Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Germanie - Texte latin avec introduction, notes et lexique des noms propres
Author: Petitmangin, Henri, Tacitus, Cornelius, 56-117
Language: 
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Germanie - Texte latin avec introduction, notes et lexique des noms propres" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note de transcription:

À l'exception des corrections mentionnées dans la note plus détaillée à
la fin de ce livre, l'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas
été harmonisée.

Les mots en gras sont indiqués par =...=, et la translittération de
texte en grec par +...+.

Le glyphe [=e] représente la lettre e surmontée d'un macron.

Une traduction en français de la Germanie est aussi disponible auprès


  TACITE

  LA GERMANIE



  PROPRIÉTÉ DE

    _J. de Gigord._


  _À LA MÊME LIBRAIRIE_

  OUVRAGES DU MÊME AUTEUR

  _Nouveau cours de latin:_

    =Grammaire latine= (1re année). In-18, raisin               0 fr. 90

    =Grammaire latine= (2e année).                              1 fr. 25

    =Grammaire latine= (complète). In-18, raisin.               1 fr. 40

    =Exercices latins illustrés= (1re série). In-18, raisin.    1 fr. 75

        --    _Livre du maître_ (1re série), en préparation.

    =Exercices latins illustrés= (2e série)

        --   _Livre du maître_ (2e série).

    =Exercices latins= (3e série)

        --   _Livre du maître_ (3e série), en préparation.


    =Tacite.= _Germanie_. In-18 raisin.                         0 fr. 75

       --     _Agricolae_. In-18 raisin.                        0 fr. 60

       --     _Extraits des Annales_. In-18 raisin.             1 fr. 75

    =Plutarque.= _Vie de Cicéron_. In-18 raisin.                1 fr.  »

        --       _Extraits des vies parallèles_. In-18.         1 fr. 50

    =Xénophon.= _Économique_. In-18 raisin.                     1 fr. 50



    TACITE

    LA GERMANIE


    TEXTE LATIN
    AVEC INTRODUCTION, NOTES ET LEXIQUE DES NOMS PROPRES

    PAR
    M. L'ABBÉ PETITMANGIN
    AGRÉGÉ DES LETTRES
    PROFESSEUR AU COLLÈGE STANISLAS

    TROISIÈME ÉDITION

    [Décoration]

    PARIS

    ANCIENNE LIBRAIRIE POUSSIELGUE
    J. DE GIGORD, ÉDITEUR
    RUE CASSETTE, 15

    1913



INTRODUCTION

I.--LA VIE ET LES OUVRAGES DE TACITE.


Nous avons bien peu de détails certains sur la vie de Tacite. Son
prénom était-il _Publius_ comme le témoigne un manuscrit des _Annales_
ou _Caius_ comme l'écrit Sidoine Apollinaire? Appartenait-il à la
_gens Cornelia_? Son père était-il ce chevalier romain, procurateur
de la Gaule Belgique, nommé dans une inscription et dont parle Pline
l'Ancien? Autant de questions toujours renouvelées, jamais épuisées,
auxquelles on ne pourra fournir aucune réponse certaine tant que de
nouvelles découvertes n'apporteront pas des preuves indiscutables[1].
On admet cependant que Tacite est né en 54 ap. J.-C. ou 55 au plus
tard. Mais on retombe dans l'incertitude, dès qu'on veut déterminer le
lieu de sa naissance. Les habitants de Terni, l'ancienne Interamna,
à peu de distance de Florence, le réclament pour compatriote; mais
ce n'est pas fournir des arguments que de dresser des statues et l'on
sait trop bien que cette tradition remonte à l'empereur Tacite (275-276
ap. J.-C.) qui naquit à Interamna et se fit passer pour le descendant
de l'illustre historien. Cette parenté, même démontrée, ne pourrait
être un argument incontestable en faveur des habitants de Terni, et
il faut renoncer à disserter sur cette heureuse coïncidence qui aurait
rapproché les berceaux de Tacite, de Michel-Ange et de Machiavel.

    [1] La récente découverte d'une inscription paraît avoir levé
    tous les doutes en faveur du prénom de _Publius_.

Que l'éducation de Tacite se soit faite à Rome, au milieu des vices
raffinés qui minaient la société, ou dans quelque province où les
antiques traditions, mieux conservées, trempaient plus fortement
les âmes, il est probable qu'en aucun cas il ne se laissa entamer
par la corruption de son siècle. Il s'adonna d'abord à l'éloquence,
qui, malgré l'établissement de l'Empire et la suppression des grands
débats politiques, restait la base et presque l'unique objet des
études pour les jeunes romains de bonne famille. La philosophie semble
l'avoir moins attiré. Pline le Jeune, qui fut très lié avec lui, nous
atteste ses succès oratoires et caractérise son éloquence d'un mot qui
résume tout un côté du génie de Tacite: «_Respondit Cornelius Tacitus
eloquentissime et, quod eximium orationi ejus inest_, +semnôs+.» Nous
connaissons d'ailleurs les idées de Tacite sur l'art oratoire par son
premier ouvrage, le _Dialogue des orateurs_, dont l'authenticité a été
contestée, mais à tort, semble-t-il. Ses préférences vont à Cicéron,
qu'il se propose d'imiter, mais le style de ce dialogue, quoique
différent, à la vérité, de la vraie manière de Tacite telle que nous la
révèlent les _Annales_ et les _Histoires_, nous fait sentir déjà que le
temps des larges et symétriques périodes est passé.

Cependant Tacite ne se confinait pas dans les déclamations d'école et
les débats judiciaires. Successivement questeur sous Vespasien, édile
ou tribun du peuple sous Titus, préteur sous Domitien, il parvint au
consulat sous le règne de Nerva en 97. Il eut alors à prononcer l'éloge
de Verginius Rufus, mort simple citoyen après avoir refusé l'empire.
Ce fut probablement dans l'année qui suivit son consulat qu'il écrivit
l'_Agricola_. Il retraçait, en phrases émues, éloquentes, et semées
de mots profonds, la vie de son beau-père, qu'il représentait comme le
type du fonctionnaire intègre et digne sous un gouvernement corrompu.
Vers le même temps, entre 98 et 100, il publiait _la Germanie_.

Ces courts écrits, dans lesquels on sent le style si original de
Tacite tendre de plus en plus à la brièveté et à la profondeur tout
en s'animant d'une couleur poétique assez prononcée, conduisent
insensiblement aux grands ouvrages de l'écrivain: les _Annales_ et
les _Histoires_. On ne saurait assez regretter que le temps ait creusé
dans ces deux chefs-d'oeuvre d'irréparables lacunes. Les _Histoires_
publiées entre 104 et 109 contenaient les règnes de Galba, Othon,
Vitellius, Vespasien, Titus et Domitien, c'est-à-dire les faits
contemporains de Tacite. Les _Annales_, qui durent paraître vers l'an
116, renfermaient la période de l'histoire romaine comprise entre la
mort de l'empereur Auguste et le règne de Galba par lequel commencent
les _Histoires_.

À partir de l'an 100, époque à laquelle il soutint, de concert avec
son ami Pline le Jeune, le procès des Africains contre Marius Priscus,
Tacite semble s'être retiré des affaires publiques pour s'adonner
tout entier à la composition de ses grands ouvrages. Il vivait
vraisemblablement encore à l'avènement d'Hadrien (117) et mourut
probablement entre 117 et 120.


II.--_LA GERMANIE._

L'érudition allemande, qui s'est beaucoup occupée du court écrit de
Tacite sur la Germanie, a soulevé une foule de questions sur le but,
les sources, la date et le titre même de cet ouvrage. On a supposé que
le titre authentique s'était perdu, avec une préface où Tacite rendait
peut-être compte de l'idée qui avait inspiré son livre. Les différents
titres que l'on propose sont fort incertains. On a à choisir entre:
_De origine et situ Germanorum_ (ou _Germaniæ_), _De situ Germaniæ_,
_De situ ac populis Germaniæ_, _De origine, situ, moribus ac populis
Germanorum_. Comme il n'y a presque pas de motif de préférence entre
ces divers titres, on peut se contenter, comme Halm, d'écrire en tête
du livre de Tacite: _C. Taciti de Germania liber_. On ne peut, en
effet, sur ce point, accorder grande confiance aux manuscrits; ceux
qui existent actuellement et dont les principaux sont le _Vaticanus_
1862 et 1518, le _Leidensis_, le _Neapolitanus_, ont été copiés par
des humanistes de la Renaissance et reproduisent un manuscrit unique
apporté d'Allemagne en Italie et aujourd'hui perdu.

La date de la composition de _la Germanie_ est assez facile à
déterminer. Tacite nous dit (§ 37) que, depuis la première invasion des
Cimbres (an de Rome 641) jusqu'au second consulat de Trajan (851), il
s'est écoulé 210 ans. On peut en conclure que si Tacite prend le second
consulat de Trajan pour point de départ de son calcul, c'est parce
que cet ouvrage fut composé à cette époque même ou du moins avant le
troisième consulat, un peu avant ou un peu après l'arrivée de Trajan à
Rome.

On s'est souvent demandé quel but s'est proposé Tacite en écrivant _la
Germanie_. Comme on peut s'y attendre, toutes les solutions possibles
ont été proposées. On a été jusqu'à soutenir que _la Germanie_ était
une sorte de dialogue, dans lequel Tacite avait voulu réunir les
opinions des écrivains antérieurs sur la Germanie, en interrompant
sans cesse cette relation pour compléter, confirmer et, plus souvent,
infirmer leur témoignage. Sa méthode la plus ordinaire de contredire
ses adversaires serait l'ironie. Méthode bien dangereuse, en vérité,
puisqu'on a si souvent pris pour la pensée de Tacite ce qui en était
exactement le contraire[2]. Le tort de la plupart des commentateurs
qui ont voulu trancher nettement la question, a été, semble-t-il, de
se montrer trop exclusifs et de ne pas assez distinguer, autour du
but principal, quel qu'il soit d'ailleurs, l'existence incontestable
d'intentions secondaires. Il est évident, par exemple, qu'on aurait
tort de ne voir dans _la Germanie_ qu'une sorte de roman où serait
dépeint un certain idéal de bonheur, de vie simple et vertueuse. Cet
ouvrage serait ainsi une réplique de la fiction de l'âge d'or, la scène
étant transportée dans le lointain de l'espace au lieu d'être reculée
dans le temps. Le romanesque que l'on croit découvrir dans certains
passages ne doit pas faire illusion. Tacite, il est vrai, fait une
description fantastique du culte mystérieux de la déesse _Nerthus_ et
nous montre une armée entière couverte de boucliers noirs; cela vient
de ce que, trop grave pour inventer des fables, il est aussi trop
consciencieux pour omettre les informations qu'il a recueillies. Dans
le second livre des _Histoires_ nous trouvons sa profession de foi:
«Je crois, dit-il, qu'il est contraire à la gravité de l'histoire de
vouloir intéresser les lecteurs avec des fictions et des fables, mais
je ne voudrais pas non plus enlever toute créance à des traditions
généralement reçues.» D'ailleurs, comment expliquer, dans cette
hypothèse, la présence de tant de détails géographiques? Pourquoi tant
de précision dans la notation du caractère spécial de chaque peuplade?
Et si Tacite a voulu vanter la vie simple et frugale, pourquoi
insiste-t-il sur l'ivrognerie et l'entêtement de ces robustes Germains?
Cependant on ne saurait nier que Tacite ait souvent embelli la vie
de ces peuplades à demi sauvages et fait de leur ignorance des vertus
réfléchies de philosophe.

    [2] Voici, par exemple, comment M. Holub entend le ch. XVII:
    Tacite rapporte l'opinion d'un de ses prédécesseurs: _Tegumen
    omnibus sagum fibula aut, si desit, spina consertum._--Et Tacite
    reprend aussitôt ironiquement: _Ceterum intecti: totos dies juxta
    focum atque ignem agunt!_ C'est-à-dire: «Eh quoi! pas d'autre
    vêtement? Mais alors le climat les obligerait à rester des
    journées entières près du feu! Ne faut-il pas qu'ils aillent à la
    chasse, aux assemblées, à la guerre? Ce simple manteau peut-il
    suffire?» On devine ce qu'une semblable interprétation peut
    réserver de surprises à qui voudra s'y livrer.

La rhétorique, dont on sent parfois l'influence sur la composition
de l'ouvrage, n'a pas peu contribué à lui donner ce faux air de roman
utopique; mais plus sensible encore est l'influence des préoccupations
du moment et ce n'est pas sans quelque apparence de raison qu'on a
soutenu que Tacite avait voulu avant tout faire la satire des moeurs
de son temps. On sait que Tacite n'est pas l'historien selon l'idée de
Fénelon. Il est bien de son temps et de son pays, et dans le coeur de
ce penseur profond bouillonne un ardent patriotisme. Tacite a étudié
les vices de son siècle; il y a reconnu le signe d'une civilisation
trop avancée qui court fatalement à la décadence. Pour lui, comme
pour tous les Romains qui ont gardé l'amour et l'admiration du peuple
roi, l'idéal est vers le passé; c'est le _mos majorum_ qui a fait la
grandeur de la République, c'est lui qui peut seul la sauver de la
ruine. Aussi, sans être pour cela un révolutionnaire, il saisit avec
empressement l'occasion qui lui est offerte d'opposer à la civilisation
corrompue qui règne à Rome les rudes vertus des Barbares. À chaque
instant la pensée de Tacite est reportée de l'objet de son étude vers
l'état actuel de sa patrie. Si cette préoccupation l'a amené à forcer
quelques traits, elle lui a fourni l'occasion de belles antithèses,
dans lesquelles un peu d'affectation ne nuit pas à la profondeur de la
pensée. Il serait exagéré cependant de considérer _la Germanie_ comme
une satire analogue aux ouvrages de nos philosophes du XVIIIe siècle
qui prétendaient opposer aux vices et aux mensonges conventionnels
de la société le bon sens et les vertus spontanées de la nature
inculte. Tacite s'est contenté de rappeler aux Romains que, chez ces
prétendus barbares, les lois du mariage étaient sévèrement gardées,
la corruption ne prêtait pas à rire, les testaments et les abus qu'ils
provoquent étaient inconnus, les enfants n'étaient point abandonnés à
des mercenaires, la douceur envers les esclaves était habituelle. Avant
Tacite, Horace avait déjà usé de ce procédé en opposant aux moeurs des
Romains les vertus des Gètes et des Scythes (_Odes_, III, 24), et l'on
a pu relever des tendances analogues chez Valérius Flaccus qui publia
son ouvrage environ trente ans avant l'apparition de _la Germanie_.

_La Germanie_ serait-elle donc plutôt une brochure politique analogue
aux monographies qui paraissent aujourd'hui à propos des questions
brûlantes de la politique extérieure? Les partisans de cette opinion
avouent toutefois que _la Germanie_ n'a pas été improvisée comme le
sont la plupart des écrits de ce genre, mais composée d'après des notes
dès longtemps recueillies. Cette intention politique est loin d'être
aussi évidente qu'on l'a prétendu, puisque les défenseurs de cette
opinion soutiennent, les uns, que Tacite a voulu détourner Trajan de
faire la guerre à des gens si vertueux et si forts, les autres qu'il
a simplement voulu soutenir sa politique. L'empereur en effet, appelé
au trône pendant qu'il se trouvait en Germanie, y resta longtemps
pour consolider la frontière. On désirait le revoir à Rome; de là,
chez Tacite, le désir d'expliquer l'absence de Trajan en montrant la
nécessité de tenir en respect les Barbares. Si telle était l'idée de
Tacite, non seulement elle devrait s'exprimer nettement dans quelque
endroit de l'ouvrage, mais on devrait la deviner présente partout;
or rien ne serait plus difficile à prouver. En effet, quiconque lira
_la Germanie_ sans idée préconçue aura l'impression d'un ouvrage
scientifique. C'est l'avis de Mommsen: «Tout cet écrit, dit-il, fait
l'effet d'être simplement géographique.»

On s'est appuyé sur cette constatation pour soutenir que _la Germanie_
était un livre détaché des grands ouvrages. Il aurait survécu à la
perte d'une partie considérable des _Annales_ et des _Histoires_, parce
qu'il aurait été de bonne heure remarqué et copié à part par des moines
allemands du moyen âge. On a été jusqu'à lui fixer sa place dans les
_Histoires_ à l'endroit où Tacite devait parler de la grande coalition
des Sarmates et des Suèves. Selon d'autres, _la Germanie_ aurait été
en effet, d'abord, destinée à prendre place dans les _Annales_ ou les
_Histoires_, mais elle en aurait été séparée par Tacite lui-même et
publiée à part.

Cette opinion, quelque vraisemblable qu'elle puisse paraître, n'est
pas concluante. Si l'on se rappelle que le _Dialogue des orateurs_ est
un ouvrage de rhétorique où les souvenirs d'école et le désir d'imiter
les périodes cicéroniennes sont si apparents, que l'_Agricola_ garde
une parenté évidente avec les panégyriques depuis si longtemps à la
mode, que _la Germanie_ elle-même fourmille de pointes, de réticences
calculées et d'effets de style, on est tenté de regarder cet ouvrage
comme un essai, où Tacite a voulu former son style et se faire la
main pour aborder les grands ouvrages qu'il méditait. Ceci n'est pas
pour en diminuer la valeur: au contraire. Tacite a dû y apporter tous
ses soins; il a dû à cette occasion consulter de nombreux ouvrages,
non seulement pour assembler des matériaux, mais pour s'inspirer des
meilleurs modèles. Nous le voyons commencer à la manière de César et
terminer par une imitation de Salluste. Sans doute, le procédé est
encore sensible dans _la Germanie_, mais, en somme, c'est l'oeuvre
soignée d'un homme déjà maître de son talent, qui, en exerçant sa
sagacité d'historien et son originalité de styliste, se prépare à la
composition de chefs-d'oeuvre immortels.

On s'explique pourquoi _la Germanie_ lui a paru le sujet le plus
intéressant. La question germanique était à l'ordre du jour. Depuis que
César avait franchi le Rhin, les Germains n'avaient pas cessé d'être
mêlés aux affaires de Rome, comme ennemis ou comme alliés. À César même
ils avaient fourni, dans sa guerre contre les Gaulois, d'excellents
cavaliers. Ils avaient tenu en échec la puissance d'Auguste. Sous
ses successeurs, ils avaient continué à inquiéter la frontière et on
n'avait jamais pu les considérer comme définitivement soumis de la
même façon que les Gaulois. Tacite avoue qu'ils avaient fourni aux
généraux plutôt des occasions de triomphe que de véritables victoires.
Tout le monde sentait vaguement, et Tacite sans doute mieux que
personne, que le danger viendrait du Nord et que, si une invasion des
Cimbres et des Teutons se renouvelait, on trouverait difficilement un
nouveau Marius et des légions semblables aux vainqueurs de Verceil.
Ajoutez à cela la curiosité qui porte les civilisations raffinées vers
l'étude des populations encore voisines de la barbarie. Le succès de
la littérature exotique de nos jours ne s'explique pas autrement. Or,
à l'époque de Tacite, l'Orient, souvent décrit, était trop connu; la
Germanie et les pays du Nord, du côté des mers mystérieuses et des
nuits de plusieurs mois, devaient intéresser davantage. Ces récits
sur des peuples lointains remplaçaient dans la curiosité des lecteurs
les légendes mythologiques auxquelles on ne croyait plus. Le livre
de Tacite répondait à ce besoin; il avait l'exactitude d'une sérieuse
étude géographique et l'intérêt d'un roman. Tacite reconnaît dans ses
_Annales_ que les récits de ce genre sont les plus propres à piquer la
curiosité du lecteur.

Au reste, quoi qu'il en soit du but de Tacite dans la composition
de _la Germanie_, on s'accorde à reconnaître que ce livre renferme
un grand nombre de faits exacts, intéressants, puisés aux meilleures
sources. Ici une question se pose: Tacite parle-t-il de choses qu'il a
vues lui-même? A-t-il visité la Germanie? On sait, par le témoignage
de l'écrivain lui-même dans l'_Agricola_, qu'il fut absent de Rome
à partir de 89 pendant quatre ou peut-être sept ans. Quel fut le
motif de cette absence? On a prétendu que ce ne pouvait être l'exil
ni une retraite volontaire, qu'il s'agissait donc d'une mission
assez lointaine, peut-être du commandement d'une légion sur le Rhin.
Malheureusement on ne peut fournir aucune preuve à l'appui de cette
assertion. Il est vrai que Tacite, par la vivacité de son style, semble
peindre des choses qu'il a vues lui-même, mais on ne peut rien conclure
de cette observation puisqu'il parle de la même manière de certaines
contrées qu'il n'a certainement jamais visitées.

Si Tacite n'est pas un témoin oculaire, on peut être du moins certain
qu'il n'a négligé aucun moyen d'information. Il a naturellement
consulté les écrivains qui s'étaient occupés avant lui de la Germanie.
Beaucoup de ces ouvrages étant perdus pour nous, nous ne pouvons savoir
au juste dans quelle mesure Tacite s'est inspiré de ses devanciers.
Ses principales sources paraissent avoir été César, Mela, Pline et
peut-être Salluste. Le rapprochement n'est possible qu'avec César dont
nous possédons les oeuvres. César avait souvent eu l'occasion, dans sa
guerre des Gaules, de connaître les Germains, mais il s'était contenté
de leur consacrer quelques chapitres de ses _Commentaires_. Tacite est
donc plus explicite, mais il n'est jamais en contradiction avec celui
qu'il appelle _summus auctorum_.

Bien qu'il soit impossible de déterminer exactement ce que Tacite a
ajouté aux connaissances déjà consignées par les écrivains antérieurs,
on ne peut douter qu'il ait contrôlé avec soin leurs affirmations et
recueilli tous les renseignements oraux de nature à rendre son étude
plus neuve, plus complète et plus intéressante. Or il était facile
de recueillir sur la Germanie une foule de détails offrant toutes
les garanties de certitude désirables. Si Tacite n'a pas été chargé
personnellement de quelque mission sur les bords du Rhin, il a eu
souvent l'occasion d'interroger les soldats qui avaient pris part aux
guerres de Germanie. En outre, le commerce amenait des Germains à Rome,
et les marchands italiens parcouraient des pays du nord où les aigles
romaines ne s'étaient pas encore montrées. Il est probable que le
commerce du succin attira des commerçants jusqu'en Suède. Si toutefois
les indications géographiques de Tacite restent bien inférieures
à ses descriptions ethnographiques, on ne peut s'en étonner; les
anciens n'ont jamais pu arriver, en géographie, qu'à des connaissances
approximatives, faute des instruments nécessaires à cette science.
Au reste, peu nous importent aujourd'hui les erreurs de ce genre; ce
sont les détails de moeurs qui offrent, pour les modernes, le plus
haut intérêt. Les grandes invasions qui ont bouleversé la meilleure
partie de l'Europe quelques siècles après l'ère chrétienne, ont établi
dans les moeurs et dans les institutions des territoires envahis un
grand nombre de coutumes d'abord propres aux peuplades de la Germanie.
Montesquieu a dit: «Il est impossible d'entrer un peu avant dans
notre droit politique si l'on ne connaît parfaitement les lois et les
moeurs des peuples germains.» On peut voir, dans le premier livre de
l'_Histoire de la littérature anglaise_, quel usage Taine a su faire de
l'ouvrage de Tacite pour marquer les traits caractéristiques de la race
anglo-saxonne.

Il est à regretter cependant que Tacite n'ait pas assez compris
l'importance des langues pour le classement des peuples, que le peu
de détails qu'il donne sur la religion des Germains soit gâté par
l'habitude d'identifier les dieux de tous les peuples aux habitants de
l'Olympe gréco-romain, mais on ne peut raisonnablement exiger de Tacite
des méthodes et des connaissances qui furent complètement étrangères
à son époque. Tel qu'il est, ce livre de _la Germanie_ si court et si
substantiel mérite l'éloge qu'en fait Montesquieu dans l'_Esprit des
lois_: «Tacite a fait un ouvrage exprès sur les moeurs des Germains;
il est court, mais c'est l'ouvrage de Tacite qui abrégeait tout parce
qu'il voyait tout.»


III.--SOMMAIRE DE _LA GERMANIE_.

_La Germanie_ a été composée avec beaucoup de soin; la facilité avec
laquelle Tacite passe d'un sujet à l'autre en suivant l'enchaînement
naturel des idées, masque habilement un plan très bien agencé. Le livre
se divise naturellement en deux parties: une partie générale consacrée
aux renseignements géographiques, aux moeurs et institutions communes
à tous les Germains, et une partie spéciale dans laquelle sont décrites
à part toutes les peuplades de la Germanie, chacune avec les traits qui
la distinguent des tribus voisines.


I. PARTIE GÉNÉRALE.


A. _Le sol et les habitants._

1. Position et géographie physique de la Germanie. 2. Origine des
anciens peuples de la Germanie et légendes qui s'y rapportent. 3. Suite
des traditions antiques, le Bardit. 4. Pureté de la race; le physique
des Germains. 5. Productions du sol; mépris de l'or et de l'argent.


B. _Institutions publiques._

6. Armement des Germains. Cavalerie et infanterie. Punition des lâches.
7. Autorité des rois et des chefs. Rôle des prêtres. Courage des femmes
germaines. 8. Vénération pour les femmes. Veleda. Albruna. 9. Religion
des Germains. Leurs divinités. 10. Différentes manières de tirer
des augures. 11. Assemblées publiques. Délibérations. 12. La justice
rendue dans les assemblées. Tribunaux organisés pour les cantons. 13.
Émancipation du jeune homme, organisation militaire. 14. Obligations
des chefs de guerre et de leurs compagnons. 15. Manière de vivre
pendant la paix. Cadeaux faits aux chefs.


C. _Vie privée._

16. Les habitations. 17. Les vêtements. 18. Respect du mariage.
Les présents, symboles des devoirs des époux. 19. Châtiment de
l'inconduite. Pureté des moeurs. 20. Éducation des enfants. Parentés.
Successions. 21. Haines héréditaires. Compensation de l'homicide.
Hospitalité. 22. Défauts des Germains. Ivresse. Brutalité. Affaires
traitées pendant et après les festins. 23. Boisson fermentée.
Nourriture simple et frugale. 24. Amusements. Danse des armes. Passion
du jeu. 25. Rôle et condition des esclaves et des affranchis. 26.
Ignorance de l'usure. Partage des terres. 27. Funérailles.


II. PARTIE SPÉCIALE.

28. Les Gaulois qui se sont établis en Germanie: Helvètes, Boïens,
Aravisques, Oses. Germains établis sur la rive gauche du Rhin:
Trévires, Nerviens, Vangions, Triboques, Ubiens. 29. Bataves.
Mattiaques. Champs décumates. 30. Les Chattes, peuple guerrier et
discipliné. 31. Coutumes guerrières, aspect effrayant des Chattes.
32. Les Usipiens; les Tenctères, excellents cavaliers. 33. Les
Bructères; ils sont chassés par les Chamaves et les Angrivariens.
Pressentiments de Tacite. 34. Les Dulgubniens, les Chasuares, les
Frisons. 35. Les Chauques, le plus noble peuple de Germanie. 36. Les
Chérusques, vaincus par les Chattes. Leur défaite entraîne celle des
Foses. 37. Les Cimbres; rapide esquisse des guerres de Germanie. 38.
Les Suèves: usages spéciaux. 39. Les Semnons; leur bois sacré. 40.
Les Langobards, les Reudignes, etc. Culte de la déesse Nerthus. 41.
Les Hermondures. Relations commerciales avec les Romains. 42. Les
Naristes, les Marcomans, les Quades. 43. Les Marsignes, les Cotins, les
Oses, les Bures. La Suévie traversée par une chaîne de montagne. Les
Tugiens. Aspect terrifiant des Hariens. 44. Les Suiones, navigateurs.
Gouvernement royal. Les Sitones gouvernés par une femme. 45. La
mer dormante. Les Æstiens. Commerce du succin. 46. Les Peucins, les
Venèdes, les Fennes. Légendes sur des peuples fabuleux.



CORNELII TACITI

DE GERMANIA

LIBER


=1.= Germania omnis[1] a Gallis Rætisque et Pannoniis[2] Rheno et
Danuvio fluminibus, a Sarmatis Dacisque mutuo metu aut montibus[3]
separatur: cetera Oceanus[4] ambit, latos sinus et insularum immensa[5]
spatia complectens, nuper cognitis[6] quibusdam gentibus ac regibus,
quos bellum aperuit. Rhenus, Ræticarum Alpium inaccesso ac præcipiti
vertice[7] ortus, modico flexu[8] in occidentem versus septentrionali
Oceano miscetur. Danuvius, molli et clementer edito[9] montis Abnobæ
jugo effusus, plures populos adit, donec[10] in Ponticum mare sex
meatibus[11] erumpat: septimum[12] os paludibus hauritur.

    [1] =Germania omnis=, la Germanie prise dans son ensemble. Il
    s'agit de la grande Germanie, par opposition aux deux provinces
    romaines de Germanie, situées sur la rive gauche du Rhin. Ce
    début paraît imité de César, _B. G._, I, 1.

    [2] =A Gallis Rætisque et Pannoniis=. Le changement de particule
    indique que ces trois termes sont répartis en deux groupes, d'un
    côté _Gallis_, de l'autre _Rætis et Pannoniis_, correspondant
    l'un à _Rheno_, l'autre à _Danuvio_. Cf. Ragon, _Gr. lat._, §
    534.

    [3] =Mutuo metu aut montibus=. Remarquez la vivacité de cette
    expression, produite par le rapprochement de deux idées de nature
    différente. Ces montagnes sont les Karpathes. Cf. 7, note 13.

    [4] =Oceanus=. Sous cette dénomination il faut entendre la Mer
    du Nord et la Baltique. Ces _latos sinus_ sont des presqu'îles,
    et non pas des golfes, le Jutland probablement. Cf. 29,
    _sinus imperii_, et la note. À travers l'incertitude de ces
    renseignements géographiques, certains commentateurs ont voulu
    voir l'intention de grandir, dans un but politique, l'importance
    de la Germanie.

    [5] =Immensa=: ce mot a un sens plus faible qu'à l'époque
    classique. Tacite remploie communément dans le sens de _très
    grand_. Traduisez: de vastes étendues d'îles.

    [6] =Nuper cognitis=. Cette proposition à l'ablatif absolu, où
    le participe a la valeur de l'aoriste et non pas du parfait,
    exprime avec beaucoup de concision la source des renseignements
    donnés dans le membre de phrase précédent. _Nuper_ a une valeur
    relative, car les expéditions dont il s'agit ici ont eu lieu 10
    ans avant J.-C.

    [7] =Vertice=: l'Adula (en latin _Adulas_) ou Rheinwaldhorn qui
    se trouve à l'est du Saint-Gothard.

    [8] =Modico flexu=. Il ne s'agit pas, comme on le croit
    quelquefois, d'un coude du fleuve ou d'un «léger détour», mais
    d'une direction générale. Le Rhin, au lieu de se diriger vers le
    Nord, s'incline légèrement vers l'Occident.--_Versus_. Bien qu'on
    trouve parfois _versus_, adverbe, joint à _in_ par pléonasme,
    ce mot est plutôt ici un participe, malgré le manque de liaison
    entre _ortus_ et _versus_.

    [9] =Molli et clementer edito=. Ces deux expressions sont fort
    voisines de sens, mais la première se trouve déjà à l'époque
    classique, tandis que la seconde n'apparaît dans ce sens que plus
    tard. Les expressions presque synonymiques sont nombreuses dans
    les premiers ouvrages de Tacite, où la couleur oratoire est plus
    prononcée.--_Abnoba_. L'orthographe de ce mot a été longtemps
    incertaine, mais des inscriptions ont levé tous les doutes.

    [10] =Donec... erumpat=. Ce subjonctif est contraire à l'usage
    classique. Tacite emploie ainsi le subjonctif présent avec
    _donec_ sans distinguer s'il y a ou non une intention à exprimer.
    Cf. 31, _donec absolvat_, _donec faciat_; 35, _donec sinuetur_,
    et 20, note 5.

    [11] =Meatus=, litt., «marche» (de _meare_), puis, «passage,
    voie, canal», enfin comme ici, «embouchure». Ce mot, à l'époque
    classique, est poétique.

    [12] =Septimum=. Ovide dit du Danube (_Tristes_, II, 2, 189):
    _Septemplicis Histri_. Hister (+Istros+) est le nom grec, Danuvius
    le nom celtique latinisé.


=2.= Ipsos[1] Germanos indigenas crediderim[2] minimeque aliarum
gentium adventibus[3] et hospitiis mixtos, quia nec terra olim, sed
classibus advehebantur qui mutare sedes quærebant[4], et immensus
ultra[5] utque sic dixerim adversus[6] Oceanus raris ab orbe nostro
navibus aditur. Quis porro[7], præter periculum horridi et ignoti
maris, Asia aut Africa aut Italia relicta, Germaniam peteret[8],
informem terris, asperam cælo, tristem cultu aspectuque[9], nisi si
patria sit? Celebrant carminibus antiquis, quod[10] unum apud illos
memoriæ et annalium genus est, Tuistonem[11] deum terra editum et
filium Mannum originem gentis conditoresque[12]. Manno tres filios
assignant, e quorum nominibus proximi Oceano Ingævones, medii
Herminones, ceteri Istævones vocentur[13]. Quidam[14], ut[15] in
licentia vetustatis, plures deo ortos pluresque gentis appellationes,
Marsos, Gambrivios, Suevos, Vandilios affirmant, eaque vera et antiqua
nomina. Ceterum Germaniæ vocabulum recens et nuper additum[16], quoniam
qui primi Rhenum transgressi Gallos expulerint ac nunc Tungri[17], tunc
Germani vocati sint: ita, nationis nomen, non gentis[18], evaluisse
paulatim, ut omnes primum a victore ob metum, mox[19] etiam a se ipsis
invento nomine Germani vocarentur[20].

    [1] =Ipsos= marque ici la transition. Tacite passe du pays aux
    habitants eux-mêmes. Cf. _Agricola_, 13, une transition analogue.

    [2] =Crediderim=. Le subjonctif affaiblit encore l'affirmation
    déjà adoucie par l'emploi de ce verbe. (_Gr. lat._, 423.)

    [3] =Adventibus= peut s'appliquer à des immigrations (_adventus
    gallicus_ dans Cicéron signifie l'invasion des Gaulois),
    _hospitiis_, seulement à des relations pacifiques. Cette opinion
    de Tacite et, par conséquent, les raisons sur lesquelles il
    l'appuie sont inexactes. De grandes migrations venues d'Asie
    ont peuplé l'Europe, et elles se sont effectuées par terre;
    mais Tacite songe à combattre l'opinion d'après laquelle des
    immigrations auraient eu lieu des bords de la Méditerranée, et en
    ce sens il a raison.

    [4] =Quærebant=. Ce verbe ne se construit pas d'ordinaire avec
    l'infinitif, sauf chez les poètes, et postérieurement à l'époque
    classique.

    [5] =(Oceanus) ultra=. L'océan qui s'étend vers le nord de
    l'autre côté de la Germanie. _Ultra_ joue ici le rôle d'adjectif.
    Cette façon de parler, que l'existence d'un article en grec rend
    très fréquente dans cette langue, est rare en latin, du moins
    chez Cicéron et César, mais Tite-Live et Tacite en usent assez
    souvent. Cf. Riemann, _Synt. lat._, § 5.

    [6] =Adversus=. Ce mot signifie ici opposé (au monde romain dont
    la Méditerranée occupait le centre). On le traduit quelquefois
    par hostile (cf. 34, note 6) et, comme on dit souvent _adverso
    flumine navigare_, on a pensé aussi que Tacite voulait marquer
    par ce mot qu'en allant vers le Nord on est en quelque façon
    obligé de remonter l'Océan, que les anciens se représentaient
    comme un fleuve entourant la terre.

    [7] =Porro= introduit une confirmation du raisonnement commencé.
    _Præter_ = _ut prætermittam_, sans parler de.

    [8] =Quis... peteret?= Qui aurait gagné la Germanie? Sur la
    signification de cet imparfait du subjonctif (potentiel du
    passé), cf. Ragon, _Gr. lat._, 423, rem. 3.

    [9] =Tristem cultu aspectuque=. D'après Tacite, le sol de la
    Germanie n'est pas favorable à la culture et ne rachète même pas
    ce défaut par le pittoresque de son aspect. Il manque à la fois
    de fertilité et de beauté.--_Nisi si_ est un pléonasme de la
    langue familière.

    [10] =Quod= s'accorde avec l'attribut au lieu de s'accorder avec
    son antécédent. (_Gr. lat._, 360.)--_Memoriæ et annalium genus_:
    pléonasme, cf. 1, note 9. _Memoria_, terme plus général, désigne
    tout moyen de conserver le souvenir des événements, _annales_
    désigne plus spécialement l'histoire écrite.

    [11] =Tuistonem=, =Mannum=. On croit reconnaître dans ces deux
    mots l'allemand _deutsch_ (Allemand) et _Mann_ (homme).

    [12] =Originem gentis conditoresque=: pléonasme. Cf. note 10. Ce
    sens du mot _conditor_ est fréquent chez Virgile.

    [13] =Vocentur=: subjonctif du discours indirect. _Assignant_
    équivaut en effet à _fuisse dicunt_. (_Gr. lat._, 452 et rem.)

    [14] =Quidam=: il s'agit, non des Germains, mais des Romains qui
    se sont occupés des antiquités germaniques.

    [15] =Ut= s'emploie souvent pour introduire une explication
    fondée sur l'expérience, sur un fait habituel. Il équivaut alors
    à _ut fieri solet_.--_Licentia vetustatis_. Les temps reculés
    fournissent plus ample matière à la légende et plus de liberté
    aux discussions historiques.

    [16] =Recens et nuper additum=: pléonasme. Cf. 1, note
    9. VIRGILE, _Énéide_, I, 267: _Cui nunc cognomen Julo
    Additur_.--Cette phrase continue le discours indirect introduit
    par _affirmant_; de là l'emploi des subjonctifs _expulerint_,
    _vocati sint_.

    [17] Après =Tungri=, suppléez _vocentur_ au lieu de _vocati
    sint_; c'est la figure appelée zeugma.

    [18] =Gentis=, la race entière. _Natio_, une peuplade.

    [19] =Mox=: cf. 10, note 4.

    [20] =Vocarentur=. À propos de cette phrase un savant
    commentateur dit: _Interpretes hic fluctuant et fluctuabunt
    æternum._ On peut l'expliquer ainsi: tous ces barbares
    d'abord appelés du nom de Germains par les vainqueurs des
    Gaulois (c.-à-d. les Tungres) dans le dessein d'effrayer leurs
    adversaires, se désignèrent ensuite eux-mêmes de ce nom une
    fois inventé. Ces explications de Tacite sont naturellement fort
    sujettes à caution. Cf. lexique des noms propres, _Germani_.


=3.= Fuisse apud eos et Herculem memorant[1], primumque omnium virorum
fortium ituri in proelia canunt. Sunt illis hæc[2] quoque carmina,
quorum relatu[3], quem barditum[4] vocant, accendunt animos futuræque
pugnæ fortunam ipso cantu augurantur: terrent enim trepidantve, prout
sonuit[5] acies, nec tam vocis ille quam virtutis concentus videtur.
Affectatur præcipue asperitas soni et fractum murmur[6], objectis
ad os scutis, quo[7] plenior et gravior vox repercussu intumescat.
Ceterum[8] et Ulixen[9] quidam opinantur longo illo[10] et fabuloso
errore in hunc Oceanum delatum adisse Germaniæ terras, Asciburgiumque,
quod in ripa Rheni situm hodieque[11] incolitur, ab illo constitutum
nominatumque[12]; aram quin etiam[13] Ulixi[14] consecratam, adjecto
Laertæ patris nomine, eodem loco olim repertam, monumentaque et
tumulos[15] quosdam Græcis litteris inscriptos in confinio Germaniæ
Rætiæque adhuc exstare. Quæ neque confirmare argumentis neque refellere
in animo est[16]: ex ingenio suo quisque demat vel addat fidem[17].

    [1] =Memorant= (_quidam_). Cf. 2, note 14.--_Herculem_, «un
    Hercule», et non pas l'Hercule grec.--_Primum_, «comme le
    premier».

    [2] =Hæc=: certains commentateurs trouvent ce mot embarrassant,
    et proposent de le changer en _alia_. Il indique que l'existence
    de ces chants était bien connue des Romains.

    [3] =Relatu=: Tacite paraît être le premier, et peut-être le seul
    qui ait employé ce mot dans le sens de «exécution d'un chant».

    [4] =Barditum= ou =baritum=: l'un, dit-on, viendrait de _Bardhi_
    (bouclier), l'autre de _Baren_ (crier).

    [5] =Sonuit=, s.-e. _cantu_.

    [6] =Fractum murmur=, sons saccadés. VIRG., _Georg._, 4, 72:
    _Vox..... fractos sonitus imitata tubarum_.

    [7] =Quo=: cf. _Gr. lat._, 472.

    [8] =Ceterum= indique que le développement reprend son cours
    normal après les détails donnés sur le chant des barbares.

    [9] =Ulixen=. Le manque d'un sens critique assez développé a
    souvent conduit les anciens à identifier des légendes sur de
    simples ressemblances de noms. Les auteurs latins et grecs
    paraissent avoir été trompés par le nom celtique _Ulohoxis_.

    [10] =Ille= est souvent emphatique: «ce voyage si fameux». Mais
    dans _hunc oceanum_, le pronom _hic_ (_ille_ chez les classiques)
    rappelle seulement qu'on a déjà parlé de cette mer.

    [11] =Hodieque= a le sens non classique de _hodie quoque, etiam
    hodie_. Cf. Riemann, _Synt. lat._, p. 504, note. On sous-entend
    quelquefois _est_ après _situm_, _que_ conservant son sens
    ordinaire.

    [12] =Nominatumque=. On suppose une lacune après ces mots. Tacite
    aurait écrit sans doute le nom grec qu'on supposait remonter à
    Ulysse, peut-être +astypyrgion askipyrgion+. Très probablement les
    anciens ont été trompés ici encore par une fausse analogie. Il y a
    aujourd'hui près du Rhin une localité nommée _Asburg_.

    [13] =Quin etiam=. Tacite aime à placer cette locution après un
    mot. Cf. 8, _Inesse quin etiam..._; 34, _Ipsum quin etiam_.

    [14] =Ulixi= (= _ab Ulixe_): datif avec le passif. Certains
    commentateurs s'opposent à ce que ce datif soit regardé comme
    désignant l'agent, à cause de _adjecto patris nomine_, et
    traduisent: «autel consacré à Ulysse».

    [15] =Monumenta et tumulos=. Comme au ch. 2: _memoriæ et annalium
    genus_, le mot général précède le mot spécial. Cf. 1, note 9.

    [16] =In animo est=: cette expression paraît avoir appartenu
    surtout au langage familier. Cf. Riemann, _Synt. lat._, § 183,
    2º.

    [17] =Ex ingenio=, d'après sa tournure d'esprit. Cf. 7, note
    1.--_Demere_ et _addere fidem_ sont des expressions poétiques;
    elles ne signifient pas seulement «croire» ou «ne pas croire»,
    mais «accréditer» ou «discréditer». Cf. _Annales_, IV, 9: _Ad
    vana revolutus vero quoque fidem dempsit_. _Histoires_, III, 39:
    _Addidit facinori fidem_. Mais, dans Ovide, _Remed. am._, 290,
    _Deme veneficiis carminibusque fidem_ signifie simplement «ôte ta
    confiance, cesse de croire à...».


=4.= Ipse eorum opinionibus[1] accedo, qui Germaniæ populos nullis[2]
aliarum nationum conubiis infectos[3] propriam et sinceram et tantum
sui similem gentem exstitisse arbitrantur. Unde habitus[4] quoque
corporum, quanquam in tanto hominum numero, idem omnibus: truces et
cærulei oculi, rutilæ comæ, magna corpora et tantum ad impetum[5]
valida; laboris atque operum[6] non eadem[7] patientia, minimeque sitim
æstumque tolerare, frigora atque inediam cælo solove[8] assueverunt.

    [1] =Opinionibus=. Tacite met le pluriel, bien qu'il ne s'agisse
    que d'une seule opinion, parce qu'il pense à chaque érudit en
    particulier. On écrit d'ailleurs aussi _opinioni_.

    [2] =Aliis= est employé à la façon des Grecs, pour renforcer
    _aliarum_. Cf. _Dial. des orateurs_, 10: _Ceteris aliarum artium
    studiis_. On prend aussi quelquefois _aliis_ dans le sens fort
    d'«étrangers». D'autres le suppriment simplement.

    [3] Parfois _inficere_ signifie seulement «imprégner, mélanger».
    Sénèque: _Sapientia nisi infecit animum..._ mais l'idée
    d'altération, de corruption s'y ajoute souvent. Cf. 46: _Conubiis
    mixtis nonnihil in Sarmatarum habitum foedantur._

    [4] =Habitus=. Il ne s'agit pas de la constitution intérieure,
    mais de la conformation, de l'aspect extérieur. Cf. 17, note 9.

    [5] =Impetum=, l'élan, c.-à-d. les actions qui demandent une
    certaine impétuosité.

    [6] =Laboris= (travail en général) _et operum_ (travaux
    militaires): cf. 1, note 9.

    [7] =Non eadem= indique une comparaison et suppose deux termes;
    mais si le second ressort du contexte, Tacite l'omet souvent. Cf.
    23 et 35.

    [8] =Cælo solove=: ablatifs de cause; l'inclémence du ciel les
    habitue au froid, la stérilité du sol, à la faim. Remarquez
    la construction de la phrase: d'un côté _sitim æstumque_,
    de l'autre _frigora et inediam_, opposés par asyndète, avec
    entre-croisement. Mais il est inutile de supposer que Tacite,
    pour plus de variété encore, fait dépendre le premier membre de
    _tolerare_, le second directement de _assueverunt_: _tolerare_
    gouverne les deux membres.


=5.= Terra etsi aliquanto[1] specie differt, in universum[2] tamen aut
silvis horrida aut paludibus foeda, humidior, qua Gallias, ventosior
qua Noricum ac Pannoniam aspicit; satis[3] ferax, frugiferarum
arborum impatiens, pecorum[4] fecunda, sed plerumque improcera[5].
Ne armentis quidem suus[6] honor aut gloria frontis: numero gaudent,
eæque solæ et gratissimæ opes sunt. Argentum et aurum propitiine
an irati dii negaverint dubito[7]; nec tamen affirmaverim[8] nullam
Germaniæ venam argentum aurumve gignere: quis enim scrutatus est[9]?
Possessione et usu haud perinde[10] afficiuntur. Est videre[11] apud
illos argentea vasa, legatis et principibus eorum muneri data, non in
alia[12] vilitate quam quæ humo finguntur; quanquam[13] proximi ob usum
commerciorum aurum et argentum in pretio habent[14] formasque quasdam
nostræ pecuniæ[15] agnoscunt atque eligunt; interiores simplicius et
antiquius permutatione mercium utuntur. Pecuniam probant veterem et
diu notam[16], serratos bigatosque; argentum quoque magis quam aurum
sequuntur, nulla affectione animi[17], sed quia numerus argenteorum
facilior usui est promiscua ac vilia mercantibus.

    [1] =Aliquanto=, jusqu'à un certain point. Trad.: «Bien que le
    pays offre des aspects assez divers».

    [2] =In universum=, en général, en faisant abstraction des
    différences partielles. Cf. 6: _In universum æstimanti_, et la
    note. Les expressions de ce genre sont fréquentes chez Tacite.
    Cf. 27 et 38, _in commune_; 21, _in publicum_.--_Horrida_, s.-e.
    _est_.

    [3] =Satis= (ablatif pluriel) désigne tout ce qui se sème,
    spécialement les céréales, mais aussi d'autres graines. Il
    s'oppose à _frugiferarum arborum_, qui signifie les arbres
    fruitiers proprement dits, c.-à-d. cultivés, comme en Italie;
    autrement il y aurait contradiction avec le chap. 23, où Tacite
    dit que les Germains vivaient de fruits sauvages.

    [4] =Pecus= désigne le bétail en général, comme chevaux, boeufs,
    brebis, et sans doute aussi, en cet endroit, porcs. Il signifie
    spécialement le menu bétail quand il est opposé à _armenta_, qui
    désigne les gros animaux employés au labour.

    [5] =Improcera= (_hæc pecora sunt_). La substitution subite d'un
    nouveau sujet, d'ailleurs sous-entendu, rend cette construction
    fort dure.

    [6] =Suus=, qui leur convient. Tacite en juge d'après les boeufs
    d'Italie qui avaient et ont encore de fort longues cornes. Pour
    cet emploi de _suus_ avec un nominatif, cf. Ragon, _Gr. lat._,
    346, 1º, et Riemann, _Synt. lat._, § 9, rem. IV.--_Honor_ et
    _gloria_ sont pris métaphoriquement pour ce qui les produit.
    _Aut_ distingue nettement les deux qualités: _honor_, c'est la
    grandeur de la taille (_proceritas_); _gloria frontis_, c'est la
    longueur des cornes.

    [7] =Dubito=. Une de ces pointes fréquentes chez Tacite et fort
    recherchées des écrivains de son temps.

    [8] =Affirmaverim=: cf. 2, note 2.

    [9] =Scrutatus est=. Tacite raconte dans les _Annales_ (XI, 20)
    qu'un certains Rufus exploitait une mine d'argent en Germanie.
    Mais il ignorait encore ce fait quand il composa ce livre, ou
    peut-être n'a-t-il pas cru devoir en tenir compte, car cette
    entreprise rapporta peu de chose et ne dura pas: _Unde tenuis
    fructus nec in longum fuit_.

    [10] =Haud perinde=. Les uns expliquent: «ils sont inégalement
    touchés, les uns plus, les autres moins». D'autres, suppléant
    le second terme de la comparaison, traduisent: «Ils ne sont pas
    touchés de la même manière que nous», ou entendent: _Possessione
    haud perinde quam (atque) usu afficiuntur._ Il est plus simple de
    traduire _haud perinde_ par «non pas tellement, pas beaucoup, pas
    comme on pourrait le croire», en grec, +ouch homoiôs+. On en a des
    exemples dans Suétone (_Tiber._, 52): _Tiberius ne mortuo quidem
    Druso perinde affectus est_; et dans Tacite même: _Arminius Romanis
    haud perinde celebris_.

    [11] =Est videre=, en grec +estin (= exestin) idein+; cette
    construction est peut-être d'origine vulgaire. Cf. Riemann, page
    299, note, où ce passage est cité.

    [12] =Non in alia= = _in eadem, in pari vilitate_.

    [13] =Quanquam=, cependant (_Gr. lat._, 499, rem.).--_Proximi_
    (s.-e. _nobis_) est opposé à _interiores_, trois lignes plus
    loin.--_Usus commerciorum_ dit plus que _commercium_ seul; c'est
    la pratique habituelle des relations commerciales.

    [14] =In pretio habere=, «attacher du prix à». OVIDE: _In pretio
    pretium nunc est_, on attache aujourd'hui du prix à l'argent
    seul.

    [15] =Pecunia=, ici «argent monnayé, monnaie».

    [16] =Veterem et diu notam=. Ce n'était pas sans raison, car les
    anciennes pièces contenaient plus de métal précieux. _Serratos
    bigatosque (denarios)_. Les _serrati_ (_serra_, scie) avaient
    le bord dentelé; les _bigati_ portaient l'effigie d'une Victoire
    conduisant un char à deux chevaux (_bigæ_).

    [17] =Nulla affectione animi=: ce n'est pas chez eux une
    affaire de sentiment, de goût, mais une préférence fondée sur la
    commodité.--_Promiscua_, à la portée de tous, vulgaire, commun.


=6.= Ne ferrum quidem superest[1], sicut ex genere telorum colligitur.
Rari[2] gladiis aut majoribus lanceis utuntur: hastas vel ipsorum
vocabulo _frameas_ gerunt, angusto et brevi ferro[3], sed ita acri
et ad usum habili, ut eodem telo, prout ratio poscit, vel cominus vel
eminus pugnent. Et eques quidem scuto frameaque contentus est; pedites
et missilia[4] spargunt, plura singuli, atque in immensum[5] vibrant,
nudi aut sagulo leves[6]. Nulla cultus[7] jactatio; scuta tantum
lætissimis coloribus[8] distinguunt. Paucis loricæ, vix uni alterive
cassis aut galea[9]. Equi non forma, non velocitate conspicui; sed
nec variare gyros[10] in morem nostrum docentur: in rectum aut uno
flexu dextros agunt, ita conjuncto orbe[11] ut nemo posterior sit. In
universum æstimanti[12] plus penes peditem roboris; eoque[13] mixti
proeliantur, apta et congruente ad equestrem pugnam velocitate[14]
peditum, quos ex omni juventute delectos ante aciem locant. Definitur
et numerus: centeni ex singulis pagis sunt, idque ipsum inter suos
vocantur[15], et quod primo numerus fuit, jam nomen et honor est. Acies
per cuneos[16] componitur. Cedere loco, dummodo rursus instes, consilii
quam[17] formidinis arbitrantur. Corpora suorum etiam in dubiis
proeliis referunt. Scutum reliquisse præcipuum[18] flagitium, nec aut
sacris adesse aut concilium inire ignominioso fas; multique superstites
bellorum infamiam laqueo finierunt[19].

    [1] =Superest=, litt., est surabondant. TÉRENCE: _Cui tanta erat
    res et supererat_. Traduisez: le fer lui-même n'est pas fort
    abondant.

    [2] =Rari=, c'est le petit nombre qui se sert de.

    [3] =Angusto et brevi ferro=. Cependant Tacite désigne ainsi
    les armes des Germains, _Annales_, I, 64: _Hastæ ingentes_; II,
    14: _enormes hastas_; II, 21: _prælongas hastas_. On n'est pas
    d'accord sur la forme de la framée. Les uns en font une épée,
    les autres une hache. Si certaines armes, découvertes dans les
    tombeaux mérovingiens, sont bien les antiques framées, elles
    avaient la forme d'une pique. C'est aussi ce que ferait croire
    la ressemblance du mot _framea_ avec l'allemand _Pfriem_, qui
    désigne un corps long et pointu, comme une broche; Mullenhof le
    rapproche de l'ancien allemand _fram_, en avant.

    [4] =Missilia= (de _missus_), tout ce qui peut être lancé,
    projectiles de toute espèce, spécialement javelots et pierres.

    [5] =In immensum=. Cf. 1, note 5.

    [6] =Leves=, «vêtus légèrement», c.-à-d. portant le léger
    vêtement appelé _sagulum_, plus court que le _sagum_. Cf. 17,
    note 1.

    [7] =Cultus=, l'habillement, l'équipement considéré au point
    de vue de l'ornementation. Trad., «ils n'ont pas la vanité du
    costume».

    [8] =Lætissimis coloribus=, couleurs très voyantes, opposées aux
    couleurs sombres des boucliers des Hariens au ch. 43. On écrit
    aussi _lectissimis_ qui paraît moins satisfaisant. STACE, _Ach._,
    I, 323: _lætum rubere_.

    [9] =Vix uni alterive=, à peine un ou deux.--_Cassis_, casque en
    métal; _galea_, casque en cuir.

    [10] =Variare gyros= = _in varios gyros ire_.

    [11] =Orbe=. Certains commentateurs pensent que les Germains
    font manoeuvrer leurs chevaux droit devant eux (_in rectum_) ou
    en cercle fermé (_conjuncto orbe_) dans lequel personne ne se
    trouve le dernier. Mais ce mouvement paraît bien élémentaire, et
    d'ailleurs _dextros_ et _posterior_ s'expliquent mal. Il s'agit
    plutôt d'un mouvement de conversion à droite, exécuté autour d'un
    centre fixe. Les cavaliers décrivent le cercle, alignés les uns
    près des autres (_conjuncto orbe_) de telle façon qu'aucun d'eux
    ne reste trop en arrière.

    [12] =Æstimanti=. Ce datif de relation désigne la personne par
    rapport à laquelle l'affirmation est vraie: «Pour quelqu'un
    qui...» Cet emploi du datif, inconnu à Cicéron et à Salluste,
    paraît imité du grec. On trouve déjà dans César, _B. G._ III, 80,
    1: _Venientibus ab Epiro_. (_Gr. lat._, 280, rem. 2.)

    [13] =Eo= = _ideo_.

    [14] =Velocitate=. César, _B. G._, I, 48, décrit avec beaucoup
    de précision, en général qui l'a vu exécuter, cette manoeuvre qui
    n'est qu'indiquée ici.

    [15] =Id ipsum vocantur=. Ils sont désignés sous ce nom même: les
    _cent_.

    [16] =Per cuneos=: leur front de bataille est formé par des
    groupes ayant la forme de coins et rangés en ligne.

    [17] =Quam=, s.-e. _potius esse_. Cette sorte d'ellipse dans
    les comparaisons est fréquente chez Tacite. Il emploie même
    ainsi deux adjectifs au positif, _Ann._, IV, 61: _Agrippa claris
    majoribus quam vetustis_.

    [18] =Præcipuum=, le principal, le plus grand opprobre. Cet
    adjectif est fréquemment employé par les auteurs de la décadence
    pour marquer une idée superlative en général. Il en est de même
    de _egregius_, _eximius_.--_Reliquisse_: cet infinitif parfait
    marque que l'on considère l'action dans son achèvement et dans
    ses conséquences.

    [19] =Finierunt=. D'après Gantrelle, _Gram. de Tacite_, § 7,
    Tacite emploie, au parfait, la 3e personne du pluriel en _[=e]re_
    dans le sens de notre passé défini, et en _[=e]runt_ dans le sens
    du passé indéfini. Ici: ont mis fin à leur honte.


=7.= Reges ex[1] nobilitate, duces ex virtute sumunt. Nec regibus
infinita aut libera[2] potestas, et duces exemplo potius quam imperio,
si prompti, si conspicui, si ante aciem agant, admiratione præsunt[3].
Ceterum neque animadvertere[4] neque vincire, ne verberare quidem nisi
sacerdotibus permissum, non quasi[5] in poenam nec ducis jussu, sed
velut deo imperante, quem adesse bellantibus credunt. Effigiesque et
signa[6] quædam detracta lucis in proelium ferunt. Quodque[7] præcipuum
fortitudinis incitamentum est, non casus nec fortuita conglobatio[8]
turmam aut cuneum[9] facit, sed familiæ et propinquitates; et in
proximo pignora[10], unde feminarum ululatus audiri[11], unde vagitus
infantium. Hi cuique sanctissimi testes, hi maximi laudatores: ad
matres, ad conjuges vulnera ferunt[12]; nec illæ numerare aut exigere
plagas pavent, cibosque et hortamina[13] pugnantibus gestant.

    [1] =Ex=, suivant, d'après: cf. 3, _ex ingenio suo_.

    [2] =Infinita aut libera=. Bien que cette expression ait l'air
    d'un pléonasme, on peut trouver entre ces deux adjectifs une
    différence de sens accentuée par l'emploi de _aut_ au lieu
    de _et_. Trad.: «Le pouvoir des rois n'est pas illimité ou
    même simplement sans contrôle.»--Tandis que les Romains de la
    république méprisaient les barbares en les regardant comme les
    esclaves de leurs rois, les Romains de l'empire, opprimés par
    les tyrans, en étaient venus à envier la liberté de ces mêmes
    barbares; Lucain (_Phars._, VII) appelle la liberté _Germanum
    Scythicumque bonum_.

    [3] Cette phrase est remarquable par l'emploi répété (anaphore)
    de _si_, qui, entraînant la suppression de la liaison, ajoute
    beaucoup de vivacité. De plus l'asyndète entre _exemplo
    potiusquam imperio_ et _admiratione_ indique une forte gradation.
    Pour le subjonctif après _si_, cf. 14, note 4.

    [4] =Animadvertere=, non pas simplement punir, mais punir de
    mort. La gradation dans _animadvertere_, _vincire_, _verberare_,
    est descendante. Pour les Romains _vincire_ est plus fort que
    _verberare_. Cependant Cicéron (_in Verr._, II, 5, 170), à propos
    du supplice de Gavius, observe un ordre différent: _Facinus
    est vinciri civem romanum, scelus verberari, prope parricidium
    necari._

    [5] =Quasi= tombe également sur _ducis jussu_. On peut
    reconnaître ici une sorte d'hendiadyn: _in poenam nec ducis
    jussu_ équivaut à: _in poenam ducis jussu ab aliquo petendam_.
    Cf. 25, note 7.--_Deo_, la divinité en général parce qu'elle
    changeait de nom suivant les peuplades.--Ici, comme en beaucoup
    d'autres endroits, Tacite prête aux coutumes des Germains
    des raisons d'être que ceux-ci ne soupçonnaient pas. Il use
    habilement de ce procédé pour faire la leçon à ses compatriotes.

    [6] =Effigies et signa=, des images et des symboles. Ces images
    n'étaient pas des statues de forme humaine, mais représentaient
    des animaux tels que loups, ours. Cf. _Hist._, IV, 22. Ces
    symboles étaient des étendards ou des armes: ainsi la lance était
    l'attribut de Wôdan, le marteau celui de Thunar.

    [7] =Quod=. Cette proposition relative forme une apposition à
    toute la proposition qui suit.--_Præcipuum_: cf. 6, note 18.

    [8] =Non casus nec fortuita conglobatio=, comme s'il y avait:
    _non casus fortuitæ conglobationis_; expression qui tient à la
    fois de l'hendiadyn et du pléonasme.

    [9] =Turma= se dit des cavaliers, _cuneus_, des fantassins. Cf.
    6.

    [10] =Pignora=, litt., «gages, objets d'affection». Suivi ou non
    de _conjugum liberorumque_, ce mot se dit souvent des membres de
    la famille.

    [11] =Audiri=. Cet emploi de l'infinitif est remarquable. On
    attendrait _audire est_, ou _audiri possunt_ ou _audias_. C'est
    peut-être une imitation de cet infinitif descriptif chez Virgile,
    _Énéide_, VII, 15: _Hinc exaudiri gemitus_.

    [12] Il y a dans cette phrase un emploi répété de l'anaphore:
    _unde, unde_; _hi, hi_; _ad, ad_; la couleur poétique est très
    marquée dans ce passage.

    [13] =Cibos et hortamina=. Tacite réunit ici encore l'abstrait
    et le concret comme au ch. 1: _Metu aut montibus_. Cf. Hugo
    (_Burgraves_, I, VII): «Debout sur sa montagne et dans sa
    volonté.»--_Hortamen_, au lieu de _Hortamentum_, est poétique;
    on trouve chez Ovide une foule de mots de ce genre, qui ont
    l'avantage d'entrer facilement dans la mesure du vers.


=8.= Memoriæ proditur quasdam acies inclinatas jam et labantes[1]
a feminis restitutas constantia precum et objectu pectorum[2] et
monstrata cominus[3] captivitate, quam longe impatientius feminarum
suarum nomine[4] timent, adeo ut[5] efficacius obligentur animi
civitatum quibus inter obsides puellæ quoque nobiles imperantur[6].
Inesse quin etiam sanctum aliquid et providum[7] putant, nec aut
consilia earum aspernantur aut responsa negligunt. Vidimus[8] sub divo
Vespasiano Veledam diu apud plerosque[9] numinis loco habitam; sed
et olim Albrunam et complures alias venerati sunt, non adulatione nec
tanquam[10] facerent deas.

    [1] =Inclinatas et labantes=, qui commençaient à plier et à
    lâcher pied.--_Restituere_, de même que nous disons en français
    «rétablir» la bataille en ramenant les soldats au combat.

    [2] =Objectu pectorum=, au lieu de _objectis pectoribus_.
    L'ablatif du nom abstrait, chez les auteurs de l'époque
    impériale, remplace souvent le participe passif. Tacite
    cherche ici la variété, puisque _monstrata captivitate_ suit
    immédiatement.--Les Romains avaient observé cet usage des femmes
    germaines lors de l'invasion des Cimbres. D'après Plutarque
    (_Marius_, 19), les femmes des barbares tuaient les fuyards,
    écrasaient leurs enfants sous les chars, puis s'égorgeaient
    elles-mêmes.

    [3] =Cominus= a ici la valeur d'un adjectif, comme s'il y avait:
    _dum captivitatem proximam (in proximo) esse monstrant_. Cf.
    _Ann._, II, 20: _Imparem cominus pugnam_.

    [4] =Nomine=, «pour le compte de» ou simplement «pour». CICÉRON:
    _meo nomine_, par égard pour moi, à ma considération.

    [5] =Adeo ut= marque une gradation, sur laquelle _quin etiam_,
    deux lignes plus loin, renchérira encore.

    [6] Cet usage n'était pas inconnu en Italie, puisque les Romains
    eux-mêmes avaient donné comme otages à Porséna des jeunes filles,
    et parmi elles Clélie.

    [7] =Providum=. Il ne s'agit pas seulement de prudence ou de
    prévoyance, mais de caractère prophétique.

    [8] Bien que _Vidimus_ ne signifie pas nécessairement que Tacite
    ait vu lui-même Véléda, on peut cependant le supposer, car elle
    fut amenée à Rome. STACE, _Sylv._, I, 4, 90: _Captivæque preces
    Veledæ_.

    [9] =Plerique= se prend souvent chez Tacite dans le sens de
    _multi_.

    [10] =Tanquam=: cf. 20, note 11. Ici encore Tacite interprète
    les actes des Germains pour faire la leçon aux Romains. Selon
    lui, les barbares agissaient ainsi par une superstition de bonne
    foi moins honteuse que la servilité qui poussait les Romains à
    déclarer déesses et à adorer, sans conviction, les soeurs et les
    épouses de leurs tyrans.


=9.= Deorum maxime Mercurium[1] colunt, cui certis diebus humanis
quoque hostiis[2] litare fas habent. Herculem ac Martem[3] concessis
animalibus[4] placant. Pars Sueborum et Isidi[5] sacrificat: unde causa
et origo peregrino sacro[6], parum comperi, nisi quod signum ipsum
in modum liburnæ figuratum docet advectam religionem[7]. Ceterum nec
cohibere parietibus deos neque in ullam humani oris speciem assimulare
ex[8] magnitudine cælestium arbitrantur: lucos ac nemora[9] consecrant
deorumque nominibus appellant secretum illud[10], quod sola reverentia
vident.

    [1] =Mercurium=. Cet exposé de la religion des Germains,
    plein de détails intéressants, est malheureusement gâté par
    l'habitude d'interpréter à la romaine les croyances étrangères.
    L'assimilation de Wôdan à Mercure repose sur une ressemblance
    d'attributs. Cf. _Mercurii dies_, mercredi, et Wednesday en
    anglais.

    [2] =Hostiis=. C'étaient généralement des prisonniers de guerre.
    C'est ainsi que furent sacrifiés les officiers des légions de
    Varus. Selon Strabon, les prêtresses égorgeaient ces victimes et
    tiraient des présages de leur sang.

    [3] =Herculem et Martem=: Thunar et Tiu. Comparez l'anglais
    _Tuesday_ et le français _mardi_.

    [4] =Concessis animalibus=, les animaux qu'il est permis de
    sacrifier, soit parce que les Germains distinguaient entre les
    animaux ceux qui étaient propres aux sacrifices, soit plus
    probablement par opposition aux sacrifices humains que la
    conscience réprouve.

    [5] Cette prétendue Isis est probablement l'épouse de Wôdan.
    Isis, épouse d'Osiris, était une divinité égyptienne acceptée par
    les Romains.

    [6] =Peregrino sacro=: datif de possession ou de destination.
    Cet emploi est fréquent chez Tacite. Cf. _Ann._, II, 64: _Causas
    bello_.--_Nisi quod_: cf. 29, note 11.

    [7] =Religionem= signifie ici non pas doctrine religieuse, mais
    culte extérieur. Les savants modernes ne sont pas plus renseignés
    sur ce point que Tacite. On ne sait trop ce que lui-même veut
    prouver dans ces quelques mots: comme Isis chez les Romains
    avait pour attribut un navire, a-t-il voulu dire que ce navire
    est une preuve que cette déesse est bien l'Isis des Romains et
    des Égyptiens? Le texte paraît signifier que le navire symbolise
    l'importation de ce culte.--_Liburna_, navire léger, d'abord
    propre aux Liburnes d'Illyrie.

    [8] =Ex=, en rapport avec. Cf. 7, note 5. Encore une
    interprétation des usages des Germains. Il est fort possible que
    ce peuple n'eût ni temples ni statues, tout simplement parce
    qu'il ignorait l'architecture et la sculpture. Les Germains
    représentèrent d'abord leurs dieux par des symboles ou des
    attributs, mais plus tard par de vraies statues.

    [9] =Lucos ac nemora=. Pléonasme. _Lucus_ signifie plus
    spécialement bois sacré, mais aussi forêt en général; _Nemus_,
    habituellement bois en général, surtout entouré de pâturages,
    s'emploie aussi pour bois sacré. Ces deux mots sont souvent
    réunis en poésie. VIRGILE, _Buc._, VIII, 86: _Per nemora atque
    altos quærendo bucula lucos_.

    [10] =Secretum illud=, ils se servent du nom des dieux pour
    désigner cette présence mystérieuse que la vénération seule
    leur rend sensible et pour ainsi dire visible. Au contraire
    les Romains désignaient du nom des dieux, non pas une présence
    spirituelle, mais la statue elle-même qui habitait le bois sacré
    et qu'ils voyaient de leurs yeux.


=10.= Auspicia sortesque[1] ut qui maxime[2] observant. Sortium
consuetudo simplex: virgam frugiferæ[3] arbori decisam in surculos
amputant eosque notis quibusdam discretos super candidam vestem
temere ac fortuito spargunt. Mox[4], si publice consultetur, sacerdos
civitatis, sin privatim, ipse pater familiæ, precatus deos cælumque
suspiciens ter singulos[5] tollit, sublatos secundum impressam ante
notam interpretatur. Si prohibuerunt[6], nulla de eadem re in eumdem
diem[7] consultatio; sin permissum, auspiciorum adhuc[8] fides
exigitur. Et illud quidem etiam hic notum, avium voces volatusque
interrogare: proprium gentis[9] equorum quoque præsagia ac monitus
experiri. Publice aluntur iisdem nemoribus[10] ac lucis, candidi et
nullo[11] mortali opere contacti; quos pressos sacro curru[12] sacerdos
ac rex vel princeps[13] civitatis comitantur hinnitusque ac fremitus
observant. Nec ulli auspicio major fides, non solum apud plebem, sed
apud proceres; sacerdotes enim ministros deorum, illos[14] conscios
putant. Est et[15] alia observatio auspiciorum, qua gravium bellorum
eventus explorant. Ejus gentis, cum qua bellum est, captivum quoquo
modo[16] interceptum cum electo popularium suorum, patriis quemque
armis, committunt: victoria hujus vel illius pro præjudicio[17]
accipitur.

    [1] =Auspicia= et =sortes=. Comme on le voit par le reste
    du chapitre, ces mots ne sont nullement synonymes. _Sortes_,
    divination par le sort. Cette coutume fut sévèrement réprimée par
    les lois après la conversion des Germains au Christianisme, mais
    elle survécut au paganisme sous la forme des jugements de Dieu.

    [2] =Ut qui maxime=, autant que personne. (_Gr. lat._, 371.)

    [3] =Frugiferæ= est pris ici dans un sens plus général qu'au
    ch. 5. Il désigne tout arbre qui porte des fruits, comme le
    poirier, le hêtre, etc.--_Notis_. C'étaient, soit les caractères
    spéciaux appelés _runes_, en usage chez les anciens Germains,
    soit des signes quelconques auxquels on attribuait d'avance une
    signification conventionnelle.--_Vestis_, étoffe en général. Cf.
    40, note 10.

    [4] =Mox= signifie «ensuite» chez Tacite. Il est souvent employé
    pour marquer le progrès de la narration. Cf. 2, où il est précédé
    de _primum_.--_Publice_. Cf. 15, note 7.

    [5] =Ter singulos=. On emploie les adjectifs distributifs lorsque
    le nombre doit être répété plusieurs fois. C'est ainsi que l'on
    dit _bis bini_, deux fois deux; donc ici: il lève trois fois un
    morceau, c.-à-d. trois morceaux l'un après l'autre; et non pas:
    il lève trois fois chaque morceau.

    [6] =Si prohibuerunt= (_surculi_), si les pronostics qu'on en a
    tirés sont défavorables.

    [7] =In eumdem diem=, pour le même jour, c.-à-d. dans la même
    journée. Tite-Live, 29, 23: _Ex Hispania forte in idem tempus
    Scipio atque Asdrubal convenerunt._

    [8] =Adhuc=, en outre.--_Et etiam_ au lieu de _etiam_ seul.
    Cf. _Agricola_, 10: _et jugis etiam_. Tacite emploie aussi _et
    quoque_.

    [9] =Proprium gentis=. Tacite compare toujours les coutumes
    des Germains à celles des Romains. En Italie on ne tirait
    pas de présages des chevaux, mais les Perses le faisaient,
    au dire d'Hérodote. Cet usage, à en juger par l'épisode du
    cheval d'Achille dans Homère, n'était peut-être pas inconnu
    aux Grecs.--_Præsagia et monitus_: ces deux mots ne sont pas
    entièrement synonymes, car le premier désigne le pronostic en
    lui-même, le second, par rapport aux conséquences qu'on en tire.
    Néanmoins l'expression est pléonastique.

    [10] =Iisdem nemoribus=. Ce sont les bois sacrés dont il a
    été question au ch. précédent. L'ablatif sans préposition
    pour marquer le lieu (question _ubi_) s'emploie chez Tacite
    avec toutes sortes de noms lorsqu'ils sont accompagnés d'un
    déterminatif. On trouve même (_Hist._, II, 16) l'ablatif du
    substantif seul: _balineis interficitur_.

    [11] =Et nullo= au lieu de _neque ullo_. Cf. 28, note
    5.--_Contacti_, touchés, c.-à-d. souillés par aucun travail
    profane. Cf. 4, note 3, sur _infectus_. Le contraire, très
    employé, est _intactus_; Virgile dit du bétail qui n'a pas porté
    le joug: _grex intactus_.

    [12] =Pressos sacro curru=: expression poétique qu'Ovide emploie
    plusieurs fois.

    [13] =Sacerdos ac rex vel princeps=, le prêtre, auquel se joint
    le roi ou, s'il n'y a pas de roi, le chef de la cité.

    [14] =Illos=, les chevaux; _conscios_ (s.-e. _deorum_), ils
    s'imaginent que ces animaux connaissent les secrets des dieux.
    TIBULLE, 1, 9: _conscia fibra deorum_.

    [15] =Et=, aussi. Cf. 34, note 5.

    [16] =Quoquo modo=: ellipse très correcte (_Gr. lat._, 370,
    rem.). Cf. Riemann, _Synt. lat._, 14, rem. 1.--_Committunt_:
    terme technique des écrivains de l'empire en parlant des combats
    de l'arène.

    [17] =Pro præjudicio=, comme une décision marquant d'avance
    quelle sera l'issue de la guerre.


=11.= De minoribus[1] rebus principes consultant, de majoribus omnes,
ita tamen, ut ea quoque, quorum penes plebem arbitrium est, apud
principes pertractentur[2]. Coeunt, nisi quid fortuitum et subitum
incidit, certis diebus[3], cum aut inchoatur luna aut impletur[4];
nam agendis rebus hoc auspicatissimum initium credunt. Nec dierum
numerum, ut nos, sed noctium[5] computant. Sic constituunt, sic
condicunt[6]; nox ducere[7] diem videtur. Illud[8] ex libertate
vitium, quod non simul nec ut jussi conveniunt, sed et alter[9] et
tertius dies cunctatione coeuntium absumitur. Ut turbæ placuit[10],
considunt armati. Silentium per sacerdotes, quibus tum et coercendi
jus est, imperatur. Mox rex vel princeps, prout[11] ætas cuique,
prout nobilitas, prout decus bellorum, prout facundia est, audiuntur,
auctoritate suadendi magis quam jubendi potestate. Si displicuit
sententia, fremitu[12] aspernantur; sin placuit, frameas concutiunt:
honoratissimum assensus genus est armis laudare.

    [1] =Minoribus=, les choses de moindre importance, comme
    les difficultés entre particuliers; _majoribus_, surtout les
    questions de paix et de guerre, les traités.

    [2] =Pertractentur=. Les questions importantes sont d'abord
    examinées à fond par les chefs, ensuite présentées au peuple qui
    décide souverainement.

    [3] =Certis diebus=: à des jours déterminés et périodiquement.
    Ces assemblées, d'après ce passage de Tacite, paraissent avoir
    été tenues assez fréquemment, peut-être tous les quinze jours.
    Mais chez les peuples qui couvraient une grande étendue de pays,
    ces assemblées étaient plus rares. Les Francs ne se réunissaient
    régulièrement qu'une fois l'an.

    [4] =Aut impletur=: c'est le temps de la nouvelle ou de la pleine
    lune.

    [5] =Noctium=. César rapporte la même chose des Gaulois. On
    trouve des traces de cet usage dans certaines expressions
    allemandes et anglaises, par exemple: fortnight.

    [6] =Sic constituunt, sic condicunt=: termes du droit romain,
    qu'il faut prendre dans un sens plus large. C'est en comptant
    ainsi qu'ils fixent un terme, qu'ils datent leurs conventions.

    [7] =Ducere=. La nuit semble marcher la première et ramener
    le jour. Tacite veut dire que la nuit, d'après les idées des
    Germains et à cause du climat, semble commander le jour. C'est
    ainsi que l'hiver semble commencer l'année et qu'on ne compte que
    trois saisons: _hiems et ver et æstas_ (ch. 29).

    [8] =Illud= annonce la proposition qui commence par _quod_, comme
    au chapitre précédent _illud_ annonçait un infinitif: _illud
    etiam notum ..... interrogare_.--_Ut jussi_, comme pour obéir à
    un ordre.

    [9] =Alter=, un second jour. Cf. 6, note 9.

    [10] =Ut turbæ placuit=, dès que l'assemblée le juge à propos.
    Cette indépendance est en outre marquée par ce fait que les
    prêtres seuls ont alors le droit de punir (_coercendi_).--_Mox_:
    cf. 10, n. 4.

    [11] =Prout=. Le roi ou le chef est alors écouté en raison de
    son âge, de son renom, de son éloquence, et non pas en vertu
    de son titre même, comme l'explique ce qui suit.--_Auctoritate
    suadendi_: l'ablatif de manière est employé chez Tacite plus
    librement que chez les auteurs classiques. Trad.: «Ils se font
    écouter plutôt par le pouvoir de la persuasion que par celui du
    commandement.»

    [12] =Fremitus=, murmures défavorables. Ce mot se prend aussi en
    bonne part. VIRG., _Én._, V, 148: _Tum plausu fremituque virum...
    Consonat omne nemus_, VIII, 717.--_Sin_: _Gr. lat._, § 491,
    rem.--_Concutiunt_, heurtent de manière à faire du bruit. César
    raconte la même chose des Gaulois.


=12.= Licet apud concilium[1] accusare quoque et discrimen capitis
intendere. Distinctio poenarum ex[2] delicto: proditores et
transfugas[3] arboribus suspendunt, ignavos et imbelles et corpore
infames[4] cæno ac palude, injecta insuper crate, mergunt. Diversitas
supplicii illuc respicit[5], tanquam scelera ostendi opporteat, dum
puniuntur, flagitia abscondi. Sed et levioribus delictis pro modo[6]
poena: equorum pecorumque numero convicti multantur. Pars multæ
regi vel civitati[7], pars ipsi, qui vindicatur, vel propinquis ejus
exsolvitur.

Eliguntur in iisdem conciliis et principes, qui jura per pagos
vicosque[8] reddunt. Centeni singulis ex plebe comites[9] consilium
simul et auctoritas adsunt.

    [1] =Concilium=, l'assemblée dont Tacite vient de décrire la
    formation et dont il va indiquer les attributions.--_Discrimen
    capitis intendere_, intenter un procès pour crime capital.
    CICÉRON, _de Orat._; 1, 10: _Singulæ familiæ litem tibi
    intenderent_.

    [2] =Ex=: cf. 7, note 1.

    [3] =Proditores et transfugas=, ceux qui trahissent leur patrie
    et marchent avec l'ennemi.--_Ignavos et imbelles_, non pas
    simplement les poltrons, mais ceux qui ont commis à la guerre
    quelque lâcheté insigne.

    [4] =Corpore infames=, ceux qui se sont déshonorés. _Cæno ac
    palude_: hendiadyn pour _cæno paludis_.

    [5] =Illuc respicit tanquam=, a pour raison d'être cette idée
    que... _Tanquam_ a souvent chez Tacite le sens de +hôs+ en grec:
    dans la pensée que. Tite-Live l'emploie aussi dans ce sens avec
    un participe au lieu de _ut_. Riemann, _Synt. lat._, § 262,
    rem. 1. Cf. 20, note 11.

    [6] =Pro modo=, s.-e. _delicti_.

    [7] =Regi vel civitati=: datifs d'intérêt. L'amende est payée en
    partie au profit du roi, et là où il n'y a pas de roi, au profit
    de la cité.--_Vel propinquis_, aux parents lorsqu'il y a eu
    mort. Cf. 21: _luitur etiam homicidium_, etc. Cette coutume des
    compensations exista longtemps chez les Francs. La loi salique
    fixait fort minutieusement la somme à payer pour chaque espèce de
    délit.

    [8] =Pagus=, canton; _vicus_ groupe d'habitations, village.

    [9] =Ex plebe comites=, des assesseurs choisis parmi les hommes
    libres. _Ex plebe_ remplit la fonction d'adjectif.--_Consilium
    simul et auctoritas_ sert d'attribut: comme conseil et comme
    autorité, c.-à-d. pour former leur conseil et ajouter à leur
    autorité.


=13.= Nihil autem neque publicæ neque privatæ rei[1] nisi armati agunt.
Sed arma sumere non ante cuiquam moris,[2] quam civitas suffecturum[3]
probaverit. Tum in ipso concilio vel principum aliquis vel pater vel
propinqui scuto frameaque juvenem ornant. Hæc[4] apud illos toga, hic
primus juventæ honos; ante hoc domus pars videntur, mox reipublicæ.
Insignis nobilitas aut magna patrum merita principis dignationem[5]
etiam adolescentulis assignant; ceteris robustioribus ac jam pridem
probatis aggregantur, nec rubor[6] inter comites[7] adspici. Gradus
quin etiam ipse comitatus habet, judicio ejus quem sectantur; magnaque
et comitum æmulatio[8], quibus primus apud principem suum locus, et
principum, cui plurimi et acerrimi comites. Hæc[9] dignitas, hæ vires,
magno semper electorum juvenum globo circumdari; in pace decus, in
bello præsidium. Nec solum in sua gente cuique, sed apud finitimas
quoque civitates id nomen, ea gloria[10] est, si numero ac virtute
comitatus[11] emineat: expetuntur enim legationibus et muneribus
ornantur, et ipsa[12] plerumque fama bella profligant.

    [1] =Nihil rei= = _nullam rem_ (Ragon, _Gr. lat._, § 255, rem.
    2, et Riemann, _Synt. lat._, § 51, rem. 1).--_Nisi armati_. La
    loi salique ordonnait à plusieurs reprises d'apporter ces armes
    dans les réunions publiques.--Tite-Live (21, 20) rapporte la même
    chose des Gaulois: _In his nova terribilisque species visa est
    quod armati (ita mos gentis) in concilium venerunt._

    [2] =Moris= (s.-e. _est_) équivaut à _mos est_, qui est plus
    ordinaire. Cf. 15: _mos est civitatibus_. On trouve aussi _mos
    est_ ou _moris est_ avec _ut_ au lieu de l'infinitif.

    [3] =Suffecturum=, suppléez _armis gerendis_: avant que la cité
    ait reconnu qu'il sera capable de les porter.--_Probaverit_.
    Tacite emploie le subjonctif avec _antequam_ pour marquer une
    action qui se répète. Cf. _Ann._, XV, 74: _Deum honor principi
    non ante habetur quam agere inter homines desierit._

    [4] =Hæc=, =hic=, les pronoms neutres _id_, _hoc_, _illud_,
    _quod_, s'accordent souvent avec le substantif attribut (Ragon,
    _Gr. lat._, 358).--_Toga_, c'est chez eux la robe virile, c.-à-d.
    cette cérémonie place le jeune homme au nombre des citoyens comme
    à Rome la robe virile. D'après les lois de certaines nations
    germaniques cette remise des armes devait se faire lorsque le
    jeune homme avait atteint quinze ans. C'est de là que semble
    venir l'usage si répandu plus tard d'armer chevalier.--_Mox_,
    ensuite. Cf. 10, note 4.

    [5] =Dignationem principis= peut signifier: la dignité de chef
    ou la faveur, la considération du chef de la cité. Mais le
    second sens paraît mieux expliquer ce qui suit: ces jeunes gens
    sont rangés, par préférence, dans la suite du prince parmi les
    guerriers plus âgés et déjà éprouvés.

    [6] =Rubor= au lieu de _rubori_: le nominatif au lieu du datif
    de destination ou d'effet. Cf. _Agricola_, 6: _idque matrimonium
    ad majora nitenti decus ac robur fuit_. VIRG., _Égl._ III,
    101: _Amor exitium est_, pour _exitio est_ (_Gr. lat._, § 283,
    rem. 3). On trouve même (_Germanie_, 44) le double datif de
    destination remplacé d'une façon tout à fait insolite par un
    nominatif accompagné d'un adjectif: _regia utilitas est_ pour
    _regibus utilitati est_.

    [7] =Comites=, compagnons, gens de la suite du prince. On voit
    dans cet usage l'origine des leudes ou vassaux et l'explication
    des liens de fidélité qui les rattachaient à leur seigneur.

    [8] =Æmulatio quibus=, il y a entre les compagnons une grande
    émulation pour avoir la première place.--_Locus_, s.-e. _sit_, et
    _sint_ après _comites_. Le verbe _esse_ se sous-entend en latin,
    mais rarement au subjonctif, au moins chez Cicéron. Tacite l'omet
    souvent à ce mode, surtout lorsque suit un autre subjonctif. Cf.
    19: _Ne ulla cogitatio ultra (sit), ne ament_.

    [9] =Hæc=, =hæ=. Cf. 19, note 4. Un peu plus bas, dans _id nomen,
    ea gloria_, _id_ et _ea_, qui s'accordent aussi par attraction,
    annoncent la proposition commençant par _si_.

    [10] =Nomen=, =gloria=. Pléonasme. Le plus souvent en pareil cas
    le second mot est plus spécial ou plus expressif, de manière à
    renchérir sur l'autre. Cf. 2, note 10.

    [11] =Comitatus=: génitif; _emineat_ a pour sujet _quisque_
    sous-entendu.

    [12] =Ipse= précise et par conséquent restreint: par lui-même,
    sans secours étranger, seul. En grec +autos+ a le même sens:
    _Iliade_, VIII, 99: +autos per eôn+, quoique n'étant que lui,
    c.-à-d. quoique seul. Cf. 43, _ipsa formidine_.--_Plerumque_ a
    souvent chez Tacite le sens de _sæpe_. Cf. 8, note 9. Plus bas,
    _plerique_ équivaut à _multi_.


=14.= Cum ventum in aciem, turpe principi virtute vinci, turpe
comitatui virtutem principis non adæquare. Jam vero[1] infame in omnem
vitam ac probrosum superstitem[2] principi suo ex acie recessisse:
illum defendere, tueri[3], sua quoque fortia facta gloriæ ejus
assignare præcipuum sacramentum est; principes pro victoria pugnant,
comites pro principe. Si civitas in qua orti sunt longa pace et
otio torpeat[4], plerique nobilium adolescentium petunt ultro[5] eas
nationes, quæ tum bellum aliquod gerunt, quia et ingrata[6] genti quies
et facilius inter ancipitia[7] clarescunt magnumque comitatum non nisi
vi belloque tueare[8]. Exigunt[9] enim principis sui liberalitate
illum[10] bellatorem equum, illam cruentam victricemque frameam;
nam[11] epulæ et quanquam incompti, largi tamen apparatus pro stipendio
cedunt. Materia munificentiæ per bella et raptus. Nec arare terram, aut
exspectare annum[12] tam facile persuaseris[13] quam vocare hostem et
vulnera mereri. Pigrum quin imo et iners videtur sudore acquirere quod
possis sanguine[14] parare.

    [1] =Jam vero= indique une gradation énergique: en français,
    _mais_.

    [2] =Superstitem=. César, _B. G._, III, 22: _Neque adhuc hominum
    memoria repertus est quisquam, qui, eo interfecto cujus se
    amicitiæ devovisset, recusaret mori._ Ce dévouement héroïque
    était donc commun aux Germains et aux Gaulois.

    [3] =Defendere, tueri=: l'asyndète marque la gradation;
    _defendere_, le défendre lorsqu'il est attaqué; _tueri_,
    avoir l'oeil fixé, veiller sur lui pour écarter les dangers
    possibles.--_Præcipuum_. Cf. 6, note 18 et 7, note 7.

    [4] =Torpeat=: le subjonctif pour marquer le fait qui se répète,
    comme au chap. 10, _si publice consultetur_.--_Plerique_. Cf. 13,
    note 12.

    [5] =Ultro=, d'eux-mêmes, de leur propre mouvement.

    [6] =Ingrata=, s.-e. _est_. Cf. 13, note 8.

    [7] =Ancipitia=, les choses dont l'issue est double, c.-à-d.
    incertaine, les hasards de la guerre.

    [8] =Tueare=, comme _instes_, ch. 6. (Ragon, _Gr. lat._, 373.)

    [9] =Exigunt= a pour sujet _comites_ contenu dans le collectif
    _comitatus_.

    [10] =Illum=, =illam=: sens emphatique (_Gr. lat._, 352, rem.
    2).--_Bellatorem_: les substantifs en _tor_, employés comme
    adjectifs, marquent la destination, l'habitude.

    [11] =Nam=, car les repas ne sont pas des présents gratuits, mais
    sont dus à titre de solde.--_Pro stipendio cedere_, tenir lieu de
    solde.

    [12] =Annum=, ce que produit une année, la récolte. Ce mot est
    poétique en ce sens. STACE, _Sylv._, IV, 2: _Nilus magnum inducit
    annum_. Cf. _Agricola_, 31.

    [13] =Persuaseris=, et plus bas _possis_: cf. note 8.--_Vocare_
    au lieu de _provocare_; Tacite aime à employer le simple pour le
    composé: il met ainsi en relief la valeur étymologique du mot et
    ajoute de l'énergie au style. Cf. _Annales_, XIII, 55, _vocare_
    pour _invocare_: _sidera vocans_.--_Mereri_. L'emploi de ce verbe
    est justifié, car les blessures sont un titre d'honneur: «gagner
    de glorieuses blessures».

    [14] =Sudore=, =sanguine=. Allitération qui accentue le trait
    final. Tacite, en habile styliste, aime à achever son paragraphe
    par un trait qui le résume et le grave dans l'esprit du lecteur.


=15.= Quoties bella non ineunt, non multum venatibus[1], plus per
otium transigunt, dediti somno ciboque, fortissimus[2] quisque ac
bellicosissimus nihil agens, delegata domus et penatium[3] et agrorum
cura feminis senibusque et infirmissimo cuique ex familia: ipsi hebent,
mira diversitate[4] naturæ, cum iidem homines sic ament inertiam et
oderint quietem. Mos est[5] civitatibus ultro ac viritim conferre
principibus vel armentorum[6] vel frugum, quod pro honore acceptum
etiam necessitatibus subvenit. Gaudent præcipue finitimarum gentium
donis, quæ non modo a singulis, sed et[7] publice mittuntur, electi
equi, magna arma, phaleræ torquesque[8]. Jam et pecuniam accipere
docuimus.

    [1] =Venatibus=: l'ablatif de manière s'emploie rarement sans
    qualificatif, sauf dans un nombre déterminé d'expressions toutes
    faites.--César semble contredire ce que dit ici Tacite: _Bell.
    Gall._, VI, 21: _Vita omnis in venationibus consistit_; mais
    chez Tacite il ne s'agit peut-être que des _comites_, gens d'un
    certain rang.--_Per otium_. Remarquez la variété d'expression:
    Cicéron recherche la symétrie, Tacite la fuit le plus
    souvent.--_Plus transigunt_, s.-e. _ætatis_.

    [2] =Fortissimus quisque=, et plus bas _infirmissimo cuique_. Cf.
    Ragon, _Gr. lat._, 369.

    [3] =Penates=, l'intérieur, le ménage.

    [4] =Mira diversitate=. Tacite semble oublier que, selon une
    idée chère à l'antiquité, une certaine paresse pour ce qui
    concerne les occupations matérielles est soeur de la liberté
    et du courage. C'était l'avis de Socrate lui-même, qui donnait
    pour exemple les Indiens, paresseux mais libres, et les Lydiens,
    travailleurs mais esclaves.

    [5] =Mos est=: cf. 13, note 2.--_Ultro ac viritim_: chacun offre
    sa contribution volontairement et pour son propre compte, sans
    qu'il soit besoin de collecteur. Cf. 29, _nec publicanus (eos)
    atterit_.

    [6] =Armentorum vel frugum=: il faut suppléer _aliquid_ avec ce
    génitif, à moins qu'on ne le fasse dépendre de _quod_. Cf. 18:
    _Armorum aliquid_.

    [7] =Sed et=: cf. 35, note 5.--_Publice_, au nom de la cité,
    comme au chapitre 10, _si publice consultetur_.

    [8] =Phaleræ torquesque=. Les phalères étaient des ornements en
    métal en forme de médaillon, que les soldats portaient sur la
    poitrine, les chevaux sur le poitrail; les _torques_ étaient des
    ornements en forme d'anneau ou de chaîne, qu'on portait au cou ou
    au bras.


=16.= Nullas Germanorum populis[1] urbes habitari satis notum
est, ne pati quidem inter se junctas sedes. Colunt discreti ac
diversi[2], ut fons, ut campus, ut nemus placuit. Vicos locant non
in[3] nostrum morem connexis et cohærentibus ædificiis: suam quisque
domum spatio circumdat, sive adversus casus ignis remedium[4], sive
inscitia ædificandi. Ne cæmentorum quidem apud illos aut tegularum
usus: materia[5] ad omnia utuntur informi et citra[6] speciem aut
delectationem. Quædam loca[7] diligentius illinunt terra ita pura
ac splendente, ut picturam[8] ac lineamenta colorum imitetur. Solent
et[9] subterraneos specus aperire eosque multo insuper fimo onerant,
suffugium[10] hiemis et receptaculum frugibus, quia rigorem frigorum
ejusmodi loci molliunt, et si quando hostis advenit[11], aperta
populatur, abdita autem et defossa aut ignorantur aut eo ipso fallunt,
quod quærenda sunt[12].

    [1] =Populis=: datif. Dans la prose classique le datif ne
    s'emploie ainsi avec le passif qu'aux formes composées du
    participe, mais les poètes et les prosateurs de la décadence
    l'emploient avec une forme quelconque du passif. Il y a
    d'ailleurs entre le sens de ce datif et celui de l'ablatif avec
    _ab_ une différence assez sensible. Cf. Ragon, _Gr. lat._, 293,
    rem., et Riemann, _Synt. lat._, § 46 (c).--_Urbes_. Il s'agit
    de villes véritables comme il y en avait en Italie. Car César et
    Tacite lui-même parlent d'agglomérations assez considérables qui
    pouvaient passer pour des villes au sens large du mot.

    [2] =Discreti ac diversi=, leurs maisons sont isolées et éparses
    au hasard sans souci de la symétrie, comme aujourd'hui dans les
    pays de montagnes.

    [3] =In=, dans le sens de c.-à-d., conformément à, selon.

    [4] =Sive remedium, sive inscitia=, le premier à l'accusatif
    comme apposition à toute la phrase (Gantrelle, _Gramm. de
    Tacite_, § 75), le second à l'ablatif de cause.

    [5] =Materia=, le bois.--_Informi_, non pas simplement informe,
    brut, mais disgracieux, employé sans souci de la beauté.

    [6] =Citra=, en deçà de; par conséquent, sans aller jusqu'à
    (Ovide, _Trist._, 5, 8, 23: _Citra scelus_), puis par extension
    comme ici: sans.

    [7] =Quædam loca=, certaines parties des parois à l'intérieur ou
    à l'extérieur.

    [8] =Picturam et lineamenta colorum=. On change quelquefois
    _colorum_ en _corporum_ et on explique _imitari_ par refléter
    comme un miroir; mais cette explication peu naturelle est
    difficile à admettre. Tacite veut dire que cet enduit de terre
    remplaçait et imitait, de loin sans doute, la peinture et les
    dessins au trait qui ornaient les maisons romaines. La chaux
    surtout devait être employée ainsi que des terres colorées de
    diverses nuances.

    [9] =Et= a assez souvent chez Tacite le sens de _etiam_ (_et
    jam_), aussi. Il se rattache ici à _subterraneos specus_. Il est
    souvent précédé de _jam_. Cf. _Agricola_, 30: _Postquam defuere
    terræ, jam et mare scrutantur._

    [10] =Suffugium= avec le génitif _hiemis_, comme 46, _imbrium
    suffugium_. Tacite emploie très hardiment le génitif objectif.
    Ainsi _Ann._, I, 46: _Vulgi largitione_, pour _in vulgus_.

    [11] =Advenit= au parfait marque la répétition.

    [12] =Eo ipso fallunt quod quærenda sunt=. Une de ces pointes qui
    flattaient le goût de l'époque.


=17.= Tegumen omnibus sagum[1] fibula aut, si desit, spina consertum:
cetera intecti[2] totos dies juxta focum atque ignem agunt.
Locupletissimi veste distinguuntur non fluitante[3], sicut Sarmatæ ac
Parthi, sed stricta et singulos artus exprimente. Gerunt et ferarum
pelles, proximi ripæ[4] negligenter, ulteriores exquisitius, ut
quibus[5] nullus per commercia cultus. Eligunt[6] feras et detracta
velamina spargunt maculis pellibusque[7] belluarum, quas exterior
Oceanus[8] atque ignotum mare gignit. Nec alius feminis quam viris
habitus[9], nisi quod feminæ sæpius lineis amictibus velantur eosque
purpura[10] variant, partemque vestitus superioris in manicas[11]
non extendunt, nudæ brachia ac lacertos[12]; sed et[13] proxima pars
pectoris patet.

    [1] =Sagum=. Cette sorte de manteau consistait en un simple carré
    d'étoffe suspendu à l'épaule par les deux extrémités supérieures;
    il ne couvrait donc que le dos et une partie de la poitrine. Ce
    vêtement est ici assimilé au _sagum_ des soldats romains, moins à
    cause de sa forme qu'à cause de la matière dont il était fait et
    de sa couleur.--_Si desit_: cf. 14, note 4.

    [2] =Cetera=: acc. de relation qui dépend de _intecti_: pour
    le reste, c.-à-d. à cela près. Cf. Salluste: _Cetera ignarus_,
    et Tite-Live: _cetera egregius_. Traduisez: «sans autre
    vêtement».--_Totos dies_: acc. de durée; _agunt_ seul signifie
    passer le temps, vivre.

    [3] =Fluitante=. Nous disons de même un vêtement
    _flottant_.--_Stricta_: serré, collant, de manière à mouler tous
    les membres.

    [4] =Proximi ripæ=: les plus voisins des rives du Danube et du
    Rhin, c.-à-d. les plus rapprochés des Romains. Ces Germains,
    connaissant et appréciant les étoffes importées chez eux,
    portaient avec indifférence les peaux de bêtes lorsqu'ils étaient
    réduits à s'en servir, tandis que les plus éloignés, ne pouvant
    se procurer des vêtements plus élégants, y mettaient plus de
    recherche.

    [5] =Ut quibus=: cf. 2, note 15, et 22, note 4.--_Cultus_: cf. 6,
    note 7.

    [6] =Eligunt=: ils ne prennent pas au hasard, ils choisissent les
    animaux qui ont la plus belle fourrure.

    [7] =Maculis pellibusque=: hendiadyn. Cf. 7, note 5, et 25, note
    7. Ils les parsèment de taches, c.-à-d. de touffes de poils de
    couleur différente confectionnées avec les dépouilles d'autres
    animaux.

    [8] =Exterior Oceanus atque ignotum mare= désignent la même
    chose. Il s'agit des mers qui s'étendent au nord de la Germanie
    et que l'insuffisance des renseignements géographiques ne
    permettait pas à Tacite de désigner autrement. Voyez au lexique
    _Oceanus_.

    [9] =Habitus= ne désigne pas seulement le vêtement, mais d'une
    façon générale tout ce qui contribue à modifier l'aspect,
    l'extérieur, ou cet extérieur même.--_Nisi quod_: cf. 29, note
    11.

    [10] =Purpura=: ce n'est sans doute pas la pourpre proprement
    dite, connue des Romains, mais une teinture rouge quelconque.

    [11] =In manicas=, en forme de manches. Notez l'acc. avec
    _extendere_. Cf. 20: _in hos artus excrescunt_.

    [12] =Brachia et lacertos=: accusatifs de relation marquant
    une idée d'extension.--_Brachium_ ordinairement désigne tout le
    bras; ici seulement l'avant-bras. _Lacertus_, le bras du coude à
    l'épaule.

    [13] =Sed et=: cf. 35, note 5.--_Patet_. La partie de la poitrine
    la plus rapprochée de la tête et des épaules, c.-à-d. la partie
    supérieure, est à découvert.


=18.= Quanquam[1] severa illic matrimonia, nec ullam morum partem magis
laudaveris. Nam prope soli barbarorum singulis[2] uxoribus contenti
sunt, exceptis admodum paucis, qui non libidine[3], sed ob nobilitatem
plurimis nuptiis ambiuntur. Dotem non uxor marito, sed uxori maritus[4]
offert. Intersunt parentes et propinqui ac munera probant, non ad
delicias muliebres[5] quæsita nec quibus nova nupta comatur, sed
boves et frenatum equum et scutum cum framea gladioque. In[6] hæc
munera uxor accipitur, atque invicem ipsa armorum aliquid[7] viro
affert. Hoc maximum vinculum, hæc arcana sacra, hos conjugales deos
arbitrantur. Ne se mulier extra virtutum cogitationes extraque bellorum
casus putet, ipsis incipientis matrimonii auspiciis admonetur venire
se laborum periculorumque sociam, idem[8] in pace, idem in proelio
passuram ausuramque: hoc juncti boves, hoc paratus equus, hoc data arma
denuntiant; sic vivendum[9], sic pereundum; accipere se quæ[10] liberis
inviolata ac digna reddat, quæ nurus accipiant rursusque ad nepotes
referantur.

    [1] =Quanquam=, cependant (_Gr. lat._, 499, rem.). Ce sens
    est rare chez Tacite (_Dialog._, 28-33). Sur l'autre emploi de
    _quanquam_, cf. 28, note 16.

    [2] =Singulis=, une pour chacun. Cet usage n'était pas sans
    exception, comme l'avoue Tacite lui-même. Les premiers rois
    francs eurent souvent plusieurs épouses et il fallut leur
    conversion au christianisme pour extirper la polygamie.

    [3] =Non libidine=, non par libertinage. Le sens s'oppose à ce
    que cet ablatif soit rattaché à _ambiuntur_; il faut suppléer
    un autre verbe. C'est la figure de style, assez fréquente chez
    Tacite, qu'on appelle zeugma.--_Nuptiis_: datif d'intérêt (_Gr.
    lat._, § 280).--_Plurimis_ a un sens affaibli: plusieurs. Cf. 13,
    note 12, et 14, note 4.

    [4] =Non uxor marito, sed uxori maritus=. Remarquez la
    disposition des mots: c'est la figure appelée _entrecroisement_,
    fréquente chez Tacite.--Tout ce chapitre, comme le suivant, est
    une satire à peine dissimulée des moeurs romaines.

    [5] =Delicias muliebres=, la vaine parure des femmes. La
    proposition qui suit exprime la même idée.

    [6] =In hæc munera=, contre, c.-à-d. à la condition de, en
    échange de, comme en grec +epi toutois+.

    [7] =Armorum aliquid=, une arme quelconque, spécialement une
    épée. Cf. 15, note 6.--_Hoc_, _hæc_, _hos_: cf. 13, note 4.

    [8] Remarquez les anaphores fréquentes à la fin de ce chapitre:
    _idem_, _hoc_, _sic_, _quæ_ sont répétés. Visiblement Tacite est
    entraîné par le tableau de ces moeurs viriles.

    [9] =Vivendum (esse)= dépend de _denuntiant_;--_accipere_ est
    suivi du réfléchi se parce que l'idée contenue dans _admonetur_
    se poursuit jusqu'à la fin de la phrase.

    [10] =Quæ=: il s'agit moins des objets eux-mêmes que des
    sentiments qu'ils symbolisent. Le second _quæ_ ne dépend pas de
    _digna_; un troisième _quæ_ est à sous-entendre comme sujet de
    _referantur_ et se tire du second qui est complément.


=19.= Ergo sæpta pudicitia[1] agunt, nullis spectaculorum illecebris,
nullis conviviorum irritationibus corruptæ. Litterarum secreta[2] viri
pariter ac feminæ ignorant. Paucissima in tam numerosa gente adulteria,
quorum poena præsens[3] et maritis permissa: accisis crinibus, nudatam
coram propinquis expellit domo maritus ac per omnem vicum verbere agit.
Publicatæ enim pudicitiæ[4] nulla venia: non forma, non ætate, non
opibus maritum invenerit. Nemo enim illic vitia ridet, nec corrumpere
et corrumpi sæculum[5] vocatur. Melius[6] quidem adhuc eæ civitates
in quibus tantum virgines nubunt et cum spe votoque uxoris semel
transigitur[7]. Sic unum accipiunt maritum quomodo unum corpus unamque
vitam, ne ulla cogitatio ultra[8], ne longior cupiditas, ne tanquam
maritum, sed tanquam matrimonium ament. Numerum liberorum finire[9] aut
quemquam ex agnatis[10] necare flagitium[11] habetur, plusque ibi boni
mores valent quam alibi[12] bonæ leges.

    [1] =Sæpta pudicitia=, leur vertu est comme entourée, c.-à-d.
    défendue, protégée par les moeurs et les institutions.--_Agunt_:
    cf. 17, note 2.

    [2] =Litterarum secreta=, non pas en général l'art de se
    faire comprendre au moyen de signes appelés lettres, c.-à-d.
    l'écriture, mais les correspondances secrètes: _litteræ_ équivaut
    à _epistolæ_. Ici la satire des moeurs romaines devient presque
    directe.

    [3] =Præsens=, immédiate, qui n'attend pas les délais de la
    procédure.

    [4] =Publicatæ pudicitiæ nulla venia=, point de pardon pour celle
    qui prostitue son honneur.

    [5] =Sæculum=, les moeurs du siècle. Traduisez: «ne s'appelle pas
    vivre selon le siècle, ou être de son temps».

    [6] =Melius=, s.-e. _agunt_. Cf. _Ann._, I, 43: _Melius et
    amantius ille qui gladium offerebat._

    [7] =Semel transigitur=: on en finit une fois pour toutes avec...
    Ainsi la mort même d'un époux ne rendait pas au survivant sa
    liberté et n'autorisait pas les secondes noces. Tacite songe aux
    Romains, pour qui le divorce, introduit dans les lois et dans les
    moeurs, réduisait le mariage à n'être qu'une formalité, révocable
    presque sans motif.

    [8] =Ultra=, s.-e. _sit_. Cf. 13, note 8.

    [9] =Finire numerum=, limiter le nombre.

    [10] =Agnatis=, litt., qui naît en sus, c.-à-d. nouveau-né qui
    vient grossir le nombre des enfants déjà existants.

    [11] =Flagitium habetur=: en réalité le père avait droit de vie
    et de mort sur ses enfants, mais sans doute on considérait comme
    un crime honteux d'en user contre les nouveau-nés.

    [12] =Alibi=: à Rome sans doute, où on avait dû, pour arrêter la
    dissolution croissante de la famille, attribuer par des lois des
    récompenses aux citoyens pères de plusieurs enfants.


=20.= In omni[1] domo nudi ac sordidi in hos artus[2], in hæc corpora,
quæ miramur, excrescunt. Sua quemque mater uberibus alit, nec ancillis
aut nutricibus[3] delegantur. Dominum ac servum nullis educationis
deliciis[4] dignoscas; inter eadem pecora, in eadem humo degunt, donec
ætas separet[5] ingenuos, virtus agnoscat. Sera juvenum venus, eoque
inexhausta pubertas[6]. Nec virgines festinantur[7]; eadem juventa,
similis proceritas: pares validæque[8] miscentur, ac robora parentum
liberi referunt. Sororum filiis idem apud avunculum qui[9] ad patrem
honor. Quidam sanctiorem arctioremque hunc nexum sanguinis arbitrantur
et in accipiendis obsidibus magis exigunt[10], tanquam[11] et animum
firmius et domum latius teneant. Heredes tamen successoresque sui
cuique liberi, et nullum testamentum[12]. Si liberi non sunt, proximus
gradus in possessione[13] fratres, patrui, avunculi. Quanto plus
propinquorum[14], quanto major affinium numerus, tanto gratiosior
senectus; nec ulla orbitatis pretia.

    [1] =Omni=: chez les pauvres comme chez les riches. Cf. plus
    loin: _donec ætas separet ingenuos_.--_Nudi ac sordidi_: il
    s'agit des jeunes enfants, à peine vêtus; ils étaient facilement
    malpropres.

    [2] =In hos artus=: cf. 17, note 11.--_Miramur_. Les Romains
    avaient souvent l'occasion de voir des Germains à Rome même, en
    qualité de soldats ou d'esclaves.

    [3] =Nutricibus=: le contraire se faisait à Rome, et Tacite
    (_Dial. Or._, 29) déplore explicitement les funestes effets de
    cette coutume sur l'éducation: _At nunc infans delegatur græculæ
    alicui ancillæ_, etc.

    [4] =Deliciis=, délicatesse, raffinements.

    [5] =Donec separet=. Tacite emploie volontiers le subjonctif
    présent après _donec_ pour marquer la répétition de l'action. Cf.
    1, note 10.--_Separet_, _agnoscat_. L'âge met à part les jeunes
    gens libres, mais c'est le courage seul qui les désigne comme
    vraiment tels. Ici la vertu est personnifiée. Cf. 34, note 6.

    [6] =Sera... pubertas=, «une longue ignorance de la volupté
    assure aux garçons une jeunesse pleine de vigueur».

    [7] =Festinantur=. On ne hâte pas leur mariage.

    [8] =Pares validæque= insiste sur l'idée précédente. Elles
    s'unissent lorsque l'âge les a faites également vigoureuses,
    comme s'il y avait: _pares ætate pariterque validæ_.

    [9] =Idem qui=: cf. Ragon, _Gr. lat._, 337, rem.--_Ad patrem_
    équivaut à _apud patrem_.

    [10] =Magis exigunt=, c.-à-d. _hujusmodi obsides, sororum
    filios_.

    [11] =Tanquam=, chez Tacite, indique souvent la cause telle
    qu'elle est envisagée par les gens dont il s'agit: «dans la
    pensée que», en grec +hôs+ avec le participe.--_Latius_: les
    engagements s'étendent ainsi à plus de personnes.--_Domum_: cf.
    21, note 3.

    [12] =Et nullum testamentum=. Il y avait des coutumes et plus
    tard des lois qui réglaient la transmission des biens, mais
    ces lois ne faisaient que consacrer les droits naturels des
    parents.--Sur _et_ suivi de la négation, cf. 28, note 5.

    [13] =Possessione=, prise de possession. Ce mot se rattache
    non seulement à _possideo_, être en possession, mais aussi à
    _possido_, se rendre maître de.

    [14] =Propinqui=, parents par le sang; _affines_, parents par
    alliance.--_Orbitatis pretia_: il n'y a aucun avantage à n'avoir
    pas d'héritier direct, tandis qu'à Rome les vieillards riches
    et sans enfants étaient entourés des soins et des respects
    d'une foule de gens attentifs à capter leur héritage. Beaucoup
    d'auteurs latins ou grecs nous dépeignent le cynisme avec lequel
    se pratiquait cette chasse aux testaments.


=21.= Suscipere tam inimicitias seu patris seu propinqui quam
amicitias necesse est[1]. Nec[2] implacabiles durant: luitur enim
etiam homicidium certo armentorum ac pecorum numero[3] recipitque
satisfactionem universa domus, utiliter in publicum[4], quia
periculosiores sunt inimicitiæ juxta libertatem[5]. Convictibus et
hospitiis[6] non alia gens effusius indulget. Quemcumque mortalium
arcere tecto nefas habetur; pro fortuna[7] quisque apparatis epulis
excipit. Cum defecere[8], qui modo hospes fuerat, monstrator hospitii
et comes; proximam domum non invitati adeunt. Nec interest: pari
humanitate accipiuntur. Notum ignotumque quantum ad[9] jus hospitis
nemo discernit. Abeunti, si quid poposcerit, concedere moris[10];
et poscendi invicem eadem facilitas. Gaudent muneribus, sed nec data
imputant[11] nec acceptis obligantur: vinculum inter hospites comitas.

    [1] =Necesse est=: ils regardent cette coutume comme fondée sur
    le droit naturel au même titre que les successions.

    [2] =Nec=, de même que _et_, a souvent le sens adversatif; ici il
    équivaut à _neque tamen_.

    [3] =Certo numero=: cf. 12, note 7.--_Domus_, dans le sens de
    «famille» comme au ch. 20.

    [4] =In publicum=: cf. 5, note 2.

    [5] =Juxta libertatem= = _apud liberos homines_. En prose
    classique, _juxta_ ne s'emploie guère que pour signifier «près
    de», et au propre. Cf. ch. 30, encore un autre sens non classique
    et un emploi spécial à Tacite _juxta formidinem_.

    [6] =Convictibus et hospitiis=. Le premier mot s'applique
    aux rapports avec voisins et amis, le second, aux relations
    d'hospitalité avec les étrangers. On remarque les mêmes coutumes
    à l'origine de toutes les civilisations; la Bible, Homère nous
    montrent déjà la même hospitalité cordiale: bienveillance dans
    l'accueil, présents au départ, respect de l'hôte comme d'un être
    sacré.

    [7] =Pro fortuna=, selon sa fortune. _Apparatus_ seul signifie
    bien apprêté. Tite-Live, XXIII, 4: _apparatis accipere epulis_.

    [8] =Cum defecere=, s.-e. _epulæ_.--_Monstrator_, s.-e. _fit_.

    [9] =Quantum ad=, pour ce qui est de, quant à, au lieu du
    classique _quod attinet ad_. Cette expression, qui se retrouve,
    _Histoires_, V, 10 et _Agricola_, 44, est déjà dans Ovide.

    [10] =Moris=, s.-e. _est_. Cf. 14, note 2.

    [11] =Imputant=, litt., porter quelque chose en ligne de compte;
    ici, se faire un titre à la reconnaissance.


=22.= Statim e[1] somno, quem plerumque in diem[2] extrahunt,
lavantur[3], sæpius calida, ut apud quos[4] plurimum hiems occupat.
Lauti cibum capiunt; separatæ singulis sedes[5] et sua cuique mensa.
Tum ad negotia nec minus sæpe ad convivia procedunt armati. Diem
noctemque[6] continuare potando nulli probrum. Crebræ, ut inter
vinolentos[7], rixæ raro conviciis[8], sæpius cæde et vulneribus
transiguntur. Sed et de reconciliandis invicem[9] inimicis et jungendis
affinitatibus et adsciscendis principibus, de pace denique ac bello
plerumque in conviviis consultant, tanquam[10] nullo magis tempore aut
ad simplices[11] cogitationes pateat animus aut ad magnas incalescat.
Gens non astuta nec callida aperit adhuc[12] secreta pectoris licentia
joci. Ergo detecta et nuda[13] omnium mens postera die retractatur[14],
et salva utriusque temporis ratio est[15]: deliberant dum fingere
nesciunt, constituunt dum errare non possunt.

    [1] =Ex= signifie souvent au sortir de, immédiatement après.
    César, _Bell. Civ._, I, 22, 4, _ex prætura_. Ce sens peut être
    précisé comme ici par _statim_. Cf. _Ann._, XV, 69, _ex mensa_.

    [2] =Plerumque=: cf. 13, note 12.--_In diem_, jusque dans le
    jour, et non pas jusqu'au jour, sens que _in_ a quelquefois à
    l'époque impériale. Quintilien, 8, 3, 68: _usque in illum diem_.
    Cf. 45, _in ortum_, et la note.

    [3] =Lavantur=: forme passive qu'on peut rattacher à une voix
    moyenne (Ragon, _Gr. lat._, 409, et Riemann, _Synt. lat._, § 133,
    a 1º). _Calida_, s.-e. _aqua_.

    [4] =Ut apud quos=: cf. 2, note 15. Cette proposition relative
    marquant la cause devrait être construite avec le subjonctif
    (Ragon, _Gr. lat._, 503, 3º). L'exception, qu'on rencontre
    quelquefois, est une construction incorrecte (Riemann, _Synt.
    lat._, § 221, rem. II et note 3). On propose d'ailleurs
    _occupet_ au lieu de _occupat_, mais déjà au ch. XVIII, dans
    _ut quibus nullus per commercia cultus_, il semble bien qu'on
    doive sous-entendre _est_, et non pas _sit_.--_Plurimum_, s.-e.
    _temporis_ ou _anni_.

    [5] =Separatæ sedes=. Tacite, comme on peut s'y attendre chez
    un écrivain qui peint un peuple étranger, signale surtout
    les détails de moeurs qui s'écartent le plus des habitudes de
    son pays. Chez les Romains la salle à manger contenait trois
    lits, sur chacun desquels trois et quelquefois quatre convives
    prenaient place. Horace, _Sat._, I, IV, 86: _Sæpe tribus lectis
    videas cenare quaternos_.--_Sua cuique mensa_. C'était sans doute
    moins une table qu'un simple plateau sur lequel chacun mettait
    sa part du repas. Cf. l'allemand _Tisch_, qui vient du latin
    _discus_.

    [6] =Diem noctemque=, un jour entier et la nuit suivante, comme
    l'indique le verbe _continuare_.

    [7] =Ut inter vinolentos=: cf. 2, note 15.--_Vinolentus_ désigne
    l'état d'ivresse en général, car nous voyons au commencement du
    chapitre suivant que les Germains s'enivraient avec autre chose
    que du vin.

    [8] =Raro conviciis=: les injures sont le fait d'un homme qui
    n'ose en venir aux mains, d'un poltron. Dans les _Niebelungen_ on
    lit: «Il ne convient pas à des guerriers de se blesser avec des
    paroles à la manière des vieilles femmes.»--_Transigitur_: cf.
    19, note 7.

    [9] Proprement, _invicem_ ne signifie que _tour à tour_; mais
    à l'époque impériale on l'emploie fréquemment pour marquer la
    réciprocité au lieu de _inter se_. Cf. 37, _multa invicem damna_.

    [10] =Tanquam=, dans la conviction que. Cf. 20, note 11.

    [11] =Simplices= (de _sim_, «un», comme dans _semel_, _singuli_,
    et _plico_), litt., qui n'a qu'un pli, sans détour, franc,
    ouvert.

    [12] =Adhuc=, si on le rapporte à _aperit_, signifie «jusqu'ici»,
    Tacite voulant dire qu'à l'époque où il écrit, ce peuple n'a
    pas encore appris l'art de dissimuler; mais il vaut mieux le
    rattacher à _secreta_: des choses restées cachées jusqu'alors.
    Un commentateur allemand, qui voit partout de l'ironie, prend le
    contrepied de cette pensée (cf. Introduction), et cite non sans
    quelque apparence de raison Velleius Paterculus, 118, qui appelle
    les Germains _natum mendacio genus_.

    [13] =Detecta et nuda omnium mens=. CORNEILLE, _Théodore_,
    II, ii: «Voilà pour vous montrer mon âme toute nue.» RACINE,
    _Britannicus_, II, ii: «Mais je t'expose ici mon âme toute nue.»

    [14] =Retractatur=. Les idées exprimées en toute franchise durant
    le festin sont de nouveau discutées.

    [15] =Salva utriusque temporis ratio est=. Ce qui convient
    dans les deux cas (la délibération et la décision) est ainsi
    sauvegardé.


=23.= Potui humor ex[1] hordeo aut frumento in quamdam similitudinem
vini corruptus[2]; proximi ripæ[3] et vinum mercantur. Cibi
simplices: agrestia poma[4], recens fera[5], aut lac concretum: sine
apparatu, sine blandimentis[6] expellunt famem. Adversus sitim non
eadem[7] temperantia: si indulseris[8] ebrietati suggerendo quantum
concupiscunt, haud minus facile[9] vitiis quam armis vincentur.

    [1] =Ex= marque la matière dont une chose est faite (_Gr. lat._,
    250).

    [2] =Corruptus= n'a pas ici un sens défavorable: altéré, c.-à-d.
    fermenté. On voit assez qu'il s'agit d'une sorte de bière.--_In
    similitudinem vini_, non pas à la manière du vin, mais de
    façon à ressembler à du vin. Sur _in_ marquant le résultat ou
    l'intention, voir des exemples dans Draeger, § 80. Cf. 38: _in
    altitudinem quamdam et terrorem... ornantur_; et 17, note 11; 24,
    note 3.

    [3] =Proximi ripæ=. Il s'agit des rives du Rhin et du Danube. Cf.
    5, note 13.

    [4] =Agrestia poma=. De même que _frugifera arbor_ (10, note 3)
    signifie toute espèce d'arbre qui porte des fruits, ici _poma_
    désigne des fruits ou productions sauvages de toute espèce, des
    noix ou des baies, peut-être même certains légumes sauvages.

    [5] =Recens fera=, venaison fraîche.--_Lac concretum_, lait
    caillé ou peut-être le lait à tous les états où il peut être
    rangé parmi les _cibi_ que Tacite énumère ici par opposition à la
    boisson.

    [6] =Sine blandimentis=, sans tous les raffinements inventés
    pour réveiller l'appétit paresseux, ce que Salluste appelle
    _irritamenta gulæ_.

    [7] =Eadem=: formule de transition que nous avons déjà vue au ch.
    4: _non eadem patientia_. Pour la pensée, voir aussi ce chapitre:
    _minime sitim tolerare, etc._

    [8] =Si indulseris=, si on se prête à.

    [9] =Haud minus facile= est une litote, au lieu de _facilius_.
    Cependant l'affirmation de Tacite est relative: il ne veut pas
    dire qu'en fait les Germains sont faciles à vaincre (cf. 37),
    mais il compare seulement les deux moyens qu'on a de les dompter.


=24.= Genus spectaculorum unum atque in omni coetu idem: nudi
juvenes, quibus id ludicrum[1] est, inter gladios se atque infestas[2]
frameas saltu jaciunt. Exercitatio artem paravit, ars decorem, non in
quæstum[3] tamen aut mercedem: quamvis[4] audacis lasciviæ pretium
est voluptas spectantium. Aleam, quod mirere, sobrii inter seria[5]
exercent, tanta lucrandi perdendive temeritate[6], ut, cum omnia
defecerunt, extremo ac novissimo[7] jactu de libertate ac de corpore
contendant. Victus voluntariam servitutem adit: quamvis juvenior,
quamvis robustior, alligari se ac venire[8] patitur. Ea est[9] in
re prava pervicacia; ipsi fidem vocant. Servos conditionis hujus per
commercia[10] tradunt, ut se quoque[11] pudore victoriæ exsolvant.

    [1] =Ludicrum= est attribut de _id_: pour qui c'est un jeu. À
    Rome on voyait dans les arènes des exercices plus dangereux,
    mais ils étaient exécutés par de misérables condamnés pour qui ce
    n'était point un passe-temps.

    [2] =Infestas= se rapporte également à _gladios_ (_Gr. lat._,
    228): menaçantes, dangereuses par la manière dont elles sont
    placées. Sidoine Apollinaire, 5, 246: _Intortas præcedere
    saltibus hastas_.--_Saltu se jacere_: expression plus pittoresque
    que _saltare_.

    [3] =In quæstum=, «en vue d'un gain». Cf. 23, note 2.

    [4] =Quamvis= ne signifie pas _quoique_ et ne tombe pas sur le
    verbe à l'indicatif, ce qui serait doublement contraire au bon
    usage classique (Ragon, _Gr. lat._, 501, et rem.; Riemann, § 201,
    2). Il tombe ici exclusivement sur _audacis_: quelque audacieux
    que soit. Tacite emploie d'ailleurs _quamvis_ dans le sens de
    quoique avec le subjonctif: cf. _Histoires_, II, 79 et 85.

    [5] =Sobrii inter seria=. Cette habitude pouvait étonner les
    Romains, pour qui ce jeu faisait partie des divertissements d'un
    festin, quand le vin avait déjà échauffé les têtes.

    [6] =Temeritate=, s'exposant avec tant d'audace aux chances de
    gain ou de perte.

    [7] =Extremo ac novissimo=: pléonasme oratoire. Cf. 1, note
    9. Mais il n'en est pas de même de _libertate et corpore_: le
    second mot marque la conséquence du premier, la perte de la
    liberté entraînait le risque de perdre la vie même dans un pays
    où le maître pouvait punir l'esclave de mort. Cf. 25: _occidere
    solent_.--_Jactu_, coup de dés.

    [8] =Venire=: inf. de _veneo_, qui sert de passif à _vendo_ (_Gr.
    lat._, 411).

    [9] =Ea est=, telle est.

    [10] =Per commercia=. Cf. 17: _nullus per commercia cultus_.

    [11] =Quoque=. Les vainqueurs veulent échapper _eux aussi_ à
    la honte de leur victoire, comme le vaincu a voulu échapper en
    risquant sa liberté à la honte d'une défaite où il avait tout
    perdu.


=25.= Ceteris[1] servis non in nostrum morem[2] descriptis per
familiam ministeriis utuntur: suam quisque sedem, suos penates regit.
Frumenti modum[3] dominus aut pecoris aut vestis ut colono injungit,
et servus hactenus[4] paret. Cetera[5] domus officia uxor ac liberi
exsequuntur. Verberare servum ac vinculis et opere[6] coercere rarum:
occidere solent, non disciplina et severitate[7], sed impetu et ira,
ut inimicum, nisi quod[8] impune est. Liberti non multum supra servos
sunt, raro aliquod momentum[9] in domo, nunquam in civitate[10],
exceptis dumtaxat iis gentibus quæ regnantur[11]. Ibi enim et super
ingenuos et super nobiles ascendunt: apud ceteros impares libertini[12]
libertatis argumentum sunt.

    [1] =Ceteris= sert de transition; il s'agit maintenant des
    esclaves autres que ceux dont il vient d'être parlé. C'étaient
    des prisonniers de guerre ou des fils d'esclaves.

    [2] =In nostrum morem=, à notre manière. Cf. 16, note 3. En
    effet, les Romains pouvaient distribuer à tout un personnel
    composé parfois de plusieurs centaines d'esclaves (_familia_)
    une foule de rôles distincts qui répondaient à autant de besoins
    créés par le luxe. Les Germains qui n'avaient point de palais et
    dont la vie était fort simple auraient été plutôt embarrassés
    de tenir chez eux leurs esclaves. Ces derniers avaient donc
    leurs habitations sans doute groupées autour de celle du maître
    et se livraient aux travaux des champs. Ces moeurs, avec les
    modifications amenées par le christianisme, sont reconnaissables
    durant tout le moyen âge.

    [3] =Modum=, une quantité déterminée.--_Colono_: le colon romain
    était un homme libre, mais la terre qu'il cultivait ne lui
    appartenait pas.

    [4] =Hactenus= s'emploie tantôt en parlant du lieu (_Agricola_,
    16), tantôt en parlant du temps (Virg., _Énéide_, XI, 823), ou
    comme ici au figuré: à cela se borne son esclavage. Il s'agit,
    bien entendu, de ce qui se passait habituellement, car l'esclave
    pouvait en certains cas être mis à mort par son maître.

    [5] =Cetera domus officia= ne peut signifier les autres emplois
    de la maison, puisque Tacite n'en a encore cité aucun; il
    faut traduire: les autres services, ceux qui se font dans la
    maison, par opposition à la culture des champs. +Allos+ a très
    fréquemment cet emploi, _Odyssée_, I, 132: +ektosthen allôn
    mnêstêrôn+, loin des autres, à savoir des prétendants (Ragon,
    _Gr. gr._, 187 _bis_, rem.).--_Uxor et liberi_, s.-e. _domini_.

    [6] =Vinculis et opere=, les fers et les travaux forcés. Tacite
    songe peut-être aux malheureux condamnés à Rome à tourner la
    meule.--_Coercere_: cf. 11.

    [7] =Disciplina et severitate= = _disciplinæ severitate,
    disciplina severa_. _Impetu et ira_ = _impetu iræ_. C'est la
    figure appelée hendiadyn (+hen dia dyoin+) qui consiste à réunir
    par _et_ deux substantifs dont l'un précise l'autre et remplace
    soit un génitif, soit un adjectif.

    [8] =Nisi quod= après une proposition affirmative et _nisi_ seul
    après une négation, s'emploient avec l'indicatif pour signifier:
    si ce n'est que, avec cette restriction que (_Gr. lat._, 494).

    [9] =Momentum=. Les affranchis ont rarement quelque influence. On
    dit plutôt _momenti esse_; Cicéron dit: _esse maximi ponderis et
    momenti_. Mais Tacite aime à employer le nominatif attribut au
    lieu d'un génitif ou d'un datif avec _esse_; il semble qu'ainsi
    la relation avec le sujet devienne plus directe. Cf. 13, note 6,
    et plus bas _argumentum sunt_.

    [10] =In civitate=. À Rome, au contraire, des affranchis,
    tout-puissants auprès des empereurs, tenaient souvent les rênes
    du gouvernement.

    [11] Le passif _regnari_ n'appartient pas à la prose classique
    (Riemann, _Synt. lat._, § 31, _d_, et la note). Cf. 37,
    _triumphati_.

    [12] =Impares libertini=. Le fait que les affranchis sont
    au-dessous des citoyens libres est une preuve de liberté
    chez un peuple. _Impares_ joue ici le rôle d'une proposition
    circonstancielle.--_Libertus_, l'affranchi par rapport à son
    maître; _libertinus_, l'affranchi considéré dans ses rapports
    avec l'État, _libertini_, la classe des affranchis.


=26.= Fenus agitare[1] et in usuras extendere ignotum; ideoque
magis servatur[2] quam si vetitum esset. Agri pro numero cultorum
ab universis vicis[3] occupantur, quos mox inter se secundum
dignationem[4] partiuntur. Facilitatem partiendi camporum spatia
præbent. Arva[5] per annos mutant[6], et superest ager. Nec enim cum
ubertate et amplitudine soli labore contendunt[7], ut[8] pomaria
conserant et prata separent et hortos rigent: sola terræ seges[9]
imperatur. Unde annum quoque ipsum non in totidem[10] digerunt species:
hiems et ver et æstas intellectum[11] ac vocabula habent, autumni
perinde nomen ac bona ignorantur.

    [1] =Fenus agitare=. On n'est pas d'accord sur le sens de ce
    passage. On entend communément: faire valoir un capital et
    étendre cette opération aux intérêts eux-mêmes, c'est-à-dire
    prendre l'intérêt de l'intérêt. Après ce qui a été dit au ch.
    5 de la rareté de la monnaie en Germanie, cette phrase peut
    paraître superflue; mais Tacite songe toujours à Rome, où l'usure
    et les dettes qui en naissaient avaient causé tant de troubles:
    _Sane vetus urbi malum_, dit-il, _Ann._, VI, 16.

    [2] =Servatur= a pour sujet _non agitare fenus_, l'idée négative
    étant suggérée par _ignotum_; _vetitum esset_ a le même sujet,
    mais sans négation. On reconnaît encore ici une de ces _pointes_
    qu'on aimait au temps de Tacite; mais la concision est obtenue
    aux dépens de la clarté.

    [3] =Ab universis vicis=, des communautés entières se déplacent
    et occupent un espace de terrain plus ou moins grand, soit sans
    possesseurs, soit nouvellement conquis.--_Mox_: cf. 10, note 4.

    [4] =Dignationem=, rang, considération.

    [5] =Arva=, la terre cultivée par chacun, s'oppose à _ager_, le
    territoire entier assigné à la communauté.

    [6] =Mutant=: afin de laisser reposer alternativement la terre
    épuisée par une récolte.

    [7] =Contendunt=: ils n'essaient pas, à force de travail, de
    faire valoir chaque parcelle de terrain et d'en tirer tout ce
    qu'elle peut produire, comme cela se pratiquait en Italie, où,
    dès l'époque de Caton, on s'était préoccupé d'obtenir du sol le
    maximum de rendement.

    [8] =Ut= a le sens consécutif: en sorte que, de façon à, au point
    de.

    [9] =Seges=, les céréales.

    [10] =Totidem=. Le second membre de la comparaison est
    sous-entendu. Il s'agit des Romains.--_Species_, formes sous
    lesquelles l'année se montre à nous, saisons.

    [11] =Intellectum=, sens, signification. Ce mot est pris
    passivement. De même, dans Quintilien, _intellectu carere_ = _non
    intelligi_, être inintelligible.


=27.= Funerum nulla ambitio[1]: id solum observatur, ut corpora
clarorum virorum certis lignis crementur[2]. Struem rogi nec vestibus
nec odoribus cumulant: sua cuique arma, quorumdam igni et equus
adjicitur. Sepulcrum cæspes erigit[3]: monumentorum arduum et operosum
honorem ut[4] gravem defunctis aspernantur. Lamenta ac lacrimas[5]
cito, dolorem et tristitiam tarde ponunt[6]. Feminis lugere honestum
est, viris meminisse.

Hæc in commune[7] de omnium Germanorum origine ac moribus accepimus.
Nunc singularum gentium instituta ritusque, quatenus differant, quæ
nationes e Germania in Gallias commigraverint, expediam.

    [1] =Ambitio=, faste, désir de briller. À Rome, au contraire, les
    funérailles se faisaient en grande pompe; on célébrait à cette
    occasion des jeux funèbres fort somptueux.

    [2] =Crementur=. Cet usage de brûler les cadavres paraît
    relativement récent chez les Germains; plus anciennement ils
    enterraient leurs morts; ils revinrent à cette coutume en se
    convertissant au christianisme.

    [3] =Cæspes erigit= au lieu de _cæspite erigitur_: tour poétique
    qui se trouve dans Sénèque, _Ep._ 8: _Hanc domum utrum cæspes
    erexerit an varius lapis gentis alienæ nihil interest._

    [4] =Ut=, dans la pensée que, le regardant comme. Cf. 8, note 10,
    et 20, note 11.

    [5] =Lamenta et lacrimas=: allitération. Cf. 40: _præliis ac
    periclitando_.

    [6] =Ponunt= pour _deponunt_. Cf. 14, note 13. Cicéron avait déjà
    dit _ponere dolorem_. Tacite emploie ailleurs _ponere_ au lieu de
    _proponere_ et cet emploi lui est particulier.

    [7] =In commune=: cf. 5, note 2.


=28.= Validiores[1] olim Gallorum res fuisse summus auctorum[2]
divus Julius tradit; eoque credibile est etiam Gallos in Germaniam
transgressos[3]. Quantulum enim amnis obstabat quominus, ut quæque[4]
gens evaluerat, occuparet permutaretque sedes promiscuas adhuc et
nulla[5] regnorum potentia divisas? Igitur[6] inter Hercyniam[7] silvam
Rhenumque et Moenum amnes Helvetii, ulteriora Boii, Gallica utraque
gens, tenuere. Manet adhuc Boihæmi[8] nomen significatque loci veterem
memoriam, quamvis mutatis[9] cultoribus. Sed utrum Aravisci[10] in
Pannoniam ab Osis, Germanorum natione; an Osi ab Araviscis in Germaniam
commigraverint, cum eodem adhuc sermone, institutis, moribus utantur,
incertum est, quia pari olim inopia ac libertate eadem utriusque ripæ
bona malaque[11] erant. Treveri et Nervii circa[12] affectationem
Germanicæ originis ultro ambitiosi sunt, tanquam[13] per hanc gloriam
sanguinis a similitudine et inertia[14] Gallorum separentur. Ipsam
Rheni ripam haud dubie[15] Germanorum populi colunt, Vangiones,
Triboci, Nemetes. Ne Ubii quidem, quanquam[16] Romana colonia esse
meruerint ac libentius Agrippinenses conditoris sui[17] nomine
vocentur, origine erubescunt, transgressi olim et experimento[18] fidei
super ipsam Rheni ripam collocati, ut arcerent, non ut custodirentur.

    [1] =Validiores=, plus puissants que les Germains, et non pas
    qu'aujourd'hui, comme le témoigne le passage de César, _Bell.
    Gall._, VI, 24: _Ac fuit antea tempus cum Germanos Galli virtute
    superarent._

    [2] =Auctor=, garant, autorité, et non pas écrivain.

    [3] =Transgressos=. Il est plus probable que ces Gaulois qui
    habitaient en Germanie n'y avaient pas passé, mais s'y étaient
    maintenus, tandis que les autres avaient été refoulés de l'autre
    côté du Rhin.

    [4] =Ut=, dans _ut quisque_, signifie tantôt «à mesure que»,
    tantôt «dans la mesure où».

    [5] =Et nulla=, au lieu de _neque ulla_, qui est plus ordinaire
    (Ragon, _Gr. lat._, 531; Riemann, _Synt. lat._, § 268 et rem.).
    Tacite emploie volontiers (cf. 10 et 20, et vingt fois dans les
    autres ouvrages) cette tournure qui semble accentuer davantage la
    négation. Après lui cet usage se répand de plus en plus.

    [6] =Igitur= indique que l'auteur, après une courte digression ou
    explication préliminaire, revient à son sujet.

    [7] =Hercynia silva=: la Forêt Noire, avec laquelle on
    l'identifie, ne devait en être qu'une faible partie. Cf.
    _Hercynia_, au lexique.

    [8] =Boihæmi=. Le mot germanique _heim_ signifie domicile, pays,
    et forme beaucoup de noms de lieu. Cf. lexique des noms propres.

    [9] =Mutatis=. Les Marcomans avaient remplacé les Boïens dans la
    Bohême.

    [10] =Aravisci=. Pour tous les noms propres, consulter le
    lexique.

    [11] =Bona malaque=. Par conséquent on ne peut alléguer aucune
    raison qui ait pu pousser les uns plutôt que les autres à
    franchir le fleuve.

    [12] =Circa=, dans l'usage classique, signifie autour de,
    environ. Son emploi dans le sens de «au sujet de» appartient
    à l'époque impériale.--_Affectationem_, désir d'atteindre,
    d'obtenir, prétention à.

    [13] =Tanquam=: cf. 20, note 11.

    [14] =A similitudine et inertia=. Il y a vraisemblablement
    hendiadyn. Il ne s'agit point d'une ressemblance extérieure:
    _inertia_ explique en quoi consisterait la ressemblance qu'ils
    répudient (_similitudine inertiæ_). Cf. 25, note 7, et 29, note
    8.

    [15] =Haud dubie= tombe sur _Germanorum_: des peuplades
    incontestablement de race germanique. Tacite semble douter de
    l'origine germanique des Trévires et des Nerviens.

    [16] =Quanquam... meruerint=. C'est ainsi que Tacite construit
    d'ordinaire _quanquam_ contrairement à l'usage classique (_Gr.
    lat._, 499).--_Mereri_ se construit avec _ut_, mais l'infinitif
    se trouve aussi chez Ovide, Tacite, Valère Maxime, Florus.

    [17] =Conditoris sui=. On attendrait plutôt le féminin, Agrippine
    étant la véritable fondatrice de la Colonie. S'agit-il d'Agrippa
    qui les établit sur les bords du Rhin? On peut, à la rigueur,
    considérer _sui_ comme le génitif du pronom personnel, car cet
    emploi peu correct, mais non sans exemple dans l'usage classique,
    n'est pas rare chez Tacite. Cf. Riemann, _Synt. lat._, § 53,
    rem. 1, et Draeger, § 63. L'emploi de _conditor_ pour désigner
    une femme est poétique. De même, _auctor_ s'emploie parfois au
    féminin.

    [18] =Experimento=, sur la preuve acquise: abl. de cause.


=29.= Omnium harum gentium virtute præcipui Batavi non multum ex
ripa[1], sed insulam[2] Rheni amnis colunt, Chattorum quondam populus
et seditione domestica in eas sedes transgressus, in quibus pars Romani
imperii fierent[3]. Manet honos et antiquæ societatis insigne[4]:
nam nec tributis contemnuntur[5] nec publicanus atterit; exempti
oneribus et collationibus et tantum in usum[6] proeliorum sepositi,
velut tela atque arma[7] bellis reservantur. Est in eodem obsequio
et Mattiacorum gens. Protulit enim magnitudo populi Romani ultra
Rhenum ultraque veteres terminos[8] imperii reverentiam. Ita sede
finibusque[9] in sua ripa, mente animoque nobiscum agunt; cetera[10]
similes Batavis, nisi quod[11] ipso adhuc terræ suæ solo et cælo acrius
animantur. Non numeraverim[12] inter Germaniæ populos, quanquam trans
Rhenum Danuviumque consederint, eos qui decumates agros[13] exercent.
Levissimus quisque[14] Gallorum et inopia audax dubiæ possessionis
solum occupavere. Mox[15] limite acto promotisque præsidiis sinus
imperii et pars provinciæ[16] habentur.

    [1] =Non multum ex ripa=, une petite partie de la rive. _Ex_
    comme _de_ a souvent le sens partitif. Il s'agit de la rive
    gauche du Wahal et de la Meuse.

    [2] =Insulam=. L'île des Bataves est bornée au nord par une
    branche du Rhin et au sud par le Wahal et la Meuse, mais Tacite
    ne se trompe pas en l'appelant _insulam Rheni_, car les eaux
    de ce fleuve l'entourent réellement. Cf. _Histoires_, IV, 12:
    _Insulam... quam mare oceanus a fronte, Rhenus amnis tergum ac
    latera circumluit_.

    [3] =Fierent=. Ce subjonctif de la proposition relative (_Gr.
    lat._, 503) marque la conséquence et non le but: «où ils étaient
    destinés à devenir».

    [4] =Honos et insigne=: cf. 25, note 7.--_Insigne_ ne fait
    qu'expliquer _honos_ en indiquant qu'il constitue un trait
    distinctif. Cf. 38, note 3. Traduisez: «Il leur reste un
    privilège, marque certaine d'une antique alliance, c'est que...»

    [5] =Contemnuntur=, =atterit= (_eos_). Remarquez l'énergie de
    l'expression et le changement subit du sujet. Cf. note 13.

    [6] =In usum=, pour servir. Tacite donne volontiers à _in_ deux
    emplois rares à l'époque classique: 1º pour marquer le résultat
    (Cf. 23, note 2); 2º pour marquer le but, au lieu de _ad_.

    [7] =Tela atque arma=, armes offensives et défensives.

    [8] =Ultra Rhenum ultraque veteres terminos=. Dans Tacite,
    _et_, _que_, _neque_ sont souvent explicatifs, au lieu d'une
    apposition. Cf. _Agricola_, 4: _De limine imperii et ripa_, au
    delà du Rhin qui était l'ancienne frontière.

    [9] =Sede finibusque= et _mente animoque_: ablatifs de relation
    (_Gr. lat._, 303).--_Agunt_, ils vivent. Cf. 17, note 2.

    [10] =Cetera=. Cf. 17, note 2.

    [11] =Nisi quod=: cf. 25, note 8.--_Solo et cælo_. Tacite
    reconnaît, en dehors de l'influence de la race, l'influence du
    milieu.

    [12] =Non numeraverim=: cf. 2, note 2.--_Quanquam_: cf. 28, note
    16.

    [13] =Decumates agros=, terres qui paient la dîme. Cf. lexique
    des noms propres.--_Exercent_ indique un travail pénible. Tacite
    aime à employer un mot caractéristique au lieu du terme général
    qui serait ici _colunt_. Cf. note 5.

    [14] =Levissimus quisque=: cf. 15, note 2. _Audax_ devrait être
    également au superlatif.

    [15] =Mox=: cf. 10, note 4.--_Limite acto_. Il ne s'agit pas
    d'une simple frontière mais d'un rempart véritable qui, commencé
    sous Domitien et continué sous Trajan, ne fut achevé que par
    Hadrien; de là son nom de _vallum hadrianum_. Il s'étendit
    alors depuis le Danube près de Ratisbonne jusqu'au Rhin près de
    Cologne.--Sur l'expression _limitem agere_, cf. Virg., _Énéide_,
    X, 514, _limitem agit ferro_.--_Sinus_, enclave.

    [16] =Provinciæ=. Une partie des champs décumates était rattachée
    à la Germanie supérieure, l'autre à la Rhétie.--_Habentur_:
    grammaticalement le sujet de ce verbe doit être le même que celui
    de _occupavere_ ou plutôt de _exercent_; mais logiquement, dans
    la pensée de l'auteur, il s'agit des champs décumates eux-mêmes.
    _Habentur_ paraît être ici le simple équivalent de _sunt_.


=30.= Ultra hos Chatti[1] initium sedis ab Hercynio saltu[2]
inchoant[3], non ita effusis[4] ac palustribus locis, ut ceteræ
civitates, in quas Germania patescit: durant siquidem colles, paulatim
rarescunt, et Chattos suos[5] saltus Hercynius prosequitur simul
atque deponit. Duriora genti corpora, stricti[6] artus, minax vultus
et[7] major animi vigor. Multum, ut inter Germanos[8], rationis[9] ac
sollertiæ: præponere[10] electos, audire præpositos, nosse ordines[11],
intelligere occasiones, differre impetus, disponere diem, vallare
noctem, fortunam inter[12] dubia, virtutem inter certa numerare,
quodque rarissimum nec nisi Romanæ disciplinæ concessum, plus reponere
in duce quam in exercitu. Omne robur in pedite, quem super[13] arma
ferramentis[14] quoque et copiis onerant: alios ad proelium ire videas,
Chattos ad bellum. Rari excursus[15] et fortuita pugna. Equestrium sane
virium id proprium, cito parare victoriam, cito cedere: velocitas juxta
formidinem[16], cunctatio propior constantiæ est.

    [1] =Chatti=: auj. les Hessois. Cf. lexique.

    [2] =Hercynio saltu=: cf. 28, note 7, et le lexique.

    [3] =Initium inchoare=. Cette expression, qui nous semble
    pléonastique, est tout à fait dans le génie de la langue latine,
    qui aime à rapprocher deux mots de sens analogue. Cf. Cicéron:
    _Eligendi optio_, et au chap. 31, _visu mitiore mansuescunt_.

    [4] =Effusis locis=, pays de plaines.

    [5] =Suos=. Ce fait que le pays des Chattes s'étend tout entier
    dans la Forêt Noire, crée une sorte de lien entre cette contrée
    et ses habitants.--_Prosequitur simul atque deponit_, les
    accompagne et les dépose. Les terrains montagneux sur lesquels
    vivent les Chattes s'abaissent au niveau de la plaine à leur
    frontière même et semblent les déposer, c'est-à-dire finissent
    avec eux. La couleur poétique est ici sensible. Cf. 34, note 6.

    [6] =Stricti=, durs, nerveux. Cf. 17, note 3.

    [7] =Et= doit être répété entre tous les termes d'une énumération
    (_Gr. lat._, 534), mais cette règle est souvent violée par Tacite
    dans les _Histoires_ et les _Annales_. Ici il n'y a véritablement
    que trois termes sans liaison: le troisième se subdivise en deux
    plus étroitement unis.

    [8] =Ut inter Germanos= restreint la portée du jugement (_Gr.
    lat._, 534, _pour_).

    [9] =Rationis=, non pas intelligence en général, mais réflexion,
    calcul, opposé à l'irréflexion qui obéit au premier mouvement.

    [10] =Præponere=: cet infinitif et ceux qui suivent développent
    les mots précédents en expliquant en quoi consiste l'habileté des
    Chattes.

    [11] =Nosse ordines=, garder les rangs dans le combat.--_Vallare
    noctem_, fortifier la nuit, c.-à-d. la rendre sûre en s'abritant
    derrière des retranchements.

    [12] =Inter=, «au nombre de», comme faisant partie de. Cf. 32,
    note 6.--_Rarissimum (est)_.

    [13] =Super= = _præter_, outre. On rencontre dans _la Germanie_
    deux emplois de _super_ qui ne se trouvent ni dans Cicéron ni
    dans César: 1º _super_ pour _præter_. Cf. 43, _super vires_; 2º
    au delà de, plus de. Cf. 33, _super sexaginta millia ceciderunt_.

    [14] =Ferramentis=, outils de fer.--_Copiis_, vivres.

    [15] =Excursus=, excursion, sortie, c.-à-d. attaque soudaine qui
    a pour résultat une bataille imprévue: _fortuita pugna_.

    [16] =Juxta formidinem=, est voisine, touche de près à la peur.
    Cf. 21, note 5.


=31.= Et aliis Germanorum populis usurpatum[1] raro et privata cujusque
audentia apud Chattos in consensum[2] vertit, ut primum adoleverunt,
crinem barbamque submittere, nec nisi hoste cæso exuere votivum
obligatumque[3] virtuti oris habitum. Super[4] sanguinem et spolia
revelant frontem, seque tum demum pretia nascendi retulisse dignosque
patria ac parentibus ferunt. Ignavis et imbellibus manet squalor[5].
Fortissimus quisque[6] ferreum insuper anulum (ignominiosum id genti)
velut vinculum gestat, donec se cæde hostis absolvat[7]. Plurimis[8]
Chattorum hic placet habitus, jamque canent insignes[9] et hostibus
simul suisque monstrati. Omnium penes hos initia pugnarum, hæc[10]
prima semper acies, visu nova: nam ne in pace quidem vultu mitiore[11]
mansuescunt. Nulli domus aut ager aut aliqua cura: prout ad quemque[12]
venere, aluntur, prodigi alieni, contemptores[13] sui, donec exsanguis
senectus tam duræ virtuti impares[14] faciat.

    [1] =Usurpatum= est employé substantivement et équivaut à une
    proposition relative: _quod usurpatur raro et privata cujusque
    audentia_. Il est expliqué appositionnellement par les infinitifs
    _submittere_, _exuere_.

    [2] =Consensum=, coutume acceptée par tous.

    [3] =Votivum obligatumque=, voué et consacré au courage,
    c.-à-dire par lequel ils s'obligent à se conduire
    vaillamment.--_Habitum_. Cf. 17, note 9.

    [4] =Super=: parce que la victime est considérée comme gisant
    à leurs pieds.--_Revelant_, ils découvrent (en coupant leurs
    cheveux).--_Pretia nascendi retulisse_, avoir payé la dette de
    leur naissance, le prix de leur existence, mérité la vie qu'ils
    ont reçue.

    [5] =Squalor=, l'aspect hideux que leur donne une chevelure
    longue et inculte.

    [6] =Fortissimus quisque=: cf. 15, note 2.

    [7] =Donec absolvat=: cf. 2, note 11.

    [8] =Plurimis=, un grand nombre. Cf. 13, note 12.

    [9] =Jamque canent insignes= = _jam canentes insignes sunt_.
    _Insignis_ se dit proprement de celui qui porte un signe spécial
    auquel on le reconnaît. Cf. Virg., _Én._, VI, 167: _Et lituo
    pugnas insignis obibat et hasta_.--_Monstrati_. C'est une
    marque de célébrité bien connue. Cf. Horace, _Od._, IV, 2. _Quod
    monstror digito prætereuntium_. Perse, I, 28: _At pulchrum est
    digito monstrari et dicier: hic est._

    [10] =Hæc=. C'est d'eux qu'est formé le premier rang.--_Nova_,
    nouveau, par conséquent inaccoutumé, surprenant, étrange. Cf. 43:
    _novum ac velut infernum aspectum_.

    [11] =Mitiore=: prolepse. L'adjectif marque d'avance le résultat.
    Cf. 30, note 3.

    [12] =Prout ad quemque=: cf. 28, note 4.

    [13] =Contemptores=, sans souci de.--_Sui_: génitif de _suum_.

    [14] =Impares=, inégaux, qui ne sont pas à la hauteur de; c.-à-d.
    incapables de soutenir cette sauvage bravoure.


=32.= Proximi Chattis certum jam alveo[1] Rhenum quique terminus
esse sufficiat[2] Usipi ac Tencteri colunt. Tencteri super[3] solitum
bellorum decus, equestris disciplinæ arte præcellunt; nec major apud
Chattos[4] peditum laus quam Tencteris equitum. Sic instituere majores,
posteri imitantur. Hi lusus infantium, hæc[5] juvenum æmulatio;
perseverant senes. Inter[6] familiam et penates et jura successionum
equi traduntur; excipit[7] filius, non, ut cetera, maximus natu, sed
prout ferox bello et melior[8].

    [1] =Certum jam alveo=: par opposition au cours supérieur du
    Rhin.

    [2] =Quique (talis qui)... sufficiat=. Proposition relative
    marquant la conséquence (_Gr. lat._, 502).--_Sufficere_ avec
    l'infinitif n'est pas classique.

    [3] =Super=, outre. Cf. 30, note 13.

    [4] =Apud Chattos=, =Tencteris=. Tacite aime à varier les
    constructions.

    [5] =Hi=, =hæc=, ce sont là les jeux, etc. Cf. 13, note 4.

    [6] =Inter=, comme faisant partie de, c.-à-d. sur le même pied.
    Cf. 30, note 12. _Familia_ désigne ici spécialement les esclaves
    qu'on se partageait dans la succession.--_Jura successionum_.
    L'abstrait pour le concret: tout ce qui tombe sous la
    réglementation des droits de succession.

    [7] =Excipit= (et non pas _accipit_) marque mieux la continuité
    d'une même tradition dans la famille.

    [8] =Bello= se rattache aussi à _melior_, plus brave. Cf. en grec
    +ameinôn+. _Iliade_, VI, 479: +kai pote tis eipêsi: patros g'
    hode pollon ameinôn+.


=33.= Juxta Tencteros Bructeri olim occurrebant[1]: nunc Chamavos
et Angrivarios immigrasse narratur[2], pulsis Bructeris ac penitus
excisis[3] vicinarum consensu[4] nationum, seu superbiæ odio,
seu prædæ dulcedine, seu favore quodam erga nos deorum; nam ne
spectaculo[5] quidem proelii invidere. Super[6] sexaginta millia non
armis telisque[7] Romanis, sed, quod magnificentius est, oblectationi
oculisque[8] ceciderunt. Maneat, quæso, duretque gentibus, si non
amor nostri, at certe[9] odium sui: quando[10], urgentibus[11] imperii
fatis, nihil jam præstare fortuna majus potest quam hostium discordiam.

    [1] =Occurrebant=, se présentaient, c.-à-d. se trouvaient.

    [2] =Narratur= ne s'emploie impersonnellement qu'après l'époque
    classique (_Gr. lat._, 448 et 449).

    [3] =Penitus excisis=. C'est exagéré sans doute, car les
    Bructères apparaissent encore à diverses reprises dans
    l'histoire.

    [4] =Consensu=, ici, «coalition».

    [5] =Spectaculo=: datif.--_Invidere_ signifie littéralement
    regarder d'un oeil malveillant, puis envier, enfin, comme ici,
    refuser par sentiment de jalousie.

    [6] =Super=, au delà de. Cf. 30, note 13.

    [7] =Armis telisque=: cf. 29, note 7.

    [8] =Oblectationi oculisque=: datifs d'intérêt et hendiadyn,
    au lieu de _oblectationi oculorum_. Tacite se montre ici bien
    Romain: Rome a assisté tranquille aux luttes sanglantes de ses
    ennemis et goûté le plaisir qu'éprouvaient les spectateurs en
    regardant les gladiateurs s'égorger dans l'arène.

    [9] =Si non=, =at certe=: _Gr. lat._, 543.--_Amor nostri_,
    l'affection envers nous: génitif objectif (_Gr. lat._, 249).

    [10] =Quando= = _quandoquidem_, du moment que.

    [11] =Urgentibus=. Nous n'avons pu nous décider à supprimer
    ce mot malgré les difficultés qu'il soulève et les spécieuses
    raisons données par M. Brunot (Étude sur le _De moribus
    Germanorum_). Tite-Live avait déjà dit, V, 36: _Jam urgentibus
    Romanam urbem fatis..._ Ce mot résume toutes les inquiétudes de
    Tacite sur l'avenir de son pays. Cf. Introduction.


=34.= Angrivarios et Chamavos a tergo[1] Dulgubnii et Chasuarii
claudunt aliæque gentes haud perinde memoratæ[2], a fronte Frisii
excipiunt. Majoribus minoribusque Frisiis vocabulum[3] est ex modo
virium. Utræque nationes[4] usque ad Oceanum Rheno prætexuntur,
ambiuntque[5] immensos insuper lacus et Romanis classibus navigatos.
Ipsum quin etiam Oceanum illa[6] tentavimus, et superesse adhuc
Herculis columnas[7] fama vulgavit, sive[8] adiit Hercules, seu
quicquid ubique magnificum est in claritatem ejus referre consensimus.
Nec defuit audentia Druso Germanico[9], sed obstitit Oceanus in se
simul atque in Herculem inquiri[10]. Mox[11] nemo tentavit, sanctiusque
ac reverentius visum de actis deorum credere quam scire.

    [1] =A tergo=, =a fronte=. Tacite indique la position relative de
    ces peuples par rapport à un spectateur placé sur le Rhin. C'est
    de là surtout que Rome surveillait la Germanie. Cf. 42, note
    3.--_Claudunt_, _excipiunt_ expriment d'une façon pittoresque
    l'idée qui correspond aux expressions _a tergo_, _a fronte_.

    [2] =Haud perinde memoratæ=, dont on ne parle pas autant, c.-à-d.
    moins connues, ou plutôt de moindre importance.

    [3] =Vocabulum= équivaut à _nomen_ et se construit comme lui
    (_Gr. lat._, 282).--_Ex_, d'après. Cf. 7, note 1.

    [4] Le pluriel de _uterque_ pour désigner deux nations est
    peu correct. On trouve aussi, _Ann._, XVI, 11: _illa utrosque
    intuens_, où il s'agit de deux personnes.

    [5] =Ambiunt=, embrassent.--_Immensos lacus_. Ce qu'on
    appelle le Zuiderzée n'avait pas à l'époque de Tacite toute
    l'étendue actuelle, mais il devait exister de vastes lacs dans
    ces contrées.--_Et_ signifie «aussi» et tombe sur _Romanis
    classibus_. Cf. 10, note 15. Tacite fait allusion aux expéditions
    de Drusus et de Germanicus.

    [6] =Illa=, s.-e. _parte_, de ce côté.--_Tentavimus_ et plus
    bas _obstitit in se inquiri_: on voit que l'océan est en quelque
    sorte personnifié. Ces sortes de personnifications sont un des
    caractères du style de Tacite.

    [7] =Herculis columnas=. Les anciens plaçaient aussi des colonnes
    d'Hercule au détroit de Gibraltar.

    [8] =Sive=, =seu=. Le changement de forme de la conjonction
    accentue l'absence de symétrie des deux propositions.

    [9] =Germanico=. Ce surnom est aussi donné à Drusus, _Hist._, V,
    19.

    [10] =Obstitit inquiri=. Cette construction ne se rencontre
    qu'ici. _Obstare_ est construit avec l'infinitif, comme
    _prohibere_ dont il a le sens.

    [11] =Mox=: cf. 10, note 4.


=35.= Hactenus[1] in occidentem Germaniam novimus. In septentrionem
ingenti flexu redit[2]. Ac primo statim Chaucorum gens, quanquam[3]
incipiat a Frisiis ac partem littoris occupet, omnium quas exposui
gentium lateribus obtenditur, donec[4] in Chattos usque sinuetur.
Tam immensum terrarum spatium non tenent tantum Chauci, sed et[5]
implent, populus inter Germanos nobilissimus, quique magnitudinem suam
malit[6] justitia tueri. Sine cupiditate, sine impotentia[7], quieti
secretique[8] nulla provocant bella, nullis raptibus aut latrociniis
populantur. Id præcipuum[9] virtutis ac virium argumentum est, quod,
ut superiores[10] agant, non per injurias assequuntur. Prompta tamen
omnibus arma ac, si res poscat, exercitus, plurimum virorum equorumque;
et quiescentibus[11] eadem fama.

    [1] =Hactenus=: sens local. C'était la Germanie occidentale
    que les Romains connaissaient le mieux. Aussi les indications
    géographiques de Tacite, qui étaient jusqu'ici assez peu
    précises, vont devenir de plus en plus vagues. La description des
    moeurs se mêlera également de détails fabuleux.

    [2] =Ingenti flexu redit=: elle forme un vaste détour en
    remontant vers le nord. Les côtes de la Germanie ont en effet
    cette forme, mais il ne s'agit peut-être que de la presqu'île
    Cimbrique.

    [3] =Quanquam=: cf. 28, note 16.

    [4] =Donec... sinuetur=, «forme une enclave qui se prolonge
    jusqu'aux Chattes». Cf. _sinus_, 29, note 15.

    [5] =Sed et= = _sed etiam_.--_Implent_, ils le remplissent (par
    la densité de leur population).

    [6] =Malit=. Le subjonctif indique que cette proposition relative
    marque la conséquence. Ce peuple est, entre tous les peuples
    germaniques, le plus noble et tel qu'il préfère, c.-à-d. le seul
    qui préfère.

    [7] =Impotentia=, passion violente. _Impotens_ se dit de celui
    qui n'est pas maître de lui-même; le contraire est _sui compos_.
    Cf. +akratês+ et +enkratês+.

    [8] =Secreti=, vivant retirés, isolés, c.-à-d. ne sortant pas de
    leurs frontières pour inquiéter leurs voisins.

    [9] =Præcipuum=: cf. 6, note 18.

    [10] =Superiores= est au nominatif et se rapporte à
    _Chauci_.--_Agant_: cf. 17, note 2.

    [11] =Quiescentibus=: en temps de paix.


=36.= In latere Chaucorum Chattorumque Cherusci nimiam ac marcentem[1]
diu pacem illacessiti nutrierunt: idque jucundius quam tutius fuit,
quia inter impotentes[2] et validos falso quiescas; ubi manu agitur,
modestia ac probitas nomina superioris sunt[3]. Ita qui olim[4] boni
æquique Cherusci, nunc inertes ac stulti vocantur; Chattis victoribus,
fortuna in sapientiam cessit[5]. Tracti ruina[6] Cheruscorum et
Fosi, contermina gens; adversarum rerum ex æquo[7] socii sunt, cum in
secundis minores fuissent.

    [1] =Marcentem=, énervante.--_Illacessiti_, sans agresseurs. Les
    Chérusques que Tacite peint ici comme amollis avaient autrefois
    lutté courageusement contre les Romains sous la conduite
    d'Arminius.

    [2] =Impotentes=, turbulents. Cf. 35, note 7.--_Falso quiescas_,
    «le repos est illusoire». Cf. 14, note 8.

    [3] =Nomina superioris sunt=: ces vertus sont attribuées à celui
    qui l'emporte, au plus fort.

    [4] =Qui olim=, s.-e. _vocabantur_: zeugma. Cf. 2, note 17.

    [5] =In sapientiam cessit=, litt., tourna en sagesse, c.-à-d.
    leur succès leur tint lieu de sagesse, leur fit une réputation de
    sagesse.

    [6] =Tracti ruina=, qui forme ici image, est employé au sens
    propre. _Histoires,_ III, 29: _Quæ (balista) summa valli ruina
    sua traxit_.

    [7] =Ex æquo=. Tacite emploie l'ablatif neutre d'un adjectif avec
    _ex_ dans le sens d'un adverbe. Cf. _Agricola_, 15: _ex facili_.
    Le même tour existe en grec: +ek tou eutheos+, +ex isou+.


=37.= Eumdem Germaniæ sinum[1] proximi Oceano Cimbri tenent, parva
nunc civitas, sed gloria[2] ingens. Veterisque famæ lata vestigia
manent, utraque ripa[3] castra ac spatia[4], quorum ambitu nunc quoque
metiaris[5] molem manusque gentis et tam magni exitus fidem[6].
Sexcentesimum et quadragesimum annum[7] Urbs nostra agebat, cum
primum Cimbrorum audita sunt arma, Cæcilio Metello ac Papirio Carbone
consulibus. Ex quo si ad alterum[8] imperatoris Trajani consulatum
computemus, ducenti ferme et decem anni colliguntur. Tam diu Germania
vincitur[9]. Medio tam longi ævi spatio multa invicem[10] damna. Non
Samnis, non Poeni, non Hispaniæ Galliæve, ne Parthi quidem sæpius
admonuere[11]: quippe regno Arsacis[12] acrior est Germanorum libertas.
Quid enim aliud nobis quam cædem Crassi, amisso et ipse Pacoro[13],
infra Ventidium[14] dejectus Oriens objecerit? At[15] Germani, Carbone
et Cassio et Scauro Aurelio et Servilio Cæpione Cn. quoque Manlio fusis
vel captis, quinque simul[16] consulares exercitus populo Romano[17],
Varum tresque cum eo legiones etiam Cæsari abstulerunt. Nec impune[18]
C. Marius in Italia, divus Julius in Gallia, Drusus ac Nero et
Germanicus in suis eos sedibus[19] perculerunt. Mox[20] ingentes Gai
Cæsaris minæ in ludibrium versæ. Inde otium, donec occasione discordiæ
nostræ et civilium armorum[21] expugnatis legionum hibernis, etiam
Gallias affectavere[22], ac rursus inde pulsi proximis temporibus
triumphati[23] magis quam victi sunt.

    [1] =Sinum=. Il s'agit de la presqu'île Cimbrique dont Tacite
    parle plus haut. Cf. 35: _Germania in septentrionem ingenti flexu
    redit_, et la note 2.

    [2] =Gloria=: ablatif de relation.

    [3] =Utraque ripa=: ablatif de lieu sans _in_. Cf. 10, note 10.

    [4] =Castra ac spatia= = _castrorum spatia_; _spatia_ renferme
    l'idée de vaste étendue.

    [5] =Metiaris=: cf. 14, note 8.--_Molem manusque_, la masse et
    la force de ce peuple. Cf. _Ann._, I, 61: _Prima Vari castra lato
    ambitu et dimensis principiis trium legionum manus ostentabant._

    [6] =Fidem=, la foi qu'il faut ajouter à, c.-à-d. une si vaste
    enceinte rend croyable ce qu'on raconte de leur émigration
    (_exitus_).

    [7] Les historiens anciens, qui ne visent pas à une précision
    scientifique, se contentent souvent du nombre rond: ici 640 est
    pour 641 ou 113 av. J.-C. et plus loin 210 est pour 211.

    [8] =Ad alterum=. Trajan fut consul pour la seconde fois aussitôt
    après la mort de Nerva en 98 après J.-C. Ce passage nous donne la
    date de la composition de _la Germanie_.

    [9] =Vincitur=. Le présent, comme l'imparfait, marque une action
    qu'on est en train de faire, qui, par conséquent, n'est point
    encore achevée: on est occupé à vaincre la Germanie, sans qu'on
    puisse dire une fois pour toutes qu'elle est soumise. Cf. plus
    loin la même idée: _Triumphati magis quam victi_.

    [10] =Invicem=: cf. 22, note 9. Ce mot joue le rôle d'adjectif
    auprès de _damna_: des dommages réciproques. Cf. 2, note 5.

    [11] =Sæpius admonuere=, ne nous donnèrent de plus fréquents
    avertissements. Sur le parfait en _[=e]re_, cf. 6, note 19.

    [12] =Regno Arsacis=, la monarchie des Parthes dont Arsace fut le
    fondateur.--_Regnum_ forme antithèse avec _libertas_.--_Acrior_,
    plus vigoureuse, résistante, opiniâtre dans la défense.

    [13] =Amisso et ipse Pacoro=. Construction hardie, assez
    fréquente chez Tite-Live, qui consiste à conserver au nominatif,
    dans une proposition au participe absolu passif, _ipse_ (ou
    _quisque_) représentant la personne qui jouerait le rôle de sujet
    dans la tournure active. C'est comme s'il y avait: _cum et ipse
    (oriens) Pacorum amisisset_. Il faut d'ailleurs que ce nominatif
    ainsi conservé représente la même personne que le sujet du verbe
    principal.--_Pacorus_: cf. lexique.

    [14] =Infra Ventidium=, sous un homme comme Ventidius. Ce
    Ventidius avait été muletier et s'était élevé, grâce à la
    protection de César, jusqu'aux plus hautes charges. Cf. lexique.

    [15] =At= marque une forte opposition (_Gr. lat._, 542).

    [16] =Simul=: toutes les défaites dont parle ici Tacite avaient
    été subies en quelques années et durant la même guerre. Pour la
    date de ces luttes, voir le lexique.

    [17] =Populo Romano=, au peuple Romain, c.-à-d. au temps de la
    République par opposition au gouvernement des Césars. _Cæsari_
    désigne ici Auguste. Jules César est nommé dans ce chapitre et au
    chap. XXVIII: _divus Julius_.

    [18] =Nec impune=, et ce ne fut pas impunément, c.-à-d. sans
    éprouver de grandes pertes.

    [19] =In suis eos sedibus=. _Suus_ s'emploie régulièrement
    pour renvoyer à un mot autre que le sujet de la proposition,
    lorsque le contact est immédiat. _Suus_ a d'ailleurs ici le sens
    emphatique de «leur propre» (_Gr. lat._, 446, 1º).

    [20] =Mox=, puis. Cf. 10, note 4.--_Ingentes_: il y a de
    l'ironie dans ce mot. Cf. _Agricola_, 13: _Ingentes adversus
    Germaniam conatus_. Caligula termina la guerre par une ridicule
    supercherie. Cf. _Gaius_, au lexique.

    [21] =Civilium armorum=. Il s'agit des guerres civiles entre les
    empereurs Othon, Vitellius et Vespasien.

    [22] =Gallias affectavere=. Civilis et les Bataves voulaient
    enlever la Gaule à l'empire romain.

    [23] =Triumphati=. Le passif de _triumphare_ se trouve déjà dans
    Virgile, _Én._, VI, 836: _triumphata Corintho_. En prose, il
    est postérieur à l'âge classique. Cf. 25, note 11. Tacite fait
    peut-être allusion à Domitien et à son ridicule triomphe.


=38.= Nunc de Suebis dicendum est, quorum non una ut Chattorum
Tencterorumve gens; majorem enim Germaniæ partem[1] obtinent, propriis
adhuc[2] nationibus nominibusque discreti, quanquam in commune Suebi
vocentur. Insigne[3] gentis obliquare crinem nodoque substringere. Sic
Suebi a ceteris Germanis, sic Sueborum ingenui a servis separantur. In
aliis gentibus, seu cognatione aliqua Sueborum seu, quod sæpe accidit,
imitatione, rarum[4] et intra juventæ spatium: apud Suebos usque ad
canitiem horrentem capillum retorquent[5], ac sæpe in ipso vertice
religant. Principes[6] et ornatiorem habent. Ea cura formæ[7], sed
innoxia: neque enim ut ament amenturve, in altitudinem[8] quamdam et
terrorem adituri bella comptius[9] hostium oculis ornantur.

    [1] =Majorem partem=, la majeure partie (_Gr. lat._, 340).

    [2] =Adhuc=, jusqu'à présent.--_Quanquam_: Cf. 28, note 16.--_In
    commune_: cf. 5, note 2.

    [3] =Insigne=, «trait distinctif». Cf. 31, note 9, et 29,
    note 4.--_Obliquare_, détourner quelque chose de sa direction
    naturelle; ici, retrousser les cheveux pour les nouer.

    [4] =Rarum=. Pour expliquer _seu cognatione aliqua seu
    imitatione_, il faut traduire: cet usage se rencontre, mais
    rarement.

    [5] =Retorquent=, ils retroussent leurs cheveux en les tordant
    pour les nouer soit sur la nuque, soit souvent sur le sommet même
    de la tête (_in ipso vertice_). Cf. Martial (_De spect._, 3):_
    Crinibus in nodum tortis venere Sicambri_.

    [6] =Principes=, non seulement les rois ou chefs de cité, mais
    les nobles en général.

    [7] =Ea cura formæ=, c'est là le souci qu'ils prennent de leur
    beauté.

    [8] =In altitudinem=: acc. avec _in_ pour marquer le but.
    L'omission de la particule _sed_ qu'on attendrait devant ces
    mots (_asyndeton_), jointe au changement de tournure, marque
    énergiquement l'opposition des deux membres de phrase.

    [9] =Comptius= (_solito_): cf. Ragon, _Gr. lat._, 334.--_Oculis_:
    datif d'intérêt.


=39.= Vetustissimos se nobilissimosque Sueborum Semnones memorant.
Fides[1] antiquitatis religione firmatur. Stato[2] tempore in silvam
auguriis[3] patrum et prisca formidine sacram omnes ejusdem sanguinis
populi legationibus[4] coeunt, cæsoque publice homine, celebrant
barbari ritus horrenda primordia. Est et alia luco reverentia[5]: nemo
nisi vinculo ligatus ingreditur, ut[6] minor et potestatem numinis
præ se ferens. Si forte prolapsus est, attolli et insurgere[7] haud
licitum; per humum evolvuntur. Eoque omnis superstitio[8] respicit,
tanquam inde[9] initia gentis, ibi regnator omnium deus, cetera
subjecta atque parentia. Adjicit auctoritatem[10] fortuna Semnonum:
centum pagi iis habitantur, magnoque corpore[11] efficitur ut se
Sueborum caput credant.

    [1] =Fides= avec le génitif de l'objet, comme 37, note
    6.--_Religione_, pratique religieuse.

    [2] =Stato= dit plus que _constituto_: à une date fixe et
    périodiquement.

    [3] =Auguriis= paraît avoir un sens plus général qu'à
    l'ordinaire: des cérémonies religieuses. Ce mot commence un
    hexamètre. Il s'en trouve plusieurs dans les écrits de Tacite;
    bien que ce puisse être l'effet du hasard, celui qui commence les
    _Annales_ n'a pas dû échapper à l'attention de l'écrivain.

    [4] =Legationibus=, en se faisant représenter par des
    députés.--_Cæso homine_, en immolant un homme. Ici le participe
    passé passif équivaut à un présent (Ragon, _Gr. lat._, 400, rem.,
    et Riemann, _Synt. lat._, § 156, rem. 1). Cf. 40, note 12.

    [5] =Reverentia=, marque de vénération.

    [6] =Ut= introduit l'explication de cette coutume.--_Minor_,
    inférieur (à la divinité), c.-à-d. comme symbole de sa
    faiblesse.--_Aliquid præ se ferre_, afficher, faire voir
    ostensiblement.

    [7] =Attolli et insurgere=, se soulever et se mettre
    debout; _attolli_ est un passif à sens moyen, comme plus bas
    _evolvuntur_. Cf. 22, note 3.

    [8] =Omnis superstitio=, toutes les pratiques superstitieuses
    dont ce bois est l'objet.--_Eo respicit tanquam_: cf. 12, note 5.

    [9] =Inde= (_sint_): cf. 13, note 8.

    [10] =Auctoritatem=. Il ne s'agit plus de l'autorité de cette
    tradition, mais de celle des Semnons eux-mêmes; Tacite, après
    avoir prouvé l'antiquité des Semnons par leur religion, prouve
    maintenant leur noblesse par leur puissance.

    [11] =Corpore=, le corps même de la nation.


=40.= Contra Langobardos paucitas[1] nobilitat. Plurimis ac
valentissimis nationibus cincti non per obsequium, sed proeliis et
periclitando[2] tuti sunt[3]. Reudigni deinde et Aviones et Anglii
et Varini et Eudoses et Suardones et Nuithones[4] fluminibus aut
silvis muniuntur. Nec quicquam notabile in singulis, nisi quod[5] in
commune Nerthum[6], id est Terram matrem, colunt eamque intervenire
rebus hominum, invehi populis[7] arbitrantur. Est in insula[8]
Oceani castum[9] nemus, dicatumque in eo vehiculum veste[10]
contectum; attingere uni sacerdoti concessum. Is adesse penetrali[11]
deam intelligit vectamque bubus feminis multa cum veneratione
prosequitur[12]. Læti tunc dies, festa loca quæcumque adventu
hospitioque[13] dignatur. Non bella ineunt, non arma sumunt; clausum
omne ferrum; pax et quies tunc tantum nota, tunc tantum amata, donec
idem sacerdos satiatam conversatione mortalium deam templo reddat.
Mox[14] vehiculum et vestes et, si credere velis, numen ipsum secreto
lacu abluitur. Servi ministrant, quos statim idem lacus haurit[15].
Arcanus hinc terror sanctaque ignorantia, quid sit illud quod tantum
perituri vident.

    [1] =Paucitas= sert de transition en s'opposant au _magnum
    corpus_ des Semnons.

    [2] =Proeliis ac periclitando=: allitération. Cf. 27, note 5.

    [3] =Tuti sunt=, ils pourvoient à leur sûreté. Pour plus de
    variété les trois compléments marquant le moyen sont exprimés
    par trois tournures différentes: _per obsequium_, _proeliis_,
    _periclitando_.

    [4] Il est difficile de déterminer exactement le lieu
    qu'habitaient ces peuples, dont la plupart ne sont connus que de
    nom. Cf. lexique.

    [5] =Nisi quod=: cf. 29, note 11.--_In commune_: cf. 5, note 2.

    [6] =Nerthum=: nom fém. de la 4e déclinaison; on l'écrit
    quelquefois _Herthum_ ou _Hertham_ pour le rattacher à l'allemand
    _Erde_ (anglais _Earth_).--Tacite identifie _Nerthus_ avec la
    déesse Cybèle, _Terram matrem_. Cf. 9, note 1.

    [7] =Invehi populis=, parcourir les peuples montée sur un char.

    [8] =Insula=: probablement l'île de Rügen dans la Baltique.

    [9] =Castum=, pur, parce que les hommes n'y pénètrent pas,
    c.-à-d. sacré.

    [10] =Veste=, et plus loin au pluriel _vestes_, voile. Cf. 10,
    note 3 à la fin.

    [11] =Penetrali=: c'est sans doute l'intérieur du char qui sert
    de sanctuaire. _Templo_, quelques lignes plus loin, ne désigne
    probablement que la partie de la forêt où réside la déesse.

    [12] =Vectam= équivaut à un participe présent: tandis qu'elle est
    portée sur le char. Cf. 39, note 4.

    [13] =Adventu hospitioque= ne font pas double emploi: l'un marque
    le simple passage, l'autre le séjour.

    [14] =Mox=: cf. 10, note 4.--_Numen ipsum_, l'image de la déesse,
    non pas une statue, mais plutôt une représentation grossière ou
    un symbole. Cf. 7, note 6.

    [15] =Haurit=, engloutit. Expression énergique qui s'harmonise
    bien avec ces sombres et mystérieuses pratiques.


=41.= Et hæc quidem pars Sueborum in secretiora Germaniæ[1] porrigitur.
Propior, ut quomodo paulo ante Rhenum[2], sic nunc Danuvium sequar,
Hermundurorum civitas, fida Romanis; eoque solis Germanorum non[3] in
ripa commercium, sed penitus atque in splendidissima Rætiæ provinciæ
colonia[4]. Passim sine custode[5] transeunt; et cum ceteris gentibus
arma modo castraque nostra ostendamus, his domos villasque patefecimus
non concupiscentibus[6]. In Hermunduris Albis[7] oritur, flumen
inclitum et notum olim; nunc tantum auditur.

    [1] =Secretiora Germaniæ=. La construction d'un adjectif neutre
    au positif ou au comparatif avec le génitif partitif est rare
    chez Cicéron et César, mais très fréquente chez les poètes et
    certains prosateurs.

    [2] =Rhenum=, s.-e. _secutus sum_: zeugma. Cf. 2, note 17.

    [3] =Non... sed=, au lieu de _non solum... sed
    etiam_.--_Commercium_, le droit de faire le commerce.--_Penitus_,
    à l'intérieur de l'empire.

    [4] =Colonia=: Augsbourg (_Augusta Vindelicorum_).

    [5] =Passim et sine custode=, partout et sans garde. Sur
    certaines frontières, par exemple sur celle des Tenctères, près
    de Cologne, les Romains interdisaient le passage aux étrangers
    ou les faisaient accompagner d'un Romain qui les surveillait. Cf.
    _Histoires_, IV, 64.

    [6] =Non concupiscentibus=, sans qu'ils songent à les convoiter.

    [7] =Albis=: on suppose généralement que Tacite confond ici
    l'Elbe avec son affluent l'Éger.--_Notum olim_. Les légions
    romaines, dans plusieurs expéditions, avaient campé sur les bords
    de l'Elbe; à l'époque de Tacite, on ne connaissait plus ce fleuve
    que pour en avoir entendu parler.


=42.= Juxta Hermunduros Naristi ac deinde Marcomani[1] et Quadi agunt.
Præcipua Marcomanorum gloria viresque, atque ipsa etiam sedes, pulsis
olim Boiis, virtute parta. Nec Naristi Quadive degenerant[2]. Eaque[3]
Germaniæ velut frons est, quatenus Danuvio præcingitur. Marcomanis
Quadisque usque ad nostram memoriam reges manserunt ex gente ipsorum,
nobile Marobodui et Tudri genus[4]; jam et externos patiuntur. Sed vis
et potentia regibus ex auctoritate Romana. Raro armis nostris, sæpius
pecunia juvantur[5], nec minus valent.

    [1] =Marcomani=: cf. 28, note 9.

    [2] =Nec degenerant=, ne sont pas non plus indignes d'eux.

    [3] =Ea= s'accorde avec l'attribut par attraction. Cf. 13, notes
    4 et 9.--_Velut frons_, en quelque sorte le front de la Germanie,
    c'est-à-dire la partie antérieure, la plus rapprochée des Romains
    du côté du Danube, qu'atteignait la province de Rhétie. Cf. 34,
    note 1.

    [4] =Nobile genus=. On ne connaît pas autrement cette dynastie.
    On n'a aucun détail sur Tuder lui-même; quant à Maroboduus, cf.
    _Ann._, II, 63. On ne sait rien non plus sur leurs successeurs,
    sinon qu'ils étaient imposés par Rome, comme le dit Tacite.

    [5] =Juvantur= (_reges_). Les Romains fournissaient à ces rois
    étrangers, dévoués aux intérêts de l'empire, des subsides qui
    suffisaient à maintenir leur autorité.


=43.= Retro[1], Marsigni, Cotini, Osi, Buri terga Marcomanorum
Quadorumque claudunt. E quibus Marsigni et Buri sermone cultuque
Suebos referunt[2]; Cotinos Gallica, Osos Pannonica lingua coarguit
non esse Germanos, et quod tributa patiuntur[3]. Partem tributorum
Sarmatæ, partem Quadi, ut[4] alienigenis imponunt. Cotini, quo
magis pudeat[5], et ferrum effodiunt. Omnesque hi populi pauca[6]
campestrium, ceterum saltus et vertices montium insederunt. Dirimit
enim scinditque Suebiam continuum montium jugum[7], ultra quod
plurimæ gentes agunt[8], ex quibus latissime patet Lugiorum nomen in
plures civitates diffusum. Valentissimas nominasse sufficiet, Harios,
Helveconas, Manimos, Helysios, Nahanarvalos. Apud Nahanarvalos antiquæ
religionis lucus ostenditur. Præsidet sacerdos muliebri ornatu[9],
sed deos interpretatione Romana[10] Castorem Pollucemque memorant:
ea vis numini[11], nomen Alcis. Nulla simulacra, nullum peregrinæ
superstitionis vestigium; ut fratres tamen, ut juvenes venerantur.
Ceterum Harii, super[12] vires quibus enumeratos paulo ante populos
antecedunt, truces insitæ feritati arte ac tempore lenocinantur:
nigra scuta, tincta corpora; atras ad proelia noctes legunt; ipsaque
formidine[13] atque umbra feralis exercitus terrorem inferunt, nullo
hostium[14] sustinente novum ac velut infernum aspectum: nam primi in
omnibus proeliis oculi vincuntur. Trans Lugios Gotones regnantur[15],
paulo jam adductius[16] quam ceteræ Germanorum gentes, nondum tamen
supra libertatem. Protinus deinde ab[17] Oceano Rugii et Lemovii.
Omniumque harum gentium insigne[18] rotunda scuta, breves gladii et
erga reges obsequium.

    [1] =Retro=, par opposition à _frons_ (42, note 3), c.-à-d. vers
    le nord-est.

    [2] =Referre Suebos sermone= équivaut à _sermonem Sueborum
    referre_, qui se dit également. VIRGILE, _Én._, IV, 329: _Qui te
    tamen ore referret_.

    [3] =Quod tributa patiuntur= est relié par _et_ à _lingua_, comme
    étant au même titre sujet de _coarguit_. Sur les propositions
    complétives avec _quod_, cf. _Gr. lat._, 470.

    [4] =Ut=: cf. 39, note 6.

    [5] =Quo magis pudeat=, pour surcroît de honte; non pas qu'il
    y ait honte pour eux à s'employer aux mines, comme on traduit
    quelquefois, mais ce fer qu'ils savent extraire devrait servir à
    sauver leur liberté.

    [6] =Pauca= avec le génitif partitif. Cf. 41, note 1.--_Ceterum_,
    pour le reste, par opposition à _pauca_.

    [7] =Continuum montium jugum=, une chaîne de montagnes. Il s'agit
    ici du Riesengebirge.

    [8] =Agunt=: cf. 17, note 2.

    [9] =Muliebri ornatu=. On traduit, généralement: en habit de
    femme; selon Müllenhof, il ne s'agit que de l'arrangement des
    cheveux.

    [10] =Interpretatione romana=. Tacite avoue ici ce qu'on a déjà
    observé ch. 9, note 1, et 40, note 6.--_Memorant_, comme 3, note
    1. Cf. 2, note 14.

    [11] =Numini=. Ces deux dieux dont le culte est uni sont
    considérés comme formant une seule divinité.--_Alcis_: datif
    pluriel. Pour la construction, cf. 34, note 3.

    [12] =Super=, outre. Cf. 30, note 13.--_Lenocinantur_, viennent
    en aide à, enchérissent encore sur.--_Arte et tempore_ sont
    expliqués par ce qui suit: _nigra scuta_, _atras noctes_.

    [13] =Ipsa formidine=, par la crainte seule. Cf. 13, note
    12.--_Feralis_, lugubre.

    [14] =Hostium nullo= = _nullo hoste_.--_Novum_, étrange. Cf. 31,
    note 10.

    [15] =Regnantur=: cf. 25, note 11.--On peut remarquer ici la
    concision de Tacite: les Gotons habitent au delà des Lugiens et
    sont gouvernés par des rois.

    [16] =Adductius=. On dit _adducere habenas_, amener à soi les
    rênes, serrer le frein; de là le sens de _adductius_, plus
    étroitement, plus sévèrement.--_Supra_, au-dessus de, c.-à-d.
    sans que la liberté succombe complètement sous l'autorité des
    rois.

    [17] =Protinus ab=, immédiatement à partir de, c.-à-d. sur le
    bord même de.

    [18] =Insigne=: cf. 38, note 3.--_Et_: emploi non classique. Cf.
    30, note 7.


=44.= Suionum hinc civitates, ipso in Oceano[1], præter viros armaque
classibus valent. Forma navium eo differt, quod utrinque prora[2]
paratam semper appulsui frontem agit. Nec velis ministrant[3] nec remos
in ordinem lateribus adjungunt: solutum, ut in quibusdam fluminum[4],
et mutabile, ut res poscit, hinc vel illinc remigium. Est apud illos
et opibus honos, eoque[5] unus imperitat, nullis jam exceptionibus[6],
non precario jure parendi[7]. Nec arma, ut apud ceteros Germanos, in
promiscuo[8], sed clausa sub custode, et quidem servo, quia subitos
hostium incursus prohibet Oceanus, otiosæ porro[9] armatorum manus
facile lasciviunt. Enimvero neque nobilem neque ingenuum, ne libertinum
quidem armis præponere regia utilitas est[10].

Suionibus Sitonum gentes continuantur. Cetera[11] similes uno
differunt, quod femina dominatur: in tantum non modo a libertate, sed
etiam a servitute degenerant.

    [1] =Ipso in Oceano=. Il s'agit de la Scandinavie, que Tacite et
    ses contemporains prenaient pour une île.

    [2] =Utrinque prora=, la proue qui se trouve des deux
    côtés. L'arrière du navire était, comme l'avant, en forme de
    proue.--_Utrinque_ joue le rôle d'adjectif. Cf. 37, note 10.

    [3] =Velis= est au datif, comme s'il y avait: _velis ministerium
    præstant_. On explique aussi: _velis_ (ablatif) _naves
    ministrant_. Cf. Virg., _Én._, VI, 302, où _velis ministrat_
    reçoit aussi cette double interprétation.

    [4] =Quibusdam fluminum=: cf. 43, note 14.

    [5] =Eoque=, et à cause de cela, aussi. Tacite passe bien
    rapidement sur cette affirmation qui est contestable.

    [6] =Nullis jam exceptionibus=, sans restrictions. _Jam_ indique
    l'opposition avec ce qui se passe chez les autres peuples dont il
    a été parlé jusqu'ici.

    [7] =Jure parendi=, le droit à l'obéissance. C'est inutilement
    qu'on a voulu substituer _imperandi_ à _parendi_. Le gérondif
    latin se traduit d'ordinaire par un infinitif actif précédé
    d'une préposition; mais dans certains cas il semble avoir un sens
    passif qu'il n'a pas en réalité: il est alors l'équivalent d'un
    substantif verbal. Ainsi C. Nepos, _Att._, 9: _spes restituendi
    nulla erat_, comme s'il y avait _restitutionis_. Salluste,
    _Jug._, 62: _cum Jugurtha ad imperandum vocaretur_, pour recevoir
    des ordres, litt., pour le commandement. En français nous avons
    des constructions analogues: La fortune vient en dormant, on paie
    en servant.

    [8] =In promiscuo=, dans toutes les mains. Chez Tacite l'adjectif
    neutre précédé de _in_ remplit souvent les fonctions d'attribut
    ou d'adverbe. Cf. _Hist._, III, 2: _Fortuna in integro est_.
    L'expression _in promiscuo_ se trouve d'ailleurs aussi chez
    Tite-Live, Sénèque, etc. Cf. 36, note 7.

    [9] =Porro=, et en outre, d'autre part.

    [10] =Regia utilitas est= = _regibus utilitati est_. Cf. 13, note
    6.

    [11] =Cetera=: cf. 17, note 2.--La proposition complétive
    commençant par _quod_ sert d'apposition à _uno_.--_In tantum_,
    litt., «à un tel degré».


=45.= Trans Suionas aliud[1] mare, pigrum ac prope immotum, quo cingi
claudique terrarum orbem hinc[2] fides, quod extremus cadentis jam
solis fulgor in ortum[3] edurat adeo clarus, ut sidera hebetet. Sonum
insuper emergentis audiri[4] formasque equorum et radios capitis[5]
adspici persuasio adjicit. Illuc usque, et fama vera[6], tantum natura.

Ergo jam[7] dextro Suebici maris littore Æstiorum gentes alluuntur,
quibus ritus[8] habitusque Sueborum, lingua Britannicæ propior. Matrem
deum venerantur. Insigne[9] superstitionis formas aprorum gestant:
id pro armis omnique tutela securum deæ cultorem etiam inter hostes
præstat. Rarus ferri, frequens fustium usus. Frumenta ceterosque
fructus patientius quam pro solita Germanorum inertia laborant[10]. Sed
et mare scrutantur ac soli omnium sucinum[11], quod ipsi glæsum vocant,
inter vada atque in ipso littore legunt. Nec quæ natura quæve ratio
gignat[12], ut[13] barbaris, quæsitum compertumve. Diu quin etiam inter
cetera ejectamenta maris jacebat, donec luxuria nostra dedit nomen[14].
Ipsis in nullo usu: rude[15] legitur, informe perfertur, pretiumque
mirantes accipiunt. Sucum tamen[16] arborum esse intellegas, quia
terrena quædam atque etiam volucria animalia plerumque interlucent,
quæ implicata humore mox durescente materia clauduntur. Fecundiora
igitur nemora lucosque sicut Orientis secretis[17], ubi tura balsamaque
sudantur, ita Occidentis insulis terrisque inesse crediderim, quæ
vicini solis radiis expressa atque liquentia in proximum mare labuntur
ac vi tempestatum in adversa littora exundant. Si naturam[18] sucini
admoto igne tentes, in modum tædæ accenditur alitque flammam pinguem et
olentem; mox ut in picem resinamve lentescit.

    [1] =Aliud=, par opposition à l'Océan dont Tacite a parlé plus
    haut.--_Pigrum_. On ne sait pas au juste quelle mer est désignée
    ici. Les uns veulent reconnaître l'Océan glacial, dont des
    géographes grecs plus anciens que Tacite parlent déjà; d'autres,
    seulement le golfe qui sépare au sud la Suède de la Norvège; mais
    il est plus probable qu'il s'agit de la mer déjà décrite dans
    l'_Agricola_, 10: _mare pigrum et grave remigantibus_, c.-à-d.
    l'espace compris entre les Orcades et l'antique Thulé (les îles
    Shetland).

    [2] =Hinc= annonce la prop. complétive commençant par _quod_,
    et _hinc fides (est)_ = _hoc probatur_. À l'époque classique
    le nombre des locutions formées d'un substantif et de _esse_
    (_fas est_, _tempus est_, _mos est_) qui se construisent avec
    l'infinitif est assez restreint, mais à l'époque impériale ces
    constructions se multiplient; on a: _finis est_, _pudor est_,
    _amor est_, _fides est_, etc.

    [3] =In ortum=, jusqu'au lever du soleil. Cf. 22, note 2.

    [4] =Sonum audiri=. Les anciens croyaient que le soleil, plongé
    dans les eaux comme une masse de fer rouge, surtout à son
    coucher, faisait entendre des sifflements. JUVÉNAL, _Sat._ 14,
    280: _Audiet Herculeo stridentem gurgite solem_.

    [5] =Capitis=. Pour les anciens le soleil est un dieu monté sur
    un char et dont le front rayonne.--_Persuasio_, la croyance, par
    opp. à ce qui est prouvé par des faits (_fides_).

    [6] =Et fama vera=, et ce qu'on raconte est vrai. Ici Tacite
    accepte la responsabilité de l'assertion, parce que son beau-père
    Agricola lui a fourni à ce sujet des renseignements précis. On
    sait d'ailleurs que Tacite confond le nord de la Scandinavie avec
    celui de la Grande-Bretagne. Cf. note 1.--_Natura tantum_, le
    monde ne s'étend pas plus loin.

    [7] =Ergo jam=. Comme le monde finit en cet endroit, Tacite
    revient _donc maintenant_ en arrière.--_Mare Suebicum_: cf.
    lexique.

    [8] =Ritus habitusque=, la manière de vivre et l'extérieur.

    [9] =Insigne=: cf. 38, note 3.--_Formas aprorum_: sans doute des
    statuettes de bois que l'on portait sur soi comme des amulettes.

    [10] =Frumenta laborant=. L'accusatif avec _laborare_ est
    poétique. Cf. _vallare noctem_, au ch. 30.--_Patientius quam
    pro_. Le comparatif ainsi construit indique la disproportion
    entre deux termes (_Gr. lat._, 335). Traduisez: avec plus de
    patience qu'on n'en attendrait de la paresse habituelle des
    Germains.

    [11] =Sucinum=, le succin ou ambre jaune, que les Grecs appelaient
    +êlektron+.--_Glæsum_: on peut rapprocher ce mot de l'allemand
    _Glas_, corps transparent, verre.

    [12] =Quæ natura= _(sit) quæve ratio gignat_, quelle est sa
    nature et quel est son mode de production. Cf. note 18.

    [13] =Ut=: cf. 2, note 15.--_Barbaris_: datif complément d'un
    verbe passif (cf. 16, note 1) en apposition à _iis_ sous-entendu.

    [14] =Dedit nomen=, lui fit une réputation, le mit à la mode.

    [15] =Rude=, brut, _informe_, sans être travaillé.--_Pretium
    mirantes accipiunt_. C'est dans les traits de ce genre que se
    révèle le grand peintre que nous admirons en Tacite: un seul mot
    nous montre ici l'étonnement qui saisit le Barbare à son premier
    contact avec une civilisation qu'il ne comprend pas.

    [16] =Tamen=, cependant, c.-à-d. quoique ceux qui le recueillent
    ne puissent fournir aucun renseignement sur sa nature.--_Volucria
    animalia_. André Chénier dit en parlant de l'ambre (_Poème
    sur l'invention_, v. 248): «Tombe odorante où vit l'insecte
    volatile.»--_Plerumque_, souvent. Cf. 13, note 12.

    [17] =Orientis secretis= (s.-e. _inesse credo_), dans les pays
    les plus reculés de l'Orient.--_Crediderim_, je serais porté à
    croire. Cf. 2, note 2.--_Quæ_, des matières qui.

    [18] =Naturam=: cf. note 12.--_Mox_, puis. Cf. 10, note 4.--_Ut
    in picem resinamve_, en formant une sorte de poix ou de résine.
    _In_ marque le résultat. Cf. 23, note 2.


=46.= Hic Suebiæ finis. Peucinorum Venedorumque et Fennorum nationes
Germanis an Sarmatis adscribam dubito, quanquam Peucini, quos quidam
Bastarnas vocant, sermone, cultu, sede ac domiciliis[1] ut Germani
agunt: sordes omnium[2] ac torpor. Conubiis mixtis[3] nonnihil in
Sarmatarum habitum foedantur. Venedi multum ex moribus[4] traxerunt;
nam quicquid inter Peucinos Fennosque silvarum ac montium erigitur
latrociniis pererrant. Hi tamen inter Germanos potius referuntur,
quia et domos figunt[5] et scuta gestant et pedum usu ac pernicitate
gaudent: quæ omnia diversa Sarmatis sunt in plaustro equoque
viventibus. Fennis mira feritas, foeda paupertas: non arma, non equi,
non penates[6]; victui herba, vestitui pelles, cubile humus. Solæ in
sagittis spes, quas inopia ferri ossibus asperant[7]. Idemque venatus
viros pariter ac feminas alit: passim[8] enim comitantur partemque
prædæ petunt. Nec aliud infantibus ferarum imbriumque suffugium[9]
quam ut in aliquo ramorum nexu contegantur. Huc redeunt juvenes, hoc
senum receptaculum. Sed beatius arbitrantur quam ingemere agris[10],
illaborare domibus, suas alienasque fortunas spe metuque versare:
securi adversus homines, securi adversus deos, rem difficillimam
assecuti sunt, ut illis ne voto quidem opus esset[11].

Cetera jam fabulosa: Hellusios et Oxionas ora hominum vultusque,
corpora atque artus ferarum[12] gerere. Quod ego ut incompertum in
medio relinquam.

    [1] =Sede ac domiciliis=, par la manière dont ils forment leurs
    agglomérations et disposent leurs demeures.--_Agunt_, vivent. Cf.
    17, note 2.

    [2] =Omnium= (_est_), se rencontre chez tous.

    [3] =Conubiis mixtis=, par les mariages qu'ils contractent avec
    les Sarmates.--_In_ ici encore marque le résultat. Cf. 45, note
    18.

    [4] =Ex moribus= (_Sarmatarum_) s'oppose à _habitum_,
    l'extérieur, et _multum_ à _nonnihil_.

    [5] =Domos figunt=, ils ont des demeures fixes.--_Pedum usu_, la
    marche. Les Sarmates au contraire étaient nomades et passaient
    leur vie à cheval ou dans des chariots.

    [6] =Non penates=, pas d'intérieur, pas de maisons, soit fixes
    comme celles des Vénèdes, soit roulantes comme celles des
    Sarmates. Cf. 15, note 3.

    [7] =Ossibus asperare=, litt., rendre pointu avec des os, c.-à-d.
    armer d'os pointus.

    [8] =Passim=, partout. Cf. 41, note 5.

    [9] =Imbrium suffugium=, refuge contre la pluie. Cf. 16, note 10.

    [10] =Agris=: datif.--_Illaborare domibus_, peiner en
    construisant des maisons.

    [11] L'influence de la rhétorique et la recherche de l'effet sont
    visibles dans tout ce passage.

    [12] =Artus ferarum=. Il est probable que ceux dont Tacite tient
    directement ou indirectement ces renseignements ont été trompés
    par l'extérieur de ces hommes du Nord qui se vêtaient entièrement
    des peaux de divers animaux.



LEXIQUE DES NOMS PROPRES


A

=Abnoba mons=, 1, le mont Abnoba, dans la Forêt Noire. Il s'appelle
encore aujourd'hui _Abenauer Gebirge_.

=Æstii=, 45, les Æstiens, sur la côte orientale de la Baltique. Ce sont
les ancêtres des Lithuaniens et des Prussiens.

=Africa=, 2.

=Agrippinenses=, 28, les habitants de Cologne (_Colonia
agrippinensis_). C'est le nom que prirent les Ubiens après
qu'Agrippine, fille de Germanicus et femme de Claude, eut établi chez
eux une colonie.

=Albis=, 41, l'Elbe, fleuve de Germanie qui se jette dans la mer du
Nord.

=Albruna=, 8, Albruna, prophétesse des Germains.

=Alci=, 43, les _Alci_, nom de deux dieux honorés par les Naharvales;
Tacite les assimile à Castor et Pollux.

=Alpes Ræticæ=, 1, les Alpes Rhétiques, ainsi nommées à cause de la
province romaine de Rhétie; elles commencent au Saint-Gothard.

=Anglii=, 40, les Angles ou Angliens, peuplade germanique qui occupait
probablement une partie du Sleswig-Holstein.

=Angrivarii=, 33, 34, les Angrivariens, qui habitaient sur les bords du
Weser, au nord des Chamaves et des Chérusques.

=Aravisci=, 28, les Aravisques, peuplade de Pannonie, sur la rive
droite du Danube.

=Arsaces=, 37, Arsace, fondateur du royaume des Parthes (256).

=Asciburgium=, 3, Asburg ou Asberg, près du confluent de la Ruhr avec
le Rhin.

=Asia=, 2.

=Aviones=, 40, les Aviones, qui habitaient probablement les îles qui se
trouvent à l'ouest du Sleswig-Holstein.


B

=Bastarnæ=, 46, les Bastarnes, peuplade germanique. Les auteurs anciens
donnent ce nom, les uns à des Gaulois du Danube, d'autres à des Gètes,
d'autres enfin à des Scythes; voyez au mot _Peucini_.

=Batavi=, 29, les Bataves; ils appartenaient d'abord à la nation des
Chattes. Ils occupèrent plus tard l'île formée par le Rhin et le Wahal.

=Boihæmum=, 28, la Bohême, du nom de ses premiers habitants les Boïens.

=Boii=, 28, 42, les Boïens, qui appartenaient à la race celtique. Ils
occupaient la Bohême et une partie de la Bavière.

=Britannica lingua=, 45, la langue celtique parlée dans la
Grande-Bretagne.

=Bructeri=, 33, les Bructères, qui habitaient le bassin de la Lippe
jusqu'à l'Ems; ils se divisaient en _Bructeri majores_ et _minores_.

=Buri=, 43, les Bures, peuplade de la nation des Suèves, qui habitait
vers les sources de l'Oder et du Waag.


C

=Cæcilius Metellus=, 37, collègue de Papirius Carbon, fut consul avec
lui en 113 avant J.-C.

=Cæsar=, 37, l'empereur Auguste.

=Carbo=, 37, le consul Cneius Papirius Carbon qui fut battu par les
Cimbres en 113 avant J.-C., non loin de Noreia en Carinthie, vers les
sources de la Drave.

=Cassius=, 37, le consul L. Cassius Longinus, battu en 107 avant J.-C.
dans le pays des Allobroges.

=Castor Polluxque=, 43, Castor et Pollux, les deux fils de Léda, que
Tacite identifie avec les dieux _Alci_ des Naharvales.

=Chamavi=, 33, 34, les Chamaves. Ils habitaient près de l'Yssel et du
Zuiderzée.

=Chasuarii=, 34, les Chasuares, qui habitaient entre le Weser et la
Haase.

=Chatti=, 29, 30, 31, 35, 36, 38, les Chattes, peuplade germanique. Ils
habitaient dans le pays des Hessois d'aujourd'hui.

=Chauci=, 35, 36, les Chauques. Ils habitaient le bassin du bas Weser
jusqu'à l'Ems d'un côté et de l'autre jusqu'à l'Elbe.

=Cherusci=, 36, les Chérusques. Ils habitaient entre le cours supérieur
du Weser et l'Elbe au nord-est des Chattes.

=Cimbri=, 37, les Cimbres, peuplade probablement germanique qui
occupait à l'époque de Tacite une partie de la presqu'île danoise:
+Kimbrikê chersonêsos+.

=Cotini=, 43, les Cotins, peuplade de race celtique qui habitait au
nord de la Hongrie, entre les sources de l'Oder et de la Vistule.

=Crassus=, 37. Crassus fit partie du triumvirat avec César et Pompée.
Il fut vaincu et tué en 53 avant J.-C. dans une bataille contre les
Parthes.


D

=Daci=, 1. Les Daces, peuplade des Thraces, habitaient les contrées
appelées aujourd'hui Moldavie, Roumanie, Valachie, et le sud-est de la
Hongrie.

=Danuvius=, 1, 29, 41, 42, le Danube, fleuve. Dans son cours inférieur
il s'appelle aussi Ister (+Istros+).

=Decumates agri=, 29, les champs Décumates, territoire qui se trouvait
dans l'angle formé par les cours supérieurs du Danube et du Rhin.

=Drusus=, 34, 37, Drusus Néron Germanicus, frère de Tibère, fit une
expédition contre les Germains 12-9 avant J.-C.; de là son surnom de
Germanicus.

=Dulgubnii=, 34, les Dulgubniens, peuplade de race germanique qui
habitait entre les Langobards et les Chérusques, sur les bords de
l'Aller (_Alara_).


E

=Eudoses=, 40, les Eudoses, qui appartenaient à la nation des Suèves.
Ils habitaient le Jutland.


F

=Fenni=, 46, les Finnois d'aujourd'hui. Ils habitaient le nord de la
Scandinavie.

=Fosi=, 36, les Foses. Ils habitaient au sud de l'Aller (_Alara_).
C'est peut-être leur nom qu'on retrouve dans _Fosa_, petite rivière
affluent de l'Aller.

=Frisii=, 34, 35, les Frisons. Ils habitaient autour du lac Flevo,
depuis l'embouchure du Rhin jusqu'à l'Ems.


G

=Gaius Cæsar=, 37, l'empereur Caligula (37 à 41 après J.-C.). Après
un semblant d'expédition en Germanie, il fit déguiser des Gaulois en
Germains pour les faire servir à son triomphe.

=Gallia=, 5, 27, 37, la Gaule. Elle est nommée aussi _Galliæ_ parce
qu'elle se divisait en trois parties.

=Gambrivii=, 2, les Gambriviens, nation germanique, d'ailleurs
inconnue. Ils habitaient probablement les bords de la Ruhr.

=Germani=, 2, 16, 27, 30, 31, 35, 37, 41, 43, 44, 45, 46, les Germains.
Le sens étymologique de ce mot est contesté. On le fait signifier
tantôt homme de guerre (_War_, guerre; _Mann_, homme), tantôt
_voisins_. On prétend aussi y voir l'équivalent de +boên agathoi+
(celtique _garm_, cri).

=Germania=, 1, 2, 5, 27, 28, 29, 30, 37, 38, 42, la Germanie.

=Germanicus=, 34, 37. Germanicus, fils de Drusus, combattit les
Germains de 14 à 16 après J.-C. et vengea le massacre des légions de
Varus.

=Gotones=, 43, peuple de race germanique qui habitait les bords de la
Vistule inférieure jusqu'au Pregel.


H

=Harii=, 43, les Hariens, qui habitaient entre les cours supérieurs de
l'Oder et de la Vistule.

=Hellusii=, 46, les Hellusiens, peuple fabuleux qui selon Tacite
habitait le nord-est de l'Europe.

=Helvecones=, 43, les Helvecones, dont le nom s'écrit aussi
_Helvæones_, peuplade des Suèves qui habitait à l'ouest du cours
inférieur de la Vistule.

=Helvetii=, 28, les Helvètes. Selon Tacite ils étaient d'origine
celtique et avaient été chassés de leur pays par les Hermondures. César
les trouva établis en Suisse.

=Helysii=, 43, les Helysiens, peuplade des Suèves qui habitaient entre
les cours supérieurs de l'Oder et de la Vistule.

=Hercules=, 3, 9, 34, Hercule. Il semble que cette appellation
gréco-romaine désigne le dieu _Thor_, qui portait lui aussi une massue.

=Hercynia silva=, 28, la forêt Hercynienne, appelée aussi _Hercynius
saltus_, ch. 30, et par Aristote +Arkynia orê+, chaîne de montagnes
boisées qui comprenait la Forêt Noire, le Thuringer Wald, le
Fichtelgebirge, les monts de Bohême et les autres chaînes qui
traversent le sud de l'Allemagne.

=Herminones=, 2, les Herminones, nom commun à toutes les peuplades du
centre de la Germanie.

=Hermunduri=, 41, 42, les Hermondures, peuplade germanique qui occupait
la région du Jura Franconien, entre le Danube, le Mein et les sources
de la Saale.

=Hispanæ=, 37, les Espagnes, ainsi nommées parce que l'Espagne se
divisait en _citerior_ (au nord) et _ulterior_ (au sud).


I

=Ingævones=, 2, les Ingévones, nom commun aux peuplades germaniques qui
habitaient les côtes de l'Océan.

=Isis=, 9, Isis, déesse égyptienne, dont Tacite prétend retrouver
le culte parmi les Germains; c'est peut-être la divinité germanique
_Nehalennia_.

=Istævones=, 2, les Istévons, nom commun aux peuplades germaniques de
la rive droite du Rhin.

=Italia=, 2, l'Italie.


J

=Julius=, 28, 37, Jules César, le vainqueur des Gaules, qui avait
décrit la Germanie avant Tacite.


L

=Laertes=, 3, Laerte, père d'Ulysse.

=Langobardi=, 40, les Langobards, peuplade de la nation des Suèves qui
habitait entre l'Elbe et l'Oder.

=Lemovii=, 43, les Lémoviens, peuplade germanique, d'ailleurs inconnue,
qui habitait probablement dans la Poméranie.

=Lugii=, 43, les Lugiens, nom commun à plusieurs peuplades qui
habitaient entre l'Oder et la Vistule dans les pays qui forment
aujourd'hui la Pologne, la Silésie et la Gallicie.


M

=Manimi=, 43, les Manimes, peuplade de la nation des Suèves, qui
habitait entre le cours inférieur de la Vistule et de l'Oder.

=Manlius=, 37, Cn. Manlius ou Mallius, consul en 105 avant J.-C., fut
battu par les Cimbres sur les rives du Rhône.

=Mannus=, 2, Mannus, fils du dieu Tuiston.

=Marcomani=, 42, 43, les Marcomans (c'est-à-dire habitants des
frontières), peuplade germanique qui habita d'abord au sud du Mein et
qui chassa ensuite les Boïens de la Bohême.

=Marius=, 37, Marius, fameux général romain (153-86): il vainquit les
Cimbres et les Teutons à _Aquæ Sextiæ_ (Aix) en 102 et à Verceil en
101.

=Marobuduus=, 42, Marobuduus ou Marbod, roi des Marcomans; il fut battu
par les Chérusques commandés par Arminius et dut se réfugier chez les
Romains.

=Mars=, 9, Mars, dieu de la guerre chez les Romains; la divinité
germanique que Tacite lui assimile est sans doute _Tiu_ ou _Ziu_.

=Marsi=, 2, les Marses, peuple de race germanique qui habitait
probablement dans le bassin du Weser.

=Marsigni=, 43, les Marsignes, peuple de la nation des Suèves qui
habitait entre les monts des Géants et l'Oder.

=Mattiaci=, 29, les Mattiaques. Ils habitaient dans le bassin du Mein,
aux environs du Taunus. Les sources qui se trouvent à Wiesbaden au pied
du Taunus portaient le nom de _aquæ Mattiacæ_ ou _fontes Mattiaci_.

=Mercurius=, 9, dieu gréco-romain. La divinité germanique que Tacite
désigne du nom de Mercure est Wodan ou Odin.

=Moenus=, 28, le Mein, affluent du Rhin.


N

=Naharvali=, 43, les Naharvales, peuplade de la nation des Suèves qui
habitait entre l'Oder et la Vistule.

=Naristi=, 42, les Naristes, peuplade germanique qui habitait entre le
Fichtelgebirge et le Danube.

=Nemetes=, 28, les Nemètes, peuplade germanique qui habitait sur la
rive gauche du Rhin, aux environs de Spire.

=Nero=, 37, Tiberius Claudius Néron, qui fut depuis l'empereur Tibère.
Il fit contre les Germains plusieurs expéditions dont la dernière eut
lieu en 11 après J.-C.

=Nerthus=, 40, la déesse Nerthus que Tacite assimile à la _Terra Mater_.

=Nervii=, 28, les Nerviens, peuplade d'origine probablement gauloise,
mais qui se disait de race germanique. Ils habitaient entre l'Escaut et
la Meuse.

=Noricum=, 5, province du Norique, entre le Danube et les Alpes
Carniques.

=Nuithones=, 40, les Nuithons, peuplade de la nation des Suèves qui
habitait probablement à l'est de l'Elbe, au sud de la presqu'île
Cimbrique.


O

=Oceanus=, 1, 2, 3, 17, 34, 37, 40, 43, 44, l'océan. Dans la
_Germanie_, _oceanus septentrionalis_ désigne tantôt la mer du Nord,
tantôt la Baltique. _Oceanus exterior_, la partie orientale de la
Baltique que Tacite suppose prolongée au delà de la Scandinavie que les
anciens prenaient pour une île.

=Osi=, 28, 43, les Oses, peuplade que Tacite semble rattacher aux
Pannoniens. Ils habitaient au sud-est des sources de la Vistule.

=Oxiones=, 46, les Oxions, peuple fabuleux du nord-est de l'Europe.


P

=Pacorus=, 37, Pacorus, fils d'Orodès, roi des Perses. Ayant pris parti
pour les meurtriers de César, il battit le lieutenant d'Antoine en 40
avant J.-C., mais il fut vaincu et tué l'année suivante par Ventidius.

=Pannonia=, 5, 28, la Pannonie, qui s'étendait entre la province de
Norique à l'ouest, la Save au sud, le Danube au nord et à l'est.

=Pannonii=, 1, les Pannoniens, habitants de la Pannonie; ceux du nord
paraissent avoir été de race celtique; ceux des bords de la Save qui
étaient les vrais Pannoniens appartenaient à la race illyrienne.

=Parthi=, 17, 37, les Parthes, peuple d'origine indo-européenne;
leur empire, fondé par Arsace au IIIe siècle avant J.-C., s'étendit
à l'ouest jusqu'à l'Euphrate; ils furent souvent en lutte avec les
Romains.

=Peucini=, 46, les Peucins. On désignait sous ce nom une peuplade
de Bastarnes qui habitait à l'embouchure du Danube une île appelée
+Peukê+.

=Poeni=, 37, les Carthaginois.

=Pollux=, 43, voyez au mot _Castor_.

=Ponticum mare=, 4, le Pont-Euxin ou mer Noire, dans laquelle se jette
le Danube.


Q

=Quadi=, 42, 43, les Quades, peuplade germanique qui habitait dans la
Moravie en s'étendant vers le sud jusqu'au Danube.


R

=Ræti=, 1, les Rhètes, habitants de la Rhétie, spécialement sur les
deux versants des Alpes dites Rhétiques.

=Rætia=, 3, 41, la Rhétie, réduite en province romaine sous Auguste (15
avant J.-C.); elle comprenait le Tyrol, la Bavière au sud du Danube et
à l'est du Leck.

=Reudigni=, 40, les Reudignes, peuplade germanique qui habitait à l'est
de l'embouchure de l'Elbe.

=Rhenus=, 1, 2, 3, 28, 29, 34, 41, le Rhin, qui bornait la Germanie à
l'ouest.

=Rugii=, 43, les Rugiens, peuplade germanique qui occupait la Poméranie
à l'est de l'embouchure de l'Oder.


S

=Samnis=, 37, le Samnite, c'est-à-dire les Samnites qui luttèrent
contre les Romains de 343 à 290 et leur infligèrent l'humiliation des
Fourches Caudines.

=Sarmatæ=, 1, 17, 43, 46, les Sarmates, nation slave qui habitait à
l'est de la Vistule, peut-être jusqu'au Volga. Ils étaient encore moins
connus des Romains que les Germains.

=Scaurus Aurelius=, 37, général romain qui, envoyé comme lieutenant
consulaire contre les Cimbres, fut battu et tué par eux sur les rives
du Rhône.

=Semnones=, 39, les Semnons, peuplade germanique qui habitait entre
l'Elbe et l'Oder dans le bassin de la Sprée.

=Servilius Cæpio=, 37, proconsul romain qui fut battu par les Cimbres
près d'Orange en 105 avant J.-C.

=Sitones=, 44, 45, les Sitones qui habitaient en Suède sur les côtes du
golfe de Botnie.

=Suardones=, 40, les Suardons, peuplade de la nation des Suèves qui
habitait entre l'Elbe et l'Oder, dans le Mecklembourg.

=Suebi=, 2, 9, 38, 45, les Suèves, peuple de race germanique. Ils
habitaient un vaste territoire dont les limites sont mal connues,
probablement entre le Danube, l'Elbe, l'Oder et la Baltique (_mare
suebicum_).

=Suebia=, 43, 46, la Suévie, pays des Suèves; voir au mot précédent.

=Suebicum mare=, 45, la mer des Suèves, c'est-à-dire la Baltique.

=Suiones=, 44, 45, les Suiones, peuplade germanique qui habitait le sud
de la Scandinavie et peut-être les îles de l'embouchure de l'Oder. Ce
sont probablement les ancêtres des Suédois.


T

=Tencteri=, 32, 38, le Tenctères, peuplade germanique qui habitait sur
la rive droite du Rhin, entre la Ruhr et la Lahn.

=Trajanus=, 37, Trajan, empereur romain contemporain de Tacite, qui
régna de 98 à 117 ap. J.-C.

=Treveri=, 28, les Trévires, qui habitaient sur les deux rives
de la Moselle; leur nom est resté à la ville de Trèves (_Augusta
Treverorum_). Le fond de la population était probablement celtique,
mais absorbé par des conquérants germains.

=Triboci=, 28, les Triboques, peuplade germanique qui habitait sur la
rive gauche du Rhin, dans les Vosges, jusqu'à Strasbourg.

=Tuder=, 42, Tuder, roi des Quades ou des Marcomans, d'ailleurs inconnu.

=Tuiston=, 2, divinité germanique que les Germains reconnaissaient pour
leur ancêtre (cf. _Tuisto_ et _Deutsch_).

=Tungri=, 2, les Tongres, peuplade germanique qui habitait sur la rive
gauche de la Meuse autour de la ville de Tongres.


U

=Ubii=, 28, les Ubiens, peuplade germanique. Ils habitèrent d'abord sur
la rive droite du Rhin, Agrippa les fit passer sur la rive gauche. Leur
ville (_oppidum Ubiorum_) fut appelée _Colonia Agrippinensis_ (Cologne)
lorsque Agrippine, femme de l'empereur Claude, y eut fondé une colonie
romaine.

=Ulysses=, 3, Ulysse, qui, après la guerre de Troie, avait, selon la
légende, abordé dans bien des pays et peut-être en Germanie.

=Usipi=, 32, les Usipes, peuplade germanique qui occupait la rive
droite du Rhin, au nord de la Ruhr.


V

=Vandilii= ou =Vandalii=, 2, les Vandales, peuplade germanique qui
habitait au nord-est de la Germanie entre l'Oder et la Vistule. Ils
changèrent d'ailleurs plusieurs fois de séjour.

=Vangiones=, 28, les Vangions, peuplade germanique qui occupait la
vallée du Rhin autour de Worms.

=Varini=, 40, les Varins, peuplade germanique de la famille des Suèves
qui occupait le nord du Sleswig et le sud du Jutland.

=Varus=, 37, Quintilius Varus, général romain, lieutenant de l'empereur
Auguste, qui fut battu par Arminius et massacré avec ses légions dans
la forêt de Teutberg (Teutoburgerwald) en l'an 9 après J.-C.

=Veleda=, 8, fameuse prophétesse de la nation des Bructères. Elle prit
part à la révolte de Civilis et des Bataves; plus tard elle fut amenée
à Rome pour orner un triomphe.

=Venedi=, 46, les Venèdes, peuple slave qui habitait à l'est du cours
inférieur de la Vistule.

=Ventidius=, 37, P. Ventidius Bassus, lieutenant d'Antoine qui vainquit
et tua Pacorus, roi des Parthes. Voyez le Commentaire.

=Vespasianus=, 8, Vespasien, empereur romain de 69 à 79, le premier des
Flaviens.



  TYPOGRAPHIE FIRMIN-DIDOT ET Cie.--MESNIL (EURE).



Note de transcription détaillée:

Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
silencieusement corrigées.

Cette version électronique comporte les corrections suivantes:

  p. 30, chap. 9: «placant,» corrigé en «placant.»
            («animalibus[4] placant.»),
  p. 39, note 7: la référence au chapitre 55 est incorrecte
            et a été changée en 35,
  p. 54: l'appel de note manquant pour la note 6 a été ajouté,
  p. 60: «comtemptores» corrigé en «contemptores»
            («aluntur, prodigi alieni, contemptores sui»),
  p. 79, «Angrivarii»: «Wéser» harmonisé en «Weser»
            («les bords du Weser»),
  p. 81, «Germanicus»: la référence au chapitre 47 est incorrecte
            et a été changée en 37.

En page 83, l'ortographe «Marobuduus» semble être une erreur pour
«Maroboduus»; la seconde forme apparaît une fois en page 71, note 4.
L'ortographe du livre a toutefois été conservée.

Quand ils manquaient, les accents ont été ajoutés aux lettres capitales.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Germanie - Texte latin avec introduction, notes et lexique des noms propres" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home