Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Histoire des Musulmans d'Espagne, t. 2/4 - jusqu'a la conquête de l'Andalouisie par les Almoravides (711-110))
Author: Dozy, Reinhart Pieter Anne, 1820-1883
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire des Musulmans d'Espagne, t. 2/4 - jusqu'a la conquête de l'Andalouisie par les Almoravides (711-110))" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images available at The Internet Archive)



                                HISTOIRE

                                  DES

                          MUSULMANS D’ESPAGNE



                                HISTOIRE
                                  DES
                          MUSULMANS D’ESPAGNE

                  JUSQU’A LA CONQUÊTE DE L’ANDALOUSIE
                          PAR LES ALMORAVIDES
                               (711-1110)

                                  PAR
                                R. DOZY

  Commandeur de l’ordre de Charles III d’Espagne, membre correspondant
 de l’académie d’histoire de Madrid, associé étranger de la Soc. asiat.
     de Paris, professeur d’histoire à l’université de Leyde, etc.

                             TOME DEUXIÈME

                                 LEYDE
                              E. J. BRILL
                       Imprimeur de l’Université

                                  1861



                                LIVRE II

                     LES CHRÉTIENS ET LES RENÉGATS



I.


Jusqu’ici les vainqueurs ont attiré exclusivement notre attention; les
vaincus vont avoir leur tour. Indiquer les circonstances qui
facilitèrent aux musulmans la conquête de l’Espagne; résumer dans ses
traits principaux l’histoire de cette conquête; exposer la situation que
les vainqueurs firent à la population chrétienne et l’influence
qu’exerça leur domination sur le sort d’une classe aussi infortunée que
nombreuse, celle des esclaves et des serfs; raconter en détail la longue
et opiniâtre résistance que toutes les classes de la société, que les
chrétiens et les renégats, les citadins et les montagnards, les riches
propriétaires et les esclaves affranchis, que des moines saintement
fanatiques et même des femmes courageuses et inspirées opposèrent aux
conquérants alors qu’une génération plus forte eut succédé à la
génération énervée du commencement du VIIIe siècle--tel sera le
sujet de cette partie de notre travail.

       *       *       *       *       *

Au moment où la Péninsule attira sur elle les cupides regards des
musulmans, elle était bien faible, bien facile à conquérir, car la
société y était dans une situation déplorable.

Le mal datait de loin. Province romaine, l’Espagne, sous les derniers
Césars, offre le même douloureux spectacle que les autres parties de
l’empire. «De tout ce qu’elle possédait autrefois, il ne lui reste que
son nom,» dit un auteur du Ve siècle[1]. D’une part on voit un petit
nombre de riches qui possèdent des domaines immenses, des _latifundia_;
de l’autre, une multitude de bourgeois ruinés, de serfs, d’esclaves. Les
riches, les privilégiés, les clarissimes, tous ceux enfin qui avaient
occupé les principales magistratures de l’empire, ou reçu du prince
seulement le titre honoraire de ces magistratures, étaient exempts des
charges qui pesaient sur la classe moyenne. Ils vivaient, au sein de la
mollesse et d’un luxe effréné, dans de superbes villas, aux bords d’un
beau fleuve, au pied d’une colline riante plantée de vignes et
d’oliviers. Là ils partageaient leur journée entre le jeu, les bains, la
lecture, l’équitation et les repas. Là, dans des salles dont les
murailles étaient couvertes de tapisseries peintes ou brodées d’Assyrie
et de Perse, des esclaves encombraient la table, à l’heure du dîner, des
mets les plus exquis, des vins les plus savoureux, tandis que les
convives, étendus sur des lits drapés en pourpre, improvisaient des
vers, prêtaient l’oreille à des chœurs de musiciens, ou regardaient
des danseurs[2].

La vue de cette opulence ne pouvait servir qu’à contrister la misère du
grand nombre par un contraste affligeant. La plèbe des villes, la
populace qui faisait des émeutes, n’était pas trop à plaindre, il est
vrai; on la craignait, on la ménageait, on la nourrissait avec des
distributions gratuites aux dépens des autres citoyens, on l’avilissait
par des spectacles grossiers et barbares; mais la classe moyenne, celle
des curiales, des petits propriétaires qui habitaient les villes et qui
étaient chargés de l’administration des affaires municipales, avait été
réduite, par la fiscalité romaine, à la plus profonde détresse. Le
régime municipal, destiné à servir de sauvegarde contre la tyrannie,
était devenu à la fois l’instrument et la victime de toutes les
oppressions. Constantin avait tari la source principale du revenu des
villes, des municipes, en s’emparant de leurs propriétés au moment même
où les dépenses municipales augmentaient, avec les progrès de la misère
publique; et pourtant les membres de la curie, c’est-à-dire tous les
citoyens d’une ville possédant une propriété foncière de plus de
vingt-cinq arpents et n’appartenant pas à la classe des privilégiés,
devaient suppléer de leurs deniers à l’insolvabilité des contribuables.
Les curiales ne pouvaient briser cette solidarité, qui était originaire
et héréditaire; ils étaient même en quelque sorte attachés à la glèbe,
car ils ne pouvaient aliéner leurs terres sans l’autorisation de
l’empereur qui, se considérant comme le propriétaire véritable de tout
le sol de l’empire, ne voyait dans ses sujets que des usufruitiers.
Maintefois dans leur désespoir les curiales désertaient leur poste et
leur ville pour entrer dans le service militaire, ou pour s’engager dans
le servage; mais le gouvernement, aux yeux de lynx, aux bras de fer,
manquait rarement de les découvrir, et alors il les replaçait de force
dans la curie; s’il n’y réussissait pas, il les remplaçait par des
hommes tarés, par des bâtards, par des hérétiques, par des juifs et des
repris de justice, car la dignité de curiale, jadis honorable et
privilégiée, était devenue une disgrâce et un châtiment[3].

Le reste de la population était colon ou esclave. L’esclavage agricole
n’avait pas disparu; mais depuis les commencements de la période
impériale, le colonat s’était formé d’un côté par l’appauvrissement et
la profonde détresse de la population libre des campagnes, de l’autre
par l’amélioration de la condition des esclaves agricoles. C’était une
condition intermédiaire entre la liberté et la servitude. N’ayant eu
d’abord d’autre règle que la coutume ou le contrat, le colonat était
devenu, depuis Dioclétien, une question d’ordre public, un intérêt
d’Etat, un objet de préoccupation constante pour le gouvernement forcé
de donner à tout prix des cultivateurs aux campagnes désertes et des
soldats à l’armée. Il avait reçu alors son organisation, sa police, ses
lois. Sous certains rapports les colons, qui rendaient au possesseur de
la terre qu’ils cultivaient une portion déterminée de ses produits,
avaient une position meilleure que les esclaves: ils contractaient un
véritable mariage, ce dont les esclaves étaient incapables; ils
pouvaient posséder comme propriétaires, et le patron ne pouvait leur
enlever leurs biens; seulement, ils ne pouvaient aliéner sans le
consentement du patron. Puis la loi les considérait sous un autre point
de vue que les esclaves. Ils payaient à l’Etat une contribution
personnelle, et le recrutement de l’armée les atteignait. Toutefois on
leur infligeait des châtiments corporels comme aux esclaves, et
l’affranchissement n’existait pas pour eux. Esclaves, non pas d’un
homme, mais du sol, ils étaient attachés aux champs qu’ils cultivaient
par un lien indissoluble et héréditaire, le propriétaire ne pouvant
disposer du champ sans les colons, ni des colons sans le champ[4].

Une classe plus malheureuse encore, c’était celle des esclaves, qu’on
vendait ou qu’on donnait comme un bœuf ou un meuble. Leur nombre
était immense comparé à celui des hommes libres. «Une fois, dit Sénèque,
on avait proposé dans le sénat de donner aux esclaves un habillement
distinctif;--cette proposition ne fut point adoptée: on craignait que
nos esclaves ne se missent à nous compter.» Sous le règne d’Auguste, un
affranchi, dont la fortune avait cependant subi de grandes pertes dans
les guerres civiles, possédait plus de quatre mille esclaves, et dans
les derniers temps de l’empire leur nombre semble avoir augmenté plutôt
que diminué. Un chrétien de la Gaule en possédait cinq mille, un autre,
huit mille[5]. On les traitait avec une rigueur impitoyable: souvent le
maître condamnait à trois cents coups de fouet le serviteur qui lui
faisait attendre l’eau chaude[6]. Et ce que ces infortunés avaient à
souffrir de leurs maîtres n’était rien encore en comparaison des
cruautés qu’ils avaient à subir de la part de leurs compagnons chargés
de les surveiller[7].

Pour se soustraire à la tyrannie des maîtres, des propriétaires, du
gouvernement, les curiales, les colons et les esclaves n’avaient qu’un
parti à prendre: c’était de s’enfuir dans les forêts et de se faire
bandits, Bagaudes comme on disait alors. Vivant dans les bois à la
manière des hommes primitifs, ils faisaient expier à leurs oppresseurs
les souffrances qu’ils en avaient subies en pillant leurs superbes
villas; et si un riche avait le malheur de tomber entre leurs mains, ils
savaient faire prompte et terrible justice[8]. Parfois plusieurs de ces
bandes se réunissaient en une seule, qui ne se bornait plus alors à des
brigandages, mais menaçait les cités, la société elle-même. Dans les
Gaules, sous le règne de Dioclétien, les Bagaudes avaient pris une
attitude si menaçante qu’il fallut envoyer contre eux une armée
considérable commandée par un César[9].

Une société rongée par tant de misères devait crouler au premier choc
d’une invasion. Le grand nombre se souciait peu d’être opprimé,
pressuré, fouetté par des Romains plutôt que par d’autres. Il n’y avait
que les privilégiés, les riches possesseurs de la glèbe, qui fussent
intéressés au maintien de ce qui existait. Profondément corrompus, usés
par la débauche, la plupart avaient perdu toute énergie. Cependant,
lorsque des nuées de barbares vinrent fondre sur les provinces romaines,
quelques-uns d’entre eux firent acte de patriotisme, d’égoïsme si l’on
veut. Les nobles de la Tarragonaise tâchèrent, mais sans succès,
d’arrêter les progrès des Visigoths[10]. Quand, sous le règne
d’Honorius, les Alains, les Vandales et les Suèves, après avoir franchi
le Rhin, mettaient les Gaules à feu et à sang et menaçaient l’Espagne,
pendant que la masse des habitants de ce pays attendait son sort avec
une froide indifférence et une tranquillité imperturbable, sans tenter
rien pour écarter le péril, deux frères nobles et riches, Didyme et
Vérinien, firent prendre les armes à leurs colons[11], et, s’étant
retranchés avec eux dans les défilés des Pyrénées, ils empêchèrent les
barbares de pénétrer en Espagne, tant ce pays était facile à défendre.
Mais quand ces deux frères eurent été faits prisonniers et décapités par
l’anti-César Constantin qu’ils avaient refusé de reconnaître; quand ce
Constantin eut confié la garde des Pyrénées aux Honoriens, c’est-à-dire
à un de ces corps de barbares que Rome avait pris à son service et
qu’elle opposait aux autres barbares; quand ces Honoriens se furent mis
à piller le pays qu’ils devaient préserver de l’invasion, et qu’afin
d’échapper à la punition due à un tel forfait, ils eurent ouvert les
défilés aux barbares qui pillaient les Gaules (409)[12]: alors nul ne
songea à la résistance. A l’approche des barbares, qui avançaient
sombres, irrésistibles, inévitables, on cherchait à s’étourdir sur le
péril par des orgies, à s’exalter le cerveau par le délire de la
débauche. Pendant que l’ennemi franchissait les portes de leur ville,
les riches, ivres et gorgés de mets, dansaient, chantaient; leurs lèvres
tremblantes allaient cherchant des baisers sur les épaules nues des
belles esclaves, et la populace, comme pour s’accoutumer à la vue du
sang et s’enivrer des parfums du carnage, applaudissait des gladiateurs
qui s’entr’égorgeaient dans l’amphithéâtre[13]. Pas une seule ville
espagnole n’eut le courage de soutenir un siège; partout les portes
s’ouvraient comme d’elles-mêmes aux barbares; ceux-ci entraient dans les
cités sans coup férir, les pillaient, les incendiaient, mais ils
n’avaient pas besoin de tuer, et s’ils le faisaient, c’était uniquement
pour rassasier leurs appétits sanguinaires.

Ce fut un temps horrible. Certes, cette génération inspire un mortel
dégoût par son énervement, sa lâcheté, sa corruption; pourtant on se
prend malgré soi à la plaindre. Le despotisme romain, tout insupportable
qu’il était, n’était rien pourtant en comparaison de la brutalité des
barbares. Dans la savante tyrannie des Césars il y avait eu au moins un
certain ordre et jusqu’à une certaine mesure: les Germains, dans leur
aveugle fureur, renversaient, écrasaient sans discernement tout ce qui
se rencontrait sur leur passage. Une désolation infinie descendit sur
les villes et les campagnes. A la suite de ces bouleversements
arrivaient des fléaux peut-être plus tristes encore, la famine et la
peste: on voyait des mères affamées égorger leurs enfants et se nourrir
de leur chair[14]. Les Baléares, Carthagène et Séville furent pillées
par les Vandales[15]. Heureusement pour l’Espagne ils passèrent en
Afrique (429), avec le petit nombre d’Alains qui avaient échappé au
glaive des Visigoths; mais les farouches Suèves, qui ne respiraient que
le carnage et la destruction, restèrent en Galice et furent quelque
temps maîtres de la Bétique et de la Carthaginoise. Presque toutes les
provinces de l’Espagne furent successivement le théâtre de leurs
ravages: la Lusitanie, la Carthaginoise et la Bétique, la Tarragonaise
et la Vasconie. Un terrible désordre régnait dans ces deux dernières
provinces: les Bagaudes, grossis d’une foule de colons et de
propriétaires ruinés, répandaient partout la terreur. Ennemis jurés de
Rome, ils furent tour à tour ennemis ou alliés des barbares. Dans la
Tarragonaise, où ils avaient à leur tête l’intrépide et audacieux
Basile, ils surprirent un corps de barbares au service de Rome, au
moment où ceux-ci étaient rassemblés dans l’église de Tirazone; ils les
égorgèrent jusqu’au dernier; l’évêque lui-même ne fut point épargné.
Puis Basile se réunit aux Suèves, pilla avec eux les environs de
Saragosse, et surprit Lérida, dont les habitants furent faits
prisonniers. Cinq années plus tard, les Suèves s’allièrent aux Romains
pour exterminer les Bagaudes.

Plus encore que les autres provinces, la Galice fut ravagée par les
Suèves; là était le centre de leur domination, là étaient leurs
repaires, là ils pillèrent et massacrèrent pendant plus de soixante ans.
Poussés à bout, les malheureux Galiciens firent enfin ce qu’ils auraient
dû faire dès le commencement: ils prirent les armes et se retranchèrent
dans des châteaux forts. Quelquefois ils étaient assez heureux pour
faire à leur tour des prisonniers; alors on se réconciliait, on
échangeait les captifs de part et d’autre, on se donnait réciproquement
des otages; mais bientôt après les Suèves, rompant la paix, se
remettaient à piller. Les Galiciens imploraient sans beaucoup de succès
le secours ou la médiation des gouverneurs romains des Gaules, ou de
cette partie de l’Espagne qui était restée romaine. Enfin d’autres
barbares, les Visigoths, vinrent combattre les Suèves; ils les
vainquirent dans une sanglante bataille livrée sur les bords de l’Orvigo
(456). Pour les Galiciens, ce fut bien moins une délivrance qu’un
nouveau péril. Les Visigoths pillèrent Braga; ils ne répandirent pas de
sang, mais ils traînèrent en esclavage une foule des habitants de la
ville, des églises profanées ils firent des écuries, ils dépouillèrent
les ecclésiastiques de tout, même de leur dernier vêtement. Et de même
que les habitants de la Tarragonaise s’étaient faits Bagaudes, ceux de
Braga et des environs s’organisèrent en bandes de partisans, de
brigands. A Astorga les Visigoths se montrèrent plus impitoyables
encore. Au moment où ils se présentèrent devant les portes de la ville,
elle était au pouvoir d’une bande de partisans qui prétendaient
combattre pour Rome. Ayant demandé et obtenu d’entrer comme amis, ils
firent un horrible massacre, emmenèrent en esclavage une foule de
femmes, d’enfants et d’ecclésiastiques, parmi lesquels se trouvaient
deux évêques, démolirent les autels, mirent le feu aux maisons et
ravagèrent les champs d’alentour. Palencia eut le même sort. Puis ils
allèrent assiéger un château non loin d’Astorga; mais le désespoir avait
rendu du courage et des forces aux Galiciens, et la garnison de ce
château se défendit si bien qu’elle soutint victorieusement un long
siége.

Les Visigoths étant retournés dans les Gaules, les Suèves recommencèrent
leurs brigandages et leurs atrocités. A Lugo une de leurs bandes fit une
soudaine irruption dans la salle où délibérait le conseil municipal, qui
croyait n’avoir rien à craindre parce qu’on était dans la semaine sainte
de Pâques; ces malheureux furent égorgés tous. A Coïmbre une autre bande
viola le traité qu’elle venait de conclure, et emmena les habitants en
esclavage[16]. Enfin les Visigoths conquirent peu à peu toute l’Espagne,
et bien qu’on dût leur céder les deux tiers du sol, leur domination
parut un adoucissement, comparée aux maux qu’on avait eu à souffrir des
terribles Suèves.

Au milieu de ces calamités sans nombre, de ce bouleversement universel,
il y avait eu un groupe d’hommes qui n’avaient jamais perdu courage, qui
avaient vu crouler le vieux monde sans trop de regrets, et qui, dans une
certaine mesure, avaient pris parti pour les barbares contre les
Romains, leurs compatriotes. C’était l’élite du clergé catholique,
l’école de saint Augustin. Dès le commencement des invasions, ces
prêtres s’étaient donné une peine infinie pour pallier les violences des
conquérants. Ils acceptaient un optimisme barbare sur cet océan de
malheurs. Disciple de l’évêque d’Hippone, à qui il dédia son ouvrage
historique, et contemporain de l’invasion des Alains, des Suèves et des
Vandales, le prêtre espagnol Paul Orose prétend que ces barbares, quand
ils se furent établis dans la Péninsule après l’avoir divisée entre eux,
traitèrent les Espagnols en alliés, en amis, et qu’au temps où il
écrivait (vers l’année 417) il y avait déjà des Espagnols qui aimaient
mieux être libres et pauvres sous la domination des barbares,
qu’opprimés et accablés d’impôts sous celle de Rome[17]. Un autre
prêtre, qui écrivait vingt ou trente ans plus tard, Salvien de
Marseille, va beaucoup plus loin; il est bien plus hardi. Ce qui, chez
Orose, n’est encore que le vœu d’une faible minorité, devient, sous
la plume du prêtre de Marseille, le vœu unanime de toute la
nation[18]. Rien n’eût été plus contraire à la nature des choses qu’une
telle disposition des esprits; aussi rien n’est plus faux. Non, il faut
le dire pour l’honneur de l’humanité, le sentiment de la dignité
nationale n’était pas éteint à ce point chez les sujets de Rome, qui
d’ailleurs avaient acquis la triste et douloureuse expérience qu’il est
un fléau pire que le despotisme lui-même. Trop faibles ou trop lâches
pour secouer le joug, ils avaient du moins conservé dans leur âme assez
de fierté pour haïr et détester les barbares. «Tu évites les barbares
qu’on dit mauvais; moi, j’évite même ceux qu’on dit bons,» écrit Sidoine
Apollinaire à un de ses amis[19], et en parlant ainsi, il exprime le
sentiment national bien mieux que les prêtres qui s’efforcent de
représenter l’invasion comme un bienfait de Dieu. Mais ils avaient
d’excellentes raisons, ces prêtres, pour écrire comme ils le faisaient.
D’abord aucun sentiment généreux ne les en empêchait. Ils ne savaient
point ce que c’est que le patriotisme. Ils n’avaient point de patrie
ici-bas; leur patrie, à eux, était au ciel. Ils n’étaient pas
compatissants non plus. Le pillage, le massacre même, les touchaient
médiocrement. «Qu’est-ce que cela fait à un chrétien qui aspire à la vie
éternelle, d’être enlevé à ce bas monde d’une manière ou d’une autre, à
telle ou telle époque de la vie?» demande Orose,[20] après avoir avoué,
un peu malgré lui sans doute, que les Suèves et leurs alliés avaient
commis beaucoup de meurtres. Les intérêts de l’Eglise étaient leur
unique préoccupation; dans chaque événement politique ils n’apercevaient
guère que ce qui servait à celle-ci ou lui pouvait nuire. Champions du
christianisme, ils avaient à réfuter les païens et même un grand nombre
de chrétiens qui, point encore suffisamment affermis dans la foi,
imputaient les désastres inouïs qui frappaient l’empire à l’abandon de
l’ancien culte, en disant que le christianisme avait porté malheur à la
grandeur romaine et que les anciens dieux l’avaient bien mieux gardée.
Les prêtres répondaient à ces impies en leur prouvant, comme l’avait
fait leur maître, le célèbre auteur de la _Cité de Dieu_, que le monde
romain avait toujours été malheureux et que les maux actuels n’étaient
pas aussi intolérables qu’on le prétendait[21]. Puis, ils avaient fort
bien saisi cette vérité, qu’à des idées nouvelles, comme les idées
chrétiennes l’étaient, il faut des hommes nouveaux. Ils n’avaient nulle
prise sur les nobles romains. Chrétiens pour la forme, parce que le
christianisme était devenu la religion de l’Etat, mais trop corrompus
pour se soumettre à l’austère moralité que prêchait cette religion, et
trop sceptiques pour croire à ses dogmes, ces clarissimes ne vivaient
que pour les festins, les plaisirs, les spectacles, et niaient tout
jusqu’à l’immortalité de l’âme[22]. «On préfère ici les spectacles aux
églises de Dieu, s’écrie Salvien dans sa sainte indignation[23]; on
dédaigne les autels, et l’on honore les théâtres. On aime tout, on
respecte tout; Dieu seul paraît méprisable et vil.... Presque tout ce
qui tient à la religion, on en rit chez nous.» Les mœurs des barbares
n’étaient pas plus pures: les prêtres sont bien forcés d’avouer qu’ils
étaient aussi injustes, aussi avares, aussi trompeurs, aussi cupides, en
un mot aussi corrompus que les Romains[24]: car on l’a dit avec raison,
il y a une analogie singulière entre les vices des décadences et les
vices de la barbarie. Mais à défaut de vertus, les barbares croyaient du
moins tout ce que leurs prêtres leur enseignaient[25]; ils étaient
dévots de leur nature. Dans le danger ils n’attendaient du secours que
de Dieu. Avant la bataille leurs rois priaient dans le cilice, ce dont
un général romain eût ri, et s’ils remportaient la victoire, ils
reconnaissaient dans leur triomphe la main de l’Eternel. Enfin, ils
honoraient le clergé, non-seulement leur clergé à eux, le clergé arien,
mais encore le clergé catholique, que les Romains méprisaient,
bafouaient, tout en se disant catholiques[26]. Comment s’étonner après
cela que les barbares se soient concilié la sympathie des prêtres? Sans
doute, ils étaient hérétiques, ils avaient été instruits par de mauvais
docteurs[27]; mais pourquoi les prêtres catholiques auraient-ils
désespéré de les convertir? et cette conversion une fois obtenue, quel
brillant avenir s’ouvrait alors pour l’Eglise!

Dans aucune province les espérances de ces esprits très-clairvoyants ne
furent trompées; mais nulle part elles ne se réalisèrent au même degré
qu’en Espagne, depuis que le roi Reccared et ses Visigoths eurent abjuré
l’hérésie arienne pour se faire catholiques (587). Dès lors le clergé
usa de tous les moyens pour adoucir et éclairer les Visigoths, déjà à
moitié romanisés avant leur arrivée en Espagne par un demi-siècle de
séjour dans les provinces romaines, et nullement insensibles aux
avantages de l’ordre et de la civilisation. C’est un spectacle curieux
que de voir les descendants des barbares qui avaient hanté les forêts de
la Germanie, pâlir sur les livres sous la direction des évêques; c’est
une curieuse correspondance que celle du roi Rékeswinth avec Braulion,
l’évêque de Saragosse: le roi remercie l’évêque d’avoir bien voulu
corriger un manuscrit qu’il lui avait envoyé, et il parle des fautes,
des étourderies, des sottises des copistes, _putredines ac vitia
scribarum, librariorum ineptiæ_, avec l’aplomb d’un Bentley ou d’un
Ruhnkenius[28]. Mais les évêques ne se bornèrent pas à former le cœur
et l’esprit des rois: ils se chargèrent aussi de donner des lois à
l’Etat et de le gouverner. Ils avaient été établis, par le Seigneur
Jésus-Christ, les recteurs des peuples, disaient-ils dans leurs
actes[29]. Entouré de ses grands, le roi venait se prosterner humblement
devant eux, quand ils étaient assemblés en concile à Tolède, pour les
prier, avec des soupirs et des larmes, de vouloir bien intervenir pour
lui auprès de Dieu, et de donner de sages lois à l’Etat[30]. Et les
évêques inculquèrent si bien aux rois que la piété devait être la
première de leurs vertus[31]; les rois, de leur côté, comprirent si bien
que la piété, c’était l’obéissance aux évêques, que même les plus
débauchés d’entre eux se laissèrent guider docilement par les évêques
dans les affaires publiques[32].

Voilà donc un nouveau pouvoir dans l’Etat, un pouvoir qui a absorbé tous
les autres et qui semble fait pour régénérer les mœurs et les
institutions. C’est de lui que les serfs attendent l’adoucissement de
leurs maux. Le clergé catholique, au temps où dominait l’hérésie
arienne, avait montré pour eux une tendre et paternelle sollicitude. Il
leur avait ouvert ses hôpitaux, et Masone, le pieux évêque de Mérida,
avait donné tant d’argent aux serfs de son église, qu’à Pâques ils
pouvaient lui faire cortége en robes de soie; sur son lit de mort, ce
saint homme avait émancipé ses esclaves les plus fidèles, après leur
avoir assuré les moyens de vivre convenablement[33]. Le clergé, on s’en
tient convaincu, va abolir le servage, contraire, sinon à la lettre, du
moins à l’esprit de l’Evangile. Cette généreuse doctrine, il l’a
hautement proclamée quand il était faible[34]; il va la mettre en
pratique maintenant qu’il est tout-puissant.

Etrange erreur! Arrivé au pouvoir, le clergé désavoue les maximes qu’il
avait professées alors qu’il était pauvre, méprisé, opprimé, persécuté.
Désormais en possession de vastes terres peuplées d’une foule de serfs,
de superbes palais encombrés d’esclaves, les évêques s’aperçoivent
qu’ils sont allés trop vite, que le temps d’émanciper les serfs n’est
point encore venu, que pour le faire il faudra attendre encore je ne
sais combien de siècles. Saint Isidore de Péluse s’étonnait, dans les
déserts de la Thébaïde, qu’un chrétien pût avoir un esclave; un autre
saint Isidore, le célèbre évêque de Séville qui fut longtemps l’âme des
conciles de Tolède et «la gloire de l’Eglise catholique,» comme disaient
les Pères du huitième de ces conciles, ne reproduit pas, en parlant de
l’esclavage, les doctrines de son homonyme, mais celles des _Sages_ de
l’antiquité, d’Aristote et de Cicéron. «La nature, avait dit le
philosophe grec, a créé les uns pour commander, les autres pour obéir;»
et le philosophe romain avait dit: «Il n’y a pas d’injustice à ce que
ceux-là servent qui ne savent pas se gouverner.» Isidore de Séville dit
la même chose[35]; seulement il est en contradiction avec lui-même, car
il avoue que devant Dieu tous les hommes sont égaux, et que le péché du
premier homme, dans lequel il cherche l’origine de la servitude, a été
vaincu par la rédemption. Loin de nous la pensée de vouloir reprocher au
clergé de ne pas avoir affranchi les esclaves, ou de vouloir combattre
l’opinion de ceux qui affirment que l’esclave n’était pas capable de la
liberté: nous ne discutons pas, nous nous bornons à constater un fait
qui eut des suites très-importantes, à savoir que le clergé, dans son
inconséquence, ne remplit point l’attente des serfs. Le sort de ces
malheureux, au lieu de s’adoucir, s’aggrava. Les Visigoths, de même que
d’autres peuples d’origine germanique le firent dans d’autres provinces
romaines, leur imposèrent des services personnels, des corvées. Un
usage digne d’être remarqué et inconnu aux Romains, ce semble, c’est que
souvent une famille d’esclaves avait à rendre au maître un service
déterminé et héréditaire; une telle était chargée, de père en fils, de
la culture de la terre, une autre, de la pêche, une troisième, de la
garde des troupeaux, une quatrième, du métier de charpentier, une
cinquième, de celui de forgeron, et ainsi de suite[36]. Ni le serf ni
l’esclave ne pouvait se marier sans le consentement de son seigneur; au
cas où il s’était marié sans avoir obtenu ce consentement, son mariage
était considéré comme nul et on le séparait de force de sa femme. Quand
un homme de condition servile avait épousé une femme appartenant à un
autre seigneur, les enfants nés de ce mariage se divisaient par moitié
entre les deux seigneurs. Dans ces circonstances la loi des Visigoths
était donc moins humaine que celle de l’empire, car l’empereur
Constantin avait défendu de séparer les femmes de leurs maris, les fils
de leurs pères, les frères de leurs sœurs[37]. En général on ne peut
douter que la condition de la classe servile n’ait été fort dure sous la
domination des Visigoths, quand on examine leurs lois nombreuses et
sévères contre les serfs et les esclaves fugitifs, et quand on voit
qu’au huitième siècle les serfs dans les Asturies, où leur condition
était restée ce qu’elle avait été dans toute l’Espagne, se révoltèrent
en masse contre leurs seigneurs.

Si les évêques n’améliorèrent point la condition des serfs, ils ne
firent rien non plus pour la classe moyenne. Les curiales restèrent ce
qu’ils étaient, la propriété de la terre; qui plus est, aucun citadin
n’avait plus le droit de vendre ses biens[38]. L’esprit de fiscalité
avait passé des empereurs aux rois goths avec les autres traditions
romaines; il semble même que les disciples surpassèrent bientôt leurs
maîtres. La bourgeoisie resta donc misérable, ruinée; les conciles ne le
nient pas[39].

Toutes les plaies de l’époque romaine, la propriété condensée en grandes
masses, l’esclavage, le servage général, en vertu duquel des
cultivateurs furent assignés à la terre et des propriétaires aux
propriétés, tout cela subsista.

Encore si ceux qui se disaient les recteurs des peuples établis par
Jésus-Christ, se fussent bornés à laisser les choses à peu près comme
ils les avaient trouvées! Mais, hélas! dans leur fanatisme, ils se
mirent à persécuter, avec une cruauté inouïe, une race alors fort
nombreuse en Espagne. C’était dans la nature des choses. Un historien
éminent l’a dit avec raison: «Toutes les fois qu’au moyen âge l’esprit
humain s’avisa de demander comment ce paradis idéal d’un monde asservi à
l’Eglise n’avait réalisé ici-bas que l’Enfer, l’Eglise, voyant
l’objection, se hâta de l’étouffer, disant: «c’est le courroux de Dieu!
c’est le crime des juifs! Les meurtriers de Notre-Seigneur sont impunis
encore!» On se jetait sur les juifs.» (Michelet).

Les persécutions avaient commencé en 616, sous le règne de Sisebut. On
avait ordonné alors aux juifs de se convertir avant une année révolue;
ce terme expiré, si les juifs persévéraient dans leurs croyances, ils
seraient exilés après avoir reçu cent coups de fouet et leurs biens
seraient confisqués. On dit que, saisis de crainte, plus de
quatre-vingt-dix mille juifs reçurent alors le baptême et que c’était la
moindre partie. Ces conversions, il est à peine besoin de le dire,
n’étaient qu’apparentes; les nouveaux convertis continuaient en secret à
circoncire leurs enfants et à pratiquer tous les autres rites de la
religion de Moïse; mais n’était-ce pas en outre tenter l’impossible que
de vouloir convertir par la force une race aussi nombreuse? Les évêques
du quatrième concile de Tolède semblent en avoir jugé ainsi; mais tout
en permettant aux juifs de rester fidèles à la religion de leurs
ancêtres, ils ordonnèrent cependant que leurs enfants leur seraient ôtés
pour être élevés dans le christianisme. Puis le clergé, se repentant de
sa demi-tolérance, revint aux mesures extrêmes, et le sixième concile de
Tolède ordonna qu’à l’avenir aucun roi élu ne pourrait entrer dans
l’exercice de la royauté qu’il n’eût préalablement juré de faire
exécuter les édits promulgués contre cette race abominable. Cependant,
en dépit de toutes les lois et de toutes les persécutions, les juifs
subsistèrent en Espagne; par une étrange anomalie, ils y possédaient
même des terres[40], et tout porte à croire que les lois rendues contre
eux furent rarement exécutées dans toute leur rigueur. On le voulait
bien, mais on ne le pouvait pas.

Pendant quatre-vingts ans les juifs souffrirent en silence; mais alors,
leur patience ayant été poussée à bout, ils résolurent de se venger de
leurs oppresseurs. Vers l’année 694, dix-sept ans avant que l’Espagne
fût conquise par les musulmans, ils projetèrent un soulèvement général
avec leur coreligionnaires de l’autre côté du Détroit, où plusieurs
tribus berbères professaient le judaïsme et où les juifs exilés
d’Espagne avaient trouvé un refuge. La révolte devait probablement
éclater sur plusieurs points à la fois, au moment où les juifs d’Afrique
seraient débarqués sur les côtes de l’Espagne; mais avant le moment fixé
pour l’exécution, le gouvernement fut averti du complot. Le roi Egica
prit aussitôt les mesures commandées par la nécessité; ensuite, ayant
convoqué un concile à Tolède, il informa ses guides spirituels et
temporels des coupables projets des juifs, et les pria de punir
sévèrement cette race maudite. Après avoir entendu les dépositions de
quelques Israélites, d’où il résultait que le complot ne tendait à rien
moins qu’à faire de l’Espagne un Etat juif, les évêques, frémissant de
colère et d’indignation, condamnèrent tous les juifs à perdre leurs
biens et leur liberté. Le roi les donnerait comme esclaves aux
chrétiens, même à ceux qui jusque-là avaient été esclaves des juifs et
que le roi affranchirait. Les maîtres devaient s’engager à ne pas
tolérer que leurs nouveaux esclaves pratiquassent les cérémonies de
l’ancienne loi; ils devaient leur ôter leurs enfants aussitôt que
ceux-ci auraient atteint leur septième année, les faire élever dans le
christianisme, et ne pas permettre le mariage entre juifs, l’esclave
juif ne pouvant épouser qu’une esclave chrétienne, et une juive ne
pouvant avoir pour mari qu’un esclave chrétien.[41]

On ne peut douter que ces décrets n’aient été exécutés dans toute leur
rigueur. Cette fois il s’agissait de punir, non-seulement des mécréants,
mais des conspirateurs fort dangereux. A l’époque où les musulmans
conquirent le nord-ouest de l’Afrique, les juifs d’Espagne gémissaient
donc sous un joug intolérable; ils appelaient de tous leurs vœux le
moment de leur délivrance, et des conquérants qui, moyennant un léger
tribut, leur rendraient la liberté et leur permettraient le libre
exercice de leur culte, devaient leur apparaître comme des sauveurs
envoyés par le ciel.

Les juifs, les serfs, les bourgeois appauvris, c’étaient autant
d’ennemis implacables que cette société lézardée et craquant de toutes
parts nourrissait dans son sein. Et pourtant les classes privilégiées
n’avaient à opposer à des envahisseurs que des serfs chrétiens ou juifs.
Déjà dans les derniers temps de l’empire romain, les colons, comme nous
l’avons vu, servaient dans les armées. Les Visigoths avaient maintenu
cet usage. Aussi longtemps qu’ils avaient conservé leur esprit martial,
il n’avait pas été nécessaire de fixer le nombre de serfs que chaque
propriétaire devait fournir pour son contingent; mais plus tard, quand
ils eurent pris goût à s’enrichir par le travail des esclaves et des
serfs, il devint urgent que la loi pourvît au recrutement de l’armée.
C’est ce que sentit le roi Wamba. Se plaignant dans un de ses décrets de
ce que les propriétaires, préoccupés de la culture de leurs champs,
enrôlaient à peine la vingtième partie de leurs serfs quand on les
appelait aux armes, il ordonna que dans la suite chaque propriétaire,
qu’il fût goth ou romain, enrôlât la dixième partie de ses serfs[42].
Postérieurement on semble même avoir ordonné aux propriétaires d’enrôler
la moitié de leurs serfs[43]. Le nombre des serfs dans les armées devait
donc surpasser de beaucoup celui des hommes libres; ce qui revient à
dire que la défense de l’Etat avait été principalement confiée à ceux
qui étaient bien plus disposés à faire cause commune avec l’ennemi qu’à
combattre pour leurs oppresseurs.



II.


L’Espagne des Visigoths, on l’a vu, était gouvernée plus mal encore que
l’Espagne des Romains. L’Etat avait depuis longtemps en lui le germe de
la dissolution; sa faiblesse était telle que, la trahison aidant, une
armée de douze mille hommes fut suffisante pour le bouleverser en un
clin d’œil.

Le gouverneur de l’Afrique, Mousâ ibn-Noçair, avait étendu les limites
de l’empire arabe jusqu’à l’Océan. Seule la ville de Ceuta lui résistait
encore. Elle appartenait à l’empire byzantin qui avait possédé autrefois
tout le littoral de l’Afrique; mais l’empereur étant à une trop grande
distance pour pouvoir lui prêter un secours bien efficace, elle
entretenait des relations très-étroites avec l’Espagne. Aussi Julien, le
gouverneur de la ville, avait envoyé sa fille à la cour de Tolède, afin
qu’elle y reçût une éducation en harmonie avec sa naissance; mais elle
eut le malheur de plaire au roi Roderic, qui la déshonora. Outré de
colère, Julien ouvrit à Mousâ les portes de sa ville, après avoir conclu
avec lui un traité avantageux; puis il lui parla de l’Espagne,
l’engagea à en tenter la conquête, et mit ses vaisseaux à sa
disposition. Mousâ écrivit au calife Walîd pour lui demander des ordres.
Le calife jugea l’entreprise trop dangereuse. «Faites explorer l’Espagne
par des troupes légères, répondit-il à Mousâ, mais gardez-vous, pour le
moment du moins, d’exposer une grande armée aux périls d’une expédition
d’outre-mer.» Mousâ envoya donc en Espagne un de ses clients, nommé
Abou-Zora Tarîf, avec quatre cents hommes et cent chevaux. Ces troupes
passèrent le Détroit dans quatre bâtiments qui leur avaient été fournis
par Julien, pillèrent les environs d’Algéziras, et retournèrent en
Afrique (juillet 710).

L’année suivante, Mousâ profita de l’éloignement de Roderic, occupé à
dompter une révolte des Basques, pour envoyer en Espagne un autre de ses
clients, Târic ibn-Ziyâd, le général de son avant-garde, avec sept mille
musulmans. C’étaient presque tous des Berbers, et Julien les
accompagnait. Ils passèrent successivement le Détroit dans les quatre
navires dont Tarîf s’était servi, les musulmans n’en ayant pas d’autres.
Târic les réunit sur la montagne qui aujourd’hui encore porte son nom
(Gebal-Târic, Gibraltar). Au pied de cette montagne se trouvait la ville
de Carteya[44]. Târic envoya contre elle une division commandée par un
des rares officiers arabes qui se trouvaient dans son armée, à savoir
Abdalmélic, de la tribu de Moâfir[45]. Carteya tomba au pouvoir des
musulmans[46], et Târic s’était déjà avancé jusqu’au lac qui porte le
nom de Lago de la Janda, lorsqu’il apprit que le roi Roderic marchait
contre lui à la tête d’une armée nombreuse. Comme il n’avait que quatre
navires, il lui eût été difficile de reconduire ses troupes en Afrique,
lors même qu’il l’eût voulu; mais il n’y songea même pas; l’ambition, la
cupidité, le fanatisme le poussaient en avant. Il fit demander des
renforts à Mousâ, et celui-ci se servit des vaisseaux qu’il avait fait
construire depuis le départ de son lieutenant, pour lui envoyer encore
cinq mille Berbers. Les forces de Târic s’élevaient donc à douze mille
hommes. C’était bien peu en comparaison de la grande armée de Roderic;
mais la trahison vint en aide aux musulmans.

Roderic avait usurpé la couronne qu’il portait. Appuyé par plusieurs
grands, il avait détrôné, et même tué à ce qu’il paraît, son
prédécesseur Witiza. Il avait donc contre lui un parti très-puissant, à
la tête duquel se trouvaient les frères et les fils du dernier roi. Ce
parti, il voulait en gagner les chefs, et au moment où il marchait
contre Târic, il les avait invités à se joindre à lui. La loi les y
obligeait, et ils vinrent, mais le cœur plein de ressentiment, de
haine, de défiance. Roderic tâcha de les apaiser, de les rassurer, de se
les attacher, mais avec si peu de succès qu’ils formèrent entre eux le
projet de le trahir dès qu’on en serait venu aux mains avec l’ennemi. Ce
n’est pas qu’ils eussent l’intention de livrer leur patrie aux Berbers;
ils ne pouvaient avoir un tel dessein, car ils convoitaient le pouvoir,
le trône, et livrer le pays aux Africains n’était pas le moyen
d’atteindre ce but. Le fait est qu’à leur avis (et au fond ils avaient
raison) les Berbers n’étaient pas venus sur le territoire du royaume
pour y établir leur domination, mais seulement pour y faire une razzia.
«Tout ce que veulent ces étrangers, se dirent-ils, c’est du butin; et
quand ils l’auront, ils retourneront en Afrique.» Ce qu’ils voulaient,
c’était que Roderic perdît dans une déroute sa renommée de capitaine
vaillant et heureux, afin qu’ils fussent en état de faire valoir, avec
plus de succès qu’auparavant, leurs prétentions à la couronne. Il se
pouvait aussi que Roderic fût tué, et ce cas échéant, leurs chances
étaient meilleures encore. En un mot, ils se laissaient guider par un
étroit égoïsme et ils manquaient de prévoyance; mais s’ils livrèrent
leur patrie aux mécréants, ils le firent sans le savoir, sans le
vouloir.

La bataille eut lieu sur les bords du Wâdî-Bocca[47] (19 juillet 711).
Les deux ailes de l’armée espagnole étaient commandées par deux fils de
Witiza, et se composaient principalement des serfs de ces princes. Ces
serfs obéirent volontiers à leurs maîtres qui leur ordonnèrent de
tourner le dos à l’ennemi. Le centre, qui se trouvait sous les ordres de
Roderic lui-même, tint ferme quelque temps; mais à la fin il lâcha pied,
et alors les musulmans firent un grand carnage des chrétiens. Roderic
fut tué à ce qu’il semble; il ne reparut pas du moins, et le pays se
trouva sans roi au moment où il en avait le plus besoin. Târic profita
de cette circonstance. Au lieu de retourner en Afrique, comme on pensait
qu’il le ferait et comme Mousâ le lui avait ordonné, il marcha hardiment
en avant. Ce fut assez pour que l’empire vermoulu croulât soudainement.
Tous les mécontents et tous les opprimés facilitèrent leur tâche aux
envahisseurs. Les serfs ne voulurent point remuer, de peur de sauver
leurs maîtres avec eux. Les juifs s’insurgèrent partout et se mirent à
la disposition des musulmans. Après avoir remporté une nouvelle victoire
près d’Ecija, Târic put donc marcher vers Tolède avec le gros de ses
troupes, et envoyer des détachements contre Cordoue, Archidona et
Elvira. Archidona fut occupée sans coup férir, les habitants étant
allés chercher un refuge dans les montagnes. Elvira fut prise de vive
force, et la garde en fut confiée à une garnison composée de juifs et de
musulmans. Cordoue fut livrée aux Africains par un berger, un serf, qui
leur indiqua une brèche par laquelle ils purent pénétrer dans la ville.
A Tolède les chrétiens furent trahis par les juifs. Une indicible
confusion régnait partout. Les patriciens et les prélats semblaient
avoir perdu la tête. «Dieu avait rempli de crainte les cœurs des
infidèles,» dit un chroniqueur musulman, et de fait, ce fut un sauve qui
peut général. A Cordoue on n’avait pas trouvé de patriciens: ils
s’étaient rendus à Tolède; à Tolède on n’en trouva pas non plus: ils
s’étaient réfugiés en Galice. Le métropolitain avait même quitté
l’Espagne: pour plus de sûreté, il était allé à Rome. Ceux qui n’avaient
pas cherché leur salut dans la fuite songèrent plutôt à obtenir des
traités qu’à se défendre. Les princes de la famille de Witiza furent de
ce nombre. Faisant valoir leur trahison comme un titre à la
reconnaissance des musulmans, ils demandèrent et obtinrent les domaines
de la couronne, dont les rois n’avaient eu que l’usufruit[48] et qui se
composaient de trois mille métairies. En outre Oppas, un frère de
Witiza, fut nommé gouverneur de Tolède.

Par une bonne fortune à laquelle personne ne s’était attendu, une
simple razzia était donc devenue une conquête. Mousâ fut fort mécontent
de ce résultat. Il voulait bien que l’Espagne fût conquise, mais il ne
voulait pas qu’elle le fût par un autre que lui; il enviait à Târic la
gloire et les avantages matériels de la conquête. Heureusement il y
avait encore quelque chose à faire dans la Péninsule: Târic n’avait pas
pris toutes les villes, il ne s’était pas approprié toutes les richesses
du pays. Mousâ résolut donc de se rendre en Espagne, et dans le mois de
juin 712, il passa le Détroit, accompagné de dix-huit mille Arabes. Il
prit Medina-Sidonia, et les Espagnols qui s’étaient réunis à lui se
chargèrent de lui livrer Carmona. Ils se présentèrent armés devant les
portes de la ville, et, se donnant pour des hommes qui avaient pris la
fuite à l’approche de l’ennemi, ils demandèrent et obtinrent la
permission d’entrer dans la ville, après quoi ils profitèrent de
l’obscurité de la nuit pour ouvrir les portes aux Arabes. Séville fut
plus difficile à prendre. C’était la plus grande ville du pays; il
fallut l’assiéger pendant plusieurs mois avant qu’elle se rendît. Mérida
prêta aussi une longue et vigoureuse résistance, mais elle finit par
capituler (1 juin 713). Mousâ se mit ensuite en route vers Tolède. Târic
alla à sa rencontre pour lui présenter ses hommages, et du plus loin
qu’il l’aperçut, il mit pied à terre; mais Mousâ était si irrité contre
lui, qu’il lui donna des coups de fouet. «Pourquoi as-tu marché en
avant sans ma permission? lui dit-il; je t’avais ordonné de faire
seulement une razzia et de retourner ensuite en Afrique.»

Le reste de l’Espagne, à l’exception de quelques provinces du nord, fut
conquis sans difficulté. La résistance ne servait à rien; faute d’un
chef, elle manquait de direction et de plan. L’intérêt commandait
d’ailleurs aux Espagnols de se soumettre au plus vite. En le faisant,
ils obtenaient des traités assez avantageux, tandis que, s’ils
succombaient après avoir essayé de se défendre, ils perdaient leurs
biens[49].

En général, la conquête ne fut pas une grande calamité. Au commencement,
il est vrai, il y eut un temps d’anarchie, comme à l’époque de
l’invasion des Germains. Les musulmans pillèrent en plusieurs endroits,
brûlèrent quelques villes, pendirent des patriciens qui n’avaient pas eu
le temps de se sauver, et tuèrent des enfants à coups de poignard; mais
le gouvernement arabe réprima bientôt ces désordres et ces atrocités, et
quand la tranquillité fut rétablie, la population énervée de ce temps-là
subit son sort sans trop de murmures. Et en vérité, la domination arabe
fut pour le moins aussi tolérable que celle des Visigoths l’avait été.
Les conquérants laissèrent aux vaincus leurs lois et leurs juges; ils
leur donnèrent des comtes ou gouverneurs de leur nation, qui étaient
chargés de percevoir les impôts qu’ils avaient à payer et de régler les
différends qui pouvaient s’élever entre eux. Les terres des districts
conquis de vive force, de même que celles qui avaient appartenu à
l’Eglise ou à des patriciens qui s’étaient retirés dans le nord, furent
divisées entre les conquérants; mais les serfs qui y habitaient y
restèrent. C’était dans la nature des choses, et les Arabes en
agissaient partout ainsi. Les indigènes seuls connaissaient les procédés
de l’agriculture[50], et d’ailleurs les conquérants étaient beaucoup
trop fiers pour s’en occuper. On imposa donc aux serfs l’obligation de
cultiver les terres comme par le passé et de rendre au propriétaire
musulman quatre cinquièmes des récoltes et des autres produits de la
terre. Ceux qui demeuraient sur le domaine de l’Etat--et ils étaient
nombreux, car le domaine comprenait la cinquième partie des terres
confisquées--ne devaient céder que la troisième partie des récoltes. Au
commencement ils la cédaient au trésor; mais dans la suite cet état de
choses se modifia. On forma des fiefs d’une partie du domaine, et ces
fiefs furent donnés aux Arabes qui vinrent s’établir plus tard en
Espagne, à ceux qui accompagnaient Samh et aux Syriens qui arrivèrent
avec Baldj. Les cultivateurs chrétiens, toutefois, ne perdirent rien à
cette mesure; la seule différence pour eux, c’était qu’au lieu de
donner à l’Etat la troisième partie des produits du sol, ils devaient la
donner aux feudataires. Quant aux autres chrétiens, leur position
dépendait des traités qu’ils avaient pu obtenir, et quelques-uns de ces
traités étaient fort avantageux. Ainsi les habitants de Mérida qui se
trouvaient dans la ville au moment de la capitulation, conservèrent tous
leurs biens; ils ne cédèrent que les propriétés et les ornements des
églises. Dans la province dont Théodemir était gouverneur et qui
comprenait entre autres villes celles de Lorca, de Mula, d’Orihuela et
d’Alicante, les chrétiens ne cédèrent absolument rien. Ils s’engagèrent
seulement à payer un tribut, partie en argent, partie en nature[51]. En
général on peut dire que les chrétiens conservèrent la plupart de leurs
biens. Ils obtinrent en outre le droit de les aliéner, droit qu’ils
n’avaient pas eu du temps des Visigoths. De leur côté, ils étaient
obligés de payer à l’Etat la capitation qui était de quarante-huit
dirhems pour les riches, de vingt-quatre pour la classe moyenne, et de
douze dirhems pour ceux qui vivaient d’un travail manuel[52]. Elle se
payait par douzièmes, à la fin de chaque mois lunaire[53]; mais les
femmes, les enfants, les moines, les estropiés, les aveugles, les
malades, les mendiants et les esclaves en étaient exempts. En outre, les
propriétaires devaient payer le _kharâdj_, c’est-à-dire un impôt sur les
productions qui se réglait sur la nature du sol de chaque contrée, mais
qui s’élevait ordinairement à vingt pour cent. La capitation cessait
pour celui qui embrassait l’islamisme; le _kharâdj_, au contraire,
continuait, nonobstant la conversion du propriétaire.

En comparaison de ce qu’elle avait été, la condition que les musulmans
firent aux chrétiens n’était donc pas trop dure. Joignez-y que les
Arabes étaient fort tolérants. En matière de religion, ils ne
violentaient personne. Qui plus est, le gouvernement, à moins qu’il ne
fût très-pieux (et c’était l’exception), n’aimait pas que les chrétiens
se fissent musulmans: le trésor y perdait trop[54]. Aussi les chrétiens
ne se montrèrent pas ingrats. Ils surent gré aux conquérants de leur
tolérance et de leur équité; ils préféraient leur domination à celle des
Germains, à celle des Francs par exemple[55], et dans tout le cours du
VIIIe siècle les révoltes furent très-rares; les chroniqueurs n’en
ont enregistré qu’une seule, celle des chrétiens de Béja, et encore
semble-t-il que ceux-ci ne furent que les instruments d’un chef arabe
ambitieux[56]. Même les prêtres, dans les premiers temps du moins,
n’étaient pas trop mécontents, quoiqu’ils eussent le plus de motifs pour
l’être. On peut se faire une idée de leur manière de voir, quand on lit
la chronique latine qui a été écrite à Cordoue en 754 et que l’on
attribue, mais à tort, à un certain Isidore de Béja. Quoique homme
d’église, l’auteur de cette chronique est beaucoup plus favorable aux
musulmans qu’aucun autre écrivain espagnol antérieur au XIVe siècle.
Ce n’est pas qu’il manque de patriotisme; au contraire, il déplore les
malheurs de l’Espagne, et la domination arabe est pour lui la domination
des barbares, _efferum imperium_; mais s’il hait les conquérants, il
hait en eux des hommes d’une autre race bien plus que des hommes d’une
autre religion. Les actes qui auraient fait bondir d’indignation les
ecclésiastiques d’une autre époque, ne lui arrachent pas un mot de
blâme. Il raconte, par-exemple, que la veuve du roi Roderic épousa
Abdalazîz, le fils de Mousâ; mais il ne se scandalise pas de ce mariage,
il semble le trouver tout à fait naturel.

Sous certains rapports, la conquête arabe fut même un bien pour
l’Espagne: elle produisit une importante révolution sociale, elle fit
disparaître une grande partie des maux sous lesquels le pays gémissait
depuis des siècles.

Le pouvoir des classes privilégiées, du clergé et de la noblesse, était
amoindri, presque anéanti, et comme les terres confisquées avaient été
partagées entre un très-grand nombre d’individus, on avait,
comparativement du moins, la petite propriété. C’était un grand bonheur,
et ce fut une des causes de l’état florissant de l’agriculture dans
l’Espagne arabe. D’un autre côté, la conquête avait amélioré la
condition des classes serviles. L’islamisme était bien plus favorable à
l’émancipation des esclaves que le christianisme tel que l’entendaient
les évêques du royaume visigoth. Parlant au nom de l’Eternel, Mahomet
avait ordonné de permettre aux esclaves de se racheter. Affranchir un
esclave était une bonne œuvre, et plusieurs délits pouvaient s’expier
de cette manière. Aussi l’esclavage chez les Arabes n’était ni dur ni
long. Souvent l’esclave était déclaré libre après quelques années de
service, surtout quand il avait embrassé l’islamisme. Le sort des serfs
qui se trouvaient sur les terres des musulmans s’améliora aussi. Ils
devinrent en quelque sorte des fermiers et ils jouirent d’une certaine
indépendance, car, comme leurs maîtres ne daignaient pas s’occuper des
travaux agricoles, ils avaient toute liberté de cultiver la terre comme
ils l’entendaient. Quant aux esclaves et aux serfs des chrétiens, la
conquête leur fournit, pour recouvrer la liberté, un moyen très-facile.
A cet effet ils n’avaient qu’à s’enfuir sur la propriété d’un musulman
et à prononcer ces paroles: «Il n’y a qu’un seul Dieu et Mahomet est
l’envoyé de Dieu.» Dès lors ils étaient musulmans et «affranchis
d’Allah,» comme disait Mahomet. Nombre de serfs devinrent libres de
cette manière, et il ne faut pas s’étonner de la facilité avec laquelle
ils abandonnèrent le christianisme. Malgré le pouvoir illimité dont le
clergé avait joui du temps des Visigoths, cette religion n’avait pas
poussé en Espagne des racines bien profondes. Presque entièrement
païenne à l’époque où Constantin fit du christianisme la religion de
l’Etat, l’Espagne était demeurée si longtemps fidèle à l’ancien culte
que, du temps de la conquête arabe, le paganisme et le christianisme se
disputaient encore le terrain, et que les évêques se voyaient forcés de
fulminer des menaces et de prendre des mesures énergiques contre les
adorateurs des faux dieux[57]. Chez ceux qui se disaient chrétiens, le
christianisme était plus sur les lèvres qu’au fond du cœur. Les
descendants des Romains avaient conservé quelque chose du scepticisme de
leurs ancêtres; ceux des Goths s’intéressaient si peu aux questions
religieuses, que d’Ariens ils étaient devenus catholiques aussitôt que
le roi Reccared leur en eut donné l’exemple. Distraits par d’autres
soins, les riches prélats du royaume visigoth, qui avaient à réfuter des
hétérodoxes, à discuter des dogmes et des mystères, à gouverner l’Etat,
à persécuter les juifs, n’avaient pu trouver le loisir «de se faire
petits avec les petits, de murmurer avec eux les premières paroles de la
vérité, de même qu’un père se plaît à bégayer les premiers mots avec son
enfant,» comme disait saint Augustin, et s’ils avaient fait accepter le
christianisme, ils ne l’avaient pas fait aimer. Il n’est donc pas
étrange que les serfs n’aient pu résister à la tentation alors que les
conquérants leur offraient la liberté à condition qu’ils embrasseraient
l’islamisme. Quelques-uns de ces infortunés étaient encore païens; les
autres connaissaient si peu le christianisme, l’éducation religieuse
qu’ils avaient pu recevoir avait été si élémentaire ou plutôt si nulle,
que le mystère catholique et le mystère musulman étaient également
impénétrables pour eux[58]; mais ce qu’ils ne savaient et ne
comprenaient que trop, c’est que les prêtres avaient cruellement trompé
les espérances d’affranchissement qu’ils leur avaient inspirées un jour,
et ce qu’ils voulaient, c’était de secouer, à quelque prix que ce fût,
le joug sous lequel ils gémissaient. Ils ne furent pas les seuls, du
reste, qui abandonnassent l’ancien culte. Beaucoup de patriciens en
firent de même, soit pour ne pas être obligés de payer la capitation,
soit pour conserver leurs biens alors que les Arabes se mirent à violer
les traités, soit enfin parce qu’ils croyaient en toute sincérité à
l’origine divine de l’islamisme.

Nous n’avons parlé jusqu’ici que de l’amélioration que la conquête arabe
produisit dans l’état social du pays; mais pour être juste, nous devons
ajouter que, si cette conquête était un bien sous beaucoup de rapports,
elle était un mal sous d’autres. Ainsi le culte était libre, mais
l’Eglise ne l’était pas; elle était soumise à une dure et honteuse
servitude. Le droit de convoquer des conciles, ainsi que celui de nommer
et de déposer les évêques, avait passé des rois visigoths[59] aux
sultans arabes[60], de même que dans le nord il passa aux rois des
Asturies[61], et ce droit fatal, confié à un ennemi de la religion
chrétienne, fut pour l’Eglise une source intarissable de maux,
d’opprobres et de scandales. Quand il y avait des évêques qui ne
voulaient pas assister à un concile, les sultans faisaient siéger à leur
place des juifs et des musulmans[62]. Ils vendaient la dignité d’évêque
au plus offrant et dernier enchérisseur, de sorte que les chrétiens
devaient confier leurs intérêts les plus chers et les plus sacrés à des
hérétiques, à des libertins qui, même pendant les fêtes les plus
solennelles de l’Eglise, assistaient aux orgies des courtisans arabes, à
des incrédules qui niaient publiquement la vie future, à des misérables
qui, non contents de se vendre eux-mêmes, vendaient encore leur
troupeau[63]. Une fois les employés du fisc se plaignaient de ce que
plusieurs chrétiens de Malaga réussissaient à se soustraire à la
capitation en se tenant cachés. Alors Hostegesis, l’évêque de ce
diocèse, promit de leur procurer une liste complète des contribuables.
Il tint sa parole. Pendant sa tournée annuelle, il pria ses diocésains
de lui faire connaître leurs noms, ainsi que ceux de leurs parents et de
leurs amis; il voulait, disait-il, les inscrire sur un rôle, afin de
pouvoir prier Dieu pour chacune de ses ouailles. Les chrétiens, qui ne
se méfiaient pas de leur pasteur, tombèrent dans le piége. Dès lors
personne ne put plus se soustraire à la capitation: grâce au registre de
l’évêque, les percepteurs connaissaient tous les contribuables[64].

D’un autre côté, les Arabes, quand ils eurent affermi leur domination,
observaient les traités avec moins de rigueur qu’à l’époque où leur
pouvoir était encore chancelant. C’est ce qu’on éprouva, par exemple, à
Cordoue. Dans cette ville les chrétiens n’avaient conservé que la
cathédrale, dédiée à saint Vincent; toutes les autres églises avaient
été détruites, mais la possession de la cathédrale leur avait été
garantie par un traité. Pendant plusieurs années ce traité fut
observé[65]; mais Cordoue ayant reçu un surcroît de population par
l’arrivée des Arabes de Syrie et les mosquées étant devenues trop
petites, les Syriens furent d’opinion qu’il fallait faire dans cette
cité ce que l’on avait fait à Damas[66], à Emèse[67] et dans d’autres
villes de leur patrie, où l’on avait ôté aux chrétiens la moitié de
leurs cathédrales pour en faire des mosquées. Le gouvernement ayant
approuvé cette manière de voir, les chrétiens furent forcés de céder la
moitié de la cathédrale. C’était évidemment une spoliation, une
infraction au traité. Plus tard, dans l’année 784, Abdérame Ier
voulut que les chrétiens lui vendissent l’autre moitié. Ils refusèrent
fermement de le faire, en disant que, s’ils le faisaient, ils n’auraient
plus un seul édifice où ils pussent exercer leur culte. Abdérame insista
cependant, et l’on en vint à une transaction: les chrétiens cédèrent la
cathédrale pour la somme de cent mille dinars[68], après avoir obtenu la
permission de rebâtir les églises qui avaient été détruites[69]. Cette
fois Abdérame avait donc été équitable; mais il ne le fut pas toujours,
car ce fut lui qui viola le traité que les fils de Witiza avaient conclu
avec Târic et que le calife avait ratifié. Il confisqua les terres
d’Ardabast, l’un de ces princes, uniquement parce qu’il les trouvait
trop vastes pour un chrétien[70]. D’autres traités furent modifiés ou
changés d’une manière tout à fait arbitraire, de sorte qu’au IXe
siècle il en restait à peine quelques traces. En outre, comme les
docteurs enseignaient que le gouvernement devait manifester son zèle
pour la religion en élevant le taux des tributs dont les chrétiens
étaient chargés[71], on leur imposa tant de contributions
extraordinaires, que déjà au IXe siècle plusieurs populations
chrétiennes, celle de Cordoue entre autres, étaient pauvres ou
malaisées[72]. En d’autres mots, il arriva en Espagne ce qui arriva dans
tous les pays que les Arabes avaient conquis: leur domination, de douce
et d’humaine qu’elle avait été au commencement, dégénéra en un
despotisme intolérable. Dès le IXe siècle, les conquérants de la
Péninsule suivaient à la lettre le conseil du calife Omar, qui avait dit
assez crûment: «Nous devons _manger_ les chrétiens et nos descendants
doivent manger les leurs tant que durera l’islamisme[73]».

Cependant ce n’étaient pas les chrétiens qui se plaignaient le plus de
la domination arabe, un siècle après la conquête. Les plus mécontents,
c’étaient les renégats, ceux que les Arabes appelaient les _mowallad_,
c’est-à-dire _les adoptés_. Ces renégats ne pensaient pas tous de la
même manière. Il y avait parmi eux ce qu’on nommait des _chrétiens
cachés_[74], c’est-à-dire des hommes qui se reprochaient durement leur
apostasie. Ceux-là étaient bien malheureux, car ils ne pouvaient plus
revenir au christianisme. La loi musulmane est inexorable sous ce
rapport: la profession de foi une fois faite, et faite peut-être dans un
moment d’humeur, de faiblesse, de découragement, de gêne, quand on
n’avait pas d’argent pour payer la capitation[75], ou quand on craignait
d’être condamné à une peine infamante par le juge chrétien[76],--la
profession de foi une fois faite, disons-nous, le renégat, quoique
foudroyé à toute heure par le cri de sa conscience, était musulman pour
toujours, et s’il apostasiait, la loi le condamnait à la mort. Les
descendants des renégats qui voulaient revenir au giron de l’Eglise
étaient encore plus à plaindre: ils souffraient pour la faute d’un de
leurs aïeux. La loi les déclarant musulmans parce qu’ils étaient nés
d’un musulman, ils devaient perdre la vie, eux aussi, s’ils reniaient
Mahomet. L’Eglise musulmane les saisissait dès le berceau, et les
suivait jusqu’à la tombe.

Il était donc tout naturel que les renégats repentants murmurassent;
mais ils étaient en minorité; le plus grand nombre était sincèrement
attaché à l’islamisme. Cependant ceux-là murmuraient aussi. Au premier
abord, ce phénomène doit surprendre. La plupart des renégats étaient des
affranchis, c’est-à-dire des hommes dont la condition avait été
améliorée par la conquête; comment se faisait-il donc qu’ils ne fussent
pas contents des Arabes? Rien, cependant, n’est plus simple. «L’histoire
est toute remplie de pareils spectacles. Ce n’est pas toujours en allant
de mal en pis que l’on tombe en révolution. Il arrive le plus souvent
qu’un peuple qui avait supporté sans se plaindre, et comme s’il ne les
sentait pas, les lois les plus accablantes, les rejette violemment dès
que le poids s’en allège[77].» Joignez-y que la position sociale des
renégats était intolérable. Les Arabes les excluaient ordinairement des
emplois lucratifs et de toute participation au gouvernement de l’Etat;
ils affectaient de ne pas croire à la sincérité de leur conversion; ils
les traitaient avec une insolence sans bornes; voyant encore le sceau de
la servitude sur une foule de fronts récemment affranchis, ils les
flétrissaient tous du nom d’esclave ou de fils d’esclave[78], quoiqu’ils
comptassent dans leurs rangs quelques-uns des plus nobles et des plus
riches propriétaires du pays. Les renégats ne se résignèrent pas à de
tels traitements. Ils avaient le sentiment de leur dignité et de la
force matérielle dont ils disposaient, car ils formaient la majorité de
la population. Ils ne voulaient pas que le pouvoir fût l’apanage
exclusif d’une caste étroitement retranchée dans son individualisme; ils
ne voulaient pas accepter plus longtemps leur état de contrainte et
d’infériorité sociale, ni supporter les insolents dédains et la
domination de quelques bandes de soldats étrangers, cantonnées de loin
en loin. Ils prirent donc les armes et engagèrent hardiment la lutte.

La révolte des renégats, à laquelle les chrétiens prirent part dans la
mesure de leurs forces, se produisit avec la variété que devait revêtir
toute révolte dans un temps où tout était essentiellement varié et
individuel. Chaque province, chaque grande ville s’insurgea pour son
propre compte et à différentes époques; mais la lutte n’en fut que plus
longue et plus sanglante, comme on le verra par les récits qui vont
suivre.



III.


Dans la capitale du sultan les renégats[79] étaient nombreux. C’étaient
pour la plupart des affranchis qui cultivaient des champs qu’ils avaient
achetés, ou qui travaillaient à la journée sur les terres des
Arabes[80]. Robustes, laborieux et économes, ils semblent avoir joui
d’une certaine aisance, puisqu’ils demeuraient principalement dans le
faubourg méridional[81], un des plus beaux quartiers de la ville; mais
des passions révolutionnaires les dominaient, et, sous le règne de Hacam
Ier, ils se laissèrent entraîner par des faquis ambitieux à une
insurrection qui aboutit à une terrible catastrophe.

Abdérame Ier avait été trop jaloux de son pouvoir pour permettre aux
faquis, aux théologiens-jurisconsultes, d’acquérir une autorité qui
l’aurait gêné dans ses mesures despotiques; mais sous le règne de
Hichâm, son fils et son successeur, leur influence s’accrût
considérablement. C’était un prince vraiment religieux, un modèle de
vertu. Au moment où il monta sur le trône, ses sujets pouvaient encore
se demander si, ayant à choisir entre le bien et le mal, il se
déciderait pour l’un ou pour l’autre; car dans certaines circonstances
il s’était montré bon et généreux[82], dans d’autres, vindicatif et
atroce[83]. Bientôt toute incertitude cessa à cet égard. Un astrologue
ayant prédit au jeune monarque une mort prématurée[84], il s’était
détaché de tous les plaisirs mondains pour ne songer qu’à faire son
salut par des œuvres de charité. Vêtu avec une extrême simplicité, il
parcourait seul les rues de sa capitale, se mêlait au peuple, visitait
les malades, entrait dans les masures des pauvres et s’occupait, avec
une tendre sollicitude, de tous les détails de leurs maux et de leurs
besoins. Souvent, au milieu de la nuit, quand il pleuvait à verse, il
sortait de son palais pour porter des rafraîchissements à un pieux
solitaire malade et veiller auprès de son grabat[85]. Fort exact à
toutes ses pratiques de dévotion, il encourageait ses sujets à suivre
son exemple. Dans les nuits d’orage, il faisait distribuer de l’argent à
ceux qui se rendaient aux mosquées sans se laisser rebuter par le
mauvais temps[86].

C’était justement l’époque où une nouvelle école théologique se formait
en Orient. Elle reconnaissait pour son chef le grand docteur médinois
Mâlic ibn-Anas, le fondateur de l’une des quatre sectes orthodoxes de
l’islamisme. Hichâm avait une profonde vénération pour ce docteur[87].
De son côté, Mâlic, qui portait une haine mortelle aux Abbâsides, ses
maîtres, depuis que, l’accusant d’avoir prêté l’appui de son nom célèbre
et révéré à un prétendant alide, ils lui avaient fait donner des coups
de courroie et disloquer un bras[88], était prévenu en faveur du sultan
d’Espagne, le rival de ses bourreaux, même avant de savoir jusqu’à quel
point ce monarque était digne de son estime; mais quand ses disciples
espagnols lui vantèrent la piété et les vertus de Hichâm, son admiration
et son enthousiasme ne connurent pas de bornes: voyant en lui l’idéal du
prince musulman, il le proclama seul digne de s’asseoir sur le trône des
califes[89]. De retour en Espagne, les étudiants ne manquèrent pas
d’informer leur souverain de la haute estime que leur maître avait
témoignée pour lui, et Hichâm, flatté dans son amour-propre, fit tout ce
qui était en son pouvoir pour propager en Espagne l’école de Mâlic. Il
encouragea les théologiens à prendre le bâton du voyageur pour aller
étudier à Médine, et c’était parmi les disciples de Mâlic qu’il
choisissait de préférence ses juges et ses ecclésiastiques.

Au moment de la mort de Hichâm (796), la nouvelle école théologique
jouissait donc d’une très-grande considération. Elle comptait dans son
sein des hommes jeunes, habiles, ambitieux et entreprenants, tels que le
Berber Yahyâ ibn-Yahyâ[90]. Mâlic n’avait pas eu de disciple plus
assidu, plus attentif, que lui. Une fois que ce professeur faisait sa
leçon, un éléphant passa dans la rue. Tous les auditeurs sortirent
aussitôt de la salle pour contempler de près cet animal; Yahyâ seul
resta à sa place, à la grande surprise du vénérable professeur qui,
nullement offensé d’être abandonné pour le plus grand des quadrupèdes,
lui dit avec bonhomie: «Pourquoi ne sors-tu pas comme les autres? Il n’y
a pourtant pas d’éléphants en Espagne.--C’est pour vous voir et pour
profiter de vos leçons que j’ai quitté ma patrie, et non pour voir un
éléphant,» lui répondit Yahyâ; et cette réponse plut tellement à Mâlic
que depuis lors il appelait ce disciple l’_âkil_ (l’homme intelligent)
de l’Espagne. A Cordoue, Yahyâ jouissait d’une très-grande renommée;
c’était, disait-on, le théologien le plus savant du pays[91]. Mais à son
grand savoir il joignait un orgueil plus grand encore, et cet homme
extraordinaire unissait la fougue d’un démagogue moderne à la soif de
domination d’un pontife romain du moyen âge.

Le caractère du nouveau monarque répugnait à Yahyâ et aux autres
docteurs mâlikites. Hacam n’était pas irréligieux pourtant. Elevé par un
pieux client de son grand-père qui avait fait le pèlerinage de la
Mecque[92], il avait appris de bonne heure à honorer la religion et ses
ministres. Il aimait à s’entretenir avec les théologiens et il avait une
déférence sans bornes pour leurs chefs, les cadis, même quand ils
prononçaient des arrêts contre ses parents, contre ses plus intimes
amis[93], contre lui-même[94]. Mais c’était une nature gaie et
expansive; richement organisé pour jouir de la vie, il n’était pas fait
pour mener une vie d’anachorète, comme les faquis l’auraient voulu. En
dépit de leurs remontrances réitérées, il aimait passionnément la
chasse, exercice qui n’était pas de leur goût, et, qui plus est, il
regardait la défense de boire du vin comme non avenue. Tout cela,
cependant, ils le lui auraient pardonné peut-être; mais ce qu’ils ne lui
pardonnaient pas, c’est que, jaloux de son pouvoir, il refusait de leur
accorder sur les affaires de l’Etat une influence aussi grande qu’ils le
voulaient. Ne comprenait-il donc pas, ou bien ne voulait-il pas
comprendre, que les faquis, unis dans une étroite alliance par un lien
nouveau, la doctrine de Mâlic, étaient dorénavant une puissance dans
l’Etat, une puissance avec laquelle le monarque avait à compter?

Frustrés dans leurs espérances et pleins de cet orgueil clérical qui,
pour se cacher sous des dehors d’humilité, n’en est que plus inflexible,
les faquis se firent démagogues. N’épargnant ni les déclamations ni les
calomnies, ils ne parlaient du monarque qu’avec horreur, et ordonnaient
des prières pour sa conversion dans le genre de celle-ci: «Débauché qui
persévères dans l’iniquité, qui t’obstines dans ton orgueil, qui
méprises les commandements de ton Seigneur, reviens de l’ivresse où tu
es plongé! réveille-toi et arrache-toi à ta coupable insouciance!»[95]
Disposés comme ils l’étaient, les renégats de Cordoue se prêtèrent
volontiers à tout ce que les faquis voulaient d’eux. D’abord ils dirent
des prières pour le pécheur endurci, puis ils lui jetèrent des cailloux
un jour qu’il traversait les rues de la capitale; mais le monarque,
secondé par ses gardes, se fraya un chemin avec son épée au travers de
la foule, et l’émeute fut réprimée (805)[96].

Alors Yahyâ, Isâ ibn-Dînâr et d’autres faquis se liguèrent avec une
partie de l’aristocratie et offrirent le trône à Ibn-Chammâs, cousin
germain de Hacam. Ibn-Chammâs leur répondit qu’avant d’agréer leurs
offres, il voulait connaître les noms de ceux sur lesquels il pourrait
compter. Les conjurés promirent d’en dresser la liste et fixèrent la
nuit où ils reviendraient pour la lui communiquer; mais quand ils furent
partis, Ibn-Chammâs se rendit en secret au palais de Hacam et lui révéla
tout. Après l’avoir écouté d’un air incrédule, le monarque lui dit avec
indignation: «Tu veux exciter ma haine contre les hommes les plus
considérés de ma capitale; mais, par Dieu! tu prouveras ce que tu viens
de dire, ou ta tête tombera sous le fer du bourreau!--Eh bien! j’y
consens, dit Ibn-Chammâs; mais envoyez-moi, telle nuit, un homme qui
soit à votre dévotion.» Hacam promit de le faire, et à l’heure convenue
il envoya à la demeure de son cousin son secrétaire, Ibn-al-Khadâ, et
son page favori, Hyacinthe[97], qui était Espagnol et chrétien. Après
avoir caché ces deux hommes derrière un rideau, Ibn-Chammâs fit entrer
les conjurés. «Voyons maintenant, leur dit-il, quels sont les hommes sur
qui vous comptez;» et à mesure qu’ils prononçaient les noms de leurs
complices, le secrétaire les inscrivait sur sa liste. Ces noms étaient
en partie ceux des personnes en apparence les plus dévouées au monarque,
et le secrétaire, craignant d’être nommé lui-même, crut prudent de
trahir sa présence en faisant crier son _calam_ sur le papier. A ce
bruit, les conjurés se levèrent dans une consternation indicible en
criant à Ibn-Chammâs: «Tu nous as trahis, ennemi de Dieu!» Plusieurs
d’entre eux réussirent à se sauver en quittant la capitale en toute
hâte. Isâ ibn-Dinâr fut de ce nombre, de même que Yahyâ, qui alla
chercher un refuge à Tolède, ville qui s’était affranchie de la
domination du sultan. D’autres furent moins heureux, et soixante-douze
conjurés, parmi lesquels ou remarquait six des principaux nobles de
Cordoue, tombèrent entre les mains des agents du gouvernement et
expirèrent sur la croix[98].

L’année suivante (806), quand Hacam eut quitté la capitale pour aller
soumettre Mérida qui s’était révoltée contre lui, le peuple de Cordoue
profita de son absence pour faire une nouvelle émeute. Elle avait déjà
pris un caractère très-alarmant lorsque le sultan revint en toute hâte,
réprima la révolte et fit crucifier ou décapiter les démagogues les plus
dangereux[99].

Si ces nombreuses exécutions ne suffisaient pas pour intimider les
Cordouans, le sort terrible qui, peu de temps après, frappa les
Tolédans, leur montra que Hacam, dont le caractère naturellement bon
s’était de plus en plus aigri par l’esprit de rébellion qui animait ses
sujets, ne reculait ni devant la perfidie ni devant le massacre, quand
il les croyait nécessaires pour réduire des rebelles.

Grâce au petit nombre d’Arabes et de Berbers qu’elle comptait dans ses
remparts (car ceux-ci s’étaient établis plutôt dans les campagnes
environnantes, sur les biens des émigrés, que dans la ville même), grâce
aussi à son ancienne renommée, au savoir de ses prêtres, à l’influence
de ses métropolitains[100], l’ancienne capitale du royaume visigoth
était restée pour les vaincus _la ville royale_[101], la cité la plus
importante sous le double rapport de la politique et de la religion.
Fiers et courageux, ses habitants se distinguaient par leur amour de
l’indépendance au point qu’un chroniqueur arabe affirme que jamais les
sujets d’aucun monarque n’ont possédé à un égal degré l’esprit de
mutinerie et de rébellion[102]. Le poète Gharbîb, qui appartenait à une
famille de renégats et qui jouissait d’une popularité immense,
entretenait le feu sacré par ses discours et ses vers. Le sultan
lui-même craignait cet homme. Tant que Gharbîb vécut, Hacam n’osa rien
entreprendre contre Tolède; mais à sa mort, le sultan confia à un
renégat de Huesca, nommé Amrous, tout ce qu’il avait sur le cœur
contre la population remuante de Tolède, et lui dit: «Vous seul pouvez
m’aider à punir ces rebelles, qui refuseraient d’accepter un Arabe pour
leur gouverneur, mais qui accepteront comme tel un homme de leur race.»
Après quoi il lui exposa son plan; plan horrible, mais qu’Amrous
approuva entièrement et qu’il promit d’exécuter. Dévoré d’ambition, cet
homme n’avait ni foi ni loi. Ayant encore besoin de l’appui du sultan,
il était prêt à lui sacrifier ses compatriotes; plus tard, séduit par
l’idée de fonder une principauté sous la protection de la France, il
trahirait le sultan pour le fils de Charlemagne[103].

Hacam nomma donc Amrous gouverneur de Tolède (807) et écrivit en même
temps aux citoyens une lettre dans laquelle il disait: «Par une
condescendance qui prouve notre extrême sollicitude pour vos intérêts,
au lieu de vous envoyer un de nos clients, nous avons porté notre choix
sur un de vos compatriotes.» De son côté, Amrous ne négligea rien pour
gagner la confiance et l’affection du peuple. Feignant d’être fort
attaché à la cause nationale, il disait sans cesse qu’il avait voué une
haine implacable au sultan, aux Omaiyades, aux Arabes en général, et
quand il se vit en possession de la faveur populaire, il dit aux
principaux habitants de la ville: «Je connais la cause des débats
désastreux qui s’élevaient sans cesse entre vous et vos gouverneurs; je
sais que les soldats logés dans vos maisons ont souvent troublé la paix
de vos ménages; de là des rixes continuelles. Ces rixes, vous pouvez les
prévenir, si vous me permettez de bâtir, à une des extrémités de la
ville, un château qui servira de caserne aux troupes. De cette manière
vous serez à l’abri de leurs vexations.»

Ayant une ferme confiance en leur compatriote, les Tolédans adoptèrent
non-seulement sa proposition, mais ils voulurent encore que le château
fût bâti au centre, et non au bout de la ville.

Lorsque les constructions furent achevées, Amrous s’y installa avec ses
troupes, et fit prévenir le monarque, qui, sans perdre de temps, écrivit
à un de ses généraux qui commandait sur la frontière, de prétexter un
mouvement de l’ennemi et de lui demander des troupes de renfort. Le
général ayant obéi à cet ordre, les troupes de Cordoue et d’autres
villes se mirent en marche, sous le commandement de trois vizirs et du
prince royal Abdérame, qui n’avait guère alors que quatorze ans. Un des
lieutenants généraux fut chargé d’une lettre, qu’il ne devait remettre
aux vizirs qu’au moment où ils entreraient en pourparler avec Amrous.

Arrivée dans le voisinage de Tolède, l’armée reçut l’avis que l’ennemi
s’était déjà retiré; mais alors Amrous fit sentir aux nobles de Tolède
que, pour ne pas manquer aux lois de la politesse, ils devaient aller
avec lui rendre visite au prince royal. Ils le firent; mais pendant que
le jeune prince s’entretenait avec eux et s’efforçait de gagner leur
amitié par toutes sortes de bons traitements, Amrous eut une conférence
secrète avec les vizirs, qui venaient de recevoir la missive du sultan.
Cette missive traçait à chacun la conduite qu’il devait tenir, et la
suite du récit montrera suffisamment quel en était le contenu, car tout
se passa selon les ordres de Hacam.

De retour auprès des nobles de Tolède, Amrous les trouva ravis du bon
accueil qu’Abdérame leur avait fait. «Il me semble, leur dit-il alors,
que ce serait un grand honneur pour notre ville, si le prince voulait
nous accorder sa présence pendant quelques jours. Son séjour dans nos
murs contribuerait sans doute à consolider et à resserrer les bonnes
relations qui existent déjà entre vous et lui.» Les Tolédans
applaudirent à cette idée. En effet, tout allait à merveille: le sultan
leur avait donné un Espagnol pour gouverneur; il leur laissait la
liberté qu’ils avaient toujours exigée, et les manières bienveillantes
d’Abdérame leur faisaient espérer que ce prince, quand il serait monté
sur le trône, suivrait à leur égard la conduite de son père. Ils le
prièrent donc de vouloir bien honorer leur ville de sa présence.
Abdérame fit d’abord des difficultés, son père lui ayant recommandé de
ne pas montrer trop d’empressement; mais enfin, feignant de céder aux
prières pressantes des nobles, il se laissa conduire par eux dans
l’enceinte du château; après quoi il commanda les préparatifs d’un
festin pour le lendemain, et envoya des invitations aux personnes
distinguées par leur naissance ou par leurs richesses, tant de la ville
que des campagnes environnantes.

Le lendemain matin, les convives se pressaient en foule auprès du fort.
Il ne leur fut pas permis d’y pénétrer en masse, et, pendant qu’on les
faisait entrer un à un par une porte, leurs montures devaient faire le
tour du palais, pour aller attendre leurs maîtres à la porte de
derrière. Mais dans la cour il y avait une fosse d’où l’on avait tiré le
pisé destiné à la construction du château. Des bourreaux se tenaient sur
le bord de cette fosse, et à mesure que les invités se présentaient, le
glaive s’abattait sur leur tête. Cette horrible boucherie dura plusieurs
heures, et il est impossible de déterminer le nombre des malheureux qui
perdirent la vie dans cette funeste journée, connue sous le nom de
_journée de la fosse_; quelques historiens le portent à sept cents[104],
d’autres à plus de cinq mille[105].

Quand le soleil fut déjà haut, un médecin, qui n’avait vu sortir
personne ni par la porte de derrière ni par celle de devant, conçut des
soupçons et demanda au peuple rassemblé près de l’entrée du château, ce
qu’étaient devenus les convives qui étaient arrivés de bonne heure. «Ils
doivent être sortis par l’autre porte,» lui répondit-on. «C’est étrange,
dit alors le médecin; j’ai été à l’autre porte, j’y ai attendu quelque
temps, mais je n’en ai vu sortir personne.» Puis, regardant avec
attention la vapeur qui s’élevait au-dessus des murs: «Malheureux!
s’écria-t-il, cette vapeur que vous voyez n’est point, je vous le jure,
la fumée d’un festin qu’on prépare: c’est le sang de vos frères
égorgés!»

Privée tout d’un coup de ses citoyens les plus riches et les plus
influents, Tolède tomba dans une morne stupeur, et personne ne remua
pour venger les victimes de la journée de la fosse[106].



IV.


Le massacre de la journée de la fosse avait fait une si forte impression
sur les renégats de Cordoue que, pendant sept années, ils se tinrent
tranquilles; mais au bout de ce temps le souvenir de cette catastrophe
s’était affaibli, d’autant plus que Tolède avait de nouveau secoué le
joug. Dans la capitale, les renégats et les faquis, qui contractaient
chaque jour une plus étroite alliance et s’enhardissaient
réciproquement, se roidissaient et se cabraient sous la verge du maître.
Le sultan semblait avoir pris à tâche de les convaincre qu’une révolte
était devenue impossible. Il avait fait ceindre la ville de
fortifications imposantes, et augmentait sans cesse le nombre de ses
gardes à cheval, de ses mamelouks, qu’on appelait _les muets_ parce que
c’étaient des nègres ou d’autres esclaves d’origine étrangère qui ne
parlaient pas l’arabe[107]. Mais ces mesures étaient plus propres à
irriter les esprits qu’à les contenir dans l’obéissance. La haine des
mécontents éclata de plus en plus en paroles et en faits, surtout dans
le faubourg méridional où l’on ne comptait pas moins de quatre mille
théologiens et étudiants en théologie. Malheur aux soldats qui osaient
se montrer seuls ou en petites troupes dans les rues étroites et
tortueuses de ce faubourg! On les insultait, on les battait, on les
massacrait sans pitié. On outrageait le monarque lui-même. Quand, du
haut du minaret, le muezzin avait annoncé l’heure de la prière et que
Hacam, qui devait venir dans la mosquée pour y prononcer la prière
d’usage, se faisait attendre, il y avait toujours dans la foule des voix
qui criaient: «Viens donc prier, ivrogne, viens donc prier!» Chaque jour
ces cris se renouvelaient, et les autorités avaient beau s’enquérir de
ceux qui les avaient poussés, ils étaient toujours introuvables. Une
fois, dans la mosquée, un homme du peuple poussa l’insolence jusqu’à
insulter et menacer le sultan face à face, et la foule l’applaudit avec
transport. Hacam, qui s’étonnait et s’indignait que la majesté royale
pût encourir de si grossiers affronts, fit crucifier dix des principaux
meneurs et rétablit la dîme sur les denrées que son père avait abolie.
Mais la fierté et l’obstination des Cordouans ne plièrent devant rien.
Leurs agitateurs ordinaires enflammaient leurs passions; d’ailleurs
Yahyâ était revenu dans la capitale; par ses prédications, par l’éclat
de sa renommée, il accrût le mouvement et le dirigea. On approchait de
la crise; mais le hasard voulut que la révolte éclatât encore plus tôt
que l’on ne s’y était attendu.

On était dans le mois de Ramadhân (mai 814)[108], et les prédicateurs
profitaient du carême pour échauffer la haine du peuple contre le
sultan, lorsqu’un mamelouk alla trouver un fourbisseur du faubourg
méridional et lui présenta son épée à nettoyer.

--Veuillez attendre, lui dit le fourbisseur; en ce moment j’ai autre
chose à faire.

--Je n’ai pas le temps d’attendre, repartit le soldat, et tu feras à
l’instant même ce que je t’ordonne.

--Ah! tu le prends sur ce ton? reprit l’artisan d’un air de dédain; eh
bien! tu attendras tout de même.

--C’est ce que nous verrons, répliqua le troupier; et, frappant le
fourbisseur de son épée, il le tua sur la place.

A cette vue, le peuple, transporté de fureur, se mit à crier qu’il était
temps d’en finir avec ces insolents troupiers et avec le tyran débauché
qui les payait. L’enthousiasme révolutionnaire s’étant bientôt
communiqué aux autres faubourgs, une foule innombrable, qui s’était
pourvue à la hâte de toutes les armes qu’elle avait pu se procurer,
marcha vers le palais, poursuivant de ses huées les soldats, les clients
et les esclaves du monarque, lesquels, n’ayant pas de quartier à
espérer s’ils tombaient entre les mains des insurgés, fuyaient devant
eux pour aller chercher un asile derrière les murs de la résidence du
sultan.

Quand, du haut de la plate-forme, Hacam vit arriver, semblable aux flots
de la mer, cette multitude rugissante de fureur et qui poussait des cris
horribles, il crut qu’une sortie vigoureuse pouvait encore la dissiper,
et sans perdre de temps, il la fit charger par la cavalerie; mais quel
fut son désappointement quand le peuple, loin de lâcher pied comme il
l’espérait, soutint fermement le choc, repoussa les cavaliers et les
força à la retraite[109].

Le péril était extrême. Le palais, quoique fortifié, ne l’était
cependant pas assez pour pouvoir repousser à la longue les assauts que
les insurgés allaient donner. Aussi ses plus braves défenseurs, sachant
qu’ils seraient impitoyablement égorgés si le peuple l’emportait, se
laissèrent aller au découragement. Hacam seul, bien qu’il désespérât
aussi du succès de la résistance, garda un sang-froid imperturbable.
Ayant appelé son page chrétien Hyacinthe, il lui ordonna d’aller
demander à une de ses femmes, qu’il nomma, une bouteille de civette.
Croyant avoir mal entendu, le page attendit d’un air étonné que le
prince lui répétât son ordre. «Va donc, fils d’un non circoncis! reprit
Hacam impatienté, et fais vite ce que je t’ai ordonné!» Hyacinthe
partit, et quand il fut de retour avec la bouteille, le sultan la prit
et se mit à la vider sur sa chevelure et sur sa barbe avec une
tranquillité si parfaite qu’on eût dit qu’il se préparait à aller faire
la cour à une jeune beauté du sérail. N’y comprenant plus rien,
Hyacinthe ne put retenir une exclamation de surprise. «Pardonnez-moi,
seigneur, dit-il, mais vous choisissez pour vous parfumer un singulier
moment. Ne voyez-vous donc pas quel péril nous menace?--Tais-toi,
misérable!» repartit Hacam en s’impatientant de nouveau; puis, quand il
eut fini de se parfumer, il reprit: «Comment celui qui va me couper la
tête, pourra-t-il la distinguer de toutes les autres, à moins que ce ne
soit au parfum qui s’en exhale[110]? Et maintenant, poursuivit-il, tu
iras dire à Hodair de venir me trouver ici.»

Hodair était préposé à la garde de la prison de la Rotonde, dans
laquelle étaient renfermés plusieurs faquis que Hacam avait fait arrêter
lors des révoltes précédentes, mais qu’il avait épargnés jusque-là.
Cette fois, voyant que le peuple et les faquis allaient lui enlever le
trône et la vie, il était bien décidé à ne pas souffrir que ces
prisonniers lui survécussent, et quand Hodair fut arrivé sur la
plate-forme, il lui dit: «Dès qu’il fera nuit, tu feras sortir ces
méchants chaikhs de la Rotonde; puis tu ordonneras qu’on leur tranche
la tête, et qu’on les cloue à des poteaux.» Sachant que, si le palais
était pris d’assaut, il serait infailliblement immolé et qu’alors il
devrait rendre compte à Dieu de ses actions, Hodair frémit d’horreur à
l’idée du sacrilège que son souverain lui ordonnait de commettre.
«Seigneur, dit-il, je n’aimerais pas que demain chacun de nous deux fût
enfermé dans une cellule de l’enfer; vous auriez beau alors pousser des
hurlements effroyables, et moi de même, aucun de nous deux ne pourrait
secourir l’autre.» Irrité de ce discours, Hacam répéta ses injonctions
sur un ton plus impérieux; mais voyant qu’il s’efforçait en vain de
vaincre les scrupules de cet homme, il le congédia et fit appeler
Ihn-Nâdir, le collègue de Hodair. Moins scrupuleux ou plus servile,
Ibn-Nâdir promit d’exécuter ponctuellement les ordres du souverain[111].
Ensuite Hacam descendit de la terrasse, s’arma de pied en cap, parcourut
avec une contenance tranquille les rangs de ses soldats, releva leur
courage abattu par des paroles chaleureuses, et, ayant appelé son cousin
germain Obaidallâh, un des plus braves guerriers de ce temps, il lui
enjoignit de se mettre à la tête de quelques troupes d’élite, de se
frayer un chemin au travers des rebelles, et d’incendier le faubourg
méridional. Il comptait que les habitants de ce quartier, quand ils
verraient brûler leurs maisons, abandonneraient leur poste pour aller
éteindre le feu. En ce moment-là Obaidallâh les attaquerait en tête,
tandis que Hacam, débouchant du palais avec les troupes qui lui
restaient, les chargerait en queue. Ce plan, dont le succès était
presque certain, ressemblait à celui qui avait fait gagner à Moslim la
bataille de Harra, et cette remarque n’a pas échappé aux historiens
arabes.

Débouchant à l’improviste par la porte du palais, Obaidallâh refoula le
peuple vers le pont, traversa au pas de charge la grande rue et la
Ramla, passa la rivière à gué, et, après avoir tiré à soi les soldats de
la Campiña, qui avaient vu les signaux que Hacam avait faits dès le
commencement de l’insurrection, il fit mettre le feu aux maisons du
faubourg méridional. Ainsi que Hacam l’avait prévu, les habitants de ce
faubourg, quand ils virent monter les flammes, abandonnèrent leur poste
devant le palais pour aller sauver leurs femmes et leurs enfants; mais
quand tout d’un coup ils furent attaqués en tête et en queue, la terreur
se répandit parmi ces infortunés, et le reste de cette scène ne fut
bientôt plus qu’un massacre. Les Cordouans imploraient en vain leur
grâce en jetant leurs armes: terribles, inexorables, les _muets_, ces
étrangers qui ne comprenaient pas même la prière du vaincu, les
égorgeaient par centaines, n’accordant la vie qu’à trois cents personnes
de distinction, pour en faire hommage au souverain, qui les fit clouer,
la tête en bas, à des poteaux, le long de la rivière[112].

Ensuite Hacam consulta ses vizirs sur le parti à prendre: devait-il
faire grâce aux insurgés qui avaient échappé au carnage, ou bien
devait-il les traquer et les exterminer jusqu’au dernier? Les avis se
trouvèrent partagés; mais Hacam se rangea à l’opinion des modérés qui
l’engageaient à ne pas pousser plus loin sa vengeance. Toutefois il
décida que le faubourg méridional serait entièrement détruit, et que les
habitants de ce quartier devraient quitter l’Espagne dans un délai de
trois jours, sous peine d’être crucifiés s’ils n’étaient pas partis à
l’expiration de ce terme.

Emportant le peu qu’ils avaient pu sauver de leurs biens, ces infortunés
quittèrent, avec leurs femmes et leurs enfants, les lieux qui les
avaient vus naître et qu’ils ne reverraient jamais. Comme ils marchaient
par troupes, le monarque ne leur ayant pas permis de marcher tous
ensemble, plusieurs d’entre eux furent dévalisés en route par des bandes
de soldats ou de brigands embusqués dans les ravins ou derrière les
rochers. Arrivés sur les côtes de la Méditerranée, ils s’embarquèrent
pour faire voile, les uns vers l’ouest de l’Afrique, les autres vers
l’Egypte. Ces derniers, au nombre de quinze mille sans compter les
femmes et les enfants, abordèrent dans le voisinage d’Alexandrie, sans
que le gouvernement pût s’y opposer, car l’Egypte toujours rebelle aux
Abbâsides, était alors en proie à une anarchie complète. Les exilés
n’eurent donc rien autre chose à faire que de s’entendre avec la tribu
arabe la plus puissante dans ces contrées. C’est ce qu’ils firent; mais
bientôt après, quand ils se sentirent assez forts pour pouvoir se passer
de la protection de ces Bédouins, ils rompirent avec eux, et, la guerre
ayant éclaté, ils les battirent en rase campagne. Puis ils s’emparèrent
d’Alexandrie. Attaqués à différentes reprises, ils surent se maintenir
dans cette ville jusqu’à l’année 826, qu’un général du calife Mamoun les
força à capituler. Alors ils s’engagèrent à passer dans l’île de Crète,
dont une partie appartenait encore à l’empire byzantin. Ils en
achevèrent la conquête, et leur chef, Abou-Hafç Omar al-Balloutì
(originaire de Fahç al ballout, aujourd’hui Campo de Calatrava), fut le
fondateur d’une dynastie qui régna jusqu’à l’année 961, époque où les
Grecs reconquirent la Crète[113].

L’autre bande, qui se composait de huit mille familles, eut moins de
difficulté à trouver une nouvelle patrie. C’était justement l’époque où
le prince Idrîs faisait construire une nouvelle capitale, qui prit le
nom de Fez, et comme ses sujets, pour la plupart nomades, montraient une
invincible répugnance à se faire citadins, il s’efforçait d’y attirer
des étrangers. Les exilés andalous obtinrent donc aisément la permission
de s’y établir; mais ce fut au prix de la paix de tous les jours. Une
colonie arabe, venue de Cairawân, s’était déjà fixée à Fez. Ces Arabes
et les descendants des Celto-romains avaient les uns pour les autres une
sorte de haine instinctive, et, quoique réunies sur le même sol, ces
deux populations se tinrent si obstinément séparées, qu’encore au
XIVe siècle on voyait tout d’abord, aux traits du visage, qu’elles
étaient de race différente. Leurs goûts, leurs occupations et leurs
mœurs, en se montrant diamétralement opposés, semblaient consacrer
irrévocablement cette antipathie de race. Les Arabes étaient ouvriers ou
marchands; les Andalous s’occupaient de travaux agricoles. Ceux-ci
gagnaient péniblement leur vie; ceux-là avaient le bien-être et parfois
le superflu. Aux yeux de l’Arabe, qui aimait la bonne chère, la parure
et l’élégance en toutes choses, l’Andalous était un paysan rude,
grossier et parcimonieux, tandis que l’Andalous, soit qu’il fût
réellement content de sa sobre et rustique existence parce qu’il y était
habitué, soit qu’il cachât sous un dédain affecté l’envie que lui
inspirait la richesse de son voisin, regardait l’Arabe comme un efféminé
qui dissipait son bien en folles dépenses. Craignant avec raison que des
contestations et des disputes ne s’élevassent entre les deux colonies,
le prince Idrîs les avait séparées en assignant à chacune un quartier,
qui avait sa mosquée, son bazar, son atelier monétaire et jusqu’à ses
murailles; mais en dépit de cette précaution, les Arabes et les Andalous
vécurent pendant plusieurs siècles dans un état d’hostilité quelquefois
sourde, plus souvent flagrante, et maintes fois un terrain neutre, au
bord de la rivière qui séparait les deux quartiers, fut le théâtre de
leurs combats[114].

Pendant que les Cordouans, après avoir vu égorger leurs pères, leurs
femmes et leurs enfants, expiaient leur révolte par l’exil, les faquis,
plus coupables qu’eux à coup sûr, furent graciés. L’insurrection à peine
réprimée, Hacam leur avait déjà donné des preuves de sa clémence. Quand
l’ordre eut été donné d’arrêter et de mettre à mort ceux qu’on
suspectait d’avoir excité la révolte, quoiqu’ils n’y eussent pas pris
une part ostensible, les agents de police découvrirent la retraite d’un
faqui, lequel s’était caché dans le sérail du cadi, son parent. Au
moment où ils allaient le tuer, le cadi, attiré par les cris de ses
femmes, accourut en toute hâte; mais il s’efforça en vain de faire
relâcher son parent en disant qu’on l’avait arrêté mal à propos: on lui
répondit d’un ton rogue qu’on avait reçu des ordres très-positifs et
qu’on les exécuterait. Alors le cadi se rendit au palais, et, ayant
demandé et obtenu une audience: «Seigneur, dit-il, le Prophète a été
clément alors qu’il pardonna aux Coraichites qui l’avaient combattu et
qu’il les combla de bienfaits. Plus que personne au monde, vous, qui
êtes sorti de la même famille, vous devez vous régler sur son exemple.»
Puis il raconta ce qui venait d’arriver, et quand il eut fini de parler,
le monarque, touché et attendri, fit non-seulement relâcher le
prisonnier en question, mais il amnistia aussi les autres faquis[115],
lesquels pour la plupart avaient cherché un asile à Tolède, leur rendit
leurs biens et leur permit de se fixer dans telle province de l’Espagne
qu’ils voudraient, à l’exception de Cordoue et de ses environs[116].
Même Yahyâ, qui s’était réfugié parmi une tribu berbère, fut gracié; de
plus il obtint la permission de revenir à la cour, et le monarque lui
accorda de nouveau sa faveur[117]. Quelques-uns, cependant, furent
exclus de l’amnistie. Tâlout, de la tribu arabe de Moâfir, fut de ce
nombre. Ce disciple de Mâlik, qui s’était signalé comme un des plus
hardis démagogues, s’était caché chez un juif; mais au bout d’une année,
las de sa captivité volontaire, quoique le juif n’eût rien négligé pour
lui rendre son séjour aussi agréable que possible, il parla à son hôte
en ces termes: «J’ai l’intention de quitter demain votre demeure, où
j’ai trouvé une hospitalité dont je garderai un éternel souvenir, pour
me rendre chez le vizir Abou-’l-Bassâm qui, à ce que j’ai entendu dire,
a beaucoup d’influence à la cour, et qui me doit quelque reconnaissance,
car il a été mon disciple. Peut-être voudra-t-il bien intercéder pour
moi auprès de _cet homme_.--Seigneur, lui répondit le juif, ne vous fiez
pas à un courtisan qui peut-être serait capable de vous trahir. Si vous
voulez me quitter parce que vous craignez de m’être à charge, je vous
jure que, dussiez-vous rester chez moi pendant toute votre vie, votre
présence ne causerait pas le moindre dérangement dans ma maison.» Malgré
les prières du juif, Tâlout persista dans son projet, et le lendemain il
profita du crépuscule du soir pour se rendre inaperçu au palais du
vizir.

Abou-’l-Bassâm fut fort étonné en voyant entrer chez lui ce proscrit
qu’il croyait à cent lieues de Cordoue. «Soyez le bienvenu, lui dit-il
en le faisant asseoir à ses côtés; mais d’où venez-vous et où avez-vous
été pendant tout ce temps?» Le faqui lui raconta alors avec quel
dévoûment le juif l’avait caché; après quoi il ajouta: «Je suis venu
chez vous pour vous prier d’être mon intercesseur auprès de _cet
homme_[118].--Tenez-vous assuré, lui répondit le vizir, que je ferai de
mon mieux pour vous faire amnistier. Ce ne sera pas bien difficile, au
reste, car le sultan regrette d’avoir été si sévère. Restez cette nuit
dans ma demeure; demain j’irai chez le prince.»

Parfaitement rassuré par ces paroles, Tâlout dormit cette nuit-là du
sommeil du juste. Il était loin de soupçonner que son hôte, qui l’avait
accueilli avec tant de bienveillance et qui lui avait fait les promesses
les plus propres à le tranquilliser sur l’avenir, eût conçu l’idée de le
trahir et de le livrer au prince. Telle était pourtant l’intention que
nourrissait cet homme dissimulé et perfide, lorsqu’il se rendit au
palais le lendemain matin, après avoir pris les mesures nécessaires afin
de rendre impossible l’évasion du faqui. «Que pensez-vous, dit-il au
prince avec un malin sourire, d’un bélier gras qui n’aurait pas quitté
le ratelier depuis un an?» Ne cherchant pas de finesse à ce que le vizir
venait de dire, Hacam lui répondit gravement: «La viande gavée est
lourde; je trouve plus légère et plus succulente celle d’un animal qu’on
a laissé paître en liberté.--Ce n’est pas là ce que je veux dire,
continua le vizir; je tiens Tâlout dans ma maison.--Vraiment! et par
quel moyen est-il tombé en ton pouvoir?--Par quelques paroles
bienveillantes.»

Alors Hacam donna l’ordre qu’on amenât Tâlout. Celui-ci, au moment où il
entra dans la salle où se tenait le monarque, tremblait de peur.
Pourtant Hacam n’avait pas l’air courroucé, quand il lui dit d’un ton de
doux reproche: «Sois de bonne foi, Tâlout; si ton père ou ton fils
avaient été assis sur le trône que j’occupe, t’auraient-ils accordé
autant d’honneurs, autant de faveurs que moi? Toutes les fois que tu as
imploré mon assistance pour toi-même ou pour d’autres, n’ai-je pas
apporté tout le zèle possible à te donner satisfaction? Combien de fois,
pendant ta maladie, ne t’ai-je pas visité en personne? A la mort de ta
femme, n’ai-je pas été te prendre à la porte de ta maison? N’ai-je pas
suivi, à pied, son convoi depuis le faubourg? Après la cérémonie, ne
t’ai-je pas reconduit, à pied, jusqu’à ta demeure?... Et voilà ma
récompense!... Tu as voulu souiller mon honneur, profaner ma majesté; tu
as voulu verser mon sang!»...

A mesure que le monarque parlait, Tâlout s’était rassuré, et à présent
qu’il se tenait convaincu que sa vie n’était pas en péril, il avait
repris son assurance et son audace habituelles. Hacam avait cru
l’émouvoir; mais Tâlout, nullement attendri et trop orgueilleux pour
s’avouer ingrat et coupable, lui répondit avec une sécheresse hautaine:
«Je ne puis mieux faire que de vous dire la vérité: en vous haïssant,
j’ai obéi à Dieu; dès lors tous vos bienfaits ne vous servaient de
rien.»

A ces paroles, qui ressemblaient à un défi, Hacam ne put réprimer un
mouvement de colère; mais se maîtrisant aussitôt, il reprit avec calme:
«En ordonnant de t’amener ici, je repassais dans ma mémoire tous les
genres de supplices, pour choisir le plus cruel à ton usage; mais à
présent je te dis: Celui qui, à ce que tu prétends, t’avait ordonné de
me haïr, il m’ordonne, à moi, de te pardonner. Vis et sois libre, sous
la garde de Dieu! Tant que durera mon existence, je te le jure par le
Tout-Puissant, tu seras, comme autrefois, entouré de faveurs et
d’hommages.... Plût à Dieu, ajouta-t-il en soupirant, que ce qui s’est
passé n’eût point eu lieu!»

Etait-il possible de faire sentir au théologien avec plus de délicatesse
et de douceur, que Dieu ne commande jamais la haine? Pourtant Tâlout
feignit de ne pas comprendre la leçon qu’il venait de recevoir;
peut-être même l’orgueil était-il trop enraciné dans son âme de bronze
pour qu’il pût la comprendre. Sans prononcer un mot de remercîment, il
ne répondit qu’aux dernières paroles du prince. «Si ce qui s’est passé
n’eût point eu lieu, dit-il, ce serait mieux pour vous».... C’était
menacer le monarque d’un terrible châtiment dans l’autre vie; mais
Hacam, quoique convaincu que le droit était de son côté et non de celui
des faquis, avait l’intention bien arrêtée de garder son sang-froid
jusqu’au bout, et, feignant de ne pas avoir entendu ce que Tâlout venait
de dire: «Où donc, reprit-il, Abou-’l-Bassâm s’est-il emparé de ta
personne?--Ce n’est pas lui qui m’a pris, répondit Tâlout; c’est moi qui
me suis mis entre ses mains. J’étais venu le trouver, au nom de l’amitié
qui nous avait unis.--En quel endroit as-tu vécu pendant cette
année-là?--Chez un juif de la ville.» Alors, s’adressant à
Abou-’l-Bassâm, témoin muet de cet entretien, Hacam lui dit avec une
profonde indignation: «Eh quoi! un juif a su honorer, dans un homme qui
professe une religion autre que la sienne, la piété et la science; il
n’a pas craint, en lui donnant asile, d’exposer à mon ressentiment sa
personne, sa femme, ses enfants, sa fortune; et toi, tu as voulu me
replonger dans des excès que je regrette. Sors d’ici, et que jamais ta
présence ne souille mes regards!»

Le perfide vizir fut disgracié. Tâlout, au contraire, ne cessa, jusqu’à
sa mort, de jouir des bonnes grâces de Hacam, qui daigna honorer son
convoi de sa présence[119].

Ainsi Hacam, impitoyable pour les laboureurs du faubourg comme il
l’avait été auparavant pour les citoyens de Tolède, ne l’était pas pour
les faquis. C’est que les uns étaient Arabes ou Berbers, et que les
autres ne l’étaient pas. Hacam, en véritable Arabe qu’il était, avait
deux poids et deux mesures: envers les anciens habitants du pays, qu’il
méprisait souverainement, il se croyait tout permis, s’ils avaient
l’audace de méconnaître son autorité; mais quand il s’agissait de
rebelles de sa propre caste, il leur pardonnait volontiers. Les
historiens arabes, il est vrai, ont expliqué d’une autre manière la
clémence avec laquelle Hacam traita les faquis: ils l’attribuent à des
remords de conscience[120]. Nous ne voulons pas nier que Hacam, qui
était cruel et féroce par intervalles, mais qui revenait toujours à des
sentiments plus humains, ne se soit reproché comme des crimes certains
ordres qu’il avait donnés dans un moment de fureur, comme lorsqu’il fit
couper la tête aux faquis enfermés dans la prison de la Rotonde; mais il
nous semble pourtant que les clients omaiyades qui, en écrivant
l’histoire de leurs patrons, faisaient des efforts inouïs pour
réhabiliter la mémoire d’un prince relégué par le clergé au fond de
l’enfer[121], ont exagéré son repentir; car, à en juger par le
témoignage de Hacam lui-même, c’est-à-dire par les vers qu’il adressa à
son fils peu de temps avant de mourir, il était fermement convaincu
qu’il avait le droit d’agir comme il l’avait fait. Voici ces vers, par
lesquels nous conclurons ce récit:

     De même qu’un tailleur se sert de son aiguille pour coudre ensemble
     des pièces d’étoffe, de même je me suis servi de mon épée pour
     réunir mes provinces disjointes; car depuis l’âge où j’ai commencé
     à raisonner, rien ne m’a répugné autant que le démembrement de
     l’empire. Demande maintenant à mes frontières si quelque endroit y
     est au pouvoir de l’ennemi; elles te répondront que non, mais si
     elles te répondaient que oui, j’y volerais revêtu de ma cuirasse et
     l’épée au poing. Interroge aussi les crânes de mes sujets rebelles,
     qui, semblables à des pommes de coloquinte fendues en deux, gisent
     sur la plaine et étincellent aux rayons du soleil: ils te diront
     que je les ai frappés sans leur laisser de relâche. Saisis de
     terreur, les insurgés fuyaient pour échapper à la mort; mais moi,
     toujours à mon poste, je méprisais le trépas. Si je n’ai épargné ni
     leurs femmes ni leurs enfants, ç’a été parce qu’ils avaient menacé
     ma famille, à moi; celui qui ne sait pas venger les outrages qu’on
     fait à sa famille, n’a aucun sentiment d’honneur et tout le monde
     le méprise. Quand nous eûmes fini d’échanger des coups d’épée, je
     les contraignis à boire un poison mortel; mais ai-je fait autre
     chose qu’acquitter la dette qu’ils m’avaient forcé à contracter
     avec eux? Certes, s’ils ont trouvé la mort, ç’a été parce que leur
     destinée le voulait ainsi.

     Je te laisse donc mes provinces pacifiées, ô mon fils! Elles
     ressemblent à un lit sur lequel tu peux dormir tranquille, car j’ai
     pris soin qu’aucun rebelle ne trouble ton sommeil[122].



V.


Jamais encore la cour des sultans d’Espagne n’avait été aussi brillante
qu’elle le devint sous le règne d’Abdérame II, fils et successeur de
Hacam. Amoureux de la superbe prodigalité des califes de Bagdad, de leur
vie de pompe et d’apparat, ce monarque s’entoura d’une nombreuse
domesticité, embellit sa capitale, fit construire à grands frais des
ponts, des mosquées, des palais, et créa de vastes et magnifiques
jardins sur lesquels des canaux répartissaient les torrents des
montagnes[123]. Il aimait aussi la poésie, et si les vers qu’il faisait
passer pour les siens n’étaient pas toujours de lui, du moins il
récompensait généreusement les poètes qui lui venaient en aide. Au
reste, il était doux, facile et bon jusqu’à la faiblesse. Même quand il
avait vu de ses propres yeux que ses serviteurs le volaient, il ne les
punissait pas[124]. Sa vie durant, il se laissa dominer par un faqui,
par un musicien, par une femme et par un eunuque.

Le faqui était le Berber Yahyâ, que nous connaissons déjà comme
l’instigateur principal de la révolte du faubourg. Le mauvais succès de
cette tentative l’avait convaincu qu’il avait fait fausse route; il
savait maintenant que, pour devenir puissant, le clergé, au lieu de se
montrer hostile au prince, doit s’insinuer avec adresse dans sa faveur
et s’appuyer sur lui. Quoique sa fière et impétueuse nature se pliât
difficilement au rôle qu’il avait cru devoir prendre, son sans-gêne, sa
franchise acerbe et sa sauvage brusquerie ne lui nuisaient pas trop dans
l’esprit du monarque débonnaire, qui, bien qu’il eût étudié la
philosophie[125], avait de grands sentiments de piété et qui prenait les
colères farouches de l’altier docteur pour les élans d’une vertueuse
indignation. Il tolérait donc ses propos hardis et jusqu’à ses
bourrasques, se soumettait docilement aux rudes pénitences que ce sévère
confesseur lui imposait[126], pliait la tête devant le pouvoir de ce
tribun religieux, et lui abandonnait le gouvernement de l’Eglise et la
direction de la judicature. Révéré par le monarque, soutenu par la
plupart des faquis, par la bourgeoisie qui le craignait[127], par le
bas peuple dont la cause s’était identifiée avec la sienne depuis la
révolte, et même par certains poètes[128], classe d’hommes dont l’appui
n’était nullement à dédaigner, Yahyâ jouissait d’un pouvoir immense. Et
pourtant il n’avait aucun emploi, aucune position officielle; s’il
gouvernait tout dans sa sphère, c’était par le seul éclat de sa
renommée[129]. Despote au fond du cœur, quoique auparavant il eût
bafoué le despotisme, il l’exerçait sans scrupule maintenant que les
circonstances l’y conviaient. Les juges, s’ils voulaient conserver leurs
postes, devaient se faire les instruments aveugles de ses volontés. Le
sultan, qui avait parfois quelque velléité de s’affranchir de l’empire
que Yahyâ s’était arrogé sur lui, promettait plus qu’il ne pouvait en
s’engageant à les soutenir[130]. Tous ceux qui osaient lui résister,
Yahyâ les brisait; mais d’ordinaire, s’il voulait défaire un cadi qui
lui déplaisait, il n’avait qu’à lui dire: «Donne ta démission![131]»

L’influence de Ziryâb le musicien n’était pas moins grande, bien qu’elle
s’exerçât dans une autre sphère. Il était de Bagdad. Persan d’origine,
ce semble, et client des califes abbâsides, il avait appris la musique
sous le célèbre chanteur Ishâc Maucilî, lorsqu’un jour Hâroun ar-rachîd
demanda à ce dernier s’il n’avait pas quelque nouveau chanteur à lui
présenter. «J’ai un disciple qui chante assez bien, grâce aux leçons que
je lui ai données, lui répondit Ishâc, et j’ai quelque raison de croire
qu’un jour il me fera honneur.--Dis-lui alors qu’il vienne me trouver,»
reprit le calife. Introduit auprès du monarque, Ziryâb gagna de prime
abord son estime par ses manières distinguées et par sa conversation
spirituelle; puis, questionné par Hâroun sur ses connaissances
musicales: «Je sais chanter comme d’autres savent le faire, lui
répondit-il; mais en outre, je sais ce que d’autres ne savent pas. Ma
manière, à moi, n’est faite que pour un connaisseur aussi exercé que
l’est votre seigneurie. Si elle le veut bien, je vais lui chanter ce
qu’aucune oreille n’a encore entendu.» Le calife y ayant consenti, on
présenta au chanteur le luth de son maître. Il refusa de s’en servir et
demanda celui qu’il avait fait lui-même. «Pourquoi refuses-tu le luth
d’Ishâc? lui demanda alors le calife.--Si votre seigneurie désire que je
lui chante quelque chose selon la méthode de mon maître, lui répondit
Ziryâb, je m’accompagnerai de son luth; mais si elle veut connaître la
méthode que j’ai inventée, il me faut le mien de toute nécessité.» Sur
ce il lui expliqua de quelle manière il avait fait ce luth, et se mit à
lui chanter une chanson qu’il avait composée. C’était une ode à la
louange de Hâroun, et ce monarque en fut ravi à un tel point qu’il
reprocha durement à Ishâc de ne pas lui avoir présenté plus tôt ce
merveilleux chanteur. Ishâc s’excusa en disant, ce qui était vrai, que
Ziryâb lui avait soigneusement caché qu’il travaillait de génie; mais
aussitôt qu’il se trouva seul avec son disciple, il lui dit: «Tu m’as
indignement trompé en me faisant mystère de la portée de ton talent. Je
serai franc avec toi, et je te dirai que je suis jaloux de toi, comme
les artistes qui cultivent le même art et qui sont égaux en mérite, le
sont toujours les uns des autres. En outre, tu as plu au calife, et je
sais que sous peu tu vas me supplanter dans sa faveur. C’est ce que je
ne pardonnerais à personne, pas même à mon fils; et n’était que je sens
pour toi un reste d’affection parce que tu es mon élève, je ne me ferais
point scrupule de te tuer, et il en adviendrait ce qu’il pourrait.... Tu
as maintenant le choix entre deux partis: va t’établir loin d’ici,
jure-moi que jamais je n’entendrai reparler de toi, et alors je te
donnerai pour subvenir à tes besoins autant d’argent que tu voudras; ou
bien reste ici malgré moi; mais je te préviens que dans ce cas je
risquerai corps et biens pour te perdre. Choisis donc!» Ziryâb n’hésita
pas sur le parti à prendre: il quitta Bagdad après avoir accepté
l’argent qu’Ishâc lui offrait. Quelque temps après, le calife ordonna de
nouveau à Ishâc de lui amener son disciple. «Je regrette de ne pouvoir
satisfaire à votre désir, lui répondit le musicien; ce jeune homme est
possédé; il raconte que les génies lui parlent et lui inspirent les
airs qu’il compose; il est si orgueilleux de son talent qu’il croit
n’avoir point d’égal au monde. N’ayant été ni récompensé ni redemandé
par vous, il a cru que vous n’appréciiez pas ses talents et il est parti
furieux. J’ignore où il est à présent; mais rendez grâces à l’Eternel de
ce que cet homme est parti, seigneur, car il avait des accès de délire
et dans ces moments-là il était horrible à voir.» Le calife, tout en
regrettant le départ du jeune musicien qui lui avait inspiré de si
grandes espérances, se contenta des raisons qu’Ishâc lui donnait. Il y
avait quelque chose de vrai dans les paroles du vieux maëstro: pendant
son sommeil Ziryâb croyait réellement entendre chanter les génies. Alors
il s’éveillait en sursaut, sautait à bas de son lit, appelait Ghazlân et
Honaida, deux jeunes filles de son sérail, leur faisait prendre leurs
luths, leur enseignait l’air qu’il avait entendu pendant son sommeil, et
en écrivait lui-même les paroles. Ce n’était pas de la folie après tout,
Ishâc le savait bien, et quel véritable artiste, croyant aux génies ou
n’y croyant pas, n’a pas connu de ces moments où il était sous l’empire
d’une émotion bien malaisée à définir, mais qui semblait avoir quelque
chose de surhumain?

Ziryâb alla chercher fortune dans l’Ouest. Arrivé en Afrique, il écrivit
à Hacam, le sultan d’Espagne, pour lui dire qu’il désirait s’établir à
sa cour, et ce prince fut si charmé de cette lettre que, dans sa
réponse, il pressa le musicien de venir tout de suite à Cordoue, en lui
promettant un traitement fort considérable. Ziryâb passa donc le détroit
de Gibraltar avec ses femmes et ses enfants; mais à peine fut-il
débarqué à Algéziras qu’il apprit que Hacam venait de mourir. Fort
désappointé par cette nouvelle, il se proposait déjà de retourner en
Afrique, lorsque le musicien juif, Mançour, que Hacam avait envoyé à sa
rencontre, lui fit abandonner ce projet en lui disant qu’Abdérame II
n’aimait pas moins la musique que son père, et que sans doute il
récompenserait les artistes avec non moins de générosité. L’événement
prouva qu’il ne s’était pas trompé. Instruit de l’arrivée de Ziryâb,
Abdérame II lui écrivit pour l’inviter à venir à sa cour, ordonna aux
gouverneurs de le traiter avec les plus grands égards, et lui fit offrir
par un de ses principaux eunuques des mulets et d’autres présents.
Arrivé à Cordoue, Ziryâb fut installé dans une maison superbe. Le sultan
lui donna trois jours pour se remettre des fatigues de son voyage; au
bout de ce temps, il l’invita à se rendre au palais. Il commença
l’entretien en lui faisant connaître les conditions auxquelles il
voulait le retenir à Cordoue. Elles étaient magnifiques: Ziryâb aurait
une pension réglée de deux cents pièces d’or par mois et quatre
gratifications par an, à savoir mille pièces d’or à l’occasion de
chacune des deux grandes fêtes musulmanes, cinq cents à la Saint-Jean,
et cinq cents au jour de l’an; de plus, il recevrait par an deux cents
setiers d’orge et cent setiers de froment; enfin, il aurait l’usufruit
d’un certain nombre de maisons, de champs et de jardins, qui
représentaient ensemble un capital de quarante mille pièces d’or. Ce ne
fut qu’après avoir assuré au musicien une si belle fortune, qu’Abdérame
le pria de chanter, et quand Ziryâb eut satisfait à ce désir, le
monarque fut enchanté de ses talents au point de ne plus vouloir
entendre d’autre chanteur. Il vivait avec lui dans la plus grande
intimité, et aimait à s’entretenir avec lui d’histoire, de poésie, de
toutes les sciences et de tous les arts; car ce musicien extraordinaire
avait des connaissances très-étendues et très-variées. Sans compter
qu’il était excellent poète et qu’il savait par cœur les paroles et
les airs de dix mille chansons, il avait aussi étudié l’astronomie et la
géographie, et rien n’était plus instructif que de l’entendre discourir
sur les différents pays et sur les mœurs de leurs habitants. Mais ce
qui frappait en lui plus encore que son immense savoir, c’était son
esprit, son goût et la suprême distinction de ses manières. Nul n’était
rompu comme lui à la causerie étincelante, nul n’avait à un égal degré
l’instinct du beau et le sentiment de l’art en toutes choses, nul ne
s’habillait avec autant de grâce et d’élégance, nul ne savait aussi bien
ordonner une fête ou un dîner. On le considérait comme un homme
supérieur, comme un modèle, pour tout ce qui concernait le bon ton, et
sous ce rapport il devint le législateur de l’Espagne arabe. Les
innovations qu’il fit furent hardies et innombrables; il accomplit une
révolution radicale dans les coutumes. Auparavant on portait les cheveux
longs et séparés sur le front; on se servait à table de vases d’or ou
d’argent et de nappes de lin. Maintenant on portait les cheveux coupés
en rond; les vases étaient de verre, les nappes, de cuir: Ziryâb le
voulait ainsi. Il prescrivit les différentes espèces de vêtements qu’on
devait porter dans chaque saison; il apprit aux Arabes d’Espagne que les
asperges sont un mets excellent, ce à quoi ils n’avaient pas encore
pensé; plusieurs plats inventés par lui conservèrent son nom; enfin on
se modelait sur lui jusque dans les moindres minuties de la vie
élégante, et par une fortune peut-être unique dans les annales du monde,
le nom de ce charmant épicurien est resté célèbre jusqu’aux derniers
temps de la domination musulmane en Espagne, tout comme ceux des savants
illustres, des grands poètes, des grands généraux, des grands ministres,
des grands princes[132].

Au reste, bien que Ziryâb eût pris un tel ascendant sur l’esprit
d’Abdérame, que le peuple s’adressait de préférence à lui alors qu’il
voulait faire connaître ses vœux au monarque[133], il ne semble pas
s’être mêlé beaucoup de la politique. Il entendait trop bien la vie pour
ne pas trouver que discuter les affaires de l’Etat, tramer des complots,
ou conduire des négociations à travers les plaisirs d’une fête,
c’étaient choses du plus mauvais ton. Il abandonnait donc ces choses-là
à la sultane Taroub et à l’eunuque Naçr[134]. Taroub était une âme
égoïste et aride, faite pour l’intrigue et dévorée par la soif de l’or.
Elle vendait, non pas son amour, ces femmes n’en ont pas, mais sa
possession, tantôt pour un collier d’un prix fabuleux, tantôt pour des
sacs d’argent que son mari faisait placer contre sa porte lorsqu’elle
refusait de l’ouvrir[135]. Dure, avide, politique, elle était intimement
liée avec un homme tout semblable, le perfide et cruel Naçr. Fils d’un
Espagnol qui ne parlait pas même l’arabe[136], cet eunuque haïssait les
chrétiens vraiment pieux avec toute la haine d’un apostat.

Voilà ce qu’était la cour à cette époque. Quant au pays, il était loin
d’être tranquille. Dans la province de Murcie, il y eut une guerre, qui
dura sept ans, entre les Yéménites et les Maäddites. Mérida était
presque toujours en révolte; les chrétiens de cette ville étaient en
correspondance avec Louis-le-Débonnaire et se concertaient avec
lui[137]. Tolède se révolta aussi, et dans le voisinage de cette ville
il y eut une véritable jacquerie.

Peu d’années après la journée de la fosse, les Tolédans avaient recouvré
leur indépendance et détruit le château d’Amrous. Pour ressaisir cette
proie, Hacam avait de nouveau employé la ruse. Etant parti de Cordoue
sous le prétexte de faire une razzia dans la Catalogne, il avait établi
son camp dans le district de Murcie; puis, informé par ses espions que
les Tolédans se croyaient si peu menacés qu’ils négligeaient même de
fermer les portes de leur ville pendant la nuit, il était arrivé tout à
coup devant une porte, et, comme il l’avait trouvée ouverte, il était
devenu maître de la cité sans coup férir. Alors il avait fait brûler
toutes les maisons dans la partie élevée de la ville[138]. Parmi ces
maisons se trouvait celle d’un jeune renégat nommé Hâchim. Cet homme
vint à Cordoue dans un dénûment complet. Pour gagner sa vie, il se fit
forgeron. Puis, brûlant du désir de venger ses propres injures et celles
de ses concitoyens, il forma un complot avec les ouvriers de Tolède, et
quitta Cordoue pour se rendre de nouveau dans sa ville natale, où il se
mit à la tête de la populace, laquelle chassa les soldats et les
partisans d’Abdérame II (829). Ensuite Hâchim se mit à parcourir le pays
avec sa bande, en pillant et en brûlant les villages habités par des
Arabes ou par des Berbers. Chaque jour cette bande devenait plus
formidable; les ouvriers, les paysans, les esclaves, les aventuriers de
toute espèce affluaient de toute part pour se joindre à elle. Sur
l’ordre d’Abdérame, le gouverneur de la frontière, Mohammed ibn-Wasîm,
fit marcher des troupes contre ces brigands; mais elles furent forcées à
la retraite, et pendant une année entière, le Forgeron put continuer
impunément ses dévastations. A la fin le gouverneur, qui avait reçu des
renforts et que le sultan avait fortement réprimandé sur son inaction,
reprit l’offensive, et cette fois avec plus de succès. Après un combat
qui dura plusieurs jours, la bande, qui avait perdu son chef, fut
dispersée[139].

Cependant Tolède était encore libre. Dans l’année 834, le sultan fit
assiéger cette ville par le prince Omaiya; mais les Tolédans
repoussèrent victorieusement les attaques de ce général, de sorte
qu’Omaiya, après avoir ravagé les campagnes environnantes, fut obligé de
lever le siége et de retourner à Cordoue. Les Tolédans, quand ils
virent s’éloigner l’armée ennemie, résolurent de la harceler pendant sa
retraite; mais Omaiya avait laissé à Calatrava un corps de troupes
commandé par le renégat Maisara, et ce capitaine, informé du dessein des
Tolédans, leur dressa une embuscade. Attaqués à l’improviste, les
Tolédans essuyèrent une terrible déroute. Selon la coutume, les soldats
de Maisara présentèrent à leur capitaine les têtes des ennemis tués
pendant la mêlée; mais l’amour de sa nation ne s’était pas éteint dans
le cœur du renégat. A la vue de ces têtes mutilées, ses sentiments
patriotiques se réveillèrent avec force, et, se reprochant amèrement son
dévoûment aux oppresseurs de sa patrie, il expira, peu de jours après,
de honte et de douleur.

Toutefois, quoique le sultan pût causer de temps en temps du dommage à
Tolède, il ne put l’asservir tant que la concorde y régna.
Malheureusement elle disparut. Nous ignorons ce qui se passa dans la
ville; mais ce qui y arriva plus tard, dans l’année 873, nous fait
soupçonner que la discorde y éclata entre les renégats et les chrétiens.
Un chef tolédan, qui portait le nom d’Ibn-Mohâdjir et qui semble avoir
été un renégat, quitta Tolède avec ses partisans et vint offrir ses
services au commandant de Calatrava (836), qui accepta sa proposition
avec empressement. D’après les conseils des émigrés, on résolut
d’investir et d’affamer la ville, et le prince Walîd, frère du sultan,
fut chargé de la direction du siége. Ce siége avait déjà duré une année,
pendant laquelle la famine avait fait de grands ravages dans la ville,
lorsqu’un parlementaire, envoyé par le général arabe, vint conseiller
aux Tolédans de se rendre, attendu qu’ils seraient forcés de le faire
bientôt et qu’il valait mieux profiter du moment où ils pouvaient encore
prétendre à obtenir des conditions. Les Tolédans s’y refusèrent.
Malheureusement pour eux, le parlementaire, qui avait été témoin de leur
courage, l’avait été aussi de leur état malheureux et de leur faiblesse.
De retour auprès de son général, il le pressa de donner un assaut
vigoureux. Walîd le fit, et Tolède fut prise d’assaut, après avoir joui,
pendant environ huit années, d’une complète indépendance (16 juin 857).
Les annalistes ne nous apprennent pas de quelle manière le sultan traita
les habitants de la ville; ils disent seulement qu’Abdérame se fit
donner des otages et qu’il fit rebâtir le château d’Amrous[140].

Dans les dernières années du règne d’Abdérame, les chrétiens de Cordoue
tentèrent une révolte d’une nature tout à fait exceptionnelle. C’est sur
elle que nous allons appeler l’attention de nos lecteurs. Les auteurs
latins du milieu du IXe siècle nous fournissent beaucoup
d’indications, non-seulement sur cette révolte, mais encore sur le mode
d’existence, les sentiments et les idées des chrétiens de Cordoue, et
nous nous attacherons à reproduire fidèlement les détails pleins
d’intérêt qu’ils nous donnent.



VI.


Une grande partie et la partie la plus éclairée des chrétiens de Cordoue
ne se plaignaient pas de leur sort; on ne les persécutait pas, on leur
permettait le libre exercice de leur religion, et cela leur
suffisait[141]. Plusieurs d’entre eux servaient dans l’armée; d’autres
avaient des emplois lucratifs à la cour ou dans les palais des riches
seigneurs arabes[142]. Ils imitaient leurs maîtres dans tout ce qu’ils
leur voyaient faire: un tel entretenait un harem[143], tel autre
s’adonnait à un vice abominable, malheureusement fréquent dans les pays
orientaux[144]. Fascinés par l’éclat de la littérature arabe, les hommes
de goût avaient pris en pitié la littérature latine et n’écrivaient que
dans la langue des vainqueurs. Un auteur de cette époque, meilleur
patriote que la plupart de ses concitoyens, s’en plaint amèrement. «Mes
coreligionnaires, dit-il, aiment à lire les poèmes et les romans des
Arabes[145]; ils étudient les écrits des théologiens et des philosophes
musulmans, non pour les réfuter, mais pour se former une diction arabe
correcte et élégante. Où trouver aujourd’hui un laïque qui lise les
commentaires latins sur les saintes Ecritures? Qui d’entre eux étudie
les Evangiles, les prophètes, les apôtres? Hélas! tous les jeunes
chrétiens qui se font remarquer par leurs talents, ne connaissent que la
langue et la littérature arabes; ils lisent et étudient avec la plus
grande ardeur les livres arabes; ils s’en forment à grands frais
d’immenses bibliothèques, et proclament partout que cette littérature
est admirable. Parlez-leur, au contraire, de livres chrétiens: ils vous
répondront avec mépris que ces livres-là sont indignes de leur
attention. Quelle douleur! les chrétiens ont oublié jusqu’à leur langue,
et sur mille d’entre nous vous en trouverez à peine un seul qui sache
écrire convenablement une lettre latine à un ami. Mais s’il s’agit
d’écrire en arabe, vous trouverez une foule de personnes qui s’expriment
dans cette langue avec la plus grande élégance, et vous verrez qu’elles
composent des poèmes, préférables, sous le point de vue de l’art, à
ceux des Arabes eux-mêmes[146].» Au reste, cette prédilection pour la
littérature arabe et cet abandon presque général de la littérature
latine n’ont rien qui doive nous surprendre. On ne possédait plus à
Cordoue les ouvrages des grands poètes de l’antiquité[147]; les livres
de théologie avaient peu d’attrait pour les gens du monde, et la
littérature contemporaine était marquée des signes de l’extrême
décadence littéraire. On faisait encore des vers latins, mais, comme on
avait oublié les règles de la quantité[148], c’étaient des vers rimés,
dits _rhythmiques_[149], dans lesquels on ne faisait attention qu’à
l’accent et qui d’ailleurs étaient écrits d’un style à la fois
prétentieux et négligé.

Plus qu’à demi arabisés, les chrétiens de Cordoue s’accommodaient donc
fort bien de la domination étrangère. Mais il y avait des exceptions à
cette règle. Le sentiment de la dignité nationale et le respect de
soi-même n’étaient pas éteints dans tous les cœurs. Quelques esprits
généreux, qui dédaignaient de se pousser et de s’installer, à force
d’impudence ou d’habileté, dans les palais des grands, frémissaient
d’indignation en songeant que leur ville natale, qui portait encore avec
orgueil son ancien titre de _Patricienne_, était maintenant la résidence
d’un sultan[150]; ils enviaient le bonheur des petits Etats du nord de
l’Espagne, qui avaient à soutenir, il est vrai, une guerre continuelle,
mais qui, libres du joug arabe, étaient du moins gouvernés par des
princes chrétiens[151]. A ces regrets patriotiques se joignaient parfois
des griefs très-réels. Les sultans donnaient de temps en temps des
ordres qui devaient blesser profondément la fierté et les convictions
religieuses des chrétiens. Ainsi ils avaient déclaré la circoncision
obligatoire pour eux comme pour les musulmans[152]. Mais les prêtres
surtout étaient mécontents. Ils avaient pour les musulmans une haine
instinctive et d’autant plus forte qu’ils avaient des idées tout à fait
fausses sur Mahomet et sur les doctrines qu’il avait prêchées. Vivant au
milieu des Arabes, rien ne leur eût été plus facile que de s’instruire à
ce sujet; mais, refusant obstinément de puiser aux sources qui se
trouvaient à leur portée, ils se plaisaient à croire et à répéter toutes
les fables absurdes que l’on débitait ailleurs sur le Prophète de la
Mecque. Ce n’est pas dans les écrits arabes qu’Euloge, un des prêtres
les plus instruits de cette époque et sans doute assez familiarisé avec
l’arabe pour pouvoir lire couramment un ouvrage historique écrit dans
cette langue, va puiser des renseignements sur la vie de Mahomet; au
contraire, c’est dans un manuscrit latin que le hasard lui fait tomber
sous les mains dans un cloître de Pampelune. On y lisait, entre autres
choses, que Mahomet, sentant sa fin approcher, avait prédit que, le
troisième jour après sa mort, les anges viendraient le ressusciter. Par
conséquent, lorsque l’âme de Mahomet «fut descendue aux enfers,» ses
disciples veillèrent assidûment auprès du cadavre en attendant le
miracle; mais à la fin du troisième jour, ne voyant pas venir les anges
et croyant que leur présence auprès du cadavre, qui exhalait déjà une
odeur fétide, les en empêchait, ils s’en allèrent. Alors, au lieu
d’anges, arrivèrent des chiens[153], qui se mirent à dévorer une partie
du cadavre. Ce qui en restait fut enseveli par les musulmans, qui, pour
se venger des chiens, résolurent de tuer chaque année un grand nombre de
ces animaux.... «Voilà, s’écrie Euloge, voilà les miracles du prophète
des musulmans[154]!» Et l’on ne connaissait pas mieux les doctrines de
Mahomet. Que les prêtres, nourris d’idées ascétiques et auxquels il
n’était pas permis d’être émus de l’amour d’une femme, aient été
choqués par la polygamie qu’il avait autorisée, et surtout par ses idées
sur le paradis céleste avec ses belles vierges[155], rien de plus
naturel; mais ce qui est singulier, c’est qu’ils s’imaginaient que
Mahomet avait prêché précisément le contraire de ce qu’avait prêché le
Christ. «Cet adversaire de notre Sauveur, dit Alvaro, a consacré le
sixième jour de la semaine (lequel, à cause de la passion de notre
Seigneur, doit être un jour de deuil et de jeûne) à la bonne chère et à
la débauche. Le Christ a prêché la chasteté à ses disciples; lui, il a
prêché aux siens les plaisirs grossiers, les voluptés immondes,
l’inceste. Le Christ a prêché le mariage; lui, le divorce. Le Christ a
recommandé la sobriété et le jeûne; lui, les festins et les plaisirs de
la table[156].» «Le Christ, dit ensuite Alvaro--et il serait difficile
de trouver dans le Nouveau Testament les paroles qu’il prête ici au
Seigneur--le Christ ordonne que, pendant les jours du jeûne, l’on
s’abstienne de son épouse légitime; lui, il consacre surtout ces
jours-là aux plaisirs charnels[157].» Pour peu qu’Alvaro eût été au
courant de ce qui se passait alors à la cour, il aurait su que Yahyâ
avait imposé une rude pénitence à Abdérame II, lorsque ce monarque eut
enfreint les ordres de Mahomet sur l’abstinence des femmes pendant le
mois du jeûne[158].

Ainsi les prêtres se faisaient une idée tout à fait fausse de la
religion mahométane. Ceux de leurs coreligionnaires qui la connaissaient
mieux, avaient beau leur dire que Mahomet avait prêché une morale
pure[159]: c’était peine perdue, et les gens d’Eglise continuaient à
mettre l’islamisme sur la même ligne que le paganisme romain, à le
considérer comme une idolâtrie inventée par le diable[160]. Mais ce
n’est pas dans la religion musulmane qu’il faut chercher le motif
principal de leur aversion; c’est dans le caractère des Arabes. Ce
peuple, qui joignait à une gaîté franche et vive une sensualité
raffinée, devait inspirer aux prêtres, qui aimaient les retraites
éternelles et profondes, les grands renoncements et les terribles
expiations, une répugnance extrême et invincible. En outre, les prêtres
étaient accablés de vexations continuelles. Si les musulmans des hautes
classes étaient trop éclairés et trop bons politiques pour insulter les
chrétiens à cause de leur religion, la populace était intolérante comme
elle l’est partout. Quand elle voyait un prêtre se montrer dans la rue,
elle se mettait à crier: «voilà le fou!» et à chanter une chanson dont
le sujet était un éloge ironique de la croix, tandis que les petits
garçons jetaient des pierres et des pots à la tête du prêtre. Pendant
les enterrements, les prêtres entendaient dire: «Allah, n’ayez point
pitié d’eux!» et en même temps les ordures et les cailloux pleuvaient
sur le convoi. Quand les cloches des églises sonnaient aux heures
canoniques, les musulmans disaient en secouant la tête: «Peuple simple
et malheureux qui se laisse tromper par ses prêtres! Quelle folie que de
croire aux mensonges qu’ils débitent! Qu’Allâh maudisse ces imposteurs!»
Pour plusieurs musulmans, les chrétiens, ou du moins leurs prêtres,
étaient un objet de dégoût; quand ils avaient à leur parler, ils se
tenaient à distance pour ne pas frôler leurs vêlements[161]. Et pourtant
ces malheureux, qui faisaient horreur, qu’on considérait comme impurs,
dont on fuyait le contact comme celui d’un pestiféré, et qui voyaient
s’accomplir les paroles que Jésus avait adressées à ses disciples quand
il leur disait: «Vous serez haïs de tous à cause de mon nom,» se
rappelaient fort bien qu’au temps où la religion chrétienne dominait
dans le pays et où d’admirables églises s’élevaient partout, leur ordre
avait été l’ordre le plus puissant dans l’Etat[162]!

Blessés dans leur orgueil, exaspérés par les outrages qu’ils recevaient,
et poussés par un fébrile besoin d’activité, les prêtres, les moines et
le petit nombre de laïques qui pensaient comme eux, ne se résignèrent
pas à souffrir en silence, à faire de stériles vœux, à se déchirer
les entrailles de colère. Dans les villes assez éloignées du centre de
la domination musulmane pour pouvoir arborer avec succès le drapeau de
la révolte, ces hommes ardents et passionnés auraient été soldats; dans
les montagnes, ils auraient mené la vie indépendante de partisans et de
bandits, et, soldats à Tolède ou guerrillas dans la Sierra de Malaga,
ils auraient soutenu contre les musulmans une guerre à outrance. Dans la
résidence du sultan, où une révolte à main armée était impossible, ils
se firent martyrs.

Pour se soustraire aux insultes de la populace, les prêtres ne
quittaient leurs demeures que dans le cas de nécessité absolue[163].
Souvent aussi ils se faisaient malades et restaient tout le jour au lit,
afin d’être dispensés de payer la capitation, réclamée par le trésor
public à la fin de chaque mois[164]. Se condamnant ainsi à de longues
réclusions, à une vie solitaire, contemplative, toujours repliée sur
elle-même, ils amassaient en silence, et avec une sorte de volupté, des
trésors de haine; ils se sentaient heureux de haïr chaque jour davantage
et de charger leur mémoire de griefs nouveaux. Après le coucher du
soleil, ils se levaient. Alors ils se mettaient à lire, dans le silence
solennel et mystérieux de la nuit, à la faible et indécise lueur d’une
lampe[165], certaines parties de la Bible, surtout le dixième chapitre
de saint Matthieu, les Pères de l’Eglise et la Vie des Saints; c’étaient
à peu près les seuls livres qu’ils connussent. Ils lisaient que le
Christ avait dit: «Allez, et enseignez toutes les nations. Ce que je
vous dis dans les ténèbres, dites-le dans la lumière; ce que je vous dis
à l’oreille, prêchez-le sur les maisons. Je vous envoie comme des brebis
au milieu des loups. Vous serez menés devant les gouverneurs, et même
devant les rois, à cause de moi, pour leur rendre témoignage de moi. Ne
craignez point ceux qui tuent le corps, mais qui ne peuvent tuer l’âme;
craignez plutôt celui qui peut perdre et l’âme et le corps, en les
jetant dans la géhenne[166]!» Ils lisaient encore chez de grands
docteurs, que ceux-là surtout entreront dans la béatitude des élus, qui,
lorsque se cacher ne serait pas un crime, s’offrent spontanément au
martyre[167]. Mais ce qui enflammait principalement l’imagination
maladive des prêtres, c’était l’exemple de ces saints hommes qui avaient
été éprouvés par la persécution des païens, et qui, loin d’éviter le
martyre, avaient été avides de cette mort sacrée[168]. Vivant dans
l’admiration assidue de ces héros de la foi, ils sentaient frémir dans
leur âme le besoin impérieux de les imiter. Ils regrettaient de ne pas
être persécutés, et appelaient de tous leurs vœux l’occasion de faire
un grand acte de foi, comme tant d’autres fidèles serviteurs de Dieu
l’avaient trouvée dans les premiers temps de l’Eglise.

Ce parti exalté et fanatique obéissait à l’impulsion de deux hommes
remarquables. C’étaient le prêtre Euloge et le laïque Alvaro.

Euloge appartenait à une ancienne famille de Cordoue, qui se distinguait
par son attachement au christianisme autant que par sa haine des
musulmans. Son grand-père, qui s’appelait aussi Euloge, avait la
coutume, quand il entendait les muezzins annoncer, du haut des minarets,
l’heure de la prière, de faire le signe de la croix et d’entonner ces
paroles du psalmiste: «O Dieu! ne garde point le silence, et ne te tais
point! Car voici, tes ennemis bruient, et ceux qui te haïssent ont levé
la tête[169]!» Cependant, quelque grande que fût l’aversion de cette
famille pour les musulmans, Joseph, le plus jeune des trois frères
d’Euloge, entra comme employé dans les bureaux de l’administration. Ses
deux autres frères se vouèrent au commerce[170]; une de ses sœurs,
nommée Anulone, prit le voile, et Euloge lui-même fut destiné de bonne
heure à l’Eglise. Elevé parmi les prêtres de l’église de saint Zoïl, il
étudia jour et nuit avec tant d’application qu’il surpassa bientôt,
non-seulement ses condisciples, mais aussi ses maîtres. Alors, brûlant
du désir d’apprendre ce que ceux-ci ne pouvaient lui enseigner, mais
craignant de les offenser s’il leur faisait connaître son envie secrète,
il ne leur en dit rien; mais, sortant à la dérobée, il allait assister à
leur insu aux leçons des docteurs les plus renommés de Cordoue, et
surtout à celles de l’éloquent abbé Spera-in-Deo[171], auteur d’une
réfutation des doctrines musulmanes[172] et du récit du martyre de deux
personnes décapitées au commencement du règne d’Abdérame II[173]. Ce
docteur zélé eut la plus grande influence sur l’esprit du jeune Euloge;
c’est lui qui lui inspira cette haine sombre et farouche contre les
musulmans par laquelle il se distingua pendant toute sa vie. Ce fut
aussi dans l’auditoire de Spera-in-Deo qu’Euloge fit la connaissance
d’Alvaro, noble et riche jeune homme de Cordoue, qui, bien qu’il ne se
destinât pas à l’Eglise, suivait assidûment les cours du célèbre abbé,
dont il partageait les sentiments. Euloge et Alvaro étaient faits pour
se comprendre et s’aimer; bientôt une étroite amitié s’établit entre
eux, et, écrivant à un âge déjà avancé la biographie de son ami, Alvaro
s’arrête avec complaisance sur l’époque où lui et son condisciple se
juraient une amitié éternelle, où ils pendaient aux lèvres du grand
docteur dont la Bétique était fière, et où leur plus douce occupation
était d’écrire des volumes de lettres et de vers; volumes qu’ils
anéantirent plus tard, malgré les charmants souvenirs qui s’y
attachaient, de peur que la postérité ne les jugeât sur ces faibles
productions d’une jeunesse enthousiaste[174].

Devenu d’abord diacre, puis prêtre, de l’église de saint Zoïl, Euloge se
concilia par ses vertus la bienveillance de tous ceux qui le
connaissaient. Il aimait à fréquenter les cloîtres, sur lesquels il
exerça bientôt une grande influence, et, portant dans sa piété une
singulière exaltation, il macérait son corps par les jeûnes et les
veilles, en demandant à Dieu, comme une faveur spéciale, de le délivrer
d’une vie qui lui était à charge, et de le faire entrer dans la
béatitude des élus[175].

Pourtant cette vie si austère fut illuminée d’un doux rayon d’amour;
mais cet amour était si chaste et si pur dans sa sainte naïveté,
qu’Euloge lui-même ne s’en rendait pas compte, et que, sans y songer, il
s’en confesse avec une charmante candeur.

Il y avait alors à Cordoue une très-belle jeune fille nommée Flora, dont
le caractère avait avec celui d’Euloge de mystérieuses affinités. Née
d’un mariage mixte, elle passait pour musulmane; mais comme elle était
orpheline de père dès sa plus tendre enfance, sa mère l’avait élevée
dans le christianisme. Cette pieuse femme avait développé en elle un
très-vif sentiment des choses saintes; mais son frère, en musulman zélé
qu’il était, épiait toutes ses démarches, de sorte qu’elle ne pouvait
aller que rarement à la messe. Cette contrainte lui pesait; elle se
demandait si elle ne péchait pas en se faisant passer pour musulmane; ne
lisait-elle pas dans sa Bible bien-aimée: «Quiconque me confessera
devant les hommes, je le confesserai aussi devant mon Père qui est aux
cieux; mais quiconque me reniera devant les hommes, je le renierai aussi
devant mon Père qui est aux cieux?» Forte et courageuse, fière et
intrépide, c’était un être organisé pour une résistance indomptable, un
caractère énergique, entreprenant, et amoureux des partis extrêmes. Elle
eut donc bientôt pris sa résolution. A l’insu de son frère, elle quitta
le logis, accompagnée de sa sœur Bahlegotone qui partageait ses
sentiments. Les deux jeunes filles allèrent se cacher parmi les
chrétiens. Leur frère les cherchait en vain dans tous les couvents; en
vain il faisait jeter en prison des prêtres qu’il soupçonnait de les
tenir cachées, lorsque Flora, qui ne voulait pas que les chrétiens
fussent persécutés à cause d’elle, retourna spontanément à la maison,
et, se présentant à son frère: «Tu me cherches, lui dit-elle, tu
persécutes le peuple de Dieu à cause de moi; eh bien, me voici! Je viens
à toi et je le dis hautement, car j’en suis fière: Oui, tes soupçons
sont fondés; oui, je suis chrétienne. Essaye, si tu l’oses, de me
séparer du Christ par des supplices: je saurai supporter
tout!--Malheureuse, s’écria son frère, ne sais-tu donc pas que notre loi
prononce contre l’apostat la peine de mort?--Je le sais, répondit Flora;
mais sur l’échafaud je dirai avec non moins de fermeté: Jésus, mon
seigneur, mon Dieu, remplie d’amour pour toi, je meurs heureuse!»
Furieux de cette obstination, le musulman eut la cruauté de frapper sa
sœur; mais Flora avait une de ces organisations exceptionnelles, si
parfaites, que la douleur physique semble n’avoir pas de prise sur
elles; aussi son frère, voyant que sa brutalité ne lui servait de rien,
essaya de la persuader par la douceur. Il n’y réussit pas mieux. Alors,
l’ayant menée devant le cadi: «Juge, lui dit-il, voici ma sœur, qui
avait toujours honoré et pratiqué avec moi notre sainte religion,
lorsque des chrétiens l’ont pervertie, lui ont inspiré du mépris pour
notre Prophète, et lui ont fait croire que Jésus est Dieu.--Est-ce vrai
ce que dit votre frère?» demanda le cadi en s’adressant à Flora. «Eh
quoi! répliqua-t-elle, vous appelez cet homme impie mon frère? Il ne
l’est pas, je le désavoue! Ce qu’il vient de dire est faux. Non, jamais
je n’ai été musulmane. Celui que j’ai connu, que j’ai adoré, dès ma plus
tendre enfance, c’est le Christ. C’est lui qui est mon Dieu, et jamais
je n’aurai d’autre époux que lui!»

Le cadi aurait pu condamner Flora à la mort; mais, touché peut-être de
sa jeunesse et de sa beauté, et croyant sans doute qu’une punition
corporelle suffirait pour ramener au bercail cette brebis égarée, il
ordonna à deux agents de police d’étendre les bras de la jeune fille, et
lui déchira la nuque à coups de fouet. Puis, la remettant plus morte que
vive entre les mains de son frère: «Instruisez-la dans notre loi, lui
dit-il, et si elle ne se convertit pas, ramenez-la-moi.»

De retour dans sa maison, le musulman fit soigner sa sœur par les
femmes de son harem. De peur qu’elle ne lui échappât une seconde fois,
il prenait grand soin de tenir les portes fermées; mais comme une
très-haute muraille entourait tous les bâtiments dont se composait sa
demeure, il jugea inutile de prendre d’autres précautions. Il oubliait
qu’une femme aussi courageuse que Flora ne se laisse arrêter par aucun
obstacle. En peu de jours, ses plaies à peine fermées, elle se sentit
assez forte pour tenter de s’évader. A la faveur de la nuit, elle grimpa
jusqu’au toit d’un bâtiment qui se trouvait dans la cour; de là elle
escalada légèrement la muraille, et, se laissant glisser jusqu’à terre,
elle parvint sans accident dans la rue. Errant au hasard au milieu des
ténèbres, elle eut le bonheur d’arriver à la maison d’un chrétien de sa
connaissance. C’est là qu’elle resta cachée pendant quelque temps; c’est
là qu’Euloge la vit pour la première fois[176]. La beauté de Flora,
l’irrésistible séduction de ses paroles et de ses manières[177], ses
aventures romanesques, sa fermeté inébranlable au milieu des
souffrances, sa piété tendre et son exaltation mystique, tout cela
exerça une puissance vraiment électrique sur l’imagination du jeune
prêtre, si habituée qu’elle fût à se craindre et à se réprimer. Il
conçut pour Flora une amitié exaltée, une sorte d’amour intellectuel, un
amour tel qu’on le connaît au séjour des anges, là où les âmes seules
brûlent du feu des saints désirs. Six ans plus tard, il se rappelait
encore jusqu’aux moindres circonstances de cette première entrevue; loin
de s’être affaibli, ce souvenir semble avoir augmenté avec l’âge et être
devenu plus vivace, témoin ces paroles passionnées qu’il écrivit alors
à Flora: «Tu as daigné, sainte sœur, me montrer, il y a bien
longtemps déjà, ta nuque déchirée par les verges et privée de la belle
et abondante chevelure qui la couvrait jadis. C’est que tu me
considérais comme ton père spirituel, et que tu me croyais pur et chaste
comme toi-même. Doucement je mis ma main sur tes plaies; j’aurais voulu
les guérir en les pressant de mes lèvres, mais je ne l’osais pas.... En
te quittant, j’étais tout rêveur et je soupirais sans cesse[178]»....

Craignant d’être découverte à Cordoue, Flora, accompagnée de sa sœur
Baldegotone, alla se cacher ailleurs. Plus tard nous dirons où et
comment Euloge la retrouva.



VII.


Pendant que les chrétiens zélés de Cordoue étaient livrés aux pénibles
rêves d’une ambition nourrie dans l’ombre, aigrie dans l’inaction, un
événement se passa qui doubla, s’il était possible, leur haine et leur
fanatisme.

Un prêtre de l’église de saint Aciscle, nommé Perfectus, était sorti un
jour pour les affaires de son ménage, lorsque des musulmans
l’abordèrent, car il parlait assez bien l’arabe. Bientôt la conversation
tomba sur la religion et les musulmans demandèrent à Perfectus son
opinion sur Mahomet et sur Jésus-Christ. «Quant au Christ, répondit-il,
c’est mon Dieu; mais quant à votre Prophète, je n’ose dire ce que nous
autres chrétiens nous pensons de lui; car si je le faisais, je vous
offenserais et vous me livreriez au cadi, qui me condamnerait à la mort.
Cependant, si vous m’assurez que je n’ai rien à craindre, je vous dirai
en confidence ce qu’on lit à son sujet dans l’Evangile, et de quelle
renommée il jouit parmi les chrétiens.--Vous pouvez vous fier à nous,
répondirent les musulmans; ne craignez rien et dites ce que vos
coreligionnaires pensent de notre Prophète; nous jurons de ne pas vous
trahir.--Eh bien, dit alors Perfectus, dans l’Evangile on lit: «Il
s’élèvera de faux prophètes, qui feront des prodiges et des miracles,
pour séduire les élus mêmes, s’il était possible.» Le plus grand de ces
faux prophètes, c’est Mahomet.» Une fois lancé, Perfectus alla plus loin
qu’il n’avait voulu: il éclata en injures contre Mahomet et l’appelait
un serviteur de Satan.

Les musulmans le laissèrent partir en paix; mais ils lui gardaient
rancune, et quelque temps après, voyant arriver Perfectus et ne se
croyant plus liés par leur serment, ils crièrent au peuple: «Cet
insolent que voilà a vomi en notre présence de si horribles blasphèmes
contre notre Prophète, que le plus patient d’entre vous, s’il les avait
entendus, aurait perdu son sang-froid.» Aussitôt Perfectus, «comme s’il
eût fâché une ruche,» dit Euloge, se vit entouré par une multitude
furieuse, qui se précipita sur lui et le traîna devant le tribunal du
cadi avec tant de vitesse que ses pieds touchaient à peine le sol. «Le
prêtre que voici, dirent les musulmans au juge, a blasphémé notre
Prophète. Mieux que nous, vous savez quelle punition mérite un tel
crime.»

Après avoir entendu les témoins, le cadi demanda à Perfectus ce qu’il
avait à répondre. Le pauvre prêtre, qui n’était nullement de ceux qui
s’étaient préparés au rôle de martyr et qui tremblait de tous ses
membres, ne trouva rien de mieux que de nier les paroles qu’on lui
prêtait. Cela ne lui servit de rien; son crime étant suffisamment
prouvé, le cadi, aux termes de la loi musulmane, le condamna à la mort
comme blasphémateur. Chargé de chaînes, le prêtre fut jeté dans la
prison, où il devait rester jusqu’au jour que Naçr, le chambellan,
fixerait pour l’exécution de la sentence.

Il n’y avait donc plus d’espoir pour le pauvre prêtre, victime de la
trahison de quelques musulmans, aux serments desquels il avait eu
l’imprudence de croire. Mais la certitude de sa mort prochaine lui
rendit le courage qui lui avait manqué devant le cadi. Exaspéré par le
manque de foi qui allait lui coûter la vie, certain que rien ne pouvait
le sauver ni aggraver sa peine, il avouait hautement qu’il avait injurié
Mahomet; il en tirait gloire, maudissait sans cesse le faux prophète, sa
doctrine et sa secte, et se préparait à mourir en martyr. Il priait, il
jeûnait, et rarement le sommeil venait fermer ses paupières. Des mois se
passèrent ainsi. Il semblait que Naçr eût oublié le prêtre ou qu’il eût
pris à tâche d’allonger sa lente agonie. Le fait est que Naçr avait
résolu, avec un raffinement de cruauté, que le supplice de Perfectus
aurait lieu pendant la fête que les musulmans célèbrent après le jeûne
du mois de Ramadhân, le premier jour du mois de Chauwâl.

Dans cette année 850, le premier Chauwâl tombait un jour de printemps
(18 avril). Dès l’aurore, les rues de Cordoue, qui, durant les matinées
des trente jours du carême, avaient été silencieuses et désertes,
présentaient un spectacle animé et tant soit peu grotesque. A peine
étaient-elles assez larges pour la foule immense qui se précipitait vers
les mosquées. Les riches étaient habillés de magnifiques habits neufs;
les esclaves avaient revêtu ceux que leurs maîtres venaient de leur
donner; les petits garçons se pavanaient dans les longues robes de leurs
pères. Toutes les montures avaient été mises en réquisition, et chacune
d’elles portait sur son dos autant de personnes que possible. La joie se
peignait sur tous les visages; des amis, en se rencontrant, se
félicitaient et s’embrassaient. La cérémonie religieuse achevée, les
visites commencèrent. Les mets les plus exquis et les meilleurs vins
attendaient partout les visiteurs, et les portes des riches étaient
encombrées de pauvres qui s’abattaient, comme une nuée de corbeaux
avides, sur les miettes des festins. Même pour les femmes, tenues
pendant le reste de l’année sous de triples verrous, ce jour-là était un
jour de fête et de liberté. Tandis que leurs pères et leurs maris
buvaient et s’enivraient, elles parcouraient les rues, des branches de
palmier à la main et distribuant des gâteaux aux pauvres, pour se rendre
aux cimetières, où, sous le prétexte de pleurer les défunts, elles
nouaient mainte intrigue[179].

Dans l’après-midi, lorsque des embarcations innombrables, remplies de
musulmans à demi ivres, couvraient le Guadalquivir, et que les Cordouans
se réunissaient dans une grande plaine, de l’autre côté du fleuve, pour
y entendre un sermon à ce qu’ils prétendaient, mais en réalité pour s’y
livrer à de nouvelles réjouissances, on vint annoncer à Perfectus que,
d’après l’ordre de Naçr, son supplice allait avoir lien sur l’heure.
Perfectus savait que les exécutions avaient lieu dans cette même plaine
où la foule joyeuse se réunissait en ce moment. Il était préparé à
monter sur l’échafaud; mais l’idée d’y monter au milieu de la joie et de
l’allégresse générales, l’idée que la vue de son supplice serait pour la
multitude un divertissement, un passe-temps d’un nouveau genre, le
remplissait de douleur et de rage. «Je vous le prédis, s’écria-t-il
enflammé d’une juste colère, ce Naçr, cet homme orgueilleux devant
lequel se courbent les chefs des plus nobles et des plus anciennes
familles, cet homme qui exerce en Espagne un pouvoir souverain,--cet
homme ne verra pas l’anniversaire de cette fête à laquelle il a eu la
cruauté de fixer mon supplice!»

Perfectus ne donna aucun signe de faiblesse. Pendant qu’on le conduisait
à l’échafaud, il criait: «Oui, je l’ai maudit, votre prophète, et je le
maudis encore! Je le maudis, cet imposteur, cet adultère, cet homme
diabolique! Votre religion est celle de Satan! Les peines de l’enfer
vous attendent tous!» Répétant sans cesse ces paroles, il monta d’un pas
ferme sur l’échafaud, autour duquel se pressait la populace, aussi
fanatique que curieuse, et fort contente de voir décapiter un chrétien
qui avait blasphémé Mahomet.

Pour les chrétiens Perfectus devint un saint. Ayant à leur tête l’évêque
de Cordoue, ils descendirent son cercueil, avec beaucoup de pompe, dans
la fosse où reposaient les ossements de saint Aciscle. En outre, ils
publiaient partout que Dieu lui-même s’était chargé de venger le saint
homme. Le soir après son exécution, un bateau avait chaviré; sur huit
musulmans qu’il contenait, deux s’étaient noyés. «Dieu, disait alors
Euloge, a vengé la mort de son soldat. Nos cruels persécuteurs ayant
envoyé Perfectus au ciel, le fleuve a englouti deux d’entre eux pour les
livrer à l’enfer!» Les chrétiens eurent encore une autre satisfaction:
la prédiction de Perfectus s’accomplit: avant une année révolue, Naçr
mourut d’une manière aussi subite que terrible[180].

Ce puissant eunuque fut la victime de sa propre perfidie. La sultane
Taroub voulait assurer le droit de succéder à la couronne à son propre
fils Abdallâh, au préjudice de Mohammed, l’aîné des quarante-cinq fils
d’Abdérame II, qui l’avait eu d’une autre femme, nommée Bohair; mais si
grande que fût son influence sur son époux, elle n’avait pas réussi à
lui faire adopter son projet. Alors elle eut recours à Naçr, dont elle
connaissait la haine pour Mohammed, et le pria de la débarrasser et de
son époux et du fils de Bohair. L’eunuque lui promit de faire en sorte
qu’elle fût contente, et, voulant commencer par le père, il s’adressa au
médecin Harrânî, qui était venu d’Orient, et qui, en peu de temps, avait
acquis à Cordoue une grande réputation et une fortune considérable,
grâce à la vente d’un remède très-efficace contre les maux de ventre,
remède dont il possédait le secret, et qu’il vendait au prix exorbitant
de cinquante pièces d’or la bouteille[181]. Naçr lui demanda s’il
attachait quelque prix à sa faveur, et le médecin lui ayant répondu que
ses vœux n’avaient point d’autre objet, il lui donna mille pièces
d’or en lui enjoignant de préparer un poison fort dangereux, connu sous
le nom de _bassoun al-molouc_.

Harrânî avait deviné le projet de l’eunuque. Partagé entre la crainte,
ou d’empoisonner le monarque, ou de s’attirer le courroux du puissant
chambellan, il prépara le poison et l’envoya à Naçr; mais en même temps
il fit dire secrètement à une femme du harem qu’elle devait conseiller
au sultan de ne pas prendre la potion que Naçr lui offrirait.

L’eunuque étant venu voir son maître et l’ayant entendu se plaindre de
sa mauvaise santé, il lui recommanda de prendre un excellent remède,
qu’un médecin célèbre lui avait donné. «Je vous l’apporterai demain,
ajouta-t-il, car il faut le prendre à jeun.»

Le lendemain, quand l’eunuque eut apporté le poison, le monarque lui dit
après avoir examiné la fiole: «Ce remède pourrait bien être nuisible;
prends-le d’abord toi-même.» Stupéfait, mais n’osant désobéir, ce qui
aurait prouvé son intention criminelle; espérant d’ailleurs que Harrânî
saurait bien neutraliser le poison, Naçr l’avala. Aussitôt qu’il put le
faire sans exciter des soupçons, il vola à son palais, fit chercher
Harrânî, lui raconta en deux mots ce qui était arrivé, et lui demanda un
antidote. Le médecin lui prescrivit de prendre du lait de chèvre. Mais
il était trop tard[182]. Le poison lui ayant brûlé les entrailles, Naçr
expira dans une violente diarrhée[183].

Les prêtres chrétiens ignoraient ce qui s’était passé à la cour. Ils
savaient bien que Naçr était mort subitement, et même le bruit se
répandit parmi eux qu’il avait été empoisonné; mais ils ne savaient rien
de plus. La cour, ce semble, tâcha de tenir caché ce complot avorté,
auquel beaucoup de personnes haut placées avaient prêté la main, et qui
ne nous est connu que par les curieuses révélations d’un client des
Omaiyades, qui écrivait à une époque où l’on pouvait parler librement,
attendu que les conspirateurs avaient tous cessé de vivre. Mais ce qui
était parvenu à la connaissance des prêtres leur suffisait; ce qui pour
eux était l’essentiel, c’est que la prédiction de Perfectus, connue d’un
grand nombre de chrétiens et de musulmans renfermés avec lui dans la
même prison, s’était accomplie de la manière la plus frappante.

Quelque temps après, l’excessive et injuste rigueur avec laquelle les
musulmans traitèrent un marchand chrétien, exaspéra encore davantage le
parti exalté.

Jean--le marchand en question--était un homme parfaitement inoffensif,
et jamais il ne lui était passé par la tête que son destin l’appelât à
souffrir pour la cause du Christ. Ne songeant qu’à son négoce, il
faisait de bonnes affaires, et comme il savait que le nom de chrétien
n’était pas une recommandation auprès des musulmans qui venaient acheter
au marché, il avait pris la coutume, en faisant valoir sa marchandise,
de jurer par Mahomet. «Par Mahomet, ceci est excellent! Par le Prophète
(que Dieu lui soit propice!), vous ne trouverez pas chez qui que ce
soit de meilleures choses qu’ici!» ces sortes de phrases lui étaient
habituelles, et pendant longtemps il n’eut pas à s’en repentir. Mais ses
concurrents, moins favorisés des acheteurs, enrageaient en voyant sa
prospérité toujours croissante; ils lui cherchaient noise, et un jour
qu’ils l’entendirent de nouveau jurer par Mahomet, ils lui dirent: «Tu
as toujours le nom de notre Prophète à la bouche, afin que ceux qui ne
te connaissent pas, te prennent pour un musulman. Et puis, c’est
vraiment insupportable de t’entendre jurer par Mahomet chaque fois que
tu débites un mensonge.» Jean protesta d’abord que, s’il employait le
nom de Mahomet, il ne le faisait pas dans l’intention de blesser les
musulmans; mais ensuite, la dispute s’échauffant, il s’écria: «Eh bien,
je ne prononcerai plus le nom de votre Prophète, et maudit soit celui
qui le prononce!» A peine eut-il dit ces paroles, qu’on le saisit en
criant qu’il avait proféré un blasphème, et qu’on le traîna devant le
cadi. Interrogé par ce dernier, Jean soutint qu’il n’avait point eu le
dessein d’injurier qui que ce fût, et que, si on l’accusait, c’était par
jalousie de métier. Le cadi, qui devait ou l’absoudre, s’il le jugeait
innocent, ou le condamner à la mort, s’il le croyait coupable, ne fit ni
l’un ni l’autre. Il prit un moyen terme: il le condamna à quatre cents
coups de fouet, au grand désappointement de la populace, qui criait que
Jean avait mérité la mort. Le pauvre homme subit sa peine; puis on le
plaça sur un âne, la tête en arrière, et on le promena par les rues de
la ville, tandis qu’un héraut marchait devant lui en criant: «Voici
comment on châtie celui qui ose se moquer du Prophète!» Ensuite on
l’enchaîna et on l’enferma dans la prison. Lorsqu’Euloge l’y trouva
quelques mois plus tard, les sillons que le fouet avait tracés dans ses
chairs étaient encore visibles[184].

Peu de jours après, les exaltés, qui depuis longtemps se reprochaient
leur inaction, entrèrent dans la lice. Le but où tendaient tous leurs
souhaits, c’était de mourir de la main des infidèles. Pour en obtenir
l’accomplissement, ils n’avaient qu’à injurier Mahomet. Ils le firent.
Le moine Isaäc leur donna l’exemple.

Né à Cordoue de parents nobles et riches, Isaäc avait reçu une éducation
soignée. Il connaissait l’arabe à fond, et, fort jeune encore, il avait
été nommé _câtib_ (employé dans l’administration) par Abdérame II. Mais
à vingt-quatre ans, ayant éprouvé tout à coup des scrupules de
conscience, il quitta la cour et la carrière brillante qui s’ouvrait
devant lui, pour aller s’ensevelir dans le cloître de Tahanos, que son
oncle Jérémie avait fait bâtir à ses frais au nord de Cordoue. Situé
entre de hautes montagnes et d’épaisses forêts, ce cloître, où la
discipline était beaucoup plus rigoureuse qu’ailleurs, passait avec
raison pour le foyer du fanatisme. Isaäc y trouva son oncle, sa tante
Elisabeth et plusieurs autres de ses parents, qui tous avaient poussé
jusqu’aux dernières limites le sombre génie de l’ascétisme. Leur
exemple, la solitude, l’aspect d’une nature triste et sauvage, les
jeûnes, les veilles, la prière, les macérations, la lecture de la Vie
des Saints, tout cela avait développé dans l’âme du jeune moine un
fanatisme qui approchait du délire, lorsqu’il se crut appelé par le
Christ à mourir pour sa cause. Il partit donc pour Cordoue, et, se
présentant au cadi: «Je voudrais me convertir à votre foi, lui dit-il,
si vous vouliez bien m’instruire.--Très-volontiers,» lui répondit le
cadi, qui, heureux de pouvoir faire un prosélyte, commença à lui exposer
les doctrines de l’islamisme; mais Isaäc l’interrompit au milieu de son
discours en s’écriant: «Il a menti, votre prophète, il vous a trompés
tous; qu’il soit maudit, l’infâme souillé de tous les crimes, qui a
entraîné avec lui tant de malheureux au fond de l’enfer! Pourquoi vous,
qui êtes un homme sensé, n’abjurez-vous pas ces doctrines
pestilentielles? Pouvez-vous croire aux impostures de Mahomet? Embrassez
le christianisme; le salut est là!» Hors de lui-même par l’audace inouïe
du jeune moine, le cadi remua les lèvres, mais sans pouvoir articuler
une parole, versa des larmes de rage, et appliqua un soufflet sur la
joue d’Isaäc.

--Eh quoi! s’écria le moine; tu oses souffleter une figure que Dieu a
formée à son image? Tu en rendras compte un jour!

--Calmez-vous, ô cadi, dirent à leur tour les conseillers assesseurs;
souvenez-vous de votre dignité, et rappelez-vous que notre loi ne permet
pas d’outrager qui que ce soit, pas même celui qui a été condamné à la
mort.

--Malheureux, dit alors le cadi en s’adressant au moine, tu es ivre
peut-être, ou bien tu as perdu la raison et tu ne sais pas ce que tu
dis. Ignores-tu donc que la loi immuable de celui que tu outrages si
inconsidérément, condamne à mort ceux qui osent parler de lui de la
manière dont tu l’as fait?

--Cadi, répliqua tranquillement le moine, je suis dans mon bon sens et
je n’ai pas bu du vin. Brûlant d’amour pour la vérité, j’ai voulu la
dire à toi et à ceux qui t’entourent. Condamne-moi à la mort; loin de la
craindre, je la désire, car je sais que le Seigneur a dit: «Bienheureux
sont ceux qui sont persécutés pour la vérité, car le royaume des cieux
est à eux!»

Alors le cadi prit en pitié ce moine fanatique. L’ayant fait mettre en
prison, il alla demander au monarque la permission d’appliquer une peine
mitigée à cet homme évidemment aliéné d’esprit. Mais Abdérame, exaspéré
contre les chrétiens par les honneurs qu’ils avaient rendus au corps de
Perfectus, lui ordonna de suivre la rigueur des lois, et, voulant
empêcher les chrétiens d’enterrer le corps d’Isaäc avec pompe, il lui
enjoignit en outre de prendre soin que ce corps demeurât suspendu
pendant quelques jours à un gibet la tête en bas, qu’ensuite il fût
brûlé, et que les cendres fussent jetées dans la rivière. Ces ordres
furent exécutés (3 juin 851); mais, bien que le monarque eût privé ainsi
le cloître de Tabanos de reliques précieuses, les moines s’en
dédommagèrent en mettant Isaäc au rang des saints et en racontant des
miracles qu’il aurait opérés, non-seulement pendant son enfance, mais
même avant de venir au monde[185].

La carrière était maintenant ouverte. Deux jours après le supplice
d’Isaäc, le Français Sancho, qui servait dans la garde du sultan et qui
avait assisté aux leçons d’Euloge, blasphéma Mahomet et fut
décapité[186]. Le dimanche suivant (7 juin), six moines, parmi lesquels
on distinguait Jérémie (l’oncle d’Isaäc) et un certain Habentius qui
demeurait toujours reclus dans sa cellule, se présentèrent au cadi en
criant: «Nous aussi, nous disons ce qu’ont dit nos saints frères, Isaäc
et Sancho!» Et, après avoir blasphémé Mahomet, ils ajoutèrent: «Venge
maintenant ton prophète! Traite-nous avec la plus grande cruauté!» On
leur coupa la tête[187]. Puis Sisenand, prêtre de l’église de saint
Aciscle, qui avait été l’ami de deux de ces moines, crut les voir
descendre du ciel pour l’inviter à souffrir aussi le martyre: il fit
comme eux et fut décapité. Avant de monter sur l’échafaud, il avait
exhorté le diacre Paul à suivre son exemple: ce dernier eut la tête
tranchée quatre jours après (20 juillet). Ensuite un jeune moine de
Carmona, nommé Théodemir, subit le même sort[188].

Onze martyrs en moins de deux mois, c’était pour le parti exalté un
triomphe dont il était bien fier; mais les autres chrétiens, qui ne
demandaient qu’à vivre en repos, s’inquiétaient avec raison de cet
étrange fanatisme, qui aurait peut-être pour résultat que les musulmans
se défieraient de tous les chrétiens et se mettraient à les persécuter.
«Le sultan, disaient-ils aux exaltés, nous permet l’exercice de notre
culte et ne nous opprime pas: à quoi peut donc servir ce zèle fanatique?
Ceux que vous appelez des martyrs, ne le sont nullement; ce sont des
suicides, et ce qu’ils ont fait leur a été suggéré par l’orgueil, la
source de tous les péchés. S’ils avaient connu l’Evangile, ils y
auraient lu: «Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous
haïssent.» Au lieu d’éclater en injures contre Mahomet, ils auraient dû
savoir que, selon les paroles de l’apôtre, les médisants n’hériteront
point le royaume de Dieu. Les musulmans nous disent: «Si Dieu, voulant
montrer que Mahomet n’est point un prophète, eût inspiré à ces
fanatiques la résolution qu’ils ont prise, il eût opéré des miracles qui
nous auraient convertis à votre foi. Et loin de là, Dieu a toléré que
les corps de ces soi-disant martyrs fussent brûlés et que leurs cendres
fussent jetées dans la rivière. Votre secte ne tire point d’avantage de
ces supplices, et la nôtre n’en souffre aucunement: n’est-ce donc pas
une folie que de se suicider de la sorte?» Que devons-nous répondre à
ces objections qui ne nous semblent que trop fondées[189]?»

Tel était le langage que tenaient non-seulement les laïques, mais la
plupart des prêtres[190]. Euloge se chargea de leur répondre; il se mit
à composer son _Mémorial des Saints_, dont le premier livre est une
amère et violente diatribe contre ceux qui, «de leur bouche sacrilège,
osaient injurier et blasphémer les martyrs[191].» Pour réfuter ceux qui
vantaient la tolérance des mécréants, Euloge trace avec les plus sombres
couleurs le tableau des vexations dont les chrétiens, et surtout les
prêtres, étaient accablés. «Hélas! s’écrie-t-il, si l’Eglise subsiste en
Espagne comme un lis entre les épines, si elle brille comme un flambeau
au milieu d’un peuple corrompu et pervers, il ne faut pas attribuer ce
bienfait à la nation impie à laquelle nous obéissons pour le châtiment
de nos péchés, mais à Dieu seul, à lui qui a dit à ses disciples: Je
suis toujours avec vous jusques à la fin du monde!» Puis il accumule des
citations tirées de la Bible et des légendes, afin de prouver que
non-seulement il est permis de s’offrir spontanément au martyre, mais
que c’est une œuvre pieuse, méritoire et recommandée par Dieu.
«Sachez, dit-il à ses adversaires, sachez, vous, impurs, qui ne craignez
pas de rapetisser la gloire des saints, sachez qu’au jugement dernier
vous serez confrontés avec eux, et qu’alors vous répondrez devant Dieu
de vos blasphèmes!»

De son côté, le gouvernement arabe s’alarma avec raison de cette
nouvelle espèce de révolte; car chez les exaltés le fanatisme n’était
qu’une face de leur être; il s’y mêlait une ardeur martiale et des
désirs presque féroces de vengeance politique[192]. Mais comment
empêcher ces insensés de porter eux-mêmes leur tête au bourreau? S’ils
blasphémaient Mahomet, il fallait bien les condamner à mort; la loi
était inexorable à cet égard. Il n’y avait qu’un seul moyen qui pût
être efficace: c’était d’assembler un concile et de lui faire rendre un
décret qui défendît aux chrétiens de rechercher ce qu’on appelait le
martyre. C’est ce que fit Abdérame II; il convoqua les évêques, et ne
pouvant assister en personne à leurs séances, il s’y fit représenter par
un chrétien employé dans l’administration.

Euloge et Alvaro ne parlent qu’avec horreur de ce _câtib_, de cet
_exceptor_, de cet homme inique, orgueilleux, cruel, riche en vices
comme en argent; qui n’était chrétien que de nom, et qui, dès le
principe, avait été le détracteur et l’ennemi acharné des martyrs[193].
Ils le haïssent et l’exècrent à un tel point qu’ils évitent
soigneusement de prononcer son nom. Ce n’est que par les auteurs
arabes[194] que nous savons qu’il s’appelait Gomez, fils d’Antonien,
fils de Julien. Doué d’un esprit souple et pénétrant, Gomez, qui, de
l’aveu unanime des chrétiens et des musulmans[195], parlait et écrivait
l’arabe avec une pureté et une élégance fort remarquables, avait gagné
la faveur d’abord de son chef, Abdallâh ibn-Omaiya[196], puis du
monarque, et à l’époque dont nous parlons, son influence à la cour
était fort grande. Ayant la plus complète indifférence en matière de
religion, il méprisait souverainement le fanatisme; cependant, il se
serait borné selon toute apparence à lancer des épigrammes et des
sarcasmes contre les pauvres fous qui allaient se faire couper la tête
sans rime ni raison, s’il n’avait craint que leur folie n’eût pour
lui-même les suites les plus fâcheuses. Il croyait déjà s’apercevoir que
les musulmans commençaient à traiter les chrétiens avec une certaine
froideur voisine de la méfiance; il se demandait avec inquiétude s’ils
ne finiraient pas par confondre les chrétiens raisonnables avec les
chrétiens fanatiques, et si, dans ce cas, lui et les autres employés
chrétiens ne perdraient pas leurs postes lucratifs et même les richesses
qu’ils avaient amassées. Au concile, Gomez n’était donc pas seulement
l’interprète de la volonté du souverain; son propre intérêt était en jeu
et l’obligeait à s’opposer avec vigueur au torrent qui menaçait de
l’engloutir.



VIII.


Les séances du concile s’ouvrirent sous la présidence de Reccafred,
métropolitain de Séville. Gomez exposa la situation en peignant les
suites funestes que pouvait avoir le zèle intempestif de ceux qui
insultaient Mahomet, et qui, disait-il, loin d’être des saints,
méritaient d’être frappés d’anathème, puisqu’ils exposaient tous leurs
coreligionnaires à une terrible persécution. Par conséquent, il pria les
évêques de rendre un décret qui improuvât la conduite des soi-disant
martyrs et défendît aux fidèles de suivre leur exemple; mais comme,
selon toute apparence, cette mesure ne suffirait pas; comme les chefs du
parti exalté (parmi lesquels Gomez signalait le prêtre Euloge)
pourraient avoir la hardiesse de censurer les actes du concile et
d’exciter, en dépit du décret, des personnes simples et crédules à se
présenter de nouveau au cadi pour injurier Mahomet--ce qu’il fallait
empêcher à tout prix--il pria en outre les évêques de vouloir bien se
charger de faire mettre en prison les personnes qu’ils jugeraient
dangereuses[197].

Alors Saül, évêque de Cordoue, prit la défense des martyrs. Il s’était
rangé du parti des exaltés, moins par conviction, que pour faire oublier
ses antécédents qui étaient loin d’être purs. Ayant été élu évêque par
le clergé de Cordoue, mais ne pouvant obtenir du monarque qu’il donnât
son approbation à ce choix, il avait promis quatre cents pièces d’or aux
eunuques du palais, au cas où ils parviendraient à lui faire accorder sa
demande, et, les eunuques ayant exigé des garanties, il leur avait passé
un acte, écrit en arabe, par lequel il s’engageait à leur payer la somme
stipulée sur les revenus des biens de l’évêché, au détriment des prêtres
qui seuls avaient le droit de jouir de ces revenus. Les eunuques ayant
alors réussi à vaincre la résistance du monarque, ce dernier avait
approuvé le choix du clergé[198]; mais depuis lors, Saül, voulant se
réhabiliter dans l’opinion des chrétiens rigoureux et austères qui lui
reprochaient sans cesse ce marché infâme, avait embrassé avec chaleur
les doctrines des enthousiastes. Déjà pendant les funérailles pompeuses
de Perfectus, qui avaient donné tant d’ombrage au gouvernement, il
n’avait pas craint de marcher à la tête du clergé, et maintenant il se
mit à exposer les arguments que la Bible et la Vie des Saints
fournissaient aux exaltés pour justifier leurs opinions. Mais les autres
évêques ne partageaient pas ses sentiments; au contraire, ils étaient
fort disposés à rendre un décret dans le sens indiqué par Gomez.
Toutefois ils se trouvaient dans une position assez embarrassante:
l’Eglise admettant le suicide et l’ayant canonisé, ils ne pouvaient
improuver la conduite des soi-disant martyrs sans condamner en même
temps celle des saints des temps primitifs de l’Eglise. N’osant donc pas
blâmer en principe cette espèce de suicide, ni même désapprouver la
conduite de ceux qui avaient recherché le martyre dans les derniers
temps, ils résolurent de défendre aux chrétiens d’aspirer dans la suite
à cette mort sacrée. Gomez, qui comprenait leurs scrupules, se contenta
de cette décision, d’autant plus que le métropolitain lui promit de
prendre des mesures sévères et énergiques contre les agitateurs.

Le décret du concile n’eut pas plus tôt été publié, qu’Euloge et ses
amis s’en emparèrent pour le tourner contre ceux qui en étaient les
auteurs. «Ce décret, disaient-ils, ne condamne pas les martyrs de cette
année; on y lit même que dans la suite il y en aura encore d’autres. Que
signifie donc cette défense d’aspirer à la couronne du martyre? Comparée
avec le reste du décret, c’est une inconséquence bien singulière, que
nous ne pouvons expliquer qu’en la supposant dictée par la peur.
Evidemment le concile approuve le martyre, mais sans oser le déclarer
ouvertement[199].»

Ainsi ces esprits impétueux et turbulents bravaient avec une arrogance
altière l’autorité des évêques. Mais ils n’avaient pas calculé toutes
les suites de leur audace, ou bien ils croyaient avoir plus de fermeté
et de courage qu’ils n’en avaient réellement; car lorsque le
métropolitain Reccafred, fidèle à ses promesses et secondé par le
gouvernement, eut ordonné d’emprisonner les chefs du parti, sans en
excepter l’évêque de Cordoue, cet ordre causa parmi eux une
consternation indicible. Euloge a beau assurer que si lui et ses amis se
cachaient, changeaient à chaque instant de demeure, ou prenaient la
fuite sous divers déguisements, c’était parce qu’ils ne se sentaient pas
encore dignes de mourir en martyrs: le fait est qu’ils tenaient plus à
la vie qu’ils ne jugeaient convenable de l’avouer. L’abattement, déjà si
grand chez les maîtres,--«une feuille qui tombait nous faisait trembler
de crainte,» dit Euloge--était complet chez les disciples. On voyait des
laïques et des prêtres, qui auparavant avaient prodigué les louanges aux
martyrs, changer de sentiment avec une étonnante rapidité; il y en eut
même plusieurs qui abjurèrent le christianisme et se firent
musulmans[200].

Malgré les précautions qu’ils prirent, l’évêque de Cordoue et plusieurs
prêtres de son parti furent découverts et arrêtés[201]. Euloge eut le
même sort. Il travaillait à son Mémorial des Saints, lorsque des agents
de police firent irruption dans sa demeure, l’arrêtèrent au milieu de sa
famille consternée et le traînèrent en prison[202]. C’est là qu’il
retrouva Flora, et voici de quelle manière elle y était venue:

Dans un cloître près de Cordoue, il y avait une jeune religieuse nommée
Marie. Elle était la sœur de l’un des six moines qui s’étaient
présentés simultanément devant le cadi pour injurier Mahomet et qui
avaient été décapités tous les six. Depuis la mort de ce frère
bien-aimé, elle était tombée dans une sombre mélancolie, lorsqu’une
autre religieuse lui raconta que ce martyr lui était apparu pour lui
adresser ces paroles: «Dites à ma sœur Marie qu’elle cesse de pleurer
ma perte, car bientôt elle sera avec moi dans le ciel.» A partir de cet
instant, Marie ne pleura plus; son parti était pris: elle voulait mourir
comme était mort son frère. S’étant donc acheminée vers Cordoue, elle
entra pour prier dans l’église de saint Aciscle, qui se trouvait sur sa
route, et s’agenouilla à côté d’une jeune fille qui adressait des
prières ferventes aux saints. C’était Flora, qui, dans son exaltation,
avait quitté son asile et se préparait, elle aussi, à mourir en martyre.
Marie, heureuse d’avoir trouvé une compagne, lui fait connaître son
dessein. Les deux jeunes filles s’embrassent, elles jurent de ne plus se
quitter et de mourir ensemble. «Je vais rejoindre mon frère!» s’écrie
l’une. «Et moi, dit l’autre, je serai heureuse auprès de Jésus!» Pleines
d’enthousiasme, elles se remettent en route et se rendent auprès du
cadi. «Née d’un père païen, lui dit Flora, j’ai été, il y a longtemps
déjà, maltraitée par vous de la manière la plus cruelle, parce que je
refusais de renier le Christ. Depuis lors j’ai eu la faiblesse de me
cacher, mais aujourd’hui, pleine de confiance dans mon Dieu, je n’ai pas
craint de me présenter devant vous. Je déclare, avec la même fermeté
qu’auparavant, que le Christ est Dieu; je déclare aussi que votre
soi-disant prophète est un adultère, un imposteur, un scélérat.» «Et
moi, juge, dit à son tour Marie, moi dont le frère était l’un de ces six
hommes magnanimes qui ont péri sur l’échafaud parce qu’ils s’étaient
moqués de votre faux prophète, je dis, avec la même audace, que le
Christ est Dieu et que votre religion a été inventée par le démon!»

Quoique toutes deux eussent mérité la mort, le cadi, touché peut-être de
leur jeunesse et de leur beauté, eut pitié d’elles. Il tâcha de leur
faire rétracter ce qu’elles venaient de dire, et même lorsqu’il vit ses
efforts inutiles, il se contenta de les faire emprisonner.

Dans la prison elles s’étaient d’abord montrées courageuses et fermes;
elles priaient, jeûnaient, chantaient les hymnes de l’Eglise et
s’abandonnaient à des méditations ascétiques; mais peu à peu elles
s’étaient laissé ébranler par les ennuis d’une longue captivité, par les
prières de ceux qui voulaient les sauver, et surtout par les menaces du
juge, qui, voyant que la mort les effrayait moins que la honte, leur
avait annoncé que si elles ne se rétractaient pas, il les livrerait à la
prostitution[203]. Euloge arriva à temps pour leur servir d’appui. Sa
situation était bien pénible; il avait à supporter une rude épreuve.
Encourager celle qu’il aimait sans se l’avouer à monter sur l’échafaud,
c’était de quoi faire reculer le désintéressement le plus hardi. Et
pourtant, loin de chercher à retenir Flora, à la faire hésiter dans son
entraînement, à la détourner de son projet, il employa toute sa
rhétorique pour raffermir le courage chancelant de la jeune fille. Qu’on
blâme ou qu’on plaigne son aveugle fanatisme, si l’on veut, mais qu’on
ne se hâte pas de l’accuser de froideur et de sécheresse! Malgré le
calme apparent dont il recouvrait les émotions violentes qu’il
éprouvait, son cœur était gonflé de tristesse et d’amertume[204]. Il
sentait se ranimer auprès de Flora les impétueuses aspirations d’une âme
ardente et impressionnable; l’amour--s’il est permis de donner ce nom à
l’alliance immatérielle qu’il avait contractée avec Flora--l’amour
luttait chez lui avec la peur de manquer à sa conscience; mais capable
de tout sacrifier à la cause dont il s’était fait le champion, il
tâchait d’imposer silence aux palpitations de son cœur, et, ne
voulant point avouer combien il s’était abusé lui-même sur l’état de ses
forces, il cherchait à étourdir sa douleur en se livrant à une activité
fébrile. Jour et nuit il lisait et écrivait. Il composa un traité pour
persuader à Flora et à sa compagne que rien n’est plus méritoire que
d’endurer le martyre[205]. Il acheva son Mémorial des Saints[206], qu’il
envoya à Alvaro en le priant de le revoir et de le corriger. Il écrivit
une longue lettre à son ami Wiliésind, évêque de Pampelune. Il retrouva
même assez de calme et de liberté d’esprit pour composer un traité de
métrique. Il le fit parce qu’il voulait réveiller le patriotisme endormi
de ses concitoyens en leur inspirant le goût de la littérature ancienne,
laquelle, pour la ville qui avait vu naître les deux Sénèque et Lucain,
devait être une littérature nationale. Au lieu que les prêtres du temps
des Visigoths avaient cru qu’il ne leur était pas permis de cueillir et
de respirer des fleurs que l’eau du baptême n’avait pas arrosées[207],
Euloge croyait avoir trouvé dans la littérature des Romains un puissant
contre-poids à celle des Arabes, dont les Cordouans étaient si engoués.
Auparavant déjà il avait été fort heureux de pouvoir leur apporter des
manuscrits latins qu’il avait su se procurer en Navarre, des manuscrits
de Virgile, d’Horace, de Juvénal[208], et maintenant, frappé du mépris
que les hommes de goût témoignaient pour les vers rhythmiques, il
voulait enseigner à ses concitoyens les savantes règles de la prosodie
latine, afin qu’ils se missent à composer des vers calqués sur ceux du
siècle d’Auguste.

Cependant son éloquence avait porté ses fruits. Grâce à elle, Flora et
Marie montrèrent dorénavant une fermeté et un enthousiasme qui
étonnaient Euloge lui-même, si habitué qu’il fût à l’exaltation
mystique. Toujours avide de diviniser ses admirations, il ne voyait plus
dans Flora qu’une sainte entourée d’une auréole lumineuse. Le cadi avait
fait appeler la jeune enthousiaste à la prière de son frère; il avait
tenté pour la sauver un dernier effort, aussi infructueux que les
autres. Quand elle fut de retour dans la prison, Euloge alla la voir.
«Je croyais voir un ange, dit-il; une clarté céleste l’environnait; son
visage rayonnait de joie; déjà elle semblait goûter les joies de la
patrie céleste, et le sourire sur les lèvres, elle me raconta ce que le
cadi lui avait demandé et ce qu’elle lui avait répondu. Lorsque j’eus
entendu ce récit de sa bouche douce comme miel, je tâchai de la
confirmer dans sa résolution en lui montrant la couronne qui
l’attendait. Je l’adorai, je me prosternai devant cet ange, je me
recommandai à ses prières, et ranimé par ses discours, je rentrai moins
triste dans mon sombre cachot.» Le jour où Flora et sa compagne
moururent sur l’échafaud (24 novembre 851), fut pour Euloge un jour de
triomphe. «Mon frère, écrivit-il à Alvaro, le Seigneur nous a accordé
une grande grâce et nous sommes dans une grande allégresse. Nos vierges,
instruites par nous, au milieu des larmes, dans le verbe de la vie,
viennent d’obtenir la palme du martyre. Après avoir vaincu le prince des
ténèbres et foulé aux pieds toutes les affections terrestres, elles sont
allées joyeusement au-devant de l’époux qui règne dans les cieux.
Invitées aux noces par le Christ, elles sont entrées dans le séjour des
bienheureux en chantant un cantique nouveau et en disant: «A toi,
Seigneur, notre Dieu, l’honneur et la gloire, car tu nous as arrachées à
la puissance de l’enfer; tu nous as rendues dignes de la félicité dont
jouissent les saints; tu nous as appelées dans ton royaume éternel.»
Toute l’Eglise est joyeuse de la victoire qu’elles ont remportée; mais
plus que personne j’ai le droit de m’en réjouir, moi qui les ai
raffermies dans leur dessein au moment même où elles allaient y
renoncer[209].»

Cinq jours après, Euloge, Saül et les autres prêtres furent remis en
liberté. Euloge ne manqua pas d’attribuer sa délivrance à l’intercession
des deux saintes, qui, avant de quitter la prison pour monter sur
l’échafaud, avaient promis que, dès qu’elles seraient arrivées auprès du
Christ, elles lui demanderaient la mise en liberté des prêtres[210].
Saül se montra dorénavant docile aux ordres de Reccafred; Euloge au
contraire, redoubla d’activité afin d’augmenter le nombre des martyrs et
n’y réussit que trop. Stimulés par lui, des prêtres, des moines, des
_chrétiens cachés_, des femmes, injurièrent Mahomet et périrent sur
l’échafaud[211]. Les exaltés poussèrent l’audace au point que deux
d’entre eux, un vieux moine et un jeune homme, entrèrent dans la grande
mosquée en criant: «Le règne des cieux est venu pour les fidèles, et
vous, mécréants, l’enfer va vous engloutir!» Ils faillirent être
déchirés par le peuple en fureur; mais le cadi interposa son autorité,
les envoya en prison, et leur fit couper d’abord les mains et les
pieds, puis la tête (16 septembre 852)[212].

Six jours plus tard, Abdérame II fut frappé d’une mort subite[213].
Suivant le récit d’Euloge, le vieux monarque était monté sur la terrasse
du palais, lorsque ses regards tombèrent sur les gibets auxquels étaient
attachés les cadavres mutilés des derniers martyrs. Il donna l’ordre de
les brûler; mais cet ordre à peine donné, il eut une attaque
d’apoplexie, et dans la nuit il rendit le dernier soupir[214].

Comme Abdérame n’avait jamais prononcé entre ses deux fils, Mohammed et
Abdallâh, qui aspiraient l’un et l’autre à lui succéder, et que ces deux
princes ignoraient encore la mort de leur père, tout allait dépendre du
choix que feraient les eunuques du palais. Ceux d’entre eux qui avaient
assisté aux derniers moments d’Abdérame, firent fermer soigneusement les
portes du château, afin d’empêcher que la mort du sultan ne vînt à
s’ébruiter; puis, ayant réuni tous leurs camarades, un des eunuques les
plus considérés prit la parole. «Camarades, dit-il, il est arrivé une
chose qui est de la plus grande importance pour nous tous.... Notre
maître n’est plus».... Et lorsque tous se mirent à pleurer et à gémir:
«Ne pleurez pas en ce moment, dit-il; plus tard vous aurez le temps de
le faire. Les moments sont précieux. Ayons soin d’abord de nos propres
intérêts et de ceux des musulmans en général. A qui destinez-vous le
trône?--A notre seigneur, au fils de notre sultane, de notre
bienfaitrice,» s’écrièrent tous les autres.

Les intrigues de Taroub allaient donc porter leur fruit. A force
d’argent et de promesses, elle avait gagné les eunuques, et grâce à eux,
son fils Abdallâh allait monter sur le trône. Mais le choix des eunuques
serait-il approuvé par la nation? Il était permis d’en douter, car
Abdallâh ne s’était fait remarquer que par ses mœurs relâchées, son
orthodoxie était plus que douteuse, et le peuple le haïssait. C’est ce
que sentait l’eunuque Abou-’l-Mofrih, pieux musulman qui avait fait le
pèlerinage de la Mecque. «L’opinion qui vient d’être émise,
demanda-t-il, est-elle celle de vous tous?--Oui, oui,» cria-t-on de
toutes parts. «Eh bien, dit-il, c’est aussi la mienne. J’ai même plus de
motifs que vous pour me montrer reconnaissant envers la sultane, car
elle m’a prodigué plus de bienfaits qu’à aucun de vous. Cependant, c’est
une affaire à laquelle il faut réfléchir mûrement; car si nous
choisissons Abdallâh, c’en est fait de notre pouvoir en Espagne. Dès
qu’un de nous se montrera dans la rue, chacun dira: «Mon Dieu! maudis
ces eunuques qui, lorsqu’ils disposaient du trône et qu’ils pouvaient le
donner au meilleur prince qu’ils connussent, l’ont donné au plus
indigne!» Voilà ce qu’on dira, camarades! Vous connaissez Abdallâh; vous
connaissez ceux qui l’entourent; s’il monte sur le trône, à quelles
dangereuses innovations les musulmans ne doivent-ils pas s’attendre! Que
deviendra la religion? Et sachez bien que non-seulement les hommes, mais
que Dieu lui-même vous demandera compte de votre choix!»

Ces paroles, dont nul n’osa contester la vérité, firent une profonde
impression sur les eunuques. Déjà à demi convaincus, ils demandèrent à
Abou-’l-Mofrih quel était le candidat qu’il proposait. «Je propose
Mohammed, répondit-il; c’est un homme pieux et de mœurs
irréprochables.--D’accord, dirent les eunuques; mais il est avare et
sévère.--Vous le nommez avare, reprit Abou-’l-Mofrih; mais comment
aurait-il pu se montrer généreux, lui qui n’avait rien à donner? Quand
il régnera et qu’il sera maître du trésor public, il saura bien vous
récompenser, n’en doutez pas!»

L’avis d’Abou-’l-Mofrih ayant prévalu, tous jurèrent sur le Coran qu’ils
reconnaîtraient Mohammed, et les deux eunuques Sadoun et Câsim, qui,
pour plaire à Taroub, avaient été jusque-là les défenseurs les plus
ardents de la candidature d’Abdallâh, ne songèrent plus dorénavant qu’à
faire leur paix avec son rival. Câsim pria ses camarades de demander
pardon pour lui, ce qu’ils lui promirent; Sadoun demanda et obtint
qu’on le chargeât d’aller annoncer à Mohammed son élévation au trône.

Comme il faisait encore nuit et que les portes de la ville étaient
fermées, Sadoun prit avec lui les clefs de la porte du pont, le palais
de Mohammed se trouvant de l’autre côté de la rivière. Pour arriver au
pont, il fallait passer par le palais d’Abdallâh, où tout le monde était
éveillé, car on y faisait festin comme de coutume; mais comme on ne se
doutait de rien, Sadoun n’éprouva point de difficulté à se faire ouvrir
les portes de ce palais, après quoi il passa le pont et arriva au palais
de Mohammed. Ce prince s’était déjà levé; il était dans le bain,
lorsqu’on vint lui annoncer que Sadoun voulait lui parler. Il sortit du
bain, s’habilla et donna l’ordre d’introduire l’eunuque. «Quel motif
vous amène ici de si bonne heure, Sadoun? lui demanda-t-il.--Je viens,
lui répondit Sadoun, pour vous annoncer que nous, les eunuques du
palais, nous vous avons choisi pour successeur de votre père. Il vient
de mourir, que Dieu ait son âme! Voici sa bague!»

Mohammed ne pouvait croire que Sadoun dît vrai. Il croyait que son frère
était déjà sur le trône et qu’il avait envoyé Sadoun auprès de lui pour
le tuer. Ne songeant donc qu’à sauver sa vie: «Sadoun, s’écria-t-il,
craignez Dieu et épargnez-moi! Je sais que vous êtes mon ennemi, mais
pourquoi verser mon sang? S’il le faut, je suis prêt à quitter
l’Espagne; la terre est assez grande pour que je puisse vivre loin
d’ici sans donner de l’ombrage à mon frère.» Sadoun eut une peine
infinie à le rassurer et à lui persuader que ce qu’il venait de dire
était l’exacte vérité. A force de protestations et de serments il y
réussit à la fin; puis il ajouta: «Vous vous étonnez que ce soit moi qui
vous apporte cette nouvelle: c’est que j’ai prié mes camarades de
m’envoyer auprès de vous, dans l’espoir que vous me pardonneriez ma
conduite passée.--Que Dieu vous pardonne comme moi je vous pardonne!
s’écria Mohammed; mais attendons un instant; je ferai venir mon
majordome, Mohammed ibn-Mousâ, et nous nous concerterons avec lui sur
les mesures à prendre.»

Ce qui dans les circonstances données importait le plus à Mohammed,
c’était de prendre possession du palais; cela fait, son frère n’oserait
plus contester ses droits au trône et tout le monde le reconnaîtrait;
mais comment ferait-on pour passer par le palais d’Abdallâh sans
éveiller des soupçons? Là était la difficulté. Si les gardes de ce
palais voyaient arriver Mohammed de si bonne heure, ils devineraient
peut-être la vérité, et dans ce cas ils ne le laisseraient pas passer.
Le majordome, consulté par son maître, proposa de demander l’assistance
du préfet Yousof ibn-Basîl, qui avait trois cents agents à ses ordres.
Son avis fut agréé; mais Yousof, informé de quoi il s’agissait, jugea
prudent de se tenir neutre et refusa de mettre ses agents à la
disposition de Mohammed. «On se dispute le trône, dit-il, je ne m’en
mêle pas. Nous autres clients, nous obéirons à celui qui sera maître du
palais.»

De retour auprès du prince, le majordome lui communiqua la réponse de
Yousof; puis il ajouta: «Qui ne risque rien, n’a rien, et voici ce que
je propose: Vous savez, seigneur, que votre père envoyait souvent
chercher votre fille, et qu’alors je la conduisais au palais.
Habillez-vous donc en femme; nous vous ferons passer pour votre fille,
et, Dieu aidant, nous arriverons à nos fins.» Ce conseil fut adopté; on
monta à cheval; Sadoun allait le premier, le majordome et Mohammed,
habillé en femme et la tête couverte d’un grand voile, le suivaient. On
arriva ainsi au palais d’Abdallâh, dans lequel on entendait un concert
de voix et d’instruments, et Mohammed prononça à voix basse ce vers d’un
ancien poète: «Soyez heureux dans ce que vous recherchez, et
puissions-nous l’être aussi dans ce que nous recherchons!»

Les gardes, qui se tenaient dans la chambre au-dessus de la porte,
buvaient et causaient, lorsqu’ils entendirent arriver la cavalcade. L’un
d’entre eux alla ouvrir la porte. «Qui est-ce?» demanda-t-il à Sadoun.
«Tais-toi, indiscret, lui répondit l’eunuque, et respecte les femmes!»
Le garde n’eut point de soupçons. La cavalcade partie, il referma la
porte, et de retour auprès de ses camarades: «La fille de Mohammed,
leur dit-il, vient de passer avec le majordome de son père et avec
Sadoun.»

Croyant avoir vaincu la difficulté la plus grave, Mohammed dit à son
majordome: «Reste ici; bientôt je t’enverrai du secours et alors tu
prendras soin que personne ne sorte de ce palais-là;» puis il continua
sa route avec Sadoun. Cet eunuque alla frapper à la porte du palais où
le vieux monarque venait d’expirer. Le portier vint ouvrir. «Cette femme
est-elle la fille de Mohammed?» demanda-t-il d’un air incrédule. «Oui,
lui répondit Sadoun, c’est la fille de Mohammed.--C’est étrange, reprit
le portier, je l’ai vue souvent quand elle venait au palais, mais elle
me semblait alors plus petite que cette personne que voilà. Vous voulez
me tromper, Sadoun; mais je le jure, une personne que je ne connais pas,
ne passera pas par cette porte. Que cette personne lève son voile ou
qu’elle s’en aille!--Quoi! s’écria Sadoun, vous ne respectez pas les
princesses?--Je ne sais si cette personne en est une, et je vous le
répète: à moins que je ne la voie, elle n’entrera pas.» Voyant que le
portier était inébranlable, Mohammed leva le voile qui lui couvrait la
figure. «C’est moi, dit-il au portier; je suis venu parce que mon père
est mort.--Alors, reprit le portier, le cas est bien plus grave que je
ne le pensais. Vous ne passerez pas par cette porte, seigneur, avant que
je me sois assuré si votre père est mort ou vivant.--Venez donc avec
moi, lui dit Sadoun, et vous serez bientôt convaincu.» Le portier
referma la porte, et, laissant Mohammed dehors, il accompagna Sadoun,
qui le conduisit auprès du cadavre d’Abdérame II. A cette vue, le
portier fondit en pleurs, et se tournant vers Sadoun, il lui dit: «Vous
avez dit vrai et je vous obéirai.» Puis il alla ouvrir la porte, et,
après avoir baisé la main à Mohammed: «Entrez, mon prince! s’écria-t-il.
Que Dieu vous rende heureux, et que par vous les musulmans le soient!»

Mohammed se fit prêter serment par les hauts dignitaires de l’Etat, prit
les mesures nécessaires afin de rendre inutile toute opposition de la
part de son frère, et lorsque les premiers rayons de l’aurore
commençaient à blanchir les sommets de la Sierra-Morena, la capitale
apprit qu’elle avait changé de maître[215].



IX.


Le nouveau monarque était un esprit borné, froid et égoïste. On a vu
qu’il n’avait témoigné aucune douleur à la nouvelle de la mort de son
père, et le fait est que, loin de s’en affliger, il s’en était réjoui.
Il ne prenait pas même la peine de déguiser ses sentiments à cet égard.
Un soir, après avoir passé une joyeuse journée à Roçâfa, charmante
maison de campagne qu’il possédait dans le voisinage de Cordoue, il
retournait à la capitale, accompagné de son favori Hâchim. Echauffés par
le vin, ils causaient de choses et d’autres, lorsqu’une pensée sinistre
traversa tout à coup la tête de Hâchim. «Descendant des califes,
s’écria-t-il, que ce monde serait beau, si la mort n’existait
pas!--Quelle idée absurde! lui répondit Mohammed; si la mort n’existait
pas, est-ce que je régnerais? La mort est une bonne chose; mon
prédécesseur est mort, voilà pourquoi je règne[216]!»

Les eunuques avaient d’abord repoussé l’idée de lui donner le trône,
parce qu’ils le croyaient avare. Ils l’avaient bien jugé. D’abord
Mohammed diminua les appointements des employés et la solde des
soldats[217]. Plus tard il renvoya les vieux ministres de son père et
donna leurs charges à des jeunes gens sans expérience, à la condition
qu’ils partageraient avec lui leurs émoluments[218]. Tout ce qui
touchait aux finances, il le traitait par lui-même avec une exactitude
minutieuse et puérile. Une fois, en examinant un compte dont le total
s’élevait à cent mille pièces d’or, il chicana les employés du trésor
sur cinq sous[219]. Tout le monde le méprisait ou le haïssait à cause de
son avarice[220]; les faquis seuls, exaspérés au plus haut degré par
l’audace des derniers martyrs qui avaient osé blasphémer le Prophète
jusque dans la grande mosquée, lui prêtaient leur appui, car ils le
croyaient dévot et plein de haine contre les chrétiens. Mohammed remplit
parfaitement l’idée qu’ils avaient de lui. Le jour même où il était
monté sur le trône, il congédia tous les employés et tous les soldats
chrétiens, à l’exception de Gomez, car il connaissait l’indifférence
religieuse de cet homme et appréciait ses talents[221]. Au lieu que ses
tolérants prédécesseurs avaient fermé les yeux quand les chrétiens
agrandissaient les anciennes églises ou qu’ils en bâtissaient de
nouvelles, Mohammed, qui voulait appliquer à cet égard la loi musulmane
dans toute sa rigueur, fit détruire tout ce qui avait été bâti depuis la
conquête. Afin de complaire à leur maître et de s’insinuer dans sa
faveur, ses ministres, outre-passant ses ordres dans l’excès de leur
zèle, firent démolir jusqu’à des églises qui existaient depuis trois
siècles, et se mirent à exercer contre les chrétiens une cruelle
persécution. Alors beaucoup de chrétiens, la plupart à en croire Euloge
et Alvaro, abjurèrent le christianisme[222]. Gomez leur avait donné
l’exemple. Depuis plusieurs années il avait été à la tête de la
chancellerie, à cause de la longue maladie du chancelier Abdallâh
ibn-Omaiya. Après la mort de ce fonctionnaire, ayant appris que le
sultan avait dit: «Si Gomez était de notre religion, je le nommerais
volontiers chancelier,» il s’était déclaré musulman[223] et avait obtenu
la dignité qu’il ambitionnait. Tant qu’il avait été chrétien, il n’avait
presque jamais assisté à l’office; maintenant il était si exact à toutes
ses pratiques de dévotion, que les faquis le proposaient comme un
modèle de piété et qu’ils l’appelaient _la colombe de la mosquée_[224].

A Tolède l’intolérance du sultan produisit un tout autre résultat. Trois
ou quatre années auparavant, Euloge, en retournant d’un voyage en
Navarre, avait séjourné pendant plusieurs jours dans cette ville, où le
pieux métropolitain Wistremir lui avait donné l’hospitalité[225]. Tout
porte à croire qu’il avait profité de cette occasion pour exciter la
haine des Tolédans contre le gouvernement arabe, en leur traçant un
sombre tableau de la malheureuse condition des chrétiens de Cordoue; ce
qui est certain du moins, c’est que les Tolédans estimaient fort Euloge
et que les martyrs de la capitale leur inspiraient un vif intérêt. Dès
qu’ils eurent appris que Mohammed avait commencé à persécuter leurs
coreligionnaires, ils prirent les armes, donnèrent le commandement à un
des leurs, nommé Sindola[226], et, craignant pour la vie de leurs
otages à Cordoue, ils s’assurèrent de la personne de leur gouverneur
arabe, en faisant savoir à Mohammed que, s’il tenait à la vie de ce
gouverneur, il eût à leur renvoyer immédiatement leurs concitoyens. Le
sultan le fit, et les Tolédans, de leur côté, rendirent la liberté au
gouverneur; mais la guerre était déclarée, et la crainte qu’inspiraient
les Tolédans fut si grande, que la garnison de Calatrava se hâta
d’évacuer cette forteresse, où elle ne se croyait plus en sûreté. Les
Tolédans démantelèrent cette place; mais bientôt après le sultan y
envoya des troupes et en fit rebâtir les murailles (853). Puis il
ordonna à deux de ses généraux de marcher contre Tolède; mais les
Tolédans, après avoir passé les défilés de la Sierra-Morena pour aller à
la rencontre de l’ennemi, l’attaquèrent à l’improviste près d’Andujar,
le mirent en déroute et s’emparèrent de son camp.

Puisque les Tolédans osaient s’avancer jusqu’à Andujar, la capitale même
était menacée. Mohammed, qui sentait que pour sortir du péril il lui
fallait prendre des mesures énergiques, rassembla toutes les troupes
dont il pouvait disposer et les conduisit lui-même contre Tolède (juin
854). De son côté, Sindola, ne se fiant pas à ses propres forces,
chercha des alliés. Il s’adressa au roi de Léon, Ordoño Ier, qui lui
envoya immédiatement une armée nombreuse commandée par Gaton, comte du
Bierzo[227].

Le grand nombre de combattants réunis dans la ville semble avoir ôté à
Mohammed l’espoir de la soumettre; toutefois il réussit à faire essuyer
à ses ennemis un terrible échec. Ayant embusqué le gros de ses troupes
derrière les rochers entre lesquels coule le Guadacelete, il marcha
contre la ville à la tête d’un corps peu nombreux et fit dresser ses
machines de guerre contre les murailles. Voyant qu’un corps si faible
semblait vouloir livrer un assaut, les Tolédans, étonnés de l’audace de
l’ennemi, engagèrent le comte Gaton à faire une vigoureuse sortie. Gaton
saisit avec empressement l’occasion de se signaler qui s’offrait à lui.
A la tête de ses propres troupes et des Tolédans, il attaqua les soldats
de Mohammed, mais ceux-ci prirent aussitôt la fuite en attirant les
ennemis dans l’embuscade. Les Tolédans et les Léonais qui les
poursuivaient vivement, se virent tout à coup cernés et attaqués par une
nuée d’ennemis. Ils furent massacrés presque tous. «Le fils de
Jules[228], dit un poète de la cour, disait à Mousâ qui marchait devant
lui: «Je vois la mort partout, devant moi, derrière moi, au-dessous de
moi».... Les rochers du Guadacelete pleurent en poussant de longs
gémissements cette multitude d’esclaves (de renégats) et de
non-circoncis.» Les barbares vainqueurs coupèrent huit mille têtes et
les mirent en un monceau sur lequel ils montèrent en faisant retentir
les airs de leurs hurlements. Plus tard, Mohammed fit placer ces têtes
sur les murailles de Cordoue et d’autres villes; il en envoya même
quelques-unes à des princes africains[229].

Content du succès qu’il avait remporté et certain que désormais les
Tolédans, qui, d’après leur propre calcul, avaient perdu vingt mille
hommes, ne viendraient pas l’inquiéter à Cordoue, Mohammed retourna vers
cette capitale; mais il prit soin de faire harceler les Tolédans tantôt
par les gouverneurs de Calatrava et de Talavera, tantôt par son fils
Mondhir. En même temps il continuait à opprimer les chrétiens de
Cordoue. Il fit démolir le cloître de Tabanos, qu’il regardait avec
raison comme le foyer du fanatisme[230]. Ayant affermé la perception des
tributs imposés aux chrétiens, ceux-ci durent payer beaucoup plus
qu’auparavant[231]. Cependant l’ardeur des exaltés ne se ralentit
point, et tandis que de soi-disant martyrs continuaient à porter
spontanément leur tête au bourreau[232], Alvaro et Euloge continuaient à
les défendre contre les modérés. Le premier écrivit à cet effet son
_Indiculus luminosus_, le second, son Apologie des martyrs. A Cordoue de
tels plaidoyers étaient nécessaires; soumis et patients, les chrétiens
de cette ville attribuaient leurs souffrances à la conduite insensée des
exaltés bien plus qu’à l’intolérance du sultan. A Tolède au contraire,
et dans les villes environnantes, les chrétiens avaient tant de
sympathie pour les exaltés, et principalement pour Euloge, que les
évêques de cette province, ayant à nommer un métropolitain après la mort
de Wistremir, élurent Euloge à l’unanimité; et lorsque le sultan lui eut
refusé la permission de se rendre à Tolède, les évêques, persistant dans
leur résolution et espérant qu’un jour les obstacles qui s’opposaient à
l’arrivée d’Euloge seraient levés, défendirent d’élire un autre
métropolitain tant qu’Euloge vivrait[233].

Aux propos dénigrants de leurs concitoyens les exaltés pouvaient donc
opposer les témoignages de bienveillance et d’estime que leur donnaient
les Tolédans. Bientôt après ils purent aussi se prévaloir de l’autorité
de deux moines français, qui montrèrent d’une manière non équivoque
qu’ils mettaient les martyrs de ce temps-là sur la même ligne que ceux
des premiers temps de l’Eglise.

Ces deux moines, qui s’appelaient Usuard et Odilard et qui appartenaient
à l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, arrivèrent à Cordoue dans l’année
858. Leur abbé Hilduin les avait envoyés à Valence, afin d’y aller
chercher le corps de saint Vincent; mais informés en route que le corps
de ce martyr avait été transporté à Bénévent, ils craignaient déjà
d’être obligés de retourner chez eux sans reliques, lorsqu’ils apprirent
à Barcelone qu’il y avait eu récemment des martyrs à Cordoue. «Il vous
sera fort difficile de parvenir jusque-là, leur dit-on; mais si vous y
réussissez, vous pouvez être certains qu’on vous cédera quelques
reliques.»

A cette époque voyager en Espagne, c’était s’exposer à toutes sortes de
hasards et de périls. Souvent même il était tout à fait impossible de le
faire. Comme les routes étaient infestées par des brigands, ceux qui
voulaient se rendre d’un endroit à un autre devaient aller de compagnie
et former une caravane; mais les communications étant peu fréquentes,
l’occasion de le faire se présentait rarement, et quand les deux moines,
qui avaient résolu de braver tous les périls pourvu qu’ils pussent
obtenir des reliques, arrivèrent à Saragosse, huit ans s’étaient écoulés
sans qu’une caravane fût partie de cette ville pour Cordoue.
Heureusement pour eux, le hasard voulut que, dans ce temps-là, une
caravane s’apprêtât à se mettre en route. Ils s’y joignirent. Les
chrétiens de la ville, persuadés que toute la caravane serait massacrée
en traversant quelque gorge étroite dans les montagnes, pleuraient en
leur disant adieu; mais l’événement ne justifia point leurs craintes;
les deux moines en furent quittes pour les fatigues et l’ennui de la
route, et arrivèrent sains et saufs dans la capitale de l’empire
musulman, où un diacre de l’église de saint Cyprien leur donna
l’hospitalité. Les efforts qu’ils firent pour obtenir des reliques
demeurèrent longtemps infructueux. Un personnage influent qui leur
portait beaucoup d’intérêt, Léovigild, surnommé Abadsolomes, avait
demandé pour eux celles d’Aurelio et de Georges, qui se trouvaient dans
le cloître de Pinna-Mellaria[234]; mais les moines de ce cloître y
tenaient tant que, sans avoir égard aux ordres formels de l’évêque Saül,
ils refusèrent de les céder aux Français; il fallut que l’évêque vînt en
personne pour les y contraindre, et même alors ils soutinrent qu’il
n’avait pas le droit de les priver de ces reliques.

Après avoir passé presque deux mois à Cordoue, Usuard et Odilard se
remirent en route pour retourner dans leur patrie, en emportant avec eux
un énorme paquet muni du sceau de l’évêque et adressé au roi
Charles-le-Chauve; car on voulait faire croire aux musulmans que ce
paquet, qui contenait les corps d’Aurelio et de Georges, ne contenait
que des présents destinés au roi de France. Cette fois le voyage fut
moins difficile et moins périlleux. Le sultan allait conduire une armée
contre Tolède, et comme tous les régiments, à l’exception de ceux qui
devaient tenir garnison dans la capitale, avaient reçu l’ordre de se
mettre en marche, les Français purent aisément se joindre à un de ces
corps. Dans le camp ils retrouvèrent Léovigild, qui les conduisit
jusqu’à Tolède. De là jusqu’à Alcalá de Hénarès, la route était sûre,
car à l’approche de l’armée, les seigneurs, moitié brigands, moitié
guerrillas, qui d’ordinaire dévalisaient les voyageurs, avaient tous
quitté leurs châteaux pour venir chercher un asile derrière les
murailles de Tolède. De retour en France, les deux moines déposèrent les
reliques, qui, pendant le voyage, avaient déjà opéré une foule de
miracles, dans l’église d’Esmant, village qui appartenait à l’abbaye de
Saint-Germain et qui servait alors de retraite à la plupart des moines,
leur cloître ayant été brûlé par les Normands. Transportées plus tard à
Saint-Germain, ces reliques furent exposées à la vénération des fidèles
de Paris, et elles inspirèrent tant d’intérêt à Charles-le-Chauve, qu’il
chargea un nommé Mancio d’aller à Cordoue, afin d’y recueillir des
renseignements précis sur Aurelio et Georges[235].

L’expédition contre Tolède, qui avait fourni aux deux moines français
l’occasion de retourner dans leur patrie, eut un résultat conforme aux
vœux du sultan. Il recourut de nouveau à un stratagème. Ayant fait
occuper le pont par ses troupes, il en fit miner les piles par ses
ingénieurs, sans que les Tolédans s’en aperçussent; puis, les ingénieurs
ayant presque achevé leurs travaux, il fit rétrograder ses troupes en
attirant les ennemis sur le pont. Le pont s’écroula tout d’un coup et
les soldats tolédans trouvèrent la mort dans les flots du Tage[236].

Si quelque chose pouvait égaler la douleur que ce désastre causa aux
Tolédans, c’était la joie qu’on en ressentait à la cour, où l’on avait
la coutume de s’exagérer des succès qui n’avaient rien de décisif.
«L’Eternel, disait un poète, ne pouvait laisser exister un pont bâti
pour porter des escadrons de mécréants. Privée de ses citoyens, Tolède
est morne et déserte comme un tombeau[237].»

Peu de temps après, Mohammed trouva aussi l’occasion de se débarrasser
de son ennemi mortel à Cordoue.

Il y avait alors dans la capitale une jeune fille nommée Léocritia. Née
de parents musulmans, mais secrètement instruite des mystères de la
religion chrétienne par une religieuse de sa famille, elle avait enfin
avoué à ses parents qu’elle s’était fait donner le baptême. Ses parents
indignés, après avoir tâché en vain de la ramener par la douceur au
giron de l’islamisme, se mirent à la maltraiter. Battue jour et nuit, et
craignant d’ailleurs d’être publiquement accusée d’apostasie, Léocritia
fit demander un asile à Euloge et à sa sœur Anulone. Euloge, qui
sentait peut-être se réveiller dans son cœur le souvenir de Flora, à
laquelle Léocritia ressemblait sous plusieurs rapports, lui fit répondre
qu’il la cacherait aussitôt qu’elle aurait réussi à s’évader. Là était
la difficulté; Léocritia sut la vaincre à force de ruse. Elle feignit
d’avoir renié la religion chrétienne et surmonté son dégoût pour les
plaisirs mondains; puis, quand elle vit ses parents rassurés et
tranquilles, elle sortit un jour fort parée, en disant qu’elle allait à
une noce; mais au lieu d’aller à la noce, elle vint trouver Euloge et
Anulone, qui lui indiquèrent la demeure d’un de leurs amis pour lui
servir d’asile.

Quoique ses parents, assistés de la police, la fissent chercher partout,
Léocritia réussit d’abord à se dérober à leurs poursuites; mais une
fois, ayant passé le jour auprès d’Anulone, qu’elle aimait beaucoup, le
hasard voulut que le serviteur chargé de la reconduire pendant la nuit,
n’arrivât qu’au moment où le jour commençait déjà à poindre, de sorte
que, craignant d’être reconnue, elle résolut de rester chez Anulone
jusqu’à la nuit suivante. C’est ce qui la perdit. Ce jour-là le cadi fut
averti par un espion ou par un traître que la jeune fille qu’il
cherchait se trouvait dans la demeure de la sœur d’Euloge. D’après
ses ordres, des soldats cernèrent cette demeure, arrêtèrent Léocritia de
même qu’Euloge qui se trouvait auprès d’elle, et les menèrent devant le
cadi. Interrogé par ce dernier pourquoi il avait caché cette jeune
fille, Euloge lui répondit: «Il nous a été ordonné de prêcher et
d’expliquer notre religion à ceux qui s’adressent à nous. Cette jeune
fille a voulu se faire instruire par moi dans notre religion; j’ai
répondu à son désir du mieux que j’ai pu, et j’en agirais de même avec
vous, cadi, si vous me faisiez la même demande.»

Comme le prosélytisme, dont Euloge s’avouait coupable, n’était pas un
crime capital, le cadi se contenta de le condamner à recevoir des coups
de fouet. Dès ce moment, le parti d’Euloge était pris. Peut-être y
avait-il plus d’orgueil que de courage dans sa résolution, mais il jugea
que pour un homme tel que lui, il valait cent fois mieux sceller de son
sang les principes qu’il avait professés pendant toute sa vie, que de
subir un châtiment ignominieux. «Prépare et aiguise ton glaive!
cria-t-il au cadi; fais-moi rendre mon âme à mon créateur; mais ne
crois pas que je laisserai déchirer mon corps à coups de verges!» Après
quoi il vomit un torrent d’imprécations contre Mahomet. Il croyait qu’il
serait condamné immédiatement au dernier supplice; mais le cadi, qui
respectait en lui le primat élu d’Espagne, n’osa prendre sur lui une si
grande responsabilité et le fit conduire au palais, afin que les vizirs
décidassent de son sort.

Quand Euloge eut été introduit dans la salle du conseil, un des hauts
dignitaires de l’Etat, qui le connaissait beaucoup et qui voulait le
sauver, lui adressa ces paroles: «Je ne m’étonne pas, Euloge, que des
maniaques et des idiots viennent sans nécessité porter leur tête au
bourreau; mais vous qui êtes un homme sensé et qui jouissez de l’estime
générale, comment pouvez-vous imiter leur exemple? Quelle démence vous
pousse et qu’est-ce qui peut vous faire haïr la vie à ce point?
Ecoutez-moi, je vous en supplie: cédez en ce moment à la nécessité;
prononcez une seule parole; rétractez ce que vous avez dit devant le
cadi; dans ce cas, nous vous en répondons, mes collègues et moi, vous
n’aurez rien à craindre.»

Le sentiment qu’exprimaient ces paroles était celui de tous les hommes
éclairés de la société musulmane; ils avaient pitié des fanatiques bien
plus qu’ils ne les haïssaient, et ils regrettaient que, pour obéir à la
loi, ils dussent faire mourir sur l’échafaud des malheureux qu’ils
regardaient comme des aliénés. Peut-être Euloge, qui jusque-là n’avait
point éprouvé lui-même la soif du martyre, bien qu’il eût engagé tant
d’autres à le rechercher, et qui à tout prendre était un chef de parti
ambitieux plutôt qu’un fanatique, sentait-il en ce moment que les
musulmans étaient moins barbares qu’il ne l’avait cru; mais il sentait
en même temps qu’il ne pouvait se dédire sans s’exposer au juste mépris
de son parti. Il répondit donc comme les autres martyrs, ses disciples,
avaient répondu dans des circonstances analogues, et malgré qu’ils en
eussent, les vizirs furent forcés de le condamner à la mort. On le mena
au supplice à l’instant même. Euloge montra une grande résignation. Un
eunuque l’ayant frappé sur la joue, le prêtre, prenant à la lettre un
précepte bien connu de l’Evangile, lui tendit l’autre en disant:
«Frappez aussi celle-ci;» ce que l’eunuque ne se fit pas dire deux fois.
Ensuite il monta sur l’échafaud avec une grande fermeté de courage,
fléchit les genoux, leva les mains au ciel, fit le signe de la croix,
prononça à voix basse une courte prière, mit sa tête sur le billot et
reçut le coup fatal (11 mars 859). Quatre jours plus tard, Léocritia,
convaincue d’apostasie, mourut aussi sur l’échafaud[238].

Le supplice du primat élu causa une émotion profonde, non-seulement à
Cordoue, où l’on se raconta bientôt une foule de miracles opérés par les
restes du Saint, mais dans toute l’Espagne. Plusieurs chroniques du nord
de la Péninsule, qui ne disent presque rien de ce qui arriva à Cordoue,
indiquent avec la plus grande précision l’année et le jour du supplice
d’Euloge, et vingt-quatre ans plus tard, Alphonse, roi de Léon, en
concluant une trêve avec le sultan Mohammed, stipula entre autres
clauses que les restes de saint Euloge et de sainte Léocritia lui
seraient remis.

Privés de leur chef, les exaltés continuèrent encore quelque temps à
blasphémer Mahomet, afin de mourir sur l’échafaud[239]; mais peu à peu,
comme tout s’use à la longue, l’enthousiasme singulier qui, pendant
plusieurs années, avait régné à Cordoue, subit la commune loi, et, au
bout de quelque temps, il n’en restait plus que le souvenir.

On entrait d’ailleurs dans une période nouvelle. Les renégats et les
chrétiens des montagnes de Regio s’insurgèrent. Cette révolte, déjà
très-formidable en elle-même, fut accompagnée ou suivie de celle de
presque toute la Péninsule, et fournit aux chrétiens de Cordoue
l’occasion de montrer d’une autre manière leur haine du nom musulman.



X.


Le touriste qui veut se rendre de Cordoue à Malaga et qui aime mieux
supporter en stoïcien les fatigues et les privations d’une excursion
poétique dans un beau mais sauvage pays, que de se laisser cahoter dans
une voiture sur les monotones et ennuyeuses chaussées, traverse d’abord
un pays ondulé et bien cultivé qui s’étend jusqu’au Geuil, puis une
contrée parfaitement plate et unie, jusqu’à Campillos. C’est là que
commence la Serrania de Ronda et de Malaga, la partie la plus romantique
de l’Andalousie. Tantôt sauvage et grandiose, cette chaîne de montagnes
inspire une sorte de terreur poétique avec ses majestueuses forêts de
chênes, de liéges et de châtaigniers, ses profonds et sombres ravins,
ses torrents qui tombent avec fracas de précipice en précipice, ses
vieux châteaux à demi ruinés et ses villages suspendus à la paroi de
rochers à pic, dont les cimes sont dénuées de toute végétation et dont
les flancs semblent noircis et calcinés par le feu du ciel; tantôt
riante et suave, elle a un air de fête avec ses vignes, ses prairies,
ses bosquets d’amandiers, de cérisiers, de citronniers, d’orangers, de
figuiers et de grenadiers, ses touffes de lauriers-roses sur lesquels on
compte plus de fleurs que de feuilles, ses petites rivières guéables qui
serpentent avec une charmante coquetterie, ses vergers qui fournissent
presque tout le midi de la Péninsule de poires et de pommes, ses champs
de lin, de chanvre et surtout de blé, dont les épis donnent un pain qui
passe pour être le plus blanc et le plus exquis du monde entier.

Le peuple qui habite cette Serrania est gai, causeur, beau, léger et
spirituel; il aime à rire, à chanter, à danser au bruit des
castagnettes, à jouer de la guitare ou de la mandoline; mais en même
temps il est vain, querelleur, à la fois brave et fanfaron, et d’une
humeur si violente que le coup mortel suit presque toujours de près le
regard oblique de la colère; il ne se donne pas une bonne fête sans que
deux ou trois individus soient poignardés. Les femmes, quoique d’une
beauté fort remarquable, ont quelque chose de viril; grandes et
robustes, elles ne craignent pas de s’occuper des travaux les plus
pénibles et transportent avec facilité de lourds fardeaux; on en a vu
lutter entre elles.

En temps de paix ces montagnards s’occupent principalement à faire la
contrebande en important les marchandises anglaises de Gibraltar dans
l’intérieur du pays, et ils savent tromper avec une merveilleuse
adresse la surveillance des nombreux employés des douanes. Quelquefois,
quand ils se sont réunis en assez grand nombre sous les plus renommés de
leurs chefs, et qu’ils descendent dans les plaines pour vendre leurs
marchandises, ils résistent vigoureusement aux troupes qu’on envoie à
leur poursuite. Dans les temps de troubles et de discordes civiles,
plusieurs d’entre eux exercent le métier de bandit, et alors ils sont ou
_ladrones_, ou _rateros_. Sans être brigands de profession, les
derniers, qui se recrutent parmi les gardiens de troupeaux, les
villageois désœuvrés, les journaliers paresseux, les moissonneurs
nomades, les aubergistes sans chalands, parfois même parmi les métayers,
détroussent les voyageurs en amateurs, par occasion, et seulement quand
ces voyageurs sont mal escortés; quand ils sont bien armés, bien
accompagnés, le _ratero_ cache sa carabine, prend ses outils et fait
semblant de cultiver la terre. Dispersés partout, ces brigands de bas
étage sont toujours disposés à prêter main-forte soit aux vrais
brigands, soit aux gens de la police, selon les circonstances, car, en
auxiliaires prudents, ils ne viennent qu’au secours du vainqueur. Les
vrais brigands, qui, enrôlés comme des soldats, ne marchent qu’à cheval
et par troupes, sont plus distingués. Au lieu que les _rateros_, de peur
d’être dénoncés, assassinent souvent ceux qu’ils ont dépouillés, les
_ladrones_ ne tuent que ceux qui se défendent; polis et respectueux,
surtout envers les dames, ils ne dévalisent les voyageurs qu’avec
toutes sortes d’égards. Loin d’être méprisés, ils sont placés très-haut
dans l’esprit de la foule. Ils combattent contre les lois, ils sont en
révolte contre la société, ils répandent l’épouvante dans les contrées
qu’ils exploitent, mais ils ont un certain prestige, une certaine
grandeur; leur audace, leur génie aventureux, leur savoir-vivre plaisent
aux femmes, même les plus effrayées; et quand ils sont tombés entre les
mains de la justice et qu’on les pend, leur supplice inspire de
l’intérêt, de la sympathie, de la compassion. De nos jours José-Maria
s’est rendu fameux comme chef de bandits, et son nom vivra encore
longtemps dans la mémoire des Andalous comme celui du brigand modèle. Un
simple hasard l’avait poussé dans cette carrière. Ayant commis un
meurtre dans un moment de fureur, il s’enfuit dans la montagne pour se
soustraire à l’action des lois, et là, n’ayant d’autre parti à prendre
que de vivre de sa carabine, il organisa des partisans, se procura des
chevaux et se mit à dépouiller les voyageurs. Brave, actif, intelligent,
connaissant parfaitement le pays, il sut faire réussir toutes ses
entreprises et se dérober à toutes les poursuites de la justice. Par
tout le pays il avait des affiliés unis à lui sous serment, et quand il
lui fallait un homme pour compléter sa troupe, il pouvait toujours
choisir entre quarante personnes au moins, tant on ambitionnait
l’honneur de servir sous lui. Il avait des accointances avec les
magistrats eux-mêmes: dans une proclamation du capitaine-général de la
province, les autorités de quatre endroits furent signalées comme ses
complices. Sa puissance était si grande qu’il était maître de toutes les
routes du Midi, et que la direction des postes, afin d’obtenir le
passage libre, lui payait régulièrement une redevance de quatre-vingts
francs par voiture. Il gouvernait ses bandits plus arbitrairement
qu’aucun souverain ne gouverne ses sujets, et un sauvage esprit de
justice présidait à ses décisions envers eux[240].

En temps de guerre ces contrebandiers et ces bandits, accoutumés qu’ils
sont à lutter sans cesse avec les difficultés d’une nature sauvage, sont
des adversaires extrêmement redoutables. Il est vrai qu’ils échouent
dans les attaques qui demandent quelques combinaisons; il est vrai aussi
que, dans la plaine, ils ne peuvent résister aux savantes manœuvres
des troupes réglées; mais dans les sentiers escarpés, tortueux et
étroits de leurs montagnes, leur agilité et leur connaissance du terrain
leur donnent sur les soldats un immense avantage. Les troupes françaises
ont été à même d’en faire l’épreuve, alors que le fantôme de roi placé
par Napoléon sur le trône d’Espagne essaya de soumettre ces intrépides
montagnards à son autorité détestée. Quand les hussards français
pouvaient les attirer dans les campagnes, ils les sabraient par
centaines; mais dans les sentiers tracés en zigzags et suspendus aux
bords de précipices effrayants, où leurs chevaux, loin de leur être
utiles, les embarrassaient, ces mêmes hussards tombaient à chaque pas
dans des embuscades. Au moment où ils s’y attendaient le moins, ils se
voyaient enveloppés d’une nuée d’ennemis qui tiraillaient sur leurs
flancs et qui, sans cesser de faire feu, regagnaient aussitôt les
sommets des rochers, où l’on ne pouvait les poursuivre, si bien que tout
en fuyant, ils détruisaient des colonnes entières, sans que les Français
pussent s’en venger. Malgré les horreurs de la guerre, les montagnards
ne manquèrent pas non plus de montrer de temps à autre l’esprit bouffon
et goguenard qui leur est propre. A Olbera, où les hussards français
avaient demandé un jeune bœuf, les habitants leur apportèrent un âne
coupé en quartiers. Les hussards trouvèrent que ce veau, comme ils
l’appelaient, avait le goût un peu fade, et dans la suite les
montagnards, en tiraillant avec eux, leur criaient souvent: «Vous avez
mangé de l’âne à Olbera!» C’était, dans leur opinion, la plus sanglante
des injures qu’on put faire à des chrétiens[241].

Au neuvième siècle cette province, qui portait le nom de Reiya ou plutôt
de Regio (Regio montana, selon toute apparence) et dont Archidona était
la capitale[242], avait une population presque exclusivement espagnole,
et qui ressemblait en tout point à celle qui y demeure aujourd’hui; elle
avait le même caractère et les mêmes goûts, les mêmes vices et les mêmes
vertus. Quelques-uns de ces montagnards étaient chrétiens; d’autres, en
plus grand nombre, étaient musulmans; mais ils se sentaient tous
Espagnols, ils nourrissaient tous une haine implacable pour les
oppresseurs de leur patrie, et, passionnés pour l’indépendance, ne
voulant pas que la tyrannie étrangère s’engraissât plus longtemps de
leurs dépouilles, ils guettaient tous le moment où ils pourraient
secouer le joug. Ce moment, impatiemment attendu, ne pouvait plus être
éloigné. Les succès que leurs compatriotes remportaient chaque jour dans
d’autres provinces montraient aux montagnards qu’avec du courage et de
l’audace, il ne leur serait nullement impossible de réaliser leurs
vœux. Déjà Tolède était libre. Pendant vingt ans, le sultan avait en
vain tâché de la réduire à son autorité. Les chrétiens, qui avaient
conservé leur prépondérance dans la cité, s’étaient mis sous la
protection du roi de Léon[243], et, quoique trahis par les renégats,
ils avaient forcé le sultan, dans l’année 873, de leur accorder un
traité qui leur garantissait le maintien du gouvernement républicain
qu’ils s’étaient donné, et une existence politique à peu près
indépendante, car ce traité ne les engageait qu’à un tribut annuel[244].
Un autre Etat indépendant avait été fondé dans l’Aragon, province qui
sous les Arabes s’appelait la Frontière supérieure, par une ancienne
famille visigothe qui avait embrassé l’islamisme, celle des Beni-Casî.
Vers le milieu du IXe siècle, cette maison s’était élevée à une si
grande puissance, grâce aux talents de Mousâ II, qu’elle pouvait marcher
de pair avec les maisons souveraines. A l’époque où Mohammed monta sur
le trône, Mousâ II était maître de Saragosse, de Tudèle, d’Huesca, de
toute la Frontière supérieure. Tolède avait conclu une alliance avec
lui, et son fils Lope était consul dans cette ville. Guerrier intrépide
et infatigable, il tournait ses armes tantôt contre le comte de
Barcelone ou celui de l’Alava, tantôt contre le comte de Castille ou le
roi de France. Parvenu au comble de la gloire et de la puissance,
respecté et courtisé par tous ses voisins, même par le roi de France,
Charles-le-Chauve, qui lui envoyait des présents magnifiques, Mousâ
tranchait du souverain sans que personne osât s’y opposer, et enfin,
voulant l’être de nom comme il l’était de fait, il prit fièrement le
titre de _troisième roi en Espagne_. Après la mort de cet homme
extraordinaire (862), le sultan, il est vrai, se remit en possession de
Tudèle et de Saragosse; mais la joie qu’il en ressentit ne fut pas
longue. Dix années plus tard, les fils de Mousâ, aidés par la population
de la province, qui s’était accoutumée à n’avoir que les Beni-Casî pour
maîtres, chassèrent les troupes du sultan. Ce dernier tâchait maintenant
de les réduire; mais les Beni-Casî, secondés par le roi de Léon,
Alphonse III, qui avait conclu avec eux une alliance si étroite qu’il
leur avait confié l’éducation de son fils Ordoño, repoussaient
victorieusement ses attaques[245].

Ainsi le Nord était libre et ligué contre le sultan. A la même époque,
un renégat audacieux de Mérida, Ibn-Merwân[246], fondait une principauté
indépendante dans l’Ouest. Livré au sultan après la soumission de
Mérida, où il avait été un des chefs de l’insurrection, il était
capitaine des gardes du corps, lorsque, dans l’année 875, le premier
ministre Hâchim, qui avait on ne sait quel grief contre lui, lui dit un
jour en présence des vizirs: «Un chien vaut mieux que toi.» Pour comble
d’ignominie il lui fit donner des soufflets. Jurant dans sa fureur de
s’exposer à tout, plutôt que de supporter le retour de ces mauvais
traitements, Ibn-Merwân rassembla ses amis, s’enfuit avec eux, et
s’empara du château d’Alanje (au sud de Mérida), où il se mit en
défense. Assiégé dans cette forteresse par les troupes du sultan, et
n’ayant point de vivres, de sorte que lui et ses compagnons furent
obligés de se nourrir de la chair de leurs chevaux, il capitula au bout
de trois mois, lorsque l’eau fut venue à lui manquer; mais, vu la
position désespérée où il se trouvait, les conditions qu’il obtint
pouvaient encore passer pour avantageuses: on lui permit de se retirer
vers Badajoz, qui à cette époque n’était pas encore une ville murée, et
de s’y établir. S’étant tiré ainsi d’entre les griffes du sultan,
Ibn-Merwân devint pour lui un ennemi aussi dangereux qu’implacable.
Ayant réuni sa bande à une autre, composée également de renégats et
commandée par un nommé Sadoun, il appela aux armes les renégats de
Mérida et d’autres endroits, prêcha à ses compatriotes une nouvelle
religion, qui tenait le milieu entre l’islamisme et le christianisme,
conclut une alliance avec Alphonse III, roi de Léon[247], l’allié
naturel de tous ceux qui se révoltaient contre le sultan, et, portant la
terreur dans les campagnes, mais ne maltraitant ou ne rançonnant que les
ennemis du pays, les Arabes et les Berbers, il vengea d’une manière
sanglante ses propres injures et celles de sa patrie. Voulant réprimer
ses brigandages, le sultan envoya contre lui une armée, dont il confia
le commandement à son ministre Hâchim et à son fils Mondhir. Ibn-Merwân,
au lieu d’attendre l’ennemi, alla à sa rencontre: ayant envoyé Sadoun
demander du secours au roi de Léon, il se jeta dans Caracuel[248].
Hâchim établit son camp dans le voisinage de cette forteresse, dont on
voit encore les grands débris, et fit occuper celle de Monte-Salud par
un de ses lieutenants. Peu de temps après, ce lieutenant lui donna avis
que Sadoun s’approchait de Monte-Salud avec des troupes auxiliaires
léonaises, mais que ces troupes, peu nombreuses, seraient faciles à
surprendre. Le lieutenant se trompait; les forces de Sadoun étaient
assez considérables, mais voulant attirer l’ennemi dans un piége, ce
rusé capitaine avait fait répandre le bruit que son armée était faible.
Son dessein lui réussit à merveille. Trompé par le rapport de son
lieutenant, Hâchim alla avec quelques escadrons à la rencontre de
Sadoun. Informé de tout par ses espions, celui-ci le laissa s’enfoncer
dans les montagnes. Se tenant aux aguets, il l’attendit dans un défilé,
cacha ses hommes derrière les rochers qui l’avoisinaient, fondit sur les
ennemis dans un moment où ceux-ci ne s’attendaient nullement à être
attaqués, et en fit un grand carnage. Hâchim lui-même, blessé plusieurs
fois, fut fait prisonnier, après avoir vu tomber à ses côtés cinquante
de ses principaux lieutenants. On l’amena à Ibn-Merwân. Sa vie était
maintenant entre les mains de celui qu’il avait si cruellement offensé;
mais Ibn-Merwân eut la générosité de ne lui faire aucun reproche; il le
traita avec tous les égards dus à son rang, et l’envoya à son allié, le
roi de Léon.

Le sultan, en apprenant ce qui s’était passé, devint furieux. La
captivité de son favori l’affligeait sans doute, mais ce qui
l’affligeait bien plus encore, c’est qu’il ne pouvait refuser, sans
manquer à l’honneur, de le racheter des mains du roi de Léon. Et
Alphonse exigeait cent mille ducats! C’était mettre à une trop rude
épreuve la générosité de l’avare sultan! Aussi trouva-t-il mille raisons
pour se dispenser de payer une somme si énorme. «Si Hâchim est
prisonnier, disait-il, c’est sa propre faute. Pourquoi est-il toujours
si téméraire? C’est un étourdi qui ne sait ce qu’il fait, et qui ne veut
jamais prêter l’oreille à de sages conseils.» Enfin, après l’avoir
laissé gémir dans les fers pendant deux années, il consentit à payer une
partie de la rançon exigée. De son côté, Hâchim promit au roi de Léon
que le reste lui serait payé plus tard, lui donna ses frères, son fils
et son neveu en otage, et revint à Cordoue, brûlant du désir de se
venger d’Ibn-Merwân. Ce chef avait ravagé, dans cet intervalle, le
district de Séville et celui de Niébla, et le sultan, qui ne pouvait
rien contre lui, l’avait fait prier de dicter lui-même les conditions
auxquelles il voudrait s’engager à suspendre ses irruptions qui
ruinaient le pays. La réponse d’Ibn-Merwân avait été hautaine et
menaçante. «Je suspendrai mes irruptions, avait-il dit, et j’ordonnerai
même qu’on nomme le sultan dans les prières publiques, à condition qu’il
me cédera Badajoz, qu’il me permettra de fortifier cet endroit, et qu’il
me dispensera de lui payer des contributions ou de lui obéir en quoi que
ce soit; sinon, non.» Si humiliantes que fussent ces conditions, le
sultan les avait acceptées. Hâchim tâcha maintenant de persuader à son
maître que, dans les circonstances données, il ne lui serait nullement
impossible de réduire cet orgueilleux rebelle. «Auparavant, disait-il,
cet Ibn-Merwân était insaisissable; n’ayant point de demeure fixe, lui
et ses cavaliers savaient toujours se dérober à nos poursuites; mais à
présent qu’il s’est enfermé dans une ville, nous le tenons. Nous pouvons
l’assiéger, et nous saurons bien le forcer à se rendre.» Il réussit à
faire approuver son dessein par le monarque, et, ayant obtenu de lui
l’autorisation de se mettre en marche avec l’armée, il s’était déjà
avancé jusqu’à Niébla, lorsqu’Ibn-Merwân fit parvenir au sultan un
message conçu en ces termes: «J’ai appris que Hâchim s’est mis en marche
vers l’Ouest. Je comprends fort bien que, croyant pouvoir m’enfermer
dans une ville, il espère avoir trouvé l’occasion de se venger de moi;
mais je vous jure que s’il va plus loin que Niébla, je brûlerai Badajoz
et qu’alors je reprendrai la vie que j’ai menée autrefois.» Le sultan
fut si effrayé par cette menace, qu’il envoya aussitôt à son ministre
l’ordre de retourner à Cordoue avec l’armée, et que dorénavant il ne se
sentait aucune velléité de réduire ce trop redoutable ennemi[249].

Ainsi, tandis que les insurgés se montraient forts et courageux, le
gouvernement se montrait faible et lâche. A chaque concession qu’il
faisait aux rebelles, à chaque traité qu’il leur accordait, il perdait
quelque chose du prestige dont il avait tant besoin pour inspirer du
respect à une population mal soumise, irritée et beaucoup plus nombreuse
que ses maîtres. Les montagnards de Regio, enhardis par les nouvelles
qui leur arrivaient du Nord et de l’Ouest, commencèrent à s’agiter à
leur tour. Dans l’année 879, il y eut des émeutes et des insurrections
dans plusieurs endroits de la province. Le gouvernement, qui ne
s’aveuglait point sur les dangers qui le menaçaient de ce côté, fut
fort alarmé des avis qu’il recevait. Des ordres rapides et sévères
furent donnés sur tous les points. On mit la main sur le chef d’une
bande redoutée et on l’envoya à Cordoue. Des forteresses furent
construites à la hâte sur les hauteurs qu’il importait le plus de
garder[250]. Toutes ces mesures irritaient les montagnards sans les
effrayer. Cependant il y avait encore peu d’ensemble dans leurs
mouvements; ce qui leur manquait, c’était un chef d’un caractère
supérieur et capable de diriger vers un but marqué d’avance leurs vagues
élans de patriotisme. Si un tel homme se présentait, il n’aurait guère
qu’un signe à faire pour ébranler toute la population de la montagne, et
la montagne marcherait avec lui.



XI.


A l’époque où les montagnards andalous commençaient à remuer, il y avait
dans un hameau près de Hiçn-Aute (aujourd’hui Yznate), au nord-est de
Malaga, un gentilhomme campagnard, nommé Hafç. Il sortait d’une illustre
lignée; son cinquième aïeul, le Visigoth Alphonse, avait porté le titre
de comte[251]; mais prenant son parti sur les vicissitudes politiques et
religieuses, soit par stoïcisme, soit par apathie, le grand-père de
Hafç, qui, sous le règne de Hacam Ier, avait quitté Ronda pour venir
s’établir près de Hiçn-Aute, s’était fait musulman, et ses descendants
passaient aussi pour tels, bien qu’au fond du cœur ils gardassent un
pieux souvenir de la religion de leurs ancêtres.

Grâce à son activité et à son économie, Hafç avait amassé une assez
belle fortune. Ses voisins, moins riches que lui, le respectaient et
l’honoraient au point qu’ils le nommaient, non pas Hafç, mais Hafçoun,
car cette terminaison était l’équivalent d’un titre de noblesse[252]; et
rien, selon toute probabilité, n’aurait troublé sa paisible existence,
si la mauvaise conduite de son fils Omar, qui ne pouvait se plier à la
discipline paternelle, ne lui eût causé une continuelle inquiétude et un
profond chagrin. Vain, altier, arrogant, d’un naturel turbulent et
batailleur, ce fougueux jeune homme ne montrait du caractère andalous
que le mauvais côté. La moindre offense allumait sa colère: un mot, un
geste, un regard, l’intention même lui suffisait, et à diverses reprises
on le rapporta à la ferme, meurtri, le visage en sang, couvert de
contusions et de blessures. Avec un tempérament pareil, il devait
arriver tôt ou tard qu’il assommât quelqu’un ou qu’il fût assommé
lui-même. En effet, un jour qu’il avait engagé une querelle avec un de
ses voisins sans motif raisonnable, il l’étendit mort sur la place. Pour
le sauver de la potence, son père désespéré quitta avec lui la ferme que
sa famille avait habitée pendant trois quarts de siècle, et alla
s’établir dans la Serrania de Ronda, au pied de la montagne de
Bobastro[253]. Là, au milieu d’une nature sauvage, le jeune Omar, qui
aimait à s’enfoncer au plus épais de la forêt ou dans les gorges les
moins fréquentées, finit par faire le métier de bandit, de _ratero_
comme on dirait à présent. Il tomba entre les mains de la justice, et le
gouverneur de la province lui fit donner le fouet. Quand il voulut
rentrer dans la maison de son père, celui-ci le chassa comme un vaurien
incorrigible. Alors, ne sachant comment faire pour gagner sa vie en
Espagne, il se dirigea vers la côte, s’embarqua sur un vaisseau qui
faisait voile vers l’Afrique, et, après avoir mené quelque temps une vie
errante, il arriva enfin à Tâhort, où il entra comme apprenti au service
d’un tailleur qui était né dans le district de Regio et qu’il
connaissait un peu.

Un jour qu’il travaillait avec son maître, un vieillard qu’il n’avait
jamais vu, mais qui était aussi Andalous de naissance, entra dans la
boutique, et remit au tailleur une pièce d’étoffe en le priant de lui
couper un habit. Le tailleur, s’étant levé aussitôt, lui présenta un
siége et entama avec lui une conversation à laquelle l’apprenti se mêla
insensiblement. Le vieillard demanda au tailleur qui était ce jeune
homme.

--C’est un de mes anciens voisins de Regio, lui répondit le tailleur; il
est venu ici pour apprendre mon métier.

--Depuis combien de temps as-tu quitté Regio? demanda le vieillard en
s’adressant à Omar.

--Depuis quarante jours.

--Connais-tu la montagne de Bobastro dans ce district?

--C’est au pied de cette montagne que je demeurais.

--Ah, vraiment!... C’est qu’il y a là une révolte.

--Je vous assure que non.

--Eh bien, il y en aura une sous peu.

Le vieillard se tut quelques instants; puis il reprit:

--Connais-tu, dans le voisinage de cette montagne, un certain Omar, fils
de Hafçoun?

En entendant prononcer son nom, Omar pâlit, baissa les yeux et garda le
silence. Le vieillard le regarda attentivement alors, et remarqua qu’il
avait une dent œillère cassée. C’était un de ces Espagnols qui
croyaient fermement à la résurrection de leur race. Ayant souvent
entendu parler d’Omar, il avait cru reconnaître en lui une de ces
natures supérieures qui peuvent faire beaucoup de mal ou beaucoup de
bien, suivant la direction qui leur est imprimée, et il pressentait que
dans ce fils indomptable, ce grand querelleur, ce bandit de la montagne,
il y avait l’étoffe du chef de parti. Le silence d’Omar, son air confus,
sa pâleur, la dent œillère qui lui manquait (le vieillard avait
entendu dire que, dans une rixe sanglante, Omar avait perdu une des
siennes), tout cela lui avait donné la certitude qu’il parlait à Omar
lui-même, et, voulant dès lors donner un noble but au besoin d’activité
qui dévorait ce fougueux jeune homme: «Quoi, malheureux, s’écria-t-il,
c’est en maniant l’aiguille que tu tâches d’échapper à la misère?
Retourne dans ton pays et prends l’épée! Tu seras un redoutable
adversaire pour les Omaiyades, et tu régneras sur une grande nation.»

Dans la suite, ces paroles vraiment prophétiques servirent sans doute à
stimuler l’ambition d’Omar; mais dans ce moment-là, elles produisirent
sur lui un tout autre effet. Craignant d’être reconnu par des personnes
moins bienveillantes et livré au gouvernement espagnol par le prince de
Tâhort, qui, dans tout ce qu’il faisait, se laissait guider par le
sultan de Cordoue[254], il quitta la ville en toute hâte, n’emportant
pour tout bagage que deux pains qu’il venait d’acheter et qu’il avait
cachés dans ses manches.

De retour en Espagne, comme il n’osait reparaître devant son père, il
alla trouver son oncle, et lui raconta ce que le vieillard de Tâhort lui
avait dit. Cet oncle, qui joignait une grande crédulité à un esprit
entreprenant, eut foi à la prédiction du vieillard. Il conseilla à son
neveu de suivre sa destinée et de tenter une révolte, en promettant de
s’employer pour lui de tout son pouvoir. Il n’eut pas de peine à le
convaincre, et, ayant rassemblé une quarantaine de ses garçons de ferme,
il leur proposa de se faire partisans sous le commandement de son neveu.
Ils acceptèrent tous. Omar les organisa et s’établit avec eux sur la
montagne de Bobastro (880 ou 881)[255], où se trouvaient les ruines
d’une forteresse romaine, du Municipium Singiliense Barbastrense, que
les gens du pays appellent aujourd’hui _el Castillon_[256]. Ces ruines
étaient faciles à réparer; Omar le fit. Aucun endroit ne pouvait être
mieux situé pour servir de retraite à une bande de voleurs ou de
partisans. Le rocher qui portait la forteresse est très-haut,
très-escarpé, et inaccessible du côté de l’est et du sud, de sorte que
le château était presque inexpugnable. Joignez-y qu’il avait à sa
proximité la grande plaine qui s’étend depuis Campillos jusqu’à Cordoue.
Dans cette plaine la bande d’Omar pouvait facilement faire des
excursions, enlever des bestiaux et lever des taxes illégales sur les
métairies isolées. C’est à cela que se bornèrent les premiers exploits
d’Omar; mais bientôt il jugea que ce métier de voleur de grands chemins
n’était pas digne de lui, et sitôt que sa troupe, grossie de tous ceux
qui avaient intérêt à se retirer de la société et à se mettre en sûreté
derrière de bonnes murailles sur la crête d’un rocher, fut devenue assez
considérable pour tenir en respect la chétive force militaire du canton,
il se mit à pousser de hardies expéditions jusqu’aux portes des cités et
à se signaler par des coups de main aussi audacieux que brillants.
Justement alarmé, le gouverneur de Regio se décida enfin à attaquer ce
corps de partisans avec toutes les troupes de la province; mais il fut
battu, et, dans sa fuite précipitée, il abandonna jusqu’à sa grande
tente aux insurgés. Le sultan, qui attribuait ce désastre à l’incapacité
du gouverneur, le destitua et nomma un autre à sa place. Le nouveau
gouverneur ne réussit pas mieux: la résistance de la garnison de
Bobastro l’effraya tellement qu’il conclut une trêve avec Omar. Cette
trêve ne fut pas de longue durée, et Omar, bien qu’attaqué à différentes
reprises, sut se maintenir pendant deux ou trois ans sur sa
montagne[257]; mais au bout de ce temps, Hâchim, le premier ministre, le
contraignit à se rendre, et le fit conduire à Cordoue avec toute sa
bande. Le sultan, qui voyait dans Omar un excellent officier et dans ses
hommes de bons soldats, leur fit un accueil fort gracieux et leur
proposa d’entrer dans son armée. Convaincus que pour le moment il ne
leur restait pas d’autre parti à prendre, ils acceptèrent cette
proposition[258].

Peu de temps après, dans l’été de l’année 883, lorsque Hâchim alla
combattre Mohammed, fils de Lope, alors le chef de la maison des
Beni-Casî, et Alphonse, roi de Léon, Omar, qui l’accompagnait, trouva
l’occasion de se distinguer dans plusieurs rencontres, et notamment dans
l’affaire de Pancorvo. Calme et froid quand il fallait l’être, bouillant
quand il fallait agir, il se concilia aisément l’estime et les bonnes
grâces du général en chef; mais de retour à Cordoue, il eut bientôt à se
plaindre d’Ibn-Ghânim[259], le préfet de la ville, qui, dans sa haine
pour Hâchim, avait plaisir à tourmenter et à vexer les officiers qui,
comme Omar, jouissaient de la faveur de ce ministre. A chaque instant il
le faisait changer de logement, et le blé qu’il lui fournissait était de
la plus mauvaise qualité. N’étant pas d’humeur endurante, Omar ne put
contenir son ressentiment, et un jour, montrant au préfet un morceau
d’un pain dur et noir: «Que Dieu ait pitié de vous! lui dit-il; peut-on
manger cela?--Qui es-tu, méchant diable, lui répondit le préfet, pour
oser m’adresser une question si impertinente?» En retournant,
profondément indigné, à son logis, Omar rencontra Hâchim qui se rendait
au palais. Il lui raconta tout. «Ils ignorent ici ce que tu vaux, lui
dit le ministre; c’est à toi de le leur apprendre.» Et il passa son
chemin.

Dégoûté ainsi du service du sultan, Omar proposa à ses soldats d’aller
reprendre dans les montagnes la vie aventureuse et libre, qu’ils avaient
menée si longtemps ensemble. Ils ne demandaient pas mieux, et avant le
coucher du soleil ils avaient déjà quitté la capitale pour retourner à
Bobastro (884).

Le premier soin d’Omar fut de se remettre en possession de ce château.
C’était difficile, car Hâchim, qui sentait fort bien l’importance de
cette forteresse, en avait confié la garde à une garnison assez
nombreuse, et de plus il l’avait fait flanquer de tant de bastions et de
tours, qu’elle pouvait passer pour imprenable. Mais Omar, plein de
confiance en sa bonne étoile, ne se laissa pas décourager. Secondé par
son oncle, il adjoignit d’abord quelques hommes résolus à sa troupe,
qu’il jugeait trop faible; puis, sans donner aux soldats installés dans
le château le temps d’organiser la résistance, il les attaqua hardiment,
et les força de fuir avec tant de précipitation qu’ils ne se donnèrent
pas même le temps d’emmener avec eux la jeune amante de leur capitaine,
laquelle plut tellement à Omar qu’il en fit sa femme ou sa
maîtresse[260].

A compter de ce moment, Omar, ce José-Maria du IXe siècle, mais mieux
servi par les circonstances que ce héros manqué, n’était plus un chef de
brigands, mais le chef de toute la race espagnole dans le Midi. Il
s’adressait à tous ses compatriotes, qu’ils eussent embrassé l’islamisme
ou qu’ils fussent restés chrétiens. «Trop longtemps déjà, leur
disait-il, vous avez supporté le joug de ce sultan qui vous arrache vos
biens et vous écrase de contributions forcées. Vous laisserez-vous
fouler aux pieds par les Arabes qui vous considèrent comme leurs
esclaves?... Ne croyez pas que l’ambition me fasse parler ainsi; non, je
n’ai d’autre ambition que de vous venger et de vous délivrer de la
servitude.» «Chaque fois, dit un historien arabe, qu’Ibn-Hafçoun parlait
de la sorte, ceux qui l’écoutaient le remerciaient et se déclaraient
prêts à lui obéir.» Ce sont aussi ses ennemis, les seuls qui aient
raconté son histoire, qui disent que, devenu le chef de son parti, ses
anciens défauts disparurent entièrement. Au lieu d’être arrogant et
querelleur comme par le passé, il était affable et courtois envers le
moindre de ses soldats; aussi ceux qui servaient sous ses ordres lui
gardaient une affection qui allait jusqu’à l’idolâtrie, et lui
obéissaient avec une discipline et une ponctualité presque fanatiques;
quel que fût le danger, tous marchaient au premier signal: il eût fait
marcher ses hommes dans le feu. Toujours à leur tête et toujours au fort
de la mêlée, il se battait en simple soldat, maniait la lance et l’épée
comme le plus habile d’entre eux, s’attaquait aux plus vaillants
champions, et ne quittait la partie que lorsqu’elle était gagnée. On ne
pouvait mieux payer de sa personne ni donner l’exemple avec plus
d’éclat. Il récompensait généreusement les services qu’on lui rendait;
il faisait toujours une très-ample part à celui de ses hommes qui
s’était plus particulièrement distingué; il honorait la bravoure jusque
dans ses ennemis; souvent il rendait la liberté à ceux qui n’étaient
tombés en son pouvoir qu’après s’être bien battus. D’un autre côté, il
punissait rigoureusement les malfaiteurs. Un sauvage esprit de justice
présidait à ses décisions; il n’exigeait ni preuves ni témoins; la
conviction qu’une accusation était fondée lui suffisait. Aussi, quoique
le brigandage soit dans le sang de ce peuple, les montagnes jouirent
bientôt, grâce à la bonne et prompte justice d’Omar, d’une pleine et
entière sécurité. Les Arabes assurent qu’à cette époque une femme
chargée d’argent pouvait les parcourir seule sans avoir rien à
craindre[261].

Presque deux années se passèrent sans que le sultan entreprît quelque
chose de sérieux contre ce redoutable champion d’une nationalité
longtemps opprimée; mais au commencement du mois de juin de l’année 886,
Mondhir, l’héritier présomptif du trône, alla attaquer le seigneur
d’Alhama, allié d’Omar et renégat comme ce dernier. Omar accourut au
secours de son ami et se jeta dans Alhama. Après avoir soutenu un siége
de deux mois, les renégats, qui commençaient à manquer de vivres,
résolurent de se frayer un passage à travers les ennemis; mais leur
sortie ne fut point heureuse; Omar reçut plusieurs blessures, eut une
main mutilée, et, après avoir perdu beaucoup de soldats, il fut forcé de
rentrer dans la forteresse. Heureusement pour les renégats, Mondhir
reçut, peu de temps après, une nouvelle qui le força de lever le siége
et de retourner à Cordoue: son père venait de mourir (4 août 886)[262].
Omar profita de cet événement pour étendre sa domination. Il s’adressa
aux châtelains d’un grand nombre de forteresses et les invita de faire
cause commune avec lui. Tous le reconnurent pour leur souverain[263].
Dès ce moment il était le véritable roi du Midi.

Cependant il avait trouvé dans le sultan qui venait de monter sur le
trône, un adversaire digne de lui. C’était un prince actif, prudent et
brave; les clients omaiyades croyaient que s’il lui eût été donné de
régner une seule année de plus, il eût forcé tous les rebelles du Midi à
mettre bas les armes[264]. Il opposa aux rebelles une énergique
résistance; les districts de Cabra, d’Elvira et de Jaën devinrent le
théâtre d’une lutte acharnée, où les succès et les revers alternaient
pour chacun des deux partis[265]. Dans le printemps de l’année 888,
Mondhir marcha en personne contre les insurgés, s’empara, chemin
faisant, de quelques forteresses, ravagea les environs de Bobastro et
vint assiéger Archidona. Le renégat Aichoun qui y commandait, n’était
pas exempt de cette fanfaronnerie que l’on reproche encore aujourd’hui
aux Andalous. Comptant sur sa bravoure, que personne ne contestait, il
répétait à tout propos: «Si je me laisse attraper par le sultan, je lui
donne toute liberté de me crucifier entre un cochon à ma droite et un
chien à ma gauche.» Il oubliait que, pour le prendre, le sultan avait à
sa disposition un moyen plus sûr que la force des armes. Quelques
habitants de la ville se laissèrent corrompre; ils promirent à Mondhir
de lui livrer leur chef vivant, et un jour qu’Aichoun était entré sans
armes dans la demeure d’un de ces traîtres, il fut arrêté à
l’improviste, chargé de fers, livré au sultan et crucifié de la manière
qu’il avait indiquée lui-même. Archidona se rendit bientôt après.
Ensuite le sultan fit prisonniers les trois Beni-Matrouh qui possédaient
des châteaux dans la Sierra de Priego, et, les ayant fait crucifier de
même que dix-neuf de leurs principaux lieutenants, il vint mettre le
siége devant Bobastro[266].

Certain que son rocher était désormais imprenable, Ibn-Hafçoun
s’inquiétait si peu de ce siége qu’il ne songeait qu’à faire une petite
malice au sultan. La gaîté et la plaisanterie étaient dans son
caractère. Il fit donc faire des propositions de paix à Mondhir. «Je
viendrai habiter Cordoue avec ma famille, lui fit-il dire; je serai un
des généraux de votre armée, et mes fils deviendront vos clients.»
Mondhir donna dans le piége. Ayant fait venir de Cordoue le cadi et les
principaux théologiens, il leur fit dresser un traité de paix aux termes
proposés par Ibn-Hafçoun. Celui-ci se rendit alors auprès du sultan, qui
avait établi son quartier général dans un château du voisinage, et lui
dit: «Je vous prie de vouloir envoyer à Bobastro une centaine de mulets
qui serviront à transporter mes meubles.» Le sultan promit de le faire,
et bientôt après, lorsque l’armée eut quitté les environs de Bobastro,
les mulets demandés furent envoyés à cette forteresse sous l’escorte de
dix centurions et de cent cinquante cavaliers. Négligemment surveillé,
car on croyait pouvoir se fier à lui, Ibn-Hafçoun profita de la nuit
pour s’évader, retourna à Bobastro le plus vite qu’il put, ordonna à
quelques-uns de ses soldats de le suivre, attaqua l’escorte, lui
arracha les mulets et les mit en sûreté derrière les bonnes murailles de
son château[267].

Furieux de s’être laissé tromper, Mondhir jura dans sa colère de
recommencer le siége de Bobastro et de ne le lever que lorsque le
perfide renégat se serait rendu. La mort le dispensa de tenir son
serment. Son frère Abdallâh qui avait exactement le même âge que lui et
qui convoitait le trône, mais qui perdait tout espoir d’y monter au cas
où Mondhir ne mourrait que lorsque ses enfants seraient en âge de lui
succéder, avait corrompu le chirurgien de Mondhir. En saignant le
sultan, cet homme se servit d’une lancette empoisonnée, et le 29 juin
888, Mondhir rendit le dernier soupir, après un règne de presque deux
années[268].

Averti par les eunuques, Abdallâh, qui était encore à Cordoue, arriva en
toute hâte dans le camp, communiqua aux vizirs la mort de son frère,
qu’ils ignoraient encore, et se fit prêter serment, par eux d’abord,
puis par les Coraichites, les clients omaiyades, les employés de
l’administration et les chefs de l’armée. Comme les soldats murmuraient
fort de la résolution qu’avait prise le sultan, car ils étaient
convaincus que Bobastro était imprenable, il était à prévoir qu’ils se
débanderaient dès qu’ils apprendraient que Mondhir avait cessé de vivre.
Un officier appela l’attention d’Abdallâh sur cette disposition des
esprits; il lui conseilla de tenir cachée la mort de son frère et de le
faire enterrer dans quelque endroit du voisinage. Mais Abdallâh repoussa
ce conseil avec une indignation fort bien jouée. «Quoi! s’écria-t-il,
j’abandonnerais le corps de mon frère à la merci de gens qui sonnent des
cloches et qui adorent des croix? Non, jamais; dussé-je mourir en le
défendant, je l’emmènerai à Cordoue!» La mort de Mondhir fut donc
annoncée aux soldats, pour lesquels elle fut la plus heureuse nouvelle
qu’ils eussent pu recevoir. Sans attendre les ordres du nouveau sultan,
ils firent leurs préparatifs pour rentrer sans retard dans leurs foyers,
et pendant qu’Abdallâh retournait à Cordoue, le nombre de ses soldats
diminuait à chaque instant.

Ibn-Hafçoun, qui ne fut informé de la mort de Mondhir que lorsque
l’armée était déjà en route, se hâta de profiter du désordre qui
caractérisait cette retraite précipitée. Il s’était déjà emparé de
plusieurs traînards et d’un butin considérable, lorsqu’Abdallâh lui
envoya son page Fortunio pour le conjurer de ne pas inquiéter une marche
qui était un convoi funèbre, et pour l’assurer qu’il ne demandait pas
mieux que de vivre en paix avec lui. Soit générosité, soit calcul, le
chef espagnol cessa aussitôt ses poursuites.

En arrivant à Cordoue, Abdallâh comptait à peine quarante cavaliers
autour de lui; tous les autres soldats l’avaient abandonné[269].



XII.


Abdallâh prenait le pouvoir dans des conditions fatales. L’Etat, miné
depuis longtemps par les antipathies de race, semblait marcher
rapidement vers sa ruine et sa décomposition. Si le sultan n’avait eu à
tenir tête qu’à Ibn-Hafçoun et ses montagnards, il n’y aurait eu encore
que demi-mal; mais l’aristocratie arabe, profitant du désordre général,
avait aussi commencé à relever la tête et visait à l’indépendance. Elle
était encore plus redoutable pour le pouvoir monarchique que les
Espagnols eux-mêmes, Abdallâh le croyait du moins. Aussi, comme il lui
fallait transiger soit avec les Espagnols, soit avec les nobles, afin de
ne pas être tout à fait isolé, il aima mieux transiger avec les
premiers. Auparavant déjà il avait donné des témoignages de
bienveillance à quelques-uns d’entre eux; il avait eu une intime liaison
avec Ibn-Merwân le Galicien, dans le temps où celui-ci servait encore
dans la garde du sultan Mohammed[270]. Maintenant il offrit à
Ibn-Hafçoun le gouvernement de Regio, à condition qu’il le reconnaîtrait
pour son souverain. Au commencement le succès sembla justifier cette
politique nouvelle. Ibn-Hafçoun rendit l’hommage; il donna une marque de
confiance au sultan en envoyant à la cour son fils Hafç et quelques-uns
de ses capitaines. De son côté, le sultan fit tout ce qu’il pouvait pour
consolider l’alliance; il traita ses hôtes de la manière la plus amicale
et les combla de présents. Mais au bout de quelques mois, lorsque Hafç
et ses compagnons furent retournés à Bobastro, Ibn-Hafçoun laissa faire
ses soldats qui pillaient les bourgades et les villages jusqu’aux portes
d’Ossuna, d’Ecija et même de Cordoue; puis, lorsque les troupes que le
gouvernement avait envoyées contre eux eurent été battues, il rompit
ouvertement avec le sultan et chassa ses employés[271].

Au bout du compte, Abdallâh n’avait donc pas réussi à gagner les
Espagnols; mais en l’essayant, il s’était entièrement brouillé avec sa
propre race. Il était naturel que dans les provinces, où l’autorité
royale était déjà très-affaiblie, les Arabes ne voulussent plus obéir à
un monarque qui s’alliait avec leurs ennemis.

Voyons d’abord comment les choses se passèrent dans la province
d’Elvira.

Si les pieux souvenirs ont quelque empire sur les âmes, aucune province
ne devait être aussi attachée à la religion chrétienne que celle
d’Elvira. Elle avait été le berceau du christianisme espagnol; on y
avait prêté l’oreille à la prédication des sept _apostoliques_, qui,
d’après une tradition fort ancienne, avaient été les disciples des
apôtres à Rome, dans un temps où tout le reste de la Péninsule était
encore plongé dans les ténèbres de l’idolâtrie[272]. Plus tard, vers
l’année 300, la capitale de la province[273] avait été le siége d’un
célèbre concile. Aussi les Espagnols d’Elvira étaient-ils restés
longtemps fidèles à la religion de leurs ancêtres. Dans la capitale les
fondements d’une grande mosquée avaient bien été jetés, peu de temps
après la conquête, par Hanach Çanânî, un des plus pieux compagnons de
Mousâ, mais on comptait si peu de musulmans dans la ville que pendant un
siècle et demi cet édifice en resta là où Hanach l’avait laissé[274].
Les églises, au contraire, étaient nombreuses et riches. Même à Grenade,
bien qu’une grande partie de cette ville appartînt aux juifs, il y en
avait au moins quatre, et l’une d’entre elles, celle qui se trouvait
hors de la porte d’Elvira et qui avait été bâtie au commencement du
VIIe siècle par un seigneur goth, nommé Gudila, était d’une
magnificence incomparable[275].

Peu à peu cependant, sous le règne d’Abdérame II et sous celui de
Mohammed, les apostasies étaient devenues fréquentes. Dans la province
d’Elvira on n’était pas plus à l’épreuve de l’intérêt que dans d’autres
provinces; mais en outre les honteuses débauches et l’impiété avérée de
l’oncle maternel d’Hostegesis, de Samuel, l’évêque d’Elvira, avaient
inspiré à plusieurs chrétiens une aversion bien naturelle pour un culte
qui avait de si indignes ministres. La persécution avait fait le reste.
L’infâme Samuel l’avait dirigée. Ayant été déposé enfin à cause de sa
vie scandaleuse, il n’avait eu rien de plus pressé que de se rendre à
Cordoue et de s’y déclarer musulman. Dès lors il avait sévi de la
manière la plus cruelle contre ses anciens diocésains, que le
gouvernement avait livrés à son aveugle fureur, et beaucoup de ces
malheureux avaient trouvé dans l’apostasie le seul moyen de sauver leurs
biens et leur vie[276].

De cette manière les renégats étaient devenus si nombreux à Elvira, que
le gouvernement avait senti la nécessité de leur procurer une grande
mosquée. Cet édifice fut achevé dans l’année 864, sous le règne de
Mohammed[277].

Quant aux Arabes de la province, ils descendaient pour la plupart des
soldats de Damas. N’aimant pas à s’enfermer dans les murailles d’une
ville, ceux-ci s’étaient fixés dans les campagnes, où leurs descendants
habitaient encore. Ces Arabes formaient à l’égard des Espagnols une
aristocratie extrêmement orgueilleuse et exclusive. Ils avaient peu de
rapports avec les habitants de la capitale; le séjour d’Elvira, une
triste ville, située au milieu de rochers arides, monotones et
volcaniques, qui n’ont aucune fleur en été, aucun flocon de neige en
hiver, n’avait pour eux aucun attrait; mais le vendredi, quand ils
venaient dans la ville, en apparence pour assister à l’office, mais en
réalité pour faire parade de leurs chevaux superbes et richement
équipés[278], ils ne manquaient jamais d’accabler les Espagnols de leur
mépris et de leurs dédains calculés. Rarement la morgue aristocratique
s’est montrée plus naïvement odieuse chez des hommes qui d’ailleurs,
dans les relations qu’ils avaient entre eux, se distinguaient par une
courtoisie parfaite. Pour eux les Espagnols, qu’ils fussent chrétiens ou
musulmans, étaient _la vile canaille_; c’était leur terme consacré. Ils
avaient donc créé contre eux des griefs inexpiables; aussi les
collisions entre les deux races étaient fréquentes. Une trentaine
d’années avant l’époque dont nous allons parler, les Espagnols avaient
déjà assiégé les Arabes dans l’Alhambra, où ils avaient cherché un
refuge[279].

Au commencement du règne d’Abdallâh, nous trouvons les Espagnols engagés
dans une guerre meurtrière contre les seigneurs arabes. Ceux-ci, qui
avaient entièrement rompu avec le sultan, avaient élu pour leur chef un
brave guerrier de la tribu de Cais, nommé Yahyâ ibn-Çocâla. Chassés de
leurs bourgades par leurs adversaires, ils s’étaient fortifiés dans un
château situé au nord-est de Grenade, près du Guadahortuna. De ce
château, qui portait anciennement le nom espagnol de Monte-sacro
(montagne sainte), mais dont le nom est devenu, par la prononciation
arabe, Montexicar, ils infestaient les environs. Alors les renégats et
les chrétiens, commandés par Nâbil, vinrent les assiéger, tuèrent un
grand nombre d’entre eux, et prirent la forteresse. Yahyâ ibn-Çocâla se
sauva par la fuite; mais sa troupe était si affaiblie qu’il se vit
obligé de déposer les armes et de conclure un traité avec les Espagnols.
A partir de cette époque, il passait souvent des jours entiers dans la
capitale. Peut-être tâchait-il d’y former des intrigues; mais qu’il ait
été coupable ou non, toujours est-il que dans le printemps de l’année
889, les Espagnols l’attaquèrent à l’improviste et l’égorgèrent avec ses
compagnons; puis ils jetèrent les cadavres de leurs victimes dans un
puits, et se mirent à traquer les Arabes comme s’ils eussent été des
bêtes fauves.

La joie des Espagnols fut immense. «Les lances de nos ennemis sont
brisées! disait leur poète Ablî[280]. Nous avons rabaissé leur orgueil!
Ceux qu’ils appelaient _la vile canaille_ ont sapé les fondements de
leur puissance. Depuis combien de temps leurs morts, que nous avons
jetés dans ce puits, attendent-ils en vain un vengeur!»

La situation des Arabes était d’autant plus dangereuse qu’ils étaient
désunis. L’anarchie dans laquelle on était tombé avait donné une vigueur
nouvelle à la funeste rivalité des Maäddites et des Yéménites; dans
plusieurs districts, comme dans celui de Sidona, ces deux races se
combattaient à outrance. Dans la province d’Elvira, alors qu’il
s’agissait de donner un successeur à Yahyâ, les Yéménites, qui semblent
avoir eu la supériorité du nombre, contestaient aux Maäddites leurs
droits à l’hégémonie. Se quereller dans un moment aussi critique,
c’était s’exposer à une ruine complète. Heureusement pour eux, les
Yéménites le comprirent encore à temps; ils cédèrent, et, de concert
avec leurs rivaux, ils donnèrent le commandement à Sauwâr[281]. Ce chef
intrépide devint le sauveur de son peuple, et plus tard on disait
souvent: «Si Allâh n’avait pas donné Sauwâr aux Arabes, ils auraient été
exterminés jusqu’au dernier.»

Caisite, de même que Yahyâ, Sauwâr devait naturellement avoir à cœur
de venger la mort de son contribule; mais il avait de plus à prendre une
revanche: lors de la prise de Monte-sacro, il avait vu les Espagnols
tuer son fils aîné. A partir de ce moment, il avait été dévoré de la
soif de la vengeance. D’après son propre témoignage, il était déjà
vieux; «les femmes ne veulent plus de mon amour, depuis que mes cheveux
ont blanchi,» disait-il dans un de ses poèmes, et de fait, il apportait
à la tâche sanglante qu’il allait accomplir, une obstination et une
férocité, que l’on s’expliquerait difficilement dans un jeune homme,
mais qui se conçoivent dans un vieillard qui, dominé par une seule et
dernière passion, a fermé l’âme à toute pitié, à tout sentiment humain.
On serait porté à penser qu’il se crut l’ange exterminateur, et qu’il
étouffa ses instincts plus doux, s’il en avait, par la conscience de sa
mission providentielle.

Après avoir réuni autant d’Arabes que possible sous sa bannière, son
premier soin fut de se remettre en possession de Monte-sacro. En ceci il
avait un double but: il voulait posséder une forteresse qui pût servir
de base à ses opérations ultérieures, et assouvir sa rage dans le sang
de ceux qui avaient tué son fils. Quoique Monte-sacro eût une garnison
nombreuse, les Arabes prirent cette forteresse d’assaut. La vengeance de
Sauwâr fut terrible: il passa au fil de l’épée tous les soldats de la
garnison, au nombre de six mille. Ensuite il attaqua et prit d’autres
châteaux. Chacun de ses succès entraîna une horrible boucherie; jamais
et dans aucune circonstance, cet homme terrible ne fit grâce aux
Espagnols; des familles entières furent exterminées jusqu’au dernier
membre, et pour une foule d’héritages il n’y eut point d’héritiers.

Dans leur détresse, les Espagnols d’Elvira supplièrent Djad, le
gouverneur de la province, de les aider, en promettant de lui obéir
dorénavant. Djad consentit à leur demande. A la tête de ses propres
troupes et des Espagnols, il alla attaquer Sauwâr.

Le chef arabe l’attendit de pied ferme. Le combat fut vif des deux
côtés; mais les Arabes remportèrent la victoire, poursuivirent leurs
ennemis jusqu’aux portes d’Elvira et leur tuèrent plus de sept mille
hommes. Djad lui-même tomba entre les mains des vainqueurs.

L’heureuse issue de cette bataille, connue sous le nom de _bataille de
Djad_, remplit les Arabes d’une joie indicible: s’étant bornés
jusqu’alors à l’attaque des châteaux, ils avaient, pour la première
fois, vaincu leurs ennemis en rase campagne, et ils avaient immolé bien
des victimes aux mânes de Yahyâ. Voici en quels termes un de leurs plus
braves chefs, qui était en même temps un de leurs meilleurs poètes, Saîd
ibn-Djoudî, exprima leurs sentiments:

     Apostats et incrédules, qui, jusqu’à votre dernière heure,
     _déclariez fausse la vraie religion_[282], nous vous avons
     massacrés, parce que nous avions à venger notre Yahyâ. Nous vous
     avons massacrés: Dieu le voulait! Fils d’esclaves, vous avez
     imprudemment irrité des braves qui n’ont jamais négligé de venger
     leurs morts; accoutumez-vous donc à endurer leur fureur, à recevoir
     dans vos reins leurs épées flamboyantes.

     A la tête de ses guerriers qui ne souffrent aucune insulte et qui
     sont courageux comme des lions, un illustre chef a marché contre
     vous. Un illustre chef! Sa renommée surpasse celle de tout autre;
     il a hérité la générosité de ses incomparables ancêtres. C’est un
     lion; il est né du sang le plus pur de Nizâr; il est le soutien de
     sa tribu comme nul autre ne l’est. Il allait venger ses
     contribules, ces hommes magnanimes qui avaient cru pouvoir se fier
     à des serments réitérés. Il les a vengés! Il a passé les fils des
     blanches au fil de l’épée, et ceux d’entre eux qui vivent encore
     gémissent dans les fers dont il les a chargés. Nous avons tué des
     milliers d’entre vous; mais la mort d’une foule d’esclaves n’est
     point un équivalent pour celle d’un seul noble.

     Ah, oui! ils ont assassiné notre Yahyâ quand il était leur hôte!
     L’assassiner n’était pas une action sensée.... Ils l’ont égorgé,
     ces méchants et méprisables esclaves; tout ce que font les esclaves
     est vilain. En commettant leur crime, ils n’ont pas fait une action
     sensée; non, leur sort, qui n’a point été heureux, a dû les
     convaincre qu’ils avaient été mal inspirés. Vous l’avez assassiné
     en traîtres, infâmes, après bien des traités, après bien des
     serments!

Après l’éclatante victoire qu’il avait remportée, Sauwâr, qui venait de
conclure des alliances avec les Arabes de Regio, de Jaën, et même de
Calatrava, recommença ses déprédations et ses massacres. Les Espagnols,
entièrement découragés, n’imaginaient plus d’autre voie de salut que de
se jeter dans les bras du sultan. Ils implorèrent donc sa protection. Le
sultan la leur eût volontiers accordée, s’il eût été en état de le
faire. Tout ce qu’il pouvait dans les circonstances données, c’était de
promettre son intervention amicale. Il fit donc dire à Sauwâr qu’il
était prêt à lui donner une large part dans la direction des affaires de
la province, mais qu’il attendait de lui en retour l’obéissance à ses
ordres et la promesse de laisser les Espagnols en paix. Sauwâr accepta
ces conditions; lui et les Espagnols jurèrent solennellement la paix, et
l’ordre matériel fut rétabli dans la province; malheureusement c’était
un calme trompeur, le trouble et la passion étaient au fond de toutes
les âmes. Ne trouvant plus dans son voisinage des ennemis à exterminer,
Sauwâr attaqua les alliés et les vassaux d’Ibn-Hafçoun. Au bruit de ses
exploits et de ses cruautés, aux cris de détresse de leurs compatriotes,
le sentiment national se réveilla soudain chez les habitants d’Elvira.
D’un commun élan, ils reprirent les armes, toute la province s’insurgea
à leur exemple, le cri de guerre retentit dans toutes les familles, et
les Arabes, partout attaqués, partout battus, allèrent chercher en toute
hâte un asile dans l’Alhambra.

Pris par les Espagnols, repris par les Arabes, l’Alhambra n’était plus
qu’une ruine majestueuse et presque hors de défense. Et pourtant c’était
le seul refuge qui restât aux Arabes; s’ils se le laissaient prendre,
ils pouvaient être certains d’être égorgés jusqu’au dernier. Aussi
étaient-ils fermement résolus à le défendre à toute outrance. Tant que
le soleil était à l’horizon, ils repoussaient vigoureusement les
attaques sans cesse renouvelées des Espagnols, qui, la rage dans le
cœur, comptaient bien en finir cette fois avec ceux qui avaient été
si longtemps leurs oppresseurs impitoyables. La nuit venue, ils
rebâtissaient, à la lumière des flambeaux, les murailles et les bastions
de la forteresse; mais les fatigues, les veilles, la perspective d’une
mort certaine au cas où ils faibliraient un seul instant, tout cela les
jetait dans un état de surexcitation fébrile qui ne les disposait que
trop à se laisser gagner par des terreurs superstitieuses dont ils
auraient rougi dans d’autres circonstances. Or, une nuit qu’ils
travaillaient aux fortifications, il arriva qu’une pierre passa
par-dessus les murs et vint tomber à leurs pieds. Un Arabe l’ayant
ramassée, il y trouva attaché un morceau de papier qu’il déroula et sur
lequel il vit écrits ces trois vers, qu’il lut à haute voix tandis que
ses compagnons l’écoutaient dans le plus profond silence:

     Leurs bourgades sont désertées, leurs champs sont en friche, les
     vents orageux y font tourbillonner le sable. Enfermés dans
     l’Alhambra, ils méditent à présent de nouveaux crimes; mais là
     aussi ils auront à subir des défaites continuelles, de même que
     leurs pères y étaient toujours en butte à nos lances et à nos
     épées.

En entendant lire ces vers à la lueur incertaine, blafarde et lugubre
des flambeaux, dont les clartés tremblottantes formaient, au milieu des
ombres opaques de la nuit, une illumination mobile de l’effet le plus
singulier, les Arabes, qui désespéraient déjà du triomphe de leur cause,
se laissèrent gagner par les plus sinistres pressentiments. «Ces vers,
disait plus tard un d’entre eux, nous parurent un avis du ciel; en les
entendant lire, nous fûmes saisis d’une frayeur si grande, que toutes
les armées de la terre, si elles eussent été là pour cerner notre
forteresse, n’eussent pu l’augmenter.» Quelques-uns, moins
impressionnables que les autres, essayèrent de rassurer leurs camarades
épouvantés, en leur disant que le caillou et le billet n’étaient pas
tombés du ciel, comme ils semblaient disposés à le croire, mais qu’ils
avaient été lancés parmi eux par une main ennemie et que les vers
étaient probablement de la composition du poète espagnol Ablî. Cette
idée ayant prévalu peu à peu, tous sommèrent leur poète Asadî de
répondre, dans le même mètre et sur la même rime, au défi du poète
ennemi. Pour Asadî une telle tâche n’était point nouvelle; souvent il
avait engagé avec Ablî des duels poétiques de ce genre; mais il était
d’un tempérament nerveux, d’une imagination infiniment impressionnable,
et cette fois, ému et troublé plus qu’aucun autre, il chercha longtemps
avant de trouver ces deux vers qui montraient assez qu’il n’était point
en veine:

     Nos bourgades sont habitées, nos champs ne sont pas en friche.
     Notre château nous protège contre toute insulte; nous y trouverons
     la gloire; il s’y prépare pour nous des triomphes, et pour vous,
     des défaites.

Pour compléter la réponse, il fallait un troisième vers; Asadî, qui
était retombé sous l’empire de son émotion, ne put le trouver.
Rougissant de honte et les yeux fixés à terre, il demeura interdit et
muet, comme si de sa vie il n’eût composé un vers.

Cette circonstance n’était pas de nature à relever le courage abattu des
Arabes. Déjà à demi rassurés, ils étaient prêts à ne voir rien de
surnaturel dans ce qui était arrivé; mais quand ils s’aperçurent que,
contre toute attente, l’inspiration faisait faux bond à leur poète,
leurs craintes superstitieuses se réveillèrent de plus belle.

Tout honteux, Asadî était rentré dans son appartement, lorsque tout à
coup il entendit une voix prononcer ce vers:

     Certes, bientôt, quand nous en sortirons[283], vous aurez à essuyer
     une défaite si terrible, qu’elle fera blanchir en un seul instant
     les cheveux de vos femmes et de vos enfants.

C’était le troisième vers, qu’il avait cherché en vain. Il regarda
autour de lui, il ne vit personne. Fermement convaincu dès lors que ce
vers avait été prononcé par un esprit invisible, il courut trouver le
chef Adhbâ, son ami intime, lui raconta ce qui venait d’arriver et lui
répéta le vers qu’il avait entendu. «Réjouissons-nous! s’écria Adhbâ.
Certainement, je suis tout à fait de ton opinion; c’est un esprit qui a
prononcé ce vers, et nous pouvons être certains que sa prédiction
s’accomplira. Il doit en être ainsi, cette race impure doit périr, car
Dieu a dit[284]: Celui qui, ayant exercé des représailles en rapport
avec l’outrage reçu, en recevra un nouveau, sera assisté par Dieu
lui-même.»

Convaincus désormais que l’Eternel les avait pris sous sa protection,
les Arabes roulèrent le billet qui contenait les vers de leur poète
autour d’un caillou et le lancèrent à leurs ennemis.

Sept jours plus tard, ils virent l’armée espagnole, forte de vingt mille
hommes, se préparer à les attaquer du côté de l’est, et placer ses
machines de guerre sur une colline. Au lieu d’exposer ses braves soldats
à être égorgés dans une forteresse en ruine, Sauwâr aima mieux les
conduire à la rencontre de l’ennemi. Le combat engagé, il quitta tout à
coup le champ de bataille avec une troupe d’élite, sans que son départ
fût aperçu par ses adversaires, fit un détour, et se précipita sur la
division postée sur la colline avec une impétuosité telle qu’il la mit
en déroute. La vue de ce qui se passait sur la hauteur inspira aux
Espagnols qui combattaient dans la plaine une terreur panique, car ils
s’imaginaient que les Arabes avaient reçu des renforts. Alors commença
un horrible carnage: poursuivant leurs ennemis fugitifs jusqu’aux portes
d’Elvira, les Arabes en tuèrent douze mille, selon les uns, dix-sept
mille, selon les autres.

Voici de quelle manière Saîd ibn-Djoudî chanta cette seconde bataille,
connue sous le nom de _bataille de la ville_:

     Ils avaient dit, les fils des blanches: «Quand notre armée volera
     vers vous, elle tombera sur vous comme un ouragan. Vous ne pourrez
     lui résister, vous tremblerez de peur, et le plus fort château ne
     pourra pas vous offrir un asile!»

     Eh bien! Nous avons chassé cette armée, quand elle vola vers nous,
     avec autant de facilité que l’on chasse des mouches qui voltigent
     autour de la soupe, ou que l’on fait sortir une troupe de chameaux
     de leur étable. Certes, l’ouragan a été terrible; la pluie tombait
     à grosses gouttes, le tonnerre grondait et les éclairs sillonnaient
     les nuées; mais ce n’était pas sur nous, c’était sur vous que
     fondait la tempête. Vos bataillons tombaient sous nos bonnes épées,
     ainsi que les épis tombent sous la faucille du moissonneur.

     Quand ils nous virent venir à eux au galop, nos épées leur
     causèrent une si grande frayeur, qu’ils tournèrent le dos et se
     mirent à courir; mais nous fondîmes sur eux en les perçant de coups
     de lance. Quelques-uns, devenus nos prisonniers, furent chargés de
     fers; d’autres, en proie à des angoisses mortelles, couraient à
     toutes jambes et trouvaient la terre trop étroite.

     Vous avez trouvé en nous une troupe d’élite, qui sait à merveille
     comment il faut faire pour embraser les têtes des ennemis quand la
     pluie, dont vous parliez, tombe à grosses gouttes. Elle se compose
     de fils d’Adnân, qui excellent à faire des incursions, et de fils
     de Cabtân, qui fondent sur leur proie comme des vautours. Son chef,
     un grand guerrier, un vrai lion qu’on renomme en tous lieux,
     appartient à la meilleure branche de Cais; depuis de longues
     années, les hommes les plus généreux et les plus braves
     reconnaissent sa supériorité en courage et en générosité. C’est un
     homme loyal. Issu d’une race de preux dont le sang ne s’est jamais
     mêlé à celui d’une race étrangère, il attaque impétueusement ses
     ennemis, comme il sied à un Arabe, à un Caisite surtout, et il
     défend la vraie religion contre tout mécréant.

     Certes, Sauwâr brandissait ce jour-là une excellente épée, avec
     laquelle il coupait des têtes comme on ne les coupe qu’avec des
     lames de bonne trempe. C’était de son bras qu’Allâh se servait pour
     tuer les sectateurs d’une fausse religion, qui s’étaient réunis
     contre nous. Quand le moment fatal fut arrivé pour les fils des
     blanches, notre chef était à la tête de ses fiers guerriers, dont
     la fermeté ne s’ébranle pas plus qu’une montagne, et dont le nombre
     était si grand que la terre semblait trop étroite pour les porter.
     Tous ces braves galopaient à bride abattue, tandis que leurs
     coursiers hennissaient.

     Vous avez voulu la guerre; elle a été funeste pour vous, et Dieu
     vous a fait périr soudainement!

Dans la position critique où ils se trouvaient après cette bataille
désastreuse, les Espagnols n’avaient pas le choix des partis; il ne leur
en restait qu’un à prendre, c’était d’implorer l’appui et de reconnaître
l’autorité du chef de leur race, d’Omar ibn-Hafçoun. Ils le firent, et
bientôt après Ibn-Hafçoun, qui se trouvait alors dans le voisinage,
entra dans Elvira avec son armée, réorganisa les milices de cette ville,
réunit sous sa bannière une partie des garnisons des châteaux voisins et
se mit en marche pour aller attaquer Sauwâr.

Ce chef avait profité de cet intervalle pour tirer à soi les Arabes de
Jaën et de Regio, et son armée était maintenant assez nombreuse pour
qu’il osât espérer de pouvoir combattre Ibn-Hafçoun avec succès. Son
espoir ne fut pas trompé. Après avoir perdu plusieurs de ses meilleurs
soldats et prodigué son propre sang, Ibn-Hafçoun fut forcé à la
retraite. Accoutumé à vaincre, il fut fort irrité de cet échec.
L’imputant aux habitants d’Elvira, il leur reprocha de s’être mal
conduits pendant la mêlée, et dans sa colère il leva sur eux une énorme
contribution, en disant qu’ils devaient fournir eux-mêmes aux frais de
cette guerre qu’il n’avait entreprise que dans leur intérêt. Puis il
retourna vers Bobastro avec le gros de son armée, après avoir confié la
défense d’Elvira à son lieutenant Hafç ibn-el-Moro.

Parmi les prisonniers qu’il emmenait avec lui, se trouvait le brave Saîd
ibn-Djoudî. Voici une pièce de vers que cet excellent poète composa
pendant sa captivité:

     Du courage, de l’espoir, mes amis! Soyez sûrs que la joie succédera
     à la tristesse, et qu’échangeant l’infortune contre le bonheur,
     vous sortirez d’ici. D’autres que vous ont passé des années dans ce
     cachot, lesquels courent les champs à cette heure au grand soleil
     du jour.

     Hélas, si nous sommes prisonniers, ce n’est pas que nous nous
     soyons rendus, mais c’est que nous nous sommes laissé surprendre.
     Si j’avais eu le moindre pressentiment de ce qui allait nous
     arriver, la pointe de ma lance m’aurait protégé; car les cavaliers
     connaissent ma bravoure et mon audace à l’heure du péril.

     Et toi, voyageur, va porter mon salut à mon noble père et à ma
     tendre mère, qui t’écouteront avec transport dès que tu leur auras
     dit que tu m’as vu. Salue aussi mon épouse chérie et rapporte-lui
     ces paroles: «Toujours je penserai à toi, même au jour du dernier
     jugement; je me présenterai alors devant mon créateur, le cœur
     rempli de ton image. Certes, la tristesse que tu éprouves
     maintenant m’afflige bien plus que la prison ou la perspective de
     la mort.»

     Peut-être va-t-on me faire périr ici, et puis on m’enterrera.... Un
     brave tel que moi aime bien mieux tomber avec gloire sur le champ
     de bataille et servir de pâture aux vautours!

Après le départ d’Ibn-Hafçoun, Sauwâr, qui s’était laissé attirer dans
une embuscade, fut tué par les habitants d’Elvira. Quand on porta son
cadavre dans la ville, l’air retentit de cris d’allégresse. Altérées de
la soif de la vengeance, les femmes jetaient les regards de la bête de
proie sur le corps de celui qui les avait privées de leurs frères, de
leurs maris, de leurs enfants, et, rugissantes de fureur, elles le
coupèrent en morceaux, qu’elles avalèrent....[285]

Les Arabes donnèrent le commandement à Saîd ibn-Djoudî, auquel
Ibn-Hafçoun venait de rendre la liberté (890).

Bien que Saîd eût été l’ami de Sauwâr et le chantre de ses exploits, il
ne lui ressemblait nullement. D’illustre naissance--son aïeul avait été
successivement cadi d’Elvira et préfet de police de Cordoue, sous le
règne de Hacam Ier[286]--, il était en outre le modèle du chevalier
arabe, et ses contemporains lui attribuaient les dix qualités qu’un
parfait gentilhomme devait posséder toutes. C’étaient la générosité, la
bravoure, la complète connaissance des règles de l’équitation, la beauté
du corps, le talent poétique, l’éloquence, la force physique, l’art de
manier la lance, celui de faire des armes et le talent de bien se servir
de l’arc. C’était le seul Arabe qu’Ibn-Hafçoun craignît de rencontrer
sur le champ de bataille. Un jour, avant que le combat commençât, Saîd
appela Ibn-Hafçoun en duel; mais ce dernier, si brave qu’il fût, n’osa
pas se mesurer avec lui. Une autre fois, pendant la mêlée, Saîd se
trouva soudain face à face avec Ibn-Hafçoun. Celui-ci voulut l’éviter
encore; mais Saîd le saisit à bras-le-corps et le jeta contre terre. Il
l’aurait écrasé, si les soldats d’Ibn-Hafçoun, en se jetant sur lui, ne
l’eussent forcé à lâcher prise.

Ce plus vaillant des chevaliers en était aussi le plus tendre et le plus
galant. Nul ne s’énamourait aussi promptement d’un son de voix ou d’une
chevelure, nul ne savait mieux quelle puissance de séduction il y a dans
une belle main. Etant venu un jour à Cordoue lorsque le sultan Mohammed
y régnait encore, il passait devant le palais du prince Abdallâh, quand
le chant harmonieux d’une femme frappa son oreille. Ce chant venait
d’un appartement au premier étage, dont la fenêtre donnait sur la rue,
et la chanteuse était la belle Djéhâne. En ce moment elle était auprès
du prince, son maître; tantôt elle lui versait à boire, tantôt elle
chantait. Attiré par un charme indéfinissable, Saîd alla se placer dans
une encognure, où il pouvait écouter à son aise sans attirer les regards
des passants. Les yeux immuablement fixés sur la fenêtre, il écoutait,
perdu dans le ravissement et l’extase, et mourant d’envie de voir la
belle chanteuse. Après l’avoir guettée longtemps, il aperçut à la fin sa
petite et blanche main au moment où elle présentait la coupe au prince.
Il ne vit rien de plus, mais cette main d’une incomparable élégance et
puis cette voix si suave et si expressive, c’était assez pour faire
battre violemment son cœur de poète et mettre son cerveau en feu.
Mais, hélas! une barrière infranchissable le séparait de l’objet de son
amour! En désespoir de cause, il essaya alors de faire prendre le change
à sa passion. Il paya une somme énorme pour la plus belle esclave qu’il
pût trouver, et lui donna le nom de Djéhâne. Mais malgré les efforts que
fit cette jeune fille pour plaire au beau chevalier, elle ne réussit pas
à lui faire oublier son homonyme.

     Le doux chant que j’ai entendu, disait-il, en m’enlevant mon âme, y
     a substitué une tristesse qui me consume lentement. C’est à
     Djéhâne, à celle dont je garderai un éternel souvenir, que j’ai
     donné mon cœur, et pourtant nous ne nous sommes jamais vus....
     O Djéhâne, objet de tous mes désirs, sois bonne et compatissante
     pour cette âme qui m’a quitté pour s’envoler vers toi! Ton nom
     chéri, je l’invoque, les yeux baignés de larmes, avec la dévotion
     et la ferveur d’un moine qui invoque celui de son saint, devant
     l’image duquel il se prosterne[287].

Mais Saîd ne retint pas longtemps le souvenir de la belle Djéhâne.
Volage et inconstant, errant sans relâche de désir en désir, les grandes
passions et les rêveries platoniques n’étaient point son fait, témoin
ces vers de sa composition, que les écrivains arabes ne citent qu’en y
ajoutant les paroles: «Que Dieu lui pardonne!»

     Le plus doux moment dans la vie, c’est celui où l’on boit à la
     ronde; ou plutôt, c’est celui où, après une brouillerie, l’on se
     réconcilie avec son amante; ou plutôt encore, c’est quand l’amant
     et l’amante se lancent des regards enivrants; c’est celui, enfin,
     où l’on enlace dans ses bras celle que l’on adore.

     Je parcours le cercle des plaisirs avec la fougue d’un coursier qui
     a pris le mors aux dents; quoi qu’il arrive, je contente tous mes
     désirs. Inébranlable le jour du combat, quand l’ange de la mort
     plane au-dessus de ma tête, je me laisse toujours ébranler par deux
     beaux yeux.

Il avait donc déjà oublié Djéhâne, lorsqu’une nouvelle beauté lui fut
amenée de Cordoue. Quand elle entra dans son appartement, la pudeur lui
fit baisser les yeux, et alors Saîd improvisa ces vers:

     Quoi, ma belle amie, tu détournes de moi tes regards pour les fixer
     sur le plancher! Serait-ce parce que je t’inspire de la répulsion?
     Par Dieu, ce n’est pas ce sentiment-là que j’inspire d’ordinaire
     aux femmes, et j’ose t’assurer que ma figure mérite plus tes
     regards que le plancher.

Saîd était à coup sûr le représentant le plus brillant de
l’aristocratie; mais il n’avait pas les qualités solides de Sauwâr. La
mort de ce grand chef était donc une perte que Saîd ne pouvait réparer.
Grâce aux soins de Sauwâr, qui avait fait rebâtir plusieurs forteresses
romaines à demi ruinées, telles que Mentesa et Basti (Baza), les Arabes
furent en état de se maintenir sous son successeur; mais quoiqu’ils
n’eussent plus à combattre le sultan, car celui-ci avait reconnu Saîd,
ils ne remportèrent plus d’avantages signalés sur les Espagnols. Les
chroniqueurs musulmans, qui au reste ne disent presque rien sur les
expéditions de Saîd, ce qui prouve déjà qu’en général elles n’étaient
pas heureuses, nous apprennent seulement qu’il y eut un instant où
Elvira se soumit à son autorité. Quand il eut fait son entrée dans la
ville, Ablî, le poète espagnol, se présenta à lui et lui récita des vers
qu’il avait composés à sa louange. Saîd le récompensa généreusement;
mais quand le poète fut parti, un Arabe s’écria: «Quoi, émir,
donnez-vous de l’argent à cet homme? Avez-vous donc oublié qu’il était
naguère le grand agitateur de sa nation, et qu’il a osé dire:--Depuis
combien de temps leurs morts, que nous avons jetés dans ce puits,
attendent-ils en vain un vengeur!» Chez Saîd une plaie mal fermée se
rouvrit aussitôt, et, les yeux étincelants de colère: «Allez saisir cet
homme, dit-il à un parent de Yahyâ ibn-Çocâla, tuez-le et jetez son
cadavre dans un puits!» Cet ordre fut exécuté sur-le-champ[288].



XIII[289].


Pendant que les Espagnols d’Elvira combattaient contre la noblesse
arabe, des événements fort graves se passaient aussi à Séville.

Nulle part le parti national n’était aussi fort. Du temps des Visigoths,
Séville avait été le siége de la science et de la civilisation romaines,
et la résidence des familles les plus nobles et les plus opulentes[290].
La conquête arabe n’y avait apporté presque aucun changement dans
l’ordre social. Peu d’Arabes s’étaient établis dans la ville; ils
s’étaient fixés de préférence dans les campagnes. Les descendants des
Romains et des Goths formaient donc encore la partie la plus nombreuse
des habitants. Grâce à l’agriculture et au commerce, ils étaient fort
riches; de nombreux vaisseaux d’outre-mer venaient chercher à Séville,
qui passait pour un des meilleurs ports de l’Espagne, des cargaisons de
coton, d’olives et de figues, que la terre produisait en abondance[291].
La plupart des Sévillans avaient abjuré le christianisme; ils l’avaient
fait de bonne heure, car déjà sous le règne d’Abdérame II on avait dû
bâtir pour eux une grande mosquée[292]; mais leurs mœurs, leurs
coutumes, leur caractère, tout enfin, jusqu’à leurs noms de famille,
tels que Beni-Angelino, Beni-Sabarico[293] etc., rappelait encore leur
origine espagnole.

En général ces renégats étaient pacifiques et nullement hostiles au
sultan, qu’ils considéraient au contraire comme le soutien naturel de
l’ordre; mais ils craignaient les Arabes, non pas ceux de la ville, car
ceux-ci, accoutumés aux bienfaits de la civilisation, ne s’intéressaient
plus aux rivalités de tribu ou de race, mais ceux de la campagne, qui
avaient conservé intacts leurs mœurs agrestes, leurs vieilles
préventions nationales, leur aversion pour toute race autre que la
leur, leur esprit belliqueux et leur attachement pour les anciennes
familles auxquelles ils avaient obéi de père en fils depuis un temps
immémorial. Remplis d’une haine jalouse contre les riches Espagnols, ils
étaient prêts à marcher pour les aller piller et massacrer, dès que les
circonstances le leur permettraient ou que leurs nobles les y
convieraient. Ils étaient fort redoutables, ceux de l’Axarafe surtout;
aussi les Espagnols, qui avaient une vieille prédiction selon laquelle
la ville serait brûlée par le feu qui viendrait de l’Axarafe[294],
avaient-ils concerté leurs mesures pour ne pas être pris au dépourvu par
les fils des brigands du Désert. Ils s’étaient organisés en douze corps,
dont chacun avait son chef, sa bannière et son arsenal, et ils avaient
contracté des alliances avec les Arabes maäddites de la province de
Séville et avec les Berbers-Botr de Moron.

Parmi les grandes familles arabes de la province il y en avait deux qui
primaient toutes les autres: c’étaient celle des Beni-Haddjâdj et celle
des Beni-Khaldoun. La première, quoique très-arabe dans ses idées,
descendait cependant, par les femmes, de Witiza, l’avant-dernier roi
goth. Une petite-fille de ce roi, Sara, avait épousé en secondes noces
un certain Omair, de la tribu yéménite de Lakhm. De ce mariage étaient
issus quatre enfants, qui furent la souche d’autant de grandes familles
parmi lesquelles celle des Beni-Haddjâdj était la plus riche. C’est à
Sara qu’elle devait les grandes propriétés territoriales qu’elle
possédait dans le Sened, car un historien arabe, qui, lui aussi,
descendait de Witiza par Sara, remarque qu’Omair avait eu des enfants
d’autres femmes, mais que les descendants de celles-ci ne pouvaient
nullement rivaliser avec ceux de Sara[295]. L’autre famille, celle des
Beni-Khaldoun, était aussi d’origine yéménite; elle appartenait à la
tribu de Hadhramaut, et ses propriétés se trouvaient dans l’Axarafe.
Agriculteurs et soldats, les membres de ces deux grandes maisons étaient
aussi marchands et armateurs. Ils résidaient d’ordinaire à la campagne
dans leurs châteaux, leurs _bordj_[296]; mais de temps en temps ils
séjournaient dans la ville où ils avaient des palais.

Au commencement du règne d’Abdallâh, Coraib était le chef des Khaldoun.
C’était un homme dissimulé et perfide, mais qui possédait tous les
talents d’un chef de parti. Fidèle aux traditions de sa race, il
détestait la monarchie; il voulait que la caste à laquelle il
appartenait ressaisît la domination que les Omaiyades lui avaient
arrachée. D’abord il essaya de faire éclater une insurrection dans la
ville même. Il s’adressa donc aux Arabes qui y demeuraient, et tâcha de
ranimer chez eux l’amour de l’indépendance. Il n’y réussit pas. Ces
Arabes, pour la plupart Coraichites ou clients de la famille régnante,
étaient royalistes, ou pour mieux dire, ils n’étaient d’aucun parti, si
ce n’est de celui qu’on appelle de nos jours le parti de l’ordre. Vivre
en paix avec tout le monde et ne pas être troublés dans leurs affaires
ou dans leurs plaisirs, c’était tout ce qu’ils demandaient. Ils
n’avaient donc aucune sympathie pour Coraib; son humeur aventureuse et
son ambition déréglée ne leur inspiraient qu’une profonde aversion mêlée
de terreur. Quand il parlait d’indépendance, on lui répondait qu’on
haïssait le désordre et l’anarchie, qu’on n’aimait pas à être
l’instrument de l’ambition d’autrui, et qu’on n’avait que faire de ses
mauvais conseils et de son mauvais esprit.

Voyant qu’il perdait son temps dans la ville, Coraib retourna dans
l’Axarafe, où il n’eut point de peine à enflammer les cœurs de ses
contribules; ils lui promirent presque tous de prendre les armes au
premier signal qu’il leur donnerait. Ensuite il forma une ligue dans
laquelle entrèrent les Haddjâdj, deux chefs yéménites (l’un de Niébla,
l’autre de Sidona), et le chef des Berbers-Bornos de Carmona. Le but
que les alliés se proposaient était d’enlever Séville au sultan et de
piller les Espagnols.

Les patriciens sévillans, qui, à cause de la distance, ne pouvaient plus
épier Coraib comme au temps où il se trouvait encore parmi eux,
ignoraient le complot qu’il tramait; de temps à autre des bruits vagues
en parvenaient bien à leurs oreilles, mais ils ne savaient rien de
précis et ne se méfiaient pas encore assez du dangereux conspirateur.

Voulant d’abord se venger de ceux qui n’avaient pas voulu l’écouter et
leur montrer en même temps que le souverain était incapable de les
défendre, Coraib fit savoir secrètement aux Berbers de Mérida et de
Médellin que la province de Séville était presque dégarnie de troupes,
et que s’ils le voulaient, ils pourraient y faire facilement un riche
butin. Toujours enclins à la rapine, ces hommes à demi sauvages se
mirent aussitôt en marche, s’emparèrent de Talyâta[297], pillèrent ce
village, y massacrèrent les hommes, et y mirent les femmes et les
enfants en servitude. Le gouverneur de Séville appela aux armes tous
ceux qui étaient en état d’en porter, et alla à la rencontre des
Berbers. Ayant appris en route qu’ils étaient déjà maîtres de Talyâta,
il établit son camp sur une hauteur qui s’appelait la montagne des
oliviers. Une distance de trois milles seulement le séparait de
l’ennemi, et des deux côtés on se tenait prêt à combattre le lendemain,
lorsque Coraib, qui avait fourni son contingent, de même que les autres
seigneurs, profita de la nuit pour faire dire aux Berbers que, le combat
engagé, il leur faciliterait la victoire en prenant la fuite avec son
régiment. Il tint sa promesse, et, en fuyant, il entraîna toute l’armée
après lui. Poursuivi par les Berbers, le gouverneur ne fit halte que
dans le village de Huebar (à cinq lieues de Séville), où il se
retrancha. Les Berbers, sans faire le moindre effort pour le forcer dans
cette position, retournèrent à Talyâta, où ils restèrent trois jours,
pendant lesquels ils mirent à feu et à sang tous les endroits du
voisinage. Puis, leurs grands sacs regorgeant de butin, ils retournèrent
chez eux.

Cette terrible razzia avait déjà ruiné un grand nombre de propriétaires,
lorsqu’un nouveau fléau vint frapper les Sévillans. Cette fois le
perfide Coraib n’avait rien à se reprocher: un chef de race ennemie, un
renégat, vint spontanément seconder ses projets. C’était Ibn-Merwân, le
seigneur de Badajoz. Voyant ses voisins de Mérida revenir chargés de
riches dépouilles, il en conclut qu’il n’avait qu’à se montrer pour
obtenir sa part de la curée. Il ne se trompait pas. S’étant avancé
jusqu’à trois parasanges de Séville, il pilla tout à la ronde pendant
plusieurs jours consécutifs, et quand il retourna à Badajoz, il n’avait
rien à envier aux Berbers de Mérida.

La conduite de leur gouverneur, qui était resté inactif pendant que des
hordes sauvages ravageaient coup sur coup leurs terres, avait exaspéré
les Sévillans contre lui et contre le souverain. Cédant à leurs
plaintes, le sultan déposa, il est vrai, ce gouverneur malhabile; mais
le successeur qu’il lui donna, bien qu’il fût au reste d’une réputation
intacte, manquait également de l’énergie nécessaire pour maintenir
l’ordre dans la province et réprimer l’audace des brigands qui s’y
multipliaient d’une manière effrayante.

Le plus redoutable parmi ces bandits était un Berber-Bornos de Carmona,
nommé Tamâchecca, qui dévalisait les voyageurs sur la grande route entre
Séville et Cordoue. Le gouverneur de Séville n’osait ou ne pouvait rien
entreprendre contre lui, lorsqu’un brave renégat d’Ecija, nommé Mohammed
ibn-Ghâlib, promit au sultan de faire cesser ces brigandages, s’il lui
permettait de bâtir une forteresse près du village de Siete Torres, sur
les frontières de la province de Séville et de celle d’Ecija. Le sultan
accepta son offre; la forteresse fut bâtie, Ibn-Ghâlib s’y installa avec
un grand nombre de renégats, de clients omaiyades et de Berbers-Botr, et
les brigands ne tardèrent pas à s’apercevoir qu’ils avaient affaire à un
ennemi bien autrement redoutable que ne l’était le gouverneur de
Séville.

La sûreté commençait déjà à se rétablir, lorsqu’un matin, le soleil
s’étant à peine levé, la nouvelle se répandit dans Séville, que,
pendant la nuit, une rencontre avait eu lieu entre la garnison du
château d’Ibn-Ghâlib d’un côté, et les Khaldoun et les Haddjâdj de
l’autre; qu’un des Haddjâdj avait été tué; que ses amis étaient arrivés
avec son cadavre dans la ville; qu’ils s’étaient rendus directement
auprès du gouverneur pour lui demander justice, et que ce dernier leur
avait répondu qu’il n’osait prendre sur lui la responsabilité de
prononcer en pareille matière, et que par conséquent ils devaient
s’adresser au souverain.

Au moment où l’on s’entretenait à Séville de ces événements, les
plaignants étaient déjà sur la route de Cordoue, suivis de près par
quelques renégats sévillans, qui, informés par Ibn-Ghâlib de ce qui
s’était passé, allaient plaider sa cause. A leur tête se trouvait un des
hommes les plus considérés de la ville; c’était Mohammed[298], dont
l’aïeul avait embrassé l’islamisme le premier de sa famille; son
bisaïeul s’appelait Angelino, et le nom de Beni-Angelino avait été
conservé à cette maison.

Quand les plaignants eurent été introduits auprès du sultan, un d’entre
eux prit la parole et porta plainte en ces termes: «Voici ce qui est
arrivé, émir. Nous passions paisiblement sur le grand chemin, lorsque
tout à coup Ibn-Ghâlib nous attaque. Nous cherchons à nous défendre, et
pendant cette action, un des nôtres tombe frappé à mort. Nous sommes
prêts à jurer que c’est ainsi que les choses se sont passées, et nous
exigeons par conséquent que vous punissiez ce traître, cet Ibn-Ghâlib.
Et permettez-nous, émir, d’ajouter à ce propos que ceux qui vous ont
engagé à accorder votre confiance à ce renégat, vous ont mal conseillé.
Prenez des informations sur les hommes qui servent sous lui; vous
apprendrez alors que ce sont des gens sans aveu, des repris de justice.
Cet homme vous trahit, soyez-en convaincu; pour le moment il fait encore
semblant de vous être fidèle; mais nous avons l’intime conviction qu’il
entretient des intelligences secrètes avec Ibn-Hafçoun, et qu’un beau
jour il lui livrera toute la province.»

Quand ils eurent fini de parler, Mohammed ibn-Angelino et ses compagnons
furent introduits à leur tour. «Voici de quelle manière la chose s’est
passée, émir, dit le patricien. Les Khaldoun et les Haddjâdj avaient
formé le projet de surprendre le château pendant la nuit; mais contre
leur attente, Ibn-Ghâlib se tenait sur ses gardes, et, voyant son
château attaqué, il opposa la force à la force. Ce n’est donc pas sa
faute, si un des assaillants a été tué; il ne faisait autre chose que se
défendre, il était dans son droit. Nous vous prions donc de ne pas
croire aux mensonges de ces Arabes turbulents. Ibn-Ghâlib mérite bien,
d’ailleurs, que vous soyez juste envers lui; c’est un de vos serviteurs
les plus fidèles et les plus dévoués, et il vous rend un grand service
en purgeant la contrée de bandits.»

Soit que le sultan jugeât réellement l’affaire douteuse, soit qu’il
craignît de mécontenter l’un des partis en donnant raison à l’autre, il
déclara que, voulant prendre de plus amples informations, il enverrait
son fils Mohammed à Séville, afin qu’il y examinât la cause.

Bientôt après ce jeune prince, l’héritier présomptif du trône, arriva à
Séville. Il y fit venir Ihn-Ghâlib et l’interrogea, de même que les
Haddjâdj; mais comme les deux partis continuaient à s’inculper
réciproquement et qu’il n’y avait pas de témoins impartiaux, le prince
ne savait à qui donner raison. Tandis qu’il hésitait encore, les
passions s’échauffaient de plus en plus, et l’effervescence qui régnait
parmi les patriciens se communiquait aussi au peuple. A la fin il
déclara que, ne considérant pas l’affaire comme suffisamment éclaircie,
il ne prononcerait que plus tard, mais que, pour le moment, il
permettait à Ibn-Ghâlib de retourner à son château.

Les renégats criaient victoire. Ils disaient que le prince donnait
évidemment raison à leur ami, et que s’il ne se déclarait pas
ouvertement, c’était qu’il ne voulait pas se brouiller avec les Arabes.
De leur côté, les Khaldoun et les Haddjâdj interprétaient la conduite du
prince de la même manière, et ils en étaient piqués jusqu’au vif. Bien
résolus à se venger et à lever l’étendard de la révolte, ils quittèrent
la ville, et tandis que Coraib faisait prendre les armes à ses
Hadhramites de l’Axarafe, le chef des Haddjâdj, Abdallâh, rassemblait
sous sa bannière les Lakhmites du Sened[299]. Ensuite ces deux chefs
arrêtèrent un plan de conduite. Ils convinrent entre eux de faire,
chacun de son côté, un coup de main. Abdallâh se rendrait maître de
Carmona, et le même jour Coraib ferait surprendre la forteresse de Coria
(sur la frontière orientale de l’Axarafe), après avoir fait enlever le
troupeau qui appartenait à un oncle du sultan et qui pâturait dans l’une
des deux îles que forme le Guadalquivir à son embouchure.

Coraib, qui était trop grand seigneur pour exécuter lui-même une
entreprise de ce genre, en confia l’exécution à son cousin Mahdî, un
débauché dont les déréglements scandalisaient tout Séville[300]. Mahdî
se rendit d’abord à la forteresse de Lebrija, vis-à-vis de l’île.
Solaimân, le seigneur de cette forteresse et l’allié de Coraib, l’y
attendait. Ensuite on aborda dans l’île. Deux cents vaches et une
centaine de chevaux y paissaient, gardés par un seul homme. Les Arabes
tuèrent ce malheureux, et, s’étant emparés des animaux, ils
s’acheminèrent vers Coria, surprirent cette forteresse et y mirent leur
butin en sûreté.

De son côté, Abdallâh ibn-Haddjâdj, secondé par le Berber-Bornos
Djonaid, attaqua Carmona à l’improviste et s’en rendit maître, après en
avoir chassé le gouverneur qui alla chercher un refuge à Séville.

La hardiesse des Arabes et la promptitude avec laquelle ils avaient
accompli leurs desseins, répandirent l’alarme dans la ville. Aussi le
prince Mohammed se pressa-t-il d’écrire à son père pour lui demander des
ordres et surtout des renforts.

Le sultan, quand il eut reçu la lettre de son fils, assembla son
conseil. Les opinions sur le parti à prendre y étaient partagées. Alors
un vizir pria le sultan de lui accorder un entretien secret. Ayant
obtenu sa demande, il lui conseilla de se raccommoder avec les Arabes en
faisant mettre à mort Ibn-Ghâlib. «Quand ce renégat, dit-il, aura cessé
de vivre, les Arabes se tiendront pour satisfaits; ils vous rendront
Carmona et Coria, restitueront à votre oncle ce qu’ils lui ont pris, et
rentreront dans l’obéissance.»

Sacrifier aux Arabes un serviteur loyal et se brouiller avec les
renégats, sans qu’on eût la certitude de gagner leurs adversaires,
c’était à coup sûr une politique, non-seulement perfide, mais
maladroite. Toutefois le sultan crut devoir se ranger à l’avis qu’on lui
donnait, et, ayant ordonné à son client Djad (à qui Sauwâr venait de
rendre la liberté) de marcher vers Carmona avec des troupes: «Tu
donneras raison, lui dit-il, aux accusateurs d’Ibn-Ghâlib, et tu le
feras mettre à mort; puis tu feras tout ce que tu pourras pour ramener
par la douceur les Arabes à l’obéissance, et tu ne les combattras que
quand tu auras épuisé tous les moyens de persuasion.»

Djad se mit en marche; mais quoique le but de son expédition fût tenu
secret, le bruit courait cependant que ce n’était pas aux Khaldoun, mais
à Ibn-Ghâlib qu’on en voulait. Aussi le renégat se tenait-il sur ses
gardes, et il s’était déjà mis sous la protection d’Ibn-Hafçoun,
lorsqu’il reçut une lettre de Djad. «Rassurez-vous, lui écrivait ce
général, le but de ma marche n’est nullement tel que vous semblez le
croire. J’ai l’intention de punir les Arabes qui se sont portés à de si
grands excès, et comme vous les haïssez, je crois pouvoir compter sur
votre coopération.» Ibn-Ghâlib se laissa tromper par cette lettre
perfide, et quand Djad fui arrivé près du château, il se joignit à lui
avec une partie de ses soldats. Alors Djad fit semblant d’aller assiéger
Carmona; mais arrivé devant cette ville, il fit parvenir en secret au
chef des Haddjâdj une autre lettre qui portait qu’il était prêt à faire
périr Ibn-Ghâlib, pourvu que, de son côté, Ibn-Haddjâdj rentrât dans
l’obéissance. Le marché fut bientôt conclu; Djad fit couper la tête à
Ibn-Ghâlib, et Ibn-Haddjâdj évacua Carmona.

Quand les renégats de Séville eurent appris la noire trahison dont leur
allié avait été la victime, toute leur fureur se tourna contre le
sultan. Ils tinrent conseil sur ce qu’il convenait de faire.
Quelques-uns proposèrent de venger le meurtre d’Ibn-Ghâlib sur Omaiya,
le frère de Djad et l’un des plus vaillants guerriers de l’époque, qui
était alors gouverneur de Séville. Cette proposition fut adoptée; mais
comme on ne pouvait rien faire à moins qu’on ne fut maître de la ville,
Ibn-Angelino prit sur lui d’aller parler au prince et de faire en sorte
que celui-ci en confiât la défense aux renégats. Puis les patriciens
résolurent de dépêcher des exprès à leurs alliés, les Arabes maäddites
de la province de Séville et les Berbers-Botr de Moron, pour les prier
de venir leur prêter main-forte.

Pendant que ces exprès étaient déjà en route, Ibn-Angelino, accompagné
de quelques-uns de ses amis, alla trouver le prince Mohammed. «Seigneur,
lui dit-il, il se peut que nous ayons été calomniés à la cour et accusés
d’un crime dont nous sommes innocents; il se peut qu’un projet funeste
ait été formé contre nous dans le conseil du sultan; il se peut enfin,
que Djad, ce traître infâme, nous attaque à l’improviste avec des forces
si nombreuses qu’il nous soit impossible de lui résister. Si vous voulez
donc nous sauver du péril qui nous menace et nous attacher à vous par
les liens de la gratitude, il faut nous confier les clefs de la ville et
le soin de veiller à sa défense, jusqu’au moment où les choses se seront
éclaircies. Ce n’est pas que nous nous méfions de vous; mais vous savez
vous-même que, quand les troupes seront entrées dans la ville, vous ne
serez pas en état de nous protéger.»

Bon gré mal gré, Mohammed, déjà brouillé avec les Arabes et ne pouvant
disposer que d’une chétive garnison, fut forcé d’accorder aux renégats
ce qu’ils lui demandaient.

Maîtres de la ville, les renégats attendirent la venue des Maäddites et
des Berbers-Botr. Ceux-ci arrivèrent dans la matinée du mardi 9
septembre de l’année 889[301]. Alors une foule compacte se rua sur le
palais d’Omaiya. L’insurrection fut si soudaine que le gouverneur n’eut
pas même le temps de mettre ses bottes. Il se jeta sur un cheval et
galopa, ventre à terre, vers le palais du prince. Désappointés, les
insurgés pillèrent son palais; puis ils se rendirent vers celui du
prince, qu’ils entourèrent en poussant des cris féroces. De minute en
minute, la foule se grossissait de boutiquiers, d’artisans, d’ouvriers.
Ne sachant que faire, le prince envoya en toute hâte des messagers à
Ibn-Angelino, à Ibn-Saharico et à d’autres patriciens, pour les conjurer
de venir concerter avec lui les moyens propres à faire cesser le
tumulte.

Ces patriciens, qui jusque-là s’étaient tenus à l’écart, délibérèrent
entre eux sur ce qu’ils feraient. Leur embarras était grand. Ils
craignaient de tomber dans un piége, s’ils se rendaient à l’invitation
du prince; mais ils savaient aussi que s’ils refusaient de le faire, ils
seraient accusés de connivence avec les émeutiers, et c’est ce qu’ils ne
voulaient pas non plus. Tout bien considéré, ils résolurent de se rendre
auprès du prince; mais ils prirent leurs précautions; ils revêtirent des
cuirasses sous leurs habits, et avant d’entrer dans le palais, ils
placèrent des Sévillans bien armés et des soldats de Moron près de la
porte. «Si nous ne sommes pas de retour au moment où le muëzzin
annoncera la prière de midi, leur dirent-ils, vous assaillirez le palais
et vous viendrez nous délivrer.» Cela dit, ils allèrent trouver le
prince, qui les accueillit de la manière la plus gracieuse. Mais tandis
qu’ils s’entretenaient encore avec lui, les hommes postés à la porte
perdirent patience, prirent du soupçon, et se mirent à enfoncer la
porte. Se précipitant d’abord dans les écuries, ils se rendirent maîtres
des chevaux et des mulets; puis ils coururent vers la porte du _facîl_
(avant-mur), qui se trouvait à l’autre bout de la cour, vis-à-vis de la
porte d’entrée; mais là ils trouvèrent une résistance à laquelle ils ne
s’attendaient nullement. Omaiya était là.

Dès que ce vaillant guerrier eut entendu les cris des insurgés dans les
écuries, il avait fait arrêter Ibn-Angelino et ses compagnons; puis il
avait posté ses propres serviteurs et ceux du prince sur la plate-forme
de la porte du _facîl_; il y avait fait apporter un amas de
projectiles, et quand les renégats et leurs alliés s’approchèrent de
cette porte, ils furent assaillis d’une grêle de traits, de pierres, de
meubles. Quoiqu’ils eussent l’avantage du nombre, leurs adversaires
avaient celui de la position. Excités par Omaiya, qui, la tête et la
poitrine ensanglantées par de nombreuses blessures, les animait par son
geste, son regard, son exemple, les défenseurs du palais étaient résolus
à vendre chèrement leur vie, et le désespoir semblait leur prêter des
forces surhumaines.

Le combat dura depuis midi jusqu’au coucher du soleil. La nuit venue,
les assaillants bivouaquèrent dans la cour, et le lendemain matin ils
recommencèrent l’attaque.

Que faisaient, pendant ce temps, les royalistes et tous ces amis de
l’ordre, qui auraient dû voler, ce semble, au secours du gouverneur?
Fidèles à leur devise: _chacun pour soi_, et subissant l’inévitable
ascendant qu’exerce sur la faiblesse une résolution vigoureuse, ils
attendaient, et, s’étant barricadés dans leurs hôtels, ils laissaient le
gouverneur se tirer d’affaire comme il le pourrait. Ils lui voulaient du
bien sans doute, tous leurs vœux étaient pour lui, mais risquer leur
vie pour le sauver, leur dévoûment n’allait pas jusque-là.

Ils avaient fait quelque chose pourtant. Aussitôt que le tumulte avait
commencé, ils avaient envoyé un courrier à Djad pour le prévenir du
péril où se trouvaient son frère et le prince. Il est vrai que cela ne
leur coûtait pas beaucoup, et il s’agissait de savoir, d’abord si Djad
arriverait à temps, ensuite, s’il réussirait à dompter l’insurrection.

A peine informé de ce qui se passait à Séville, Djad s’était mis en
route avec autant de cavaliers qu’il avait pu en rassembler à la hâte.
Dans la matinée du 10 septembre, le combat ayant recommencé dans la cour
du palais, il arrive du côté du midi. Un poste de renégats veut lui
barrer le passage: il lui passe sur le corps. Il pénètre dans le
faubourg où demeurait le Coraichite Abdallâh ibn-Achath. Ce royaliste
lui apprend en peu de mots où les choses en sont. «Au galop et ventre à
terre!» crie le général. L’épée au poing, il fond sur la multitude. Les
Sévillans soutiennent fermement le choc. Le cheval de Djad s’abat frappé
à mort; ses cavaliers reculent. Il tâche de les ramener à la charge,
appelle chacun par son nom, les conjure de tenir ferme. Les plus
vaillants se rallient, reviennent à la charge, et s’attaquent de
préférence aux chefs. Le général lui-même se précipite sur un des plus
braves Sévillans et le tue. Le désordre se met dans la multitude. On
recule, on se heurte, on se presse. Les cavaliers redoublent de vigueur,
et bientôt les Sévillans fuient de tous côtés.

Au comble de la joie, Djad s’élance dans le palais, serre son frère sur
son cœur, et baise respectueusement la main du prince. «Dieu soit
loué, s’écrie-t-il, j’ai pu vous sauver encore.--Il en était temps, lui
répond son frère, une demi-heure plus tard et nous étions perdus.--Oui,
ajoute le prince, tous nous n’attendions que la mort. Mais ne songeons à
présent qu’à la vengeance! Que l’on punisse ces rebelles en mettant
leurs maisons à sac; que l’on tire Ibn-Angelino et ses complices de la
prison, que le bourreau leur coupe la tête, et que leurs biens soient
confisqués!»

Pendant que ces infortunés marchaient à l’échafaud, Séville présentait
un horrible spectacle. Altérés de la soif du carnage et avides de butin,
les cavaliers de Djad massacraient les fuyards et pillaient leurs
demeures. Heureusement pour les renégats, il existait entre eux et les
clients omaiyades de Séville ce qu’on appelait une alliance de
voisinage. En considération de cette alliance, ces clients demandèrent
et obtinrent la grâce de leurs concitoyens, et peu de temps après, le
sultan lui-même accorda une amnistie générale. Ce n’était qu’un répit;
les renégats touchaient au moment de leur ruine entière.

Quand le prince Mohammed fut retourné à Cordoue avec Djad et ses
troupes, des messagers d’Ibn-Hafçoun (qui était alors en paix avec le
sultan) y arrivèrent pour demander la tête de Djad, puisque ce général
avait fait périr Ibn-Ghâlib, l’allié de leur maître.

La puissance d’Ibn-Hafçoun et la crainte qu’il inspirait au sultan
étaient alors si grandes, que Djad, bien qu’il n’eût fait que ce que son
souverain lui avait ordonné, craignit non sans raison d’être sacrifié au
chef des renégats. Ne voyant, pour se soustraire au péril qui le
menaçait, d’autre moyen qu’une prompte fuite, il quitta la capitale
nuitamment et secrètement, afin d’aller chercher un refuge auprès de son
frère, le gouverneur de Séville. Il était accompagné de ses deux frères,
Hâchim et Abd-al-ghâfir, de quelques-uns de ses amis, parmi lesquels se
trouvaient deux Coraichites, de ses pages et de ses esclaves. Longeant
le Guadalquivir qu’ils avaient à gauche, ces cavaliers arrivèrent, à la
pointe du jour, près du château de Siete Filla. Ils demandèrent et
obtinrent la permission de s’y arrêter quelques instants pour se reposer
et se rafraîchir. Malheureusement pour eux, la bande du Berber
Tamâchecca rôdait alors dans les alentours, et les frères d’Ibn-Ghâlib,
qui servaient dans cette bande, avaient remarqué l’arrivée des cavaliers
au château. Ils avaient reconnu Djad, et, brûlant du désir de venger sur
lui le meurtre de leur frère, ils avertirent leur chef et lui dirent
qu’il pourrait facilement s’emparer des montures que ces cavaliers
avaient laissées en dehors du château. Tamâchecca et ses brigands se
mirent aussitôt en route, et ils avaient déjà mis la main sur les
chevaux, lorsque Djad et ses amis, attirés par les cris de leurs
esclaves, fondirent sur eux l’épée au poing. Loin de lâcher pied, les
brigands se défendirent vigoureusement, et comme ils avaient la
supériorité du nombre, ils tuèrent Djad, ses deux frères et un
Coraichite.

Cet événement eut des suites funestes pour les Espagnols de Séville.
C’était sur eux qu’Omaiya, dans l’impuissance où il était de punir les
vrais coupables, voulait venger la mort de ses trois frères. Il les
livra donc aux Khaldoun et aux Haddjâdj, qu’il avait déjà rappelés dans
la ville, et auxquels il donna un plein pouvoir pour piller et
exterminer les Espagnols, musulmans ou chrétiens, partout où ils les
trouveraient, à Séville, à Carmona, dans les campagnes. Un horrible
massacre commença alors. Dans leur aveugle fureur, les Yéménites
égorgèrent les Espagnols par milliers. Les rues ruisselaient de sang.
Ceux qui se jetèrent à la nage dans le Guadalquivir pour échapper au
sabre, périrent presque tous dans les flots. Bien peu d’Espagnols
survécurent à cette terrible catastrophe. Naguère opulents, ils étaient
maintenant plongés dans la misère.

Les Yéménites gardèrent longtemps le souvenir de cette sanglante
journée; chez eux, la rancune survécut à la ruine de leurs adversaires.
Dans les manoirs seigneuriaux ou dans les villages de l’Axarafe et du
Sened, les improvisateurs, aux veillées du soir, prenaient maintefois
pour thème de leurs chants le sombre drame que nous venons de raconter,
et alors les Yéménites, le regard enflammé d’une haine sombre et
farouche, ne se lassaient pas de prêter l’oreille à des vers tels que
ceux-ci:

     Le sabre au poing, nous avons exterminé ces fils d’esclaves. Vingt
     mille de leurs cadavres jonchaient le sol; les grosses ondes du
     fleuve en emportaient d’autres.

     Leur nombre était prodigieux autrefois;--nous l’avons rendu minime.

     Nous, fils de Cahtân, nous comptons parmi nos ancêtres les princes
     qui régnaient jadis dans le Yémen: eux, ces esclaves, ils n’ont que
     des esclaves pour aïeux.

     Ces infâmes, ces chiens! Dans leur folle audace ils osaient venir
     braver les lions dans leur antre!...

     Nous nous sommes enrichis de leurs dépouilles, et nous les avons
     précipités dans les flammes éternelles, où ils sont allés rejoindre
     les Thémoudites[302].



XIV.


Ce ne fut pas le sultan qui profita de la ruine des renégats de Séville,
mais l’aristocratie arabe. Désormais les Khaldoun et les Haddjâdj
étaient les maîtres de la province; le parti royaliste était trop faible
et surtout trop lâche pour leur disputer le pouvoir, il ne le tenta même
pas. Omaiya seul essaya encore de leur tenir tête. Il fit tout son
possible pour semer la discorde entre le Berber Djonaid et Abdallâh
ibn-Haddjâdj, qui avaient partagé Carmona entre eux; il tâcha de
brouiller Coraib avec son propre parti et de le gagner par les promesses
les plus brillantes; il prit même des mesures pour se débarrasser par un
seul coup de tous ces turbulents Yéménites. Rien ne lui réussit. Il est
vrai qu’il fit assassiner Abdallâh par Djonaid; mais au lieu d’y gagner,
il y perdit, car après la mort d’Abdallâh, les Haddjâdj élurent pour
leur chef son frère Ibrâhîm, un homme de grands talents, qui devint bien
plus redoutable qu’Abdallâh ne l’avait été. Coraib, bien qu’il feignît
de prêter l’oreille aux propositions qu’on lui faisait, était trop rusé
pour se laisser tromper, et le grand projet qu’Omaiya avait formé pour
exterminer les Yéménites échoua complétement. Il avait ordonné à cet
effet d’entourer d’une muraille cette partie de la ville qui comprenait
le palais et la grande mosquée, et il avait annoncé que cette enceinte
serait réservée exclusivement à la garnison. Les Arabes comprirent qu’un
beau jour, quand ils entreraient dans la mosquée ou qu’ils en
sortiraient, ils seraient égorgés par les satellites du gouverneur. Ils
firent des remontrances. Omaiya n’en tint compte. Alors ils eurent
recours à la force et empêchèrent les maçons de continuer leurs travaux.
Omaiya comprima les séditieux et les contraignit à lui livrer des otages
qui répondraient sur leur tête de la soumission de leurs parents. Il
n’en fut pas plus avancé pour cela. Les Yéménites savaient que la peur
d’attirer une terrible vendetta sur lui-même et sur sa famille
l’empêcherait de faire périr ses otages, et un jour, la plupart des
soldats étant sortis pour chercher des vivres, ils assaillirent le
palais. Omaiya monta en toute hâte sur la plate-forme avec le peu de
soldats qui lui restaient, fit jeter des projectiles sur les
assaillants, et fit placer les otages en évidence en menaçant de leur
faire couper la tête. Les révoltés se moquèrent de lui. Ils lui dirent
que, toutes les provinces ayant secoué le joug du sultan, il était tout
naturel qu’ils ne voulussent pas que la leur restât en arrière. Nous
sommes fort traitables au reste, ajoutèrent-ils avec une amère ironie;
nous nous engageons à être des sujets modèles aussitôt qu’une seule des
provinces insurgées sera rentrée dans la sujétion.» Quant à Omaiya
lui-même, il ne lui restait, disaient-ils, qu’un parti à prendre, celui
de s’en aller; s’il pouvait se résoudre à le faire, ils ne lui feraient
point de mal.

Malgré qu’il en eût, Omaiya plia aux circonstances son caractère
orgueilleux et opiniâtre. Il promit de quitter la ville, à condition que
les révoltés jureraient de ne pas attenter à sa vie. Alors Coraib,
Ibrahim et trois autres chefs montèrent sur la terrasse de la porte
orientale de la mosquée, et là chacun d’eux jura cinquante fois de ne
faire aucun mal à Omaiya et de le conduire en un endroit où il serait en
sûreté. Cela fait, Omaiya, qui, de la plate-forme où il se trouvait,
avait pu les voir et les entendre, leur rendit leurs otages. Mais il ne
se hâta pas de partir; honteux de sa faiblesse et croyant le péril
passé, il tâcha au contraire de ressaisir le pouvoir. Les Arabes ne s’en
aperçurent pas plutôt qu’ils recommencèrent les hostilités. Ne voulant
pas céder pour la seconde fois, Omaiya prit une résolution désespérée.
Il fit mourir ses femmes, couper les jarrets à ses chevaux et brûler
tout ce qu’il possédait de précieux; puis il sortit du palais, se
précipita sur ses ennemis, et combattit sans reculer jusqu’à ce qu’il
succombât.

Désormais tout-puissants, mais jugeant que le moment de secouer tout à
fait l’autorité du souverain n’était pas encore venu, les Yéménites lui
écrivirent qu’ils avaient tué Omaiya parce qu’il avait manifesté
l’intention de se révolter. Ne pouvant les punir, le sultan agréa leurs
singulières explications et leur envoya un autre gouverneur. Ce pauvre
homme ne fut qu’un mannequin dont Coraib et Ibrâhîm tenaient les fils.
Il se laissait manier comme de la cire, et néanmoins ses tyrans le
tourmentaient et le vexaient de toutes les manières. Leur lésine
s’exerçait sur les moindres objets de sa dépense; à peine lui
donnaient-ils sa ration de pain et de viande. Croyant bien à tort qu’il
y gagnerait quelque chose, le sultan remplaça ce gouverneur par un
autre, et envoya en même temps son oncle Hichâm à Séville. Mais il n’y
envoya pas d’armée, et le pouvoir des Yéménites resta aussi illimité
qu’il l’avait été jusque-là. Le gouverneur et Hichâm ne l’éprouvèrent
que trop. Ce dernier avait un fils nommé Motarrif. Ce jeune débauché
avait une intrigue avec une maîtresse de Mahdî. L’ayant appris, Mahdî
guetta son rival pendant la nuit et le poignarda. Quand Hichâm eut reçu
cette triste nouvelle, il attendit jusqu’au lever du soleil pour se
rendre à l’endroit où gisait le cadavre de son fils, tant il craignait
d’être poignardé lui-même s’il sortait de son palais pendant
l’obscurité. Quant à punir le meurtrier, il n’en fut pas même question.
Quelque temps après, les Khaldoun interceptèrent une lettre que le
gouverneur avait envoyée au sultan pour l’exciter à venger le meurtre de
Motarrif et à mettre un terme à l’anarchie. Ils lui montrèrent cette
lettre, l’accablèrent de reproches et de menaces, et, pour comble
d’ignominie, ils le mirent aux arrêts pour quelques jours[303].

Telle était la situation de Séville dans l’année 891, la quatrième du
règne d’Abdallâh. A cette époque presque tout le reste de l’Espagne
musulmane s’était affranchi de la sujétion; chaque seigneur arabe,
berber ou espagnol, s’était approprié sa part de l’héritage des
Omaiyades. Celle des Arabes avait été la plus petite. Ils n’étaient
puissants qu’à Séville; partout ailleurs ils avaient beaucoup de peine à
se maintenir contre les deux autres races. Plusieurs d’entre eux, tels
qu’Ibn-Attâf, seigneur de Mentesa, Ibn-Salîm, seigneur de
Medina-Beni-Salîm dans le district de Sidona, Ibn-Waddhâh, seigneur de
Lorca, et al-Ancar, gouverneur de Saragosse, n’exécutaient les ordres du
sultan que quand cela leur convenait; mais ils n’avaient pas rompu
ouvertement avec lui; ayant la conscience de leur faiblesse, ils
s’étaient ménagé la possibilité d’une réconciliation.

Les Berbers, qui étaient retournés à leur gouvernement primitif, celui
des chefs de tribu, étaient plus puissants et plus intraitables.
Mallâhî, un simple soldat, s’était emparé de la citadelle de Jaën. Dans
le district d’Elvira les deux frères Khalîl et Saîd, qui appartenaient à
une famille fort ancienne, possédaient deux châteaux. Les provinces qui
portent à présent le nom d’Estramadure et d’Alentejo, étaient presque
entièrement au pouvoir des Berbers. Les Beni-Ferânic régnaient sur la
tribu de Nafza, établie aux environs de Truxillo[304]. Un autre Berber,
Ibn-Tâkît, de la tribu de Maçmouda, qui s’était déjà soulevé dans
l’Estramadure sous le règne de Mohammed, et qui s’était emparé de
Mérida, d’où il avait chassé les Arabes et les Berbers de la tribu de
Ketâma, était presque constamment en guerre contre Ibn-Merwân, le
seigneur de Badajoz, auquel il ne pardonnait pas d’avoir aidé les
troupes du sultan lorsqu’elles assiégeaient Mérida[305]. Mais la plus
puissante famille parmi les Berbers était celle des Beni-Dhou-’n-noun.
Mousâ en était le chef, un abominable pillard, un grand scélérat.
Toujours debout et toujours à l’œuvre, il promenait partout l’épée et
la torche. Ses trois fils lui ressemblaient par la vigueur physique et
la brutalité des mœurs. C’étaient Yahyâ, le plus perfide et le plus
cruel de sa race, Fath, le seigneur d’Uclès, et Motarrif, le seigneur
d’Huete, qui était un peu moins méchant que ses frères. Chacun d’eux
avait sa bande avec laquelle il pillait et massacrait partout.

Plus puissants encore que les Berbers, les renégats étaient aussi plus
humains; plusieurs de leurs chefs étaient amis de l’ordre et de la
civilisation; mais le caractère de cette civilisation était entièrement
arabe; tout en combattant contre les conquérants, on reconnaissait
cependant leur supériorité intellectuelle. Dans la province d’Ocsonoba
(qu’on nomme aujourd’hui Algarve et qui est la plus méridionale du
royaume de Portugal) régnait Becr, l’arrière-petit-fils d’un chrétien
qui s’appelait Zadulpho. Son père Yahyâ s’était déclaré indépendant vers
la fin du règne de Mohammed. D’abord il s’était rendu maître de
Santa-Maria, ensuite de toute la province. Becr lui-même, qui résidait à
Silves, déployait une pompe toute royale. Il avait un conseil, une
chancellerie, des troupes nombreuses, bien armées et accoutumées à la
discipline. On admirait les savantes fortifications de Santa-Maria, ses
magnifiques portes de fer et sa superbe église[306], qui ne le cédait en
réputation qu’à celle dite _du Corbeau_, un fameux pèlerinage[307]. Loin
de considérer les voyageurs et les marchands comme sa proie, Becr avait
au contraire prescrit à ses sujets de les protéger et de leur donner
l’hospitalité. Ses ordres avaient été exécutés: dans la province
d’Ocsonoba, disait-on, le voyageur trouve partout des amis, des parents.
Fort des alliances qu’il avait contractées avec Ibn-Hafçoun, avec
Ibn-Merwân de Badajoz et avec d’autres chefs de sa race, Becr était
cependant pacifique. Le sultan lui ayant offert de le reconnaître comme
gouverneur de la province, il avait accepté cette offre, qui au fond ne
l’engageait à rien. Son voisin et son allié au nord était Abdalmélie
ibn-abî-’l-Djawâd, qui comptait Béja et Mertola parmi ses villes
principales. Plus à l’est, dans les montagnes de Priégo, régnait le
vaillant Ibn-Mastana, l’allié le plus actif d’Ibn-Hafçoun. Ses nombreux
châteaux, parmi lesquels se trouvait Carcaboulia (aujourd’hui Carabuey),
passaient pour imprenables. Les seigneurs de la province de Jaën étaient
tous alliés ou vassaux d’Ibn-Hafçoun. C’étaient Khair ibn-Châkir, le
seigneur de Jodar, qui, peu de temps avant l’époque dont nous parlons,
avait combattu Sauwâr, le chef des Arabes d’Elvira, et lui avait enlevé
un grand nombre de châteaux; Saîd ibn-Hodhail, le seigneur de Monteléon;
les Beni-Hâbil, quatre frères qui possédaient plusieurs forteresses
telles que la Marguérite et San Estevan, et Ibn-Châlia, qui possédait
entre autres châteaux, celui d’Ibn-Omar et celui de Cazlona. Ce dernier,
qui avait amassé des richesses immenses, récompensait généreusement les
poètes et vivait somptueusement. «Les palais de notre prince, disait le
poète Obaidîs, son secrétaire, qui avait quitté la cour du sultan pour
aller se mettre au service de ce seigneur[308], les palais de notre
prince sont bâtis sur le modèle de ceux du paradis céleste et l’on y
goûte toutes les délices. On y voit des salles qui ne reposent pas sur
des piliers, des salles dont le marbre est bordé d’or.» Un autre chef,
Daisani ibn-Ishâc, seigneur de Murcie, de Lorca et de presque toute la
province de Todmir, aimait aussi la poésie, et il disposait d’une armée
dans laquelle on comptait cinq mille cavaliers[309]. Par sa générosité
et sa douceur il s’était concilié l’amour de tous ses sujets[310].

Mais l’adversaire le plus redoutable du sultan était toujours
Ibn-Hafçoun, et dans les deux dernières années il avait obtenu de grands
avantages. Le sultan, il est vrai, s’était mis en marche, dans le
printemps de 889, pour aller l’attaquer dans Bobastro. Chemin faisant il
avait pris quelques bicoques et ravagé quelques champs de blé; mais
cette promenade militaire, qui avait duré quarante jours, était demeurée
sans résultat sérieux, et le sultan à peine de retour à Cordoue,
Ibn-Hafçoun prit Estepa et Ossuna, et alors les habitants d’Ecija se
hâtèrent de le reconnaître pour leur souverain en le priant de venir
dans leur ville avec ses troupes. «Ecija est une ville maudite où
règnent l’iniquité et l’infamie, disait-on à Cordoue; les bons l’ont
quittée et les méchants seuls y sont restés[311].» Effrayé des rapides
succès de son adversaire, le sultan avait déjà fait marcher contre lui
toutes les troupes dont il pouvait disposer, lorsqu’Ibn-Hafçoun, content
des avantages qu’il avait remportés et croyant qu’il était bon de
temporiser encore, lui proposa un accommodement. Il lui promit de le
laisser en paix à la condition qu’il lui conférerait de nouveau le
gouvernement du pays qu’il possédait. Trop heureux d’en être quitte à si
bon marché, le sultan consentit à cette demande[312].

Mais Ibn-Hafçoun entendait la paix à sa manière. Peu de temps après
l’avoir conclue, il attaqua le Berber-Bornos Abou-Harb, un des plus
fidèles serviteurs du sultan, qui résidait dans une forteresse de la
province d’Algéziras. Abou-Harb ayant été tué dans un combat, ses
soldats capitulèrent et livrèrent leur forteresse au renégat.

Le sultan n’avait donc pas trop à se louer des dispositions pacifiques
qu’affichait Ibn-Hafçoun; mais d’un autre côté, les plus fongueux parmi
les partisans de ce dernier se plaignaient de ce qu’ils appelaient sa
faiblesse et son inaction. Ils n’y trouvaient pas leur compte; pour
pouvoir subsister il leur fallait absolument des razzias et du butin.
Aussi l’un d’entre eux, Ibn-Mastana, plutôt que de rester oisif, aima
mieux encore conclure une alliance avec les Arabes de son voisinage, qui
venaient de se fortifier dans Cala-Yahcib (Alcala la Real), et prendre
part aux expéditions qu’ils faisaient pour piller les honnêtes gens qui
ne s’étaient pas révoltés. Ceux-ci implorèrent le secours du sultan.
Fort embarrassé, car il ne pouvait abandonner ses fidèles sujets à leur
sort et cependant il n’avait pas assez de soldats à leur envoyer,
Abdallâh prit le parti d’écrire à Ibn-Hafçoun pour le prier de vouloir
bien se joindre avec ses troupes à celles qu’il enverrait contre
Ibn-Mastana et ses alliés arabes. Ibn-Hafçoun, qui avait son plan, à
lui, et qui était un peu inquiet de l’alliance qu’Ibn-Mastana venait de
conclure avec les ennemis de sa race, accéda à la demande du sultan avec
beaucoup plus d’empressement que celui-ci n’avait osé l’espérer; mais
quand il se fut réuni au corps du général omaiyade Ibrâhîm ibn-Khamîr,
il fit parvenir secrètement à Ibn-Mastana une lettre dans laquelle il
lui reprochait son alliance avec les Arabes. «Toutefois, ajoutait-il, je
compte sur vous comme sur un fidèle champion de la cause nationale. Pour
le moment vous n’avez rien d’autre chose à faire que de persévérer dans
la rébellion. Ne craignez rien; l’armée dans laquelle je me trouve ne
vous fera point de mal.» En s’attribuant ainsi une puissance illimitée
sur l’armée, Ibn-Hafçoun n’exagérait rien. Il avait si bien éclipsé le
général omaiyade, qu’il traitait les soldats du sultan comme il
l’entendait; il les mettait aux arrêts sous différents prétextes; il
leur ôtait leurs chevaux pour les donner à ses propres soldats, et quand
Ibrâhîm ibn-Khamîr lui faisait des objections, il savait toujours les
réfuter de la manière la plus plausible. Sa marche à travers le pays
ennemi ne fut donc qu’une promenade militaire, comme il l’avait promis à
Ibn-Mastana; mais il profita de l’occasion pour nouer des intelligences
avec tous les Espagnols qui se trouvaient sur son passage, et pour aller
secourir les habitants d’Elvira, qui venaient de perdre contre Sauwâr la
bataille dite _de la ville_. Ainsi que nous l’avons déjà dit
précédemment, il fut moins heureux qu’à l’ordinaire dans cette
expédition; mais le léger échec qu’il venait de subir ne le découragea
nullement. Fortifié par les alliances qu’il venait de conclure et
s’étant aperçu peut-être que ses partisans s’impatientaient de ses
temporisations et de sa conduite ambiguë, il crut que le moment de
quitter le masque était venu, et, après avoir fait jeter en prison
Ibrahim ibn-Khamîr et plusieurs autres officiers de l’armée omaiyade, il
déclara au sultan qu’il avait rompu avec lui[313].

A peine eut-il fait cette déclaration qu’il trouva des alliés fort
utiles dans les chrétiens de Cordoue. Ceux-ci n’étaient plus au temps où
ils ne trouvaient, pour témoigner leur haine des conquérants et leur
zèle religieux, d’autre moyen que celui de se livrer au martyre. Au
milieu du bouleversement général, ils croyaient pouvoir contribuer, les
armes à la main, à l’affranchissement de leur patrie. Ceux-là même qui,
quelque temps auparavant, avaient été les instruments des Omaiyades,
étaient à présent leurs ennemis les plus acharnés. De ce nombre était le
comte Servando. Fils d’un serf de l’Eglise, il ne reculait auparavant
devant aucune bassesse pour se rendre agréable au monarque. Sachant que
pour arriver à ce but le meilleur moyen était de remplir le fisc, il
écrasait d’impôts ses coreligionnaires, et les forçait ainsi à abjurer
leur foi. Non content de tuer les vivants, dit un contemporain, il ne
respectait pas même les morts, car afin d’augmenter la haine que les
musulmans portaient aux chrétiens, il faisait exhumer les corps des
martyrs de dessous les autels et les montrait aux ministres du sultan,
en se plaignant de l’audace des fanatiques qui avaient osé donner une
sépulture aussi honorable à des victimes de la justice musulmane. Dans
ce temps-là les chrétiens le détestaient plus que qui que ce fût. Les
prêtres épuisaient le vocabulaire pour y trouver des termes injurieux et
les lui appliquer. Ils le nommaient insensé, insolent, orgueilleux,
arrogant, avare, rapace, cruel, opiniâtre, présomptueux; ils disaient
qu’il avait l’audace de s’opposer à la volonté de l’Eternel et qu’il
était un fils du démon. Ils avaient d’excellentes raisons pour le haïr
comme ils le faisaient. Servando ayant imposé toutes les églises de la
capitale, celles-ci ne pouvaient plus salarier elles-mêmes leurs
prêtres; elles devaient accepter comme tels les hommes peureux et
rampants qu’il plaisait à Servando de leur donner et qui étaient payés
par l’Etat. En outre, il était l’ennemi mortel des soi-disant martyrs et
de leurs protecteurs, auxquels il tendait des piéges avec une adresse et
une ruse vraiment diaboliques. Une fois il avait accusé l’abbé Samson et
l’évêque de Cordoue, Valentius, d’avoir excité un de leurs disciples à
blasphémer Mahomet, et à cette occasion il avait dit au sultan: «Que
votre altesse fasse venir Valentius et Samson, et qu’on leur demande
s’ils pensent que ce blasphémateur a dit la vérité. S’ils répondent que
oui, ils devront être punis eux-mêmes comme blasphémateurs; si au
contraire la crainte leur fait dire qu’il a menti, qu’alors votre
altesse leur fasse donner des poignards et qu’elle leur ordonne de tuer
cet homme. S’ils refusent de le faire, vous aurez obtenu la preuve que
cet homme a été leur instrument. Qu’à mon tour on me donne alors une
épée, et je les tuerai tous les trois[314].» Mais une vingtaine
d’années s’étaient écoulées depuis qu’il avait parlé de cette manière.
Les temps étaient bien changés depuis lors, et les hommes de la trempe
de Servando changent avec eux. Doué d’une grande prévoyance, il s’était
pris tout à coup d’une haine violente pour le sultan, qui tombait du
trône, et d’une vive sympathie pour le chef du parti national, qui
croyait y monter. Alors il se mit à caresser ses coreligionnaires qu’il
avait persécutés autrefois, complota avec eux et fit tout son possible
pour exciter une sédition. La cour découvrit quelque chose de ses
projets et fit arrêter son frère; mais averti à temps, lui-même put
encore se sauver avec ses autres complices. Une fois hors de la
capitale, il était en sûreté, car le pouvoir du sultan ne s’étendait pas
au delà. N’ayant donc plus rien à craindre, il forma le projet d’occuper
l’importante forteresse de Polei (aujourd’hui Aguilar), à une journée au
sud de Cordoue[315]. Comme elle n’était pas mieux gardée que les autres
forteresses du sultan, il réussit dans son entreprise. Puis, s’étant
installé dans Polei, il fit proposer une alliance à Ibn-Hafçoun.
Celui-ci accepta joyeusement son offre, lui envoya quelques escadrons et
lui recommanda de faire sans cesse des razzias dans la campagne de
Cordoue. Nul n’aurait pu les diriger mieux que Servando, qui connaissait
à merveille toute cette contrée, et qui, les auteurs arabes en
conviennent, était un chevalier intrépide. La nuit venue il sortait du
château; à la pointe du jour il y rentrait, et alors des moissons
détruites, des villages incendiés, des cadavres qui gisaient sur le sol,
indiquaient la route qu’il avait prise. Lui-même fut tué dans une
rencontre; mais ses compagnons poursuivirent l’œuvre sanglante qu’il
avait commencée[316].

Ibn-Hafçoun, qui venait de prendre Baëna[317], était maintenant en
possession des forteresses les plus importantes qui se trouvaient au sud
du Guadalquivir. Presque toute l’Andalousie lui obéissait; le sultan en
était si bien convaincu qu’il ne décorait plus personne du vain titre de
gouverneur d’Elvira ou de Jaën[318]. Fier de sa puissance actuelle, le
chef des renégats voulut aussi la rendre durable. Cordoue, il s’en
tenait convaincu, tomberait bientôt entre ses mains, et alors il serait
le maître de l’Espagne; mais il sentait que s’il restait ce qu’il avait
été jusque-là, il aurait encore à lutter contre les Arabes, qui bien
certainement ne se soumettraient pas à son autorité s’il se présentait à
eux sous le titre de chef des Espagnols. Obtenir un autre titre du
calife de Bagdad, être nommé par lui gouverneur de l’Espagne, telle
était son ambition, tel était son projet. Son propre pouvoir n’en
souffrirait aucunement; les califes n’exerçaient plus qu’une autorité
nominale sur les provinces éloignées du centre de leur empire; et si le
calife consentait à lui envoyer un diplôme de gouverneur, il pouvait
espérer que les Arabes ne refuseraient plus de lui obéir, car alors il
ne serait plus pour eux un Espagnol, mais le représentant d’une dynastie
qu’ils respectaient comme la première de toutes.

Son projet arrêté, il ouvrit une négociation avec Ibn-Aghlab, le
gouverneur de l’Afrique pour le calife de Bagdad, et, pour le gagner, il
lui fit offrir en même temps des présents magnifiques. Ibn-Aghlab reçut
fort bien ses ouvertures, lui envoya à son tour des présents,
l’encouragea à persister dans son projet, et lui promit de faire en
sorte que le calife lui envoyât le diplôme qu’il sollicitait[319].

Attendant donc le moment où il arborerait le drapeau abbâside,
Ibn-Hafçoun se rapprocha de Cordoue et établit son quartier général à
Ecija[320]. De là il se rendait de temps en temps à Polei pour presser
l’achèvement des fortifications qu’il avait ordonné d’y faire et qui
devaient le rendre inexpugnable, pour amener des renforts aux soldats de
la garnison, pour stimuler leur courage s’il en était besoin[321].
Encore quelques mois, quelques jours peut-être, et il entrerait en
vainqueur dans la capitale.

Elle était en proie à une morne tristesse. Sans être assiégée encore,
elle souffrait déjà tous les maux d’un siège. «Cordoue, disent les
historiens arabes, était dans la position d’une ville frontière qui est
exposée à tout instant aux attaques de l’ennemi.» A différentes
reprises, les habitants furent réveillés en sursaut, au milieu de la
nuit, par les cris de détresse que poussaient les malheureux paysans de
l’autre côté de la rivière, alors que les cavaliers de Polei leur
mettaient le sabre sur la gorge[322]. Une fois un de ces cavaliers
poussa l’audace jusqu’à s’avancer sur le pont, et alors il lança son
javelot contre la statue qui se trouvait au-dessus de la porte[323].
«L’Etat est menacé d’une entière dissolution, écrivait un contemporain;
les calamités se succèdent sans relâche; l’on vole et l’on pille; nos
femmes et nos enfants sont traînés en esclavage[324].» Tout le monde se
plaignait de l’inaction du sultan, de sa faiblesse et de sa
lâcheté[325]. Les soldats murmuraient parce qu’on ne les payait pas.
Les provinces ayant cessé d’envoyer leurs contributions, le trésor était
tout à fait à sec. Le sultan avait bien fait des emprunts, mais il
employait le peu d’argent qu’il avait ramassé de cette manière à payer
les Arabes dans les provinces qui tenaient encore pour lui[326]. Les
marchés déserts n’attestaient que trop l’anéantissement du commerce. Le
pain était devenu d’un prix exorbitant[327]. Personne ne croyait plus à
l’avenir; le découragement s’était glissé dans tous les cœurs.
«Bientôt, écrivait le contemporain que nous avons déjà cité, bientôt le
vilain sera puissant, et le noble rampera dans l’abjection!» On se
rappelait avec effroi que les Omaiyades avaient perdu leur palladium, le
drapeau d’Abdérame Ier. Les faquis, qui regardaient toutes les
calamités publiques comme un châtiment de Dieu et qui appelaient
Ibn-Hafçoun le fléau de la colère céleste[328], troublaient la ville de
leurs prédictions lamentables. «Malheur à toi, ô Cordoue, disaient-ils,
malheur à toi, vile courtisane, cloaque d’impureté et de dissolution,
demeure de calamités et d’angoisses, à toi qui n’as point d’amis, point
d’alliés! Lorsque le capitaine au grand nez et à la physionomie
sinistre, lui dont l’avant-garde se compose de musulmans et
l’arrière-garde de polythéistes[329], arrivera devant tes portes, alors
ta funeste destinée s’accomplira. Tes habitants iront chercher un asile
dans Carmona, mais ce sera un asile maudit[330]!» Dans les chaires on
fulminait contre l’hôtel de l’iniquité, comme on appelait le palais; on
y annonçait avec une grande précision le temps où Cordoue tomberait au
pouvoir des mécréants. «Infâme Cordoue, disait un prédicateur, Allah t’a
prise en haine depuis que tu es devenue le rendez-vous des étrangers,
des malfaiteurs et des prostituées; il te fera éprouver sa terrible
colère!... Vous voyez, mes auditeurs, que la guerre civile ravage toute
l’Andalousie. Songez donc à autre chose qu’aux vanités mondaines!... Le
coup mortel viendra de ce côté-là où vous voyez les deux montagnes, la
montagne brune et la montagne noire.... Le commencement sera dans le
mois suivant, celui de Ramadhân; puis il y aura encore un mois, puis
encore un autre, et alors il y aura une grande catastrophe sur la grande
place de l’hôtel de l’iniquité. Gardez bien alors vos femmes et vos
enfants, ô habitants de Cordoue! Faites en sorte que personne de ceux
qui vous sont chers ne se trouve dans le voisinage de la place de
l’hôtel de l’iniquité ou dans celui de la grande mosquée, car ce
jour-là on n’épargnera ni les enfants ni les femmes. Cette catastrophe
aura lieu un vendredi, entre midi et quatre heures, et elle durera
jusqu’au coucher du soleil. L’endroit le plus sûr sera alors la colline
d’Abou-Abda, là où se trouvait autrefois l’église[331]....»

Le sultan était peut-être le plus découragé de tous. Son trône, ce trône
si ardemment convoité et qu’il ne devait qu’à un fratricide, était
devenu pour lui un lit d’épines. Il était à bout de moyens. Il avait
essayé d’une politique qu’il croyait sensée et habile, et il y avait
échoué. Que ferait-il maintenant? Reviendrait-il à la vigoureuse
politique de son frère? L’eût-il voulu, il ne le pouvait plus; il
n’avait point d’argent, point d’armée. D’ailleurs la guerre lui
répugnait. Abdallâh était un prince casanier et dévot, qui faisait une
assez piètre figure dans un camp ou sur un champ de bataille. Force lui
fut donc de persévérer dans la politique de la paix, au risque d’être
trompé de nouveau par le rusé renégat qui l’avait déjà trompé tant de
fois. Mais Ibn-Hafçoun, sûr de la victoire, ne voulait plus
d’accommodements. En vain Abdallâh le suppliait-il de lui accorder la
paix; en vain lui offrait-il les conditions les plus avantageuses:
Ibn-Hafçoun repoussait toutes ses offres avec dédain[332]. Chaque fois
qu’il avait essuyé un refus, le sultan, n’espérant plus rien des hommes,
se tournait vers Dieu[333], s’enfermait dans son cabinet avec un
ermite[334], ou composait de tristes vers tels que ceux-ci:

     Toutes les choses de ce monde sont transitoires; rien ici-bas n’est
     durable. Hâte-toi donc, pécheur, de dire adieu à toutes les vanités
     mondaines et convertis-toi. Sous peu tu seras dans le cercueil et
     la terre humide sera jetée sur ton visage naguère si beau.
     Applique-toi uniquement à tes devoirs religieux, adonne-toi à la
     dévotion, et tâche de te rendre propice le maître des cieux![335]

Une fois cependant il reprit courage: ce fut vers la fin de l’année 890,
lorsqu’on lui vint offrir, de la part d’Ibn-Hafçoun, la tête de Khair
ibn-Châkir, le seigneur de Jodar. Il voyait dans cet acte un rayon
d’espoir; il se figurait que son terrible adversaire allait enfin lui
concéder la paix qu’il sollicitait depuis si longtemps; la tête de Khair
était pour lui le gage d’une réconciliation prochaine; Ibn-Hafçoun,
pensait-il, lui montrait de la reconnaissance pour les conseils qu’il
lui avait donnés, car lui-même l’avait averti que Khair jouait double
jeu et qu’il reconnaissait, à côté d’Ibn-Hafçoun, un autre souverain,
Daisam, le prince de Todmîr. Extrêmement jaloux de son autorité,
Ibn-Hafçoun avait fait prompte et terrible justice. Khair lui ayant
demandé un renfort, il le lui avait envoyé, mais en même temps il avait
donné à son lieutenant, qui s’appelait el Royol en espagnol et
al-Ohaimir en arabe (_le petit rougeaud_), l’ordre secret de couper la
tête au traître[336]. Au reste Ibn-Hafçoun tira bientôt le sultan de son
illusion. Loin de négocier, il alla assiéger les forteresses de la
province de Cabra qui tenaient encore pour le sultan[337].

La situation ne pouvait empirer. Abdallâh comprit enfin qu’il fallait
risquer le tout pour le tout. Il annonça à ses vizirs qu’il avait résolu
d’aller attaquer l’ennemi. Les vizirs stupéfaits lui représentèrent les
périls auxquels il allait s’exposer. «Les troupes d’Ibn-Hafçoun, lui
disaient-ils, sont bien plus nombreuses que les nôtres, et nous aurons
affaire à des ennemis qui ne donnent point de quartier.» Il n’en
persista pas moins dans son projet[338], et certes, pour peu qu’il eût
le sentiment de sa naissance et de sa dignité, il devait préférer à sa
honte actuelle une mort honorable sur le champ de bataille.



XV[339].


Ibn-Hafçoun apprit avec un mélange de joie et d’étonnement, la
résolution hardie que le sultan avait prise. «Nous le tenons, le
troupeau de bœufs! dit-il en espagnol à Ibn-Mastana. Qu’il vienne, ce
sultan! Je donne cinq cents ducats à celui qui viendra m’annoncer qu’il
s’est mis en marche!» Peu de temps après, il reçut à Ecija la nouvelle
que la grande tente du sultan venait d’être transportée dans la plaine
de Secunda. Aussitôt il forme le projet d’aller l’incendier. Ce coup de
main, s’il réussissait, allait couvrir le sultan de ridicule. Accompagné
de quelques escadrons, Ibn-Hafçoun arrive dans la plaine de Secunda au
commencement de la nuit. Soudain il fond sur les esclaves et les archers
qui étaient de garde auprès du pavillon; mais bien qu’en petit nombre,
ceux-ci se défendent bravement, et, attirés par leurs cris, les soldats
se précipitent hors de la ville pour leur venir en aide. Comme il ne
s’agissait au fond que de jouer un tour au sultan, Ibn-Hafçoun ne vit
pas plutôt que l’entreprise allait finir mal, qu’il ordonna à ses
cavaliers de tourner bride et de se retirer au galop sur Polei. Les
cavaliers du sultan les poursuivirent et en tuèrent quelques-uns.

Tout insignifiante qu’elle était, cette rencontre nocturne prit aux yeux
des Cordouans des proportions gigantesques. Quand à la pointe du jour
toute la population de la capitale alla au devant des cavaliers du
sultan, qui revenaient de leur poursuite avec quelques chevaux qu’ils
avaient saisis et quelques têtes qu’ils avaient coupées, elle ne se
lassa pas d’admirer ces trophées, et l’on se racontait, avec joie et
avec orgueil, qu’en fuyant Ibn-Hafçoun s’était égaré de la grande route,
et qu’en arrivant à Polei, il n’avait avec lui qu’un seul cavalier.

Bientôt, cependant, un combat plus sérieux allait se livrer, et comme on
savait qu’on se battrait un contre deux, on n’était nullement rassuré
sur son issue. Dans l’armée du sultan on ne comptait que quatorze mille
hommes, dont quatre mille seulement étaient des troupes régulières;
Ibn-Hafçoun, au contraire, avait trente mille hommes. Cependant le
sultan donna l’ordre de se mettre en marche et de prendre la route de
Polei.

Le jeudi 15 avril de l’année 891, l’armée arriva auprès de la petite
rivière qui coule à une demi-lieue du château, et selon l’usage, on
convint des deux côtés, que le combat aurait lieu le lendemain.

Ce jour-là, qui était pour les chrétiens le vendredi de la semaine
sainte[340], l’armée du sultan se mit en marche à la pointe du jour,
tandis qu’Ibn-Hafçoun rangeait ses soldats en bataille au pied de la
colline sur laquelle le château était assis. Ils étaient remplis
d’enthousiasme, et dans leur ivresse guerrière, ils se croyaient sûrs de
la victoire. Il en était autrement du côté d’Abdallâh. Son armée était
sa dernière ressource; elle portait avec elle toute la fortune des
Omaiyades; si elle venait à s’abîmer dans un grand désastre, tout serait
perdu. Pour comble de malheur, elle était mal commandée, et peu s’en
fallut que le général en chef, Abdalmélic ibn-Omaiya, ne la livrât à
l’ennemi par une manœuvre maladroite. Il l’avait déjà conduite en
avant, lorsque, désapprouvant la position qu’il avait prise, il lui
ordonna de rétrograder jusqu’à une montagne qui se trouvait au nord de
la forteresse. Cet ordre s’exécutait, lorsque le général de
l’avant-garde--un brave client omaiyade, nommé Obaidallâh, de la famille
des Beni-Abî-Abda--vole vers le sultan en criant: «Mon Dieu, mon Dieu,
aie pitié de nous! Où vous conduit-on, émir? Nous étions en face de
l’ennemi; devons-nous maintenant lui tourner le dos? Mais alors il
croira que nous avons peur, et il viendra nous tailler en pièces!» Il
disait vrai: Ibn-Hafçoun s’était aperçu de la faute de son adversaire,
et il s’apprêtait à en profiter. Aussi le sultan ne contesta nullement
la justesse de l’observation d’Obaidallâh, mais il lui demanda ce qu’il
y avait à faire. «Marcher en avant, répondit le général, attaquer
l’ennemi avec vigueur, et qu’alors la volonté de Dieu
s’accomplisse!--Fais comme tu voudras,» répliqua le sultan.

Sans perdre un instant, Obaidallâh retourna aussitôt auprès de sa
division et lui ordonna de fondre sur l’ennemi. Les troupes
s’ébranlèrent; mais elles désespéraient presque du succès. «Que
pensez-vous de l’issue de cette bataille? demanda un officier au
théologien Abou-Merwân, un fils du célèbre Yahyâ ibn-Yahyâ et renommé
lui-même par son savoir et sa piété au point qu’on l’appelait _le chaikh
des musulmans_.--Que vous dirai-je, mon cousin? répliqua le docteur; je
ne puis vous donner pour réponse que ces paroles du Tout-Puissant:--Si
Dieu vient à votre secours, qui est-ce qui pourra vous vaincre? S’il
vous abandonne, qui est-ce qui pourra vous secourir[341]?» Le reste de
l’armée n’était pas plus rassuré que l’avant-garde. Les soldats avaient
reçu l’ordre de déposer leur bagage, de dresser les tentes et de se
ranger en bataille; mais au moment où ils étaient occupés à tendre un
dais pour le sultan, un pieu, destiné à le soutenir, se rompit, de
sorte que le dais tomba par terre. «Mauvais signe!» murmura-t-on de tous
côtés. «Rassurez-vous, dit alors un officier supérieur; ceci n’annonce
rien de fâcheux; la même chose est arrivée au moment où une autre
bataille allait se livrer, et pourtant on a remporté alors une victoire
éclatante.» En parlant ainsi, il redressa le dais avec un pieu qu’il
avait pris dans les bagages.

A l’avant-garde aussi, où le combat avait déjà commencé, il fallait que
les officiers et les docteurs de la religion effaçassent l’effet produit
par plusieurs mauvais présages. Doués d’une heureuse mémoire, et
peut-être d’une fertile imagination, ils ne se lassaient pas de citer
des précédents chaque fois qu’il en était besoin. Au premier rang
combattait Rahîcî, un brave guerrier vieilli sous le casque et la
cuirasse, et en même temps un poète fort distingué. Chaque fois qu’il
frappait de la lance ou de l’épée, il improvisait des vers. Tout à coup
il tombe blessé à mort. «Fâcheux présage, crient les soldats consternés;
le premier qui tombe est un des nôtres!--Non, répondent les docteurs,
c’est au contraire un présage très-heureux, car dans la bataille du
Guadacelete, où nous avons battu les Tolédans, le premier qui tomba fut
aussi un des nôtres.»

Bientôt le combat devint général sur toute la ligne. Ce fut un tapage
effroyable: au bruit des fanfares se mêlait la voix des docteurs
musulmans et des prêtres chrétiens, qui récitaient des prières ou des
passages du Coran et de la Bible. Contre toute attente, les royalistes
de l’aile gauche obtinrent de plus en plus l’avantage sur l’aile droite
d’Ibn-Hafçoun. Après l’avoir fait reculer, ils coupaient des têtes l’un
à l’envi de l’autre, et ils les apportaient au sultan qui avait promis
une récompense à chaque soldat qui lui en présenterait une. Lui-même ne
prenait pas de part au combat. Assis sous son dais, il regardait les
autres se battre pour lui, et avec son hypocrisie ordinaire, il récitait
des vers tels que ceux-ci:

     Que d’autres mettent leur confiance dans le grand nombre de leurs
     soldats, dans leurs machines de guerre, dans leur courage: je ne
     mets la mienne qu’en Dieu, l’unique, l’éternel!

L’aile droite des Andalous ayant été mise en pleine déroute, toute
l’armée royaliste se jeta sur l’aile gauche. Ibn-Hafçoun y commandait en
personne; mais malgré ses efforts et quoique, selon sa coutume, il fît
preuve d’un grand courage, il ne réussit pas à retenir ses soldats à
leur poste. Plus ardents que fermes, aussi prompts à se décourager qu’à
s’enflammer, ils désespérèrent trop tôt de l’événement, et, cédant le
champ de bataille, ils tournèrent le dos à l’ennemi. Les uns prirent la
fuite dans la direction d’Ecija, poursuivis par les cavaliers royalistes
qui les sabraient par centaines; les autres, parmi lesquels se trouvait
Ibn-Hafçoun lui-même, allèrent chercher un refuge dans le château; mais
comme la porte était encombrée par les fuyards de l’aile droite, les
nouveaux venus tâchèrent en vain de se frayer un passage, et pour sauver
leur chef, les soldats postés sur les remparts durent le prendre à
bras-le-corps, et, le tenant ainsi, l’enlever de son cheval; après quoi
ils le portèrent dans l’enceinte.

Pendant que la foule se pressait encore à la porte du château, les
soldats du sultan pillaient le camp ennemi. Remplis d’une joie d’autant
plus grande qu’elle était inattendue, ils s’amusaient à lancer des
sarcasmes contre leurs adversaires, tous chrétiens à leurs yeux, qui
venaient de perdre une bataille aussi importante justement
l’avant-veille de Pâques. «Le jeu était bien amusant, dit un soldat;
quelle belle fête pour eux! La plupart ne verront pas le jour de Pâques,
et c’est vraiment dommage!--Fête magnifique en vérité, répliqua un
autre, avec force victimes; toute fête religieuse doit en avoir.--Voyez
donc à quoi sert un bon coup d’épée, ajouta un troisième interlocuteur;
à la communion ils avaient bu à tire-larigot, et si nous ne les avions
pas dégrisés, ils seraient encore ivres à l’heure qu’il est!--Savez-vous
bien, observa un quatrième qui avait quelque teinture d’histoire,
savez-vous bien que cette bataille ressemble exactement à celle de la
Prairie de Râhit? C’était aussi un vendredi qui tombait un jour de fête,
et notre victoire n’est pas moins éclatante que celle que les Omaiyades
ont remportée alors. Voyez donc ces pourceaux, comme ils gisent
démembrés au pied de la colline! Vraiment, je plains le sol qui est
condamné à porter leurs cadavres; s’il pouvait s’en plaindre, il n’y
manquerait pas.»--Plus tard, le poète de la cour, Ibn-Abd-rabbihi,
reproduisit ces grossières et brutales plaisanteries, ces mots de corps
de garde, dans un long poème, où le mauvais goût et les jeux de mots
tiennent une large place, mais qui a du moins le mérite d’exprimer
vigoureusement la haine et le mépris que les royalistes avaient pour les
Andalous.

Les soldats du sultan allaient se réjouir encore davantage. Ibn-Hafçoun
voulait rester dans le château et y soutenir un siége; mais les soldats
d’Ecija lui déclarèrent que leur devoir les rappelait dans leur ville,
qui, selon toute apparence, allait être assiégée par le sultan.
Ibn-Hafçoun s’opposa énergiquement à leur départ; il voulut même les
retenir de force dans le château; mais ils percèrent la muraille du côté
du nord et s’enfuirent vers leur ville natale. Abandonnés ainsi à
eux-mêmes, les autres soldats prétendirent qu’ils n’étaient plus en
nombre pour défendre le château, et que par conséquent il fallait
l’évacuer. Après une longue résistance, Ibn-Hafçoun céda enfin à leur
désir. Au milieu de la nuit on sortit donc de la forteresse; mais ce ne
fut pas une retraite, ce fut une fuite précipitée, un sauve qui peut
général. Au milieu du désordre effroyable et de l’obscurité,
Ibn-Hafçoun lui-même chercha longtemps avant de trouver une monture; à
la fin il mit la main sur une misérable haridelle qui appartenait à un
soldat chrétien, et, l’ayant enfourchée, il ne cessait de piquer des
deux, en tâchant de faire prendre le galop à cette détestable monture
qui, depuis de longues années, avait pris l’habitude de ne marcher que
pas à pas. Il fallait se hâter, en effet. S’étant aperçus de la fuite
des ennemis, les royalistes s’étaient mis à leur poursuite. «Eh bien,
dit alors Ibn-Mastana qui galopait à côté d’Ibn-Hafçoun, et qui, malgré
la gravité du péril, conservait une parfaite gaîté, une véritable
insouciance d’Andalous; eh bien, mon camarade, tu avais promis cinq
cents ducats à celui qui viendrait t’annoncer que le sultan s’était mis
en campagne. Il me paraît que le bon Dieu t’a rendu cette somme avec
usure. Ce n’est pourtant pas chose si aisée que de vaincre les
Omaiyades; qu’en penses-tu?--Ce que j’en pense? lui répondit
Ibn-Hafçoun, qui, la rage dans le cœur, n’était pas en humeur de
plaisanter; je pense que nous devons imputer le malheur qui nous frappe
à ta lâcheté et à la lâcheté de ceux qui te ressemblent. Vous n’êtes pas
des hommes, vous autres!»

A la pointe du jour, Ibn-Hafçoun arriva lui cinquième à la ville
d’Archidona; mais il ne s’y arrêta qu’un moment, et ayant ordonné aux
habitants de se rendre à Bobastro le plus tôt possible, il continua son
chemin vers cette forteresse.

De son côté, le sultan, après avoir pris possession du château de Polei,
où il trouva quantité d’argent, de provisions et de machines de guerre,
se fit donner le registre où les noms de tous ses sujets musulmans
étaient inscrits. Ensuite il se fit amener les prisonniers et leur
annonça que tous ceux qui étaient inscrits comme musulmans auraient la
vie sauve, pourvu qu’ils jurassent qu’ils l’étaient encore; quant aux
chrétiens, ils devraient périr tous par le glaive du bourreau, à moins
qu’ils n’embrassassent l’islamisme. Tous les chrétiens, au nombre de
mille environ, aimèrent mieux mourir que d’abjurer leur foi. Un seul
d’entre eux faiblit au moment même où le bourreau allait le frapper, et
sauva sa vie en prononçant la profession de foi musulmane. Tous les
autres subirent la mort avec un véritable héroïsme, et peut-être
jugera-t-on que ces obscurs soldats ont bien plus de droit au titre de
martyr, que les fanatiques de Cordoue, qui, quarante ans auparavant, en
avaient été décorés.

Ayant laissé une garnison suffisante dans le château de Polei, le sultan
alla mettre le siége devant Ecija. Comme cette ville avait une garnison
fort considérable, grâce au grand nombre de fuyards qui y avaient
cherché un asile, elle fit une résistance opiniâtre. Malheureusement
elle ne renfermait pas assez de provisions pour nourrir tous ses
défenseurs. Au bout de quelques semaines, la disette se fit sentir, et
comme elle s’aggravait de jour en jour, il fallait bien songer à
capituler. Les Andalous entrèrent donc en pourparlers; mais le sultan
exigeait qu’ils se rendissent à discrétion. Ils s’y refusèrent, quoique
la famine exerçât dans la ville des ravages terribles, de sorte que les
habitants, réduits au désespoir, montraient, du haut des remparts, leurs
femmes et leurs enfants affamés aux assiégeants, en implorant à grands
cris leur pitié. A la fin le sultan se laissa fléchir. Il accorda aux
assiégés une amnistie générale; puis, quand il eut reçu d’eux des otages
et qu’il leur eut donné un gouverneur, il prit la route de Bobastro et
posa son camp dans le voisinage de cette forteresse.

Mais dans Bobastro et sur un terrain dont il connaissait chaque
monticule, chaque vallon, chaque défilé, Ibn-Hafçoun était réellement
invincible. Les soldats cordouans ne le savaient que trop. Aussi
commencèrent-ils bientôt à murmurer. Ils disaient que la campagne avait
déjà été assez longue; qu’ils ne voulaient pas user le peu de forces qui
leur restaient, dans une opération sans issue, et que leurs adversaires
sortiraient plutôt agrandis que diminués d’une lutte dans laquelle leur
supériorité dès qu’il s’agissait de se tenir sur la défensive aurait été
une fois de plus démontrée. Forcé de céder à leur volonté, le sultan
donna l’ordre que l’on se retirât en se dirigeant sur Archidona. Avant
d’y arriver, les Cordouans eurent à passer un défilé très-étroit, où
ils furent attaqués par Ibn-Hafçoun; mais grâce aux talents et à la
valeur d’Obaidallâh, ils se tirèrent avec honneur de cette rencontre.
Etant allé ensuite à Elvira, dont les habitants lui donnèrent des
otages, le sultan reconduisit son armée à Cordoue.



XVI.


La victoire remportée près de Polei avait sauvé le sultan au moment même
où il semblait perdu. Polei, Ecija et Archidona, ces avant-postes du
parti national, étaient prises; Elvira était rentrée dans l’obéissance;
Jaën, d’où Ibn-Hafçoun avait retiré ses troupes, avait suivi l’exemple
d’Elvira[342]. C’étaient à coup sûr de beaux succès; ils firent une
grande impression sur l’opinion publique, d’autant plus que celle-ci
n’avait nullement prévu de tels résultats. Ibn-Hafçoun avait perdu
beaucoup de son prestige, lui-même ne s’en apercevait que trop. Ses
ambassadeurs auprès d’Ibn-Aghlab, naguère accablés de caresses, furent
désormais reçus avec froideur. On leur disait qu’on avait soi-même des
révoltes à dompter et que par conséquent on n’avait pas le loisir de se
mêler aux affaires de l’Espagne[343]. Naturellement on ne se souciait
pas en Afrique d’appuyer un prétendant qui se laissait battre, et il
n’y fut plus question de le faire nommer gouverneur de l’Espagne par le
calife de Bagdad. Le sultan, au contraire, s’était réhabilité dans
l’esprit de bien des gens. Les citoyens paisibles, qui, las du désordre
et de l’anarchie, voyaient dans le rétablissement du pouvoir royal le
seul moyen de salut, prenaient une attitude plus ferme et plus décidée.
Mais si l’on aurait tort de méconnaître les avantages que le sultan
avait obtenus, il ne faut pas se les exagérer cependant. La puissance
d’Ibn-Hafçoun avait sans doute subi un rude échec, mais elle était loin
d’être anéantie. Aussi ne désespérait-il nullement de la rétablir. Pour
le moment il avait besoin de la paix, et il la demanda. Le sultan se
déclara prêt à la lui accorder, pourvu qu’il lui donnât un de ses fils
comme otage. Ibn-Hafçoun promit de le faire; mais comme il avait
l’intention de recommencer les hostilités aussitôt que cela lui
conviendrait, il trompa le sultan en lui faisant remettre, non pas un de
ses propres fils, mais celui d’un de ses trésoriers qu’il avait adopté.
Sa fraude ne fut pas découverte tout d’abord; mais dans la suite on
conçut des soupçons, on s’informa, et, la vérité ayant été dévoilée, le
sultan lui reprocha sa mauvaise foi et exigea un otage qui fût vraiment
son fils; puis, comme Ibn-Hafçoun ne voulait pas satisfaire à cette
demande, la guerre recommença[344].

Le chef andalous regagna avec une surprenante rapidité le terrain qu’il
avait perdu. Sachant qu’il pouvait compter sur les habitants
d’Archidona, il envoya dans cette ville des hommes à sa dévotion, qui
firent si bien que la population s’insurgea. Les deux employés auxquels
le sultan avait confié le gouvernement de la ville, furent arrêtés
pendant la nuit et livrés à Ibn-Hafçoun au moment où celui-ci entrait
dans la ville avec ses troupes (892). Bientôt après, des députés
d’Elvira vinrent lui annoncer que leur ville avait aussi secoué le joug,
et qu’on y comptait sur son concours. Il s’y rendit et installa une
garnison dans la citadelle. Mais le parti royaliste, qui était fort
nombreux à Elvira, ne se tint pas pour battu. Secondé par le gouverneur
d’Ubeda, il prit les armes, chassa les soldats d’Ibn-Hafçoun, élut un
conseil municipal, et introduisit dans la ville le gouverneur que le
sultan lui avait donné. Les partisans de l’indépendance, intimidés par
le voisinage de l’armée du sultan, qui assiégeait alors Caralmey, une
des forteresses d’Ibn-Mastana, ne s’étaient pas opposés à cette
révolution; mais aussitôt que l’année fut retournée à Cordoue, ils
relevèrent la tête, et, s’étant mis en rapport avec Ibn-Hafçoun à l’insu
du conseil, ils profitèrent de l’obscurité de la nuit pour faire entrer
quelques-uns de ses soldats dans la citadelle. Bientôt après,
Ibn-Hafçoun, averti du succès de l’entreprise par des fanaux que ses
partisans avaient allumés, y entra aussi avec le gros de ses troupes,
tandis que les royalistes, soudainement réveillés par les cris
d’allégresse que poussaient leurs adversaires, étaient frappés de
stupeur au point qu’ils ne songèrent pas même à résister. Ils furent
punis sévèrement: tous leurs biens furent confisqués. Le gouverneur
nommé par le sultan eut la tête coupée.

Maître d’Elvira, Ibn-Hafçoun tourna ses armes contre Ibn-Djoudî et les
Arabes de Grenade. Sentant que la bataille qui allait se livrer serait
décisive, Ibn-Djoudî avait appelé tous ses alliés à son secours. Il n’en
essuya pas moins une terrible défaite, et comme il avait eu l’imprudence
de s’éloigner de Grenade, son point d’appui, ses soldats, qui avaient à
parcourir toute la Véga avant qu’ils pussent rentrer dans leur
forteresse, furent sabrés en grand nombre. De l’avis des habitants
d’Elvira, cette victoire était une ample compensation pour toutes les
défaites qu’ils avaient subies auparavant. En effet, les Arabes avaient
été si bien battus, qu’ils ne purent jamais se relever.

Fier de sa victoire, Ibn-Hafçoun marcha contre Jaën. Là il fut aussi
heureux qu’il l’avait été à Elvira. Il s’empara de la ville, lui donna
un gouverneur et y mit des troupes. Cela fait, il retourna à
Bobastro[345].

A l’exception de Polei et d’Ecija, l’année 892 lui avait donc rendu ce
que l’année précédente lui avait ôté. Pendant cinq années sa puissance
resta à peu près la même, excepté qu’il perdit Elvira. Il avait surpris
les royalistes de cette ville, mais il ne les avait pas vaincus, et sa
conduite envers eux les avait exaspérés contre lui. Aussi saisirent-ils
la première occasion pour secouer le joug qu’il leur avait imposé. Elle
se présenta en 893, lorsque l’armée du sultan, après avoir fait une
razzia dans les environs de Bobastro, parut devant les portes de la
ville. Le prince Motarrif, qui la commandait, offrit alors aux habitants
une amnistie générale, pourvu qu’ils lui livrassent le lieutenant et les
soldats d’Ibn-Hafçoun. L’influence des royalistes fut si grande que les
habitants consentirent à le faire, et à partir de cette époque, Elvira
demeura dans la sujétion. Le patriotisme et l’amour de la liberté s’y
étaient refroidis; d’ailleurs on y avait combattu contre les Arabes de
Grenade plutôt que contre le sultan; c’est contre les Arabes qu’on avait
appelé Ibn-Hafçoun, et depuis qu’ils avaient perdu la bataille de
Grenade, les Arabes avaient cessé d’être redoutables. Fort affaiblis par
leur défaite, ils le furent bien plus encore par la discorde qui se
glissa parmi eux. Ils étaient maintenant partagés en deux factions, dont
l’une s’était attachée à Saîd ibn-Djoudî, l’autre à Mohammed ibn-Adhhâ,
le puissant seigneur d’Alhama, contre lequel Saîd nourrissait une haine
si violente, qu’il avait mis sa tête à prix. L’imprudence de Saîd et la
légèreté de sa conduite aggravaient encore la situation. Par son
orgueil, sa fatuité et ses nombreuses galanteries, il s’était attiré la
haine de plusieurs chefs, et à la fin l’un de ceux dont il avait détruit
le bonheur domestique, Abou-Omar Othmân, résolut de laver sa honte dans
le sang du séducteur. Averti que sa femme avait assigné un rendez-vous à
l’émir dans la maison d’une juive, il alla s’y cacher avec un de ses
amis, et quand Saîd y fut arrivé, il se rua sur lui et le tua (décembre
897).

Ce meurtre mit le comble à la discorde. Le meurtrier et ses amis eurent
le temps d’aller se mettre en sûreté dans la forteresse de Noalexo, au
nord de Grenade, où ils proclamèrent émir Ibn-Adhhâ. Ne voulant pas se
brouiller avec le sultan, ils le prièrent de confirmer leur choix, et
ils essayèrent aussi de lui persuader qu’ils avaient tué Saîd dans
l’intérêt de l’Etat, en disant qu’il avait formé le projet de se mettre
en révolte et qu’il avait composé ces vers: «Va, mon messager, va dire à
Abdallâh qu’une prompte fuite peut seule le sauver, car un guerrier
redoutable a levé l’étendard de la révolte sur les bords du fleuve aux
roseaux. Fils de Merwân, rendez-nous le pouvoir; c’est à nous, aux fils
des Bédouins, qu’il appartient de droit! Vite, que l’on m’amène mon
alezan avec sa housse brodée d’or, car mon étoile l’emporte sur la
leur!» Peut-être ces vers étaient-ils réellement de Saîd; ils ne sont
pas du moins indignes de lui. Quoi qu’il en soit, le sultan, qui
s’estimait heureux de ce que ces Arabes voulaient bien condescendre à
lui présenter une justification de leur conduite, donna sa sanction à
tout ce qu’ils avaient fait. Mais les anciens amis de Saîd ne
reconnurent point Ibn-Adhhâ. Le meurtre de leur chef les avait remplis
d’indignation et de colère. Inconsolables de sa perte, ils oubliaient
toutes ses fautes et tous les griefs qu’ils avaient eus contre lui, pour
ne se souvenir que de ses vertus. Un d’entre eux, Micdam ibn-Moâfâ, que
Saîd avait fait fouetter sans qu’il eût mérité ce châtiment, composa
cependant sur lui ce poème:

     Qui nourrira et vêtira les pauvres, à présent que celui qui était
     la générosité même, gît dans le tombeau? Ah, que les prés ne soient
     plus couverts de verdure, que les arbres soient sans feuillage, que
     le soleil ne se lève plus, maintenant qu’Ibn-Djoudî est mort, lui
     dont hommes ni génies ne verront jamais l’égal!

«Quoi, s’écria un Arabe quand il l’entendit réciter ces vers, vous
faites l’éloge de celui qui vous a fait donner le fouet?--Par Dieu, lui
répondit Micdam, il m’a fait du bien même par son arrêt inique, car le
souvenir du châtiment qu’il m’a fait subir m’a détourné d’une foule de
péchés que je commettais auparavant. Ne lui dois-je pas de la
reconnaissance pour cela? D’ailleurs, après qu’il m’eut fait fouetter,
j’ai toujours été injuste envers lui; croyez-vous que je voudrais
continuer à l’être, maintenant qu’il n’est plus?[346]»

D’autres, qui avaient été les amis intimes de Saîd, étaient altérés de
la soif de la vengeance. «Le vin, disait Asadî dans un long poème, le
vin que l’échanson me présente ne recouvrera pour moi sa saveur, qu’au
moment où mon âme obtiendra ce qu’elle désire, au moment où je verrai
les cavaliers galoper à bride abattue, pour aller venger celui qui
naguère était leur joie et leur orgueil!»

Saîd fut vengé en effet par ses amis; mais les Arabes continuèrent à se
combattre sans relâche. Le sultan et les Andalous n’avaient pas autre
chose à faire que de les laisser s’entr’égorger[347].

La soumission d’Elvira fut un grand avantage pour le sultan. Il en
obtint encore d’autres. Persuadé qu’il ne gagnerait rien à faire la
guerre contre Ibn-Hafçoun, il tournait de préférence ses armes contre
des rebelles moins puissants. Son intention n’était pas de les réduire;
il n’essayait pas de leur arracher leurs villes et leurs châteaux; il
voulait seulement les forcer à lui payer tribut[348]. A cet effet il
faisait faire à son armée une ou deux expéditions par an. Alors on
ravageait des champs de blé, on brûlait des villages, on assiégeait des
forteresses, et quand le rebelle avait consenti à payer tribut et à
donner des otages, on le laissait en paix pour en aller attaquer un
autre. Des expéditions de ce genre ne pouvaient pas amener des résultats
prompts, décisifs ou brillants; mais elles produisaient néanmoins des
résultats fort avantageux. Le trésor était à sec, et le gouvernement
comprenait fort bien qu’avant de faire la grande guerre, il fallait se
pourvoir du nerf de la guerre, c’est-à-dire d’argent. Grâce à ces
razzias on s’en procurait. Celle de 895 fut fort heureuse. Elle fut
dirigée contre Séville. Cette cité était encore toujours dans la même
situation: le sultan y avait un gouverneur; son oncle Hichâm y résidait
aussi; mais les Khaldoun et les Haddjâdj y régnaient de fait. Ces chefs
étaient fort contents de leur position, qui leur donnait tous les
avantages de l’indépendance, sans les périls qui y étaient ordinairement
attachés; ils faisaient tout ce qu’ils voulaient, ils ne payaient point
de tribut, et cependant ils n’étaient pas en guerre contre le monarque.
Ils croyaient qu’ils ne pouvaient mieux servir leurs intérêts, qu’en
perpétuant cet état de choses, et lorsque, dans l’année 895, un employé
du sultan vint convoquer le ban, Ibrâhîm ibn-Haddjâdj et Khâlid
ibn-Khaldoun, le frère de Coraib, s’empressèrent de répondre à l’appel
et de se rendre à Cordoue avec leurs contingents. Leur allié Solaimân,
de Sidona, et son frère Maslama suivirent leur exemple.

Tout le monde était dans l’idée qu’on allait faire une expédition contre
les renégats de Todmîr. Qu’on se figure donc l’étonnement et l’épouvante
de Coraib, lorsqu’il apprit qu’au lieu de faire marcher l’armée vers
l’est, on l’avait fait marcher contre Séville; que Solaimân avait trouvé
le moyen de s’évader, mais que tous les autres officiers et soldats de
Séville et de Sidona avaient été mis aux arrêts sur l’ordre du prince
Motarrif.

Il fallait prendre des mesures promptes et décisives. Coraib les prit.
Ayant fait occuper par ses gens toutes les portes du palais, il vola
vers la salle où se trouvait le prince Hichâm. «Belle nouvelle, lui
cria-t-il, l’œil enflammé de colère; je viens d’apprendre que
Motarrif a mis aux arrêts mon frère et tous mes autres parents qui se
trouvent dans l’armée! Eh bien, je le jure par tout ce qu’il y a de plus
sacré: si le prince ose attenter à la vie d’un seul d’entre eux, je te
coupe la tête. Nous verrons jusqu’où ira son audace. En attendant, toi
et tous les tiens, vous serez mes prisonniers. Aucun de tes serviteurs
ne sortira du palais sous quelque prétexte que ce soit, pas même pour
aller acheter des vivres. Je sais bien qu’il n’y en a pas ici, mais cela
ne me regarde pas. Décide toi-même si tu veux voir suspendu le glaive
mortel au-dessus de ta tête, et si la perspective de mourir de faim est
de nature à te rassurer. Pour sauver ta vie, il ne te reste qu’un
moyen: écris au prince, dis-lui que ta tête me répondra de la vie de mes
parents, et fais en sorte qu’il me les rende!»

Sachant que Coraib n’était pas homme à s’arrêter à des menaces, Hichâm
s’empressa de lui obéir; mais la lettre qu’il écrivit à Motarrif n’eut
pas le résultat qu’il s’en était promis: le prince, au lieu de rendre la
liberté à ses prisonniers, continua sa marche vers Séville et somma
Coraib de lui en ouvrir les portes. Craignant pour la vie de ses parents
et ne voulant rien entreprendre avant que les troupes auxiliaires de
Niébla et de Sidona, qu’il attendait, fussent arrivées, Coraib jugea
prudent de se montrer modéré et traitable. Il permit donc aux soldats du
sultan d’entrer par pelotons dans la ville et d’y acheter des vivres; en
outre, il promit de payer le tribut et rendit la liberté au prince
Hichâm, qui n’eut rien de plus pressé que de quitter la ville.

Tournant alors ses armes contre le Maäddite Tâlib ibn-Mauloud[349],
Motarrif attaqua ses deux forteresses, Montefique (sur le Guadayra) et
Monteagudo[350]. Après s’être défendu vigoureusement, Tâlib promit de
payer le tribut et donna des otages. Medina-ibn-as-Salîm et Vejer
suivirent son exemple. Lebrija fut prise d’assaut, et Motarrif y
installa une garnison; mais Solaimân, à qui appartenait cette forteresse
et qui était alors à Arcos, attaqua l’armée du sultan avant qu’elle fût
arrivée à Mairena, et lui fit subir une grande perte. Furieux de cet
échec, Motarrif s’en vengea en faisant couper la tête à trois parents ou
amis de Solaimân, qui se trouvaient parmi ses prisonniers.

Vers la fin d’août, l’armée se trouva de nouveau devant Séville.
Motarrif croyait que Coraib se montrerait aussi soumis que la première
fois. Il se trompait. Coraib avait profité du répit qu’on lui avait
laissé pour se mettre en état de défense, et ses alliés étant arrivés
dans la ville, il était résolu à ne point céder. Motarrif trouva donc
les portes fermées. Alors il fit charger de fers Khâlid ibn-Khaldoun,
Ibrâhîm ibn-Haddjâdj et d’autres prisonniers. Cela ne lui servit de
rien. Loin de se laisser intimider, Coraib sortit de la ville et attaqua
brusquement l’avant-garde. Il y eut un instant où l’on craignit un
désastre; mais les officiers ayant réussi à rallier leurs soldats, les
Sévillans furent repoussés. Alors Motarrif fit torturer Khâlid et
Ibrâhîm, et attaqua Séville pendant trois jours consécutifs. Il ne
remporta aucun avantage; mais voulant se venger autant que possible des
Khaldoun et des Haddjâdj, il s’empara d’un château situé sur le
Guadalquivir et qui appartenait à Ibrâhîm; puis, ayant brûlé les
vaisseaux qu’il trouva dans le bassin, il ordonna de raser le bâtiment,
et, ayant fait donner une hache à Ibrâhîm, il le força de travailler,
les fers aux mains et aux pieds, à la destruction de sa propre
forteresse. Ayant ensuite démoli un autre château, qui appartenait à
Coraib, il reprit la route de Cordoue[351].

L’armée étant rentrée dans la capitale et le tribut de Séville étant
arrivé, un vizir conseilla à son maître, qui avait bien essayé de gagner
Ibn-Hafçoun, mais qui jusque-là n’avait fait aucune tentative pour se
réconcilier avec l’aristocratie arabe, de rendre la liberté aux
prisonniers après qu’ils se seraient obligés par serment à lui obéir
dans la suite. «Si vous retenez ces nobles en prison, lui dit-il, vous
servirez les intérêts d’Ibn-Hafçoun, qui ne manquera pas de s’emparer de
leurs châteaux. Essayez plutôt de vous les attacher par les liens de la
reconnaissance; ils vous aideront alors à combattre le chef des
renégats.» Le sultan se laissa persuader. Il annonça aux prisonniers
qu’il les remettrait en liberté, à condition qu’ils lui donneraient des
otages et qu’ils jureraient cinquante fois, dans la grande mosquée, de
lui rester fidèles. Ils prêtèrent les serments exigés et donnèrent des
otages, parmi lesquels se trouvait le fils aîné d’Ibrâhîm, nommé
Abdérame; mais à peine de retour à Séville, ils violèrent leurs
serments, refusèrent le tribut et se mirent en révolte ouverte[352].
Ibrâhîm et Coraib divisèrent la province entre eux, de sorte que chacun
en eut la moitié[353].

Les choses demeurèrent sur ce pied jusqu’à l’année 899; mais la discorde
devait inévitablement éclater entre les deux chefs, leur puissance étant
trop égale pour qu’ils pussent rester amis. Aussi ne tardèrent-ils pas à
se quereller, et alors le sultan attisa le feu autant que possible. Il
rapportait à Coraib les termes injurieux dans lesquels Ibrâhîm parlait
de lui, et il avertissait Ibrâhîm des mauvais propos que Coraib tenait
sur son compte. Un jour qu’il avait reçu de Khâlid une lettre fort
blessante pour Ibrâhîm, et qu’il avait écrit sa réponse au bas, il la
donna parmi d’autres à un de ses serviteurs, en le chargeant de
l’expédier. Le serviteur eut la négligence de la laisser tomber. Un
eunuque la ramassa, la lut, et, comptant sur une bonne récompense, il la
donna à un envoyé d’Ibrâhîm, en lui enjoignant d’aller la remettre à son
seigneur.

Quand Ibrâhîm eut jeté les yeux sur cet écrit, il ne douta plus que les
Khaldoun n’attentassent à son pouvoir, à sa liberté, à sa vie peut-être;
mais comprenant en même temps que, pour se venger d’eux, il devait avoir
recours à la ruse, il se montra fort aimable envers eux et les invita à
dîner. Ils se rendirent à son invitation. Pendant le repas Ibrâhîm leur
montra la lettre de Khâlid et les accabla de reproches. Khâlid se leva
alors, et, tirant un poignard de sa manche, il en frappa Ibrâhîm à la
tête. Ibrâhîm eut sa coiffure déchirée et reçut une blessure au visage;
mais il appela aussitôt ses soldats, qui se ruèrent sur les deux
Khaldoun et les massacrèrent. Ibrâhîm fit couper leurs têtes, et, les
ayant jetées dans la cour, il attaqua leurs gardes qui s’y trouvaient,
en tua quelques-uns et dispersa les autres.

Dès lors il était le seul maître de la province; mais sentant qu’il lui
fallait justifier sa conduite auprès du monarque, qui avait encore son
fils en son pouvoir, il lui écrivit pour lui dire qu’il n’avait pas pu
agir autrement qu’il ne l’avait fait; que d’ailleurs les Khaldoun
l’avaient toujours poussé à la rébellion; qu’au fond du cœur il
n’avait jamais partagé leur manière de voir, et que si le sultan voulait
le nommer gouverneur, il pourvoirait à toutes les dépenses exigées par
le service public et lui donnerait en outre sept mille ducats par an. Le
sultan accepta son offre, mais il envoya en même temps un certain Câsim
à Séville, afin qu’il gouvernât la province conjointement avec Ibrâhîm.
Ce dernier ne se souciait pas d’avoir un collègue; aussi annonça-t-il à
Câsim, au bout de quelques mois, qu’il pouvait fort bien se passer de
ses services.

S’étant ainsi débarrassé assez cavalièrement de Câsim, il voulut aussi
que le sultan lui rendît son fils. Il le lui redemanda à différentes
reprises, mais toujours en vain; le sultan refusait opiniâtrement de se
dessaisir de cet otage. Espérant alors qu’il réussirait à intimider le
monarque, il refusa le tribut et fit proposer une alliance à Ibn-Hafçoun
(900)[354].

Cette offre plut extrêmement au chef andalous, qui, trois années
auparavant, s’était remis en possession d’Ecija[355]. L’année précédente
il avait enfin franchi le pas, après avoir balancé souvent: il avait
embrassé le christianisme avec toute sa famille. Au fond de l’âme il
était chrétien depuis longtemps; la crainte seule de perdre ses alliés
musulmans lui avait imposé jusque-là une sorte de contrainte, et l’avait
empêché de suivre l’exemple de son père qui était déjà revenu au giron
de l’Eglise plusieurs années auparavant[356]. L’événement avait montré
que ses appréhensions n’avaient pas été tout à fait mal fondées. Yahyâ,
fils d’Anatole, l’un de ses lieutenants les plus distingués, l’avait
quitté; il avait bien voulu servir sous le musulman Omar ibn-Hafçoun,
mais sa conscience lui défendait de servir sous le chrétien Samuel
(c’était le nom qu’Omar s’était fait donner lorsqu’il reçut le
baptême[357]). Ibn--al-Khalî, le seigneur berber de Cañete, qui
jusque-là avait été son allié, lui avait déclaré la guerre et cherchait
à se rapprocher du sultan. Partout la démarche qu’il avait faite avait
produit une sensation profonde. Les musulmans se racontaient avec
horreur que dans les domaines du _maudit_ les plus hautes dignités
étaient remplies par des chrétiens; que les vrais croyants n’y avaient
plus rien à espérer et qu’on les y traitait avec une méfiance
très-marquée. Secondée par les faquis, la cour exploitait habilement ces
rumeurs plus ou moins fondées, et elle tâchait de persuader aux fidèles
que leur salut éternel était en péril, s’ils ne se levaient pas comme un
seul homme pour aller écraser _l’infâme_[358].

Dans ces circonstances, rien ne pouvait être plus agréable à Ibn-Hafçoun
que les propositions qu’il reçut de la part du seigneur de Séville. Il
cherchait partout des alliés; il était entré en négociations avec
Ibrâhîm ibn-Câsim, le seigneur d’Acîla (en Afrique)[359], avec les
Beni-Casî[360], avec le roi de Léon[361]; mais une alliance avec
Ibn-Haddjâdj était à coup sûr bien préférable pour lui, car elle le
réhabiliterait, il l’espérait du moins, dans l’esprit des musulmans. Il
s’empressa donc de la conclure, et Ibrâhîm lui ayant envoyé de l’argent
et de la cavalerie, sa puissance redevint aussi formidable que
jamais[362].

Le sultan jouait de malheur. Quoi qu’il fît, sa politique tournait
toujours contre lui. La tentative qu’il avait faite pour se concilier le
plus puissant seigneur arabe avait échoué aussi bien que les efforts
qu’il avait tentés auparavant pour gagner le chef du parti espagnol. Sa
position était maintenant déplorable. Pour être en état de résister à la
ligue qui s’était formée contre lui, il devrait lui opposer toutes ses
troupes, et renoncer par conséquent aux expéditions qu’il faisait faire
chaque année, afin de forcer les autres rebelles à lui payer tribut; il
courait donc le risque de succomber faute d’argent. Evidemment il
n’avait pas le choix des partis; il ne lui en restait qu’un à prendre:
c’était de s’humilier devant Ibn-Hafçoun et de lui faire des
propositions de paix assez avantageuses pour qu’il pût les accepter.
Nous ignorons quelles étaient celles qu’il lui fit; nous savons
seulement que les négociations furent fort longues; que la paix fut
conclue en 901, et qu’Ibn-Hafçoun envoya à Cordoue quatre otages, parmi
lesquels se trouvaient un de ses trésoriers, nommé Khalaf, et
Ibn-Mastana[363].

Mais cette paix fut de courte durée. Soit qu’Ibn-Hafçoun n’y trouvât pas
son compte, soit que le sultan ne remplît pas les clauses du traité,
toujours est-il que la guerre recommença en 902. Dans cette année,
Ibn-Hafçoun eut une entrevue avec Ibn-Haddjâdj à Carmona. «Envoyez-moi,
lui dit-il, vos meilleurs cavaliers sous le _noble arabe_ (il voulait
désigner par ce terme Fadjîl ibn-abî-Moslim, le général de la cavalerie
sévillane), car j’ai l’intention d’aller me mesurer sur mes frontières
contre Ibn-abî-Abda; j’espère le battre, et le jour d’après nous
pillerons Cordoue.» Fadjîl, qui assistait à cet entretien, et qui, en
véritable Arabe qu’il était, avait bien plus de sympathie pour la cause
du sultan que pour celle des Espagnols, fut blessé du ton leste et
dédaigneux dont Ibn-Hafçoun avait prononcé ces paroles. «Abou-Hafç, lui
dit-il, ne méprisez pas l’armée d’Ibn-abî-Abda. Elle est à la fois
petite et grande, et lors même que toute l’Espagne serait réunie contre
elle, elle ne tournerait pas encore le dos.--Noble seigneur, lui
répondit Ibn-Hafçoun, vous essayeriez en vain de me faire changer
d’avis. Que peut-il, cet Ibn-abî-Abda? Combien de soldats a-t-il? Quant
à moi, j’ai mille six cents cavaliers; ajoutez-y les cinq cents
d’Ibn-Mastana et les vôtres qui peut-être seront aussi au nombre de
cinq cents. Quand toutes ces troupes seront réunies, nous mangerons
l’armée de Cordoue.--On peut être repoussé, reprit Fadjîl, on peut être
battu.... Au reste, vous ne pouvez m’en vouloir si je ne vous encourage
pas dans votre projet, car vous connaissez les soldats d’Ibn-abî-Abda
aussi bien que moi.»

Malgré l’opposition de Fadjîl, Ibn-Haddjâdj approuva le plan de son
allié, et il ordonna à son général d’aller se réunir à lui.

Informé par ses espions que le général omaiyade venait de quitter le
Genil et qu’il avait établi son camp dans le district d’Estepa,
Ibn-Hafçoun vint l’attaquer. Quoiqu’il n’eût encore que sa cavalerie, il
remporta un succès éclatant et tua plus de cinq cents hommes à l’ennemi.
Vers le soir son infanterie, au nombre de quinze mille hommes, arriva
dans le camp. Sans lui laisser le temps de se reposer, il lui donna
l’ordre de se tenir prête à se remettre en marche; puis, étant entré
dans la tente de Fadjîl:

--Allons, noble seigneur, lui dit-il, mettons-nous en campagne!

--Contre qui? lui demanda Fadjîl.

--Contre Ibn-abî-Abda.

--O Abou-Hafç, vouloir obtenir deux succès en un seul jour, ce serait
tenter l’Eternel, ce serait se montrer ingrat envers lui! Vous avez
couvert de honte le général ennemi; vous lui avez porté un coup si
terrible, qu’il en aura assez pour longtemps. Dix années devront se
passer avant qu’il puisse vous rendre la pareille. Gardez-vous bien à
présent de le porter à une résolution désespérée.

--Nous allons l’accabler avec des forces tellement supérieures, qu’il
devra remercier le ciel s’il a encore le temps de se jeter à cheval et
de chercher son salut dans la fuite.

Fadjîl se leva alors et se fit donner ses armes; mais tandis qu’il
bouclait sa cuirasse: «Dieu m’est témoin, s’écria-t-il, que je n’ai
point de part à ce projet téméraire!»

Pendant que les coalisés, dans l’espoir de surprendre l’ennemi, se
mettaient en marche en observant le plus profond silence, Ibn-abî-Abda,
encore tout honteux de sa défaite, était à table avec ses officiers.
Tout à coup une nuée de poussière, qui s’élevait dans le lointain,
attira son attention. Un de ses meilleurs officiers, Abd-al-wâhid Roulî,
sortit aussitôt de la tente pour aller voir ce que c’était. «Mes amis,
dit-il en revenant, l’obscurité m’empêche de bien distinguer les objets,
mais il me semble qu’Ibn-Hafçoun marche contre nous avec sa cavalerie et
son infanterie, et qu’il compte nous surprendre.» En un clin d’œil
tous les officiers prirent leurs armes, coururent à leurs chevaux,
sautèrent dessus, et conduisirent leurs hommes à la rencontre des
ennemis. Quand on se trouva en présence, plusieurs officiers se mirent à
crier: «Jetez les lances et combattez à l’arme blanche!» Cet ordre fut
exécuté sur-le-champ, et alors les royalistes attaquèrent leurs
adversaires avec tant d’impétuosité qu’ils leur tuèrent mille cinq cents
hommes et qu’ils les forcèrent d’aller chercher un refuge dans leur
camp.

Le lendemain matin le sultan reçut la nouvelle que son armée avait
d’abord essuyé un échec et qu’ensuite elle avait remporté une victoire.
Fort irrité contre les coalisés, il donna l’ordre de mettre à mort leurs
otages. On coupa la tête à trois des otages d’Ibn-Hafçoun; le quatrième,
Ibn-Mastana, sauva sa vie en promettant d’être désormais fidèle au
sultan[364]. Ce fut alors le tour d’Abdérame, le fils d’Ibn-Haddjâdj;
mais son père n’avait épargné ni l’argent ni les promesses pour se faire
des amis à la cour, et il n’avait pas cessé de dire qu’aussitôt que le
sultan lui aurait rendu son fils, il rentrerait dans l’obéissance[365].
Parmi ses amis se trouvait le Slave Badr, et ce Badr s’enhardit à
prendre la parole au moment même où l’on allait couper la tête à
Abdérame. «Seigneur, dit-il au sultan, excusez mon audace et veuillez
m’écouter: les otages d’Ibn-Hafçoun ont cessé de vivre, mais si à
présent vous faites aussi mettre à mort le fils d’Ibn-Haddjâdj, vous
ferez en sorte que ces deux hommes resteront unis contre vous jusqu’à
leur dernier soupir. Il est impossible de gagner Ibn-Hafçoun, c’est un
Espagnol; mais il n’est pas impossible de gagner Ibn-Haddjâdj, car il
est Arabe, lui.»

Le sultan fit appeler ses vizirs[366] et leur demanda leur avis. Tous
approuvèrent le conseil que Badr venait de donner. Quand ils furent
partis, Badr parla de nouveau au sultan et l’assura que s’il rendait la
liberté au fils d’Ibn-Haddjâdj, il pourrait compter à l’avenir sur la
fidélité du chef sévillan. Puis, voyant que le monarque hésitait encore,
il alla prier un de ses amis les plus influents, le trésorier Todjîbî,
d’adresser au sultan un mémoire dans lequel il l’engagerait à suivre le
conseil que Badr lui avait donné. La lecture de cet écrit vainquit les
hésitations d’Abdallâh, qui chargea alors Todjîbî d’aller remettre
Abdérame entre les mains de son père[367].

Nous renonçons à décrire la joie qu’éprouva Ibn-Haddjâdj quand il lui
fut enfin permis de serrer sur son cœur son fils bien-aimé, qu’il
avait redemandé en vain pendant six longues années. Cette fois il sut se
montrer plus reconnaissant que par le passé. Quand il disait dans la
lettre qu’il avait adressée au sultan après la mort des Khaldoun, que
ceux-ci l’avaient toujours poussé à la révolte, il disait vrai, ce
semble. Coraib avait été son mauvais génie, et maintenant que cet homme
perfide et ambitieux n’était plus là, il se conduisit tout autrement.
Sans rompre avec Ibn-Hafçoun, auquel il continua d’envoyer des
présents[368], il cessa cependant d’être son allié, et, au lieu de se
montrer hostile au sultan, il lui fit parvenir régulièrement son tribut
et son contingent en hommes. Sa position à l’égard du souverain était
dorénavant celle d’un prince tributaire; mais dans ses domaines il
exerçait un pouvoir illimité. Il avait son armée, à lui, qu’il payait
comme le sultan payait la sienne; c’était lui qui nommait tous les
employés à Séville, depuis le cadi et le préfet de police, jusqu’au
moindre huissier ou au moindre sergent de ville. Rien ne lui manquait de
la pompe royale, ni un conseil aulique, ni une garde de cinq cents
cavaliers, ni un manteau de brocart sur lequel ses noms et ses titres
étaient brodés en lettres d’or. Au reste, il exerçait noblement le
pouvoir. Juste mais sévère, il était sans pitié pour les malfaiteurs et
maintenait l’ordre avec la plus grande fermeté. Prince et marchand,
homme de lettres et ami des arts, il recevait par les mêmes vaisseaux
les présents des princes d’outre-mer, les tissus des villes
manufacturières de l’Egypte, les savants de l’Arabie et les chanteuses
de Bagdad. La belle Camar, dont il avait tant entendu vanter les talents
qu’il l’avait fait acheter pour une somme énorme, et le Bédouin
Abou-Mohammed Odhrî, un philologue du Hidjâz, étaient les plus beaux
ornements de sa cour. Ce dernier, qui, chaque fois qu’il entendait une
phrase incorrecte ou un mot impropre, avait la coutume de s’écrier: «Ah,
citadins, qu’avez-vous fait de la langue!» était un oracle quand il
s’agissait de la pureté du langage et de la finesse des expressions. La
spirituelle Camar joignait à son talent pour la musique une éloquence
naturelle, du génie pour la poésie, et une noble fierté. Un jour que des
ignorants entichés de leur noble naissance avaient dénigré son origine
et son passé, elle composa ces vers:

     Ils dirent:--Lorsque Camar arriva ici, elle était en guenilles;
     jusque-là son métier avait été de conquérir des cœurs à force de
     regards languissants; elle marchait dans la boue des chemins, elle
     errait de ville en ville; elle est de basse extraction; sa place
     n’est pas parmi les nobles, et son seul mérite, c’est de savoir
     écrire des lettres et des vers.--Ah! s’ils n’étaient pas des
     rustres, ils parleraient autrement de l’étrangère! Quels hommes,
     mon Dieu, que ceux qui méprisent la véritable, la seule noblesse,
     celle que donne le talent! Qui me délivrera des ignorants et des
     stupides? Ah! l’ignorance est la chose la plus honteuse qui soit au
     monde, et s’il fallait qu’une femme fût ignare pour entrer dans le
     paradis, j’aimerais bien mieux que le créateur m’envoyât aux
     enfers.

En général, elle ne semble pas avoir fait grand cas des Arabes
d’Espagne. Accoutumée à l’exquise courtoisie qui régnait à Bagdad, elle
se trouvait déplacée dans un pays qui avait conservé beaucoup de traces
de la rudesse des vieux temps. Le prince seul trouvait grâce à ses yeux,
et ce fut à sa louange qu’elle composa ces vers:

     Dans tout l’Ouest il n’y a point d’homme vraiment généreux, excepté
     Ibrâhîm qui est la générosité même. Rien de plus agréable que de
     vivre auprès de lui, et quand on a connu ce bonheur, ce serait un
     supplice que de devoir vivre dans un autre pays[369].

Quand elle vantait ainsi la générosité d’Ibrâhîm, elle n’exagérait rien.
A cet égard tout le monde était de son avis; aussi les poètes de
Cordoue, que l’avare sultan laissait presque mourir de faim,
accouraient-ils en foule à sa cour, le poète lauréat, Ibn-Abd-rabbihi,
en tête. Ibrahim les récompensait toujours avec une munificence vraiment
royale. Une fois seulement, il ne donna rien: ce fut lorsque Calfât, un
satirique fort mordant, lui eut récité un poème rempli d’amers sarcasmes
contre les ministres et les courtisans de Cordoue. Quoiqu’il eût
peut-être des griefs contre quelques-uns de ces personnages,
Ibn-Haddjâdj n’avait donné aucun signe d’approbation, et quand le poète
eut fini: «Tu t’es trompé, lui dit-il froidement, si tu as cru qu’un
homme tel que moi puisse trouver plaisir à entendre de si ignobles
injures.» Calfât retourna à Cordoue les mains vides. Désappointé et
furieux, il se mit aussitôt à vomir son fiel.

     Ne me blâme pas, disait-il, ne me blâme pas, ô ma femme, si je
     verse toujours des pleurs après le voyage que j’ai fait. Ce voyage
     m’a causé une douleur dont je ne pourrai jamais me consoler.
     J’espérais trouver là-bas un homme généreux, et je n’y ai trouvé
     qu’un stupide hibou!

Ibn-Haddjâdj n’était pas homme à endurer de telles grossièretés. Dès
qu’il eut appris la manière dont le poète se vengeait, il lui fit dire
ces paroles: «Si tu ne cesses pas de me diffamer, je jure par tout ce
qu’il y a de plus sacré que je te ferai couper la tête sur ton lit à
Cordoue!» Dès lors Calfât ne fit plus de satires contre le seigneur de
Séville[370].



XVII.


La réconciliation du sultan avec Ibn-Haddjâdj fut le commencement d’une
ère nouvelle, celle du rétablissement du pouvoir royal. Séville avait
été le point d’appui pour la rébellion dans tout l’Ouest; ce point
d’appui étant venu à manquer, tous les autres districts, depuis
Algéziras jusqu’à Niébla, rentrèrent forcément dans la sujétion[371].
Pendant les neuf dernières années du règne d’Abdallâh, ils payèrent le
tribut avec une régularité si parfaite, qu’il n’était plus nécessaire
d’envoyer des troupes de ce côté-là. Le sultan pouvait donc tourner
toutes ses forces contre le Midi. C’est aux sages conseils de Badr qu’il
devait cet heureux résultat; aussi lui en sut-il gré et lui donna-t-il
les preuves les plus éclatantes de sa reconnaissance. Il lui conféra le
titre de vizir, l’admit dans son intimité, et lui accorda une confiance
si grande, que Badr, bien qu’il ne portât pas le titre de premier
ministre, l’était cependant de fait[372].

Dans le Midi les armes du sultan furent désormais presque constamment
heureuses. En 903 son armée prit Jaën; en 905 elle gagna la bataille du
Guadalbollon sur Ibn-Hafçoun et Ibn-Mastana; en 906 elle enleva Cañete
aux Beni-al-Khalî; en 907 elle força Archidona à payer tribut; en 909
elle arracha Luque à Ibn-Mastana; en 910 elle prit Baëza, et l’année
suivante, les habitants d’Iznajar se révoltèrent contre leur seigneur,
Fadhl ibn-Salama, le gendre d’Ibn-Mastana, le tuèrent et envoyèrent sa
tête au sultan[373]. Même dans le Nord il y avait une amélioration
notable. Un instant--c’était dans l’année 898--on avait craint que le
plus puissant Espagnol du Nord et le plus puissant Espagnol du Midi ne
s’alliassent l’un avec l’autre. Mohammed ibn-Lope, de la famille des
Beni-Casî, avait promis de se rendre dans la province de Jaën afin d’y
conférer avec Ibn-Hafçoun. La guerre qu’il avait à soutenir contre
al-Ancar, le gouverneur de Saragosse, l’empêcha de venir en personne;
mais à sa place il envoya son fils Lope. Celui-ci était déjà arrivé dans
la province de Jaën et il y attendait l’arrivée d’Ibn-Hafçoun, lorsqu’il
reçut la nouvelle que son père, qui assiégeait Saragosse, avait été tué
(octobre 898), et alors il retourna dans sa patrie, sans attendre
l’arrivée d’Ibn-Hafçoun. Dans la suite il ne fut plus question de ce
projet d’alliance qui avait inspiré à la cour des alarmes fort
sérieuses[374], et Lope, loin de se montrer hostile au sultan, brigua sa
faveur; aussi le sultan le nomma-t-il gouverneur de Tudèle et de
Tirazona. Lope usa ses forces dans des guerres continuelles contre ses
voisins, tels que le seigneur d’Huesca, le roi de Léon, le comte de
Barcelone, celui de Pallars et le roi de Navarre, jusqu’à ce qu’il fût
tué dans un combat qu’il livra à ce dernier (907)[375]. Son frère
Abdallâh, qui lui succéda, tourna aussi ses armes, non pas contre le
sultan, mais contre le roi de Navarre[376]. Les Beni-Casî avaient donc
cessé d’être redoutables pour les Omaiyades.

Evidemment les choses prenaient partout un aspect plus rassurant. A
Cordoue on envisageait déjà l’avenir avec plus de confiance. Les poètes
faisaient entendre des chants de victoire qu’on n’avait pas entendus
depuis bien des années[377]. Toutefois le pouvoir royal n’avait fait
encore que des progrès fort lents, et rien de décisif ne s’était
accompli, lorsqu’Abdallâh mourut le 15 octobre 912, à l’âge de
soixante-huit ans, dont vingt-quatre de règne.

L’héritier présomptif du trône s’appelait Abdérame. C’était le fils du
fils aîné d’Abdallâh, de l’infortuné Mohammed qui avait été assassiné
par son frère Motarrif sur l’ordre de leur père[378]. Orphelin dès sa
plus tendre enfance, il avait été élevé par son aïeul, qui, agité sans
relâche par les remords de sa conscience, semble avoir concentré sur cet
enfant toute l’affection dont il était capable, et qui depuis longtemps
l’avait désigné pour son successeur[379]. Mais Abdérame ne comptait pas
encore vingt-deux ans[380], et l’on pouvait craindre que ses oncles ou
ses grands-oncles ne lui disputassent la couronne, car il n’y avait
point de loi sur la succession; quand le trône était vacant, c’était
d’ordinaire l’aîné ou bien le plus capable de la famille royale qui y
montait. Contre toute attente, personne ne s’opposa à l’élévation
d’Abdérame; qui plus est, tous les princes et tous les courtisans
saluèrent cet événement avec joie, tous y virent le gage d’un avenir de
prospérité et de gloire. C’est que le jeune prince avait déjà su se
faire aimer, et qu’il avait inspiré à tous ceux qui le connaissaient une
haute idée de ses talents[381].

Abdérame III, en poursuivant l’œuvre commencée par son aïeul, s’y
prit d’une tout autre façon. A la politique circonspecte et tortueuse
d’Abdallâh, il substitua une politique franche, hardie, audacieuse.
Dédaignant les moyens termes, il annonça fièrement aux insurgés
espagnols, arabes et berbers, que ce qu’il voulait d’eux, ce n’était pas
un tribut, mais leurs châteaux, leurs villes. A ceux qui se
soumettraient il promettait un pardon plein et entier, il menaçait les
autres d’un châtiment exemplaire.

Il semble au premier abord que de telles prétentions devaient réunir
contre lui toute l’Espagne. Il n’en fut point ainsi. Sa fermeté
n’indisposait pas, elle maîtrisait, et la ligne de conduite qu’il
suivait, loin d’être insensée, était clairement indiquée par l’état des
faits et des esprits.

C’est que peu à peu tout avait changé. L’aristocratie arabe n’était plus
ce qu’elle était au commencement du règne d’Abdallâh. Elle avait perdu
ses chefs les plus illustres; Saîd ibn-Djoudî et Coraib ibn-Khaldoun
n’étaient plus, Ibrâhîm ibn-Haddjâdj venait aussi de mourir[382], et
personne n’avait assez de talent ou de considération pour prendre la
place que la mort de ces hommes supérieurs avait laissée vide. Restait
le parti espagnol. Il avait encore la plupart de ses chefs, et il ne
semblait pas avoir perdu beaucoup de sa puissance. Mais ces chefs se
faisaient vieux, et le parti lui-même n’était plus ce qu’il était
trente ans auparavant, alors que, rempli d’ardeur et d’enthousiasme, on
s’était insurgé d’un commun élan, à la voix d’Ibn-Hafçoun, pour secouer
le joug de la domination étrangère. Cette première ferveur s’était
calmée et refroidie. A l’ardente et vigoureuse génération de 884 avait
succédé une génération nouvelle, qui n’avait ni les griefs, ni la
fierté, ni les passions, ni l’énergie de celle qui l’avait précédée.
N’ayant pas été opprimée par le pouvoir royal, elle n’avait pas de
raison pour le haïr. Elle se plaignait, il est vrai, elle se sentait
profondément malheureuse, mais les maux qu’elle déplorait n’étaient pas
ceux du despotisme, c’étaient ceux de l’anarchie et de la guerre civile.
Chaque jour elle voyait les troupes du sultan ou des insurgés ravager
des champs qui promettaient une abondante récolte, couper des oliviers
en fleurs et des orangers chargés de fruits, incendier des hameaux et
des villages; mais ce qu’elle ne voyait pas, mais ce qu’elle attendait
toujours en vain, c’était le triomphe de la cause nationale. Certes, le
trône du sultan chancelait parfois, mais l’instant d’après il était de
nouveau ferme comme le rocher. C’était peu encourageant. Peut-être ne
formulait-on pas sa pensée intime, mais on sentait instinctivement, à
n’en point douter, qu’une grande insurrection nationale, quand elle
n’arrive pas au but du premier élan, n’y arrive jamais. Telle avait été
l’impression générale au temps où les succès alternaient encore pour
les deux partis; ce fut bien pis lorsque les insurgés ne rencontraient
plus que des revers, et qu’au lieu d’avancer, ils se voyaient ramenés en
arrière. On commença alors à se demander à quoi avait servi la ruine ou
la mort de tant de braves gens, et si c’était bien la peine de se
laisser dépouiller ou tuer pour une cause que le ciel ne semblait plus
favoriser. Les populations des grandes villes, c’est-à-dire celles qui
étaient le plus amoureuses du repos et du bien-être, avaient été les
premières à se poser cette question, et n’y trouvant pas une réponse
satisfaisante, elles s’étaient dit que, tout bien considéré, la paix à
tout prix valait mieux, avec l’industrie et l’espoir de s’enrichir, que
la guerre patriotique avec le désordre et l’anarchie. Elvira s’était
donc soumise spontanément, Jaën s’était laissé prendre, et Archidona
avait consenti à payer tribut. Dans la Serrania, ce berceau de
l’insurrection, l’enthousiasme avait été moins prompt à se refroidir;
mais là aussi des symptômes de lassitude et de découragement avaient
déjà commencé à se manifester. Les montagnards ne s’empressaient plus de
s’enrôler sous le drapeau national, de sorte qu’Ibn-Hafçoun s’était vu
forcé de suivre l’exemple du sultan et de prendre à sa solde des
mercenaires de Tanger[383]. Dès lors la guerre avait beaucoup perdu de
son caractère primitif. Elle était devenue encore plus ruineuse, car le
but qu’on se proposait des deux côtés, c’était de mettre l’ennemi hors
d’état de payer ses troupes africaines; mais elle n’avait plus la
sauvage énergie d’autrefois, elle n’était plus sanglante. Les Berbers de
Tanger, toujours prêts à passer sous le drapeau opposé pour la moindre
augmentation de solde[384], ne considéraient la guerre que comme un jeu
lucratif; ils ménageaient leurs adversaires, car ces adversaires avaient
été la veille leurs camarades et le seraient peut-être le lendemain.
Dans maint combat il n’y eut que deux ou trois hommes de tués; il
arrivait même qu’on ne tuait personne. Quand on avait blessé quelques
hommes et coupé les jarrets à quelques chevaux, on croyait en avoir fait
assez[385]. Vouloir conquérir l’indépendance avec de tels soldats, quand
la levée en masse d’une population enthousiaste et irritée n’avait pas
suffi pour l’obtenir, c’était, on ne le sentait que trop, un projet
chimérique. Ibn-Hafçoun lui-même semble en avoir été convaincu, car dans
l’année 909, il avait reconnu pour son souverain Obaidallâh le Chiite,
qui venait d’enlever le nord de l’Afrique aux Aghlabides[386]. Cette
bizarre alliance ne porta aucun fruit, mais elle prouve qu’Ibn-Hafçoun
n’osait plus compter sur ses compatriotes.

Ajoutez à ces causes de l’affaiblissement général des convictions et des
courages la profonde démoralisation des châtelains, surtout dans les
provinces de Jaën et d’Elvira. Ces seigneurs avaient entièrement oublié
qu’ils avaient pris les armes pour un motif patriotique. Dans leurs
donjons élancés au milieu des nues, ils étaient devenus des brigands
sans foi ni loi, qui, du haut de leurs tours crénelées, guettaient les
voyageurs et fondaient sur eux avec la vitesse d’oiseaux de proie, sans
distinguer entre l’ami et l’ennemi. Dans tous les hameaux et dans toutes
les villes on maudissait ces tyrans, et celui qui éventrerait leurs
tours colossales et jetterait à terre les murailles de leurs manoirs
détestés, pourrait être sûr de la reconnaissance de la population
d’alentour. Qui le ferait, si le sultan ne le faisait pas, et n’était-il
pas naturel que les espérances du pauvre peuple se tournassent vers lui?

Ce qu’il faut remarquer en outre, c’est que la lutte avait perdu le
caractère national et pour ainsi dire universel qu’elle avait eu dans
l’origine, pour devenir entièrement religieuse. Auparavant Ibn-Hafçoun
n’avait pas fait de distinction entre les musulmans et les chrétiens; il
ne demandait pas quelle religion on professait, il lui suffisait qu’on
fût Espagnol, qu’on voulût combattre pour la bonne cause, et qu’on sût
tenir une épée. Mais depuis que lui et Ibn-Mastana[387], son plus
puissant allié, avaient ouvertement embrassé le christianisme; depuis
que, rendant à la religion sa pompe antique, ils avaient fait bâtir
partout de superbes églises, il n’en était plus de même. Maintenant
Ibn-Hafçoun, ou Samuel comme il se faisait appeler, n’accordait sa
confiance qu’aux chrétiens; les postes lucratifs et les hautes dignités
n’étaient plus que pour eux. Bobastro était devenu le foyer d’un
fanatisme aussi austère et aussi sombre que celui qui, soixante ans
auparavant, avait animé les moines de Cordoue. La propre fille
d’Ibn-Hafçoun, l’enthousiaste et courageuse Argentea, en donnait
l’exemple. Résistant aux instances de son père, qui, lorsqu’il eut perdu
sa femme Colomba, avait voulu la charger des soins domestiques, elle
avait fondé dans le palais même une espèce de cloître, et, désespérant
comme tant d’autres du triomphe des Andalous, elle se laissait dévorer
par la soif du martyre, un moine lui ayant prédit qu’elle était destinée
à mourir pour le Christ[388]. Or, ce zèle pour la religion chrétienne et
ce dédain des musulmans ne convenaient point du tout à une grande partie
de ceux qui jusque-là avaient combattu pour l’indépendance du pays.
Plusieurs d’entre eux, malgré la haine qu’ils avaient pour les Arabes,
étaient sincèrement et fervemment attachés à la religion qu’ils leur
avaient enseignée, car l’Espagnol, on ne l’ignore pas, est presque
toujours un croyant exalté, quelle que soit la religion qu’il a adoptée.
D’autres, les ci-devant serfs ou les descendants des serfs, voulaient
empêcher à tout prix que le christianisme ne devînt de nouveau la
religion dominante, car s’il le devenait, on ne manquerait pas de
ressusciter de vieilles prétentions dont ils seraient les victimes. La
religion était donc devenue un tison de discorde. Partout les Espagnols
musulmans et les Espagnols chrétiens s’observaient d’un œil jaloux et
méfiant; dans quelques districts ils se faisaient même une guerre
meurtrière. Dans la province de Jaën, le renégat Ibn-as-Châlia,
lorsqu’il eut repris Cazlona, forteresse que les chrétiens lui avaient
enlevée, passa toute la garnison au fil de l’épée (898)[389].

Ainsi ce parti était beaucoup moins puissant qu’il ne le paraissait. Il
n’avait plus le feu sacré qui seul peut faire accomplir des actions
héroïques et grandes; il était désuni; il ne subsistait qu’en payant des
mercenaires africains; il était las du désordre; il comptait dans son
sein une foule de personnes qui ne répugnaient nullement à l’idée d’une
réconciliation avec le sultan, le défenseur naturel de l’orthodoxie,
pourvu toutefois que ce sultan ne fût pas Abdallâh. Se réconcilier avec
ce tyran misanthrope et hypocrite, qui avait empoisonné deux de ses
frères, qui en avait fait exécuter un troisième, qui avait fait tuer
deux de ses fils sur de simples soupçons et sans qu’un jugement eût été
rendu[390],--se réconcilier avec un tel monstre, c’était impossible.
Mais il avait enfin cessé de vivre, et son successeur ne lui ressemblait
en rien. Ce prince avait tout ce qu’il fallait pour attirer les
sympathies et la confiance du peuple, tout ce qui plaît, éblouit ou
subjugue. Il avait cet extérieur qui n’est pas donné en vain aux
représentants du pouvoir; à la grâce qui séduit il joignait l’éclat qui
impose[391]. Tous ceux qui l’approchaient vantaient ses talents, sa
clémence, et la bonté dont il avait déjà fait preuve en ordonnant la
réduction des impôts[392]. Il intéressait d’ailleurs les âmes sensibles
par le triste sort de son père assassiné à la fleur de l’âge, et l’on
n’avait pas oublié qu’un jour ce père avait cherché un asile dans
Bobastro et qu’il s’était rangé alors sous le drapeau national.

Le jeune monarque montait donc sur le trône sous des auspices
très-favorables. Les grandes villes ne demandaient pas mieux que de lui
ouvrir leurs portes. Ecija leur donna l’exemple. Deux mois et demi après
la mort d’Abdallâh (31 décembre 912), elle se rendit à Badr qui
l’assiégeait, et qui venait de recevoir le titre de _hâdjib_ (premier
ministre)[393]. Mais Abdérame voulait cueillir lui-même des lauriers sur
le champ de bataille. Dès le retour de la belle saison, en avril 913, il
prit le commandement de son armée pour aller réduire les châtelains de
Jaën. Pendant bien des années les troupes n’avaient pas vu un sultan à
leur tête; depuis sa campagne de Carabuey, en 892, Abdallâh ne s’était
plus montré dans le camp[394], et l’absence du souverain avait eu sans
doute une influence fâcheuse sur le moral des soldats. Maintenant ils
saluèrent avec enthousiasme le jeune et brillant monarque qui voulait
partager, non-seulement leur gloire, mais encore leurs fatigues et leurs
périls.

Arrivé dans la province de Jaën, Abdérame apprit qu’Ibn-Hafçoun avait
noué des intelligences avec le parti révolutionnaire à Archidona[395] et
qu’il espérait se rendre maître de cette ville. Il détacha aussitôt une
brigade et ordonna au général qui la commandait d’aller se jeter dans
Archidona avec la plus grande vitesse. Ce général fit si bien
qu’Ibn-Hafçoun fut frustré dans son espoir.

De son côté, le sultan alla mettre le siége devant Monteleon. Le
seigneur de ce château, Saîd ibn-Hodhail, un des plus anciens alliés
d’Ibn-Hafçoun, aima mieux négocier que combattre. Le dimanche il avait
vu investir sa forteresse, le mardi suivant il se rendit. Ibn-as-Châlia,
Ishâc ibn-Ibrâhîm, le seigneur de Mentesa et sept autres châtelains
attendirent à peine que le sultan arrivât devant les portes de leurs
manoirs pour se soumettre et demander l’_amân_. Abdérame le leur
accorda, les envoya à Cordoue sous bonne escorte, avec leurs femmes et
leurs enfants, et installa ses lieutenants dans les forteresses qu’ils
venaient d’abandonner. Dans la province d’Elvira tout se passa de la
même manière, et le sultan ne trouva de la résistance qu’en arrivant
devant Fiñana. Là les partisans d’Ibn-Hafçoun avaient le dessus, et ils
avaient persuadé aux autres habitants que la ville était imprenable. La
résistance ne fut pas longue cependant. Ayant vu brûler les maisons qui
se trouvaient sur la pente de la montagne au sommet de laquelle la ville
était assise, les tièdes se mirent à négocier, et consentirent à livrer
les exaltés, comme le sultan l’exigeait. Puis Abdérame s’aventura dans
les sentiers presque inaccessibles de la Sierra Nevada. Là aussi tous
les châtelains se rendirent sans exception aucune. Alors on apprit
qu’Ibn-Hafçoun menaçait Elvira. Sans perdre un instant, le sultan envoya
des troupes au secours de cette ville. Dès qu’elle eut reçu ce renfort,
la milice d’Elvira, qui se piquait de montrer du zèle, se mit en marche
pour aller repousser l’ennemi. Elle le rencontra près de Grenade, le mit
en fuite et fit prisonnier un petit-fils d’Ibn-Hafçoun.

Sur ces entrefaites, Abdérame assiégeait Juvilès, où les chrétiens des
autres châteaux avaient cherché un refuge. Le siége dura quinze jours;
au bout de ce temps les Andalous musulmans implorèrent la clémence du
souverain et promirent de lui livrer les chrétiens qui se trouvaient
parmi eux. Ils tinrent leur promesse, et tous les chrétiens eurent la
tête coupée. Puis, passant par Salobreña et prenant la route d’Elvira,
le sultan attaqua et prit San Estevan et Peña Forata, deux nids de
vautour qui étaient l’effroi des habitants d’Elvira et de Grenade.

Dès lors les provinces d’Elvira et de Jaën étaient purgées de brigands
et pacifiées. Une campagne de trois mois avait suffi pour amener ce
résultat important[396].

Ce fut alors le tour de l’aristocratie sévillane.

Après la mort d’Ibrâhîm ibn-Haddjâdj, son fils aîné, Abdérame, lui avait
succédé à Séville, et son second fils, Mohammed, à Carmona; mais
Abdérame étant mort en 913, Mohammed (l’idole des poètes, qu’il comblait
de dons comme son père l’avait fait) voulut aussi se faire proclamer
seigneur à Séville. Il n’y réussit pas. Il avait déjà fait des
démarches pour se rapprocher du monarque, et à Séville on voulait rester
indépendant; on l’accusait d’ailleurs d’avoir fait empoisonner son
frère, ce qui peut-être n’était qu’une calomnie. A son préjudice on élut
donc son cousin germain, Ahmed ibn-Maslama, un brave guerrier. Mohammed
en fut profondément blessé, et comme le sultan, qui n’avait pas voulu
reconnaître le nouveau seigneur, avait envoyé une armée contre Séville,
il vint à la cour pour offrir ses services. Le sultan les accepta.

Le siége fut poussé avec tant de vigueur qu’Ahmed ibn-Maslama se vit
bientôt forcé de chercher un allié. Il s’adressa à Ibn-Hafçoun. Ce
dernier vint encore une fois au secours de l’aristocratie arabe menacée.
Mais la fortune lui avait tourné le dos. Etant sorti de Séville avec ses
alliés pour aller attaquer les troupes du sultan, qui avaient établi
leur quartier général sur la rive droite du Guadalquivir, il essuya une
si terrible déroute que, laissant les Sévillans se tirer d’affaire comme
ils pourraient, il retourna avec la plus grande vitesse à Bobastro.

Ahmed ibn-Maslama et les autres nobles de Séville comprirent alors
qu’une plus longue résistance serait inutile. Ils se mirent donc à
négocier avec Badr, qui venait d’arriver dans le camp, et quand ils
eurent obtenu la promesse que le gouvernement garderait les us et
coutumes tels qu’ils étaient sous les Haddjâdj, ils ouvrirent les
portes de leur ville (20 décembre 913)[397].

Mohammed ibn-Haddjâdj, qui avait compté que si l’on prenait Séville, ce
serait à son profit, et à qui l’on avait soigneusement caché la
négociation que l’on avait entamée, fut fort surpris quand il reçut de
la part de Badr une lettre qui lui annonçait que la ville s’était rendue
et que par conséquent il pouvait se retirer. Il se retira, en effet,
mais le cœur gonflé de colère et jurant de se venger. En retournant à
Carmona, il s’empara d’un troupeau qu’il rencontra et qui appartenait à
des habitants de Cordoue. Puis il s’enferma dans sa forteresse et se mit
à défier le sultan. Celui-ci ne se fâcha pas contre lui. Il lui envoya
un employé de la cour, et lui donna à entendre, d’une manière à la fois
ferme et polie, que les temps où les nobles pouvaient impunément
s’approprier le bien d’autrui étaient passés, et que par conséquent le
troupeau volé devait être rendu. Mohammed se laissa convaincre et
restitua le troupeau; mais malgré son rare esprit, il méconnaissait
encore la nouvelle face des temps. Ayant appris que le gouvernement
faisait raser les murailles de Séville, il voulut en profiter pour
s’emparer de la cité par un coup de main, et un beau jour il vint
l’attaquer. Il échoua dans sa téméraire entreprise, et le sultan eut
encore une fois la complaisance de lui envoyer quelqu’un qui devait le
mettre à la hauteur des idées nouvelles. Ce fut le préfet de police,
Câsim ibn-Walîd le Kelbite, qu’il chargea de cette mission. Il ne
pouvait faire un meilleur choix: Câsim, qui, sous le règne d’Abdallâh,
avait été pendant quelques mois le collègue d’Ibrâhîm ibn-Haddjâdj,
était l’ami intime de Mohammed, et récemment encore, lors du siége de
Séville, on les avait toujours vus ensemble. Aussi le sultan ne fut-il
pas trompé dans son attente: Câsim s’acquitta de sa mission avec tant de
tact et d’intelligence, il parla si bien et avec tant d’entrain, que
Mohammed finit par promettre qu’il se rendrait à la cour, pourvu
toutefois qu’on lui permît de laisser son lieutenant à Carmona; et le
sultan y ayant consenti, il se rendit à Cordoue avec une suite nombreuse
(avril 914). Le monarque le reçut avec les plus grands égards, lui fit
de beaux présents ainsi qu’à ses hommes d’armes, lui conféra le titre de
vizir et l’engagea à l’accompagner dans la nouvelle campagne qu’il
allait entreprendre[398].

Cette fois le sultan avait l’intention d’aller attaquer l’insurrection
dans son point central, la Serrania de Regio. On ne pouvait pas
s’attendre, il est vrai, à y remporter des avantages aussi rapides et
aussi éclatants que ceux qu’on avait obtenus l’année précédente dans
les provinces de Jaën et d’Elvira. Dans la Serrania, d’où l’islamisme
avait été presque entièrement banni, on aurait affaire aux chrétiens, et
Abdérame avait déjà éprouvé que les Espagnols chrétiens se défendaient
avec bien plus d’opiniâtreté que les Espagnols musulmans. Cependant il
croyait que, même parmi les chrétiens, il y en aurait quelques-uns qui,
persuadés non-seulement de sa fermeté, mais aussi de sa loyauté, se
soumettraient spontanément. Et en effet, le gouvernement, il faut le
dire à son honneur, se conduisait avec la plus grande droiture envers
les chrétiens qui avaient capitulé. Ainsi il était arrivé récemment que
la maîtresse d’un seigneur chrétien qui s’était rendu l’année précédente
et qui résidait maintenant à Cordoue, s’était adressée au cadi en disant
qu’étant musulmane et de condition libre, elle désirait être affranchie
de la dépendance où elle était, attendu qu’il n’était pas permis à un
chrétien d’avoir une musulmane pour concubine. Le premier ministre,
Badr, n’eut pas plutôt appris les démarches qu’elle avait faites, qu’il
envoya au cadi quelqu’un qui lui dit en son nom: «Le chrétien dont il
s’agit ne s’est rendu qu’en vertu d’une capitulation. Il n’est pas
permis de la violer, et vous savez mieux que personne que les traités
doivent être scrupuleusement observés. Ne tentez donc point d’enlever
cette esclave à son maître!» Le cadi fut un peu surpris de ce message;
il trouvait que le ministre empiétait sur lui. «Est-ce bien le hâdjib
qui vous envoie vers moi?» demanda-t-il au messager; et quand celui-ci
eut répondu affirmativement: «Eh bien, dit-il, allez dire à votre maître
qu’il est de mon devoir de respecter tous les serments, et que je ne
puis faire une exception pour celui que j’ai prêté moi-même. Je vais
m’occuper, toute affaire cessante, de la demande de cette dame, qui est
musulmane et libre, remarquez-le bien.» Quand il eut reçu cette réponse,
le ministre ne put plus douter de la disposition où était le cadi.
Néanmoins il lui fit encore dire ceci: «Je n’ai pas l’intention
d’entraver le cours de la justice, et il ne m’est pas permis d’exiger de
vous un jugement inique. Tout ce que je vous demande, c’est de vouloir
bien prendre en considération les droits que ce seigneur chrétien a
acquis en concluant un traité avec nous. Vous savez qu’il est de notre
devoir de traiter ces chrétiens avec équité et avec les plus grands
ménagements. Décidez maintenant vous-même ce que vous avez à
faire[399].»

Le cadi se laissa-t-il persuader, ou bien crut-il que la loi était
au-dessus des traités? On l’ignore; mais la conduite de Badr dans cette
circonstance était en tout cas une preuve de la sincérité du
gouvernement et de l’esprit de conciliation qui l’animait. C’était là
une politique noble et belle; ajoutons qu’elle était dans le caractère
d’Abdérame. Ce monarque était si peu exclusif qu’une fois il voulut
donner l’emploi le plus élevé dans la magistrature, celui de cadi de
Cordoue, à un renégat dont le père et la mère étaient encore chrétiens,
et que les faquis eurent bien de la peine à lui faire abandonner ce
projet[400].

L’attente que nourrissait Abdérame à l’égard des châtelains chrétiens de
la Serrania ne fut point trompée. Plusieurs d’entre eux demandèrent et
obtinrent l’amnistie; mais Tolox, où Ibn-Hafçoun animait la garnison par
sa présence, se défendit avec tant d’opiniâtreté que le sultan ne put le
prendre. Une fois la garnison fit une sortie, et alors il y eut un
combat fort sanglant[401]. Un autre château fit aussi tant de
résistance, qu’Abdérame jura dans sa colère qu’il ne goûterait point de
vin et n’assisterait à aucune fête avant qu’il l’eût pris. Il fut
bientôt délié de son serment; car non-seulement il prit ce château-là,
mais il en prit encore un autre[402]. Vers la même époque sa flotte lui
rendit un grand service: elle s’empara de plusieurs vaisseaux qui
apportaient des vivres à Ibn-Hafçoun, ce chef étant déjà tellement
réduit à l’étroit qu’il devait s’approvisionner en Afrique[403].

En retournant vers sa capitale, le sultan passa par Algéziras, et
ensuite par les provinces de Sidona et de Moron. C’est à Carmona qu’il
voulait se rendre, et le 28 juin 914, il arriva devant les portes de
cette ville.

Habîb, le lieutenant de Mohammed, y avait arboré le drapeau de la
révolte. L’avait-il fait de son propre mouvement? On en doutait; on
disait qu’il ne l’avait fait que sur l’instigation de son maître, et
Abdérame, qui croyait cette accusation fondée, ôta à Mohammed sa dignité
de vizir et le fit jeter en prison. Puis il commença le siége de
Carmona. Habîb ne se défendit que vingt jours; au bout de ce temps il
demanda et obtint l’_amán_. Quant à Mohammed ibn-Haddjâdj, comme
dorénavant il n’était plus en état de nuire, il fut bientôt remis en
liberté; mais il ne jouit pas longtemps de cette faveur, car il mourut
en avril 915[404]. Ce fut le dernier des Haddjâdj qui joua un rôle dans
l’histoire.

En 915 une terrible famine, causée par une longue sécheresse, ne permit
pas d’entreprendre une campagne. Les habitants de Cordoue moururent par
milliers, et les bras manquaient presque pour enterrer les morts. Le
sultan et son ministre firent tout ce qu’ils purent pour soulager la
misère; mais ils eurent beaucoup de peine à contenir les insurgés, qui,
pressés par la faim, sortaient de leurs montagnes pour saisir le peu de
vivres qui se trouvaient encore dans les plaines[405]. L’année suivante,
Orihuéla et Niébla furent conquises, et le sultan avait déjà si bien
rétabli sa puissance, qu’il put faire faire des razzias contre les
chrétiens du Nord[406], lorsque la mort vint le délivrer de son ennemi
le plus redoutable; dans l’année 917, Ibn-Hafçoun rendit le dernier
soupir. Cet événement causa une grande joie à Cordoue; on n’y douta plus
dès lors que l’insurrection ne fût bientôt étouffée[407].

Le héros espagnol, qui, pendant plus de trente ans, avait bravé les
envahisseurs de sa patrie et qui maintefois avait fait trembler les
Omaiyades sur leur trône, devait bénir la Providence qui le faisait
mourir à cette heure et lui épargnait ainsi le triste spectacle de la
ruine de son parti. Il mourut indompté; dans les circonstances données,
c’était tout ce qu’il lui était permis d’espérer. Il ne lui fut point
donné de délivrer sa patrie et de fonder une dynastie; mais il n’en faut
pas moins reconnaître en lui un héros tout à fait extraordinaire et tel
que l’Espagne n’en avait pas produit depuis le temps où Viriathe jura de
délivrer son pays de la domination romaine.



XVIII.


La guerre dans la Serrania dura encore dix ans. Omar ibn-Hafçoun avait
laissé quatre fils, Djafar, Solaimân, Abdérame et Hafç, qui, à une seule
exception près, avaient hérité, sinon des talents, du moins de la
vaillance de leur père. Solaimân fut forcé de se rendre (en mars 918),
de s’enrôler dans l’armée du sultan, et de prendre part aux campagnes
contre le roi de Léon et celui de Navarre[408]. Abdérame, qui commandait
à Tolox et pour lequel les livres avaient plus d’attrait que les armes,
se rendit aussi, et, ayant été conduit à Cordoue, il y passa le reste de
sa vie à copier des manuscrits[409]. Mais la puissance de Djafar était
encore formidable; le sultan, du moins, en jugeait ainsi, car lorsqu’il
assiégeait Bobastro en 919, il ne refusa pas d’entrer en pourparlers
avec lui; et quand Djafar lui eut offert des otages et un tribut annuel,
il agréa cette proposition[410]. Bientôt après, cependant, Djafar
commit une faute fort grave et qui lui devint fatale. A son avis, son
père avait eu tort de se déclarer chrétien avec toute sa famille, et
jusqu’à un certain point cette manière de voir était juste, car il est
incontestable qu’Ibn-Hafçoun s’était aliéné le cœur des Andalous
musulmans par son changement de religion; seulement, la chose une fois
faite, ni Ibn-Hafçoun ni ses fils ne pouvaient se rétracter; dorénavant
ils devaient s’appuyer uniquement sur les chrétiens, et triompher ou
succomber avec eux. Les chrétiens étaient les seuls qui eussent conservé
de l’énergie et de l’enthousiasme, tandis que les musulmans trahissaient
partout. Ce qui s’était passé peu de temps auparavant dans la forteresse
de Balda, en était la preuve. Cette forteresse étant assiégée par le
sultan, la partie musulmane de la garnison avait passé tout entière à
l’ennemi, tandis que les chrétiens s’étaient laissé massacrer jusqu’au
dernier, plutôt que de se rendre[411]. Toutefois Djafar, qui ne se
rendait pas bien compte de la situation où il se trouvait, croyait
encore à la possibilité de se réconcilier avec les Andalous musulmans,
et, voulant les gagner, il manifesta clairement son intention de
retourner à l’islamisme. C’est ce qui le perdit. Frémissant d’horreur à
l’idée d’avoir un mécréant pour leur chef, ses soldats chrétiens
tramèrent un complot contre lui, et, s’étant entendus avec son frère
Solaimân, ils l’assassinèrent (920), après quoi ils proclamèrent
Solaimân, qui se hâta de se rendre auprès d’eux[412].

Le règne de Solaimân ne fut pas heureux. Bobastro était en proie aux
plus furieuses discordes. Une insurrection y éclata; Solaimân fut
chassé, ses prisonniers furent mis en liberté, son palais fut saccagé;
mais peu de temps après, ses partisans surent se glisser dans la ville,
lui-même y rentra sous un déguisement, et, ayant gagné la populace en
lui promettant le pillage, il l’appela aux armes. Il resta le maître,
et, inexorable dans sa vengeance, il fit couper la tête à la plupart de
ses adversaires. «Allâh, dit un historien de Cordoue, laissait les
mécréants s’entr’égorger, parce qu’il voulait extirper jusqu’à la racine
leurs derniers vestiges[413].»

Solaimân ne survécut pas longtemps à son rétablissement. Ayant été
démonté dans une escarmouche, le 6 février 927, il fut tué par les
royalistes, qui assouvirent leur rage sur son cadavre, auquel ils
coupèrent la tête, les mains et les pieds[414].

Son frère Hafç lui succéda; mais l’heure fatale allait sonner. Dans le
mois de juin de l’année 927, le sultan vint assiéger Bobastro, bien
décidé à ne plus lever le siége avant que la ville ne se fût rendue.
Ayant ordonné d’élever partout des ouvrages formidables et de rebâtir
une ancienne forteresse romaine à demi ruinée qui se trouvait dans le
voisinage, il cerna la place de toutes parts et lui coupa les vivres.
Pendant six mois Hafç soutint les efforts de l’ennemi; mais il se rendit
enfin, et le vendredi 21 janvier 928, les troupes du sultan prirent
possession de la ville. Hafç fut transporté à Cordoue de même que tous
les autres habitants, et dans la suite il servit dans l’armée de son
vainqueur. Sa sœur Argentea se retira dans un couvent, et
probablement on l’aurait laissée en paix, si elle eût consenti elle-même
à vivre ignorée; mais enthousiaste, fanatique et aspirant depuis
longtemps à la palme du martyre, elle irrita l’autorité en lui déclarant
qu’elle était chrétienne; et comme aux yeux de la loi elle était
musulmane, attendu que son père l’était encore à l’époque où elle avait
vu le jour, elle fut condamnée à mort comme coupable d’apostasie. Elle
subit son arrêt avec un courage héroïque, et se montra ainsi la digne
fille de l’indomptable Omar ibn-Hafçoun (931)[415].

Deux mois après la reddition de Bobastro, le sultan se rendit en
personne dans cette ville. Il voulait la voir de ses propres yeux, cette
forteresse orgueilleuse, qui, pendant un demi-siècle, avait bravé les
attaques sans cesse renouvelées de quatre sultans. Quand il y fut
arrivé; quand, du haut des remparts, il attacha ses regards sur les
bastions crénelés et les tours colossales; quand il mesura de l’œil
la hauteur de la montagne taillée à pic sur laquelle elle était assise,
et la profondeur des précipices qui l’entouraient, alors il s’écria
qu’elle n’avait pas sa pareille au monde, et, rempli de reconnaissance
envers l’Eternel qui la lui avait livrée, il s’agenouilla, se répandit
en actions de grâces, et pendant toute la durée de son séjour, il
observa un jeûne rigoureux. Malheureusement pour sa gloire, il eut la
faiblesse de se laisser arracher une concession qu’il aurait dû refuser.
Voulant voir, eux aussi, la ville redoutable qui avait été le boulevard
d’une religion qu’ils avaient en horreur, les faquis s’étaient mis à sa
suite, et à Bobastro ils ne lui laissèrent point de repos qu’il ne leur
eût permis d’ouvrir les tombeaux d’Omar ibn-Hafçoun et de son fils
Djafar. Puis, les voyant enterrés à la manière chrétienne, ils n’eurent
pas honte de troubler le repos de ceux qui dormaient du sommeil éternel,
et, ayant retiré leurs corps de la sépulture, ils les envoyèrent à
Cordoue avec l’ordre de les clouer à des poteaux. «Ces corps, s’écrie un
chroniqueur du temps dans sa joie barbare, ces corps devinrent ainsi un
avertissement salutaire pour les gens mal intentionnés, et un doux
spectacle pour les regards des vrais croyants.»

Les places qui se trouvaient encore au pouvoir des chrétiens ne
tardèrent pas à se rendre. Le sultan les fit raser toutes, à l’exception
de quelques-unes qu’il laissa subsister parce qu’il les jugeait
nécessaires pour contenir le pays dans l’obéissance, et il fit
transporter à Cordoue les hommes les plus influents et les plus
dangereux[416].

La Serrania était donc pacifiée; mais avant qu’elle le fût, le sultan
avait déjà dompté la rébellion sur plusieurs autres points. Dans les
montagnes de Priégo, les fils d’Ibn-Mastana avaient dû lui céder leurs
châteaux; dans la province d’Elvira, les Berbers de la famille des
Beni-Mohallab avaient été obligés de mettre bas les armes[417].
Monte-Rubio, sur les frontières de Jaën et d’Elvira, avait été pris.
Bâtie sur une montagne colossale et fort escarpée, cette forteresse
avait longtemps inspiré au gouvernement de sérieuses alarmes. Un grand
nombre de chrétiens s’y étaient nichés, qui descendaient à chaque
instant de leur aire pour piller les hameaux du voisinage, ou pour
dévaliser et massacrer les voyageurs. En 922, ce repaire avait été
assiégé sans succès par le sultan pendant tout un mois; il ne fut pris
que quatre ans plus tard[418]. En 924, plusieurs rebelles du pays
valencien furent forcés de se soumettre[419]. Dans la même année, le
sultan fut à même d’interdire la frontière supérieure à tous les
Beni-Casî[420], qui s’étaient affaiblis par les guerres qu’ils s’étaient
livrées entre eux et par celles qu’ils avaient eu à soutenir contre le
roi de Navarre, et il les contraignit de s’enrôler dans son armée[421].
Deux années plus tard, le général Abd-al-hamîd ibn-Basîl fit une
campagne fort heureuse contre les Beni-Dhî-’n-noun[422].

N’ayant maintenant plus rien à craindre du côté du Midi, le sultan fut à
même de tourner toutes ses forces contre les rebelles des autres
provinces. Les succès qu’il remporta furent aussi rapides que décisifs.
En 928, il envoya des troupes contre le chaikh Aslamî, le seigneur
d’Alicante et de Callosa, dans la province de Todmîr. Cet Arabe, qui
était un brigand et un débauché de la pire espèce, avait toujours
affecté une grande dévotion. Lorsqu’il se faisait vieux, il avait
abdiqué en faveur de son fils Abdérame, ne voulant, disait-il, songer
désormais qu’à son salut; et de fait, il assistait avec la plus grande
régularité à tous les sermons et à toutes les prières publiques; mais
cette piété apparente ne l’empêchait pas d’aller encore de temps en
temps marauder sur les terres de ses voisins; et quand son fils eut été
tué en combattant contre les royalistes, il reprit le commandement. Il
ne le garda pas longtemps; le général Ahmed ibn-Ishâc prit ses
forteresses l’une après l’autre, et, l’ayant forcé à se soumettre, il le
fit transporter à Cordoue avec toute sa famille[423]. Vers la même
époque, Mérida et Santarem se rendirent, sans que les troupes que le
sultan avait envoyées contre elles, eussent besoin de tirer l’épée[424].
L’année suivante, Béja se rangea aussi à l’obéissance, après avoir fait
pendant quinze jours une résistance opiniâtre[425]. Puis le sultan
tourna ses armes contre Khalaf ibn-Becr, le prince d’Ocsonoba; mais ce
renégat lui fit dire qu’il était prêt à payer tribut, et que, s’il ne
l’avait pas fait auparavant, l’éloignement de sa province devait lui
servir d’excuse. Il était fort aimé de ses sujets, pour lesquels lui et
ses prédécesseurs avaient toujours été bons princes, et le monarque
comprit que s’il persistait dans son dessein de le réduire, il
pousserait les habitants de l’Algarve à prendre une résolution
désespérée. Contre sa coutume, il conclut donc une transaction: il
consentit à ce que Khalaf ibn-Becr devînt, non pas son sujet, mais son
vassal, son tributaire; le prince d’Ocsonoba devait s’engager seulement
à payer un tribut annuel et à ne point donner asile aux insurgés[426].

La réduction de Badajoz, où régnait encore un descendant d’Ibn-Merwân le
Galicien, demanda le plus d’efforts. Cette ville ne se rendit qu’après
avoir soutenu un siége pendant toute une année (930)[427].

Pour être maître de l’héritage de ses aïeux, Abdérame n’avait plus que
Tolède à réduire.

Il commença par y envoyer une députation de faquis, chargés de
représenter aux habitants que, tout le royaume s’étant soumis, ce serait
folie de leur part que de continuer à se donner des airs de république.
Cette tentative fut inutile. Pleins d’amour pour la liberté dont ils
avaient joui pendant quatre-vingts ans, tantôt sous la protection des
Beni-Casî, tantôt sous celle des rois de Léon, les Tolédans donnèrent
une réponse, sinon hautaine, du moins évasive. Se voyant donc forcé d’en
venir aux moyens extrêmes, le monarque prit ses mesures avec la
promptitude et la fermeté qui le caractérisaient. Dès le mois de mai de
l’année 930, et avant que la grande armée qu’il comptait opposer aux
rebelles fût rassemblée, il envoya contre Tolède un de ses généraux, le
vizir Saîd ibn-Mondhir, en lui ordonnant de commencer le siége. Dans le
mois de juin, il marcha lui-même contre la ville avec le gros de ses
forces, et, ayant établi son camp sur les bords de l’Algodor, près du
château de Mora, il somma le renégat tolédan qui y commandait, de
l’évacuer. Cette simple sommation suffit. Sentant l’impossibilité de se
défendre contre la nombreuse armée du sultan, le renégat se hâta
d’abandonner la forteresse. Abdérame y mit une garnison; puis il alla
établir son camp près de Tolède, sur une montagne qui portait alors le
nom de Djarancas. Laissant errer ses regards sur les jardins et les
vignes, il fut d’avis que le cimetière près de la porte serait l’endroit
qui conviendrait le mieux pour en faire le quartier général. Ayant donc
fait marcher ses troupes vers ce cimetière, il fit couper les blés et
les arbres fruitiers des alentours, ordonna d’incendier les villages, et
attaqua les Tolédans avec la plus grande vigueur. Le siége, toutefois,
dura plus de deux années. Le sultan, que rien ne décourageait, fit bâtir
une ville sur la montagne de Djarancas, et la ville d’al-Fath (la
Victoire), élevée en quelques jours, apprit aux Tolédans que le siége ne
serait jamais levé. Ils comptaient encore sur le secours du roi de Léon,
mais son armée fut repoussée par les royalistes[428]. Enfin, pressés
par la famine, ils ouvrirent leurs portes. La joie qu’Abdérame éprouva
quand il prit possession de la ville, fut presque aussi grande que celle
qu’il avait ressentie au moment où il était devenu maître de Bobastro,
et il la montra par les ferventes actions de grâces qu’il adressa au
Tout-Puissant[429].

Arabes, Espagnols, Berbers, tous avaient été vaincus, tous avaient été
forcés de fléchir le genou devant le pouvoir royal, et le principe de la
monarchie sans limites fut proclamé plus rudement que jamais au milieu
d’un silence universel. Mais les pertes essuyées par les différents
partis dans cette longue lutte n’étaient pas égales. Le parti qui avait
été maltraité le plus, c’était incontestablement celui qui représentait
l’indépendance individuelle, comme les Germains le faisaient en France
et en Italie, c’est-à-dire l’aristocratie arabe. Obligée de subir un
gouvernement plus absolu et beaucoup plus fort que celui qu’elle avait
tâché de renverser, un gouvernement qui lui était hostile par sa nature
et qui s’appliquait systématiquement à lui ôter toute influence sur la
marche des affaires, elle était condamnée à s’en aller tout doucement à
la dérive, perdant à chaque règne de son éclat et de sa fortune. Et
voilà justement ce qui était une consolation pour les Espagnols et ce
qu’ils regardaient comme une espèce de victoire. Ayant pris les armes,
bien moins par haine contre le sultan que par haine contre la noblesse,
ils pouvaient se dire que, jusqu’à un certain point, ils avaient réussi,
puisqu’à défaut d’une autre satisfaction, ils avaient du moins celle
d’être dorénavant à l’abri des dédains, des insultes et de l’oppression
de la noblesse. Ils ne formaient plus un peuple à part, un peuple de
parias mis au ban de la société. Le but qu’Abdérame III s’était proposé
d’atteindre et que par laps de temps il atteignit en effet, c’était la
fusion de toutes les races de la Péninsule en une nation véritablement
une[430]. Les anciennes distinctions avaient donc cessé; elles tendaient
du moins à disparaître de plus en plus, pour faire place à celles des
rangs, des classes et des états. Cette égalité n’était, il est vrai, que
l’égalité dans la sujétion; mais aux yeux des Espagnols elle était un
bien immense, et pour le moment ils demandaient à peine autre chose. Au
fond, leurs idées sur la liberté étaient encore fort vagues; la
monarchie absolue et le despotisme administratif ne leur étaient pas
antipathiques; au contraire, cette forme de gouvernement était pour eux
une vieille tradition; ils n’en avaient pas connu d’autre, ni sous la
domination des rois visigoths, ni sous celle des empereurs romains, et
la preuve qu’ils n’en imaginaient pas encore une meilleure, c’est que,
même pendant la guerre qu’ils avaient soutenue pour reconquérir
l’indépendance, ils n’avaient en général fait que de faibles efforts
pour fonder la liberté.


FIN DU TOME DEUXIÈME.



NOTES


Note A, p. 32.

Les Arabes écrivent le nom de Carteya exactement comme ils écrivent
celui de Carthagène. C’est que déjà au VIIIe siècle on semble avoir
dit Carteyana au lieu de Carteya. Au XVIIe, on voyait encore sur les
ruines de Carteya une tour qu’on appelait Carteyana ou Cartagena;
aujourd’hui on l’appelle Torre del Rocadillo. Voyez Caro, _Antiguedades
de Sevilla_, fol. 123, col. 4; _España sagrada_, t. IV, p. 24, et
Barrantes Maldonado, _Illustraciones de la casa de Niebla_ (dans le
_Memorial histórico español_, t. IX, p. 369).


Note B, p. 70.

Il est fort singulier que les historiens arabes diffèrent sur la date
d’un événement aussi important que la révolte du faubourg méridional de
Cordoue contre Hacam Ier. Tous s’accordent pour dire qu’elle eut lieu
dans le mois de Ramadhân; mais les uns la placent dans l’année 198 de
l’Hégire, les autres dans l’année 202. Ibn-Adhârî et Ibn-Khaldoun la
placent en 202; Nowairî la raconte bien sous l’année 198, mais il ajoute
que d’autres la mettent en 202; enfin, Ibn-al-Abbâr donne non-seulement
l’année 202, mais aussi le jour de la semaine et le quantième du mois;
la révolte commença, dit-il, le mercredi, treize jours après le
commencement de Ramadhân.

       *       *       *       *       *

Malgré ces témoignages, respectables à coup sûr, j’ai cru devoir adopter
la date de 198, et voici pourquoi:

1º. D’après Ibn-al-Abbâr et Ibn-Adhârî, une partie considérable des
révoltés alla chercher un asile à Tolède, «cette ville étant alors en
révolte contre Hacam.» Ce renseignement s’applique très-bien à l’année
198, car à cette époque Tolède était réellement en insurrection, mais
non à l’année 202, puisque, dans l’année 199, Hacam s’était rendu maître
de Tolède (voyez Ibn-Adhârî, t. II, p. 76), et que, pendant le reste du
règne de ce prince, cette ville demeura dans l’obéissance.

2º. La date 198, sous laquelle Nowairî raconte la révolte, est confirmée
par un historien fort ancien et fort respectable, Ibn-al-Coutîa. Cet
auteur ne nomme point d’année, mais il dit que l’entrevue de Hacam avec
Tâlout eut lieu un an après la révolte, et qu’après cette entrevue,
Hacam fut attaqué d’une maladie qui mina ses forces pendant sept années,
et qui finit par l’emporter dans la tombe. Il place donc la révolte huit
années avant la mort de Hacam, laquelle arriva, d’après tous les
historiens, en 206.

3º. La date de 198 est aussi confirmée par le témoignage de Macrîzî,
historien qui travaillait, non sur des documents arabes-espagnols, mais
sur des chroniques égyptiennes. Macrîzî fait venir les Andalous à
Alexandrie en 199; dans cette même année, le gouverneur de la ville,
qu’ils avaient destitué, les attaque; vers la fin de l’année 200,
Abdalazîz marche contre eux. Il est impossible que toutes ces dates
soient erronées.


Note C, p. 280.

D’après la règle établie par le concile de Nicée, la solennité pascale,
dans l’année 891, aurait dû avoir lieu le 4 avril; mais comme les
chroniqueurs arabes placent la bataille de Polei dans l’année 278 de
l’Hégire, laquelle commença le 15 avril 891, il est probable que les
Andalous auront célébré leur Pâques d’après le système de leur
compatriote Migetius, système que le pape Adrien Ier mentionne et
condamne dans une lettre adressée à l’évêque Egila. Voyez cette lettre
dans l’_España sagrada_, t. V, p. 532, c. 6.


Note D, p. 324.

En 896, pendant le siége de Velez, plusieurs cavaliers et piétons de
l’armée du sultan, attirés par l’espérance d’une paye plus forte,
passèrent à l’ennemi. Ibn-Haiyân, fol. 88 v.--Pendant le siége de Lorca,
il y eut de nombreuses désertions dans l’armée du sultan et dans celle
de Daisam. Le même, fol. 89 r.--En 897, douze soldats de Tanger, qui
servaient sous Ibn-Hafçoun, vinrent offrir leurs services au général du
sultan. Le même, fol. 91 v.--Dans la dernière année du règne d’Abdallâh,
les régiments de Tanger que ce prince avait à son service, désertèrent
en masse (apparemment parce que leur solde était arriérée) pour aller
se ranger sous les drapeaux d’Ibn-Hafçoun et sous ceux de son allié,
Saîd ibn-Hodhail de Monteleon. Bientôt après, ils eurent à Bobastro et à
Monteleon une violente querelle avec leurs nouveaux camarades. On en
vint aux mains, et presque tous les Berbers furent massacrés. Ceux qui
survécurent à cette catastrophe retournèrent dans le camp du sultan et
obtinrent leur pardon. Le même, fol. 107 r.; Arîb, t. II, p. 152.

FIN DES NOTES DU TOME DEUXIÈME.

       *       *       *       *       *

Erreurs corrigées:

l’audace inouïe du jeune moide=> l’audace inouïe du jeune moine {pg 151}

un action sensée=> une action sensée {pg 217}

secondé p le Berber-Bornos Djonaid=> secondé par le Berber-Bornos
Djonaid {pg 244}

       *       *       *       *       *


Notes de bas de page:

[1] Salvien, _De Gubernatione Dei_, L. IV, p. 60 (éd. de Brême, 1688).

[2] Voyez les passages de Sidoine Apollinaire cités par Fauriel, _Hist.
de la Gaule méridionale sous la domination des conquérants germains_,
t. I, p. 387 et suiv. Nous ne possédons point de renseignements sur la
manière de vivre des riches seigneurs espagnols de cette époque, mais
tout porte à croire qu’elle ressemblait fort à celle des seigneurs de la
province avoisinante.

[3] Voyez les travaux de MM. Savigny, Giraud, etc.

[4] Voyez Giraud, _Essai sur l’histoire du droit français au moyen âge_,
t. I, p. 147 et suiv., et les travaux allemands et français qu’il cite.

[5] Voyez Pignori, _de Servis_ (dans la préface), dans Polenus,
_Utriusque Thesauri antiquitatum nova supplementa_, t. III.

[6] Ammien Marcellin, XXVIII, 4, 16.

[7] Salvien, L. IV, p. 58.

[8] Salvien, L. V, p. 91, 92; _Querolus_, Act. I, Sc. 2, vs. 194-208 (p.
55 éd. Klinkhamer).

[9] Voyez les textes rapportés dans le tome Ier des _Script. rer.
francic._ de D. Bouquet, p. 565, 572, 597, 609. Il est vrai que nous
n’avons pas sur l’existence des Bagaudes en Espagne, des témoignages
antérieurs à l’invasion des barbares; néanmoins je suis porté à croire
que ces bandes y existaient déjà avant cette époque, car Idace, qui
écrivait au Ve siècle et qui en parle le premier, ne semble nullement
considérer leur existence en Espagne comme une nouveauté.

[10] Isidore, _Hist. Goth._, p. 493.

[11] Servulos tantum suos ex propriis prædiis colligentes ae vernaculis
alentes sumtibus. Orose, VII, 40.

[12] Orose, VII, 40.

[13] Voyez Salvien, L. VI, p. 121--123. On peut fort bien appliquer aux
Espagnols ce que cet auteur dit des Gaulois, car il assure qu’en Espagne
la corruption des mœurs était encore plus grande que dans les Gaules.
Voyez L. VII, p. 137.

[14] Idatii _Chron._, ad ann. 409 et 410.

[15] _Ibid._ ad ann. 425.

[16] Voyez Idatii _Chronicon_, _passim_.

[17] Orose, VII, 41.

[18] Salvien, L. V, p. 95.

[19] _Epist._ VII, 14.

[20] VII, 41.

[21] Voyez Orose, dans la dédicace; Salvien, L. VII, p. 130 etc.

[22] Voyez Claudien Mamert, _de Statu animæ_, II, 8.

[23] L. VI, p. 115; L. VII, p. 142.

[24] Salvien, L. IV, p. 74.

[25] Salvien, L. V, p. 86.

[26] Salvien, L. VII, p. 140, 142.

[27] Salvien, L. VII, p. 140.

[28] Voyez Braulionis _Epistolæ_, 38--41, dans l’_Esp. sagr._, t. XXX,
p. 374--377.

[29] VIIIe concile de Tolède, dans le _Forum Judicum_, p. IV, col. 1.

[30] Voyez _Concil. Tolet._ IV.

[31] Voyez le même concile.

[32] Licet flagitiosus, tamen bene monitus, dit Isidore de Béja (c. 15)
en parlant de Rékeswinth.

[33] Paulus Emeritensis, _De vita P. P. Emeritensium_, dans _l’Esp.
sagr._, t. XIII, p. 359, 360, 382.

[34] Voyez les preuves chez Neander, _Denkwürdigkeiten aus der
Geschichte des Christenthums_, t. II, p. 236-240, et chez Ozanam, _La
civilisation au cinquième siècle_, t. II, p. 50--57.

[35] _Sentent._, L. III, c. 47: Aequus Deus ideo discrevit hominibus
vītam, alios serves constituens, alios dominos, ut licentia male agendi
servorum potestate dominantium restringatur.

[36] Voyez Muñoz, _Fueros_, p. 123-125.

[37] Voyez Muñoz, _Del Estado de las personas en los reinos de Asturias
y Leon_.

[38] _For. Jud._, V, 4, 19: De non alienandis privatorum et curialium
rebus.

[39] Voyez _Concil. Tolet._ VIII.

[40] Voyez le 8e article des actes du XVIIe concile de Tolède.

[41] Voyez les actes du XVIIe concile de Tolède; (_apud_ Mansi, t. XII,
p. 94 et suiv.)

[42] _Forum Judicum_, L. IX, Tit. II, 9.

[43] C’est ainsi qu’on lit dans deux manuscrits latins du _Forum
Judicum_ et dans la traduction espagnole de ce code.

[44] Voyez la note A, à la fin de ce volume.

[45] C’était le septième aïeul du célèbre Almanzor.

[46] Ibn-al-Contîa, fol. 4 r.; Ibn-Adhârî, t. II, p. 11, 273.

[47] Cette petite rivière porte aujourd’hui le nom de Salado; elle se
jette dans la mer non loin du cap Trafalgar, entre Vejer de la Frontera
et Conil. Voyez mes _Recherches_, t. I, p. 314-316.

[48] _Forum Judicum_, Lib. V, t. I, l. 2.

[49] Voyez mes _Etudes sur la conquête de l’Espagne par les Arabes_,
dans le 1er volume de mes _Recherches_.

[50] Comparez Maccarî, t. II, p. 1.

[51] Le traité que Théodemir conclut avec Abdalazîz, le fils de Mousâ,
se trouve dans Dhabbî. Casiri (t. II, p. 106) en a publié le texte.

[52] En évaluant le dirham à 12 sous de notre monnaie, ce tarif serait:
fr. 28,80,--14,40,--7,20; mais comme au VIIIe siècle le pouvoir de
l’argent était à sa force actuelle comme 11 est à 1 (voir Leber, _Essai
sur l’appréciation de la fortune privée au moyen âge_), le tarif était
en réalité: fr. 316,80,--158,40,--79,20.

[53] Leovigild, _De Habitu Clericorum_ (_Esp. sagr._, t. XI, p. 523).

[54] Comparez plus haut, L. I, chap. 10.

[55]

    Urbs erat interea Francorum inhospita turmis,
          Maurorum votis adsociata magis,

dit Ermold Nigel (I, 67) en parlant de Barcelone.--M. Amari est aussi
d’opinion que la condition des Siciliens sous les musulmans était
meilleure que celle des peuples italiens qui vivaient sous la domination
des Lombards ou des Francs (_Storia dei Musulmani di Sicilia_, t. I, p.
483).

[56] Maccari, t. II, p. 17.

[57] Voyez le 2e article des actes du XVIe concile de Tolède, tenu en
693.--Vers la fin du VIe siècle, Masone, évêque de Mérida, convertit
beaucoup de païens. Paulus Emeritensis, _De vita P. P. Emeritensium_, p.
358.

[58] Un auteur espagnol qui écrivait au XVIIe siècle, sous le règne de
Philippe IV, s’exprime à ce sujet en ces termes: «Il n’est pas étonnant
que les habitants des Alpuxarres aient abandonné si facilement leur
ancienne foi. Ceux qui demeurent à présent dans ces montagnes sont
des _Christianos viejos_ (vieux chrétiens), ils n’ont pas dans leurs
veines une goutte de sang impur, ils sont sujets d’un roi catholique, et
cependant, faute de docteurs et par suite des oppressions auxquelles ils
sont en butte, ils sont si ignorants de ce qu’ils devraient savoir pour
obtenir le salut éternel, qu’il leur reste à peine quelques vestiges de
la religion chrétienne. Croit-on que si aujourd’hui, ce qu’à Dieu ne
plaise, les infidèles se rendaient maîtres de leur pays, ces gens-là
tarderaient longtemps à abandonner leur foi et à embrasser les croyances
des vainqueurs?» Pedraça, _Historia eclesiastica de Granada_, fol. 95 v.

[59] Voyez le 6e article des actes du XIIe concile de Tolède.

[60] Voyez _Vita Johannis Gorziensis_, c. 120.

[61] Marina, _Ensayo_. t. II, p. 5 et suiv.

[62] Samson, _Apolog._, L. II, c. 8.

[63] Voyez Alvaro, _Epist._ XIII, c. 3; Samson, _Apolog._, L. II, c. 2,
4.

[64] Samson, L. II, c. 2.

[65] Dans l’année 747, les chrétiens avaient encore la cathédrale;
l’auteur de l’_Akhbâr madjmoua_ l’atteste formellement, fol. 74 v.

[66] Voyez Ibn-Batouta, t. I, p. 198.

[67] Voyez Içtakhrî, p. 33.

[68] Un million de francs; au pouvoir actuel de l’argent, onze millions.

[69] Râzî, _apud_ Maccarî, t. I, p. 368. Ibn-Adbârî (t. II, p. 244, 245)
cite aussi ce passage, mais en l’abrégeant un peu. Comparez Maccarî, t.
1, p. 359, I. 2.

[70] Ibn-al-Coutîa, fol. 15 v.

[71] _Journ. asiat._, IVe série, t. XVIII, p. 515.

[72] Une fois, les chrétiens de Cordoue furent imposés
extraordinairement à cent mille dinars, onze millions de francs au
pouvoir actuel de l’argent.

[73] Abou-Ismâîl al-Baçrî, _Fotouh as-Chûm_, p. 124.

[74] Christiani occulti. Euloge, _Memor. Sanct._, L. II.

[75] Samson, _Apolog._, L. II, c. 5.

[76] Idem, _ibid._, L. II, c. 3.

[77] De Tocqueville.

[78] Voyez les vers que cite Ibn-Adhârî, t. II, p. 114, ceux qui se
trouvent chez Ibn-Haiyân, fol. 64 v., et ceux que j’ai publiés dans
mes _Notices sur quelques manuscrits arabes_, p. 258, 259. Il est
remarquable que les Arabes n’appliquent jamais aux chrétiens cette
épithète infamante.

[79] On nous permettra de donner ce nom tant aux renégats proprement
dits, qu’à leurs descendants.

[80] Voyez le _Cartâs_, p. 23, l. 1.

[81] Anciennement Secunda. Voyez Maccarî, t. I, p. 899, dernière ligne.

[82] Voyez _Akhbâr madjmoua_, fol. 99 v.--100 v., Ibn-Adhârî, t. II, p.
68-70.

[83] Voyez Ibn-al-Khatib, man. P., fol. 213 v.--214 v., Ibn-al-Coutîa,
fol. 15 r.

[84] Ibn-al-Coutîa, fol. 17 v.

[85] Abd-al-wâhid, p. 12; Ibn-al-Coutîa, etc.

[86] _Akhbâr madjmoua_, fol. 99 r.

[87] Voyez Ibn-al-Coutîa, fol. 18 v.

[88] Voyez Ibn-Khallicân, t. I, p. 615, éd. de Slane, et cf. Weil, t.
II, p. 42, 43.

[89] Voyez Ibn-al-Coutîa, fol. 18 r., Maccarî, t. II, p. 154.

[90] Yahyâ, de la tribu berbère de Maçmouda, était client de la tribu
arabe des Beni-’l-Laith.

[91] Voir Ibn-Khallicân, Fasc. X, p. 19-21, éd. Wüstenfeld.

[92] Maccarî, t. I, p. 491, nº 12.

[93] Voyez _Akhbâr madjmoua_, fol. 102 v.

[94] Voyez _ibid._, fol. 101 r. et v., Ibn-Adhârî, t. II, p. 80.

[95] Abd-al-wâhid, p. 13

[96] La date, d’après Ibn-Adhârî, est 189 de l’Hégire. Nowairî donne par
erreur 187.

[97] Chez Ibn-al-Contîa on lit _Brnt_, sans voyelles, et dans
l’_Akhbâr-madjmoua, Bznt_; mais chez Ibn-al-Abbâr on trouve _Yaznt_. En
ajoutant toutes les voyelles, c’est _Yazinto, Jacinto_ en espagnol. On
sait que les Arabes, de même que les Romains, aimaient à donner à leurs
esclaves le nom de quelque pierre précieuse (cf. Fraehn, _Ibn-Foszlan’s
Berichte über die Russen älterer Zeit_, p. XXXIX).

[98] Ibn-al-Coutîa, fol. 21 r.; cf. Nowairî, p. 450, et voyez aussi les
articles sur Yahyâ, dans Ibn-Khallicân et dans Maccarî.

[99] Ibn-Adhârî, t. II, p. 74; Nowairî, p. 452.

[100] Voyez Isidore de Béja, c. 49, 62, 69, 77.

[101] _Urbs regia_, Isidore, c. 49; _médîna al-molouc_, Cazwînî, t. II,
p. 366.

[102] Ibn-al-Coutîa, fol. 19 r.

[103] Voyez _Annal. Berlin._, ad ann. 809 et 810.

[104] Ibn-Adhârî.

[105] Nowairî, Ibn-al-Coutîa.

[106] Ibn-al-Coutîa, fol. 19 r.--20 v.; Nowairî, p. 450--452;
Ibn-Khaldoun, fol. 6 v., 7 r.; Ibn-Adhârî, t. II, p. 72. La date que
donne ce dernier auteur est erronée.--Dans l’année 611, un roi de Perse
avait employé, pour punir les Témîmites, un stratagème de même genre.
Voyez Caussin, t. II, p. 576--578.

[107] Voyez sur ces _muets_, _Akhbâr madjmoua_, fol. 103 r. (cf. 94 r.);
Ibn-Adhârî, t. II, p. 81; Nowairî, p. 456; Ibn-Khaldoun, fol. 7 r.

[108] Voyez la note B, à la fin de ce volume.

[109] Nowairî, p. 453, 454.

[110] Ibn-al-Abbâr, p. 40; _Akhbâr madjmoua_, fol. 103 v.

[111] Ibn-al-Coutîa, fol. 23 r. et v.

[112] Ibn-Adhârî, t. II, p. 78; Nowairî, p. 454.

[113] Quatremère, _Mémoires sur l’Egypte_, t. I; Ibn-Khaldoun, t. III,
fol. 44 r. et v.; t. IV, fol. 6 v.; Ibn-al-Abbâr, p. 40.

[114] _Cartás_, p. 21-23, 25, 70, 71; Becrî, dans les _Notices et
Extraits_, t. XII, p. 574577.

[115] Khochanî, p. 250.

[116] Ibn-Adhârî, t. II, p. 79.

[117] Nowairî, p. 454.

[118] Abd-al-wâhid, p. 14; cf. Ibn-al-Coutîa, fol. 22 r.

[119] Ibn-al-Coutîa, fol. 22 r.-23 r. Dans une tradition rapportée par
Maccarî (t. I, p. 900), le caractère de Tâlout se présente sous un jour
plus favorable; mais j’ai cru devoir reproduire le récit beaucoup plus
circonstancié d’Ibn-al-Coutîa.

[120] Voyez Ibn-al-Coutîa, fol. 23 r., Ibn-Adhârî, t. II, p. 82.

[121] Voyez Ibn-al-Abbâr, p. 41, _Akhbâr madjmoua_, fol. 104 v.,
Ibn-al-Coutîa, fol. 23 v., 24 r.

[122] _Apud_ Ibn-Adhârî, t. II, p. 73, 74. Dans le premier vers il faut
lire _raäbto_ (au lieu de _raäito_) et _râkï’â_ (au lien de _râkiman_);
ces deux leçons, les seules véritables, se trouvent dans Maccarî, t. I,
p. 220.

[123] Ibn-Adhârî, t. II, p. 93; Maccarî, t. I, p. 223; Euloge, _Memor.
Sanct._, L. II, c. 1.

[124] Voyez Ibn-Adhârî, t. II, p. 94.

[125] Maccarî, t. I, p. 223.

[126] Voyez Ibn-Khallicân, Fasc. X, p. 20 éd. Wüstenfeld.

[127] Voyez Khochanî, p. 257.

[128] Voyez Khochanî, p. 265-6.

[129] Cf. Ibn-Khallicân, Fasc. X, p. 20.

[130] Voyez Khochanî, p. 265-6.

[131] Ibn-Adhârî, t. II, p. 83.

[132] Voyez la biographie de Ziryâb dans Maccarî, t. II, p. 83 et suiv.

[133] Voyez Khochanî, p. 207.

[134] Voyez Maccarî, t. I, p. 225.

[135] Voyez Maccarî, t. I, p. 224-5; Ibn-Adhârî, t. II, p. 94-5.

[136] Voyez Khochanî, p. 277.

[137] Voyez la lettre de Louis-le-Débonnaire aux chrétiens de Mérida,
dans l’_Esp. sagr._, t. XIII, p. 416.

[138] Ibn-Adhârî, t. II, p. 76, 85; Nowairî, p. 459.

[139] Nowairî, p. 458; Ibn-Adhârî, t. II, p. 85, 86; Ibn-Khaldoun, fol.
7 v.

[140] Ibn-Adhârî, t. II, p. 86, 87; Nowairî, p. 458-9; Ibn-Khaldoun,
fol. 7 v., 8 r.

[141] Euloge, _Memoriale Sanctorum_, p. 248; Alvaro, _Indic. lumin._, p.
225.

[142] Euloge, _Mem. Sanct._, L. II, c. 2, 3; L. III, c. 1; Alvaro,
_Indic. lumin._, p. 225, 273.

[143] Samson, _Apolog._, L. II, c. 6.

[144] Le même, _ibid._, L. II, c. 2, 6.

[145] Le manuscrit d’Alvaro (p. 273 de l’édition de Florez) porte: «Et
dum eorum versibus et fabellis mile suis delectamus.» Au lieu de _mile_,
Florez lit _mille_, sans remarquer que, dans ce cas, l’auteur aurait
écrit _eorum_, et non pas _suis_. Il faut lire _Milesiis_.

[146] Alvaro, _Indic. lumin._, p. 274, 275.

[147] Pour les Cordouans, l’Enéide de Virgile et les Satires d’Horace et
de Juvénal, qu’Euloge leur apporta de Navarre, dans l’année 848, furent
des nouveautés. Voyez Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 9.

[148] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 4.

[149] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 2. Comparez Sharon Turner, _History of
the Anglo-Saxons_, t. III, p. 655.

[150] Isidore de Béja, c. 36; Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 1;
_Apolog. martyrum_, p. 314.

[151] Euloge, _Epistola ad Wiliesindum_, p. 330.

[152] Alvaro, _Indic. lumin._, p. 273; Samson, _Apolog._, L. II, c. 4.

[153] Vice angelicâ canes ingressi.

[154] _Apolog. martyrum_, p. 312, 313.

[155] Alvaro, _Indic. lumin._, p. 252, 253.

[156] _Indic. lumin._, p. 270.

[157] P. 271.

[158] Voyez Ibn-Khallicân, Fasc. X, p. 20 éd. Wüstenfeld.

[159] Euloge, _Apolog. martyrum_, p. 311.

[160] Euloge et Alvaro, _passim_.

[161] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 247; Alvaro, _Indic. lumin._, p. 229,
230.

[162] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 250 in fine.

[163] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 247.

[164] Leovigild, _de Habitu Clericorum_ (_Esp. sagr._, t. XI, p. 523).

[165] Leovigild, _loco laudato_.

[166] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 240.

[167] Euloge, p. 249.

[168] Euloge, _ibid._

[169] Euloge, _Apolog. martyr._, p. 313.

[170] Voyez Euloge, _Epist. ad Wiliesindum_.

[171] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 2.

[172] Euloge cite un fragment de ce livre dans son _Memor. Sanct._, p.
241, 242.

[173] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 267.

[174] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 2.

[175] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 3.

[176] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 265, 266.

[177] Specie decoris et venustate corporis nimium florens. Le même,
_ibid._

[178] _Docum. mart._, p. 325.

[179] Voir Lane, _Modern Egyptians_, t. II, p. 266-269; _Mission
historial de Marruecos_, p. 46; Lyon, _Travels in northern Africa_, p.
108, 109; Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 1.

[180] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 1; Alvaro, _Indic. lumin._, p.
225-227.

[181] Voyez l’article sur Harrânî dans Ibn-abî-Oçaibia.

[182] Ibn-al-Coutîa, fol. 31 v., 32 r.

[183] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 1.

[184] Alvaro, _Indic. lumin._, p. 227, 228; Euloge, _Memor. Sanct._, p.
242, 243, 269.

[185] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 237, 238; _ibid._, L. II, c. 2;
Alvaro, _Indic. lumin._, p. 237, 238; Martyrologe d’Usuard (_Esp.
sagr._, t. X, p. 379).

[186] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 3.

[187] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 4.

[188] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 5, 6.

[189] Euloge, _Memor. Sanct._, p. 243, 245, 247, 248, 249.

[190] Plerique fidelium et (heu proh dolor! etiam sacerdotum. Euloge,
_Memor. Sanct._, p. 245.

[191] Page 239.

[192] Euloge et Alvaro donnent constamment aux martyrs le titre de
«soldats de Dieu, allant combattre contre l’ennemi impie.»

[193] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 15; Alvaro, _Indic. lumin._, p.
243, 244.

[194] Ibn-al-Coutîa, fol. 34 r. et v.; Khochanî, p. 291.

[195] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 2; Ibn-al-Coutîa, fol. 34 r.;
Khochanî, p. 292.

[196] Voyez sur lui, Ibn-al-Abbâr, p. 94.

[197] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 15; cf. c. 14.

[198] Alvaro, _Epist._ XIII, c. 3.

[199] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 15.

[200] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 14, 15; _Epist._ IV.

[201] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 4.

[202] Euloge, _Epist._ IV.

[203] Voyez Euloge, _Docum. martyr._, p. 321.

[204] Luctum non amitto quotidianum, écrit-il à Alvaro. _Epist._ I.

[205] Ce traité porte le titre de _Documentum martyriale_.

[206] C’est-à-dire, le premier livre et les six premiers chapitres du
second.

[207] Voyez Isidore de Séville, _Sentent._, L. III, c. 13.

[208] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 9.

[209] Voyez Euloge, _Memor. Sanct._, p. 266-271; _Epist._ I, III;
Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 4.

[210] _Memor. Sanct._, p. 268; Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 4.

[211] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 9, 10, 11, 12.

[212] _Memor. Sanct._, L. II, c. 13.

[213] Ibn-al-Coutîa, fol. 32 r.

[214] _Memor. Sanct._, L. II, c. 16.

[215] Ibn-al-Coutîa, fol. 32 r.--33 v.

[216] Ibn-Adhârî, t. II, p. 114.

[217] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 5.

[218] Ibn-al-Coutîa, fol. 29 r.

[219] Ibn-Adhârî, t. II, p. 109.

[220] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 5.

[221] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 1, 2.

[222] Euloge, _Memor. Sanct._, L. II, c. 16; L. III, c. 1, 3; Alvaro,
_Vita Eulogii_, c. 12.

[223] D’après Euloge (_Memor. Sanct._, L. III, c. 2), Gomez aurait
apostasié pour rentrer en possession de son emploi, que le sultan lui
avait ôté; mais j’ai cru devoir suivre Ibn-al-Coutîa (fol. 34 r.).

[224] Euloge, _loco laud._; Khochanî, p. 293.--Gomez semble avoir
conservé son nom chrétien, mais son fils, qui était aussi employé dans
la chancellerie et qui mourut en 911, portait celui d’Omar. Arîb, t. II,
p. 153 (Omar ibn-Gomez al-câtib).

[225] Euloge, _Epist._, p. 330.

[226] C’est ainsi que je crois devoir prononcer le nom qu’Ibn-Adhârî
(t. II, p. 97) écrit, sans ajouter les voyelles, _Chndlh_ (Chindolah).
Le _ch_ des Arabes répond à l’s des Latins, et le nom propre _Sindola_
se trouve, par exemple, dans un document latin de l’année 908 (_apud_
Villanueva, _Viage literario á las iglesias de España_, t. XIII, p.
238). C’est probablement le même mot que Suintila (nom que portait un
roi visigoth) ou Chintila, comme on trouve dans une charte de 912 (_Esp.
sagr._, t. XXXVII, p. 316).

[227] D’après Ibn-Adhârî, ce Gaton aurait été le frère d’Ordoño Ier.
Aucun document latin ne vient à l’appui de cette assertion; mais il est
certain que celui qui était alors comte du Bierzo s’appelait Gaton;
voyez Florez, _Reynas_, t. I, p. 79 et _Esp. sagr._, t. XVI, p. 31,
119.--D’après Ibn-Khaldoun, le roi de Navarre aurait aussi envoyé des
troupes au secours de Tolède.

[228] C’était sans doute le nom d’un chef chrétien, tandis que Mousâ
était celui d’un chef de renégats.

[229] Ibn-Adhârî, t. II, p. 96--98, 114, 115; Nowairî, p. 463;
Ibn-Khaldoun, fol. 9 r.

[230] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 10.

[231] Euloge, _Memor. Sanct._, L. III, c. 5.

[232] Voyez le IIIe Livre du _Memor. Sanct._ et l’_Apologia Martyrum_.

[233] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 10.

[234] Ce cloître était bâti sur une montagne où il y avait des ruches.
De là son nom, qui signifie _rocher de miel_. Voyez Euloge, _Memor.
Sanct._, L. III, c. 11.

[235] Aimoin, _De translatione SS. Martyrum_ (dans l’_Esp. sagr._, t. X,
p. 534--565).

[236] Ibn-Adhârî, t. II, p. 98, 99. Cf. Nowairî, p. 463; Ibn-Khaldoun,
fol. 9 r.

[237] Vers d’Abbâs ibn-Firnâs, _apud_ Maccarî, t. I, p. 101.

[238] Alvaro, _Vita Eulogii_, c. 13--16.

[239] Voyez Samso, L. II, c. 9.

[240] Voyez divers _Voyages_, et surtout Rochfort Scott, _Excursions
in the mountains of Ronda and Granada_; de Custine, _l’Espagne sous
Ferdinand VII_, lettre 50 et 51; Cook, _Sketches of Spain_, ch. 1 et
15; Ford, _Gatherings from Spain_, ch. 16; Mérimée, _Lettres adressées
d’Espagne_ etc., nº III, et l’ouvrage de M. de Rocca que je cite plus
loin.

[241] De Rocca, _Mémoires sur la guerre des Français en Espagne_, p.
174-259.

[242] Voyez mes _Recherches_, t. I, p. 320-323.

[243] Sébastien, c. 26.

[244] Nowairî, ad ann. 259; Ibn-Adhârî, t. II, p. 103, 104.

[245] Voyez, pour plus de détails, mes _Recherches_, t. 1, p. 222-226.

[246] Abdérame ibn-Merwân ibn-Younos.

[247] Cette alliance valut à Ibn-Merwân le surnom de _Galicien_, que les
Arabes lui donnent ordinairement. Ibn-Khaldoun, fol. 10 r.

[248] Caracuel se trouve entre Ciudad-Real et Almodovar del Campo.
D’après le _Marâcid_, les Arabes en prononçaient le nom _Caraquei_, et
c’est ainsi qu’écrit Pélage d’Oviédo (c. 11); voyez aussi _Cartâs_, p.
107. Cependant on trouve également _Caraquer_ (Ibn-Adhârî, t. II, p.
105). _Caraqueri_, dans Edrisi, t. II, p. 29, est une faute; il faut
lire _Caraquei_ avec le man. B.

[249] Ibn-al-Coutîa, fol. 37 r. et v.; Ibn-Adhârî, t. II, p. 102, 103,
104, 105; Ibn-Haiyân, fol. 11 r. et v.; _Chron. Albeld._, c. 62.

[250] Ibn-Adhârî, t. II, p. 106.

[251] Ibn-Khaldoun (fol. 10 v.), Ibn-Adhârî (t. II, p. 108) et
Ibn-al-Khatîb (article sur Omar ibn-Hafçoun) donnent la généalogie
complète de Hafç jusqu’à Alphonse, auquel Ibn-Khaldoun donne le titre
de comte, sur l’autorité d’Ibn-Haiyân. Les noms du fils, du petit-fils
et de l’arrière-petit-fils d’Alphonse sont goths ou latins; mais
malheureusement ils semblent plus ou moins altérés dans les manuscrits.
Le père de Hafç s’appelait Omar, et son grand-père Djafar al-islâmî (le
renégat).

[252] Voyez mon édition d’Ibn-Adhârî, t. II, p. 48 des notes, et la note
de M. de Slane, _Histoire des Berbers_, t. I, p. XXXVII.

[253] Ibn-al-Khatîb, man. E., article sur Omar ibn-Hafçoun.

[254] Cf. Ibn-Adhârî, t. II, p. 111, l. 5.

[255] Ibn-al-Coutîa, fol. 37 v.-38 v.

[256] Voyez sur Bobastro, qui se trouvait à un quart de lieue du
Guadaljorce et à une lieue O. d’Antequera, mes _Recherches_, t. I, p.
323-327.

[257] Ibn-Adhârî, t. II, p. 106, 107; Nowairî, p. 464; Ibn-Khaldoun,
fol. 9 v.

[258] Ibn-Adhârî, t. II, p. 106-108; Nowairî, p. 464; Ibn-Khaldoun, fol.
9 v.

[259] Mohammed ibn-Walîd ibn-Ghânim.

[260] Ibn-al-Coutîa, fol. 38 v., 39 r.

[261] Ibn-Adhârî, t. II, p. 117, 118.

[262] Ibn-Adhârî, t. II, p. 109.

[263] Ibn-Adhârî, t. II, p. 117.

[264] Ibn-Adhârî, t. II, p. 123; cf. p. 117, l. 3.

[265] Ibn-Adhârî, t. II, p. 118.

[266] Ibn-Adhârî, t. II, p. 117-120.

[267] Ibn-Adhârî, t. II, p. 121; Nowairî, p. 465. Ce dernier auteur a eu
la singulière idée de faire assiéger Ibn-Hafçoun dans Tolède, ville dans
laquelle il n’a jamais mis le pied.

[268] Voyez mon édition d’Ibn-Adhârî, Introduction, p. 44-46.

[269] Ibn-Haiyân, fol. 2 r.-4 r.

[270] Ibn-al-Coutîa, fol. 37 v.

[271] Ibn-Haiyân, fol. 37 v., 38 r.

[272] Voyez l’office des sept apostoliques dans l’_Esp. sagr._, t.
III, p. 361-377. Cet office a été composé à Acci (Guadix el Viejo)
dans les premiers temps de l’Eglise. Comparez aussi le _Lectionarium
Complutense_, _ibid._, p. 380-384.

[273] La ville d’Elvira était située au nord-ouest de Grenade, à peu
près à l’endroit où se trouve aujourd’hui Pinos Puente.

[274] Ibn-al-Khatîb, man. G., fol. 5 r.

[275] Voyez mes _Recherches_, t. I, p. 334-336.

[276] Samson, _Apolog._, L. II, c. 4.

[277] Ibn-al-Khatîb, man. G., fol. 5 r.

[278] Voyez le même, _ibid._

[279] Nous ne possédons aucun détail sur cette guerre, dont parle le
poète espagnol Ablî, dans un vers que nous citerons plus loin.

[280] Il s’appelait Abdérame ibn-Ahmed. On le nommait Ablî, parce qu’il
était originaire d’Abla, près de Guadix.

[281] Honaida, le quatrième aïeul de Sauwâr et le chef des Caisites,
s’était établi a Maracena, dans le district d’Albolote, au nord de
Grenade. Ses descendants y habitaient encore.

[282] Paroles que Mahomet adresse, dans le Coran, aux chrétiens et aux
juifs.

[283] Quand nous sortirons de l’Alhambra.

[284] Voyez le Coran, sour. 22, vs. 59.

[285] Dans le siècle où nous sommes, ces Andalouses ont trouvé des
filles dignes d’elles dans ces femmes qui, du temps de Napoléon Ier,
se précipitaient avec d’horribles hurlements sur les blessés français,
qu’elles se disputaient pour les faire mourir dans les tourments les
plus cruels, et auxquels elles plantaient des couteaux et des ciseaux
dans les yeux.--Voir de Rocca, p. 209.

[286] Voyez Ibn-al-Abbâr, p. 83.

[287] On dirait presque que ce dernier vers est d’un troubadour
provençal, tant on y retrouve la délicatesse du chevalier chrétien et
l’espèce de culte qu’il rendait à la dame de ses pensées.

[288] Ibn-Haiyân, fol. 22 r.-23 v.; 40 v.-49 r.; 92 v.-94 v.;
Ibn-al-Abbâr, p. 80-87; Ibn-al-Khatîb, articles sur Sauwâr (man. E.) et
sur Saîd ibn-Djoudî (dans mes _Notices_, p. 258). Je dois avertir que le
manuscrit d’Ibn-Haiyân m’a souvent mis à même de corriger les vers que
j’ai publiés, d’après d’autres manuscrits, dans mes _Notices_.

[289] Ibn-Haiyân, fol. 49 v.-56 v.; 63 r.-65 r.

[290] _Akhbâr madjmoua_, fol. 56 v.; Maccarî, t. I, p. 89. Sous les
Romains, Séville avait été la ville principale de l’Espagne, témoin ces
vers d’Ausone:

    Iure mihi post bas memorabere nomen Hiberum
    Hispalis, æquoreus quam præterlabitur amnis,
    Submittit cui tota suos Hispania fasces.

Quelques éditions portent ici _Emerita_ au lien de _Hispalis_; mais
l’expression _æquoreus amnis_, qui convient fort bien au Guadalquivir
près de Séville, puisque la marée s’y fait ressentir, ne convient pas au
Guadiana près de Mérida.

[291] Traduction espagnole de Râzî, p. 56.

[292] Ibn-al-Coutîa, fol. 26 r.

[293] On trouve souvent ce nom dans les chartes du nord de l’Espagne.
Voyez, par exemple, _Esp. sagr._, t. XXXIV, p. 469.

[294] Traduction espagnole de Râzî, p. 56.

[295] Voyez Ibn-al-Coutîa, fol. 3 r.

[296] Le château des Beni-Khaldoun portait encore au XIIIe siècle le
nom de ses anciens seigneurs, car dans les chartes d’Alphonse X il est
souvent question du _Borg Aben-Haldon_ ou de la _Torre Aben-Haldon_.
Voyez Espinosa, _Historia de Sevilla_, t. II, fol. 4, col. 1; fol. 16,
col. 2; fol. 17, col. 1; cette dernière charte se trouve aussi dans le
_Memorial histórico español_, t. I, p. 14.

[297] A une demi-lieue O. de Séville; voyez mes _Recherches_, t. I, p.
317 et suiv.

[298] Mohammed ibn-Omar ibn-Khattâb ibn-Angolino.

[299] On appelait ainsi la contrée qui s’étend entre Séville et Niébla.

[300] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 59 v.

[301] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 63 r. La date qui se trouve fol. 55 v. est
inexacte.

[302] C’était un peuple impie, qui ne voulait pas croire à un prophète
que Dieu lui avait envoyé.

[303] Ibn-Haiyân, fol. 56 v.-59 v.

[304] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 17 r. et v., 99 r., 100 r.

[305] Ibn-Khaldoun, fol. 10 r. et v.

[306] Voyez sur cette église, Cazwînî, t. II, p. 364.

[307] L’église du Corbeau se trouvait sur le promontoire qui porte
aujourd’hui le nom de cap Saint-Vincent. Voyez Edrisi, t. II, p. 22, et
comparez _Esp. sagr._, t. VIII, p. 187 et suiv.

[308] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 33 v.

[309] Ibn-al-Coutîa, fol. 45 r.

[310] Ibn-Haiyân, fol. 7 r.-23 v.

[311] _Tarîkh Ibn-Halîb_, p. 158.

[312] Ibn-Haiyân, fol. 39 v.-40 v.

[313] Ibn-Haiyân, fol. 68 r.-69 v.

[314] Samson, _Apologet._, c. 5, 9.

[315] Voyez mes _Recherches_, t. I, p. 316.

[316] Ibn-Haiyân, fol. 70 r., 77 v.

[317] Ibn-Haiyân, fol. 69 v.

[318] Ibn-Haiyân, fol. 71 r.

[319] Ibn-Haiyân, fol. 71 r.

[320] Ibn-Haiyân, fol. 78 r.

[321] Ibn-Haiyân, fol. 70 r. et v., 77 v.

[322] Ibn-Haiyân, fol. 70 r., 71 r., 77 v.

[323] _Akhbâr madjmoua_, fol. 111 v.

[324] _Tarîkh Ibn-Habîb_, p. 157. Ce livre a été composé à cette
époque par un disciple d’Ibn-Habîb, nommé Ibn-abî-’r-ricâ. Voyez mes
_Recherches_, t. I, p. 32, 33.

[325] Ibn-Haiyân, fol. 77 v.

[326] _Akhbôr madjmoua_, fol. 111 v.; cf. Nowairî, p. 466.

[327] _Tarîkh Ibn-Habîb._

[328] Voyez Ibn-Adhârî, t. II, p. 117.

[329] On sait que les musulmans appellent ainsi les chrétiens.

[330] _Tarîkh Ibn-Habîb_, p. 158.

[331] _Tarîkh Ibn-Habîb_, p. 159, 160. Les dernières paroles signifient
évidemment que les chrétiens d’Ibn-Hafçoun respecteraient trop l’endroit
où se trouvait autrefois leur église pour oser y commettre des meurtres.

[332] Ibn-Haiyân, fol. 70 r.

[333] _Akhbâr madjmoua_, fol. 111 v.

[334] Voyez sur le respect qu’Abdallâh avait pour les ermites, Khochanî,
p. 322.

[335] Ibn-Adhârî, t. II, p. 160.

[336] Ibn-Haiyân, fol. 18 v., 70 v.

[337] Ibn-Haiyân, fol. 70 v., 71 r.

[338] Ibn-Haiyân, fol. 71 v.

[339] Ibn-Haiyân, fol. 71 v.-80 r.

[340] Voyez la note C, à la fin de ce volume.

[341] Texte du Coran, Sour. III, vs. 154.

[342] Ibn-Haiyân, fol. 77 v.

[343] Nowairî, p. 466; Ibn-Khaldoun, fol. 11 r.

[344] Ibn-Haiyân, fol. 82 r. et v.

[345] Ibn-Haiyân, fol. 80 v.-82 r.

[346] Maccarî, t. II, p. 361.

[347] Ibn-Haiyân, fol. 83 r., 22 r. et v., 23 r., 47 v., 48 r., 92 v.;
Ibn-al-Khatîb, dans mes _Notices_, p. 259.

[348] Voyez les vers d’Ibn-Colzom (c’est ainsi que Khochanî, p. 308,
prononce ce nom) chez Ibn-Adhârî, t. II, p. 143.

[349] On a vu plus haut que ce seigneur avait été l’allié des renégats
de Séville.

[350] Monteagudo se trouvait près de Xerez. Voyez Maldonado,
_Illustraciones de la Casa de Niebla_ (dans le _Mémorial histórico_, t.
IX), p. 96.

[351] Ibn-Haiyân, fol. 59 v.--62 r.; 84 r.--87 r.

[352] Ibn-Haiyân, fol. 62 r. et v.

[353] Ibn-Adhârî, t. II, p. 128.

[354] Ibn-Adhârî, t. II, p. 128, 129; Ibn-Haiyân, fol. 62 v.

[355] Ibn-Haiyân, fol. 90 v.

[356] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 82 v.

[357] _Vita Beatae Virginis Argenteae_, c. 2.

[358] Le _khabîth_, comme disaient les Arabes. Ibn-Haiyân, fol. 95 r. et
v.

[359] Ibn-Adhârî, t. I, p. 241.

[360] Ibn-Haiyân, fol. 94 v., 95 r.

[361] Ibn-Khaldoun, fol. 11 v.

[362] Ibn-al-Coutîa, fol. 45 v.; Ibn-Haiyân, fol. 62 v., 63 r.;
Ibn-Adhârî, t. II, p. 129.

[363] Ibn-Haiyân, fol. 98 v., 102 v. Ce chroniqueur veut faire croire
que les premières propositions vinrent du côté d’Ibn-Hafçoun; mais
la situation dans laquelle se trouvaient les deux partis prouve
suffisamment que les premières démarches ont été faites par le sultan.

[364] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 102 v.

[365] Voyez Ibn-Adhârî, t. II, p. 129.

[366] Aucun sultan n’avait eu tant de vizirs à la fois. Quelquefois il
en avait treize. Ibn-Haiyân, fol. 5 r.

[367] Ibn-al-Coutîa, fol. 45 v.--47 r. Ibn-Haiyân (fol. 96 et suiv.) a
copié ce récit, mais d’après une rédaction un peu différente, et au lieu
de le placer sous l’année 289 de l’Hégire, il l’a placé par erreur sous
l’année 287.

[368] Ibn-al-Coutîa, fol. 47 r.

[369] Sâlimî (_apud_ Maccarî, t. II, p. 97) cite une pièce de vers qu’il
attribue à Camar, et d’où l’on pourrait conclure qu’elle avait le mal du
pays; mais ces vers sont évidemment d’un homme, et non pas d’une femme.

[370] Ibn-Haiyân, fol. 8 v.-11 r., 97 v.-98; Ibn-Adhârî, t. II, p.
130-132; Maccarî, t. II, p. 97.

[371] Ibn-al-Coutîa, fol. 47 r.

[372] Ibn-al-Coutîa, fol. 47 r.; Ibn-Haiyân, fol. 4 r., 9 v.

[373] Ibn-Haiyân, fol. 102 v., 104 r. et v., 105 r., 106 v., 107 v.

[374] Ibn-Haiyân, fol. 94 v., 95 r.; cf. 12 v., 13 r.; Ibn-al-Coutîa,
fol. 47 v.; Ibn-Adhârî, t. II, p. 143; Manuscrit de Meyá.

[375] Ibn-Haiyân, fol. 13 r., 89 v., 94 v.; Arîb, t. II, p. 145, 146,
147.

[376] Arîb, t. II, p. 147, 152, 153.

[377] Voyez les vers qui se trouvent chez Ibn-Haiyân, fol. 105 r.

[378] Voyez mon Introduction à la Chronique d’Ibn-Adhârî, p. 47-50.

[379] Ibn-Adhârî, t. II, p. 162.

[380] Il était né le 14 janvier 891.

[381] Ibn-Adhârî, t. II, p. 162; Arîb, t. II, p. 163; comparez les deux
vers que cite Maccarî, t. II, p. 508.

[382] En 910 ou dans l’année suivante; voyez Arîb, t. II, p. 153 (cf. p.
150), Ibn-al-Abbâr, p. 97. La date qui se trouve chez Ibn-Adhârî, t. II,
p. 132, est erronée.

[383] Voyez Ibn-Haiyân, fol. 91 v.

[384] Voyez note D, à la fin de ce volume.

[385] Ibn-Haiyân, _passim_.

[386] Ibn-Khaldoun, fol. 11 r.

[387] Voyez les vers qui se trouvent chez Ibn-Haiyân, fol. 105 r. et v.

[388] _Vita Beat. Virg. Argenteae_, c. 2, 3.

[389] Ibn-Adhârî, t. II, p. 143.

[390] Voyez Ibn-Adhârî, Introduction, p. 44--62.

[391] Ibn-Adhârî, t. II, p. 161.

[392] Ibn-Khaldoun, fol. 12 v.

[393] Voyez Arîb, t. II, p. 163 et 164.

[394] Ibn-Haiyân, fol. 81 r.

[395] Arîb se trompe quand il pense que déjà à cette époque Malaga était
la capitale de la province de Regio. Voyez mes _Recherches_, t. I, p.
322, 323.

[396] Arîb, t. II, p. 166-169.

[397] Ibn-Adhârî, t. II, p. 133, 134; Arîb, t. II, p. 169.

[398] Ibn-Adhârî, t. II, p. 134, 135.

[399] Khochanî, p. 333, 334.

[400] Khochanî, p. 336.

[401] Arîb, t. II, p. 171.

[402] _Akhbâr madjmoua_, fol. 116 r. et v.

[403] Arîb, t. II, p. 171.

[404] Ibn-Adhârî, t. II, p. 135; Arîb, t. II, p. 171, 172.

[405] Arîb, t. II, p. 173-175.

[406] Arîb, t. II, p. 176, 177.

[407] Arîb, t. II, p. 178.

[408] Arîb, t. II, p. 178; Ibn-Khaldoun, fol. 13 v.

[409] Arîb, t. II, p. 182, 183.

[410] Arîb, t. II, p. 181, 182.

[411] Arîb, t. II, p. 181.

[412] Ibn-Khaldoun, fol. 13 v., 11 r.; Arîb, t. II, p. 189.

[413] Arîb, t. II, p. 194.

[414] Arîb, t. II, p. 104.

[415] Arîb, t. II, p. 206-208; _Vita Beat. Virg. Argenteae_, c. 4
jusqu’à la fin.

[416] Arîb, t. II, p. 209, 210.

[417] Arîb, t. II, p. 191.

[418] Arîb, t. II, p. 192, 204.

[419] Arîb, t. II, p. 196.

[420] Ibn-al-Coutîa, fol. 47 v.

[421] Ibn-al-Coutîa, _loco laud._; Arîb, t. II, p. 175, 176, 187, 193.

[422] Arîb, t. II, p. 204.

[423] Ibn-Haiyân, fol. 16 v., 17 r.; Arîb, t. II, p. 210, 211.

[424] Arîb, t. II, p. 211.

[425] Arîb, t. II, p. 214, 215.

[426] Arîb, t. II, p. 215.

[427] Arîb, t. II, p. 214, 216, 217.

[428] Dans le livre suivant, nous donnerons des détails sur cette
expédition de Ramire II.

[429] Arîb, t. II, p. 217-224.

[430] Arîb, t. II, p. 210, l. 13.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Histoire des Musulmans d'Espagne, t. 2/4 - jusqu'a la conquête de l'Andalouisie par les Almoravides (711-110))" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home