Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Oeuvres Complètes de Chamfort, (Tome 3/5) - Recueillies et publiées, avec une notice historique sur - la vie et les écrits de l
Author: Auguis, Pierre René
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres Complètes de Chamfort, (Tome 3/5) - Recueillies et publiées, avec une notice historique sur - la vie et les écrits de l" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
conservée et n'a pas été harmonisée.



    ŒUVRES
    COMPLÈTES
    DE CHAMFORT.

    TOME TROISIÈME.



    DE L'IMPRIMERIE DE DAVID,
    RUE DU FAUBOURG POISSONNIÈRE, No 1.



    ŒUVRES
    COMPLÈTES
    DE CHAMFORT,

    RECUEILLIES ET PUBLIÉES, AVEC UNE NOTICE HISTORIQUE
    SUR LA VIE ET LES ÉCRITS DE L'AUTEUR,

    PAR P. R. AUGUIS.

    TOME TROISIÈME

    [Illustration: logo]

    PARIS,
    CHEZ CHAUMEROT JEUNE, LIBRAIRE,
    PALAIS-ROYAL, GALERIES DE BOIS, No 189.

    1824.



ŒUVRES COMPLÈTES DE CHAMFORT.



MÉLANGES DE LITTÉRATURE ET D'HISTOIRE.



  SUR l'ouvrage intitulé, _Considérations sur l'Esprit et les Mœurs_,
    par Sénac de Meilhan.--1789.


Ce n'est pas une petite entreprise que de vouloir peindre avec vérité
l'Esprit et les Mœurs de ses contemporains. Celui qui l'essaie doit
être bien pénétré du sentiment de ses forces; car il ne peut se
dissimuler ni les difficultés qui l'attendent, ni les talens des
rivaux qui l'ont précédé dans la carrière. Montaigne, La Rochefoucauld
et La Bruyère sont les premiers de nos écrivains moralistes, et
peut-être aussi ceux qui ont le mieux connu le cœur humain. Duclos a
tenté de suivre leurs traces; mais pour avoir trop voulu se montrer
penseur et piquant dans son style, il n'est souvent que minutieux et
recherché; et au lieu d'approfondir les objets, il n'en parcourt que
les superficies. Montesquieu, qui aimait à cacher son génie sous un
air de frivolité, a esquissé, dans sa manière rapide et vraie, les
mœurs et les ridicules qui le frappaient, et il a toujours mêlé la
plaisanterie à des vues grandes et à des maximes pleines de sagesse.
Voltaire, en étendant son empire sur tout ce qui est du ressort de la
philosophie comme de la littérature, a, dans ses romans, presque égalé
ce que Montesquieu a écrit de plus ingénieux sur la morale et sur les
mœurs; et l'auteur de _Gilblas_, celui de _Mariamne_, Vauvenargues,
et enfin J.-J. Rousseau, se sont ouvert chacun des routes différentes,
et ils sont pourtant allés vers le même but.

On sera peut-être étonné de n'avoir pas déjà lu parmi ces noms
illustres le nom de Molière; et je conviens qu'en parlant des peintres
du cœur humain, j'aurais dû le citer le premier, si le genre plus
difficile dans lequel il a triomphé, n'obligeait pas de lui réserver
toujours une place unique.

Molière ne s'est pas contenté d'esquisser des portraits sur le papier,
d'indiquer des caractères, de proférer des maximes, d'après les
aperçus de la société. Il a fait bien plus, il a créé des personnages;
et, après les avoir chargés des vices ou des ridicules qu'il voulait
peindre, il a forcé ses modèles à se reconnaître dans ces images
fantastiques et vraies, et souvent à se corriger. Voilà pourquoi
Molière est autant au-dessus des simples moralistes, qu'un grand
peintre d'histoire peut être au dessus d'un peintre de portraits.
Pourvu qu'on soit observateur éclairé et historien exact, on va
bien rendre un caractère qu'on a sous les yeux; mais on ne peut
composer une bonne comédie ou un excellent roman, sans être doué de
beaucoup de génie, ce qui n'empêche pourtant pas qu'on n'atteigne
très-difficilement à la supériorité dans tous les genres, et que La
Bruyère ne soit un grand écrivain.

C'est précisément La Bruyère qu'a voulu imiter l'auteur des nouvelles
_Considérations sur l'Esprit et les Mœurs_; et nous espérons que nos
lecteurs seront à même de juger, d'après le compte que nous allons
rendre de cet ouvrage, s'il n'est pas souvent digne de son modèle.

Nous allons mettre le plus d'ordre possible dans l'extrait d'un
ouvrage qui, par son plan, est peu susceptible d'analyse.

L'auteur des nouvelles _Considérations_ observe d'abord _l'esprit_
sous ses différens rapports: dans les affaires, dans le monde, dans la
conversation, dans sa marche générale. Il remarque l'influence des
passions sur l'esprit; mais il n'appuie peut-être pas assez sur ce
ressort puissant, que d'autres philosophes ont regardé comme le
premier et peut-être le seul mobile de l'esprit.

Il passe ensuite à ce qu'on nomme simplement le bon sens; il traite
de la cour, des courtisans et de notre politesse. Il compare deux de
nos plus grands monarques, Henri IV et Louis XIV. Il défend le système
de Montesquieu contre Voltaire; il trace un tableau abrégé du
gouvernement républicain, et du gouvernement monarchique; il parle de
la guerre, de la vanité, de l'amour-propre, de la naissance, du
caractère, du bonheur, de l'ennui, de l'amitié, des femmes, de la
galanterie, de l'amour, de l'éducation, de la bonne compagnie, de
l'avarice, de l'opulence, des avantages de la médiocrité, et enfin de
la supériorité des anciens sur les modernes. Il a d'ailleurs eu soin
d'entremêler tous ces objets d'une foule de caractères finement
tracés, de réflexions ingénieuses, et d'anecdotes piquantes.

Nous allons essayer de le suivre dans quelques-uns de ces objets, et
de présenter un résultat clair de ses idées, en prenant la liberté de
le combattre toutes les fois que nous ne serons pas de son avis, mais
en rendant toujours justice à la finesse de ses vues.

L'auteur observe d'abord, avec raison, que _l'esprit_ est un mot
vague, dont on se sert trop légèrement, et qu'il faudrait inventer des
termes pour en désigner toutes les parties. Il donne alors une
définition de l'esprit: «L'esprit, dit-il, est la connaissance des
causes, des rapports et des effets. L'esprit de profondeur remonte aux
causes; celui d'étendue embrasse les rapports; celui de finesse
consiste à juger promptement des effets. L'esprit est l'aptitude à
penser, et la pensée elle-même.» Dans tout cela, l'auteur nous paraît
manquer d'exactitude et de clarté. L'esprit de profondeur et d'étendue
est vraisemblablement le même; et l'esprit de finesse ne consiste pas
à juger _promptement_, parce qu'on peut avoir un esprit très-fin et
très-lent.

D'ailleurs, on voit que cette définition rentre dans celle de l'esprit
et du jugement par Locke. «L'esprit, dit Locke, consiste à distinguer
en quoi les objets qui diffèrent se ressemblent, et le jugement en
quoi les objets qui se ressemblent diffèrent.» Mais le philosophe
anglais, ordinairement si juste et si précis, se trouve ici précis
sans être juste; car l'esprit qui distingue en quoi les objets qui
diffèrent se ressemblent, ne fait pas d'autre opération que celui qui
distingue en quoi les objets qui se ressemblent diffèrent.

«L'homme qui pense le plus, qui détermine le plus à penser, possède au
plus haut degré le don de l'esprit. Combien d'auteurs, examinés dans
ce rapport, perdraient leur réputation! Il y a plus de pensées dans
telle page de Montaigne, de La Bruyère, de Montesquieu, que dans un
poème entier.»

Tout le commencement de ce paragraphe est excellent; mais on ne sait
pas pourquoi l'auteur l'a terminé par un sarcasme contre la poésie, et
de quel poème il a voulu parler. Si c'est d'un mauvais poème, il a
raison; mais on pourrait lui répondre, avec non moins de justice,
qu'il y a plus de pensées dans telle page de Lucrèce, des Géorgiques,
de l'Essai sur l'Homme, des discours de Voltaire, etc., que dans
plusieurs volumes de prose; et qu'en faudrait-il conclure? Si l'auteur
n'aime point la poésie, nous en sommes bien fâchés; c'est un plaisir
qu'il a de moins, et il est digne de l'aimer. Montesquieu avait
affiché un grand dégoût pour ce bel art, après avoir long-temps essayé
en vain de faire des vers.

C'est ici qu'on trouve une juste appréciation des talens de Duclos,
qu'on a long-temps mis à côté de Montesquieu, de Buffon et de J.-J.
Rousseau, dans quelques sociétés à la mode.

«Le peintre de quelques portraits a été au-dessous du médiocre, quand
il a tenté d'être peintre d'histoire. Duclos traçait les mœurs, les
ridicules, les vices, les fausses vertus des gens avec lesquels il
soupait, et il n'avait pas soupé avec Louis XI.»

L'auteur, après avoir parlé de l'éloquence en homme éloquent, cite les
moyens que les passions prêtent à l'homme. «La passion embellissait Le
Kain. On oubliait sa taille ignoble, ses traits grossiers; il
s'élevait, s'ennoblissait. Le Kain disparaissait, et son âme donnait à
son extérieur la noblesse, la fierté d'un héros. C'est en songeant au
pouvoir créateur des passions, qu'une femme, à qui l'on témoignait de
la surprise de l'amant qu'elle avait choisi, dit pour toute réponse:
_Vous a-t-il aimé?_»

Nous l'avons déjà dit, l'auteur était fait pour donner plus d'étendue
à ses réflexions sur le pouvoir des passions, que M. Helvétius et M.
de Vauvenargues seuls ont considérées philosophiquement dans les
rapports qu'elles ont avec l'esprit et dont dépendent si souvent les
talens, le bonheur, et la destinée entière de l'homme.

L'article du bon sens est traité avec briéveté et bien, dans le livre
que nous analysons.

«Le bon sens est une faible lumière qui éclaire un horizon borné, et
qui suffit pour conduire sûrement celui qui n'étend pas plus loin sa
vue.»

Après avoir parlé des réputations usurpées, et relevé quelques mauvais
jugements de La Bruyère sur Ronsard, Malherbe, Théophile, Balzac et
Voiture, l'auteur continue à poursuivre l'esprit dans une marche plus
certaine que celle dont nous avons parlé tout à l'heure, et il dit:
«L'esprit au seizième siècle, consistait dans l'érudition. Il semble
que le génie s'essayait pour parvenir au point de la maturité. Le bel
esprit a succédé. Les grands talens se manifestent ensuite, et leur
éclat s'est soutenu près d'un siècle entier. L'état d'épuisement qui
suit de grands efforts, semble caractériser l'époque actuelle. Les
littérateurs ont remplacé les hommes de génie; on raisonne sur les
ouvrages du siècle précédent; on assigne les rangs; on écrit beaucoup
sur l'art d'écrire. Beaucoup d'auteurs sont en état de donner des
leçons, bien peu de présenter des modèles. Les principes du goût sont
familiers, et l'habitude de juger a aiguisé le discernement général.
Il y a plus de juges éclairés, plus d'amateurs instruits, et moins
d'hommes d'un grand talent. Quand on est jeune, on produit; mais quand
la vieillesse appesantit les esprits, on ne fait plus que raisonner
sur le passé. Tels sont les âges de la vie, et telle semble avoir été
la marche des trois siècles. L'époque actuelle présente l'image de la
vieillesse. L'impuissance, l'admiration du passé, l'amour de soi-même,
qui est l'effet de l'âge et de l'insensibilité d'un cœur desséché, et
enfin l'attachement à l'argent, semblent donner le caractère
sexagénaire du siècle.»

Il faut avouer que, si ces observations ne sont pas entièrement
neuves, elles ont du moins l'art d'être bien présentées.

Tout ce que l'auteur dit de la cour et des courtisans a le même
mérite. S'il se rencontre quelquefois avec La Bruyère, ou quelques
autres écrivains qui ont parlé de la cour et des courtisans, il
remporte l'avantage de ne leur être point inférieur, et d'ajouter
heureusement à leurs idées. Voyez comme il s'exprime sur les
séductions qui environnent les princes.

«Sénèque a dit que le plus beau spectacle de la divinité était de voir
l'homme vertueux aux prises avec l'infortune. Un autre spectacle non
moins beau, c'est de voir un roi vertueux luttant contre les
séductions qu'on s'efforce de multiplier autour de lui, fermant ses
oreilles à la voix de la flatterie, et dissipant les nuages qu'on
élève sans cesse autour de la vérité.»

Les bornes de ce journal ne nous permettent pas de rapporter ici le
parallèle que fait l'auteur d'Henri IV et de Louis XIV; qu'il nous
suffise de dire que ce parallèle est à l'avantage de Louis XIV.

Nous avouons avec l'auteur qu'Henri IV dut en partie ses grandes
qualités à la rudesse de son éducation et à ses malheurs. Nous
convenons même qu'il a eu beaucoup de faiblesses, et nous n'essaierons
pas de le justifier d'avoir laissé mourir Biron sur un échafaud: mais
s'il n'a pas été un prince parfait, en a-t-il moins droit d'être
compté au rang des grands hommes, et surtout au rang des bons rois? Ne
fut-il pas général habile, brave soldat, ami sensible, amant généreux,
époux indulgent et père tendre? N'a-t-il pas fait à son peuple tout le
bien qu'il a pu lui faire, et ne travaillait-il pas sans relâche à le
rendre heureux?

Loin de nous la coupable envie d'obscurcir la gloire de Louis XIV;
mais, de quelque éclat dont elle brille encore, elle ne peut nous
éblouir assez pour nous faire préférer ce prince à son aïeul. Il était
né, sans doute, avec une grande âme; il a déployé sur le trône des
vertus éclatantes. Mais n'a-t-il pas trop écouté la flatterie,
l'orgueil et la vengeance? Peut-on justifier l'ordre de submerger la
Hollande? l'embrâsement du Palatinat? les dragonades des Cévènes? et
tant de guerres qui ont dévasté et écrasé la France?

Le roi qui désire le plus le bonheur de ses sujets, est le plus grand
des rois. D'après cela qu'on juge entre Henri IV et Louis XIV.

L'auteur parle très-bien du caractère, qui se modifie toujours d'après
nos penchans, ou plutôt qui n'en est que le résultat; aussi il
remarque qu'en étudiant le caractère ou les penchans d'un homme, on
pourrait assigner presque avec certitude sa conduite dans une
circonstance donnée.

«Le bonheur et le plaisir, dit-il, sont deux manières d'être affecté,
qui n'ont rien de commun... Tout homme peut éprouver des plaisirs
vifs; mais peut-être que l'âme et le cœur rendent seuls capables de
goûter le bonheur; et dès-lors tous ceux qui ne sont pas doués d'une
sensibilité vive ne peuvent y prétendre».

Cette conséquence est-elle bien vraie? et n'est-ce pas, au contraire,
cette vive sensibilité qui nous rend trop difficiles sur le bonheur?

Voici qui est plus exact. «Il est des jours heureux; il n'est point de
vie heureuse; ce serait un songe enchanteur sans réveil.

«La manière de sentir constitue le bonheur bien plus que les avantages
qu'on possède»; et c'est ce que l'auteur démontre par des raisonnemens
et des exemples.

«Un homme sur la roue, que son confesseur exhortait à la patience, lui
répondit: «Mon père, il y a long-temps que je ne me suis trouvé dans
une situation d'esprit aussi tranquille.»

«Un homme fort riche dans ce siècle, à portée, par sa fortune, de se
procurer tous les plaisirs, jouissant d'une santé florissante, doué
des avantages extérieurs, est mort de douleur de n'être pas
gentilhomme».

Le bonheur des grands et des gens riches dépend presque toujours
d'eux-mêmes; celui de la multitude dépend de ceux qui la gouvernent.
Dans cette classe d'hommes, le bonheur consiste à ne pas souffrir; et
c'est aux législateurs à remplir cet objet, aussi l'auteur leur
adresse cette sage exhortation:

«O vous, bergers de grands troupeaux d'hommes, rois, souverains, dont
l'âme sensible se plaît dans le contentement des autres, détournez les
yeux de votre cour, si vous voulez donner l'essor à vos nobles
sentimens! Vous ne pouvez rendre heureux le petit nombre de courtisans
qui vous environnent. Une soif inaltérable d'or, de grandeurs,
d'éclat, les domine. Abaissez vos regards vers une multitude à qui
vous pouvez accorder un bien-être sensible et durable, et qui passera
jusqu'à la seconde génération».

Après avoir parlé du bonheur, l'auteur parle de la durée du temps et
de l'ennui, et il prouve que les religieux s'ennuient beaucoup moins
que les gens du monde, parce que toutes les heures de leur journée
sont variées par diverses occupations qui les remplissent; de même le
peuple est encore moins susceptible de connaître l'ennui qu'aucune
autre classe de la société, puisque, comme l'a si bien observé M. de
Voltaire:

    Le travail fut toujours le père du plaisir.

L'amitié, l'amour, et tout ce qui concerne l'esprit et le caractère
des femmes, tiennent beaucoup de place dans cet ouvrage. L'auteur
semble penser qu'il n'y a pas d'amitié réelle; mais il n'applique ses
réflexions qu'aux temps modernes et aux sociétés dans lesquelles il
vit; il avoue lui-même que l'homme est capable d'une véritable amitié;
ce qui se démontre invinciblement par une connaissance approfondie du
cœur humain et de l'influence des gouvernemens; et nous, nous osons
avancer qu'on en pourrait citer beaucoup d'exemples récens, pour
opposer à l'égoïsme et à la perversité de nos mœurs.

Il traite aussi l'amour comme un sentiment presque toujours factice et
un commerce de perfidie; et il ne fait pas plus de grâce aux femmes,
dont il relève cruellement tous les torts et tous les défauts.

«La femme chez les sauvages est une bête de somme, dans l'Orient un
meuble, et chez les Européens un enfant gâté.

»La vanité fait plus succomber de femmes, que le goût, le penchant et
les sens...

»Combien la femme qu'on croyait la plus réservée, fait d'étranges
révélations à son amant, lorsqu'elle s'est abandonnée! combien de fois
elle a été au moment de succomber! que d'entreprises qui l'ont
profanée! que de savoir elle a sur les plus petits mystères de
l'amour! elle connaît jusqu'à la langue de la débauche!

»L'amour-propre domine en général dans le sentiment des femmes, et les
sens dans l'attachement des hommes...

»On débite beaucoup d'histoires fausses sur les femmes; mais elles ne
sont qu'une foible compensation des véritables qu'on ignore». Cette
phrase ressemble à la réflexion malveillante d'un autre écrivain, qui
n'a jamais épargné les femmes. Mézerai dit, en parlant de quelques
aventures amoureuses: «De ces choses-là, on en conte toujours plus
qu'il n'y en a, et il y en a toujours plus qu'on n'en sait.

»Ce qui choque le plus une femme dans la témérité des hommes, c'est
l'idée que leurs entreprises sont déterminées par l'opinion de la
facilité. Mais si la passion peut en être l'excuse, il n'est point de
hardiesse qu'une femme ne pardonne en secret.»

Ces traits, et une infinité d'autres à peu près pareils, forment le
caractère que l'auteur attribue aux femmes. Mais sans prétendre nous
établir ici les réparateurs des torts faits à ce sexe aimable, qui se
défend assez lui-même par ses charmes contre des vérités fâcheuses et
des outrages impuissans, nous avouons que l'auteur n'a pas assez fait
valoir les compensations dont la nature a doué les femmes pour
balancer leurs défauts. D'ailleurs, en les considérant, il ne les
prend que dans une classe particulière de la société et au milieu de
Paris, où la corruption des mœurs a tout changé. Mais ses portraits
conviendraient-ils à des femmes que l'éducation, les exemples et le
luxe n'auraient pas, en quelque sorte, dénaturées? conviennent-ils
même à toutes nos Françaises? n'est-il donc plus parmi nous des
épouses fidèles, des mères respectables, des citoyennes vertueuses,
des femmes enfin qui, suivant la belle expression d'un auteur moderne,
ne donnent à leurs maris, pour garant de leur vertu, que leur vertu
même? Oui, sans doute, il y en a; et si nous avions besoin d'en citer
des exemples, nous en trouverions aisément, même dans le rang élevé,
qu'on a eu principalement en vue dans les nouvelles _Considérations_.

L'opposition qui se trouve des mœurs des jeunes gens des deux sexes
qui entrent dans le monde, avec l'éducation qu'il ont reçue, est ici
très-justement observée: mais en cela, l'auteur s'est contenté de
remarquer les effets, sans essayer de remonter aux causes. Il serait
pourtant utile de savoir si c'est l'éducation qui enfante les
mauvaises mœurs, ou si ce sont les mauvaises mœurs qui détruisent
tout-à-coup le pouvoir de l'éducation, et, quoi qu'il en soit, nous
croyons qu'un changement dans l'éducation nationale, est plus
important que jamais. Un philosophe moderne a répandu des lumières sur
l'éducation physique et particulière, dont la génération présente sent
déjà les avantages; mais comme il n'a point parlé de l'éducation
publique, nous espérons qu'il sera dignement suppléé par un écrivain
qui, quoique jeune encore, s'est long-temps occupé de cet intéressant
objet, et nous sommes bien certains que l'amitié n'égare point notre
opinion. Il nous reste à relever un sentiment qu'on trouve dans les
nouvelles _Considérations_, et qui nous semble erroné: on y soutient
que le meilleur roman est toujours nuisible aux mœurs. Nous sommes
d'un avis contraire. Nous croyons que Télémaque, Mariamne, Grandisson,
le Vicaire de Wakefield, et une foule d'autres ouvrages du même genre,
sont propres à nous donner l'amour de la vertu, et à nous faire tenir
en garde contre les séductions du vice.

Ici se retrouve encore le parallèle tant de fois tracé des anciens et
des modernes; et il faut avouer qu'il l'est d'une manière judicieuse
et nouvelle. L'auteur, en rendant hommage à la supériorité de nos
grands hommes, reconnaît la prééminence de ceux de l'antiquité,
prééminence qu'ils ont due et au climat et à la sagesse de leurs
institutions, et qui les rendra à jamais l'admiration et les modèles
des peuples qui auront le vrai goût des arts.

L'analyse que nous venons de faire est exacte; nous n'avons point
relevé quelques phrases qui nous semblent peu élégantes, quelques
comparaisons trop recherchées; mais nous avons combattu les idées qui
nous ont paru les plus fausses. Nous devons ajouter que les bornes qui
nous sont prescrites ici, ne nous ont pas permis d'indiquer tout ce
qui nous a plu dans l'ouvrage que nous annonçons, et qu'il paraît bien
rarement des livres qui décèlent autant d'esprit dans leur auteur et
qui soient aussi dignes de l'estime publique. Heureusement il n'est
plus très-rare, mais il est toujours très-beau que des hommes chargés
de grandes places d'administration, instruisent par leurs écrits les
peuples au bonheur desquels ils travaillent.



  SUR l'ouvrage intitulé, _Motifs essentiels de détermination pour
    les Classes privilégiées_.--1789.


C'est un recueil de différens morceaux détachés d'un grand ouvrage
dont la première livraison, au moment d'être donnée au public, avait
été _mise à la Bastille_, et n'en est sortie que le 13 juillet, avec
d'autres prisonniers de la même espèce, et de toute espèce. Plusieurs
de ces morceaux pouvaient alors être d'un intérêt qu'ils n'ont plus à
présent que la révolution est à peu près consommée, et que _l'égoïsme
même ordonne d'être citoyen_. Réflexion juste et qui pourra, nous
l'espérons du moins, opérer plus d'une conversion, et attirer des amis
à la cause publique. L'auteur a voulu prendre date, et atteste ses
amis que plusieurs de ces morceaux ont été écrits dès l'année 1775. La
multitude d'ouvrages sortis presque en même temps de tous les
porte-feuilles, prouve à quel point la révolution était préparée et
presque faite d'avance dans tous les esprits. Ce ne sera pas un
médiocre sujet d'étonnement pour la postérité, de voir la constance et
la continuité des efforts multipliés contre une révolution commandée
par l'opinion générale, dans un pays où jadis l'Université fut
redoutable, et où presque de nos jours la Sorbonne fut une puissance.

Le fragment que nous recommandons le plus à nos lecteurs, est celui
qui a pour titre: _Remontrances essentielles à la Noblesse française_,
où l'auteur, cherche à la consoler de _l'impossibilité que la France,
lorsqu'elle a des têtes, soit encore gouvernée comme lorsqu'elle
n'avait que des casques_. Il est encore plus difficile de la gouverner
de la même façon, depuis que les casques sont sur toutes les têtes.
Mais l'auteur ne pouvait prévoir un événement postérieur à la
publication de son recueil.



  SUR l'ouvrage intitulé, _Situation politique de la France, et ses
    rapports actuels avec toutes les puissances de l'Europe_; par
    M. de Peyssonnel, ancien Consul-général.--1790.


Cette production est l'ouvrage d'un homme de mérite, connu et
distingué depuis long-temps dans la carrière des négociations. La
première partie a pour objet de relever toutes les fausses vues qui
ont fait conclure le traité de Versailles en 1756, et offre le tableau
de toutes les fautes que le ministère français a commises depuis cette
époque jusqu'à nos jours. Un volume a suffi pour cette partie de
l'ouvrage.

La seconde, beaucoup moins considérable, est pourtant la plus
intéressante et la plus utile. C'est le tableau général des rapports
actuels de toutes les puissances européennes avec la France. L'auteur
la met, pour ainsi dire, en regard avec chacune de ces puissances,
grandes ou petites. Et c'est ici qu'on voit toute l'étendue des
connaissances de M. de Peyssonnel en politique positive. Le mérite de
son livre, considéré sous ce point de vue, sera toujours
incontestable. Mais il paraîtra d'un moindre prix à ceux qui mettent
moins d'importance aux idées de _grand rôle à jouer dans l'Europe_, de
_prépondérance politique_, à ceux qui de peuple à peuple ne croient
pas _aux ennemis naturels, aux secrets les plus profonds des cabinets,
etc._ Ceux qui se permettent de manquer de respect pour la vieillesse
de ces idées, disent qu'elles ont fait leur temps, qu'on s'en est fort
mal trouvé, et qu'il importe à l'humanité qu'elles cèdent la place à
d'autres. Ils disent que la prétendue gloire d'un maître n'est pas la
gloire d'une nation, que celle de la nation même n'est pas son
bonheur; que les peuples ne sont pas faits pour orner les gazettes,
mais seulement pour être heureux; que les secrets du cabinet ne sont
importans que dans les intrigues des ministres trompant leur maître
pour leur intérêt personnel, engageant par leurs intrigues des guerres
sanglantes terminées par des traités captieux qui recèlent le germe
d'une guerre nouvelle; qu'il y a des _mystères politiques_ lorsqu'on
est gouverné dans les ténèbres, et qu'il y en a fort peu lorsqu'on se
gouverne au grand jour; enfin, ils prétendent que la politique
elle-même dédaignera la plupart de ses anciennes maximes, axiomes de
la sottise et de la pusillanimité. Ils allèguent, à l'appui de leur
opinion, le dernier traité de paix entre le grand Frédéric et
l'empereur, le traité entre l'Amérique et la France, où la politique
plus libre, plus ouverte, plus généreuse, a parlé un langage qui eût
fort étonné les négociateurs du dernier siècle.

Telles sont les idées des novateurs, fort contraires à celles des
vieillards du pays. Mais celles-ci s'en vont, et les autres arrivent.
Entre deux armées, dont l'une diminue tous les jours par la
désertion, et dont l'autre s'accroît des recrues, il n'est pas
difficile de deviner à qui doit demeurer la victoire. On sait ce que
le grand Frédéric pensait de la vieille politique d'Europe. M. de
Peyssonnel attribue une grande partie de ses succès à la connaissance
qu'il avait des secrets les plus profonds de notre cabinet. Mais le
premier secret de notre cabinet était que le ministère, toujours
occupé d'intrigues et de futilités, ne prendrait jamais que de
mauvaises mesures; qu'on n'opposerait au plus grand guerrier du siècle
que des généraux ineptes; ou que, si on lui en opposait d'habiles, on
ne manquerait pas de les rappeler bien vîte après une première
victoire. Avec cette connaissance qu'il avait comme toute l'Europe,
avec ses troupes, son trésor et son génie, il pouvait s'embarrasser
fort peu de notre cabinet, et en rire à son aise, comme il s'en donne
le passe-temps dans tout le cours de sa correspondance.

Malgré ces observations, qui supposent seulement des principes
politiques différens de ceux de M. de Peyssonnel, il n'est pas moins
vrai que son livre peut et doit être utile, même dans les
circonstances actuelles, où de grands changemens dans les idées
relatives à l'ordre social vont en amener d'aussi grands dans les
rapports politiques de la plupart des puissances.

Ce second volume est terminé par un Mémoire, où l'on développe les
avantages que le pacte de famille peut procurer à la France ou à
l'Espagne, pour le rétablissement de la marine et du commerce
maritime. C'est encore, ici qu'on peut trouver de l'instruction, et
l'auteur est sur son terrain. Mais ses principes spéculatifs seront
encore exposés à de terribles attaques. La philosophie qui, vers ces
derniers temps, s'est mêlée de tout, précisément parce qu'elle était
exclue de tout, s'est avisée de se mêler aussi de politique
financière. Elle a combattu et détruit plusieurs des opinions qui
servent de base aux raisonnemens de M de Peyssonnel. Les opérations
qu'il conseille aux gouvernemens de France et d'Espagne, pour la
réduction de l'intérêt légal de l'argent, paraîtront aux novateurs une
suite de préjugés de l'ancienne routine. Ils soutiennent que toute
manœuvre pour diminuer l'intérêt de l'argent est absurde, puisque
l'intérêt (supposé de 5) tombe de lui-même à 4, quand il y a 5 à
prêter, comme il monte nécessairement à 6, quand, au lieu de 6, il n'y
a que 5 à prêter, ou qu'il se trouve un sixième de plus d'entreprises
à faire.

Ils ne lui passeront pas non plus l'idée qu'une banqueroute nationale
en Angleterre est inévitable; ils seront mécontens de lui voir
approuver «un des plus ingénieux écrivains de la Grande-Bretagne, qui
pensait qu'une banqueroute de fonds publics était devenue non
seulement nécessaire, mais juste en Angleterre.» D'abord ils lui
demanderont comment ce qui est ailleurs une suprême injustice,
devient juste en Angleterre; ils demanderont si les Anglais ont été
contens de l'idée qu'on voulait donner de leur justice nationale. Mais
en abandonnant cette question à laquelle il serait difficile de
répondre, nos novateurs se vantent d'avoir prouvé que l'idée d'une
banqueroute nationale est un monstre en politique, et que cette
crainte n'est qu'une chimère. Ils prouvent par des chiffres (car enfin
ils savent aussi compter), ils prouvent qu'en Angleterre, depuis 1690
jusqu'à nos jours, le montant du revenu territorial, le prix des
denrées, celui des marchandises, le salaire des journées, la dette
publique, l'impôt, les exportations et la richesse nationale s'étant
accrus dans une proportion exacte et respective, les anciens rapports
entre toutes les parties de la société se trouvent les mêmes qu'avant
la dette et les taxes qui doivent en payer l'intérêt. Il résulte,
selon eux, que la banqueroute des fonds publics en Angleterre est un
fantôme qui a trop long-temps effrayé les Anglais eux-mêmes. Mais il
paraît qu'ils commencent à revenir de leur peur. Il reste à expliquer,
dans ce système, comment a pu s'opérer cette merveille du niveau
établi et maintenu entre la dette publique et les taxes qui en paient
l'intérêt. Elle s'est opérée d'elle-même, par l'effet nécessaire de la
liberté, dans un pays où nulle classe d'hommes ne pouvant être
opprimée par un autre, où un intérêt peut se défendre contre les
agressions d'un autre intérêt, le prix des journées du travailleur
s'est augmenté dans la proportion nécessaire pour payer les taxes.
Voilà, disent-ils, tout le miracle; et ils concluent que la liberté
produira en France le même prodige qu'en Angleterre: il faut convenir
qu'il y a eu dans le monde des novateurs plus fâcheux et des
spéculateurs moins consolans.



  SUR l'ouvrage intitulé, _Vœux d'un Solitaire, pour servir de
    suite aux Études de la Nature_; par Jacques-Bernardin-Henri de
    Saint-Pierre.--1790.


Cet ouvrage, commencé à l'époque de la convocation des états-généraux,
n'a pu paraître qu'au mois de septembre dernier, et déjà une partie
des questions sur lesquelles M. de Saint-Pierre donnait son avis,
étaient décidées par l'assemblée nationale, conformément ou
contradictoirement à l'opinion de l'auteur. Cette production n'avait
donc plus, même à sa naissance, la sorte d'intérêt qui a fait
rechercher alors la plupart des écrits où ces questions étaient
discutées. Mais nul ouvrage ne pouvait se passer plus aisément de
cette faveur passagère des circonstances. Le talent et le génie sont
l'à propos de tous les temps, et l'un et l'autre brillent dans l'écrit
que nous annonçons. Il est vrai qu'on retrouve, dans les _Vœux d'un
Solitaire_, plusieurs des idées que l'auteur avait déjà répandues
dans ses _Études de la Nature_. Mais la variété des aspects sous
lesquels il les reproduit, le surcroît des preuves, soit en
raisonnement, soit en exemples, dont ils les fortifie encore, le
sentiment dont il anime les nouveaux développemens qu'il leur donne,
tout atteste la plénitude de sa conviction, l'abondance de ses
pensées, la richesse de son talent, et surtout ce vif et profond désir
du bonheur des hommes, seul mobile digne d'un talent si rare et si
précieux.

Il est inutile d'en dire davantage sur un ouvrage qu'on peut
considérer comme le cinquième volume des _Études de la Nature_. Il
serait trop long d'en relever les beautés; et il semblerait fastidieux
de combattre quelques opinions de l'auteur, déjà peut-être abandonnées
par lui-même depuis la publication de son livre, et que, par le fait,
la nation a laissées bien loin derrière elle.



  SUR l'ouvrage intitulé, _Voyage de_ M. le Vaillant _dans
    l'intérieur de l'Afrique par le Cap de Bonne-Espérance, dans
    les années 1780, 1781, 1782, 1783, 1784 et 1785_.--_2 Vol.
    in-8º._--1790.


Le voyage que nous annonçons est un de ces ouvrages qui ne peuvent se
ressentir de l'indifférence plus ou moins passagère du public, pour
tout ce qui est étranger aux grands objets dont s'occupe la nation;
il trouvera des lecteurs, et les intéressera aujourd'hui comme il eût
fait dans les temps les plus paisibles, et lorsqu'on était uniquement
occupé de sciences et de littérature. Un voyage dans l'intérieur de
l'Afrique éveille d'abord la curiosité; et l'auteur de celui-ci ne
tarde pas à faire naître un intérêt qu'il soutient jusqu'à la fin de
son ouvrage. On sait que la navigation, qui de nos jours a découvert
plusieurs côtes de ce vaste continent, n'a pu nous dévoiler
l'intérieur de ces immenses régions où tout est nouveau pour nous,
terres, plantes, hommes, oiseaux, poissons, animaux de toute espèce.
On peut lui appliquer ce que M. le Vaillant dit de l'Amérique
méridionale: «c'est le foyer où la nature travaille ses exceptions aux
règles qu'on croit lui connaître.» L'Afrique lui parut le Pérou des
naturalistes: il en a fait le sien; il s'y est enrichi, et nous fait
partager sa richesse; il sait même la faire aimer par l'intelligence
avec laquelle il en dispose, par le goût qui règne dans la
distribution de son ouvrage. Il sait peindre, animer, varier ses
tableaux: il parle tour-à-tour à la raison, au sentiment, à
l'imagination. Nous entendons dire que son livre n'est pas assez
savant. Le reproche peut être fondé; car il est certain que le livre
n'est point ennuyeux, condition requise, en plus d'un genre, pour être
réputé profond. C'est à M. le Vaillant à confondre cette critique; et
il paraît qu'il s'y disposait d'avance, puisque, dans son premier
voyage, qui sera bientôt suivi d'un second, il annonce une
ornithologie, et une histoire des animaux quadrupèdes de cette
contrée, qu'il va bientôt donner au public. Revenons à celui qu'il
nous donne en ce moment.

L'auteur part du Texel avec des lettres de recommandation pour M.
Boers, ancien fiscal du Cap de Bonne-Espérance. Après quelques
accidens de mer, que l'auteur décrit en physicien, et une fâcheuse
rencontre plaisamment contée, il arrive au Cap au moment de la rupture
entre la France et l'Angleterre. Il fait une description succincte de
la ville du Cap et des environs, des productions naturelles, arbres,
plantes, etc. Quoique son objet ne soit pas d'insister sur l'état
civil et politique de la colonie, il relève en passant quelques abus
absurdes ou intolérables, soufferts ou même protégés par
l'administration. Il en prévoit les effets nécessaires, et donne à la
compagnie hollandaise d'excellens avis, dont elle ne profita pas; car,
en dépit des conseils et des prédictions, la puissance marche
aveuglément jusqu'à l'instant où elle se précipite.

L'auteur part du Cap pour aller visiter la baie de Saldanha, pour
chasser, pour faire connaissance, dit-il, avec des bêtes féroces, et
préluder aux combats qu'il devait leur livrer dans le continent. Son
coup d'essai fut heureux; le premier tigre qu'il détruisit, se trouva
monstrueux. «Je le mesurais des regards, dit-il, et me croyais tout
au moins un Thésée». Tout allait bien; la collection d'animaux,
d'oiseaux, d'insectes, s'accroissait tous les jours; mais ces
richesses étaient déposées sur un vaisseau qui se trouvait à la rade.
Il serait trop long d'exposer les raisons politiques qui, aux
approches de la flotte anglaise, obligèrent le capitaine de faire
sauter en l'air son vaisseau. Qu'on se figure la position d'un homme
que la passion des voyages, des sciences, des découvertes arrache à sa
patrie, aux regrets de sa femme, de ses enfans, envoyé au-delà des
mers chercher des dangers de toute espèce, et qui voit en un instant
ses collections, sa fortune, ses projets, ses espérances, gagner,
dit-il, la moyenne région et s'y résoudre en fumée. Ce n'est pas tout,
il fallait fuir les vainqueurs, et gagner le Cap. C'est ce qu'il fit
avec le désespoir dans le cœur; mais il avait un ami. M. de Boers, ne
le voyant point revenir avec les autres fugitifs, s'en inquiéta et le
fit chercher dans l'asile où il s'était retiré en attendant des
secours d'Europe. «Monsieur, lui dit tranquillement M. Boers,
vous n'oublierez pas que vous m'êtes recommandé. Revenez à vos
projets; c'est à moi de pourvoir aux détails. Acceptez, je le
veux.--J'acceptai, dit l'auteur, l'offre de cette ame généreuse; un
refus l'aurait trop blessée.» On conçoit de quelle espèce furent les
apprêts du voyage. Deux grands chariots, dont l'un chargé de tout ce
qui convenait à un naturaliste; l'autre de provisions, instrumens,
outils, fusils, pistolets, poudre, plomb, balles de plusieurs
calibres, biscuit, thé, café, sucre, plusieurs barils d'eau-de-vie et
force tabac pour les Hottentots, quincailleries, verroteries,
colliers, bracelets, pour faire, dit-il, suivant l'occasion, des
échanges ou des amis. Son train était composé de trente bœufs, trois
chevaux de chasse, neuf chiens, et cinq Hottentots. Le nombre de ces
derniers monta depuis jusqu'à quarante. Il part; et dès le lendemain,
il s'arrête, le soir, au pied des hautes montagnes qui bornent la
Hollande hottentote au pied du Cap. «Ce fut alors, dit-il,
qu'entièrement livré à moi-même, et n'attendant de secours que de mon
bras, je rentrai, pour ainsi dire, dans l'état primitif de l'homme, et
respirai pour la première fois l'air pur et délicieux de la liberté.»

Il poursuit sa route dans les déserts, dans les forêts, évitant autant
qu'il lui est possible les habitations, et s'avance dans le pays des
Anteniquois, _hommes de miel_. On sent qu'ici nous devons abandonner
tous les détails; et que si l'Afrique est le pays des merveilles, un
extrait, un journal même n'en sont pas la place. Il est impossible de
suivre l'auteur dans ses chasses, ou plutôt dans ses guerres avec les
bêtes féroces: buffles, jacals, hyènes, panthères, lions, éléphans,
hippopotames, etc. La dissection des vaincus était le prix de la
victoire, toujours achetée par de grandes fatigues, et qui souvent
pensa coûter plus cher: incroyable effet de l'amour des sciences.
«J'avais trouvé dans les bois, dit M. le Vaillant, un vieux arbre mort
dont le tronc était creux; c'est là que, malgré les pluies
continuelles, je passais presque toutes mes journées à guetter les
petits oiseaux et le gibier qui se présentaient: j'y étais du moins à
l'abri de la pluie, et me nourrissais d'espérance. De cette niche
sacrée, j'abattais impunément tout ce qui se montrait devant moi.
Ainsi, l'étude de la nature l'emportait sur les premiers besoins: je
mourais de faim, et songeais à des collections.»

C'est dans l'ouvrage même qu'il faut lire la description du genre de
vie qu'il menait dans son séjour à Pampoen-Kraal, partagé entre les
plaisirs de ses diverses chasses, de ses études, sous le plus beau
ciel, dans la société de ses animaux domestiques et de ses fidèles
Hottentots, qu'il traitait en amis, qu'il représente, non comme des
animaux abrutis et dégoûtans, mais comme des hommes simples,
grossiers, bons et sensibles, encore chers à son souvenir. Ce
sentiment se reproduit en plusieurs endroits de son livre, avec un
intérêt nouveau. Les momens passés à Pampoen-Kraal, il les appelle les
seuls momens de sa vie où il ait connu tout le prix de l'existence.
«Je ne sais quel attrait puissant, dit-il, me ramène sans cesse à ces
paisibles habitudes de mon âme; je me vois encore au milieu de mon
camp, entouré de mon monde et de mes animaux. Une plante, une fleur,
un éclat de rocher, çà et là placés, rien n'échappe à ma mémoire; et
ce spectacle, toujours plus touchant, m'amuse et me suit par tout.»
Voilà ce qui paraîtra sans doute inconcevable à ceux qui ne
connaissent ni le charme d'une indépendance absolue, ni la passion des
découvertes, ni le plaisir inexprimable que la nature attache aux
grands développemens de nos facultés morales et intellectuelles.

M. le Vaillant, après avoir enrichi sa collection d'un grand nombre
d'oiseaux, de quadrupèdes, de plantes, etc., etc. quitte le pays des
Anteniquois, et prend sa route vers l'Augekloof: c'est une vallée
longue et marécageuse, entourée de montagnes escarpées et arides, que
le voyageur ne put franchir qu'avec des peines inexprimables. Il ne
savait si la route qu'il avait prise le conduirait vers des hordes
hottentotes ou vers des Caffres. Ces Caffres, que l'auteur visita
depuis, étaient l'objet de la terreur universelle. Il s'en faut bien
que l'auteur les ait trouvés tels qu'on les lui avait représentés dans
la colonie. Le gouvernement du Cap, qui ne peut contenir dans l'ordre
et dans l'obéissance les colons éloignés, ignore ou feint d'ignorer
les excès monstrueux dont ils se sont rendus coupables pour reculer
les limites de leurs possessions aux dépens des peuplades voisines. De
là, parmi elles, cette haine pour les blancs, qui n'est qu'une juste
horreur pour leurs cruautés; et de là, parmi les blancs, l'atrocité
des calomnies par lesquelles ils cherchent à flétrir des hommes
simples et innocens, dont ils ont provoqué les vengeances. Cette
vérité affligeante, que M. le Vaillant prouve par des exemples et par
des faits, semble lui avoir inspiré une sorte de passion pour les
sauvages, et une profonde aversion pour les blancs, et en général pour
la civilisation: sentiment qui paraît toujours un peu bizarre, que le
vulgaire appelle misantropie, et qui n'est, au contraire, qu'un amour
trop ardent de l'humanité, et une violente indignation contre les
crimes, qui, dans l'ordre social, font le malheur des hommes. «Partout
où les sauvages, dit M. le Vaillant, sont absolument séparés des
blancs, et vivent isolés, leurs mœurs sont douces; elles s'altèrent
et se corrompent à mesure qu'ils les approchent. Il est bien rare que
les Hottentots qui vivent avec eux, ne deviennent des monstres.
Lorsqu'au bord du Cap, je me suis trouvé parmi des nations
très-éloignées, quand je voyais des hordes entières m'entourer avec
les signes de la surprise, de la curiosité la plus enfantine,
m'approcher avec confiance, passer la main sur ma barbe, mes cheveux,
mon visage; je n'ai rien à craindre de ces gens, me disais-je tout
bas, c'est pour la première fois qu'ils envisagent un blanc.» Juvénal
n'a rien de plus fort que ce dernier trait; mais il se trouve
malheureusement trop justifié dans le voyage de M. le Vaillant, par le
contraste des mœurs sauvages et des mœurs européennes.

L'auteur, toujours menacé de ces Caffres si redoutables, et prenant
contre eux toutes les précautions de la prudence, s'avance dans le
pays, où on le suit avec intérêt, à travers les dangers de ses chasses
aux éléphans, aux bubales, aux gazelles, dont il décrit plusieurs
espèces encore inconnues. Les productions naturelles, les différens
paysages, les sites pittoresques, agréables ou terribles, les
phénomènes d'une nature nouvelle pour la plupart de ses lecteurs, se
reproduisent sous les pinceaux de Teniers ou de Berghem. Dans cette
variété d'objets, presque tous intéressans, nous ne pouvons nous
arrêter qu'à celui qui l'est davantage et le plus généralement à
l'homme, aux différentes hordes sauvages qu'a visitées M. le Vaillant
et qui paraissent avoir été si mal observées avant lui. On connaît les
contes ridicules de Kolbe, répétés par tous les voyageurs, et qui ont
répandu en Europe des idées si absurdes sur les Hottentots.
Quelques-unes sont accréditées par M. Sparmann lui-même, qui publia
dans ces dernières années un voyage d'Afrique. M. le Vaillant rend
justice à ce savant suédois, et ne le récuse point sur les choses
qu'il a vues de ses propres yeux. Mais il lui reproche d'avoir donné
une confiance aveugle aux erreurs ou aux mensonges des colons, la
plupart pleins de préjugés ou de mauvaise foi. C'est une chose bien
remarquable, que de voir la plupart des voyageurs modernes en
opposition avec les voyageurs précédens, qui peignent sous des
couleurs odieuses le sauvage, l'homme de la nature, que d'autres ont
vu depuis sous un aspect plus favorable. Bacon disait qu'il fallait
recommencer l'entendement humain, entreprise assez pénible après tant
de siècles perdus. Il ne serait pas impossible qu'il fallût de même
recommencer les observations, première base des idées de quelques
philosophes sur la nature humaine, qu'ils représentent comme mauvaise,
et faite pour toujours l'être. Le voyage de M. le Vaillant la fait
aimer dans sa simplicité la plus grossière. Il rapporte différens
traits des Hottentots, qui justifient ses fréquens souvenirs et les
retours de sa sensibilité vers ce peuple doux et bon. «Il semble,
dit-il, qu'on se soit plu à le calomnier de toutes les manières.» On a
dit et répété qu'une mère qui accouche de deux enfans à la fois, en
fait périr un sur le champ; d'abord ce fait est rare, et révolte ces
nations. Cette question même a indigné plusieurs de ces sauvages, et
ce crime n'a été commis que dans le cas où la mère, craignant de voir
périr ses deux jumeaux, s'est vue forcée d'en sacrifier un.--Autre
calomnie: en cas de mort de la mère, dit M. Sparmann, il est d'usage
d'enterrer vivant avec elle son enfant à la mamelle. C'est ce qui m'a,
dit-il, été _certifié par des colons_. On sait le cas que M. le
Vaillant fait de ce témoignage; mais en le supposant vrai, il en
conclut que la mère étant morte d'une fièvre épidémique, comme le dit
M. Sparmann, les Hottentots alarmés, ont pu s'éloigner du cadavre et
de l'enfant; car la peur de la contagion les oblige souvent
d'abandonner jusqu'à leurs troupeaux, leur seule richesse. S'ils
abandonnent leurs vieillards et leurs malades, ce n'est que lorsqu'un
ennemi vainqueur les oblige à prendre précipitamment la fuite: c'est
ce qui pourrait arriver en Europe. La famine est encore une des
calamités contre laquelle ils ne connaissent pas d'autre expédient.
«Mais, comme l'observe l'auteur, les calamités publiques, pour des
peuples qui n'ont pas la première des combinaisons de nos arts, et nul
moyen de s'y soustraire, si ce n'est la plus prompte fuite, ne peuvent
être la règle avec laquelle il faut les juger.» Mais l'accusation
contre laquelle il s'élève avec plus de force, c'est celle de ne
connaître, dans leurs amours, ni les différences de l'âge, ni cette
horreur invincible qui sépare les êtres rapprochés par le sang. Il se
révolte contre des soupçons infâmes. «Oui, dit-il, toute une famille
habite une même hutte; oui, le père se couche avec sa fille, le frère
avec sa sœur, la mère avec son fils; mais au retour de l'aurore,
chacun se lève avec un cœur pur. J'ose attester que, s'il est un coin
de la terre où la décence dans la conduite et dans les mœurs soit
encore honorée, il faut aller chercher son temple au fond des
déserts.» M. Sparmann avoue lui-même que les sauvages ont plus de
modestie que de voile; et M. le Vaillant ajoute qu'il n'a trouvé
partout que circonspection et retenue chez les femmes, et même chez
les hommes. Partout où il a trouvé des mœurs différentes, il ne les a
jamais vues que comme un effet de la communication que ces hordes
avaient eue avec les blancs.

Ces peuples n'ont aucune des superstitions que Kolbe leur attribue.
L'auteur ne leur a même connu aucune idée religieuse. Ce que quelques
voyageurs ont appelé un culte envers la lune, n'est qu'une espèce de
danse nocturne, qui ne suppose aucune idolâtrie à l'égard de cet
astre. La cérémonie nauséabonde du mariage des Hottentots, les
arrosemens d'urine répandue sur les deux époux: sottises de Kolbe,
rêves d'un voyageur sédentaire, qui recueillait des bruits populaires
dans les tavernes du Cap. Il est vrai pourtant que la semicastration a
lieu dans quelques peuplades, ainsi que la cérémonie de couper une
phalange des doigts de la main ou du pied, sans qu'on puisse savoir
d'où vient cette absurde coutume. A l'égard du fameux tablier des
Hottentotes, c'est une bizarrerie qui se trouve quelquefois chez une
certaine horde; mais elle est l'effet d'un caprice absurde, et d'une
mode qui s'est efforcée de faire violence à la nature.

Telle est la légèreté avec laquelle on a observé ce peuple, qu'on a
prêté aux femmes hottentotes les coutumes les plus bizarres: celle,
par exemple, de s'entourer les bras et les jambes d'intestins
d'animaux, en guise de bracelets; et il est vrai que ce qu'on a pris
pour des intestins d'animaux, sont des tissus de jonc dont elles
forment leurs nattes ou des peaux de bœufs coupées et arrondies à
coup de maillet; préservatif indispensable contre la piqûre des
ronces, des épines, et la morsure des serpens. L'auteur convient
pourtant que l'habitude de voir des Hottentotes, n'a jamais pu le
familiariser avec l'usage de se peindre la figure de mille façons
différentes, et de se parfumer avec de la poudre de boughou, dont
l'odorat d'un Européen n'est pas agréablement frappé. Enfin, M. le
Vaillant ne laisse rien à désirer sur le détail des mœurs de ce
singulier peuple, remarquable entre les sauvages même par l'étonnante
vivacité de quelques-uns de ses sens, par des habitudes qui le
caractérisent fortement, par la faculté qu'il a de se commander en
quelque sorte le sommeil au défaut de nourriture, de suppléer aux
alimens qui lui manquent en se resserrant l'estomac avec des
courroies, de se gorger de la chair et de la graisse des animaux, et
de vivre ensuite plusieurs jours avec quelques sauterelles; heureux
quand ils trouvent quelques rayons de miel qui leur sont montrés par
un oiseau que les naturalistes ont nommé _indicateur_, et pour lequel
ces sauvages ont, par cette raison, le plus profond respect!

Tous ces détails sur les Hottentots sont terminés par quelques
réflexions sur leur langue. M. le Vaillant s'est donné la peine de
l'apprendre, et la venge du principal reproche qui lui a été fait.
«Elle ne ressemble, dit-il, ni aux gloussemens des dindons, ni aux
cris d'une pie, ni aux huées d'un chat-huant. Elle n'est pas si
rebutante qu'elle le paraît d'abord. Sa grande difficulté consiste
dans les différens clapemens qui précèdent chaque mot.» L'auteur
caractérise chacun de ses clapemens, et finit par donner un court
vocabulaire de cet idiome.

Nous avons laissé notre voyageur dans l'incertitude de la route qu'il
tenait, et ignorant si les premières hordes qu'il rencontrerait
seraient caffres ou hottentotes. Ce doute fut levé par l'arrivée
imprévue d'une troupe de Gonaquois. C'est une race mixte, qui tient
également du Caffre et du Hottentot. Ils sont d'une taille supérieure
à ce dernier. Ce sont à peu près les mêmes mœurs pour le fond, mais
dégagées des vices que les Hottentots tiennent de leur voisinage de la
colonie, de leur soumission à des chefs vendus au gouvernement du Cap;
chefs qui, pour l'honneur de porter un hausse-col, sur lequel est
écrit le mot _captien_, deviennent les esclaves du gouverneur, et les
tyrans, ainsi que les espions de leurs sujets abâtardis et dégradés.

Les Gonaquois sont une peuplade libre et brave, n'estimant rien que
son indépendance, et dont toutes les habitudes offrent le caractère de
la franchise, de la confiance et de la philantropie. Qu'on se
représente la surprise de l'auteur, lorsqu'à son réveil il se trouva
entouré, dans son camp, de cette troupe nouvellement arrivée. Leur
chef s'approcha pour lui faire son compliment. Derrière lui,
marchaient les femmes dans toute leur parure, luisantes et bien
_boughouées_, c'est à dire, saupoudrées d'une poussière rouge, nommée
_boughou_. Elles lui offrirent chacune leur présent; une donna des
œufs d'autruche, l'autre un jeune agneau, d'autres du lait contenu
dans des paniers d'osier, d'une texture assez serrée pour servir même
à porter de l'eau. On devine bien que le voyageur ne demeura pas en
reste. L'eau-de-vie, le tabac, les briquets, l'amadou pour les hommes,
les bijoux, les colliers, la verroterie pour les femmes, tout fut
prodigué à ses nouveaux hôtes. Ici l'auteur se complaît à peindre tous
les charmes de sa société gonaquoise. Une jeune fille, qu'il nomme
_Narina_ (fleur), en était l'ornement, et devint bientôt sa compagne;
«car, dit-il, dans les déserts de l'Afrique, il ne faut pas même oser
pour être heureux.» Nous n'élevons aucuns doutes sur les perfections
de Narina; mais, au risque de redoubler l'aversion que M. le Vaillant
montre pour les vers en plusieurs endroits de son ouvrage, nous lui
citerons ceux-ci:

    Le plus triste vaisseau fut longs-temps son séjour.
    Il touche le rivage, à l'instant tout l'invite;
          Et pour Lisis, dans ce beau jour,
    La première Philis des hameaux d'alentour
          Est la sultane favorite,
          Et le miracle de l'amour.

On peut passer à M. le Vaillant quelques ornemens superflus dans ce
morceau sur les Gonaquois, un des plus agréables de l'ouvrage. Le chef
de la peuplade qui était venu le visiter, ne comptait pas quatre cents
sujets; et c'était pourtant une des plus considérables de la nation,
qui ne rassemblait pas trois mille têtes sur une étendue de trente à
quarante lieues. La bonne réception qu'il avait faite à ses hôtes,
ayant été pour lui une excellente recommandation auprès des autres
peuplades, le voyageur résolut de rendre au chef de celle-ci sa
visite, et de poursuivre sa route. Il fallut se séparer; et la belle
Narina se retira un peu triste avec sa mère, l'une riche de
verroterie, et l'autre d'un miroir. Il la suivit peu de temps après,
et on devine comme il fut reçu de la horde entière. C'est ici que M.
le Vaillant distingue les nuances différentielles du Gonaquois et du
Hottentot, toutes à l'avantage du premier. Il fut mené par le chef
dans la hutte des vieillards qui ne pouvaient sortir pour le voir. Il
les trouva tous gardés par des enfans de huit à dix ans, chargés de
leur donner la nourriture, et tous les soins qu'exige la caducité. Il
remarqua avec surprise que cette caducité n'était accompagnée d'aucune
des maladies qui en sont chez nous l'apanage ordinaire; et ce qui
l'étonna encore plus, ce fut de voir que leurs cheveux n'avaient point
blanchi, et qu'à peine apercevait-on à leur extrémité une légère
nuance grisâtre. On s'attend bien à voir paraître Narina: aussi
revient-elle, toujours tendre, aimable et point boughouée. Toutes les
huttes formant l'habitation de ce chef, au nombre à peu près de
quarante, bâties sur un espace de six cents pieds carrés, formaient
plusieurs demi-cercles; elles étaient liées l'une à l'autre par de
petits parcs particuliers. C'est là que chaque famille enferme,
pendant le jour, les veaux et les agneaux qu'ils ne laissent jamais
suivre leurs mères.

Ils vivent de lait, du produit de leurs chasses, et de temps en temps
ils égorgent un mouton; ils ne comptent plus les jours au-delà des
doigts de leur main; ils désignent les époques par quelque fait
remarquable, une épizootie, une émigration, un éléphant tué, etc; ils
indiquent les instans du jour par le cours du soleil: le soleil était
ici, il était là. Quand ils sont malades, ils ont recours à quelques
plantes médicinales, ou à l'usage des ligatures. Ils placent leurs
morts dans une fosse couverte de pierres, qui les défendent très-mal
contre les jakals et les hyènes.

M. le Vaillant n'oubliait pas chez ses amis les Gonaquois, le projet
de visiter les Caffres et de se faire par lui-même une idée de leurs
mœurs. Il les croyait fort différentes du tableau qu'on lui en avait
fait. Il avait député un de ses plus intelligens et plus fidèles
Hottentots, vers le chef d'une de ces hordes. Et quoique cet émissaire
n'eût pu joindre ce chef qui se trouvait absent, il parvint à remplir
à peu près l'objet de sa commission. Cet envoyé avait donné de son
maître une très-bonne idée, en disant qu'il n'était pas colon.

Il serait trop long de détailler les motifs qui déterminèrent la
visite d'une de ces hordes. Il fut prévenu par elle, comme il l'avait
été par les Gonaquois. Son envoyé les précéda et vint annoncer leur
arrivée. Plus prudens, moins insoucians que les Hottentots, ils
amenaient de grands troupeaux de bœufs. Les Hottentots de sa suite,
accoutumés à craindre les Caffres, qui ne voient en eux que des
espions de la colonie, s'effrayèrent à leur approche. M. le Vaillant
les rassura et les contint. Il reçut ses hôtes comme les précédens,
c'est-à-dire, en amis. Il marqua, à quelque distance de son camp,
l'endroit où il voulait qu'ils logeassent; et bientôt il s'établit une
confiance loyale et vraie entre les deux troupes. Mais il leur fit
sentir que, par sa position, il ne pouvait contribuer à les venger du
colon leur ennemi, ni même leur donner ou leur vendre ses instrumens
de fer qu'ils convoitaient beaucoup, et qui devinrent l'objet de leur
plus grande attention. Ce fut ainsi qu'il eut occasion d'observer
leurs mœurs simples ou plutôt grossières, comme celles des
Hottentots, mais un peu moins éloignées de toute civilisation. On ne
peut qu'admirer leur patience, quand on songe qu'avec un bloc de
granit qui leur tient lieu d'enclume, et un autre qui leur sert de
marteau ils sont parvenus à faire des pièces aussi bien finies que si
la main du plus habile armurier y avait passé. L'admiration du
voyageur pour leurs chefs-d'œuvres en ce genre les flattait
infiniment, car il y a de l'amour-propre chez les Caffres; et M. le
Vaillant exprime, d'une manière pittoresque, l'énergie de ce sentiment
dans la personne d'un jeune Caffre dont il admirait l'adresse à lancer
la zagaie. «Les témoignages d'admiration qu'excitait parmi nous,
dit-il, notre jeune chasseur, agrandissaient son regard, et
développaient les muscles de son visage. Il mesurait ma taille, se
rangeait à mes côtés; il semblait me dire: _toi, moi_.»

Quoique M. le Vaillant tirât de ses hôtes plusieurs éclaircissemens
sur la Caffrerie, il n'était pas moins dominé du désir de pénétrer
dans l'intérieur du pays. Il trouva une violente opposition dans ses
Hottentots. Elle redoubla après le départ des Caffres. Mais impatient
de satisfaire sa curiosité, et s'étant assuré de quelques-uns des plus
fidèles, il se résolut à partir avec cinq d'entre eux, n'exigeant des
autres, qui d'ailleurs avaient beaucoup d'attachement pour lui,
d'autre preuve de fidélité que de l'attendre et de garder son camp
qu'il laissait sous la surveillance du plus âgé d'entre eux, pour
lequel ils avaient beaucoup de respect. Il partit donc; et après une
marche dirigée vers le canton qu'habitaient ceux qui étaient venus le
voir dans son camp, il arriva, et fut fort étonné de trouver leurs
cabanes abandonnées, et, comme il dit, un empire désert dont il prit
possession. Cette horde avait fui devant une nation voisine, nommée
les Tamboukis. Il prit le parti de revenir sur ses pas. Il revint à
son camp, et eut le plaisir de se revoir environné de sa nombreuse
famille, qui lui était restée fidèle dans son absence.

Ce fut là qu'il rédigea le journal de ses observations sur le pays des
Caffres.

Leur taille est plus haute que celle des Hottentots et des Gonaquois.
Ils paraissent plus robustes, plus fiers, plus hardis; un nez pas trop
épaté, un grand front, de grands yeux, leur donnent un air ouvert et
spirituel; et en faisant grâce à la couleur de la peau, il est telle
femme caffre qui peut passer pour plus jolie qu'une européenne. Elle
ne portent aucune espèce de parure; leurs occupations journalières
sont de fabriquer de la poterie. Les cabanes des Caffres sont plus
spacieuses et plus régulières. Ils sont nomades; mais ils s'entendent
à la culture.

Une industrie mieux caractérisée, et quelques arts de nécessité
première, un peu de culture, et quelques dogmes religieux, annoncent
dans le Caffre une nation plus civilisée que celle du Sud; cependant
ils n'ont point de culte, point de prêtres; mais en revanche ils ont
des sorciers, que la plus grande partie révère et craint beaucoup. Ils
pratiquent la circoncision, ce qui semble indiquer, ou qu'ils doivent
leur origine à d'anciens peuples dont ils ont dégénéré, ou qu'ils
l'ont simplement imitée de voisins dont ils ne se souviennent plus.

Leurs danses, leurs instrumens, leurs armes sont les mêmes à peu près
que chez les Hottentots. La polygamie est en usage chez eux; seulement
ils ne dansent qu'à leur premier mariage. Ils sont gouvernés par un
roi qui nomme des chefs aux différentes hordes très-éloignées les unes
des autres. Lorsqu'il veut leur communiquer des avis intéressans pour
la nation, il les fait venir et leur donne ses ordres, c'est-à-dire
des nouvelles dont les chefs profitent pour le bien des hordes
particulières. C'est son fils aîné, qui lui succède, et au défaut de
fils, celui de sa sœur: coutume singulière qu'on retrouve chez
plusieurs nations sauvages.

Notre voyageur, fatigué de ses courses, prend enfin la résolution de
retourner au Cap; mais la curiosité l'emportant encore sur le
sentiment de ses fatigues, lui fait prendre une route différente,
réputée presque impraticable dans le pays même, et dangereuse par les
incursions des Bossismans et des Basters. Les Bossismans (_hommes des
bois_) ne sont point une race particulière, mais un mélange d'hommes
de toutes les nations, à qui les mêmes besoins et les mêmes habitudes
donnent un caractère commun de ruse, de force et de férocité. Les
Basters sont une race métive de nègres et de femmes hottentotes ou de
femmes hottentotes et de blancs. Les blancs se trouvent ici presque
aussi maltraités, dans la comparaison avec les nègres, qu'ils l'ont
été plus haut dans leur comparaison avec les sauvages; le Baster blanc
étant doué de toutes les mauvaises qualités possibles, et le Baster
noir étant remarquable au contraire par tous les avantages opposés. M.
le Vaillant reproche au gouvernement de ne point chercher à tirer
parti de cette dernière espèce de Basters, qui peut un jour devenir
très-redoutable à la colonie.

Enfin, après avoir étendu et enrichi sa collection, au point d'en
avoir beaucoup accru les difficultés de son retour, il revient au Cap,
et est rendu en bonne santé à l'impatience de ses amis, et surtout du
vertueux M. Boers, à qui son livre est dédié.

Peu de voyages se font lire avec autant de plaisir. C'est qu'au mérite
d'avoir rassemblé un grand nombre d'observations, l'auteur a joint
l'attention de ne négliger aucun détail capable d'attacher ou de
plaire: on lui reprochera même de s'en être trop occupé. Il est
certain qu'il tire parti de tout, de ses moindres personnages, de tous
ses animaux, et surtout de son singe. Mais il faut considérer que
c'est principalement dans un ouvrage de cette espèce, qu'il est permis
de s'arrêter sur les rapports nés de la société habituelle entre
l'homme et les animaux, sur ce commerce d'utilité mutuelle entre la
raison de l'un et l'instinct des autres; rapports qui, montrant
par-tout l'intelligence auprès de la bonté, remplissent l'âme de
sentimens affectueux, l'appellent à de hautes pensées et justifient ce
que dit M. le Vaillant, que l'histoire naturelle agrandit tout et que
sa morale s'étend plus loin qu'on ne pense.

On reprochera encore à l'auteur une sorte d'affectation à louer les
sauvages et à critiquer certains inconvéniens inséparables de toute
société civile. On le soupçonnera de n'être pas aussi sauvage qu'il
veut le paraître, et de ne pas ignorer que les peuples policés ne
haïssent pas les sarcasmes lancés contre leurs institutions et leurs
établissemens publics. Et en effet, s'ils ne goûtaient point les
satires contre leurs philosophes, leurs poètes, leur orateurs, on peut
dire qu'il manquerait quelque chose à la civilisation. En ce genre, M.
le Vaillant contribue de son mieux à ses progrès, comme à ceux de
l'histoire naturelle.

_P. S._ Il manque à ce voyage une carte générale du pays des
Hottentots et des Caffres. M. le Vaillant la publiera en même temps
que son second voyage, qui ne tardera pas à paraître. Cette carte sera
divisée en quatre grandes feuilles que l'on pourra faire relier dans
l'ouvrage, ou coller ensemble, si on aime mieux. Elle pourra servir
aussi aux voyages de MM. Sparmann et Paterson, ainsi qu'à celui du
colonel Gordon, qu'on imprime maintenant en Angleterre. Ces voyageurs
n'ont levé des cartes de leur route que par _estime_. Mais M. le
Vaillant a pris les soins les plus scrupuleux pour que ses
observations fussent d'une grande justesse. Cette carte générale
faite avec le plus grand soin, utile à l'intelligence de quatre
voyageurs si distingués, paraîtra d'ici au mois d'avril. Elle est
l'ouvrage de M. de la Borde, qui a porté dans l'étude de la
géographie, le zèle et l'activité d'un travail, infatigable, depuis
qu'une circonstance intéressante lui a fait un devoir de cette étude,
qui l'occupe maintenant tout entier.



  SUR _le Réveil d'Epiménide à Paris_, comédie en un acte, en vers,
    par M. de Flins, représentée sur le théâtre de la Nation par
    les comédiens français ordinaires du Roi, le Ier janvier 1790.


On est bien aise qu'un sujet aussi sérieux que la révolution ait
produit un ouvrage si agréable, au milieu de tant de brochures, où
l'esprit de parti ennuie tous ceux qu'il n'égare pas, comme le mauvais
vin déplaît à tous ceux qui n'ont pas envie de s'enivrer. Nous avons
l'obligation de cet ingénieux vaudeville, qui a ramené au théâtre la
gaîté française, à M. de Flins, jeune auteur de beaucoup d'esprit et
de talent, qui s'était déjà égayé du ton des honnêtes gens, sur les
discordes politiques, dans un très-joli badinage, intitulé _Voyages de
l'Opinion_, où, tout en riant, il a fait voir qu'il savait écrire en
poète, et penser en homme judicieux et en bon citoyen. Sa petite pièce
d'_Épiménide_ a eu beaucoup de succès, et le méritait par une foule
de détails charmans dont elle est ornée. Elle est versifiée avec
facilité, avec élégance, avec goût. La plaisanterie en est fine et
délicate, ce qui n'empêche pas que de temps en temps l'auteur ne sache
placer à propos des vers marqués au coin de la poésie, tels que
ceux-ci:

    Ainsi donc a péri cette pompe orgueilleuse
    D'un Roi qui, dévoré de chagrin et d'ennui,
    Mit toujours sa grandeur entre son peuple et lui.

Je ne crois pas que toute cette _pompe_ doive _périr_ entièrement. Il
ne faut pas qu'elle soit repoussante; mais elle est nécessaire à la
dignité de la couronne et à celle de la nation; et la pompe du trône
peut très-bien se concilier avec la popularité du prince.

On ne peut pas caractériser mieux, et en moins de mots, ce qu'était le
peuple français avant la révolution, que dans ces vers que dit
Epiménide:

    Que j'aurai de plaisir à vivre dans Paris
        Parmi ce peuple respectable,
        Qui n'était que le plus aimable,
        Lorsqu'il était le plus soumis!



  SUR une brochure ayant pour titre: _Pétition des Juifs établis en
    France, adressée à l'Assemblée Nationale le 28 janvier 1790,
    sur l'ajournement du 24 décembre 1789._--1790.


Cette pétition est l'ouvrage de M. Godard, jeune avocat aussi
distingué par ses talens que par son patriotisme.

Son objet est de démontrer que les Juifs sont des hommes, et que,
participant aux charges de la société, ils doivent participer à ses
avantages. Des philosophes, des hommes de génie, se sont vus obligés à
faire des livres pour prouver cela; et il le fallait bien, puisque les
gouvernemens n'en voulaient rien croire, et qu'on écrit encore pour
prouver le contraire. L'avocat des Juifs n'a pu que répéter, quant aux
principes, ce qui avait été dit par M. de Dohm et par M. le comte de
Mirabeau. Mais il s'attache de plus à montrer que toutes les
convenances de la politique et de l'intérêt s'accordent avec toutes
les idées de justice, pour appeler les Juifs établis en France à la
qualité de citoyens. Il prend ensuite la peine de réfuter l'une après
l'autre, toutes les absurdités qu'on a produites comme des objections,
et surtout celle qui naît de l'avilissement où plusieurs d'entre eux
sont plongés. Mais on sait que la meilleure manière de rendre les
hommes vils, c'est de les avilir; comme le plus sûr moyen de les
rendre méchans, c'est de les opprimer. Il faut convenir qu'on n'a rien
négligé pour opérer ce double effet. M. Godard présente le tableau
des injustices, des vexations, des cruautés de presque tous les
gouvernemens à leur égard; et comme ce tableau fait frémir, on oublie
un moment que M. Godard écrit pour les Juifs, et on croirait qu'il
écrit contre les gouvernemens.

Un des argumens employés dernièrement contre les Juifs, c'est qu'en
Pologne ils font labourer la terre par des esclaves chrétiens. Mais en
Pologne, les paysans sont à la fois chrétiens et esclaves. Il est tout
simple que le Juif propriétaire fasse travailler ses esclaves sans
s'informer de leur croyance. Voudrait-on qu'il les gênât sur ce point,
qu'il les obligeât à faire abjuration, ou qu'il leur permît de ne pas
travailler? Il est vrai que pour fortifier cet argument, on ajoute que
pendant le travail des esclaves, les maîtres pèsent leurs ducats et
rognent les monnaies. D'abord, l'opération des monnaies rognées est
tout au plus le crime de quelques individus; et quant à l'autre
accusation, il n'y a pas plus de mal à peser son argent qu'à le
compter. Ces embellissemens oratoires étaient donc pour le moins
inutiles: _Ornari res ipsa negat_.

On va jusques à calomnier leur religion mère de la nôtre, et leur
morale pure comme celle de toutes les religions. L'auteur expose les
dogmes et les maximes des Hébreux; toutes sont également
irréprochables; et l'une de ces maximes est de respecter leurs
instituteurs autant que leurs pères.

Leur loi défend de prêter à intérêt à leurs frères, et leur ordonne de
ne pas les traiter comme des étrangers. Il y a, dans la langue
hébraïque, comme dans toutes les langues des peuples civilisés, deux
mots, dont l'un exprime l'idée d'intérêt, l'autre celle d'usure. Le
texte hébreu porte le premier. Mais le traducteur latin l'a rendu par
le second, _fenerabis_; et voilà une malheureuse nation calomniée en
Europe pendant dix siècles, par la méprise d'un interprète et pour une
équivoque de langue. On en conclut l'ordre, ou du moins la permission
d'exercer l'usure à l'égard des étrangers; et le précepte d'une
bienveillance fraternelle envers celui qui ne leur est pas lié par le
sang, devient le germe d'une des calomnies les plus atroces dont on
puisse flétrir un peuple et la mémoire d'un législateur, objet du
respect des Chrétiens.

C'est dans l'ouvrage même qu'il faut lire la réponse à l'objection
prise du danger de voir l'Alsace envahie par les Juifs de la province.

Croirait-on que, de nos jours, on a osé dire que l'admission des Juifs
à la qualité de citoyen manifesterait une sorte d'opposition à la
volonté de Dieu même, qui a déclaré que les Juifs seraient toujours
malheureux? Comme il est visible qu'il faut des malheureux à ceux qui
font cette objection, M. Godard, par un ménagement oratoire, commence
par les tranquilliser à cet égard, et par assurer leur plaisir. Il
leur fait observer que les Juifs seront toujours malheureux de n'être
pas réunis en nation, et de ne point habiter la ville de Jérusalem.
Ensuite il se livre à l'indignation qu'excite un pareil raisonnement.
Pour nous, il nous suffira d'observer les diverses formes qu'à
différentes époques le fanatisme donne à ses anciens argumens. Un
siècle plutôt, il eût dit que c'était un devoir sacré, le plus sacré
de tous, de servir la vengeance divine déclarée contre les Juifs.
Aujourd'hui, on ne peut plus donner à ce bel argument tous les
développemens dont il est susceptible; nous sommes dans un temps
fâcheux, où, parmi les suppôts du fanatisme, les plus habiles
avertissent les autres, et disent: «Nous avons renoncé à tel argument,
_nous ne disons plus cela_.» Que faire? on ne peut plus se servir de
Dieu pour faire le mal, on essaie seulement de s'en servir pour
empêcher le bien. Il n'est plus question d'aider Dieu, il suffit de ne
point le contrarier, et de le laisser faire. C'est un progrès marqué;
encore un pas, et le nom sacré de Dieu ne sera plus employé qu'à faire
du bien aux hommes. C'est alors qu'il n'y aura plus d'athées sur la
terre. C'est le mal, fait au nom de l'être suprême, qui fut dans tous
les temps la source la plus féconde de l'athéisme et de l'irréligion.



  SUR les quatre premiers volumes des _Mémoires du Maréchal de
    Richelieu_.


C'est un de ces livres à qui l'empressement public assure un débit
rapide et prompt. Ici le succès du libraire devance celui de l'auteur,
et la curiosité cherche à se satisfaire avant que le goût ait besoin
de prononcer sur le mérite de l'ouvrage. C'est ce qu'on éprouve en
lisant les _Mémoires du maréchal de Richelieu_. La singularité de son
caractère et de sa destinée, ses succès en différens genres, son
courage, l'agrément de son esprit, l'éclat de ses galanteries dans un
temps où cette sorte de célébrité conduisait quelquefois à des succès
d'une espèce plus importante; la réputation que lui donna, dès sa
jeunesse, sa liaison avec le poète le plus célèbre de son siècle, qui
le chanta sur tous les tons; ses ambassades, sa conduite à Fontenoi, à
Gênes; la prise de Minorque, la capitulation de Closter Seven; la
longue vie d'un homme qui à vu Louis XIV, et le dauphin, fils de Louis
XVI, c'est-à-dire, une succession de sept rois ou princes
héréditaires; ses trois mariages sous trois différens règnes; la
faveur, et quelquefois la familiarité de Louis XV; le rôle qu'il joua
dans les affaires publiques et privées, étrangères et intérieures,
dans les négociations et dans les intrigues; ses places, ses emplois;
la moisson de faits curieux, d'anecdotes intéressantes que
promettaient ses liaisons et ses correspondances avec un grand nombre
d'hommes célèbres: voilà ce qui aurait fait rechercher les _Mémoires
du maréchal de Richelieu_, indépendamment des circonstances actuelles.
Mais on sent combien ces circonstances ajoutent d'intérêt à leur
lecture, par les idées que font naître des changemens survenus comme
tout à coup dans les opinions et dans les mœurs: contraste toujours
frappant, qui donne lieu à des réflexions de plus d'un genre.

Parmi les singularités que présente le caractère du maréchal de
Richelieu, on peut compter pour une des plus remarquables, _la
franchise hardie de se confesser au public et à la postérité_: ce sont
ses propres expressions. Il a lui même voulu que le rédacteur de ses
Mémoires parlât de lui avec sincérité, et qu'il usât de la liberté
qu'on se permettrait à Londres cent ans après les événemens. C'est
ainsi qu'il en use lui-même; car, à l'exemple de tous ceux qui
publient leurs confessions, il fait en même temps celle des autres,
surtout celle des femmes, dont il a conservé très-exactement les
lettres et les billets, quelques-uns même sans les ouvrir. C'est un
plaisir qu'il réservait à son historien: trait de caractère qui, de
plus, représente assez bien les mœurs de la jeunesse, au temps où ces
billets furent écrits.

Autre bizarrerie non moins étrange: les Mémoires de Richelieu se
trouvent écrits sur les maximes les plus contraires au despotisme. Il
est probable que le maréchal, déjà très-vieux, après avoir choisi son
historien sans s'informer de ses opinions politiques, après lui avoir
ouvert sa bibliothéque, après avoir donné ordre à son secrétaire de
lui communiquer tous ses porte-feuilles et ses manuscrits, se contenta
d'entendre les premiers chapitres de son histoire; que, l'âge ayant
ensuite affaibli sa raison et ne lui laissant vers la fin que des
intervalles lucides, le rédacteur, délivré de toute surveillance et
entièrement à son aise, s'est cru le droit d'écrire selon ses
principes particuliers, plutôt que d'après ceux du maréchal, quoiqu'il
le fasse parler à la première personne, conformément à l'intention de
M. de Richelieu.

Nous ne chercherons point, à cet égard, des éclaircissemens qui ne
peuvent être donnés que par des personnes instruites de ces détails,
et intéressées à les publier. Le public veut des faits, des anecdotes,
de l'amusement, de l'instruction; il en trouve dans ces Mémoires
rédigés à la hâte, et trop négligemment écrits. Il lui importe peu de
savoir comment ils lui viennent; il pardonnera même au rédacteur de
faire parler le maréchal de Richelieu comme M. Turgot, quelquefois
même comme Algernon Sydney. C'est au moins une inconvenance, un défaut
de goût: _Notandi sunt tibi mores_. Venons à l'ouvrage même.

Le maréchal de Richelieu, nommé d'abord le duc de Fronsac, ne sut
jamais le jour de sa naissance; mais il fut ondoyé à Versailles, le
13 mars 1696. Sa mère le mit au monde, après cinq mois de grossesse
seulement. Il lutta quelque temps contre la mort, et fut enveloppé et
conservé dans une boîte de coton. Il fut présenté à la cour, en 1710,
et traité avec une bonté remarquable par Louis XIV, qui aimait, comme
de raison, le nom de Richelieu. Madame de Maintenon qui avait
d'anciennes liaisons avec toute sa famille, l'appelait son cher fils.
Les grâces de son âge et de sa personne, la vivacité de son esprit,
quelques saillies heureuses, des réponses hardies le firent bientôt
distinguer, et le mirent à la mode dans une cour qui se souvenait
d'avoir été galante.

Le jeune Fronsac égaya les tristes plaisirs que la dévotion du
monarque y permettait. Bientôt de bonnes raisons engagèrent sa famille
à le marier. On parlait des préférences marquées que lui donnait
madame la duchesse de Bourgogne; ces enfantillages (comme on les
appelait à la cour) furent mal interprétés; et la jolie créature,
l'aimable poupée (c'est ainsi qu'on nommait le duc de Fronsac), fut
mis à la Bastille: on y avait, sous ce règne, été mis pour moins. Il
fait de cette prison une peinture qu'il croyait effrayante; mais
depuis sa mort nous avons eu mieux, et l'intérieur de la Bastille est
plus connu. _J'eus_, dit-il, _tout le temps de maudire les services
que mon grand-oncle avait rendus au despotisme_: réflexion qu'il eut
lieu de renouveller dans la suite, puisqu'il y fut mis trois fois.

Il eût été à désirer, pour le bonheur des peuples, qu'il s'en fût
souvenu, dans ses gouvernemens pour s'y interdire l'usage des lettres
de cachet et des actes arbitraires; mais trop d'hommes ont maudit les
abus de l'autorité jusqu'au moment qui les en a rendus les
dépositaires, et leur a donné les moyens d'en abuser à leur tour.

Après une assez longue détention, on lui envoya à la Bastille sa
femme, fille du marquis de Noailles, nièce du cardinal. Elle fut reçue
avec la vénération due à l'envoyée _du plus grand roi du monde_; mais
elle retourna à la cour comme elle en était sortie. Louis XIV voulait
régner sur les sentimens de ses sujets, comme il s'efforçait de régner
sur leurs opinions; et le séjour du duc de Fronsac à la Bastille se
trouva prolongé. Mais enfin il obtint sa délivrance, grâce aux cris
des femmes de Paris et de la cour, _surtout_, dit-il, _de celles qui
savaient, par expérience, quel devait être dans ma prison mon plus
grand supplice_.

Il partit de la Bastille pour aller à l'armée de Flandre, où le
maréchal de Villars le prit pour son aide-de-camp. On sent combien le
jeune Fronsac fut agréable au général, dont il a reproduit plus d'une
fois les manières libres et hardies, la vivacité brillante et une
certaine audace fanfaronne. M. de Richelieu raconte un trait qui
montre combien ce général savait, malgré son âge, se prêter aux goûts
de la jeunesse française. Il y avait, dans Marchiennes qu'il
assiégeait, une Italienne d'un beauté rare et célèbre. Le maréchal
jugea cette conquête digne d'exciter l'émulation des assiégeans, et de
doubler le zèle de ses aides-de-camp et des jeunes colonels pour le
service: c'est en effet à quoi il réussit. Cette idée du maréchal de
Villars pouvait effaroucher la dévotion d'une vieille cour où l'on se
faisait une peine d'employer Catinat, parce qu'il oubliait quelquefois
la messe; mais Villars courut le risque de déplaire: le salut de
l'état passe avant tout. Au surplus, Marchiennes fut prise sans qu'il
arrivât d'accident à la belle Italienne qui s'était sauvée la veille.
Ce fut un grand chagrin chez les vainqueurs. On connaît tous les
succès de cette campagne qui sauva l'état; mais il est remarquable que
la cour fut quelque temps sans en vouloir sentir l'importance: tous
les récits qui venaient de l'armée s'appelaient des forfanteries de
Villars. C'est ce dont le duc de Fronsac fut témoin; car ce fut lui
qui fut chargé de porter ces agréables nouvelles à Fontainebleau:
c'était reparaître à la cour d'une manière brillante. Depuis sa sortie
de la Bastille, il n'avait point été admis à voir le roi et à le
remercier suivant l'usage; il se montrait devant lui, après avoir
réparé quelques fautes de jeunesse par une belle conduite à l'armée,
blessé et le bras en écharpe.

Il retourna ensuite à l'armée; il raconte la suite des événemens
jusqu'à la signature du traité de Rastadt; et, revenant sur ce qui
s'était passé à Gertruydemberg, il assure que, de toutes les
humiliations que Louis XIV y reçut, une de celles qu'il ressentit le
plus douloureusement, ce fut la publication d'un Mémoire que les
ennemis répandirent en France avec profusion. Dans ce Mémoire,
les alliés invitaient les Français à demander leurs anciens
états-généraux; ils disaient que l'orgueil et l'ambition du roi
étaient les seules causes des guerres de son règne (en quoi certes ils
avaient raison); et que, pour s'assurer d'une paix durable, il fallait
ne point poser les armes que les états-généraux ne fussent assemblés.
Croirait-on que, malgré l'emprisonnement, l'exil, la fuite ou les
supplices de deux millions de Français, ce Mémoire ne fit aucune
espèce d'effet en France? Cependant Louis en conçut un vrai chagrin,
et prit soin d'y faire répondre. C'est cette réponse qu'il faut lire.
On y trouve des raisons qu'on a répétées de nos jours: quelques-unes
qui ont été réfutées, quelques autres que le mépris a laissées sans
réponse; enfin, il y en a qui n'ont pas même osé se reproduire.
L'oubli, quelquefois même le dédain des gens en place pour
l'observation de ces menaces qui marquent si bien la différence des
diverses époques, est une des grandes causes de leurs fautes et de
leurs méprises.

Les Mémoires de M. de Richelieu contiennent plusieurs de ces pièces
vraiment curieuses. On peut citer, entr'autres, une lettre du maréchal
de Villars au P. de La Chaise, écrite des Cévennes, où le maréchal,
alors si nécessaire en Allemagne, faisait la guerre aux _Camisards_ et
à M. Cavalier. On s'étonne (et c'est bien le moins) de voir un général
célèbre, faisant sa cour à un jésuite par le détail militaire de ses
exploits, où les roues et les gibets ne sont point oubliés. Il fallait
se mettre en règle, et avoir pour soi la compagnie de Jésus, qui était
celle du maître. Au roi la liste des conversions, au confesseur celle
des supplices: rien de mieux conçu; et tout était en règle sous ce
règne si vanté. Observons, sur ces complaisances de Villars pour le
jésuite La Chaise, que cet art des ménagemens habiles s'appelait alors
bonne conduite, et tenait à une science long-temps respectée, connue
sous le nom de _science du courtisan_. Elle baisse un peu; mais les
rois ne perdent pas autant qu'on voudrait le leur persuader.

Le rédacteur des Mémoires de Richelieu consacre quelques chapitres à
peindre l'intérieur de la cour, dans les quinze ou vingt dernières
années de ce règne. Les Mémoires de Saint-Simon, récemment publiés, du
moins par extraits, avaient déjà fait connaître cet intérieur. Ceux de
Richelieu ajoutent plusieurs traits à cette peinture. A la vérité, ce
ne sont que des anecdotes; mais elles sont souvent liées à de grands
événemens, à de grands intérêts, à des noms célèbres ou imposans.
C'est en vain que la philosophie semble dédaigner les details
anecdotiques, ou du moins réclame contre le plaisir qu'elle trouve à
s'y arrêter. Un intérêt involontaire nous attache malgré nous à ces
contrastes de la grandeur des choses et de la petitesse des personnes,
du bonheur apparent et du malheur réel. Tant de moyens de gloire
véritable réduits en vanité de cour, tant de sources de vrais plaisirs
ne produisant que des amusemens futiles, et quelquefois des amertumes
douloureuses: voilà les idées qui, plus puissantes, quoiqu'on en dise,
que cette malignité humaine si souvent rebattue, ramènent les regards
sur les faiblesses des cours. Le philosophe et l'homme du peuple
trouvent presque également à penser, du moins à sentir, en voyant un
dauphin de France, âgé de quarante ans, honoré de quelques succès à la
guerre, élève de Bossuet et de Montauzier, né avec d'heureuses
dispositions mais d'un caractère faible, conduit par degrés et retenu
dans une sorte d'anéantissement à la cour; un fils du roi de France,
père d'un roi d'Espagne, n'osant prétendre à la plus petite grâce pour
lui ni pour les autres; et découragé par le sévère despotisme du roi,
passant des journées entières, appuyé sur ses coudes, se bouchant les
oreilles, les yeux fixés sur une table nue, ou assis sur une chaise,
frappant ses pieds du bout d'une canne pendant toute une après-dînée;
enfin mourant à Meudon, presque oublié de la cour, abandonné de ses
officiers, enseveli même sans le cérémonial de son rang, et recouvert,
après sa mort, du poèle banal qui servait aux paysans du village.

En lisant le rédacteur des _Mémoires de Richelieu_, ce n'est pas
Tacite qu'on lit; mais les yeux s'arrêtent fréquemment sur des
personnages et sur des objets qui semblent appeler ses pinceaux. Un
vieux despote, couvert long-temps d'une gloire mensongère, maintenant
éclipsée, payée des larmes et du sang de ses peuples; triste,
languissant entre sa favorite et son confesseur, qui l'applaudissent
d'expier les égaremens de sa jeunesse, en tourmentant la conscience de
ses sujets; environné de ses enfans naturels, qui font de lui le jouet
de leurs intrigues et l'instrument de leur ambition; haïssant presque
dans son fils légitime son héritier nécessaire; aimant trop peu son
petit-fils, dans lequel il ne voit qu'un élève de Fénélon, un prince
qui pense que les rois sont faits pour les peuples, et non les peuples
pour les rois, espèce de blasphême alors; détestant sa capitale, qui
feint d'ignorer une grande maladie de son roi, tandis qu'elle a
regardé celle du dauphin comme une calamité publique; accablé d'ennuis
dans une cour où l'on amuse son orgueil par des suppositions absurdes,
par la réception d'un prétendu ambassadeur de Perse, aventurier
portugais, payé par les jésuites pour jouer cette comédie, et
instruit par eux pour se charger du rôle: les mêmes honneurs de
l'ambassade publique accordés au général des minimes, à celui des
capucins arrivés de Rome sous prétexte de visiter leur ordre, mais en
effet mandés par la favorite, pour occuper le désœuvrement du roi;
enfin la mort du despote, livré pendant trois jours aux soins de
quelques domestiques subalternes, abandonné de son confesseur qui
vient intriguer à Paris pour la régence, de sa femme qui s'enfuit à
Saint-Cyr et qu'il rappelle d'autorité; la capitale célébrant sa joie
par des fêtes, des fanfares, des bals établis de Paris jusqu'au lieu
de la sépulture, où le convoi arrive à travers champs, et par des
routes inconnues, pour échapper à l'indignation d'un peuple qui mêle à
des applaudissemens d'allégresse le nom de mauvais roi. _Mauvais roi!_
quel mot dans la bouche d'un peuple alors si connu par son amour pour
ses monarques, _si pressé de les aimer_, pour me servir d'un mot cité
par le maréchal de Richelieu lui-même! Qu'on ne s'étonne plus si Louis
XIV n'a point conservé dans le langage ordinaire, le nom de grand que
lui donna la flatterie, et qui parut presque adopté par l'Europe un
moment séduite. Le peuple a protesté contre l'adulation de la cour; le
peuple, c'est-à-dire, le fond de la nation si malheureuse sous ce
règne, a triomphé des panégyristes, des orateurs, des poètes, de tous
les dispensateurs de la gloire: lui seul dispose des surnoms donnés
aux rois; lui seul fait leur renommée après leur mort, comme il fait
leur puissance pendant leur vie.

L'historien de Richelieu, ayant trouvé, dans la bibliothèque du
maréchal, un grand nombre de manuscrits précieux et de pièces
originales sur le siècle de Louis XIV, a cédé à la tentation de
considérer ce prince comme roi. Il examine son gouvernement dans le
plus beau temps de sa gloire, et alors cette gloire paraît un peu trop
achetée. Ici l'histoire, il faut l'avouer, ressemble en quelque sorte
à la satire. Mais les faits étant incontestables comme ils le sont,
que peuvent répondre les panégyristes de Louis XIV? qu'opposeront-ils
à cette longue liste d'impôts, de vexations, de violences, à ce
tableau d'infortunes publiques et particulières? Il serait trop long
d'exposer comment ce prince, ayant réuni dans sa personne tous les
pouvoirs publics, fit peser à la fois tout son despotisme sur tous les
corps de l'état et sur tous les particuliers, divisant les uns,
isolant les autres, dominant surtout par la force, par la ruse, par la
corruption. Il serait curieux d'observer comment, malgré l'emploi
habituel de ces moyens odieux, il parvint à inspirer une sorte
d'enthousiasme pour sa personne, et à faire de sa gloire particulière
la principale pensée, et en quelque sorte la fin dernière de tout ce
qui se fit ou même s'écrivit sous son règne. On sait qu'il était
devenu une espèce de divinité. On lit parmi cent traits qui en
présentent la preuve; on lit, dans une lettre de Racine écrite à
madame de Maintenon, ces propres termes: _Dieu m'a fait la grâce,
madame, en quelque compagnie que je me sois trouvé, de ne jamais
rougir de l'évangile ni du roi_. Enfin l'idée que Louis XIV conçut de
lui-même, parut plus d'une fois s'accorder avec celle de ses sujets.
Il lui arriva de dire un jour au cardinal, dont il approuvait la
conduite, dans une de ces querelles théologiques (ces tracasseries
s'appelaient alors les troubles de l'église): _M. le cardinal,
j'ignore si Dieu vous tiendra compte de la conduite que vous avez
tenue; mais, quant à moi, je vous assure que je ne l'oublierai
jamais_.

On ne peut s'empêcher d'admirer la fatalité qui préside aux destinées
des nations, en voyant la réunion des circonstances antérieures ou
contemporaines, qui préparèrent et servirent le despotisme de ce
prince; l'assemblage de ses qualités et des ses défauts, de ses goûts,
de ses habitudes, de ses penchans assortis comme à dessein et mis en
accord pour le conduire à ce terme fatal. La longueur de ce règne,
pendant lequel s'affermirent et s'enracinèrent tous les préjugés
politiques nuisibles à la société; où toutes les institutions, tous
les établissemens portèrent l'empreinte d'une servitude plus ou moins
ornée, plus ou moins embellie; où l'esclavage public, rehaussé par
l'éclat du souverain, semblait s'énorgueillir de jour en jour, à
mesure qu'il devenait un culte religieux et préludait à l'apothéose du
monarque; enfin, le résultat de cette illusion affaiblie, mais non
détruite, qui, vers les derniers temps, laissait Louis XIV avec son
orgueil et ses chagrins, la France avec ses disgrâces, sa misère et
son avilissement, livrée à des arts agréables ou à des goûts futiles,
sans connaissance sur les principes de la société ni du gouvernement,
sur les moyens de réparer ses maux et d'en prévenir la renaissance; en
un mot, abandonnée à tous les hasards d'un avenir incertain, et aux
caprices d'un despotisme qu'elle avait déifié soixante ans dans la
personne du prince qui en avait le plus long-temps et le plus
constamment abusé.

Le rédacteur des Mémoires a très-bien senti que cette peinture du
siècle de Louis XIV, quoiqu'appuyée de faits, révolterait les
partisans du système despotique; qu'ils vanteraient le bonheur de la
France, au moins dans l'époque des succès du roi, n'imputant qu'aux
malheurs de la guerre de la succession les désastres qui accablèrent
les peuples. L'historien, pour forcer ses adversaires dans leurs
derniers retranchemens, prouve que la France était dans la détresse
aux temps les plus marqués par la gloire du monarque[1], et dès
l'année 1671. Il pouvait même remonter plus haut, puisque, dès
l'année 1664, Louis XIV avait fait banqueroute aux créanciers de
l'état. C'est ce qu'on voit par les vers de Boileau, imprimés l'année
suivante:

                        Plus pâle qu'un rentier
    A l'aspect d'un arrêt qui retranche un quartier.

  [1] Voltaire cite et fait valoir les quatre années de tailles
  arriérées que le roi remit au peuple; mais on sait que le peuple
  ne doit quatre années de tailles que lorsqu'il est hors d'état
  d'en payer une.

Ainsi, les conquêtes de Louis XIV furent précédées par une violation
de la foi publique, dont rougissent maintenant les ministères les plus
avilis. Ainsi, le même poète, destiné à chanter ensuite les victoires
du roi, fournit la preuve et indique la date d'une banqueroute
odieuse, dont la honte préludait à des victoires inutiles. On voit que
dès-lors la France avait plus besoin de guérir ses blessures, que de
conquérir la Franche-Comté qu'il fallut rendre bientôt après, et
d'envahir la Hollande qu'on évacua presque aussitôt. Un autre fait
rapporté ailleurs par l'historien, montre (toujours dans cette
brillante époque) à quel point la France était malheureuse, puisqu'un
grand nombre de terres étaient tout-à-fait abandonnées, et que Colbert
défendit par une loi expresse aux propriétaires d'abandonner une
terre, à moins qu'ils ne renonçassent à toutes leurs autres
possessions: loi absurde et déshonorante pour la mémoire de ce
ministre, mais qu'on ne cite ici que comme une preuve du triste état
où la France était déjà réduite.

Nous nous arrêterions à ces preuves de fait suffisantes pour qui veut
réfléchir, si quelques Mémoires de Colbert, marginés par le roi, et
formant une espèce de correspondance entre Louis XIV et son ministre,
ne confirmaient ces tristes vérités, et n'achevaient de mettre sous
les yeux du lecteur la situation réelle du royaume. C'est d'ailleurs,
comme on va le voir, un monument trop curieux à plusieurs égards.

Dans le premier Mémoire, qui a pour objet la réforme des finances,
Colbert propose au roi quelques diminutions sur les dépenses qu'il
faisait pour le château de Versailles; le roi répond: _Vous savez mon
intention sur Versailles_.

Colbert propose, par économie, de diminuer le nombre des prisons
royales, dont il démontre d'ailleurs l'inutilité, les inconvéniens et
les abus; le roi répond: _Je verrai cet article séparément; mon
autorité exige qu'on ne perde pas de vue ce qui peut la maintenir_.

Colbert voulait obtenir quelques retranchemens sur les divertissemens
de sa majesté. Il s'agit de faire passer cet article; et, pour y
parvenir, il déclare qu'il a toujours devant les yeux cette belle
maxime (c'est ainsi qu'il la qualifie): _qu'il faut épargner cinq sous
aux choses non nécessaires, et jeter les millions quand il est
question de la gloire du roi. En mon particulier_, ajoute-t-il, _un
repas inutile de mille écus me fait une peine incroyable; et lorsqu'il
est question de millions d'or pour la Pologne_ (il s'agissait de
faire nommer roi le prince de Conti), _je vendrais tout mon bien,
j'engagerais ma femme, mes enfans, et j'irais à pied toute ma vie,
pour y fournir s'il était nécessaire. Votre majesté excusera, s'il lui
plaît, ce petit transport._ Le roi excusa sans doute le _petit
transport_, comme on put le voir par l'immensité de la fortune que
laissa Colbert. Mais c'étaient ces _petits transports_ qui valaient
aux ministres des gratifications énormes, des sommes considérables aux
mariages de leurs enfans, des grâces de toute espèce. Voilà ce qui
fournissait à Louvois (car il avait aussi des _petits transports_)
tous les moyens de faire à son palais de Meudon des dépenses royales,
et le mettait dans le cas de dire à ses amis: _J'en suis au
quatorzième million_. Il faut remarquer que les ministres étaient sûrs
de n'être jamais inquiétés, depuis que le roi s'était expliqué sur le
regret d'avoir poursuivi Fouquet; et de plus ayant dit plus d'une
fois: _Il est juste que ceux qui font bien mes affaires, fassent bien
les leurs_. Ils se croyaient à l'abri de tout reproche par ces mots,
qui semblaient autoriser en quelque sorte leurs déprédations. Revenons
aux Mémoires de Colbert.

Un de ces Mémoires passe en revue les dépenses inutiles, la marche et
le rassemblement des armées dans les provinces, qui ruinent le
royaume, pour _devenir un amusement de dames_; l'état des affaires
_prêt à tomber_; la misère des campagnes, _où tout tombe dans la
confusion_, etc., etc. Ce Mémoire resta sans réponse; mais on sait
que, peu de temps après, le roi répondit à des représentations du même
genre, dans une lettre datée de Nanci, 1673: _Je connais l' état de
mes affaires, et je vois ce qui est nécessaire. Je vous ordonne et
vous exécutez: c'est tout ce que je désire_.

Une autre fois, il lui mande, toujours en 1673: _Ne croyez pas que mon
amitié diminue; vos services continuant, cela ne se peut: mais il faut
me les rendre comme je les désire, et croire que je fais tout pour le
mieux_.

Dès ce temps, il y eut plus d'une fois des soulèvemens pour de
nouveaux impôts. Il y en eut un surtout en Languedoc; Colbert en
instruit le roi. Le roi répond: _Je sais ce qui s'est passé; j'ai
donné ordre que les troupes marchassent_.

On sent que, dans cette correspondance, Colbert, souvent maltraité,
essayait d'appaiser son maître, et la meilleure manière était de
trouver de l'argent; alors le roi changeait de ton et devenait plus
doux. _Vous n'avez que faire_, écrivait-il un jour à son ministre, _de
me recommander votre fils; je vous tiendrai parole et en prendrai un
très-grand soin. Il ne fera rien de mal à propos; mais s'il le
faisait, je ne le lui laisserais pas passer._

Ces citations suffisent pour montrer tout le caractère de Louis XIV,
et donner une idée précise du ton établi entre le roi et son ministre.
Il résulte de cette correspondance, que Colbert voulait avant tout,
comme tout ministre, vivre et mourir en place, ensuite faire le bien
s'il l'avait pu sans déplaire. Il n'est pas moins évident que Louis
XIV demandait à Colbert trois choses: _souplesse_, _argent_,
_silence_; et que ses bontés étaient à ce prix; enfin, que l'égoïsme
le plus complet, armé du despotisme le plus absolu, c'est Louis XIV et
son règne. Il est certainement, de tous les rois, celui qui a tenu
plus immédiatement rassemblés sous sa main tous les ressorts de sa
puissance, et a le plus déterminé leurs mouvemens au profit de ses
jouissances personnelles, de ses passions, de son orgueil et de ses
préjugés.

Après ces détails, dont la plupart n'étaient pas ignorés de Voltaire,
ou qu'il était à portée de savoir aussitôt qu'il aurait voulu, on a
quelque peine à concevoir comment il a pu composer son _Siècle de
Louis_ XIV dans un esprit et sur des principes si peu favorables aux
vrais intérêts de l'humanité. Le grand nom de Louis XIV avait-il,
malgré le malheur de ses dernières années, subjugué l'imagination
naissante du jeune poète? et cette illusion se prolongea-t-elle jusque
dans l'âge de sa maturité? Il est plus probable qu'ayant déclaré la
guerre au fanatisme religieux, il crut avoir en lui un adversaire
assez redoutable, et vit trop de danger à combattre en même temps le
despotisme politique. Peut-être pensa-t-il aussi qu'en traitant
dramatiquement le personnage de Louis XIV, et faisant de lui, comme
d'un héros de théâtre, l'objet d'une admiration constante et d'un
intérêt soutenu, cet intérêt tournerait au profit de son ouvrage et en
accroîtrait encore le succès. Enfin, le mérite d'avoir protégé les
beaux-arts était pour Voltaire le premier mérite, et couvrait à ses
yeux une partie des fautes du monarque: indulgence bien pardonnable
dans un homme aussi passionné pour les arts, seul besoin de son âme,
seul intérêt de sa vie, seule source de ses plaisirs et de sa gloire.
Ne voyons nous pas, en ce moment même, d'excellens citoyens,
d'ailleurs zélés pour la révolution, mettre en balance avec l'intérêt
qu'ils y prennent, l'intérêt des beaux-arts, et surtout de l'art
dramatique, dont la ruine leur paraît inévitable? Ce sont des gens
disposés à se rappeler Virgile et Racine, plutôt qu'Homère, Sophocle,
Ménandre, etc. Il serait bon de songer à tout; et d'ailleurs il
faudrait considérer qu'acheter de belles tragédies, de bonnes
comédies, au prix de tous les maux qui suivent l'esclavage civil et
politique, c'est payer un peu cher sa place au spectacle.

Il y a peu d'époques dans l'histoire d'une nation où un intervalle de
peu de jours ait produit, dans les formes extérieures de la société,
d'aussi grands changemens qu'on en vit à la mort de Louis XIV. Ces
changemens ne se bornaient pas aux rapports de politique extérieure,
ni à ceux des différens partis à la cour, ou dans l'intérieur du
royaume: c'est ce qui n'est pas rare au commencement d'un règne, ou
d'une nouvelle administration; mais ici tout parut nouveau, tout porta
le caractère d'une révolution dans les principes, dans les idées, dans
les mœurs; tout fut brusque, heurté dans un passage trop rapide à des
mœurs, à des opinions nouvelles: spectacle qui se reproduit de nos
jours, mais avec beaucoup plus de violence, comme il devait arriver
lorsqu'après soixante-quinze ans, une autre révolution dans les idées
a produit enfin une révolution politique, qui met en présence tous les
intérêts armés de toutes les passions, dans une cause intéressante
pour l'humanité entière. Les changemens opérés à la mort de Louis XIV
sont loin d'offrir ce caractère imposant; mais la réunion de tous les
contrastes dut les rendre presque aussi frappans pour les
contemporains. Nous ne chercherons point à rassembler ici tous ces
contrastes; ils sont trop connus, ainsi que les faits et les
événenemens devenus célèbres par leur singularité bizarre, ridicule ou
désastreuse: mais ce qu'il importe de remarquer, c'est l'influence que
cette époque a exercée sur nos mœurs pendant un si grand nombre
d'années. Louis XIV avait orné la galanterie de manière à pouvoir la
faire regarder comme une partie de son goût pour la représentation. Le
régent, doué d'un esprit brillant et aimable, fit, de son esprit,
l'ornement de la plus extrême licence dont on ait eu l'idée depuis les
fêtes nocturnes d'Antoine, d'Octave ou d'Héliogabale. Il sembla
regarder la décence dans les plaisirs comme une portion de cette
hypocrisie qu'il avait tant détestée dans la cour du feu roi. Louis
XIV avait paru respecter son propre despotisme, dans les ménagemens
qu'il avait pour ses ministres, même pour leurs fautes et leurs
erreurs, qu'il essaya de voiler plus d'une fois. Le régent se joua du
mépris qu'il avait pour les siens, et semblait les maintenir en place,
pour jouir de plus près et plus long-temps de leurs ridicules, qu'il
exposait plaisamment à la risée publique. En couvrant de toutes les
dignités de l'église et de l'état Dubois, le plus vil des hommes, il
sapait à la fois les fondemens du double respect qui avait environné
le trône de Louis XIV; il faisait parvenir jusqu'aux dernières classes
de la société, le profond mépris que méritent trop souvent les organes
de la religion et les dépositaires de l'autorité: mépris qui, passant
de la personne à la place, remonte avec le temps jusqu'à la source
même de cette autorité. C'est ainsi que le despotisme prépare de loin
sa ruine par folie, par désœuvrement, par gaîté, et se détruit
lui-même pour se désennuyer, se divertir, tuer le temps.

On ne peut, au reste, considérer toutes les grandes et aimables
qualités de ce prince, sans gémir de l'inconcevable fatalité qui le
soumit pour jamais à l'ascendant de ce vil abbé Dubois: on disait de
son temps qu'il en avait été ensorcelé. Ce fut un terrible maléfice
que celui qui priva la nation du fruit de tant de bonté naturelle, et
d'une réunion de talens si précieuse. Courage brillant, intelligence
prompte, aptitude à tout, esprit étendu, goût pour tous les arts et
pour toutes les sciences; et, ce qu'on a moins remarqué, parce
qu'alors la nation avilie ne formait pas même un vœu pour la liberté,
ce prince, au milieu des illusions de son rang, désirait la liberté
publique: il méprisait le gouvernement, non pas de Louis XIV, mais le
gouvernement français: il admirait celui de l'Angleterre, où tout
homme n'obéit qu'à la loi, n'est jugé que par la loi: il citait à
cette occasion les noms de plusieurs princes qui, en France, après
avoir été les esclaves de l'autorité, en avaient été les victimes: il
rappelait avec complaisance l'anecdote du prieur de Vendôme, qui,
après avoir enlevé à Charles II, roi d'Angleterre, une maîtresse,
femme de sa cour, lui en enleva une autre à la ville, sans que Charles
eût d'autres moyens de se venger, que d'engager Louis XIV à le
délivrer de ce dangereux rival, en le rappelant en France. On sait
qu'il avait long-temps désiré l'assemblée des états-généraux, et que
même dans sa régence il fut prêt à les convoquer. Ce ne fut pas sans
peine que Dubois réussit à le détourner de ce dessein. On a réimprimé,
l'année dernière[2], le Mémoire curieux qu'il fit à cette occasion:
c'est un modèle d'impudence, comme son auteur. Enfin, ce qui est un
trait de caractère encore plus remarquable, ce prince prit plus d'une
fois le parti du peuple contre ses ministres et ses confidens les plus
intimes. Qu'on juge de leur surprise, lorsqu'au moment d'un tumulte
populaire, à la veille de la banqueroute de Law, il repoussa le
conseil violent de réprimer la sédition par la force militaire. _Le
peuple a raison_, dit le prince, _s'il se soulève: il est bien bon de
souffrir tant de choses_. Il ajouta que, s'il était né dans la classe
du peuple, il eût voulu se distinguer en prenant la défense des
Français outragés par le gouvernement; mais que dans la sienne, en cas
de révolte ou de guerre civile, il se mettrait à la tête du peuple
contre ses ministres, si le peuple l'exigeait, pour sauver le roi.

  [2] En 1789.

Tel fut le prince à qui, de son temps, on trouvait le plus de
ressemblance avec Henri IV, mais qui n'en fut pas moins funeste par
l'inconcevable faiblesse qui rendit inutiles toutes ses vertus. C'est
ce que la duchesse d'Orléans, sa mère, avait présagé, dans un apologue
ingénieux, où elle introduisait plusieurs fées bienfaisantes, dotant
son fils d'un talent ou d'une grâce; tandis qu'une dernière fée
détruit malignement l'effet de tous ces dons, par celui qu'elle leur
ajoute, la facilité de caractère. Ce mot de facilité, substitué à
celui de faiblesse par l'indulgence maternelle, devint d'un usage
universel parmi ses courtisans. On sent par combien de raisons il
devait réussir; et Voltaire consacra, dans _la Henriade_, cette nuance
habilement saisie par les flatteurs, en disant de lui: _Qu'il était
facile et non pas faible_. Mais, dans la vérité, quel prince fut plus
faible que celui-ci? Était-ce sur sa facilité ou sur sa faiblesse que
comptait l'abbé Dubois lorsque, après lui avoir arraché sa nomination
à l'archevêché de Cambrai, et voulant que son sacre si scandaleux fût
honoré de la présence de son maître, il ordonnait à madame de
Parabère, maîtresse du régent, d'exiger du prince qu'après avoir passé
la nuit avec elle, il assistât publiquement à la cérémonie, ce qu'elle
exécuta dans la crainte que ce prêtre ne la perdît auprès de son
amant, comme il l'en avait menacée? Était-ce faiblesse ou facilité
lorsque, après la banqueroute de Law, montant en carosse pour aller au
parlement faire enregistrer un édit ordonnant des recherches contre
les financiers, il dit à Nancré, capitaine de ses gardes-suisses, qui
resta confondu: _Nancré, que dites-vous de ces ministres qui font de
moi un persécuteur?_ On peut dire même qu'il le devint dans tous les
sens, puisque, sous l'administration du prince qui méprisait le plus
toute querelle religieuse, d'Argenson, devenu ministre, remplit les
prisons de jansénistes, et fit même bâtir à Bicêtre trois cents loges
nouvelles _pour les jansénistes du menu peuple_. On voit que la
théologie était descendue bien bas. C'est que Dubois, qui d'abord, par
un intérêt bien entendu pour la régence et pour lui-même, avait
rehaussé le jansénisme et le parlement, aspira depuis au chapeau de
cardinal, et dans ce dessein, se fit auprès du saint-siége un mérite
de persécuter les jansénistes, et de faire enregistrer la bulle. On ne
cesse d'admirer l'absurde intérêt que le régent prit à cette affaire,
et le ridicule chagrin que lui causa sa fille, l'abbesse de Chelles,
que d'abord il avait faite janséniste, en lui donnant un directeur de
ce parti, mais qui resta fidèle à cette doctrine, lorsque Dubois eut
intérêt de persécuter le jansénisme. Cette princesse, qui avec
l'esprit de son père en avait l'extrême vivacité, s'était tellement
attachée à cette secte, qu'elle était devenue la plus grande
théologienne du parti, et, déguisée en sœur converse, avait confondu
le cardinal de Bissy. Le cardinal vaincu se mit en colère comme de
raison, eut recours à sa qualité de prince de l'église (titre avec
lequel on n'a jamais tort), et parla de mettre en pénitence la sœur
converse, qui à son tour se fit connaître, et reçut (comme princesse)
les excuses du cardinal humilié et (qui pis est) du théologien battu.
Cette obstination de l'abbesse de Chelles fut une vraie peine pour le
duc d'Orléans; et cette peine dura, car la princesse demeura toute sa
vie la patronne et la protectrice du parti janséniste.

Il paraît difficile d'écrire sérieusement l'histoire de cette époque.
Il faut savoir d'autant plus de gré au rédacteur des Mémoires d'avoir
très-bien développé, dans ce mélange de tant d'intérêts divers la
cause de tous les événemens, les ressorts de toutes les intrigues
intérieures, et ceux de la politique étrangère. On sent que nous ne
pouvons nous engager dans ce labyrinthe; et, si nos lecteurs croyaient
y perdre, nous adoucirions leurs regrets, en appliquant à cette
période de temps, un mot du cardinal Alberoni au duc de Richelieu. Il
lui mandait, dans une lettre écrite pour l'engager dans l'intrigue
connue sous le nom de conspiration de Cellamare: _Il ne s'est rien
fait de bien en Europe depuis trente ans, et en France depuis un
siècle_. La France continua encore quelques années à mériter ce
reproche. Bornons-nous donc, en parlant de ces Mémoires, à ce qui
intéresse plus particulièrement le duc de Richelieu lui-même. Aussi
bien son histoire tient-elle à celle des mœurs, c'est-à-dire, à la
perfection que les mauvaises mœurs reçurent alors en France.

On connaissait assez toute cette cour du régent; mais on trouve ici
quelques anecdotes nouvelles ou du moins peu connues. Telle est, par
exemple, la manière dont on s'y prit pour rendre la duchesse d'Orléans
douairière, moins contraire au système de Law: ce fut de la rendre
favorable à sa personne. Law était bel homme; et une princesse de
soixante-trois ans, de mœurs sévères jusqu'alors, fut sensible à ses
empressemens; c'est une faiblesse ou une facilité qu'on pouvait
remarquer, même dans la cour de son fils. Le duc de Richelieu en
était, comme de raison, un des principaux ornemens. Il brillait dans
tous les fêtes, dont plusieurs étaient nocturnes et connues alors sous
le nom d'orgies grecques, de fêtes d'Adam, etc.; car l'histoire, la
fable, la bible, tout fournissait des sujets ou des allusions à leurs
ordonnateurs: on pourrait dire aussi à leurs ordonnatrices, car les
dames s'en mêlaient; entre autres la célèbre madame de Tencin, sœur
d'un prêtre convaincu de faux et de simonie en plein barreau, au
moment où il levait la main pour faire un parjure, et depuis devenu
cardinal; religieuse sortie de son cloître après un scandale odieux,
intrigante, devenue maîtresse avouée du cardinal Dubois, long-temps
arbitre des grâces, et qu'on a vue jouir à Paris, jusques dans sa
vieillesse, d'une grande considération.

Comme le sens de ce dernier mot va sûrement changer en assez peu
d'années, il n'est pas mal de déterminer la signification qu'il a
conservée jusqu'à ces derniers temps. D'abord, ce mot magique,
_considération_, ne développait guère son influence que dans
l'enceinte assez étroite d'un certain public, d'un public _choisi_,
comme on disait. La personne _considérée_ était, pour ce public,
l'objet d'une attention marquée, d'un intérêt apparent et convenu. Il
fallait la connaître, l'avoir vue, la voir plus ou moins. On la citait
plus ou moins fréquemment, mais plus volontiers qu'une autre; il
n'était pas nécessaire de savoir pourquoi; le demander eût été de
mauvais goût: il était réglé que cette existence n'appartenait de
droit qu'à tel rang, telle position, telles circonstances, etc.
C'était un _privilége_ dont le brevet n'existait pas, mais était admis
comme reconnu valable entre les initiés, les seuls intéressés à
l'affaire. On eût ri d'un étranger qui eût attaché à ce mot,
_considération_, les idées d'estime, de bienveillance. Seulement elles
n'étaient pas exclues: c'était beaucoup. A la vérité, ces nuances
n'étaient pas très-éclaircies dans toutes les têtes; mais on
s'entendait, ou l'on croyait s'entendre, ce qui dans le fond revenait
à peu près au même: d'ailleurs, il importait de ne pas trop simplifier
cette belle science, dont le mystère faisait le piquant. Cet heureux
temps n'est plus: la trace, et même le souvenir de ces minuties
enfantines vont disparaître dans une évaluation plus juste des hommes
et des choses, presqu'impossible sous un gouvernement despotique, où
presque tous les esprits, faute d'aliment solide, étaient réduits à se
repaître de ces illusions.

L'esprit français était parvenu à donner une sorte d'agrément à de
pareilles mœurs; mais on sait qu'il avait fait en ce genre bien
d'autres miracles. Témoin les succès de ceux qui se qualifiaient
eux-mêmes les _roués_ du régent, mot nouveau, introduit alors dans la
langue, ainsi que celui de _braque_. Les courtisans du prince
expliquaient ce mot de _roués_ en courtisans, _gens qui se feraient
rouer pour lui_. Le prince, plus heureux dans son explication, mais un
peu ingrat, prétendait que ce mot voulait dire _gens bons à rouer_.
Cependant il se laissait gouverner par eux; ils influaient sur les
affaires. Le cardinal Dubois les lâchait contre les honnêtes gens
qu'il voulait perdre; et Richelieu remarque positivement qu'ils firent
renvoyer du ministère le respectable et laborieux duc de Noailles,
lequel ne pouvait tenir, dit-il, contre les soupers des _roués_,
surtout ne donnant point à dîner, faute alors très-essentielle de la
part d'un ministre. Plusieurs de ces _roués_ étaient des hommes pleins
d'esprit et d'agrément, tels que le jeune comte de Broglie, Nocé, leur
chef, que le prince appelait publiquement son beau-frère, parce qu'ils
avaient la même maîtresse. Mais le plus singulier de ces messieurs
était un marquis de Canillac, dont Richelieu rapporte quelques mots
très-plaisans. C'était lui qui disait à Law: «_Je fais des billets et
je ne les paie pas; c'est mon système: vous me le volez, rendez-le
moi._» Il mêlait quelque sentiment de décence personnelle aux
complaisances qu'il avait pour le régent. On l'appelait le lieutenant
de police nocturne, quoiqu'à vrai dire, d'après le récit de ces fêtes,
on ne voie pas ce que Canillac y empêchait; il n'en était pas moins
pour cette cour une espèce de Burrhus: il ne devait pas être difficile
d'y paraître tel; mais les détails du rôle demandaient beaucoup
d'esprit.

C'est dans cette société que le jeune duc de Richelieu passait sa vie,
enlevant au régent quelques-unes de ses maîtresses, soit femmes de
théâtre, soit femmes de sa cour: cela était à peu près égal, car elles
vivaient ensemble; et la plus honnête de toutes était une actrice,
nommée Émilie, qui, ayant demandé quinze mille francs au prince, pour
acheter une maison de campagne, refusa le double de cette somme envoyé
par le prince; tandis que madame de Parabère partageait avec Nocé la
dépouille des gens de finance, inquiétés par la chambre ardente. A
tous ces plaisirs se mêlaient, comme de raison, quelques duels de
temps en temps. Une tracasserie de société en occasionna un entre le
comte de Gacé et le duc de Richelieu: celui-ci fut dangereusement
blessé, et de plus conduit à la Bastille. Pendant sa détention, on
instruisit son procès; mais, comme il convenait à deux maisons
considérables que le duel ne fût pas prouvé, il ne le fut pas, et le
duc de Richelieu sortit de la Bastille.

Sa convalescence y avait été longue, quoique l'amour vînt le consoler,
ou plutôt parce que l'amour venait le consoler. Madame de Charolois,
accompagnée de la princesse de Conti, ayant gagné ses geoliers à prix
d'argent, lui rendait fréquemment des visites nocturnes. C'était le
sort du duc de Richelieu, d'être visité à la Bastille par des
princesses. Il y fut remis, quelque années après, peur être entré dans
la conspiration de Cellamare; il y reçut encore la visite de cette
même mademoiselle de Charolois, et de mademoiselle de Valois fille du
régent. Ces deux princesses, qui, en découvrant le secret de leur
rivalité, s'étaient portées à de violens excès l'une contre l'autre,
se réunirent pour sauver leur amant. Mademoiselle de Charolois offrit
le sacrifice de sa passion à sa rivale, si celle-ci parvenait à
fléchir le régent. C'était un combat de générosité qu'elles eurent le
plaisir de voir applaudir au théâtre, quelques années après, dans la
tragédie d'_Inès_, où Constance fait à Inès le même sacrifice. Mais,
par malheur, la situation des personnages français était plus
compliquée que celle des personnages de la tragédie. Le père de
mademoiselle de Valois était aussi son amant, et la négociation traîna
en longueur. Elle réussit pourtant, et le coupable recouvra sa
liberté. Il lui fallut voir le régent, être toisé, maltraité de
paroles, être appelé ingrat. L'ingrat se justifia de son mieux. Il
prétend avoir dit au prince que le penchant des cœurs français était
de s'attacher aux descendans de leurs rois, plutôt qu'à leurs parens
collatéraux; que la France allait périr sous ses indignes ministres;
qu'on lui avait montré avec évidence une prochaine tenue
d'états-généraux, etc. Mais, ce qui est remarquable, c'est la fin de
son discours. «Au reste, dit-il au régent, puisque le patriotisme est
devenu un crime, puisqu'une soumission aveugle aux ministres, aux
favorites, aux favoris est devenue la seule qui conduise aux
récompenses, je vous jure que désormais vous ne trouverez en moi qu'un
dévoué serviteur.» Il faut convenir que, dans l'ordre des choses où il
vivait, tout conduisait à cette belle morale; mais on peut espérer
qu'elle ne sera plus si nécessaire pour parvenir aux récompenses et
aux honneurs.

Il paraît que cette troisième détention du duc de Richelieu à la
Bastille laissa dans son âme un souvenir profond, et surtout un vif
ressentiment contre le garde des sceaux d'Argenson, autrefois
lieutenant de police. Le ministre sollicita la commission odieuse
d'aller interroger le prisonnier, quoiqu'il eût eu d'anciennes
liaisons avec sa famille. Il s'en acquitta d'une manière digne de son
ancien métier. Aussi le maréchal dit-il plaisamment qu'il l'a
recommandé à son historien. Mais si l'histoire doit faire justice des
hommes de cette espèce, la philosophie doit observer que leur
existence suppose le dernier degré de corruption où une société
politique puisse parvenir. C'est l'idée que présente le récit des
moyens qui conduisirent d'Argenson à la fortune. Établi dans la place
de lieutenant de police, qui n'était d'abord qu'une charge du
Châtelet, il voua au service de madame de Maintenon une armée
d'espions, dont le nombre s'accroissait tous les jours. Il fit arrêter
arbitrairement tous les citoyens qui lui étaient suspects: complaisant
pour tout ce qui était accrédité, terrible pour tout le reste;
formidable au peuple, qui l'appelait _le damné_; devinant comme par
instinct quels hommes pouvaient un jour servir son ambition; et ayant,
par cette sorte de pressentiment, justifié le duc d'Orléans contre les
soupçons du roi; esclave des jésuites, persécuteur des jansénistes,
sans aimer, ni haïr les uns ni les autres; vigilant, laborieux, et ne
cherchant le délassement de ses travaux que dans un libertinage
obscur. Un goût particulier lui faisait rechercher les religieuses, et
l'abbaye de Tresnel fut quelque temps son sérail. Il consacrait à
l'embellissement de cet hospice les profits des confiscations qui lui
appartenaient. On peut juger le plaisir malin que le duc de Richelieu
reçut de cette découverte. Il était aimé d'une religieuse, qui le fit
entrer dans le couvent, déguisé en femme, et le mit à portée de
connaître les fantaisies du garde des sceaux. Il en instruisit le
public après plus de soixante ans. Sans doute il trouvait juste que,
la police ayant su tous nos secrets, nous sussions à notre tour les
secrets de la police.

Mais de toutes les confidences qu'il fait au public, celle qui sera le
mieux reçue sans comparaison, c'est celle qui concerne le fameux
_masque de fer_. Il est enfin connu ce secret qui a excité une
curiosité si vive et si générale. C'était un prince, frère jumeau de
Louis XIV, né à huit heures et demie du soir, huit heures après la
naissance du roi son frère. Ce fut une victime de la superstition. La
conduite qu'on tint à son égard, fournit trop de réflexions pour
qu'on s'en permette une seule. Nous renvoyons aux Mémoires pour la
preuve et les détails de ce fait. Le duc de Richelieu exigea que
mademoiselle de Valois arrachât ce secret à son père. La réputation du
duc d'Orléans aide les lecteurs à deviner quel prix le père obtint de
sa complaisance. C'est ce que la princesse explique sans détour à son
amant dans une lettre en chiffre, qui n'a d'honnête que la précaution
du chiffre.

Après avoir révélé des secrets de cette importance, on sent bien que
c'est un parti pris, de la part du maréchal, de ne ménager personne.
Aussi les curieux d'anecdotes trouveront-ils dans ses Mémoires toute
l'histoire galante ou scandaleuse de ces temps, les portraits des
princesses, leurs aventures, celles des dames de leurs cours. C'est
Cléon vivant dans ces cours, et imprimant, livrant au public son
porte-feuille.

    Vous verrez notre liste avec les caractères.

Quelquefois, à la vérité, les dates ne sont pas précises; mais il y
supplée par des à peu près, ou des équivalens très-heureux. _C'était
dans le temps que madame la princesse de.... aimait M.... et M.... Ce
fut alors que Vauréal (évêque de Rennes) m'enleva madame de Gontaut;
et c'est dans cette même année qu'il eut la maréchale et la marquise
de Villars._

Au reste, en nommant ainsi par leurs noms tant de femmes et de
princesses, il prétend n'avoir eu d'autre dessein que de leur donner
une leçon instructive: «Les princesses doivent, dit-il, songer, comme
les rois, que ceux de leurs courtisans qui paraissent le plus les
adorer, se permettent quelquefois de transmettre à la postérité le
tableau de leurs faiblesses.» C'est une intention très-morale dont il
faut savoir gré au maréchal de Richelieu. Quant à lui personnellement,
cette crainte de l'histoire paraît l'avoir fort peu gêné. Mais
croira-t-on qu'elle ait quelquefois affligé le régent dans les
dernières années de sa vie? C'est pourtant ce qui est certain: il
songeait avec peine que les détails de ses licencieuses folies
seraient transmis à la postérité. Il faut croire qu'il ne se reprocha
pas moins son gouvernement, qui ne fut guères qu'une orgie d'une autre
espèce; et surtout que le principal objet, de ses remords fut cette
affreuse banqueroute, dont le souvenir a de nos jours été présenté au
peuple comme une menace capable de réprimer l'ardeur des Français pour
la liberté, achetée trop cher, disait-on, par un semblable désastre.
Il eût été sans doute horrible; mais la France avait souffert une fois
ce fléau, sans en être dédommagée par la conquête de la liberté
politique, et en restant soumise à ce même despotisme, cause
reproductive de cette calamité, comme de toutes les autres. Revenons
au maréchal de Richelieu.

Ce fut vers ce temps qu'il partit pour son ambassade de Vienne, dont
il expose le secret et l'intention. Mais nous ne nous mêlons pas des
affaires étrangères; et, laissant de côté la politique, nous
n'insistons que sur ce qui représente les mœurs de ce temps; ce
mélange de licence et de futilité, revêtu de grâces et d'esprit,
souvent de facilité pour les affaires; mélange qu'on était convenu de
regarder comme la perfection du caractère français. Il sera permis,
sans doute, au caractère français de s'élever un peu plus haut, et il
est vraisemblable que le maréchal de Richelieu aura la gloire d'avoir
été dans ce genre, comme d'Épernon dans le sien, le dernier _grand
seigneur_ français.

Le duc de Richelieu fut au courant des affaires sous le ministère du
duc de Bourbon comme sous la régence, et à Vienne comme à Paris. On a
vu par la rivalité de mademoiselle de Charolois sœur du duc de
Bourbon, de mademoiselle de Valois fille du régent, qu'il avait à peu
près dans les deux maisons les mêmes facilités de s'instruire; mais il
était le plus en liaison avec madame de Prie: c'était en savoir autant
que le prince ministre. Le portrait qu'il fait de la marquise de Prie
prouve plus de respect pour la vérité que pour la mémoire de cette
dame: elle disposait de tout, et vendait presque tout; intrigante,
spirituelle et libertine, elle gouvernait le prince, et elle-même
était gouvernée, quant aux affaires publiques, par les quatre frères
Paris. Le duc de Richelieu raconte un trait qui montre à quelle
dangereuse illusion la bonne foi des princes est exposée: ce prince
était enfermé avec Dodun, fantôme de contrôleur-général que les frères
Paris maintenaient en place, pour gouverner sous son nom et ne
répondre eux-mêmes de rien; la marquise survient, endoctrinée par
Duverney (un des quatre frères) sur une affaire de finance dont il
devait être question dans cet entretien. Elle se fait expliquer
l'affaire, saisit très-bien le point précis de la difficulté, et donne
un bon conseil, d'après la leçon de Duverney. Qu'on juge de
l'admiration de Dodun. _Eh quoi, madame_, lui dit-il, _le grand
Colbert vous a donc transmis son âme?_ Se peut-il qu'on ose insulter
ainsi les princes, en les traitant comme de vieux tuteurs de comédie!

On sait comment, à peu près dans le même temps, cette marquise de Prie
ravit à la maison du prince son amant, l'honneur de donner une reine à
la France. On cherchait parmi les jeunes princesses de l'Europe une
épouse pour le jeune roi Louis XV. Mademoiselle de Vermandois, sœur
du duc de Bourbon, belle, spirituelle, vertueuse, élevée loin de la
corruption générale, vivait dans un couvent à Tours. La marquise se
hâte de prendre les devans auprès de la princesse, part pour s'assurer
d'elle, et se fait introduire sous un nom emprunté. Malheureusement le
sien était fort maltraité par le public, et elle put s'en apercevoir
par les réponses franches et naïves de mademoiselle de Vermandois.
Cette franchise lui coûta le trône; la marquise sortit furieuse, en
laissant entendre ces mots: _Va, tu ne seras jamais reine de France_.
C'est en effet ce qui arriva. Voilà donc une princesse, pleine de
vertus et d'agrémens, victime d'une intrigue subalterne et du
ressentiment d'une femme perdue. Tout n'était pas agrément pour les
princes dans cet ordre de choses, dont la ruine excite des regrets si
douloureux. La marquise continua de braver l'indignation publique, de
lire avec dédain les chansons faites contre elle, en disant: _Voilà
comme sont les Français quand ils sont trop bien_; de jeter au feu les
remontrances du parlement de Rennes et de celui de Toulouse, sous
prétexte qu'elles étaient de mauvais ton, et qu'elles _sentaient la
province_: mot plaisant que le duc de Richelieu a dû conserver.

Le fruit de toute cette conduite fut de faire renvoyer M. le duc, qui
soutint sa disgrâce avec dignité, et qui, séparé de madame de Prie,
parut dans sa retraite rendu à sa bonté naturelle, aussi estimé comme
homme qu'il avait été blâmé comme ministre.

Ce ne fut pas de lui sûrement que vint l'idée du projet qui s'exécuta
sous son ministère. On donna un compte rendu où l'on supposait un
_déficit_ qui n'existait pas, et qu'on imaginait pour avoir le
prétexte de mettre un nouvel impôt: c'était un faux d'une espèce
nouvelle. Nous sommes devenus plus vrais, et la bonne foi de notre
_déficit_ actuel est au-dessus de tout soupçon. Il faut croire que
l'_âme de Colbert, transmise à madame de Prie_, fut innocente du
mauvais conseil donné au prince, puni, comme tant d'autres, du malheur
d'être mal environné.

La portion publiée des Mémoires de Richelieu renferme les premières
années du ministère du cardinal de Fleuri. Nous regrettons de ne
pouvoir, par le rapprochement des faits, conduire le lecteur aux idées
que leur résultat présente; le portrait du cardinal; l'intérieur de la
cour; les premiers développemens de la jeunesse du roi; les querelles
du ministère et du parlement; l'embarras où se trouve le cardinal par
un effet du zèle et du courage de deux conseillers au parlement,
l'abbé Pucelles et Mengui; la chanson que, dans sa détresse, il
demande à M. de Maurepas; le succès de cette chanson, où celui-ci fait
dire aux femmes de la halle:

    Rendez-nous Pucelles, oh gai!
        Rendez-nous Pucelles;

trente séances silencieuses tenues de suite au parlement, et levées
sans avoir ouvert la bouche, par un président qui prétendait avoir le
droit d'empêcher la discussion des affaires; le cardinal qui renvoie
de Versailles les députés, en disant _qu'on ne parle jamais d'affaires
au roi_; le profond étonnement de ce cardinal, lorsqu'ils vont à Marly
porter leurs remontrances; le cri de sa surprise et le mot qu'il
répète au premier président: _Ah, monsieur, à Marly! à Marly! ô ciel!
et pour parler au roi!_ Joignez à ces belles choses le retour des
querelles religieuses, l'importance des prêtres sulpiciens, substituée
à celle des jésuites, réduits, depuis leur chute, à faire des
canonisations pour se soutenir un peu dans le peuple; le ridicule
concile d'Embrun, présidé par le ridicule cardinal de Tencin: toutes
ces tracasseries, il faut en convenir, forment l'histoire de cette
époque.

Tel est donc l'abaissement où une nation peut descendre! On l'a vue
depuis descendre encore plus bas; et son histoire avait, comme elle,
grand besoin d'être régénérée. Observons que, dans cet intervalle de
quelques années, cité comme très-heureux, deux hommes disposaient de
la plupart des places dans l'église et dans l'état; l'un d'eux était
un abbé Pollet, qui, dans son parloir de Saint-Nicolas-du-Chardonnet,
recevait les sollicitations de toute la cour et des dames les plus
titrées: _Ce qui ne me surprenait pas_, dit le maréchal de Richelieu,
_parce que je les avois vus baiser la main de Law et le suivre même
dans sa garde-robe_. Le second était Barjac, valet de chambre du
cardinal. Ce Barjac était un singulier personnage, et mériterait _un
long article à part_. Il disait familièrement: _Nous avons donné
aujourd'hui telle place. Le maréchal de Villars est venu nous voir_;
et quelquefois même, il parlait en son nom, sans faire mention du
cardinal. Les plus grands seigneurs lui faisaient la cour; mais comme
il avait de l'esprit et du goût, il fallait y mettre de la mesure. Il
était, parmi les valets de chambre des ministres, ce que Tibère était
parmi les empereurs: il voulait que l'adulation fût digne de lui; que
les courtisans, ses flatteurs, ne s'avilissent qu'à sa guise; et les
plus grands seigneurs y étaient souvent fort embarrassés. Voilà de qui
tout dépendait. _Heureusement_, dit le maréchal, _Barjac était un
honnête homme_. _Heureusement_ est le terme propre; c'était bien fait
alors de rendre grâce au ciel de la probité d'un valet de chambre;
elle tenait lieu d'une bonne constitution, au moins pendant le temps
que le ministre restait en place, en conservant le même valet de
chambre. Mais il était permis de souhaiter que le bonheur d'une grande
nation reposât sur une base plus solide et plus durable.

Nous espérons que le rédacteur se hâtera de nous donner la suite de
ces Mémoires[3]; ce que nous ne disons pas pour l'obliger de les
écrire à la hâte. Nous l'avons déjà blâmé d'avoir donné lieu à ce
reproche; c'est à quoi nous bornons notre critique littéraire. On
doit lui tenir compte des principes dans lesquels il a rédigé ces
Mémoires, et du sentiment patriotique dont il paraît animé presque
partout. C'est un beau droit à l'indulgence publique, assuré
d'ailleurs plus particulièrement au genre de l'histoire. On ne doit
pas rougir de dire avec le plus grand citoyen et le plus grand
écrivain de l'ancienne Rome: _Historia quoque modo scripta placet_.

  [3] Cette suite a paru depuis en cinq volumes.



  SUR une brochure ayant pour titre: _Observations sur les Hôpitaux_,
    par M. Cabanis.--1790.


On se rappelle le rapport de MM. les commissaires de l'Académie des
sciences, sur l'Hôtel-Dieu, et l'effet que produit sur le public, le
récit des maux et des abus réunis dans ce vaste asile des misères
humaines. Le gouvernement parut dès-lors déterminé à lui substituer
quatre hôpitaux, situés en différens quartiers de Paris, dont chacun
contiendrait seize cents lits. C'était sans doute une réforme utile,
et elle parut alors suffisante; mais on cessera bientôt d'en avoir
cette idée, lorsqu'on aura lu la brochure que nous annonçons.
L'auteur, en rendant justice à l'excellent rapport qui a donné lieu à
une première réforme, fait sentir tous les inconvéniens attachés à
des hôpitaux qui contiendraient seize cents malades; bientôt les abus
s'y cacheront dans la multitude des détails. De plus, dans les grands
hôpitaux, on est obligé d'adopter des règles générales, sans quoi le
service serait impossible. Les alimens et les remèdes se distribuent
aux mêmes heures pour tout le monde. Il y a des jours où l'on purge,
des jours où l'on ne purge pas. Dans les grands hôpitaux, les plaies
les plus simples deviennent graves, les graves deviennent mortelles,
et les plus grandes opérations ne réussissent presque jamais; de ces
observations et de quantité d'autres, l'auteur conclut qu'avant peu on
verra qu'il faut renoncer aux grands hôpitaux, et que bientôt il n'y
en aura plus que de petits. En vain ferait-on dans les hôpitaux les
changemens les plus utiles, si on n'en diminue la grandeur. M. Cabanis
souhaite qu'on leur substitue des hospices de cent ou cent cinquante
lits. Il pense qu'avec cinquante mille écus on peut se procurer un
petit hôtel propre à contenir ces cent cinquante lits, et tout ce qui
est nécessaire au service d'un nombre égal de malades: or, avec ces
six millions (la somme demandée pour les quatre grands hôpitaux est de
six à huit millions), on aurait quarante hôpitaux de la même grandeur,
lesquels pris ensemble renfermeraient six mille lits. En réduisant
ainsi ces hospices, il serait moins nécessaire de les transporter hors
des villes. Les hospices pourraient rester au sein de Paris sans de
grands inconvéniens pour eux-mêmes ou pour le voisinage. Les maisons
qui environnent la Charité ne sont pas plus malsaines que celles des
quartiers les mieux aérés.

Parmi les grands avantages que M. Cabanis voit résulter de ces
hospices, il faut compter pour beaucoup les moyens nouveaux qu'ils
offriraient de contribuer aux progrès de la médecine. Quand les
médecins suivent les grands hôpitaux, quel fruit peuvent-ils en tirer?
Ce n'est point la nature qu'ils y voient, encore moins la nature aidée
par un art bienfaisant; il n'en serait pas de même dans ces hospices.
Ici l'auteur montre la nécessité des journaux d'hôpital; il indique
les différentes vues dans lesquelles ces journaux doivent être
composés, et les conditions auxquelles ils doivent satisfaire. Le
second vœu que M. Cabanis forme pour le progrès de son art, c'est
l'établissement des écoles pratiques, regardées maintenant, dit-il, et
avec raison, par tous les gens sensés, comme seules propres à réformer
les études de la médecine. Les médecins grecs et romains menaient
leurs disciples au lit des malades. Les universités d'Edimbourg et de
Vienne ont, l'une et l'autre, un professeur de médecine clinique.
C'est dans les salles mêmes d'un hôpital, que se donnent les leçons.
Ce sont les différentes maladies qui leur servent de texte. «C'est
avec une telle institution, poursuit M. Cabanis, qu'on aurait dans les
élèves des surveillans éclairés et sévères de la médecine des
hôpitaux, surveillans toujours prêts à réclamer contre les faussetés
ou les exagérations des journaux; et les journaux eux-mêmes devant
servir de base à la réputation de celui dont ils porteraient le nom,
le forceraient à redoubler de soins auprès de ses malades, à
perfectionner sa pratique, et à rendre son enseignement le plus clair,
le plus méthodique, pour multiplier le nombre de ses disciples.»

Tel est le but principal de cet écrit rempli de vues saines et d'idées
utiles. Il nous serait plus difficile de les recueillir, qu'il ne l'a
été à M. Cabanis de les répandre avec profusion. La forme
administrative à donner aux établissemens qu'il propose, plusieurs
questions relatives à cette administration, tiennent à des principes
que l'auteur indique, ou établit avec cette briéveté rapide qui décèle
un homme supérieur à son ouvrage, plus occupé du bien qu'il veut, que
du talent qu'il ne cherche pas à montrer, mais qu'il montre sans le
vouloir. Egalement versé dans la médecine et dans plusieurs parties de
l'économie politique, M. Cabanis paraît avoir étudié l'homme sous tous
les rapports; et les considérations morales auxquelles il ramène tout,
par lesquelles il éclaire ou décide la plupart des questions que
présente son sujet, jettent sur cet écrit un intérêt qu'on n'avait pas
droit d'en attendre. C'est ainsi qu'en parlant des ateliers de
charité, il fait sentir combien il importe à la société entière de
dépouiller l'aumône des caractères qui la flétrissent, de créer, comme
il le dit, un nouveau systême de bienfaisance générale, qui laisse
subsister dans le pauvre le respect que tout homme doit avoir pour
lui-même, sentiment qui sera partout le plus sûr garant de la morale
publique.

L'auteur qui, dans cet ouvrage, se montre l'ami de tous ceux qui
souffrent, ou comme malades ou pauvres, étend sa pitié jusque sur une
classe trop négligée jusqu'à ces derniers temps. Il se flatte que
l'Assemblée nationale, ou d'après ses ordres, les assemblées
provinciales et municipales chercheront aussi tous les moyens
d'adoucir celui des malfaiteurs et des infortunés qui gémissent dans
les prisons, en attendant que des lois sages, l'influence d'un
meilleur gouvernement et de meilleures formes judiciaires, tant pour
le civil que pour le criminel, diminuent, autant qu'il est possible,
le nombre de ces malheureuses victimes de la société. Il cite à ce
sujet une belle expérience récemment faite en Angleterre. D'après la
conviction que les prisonniers achèvent de se dépraver dans la société
les uns des autres, que non seulement leur oisiveté tarit une source
de production, mais empêche qu'ils ne reviennent à la vertu quand ils
sont vraiment coupables, et les corrompt à plaisir quand ils sont
innocens ou n'ont commis que des fautes légères, le comté d'Oxford a
fait construire des chambres isolées et sans communication entre
elles, où les prisonniers sont traités humainement, bien vêtus, bien
couchés, respirent un air pur, ont des alimens sains. Là ils exercent
un métier quelconque; et garantis, par ce moyen, de l'ennui de la
solitude et des mauvais effets de l'oisiveté, ils fournissent encore
un bénéfice supérieur aux frais de l'établissement. Le bénéfice a été,
l'année dernière, de cent guinées; et ce qui, sans doute, est bien
plus précieux, quelques prisonniers ont mérité, par leur bonne
conduite, qu'on abrégeât le temps de leur captivité. Ce sont
aujourd'hui d'honnêtes gens, des artisans utiles qu'on rendra à la
chose publique. «Ainsi, dit M. Cabanis, en remplissant des vues
d'humanité, de raison, de politique parcimonienne, on est, d'un autre
côté, parvenu à faire de vraies infirmeries du crime; et l'on a
découvert la méthode curative au moyen de laquelle on pourra le
traiter désormais comme les autres espèces de folie.»



  SUR un ouvrage intitulé: _Du Massacre de la Saint-Barthélemi, et
    de l'influence des Étrangers en France durant la Ligue_;
    discours historique, avec les preuves et développemens, par
    Gabriel Brizard.


    L'an premier de la liberté.

C'est la date que l'auteur donne à son livre; mais il paraît que la
liberté existait pour lui, quand il composa son ouvrage. Le succès
qu'il obtint dans une assemblée de plus de six cents personnes dut lui
prouver, il y a plus de six ans, que le sentiment de la liberté avait
cessé d'être étranger aux Français. Des circonstances particulières
avaient cependant engagé l'auteur à renfermer son ouvrage dans son
portefeuille. Son discours, alors si applaudi, ne sera pas moins
agréable à la lecture; et les recherches historiques dont il est
accompagné, le rendront intéressant pour tous les amateurs de
l'histoire de France; les curieux d'anecdotes en trouveront plusieurs
très-piquantes et peu connues. Cette partie du travail de M. l'abbé
Brizard est sans doute celle à laquelle il attache le moins de prix,
mais n'en est pas moins celle qui fera le plus rechercher son livre.
Au reste, l'ouvrage et les remarques qui le suivent sont dirigées vers
le même but. L'auteur se propose de prouver que la Saint-Barthélemi
fut presque entièrement le crime des étrangers, et que les Français en
furent les victimes beaucoup plus que les instrumens. On savait assez
que cette horrible détermination avait été prise dans le conseil
italien de Catherine de Médicis, composé du chancelier Birague
(Milanais), d'Albert de Gondi, maréchal de Retz (Florentin), du duc de
Nevers (Gonzague), et de quelques autres Italiens. On savait que les
principaux confidens de cette trame, ourdie pendant près de dix-huit
mois, étaient étrangers, ainsi que la plupart de ceux qui ordonnèrent
ou dirigèrent les massacres; mais on n'avait point encore montré à
quel point tous les grades subalternes avaient été envahis par ces
mêmes étrangers, Italiens, Lorrains, Espagnols, Piémontais, etc. On
peut dire que les Français seuls étaient, en quelque sorte, devenus
étrangers en France. Ce fut en partie pour cette raison que cet
affreux complot trouva un si grand nombre d'exécuteurs empressés ou
dociles.

L'auteur, après avoir tracé rapidement toutes les horreurs de la
Saint-Barthélemi et rappelé les noms de tous ces assassins étrangers,
oppose à cette liste celle des vertueux Français qui se signalèrent,
ou par un refus généreux d'obéir à des ordres barbares, ou par une
protection plus généreuse encore accordée aux victimes de cette cour
monstrueuse. Les hommages des générations suivantes avaient déjà
consacré plusieurs de ces noms connus, tels que ceux de Crillon,
d'Orthe, Montmorin-Sthaem, de Tende, Hennuyer, etc. Mais recueillis
avec plus de soins par M. l'abbé Brizard, leur nombre est plus grand
qu'on ne le croit d'ordinaire. Il est vrai que c'étaient de simples
citoyens, des bourgeois; et jusqu'à ces derniers temps, plusieurs de
nos historiens, en répétant les noms de Parchappe, Grollot, Blancher,
etc. auraient cru déroger à la dignité de l'histoire. Il semble qu'aux
yeux de ces écrivains, l'entrée de l'histoire doit être gardée, comme
celle des cours, par le génie de l'étiquette, et qu'un accès trop
facile n'y doit pas être permis aux vertus plébéïennes. On ignorait
presque entièrement plusieurs de ces noms vulgaires, que M. l'abbé
Brizard ressuscite; et cependant Henri IV les connaissait, les citait
souvent avec un attendrissement visible. Il se plaisait à rappeler les
services qu'il avait reçus de ces modestes citoyens, les sacrifices
qu'ils lui avaient faits; et quelques-uns d'entre eux étant morts
depuis, victimes de leur zèle pour sa cause, il n'en parlait que les
larmes aux yeux. Il les appelait les _martyrs d'état_, liant ainsi
l'idée de leur mort à celle de la reconnaissance que leur devait la
patrie, et que lui-même conservait pour leur mémoire.

On sait qu'après la cour italienne de Médicis, les princes de la
maison de Guise furent près de cinquante ans le plus grand fléau de la
France. M. l'abbé Brizard fait le portrait de chacun de ces princes,
et les caractérise par leurs traits les plus distincts. Ce fut une
fatalité bien étrange et bien funeste à la France, que la réunion des
talens partagés entre tous ces princes, le grand nombre de leurs
enfans, doués à peu près des mêmes avantages, la beauté, l'esprit, les
agrémens; l'inquiète activité des princesses de cette maison, dont
plusieurs sont encore célèbres de nos jours. A l'exemple de Médicis,
il remplirent de leurs alliés, de leurs amis, c'est-à-dire de Lorrains
et d'Allemans, toutes les places dont ils purent disposer. L'auteur
donne sur chacun de ces princes et de ces princesses des détails
très-curieux. On avait fait alors un livre intitulé: _la France
italienne_. Le titre eût été plus conforme à la vérité historique,
s'il eût été: _la France italienne et lorraine_. On a peine à
concevoir qu'elle ait pu résister à cette double invasion, qui se
perpétua plus de cinquante années par le versement continuel des
Italiens, qui, recrutant sans cesse la foule de leurs compatriotes,
venaient envahir ce beau royaume. Il est de fait qu'ils étaient
presque parvenus à exclure les Français de toutes les grandes
dignités, et des plus petites fonctions lucratives, depuis le grade de
maréchal de France, jusqu'au plus petit commandant de place, jusqu'au
plus petit grade de l'armée, depuis le cardinalat jusqu'au plus petit
bénéfice, depuis la première place de surintendant jusqu'au plus mince
emploi de financier. C'est ainsi que la nation, pendant un
demi-siècle, porta la peine de l'inconcevable faiblesse et de
l'aveuglement de Henri II, qui, partagé entre Diane de Poitiers sa
maîtresse et Catherine de Médicis sa femme, immole à l'une les princes
de sa maison, en couvrant de tous les honneurs les Guises qu'elle
protégeait; à l'autre sa nation entière, en l'abandonnant en quelque
sorte aux Italiens, qui, concourant avec les Lorrains pour la ruiner,
la corrompirent encore d'avantage: ce furent eux qui y apportèrent
l'usage des poignards, des stilets, des poisons, les jeux de hasard,
l'espionnage, l'astrologie judiciaire, les bouffons, les charlatans,
toutes les modes qui dépravent les mœurs, et jusqu'à celles qui
dépravent le corps, puisque ce fut Catherine de Médicis qui
introduisit en France l'usage des baleines qui emprisonnent la taille.

L'auteur, toujours fidèle à son dessein de venger l'honneur national,
passe en revue les écrivains qui secondèrent les vues de cette cour,
qui s'avilirent jusqu'à justifier cette suite de meurtres, ou qui
depuis servirent l'Espagne contre Henri IV et la maison de Bourbon. Il
prouve, par le fait, que la plupart de ces misérables étaient sujets
des princes lorrains, ou Piémontais, Écossais, Irlandais, Italiens. Il
leur oppose la liste des écrivains qui détestaient ces horreurs, et
qui consacrèrent leurs veilles à la défense des droits de la maison de
Bourbon. Dans cette liste se trouvent les noms de presque tous les
gens de lettres estimés alors, et qui le sont encore de nos jours,
tels que les Pithou, du Moulin, Sainte-Marthe, Savaron, Pasquier,
Bodin, Duvair, Rapin, Le Roi, Passerat, les auteurs de la satire
_Menippée_, etc., sans compter Amyot et Montaigne, les plus illustres
de tous, qui, dans des ouvrages étrangers aux affaires publiques,
eurent occasion de montrer leur attachement pour le jeune roi de
Navarre.

Après avoir prouvé qu'à la cour, dans le reste de la France, dans
l'épée, dans la robe, dans l'église, dans les lettres, les plus fameux
coupables, soit pour le projet, soit pour l'exécution de ce crime,
étaient des étrangers, il restait à justifier les classes inférieures
et cette multitude de Français égarés, qui se rendirent complices et
instrumens de leur fureur. C'est ce que fait M. l'abbé Brizard, en
rappelant au souvenir de ses lecteurs tous les moyens dont on se
servit pour aveugler ce peuple et l'enivrer de fanatisme. Les écoles,
les chaires, les confessionnaux étaient aux ordres des ennemis de la
nation, et retentissaient depuis long-temps des maximes les plus
affreuses. Plusieurs de ces écrivains odieux dont nous avons parlé,
étaient en même temps prédicateurs, et ordonnaient le meurtre au nom
de l'évangile. Ainsi, ces étrangers étaient les vrais coupables, et
l'ignorance du peuple était la première cause de ses égaremens. Sa
misère, qui ajoutait à sa férocité, était, ainsi que son fanatisme,
l'ouvrage de ses corrupteurs et de ses tyrans; et la nation,
gouvernée, trompée, dépouillée par toutes ces hordes étrangères, mit
le comble à ses maux, en se rendant complice des fureurs dont ils
devinrent eux-mêmes les victimes. Eh! comment le peuple, enlacé de
toutes parts, eût-il pu échapper à tant de piéges réunis, à la
profonde scélératesse de Médicis, à trois règnes oppresseurs des
machiavélistes dirigés par elle, à l'estime et à l'avidité de ses
Italiens, à l'adresse et à l'ambition des Guises, et à l'or et aux
intrigues de l'Espagne, à l'ascendant de Rome, de cette foule de
moines, de théologiens, de prêcheurs, de légats, de cardinaux, à
toute cette milice des papes, habituée à manier les armes de la
superstition? Voilà ce qui prépara, entretint, perpétua si long-temps
cette rage fanatique; voilà ce qui fit renouveler, pendant vingt ans,
les actions de grâces à l'être suprême, et les processions par
lesquelles les Français le remercièrent d'avoir réussi à massacrer
cent mille de leurs frères.

Un des chapitres les plus curieux est celui où l'auteur passe en revue
_les ambitieux tonsurés_ (ce sont ses termes), qui ont trahi la France
pour faire leur cour à Rome, obtenir le chapeau de cardinal, ou par
reconnaissance de l'avoir obtenu. La liste est longue; cependant
l'auteur perd courage, et termine sa liste au règne de Henri IV: il
pouvait la prolonger.

Un autre chapitre, à qui les circonstances actuelles attachent par
malheur un nouvel intérêt, est celui _des vice-légats d'Avignon_:
«C'est, dit-il en parlant de cette ville, c'est dans cet atmosphère de
fanatisme que s'échauffaient toutes les têtes méridionales de la
France». Si la Provence, le Languedoc, le Dauphiné, Lyon même, se sont
plus ressentis des fureurs de la ligue, c'est l'effet du voisinage du
vice-légat et de la cour d'Avignon: c'étaient le centre des intrigues,
l'arsenal où se forgeaient les armes et les chaînes du Dauphiné, du
Lyonnais, de la Provence et du Languedoc; c'était l'entrepôt des
indulgences et des brefs incendiaires. C'est là que Charles IX et
Henri III avaient été prendre le goût des processions ridicules, des
confréries de pénitens, de ces indécentes mascarades qu'ils
transportèrent à leur cour. Telle est donc l'origine de ces pieuses
farces qui ont entretenu jusqu'à nos jours, dans les provinces
méridionales, un fanatisme presque éteint dans le reste du royaume, et
dont les dernières étincelles viennent d'alarmer un instant ceux qui,
trop vivement frappés des maux causés par la superstition, ne la
croient jamais _assez morte_. M. l'abbé Brizard observe que nos rois
eussent épargné bien des malheurs à leurs sujets, et peut-être à
eux-mêmes bien des inquiétudes, s'ils se fussent remis en possession
d'Avignon et de son territoire, comme ils le pouvaient, pour la
modique somme de quatre vingt mille florins d'or, pour laquelle cette
ville avait été engagée au pape.

Nous ne pousserons pas plus loin l'extrait d'un livre dont le
principal mérite est de rassembler sous les yeux du lecteur un grand
nombre de faits détachés, historiques, anecdotiques, accompagnés de
réflexions saines et judicieuses. Cet ouvrage ne saurait manquer
d'ajouter à l'opinion qu'on avait du talent de M. l'abbé Brizard, déjà
connu par plusieurs productions estimables, et notamment par celle qui
a pour titre: _De l'amour de Henri IV pour les lettres_.



  SUR un ouvrage intitulé: _Despotisme des Ministres de France_, ou
    _Exposition des principes et moyens employés par l'aristocratie
    pour mettre la France dans les fers_.--1790.


Chacun de ces deux titres semblait promettre un ouvrage intéressant,
et la seule raison de se défier de cet augure était peut-être la
longueur de l'ouvrage même.

D'après le premier titre: _Despotisme des Ministres de France_, on
pouvait croire que l'auteur allait développer les moyens par lesquels
les ministres avaient assuré, étendu, affermi l'autorité royale. On
pouvait de plus se flatter que, considérant les ministres sous un
autre point de vue, l'auteur allait montrer comment ils étaient
parvenus à faire, de cette autorité, l'instrument de leur ambition
personnelle, de leurs vues particulières, de leurs caprices, et enfin
le jouet de leurs subalternes, quelquefois même de leurs derniers
sous-ordres. Le développement de leurs ruses et de leurs manœuvres
eût fourni quelques pages à Tacite; et, à son défaut, Suétone eût
attaché la curiosité par le récit d'un grand nombre d'anecdotes fort
agréables et fort divertissantes. On sait qu'en ce genre les hommes
instruits, ou (comme on dit) _les gens au fait_ peuvent fournir
d'excellens Mémoires.

Le second titre: _Exposition des principes et moyens employés par
l'aristocratie pour mettre la France aux fers_, paraît encore plus
heureux, et promettait davantage. L'auteur pouvait réduire en
résultats très-piquans la partie la plus essentielle de l'Histoire de
France. On eût été fort aise de voir comment, après les premiers coups
portés à l'aristocratie féodale, l'esprit aristocratique, contre
lequel les rois avaient appelé le secours du peuple, parvint à tourner
contre les peuples l'autorité des rois; comment se prépara le traité
tacite entre le trône et l'aristocratie: traité par lequel il semblait
que les grands et le clergé se fussent engagés à promettre au roi la
soumission du peuple, à condition de recueillir seuls tous les
avantages de l'union politique; traité qui a subsisté dans sa teneur
jusqu'au moment où le peuple averti de sa force par ses lumières, a
réclamé ses droits, ou plutôt les a repris; car autrement, qu'est-ce
qu'une réclamation du peuple?

Il ne serait pas moins curieux d'examiner comment on avait su attacher
à ce systême d'oppression légale les intérêts de certains corps, ou
des hommes qui pouvaient exercer sur ces corps une influence
d'autorité ou d'opinion; comment, pour appuyer ce systême anti-social,
on avait su recruter dans le peuple même la classe de ses oppresseurs,
par l'invention de l'annoblissement et par tant d'autres moyens
connus. Le fond de ces idées n'est pas neuf, sans doute; mais il est
aisé de sentir ce que le talent peut encore en tirer.

C'est ce qu'on aurait tort de demander à l'auteur de cet ouvrage. Nous
avons cependant fait entendre qu'il est curieux à certains égards. En
voici la preuve.

On est étonné de retrouver dans un livre récemment sorti de la presse,
des idées qui, depuis long-temps ridicules aux yeux de tous les bons
esprits, font rire maintenant à-peu-près tout le monde. Sans les faits
dont la date atteste celle du livre, on croirait qu'il fut écrit, il y
a trente-cinq ou quarante ans, à l'époque des disputes du jansénisme,
des querelles du ministère et du parlement. On a le plaisir de voir
prouver longuement que les remontrances du parlement de Paris, de
Rennes ou de Toulouse, avaient raison contre tels ou tels arrêts du
Conseil. Et puis, là-dessus, de grandes hardiesses contre les
ministres, mais de ces hardiesses parlementaires, qui sont aujourd'hui
si plaisantes; le tout appuyé par de grands passages de _Pasquier_ ou
d'_Omer Talon_. N'oublions pas une réfutation très-sérieuse des édits
du mois de mai 1788. Il paraît que l'auteur a surtout conservé un vif
ressentiment _contre la cour plénière_. C'est une belle rancune.
L'édit du timbre de la même époque est aussi exposé à de grandes
critiques, qui probablement resteront triomphantes; mais le chapitre
où l'auteur paraît le plus fort, c'est celui où il examine _ce qui
constitue l'essence de l'enregistrement des lois_. Nous espérons qu'à
cet égard les méprises de la postérité ne sauraient être bien
dangereuses, et que ce chapitre peut impunément rester sans
réfutation.

Nous avons dit un mot des hardiesses de l'auteur; il faut parler de la
sagesse qui les accompagne. Voici le titre d'un chapitre particulier:
_Notre histoire offre plus d'un exemple de rois égarés par leurs
courtisans_.

On sent que les idées de politique, d'administration, de finances
doivent être à-peu-près de la même force. Il suffira d'en donner pour
preuve l'approbation dont il honore l'invention des rentes viagères.

Croirait-on que l'auteur, qui ne laisse percer nul esprit
d'innovation, ni même aucun esprit, admet, ou plutôt établit avec
force la nécessité d'une réforme dans l'éducation publique? Rien ne
prouve mieux (soit dit en passant) à quel excès cette éducation est
absurde, puisqu'une réforme a paru nécessaire à un écrivain de cette
trempe. Il trace son plan avec une facilité surprenante; rien ne
l'embarrasse: la raison en est simple. _Les maîtres_, dit-il, _sont
tout trouvés_. Ce sont messieurs de la congrégation de l'Oratoire.
Quant au plan, on nous dispense vraisemblablement d'en parler. Nous
observerons seulement que, pour donner lieu à l'exécution de ce plan,
il eût fallu que les parlemens triomphassent de la nation en 1789,
comme ils avaient triomphé du roi en 1788: arrangement qui n'a pas
réussi; c'est dommage.

Ce qu'il y a de plus divertissant dans cette étrange production, c'est
la table des chapitres de l'ouvrage. L'auteur y devient tout-à-coup
une espèce de Montesquieu par la singularité de ses titres; et
quelquefois les chapitres eux-mêmes sont très-courts: nouvelle preuve
de profondeur et de génie. Il est vrai que plusieurs de ces titres
ressemblent à ceux de William Pikle ou de Tristram Shandy.
_Maladresse_; _Changement de scène_; _Il est plus facile d'accuser que
de confondre_; _Fausses apparences_. Le style est quelquefois digne
des idées répandues dans le chapitre. Voici un de ces titres: _Dans la
Législation.--La promptitude est une fournaise, et l'uniformité une
faux tranchante_.

Mais de ces chapitres, le plus facétieux est intitulé: _Ce que doit
faire un citoyen honnête homme qui voit son roi dans l'erreur_. Il
n'est pas que, parmi nos lecteurs, il ne se trouve des gens curieux,
comme nous l'avons été, de savoir quelle conduite il faut tenir s'il
arrivait un pareil malheur. Le voici. Il faut alors _dire au
Souverain_, avec Burlamaqui, _que les Rois qui prennent tout_
(apparemment que l'auteur ne connaît que cette erreur-là dans les
Rois, car il ne parle d'aucune autre), _les Rois qui prennent tout,
possèdent seuls tout l'État; mais aussi l'État s'épuise d'hommes et
d'argent. Attendez une révolution. Cette puissance monstrueuse ne
saurait durer; au premier coup qu'on lui porte, l'idole tombe, etc._
Voilà ce que disait Burlamaqui quand son roi était dans l'erreur, au
moins dans l'erreur de tout prendre. Mais on oublie de nous apprendre
si Burlamaqui allait lui-même porter au roi ces grandes vérités, ou
s'il se contentait de les consigner dans ses livres de droit
politique; différence essentielle, au moins quant à l'effet du moment.

Finissons, car on pourrait croire que nous avons voulu nous égayer, ce
qui serait bien naturel après la lecture d'un pareil ouvrage, mais ce
qui serait très-blâmable en rendant compte d'une production si
volumineuse.

On revient malgré soi à la surprise que fait naître la publication
d'un tel ouvrage, dans un moment tel que celui-ci. Elle prouve qu'il
est des hommes dont la raison ne peut être éclairée par la raison
publique. Mais une réflexion console; c'est de voir que les absurdités
reproduites si naïvement par l'auteur, n'excitent plus guère que cette
espèce de rire produit par l'aspect d'une mode surannée. Il n'y a pas
long-temps que ces idées osaient se montrer partout: et déjà elles
semblent se perdre dans un grand lointain, et s'être reculées comme
dans l'enfoncement d'un siècle.



  SUR un ouvrage intitulé: _La Constitution vengée des inculpations
    des ennemis de la Révolution_; Discours prononcé par M. le
    maire de Congis, curé de la paroisse, lors de la prestation du
    serment civique.--1790.


Parmi cette foule de harangues prononcées à l'occasion du serment
civique, le public a paru distinguer, avec intérêt, ce petit discours
qu'on ne lit pas sans émotion: c'est la raison qui parle, avec une
simplicité touchante, le langage du vrai christianisme; c'est l'âme de
Fénélon se développant avec sa candeur devant des âmes aussi simples,
mais moins éclairées que la sienne. Nul autre ton ne pouvait convenir
ni à l'orateur ni à l'auditoire. Sans doute c'est ce genre d'éloquence
que Fénélon portait dans les modestes églises des villages de son
archevêché; car il ne dédaignait pas d'y faire entendre sa voix. On
sait même qu'il se faisait un devoir de visiter les humbles chaumières
des habitans de la campagne, et de devenir ainsi, en quelque sorte,
membre du _bas clergé_, expression qui peut-être lui paraissait
étrange, pour désigner un prêtre faisant son devoir.

Le mérite de ce discours s'est encore trouvé rehaussé par des
circonstances particulières; on l'a mis en opposition avec les
mandemens de quelques évêques, avec les écrits de quelques membres du
_haut clergé_. On a été frappé, malgré soi, du contraste remarquable
entre la conduite d'un pauvre et vertueux pasteur, et celle de ces
prêtres opulens, de ces apôtres millionnaires qui cherchent, dans les
cendres d'un fanatisme presque éteint, les étincelles d'une guerre
civile, pour défendre, au nom de la religion, des richesses qu'elle
leur interdit. C'est aux environs de Paris que ce discours a été
prononcé: que n'a-t-il pu l'être dans la principale église de Nîmes ou
de Montauban!

Après un exorde très-court, où l'orateur (on osé à peine lui donner ce
nom) expose les raisons qui empêchent passagèrement de sentir les
avantages de la nouvelle constitution, il s'engage (et c'est la
division de son discours) à repousser les deux grands reproches
répétés par les ennemis du bien public: «Ils savent, dit-il, que vous
êtes attachés à une religion qui a Dieu pour auteur, et ils vous
disent que la constitution nouvelle lui porte de criminelles
atteintes; ils savent que vous êtes attachés à votre roi, et ils vous
disent que la nouvelle constitution en avilit la dignité: odieuses
imputations dont vous allez comprendre toute la fausseté.»

Il établit que la nouvelle constitution, loin de porter atteinte à la
religion, emprunte d'elle tous ses principes: égalité, indulgence,
tolérance, humilité; c'est la doctrine de Jésus-Christ, et l'orateur
le prouve par différens passages de l'évangile, par l'exemple du
sauveur communiquant avec les pécheurs, avec le juif et le
samaritain. L'égalité surtout lui paraît le principe fondamental de la
religion chrétienne. C'est ce principe d'égalité, inné chez les
hommes, qui contribua le plus à répandre les lumières du
christianisme; et dans les derniers siècles même, c'est ce qui le fit
recevoir avec tant d'ardeur au Japon, où le peuple gémissait écrasé
sous le joug aristocratique. L'orateur se contente d'indiquer ici,
d'un mot et avec sagesse, ce qu'il ne devait pas développer davantage
à ses paroissiens. Les lecteurs plus instruits savent que le
christianisme, après avoir été près d'opérer, en paraissant au Japon,
une révolution politique, après s'y être introduit en prêchant
l'égalité, l'humilité, fut banni de cet empire par l'orgueilleuse
démence d'un prêtre portugais, qui s'avisa de disputer le pas à l'un
des premiers officiers du roi. Le peuple, qui d'abord avait saisi avec
une avidité inconcevable la nouvelle doctrine dont il espérait la fin
de ses peines et de son avilissement, crut, en voyant ce ridicule
orgueil, qu'on l'avait trompé. Il prêta des desseins perfides à des
hommes dont la conduite était si opposée aux principes de la religion
qu'ils annonçaient. On voit que saint François-Xavier avait prêché le
vrai christianisme, celui de l'évangile: et c'est par là qu'il avait
réussi. Mais ce succès ne se soutint point, parce qu'ensuite on prêcha
un christianisme tout différent, celui de notre haut clergé;
distinction que les Japonais, peuple fort ignorant, ne purent jamais
comprendre, faute d'être au fait de l'histoire ecclésiastique.

Le bon curé-maire passe au second reproche fait à la constitution par
ses ennemis. Il montre que la constitution, loin d'avilir la majesté
du trône, la rehausse infiniment: et c'est ce qu'il prouve par
l'énumération de toutes les prérogatives qu'elle lui donne et qu'elle
consacre. Il n'a pas de peine à faire sentir à ses auditeurs que tout
le mal qui se faisait au nom du roi, et à son insu, sans être pour lui
d'aucune utilité, sans lui apporter aucune jouissance personnelle, n'a
servi trop long-temps qu'à dégrader ce nom si respectable, aujourd'hui
si chéri dans la personne de notre vertueux souverain. Il donne
ensuite à ces hommes simples l'idée de la liberté véritable. Il
déplore les premiers effets de la licence, et les félicite de n'avoir
aucunement participé aux violences commises autour d'eux. Il les
remercie de l'estime et de la confiance qu'ils lui ont montrées, en le
nommant chef de leur corps municipal. «Par la nature, la religion et
la loi, je suis votre égal, votre frère: par la religion et la loi, je
suis encore votre père, puisque vos intérêts me sont confiés sous ce
double rapport; et je jure, dans le temple de Dieu même, de remplir à
votre égard les devoirs que ce double rapport m'impose.»

Il leur fait ensuite prêter le serment civique; et la cérémonie
achevée: «A présent, dit-il, vous êtes Français.» Il finit par une
invocation simple et touchante à la divinité. _A présent vous êtes
Français_, est à la fois d'un mouvement noble et d'un sens profond. On
pourrait dire à ce vertueux curé, et à ceux qui ont donné le même
exemple: «A présent, vous êtes de vrais chrétiens et de dignes apôtres
d'une religion que vous rendrez respectable.» Qu'on suppose, en effet,
que la religion n'eût jamais eu que de pareils ministres, qui pourra
nier qu'elle n'eût été la bienfaitrice de la terre? Quel incrédule
assez froid, quel raisonneur assez dur eût tenté jamais d'ébranler les
fondemens d'une religion, qui ne se fût manifestée que par des vertus
et des bienfaits? ou si l'on l'eût essayé, quel succès pouvait-on
attendre d'une pareille tentative? C'est sans doute ce sentiment
qu'exprimait un autre prêtre, non moins vertueux, lorsqu'en apprenant
le décret de l'assemblée nationale sur les biens du clergé, il dit
pour toute expression de regret: «J'aurai donc le plaisir de voir,
avant ma mort, la religion respectée!» Celui qui parlait ainsi est
pourtant jeune encore, pourvu non très-richement, mais avantageusement
de biens d'église, dont il perdra sans doute une grande partie. Il
faut convenir qu'un tel prêtre, capable d'un si noble désintéressement,
paraît un peu plus convaincu de la religion, et fait plus pour elle
que les défenseurs des propriétés ecclésiastiques.



  SUR un ouvrage intitulé: _Exposé de la Révolution de Liège en
    1789, et de la conduite qu'a tenue à ce sujet Sa Majesté le Roi
    de Prusse_; par M. de Dohm, conseiller intime de Sa Majesté, et
    son ministre-plénipotentiaire pour le directoire de Clèves, au
    cercle du Bas-Rhin et de la Westphalie; traduit de l'allemand
    par M. Reynier.--1790.


On a vu un temps (et ce temps n'est pas très-éloigné) où un écrit d'un
conseiller-privé, commissaire au directoire d'un cercle d'Allemagne,
sur les démêlés d'un peuple avec son prince, n'eût intéressé en France
qu'un petit nombre d'hommes voués à la politique ou à la diplomatie,
et quelques amis de l'humanité. Il n'en est plus ainsi: les
circonstances ont attaché aux ouvrages de ce genre un intérêt presque
universel. La cause de Liége est devenue celle de la liberté; et sous
ce seul rapport, l'écrit que nous annonçons eût trouvé un grand nombre
de lecteurs; mais cet intérêt du sujet passe bientôt à l'ouvrage même
par la manière dont il est traité, par les réflexions que l'auteur y a
répandues, par le genre des questions qu'il élève; questions qui, pour
la plupart, doivent probablement, avant peu d'années, s'agiter sur de
plus grands théâtres, et dont la solution importe à l'humanité
entière. L'ouvrage de M. de Dohm doit, sous ce point de vue,
intéresser principalement les Français; il leur rappelle des souvenirs
récens et précieux; et en les ramenant sur le passé, il tourne en
même temps leurs yeux vers un avenir qui a présenté quelque temps une
perspective effrayante. Les malheurs qui menacent les Liégeois,
séparés de leur prince, rendent plus chère et plus respectable aux
Français la conduite du vertueux Louis XVI, uni à son peuple pour
prévenir des calamités nouvelles, et assurer le bonheur des
générations futures, sans le faire acheter par des désastres à la
génération présente.

C'est ce que n'a point fait le prince-évêque de Liége, qui s'en est
rapporté, dit-il, à l'avis unanime de tous ses conseillers: mais le
meilleur de tous était son cœur, qui l'avait d'abord si bien conduit,
qui le fit d'abord aller au-devant des vœux de son peuple, lui fit
prendre le ton d'un père, en engageant son clergé à satisfaire de
justes demandes, et à concourir au soulagement de la classe la plus
indigente de ses sujets. Tels sont quelquefois les premiers mouvemens
des princes, jusqu'au moment où les conseillers arrivent; et voilà
pourquoi le peuple, que l'on dit si aveugle et si juste, aime
très-souvent les princes et presque jamais les conseillers. Revenons à
l'ouvrage de M. de Dohm.

Ceux des lecteurs français qui ne connaissent pas ses écrits, et
l'esprit philantropique qui les anime, s'étonneront peut-être de voir
un publiciste allemand, un ministre d'un roi absolu sortir de la
routine diplomatique, s'élever aux idées premières de raison et de
justice générale, préférer le fond aux formes, et en appeler
hardiment à la véritable justice et à l'éternelle raison. Plusieurs
publicistes allemands, trop attachés aux formes admises dans le corps
germanique, eussent voulu que le roi de Prusse se fût rendu
l'exécuteur aveugle du décret précipité de la chambre impériale, et
eût consommé la ruine des Liégeois dans les meilleures formes de
procès. Cette conduite eût pu être approuvée par ceux qui placent
avant tout la justice d'empire; mais elle n'est ni la seule ni la
première; il en est une plus ancienne, encore plus respectable: et
c'est à cette justice que le roi de Prusse en appelle par la voix d'un
ministre philosophe, digne de la réclamer en son nom.

M. de Dohm commence par un exposé succinct de la constitution de
Liége, fondée sur des contrats qui paraissent prouver, ainsi que
plusieurs monumens du moyen âge, que, dans ces siècles appelés
_siècles d'ignorance_, on connaissait les droits de l'homme, sans en
parler autant que de nos jours. L'heureuse liberté civile dont
jouissait le pays, ne fut point troublée jusques sous la régence du
prince-évêque actuel. Bientôt s'élevèrent des troubles qui n'ont pas
une origine bien noble. Il s'agissait du droit lucratif de donner,
dans le bourg célèbre de Spa, des bals et des jeux de hasard. Cette
querelle amena la question _sur la légalité des octrois de jeu,
accordés par l'évêque seul sans le concours des états_. Le prince
porta la querelle au tribunal de la chambre impériale. La cause prit
de l'intérêt en se liant à une question plus importante: _Si le prince
seul, en matière de police, peut porter des édits; ou s'il a besoin,
pour ses édits, ainsi que pour toute autre nouvelle modification de la
liberté du citoyen, du consentement des états_. Cette querelle
importante est restée jusqu'à présent indécise au tribunal de la
chambre impériale, qui n'a porté que des décisions provisoires. Les
débats continuèrent, et produisirent même des violences. De cette
querelle, il en sortit plusieurs autres, qui, en d'autres temps,
eussent été peu dangereuses. Le rétablissement d'un impôt, désagréable
au peuple, acheva d'aigrir les esprits. Enfin, le renchérissement du
pain, effet d'un mal physique, parut au peuple, déjà si indisposé, un
tort du gouvernement, un mal politique; et le prince différant
d'assembler les états plus d'une fois promis, le peuple regarda les
conseillers de son chef comme les artisans de ses maux. Tel était
l'état des choses, lorsque la nouvelle de ce qui s'était passé à Paris
en juillet 1789, les frappa, les enthousiasma et les porta à suivre
l'exemple d'un grand peuple qu'ils aiment, avec lequel ils ont des
liaisons naturelles, plus puissantes que les liaisons accidentelles
qu'ils ont avec les Allemands.

«Guidé par le sentiment le plus sûr, dit M. de Dohm, le prince-évêque
vint au devant des vœux de son peuple. Il secourut la classe
indigente; il invita son clergé à supporter également les impôts et à
renoncer pour jamais, sans condition, sans réserve, aux priviléges qui
les en exemptaient.» Si la conduite du chef fut magnanime, la manière
dont son peuple la reçut ne le fut pas moins; mais il mêla cependant à
l'expression, d'ailleurs touchante, de sa reconnaissance, des vœux
pour un bien plus important que l'égalité dans la répartition des
impôts: le rétablissement de la liberté, et l'abolition du réglement
de 1684. «Qui peut blâmer, poursuit M. de Dohm, ce vœu d'un peuple
noble, à qui l'on promet de terminer, et qui en connaît la source
toujours renaissante?» Il faut savoir qu'avant 1684, les députés de la
capitale et de vingt-deux autres villes, qui ont, d'ancienne date,
séance et droit de suffrage à la diète de l'état, étaient nommés par
la bourgeoisie. Mais l'évêque Maximilien-Henri, de la maison de
Bavière, qui réunissait l'électorat de Cologne, l'évêché de Munster et
d'Hildesheim, abusant de sa puissance et de ses troupes étrangères,
s'attribua lui-même arbitrairement la nomination de la moitié de la
magistrature de la capitale, et sut se procurer encore, sur le choix
de l'autre moitié, une telle influence, que la pluralité fut toujours
dévouée à l'évêque. Il en usa de même à l'égard des autres villes, et
dès-lors le tiers-état fut regardé comme anéanti. Mais le sentiment de
la liberté subsistait dans les cœurs. Il osa se montrer, et le vœu
du peuple fut porté au prince-évêque, qui donna par écrit son
consentement à tout ce que le bien de son peuple pourrait exiger. Les
Liégeois demandèrent la déposition de l'ancienne magistrature. La
déposition s'ensuivit, et leurs places furent données à ceux qui, par
leur caractère et leur conduite publique, s'étaient acquis la
confiance de leurs concitoyens, et qui, dans la cause de la liberté,
avaient combattu pour elle.

Le prince approuva tout. Il vint de son château de Seraing à la ville,
fut reçu avec la plus vive allégresse, et confirma, par sa propre
signature, les nouvelles élections. Il témoigna aux nouveaux
magistrats sa confiance et sa considération: il les invita à sa table
avec des plénipotentiaires des cours étrangères. Il procura même à
tous les gens de sa maison, des cocardes que le peuple portait en
signe de la liberté reconquise. Il renouvella expressément, par une
lettre adressée aux nouveaux magistrats, la convocation déjà faite
pour l'assemblée des états. Tout le pays était pacifié par l'accord
d'un bon prince avec un bon peuple; mais cette joie ne fut pas de
longue durée. Le 27 août, on apprit à Liége que le prince avait, la
nuit dernière, quitté son château de Seraing sans qu'on sût où il
était allé. Peu de temps après, il écrit que, dans la crainte que les
délibérations de la prochaine assemblée ne fussent tumultueuses et
nuisibles à sa santé, il s'était déterminé à s'éloigner pour quelque
temps de la capitale: mais il assure à la nation qu'il n'avait
nullement le dessein de solliciter des secours étrangers, ni de porter
aucune plainte, soit à sa majesté impériale, soit à la diète, soit à
tout autre tribunal de l'empire. Il désavoue à la face de l'univers
toutes celles qui pourraient être portées en son nom. Il exhorte la
nation à travailler à la constitution qui doit faire son bonheur. Il
approuve expressément le perfectionnement projeté, et proteste qu'il
n'a pas le moindre dessein de réclamer contre ce qui s'est passé: il
donne là-dessus solennellement sa parole de prince.

Cette lettre appaisa la fermentation, mais sans calmer les alarmes du
peuple. Au milieu de ces inquiétudes, on apprend à Liége que la
chambre impériale avait, de son propre mouvement, pris connaissance de
ce qui s'était passé, et qu'en qualité de tribunal établi pour le
maintien de la paix publique, le 27 août, jour du départ du
prince-évêque, elle avait déféré au prince du cercle du Bas-Rhin et de
Westphalie, le prince-évêque de Munster, le duc de Juliers et le duc
de Clèves, la commission de protéger puissamment, à l'aide des troupes
nécessaires à cet effet, aux frais des rebelles liégeois, le
prince-évêque, ainsi que ses conseillers et ses sujets fidèles, contre
tout acte de violence; de rétablir, dans tout le pays, mais
principalement dans la capitale, la tranquillité et la sûreté
publique; de remettre la forme du gouvernement dans l'état où elle
avait été avant _la rébellion_, d'enquêter contre les moteurs, etc.

Telle est la teneur du décret de la chambre impériale. M. de Dohm,
qui montre en blâmant ce décret, le plus grand respect, comme de
raison, pour le haut dicastère de l'empire, dit simplement: «elle
est dure cette teneur.» Il présente même avec sagesse les motifs
qui peuvent l'avoir dictée, et justifie en quelque sorte son émission.
On voit que, par ménagement, l'auteur modère d'abord sa force, qui
bientôt n'en devient que plus puissante. Il se contente d'indiquer
le contraste de la conduite de la chambre impériale en 1684
(lorsque la liberté politique fut détruite à Liége, par l'évêque
Maximilien-Henri), avec la conduite de cette même chambre en 1789,
lorsque le peuple a reconquis sa liberté. Mais la seule indication de
ce contraste, à quelles réflexions ne donne-t-elle pas lieu? La
chambre impériale entend-elle que la paix publique n'est pas troublée,
lorsque les princes oppriment les peuples, mais seulement lorsque les
peuples réclament leurs droits? Le corps germanique, qui se porte pour
garant de la liberté des peuples, comme des droits des souverains,
attend-il, dans une neutralité infidèle, le succès de leur lutte trop
souvent inégale, afin de venir au secours du prince s'il a besoin de
secours, et d'accabler le peuple, si sa cause triomphe ou paraît prête
à triompher? Serait-ce là le secret du corps germanique? Et ce secret
qu'il convenait de garder dans tous les temps, est-il bon à révéler
aujourd'hui? Pourquoi une oppression de cent cinq ans (de 1684 à 1789)
paraît-elle à la chambre impériale plus respectable, plus conforme à
la constitution qu'une liberté de deux cent quatre-vingt-quatre ans
(depuis 1316 jusqu'à 1684)? Il paraît difficile de répondre de nos
jours à ces questions; et c'est pour cela que ceux qui gouvernent,
feraient plus sagement de n'y pas donner lieu. M. de Dohm explique en
partie la précipitation de ce décret peu réfléchi, par l'étonnement et
la crainte que la révolution de France répandit parmi les princes
allemands. Qu'on en juge par le rapprochement des dates. L'événement
arrivé à Liége (M. de Dohm est très-fâché qu'on l'ait nommé
révolution, et il prétend que ce mot a jeté d'abord de la faveur sur
la cause des Liégeois), l'événement arrivé à Liége est du 18 août; et
le 27 du même mois, la chambre impériale, si connue par la lenteur de
ses décisions, rend son décret contre les Liégeois: décret qui à
chaque mot porte l'empreinte de la précipitation avec laquelle il a
été rendu, alléguant lui-même pour motif, _le bruit général_, _la
notoriété publique_, parlant des désordres qu'on supposait dans Liége,
à l'instant même où tout y était dans la plus grande tranquillité, par
l'accord du chef et de son peuple.

C'est qu'on voyait tout à travers la crainte inquiétante du mal
français, c'est que la peur des révolutions était la lunette
colorante. Ce qu'il y eut de plus remarquable, c'est que la chambre
impériale ait refusé d'admettre la déclaration judiciaire du
prince-évêque, donnée de son propre mouvement, par laquelle il
annonçait l'espoir de terminer tous ses différens avec ses sujets par
un accommodement aimable. Prétendra-t-on que son consentement avait
été forcé? D'abord, il eût fallu en donner une preuve, s'il en est qui
puisse prévaloir contre l'assertion du prince: il avait déclaré qu'il
était d'accord avec son peuple. La question se réduit à savoir s'il
était contraint lorsqu'il remplissait le vœu de sa nation, ou s'il ne
l'était pas. Si un vœu manifesté vivement par un peuple nombreux est
contrainte, elle a eu lieu. Si la contrainte exige des menaces en cas
de refus, cette contrainte n'a pas existé. Mais qui sait ce dont le
peuple eût été capable, si le prince eût refusé? Personne ne le sait;
et voilà pourquoi l'esprit de parti a beau jeu d'imaginer ce qui était
possible, mais ce qui ne s'est pas réalisé. Ce qu'il y a de certain,
c'est que l'argument tiré de la contrainte ne peut avoir de force ici
dans le sens du droit civil. Lorsqu'un particulier est porté par
contrainte ou par crainte, de renoncer à une possession quelconque, il
est en droit de recourir à la discussion juridique de cette nullité.
Mais ici ce n'était point d'un particulier qu'il s'agissait: ce
n'était point le comte d'Hoensbroeck qui se dépouillait d'un droit à
lui appartenant: le prince de Liége déclarait qu'il était d'accord
avec son peuple sur la manière de pourvoir à l'avenir au bien-être de
ce même peuple. Tous les droits du prince n'ont que le bien-être du
peuple pour but; et si l'on peut appliquer ici l'idée de contrainte,
ce ne peut être que sous le rapport commun à tout traité de paix, qui
presque toujours est contrainte pour une des parties contractantes,
laquelle doit céder à la plus puissante, et perdre quelques droits,
quelques provinces, pour conserver le tout. Qu'on parcoure l'histoire;
qu'on cherche les traités qui soient restés libres de cette espèce de
contrainte politique et morale; et pourtant malheur à celui qui
voudrait troubler la tranquillité des peuples, laquelle repose sur ces
traités!

Dira-t-on que le prince préjudiciait aux droits de ses successeurs?
Mais ces droits ne datent que du jour où les successeurs entrent en
jouissance. D'ailleurs, ce principe rendrait à jamais impossible tout
changement dans la constitution, tout changement que le bien général
peut exiger en tout pays, et qu'à Liége le contrat fondamental permet
expressément, pourvu qu'il soit agréé par _le sens du pays_. Ce sont
les propres mots de la loi; mots d'une signification plus étendue que
ceux de _volonté générale_, usités de nos jours, mots qui indiquent de
plus le perfectionnement successif dont cette volonté est susceptible,
et l'influence progressive de la raison publique, laquelle, avec le
temps, doit passer tout entière dans le gouvernement d'un peuple
libre, dernier terme du bonheur où la civilisation puisse conduire les
sociétés politiques.

Nous ne suivrons pas M. de Dohm dans le détail de toutes les
objections qu'il multiplie contre ce décret de la chambre impériale,
ni des événemens qui en furent la suite. Nous observerons seulement
que, dans cette insurrection des Liégeois, la chambre impériale, le
prince-évêque et ses partisans supposent toujours qu'il ne s'agit que
de réduire un douzième de la nation, qui entraîne les onze-douzièmes
restans, lesquels sont en opposition avec ce prétendu douzième;
aveuglement qui paraît inconcevable à M. de Dohm, mais qui n'étonnera
pas les Français. N'avons-nous pas vu en effet des hommes, d'ailleurs
raisonnables et même éclairés, prétendre, au commencement de 1789,
dans le mouvement général de tous les esprits, que cette effervescence
universelle n'était que l'effet d'une cabale d'intrigans, une
_conjuration d'avocats, une querelle de bazoche_? En même temps qu'on
proposait de réduire ce douzième de la nation liégeoise, on demandait
contre lui la force militaire de trois puissances, dont l'une était le
roi de Prusse, comme duc de Clèves. Le roi, dont les troupes formaient
les deux-tiers de la petite armée qui marcha vers Liége, devenait
l'arbitre du sort des Liégeois. Il est certain qu'il pouvait les
exterminer (c'est à quoi devait conduire l'exécution littérale du
décret de Wetzlar); car, dans l'effervescence des esprits à Liége, il
n'est pas douteux que si les Prussiens se fussent présentés en
ennemis, le peuple liégeois, courageux, accoutumé aux armes,
enthousiasmé de sa liberté nouvelle, ne se fût porté à des extrémités
justifiées par le désespoir. Mais c'est ce qui ne pouvait arriver,
d'après la sage détermination que le roi avait prise. Le décret de
Wetzlar portait que les forces militaires seraient employées à
rétablir l'ordre et la tranquillité publique. On sait ce que veulent
dire ces mots en style diplomatique. Il plut au roi de leur donner un
sens plus humain, de purifier au lieu d'égorger, de se porter pour
médiateur entre le prince et ses sujets, et non de sacrifier les
sujets aux _conseillers_ du prince. C'est cette conduite qu'on blâme
dans plusieurs cours d'Allemagne; et c'est elle que M. de Dohm
entreprend de justifier. C'est ce qu'il fait par l'exposé de toutes
les circonstances qui ont nécessité des mesures aussi sages
qu'humaines. Il fait voir qu'en s'attachant au fond plus qu'aux
formes, en négligeant les accessoires pour l'essentiel, en se
conformant aux idées premières de justice et de raison, il avait en
même temps satisfait à toutes les considérations de la politique;
qu'en épargnant le sang en de pareilles circonstances, il avait servi
l'Allemagne et prévenu une alliance dangereuse entre les Liégeois et
les Brabançons, alliance qui eût fait naître à Liége une double guerre
civile, des Liégeois avec eux-mêmes, et des Liégeois avec l'Allemagne
dont ils se seraient séparés. Tels sont les maux qu'a prévenus le roi
de Prusse, en se conduisant comme il a fait, et en croyant que les
formalités étaient faites pour l'Empire et non l'Empire pour les
formalités. Il en appelle au tribunal de l'opinion publique, tribunal
dont les décisions deviennent tous les jours plus prépondérantes, et
peut-être obtiendront une partie des effets que l'abbé de Saint-Pierre
attendait de sa diète européenne: celle-ci ne sera pas aussi facile à
tourner en ridicule.

Il est inutile d'examiner si les intérêts personnels du roi de Prusse
n'ont point influé sur les intentions bienfaisantes qui ont ramené,
par des voies douces, la tranquillité dans Liége; si, dans la position
où il était à l'égard de Joseph II, il ne lui importait pas
d'embarrasser la communication de l'Autriche au Brabant, etc. Ce
n'était point à M. de Dohm à élever ces questions, encore moins de se
permettre tous les développemens qui les eussent éclaircies; il suffit
qu'il les ait indiquées. Heureux les peuples, quand les intérêts
politiques des rois s'accordent avec les mesures que l'humanité leur
conseille! C'est le cas où se sont trouvés les Liégeois, bonheur que
précédemment n'avaient point eu les Hollandais. Il faut aussi compter,
parmi les causes qui ont sauvé Liége, le choix qu'avait fait le roi de
Prusse d'un général humain tel que le baron de Senff, et un ministre
philosophe tel que M. de Dohm. Sa conduite, exposée dans son ouvrage,
réfute suffisamment les reproches personnels que lui ont faits les
ennemis du monarque dont il a secondé les intentions; et c'est une
justice qu'il se rend lui-même quand il se flatte, comme il le fait
avec raison, «d'avoir acquis au roi magnanime dont il a eu le bonheur
d'être l'interprète, l'amour, la vénération des Liégeois et de toutes
les nations éclairées et sensibles; conquête la plus digne de
Frédéric-Guillaume II». Un ministre du roi de Prusse a dû se borner à
dire _la plus digne_ et non pas _la seule_. Mais il souhaiterait
sûrement au fond de son cœur, que ce monarque voulût la regarder
comme la seule conquête digne de lui.



  SUR un ouvrage intitulé: _Véritable Origine des Biens
    ecclésiastiques: Fragmens historiques et curieux, contenant les
    différentes voies par lesquelles le Clergé séculier et régulier
    de France s'est enrichi; accompagnés de Notes historiques et
    critiques_; rédigés par M. Roset.--1790.


Si cet ouvrage eût paru il y a quelques années, ou même au
commencement de l'année dernière, il eût fait une sensation marquée.
Le clergé, encore possesseur, à cette époque, des immenses richesses
qu'on lui a tant reprochées, attirant comme elles les regards de
l'envie, était l'objet d'une malveillance universelle, qui
heureusement paraît un peu calmée. Le tableau des moyens employés par
lui pour parvenir à cet excès d'opulence, eût offert alors un attrait
qui n'existe plus pour le livre que nous annonçons. Il n'a plus, pour
se soutenir, que lui-même; et cependant il excitera encore quelque
curiosité. On aime à voir la variété des symptômes par lesquels se
manifeste cette incurable maladie de l'espèce humaine, la
superstition. On aime à voir la diversité des moyens, soit rusés, soit
violens, par lesquels l'avarice, la cupidité, l'ambition s'étaient
emparées de la terre, en promettant le ciel. Ce livre d'environ 400
pages, est composé de 45 chapitres, dont chacun offre un assez grand
nombre de ces ruses. L'auteur paraît regretter de n'avoir pu
entièrement compléter son ouvrage: «Nous n'avons point, dit-il
modestement dans sa préface, la témérité de présenter ces fragmens
comme une histoire entière des abus qui se sont introduits dans la
religion catholique, relativement à la puissance et aux richesses de
ses ministres. N'ayant voulu parler uniquement que de ce qui s'est
passé dans ce royaume à cet égard, quelque liaison que la plupart de
nos faits pût avoir avec les autres pays, et principalement avec la
cour de Rome, nous n'avons rapporté de cette cour que ce qui était
absolument indispensable pour l'éclaircissement de plusieurs de ces
mêmes faits. Mais si quelque jour une plume sage, impartiale,
judicieuse....» Le rédacteur se trompe sans doute, en imaginant qu'on
reprenne jamais la plume, pour retracer l'histoire de ces abus odieux.
Les prêtres, désormais rendus à la religion, aux vertus qu'elle
commande, aux devoirs qu'elle leur impose, préservés des distractions
que donne l'opulence, n'exciteront plus ni cette jalousie secrète, ni
cette indignation publique, qui trouvaient à se satisfaire dans la
lecture des ouvrages de cette espèce. La malignité humaine n'en
enfantera plus de nouveaux; mais parmi ceux qui existent, celui-ci
tiendra une place honorable, comme un des moins incomplets. En le
parcourant, les chrétiens vraiment religieux s'applaudiront du
contraste qui existera bientôt entre les prêtres des âges précédens et
ceux dont la nouvelle constitution nous garantit les vertus et le
désintéressement. Ce recueil alors ne les offensera pas plus que ne
ferait celui des tours d'adresse employés par les prêtres d'Isis ou de
Cybèle, si on en trouvait le récit dans Macrobe, dans Aulu-Gelle ou
dans Apulée.



  SUR l'Ouvrage qui a pour titre: _Palladium de la Constitution
    politique_, ou _Régénération morale de la France_; question
    importante proposée à l'examen des départemens, des districts,
    etc., et à la décision de l'Assemblée nationale; par M. L.
    Rivière.--1790.


Dans ce grand recensement de toutes les institutions sociales,
occasionné par une révolution trop rapidement opérée; dans cette revue
générale de tous les établissemens publics et des corporations de
toute espèce, des abus, des inconvéniens attachés à leur existence, on
sent que l'université de Paris ne pouvait être oubliée. Depuis
long-temps un cri général s'était élevé contre le systême d'éducation,
ou plutôt contre le plan d'études établi dans ses écoles depuis
plusieurs siècles: ce cri redouble et se fait entendre de toutes
parts, au moment où l'excès de tous les abus en fait par-tout chercher
les remèdes. Le mot que l'auteur cite de Saint-Augustin, _vieil
usage_, _vieille erreur_, mot très-philosophique, dont les écrivains
jansénistes du dernier siècle n'ont pas fait assez d'honneur à leur
patron, paraît aujourd'hui une maxime devenue en peu de temps
familière à la nation. Elle ne sera nullement effrayée de la
proposition que lui fait M. Rivière. Il ne s'agit de rien moins que
d'effacer jusqu'aux vestiges _de ces ridicules établissemens appelés
colléges_: ces derniers mots sont de J.-J. Rousseau; texte qui, dans
le temps où Rousseau écrivait, fit plus de sensation que n'en ferait
aujourd'hui le commentaire. Ce commentaire n'est qu'une brochure de
trente pages, _petite, si l'on veut, mais grande, par ce qu'elle
contient_. Encore une fois, l'attaque est sérieuse: et l'université a
trouvé, dans M. Rivière, un adversaire formidable. Il s'y prend
très-bien, et voici comme il procède. Il commence par établir (et
personne ne le nie) que l'étude du grec et du latin, considérée comme
base de l'enseignement public, est absurde et nuisible. Il examine
ensuite si l'on ne peut étudier suffisamment ces deux langues que dans
les colléges. Il ne lui est pas difficile de prouver le contraire,
puisqu'on a des grammaires, des méthodes, des livres, et des maîtres
particuliers, pour enseigner mieux et plus promptement ces deux
langues à ceux qui veulent les apprendre. Enfin, en supposant à
l'étude du grec et du latin une utilité que M. Rivière leur conteste,
faut-il pour cela entretenir des établissemens publics? Non sans
doute; et, dans la rigueur des principes, il n'est pas douteux que M.
Rivière a raison: mais il nous semble qu'il pousse un peu loin cette
rigueur; il nous semble que ces deux langues se sont liées de trop
près à l'ensemble des connaissances humaines, aux progrès de l'esprit
humain, pour que les hommes instruits, et même les philosophes,
vissent avec plaisir cette étude entièrement bannie de l'enseignement
public. Quant à l'inconvénient de faire payer les frais de cet
établissement par la nation, on peut répondre qu'il est aisé de le
lui rendre très-peu couteux. Il faut même qu'il soit très-peu couteux,
si l'on veut qu'il soit utile.

Il suffirait d'abandonner aux professeurs un local commode, en leur
assurant des appointemens très-médiocres. Qu'il leur soit permis
ensuite de recevoir de leurs écoliers le prix de leurs leçons; et
dès-lors la concurrence produira, entre les professeurs, une émulation
qu'on n'a cherché à faire naître jusqu'ici que parmi leurs disciples.
Dès ce moment, la méthode d'enseigner se perfectionnera de jour en
jour; chaque maître fera les plus grands efforts pour attirer à soi la
foule des écoliers, en augmentant sa fortune par sa célébrité, et sa
célébrité par sa fortune. C'est ce qui est arrivé à plusieurs
professeurs, en différentes universités de Hollande et d'Allemagne;
et, sans cette innovation, il est difficile que la méthode
d'enseignement public pour ces deux langues fasse de grands progrès
parmi nous.

Ici M. Rivière nous accusera d'un reste de faiblesse pour le grec et
le latin, de leur supposer quelque utilité _à cause des vieux modèles
que quelques personnes désœuvrées prennent encore plaisir à lire_.
Hélas! oui, nous sommes de ces désœuvrés; et ces vieux modèles nous
font encore quelque plaisir: cependant nous triomphons bien vite de
cette faiblesse. Nous convenons avec M. Rivière qu'il ne s'agit plus
de faire des latinistes, des prêtres et des moines, mais des Français,
des citoyens, des hommes libres; et nous pensons qu'aucune de ces
qualités n'est incompatible avec le faible encouragement que la nation
pourrait donner à quelques chaires fondées pour ces deux langues, dont
les professeurs pourraient n'être point à charge à l'état. On
s'accoutumera difficilement à regarder la langue latine comme aussi
inutile que le prétend M. Rivière. Indépendamment des vieux modèles
dont nous n'osons plus parler, il faut considérer que la langue
latine, devenue depuis quatre siècles la langue savante de l'Europe, a
produit, presque jusqu'au moment actuel, un grand nombre d'ouvrages
utiles, dont il serait fâcheux que la connaissance restât concentrée
entre un petit nombre de lecteurs; et c'est ce qui arriverait
peut-être si l'étude de cette langue, bannie tout-à-fait de
l'enseignement public, était en quelque sorte désavouée par la nation.
Nous aurions bien aussi quelque petit mot à dire en faveur du grec;
mais la manière dont l'auteur traite M. l'abbé Auger, nous ferme la
bouche, et prévient de notre part toute témérité[4].

  [4] On peut reprocher à M. Rivière, dont les intentions
  très-pures seront peut-être calomniées, de n'avoir pas supposé
  cette même pureté dans les intentions d'autrui. Tous ceux qui
  connaissent M. l'abbé Auger, savent qu'il est impossible de
  pousser plus loin le désintéressement. Il a pu se tromper, et
  s'est trompé en effet, en donnant à l'étude des langues grecque
  et latine un trop grand rôle dans l'éducation nationale; mais
  cette erreur n'est-elle pas bien pardonnable dans un homme qui a
  consacré à l'étude de ces deux langues la plus grande partie de
  sa vie? S'il a poussé trop loin son zèle pour l'université, ce
  n'est pas, comme le prétend M. Rivière, pour assurer le débit de
  ses traductions, c'est que sa reconnaissance l'a trop prévenu en
  faveur d'un corps qui savait au moins exciter une vive émulation
  entre ses élèves les plus distingués; c'est que M. l'abbé Auger a
  pris pour une bonne éducation nationale, celle où il avait conçu
  une sorte de passion pour le travail; et pouvait-il, sans cette
  passion, traduire plus de quarante harangues de Démosthènes,
  soixante des autres orateurs grecs, celles des historiens grecs,
  trente discours de Cicéron, etc.? Un si grand travail, utile dans
  tous les temps, ne le devient-il pas davantage dans les
  circonstances présentes? et M. l'abbé Auger ne se trouve-t-il
  pas, au moins par l'évènement, avoir fait un usage patriotique de
  l'éducation, en reproduisant les chefs-d'œuvres de l'éloquence
  grecque, au moment où la liberté, qui fera naître chez nous des
  modèles, peut et doit encore en aller chercher dans Athènes et
  dans Rome?

On devine aisément que la question sur la préférence de l'éducation
publique et de l'éducation privée, n'est pas même une question pour
l'auteur. Il préfère, sans balancer, l'éducation privée; mais cette
préférence, ou plutôt son aversion pour les colléges et pour tout ce
qui peut y ressembler, ne l'entraîne-t-elle pas trop loin, lorsqu'il
va jusqu'à dire: «_Mais pourquoi une éducation publique?_» C'est
encore ici que la rigueur des principes ne paraît pas applicable à nos
circonstances actuelles. Sans doute, chez une nation que son
gouvernement et toutes les institutions sociales des siècles précédens
n'auraient point avilie et corrompue, chez un peuple où la multitude
ne serait pas dès-long-temps dégradée par tous les préjugés de
l'ignorance naturelle et de l'ignorance acquise, l'éducation des
enfans pourrait être livrée aux soins de leur famille; mais, dans
l'état où nous sommes, l'idée de courir un pareil risque est
entièrement inadmissible; et combien même ne sommes-nous pas éloignés
de l'heureux moment où elle sera praticable! Ce n'est pas trop du
concours de la puissance publique et de tous les esprits éclairés pour
hâter ce moment: notre révolution n'est pas, comme quelques autres, un
simple changement plus ou moins subit dans le mode du gouvernement,
changement qui quelquefois n'influe que d'une manière lente et peu
sensible sur les idées et les mœurs. Elle est, en partie, l'ouvrage
des idées nouvelles qui l'avaient secrètement préparée, et qui ont
formé la constitution. Il faut donc qu'elles en deviennent le soutien,
qu'elles triomphent des idées anciennes qui la combattent, des
habitudes qui lui sont contraires; que nos erreurs en morale, en
politique, achèvent de se dissiper au jour de la raison.

Jusque-là point de vrai calme, point de félicité sociale: c'est le
combat du bon et du mauvais principe; et le bon principe, vainqueur,
sans jouir de sa victoire, ne peut être tout-à-fait triomphant qu'en
appelant à lui son invincible auxiliaire, la génération naissante. M.
Rivière ne l'ignore pas, puisqu'il intitule son écrit _Palladium de la
Constitution_; mais alors on ne voit pas ce qu'il prétend par cette
exclamation: «_à quoi bon une éducation publique?_» Ce n'est sans
doute qu'un mouvement d'humeur, puisqu'il paraît attendre de
l'Assemblée nationale un _code d'éducation digne des législateurs d'un
grand empire_. Ce sera probablement un des bienfaits par lesquels
l'Assemblée nationale terminera cette première session; mais ce ne
sera pas l'un des moins importants. Tous les bons citoyens désirent
surtout, comme M. Rivière, qu'on multiplie les petites écoles dans les
villes, bourgs et villages, en faveur de ceux qui ne peuvent faire une
certaine dépense pour l'instruction de leurs enfans. Cette nombreuse
partie du peuple, jusqu'aujourd'hui si négligée, se trouve encore dans
un état d'ignorance et d'abrutissement capable de retarder, pour
elle-même, les plus heureux effets d'une révolution dont elle a seule
profité, du moins jusqu'à ce moment.

C'est à la fois le fruit de la misère où elle était plongée, et du
soin qu'on prenait d'écarter d'elle toute instruction. Le gouvernement
qui, par les gênes mises à la presse, et en quelque sorte à la pensée,
n'a pu empêcher les lumières de se répandre dans la classe mitoyenne,
n'a eu que trop de moyens de les tenir éloignées de la classe
indigente. C'est un des obstacles qu'il rencontrera au retour de
l'ordre, lorsque, plus éclairé lui-même, il sera contraint de le
désirer sincèrement; car enfin ne fût-ce que par lassitude, il faudra
bien finir par là. S'il y a jamais eu une raison d'instruire et
d'éclairer le peuple, c'est à coup sûr lorsqu'il est devenu le plus
fort. Il est donc vrai que les citoyens propres à remplir cette
fonction forment en ce moment une classe très-précieuse; il en existe
un grand nombre dans l'université, et M. Rivière lui rend avec plaisir
cette justice. Eux-mêmes conviennent et s'affligent des abus de
l'éducation actuelle, abus devenus intolérables et qui ne peuvent plus
subsister: c'est ce qui a fait déserter les colléges, dont trois
suffiraient aujourd'hui au nombre d'élèves répandus dans les dix
colléges de l'université. Rien n'annonce davantage une institution qui
tombe en ruines; et cette réflexion doit diminuer les regrets de ceux
qui craignent, pour l'université, une destruction légale et
définitive. Les professeurs qui ont du mérite seront aisément placés
dans l'établissement de l'instruction publique. «Les autres, dit M.
Rivière, je les mettrais au nombre des vieillards et des infirmes, à
qui on accorderait une pension alimentaire proportionnée à leurs
besoins et au temps de leurs services.» L'université jouit, selon
l'auteur, de biens immenses; et le collége de Louis-le-Grand possède
lui seul un million de revenu. Un million, c'est beaucoup; mais cette
partie du temporel ne nous regarde pas. C'est un article à renvoyer au
comité des finances, et de là, si l'on veut, au comité d'aliénation.

Les autres établissemens littéraires, tels que le collége royal et
les trois académies de la capitale n'éprouvent pas, de la part de
l'auteur, beaucoup plus d'indulgence. L'académie des sciences est le
moins maltraitée. »C'est, dit M. Rivière la plus utile et la seule
peut-être que l'on dût conserver. C'est dommage qu'elle soit si
nombreuse, et que les vrais savans y soient en si petit nombre. A la
place de ceux qui sont-là, sans qu'on sache pourquoi, ne
conviendrait-il pas de nommer quelques jurisconsultes et quelques
théologiens distingués?» Ce dernier vœu nous a surpris. Des
théologiens à l'académie des sciences! et que veut-on qu'elle en
fasse?

Même reproche à l'académie des belles-lettres sur le trop grand nombre
de ses fauteuils. Parmi ceux qui les occupent, il y en a _qui ne
savent pas lire_. Le trait est fort, et nous le croyons exagéré.
L'auteur n'aime pas les honoraires.

A l'égard de l'académie française, M. Rivière paraît un peu plus
mesuré. Il voudrait seulement la rendre encore plus utile, désir bien
pardonnable et qui n'a rien de désobligeant. Nous observerons
seulement que le moyen proposé par M. Rivière pour rendre l'académie
française encore plus utile, est entièrement étranger à l'objet de son
institution. Ce n'est point là réformer, c'est détruire; et c'est ce
qui arrive presque toujours, quand on veut faire dans les corps des
changemens d'une certaine importance: voilà pourquoi ces corps
répugnent à tous ces changemens, et semblent avoir pris pour devise
le mot d'un pape sur les jésuites: _Qu'ils soient comme ils sont, ou
qu'ils ne soient plus_. M. Rivière voudrait que l'académie française
examinât les mœurs et les talens de tous ceux qui prétendraient
ériger des écoles, pensions, ou pédagogies publiques de littérature,
d'histoire, de géographie, etc.; elle ne donnerait le sceau de son
approbation qu'à ceux qu'elle en aurait reconnus dignes, etc. On
demande ce qu'une telle fonction a de commun avec les devoirs
académiques attachés, jusqu'à ce moment, à cet honneur ou à cette
récompense littéraire. N'y a-t-il pas plusieurs membres de ce corps
qui se feraient une peine d'exercer une censure, laquelle portant à la
fois sur les talens et sur les mœurs, ne serait pas sans inconvéniens
pour ceux qui se trouveraient contraints à l'exercer? Enfin, cette
assemblée d'examinateurs, de censeurs, pourquoi s'appellerait-elle
l'académie française? et puis que deviendrait le dictionnaire?

Reste le collége royal, qui s'annonce pour donner des leçons sur
toutes les sciences, qui enseigne si peu de chose, et où personne
n'apprend ce qu'on y enseigne. C'était-là une riche matière; mais
l'auteur réservait toutes ses forces pour l'université; et le collége
royal en est quitte, au moins cette fois-ci, pour une petite
exclamation philosophique, mais expressive: _O quantum est in rebus
inane!_ C'est tout ce qu'il en dit: Brutus dormait.

Cet écrit, plein de vues saines et d'idées utiles, paraît l'ouvrage
d'un citoyen éclairé, vivement animé de l'amour du bien public; mais
ce sentiment fait illusion à M. Rivière, lorsqu'il croit voir la
source de tous les abus dans l'abus qu'il attaque avec tant de force.
Il y aurait sans doute encore, même après la destruction des colléges,
un assez grand nombre de raisonneurs sans raison, de savans sans
principes, d'écrivains sans style, etc.; et s'il se trouve moins de
prêtres sans vocation, c'est qu'on leur a ôté les riches espérances
qui leur en tenaient lieu. Un systême d'éducation raisonnable,
approprié aux dispositions naturelles des enfans et aux besoins de la
société, diminuera sensiblement les maux ou les inconvéniens dont il
se plaint. C'est tout ce qu'on peut prétendre, et c'est bien assez
pour hâter l'instant d'une réforme.



  SUR les _Mémoires secrets de Robert, comte de Paradès_, écrits
    par lui-même au sortir de la Bastille, pour servir à l'Histoire
    de la dernière guerre.--1790.


Ce n'est point ici un de ces écrits pseudonymes, où un auteur, souvent
étranger aux affaires et aux personnes, se joue de la crédulité
publique et la rançonne en satisfaisant sa propre malignité. Ces
Mémoires sont vraiment l'ouvrage de celui dont ils portent le nom. On
se rappelle la brillante et rapide fortune du comte de Paradès pendant
la dernière guerre. On vit un jeune homme, d'une naissance équivoque
et incertaine, entré au service à 25 ans, élevé en deux ans au grade
de colonel avec des pensions sur trois départemens, paraître à la cour
avec tout l'extérieur de l'opulence, être présenté au roi, et prêt à
monter dans les carrosses de leurs majestés. Mais tout cet éclat fut
un beau songe, aussi court qu'il avait été brillant; le réveil en fut
très-fâcheux.

Cet homme singulier, que des talens, ou, si l'on veut, des qualités
peu communes, tirent de la classe des aventuriers vulgaires, fut mis à
la Bastille. On le soupçonnait d'avoir, par un double espionnage,
servi l'Angleterre au moins aussi bien que la France. Il paraît que ce
soupçon était fort injuste, puisque M. de Paradès fut relâché après
une détention de quatorze mois, quoiqu'il continuât de réclamer une
somme d'un demi-million avancée, disait-il, au gouvernement. Il est
probable que les soupçons répandus contre lui étaient l'ouvrage des
inimitiés personnelles que, malgré sa réserve, il s'était attirées:
malheur inévitable dans le rôle qu'il joue sur la flotte française, et
auprès de M. d'Orvilliers, dans la campagne de 1779. Il ne put
s'empêcher de montrer un vif chagrin sur des fautes, sur des abus,
sur une insubordination, dont les effets si nuisibles au bien
général, devaient de plus faire avorter ses vues particulières sur
Plimouth, entreprise à laquelle il attachait son honneur et toutes ses
espérances. Le crédit, qu'à son retour il parut prendre auprès des
ministres, dut alarmer les coupables, et donner à l'envie un motif de
plus pour le perdre. La prétention de monter dans les carrosses dut
rallier à ses ennemis la vanité blessée d'un grand nombre de
courtisans. On répandit des nuages sur sa naissance, en effet
équivoque et incertaine. C'était une grande affaire, dans un temps où
l'on mettait les noms à la place des hommes, et les mots à la place
des choses. Il est très-possible qu'un jeune homme, plein de
ressources, dévoré d'ambition, mais probablement léger de principes,
s'étant donné pour ce qu'il n'était pas, ait voulu tenter de justifier
sa prétention: mais il parut n'avoir aucune inquiétude sur ses
preuves, et sur le certificat de M. Cherin. Par malheur, il fallut
attendre. M. Cherin, homme alors fort occupé, lui déclara qu'il avait
à faire plus de soixante généalogies, genre de composition qui
exigeait quelquefois un travail fort long et fort pénible. La Bastille
où M. de Paradès fut envoyé quelques jours après, l'empêcha de se
mettre en règle pour M. Cherin. Quel dommage pour ce jeune homme
d'être entré dans le monde un peu trop tôt! Un délai de quelques
années, et M. de Paradès ne trouvait plus sur son chemin ces deux
grands achopemens: M. Cherin et la Bastille. Venons aux Mémoires.

C'est l'exposé d'un plan conçu avec autant d'habileté que de
hardiesse, et dont l'objet était de mettre Plimouth entre les mains du
roi de France. C'est le détail de toutes les mesures qui pouvaient
conduire à ce but: intrigues, espionnages, corruption, tous ces vils
moyens, nécessaires dans une entreprise de cette espèce, se trouvent
un peu rehaussés par l'intelligence, l'adresse, la présence d'esprit,
l'intrépidité de celui qui les emploie. M. de Paradès, dans un premier
voyage en Angleterre, s'était procuré une connaissance exacte et
détaillée de toutes les forces anglaises, des places maritimes, des
ports, des rades, des vaisseaux, des bâtimens, des citadelles, de
l'état des fortifications, etc. Toutes ces instructions, il les avait
rassemblées dans l'espace de peu de mois, avec l'ardeur d'un jeune
homme qui veut brusquer la fortune, en risquant plus d'une fois sa
vie. De retour en France, il développe ses plans, ses idées, ses
projets à M. de Sartine, alors ministre de la marine; le ministre les
agrée, encourage M. de Paradès, et le renvoie en Angleterre, avec des
ordres particuliers. Il y achète, sous son nom, mais pour le compte du
roi, un bâtiment anglais propre pour la course, avec 75 hommes
d'équipage, et le capitaine à ses ordres. Cet arrangement, qui seul
coûta 30,000 francs par mois, subsista pendant deux campagnes. Il se
ménagea de plus, et toujours à prix d'or, des intelligences et des
correspondances à Londres et dans toutes les places maritimes: mais la
meilleure emplette que fit M. de Paradès fut celle d'un premier
secrétaire de l'amirauté, qui, pour la somme de 150 louis par mois,
s'engagea à lui faire remettre copie de tous les ordres qu'on
recevrait à l'amirauté et qu'on y donnerait. Cet honnête homme tint
religieusement sa promesse tant qu'il fut payé, c'est-à-dire, jusqu'à
l'emprisonnement de M. de Paradès.

Ces petites instructions devaient donner de grands avantages au
ministère français; mais on n'en profita pas. C'est en vain que M.
d'Orvilliers était averti de tout ce qui se passait sur la flotte
ennemie et dans les ports anglais. L'amiral Keppel, à la tête d'une
escadre dans la Manche, ne couvrit pas moins le départ de Byron pour
l'Amérique. On manqua la flotte de l'Inde, faute d'avoir tenu la mer
vingt-quatre heures de plus, comme on le pouvait, puisqu'il fut
vérifié dans le port que nos vaisseaux pouvaient se réparer en mer à
peu près dans le même espace de temps. Cette campagne ne fut utile
qu'à M. de Paradès, qui développait, pour sa fortune particulière,
l'activité, l'intelligence dont il donnait des preuves dans les
affaires publiques. Il revint en France, où on le fit capitaine, et
bientôt après colonel. De tous les plans qu'il présenta au ministre à
son retour, ce fut son projet de surprendre Plimouth qui fut le plus
goûté, et c'est celui auquel on s'arrêta.

Nouveau voyage en Angleterre; et c'est dans ce voyage que M. de
Paradès achève de déployer tous ses talens pour l'intrigue. On est
confondu de sa hardiesse, de son habileté à former des liaisons
dangereuses, à séduire, à corrompre. On n'est pas moins étonné de la
facilité qu'il y trouve, même dans les classes où l'aisance, sinon la
richesse, devrait préserver de la corruption.

Cette scandaleuse facilité rappèle le projet de cet empereur, qui
voulait obliger, par édit, les dames romaines de fermer leurs litières
dans les rues, pour les empêcher, disait-il, d'être subornées par les
passans. Il n'en coûta guère à M. de Paradès que de passer avec de
l'argent, pour multiplier le nombre de ses amis, comme il les appèle.

Nous sommes tentés de croire, non seulement en qualité de Français
_régénérés_, mais en qualité de Français tels quels, que la
corruption, qui chez nous n'est pas sans exemple, n'eût pas été, dans
la dernière guerre, si facile et si commune en France; au surplus, ce
n'est là qu'une conjecture. Revenons à M. de Paradès. Assuré d'un
grand nombre d'amis en Angleterre, il revient à Versailles et
communique à M. de Sartine un nouveau projet, celui de brûler la
flotte anglaise à Spithead.

Cette idée lui était venue en voyant avec quelle facilité il avait
pénétré au milieu de cette flotte, avec son bâtiment anglais. Il ne
s'agissait que de se faire accompagner de deux brûlots, qu'on eût
aisément fait passer pour des bâtimens pris sur les Français; il offre
de commander un de ces deux brûlots, tandis que son capitaine
commandera l'autre. Ce projet fut agréé par M. de Sartine, sans
préjudice de l'entreprise sur Plimouth. On prit des mesures pour le
succès de l'un et de l'autre. Qu'arriva-t-il? tout avorta sans qu'il y
eût de la faute, ni du ministre, ni de M. de Paradès. Les hasards de
la guerre et de la mer, la foiblesse de M. d'Orvilliers qui, malgré
ses talens, était mal obéi, l'insubordination des officiers de tout
grade, la jalousie de quelques-uns contre un officier de terre, à
peine âgé de vingt-six ans, la mauvaise foi, les faux rapports qu'on
se permit pour démentir ceux de M. de Paradès et faire rejeter ses
conseils et ses promesses; voilà ce qui déconcerta ses projets et lui
fit perdre, comme au gouvernement, le fruit de tant de soins, de
peines et de dépenses.

Telle était cependant l'inébranlable fermeté de cet homme singulier,
qu'ayant perdu toute espérance d'exécuter, avec l'aveu du ministre,
son entreprise sur Plimouth, il offrit de la tenter à ses risques et
fortunes. Il rassembla tous ses moyens de crédit; et assuré de quatre
millions, il proposa au ministère de payer au roi trois millions
comptant, s'il voulait lui confier un vaisseau de soixante-quatre, une
frégate, deux bâtimens de transport et deux mille hommes de troupes.
Il s'engageait à ce prix de remettre la place au roi avec tout ce
qu'elle contenait, ne prétendant que le remboursement de ses avances,
et s'en rapportant du reste à la munificence de sa majesté. Cette
offre fut rejetée comme peu digne du roi. M. de Paradès ne se rebuta
pas; il résolut de s'adresser à la cour d'Espagne. Il en demanda la
permission à M. de Sartine, qui remit la réponse au lendemain: et
cette réponse fut négative. Malheureusement M. de Paradès en avait
parlé dans l'intervalle à M. d'Aranda, indiscrétion étonnante de sa
part; et quoiqu'il rende à M. d'Aranda la justice de dire qu'il n'a
pas été compromis par ce ministre, il s'aperçut bientôt qu'il était
devenu suspect, et que ses démarches étaient observées. Quelque temps
après, il fut mis à la Bastille, où il fut détenu quatre mois. Il
paraît qu'il y fut traité avec une rigueur assez gratuite; c'est ce
qu'il se contente d'indiquer du ton d'un homme qui dédaigne de se
plaindre; car ce n'est point ici un aventurier ordinaire. Tous ceux
qui l'ont connu, disent que son caractère avait de la grandeur. A
l'emploi des moyens malhonnêtes qu'exigeait habituellement la triste
fonction qu'il s'était imposée, il joignait souvent l'exercice d'une
bienfaisance simple et noble, quoique tranquille et froide. Plus d'une
fois, il a fait transporter en France des hommes suspects qui le
gênaient en Angleterre, quoique ses confidens lui offrissent de l'en
défaire d'une manière moins contraire et plus expéditive. Il sauva,
racheta, ou fit évader plus de trois cents matelots prisonniers, en
soulagea un plus grand nombre, et rendit des services signalés à
plusieurs officiers supérieurs.

Sa figure, douce et naïve comme celle d'un enfant, servait de voile
heureux à l'intrépidité de son âme, aux combinaisons de son esprit et
à la force de son caractère. N'oublions pas un avantage nécessaire
dans son métier; il parlait plusieurs langues avec une égale facilité:
voilà une réunion de talens et de qualités bien rare, et le tout pour
faire un espion et le conduire à sa ruine. Il ne put jamais parvenir à
se faire rembourser de ce qu'il appelait ses avances: mais un tel
personnage ne pouvait long-temps manquer de ressources. Avant sa
détention à la Bastille, il avait fait l'acquisition de l'île
Massache, près Saint-Domingue. C'est-là qu'il alla mourir, après y
avoir fait un établissement qui commençait à prospérer.

Le style de ses Mémoires (adressés au roi) est clair, naturel, facile;
c'est celui d'un homme d'esprit bien élevé, que les circonstances
forcent à prendre la plume; qui la prend, non pour faire un livre,
mais pour avoir cinq cents mille francs: bonne raison d'être occupé
des choses plus que des mots, _de re magis quam de verbo laboranti_.
C'est le précepte de Quintilien, auquel M. de Paradès ne songeait
guère, mais qu'il a très-bien rempli.



  SUR une Brochure qui a pour titre: _Lettre d'un Grand-Vicaire à
    un Évêque, sur les Curés de campagne_; par M. Sélis.--1790.


Un écrivain célèbre, pour exprimer que les habitans de la campagne
forment le fond de l'humanité, a dit énergiquement: _les nations
vivent sous les chaumes_. Ce mot seul suffirait pour faire sentir de
quelle importance sont les curés de campagne; cette importance,
reconnue même sous le despotisme, doit l'être encore davantage sous le
régime de la liberté. Faits pour instruire et consoler le peuple, que
pouvaient-ils autrefois, du moins la plupart? C'est beaucoup s'ils
pouvaient remplir la dernière de ces fonctions, parmi des paroissiens
dont ils partageaient la misère, et quelquefois l'ignorance. A la
vérité, un petit nombre de ces curés jouissait d'une sorte d'opulence;
autre abus, qui, dans un mauvais ordre de choses, entraînait des
désordres d'un autre espèce. C'est le contraste de ces désordres que
M. Sélis présente dans un cadre qui les rapproche d'une manière
naturelle, piquante et animée. Sobre de morale directe, l'idée que
l'auteur n'énonce pas, naît du récit des faits, du choix des
circonstances réunies avec goût, avec esprit, et quelquefois
plaisamment. Une grande variété résulte naturellement du cadre que M.
Sélis a choisi. Le grand-vicaire a voyagé dans toute la France; il a
le choix des abus. Au curé grossier, ignorant, quelquefois
profanateur par sa sottise, qui dit à ses paroissiens: «Morbleu, vous
ne voudriez-pas de Jésus-Christ pour maître d'école;» il oppose le
curé riche, dont le presbytère est un petit palais, qui, recevant des
hôtes distingués et leur présentant des mêts délicats dans des plats
d'argent, fait valoir l'attention polie qu'il a eue de n'inviter aucun
de ses confrères, tous pauvres diables, dit-il, assez mal mis et peu
présentables; le curé janséniste, qui ne veut pas qu'on danse, et dont
les paroissiens s'enivrent, se battent les dimanches et se haïssent
toute la semaine; celui qui croit, comme les paysans, que certaine
statue de la vierge parle dans l'occasion; celui qui explique à ces
paysans ce que c'est que le scotisme et le thomisme; celui qui, pour
se faire admirer au château, où il vient du monde tous les étés,
affecte dans ses sermons les beaux gestes, et fait de l'esprit, dieu
sait comment; un autre qui, dans sa chaire, établit en patois une
conversation familière, entre lui et ses auditeurs, sur leurs
affaires, sur les siennes, sur son ménage, sur sa gouvernante, etc.
Voilà le tableau des travers qu'offrait cette portion du ci-devant
bas-clergé, qui ne sera ni plus bas ni plus haut. Sur chacun de ces
travers, dont M. Sélis indique la cause, on se dit, et c'est une
réflexion consolante: cela ne sera plus ainsi. Une de ces causes,
c'est le vice de l'éducation des séminaires.--Elle changera;
les évêques la soigneront davantage; ils auront moins de
distractions.--C'est le défaut ou le peu des lumières des
collateurs.--Il n'y aura plus de collateurs que le peuple, qui connaît
ses besoins et ses amis.--C'est l'inertie et l'abrutissement où la vie
des curés de la campagne les fait tomber trop souvent.--Cette vie ne
sera plus la même. A peine pouvaient-ils autrefois consoler le peuple;
ils pourront avant peu d'années le consoler et l'instruire.

Les fêtes de rosière ne pouvaient guère trouver grâce devant un homme
aussi sensé que M. le grand-vicaire. «La vertu qui entre en concours,
dit-il, n'est plus digne du prix; tout est péril lorsque la vertu a un
but humain, et que ce but c'est la gloire. Il faut que la vertu agisse
avec simplicité, sans rien rechercher, sans rien attendre.» L'auteur
passe en revue les effets de cette institution, mauvaise en morale, et
provoquant plusieurs vices, tels que la fausseté, la jalousie entre
les rivales; et dans les villages, les mauvais propos, les calomnies,
les parallèles, etc. A côté des traits d'un pinceau ferme, succèdent
quelques autres du crayon de Calot; c'est la peinture de la fête du
château, de la rosière en cordon bleu, du repas donné par le seigneur
_bienfaisant_, de l'embarras de la pauvre fille en présence des dames
de la ville, dont le ricannement la rend honteuse de sa gloire. «Pour
comble d'indécence, dit M. Sélis, on a fait des pièces de théâtre et
des romans sur les rosières. Voilà bien notre nation!» J'arrête
l'auteur sur ce dernier mot. Sans doute il a voulu dire: telle a été
trop long-temps notre nation. Il ne veut pas dire sans doute que notre
nation est condamnée, par son caractère, à une frivolité éternelle, à
une incurable futilité. Il sait trop que les nations sont ce qu'elles
doivent être, par leur gouvernement, leurs institutions, leurs
circonstances antérieures; et que ce n'est pas une bonne manière de
corriger les hommes, que de vouloir leur prouver qu'ils sont
incorrigibles par leur nature: c'est ce que les partisans du
despotisme essayèrent pourtant de nous persuader. «Français, vous êtes
frivoles, inconséquens et nés pour toujours l'être. Ne vous mêlez
point de vos affaires; mettez dans nos mains le bout de vos chaînes;
et puis, riez, chantez, le reste nous regarde. Laissez-vous conduire
par nous qui sommes profonds et conséquens, quoique Français.» Cette
doctrine a prévalu long-temps, mais elle ne réussira plus. Une
sagacité médiocre suffit pour prédire que, dans vingt ans, ces mots:
_voilà bien notre nation!_ seront pris dans un sens beaucoup plus
favorable et plus obligeant pour elle.

Ce petit écrit est terminé par le récit d'une aventure intéressante et
vraiment arrivée. Les personnages sont trois curés, dont l'un était
mort depuis peu. Il est remplacé par le curé d'un village, situé dans
le même diocèse, mais à une assez grande distance. Ce second curé,
homme vertueux, et chéri de ses paroissiens depuis vingt-deux ans, ne
se résout qu'avec peine à les quitter pour un plus riche bénéfice;
mais l'évêque l'ordonnait, et même au nom de la religion. Il cède la
cure vacante à son vicaire, également plein de vertus. Il part, et
s'arrête en chemin chez un de ses confrères qui lui donne à dîner. Il
trouve à table un prêtre pâle et languissant, qui raconte d'une voix
lugubre le danger qu'il avait couru, ayant été cru mort, et enterré
pendant une léthargie. C'était le possesseur de la cure opulente vers
laquelle s'acheminait, malgré lui, le curé voyageur. Ravi plus
qu'affligé de ce hasard, qui le rendait à ses anciens amis, à ses
chers paroissiens, il veut retourner sur ses pas pour être vicaire
dans le village dont il était curé. On le retient, on l'empêche de
partir. Le possesseur de la riche cure renonce à ses droits, et
prétend qu'il les a laissés dans le tombeau. Le nouveau titulaire
retourne chez lui, et va embrasser son ancien vicaire, qui veut lui
rendre la cure. Nouveau combat de générosité. L'affaire est portée
devant l'évêque qui, touché du désintéressement de ces trois vertueux
ecclésiastiques, donne un bon bénéfice au vicaire déplacé, et laisse
les deux curés chacun à leurs places. Ces trois hommes sont encore
vivans.

Ce nouvel écrit ne peut que faire honneur à M. Sélis, déjà connu par
une bonne traduction de Perse, et par plusieurs ouvrages agréables, où
l'on remarque plus d'une sorte d'esprit. C'est un de ces professeurs
qui associent à l'érudition un excellent goût de littérature, ce qui
n'est pas rare dans l'université, et un esprit philosophique qui n'y
est pas assez commun.



  SUR un ouvrage intitulé: _Essai sur la Mendicité_; par M. de
    Montlinot.--1790.


Sur une population de vingt-cinq millions d'hommes, cinq millions de
pauvres, de pauvres dans toute la force du terme, c'est-à-dire
mendians ou prêts à mendier: c'est-là une de ces idées qui pénètrent
l'âme de tristesse et d'effroi, un de ces résultats qui ont fait
mettre en question si la société est un bien. Oui, elle est un
bien acheté par de grands maux; et quand ces maux sont montés à
un tel excès, l'édifice social chancèle, et court risque d'être
renversé: c'est ce que nous voyons. Un seul fait pareil, connu de
l'administration comme il l'était, devait annoncer aux hommes éclairés
une prochaine révolution dans l'état: c'était une nation dans une
nation; et le gouvernement embarassé entre ces deux peuples, n'y
savait d'autre remède que de multiplier, en faveur des propriétaires,
les lois, les réglemens, les punitions contre les hommes sans
propriété. Enfin ses embarras croissant de jour en jour, il sentit
qu'il fallait, pour contenir cette multitude de mendians et pour en
diminuer le nombre, se faire un système et des principes. Il appela à
son secours des hommes instruits, accoutumés à réfléchir, amis de
l'humanité, tranchons le mot, des philosophes; car, dans les dernières
années, le gouvernement avait entrevu que ces gens-là avaient
quelquefois du bon. On créa des bureaux où ils furent admis, et il
fallut bien convenir qu'on ne laissait pas d'en tirer des lumières.
Dans ce petit nombre de citoyens utiles et respectables, il faut
placer M. de Montlinot, à qui l'on confia le dépôt de mendicité de
Soissons.

Les comptes qu'il rendit au gouvernement d'année en année et qu'il
publia, portent le caractère d'un esprit étendu et d'une âme
philantropique. Le sentiment profond d'humanité qui lui fit remplir
ses devoirs avec une scrupuleuse exactitude, bientôt les lui rendit
chers, et lui fit aimer les malheureux, devenus l'objet de ses soins.
C'était un médecin qui s'attachait à ses malades, et il apprit à
parler dignement du pauvre. Il ne vit plus les mendians comme _une
vermine qui s'attache à la richesse_[5]. Il serait plus près de
répondre avec Rousseau, qu'il est naturel que les enfans s'attachent à
leurs pères. Mais il n'emprunte de Rousseau que le sentiment qui a
dicté cette réponse, et quelquefois l'éloquence noble et touchante
qu'inspire ce sentiment. C'est le mérite qu'on avait déjà remarqué
dans les comptes rendus des années précédentes, et qui est encore plus
remarquable dans celui de 1789, dont il est ici question.

  [5] Expression de Voltaire.

L'auteur fait d'abord sentir, et malheureusement porte à l'évidence,
que la société consomme le pauvre comme une denrée; qu'elle fait
elle-même les mendians qu'elle punit; que tous les arts, sans en
excepter l'agriculture, dévorent en moins de trente ans les machines
vivantes dont ils s'emparent ou qui végètent à leur solde; que tous
les hommes livrés aux travaux de la campagne, ou occupés des métiers
les plus nécessaires, contractent des maladies habituelles avant l'âge
de cinquante ans. Ainsi, l'âge des besoins est pour tous l'âge de la
détresse. Voilà ce que n'ont pas voulu voir ceux qui jusqu'à présent
ont écrit sur le peuple. _Sur le peuple_, c'est le mot qui échappe à
la plume de M. de Montlinot, et il signifie les mendians. Hélas!
jusqu'à présent, ce sont presque des mots synonymes, dans un pays où
tant de milliers d'hommes meurent dans _une mendicité acquise par le
travail_, autre expression énergique et affligeante de M. de
Montlinot. Tel est l'excès de la misère, et il serait encore plus
grand, si le remède n'était pas dans le mal même, si les dix-neuf
vingtièmes des gens sans propriétés, ne mouraient pas avant le
temps.... C'est le remède, c'est là ce qui soulage l'administration
d'un poids qu'elle ne pourrait seulement pas soulever. Ecartons ces
idées; mais pardonnons à J.-J. Rousseau ses déclamations contre l'état
social. Il ne l'a vu que d'un côté; c'est ce qui fait qu'on déclame;
mais il faut l'avouer, ce côté fait frémir, et ce qu'il a d'affreux
justifie la sensibilité qui s'en indigne et s'en irrite avec violence.
Ce qui n'indigne guère moins, ce sont les reproches calomnieux qu'on
accumule sur le peuple. On l'accuse d'être paresseux, adonné au vin,
imprévoyant dans la force de l'âge. Sur ce dernier reproche seulement,
écoutons M. de Montlinot: «Eh! quelle épargne peut faire un ouvrier
auquel on n'accorde qu'un modique salaire pour le plus grand emploi de
ses facultés? Dans la loterie de la vie humaine, il n'a que des
chaînes de malheur à attendre; défaut d'ouvrage, maladie, accidens,
intempérie des saisons, tout pèse sur lui. Sa reproduction même, la
plus grande consolation des êtres vivans, devient un poids qui
l'accable.

»Ah! si on voulait l'entendre, ne pourrait-il pas dire au riche:
Pendant que vous respiriez un air frais, je coupais vos moissons,
courbé sur une terre brûlante; vous dormiez encore, quand je devançais
le jour pour vanner vos grains; vous dormiez encore, quand je
voiturais, couvert de frimas, le produit de vos récoltes. Né avec des
organes faibles, vous prolongez cependant votre existence au-delà du
terme; et moi, accablé de maux incurables dans un âge peu avancé,
qu'allez-vous m'offrir après trente ans de travail? peut-être le pain
de l'aumône. Ah! malheureux, j'ai trop vécu. Vous m'accusez
d'imprévoyance, mais en est-il un seul parmi vous qui, largement
stipendié par le gouvernement dans sa jeunesse, puisse se passer de
tout secours? Des pensions, des grâces vous assurent une existence
douce; et en cessant de travailler, on vous paye encore. Et moi, si
ceux qui me connaissent sont pauvres et me forcent d'aller mendier au
loin la subsistance d'un jour, on m'enferme comme un homme dangereux;
toutes les bouches semblent répéter: _Malheureux, tu as trop vécu!_»

Les autres reproches faits au pauvre, sont repoussés par M. de
Montlinot avec la même énergie et la même sensibilité.

Des principes établis par l'auteur et des faits qui appuyent ces
principes, il résulte que la mendicité est un effet nécessaire de
l'état social; que cet acte ne peut être ni un crime, ni un délit, à
moins qu'il ne soit uni à une action qui trouble l'ordre public: alors
il devient un objet de police. Cependant il a presque toujours été
puni comme un délit; et M. de Montlinot cite vingt-huit ou vingt-neuf
lois publiées contre ce délit depuis environ deux siècles. Telle était
encore l'ignorance de l'administration en 1777, que, dans l'ordonnance
alors promulguée, on fait dire au roi, «que sa majesté n'a pu qu'être
surprise qu'il pût encore exister des mendians.» Comme si les secours
donnés à quarante mille pauvres dans les divers hôpitaux du royaume,
et, si l'on veut, à un pareil nombre dans les ateliers de charité,
étaient une ressource suffisante; comme si l'administration tenait
dans ses mains les infirmités, les malheurs publics et privés, la
cause toujours renaissante du luxe et de la misère, etc.

On ajoute, dans cette même ordonnance, «que tous mendians de l'un et
de l'autre sexe, vagabonds ou domiciliés, seront obligés, dans le
délai de quinze jours, de prendre un état ou emploi, métier ou
profession, qui leur procure les moyens de subsister sans demander
l'aumône;» comme si le gouvernement avait créé, dans le moment, des
travaux particuliers analogues aux talens de chaque individu; comme si
on avait ouvert de nouveaux champs à la culture, des ateliers dans
tous les genres d'industrie; comme si enfin un homme, à la volonté de
l'administration, pouvait être, dans le délai de quinze jours,
tisserand ou cordonnier.

Qu'arriva-t-il de cette loi? ce qui devait arriver: c'est qu'après
quelques rigueurs inutiles, elle resta sans exécution. Un grand nombre
de mendians périrent ou furent secourus; un grand nombre trouva des
ressources dans la commisération générale. «Le pauvre, dit M.
Montlinot, a un patrimoine distinct et connu; il ne peut faire un pas
sans marcher sur son terrain. Ne cherchons pas à trop multiplier les
administrations de charité; laissons agir cette grande loi de la
morale universelle, qui nous pousse à secourir nos semblables: ce
n'est point une loi sèche qui mesure ce qu'elle doit et ce qu'elle
peut. A l'aspect de la misère, elle n'a plus de limites; elle fait
verser sur le pauvre, et les secours qui soulagent, et les
consolations qui relèvent, et ce doux espoir d'un avenir meilleur. Ah!
si l'homme puissant ne voyait plus autour de lui de malheureux, si le
pauvre n'aidait pas le pauvre, si le prisonnier ne s'intéressait pas
au sort de son compagnon, la société ne serait plus un bienfait. C'est
donc de la sensibilité générale qu'il faut attendre des secours; elle
seule, toujours agissante, saisit les objets qu'elle a sous les yeux:
elle se repaît de larmes et de douleurs; et c'est dans ces enivrantes
fonctions que le cœur s'ouvre et savoure à longs traits cette douce
bienfaisance si connue des âmes sensibles. C'est un adage reçu, qu'il
n'y a pas de souffrance où existe une femme; c'est dans leurs cœurs
qu'il faut aller chercher ces délicieuses émotions, ce trésor
inépuisable de tendresse, qui, sanctifiée par la religion, ou
légitimée par le mariage, ou enfin anoblie par des sentimens généreux,
produit tant d'actes de charité.»

M. de Montlinot ne parle ainsi qu'après avoir fait sentir
l'insuffisance et les inconvéniens de tous les établissemens publics,
tels qu'hôpitaux, maisons de charité, dépôts, bureaux d'aumônes, etc.
«L'abandon que nous paraissons faire, dit-il, du mendiant ou du
pauvre, est le plus grand moyen de subsistance que nous puissions
demander à l'administration: c'est à l'importunité de la misère, on ne
peut trop le répéter, que l'on doit les établissemens les plus utiles.
Il ne faut pas indiscrètement ôter toutes les épines, des roses qui
couronnent l'homme insouciant sur le sort de ses semblables».

Après avoir montré l'injustice des lois _contre la mendicité acquise
par le travail_, et prouvé à l'administration qu'elle s'épargnerait
bien des peines inutiles, si elle déclarait que la mendicité pure et
simple n'est pas un délit, M. de Montlinot cherche quels doivent être
les moyens de police contre le mendiant-vagabond, éloigné du lieu qui
l'a vu naître et où il a travaillé; les moyens de distinguer l'homme
inquiétant, du malheureux coupable d'avoir trop vécu; et il propose
divers adoucissemens dans la police, trop sévère dans l'ordre actuel
envers ce dernier. C'est ici qu'il faut déplorer encore les maux
inévitablement attachés à l'existence sociale, lorsqu'on entend un
philosophe prononcer ces mots: «Il faut le dire, c'est qu'en supposant
qu'un homme dénué de tout secours depuis un long terme, ne fût qu'un
homme malheureux, qu'il fût injuste de l'arrêter.... Eh bien! il
faudrait commettre cette injustice politique, et ne pas laisser sur
les routes celui qui n'ayant rien peut tout oser». C'est pour cette
classe d'infortunés que seraient faits les dépôts auxquels on ôterait
ce nom qui réveille trop d'idées avilissantes, et qu'on appellerait
_maisons de sûreté_. Ces maisons n'emporteraient l'idée d'aucun
châtiment, mais seulement celle de simple arrestation. De sages
réglemens détermineraient l'utilité qu'on pourroit tirer de cette
classe malheureuse. A l'égard des vagabonds, détenus jusqu'ici dans
les maisons connues sous le nom de _dépôt de mendicité_, les lois
prononceraient sur leur sort, et remédieraient aux inconvéniens de la
police actuelle. En voici un exemple. Il a été envoyé, de Saint-Denis
à Soissons, depuis le 29 octobre 1788 jusqu'au 20 février 1789, cent
quarante-un mendians valides. Dans ce nombre, quarante-cinq pouvaient
être considérés comme repris en tierce récidive. Plusieurs avaient
déjà été arrêtés quatre, cinq et six fois. Les frais de transport ont
été de 606 liv. Voilà donc 606 liv. dépensées pour faire transporter
quarante-cinq hommes, qui deux fois ont été rejetés de leurs provinces
comme inconnus et sans ressource. Pourquoi produire à grands frais un
mouvement inutile? A cet abus et à tant d'autres nés d'une police
vicieuse, M. de Montlinot propose un remède, le seul peut-être qui
existe, la translation; et c'est ici un des principaux objets de son
ouvrage. S'il existe un moyen de faire désirer l'établissement que
l'auteur propose, c'est la manière dont il débute pour en faire
sentir la nécessité, c'est le tableau qu'il présente à ses lecteurs.
En voici quelques traits, qu'il est bon de remettre sous les yeux des
heureux du siècle, et de ceux qui ne réfléchissent pas à quel prix on
achète le bonheur social.

«Vingt mille individus au moins désolent le royaume par des
déprédations de toute espèce. Six ou sept mille au plus sont arrêtés
ou punis. La sûreté des routes coûte plus de quatre millions par an.
La somme volée chaque année en France, peut être évaluée au moins à un
million. Il existe plus de soixante mille hommes qui gémissent dans
les prisons ou maisons de force, ou qui végètent dans les hôpitaux. Il
y a plus de cinquante mille journaliers, qui, bâtards ou rejetés par
des parens pauvres, sont sans autre asile que les cabarets. Il déserte
à peu près quatre mille hommes, par année, des troupes de France. La
plupart, manquant de tout, sont obligés d'avoir une marche sourde
et des domiciles secrets. Il y a en France plus de quatre millions
d'individus dont la subsistance n'est pas assurée pour un mois. Si
l'on considère en masse les dépenses du gouvernement, les revenus des
hôpitaux, des hôtels-dieu, et les actes particuliers de bienfaisance,
on peut évaluer à plus de cinquante millions par an ce qu'il en coûte
pour prolonger l'existence de ceux qui survivent à la servitude des
arts, à l'incontinence des corrupteurs, au régime des hôpitaux, et
aux châtimens de la loi. Que produit cette dépense avec laquelle on
fonderait un royaume? A agiter l'administration, qui, sans profit,
tourmente l'homme sans propriété.»

On conviendra que ce préambule est tout-à-fait propre à faire agréer
le projet d'une colonie en Afrique: et c'est l'idée à laquelle
l'auteur s'arrête. Les raisons politiques, géographiques, qui lui font
préférer l'île de Bulam à nos possessions voisines, les moyens de
fonder cette colonie aux moindres frais possibles, les avantages qu'on
pourrait d'ailleurs en tirer, etc.; c'est ce qu'il faut voir dans
l'ouvrage même. Nous ne présenterons que le résultat des idées de
l'auteur. Des calculs très-détaillés semblent prouver invinciblement
que le transport de sept cents hommes, les fournitures de toute
espèce, les frais de l'établissement, et de tout ce qui est nécessaire
pendant six mois à la nourriture des colons, ne monteraient qu'à la
somme de 130,600 livres. En suivant cette proportion de 130 mille par
cent personnes, jusqu'à dix ou vingt mille hommes exportés, on sent
combien il en couterait moins qu'il n'en coûte pour le bonheur de ceux
qui n'ont point de propriétés, et pour la tranquillité de ceux qui en
possèdent. La grande objection contre ce projet, c'est l'opinion où
seraient les expatriés, qu'on les envoie à une mort certaine; opinion
née des fautes du gouvernement, quand il s'est autrefois chargé de
fonder quelques établissemens nouveaux à Cayenne et dans la Louisiane.
Ce préjugé, enraciné chez le peuple, serait sans doute un grand
obstacle dans les commencemens; mais il céderait à la publicité des
soins qu'on prendrait pour assurer l'existence des nouveaux colons.

Le cours naturel des idées nous a empêchés de nous arrêter sur une des
meilleures vues de M. Montlinot, le projet d'un établissement dans les
campagnes, en faveur des cultivateurs invalides. On sait que les
hôpitaux se sont cru en droit de n'appliquer les actes de leur
bienfaisance qu'aux individus des villes où ils étaient établis, et
que le pain de l'hôpital est devenu le pain privilégié du citadin. Les
pauvres de la campagne se sont ainsi trouvés abandonnés. «Voilà, dit
M. le Montlinot, les vrais pauvres de l'administration: mais il faut
les honorer, et non les avilir par l'aumône.» Les bornes d'un extrait
ne nous permettent pas d'entrer dans le détail du plan qu'il propose
de cet établissement, pour les pauvres de la campagne, qu'on nommerait
cultivateurs invalides. L'exécution du plan serait un véritable
monument de bienfaisance nationale, et prouverait que nous savons
honorer l'agriculture ailleurs que dans les livres et les pièces de
théâtre.

Ce projet d'un établissement pour les cultivateurs invalides, ainsi
que l'idée de la transportation dont nous avons parlé plus haut,
semblent avoir été agréés par la section de l'Assemblée nationale qui
forme le comité de mendicité. Les membres qui le composent, ont
cherché à s'environner des lumières de plusieurs hommes connus[6],
parmi lesquels il faut compter M. de Montlinot. Il participe aussi aux
éloges que méritent le plan de travail et les trois premiers rapports
de ce comité[7]. Mais c'est ici qu'on voit ce que peuvent les premiers
efforts d'une société de citoyens libres, qui se communiquent leurs
pensées. Il ne faut pas oublier que l'écrit de M. de Montlinot, publié
cette année, a été composé l'année dernière. On s'aperçoit qu'il a
connu la source du mal, mais qu'il n'ose et ne peut la dire; il va
jusqu'où l'on pouvait alors. Il a senti, il a établi la nécessité
d'élever l'aumône à la qualité de bienfaisance publique. Le comité va
plus loin; il prononce nettement que tout homme a droit à sa
subsistance; que l'assistance donnée au pauvre n'est pas un simple
bienfait, mais une dette de l'état; que la misère du peuple est un
tort du gouvernement; enfin qu'il ne s'agit plus de faire la charité
aux pauvres, mais de faire valoir les droits de l'homme pauvre sur la
société, et ceux de la société sur lui. De ce double rapport, le
comité a conclu qu'il fallait les considérer dans la constitution; que
le soin de veiller à leur subsistance n'est pas, pour la constitution
d'un empire, un devoir moins sacré que celui de veiller à la
conservation des propriétés du riche. Il faut donc rendre
constitutionnelles les lois qui établissent l'administration des
secours donnés aux pauvres. La classe indigente de la société étant
partie intégrante de la société, la législation qui gouverne cette
classe doit faire partie de la constitution: c'était le seul moyen
d'empêcher que cette grande idée ne se réduisît à n'être qu'une belle
conception de l'esprit, sans application à un empire qui jouit du
bonheur d'avoir une constitution. C'est la première fois que les
législateurs ont ainsi parlé aux hommes; et nombre de gens, nous ne
l'ignorons pas, en concluront qu'il ne fallait pas leur parler ce
langage. Il est à croire que la postérité ne sera pas de leur
sentiment.

  [6] M. de la Millière, intendant des hôpitaux; M. de la Rudelle,
  ancien administrateur de l'hôpital général; M. de Boncerf, connu
  par des recherches et des ouvrages sur la mendicité; M. Thouret,
  inspecteur-général des hôpitaux; M. Lambert, inspecteur des
  apprentis de différentes maisons de l'hôpital général.

  [7] Voyez le plan de travail du comité de mendicité et les trois
  premiers rapports, rédigés par M. de la Rochefoucault-Liancourt,
  imprimés chez Baudoin, à l'imprimerie nationale.



  SUR l'ouvrage intitulé: _Prônes civiques_, ou _le Pasteur
    patriote_; par M. l'abbé Lamourette.--1790.


L'écrit que nous annonçons a des droits à l'attention publique; c'est
l'ouvrage d'un théologien ami des hommes, et d'un prêtre qui a de la
religion. Une production distinguée de M. l'abbé Lamourette a déjà
montré qu'il ne croyait pas la perpétuité de la foi attachée à la
perpétuité des bénéfices. Il a pensé que la révolution, qui donnait la
liberté à la France, n'était pas moins favorable à la renaissance de
l'esprit religieux. Cette conviction lui est commune avec tous les
ecclésiastiques vertueux, dont la piété est accompagnée de lumières,
et qui ne confondent pas avec l'intérêt de la religion l'éclat mondain
de la hiérarchie sacerdotale; mais tous ne peuvent, comme M. l'abbé
Lamourette, servir la patrie par un talent aussi rare et aussi
précieux. Orateur, philosophe et théologien, il ne sera désavoué que
par les docteurs en cette dernière science, ou plutôt en cette
dernière faculté, car sa théologie n'est point la leur. Jusqu'à
présent, la théologie avait pris constamment le parti des gouvernans
contre les gouvernés: elle avait marqué du sceau de la religion dont
elle s'était saisie, tous les abus de la puissance; elle s'était mise
au service et aux ordres de la politique, qui, depuis des siècles,
n'était plus elle-même que l'art de maintenir le gouvernement, quelque
vicieux qu'il pût être. M. l'abbé Lamourette n'a pas cru que ce fût là
l'emploi le plus chrétien et la plus belle vocation de la théologie.
Il l'a consacrée au service de la religion. Il a vu, dans le
christianisme, la perfection de l'ordre; et dans une constitution
faite pour ramener l'ordre, il a vu l'espérance de retour à la
perfection morale et chrétienne. Ainsi, tandis qu'un trop grand nombre
de prêtres, ou pervers, ou aveugles, ou hypocrites, cherchent à
tourner en fanatisme l'ignorance d'un peuple qu'ils égarent, un
vertueux ecclésiastique donne un exemple qui ne sera pas infructueux,
en substituant l'esprit de l'évangile à celui d'une théologie esclave
du despotisme; et cette distinction entre le christianisme et la
théologie, qu'on ne la regarde pas comme une de ces subtilités nées de
cet esprit irréligieux tant reproché à notre siècle, de cet esprit
philosophique, pour parler le langage de nos adversaires. Voici ce
qu'imprimait, il y a plus de trente ans, un homme de génie[8], qui,
quoique philosophe, a le plus hautement adhéré aux principaux dogmes
du christianisme; un métaphysicien célèbre qui a tenté de prouver la
résurrection des corps; enfin à qui d'autres philosophes ont reproché
de parler trop fréquemment des anges, des chérubins, des séraphins.
«On rend un mauvais service à la religion, quand on la tourne contre
la philosophie; elles sont faites pour s'unir: c'est contre la
théologie que la religion doit combattre; et alors chaque combat que
livrera la religion, sera une victoire.»

  [8] M. Bonnet.

C'est donc une victoire que M. l'abbé Lamourette fait remporter à la
religion sur la théologie, en prouvant que la révolution est, de
toutes les vicissitudes, la plus propre à ramener tous les états de la
société à la pratique de la morale, et qu'elle doit entièrement
renouveler le règne du christianisme. Nous n'insisterons pas sur les
preuves philosophiques de cette vérité: mais nous offrirons à
l'attention de nos lecteurs celles que l'orateur tire de l'écriture
sainte. Après avoir établi que le dieu créateur de l'homme ne l'a pas
marqué d'un sublime caractère pour subir l'avilissement de la
servitude, après avoir tiré de ce principe les conséquences qui en
dérivent, M. l'abbé Lamourette prouve, par les livres saints, que la
plénitude du pouvoir absolu entre les mains des rois, est un
renversement d'ordre caractérisé dans l'écriture par les traits
distinctifs de la gentilité. C'est ce qu'indiquent ces mots si
fréquens, _les rois des nations_, que les écrivains sacrés n'emploient
jamais sans les rapporter à une des misères de l'idolâtrie. Il cherche
et trouve ce même signe d'improbation dans ce fameux discours du
prophète Samuel, dont les prêtres catholiques ont souvent fait un
usage si coupable; comme si ces mots: _le roi vous ôtera vos fils pour
en faire ses serviteurs, etc._, étaient le titre qui consacre la
puissance absolue des monarques; comme si la menace des abus
qu'entraîne le despotisme, était la mesure de ses droits. Enfin il
rappèle les termes de l'écriture: _le peuple saint voulut
ressembler aux infidèles, et s'écarta des voies du Seigneur_; paroles
par lesquelles le passage au régime despotique est marqué comme
l'époque d'une grande erreur, une méprise funeste qui ne pouvait
rendre les Israélites que plus misérables et plus vicieux.

Les partisans de la royauté absolue appèlent à son secours le précepte
que Jésus-Christ fait à tous les enfans de dieu d'obéir aux césars.
«Quel est, dit l'orateur, l'esprit de ce précepte? Sa doctrine en ce
point, mes frères, n'est que l'application d'un principe que la nature
et la droite raison avaient de tout temps révélé aux hommes; c'est que
la résistance à l'oppression ne peut être que l'ouvrage de quelques
hommes; et que tout effort pour détruire une fausse autorité, ne doit
procéder que du centre où réside la véritable, c'est-à-dire, du corps
des sociétés et de la volonté des nations; c'est qu'il importe au
repos du monde qu'il subsiste une autorité, quelle qu'elle soit, dans
le sein des empires, et que la pire de toutes est encore préférable au
désordre de l'anarchie et de la licence sans bornes; c'est qu'enfin,
dans le déclin des états, et au milieu des calamités qu'entraînent
après eux l'orgueil des princes et l'esclavage des peuples,
l'insurrection ne commence à être légitime qu'au moment où elle est un
moindre malheur que toutes les cruautés et tous les forfaits de la
tyrannie.

«C'était dans le même esprit, qu'avant cette grande révolution qui
prépare votre bonheur, et sous le despotisme de ces hommes hautains et
durs qui disposaient, à leur gré, de votre vie et de votre liberté,
nous vous exhortions dans nos temples à la patience, à l'obéissance et
à la paix. Nous aurions été des pasteurs séditieux et indignes du
ministère auguste qui nous était confié, si nous vous avions adressé
un autre langage, et que, devant le sanctuaire du dieu de la concorde
et de la charité, nous nous fussions établis les détracteurs de votre
gouvernement et de vos lois. Nos discours sur ce point si important de
la morale chrétienne, étaient même d'autant plus pressans et plus
sincères qu'ils nous étaient inspirés par notre amour et par notre
tendre vénération pour un roi, qui, au milieu de la tyrannie que des
ministres corrompus et superbes exerçaient sur vous, fut constamment
le plus juste des princes et le meilleur des hommes.»

L'orateur passant ensuite au prétexte par lequel les ennemis de la
révolution couvrent leurs déclamations insensées sur les dangers que
court la religion, prouve qu'au contraire c'en était fait d'elle, si
l'ancien gouvernement eût duré. Où existait-elle? était-ce chez les
oppresseurs? était-ce chez les opprimés? Il met en contraste le luxe
des uns, la misère des autres, et considère, quant aux mœurs et à la
religion, le double effet de ces deux fléaux. Nous regrettons de ne
pouvoir transcrire ce morceau en entier, où se développe tout le
talent oratoire de M. l'abbé Lamourette; mais il nous faut absolument
réserver une place pour un autre morceau qui, avec le même avantage, a
de plus le mérite d'être plus piquant et plus neuf. Nous espérons que
c'est un signal de paix entre la religion et la philosophie, qui ne
doivent avoir qu'un seul et même but, le bonheur de l'homme et celui
des sociétés politiques. Nous plaignons les prêtres capables de
calomnier la foi d'un respectable ecclésiastique, qui a osé rendre
justice aux philosophes: c'est un désaveu aussi noble qu'éloquent des
motifs ridicules où malhonnêtes, qu'on leur supposait dans les
attaques qu'ils ont livrées à la religion. Il faut entendre l'orateur
lui-même:

«On croit d'ordinaire que les systèmes irréligieux qui, depuis un
demi-siècle, inondent la cité et nos provinces, ne sont que le fruit
des efforts que le libertinage a de tout temps opposés à l'importunité
du remords et à la crainte de l'avenir; mais l'intérêt du vice n'est
que la cause subalterne de l'impiété. L'incrédulité systématique a sa
première origine dans la haine que les esprits réfléchis et sensés ont
conçue contre une théologie qui a consacré la tyrannie, qui a flatté
l'orgueil des dépositaires du pouvoir, qui a fait une loi à tous les
peuples de la terre de souffrir la servitude, et ouvert l'enfer sous
les pieds de quiconque oserait dire à son frère: _Soyons libres_.

«Les écrivains qu'on appèle _irréligieux_, n'étaient au fond que des
philosophes politiques, qui n'avaient d'autre but que de redresser
notre gouvernement sur les principes imprescriptibles et inviolables
de la vraie association. Plus ils ressentaient d'indignation contre
les iniquités et les scandales du régime tyrannique qui asservissait
une nation si digne d'être libre et heureuse, plus aussi ils devaient
s'armer de toutes les forces de la raison pour combattre tout
enseignement qui affermissait la puissance des despotes, et
entretenait le stupide aveuglement du peuple. Si, aux premières
époques des réclamations de la philosophie, et lorsque les saines
lumières commencèrent d'éclairer l'horizon de la France, les ministres
de la religion se fussent hâtés de régler leur enseignement sur
l'esprit de la liberté et de la démocratie évangélique; la
philosophie, au lieu de se tourner contre la foi, en serait devenue le
plus inébranlable appui: le concert le plus touchant, et le plus
redoutable pour tous les oppresseurs, se serait établi entre les
oracles de l'aréopage et les prêtres du temple. L'égide de la raison
serait venue couvrir le signe sacré du christianisme; et l'on aurait
vu le flambeau de l'intelligence humaine s'incliner devant celui de la
révélation, comme devant la règle éternelle de toute justice et la
source incorruptible de toute sagesse. Mais les ministres de
l'évangile ont commencé par déclarer, du haut de la tribune sainte,
une guerre éternelle à toute doctrine contraire à leurs intérêts ou à
leurs préjugés. Ils ont attaché une idée odieuse à tout ce que le
génie des grands hommes, qui ont immortalisé notre siècle, a opposé de
lumières au torrent des erreurs humaines, à l'abus de la religion et à
l'ascendant des traditions théologiques. Ils ont enseigné aux peuples
que les maîtres et les tyrans de la terre ne tenaient leur puissance
que du ciel, et que la seule idée de lutter contre l'oppression, était
un attentat contre la divinité. Le sacerdoce, qui devait aux hommes
des exemples de douceur, de bonté et d'humilité, devint intolérant,
turbulent et persécuteur. C'est lui qui a provoqué, contre les
défenseurs des droits du peuple, les rigueurs de l'autorité; c'est lui
qui a mille fois fait ouvrir les portes d'airain et plonger dans les
cachots des hommes qui n'avaient que le tort d'avoir tenté le rappel
de la justice, et le retour à la raison. Qu'est-il arrivé d'une
conduite si injuste? ce qui arrive toujours, lorsque la contradiction
est brusque et passionnée. Dès que les philosophes ont vu les prêtres
décidés à incorporer dans l'essence de la religion les idées
aristocratiques de la théologie, ils ont cessé eux-mêmes de distinguer
l'évangile de la superstition. Plus affectés du désir de délivrer le
monde de ses fers, que de la nécessité de respecter des vérités
sacrées et mystérieuses, ils ont attaqué tout le corps d'une doctrine
dont l'abus faisait la force des tyrans. Ainsi, un cultivateur voit
une plante vicieuse qui enveloppe tout le tronc et qui s'est enlacée
dans tous les rameaux d'un arbre fertile et salutaire; et après de
vains efforts pour la séparer de la substance où elle s'est insérée et
comme confondue, le cultivateur, oubliant de quel prix est pour lui
l'arbre qu'il se résout d'abattre, s'arme pour la destruction du tout,
et renverse ce qui est bon pour anéantir ce qui est mauvais.»

On ne peut nier que ce ne soit là l'histoire exacte de la guerre entre
la religion et la philosophie: il est temps que la paix se fasse, et
il est probable que le présage de M. l'abbé Lamourette sera accompli.
«Jamais, dit-il, la religion ne fut haïe pour ce qu'elle est; elle n'a
été combattue que pour ce qui n'est pas d'elle: on accusait la
philosophie d'avoir juré la ruine de la religion et l'abolition du
ministère évangélique, l'extinction de tout sacerdoce et de tout
culte; on prédisait que, si jamais elle parvenait à s'emparer de la
force publique, on la verrait proscrire ouvertement le christianisme.
Vous avez vu, et vous voyez encore aujourd'hui la force publique à la
disposition de la philosophie; et la philosophie, loin de tourner sa
puissance contre la religion, l'emploie tout entière à la régénération
du christianisme et de son sacerdoce.» On voit que M. l'abbé
Lamourette n'a pas changé d'opinion sur l'avantage que la religion
tire de la réforme opérée par la vente des biens de l'église.
«Qu'elle est donc heureuse, s'écrie-t-il, qu'elle assure un grand
triomphe à la religion, la nécessité qu'on nous impose de renoncer à
tout ce qui nous fermait vos cœurs, et nous ôtait votre confiance!
etc.»

On voit par les morceaux cités de ces _Prônes_, que le talent de M.
l'abbé Lamourette est digne de seconder ses intentions civiques et
pieuses. On a trouvé que son style est trop noble, trop soutenu, trop
élevé pour des prônes. Ce reproche serait fondé, si ces discours
devaient en effet être prononcés dans un auditoire champêtre; mais ce
n'a point été l'intention de l'auteur; et plusieurs ouvrages beaucoup
plus simples, composés pour cette classe encore si peu éclairée, n'en
sont pas entendus. Il faut commencer par instruire ceux qui
communiquent avec elle, et qui font passer l'instruction. C'est ce
qu'a fait M. l'abbé Lamourette; il a voulu rappeler aux prêtres
vraiment religieux qui existent en France, le véritable esprit de
l'évangile dans ses rapports à l'union sociale que la constitution
vient de renouveler parmi nous. C'est à eux de proportionner ensuite
leurs instructions à la portée de ceux qui les reçoivent. Il a voulu
surtout faire du christianisme un sentiment actif et pratique; c'est
le vœu de tout ce qui existe d'hommes éclairés en Europe. Tous
sentent que la théologie est à la religion ce que la chicane est à la
justice; enfin que la religion est faite pour l'homme, et non l'homme
pour la religion; et pour qu'on ne croie pas que c'est là une idée
purement philosophique, appartenant à l'esprit qui domine de nos
jours, citons encore ce même philosophe, qui a si souvent combattu
l'incrédulité.

»Retenez ceci, dit M. Bonnet[9]; Dieu n'est point l'objet direct de la
religion, c'est l'homme; la religion a été donnée à l'homme pour son
bonheur: toutes les facultés de l'homme ont pour dernière fin la
société; elle est l'état le plus parfait de l'homme. La religion se
rapporte donc en dernier ressort à la société, comme le moyen à sa
fin. Des hommes qui seraient fâchés qu'on ne leur crût pas une âme
raisonnable, pensent que la société est faite pour la religion; ils
veulent en conséquence que l'on sacrifie à la religion des biens que
Dieu avait destinés dans sa sagesse au bonheur de la société. La
montre est-elle pour le ressort? le vaisseau est-il pour les voiles?»

  [9] La différence de communion entre M. Bonnet et les catholiques
  ne saurait diminuer le poids de son opinion, puisque son église
  admet quelques-uns de nos mystères les plus impénétrables,
  auxquels il paraît aussi attaché que peut l'être le catholique le
  plus croyant.



  SUR _la Collection abrégée des Voyages faits autour du monde, par
    les différentes nations de l'Europe, depuis le premier jusqu'à
    ce jour_, rédigée par M. BÉRENGER. (1790.)


C'est un de ces recueils qu'il suffit de dénoncer à la curiosité
publique, et qui sont à la fois assurés du débit et du succès.
Celui-ci l'est à double titre, par le mérite des ouvrages qu'il
rassemble, et par l'avantage de faire suite à différens Recueils de
Voyages admis dans toutes les bibliothèques. Cette Collection n'a pour
objet que des Voyages autour du globe. Elle en contient vingt-six,
depuis celui de Magellaens, en 1519, jusqu'au troisième voyage du
capitaine Cook en 1776; espace d'environ cent soixante ans. Parmi ceux
qui tentèrent cette grande entreprise, d'abord si prodigieuse, on
compte un Portugais, Magellaens; un Italien, Gemelli-Careri; quatre
Français, MM. le Gentil, Bougainville, Pagès, Surville; sept
Hollandais et dix Anglais: entre les Hollandais, on distingue Le
Maire, fameux par la découverte du détroit qui porte son nom; Noort,
Rogewin, etc., navigateurs célèbres, mais dont le nom est comme
éclipsé par celui des Anglais Drack, Cavendish, Dampier, Anson, et
surtout par celui de l'immortel Cook, qui fit trois fois le tour du
globe, et dont les découvertes surpassèrent toutes celles de ses
devanciers. On voit que, jusqu'à présent, nul peuple ne put, dans
cette carrière, égaler la gloire des Anglais; qu'ils sont suivis de
loin par les Hollandais; et qu'enfin à grande distance, un Français
osa, vers 1740, tenter une entreprise exécutée par l'Anglais Drack en
1572, c'est-à-dire, depuis plus de cent cinquante ans. C'est que
l'activité des Français était, à cet égard, comme enchaînée par leur
gouvernement, si peu favorable au progrès des connaissances qu'exige
l'art de la navigation. La preuve que la position géographique des
deux empires, relativement à la mer, n'était point la seule cause de
cette prodigieuse infériorité de la France à l'égard de l'Angleterre,
c'est que les Hollandais, dont les côtes sur l'Océan sont si peu
étendues en comparaison de celles de la France, se montrèrent presque
rivaux des Anglais dans ces glorieuses entreprises. C'était le fruit
de la liberté, et pourtant d'une liberté trop combattue et trop
imparfaite. Les Français n'ont pas besoin de cette réflexion pour
sentir le prix du bien qu'ils viennent de conquérir; mais il est doux
de retrouver partout les effets de cette liberté précieuse, et de se
convaincre, de plus en plus, qu'en tout genre elle est la source des
talens et des succès.

L'auteur de cette collection, M. Béranger, n'a rien négligé de ce qui
pouvait la rendre digne des regards et de l'attention du public. Son
abrégé, fait avec précision et avec goût, a rejeté tous les détails
inutiles, trop souvent fastidieux dans les relations des voyageurs; et
s'il a supprimé les détails nautiques utiles aux seuls marins, il a
conservé soigneusement tout ce qui peut intéresser le philosophe, le
naturaliste, l'homme de goût, et tous ceux à qui cette collection est
particulièrement destinée.



  SUR l'_Histoire de la Sorbonne, dans laquelle on voit l'influence
    de la Théologie sur l'ordre social_; par M. l'abbé DU VERNET
    (1790).


On peut remarquer, par les deux lignes ajoutées au titre de l'ouvrage,
que l'auteur a mesuré d'un coup-d'œil toute l'étendue de son sujet.
Il a senti que l'histoire d'une corporation serait d'un intérêt
médiocre qui ne suffit plus au public. M. l'abbé du Vernet ne pouvait
écrire l'Histoire de la Sorbonne, comme Crevier écrivit, il y a
cinquante ans, celle de l'Université; et la différence qui se trouve
entre les deux époques, se retrouve aussi entre les deux auteurs. La
distance est moins grande entre l'Université et la Sorbonne. Ces deux
corps, souvent alliés et quelquefois ennemis, ont jeté l'un et l'autre
un grand éclat, ont joui même d'une autorité très-grande, en des temps
d'ignorance et de superstition. Le règne de la Sorbonne a duré plus
long-temps; et cela devait être; c'est que la superstition survit à
l'ignorance, ou du moins à l'ignorance grossière; c'est que les
intérêts de la Sorbonne, liés immédiatement à ceux du clergé, devaient
paraître unis à ceux de la religion; c'est que les Français, en
sortant de la barbarie, s'attachèrent de préférence à la littérature
d'agrément, aux arts d'imagination, tandis que le despotisme retenait
dans l'enfance la raison des peuples. Il est heureux pour l'humanité
que le despotisme n'ait pu soupçonner les rapports secrets qui lient
ensemble toutes les connaissances humaines, conduisent de l'une à
l'autre, développent en tout sens la raison applicable à tout, et
finissent par éclairer d'une lumière égale toutes les parties de
l'entendement. Si ces rapports eussent été saisis par les dépositaires
du pouvoir, il est probable que les arts d'agrément, au lieu d'être
encouragés, seraient devenus odieux aux tyrans de toute espèce, comme
l'a quelquefois été la philosophie. Alors un sonnet ou un madrigal
eussent obtenu les honneurs de la persécution, comme un système
philosophique; et Voiture ou Sarrasin auraient eu la destinée de Bayle
et de Descartes.

Mais nous voilà bien loin de la Sorbonne; pas trop pourtant, puisqu'il
s'agit de persécution, et qu'en ce genre la Sorbonne a joué un assez
beau rôle. C'est ce qu'on verra dans l'ouvrage de M. du Vernet. Les
folies, les absurdités, les crimes nés de cette fureur d'argumentation
théologique, se trouvent rassemblés sous ce titre _Histoire de la
Sorbonne_, à peu près comme on désigne tout un canton par le nom de
son chef-lieu. Cette manie des subtilités scolastiques exista dans une
antiquité très-reculée. Ce fut la maladie des anciens sophistes de la
Grèce. Mais ici se présente une singularité remarquable. Comment, dans
la Grèce libre et païenne, où la religion se mêlait à toutes les
institutions politiques, comment arriva-t-il que les disputes des
sophistes, sur tant d'objets qui tenaient à tout, soient toujours
ensevelies dans l'enceinte des écoles, sans influer sur les affaires
publiques, sans occasionner aucun trouble, sans se mêler aux intrigues
de l'ambition? Et au contraire, dans cette même Grèce soumise au
despotisme, sous l'empire d'une religion dont le fondateur a dit _mon
royaume n'est pas de ce monde_, d'une religion dont la base est
l'oubli ou le mépris des choses terrestres, comment se fit-il que les
querelles des sophistes chrétiens aient pris si rapidement une si
redoutable importance, se soient associées aux mouvemens de la
puissance publique, aient influé plus d'une fois sur le sort des
empereurs et de l'empire? Comment se forma ce rapport nouveau, inconnu
à toute l'antiquité, entre les disputes des écoles, entre les orages
des cours, entre des vétilleurs et des ambitieux, entre des araignées
qui tissent leur toile ou se dévorent dans un coin, et les aigles, ou
si l'on veut, les vautours qui se déchirent dans l'air? L'explication
est simple. Les sophistes chrétiens étaient prêtres, du moins pour la
plupart. Ce furent eux qui, peu de temps après la naissance du
christianisme, le chargèrent de plusieurs dogmes métaphysiques,
étrangers à l'évangile, dogmes par qui une religion de paix devient,
en peu d'années, une religion de guerre, dogmes par qui les prêtres
ramenèrent les chrétiens aux intérêts terrestres dont J. C. avait
voulu les détacher. C'était précisément détruire l'esprit du
christianisme: mais c'était le détruire au profit des prêtres; car le
christianisme (semblable en ce point à la royauté) n'a jamais eu de
plus grands ennemis que ses propres ministres. Mais ils voulaient
remédier au vice radical qu'ils trouvaient à l'évangile, celui de
borner aux biens d'en haut l'influence ecclésiastique. Les biens d'en
bas ayant aussi leur valeur, quelle devait être en cette position le
chef-d'œuvre de l'habileté sacerdotale? C'était de rendre temporelle
la puissance spirituelle, accordée par le sauveur aux pasteurs de
l'église. C'est à quoi l'on parvint en substituant la théologie à la
religion, en mettant sous la protection de la foi certaines opinions
métaphysiques, transformées adroitement, par les prêtres, en opinions
religieuses. On sent combien l'art des anciens sophistes devait être
utile à cette opération. Voilà ce qui, dans la Grèce chrétienne et
dans Alexandrie, ressuscita, entretint et accrut le goût des
subtilités scolastiques, inné chez les Grecs, et alors animé de
l'enthousiasme d'une religion nouvelle. Tant que la puissance publique
ne s'en mêla point, le mal ne put être que local et particulier. Mais
Constantin et ses successeurs ayant été contrains d'entrer dans ces
méprisables querelles, sous peine d'être soupçonnés d'indifférence
par la religion, elles prirent une importance qui se répandit jusque
sur les théologiens et les rendit redoutables aux empereurs. Les mêmes
causes produisirent le même effet dans l'Occident; et semblable à ces
maladies qui, plus terribles dans les climats où elles sont
transplantées que dans les pays où elles sont habituelles, la
théologie parut avoir réservé pour l'église latine, plus ignorante et
plus grossière, ses symptômes les plus effrayans. Ce fut un des fruits
apportés d'Orient en Europe avec la lèpre, autre conquête des Croisés.
C'est vers ce temps que brillèrent en France Abailard, Pierre Lombard,
la Porée, et leurs disciples, qui, d'après les Grecs modernes,
appliquèrent à la théologie chrétienne les vétilleuses distinctions
imaginées par les anciens sophistes. Cette habitude d'escrime
scolastique fit naître, dans l'espace de peu d'années, un grand nombre
d'hérésies, dont les noms sont ensevelis avec celui de leurs auteurs.
La seule qui ait conservé une triste célébrité, est celle des
Albigeois, qui entraîna la ruine d'un peuple, et fit établir en
Languedoc le tribunal de l'inquisition. Il existait en France
plusieurs de ces écoles plus ou moins fameuses, lorsqu'un pauvre
prêtre champenois, nommé Sorbon, devint le fondateur, d'une école qui
les éclipsa toutes. Il obtint de saint Louis, dont la tête était
affaiblie par les maladies et les fatigues de la guerre, un
emplacement rue Coupe-Gorge, où il rassembla des théologiens qui
prirent d'abord le titre de pauvres maîtres. Ils y substituèrent
bientôt celui de sages maîtres, préférant, comme de raison, la sagesse
à la pauvreté. En peu de temps, cette sagesse de tous valut à
plusieurs de magnifiques surnoms; comme ceux d'Angélique, de
Séraphique, d'Invincible, d'Incomparable. L'Université les reçut dans
son sein; et ce n'était pas un petit avantage. Le chef d'un corps qui
avait sous ses ordres trente mille écoliers et qui de plus exerçait,
fut-il laïque, le droit d'excommunier, comme le pape et l'évêque de
Paris; un tel allié, si puissant et si redoutable, n'était pas à
dédaigner, et pouvait appuyer les décrets des sages maîtres. Aussi,
dès l'année 1330, se trouvèrent-ils en état de condamner un souverain
pontife. Le pape avait eu le malheur de prêcher que la vision des élus
et les supplices des méchans dans l'autre monde n'étaient
qu'imparfaits. Des supplices imparfaits! voilà de quoi mettre en
colère des théologiens du quatorzième siècle, grands amis de la
perfection des supplices.

Le scandale fut au comble parmi les _maîtres en divinité_. C'est un
autre nom qu'ils se donnaient, pour varier. Ce dernier titre faisait
merveille pour le peuple, et annonçait qu'ils en savaient sur dieu
tout autant que le pape. C'était le célèbre Jean XXII, alors dans la
plus extrême vieillesse. Il n'ignorait pas ce que peuvent les haines
théologiques, dont il avait pensé être la victime. Il déclara qu'il
n'avait proposé son opinion que par manière de dispute. C'était la
terminer; et certes rien n'était plus sage. Ce qu'il y a de curieux,
c'est que le roi de France, Philippe de Valois, apparemment très-versé
dans les discussions métaphysiques, mettant de l'amour-propre à
l'honneur d'avoir de meilleurs théologiens que le pape, avait pris
parti pour sa troupe contre la troupe italienne du pontife. Philippe,
en lui envoyant la décision de ses docteurs, lui avait écrit: _Nous
châtierons tous ceux qui pensent comme vous et nous vous ferons ardre,
si vous ne vous révoquez_. Pape ou sacristain, on ne se fait point
_ardre_ à 90 ans; et Jean XXII prit le parti de se _révoquer_, pour
mourir tranquille. C'était le bon temps de la Sorbonne et de
l'Université. On sait le rôle que jouèrent ces deux corps pendant
toutes les guerres des Anglais, entre les factions d'Armagnac et de
Bourgogne, qui avaient chacune leurs soldats, leurs théologiens et
leurs bourreaux. Au milieu de ces horreurs, la France avait osé, qui
le croirait? se soustraire un moment au joug pontifical. Mais le
clergé de ce temps était fait pour cette servitude étrangère. L'usage
que firent les évêques du droit de conférer les bénéfices, révolta le
peuple et les grands. On aima mieux dépendre d'un prêtre italien, que
de voir passer les bénéfices à des palefreniers et à des valets. La
seconde tentative ne fut pas plus heureuse; et la France n'en tira
d'autre avantage, que d'entendre publier au son de trompe, qu'on ne
reconnaissait plus de pape. Le pontificat en fut quitte pour séduire
un certain nombre de magistrats et de théologiens, ou pour gagner une
des deux factions. Suivant qu'une de ces factions était faible ou
triomphante, on prêchait ou on désavouait la doctrine de l'assassinat
des rois. La Sorbonne fournissait à tout. C'était de son sein qu'était
sorti le docteur Jean Petit, cordelier, grand apôtre de cette
doctrine, et le docteur Gerson, qui obtint la condamnation de Petit,
et dix ans après fit exhumer son cadavre. On sait qu'elle fut un des
premiers corps, qui, après la mort de Charles VI, reconnut pour roi de
France le roi d'Angleterre Henri IV.

C'est dans l'ouvrage même qu'il faut lire l'histoire de Jeanne d'Arc,
et particulièrement le détail de son procès. L'indignation qu'excitent
ses ennemis et ses juges laïcs, tant étrangers que français,
n'approche pas de l'horreur qu'inspire la basse et perfide férocité
des prêtres, et surtout des docteurs de Sorbonne. Il faut entendre M.
du Vernet lui-même.--«Le bûcher de Jeanne, dit-il, n'était pas encore
éteint, que plusieurs juges laïcs désavouèrent cet attentat. «Nous
sommes tous perdus et déshonorés d'avoir brûlé une femme innocente,
s'écria l'un des assesseurs du bailli de Rouen.» Le bourreau lui-même
court se jeter aux pieds d'un confesseur. Il demande pardon à dieu, en
versant un torrent de larmes. Pendant ce temps, la Sorbonne rendait
grâce au ciel de la mort de Jeanne. L'Université prodiguait les
hymnes et les mauvais vers sur cet événement, etc.» Laissons ces
atrocités, et arrivons au moment où l'imprimerie, introduite en
France, préparait de loin l'instruction qui devait adoucir les mœurs.
N'est-il pas remarquable que cette invention, destinée à détruire un
jour le despotisme et la superstition dans une grande partie de la
terre, ait eu pour appuis, à sa naissance, qui? Louis XI et deux
docteurs de Sorbonne?

Ce fut dans l'enceinte de la Sorbonne que furent établies les
premières presses. Il fallut les protéger contre la fureur des suppôts
subalternes de l'Université, parcheminiers, copistes, relieurs, qui
craignaient de mourir de faim. Il est vrai que ces presses servirent
comme elles pouvaient servir alors. Elles imprimèrent des légendes,
des livres de dévotion, de sorcellerie, de démonographie. Que faire?
on débute comme on peut. On commence par _la Fleur des Saints_, et on
finit par _le Contrat Social_. Le sort des peuples ne put donc d'abord
être amélioré d'une manière sensible. Mais il faut considérer que la
presse dut rester, et resta en effet entre les mains de leurs tyrans;
et le bien qu'elle devait produire, se trouvait ainsi reculé jusqu'aux
générations suivantes. Cependant on peut apercevoir à cette époque une
accélération de mouvement dans l'esprit humain, qui se rapporte
naturellement à cette cause, du moins comme à la plus puissante et la
plus active. Ce fut alors qu'on osa attaquer et rejeter la doctrine
d'Aristote, qui régnait dans les écoles depuis plusieurs siècles.
Bientôt après, parut Ramus qui, le premier, s'éleva contre le jargon
scolastique, contre l'argumentation théologique, cultiva les sciences
naturelles autant qu'on le pouvait alors, brava la persécution, la
pauvreté, fut l'ami le plus courageux et le bienfaiteur de ses
disciples, fut appelé aux places et les refusa, refusa sur-tout celle
d'ambassadeur en Pologne, où on voulait l'envoyer pour déterminer
l'élection du duc d'Anjou, et dit, en rejetant l'espoir d'une grande
fortune présentée à son ambition: _l'éloquence n'est pas mercenaire_.
C'est la honte de la Sorbonne et de l'Université, d'avoir persécuté un
tel homme, pour avoir été d'une opinion contraire à la leur sur la
prononciation des mots _quisquis_ et _quanquam_. Ce ne serait pas
assez connaître l'esprit humain, de se moquer de ceux qui croiraient
que cette dernière querelle a pu, autant que tout autre, être cause de
l'assassinat de Ramus dans la journée de la Saint-Barthélemi.

Il ne faut donc pas s'étonner si on retrouve dans nos guerres de
religion, et surtout dans celles de la ligue, toutes les fureurs des
siècles précédens. C'était l'instant du combat entre l'ignorance
absolue et la raison naissante, mais égarée. La superstition
violemment attaquée, mais attaquée par des ennemis superstitieux
eux-mêmes, redoublait d'efforts pour repousser ses adversaires. La
cour de Rome essayait de ressusciter les maximes ultramontaines, sur
le détrônement et sur l'assassinat des rois. Le chancelier de
L'Hospital avait eu bien de la peine à obtenir la rétractation de la
Sorbonne sur une thèse de cette espèce; et quelques historiens
assurent que cette rétractation ne fut prononcée que par le bedeau.
Les papes purent voir, et virent en effet par-là le parti qu'on
pouvait tirer de la Sorbonne. Aussi devint-elle naturellement le
berceau de la ligue. Là, dans la chambre du docteur Bouchet, se forma
le comité secret d'où partirent toutes les décisions importantes, où
se fabriquèrent les décrets qui dégradèrent Henri III, qui
proscrivirent Henri IV. Là, furent nommés et choisis les _seize_ à qui
l'on confiait la surveillance sur les différens quartiers. Là, se
rendait le duc de Guise, qui ne dédaigna pas même de paraître
publiquement en Sorbonne.

Ce qui rendait tous ces docteurs si redoutables, c'est que plusieurs
étaient curés de Paris. L'exécution du projet devenait l'intérêt
principal de ceux qui l'avaient conçu. C'est ainsi que les destins de
la France se balancèrent plusieurs années entre le Vatican, l'Escurial
et la Sorbonne. Les thèses séditieuses ne cessèrent même pas, après
que Henri IV eut daigné se faire absoudre à Rome. Le docteur Rose,
condamné à l'amende honorable, reçut son arrêt avec une insolence qui
montrait à la fois combien il avait de partisans dans son corps, et
combien ce corps était encore puissant. Henri IV ne l'ignorait pas; et
c'est ce qui le justifie d'avoir refusé de prendre un parti violent,
soit contre le saint siége, soit contre les jésuites, soit contre les
docteurs les plus séditieux et les plus coupables. Il connaissait la
faiblesse de Rome; il savait que le pape s'était hâté de lui donner
l'absolution, quand sa sainteté avait cru que l'on songeait à s'en
passer; il pouvait laisser subsister l'arrêt qui bannissait les
jésuites du royaume; on le lui conseillait; on lui parlait d'établir
en France un patriarche. Les refus du roi l'ont fait accuser de
faiblesse par plusieurs historiens: reproche injuste! Henri IV jugeait
l'esprit de la nation; il voyait que le fanatisme la dominait encore;
il savait que le peuple est ennemi de la raison, jusqu'au moment où il
est assez éclairé pour en devenir le défenseur; que la Sorbonne et les
jésuites, autrefois ennemis, s'étaient réconciliés; que les jésuites,
qualifiés par la Sorbonne, de _bâtards_, de _scélérats_ et
d'_infâmes_, lorsqu'à peine institués, ils ne pouvaient être
coupables, avaient été déclarés des _hommes illustres et respectables_
depuis qu'ils avaient prêché le régicide. Enfin, Henri IV voyait que,
pour un trop grand nombre de Français, le pape et le christianisme
était une seule et même idée; qu'être chrétien apostolique et non
romain, paraissait alors impossible. Il n'osa risquer une démarche
aussi hasardeuse; et le poignard d'un monstre prouva, pour le malheur
des peuples, que le roi ne s'était point trompé. Depuis sa mort, ce
même esprit parut plus d'une fois subsister encore dans la Sorbonne;
mais il ne s'y manifesta plus avec la même audace. C'étaient des
symptômes équivoques, et qui n'étaient remarqués que des connaisseurs.
C'était le silence gardé sur le livre de Mariana, sur d'autres
ouvrages où l'on célébrait Jacques Clément et d'autres assassins des
rois; tandis que ce même corps condamnait _la Sagesse de Charron_,
livre excellent, que n'ont pu faire oublier tant de livres de morale
écrits depuis cent cinquante ans. En cette occasion, le parlement fut
très-supérieur à la Sorbonne, grâce au président Jeannin, qui, secondé
de quelques hommes instruits et lettrés, sauva cette flétrissure à la
mémoire de Charron, ou plutôt au parlement lui-même.

Dans cet amas d'atrocités absurdes qui composent l'histoire de ce
temps, parmi cette foule de fanatiques, dont les portraits forment une
galerie odieuse, fatigante pour la vue, les yeux se reposent avec
plaisir sur l'image d'un homme vertueux et d'un prêtre citoyen. M.
l'abbé du Vernet s'est plu et a dû se plaire à rappeler un nom
respectable et presque oublié. C'est celui de Richer, docteur de
Sorbonne, parvenu au syndicat perpétuel par ses vertus, qui lui
attirèrent une longue persécution. Nous avons parlé des tentatives de
la cour de Rome, pour remettre les rois dans sa dépendance, et
accréditer de nouveau les anciennes maximes pontificales: ses efforts
redoublèrent après la mort de Henri IV, sous le gouvernement faible de
Marie de Médicis. Un nouveau nonce du pape, légat en France, les
cardinaux de Joyeuse et du Perron, un grand nombre d'archevêques et
d'évêques, les jésuites, une grande partie du clergé séculier et
régulier, s'étaient réunis pour le succès d'une confédération, qui
tendait à faire du royaume de Louis XIII un pays d'obédience. Un seul
homme brisa cette trame si habilement et si fortement ourdie; ce fut
Richer. Il eut l'adresse de faire renouveler à propos la condamnation
de cette doctrine perverse, d'empêcher l'admission des jésuites dans
l'université, de rallier à lui tous les bons citoyens; enfin il
composa un petit livre intitulé _de la Puissance ecclésiastique et
politique_, ouvrage qui anéantissait les prétentions ultramontaines.
Richer devint dès-lors un objet d'horreur pour le pape et pour les
cardinaux français dévoués au saint siége.

Croira-t-on que le pape osa mépriser assez la cour de France, pour lui
faire demander officiellement qu'on lui livrât Richer, qu'il voulait
faire juger à Rome par l'inquisition? Croira-t-on qu'il se tint à la
cour plusieurs conseils pour agiter cette question, et que plusieurs
membres votèrent pour cette indignité? N'est-ce pas une chose curieuse
de voir, au dix-septième siècle, un prêtre français, du Perron,
parvenu aux grandes dignités de son pays par les grâces de la cour,
aller, en qualité de cardinal, demander à cette même cour qu'on livrât
à un prince étranger un citoyen vertueux, un sujet fidèle, coupable
d'avoir défendu les droits de la royauté, les prérogatives de la
couronne et l'inviolabilité de la personne des rois? Rien n'étonne
après une telle insolence. Mais on peut s'indigner de voir le pape
hasarder l'enlèvement de Richer. On s'indigne de voir cet enlèvement
près d'être effectué au milieu de Paris, par d'Epernon, couvert
lui-même des bienfaits de Henri III et de Henri IV. Quel intérêt
pouvait engager ainsi un Français du premier rang à se déshonorer par
une telle bassesse? le chapeau de cardinal promis à la Valette, fils
du duc d'Epernon. Le garde des sceaux, du Vair, magistrat jadis
intègre, fut prié de faire cesser cette persécution à l'égard d'un
citoyen qu'il estimait. Sa réponse fut que Richer ne devait _pas être
plus sage que le temps_. Quel intérêt dictait cette lâche réponse?
l'espoir du chapeau qu'ambitionnait du Vair, déjà évêque de Lisieux.

Voyons la suite, et continuons d'admirer les effets du chapeau.
Plusieurs années se passent, et Richelieu parvient à la
toute-puissance; Richelieu, cet homme si haut, par qui l'autorité
royale était devenue arbitraire, et qui rapportait tout à la splendeur
du trône; eh bien! il se rend complice de ceux qui veulent l'avilir;
il s'engage à obtenir la rétractation de Richer. Après avoir
inutilement employé la séduction, il a recours à la violence: quel
motif l'animait? toujours le chapeau. Cependant Richelieu était déjà
cardinal. Oui; mais il avait la noble ambition d'habiller de rouge,
comme il l'était lui-même, un imbécille frère, chartreux jadis, alors
décloîtré, et devenu archevêque de Lyon, par la grace de son aîné.
C'est pour cela qu'il faut faire sa cour au pape, dégrader la couronne
de son roi, faire inviter à dîner chez le père Joseph un vieillard
vertueux, défenseur des droits du trône, le faire saisir au sortir de
table par des hommes armés, et lui arracher, le poignard sur la gorge,
une rétractation forcée, faiblesse qui en peu de mois le conduisit au
tombeau, accablé de honte et de remords.

    Voyez combien voilà de choses enchaînées
          Et par la _barette_ amenées!

    LA FONTAINE.

Observons que, dans cette infamie du père Joseph, il y avait encore du
chapeau pour le compte du moine qui voulait être cardinal. Telles
étaient les causes secrètes, et alors ignorées, d'une trame ourdie, au
nom de la religion, par deux hommes, dont l'un, après avoir le matin
accepté la dédicace d'un livre de dévotion, faisait agiter le soir,
dans sa maison de Ruel, une question de galanterie, une thèse d'amour;
et dont l'autre, capucin voluptueux, dictait, au sein des délices du
siècle, les statuts d'un ordre religieux très-sévère (les
Annonciades) dont il était le fondateur. Il est instructif, il est
philosophique de se représenter ce cardinal et ce moine, confidens et
complices en intrigues, en voluptés, en vengeances sacerdotales, en
atrocités ministérielles, causant familièrement à table du supplice
d'Urbain Grandier, de Marillac, et _tutti quanti_, des charmes de
Marion de Lorme, de Ninon de Lenclos et _tutte quante_. Ces deux
prêtres trouvaient sans doute que tout allait le mieux du monde, et
surtout que les Français d'alors étaient de fort bonnes gens.

    Le temps n'est plus de semblables pratiques.

Voilà donc comme les rois étaient servis aux temps qu'on voudrait leur
faire regretter, et qu'on leur représente comme la plus brillante
époque de leur puissance et de leur grandeur.

Ce qui surprend sans cesse dans la lecture de cet ouvrage, c'est la
protection et souvent la faveur royale accordées à des monstres qui
ont prêché le détrônement, l'assassinat, l'empoisonnement des rois. On
en trouve vingt exemples depuis Saint-Thomas-d'Aquin, fort attaché à
ce dogme du meurtre des rois, jusqu'au jésuite Moya, confesseur d'Anne
d'Autriche. Celui-ci établissait, dans un opuscule théologique, qu'il
était permis d'assassiner ses ennemis en cachette, _quand on ne
pouvait faire mieux_. Et ce monstre en fut quitte pour voir son livre
condamné en Sorbonne; et il continua de jouir de son crédit attaché à
sa place, de calomnier, auprès de la reine sa pénitente, les honnêtes
gens qui détestaient ces maximes, et les écrivains qui les dévouaient
à l'exécration publique. C'est ainsi que le cardinal du Perron allait
perdre l'avocat-général Servin, en le représentant comme un sacrilège
qui voulait qu'on violât le sacrement de la confession, dont le secret
fait la base. Servin, mandé à la cour, répondit aux reproches de la
reine, en montrant le _Directoire des inquisiteurs_, de 1585, qui
contient la forme dont, à l'inquisition, on procède contre les rois,
et la manière secrète dont on peut leur ôter la vie. La cour frémit en
lisant ces horreurs, et remercia Servin.

Cette conduite de la Sorbonne, sous le syndicat de Richer, est le beau
moment de cette société; c'est une époque honorable pour elle. Elle
parut encore s'en souvenir en 1664, lorsqu'elle condamna un livre de
jésuite, qui établissait encore ces maximes de suprématie pontificale.
Le jugement de la Sorbonne déplut au pape Alexandre VII. Le pontife
adressa à Louis XIV un bref, où il lui demanda la suppression de ce
décret. Ce bref, jugé scandaleux, fut condamné par le parlement;
l'avocat-général Talon composa un réquisitoire où il passait en revue
les excès de Rome, et donnait une liste des papes qui avaient erré
dans la morale et dans la foi. Louis XIV avait alors vingt-six ans.
Il aurait pu à cet âge apprendre à se défier des bulles pontificales.
Il aurait dû se souvenir de celle-ci quarante ans après, lorsque le
saint siège lui dépêcha la bulle _Unigenitus_, qui bouleversa son
royaume, et à laquelle il ne put jamais rien comprendre, comme il
l'avoua lui-même en mourant.

Nous n'irons pas plus loin, et nous laisserons la Sorbonne dans sa
gloire. Après des papes condamnés ou protégés, après des rois
détrônés, dégradés, réintégrés, qu'est-ce, pour un corps si célèbre,
qu'est-ce que sa querelle avec Saint-Cyran, avec Arnaud même?
Qu'est-ce que la décision de la Sorbonne sur les visions de Marie
Agreda, historienne de la sainte vierge, en huit gros volumes,
condamnée à Paris et canonisée à Rome? Qu'est-ce que la tracasserie
faite à la mémoire de Descartes, au lieu d'une bonne persécution qu'il
aurait pu éprouver de son vivant, mais à laquelle il sut échapper par
ses amis et par sa volonté connue, feinte ou simulée, de dédier à la
Sorbonne son livre intitulé _les Méditations_? Nous n'oserons pas
parler avec cette légèreté des querelles du jansénisme. Elles ont
occupé trop de grands hommes; elles ont fait écrire trop de gros
volumes au célèbre Arnaud, homme de génie, né pour éclairer son siècle
bien plus que pour écrire, comme il l'a fait victorieusement contre M.
l'abbé Picoté. On rit en songeant à la célébrité que ces querelles
donnèrent à de certains personnages; c'est un amusement de voir quel
respect ils s'attiraient de la part de nos plus grands hommes. Racine,
couvert de gloire, et revenu aux illusions du jansénisme, après avoir
abjuré celles du théâtre; Racine a écrit ces mots, _l'illustre
Tronson, le grand Petitpied_ (c'étaient des docteurs de Sorbonne): et
l'année suivante, il composa Athalie. Il y a place pour tout dans
l'homme.

Ce serait supposer à nos lecteurs un goût excessif pour le ridicule,
que de leur offrir le résultat des décisions de la Sorbonne, dans les
procès portés depuis cent ans à cet auguste tribunal; nous n'en
citerons qu'un exemple; la dispute des récollets et des jésuites, au
sujet des Hurons et des Iroquois, incapables, selon les récollets, de
comprendre la transubstantiation, et selon la partie adverse,
très-capables de la bien concevoir, si les récollets s'y fussent bien
pris: question importante, très-bien résolue par la Sorbonne, en
décidant que, _pour être admis au baptême, il faut au moins la
connaissance implicite de ce qu'on reçoit_. Rien de plus clair: aussi
tout le monde fut-il content. Même sagacité, même force de jugement
dans la décision du procès des jésuites et des dominicains sur la
croyance religieuse des Chinois; affaire qui ressortissait évidemment
du tribunal de la Sorbonne, et dont le succès dut inquiéter beaucoup
la cour de Pekin. Quant à la bulle _Unigenitus_, on sait que cette
bulle, admise sous Louis XIV, rejetée sous la régence, fut admise de
nouveau sous Louis XV, à la satisfaction du docteur Grand-Colas, qui
se fit alors un nom immortel. M. de Vernet s'est contenté de donner un
court précis de cette grande affaire, n'ignorant pas que toutes ces
merveilles forment une partie essentielle de l'Histoire de France. On
a dit que l'Histoire d'Angleterre, dans un certain période, devait
être écrite par le bourreau. Ce même historien aurait bien droit à
composer aussi quelques chapitres dans celle de France; mais il faut
convenir que, pour une grande moitié de cette histoire, il pourrait
remettre sa plume à Rabelais. Il paraît que telle était l'opinion de
Rabelais lui-même, si l'on en juge par les allusions fréquentes aux
événemens dont il était le témoin. Mais son véritable lot était
l'Histoire de la Sorbonne; aussi montre-t-il un grand respect pour les
jugemens de ce corps, et s'en rapporte-t-il à ses lumières dans les
affaires embarrassantes qui surviennent à Pantagruel. M. l'abbé du
Vernet, moins gai, sans être moins philosophe que Rabelais, a mis
heureusement en valeur un grand nombre de ridicules que son sujet lui
présentait; mais, il paraît quelquefois embarrassé de leur multitude,
et l'abondance des biens lui a peut-être nui vers la fin de son
ouvrage. C'est que l'ouvrage devenait moins susceptible de variété;
c'est que, depuis la mort de Louis XIV, l'importance de la Sorbonne a
diminué par degrés, et a fini par disparaître. On croit voir un fleuve
qui, après des débordemens et des ravages, finit par se perdre dans
des sables. En effet, dans l'espace d'environ quatre-vingts ans,
l'Histoire de la Sorbonne n'offre presque rien de sérieux, si ce n'est
le don fait par elle à Louis XIV de toutes les propriétés de ses
sujets. Ceci passe la raillerie. Heureusement, le roi ne se prévalut
point de cette libéralité et se contenta modestement de l'impôt du
dixième: il croyait même, avant la consultation, n'avoir pas le droit
d'y prétendre; mais la Sorbonne leva ses scrupules, _et fit pécher son
maître en conscience_.

Cet ouvrage, achevé il y a plus de quinze ans, et qui fait beaucoup
d'honneur au talent de M. l'abbé du Vernet; cet ouvrage, encore utile
à présent, eût été d'une utilité beaucoup plus grande, s'il eût paru
au moment où il fut composé. Ainsi, la persécution qui conduisait
l'auteur à la Bastille, lui a dérobé une partie de sa gloire, et sans
doute la plus précieuse à ses yeux, celle d'avancer la victoire de la
raison et la ruine des préjugés nuisibles à la société. Il eût
déterminé cette victoire qu'il rend aujourd'hui plus complète. Il
porte les derniers coups à l'ennemi qu'il aurait alors terrassé. Son
livre est l'abrégé des annales du fanatisme, du moins en France. C'est
l'extrait mortuaire de la théologie, rendu public à la renaissance du
vrai christianisme, de la liberté et des principes utiles au bonheur
des hommes.

Entraînés par les choses, nous nous sommes peu occupés du style,
quelquefois pénible et incorrect, mais souvent vif, piquant et animé.
Plusieurs morceaux annoncent un élève et un heureux imitateur de
Voltaire, dont M. du Vernet a été l'historien, après en avoir été
l'ami[10].

  [10] M. l'abbé du Vernet va publier une seconde édition de la
  _Vie de Voltaire_. La première a paru sous un régime peu
  favorable à de certains développemens. Il n'est pas impossible
  que la censure ait gêné l'auteur, et qu'il se soit souvenu de la
  Bastille. On pourra comparer les deux éditions, les deux
  manières, les variantes. Rien n'est plus propre à former le goût,
  comme on dit, et surtout le jugement.



  SUR les _Œuvres de Jean Law, contrôleur-général des finances
    sous le Régent_; contenant les principes sur le numéraire, le
    commerce, le crédit et les banques, avec des notes.--1791.


Les objets traités dans ce recueil deviennent de jour en jour d'un
intérêt plus général, et la classe d'hommes qui s'en occupent devient
aussi plus nombreuse; cet ouvrage ne saurait donc manquer d'être
recherché par ceux qui se livrent aux spéculations de ce genre. Il est
difficile d'avoir un meilleur maître que Jean Law. On convient
maintenant que cet homme, qui a ruiné la France, était doué d'un génie
à la fois très-profond et très-étendu. Appliqué de bonne heure à cette
science déjà très-avancée en Angleterre par les écrits de Locke,
Davenant, Child, et plusieurs autres, Law s'était montré l'élève et le
rival de ces hommes célèbres. Il avait été devancé en France par cette
réputation, et ce fut elle qui lui donna d'abord accès auprès du
régent. Il paraît que les fautes qui perdirent le système, la banque
et l'auteur, étaient toutes contre ses principes, et même contre sa
volonté. Mais on sait qu'il ne fut pas long-temps maître absolu, qu'il
eut souvent la main forcée, et qu'il fut entraîné par-delà ses
mesures; c'est ce qui ne surprendra pas dans une cour telle que celle
du régent, gouverné par l'abbé Dubois.

Quoi qu'il en soit, son ouvrage sur le numéraire et sur la banque
d'Écosse, le principal de ceux qui sont contenus dans ce volume, s'est
soutenu malgré la catastrophe du système, et a conservé en Europe la
célébrité qu'il obtint à sa naissance. Il est regardé comme un livre
classique. Il s'en fit à Londres une édition nouvelle en 1751, qui
donna lieu à plusieurs traductions françaises. La meilleure est
insérée dans le livre de M. Forbonnais, sur les finances. Celle qui se
trouve dans le recueil que nous annonçons, est accompagnée de notes
très-instructives.

Le reste du recueil est composé d'une suite de mémoires et de lettres
adressées au régent, prince rempli, comme on sait, d'esprit et de
pénétration; mais qui, étranger à des spéculations si nouvelles pour
lui et même pour la nation entière, avait besoin d'instruction. Il
savait en demander. Il proposait ses doutes à Law: celui-ci les
éclaircissait sur-le-champ. C'est donc dans cette suite de lettres et
de mémoires, que le lecteur s'instruira comme le prince. On conçoit
que Law ne négligeait rien pour être entendu et rendre l'instruction
plus facile.

Elle le deviendra encore davantage pour le lecteur, par le soin qu'a
pris l'éditeur de mettre à la tête du recueil un excellent discours
préliminaire, ouvrage d'une main habile et exercée, sur le crédit et
sur les banques. L'auteur s'est attaché à être plus simple encore,
plus élémentaire que Law lui-même. On ne peut que lui applaudir de
vouloir bien descendre et se mettre à la portée du plus grand nombre
de ses lecteurs; tous n'ont pas la perspicacité du régent; et la
science dont on traite ici, est trop peu avancée pour qu'on puisse
négliger d'en rendre les premiers élémens simples et faciles. Il
observe qu'à cet égard nous sommes à cent ans des Anglais; et il en
trouve la preuve dans plusieurs préjugés encore subsistans parmi nous,
et détruits en Angleterre depuis plus d'un siècle.

L'auteur de ce discours préliminaire paraît doué de cet esprit
philosophique, qui, en approfondissant son sujet, indique rapidement
des rapports nouveaux avec d'autres objets qu'il ne peut ou ne doit
pas approfondir. Il sait ainsi jeter du jour sur des questions
intéressantes qu'il se contente d'effleurer. C'est principalement
dans les notes de son discours préliminaire qu'on trouve plusieurs de
ces heureuses indications; nous voudrions pouvoir en citer quelques
exemples, mais la plupart sont de nature à ne pouvoir être isolés. En
voici une qui peut l'être; et sa singularité, qui montre le tour
d'esprit de l'auteur, la rendra remarquable et la fera lire avec
plaisir.

On a dit et répété souvent que les succès à la guerre appartiennent à
celui qui a le dernier écu; et l'on a eu raison. Mais il n'est pas
clair qu'on ait employé les écus le mieux possible. Par exemple:

«On entretient en France une armée qui coûte cent millions par an;
c'est deux milliards pour vingt ans.

»Nous n'avons pas plus de cinq ans de guerre chaque vingt ans; et
cette guerre, en outre, nous met en arrière d'un milliard au moins.

»Voilà donc trois milliards qu'il nous en coûte pour guerroyer cinq
ans. Quel en est le résultat? car le succès définitif est incertain.

»Avec bien du bonheur, on peut espérer de détruire cent cinquante
mille ennemis par le feu, le fer, l'eau, la faim, les fatigues, les
maladies, etc. Ainsi, la destruction directe ou indirecte d'un soldat
allemand, nous coûte vingt mille livres, sans compter la perte sur
notre population, qui n'est réparée qu'au bout de vingt-cinq ans.

»Au lieu de cet attirail dispendieux, incommode et dangereux d'une
armée permanente, ne vaudrait-il pas mieux en épargner les frais et
acheter l'armée ennemie, lorsque l'occasion s'en présenterait? Le
chevalier Guillaume Petit estimait un homme 480 livres sterling. C'est
la plus forte évaluation, et ils ne sont pas tous aussi chers, comme
on sait. Mais enfin, il y aurait encore moitié à gagner en finance, et
tout en population; car pour son argent, on aurait un homme nouveau,
au lieu que, dans le systême actuel, on perd celui qu'on avait, sans
profiter de celui qu'on a détruit si dispendieusement.»

Cette idée rappelle un trait connu de la plupart de ceux qui ont eu
l'avantage de vivre avec le célèbre Francklin. Il racontait, qu'à son
dernier voyage à Londres, et peu de temps avant la guerre, il avait
mandé à ses commettans: «Calculez en conscience les sommes que peuvent
vous coûter la guerre, et envoyez-moi seulement la moitié de ces
sommes; je vous promets d'en acquérir votre indépendance, en achetant
tout le parlement et le roi lui-même. Il est même vraisemblable que,
du surplus, je pourrai me faire de bonnes rentes, si vous permettez
que j'en dispose.» C'est dommage que la proposition n'ait pas été
acceptée. Outre l'économie du sang humain, qu'il faudra bien tôt ou
tard compter pour quelque chose, l'Angleterre et la France y eussent
épargné cinq ou six milliards, et le succès de cette négociation eût
fait prendre un tour nouveau à la politique européenne, qui a grand
besoin d'être un peu rajeunie.



  SUR l'Ouvrage intitulé: _Observations faites dans les Pyrénées_,
    pour servir de suite à des _Observations sur les Alpes_,
    insérées dans une traduction des _Lettres de W. Coxe, sur la
    Suisse_.--1791.


On se rappelle le succès mérité des lettres de M. William Coxe sur la
Suisse, et le succès non moins grand des observations faites dans le
même pays par le traducteur, M. Ramond. Elles jetèrent un nouvel
intérêt sur un ouvrage déjà si intéressant par lui-même. Les remarques
ne furent pas moins recherchées que le texte; elles ne lui furent
inférieures en rien, et parurent supérieures en beaucoup de choses. Il
faut tout dire, M. Coxe, quoique très-riche, semble quelquefois l'être
un peu moins auprès de son opulent associé. M. Ramond peint à grands
traits la nature que M. Coxe se contente de décrire ou de dessiner.
L'un se borne à vous communiquer ses pensées, et l'autre vous
prodigue, avec ses pensées, l'abondance des sentimens qui les
embellissent. L'un est un compagnon aimable; mais l'autre devient un
ami dont on a peine à se séparer. A ce mérite de plaire et
d'intéresser toutes les classes de lecteurs, mérite si rare et si
décrié par les savans qui en sont dépourvus, M. Ramond associait des
connaissances qui ont droit à leur estime et à leurs suffrages. Il
présentait des vues neuves sur les montagnes et sur les glaciers; et
l'on a plus d'une fois entendu à M. de Buffon que la manière dont M.
Ramond avait présenté certains phénomenes des glaciers des Alpes,
avait apporté du changement dans la manière dont il les considérait
auparavant.

L'ouvrage que nous annonçons peut être considéré comme la suite du
premier, et le développement des idées qui avaient si vivement frappé
M. de Buffon. Le système de l'auteur se montre ici dans toute son
étendue, comme son talent s'y montre dans sa plénitude, et enrichi des
connaissances en tout genre, acquises pendant plusieurs années, depuis
la publication de son premier ouvrage. C'est avec cet accroissement de
connaissances en physique et en histoire naturelle, qu'il a voyagé
dans la partie centrale et supérieure des Pyrénées. M. Ramond est le
seul jusqu'à présent qui ait eu occasion de les comparer avec les
Alpes. «J'y ai voyagé, dit-il, comme dans celles-là, à pied, seul, et
me livrant sans réserve à leurs habitans. Ainsi, me trouvant dans une
condition pareille, j'ai pu comparer ces monts entre eux, sous les
mêmes rapports et avec cette conformité de vues qui résulte de la
similitude des situations.»

»Dans ce voyage, je crois avoir vu des objets qui n'avaient point été
vus, ou n'avaient point été décrits. J'ai rectifié quelques-unes de
mes idées, j'en ai généralisé d'autres; et j'ai trouvé, dans la
comparaison, des avantages et des plaisirs que je voudrais faire
partager. Cette esquisse de la partie centrale des Alpes, rendra mon
premier ouvrage moins imparfait, de tout ce dont mes propres idées
sont moins imparfaites.»

L'auteur a soumis son ouvrage au jugement de l'académie des sciences,
qui ne s'est pas bornée à une simple approbation. MM. de Dietrich et
d'Arcet, savans distingués par leurs connaissances en physique,
chimie, minéralogie, ont inséré, dans leur rapport, un extrait dont il
suffira de citer ici quelques passages.

«Cet ouvrage est fait par un observateur, accoutumé à peindre les
grands objets de la nature, auquel aucune science n'est étrangère, qui
avait bien étudié les Alpes, et qu'aucun péril n'a arrêté. La chaleur
et la vérité de ses descriptions, et la variété de ses observations,
inspirent aux lecteurs de toutes les classes un intérêt qu'ils
trouveront rarement dans les ouvrages qui traitent de pareils objets;
il les amène par degrés, et sans le leur faire pressentir, aux
discussions les plus sérieuses et les plus importantes; et des
observations, qui d'abord ne paraissent que locales et purement
géographiques, le conduisent à des résultats qui lui appartiennent
tout entiers.»

MM. de Dietrich et d'Arcet indiquent ici plusieurs de ces résultats
sur la disposition des végétaux, au penchant des montagnes,
disposition relative à la température de leurs différentes zones; sur
la hauteur des différens monts, comparés entre eux et avec ceux des
Alpes; sur la formation des bassins au point de réunion des torrens;
sur le caractère distinct de la roche qui forme chacun de ces
sommets; sur la différence de l'escarpement de ces montagnes au midi
et au nord; sur leur inflexion plus rapide et plus brusque de côté de
l'Espagne que du côté de la France, etc.

«M. Ramond, poursuivent-ils, fixe l'état des glaces des Pyrénées. A
peine croyait-on, avant lui, qu'il existât des glaciers dans ces
montagnes; les considérations qu'il présente sur l'étendue de ces
glaciers, comparés à celle des glaciers des Alpes, forment une des
parties les plus intéressantes de l'ouvrage: elles nous ont paru
absolument neuves.»

Tel est le témoignage rendu par MM. de Dietrich et d'Arcet à l'ouvrage
de M. Ramond, et que l'académie a confirmé en le faisant imprimer sous
son privilège. Les examinateurs nommés par elle ont cru devoir
n'insister que sur les objets dont elle était plus immédiatement juge;
mais en faisant entendre que cet ouvrage a droit d'intéresser les
lecteurs de toutes les classes, son jugement peut être regardé comme
une prédiction.

La richesse, la variété des descriptions de tout genre suffirait
presque pour le recommander au grand nombre de ceux qui, dans leur
lecture, ne cherchent que l'amusement. La peinture des délicieuses
vallées de Campan, de Bagnères, celles des environs de Tarbes, de Pau,
des sites sauvages ou terribles, quelquefois auprès d'un paysage
enchanteur; Gavarnie, sa cascade, son pont de neige, ses vallées et
ses précipices; le Marboré, et ses glaciers; tant de phénomènes
intéressans que les montagnes offrent à chaque pas; quelle riche
moisson pour un homme observateur, poète et peintre, également doué
d'imagination et de sensibilité, et chez qui toutes deux se réveillent
l'une par l'autre! Un seul morceau, parmi tant d'autres que nous
pourrions choisir, suffit pour donner l'idée du talent de M. Ramond:
c'est la peinture des sensations qu'éprouve l'auteur au retour d'une
course à Gavarnie, au coucher du soleil.

«A chaque pas, je sentais changer la température. Du haut du rocher à
Gavarnie, j'avais passé de l'hiver au printemps. De Gavarnie à Gedro,
je passai du printemps à l'été. Ici, j'éprouvais une chaleur douce et
calme. Les foins nouvellement fauchés, exhalaient leur odeur
champêtre. Les plantes répandaient ce parfum que les rayons du soleil
avaient développé, et que sa présence ne dissipait plus. Les tilleuls
tout en fleurs embaumaient l'atmosphère. La nuit tombait, et les
étoiles perçaient, successivement et par ordre de grandeur, le ciel
obscurci. Je quittai le torrent et le fracas de ses flots, pour aller
respirer encore l'air de la vallée et son parfum délicieux. Je
remontai lentement le chemin que j'avais descendu, et je cherchais à
me rendre compte de la part qu'avait mon âme dans la sensation douce
et voluptueuse que j'éprouvais. Il y a je ne sais quoi dans les
parfums, qui réveille puissamment le souvenir du passé. Rien ne
rappelle à ce point des lieux chéris, des situations regrettées, de
ces minutes dont le passage laisse d'aussi profondes traces dans le
cœur, qu'elles en laissent peu dans la mémoire. L'odeur d'une
violette rend à l'âme la jouissance de plusieurs printemps. Je ne sais
de quels instans plus doux de ma vie le tilleul en fleurs fut témoin;
mais je sentais vivement qu'il ébranlait des fibres depuis long-temps
tranquilles; qu'il excitait d'un profond sommeil des réminiscences
liées à de beaux jours. Je trouvais, entre mon cœur et ma pensée, un
voile qu'il m'aurait été doux, peut être.... triste, peut-être.... de
soulever. Je me plaisais dans cette rêverie vague et voisine de la
tristesse, qu'excitent les images du passé; j'étendais sur la nature
l'illusion qu'elle avait fait naître, en lui alliant, par un mouvement
involontaire, le temps et les faits dont elle suscitait la mémoire, je
cessais d'être isolé dans ces sauvages lieux: une secrète et
indéfinissable intelligence s'établissait entre eux et moi; et seul
sur les bords du torrent de Gedro, seul, mais sous ce ciel qui voit
s'écouler tous les âges et qui enserre tous les climats, je me livrais
avec attendrissement à cette sécurité si douce, à ce profond sentiment
de co-existence qu'inspirent les champs de la patrie. Invisible main
qui répands quelques doux momens dans la vie, comme ces fleurs dans un
désert, sois bénite pour ces heures passagères, où l'esprit inquiet se
repose, où le cœur s'entend avec la nature, et jouit; car _jouir_ est
à nous, êtres frêles et sensibles que nous sommes, et _connaître_ est
à celui qui, en livrant la terre à nos partages et l'univers à nos
disputes, étendit entre la création et nous, entre nous et nous mêmes,
la sainte obscurité qui le couvre.»

Il nous semble que ces deux pages, écrites dans les Pyrénées,
pouvaient être datées du Valais, et qu'elles ne dépareraient pas une
lettre de Saint-Preux à Julie. On voit que l'académie avait raison de
dire que l'ouvrage de M. Ramond inspirait aux lecteurs de toutes les
classes un intérêt qu'ils trouveraient rarement dans les écrits de ce
genre. On retrouve, en vingt endroits de celui-ci, la délicate et
profonde sensibilité qui respire dans ce morceau; mais il serait trop
long de les indiquer, et celui qu'on vient de lire, suffit pour donner
l'idée du coloris qui anime les tableaux qu'il trace de la vie
champêtre, des mœurs pastorales, etc. Celui qui représente une
famille de bergers espagnols, passant du sol de leur patrie et du
revers de la montagne, sur la partie française des Pyrénées, est digne
du pinceau de Teniers. On peut appliquer à ce tableau ce que M. Ramond
dit de la nature, qui, tous les ans, reproduit cette scène
patriarcale: «qu'il réunit la vénérable empreinte de l'antiquité aux
charmes d'une immortelle jeunesse.»

Une autre source non moins féconde de l'intérêt que M. Ramond a su
répandre sur son ouvrage, c'est la variété de ses connaissances en
différentes parties de l'économie sociale, autre étude qui semble
avoir partagé sa vie avec celle des sciences naturelles: c'est ce dont
les _Lettres sur la Suisse_ offraient déjà la preuve. Les Pyrénées ne
pouvaient lui fournir des occasions aussi fréquentes de montrer et de
communiquer cet autre genre d'instruction; cependant il ne se trouve
guère moins dans ce dernier écrit, et il se trouve orné du charme de
cette sensibilité, aussi prompte à se réveiller chez M. Ramond, par le
désir du bonheur des hommes, que par la contemplation des beautés de
la nature. C'est dans l'ouvrage même qu'il faut lire ce que dit
l'auteur sur les résultats de l'opposition entre les limites
naturelles et les limites politiques de la France et de l'Espagne, en
certaines parties des Pyrénées; les diverses comparaisons répandues
dans l'ouvrage, entre le sort, les mœurs, les habitudes des bergers
des Pyrénées et celles des habitans des Alpes; enfin le morceau sur
les influences politiques et morales des prohibitions, à l'occasion de
la mort d'un jeune homme tué sur ces montagnes, dans une querelle de
contrebandiers.

Des deux parties qui composent cet ouvrage, l'une est principalement
consacrée à des considérations locales, géographiques, particulières
aux Pyrénées, ou communes aux Pyrénées et aux Alpes. Dans la seconde,
l'auteur se livre à des idées plus générales. C'est ici qu'il
développe tout son systême sur les montagnes, sur la part qu'elles
prennent ensemble au dessein de notre continent, enfin ses idées sur
les montagnes primitives. Il examine les deux principaux systêmes,
l'inondation du globe et son incandescence, le systême de M. de
Saussure et celui de M. de Buffon.

Mais le chapitre le plus brillant du livre, celui qui montre le mieux
l'étendue des connaissances de M. Ramond, c'est celui qui termine
l'ouvrage, et dans lequel, considérant les Pyrénées relativement aux
mines, il passe en revue les différens peuples qui en ont recueilli
les produits; il examine l'influence que ces différens peuples,
Phéniciens, Romains, Carthaginois, et depuis les barbares du Nord,
eurent sur les mœurs des Espagnols et des indigènes habitans des
Pyrénées. Il semble s'être attaché à découvrir, parmi tous ces
mélanges, le peuple primitif, comme il s'était attaché, dans les
montagnes, à démêler la roche primitive, le pur granit parmi les rocs
secondaires. Ce peuple primitif, et dont la race est restée pure et
sans mélange, c'est le peuple des Vaccées, c'est-à-dire, les Biscayens
et les Basques. C'est ce qui paraît attesté par l'élégance et la
vivacité de l'Ibère et du Gaulois, conservées dans ces montagnes, et
modifiées dans le reste des Pyrénées par la gravité du Romain, et la
grossièreté du barbare: dégradation qui se remarque, depuis le centre
de ces monts jusqu'à la Méditerranée, dans des vallées habitées de
tout temps par les étrangers, et que l'on peut regarder comme le
grand chemin des peuples, tant barbares que civilisés, qui se
disputaient l'Espagne et les Gaules.

Telle est la cause que M. Ramond indique de la dissemblance des
peuples qui habitent actuellement les Pyrénées, de l'appesantissement
des uns et de la vivacité des autres; il pense que les races sont,
dans l'histoire de l'homme, une donnée primitive; et il s'est confirmé
dans cette idée, en voyant que, depuis quinze siècles, le même climat
n'a point rapproché des races différentes, que des climats divers
n'ont point séparé des races pareilles. Même résultat dans l'Inde, où
les principes, soit religieux, soit civils, préviennent le mélange des
castes... L'Arabe, le Copte, le Grec, le Musulman en sont de nouvelles
preuves; et plus que tout le reste, la nation juive, conservant dans
tout l'univers sa physionomie asiatique, et parlant la plupart des
langues avec les inflexions de l'Arabe. Ainsi, de nos jours, des
observations plus exactes ont ôté aux climats l'influence exagérée
qu'on leur accordait au physique comme au moral; et loin de lui
accorder une influence capable de déterminer la nature du
gouvernement, on lui refuse l'influence illimitée qu'on lui attribuait
sur les races et sur les hommes.



  SUR la _Vie privée du maréchal de Richelieu_.


Ce livre qui, dans tous les temps, eût piqué la curiosité, doit en ce
moment la réveiller encore davantage, et intéresser sous plus d'un
aspect. Il suffirait seul pour nous faire mesurer l'abîme dont nous
sortons. Il présente, dans la vie d'un seul homme, le tableau de tous
les abus, de tous les vices moraux et politiques, qui, en conduisant
la nation au dernier terme du malheur et de l'avilissement, l'ont
placée dans l'alternative de périr, ou de changer entièrement les
bases de l'édifice social. On a vu des hommes, affligés et même
consternés de la révolution, convenir, après la lecture de ce livre,
qu'elle était inévitable et nécessaire. Un court précis de la vie de
cet homme singulier rendra cette opinion très plausible.

La vie de M. de Richelieu est comme partagée en trois portions égales;
la première, entièrement livrée aux plaisirs, à la débauche, et même à
tous les genres de débauche; la seconde, partagée entre l'ambition,
les affaires et les plaisirs; la troisième, marquée par tous les abus
du pouvoir, par le mépris de toutes les convenances, par les vices les
plus odieux et les intrigues les plus avilissantes. Parcourons
rapidement ces trois époques.

On a dit que le cardinal de Fleury avait commencé sa fortune à
soixante-treize ans, par être roi de France. On peut dire que
Richelieu, à quatorze ans, pensa commencer sa carrière de galanterie à
peu près de même, c'est-à-dire, par une princesse, héritière
présomptive du trône. On crut qu'il était distingué par la duchesse de
Bourgogne. On le crut: et cette opinion était presque, aux yeux de
Richelieu, l'équivalent de la réalité. Il acquérait une célébrité
précoce par cette aventure un peu précoce elle-même, qui lui valut
d'être marié, et mis à la Bastille. L'éclat même de la punition
accréditait ce bruit, si favorable à l'amour-propre du jeune homme. Il
convient lui-même qu'il prit soin de confirmer ce soupçon. Sa grande
excuse, outre la vanité, c'est que cela ne pouvait nuire à la
princesse qui était morte; et il est vrai que les morts se laissent
calomnier tant qu'on veut. Richelieu se vit tout-à-coup l'objet des
complaisances de plusieurs femmes de la cour; et le mot que lui dit
Louis XIV, à son retour de l'armée de Villars, lorsqu'il vint annoncer
la nouvelle de la victoire de Denain; ce compliment flatteur, «Vous
êtes destiné à faire de grandes choses,» était un oracle qui le
recommandait à l'attention des dames. Mais, tant que le roi vécut, ses
galanteries furent décentes, c'est-à-dire, ignorées. On ignora, par
exemple, une aventure avec une madame Michelin, aventure dans laquelle
Richelieu développa une atrocité froide, monstrueuse à son âge: c'est
ce fond de barbarie que Richardson dit être dans le cœur d'un vrai
libertin, et qu'il a si bien exprimé dans le caractère de Lovelace.
Richelieu lui-même nous a conservé tous les détails de cette horrible
anecdote: nous y reviendrons. Madame Michelin n'était qu'une
bourgeoise; qu'elle attende: il est juste que les femmes présentées
passent avant elle. Honneur, par exemple, à madame de Guébriant, qui,
écrivant à Richelieu un billet daté du Palais-Royal, lui indique un
rendez-vous à la cour des Cuisines: «Restez-y, lui répond le duc, et
charmez-y les marmitons pour lesquels vous êtes faite. Adieu, mon
ange.»

La cour du Palais-Royal n'était pas, comme on voit, celle de Louis
XIV: aussi ce billet est-il des beaux jours de la régence, pour
lesquels Richelieu semblait né. Il serait impassible et inutile de
raconter ses succès en ce genre; car c'en était un, comme on le voit
par le mot même de _succès_, appliqué à ses turpitudes. Nous
renvoyons, sur toute cette époque de la régence, aux précédens
_Mémoires de Richelieu_. On aurait pu croire qu'ils ne laissent rien à
désirer; mais la _Vie privée_ contient de nouveaux détails dont
quelques-uns sont assez piquans dans ce misérable genre; d'autres vont
au-delà même de ce qu'on imaginait. Nous osons blâmer l'auteur de la
_vie privée_ de les avoir recueillis; ils seraient mieux à leur place
dans quelques-uns de ces ouvrages dont la licence est annoncée par
leur titre même, et que la pudeur ou seulement le bon goût rejettent
avec dédain, en se reprochant une indiscrète curiosité. L'auteur
remarque, d'après Richelieu lui-même, que lorsque le récit de ces
indignités parvenait jusqu'au peuple, qui, alors connaissant peu les
grands, les respectait, il n'en voulait rien croire et rejetait ces
bruits comme absurdes ou calomnieux. Rien de plus simple: il ne
pouvait attacher l'idée de plaisir à ces inconcevables folies, à ces
produits monstrueux d'une imagination dépravée. La vérité perdait, à
force d'invraisemblance, son effet et ses droits: et le vice, protégé
en quelque sorte par son excès même, trouvait, dans l'incrédulité
publique, un asile contre le mépris et l'horreur qu'il aurait
inspirés.

Laissons donc là les amours de Richelieu avec la duchesse de Berri, la
princesse de Conti, mademoiselle de Charolois, mesdames d'Averne, de
Tencin, Sabran, de Nèle, Villars, Mouchy, Villeroi, Gontaut, Parabère,
_e tutte quante_, etc; ses duels, ses emprisonnemens, les visites des
princesses rivales, etc.; mais remarquons jusqu'où l'air et la mode
peuvent pousser le délire, et le rendre en quelque sorte contagieux.
Croirait-on qu'à son dernier emprisonnement à la Bastille, où il fut
mis pour la conspiration de Cellamare, toutes ces femmes que nous
venons de nommer, et beaucoup d'autres encore, prirent, pour promenade
journalière, les environs de la Bastille? C'est là que se rendaient
ses maîtresses délaissées, outragées même par lui. Les voitures
descendaient depuis le bas des tours jusqu'à la porte Saint-Antoine,
pour recommencer à parcourir le même espace jusqu'à la retraite du
duc. Toutes ces femmes le saluaient; et les gestes finirent par former
un langage. Le chapeau en l'air exprimait: _Je vous aime_; et la
réponse de la dame était de lever la main hors de la voiture. Le
nombre des carosses était quelquefois si grand, qu'il obstruait le
passage de la porte Saint-Antoine, et y occasionnait la foule. C'est
un fait attesté par les vieillards contemporains.

Ce qui n'est pas moins surprenant, ce qui a fait dire à plusieurs de
ses maîtresses qu'il avait un charme pour se faire aimer, c'est que la
plupart de ces femmes lui sont restées constamment attachées,
quelques-unes même jusqu'à leur mort. On connaît l'excès et la durée
de la passion de mademoiselle de Valois. Ce fut pour elle, il est
vrai, qu'il fit les choses les plus extraordinaires; mais il les
aimait encore plus qu'il n'aimait ses maîtresses. Le duc de Modène,
son mari, et mari très jaloux, s'empressa de l'arracher à la vie du
Palais-Royal, et de la conduire dans ses états; Richelieu part
_incognito_ pour l'Italie, arrive à Modène, se présente à la
princesse, suivi d'un seul valet, déguisé, comme son maître, en
marchand de livres. Méconnu d'abord, reconnu ensuite, tendrement
défrayé de son voyage, et surpris à une troisième entrevue par le
prince qui survint, il ose soutenir son personnage. Heureusement le
duc de Modène n'avait jamais vu le rival dont il savait sa femme
éprise; il lui demande des nouvelles de France, du duc de Richelieu, à
qui le brocanteur se vante d'avoir vendu de mauvais livres, et surtout
beaucoup de libelles contre le régent et l'abbé Dubois; excellent
commerce dont il s'est bien trouvé: c'est une scène digne du
_Légataire_. Richelieu eut toujours un goût vif pour cette sorte de
passe-temps; et le hasard le servit souvent à souhait: comme, par
exemple, lorsque, déguisés en abbés, lui et l'un de ses amis, pour
aller voir au couvent deux jeunes pensionnaires, dont il était
amoureux, il se vit sollicité d'abord et enfin forcé, par l'absence du
prédicateur ordinaire du couvent, de prononcer un sermon à sa place,
quoiqu'il prétendît _n'avoir pas les pouvoirs_. Il s'en tira
très-bien, et fut fort applaudi; _étonné_, dit-il en descendant de
chaire, _de n'avoir pas débité plus d'extravagances_. Le goût pour les
bizarreries le suivait jusques dans sa vieillesse, et lui fit attacher
du prix à séduire une jeune dévote de Bordeaux, par l'entremise
innocente d'un gardien des capucins chargé, sans le savoir, d'un
billet doux pour sa pénitente. C'est ce qui fait que cinquante années
de la vie d'un duc et pair, ambassadeur, gouverneur de province,
maréchal de France, présentent une foule de détails dignes de figurer
dans les aventures de Mazulim, de Mizapouf, et ressemblent trop
souvent aux _Six semaines du chevalier de Faublas_[11].

  [11] Petit roman fort connu.

Il semble que ce don de se faire aimer s'étendit jusqu'à ses rivaux, à
ceux qu'il trompait sans cesse: témoin le régent qui se plaignait de
lui fréquemment, qui voyait Richelieu lui enlever ses maîtresses, ses
propres filles, toutes les femmes de sa cour, même les filles de
théâtre, et qui ne finissait pas moins par l'admettre de nouveau dans
sa société intime et dans sa grande familiarité. Il n'y a pas jusqu'à
Dubois, qui ne devint pour lui moins brutal que pour tout autre, et
qui ne semblât quelquefois même le rechercher, quoiqu'il eût contre
lui les mêmes sujets de plainte que le régent. Ce prêtre indigne, las
de trouver sans cesse Richelieu sur son chemin, finit par lui demander
quartier, et le prier de lui laisser quelques femmes, par grâce. Le
duc promit; mais il n'était pas en son pouvoir de tenir parole: aussi,
bientôt après, il fut pris sur le fait par l'abbé, qui entra en
fureur, invoqua la foi des traités; Richelieu prétendit cause
d'ignorance, et dit à l'abbé: «Pour prévenir les méprises nouvelles,
que ne me donnez-vous votre liste? je la respecterai.» Dubois se mit à
rire, s'adoucit, et, malgré quelque reste d'humeur, lui dit presque
poliment: «Je ne veux vous avoir pour confrère qu'à l'académie.»

Ils en étaient en effet tous les deux, et y étaient aussi bien placés
l'un que l'autre. Richelieu avait déjà cet honneur, qui, comme on a
vu, ne lui était pas arrivé en dormant. Richelieu à l'académie à l'âge
de vingt-six ans, et vingt-trois ans avant Voltaire, qui n'y fut admis
qu'à cinquante ans passés! C'est là un des ridicules les plus innocens
de l'ancien régime; mais telle était la convenance d'alors. Cette
réception faisait d'ailleurs tant de plaisir à mesdames de Villars, de
Villeroi, à nombre d'autres, qu'il y aurait eu une malhonnêteté
gratuite à les en priver. Richelieu a imprimé les lettres qui
attestent la joie de ces dames sur ce grand événement, et sur
l'importance qu'elles attachaient au titre d'académicien. Rien ne
montre mieux à quel point les futilités consacrées par la mode peuvent
tourner les têtes. Qu'importait un honneur littéraire à un homme qui
ne savait pas orthographier! Lui-même nous a laissé son discours de
réception, transcrit de sa main, et depuis imprimé figurativement avec
les fautes d'orthographe. Le discours, comme on le devine, n'était pas
l'ouvrage du nouvel académicien. Tous ceux qui ont vu des lettres
particulières de M. de Richelieu, savent que cet homme si brillant
dans la société, écrivait comme un de ces hommes si méprisés par lui,
que des circonstances ont privés des premiers élémens de l'éducation.

Malgré cet inconvénient, M. de Richelieu ne fut point embarrassé de sa
harangue. Pour être plus sûr de son fait, il en fit faire trois:
l'une par Campistron, l'autre par Fontenelle, et la troisième par
Destouches. De ces ouvrages réunis et confondus par centons
rapprochés, auxquels il fit les changemens qu'il voulut, il composa un
tout qu'il copia lui-même: voilà son seul tort. Sa harangue eut, comme
de raison, le plus grand succès; car M. de Richelieu avait le
sentiment des convenances. On conçoit que, non-seulement il n'était
pas obligé d'écrire comme un homme de lettres, mais qu'il devait même
s'en abstenir avec soin: c'eût été une dérogeance, et Richelieu ne
pouvait pas faire une pareille faute. On connaît cette phrase qui a
duré jusqu'à nos jours: _un style d'homme de qualité, écrire en homme
de qualité_; c'est-à-dire, bien, pas trop bien pourtant; non comme un
homme de lettres, qui doit y regarder, qui tâche; mais en homme comme
il faut, qui fait bien tout, naturellement, cela comme le reste, sans
prétention; qui a de l'esprit il est vrai, du talent même si l'on
veut, mais qui en serait dispensé, et dans le fond n'est tenu à rien.
C'est dommage que la révolution tarisse la source de tous ces bons
ridicules. Quelle suppression! quelle réforme! Cela est fâcheux pour
les plaisans. Mais qu'y faire? il faut que tout le monde y perde. Par
bonheur, cette même révolution, brisant les entraves de toutes ces
bienséances conventionnelles, délivre et met à l'aise le génie et le
talent des ci-devant privilégiés; cela console. Revenons au véritable
talent de M. de Richelieu, celui de séduire les femmes. Nous n'avons
pas oublié notre promesse sur l'aventure de madame Michelin.

C'était une jeune femme d'une beauté rare, du maintien le plus modeste
et le plus touchant, pleine d'honnêteté, de religion, et jusqu'alors
très-attachée à ses devoirs. Par malheur, ses devoirs n'étaient pas
tous également agréables: son mari était vieux, un bonhomme occupé de
son commerce; c'était un miroitier du faubourg Saint-Antoine. Le duc
de Fronsac (c'était alors son nom) la vit et en devint amoureux. Il se
déguise, se présente chez le marchand comme pour acheter des meubles,
cherche à plaire à sa femme, ne peut s'en faire écouter, s'aperçoit
pourtant qu'il plaît, et qu'il ne trouve d'obstacles à sa passion que
dans l'honnêteté de celle qui en est l'objet. Il se résout à employer
la ruse et la violence; mais il manquait d'argent: son père vivait.
Que fait le jeune duc? il va chez une femme de la cour, dont il est
amoureux et aimé, et lui emprunte l'argent dont il a besoin pour la
tromper elle-même. Il s'était déjà fait meubler un appartement par le
bonhomme Michelin, qui n'était point surpris qu'un jeune homme eût un
asile à offrir à ses maîtresses. Mais il s'agissait de conduire dans
cet asile la femme du bonhomme. Qu'elle y vint de son gré, c'est ce
qui était impossible: comment l'y conduire? Il suppose qu'une
certaine duchesse veut donner sa pratique à M. Michelin, lui
commander un ameublement; mais pour cela on veut causer avec madame
Michelin. Cette duchesse était à la campagne. Un carrosse devait venir
chercher la femme du miroitier, la vient chercher en effet, un jour
qu'on avait eu soin d'éloigner le mari. La voiture emmène la femme
dans une maison inconnue. Elle entre dans un appartement où elle
trouve le duc de Fronsac. Surprise, effroi de la malheureuse femme.
Elle se défend contre ses entreprises; mais le duc avait fait fermer
toutes les portes. La victime succombe. Le coupable était aimé: il
obtint sa grâce, et de plus un second rendez-vous, non dans cette
maison, mais chez madame Michelin même. Là, toujours échauffant le
cœur et les sens d'une femme faible, mais honnête, et intéressante
même dans sa faute, chassant les remords par l'amour, il parvient à
obtenir, dans une nuit indiquée, le partage du lit nuptial.

Quel était son but? Il avait aperçu une amie de madame Michelin, logée
dans la maison, jeune et belle comme sa voisine, mais d'une beauté
différente. Il se reprochait de ne l'avoir pas assez remarquée,
d'avoir été injuste envers elle. Le mal fut facilement réparé.
Celle-ci, n'ayant pour elle que sa figure, était une bourgeoise
vaniteuse et sotte, flattée d'attirer les regards d'un duc, donnant
l'idée d'une femme née pour le vice, comme madame Michelin pour la
vertu. L'affaire ne traîna pas en longueur; mais il fallait au duc de
Fronsac quelque chose qui le dédommageât de cette facilité, qui rendît
l'aventure piquante. Il imagina de choisir, pour le rendez-vous donné
à madame Renaud (c'est le nom de cette femme), la même nuit obtenue
avec tant de peine, et qui devait appartenir à madame Michelin; nuit
dont l'espérance avoit été achetée par des remords terribles, que
redoublait l'idée, effrayante pour une bourgeoise dévote, d'assoupir
une servante avec de l'opium. Qu'on juge de sa surprise, lorsqu'avant
deux heures du matin, le duc de Fronsac, trompant sa maîtresse par une
fable, par un récit romanesque, sort de chez elle, et est supposé
sortir de la maison. Il monte chez madame Renaud, et reste chez
celle-ci jusqu'à neuf heures du matin.

Mais, s'il aimait les scènes piquantes, il eut tout sujet d'être
content. Voilà madame Michelin qui, probablement pour distraire sa
douleur, ou pour échapper un moment à ses remords, vient voir son
amie. C'est le duc de Fronsac qui s'offre à sa vue. Elle ne revient
pas de son étonnement: aucune des deux femmes n'est confidente de
l'autre. Madame Renaud redoutait sa dévote amie, qu'elle croyait
inabordable. La dévote a peine à se croire trompée, loin de se croire
trahie; pour trahie, elle ne l'était pas encore, puisque M. de Fronsac
n'avait rien dit à madame Renaud. Mais il n'était pas homme à se
priver du surcroît d'agrément que jetait dans cette scène la
révélation du mystère. Il apprend à madame Renaud, trop humiliée, que
son amie a des raisons d'être indulgente; qu'une nuit partagée entre
deux rivales honnêtes ne saurait les brouiller ni entr'elles, ni avec
leur amant. Madame Renaud reste confondue, en apprenant l'emploi des
deux premières heures données à sa voisine. Celle-ci ne peut concevoir
l'étrange mortel dans les mains de qui elle est tombée. La douleur de
l'amour outragé, le dépit de l'orgueil humilié devant une rivale
étonnée et indigne de l'être, le bouleversement de toutes les idées,
le mélange de toutes les passions, tout cela formait un tableau
ravissant pour un homme tel que le duc de Fronsac. Cependant cette
scène avait encore besoin d'être égayée; et c'est pour cela qu'il
propose aux deux rivales de vivre de bon accord, de former entre trois
cœurs unis une société vraiment douce et charmante; et là-dessus,
nombre d'exemples pris dans la société, tirés de l'histoire tant
profane que sacrée. Cette proposition, qui ne paraissait pas effrayer
infiniment madame Renaud, confondait et accablait madame Michelin;
mais enfin il parvint à l'appaiser, à la consoler; et, resté seul avec
elle, il obtint encore son pardon.

Ce n'est pas tout: toujours séduite, toujours, entraînée, elle consent
d'accepter un déjeûner chez le duc de Fronsac. Cette fois, elle croit
bien être seule et n'avoir pas de rivale à craindre. Mais Fronsac
tenait à son plan, et voulait le réaliser. Madame Renaud paraît:
nouvelle peinture des délices attachées à un sentiment commun à trois
belles âmes; et toujours redoublant le désordre de leurs idées par son
ton, sa vivacité, ses manières, il oblige les deux femmes à tirer à la
première lettre à qui passerait la première du salon dans un cabinet.
L'une et l'autre, ayant eu audience alternativement, s'en retournent,
l'une assez contente, l'autre la mort dans le cœur: on devine assez
que c'était la pauvre madame Michelin. L'honnête bourgeoise, peu faite
à ces mœurs, et ne trouvant qu'une source de peines dans l'erreur qui
l'avait séduite, confuse, déchirée de remords, avilie à ses propres
yeux, devient triste, languissante, malade: il crut qu'elle n'était
qu'ennuyeuse. Il avait dès lors arrangé tout son plan d'égoïsme (nous
verrons la théorie, il l'a tracée lui-même: elle est curieuse). Il
laissa là madame Michelin. Elle voulut le voir, et lui parla comme fit
Clarisse à Lovelace, comme une âme tendre et dévote qui, renonçant à
la vie, s'occupe avec effroi de l'avenir et du salut de ce qu'elle
aime. On juge comme elle fut reçue. Il alla conter toute cette belle
aventure à la duchesse qui lui avait prêté l'argent pour les meubles
achetés chez le miroitier, et jouir de l'effet de cette belle histoire
sur une femme qu'il avait aimée, et qu'il se plaisait à désoler de
temps en temps.

Cependant sa victime dépérissait, et mourut enfin; ce qu'il apprit en
rencontrant le mari en deuil, qu'il fit monter dans sa voiture. Il
convient ou il prétend qu'il fut touché du récit de cette mort: «Mais
je savais déjà, disait-il, qu'il n'est pas prudent de se concentrer
dans sa douleur, et j'allai chez la duchesse de.... où il ne fut
question que du voyage de la princesse de... (c'était une de ses
nouvelles maîtresses); et le plaisir d'entendre parler d'elle me
rendit bientôt ma belle humeur.» Tel était M. de Richelieu à l'âge de
seize ans; et tel il se peint lui même. Mais ce qui rend cette
aventure encore plus odieuse, c'est qu'on s'aperçoit que cette lâche
et cruelle atrocité prend sa source, non dans l'étourderie et dans la
frivolité de son âge, mais dans un mépris féroce pour quiconque
n'était pas de sa classe; sentiment qui chez lui se reproduit sans
cesse: et _les gens de notre sorte_, et _un amant tel que moi_, et _un
rien de nous autres charme ces femmes-là_.

Mais que dire du passage suivant? C'est au moment qu'il veut quitter
la malheureuse qu'il a séduite, et qu'il représente lui-même comme la
plus honnête personne qu'il ait connue: «Et comme Mercure,
poursuit-il, qui a pris la figure de Sosie, et qui va ensuite se
nétoyer dans l'Olympe avec de l'ambroisie, je promis bien de me
décrasser de ces deux liaisons roturières auprès de la céleste
princesse de.....» Ce trait et cent autres de même espèce, répandus
dans ses Mémoires, montrent à quel point cet orgueil nobiliaire peut
détruire l'humanité dans le cœur de ceux qu'il a corrompus. Nous n'en
citerons qu'un seul exemple. Le lendemain de la bataille d'Ettinghen,
Richelieu fut chargé de faire enlever les morts. On sait que la vue
d'un champ de bataille est affreuse le lendemain d'une action; mais
celui-là, surtout, faisait horreur: on en jugera par un seul trait: M.
de Richelieu vit _les corps des gens de son espèce, mêlés et confondus
sans ménagement avec ceux des simples soldats_. C'est ce mélange dont
il fut le plus saisi. M. de Richelieu avait raison: c'est là une des
calamités qui consternent profondément une âme noble. N'est-ce pas en
effet une chose indécente que cette confusion des rangs parmi des gens
tués la veille, et chez qui on eût pu si aisément rétablir l'ordre?
n'est-ce pas une malhonnêteté grossière, un manque d'éducation dans le
général ennemi, de n'avoir pas, immédiatement après sa victoire,
commandé le triage des cadavres, afin de séparer du moins les espèces?
Cet usage devrait être établi par les lois de la guerre, et même par
le droit des gens. Grotius et Puffendorf sont impardonnables de n'y
avoir pas songé. Quant à l'assemblée nationale..... n'en parlons pas.
Elle a fait bien pis: elle a confondu les espèces dans le genre, et
même les espèces vivantes, ce qui est un peu plus contrariant.

On serait tenté un moment de croire ces vaniteuses sottises assez
châtiées par le ridicule qui les poursuit; mais, avec un peu
d'attention, on s'aperçoit bientôt qu'il fallait quelque chose de
plus. Encore un petit exemple, rien n'éclaircit mieux les idées.

Un des gens de M. de Richelieu battit si fort un homme, que le battu
mourut quelques jours après: c'est ce qu'on appelle vulgairement
_tuer_. La femme du défunt eut l'insolence de se plaindre: «Je fus
obligé, dit M. de Richelieu, d'écrire à d'Argenson pour la faire
taire.» On sait que _faire taire_ un homme du peuple, une femme du
peuple, c'était, en langage de police, menacer de Bicêtre. On voit que
le peuple a gagné à se faire appeller _la nation_. Ceci, par
parenthèse, explique assez bien le plaisir qu'il trouve à se servir de
ce mot; et, sans justifier l'abus qu'en a fait quelquefois son
ignorance passagère, on peut dire qu'il s'est trouvé assez mal du mot
_peuple_, pour vouloir lui en substituer un autre. Revenons au mot de
M. de Richelieu: _Je fus obligé d'écrire à d'Argenson...._ Il a regret
à la peine de se mettre à son bureau, de prendre la plume pour exiger
d'un magistrat le silence des lois, c'est-à-dire, leur violation, en
arrêtant la poursuite d'un homicide! Et que dire de la tranquille
certitude qu'il a d'être obéi par ce d'Argenson, auquel il commande
une honteuse prévarication, comme un hommage dû à la grandeur? Sans
doute il regrettait aussi de prendre la plume, quand il fit mettre
pour six mois à Bicêtre un bourgeois de Paris, qui avait cru
reconnaître sa femme dans la personne de madame de Charolois, conduite
chez un commissaire; quand il fit enfermer au Fort-l'Évêque un de ses
valets de chambre, pour avoir été préféré à lui par une jolie
ouvrière; quand il fit mettre pour six mois à l'hôpital cette
malheureuse, _pour la punir_, disait-il, _d'avoir un mauvais goût, et
de préférer un valet à un grand seigneur_.

Il faut convenir que tous ces traits, et tant d'autres effets
immédiats d'une féroce arrogance, trop commune en différentes classes
autrefois privilégiées, ont dû provoquer d'autres punitions que celle
du ridicule. C'est du souvenir de tant d'outrages que sont nés les
plus grands événemens d'une révolution qui foule aux pieds ce stupide
orgueil, et qui absout un peu les Français de leur longue patience. La
destruction presque subite de ce monstre, vil bâtard de la féodalité,
rappelle un fameux passage de Suétone[12] applicable à l'état dont
nous sortons. Les Français, ayant souffert ces opprobres et ces
horreurs pendant plusieurs siècles, les firent enfin cesser en 1789.

  [12] Tale monstrum per mille annos perpessus orbis terrarum
  tandem sustulit.

Les désordres dans lesquels se plongeait la jeunesse du duc de
Richelieu, lui étaient communs avec toute la jeune noblesse de France;
mais il avait surpassé tous ces rivaux dans cet art, alors si
célèbre, d'orner le vice, de le revêtir de l'agrément des manières, de
toutes les grâces de l'esprit; de lui prêter la séduction d'une
amusante légèreté, qui tourne en passe-temps le mal qu'elle fait et
jouit du scandale qu'elle cause: talent fort estimé des descendans de
l'ancienne chevalerie, et par lequel Richelieu était devenu l'objet de
l'émulation générale. Il pouvait se flatter d'être le meilleur élève
du fameux comte de Grammont, ou plutôt d'Hamilton, son historien. Ce
livre a été long-temps, comme on sait, le bréviaire de la jeune
noblesse. C'est lui qui a le plus contribué à fonder en France une
école d'immoralité prétendue agréable, et d'une perversité réputée
charmante. Réussir auprès des femmes fut d'abord le premier mérite;
les tromper fut le second; et, comme tous les arts vont en se
perfectionnant, les livrer au déshonneur et à la dérision publique
devint la jouissance la plus délicieuse. C'est ce qui paraît
inconcevable; mais ce n'est pas tout: le comte de Grammont étendit
beaucoup les bornes de l'art et les ressources du talent; celui de
friponner au jeu devint une gentillesse parmi les adeptes ou les
concurrens; et enfin la science fut portée au comble par l'admission
des friponneries de toute espèce, et même de la filouterie. C'était
pousser un peu loin les droits de l'honneur français; mais, d'un autre
côté, c'était lui faire d'illustres et de nombreux partisans; c'était
appeler à son secours tous les ennemis de la morale moins
complaisante, moins arbitraire, et qui, par cette raison, a paru
long-temps un peu bourgeoise: grand défaut, devenu moins choquant,
depuis qu'au lieu de bourgeois la France a des citoyens. On commence à
s'apercevoir que l'abolition des ordres lui a déjà fait prendre une
meilleure contenance, et l'on croit qu'avec le temps elle pourra
triompher de son fantastique adversaire, _l'honneur français_, dont M.
de Richelieu était alors un des plus illustres représentans, ayant
affiché plus de cent femmes, et tué ou blessé deux ou trois hommes. On
l'a vu depuis, dans sa vieillesse, tenir le sceptre de l'honneur,
d'une main odieuse, avilie aux yeux de la morale, mais non pas aux
yeux de cet honneur: observation qui rend inutiles toutes celles qu'on
pourrait y ajouter.

Il était probable que ce seraient là les plus grands exploits de M. de
Richelieu, et que les succès de cette espèce, ceux de la table et du
jeu composeraient toute sa gloire. Il n'en serait pas moins parvenu à
tout; c'était le privilége des hommes de sa classe.

Mais M. de Richelieu joignait à ses vices quelques qualités heureuses;
et aux préjugés qui dégradaient sa raison, comme celle de tant
d'hommes nés dans le même rang, il unissait un esprit fin, une
certaine sagacité indéfinissable, un tact heureux et prompt qui, en
toute affaire, lui faisait saisir le point de la difficulté, et
chercher les moyens de la vaincre. Il savait ce qu'il voulait, chose
plus rare qu'on ne pense; et, malgré une foule d'inconséquences dans
les détails de sa vie privée, il marchait toujours à son but. C'est ce
qu'avait démêlé Voltaire à travers les folies dont il avait été
témoin, et que lui-même avait partagées. Richelieu, dès sa première
jeunesse, avait arrangé son plan d'égoïsme: ce qui suppose, à la
vérité, une âme froide et un esprit déjà pervers, mais capable de
réflexion. Ce plan s'étendit ensuite avec les succès et avec les
espérances qu'ils font naître; mais il le rapporta toujours à un même
objet, à un calcul de bonheur tel que ses idées et ses passions lui
permettaient de le concevoir. Rechercher tous les plaisirs, tirer de
leur publicité même une sorte de gloire et un moyen de les multiplier,
courir à la fortune par toutes les voies qui étaient à son usage (et
presque toutes y étaient), se maintenir auprès du maître, avoir une
place à la cour et un gouvernement où il pût faire tout ce qu'il
voudrait: voilà les idées qui l'occupaient dans le sein des plaisirs
même. A la vérité, telles sont à peu près celles des courtisans qui se
trouvent à portée de former de pareils projets; mais nul n'avait, plus
que Richelieu, l'art de deviner et de ménager quiconque pouvait le
servir dans ses vues. Il dut même en être occupé plus constamment,
persuadé, d'après une prédiction d'astrologue, qu'il remplirait la
carrière d'un siècle: il ne s'est trompé que de huit ans.

Ce fut immédiatement après la mort du régent, que Richelieu commença
de mêler les affaires aux plaisirs. Le plaisir même préparait le
succès des affaires, ou du moins des intrigues qui le conduisaient à
s'en occuper utilement pour lui. A cette époque, madame de Prie
régnait, car M. le duc était premier ministre. C'était peu de s'être
assuré de mademoiselle de Charolois, sa sœur (_s'assurer_ était le
mot technique); il fallait encore être sûr de madame de Prie: et
Richelieu s'en assura de la même manière. Il fit mieux encore, il se
laissa quitter. Un de ses principes (car il en avait beaucoup de cette
espèce) était de gagner de primauté toutes les femmes; mais cette
fois, il jugea que le rôle d'un amant affligé, résigné, philosophe
indulgent, qui connaît l'inconstance du cœur humain et qui la
pardonne, convenait merveilleusement au succès de son affaire. Il
acquit ainsi la confiance de la maîtresse de M. le duc. Il la prit
encore par un autre faible: il la servit dans le projet de renvoyer
l'infante, et de donner une femme de son choix à Louis XV. Il
proposait une princesse de Saxe, et remit même un Mémoire à madame de
Prie sur ce sujet. C'était une idée de madame de Gontaut, qui depuis
peu s'était attachée à M. de Richelieu. Ainsi les femmes faisaient
tout pour lui, et lui faisait tout pour les femmes. Cet embarras de
marier le roi était la suite du renvoi de l'infante. On avait
scandalisé l'Europe, offensé le roi d'Espagne, indisposé l'Empereur.
On manquait à la mémoire de Louis XIV, à la personne de Louis XV: mais
ce désordre arrangeait madame de Prie; et l'intérêt personnel d'une
vile intrigante, maîtresse du prince ministre, s'appela politique,
raison d'état, pendant tout le ministère de M. le duc: c'est la règle.
Une chose remarquable, et qui prouve combien les événemens peuvent, en
politique, devenir favorables aux plus mauvaises mesures, comme
nuisibles aux meilleures, c'est que ce renvoi de l'infante, ce refus
de lui substituer une princesse de Saxe, cette étrange préférence
donnée à la fille d'un roi détrôné, ces fausses combinaisons valurent
à la France, par une suite de hasards impossibles à prévoir, la
possession de la Lorraine et du duché de Bar; avantages
très-supérieurs à ceux que pouvait apporter l'infante d'Espagne ou la
princesse de Saxe.

Dans l'inquiétude que causait cette célèbre tracasserie, dont il
pouvait résulter une guerre, l'ambassade d'Allemagne devenait d'une
extrême importance. Richelieu osa présumer assez de son esprit et de
ses talens, pour la solliciter. Il trouva la cour de Charles VI livrée
à l'Espagne, prévenue de la faiblesse de notre ministère, et disposée
à développer cet orgueil que le faible oppose à ceux qu'il croit
encore plus faibles que lui. Richelieu n'eut d'abord que des dégoûts à
essuyer. L'Empereur lui refusa long-temps la permission de faire son
entrée: on répandait dans Vienne que, vu sa jeunesse, il ne pouvait
être qu'un espion. C'est ce qui l'affligea le plus, _attendu que ce
rôle_, dit-il, _n'appartient qu'à un homme du peuple_. On ne conçoit
pas un pareil reproche à l'égard d'un ambassadeur avoué par sa cour,
qui certainement ne va pas dans une cour étrangère pour espionner,
mais simplement pour épier, observer, surprendre les secrets, ce qui
est bien différent.

Le moment où Richelieu s'offensait d'être pris pour un espion, était
précisément celui où Voltaire, son ami, faisait réciter au théâtre ces
beaux vers, dans _Brutus_:

    L'ambassadeur d'un roi m'est toujours redoutable:
    Ce n'est qu'un ennemi, sous un titre honorable,
    Qui vient, rempli d'orgueil ou de dextérité,
    Insulter ou trahir avec impunité.

Observons que celui qui débite ces vers est un consul romain, Valérius
surnommé Publicola, _qui cultive le peuple, qui s'est voué au peuple,
homme du peuple_, si l'on veut, mais dans un sens fort différent de
celui que Richelieu attachait à ce mot.

Les obstacles mis à l'entrée de l'ambassadeur de France étaient
l'ouvrage du duc de Riperda, Hollandais, ambassadeur d'Espagne.
Richelieu résolut de se débarrasser de cet adversaire, sans
compromettre de nouveau la cour de Versailles avec celle de Madrid.
Tel était et tel est encore l'état des mœurs en Europe, que le talent
de se battre en duel n'est pas toujours étranger à celui des
négociations (quoique l'abbé de Mably n'en parle pas) et peut
contribuer à leur succès. Une insulte personnelle faite à Riperda, et
dont celui-ci négligea de demander raison, dégrada l'ambassadeur
d'Espagne, et lui rendit le séjour de Vienne encore plus désagréable
qu'il ne l'avait été au duc de Richelieu. Celui-ci obtint l'honneur de
faire son entrée: c'était l'honneur de se ruiner. Elle fut remarquable
par un faste sans exemple jusqu'alors; mais Richelieu voulait éblouir,
comme il voulait que sa cour intimidât celle de Vienne, qui prenait le
ton d'une supériorité offensante. On continua de prodiguer les dégoûts
à l'ambassadeur de France. L'Empereur, qui ne l'invitait ni aux bals
ni aux fêtes de la cour, le réservait pour les messes, les vêpres, et
tous les offices, qui étaient d'une longueur insupportable à tout
autre que sa majesté impériale, laquelle était dévote. L'ambassadeur
tint bon contre l'ennui: courage qui lui fit beaucoup d'honneur, et
montra qu'il était propre aux affaires. C'est ce que l'on ne croyait
pas; mais on en fut parfaitement sûr, lorsqu'on le vit travailler
douze ou quinze heures de suite, quelquefois même passer les nuits à
chiffrer. La patience avec laquelle il supporta ce travail, il
l'attribua toute sa vie aux différentes stations qu'il avait faites à
la Bastille, où il lut avec fruit l'histoire, et principalement celle
de France. C'était le seul temps de sa vie qu'il eût donné à l'étude,
et il aimait à rappeler l'obligation qu'il avait à cette forteresse.

La pénétration naturelle de Richelieu lui fit apercevoir bien vite
qu'on lui avait mal fait entamer la négociation; et il vit mieux et
plus juste que tout le conseil de France: ce qui n'était pas bien
difficile. Le plus simple bon sens avertissait que, dans le dessein
d'appaiser Philippe V, il fallait choisir pour médiateur, non pas le
roi d'Angleterre qui lui était suspect, mais l'Empereur lui-même alors
disposé en faveur du roi d'Espagne. Croira-t-on qu'il fallut beaucoup
de temps et de soin à Richelieu pour convaincre de cette vérité le duc
de Bourbon et Morville, ministre des affaires étrangères? On n'a
indiqué, dans la vie privée du maréchal, que le principal objet de
cette négociation. Les détails sont réservés à sa vie publique, et
contiendront vraisemblablement un gros volume: c'est plus que la
seconde guerre punique dans Tite-Live; mais tout devient important
chez les modernes.

L'étonnement que causait à Paris et à Versailles le genre de vie qu'il
menait à Vienne, la facilité avec laquelle il se prêtait à des mœurs
si nouvelles, lui firent donner le nom d'Alcibiade. Il avait de plus
avec le héros grec une autre conformité: celle de se consoler de tout,
comme lui, dans le commerce des femmes. Mesdames de Badiani et de
Lichtenstein prirent pitié de ses tourmens diplomatiques. L'une
d'elles lui déclara qu'elle estimait beaucoup le zèle qu'il avait pour
sa cour, et l'en récompensa en lui révélant les secrets de la sienne.

L'intrigue de madame de Lichtenstein fut secrète, celle de madame de
Badiani publique. C'était la maîtresse de prince Eugène. Il prit de
l'humeur; mais il était vieux; et, malgré sa haine pour la cour de
France, presque Français, il pardonna. Richelieu avait mis ainsi sur
la même ligne à peu près Eugène et Villars. Les vainqueurs, les
vaincus, Français, étrangers, amis, ennemis, Voltaire comme les
autres, tout subit le sort commun: Madame du Châtelet se reprocha
toujours cette faiblesse, du moins à ce qu'elle prétend. Il paraît que
Voltaire prit très-mal la chose, et presqu'en bourgeois; c'est
beaucoup dire: au moins est-il vrai qu'il n'y mit pas une grâce
parfaite.

Tandis que l'ambassadeur, aidé de ces dames, menait à bien sa
négociation, M. le duc de Bourbon fut renvoyé du ministère. Richelieu
en fut plus affligé que surpris. Il s'était, comme on dit, tenu en
mesure avec l'évêque de Fréjus; et, par un heureux hasard, il se
trouva en position de servir utilement le nouveau ministre. Le
suffrage de l'Empereur était nécessaire au précepteur du roi de
France, qui sollicitait le chapeau de cardinal. Cette partie de la
négociation devint bientôt, comme de raison, la plus importante: elle
réussit; le cordon bleu en fut la récompense. Il en eût désiré
quelqu'autre plus solide, «connaissant, dit-il, des choses beaucoup
meilleures que le cordon bleu.» Cependant, comme il l'obtint trois
ans avant l'âge, sa vanité fut satisfaite; et ce cordon lui tint lieu
d'une récompense plus réelle. Il quitta Vienne, et revint triomphant
du séjour de la dévotion à celui des plaisirs, pour lesquels il avait
une vocation plus marquée.

Richelieu, de retour à Paris, se rendit à tous les goûts de sa
jeunesse. Il redevint le héros de toutes les aventures galantes. Il ne
put plus faire un pas à la cour, sans trouver quelqu'une de ses
maîtresses anciennes ou nouvelles. Ce fut alors qu'il acheva de
mériter la gloire qu'on lui a depuis accordée, celle d'avoir
perfectionné les mauvaises mœurs. Les femmes de la ville furent aussi
l'objet de ses soins; et là, parmi les hommes, la classe de ceux à qui
leur fortune permettait de vivre avec la classe supérieure, le prit
pour modèle; l'imitation descendit même dans les rangs inférieurs, et
y produisit de ridicules copies dignes d'être jouées sur le théâtre,
et qui en effet y ont été jouées. Mais la représentation de ces
ridicules reproduits sur la scène, loin de les corriger, a semblé
quelque temps les multiplier dans le monde et dans la société. C'est
ce qui, plusieurs années après, a fait dire à J.-J. Rousseau que le
théâtre renforçait les mœurs, au lieu de les réformer: observation
juste et profonde d'un phénomène bizarre, qui ne peut avoir lieu que
dans une nation entièrement dégradée, où la dépravation de tous a
corrompu le jugement de tous; où, par le renversement de toutes les
idées naturelles, et par l'oubli complet de toute morale, la peinture
du vice est prise naïvement pour son éloge; enfin, où l'on accepte
comme modèle présenté à l'imagination ce qui est offert au mépris et à
l'indignation publiques.

S'il pouvait exister un spectacle plus affligeant et plus odieux, ce
serait de voir ce même peuple, assemblé au théâtre, se réjouir et rire
aux éclats de sa propre dégradation, en applaudissant sur la scène à
des traits qui l'avilissent lui-même, dans la personne d'un bourgeois
ou d'une bourgeoise insultés par un monsieur le comte ou une madame la
marquise, dont les insolences étaient à coup sûr honorées de la faveur
du parterre. Des pièces entières roulent sur ce fond et sont dirigées
vers ce but méprisable. Certes, on peut presque pardonner à ceux qui,
méconnaissant l'influence des lumières régénératrices des empires, ont
cru la révolution impossible, ou ont pensé du moins qu'on ne pouvait
long-temps tenir soulevé hors de la fange un peuple qui semblait s'y
complaire et s'y enfoncer avec délices. Il est à croire que, lorsque
la génération actuelle aura disparu et fait place à d'autres Français,
à des hommes vraiment dignes de la liberté, ces turpitudes
dramatiques, bannies du théâtre qui ne pourra plus les supporter, mais
conservées dans les bibliothèques, comme tant de mauvais ouvrages,
accuseront la bassesse inconcevable qui faisait de l'avilissement
national le divertissement de tous les jours. Revenons à M. de
Richelieu.

Il avait perdu sa femme, mademoiselle de Noailles, qu'il avait épousée
malgré lui, et à laquelle il était toujours resté étranger. Il se
remaria, ne consultant que son cœur et son orgueil: c'était presque
la même chose. Il épousa mademoiselle de Guise, à laquelle il fut
fidèle six mois, ce qui parut une merveille. C'est à l'occasion de ce
mariage, que Voltaire fit sa jolie pièce:

    Un prêtre, un oui, trois mots latins
    A jamais fixent vos destins, etc.

Le public s'amusa beaucoup d'une saillie plaisante, par laquelle
Richelieu rappelait une aventure de sa première femme. Madame de
Richelieu, première du nom, avait long-temps aimé son mari
passionnément; mais, constamment négligée, même rebutée par lui, elle
s'était enfin consolée avec un écuyer; son mari l'avait su, et avait
tiré parti de cette connaissance pour s'amuser quelquefois de
l'embarras de sa femme; c'eût été un travers d'en faire un autre
usage. La mort de madame de Richelieu le débarrassa de cet écuyer
auquel il ne pensait plus. Croirait-on que cet homme, ayant eu
connaissance du mariage de M. de Richelieu, avant qu'il fût devenu
public, osa venir lui demander cette même place d'écuyer auprès de sa
seconde femme? «Quoi, monsieur, lui dit le duc, encore cette fois!
vous êtes bien alerte. Non, monsieur, on n'a pas besoin de vos
services.» Cette légèreté, dans la manière de considérer cet accident
et d'y faire allusion, fut généralement goûtée: c'était la perfection.

On approuva beaucoup aussi les ménagemens qu'il eut pour sa seconde
femme; elle était de la maison de Lorraine, et parente de l'Empereur.
M. de Richelieu poussa l'attention pour elle jusqu'à se gêner et à lui
cacher ses infidélités et ses intrigues. Il tint aussi une conduite
excellente à l'égard de madame de La Martelière, femme de la ville,
mais d'une beauté rare, à laquelle il continua de rendre ses soins
pendant une longue maladie et jusqu'à sa mort. C'est ainsi qu'il en
usa encore, quelques années ensuite, avec madame de La Popelinière,
devenue si célèbre par l'aventure de la cheminée tournante, et à
laquelle il fit une pension, ce qui n'étonne pas; mais qui fut payée,
ce qui est très-remarquable. Tous ces procédés, toutes ces honnêtetés
dont personne ne chercha l'explication dans les principes de la morale
universelle, tiennent chez M. de Richelieu à des convenances locales,
à des détails de mœurs qu'il est à propos d'éclaircir. M. de La
Martelière, M. de La Popelinière n'étaient point des miroitiers du
faubourg Saint-Antoine, comme le mari de la pauvre madame Michelin:
c'étaient de bons fermiers généraux de la place Vendôme, donnant
d'excellens soupés aux gens de la cour, et tous les deux parfaitement
ridicules. Ils défrayaient ainsi doublement leurs hôtes, et il eût
fallu de terribles raisons pour se brouiller avec de pareils amis.
Songeons que c'était le temps où une femme connue, voulant se
justifier du mauvais choix d'un amant, a dit, dans un couplet
très-joli:

    Je le pris sans scrupule,
    Et je le fis exprès
      Pour voir de près
      Son ridicule.

Comment rompre avec M. de La Martelière, qui avait mené M. de
Richelieu chez sa femme et chez une fille qu'il entretenait, se
vantait et se plaignait presque d'être adoré des deux, était désolé de
n'avoir point d'enfans ni de l'une ni de l'autre, et à qui M. de
Richelieu en promettait, gageant même _le double contre le simple_? Il
gagna, et M. de la Martelière eut des enfans.

Quant à M. de la Popelinière, ce fut lui qui se mit dans son tort, et
qui rompit le premier, ayant découvert la cheminée tournante par
laquelle M. de Richelieu entrait dans la chambre de sa femme: il ne
tenait qu'à lui de se taire. Ce fut bien ce que lui dit le maréchal de
Saxe, qui, après avoir admiré l'invention de la cheminée, blâmait
seulement la préférence donnée à Richelieu, et ajoutait plaisamment:
_Encore si c'était moi!_ Ce dernier trait prouve que le héros avait
daigné descendre aux manières françaises. Voltaire avait raison de
dire, dans le _poëme de Fontenoi_:

    C'est là ce fier Saxon qu'on croit né parmi nous.

C'est un éloge qu'on ne peut donner à M. de La Popelinière, qui
s'emporta, se couvrit de ridicule, et mit sa femme hors de chez lui.
Madame de La Popelinière, ainsi chassée, perdue et déshonorée plus
qu'il n'était d'usage, il convenait, il était décent que M. de
Richelieu la traitât bien, vu le monde où elle avait vécu, et où
n'avait pas vécu madame Michelin.

Rajeunissons M. de Richelieu, déjà vieux à l'époque de la cheminée, et
suivons les progrès de sa fortune. Il avait poursuivi le cours de ses
prospérités. Sa bonne conduite à Philisbourg lui avait valu le grade
de brigadier des armées du roi. Il avait tué en duel M. le prince de
Lixen, un allemand nommé M. de Penterieder: il avait eu de plus, dans
l'intervalle, beaucoup de femmes et quelques filles. Le commandement
de Languedoc vint à vaquer, et il l'obtint. On ne peut nier que sa
conduite n'y ait été infiniment plus honnête que partout ailleurs,
surtout pendant la vie de madame de Richelieu. Il mérite un grand
éloge pour la résistance qu'il opposa à M. de Saint-Florentin,
éternel persécuteur des protestans, et qui voulait faire de M. de
Richelieu un instrument de persécution. C'est ce qu'il ne voulut pas
être. Il envoya même à Versailles un Mémoire en leur faveur, rempli
des principes de la tolérance: c'est ainsi qu'on appelait alors le
simple bon sens et l'humanité. C'était le fruit de sa liaison avec
Voltaire, dont, à cet égard, il se reconnaît le disciple. Ce Mémoire,
et son indulgence envers les protestans, ne furent pas sans danger
pour lui, et lui firent grand tort à la cour; mais Richelieu jouissait
d'une faveur trop ancienne, trop personnelle, pour pouvoir être perdu
par une seule bonne action: un parvenu, un intendant, un homme sans
entours, à la bonne heure. Le duc se soutint, il pouvait même se
compromettre encore davantage, et, en dépit de M. de Saint-Florentin,
risquer toutes les bonnes actions qu'il aurait voulu, d'autant plus
que madame de Châteauroux, sa nièce, parvint, peu de temps après, à la
faveur déclarée du jeune monarque: c'est ainsi qu'on s'exprimait
alors. L'état de maîtresse du roi n'était point encore une dignité: on
ne lui disait point: _le poste où vous êtes élevée_; elle ne répondait
pas: _la place que j'occupe_. Ce langage est postérieur de quelques
années: il faut toujours remarquer le progrès des mœurs.

On accusa M. de Richelieu d'avoir tramé cette intrigue; mais il est
certain qu'il n'y eut aucune part: il ne l'apprit même que par la
confidence immédiate du roi. Ce n'est pas que cette accusation lui fît
beaucoup de peine, puisqu'il déclare que cette complaisance est la
moindre qu'on puisse avoir pour son roi, et qu'il voit fort peu de
différence entre lui procurer une maîtresse ou lui faire agréer un
bijou. Ces dispositions, connues du public, lui ont attiré long-temps
après, et vers l'année 1770, le reproche plus grave, selon lui,
d'avoir trempé dans une intrigue du même genre, mais d'une espèce
beaucoup moins noble à ses yeux. Rien n'était plus contraire à ses
principes. Il pensait qu'un roi se devait à lui-même de n'arrêter son
choix, ou ses choix, que sur des femmes présentées ou faites pour
l'être. C'était, selon lui, dégrader cette place que d'y élever des
personnes d'un rang inférieur; et les femmes de la cour étaient de cet
avis. A la vérité, quand le maître avait failli à cette règle de
convenance, le devoir des courtisans était d'honorer le choix du roi,
et d'en tirer tout le parti possible. C'est à quoi M. de Richelieu ne
manqua jamais. Il fit à toutes les maîtresses de Louis XV une cour
assidue; et même, dans sa vieillesse, on le vit approuver le dernier
goût du roi, et lui citer les noms des princes, rois et empereurs qui
avaient choisi, dans les derniers rangs de la société, leurs
maîtresses et même leurs épouses. C'est ainsi qu'il rajeunissait, dans
ses récits amusans, l'érudition historique qu'il avait acquise à la
Bastille: _Qualis ab incepto!_

M. de Richelieu, admis dans l'intimité du roi et de madame de
Châteauroux, devint, comme de raison, le guide de sa nièce dans sa
périlleuse carrière. Il fut le confident de ses chagrins, et ils
étaient grands. Elle aimait le roi, qui n'aimait que les plaisirs;
elle le sentait, s'en affligeait; elle voulait la gloire de son amant
qui ne voulait point de gloire; elle se désespérait de la prodigieuse
indifférence du roi sur toutes les affaires. «Je ne pouvais pas
croire, écrit-elle, ce dont je suis témoin, et qui, tôt ou tard, si on
n'y remédie, occasionnera un grand bouleversement.» Ce mot est
remarquable. Madame de Tencin, à la même époque, parlait aussi d'un
renversement total. Ainsi, dès l'année 1742, des femmes, par le seul
avantage de leur position, devançaient de quinze ou vingt ans les
pronostics, qui depuis ont fait honneur à la sagacité de plusieurs
philosophes et de quelques hommes d'état.

Ce qui étonnait madame de Châteauroux, causera sans doute la même
surprise à la postérité. On aura quelque peine à croire que, dans la
guerre de Bavière, le roi écrive de sa main, le 23 janvier (la lettre
existe): «Il y a des nouvelles de Bavière du 13 (décembre précédent),
mais je ne les ai pas vues.» Il était resté trois semaines, sans se
faire rendre compte des nouvelles de la Bavière.

Madame de Châteauroux, pour tirer le roi de cette apathique indolence,
souhaita qu'il parût à la tête de ses armées. Ce désir avait quelque
chose de généreux; il tourna contre elle; mais il accrut la célébrité
et la gloire de son oncle, le duc de Richelieu.

Distingué à l'affaire d'Ettinghen, où il n'eut de chagrin que ce
spectacle cruel dont nous avons parlé (_les corps morts des gens de
son espèce confondus impitoyablement avec ceux des soldats_), il était
devenu premier gentilhomme de la chambre et lieutenant général. Il se
distingua encore sous les yeux du roi, à la campagne de Flandre et à
la prise de Courtrai. Son assiduité auprès de lui pendant sa maladie à
Metz, l'obstination avec laquelle il refusa de croire au danger réel
de la maladie, tout servit à l'affermir dans la faveur du roi.
Richelieu était sincère et vrai dans cette occasion: il ne crut jamais
au danger de cette maladie de Metz, dont l'exagération lui parut
l'ouvrage des prêtres et des courtisans, ligués pour écarter d'un
prince faible et superstitieux madame de Châteauroux. Pendant cette
crise, elle se désolait, elle prévoyait sa perte prochaine. Au retour
du roi dans la capitale, sa maîtresse, confondue dans la foule, la
mort dans le cœur, jouissait de l'allégresse publique. Mais quelle
jouissance! elle avait vu le roi attendri de l'amour de son peuple.
«Il paraissait ému, écrit-elle, il est donc susceptible d'un sentiment
tendre!» Quel mot après trois ans de liaison! Tenue à l'écart, et
souhaitant d'être rappelée, elle croit le roi arrêté par la crainte
d'avouer ses torts envers elle. «Il croit peut-être, dit-elle, avoir
trop de torts à effacer, et c'est ce qui l'empêche de revenir: ah! il
ne sait pas qu'ils sont tous oubliés.»

Voilà la nature; c'est le sentiment et le langage d'Ariane dans la
pièce de ce nom:

    Plus de ressentiment de ton crime passé;
    Tu n'as qu'à dire un mot, ce crime est effacé:
    C'en est fait, tu le vois, je n'ai plus de colère.

Rien de plus touchant; mais Ariane, en adressant ces paroles à Thésée
dans Naxos, n'avait à prétendre, pour ses parens, ni commandement
d'armées, ni gouvernement de province. Voilà pourquoi elle est encore
plus intéressante que madame de Châteauroux, qui néanmoins, vu le
temps, le lieu et la place, ne manquait pas d'une certaine honnêteté.
Mais elle-même, malgré son zèle pour le bien de l'état, faisait faire
des fautes à son amant. Après la malheureuse affaire d'Ettinghen, il
écrit au duc de Richelieu: «Dites au maréchal de Noailles (proche
parent de madame de Châteauroux) que je ne lui écris pas, mais que je
suis très-content de lui.» C'est ainsi qu'il écrit au maréchal de
Soubise après la bataille de Rosbac; il fait plus, il lui donne le
bâton de maréchal de France. Voilà une de ces fautes que le despotisme
aurait dû à jamais s'interdire. On a quelque peine à concevoir ces
scandales authentiques, prodigués gratuitement, sans prétexte et
sans objet. Trois puissances gouvernent les hommes: le fer, l'or et
l'opinion; et quand le despotisme a lui-même détruit cette dernière,
il ne tarde pas à perdre les deux autres.

Nous rompons un peu trop souvent le fil des événemens publics, et nous
donnons trop d'attention à la partie morale du dernier règne. Revenons
à M. de Richelieu qu'on trouve partout, et jusqu'alors presque
toujours brillant.

Il le fut surtout à Fontenoi; et, quoiqu'aient pu dire ses ennemis,
ainsi que ceux de Voltaire, qui accusaient ce dernier d'immoler à son
idole la gloire du maréchal de Saxe, il paraît qu'on ne peut lui
refuser l'honneur du conseil qui détermina le gain de la bataille.
Cette idée d'entamer avec du canon la colonne anglaise, paraît
d'ailleurs si simple, qu'on ne peut attribuer qu'à la maladie du
maréchal de Saxe l'oubli d'un pareil ordre. Le courage de Richelieu,
égal à sa présence d'esprit, le précipita dans les premiers rangs de
la colonne éclaircie par le canon; et c'est là un des beaux momens de
sa vie.

Il est peut-être de tous les Français, celui qui a rendu le plus
saillant ce bizarre contraste du courage d'un guerrier intrépide et
des mœurs de Tanzaï: Lawfeldt lui vit déployer la même bravoure et la
même intelligence. Sa réputation militaire devint alors assez grande
pour que les Génois, à la mort du duc de Boufflers, désirassent de le
mettre à la tête des forces de la république soulevée contre les
Autrichiens. On ne peut nier que sa conduite n'y ait été habile et
vigoureuse. Elle lui fit pardonner les folies qu'il fit pour Pelinetta
Brignolet, belle-sœur du doge, la seule femme connue près de laquelle
il n'ait pu réussir. Richelieu avait alors cinquante ans; mais il ne
voulait point s'en apercevoir; et à Gênes même, plusieurs femmes le
lui firent oublier. Il avait eu le même avantage dans son ambassade de
Dresde, célèbre autant que celle de Vienne par le faste qu'il y
déploya: c'était une de ses passions.

Il réparait, comme tant d'autres, par l'avarice, les dommages qu'elle
lui causait. La même cour étrangère le vit abandonner à l'avidité du
public reçu dans son hôtel, de superbes décorations de dessert, même
son argenterie, et refuser à ses valets de pied le remboursement de
leurs frais pour leurs habits de gala. On le vit depuis, dans son
gouvernement de Bordeaux, s'approprier douze mille francs
d'appointemens attachés à la place de capitaine de ses gardes, payés
par la ville; et en détacher généreusement douze cents livres, disant
qu'à ce prix il aurait des capitaines des gardes tant qu'il voudrait.
Ce capitaine des gardes était pourtant bon gentilhomme, considération
très-importante pour M. de Richelieu; mais les principes
s'affaiblissent quelquefois dans la vieillesse. Nous ne parlons point
de la réduction proportionnelle faite sur les six mille livres payés
par la ville au secrétaire. Celui-ci n'était pas gentilhomme; il n'y a
rien à dire, si ce n'est que le gentilhomme et le roturier furent ici
confondus sans ménagement, comme à la bataille d'Ettinghen.

Nous arrivons au moment où M. de Richelieu, toujours jeune, brillant
d'exploits guerriers et d'aventures galantes, n'ayant été malheureux
en amour que dans la ville où il avait une statue, va jeter encore un
nouvel éclat, et accroître sa gloire militaire.

Il avait été l'un des courtisans les plus empressés de madame de
Pompadour, qui avait succédé au poste de madame de Châteauroux. Madame
de Pompadour, n'étant point de la classe des femmes présentées, la
manière de penser du duc ne lui permettait point d'approuver ce choix,
tant qu'il n'était pas fait; mais, une fois fait et déclaré, Richelieu
se comportait comme s'il l'eût approuvé: c'était son principe. Cette
conduite avait singulièrement flatté madame de Pompadour, et redoublé
pour Richelieu la bienveillance du monarque. Ce début était bon; mais,
par un caprice bizarre, Richelieu ne persévéra point: il avait de
l'orgueil, et il désobligea cruellement madame de Pompadour. Elle
avait, de son mariage, une fille chérie; et, voyant la cour à ses
pieds, elle crut pouvoir proposer au duc de Richelieu un projet de
mariage entre son fils et Alexandrine: c'était le nom de cette jeune
personne. Richelieu fit une de ces réponses, qui, sans être
précisément un refus ou une offense, laissent de longs souvenirs à la
vanité mécontente. Il est probable qu'il s'en repentit, et que, s'il
eût prévu la mort de cette jeune Alexandrine, il se fût épargné, par
une réponse plus obligeante, les désagrémens que lui attira sa
réplique.

Par malheur, ces petites tracasseries décidaient quelquefois du sort
d'une campagne et de la destinée de l'état. Elles pensèrent, comme on
verra, faire échouer l'entreprise sur Minorque, et occasionnèrent
probablement les délais mis dans le renvoi du courrier dépêché à
Versailles, après l'affaire de Closter-Seven, délais qui rendirent
inutiles à la France une avantageuse capitulation. Il est affligeant
de songer que toutes ces petites intrigues soient une portion
essentielle de l'histoire. Quant à M. de Richelieu, il croyait que
c'était l'histoire toute entière, et pensait qu'elle ne pouvait être
écrite que par des hommes initiés aux mystères du gouvernement:
ministres, généraux, courtisans. A la vérité, elle peut, selon lui,
être rédigée par un historien que choisirait le roi; «car pourquoi (ce
sont ses termes) laisser à tout le monde le droit d'écrire
l'histoire?» M. de Richelieu avait ses raisons de préférer les
historiographes aux historiens. Cependant on peut voir, par la manière
dont il est traité dans les Mémoires de Duclos, que personnellement il
n'avait pas plus à gagner avec les uns qu'avec les autres.

Quoi qu'il en soit, les uns et les autres doivent convenir que M. de
Richelieu développa, dans l'entreprise sur Minorque, les talens et les
ressources d'un général. Il arrive à Toulon: rien n'est prêt; il en
est peu surpris: il connaissait la haine des ministres secrètement
appuyés par madame de Pompadour. Il ne se rebute pas; il presse
l'armement, trouve des secours dans le zèle des Marseillais; il
s'embarque, arrive à Mahon, forme le siége de la citadelle, veille à
tout, et s'expose comme un simple soldat. On se souviendra long-temps
de la manière dont il fit cesser dans son camp l'habitude de
s'enivrer. «Je déclare, dit-il, que ceux d'entre vous qui s'enivreront
désormais, n'auront pas l'honneur de monter à l'assaut.» C'était
connaître les Français.

Pendant ce temps, qu'est-ce qui se passait à Versailles? Ses ennemis,
et surtout les ministres, faisaient des vœux contre le succès du
siége. On répandait, avec la joie de la malignité triomphante, les
nouvelles fâcheuses, les bruits défavorables; madame de Pompadour
disait hautement que Richelieu était rempli d'une présomption qui
méritait d'être châtiée, humiliée par un revers. Pour le roi, il était
indécis, et comme neutre entre sa maîtresse et son général. Il
trouvait sans doute le châtiment un peu fort; mais il convenait de la
présomption. «Au surplus, ajoutait-il, si la chose tourne mal, cela le
regarde, il l'aura voulu.» Par bonheur, la chose tourna bien. Mahon
fut pris: le roi, dans le fond, en fut fort aise; madame de Pompadour
se consola, fit du conquérant son héros, l'appela son cher Minorquin,
composa des chansons pour lui, les lui chanta; il les trouva
charmantes: et tout se passa le mieux du monde.

Tous ces détails sont attestés par les lettres de la duchesse de
Lauraguais, long-temps amie, et alors maîtresse du duc de Richelieu
(les soixante ans n'y faisaient rien). Elle était sœur de madame de
Châteauroux, et terminait ce récit par ces mots: «Ma sœur avait
raison de dire quelquefois qu'on serait tenté de voir tout comme un
songe, puisqu'il est impossible de remédier au mal avec un maître qui
se plaît à n'être rien.»

Des désastres, des scandales, des ridicules, forment, comme on sait,
l'histoire des campagnes suivantes. Madame de Pompadour, malgré ses
chansons pour M. de Richelieu, paraissait ne pas lui destiner de
commandement; mais le duc, exerçant sa fonction de premier gentilhomme
de la chambre, au commencement de l'année marquée par le crime de
Damiens, se trouva, par sa place, le garde-malade, et en quelque sorte
le consolateur de son maître. Il sut, des premiers, que la blessure du
roi n'était pas dangereuse; et sa sagacité, qui avait pressenti à Metz
la chute de madame de Châteauroux, immolée à l'intrigue des prêtres et
des ministres, lui fit deviner que madame de Pompadour sortirait
victorieuse d'une épreuve à peu près pareille. Il lui rendit des
soins, quand d'autres avaient la maladresse de l'abandonner. Il était
juste qu'un commandement fût la récompense de cette attention. La
France avait deux armées en Allemagne: l'une aux ordres de M. de
Soubise, intime ami de madame de Pompadour, par conséquent inamovible;
l'autre aux ordres de M. d'Estrées, général estimé, mais qu'elle
n'aimait pas: ce fut donc celui-ci qu'il convenait de dépouiller. L'un
des ministres, M. de Puisieux, son beau-père, le prévit, et lui
écrivait: «Vous êtes desservi; déjà même on vous donne un successeur.
Donnez la bataille; si vous la gagnez, on vous regrettera; si vous la
perdez, il n'en sera ni plus ni moins.» Vingt ou trente mille Français
tués sans objet, étaient peu de chose pour M. de Puisieux, quand son
gendre était prêt de ne plus commander. Le gendre profita du conseil,
risqua tout pour rien, livra la bataille et la gagna: succès inutile,
c'était le signal de son rappel.

M. de Richelieu, nommé son successeur, le rencontra à Strasbourg, déjà
traité, quoique loin de la cour, en général disgracié, abandonné de
ses officiers généraux, et resté seul avec sa victoire qui n'avait
point réussi à Versailles. Le nouveau général ne put s'empêcher de
dire à cette occasion: «C'est donc presque toujours aux places que
nous devons les hommages qu'on nous rend!» A la nuance d'étonnement
que suppose cette réflexion, on ne reconnaît pas l'esprit et
l'expérience de M. de Richelieu; l'exemple de l'abandon où étaient
tombés les maréchaux de Saxe et de Lowendal, devait l'avoir instruit
suffisamment. Il aurait dû être plus accoutumé à ce spectacle, moins
surpris, plus fait à la fatigue.

Une anecdote particulière achève de montrer l'accord et l'harmonie qui
régnaient dans le conseil. M. de Richelieu était déjà parti pour
Strasbourg, que M. de Belle-Isle, ministre de la guerre, ignorait
encore la nouvelle du commandement donné à M. de Richelieu. Il traita
d'imbécile celui qui la lui apportait.

On connaît aujourd'hui tous les détails de cette campagne brillante et
inutile, terminée par la capitulation de Closter-Seven. Il paraît
certain que la conduite militaire de M. de Richelieu ne mérite que des
éloges. Il paraît que l'infraction faite par les ennemis à ce traité
provisoire, ne doit être imputée qu'aux délais coupables des ministres
français, qui en différèrent à dessein la ratification. M. de
Richelieu, toujours actif et vigilant pour son compte, s'occupait même
de M. de Soubise. Il lui faisait passer de très-bons conseils, et
l'avertissait de prendre garde à lui. M. de Soubise n'y prit point
garde: c'était le roi de Prusse qui s'était chargé de ce soin. Il
l'avait dit formellement: «Quant au petit Soubise, j'en fais mon
affaire.» Il tint parole, et la bataille de Rosbac acheva d'annuller
la convention de Closter-Seven, déjà ébranlée par la négligence
malintentionnée du ministère français.

M. de Richelieu revint à Paris jouir d'une gloire contestée, mais
réelle. Il embellit son hôtel d'un pavillon magnifique, à qui le
mécontentement public avait donné le nom de _pavillon d'Hanovre_,
dénomination adoptée par M. de Richelieu lui-même, soit pour la faire
tomber, soit pour la faire tourner en son honneur, soit pour braver le
public, plaisir auquel il n'était pas indifférent. On supposait à ses
nouvelles richesses, qu'on exagérait sans doute, une source
malhonnête. Il avait, disait-on, tiré du pays ennemi des contributions
immenses; et, selon d'autres bruits plus calomnieux probablement,
l'argent français entrait pour beaucoup dans ce surcroît d'opulence.
Ses amis répondaient que le maréchal de Villars avait fait bien pis
encore. Sous l'ancien régime, les malheurs et les scandales, soit
publics, soit particuliers, avaient à choisir entre ces deux réponses
consolantes: _c'était bien pis autrefois_, ou _un jour ce sera bien
pis_. M. de Richelieu savait les employer à propos l'une et l'autre.

Nous ne nous étendrons pas sur les trente dernières années de M. de
Richelieu; elles sont trop connues de la génération actuelle, composée
en partie de ses contemporains. Il sembla, dans sa vieillesse, revenir
entièrement aux mœurs de la régence dont il ne s'était jamais
beaucoup écarté. Toujours plein de l'idée qu'il vivrait cent ans, il
avait souhaité, dans tous les temps de sa vie, de se placer dans une
position capable d'assurer l'impunité à ses vices et à toutes ses
fantaisies. C'est à quoi un gouvernement de province était
merveilleusement propre. Une place dans le ministère n'offrait cet
avantage que passagèrement, et de plus l'exposait à tous les orages de
la cour: aussi la refusa-t-il, à la grande surprise des courtisans,
dont l'égoïsme calculait autrement que le sien. C'est après la mort du
maréchal de Belle-Isle que cette offre lui fut faite; mais il était
trop empressé d'aller prendre possession de son gouvernement de
Guienne, «où il pourrait faire tout ce qu'il voudrait, et où personne
n'oserait lui rien dire, étant bien avec le maître:» ce sont ses
termes. C'est en effet à quoi se réduisait tout le mystère, et M. de
Richelieu l'avait très-bien saisi. Il se rendit à Bordeaux après une
maladie longue et affligeante, mais utile et secourable: une lèpre
universelle qui renouvela toutes ses humeurs, le rajeunit en quelque
sorte et le régénéra pour le vice. Il portait à Bordeaux la réputation
que devait avoir le vainqueur de Mahon, celle d'être bien à la cour,
non moins désirable en province, enfin celle d'homme aimable, qualité
qui relevait toutes les autres. Aussi fut-il reçu comme un
triomphateur, au milieu des acclamations publiques, et avec une sorte
d'ivresse. Son désir et son talent de plaire prolongèrent quelque
temps cette faveur publique; mais il se lassa bientôt d'être aimé; et
les vexations, les tyrannies de tout genre le rendirent odieux à la
ville et à toute la province: licence effrénée, encouragemens donnés
aux mauvaises mœurs, aux jeux, défense de port-d'armes, etc. Le mal
était sans remède; car M. de Richelieu était _bien avec le maître_. Il
venait souvent à la cour renouveler sa faveur, et donner à son crédit
la force nécessaire pour exercer dans sa province un despotisme
illimité, qui s'accrut de jour en jour pendant le règne de Louis XV.

Les querelles du gouverneur de Guienne avec les divers membres du
parlement de Bordeaux, ou même avec le corps entier, ne pouvaient être
un grand démérite aux yeux du roi qui détestait les parlemens.
Richelieu était à cet égard son confident le plus intime, comme on le
voit par les lettres de Louis XV au maréchal, imprimées à la fin du
troisième volume. Vindicatif comme l'était M. de Richelieu, on sent
quelle fut sa joie d'être chargé de faire enregistrer l'édit de
suppression du parlement de Bordeaux. Louis XV lui écrivait: «C'est le
désir d'avoir la paix qui m'a déterminé à détruire des corps
orgueilleux qui s'opposent depuis si long-temps à mes volontés. J'ai
trop à me plaindre de mes parlemens pour revenir jamais sur leur sort.
Je leur ferai voir que je ne tiens mon pouvoir que de Dieu, que je
n'ai de compte à rendre qu'à lui, et que personne ne doit s'opposer à
ma volonté.» Telle était, dès sa première jeunesse, la profonde
conviction du roi; et pouvait-on lui en faire un reproche? On avait
lié cette doctrine à toutes les parties de son éducation, et on
l'avait consacrée par la religion même. Il écrivait, en 1753, au sujet
des querelles du parlement et du clergé: «Je veux qu'on rende à Dieu
ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César; or, César ne tient
que de Dieu ce qui est à César; mais il ne le lâchera à personne sur
la terre française.»

La réponse qu'on pouvait faire au roi, et qu'il fallait adresser aux
courtisans et aux prêtres, est celle d'Athalie à Josabet, après avoir
entendu le jeune Eliacin:

    .... J'aime à voir comme vous l'instruisez;
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    Sa mémoire est fidèle, et dans tout ce qu'il dit,
    De vous et de Joad je reconnais l'esprit.

Louis XV avait un sentiment si intime de sa puissance illimitée, qu'il
n'attribue qu'à sa bonté la clémence dont il usa envers les parlemens,
et qu'il les menace d'un successeur moins doux, d'un maître plus
sévère. Il ne pouvait prévoir que son successeur se lasserait de voir
son autorité combattue par des corps orgueilleux, éternellement
compromise en de ridicules débats entre des ministres intrigans et des
cours de judicature; et qu'il aimerait mieux se voir chéri par une
grande nation puissante et heureuse, que de régner sur un peuple
avili et infortuné, qui ne peut apercevoir les vertus de son roi à
travers les crimes de ses ministres.

C'est dans cette correspondance très-curieuse de Louis XV, qu'on
trouve l'explication de la constance que ce prince a portée dans la
destruction des parlemens. On en fut étonné; mais la surprise redoubla
en lisant ces étranges paroles écrites en 1753, après avoir juré de
déployer contre les parlemens toute sa puissance royale: «Je répandrai
mon sang avec plaisir.» Cette même lettre est terminée par ces mots:
«Vous pouvez faire usage de ceci. Je ne le signe pas, vous connaissez
assez mon écriture pour être sûr qu'elle est de moi; mais je le ferais
même avec grand plaisir, s'il fallait, d'une autre couleur.»

C'est ainsi que parlait, dans cette seule occasion, un prince qui, se
tenant comme étranger aux affaires publiques, laissait quelquefois
manquer de respect à son nom, et même contrarier ses goûts personnels
par ses propres ministres. On connaît son mot: «Quand je vous disais
qu'ils sont plus maîtres que moi! Ils font des sottises; c'est leur
faute: pourquoi ne m'écoutent-ils pas?»

Cette faiblesse avait tellement enhardi l'insolence des ministres,
qu'ils affichaient leur mépris pour ses volontés connues, et même pour
sa signature. «Le roi m'a donné une pension, disait un homme à l'abbé
Terray, en lui montrant la signature du roi.--Que le roi vous paie,
répondait l'abbé.» Un autre présentait un bon du roi. «Ce n'est pas
le mien, disait le contrôleur général.» Ce contraste entre tant de
faiblesse et l'espèce de force qu'il déploie dans l'affaire des
parlements, tient à des idées et à des habitudes de sa jeunesse.
L'évêque de Fréjus, devenu ministre, s'étant trouvé engagé, comme ses
prédécesseurs, dans ces querelles avec les parlemens, se vit forcé
d'en impatienter l'insouciante jeunesse du monarque, et de lui donner
un rôle personnel dans ces farces ministérielles et parlementaires. De
là naquit l'importance que le roi continua d'y attacher. C'est ainsi
que des circonstances particulières placent dans le caractère et dans
l'esprit certains contrastes bizarres qu'il n'est pas toujours facile
d'expliquer. Ce qui était plus facile, c'était d'épargner au jeune roi
tout cet embarras: il suffisait, pour anéantir l'importance des
parlemens, de ne point en mettre à des disputes scolastiques,
déguisées en questions religieuses. Mais alors M. de Fréjus n'eût
point fait sa cour au saint siège; dès lors, plus de chapeau; et rien
de plus désagréable pour un évêque premier ministre. On ne saurait
trop répéter que telles sont les belles idées qui ont influé pendant
cinq ou six cents ans sur le sort des empires, et qui sont bien loin
d'être anéanties partout.

Le plaisir que M. de Richelieu avait trouvé à faire exécuter les
ordres du roi pour la destruction du parlement, lui fit accepter la
commission de les porter à la cour des aides de Paris. Ces deux
expéditions, et principalement la dernière, furent ce qui acheva de le
plonger dans l'avilissement où il était déjà tombé. On fut indigné de
voir le vainqueur de Mahon se rendre l'instrument ostensible d'une
intrigue abjecte dont on le crut alors l'auteur, il n'en était que le
confident; mais il l'était à sa manière: comme un vieillard corrompu
qui s'amuse de tout, encourage sans se compromettre, ne désespère du
succès d'aucune absurdité, et, en fait de vices ou de ridicules, ne
croit rien d'impossible. Il eut raison; rien ne l'était: mais, par
malheur pour le vieux favori, Louis XV mourut. Un nouveau règne fut
pour lui l'équivalent d'une disgrâce. Rebuté à Versailles, il alla
régner en Guienne; c'était un pis aller très-supportable: et voilà ce
que ces gouvernemens de province avaient de bon. Mais cette fois
l'honneur d'être bien avec le maître, condition requise pour y _faire
tout ce qu'on voulait, sans que personne osât rien dire_, cette
condition essentielle manquait à M. de Richelieu. Les Bordelais le
savaient; ils osaient _le dire_: et le gouverneur n'était pas aussi
absolu qu'il le désirait. Un procès ridicule l'obligea de revenir à
Paris, où le roi le fixa par la défense expresse de retourner à
Bordeaux. Ce fut un moment désagréable; mais avec lui les chagrins,
comme les plaisirs, ne duraient qu'un moment.

Sa place de premier gentilhomme lui donnait des comédiens à
gouverner, des caprices à satisfaire. Tout allait mal là, comme en
Guienne: et quand on se plaignait: «Ce sera bien pis, répondait-il,
sous mon successeur:» il faisait ainsi les honneurs de M. de Fronsac,
qu'il impatientait de toutes manières, et surtout par sa longue vie.
Il se divertissait à lui en présenter l'espérance; et lui-même la
considérait comme la punition des mauvais déportemens de son fils: la
punition était sévère. Celui-ci, rongé de goutte, l'ayant mérité, mais
pas si bien, voyait son père, le seul, entre les quatre premiers
gentilshommes et leurs survivanciers, qui se trouvât en état d'être de
service auprès du roi. Il recevait, dans son lit, la visite du
maréchal, qui le consolait pour le désoler, le grondait de sa molesse,
et se promenant lestement dans la chambre du malade, lui disait que
«lorsqu'on a la goutte à un pied, il fallait se tenir sur l'autre,
chose facile, ajoutait le malin vieillard;» et il le prouvait en
restant quelques minutes dans l'attitude qu'il indiquait comme une
recette. De la chambre du malade, il allait faire sa cour aux femmes,
et quelquefois réussissait, dit-on. On prétend même que, pour mieux
prouver sa jeunesse, il se battit en duel ou offrit de se battre à
soixante dix-huit ans. Ce qui est certain, c'est qu'il fut vu sortant
de chez lui, le soir, seul, à pied, et dans le costume ordinaire en
pareil cas. La célébrité attachée à son nom répandait dans le public
tous ces scandales ridicules; et le bruit qu'ils faisaient, était sa
récompense. C'étaient les mêmes mœurs que jadis un autre vieillard
avait affichées sous la régence, et avait conservées, ainsi que sa
santé, jusque dans un âge où les autres hommes touchent à la
décrépitude; et Richelieu était, à cet égard, le Lauzun de son siècle.

Cependant une légère incommodité l'ayant averti qu'il vieillissait, il
se maria, calcul bien entendu, qui intéressait à sa conservation une
femme vertueuse dont les soins prolongèrent probablement sa vie.

Le plaisir de contrarier son fils, et la singularité d'avoir été marié
sous trois règnes, entrèrent, dit-on, dans ses motifs; mais il
suffisait d'un égoïsme bien conçu, au moins dans cette occasion, tel
que Richelieu avait dès long-temps arrangé le sien.

Madame de Richelieu pouvait se flatter de fixer son époux: c'est ce
qui fut impossible. Il fut infidèle, même volage, à quatre-vingt-cinq
ans. Il fit plus, c'est-à-dire pis: on le vit balbutier de vils
hommages à ces beautés ambulantes, opprobre et scandale des grandes
villes; et le rebut des passans ne fut pas toujours le sien. C'était,
au reste, le seul chagrin qu'il donnait à son épouse, pour laquelle il
montra toujours les plus grands égards: à moins qu'on ne compte pour
des chagrins (et c'en était sans doute un très-grand pour une personne
aussi honnête), de voir son mari se permettre, par habitude, des
injustices odieuses, des vexations coupables, et d'énormes abus de
crédit. On peut citer, entre autres exemples, sa conduite à l'égard
d'un particulier, voisin du maréchal, et qui ne put jamais, du vivant
de M. de Richelieu, disposer d'un terrain qu'il avait acquis du roi,
et où il voulait faire bâtir. Ce mot de _crédit_ peut étonner dans son
application à un homme assez maltraité du maître. Mais tel était
l'effet d'une ancienne faveur, que lors même qu'elle n'existait plus,
il en restait toujours le crédit d'opprimer à la ville: c'était bien
la moindre chose. Maréchal de France et premier gentilhomme de la
chambre, M. de Richelieu, avec ses entours et sa célébrité, avait des
droits certains à la complaisance des gens en place, qui pouvaient
craindre encore son habileté en intrigues. De plus, il faut savoir
qu'indépendamment de la réserve qu'imposait la prudence, une
convention tacite avait tourné en mode, chère à l'orgueil, la
nécessité des ménagemens entre _gens de la même espèce_. Ainsi
faciliter ou du moins permettre l'oppression d'un inférieur, était une
convenance d'état dont on ne pouvait, entre honnêtes gens, se
dispenser sans indécence. Protéger le faible ou l'innocent contre
certains persécuteurs, paraissait un oubli des usages reçus entre
personnes d'un certain rang: c'était un manque de savoir vivre. Peu de
reproches étaient plus graves. Aussi, en pareil cas, n'y recourait-on
qu'à la dernière extrémité, qu'après avoir épuisé toutes les
conjectures, qu'après avoir supposé des motifs d'intérêt personnel,
d'inimitié secrète, d'intrigue prête à éclore; rien n'était moins
naturel que de manquer à des personnes d'un certain ordre, pour
protéger, qui?... un homme du peuple, autrement dit, de rien.

C'est peut-être ici le lieu d'observer que M. de Richelieu n'a jamais
pu prononcer le nom d'un bourgeois exactement et sans l'estropier.
Quiconque n'était pas gentilhomme, était à ses yeux un _quidam_ qu'il
suffisait de désigner, puisque le besoin l'exigeait; mais savoir de
pareils noms lui semblait un ridicule dont il se préserva toujours.
Nous tenons ce petit détail de vingt personnes, entre autres de M.
l'abbé Arnaud, que le maréchal, en dépit de la confraternité
académique, appela toujours l'abbé Renaud. Peut-être aussi était-ce un
souvenir machinal accordé aux mânes de madame Renaud, l'amie de madame
Michelin. En ce cas, ce ne serait que l'effet du radotage, qui, avec
la surdité, fut presque la seule incommodité de sa décrépitude. Il
s'éteignit par degrés, presque sans douleur, sans agonie, et mourut
l'année qui précéda la révolution. Heureux jusqu'au dernier moment,
l'enfance dans laquelle il était tombé, lui déroba le sentiment des
approches de la liberté, comme celui des approches de la mort: deux
spectres également horribles à ses yeux.

Telle fut la destinée de cet homme singulier; tel fut son caractère,
si l'on peut donner ce nom au mélange bizarre de tant de qualités
disparates. Nul n'eût été plus heureux, si les jouissances des sens
composaient tout le bonheur de l'homme: nul ne sut mieux se conserver
dans le genre de vie le plus fait pour abréger ses jours. Au reste, on
a cru que la plupart des excès auxquels il parut se livrer, ne furent
pour l'ordinaire qu'apparens. On dit que dans ses débauches, plus
indécentes que répétées, dans ses plaisirs affichés avec tant de
bruit, il savait se commander une prudente et habile économie de
lui-même; en un mot, qu'il n'était qu'un avare fastueux, là comme
ailleurs.

La fortune lui fut presque toujours favorable; mais il faut convenir
qu'il provoqua ses faveurs avec esprit, adresse et activité. Il sut
tourner surtout à son profit tous les vices de son siècle, dont il
peut dire: _Et quorum pars magna fui_. Il eut des qualités brillantes,
et aucune vertu. Il s'abstint de chasser, après avoir eu le malheur de
tuer un homme à la chasse; mais dans le même temps, il laissait
languir et mourir dans les prisons plusieurs innocens, qu'il y avait
fait enfermer pour en avoir été contrarié dans ses goûts et dans ses
fantaisies. Aussi, le peu d'actions honnêtes qui purent lui échapper
dans le cours d'une longue vie, n'y paraissent que de caprices, des
inconséquences qui surprennent plus qu'elles ne plaisent; comme on
voit, dans quelques ouvrages d'esprit, certains traits saillans, mais
déplacés, dont l'effet est détruit par cette raison.

Nous ne comptons point, parmi ses singularités, celle d'avoir mêlé à
l'incrédulité en fait de religion, une grande foi à l'astrologie, la
divination, la pierre philosophale: lui-même fait hommage de son
incrédulité à Voltaire, et les trois autres superstitions lui étaient
communes avec un grand nombre de courtisans. Les recherches
occasionnées par les crimes de la Brinvilliers et de la Voisin
prouvent à quel point la cour de Louis XIV était livrée à ces absurdes
illusions. Mais ce fut là le moins mauvais effet de son admiration
pour cette cour. Le goût d'un faste effréné, les maximes de la
tyrannie, tous les préjugés de son état portés au plus haut degré, et
si funestes dans un homme qui a joui presque toute sa vie d'une grande
faveur et souvent d'une grande puissance: voilà ce qui a fait de sa
longue existence un scandale et une calamité publics. On peut dire
qu'à l'exception du vieux duc d'Épernon, comme lui gouverneur de la
Guienne, et mort à peu près au même âge, aucun des ci-devant grands
seigneurs n'a insulté plus long-temps et plus impunément la nation
française. Il faut leur pardonner, ils n'y retomberont plus.

Nous avons eu occasion de citer plus d'une fois des Mémoires
particuliers de M. de Richelieu, écrits par lui-même, ou plutôt
rédigés sous ses yeux, puisque, indépendamment de l'orthographe qui
est irréprochable, le style n'est pas sans agrément. Ces Mémoires, qui
ne vont pas même jusqu'à la fin de la régence, font regretter qu'il
ne les ait pas continués, au moins jusqu'à son départ pour la Guienne.
Ils eussent été très-curieux, parce qu'il eût à peu près tout dit. Nul
homme ne paraît avoir fait moins de cas de l'opinion qu'on aurait de
lui après sa mort. C'est ce qu'on a pu voir dans le récit de
l'aventure de madame Michelin, qui compose près de la moitié de ses
Mémoires: le reste est l'histoire de ses aventures galantes jusqu'à
cette époque. Il les commença à l'âge de cinquante ans, en Languedoc,
où il commandait. C'était une complaisance pour une femme qui lui
avait promis de le récompenser à son retour. On ne sait par quel
caprice il a gardé le secret à cette femme, et à deux autres qui ne
sont pas même désignées par une lettre initiale. Cette réserve
surprend dans un homme qui, pour tant d'autres femmes, a étendu
jusqu'à la postérité la confiance intime dont, à cet égard, il avait
honoré le public contemporain. Quelle que soit cette femme, on est
surpris que M. de Richelieu, en cherchant à lui plaire, soit aussi
franc avec elle. C'est dans cet écrit qu'il développe au long sa
théorie de l'infidélité. «C'est un goût, dit-il, né avec nous. L'homme
n'a pas plus le pouvoir d'être constant, que celui d'écarter les
maladies. L'objet quitté n'a été que prévenu, voilà tout. Quelques
mois de plus ou de moins sont la seule différence entre l'infidèle et
l'abandonné.»

Il parle de son amitié à cette même femme, à laquelle il expose avec
la même loyauté sa théorie de l'égoïsme. «Quand l'évangile nous
prescrit d'aller pleurer avec les tristes, et rire avec les joyeux, il
nous donne un conseil salutaire pour notre bonheur physique, autant
que pour notre bonheur moral. C'est une folie de se mettre à la place
de ses amis malheureux. Les gens qui regardent l'égoïsme comme un mal,
ne voient pas qu'il est dans la nature. L'animal est égoïste; il ne
pense et n'agit que pour lui. Ceux qui, séduits par les prestiges
d'une philosophie déplacée, mettent leur bonheur à faire celui des
autres, sont toujours dupes de ce système: il faut rapporter tout à
soi. L'homme qui ne vit pas pour lui seul est toujours dupe de ses
sentimens. Vous êtes convenue plusieurs fois, belle amie, que j'avais
raison, et vous m'avez dit que c'était votre système.» On voit
qu'entre les deux amans, l'union des cœurs était préparée par la
conformité de principes, et surtout évaluée d'avance.

Nous regrettons de ne pouvoir présenter à nos lecteurs les idées
politiques de M. de Richelieu «sur la nécessité de changer le peuple
suffisamment; sur le danger d'une aisance qui lui permettrait de
raisonner, et de connaître peut-être ses forces, ce qui occasionnerait
une insubordination, à la vérité, facile à calmer en répandant un peu
de sang, mais qu'il faut toujours prévenir..... M. le duc de
Bourgogne, si regretté, aurait suivi la route tracée; il aurait été
forcé de faire ce que les ministres de son fils ont exécuté.» Tout
ceci s'écrivait en 1746, lorsque M. de Richelieu était devenu un homme
d'état profond.

C'est bien dommage aussi que nous ne puissions rapporter et abandonner
au commentaire de nos lecteurs, les divers jugemens de M. de Richelieu
sur les différentes parties de l'administration sous Louis XIV, les
réponses de M. de Richelieu aux reproches faits à la mémoire de ce
prince, etc., etc. Le rire et l'indignation se confondent à cette
lecture. C'est le code de la tyrannie fondu dans celui de la fatuité.
C'est Atys ou Médor vieillissant, devenu raisonneur, et écrivant des
atrocités futiles sous la dictée de Machiavel en délire.

Nous recommandons aussi à la curiosité de nos lecteurs un long passage
de ces Mémoires en faveur des substitutions. Le moment où ce morceau
paraît pour la première fois, le fera paraître plus piquant. On dirait
que l'auteur, qui embrasse leur défense, a pris soin de rassembler les
raisons qui doivent entrer dans le _considérant_ du décret par lequel
elles seront détruites.

Chacun des trois volumes de cette Vie est terminé par un recueil de
lettres, presque toutes de femmes. Elles n'apprennent rien, sinon que
chacune avait sa manière d'aimer M. de Richelieu. Celles de madame
d'Averne et de madame de Tencin sont un peu plus curieuses, attendu
que ces deux dames, aimant pour intriguer, développent quantité de
petits secrets alors reputés importans. Les lettres de madame du
Châtelet sont celles qui donnent la meilleure idée de M. de Richelieu
et d'elle-même. Elle lui parle comme à un ami aimable qui fut son
amant quelques jours, ou peut-être un instant, et devant qui elle se
reproche d'avoir offensé le sentiment durable qu'elle avait pour
Voltaire.

Mais ce qui mérite le plus d'attention, ce sont les lettres de madame
de Châteauroux et celles de madame de Lauraguais. C'est le langage de
l'amitié, c'est celui de l'amour, s'exprimant avec la même confiance,
et dévoilant tout l'intérieur de Versailles, pendant les campagnes de
Flandre en 1743 et 1744, pendant le siége de Mahon: nous en avons cité
quelques traits; ils doivent donner envie de lire le reste.

La correspondance de M. de Richelieu avec M. de Bernis, M. de Paulmy,
le comte de Broglie, et madame de Pompadour (car il faut la mettre
avec les ministres et les généraux), jettera un grand jour sur la
campagne de 1757.

Les lettres de madame de Pompadour portent l'empreinte de la gêne avec
un homme qu'on ménage, qu'on veut bien traiter, et qu'on n'aime pas,
en dépit du baiser qu'on lui promit et qu'on lui donna pour le
surcroît des contributions qu'il avait obtenu des états du Languedoc
en 1752. Madame de Lauraguais, sa maîtresse quatre ans après, le blâme
beaucoup de s'être arrêté en si beau chemin, et attribue à cette
indifférence la mauvaise volonté de madame de Pompadour à l'égard de
M. de Richelieu. «Je parle à mon ami, dit-elle, qui ayant été si
souvent coupable, devait continuer à l'être, pour son avancement et ma
tranquillité. Je comprends qu'après ce que vous m'avez dit, l'objet ne
doit pas vous tenter; mais ne fait-on pas quelques petits sacrifices
pour jouir tranquillement de ce qu'on mérite?» On voit que madame de
Lauraguais aimait par-dessus tout la tranquillité.

Plusieurs lettres de Louis XV à M. de Richelieu ne font pas le moindre
intérêt de ce recueil. Nous nous contenterons d'en citer quelques
traits.

»Le roi a soupé jeudi dans ses cabinets avec une princesse ou deux et
une duchesse, et on croit qu'il recommencera demain; mais on ne sait
si les princesses y seront ou duchesses, ou marquises, ou comtesses.
On remarque que, depuis quelque temps, les comtesses ont beaucoup
déchu de leur faveur. Le mot de l'énigme est que madame de La
Tournelle sera duchesse.» Elle le fut en effet, sous le nom de madame
de Châteauroux.

«Sa majesté a paru fort contente à son soupé, de la truite du lac de
Genève, que M. de Richelieu lui a envoyée.

«Il gèle ici comme tous les diables. Vous avez plus chaud que nous où
vous êtes (à l'armée de Flandres); mais nous aimons mieux être ici.

«Sa majesté a décidé l'affaire des parasols, et la décision a été que
les dames et les duchesses pouvaient en avoir à la procession, en
conséquence elles en ont eu.

«Non, assurément, M. de Broglie n'avait point d'ordre de quitter la
Bavière; et, s'il est martyr de la politique, je vous assure que la
politique l'est bien de lui.

«La semaine prochaine nous donnera vraisemblablement sujet à nouvelles
tant de Turquie que d'Italie.» (Les nouvelles d'Italie, où Louis XV
avait une armée, étaient plus intéressantes que celles de la Turquie.
Mais ceci ne doit point étonner: c'est quatre lignes après avoir dit
qu'il n'a point lu, au 23 janvier, les lettres de Bavière arrivées le
13 décembre. Il faut répéter que la lettre existe écrite de la main de
Louis XV.)

«Vous savez que je vous ai défait de M. de Bernage (intendant de
Languedoc), et que je l'ai remplacé par M. Le Nain; qu'en pensez-vous?
L'on dit qu'il a une femme et un premier secrétaire bien jansénistes;
je ne l'ai su que depuis. J'espère qu'il ne l'est pas.»

Ces citations, ainsi rapprochées, auraient suffi pour annoncer, dès
l'année 1743, ce que devait être le règne. Elles eussent dit dès-lors
tout ce qu'il est inutile d'exprimer à présent.

La dernière lettre du roi, celle qui termine cette correspondance, a
pour objet de faire agréer à la noblesse la préférence donnée à
mademoiselle de Lorraine pour l'honneur de danser au bal du mariage
de M. le Dauphin.

Suivent les représentations et le placet de la noblesse qui réclame
ses droits, avec respect sans doute, mais pourtant avec l'énergie
convenable dans une occasion de cette importance. On se rappèle, après
vingt ans, le trouble et l'agitation des esprits, pendant la
discussion de cette affaire. Aussi n'était-ce pas une bagatelle, comme
l'affaire des parasols.

Qu'il nous soit permis, en finissant, d'adresser à tout homme de bon
sens et de bonne foi une seule question: Combien de temps pouvait
subsister, sur les mêmes bases, une grande société dont le
gouvernement, l'état politique et moral présentaient partout, et sous
cent aspects différens, le tableau de vices, d'absurdités, d'horreurs
et de ridicules qu'un petit nombre de pages vient de rassembler sous
les yeux du lecteur, dans le cadre étroit de la vie privée d'un seul
homme?



  SUR les _Mémoires secrets des Règnes de Louis XIV et de Louis XV_,
    par Duclos, de l'Académie française.


L'authenticité de ces mémoires n'est pas suspecte. Plusieurs amis
particuliers de Duclos, et nombre de gens de lettres, savaient depuis
long-temps leur existence; mais ils pensaient qu'il se passerait un
grand nombre d'années, et peut-être un demi-siècle avant qu'on pût
les rendre publics. La révolution, qui a ouvert les prisons et les
bastilles, ouvre aussi les porte-feuilles. La vérité s'en échappe
avant la mort de ceux qu'elle offense. Ce moment est, comme on le sait
trop, l'époque des honteuses révélations. Mais, depuis ces deux
dernières années, le nombre en est devenu si grand, que ces _Mémoires
secrets des règnes de Louis XIV et de Louis XV_ apporteront
heureusement plus d'instruction que de scandale. Ils ont, pour
recommandation auprès du public, le nom, la probité, le talent de
l'auteur. Il est probable que cette dernière production de Duclos lui
donnera, parmi les historiens, une place plus distinguée que celle où
l'a mis son _Histoire de Louis XI_, objet de tant de critiques, dont
plusieurs ne sont que trop justes. On connaît le mot du chancelier
d'Aguesseau sur cette histoire de Louis XI: «C'est un ouvrage composé
aujourd'hui avec l'érudition d'hier.» L'auteur des _Mémoires secrets_
ne méritera point ce reproche. C'est le fruit du travail de plusieurs
années; c'est le tableau des événemens qui se sont passés sous ses
yeux, dont il a pénétré les causes, dont il a en quelque sorte manié
les ressorts. L'auteur a vécu avec la plupart de ceux qu'il a peints.
Il les avait observés avec cette sagacité fine et profonde qu'il a
développée dans les _Considérations sur les Mœurs_. C'était le vrai
caractère de son esprit. Il se retrouve dans les _Mémoires secrets_,
et ne pouvait se retrouver dans l'_Histoire de Louis XI_: c'est que
l'auteur s'était déplacé. Il a écrit les Mémoires de Louis XIV et de
Louis XV avec le talent qu'il tenait de la nature; et il avait composé
l'Histoire de Louis XI avec le talent auquel il prétendait. Cette
différence, en marquant celle de leur mérite, semble présager celle de
leur succès.

La révolution, loin de nuire à cet ouvrage, semble lui attacher un
intérêt nouveau. Il est écrit, sinon dans les principes qui ont
prévalu, au moins dans les idées de liberté qui ont préparé la
victoire de ces principes. Duclos mérite à cet égard une place
distinguée parmi les gens de lettres de la génération précédente. Il
pensait et s'exprimait en homme libre: c'est ce ton qui a fait en
partie le succès de son livre des _Considérations sur les Mœurs_. On
le retrouve dans ces Mémoires. Louis XIV, son règne, ses ministres,
ses courtisans y sont jugés d'une manière qui eût semblé bien étrange,
bien audacieuse, si ce morceau eût paru à l'époque où il fut composé.
On eût, pour le moins, trouvé qu'un historiographe prenait un peu trop
le ton d'un historien. Il y avait là de quoi faire tort à sa place:
Voltaire, qui l'avait quittée sans doute pour exercer plus librement
l'emploi d'historien, n'use point de ses droits dans son _Siècle de
Louis XIV_, aussi librement que Duclos dans ses Mémoires. Il est aisé
de sentir les raisons de cette différence: Voltaire voulait faire
jouir le public d'un ouvrage utile, et jouir lui-même de sa gloire,
sans compromettre sa tranquillité. Duclos, s'étant déterminé à ne
point imprimer ses Mémoires de son vivant, ne se crut pas obligé à
couvrir d'un voile, encore moins à rendre respectables _les faiblesses
d'un grand roi_. Il le montre tel qu'il est, jouet de ses ministres et
de ceux qui l'approchaient, aveuglé par sa seconde femme, esclave de
son confesseur, croyant vouloir et recevant d'autrui sa volonté,
couvrant le royaume de ses espions, et ignorant des faits publics et
connus de tout le monde.

On s'afflige, on gémit sur le sort des hommes, sur la fatalité qui
préside aux choses humaines, lorsqu'on jette les yeux sur les trois
portions du tableau que Duclos présente dans le premier livre de son
ouvrage: la cour de France, celle d'Espagne, celle de Rome.

En France, un vieux roi, accablé des malheurs d'une guerre, effet
d'une ambition dont il devait prévoir les suites; idolâtré de sa cour,
et haï de son peuple; élevé au rang des saints parmi les monumens de
ses adultères; se croyant un Théodose, quand on versait pour la foi le
sang de ses sujets, et rendant son âme à Dieu avec la confiance d'un
parfait chrétien, sur la parole d'un prêtre barbare.

En Espagne, son petit-fils, prince faible et dévot, avec du courage et
du bon sens, renfermé dans son palais entre un prie-dieu, sa femme et
son confesseur; soumis, ainsi que son épouse, à l'empire d'une
vieille intrigante française (la princesse des Ursins), dont
l'insolence osa retarder de plusieurs mois, pour une prétention
extravagante, la signature de la paix d'Utrecht, qui doit affermir sur
le trône d'Espagne le monarque qu'elle asservit.

A Rome, un vieux pontife, doux et humain, instrument des fureurs d'un
jésuite français, et qui, prétendant à l'honneur d'être un grand
latiniste, compose lui-même, quoiqu'un peu aidé de Jouvanci, l'exorde
d'une bulle qu'il déteste; et condamne, comme pape, un livre qu'il
aimait, _dans lequel_, disait-il, _il s'édifiait sans cesse, comme
chrétien_. Il faut convenir qu'on a quelque peine à voir le monde
ainsi gouverné.

Nous écartons une foule d'anecdotes, la plupart piquantes, dont Duclos
égaie un peu le fond de ce tableau si triste; mais nous en rappelerons
une qui montre plaisamment sous quel aspect on avait fait envisager la
religion à Louis XIV.

Le duc d'Orléans, allant, en 1706, commander l'armée d'Italie, voulut
emmener avec lui Angrand de Fontpertuis, homme de plaisir, et qui
n'était pas dans le service. Le roi, l'ayant su, demanda à son neveu
pourquoi il emmenait avec lui un janséniste?--«Lui! janséniste! dit le
prince?--N'est-ce pas, reprit le roi, le fils de cette folle qui
courait après Arnaud?--J'ignore, répondit le prince, ce qu'était la
mère; mais, pour le fils, je ne sais s'il croit en Dieu.--On m'avait
donc trompé, dit ingénument le roi, qui laissa partir Fontpertuis,
puisqu'il n'était d'aucun danger pour la foi?» Tel était le
christianisme d'un monarque, par lequel on faisait persécuter quinze
cents mille de ses sujets pour la gloire de Dieu.

La partie de ces Mémoires la plus importante, la plus soignée, c'est
l'_Histoire de la Régence_. Des six livres qui composent les Mémoires
de Duclos, elle en occupe quatre. C'est la plus complète que nous
ayons, et elle ne laisse presque rien à désirer. Il a fallu tout le
talent de Duclos pour soutenir si long-temps l'attention du lecteur
dans cette suite de folies, de désastres, de brigandages, dans le
récit de ces querelles entre les princes et les légitimés, entre
les légitimés et les ducs et pairs, etc.

C'est quelque chose aussi d'avoir fait supporter la vue de tous ces
fripons subalternes, que la faiblesse du régent et la scélératesse de
Dubois produisirent sur la scène.

Un P. Laffiteau, depuis évêque de Sisteron, émissaire de Dubois à
Rome, payé pour intriguer en sa faveur, et intrigant pour son propre
compte; rappelé par Dubois, qui lui donne un évêché pour s'en
débarrasser, et allant passer quarante jours chez un chirurgien, ce
qui, selon Dubois, lui tenait lieu de séminaire.

Un abbé de Tencin, convaincu de faux et de parjure à Paris en pleine
audience, remplaçant Laffiteau à Rome, pour qu'on n'y crût pas avoir
perdu au change.

Un abbé de Gamache, auditeur de rote, qui, rappelé à Paris, refuse net
d'obéir au gouvernement, se fait craindre de Dubois, mérite l'honneur
d'en être acheté, et serait devenu cardinal, si une mort prématurée
n'y eût mis ordre.

Un abbé de la Fare, qui subjugue Dubois par une audace astucieuse,
arrache de lui, en faveur de l'archevêque de Reims, son protecteur, la
permission de porter la barette obtenue de Rome sans l'aveu du régent.
On déployait dans ces intrigues, pour un évêché, pour un chapeau, des
talens et des ressources admirables: ce sont des ruses et des
subtilités dignes de Mascarille et de Sbrigani. Le peuple s'en
doutait; mais il ignorait les détails, réservés, comme de raison, à la
bonne compagnie, qui a eu tort de n'en pas garder le secret. On
avouera que, si de certaines dignités, de certains honneurs paraissent
tombés considérablement dans l'opinion, c'est un peu la faute de ceux
qui en ont si mal adroitement disposé et qui les ont si follement
avilis.

Parmi le grand nombre de faits rapportées par Duclos, qui, sous le
régent, rendirent l'autorité ridicule, en voici un moins connu et qui
mérite de n'être point oublié. Le duc d'Orléans, pendant les troubles
du système, avait exilé, comme on sait, le parlement à Pontoise. Dès
le soir, le régent fit porter au procureur général cent mille livres
en argent et autant en billets, pour en aider ceux qui en auraient
besoin. Le premier président eut une somme encore plus forte pour
soutenir sa table, et tira, à diverses reprises plus de cinq cents
mille livres du régent; de sorte que la séance de Pontoise devint une
vacance de plaisir. Le premier président tenait table ouverte, l'après
midi tables de jeu dans ses appartemens, calèches toutes prêtes pour
ceux et celles qui préféraient la promenade; le soir, un souper
somptueux pour toutes les jolies femmes et les hommes du bel air, qui,
dans cette belle saison, venaient journellement de Paris, et y
retournaient la nuit. Les fêtes, les concerts se succédaient
perpétuellement: la route de Pontoise était aussi fréquentée que celle
de Versailles l'est aujourd'hui: «Il n'eût peut-être pas été
impossible d'y amener le régent». Ce dernier trait est un excellent
coup de pinceau. Duclos en a plusieurs de cette espèce. C'est ainsi
qu'à propos de l'abbesse de Fontevrault, sœur de madame de Montespan,
qui paraissait fréquemment à Versailles, et qui venait montrer son
voile et sa croix dans cette cour de volupté, il dit: «Personne n'y
trouvait d'indécence; et l'on en aurait été édifié, si le roi l'eût
voulu». Ce mot ne paraîtra exagéré qu'à ceux qui ne connaissent pas à
fond l'esprit de ce temps. «Quelques-uns des courtisans, poursuit
Duclos, n'osaient pas même juger intérieurement leur maître: ils
respectaient en lui ce qu'ils se seraient crus coupables d'imiter:
semblables à certains payens que la pureté de leurs mœurs n'empêchait
pas d'adorer un Jupiter séducteur et adultère.»

Si quelque chose pouvait paraître plus étrange que ce trait de
faiblesse du régent, ce serait l'inconcevable aveu que fait de la
sienne Philippe V, dans une lettre écrite à sa nouvelle épouse, la
princesse de Parme. Il envoyait au-devant d'elle la princesse des
Ursins. Il était réglé secrètement entre les deux époux, que la reine,
à la première entrevue, cherchant querelle à madame des Ursins, la
chasserait sur-le-champ de sa présence. «Mais, ajoutait le roi, ne
manquez point votre coup d'abord, car, si elle vous voit seulement
deux heures, elle vous enchaînera, et nous empêchera de coucher
ensemble, comme avec la feue reine.»

La faiblesse de ces deux princes (le duc d'Orléans et le roi
d'Espagne), si proches parens, mais d'un caractère si opposé, fut la
vraie cause de tant d'événemens bizarres, en France et en Espagne,
soit dans l'intérieur des deux royaumes, soit dans les combinaisons de
la politique extérieure. Ce fut cette faiblesse qui enhardit et poussa
presque aux derniers excès l'imprudence des cardinaux Dubois et
Alberoni. Il serait curieux, mais il serait trop long de conter les
occasions où chacun d'eux trompa son maître, comme on trompe un
vieillard dans les comédies; et quelquefois ils se jouaient de lui
dans des affaires auxquelles était attachée la destinée de l'empire.
Duclos prétend qu'une de ces perfidies du cardinal Alberoni fit perdre
à l'Espagne l'occasion unique de recouvrer Gibraltar. En ajoutant foi
au fond de son récit, nous avons peine à croire que le recouvrement de
Gibraltar eût été la suite du fait qu'il raconte; le voici. Le régent,
lié avec le roi d'Angleterre George Ier, avait dépêché au roi
d'Espagne, un des anciens menins de Philippe V, un gentilhomme nommé
Louville, qu'Alberoni empêcha de voir le roi, par des moyens qui sont
toujours au pouvoir d'un ministre. «Les mesures étaient si bien
prises, dit Duclos, que si Louville eût pu voir le roi d'Espagne, il
lui eût fait aisément accepter et signer les conditions peu
importantes qu'exigeait le roi George; et celui-ci envoyait aussitôt
au roi d'Espagne l'ordre, pour le gouverneur, de remettre la place. Un
corps de troupes paraissait à l'instant pour en prendre possession; et
Gibraltar eût été au pouvoir des Espagnols, avant que le parlement
d'Angleterre en eût eu la première nouvelle.» Voilà un fait qui doit
paraître au moins douteux; et, s'il était cru en Angleterre, la
mémoire du roi George y serait aussi détestée que celle de Charles II,
qui vendit Dunkerque aux Français. L'historien devrait dire où il a
pris cette indication. Une dépêche du ministre anglais ne serait pas
une preuve suffisante, et laisserait encore plus de place au soupçon
d'une ruse diplomatique, qu'à celui d'une pareille trahison. Comment
imaginer que le roi George, chef d'une maison nouvellement établie sur
le trône d'Angleterre, eût osé jouer ainsi sa nation, avec bien plus
de risques que n'en courait Alberoni en négligeant l'intérêt de
l'Espagne? Il est bien plus probable qu'on n'avait pas dessein de
remettre vraiment Gibraltar à Philippe V, et que le cabinet de
Londres, par une de ces ruses ministérielles si communes, tenait en
réserve quelque moyen d'éluder sa promesse.

Nous avons eu de si fréquentes occasions, en rendant compte des
Mémoires de Richelieu, de passer en revue les événemens et les
personnes les plus connues à cette époque, que nous éprouvons une
sorte de dégoût à revenir sur les mœurs et sur les idées qu'elle
présente. Nous étendons cette réflexion au ministère de M. le duc, et
aux premières années du cardinal de Fleuri, les seules dont Duclos ait
écrit l'histoire. Mas nous croyons devoir recommander à nos lecteurs
un morceau très-intéressant sur la Russie et sur le czar Pierre,
composé sur des Mémoires dont il garantit l'authenticité. Ce morceau
épisodique trouve sa place sous le ministère de M. le duc, à
l'occasion de l'embarras où l'on fut de marier Louis XV après le
renvoi de l'infante. Catherine Ire, impératrice de Russie, fit offrir,
pour épouse du jeune roi, sa seconde fille, la princesse Élisabeth,
qui régna depuis en Russie: elle promettait pour récompense à M. le
duc, le trône de Pologne, après la mort du roi Auguste. Il est
probable que cet arrangement ne convint pas à la marquise de Prie,
maîtresse de M. le duc; il refusa la princesse pour le roi, et la
demanda pour lui-même, «dans l'espérance plus sûre des secours de
l'impératrice, quand elle les accorderait à son gendre.» Quelque
projet qu'on fasse de ne plus s'étonner, on est toujours surpris
malgré soi de la manière dont les ministres traitent quelquefois leurs
maîtres; les rois et les peuples, c'est tout un pour eux: _Tros
Rutulusve ruat_.

Nous ignorons si ces six livres des Mémoires de Duclos composent en
effet tout son ouvrage, et nous sommes portés à croire que non. En
effet, comment n'aurait-il rien écrit sur les événemens qui se
passaient sous ses yeux, au moment où il était plus en état de juger
les choses et les personnes? On peut soupçonner, que, vivant, il aura
pu prendre des arrangemens d'après lesquels il aurait marqué deux
époques différentes pour la publication de son ouvrage; en ce cas,
celle-ci paraîtrait la première, par des raisons qu'il est facile de
deviner; l'autre, dans les idées que Duclos pouvait avoir alors, plus
délicate et plus épineuse, ne paraîtrait que beaucoup plus tard. Cette
conjecture deviendra plus vraisemblable, si l'on fait attention à la
manière dont il traite l'_Histoire de la Guerre de 1756_, qui termine
le second volume. Nous le croyons détaché de cette seconde partie,
comme pouvant être livré au public séparément.

L'auteur semble y avoir eu pour objet de justifier, à certains égards,
le traité de Vienne, ou plutôt M. de Bernis, que l'on en crut
l'auteur, mais qui ne fit que s'y prêter, dans des limites qui bientôt
se trouvèrent franchies, et avec des restrictions au-delà desquelles
on passa, malgré les réclamations de M. de Bernis, qui donna sa
démission. L'auteur rappèle l'ivresse générale qu'excita la signature
de ce traité: ivresse qui dura jusqu'aux disgrâces dont il ne pouvait
être la cause. Ce ne fut pas ce traité qui fit naître les cabales, les
haines, les dissensions entre les ministres, les généraux, les
subalternes; qui fit faire tant de mauvais choix dans tous les genres:
et là-dessus l'historien récapitule nos sottises. Il les compte; le
dénombrement ne tient que huit pages: ce n'est pas trop. Les
adversaires du traité de Vienne posent la question autrement; ainsi,
les raisons de Duclos restent sans force pour eux. Mais il est inutile
d'entrer dans cette discussion, sur laquelle l'opinion publique est
fixée.



  SUR le _Voyage en Italie_, ou _les Considérations sur l'Italie_; par
    Duclos, de l'Académie française, etc.


Cet écrit, que l'auteur ne destinait pas à l'impression, ne peut
qu'honorer la mémoire et le talent de Duclos. On y retrouve son esprit
d'observation, sa philosophie libre et mesurée, sa manière de peindre
par des faits, des anecdotes, des rapprochemens heureux. L'auteur des
_Considérations sur les Mœurs_, écrivain doué d'une grande sagacité,
mais dénué d'imagination, presqu'étranger aux beaux-arts, ne dut s'en
occuper que très-peu, même dans leur patrie. Il n'affecte point de
parler de ce qu'il ne sait pas. Les gouvernemens, les hommes, les
mœurs générales et celles des différentes classes de la société,
voilà presque les seuls objets de son attention. Quant à la
description des monumens de curiosité de toute espèce, des
chefs-d'œuvre qui attirent les voyageurs, il renvoie, sur tous ces
objets, à cette multitude d'ouvrages qui en traitent bien ou mal. Il
se renferme à la fois dans son goût et dans son talent: c'est ce qu'il
pouvait faire de mieux pour ses lecteurs et pour lui-même.

Ce Voyage fut fait et écrit en 1767 et 1768, dans un temps où Duclos
se trouvait en quelque sorte contraint de sortir de France, pour
échapper à la persécution dont il était menacé pour la liberté de ses
propos dans l'affaire de M. de La Chalotais. Il était de la classe de
ceux qu'on cherche à faire taire sans les mettre à la Bastille; les
ministres d'alors avaient des idées très-précises sur ce qui leur
convenait, en calculant la position, les entours, les appuis, le degré
de célébrité, et ce qu'on appelait la considération de ceux qu'ils
étaient tentés de prendre pour victimes. Duclos n'était point en
position de braver un ministre, mais il pouvait l'inquiéter. Une
absence, un voyage, était une sorte de transaction qui arrangeait à la
fois le philosophe et le ministre.

Duclos, arrivé en Italie avec la réputation d'un écrivain distingué,
historiographe de France, membre de plusieurs académies, connu de la
plupart des ambassadeurs, et lié surtout avec M. le cardinal de
Bernis, se trouva bientôt à portée de connaître les principaux
personnages du théâtre sur lequel il était transplanté. Il trace leur
caractère d'un pinceau qui paraît fidèle; il dévoile plusieurs
intrigues alors secrètes; il raconte plusieurs faits alors
intéressans. L'histoire des deux derniers conclaves, la lutte des
factions opposées, les ruses, les contre-ruses et toutes les
ressources de l'astuce italienne, employées par les concurrens, tout
cela peut encore amuser, même aujourd'hui; il est toujours bon de
savoir comment les hommes ont été gouvernés. Duclos prétend néanmoins
que toutes ces ruses sont souvent inutiles, et que les augustes
assemblées nommées conclaves se séparent quelquefois par l'ennui, la
chaleur et les punaises: «car, ajoute-t-il, le saint esprit se sert de
tout.» L'élection de Rezzonico, homme sans aucune espèce de talens,
mais le fils d'un riche banquier, prouve que l'argent peut y servir
aussi; et le hardi voyageur ne doute pas qu'avec deux millions
habilement distribués, on ne pût faire pape un janséniste. Il faut
pardonner ces réflexions à un auteur français mis à _l'index_, même
avant son voyage d'Italie. Il n'en fut pas moins présenté au pape,
n'en reçut pas moins sa bénédiction et une belle médaille d'or. C'est
une des moindres contradictions de ce monde.

L'expulsion des jésuites de France était encore assez récente, et
occupait à Rome tous les esprits. Duclos raconte, à ce sujet, un fait
qui montre en même temps à quoi tiennent les plus grandes affaires, et
ce que c'est que cette politique si vantée de la cour de Rome. On en
peut juger par le refus que fit le saint père d'adhérer à la
proposition, et presque à la prière de Louis XV, qui souhaitait une
réforme dans l'institut des jésuites, et à ce prix promettait de les
conserver. Duclos a lu la lettre, qui contenait plusieurs éloges
affectueux de ces bons pères. Il en résulte de deux choses l'une: ou
que le cardinal de Rochechouart, alors ambassadeur de France à Rome,
fit sèchement la commission, évita habilement de lire la lettre au
père Ricci, général des jésuites, au pape, au cardinal Torrigiani son
ministre; et alors c'est le cardinal de Rochechouart qui se trouve la
cause de la destruction des jésuites; ou le pape et le cardinal
Torrigiani commirent une faute inconcevable. Ce bon ministre du
souverain pontife croyait, à cette époque, être au temps de l'empereur
Henri IV. Comment se peut-il qu'un gouvernement dont l'existence
dépend de l'état de l'opinion dans les différens pays de l'Europe avec
lesquels il a des rapports, soit si mal informé sur ce qui l'intéresse
davantage? C'est une question qu'on pouvait faire alors, et qui, de
nos jours a pu se renouveler, en 1791, à la lecture du dernier bref
pontifical. Duclos prétend, relativement à l'affaire des jésuites,
qu'il faut tout imputer à l'ignorance entêtée du cardinal Torrigiani,
et que les parlemens, les jansénistes devaient lui ériger un autel,
avec cette inscription: _Deo ignaro_. Ces autels aux dieux ignorans
pourraient se multiplier en Europe, et la liberté française leur en
doit déjà quelques-uns. Au reste, il attribue aux évêques de France à
Rome, plusieurs fautes du saint siége en d'autres occasions. «J'ai ouï
dire, dit Duclos au sujet de la bulle _Unigenitus_, que si nos évêques
ne soufflaient pas le feu à Rome, on y serait fort tranquille sur la
constitution.» Ne pourrait-on pas aujourd'hui appliquer mot à mot
cette phrase à la constitution française? Il paraît qu'on le peut, si
l'on en juge par l'indulgence avec laquelle on a vu à Rome les
changemens opérés en Pologne, relativement au clergé.

Cette faute du saint siége, dans l'affaire des jésuites, rappelle au
voyageur philosophe toutes celles que la cour de Rome venait de
commettre, depuis quelques années, à l'égard de plusieurs puissances
de l'Europe. Cette liste de maladresses pontificales se trouve assez
longue; de ces dispositions à attirer de fâcheuses affaires par des
prétentions maintenant déplacées, l'auteur concluait la destruction
assez prochaine de cette puissance précaire. Il osa dire au cardinal
Piccolomini, qu'il se flatterait même d'en être le témoin, s'il
n'avait que dix-huit ans; et le cardinal ne le contredit pas. Il n'est
pas rare de trouver dans Rome des gens d'esprit qui partagent cette
crainte. «Mais ce qu'on y redoutait le plus, dit Duclos, ce sont les
écrivains français, et même la nation française, qui, avec ses
incommodes libertés et son habile obstination à ne point se séparer de
l'église romaine, la rend plus dangereuse que ne le seraient des
hérétiques déclarés.» Ces mots, écrits en 1768, sont devenus par
circonstance tout à fait dignes d'attention en 1791.

On connaît assez tous les vices du gouvernement politique et
économique de Rome; et, sous ce rapport, Duclos n'apprend que peu de
chose aux lecteurs instruits. Mais les détails, secs et arides chez
d'autres voyageurs, prennent sous sa plume de l'agrément et de
l'intérêt. Dans l'exposé des défauts du gouvernement pontifical, il
distingue ceux qui appartiennent au fond de ce gouvernement même,
d'avec ce qui appartient à l'impéritie des papes et de leurs
ministres. Cette part, qui est la plus considérable, lui rappelle
fréquemment l'administration vigoureuse de Sixte-Quint, sous lequel la
plupart de ces vices n'existaient pas. Cependant, il se trouve que
c'est ce pape qui, pour détruire l'influence des grandes maisons et
les désordres dont elle était la source, s'étant emparé de presque
tout l'argent de Rome, et lui ayant substitué la monnaie de papier, a,
pour enrichir quelque temps le trésor public, appauvri le peuple pour
des siècles. «Bientôt, dit Duclos, il n'y aura plus d'argent dans Rome
que celui que les voyageurs y portent dans leurs poches; car la
plupart de leurs grosses dépenses se paient en lettres-de-change.» Ce
trésor pontifical, qui, sous Sixte-Quint et ses premiers successeurs,
était de vingt-quatre millions, était, en 1767, réduit à cinq, par la
nécessité où les derniers pontifes s'étaient trouvés d'y puiser
fréquemment. La révolution de France n'est pas propre à le recruter.
Il faut pourtant convenir que le tribut payé à Rome par la nation,
n'était pas aussi considérable que le prétendaient alors plusieurs
écrivains français. Duclos en fait le relevé d'après les registres
même de la daterie; et ce relevé donne, pour cinq ans, dix huit cents
soixante-dix-neuf mille huit cents quatre-vingt-dix-sept livres.
«Quelque modiques, dit-il, que soient ces sommes, c'est peut-être
toujours trop.» Cette réflexion était une hardiesse philosophique en
1768: aussi fallait-il un _peut-être_ pour la faire passer.

Le tableau des mœurs de Rome est et devait être, vu le talent de
Duclos, le morceau le plus intéressant de ce voyage. Il y porte le
coup d'œil d'un Français, qui rend saillant tout ce qui se trouve en
opposition avec nos idées; et déjà cette opposition se marquant de
jour en jour davantage, tous les excès de la superstition, les abus
qu'elle entraîne, le monachisme, les secours indirects offerts à la
mendicité, l'orgueil et l'ignorance des grands, le mépris des lois,
leur impuissance à protéger le peuple, sa misère, la férocité qui en
est la suite, etc., tout cela est peint avec la brusque vivacité
particulière à Duclos. Les anecdotes forment ses pièces
justificatives. En voici une d'un genre qui paraît presque incroyable.
L'auteur développe plusieurs effets de ces abus de crédit, poussés à
un excès monstrueux, et pour qui il a fallu même créer un mot
_prepotenza_: abus en vertu duquel un coquin, protégé par une
éminence, est à l'abri des poursuites de la justice, dans la franchise
du palais de son protecteur. Pendant la guerre de 1745, l'empereur
François Ier ayant été couronné à Francfort, une partie du peuple
vouée à la faction autrichienne s'avisa d'aller sous les fenêtres des
ambassadeurs de France et d'Espagne, alors ennemies de l'Autriche,
témoignant sa joie par des cris de _vive l'Empereur!_ L'ambassadeur
de France jeta de l'argent à cette populace, qui cria _vive France!_
et se retira. Mais il en fut autrement devant le palais du cardinal
Aquaviva, protecteur d'Espagne. Celui-ci, se croyant bravé, ouvre sa
fenêtre; et vingt coups de fusil, partis à la fois, jettent à terre
autant de morts ou de blessés. Le peuple veut incendier le palais, et
y brûler Aquaviva. Mais celui-ci s'était assuré de plus de mille
_braves_ dont il couvrit la place. Quatre pièces de canon, chargées à
cartouches, en imposent au peuple. Qui croirait que le pape, avec
l'autorité absolue et un corps de troupes, n'ait jamais songé à faire
au peuple quelque justice du cardinal? Voilà de terribles effets de la
_prepotenza_. Ce n'est pas tout: ce cardinal Aquaviva eut, dans les
derniers jours de sa vie, tant de remords de ses violences, qu'il
voulut en faire publiquement amende honorable: on en a fait à moins;
mais le sacré collége ne voulut jamais le permettre, pour l'honneur de
la pourpre. Ainsi, dans la capitale du monde chrétien, l'expression du
remords, cette vertu du pécheur et sa seule ressource, fut interdite à
un prêtre trop peu châtié par ses remords; et ce triomphe de l'orgueil
sur une religion d'humilité, fut l'ouvrage de ceux qui se portent pour
successeurs de ses premiers apôtres. La religion durera sans doute,
mais la _prepotenza_ ne peut pas durer.

Après quatre mois de séjour dans ce beau pays, Duclos passe à Naples;
et c'est, après Rome, le théâtre qui lui fournit le plus
d'observations politiques, morales, économiques, qu'il faut lire dans
l'ouvrage même. Son goût le portait particulièrement à tracer le
caractère de ceux qu'il fréquentait, ou même qu'il rencontrait. Il
s'égaie surtout aux dépens d'un prince de Saint-Nicandre, gouverneur
du roi, lequel lui ôtait des mains les _Mémoires de Sully_, faisait
apprendre le français au jeune prince par un jésuite allemand, et
réprimait avec soin tous les mouvemens honnêtes de son élève. «Le roi
de Naples, dit Duclos, a montré qu'il était susceptible d'une autre
éducation que celle qu'il a reçue.» Dans la dernière disette qu'il y
eut, ayant ouï parler de la misère du peuple, il proposa à son
gouverneur de vendre ses tableaux et ses bijoux, pour en donner le
prix aux pauvres. Le prudent gouverneur remontra, avec beaucoup de
dignité, à son élève, qu'il ne devait pas disposer ainsi de ce qui
appartenait à la couronne; et ce fut tout ce qu'il crut devoir lui
dire dans cette occasion. Le jeune prince a déjà senti et fait
connaître ce qu'il pense du peu de soin qu'on a eu de l'instruire.
L'Empereur et le grand-duc, étant à Naples avec la reine leur sœur,
et la conversation ayant tourné sur l'histoire et d'autres matières,
le roi, étonné d'entendre sa femme et ses beaux-frères traiter des
sujets qu'il ne comprenait pas plus que s'ils eussent parlé une langue
étrangère, se tourna vers le prince de Saint-Nicandre. «Il faut, lui
dit-il, que vous m'ayez bien mal élevé, pour que je ne sois pas en
état de converser avec des princes et même une princesse de mon âge.»
Qui ne serait tenté, en lisant de pareils traits, de rapporter les
fautes et les malheurs d'un règne à des instituteurs coupables, qui
négligent et quelquefois même corrompent des naturels heureux? Ce
crime, si impuni partout, est un des plus grands qui puissent se
commettre à l'égard d'une nation soumise au despotisme. Il deviendra
plus rare par l'effet de l'agitation des esprits en Europe. Les rois
et les princes sentiront le besoin de faire instruire leurs enfans,
pour l'intérêt d'une autorité qu'il faudra bien chercher à rendre
utile et bienfaisante: et cela même peut déjà s'appeler une
révolution. Ainsi, le sort de l'humanité sera un peu plus supportable,
même dans les pays qui ne peuvent prétendre à la liberté civile et
politique, source de tout bonheur, comme de toute vertu.



  SUR les _Mémoires de la Vie privée de Benjamin Franklin_, écrits
    par lui-même, et adressés à son fils; suivis d'un _Précis
    historique de sa vie privée_, et de plusieurs _Pièces_
    relatives à ce père de la liberté.--1791.


Quoique la partie de ces Mémoires de Franklin, écrite par lui-même,
n'aille guère au-delà de sa trentième année, et s'arrête à une époque
bien antérieure à sa vie politique, et même à la brillante réputation
que lui donnèrent ses découvertes en physique, ces Mémoires
n'exciteront pas moins la curiosité des lecteurs avides de connaître
les détails de la vie d'un grand homme. Cette carrière de gloire
ouverte sous des auspices si humilians aux yeux de l'orgueil européen;
le futur législateur de l'Amérique, entrant de nuit dans Philadelphie,
sans savoir où coucher, mangeant un morceau de pain le long des rues,
dans une ville où, cinquante ans après, son nom devait être l'objet de
la vénération publique; un garçon d'imprimerie destiné à devenir un
des auteurs de la liberté dans sa patrie et l'un de ses héros dans une
partie de l'Europe; voilà ce qui eût paru impossible au commencement
du siècle, et ce qui n'est qu'admirable à la fin. C'est un plaisir de
se représenter l'étonnement de nos grands d'Europe, vers l'année 1670,
si un esprit prophétique, leur annonçant les destinées de Franklin et
de J.-J. Rousseau, leur eût dit: «Deux hommes de la classe de ceux que
vous nommez gens du peuple, pauvres, dénués jusqu'à coucher à la belle
étoile; l'un, après avoir fondé la liberté dans son pays; l'autre,
après avoir posé les premières bases de l'organisation sociale, auront
l'honneur d'avoir, à côté l'un de l'autre, ou en regard, une statue
dans le temple de la liberté.... française, à Paris.» Ces deux
derniers mots n'eussent point paru faciles à expliquer. La surprise
n'eût point diminué, si on eût dit à nos importans que les
coopérateurs d'un de ces grandes hommes, membres d'une petite société
fondée par lui, dans une ville de l'Amérique septentrionale, étaient
de petits artisans, des gens de métier, un menuisier, un commis de
marchand, un arpenteur, un clerc de notaire, un cordonnier, qui
s'avisaient de mêler la culture de leur raison à leurs travaux
journaliers, et dont quelques-uns avaient de profondes connaissances
dans les mathématiques. Voilà des mœurs dont presque aucun Français
n'avait l'idée: et de nos jours même, combien d'entre eux s'étonnaient
en apprenant que Genève et la Suisse offraient ce mélange de la
culture des sciences et de la pratique des métiers les plus vulgaires?
C'est pourtant le spectacle que la France présentera presque partout
dans un assez petit nombre d'années; et ce changement sera l'effet,
non seulement de la révolution dans les idées, mais de la nature des
choses, et de la nécessité qui forcera les hommes à faire usage de
tous leurs moyens de subsistance, sans avoir à combattre d'absurdes
préjugés qui n'existeront plus, ou qui rendront ridicule la classe de
citoyens où ils pourront se conserver.

Les Mémoires de Franklin seraient encore recommandables, quand il
n'eût été qu'un citoyen obscur, un bon père traçant à ses enfans le
tableau de sa vie, et leur montrant, par son exemple, tous les fruits
qu'on peut tirer de l'emploi du temps, de la sobriété, de l'industrie,
de la vigilance, envisagés comme moyens de fortune et de
considération publique, dans un pays libre. Ce fut, en effet, par ces
qualités, que Franklin se mit à portée de cultiver ses talens
littéraires et politiques, et de donner en tout genre l'essor à son
génie. Il joint à ses leçons l'aveu de ses fautes; franchise qui, en
le faisant aimer, ajoute à l'autorité de ses conseils; c'est la
simplicité du bonhomme Richard, mêlée au ton de la paternité. Mais ce
père est Franklin; et à l'histoire de sa vie, écrite pour ses enfans,
il joint celle de son esprit et de son âme. Attentif à saisir les
rapports des petites choses aux grandes, il montre l'influence des
petits événemens de la jeunesse sur le caractère, sur les idées qui
déterminent les habitudes de toute la vie, sur les principes qui dans
la suite décident le parti qu'on prend dans les circonstances les plus
importantes. Il raconte comment s'était formé en lui ce goût d'ironie
socratique, de questions plaisantes ou captieuses, qu'il avait
conservé jusque dans sa vieillesse. Ce fut le fruit de la lecture
répétée de Xénophon, et particulièrement des choses mémorables de
Socrate. Les vies de Plutarque, son autre livre favori, développèrent
en lui ce grand sens qui depuis le dirigea dans sa vie politique comme
dans sa vie privée.

On a joint à ces Mémoires la continuation de la Vie de Franklin,
écrite par un Anglais qui paraît plus attaché aux intérêts de la mère
patrie qu'à ceux du genre humain et aux principes de la liberté. On y
rend justice à Franklin, comme homme de lettres et comme physicien.
Mais on déplore le malheur qu'il eut de souiller sa gloire, en se
jetant dans la carrière politique où il développa, dit-on, un grand
machiavélisme. Les noms de boute-feu, d'incendiaire ne lui sont point
épargnés, non plus que les épithètes de pervers et de perfide. Cette
colère des petits fripons diplomatiques d'Europe contre un grand
homme, contre un des auteurs de la liberté américaine, est tout-à-fait
amusante. N'imaginant pas qu'en politique on puisse dire la vérité, et
n'ayant pas voulu la croire, lorsque Franklin la leur dit, avec une
franchise héroïque, à la barre du parlement d'Angleterre, ils ne
regardent leur propre incrédulité que comme un piége qu'il leur avait
tendu. Ce n'est à leurs yeux qu'une ruse nouvelle dont ils se
reprochent d'avoir été dupes; et ne pouvant nier qu'on leur avait
parlé vrai, ils s'imaginent qu'on leur avait parlé vrai pour les
tromper et pour n'être pas cru; semblables à ce général qui, averti
par son adversaire de tout ce que celui-ci projetait d'exécuter dans
la campagne prochaine, ne prit que de médiocres précautions contre des
projets annoncés, portant ailleurs une partie de son attention et de
ses forces, ce qui fit dire à son adversaire vainqueur: «Je n'y
conçois rien, je lui avais tout dit.»

La plus grande partie des reproches faits à Franklin dans l'ouvrage de
l'écrivain anglais, prend sa source dans cette absurde idée que la
révolution américaine est l'ouvrage d'un seul homme, ou de quelques
hommes que l'on qualifie de factieux: méprise commune en tout pays aux
agens du gouvernement qui vient de succomber. Accoutumés à voir
souvent l'influence d'un seul homme dans le gouvernement, lorsqu'il
était dans sa force, ils se persuadent que les changement qui
surviennent sont aussi l'ouvrage d'un petit nombre d'hommes; et ne
démêlant point la multitude de causes qui préparent et opérent une
révolution, ils arrêtent leurs regards et leur haine sur un petit
nombre de personnes que leurs talens, leurs places, leur réputation,
ou même le hasard des circonstances exposent le plus au grand jour. On
ne considère pas que ces hommes n'ont d'existence et de force, que
parce qu'ils sont les organes d'un intérêt commun et du besoin
général. Lui seul consomme des révolutions qui ne peuvent s'opérer que
quand elles sont inévitables; chaque génération les regarde comme un
fardeau qu'on voudrait rejeter sur la génération suivante, et dont on
ne se charge que lorsque les maux publics sont devenus un fardeau non
moins pesant. Dans ce dernier état de choses, quelques hommes de
génie, calculant la pente de l'esprit national, et envisageant toutes
les ressources qu'il multiplie, paraissent les chefs d'une opposition
qui, étant générale ou presque générale ne peut, dans un pays libre ou
qui cherche à le devenir, être l'ouvrage de quelques individus. Et en
effet, quel autre motif que le sentiment d'un intérêt commun peut
rassembler autour d'eux leurs égaux et la majorité du peuple? On cite
en preuve de l'illusion qu'on peut faire à la multitude, plusieurs
exemples pris dans l'histoire grecque ou romaine, ou même quelques
exemples plus modernes; mais on oublie la prodigieuse différence des
temps, des lieux, des mœurs, etc., etc. On oublie sur-tout ce moyen
puissant qui manquait aux anciens, l'imprimerie qui, en peu de jours
et à de grandes distances, rallie les esprits à la raison, à la cause
publique, dissipe les illusions, détruit les erreurs, les mensonges,
les calomnies qu'elle-même avait d'abord propagées; enfin amène cet
instant où, les choses se substituant aux hommes, les petits ambitieux
se trouvent bientôt démasqués, et où l'ambitieux, doué de génie, se
voit contraint de fonder sur l'intérêt général le succès de son
ambition.

A l'égard des peuples modernes, à qui l'imprimerie n'a procuré qu'une
liberté imparfaite, achetée par de longs troubles ou par de grandes
calamités, il faut considérer que la conquête de la liberté y fut
essayée dans un temps où la raison publique n'était pas assez avancée,
et lorsque les principes constitutifs d'un ordre social utile à tous,
ne brillaient point d'une lumière qui pût attirer tous les yeux. Cette
lumière brillait pour l'Amérique à l'époque de sa révolution; la
France, à l'époque de la sienne, paraissait bien loin de ce terme;
mais les causes qui l'y ont poussée rapidement, sont trop connues pour
qu'il soit besoin de les rappeler. Quoi qu'il en soit, il est
également vrai, pour l'Amérique et pour la France, que les chefs
apparens de la révolution ont pu en être les fanaux, mais n'en ont
point été les boute-feux. Franklin sur-tout est au-dessus d'un tel
reproche. Il avait frémi des suites d'une rupture avec la mère patrie;
il voulait la paix; mais il ne la voulait pas au prix de la servitude;
et forcé de choisir entre la servitude et la guerre, il se détermina
pour la guerre, plutôt que de subir le joug d'un gouvernement
oppresseur.

Voilà ce que ne lui pardonne pas son historien, bien affligé que
Franklin se soit avisé d'être un politique, et ne se soit pas borné à
mettre au jour _une infinité d'inventions utiles à l'humanité_. Il
admire beaucoup quelques stances tracées sur un petit poêle en forme
d'urne, imaginé par le docteur Franklin, et pratiqué de manière que la
flamme descend au lieu de monter. C'est de cette dernière
circonstances que le poète tire un éloge malin.

«Il s'éleva, comme Newton, à une hauteur qu'on croyait inaccessible;
il vit et observa de nouvelles régions, et remporta la palme de la
philosophie.

»Avec une étincelle qu'il fit descendre du ciel, il déploya à nos yeux
de hautes merveilles, et nous vîmes, avec autant de plaisir que de
surprise, ses verges miraculeuses nous protéger contre le tonnerre.

»Oh! s'il eût été assez sage pour suivre, sans déviation, le sentier
que lui avait tracé la nature, quel tribut d'éloges n'aurait pas été
dû à l'instructeur, à l'ami de l'humanité! Mais hélas! le désir de se
faire un nom en politique _dégrada_ ses sublimes talens. Ce désir fut
en lui une étincelle infernale qui alluma la sédition.

»Aussi la sincérité écrira sur son urne: «Ici repose l'inventeur
renommé. Son génie devait, comme la flamme, s'élever vers les cieux;
mais forcé et _perverti_, il descend vers la terre, et l'étincelle
rentre au sombre séjour d'où elle était sortie.»

    _Eripuit cælo fulmen, sceptrumque tyrannis._

On ne peut nier que ce rapprochement ne soit ingénieux. En voici un
d'un plus beau genre:

Un ministre de France, M. Turgot, alors en place, écrivant ce vers au
bas du buste de Franklin, tandis qu'un simple particulier anglais
rimait ceux dont on vient de lire la traduction; c'était-là un
contraste qui n'était point à l'avantage du versificateur anglais;
peut-être même annonçait-il un changement marqué dans l'esprit des
deux peuples.



  SUR une brochure intitulée: _De l'autorité de Rabelais dans la
    Révolution présente et dans la Constitution civile du Clergé_,
    ou _Institutions royales, politiques et ecclésiastiques, tirées
    de Gargantua et de Pantagruel_.--1791.


Rabelais paraissait fort étranger à la révolution de France.

      On ne s'attendait guère
    A voir Ulysse en cette affaire.

Maître François n'en était pourtant pas si loin qu'il pouvait le
paraître à ceux qui ne le connaissent point, ou ne le connaissent
point assez. Peu d'écrivains se sont plus moqués des ridicules
attachés aux abus, qui de son temps désolaient la France, et ont
continué à la ravager plus de deux siècles après lui, en ne faisant
que changer de formes. Rien ne prouve mieux l'inutilité des
palliatifs. Rabelais, en sa qualité de médecin, serait sans doute
convenu que, lorsque les maux sont extrêmes, il faut avoir recours aux
remèdes appelés _héroïques_ dans le jargon de la faculté. Ceux qu'il
emploie sont plus doux et surtout plus plaisans: mais la dérision à
laquelle il a livré les absurdités monacales, cléricales,
pontificales, féodales, fiscales, judiciaires, parlementaires, etc.,
n'ont servi qu'à égayer les Français dans leurs calamités, à les faire
rire au cabaret ou dans des orgies domestiques. C'est après avoir
répété ou parodié ses plaisanteries sur les papegots, cardingots,
évegots, qu'ils envoyaient acheter à Rome le droit d'épouser leurs
cousines, qu'ils devenaient les instrumens d'un cardinal de Lorraine,
d'un du Perron, d'un Pellevé, et qu'ils suivaient des moines en
procession pour remercier Dieu du succès de la Saint-Barthélemi. Tel
noble ou bourgeois bien joyeux, bien goguenard, qui savait Rabelais
par cœur, finissait par déshériter sa femme et ses enfans, pour
donner sa terre aux monegots ou _aux moines les plus moinans de toute
la moinerie_. C'était le bon temps, le siècle de bonhomie, de la vraie
gaîté française. On conçoit qu'il y eut des gens qui devaient trouver
cela très-gai.

Rabelais a, comme on sait, deux réputations, celle d'un bon plaisant
plein de philosophie, et celle d'un bouffon ivrogne et grossier,
toutes les deux méritées presqu'également. L'auteur de cet écrit
agréable et ingénieux, M. Ginguené, a soin de ne nous faire voir
Rabelais que du beau côté; c'était le seul moyen de le faire
accueillir en ce moment par des lecteurs d'un goût délicat.

Tout en accusant notre goût trop timide, notre fausse décence, il a eu
soin de le ménager. Lui-même convient qu'il ne s'est laissé ennuyer
qu'une fois par ce qui est extravagant, obscur à dessein, obscène sans
gaîté, trivial et insignifiant; il n'a conservé que les traits d'une
satire ingénieuse, où brillent un sens droit, une raison supérieure.

C'est ainsi que Rabelais peut plaire à tous les esprits cultivés; et
c'est une idée heureuse que celle d'ajouter au piquant de sa lecture
par des applications fréquentes aux divers événemens de notre
révolution, aux abus qu'elle a proscrits, aux principes qu'elle a
consacrés, etc.

On a dit que Rabelais avait jeté ses diamans sur un fumier, et cette
comparaison n'était que trop juste. Le public les recevra avec plaisir
dans l'écrin que l'esprit et le goût lui présentent; écrin qui
lui-même a sa valeur, indépendante des diamans qu'il recèle.



  SUR un ouvrage intitulé: _Nouveaux Voyages dans les États-Unis de
    l'Amérique septentrionale, faits en 1788, par_ J. P. BRISSOT DE
    WARVILLE.--1791.


On a observé, depuis la révolution, que, parmi les ouvrages nouveaux,
étrangers aux affaires publiques, les seuls qui aient continué à
s'attirer l'intérêt et l'attention, ce sont les voyages. Il semble que
cette lecture soit le seul délassement que la nation se permette,
depuis la conquête de la liberté. Le voyage que publie M. Brissot,
joint, à l'intérêt des ouvrages de ce genre, l'avantage de ramener les
esprits aux idées qui occupent aujourd'hui tous les Français. C'est la
passion de l'auteur pour la liberté, qui le lui fit entreprendre en
1788; et c'est cette même passion qui le lui fait publier en 1791. Il
a pensé qu'il fallait offrir à un peuple nouvellement libre, le
tableau des mœurs qui maintiennent la liberté. «On peut, dit-il, la
conquérir sans mœurs; mais, sans mœurs, on ne peut la conserver;»
c'est l'épigraphe de son livre; et sans cesse, dans le cours de son
ouvrage, il revient à cette vérité. On ne peut se dissimuler ce
qu'elle a d'effrayant pour la France; mais au milieu des craintes
qu'elle inspire, plusieurs considérations sont propres à rassurer. La
précipitation même avec laquelle s'est opérée la révolution, a détruit
ou encombré plusieurs des sources qui fournissaient un aliment aux
mauvaises mœurs. Elle force tous ceux que d'anciennes habitudes n'ont
pas entièrement pervertis, à revenir à des idées plus saines, à
renoncer à des goûts frivoles et dispendieux, à s'occuper de travaux
utiles pour eux-mêmes. Elle amène forcément une habitude de raison
qui, après le retour de l'ordre et du calme, passera des mœurs
privées aux mœurs publiques. Les Français, en se donnant une
constitution plus forte que ne l'était la nation à l'époque où elle se
l'est donnée, se sont mis dans la nécessité de hâter leur marche vers
des mœurs simples et fortes, dignes de cette constitution. Le progrès
que leurs idées ont fait depuis deux ans, donne la juste espérance de
voir leurs mœurs se mettre en accord avec leurs idées, plus
rapidement qu'on ne l'a vu chez aucun autre peuple. Ce sera le double
effet et de la nécessité des circonstances, et de la souplesse agile
du caractère français. Déjà des changemens marqués autorisent ces
espérances trop repoussées par ceux qui veulent le mal, ou qui veulent
trop faiblement le bien, ou enfin par ceux qui débitent d'anciens
axiomes sur un état de choses sans exemple, dans l'histoire de tous
les temps connus.

Ce sont des livres tels que le _Voyage de M. Brissot_, qui hâteront ce
moment désiré. Les lecteurs patriotes, à qui nous en recommandons la
lecture (c'est du poison pour les autres), y verront avec plaisir tous
les effets de la liberté politique, la plus grande qui existe
aujourd'hui parmi les hommes; ils y apprendront à évaluer un grand
nombre de maximes politiques, réputées incontestables jusqu'à ce jour;
ils se fortifieront dans le goût de la simplicité, de l'égalité, de la
vie domestique, de la vie rurale, du travail; ils verront les vertus
publiques naître du sein des vertus privées, et la félicité nationale
sortir des mêmes sources que le bonheur particulier. A la vérité, le
_Cultivateur américain_ avait devancé M. Brissot dans la peinture de
ces mœurs si intéressantes; et ses tableaux semblent ne laisser rien
à désirer. Aussi M. Brissot ne rivalise-t-il point, à cet égard, avec
M. Crevecœur, auquel il rend justice en plusieurs endroits de son
ouvrage. Il ne fait qu'indiquer ou esquisser rapidement ce que son
prédécesseur avait peint avec délices. L'un répand avec effusion le
sentiment d'un bonheur qui fut celui de sa vie entière; l'autre jette,
en passant, un coup d'œil sur ce bonheur qu'il envie. D'ailleurs le
but de son _Voyage en Amérique_ appelait son attention sur un trop
grand nombre d'objets importans. Les mœurs américaines ne devaient
point y être sa seule étude: agriculture, manufacture, arts, métiers,
industrie de toute espèce, finances, commerce intérieur et extérieur,
détails d'exportations, d'importations, etc., voilà ce que le voyageur
avait à étudier, et il n'avait que peu de mois à donner à ce voyage.
Parti de France à l'époque des événemens qui ont le plus provoqué la
révolution, il voulait être de retour dans son pays au moment où elle
allait s'opérer.

Quoique les objets dont M. Brissot occupe ses lecteurs, soient devenus
d'un intérêt plus général et plus senti depuis que les Français se
mêlent de leurs affaires, on sent que les bornes d'un extrait nous
obligent de nous borner à l'indication de plusieurs de ces objets.
Mais nous dénonçons plus formellement, aux amis de l'humanité, le
morceau sur les quakers, et surtout le chapitre sur l'état des nègres
dans l'Amérique septentrionale. On connaît le zèle ardent et
infatigable avec lequel il défend, depuis plusieurs années, la cause
de ces malheureuses victimes de notre avarice. Il achève ici de
détruire les sophismes par lesquels la politique européenne s'efforce
de justifier, et surtout de perpétuer son crime. Il développe tous les
avantages du travail libre sur le travail esclave, et le prouve par
les faits et par le raisonnement. On s'obstinait à n'accorder aux
noirs qu'une intelligence médiocre et bornée. M. Brissot cite les noms
des nègres libres, qui, en Amérique, exercent avec succès des
professions qui exigent toute l'activité de la pensée: un noir entre
autres, qui faisait de tête et sur-le-champ, des calculs prodigieux.
Si l'on n'a vu de ces exemples que dans l'Amérique septentrionale,
c'est que là seulement les nègres sont traités avec une indulgence
inconnue dans les îles. Tout s'y prépare par degrés à leur
affranchissement général, déjà effectué dans plusieurs des États-Unis,
dans la majorité de neuf sur treize.

Déjà la culture du tabac, dans le Maryland et la Virginie, commence à
baisser sensiblement. Celle du blé la remplace, et finira par amener
l'abolition de la traite, déjà désirée par les citoyens les plus
distingués. D'autres causes concourent encore à la hâter; mais la plus
puissante de toutes, c'est la découverte d'un sucre qui, avec le
temps, peut remplacer celui de la canne. Cet arbre précieux qui, pour
les noirs, sera l'arbre de la vie, et qui plus est de la liberté,
c'est l'érable: il croît naturellement, se propage avec la plus grande
facilité, et couvre l'Amérique, depuis le Canada jusqu'en Virginie.
Sa séve, pour être extraite, n'exige aucuns travaux préparatoires.
Chaque arbre donne, sans se ruiner, cinquante à soixante pintes de
séve, qui rendent au moins cinq livres de sucre. Un même arbre, s'il
est traité avec ménagement, peut fournir cette liqueur pendant
plusieurs années.

On n'a pu voir tant d'avantages, sans être frappé de l'influence
qu'ils pouvaient avoir sur l'abolition de l'esclavage des noirs. Il
s'est formé une société, dont l'objet particulier est de perfectionner
la fabrique de ce sucre; et dès son origine, elle a eu les plus grands
succès. D'habiles chimistes ont publié des procédés utiles. Ils
pensent que le sucre de canne et le sucre d'érable sont les mêmes dans
leur nature; et on croit qu'en perfectionnant la fabrication, il
égalera un jour le sucre ordinaire. La découverte qui doit le conduire
à cette perfection, formera une époque heureuse pour l'humanité; et
combien ne le serait-elle pas davantage, si l'on naturalisait l'érable
par toute l'Europe! «Si l'Amérique, dit M. Brissot, en offre de vastes
forêts, on peut, en France, le planter en vergers, sous lesquels on
pourra recueillir encore toutes sortes de fruits. Dans l'âge de leur
moyenne vigueur, à trois livres de sucre par arbre, un acre qui
contiendrait cent quarante arbres, rapporterait quatre cents vingt
livres de sucre. Ce serait une grande économie de coups de fouet pour
les noirs, et une grande économie d'argent pour les blancs; ce qui
est, pour ceux-ci, une considération non moins forte.

Mais quelque adouci que soit, dans l'Amérique septentrionale, le sort
des noirs; quelles que soient les espérances plus heureuses que
l'avenir présente à cet égard, les amis de l'humanité n'en formeront
pas des vœux moins ardens pour le succès d'un plan déjà connu en
Amérique, celui de les transporter des États-Unis dans leur terre
natale, de les y établir, de les encourager à y cultiver le sucre, le
café, le coton, etc.; à y élever des manufactures, à ouvrir un
commerce avec l'Europe. C'était l'idée du philantrope par excellence,
le célèbre Foterghill; c'était celle d'un citoyen des États-Unis, le
docteur Thornton, qui comptait exécuter lui-même ce projet. Il se
proposait d'être lui-même le conducteur des nègres qui repasseraient
en Afrique; et déjà il avait envoyé, à ses frais, un homme éclairé,
pour choisir le lieu le plus convenable à cette émigration, préparer
l'établissement de sa colonie, et indiquer les moyens de la mettre à
l'abri de toute insulte. La mort l'a prévenu dans l'exécution de ce
plan, auquel on n'a pas renoncé en Amérique; et de plus, il s'est
formé en Angleterre une société qui se propose de le réaliser.

Il faut remarquer, que c'est parmi la secte des quakers que se trouve
le plus grand nombre de ces hommes à qui l'amour de l'humanité a fait
traverser les mers, former et accomplir les entreprises les plus
périlleuses, et renouveler, par le zèle pur d'une bienfaisance
universelle, ce que l'esprit de prosélytisme a fait faire à plusieurs
chrétiens de la communion romaine. Cette observation seule réfuterait
suffisamment les reproches multipliés contre les quakers. La plupart
des ridicules qu'on leur a prodigués en Angleterre et surtout en
France, ont disparu devant cette philosophie qui apprécie les hommes
et les choses dans leurs rapports au bien de la société générale. Les
noms de Miflin, de Benezets, ont pris la place qui leur était due. On
songe à leurs actions, et non plus à leur habillement, ni à la
singularité de quelques usages consacrés dans leur secte. M. Brissot
repousse victorieusement les reproches dont on a voulu les flétrir. De
toutes les objections multipliées contre eux, la plus forte est leur
refus de prendre part aux guerres, et de payer les impôts établis pour
les faire.

L'auteur convient avec franchise de ce que cette conduite peut avoir
de blâmable; mais il oppose à cet effet nuisible de leur attachement
pour le plus sacré de leurs principes religieux, tous les autres
effets utiles de ce même attachement, tous les actes de bienfaisance
dont ce principe fut la source intarissable. Les livres sacrés leur
disaient qu'il viendra un temps où les nations ne lèveront plus le
glaive contre les nations. Ils ont vu que le moyen d'accélérer la
réalisation de cette prophétie, était de donner l'exemple, et que les
discours ne serviraient à rien, si la pratique n'y était conforme. La
preuve qu'ils portaient, dans leur refus, non le calcul de l'avarice,
mais l'enthousiasme d'un zèle religieux, c'est qu'ils se sont laissés
tourmenter, voler, emprisonner, plutôt que de déroger à leur principe,
qui d'ailleurs leur avait long-temps réussi. Les quakers de la
Pensilvanie avaient trouvé le secret de garantir cet état du fléau de
la guerre, jusqu'à celle qui éclata, en 1755, entre Angleterre et la
France. Quoique mêlés avec les Indiens, jamais aucune querelle ne les
divisa ou ne fit couler de sang. C'est un fait que ne savait pas M.
Mirabeau, observe l'auteur, lorsque, répondant, au nom de l'assemblée
nationale, à une députation de quakers établis en France, et qui
venaient demander l'exemption de porter les armes, il leur disait: «Et
que seraient devenus vos frères de Pensilvanie, si de grandes
distances ne les avaient pas séparés des sauvages, si ces derniers
avaient égorgé leurs femmes, leurs enfans, etc.?» L'orateur de la
députation aurait pu répondre: «Notre justice, notre douceur, notre
bienfaisance universelle désarment les sauvages. C'est la rapacité et
la fourberie des Européens qui les irritent; et nous avons vécu comme
des frères avec ceux qu'on a représentés comme des brigands pour avoir
le droit de les exterminer.» Cette réponse n'aurait pas déplu à
Mirabeau, qui n'aurait pas manqué de la faire, si, au lieu d'être
président de l'assemblée nationale, il eût été l'orateur de la
députation.

C'est ce refus de payer les impôts qui fut la source de toutes les
calomnies répandues contre eux parmi leurs concitoyens. On attribuait
à leurs principes politiques ce qui était l'effet de leurs idées
religieuses. Le général Washington y fut quelque temps trompé
lui-même; mais ayant eu fréquemment occasion de les observer, il finit
par leur rendre justice, conçut pour eux beaucoup d'estime, comme a pu
le voir l'auteur de ce Voyage, dans ses conversations avec cet homme
célèbre.

M. Brissot a trop d'avantage, lorsqu'il justifie le refus que les
quakers font de prêter le serment. Leur probité ayant fait de leur
parole un serment, ils ont _juré_ lorsqu'ils ont promis ou affirmé; et
il devrait en être ainsi de tous les hommes.

Quant à leur _principe ultérieur_ et à la foi qu'ils lui accordent,
les railleurs et les plaisans ne songent pas que ce principe des
quakers se trouve, sous différentes dénominations, chez un grand
nombre de philosophes anciens: la grande lumière de Pythagore, l'âme
divine d'Anaxagore, le démon de Socrate, le dieu au dedans de l'homme
d'Hiéron, etc.

Tout ce morceau sur les quakers laisse peu de chose à désirer pour la
connaissance de cette intéressante société, trop peu connue et trop
calomniée jusqu'aujourd'hui. Il est à remarquer que Voltaire, tout
porté qu'il était à répandre le ridicule sur ce qui en était
susceptible, est encore, de tous les écrivains français, celui qui a
le plus rendu justice aux quakers: son grand sens lui faisait
apprécier tout ce que leurs principes avaient de respectable, et
combien l'exemple de leur morale pratique pouvait être utile aux
hommes. Le bien qu'ils ont fait en Amérique depuis un siècle, n'a pas
peu contribué à y répandre, parmi les autres sectes, cette généreuse
émulation, cet amour de l'humanité qui se montre dans tous les
établissemens publics, et qui, dans ces derniers temps, a commencé à
se répandre en Europe. Ce qui s'est fait en cent ans dans un pays
inculte, et avec de si faibles moyens, montre ce que la liberté peut
faire en France dans un plus court espace, avec les ressources de tous
les arts, et d'une civilisation perfectionnée. Nous sommes forcés de
renvoyer à l'ouvrage de M. Brissot, pour le détail de tous les
établissemens publics et particuliers; usages, inventions, méthodes
que l'exemple, le commerce, la communication des deux peuples,
l'intérêt et le besoin, transplanteront nécessairement parmi nous. Son
livre ouvre au genre humain la perspective la plus consolante. Il est
doux de se livrer à l'espérance de voir un vaste continent conquis à
la civilisation par le courage infatigable des Américains, par
l'activité de leurs défrichemens, leur ardeur à pénétrer dans les
forêts, à s'y former de nouvelles habitations, par leur hardiesse
dans les entreprises de tout genre, par la découverte de toutes les
communications entre les fleuves et des fleuves aux deux mers, par
l'audace de leur navigation, par leur désir de s'ouvrir le commerce du
Mississipi. Il est doux de voir la liberté voyager et s'étendre avec
eux, fonder partout la société sur des principes trop long-temps
méconnus de la vieille Europe qui les retrouve enfin, les adoptera
progressivement, et avec le temps sera régénérée par le bienfait d'une
terre autrefois engloutie sous les eaux et ignorée pendant des
siècles.

On a proposé au concours, dans ces derniers temps, la question _si la
découverte de l'Amérique avait été nuisible ou utile aux hommes_. La
question s'applique-t-elle aux contemporains de la découverte, et aux
cinq ou six générations suivantes? il ne paraît guère douteux que
cette découverte n'ait été une calamité désastreuse. Se rapproche-t-on
de la génération actuelle? le bien et le mal se mêlent, se confondent,
et la question devient compliquée. Embrasse-t-elle les générations à
venir? elle cesse d'être une question; et la découverte de l'Amérique
devient, pour l'humanité entière, un véritable bienfait du ciel. Il
suffit, pour s'en convaincre, de parcourir le livre de M. Brissot. Les
progrès de la société chez les Américains, progrès sensibles même
depuis la guerre et dans un si petit nombre d'années, repoussent les
prédictions sinistres, les augures malveillans des ennemis de la
liberté. Il paraît même que, depuis le départ d'Amérique de M.
Brissot, ces progrès ont été d'une rapidité prodigieuse. Voici ce
qu'un savant américain (M. Rush), souvent cité avec honneur dans ce
nouveau Voyage, écrivait tout à l'heure, vers la fin de mai, à un de
ses amis actuellement en France:

«Nous voyons enfin les espérances les plus étendues des amis de la
liberté et de l'humanité, accomplies dans les États-Unis d'Amérique.
Notre gouvernement national est parfaitement établi. Il répand partout
la paix, l'ordre et la justice. Contraire à Brutus, je puis m'écrier,
en terminant mes travaux politiques: «O liberté! je t'ai adorée comme
un être réel, et ne t'ai point trouvée un fantôme!»



  SUR un Ouvrage intitulé: _Discussions importantes débattues au
    parlement d'Angleterre, par les plus célèbres orateurs, depuis
    trente ans_, renfermant un choix de discours, motions,
    adresses, répliques, etc., accompagné de _Réflexions politiques
    analogues à la situation de la France, depuis les
    états-généraux_; ouvrage traduit de l'anglais.--1791.


Ce recueil, intéressant par lui-même, le devient encore plus par les
circonstances où nous sommes. Un extrait ou un choix des meilleurs
morceaux répandus dans les annales parlementaires des Anglais, publié
au moment où les Français commencent des annales de la même espèce;
c'est servir à la fois l'éloquence et la patrie; c'est multiplier les
modèles de l'éloquence politique chez un peuple qui ne connaissait que
celle des Grecs et des Romains. Il est vrai qu'en ne la considérant
que dans ses formes, les modèles que nous ont laissés ces deux
nations, pouvaient nous suffire, puisque les Anglais leur sont restés
inférieurs: mais en passant de la forme au fond; en considérant, sous
des rapports qui nous sont communs avec eux, et qui ne peuvent exister
entre les anciens et nous, plusieurs des questions agitées dans le
parlement d'Angleterre; questions qui, pour la plupart, seront agitées
chez nous avant peu d'années, et dont plusieurs intéressent nos
relations avec les Anglais, on sent combien cette collection peut être
utile. Une foule de traits, qui peignent les mœurs et les idées
générales d'une nation, des détails curieux dont l'histoire, ni même
les détails particuliers ne se chargent pas toujours, ajouteront aux
connaissances que peuvent avoir de l'Angleterre les Français qui
prétendent en avoir beaucoup. Combien de faits de l'antiquité grecque
ou romaine, combien d'usages, combien de lois même ne sont parvenus
jusqu'à nous, que par les discours qui nous restent de leurs orateurs!

Le traducteur a renfermé son travail et le choix de ces discours dans
l'espace des trente dernières années; si l'on en excepte quelques-uns
de Walpole, Pulteney, Shippin, et quelques autres qui remontent à
l'année 1734. Sans doute, il pouvait remonter plus haut; et les débats
parlementaires ont produit, avant cette époque, des discussions de la
plus hante importance; mais on a pensé avec raison qu'en se
rapprochant du moment actuel, l'intérêt serait à la fois plus vif et
plus général. Les noms de lord Chatham, Wilkes, Sheridan, Sawbridge,
Littleton, plus connus des Français contemporains que ceux des
précédens orateurs anglais, inspireraient une curiosité plus vive,
quand même leurs discours ne rouleraient pas sur des événemens qui ont
préparé la révolution française. C'est surtout à cette époque que
l'éloquence anglaise s'est élevée à la hauteur des intérêts discutés
dans le parlement. On se rappelle encore, même en France, l'effet que
produisit le discours du lord Chatham, en faveur des Américains, ou
plutôt des Anglais, qu'il voulait préserver des suites d'une guerre
funeste. On n'a pas oublié non plus celui de M. Wilkes, dans la même
occasion, et surtout ce passage remarquable qu'il nous sera permis de
transcrire.

«On les nomme rebelles (les Américains). Leur état présent est-il
effectivement un état de rebellion? ou n'est-ce qu'une résistance
convenable et juste à des coups d'autorité qui blessent la
constitution, qui envahissent leur propriété et leur liberté? Mais
voici ce que je sais très-bien. Une résistance couronnée du succès,
est une _révolution_ et non une _rebellion_. La rebellion est écrite
sur le dos du révolté qui fuit; mais la révolution brille sur la
poitrine du guerrier victorieux. Qui peut savoir si, en conséquence de
la violente et folle adresse de ce jour, les Américains, après avoir
tiré l'épée, n'en jetteront pas le fourreau aussi bien que nous, et
si, dans peu d'années, ils ne fêteront pas l'ère glorieuse de la
révolution de 1775, comme nous célébrons celle de 1688? Si le ciel
n'avait pas couronné du succès les généreux efforts de nos pères pour
la liberté, leur noble sang aurait teint nos échafauds, au lieu de
celui des traîtres et rebelles écossais; et ce période de notre
histoire, qui nous fait tant d'honneur, aurait passé pour une
rebellion contre l'autorité légitime du prince, et non pour une
résistance autorisée par toutes les lois de Dieu et de l'homme, et non
pour l'expulsion d'un tyran.»

Il est inutile de remarquer que les plus beaux discours insérés dans
ce recueil, sont ceux qui ont été prononcés en faveur de la cause
américaine, soit pour prévenir, soit pour faire cesser la guerre: les
harangues prononcées contre eux et dans le sens opposé, font pitié en
comparaison. Il est vrai que, de leur côté, se trouvaient les Pitt,
les Fox, les Wilkes, les Sheridan, et que l'opinion contraire n'avait
point de pareils défenseurs; mais il est à croire que, si ces hommes
célèbres se fussent trouvés dans le parti ministériel, ils se
seraient abstenus de parler en cette occasion. Ce sentiment profond
d'où part l'éloquence des hommes de génie, est pour l'ordinaire
accompagné de ce sens droit qui marche vers la vérité, source de cette
conviction qui donne à l'éloquence tout son éclat et toute son
énergie. Les vrais orateurs se sentent parfaitement bien; et
fussent-ils sans vertu, le seul intérêt de leur amour-propre les
écarterait d'une mauvaise cause, comme un général habile s'éloigne du
terrein où il ne peut déployer ses forces. Les hommes de talent, à qui
les jésuites avaient la sottise de s'adresser pour la réfutation des
_Lettres provinciales_, auraient pu leur répondre: «la puissance de
votre adversaire est moins celle de son génie que celle de la vérité;
et maintenant qu'elle s'est montrée, on pourrait défier Pascal de se
réfuter lui-même.»

Plusieurs de ces discours ont reçu, de la révolution française, un
mérite qu'ils n'avaient pas dans le temps où ils furent prononcés,
celui d'offrir des allusions fréquentes à divers événemens de la
révolution. Des circonstances analogues ont dû, à diverses époques,
faire dire les mêmes choses à ceux qui se croyaient intéressés à les
dire; et ce n'est pas les Français qui s'étonneront aujourd'hui de
voir les nobles lords au ruban bleu, dire, dans le parlement
d'Angleterre, que le visage d'un seul soldat anglais ferait fuir des
centaines d'Américains.

Si l'on ne jugeait des orateurs anglais que par ceux dont les discours
ont trouvé place dans cette collection (ce qui serait très-injuste, et
ce qui ne conviendrait pas à un étranger, surtout d'après une
traduction), on serait porté à croire que M. Wilkes et M. Fox laissent
bien loin derrière eux tous leurs rivaux. Tous les deux pleins de
véhémence, ils savent tous les deux varier habilement leurs tons, et
manier plaisamment l'ironie, figure favorite de l'éloquence
républicaine. Nous pourrions en citer plusieurs exemples dans M.
Wilkes et M. Fox; mais nous n'en indiquerons qu'un seul de ce dernier,
d'après lequel on ne prendra pas une haute idée de la crainte
qu'inspire aux ministres anglais cette responsabilité qu'on croit si
redoutable aux nôtres. Il s'agit d'environ 1,500,000 liv. dont il doit
rendre compte. Le ministre indique, pour l'emploi de cette somme, un
envoi de rasoirs et de guimbardes aux sauvages de l'Amérique; et quand
on lui demande combien de temps il lui faut pour produire la preuve de
l'emploi et la vérification du compte, il répond: «quatorze ou quinze
ans tout au plus.» Si l'occasion de plaisanter était heureuse pour M.
Fox, la manière dont il raconte cette petite hardiesse ministérielle,
prouve qu'il ne manque pas à l'occasion.

L'éditeur a enrichi sa collection des meilleurs discours prononcés
dans le parlement d'Irlande et dans le congrès américain. Il y a joint
diverses adresses, proclamations, etc., publiées dans les occasions
les plus importantes. Il semble qu'il ait cherché à former un cours
d'éloquence à l'usage de la liberté.

Qui croirait après cela que ce recueil fût l'ouvrage d'un ennemi de la
révolution? C'est ce qu'on aperçoit avec surprise à la lecture de sa
préface. Il y règne un ton d'aigreur qui perce de phrase en phrase, et
qui finit par ne pouvoir plus se contenir. Comment, occupé plus ou
moins des idées anglaises et américaines; au moins pendant qu'il les
traduisait en langue Française, a-t-il pu descendre jusqu'à ce
sophisme trivial, qui consiste à imputer à la liberté les désordres
inévitables à sa naissance, à invectiver contre des abus passagers,
comme contre des calamités durables.

Est-ce le traducteur des lettres de Washington et de Hancock, qui
devait faire cette description de l'état de la France avant 1789? «La
France riche de son sol, de sa position, de sa population, résistait
aux abus; la noblesse partageait la souveraineté; le clergé s'était
souvent mis au dessus; le peuple avait ignoré longtemps qu'il était
malheureux, ou croyait qu'il était né pour l'être. Quelques livres
remplis de vérités amères contre les traitans, consolaient leurs
victimes; les finances n'étaient pas réparées: mais on écrivait
qu'elles le seraient, et le calme momentané revenait. La cour se
permettait toute sorte de prodigalités, mais les individus
recueillaient; les grands imitaient les princes, mais c'était autant
de canaux par où coulait l'abondance. Des hommes trop savans peut-être
pour notre bonheur, vinrent nous dire que nous étions malheureux,
pauvres, ruinés, etc.» C'est dommage; sans eux, nous n'en aurions
jamais rien su. Ne nous fâchons pas contre l'auteur, qui sans doute
n'a qu'une humeur passagère, et qui convient, dès la page suivante,
qu'on a déjà fait beaucoup de chemin, et que, dans les prochaines
législatures, on s'apercevra bien vîte des pas immenses faits dans une
science presque inconnue aux Français. On voit que le mal n'est pas
incurable, et nous exhortons le traducteur, quel qu'il soit, à nous
avancer dans cette science, en ajoutant à son utile collection, un
choix de ce qu'il trouvera de meilleur dans les annales
parlementaires, avant ou après l'époque dans laquelle il avait d'abord
jugé à propos de se renfermer. Le succès paraît sûr, le plus grand
nombre des Français ayant aujourd'hui la permission de s'intéresser à
ces questions politiques, qui autrefois n'occupaient que quelques
philosophes, et dont se souciaient même assez peu la plupart de ceux
qu'on appelait fastueusement _hommes d'état_.



  SUR les _Voyages et Mémoires de Maurice-Auguste, comte de_
    BENYOWSKI, _magnat des royaumes de Hongrie et de Pologne,
    etc._, contenant ses opérations militaires en Pologne, son exil
    au Kamschatka, son évasion et son voyage à travers l'Océan
    pacifique, au Japon, à Formose, à Canton en Chine, et les
    détails de l'établissement qu'il fut chargé, par le ministère
    français, de former à Madagascar.--1791.


Il est des hommes dont la vie n'est qu'un tissu d'aventures
extraordinaires, lesquelles semblent l'effet d'une fatalité aussi
invincible qu'inexplicable; mais en observant avec soin ces
personnages singuliers, on s'aperçoit que leur caractère joue, dans
leur destinée, un rôle pour le moins égal à celui de cette fatalité
dont ils paraissent poursuivis. Le hasard, qui engage leurs premiers
pas dans cette carrière d'aventures, les abandonne ensuite à leur
caractère, qui s'y développe et s'y complaît. Ils y prennent des
habitudes qui les font agir d'après des déterminations secrètes,
inconnues à la plupart des hommes. De-là, un éloignement naturel,
quelquefois même une aversion marquée pour les scènes ordinaires d'une
destinée commune, dans laquelle ils ne pourraient déployer les
qualités qui les distinguent, et dont l'exercice les a consolés de
tout dans des positions souvent cruelles, mais non pas dénuées de
charme et d'intérêt. Ils se plaisent dans les orages, comme certains
oiseaux de mer dans les tempêtes; c'est que, dans ces situations
désastreuses, ces hommes ont pris, sur les compagnons de leurs
infortunes, l'empire qui appartient à la supériorité du courage, du
génie, des ressources de tout genre: ils régnent sur eux-mêmes et sur
les autres, quand ceux-ci, incapables de se gouverner, sont trop
heureux d'obéir. C'est ce qu'on a souvent occasion de remarquer dans
ces Mémoires, dont nous allons donner une idée à ceux qui n'ont pas le
temps de lire de gros volumes.

Maurice-Auguste de Benyowsky, magnat de Hongrie et de Pologne, naquit
à Verbowa en 1741. Il se distingua pendant la guerre de sept ans, et
se trouva à quatre batailles, sous les généraux Brown, Landon et le
prince Charles de Lorraine. Héritier d'un oncle qui avait possédé de
grandes terres en Lithuanie, il n'en crut pas moins avoir des droits à
la succession de son père, qui venait de mourir en Hongrie; mais ses
beaux-frères s'en étaient déjà emparés, et le repoussèrent, par la
force, du château de son père, où ils s'étaient déjà établis. Le comte
se met à la tête de ses vassaux pour conquérir son bien; et il y
réussit. Cette manière de plaider, qui devait attirer aux deux parties
l'indignation de la cour de Vienne, ne fut pourtant funeste qu'à
Benyowsky. Ses adversaires parvinrent à le dépouiller, et à le faire
regarder comme un perturbateur du repos public. Il retourna dans ses
terres de Lithuanie; et bientôt après, dès le commencement des
troubles de Pologne, il s'engagea dans la confédération contre les
Russes. Il lui rendit de grands services, fut fait prisonnier et
racheté par ses amis; mais par malheur, il fut repris et relégué à
Casan avec les autres prisonniers polonais. Là, il eut quelque
connaissance d'une conspiration contre le gouverneur, tramée par de
jeunes seigneurs russes, mécontens de l'impératrice; et quoique
Benyowsky se fût conduit avec prudence, n'ayant voulu engager avec eux
ni ses amis ni lui-même, il fut transporté à Pétersbourg, d'où il fut
relégué au Kamschatka, après la détention la plus injuste et les
traitemens les plus odieux. On peut juger de son courage et de la
force de son caractère, par toutes les instructions et les
connaissances que, malgré ses infirmités, suite de sa prison et de ses
blessures, il se procura, dans une route de plus de seize cents
lieues, entre des montagnes couvertes de neige, des précipices;
voyageant sur des traîneaux conduits par des chevaux, puis des élans,
et enfin des chiens; traversant des torrens, des rivières, des fleuves
dans des canots d'écorce de bouleau. C'est ainsi qu'il arrive à
Ochozk, au 59e degré de latitude nord, ville peuplée de neuf cents
exilés. C'est l'entrepôt du commerce du Kamschatka, commerce beaucoup
plus considérable qu'on ne l'avait cru jusqu'alors en Europe, et sur
lequel le comte donne des instructions assez étendues. Il évalue à des
sommes immenses le profit que font les Russes sur les fourrures qu'ils
tirent de ces pays, des îles Kuriles, des îles Aléoutiennes, etc.
C'est, selon lui, une des sources de la richesse de l'empire. Il se
plaint de la négligence des nations européennes, qui abandonnent ce
commerce aux Russes. Les derniers voyages des Anglais à Nootkasund
prouvent qu'ils ne méritent plus ce reproche; et l'état des choses
exposé par le comte de Benyowsky, les monopoles des gouverneurs, les
vexations qu'ils se permettent, les émigrations des commerçans qui
passent du continent aux îles Aléoutiennes, tout concourt à persuader
que cette branche de commerce russe diminuera tous les jours au profit
des autres nations. Il paraît même convaincu que ces vastes contrées
du Kamschatka et de la Sibérie ne peuvent tarder très-long-temps à se
détacher de l'empire: «La prétendue forteresse, dit-il, qui défend le
port d'Ochozk, est peu importante; ce sont les exilés qui sont
employés dans la marine, et il n'y a point d'année qui ne soit marquée
par une révolte. Cette disposition entretenue par le désespoir,
ouvrira la Sibérie au premier venu; et je puis assurer avec confiance
que l'arrivée du premier vaisseau étranger produira une révolution en
Sibérie; car d'Ochozk à Tobolsk, il y a au moins cent soixante mille
exilés ou descendans d'exilés, tous portant les armes. Les différentes
hordes de Tartares se joindront à la cause commune pour renverser la
domination russe. Cet événement ne peut être éloigné; et par un coup
de cette nature, la Russie se trouvera privée de tout l'appui qui seul
la met en état de jouer un principal rôle en Europe, par une
considérable augmentation de richesses.» Revenons aux aventures
particulières du comte.

Le désir de recouvrer sa liberté avait été, comme de raison, le
premier objet de ses pensées; il avait pris, sur ses compagnons
d'infortunes, l'ascendant que donne le courage et le génie. Tous
avaient en lui une confiance qu'il avait nourrie avec soin, et
qui s'était accrue de jour en jour, jusqu'à leur arrivée à
Boltza-Reskoi-Ostrog: c'est le nom du lieu destiné à la résidence de
ces malheureux. Ils furent présentés au gouverneur, M. de Nilow, qui
distingua particulièrement Benyowsky; il lui demanda qui il était. »Je
suis un soldat, répond-il, autrefois général, maintenant un esclave.»
Cette réponse le prévint en faveur d'un homme qui déjà était
recommandé par le mérite d'avoir sauvé, dans un gros temps, le navire
qui portait les prisonniers, et que l'ivresse du capitaine russe avait
pensé faire périr.

M. de Nilow, après avoir fait quelques honnêtetés aux principaux
exilés, leur fit lecture des lois auxquelles ils étaient soumis, et
des obligations qui leur étaient imposées; ces lois font frémir. On
donne aux exilés des provisions pour trois jours, un mousquet, une
livre de poudre, quatre livres de plomb, quelques armes, quelques
outils; après quoi ils sont tenus de pourvoir à leur subsistance. Il
ne leur reste plus qu'à payer à la chancellerie un tribut d'environ
quatre-vingts fourrures précieuses, à travailler un jour par semaine
à la corvée pour le gouvernement, et à payer en fourrures, la première
année seulement, la valeur de cent roubles, pour dédommager le
gouverneur de ses avances. Ces lois sont du czar Pierre-le-Grand:
c'est-là le code civil de la Sibérie; le code pénal s'y rapporte
merveilleusement, et lui est très-bien approprié.

Le comte, qui se flattait de ne pas vivre long-temps sous de pareilles
lois, en écouta à peine la lecture. Bientôt il fit part de ses
espérances à ses associés; ils étaient au nombre de cinquante-sept. Il
les fait consentir à la formation d'un comité de huit personnes, dont
il devient le chef: il en dresse les statuts qui sont acceptés. Un des
articles décernait la peine de mort contre tout membre traître à la
société, ou seulement indiscret. Ici le comte déploie tous les talens
d'un chef de conspiration: il en avait besoin. Qu'on se figure ses
peines, ses craintes, ses angoisses entre un si grand nombre d'hommes,
de caractères différens ou opposés, inquiets, défians, sachant tous
que les plus grandes faveurs du gouvernement attendent le premier
traître; les faux soupçons, les vaines terreurs nées d'un incident
imprévu, un de leurs complices mandé par le gouverneur, une lettre
équivoque surprise, le découragement de plusieurs, etc.

Une circonstance particulière, mais importante, avait applani, vers le
commencement, une partie des difficultés que le comte aurait
éprouvées pour l'exécution de son dessein. Le gouverneur avait une
femme et trois filles: Benyowsky savait plusieurs langues; la mère
l'invite à les apprendre à ses filles; il y consent. Une de ses filles
conçoit une passion violente pour son maître; il devient nécessaire au
gouverneur et à sa société. Il l'aidait de plus à gagner des sommes
considérables en jouant aux échecs avec l'hettmann des cosaques;
celui-ci qui, après avoir perdu son argent chez le gouverneur, crut le
regagner en jouant avec de riches commerçans, se lie avec Benyowsky,
dont le talent pouvait le servir dans ce dessein; l'argent se
partageait entre les deux vainqueurs; et le gain de Benyowsky était
employé utilement pour la conspiration. Madame de Nilow servait les
amours de sa fille; elle voulait lui faire épouser le comte, dont elle
connaissait la naissance. Celui-ci se gardait bien de dire qu'il était
marié en Lithuanie: l'intérêt de sa délivrance et celui de ses
associés demandaient qu'il laissât la jeune personne dans l'erreur.
L'histoire de Jason et de Thésée se renouvelait auprès de la mer
Glaciale; le goût de M. de Nilow pour le comte devenait tous les jours
plus vif; il voyait, dans les talens de son gendre futur, un moyen
d'arriver plus vîte à la fortune; car, sous le pôle comme sous
l'équateur, il faut faire fortune. L'ambition de M. Nilow était d'être
gouverneur d'Ochozk; place infiniment plus avantageuse que le
gouvernement de Boltza-Reskoi-Ostrog. La plume du comte pouvait le
servir dans ce dessein; et il le pressait de faire une description du
Kamschatka, digne d'être imprimée: ce que le comte exécuta; et sans
doute c'est celle qui se trouve dans ses Mémoires. Cependant les amis
de Benyowsky prirent de grands soupçons de ses assiduités au château,
qui pensèrent lui être funestes. Il fut mandé au comité, où il vit sur
une table, en entrant, un vase de poison entre deux sabres nus. On lui
fit part de la défiance qu'il avait inspirée; sa justification fut
facile, mais il fut forcé de dévoiler le secret de mademoiselle de
Nilow, les nuits passées au château, le projet de mariage, etc.: tout
cela fut fort approuvé des associés, hors d'un seul; c'était un rival
malheureux, qui conçut une haine atroce pour Benyowsky, lui causa de
grands embarras, inquiéta beaucoup la société, devint fou par
intervalles, et enfin apprit à madame et à mademoiselle de Nilow que
Benyowsky était marié en Lithuanie. Ce fut un terrible incident; mais
l'excès de l'amour de cette jeune personne devint le remède du mal
qu'on avait voulu faire au comte. Il obtint sa grâce en représentant
sa situation, sans confier son secret et celui de ses amis. Aphanasie
(c'était le nom de mademoiselle de Nilow) ne s'en attacha que plus à
son amant; et telle fut cette passion, qu'après la mort de son père,
tué dans un des combats occasionnés par les suites du complot, elle
monta sur le vaisseau qui livrait les conjurés à la merci des mers;
et vêtue en homme, sous le nom d'Achille qui lui fut donné, elle
partagea toutes les calamités d'une navigation désastreuse. Elle
mourut à Macao.

Tout le plan de Benyowsky roulait sur l'espérance de se saisir d'un
des vaisseaux du gouvernement, qui se trouvait dans le port: la ruse
était ici plus nécessaire que la force, l'hettmann des cosaques étant
dans la ville à la tête de sept cents hommes qui seraient venus au
secours. Heureusement, on découvrit qu'un capitaine de la corvette
Saint-Pierre et Saint-Paul se faisait une peine de retourner à Ochozk,
où il avait des dettes. On négocia avec lui, en dissimulant le but
qu'on se proposait. Mais la nécessité d'un grand approvisionnement, le
nombre de ceux qui devaient y concourir, les différens intérêts de
chaque associé, l'un voulant emmener sa maîtresse, l'autre un ami, des
rumeurs sourdes et des démarches équivoques donnèrent des soupçons au
chancelier (on appelle ainsi le premier officier civil). Il les
communiqua au gouverneur, qui, d'abord, n'en voulut rien croire, mais
qui enfin, ébranlé par des vraisemblances, manda Benyowsky: c'était le
moment de la crise.

Le chancelier s'était concerté avec l'hettmann pour s'assurer du
comte; celui-ci, après avoir distribué les rôles entre ses associés,
refuse de se rendre au fort; l'hettmann lui rend visite, et l'engage
poliment à venir au château, pour dissiper quelques soupçons du
chancelier. Sur un second refus, l'hettmann ordonne à ses deux
cosaques de le saisir: mais un coup de sifflet fait paraître cinq
hommes armés, qui se saisissent des cosaques et de l'hettmann, les
lient et les déposent dans une cave. Une troisième tentative du
gouverneur ne fut pas plus heureuse. Benyowsky s'étant emparé du
colonel, se servit de lui pour s'emparer de tout le détachement; il
obligea le chef, le pistolet sous la gorge, d'appeler ses soldats un à
un; et à mesure qu'ils entraient, ils étaient arrêtés et enchaînés.
Alors les combats se multipliaient entre les divers pelotons des
conjurés et les soldats du gouvernement répandus dans la ville. Le
fort est attaqué et pris. M. de Nilow est tué. Mais il restait encore
de grandes difficultés à vaincre. Pendant ce trouble, quelques soldats
avaient délivré l'hettmann prisonnier dans la maison du comte.
L'hettmann avait rallié ses soldats au nombre de plus de sept cents
hommes, et s'était retiré sur une hauteur voisine. Le comte voyant
qu'il faudrait succomber un peu plus tôt, un peu plus tard, prend une
résolution désespérée; il envoie dans la ville quelques petits
détachemens, avec ordre de faire entrer dans l'église toutes les
femmes et tous les enfans, ensuite de faire entasser, tout autour,
tout le bois et toutes les matières combustibles qu'on pourrait
trouver, et quand tout serait prêt (ce qu'il était possible
d'effectuer avant le point du jour) d'avertir les femmes de se
préparer à la mort, en leur apprenant que leur existence et celle de
leurs familles dépendaient de la détermination de leurs maris. Ces
femmes demandèrent à choisir parmi elles celles qui seraient députées
aux cosaques, leurs maris ou leurs parens; on y consentit; un tambour
les précéda; et sur l'exposé qu'elles firent de l'état des choses, du
danger imminent des personnes enfermées dans l'église, les cosaques
signèrent la capitulation qu'on voulut, livrèrent leurs armes, leur
chef, et donnèrent des ôtages; le comte en choisit encore
cinquante-deux parmi les plus considérables de la ville, et dont la
vie répondait de la conduite du peuple. Tranquille à cet égard, il eut
alors tout le loisir de pourvoir aux soins de son embarquement. Le
nombre des associés s'accrut par celui de quatorze exilés qui
demandèrent à être admis sur le vaisseau. Il leur distribua, avant son
départ, l'argent du trésor impérial. Devenu ainsi maître du sort de la
place et des forces de la province dans laquelle il était arrivé
esclave quelques mois auparavant, il en partit le 7 mai 1771, arborant
sur son vaisseau l'étendart de la confédération polonaise.

Le journal maritime du comte compose le reste de ce premier volume et
une partie du second; il parcourt plusieurs des îles Kuriles,
Alécutiennes, de Jedzo, du Japon, sur lesquelles il donne des détails
intéressans pour le commerce; il est poussé vers l'île Formose, où il
projette l'établissement d'un comptoir; il arrive à Macao, d'où il
revient en Europe, après s'être arrêté à Madagascar, et s'être procuré
sur cette île des connaissances qui, à l'arrivée de Benyowsky en
France, le rendirent intéressant pour les ministres alors en place.
C'étaient MM. d'Aiguillon et de Boynes. Ils le renvoyèrent à
Madagascar pour y fonder l'établissement royal dont Benyowski leur
avait fait agréer l'idée. Il paraît qu'il jouissait auprès d'eux d'une
certaine faveur; mais elle fut inutile à l'établissement, qui n'était
point approuvé par les subalternes, intendans, commis, etc. Ils
traversèrent les vues de Benyowsky en tout ce qui dépendait d'eux, et
parvinrent à faire échouer tous ses projets. Il est vrai que son
esprit romanesque leur donna de grandes facilités, et ils furent
secondés par des événemens bizarres. Une vieille négresse qu'il avait
amenée de l'île de France, parvint à le faire passer pour descendant
d'un chef d'une certaine peuplade, et le comte devenait ainsi
l'héritier d'une portion de l'île. Il accueillit et propagea cette
fable absurde, sous prétexte qu'elle lui donnait le moyen de civiliser
la contrée, et de servir utilement la France dans le projet d'un
établissement de commerce. Ce qu'il y a d'inconcevable, c'est qu'après
avoir quitté l'habit français et le service de France, après avoir été
déclaré roi d'une province dans l'île de Madagascar, il osa revenir en
France, où on l'a vu libre et bien traité par le ministère. On sait
qu'il partit pour le Maryland, où il fut mis à la tête d'une
expédition projetée par une maison de commerce, et qu'il retourna à
Madagascar. Il y avait laissé des souvenirs qui lui firent trouver des
secours parmi les naturels. Le gouverneur de l'île de France, auquel
il était resté suspect, envoya contre lui un vaisseau armé, avec un
détachement de troupes de ligne. Le comte, attaqué dans un petit fort
qu'il venait de faire construire, y fut tué d'un coup de balle dans la
poitrine. On regrette que tant de courage et d'énergie n'ait pas été
conduit par un esprit plus sage et moins bizarre: il aurait pu être un
homme utile, et il ne fut qu'un aventurier remarquable.



  SUR _les Ruines_, ou _Méditations sur les Révolutions des Empires_;
    par M. Volney.


Un jeune voyageur, après avoir parcouru la Turquie, l'Égypte, la
Syrie, frappé des maux qui affligent l'espèce humaine, et qui dans ces
climats ont anéanti les grands empires; étonné du contraste de leur
ancienne population et de la dévastation actuelle, s'arrête dans une
ville presque abandonnée sur les bords de l'Oronte, à quelque distance
de Palmyre, dont il contemple de loin les débris. Là, sur d'autres
ruines, celles d'un temple qui fut jadis dédié au soleil, et dont le
parvis est maintenant occupé par les cabanes de quelques paysans
arabes, il se livre à une mélancolie profonde, qui devient par degrés
un recueillement religieux. Bientôt sa rêverie fait place à des
pensées grandes et austères. Vingt peuples fameux ont existé dans ces
contrées. Il se peint l'Assyrien sur les rives du Tigre, le Chaldéen
sur celles de l'Euphrate, le Perse régnant de l'Indus à la
Méditerranée. Où sont-ils ces remparts de Ninive, ces murs de
Babylone, ces palais de Persépolis, ces temples de Balbec et de
Jérusalem? Où sont ces flottes de Tyr, ces chantiers d'Arad, les
ateliers de Sidon, et cette multitude de matelots, de pilotes, de
marchands? Et cependant ces peuples étaient livrés à des superstitions
cruelles ou avilissantes, tandis qu'aujourd'hui, possédées par un
peuple de croyans, un peuple qui se dit saint, elles ne présentent
plus que de vastes solitudes. Plein de ces pensées, dont la succession
produit en son âme un retour vers l'Europe et vers sa patrie, ses yeux
se remplissent de larmes; il lui semble qu'une nécessité funeste, une
aveugle fatalité régissent le sort des mortels; et il s'abandonne à
une affliction voisine du désespoir. Tout à coup un bruit frappe son
oreille; et du sein des tombeaux, le voyageur croit voir sortir un
spectre. C'est un génie dont la voix se fait entendre et lui apporte
des instructions consolantes. Il lui montre la justice des cieux
toujours invariable, et les lois de la nature toujours les mêmes, Dieu
prodigant les bienfaits de la terre à ceux qui la fertilisent.
Pourquoi serait-elle féconde sous les pas de ceux qui la ravagent,
dont l'avidité pille le laboureur, ou qui font des lois destructives
de l'agriculture? Quelle était cette _infidélité_ qui fonda des
empires par la prudence, les défendit par le courage, les affermit par
la justice? Quelle est cette _vraie croyance_, cette sainteté qui
consiste à détruire les cultures, à réduire la terre en solitude? Dieu
devait-il réparer par des miracles les fautes des mortels, ressusciter
les laboureurs qu'on égorge, relever les murs qu'on a détruits, etc.,
etc.? Et de là, ces dogmes odieux de l'ignorance ou de l'hypocrisie:
le hasard a tout fait, le ciel avait tout décrété.

Touché des sentimens du jeune voyageur, uniquement occupé du bonheur
des hommes, le génie alors le transporte dans une région supérieure,
d'où il lui montre une moitié de notre globe, une partie de l'Europe,
de l'Afrique, et surtout cette portion de l'Asie où s'élevèrent
autrefois de si puissans empires. Il lui développe les causes de la
prospérité et du malheur des nations, les principes des sociétés,
l'origine des gouvernemens et des lois, et enfin les vices qui
entraînèrent la ruine des anciens états. De l'amour de soi, éclairé,
bien ordonné, naquit le bonheur individuel, et ensuite le bonheur
social; de l'amour de soi, aveugle et mal ordonné, naquirent d'abord
tous les maux individuels, et depuis tous les maux politiques.
Partout où les lois conventionnelles se trouvèrent conformes aux lois
de la nature, une grande prospérité fut le signe et la récompense de
cet accord. Là, les hommes, jouissant de la liberté et de la sûreté de
leurs personnes et de leurs propriétés, purent déployer toute
l'étendue de leurs facultés, toute l'énergie de l'amour de soi-même;
et lorsque, dans certains lieux, à certaines époques, les peuples
réunirent l'avantage d'être bien gouvernés à celui d'être placés sur
la route de la circulation la plus active, il se forma chez eux des
entrepôts florissans de commerce et des siéges puissans de domination.
Telles furent les causes qui amenèrent sur les rives du Nil et de la
Méditerranée, du Tigre et de l'Euphrate, les richesses de l'Inde et de
l'Europe, qui les y entassèrent, et accrurent successivement la
splendeur de cent métropoles.

Les peuples, devenus riches, appliquèrent le superflu de leurs moyens
à des travaux d'utilité commune et publique; et ce fut là, dans chaque
état, l'époque de ces ouvrages dont la magnificence étonne l'esprit,
de ces puits de Tyr, de ces digues de l'Euphrate, de ces forteresses
du Désert, de ces aqueducs de Palmyre, etc.

L'auteur passe ensuite au développement des maux politiques qui minent
par degrés les états, et les conduisent au despotisme, et à cet état
de choses où le peuple ne voit plus dans ses chefs qu'une faction
d'ennemis publics. Il applique ses principes à tous les grands
empires de l'Asie; et il voit ces empires décroître, s'affaiblir,
s'anéantir, lorsque les lois physiques du cœur humain s'y trouvèrent
enfreintes et audacieusement violées. Pendant que le jeune homme
remplissait son esprit des leçons du génie bienfaisant qui daigne
l'instruire et l'éclairer, des tourbillons de fumée et de flammes
s'élèvent des bords de la mer Noire et des champs de la Crimée;
affligé, il regarde le génie bienfaiteur qui lui apprend le sujet de
ces combats: le gouvernement, la religion, les mœurs, le fanatisme
réciproque des Russes et des Turcs, qui, dans leurs prières, associent
le ciel à leurs fureurs, en lui demandant sa faveur et la victoire.
«Prières sacriléges, retombez sur la terre! s'écrie le génie avec
véhémence; et vous, cieux, repoussez des vœux homicides!» Cette
superstition lui rappèle toutes celles des deux peuples ennemis; et
renforçant ici les traits dont il a peint plus haut la tyrannie, il
recueille tous ceux qui caractérisent le despotisme ottoman. Le jeune
homme qui retrouve en Europe et dans notre siècle, les mêmes crimes,
les mêmes erreurs qui ont détruit les anciens empires de l'Orient,
croit que l'homme est destiné à renouveler sans cesse le même cercle
d'égaremens et d'infortunes. Cette idée le jette dans une profonde
consternation. Son guide s'en aperçoit, et combat cette méprise
funeste. Il fait repasser sous ses yeux les différentes époques de
l'histoire. Il lui montre qu'au moins les malheurs du genre humain
n'ont point été perdus pour son instruction. Il combat surtout l'idée
d'une perfection rétrograde, par laquelle les tyrans s'attachent à
détruire l'espérance d'une perfection progressive. Il lui rend
sensibles tous les progrès de la société, par la comparaison des
siècles passés et des temps modernes, par la destruction d'un grand
nombre de préjugés politiques et religieux, par les hasards heureux
qui ont fait tourner à l'avantage des peuples certains abus, certains
inconvéniens, surtout par le bienfait divin de l'art de l'imprimerie.
A ces motifs de consolation, le voyageur oppose le tableau affligeant
que présente encore la société sur la plus grande partie du globe:
l'Asie entière ensevelie dans les ténèbres; le Chinois gouverné par
des coups de bambou; l'Indien accablé de préjugés, enchaîné par les
liens sacrés de ses castes; l'Arabe affaibli dans l'anarchie de ses
tribus; l'Africain dégradé de la condition d'homme; les peuples du
Nord réduits à celle des troupeaux, jouets de grands propriétaires,
etc.

La douleur et l'affliction qui pénètrent le voyageur, excitent un
nouveau degré d'intérêt dans l'âme du génie; et anticipant de quelques
années sur le siècle prêt à naître, il le fait jouir du plus grand
tableau qu'ait présenté la révolution française.

Au sein d'une vaste cité, dans le mouvement prodigieux qu'excite une
sédition violente, on voit un peuple innombrable s'agiter et se
répandre à flots dans les places publiques. «Quel est donc disent-ils,
ce prodige nouveau? Quel est ce fléau cruel et mystérieux? Nous sommes
une nation nombreuse, et nous manquons de bras! Nous avons un sol
excellent, et nous manquons de denrées! Nous sommes actifs, laborieux,
et nous vivons dans l'indigence! Nous payons des tributs énormes, et
l'on nous dit qu'ils ne suffisent pas! Nous sommes en paix au dehors,
et nos personnes et nos biens ne sont pas en sûreté au dedans! Quel
est donc l'ennemi caché qui nous dévore?»

Et des voix parties du sein de la multitude répondirent: «Elevez un
étendart distinctif, autour duquel se rassemblent tous ceux qui, par
d'utiles travaux, entretiennent et nourrissent la société, vous
connaîtrez l'ennemi qui vous ronge.»

L'étendart ayant été levé se trouva tout à coup partagé en deux corps
inégaux et d'un aspect contrastant: l'un, innombrable, offrait dans la
pauvreté générale des vêtemens, et l'air maigre et hâlé des visages,
les indices de la misère et du travail; l'autre, petit groupe,
fraction insensible, présentait, dans la richesse des vêtemens, et
dans l'embonpoint des visages, les symptômes du loisir et l'abondance.

Ces deux corps en présence, front à front, s'étant considérés avec
étonnement, je vis, d'un côté, naître la colère et l'indignation, de
l'autre, une espèce d'effroi; et le grand corps dit au plus petit:
«Pourquoi êtes-vous séparé de nous? n'êtes-vous donc pas de notre
nombre?--Non, répondit le groupe, vous êtes le peuple; nous autres,
nous sommes une classe distinguée, qui avons nos lois, nos usages, nos
droits particuliers.

LE PEUPLE.

«Et quel travail exerciez-vous dans notre société?

LA CLASSE DISTINGUÉE.

»Aucun: nous ne sommes pas faits pour travailler.

LE PEUPLE.

»Comment avez-vous acquis ces richesses?

LA CLASSE DISTINGUÉE.

»En prenant la peine de vous gouverner.

LE PEUPLE.

«Quoi! voilà ce que vous appelez gouverner! Nous fatiguons, et vous
jouissez! Nous produisons, et vous dissipez! Les richesses viennent de
nous, et vous les absorbez! Hommes distingués, classe qui n'êtes pas
le Peuple, formez une Nation à part, et gouvernez-vous vous-mêmes.»

Alors le petit groupe délibérant sur ce cas nouveau, quelques-uns
dirent: «Il faut nous rejoindre au peuple, et partager ses fardeaux et
ses occupations; car ce sont des hommes comme nous;» et d'autres
dirent: «Ce serait une honte, une infamie de nous confondre avec la
foule; elle est faite pour nous servir.»

Et les gouverneurs civils dirent: «ce Peuple est doux et naturellement
servile; il faut lui parler du roi et de la loi, et il va rentrer dans
le devoir, «_Peuple, le Roi veut, le Souverain ordonne_.»

LE PEUPLE.

»Le roi ne peut vouloir que le salut du peuple; le souverain ne peut
ordonner que selon la loi.

LES GOUVERNEURS CIVILS.

»La loi veut que vous soyez soumis.

LE PEUPLE.

»La loi est la volonté générale, et nous voulons un ordre nouveau.

LES GOUVERNEURS CIVILS.

»Vous serez un peuple rebelle.

LE PEUPLE.

»Les nations ne se révoltent point: il n'y a de rebelles que les
tyrans.

LES GOUVERNEURS CIVILS.

»Le roi est avec nous, et il vous prescrit de vous soumettre.

LE PEUPLE.

»Les rois sont indivisibles de leurs nations. Le roi de la nôtre ne
peut être chez vous; vous ne possédez que son fantôme.»

Et les gouverneurs militaires s'étant avancés, dirent: «Le peuple est
timide; il faut le menacer; il n'obéit qu'à la force: «_Soldats,
châtiez cette foule insolente._»

LE PEUPLE.

»Soldats, vous êtes notre sang, frapperez-vous vos frères? Si le
peuple périt, qui nourrira l'armée?»

Et les soldats, baissant leurs armes, dirent à leurs chefs: «Nous
sommes aussi le peuple; montrez-nous l'ennemi.»

Alors les gouverneurs ecclésiastiques dirent: «Il n'y a plus qu'une
ressource; le peuple est superstitieux, il faut l'effrayer par les
noms de dieu et de la religion. _Nos chers frères, nos enfans, Dieu
nous a établis pour vous gouverner._»

LE PEUPLE.

«Montrez-nous vos pouvoirs célestes.

LES PRÊTRES.

»Il faut de la foi; la raison égare.

LE PEUPLE.

»Gouvernez-vous sans raisonner?

LES PRÊTRES.

»Dieu veut la paix; la religion prescrit l'obéissance.

LE PEUPLE.

»La paix suppose la justice: l'obéissance veut connaître la loi.

LES PRÊTRES.

»On n'est ici-bas que pour souffrir.

LE PEUPLE.

»Donnez-nous l'exemple.

LES PRÊTRES.

»Vivrez-vous sans dieu et sans rois?

LE PEUPLE.

»Nous voulons vivre sans tyrans.

LES PRÊTRES.

»Il vous faut des médiateurs, des intermédiaires.

LE PEUPLE.

»Médiateurs auprès de dieu et des rois, courtisans et prêtres, vos
services sont trop dispendieux: nous traiterons désormais directement
nos affaires.»

Et alors le petit groupe dit: «Nous sommes perdus, la multitude est
éclairée.»

Et le peuple répondit: «Vous êtes sauvés; car puisque nous sommes
éclairés, nous n'abuserons pas de notre force; nous ne voulons que nos
droits; nous avons des ressentimens, nous les oublions; nous étions
esclaves, nous pourrions commander; nous ne voulons qu'être libres,
nous le sommes.»

Continuant alors de dévoiler au jeune voyageur cet avenir si heureux
et si prochain, le génie lui montre le même peuple, l'assemblée de
législateurs choisis pour poser les bases de la société sur la
justice, l'égalité, la liberté. Ce spectacle fait couler de ses yeux
des larmes d'attendrissement et de joie; et s'adressant au génie, il
s'écrie: «Que je vive maintenant, car désormais j'ai tout espéré.»

Cependant le cri solennel de la liberté et de l'égalité réveille
par-tout toutes les classes des tyrans civils et sacrés, qui trompent
les rois et oppriment les peuples. Ils forment une ligue contre
l'ennemi commun; mais la nation libre garde le silence; et se montrant
toute entière en armes, elle tient une attitude imposante.

Ici M. Volney, assuré de l'intérêt de ses lecteurs, et continuant à
faire du merveilleux un usage aussi heureux que hardi, ouvre à leurs
yeux une scène non moins attachante, et non moins dramatique. Il
suppose que, pour dissiper entièrement ses alarmes sur les destinées
futures du genre humain, le génie le rend présent à une assemblée
générale de toutes les nations. Il voit réunis dans une vaste enceinte
tous les peuples de l'univers, qu'il caractérise tous par la
différence de leurs traits et de leurs costumes. L'objet de cette
assemblée n'est point le même que celui de la précédente. Dans la
première partie de son ouvrage, l'auteur fait l'histoire du despotisme
politique. La seconde est dirigée contre le fanatisme religieux. Il
passe en revue tous les systèmes de religion, toutes les sectes;
Musulmans, Chrétiens, Juifs, Perses, Bramines, le Houre, le Sintoiste,
le Chinois sectateur de Fô, le Siamois sectateur de Sammonokodom, le
Tibétain adorateur de la, etc., etc., etc., enfin les nations sauvages
qui, n'ayant aucune des idées des peuples policés sur dieu, ni sur
l'âme, ni sur une autre vie, ne forment aucun système de culte.

La recherche de la vérité est l'objet de cette assemblée. Tous
prétendent la posséder: elle leur a été révélée par dieu même. Tous
allèguent leurs miracles, leurs martyrs; tous veulent l'être, et
mourir pour leur religion. Cette ardeur étant commune à tous, n'est
donc pas une preuve de la vérité, puisque chacun d'eux prétend la
posséder exclusivement. Alors on procède avec ordre. Un Musulman
obtient la parole. A peine a-t-il ouvert la bouche, que des Musulmans
d'une autre secte le récusent et le réfutent. Enfin, l'un d'eux
parvient à faire entendre les dogmes de Mahomet; il s'élève contre la
plupart de ces dogmes une réclamation générale. Un théologien
catholique prouve que la religion de Mahomet n'est pas révélée,
puisque la plupart des idées qui en font la base existaient long-temps
avant elle. Le Catholique n'est pas mieux traité par le rabbin; tous
deux se réunissent aux Musulmans, pour traiter les Parsis d'idolâtres.
Les brames, à qui leur religion même ordonne le silence sur leurs
dogmes, refusent de les révéler; mais quelques Européens, qui, dans
ces derniers temps, ont eu connaissance de leurs livres, ayant révélé
leurs rites et leurs mystères, il s'éleva de toutes parts des murmures
mêlés d'éclats de rire qui interrompaient l'orateur. Un lama du Tibet
prétend que cette religion n'est qu'un mélange du paganisme des
occidentaux, mêlé grossièrement à la doctrine spirituelle; et sur
l'exposé qu'il fait de cette doctrine, il s'attire un reproche à peu
près pareil d'un théologien catholique. Alors le lama prouve aux
chrétiens, par leurs auteurs même, que cette doctrine était répandue
dans l'Orient plus de mille ans avant le christianisme.

Ces disputes ayant excité dans l'assemblée un grand tumulte, les
législateurs, après avoir obtenu silence, non sans peine, réduisent la
question à savoir comment se sont transmises de peuple à peuple toutes
les idées métaphysiques devenues opinions religieuses. Ils invitent
les hommes de l'assemblée qui se sont occupés de ces études, à lui
faire part de leurs lumières.

Alors s'avance un groupe formé d'hommes qui abandonnent leurs divers
étendards (chaque religion, chaque secte avait le sien), et qui, sans
arborer d'étendard particulier, s'avancent dans l'arène; et l'un d'eux
prend la parole.

L'orateur, prenant la société à son origine, établit que, dans les
premiers temps, l'homme a modelé ses idées de l'être suprême, sur
celle des puissances physiques qu'il a personnifiées par le mécanisme
du langage et de l'entendement. Il en résulta, dans les siècles de
cette grossière ignorance, que la divinité fut d'abord variée et
multipliée, comme les formes sous lesquelles elle parut agir: chaque
être fut une puissance, un génie; et l'univers, pour les premiers
hommes, fut rempli de dieux innombrables.

A la seconde époque, les besoins de l'agriculture ayant amené
l'observation et la connaissance des cieux, les idées prises dans un
système astronomique firent envisager sous un nouveau point de vue les
puissances dominatrices et gouvernantes; et alors s'établit le
_sabéisme_ ou culte des astres.

Les progrès de l'astronomie avant fait saisir les rapports entre
telles étoiles ou tel groupe d'étoiles, et la raison de telle ou telle
production de la terre, ou l'apparition de tel animal, cette
production et cet animal devinrent des symboles dont le nom fut avec
le temps une source d'erreurs et d'équivoques; de-là le culte des
animaux, c'est-à-dire l'idolâtrie.

Cependant il se faisait chaque jour de nouveaux progrès dans les
sciences, et le systême du monde se développant graduellement aux yeux
des hommes, il s'éleva dans les pays où les prêtres étaient
astronomes, diverses hypothèses sur ses effets et ses agens; et ces
hypothèses devinrent autant de systèmes théologiques. On observa que
toutes les opérations de la nature, dans sa période annuelle, se
résumaient en deux principales, celle de produire et celle de
détruire; on vit, dans la nature, deux puissances contraires, une
puissance de fécondité, de création, une autre de destruction et de
mort. C'est la doctrine du dualisme, d'où découle celle des génies,
des anges de bienfaisance, de science et de vertu, et celle des
génies, des anges d'ignorance, de méchanceté, de vice.

Les idées, en s'éloignant de leur source, produisirent celle d'un
nouveau ciel, d'un autre monde, etc.

Enfin, les analyses savantes d'une physique perfectionnée ayant fait
découvrir, dans la composition de tous les corps, un feu élémentaire
ou qui paraît l'être, de nouveaux systèmes de théologie firent de Dieu
un être à la fois effet et cause, agent et patient, principe moteur et
chose mue; d'autres, le séparant de la matière, l'appelèrent âme
intelligente, esprit; et les religions anciennes découlèrent d'une de
ces sources.

Ici l'auteur appuie ses idées de toutes les ressources d'une vaste
érudition. Plusieurs de ces idées ne seront point nouvelles pour la
plupart des hommes instruits; mais ce qui lui appartient et ce qui
plaira à tous, ce sont les développemens qu'il leur donne, et
l'intérêt qu'il sait y répandre. Cependant l'étendue qu'il leur donne
paraîtra sans doute excessive et trop hasardée. Il sera attaqué à la
fois par les partis érudits et les théologiens.

    Clamore incendunt cœlum Troësque Latinique.

Ceux qui ont lu ou qui liront l'ouvrage de M. Volney, sentiront que ce
vers s'applique particulièrement à un des chapitres de son livre, où
l'auteur paraît avoir été emporté trop loin par l'esprit systématique.
Cette fois, les théologiens pourront avoir de leur côté quelques
philosophes, avantage auquel, depuis assez long-temps, ils ne sont
plus accoutumés. M. Volney doit s'attendre à être fortement réfuté;
mais sans doute il s'est muni d'armes suffisantes contre ses
adversaires: il doit avoir le sentiment de sa force et se flatter
comme un des personnages de l'Enéide.

    Se satis ambobus Teucrisque venire, Latinisque.

Revenons à l'orateur de M. Volney, dont le discours a mis en fureur
tous les théologiens de toutes les sectes. Les législateurs ramènent
la paix: un groupe d'hommes sauvages et simples font sentir aux
docteurs l'inutilité de leurs connaissances, et les embarrassent par
des argumens que leur simplicité même rend péremptoires. Les
législateurs ayant fait sentir que les causes de ces dissentimens
n'existaient pas dans les objets eux-mêmes, mais dans l'esprit de ceux
qui contestaient, en concluent que, si les hommes veulent vivre en
paix, il faut tracer une ligne de démarcation entre les objets
vérifiables, c'est-à-dire, qu'il faut ôter tout effet civil aux
opinions théologiques et religieuses.

Ce résultat, désagréable aux prêtres, excite leurs réclamations,
auxquelles on réplique par le récit de la conduite qu'ils ont tenue
dans tous les siècles et dans tous les pays. Convaincus de la justice
de ces reproches, ils avouent leurs crimes, qu'ils excusent sur la
superstition des peuples et sur les besoins d'être trompés, comme les
rois justifient leur despotisme par la disposition des peuples à la
servitude: deux profondes vérités que les législateurs recommandent au
souvenir des nations.

Cet ouvrage, fruit des méditations de plusieurs années, avait été
commencé au moment où M. Volney, de retour en France, eut publié son
_Voyage de Syrie_. La révolution française, en nourrissant les idées
dont le germe était soutenu dans son Voyage, a mis le talent de
l'auteur au niveau de son sujet. Son talent s'est élevé avec les
circonstances qui ont fait passer sous ses yeux le tableau des grands
événemens qu'avait pressentis sa sagacité. Si quelques esprits sévères
s'étonnaient de l'emploi qu'il a fait du merveilleux dans un écrit de
ce genre, rempli de vérités austères, et quelquefois même abstraites,
on pourrait répondre que peut-être n'existait-il pas d'autre moyen
d'en adoucir la sécheresse, de les rendre sensibles, et de faire
briller d'évidence celles que, sans cet artifice, il eût fallu
développer longuement, avec fatigue pour ses lecteurs et pour
lui-même. Egalement riche d'imagination et d'érudition, l'usage sobre
et mesuré qu'il fait de l'un et de l'autre n'est pas le moindre éloge
qu'on puisse faire de son ouvrage, quoiqu'elles n'y soient toutes les
deux qu'un mérite bien subordonné à celui de la philosophie forte et
profonde qui a dicté cet excellent écrit.



  SUR _l'Éloge historique de Louis-Joseph-Stanislas_ LE FÉRON,
    _premier Commandant de la Garde nationale de Compiègne_; par M.
    CHABANON l'aîné, de l'Académie française, de celle des
    Inscriptions. (1791).


On peut compter, parmi les bienfaits de la liberté, la juste
distribution de la louange publique. Réservée autrefois presque
exclusivement au rang, à la naissance, aux grandes places, elle était
accueillie froidement par des hommes qui ne pouvaient y prétendre, qui
entendaient célébrer des vertus et des talens auxquels ils ne
croyaient guère, ou tout au plus, vanter des services rendus au
gouvernement pour obtenir ses récompenses, et non pas à la nation pour
mériter son estime. Ces idées, quoique peu développées dans des hommes
peu réfléchis, n'en exerçaient pas une influence moins réelle,
défavorable au panégyriste comme à son héros: nul intérêt commun
n'attirait à eux ni l'auditeur ni le lecteur. La liberté seule pouvait
créer cet intérêt qui anime tout, qui paie d'un sentiment intime tous
les services rendus à l'état, qui regarde comme une propriété
nationale toute vertu, tout talent, en quelque lieu de l'empire que
l'un ou l'autre se soit développé. La mort du jeune Le Féron, qui fut
une calamité pour ses concitoyens à Compiègne, fut ressentie
douloureusement, même dans la capitale, quoiqu'occupée alors des plus
grands intérêts. En le voyant pleuré ou regretté par ceux qu'il avait
servis sur un théâtre si resserré, on fut touché de la mort prématurée
d'un jeune homme qui donnait de grandes espérances à la patrie. Honoré
à Compiègne de deux éloges publics, un ami a senti le besoin de rendre
un troisième hommage à sa mémoire. M. Chabanon, lié avec lui par les
mêmes principes, par la passion de la liberté et de l'égalité qui les
animait l'un et l'autre, a répandu quelques fleurs sur la tombe de son
ami.

Après avoir fait valoir les actions publiques du jeune Le Féron, il le
fait aimer en révélant tous les sentimens honnêtes qui ne se
manifestent guère qu'aux yeux de l'amitié. Tel fut, entr'autres,
l'empressement avec lequel le jeune Le Féron satisfit au décret qui
abolit la noblesse. «Il avait, dit M. Chabanon, l'instinct naturel de
l'égalité; et le décret qui l'établit entre les citoyens, ne fit que
promulguer une loi déjà reconnue et sanctionnée dans le fond de son
cœur.» Cependant Le Féron était dominé d'une grande ambition, et
cette passion fut le mobile de sa vie entière.

«Quel est donc, dit M. Chabanon, ce sentiment si puissant, qui obtient
de l'ambition l'abnégation volontaire d'une distinction telle que la
noblesse? Quel est ce sentiment? Une humanité éclairée, qui fait
trouver plus de plaisir à se rapprocher de ses semblables, qu'à les
dominer par sa naissance. Quel est ce sentiment? La conscience d'une
grande âme, qui, remise au niveau de tous, se rend compte des moyens
qu'elle trouve en soi pour s'élever. Arrachons à l'orgueil du noble
l'aveu que dissimule sa réticence polie. Sa prétention mise à nu,
énoncée dans toute son insultante franchise, est d'avoir, sur un grand
nombre d'hommes, un droit de mépris, bien avéré, bien reconnu;
cependant, tandis qu'il exerce au-dessous de lui ce droit d'humiliante
supériorité, le noble d'une classe supérieure le foule et l'humilie
lui-même. O l'admirable système d'organisation morale et politique!
dont le vice de l'orgueil est le principe et le mobile, où le mépris,
de degrés en degrés, se transmet et s'échange, où la classe infirme
supporte seule le fardeau de tous les mépris, où, vers le faîte enfin,
comme vers la fin d'un cône alongé, un petit nombre d'hommes jouit
seul de l'abaissement de tous ses semblables. O sainte égalité!
détruis cet édifice élevé par la folie, et remets tous les hommes à ce
niveau qui les avertit de s'aimer.

Une autre singularité non moins grande, c'est que Le Féron avait été
poussé, par les circonstances, à devenir courtisan. C'était l'effet de
cette même ambition. Il avait obtenu une lieutenance dans les gardes
d'un des princes français. Jamais homme n'avait mis plus de
disconvenance entre son état et son caractère. On en jugera par ce
trait. C'est son ami qui parle.

«Nous nous promenions ensemble dans la galerie de Versailles; il vit
passer l'un des favoris du prince qu'il servait; il le couvrit d'un
regard de mépris, accompagné de paroles injurieuses que je pouvais
seul entendre. Étonné de cette brusque sortie, je lui en demandai la
raison: «ce misérable, me répondit-il, n'est occupé qu'à pervertir les
mœurs de mon prince.» Eh! quoi, dira-t-on, les mœurs de Le Féron
étaient-elles à tel point sévères?.... Eh! faut-il tant de sévérité
pour s'indigner qu'un vieux courtisan donne à l'un des enfans du trône
les premières leçons du vice, et qu'il soit doté de riches pensions
pour salaire de sa coupable instruction?

L'orateur arrive au moment où la révolution ouvre à son jeune ami une
carrière plus brillante. Il déploie, dans l'espace de deux ans, toutes
les vertus de la liberté. Il sauve plusieurs citoyens, prévient divers
désastres, répare plusieurs calamités, protège ses ennemis personnels
en s'exposant lui-même au danger, nourrit lui-même les familles
pauvres de ceux que la sûreté publique le forçait d'emprisonner dans
les premiers troubles.

«En voyant ces effets de la liberté sur une grande âme, on est porté à
croire, dit M. Chabanon, que cette passion occupe le centre de nos
affections les plus belles, qu'elles y répondent, et que de ce centre
d'activité partent les mouvemens qui leur sont transmis et l'ardeur
dont elles se sentent enflammées.» Nous ne transcrirons de ce morceau
que la réflexion suivante, qui peut en fournir plusieurs autres.

«L'excellence de la liberté n'est guère plus contestée que celle de la
vertu même; et ce qui les rapproche encore davantage, c'est que le
vice est l'ennemi naturel de l'une et de l'autre. Que l'on cite un
seul homme, un seul homme de bien qui, placé entre la liberté et le
gouvernement absolu, ait senti pencher vers celui-ci la préférence de
ses désirs; s'il exista jamais, l'auteur d'un choix si bizarre,
l'estime et l'admiration du moins n'ont pas consacré sa mémoire; et
tandis que la liberté conduit en triomphe après elle des millions de
héros qu'elle immortalise, le despotisme dévoue ses partisans, ses
lâches satellites à une honteuse obscurité, ou à une liberté pire que
l'oubli.»

«J'ai vu des militaires français, poursuit M. Chabanon, colorer à
leurs propres yeux du beau nom d'amour pour leur roi, leur répugnance
pour la liberté. Aveugles que vous êtes, qui pensez qu'un roi, pour
être heureux, doit être tout-puissant, lisez donc l'histoire de
Marc-Aurèle, de ce prince à qui l'on n'en compare aucun autre: il
venait au sénat déposer l'excès de son autorité, courber
majestueusement, sous le joug de la loi, cette tête, la première du
monde: il demandait à la loi de restreindre ses pouvoirs; et c'est en
se faisant un monarque moins puissant, qu'il s'est créé le plus grand
de tous les hommes: et vous plaignez la condition de Louis XVI,
lorsqu'on l'égale à celle du sage Antonin!»

Quelque agréable que soit la lecture de cet écrit, nous aurions
peut-être négligé d'occuper le public d'une production peu
volumineuse, si elle n'eût été rehaussée à nos yeux par un singulier
contraste entre la manière dont l'auteur parle de la liberté et les
effets affligeans pour lui-même, dont elle est, sinon la cause, au
moins l'occasion. Ceux qui ne croyent pas à la vertu, auront quelque
peine à concevoir que M. Chabanon, au moment où sa ruine déjà
commencée, est achevée par le désastre de Saint-Domingue, écrive à
l'un de ses amis, ces propres paroles: «Ceux qui accusent de ce
malheur la révolution, sont des fous ou des hommes stupides: elle a pu
y contribuer, mais la cause véritable est le féroce entêtement des
colons à vouloir changer les hommes en bêtes pour le service de leurs
sucreries; ces gens-là admettraient le procédé chimique qui changerait
en or le sang humain. »Ce qui enrichit l'état et moi, diraient-ils,
est de toute justice et d'une politique supérieure. Si la terre leur
reste, ils tenteront encore d'y mettre des esclaves.» Je doute que
cela leur réussisse.»

Ce peu de lignes fait voir qu'il n'est pas vrai que tous les colons se
ressemblent.



  SUR l'ouvrage intitulé: _Lettres sur les Confessions de J.-J._
    ROUSSEAU; par M. GINGUENÉ.


Cinq hommes célèbres ont formé et en partie effectué le projet hardi
de se peindre eux-mêmes, et se montrer tels qu'ils étaient. Saint
Augustin, Montaigne, Cardan, le cardinal de Retz, J.-J. Rousseau: mais
le sacrifice complet de l'amour-propre, si difficile à consommer, n'a
pu l'être que par les deux derniers, Cardan et Jean-Jacques. Saint
Augustin, en dégradant l'homme de la nature pour le montrer agrandi
par le christianisme, trouvait, dans les dispositions de ses lecteurs,
le remède aux blessures que son amour-propre s'était faites à
lui-même, et peut-être ses blessures étaient une jouissance de son
amour-propre.

Montaigne, restant toujours aimable au milieu des vices et des défauts
qu'il reconnaît en lui, laisse voir trop de vanité dans ses aveux,
pour qu'on ne croie pas qu'il s'est permis des réticences; et
Jean-Jacques l'accuse nettement de la caresser plus qu'il ne
l'égratigne.

Le cardinal de Retz, au commencement de ce siècle, étonna ses lecteurs
par sa franchise; un prêtre, un archevêque, se déclarant factieux,
conspirateur, libertin, scandalisa la France: c'était une confession
de ses crimes, de ses péchés; mais cette confession était faite par
l'orgueil, et par plus d'une espèce d'orgueil, celui de la naissance,
celui du génie, etc.

Restent Cardan et Rousseau; dans ceux-ci, le sacrifice paraît complet,
en ce qu'ils avouent des fautes avilissantes, et des actions qui
semblent dégrader entièrement le caractère, sans laisser à
l'amour-propre le plus petit dédommagement. A cet égard, ils peuvent
passer pour des phénomènes; Cardan surtout, qui va même plus loin que
Rousseau, et qui se montre abject comme pour le plaisir de l'être. Son
livre excita la plus grande surprise dans l'Europe; mais tout se
passait entre des savans et des littérateurs: cette bizarrerie fut
bientôt oubliée.

Il n'en sera point ainsi de J.-J. Rousseau; son génie, ses succès, son
nom, le nom de ceux dont il fait la confession en même temps que la
sienne, le rapport de cet écrit à ses ouvrages les plus célèbres,
l'influence des événemens de sa vie sur son caractère, de son
caractère sur son talent, les résultats de morale et d'instruction que
présentent ces rapprochemens, toutes ces causes assurent aux
Confessions de Jean-Jacques, sinon le même degré d'estime, au moins la
même durée qu'à ses meilleures écrits. C'est le sentiment confus de
cette vérité qui sembla redoubler, après sa mort, la haine de ses
ennemis, lorsqu'ils apprirent que J.-J. Rousseau avait en effet
composé les Mémoires de sa vie. La mort prématurée des dépositaires
successifs de son manuscrit le rendit public avant l'époque désignée
par Rousseau; et ses ennemis subirent, de leur vivant, la punition
qu'il ne réservait qu'à leur mémoire. Mais il faut avouer que celle
de Rousseau en parut avilie. L'aveu d'une bizarre disposition au
larcin, de l'abandon d'un ami délaissé au coin d'une rue, d'une
calomnie qui entraîna le déshonneur et la ruine d'une pauvre
domestique innocente, la révélation de toutes les fautes d'une
jeunesse aventurière exposée à tous les hasards que poursuivent
l'indigence, enfin le coupable et systématique égarement d'un père qui
envoie ses cinq enfans à l'hôpital des enfans trouvés: voilà ce
qu'apprit avec surprise une génération nouvelle, remplie d'admiration
pour Rousseau, nourrie de ses ouvrages, non moins éprise de ses vertus
que de ses talens, qui, dans l'enthousiasme de la jeunesse, avait
marqué les hommages qu'elle lui rendait, de tous les caractères d'un
sentiment religieux. C'est de cette hauteur que J.-J. Rousseau
descendit volontairement. Nous ajoutons ce dernier mot, parce qu'en
effet, comme l'observe très-bien M. Ginguené, plusieurs de ces fautes
étaient ignorées, et pouvaient rester ensevelies dans l'obscurité de
sa malheureuse jeunesse, parce qu'il pouvait se permettre une
demi-confession, rédigée avec cette apparente franchise qui en impose
beaucoup mieux qu'une dissimulation entière, et que la postérité,
prenant désormais pour règle ce qu'il aurait avoué dans ses Mémoires,
eût mis le reste sur le compte de la calomnie.

L'auteur de ces lettres entre ensuite dans le détail des causes
cachées qui ont fait pousser tant de clameurs contre les Confessions
de Jean-Jacques au moment où elles parurent, et il révèle le secret de
plusieurs amours-propres. Développant ensuite le caractère de Rousseau
d'après lui-même, il rapproche les contrastes dont il était composé;
il explique avec finesse, ou excuse avec l'indulgence qu'on doit aux
passions, mères du génie, plusieurs fautes de son jeune âge, que lui
reprochent avec amertume des hommes qui, élévés dans le sein d'une
aisance heureuse, n'ont été mis à aucune des épreuves réservées à
Rousseau.

Au reste, M. Ginguené insiste sur la différence de deux époques en
effet très-distinctes, dans la vie de Jean-Jacques, dont la seconde
est celle qu'il appelle lui-même celle de sa grande réforme; et c'est
celle qui est la plus intéressante, par l'essor de ses talens et par
le développement de son génie. C'est ici que la tâche de l'apologiste
devient plus facile. Les torts qu'on reproche à Rousseau sont liés à
l'histoire littéraire de cette époque, encore présente au souvenir
d'un grand nombre de contemporains. Dans cette partie embarrassante et
difficile de son ouvrage, M. Ginguené sait allier au vif intérêt qu'il
prend à la mémoire de Jean-Jacques, l'admiration ou l'estime due aux
talens de ses adversaires; et dans une cause qu'il affectionne
vivement, il montre la plus exacte impartialité. Appuyé de faits, de
dates, de preuves qui paraissent sans réplique, il discute, il
raisonne, il conclut en faveur de Rousseau, et semble garder en
réserve, pour ses ennemis, une partie de l'indulgence qu'il demande et
qu'il obtient pour les fautes de ce grand homme.

Il sait, en convenant de ses torts, le faire aimer: c'est ce qu'il y
avait de mieux à faire. Les maux qu'il a soufferts et le bien qu'il a
fait: voilà ses titres et son excuse. Qu'on se représente, d'une part,
le tort de sa société, les opinions établies dans le temps où Rousseau
a vécu dans le monde, c'est-à-dire à l'époque de ses succès; qu'on se
figure, de l'autre, Jean-Jacques au milieu de ces conventions
absurdes, dont la plupart sont si bien jugées maintenant; qu'on se
rappelle ses goûts, ses habitudes, son attachement aux convenances
naturelles et premières, et qu'on juge de quel œil il devait voir les
convenances factices que la société leur opposait, l'importance mise
aux petites choses, la nécessité de déférer aux sottises respectées,
aux sots en crédit; la tyrannie des riches, leur insolence polie,
l'orgueil qui, pour se ménager des droits, se déguise en bienfaisance;
la fausseté du commerce entre les gens de lettres et les gens du
monde: on sentira ce que de pareilles sociétés devaient être pour
Rousseau, et ce qu'il était lui-même pour elles. C'est là que se
formèrent les inimitiés qui empoisonnèrent le reste de la vie de
Jean-Jacques, et qui l'engagèrent dans une lutte où il ne pouvait
avoir que du désavantage. Lui-même en avait le sentiment; il savait le
parti que ses ennemis tireraient de ses vivacités brusques, de ses
étourderies passionnées; et disposé sans doute à la défiance,
quoiqu'il ait prétendu le contraire, il parvint à tourner cette
disposition contre lui-même, à en faire le tourment de sa vie, à
n'oser plus risquer ni un pas ni un mot; enfin à justifier l'heureuse
application que M. Ginguené fait à Rousseau de deux vers de l'Arioste,
_de soupçonneux qu'il était d'abord, il était devenu le soupçon même_.

Cet ouvrage, qui fera beaucoup d'honneur à l'esprit et à la sagacité
de M. Ginguené, sera lu avec plaisir de tous les amis de Rousseau,
expression à laquelle nous ne nous réduirions pas, si maintenant elle
ne signifiait à peu près le public tout entier. C'est le servir
utilement que de lui présenter l'analyse de l'âme et du caractère des
grands hommes; ils sont en quelque sorte des variétés de l'espèce
humaine qu'il faut étudier à part, étude qui perfectionne la
connaissance de l'espèce même.



  Sur l'ouvrage intitulé: _La Police dévoilée_; par Pierre
    MANUEL.--1792.


On se rappèle l'effet qu'a produit le livre intitulé _la Bastille
dévoilée_. Celui-ci est d'un autre genre, mais son succès ne sera pas
moins grand. L'un présente le despotisme dans toute son horreur,
l'autre dans toute sa bassesse; et en rapprochant ces deux livres, on
peut dire:

    Le ciel voulut ici rassembler tous les crimes.

Il est un grand nombre de lecteurs à qui ce livre n'apprendra que peu
de chose; et ce sont ceux qui, ayant vécu _dans le monde_, comme on
s'exprimait il y a deux ans, connaissant une partie de ses iniquités
et de ses scandales, pourraient aisément deviner le reste. Mais le
recueil offrira à la génération naissante, aux Français placés loin de
la capitale, surtout aux étrangers, la peinture d'un état de choses
dont il est presque impossible de se faire l'idée; et sans doute ils
le considéreront comme une des causes qui a le plus concouru à la
rapidité de la révolution qui les étonne. Ils verront que le premier
moment où tant de chaînes sont tombées des mains d'un peuple ainsi
garrotté, a du être un moment terrible. Ils cesseront d'être surpris
que le sentiment d'un malheur commun ait d'abord réuni toutes les
classes contre les agens d'une autorité maintenue par de pareils
moyens. Enfin, ils verront comment la révélation progressive de tant
de honteux mystères a nourri l'enthousiasme des Français pour une
constitution nouvelle, et a fait de la liberté une passion constante,
qui, en s'éclairant de toutes les lumières, cherche à se fortifier de
tous les appuis.

Il restera pourtant, après la lecture de ce recueil, un grand sujet de
surprise pour ceux qui pensent qu'une entière perversité des mœurs
est un obstacle éternel à la liberté. C'est une maxime répandue et
accréditée par les oppresseurs de toute espèce, que les nations
vieilles et corrompues ne peuvent revenir à la liberté, qu'elle n'est
faite que pour les nations neuves et _vierges_; et comme la nôtre
n'est ni neuve ni _vierge_, ils en concluaient que nous étions des
insensés de vouloir être libres. Ainsi, le prix des soins qu'avait
pris le despotisme, de corrompre les mœurs, devait être la perpétuité
du despotisme. Cet argument ne laissait pas que d'ébranler d'assez
bons esprits: heureusement, il s'en est trouvé de meilleurs. Ceux-ci
ont dit aux nations que les lumières pouvaient leur tenir lieu de
virginité; que si, au courage de conquérir la liberté, elles
joignaient les lumières requises pour créer un ordre social qui fît
naître et encourageât les vertus et non pas les vices, elles
arriveraient, vierges ou non, au but de toute société politique, le
bonheur de tous, ou du moins de l'immense majorité. C'était là une
hérésie il y a quelques années; mais il paraît qu'elle s'accrédite de
jour en jour.

Nous n'arrêterons point les yeux de nos lecteurs sur toutes les
turpitudes dévoilées dans ce livre. Ce n'est pas à la malignité
humaine que nous le recommandons, mais à la curiosité philosophique.
Au reste, l'équité demande qu'on n'accorde pas le même degré de
croyance à toutes ces anecdotes. Un très-grand nombre ne sont que des
notes données par les inspecteurs ou espions de police à leur général.
On sait la confiance due à de pareils témoins, qui mesuraient la
vraisemblance d'une aventure sur la grandeur du scandale; qui
faisaient leur cour à monseigneur, en l'amusant et en le mettant à
portée de faire sa cour et d'amuser le roi. Le porte-feuille de ces
messieurs devenait le rendez-vous de tous les bruits de ville, de
toutes les délations de haine. La seule envie de se divertir, ou de
montrer de l'esprit, suffisait pour engager les rédacteurs du bulletin
à charger leurs récits de circonstances controuvées, mais plaisantes;
les mauvaises mœurs publiques suppléaient abondamment aux preuves qui
manquaient; et un témoin oculaire, qui eût rétabli le fait en
supprimant une circonstance fausse, mais plaisante, aurait été traité
de pédant, et aurait eu pour réponse: _est-ce que cela n'était pas
mieux de l'autre manière?_ C'est ce que l'auteur du recueil n'ignorait
pas; et cette réflexion aurait dû lui faire supprimer les noms d'un
grand nombre de personnes compromises dans ce répertoire de police; il
faut espérer que l'indulgente justice du public réparera cette faute,
en ne faisant pas d'attention aux personnes, en ne s'occupant que des
choses, en ne regardant les individus cités que comme des noms en
l'air, de pures abstractions.

Il serait inutile d'exiger du public la même indulgence pour ceux qui
ont pris la peine de se dégrader eux-mêmes d'une manière authentique,
en écrivant les lettres signées de leur nom, et imprimées
figurativement dans ce recueil. Que répondre? Ce sont eux-mêmes qui
sont leurs propres délateurs. Tout ce qu'on peut faire, c'est d'entrer
dans leur peine. On dit qu'elle est très-grande. On prétend que
plusieurs même ont déjà quitté Paris. Il y en a de pires, et ceux-là
resteront. Il est vrai que quelques-uns y sont retenus par leurs
places et par le patriotisme subit qu'ils ont montré en remplacement
du zèle qu'ils avaient voué au despotisme précédent. Ce recueil qui
les désoriente, les rendra plus circonspects et moins prompts à
susciter contre eux de justes ressentimens par des provocations
gratuites. Quand l'antre de Cacus fut ouvert par le sommet, Cacus
trembla.... mais ceci devient sérieux. Revenons à la police de Paris,
devenue elle-même la délatrice des délateurs, par les suites de cette
malheureuse journée du 14 juillet.

Si l'on veut se faire une idée juste de ce qu'était l'état des gens de
lettres en France avant la révolution, il faut parcourir, dans ce
livre, le chapitre intitulé: _de la Police sur la librairie, sur les
gens de lettres, sur les censeurs royaux, sur les nouvelles à la main,
sur les comédiens_. On a quelque peine à comprendre comment la raison
a pu se faire jour à travers tant d'obstacles. Il faut voir nos
meilleurs écrivains réduits à flatter un lieutenant de police, à
caresser un censeur, à tromper un ministre et tous ses agens. Voltaire
mit peut-être plus de temps à intriguer pour faire représenter
_Mahomet_, et à prévenir les dangers que pouvaient attirer sur lui
l'impression et la publication de son ouvrage, qu'il n'en mit à le
composer. Un de _messieurs_ fut très-scandalisé à la première
représentation de cette comédie; c'est ainsi qu'on désignait Mahomet
dans la grande chambre. Aussitôt cette comédie est dénoncée par M.
Joly de Fleury. Voilà Voltaire entre le parlement, le cardinal de
Fleury, M. de Maurepas, le lieutenant de police Marville, et se
moquant d'eux tous comme de raison. On convient que la pièce sera
retirée du théâtre, et qu'elle ne sera point livrée à l'impression.
Par malheur, Voltaire se laisse dérober son manuscrit; il se plaint de
ce vol au lieutenant de police, écrit au cardinal pour obtenir qu'on
prévienne l'impression; il avait pris soin que cela fût impossible. Il
écrit aux ministres pour se plaindre de ce contre-temps, qu'ils
avaient prévu; et l'auteur de Mahomet en est quitte pour quelques
complimens épistolaires, en dépit du parlement, toujours furieux
contre cette _comédie_ de Mahomet, toute propre, disaient messieurs, à
produire des Ravaillac, quoique l'objet de la pièce soit de dessiller
les yeux et d'arracher les poignards aux Ravaillac.

Il est heureux que Voltaire ait joint à ses talens celui de parvenir à
faire jouer ses tragédies, et de se tirer ensuite des embarras
qu'elles lui causaient. Si quelques moralistes sévères lui
reprochaient trop durement cette souplesse flexible et cette habileté
en intrigues, nous répondrions pour lui, que, dans son dessein de
_déniaiser_ les Français, il sacrifiait à ce grand but plusieurs
considérations d'un ordre inférieur; qu'en faveur de cette intention
philosophique, il se donnait l'absolution de ces petites peccadilles
en morale; qu'enfin, il était naturellement espiégle, et qu'après
tout, les plus honnêtes gens d'alors succombaient à la tentation de se
moquer du gouvernement: car cela s'appelait gouvernement. Ce
gouvernement était si étonné de l'être, si inquiet, si peu sûr de sa
force, qu'il avait peur de tout. C'est un plaisir de voir ses transes
à l'occasion du grand livre de madame Doublet. C'était un répertoire
de nouvelles dont les faiseurs de bulletins trouvaient le secret
d'attraper quelques bribes, accident qui alarma plus d'une fois Louis
XV; c'était une grande affaire que ce livre de madame Doublet, à
laquelle on essaya vainement d'imposer silence. Mais, dira-t-on,
pourquoi ne pas enfermer madame Doublet? L'objection est forte. Oui:
mais il faut savoir que madame Doublet était femme de _bonne
compagnie_, qu'elle _tenait à tout_, qu'elle était parente de M.
d'Argenson, de M. de Choiseul. Il faut donc traiter avec madame
Doublet, et capituler avec la toute-puissance du grand livre. C'était
un tribunal d'opinions privées qui préparait l'opinion publique,
toujours favorable à ceux qui contrariaient le despotisme. Plus d'une
fois il fut forcé de reculer devant ce tribunal, comme pour annoncer
avec quelle célérité il devait fuir un jour devant l'opinion
nationale.

Ce peu de pages suffit pour inspirer le désir de parcourir un recueil,
qui, en présentant aux Français le tableau de leurs mœurs, à l'époque
de leur régénération, leur offre des motifs nouveaux de bénir la
révolution qui les soulève hors de cette fange, et en même temps,
montrant aux étrangers l'amas des chaînes et des liens de toute espèce
sous lesquels gémissait la nation française, les met à la portée
d'évaluer les reproches que le despotisme expirant a multipliés contre
la liberté naissante.

Nous ne terminerons pas cet article sans recommander à la curiosité de
nos lecteurs un morceau sur la police de Londres. L'auteur y relève
plusieurs abus monstrueux qu'on s'étonne de trouver chez un peuple
cité si long-temps pour modèle des peuples éclairés. Mais ce qui
surprend davantage, et même au point d'exiger confirmation pour être
cru, c'est l'excès de misère d'une immense portion du peuple. Il porte
à deux cents mille hommes le nombre de ceux que cette misère accable
dans des quartiers de Londres presque inconnus des étrangers. Le
détail où il entre à cet égard fait frémir. Si ce tableau est fidèle,
les conséquences peuvent être funestes à la veille des secousses qui
menacent le gouvernement. Rapprochons de ce tableau les mots de la
pétition faite par une société nombreuse et respectée, celle des amis
de la constitution, «Nous croyons qu'il est impossible aux gens sages
de ne pas s'apercevoir que le temps approche où la justice sera exigée
d'un ton assez ferme pour ne pouvoir être refusée, quelque pénible
qu'il puisse être pour certaines personnes de souscrire à cette
demande.»

Dans un pays où l'on parle ainsi, et au sein d'une capitale, où une
immense population présente l'aspect d'une misère hideuse, telle qu'on
ne peut s'en former l'idée, en comparant les quartiers qu'ils habitent
avec ceux qu'habite à Paris la classe la plus indigente (ce sont les
termes de l'auteur); dans un tel état de choses, combien de temps
peuvent subsister les abus politiques dont se plaignent en Angleterre
les amis de la constitution, amis de la révolution française? Question
intéressante et digne d'occuper le cabinet de Saint-James.



  SUR les _Mémoires du comte de Maurepas, ministre de la
    marine_.--1792.


Ceux qui, sur le titre de ce livre, et sur le nom de son auteur, qui a
été long-temps ministre, et qui l'était quand il écrivit,
s'attendraient à lire les mémoires d'un homme d'état, seraient bien
trompés. Si l'on excepte deux morceaux qui font une partie du 3e
volume, et qui sont une espèce de compte rendu au roi, en 1730, sur le
commerce extérieur du royaume et sur les encouragemens dont il est
susceptible, on ne trouve rien d'ailleurs qui concerne la politique et
le gouvernement; on peut même douter que ces deux morceaux soient du
comte de Maurepas, attendu l'usage, assez généralement établi dans le
ministère, d'emprunter la plume d'un premier commis pour ces sortes de
pièces ostensibles, dont un ministre se faisait honneur dans le
conseil, mais que rarement il était en état de faire lui-même. Plus
cet usage était commun, plus les exceptions étaient remarquées; elles
sont si connues des gens instruits que je ne crains pas qu'on m'accuse
d'avoir voulu les dissimuler pour généraliser le reproche. On n'ignore
point, par exemple, que M. Turgot et M. Necker ne se servaient que de
leur plume, et auraient eu tort d'emprunter celle d'aucun autre. Ce
n'est pas que, dans cette tourbe si superficielle, qu'on appelait le
grand monde, on n'ait répété mille fois que Thomas était le _faiseur_
de M. Necker, et que les économistes qui entouraient Turgot, étaient
les rédacteurs de ses édits. Ces propos de l'ignorance ou de l'envie
étaient fondés principalement sur l'opinion reçue, qu'un homme en
place ne faisait rien par lui-même. On oubliait que MM. Necker et
Turgot étaient hommes de lettres dans toute l'étendue de ce terme; et
les hommes à portée de voir et de juger ne pouvaient s'empêcher de
rire, quand ils entendaient affirmer, avec un grand sérieux, que
Thomas _faisait les ouvrages_ de M. Necker, quoiqu'il n'y eût pas le
moindre rapport entre le style et la manière de ces deux écrivains.
Ces mêmes hommes qui savaient que l'abbé de Boismont avait fait le
préambule fameux du fameux lit de justice de 1765, savaient aussi que
si le chancelier Maupeou était hors d'état de rien écrire qui
approchât de ce préambule, aucun des économistes, amis de Turgot,
n'écrivait aussi bien que lui, mais cela n'empêche pas que tous ces
ridicules ouï-dire ne se répètent dans des recueils d'anecdotes
reproduits sous toutes les formes, commandés à tant la feuille par des
libraires avides, composés par de _pauvres diables_ qui n'ont jamais
rien vu, et reçus comme parole d'évangile par des sots qui croient y
entendre finesse.

Il n'est pas à craindre du moins que l'on conteste au comte de
Maurepas ses Mémoires: ils sont écrits avec une telle négligence et en
si mauvais langage, qu'il n'y a personne qui n'ait pu les faire: ils
ressemblent assez, pour le style, au _grand livre de madame Doublet_,
et aux _Mémoires de Bachaumont_ (dont on a fait depuis les _Mémoires
secrets_); mais il y a cette différence essentielle que ceux-ci,
rédigés par quiconque apportait sa nouvelle, ou, faute de mieux, par
un valet de chambre du vieux président de Bachaumont, sont remplis de
sottises et de faussetés, et que les Mémoires de Maurepas, quoique
roulant, le plus souvent, sur d'assez petits objets, sont du moins
l'ouvrage d'un homme qui voit les choses de près, et qui sait
d'origine ce que le public ne sait qu'après et avec le temps. Ils sont
donc, sous ce point de vue, très-curieux: on peut d'ailleurs s'assurer
de la véracité de l'auteur, en rapprochant son récit de beaucoup
d'autres Mémoires que nous avions déjà sur la fin du règne de Louis
XIV, sur la régence, sur le règne de Louis XV; époques qui nous sont
aujourd'hui, grâce à tant de secours, assez bien connues jusques dans
les détails les plus secrets, pour qu'il soit facile à présent d'en
faire une histoire aussi fidèle qu'instructive.

Ces Mémoires ont un autre avantage, c'est de faire bien connaître leur
auteur, et de confirmer l'opinion qu'il laissa de lui, lorsque,
rappelé au gouvernement par un hasard imprévu et sans exemple, dans un
âge qui est celui de l'expérience et de la sagesse, après trente ans
de retraite qui supposent de longues réflexions, près d'un jeune roi
dont il avait toute la confiance, il n'apporta pas dans
l'administration une seule idée qui pût faire voir qu'il avait tiré
quelque profit de ses années, de son expérience et de sa retraite. Il
revenait cependant avec des présages avantageux. Il avait été renvoyé
en 1749, pour avoir choqué une favorite, et cela seul était un titre
de popularité; il passait pour aimer les lettres, et c'était à lui que
les philosophes avaient dédié l'_Encyclopédie_. Ennemi des
persécutions religieuses qu'exerçait le cardinal de Fleury avec un
grand air de bénignité; assez favorable à la liberté d'écrire et de
penser, autant du moins qu'un ministre pouvait l'être sous Louis XV,
on pouvait présumer que, sous un nouveau règne qui annonçait toute
sorte d'encouragemens et de réformes, il serait jaloux d'y contribuer
autant que lui permettait la place éminente qu'il occupait. Mais dès
qu'il y fut, il parut également au-dessous et de ce qu'il pouvait par
cette place, et de ce qu'on avait espéré de son retour. Il n'affecta
que la supériorité d'un vieux courtisan dans l'art de se maintenir, et
la facilité de mettre sa vieillesse au ton d'une jeune cour, de lui
tracer même des leçons d'insouciance et de frivolité, et de dire le
premier bon mot du quart-d'heure sur chaque événement du jour. Ce qui
se fit de bien dans quelques parties, il le laissa faire sans y
prendre part, et fit congédier les ministres qui l'avaient fait, dès
qu'ils ne parurent pas assez dépendans de lui. Il ne témoigna pas le
moindre intérêt pour les lettres; il n'eut pas même l'esprit d'oublier
ses petites animosités contre Voltaire, pour se faire honneur
d'appeler à Versailles cet illustre vieillard qui avait la faiblesse
de le désirer; et il eut la maladresse de laisser voir à la France et
à l'Europe que l'opinion publique était devenue une puissance bien
prépondérante, puisque Paris décernait à Voltaire des honneurs sans
exemple, dont la cour demeurait spectatrice immobile et muette, entre
les réclamations furieuses de l'archevêque et du clergé, et les
sourdes menaces du parlement. Il n'a pas échappé aux observateurs que
ce triomphe inoui qui consterna Versailles, où l'on osait à peine en
parler, et plusieurs circonstances singulières du séjour de Voltaire à
Paris, étaient un des événemens publics qui annonçaient déjà un grand
changement dans les esprits.

Tout ce caractère du comte de Maurepas se trouve dans ses Mémoires:
pour peu qu'on y porte un œil attentif, on y voit ce fond de
frivolité, cette vanité jalouse, ce goût et cette habitude des petites
choses qui étaient ses qualités distinctives. Ils offrent l'extrait de
_cinquante-deux_ volumes, rédigés entre lui et son secrétaire Salé, en
partie pendant le cours de son ministère, et avec le plus grand soin.
Qui croirait que ces 52 volumes, composés par un homme qui devait être
occupé d'objets si importans, ne continssent guères, à en juger par
l'extrait, que les petites anecdotes, les petites intrigues, les
petites histoires de la cour et de la ville, ne fussent, en un mot,
qu'une espèce d'_Ana_, ramassé (pour me servir ici des jolis vers de
Gresset, qui viennent fort à propos)

    Par un de ces oisifs errans,
    Qui chaque jour, sur leur pupitre,
    Rapportent tous les vers courans,
    Et qui, dans le changeant empire
    Des amours et de la satire,
    Acteurs, spectateurs tour à tour,
    Possèdent toujours à merveille
    L'historiette de la veille
    Avec l'étiquette du jour?

Qui croirait qu'on y emploie la moitié d'un volume à nous faire
l'histoire détaillée et raisonnée du _Régiment de la calotte_? sottise
aujourd'hui si profondément oubliée, que bien des lecteurs demanderont
ce que c'est (et je leur en saurai bon gré); que cette histoire,
enrichie d'une foule de pièces justificatives, ne nous est donnée que
comme une très-faible partie de la _grande histoire de ce régiment_,
digne ouvrage d'un ministre d'état; qu'on nous assure qu'elle contient
plus de quatre cents pièces contre Voltaire seul (jugez du reste!);
qu'enfin ce rare morceau commence ainsi: «_Un des plus beaux monumens_
de l'histoire du dix-huitième siècle, est, _sans contredit_, celui du
_régiment de la calote_». Et qu'on n'imagine pas que c'est une
ironie; rien n'est plus sérieux; la suite ne permet pas d'en douter:
j'y reviendrai tout à l'heure.

Le comte de Maurepas fait de justes reproches au cardinal de Fleury
sur l'abandon où il laissa la marine, sur son ridicule entêtement pour
la bulle, sur son dévoûment servile à la cour de Rome, et sur les
oppressions arbitraires dont les jansénistes furent les victimes: il a
raison; mais ce qui fait voir que ce n'est pas par un esprit de
justice, c'est qu'il n'en rend aucune à ce que ce ministre a fait de
bon, au soin qu'il eut d'écarter de nous la guerre, surtout avec les
Anglais; repos nécessaire, qui donna le temps à la France de revenir
de l'épuisement des dernières années de Louis XIV et des secousses du
système, et qui la rendit, vers l'an 1740, aussi riche et aussi
florissante qu'elle avait jamais pu l'être sous un gouvernement
absolu. Il dénigre beaucoup toute la politique extérieure du cardinal,
à l'époque de la guerre de 1734; et il est de fait que cette guerre
est la seule du règne de Louis XV qui ait été bien entendue, la seule
qui ait été heureuse sous tous les rapports, d'abord parce qu'elle fut
très-courte (ce qui prouve que les mesures étaient bien prises);
ensuite parce qu'on n'y eut que des avantages, et qu'ils coûtèrent
peu; enfin parce qu'elle diminua capitalement la puissance de la
maison d'Autriche en Italie, où la maison de Bourbon acquit le trône
de Naples et de Sicile; enfin, parce qu'elle augmenta de la Lorraine
et du Barrois la puissance territoriale des Français.

Il montre beaucoup d'humeur contre les premières maîtresses de Louis
XV; mais en examinant l'état des choses au moment où il écrivait, on
sent trop que sa censure n'a pour fondement, ni la morale, ni la
politique. Pour la morale, il ne se montre nulle part austère en
principes, et il en était fort éloigné: on pourrait même, en se
rappelant la réputation du comte de Maurepas en fait de galanteries,
lui citer la fable du _Renard sans queue_, qui voulait l'ôter à tous
ses confrères les renards. Pour la politique, il faut se souvenir que,
de son aveu, madame de Mailly ne se mêla de rien que d'aimer le roi,
et ne coûta rien à la France; quant à elle, il lui en coûta le long
repentir d'une faiblesse excusable et passagère, repentir qui dura
toute sa vie, et dont la justice du peuple se souvint plus que de sa
faute; qu'à l'égard de madame de Châteauroux, à l'instant même où il
se déchaîne contre elle (tous ces écrits ont une date marquée), elle
montrait un caractère noble et élevé, attesté par tous ses
contemporains; elle voulait faire de son amant un homme et un roi;
elle le déterminait à se mettre à la tête de ses armées, démarche qui
le rendit si cher alors à tout un peuple facilement enthousiaste, et
qui réellement lui faisait honneur; elle voulait qu'il sortît de son
indolence et gouvernât par lui-même: il en existe des preuves. Sa
mort, aussi affreuse que subite, fut attribuée au poison; et pour
cette fois, ce crime, toujours si aisément soupçonné et si
difficilement prouvé, n'était pas sans vraisemblance. Il est permis de
présumer que l'animosité que le comte de Maurepas montre contre elle,
et qu'il signala de même contre celle qui lui succéda, n'était au fond
qu'une jalousie d'autorité.

A considérer la chose en elle-même, ce n'est pas un plus grand tort
dans un roi que dans un autre homme, d'avoir des maîtresses, quand il
n'est pas assez heureux pour trouver auprès de lui un bonheur
légitime, assurément le plus désirable de tous, mais qui ne dépend pas
toujours de nous: ce qui est important et difficile, c'est de ne pas
donner son autorité avec son cœur; et pourtant nous en avons vu un
exemple dans un prince naturellement passionné pour les femmes, Henri
IV; ses amours n'influèrent point, du moins dans les choses graves,
sur son gouvernement. Il soutint constamment son ami Sully contre
toutes ses maîtresses; on sait même qu'il alla jusqu'à donner un
soufflet à la plus emportée de toutes, la marquise de Verneuil. Ce
soufflet n'est peut-être pas ce qu'il y a de plus louable; ce pouvait
bien n'être qu'une vivacité d'amant; mais ce qui est d'un homme et
d'un roi, ce sont ces paroles que tout le monde a retenues: «Apprenez,
madame, que je trouverai plutôt dix maîtresses comme vous, qu'un
ministre comme lui.» Quand la conduite répond à un tel langage, et
que, le lendemain, la maîtresse, après avoir bien pleuré, est obligée
de faire les premières démarches près du ministre qu'elle voulait
renvoyer; quand, depuis ce temps, elle, n'ose plus ouvrir la bouche
contre lui, cela est peut-être plus beau que de n'avoir point de
maîtresses. Ainsi, loin de dire comme Bayle (qui a laissé, je ne sais
comment, échapper de sa plume cette phrase grossière et ridicule): «Il
n'a manqué à Henri IV, pour sa gloire, que de n'être pas eunuque»; je
dirai: rien n'a manqué à sa gloire, puisqu'il a eu celle de régner
même sur ses passions.

L'auteur des Mémoires, en remontant jusqu'aux derniers temps de Louis
XIV, fait un précis de la naissance et des commencemens de la célèbre
Maintenon et des principaux événemens de sa vie. Il n'y a là que ce
qui a été écrit partout; mais à propos de la prédiction qui lui fut
faite par un maçon, qu'elle serait un jour épouse du roi, il ajoute:
«On assure que, dès ce moment, elle ne fit pas un pas qui ne tendît à
parvenir à la place qui lui avait été promise, quoiqu'elle en parût
extrêmement éloignée.» Très-éloignée en effet, puisqu'alors elle était
madame Scarron. Comment un homme de quelque esprit peut-il énoncer
sérieusement une pareille ineptie? Si la femme de Scarron avait pu
songer réellement à devenir celle de Louis XIV, elle eût été
réellement folle. Celle qui eut assez de sens pour voir jour à tant
d'élévation, lorsque l'amour du roi pour elle rendit au moins la
chose possible, avait aussi trop de sens pour rêver un semblable
projet, quand il était hors de toutes les vraisemblances morales; et
ceux qui, dans les destinées extraordinaires, veulent toujours voir un
même dessein depuis le premier pas jusqu'au dernier, montrent une bien
grande ignorance des hommes et des choses. Plus un homme est habile,
plus il règle sa marche sur les moyens que le hasard lui présente, et
qui, le plus souvent, ne sont pas ceux qu'il a prévus ou préparés.
Madame Scarron ne pouvait pas deviner que le hasard la ferait choisir
pour élever en secret les enfans de madame de Montespan: ce fut là le
premier échelon de sa fortune. Quand les circonstances l'eurent fait
connaître du roi, elle put encore moins s'attendre qu'à l'âge de
quarante-cinq ans, elle lui inspirerait une grande passion, et
d'autant moins qu'il commença par avoir pour elle un éloignement
marqué. Elle ne put donc jusque-là, sans être insensée, avoir le
moindre pressentiment de son avenir. Mais quand elle vit le roi
très-amoureux, et qu'elle le connut très-dévot, c'est alors qu'avec
beaucoup d'esprit, elle put concevoir le projet de l'amener jusqu'au
mariage. Cet esprit, après tout (car il en fallait), n'est pas
très-rare dans une femme. Quelle est la femme (parmi celles qui ne
sont ni sottes ni amoureuses) qui ne sache pas à peu près ce qu'elle
peut faire de son amant? Madame de Maintenon n'était ni l'un ni
l'autre. Elle était aimable, ambitieuse et adroite; le roi était sur
le retour, tendre, faible, crédule, bigot. Elle dut voir alors,
qu'avec des refus et des coquetteries d'un côté, de l'autre, avec des
désirs et des scrupules, il y avait de quoi parvenir à tout; elle y
parvint. Personne n'y fut trompé dans le temps: et toute son histoire
est très-bien expliquée dans le fameux sonnet qui finit par ce vers:

    Il eut peur de l'enfer, le lâche! et je fus reine.

Voilà le mot, et l'amour une fois donné, toute cette aventure n'est au
fond qu'un mariage de conscience, que les noms de Louis XIV et de
Scarron rendent plus singulier qu'un autre.

A peine a-t-on parlé de celui du dauphin, _Monseigneur_, avec
mademoiselle Choin, qui n'est pas moins réel et guères moins hors des
convenances, et qui eut les mêmes motifs: d'autres Mémoires l'avaient
attesté: il l'est encore, et avec détail, dans ceux de M. de Maurepas.
On sait ce qui fut dit alors: «On s'allie singulièrement dans cette
maison-là!» Si Louis XV eût vécu, qu'il eût conservé une certaine
santé, et acquis une certaine dévotion, qui peut répondre qu'il n'eût
pas épousé madame du Barry? Avec un prêtre et du secret, n'est-il pas
fort commode d'arranger son plaisir et sa conscience pour ce monde-ci
et pour l'autre?

M. de Maurepas paraît croire que madame de Maintenon avait cédé a son
amant long-temps avant de l'épouser. Cette opinion, contraire à celle
de tous les historiens du temps, est bien peu réfléchie. Quand nous
n'aurions pas les lettres de la favorite, quand nous n'y aurions pas
lu ce mot si connu et si décisif: «Je le renvoie toujours affligé et
jamais désespéré;» il suffirait de savoir quel plan de conduite elle a
suivi dès le commencement, pour comprendre qu'elle ne pouvait pas
céder sans aller directement contre son but, ce dont elle était
incapable avec son esprit et son caractère. C'est surtout en mêlant la
religion à l'amour qu'elle avait assujéti l'âme à la fois timorée et
sensible de Louis XIV; c'est en jouant auprès de lui le double rôle
d'une femme qui aime et d'une dévote qui prêche, en l'effrayant d'une
liaison illégitime et lui faisant entrevoir les charmes d'une union
irréprochable, qu'elle l'avait arraché des bras de madame de
Montespan. Comment aurait-elle pu se démentir elle-même au point de
faire ce qu'elle regardait comme si coupable? Elle perdait dès-lors
tout son ascendant, et n'était plus qu'une femme comme une autre, aux
yeux d'un homme qui avait le besoin d'aimer consciencieusement.
L'excellente scène que Racine eût pu faire d'une conversation entre
deux amans de ce genre, de celle, par exemple, qui décida le mariage!
Sans doute, le charme de ses vers n'eût été qu'à lui; mais les deux
personnages avaient assez d'esprit pour qu'il ne leur eût pas prêté
d'autres idées et d'autres sentimens que ceux qu'ils ont pu exprimer
entre eux.

Puisque nous en sommes aux mariages extraordinaires, il ne faut pas
oublier celui de Bossuet avec mademoiselle de Mauléon. On a beaucoup
crié contré Voltaire pour en avoir parlé le premier: M. de Maurepas le
rapporte comme un fait certain.

Un autre mariage qui ne laisse pas d'avoir aussi des singularités,
c'est celui d'un roi de France avec la fille d'un staroste polonais,
que les armes de Charles XII avaient fait un moment roi de Pologne, et
qui depuis, dépouillé et fugitif, s'était retiré à Weissembourg, où il
était dans une telle misère, qu'il fallut d'abord envoyer des chemises
à sa fille en lui offrant la couronne de France. Ce n'était pas
qu'elle fût dans le cas de la belle Mazarin, à qui madame de Sévigné
écrivait si plaisamment: «Vous voyagez comme une héroïne de roman;
force diamans et point de chemises.» La fille de Stanislas n'avait pas
plus de l'un que de l'autre; et pour premier présent de noces, elle
reçut un trousseau complet. Le comte de Maurepas trouve cette alliance
monstrueuse: il est bien vrai que c'était l'ouvrage d'une madame de
Prie, maîtresse du premier ministre (M. le duc), et qui lui persuada
que, pour rendre son pouvoir inébranlable, il fallait donner au roi
une femme qui ne fût rien par elle-même, et qui devant tout au
ministre, fût aussi tout entière à lui. Mais on peut quelquefois, par
des motifs très-personnels, faire une chose bonne et sage en
elle-même. Les mariages de nos rois avec des princesses étrangères ont
eu le plus souvent des suites funestes, parce qu'ils font naître des
prétentions qui sont des sources de guerre, et qu'on fait entrer les
peuples comme une propriété dans les clauses du contrat: or, tout ce
qui est une cause prochaine d'ambition et de guerre, est certainement
un grand mal dans la saine politique, qui ne doit songer qu'au bonheur
des peuples. Quant à la politique personnelle de M. le duc et de
madame Prie, elle ne valait rien du tout: il ne faut point compter sur
la reconnaissance, et à la cour moins qu'ailleurs; et puis, ce qu'une
reine de France peut être dans le gouvernement ne dépend point de ce
qu'elle était avant son mariage, mais de son caractère, du plus ou du
moins d'envie de dominer, des moyens qu'elle peut avoir pour y
parvenir, et des circonstances où elle se trouve. Catherine de Médicis
n'était rien moins qu'une grande dame par sa naissance, et l'on sait
quel terrible pouvoir elle exerça sous trois règnes.

Le comte de Maurepas a rassemblé le plus qu'il a pu de pièces
satiriques contre le gouvernement de son temps; outre le goût naturel
qu'il avait pour la satire, il ne pouvait souffrir la domination du
cardinal de Fleury, qui asservissait les autres ministres; et la
plupart de ces pièces étaient contre le cardinal. C'en était assez
pour les rendre précieuses à Maurepas, qui, d'ailleurs, ne montre
pas, dans la manière dont il parle de tous ces pamphlets, beaucoup de
tact ni de jugement. Il rapporte une lettre écrite à Henri IV par des
jeunes gens _ivres_, et il n'y a rien du tout dans cette lettre qui
sente l'ivresse; elle est amère et quelquefois injuste, mais
raisonnée. Il en cite une autre écrite au nom de Louis XIV à
son successeur, et qui est une critique sanglante de toute
l'administration de Fleury; il a l'air de la regarder comme une pièce
victorieuse, qu'_il n'était pas possible de mépriser_; et il ne
s'aperçoit pas qu'elle est d'un bout à l'autre d'une mal-adresse
ridicule, en ce qu'elle suppose Louis XIV reprochant à son successeur
tout ce que lui-même avait fait, et lui donnant des leçons qui
retombent de tout leur poids sur celui qui les donne: passe encore si
le mort qu'on fait parler, était censé faire une confession, et s'il
avait soin de dire: Ne faites pas ce que j'ai fait. Point du tout: il
ne s'excuse que sur la bulle; sur ce seul point, il avoue qu'il a été
trompé; et sur tout le reste, il s'exprime comme un mentor avec son
élève. Il lui fait surtout un grand crime de ne point déférer aux
remontrances de ses parlemens. Cela n'a-t-il pas bonne grâce dans la
bouche d'un prince qui avait supprimé même le droit de remontrances?
Rien au monde n'était plus facile que de faire à cette satire, si mal
imaginée, une réponse péremptoire, et, qui plus est, très-plaisante.
Le cardinal aima mieux la faire brûler par le parlement. _Brûler
n'est pas répondre_, dit fort bien Maurepas. Il a d'autant plus
raison, que _répondre_ n'était pas difficile, comme on vient de le
voir; ce qui n'empêche pas que ce mot ne soit fort pour un ministre de
ce temps-là: mais c'était un ministre mécontent.

On trouve ici les _j'ai vu_, qui firent mettre Voltaire à la Bastille
pendant treize mois. Ils n'étaient pas de lui; il est facile de s'en
convaincre en les lisant, quand on ne saurait pas que sur ce point
l'innocence de Voltaire fut reconnue. Cependant l'auteur des Mémoires
paraît persuadé qu'ils sont de Voltaire. En voici des passages:

    J'ai vu _même l'erreur_ en tous lieux triomphante,
    La vérité trahie _et la foi_ chancelante;
        J'ai vu _le lieu saint_ avili....
    J'ai vu de saints prélats devenir _la victime
        Du feu qui les anime_, etc.

Indépendamment de la platitude de ces vers, qui ne voit qu'il s'agit
ici des querelles du jansénisme? et qui peut ignorer quel mépris
Voltaire, dès ce temps-là, avait affiché pour ces folies? N'est-il pas
plaisant d'entendre Voltaire s'apitoyer _sur la foi chancelante etc._?
Vous verrez que Voltaire avait beaucoup _de foi_! lui, que ses
professeurs de rhétorique désignaient d'avance comme _le drapeau des
incrédules_; c'étaient les expressions du jésuite Lejay. Qui peut
douter que ces vers ne soient de quelque suppôt du jansénisme? Mais,
comme disait très-bien Lagrange-Chancel (qui eut raison cette fois),
en parlant, dans ses _Philippiques_, de cette inique détention du
jeune Arouet:

    On punit les vers qu'il peut faire,
    Plutôt que les vers qu'il a faits.

Nous trouvons aussi deux couplets sur Villeroi, cet homme si nul et si
vain, le seul que Louis XIV daigna nommer _son favori_, et qu'il fit
entrer au conseil avant le vainqueur de Denain, quoique Villeroi fût
de la même force au conseil qu'à l'armée. Il s'agit ici de l'affaire
de Crémone; et des deux couplets, il y en a un de joli, sur l'air du
_branle de Metz_.

    Villeroi, grand prince Eugène,
    Vous fait lever de matin;
    Pâris fit moins de chemin
    Pour prendre la belle Hélène.
    On vous l'aurait envoyé,
    Sans vous donner tant de peine;
    On vous l'aurait envoyé,
    Si vous l'aviez demandé.

Il est étonnant que Maurepas, grand collecteur de couplets et
d'épigrammes, n'ait pas cité ce quatrain, qui pouvait être de quelque
soldat, le _loustic_ du régiment, mais qui n'en est pas moins le
meilleur, sans comparaison, qu'on ait fait sur cette affaire de
Crémone.

    Palsembleu! l'aventure est bonne,
    Et notre bonheur sans égal;
    Nous avons recouvré Crémone,
    Et perdu notre général.

Au reste, on fut toujours assez heureux en couplets sur ce courtisan
dont la fortune nous a été si fatale. En voici un dont les Mémoires ne
font pas mention, et qui méritait bien de n'être pas oublié: il est
sur l'air _Vendôme, Vendôme_, qui ajoute beaucoup au sel des paroles.

      Villeroi, Villeroi,
    A fort bien servi le Roi
      Guillaume, Guillaume.

Cette naïveté si piquante et si rare est la perfection de ce genre.

Il y a loin des couplets de cette tournure à ces _calotes_, qui
tiennent une si grande place dans les travaux et dans l'opinion du
comte de Maurepas. S'il n'y a pas de quoi s'en étonner, puisqu'il
avoue franchement que la plupart sont de lui, il n'y a pas non plus de
quoi se vanter, car elles sont toutes de la dernière platitude. Je
m'en rapporte à qui pourra les lire jusqu'au bout: en voici des
échantillons.

    Que dites-vous de la momie? (Voltaire.)
    La soif de l'or le sèche ainsi,
    Et le corrosif de l'envie.
    Est-il assis, debout, couché?
    Non, sur deux flageolets il flotte,
    Entouré d'une redingotte,
    Qu'à Londre il eut à bon marché.
    Son corps tout disloqué canotte;
    Sa mâchoire avide grignotte;
    Son regard est effarouché.
    Vous connaissez ce don Quichotte
    Qui dans la cage est attaché;
    Son sec cadavre est embroché
    A sa rapière encore pucelle, etc.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Venez, savante Académie;
    Encensez-le sur votre seuil;
    Ces messieurs lui feront accueil,
    Ou l'excuse la plus polie,
    De n'avoir pas incorporé
    Chez eux un mortel si taré.
    Voltaire avec mépris les traite;
    C'est leurs jetons seuls qu'il regrette, etc.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Mais ciel! qui bouche les passages?
    Qu'entendons nous? quelles clameurs!
    Haro sur le roi des rimeurs!
    On veut l'arrêter pour les gages;
    C'est un monde de souscripteurs,
    De libraires et d'imprimeurs,
    Parlant de vols, de brigandages, etc.
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

En voici un autre:

    Nous, les regens de la _calote_,
    Aux fidèles de la marote,
    A qui ces présentes verront;
    Salut: Arouet, dit Voltaire;
    Par un esprit loin du vulgaire,
    Par ces mémorables écrits,
    Comme aussi par ses faits et dits,
    S'étant rendu recommandable,
    Et ne croyant ni dieu ni diable,
    Ayant de plus riches talens
    Qu'aucun autre à quatre-vingts ans;
    Savoir, boutique d'insolence,
    Grand magasin d'impertinence,
    Grenier plein de rats les plus gros, etc.

En voilà bien assez: tout est de cette force. Ce n'est pas là
tout-à-fait le ton de plaisanterie de Chapelle et d'Hamilton; mais
chacun a le sien, et c'était apparemment celui du comte de Maurepas.
Au reste, un ministre n'est pas obligé de bien faire des vers, ni même
de s'y connaître; mais peut-être l'est-il de s'occuper d'autre chose
que de recueillir avec tant de soin de si pitoyables rapsodies, et de
les grossir de ses productions.

Il insiste beaucoup sur l'importance dont étaient, selon lui, ces
_calotes_ dans l'opinion publique; il assure que les ministres les
commandaient dans l'occasion, et savaient en tirer parti pour écarter
des hommes dangereux ou de fausses opérations. Tout cela est
infiniment exagéré, et peut mériter quelques observations qui
réduiront le tout à l'exacte vérité.

On n'ignore pas que le ridicule a toujours été une arme puissante,
sur-tout chez les Français: nation regardée de tout temps comme
prodigieusement vaine, et chez qui cette vanité s'est exaltée en
raison de l'esprit de société, devenu, depuis Louis XIV, le plus
dominant de tous les esprits. De là l'empire de _la mode_, du _bon
ton_, et de toutes les petites choses qui influaient tant sur les
grandes, avant même que cet esprit fût formé; et du temps de la ligue,
la _Satire Ménippée_ combattit avec succès les sermons du fanatisme et
l'or de l'Espagne. Elle est restée dans toutes les bibliothèques comme
un monument historique très-précieux, parce que, malgré l'imperfection
du langage encore un peu grossier, elle joint un sel très-piquant au
développement très-instructif des intérêts et des menées de tous les
partis. Le Français, naturellement vif et malin, et aussi susceptible
de recevoir la vérité que l'erreur, accueillit beaucoup les
différentes pièces qui composent cette satire, écrites d'ailleurs par
les meilleurs esprits et les meilleurs citoyens du temps; et l'on ne
peut douter qu'elles n'aient contribué beaucoup à l'abaissement des
factieux et au rétablissement de Henri IV.

Du temps de la fronde, on ne négligea pas non plus cette arme du
ridicule; tous les partis s'en servirent d'autant mieux que tous y
prêtaient également. Les Mémoires du siècle dernier nous ont conservé
quelques-unes de ces nombreuses _mazarinades_, qu'on voyait éclore
chaque jour: quoique meilleures que les _calotes_, elles ne sont pas
bonnes, et l'on ne se souvient aujourd'hui que de quelques couplets de
Blot et de Marigny, qui sont véritablement fort heureux. Quant aux
_mazarinades_, toutes celles qui ne sont pas dans les Mémoires du
temps (et c'est, sans nulle comparaison, le plus grand nombre), sont
tellement anéanties, que rien ne serait plus difficile aujourd'hui que
d'en trouver un recueil; et quand par hazard on en voit un annoncé
dans les catalogues de ventes, c'est vraiment une rareté. Dès que les
intérêts du moment sont passés, tout ce qui n'a pas quelque mérite
réel fait pour tous les temps, tombe nécessairement dans le plus
profond oubli. M. de Maurepas nous assure gravement que les
bibliothèques ont conservé les _calotes_: je suis convaincu qu'excepté
chez quelque curieux bibliomanes, qui mettent leur amour-propre à
posséder ce que peu de personnes peuvent avoir et ce dont personne ne
se soucie, on aurait d'ailleurs bien de la peine à trouver ces copies;
et quiconque a des livres a la Satire Ménippée.

Il y a bien des raisons pour que ces _calotes_, que les Mémoires de
Maurepas ne feront pas revivre, aient depuis long-temps disparu de la
mémoire des hommes: 1º elles sont d'un goût détestable; et passé
l'instant de la curiosité et de la malignité, deux passions pour qui
tout est bon, la lecture en est dégoûtante; 2º l'uniformité d'un cadre
toujours le même, devait à la longue rebuter le public qui veut une
sorte de variété, même dans la méchanceté qui l'amuse; 3º pour vaincre
cette monotonie, le talent même n'aurait pas suffi; et si le talent se
permet quelquefois une saillie, une facétie, soit pour s'égayer, soit
pour se venger, il ne fait pas métier de brocarder indifféremment tout
le monde: il n'y en a point d'exemple: c'étaient donc les derniers des
écrivains, ou quelques méchans obscurs et timides, ou des hommes
médiocres et vains qui se faisaient une occupation et une jouissance
de ces sortes de libelles; et les productions de ces gens-là ne sont
jamais de durée; 4º dès que ce cadre fut connu, l'esprit de parti s'en
empara; et si quelques gens avaient été attaqués avec justice, quoique
grossièrement, bientôt on s'adressa sur-tout au mérite et à la
réputation en tout genre, parce que les méchans et les jaloux ont un
instinct (et c'est le seul qu'ils aient), qui les avertit qu'en
rabaissant tout ce qui vaut quelque chose, ils auront tous les sots
pour eux. C'est ce calcul sûr et facile qui a fait subsister tellement
quellement les Fréron, les Sabatier de Castres, les Clément, les
Linguet, les Royou, et autres de la même trempe, qui n'avaient
précisément que ce qu'il faut d'esprit pour être parmi les sots, ce
que les béliers sont parmi les moutons; c'est-à-dire pour se mettre à
la tête du troupeau et le mener: on sait ce qu'ils sont devenus, et
chacun est à portée d'apprécier leur caractère.

Si l'on veut avoir une idée de toute la bêtise de l'esprit de parti,
il faut lire, dans ces Mémoires, la _calote_ faite au sujet des
miracles du cimetière de Saint-Médard. On croirait d'abord que c'est
pour s'en moquer (et le champ était vaste), point du tout; c'est pour
en parler du ton de l'admiration la plus niaisement sérieuse: double
ineptie; car ce sérieux forme une disparate également ridicule avec le
sujet et avec le genre. Que dire des convulsionnaires de Saint-Médard,
distribuant des brevets de folie (car c'est ce que signifiaient les
_calotes_)? Ne sont-ce pas les Petites-Maisons assemblées pour rendre
un arrêt en forme contre le bon sens? et c'est ainsi que M. de
Maurepas s'imagine qu'on formait l'esprit public!

Ces Mémoires offrent, à toutes les pages, des preuves, non-seulement
de son peu de discernement et de goût, mais même du peu de
connaissance qu'il avait de la langue, défaut (on doit l'avouer) assez
rare à la cour, où l'on se piquait à un certain point de parler du
moins passablement. «M. de Tessé (dit-il), sans être un sot, était
bien l'_un des bonnes gens_ de son temps en fait de _spiritualité_.»
Peu de courtisans auraient ignoré que, quoiqu'on dise fort bien un
homme spirituel, le mot de _spiritualité_ ne s'applique jamais, dans
notre langue, qu'aux choses de la religion et du salut, et par
opposition aux choses temporelles.

Il dit, en propres termes, que les fables de la Motte _sont fort
sottes_; c'est ce jugement qui est une sottise. Les fables de la Motte
ne sont rien moins que _sottes_; et ce n'est pas l'esprit qui lui
manquait; il s'en faut de beaucoup; ces fables sont presque toutes
fort ingénieuses; ce qui leur manque, c'est le naturel et la grâce,
genre d'esprit rare et précieux, nécessaire sur-tout dans la fable; et
pourtant la Motte est parvenu, seulement à force d'esprit, à faire
quelques fables qui sont encore les plus jolies que nous ayons, je ne
dirai pas après La Fontaine, mais depuis La Fontaine; car après lui,
il n'y a rien.

«La première idée de la formation du _régiment de la calote_ (dit
encore l'auteur des Mémoires, toujours avec la même gravité) fut de
former une société qui aurait pour but de corriger les mœurs, de
réformer le style à la mode en le tournant en ridicule, et d'ériger un
tribunal opposé à celui de l'académie française.»

On a vu dans ce que j'ai cité, et l'on peut voir dans tout le reste,
avec quel style ces messieurs voulaient _réformer le style_ des
autres; on a vu, par les calomnies atroces et impudentes contre
Voltaire, comment ils prétendaient _corriger les mœurs_; et pour ce
qui est de l'académie, si le style des complimens de réception et des
pièces couronnées a long-temps prêté au ridicule, ce sont les bons
écrivains de l'académie même qui l'ont fait sentir, et qui l'ont
corrigé un peu mieux que l'ignorante grossièreté de _messieurs de la
calote_.

«La dernière des _calotines_ un peu connues est de 1744. Madame de
Pompadour, qui a un ton grivois et bourgeois à la cour, où elle eût dû
porter, pour plaire, le grand ton des premières favorites du roi,
entrait en convulsion au nom du _régiment de la calote_; et comme elle
succéda, _pour l'empire de la cour_, au cardinal de Fleury, ce
_régiment_, battu par l'autorité, disparut du royaume de France, où
l'on rira peu désormais, tant que madame de Pompadour régnera.»

On reconnaît aisément à ce passage le ministre que la favorite fit
renvoyer, non pas précisément pour une _calotine_, mais pour une
chanson assez jolie que tout le monde connaît et qui est par tout:

    Une petite bourgeoise,
    Elevée à la grivoise, etc.

Cette chanson fut attribuée à Maurepas, ennemi déclaré de la favorite,
et qui avait réellement fait le couplet contre elle, _sur les Fleurs_:
celui-là était de sa force; ce n'était qu'un calembourg; mais la
chanson était d'un homme de sa société, de Pont-de-Veyle; elle courut
toute la France; la marquise ne la pardonna pas, non plus que le
couplet, et parvint à s'en venger. Il est plaisant que l'auteur des
Mémoires, qui dit lui-même que rien n'a jamais empêché les Français de
rire et de chansonner, prétende que «son cher _régiment de la calote_
a disparu, battu par l'autorité.» Ce n'est pas _l'autorité_ qui
détruit ces _régimens-là_, c'est le dégoût et l'ennui. Il est encore
plus plaisant qu'il ne veuille plus qu'_on rie en France_, parce qu'il
n'est plus à la cour. On y a pourtant _ri_ depuis, et souvent de fort
bonne grâce. Jamais le Français n'a perdu le talent du couplet et de
l'épigramme; et il n'y a pas d'année qui n'ait vu des pièces de ce
genre, heureusement un peu meilleures que les _calotines_. M. de
Maurepas a beau nous répéter en termes exprès, que «toutes ces
_calotines_ sont d'un plaisant et d'un sel infiniment piquant»; on lui
répondra avec Molière:

    Pour les trouver ainsi, vous avez vos raisons;
    Mais vous trouverez bon qu'on en puisse avoir d'autres,
    Qui se dispenseront de se soumettre aux vôtres.

Les éditeurs ont joint à ces Mémoires des _notes de M. Soulavie_, qui
sont fort loin d'ajouter quelque prix à l'ouvrage. Ce ne serait pas la
peine d'en dire davantage, si l'auteur de ces notes n'y montrait pas
autant de prétention que d'insuffisance, et si, en parlant avec un ton
magistral de tout ce qu'il n'entend pas, il n'appelait sur lui la
sévérité de la critique, qui doit remettre chaque chose à sa place. On
lui a déjà reproché universellement d'avoir prêté au maréchal de
Richelieu, dans la rédaction de ses Mémoires, un langage
révolutionnaire qui forme le contraste le plus étrange avec le
caractère et le tour d'esprit si connu de ce doyen des courtisans
despotes. Le mauvais succès de cette bigarrure grotesque aurait dû
corriger M. Soulavie, et l'avertir de se borner à remplir de son mieux
les fonctions d'éditeur et de compilateur: ce qui même était déjà plus
qu'il ne pouvait faire; car si ce travail n'exige pas de talent, il
demande au moins des connaissances, de la méthode et quelque habitude
d'écrire; il demande qu'on sache au moins un peu de français, et M.
Soulavie ne sait pas du tout sa langue et la parle très-mal. Mais
qu'importe? on veut faire le philosophe, le législateur, le savant, à
quelque prix que ce soit; et l'on fait des phrases, et puis des
phrases, qui n'ont pas de sens; et l'on accumule les erreurs, et les
bévues, et les solécismes; et l'on nous annonce encore fastueusement
un ouvrage _sur le progrès des lettres sous le règne de Louis XV_. Il
faut voir comment M. Soulavie est en état de faire un pareil ouvrage.

M. Soulavie, qui était auparavant M. l'abbé Soulavie, s'étend
particulièrement sur le clergé, et en vient encore à nous prouver que
c'est l'_ignorance_ qui l'a perdu. On a déjà réfuté[13] cette fausseté
notoire pour tout homme un peu instruit; et puisqu'il la répète,
j'ajouterai que MM. l'ancien évêque d'Autun, l'archevêque d'Aix,
l'archevêque de Toulouse, l'évêque de Rhodès, l'abbé de Montesquiou et
bien d'autres, ont peut-être un peu plus d'esprit, de savoir, que M.
l'abbé Soulavie lui-même, quoiqu'il lui soit très-permis de ne pas
s'en douter.

  [13] Dans l'_Extrait des Mémoires de Massillon_.

«Le père le Tellier, _profond jésuite_, voulait, pour faire régner sa
compagnie, plonger le reste du clergé dans l'ignorance.» Pas un mot de
vrai. Le Tellier n'était pas du tout _profond_, si ce n'est en
friponnerie; c'était le brouillon le plus emporté, le plus hardi
faussaire, et le plus effronté coquin qui se soit trouvé de Caen à
Vire. Ce n'était point par l'_ignorance du clergé_ qu'il voulait
_faire régner sa compagnie_; c'était par l'intrigue, par l'ascendant
de la cour de Rome sur un roi dévot, par l'importance donnée à une
prétendue _hérésie_ de la façon des jésuites, par l'imputation banale
de jansénisme, qui servait à écarter quiconque ne voulait pas du joug
ultramontain et par conséquent jésuitique, et défendait les libertés
gallicanes. Ces mêmes querelles, qui d'ailleurs firent tant de mal,
loin de _plonger dans l'ignorance_, aiguisèrent les esprits et
entretinrent un germe d'indépendance qui peu à peu s'étendit plus loin
que les controverses. Les écrits des bons jansénistes prouvent qu'ils
n'étaient pas moins ennemis du gouvernement absolu, que de
l'infaillibilité romaine; et on le savait si bien, que c'était sous ce
point de vue qu'on les rendait odieux à Louis XIV et à Louis XV. M.
Soulavie a-t-il lu, par hasard, l'_Institution d'un prince_, par
Duguet? il y trouvera trente décrets de l'assemblée constituante. Mais
quand on a passé sa vie à compulser d'innombrables manuscrits
ministériels, remplis de petits faits et de grandes inutilités, pour
en faire des extraits informes et volumineux, a-t-on le temps de lire
les bons livres? Quand on s'occupe à rédiger et à imprimer ce qu'ont
pensé les autres, a-t-on le temps de s'instruire et de s'accoutumer à
penser?

Il fait grand bruit de l'influence des sulpiciens et des lazaristes,
gens de l'autre monde depuis quarante ans. Il ne sait pas que le règne
des _cheveux plats_ et des _grands chapeaux_, commencé sous Fleury, a
fini avec Boyer l'imbécille; qu'à dater de l'évêque d'Orléans, on
éloignait le bigotisme comme dangereux, et qu'on préférait les esprits
doux et concilians, tous ceux qui n'avaient point d'affiche; qu'on
craignait tellement le bruit dont on était las, qu'il valait mieux
être un peu libertin que trop rigoriste; qu'à cette même époque, la
philosophie s'était déjà glissée jusques sous le rochet et la barette,
et que l'archevêque de Vienne (Pompignan) s'en plaignit amèrement dans
une assemblée du clergé, criant que _la moderne philosophie avait
infecté même le sanctuaire_, déclamation qui fut très-mal accueillie;
qu'en un mot, c'était l'esprit du monde, des affaires et de la cour,
qui, de nos jours, dominait dans le clergé, et nullement celui des
sulpiciens et des lazaristes. M. Soulavie a beau avoir été abbé; il a
besoin d'apprendre son histoire de l'église, et il est honteux qu'un
profane soit obligé de la lui enseigner.

Il prétend que ce même Pompignan, dont je viens de parler, _se
repentit d'avoir influé sur le nouvel ordre de choses_. Il n'y
_influa_ pas; il le suivit un moment avec circonspection; il
n'apercevait pas jusqu'où ce _nouvel ordre_ irait, et le grand âge
avait affaibli son fanatisme.

«Le clergé dut sa grandeur primitive à ses vertus et à ses lumières.»

C'est confondre _le clergé_ avec ce qu'on appelle _la primitive
église_, celle des quatre premiers siècles, qui n'était point
proprement un _clergé_. Elle n'avait alors ni puissance, ni richesses,
ni crédit; et c'est alors qu'elle fut respectable. Quand Constantin
l'eut mise sur le trône, l'ambition, la fureur de dominer la
corrompit; et les circonstances la servirent. Ce que M. Soulavie
appelle _la grandeur primitive du clergé_, et ce que j'appelle sa
domination, fut l'ouvrage non pas de _ses lumières et de ses vertus_,
mais de l'ignorance universelle, suite de l'invasion des Barbares. Les
prêtres seuls savaient lire; il leur fut aisé de tout rappeler au
règne spirituel, chez des peuples abrutis et superstitieux. Voilà ce
que tout le monde sait, ce que tout le monde a dit, et ce que M.
Soulavie seul paraît ignorer.

«Le clergé, dans sa _décrépitude_, laisse à peine _à nous historiens_
et à la postérité, quelques personnages _dignes de ses regards_; M. de
Pompignan, M. de Bernis, à Rome, sont ceux que _nous osons citer_.»

Je ne sais pas trop comment M. Soulavie est _un historien_; je ne lui
conseille pas même d'essayer de l'être. M. de Pompignan n'est
nullement _un personnage digne des regards de la postérité_: c'était
un assez bon homme, théologien et prédicateur de son métier, et rien
de plus.

«M. de Bernis, avec de la probité, des qualités, _des talens et des
ouvrages de tous les temps_, n'a peut-être pas la force de quitter
_des restes d'opinions et un séjour de délices_, pour venir terminer
sa carrière en patriote.»

M. de Bernis a montré en effet _de la probité_, _des qualités_, _des
talens_ agréables. Il n'y a pas dans tout cela de quoi occuper
beaucoup _la postérité_. Ce qui pourrait marquer le plus auprès
d'elle, c'est le traité d'alliance avec l'Autriche; mais _la
postérité_ saura comme nous que ce ne fut point son ouvrage, et ce
n'est pas tant pis pour lui; il ne fit guères que le signer; c'étaient
madame de Pompadour et M. de Staremberg, et surtout Kaunitz qui
avaient tout fait. M. de Bernis n'a eu d'extraordinaire que sa grande
fortune, et nous savons quelle en fut l'origine. Il a fait quelques
jolis vers et beaucoup de médiocres; ce ne sont-là ni _des ouvrages_,
ni _des talens de tous les temps_. Je ne sais ce que c'est que des
_restes d'opinions_, car je ne connais pas les siennes,
qu'apparemment M. Soulavie connaît mieux que moi; mais je sais qu'il
est tout naturel qu'à l'âge de M. de Bernis, on ne change point
d'opinion, quelle qu'elle soit, et qu'on reste où l'on se trouve bien;
et certainement M. de Bernis ne pourrait pas être à Paris aussi bien
qu'à Rome, quoique Rome ne soit pas plus _un séjour de délices_ que
Paris.

«Le presbytérianisme, bafoué en France, méprisé du haut clergé,
éloigné des anciennes assemblées de l'église gallicane, privé de tout
son avancement, exilé, emprisonné par ses supérieurs, _dans ses fautes
réelles ou prétextées_, a fait, dans l'état ecclésiastique, une
révolution _égale et parallèle avec celle_ que la bourgeoisie
française a faite relativement à la noblesse.»

Il y a là beaucoup d'idées confuses et erronées. D'abord le
presbytérianisme, qui ne peut signifier parmi nous que le jansénisme,
n'a été _bafoué_, en France, que dans le temps de la folie des
_convulsions_, qui lui a porté un coup mortel. Jusques-là, l'opinion
publique était pour lui; il résista même à la prépondérance de Louis
XIV, qui s'étendait d'ailleurs jusques sur les esprits. Cette secte
eut long-temps de grands avantages; elle les devait au mérite éminent
de ses chefs, à la persécution toujours odieuse, à des principes de
liberté toujours chers aux hommes, et qui ne cèdent qu'à l'intérêt
personnel; elle avait raison pour le fond; son seul tort était de
mettre trop d'importance à des controverses d'école; mais c'était
alors le tort de tout le monde. Elle vint à bout, même dans sa
décadence, d'abattre ses ennemis les jésuites, qui l'avaient
long-temps foulée aux pieds; elle fut redevable de cette victoire aux
parlemens, qui faisaient cause commune avec elle, et à qui la
faiblesse de ministère avait rendu de l'influence; aux fautes des
jésuites, qui s'étaient fait craindre et détester partout; et plus
particulièrement encore, au caractère décidé du duc de Choiseul, qui,
choqué de la réponse arrogante du pape, _Sint ut sunt, aut non sint_,
détermina enfin Louis XV, dont la pusillanimité irrésolue cherchait
encore des accommodemens, à livrer aux magistrats cette milice
ultramontaine, dont le chef avait osé dicter au pape cette réponse
imprudente, qui n'était ni de notre siècle ni de la politique romaine.
Sans le duc de Choiseul, qui avait une manière de penser
philosophique, quoiqu'il n'aimât pas les philosophes, le roi n'eût
jamais retiré la main puissante qui soutenait encore les jésuites, et
qui arrêtait les parlemens.

Les jansénistes tombèrent aussi et devaient tomber avec les jésuites;
les premiers n'avaient plus d'existence que celle que leur conservait
la haine qu'on portait aux jésuites; et depuis la destruction de
ceux-ci, on ne parla plus de leurs adversaires.

Ce n'est donc pas l'esprit presbytérien ni janséniste qui a détruit le
clergé; c'est avant tout, l'indifférence philosophique qui apprit à
ne plus le considérer que sous les rapports du gouvernement: et ces
rapports le montraient évidemment comme une corporation
anti-politique, comme un des arcs-boutans du despotisme, comme
tellement redoutable qu'il pouvait toujours renaître de ses débris,
s'il n'était entièrement anéanti; ce fut ensuite l'opportunité de
faire de ses dépouilles une ressource immense pour la nation; et la
ruine entière de ce corps était liée intimement au plan de Mirabeau
pour les assignats: c'est lui qui porta ces deux grands coups à la
fois.

M. Soulavie a confondu la révolution dont les suites devaient
entraîner la chute du clergé, avec la constitution civile de ce même
clergé; c'est ici seulement qu'il s'est mêlé un reste de jansénisme.
Des hommes nourris dans l'attachement aux opinions religieuses
inséparables de leur secte, crurent qu'il fallait un clergé
_constitutionnel_, et vinrent à bout de l'établir, parce qu'on avait
besoin de la partie inférieure du clergé, qui, toujours opprimée,
s'était rangée du côté de la révolution; ils l'établirent du moins sur
les bases d'égalité et de liberté, conformément aux principes que les
jansénistes avaient toujours professés. Voilà toute la part qu'ils ont
eue dans ce qui concerne le clergé. Ont-ils bien fait? c'est ce qu'il
serait superflu d'examiner ici, et ce que le temps décidera.

Dans une note sur Voltaire et Rousseau, M. Soulavie a saisi du moins
une idée juste, mais qui avait déjà été indiquée plus d'une fois, que
le premier avait servi à détruire, et le second à édifier. Cela est
vrai; mais en s'appropriant une vérité, il n'en sait pas assez pour
l'embrasser et la développer tout entière; et dès qu'il l'essaie, il
tombe dans des contradictions et des méprises continuelles. Il avoue,
par exemple, que Voltaire a _renversé, dans ses ouvrages, le respect
pour les rois, les ministres, les grands, le clergé et les parlemens_;
et il ajoute tout de suite: «Rousseau a détruit de même le passé, mais
il est plus heureux dans ses principes de réédification.» Non,
Rousseau n'a pas _détruit de même le passé_; ce que Voltaire a le plus
complètement _détruit_, c'est la croyance sur la parole des prêtres;
et il l'a _détruite_ à force de les montrer sous toutes les formes,
odieux ou ridicules, et en tournant en dérision de toutes les manières
les objets de la croyance. Or, la crédulité religieuse était le plus
formidable appui du despotisme, puisqu'elle consacrait également les
rois et les prêtres, et que ceux-ci, parlant au nom de Dieu,
assuraient au peuple que les rois étaient _institués par Dieu, et
n'avaient à rendre compte qu'à Dieu_. Le sacerdoce était donc le
premier rempart du pouvoir absolu; et Voltaire l'a renversé. Sans ce
premier pas décisif et indispensable, on ne faisait rien. Rousseau, au
contraire, en attaquant l'intolérance ecclésiastique, a défendu de
toute sa force le fond de la croyance; il l'a défendu par son
éloquence et par son exemple; et c'est ce qui lui avait ramené tous
les ennemis de la philosophie, ravis d'avoir à lui opposer un croyant,
un dévot tel que Rousseau. Je n'examine pas si, dans tout cela,
Rousseau était bien conséquent; on sait que ce n'était pas là son
fort.

Il n'est pas juste non plus de dire qu'_il fut plus heureux que
Voltaire dans ses principes de réédification_; car Voltaire n'a rien
_réédifié_, si ce n'est la religion naturelle qu'il opposait sans
cesse à toute religion révélée. Quant au gouvernement, quoiqu'il n'ait
jamais expressément traité cette matière, on voit qu'il avait un assez
bon esprit pour connaître toutes les bases d'un gouvernement légal, et
tous les vices d'un gouvernement arbitraire; et que, sur ce point, ses
principes étaient, comme tous ceux des hommes éclairés et justes,
conformes à notre _déclaration des droits_.

On est un peu étonné de lire, dans cette même note de M. Soulavie, que
Voltaire, _dans la lutte contre les préjugés, était étranger à son
siècle, totalement hors de son siècle_. S'il avait été _hors de son
siècle_, il ne lui aurait pas donné le ton. L'esprit supérieur
consiste à juger la marche du commun des esprits, à voir jusqu'où ils
peuvent aller et jusqu'où on peut les mener. C'est ce que Voltaire
entendait à merveille. Le scepticisme de Bayle, la liberté de penser
sous la régence, et les hardiesses des _Lettres persannes_, lui firent
comprendre que l'on pouvait tout dire successivement, en se mettant à
la portée de tous. C'est ce qu'il fit pendant soixante ans, en gagnant
toujours du terrein, et ce qu'il serait trop long de détailler ici:
cet examen trouvera sa place ailleurs. J'observerai seulement une
contradiction bien frappante dans M. Soulavie. Dix lignes plus bas, il
dit que Voltaire _était goûté de la multitude_. Concevez, s'il est
possible, comment un écrivain _étranger à son siècle_ est _goûté de la
multitude_.

«La cour de France semblait voir de loin la puissance des écrits de
ces _deux personnages_. (Voltaire et Rousseau)».

Cela n'est vrai, tout au plus, que de Voltaire, que la cour, en
général, a toujours craint et haï, même dans le temps où il y fut
appelé et honoré, par la faveur passagère que lui accorda madame de
Pompadour. Je dis _tout au plus_, car on calculait moins _la puissance
de ses écrits_ qu'on n'était blessé de son indépendance, des saillies
qu'il se permettait, de sa supériorité qui éclipsait tout, même dans
la société, de sa fortune même qui le mettait au-dessus de l'espèce
d'asservissement où le besoin des grâces réduisait la plupart des gens
de lettres. A l'égard de l'influence qu'il exerçait sur l'opinion, et
des conséquences qu'elle pouvait avoir un jour, la cour n'en savait
pas assez pour voir si loin; on n'était guère frappé que de la
hardiesse du moment, du danger de l'exemple, de la nécessité de
réprimer la liberté de penser: mais en général, et sauf quelques
exceptions, la cour et le grand monde ont toujours cru que l'état des
choses où ils vivaient, était indestructible; et cette sécurité a duré
jusqu'à la convocation des états-généraux, qui a commencé à faire un
peu ouvrir les yeux.

Pour ce qui est de Rousseau, ses ouvrages politiques, et
particulièrement le _Contrat social_, qui est son chef-d'œuvre en ce
genre, étaient faits pour peu de lecteurs, et n'inspiraient à la cour
aucune alarme. C'était, sans nulle comparaison, ce qu'on avait écrit
de plus fort et de plus hardi sur les principes de l'ordre social et
politique, et c'est cela même qui fit que le gouvernement n'y prit pas
garde. On ne regardait cette théorie que comme une spéculation creuse,
qui ne pouvait pas avoir plus de conséquence que l'enthousiasme de
liberté et le mépris de la royauté, poussés si loin dans les pièces de
Corneille, et applaudis à la cour du plus absolu des rois, Louis XIV.
Tout cela paraissait être d'un autre monde, et sans nul rapport avec
le nôtre. Les gens bien instruits peuvent se souvenir que, quand le
_Contrat social_ parut, il fit très-peu de sensation, et n'attira
nullement les regards de ce même gouvernement qui fit tant de bruit
pour l'_Emile_. C'est que l'_Emile_, qui avait l'intérêt et le charme
d'un roman, fut dévoré à la première lecture. Les prêtres, attaqués
dans _la Confession du Vicaire savoyard_, jetèrent les hauts cris; le
parlement, qui poursuivait alors les jésuites, crut de sa politique de
ne pas paraître moins vif que le clergé sur les intérêts de la
religion; et le ministère laissa le parlement sévir contre l'auteur
qui avait eu l'imprudence de mettre son nom à la tête de l'ouvrage: et
c'était ce qu'on lui reprochait le plus. La cour d'ailleurs, et le duc
de Choiseul tout le premier, se souciait fort peu de la personne et
des écrits de Rousseau, pauvre, retiré, sans entours, sans crédit, et
affectait de ne voir en lui qu'une tête à paradoxes, une espèce de fou
qui avait du talent. Les femmes qui donnaient le ton, et les jeunes
gens qui le recevaient d'elles, n'adoraient dans Rousseau que l'auteur
des lettres passionnées de Julie et de St.-Preux. Le philosophe, le
législateur n'était connu que d'un petit nombre de penseurs; et il est
très-vrai qu'il fallait la révolution pour que, sous ce point de vue,
il fût bien apprécié. Il n'a pas le plus contribué à la faire; mais
nul n'en a autant profité, quand elle a été faite; alors il s'est
trouvé le premier architecte de l'édifice à bâtir; alors ses ouvrages
ont été le bréviaire à l'usage de tout le monde, parce qu'il était
plus connu et infiniment plus éloquent que les écrivains étrangers qui
lui avaient servi de modèles et de guides. En deux mots, Voltaire sur
tout a fait la révolution, parce qu'il a écrit pour tous; Rousseau
surtout a fait la constitution, parce qu'il a écrit pour les penseurs.

M. Soulavie a cru devoir revenir encore aux lieux communs rebattus
contre les académies. J'ai dit ailleurs avec assez de détail ce que je
pensais à ce sujet; et j'ai assez témoigné que, pour mon compte, il
m'était très-indifférent que les académies fussent conservées ou
supprimées. Mais en même-temps, j'ai distingué les époques où
l'académie française, en particulier, avait mérité le reproche
d'adulation; et j'ai prouvé que ces époques étaient celles où le même
reproche pouvait s'adresser à toute la France. J'ai prouvé de plus,
par des faits publics et incontestables, qu'à partir de la publication
de l'_Encyclopédie_, non seulement l'académie française n'avait point
montré en général un esprit adulateur, mais qu'elle avait au contraire
contribué d'une manière très-marquée au progrès de l'esprit public qui
commençait à se former, de cet esprit philosophique et libre qui
consistait à rappeler sans cesse les droits naturels des peuples, les
principes du gouvernement légal, et à inspirer la haine du pouvoir
arbitraire et l'amour de la liberté; que, pendant vingt ans, elle fut,
sous ce rapport, constamment en butte aux invectives de tous les
barbouilleurs, rimailleurs, prêchailleurs aux gages de la cour et du
clergé; qu'elle fut, pendant tout ce temps, publiquement notée à
Versailles comme un _foyer de révolte, d'irréligion, d'indépendance_
(car c'est ainsi qu'on appelait alors tout ce qui tendait à combattre
le fanatisme et la tyrannie); qu'on employa souvent contre elle l'arme
empoisonnée de la délation secrète; et s'il faut aujourd'hui citer des
faits que je croyais trop connus pour les rappeler, je dirai que le
maréchal de Richelieu et l'avocat-général Séguier la diffamaient
habituellement, l'un à la cour, l'autre au parlement; qu'ils
empêchèrent l'impression du discours de Thomas, en réponse à celui de
l'archevêque de Toulouse; qu'ils firent annuler par Louis XV
l'élection du traducteur des _Géorgiques_; qu'ils firent supprimer par
arrêt du conseil l'_éloge de Fénélon_; qu'enfin l'animosité alla si
loin, que le chancelier Maupeou annonça le projet de dissoudre
l'académie. Voilà une petite partie des faits que je pourrais citer
sur cette période très-remarquable dans l'histoire littéraire: je
défie quiconque lit ou écrit d'en nier un seul. On peut penser
aujourd'hui de l'académie ce qu'on voudra, et en faire ce qu'on jugera
à propos; mais il ne faut pas la calomnier: il faut rendre justice et
à ce qu'elle a fait et à ce qu'elle a souffert; et quand M. Soulavie,
qui s'annonce comme très-savant en littérature, puisqu'il en veut
faire l'histoire, ne dit pas un seul mot de tous ces faits si
constatés, quand il se tait absolument sur un état de choses qui a
duré jusqu'à la mort de Louis XV, j'ai le droit de lui dire que, s'il
n'est pas instruit de ces faits, c'est une ignorance honteuse, et
que, s'il les dissimule, c'est une lâcheté plus honteuse encore. Quand
il exprime que «Constantinople n'a pas d'expressions turques plus
viles, plus rampantes, plus heureuses en tournures orientales, que
celles qu'il a recueillies de cet amas étrange de complimens et de
harangues académiques,» je lui répondrai d'abord qu'il aurait pu, du
moins en lisant ces harangues, apprendre à parler français un peu
mieux qu'il ne fait; que _Constantinople_ qui a _des expressions_ et
des _expressions heureuses en tournures_, forme un jargon ridicule;
que les _tournures orientales_, attribuées aux _éloges_ académiques,
sont une autre espèce d'ineptie qui prouve seulement qu'il ne connaît
pas plus le style oriental que le style français; que le mauvais goût
d'un grand nombre de ces _éloges_, relevé et senti long-temps avant
qu'il en parlât, n'a rien de commun avec _les tournures orientales_.
Quand il ajoute que l'académie a perfectionné la _structure physique_
de la langue, mais qu'elle a _dénaturé, avili les moralités de cette
langue_; je lui répondrai qu'à l'exemple de ces écrivains qui, de leur
vie, n'ont rien étudié ni rien su, il entasse au hasard une foule
d'expressions qu'il n'entend pas; que, si _la structure physique_
d'une langue pouvait signifier quelque chose, ce serait l'alphabet
matériel et l'articulation, et qu'assurément l'académie n'a rien
_perfectionné_ de tout cela; que les _moralités_ d'une langue sont
une expression absolument inintelligible. Quand il s'avise encore de
joindre à ce style d'un mauvais écolier le ton d'un maître, de
prononcer que le cardinal de Retz, Rousseau et Raynal sont les seuls
«qui se soient montrés capables de parler véritablement le langage de
la liberté,» je lui répondrai encore que d'abord il associe très
gauchement à Rousseau et à Raynal un homme qui n'a rien de commun avec
eux que le talent d'écrire, quoique dans un degré fort éloigné d'eux;
que le langage du cardinal de Retz n'est point du tout le langage de
la liberté, mais presque partout celui d'un politique machiavéliste,
et quelquefois, mais rarement, celui de Salluste; que c'est le dernier
excès de la présomption, surtout dans un auteur aussi inconnu que M.
Soulavie, de rayer, de son autorité, Fénélon, Massillon, La Bruyère,
Voltaire, Montesquieu, Thomas, etc. (sans parler des vivans), du
nombre des écrivains dignes _de parler le langage de la liberté_; que
cette confiance arrogante, que des écrivains de sa trempe prennent
pour une noble audace et pour des inspirations de notre nouvelle
liberté, n'est autre chose que le délire de l'ignorance et de
l'amour-propre, et ne peut inspirer que le mépris et la pitié. Enfin,
quand il affirme que «ces tournures et ces bassesses orientales qui
dominent dans nos ouvrages, ont obligé tout orateur de les conserver
dans les discours oratoires publiquement prononcés,» je lui dirai
nettement que cela est faux, de toute fausseté; que je le défie
notamment de me citer dans les _éloges_ de Thomas (et puisqu'il ne
s'agit pas ici de talent), dans les miens qui sont bien _des discours
oratoires publiquement prononcés_, un seul exemple de _ces tournures
et de ces bassesses orientales_; et comme je puis, au contraire,
attester quiconque les a lus, que ces ouvrages ne respirent, d'un bout
à l'autre, que les sentimens chers à tout ami de l'humanité, de la
liberté et des lois, j'ai le droit de dire à M. Soulavie, en face du
public, qu'il est un calomniateur.

On peut trouver tout simple qu'un obscur et inepte compilateur, qui
n'est rien et ne peut jamais être rien dans les lettres, les outrage
avec cette fureur insensée; mais on doit trouver aussi très-naturel et
très-juste que l'honneur des lettres soit cher à un homme qui leur a
consacré sa vie, qui les honore par son témoignage après qu'elles
l'ont honoré par l'usage qu'il en a fait; et que, tandis que la voix
des hommes instruits et celle de nos législateurs a solennellement
reconnu les services que les lettres ont rendus, il ne souffre pas
qu'elles soient impunément l'objet des injures grossières et des
calomnies absurdes de quelques intrus qui s'érigent en littérateurs,
parce qu'il est arrivé, par hasard, qu'ils savaient lire au moment de
la révolution.

       *       *       *       *       *

_N. B._ On a déjà, dans l'avant dernier No., annoncé le 4e. volume de
ces Mémoires, qui paraissait pendant qu'on rendait compte des trois
premiers, et qui se vend séparément. Le comte de Maurepas s'y montre
beaucoup plus juste envers Fleury qui n'était plus, et encore plus
animé contre la marquise de Pompadour qui régnait. Il désavoue le
couplet sur le _bouquet de Fleurs blanches_, et prétend que ce fut une
malice du maréchal de Richelieu qui fit le couplet, le mit sur la
cheminée du roi, et le répandit dans Paris sous le nom de Maurepas.
Richelieu était en effet très-capable de ce tour de courtisan;
cependant il n'y a aucune preuve du fait que l'assertion de
l'accusateur. Et après tout, qu'importe? Quant à la chanson, voici ce
qu'en dit le rédacteur de ses mémoires, Salé, son secrétaire: «Une
chanson _plus digne_ de M. de Maurepas, _et dont l'histoire adoptera
toutes les expressions_, rendait avec plus de vérité ce qui se passait
à la cour relativement à madame de Pompadour. M. de Maurepas ne
désavouera jamais _les grandes vérités_ qu'elle renferme.»

C'est faire entendre assez clairement qu'elle est de lui; et cependant
j'ai oui dire plusieurs fois à M. d'Argental qu'elle était de son
frère Pont-de-Veyle; d'autres l'ont ouï dire comme moi; et ce qui peut
faire croire la chose vraie, c'est qu'on ne l'a dite qu'après la mort
de Maurepas et de Pont-de-Veyle, pour ne compromettre et ne fâcher
personne. Au reste, on peut dire encore, qu'importe? la chanson est
assez plaisante, et d'une tournure un peu plus fine que toutes les
_calotes_ dont le même ministre se déclare l'auteur; mais il n'y avait
que son secrétaire qui pût employer de si grands mots pour de si
petites choses: une chanson _plus digne de M. de Maurepas! l'histoire
qui en adoptera toutes les expressions! les grandes vérités qu'elle
renferme!_

        Si, dans les beautés choisies,
        Elle était des plus jolies,
        On excuse des folies
    Quand l'objet est un bijou, jou, jou, jou.

        Mais pour sotte créature,
        Et pour si plate figure,
        Exciter tant de murmure,
    Chacun juge le roi fou, fou, fou, fou.

Je ne crois pas que ce soit-là ni de _grandes vérités_, ni des
_expressions_ à l'usage de _l'histoire_. De l'aveu de tous ses
contemporains, madame de Pompadour était fort jolie; et ce n'était pas
sur ce point que le roi méritait des reproches, tels que l'histoire
peut les lui faire. Ce qui est vrai, c'est que dire d'une femme
qu'elle est laide, est toujours ce qu'il y a de plus piquant pour
elle: et en cela le but de la satire était rempli. Le but de
_l'histoire_ est un peu différent; et c'est ce que n'a pas senti le
secrétaire Salé, ni même son maître dont il répétait l'esprit.

La haine de ce ministre pour Voltaire perce particulièrement dans la
manière dont il parle du moment très-court de faveur très-légère dont
ce grand homme jouit à Versailles, non pas grâce à ses talens, mais
grâce à la favorite qui lui voulait du bien. Maurepas le représente
comme tellement ébloui de cette lueur éphémère, qu'il pense déjà au
ministère. «M. de Voltaire a, dit-on, une secrète démangeaison d'être
ministre.» Il répète la même chose quelques pages après. Ceux qui ont
bien connu Voltaire, n'en croiront pas un seul mot. La vérité est que,
révolté de ce préjugé si orgueilleusement absurde qui mettait au
dernier rang, dans la hiérarchie sociale, quiconque n'avait que du
génie, et n'était ni possesseur d'un office quelconque, ni héritier
d'un nom, Voltaire aurait voulu joindre, à la considération
personnelle que l'opinion attachait aux talens, l'existence de
convention qu'on attachait aux titres. Il y en avait où il pouvait
prétendre, parce que d'autres gens de lettres les avaient possédés. Il
eût désiré le brevet de conseiller d'état, qu'avait eu Balzac, dont
Balzac se moquait, et dont lui-même se serait aussi moqué. Il ne
voulait pas qu'un conseiller du parlement ou même du châtelet affectât
de se mettre au-dessus de lui, en disant _ce n'est qu'un auteur_; il
connaissait _la toute-puissance des sots qui avait tout arrangé pour
eux dans ce monde_ (comme l'a dit heureusement M. de Boufflers); et il
voulait que ces sots vissent en lui, non pas l'auteur de _Zaïre_ et de
_la Henriade_, mais un conseiller d'état; ce qui, comme on sait, est
bien autre chose. Mais quant au ministère, il savait trop son monde
pour ignorer que jamais un grand poète ne pouvait, en France, parvenir
à une grande place: l'exclusion était trop formelle. Un simple
amateur, un poète de société pouvait ne désespérer de rien; l'abbé de
Bernis en fut la preuve; et depuis, un faiseur de petits vers,
infiniment au-dessous de l'abbé de Bernis, Pezai, fut au moment d'être
ministre. La raison en est simple: ils étaient ce qu'on appelait des
_hommes du monde_, et dès-lors susceptibles de tout; mais dès qu'on
était formellement _homme de lettres_, on n'était plus _homme du
monde_; et dès-lors la ligne de démarcation était tirée: vous n'étiez
plus propre à rien de considérable. Voilà nos mœurs; et qui pouvait
en juger mieux que Voltaire?

«Nous l'avons envoyé _espion_ chez le roi de Prusse; et parce qu'il a
arraché une seule phrase, il estime assez son savoir pour se croire un
homme d'état. A présent, il cherche à plaire à madame de Pompadour;
mais le parti de la reine et des jésuites qui redoute ses opinions,
est celui de tout le monde qui ne peut soutenir ses sarcasmes.»

Ce ton d'aigreur et de mépris entraîne beaucoup d'inconséquence et
d'injustice. Le terme d'_espion_ est ici très-déplacé, surtout dans la
bouche d'un ministre, qui devait être expert en ces matières, et
savoir que rien n'aurait été plus ridicule qu'une commission
d'_espion_ donnée à un homme du caractère et de la réputation de
Voltaire. On voit bien ici l'intention de rabaisser extrêmement
l'espèce de négociation dont il fut chargé; elle n'était pourtant pas
si méprisable, et surtout le plan était fort bien adapté à ces deux
hommes extraordinaires. Il s'agissait, en 1743, de savoir si le roi de
Prusse, qui s'était accommodé avec Marie-Thérèse moyennant la cession
de la Silésie, et avait abandonné la France, serait disposé à renouer
de nouveau avec cette puissance, comme les circonstances et ses
intérêts pouvaient l'y engager. La reine de Hongrie avait repris le
dessus; la Hollande, l'Angleterre, la Savoie s'étaient jointes à elle;
nous avions été battus à Ettinghen, et Frédéric ne pouvait pas trop
compter sur cette cession forcée de la Silésie, à moins que l'Autriche
ne se trouvât absolument hors d'état de la réclamer par les armes.
C'est dans ces conjonctures qu'on imagina que Voltaire faisant un
voyage à Berlin, sans aucun caractère public, et comme pour aller voir
un roi qui le traitait comme son ami, pouvait, dans l'espèce de
familiarité habituelle entre eux, et dans la liberté d'un commerce
intime qui ne ressemblait en rien aux défiances réciproques
inséparables de toute négociation, tirer du roi de Prusse
quelques-unes de ces paroles toujours décisives de la part d'un homme
tel que Frédéric, qui ne disait que ce qu'il voulait dire. C'est
précisément ce qui arriva. Il dit un jour à Voltaire, que, si le
ministère de France, qui paraissait flotter entre la guerre et la
paix, et prêt à entrer en composition avec tout le monde, voulait
faire une démarche décidée en déclarant la guerre à l'Angleterre, il
était prêt, lui, à marcher en Bohême avec cent mille hommes. C'est là
cette _parole_ que Voltaire _avait arrachée_ au roi de Prusse, suivant
l'expression du comte de Maurepas, et il me semble qu'elle était assez
importante. Elle ne fut pas vaine; car, sur cette assurance, la guerre
fut déclarée aux Anglais; et Frédéric, avec qui la France traita de
nouveau, entra en effet dans la Bohême et dans la Moravie.

Si Voltaire s'était cru pour cela _un homme d'état_, sans doute il
aurait eu tort: il est plus que probable que Frédéric devina sans
peine la mission secrète du poète, et qu'il ne fut pas fâché de lui
parler de manière à encourager la France à traiter de nouveau avec lui
pour un intérêt commun; mais enfin, c'était un service réel que
Voltaire avait rendu, qu'il était plus que tout autre à portée de
rendre sans compromettre la cour; et s'il n'en fut pas récompensé,
comme tant d'autres l'ont été pour avoir fait moins, c'est qu'un
changement dans le ministère et la mort de madame de Châteauroux ne
permirent pas qu'on pensât à lui.

A l'égard des talens d'un homme d'état, on voit bien que Maurepas se
flatte de les avoir, parce qu'il est ministre, et croit Voltaire
très-ridicule d'y prétendre, parce qu'il est poète; mais ni le
ministère, ni la poésie n'y font rien. Voltaire avait beaucoup plus
d'esprit qu'il n'en faut pour avoir des lumières en administration;
mais ce qui fait surtout l'homme d'état, c'est le caractère, c'est la
connaissance réfléchie, non pas de l'homme, mais des hommes; celle-ci
fait l'administrateur; l'autre, le philosophe ou le poète. Il est fort
douteux que Voltaire eût pu jamais être homme d'état; il avait trop
d'imagination; mais il est sûr que Maurepas ne l'était point: c'était
un courtisan, et rien de plus. Il reproche à Voltaire de vouloir
l'être; Voltaire n'avait en effet que la grâce d'un courtisan, et n'en
avait pas la finesse; Maurepas l'avait. Il fait grand bruit des
_sarcasmes_ de Voltaire, et il est très-vrai qu'il ne put jamais
commander à ses saillies et à son humeur; l'on sait trop que ce fut
une plaisanterie un peu amère qui le perdit à Berlin; mais cela même
prouve qu'il n'eut jamais l'âme d'un esclave, même à la cour, comme on
l'a très-mal à propos répété d'après ses détracteurs. J'aurai
peut-être occasion d'en dire ailleurs davantage sur ces différens
reproches, si légèrement hasardés contre un homme qui n'était point
difficile à connaître, mais qui pourtant n'a pu être bien connu que
par ceux qui l'ont vu de près et sans passion: il a eu trop de
célébrité et trop d'ennemis pour n'être pas jugé souvent par des
hommes qui n'étaient ni instruits, ni équitables.



QU'EST-CE QUE LA PHILOSOPHIE?


Hatimthai se dit un jour: «Je veux être heureux; l'esprit et la vertu
procurent seuls des plaisirs purs et durables.»

Il ouvrit son salon aux hommes de lettres; il nourrit tous les pauvres
à sa porte; on voyait chaque jour la nombreuse population, qui n'a pas
le nécessaire parce que d'autres ont le superflu, se presser, aux
heures des repas, sur le seuil de son palais; et chaque jour il avait
à sa table les hommes d'esprit les plus distingués de l'empire. Outre
les festins qu'ils y trouvaient avec plaisir, ils recevaient de lui
des présens à chaque ouvrage qu'ils lui dédiaient, et presque à chaque
lecture qu'ils faisaient devant ses sociétés habituelles.

Cependant, en un moment de réflexion, il remarqua que Saphar ne
s'était jamais présenté chez lui: Saphar, qui a écrit la _Chronique de
l'empire_, qui a publié le plus savant ouvrage de méthaphysique, et
qui a dédié aux dames son poëme du _Jardin des roses_. Cet homme
universel vit solitaire; la promenade au fond des forêts est son seul
délassement; et il a soin de se cacher dans l'épaisseur des taillis,
quand la chasse vient de son côté.

Hatimthai ne l'a jamais vu. On cherche toujours la nouveauté, avec une
curiosité qui procure une émotion vive et agréable. Il veut absolument
interroger ce philosophe; et il ordonne une chasse au cerf, dont le
seul objet est d'entourer et de prendre l'homme de lettres le plus
sauvage du monde.

Le projet s'accomplit; Hatimthai est en face de Saphar:

«Pourquoi ne t'ai-je jamais vu?»

--«Parce que ni toi ni moi n'avons besoin de nous voir.»

--«Me dédaignes-tu?»

--«Je te loue de faire le bonheur des autres.»

--«Qui t'empêche d'y prendre ta part?»

--«Parce que ce qui fait leur bonheur, ne ferait pas le mien.»

--«Aimes-tu mieux ta vie misérable?»

--«Sans doute. Mon père est pauvre, je ne veux recevoir de lui que peu
de chose, mais ce peu me suffit. Je n'ai donc pas besoin que tu me
donnes davantage.»

--«Quelle vertu, se dit Hatimthai en se retirant!»

Avant de rentrer dans son palais, il aperçoit Gemmade, qui portait
avec peine un lourd fagot sur ses épaules.

--«Pourquoi te fatigues-tu, lui dit-il, au lieu d'aller recevoir ta
nourriture à la porte d'Hatimthai?

Gemmade lui répondit:

«Parce que celui qui sait se suffire à soi-même ne veut rien devoir à
Hatimthai.»

Celui-ci réfléchit.

«Quelle noblesse, dit-il dans un si pauvre homme. Eh quoi! n'aurais-je
à ma porte, et même dans mon salon, que les deux parties les plus
viles de l'espèce humaine? et ceux qui ont un peu de vertu ou de
fierté rougiraient-ils d'accepter mes bienfaits?»

Mais ceci, me dira-t-on, est le pont aux ânes; c'est ce qui a été dit
partout. On a prouvé mille fois que la philosophie rendait un homme
heureux dans la solitude, et qu'elle lui faisait dédaigner ces joies
du monde qui ne satisfont ni l'âme ni le cœur. Serait-ce donc là le
seul bienfait de la philosophie? Rousseau a-t-il raison?

Hatimthai, en rentrant au palais, traverse la foule des pauvres vivant
des restes de ses festins. Il voit entre autres Zilcadé, ce jeune
paresseux, qui court devant ses pas en semant des roses sur la terre,
et qui est toujours le premier à crier: «Vive Hatimthai!»

--«Tu es bien brillant de santé, lui dit-il?»

--«C'est que les carcasses de tes faisans sont depuis quelque temps
plus grasses et plus succulentes encore.»

--«Tes bras sont nerveux?»

--«Parce que mon estomac leur donne de la force, et que je les exerce
peu.»

--«Ton dos n'est pas voûté par les travaux?»

--«Depuis qu'Hatimthai me nourrit, je ne me fatigue jamais.»

--«De tout cela, je conclus que tu pourrais porter des fagots.»

--«Sans doute, et je serais alors inutile à la société.»

Hatimthai est tout à coup saisi d'étonnement.

«Sache, ajoute Zilcadé, quelle est ma philosophie. Il plaît à la
vanité d'Hatimthai d'avoir des pauvres à sa porte; il est peut-être
orgueilleux, et peut-être heureux seulement de sa bienfaisance. Que
m'importe? Je reçois ses dons qui m'évitent les maux de la vie, et me
laissent du temps libre que j'emploie à faire autant de bien que lui.»

Hatimthai est encore plus étonné.

«Sans doute, ajoute Zilcadé, quand j'ai reçu à ta porte le déjeûner du
matin, je me sens fort et bien portant. Je vais chez cette pauvre et
faible Rhége, qui demeure au bord du fleuve, et qui a six enfans en
bas âge. C'est moi qui jette et qui attache ses filets; et après le
repas du soir, je vais les retirer. Le poisson qu'elle recueille
ainsi, lui suffit pour nourrir sa famille. Dans le cours de la
journée, je me promène au marché sans rien faire; mais j'y vois le
prix de chaque denrée, et je vais en rendre compte à nos riches
marchands, qui évitent ainsi de se déranger de leur commerce.
Très-souvent je découvre des tromperies dont je préviens les
acheteurs; et souvent aussi je donne de bons conseils aux hommes des
campagnes, pour qu'ils nous fournissent les marchandises qui se
vendront le mieux. On peut être utile sans travailler; et pourrais-je
rendre de tels services, si j'étais occupé tout le jour à couper du
bois pour chauffer mon potage?»

Hatimthai ne répondit pas; et, à peine rentré dans son palais, il
trouva, à la porte de son sérail, la jolie Fatmé, qui l'attendait pour
recevoir ses ordres; et, dans son salon, le vif, l'ingénieux Ricca,
qui était arrivé déjà pour le repas du milieu du jour; car Fatmé, en
se retirant, devait avoir, peu d'heures après, un concert et un bal
avec ses compagnes; et elle était pressée de passer à sa toilette,
pour paraître toujours la plus belle.

Hatimthai pensait encore aux diverses réponses qu'il avait entendues;
il s'arrêta un moment près de Fatmé, et l'interrogea de manière à ce
qu'elle lui prouvât bien vîte l'utilité dont elle était dans ce monde.

«Hatimthai, lui dit-elle, il y a près d'ici une pauvre mère de
famille, qui a besoin de tes secours: elle veut te vendre une parure
de perles les plus fines et les plus égales; elle est réduite à s'en
défaire, et tu ne me la refuseras pas. Je te demande encore
quelques-uns de ces jolis oiseaux que vend ce pauvre mollak; et
souviens-toi aussi de nos nouvelles danses. Rhédi, qui les invente,
n'a que cela pour vivre. Voilà quels sont aujourd'hui mes caprices; tu
vois qu'ils feront des heureux.»

Hatimthai se retire, et appelle Ricca. C'est le poète de ses
spectacles; les opéras qu'il compose sont brillans d'esprit dans le
dialogue, de féerie dans l'action, et de magie dans les décorations.
Ils excitent la surprise au plus haut degré.

«Ricca, lui dit Hatimthai, j'ai vu Saphar; il est heureux à lui seul:
c'est le philosophe le plus sage.»

--«T'a-t-il dit, répond Ricca, ce que son père est devenu?»

--«Non, mais il lui coûte peu de chose.»

--«Il est vrai; toutefois son père était un des riches marchands de
ton empire; devenu vieux et aveugle, il avait compté sur son fils pour
tenir ses livres, régler ses paiemens et défendre ses intérêts.
Lorsque Saphar se mit à composer dans les forêts, son père fut obligé
de prendre un commis à sa place. Il en eut un infidèle, qui l'a
trompé; et il ne s'en est aperçu, que lorsque sa ruine a été complète.
Il a abandonné ses biens, qui n'ont pas suffi au paiement de ses
créanciers; il est aujourd'hui commis lui-même chez un de ses anciens
amis; et le peu qu'il donne à son fils lui est plus onéreux que le
plus brillant état qu'il lui eût donné chez lui autrefois.

«Hatimthai, ajoute Ricca, je suis plus philosophe que Saphar; il vit
dans les bois; il n'a de relations qu'avec lui-même; il n'entre pas
dans les ambitions; et il évite, j'en conviens, tous les vices de la
société: mais il n'est utile à personne. La malheureuse Zilia tirait
avec peine quelques grains de blé de son jardin; je lui ai enseigné
une nouvelle manière de cultiver les roses; et elle en récolte
maintenant une si grande abondance, qu'elle s'est enrichie avec
l'essence qu'elle vend, et m'en donne, sans se faire tort, pour verser
à flots sur les habits d'Hatimthai. Le malheureux Calva, qui publie
chaque jour les ordres et rend compte des plaisirs d'Hatimthai, était
tombé dans la misère, parce qu'il avait imprimé les œuvres des
écrivains médiocres que le public dédaigne; je consacre quelques
heures par jour à lire les manuscrits qu'on lui porte; et il nourrit à
présent sa famille avec le produit des bons ouvrages que je lui
conseille de publier. Je ne pourrais pas rendre de tels services, si
j'étais forcé de m'occuper de moi-même. Mais Hatimthai, que j'amuse,
doit en échange me nourrir grassement; moi, j'enrichis Calva, parce
que j'en tire à mon tour l'avantage de lui faire imprimer mes poésies,
et j'ai acquis ainsi une réputation qui satisfait mon amour-propre.

«O Hatimthai! ajoute Ricca, le vrai philosophe est un ministre
d'Oromaze dans l'état social.»



  LETTRE à M. le duc de B***, lieutenant-général des armées du roi,
    sur la glorieuse campagne de M. le maréchal de Broglie, en
    1789[14].


Je viens d'apprendre, Monsieur le duc, une nouvelle qui me comble de
joie, et je me hâte de vous faire partager mon plaisir.

  [14] Cette facétie ne se trouve imprimée dans aucune édition des
  œuvres de Chamfort; elle paraît même avoir été inconnue à ses
  différens éditeurs.

M. le maréchal de Broglie a l'honneur d'être nommé généralissime des
troupes françaises: depuis long-temps, je m'affligeais de voir de si
grands talens inutiles à la patrie. Eh quoi! disais-je, M. le maréchal
de Stainville a pu, par sa belle conduite dans sa campagne de Rennes,
obtenir le pardon de ses fautes et de ses disgraces en Franconie; nous
avons vu mourir, presque dans les bras de la victoire, M. le maréchal
de Biron, qui, loin d'avoir épuisé son génie dans ses travaux et dans
la guerre de la farine, semble l'avoir réservé tout entier pour sa
belle campagne du faubourg St.-Germain; nous avons admiré la savante
manœuvre qui, par la jonction subite de deux corps de troupes, a pris
en tête et en queue six mille bourgeois dans la rue St.-Dominique, et
a décidé du sort de cette grande journée! Ces grands hommes laissent
une mémoire adorée; et le vainqueur de Berghen est le seul à qui le
sort refuse de rajeunir une renommée vieillie, et d'emporter au
tombeau l'hommage des cœurs vraiment français.

Non, Monsieur le duc, les grands destins de M. le duc de Broglie ne
sont pas encore remplis; et c'est avec transport, que je vois s'ouvrir
devant lui une nouvelle carrière de gloire et de prospérité. La
première opération de M. le maréchal a été d'ordonner la formation
d'un camp de trente mille hommes à quelques lieues de Paris; et, pour
ne parler d'abord que de l'intention politique de ce camp, vous sentez
l'avantage immense qu'il y a, pour le bon parti, de persuader au roi
la grandeur du péril où nous sommes; et comment n'y serait-il pas
trompé, en voyant cet amas de troupes étrangères et nationales, ce
train formidable d'artillerie, etc.? De plus, vous voyez quelle
abondance de numéraire va jeter dans Paris le voisinage de trente
mille soldats qui arrivent chargés d'argent, fruit de leurs économies;
cet abondant numéraire refluera vers le trésor royal, ranimera la
circulation, rétablira la confiance et se répandra dans tous les
canaux du commerce et de l'industrie. On objecte le danger de la
disette, auquel ce surcroît de consommation expose la capitale; mais
quel est le bien sans inconvénient? D'ailleurs, ne connaît-on pas les
intentions hostiles et dangereuses des capitalistes, des rentiers et
en général des bourgeois de Paris? N'est-il pas à craindre que cette
ville formidable ne se déclare contre sa majesté? Et, dans ce cas,
est-il si mal de tenir l'ennemi en échec, et de lui donner de la
jalousie sur les subsistances?

Je passe, Monsieur le duc, aux dispositions purement militaires. M. le
maréchal a daigné me communiquer son plan: rien de plus beau et
pourtant de plus simple. Le corps de l'armée s'étendra dans la plaine
à gauche entre Viroflai et Meudon, l'arrière-garde postée de manière à
n'avoir rien à craindre de l'assemblée nationale, des gardes avancées
trop fortes pour être entamées par les escarmouches de la députation
bretonne. Meudon sera occupé par les deux régimens qui arrivent du
fond de la Guyenne; on fait venir des hussards d'Alsace pour nétoyer
le bois de Boulogne; on a mandé des dragons de Nancy pour fouiller les
bois de Verrières, qui sont bien autrement fourrés; deux officiers des
plus braves et des plus intelligens répondent sur leur tête de Fleury
et du Plessis-Piquet; un détachement de grenadiers suffira (du moins
on l'espère) pour contenir Fontenay-aux-Roses; tout est tranquille à
Clamart; M. le maréchal compte y établir un hôpital militaire; on
s'est assuré des bateleurs de Saint-Cloud, et on ne négligera rien
pour s'assurer de Châville. On est maître du pont de Neuilly. M. le
baron de Bezenval n'a pas le moindre doute sur Courbevoye, malgré
l'insubordination de plusieurs soldats suisses qui chicanent sur les
termes du traité de la France avec les cantons. A la vérité, on craint
que M. le duc d'Orléans ne remue dans sa presqu'île de Gennevilliers;
et que n'a-t-on pas à redouter d'un prince si peu patriote? Mais vous
savez que le roi dispose absolument des deux bacs d'Anières et
d'Argenteuil; et si l'on place un cordon de troupes depuis Colombe
jusqu'à la Seine, M. le duc d'Orléans se trouverait dans une position
vraiment critique. Observez que, s'il s'avisait d'armer les gondoles
de sa pièce d'eau, il suffirait de retenir, pour le compte du roi, les
batelets de Saint-Cloud; et, pourvu que la galiote se tint neutre, on
présume que la victoire resterait aux troupes de sa majesté.

D'après la sagesse de ces dispositions, Monsieur le duc, il ne paraît
pas douteux que M. de Broglie ne prenne Sèves, contre lequel on a déjà
fait avancer des canons; et cette place une fois prise, on convient
que Vaugirard ne saurait tenir long-temps: c'est comme Mézières et
Charleville, l'un tombe nécessairement avec l'autre. Je ne doute pas
que vous ne soyez ravi de ce plan; et je suis bien sûr qu'il obtiendra
l'approbation de M. le prince Henry et de M. le duc de Brunswick. Je
suppose, comme on doit le penser de ces deux grands hommes, que la
jalousie ne saurait égarer leur jugement.

Je compte, Monsieur le duc, publier le journal militaire de cette
glorieuse campagne. Il paraîtra tous les jours et servira de pendant à
l'un des journaux de l'assemblée nationale; ainsi le lecteur pourra,
avec deux souscriptions seulement, voir marcher de front les
opérations civiles et militaires; il pourra voir et admirer la
parfaite intelligence et l'heureux accord qui règne entre le pouvoir
législatif et le pouvoir exécutif. Ces deux monumens littéraires
suffiraient seuls pour écrire l'histoire de cette grande époque; et
l'emploi de notre digne historiographe, M. Moreau, sera du moins, pour
cette année, aussi facile que lucratif.

Voulez-vous, bien, Monsieur le duc, puisque vous vous trouvez en ce
moment à Versailles, me donner des nouvelles de M. d'Eprémesnil, de M.
de Cazalès, de M. Martin d'Auch et de M. l'abbé Maury? Ce sont les
seuls députés des trois ordres qui intéressent M. le maréchal.



PORTRAIT DE RULHIÈRE.


Il cachait un esprit très délié sous un extérieur assez épais.
Très-malicieux avec le ton de l'aménité, très-intrigant sous le masque
de l'insouciance et du désintéressement, réunissant toutes les
prétentions de l'homme du monde et du bel esprit, il faisait servir
ses galanteries à ses bonnes fortunes littéraires, et les lectures
mystérieuses de ses productions à s'introduire chez les belles dames.
Fort circonspect avec les hommes qui pouvaient l'apprécier, il était
extrêmement hardi, à tous égards, auprès des femmes qui ne doutaient
point de son mérite. Tout dévoué à la faveur et aux gens en place, il
n'évitait, dans son manège, que les bassesses qui l'auraient empêché
de se faire valoir. Souple et réservé, adroit avec mesure, faux avec
épanchement, fourbe avec délices, haineux et jaloux, il n'était jamais
plus doux et plus mielleux que pour exprimer sa haine et ses
prétentions. Superficiellement instruit, détaché de tous principes,
l'erreur lui était aussi bonne que la vérité, quand elle pouvait faire
briller la frivolité de son esprit. Il n'envisageait les grandes
choses que sous de petits rapports, n'aimait que les tracasseries de
la politique, n'était éclairé que par des bleuettes, et ne voyait
dans l'histoire que ce qu'il avait vu dans les petites intrigues de la
société.


FIN DU TROISIÈME VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS LE TROISIÈME VOLUME.


                                                              pages.

  MÉLANGES DE LITTÉRATURE ET D'HISTOIRE                            1

    Sur les Considérations sur l'esprit et les mœurs,
       par Sénac de Meilhan                                        5

    -- les Motifs essentiels de détermination pour
       les classes privilégiées                                   20

    -- les Vœux d'un Solitaire, pour servir de suite
       aux Études de la nature, par J.-Bernardin-H.
       de Saint-Pierre                                            27

    -- le Voyage de M. le Vaillant dans l'intérieur
       de l'Afrique par le Cap de Bonne-Espérance,
       dans les années 1780, 1781, 1782, 1783,
       1784 et 1785                                               28

    -- le Réveil d'Épiménide à Paris, comédie en
       un acte, en vers, par M. de Flins                          51

    -- la Pétition des Juifs établis en France (28
       janvier 1790)                                              53

    -- les quatre premiers volumes des Mémoires
       du maréchal de Richelieu                                   57

    -- les Observations sur les Hôpitaux, par M.
       Cabanis                                                    99

    -- le Massacre de la Saint-Barthélemi, et l'influence
       des étrangers en France durant la
       ligue, par Gabriel Brizard                                104

    -- le Despotisme des Ministres de France, ou
       Exposition des principes et moyens employés
       par l'aristocratie, pour mettre la France dans
       les fers                                                  113

    -- la Constitution vengée des inculpations des
       ennemis de la révolution                                  119

    -- l'Exposé de la Révolution de Liège, en 1789,
       et la conduite qu'a tenue à ce sujet le roi de
       Prusse, par M. de Dohm; traduit de l'allemand,
       par M. Raynier                                            124

    -- la Véritable origine des Biens ecclésiastiques,
       par M. Roset                                              138

    -- le Palladium de la Constitution politique, ou
       Régénération morale de la France, par M. Rivière          141

    -- les Mémoires secrets de Robert comte de
       Paradès, écrits par lui-même au sortir de
       la Bastille, pour servir à l'Histoire de la dernière
       Guerre                                                    151

    -- une Lettre d'un grand Vicaire à un Evêque,
       sur les Curés de Campagne, par M. Selis                   160

    -- un Essai sur la mendicité, par M. de Montlinot            165

    -- les Prônes Civiques, ou le Pasteur patriote,
       par M. l'abbé Lamourette                                  178

    -- la Collection abrégée des Voyages faits autour
       du Monde, par les différentes nations de l'Europe,
       depuis le premier jusqu'à ce jour, par
       M. Béranger                                               190

    -- l'Histoire de la Sorbonne, par l'abbé du Vernet           192

    -- les Œuvres de Jean Law, Contrôleur général
       des finances sous la régence                              214

    -- des Observations faites dans les Pyrénées, pour
       servir de suite à des Observations sur les Alpes,
       insérées dans une traduction des lettres de
       W. Coxe, sur la Suisse                                    219

    -- la Vie privée du maréchal de Richelieu                    229

    -- les Mémoires secrets des règnes de Louis XIV
       et Louis XV, par Duclos                                   294

    -- le Voyage en Italie, ou les Considérations sur
       l'Italie, par Duclos                                      307

    -- les Mémoires de la Vie privée de Benjamin
       Franklin, écrits par lui-même                             316

    -- une brochure intitulée: De l'Autorité de Rabelais
       dans la Révolution présente et dans la
       Constitution civile du Clergé, ou Institutions
       royales, politiques et ecclésiastiques, tirées de
       Gargantua et de Pantagruel                                325

    -- les Nouveaux Voyages dans les États-Unis de
       l'Amérique septentrionale, faits en 1788,
       par J. P. Brissot de Warville                             327

    -- les Discussions importantes débattues au parlement
       d'Angleterre, par les plus célèbres orateurs,
       depuis trente ans, renfermant un choix de discours,
       etc., accompagné de Réflexions politiques, analogues
       à la situation de la France depuis les états-généraux     333

    -- les Voyages et Mémoires de Maurice-Auguste,
       comte de Benyowski, magnat des royaumes de
       Hongrie et de Pologne, etc.                               347

    -- les Ruines, ou Méditations sur les Révolutions
       des Empires; par Volney                                   359

    -- l'Éloge historique de Louis-Joseph-Stanislas Le
       Féron, premier commandant de la garde nationale
       de Compiègne; par M. Chabanon l'aîné                      378

    -- les Lettres sur les Confessions de J.-J. Rousseau;
       par M. Ginguené                                           384

    -- la Police dévoilée; par Pierre Manuel                     390

    -- les Mémoires du comte de Maurepas, ministre
       de la marine                                              398

    Qu'est-ce que la Philosophie?                                451

    Lettre à M. le duc de B***, lieutenant-général des
    armées du roi, sur la glorieuse campagne de
    M. le maréchal de Broglie                                    458

    Portrait de Rulhière                                         463


FIN DE LA TABLE DES MATIÈRES DU TROISIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Oeuvres Complètes de Chamfort, (Tome 3/5) - Recueillies et publiées, avec une notice historique sur - la vie et les écrits de l" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home