cagliostro parle mariage, et la marquise se
montre fort bien disposée en sa faveur, mais non le chevalier, et encore
moins Cécile, qui déclare aimer passionnément son cousin.--«Bah! dit
Cagliostro, vous ne l'aimerez longtemps; passez, seulement cinq minutes
toute seule dans ce cabinet.» Cécile y entre; elle y trouve Corilla, et
reparaît bientôt pâle et agitée.--«Mon cousin, tout est fini entre
nous!... Monsieur, voici ma main.»

Qui est étonné? Le chevalier; mais bientôt Corilla se montre, et tout
s'explique.--«Oui, traître! oui, ingrat! c'est moi qui ai tout fait; je
lui ai révélé notre amour; je lui ai montré ton portrait, les lettres et
le poignard que tu m'as donné pour le percer le coeur, si jamais ce
coeur devenait infidèle...--«Ma foi, répond tranquillement le chevalier,
je vous avoue, ma bonne, que vous n'en trouverez jamais une meilleure
occasion. Je ne vous aime plus du tout, parole d'honneur! mais, en
revanche, j'aime ma cousine comme je ne vous ai jamais aimée.»

La déclaration est tout à fait galante!

Là-dessus vous croyez, que Corilla arrache les deux yeux au butor, ou
qu'au moins elle se trouve mal. Tant s'en faut! «A la bonne heure,
monsieur. J'aime cette franchise; mon amour n'était qu'un pur
enfantillage, n'en parlons plus. Pst!... le voilà parti, et je ne veux
plus m'occuper que du vôtre.»

Voilà un bel exemple, madame, et je vous conseille, dans l'occasion, de
ne pas manquer n'imiter Corilla.

A eux deux ils viennent bientôt à bout du Caracoli, qui craint la
potence, et qui, pour se mettre en sûreté, vend, moyennant cinq cents
louis, tous les secrets de son maître. Ces secrets sont écrits de la
propre main du charlatan sur un gros cahier de papier. Ces habiles de
comédie sont toujours prêts à faire, quand l'auteur en a besoin, les
plus grosses maladresses et les plus insignes bévues.

Armé de ces terribles papiers, le chevalier aborde Cagliostro d'un air
triomphant. «Vous allez, écrire ici même, tout de suite, et sous ma
dictée, votre renonciation à la main de Cécile.--Volontiers,» dit
Cagliostro, et il écrit. Puis, s'interrompant d'un air indifférent et
lui présentant sa tabatière: «En usez-vous?--Volontiers,» dit le
chevalier, lequel devient à son tour un sot, pour ménager à M. de
Saint-Georges nue péripétie. Ce tabac, comme il devrait bien s'en
douter, n'est pas du tabac, mais de la belladone. Il ne tarde pus à
s'endormir, et Cagliostro reprend ses papiers. Puis il pousse un
ressort, et le trop confiant chevalier descend par une trappe... où il
vous plaira.

Voilà Cagliostro à Versailles, chez la marquise, où le mariage doit
avoir lieu. Avant la noce, madame de Volmérange a promis aux conviés de
les régaler d'une scène de magnétisme. Cagliostro a chargé Caracoli de
lui amener une somnambule lucide, dont il a d'avance mis par écrit les
réponses. Il vaudrait mieux sans doute qu'il fit ses affaires lui-même;
mais les grands hommes sont toujours si occupés!

La harpe résonne; la porte retentit. Une femme voilée s'avance et
s'assied sur le fauteuil préparé pour elle au milieu de la brillante
assemblée. Cagliostro s'approche et exécute autour de la tête du sujet
toutes les passes usitées en pareil cas. Puis il écarte le voile... O
surprise! ô terreur!... C'est sa femme qu'il croyait bien loin et qu'il
retrouve à ce moment fatal. Et qui est cette femme qui revient si mal à
propos? Corilla en personne, qui l'avait quitté jadis, exaspérée par ses
mauvais traitements, et n'avait fait qu'un saut du toit conjugal sur le
théâtre! Or, la polygamie est un cas pendable: force est donc au grand
Cagliostro de se désister de ses hautes prétentions. Mais du moins il se
vengera sur sa femme... Vain espoir! Corilla lui présente un bref du
pape qui casse son mariage. Puis elle unit de sa main Cécile au
chevalier, et couronne enfin la constance du Bavarois, lequel ne manque
pas d'attribuer ce dénoûment inespéré au philtre qu'il a bu dans la
matinée.

Tout cela forme un drame très-compliqué, mais cependant très-clair. On
reconnaît toute l'habileté de M. Scribe à l'aisance avec laquelle il
dispose ces faits et amène les innombrables péripéties au milieu
desquelles tout autre que lui se serait vingt fois perdu. Mais tout son
savoir-faire n'a pu réussir à intéresser le spectateur à cette
collection de sots, de fripons, ou de gens froidement honnêtes, et
dépourvus de sentiments énergiques et de passions sincères. Ces
messieurs et ces dames ont souvent de l'esprit, mais ils n'ont presque
jamais du coeur.

Quelle est cependant la mission de la musique, si ce n'est de traduire
en un langage harmonieux les mouvements du coeur?

Il n'est donc pas étonnant que M. Ad. Adam, chargé d'ajuster de la
musique à ce drame, ait senti plus d'une fois son imagination défaillir
et sa verve lui faire défaut. Dans tout le cours du ces trois actes, il
n'a presque jamais à mettre en musique que de froides plaisanteries.
Tantôt ce sont des couplets où le bavarois dresse l'inventaire des
prodiges accomplis par Cagliostro, tantôt c'est un air où Cagliostro se
moque, à part lui, de la crédulité parisienne. Quand Corilla vient de
recevoir à bout portant la gracieuse déclaration que je vous ai
racontée, restée seule, elle se met à chanter _victoire! victoire!_ En
vérité il n'y a pas de quoi. Cécile et le chevalier n'échangent pas, de
l'exposition au dénouement, une seule note qui ait pour objet de peindre
leurs froides amours. Le prince bavarois lui-même, dont la passion est
ridicule, mais sincère, ne chante pas une seule mesure qui ait quelque
rapport à l'état de son âme.

Il ne faut donc pas reprocher trop rudement à M. Adam d'avoir produit
une partition froide, monotone et décolorée. C'était la conséquence
nécessaire de la position où il s'était mis. La passion sérieuse était
d'avance exclue de sa partition. Il y restait à la vérité la passion
_bouffe_, et, sous ce rapport, il avait quelques scènes assez heureuses
à traiter, par exemple, celle où la marquise boit la prétendue eau de
Jouvence, et se croit rajeunie; celle où Cagliostro fait de l'or;
d'autres encore. Mais la gaieté vive et la verve bouffonne ne sont pas
le caractère du talent de M. Adam; et, bien qu'il ait mis dans ces
scènes-là, comme dans tout le reste, une habileté de détails
incontestable, il me semble qu'il est presque toujours resté un peu
au-dessous des situations qu'il avait à peindre. Son ouvrage atteste, en
général, du soin et un travail assez consciencieux; le style en est
correct, l'instrumentation habile; chaque morceau pris en particulier
est très-bien fait, mais presque tous manquent d'inspiration, de chaleur
et de vie.


Fragments d'un Voyage en Afrique(3).

(Suite.--Voir t. II, p. 354, 371 et 390.)

      [Note 3: La reproduction de ces fragments est interdite.]

Tandis que j'habitais Tekedempt, je fus souvent appelé auprès du l'émir,
soit pour lui servir d'interprète, soit pour l'entretenir de divers
projets. Sa confiance en moi était extrême; aussi étions-nous fort bien
ensemble. Il a la parole familière et rapide, le geste expressif; sa
voix n'a rien de mâle; il saisit facilement et se montre toujours avide
d'instruction; il ne s'exprime qu'en arabe et se croirait damné s'il
parlait la langue des chrétiens; cependant il connaît un peu de français
et prononce _chassurs_ lorsqu'il veut désigner les chasseurs d'Afrique.
Son caractère est ferme dans toutes les circonstances; il est doux,
affable, charitable, mais d'une excessive sévérité. Quand il a prononcé
une sentence, il faut qu'elle s'exécute. Vers la fin de 1839, il fit
publier que quiconque serait pris se rendant dans nos possessions ou
convaincu d'avoir assisté à nos marchés, aurait la tête tranchée. Deux
Arabes enfreignirent cet ordre: ils étaient allés vendre des boeufs à
Bouffarick. A leur retour, ils furent mis à mort, et leurs corps
demeurèrent exposés pendant trois jours au marché de Médéah. En juillet
1840, étant au camp du Chélif, je vis arriver dix-sept Arabes pris en
flagrant délit de commerce avec les français. L'émir les condamna au
supplice, parmi eux était un jeune homme de quatorze ans qui avait suivi
son père; son jeune âge toucha plusieurs kalifats, qui demandèrent grâce
pour lui. L'émir fut insensible à leurs prières; on alla même jusqu'à
proposer 1.000 piastres fortes d'Espagne pour la rançon du jeune homme.
Peine inutile! «Citez-moi, dit Abd-el-Kader à ses lieutenants un seul
exemple où j'ai révoqué un ordre, et je pardonne.» Cinq minutes après,
le yatagan d'un cavalier envoyait le fils rejoindre son père!

Abd-el-Kader est né dans la province d'El-Beris, à l'est de Mascara, de
Sidi-Hadji-Muhydin, marabout très-vénéré dans le pays. Il pousse l'amour
de l'islamisme jusqu'au fanatisme. Depuis son retour de la Mecque, où il
se rendit à l'âge de vingt et un ans, il passe une grande partie des
nuits à lire le koran; il jeûne presque tous les jours, ce qui ruine sa
santé. Son état est maladif, et pourtant son activité ne se ralentit
point. En voyage, il est toujours prêt à marcher; je l'ai vu aller de
Tlemcem à Tekedempt en trois jours, tandis que ses courriers en mettent
huit. L'orgueil et l'ambition dirigent son coeur et sa tête; il
n'hésiterait pas, s'il le pouvait, à mettre un pied dans la régence de
Tunis et l'autre dans l'empire de Maroc. Parlez-lui d'innovations, de
grands projets, d'entreprises hardies, et vous voyez, ses traits
s'animer et ses yeux lancer des éclairs. J'ai parlé plus haut de son
costume; il est d'une simplicité dont rien n'approche. Une culotte de
toile à voile ou de laine, une chemise d'escamile, une autre en laine,
un gilet et une veste de la même étoffe, un haick grossier et deux ou
trois burnous, voilà toute sa garde-robe: sa tête est serrée par une
corde en poil de chameau, son gilet est retenu par une ceinture rouge à
laquelle est suspendu un mauvais mouchoir. Ses habits, parfumés au musc
du reste, forment un singulier contraste avec l'or et l'argent qui
brillent sur ceux des grands dignitaires.

Le marabout Hadji-Mahydin avait deviné la haute fortune de son fils. Il
jouissait parmi les Arabes d'une grande influence qu'il devait à la
sainteté de son caractère. Ses trois fils, Tidi-Saïd, Abd-el-Kader et
Sidi-Mustapha, élevés dans la crainte du Prophète, se partageaient avec
lui l'admiration des Arabes. Après la perte d'Alger, d'Oran, etc, les
habitants de ces villes qui s'étalent réfugiés dans l'intérieur allèrent
demander un chef au vieux Mahydin; ils désignèrent même son fils aîné
Tidi-Saïd. Le marabout, après avoir réfléchi quelques instants, leur
dit, en leur montrant son second fils: «Voici votre chef; il est seul
capable de prendre les rênes d'un gouvernement naissant. «L'événement a
justifié sa prédilection. Abd-el-Kader avait vingt-six ans à l'époque où
on le salua du titre de Sultan. Son orgueil dut s'accroître
naturellement lorsqu'il se vit, si jeune, appelé à régénérer l'Afrique,
l'énergie de son caractère et son désir de renommée le rendirent propre
à de grandes choses. Il rechercha toutes les occasions de mettre en
évidence les qualités qui le distinguaient de ses frères. Les
commencements lui furent très-pénibles. Il avait à combattre les
Français d'un côté, et de l'autre les tribus révoltées. Sans armée, sans
argent, il fallait qu'iI ne compromît point ses mandataires et qu'il
répondît à leur confiance. Alors il fit appel aux hommes de bonne
volonté, et contracta des emprunts considérables à Mascara. Avec
l'argent qu'il obtint, il acheta des armes et des munitions. Son étoile
fit le reste. Il eut bientôt réuni quatre mille réguliers volontaires et
six mille auxiliaires. Cette armée envahit le territoire des tribus
insoumises et les mit à contribution. Il paya ses créanciers et organisa
sa cour. Son nom devint un épouvantail pour les Arabes; on se soumit et
on admira cet homme, qui venait de créer un empire sans autre ressource
que son génie. Pendant quelque temps il put se reposer sur sa gloire;
mais les Français l'inquiétaient au dehors. Il les attaqua, et leur fit
éprouver d'abord quelques pertes. Son triomphe ne fut pas de longue
durée; car, peu de temps après, au moment où il s'y attendait le moins,
nos troupes fondirent sur son camp, et massacrèrent la moitié de son
armée. Il ne dut la vie qu'à l'agilité de son cheval. Le danger qu'il
courut alors parut si imminent aux Arabes, qu'ils pensent tous que leur
chef est muni d'un talisman qui le met à l'abri des balles. Ce revers,
loin d'abattre son courage, ne fit que l'augmenter. Il attaqua les
Français pendant l'expédition de Mascara. Vaincu pour la seconde fois,
il se replia sur Tlemcem, qu'il quitta bientôt, à l'approche de l'armée
française, emportant avec lui ce que la ville contenait de plus
précieux. Menacé dans la dernière retraite qu'il s'était ménagée à
Tekedempt, il n'eut d'autre moyen de relever sa fortune que de faire la
paix. Des négociations s'ouvrirent aussitôt: le traité de la Tafna en
fut la suite. Nos troupes abandonnèrent Mascara et Médéah; Tlemcem fut
rendue à l'émir. Celui-ci devait, en retour, fournir à nos troupes des
boeufs, de l'orge et du blé, tandis qu'il en recevrait deux cents fusils
et mille quintaux de poudre. Pendant qu'il traitait avec la France, les
tribus de l'intérieur se soulevèrent de nouveau contre son autorité: il
profita de la trêve pour les faire rentrer sous le joug. Sa gloire ne
fit que grandir dans toutes ces campagnes qu'il termina à son avantage.
Il a soumis les Oueuseris, les Ziben, les Ghronat, et beaucoup d'autres
tribus contre lesquelles avaient échoué les efforts réunis de plusieurs
beys. Il a bloqué pendant huit mois son redoutable rival Tedjini (le
lion du désert) dans son inaccessible tanière d'Ain-Mahdin, que trois
beys ont vainement assiégée. Il s'en empara en sacrifiant à cette
conquête stérile ses trésors et ses sujets. Son armée fut réduite de
moitié par les périls du siège, et la perte lui fut d'autant plus
sensible, qu'il comptait dans ses rangs un grand nombre de déserteurs
français.

On lui doit la justice de dire qu'il est digne de commander aux Arabes.
Il a tout ce qui constitue le chef de gouvernement: la fermeté, la
prudence, la bravoure, l'intelligence, l'activité. Son intérieur répond
à son costume. Toutes ses habitudes trahissent une indifférence profonde
à l'endroit des biens de la terre. Il habite rarement la ville. Son
douair est à quelques milles de Tekedempt. Lui et sa famille campent
sous une tente assez vaste et d'une élégante simplicité. C'est là qu'il
donne audience et réunit son conseil. Tout ce qui touche à
l'administration passe par ses mains, et il n'appose son sceau sur
aucune lettre avant de l'avoir lue. Rien n'échappe à sa vigilance; mais
il ne traite les affaires sérieuses qu'après avoir consulté ses
ministres. Voici l'emploi ordinaire de sa journée: il sort de son
habitation vers neuf heures, pour se rendre à la tente d'audience. Après
une courte prière, il s'entretient avec ses conseillers, puis il
explique le Koran au peuple jusqu'au _dhoour_ (une heure d'après-midi);
il fait alors une nouvelle prière à haute voix, à laquelle s'associent
les assistants; puis il rentré sous la tente, où il se livre, jusqu'au
coucher du soleil, aux soins administratifs. Après le _meraoub_ (coucher
du soleil), il tient conseil, fait sa correspondance, médite le livre
saint, et enfin se couche. Il est à remarquer que, depuis le matin, il
reste immobile sous sa tente, assis à l'orientale, les jambes croisées.
Il ne prend aucune nourriture pendant tout ce temps, quoiqu'il ne cesse
point de parler, de crier et de lire. Ses repas se composent
ordinairement de couscoussou. Abd-el-Kader se couche ordinairement à
minuit pour se lever à quatre heures. A moins qu'il ne voyage ou ne
fasse la guerre, il ne change rien à l'emploi de sa journée. Quand les
affaire de son gouvernement l'exigent, il se retire à une heure avancée
de la nuit, car il ne lève jamais la séance sans terminer les affaires
qui lui sont présentées; dans ce cas il consacre à la prière et à la
lecture une partie de ses heures de repos.

Il fuit l'éclat et le luxe extérieurs. Le service de sa maison est fait
par douze esclaves, qu'il a achetés avec sa propre bourse. Il ne
détourne jamais rien à son profit des fonds affectés aux services
publics; il s'en considère comme l'administrateur, et non comme le
propriétaire. Ses dépenses sont prélevées sur les revenus de terres
qu'il fait cultiver dans l'intérieur. Le patrimoine de son père suffit à
ses besoins domestiques. L'émir manque quelquefois d'argent, et je l'ai
vu vendre une de ses négresses pour couvrir les dépenses de sa famille.

Abd-el-Kader est souvent visité par des musulmans, qui le consultent sur
leurs intérêts et paient ses conseils. Il reçoit tout ce qu'on lui
offre; mais cet argent passe presque aussitôt entre les mains des
indigents qui assiègent sa tente. Un jour il leur donna son burnous et
une de ses chemises. Chaque fois qu'il sort, une foule innombrable se
précipite sur ses pas, le presse et baise tour à tour ses mains, ses
épaules et ses habits: on l'empêche même d'avancer; alors les _tchiaoux_
(espèce de gardes du corps) s'arment de bâtons et ouvrent un passage à
leur souverain en chassant le peuple devant eux. «Que faites-vous?
s'écrie l'émir; qui vous a ordonné de battre ces croyants? Sont-ce des
chrétiens? Laissez-les, puisque je ne me plains pas.»

Tous les cadeaux que le gouvernement français offrit, dans le temps, au
sultan, et qui consistaient en tapis, sabres, pistolets, fusils,
services de porcelaines, etc., etc., sont restés peu de temps chez lui;
il les a envoyés à l'empereur de Maroc en échange de quelques quintaux
de poudre. Son intérieur est moins soigné que celui des Arabes aisés. Le
douair ne se compose que de deux grandes tentes en poil de chèvre noir
et de six autres plus petites. Une palissade de branches sèches et un
petit mur en pierres font le tour du douair. La famille de l'émir se
compose de sa mère, de sa femme, de sa fille et des esclaves. Il aime
beaucoup sa femme, à qui il n'a pas voulu donner de rivale,
contrairement à la coutume des Arabes, qui ont quelquefois jusqu'à
quatre femmes légitimes. Sa vénération pour si mère est inexprimable; il
n'est pas de soins qu'il ne lui prodigue. C'est une femme de
soixante-dix ans à peu près, et d'un naturel maladif. Elle est fille
d'Alonet, de la province d'Elzeris. Elle est venue retrouver son fils à
la mort de son époux Mahydin, qui fut empoisonné il y a quelques années.
Abd-el-Kader avait un fils qui mourut à l'âge de cinq ans, lors de la
signature du traité de Tafna. La mort de l'héritier de sa puissance
l'attriste beaucoup, et il y pense sans cesse. Depuis, il a reporté
toute son affection sur sa tille, qui compte à peine une douzaine de
printemps.

La femme de l'émir est née dans la province de Mascara, d'un négociant
nommé Sidi-Kratir. A l'époque dont je parle, elle pouvait avoir de
vingt-sept à vingt-huit ans; sa peau est d'une blancheur éblouissante;
ses yeux sont grands et expressifs; elle a la taille élancée, le pied
petit, les traits assez jolis; son caractère est doux et affectueux. Je
suis sûr que les prisonnières qui sont attachées à sa personne doivent
être bien traitées. Elle est très-curieuse des coutumes françaises. Son
costume est modeste comme celui des musulmanes d'Alger: elle emploie
rarement le velours et la soie; soit modestie, soit condescendance pour
son mari, elle leur préfère la percale et la laine. Ses bras sont ornés
le plus souvent de deux bracelets en argent, et elle porte aux pieds des
anneaux de ce métal. Ses oreilles sont encadrées dans de lourds pendants
en or; elle ceint quelquefois sa tête d'un foulard de soie, mais elle ne
porte point de diadème comme le veut la mode d'Afrique. Une ceinture de
laine complète sa toilette.

Cet homme, qui vit sous la tente avec sa famille comme un patriarche de
l'antiquité, qui semble faire consister sa gloire à fuir l'éclat et la
représentation, est le chef d'un immense empire. Abd-el-Kader, que nous
appelons le sultan des Arabes, et qui reçoit de ces derniers le titre
d'émir des croyants, étend son administration de l'est à l'ouest, depuis
le Ziben jusqu'à la Tafna, qui sépare Tlemcem du royaume de Fez. Du nord
au sud, depuis nos limites jusque dans le désert, au Ghronat, il a six
kalifats qui administrent en son nom une population de quatre à cinq
cents mille individus. Ses revenus ne s'élèvent guère qu'à 4,000,000 de
francs. Il lève encore quelques impôts dans les tribus qui ne
reconnaissent pas son autorité.

En développant, autant qu'il m'a été permis de le faire, le caractère de
l'émir, j'ai parlé, je crois, de sa fidélité à sa parole. Que ses
intérêts soient compromis ou lésés, il tient toutes ses promesses.
«J'aurais du le prévoir, dit-il, et ne pas m'engager follement.» Mais
lorsqu'il s'agit des chrétiens, c'est bien différent: il signe des
traités auxquels il manque sans scrupule. Il s'appuie sur ce précepte du
Koran: Employez tous les moyens en votre pouvoir, mettez en jeu toutes
vos ressources pour détruire les infidèles. Le traité de la Tafna est la
preuve éclatante de ce qu'il fera plus tard s'il arrive à la France de
pactiser encore avec lui. Son inimitié pour les Français durera autant
que sa vie. Voici ce qu'il me dit avoir écrit autrefois au commandant de
la division, après la prise de Chercheh: «Mande à ton sultan qu'il
cherche vainement à m'atteindre; il n'y parviendra jamais. Je n'ai point
de ville où siège ma puissance; je n'ai pas de trésor; mon gouvernement
est à dos de chameau. Quand tu marcheras vers un lieu où je serai,
j'irai plus loin; quand tu me poursuivras, j'irai plus loin encore, et
toujours, jusqu'au désert. De là, je défierai toutes les armées de la
terre, mais je ne le perdrai pas de vue; je serai toujours à tes
trousses, et je ne déposerai pas mes armes, quand j'en serais réduit à
combattre seul.» A cette constance dans sa haine, Abd-el-Kader joint
aussi la ruse instinctive de l'Arabe. Il a toujours refusé les secours
de ses voisins: l'empereur de Maroc lui a souvent proposé d'envoyer à
son aide son fils aîné avec dix mille hommes; il lui a fait répondre
qu'avec l'aide de Dieu et du Prophète, il se tirerait d'affaire sans le
secours de personne; mais il accepte toutes les munitions qu'on lui
envoie. J'ai vu arriver à Tekedempt plusieurs convois de poudre:
l'empereur n'était alors que le commissionnaire de l'émir; celui-ci
payait les caravanes, et ne faisait de nouvelles demandes que lorsqu'il
avait réuni les fonds nécessaires. Les deux milles fusils jetés à
Milianah en 1838 avaient été débarqués à Titouan. L'émir est aussi en
relation avec des Européens qui le visitent _incognito_, et vont faire,
pour son compte, des achats d'armes et de munitions; ces objets sont
déposés à Gibraltar, et de là on les dirige sur divers points du Maroc.

En campagne, l'émir emploie la ruse lorsqu'il voit l'ardeur des Arabes
se ralentir. Ainsi il fit, dans le temps, courir le bruit que la France
était en guerre avec l'Angleterre, que nous ne pouvions nous maintenir
en Afrique, et que le moment était venu de fondre sur nous. Ce sont des
insinuations de ce genre qui ont provoqué l'attaque de Mazagran.

Les populations sont, en général, lasses de la guerre; il est arrivé
souvent que des récoltes entières ont été détruites, soit par les
colonnes françaises, soit par les cavaliers arabes. La misère est à son
comble dans les parties dévastées, et l'émir ne sait quelquefois où
donner de la tête: il vit au jour le jour, et ne parvient à satisfaire
ses besoins les plus urgents qu'en faisant irruption à main armée dans
les tribus, sous le prétexte le plus frivole. Les troupes régulières ne
touchent pas exactement leur solde, dans ces cas-là; et les volontaires,
ou du moins ceux qu'on force de marcher sous cette dénomination,
appauvris par les exactions des kalifats et par les ravages de l'ennemi,
désespérés d'abandonner leurs foyers et leurs femmes pour suivre l'émir
dans ses courses ne marchent qu'avec dégoût à la guerre. Notre tactique
les éblouit, du reste; ils redoutent surtout les chasseurs d'Afrique et
l'artillerie: un escadron de cavalerie et une pièce de canon feraient
fuir des nuées de bédouins, qui viendraient peut-être tomber sans pâlir
sous le feu d'un bataillon carré.

Les kalifats ne sont pas tous entièrement attachés à l'émir: El-Berkam
kalifat de Médéah ne paie jamais de sa personne, et n'inspire pas une
grande confiance à son maître; celui de Mascara,
Hadji-Mustapha-Ben-Thamy, est mou et paresseux comme un Turc;
Bou-Hamidy, kalifat de Tlemcem, et Ben-Allel (4), kalifat de Milianah,
sont les seuls homme» sur lesquels Abd-el-Kader puisse compter. Le
premier, intrépide guerrier et le meilleur cavalier de la régence,
gouverne brutalement ses tribus; comme Tarquin, il fait tomber les plus
hautes têtes, et la terreur qu'il inspire est égale à la haine qu'il
nous porte. Le second emploie à peu près les mêmes moyens, mais il
éprouve une grande résistance dans la tribu des Ouenseris, qui,
retranchée sur sa montagne inaccessible, défie de là ses sanglantes
fureurs.

      [Note 4: Ben-Allel est le même qui a trouvé la mort dans le combat
      livré récemment par la division du général Tempoure.]

Observateur comme tous les Arabes, Abd-el-Kader dépeint lui-même en
quelques mots le caractère de ses lieutenants:

«Berkany, dit-il, me craint, mais ne craint pas Dieu;

«Ben-Allel craint Dieu et me craint;

«Ben-Thamy craint Dieu, mais ne me craint pas;

«Bou-Hamidy ne me craint pas plus que Dieu.»

Entre, autres bonnes fortunes, je fus invité un jour par le premier
ministre, Sidi-el-Kraroubi, à un grand dîner que l'émir donnait aux
chefs de son armée. Les hostilités étant près de commencer, Abd-el-Kader
voulut inaugurer la campagne par une revue générale des troupes; il les
avait rassemblées à Tekedempt, dans le but de les diriger ensuite vers
les lieux qu'il avait à défendre. Le repas était le prélude de la
solennité militaire. Dès que j'arrivai dans sa tente, l'émir porta la
main à son coeur et à sa tête; je m'inclinai, suivant l'usage, en lui
disant: «Tu es aussi bon pour moi que grand pour tes sujets.» Mon
compliment le fit sourire; il m'indiqua du doigt la salle, où nous
trouvâmes la table préparée: quand je dis la table, c'est par habitude,
car les plats étaient étalés sur le sol; nous prîmes place tout autour
en assez grand nombre. L'émir seul reposait sur un coussin; quant à
nous, nous fîmes ce que font nos soldats en campagne; la terre nous
servit de siège, et nous dévorâmes le dîner avec un appétit qui enchanta
Abd-el-Kader.

Comme il n'est pas ordinaire de prendre part au repas d'un Arabe, et
encore moins à un festin d'apparat donné par le sultan, j'observai
attentivement les plats qui nous furent offerts, et la manière dont le
service s'exécutait. Autour du cercle que nous formions, se tenaient
debout plusieurs Bédouins à l'air rébarbatif, dont les fonctions
consistaient à enlever les débris des mets à mesure que les convives
paraissaient y renoncer. Le service se composait d'un boeuf coupé en
deux parties égales, et placées à chaque bout de la table, de deux
agneaux et de deux béliers rôtis tout entiers, et qu'on avait
symétriquement arrangés sur le sol. Le couscoussou, quelques crêpes
faites avec de l'huile et de la farine, du lait et du miel, qui, par
parenthèse, étaient excellents, formaient l'accompagnement obligé de ces
immenses édifices de viande encore saignante. Au dessert, nous eûmes
quelques figues de Barbarie d'une fadeur rebutante, puis on nous versa
du café bien noir dans de mauvaises écuelles de bois. Du reste, pas de
serviettes, pas de fourchettes, par de cuillers! c'est un luxe auquel
les Arabes ne sont pas encore faits. Les yatagans servaient à dépecer,
et nous déchirions avec nos ongles les morceaux de chair mal coupés.
C'est à peine s'ils connaissent les assiettes, et encore les petits
morceaux de bois à peine polis sur lesquels nous étendîmes le miel ne
méritent guère ce nom, quoique servant au même usage.

Tel était le menu de ce magnifique festin, qui fut servi au son des
instruments. Je ne manquai pas de remarquer qu'il était loin de valoir
le plus mauvais dîner dans la plus mauvaise gargote du plus mauvais
village de France; que la viande des animaux était brûlée à l'extérieur
et à peine cuite à l'intérieur; que le cuisinier de l'émir n'était pas
plus fort en cuisine que ses artistes en musique; mais, comme la faim
criait haut et ferme, je n'hésitai pas à la satisfaire; elle me fit même
trouver le dîner moins détestable qu'il ne l'était réellement, tant il
est vrai que l'appétit assaisonne tout! Abd-el-Kader prit sans doute ma
_razzia gastronomique_ pour un hommage rendu à son office, tandis que
tout l'honneur en revenait à mon appétit. J'avais enduré dans la même
journée les deux plus grands supplices qui puissent être infligés à un
homme raisonnable, savoir; un concert d'amateurs et un repas à la
fortune du pot.

Dieu vous garde, ami lecteur, de pareil repas et de pareil concert!

Quand tout le monde eut bien dîné, l'émir se leva, et chacun suivit son
exemple. On amena des chevaux à l'entrée de la tente, et nous allâmes
voir évoluer les troupes.

_(La suite à un prochain numéro.)_


        [Partition musicale.]

        ENTRE PISE
        ET FLORENCE.

        Paroles de M. Philippe BISONI.
        Musique de Gustave RIQUET.

        Entre Pise et Florence
        Aux vergers d'Empoli
        Vois la nuit qui s'avance
        Car le jour a pâli.

        Étranger quelle belle
        Languis-tu? Languis-tu de revoir?
        Entre sous ma tonnelle
        Si riante le soir.

        Écoute rien n'égale
        Mon raisin del Bosco
        Mes pommes de finale
        Mon Aléatico.

        Mais à la fille étrusque
        Qui rougissant sourit
        L'ingrat jette un mot brusque
        par Satan même écrit.

        Ah voyageur prends garde
        Prends garde voyageur
        La Madone regarde
        Elle a vu ma rougeur.

        Adieu la nuit s'avance
        Adieu la nuit s'avance
        Te voilà sous sa main
        Te voilà sous sa main.

        Et long est le chemin
        Entre Pise et Florence
        Long est le chemin
        Entre Pise et Florence.



Bulletin bibliographique.

_Histoire de France_, Louis XI et Charles le Téméraire, par M. MICHELET.
Tome VI, 1 vol. in-8 de 500 pages.--Paris, 1844. _Hachette_. 7 fr. 50.

M. Michelet, trop longtemps méconnu, commence enfin à être apprécié à sa
juste valeur, en France, les nombreux admirateurs de son beau talent,
qui ne peuvent pas trouver place dans l'amphithéâtre trop petit du
collège de France, attendent avec la plus vive impatience la publication
de ses leçons. A chaque nouveau volume de l'_Histoire de France_, le
succès, d'abord faible et incertain, se consolide et grandit. De Paris,
où elle a pris naissance, la réputation de l'éloquent professeur s'est
répandue dans les départements, puis elle a franchi le Rhin, traverse
les Alpes, passe le détroit; l'Allemagne, l'Italie et l'Angleterre
étudient et admirent M. Michelet, autant et plus peut-être que la
France. Deux des revues trimestrielles de la Grande-Bretagne, la
_Foreign and British Review_ et l' _Edinburgh Review_, viennent de lui
consacrer (faveur bien rare), dans leurs derniers numéros, deux longs
articles. Les critiques anglais, de même que les critiques allemands,
déclarent et prouvent en même temps que M. Michelet mérite d'être placé
au premier rang parmi les historiens contemporains.

Ce grand et légitime succès tient à plusieurs causes. M. Michelet réunit
en effet de nombreuses qualités qui, séparées, suffiraient encore pur
faire la fortune d'un historien. Savant et poète tout à la fois, il a
l'érudition patiente d'un bénédictin et l'imagination vive et hardie
d'un artiste. De plus, il est philosophe; en d'autres termes, il ne se
contente pas d'essayer de nous représenter la vie du passé telle qu'elle
fut réellement, il cherche à la comprendre, il veut nous en révéler le
véritable sens. Enfin, et ce n'est pas son moindre mérite, il
n'appartient pas à cette catégorie d'écrivains qui fabriquent des
ouvrages historiques à la douzaine, soit pour s'enrichir aux dépens du
public trompé, soit pour faire acheter par des ministres corrupteurs
leur plume vénale. L'histoire, tel a été, tel sera le noble but de sa
vie entière. En vain on lui offrirait l'autorité et les honneurs dont
tant d'autres hommes distingués sont si avides, il les refuserait.
Servir son pays, en lui apprenant à connaître le passé et en lui
montrant les grands enseignements qu'il contient, voilà toute son
ambition, et cette ambition, heureusement pour la France et pour lui, il
a eu la gloire de la satisfaire.

M. Michelet a, qu'on nous permette cette expression, les défauts de ses
qualités: il est parfois trop savant, trop poète et trop philosophe.
Ici, il donne une importance exagérée à des détails qu'il devrait, sinon
ignorer, du moins négliger; là, son esprit aventureux l'emporte hors des
bornes de la raison et du bon goût; plus loin, il se laisse entraîner,
par son désir de tout expliquer, dans d'incompréhensibles rêveries. Du
reste, si bizarres que soient ses pensées, quelque forme étrange qu'elle
revêtent, il ne cesse jamais de tenir son lecteur sous le charme
fascinateur de son génie. On critique, mais on admire ces écarts
extraordinaires qui dénotent un esprit vigoureux, doué des plus
éminentes facultés. L'éloge suit toujours le blâme, et, la lecture
achevée, le sentiment qu'elle ne peut manquer de faire naître est une
admiration passionnée.

Le volume que vient de publier M. Michelet,--Louis XI et Charles le
Téméraire,--le tome sixième de cette grande histoire de France en douze
volumes qu'il a entreprise et qu'il terminera bientôt, nous semble
d'ailleurs supérieur encore à ceux qui l'ont précédé. Parvenu à une
époque mieux connue, M. Michelet ne peut plus se livrer aussi souvent à
sa malheureuse passion pour les symboles; force lui est de croire à des
faits dont l'authenticité ne saurait être sérieusement révoquée en
doute. Le poète le plus hardi n'osera jamais métamorphoser en mythes
Louis XI et Charles le Téméraire. Le style est aussi plus grave, plus
égal, moins saccadé. Bien que certains chapitres y occupent peut-être
une trop grande place, l'ensemble de ce volume paraît plus complet et
mieux proportionné.

Cette lutte terrible de la royauté et de la féodalité, représentée,
l'une par Louis XI, et l'autre par Charles le Téméraire, M. Michelet l'a
admirablement comprise et racontée. On la lit, depuis l'avènement de
Louis XI jusqu'à sa mort, avec tout l'intérêt d'un des plus beaux
chefs-d'oeuvre de Walter Scott. Que de péripéties imprévues et
sanglantes viennent chaque année en retarder le dénoûment fatal! D'abord
la Ligue du Bien public. Cette contre-révolution Féodale qui s'oppose à
la révolution royale; puis la guerre des Roses, le sac de Dinant,
l'entrevue de Péronne, la destruction de Liège, les exécutions de
Jacques d'Armagnac, de Saint-Pol et de Nemours, l'empoisonnement du duc
de Guienne, les sièges de Beauvais et «de Neuss, la descente anglaise,
les batailles de Granson, de Morat et de Nancy, le mariage de Marie de
Bourgogne et de Maximilien d'Autriche... M. Michelet résume, ainsi le
dénoûment de ce grand drame:

«Tout allait bien pour Louis XI, il était comblé de la fortune;
seulement il mourait. Il le voyait, et il semble qu'il se soit inquiété
du jugement de l'avenir. Il se fit apporter les chroniques de
Saint-Denis, les voulut lire, et sans doute y trouva peu de chose. Le
moine chroniqueur pouvait encore moins que le roi, distinguer, parmi
tant d'événements, les résultats du règne, ce qui en resterait.

«Une chose restait d'abord, et fort mauvaise, c'est que Louis VI, sans
être pire que la plupart des rois de cette triste époque, _avait porté
une plus grave atteinte à la moralité du temps_. Pourquoi? il réussit.
On oublia ses longues humiliations, on se souvint des succès qui
finirent; on confondit l'astuce et la sagesse. Il en resta pour
longtemps l'admiration de la ruse et la religion du succès.

«Un autre mal très-grave, et qui faussa l'histoire, c'est que la
féodalité, périssant sous une telle main, eut l'air de périr victime
d'un guet-apens. Le dernier de chaque maison resta le bon duc, le bon
Comte. La féodalité, ce Vieux tyran caduc, gagna fort à mourir de la
main d'un tyran.

«Sous ce règne, il faut le dire, le royaume, jusque-là tout ouvert,
acquit ses indispensables barrières, sa ceinture de Picardie, Bourgogne
et Roussillon, Maine et Anjou. Il se ferma pour la première fois, et la
paix perpétuelle fut fondée pour les provinces du centre.»

En mettant en vente ce sixième volume, l'éditeur des ouvrages de M.
annonce que les tome VII et VI sont sous presse et qu'ils paraîtront
prochainement.

M. J.


_Encyclopédie des Chemins de Fer et des machines à vapeur_, à l'usage
des praticiens et des gens du monde; par Félix TOURNEUX, ingénieur,
ancien élève de l'École Polytechnique. I vol--1844. _Jules Renouard_.

Le titre d'encyclopédie, dans le sens académique du mot, est trop
général pour l'ouvrage de M Félix Tourneux; aussi l'a-t-il restreint en
indiquant qu'il ne traitait que des chemins de fer et des machines à
vapeur. Acceptons-le donc dans ses limites, et voyons comment M.
Tourneux s'est tiré de la tache immense s'était imposée. On n'attend pas
de nous une analyse de cet ouvrage. En effet, si quelque chose se refuse
à l'analyse, c'est un livre de cette forme, un dictionnaire où l'on peut
aller chercher l'explication du terme qui embarrasse, du phénomène dont
on ne s'explique pas les causes.

Les deux plus grandes inventions industrielles des temps modernes sont
sans contredit la machine à vapeur comme agent, et la locomotion rapide
comme effet. De la première datent les grands progrès dans toutes les
branches manufacturières, dans l'exploitation des mines, dans
l'alimentation et l'assainissement des villes. Les chemins de fer, qui
ne sont encore qu'à leur aurore, ont déjà réalisé des merveilles, et
l'esprit se perd à suivre jusque dans leurs dernières conséquences les
résultats probables de leur emploi. Il était donc important de fixer dès
à présent l'état de la science, de poser pour ainsi dire un jalon qui
pût, par la suite, servir de terme de comparaison pour constater le
progrès et l'amélioration. D'ailleurs, dans notre temps de paix, la
langue industrielle, la langue des travaux publics doit être à la portée
de tous, et rien ne pouvait être plus utile, pour la vulgariser, qu'un
livre qui en donnât les éléments, et permît à chacun et à tous
d'employer les termes propres en connaissance de cause. Vous dire si
l'ouvrage est complet nous paraît impossible: l'auteur doit le savoir
mieux que nous, et probablement il prépare déjà les matériaux d'une
édition plus complète, si tant est qu'il ait omis quelque chose. Ce que
nous pouvons dire, c'est que nous nous sommes imposé la tache de trouver
l'auteur en défaut, que nous avons cherché tous les mots de la langue
des travaux publics qui nous sont venus à l'esprit et toujours nous
avons trouvé le mot cherché, et, avec ce mot, une explication claire,
succincte et complète; une explication telle qu'aux praticiens elle
rappelle en quelques lignes les notions qui peuvent les intéresser, et
qu'aux gens du monde elle donne la définition limpide d'un terme
technique trop souvent inintelligible pour eux, et la solution qu'ils
auraient en vain cherchée ailleurs.

Vous ne pouvons mieux terminer qu'en transcrivant ce que dit l'auteur
lui-même de l'esprit qui l'a guidé dans la rédaction de son livre:
«L'auteur est du nombre de ceux qui pensent que jamais, et sur quoi que
ce soit, l'humanité ne donnera son dernier mot. Peut-être la machine à
vapeur et les chemins de fer ont-ils tracé à l'industrie une voie dans
laquelle elle demeurera longtemps. Peut-être, au contraire, doivent-ils
céder la place à d'autres agents de production et de mouvements plus
énergiques encore inconnus à cette heure. Quel que soit leur avenir, ils
auront contribué pour une forte part au progrès de la puissance morale
et matérielle de l'homme dans la génération présente; ils auront été une
manifestation nouvelle de la faculté que Dieu a mise en nous de
développer et d'étendre à notre profit les oeuvres, immortelles de sa
création.»

P. T.


_La France statistique_; par M. Alfred LEGOYT, sous-chef du bureau de
statistique au ministère de l'intérieur.--I vol. in-8. _Guillaumin_.

L'ouvrage qui fait l'objet de cet article se recommande principalement
par son utilité pratique. «Les documents officiels, s'est dit l'auteur,
ne reçoivent qu'une publicité très-restreinte, et souvent même ne
sortent pas de l'administration qui les a recueillis. D'un autre côté,
on ne saurait les étudier avec succès, sans avoir sur les matières
qu'ils embrassent des connaissances préliminaires assez étendues;
quelquefois ils laissent à désirer pour l'ordre et la clarté; enfin, ils
ne se relient point entre eux, parce qu'ils ne sont pas le fruit d'une
pensée commune et unitaire. Un livre qui présenterait une analyse
suffisamment détaillée de ces documents, qui les disposerait
méthodiquement et! les développerait par un texte explicatif et
supplétif, ce livre rendrait certainement un service signalé à
l'économiste, au publiciste, à l'homme politique et à l'administrateur.»

Tel est le but que s'est proposé M. Legoyt.

Son livre est divise en deux parties: les _tableaux_ et le _texte_. Les
tableaux, au nombre de vingt environ, embrassent tous les documents qui
composent la statistique générale du royaume. Voici l'analyse succincte
des plus importants:

1° _Population du royaume d'après le recensement de 1811_. Ce tableau
comprend le chiffre des habitants par département, leur subdivision par
sexe et par état civil et leur répartition en agglomérés et non
agglomérés. Ces deux derniers renseignements sont complètement inédits.
Tout en se référant au dénombrement de 1811, comme le plus récent, M.
Legoyt émet des doutes qui nous paraissent fondés sur la sincérité des
résultats qu'il a produits. On se rappelle, en effet, que cette
importante mesure partagea la défaveur dont fut frappé, à tort ou à
raison, le recensement prescrit par le ministère des finances. Il est
certain, en effet, que l'augmentation de population constatée em 1811
est inférieure à celle qui a été constatée en 1826, 1834, 1836; et rien
ne saurait justifier, dans l'état de paix et de prospérité où se trouve
le pays, ce temps d'arrêt dans le mouvement de sa population, même en
tenant compte des émigrations pour l'Algérie et l'Amérique du Sud,
pertes largement compensées par de nombreuses immigrations d'étrangers
venant apporter leurs capitaux, leurs bras et leur industrie en France.

2º _Mouvement de la population_. Naissances, décès, mariages.
_Naissances_.--Sous ce titre. M. Legoyt donne le nombre moyen annuel des
naissances légitimes, naturelles, la proportion de ces deux catégories
de naissances pour 1,000 habitants, le rapport des sexes, et le chiffre
des enfants trouvés et abandonnés. Ses calculs ont été faits sur la
période décennale de 1831 à 1840.

_Décès_. Les subdivisions de l'auteur, relativement aux décès, ne sont
pas moins nombreuses: elles embrassent l'ensemble des renseignements
curieux ou utiles à connaître sur la mortalité en France; nous citerons
surtout celui qui est intitulé: _Tableau des enfants morts-nés ou
décédés avant la déclaration de naissance._. M. Legoyt s'est livré à un
travail fort important sur cette nature de décès. Il est parvenu à
démontrer ce fait remarquable et qui nous paraît devoir exercer une
certaine influence sur la question des enfants-trouvés, c'est que
partout où les tours ont été supprimées et les déplacements effectués,
le nombre des enfants morts-nés a augmenté dans les proportions les plus
considérables; nous renvoyons le lecteur aux développements dans
lesquels l'auteur est entré à ce sujet et à la suite desquels il conclut
que cette augmentation doit être attribuée à des infanticides non
constatés.

_Mariages_. Le tableau consacré à ce document indique leur nombre moyen
annuel total et leur nombre pour mille habitants, l'âge moyen des
contractants pour les deux sexes et le chiffre moyen des enfants pour
chaque mariage. M. Legoyt a complété ses recherches sur la population
par une nouvelle loi de la mortalité en France, qui nous a paru
s'éloigner beaucoup des résultats de la table de Duvillard, et se
rapprocher, au contraire, de celle de Price, et surtout de celle de M.
de Montferrand. D'après les calculs de M. Legoyt, la durée de la vie
moyenne, en France, serait considérablement accrue depuis un siècle,
puisqu'elle serait aussi longue aujourd'hui pour la population générale
qu'elle l'était du temps de Price, pour des têtes choisies. Mais
l'auteur a soin de nous avertir que les documents officiels sur l'âge
par rapport aux décès ne sont pas assez exacts pour donner à une table
de mortalité un caractère d'authenticité.

_3º France intellectuelle_--Ce tableau résume les plus récentes
publications des ministères de l'instruction publique et de la guerre,
instruction des conscrits, sur l'état actuel de l'instruction primaire.
Nous aurions désiré que l'auteur eût justifié plus complètement son
titre par une statistique de l'instruction secondaire et supérieure;
mais peut-être son livre était-il écrit avant que la publication de M.
Villemain sur les collèges eût paru; dans ce cas, il serait possible que
les documents lui eussent manqué.

_4º France morale_.--C'est le bilan de la moralité officielle du pays;
on y voit figurer le nombre annuel des crimes et délits, les modes de
perpétration, l'âge', le degré d'instruction des accusés, des récidives,
le rapport des condamnés aux accusés, des accusés aux crimes commis, la
nature et le chiffre des peines prononcées, rapport des crimes ou délits
poursuivis aux crimes ou délits constatés; enfin l'influence sur le
chiffre des condamnations de l'application des circonstances
atténuantes. L'auteur apprécie encore la moralité de chaque département
sur le nombre annuel des naissances naturelles, des suicides et des
séparation de corps. Ces faits divers, quoique d'une valeur inégale, ont
généralement un grave intérêt. Ils se complètent d'ailleurs l'un par
l'autre.

_5º France financière et industrielle._--Ce tableau se divise en deux
parties: dans l'une on trouve le chiffre des contributions de toute
nature que paie chaque département; dans l'autre, une appréciation de
l'état industriel et du paupérisme en France. Il est à regretter que,
pour cette seconde partie, l'auteur n'ait pu disposer que de documents
remontant déjà à une époque éloignée.

_6° France judiciaire._--C'est le classement des départements par le
nombre annuel des affaires civiles et commerciales. Les éléments de
cette statistique ont moins d'intérêt qu'on devrait s'y attendre. Ils
n'établissent pas nettement, en effet, ce qu'on y cherche tout d'abord,
si le nombre des affaires est en rapport avec la population et le
chiffre des contributions. On aurait, en outre, besoin de connaître, non
pas seulement le nombre, mais encore l'importance des affaires. Une
pareille recherche présente sans doute de graves difficultés car il y a
des procès où l'évaluation en argent des intérêts qui y sont engagés ne
peut être que très-hypothétiquement établie. Nous ne croyons pas
toutefois cet obstacle insurmontable, et avec un peu de résolution et de
constance, l'administration pourra enrichir de ce document ses
statistiques judiciaires.

_7º France politique_--Nous n'avons trouvé nulle part encore une
statistique électorale de la France; la _France statistique_ nous la
donne aussi complète que possible. Ce tableau, emprunté aux sources
officielles, indique le chiffre des électeurs politiques départementaux
et communaux; il contient en outre, des renseignements détaillés sur le
_maximum_, le _minimum_, et la moyenne des divers cens électoraux.

_8º France militaire:_--M. Legoyt a donné ce titre à une série de
documents sur les ressources que le contingent annuel, les réserves,
l'effectif de l'armée, et la garde-nationale pourraient offrir au pays,
en cas de conflit extérieur. Parmi ces documents, il en est un que nous
croyons inédit et qui a une véritable importance. C'est le nombre total
des gardes nationaux mobilisables, d'après le recensement prescrit par
le gouvernement, après la signature du traité du 13 juillet.

_9º France physique._--Les éléments de ce tableau sont puisés, comme
ceux du précédent, dans les excellentes publications du ministère de la
guerre; les départements y sont classés d'après le nombre des soldats
valides qu'ils fournissent au recrutement, par rapport au chiffre
demandé. Rien de plus curieux et de plus instructif à la fois que
l'énumération des diverses maladies et infirmités qui, dans chaque
département, ont été des causes d'exemption. Il y aurait un sujet
d'études d'une haute portée dans le rapprochement l'état _pathologique_
des diverses localités avec leur situation topographique, les causes
d'insalubrité et l'état du paupérisme.

_10º France territoriale et agricole._--Il était difficile de présenter,
sous une meilleure forme et dans un cadre plus habilement disposé, les
volumineuses publications du ministère du commerce sur l'agriculture en
France. Étendue du domaine arable, constitution du sol, nature, qualité,
prix des produits de toute espèce, rapport des produits aux semences,
importance moyenne annuelle des récoltes, animaux domestiques destinés à
l'agriculture ou à la consommation, etc., M. Legoyt n'a rien oublié de
ce qui peut faire apprécier jusque dans ses moindres détails cette
première branche de la richesse nationale.

_11° Consommation annuelle par individu_--Ce tableau, qui clôt la
première partie de l'ouvrage, n'est pas moins digne d'attention que les
précédents. Comme le titre l'annonce, il assigne pour chaque individu et
par département, la mesure de sa consommation en blé, viandes et
poissons.

      [Note du transcripteur: Le reste de cette colonne, soit environ 20
      lignes, est illisible dans le document qui nous a été fourni.]



Modes.--Travestissements.

[Illustration.]



SOLUTION DES QUESTIONS PROPOSÉES DANS LE DERNIER NUMÉRO.

I. Supposons que ces trois objets soient un anneau, un étui et un gant.
Affectez mentalement la lettre A au premier objet, la lettre E au
second, la lettre I au troisième.

Donnez aussi par la pensée des numéros aux trois personnes: l'une
portera le n° 1, une autre le nº 2, la troisième le nº 5.

Prenez 24 jetons et donnez 1 jeton à la première personne, 2 à la
seconde, 5 à la troisième; puis, laissant les 18 autres jetons à la
disposition de ces personnes, retirez-vous à l'écart en les invitant à
prendre chacune un des trois objets et une partie des jetons que vous
avez laisses, de manière que celle qui aura l'anneau prenne autant de
jetons que vous lui en avez donné d'abord; que celle qui a l'étui prenne
le double du nombre de jetons qu'elle a reçus; enfin, que celle qui a le
gant prenne, sur le reste des jetons, quatre fois autant de jetons
qu'elle en a reçu de vous.

Cela fait, regardez le nombre des jetons qui restent sur la table; ce
nombre ne peut être que l'un des six suivants:

   1      2      3     5       6       7

au devant desquels vous mettrez, par la pensée les mots suivants:

pAh-fEr cEsAr jAdIs dEvInt sI grAnd prIncE

dont voici l'usage:

Les deux voyelles A et E, que nous avons mises en capitales dans les
deux mots pAh-fEr, correspondant au chiffre 1, indiquent que lorsqu'il
ne reste qu'un jeton sur la table, c'est la première personne qui a pris
l'anneau (A) et la seconde qui a pris l'étui (E); de sorte que la
troisième a nécessairement le gant.

On verrait de même que les deux lettres E, A suivant l'ordre où elles se
présentent dans le mot cEsAr, qui correspond à un reste de deux jetons,
indiquent que la première personne a pris l'étui et la seconde l'anneau,
et ainsi de suite.

II. On sait que l'usage de tenir la pointe du pied en dehors n'a pas
toujours été de rigueur. Il paraît que, dans l'ancienne Rome, on
marchait avec la pointe du pied en avant, sans l'incliner en dehors plus
qu'en dedans. Parmi les Orientaux, au contraire, la dignité de la
démarche exige une position de jambe qui passerait pour ridicule
aujourd'hui chez les nations civilisées.--On peut en dire à peu près
autant de la démarche des grands personnages du dix-septième et du
dix-huitième siècle, telle que nous la représentent les dessins de
l'époque.

Cependant on ne peut disconvenir que l'équilibre du corps ne devienne
plus stable dans la marche ordinaire ou dans la station, lorsque la
pointe du pied est tournée modérément en dehors. C'est un fait
d'expérience journalière que chacun peut vérifier à chaque instant.
Montuela, géomètre distingué du siècle dernier, raconte avec une
bonhomie pleine de sens qu'il a cherché à confirmer ce fait par le
calcul, et à justifier par les lois de la mécanique l'idée de grâce que
nous attachons à l'usage de nous tenir avec les pieds en dehors. Voici
comment il a résolu le problème: Il pose dans le cinquantième numéro de
notre journal.

L'équilibre du corps sera d'autant plus stable que la base comprise
entre les points d'appui que nos pieds lui offrent sur le sol sera plus
considérable, car la verticale qui passe par notre centre de gravite
tombera plus difficilement en dehors de cette hase. Il s'agit donc,
étant donnée la position des talons, de chercher l'inclinaison la plus
avantageuse de la ligne médiane des pieds, pour que la surface de la
base qu'ils déterminent soit la plus grande possible. Or, ceci devient
un problème de géométrie dont l'énoncé serait le suivant: _Deux lignes
AD, BC, égales et mobiles sur les points A et B comme centres étant
données, déterminer leur position lorsque le quadrilatère ou trapèze
ABCD sera le plus grand possible._ Ce problème se résout avec la plus
grande facilité par les méthodes connues des géomètres pour les
problèmes de ce genre, et l'on déduit de cette solution la construction
suivante.

[Illustration.]

Sur la ligne Ad, égale à AD ou BC, faites le triangle isocèle HI;
ensuite, avant pris AI égal à AG ou un quart de AB, tirez la ligne KI et
prenez IE égale IK; puis sur GE élevez une perpendiculaire indéfinie qui
coupe en D le cercle décrit de A, comme centre, avec le rayon Ad:
l'angle DAE sera l'angle cherché.

Si la ligne AB, et conséquemment AG ou AI, est nulle, on trouvera que AE
sera égal à AH, et que l'angle DAE sera demi-droit. Ainsi, lorsqu'on a
les talons absolument appliqués l'un contre l'autre, l'angle que doivent
faire ensemble les lignes longitudinales de la plante des pieds est
demi-droit ou bien approchant du demi-droit, à cause de la petite
distance qu'il y a alors entre les deux points de rotation qui sont au
milieu des talons.

[Illustration.]

Supposons maintenant que la distance AB est égale à AD, on trouverait,
par le calcul, que l'angle DAE devrait être de 60 degrés.

En supposant AH égal à deux AD, ce calcul donnera l'angle DAE de 70
degrés à très-peu près. En faisant AB égal à trois fois la ligne AD,
l'angle DAE se trouvera à bien peu près de 74° 30'.

Le calcul confirme donc ce fait d'expérience, que les pieds doivent
tendre vers le parallélisme à mesure qu'ils s'écartent davantage, ainsi
que l'habitude reçue de les tourner légèrement en dehors pour un
écartement ordinaire.


NOUVELLES QUESTIONS A RÉSOUDRE.

I. Plusieurs nombres pris suivant leur suite naturelle étant disposés en
rond, deviner celui que quelqu'un aura pensé.

II. Donner un moyen sûr, au jeu de billard, pour amener la bille de son
adversaire dans une blouse en frappant obliquement cette blouse.



Rébus.

EXPLICATION DES DERNIERS RÉBUS:

I.

Tout ou rien.

II.

Tout passe avec le temps.

III.

Un grand homme appartient à l'univers.


[Illustration: nouveau rébus.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0052, 24 Février 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home