Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Dictionnaire du bon langage
Author: Carpentier, N.-J.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire du bon langage" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



    Au lecteur.

    L'orthographe d'origine a été conservée, mais les erreurs
    typographiques évidentes ont été corrigées.

    Quelques erreurs plus importantes, entre autres sur le genre
    des mots, ont été rectifiées après vérification dans les
    dictionnaires spécialisés. La liste de ces corrections se
    trouve à la fin du texte.

    Le texte en gras est rendu =ainsi=, le texte en italiques _ainsi_.
    Les caractères en exposant sont représentés comme «Mlle» pour les
    abréviations courantes, comme par exemple «M{de}» (Marchande) pour
    les autres.



                              DICTIONNAIRE

                                   DU

                              BON LANGAGE


                               CONTENANT

                 LES DIFFICULTÉS DE LA LANGUE FRANÇAISE
               LES RÈGLES ET LES FAUTES DE PRONONCIATION
                        LES LOCUTIONS VICIEUSES
               LES WALLONNISMES, LES FLANDRICISMES, ETC.

                                  par

                       =l'abbé N.-J. CARPENTIER=

        DIRECTEUR DE L'ÉCOLE MOYENNE DE St-BARTHÉLEMI A LIÉGE ET
  INSPECTEUR CANTONAL DES ÉCOLES PRIMAIRES DU RESSORT DE LA MÊME VILLE

                            Ce n'est pas assez d'apprendre à bien
                            parler et à bien écrire; il faut encore
                            et avant tout _désapprendre_ à mal
                            parler et à mal écrire.


                                 LIÉGE
                L. GRANDMONT-DONDERS, IMPRIMEUR-LIBRAIRE
                                  1860



        _Les formalités prescrites par la loi ont été remplies._

          Tout exemplaire non revêtu de la griffe de l'auteur
                        sera réputé contrefait.


                        [Signature de l'auteur]



  PRÉFACE.


La difficulté de se corriger des vices de prononciation et de langage
est un fait généralement reconnu par les hommes de l'enseignement, et
par les personnes qui ont fait une étude quelque peu approfondie de
la langue française. L'un des plus grands écrivains dont s'honore la
littérature française, se fondant sur son expérience personnelle, ne
craint pas de dire qu'il est rare que l'on se défasse entièrement de la
rouille du provincialisme, à moins que l'on n'ait reçu de bonne heure,
là où la langue se parle le mieux, c'est-à-dire dans la capitale, une
éducation soignée.

A quoi faut-il attribuer cette infériorité du provincial dans l'usage
de la langue?

Nous pensons qu'une des causes principales de ce fait, sinon la
principale, est que, jusqu'à présent, l'on ne s'est pas assez attaché,
dans l'enseignement de la langue maternelle, à signaler les taches
qui en ternissent la pureté dans la bouche ou sous la plume de ceux
qui la parlent ou l'écrivent. Cette partie _négative_, et pourtant
essentielle, d'un cours complet de langue française a été, il faut
le dire, singulièrement négligée dans nos écoles primaires et nos
établissements d'instruction moyenne. Sans doute les bons traités de
prononciation, les bonnes grammaires et les bons dictionnaires ne nous
manquent point. Grâce à ces guides éclairés, nous parvenons à connaître
les règles du bon langage; mais n'est-il pas vrai que ces manuels, pour
la plupart, oublient trop qu'ils s'adressent à des personnes qui ont
à se corriger des défauts originels de terroir? Ce n'est pas assez, à
notre sens, d'apprendre à bien parler et à bien écrire; il faut encore,
et avant tout, _désapprendre_ à mal parler et à mal écrire.

Nous nous sommes proposé de combler cette grave lacune de
l'enseignement. Nous nous adressons donc aux wallons et aux flamands,
voire même aux lecteurs que notre _Dictionnaire_ pourrait rencontrer en
France, et nous les avertissons de prendre garde à certains défauts de
prononciation qu'ils semblent ne pas soupçonner; nous leur signalons
une foule d'expressions, de termes, de tournures, que réprouve le bon
langage, ou que condamne un goût sûr et sévère: nous cherchons, en un
mot, à les _déprovincialiser_, s'il nous est permis de parler ainsi.

Mais ce n'est que la moitié de notre tâche. Voulant donner à notre
ouvrage un caractère de généralité qui en fasse un véritable manuel,
même pour les personnes qui ont reçu une éducation complète, nous avons
passé en revue les difficultés de la langue française. Nous avons
désiré qu'à l'aide de notre _Dictionnaire_ on pût trouver la solution
prompte et catégorique des doutes qui se présentent journellement
touchant le genre des noms, la signification de certains mots risqués,
la prononciation, la synonymie, la paronymie et les règles les plus
controversées de la lexicologie et de la syntaxe.

C'est assez dire que notre ouvrage offre, à chaque page, deux parties
bien distinctes: une partie _négative_, destinée à signaler les
vices et les fautes de langage, et une partie _positive_, qui traite
sommairement des difficultés qui sont de nature à embarrasser dans la
conversation et dans la rédaction.

On nous demandera peut-être pourquoi nous avons cru devoir écarter la
forme du _manuel_ proprement dit, pour adopter celle du _dictionnaire_.

Si l'on veut bien tenir compte de notre but, on comprendra sans peine
pourquoi nous avons accordé la préférence à cette dernière forme. Nous
avons eu en vue, en effet, non-seulement les élèves, mais encore les
personnes qui ont terminé leur éducation. Or, si les élèves peuvent
s'accommoder d'un manuel et s'en servir avec fruit, il n'en est pas
ainsi des gens du monde qui demanderont surtout à trouver dans notre
ouvrage un répertoire utile qu'ils puissent consulter à toute heure
et sans difficulté. Il y a plus: si même nous n'avions eu en vue, en
rédigeant notre _Dictionnaire_, que les élèves de nos établissements
d'instruction publique, il nous eût été difficile, sinon impossible,
d'adopter un ordre logique quelconque, par exemple, un plan calqué
sur les grandes divisions de la grammaire. Car enfin nous écrivons non
seulement pour les élèves des écoles primaires, mais encore pour ceux
qui fréquentent les cours de l'enseignement secondaire ou moyen. Or,
tel plan qui eût été parfaitement approprié au degré d'instruction et
d'intelligence de ceux-ci, aurait présenté pour ceux-là d'inévitables
inconvénients.

Ces considérations justifient pleinement, ce nous semble, le choix que
nous avons fait de l'ordre alphabétique. D'ailleurs les numéros par
lesquels nous avons eu soin de distinguer nos remarques, permettront
aux maîtres qui feront usage de notre _Dictionnaire_ d'y joindre les
avantages qui résultent d'une méthode plus logique et mieux adaptée aux
besoins divers d'un enseignement gradué.

On nous reprochera peut-être d'avoir signalé certaines fautes de
prononciation ou de langage, trop communes ou trop populaires. Ce
reproche tombe de lui-même, si l'on veut bien ne pas oublier que nous
écrivons pour les enfants des écoles primaires aussi bien que pour les
élèves des établissements moyens ou pour les hommes instruits, et que,
en définitive, le français est une langue à peu près étrangère pour
tout le monde.

On n'est guère plus fondé, croyons-nous, à nous faire un grief de nos
répétitions fréquentes. Qui ne sait, en effet, que la répétition est
l'âme de l'instruction? Qui ignore que les élèves surtout ne savent
bien que ce qu'on leur a fait répéter à satiété et sous toutes les
formes? Nous en appelons ici à l'expérience de nos confrères dans
l'enseignement.

Nous ne prétendons point donner notre _Dictionnaire_ comme un code
du langage de tout point irréprochable. Nous sommes des premiers à
reconnaître toutes les difficultés inhérentes à la rédaction d'un
ouvrage de ce genre; et partant nous conviendrons sans peine qu'il est
loin encore d'avoir ce degré de perfection dont il est susceptible,
et qu'une critique éclairée pourra y découvrir plus d'une lacune et y
signaler peut-être des inexactitudes.

C'est pourquoi nous sommes disposé à tenir compte des observations
que l'on voudra bien nous communiquer. Ces observations même nous les
appelons de tous nos vœux, convaincu que nous sommes que pour arriver
à faire un bon ouvrage classique, ce n'est pas trop du concours des
lumières de tous ceux qui s'intéressent au sort des lettres et aux
progrès de l'enseignement.



  OUVRAGES CONSULTÉS.


Dictionnaire de l'Académie.

Dictionnaire universel de la langue française, par M. Bescherelle, aîné.

Nouveau Dictionnaire universel de la langue française, par M. J.
Poitevin.

Dictionnaire flamand-français, etc., par l'abbé Olinger.

Dictionnaire wallon-français, etc., par J. Cambresier;—item, par
L. Remacle, 2 vol.;—item, par Hubert;—Dictionnaire étymologique
wallon, par Ch. Grandgagnage.

Grammaire française, par l'abbé J.-J. Péters;—item, par Poitevin,
Noël et Chapsal, Napoléon Landais, Girault-Duvivier, Mauvy, etc., etc.

Cours de Prononciation, etc., par Fréd. Hennebert;—item, par L.
Remacle; item, par Joseph de Malvin-Cazal;—item, par le R. P.
Mansion, de la Compagnie de Jésus, etc., etc.

Synonymes français, par l'abbé Girard.

Dictionnaire synonymique de la langue française, par J.-Ch. Laveaux.

Dictionnaire des synonymes de la langue française, par M. Lafaye.

Dictionnaire raisonné des difficultés grammaticales et littéraires de
la langue française, par J.-Ch. Laveaux, édition de Ch. Marty-Laveaux.

Dictionnaire raisonné des difficultés et exceptions de la langue
française, par Th. Soulice et Sardou.

Dictionnaire des difficultés de la langue française, par C.-V. Boiste,
édition de Ch. Nodier.

Remarques sur le Dictionnaire de l'Académie, par B. Pautex.

Les Omnibus du langage, par D. Lévi Alvarès et C.-L. Merle, dernière
édition de Paris.

Dictionnaire wallon-français, à l'usage des habitants de la province de
Luxembourg, par J.-B. Dasnoy.

Du bon Langage et des locutions à éviter, par Mme la comtesse
Drohojowska.

Belgicismes ou les vices de langage et de prononciation les plus
communs en Belgique, corrigés, etc., par Joseph Benoit.

Le Complément des grammaires et des dictionnaires français, par le même.

Nouveau manuel de la pureté du langage, par F. Biscarat, édition de A.
Boniface.

Le Langage vicieux corrigé, par B. Jullien.

Flandricismes, Wallonnismes et expressions impropres de la langue
française, par un ancien professeur (M. Poyart).

Dictionnaire des locutions vicieuses, etc., par M. D. R.

Manuel de la conversation ou traité de la pureté du langage; Bruxelles,
chez Deprez-Parent.

Les Omnibus liégeois.

Les Omnibus montois, par L. Dethier, typographe.



  ERRATA.


  _Chambrale_, page 65, ligne 17: lisez _chambranle_.
  _Chambrale_, page 65, ligne 19: lisez _chambranle_.
  _Estompe_, page 153, ligne 15, dernier mot de l'alinéa: lisez _estombe_.
  _Alevain_, page 258, ligne 34: lisez _alevin_.



                              DICTIONNAIRE

                             DU BON LANGAGE.



  A


=A=, prép.—Ne dites pas: _le cheval à mon père, le livre à mon frère,
la fête à maman_, etc.; dites, _le cheval de mon père, le livre de mon
frère, la fête de maman_.—_La barque à Caron_ fait exception à cette
règle. (Acad.)

2. Ne dites pas: _un ami à moi, à lui_; dites, _un de mes amis, un de
ses amis_; on disait autrefois, et bien gracieusement, _un mien ami, un
sien ami_.

3. Ne dites pas: _nous étions à dix à table; nous avons soupé à huit_;
dites, _nous étions huit à table; nous étions huit à ce souper_, ou
_nous avons soupé au nombre de huit_.

4. Ne dites pas: _il a mis son fils aux Jésuites_; dites, _chez les
Jésuites_, et mieux, _au collége des Jésuites_. (Wall. et Fland.)

5. Ne dites pas: _je demeure à la rue Hors-Château; à quelle rue
demeurez-vous_; dites, _je demeure dans la rue Hors-Château_,
ou simplement, _je demeure rue Hors-Château; dans quelle rue
demeurez-vous_.

6. _C'est à vous de parler_, c'est à vous qu'il appartient, qu'il
convient de parler, et, _c'est à vous à parler_, votre tour de parler
est venu. (Acad.)

Cependant les bons écrivains n'ont pas toujours observé cette
distinction: _Dieu me l'a donné, c'est à moi à en prendre soin._
(Bernardin de Saint-Pierre.)

7. La préposition _à_ s'emploie entre deux noms de nombre, lorsque le
sens permet d'augmenter le premier; ainsi on dit: _il a fait cinq à six
lieues; il a perdu quinze à vingt francs; il a invité trente à quarante
personnes; il a perdu quinze francs et demi; il a fait cinq lieues et
un quart; perdu quinze francs et demi, seize francs; invité trente et
une, trente-deux personnes_, etc.—Mais lorsque le sens ne permet
pas d'augmenter le premier des deux nombres, c'est la conjonction
_ou_ qu'il faut employer; on dira donc: _il a perdu quinze ou seize
centimes; il a invité trente ou trente et une personnes_, etc.

=Aa.=—Les deux _a_ se prononcent et sont brefs: _A-aron, Isa-ac,
Ba-al_.

=Abaisser.=—Ne dites pas: _abaissez-vous pour ramasser ce qui est
tombé_; dites: _baissez-vous_.

=Abasourdir=, v. a., rendre sourd, étourdir: prononcez l'_s_ dure.

=Abattoir=, s. m., endroit où l'on tue les bestiaux; le mot _abattage_,
dans ce sens, n'est pas français.

=Abattue=, dans le sens de _remise, abri_, n'est pas français.

=Abbaye=, s. f., couvent régi par un abbé, prononcez: _Abé-î_ et non
_abai-ïe_.

=Abbé=, s'écrit avec deux _b_, et fait au féminin _abbesse_: on ne
prononce qu'un _b_ dans _abbaye, abbé, abbesse, abbatial_.

=Abîme=, s. m.: on écrit aussi, mais plus rarement, _abyme, abymer_.

=Abîmer.=—Ce mot signifie gâter, et non salir, souiller, comme en
wallon; vous pouvez donc dire: _mon chapeau a été abîmé par la pluie_;
mais ne dites pas: _mon pantalon est abîmé par la boue_; vous direz
dans ce cas: _mon pantalon est crotté, éclaboussé, sali, couvert de
boue_.

=Able=, s. f., ablette, petit poisson; prononcez _able_ (_a_ bref.)

=Able=, terminaison qui a l'_a_ long seulement dans les substantifs
de deux syllabes: _diable, fable_ (_diâble, fâble_), excepté _table_,
qui a l'_a_ bref. L'_a_ est bref dans tous les autres cas: _aimable,
blamable, formidable_, etc.—Les wallons sont exposés à supprimer
l'_l_ et à changer le _b_ en _p_; les flamands de leur côté, prononcent
trop souvent _bèle_ au lieu de _ble_: ainsi les premiers diront:
_fâpe, tape, diâpe, aimape, estimape_; les derniers diront _fâbèle,
tâbèle, diabèle, aimabèle, estimabèle_. Il faut donc prononcer toutes
ces lettres finales et particulièrement l'_l_, et les prononcer sans
intercaler un _e_ entre le _b_ et l'_l_, et l'important, c'est d'y
exercer impitoyablement les élèves dès leur plus tendre enfance.

=Abloucner=, attacher, serrer avec une boucle: ce mot n'est pas
français; dites, _boucler_: _bouclez vos jarretières_. (Wall.)

=Aboutonner=, attacher avec des boutons: ce mot n'est pas français,
dites _boutonner_. (Wall.)

=Aboyer.=—On ne doit pas dire: _aboyer quelqu'un ou sur quelqu'un_,
mais aboyer _à, contre_ ou _après_ quelqu'un. _Un chien qui aboie
aux voleurs, contre tous les passants, après tout le monde; tous ses
créanciers aboient après lui_. En parlant des petits chiens, on emploie
ordinairement le verbe _japper_: _le chien ne fait que japper_.

=Abraham=, n. pr.: prononcez _Abrahame_.

=Abre, Abrer; Adre, Adrer; Avre, Avrer= (terminaisons en): l'_a_ est
long dans ces terminaisons, _sabre, sabrer, cadre, cadrer, navre,
navrer_. Cette règle s'applique aux dérivés de ces mots, auxquels il
faut ajouter les analogues _madré, madrée_.

=Abréviations.=—Les principales abréviations sont les suivantes:

J.-C. Jésus-Christ.

N. S. Notre Seigneur.

N. S. J.-C. Notre Seigneur Jésus-Christ.

S. S. Sa Sainteté (le Pape).

S. P. Saint Père (le Pape).

S. M. Sa Majesté.

S. M. I. Sa majesté impériale (un empereur).

S. M. I. et R. Sa majesté impériale et royale.

S. M. B. Sa majesté britannique (le souverain de la Grande-Bretagne).

S. M. C. Sa majesté catholique (le souverain d'Espagne).

S. M. T. C. Sa majesté très-chrétienne (le souverain de France).

S. M. T. F. Sa majesté très-fidèle (le souverain de Portugal).

S. H. Sa Hautesse (le Sultan).

S. A. Son altesse. (Se dit d'un prince du sang ou d'un prince régnant).

S. A. I. Son altesse impériale. (Idem).

S. A. R. Son altesse royale. (Idem).

S. A. S. Son altesse sérénissime.

S. Exc. Son excellence. (Se dit d'un ministre, d'un ambassadeur).

S. Em. Son éminence (se dit d'un cardinal).

Mgr. Monseigneur. (Se dit d'un évêque, prince, etc.)

M. Monsieur.

Me Maître. (Se dit des notaires, avoués, avocats).

MM. Messieurs.—Mme ou M{e} Madame.

Mlle Mademoiselle.—M{d} Marchand.

M{de} Marchande.—N{gt} Négociant.

=Acacia=, s. m., arbre: prononcez _acacia_ et non _acazia_.

=Acalender=, mot wallon; dites: _cette boutique est bien achalandée_,
et non: _acalendée_.

=Accessit=, s. m.—Le _t_ se prononce au singulier et au pluriel:
l'Académie écrit au pluriel _deux accessit_, et fait remarquer que
plusieurs écrivent _des accessits_: nous admettrions volontiers cette
dernière orthographe.

=Accourir, Apparaître, Disparaître= et =Résulter=, prennent
indifféremment _avoir_ ou _être_: _j'ai accouru, je suis accouru
pour la fête; un spectre lui avait apparu, lui était apparu; mon
argent a disparu, est disparu; qu'a-t-il résulté de là? qu'en est-il
résulté?_ (Acad.)—Mais _paraître, comparaître_ et _reparaître_ ne
prennent qu'_avoir_, ainsi que _périr, contrevenir_ et _subvenir_: _la
troisième livraison de ce livre a paru; satan et ses anges ont péri
par orgueil; on a subvenu à ses besoins_. (Acad.)—C'est donc une
faute de dire: _ce livre est paru; cet ouvrage est paru depuis quinze
jours_.

=Accroc=, s. m., déchirure (le _cinq_ des wallons); obstacle, embarras;
on ne prononce pas le _c_ final et on ne fait sentir qu'un des deux
_c_: _acrô_ (_ô_ long).

=Accroche=, dans le sens d'_agrafe_, n'est pas français.

=Acculé.=—Ne dites pas _des souliers acculés_; dites _des souliers
éculés_, pour signifier des souliers qui s'abaissent par derrière sur
le talon.—On dit aussi: _éculer ses souliers, ses bottes s'éculent_.

=A ce que.=—Ne dites pas: _j'arrangerai cette affaire de manière à ce
que tout le monde soit content_; dites simplement, _de manière que tout
le monde soit content_.

=Achéron=, s. m., t. de mythol., fleuve des enfers: prononcez _achéron_
et non _akéron_.

=Acheter=, v. a.—Ne dites pas: _j'ai acheté ma maison pour dix mille
francs; j'ai vendu mon cheval pour huit cents francs_; mais dites:
_j'ai acheté ma maison dix mille francs; j'ai vendu mon cheval huit
cents francs_. (Wall.) Mais on dira bien: _ce négociant a acheté hier
pour mille francs; j'ai vendu des meubles pour deux cents francs_.

=Achever=, v. a.—Prononcez _achever, ach'ver_ et non _ach'fer_; il en
est de même de _échevin, cheville, écheveau_, etc.—Voyez la lettre
_v_.

=Aclaircir, Raclaircir=, ne sont pas français; c'est _éclaircir_ qu'il
faut dire.

=Acolyte=, s. m., clerc qui a reçu un des quatre ordres mineurs, nommé
l'ordre des acolytes; ce mot ne figure pas dans les dictionnaires dans
le sens de _enfant de chœur_; cependant, vu son usage fréquent dans
notre pays, nous n'oserions pas le condamner absolument.—_Choral_,
dans ce sens, n'est pas français.

=Acte=, s. masculin et non féminin; prononcez: _ac-te_, en faisant
sentir le _t_ et non _ake_; _acte de foi_, prononcez de même _pacte,
tact, compact, entr'acte_, etc.

=Actualité=, s. f.—_question palpitante d'actualité_: cette
expression, dit M. Francis Wey, est un des fruits de la révolution de
Juillet; avant 1833, il n'était pas question de cette horrible façon de
parler.

=Addition.=—Écrivez et prononcez les deux _d_.—Lorsqu'une consonne
est doublée dans le même mot, ou se trouve à la fin d'un mot et répétée
au commencement du mot suivant, les flamands n'en font ordinairement
sentir qu'une; c'est une faute qu'ils doivent soigneusement éviter:
ainsi ils prononceront: _adition, alusion, aluvion, acessit,
colaboration, peti table, aide-camp_, au lieu de _ad-dition, al-lusion,
al-luvion, ac-cessit, col-laboration, petite table, aide de camp_.

=Adéquat=, adj., entier, total, complet: prononcez _adekoua_.

=Adjectif=:—(prononcez _ad-jectif_, et non _at-jectif_ ni
_ag'-jectif_). Les wallons placent quelquefois abusivement l'adjectif
devant son substantif; ainsi ils disent: _un neuf chapeau, un blanc
pantalon, une propre chemisette_, etc.; il faut dire: _un chapeau neuf,
un pantalon blanc, une chemisette propre_.

Certains adjectifs pourtant peuvent ou doivent précéder le substantif;
l'essentiel est donc de bien les connaître; par ex.: on dit très-bien:
_une belle maison, un petit livre, un homme grand_ et _un grand homme_,
etc.

=Ad libitum=, loc. adv., à volonté: prononcez _ad libitome_.

=Administration=, s. f.: ne dites pas: _on a porté hier
l'administration à M. Pierre; M. Pierre a reçu hier l'administration_;
dites: _on a administré hier M. Pierre, M. Pierre a été administré
hier_; ou bien, _on a porté hier le viatique, l'extrême-onction,
les derniers sacrements à..... M. a reçu hier le viatique,
l'extrême-onction, les derniers sacrements_. (Fland.)

=Adorer=, v. n.—Ne dites pas: _j'adore la musique; j'adore les
asperges, les petits pois_; dites: _je raffole de la musique, je suis
friand des asperges, des petits pois_.

=Ad patres=, loc. lat., signifiant littéralement, _vers les pères_:
_aller ad patres_, mourir; _envoyer ad patres_, faire mourir: prononcez
_patrèsse_.

=Age=, s. masculin.—Ne dites pas: _c'est à nos âges surtout qu'il
faut éviter les excès_; dites: _c'est à notre âge surtout...._ Cette
faute est assez commune.

2. _Age_, dans le corps ou à la fin des mots, doit se prononcer
_age_ et non _ache_: _âge, fromage, rivage, tapage, ménagement,
déménagement_, etc., et non _ache, fromache, rivache, tapache,
ménachement, déménachement_. (Wall.)—_Ache_, d'un autre côté, doit
se prononcer _ache_ et non _age_: _hache, vache, cravache, il crache,
crachement_, etc., et non _hage, vage, cravage, il crage, cragement_.
(Fland.)

=Aéré=, adj., qui a de l'air, qui est en bel air.—Dites: _cet
appartement est bien aéré_; ne dites pas: _cet appartement est bien
airé_.

=Affaire= (_Avoir_).—_Avoir affaire de_, c'est avoir besoin de:
_j'ai affaire d'argent; j'ai affaire de vous, ne sortez pas_.

2. _Avoir affaire à quelqu'un_, suppose pouvoir, autorité, force,
supériorité de la part de ceux à qui on a affaire; et dépendance,
infériorité, besoin de la part de ceux qui ont affaire; celui qui
veut obtenir une grâce, une faveur, _a affaire au ministre_ ou _à ses
commis_, et non _avec le ministre_, etc.; _il a affaire à un homme dur
et méchant, à un homme plus rusé, plus fort que lui_.

3. _Avoir affaire avec quelqu'un_, suppose concours d'affaires,
discussions, différends, contestations: _un commis a affaire avec le
ministre; un associé a affaire avec son associé; il faut éviter d'avoir
affaire avec les fripons; j'ai eu affaire avec cet homme-là au tribunal
de commerce_. Remarquez qu'_avoir affaire_ s'écrit en deux mots (et non
_avoir à faire_) dans les quatre acceptions qui précèdent.

=Affiler, Effiler.=—_Affiler_, signifie donner le fil à un tranchant;
_effiler_, c'est défaire un tissu fil à fil: _j'ai affilé la lame de
mon canif; j'ai effilé ma cravate_.

=Affligé=, adj.: ce mot ne peut pas s'employer comme synonyme
d'_estropié_: _c'est un estropié_ (et non _un affligé_) _qui demande
l'aumône_.

=Agace=, s. f., oiseau qu'on nomme plus communément _pie_; quelques-uns
écrivent, _agasse_. (Acad.)

=Agenda=, s. m., carnet où l'on inscrit jour par jour ce que l'on doit
faire: le plur. est _agendas_: prononcez _aginda_ et non _agène-da_.

=Ag, Agde, Age, Agme, Agne, Agre, Agru=, toutes finales brèves, excepté
le seul mot _âge_. (M. J. BENOIT, _le Complément des Grammaires_, etc.)

=Agir.=—Ne dites pas: _il en a mal agi avec moi_; dites: _il a mal
agi avec moi_.

2. Ne dites pas: _quand il a s'agi de parler_; dites _quand il s'est
agi_; dites de même: _il se fût agi, il s'était agi, il se sera agi, il
se serait agi, il se fût agi, qu'il se soit agi, qu'il se fût agi_.

=Agonisant=: prononcez _agonizant_ et non _agonis-sant_.

=Ai=, au lieu de _oi_.—Autrefois on écrivait: _connoître, paroître,
j'aimois, il vendroit_, etc.: aujourd'hui on écrit communément:
_connaître, paraître, j'aimais, il vendrait_.

=Ai, Aie, Aye=, (terminaisons en)—Généralement on fait trop sentir
l'_i_ et l'_e_ des syllabes en _ai, aie, aye_. On prononce par exemple,
_que j'aiïe, hai-ïe, clai-ïe, gai-ïe, pai-ïe_, etc., tandis qu'on doit
dire: _que j'aî, haî, claî, gaî, paî_, (_aî long_). Il en est de même
des mots en _oie_ et en _oye_, tels que _soie, voie_, que je _croie_,
etc., qu'il faut prononcer _soî, voî_, que je _croî_, etc., (_oî_ long)
et non: _soi-ïe, voi-ïe_, que je _croi-ïe_. (Wall.)

=Aider=, v. a.—_Aider quelqu'un_, c'est lui prêter plus ou
moins d'assistance: _il faut aider les pauvres; aidez-le à
descendre_.—_Aider à quelqu'un_, c'est, le plus souvent, l'assister en
partageant ses efforts: _aidez à cet homme à soulever ce fardeau_.

=Aide de camp=, s. m.—Ce mot s'écrit sans trait d'union; faites
sentir les deux _d_.

=Aides, Aises.=—_Je connais les aides, les aises d'une maison_, pour
signifier les corridors, les chambres, les escaliers, la distribution
d'une maison, n'est pas français; dites: _je connais les êtres_, subst.
m. pl., et prononcez l'_r_ fortement, ainsi que dans toutes les finales
en _dre, tre, gre, bre, fre, vre, cre_, etc.

=Aigle=, s'emploie au _féminin_, 1º dans le sens d'enseigne militaire:
_les aigles romaines_, (les enseignes des légions romaines); 2º dans
le sens d'armoiries: _l'aigle impériale_ (les armes de l'empire
d'Autriche qui sont _une aigle_ à deux têtes).—Dans tout autre sens,
_aigle_, s'emploie au masculin: _l'aigle fier et courageux, un aigle
femelle_;—_c'est un aigle_, c'est-à-dire, un homme qui a un esprit
supérieur.

=Aiguë=, (tréma), fém. de _aigu_: voyez _gu, guë_.

=Aiguière.=—Prononcez: _aighière_; de même _aiguiérée, anguille_.
Voyez _gu_.

=Aiguiser=, v. a.—Prononcez l'_u_ et l'_i_ séparément: _aighuiser_
et non _aighouiser_, ou _aighiser_. Il en est de même de: _aiguille,
aiguillade, aiguillée, aiguillon, aiguillonner, aiguisement_ et de tous
les dérivés du mot _aigu_. Voyez _gu_.

=Aile= ou =Ale=, s. f., espèce de bière anglaise: prononcez
_èle_:—L'Académie écrit _aile_.

=Aill.=—La syllabe _aill_ est longue au milieu des mots qui expriment
une action, une chose plus ou moins méprisable ou ridicule, tels
que _brailler, bretailler, bretailleur, se chamailler, éraillure,
haillon, railler, railleur, rimailler, rimailleur_. Elle est brève
dans les mots qui n'ont aucune signification désagréable: _ailleurs,
caillou, maillot, paillette, tressaillir, vaillant, vaillance_: le mot
_poulailler_ a l'_a_ long, parce qu'il dérive de l'ancien substantif
féminin _poulaille_.

2. Les substantifs en _aille_, tous du genre féminin, ont généralement
l'_a_ long ainsi que leurs dérivés: _bataille, batailler_, (excepté
_bataillon_); _paille_ (les dérivés _paillasse, paillasson_
exceptés); _taille, tailler_, etc.; excepté _limaille, médaille,
représaille_.—_Versailles, Noailles, la Fouraille, Aywaille_, etc.,
ont aussi l'_a_ long.

3. Les substantifs en _ail_, tous du genre masculin, ont au contraire
l'_a_ doux: _ail, bail, corail, détail, éventail, travail_, et leurs
dérivés; il faut y ajouter les noms propres: _Montmirail, Gail_, etc.
(HENNEBERT.)

=Aimer.= Ce verbe exige la préposition _à_ devant un infinitif: ne
dites pas: _cet enfant aime de jouer, cet élève aime de lire_: dites,
_cet enfant aime à jouer, cet élève aime à lire_.

2. Ne dites pas: _mon professeur aime à ce que mes devoirs soient
bien écrits_; dites: _mon professeur aime que mes devoirs soient bien
écrits_.

3. _Aimer mieux_, devant un infinitif rejette toute préposition: _il
aime mieux jouer, il aime mieux étudier_. Cependant on peut dire
également: _cet enfant aime mieux jouer qu'étudier_, et _cet enfant
aime mieux jouer que d'étudier_. (Acad.)

Aux temps composés, _mieux_ précède le participe passé: _j'ai mieux
aimé_.

4. Prononcez _émer_ et non _èmer_: il en est de même de tous les mots
où _ai_, première syllabe, est suivi d'une syllabe sonore: _aisé,
j'aidai_, etc.

=Ain.=—L'_n_ des substantifs terminés en _ain_ ne se lie pas avec la
voyelle du mot suivant: _le pain est fort cher_ (et non _le pain n'est
fort cher_); _cet homme est vain et fier_ (et non _vain n'et fier_).

=Aine=, _eine_ et _ène_.—Prononcez _vène_ et non _vain-ne_:—_huitaine,
dizaine, douzaine, vaine, certaine, lointaine, veine, il mène, il
amène_, etc. (Wall.)

=Ainsi.=—_Est-ce bien vrai? Oui, c'est ainsi_: on dit plutôt, dans
le style familier: _c'est comme cela_ ou _comme ça_, forme abrégée de
_cela_.

2. _Ainsi_ n'est pas toujours synonyme de _donc_: ne dites pas: _vous
voilà ainsi, vous partez ainsi_; dites: _vous voilà donc, vous partez
donc_.

=Air=, s. m.: _air frais, air chaud, air froid_: v. _avoir l'air_.

=Airer=, pour _aérer_ est un barbarisme: _lieu aéré, aérer une pièce_
et non _lieu airé_, etc.

=Ajamber, Ajambée=, ne sont pas français; dites: _enjamber, enjambée_.

=Ajoute.=—Ce mot n'est pas français, et doit être remplacé par
_allonge, rallonge_, ou _addition_, suivant le sens: _mettre une
allonge_ ou _une rallonge à une jupe; la table est trop petite,
mettez-y une allonge_ ou _une rallonge; l'auteur a fait à son livre
de nombreuses additions_.—Prononcez _allon-ge_, et non: _allon-che_.
Voyez les mots _prononciation_ et _finales_.

=Alargir=, barb.: _alargir une robe, un habit_: dites _élargir_.

=Albinos=, s. m. et f., race d'hommes blafards.—Prononcez _albinoce_.

=Alcoran=, s. m., livre sacré des Mahométans.—Ne dites pas:
_l'Alcoran_, mais _le Coran_. En effet, il est à remarquer que _al_
en arabe correspond à notre article _le, la_; d'où il suit que vous
ne pouvez pas plus dire _l'Alcoran_, que _la labible, le lelivre, la
laplume_.

=Alentour=, autrefois préposition, est devenu adverbe; on dira donc:
_je me promène autour du parc; j'étais dans le parc, et mon ami se
promenait alentour_. _Alentour_ ne peut avoir de complément et doit
toujours s'employer adverbialement.

2. Ne dites pas: _il travaille autour, à l'entour de sa maison, de son
devoir_; dites: _il travaille à sa maison, à son devoir_.

=Alentours=, s. m. pl., n'a pas de sing., et signifie les lieux
circonvoisins: _les alentours de Liége sont très-pittoresques_.

=A l'envi=, expression adverbiale qui signifie _avec émulation, à qui
mieux mieux_: c'est une faute très-commune que d'écrire _à l'envie_.

=Alexandre, Alexandrine, Alexandrie=; l'_x_ est dure dans ces mots:
_Alekçandre_ et non _Aleg-zandre_.

=A l'honneur.=—Ne dites pas: _Liége a érigé une statue à l'honneur de
Grétry_; dites _en l'honneur de Grétry_.

=Aller.=—L'Académie admet _je vais_ et _je vas_, mais elle ajoute que
cette dernière forme s'emploie rarement et seulement dans le langage
familier.

2. _Je fus, tu fus, il fut_, etc., pour _j'allai, tu allas, il alla_,
etc., se disent très-bien, quoi qu'en pensent Lévy, Boinvilliers,
Chapsal, Poitevin, Girault-Duvivier, etc.: cette forme est consacrée
par l'autorité de l'Académie et de plusieurs bons écrivains, notamment
Corneille, M{e} de Sévigné: il ne peut donc rester l'ombre de doute
sur cette question. Voyez la grammaire de M. l'abbé Péters, nº 584, où
l'auteur fait justice des raisons spécieuses de ses contradicteurs.

3. Employez: _a été_, lorsque vous croyez qu'on est de retour: _Pierre
a été à l'église, mais il n'y est resté qu'un instant._ Employez: _est
allé_, lorsque vous croyez qu'on n'est pas de retour. _Mon père est
allé à Paris, et il y séjournera trois mois._ Le wallon ici est un bon
guide.

4. Ne dites pas: _Monsieur le baron a été ici_ (_chez nous_); dites:
_Monsieur le baron est venu ici._

5. Ne dites pas: _je me suis en allé; on les a fait en aller_; dites:
_je m'en suis allé; on les a fait partir_. Ne dites pas: _je m'y vais_,
mais _j'y vais_.

6. Ne dites pas: _mon frère va sur vingt ans_; dites: _mon frère aura
bientôt vingt ans_, ou _est dans sa vingtième année_.

7. Ne dites pas: _aller, voyager, revenir sur la terre, sur l'eau_;
dites: _aller, voyager, revenir par eau, par terre_: _j'ai été à Namur
et j'en suis revenu par eau_.

8. Ne dites pas: _il a voulu me faire aller_; dites: _se jouer de moi,
se moquer de moi, me plaisanter, me faire poser, m'en faire accroire_,
selon le sens.

9. Ne dites pas: _j'ai plusieurs endroits à aller_; dites: _je dois
aller dans plusieurs endroits; j'ai plusieurs endroits à voir, à
visiter; il faut que j'aille dans plusieurs endroits_.

10. _Allez! Allez!_ formule aussi inconvenante que: _vous en avez
menti_; dites: _vous plaisantez sans doute; parlez-vous sérieusement ou
pour plaisanter; apparemment vous plaisantez_.

11. _Aller avec_ veut être suivi d'un régime: ne dites pas: _vous
partez, je m'en vais avec_; dites: _je m'en vais avec vous_: _avec_ est
une préposition et non un adverbe. (Wall.)

12. Ne dites pas: _comment va? comment vous va? comment va-t-il?_
dites: _comment va votre santé? comment vous en va?_ et mieux, _comment
vous portez-vous?_ (Acad.) Ne dites pas non plus: _Comment va-t-il avec
vous?_ dites: _comment vous portez-vous?_ (Fland.)

13. Par raison d'euphonie, on supprime ordinairement la particule _y_
devant le futur _irai, iras, ira_, etc. _Ira-t-il à Rome? Il ira?_ Mais
ce ne serait pas une faute de l'exprimer.

=Allocation, Allocution, Allodial, Allodialité, Alluvion, Allusion=:
dans tous ces mots, prononcez les deux _ll_.

=Allonge=, dans le sens d'_élan_, d'_escousse_, n'est pas français; ne
dites pas _j'ai pris mon allonge pour sauter_; dites: _mon élan, mon
escousse_.

=Allonger= (_s'_).—Ne dites pas: _les jours s'allongent_; dites: _les
jours croissent_.

=Allumer.=—Ne dites pas: _allumez la lumière, le feu_; dites:
_allumez la bougie, la lampe; faites du feu_.

2. _Allumer_, dans le sens d'_éclairer_, n'est pas français. (Wall.)

=Almanach= est masculin et se prononce _almana_. Ne dites pas
_armanach_ ou _almanak_; ne dites pas non plus _une almanach placante_;
dites: _un almanach de comptoir_.

=Aloès=, s. m.—Prononcez _aloèce_.

=Alors= pour _ensuite_: _alors_ est un adverbe de temps qui signifie:
_à cette époque, dans ce temps-là_, comme quand on dit: _il était
autrefois bien riche; alors il se voyait entouré de flatteurs; dans ce
temps-là ou alors, nous étions heureux_. Mais on emploie abusivement
_alors_ pour _ensuite, puis, après, après cela_, en disant par exemple:
_nous dinâmes, alors nous prîmes le café, alors nous nous promenâmes_;
il faut dire: _ensuite nous prîmes le café, ensuite...._ Dites encore:
_nous avons été à la messe, ensuite nous sommes venus déjeuner, puis
nous sommes partis_, etc., et non: _alors, alors...._ Prononcez _alor_
et non _alorse_.

=Alouette=, s. f., oiseau.—Ne confondez pas ce mot avec _luette_,
morceau de chair saillant placé à l'entrée du gosier: _il a la luette
enflée; remettre la luette_: et non: _il a l'alouette_, etc.—Voyez
_oue_.

=Amadou=, subst. masculin: _votre amadou n'est pas sec_ et non _votre
amadou n'est pas sèche_.—Ne dites pas _amadoue_.

=Amancher.=—Ne dites pas: =amancher un balai=; dites _emmancher un
balai_.

=Amande=: voyez _noix_ et _noyaux_.

=Amateur=, s. m.—L'Académie ne reconnaît point de féminin à ce
mot. Beaucoup de personnes, à l'imitation de J.-J. Rousseau, disent
_amatrice_.

=Amblève=, rivière de Belgique, qui prend sa source en Prusse et se
jette dans l'Ourthe. On doit écrire _Amblève_ et non _Emblève_: 1º
parce qu'on prononce invariablement _Amblève_ et non _Imblève_; 2º
parce que l'_a_ figure dans le mot latin _Amblavia_ et dans le mot
_Amel_ qui en est le nom allemand; 3º parce que le mot _Amblève_ vient
du germain _Ambla_, aune (arbre) et _Ahva_, eau (rivière des
aunes).—Il nous paraît donc tout-à-fait impossible de justifier la
seconde orthographe (_Emblève_).

=Amelette=, pour _omelette_ ou _amulette_, n'est pas français.

=Amer=, s., boisson, est masculin: _cet amer n'est pas violent_:
écrivez _amer_ et prononcez _amère_.

=Ami=, s. m.—On ne dit pas _être ami avec quelqu'un_, mais _de
quelqu'un_: _je suis l'ami de Pierre_ ou _Pierre est mon ami; je suis
son ami, il est mon ami_.

=Amical, ale=, adj., n'a point de pluriel masculin (Acad.); quelques
grammairiens disent _amicals_; Boiste et Boinvilliers disent _amicaux_:
nous préférerions cette dernière forme, si le pluriel d'amical devenait
nécessaire. (SOULICE et SARDOU).

=Amict=, s. masculin, sorte de linge bénit dont le prêtre se couvre les
épaules: prononcez _ami_ et non _emike_ ni _amik-te_.

=Amitié=, s. f.—Prononcez _amiti-é_ et non _ami-tchi-é_.—Voyez _ti_.

=Amitieux.=—Ce mot n'est pas français; remplacez-le par _carressant,
aimant, aimable, affectueux_; _cet enfant est fort carressant_.

=Amment=, se prononce _aman_ et non _an-man_: _apparamment,
constamment, précipitamment_.—Il en est de même de _emment_:
_récemment, prudemment_.

=Amen=: prononcez _amène_.

=Amnistie=, s. f., =Armistice=, s. m.—L'_amnistie_ est un pardon
accordé par le souverain.—L'_armistice_ est une suspension d'armes:
on faisait autrefois ce dernier mot du féminin.

=Amont=, s. m. =Aval=, s. m.—Amont est le côté (d'en haut) d'où
vient la rivière; il est opposé à l'_aval_, côté vers lequel descend
la rivière: _ces bateaux viennent d'amont_ (descendent); _ils viennent
d'aval_ (ils montent).

=Amour= est masculin: _l'amour des mères est le plus généreux de tous
les amours; sculpter, peindre de petits amours_.—Dans le sens de
passion, il est ordinairement masculin au singulier et féminin au
pluriel: _un fol amour, de folles amours_; et, par extension: _mon
pays, mon premier amour, mes plus chères amours_.

=Amouracher=; ne dites pas: _enmouracher_.

=An=, s. m., année: ne dites pas _à la nouvel an_; dites: _au nouvel
an_ ou _à la nouvelle année_.

=Ancêtres=, subs. m. pl., ayeux, n'a pas de singulier: prononcez
_ancê-tres_ et non _ancète_ ni _ancè-tère_.

=Anche=, s. féminin, tuyau pour pousser l'air dans les instruments à
vent: _une anche de clarinette_.—Prononcez _anche_ et non _ange_.

=Anchois=, s. masculin: _de bons anchois_.

=Ancienne=, fém. de _ancien_; prononcez _anciène_ et non: _ancien-ne_.

=Andain=, s. m., rangée de foin qu'un faucheur coupe à la fois.

=Andante=, t. de musique: prononcez _andanté_ et non _andante_.

=Ane= est masculin et fait _ânesse_ au féminin: _A laver la tête d'un
âne on perd sa lessive_.

=Ange=, s. masculin, esprit céleste: _l'ange gardien_; prononcez:
_an-ge_, et non _an-che_, et appuyez fortement sur le _g_.

=Angelus=, s. m.—Ne dites pas: _sonner les angelus_; dites: _sonner
l'angelus_: ce mot ne se prend pas au pluriel et se prononce _angeluce_.

=Angora=, s. m., chat; ne dites pas _angola_.

=Anguille=, s. f., poisson: prononcez _anghille_, en mouillant les _l_,
et sans faire sentir l'_u_: voyez _gu_.

=Anis=, s. m., plante, graine, dragées: prononcez _ani_ et non
_anizes_.—Dites _anisette_ et non _anis_ pour désigner la boisson qui
porte ce nom.

=Annales=, s. f. plur.—Faites sentir les deux _n_, _an-nales_, ainsi
que dans les mots suivants: _annal, annaliste, annate, Anna_ (subst.
pr.), _annexe, Annibal, annihiler, annoter, annuaire, annuel, annuité_.

=Année=, s. f.—Prononcez _a-né_, _é_ long, et non _an-né_ ni
_a-néïe_: voyez _é, ie_ et _an_.

=Anniversaire=, cérémonie qui se fait le même jour chaque année, est un
substantif masculin: _le second anniversaire; un anniversaire solennel_.

=Annoté=, part.—Ne dites pas: _tous les articles de mon magasin sont
annotés en chiffres connus_; dites, _sont marqués_.

=Anoblir= et =Ennoblir.=—_Anoblir_, c'est rendre noble en donnant un
titre de noblesse: _le roi l'avait anobli_. _Ennoblir_, c'est élever,
donner de la noblesse: _ces sentiments vous ennoblissent; les beaux
arts ennoblissent une langue_.—_Ennoblir_, prononcez _an-noblir_ et
non _a-noblir_.

=Anonyme=, qui est sans nom: _ouvrage anonyme_; _pseudonyme_, qui a un
faux nom: _le pseudonyme de cet ouvrage est N._ (c'est-à-dire N. est un
nom faux, il n'en est pas le véritable auteur).

=Antechrist=, s. m., en un seul mot: prononcez _antecri_;—_Christ_,
Prononcez _Chris-te_;—_Jésus-Christ_, prononcez _Jésucri_.

=Antichambre= est _féminin_ comme _chambre_: _une belle antichambre_.

=Anticipativement=: ce mot n'est pas français; dites donc, _la
rétribution est de 100 frs. par an, payable d'avance_ ou _par avance et
par trimestre_, et non, _payable anticipativement_.

=Antique= est opposé à _moderne_;—_ancien_ à _nouveau_;—_vieux_
à _neuf_: _dans une chapelle antique on voyait d'anciens règlements
écrits sur de vieux parchemins_.

=Ao, Aon, Aou.=—L'_a_ est bref dans ces trois combinaisons: _cacao,
chaos, Lycaon, Phaon, Pharaon_.—L'_o_ est nul dans _Craon_ (ville),
_faon, Laon_ (ville), _paon_; lisez donc _Cran, fan, Lan, pan_. Il en
est de même des dérivés _faonner, paonne, paonneau, paonnier, Laonais,
Craonais_ qu'il faut prononcer _faner, pane, paneau, panier, Lanais,
Cranais_.—C'est l'_a_ qui s'élide dans _aoriste_ (voyez ce mot),
_août, aoûteron, curaçao, Saône_ (rivière), _Saonais, Saint-Laon_
(ville), _saoul, saouler_ (on écrit généralement aujourd'hui _soûl,
souler_) _taon_ (insecte); on prononce donc _oriste_ (quelques-uns
prononcent _aoriste_ et _saône_), _oût, oûteron, sône, curaço, Sonais,
Saint-Lon, sou, souler, ton_.—L'_a_ et l'_o_ se prononcent dans
_aorte, aortique_ et dans _aoûté_, participe passé du verbe _aoûter_
(qui ne s'emploie plus guère qu'à ce temps): pron. _aorte, aortique,
aoûté_. (HENNEBERT).

=Août=, s. m., huitième mois de l'année: voyez _ao, aon, aou_.

=Apercevoir=, v. a., s'écrit avec un seul _p_.

=Apothicaire= ne se dit plus aujourd'hui; on dit _pharmacien_.

=Apparution, Disparution=: écrivez et prononcez, _apparition,
disparition_;—cependant on dit _comparution_, action de comparaître
en justice.

=Appas= ou =Pas=, dans le sens de _marche_, de _degré_ d'un escalier,
de _seuil_ d'une porte, n'est pas français.

=Appel=, s. m.—Dites _appeau_, en parlant des instruments avec
lesquels on imite le chant des oiseaux.

=Appeler.=—Dites _appeler_ d'un jugement et non: _rappeler_.

=Appendice=, s. m.: on prononce _ap'paindice_ et non _apandice_.

=Applanter= n'est pas français: ne dites donc pas: _cette prairie est
applantée d'arbres_; dites: _plantée d'arbres, garnie d'arbres_.

=Applaudir=, v. a. et n.—_Applaudir quelqu'un_ ou _quelque chose_,
c'est, 1º battre des mains en signe d'approbation: _on a vivement
applaudi le poète; on a surtout applaudi le dernier vers_; 2º louer:
_chacun l'a applaudi d'une si bonne action; on ne peut qu'applaudir un
pareil trait_. (Acad.)

2. _Applaudir à quelqu'un_ ou _à quelque chose_, c'est l'approuver:
_s'il faisait cette bonne action, tout le monde lui applaudirait;
j'applaudis à votre bonne conduite_.

=Appliquer=, v. a.—Ne dites pas: _une amende de cinq francs est
appliquée à tout membre qui, etc._; dites, _est infligée_.

=Appointements=, s. m. pluriel: _ses appointements_ (et non _son
appointement_) _sont de 2000 frs._: voyez _gage_.

=Apprendre.=—Ne dites pas: _ma sœur s'est apprise elle-même à
broder_; dites: _ma sœur a appris d'elle-même à broder_.

2. On dit très-bien _j'apprends la musique_ (j'enseigne) _à cet
enfant_. (Acad.)

3. Ne dites pas: _j'ai appris cela auprès de lui_; dites _de lui_.

=Apportez= _votre ami, votre frère_, pour _amenez votre ami, votre
frère_, est un flandricisme.

=Apprenti=, s. m., et non _apprentif_, fait au féminin _apprentie_ et
non _apprentise_ ni _apprentisse, apprentive_.

=Apprêt=, s. m., préparatif: prononcez _aprè_.

=Apprêter=, v. a. et n. Ne dites pas: _cela prête à rire_, pour
signifier que telle chose rend ridicule, donne à rire, donne une
occasion de rire; dites: _cela apprête à rire; si vous faites telle
chose, vous apprêterez à rire à tout le monde_. (Acad.)

=Après.=—Ne dites pas: _on demande après vous; chercher après
quelqu'un_; dites: _on vous demande, chercher quelqu'un_.

2. On dit très-bien: _courir, attendre après quelqu'un_. (Acad.) Avis à
certains grammairiens qui condamnent ces expressions.

3. Ne dites pas: _il est en colère, il est fâché après vous_, mais
_... contre vous_;—_il est occupé après ce travail_, mais _... à ce
travail_.

4. Ne dites pas: _mettez les chevaux après la voiture_; dites, _mettez
les chevaux à la voiture_.

5. Ne dites pas: _la clef est après la porte_, dites, _la clef est à la
porte_. (Fland.)

6. _Par après_ n'est pas français; dites simplement _après_.

=Après-dînée, Après-soupée= sont des subst. _féminins_ et s'emploient
de préférence à _après-dîné, après-dîner_, ou _après-soupé,
après-souper_ qui sont du masculin. Le pluriel est _après-dînées,
après-soupées_; l'Académie ne donne pas le plur. de _après-midi_.
_Après-midi_ est également du _féminin_, quoique plusieurs le fassent
du _masculin_. (Acad.)

=Aquatique, Aquarelle, Aquatile, Aquarium, Aqua-viva, Aquador,
Aquariens, Aqua-tinta=: prononcez _akouatique, akouarelle, akouatile_;
etc. Voyez _qu_.

=Aqueduc=, s. m., canal pour conduire l'eau: prononcez _akeduc_ et non
_akéduc, akèduc_.

=A quia=, loc. adv.—_Être, mettre à quia_, être réduit, réduire
quelqu'un à ne pouvoir répondre: _cet élève a été dix fois à quia
pendant la classe_: prononcez _akuia_ et non _a kouia_. Voyez _qu_.

=Aquilin, Aquilon=: prononcez _akilin, akilon_. Voyez _qu_.

=Ar= et =Arr=, au commencement des mots, sont brefs: _arrondissement_,
prononcez _arondissement_, et non _ârondissement_; _arroser_, _a-roser_
et non _âroser_.

=Arbalète=, s. f.—On dit une _arbalète_ et un _arbalétrier_.

=Arborer=, dans le sens de _d'arbres plantés_, n'est pas français:
ainsi ne dites pas, _une prairie bien arborée_; dites _une prairie bien
garnie d'arbres_.

=Arc=, s. m., =Arc de triomphe=, s. m., (sans traits d'union),
prononcez _arke_.—_Arc-boutant, arc-bouter, arc-doubleau_; prononcez
_arboutant, arbouter, ardoubleau_. _Arc-en-ciel_ se prononce
_arkenciel_, même au pluriel, qui s'écrit _arcs-en-ciel_. (Acad.) Voyez
_c final_.

=Archaïsme=, s. m.—Mot antique, tour de phrase suranné;—_archange_,
s. m.;—_archéologie_, s. f., science des monuments de l'antiquité;
—_archéologique_, adj.;—_archéologue_, s. m.;—_archétype_, s. m.,
terme didactique, original, patron, modèle;—_archiépiscopal, ale_,
adj.;—_archiépiscopat_, s. m.;—_archontat_, s. m., dignité de
l'archonte;—_archonte_, s. m., titre des principaux magistrats grecs,
surtout à Athènes.—Dans tous ces mots _ch_ se prononce comme _k_;
partout ailleurs _arch_ ou _archi_ se prononce comme le _ch_ français,
dans _franchise, chemise_, etc.

=Archal= (_fil d'_), prononcez l'_l_.—Ne dites pas _du fil d'archat_
ou d'_aréchal_, mais _du fil d'archal_.

=Archelle=, n'est pas français; c'est _osier_ qu'il faut dire.

=Ardoisier=, s. m.: celui qui possède ou qui exploite une carrière
d'ardoises; ne dites pas _ardoisier_ pour désigner un ouvrier couvreur;
mais dites _couvreur en ardoise_, comme on dit _couvreur en chaume, en
tuile_.

=Are=, est un subst. _masculin_: _un are de terre_.

=Are= et =Arre=, ont l'_a_ grave dans les substantifs de deux
syllabes dont l'_a_ n'est point initial; _gare, barre, gare, tare_,
etc.—Ajoutez l'adjectif _rare_, le verbe _je narre_ et tous les
dérivés, à l'exception de _narratif, narration, narrateur_. L'_a_ est
moyen dans _lares, mare, phare, tiare_; il est bref dans les dérivés
_barrique, barricade, barricader_. (HENNEBERT.)

=Arêt.=—Ne dites pas: _j'ai manqué d'avaler une arêt_ (de poisson);
dites _une arête_.

=Argot=, s. m.—Ne confondez pas _argot_ avec _ergot_: _argot_ est
le jargon des filous qui n'est intelligible qu'entre eux; _ergot_ est
cette corne molle que les chevaux porte entre les jambes; _ergot_
signifie encore une sorte de petit ongle pointu qui se trouve aux pieds
de certains animaux: _les ergots d'un coq_.—Ne dites pas: _cet homme
est bien argoté_, mais, _cet homme est intelligent, instruit, rusé,
entend bien ses intérêts_, selon le sens.

=Argus=, s. m., espion domestique; prononcez _arguce_.—Voyez _s
finale_.

=Arlequin.=—Ne dites pas _harlequin_. (_h_ aspirée.)

=Armes=, s. f. pl.—Ne dites pas: _la garnison est sur les armes_;
dites _la garnison est sous les armes_. (Wall.)

=Armistice=, s. m.: voyez _amnistie_.

=Armoire= est du féminin: _une belle et grande armoire_: les wallons
font souvent ce mot du masculin.

=Arrérages=, s. m. pl., revenus arriérés; écrivez et prononcez
_arrérages_ et non _arriérages_.

=Arrhes=, s. f. pl., argent donné pour assurer l'exécution d'un marché
verbal; le mot _errhes_ pour _arrhes_ n'est pas français. Voyez _rh_.

=Arrière=, interj.—Écrivez et prononcez _arrière_ et non _errière_.

_En arrière de._—C'est une faute de dire: _Ne faites pas en arrière
de lui, ce que vous n'oseriez faire devant lui_; dites: _ne faites pas
hors de sa présence ce que..._ Mais on peut dire: _il me loue en ma
présence et me déchire en arrière_. (Acad.)

2. Ne dites pas: _mettez-vous arrière de moi_; dites: _éloignez-vous,
retirez-vous de moi_.

3. Ne dites pas: _ils sont retournés en arrière_, mais: _ils s'en sont
retournés, ils ont rebroussé chemin_.

=Arrondir, Arroser=: prononcez, _arondir, aroser_.

=Arsenic=, s. m.—Prononcez _arsenik_. (Acad.) Devant une consonne on
ne prononce pas le _c_: _l'arseni se volatilise au feu_.

=Artillerie, Artilleur=: mouillez les _ll_.

=Artiste=, s. m. et f.—Ce mot s'emploie abusivement aujourd'hui comme
synonyme de _acteur, actrice_; _ce ténor est un grand acteur_ et non
_un grand artiste_. Voyez _t_.

=As= final.—L'_a_ est long dans les mots terminés en _as_ au
singulier: _amas, bas, cas, compas, coutelas, damas, échalas, frimas,
gras, lilas, ramas, repas, tas, trépas_, etc., ainsi que dans leurs
dérivés _amasser, basse, casser, compasser, grasse_, etc. Pour quelques
mots de cette classe, l'_a_ s'est fort adouci dans le langage à la
mode: ainsi pour _ananas, bras, cabas, cadenas, chasselas, cervelas,
embarras, fracas, matelas, tracas, taffetas, verglas_.—L'_a_ est
encore long dans les noms propres _Lucas, Thomas_, comme dans ceux où
l'_s_ finale se prononce: _Agésilas, Damas, Epaminondas, Stanislas,
Vaugelas_, etc. (HENNEBERT.)

=As=, subst. masculin, carte, poids, monnaie: prononcez _âce_; _les as
sont égaux_ et non _égales_.

=Ascension=, s. f., action de monter, fête: prononcez _as'sension_
(prononcez les 2 _s_ dures).

=Ase= et =Aze=, à la fin des mots, ont l'_a_ long, pourvu que l'on
y retrouve l'_s_ douce ou le _z_: _base, case, gaze, évase, écrase,
phrase_, etc., ainsi que leurs dérivés _baser, caser, gazer_, etc.; il
en est de même des noms propres _Anastase, Caucase, Métastase, Pégase_,
etc.

=Asion, Assion, Ation= (les trois terminaisons en) sont toujours
graves, d'après quelques grammairiens: prononcez _persuâsion, pâssion,
nâtion_, etc. Cette règle, qui comprend un grand nombre de mots (1193),
ne souffrirait aucune exception. Elle serait même applicable aux
dérivés où _ion_ se change en _io_; ainsi _pâssionné, nâtional_, etc.;
mais lorsque _ion_ disparaît entièrement, comme dans _dominateur,
natif, persuadé_, etc., l'_a_ redeviendrait doux (bref).—(HENNEBERT.)

D'un autre côté, de bons grammairiens, et en grand nombre, prétendent
que l'_a_ des terminaisons _asion, assion, ation_ est _toujours bref_.
Nous pensons donc que l'une et l'autre prononciation sont bonnes;
cependant, comme l'usage, à peu près général en Belgique, paraît être
de faire ces sortes d'_a_ brefs, nous admettrions plus volontiers la
seconde prononciation, et nous croyons même, qu'à peine de s'exposer
à se singulariser, il faut l'adopter, au moins dans notre pays.—Il
va sans dire qu'on doit prononcer nettement _acion_ et non _achon,
achion_, etc.; il en est de même des finales en _ition, sion_, etc.:
_transition, session_.

=Asme, Aspe, Asque= (terminaisons en): faites sentir l'_s_ et l'_m_:
_cataplas-me, spas-me, enthousias-me, asth-me_ (_as-me_), _jas-pe,
cas-que_, etc., et non _cataplasse, spasse, enthousiasse, asse, jasse,
casse_, ni _cataplam-se, enthousiam-se, am-se_, ni _cataplame, spame,
enthousiame_, etc. Il en est de même des terminaisons en _isme_:
_catéchisme, schisme, barbarisme_.

=Aspect=, s. m.—Prononcez _aspek_; prononcez de même _respect,
suspect_ (_respèk, suspek_); _abject_ se prononce _abjekte_. Voyez _ct_.

=Aspergès=, s. m., goupillon, prononcez _aspergèce_.

=Aspic=, s. m., petit serpent venimeux: prononcez _aspik_ et non
_aspi_. Voyez _c final_ et _broc_.

=Aspiral=, pour _la spirale_ ou le ressort _spiral_ est une faute
grossière; vous direz donc: _la spirale de cette montre est cassée_ et
non _l'aspiral_.

=Aspirer.=—On dit _aspirer à quelque chose_ et non _après quelque
chose_; _il aspire aux honneurs_ et non _après les honneurs_.

=Assassiner, Assassin, Assassinat=:—prononcez _assaciner, assacin,
assacinat_ et non _assaziner, assazin, assazinat_, ni _azaziner,
azazin, azazinat_.

2. _Assassineur_, pour _assassin_, n'est pas français.

=Asseoir=, v. a.—Indicatif présent: _je m'assieds, tu t'assieds,
il s'assied, nous nous asseyons, vous vous asseyez, ils s'asseyent_;
imparf.: _je m'asseyais_, etc.; fut.: _je m'assiérai_, etc.; _je
m'assiérais; assieds-toi_, etc.; _que je m'asseye_, etc.; _s'asseyant_,
etc. L'Académie reconnaît aussi pour bonne la conjugaison suivante:
_Je m'assois, tu t'assois, il s'assoit, nous nous assoyons, vous vous
assoyez, ils s'assoient; je m'assoyais_, etc.; _je m'assoirai_, etc.;
_je m'assoirais_, etc.; _assois-toi, assoyons-nous, assoyez-vous;
que je m'assoie_, etc.; _s'assoyant_.—Il s'ensuit que l'expression
_assoyez-vous_ est très-française.

=Assez=, doit toujours être placé devant le mot qu'il modifie; ne dites
donc pas: _j'ai mangé assez, j'ai du papier assez, je suis malheureux
assez_; dites: _j'ai assez mangé, j'ai assez de papier, je suis assez
malheureux_. (Wall.)

2. Ne dites pas: _il a eu assez avec cela_; dites: _il a eu assez de
cela_ ou _il en a eu assez_.

3. Ne dites pas: _il a été assez sot de se fâcher_; dites: _pour se
fâcher_. (Wall.)

4. _Assez capable pour_ n'est pas français; dites _capable de_. _Assez_
ne va pas bien avec _capable_, excepté quand cet adjectif n'est suivi
de rien et qu'il est employé pour _habile, intelligent_, etc.: ainsi
l'on dit: _il est assez capable_, c'est-à-dire _assez habile_.

5. On ne dit pas non plus _capable pour_, mais _capable de_; _il est
capable de tenir tête à trois hommes_.

6. _Assez suffisant_, pour _suffisant_, est un pléonasme ridicule, ne
dites donc pas: _ce repas est assez suffisant pour dix personnes_; le
mot _suffisant_ rend tout à fait l'idée; _assez_ est de trop; dites _ce
repas est suffisant_.

=Assiette à soupe=, signifie assiette propre à contenir de la soupe;
_assiette de soupe_ signifie une assiette qui contient actuellement de
la soupe; il en est de même de _verre à vin, pot à fleur_, etc., et
_verre de vin, pot de fleur_.—Prononcez _a-ciette_ et non _achette_
ni _agette_.

=Assis.=—Ne dites pas: _soyez assis_, mais _asseyez-vous_ ou
_assoyez-vous_; ne dites pas non plus _se mettre assis_ pour
_s'asseoir_.

=Assister= signifie _donner quelques secours, secourir_, par exemple,
à un mendiant; mais il ne se dit pas dans le sens _d'aider quelqu'un à
faire quelque chose_; vous ne direz donc pas: _assistez-moi à porter ce
fardeau_, mais _aidez-moi à..._

=Assomption=, s. f., fête catholique: prononcez le _p, assomp'cion_ et
non _assom'-cion_.

=Assujettir, Assujettissement=: prononcez _as'sujétir,
as'sujétissement_.

=Assurer=, v. a.—_Assurer une chose à quelqu'un_, c'est affirmer,
certifier cette chose: _il leur assura que le fait était vrai_. Vous
ne direz donc pas: _je les ai assurés que mon père était malade_,
mais _je leur ai assuré..._—_Assurer quelqu'un d'une chose_, c'est
engager quelqu'un à regarder cette chose comme certaine, à y croire;
_assurez-le de mon respect, de mon dévouement; vous pouvez l'assurer
que je prendrai en mains ses intérêts_.

2. _S'assurer_, avec les prépos. _dans, en_, signifie établir sa
confiance: _il faut s'assurer en Dieu; malheur à celui qui ne s'assure
que dans ses richesses_. (Acad.)

3. _S'assurer de quelqu'un_, c'est s'assurer de sa protection, de son
suffrage; il signifie aussi arrêter, emprisonner: _assurez-vous de cet
homme_.

4. _S'assurer d'une chose_, c'est s'en procurer la certitude ou
simplement se procurer cette chose, s'en rendre maître.

=Astérisque= (étoile qui indique un renvoi) est _masculin_ et se
prononce _astériske_ et non _astérisse_: _un astérisque indique un
renvoi_. Voyez _t final_.

=Asthme=, s. m., maladie de poitrine, courte haleine: prononcez _asme_
et non _amse_;—_asthmatique_, prononcez _asmatique_. Voyez _asme_.

=At= (terminaison en): voyez _t_ final.

=Ation= (terminaison en): voyez _asion_.

=Atlas=, s. m.: prononcez _atlâce_: _le mont Atlas, un atlas de
géographie_. V. _s finale_.

=Atmosphère= est un subst. _féminin_: _atmosphère chargée de vapeurs_.

=Atome=, s. m. (_o_ sans accent circonflexe), corpuscule: prononcez
_atôme_ (_ô_ long).

=Atteindre=, v. a.—Si le complément de ce verbe est un nom de
personne, ce complément est toujours direct: _atteindre son ennemi;
atteindre ceux qui marchent devant; il osait se flatter d'atteindre
Racine_.—Si c'est un nom de chose, le complément est direct ou
indirect, suivant le sens du verbe.—1º _Atteindre_, signifiant
parvenir à un terme dont on était plus ou moins éloigné: _nous
atteindrons ce village dans la nuit; nous partîmes en même temps, mais
j'atteignis le but avant lui_; et au figuré: _nous atteignons enfin
le terme de nos souffrances; atteindre l'âge de raison; atteindre
son but_, réussir dans ce que l'on s'est proposé.—2º _Atteindre_,
signifiant toucher à une chose assez éloignée pour qu'on ne puisse y
arriver _sans effort_: _atteindre au plancher; atteindre au but_; et au
figuré: _atteindre à la perfection; atteindre au sublime_.

=Atteinte=, s. f.—Ne dites pas _une atteinte d'apoplexie_, mais _une
attaque d'apoplexie_.

=Attelée=, s. f., n'est pas français; dites _un attelage_: _il lui
manque un cheval à son attelage_.

=Atteler=, v. a.—Ne dites pas: _il faut atteler le chien_; dites _il
faut attacher_... _Atteler_ signifie attacher à une voiture.

=Attendre après quelqu'un= se dit très-bien. (Acad.)

=Attention=, s. f.—Dites _avoir, faire, prêter attention_, et non
_prendre, donner attention_. (Fland.)

=Au.=—_Au_ a le son de _o_ bref devant la lettre _r_: j'_aurai_, tu
_sauras_, il _aura_, nous _saurons, aurore, Aurillac, Centaure, Laure_,
etc.; prononcez j'_orai_, tu _soras_, il _ora_, nous _sorons, orore,
Orillac, Centore, Lore_. Il n'y a point d'exception à cette règle:
_vaurien_ se prononce _vôrien_, parce que ce mot doit être pris pour
une contraction de _vaut rien_; _Beaurevoir, Beauregard, Maurepas_,
et autres noms propres semblables, n'ont aussi l'_au_ long que pour
une raison analogue.—_Au_ a le son de _o_ bref au commencement des
mots devant _g_ guttural ou la syllabe _to_: _augmenter, augurer,
augural, autographe, autocrate, autorité, autoriser, Auguste_, etc.—Il
en est de même devant l'articulation composée _st_: _austral, austère,
austérité, holocauste, causticité, caustique, Austerlitz, Austrasie_,
etc.—Enfin il est encore bref, par exception, dans les mots suivants:
_auberge, aubergiste, audace, audience, aulique, aumône, auspice,
autel, authentique, auxiliaire, cauchemar, cauchois, fauteuil, glauber,
mauvais, mauviette, naufrage, paupière, rauque, épaulette_ (mais
non _épaule_); ajoutons les noms propres _Sainte-Aulaire, Ausche,
Auvergne, Caulaincourt, Paul, Waux-Hall_; les dérivés suivent la même
prononciation.—_Pourceaugnac_ a aussi l'_au_ bref. (HENNEBERT.)

=Auberge= est du _féminin_: _une bonne auberge_.

=Aucun= et =Nul= se mettent au pluriel: 1º lorsqu'ils sont joints à un
nom qui n'a pas de singulier: _aucuns frais, nuls frais_; 2º lorsque
le substantif auquel ils sont joints, a, au pluriel, une signification
particulière: _on ne lui a rendu aucuns devoirs_, c'est-à-dire, on ne
lui a fait _aucunes funérailles_; _vous n'avez aucuns soins, nuls soins
pour vos parents_, c'est-à-dire point _d'attentions_ pour eux; _ce
domestique ne reçoit aucuns gages, nuls gages_, c.-à-d., ce domestique
ne gagne aucun salaire, n'a point _de gages_.—_Aucuns, d'aucuns_
s'emploient dans le style naïf et badin pour _quelques-uns_: _aucuns ou
d'aucuns croient que je l'ai fait de propos délibéré_. (Acad.)

=Augmenter.= Ne dites pas: _les grains, les vins augmentent tous les
jours_, pour exprimer qu'ils sont à la hausse; dites: _le prix des
grains, des vins, augmente, s'élève_, etc. Voyez _diminuer_.

=Aujourd'hui.=—On peut dire: _on a remis l'affaire à aujourd'hui;
jusqu'aujourd'hui_ ou _jusqu'à aujourd'hui_. (Acad.) Prononcez
_aujourd'hui_ et non _aujourd'houi_ ni _aujord'hui_.

=Aumône=, s. f. Prononcez _ômône_ (les deux _ô_ longs). Plusieurs
grammairiens prononcent _omône_ (le 1er _o_ bref).

=Aune=, arbre (quelques-uns écrivent _aulne_), est du _masculin_;
_aune_, mesure, est du _féminin_.

=Auparavant= est adverbe: il ne peut donc avoir de régime comme
_avant_, qui est préposition. Ne dites donc pas: _auparavant de partir;
je suis arrivé auparavant les autres_, mais, _avant de partir; je
suis arrivé avant les autres_. Mais vous direz très-bien: _il avait
reçu auparavant des lettres de son père; je suis arrivé longtemps
auparavant_, parce qu'ici il est adverbe.

=Auprès de, Au prix de, Près de=: voyez _prix_.

2. Ne dites pas: _je demeure auprès de la place St-Lambert_; dites _...
près de la place St-Lambert_.

=Auspice=, présage, protection, est du masculin; _j'ai commencé sous
d'heureux auspices_: prononcez _ospice_ (_o_ bref).

=Aussi... Comme=, pour _aussi... que_: _cette maison-ci est pour le
moins aussi belle comme la vôtre_; dites: _aussi belle que la vôtre_.
(Fland.)

2. _Aussi pas._—_Vous n'êtes pas riche et moi aussi pas; je ne l'ai
pas fait aussi_; dites: _ni moi non plus; je ne l'ai pas fait non
plus_. (Fland.)

=Aussitôt=, adv.: Ne dites pas: _il est parti aussitôt vous; je
partirai aussitôt la diligence arrivée, votre lettre reçue_; dites:
_il est parti aussitôt que vous; je partirai dès que la diligence
sera arrivée, dès que j'aurai reçu votre lettre_ ou _aussitôt après
l'arrivée de la diligence, après la réception de votre lettre_.

=Automne= est du masc. et du fém., mais plus souvent du masculin: _un
automne sec_; prononcez _otone_; mais dans _autom-nal_, faites sentir
l'_m_.

=Autour=, prép.: voyez _alentour_.

=Autre.=—_Rien d'autre_ est une locution vicieuse; dites: _rien
autre, rien autre chose, pas autre chose_.

2. Monsieur est-il ici?—Oui.—N'y a-t-il _personne d'autre_?
c'est encore une mauvaise locution; dites: _n'y a-t-il point d'autre
personne, personne autre, nul autre, aucun autre_.

3. Ne dites pas non plus: _quelqu'un d'autre, quelque chose d'autre_;
dites: _quelque autre, quelque autre chose; adressez-vous à quelque
autre personne_ ou _à quelque autre_;—_c'est autre chose que j'exige_.

4. Ne dites pas: _je l'ai trouvé tout autre que je pensais_; dites _...
que je ne pensais_.

5. _Nous autres, vous autres_. En espagnol, _nous_ et _vous_ sont
toujours suivis de _autres_, même dans la conjugaison: _nous autres
aimons; vous autres aimez; nous autres parlerons, vous autres
parlerez_, etc. Il en est à peu près de même en wallon où l'on fait
également, surtout dans certains dialectes, un trop fréquent usage
de ces expressions. Le génie de la langue française n'autorise
l'usage de ces expressions que dans des cas assez rares, et seulement
lorsqu'on veut exprimer une opposition à d'autres personnes dont on
vient de parler, ou insister particulièrement sur les mots _nous,
vous_: _Je m'en vais me promener; vous autres, vous irez étudier_;
_nos professeurs nous ont recommandé de bien étudier; nous autres_
(les élèves paresseux), _nous préférons de nous amuser_; _les anciens
ont cru que le soleil tournait autour de la terre; nous autres, nous
croyons que c'est la terre qui tourne autour du soleil_.—Les Wallons
ne sauraient trop se mettre en garde contre l'usage impropre ou vicieux
de ces locutions.

=Auxiliaire=, s. m., prononcez _okcilière_, (_o_ bref) et non
_augziliaire_.

2. Plusieurs verbes prennent tantôt _avoir_ et tantôt _être_, selon
qu'ils expriment principalement une _action_ ou principalement un
_état_, en d'autres termes, selon que l'on peut faire les questions:
_qu'a-t-il fait?_ ou bien _qu'est-il devenu, qu'est-il, où est-il
maintenant?_ Ainsi on dit avec _avoir_ et avec _être_: _sa fortune a
augmenté rapidement_ et _sa fortune est augmentée du double_;—_le prix
du pain a encore baissé hier_ et _le prix du pain est baissé_;—_la
fièvre a cessé à minuit_ et _la fièvre est cessée depuis hier_;—_le
vent a changé tout à coup_ et _le vent est changé_;—_les eaux ont crû
rapidement_ et _les eaux sont crues_;—_ce billet a échu hier_ et _ce
billet est échu depuis hier_;—_sa maladie a beaucoup empiré en peu
de temps_ et _sa maladie est bien empirée_;—_son bail a expiré à la
St-Jean_ et _son bail est expiré_;—_cet enfant a bien grandi en un an_
et _cet enfant est bien grandi_;—_le baromètre a monté lentement_ et
_le baromètre est monté_;—_il a monté quatre fois à sa chambre pendant
la journée_ et _il est monté à sa chambre depuis une heure_;—_son
fusil a parti tout à coup_ (Acad.) et _il est parti pour Paris_;—_la
procession a passé dans notre rue_ et _la procession est passée depuis
une heure_;—_il a sorti mais il vient de rentrer_ (Acad.) et _il est
sorti mais il va rentrer_;—_les poètes disent que Vulcain a tombé
du Ciel pendant un jour entier_ (Acad.) et _elle releva son enfant
qui était tombé_.—Les exemples que nous citons ici de l'Académie, ne
sont pas à imiter, attendu qu'ils nous paraissent être de véritables
exceptions.—On construit également avec _avoir_ ou _être_ les verbes
_camper, débarquer, décroître, dégénérer, diminuer, échouer, embellir,
enlaidir, grossir, hausser, vieillir_, etc.

=Avant, Devant.=—_Avant_, se dit du temps: _je suis parti avant
vous_;—_devant_ se dit du lieu, de la situation: _placez-vous devant
votre condisciple, devant cette porte_.

2. Ne dites pas: _avant que je parte, j'irai vous voir_; dites: _avant
de partir..._

3. _Avant que_, d'après l'Académie, n'est jamais suivi de la négative:
_j'irai le voir, avant qu'il parte; sauvons-nous avant que l'orage
vienne_; et non _avant qu'il ne parte, avant que l'orage ne vienne_.

4. Ne dites pas: _avant que faisiez-vous_; dites _auparavant,
autrefois, avant cette époque_, etc.: _avant_, étant préposition, doit
toujours être suivi d'un complément.

=Avant de, Avant que de.=—On dit _avant de_ ou _avant que de_:
_avant de venir_, ou _avant que de venir_, (Acad.); _les athlètes se
frottaient d'huile, avant que de lutter_. (Id.) Ajoutons pourtant que
_avant de_ est préférable, et que _avant que de_ nous paraît suranné.

=Avant-hier.=—Beaucoup de personnes prononcent mal ce mot: l'_h_
d'_hier_ étant muette, on doit faire sonner le _t_, et prononcer
_avan-t-hier_, et non _avan-hier_, encore moins _avan-z-hier_;
prononcez de même _dès hier_, (_dè zière_); cependant dans la
conversation on peut dire avan-hier.

=Avec=, est une préposition qui demande un régime; c'est donc une
faute de dire: _Je m'en vais à Liége, venez avec_; dites: _venez avec
moi_.—Cependant l'Académie admet dans le langage familier _avec_ sans
régime: _il prit mon manteau et partit avec_.

2. C'est encore à tort que l'on donne à _avec_ le sens de _aussi_;
ne dites donc pas: _mon frère a bien réussi dans ses concours et moi
avec_; dites: _et moi aussi_. (Wall.)

3. _Avec_ ne peut pas non plus s'employer pour _de_: ne dites pas: _que
puis-je faire avec ces livres_; dites: _de ces livres_. (Wall.)

4. Ne dites pas: _avec qui parliez-vous?_ dites: _à qui parliez-vous?_
(Wall.)

5. Ne dites pas: _j'ai eu une maladie de cœur, j'ai beaucoup souffert
avec_; dites: _j'en ai beaucoup souffert_.

6. Ne dites pas: _il est dur avec les pauvres_, mais _... envers les
pauvres_.

7. Ne dites pas: _vous vous ferez des ennemis avec vos plaisanteries_;
mais _... par vos plaisanteries_. (Wall.)

8. Ne dites pas: _je suis ami avec lui_; dites: _je suis son ami_.
(Wall.)

9. Ne dites pas: _voilà les compagnons que je suis venu avec_; dites
_... avec lesquels je suis venu_. (Wall.)

10. Ne dites pas: _j'ai bien ri avec cet homme, avec cette
aventure_;—_il vit avec le produit de sa ferme_;—_il est parti avec
le premier convoi, avec la diligence_;—dites: _j'ai bien ri de cet
homme, de cette aventure_;—_il vit du produit de sa ferme_;—_il est
parti par le premier convoi, par la diligence_. (Wall.)

11. Ne dites pas: _cet élève est entré au séminaire avec une année de
philosophie_; dites _... après une année_. (Wall.)

12. _Content avec cela; fâché avec cela_; dites: _je suis content de
cela, fâché de cela_, ou bien, _j'en suis content, j'en suis fâché_.

13. Ne dites pas: _il est parti avec une pluie battante_; dites _...
par une pluie battante_.—On dit également: _par le temps qui court_.

14. Ne dites pas: _il va avec ceci comme avec cela_; dites: _il en est
de ceci comme de cela_. (Fland.)

15. Ne dites pas: _je ne me mêle pas avec cela_, dites _... de cela_.
(Fland.)

16. Ne dites pas: _prendre quelqu'un avec le collet_; dites _... au
collet, par le collet_. (Fland.)

17. _Avec ce temps-là_: ne dites pas: _vous serez enrhumé avec ce
temps-là_; dites _... par ce temps-là_. (Fland.)

18. Ne dites pas: _j'ai fait acheter ce livre avec le messager_; dites
_... par le messager_. (Fland.)

19. Notez cependant que l'on peut dire indifféremment: _déjeuner,
dîner, souper d'un poulet_ ou _avec un poulet_; _de radis_ ou _avec des
radis_. (Académie, aux mots _matin_ et _radis_.)

20. Prononcez _avek_ et non _avè_; _avec nous_ (avèk' nous) et non _avè
nous_.

=Aveine, Avoine.=—On dit l'un et l'autre; _avoine_, (prononcez
_avo-anne_), est plus en usage.

=Aveuglement=, s. m., cécité.—=Aveuglément=, (avec accent aigu)
adverbe, à l'aveugle ou en aveugle: _qui agit aveuglément ne peut pas
voir; il est frappé d'aveuglement_.—_Aveuglement_, perte de la vue,
ne s'emploie plus aujourd'hui au sens propre; on dit _cécité_: _il a
été frappé de cécité par la foudre_.

=Avis=, s. m.—Prononcez _avi_ et non _avice_ devant une consonne, et
_avize_ devant une voyelle: _avis au public_.

=Avoir.=—_Il y a._ Évitez de le multiplier, au commencement des mots,
à la manière des enfants: _il y a Pierre qui m'a frappé; il y a Paul
qui m'a poussé_, etc.; dites simplement: _Pierre m'a frappé, Paul m'a
poussé_.—Prononcez comme c'est écrit et non _igna, ignia_.

2. Ne dites pas: _mes frères veulent avoir que cet événement soit
arrivé telle année_; dites: _mes frères prétendent, soutiennent..._
(Wall.)

3. Ne dites pas: _mon maître en a toujours sur moi_ ou _à moi_; dites:
_mon maître m'en veut, me gronde toujours_. (Wall.)

4. Ne dites pas: _j'ai eu ce livre à un tel_; dites: _d'un tel_.

5. _Avoir bon._—Voyez le mot _bon_.

6. _Avoir_, impersonnel, s'emploie mal avec un verbe impersonnel; ne
dites pas: _il n'y a qu'à pleuvoir, qu'à neiger_, etc.; dites: _s'il
vient à pleuvoir, à neiger_. (Wall.)

7. Ne dites pas: _quelle heure avons-nous? nous avons trois heures_;
dites: _quelle heure est-il? il est trois heures_.—Mais on dira bien:
_quelle heure avez-vous?_ pour demander quelle heure il est à votre
montre.

8. Ne dites pas: _nous avons aujourd'hui le dix_; dites: _c'est
aujourd'hui le dix_.

9. _Avoir peu de chose à dire chez soi_: dites: _avoir peu d'autorité,
peu de pouvoir_. (Wall.)

10. Ne dites pas: _je vous redois dix centimes.—Oh! je les aurai bien
une autre fois_; dites: _vous me les donnerez une autre fois_.

11. Ne dites pas: _l'élève qui n'aura pas eu ses devoirs, sera puni_;
dites: _qui n'aura pas fait, qui n'aura pas apporté ses devoirs_.

12. _Avoir une chose dans l'œil_, pour: _voir une chose_, est un
flandricisme; dites: _j'ai l'œil sur lui, là-dessus, je le surveille_.

13. Ne dites pas: _voilà une jolie montre; combien vous
coûte-t-elle?—Je l'ai eue_; dites: _on m'en a fait cadeau_.

14. Pour l'emploi de l'auxiliaire _avoir_ et _être_, voyez le mot
_auxiliaire_.

15. _Avoir de quoi_, être riche ou dans l'aisance. (Acad.)

16. _Vous en aurez_, vous serez châtié, maltraité. (Acad.)

17. _Je l'aurai, je saurai bien l'avoir_, se dit en parlant d'une
personne dont on espère se venger; cette manière de parler vieillit.
(Acad.)—Voyez _ravoir_.

18. _Contre qui en a-t-il, en avez-vous?_ c'est-à-dire, contre qui
est-il, êtes-vous fâché, en colère? On dit aussi: _à qui en a-t-il?_
(Acad.)

19. Mais _à qui en a-t-il, à qui en avez-vous, en avez-vous à moi_,
dans le sens de: _à qui parlez-vous_, etc., sont des barbarismes.

=Avoir l'air.=—L'adjectif ou le participe qui suit _avoir l'air_,
s'accorde avec _air_ ou avec le sujet de la proposition.—Il s'accorde
avec _air_, si la qualité qu'il exprime peut convenir au mot _air_:
_la tuile a l'air plus gai que le chaume; cette fille a l'air hardi;
cette femme a l'air hardi; cette femme a l'air méprisant_: on peut dire
d'un air, d'un extérieur, qu'il est _gai, hardi, méprisant_.—Mais
il s'accorde avec le sujet de la proposition, lorsqu'il exprime
une qualité qui ne peut convenir au mot air; on dit: _elle a l'air
contente; ils ont l'air fâchés; cette viande a l'air d'être fraîche;
ces légumes n'ont pas l'air d'être cuits_. (Acad.) Parce qu'on ne peut
pas dire d'un air qu'il est _content, fâché, frais, cuit_.

=Avre, Avrer= ont toujours l'_a_ long: _cadavre, navrer_.

=Avril=, 4e mois de l'année: prononcez _avrille_ (_l_ mouillée);
prononcez de même _baril, péril_. Voyez _l_ mouillée.

=Ayant=, part. prés.—Prononcez, _ai-iant_ et non _a-yan_: l'_y_ ici
représente deux _i_ qu'il faut faire sentir comme dans: _royal, moyen,
citoyen_, etc.

=Aye=, que _j'aye_: écrivez avec un _i_ simple: on ne met pas d'_y_
devant un _e_ muet. Voyez _ai, aie_.

=Axiome= (_o_ sans accent circonflexe), s. m., vérité, maxime évidente
par elle-même; prononcez _axiôme_ (_ô_ long). Voyez _o_.



  B


=B.=—C'est à tort que les wallons prononcent généralement le _b_
des syllabes en _be_, comme un _p_: dites donc: une _syllabe_,
une _trombe_, il _tombe_, une _bombe_, un _verbe_, un _adverbe_,
la _barbe_, _enjambement_; et non: une _syllape_, une _trompe_,
il _tompe_, une _bompe_, un _verpe_, un _adverpe_, la _barpe_,
_enjampement_.

=Babil=, s. m.—Prononcez _babille_ en mouillant l'_l_; prononcez de
même les mots suivants: _babillage, babillard, babillement, babiller_.
Voyez _l_ mouillée.

=Bac=, s. m., ne s'emploie pas pour _cabaret_; dites: _cet homme ne
fréquente que les cabarets, les tavernes, les cabarets borgnes_.

=Bacchus=: prononcez l'_s_ finale. Voyez _s_.

=Bacon de lard=, mot wallon; dites, _flèche de lard_.

=Baguer=, _débaguer, débagage_, pour transporter des meubles d'une
maison à une autre, ne sont pas français; dites _déménager_. (Wall.)

=Bai, Baie=, adj., qui est d'un rouge brun: _cheval bai_; prononcez
_bé_ et non _bè_.

=Baigner=: voyez _promener_.

=Baignoire=, s. f.; dites _une baignoire_ et non _un baignoir_.

=Baille=, n'est pas français; ne dites pas, _on fait des bailles quand
on a faim_; mais, _on fait des bâillements_, ou _on bâille_.

2. Ne dites pas, _bâiller aux corneilles_ (regarder bouche béante);
dites _bayer_, et prononcez _bè-ïé_.

3. Dans _bailler_, donner, livrer par convention ou par bail, l'_a_ est
bref; dans _bâiller_, ouvrir involontairement la bouche, l'_a_ est long
et marqué d'un accent circonflexe.

=Bailli=, au féminin _baillive_, de l'ancien masculin _baillif_;
_bailleresse_ est le féminin de _bailleur_ (de fonds).

=Baïonnette=, s. f.—On écrivait anciennement _bayonnette_.

=Baise.=—On ne dit pas, _donnez une baise à maman_; mais, _donnez un
baiser à maman, embrassez maman_.

=Baisser=, v. n.—Ne dites pas: _les jours baissent déjà en juillet_;
dites, _décroissent, diminuent_.

=Balance=, s. f., machine à peser, s'emploie au singulier: _cette
balance n'est pas juste_ et non _ces balances_.

=Balier, Baliure, Balieur=, pour _balayer, balayure, balayeur_,
sont des expressions vicieuses; prononcez _balai-ier, balai-iure,
balai-ieur_.

=Balziner=, pour lambiner, lanterner, muser, est wallon.

=Banal, ale=, adj., trivial; il fait au plur. masc. _banaux_: _un
compliment banal, des fours banaux_.

=Baptême=, s. m.—Le _p_ ne se prononce pas: _batême_; prononcez
de même _Baptiste, baptismal, baptistaire, baptistère, baptiser,
débaptiser_ (changer de nom). Voyez _p_.

=Barbarisme=, s. m.—Il ne faut pas le confondre avec le solécisme.
Il y a plusieurs sortes de barbarisme: ainsi un mot forgé, altéré ou
détourné du sens que l'usage lui donne;—un adverbe employé comme une
préposition;—des prépositions, des conjonctions ou d'autres mots
employés ou omis mal à propos;—un nom employé à un genre ou à un
nombre que l'usage lui refuse;—un verbe présenté sous une forme qui
n'est pas autorisée par l'usage, par ex.: _il soye, il aye_, pour _il
soit, il ait_, sont autant de barbarismes. Prononcez _barbaris'-me_ et
non _barbarisse_ ni _barbarim'se_.—Voyez _solécisme_.

=Barbe.=—On dit très-bien: _faire sa barbe, se faire la barbe, se
faire faire la barbe_, comme on dit _se raser la barbe_ ou simplement
_se raser_. (Acad.)

=Barboter=, n'est pas français; dites _grommeler, marmoter_.

=Barette.=—_Faire barette_, expression vicieuse, connue des écoliers;
dites, _faire l'école buissonnière_.

=Baril=, s. m.: prononcez _bari_.

=Baromètre=, s. masculin; dites _un baromè-tre_ et non _baromette_ ni
_baronette_.

=Barres=, jeu d'écolier, est un substantif _féminin_ qui ne s'emploie
qu'au _pluriel_: _jouer aux barres_.—On ne prononce qu'une _r_ ainsi
que dans _barrer, barreau, barrette, barricade, barricader, barrière,
barrique_.

=Barthélemi= et non _Barthélémi_, ni _Bartholomi, Bartholomé_; on écrit
aussi _Barthélemy_.—Voyez _y_.

=Bartiau.=—Ne dites pas: _cet élève a fait aujourd'hui le bartiau_;
dites, _... a fait l'école buissonnière, a manqué l'école_: _bartiau_
est un mot wallon du Hainaut.

=Bas.=—Ne dites pas: _j'ai vu cet acteur bas de la scène_, mais, _je
l'ai vu hors de la scène, à la ville_.

2. Ne dites pas: _il est tombé, il s'est jeté, il a sauté en bas de son
cheval, de l'échelle, de l'arbre_, etc.; dites, _à bas de son cheval_.

3. Ne dites pas: _descendre en bas, monter en haut_; dites simplement
_descendre, monter_. Voyez _haut_.

4. Ne dites pas: _cette maison n'est bonne qu'à mettre bas_; dites,
_qu'à mettre à bas_.

5. Ne dites pas: _j'ai mis bas ce grand garçon_; dites, _je l'ai
renversé, je l'ai terrassé_.

6. Ne dites pas: _j'ai tiré l'oiseau bas_ ou _en bas_ (au tir à l'arc
ou à l'arbalète); dites, _j'ai abattu l'oiseau_.

7. Ne dites pas: _tirez la clef bas_ ou _en bas de la serrure_; dites,
_tirez_ ou _ôtez la clef de la serrure_.

8. Ne dites pas: _le tonneau est bas_ ou _en bas_, pour signifier qu'il
est vide ou presque vide; dites, _le vin, la bière_, etc. _est bas_,
pour exprimer que le tonneau est _vide_; et dites, _le vin, la bière_,
etc. _est au bas_, pour signifier que le tonneau est _presque vide_.

=Bassin, Bourse.=—Le _bassin_ se dit du plat où l'on reçoit les
offrandes à la messe, ainsi que du petit vase dont on se sert pour
aller à la quête à l'église.—La _bourse_ sert également pour la quête
et se dit d'un petit sac attaché au bout d'un manche.

=Bât=, s. m., selle de bêtes de somme; prononcez _bâ_ (_â_ long);—mais
l'_a_ est bref dans _il bat_, 3e pers. du prés. de l'ind. du v.
_battre_.

=Bateau, Tableau=: prononcez _batô, tablô_ (_a_ bref) et non _bâtô,
tâblô_.

=Bâtisse=, s. f., construction d'un bâtiment quant à la maçonnerie;
prononcez _bâtisse_ (_â_ long) et non _batisse_ ni _batize_; prononcez
de même _bâtir, bâtiment, bâton_ (_â_ long).

=Batiste=, s. f., toile de lin très-fine; _Baptiste_, nom propre:
prononcez _batis-te_ et non _batisse_.

=Bâtonnade=, n'est pas français; dites _bastonnade_.

=Battante=, dans le sens de _volet_, n'est pas français: _fermez les
volets_ et non _les battantes_.

=Beau=, _belle_, adj.—Ne dites pas: _c'était beau pour voir_; dites,
_c'était beau à voir_. (Fland.)

=Beaucoup=, adv.—Ne dites pas: _il y avait beaucoup de peuple au
sermon_: dites, _beaucoup de monde_.

2. _Beaucoup_, dans le sens de plusieurs, ne s'emploie seul que quand
il est précédé d'un déterminatif; on dit, _nous sommes beaucoup,
il y en a beaucoup_; mais on ne dira point, _beaucoup ont pensé_,
c'est-à-dire, _beaucoup de personnes ont pensé_; dans ce cas, il doit
toujours être suivi de _gens, personnes_.

3. _Beaucoup_ est précédé de la préposition _de_ quand il est après
l'adjectif; ainsi on dit: _il est beaucoup plus grand_, et _il est plus
grand de beaucoup_.—Prononcez _bôcou_ et non _bocou_ ni _bôcoupe_; le
_p_ se prononce devant une voyelle ou une _h_ muette: _on l'a beaucoup
admiré_.

=Beaufays=, village à deux lieues de Liége: prononcez _Beaufa-ïî_ et
non _Beaufai-î_, par la raison qu'il faut conserver aux noms propres
leur prononciation indigène ou de la localité.

=Bécasse=, oiseau: prononcez _bécace_ et non _bégace_.

=Béchée=, s. f.—Ce mot n'est pas français; il faut dire, _becquée_ ou
_béquée_: _cet oiseau donne la becquée à ses petits_; on dit de même
_becqueter_ ou _béqueter_.

=Béelzébut=, _Belzébut, Belzébuth_, le diable: prononcez _Belzébute_.

=Bègue.=—Ne dites pas: _cet enfant bègue_, mais _cet enfant bégaye_;
_bègue_, est subst. et adj.

=Belge=: prononcez _Bel-ge_ et non _Bel-che_.

=Ben= pour _bien_; ne dites pas: _ce jardin est ben joli_; mais, _bien
joli_.

=Bénir=, v. a.—_Bénir_ a deux participes passés: _bénit, bénite_ et
_béni, bénie_. Le premier se dit de certaines choses sur lesquelles
la bénédiction du prêtre a été donnée avec les cérémonies prescrites:
_pain bénit, eau bénite, maison bénite, crucifix bénit, image, médaille
bénite; les drapeaux ont été bénits_.—Le second participe a
toutes les autres significations de son verbe, et s'emploie surtout
en parlant des personnes: _un peuple béni de Dieu; l'Ange dit à
la Sainte-Vierge: vous êtes bénie entre toutes les femmes_ (Acad.);
_toutes les nations de la terre ont été bénies en Jésus-Christ_
(comblées de biens, de bénédictions par J.-C.)

=Berce=, pour _berceau_, n'est pas français.

=Berlue=, s. f., éblouissement passager; prononcez _berlû_ et non
_berlu-we_.

2. Ne dites pas: _cet homme a la brelue_, mais _la berlue_.

=Bernique=, est français: _je croyais le trouver chez lui, mais
bernique!_

=Berriques= est un mot wallon qu'il faut traduire par _besicles_ ou
_lunettes_.

=Besoin.=—Prononcez _bezo-in_ et non _bezo-an_.

2. Ne dites pas: _je n'ai rien besoin, je l'ai besoin_; dites, _je n'ai
besoin de rien, j'en ai besoin_. (Fland.)

3. Ne dites pas: _voulez-vous que je vous aide?—Ce n'est pas besoin_;
dites, _c'est inutile, ce n'est pas nécessaire_. (Fland.)

4. Ne dites pas non plus: _je n'en ai pas de besoin_; dites, _je n'en
ai pas besoin_.

=Beurre=, s. m.—On dit une _motte_ de beurre (et non _tartine_), pour
signifier un morceau de beurre arrangé en forme de petit pain.

=Beurré=, s. m., sorte de poire fondante: _beurré blanc_.

2. _Beurrée_, s. f., tranche de pain recouverte de beurre; on dit aussi
_tartine_.

=Bey=, gouverneur turc: prononcez _bè_.

=Bibliophile, Bibliomane.=—Le _bibliomane_ est celui qui a la passion,
la fureur de posséder des livres, non pas tant pour s'instruire que
pour en repaître sa vue et se féliciter de les avoir. La bibliomanie
est l'excès ou l'aberration de la bibliophilie.—Le _bibliophile_
est celui qui aime sagement et honorablement les livres, qui a du
goût pour les bons ouvrages et qui sait les discerner d'avec les
mauvais. Les qualités du bibliophile et du bibliographe se confondent;
mais quelquefois les bibliophiles les plus instruits et les plus
raisonnables tombent dans la bibliomanie.

=Bien=, s. et adv.—Voyez le mot _rien_ pour la prononciation de
_bien_.

=Bienfaisance, Bienfaisant.=—Prononcez, mais n'écrivez pas,
_bienfesance, bienfesant_.

=Biez=, s. m.—Ce mot ne se dit que du canal d'un moulin; dans toute
autre acception il faut se servir du mot _canal_.

=Bijoutière.=—C'est à tort qu'on désigne sous ce nom une _modiste_ ou
_monteuse de modes_.

=Bileux=, n'est pas français, dites, _bilieux_: _cet homme est d'un
tempérament bilieux_.

=Bille=, s. f. (_ll_ mouillées), boule d'ivoire pour jouer au
billard.—Petites boules de pierre ou de marbre qui servent à des jeux
d'enfants; on dit quelquefois aussi _gobille_ (BESCHERELLE). Voyez
_chique_.

=Billet=, s. m.—_Billet de faire part_ ou simplement _billet de
part_, billet, lettre, ordinairement imprimée, par laquelle on annonce
un mariage, une naissance, un décès, qui intéresse celui qui écrit;
prononcez _billet_, _ll_ mouillées. Voyez _mortuaire_.

=Bis=, _bise_, adj., brun; prononcez _bi_: _du pain bis_.

2. _Bis_, interj., encore une fois; prononcez _bice_.

=Bisbille=, s. f. (_ll_ mouillées), querelle sur des riens; ne dites
pas _bisbisse_.

=Biser=, dans le sens de faire de la bise, n'est pas français; dites
donc _il fait de la bise, nous avons vent du Nord_ et non _il bise_.

=Bisquer=, v. n., pester, être de mauvaise humeur, être vexé; ce mot
figure dans les dictionnaires, mais il est populaire.

=Bissextile=, adj.: prononcez _bis-sex-tile_ et non _bizextile,
bizectile, bisek_.

=Bivac= ou =Bivouac=, s. m., garde en plein air; prononcez _bivaque_;
il en est de même de _bivaquer, bivouaquer_.

=Blague=, s. f., est un petit sachet où les fumeurs mettent le tabac.

=Blaguer, Blagueur, Blague=, sont des expressions triviales et
populaires; remplacez-les par _hâbler, hâbleur, hâblerie_.

=Blamer=, dans le sens de _flamber_, jeter de la flamme, n'est pas
français; c'est un mot wallon.

=Blanc.=—Ce mot n'est jamais synonyme de _pâle_; ne dites donc
pas d'un convalescent qu'il est encore bien _blanc_, qu'il est
_blanc-mort_; dites, qu'il est encore bien _pâle_, qu'il est _pâle
comme un mort_. (Wall.)

2. Ne dites pas non plus: _il est blanc comme un lait, comme un satin_;
dites, _il est blanc comme lait, comme du lait, comme le lait; comme
satin, comme du satin, comme le satin_.

=Blanchisserie= ou =Blancherie= (et non _blanchierie_), le lieu où l'on
blanchit la toile ou la cire.

=Blette=, adj. sans masculin: _poire blette_, poire molle qui n'est pas
encore gâtée.

=Bloc=, s. m.—On prononce le _c_ final, quand le mot est isolé ou à
la fin d'une phrase ou lorsqu'il est suivi d'un mot commençant par une
voyelle ou une _h_ muette: _acheter toutes les marchandises en bloc_
(bloque), _un bloc_ (blo) _de marbre_. Voyez _c_.

=Blocus=, s. m., action de cerner une place; prononcez _blocuce_. Voyez
_s finale_.

=Blouser=, v. act., tromper; _se blouser_, se tromper: ces termes sont
populaires et familiers.

=Bluet=, s. m., (on écrit plus rarement _bleuet_), espèce de fleur
bleue qui croît dans les blés; on l'appelle aussi _barbeau_: prononcez
_bluè, bleuè_ et non _blu-wet_, etc.

=Boa=, s. m., grand serpent; prononcez _bo-a_ en deux syllabes.

=Bœuf=, s. m., quadrupède ruminant; prononcez _beu-fe_; on prononce au
pluriel _beû_, ainsi que _bœuf gras_ (_beû gras_), _bœuf salé_ (_beû
salé_); dans _nerf-de-bœuf_ on ne prononce l'_f_ que dans _bœuf_; il
en est de même de _œuf_ (_eufe_) et _œufs_ (_eû_).

=Boire.=—On dit, _prendre du café, du thé, du chocolat_; on dit
également _prendre_ et non _boire une médecine_. Voyez _café_.

=Boîte=, s. f., pour ventouse, est wallon; ne dites donc pas: _on lui a
mis six boîtes à la jambe_, mais, _six ventouses_.

2. Il s'emploie absolument pour _tabatière_: _une belle boîte_;
prononcez _boate_ et non _boète_ ni _boéte_.

=Bon=, adj., _avoir bon_, est un grossier wallonnisme; ne dites donc
pas: _on a si bon, pendant l'hiver, auprès du feu_; dites, _on est si
bien, il fait si bon..._

2. Ne dites pas: _mon camarade a bon de me tourmenter_; dites, _mon
camarade prend plaisir, a du plaisir, s'amuse à..._

3. Ne dites pas: _comme je ne suis pas assez riche, je ne pourrais pas
faire cette énorme dépense, c'est bon pour vous_; dites, _c'est bon à
vous_.

4. _Pour le bon, pour de bon_, expressions usitées chez les enfants,
surtout au jeu, sont des wallonnismes et doivent être remplacées par
_tout de bon_ ou un équivalent, comme, _pour quelque chose_; on dit
également _pour rire_ ou _pour rien_ dans le sens contraire.

5. Ne dites pas: _ce commerçant a bon à vivre_; mais, _vit bien, vit à
l'aise, est dans l'aisance_. (Wall.)

6. _Tout de bon_, sérieusement, est français: _jusqu'ici il
plaisantait, mais à présent il se fâche tout de bon_, et non _pour de
bon, pour le bon_, etc.

7. _Bon pour_: ne dites pas _ce fruit est bon pour manger_; mais, _à
manger_; ne dites pas non plus: _cette église est belle pour voir_;
mais, _à voir_: ce sont là des flandricismes.

8. Ne dites pas: _j'ai bon trois sous_ ou _trois sous de bon_, pour
indiquer que vous avez donné trois sous de trop, et que l'on vous doit
trois sous; dites, _il me revient trois sous_. (Fland.)

9. Ne dites pas: _le dites-vous en bon?_ dites, _le dites-vous
sérieusement?_ (Fland.)

10. On dit: _il est bon de faire, de dire_ et _il fait bon faire,
dire_: _il est bon de savoir modérer ses désirs; il fait bon marcher,
se promener, étudier_, etc.

=Bonheur=, s. m.—Il n'a point de pluriel à moins qu'on ne l'emploie
comme synonyme _d'événement heureux_: _il lui est arrivé plusieurs
bonheurs en un jour_. (Acad.)

=Bonhommes.=—Ne dites pas: _M. est un marchand de bonhommes_; dites,
_M. est un marchand de jouets, un bimbelotier_.

=Boni=, s. m., t. de finances; au pluriel _bonis_.

=Bonne d'enfant.=—Ne dites pas _garde-d'enfant_ ni _garde-enfant_.

=Bonnet=, s. m., vêtement de tête: _bonnette_ est wallon.

=Bonté=, s. f.—_Ayez la bonté de vous asseoir_, est une formule
comique de politesse; dites, _asseyez-vous, je vous prie_.

=Bordeaux=, n. pr. de ville: écrivez et prononcez _Bordeaux_ et non
_Bourdeaux_.

=Borgne=, adj. et s., fait au féminin _borgne_; _borgnesse_ est un
terme bas et injurieux qui se dit d'une femme ou d'une fille borgne;
_borgnette_ n'est pas français.

=Bosseler.=—Ne dites pas: _j'ai bosselé ma lampe en la laissant
tomber_; dites, _j'ai bossué_... _Bossuer_ signifie _faire des bosses_
à un métal; _bosseler_ signifie travailler en bosse.

=Bouc=, s. m.: prononcez _bouque_.

=Boucan=, s. m., tapage, vacarme; ce mot est français.

=Bouche.=—Ne dites pas: _je le lui dirai de bouche_; mais, _de vive
voix_, ou _en face, sans détours, nettement_.

2. Ne dites pas: _il a toujours la pipe en bouche_; dites, _à la
bouche_. Voyez _main_.

3. D'après les exemples que donne l'Académie, on peut dire la _bouche_
ou la _gueule_ d'un barbeau, etc. En parlant des bêtes de somme et de
trait, on dit la _bouche_ d'un âne, d'un bœuf, d'un chameau, d'un
cheval, d'un éléphant; on dit aussi la _bouche_ d'une carpe, d'une
grenouille, d'un saumon; le mot _gueule_ s'applique particulièrement
aux animaux carnassiers. Voyez _gueule_.

=Bouchon=, s. m.—Ne dites pas, _un bouchon_ de cheminée; mais, _un
devant_ de cheminée.

=Boucle=, s. f.: prononcez et écrivez _bou-cle_ et non _bou-que,
blou-que_ ni _boukèle_.

=Bouger.=—Ce verbe est neutre et ne peut avoir de régime; ne dites
donc pas: _il se bouge_; mais, _il bouge_;—_ne vous bougez pas de
là_; mais, _ne bougez point de là_;—_bougez-vous_; mais, _ôtez-vous,
retirez-vous, faites place_;—_vous bougez tout_; mais, _vous touchez
à tout, vous dérangez tout_.—Ainsi _bouger quelque chose_ et _se
bouger_ sont des barbarismes.

=Bouilleau= pour _bouleau_.—Ne dites pas _un balai de bouilleau_,
mais, de _bouleau_.

=Boulancer.=—Ne dites pas: _il m'a boulancé_, pour _il m'a rudoyé,
bousculé_. (Wall.)

=Boulet=, s. m.—Ne dites pas, _un boulet de neige_, mais _une boule,
une pelote de neige; se battre à coup de pelotes de neige_. Voyez
_briquette_.

=Boulette=, dans le sens de balourdise, bévue, étourderie, est
français, mais il est familier. Voyez _hochet_.

=Boulevard=, s. m.—Autrefois on écrivait _boulevart_.

=Bouli= et =Boulie.=—Écrivez et prononcez _bouilli_ et _bouillie_, en
mouillant les _ll_.

=Bouloire=, s. f., vaisseau de métal pour faire bouillir l'eau; écrivez
et prononcez _bouilloire_.

=Bouquette=, mot wallon, en français _crêpe_, s. f., sorte de petite
omelette faite avec de la farine de _sarrazin_: _à Liége, on mange des
crêpes à Noël_; et non, _des bouquettes_; _j'ai acheté de la farine de
sarrazin_; et non, _de la farine de bouquette_.

2. Ne dites pas: _jeu de bouquette_, mais, _jeu d'osselets_: _jouer aux
osselets_.

=Bourg=, s. m., gros village: prononcez _bour-ke_. Cependant on ne fait
pas entendre le _g_ de _bourg_ à la fin des mots: _Limbourg, Cobourg,
faubourg_, que l'on prononce _Limbour, Cobour, faubour_.

=Bourgmestre=, s. m.—On prononce _bourgue-mestre_ (Acad.), et non
_bourkmaître, bourkmaîse, bourgue-maître, bourguemaisse_.

=Bourse=, s. f.—Ne dites pas: _je suis allé en bourse_; dites, _à la
bourse_. Voyez _bassin_.

=Bouteille= (_ll_ mouillées, et non _boutèle_).—Ne dites pas: _le
médecin m'a prescrit cette bouteille_; mais, _cette médecine, cette
drogue, cette potion_.

=Boutique=, s. f.—Ne dites pas: _mon père fait boutique_; dites,
_tient boutique, a un magasin, fait commerce_. (Wall.)

2. Ne dites pas: _mon domestique soigne les chevaux et fait en même
temps à la boutique_; dites, _et sert à la boutique, s'occupe de la
boutique_. (Wall.)

3. Ne dites pas non plus: _ce négociant fait dans les draps, dans les
épiceries_; dites, _vend les draps, les épiceries, fait le commerce de
draps_, etc. (Wall.)

=Bouton=, s. m.—_Le bouton d'une serrure, d'un verrou_, est la partie
saillante et arrondie à l'aide de laquelle on pousse et on tire le pêne
d'une serrure ou un verrou; on dit dans un sens analogue, _le bouton
d'un tiroir, d'un couvercle_, etc. (Acad.) _Le bouton d'une porte_ est
la pièce de fer ou de cuivre qui est ordinairement de forme ronde ou
ovale, et qui sert à tirer une porte à soi ou à l'ouvrir: _tournez le
bouton_. (Acad.)

=Boyard= ou =Boïard=, seigneur russe; prononcez _bo-ï-ard_.

=Brader=, n'est pas français; rendez ce mot par, _perdre, prodiguer,
gâcher, vendre à trop bas prix_, selon le sens: _il vend sa marchandise
à trop bas prix, il la gâche_.

=Brahme=, _Brahmane, Brahmanisme, Brahmanique_; prononcez _brâ-me,
brâ-mane_, etc., sans faire sentir l'_h_.

=Braire=, v. n., ne se dit que du cri peu harmonieux de l'âne; c'est
donc à tort que les wallons le disent des personnes.

=Bras=, s. m.—Ne dites pas: _elle tenait son enfant dans les bras_;
dites, _dans ses bras_.

=Brâs= ou =Brai=, pour signifier l'orge préparée pour faire de la
bière, n'est pas français; dites, _malt_: _en Angleterre, l'impôt sur
le malt est considérable_. (Acad.) La _drèche_ est le marc (le résidu)
de l'orge qui a été ainsi employée.

=Brasse.=—Ne dites pas: _il m'a pris à brasse-corps et m'a renversé_;
dites, _à bras-le-corps_.

=Brasserie=, s. f., lieu où l'on fait la bière; ne dites pas _brassine_.

=Brave=, adj.—_Un homme brave_, est un homme qui a de la bravoure, du
courage; _un brave homme_ est un homme honnête, bon, obligeant; il est
familier dans ce dernier cas.

2.—_Brave_, subst., se dit uniquement d'un homme qui a de la
bravoure; vous ne direz donc pas à un écolier: _faites vos devoirs
comme un brave_; dites, _comme un sage, comme un bon écolier_, ou bien,
_faites sagement, tranquillement vos devoirs_; _brave_, dans cette
acception est tout-à-fait wallon.

=Breloque= (_battre la_).—Cette locution vicieuse est fort usitée,
surtout dans le Hainaut, pour signifier _radoter_.

=Brevet=, s. m., =Breveter=; prononcez comme c'est écrit et non,
_brévet, bréveter_ ni _brefeter_.

=Brichauder, Briscader.=—Ces mots ne sont pas français; c'est
_gaspiller, prodiguer_, qu'il faut dire.

=Brick=, s. m., petit navire armé; prononcez _bri-ke_; on écrit aussi,
mais moins souvent, _brig_.

=Brièveté=, s. f.: prononcez _briè-ve-té_ et non _brié-fe-té_. Voyez
_v_.

=Brigadier=, s. m.—Prononcez l'_a_ bref et non _brigâdier_; prononcez
de même _saladier_ et les autres mots de la même terminaison.

=Brillant=, adj.—_Un brillant éclat_ est un pléonasme vicieux, car
tout éclat est nécessairement brillant.

=Bris=, s. m., terme de palais, fracture, rupture; prononcez l'_s_,
_bri-ce_. (Acad.)

=Brise-feu=, s. m.; ne dites pas _un brise-feu_; dites _un écran_.

=Broc=, s. m., grand vase pour le vin; prononcez _brô_; le _c_ ne se
prononce qu'en poésie et dans la locution _de bric et de broc_. Voyez
_c final_.

=Brosse=, pour _balai_, n'est pas français.

=Brosseter=, nettoyer avec la brosse, n'est pas français: dites
_brosser_. (Wall.)

=Brouet=, s. m., bouillon au lait et au sucre; prononcez _brou-è_ (deux
syllabes) et non _broè_ ni _brou-wet_.

=Brouette=, s. f.; prononcez _brou-ette_ et non _brou-wette_.

2. _Faire brouette_, terme du jeu de quilles, ne rien abattre, est une
expression wallonne; dites, _faire chou blanc_.

=Broiement= ou =Broîment=, s. m., action de broyer: prononcez
_broi-ment_ et non _broy-ï-ment_.

=Brou=, s. m., enveloppe verte des noix, des amandes et des fruits à
coquille; ce mot ne s'emploie pas au pluriel. _Écale_ signifie la même
chose, et se dit en outre: 1º, de certains légumes: _écales de pois,
écales de fèves_; 2º, de la couverture solide de l'œuf, qui porte
aussi le nom de _coque_ et de _coquille_: _j'ai brisé l'écale, la
coque, la coquille de mon œuf_. Mais _cale_ n'est français dans aucune
de ces acceptions: _cales de noix_, est donc une faute grossière;
écrivez et prononcez _écale_ et non _écaille_.—_Cale_, s. f., se
dit d'un morceau de bois, de pierre, etc. qu'on place sous un objet
quelconque pour le mettre de niveau ou lui donner de l'assiette.

=Brouillamini=, s. m., désordre, confusion: _embrouillamini_ n'est pas
français.

=Brouillard= (_papier_); voyez _buvard_ et _tache_.

=Brouillasser=, n'est pas français; dites, _il fait, il y a du
brouillard, il bruine_.

=Brouilleur.=—Ne dites pas d'un mauvais écrivain, _c'est un
brouilleur de papier_; dites, _... un barbouilleur_.

=Bru=, s. f.—On dit ordinairement _belle fille_.

=Bruit=, s. m.—Voyez _mener_.

=Brûler= (avec un accent circonflexe), employé impersonnellement, est
un flandricisme: _on sonne le tocsin, il brûle quelque part_; dites,
_il y a un incendie_; ne dites pas non plus: _il a brûlé cette nuit_;
mais, _il y a eu un incendie cette nuit_.

2. Ne dites pas: _mon feu brûle bien, ma lampe brûle bien_; dites, _mon
feu flambe bien, ma lampe éclaire bien_.

3. _Brûler du café_, pour _rôtir, griller, torréfier du café_, est
une expression wallonne et flamande tout à la fois. _Brûler du
café_, signifie: _consumer du café par le feu_; or ce n'est pas là ce
qu'on veut dire quand on emploie cette locution; dites donc _griller,
rôtir_ du café et mieux _torréfier_ qui nous paraît le mot propre;
_torréfaction_ est l'action de torréfier.

=Brûle-bout=: voyez _profit_.

=Brut=, adj.—On prononce le _t_: _du sucre brut_ (_brute_).

=Bruxelles=, ville capitale de la Belgique; prononcez _Brucè-les_,
d'après le flamand _Brussel_, et non _Bruk-celles_; ne dites pas
_Bruxelaire_ ni _Brusselaire_; c'est _Bruxellois_ (Bru-cellois) qu'il
faut dire.

=Bu=, ne s'emploie pas avec l'auxiliaire _être_ en parlant des
personnes; ne dites donc pas d'un homme ivre: _il est bu_, mais _il a
bu, il est gris, il est ivre, il a une pointe, une petite pointe de
vin, de liqueur_.

=Bûche de bois=, est un pléonasme vicieux; dites simplement, _bûche_,
pièce de gros bois de chauffage; on dira pourtant _une bûche de bois de
hêtre, de bois flotté_.

2. On dit _tirer à la bûchette, à la courte paille_; et non, _à la
bûche_.

=Buée=, s. f., ancien mot français, aujourd'hui inusité; dites
_lessive_.

=Buffleteries=, s. f., tout ce qui dans l'équipement militaire, est
fait d'une peau préparée à la manière de la peau de buffle; écrivez et
prononcez _buffleteries_, et non _buffeteries_.

=Bure=, puits de mines, est du _féminin_: _cette bure est profonde_.

=Bureau.=—Ne dites pas: _mon père écrit sur un bureau_; mais, _dans
un bureau_.

=Busculer=, n'est pas français; dites _bousculer_.

=Buse.=—Ne dites pas: _la buse_ ou _les buses du poêle_, mais _le
tuyau_ ou _les tuyaux du poêle_; _buse_ dans ce sens est un mot wallon.

=But=, s. m., point où l'on vise, terme, fin; le _t_ se prononce
lorsque le mot termine la phrase, ou quand il est devant une voyelle ou
une _h_ muette.

2. Ne le confondez pas avec _butte_, s. f., qui signifie un petit
tertre, une petite élévation de terre.

3. On ne _remplit_ pas un but, comme on remplit un tonneau; on
_l'atteint_: _il a atteint son but_.

=But-à-but=, loc. adv., également, sans aucun avantage de part ni
d'autre; on l'emploie surtout au jeu: _jouer but-à-but, être but-à-but_.

=Buvable=, adj., est français, mais il est familier; on dit plutôt
_potable_.

=Buvard.=—_Papier buvard_ n'est pas français; dites, _papier
brouillard_, pour signifier le papier dont on se sert pour faire sécher
l'écriture fraîche.

2. _Le buvard_, s. m., est une sorte d'album où toutes les feuilles
sont de papier brouillard, et dont on se sert pour faire sécher
l'écriture fraîche.



  C


=C final.=—Il ne se fait sentir qu'après une voyelle non nasale ou
une consonne: _arsenic_ (quelques-uns prononcent _arseni_ contrairement
à l'Académie), _bac, hamac, lac, bec, pic, roc, bouc, caoutchouc,
duc, busc_, etc.; excepté pourtant dans _arc-boutant, arc-bouter,
arc-doubleau, broc_, (voyez ce mot), _accroc, raccroc, escroc, estomac,
tabac, lacs_ (filets), _cric, échecs_ (jeu), _porc_ (on prononce
ordinairement le _c_ quand il est à la fin de la phrase et devant une
voyelle), _marc_ (poids), _Saint-Marc_, employé comme déterminatif,
tels que _la place Saint-Marc, le lion Saint-Marc_; mais dans saint
_Marc_, l'évangéliste, _Marc_, nom d'homme, le _c_ se fait sentir;
_amict_ ne fait sentir ni le _c_ ni le _t_. Dans le discours soutenu,
la liaison peut avoir lieu pour les substantifs _estomac, instinct_,
suivis d'un adjectif: _estoma-kaffaibli, instin-kadmirable_.—Le _c_
se prononce également dans les noms propres _Armagnac, Brissac, Balzac,
Cavaignac_ (prononcez _Cavagnac_), _Cognac, Nérac, Ravaillac_.

=Ça=, interjection familière, dont les wallons abusent trop souvent
dans les locutions suivantes: _oui, ça! non, ça_; régulièrement il faut
la supprimer.

2. _Il fera ça_ ou _cela mieux une autre fois_, est une locution
wallonne; dites, _il fera d'autant mieux..._ ou _en revanche, il fera
mieux_. (Wall.)

3. Les flamands doivent éviter de commencer leurs phrases par le mot
_ça_: _ça est vrai, ça est bon, ça je dis, ça j'ai répondu, ça je ne
sais pas_; ils doivent dire simplement, _c'est vrai, c'est bon, je dis
cela, j'ai répondu cela, je ne le sais pas_, à moins qu'on ne veuille
insister particulièrement ou établir une sorte d'opposition: _ceci
est faux, cela est vrai; ceci est mauvais, cela est bon_; quant aux
expressions _ça_ ou _cela je dis_, etc., cette inversion n'est jamais
permise en français; il faut alors recourir à une autre tournure, par
ex.: _voici ce que dis, voilà ce que j'ai répondu_.

4. _Il est comme ça, c'est son caractère_, est une expression française.

=Cabaret=, s. m.: faites le premier _a_ bref.

=Cabas=, s. m., petit panier; l'_s_ ne se prononce pas.

2. _Aller à cabasse_, est une locution wallonne; dites, _aller bras
dessus, bras dessous_.

=Cabeliaud=, n'est pas français; dites _cabillaud_ (_ll_ mouill.)

=Cabus=, adj. m., sans féminin, pommé; il ne se dit qu'avec le mot
_chou_: _des choux cabus_; on ne prononce pas l'_s_.—_Cabusette_
n'est pas français; dites _laitue pommée_.

=Cacao=, s. m., amande du cacaoyer, base du chocolat; prononcez
_caca-o_.

=Cachément, Cachettement=: ces mots ne sont pas français; dites _en
cachette, secrètement, en secret_.

=Cacis= ou =Cassis=, s. m., arbuste, liqueur; prononcez _câci-ce_.

=Cacophonie=, s. f., son ou accord désagréable; ne dites pas
_cacaphonie_.

=Cadastre=, s. m.; prononcez _cadas-tre_ et non _cadasse_ ni
_ca-das-tère_.

=Cadavre=, s. m., corps mort; prononcez _cada-vre_ et non _cada-fe_ ni
_cada-vère_: _cadavre inanimé_ est un pléonasme ridicule.

=Cadeau=, s. m.—Ne dites pas: _j'ai reçu ce livre en cadeau_; dites,
_on m'a fait cadeau de ce livre_.

=Cadenas=, s. m., serrure mobile; ne dites pas _loquet_ pour _cadenas_;
le loquet en effet est une fermeture très-simple que l'on met aux
portes qui n'ont pas de serrure et à celles dont le pêne est dormant;
il correspond assez bien au mot wallon _cliche, clichette_.

2. Ne confondez pas non plus le _loquet_ ou le _cadenas_ avec la
_targette_, qui est une petite plaque de métal, portant un verrou
plat, et qu'on met aux portes, aux fenêtres, etc., pour servir à les
fermer.—Prononcez _ca-d'-na_ et non _ca-ne-na_.

=Cadre=, s. m.—Ne dites pas: _j'ai acheté de beaux cadres_, pour
_de beaux tableaux_: un _cadre_ n'est que la bordure du tableau, de
l'estampe. Voyez _quadre_.

=Café=, s. m.; prononcez _café_ et non _cafet_.

2. On ne dit pas, _boire le café_, mais _prendre le café_: _boire_ ne
se dit que des liqueurs faites pour servir de boisson, pour désaltérer,
comme _l'eau, le vin, la bière_, etc. Voyez _boire_.

=Cafouiller= ou =Fafouiller=, pour =Farfouiller=, sont des barbarismes:
_farfouiller_ signifie fouiller dans quelque chose avec désordre.

=Cahier=, s. m.; prononcez _ca-ié_, (_h_ muette) et non _ca-iet_ ni
_ca-hier_, en aspirant l'_h_.

=Cahotement=, s. m.—Ce mot n'est pas français; dites _cahot_, pour
exprimer les sauts que fait une voiture sur un chemin raboteux; et
_cahotage_, pour marquer l'effet, le mouvement que produisent les
_cahots_.

=Cahotte=, s. f., mot wallon, morceau de papier roulé en pointe de
manière à pouvoir contenir quelque chose, se traduit en français par
_sac, sachet, cornet_ et _rouleau_ qu'il ne faut pas confondre; on dit:
_un cornet de tabac, de café_; _un rouleau de pièces de cinq francs_.

=Caillé=, part.; dites, _du lait caillé_ et _une dent cariée_.

=Caisse=, s. f.—Ne dites pas, _une caisse de montre_; dites, _une
boîte de montre_.

=Câlin=, adj. (l'_a_ est long).—Ce mot signifie _flatteur, cajoleur_:
_un petit câlin, cet homme a l'air câlin; prendre un ton câlin_; mais
il ne faut pas l'employer dans le sens de _méchant_ ou de _saligaud,
salaud, crapuleux_. (Wall.)

=Caleçon=, s. m., sorte de culotte; ne dites pas, _caneçon_.

=Calendrier républicain.=—Pendant la révolution française, la
Convention voulant faire commencer l'année au jour où la république
avait été proclamée, abolit l'ère vulgaire, et data l'ère républicaine
du 22 septembre 1792, le jour même de l'équinoxe d'automne. Les
mois, au nombre de douze, se composaient uniformément de 30 jours,
et étaient rangés dans l'ordre suivant: _vendémiaire, brumaire,
frimaire_,—_nivôse, pluviôse, ventôse_,—_germinal, floréal,
prairial_,—_messidor, thermidor_ et _fructidor_. L'année était
complétée par des jours épagomènes au nombre de 5, et de 6 dans
les années _sextiles_. Au lieu de la division du mois en semaines,
on adoptait une division en 3 décades, dont les jours s'appelaient
_primidi, duodi, tridi, quartidi, quintidi, sextidi, septidi, octidi,
nonidi, décadi_. Le jour était divisé en 10 parties ou heures. Les
noms des saints et des fêtes du calendrier grégorien étaient remplacés
par une série de noms de plantes, de métaux, d'animaux, d'instruments
aratoires. Exemple: vendémiaire, primidi, _raisin_; duodi, _safran_,
etc. Le 1er des jours complémentaires fut consacré à la vertu, le 2e
au génie, le 3e au travail, le 4e à l'opinion; le 5e était la fête des
récompenses; le 6e, dans les années sextiles, la fête de la révolution.
La période de 4 ans, au bout de laquelle avait lieu cette addition du
6e jour, formait une _franciade_.—Le _Calendrier républicain_ avait
été imaginé par Romme. La signification de ces mois n'était vraie que
pour le climat de Paris. Il a duré moins de 14 ans; sa 14e année,
commencée le 23 septembre 1805, finit le 31 décembre suivant: sur un
rapport de Laplace au Sénat, un sénatus-consulte du 21 fructidor an
XIII rétablit le calendrier grégorien à compter du 1er janvier 1806.

                                (_Dictionnaire_ de DEZOBRY et BACHELET).

=Calotte=, _gifle, pétard_, coup donné sur la tête ou au visage avec
la main; remplacez ces mots par _taloche, claque, soufflet_: _gifle_
et _calotte_ pourtant figurent dans les dictionnaires, mais ils sont
populaires.

=Calque=, s., est masculin: _un beau calque_.

=Calquer, Décalquer=, v. n.—_Calquer_, c'est transporter les traits
d'un dessin sur un papier: _calquer un dessin, un plan_.—_Décalquer_,
c'est reporter le calque d'un dessin sur du papier, sur une toile, sur
une planche, etc.

=Calville= (pomme).—Dites _pomme calville_ ou _pomme de calville_ et
non _calvine_ ni _calvi_.

=Camail=, s., vêtement ecclésiastique, et des chanoines ainsi que des
évêques en particulier; ce mot est masculin; le pluriel est _camails_.

=Cambouis=, s. m., graisse noire formée du vieux oing, dont on a enduit
les roues; écrivez et prononcez _cambouis_ et non _cambuis_.

=Campagne.=—_Être à la campagne_, c'est être en promenade à la
campagne ou être dans une maison de campagne, pour y passer quelque
temps; _être en campagne_, c'est être en mouvement, hors de chez soi,
qu'on voyage pour son plaisir ou pour ses affaires: _quand il est à
la campagne, il met tous ses gens en campagne, pour lui procurer des
vivres_. Ces observations s'appliquent également aux locutions: _aller
à la campagne_ et _aller en campagne_.

=Canaille=, s. f.—Ne dites pas: _cette personne est une canaille;
ce commissaire est une canaille qui mérite la potence_. Ce mot n'est
pas français dans ce sens; remplacez-le selon le sens par: _un gueux,
coquin, fripon; un bandit, malfaiteur, vagabond; un drôle, un maraud,
un gredin, un pied-plat, un infâme, un chenapan_.—_Canaille_ est un
terme de mépris qui se dit de la plus vile populace: _il fut insulté
par la canaille_.—Il se dit aussi des gens de toute condition pour
lesquels on veut témoigner du mépris: _il nous traite de canaille_.—Il
se dit quelquefois, par plaisanterie, des petits enfants qui font du
bruit, qui importunent: _faites taire cette petite canaille_.

=Cangrène=: voyez _gangrène_.

=Caout-chouc=, s. m., résine élastique; prononcez _caoute-chouke_.

=Capable=, adj.—On dit: _cet homme est capable de bien se battre_, et
non, _à, pour se battre_; _capable_ n'est jamais suivi des prépositions
_à_ ou _pour_.—Voyez _susceptible_ et _assez_.

=Capillaire=, _capillarité, capillation, capillature_: prononcez les
deux _ll_ sans les mouiller.

=Capitaine=: prononcez comme c'est écrit, _capitaine_ et non _captaine_.

=Capot=, adj., 1º confus, interdit; 2º terme de jeu, qui n'a fait
aucune levée; cet adjectif est des deux genres et des deux nombres;
ne dites donc pas d'une femme: _elle est demeurée capote_; mais
_capot_.—Prononcez _capo_ (_o_ bref).

2. N'employez pas _capot_ dans le sens de _frit, fricassé, cassé,
brisé, perdu_: _cet homme est frit; cet argent est fricassé; tout est
frit; ce vase est cassé; cette canne est brisée; cet homme est perdu_
(et non _capot_ ni _capote_). (Fland.)

=Capote=, ne se dit proprement que d'une espèce de redingote à l'usage
des soldats; dans tout autre cas, servez-vous des mots _redingote,
frac_ (s. m. _un frac_).

=Caprice=, est masculin: _un caprice bizarre_.

=Capuce=, s. m.; ne dites pas: _il rabattit sa capuche sur son visage_;
dites, _son capuce_, ou bien, _son capuchon_, (couverture de tête qui
fait partie de l'habillement de certains religieux.)—_Capuche_ n'est
pas français.

=Car en effet=, pléon. vicieux; dites seulement, _car_ ou bien _en
effet_; ces deux locutions signifient la même chose.

=Caracole=, est un mot wallon; dites _limaçon_ ou _colimaçon_.

=Caramel=, bonbon, est un s. m.: _aimez-vous le caramel? le caramel est
bon pour le rhume; mettre du caramel dans une sauce_. (Acad.) Quoique
l'Académie ne donne pas d'exemple de ce mot employé au pluriel, nous
croyons pourtant qu'on peut dire _des caramels_, pour désigner les
petits bonbons sucrés, de forme carrée ou oblongue, renfermés dans du
papier: _cet enfant aime mieux les caramels que les dragées_.

=Carbonaro=, s. m., au pl., _carbonari_, nom des membres d'une société
secrète d'Italie; ce mot signifie proprement _charbonnier_.

=Caresse=, s. f.—Ne dites pas: _donner des caresses_; dites, _faire
des caresses_.

=Carolus=, s. m., ancienne monnaie: prononcez _caroluce_ et non
_carluce_.

=Carotte=, s. f.—_Tirer une carotte_ à quelqu'un, c'est-à-dire,
obtenir adroitement d'une personne ce qu'elle n'avait nulle envie de
donner, est une locution basse et populaire.

=Carpette=, mot anglais qui n'est pas francisé; dites, _tapis de pied_,
comme on dit, _tapis de table, tapis de billard_: _carpette_ se dit en
français d'un gros drap rayé pour emballage.

=Carré=, ne peut pas s'employer pour _quadrille_ (sorte de
danse).—_Carré_ ne se dit pas non plus pour _palier_: _nous logeons
sur le même palier_ et non, _sur le même carré_.

=Carreau=, s. m.—On doit dire un _carré de papier_ ou un _quart
de feuille_, et non un _carreau de papier_: _écrire une note sur un
carré de papier_; mais on dit, _un carreau de vitre_ ou simplement _un
carreau_.

=Carrosse=, voiture suspendue, est masculin: _un beau carrosse_.—Ne
dites pas: _il roule carrosse, il roule en carrosse_; dites, _il a un
carrosse, il a un équipage_.

=Carrousel=, s. m., tournois: prononcez _carou-zèle_ et non _caroucèle_.

=Cartabelle=, s. f., le petit livre qui indique la manière de réciter
l'office, se nomme, en français, _un directoire_; _cartabelle_ ne
figure pas dans les dictionnaires, mais il est usité en Belgique.

=Carte=, s. f.—Ne dites pas _une carte de mort_, mais _un billet de
part, un billet d'enterrement_.

2. Ne dites pas: _ce professeur donne des leçons à un franc la carte_;
dites, _à un franc le cachet_.

=Carter=, dans le sens de _mêler_ ou de _faire les cartes_, n'est pas
français; _écarter_ (et non _carter_) est un terme du jeu de piquet.

=Cas.=—_En cas que, au cas que_, se disent indifféremment et sont des
locutions conjonctives qui régissent le subjonctif.

2. On dit _en cas d'empêchement, en cas de malheur_; et non, _au cas
d'empêchement_, etc.

3. _Cas_ (_faire_): on dit, _faire cas, faire grand cas_, ou _ne faire
nul cas de quelqu'un_ ou _de quelque chose_; on ne dit pas, _faire du
cas, faire un grand cas de..._; toutefois, on dit très-bien: _j'en fais
beaucoup de cas_.

=Casaque=, habillement dont on se sert comme d'un manteau, et qui a
ordinairement les manches fort larges: ce mot est féminin.

=Casemate=, s. f., souterrain voûté d'une citadelle: prononcez
_cazemate_ et non _cacemate_ ni _casemaque_.

=Casino=, s. m., société de jeu, de danse: prononcez _cazino_ et non
_cacino_.

=Cassonade=, s. f., sucre non raffiné: prononcez _cassona-de_ et non
_cassona-te_ ni _castonnade_.

=Casuel= (accidentel), ne doit pas s'employer pour _cassant, fragile_;
il faut dire: _la porcelaine est cassante, fragile_, et non _casuelle_.

=Cataplasme=, est masculin: _appliquer un cataplasme_; prononcez
_cataplas-me_ et non _catapla-me_. Voyez _asme_.

=Catéchisme=, s. m.: prononcez _catéchis-me_ et non _catéchime,
catéchisse, catéchim-se, catégisme_.

=Catherine=, n. pr.: écrivez et prononcez _Catherine_ et non
_Cathérine_.

=Cause= (_à_).—_A cause que_, signifiant _parce que_, est français,
quoi qu'en disent MM. Chapsal et Poitevin; au mot _par_, l'Académie
dit: _parce que, à cause que_; et au mot _cause_, elle dit: _à cause
que, parce que_.

2. Ne dites pas: _c'est cause de vous que j'ai perdu mon livre_; dites,
_c'est à cause de vous_.

3. Ne dites pas non plus: _je suis tombé, c'est vous la cause_; mais,
_c'est à cause de vous_ ou _c'est vous qui en êtes la cause_.

=Causer=, dans le sens de _parler_; ne dites pas: _je lui ai causé
longtemps_; mais, _j'ai causé longtemps avec lui; j'ai causé avec lui
de cette affaire_ (et non _je lui ai causé de cette affaire_).

2. Ne dites pas: _nous nous causerons une autre fois_; dites, _nous
causerons..._—_Se causer_ n'est pas français.

=Causette=, n'est pas français; dites _causerie_ ou _conversation_,
selon le sens.

=Causeur=, fait au féminin _causeuse_ et non _causeresse_.

=Cave=, _Esclave, Rave_, etc.: prononcez comme c'est écrit, et non
_ca-fe, escla-fe, ra-fe_. Voyez _v final_.

=Ce, Cela.=—Ne dites pas: _cela ne vient pas à huit jours_; dites,
_huit jours de plus ou de moins n'y font rien_ ou _ne font rien à
l'affaire_. (Fland.)

2. Ne dites pas: _c'est ce que je me plains_; mais, _c'est ce dont je
me plains_.

3. Ne dites pas: _c'est moi qui a, c'est moi qui est; c'est vous qui
a, c'est vous qui est_; dites, _c'est moi qui ai, c'est moi qui suis;
c'est vous qui avez, c'est vous qui êtes; c'est nous qui avons, qui
sommes_, etc.

4. _Ça_ ou _cela voulait bien tomber que telle ou telle chose était
arrivée_.—Quand on veut parler d'une circonstance favorable, d'un
heureux hasard, qui arrive dans un certain temps, on dit en flamand:
_ça voulait bien tomber que..._ Cette expression ne peut pas s'employer
en français; il faut dire par exemple: _c'était une circonstance
favorable, un heureux hasard que votre frère aîné fût là pour prendre
votre défense_. (Fland.)

5. Ne dites pas: _cela m'étonne que, cela ne me surprend pas que..._
dites, _je m'étonne que_ ou _je suis étonné que; je ne suis pas surpris
que..._

6. _Cela va sans parler_, barbar.; dites, _cela va sans dire_.

7. Ne dites pas: _c'est aujourd'hui quatre mois que Jean est mort_;
dites, _il y a aujourd'hui quatre mois que..._ (Fland.)

8. Ne dites pas non plus: _ça été hier trois ans que...; ce sera demain
six semaines que..._ dites, _il y a eu hier trois ans que...; il y aura
demain six semaines que..._ (Fland.)

9. _C'est... c'était_.—Ne dites pas: _c'est bien étonnant que...;
c'est temps de dîner; c'était dix heures, quand nous arrivâmes; c'était
minuit précis, lorsque les voleurs entrèrent; c'était temps qu'il se
corrigeât_; mais dites, _il est bien étonnant; il est temps; il était
dix heures; il était minuit précis; il était temps qu'il se corrigeât_.
(Fland.)

10. Ne dites pas: _c'est beau temps aujourd'hui_; dites, _il fait beau
temps, il fait beau aujourd'hui_. (Fland.)

11. Ne dites pas: _c'est fini avec moi, avec lui_; dites, _c'est fait
de moi, de lui_. (Fland.)

12. Ne dites pas: _c'est inconcevable les arbres qu'il y a dans ce
jardin_; dites, _vous ne sauriez croire combien il y a d'arbres..._
(Fland.)

13. Ne dites pas: _c'est certain que les enfants étaient plus soumis
autrefois_; dites, _il est certain..._

14. Ne dites pas: _c'est midi, c'est six heures; il est temps que je
retourne_; dites, _il est midi, il est six heures..._ (Fland.)

15. Ne dites pas: _saluez ce Monsieur_; dites, _saluez Monsieur_.
_Ce_, devant _monsieur, dame, demoiselle_ ou devant un nom propre, est
toujours injurieux. Ne dites pas: _celui-ci, celle-ci prétend que_ (en
parlant d'une personne présente) _cette chose est_; ce terme est impoli
et inconvenant; dites, _Monsieur, Madame, Jean, Jeanne, prétend que..._

16. _C'est à vous à_, signifie ordinairement, _c'est votre tour de_:
_c'est à vous à jouer_;—_c'est à vous de_ veut dire, _c'est votre
droit de_: _c'est à vous de jouer le premier_; ou, _c'est votre devoir
de_: _c'est à vous de donner l'exemple_.

=Céleri=, s. m., plante potagère: prononcez _cél'ri_ et non _céléri_.

=Cence, Cencier.=—Ces mots ne sont guère usités; on dit plus
communément, _ferme, fermier_.

=Cendrisse.=—Ce mot n'est pas français; dites: _cendres_.

=Cens=, s. m., redevance en argent: prononcez _sance_.

=Censé, ée=, réputé, est simplement _adjectif_: _vous êtes censé
l'avoir fait_; ne le confondez pas avec _sensé_, qui a du bon sens, qui
est conforme à la raison: _personne sensée, discours sensé_.

2. _Censément_, n'est pas français; ne dites pas: _il est censément
docteur_; dites, _il est censé docteur_.

=Cent= et =Vingt=, prennent une _s_ quand ils sont précédés d'un autre
adjectif numéral qui les multiplie: _quatre-vingts enfants; ils sont
quatre-vingts; deux cents hommes; ils sont deux cents_.—_Exceptions_:
quoique multipliés par un autre adjectif numéral, _vingt_ et _cent_
sont invariables:—1º quand ils sont suivis d'un autre nombre:
_quatre-vingt-un ans, quatre-vingt-deux ans, deux cent trois ans_,
etc.; _Mathusalem vécut neuf cent soixante-neuf ans_.—2º Quand ils
sont employés par abréviation pour _vingtième, centième_, parce
qu'alors ils déterminent un substantif _singulier_ exprimé ou
sous-entendu: _numéro quatre-vingt, page deux cent, l'an trois cent, en
dix-sept cent, l'an mil huit cent, l'an mil huit cent cinquante-neuf_,
c'est-à-dire, _numéro quatre-vingtième, page deux centième, l'an
mil huit centième_, etc.—_Cent_, employé pour _centaine_, devient
substantif et prend la marque du pluriel: _deux cents de fagots_.

=Centaure.=—Ne dites pas: _ce musicien a une voix de centaure_;
dites, _une voix de stentor_.—_Centaure_ est un monstre fabuleux,
tandis que _Stentor_ est le nom d'un grec célèbre par la force de sa
voix.

=Centime, Décime=, sont masculins comme les termes du système décimal:
_un centime, un décime_ (dix centimes).—_Cents_ est aussi masculin:
_un cents_; mais ce mot ne peut plus s'employer aujourd'hui, en
Belgique, que pour désigner la monnaie hollandaise qui correspond
à peu près à nos pièces de deux centimes; remplacez donc ce mot par
le mot _centime_: _deux centimes, pièce de deux centimes, cela coûte
quatre centimes_, etc.

=Cep=, s. m., pied de vigne: prononcez _cèpe_.

=Cerf=, s. m., bête fauve de l'ordre des ruminants; prononcez _cerfe_,
lorsqu'il est seul ou à la fin d'un mot et _cère_ lorsqu'il s'appuie
sur un autre mot. (POITEVIN, _Dict._)—Dans _serf_ (au fém. _serve_)
on fait toujours sentir l'_f_. (Acad.)

=Cerise, Cerisier.=—Ne dites pas _cérise, cérisier_.

=Certain, aine=, adj.—_Une certaine chose_, est une chose non
désignée; _une chose certaine_, est une chose vraie, sûre.

=Cesser, Décesser.=—_Il ne décesse de parler_, est une expression
vicieuse, quoique très-commune; dites, _il ne cesse, il ne discontinue
pas de parler, il ne déparle pas_.

=Ceux=, pr. p.—Ne dites pas: _il y en a de ceux qui parlent_; dites,
_il y en a qui parlent_: prononcez _ceu_ et non _ceuze_.

=Ch.=—Les flamands sont exposés à le prononcer comme une _s_: _un
sien, un sin, il se casse, panasse, siersier, siez, sicorée_, etc., au
lieu de, _un chien, il se cache, panache, chercher, chez, chicorée_,
etc.—Ils ne doivent pas non plus donner à _che_ le son de _ge_:
_panage, cravage, il se cage, il se fâge_, pour _panache, cravache, il
se cache, il se fâche_. Voyez _archaïsme_ et _sch_.

=Chacun.=—On ne dit pas, _un chacun, un quelqu'un_; on dit
simplement, _chacun, quelqu'un_.

2. Ne dites pas: _ces livres me coûtent deux francs chaque; nous avons
eu dix francs chaque_; dites, _six francs chacun_, ou _chaque livre
me coûte deux francs; nous avons eu dix francs chacun_; _chaque_ est
adjectif et veut toujours un substantif après lui.

=Chair=, s. f.—Ne dites pas: _il est noir de chair_; dites, _il a la
peau noire_. Voyez _noir_.

=Chaire prêchoire=, barb.—Dites _chaire de vérité_ ou simplement
_chaire_ (n'écrivez pas _chair_); ne dites pas non plus _chaise_.

=Chako=, s. m.: on écrit aussi _schako_ et _shako_; au plur. _chakos_.

=Chaland=, signifie _pratique, acheteur_: _il a perdu ses chalands; un
nouveau chaland; attirer les chalands_.

=Châle=, s. m., vêtement de femme: on écrit aussi, mais moins souvent,
_schall_ et _shall_.

=Chalet=, s. m., nom des maisons des paysans suisses, etc.; prononcez
l'_a_ et l'_e_ brefs, _chalet_ et non _châlet_ ni _chalais_.

=Chambellan=, s. m., officier de la chambre du roi; ne dites pas
_chamberlan_ ni _chambrelan_.

=Chambran=, s. m., barb.; dites _chambranle_ pour désigner
l'encadrement de bois qui se place aux portes, aux cheminées: le
_chambranle_; (masculin).

=Champignon.=—Dites, _il y a un champignon à la chandelle_, et non,
_il y a un voleur_.

=Chandeleur=, s. f., fête de la Purification, 2 fév.; _la fête de la
Chandeleur_; ne dites pas _la Chandeleuse_.

=Chandelle de cire=, pour _cierge_ ou _bougie_.—Le mot _chandelle_
se dit plus communément pour la _chandelle de suif_: les chandelles
d'autel se nomment ordinairement _cierges_ et quelquefois _chandelles_;
_bougie_ se dit des chandelles fines.

=Changer.=—Ne dites pas à une personne mouillée: _changez-vous, allez
vous changer_ ou _allez changer_; mais, _changez de linge, changez de
chemise, changez de vêtement_.

2. _Changer pour, changer contre_: ces deux locutions se disent
indifféremment: _il a changé sa vieille vaisselle pour_ ou _contre de
la neuve_.

=Chanvre= et =Chènevis=.—Le _chanvre_ est la plante et le _chènevis_
est la graine du chanvre; d'où il suit que l'on doit dire: _donnez du
chènevis à votre pinson_, et non, _du chanvre_.

=Chaque=, adj. indéf.—Ne dites pas: _il fait un voyage chaque huit
jours_; dites, _tous les huit jours_.

2. Ne dites pas: _nous jouerons chaque à tour_; dites, _tour-à-tour_.
Voyez _chacun_.

=Char à banc=, s. m., s'écrit sans trait d'union; au pluriel _chars à
bancs_.

=Charcutier=, s. m.—Autrefois on nommait _chaircutier_, celui qui
vend de la viande de porc; aujourd'hui on dit seulement _charcutier,
charcutière_ (et non _charcuitier, ière_).

=Chardonneret=, s. m., oiseau; ne dites pas, _chardonnet_.

=Charité=, s. f.—_Les dames de charité_, sont les dames du monde qui
concourent à une œuvre de bienfaisance; _les dames de la charité_,
sont des religieuses qui soignent les pauvres, les malades, etc., et
qu'on appelle ordinairement _Sœurs de la charité_.

2. Ce mot peut se mettre au pluriel dans le sens d'aumônes: _cette dame
fait de très-grandes charités_; et dans cette expression proverbiale:
_prêter des charités à quelqu'un_, c'est-à-dire, chercher à faire
accroire faussement qu'il a dit ou fait quelque chose de mal.

=Charlatan=, s. m., n'a point de fém. correspondant.

=Charpie=, s. f., linge effilé qu'on met sur une plaie.—_Poix_,
s. f., matière résineuse qui provient des pins ou des sapins: _le
cordonnier enduit son ligneul de poix_ (et non de _charpie_.) (Wall.)

=Charrée.=—Ne dites pas, _une charrée de bois_, mais, _une charretée
de bois_.

=Charron= et =Charretier=.—Le _charron_, est un ouvrier qui fait
des charriots; le _charretier_ est le conducteur d'une charrette; les
wallons sont exposés à employer _charron_ pour _charretier_.

2. _Charretier_, s. m.; on dit au féminin, _une charretière_.

=Chasse=, s. f., action de chasser; prononcez _chace_ (_a_ bref);
=Châsse=, s. f., coffre pour les reliques; prononcez _châce_ (_a_ long).

=Chasselas=, s. m., raisin; prononcez _chass'là_.

=Châssis=, s. m., cadre de vitrage; prononcez _châci_.

=Château=: voyez _maison_.

=Châtier=, _Châtiment, Châtiable_: prononcez _châthier_, etc., _â_ long
et _ié_ diphthongue. Voyez _ti_.

=Chaud.=—Ne dites pas: _j'ai chaud les mains, les pieds_ ou _des
mains, des pieds_; dites, _j'ai chaud aux mains, aux pieds_; ou bien,
_j'ai les mains, les pieds chauds_. Il en est de même de _avoir froid_.
Voyez _froid_.

=Chauffer.=—Dites, _échauffer_ un appartement et non, _chauffer_.

=Chaufferette= et =Couvet=, ustensile pour chauffer les mains, les
pieds; ne dites pas, _chauffette_.

=Chausson=, s. m., sorte de pâtisserie qui contient de la marmelade, de
la compote ou des confitures, et qui est faite d'un rond de pâte replié
sur lui-même; c'est ce qui se nomme en wallon liégeois _golzâ_.

=Chauveté=, s. f., état de ce qui est chauve; ce mot n'est pas
français; dites _calvitie_: _cette calvitie a été causée par la
maladie_.

=Chef=, s. m.—Ne dites pas: _j'ai dix ans de chef, d'employé_, etc.;
dites, _il y a dix ans que je suis chef, employé; j'ai dix ans de
service_.

=Chemin de fer.=—Dites: _je suis venu par le chemin de fer, par tel
convoi_ et non, _avec le chemin de fer, avec tel convoi_; ne dites pas
non plus: _je suis venu par_ ou _avec la vapeur_.

=Chenal=, s. m., conduit de bois ou de plomb qui recueille les eaux du
toit et les porte dans la gouttière ou dans le tuyau de descente; on
dit plus souvent, _chéneau_, pluriel, _chéneaux_; _chenal_, quoique
l'Académie n'en dise rien, doit faire au pluriel _chenaux_.

=Chenil=, s. m., logement des chiens de chasse: prononcez _ch'ni_ et
non _chenile_.

=Cheptel=, s. m., bail de bestiaux; prononcez _chètèle_.

=Cher, Chère=, adj., s'emploie souvent comme adverbe pour modifier un
verbe, et alors il est invariable: _ces étoffes sont-elles chères_
(adj.)?—_je les ai payées cher_. (adv.)

=Chercher= _après quelqu'un_ ou _après quelque chose_, est une locution
vicieuse; dites, _chercher quelqu'un_ ou _quelque chose_: _qui
cherchez-vous?—Je cherche mon frère, je cherche ma montre_.

2. _Chercher querelle._—Les enfants disent souvent _c'est lui qui
me cherche; qui est venu me chercher_; _chercher_, pris dans ce sens,
n'est pas français; il faut dire: _c'est lui qui me cherche querelle,
qui me cherche noise_, ou _qui m'agace, qui me provoque_.

3 _Chercher_, ne peut pas s'employer dans le sens _d'apprendre_; ne
dites donc pas: _où avez-vous cherché cette nouvelle_; dites, _où
avez-vous appris cette nouvelle?_

4. Ne dites pas: _où avez-vous cherché pour ce mot?_ dites, _où
avez-vous cherché ce mot?_ (Fland.)

5. Ne dites pas non plus, _voir après quelqu'un_; dites, _chercher
quelqu'un_.

=Chérif=, s. m., prince chez les Arabes ou chez les Maures. Il ne faut
pas le confondre avec _schérif_ ou _shérif_, officier municipal en
Angleterre.

=Chétif insecte=: prononcez _chéti-finsecte_ et non _chéti-vinsecte_.

=Cheval=, s. m.: prononcez _cheval_ en appuyant fortement sur l'_e_
et non _jeval_ ni _ch'fal_; il en est de même de _chevaux, cheveu,
cheville, achever, écheveau, échevin_.

=Chevrettes=, s. f., petites écrevisses de mer; ce mot n'est pas
français; dites _crevettes_: _aimez-vous les crevettes?_

=Chevrons=, s. m. (en wallon, _wère_), pièces de bois placées sur les
_pannes_ (en wallon _viennes_), et qui soutiennent les _lattes_ sur
lesquelles on pose la tuile ou l'ardoise; voyez _panne_.—_Chevron_
se dit aussi de deux morceaux de galon assemblés en angle, que les
militaires ont le droit de porter sur la manche gauche de leur habit,
après un certain temps de service: _ce soldat a deux, a trois chevrons_.

=Chez.=—Les Wallons abusent singulièrement de ce mot; ainsi ils
diront: _la servante de chez Simon_, pour _la servante de Simon_; _j'ai
passé devant chez Pierre_, pour _devant la maison de Pierre_; _c'est un
élève de chez les Jésuites_, pour _des Jésuites_.

=Chic=, s. m.—_Cet homme a du chic; cet ouvrier n'a pas le chic_;
etc.—Cette expression est de la dernière familiarité; on peut en dire
autant de _chicard, chicarder_.

=Chicaneur, euse, Chicanier, ère=, adj. et s.—Le _chicaneur_ aime à
chicaner, principalement en affaires; le _chicanier_ conteste, vétille
sur les moindres choses.

=Chien=, s. m., animal domestique; prononcez _chi-in_ et non _chian,
siïn, chin_.

=Chiffon de pain=, gros morceau de pain, n'est pas français; dites,
_quignon de pain_.

=Chine.=—Écrivez et prononcez _échine_: _il s'est rompu l'échine_
(épine du dos).

=Chiper=, prendre, dérober, est français, mais il est très-populaire.

=Chipote=, dans le sens de _chipotier, chipotière_, n'est pas français.

=Chipoteur.=—Ce mot n'est pas plus français que _façonneur,
tripoteur, rancuneur_ ou _rancuneux_; dites, _chipotier, façonnier,
tripotier, rancunier, ière_. Cependant on dit également bien
_chicaneur, euse_, et _chicanier, ière_. Voyez ces mots.

=Chique=, s. m., petite boule de pierre ou de marbre qui sert à des
jeux d'enfants; ce mot est wallon; dites, _bille_ (_ll_ mouillées):
_gobille_ se dit quelquefois aussi pour _bille_. (BESCHERELLE.)

=Chiragre=, s.f.;—_chirographaire_, adj. des 2 genres;—_chirologie_,
s. f.;—_chiromancie_, s. f.; _chiromancien_ adj.;—_chiste_, terme de
chir. (on écrit plus souvent _kyste_; ne confondez pas avec _schiste_,
pierre lamellée), s. m.—Dans tous ces mots, _chi_ se prononce _ki_.

=Chirer=, pour _déchirer_, n'est pas français.

=Chirurgien=: prononcez _chirurgien_ et non _chirugien, cherurgien,
cirugien, cirurgien_.

=Choir=, v. n. et défectif.—Il ne s'emploie qu'à l'infinitif et au
participe passé _chu, chue_, qui se construit avec _être_: _il est chu_.

=Cholédologie=, s. f.;—_cholédoque_, adj., masculin sans
fémin.;—_choléra_,—_cholérique_,—_chondrologie_, s. f;—_choraïque_,
adj.;—_chorée_, s. m.;—_chorus_, s. m.;—_chorège_, s.
m.;—_chorégraphie_, s. f.;—_chorégraphe_, s. m.;—_chorégraphique_,
adj.;—_chorévêque_, s. m.;—_choriambe_, s. m.;—_chorion_, s.
m.;—_choriste_, subst. des deux genres;—_chorographie_, s.
f.;—_chorographique_, adj.;—_choroïde_, s. f. Dans tous ces mots,
_cho_ se prononce _ko_.

=Choléra-morbus= ou simplement =Choléra=: prononcez _koléra-morbuce,
koléra_ (Acad.)—L'Académie écrit aussi _coléra-morbus_.

=Choquer=, ne s'emploie pas pour signifier _pousser, bousculer,
heurter_: _il m'a heurté en passant_, et non, _.... choqué_; _ces deux
convois se sont heurtés_, et non _... choqués_.

=Chose=, s. f.—Évitez de vous servir de ce mot pour désigner, à la
manière des enfants, une personne dont vous ne vous rappelez pas le
nom: _chose m'a dit; j'ai vu chose; j'ai dit à chose_.

2. Ne dites pas: _oh! Monsieur, c'était quelque chose!_ ajoutez, _de
beau, de magnifique_; ou bien dites, _c'était beau à voir_. (Fland.)

3. Ne dites pas: _il est fait la même chose que l'autre_; dites, _il
est fait comme l'autre, absolument comme l'autre_, ou, _de même, tout
de même que l'autre_. (Fland.)

4. Prononcez _chô-ze_ (_ô_ long) et non _choze_ ni _chôce_.

5. _Chose_ (_quelque_).—_Quelque chose_ est féminin dans le sens de
_quelle que soit la chose_: _quelque chose que je lui aie dite_; ou
au pluriel: _quelques choses que je lui aie dites, je n'ai pu le
convaincre_.—Il est masculin quand il signifie _une chose_: _quelque
chose de fâcheux; quelque chose qu'il m'a dit m'a surpris_.

6. _Chose_ (_autre_).—_Autre chose_ est masculin: _quelque chose est
promis, autre chose est accordé_.

=Choser=, n'est pas français; ne dites pas: _qu'est-ce que vous chosez
là?_ dites, _qu'est-ce que vous faites là?_

=Choucroute=, s. f., chou aigre et salé; il s'écrit sans trait d'union
et en un seul mot.

=Chrême=, s. masculin, huile sacrée, mêlée de baume: _le saint
Chrême_;—_crème_ (acc. grave), s. féminin, la partie la plus grasse du
lait et nom de certaines liqueurs.

=Chrestomathie=, s. f., choix de morceaux d'auteurs réputés classiques
dans une langue morte ou étrangère: _la chrestomathie grecque de
Boscha_.—Prononcez _chrestomathie_ (comme _sympathie_) et non
_chrestomacie_.

=Chrétienté=, s. f., pays chrétien; écrivez et prononcez _chrétienté_
(_créthi-inté_), et non, _chrétienneté_ (_créthi-ènn'té_).

=Christ=: on prononce l'_s_ et le _t_ dans ce mot: _Chris-te_; on ne
les prononce pas dans _Jésus-Christ, antechrist_: _Jésu-cri, antecri_.

=Chut=, interj., paix, silence: prononcez _chute_.

=Chute=, s. f., mouvement d'une chose qui tombe, malheur, etc.: ce mot
s'écrit sans accent circonflexe sur l'_u_.

=Ci.=—Les gens du peuple disent: _cet homme ici, ce jardin ici_; il
faut dire, _cet homme-ci, ce jardin-ci_ (avec le trait d'union).

2. _Ci-inclus, ci-joint_; voyez _inclus_.

=Cicérone=, s. m., guide des étrangers en Italie; prononcez _cicérôné_
et non _tchitchérôné_ ni _chichérôné_.

=Cicogne=, s. f., grand oiseau de passage; on prononce et on écrit
aujourd'hui, _cigogne_.

=Cigare=, est masculin: _un cigare_, et non, _une cigare_.

=Ciguë=, s. f., herbe vénéneuse; prononcez _cighû_ (_u_ long) et non
_cighe_ ni _cighu-we_.

=Cil=, s. m., poil des paupières: prononcez _cille_ (_l_ mouillée).
(Acad.)

=Cime=, s. f., le sommet d'une montagne, d'un arbre, etc.; écrivez
_cime_ et non _cîme_.

=Cimetière=, est masculin: _porter un mort au cimetière_; il faut bien
se garder de prononcer _cimetchière, cimitière_ ou _cimetié_. Voyez
_ti_.

=Cinq.=—Devant une consonne, prononcez _cin_; _cin_ francs, _cin_
femmes; le _q_ se fait entendre lorsque _cinq_ est seul ou bien
lorsqu'il est devant une voyelle ou une _h_ muette et à la fin d'une
phrase: _cinq arbres_ (_cinque_), _cinq hommes_ (_cinque_); _nous
sommes cinq_ (_cinque_); _cinq_ (_cinque_) _multiplié par cinq_
(_cinque_).

2. Ne dites pas: _en tombant j'ai fait un cinq à mon pantalon_ (une
déchirure); dites, _j'ai fait un accroc_ (_akrô_).

=Cypaye=, s. m., soldat indien: prononcez _cipa-ye_, (comme _paille_)
et non _cipaî_, (comme _je paie, tu paies_). (Acad.)

=Circonspect=, adj.; prononcez _circonspek_; cependant on peut aussi
prononcer _circonspè_.

=Ciseau=, s. m. pl., instrument des couturières à deux branches,
s'emploie ordinairement au _pluriel_: _prêtez-moi vos ciseaux_.
—Cependant il s'emploie quelquefois au _singulier_: _on n'a pas encore
mis le ciseau dans cette étoffe; le chirurgien lui a donné trois coups
de ciseau_. (Acad.)

2. _Ciseau_, au singulier, est un instrument de menuisier.

=Clair, e=, adj.—Ne dites pas: _le général fit une charge le sabre
au clair_; dites, _le sabre au vent, au poing, le sabre haut, le sabre
dégaîné_.

=Claquer, Craquer=, v. n.—On dit, _claquer des mains; faire claquer
un fouet; ses dents claquent; il claque des dents_.—On dit: _ce lit
craque; ce biscuit craque sous la dent_.

=Classe=, s. f., ordre, leçon: prononcez _clâce_.

=Claude=: voyez _reine-claude_.

=Clayon=, s. m. ou =Plat d'osier=, se dit de la petite claie ronde sur
laquelle on met du gâteau, de la tarte, etc.

=Clef=, s. f.—On prononce _clé_ même devant une voyelle; quelques-uns
écrivent _clé_. (Acad.)

2. Dites: _tirez la clef de la serrure_ et non, _tirez la clef en bas
de la serrure_.

3. Dites également: _la clef est à la porte_ et non _après la porte_.

=Clématite=, s. f., plante; ne dites pas, _clémentine_.

=Clerc=, s. m., ecclésiastique, praticien; prononcez _clère_; le _c_
final se prononce dans la locution: _de clerc à maître_.

=Cliche, Clichette=, s. f., mots wallons, que l'on fait trop souvent
français.—Il faut le rendre, d'après ses acceptions diverses, par les
mots: _loquet, clenche, clinche, bouton_ et _targette_.

2. Le _loquet_ est l'ensemble d'une fermeture très-simple que l'on
met aux portes qui n'ont pas de serrure et à celles dont le pêne est
dormant; il est composé d'un _battant_, d'un _mentonnet_, d'un _levier_
ou _bascule_ et d'un _bouton_.

3. Le _mentonnet_ est la pièce de fer, fixée au chambranle de la porte,
qui reçoit le bout de la clenche ou du loquet, pour tenir la porte
fermée.

4. Le _levier_ ou _bascule_ est proprement un petit levier faisant
bascule, sur lequel on appuie pour lever le loquet d'une porte; les
mots _clenche_ ou _clinche_ correspondent très-bien à _lever_ et
_bascule_.

5. Le _battant_ est la pièce de fer horizontale qui se lève ou se
baisse à l'aide du levier et s'adapte au mentonnet pour fermer la porte.

6. Le _bouton_ est une pièce de fer ou de cuivre qui est ordinairement
de forme ronde ou ovale, en forme de croix brisée ou de crosse, et
qui sert à tirer une porte à soi ou à l'ouvrir: _tournez le bouton_
(Acad.)—N'employez pas les mots _pommeau, clenche, clinche, crossette_
pour le mot _bouton_.

7. Le _loqueteau_ est un petit loquet que l'on met ordinairement aux
volets ou aux carreaux mobiles d'en haut d'une fenêtre, et auquel on
attache un cordon, afin de pouvoir les ouvrir et les fermer aisément.

8. _Targette_, s. f., petite plaque de métal qui porte un verrou plat,
et qu'on met aux portes, aux fenêtres, etc., pour servir à les fermer.

=Client=, s. m.—Les commerçants ont des _pratiques_, les hommes de
loi ont _des clients_.—Prononcez _cli-an_ et non _cli-ian_.

=Cligne-musette=, s. f., jeu d'enfants, où l'un ferme les yeux,
tandis que les autres se cachent pour qu'il les cherche: _jouer à
cligne-musette_ ou _à la cligne-musette_.—Écrivez _cligne-musette_
(trait d'union) et non _clignemusette_ ni _cligne-mussette_.

=Clissé, ée=, adj., qui est garni, enveloppé d'une clisse (ou clayon),
espèce de petite claie faite d'osier, de jonc: _bouteille clissée,
gourde clissée_.

=Cloaque=, s. m., égout: prononcez _clo-ake_ (deux syllabes).

=Cloche=, s. f., manteau de femme garni d'un capuchon et nommé
_pelisse_ dans certaines localités wallonnes.

=Cloche-pied= (_à_), loc. adv., sur un pied; ne dites pas: _courir à
croche-pied_, mais, _à cloche-pied_.

=Cloporte=, s. m., insecte (en wallon _cochon de cave_, en flamand
_duizendbeen_); ne dites pas _clou-à-porte_, mais _cloporte_.

=Clou=, s. m., petit flegmon très-douloureux qui a son siége dans la
peau, est français: on l'appelle aussi _furoncle_ (s. m.), surtout en
terme de médecine.

=Clouer= et =Clouter=, ont une différence de signification bien
marquée: _clouter_, c'est garnir de clous; _clouer_, c'est attacher
avec des clous; d'où il suit qu'on ne peut pas dire _clouer un clou_,
pas plus que _chanter un chant_; dites _mettre, placer, ficher un clou,
attacher avec un clou_ ou _des clous_.

2. Prononcez _clou-er, je cloû_ et non _clou-wer, je clou-we_.

=Club=, s. m., société politique; prononcez _clu-be_ et non _clupe_;
plusieurs prononcent _cloube_, d'autres _clobe_. (Acad.)

=Cocasse=, adj. des 2 genres, plaisant, comique, ridicule; ce terme est
populaire: _personne cocasse, vêtement cocasse_.

=Code=, s. m., recueil de lois; prononcez _code_ (_o_ bref) et non
_côde_ (_o_ long) ni _co-te_.

=Cœtera= (_et_): voyez _et cœtera_.

=Cœur= (_Avoir_).—Ne dites pas: _qu'ai-je cœur; je n'en ai cœur_;
dites, _que m'importe; cela m'est égal, peu m'importe_.

2. _Avoir cœur_ (_cure_), est la vieille locution française _avoir
cure_ (habere curam), avoir soin, avoir souci de... Il est à regretter
qu'elle soit tombée en désuétude; elle n'est plus usitée que dans
quelques phrases familières, comme: _a beau parler qui n'a cure de bien
faire_.

3. Ne dites pas: _j'ai le cœur malade_; dites _j'ai mal au cœur_.

=Coi=, adj., calme, tranquille; le féminin était autrefois _coie_; on
ne dit plus aujourd'hui que _coite_.

2. Ce mot n'est guère usité que dans ces phrases familières: _se tenir
coi, demeurer coi_. (Acad.)

3. La locution, _chambre coite_, (chambre bien fermée et bien chaude) a
vieilli. (Acad.)

=Coing=, s. m., fruit astringent; on ne prononce pas le _g_.

=Coléreux=, adj.—Ne dites pas, _c'est un homme coléreux_; dites,
_c'est un homme colère_ ou _colérique_.

=Colidor=: ce mot n'est pas français; écrivez _corridor_ et prononcez
_coridor_.

=Colla, Colle, Colli, Collo, Collu=, initiales qui font toujours
entendre les deux _l_: _collatéral, collation, collection, collision,
colloque, collusion_.

=Colle=, s. f., menterie, hâblerie: _quelle colle il débite là!_ ce
terme est populaire.

=Colophane=, _de la colophane_, résine, est féminin; ne dites pas
_colaphane_.

=Colorer, Colorier.=—_Colorer_, c'est donner la couleur, de la
couleur: _le soleil colore les fruits; un vif incarnat colorait son
visage; les raisins commencent à se colorer; le safran colore l'eau;
l'art de colorer une injustice, le verre, le cristal_. Au figuré,
_colorer_ signifie, donner une belle apparence à quelque chose de
mauvais: _colorer un mensonge; vice coloré_.—_Colorier_, c'est
appliquer les couleurs convenables sur une estampe, sur un dessin:
_je veux colorier cette lithographie; gravure coloriée; frontispice
colorié; ce peintre colorie mieux qu'il ne dessine_.

=Colza=, s. m., chou sauvage et huile tirée de sa graine; écrivez et
prononcez _colza_ et non _golza_. Voyez _chausson_.

=Combien.=—Ne dites pas: _le combien du mois sommes-nous aujourd'hui?
nous sommes le combien du mois?_ mais dites, _quel quantième du mois
avons-nous; quel est le quantième du mois?_ ne dites pas non plus: _le
quantième avons-nous_; mais, _quel quantième..._

2. _Combien est-ce que vous demandez pour?_—Cette manière de demander
le prix d'une marchandise n'est pas française; dites, _combien
vendez-vous..._

3. Ne dites pas non plus: _combien est-ce que vous avez payé pour ce
livre?_ dites, _combien avez-vous payé ce livre?_

=Commandement=, s. m., ordre.—Prononcez comman-d'-ment (en faisant
sentir le _d_) et non _comman-n'-ment_ (en remplaçant le _d_ par une
_n_); il en est de même de, _je demandais, je demeure, mandement,
admettre, admission, administrer_, etc.

=Commander.=—On commande _quelque chose à quelqu'un_ et l'on commande
_à quelqu'un_; ne dites donc pas: _il faut savoir commander ses
ouvriers_; mais, _à ses ouvriers_.

2. _Commander quelqu'un_, ne se dit que quand il s'agit de commandement
militaire: _dix hommes furent commandés pour cette expédition; le
régiment des guides est commandé par le colonel N._—_Commander à_ et
_le_: voyez _présider_.

=Comme.=—Ce mot ne peut pas être employé pour _que_, à la manière des
flamands; ainsi ne dites pas: _il est aussi grand comme moi; vous avez
reçu autant comme moi_; dites, _il est aussi grand que moi; vous avez
reçu autant que moi_.

2. _Il neige comme; vous êtes comme si gai_, sont des expressions
barbares; il est bien plus simple de dire: _il paraît qu'il neige; vous
me semblez_ ou _vous m'avez l'air d'être gai_.

3. _Comme pour._—Ne dites pas: _j'étais comme pour pleurer, comme
pour mourir_; mais dites, _j'étais disposé à pleurer, j'étais sur le
point de pleurer, j'allais pleurer; on aurait dit que j'allais mourir_,
etc.

4. _Comme si_, ou _si_, ne doivent jamais être suivis du conditionnel
(ce serait un flandricisme): _c'est comme si vous viendriez me voir;
s'il aurait fait ses devoirs, il ne serait pas puni_; dites, _c'est
comme s'il venait me voir; s'il avait fait ses devoirs_, etc.

5. _Comme de juste_, est un barbarisme; dites, _comme il est juste,
comme il est raisonnable_, et mieux _comme de raison_.

6. _Comme il parle_, au lieu de, _à l'entendre_, est un flandricisme;
ne dites donc pas: _comme il parle, on le prendrait pour le premier
avocat du pays_; dites, _à l'entendre parler, on le prendrait..._

7. Ne dites pas: _il m'a dit comme ça, qu'il allait partir_: retranchez
_comme ça_, qui est inutile et ridicule.

8. Ne dites pas: _comment est-ce qu'on dit, qu'on fait?_ dites,
_comment dit-on, comment fait-on?_

9. Ne dites pas: _si j'étais comme vous, voici ce que je ferais_;
dites, _si j'étais de vous, si j'étais à votre place..._

10. _Comme tout._—Ne dites pas: _il est sage comme tout_; dites, _il
est fort sage, il est parfaitement sage_.

=Commencer, Finir.=—On dit, _commencer par, finir par_ et non
_commencer avec, finir avec_: _il commence son déjeuner par le café et
finit par des fruits_.

2. _Commencer de_, désigne une action qui aura de la durée: _il avait
commencé d'écrire sa lettre_.—_Commencer à_, désigne une action qui
aura du progrès, de l'accroissement: _cet enfant commence à parler, à
lire; le jour commence à luire_.

=Comment.=—_Comment va-t-il avec vous; comment vous va; comment vous
va-t-il?_—Remplacez ces expressions par: _comment vous portez-vous,
comment va votre santé, comment vous en va?_ (Acad.)—_Comment va-t-il
avec vous_, est un flandricisme; _comment vous va_ et _comment vous
va-t-il_, sont des expressions incorrectes.

2. Il y a de ridicules façons de parler, auxquelles on se laisse
aller quelquefois par insouciance ou par imitation; de ce nombre sont
celles-ci: (_comment vous portez-vous?_) _comme vous voyez; pas mal et
vous, et la vôtre; comme un homme qui vient de chez son notaire_; un
spirituel magistrat, afin d'éviter un compliment banal, abordait ses
amis en leur disant: _pas mal et vous?_

3. _Comment ce que._—_Comment ce qu'on fait; comment ce qu'on dit?_
locutions employées par le bas peuple; il faut dire, _comment fait-on,
comment dit-on?_

4. Ne dites pas non plus: _comment est-ce qu'on raconte ce malheur?
comment est-ce que cela est arrivé?_ Dites: _comment raconte-t-on ce
malheur? comment cela est-il arrivé?_

=Commerce.=—Ne dites pas: _mon frère fait commerce_; mais, _est dans
le commerce, fait le commerce; il est commerçant, négociant_.

2. Ne dites pas: _les commerces ne vont pas_; dites, _le commerce ne va
pas_.

3. Ne dites pas: _je fais plusieurs commerces_; dites, _j'ai_ ou
_j'exploite plusieurs branches de commerce_.

=Commodité.=—Ne dites pas: _cette famille a bien la commodité, a
bien le moyen, est fortunée; mon cousin a bien la commodité de tenir
un cheval_; dites, _cette famille est, vit dans l'aisance, elle est
riche, elle a de la fortune_; _mon cousin a bien les moyens_ (et non
_le moyen_) _de..., est assez riche pour_... _Moyen_, dans le sens de
_richesses_, ne s'emploie qu'au pluriel; vous ne direz donc pas avec
les wallons: _mon voisin a bien le moyen_; dites, _mon voisin vit dans
l'aisance, a de la fortune_, etc.

=Commun, une=, adj.—_Commune voix_, désigne l'unanimité des
suffrages, des voix; _la voix commune_ est la voix vulgaire, la rumeur
publique.

=Compacte=, adj. des deux genres, très-resserré, peu poreux; cet
adjectif s'écrit au masculin comme au féminin; prononcez _compak-te_ et
non _compake_.

=Comparer.=—On dit souvent par inadvertance: _cette étoffe, cette
maison n'est pas à comparaître à celle-là_; il faut dire, _à comparer_.

2. _Comparer à, comparer avec_.—Le premier suppose une analogie,
un rapport commun de ressemblance entre les deux termes. _Comparer
avec_ éloigne l'idée de ce rapport, de cette ressemblance: _il n'y
a point d'église que l'on puisse comparer à celle de Saint-Pierre à
Rome_;—_que l'on compare la docilité, la soumission du chien avec la
fierté et la férocité du tigre_. (BUFFON.)

=Comparoir=, v. n., usité seulement à l'infinitif; mais il a vieilli et
l'on dit aujourd'hui _comparaître_.

=Comparution=, s. f., action de comparaître devant le juge; ce mot
s'écrit et se prononce _comparution_, quoique l'on dise _apparition_ et
_disparition_.

=Compendium=, s. m., abrégé; prononcez _conpindiome_: _un compendium de
théologie_.

=Comperose=, s. f., vitriol; écrivez et prononcez _couperose_.

=Complet=, adj. fait au fém., _complète_ et non _complette_.

=Complétement=, adv., d'une manière complète, s'écrit avec un accent
aigu.

=Compliment=, s. m.—Ne dites pas: _allons, Monsieur, sans compliment,
acceptez notre dîner_; dites, _sans cérémonie, sans façon_.—_Sans
compliment_, signifie, sans flatterie: _je vous dis sans compliment que
votre dessin est fort beau_.

=Compris=, part. passé de _comprendre_.—_Y compris, non compris_,
sont invariables, comme prépositions, lorsqu'ils précèdent le
substantif, et ils s'accordent avec lui lorsqu'ils le suivent: _combien
y avait-il de régiments y compris l'artillerie? il a dix mille francs
de revenu, non compris la maison où il loge_; ou bien, _la maison où il
loge non comprise_.

=Compte= (_en fin de_) locution triviale, irrégulière et barbare; son
équivalent consacré est, _au bout du compte_, qui n'est pas élégant.
(FRANCIS WEY.)

=Compter.=—Ne dites pas: _il faut compter que je n'ai presque pas été
me promener cette année_; dites, _à peine ai-je été me promener..._
On ne prononce pas le _p_ dans _compter, comptant, compte, comptoir,
comptable, comptabilité_.

2. _Compter, espérer, promettre._—Ces verbes marquent une chose à
venir; on dit, _compter, espérer, promettre qu'une chose sera_; ne
dites donc pas: _je compte que vous êtes sage; j'espère que vous avez
bien travaillé; je vous promets que j'ai dit la vérité_; dites: _je
crois que vous êtes sage; j'aime à croire, j'ai la confiance que vous
avez bien travaillé; je vous assure que j'ai dit la vérité_.

3. _Compter_, dans le sens de _se proposer, croire_, ne prend point
la préposition _de_ devant un infinitif: ainsi vous direz: _il compte
partir demain_ et non _de partir_ (Acad.)

4. Ne dites pas: _comptez que j'ai été malade et ne vous étonnez pas
que j'aie perdu de l'embonpoint_; dites, _apprenez, sachez que j'ai été
malade_.

=Concetti=, s. m. pluriel, pensées brillantes et sans justesse; ce
mot, en France, est toujours pris en mauvaise part; le singulier est
_concetto_, mais il est peu usité.

=Concombre=, subst., plante potagère, est masculin.

=Condamner, Condamnation, Condamnable=: prononcez _condaner,
condanable, condanation_; l'_a_ de _dam_ est bref, tandis qu'il est
long dans _damner, damnation, damnable_ (_dâner, dânation, dânable_).

=Conditionnel.=—C'est une faute d'employer le conditionnel après la
conjonction _si_: _si vous feriez, si vous iriez, si j'aurais écrit_,
etc.; dites, _si vous faisiez, si vous alliez, si j'avais écrit_, etc.:
c'est là un latinisme et un flandricisme tout à la fois.

2. C'est encore une faute que d'employer le conditionnel présent ou
passé pour l'imparfait ou le plus-que-parfait du subjonctif: _je
voudrais que vous feriez vos devoirs, j'aurais désiré que vous auriez
bien étudié_; cette faute est très-commune chez les wallons; pour
l'éviter, il suffira de se rappeler que les verbes qui expriment
_la volonté, le désir, un ordre_, fussent-ils même employés au
conditionnel, gouvernent le subjonctif.

=Conduire, Conduite=: prononcez _conduire, conduite_ (_ui_ diphthongue)
et non _condouire, condouite_, ni _condu-wire, condu-wite_.—Il en est
de même de toutes les syllabes en _ui_, comme _lui, je suis, je puis,
puissant, suite, fuite, fuir_.

=Confesse=, s., qui n'a point de genre; il ne s'emploie que précédé
de l'une des prépositions _à_ ou _de_: _aller à confesse, venir de
confesse_.

=Confiance=, s. f.—On a confiance, on met sa confiance _en_ ou
_dans_; devant l'article il faut _dans_: _avoir confiance en quelqu'un;
mettre sa confiance en Dieu; mettre sa confiance dans les richesses;
avoir confiance dans l'avenir_.

=Confirmer=, v. a., conférer le sacrement de confirmation: _l'évêque
seul peut confirmer_; ne dites donc pas: _j'ai confirmé l'année
dernière dans l'église de St-Antoine_; dites, _j'ai été confirmé..._

=Confiteor=, au pluriel, _des confiteor_; on prononce _confitéor_.
(Acad.)

=Confort= ou =Comfort=, s. m., assistance, secours: _donner aide et
confort_; dans cette acception il est vieux.—Aujourd'hui il se dit,
pour signifier le bien-être matériel, le bien-être de la vie: _les
Anglais ont un grand amour pour le confort_; prononcez _con-fort_.

=Confortable= ou =Comfortable=, adj., qui a rapport au confort,
au bien-être matériel de la vie: _les anglomanes emploient à tout
propos le mot confortable; ils vous diront d'une maison qu'elle est
confortable_, etc.—_Confortable_, s'emploie aussi substantivement et
se dit de tout ce qui contribue au bien-être matériel: _les Anglais ont
un grand amour pour le confortable_.

=Confrère, Collègue.=—_Confrère_ se dit de tous les individus d'un
corps, d'une société; les gens du même état sont aussi confrères.
_Collègue_ a une signification plus restreinte; il s'applique aux
individus qui agissent ensemble et de concert.—Les professeurs d'un
même établissement sont collègues, mais ils sont confrères par rapport
aux professeurs d'autres établissements.

=Conjoncture, Conjecture.=—_Conjoncture_, signifie circonstance et
_conjecture_, supposition. _Dans les malheureuses conjonctures, on fait
de fausses conjectures._

=Connaissance.=—Dites: _j'ai rencontré quelqu'un de ma connaissance_
ou _une de mes connaissances_ et non, _quelqu'un de mes connaissances_.

=Connaisseur.=—On dit: _ce monsieur est connaisseur en musique, en
peinture_; et non, _connaisseur de musique, de peinture_.

=Connaître=, v. a.—On ne dit pas: _je connais ma leçon; il connaît
son discours_; mais, _je sais ma leçon; il sait son discours_;
cependant on dit très-bien: _je connais tel livre, telle personne,
telle maison, telle langue_.

=Consanguin, ine=, s.: voyez _germain_.

=Consanguinité=, s. f., parenté du côté du père; l'_u_ fait diphthongue
avec _i_ (Acad.); il ne le fait pas dans _consanguin, consanguine_ où
le _g_ est dur.

=Conscription, Milice.=—On dit, _tirer à la conscription, à la
milice_, etc., ou bien: _tirer au sort pour la conscription, pour la
milice_. On tombe _à_ la conscription, _à_ la milice et non _dans_ ou
_de_ la conscription, etc. Voyez _réquisition_.

=Conseiller quelqu'un= et =à quelqu'un=.—_Conseiller quelqu'un_, veut
dire en général, qu'on lui donne des conseils: _son avocat le conseille
bien_, c'est-à-dire, lui donne de bons conseils; _les courtisans
conseillent parfois mal les souverains_, c'est-à-dire, leur donnent de
mauvais conseils.—Mais si l'on exprime l'objet du conseil que l'on
donne, on doit dire, _conseiller à quelqu'un_: _je lui ai conseillé
de changer de conduite; la prudence conseille aux jeunes gens de fuir
l'oisiveté et les mauvaises compagnies_.

=Conseilleur.=—Ce mot est vieux et ne s'emploie plus guère que dans
le proverbe: _les conseilleurs ne sont pas les payeurs_; il faut
dans les autres cas se servir du mot _conseiller_ (n'écrivez pas
_conseillier_).

=Consentir.=—Ne dites pas: _j'ai consenti dans la proposition qu'on
m'a faite_; mais _j'ai consenti à la proposition..._

=Conséquent=, se dit d'une personne qui est d'accord avec elle-même ou
avec ses principes: _cet homme est conséquent dans ses projets, dans
sa conduite_; c'est-à-dire qu'il est _le même_ dans ses projets, dans
sa conduite qu'en tout autre occasion. (Acad.)—Appliqué aux choses,
il a à peu près le sens de l'adjectif _conforme_: _il a une conduite
conséquente à ses principes_. (Acad.) Mais jamais ce mot ne peut
signifier, _considérable, important_; il ne faut pas dire: _une affaire
conséquente, une somme conséquente, des propriétés conséquentes_;
mais, _une affaire importante, une somme considérable, des propriétés
considérables_ ou _de grandes propriétés_. Ce qui a pu donner lieu à
cet emploi vicieux du mot _conséquent_, c'est qu'on dit très-bien, _de
conséquence_, pour signifier _qui peut avoir des suites importantes_:
_une affaire de conséquence, une affaire de nulle conséquence_. (Acad.)

2. Prononcez _concéquent_ et non _conzéquent_ ni _conzèquent_.

=Consister=: prononcez _concister_ et non _conzister_.

=Consolable=, adj.—On ne le dit que des personnes (Acad.); cependant,
au mot _consoler_, nous trouvons dans le Diction. de l'Académie
l'exemple: _consoler la douleur_. Or, si l'on dit consoler la douleur,
il suit nécessairement que _la douleur est consolable_. Il y a plus:
d'après l'Académie, on peut dire: _douleur inconsolable_; et qu'est-ce
qu'_une douleur inconsolable_ sinon _une douleur qui n'est pas
consolable_? Voyez _inconsolable_.

=Consoler, Console, Consolation, Consolant=, etc.; prononcez l'_s_ dure
et non _conzoler, conzole, conzolation_, etc.

=Consommer, Consumer.=—_Consommer_, v. a., achever, accomplir, mettre
en sa perfection. Il se dit aussi en parlant des choses que l'on
détruit en les faisant servir aux usages de la vie, comme vin, bière,
viande, bois et toutes sortes de provisions: _nous avons consommé nos
provisions_.

=Consulte= pour =Consultation=, conférence que l'on tient sur une
affaire ou sur une maladie.—Ne dites pas: _mon père est très-malade,
il y a eu hier trois consultes_; dites, _... trois consultations_.
Prononcez _conçultations_ (_s_ dure) et non _conzultation_.

2. _Consumer_, v. a., détruire, user, réduire à rien, sans but utile
ou nécessaire pour celui qui détruit: _le feu a consumé tout le bois;
l'incendie a consumé la maison; la rouille consume le fer; les chagrins
le consument_.—_Consumer_ signifie aussi, employer sans réserve;
_j'ai consumé tout mon temps à cet ouvrage_.

3. Prononcez l'_s_ dure: _conçumer, conçomer_ et non _conzumer,
conzomer_.

=Contact=, s. m., attouchement; prononcez les deux consonnes finales:
_contak-te_; prononcez de même _compact, tact_.

=Contempteur=, s. m., qui méprise; il n'a point de féminin
correspondant.—_Contemptible_, adj., vil et méprisable: dans ces deux
mots on prononce le _p_.

=Contenir=, v. a.—Ne dites pas: _le bateau à vapeur contenait un
prêtre, un officier et deux avocats_; dites, _dans le bateau à vapeur
étaient..._

=Content=, adj.—On doit dire, _être content de quelqu'un_ et non
_sur_ ou _après quelqu'un_.

2. Ne dites pas: _irons-nous à Verviers?—Je suis content_; dites,
_volontiers_.

3. Ne dites pas: _je suis content de ce qu'il me quitte_; dites, _je
suis content qu'il me quitte_.

4. Ne dites pas: _il était content pour avoir terminé ses devoirs_;
dites, _d'avoir terminé..._

=Contenter= (_se_), v. pron.—Ne dites pas: _je me contente avec du
pain et des fruits pour mon déjeuner_; dites, _je me contente de pain
et de fruits..._

=Contigu, Proche=: voyez _proche_.

=Continuer à, Continuer de.=—_Continuer à_, c'est poursuivre sans
interruption une chose commencée, avec une intention dirigée vers un
but: _il continuait à lui dire des injures, à le frapper; continuer à
bien vivre; il continuait à faire la guerre_.—_Continuer de_ signifie
_ne pas cesser_, avec idée d'interruption: _continuez de vous former
le style_; ou bien, _ne pas cesser_, sans interruption, mais en même
temps sans que la phrase indique une intention dirigée vers un but: _il
continue de pleurer; la rivière continua de couler_.

=Contradicteur=, s. m., n'a point de correspondant féminin.

=Contraindre=, v. a.—Devant un infinitif on dit, _contraindre à_ et
_contraindre de_; Laveaux établit une distinction qui nous paraît assez
juste.—_Contraindre à_ suppose un but, une tendance, une action; il
faut donc préférer _à_ toutes les fois que ces idées sont comprises
dans la phrase, et _de_, dans tous les autres cas: _on le contraignit à
marcher, à s'avancer, à se battre_: il s'agit ici d'une action.—Mais
on dira: _on le contraignit de se taire, de se tenir en repos, de
prendre la fuite, de s'enfuir, de rester_; c'est ici une cessation
d'action.—L'Académie a observé cette différence dans ces deux phrases:
_on le contraignit à se battre; la ville fut contrainte de se rendre_.

=Contre.=—Ne dites pas: _je suis contre les plaisirs du monde, parce
qu'ils détournent des devoirs envers Dieu_; dites, _je suis opposé aux
plaisirs, j'ai de la répugnance pour...._

2. On ne dit pas, _être fâché sur quelqu'un; le chien aboie sur les
passants_, mais, _être fâché contre quelqu'un; le chien aboie contre
les, après les_ ou _aux passants_.

3. Ne dites pas: _laisser la porte toute contre_, mais _tout contre_.

4. Ne dites pas: _il a passé tout contre moi sans me reconnaître_;
dites, _tout près de moi_; on dit, _s'asseoir près de quelqu'un_ et
non, _contre quelqu'un_. Mais en parlant des choses, on dit bien:
_j'étais assis contre le mur; ce champ est contre le bois_ (pour dire
qu'il y touche).

5. L'expression _par contre_, n'est pas française, rendez-la par: _en
revanche, mais, du reste, du moins, au contraire_: _il avait mal dîné,
mais, en revanche, il a bien soupé; il est bourru, du reste il est bon
et humain; si cet ouvrage n'a pas le mérite de la perfection, il a du
moins celui de la nouveauté_.

=Contredire=, _dédire, interdire, médire, prédire_, font à la
seconde personne du pluriel du présent de l'indicatif, vous
_contredisez_, vous _dédisez_, vous _interdisez_, vous _médisez_, vous
_prédisez_;—_maudire_ fait, vous _maudissez_.—Il n'y a que _dire_ et
_redire_ qui fassent, vous _dites_, vous _redites_.

=Contrefaction=, s. f., action de contrefaire, de falsifier, terme
de jurisprudence.—On dit plus souvent, dans le langage ordinaire,
_contrefaçon_.

=Contremander=, révoquer l'ordre qu'on a donné; ne dites pas
_décommander_.

=Contrevention=, s. m., infraction pour _contravention_;
_contraventoirement_ pour _en contravention_ et _contraventaire_ pour
_contrevenant_, ne sont pas français.

=Contumace=, s. f., t. de jurisprud. crimin., le refus, le défaut que
fait un accusé de comparaître devant le tribunal où il est appelé:
_être en état de contumace; condamner par contumace_. Il est souvent
synonyme de _contumax_, adj. de deux genres, t. de jurispr. crimin.,
accusé ou prévenu qui est en état de contumace et auquel on fait
un procès: _accusé contumax, il est contumax_; il s'emploie aussi
substantivement: _le contumax vient de se présenter devant ses juges_.

=Convenir=, signifiant _plaire_, veut _avoir_; signifiant _être
d'accord_ ou _avouer_, il prend _être_: _cette maison nous ayant
convenu, nous sommes bientôt convenus du prix_; _le propriétaire est
convenu lui-même que nous n'avions pas été difficiles_.

=Copeau=, s. m., éclat de bois (en wallon, _estalle_, en flamand,
_spaender, krol_); dites, _brûler des copeaux_ et non des _skafelings_,
de _l'escaufelin_.

=Coquemar=, s. m., espèce de pot de fer-blanc, de cuivre, etc., ayant
un long bec, et qui sert à faire bouillir ou chauffer de l'eau, du
café: _faire bouillir de l'eau dans un coquemar_. Dites _cafetière,
chocolatière, théière, laitière_, pour désigner le vase d'argent, de
terre, de fer-blanc, de porcelaine, etc., qui sert à faire ou à servir
du café, du chocolat, du thé, du lait.

=Coran=: voyez _alcoran_.

=Corbeille d'enfant=, le linge, les langes, le maillot et tout ce qui
est destiné pour un enfant nouveau-né; _corbeille_, dans ce sens, n'est
pas français; dites _layette_.

=Coroner=, s. m., officier de justice en Angleterre; on fait sentir
l'_r_ finale: _coronère_.

=Corpendu= ou =Court-pendu=, espèce de pomme rouge; ces mots ne sont
pas français; dites _capendu_, s. m.: _un bon capendu_.

=Corps=, s. m.—_Corps à corps_: prononcez _cor à cor_ et non _cor za
cor_.

2. Ne dites pas: _il réclamait à corps et à cri_; dites, _à cor et à
cri_, c'est-à-dire, à toute force.

=Corpulence=, s. f., taille de l'homme considérée par rapport à sa
grandeur et à sa grosseur: _cet homme a de la corpulence, il est
corpulent_; _corporence_ et _corporent_ ne sont pas français.

=Coriace=, adj., dur comme le cuir: _cette viande est coriace_; ne
dites pas, _tiliasse_.

=Correct, e=, adj., sans faute; on fait sentir les deux _r_ et les
deux lettres finales, même au masculin: _cor-rek-te_; prononcez de
même le _c_ et le _t_ dans _abject, contact, direct, exact, infect,
strict, tact_.—Faites également sentir les deux _r_ dans _correcteur,
correction, correctif, correctionnel, corrégidor, corrélatif,
corrélation, corroborer, corroboration, corroder, corrodant, corrosion,
correspondre, correspondant, corrompre, corruption, corrupteur,
corruptible, corroyer, corroyeur_.

=Corridor=, s. m., galerie; ne dites pas, _colidor_; prononcez
_coridor_.

=Corset=, s. m.—Les femmes seules portent des _corsets_; ne demandez
donc pas à un homme, _avez-vous mis votre corset de laine, de coton?_
dites, _votre gilet de laine, de coton_.

=Corsionnaire=, plante potagère dont la racine, noire en dessus
et blanche en dedans, se mange cuite, comme le salsifis; dites,
_scorsonère_ (subst. _féminin_) et non _corsionnaire_; on la nomme
autrement, _salsifis noir_ ou _salsifis d'Espagne_.

=Cortès=, s. féminin pluriel, assemblée des États (chambres, parlement)
en Espagne et en Portugal: prononcez _cortèce_.

=Cosaque=, s. m.: prononcez _cozaque_ (_o_ bref) et non _côsaque_ (_ô_
long).

=Côté=, s. m.—Prononcez _cô-té_ (_ô_ long) et non _co-té_ (_o_ bref).

2. Ne dites pas: _de l'autre de côté_; dites, _de l'autre côté_.

3. Ne dites pas: _de tous côtés_ ou _de tous les côtés_ pour _partout_,
à la manière des wallons: _on rencontre des injustices de tous côtés ou
de tous les côtés_; dites, _partout_.

4. N'employez pas non plus _côtés_ pour pays, environs: _il demeure de
vos côtés, ce malheur est arrivé de ses côtés_; dites: _il demeure dans
vos environs, dans votre pays; ce malheur est arrivé dans son pays_.
Cependant on dit très-bien: _il demeure du côté de Verviers; il est du
côté de Namur_. (Acad.)

=Côte, Côtelettes=: prononcez l'_ô_ long et non _cote, cotelettes_.

=Cou=, s. m.—Quelquefois on dit par euphonie _col_, surtout en
poésie. (Acad.)

2. Ne dites pas: _quelle belle cravate vous avez dans le cou_; mais,
_quelle belle cravate vous avez au cou_.

3. _Cou-de-pied_, s. m., haut du pied; ne dites pas: _coude-pied,
coup-de-pied, cou-du-pied_.—Le pluriel est _cous-de-pied_.

=Coucher, Promener, Baigner.=—Ces verbes, employés _pronominalement_,
doivent toujours être accompagnés de _me, te, se, nous, vous, se_;
ainsi ne dites pas: _je vais coucher, promener, baigner_, mais, _je
vais me coucher, me promener, me baigner_.

=Coudre=, v. a., fut., _je coudrai_, (et non _je couserai_); cond. _je
coudrais_; impératif, _couds, cousons, cousez_; prés. du subj., _que
je couse, que tu couses_; ind. prés., _je couds, nous cousons, vous
cousez, ils cousent_; passé déf., _je cousis, tu cousis_, etc., (et
non _je cousus_, etc.); imparf. du subj., _que je cousisse, que tu
cousisses_, etc. (et non _que je coususse_, etc.)

=Couenne=, s. f., peau de porc; écrivez et prononcez _couenne_ (_ou en_
diphthongue) et non _couanne_ ni _couaine_.

=Couler, Courir.=—En parlant des liquides, il faut se servir du
verbe _couler_: _cette fontaine coule doucement; ce tonneau, ce baril
coule de toutes parts_. Cependant, lorsqu'il s'agit d'un liquide qui
marche régulièrement et précipitamment, on emploie quelquefois le verbe
_courir_: _le ruisseau qui court dans la prairie; l'eau qui court; le
sang court dans les veines_. Mais il n'est jamais permis de dire: _ce
vase court; le lait court dans le feu_; il faut dire, _ce vase coule;
le lait coule dans le feu_.

2. Le verbe _courir_ se conjugue avec l'auxiliaire _avoir_: ne dites
donc pas, _je suis couru_, mais _j'ai couru_. Mais il prend l'auxil.
_être_ quand il signifie _être suivi, être recherché_: _cet ouvrage est
fort couru; ce prédicateur est fort couru_.

3. _Je cours à la ville; il court à perdre haleine; il part avec lui_:
prononcez _je cour à la ville; il cour à perdre haleine; il par avec
lui_. Mais au pl. _ils courent avec lui_ (_il cour-tavec_), etc.; il en
est de même dans les cas analogues.

=Couleur d'isabelle=, couleur mitoyenne entre le blanc et le jaune,
mais dans laquelle le jaune domine; dites, _couleur isabelle_,
quoiqu'on dise également bien, _couleur de rose_ et _couleur rose_.

2. _Couleurs_ (_peindre sous des_).—«On ne peint pas plus sous des
couleurs que l'on ne dessine sous un crayon. Ce contre-sens, ou plutôt
ce non-sens, provient de la confusion qui s'est faite à la longue entre
deux locutions analogues: _peindre avec des couleurs_;—_voir_ ou
_peindre sous un jour_.» (Francis WEY). Il est donc plus correct de
dire: _peindre avec des couleurs_.

3. _Couleur_, est féminin: _une couleur changeante_; il est masculin,
lorsque, avec le nom qui le suit, il désigne une couleur particulière
ou une chose ayant cette couleur: _le couleur de feu, le couleur de
rose, un beau couleur de feu, un joli couleur de rose_, comme on dit,
_le rouge, le rose, un joli rose_, etc.

=Coup.=—Ne dites pas: _cet homme a fait les cent coups_ (locution
populaire); dites, _a fait mille folies, mille excès_.

2. _Boire un coup d'eau, un coup de vin; au coup de midi, au coup de
trois heures_, sont des expressions françaises.

=Couper=, v. a.—Ne dites pas: _le vent, la grêle, la neige coupent le
visage_; dites, _... cinglent le visage_.

=Couperose=, s. f., vitriol; ne dites pas _comperose_.

=Couple=, est féminin, lorsqu'il signifie simplement le nombre _deux_,
sans idée d'union, d'assortiment, d'assemblage: _une couple d'œufs,
une couple de pigeons, une couple de serviettes_.—Il est _masculin_
1º quand il désigne le mâle et la femelle: _un couple de pigeons suffit
pour peupler une volière_; 2º quand il désigne des êtres animés, unis
par un sentiment ou pour toute autre cause qui les rend propres à agir
de concert: _un couple d'amis; un couple de fripons; un beau couple de
chiens_. (Acad.)—Prononcez _cou-ple_ et non _coupe, coupèle_.

=Courant.=—On doit dire, _le cinq, le six, le dix du courant_. Ici
on ne pourrait pas supprimer l'article, parce que le mot _mois_ est
sous-entendu; c'est comme si l'on disait _le cinq, le six, le dix du
mois courant_.

=Courrier=, s. m., se dit de la totalité des lettres qu'on écrit ou
qu'on reçoit par un seul ordinaire: _lire son courrier, faire son
courrier_.

                                                (BESCHERELLE, POITEVIN).

=Courroie=, lien de cuir, est féminin; n'écrivez pas _corroi_.—Prononcez
_courroî_ et non _courroiïe_.

=Cours=, s. m., flux, course, étude; prononcez _cour_ (_ou_ long) même
devant une voyelle et non _cource_.

2. Ne dites pas: _il donne un cours d'italien; le professeur donne son
cours_; dites, _il fait un cours, il fait son cours_.—Mais on dit,
_donner des leçons_, (quand il s'agit de leçons particulières): voyez
_leçon_.

=Court, e=, adj.—Ne dites pas: _je suis à court d'argent; le
prédicateur est resté à court_; dites, _je suis court d'argent; le
prédicateur est resté court_.

=Coûter.=—Ne dites pas, _coûte qui coûte_, mais, _coûte que coûte_ ou
_quoi qu'il en coûte_; prononcez _coûter_ (_oû_ long) et non _couter_
(_ou_ bref).

2. _Coûter gros_:—_cela doit vous coûter gros, ce n'est pas le
Pérou_, sont des expressions populaires dont il faut éviter l'emploi;
dites, _coûter beaucoup, bel et bon_.

3. Ne dites pas: _les leçons de mon fils me coûtent dans les cent
francs par mois_; dites, _à peu près cent francs par mois; me
reviennent à près de cent francs par mois_. Voyez _cher_.

=Coutil=, s. m., toile forte; prononcez _couti_ et non _coutile_.

=Couturière.=—_Tailleuse_ est un mot provincial qui n'est pas admis
par l'Académie.

=Couvent=, s. m. Ne dites pas: _elle est entrée dans le couvent à 18
ans_, dites, _au couvent_, comme on dit _entrer au service_ pour se
faire soldat. _Entrer dans le couvent_, c'est y aller pour le visiter,
pour y voir quelqu'un.

=Couvert= pour _couvercle_; =Couverte= pour _couverture, malle,
mallette_.—On ne dit point le _couvert_, mais le _couvercle_ d'une
tabatière, d'une cafetière, d'un vase quelconque; on ne dit pas la
_couverte_, mais la _couverture_ d'un lit, d'une chaise, d'un livre (ce
qui sert à couvrir le lit, la chaise, le livre).

2. On ne dit point _la couverte_ d'un écolier, mais _la malle_ et
mieux _la mallette_ pour désigner le sac, ordinairement en cuir, où il
renferme ses livres et ses papiers et qu'il porte suspendu à son dos à
l'aide d'une courroie.

=Couvi=, adjectif, qui ne s'emploie qu'au _masculin_; il se dit, d'un
œuf à demi couvé ou gâté pour avoir été gardé trop longtemps: _un œuf
couvi, des œufs couvis_. Prononcez _couvi_ et non _couvice_.

=Crabe=, poisson qui ressemble à une écrevisse et dont on mange la
chair; ce mot est masculin: _un gros crabe_. Prononcez _crâbe_ (_â_
long).

=Crachat=, s. m., dans le sens de décoration, est de mauvais ton.

=Craie=, s. f.: prononcez _craî_ (_aî_ long) et non _craiïe_.

=Craindre=, v. a.—Ne dites pas: _je crains qu'il tombe_; dites, _je
crains qu'il ne tombe_.

=Crainte.=—Ne dites pas: _je n'irai pas, crainte d'être entraîné_;
dites, _de crainte d'être entraîné_.

=Cran=, s. m., entaille qu'on fait à un corps dur pour accrocher ou
arrêter quelque chose: _craner_, faire un cran.—Ne dites pas _crain,
crèner_.

=Crâne=, s. m., tapageur, homme qui fait le rodomont: _c'est un crâne,
faire le crâne_; on l'emploie quelquefois adjectivement: _il est crâne,
il a l'air crâne_: ce mot est très-familier. (Acad.) C'est à tort que
les wallons donnent à ce mot d'autres acceptions.

2. _Crane_ (mot wallon), se rend par _robinet_ (et non _robin_.)

=Crapaud.=—Dans certaines localités, on a assez l'habitude de donner
aux enfants le nom de ce sale animal; il faut employer un des mots
suivants: _marmot, mioche, marmouset_, etc.

=Crapule=, s. f., débauche, habitude grossière, excès dans le boire et
le manger; il se dit quelquefois et par extension de ceux qui vivent
dans la crapule: _n'allez pas avec ces libertins, c'est de la crapule_.
(Acad.) Mais ce mot ne peut pas s'employer pour _petit peuple, lie du
peuple, populace, gens sans éducation, gens de rien_.

=Craque=, _craquer, craqueur, craquerie_, menterie, se vanter, hâbler,
hâbleur, hâblerie; ces mots, à l'exception de _craquer_, figurent dans
le dictionnaire de l'Académie, mais ils sont de mauvais goût.

=Crasser, se Crasser=, figurent dans les dictionnaires; mais _crasser_
se dit surtout des armes à feu; vous direz donc: _cet enfant encrasse
ses habits_, plutôt que, _... crasse..._

=Crasseux=, pour _ladre, très-avare_, est familier; _crasserie_,
avarice sordide, n'est pas français; dites, _crasse_ et mieux
_ladrerie_.

=Créancier, Débiteur.=—Le _créancier_ est celui à qui on doit;—_le
débiteur_ est celui qui doit.

=Créer=, v. a.—Prononcez _cré-er_ et non _cré-ier_; prononcez de
même _créateur, créature, création; agréable, agréer, fléau, géant,
Gédéon, néant, Léopold, Napoléon, récréer, réel, réellement, suppléer,
théâtre_, etc.

=Crème=, s. f.: voyez _chrême_.

=Crémer, Écrémer.=—_Crémer_ est un verbe neutre et signifie se
couvrir de crème; il ne se dit que du lait: _en été le lait crème plus
qu'en hiver_. _Écrémer_ est un verbe actif qui signifie ôter la crème
de dessus le lait: _allez écrémer le lait, du lait_.

=Crêpe=, subst., est masculin et féminin; il est masculin, lorsqu'il
signifie un morceau d'étoffe noire et claire qu'on porte en signe de
deuil: _il porte un crêpe à son chapeau_. Il est féminin, lorsqu'il
signifie une pâte qu'on fait cuire en l'étendant sur la poêle; il
correspond assez bien au mot wallon _bouquette_ et au mot flamand
_struif_.

=Crésane= ou =Creusane=, espèce de poire; dites _crassane_ et non
_creusane_ ni _crésane_.

=Cresson à la noix=, n'est pas français; dites, _cresson alénois_.

=Crête= (_de_), c'est-à-dire, sur le côté le moins large, n'est pas
français; dites _de champ_: _mettre de champ, poser de champ des
briques, des pierres, des solives_.

=Crétin=, s. m., habitant goîtreux des Alpes, sourd, muet et idiot,
et au figuré, homme stupide; ce mot n'a pas de féminin; écrivez et
prononcez _crétin, crétinisme_ et non _cretin, cretinisme_ ni _crètin,
crètinisme_.

=Crever=, v. neutre, signifie parfois _mourir_; en ce sens il ne se dit
que des animaux: _ce chien avala du poison et il en creva_. (Acad.)

=Cric=, s. m., machine à lever; prononcez _cri_.

=Cric-Crac=, interj., bruit d'une fracture: prononcez _crike-crake_.

=Crier=, terme générique dont on se sert pour exprimer le cri
particulier de chaque animal; il est ridicule de dire: _ce chien, ce
chat, ces grenouilles, ces corbeaux ne font que crier_: les animaux ont
chacun un cri particulier, et ce cri a un terme propre qui le désigne
et qu'il importe de bien connaître.

2. _Crier après quelqu'un_; dites, _appeler quelqu'un_.

3. Ne dites pas: _mon professeur m'a crié_; dites, _... grondé,
réprimandé_.

4. _Crier sur quelqu'un_; on dit: _crier contre quelqu'un_.—Prononcez
_cri-er_ et non _cri-ier_.

=Croc=, s. m., instrument pour accrocher: prononcez _crô_; communément
le _c_ final ne se prononce point (Acad.);—_croc-en-jambe_, tour de
lutte; prononcez _crokanjambe_.—Voyez _c final_.

=Croche-pied=: voyez _cloche-pied_.

=Croire=, v. a.—Ne dites pas: _ne croyez pas à cet homme, il vous
trompe_; dites, _ne croyez pas cet homme_; _croire à quelqu'un_, c'est
croire à son existence: _croire aux revenants_.

2. Ne dites pas: _j'ai n'y crois rien_; dites, _je n'en crois rien_.

3. Ne dites pas: _j'ai cru être malade_; mais, _j'ai pensé, j'ai failli
être malade_.

=Croisée, Fenêtre.=—L'Académie définit ainsi le mot _croisée_:
fenêtre, ouverture qu'on laisse dans le mur d'un bâtiment pour donner
du jour à l'intérieur et qui est quelquefois divisée par un montant et
par une ou plusieurs traverses.—Il se prend aussi pour le châssis
vitré (la fenêtre proprement dite) qui sert à fermer cette ouverture.
Les gens de bonne compagnie disent toujours _fenêtre_, à moins qu'ils
ne veuillent parler d'une ancienne espèce de fenêtre à montants et à
traverses en maçonnerie ou en bois.

=Croître=, v. n.—Écrivez _je croîs, tu croîs, il croît_ (accent
circonfl. pour distinguer ces personnes des personnes correspondantes
du prés. de l'ind. de _croire_); _nous croissons_, etc.; passé déf.,
_je crûs, tu crûs, il crût_, (nous crûmes, vous crûtes), _ils crûrent_
(accent circ. pour la même raison); fut., _je croîtrai, tu croîtras_,
etc. (accent circ. à toutes les personnes de même qu'au cond.); _je
croîtrais_, etc.; part. passé, _crû, crûe_.

=Croix=, s. f.—Ne dites pas _faire une croix_, pour _faire le signe
de la croix_; voyez _pile_.

=Crolle=, ne se trouve pas dans les dictionnaires; il faut dire,
_boucle, anneau, cheveux frisés_: _une boucle de cheveux; friser à
boucles; être frisé par anneaux_.—_Croller_ n'est pas français non
plus; dites, _boucler, friser, crêper_.

2. _Crolle_ ne s'emploie pas non plus pour _copeau_ (éclat, morceau de
bois que la hache, le rabot, etc., font tomber du bois): _gros copeaux,
menus copeaux; brûler des copeaux_; le mot _crolle_, dans cette
acception, est flamand.

=Cron= ou =Cromp=, pour _tortu, courbé, arqué, voûté, de travers_
et _crombain_, pour _bancal, bancroche_, ne sont pas français, mais
flamands.

=Croque-noix, Croque-noisettes=, ne sont pas français; dites,
_casse-noix, casse-noisettes_.

=Croquer=, v. a., ne s'emploie pas dans le sens d'_offenser_, de
_piquer, piquer au vif_.

=Croup=, s. m., maladie, espèce d'angine; prononcez _croupe_.

=Croustillant.=—Ne dites pas: _cette pâtisserie est croustillante_;
dites, _est croquante_.

2. N'employez pas non plus ce mot pour _plaisant, drôle_: _des contes
croustillants_; dites, _croustilleux_; ce dernier mot est familier et
signifie plaisant, libre, graveleux. (Acad.)

=Croûte=, s. f., en style d'atelier, se dit des tableaux sans valeur:
_ce peintre ne fait que des croûtes_.—Mais il ne s'applique pas aux
personnes; ne dites donc pas: _ce peintre n'est qu'une croûte_.

=Cru=, s. m., terroir où quelque chose croît; il n'est guère usité
qu'en parlant des produits agricoles et surtout du vin: _ces foins, ces
denrées sont de mon cru; du vin de mon cru, de son cru, de votre cru;
ce vin-là est d'un bon cru_.—_Vin du cru_ se dit du vin fait avec le
raisin recueilli dans l'endroit même où on le consomme: _nous voulûmes
goûter du vin du cru; il faut se défier du vin du cru_; on peut dire
également _du vin du pays_ (et non _de pays_).

=Crucifix=, s. m.; prononcez _crucifi_ et non _crus'fi_.

=Cruel, elle, Cruauté=; prononcez _cru-el, cru-auté_ et non _cru-wel,
cru-wauté_.

2. _Un cruel enfant_ est un enfant insupportable; _un enfant cruel_ est
un enfant porté à la cruauté.

=Ct.=—Ces deux consonnes finales se prononcent dans _tact, exact,
contact, correct, direct, infect, abject, strict_; mais il y a
exception pour _amict, district_ et pour toutes les terminaisons
_pect_, tels que _respect, aspect, suspect, circonspect_, etc.;
prononcez _ami, distrik, respèk, aspèk, suspèk_, etc.—Bien qu'on
entende souvent dire _respè, aspè, suspè_, pour _respèk_, etc., cette
prononciation n'est pas généralement admise par les grammairiens.
(HENNEBERT.)

=Cueillir=, v. a., détacher de la tige; ne dites pas, _cueiller_;
prononcez _keuillir_.

=Cuiller=, s. _féminin_; on prononce et quelques-uns écrivent
_cuillère_. (Acad.)

=Cuire=, v. a.—On _cuit_ les aliments et l'on fait _bouillir_ les
liquides; ne dites donc pas _l'eau est cuite; faites cuire le lait_;
dites, _l'eau a bouilli, est bouillante; faites bouillir le lait_.

=Cul=, s. m., derrière d'une charrette, d'un tombereau: _mettez cela
au cul de la charrette; mettre une charrette à cul_ (les timons en
l'air).—On ne prononce point l'_l_ et quelques-uns la suppriment dans
l'écriture; prononcez de même _cul-de-jatte_ (estropié), _cul-de-lampe_
(ornement d'architecture), _cul-de-sac_ (impasse).

2. _Cul de chandelle_ pour _bout de chandelle_ et _hochecul_ pour
_hochequeue_ (oiseau), ne sont pas français: _hochequeue_ est masculin.

=Culotte.=—On peut dire indifféremment _une culotte, des culottes,
une paire de culottes_; il n'en est pas de même du mot _pantalon_, qui
dans ce sens ne s'emploie qu'au singulier: _j'ai mis un pantalon neuf_
et non, _des pantalons neufs_.

=Cumulet=, n'est pas français dans le sens de _culbute_; dites donc,
_faire des culbutes_ et non, _des cumulets_.

=Curée=, dans le sens de _charogne_, n'est pas français.

=Curer, Écurer.=—_Curer_, c'est nettoyer quelque chose de creux:
_curer un fossé, un égoût, un étang_, etc.—_Écurer_, c'est
nettoyer avec du sablon ou quelque chose de semblable: _écurer la
vaissette_.—Voyez _récureur_.

=Curieux.=—Ne dites pas: _il est si curieux pour sa toilette, pour
les livres_; dites, _il a tant de soin de sa toilette; il aime tant les
livres_.

Ne dites pas: _je suis curieux comment cela tournera_; dites, _je suis
curieux de voir, de savoir comment cela tournera_.

=Cutée= ou =Cuitée=, la quantité de pains qu'on fait cuire à la
fois dans un four; ces mots ne sont pas français; dites, _cuite_ ou
_fournée_.

=Cutter=, s. m., petit navire de guerre; on prononce et plusieurs
écrivent _cotré_.

=Cuvelle=, n'est pas français; dites, _cuve, cuvier, cuveau,
cuvette_.—La _cuve_ est un vaisseau de grande dimension; le _cuvier_,
est la cuve où l'on fait la lessive; le _cuveau_, est une petite cuve;
la _cuvette_, est un vase dont on se sert pour se laver les mains;
prononcez _cuve_ et non _cufe_.

=Czar=, souverain, _Czarine_, impératrice de Russie; prononcez _Czar,
Czarine_; quelques-uns écrivent et disent, _tzar_. (Acad.)



  D


=D.=—C'est à tort que l'on prononce souvent le _d_ des syllabes
en _de_ comme un _t_: _timite, timitement, raite, ronte, corte,
humite, Enéite_, au lieu de _timi-de, timi-de-ment, rai-de, ron-de,
cor-de, humi-de, Enéi-de_. Cependant à la fin d'un adjectif, suivi
immédiatement de son substantif commençant par une voyelle ou une _h_
muette, _d_ a le son de _t_: _un grand ignorant, la grande armée_;
prononcez _gran-t-ignorant, la gran-te-armée_. Il en est de même,
lorsque cette lettre est à la fin d'un verbe suivi de _il, elle_:
_répond-il, entend-elle_? (_répon-t-il, enten-t-elle_.)

2. On ne prononce pas le _d_ final dans les adjectifs qui ne sont
pas suivis immédiatement de leur substantif. _Un abîme profond
effraie_ (_profon effraie_). On ne le prononce pas non plus dans les
substantifs, même lorsqu'ils sont suivis de leur adjectif: on dira
donc _un froid_ (_froi_) _excessif_, _un bord_ (_bor_) _escarpé_, sans
aucune liaison. Mais il faut excepter le _d_ final dans les locutions
suivantes: _de pied en cap, de fond en comble_, où le _d_ prend le son
de _t_.

3. Prononcez les deux _d_ dans _addition, additionnel, additionner,
adducteur, adduction_ et _reddition_.

4. _D'à moi, d'à toi, d'à lui_, etc.; les personnes peu instruites
disent seules: _ce livre est d'à moi, d'à toi, d'à lui_, etc.; il faut
dire, _ce livre est à moi, à toi, à lui_, etc.

=D'abord que=, ne peut pas s'employer pour, _puisque_ ou _aussitôt
que_; ne dites donc pas: _d'abord que je suis innocent, je ne dois pas
être puni; d'abord que vous aurez fini vos devoirs, vous apprendez vos
leçons_; dites, _puisque je suis innocent...; aussitôt, dès que vous
aurez fini vos devoirs..._ (Wall.)

=Dada=, est un terme enfantin qui signifie _cheval_; mais il ne faut
pas le confondre avec _dadais, dandin_, qui veulent dire _niais_:
_c'est un grand dadais, un vrai dandin_.

=Dahlia=, s. m., plante d'ornement; prononcez _dalia_.

=Daigner=, ne doit jamais être suivi de la préposition _de_; ainsi ne
dites pas: _daignez de m'accorder votre protection_, mais, _daignez
m'accorder..._—Prononcez _dai-gner_ et non _dai-gne-ner_; il en est
de même de _dédaigner, enseigner_, etc. Voyez _gne_.

=Daim=, s. m., bête fauve qui tient le milieu entre le cerf et le
chevreuil; la femelle s'appelle _daine_, que l'on prononce _dine_.

=Daler, Thaler, Taler=, s. m., monnaie d'Allemagne; prononcez _dalère,
thalère, talère_; on dit plus souvent _thaler_ que _taler_ ou _daler_.

=Damas=, ville de Syrie; prononcez _Damâce_; _damas_, s. m., étoffe,
fruit, acier; prononcez _damâ_.

=Dame=: voyez _monsieur_ et _époux_.

=Damner, Damnation, Damnable=; prononcez _dâner, dânation, dânable_, en
supprimant l'_m_ et en allongeant l'_a_: voyez _condamner_.

=Danger.=—Ne dites pas: _il n'y a pas de danger que j'aille jouer,
car mes parents me l'ont défendu_; dites, _je me garderai bien; je n'ai
garde; je ne veux pas aller jouer_;—_ne pouvoir mal_, dans ce sens,
est également un wallonisme.

=Dangereux= et _dangereusement_, employés pour _probable,
vraisemblable_ et _probablement_, _vraisemblablement, apparemment_,
sont de véritables barbarismes. Ainsi ne dites pas: _cela est
bien dangereux; cela arrivera dangereusement demain_; mais dites,
_cela est bien probable, vraisemblable; cela arrivera probablement,
vraisemblablement demain_—Prononcez _danj'reux_ et non _danchereux_
ni _dangéreux, dangèreux_; item, _dangereusement_.

=Dank.=—C'est une expression qu'il faut laisser aux flamands, puisque
nous pouvons dire _merci_.

=Dans.=—Ne dites pas: _j'ai beaucoup voyagé dans les flamands, dans
les wallons_; dites, _chez les flamands, chez les wallons_, ou _dans le
pays flamand, dans le pays wallon_.

2. Ne dites pas: _je vais m'asseoir dans le soleil; je me promène dans
le soleil; il est agréable de se réchauffer dans le soleil_; mais
dites, _je vais m'asseoir au soleil; je me promène au soleil; il est
agréable de se réchauffer au soleil_.

3. Ne dites pas: _je suis dans un grand mal de tête_; dites, _j'ai un
grand mal de tête_.

4. Ne dites pas: _s'il était dans mon pouvoir_ ou _dans ma puissance
de vous rendre service_; mais dites, _s'il était en mon pouvoir, en ma
puissance..._

5. Ne dites pas: _il a fait ce voyage dans deux heures_; dites, _en
deux heures_.

6. Ne dites pas: _il y a dans les quarante ans_; dites, _il y a à peu
près_ ou _environ quarante ans_. (Wall.)

7. Ne dites pas: _cela coûte dans les trois cents francs_; dites,
_environ, à peu près trois cents francs_. (Wall.)

8. Ne dites pas: _je me trouvais dans la place Saint-Lambert_; dites,
_sur la place..._ (Fland.)

9. Ne dites pas: _j'étais dans la fenêtre, dans la pluie_; dites, _à la
fenêtre, à la pluie_; on dit, _se tenir, se mettre à la fenêtre, à la
pluie, au vent_.

10. Ne dites pas: _je serai, j'irai dans l'hôtel d'Angleterre à 4
heures_; dites, _à l'hôtel d'Angleterre..._

11. Ne dites pas: _l'un dans l'autre_; mais, _l'un portant l'autre_:
_les différents vols qu'on m'a faits, m'ont causé, l'un portant
l'autre, une perte de mille francs_. (Wall.)

=Dante=, célèbre poète italien, auteur de la _Divine Comédie_: on dit
_Dante_, et non _le Dante_; mais on dit _le Tasse_ et non _Tasse_.

=Dartre=, s. f., maladie de peau; écrivez et prononcez _dar-tre_, et
non _dar-te_ ni _dar-tère_.

=Date= (époque), _dater, datif_.—Gardez-vous bien de marquer l'_a_
d'un accent circonflexe: _une vieille date_ (et non _dâte_); _ce décret
est daté de telle ville_ (et non _dâté_). On prononce pourtant _dâte_,
(_â_ long).—Ne confondez pas _date, époque_, avec _datte_, fruit du
_dattier_.

=Davantage=, adv. (et non d'avantage), s'emploie toujours sans
complément; ainsi on ne dira pas: _il a davantage de livres; il en a
davantage que son frère_; mais il faudra dire: _il a plus de livres; il
en a plus que son frère_.

2. Il ne faut pas le confondre avec _plus_: celui-ci s'emploie pour
exprimer directement une comparaison: _votre sœur est plus âgée
que vous_; mais on dira fort bien: _elle a vingt ans, vous en avez
davantage_. _Davantage_ ne doit pas non plus être suivi d'un adjectif;
on ne doit pas dire: _il est davantage âgé, davantage estimé_; il faut
dire _plus âgé, plus estimé_.

3. Les grammairiens prétendent que _davantage_ ne doit jamais être
suivi de la préposition _de_ ni de la conjonction _que_. Cette
règle est vraie, si _de_ ou _que_ forment, avec ce qui les suit, un
_complément_ de l'adverbe _davantage_: _il a davantage de livres;
il en a davantage que son frère_. Mais si _de_ ou _que_ et les mots
qui suivent, sont un complément du _verbe_ de la proposition, il n'y
a point de faute à les placer après _davantage_. Ainsi la phrase
suivante est correcte: _ne nous étonnons donc pas et ne nous effrayons
pas davantage des reproches que nous avons encourus_: dans cette
phrase, _des reproches_ sont le complément des verbes _étonnons_ et
_effrayons_.

4. Les bons grammairiens condamnent l'emploi de _davantage_ dans le
sens de _le plus_; ne dites donc pas: _de tous les jeux celui des
barres est celui qui me plaît davantage_: dites _le plus_. En général,
_davantage_ ne doit se placer que là où le sens permet l'emploi des
locutions équivalentes à _de plus, en outre, de surcroît_ et toutes
les fois qu'il n'a pas de complément.—Voyez SOULICE et SARDOU,
_Dictionnaire_, etc.

=De=, syllabe muette, dans le corps ou au commencement d'un mot;
doit se prononcer _de_ et non _ne_: _command'-ment, man-d'-ment,
ma-d'-moiselle, len-d'-main, je lui ai d'-mandé; panier d'-noix_, etc.,
et non _comman-n'-ment, man-n'-ment, ma-n'-moiselle, len-n'main; je lui
ai n'-mandé; panier n'noix_, à moins toutefois qu'on ne veuille faire
sentir l'_e_ de _de_ et prononcer: _comman-de-ment, ma-de-moiselle; je
lui ai de-mandé, j'irai de-main, lendemain_, etc.—Prononcez de même
_ad-mettre, ad-ministrer, ad-mission, ad-ministration_, etc.

2. Ne dites pas: _j'ai rêvé de la nuit, du jour_, dites: _j'ai rêvé la
nuit, le jour_.

3. Faut-il dire: _quel est le plus habile de cet homme-ci ou de
celui-là?_ ou bien: _quel est le plus habile, cet homme-ci ou
celui-là?_ L'Académie adopte la première orthographe; elle ne partage
donc pas l'opinion des grammairiens qui suppriment _de_.

4. Dites: _le livre de mon frère, la maison de mon cousin_, et non, _le
livre à mon frère_ ou _d'à mon frère_; _la maison à mon cousin_ ou _d'à
mon cousin_.

5. On dit, _le deux janvier, le trois février_, etc., et _le deux de
janvier, le trois de février_, etc. (Acad.) Cependant la première
manière de s'exprimer nous paraît plus usitée.

6. Ne dites pas: _il est le quart de huit heures_; dites, _il est huit
heures moins un quart_. Voyez _quart_.

7. Ne dites pas: _mon frère est le 5e de 36 dans sa classe_; dites,
_... sur 36..._

8. Ne dites pas: _d'un coup de massue il cassa la tête de son ami_;
dites, _il cassa la tête à son ami_.

9. Ne dites pas: _cela ne me fait de rien, ne m'est de rien_; dites,
_cela ne me fait rien, ne m'est rien_.

10. Ne dites pas: _j'y penserai de la nuit, j'y travaillerai du matin,
du jour_; dites, _... pendant la nuit, dans la matinée, pendant la
journée_.

11. La particule _de_, devant les noms propres de noblesse, s'écrit
avec un petit _d_ et non avec le _D_ majuscule: _de Montmorency, de
Ligne, d'Oultremont, d'Orléans_. On écrit _De_ avec une majuscule,
lorsque ces noms ne sont pas nobles, alors même qu'on sépare la
particule du nom.

12. Après les verbes _espérer, souhaiter, désirer_, on peut exprimer
ou sous-entendre la préposition _de_ devant l'infinitif: _j'espère
réussir_ ou _de réussir_; _je désire aller_ ou _d'aller avec vous_,
etc.—_Compter_, dans le sens de, _se proposer, croire_, ne prend
point la préposition _de_ devant un infinitif; ainsi vous direz: _il
compte partir demain_ et non _de partir_. (Acad.)

13. Dans la conversation et le style familier, _de_ se supprime souvent
après les prépositions _hors, près, vis-à-vis_, lorsqu'elles sont
suivies d'un nom de chose: _il est logé hors la barrière, il demeure
près la porte Saint-Antoine, vis-à-vis l'église_. (Acad.) Mais devant
un nom de personne ou un pronom, on doit employer _de_: _il était près
de Paul, vis-à-vis de vous_, et non _près Paul, vis-à-vis vous_.

14. L'emploi de la préposition _de_ est vicieux dans cette phrase: _la
moitié de huit est de quatre_; dites, _est quatre_.

15. On peut exprimer ou sous-entendre la préposition _de_ devant un
infinitif après _c'est... que, mieux... que, plutôt que_: ainsi vous
pouvez dire: _c'est quelque chose que faire_ ou _que de faire un beau
rêve_; _il vaut mieux étudier que de_ ou _que jouer_; _plutôt que de_
ou _que m'exposer à une correction, je préfère faire mes devoirs_.
Néanmoins l'usage général est d'exprimer la préposition _de_.

16. _Il ne fait que sortir_, signifie, il sort à chaque instant; _il ne
fait que de sortir_, veut dire, il vient de sortir.

17. L'usage permet également de dire: _on dirait un fou_, et _on dirait
d'un fou_.

18. Ne dites pas: _si j'étais toi, si j'étais lui, si j'étais vous; si
j'étais à la place de_, etc., _je ferais telle chose_; mais dites, _si
j'étais que de toi, de lui_, etc., et mieux, _si j'étais de toi, de
lui_, etc.

19. On emploie ordinairement la préposition _de_, devant un participe
passé précédé d'un adjectif numéral ou d'un nom collectif; on dit: _il
y eut cent hommes de tués et un grand nombre de femmes de blessées_,
plutôt que: _il y eut cent hommes tués et un grand nombre de femmes
blessées_;—mais on doit la supprimer devant un adjectif qualificatif:
_dans cette ville il n'y a pas quatre monuments remarquables_.
Cependant lorsque le nom qui précède le participe ou l'adjectif, est
représenté par le pronom _en_, on exprime la préposition: _sur mille
hommes, il y en eut cent de tués; parmi tant de monuments, il n'y en a
pas un de remarquable_.

=Débâcle=, rupture et descente de glaces, est féminin; prononcez
_débâ-cle_.

=Déballer.=—Ne dites pas: _ce marchand est déballé à l'hôtel
de l'Europe_; dites, _... a déballé_, car il n'a déballé que ses
marchandises, et il ne s'est pas déballé lui-même.

=Débine=, s. f.—_Être dans la débine_, c'est-à-dire, dans la gêne;
cette expression est triviale et même tout-à-fait populaire. Voyez
_blaguer_.

=Débiser.=—Ne dites pas: _j'ai les mains et les lèvres toutes
débisées_; dites, _toutes gercées par la bise, par la gelée, par le
froid; le froid gerce les lèvres, les mains_.

=Débit=, s. m., vente, trafic; le _t_ ne se prononce pas.—Ne dites
pas: _vendre en gros et en débit_; dites, _... en détail_.

=Débiteur=, qui doit, fait au féminin _débitrice_.

=Débours=, argent qu'on a avancé pour le compte de quelqu'un; ce mot a
vieilli; dites _déboursés_ (au plur.) et non _débourses_. (Acad.)

=Décaméron=, s. m., ouvrage contenant le récit des événements de dix
jours; prononcez _décamérone_.

=Décanat, Doyenné.=—Le _décanat_ est la dignité du doyen: _ce curé a
été promu à un décanat_. Le _doyenné_ est le pays qui ressortit à un
doyen: _le doyenné de Sprimont se compose de vingt paroisses_.

=Décéder=, v. n., prend le verbe _être_ dans ses temps composés. Ce
mot n'est guère usité, dit l'Académie, qu'en termes de jurisprudence
et d'administration, et en parlant des personnes; il s'emploie aussi
au participe passé dans les inscriptions; dans tout autre cas on se
sert du verbe _mourir_. Ces observations s'appliquent également au
substantif _décès_.

=Décemment=, adv., d'une manière décente; prononcez _déçaman_;
prononcez de même, _apparemment, prudemment, négligemment_.

=Décemvir=, s. m., l'un des dix magistrats de Rome; prononcez
_décèm'vir, décèm'virat_.

=Décennal=, adj., qui dure dix ans: prononcez _décèn'nal_.

=Décesser=, n'est plus en usage; il faut dire _cesser, discontinuer_.

=Décider=, devant un infinitif, demande la préposition _à_: _cette
raison m'a décidé à partir_ (et non _de_ partir); _je me suis décidé
à rester_. Cependant lorsqu'il signifie, prendre une résolution,
déterminer ce que l'on doit faire, il prend _de_: _nous nous décidâmes
de partir sur-le-champ_.

=Décime= (pièce de dix centimes), _centime, cents_, sont _masculins_:
_un décime, un centime, un cents_. Voyez _centime_ et _cents_.

=Déclicher=, est un mot wallon: dites, _lever la clenche, le loquet_.

=Décombres=, débris, est un substantif _masculin_ pluriel sans
singulier: _il faut faire enlever ces décombres_.

=Décommander=, révoquer un ordre, n'est pas français; dites
_contremander_.

=Décorum=, s. m., bienséance; il n'est guère usité que dans ces
phrases: _garder, observer le décorum_, garder les bienséances;
_blesser le décorum_, choquer les bienséances; prononcez _décorome_; il
n'a point de pluriel.

=Découcher= (_se_), n'est pas français; dites _se lever_.—_Découcher_,
v. n. et a., signifie, coucher hors de chez soi, ou être cause que
quelqu'un quitte le lit où il couche: _depuis huit jours, il a découché
trois fois; le maître de la maison m'avait offert son lit, mais je n'ai
pas voulu le découcher_.

=Décrémer= le lait, ôter la crème de dessus le lait; ce mot n'est pas
français; il faut dire _écrémer_. Voyez _chrême_ et _crémer_.

=Décret=, s. m., loi, ordonnance; prononcez _décrè_ et non _decrè_.

=Décrottoir=, s. m., est une lame de fer destinée à décrotter la
chaussure; _décrottoire_, s. féminin, est une brosse ronde pour
décrotter la chaussure.

=Dedans=, adv. de lieu, ne prend pas de complément; ainsi ne dites pas,
_dedans la maison, dedans ma chambre_, mais, _dans la maison, dans ma
chambre_.

2. _Donner dedans_, c'est se laisser tromper comme un sot; _mettre
quelqu'un dedans_, c'est le tromper: ces locutions sont populaires.
(Acad.)

=Défaufiler= et =Défiler=, (défaire un tissu fil à fil) ne sont pas
français; dites _éfaufiler_ et _effiler_.

=Déficeler=, ôter la ficelle, n'est pas français.

=Déficit=, s. m., ce qui manque; prononcez _déficite_. Quoique
l'Académie dise qu'il est invariable au pluriel, nous pensons que
_déficit_, qui a un accent sur l'_e_, est un mot tout-à-fait français,
et qu'il doit par conséquent être soumis aux règles de la grammaire;
ainsi nous écririons plutôt _des déficits_, avec une _s_ que sans _s_.

=Défier=, v. actif: _je l'en défie_ et non, _je lui en défie_.

=Définitive= (=en=), loc. adv., en résumé; ne dites pas et ne prononcez
pas _en définitif_.

=Dégommer=, v. a., dans le sens de destituer, ruiner, déconsidérer, est
français, mais il est populaire.

=Dégouttant=, signifie qui dégoutte: _ce linge n'est pas sec, il est
encore tout dégouttant_. Ne confondez pas ce mot avec _dégoûtant_, qui
donne du dégoût: _malpropreté dégoûtante_; prononcez _oû_ long dans
_dégoûtant_ et _ou_ bref dans _dégouttant_.

=Dégrafer=, détacher une agrafe; ne dites pas _désagrafer_.

=Dégriffer=, n'est pas français; c'est _égratigner_ qu'il faut dire.

=Déguisé.=—Ce mot ne s'emploie pas comme substantif; ne dites donc
pas: _j'ai vu plus de trente déguisés pendant le carnaval_; dites,
_plus de trente masques_.

2. Ne dites pas: _la petite vérole l'a déguisé_; dites, _l'a
défiguré_.—_Déguiser_ signifie masquer, travestir.

=Déhonté=, adj., éhonté; ce mot, rejeté par quelques grammairiens, est
admis par l'Académie: _un homme déhonté, une femme déhontée_.

=Dehors=, adv. de lieu, opposé à _dedans_, comme _hors_ est opposé à
_dans_; _dehors_ doit toujours être employé sans complément: _restez
dedans, j'irai dehors_.

2. Il est ridicule de mettre _dehors_ après les verbes _boire, aller,
tomber_, etc.; ainsi ne dites pas: _buvez votre verre dehors; le feu va
dehors; la bouteille est dehors_; dites tout simplement, _buvez, videz
votre verre; le feu s'éteint; la bouteille est vide_.

3. Ne dites pas non plus: _je sais ma leçon dehors_; dites, _je sais ma
leçon par cœur_. (Fland.)

4. Ne dites pas: _quelques historiens racontent qu'il tomba autrefois
des pluies de sang dehors le ciel_; dites, _qu'il tomba du ciel..._
(Fland.)

5. Ne dites pas: _on a sonné dehors que le pain est baissé_; dites, _on
a annoncé au son de la clochette que..._ (Fland.)

6. Ne dites pas: _il m'a donné cela dehors; j'ai eu ma carte dehors_
(t. de jeu de cartes); dites, _il m'a donné cela; j'ai eu ma carte_ (en
retranchant _dehors_). (Fland.)—Prononcez _dehors_ et non _déhors_.

=Déjà=, adv.: prononcez _déjà_ (_é_ fermé) et non _dejà_ ni _dèjà_.

_Déjeter_.—Ce verbe ne s'emploie que pronominalement et signifie
se courber, se contourner: _le bois de cette table s'est déjeté; sa
colonne vertébrale s'est un peu déjetée_.

2. Mais il ne faut pas l'employer dans le sens de bouleverser,
déranger, mettre en désordre, bousculer, agiter, secouer: _bouleverser
tout dans une chambre; on a bousculé mes livres; nous fûmes
horriblement bousculés dans la foule_. _Se déjeter_ ne doit pas non
plus s'employer au lieu de, _se débattre, s'agiter_: _se débattre comme
un possédé; un oiseau qui se débat quand on le tient; ce malade s'agite
continuellement_.—Prononcez _déj'ter_ et non _déch'ter_.

=Déjeuner, Dîner, Souper, Goûter.=—Ces verbes veulent la préposition
_de_ devant le nom de la chose dont on déjeune, dîne, soupe, etc.:
_déjeuner de chocolat, dîner de cotelettes, souper de fruits_.
Cependant on peut aussi employer _avec_: _il déjeune tous les matins
avec du chocolat; déjeuner avec du beurre et des radis_. (Acad. aux
mots _matin_ et _radis_.) Nous ferons remarquer du reste que de bons
écrivains n'ont pas craint de dire _déjeuner avec_, etc., devant le nom
de la chose mangée.

2. Il est à remarquer que l'_u_ de _déjeuner_, s. ou v., n'est pas
marqué d'un accent circonflexe, quoiqu'il soit formé de la particule
_de_ et du verbe _jeûner_. Prononcez _déjeuner_ et non _d'jeuner_.

=Délabrement=, s. m., état délabré; l'_a_ est long de même que dans
_encadrement_ et dans tous les autres mots où se retrouvent les
syllabes _abre, adre, avre_. Voyez _abre_.

=Délibérer=, v. a.—Ne dites pas: _ce soldat est délibéré du service_;
dites, _est quitte, délivré, libéré du service_.

=Délice= et =Orgue= sont masculins au singulier et féminins au pluriel:
_un grand délice, de grandes délices; un bon orgue, de bonnes orgues_.
Cependant ils sont masculins au pluriel lorsque dans une même phrase,
ils s'emploient au singulier et au pluriel: _un de mes plus grands
délices était d'étudier; cet orgue est un des meilleurs que j'aie
entendus et un des plus beaux que j'aie jamais vus_.

=Déloger= et =Découcher.=—_Déloger_ signifie quitter le logement,
décamper; _découcher_ veut dire, coucher hors de chez soi: _il déloge à
la fin du mois; je vous ferai bien déloger de là; depuis huit jours il
a découché trois fois_. Voyez _découcher_.

=Demain.=—On peut dire _demain au matin et demain matin_; mais cette
dernière locution est préférable. (Acad.)

=Demander=, v. a.—_Demander excuse_ est une expression incorrecte;
dites, _je vous fais, je vous offre, je vous présente mes excuses_.

2. Ne dites pas: _mon maître vous demande de venir_; dites, _vous prie
de venir_ ou _d'aller le trouver_.

3. Ne dites pas: _demander après quelqu'un_ ou _après quelque chose_;
mais, _demander quelqu'un, demander quelque chose_.

4. Après _demander_, il faut _que_ et non _à ce que_: _je demande qu'on
répare mon honneur_, et non, _à ce qu'on répare...._

5. _Demander_, suivi d'un infinitif, régit les prépositions _à_ et
_de_, suivant le sens: la prép. _à_, lorsque l'action, exprimée par
chacun des deux verbes est faite par la même personne: _il demande à
entrer; Philoclès demanda au roi à se retirer_.—La prép. _de_, dans
le cas contraire: _je vous demande de m'écouter_.

=Déméfier= (=se=), barb.; dites, _se défier_ ou _se méfier_.

=Démêler=, v. a.—On ne dit pas, _démêler les cartes_, mais, _mêler_
ou _battre les cartes_.

=Demeurer=, prend _avoir_ quand il signifie: 1º _habiter_: _il a
demeuré trois ans à Bruxelles; il demeure dans telle rue_ (plutôt
que, _il reste_); 2º _tarder_: _il a demeuré longtemps en chemin_; 3º
_employer plus ou moins de temps à quelque chose_: _il n'a demeuré
qu'une heure à faire cela_.—_Rester_ prend également _avoir_ dans le
sens de _séjourner_: _il a resté deux jours à Lyon_. (Acad.) Dans tout
autre sens, _demeurer_ et _rester_ prennent l'auxiliaire _être_: _il
est demeuré, il est resté mille hommes sur la place; elle est demeurée,
elle est restée court, seule, veuve_, etc.

=Demi, ie=, placé devant un substantif, reste invariable: _une
demi-heure, des demi bouteilles_; il reste également invariable
lorsqu'il entre dans la composition d'un mot: _des demi-heures, des
demi-lunes, des demi-tons, des demi-dieux, des demi-frères_.—Placé
après son substantif, il en prend le genre, mais il s'écrit toujours au
singulier: _deux kilo et demi, deux livres et demie_.—_Demi, demie_
s'emploient substantivement, le premier pour désigner _une moitié
d'unité_, le second pour signifier _demi-heure_: _quatre demis valent
deux unités; cette pendule sonne les heures et les demies_. (Acad.)
Prononcez _demi_ et non _démi_ ni _dèmi_.

2. _Deux heures et demie, deux heures et un quart_; ne faites pas la
liaison de l'_s_ finale du mot _heures_ avec le mot suivant. Voyez
_liaisons affectées_.

=Demi-frère=, s. m., celui qui n'est frère que du côté paternel ou du
côté maternel; les expressions _frère germain, frère consanguin_ et
_frère utérin_ ne sont guère usitées qu'en jurisprudence. (Acad.)

=Démission=, s. f.—Ne dites-pas: _dès que j'aurai ma démission, je
me retirerai à la campagne_; dites, _dès que j'aurai ma retraite, ma
pension..._ La _démission_ est l'acte par lequel on se démet d'une
dignité, d'un emploi: _démission volontaire, démission forcée; donner
sa démission_.

2. N'employez pas non plus le mot _démission_, dans le sens de
_destitution_, qui est la privation _forcée_ d'une charge, d'un emploi,
etc.: _prononcer la destitution d'un fonctionnaire_.

=Demoiselle.=—Une dame, faisant allusion à ses jeunes années, dit
ordinairement: _quand j'étais demoiselle_; il serait mieux de remplacer
_demoiselle_ par le mot _fille_; mais il est encore mieux de dire
_avant mon mariage_, ou d'employer quelque tour analogue à celui-là.
Voyez _monsieur_ et _époux_.

2. Ne dites pas: _comment se porte votre demoiselle_ (en parlant à son
père ou à sa mère)? dites, _comment se porte mademoiselle votre fille_
ou _mademoiselle N.?_ Il en est de même des mots _dame, madame_, quand
on s'adresse au mari.

=Denier=, s. m., petite monnaie; ne dites pas _dernier à Dieu_,
mais _denier à Dieu_: prononcez _de-nié_ et non _dé-nié_ ni
_degnier_.—Voyez _ni_.

=Dénouement, dénouer, déjouer, jouer=, etc.; prononcez _dénoû-ment,
dénou-er, déjou-er, jou-er_, et non _dénou-we-ment, denou-wer,
déjou-wer, jou-wer_.

=Dent=, s. féminin: _une dent, de belles dents_.

2. On dit très-bien d'un enfant, _qu'il fait ses dents, qu'il fait des
dents_, pour signifier que les dents lui viennent. (Acad.)

3. Ne dites pas: _j'ai les dents longues quand je mange du fruit
vert_; dites, _j'ai les dents agacées, quand..._ ou bien, _ces fruits
m'agacent les dents..._ Voyez _long_.

4. Ne dites pas: _se laisser tirer une dent_; dites, _se faire arracher
une dent_. (Fl.)—Prononcez _dan_ et non _dante_.

=Dentelle=, disposition des dents, n'est pas français; dites _denture_.

=Denture=, s. f., ordre dans lequel les dents sont rangées; ce mot est
français: _ce jeune homme à une belle denture_.

=Dépareiller, Déparier.=—_Dépareiller_, c'est ôter ou perdre une ou
plusieurs choses pareilles; un ouvrage est _dépareillé_ par un seul
volume égaré ou perdu, même quand on a remplacé ce volume, s'il n'est
pas en tout semblable aux autres. _Déparier_, c'est ôter l'une des deux
choses qui font la paire: _déparier des gants, des souliers; déparier
des pigeons_, c'est séparer le mâle de la femelle. Il en est de même de
_appareiller_ et _apparier_.

=Déparler=, cesser de parler, ne s'emploie qu'avec la négative; on ne
doit donc pas dire: _il déparle_, mais on dit, _il ne déparle pas_ (il
ne cesse pas de parler.)

=Dépêcher= (=se=), devant un infinitif, veut la préposition _de_:
_dépêchez-vous de partir_ (et non _à partir_).

2. Gardez-vous de dire: _dépêchez-vous vite_; dites simplement
_dépêchez-vous_.

=Dépendre=, doit être suivi de la préposition _de_ et non de _à_: _cela
ne dépend que de vous_, et non, _cela ne dépend qu'à vous_. (Fland.)

=Dépenses.=—Ne dites pas; _il a fait beaucoup de dépenses autour de
sa maison_; dites, _à sa maison_.

=Dépenseur=, n'est pas français; dites _dépensier_.

=Dépersuader=, n'est pas français; dites _dissuader, déconseiller_.

=Déplorable=, adj., se dit des choses: _un événement déplorable_;
et quelquefois des personnes dans le style soutenu: _une famille
déplorable_. (Acad.)

=Dépositaire=, subst. des deux genres, celui ou celle à qui on confie
un dépôt; _déposant_ est celui qui confie le dépôt. Prononcez _dépô_
(_ô_ long) et non _dépo_ (_o_ bref). Voyez _légataire_.

=De profundis=, s. m.; prononcez _de profondice_.

=Depuis=, prép. et adv.—Ne dites pas: _il nous arriva hier plusieurs
accidents, depuis que nous fûmes sortis_; dites, _après que nous..._

2. Ne dites pas non plus: _depuis Liége jusqu'à Huy il y a six lieues_;
dites, _de Liége à Huy_.... _Depuis_ indique un certain espace de temps
et non la distance.

3. Prononcez _depui_ (_ui_ diphthongue) et non _dépui_ ni _depoui_;
prononcez de même, je _suis_, je _puis, lui, aujourd'hui, ensuite,
puissant, puits, Huy_, etc. Voyez _ui_.

=Déranger=, dans le sens de déranger la santé, indisposer, incommoder,
est français, quoi qu'en disent certains grammairiens: _j'ai mangé hier
un peu plus qu'à l'ordinaire, et cela m'a dérangé_. (Acad.)

=Dernier, ière=; prononcez _der-nier_ et non _der-gnier_.

2. _La dernière année de sa vie_, est l'année où il est mort; _l'année
dernière_, est l'an qui vient de s'écouler. Voy. _ni_.

=Derrière.=—Ne dites pas: _il me loue en ma présence, et, derrière
moi_ ou _en arrière, il me déchire_; dites, _en mon absence, quand je
suis absent, il me déchire_; ou bien, _par derrière il me déchire_.

2. Ne dites pas: _il est caché par derrière la porte_; dites, _...
derrière la porte_.

3. Ne dites pas non plus: _il loge par derrière_; dites, _... sur le
derrière_.

=Des, Les, Mes, Tes, Ses.=—Prononcez _dè, lè, mè, tè, sè_, et non
_dé, lé, mé, té, sé_.

=Descendre=, v. a. ou n., se conjugue avec l'auxiliaire _avoir_ et avec
l'auxiliaire _être_, selon que l'on considère l'action ou le résultat,
ou selon que l'on peut répondre à l'une où à l'autre de ces questions:
_qu'a-t-il fait?_—_où est-il? qu'est-il devenu_? _il a descendu_
(_qu'a-t-il fait?_) _la montagne au galop_; _votre père est-il en
haut? non, il est descendu_ (_où est-il?_); _j'ai descendu_ (_qu'ai-je
fait?_) _l'escalier en moins d'une minute_; _il y a plus de dix minutes
que je suis descendu_ (_où suis-je, que suis-je devenu?_).

2. Ne dites pas, _descendre en bas, monter en haut_; dites simplement
_descendre, monter_: il est clair en effet qu'on ne peut pas _descendre
en haut_ ni _monter en bas_; voyez _haut_. Prononcez _dècen-dre_ et non
_d'cendre_.

=Désagrafer=, n'est pas français; dites _dégrafer_.

=Déshonnête, Malhonnête=, adj.—Ces mots n'ont pas la même
signification: _une action déshonnête_ est une action contraire à la
pureté; _une action malhonnête_ est contraire à la civilité, à la bonne
foi, à la droiture.

=Désir=, s. m.: prononcez _désir_ et non _desir_ ni _d'sir_; il en est
de même de _désirer, désireux_.

=Désirer=, v. a.—_Désirer de faire_ ou _désirer faire_.—On doit
le faire suivre de la préposition _de_, lorsqu'il exprime un désir
dont l'accomplissement est incertain, difficile ou indépendant de la
volonté: _désirer de réussir; il y a longtemps que je désirais de vous
rencontrer; je désirerais bien d'en être débarrassé_. (Acad.)—Quand,
au contraire, ce verbe exprime un désir dont l'accomplissement est
certain ou facile et plus ou moins dépendant de la volonté, il
s'emploie sans la préposition _de_: _je désire le voir; il désire vous
parler_. (Acad.)

2. Nous ferons remarquer que l'on emploie l'infinitif quand le verbe
régi se rapporte au sujet du verbe _désirer_, et que l'on se sert de
_que_ avec le subjonctif, quand il ne s'y rapporte pas: _je désire
partir; je désire que vous partiez_. (LAVEAUX).

3. Prononcez _désirer_ et non _desirer_ ni _dèsirer_: anciennement on
écrivait néanmoins _desir, desirer, desireux, desirable_, et l'Académie
dit que plusieurs écrivent et prononcent de la sorte, mais dans tous
les exemples qu'elle donne elle écrit _désir, désirer, désireux,
désirable_.

=Désister.=—Ce verbe est essentiellement pronominal; on doit dire
_se désister_ et non _désister de quelque chose_; _se désister d'un
procès_. Ce serait une faute tout aussi grave d'employer ce verbe dans
le sens de _cesser, discontinuer_.

=Dès lors=: prononcez _dès lor_ et non _dès lorse_.

=Dessein= et =Dessin=.—Écrivez sans _e_ devant l'_i_, quand il s'agit
du travail d'un dessinateur: _dessin_, d'où vient le mot _dessiner_.

=Dessert=, s. m. et non _desserf_, ce qu'on sert à la fin d'un repas:
prononcez _dessère_.

=Desserte=, s. f., ce qui reste d'un repas, ce qu'on a ôté de dessus
la table.—Ce mot se dit aussi des fonctions attachées au service
d'une cure, d'une chapelle: _le prêtre chargé de la desserte de cette
chapelle_.

=Dessous, Dedans=, sont des adverbes comme _dedans, dehors,
auparavant_; d'où il suit qu'ils ne peuvent être suivis d'un
complément; vous ne direz donc pas, _dessous la table; dessus le
bureau_, mais, _sous la table, sur le bureau_.—Prononcez _deçu,
deçou_ et non _déçu, déçou_ ni _dèçu, dèçou_.

2. Cependant _dessus, dessous_ s'emploient comme prépositions: 1º
lorsqu'ils sont liés par une des conjonctions _et, ni, ou_: _j'ai
cherché inutilement dessus et dessous le lit_; (Acad.) 2º lorsqu'ils
sont précédés d'une autre préposition: _ôtez cela de dessous moi_.

3. _Dessous de tasse._—Cette expression n'est pas française; il faut
dire _soucoupe_.

=Dessus=, adv.—Ne dites pas: _la roue lui a passé dessus_; dites,
_lui a passé sur le corps_, comme on dit, _le boulet lui a passé bien
près de la tête; le coup lui a passé sous les bras, entre les jambes_.
Voyez _sens_.

=De suite= et =Tout de suite.=—Ne confondez pas ces deux
expressions: _de suite_ signifie ce qui se fait l'un après l'autre
sans interruption: _il ne saurait dire deux mots de suite_;—_tout
de suite_, ce qui a lieu sans délai, sur-le-champ: _il faut que
les enfants obéissent tout de suite_. Prononcez _de suite_ (_ui_
diphthongue) et non _de souite_.

2. Ne dites pas _toute de suite_ pour _tout de suite_.—Voyez _suite_.

=Déteindre=, v. a., faire perdre la couleur à quelque chose: _le
vinaigre déteint les étoffes; le soleil déteint toutes les couleurs_.
Ce verbe est également pronominal: _cette étoffe se déteint_.

2. Il s'emploie aussi neutralement pour _se déteindre_: _cette étoffe
déteint beaucoup; ces cravates déteignent sur le linge_. (Acad.)

=Détritus=, s. m., débris de formation naturelle: _détritus de
végétaux_, prononcez _détrituce_.

=Dettes.=—Ne dites pas: _je suis dans vos dettes_, ni _je suis sur
vos dettes_; dites, _j'ai une dette à vous payer, je vous dois quelque
chose, je suis votre débiteur_.

=Deux=, adj.—Ne dites pas: _nous sommes à deux, nous étions à trois_:
dites simplement, _nous sommes deux, nous étions trois_.

2. Ne dites pas non plus: _ils étaient leurs trois; ils sont leurs
deux_; dites, _ils étaient trois, ils sont deux_;—ce _leurs_ est un
grossier wallonisme.

3. Ne dites pas non plus: _deux et deux sont quatre_, mais, _font
quatre_.

4. _Tous deux_ et _tous les deux_.—L'Académie, d'accord avec les
bons grammairiens et les auteurs les plus corrects, ne trouve aucune
différence entre ces deux expressions, et en autorise indifféremment
l'emploi: ainsi lorsqu'on veut exprimer l'idée de simultanéité, il vaut
mieux employer le mot _ensemble_: _Pierre et Paul iront ensemble à la
chasse_, que de recourir à cette locution _tous deux_. Prononcez _deû_
et non _deuce_.

=Deuxième, Second=: voyez _second_.

=Devancer=, v. a.: prononcez _devancer_ et non _dévancer_ ni _dèvancer_.

=Devant.=—Ne dites pas: _le jour de devant_, mais, _la veille_; ni
_le jour d'après_, mais, _le lendemain_.

2. _Devant_ indique généralement le lieu, la place; _avant_ indique
plus spécialement le temps: _retirez-vous, ne vous placez pas devant
moi; laissez-le courir, j'arriverai pourtant avant lui_.

3. Ne dites pas: _faites vos devoirs devant d'aller jouer_, mais,
_avant d'aller jouer_.

=Devanture=, quoi qu'en disent quelques grammairiens, se dit de la face
antérieure et de la façade d'une maison: _la devanture d'une maison_.
(Acad.)

=Devenir=, ne peut pas s'employer pour _venir_; ne dites donc pas: _je
deviens de la ville_, mais, _je viens de la ville_: prononcez (_je_)
_deviens_ et non _déviens_ ni _dèviens_.

=Deviner=, v. a.: prononcez _deviner, devin_ et non _déviner, dévin_.

=Devinette=, n'est pas français; dites _énigme, rébus_: _pourriez-vous
deviner cette énigme, ce rébus_.

=Devis=, s. m., propos, état d'architecture: prononcez _devi_.

=Dévoiement=: prononcez _dévoament_ sans faire sentir l'_e_ ni un _y_,
et non _dévoyement_.

=Devoir=, s. m.—Ne dites pas, _rendre le dernier devoir à un mort_;
dites, _les derniers devoirs_.

2. _Devoir_, v.—Beaucoup de personnes disent: _j'ai dû rire_, sans
vouloir indiquer par là qu'elles ont été forcées de rire; dites
simplement: _j'ai ri, je n'ai pu m'empêcher de rire, c'était risible_.

3. Les locutions wallonnes, _il ne devrait pas, il ne pourrait pas
valoir_, se traduisent par, _il ne faudrait pas, il ne serait pas à
désirer, il ne ferait pas beau voir_.

4. Ne dites pas: _nous allons devoir partir_; dites, _nous partirons
bientôt, nous allons partir; nous serons bientôt obligés de partir; il
faudra que nous partions_.

5. Ne dites pas, _nous de-ve-rions, vous de-ve-riez_, mais, _nous
de-vrions, vous de-vriez_.

=Dévouement, Dévouer=: prononcez _dévoûment, dévou-er, je me dévoû_, et
non _dévou-wement, dévou-wer, je me dévou-we_.

=Dey=, s. m., gouverneur de Tunis et ancien gouverneur d'Alger:
prononcez _dè_ et non _deye_.

=Di.=—Prononcez _di_ et non _gi, tgi_, en donnant à _di_ un son à peu
près équivalent au _g_ wallon ou italien: _Dieu, diamant, diamètre,
diable, vous demandiez, mendier, mendiant_, etc.—Voyez _ti_.

=Dia=, cri des charretiers pour faire tourner les chevaux à
gauche.—Voyez _hue_.

=Diable=, s. m., démon: prononcez _diâble_, _iâ_ diphthongue longue
et non _diable_, ni _diape_. Le féminin _diablesse_ est un terme
d'injure qui se dit ordinairement d'une femme méchante et acariâtre; il
s'emploie aussi dans le sens de, _bon diable, bonne diablesse; pauvre
diable, pauvre diablesse; méchant diable, méchante diablesse; grand
diable, grande diablesse_.

2. Dites, _faire le diable à quatre_ et non, _en quatre_.

=Diacre=, s. m., clerc promu au diaconat: prononcez _dia-cre_ (_i_
bref) et non _diâcre_ ni _diaque_; il en est de même de _sous-diacre_.

=Diagnostic=, s. m., connaissance des symptômes d'une maladie;
prononcez _diagh'nostik_ (_g_ dur).

=Dialecte=, s. m., idiome particulier dérivé de la langue nationale;
prononcez _dialek-te_ et non _dialek_.

=Dicace, Ducace=, ne sont pas français; dites _kermesse, fête_.

=Dictamen=, s. m., sentiment de la conscience; prononcez _diktamène_.

=Diction, Dictionnaire.= Prononcez _dikcion, dikcionère_ et non
_dikchon, dikchonnère_; il en est de même de tous les mots terminés
en _tion, tier, tié_: _accusation, formation, cabaretier, amitié_, et
non _accusachon, formachon, cabarecher, amiché_ (_ch_ des wallons,
équivalant à _tch_ ou au _c_ des italiens).

=Dièse=, s. m., signe pour hausser la note d'un demi-ton; prononcez
_diè-ze_ et non _diè-ce_.

=Dieu=: prononcez _Dieu_ (en appuyant sur _di_) et non _Djieu_ ni
_chieu_ (_ch_ wallon).—Voyez _di_.

=Différer=, dans le sens de _disconvenir_, n'est pas français; dites
donc, _je n'en disconviens pas; disconvenez-vous du fait?_ et non, _je
n'en diffère pas; différez-vous du fait?_

2. Dans le sens de, _remettre à un autre temps_, il régit la prép. _de_
devant un infinitif: _ne différez pas de partir_.

=Difficile.=—Ne dites pas: _j'ai difficile, j'ai facile d'apprendre
par cœur; tu as bien facile, tu as bien difficile_; dites, _j'éprouve,
tu éprouves, j'ai, tu as de la difficulté, de la facilité pour..._
ou bien, _j'apprends difficilement, malaisément, avec peine, avec
difficulté, facilement, aisément, avec facilité_; dites encore, (au
lieu de _tu as bien facile, bien difficile_) _c'est bien facile, bien
aisé, bien difficile, mal aisé_: cette locution, qui se rencontre
fréquemment chez les wallons, est tout-à-fait vicieuse.

2. Ne dites pas non plus: _il fait facile_, il _fait difficile de
marcher_; dites, _on a de la peine, on éprouve de la difficulté à
marcher; on marche avec peine, difficilement_; ou bien, _on marche
facilement, aisément, sans peine; il est facile, difficile de_, etc.

3. Ne dites pas non plus: _ces livres sont difficiles_ ou _faciles à se
procurer_; dites, _il est difficile, facile de se procurer ces livres_.

4. Quand _facile à, difficile à, aisé à, bon à_, sont suivis d'un
infinitif, ce dernier a un sens passif: _ce livre est difficile à
lire_, c'est-à-dire, _à être lu_; ainsi ces adjectifs, dans ce sens, ne
peuvent régir un verbe pronominal.

5. _Être difficile à vivre_, c'est-à-dire, être d'un caractère
difficile, d'un commerce difficile, avec qui il est difficile de vivre,
est une locution correcte, quoi qu'en disent certains grammairiens,
plus orthodoxes que l'Académie.

=Digestion=, s. f., coction dans l'estomac; prononcez _digess'thion_ et
non _digécion, digession, dijection_.

2. On dit, _ces aliments sont digestibles_, faciles à digérer, ou
_indigestes_, difficiles à digérer. _Digeste_ et _digestif_ dans le
sens de _digestible_ ne sont pas français.

=Digne=, adj.—Dans une phrase affirmative, il se dit également
du bien et du mal: _il est digne de récompense, il est digne de
châtiment_; mais dans une phrase négative, il ne se dit que du bien:
_il n'est pas digne de votre amitié_. On ne dira donc pas: _il n'est
pas digne du supplice_; il faut se servir d'une autre tournure de
phrase, par exemple: _il ne mérite pas le supplice_.—_Indigne_ ne
se dit non plus que du bien: _il est indigne d'être puni_, serait une
faute.

2. Prononcez _digne_ (et non _dine_), _di-gnement, di-gnité, indi-gner,
indi-gnement_, et non _dign'-nement, dign'-nité, indign'-ner,
indign'-nement_. Voyez _gn_.

=Diligence.=—On dit, _aller, être dans la_ ou _en diligence_, et non,
_sur la diligence_, à moins qu'il ne soit question de l'impériale;
prononcez _diligence_, et non _déligence_.

=Diminuer.=—Ne dites pas, _les grains, les vins diminuent_, pour
signifier qu'ils sont à la baisse; dites, _le prix des grains, des vins
diminue, baisse_. Voyez _augmenter_.

=Diminutif.=—Évitez d'ajouter le mot _petit_ à un diminutif: _une
petite barquette, une petite statuette, un petit saumonet_; dites
simplement, _une barquette, une statuette, un saumonet_, à moins
que vous ne vouliez insister sur les petites dimensions de cette
_statuette_, etc.; ainsi _une petite statuette_ est une statue
doublement petite.

=Dînatoire=, adj.—Ce mot ne figure pas dans l'Académie et n'est
usité que dans l'expression suivante, _déjeuner dînatoire_, déjeuner
qui tient lieu de dîner; on dit mieux dans ce sens, _déjeuner-dîner_.
(Acad.)

=Dîner= _de_ et _avec_: voyez _déjeuner_.

2. _Dîner, dînée, dîné_ (_avant, après-dînée_, etc.): voyez _après_.

=Diocèse=, s. m., pays administré par un évêque; prononcez _diocè-ze_,
et non _diocè-ce_.

=Diplôme=, s. m., charte, acte public; prononcez _diplôme_ (_ô_ long).

=Dire=, v. a.—On rencontre trop souvent de ces impitoyables parleurs
qui vous assomment à chaque phrase de leurs éternels _dis-je, dit-il,
qui dit, qu'il dit_; c'est une faute qu'il faut éviter avec d'autant
plus de soin, qu'elle n'est propre qu'à rendre ridicule celui qui en a
contracté l'habitude.

2. _Dire_ ne s'emploie pas dans le sens de _promettre_; il faut donc
condamner les locutions flamandes: _je lui ai dit de venir, il m'a dit
de venir_; remplacez-les par _je lui ai promis de venir; il m'a promis
de venir_; ou bien, _je lui ai dit que je viendrai_, etc.

3. Ne dites pas: _je me suis laissé à dire_; cette locution n'a pas
le sens que les wallons y attachent; dites, _j'ai cédé; j'ai cédé aux
instances_.

4. _Dire_ et _redire_, font à la 2e p. pl. du prés. de l'ind., _vous
dites, vous redites_; tous les autres composés font, _vous médisez,
vous contredisez_, etc.

=Direct, Indirect=: prononcez _direk-te, indirek-te_.

=Directement=, adv.—Ne dites pas: _ce remède m'a guéri directement_;
dites, _sur le-champ_.

=Disciple=: voyez _élève_.

=Discompte.=—Ce mot n'est pas français; c'est _escompte_ qu'il faut
dire. On emploie aussi à tort le mot _discompte_ pour signifier le _bon
poids_.

=Disconvenir=, se conjugue toujours avec l'auxiliaire _être_: _il n'en
est pas disconvenu_.

=Discord=, adj., qui n'est point d'accord: _instrument discord_; il n'a
pas de féminin.

=Disert=, adj., qui parle bien et aisément; prononcez _dizère_.

=Disparution.=—Ce mot n'est pas français; dites, _disparition,
apparition_; mais il faut dire _comparution_.

=Dispos=, adj., léger, agile; il ne se dit que des personnes: _un homme
gaillard et dispos_; cet adjectif n'a pas de féminin.

=Disposer=, v. a.—Ne dites pas: _j'ai disposé sur vous 1000 francs_;
dites, _de 1000 francs_.

=Disputer= (=se=), dans le sens de _se quereller_, s'emploie rarement; ne
dites donc pas: _ces enfants se disputent sans cesse_; dites plutôt,
_ces enfants se querellent sans cesse_, ou _disputent sans cesse_.

2. Ne dites pas: _son père le dispute toujours_; dites, _le gronde, le
querelle toujours_.

=Distiller=, _distillerie, distillateur, distillation_: les _ll_ ne se
mouillent pas et l'on n'en prononce qu'une.

=Distinct, te=, adj.—Prononcez _distink'te_ et non _distinke_, ni
_distin_.

=District=, s. m., juridiction; prononcez _distrik_, sans faire sentir
le _t_ final.

=Dit.=—Lorsque ce participe est placé immédiatement après un article
ou un adjectif possessif, il ne forme avec lui qu'un seul mot: _ledit
lieu, ladite maison, mondit seigneur, sondit procès-verbal_.

2. Ne dites pas: _franchement dit, il a raison_; dites, _à franchement
parler, il a raison; franchement, il a raison_.

=Divers=, adj., différent; au masculin, prononcez _divère_ et non
_diverce_.

=Divin=, adj., placé devant un mot qui commence par une voyelle ou une
_h_ muette, se prononce comme le féminin _divine_: _divin auteur, divin
oracle_.

=Divis= et =Indivis= sont invariables: posséder _par divis, par
indivis_; l'_s_ ne se prononce pas.

=Dix.=—Prononcez _dice_ quand il est isolé; _dize_, devant une
voyelle ou une _h_ muette; _di_, devant un mot commençant par une
consonne ou une _h_ aspirée: _dix, dix héros, dix personnes, dix
hommes_.

=Dixième=, adj.—Prononcez _dizième, vingtième_ et non _dizièm-me,
vingtièm-me_.

=Docte=, adj., savant.—Prononcez _dok-te_ et non _dok_.

=Docteur=, s. m., se dit quelquefois absolument pour _médecin_:
_consultez votre docteur_. Ce sens est familier, et le mot _médecin_ ou
_docteur en médecine_, selon le sens, est préférable. (Acad.)

=Doge=, s. m., chef de la république de Venise; on dit _dogaresse_ pour
la femme du _doge_; prononcez _doge_ et non _doche_.

=Dogme=, s. m., vérité de foi; prononcez _dogh-me_ (_g_ dur) et non
_dome_, ni _doghe_ ni _doh'me_.

=Doigt=, s. m.—Prononcez _doa_; on ne fait pas sentir le _g_ non plus
dans _doigter, doigtier_.

2. Ne dites pas: _j'ai un mauvais doigt, un doigt blanc_; dites, _j'ai
mal à un doigt, j'ai un panaris_.

=Dompter, Dompteur, Domptable.=—Dans ces mots, le _p_ ne se prononce
pas; dites _donter, donteur_, etc.; mais dans _indompté, indomptable_,
on fait sentir le _p_, et l'_m_ se prononce comme _n_. (Acad.) Voyez
_p_.

=Don=, s. m.—Ne dites pas: _don par M. N._; dites, _don de M. N._, ou
_donné par M. N._, et mieux, _offert par M. N._

=Donc=, conj., par conséquent.—Le _c_ a le son de _k_, lorsque _donc_
est au commencement ou à la fin d'une phrase, ou lorsqu'il est suivi
d'un mot commençant par une voyelle ou une _h_ muette: _votre frère
vous aime, donc_ (donke) _vous devez l'aimer; allons, venez donc; votre
frère est donc_ (donke) _arrivé_. Hors ces trois cas, on ne fait pas
sentir le _c_: _votre frère est donc_ (don) _sorti_.

=Donner.=—Ne dites pas, _donnez-moi-z'en_, mais _donnez-m'en_.

2. Ne dites pas: _donner le dernier_, pour _administrer
l'extrême-onction_. (Fland.)

3. Ne dites pas: _je me suis donné à connaître_, mais, _je me suis fait
connaître_. (Wall.)

4. Ne dites pas non plus: _cet homme m'a donné des sottises_, mais
plutôt, _m'a dit des sottises_, et mieux, _m'a dit des injures_.

5. Ne dites pas: _j'ai été le dernier au concours, mais je n'en donne
rien_; dites, _ça m'est égal, ça m'est indifférent_. (Fland.)

6. Ne dites pas: _donner des caresses_; dites, _faire des caresses_.

7. Ne dites pas: _donner leçon de musique, d'allemand_, etc.; dites,
_donner des leçons de musique..._

8. Ne dites pas: _donner le bonjour, le bonsoir_; dites, _souhaiter le
bonjour, le bonsoir_.

=Dont=, pron. rel.—Ne dites pas: _la ville dont je viens_, mais, _la
ville d'où je viens_: _dont_ exprime simplement la relation; _d'où_ se
dit du lieu.

2. Ne dites pas: _les livres que j'ai besoin_, mais, _les livres dont
j'ai besoin_. Prononcez _don_ et non _donte_.

=Dormir=, ne s'emploie pas pour _coucher_; ne dites pas: _j'ai dormi
chez mon frère_, mais, _j'ai couché chez mon frère_; dites de même,
_nous avons couché ensemble_, et non, _nous avons dormi ensemble_;
mais vous direz bien: _je me suis couché sur l'herbe et j'y ai dormi_:
_dormir_ signifie être dans le sommeil.

=Dortoir, Abattoir, Lavoir.=—Ces mots s'écrivent sans _e_ final,
tandis qu'il doit figurer dans _réfectoire, conservatoire, laboratoire,
baignoire_.

=Dos=, s. m., partie postérieure; prononcez _dô_.

2. Ne dites pas: _lier les mains derrière le dos_, ce qui serait un
contresens; dites, _lier les mains au dos_.

=Dôse=, petite pustule qui vient sur la peau, est un mot wallon; dites,
_pustule, bube, cloche, élevure, ampoule_:—_avoir des élevures sur la
peau; la morsure du cousin produit une bube, une ampoule_.

=Dot=, s. f., bien apporté en mariage: _une dot considérable_;
prononcez _dote_.

=Douairière=, s. f., veuve qui jouit d'un douaire; prononcez
_douèrière_; quelques-uns prononcent _douarière_.

=Douanier=, s. m., commis de la douane; prononcez _douanié_, et non
_doua-gnié_. Voyez _ni_.

=Double.=—_Faire double_, c'est-à-dire faire toutes les mains aux
cartes; dites mieux, _faire capot, faire la vole_. Prononcez, _dou-ble_
et non _doupe_ ni _doubèle_.

=Douche=, est une effusion d'eau d'un lieu élevé sur une partie malade;
n'employez pas ce mot pour _chaudron, grande chaudière, cuveau_.

=Douter.=—Ne dites pas: _je doute si vous gagnerez votre procès_:
dites, _je doute que vous gagniez votre procès_.

=Douzaine.=—On dit _une douzaine, une huitaine, une dizaine, une
vingtaine, une centaine_, mais on ne dit pas _une troisaine, une
cinquaine, une sixaine, une septaine, une onzaine_, etc.

=Douze heures.=—Dites _midi_ ou _minuit_, selon qu'il s'agit du jour
ou de la nuit. Prononcez _dou-ze_ et non _dou-ce_.

=Doxal=, n'est pas français; dites _jubé_.

=Doyen=, s. m.: prononcez _doa-i-in_ et non _do-i-in_ ni _doa-in_.

=Drachme=, s. f., monnaie, poids; prononcez _draghme_ (_g_ dur);
quelques-uns l'écrivent ainsi.

=Dragon=, s. m. tache qui vient sur la prunelle des hommes et des
chevaux: _avoir un dragon dans l'œil_; ce mot est français: voyez
_taie_.

2. _Dragon_, pour _cerf-volant_, n'est pas français.

=Drap.=—Ne dites pas, _un drap de mains_; dites, _un essuie-mains_.—Ne
dites pas non plus, _un drap d'enfant_; dites _une couche_.

=Drève.=—Ce mot est flamand; dites, _une avenue, une allée d'arbres_:
_l'avenue du château_.

=Dringuelle=, mot flamand, qu'il faut rendre par une des expressions
suivantes: _pourboire, épingle, pot-de-vin_.—Les _épingles_ (au
plur.), se disent de la libéralité que l'on donne aux femmes: _voilà
pour les épingles des filles; ce sont les épingles de madame_;—le
_pourboire_ se donne aux hommes, domestiques, commissionnaires,
cochers;—_le pot-de-vin_ est ce qui se donne par manière de présent
au-delà du prix qui a été convenu pour un marché; _le pourboire_ se
donne aux personnes d'un rang inférieur; _le pot-de-vin_ se donne à des
personnes d'une position plus élevée.

=Drogman=, s. m., interprète dans les pays orientaux; prononcez
_drogh'man_ et non _drogh'mane_: (_g_ dur).

=Droguer=, v. n., attendre, se morfondre: _il m'a fait droguer pendant
deux heures_; ce terme est populaire; dites préférablement, _attendre,
se morfondre, faire le pied de grue_;—_croquer le marmot_ est
familier.

=Droit.=—Ne dites pas: _cette femme marche droite à son but_; dites,
_droit à son but_; _droit_ est ici adverbe, et dans ce cas, _marcher
droit_ signifie _marcher en droite ligne, directement, par le plus
court chemin_.

Néanmoins, si vous voulez parler de la tenue, du maintien, vous direz,
_cette femme marche droite_ (a une bonne tenue, ne se tient pas
courbée).

En d'autres mots, _droit_ est adverbe quand il modifie un verbe:
_marchez droit devant vous, mesdames, et vous arriverez bientôt_; il
est adjectif, quand il modifie un sujet ou un complément: _marchez
droite, mademoiselle, et tenez votre bougie plus droite_.

=Drôle.=—Bien des personnes se trompent dans l'emploi de ce mot:
_drôle_, (adjectif) gaillard, plaisant, original: _cet homme est bien
drôle; c'est un drôle d'homme, un drôle de corps; avoir une tournure
drôle, une drôle de tournure; voilà qui est drôle; un conte fort
drôle_. (Acad.)

2. _Drôle_ s'emploie aussi comme substantif masculin, et se dit d'un
homme, d'un enfant, lorsqu'on leur attribue quelque qualité dont il
faut plus ou moins se défier, ou qu'on leur impute quelque chose dont
on est contrarié, mécontent, etc.: _c'est un drôle bien rusé; c'est
un petit drôle bien éveillé; je surpris le drôle au moment où...; ah!
monsieur le drôle, vous osez..._ (Acad.)

3. Il se dit dans un sens tout à fait injurieux, d'un polisson, d'un
mauvais sujet, d'un homme qu'on méprise: _c'est un drôle, un petit
drôle, qui se fait chasser de partout; vous êtes un drôle, un grand
drôle_. Ce mot est toujours pris en mauvaise part comme _substantif_,
et il est familier dans ces trois acceptions (Acad.)

4. Prononcez _drôle_ (_ô_ long) et non _drole_ (_o_ bref).

=Drôlement=, adv., d'une manière drôle; prononcez et écrivez
_drôlement_ (_ô_ long) et non _drôledement_; prononcez également _o_
long dans _drôlerie, drôlesse, drôlatique_.

=Druide=, s. m., prêtre gaulois; prononcez _druide_ (_ui_ diphth.) et
non _dru-wide_ ni _druite_.

=Ducasse= ou =Ducace=, n'est pas français; dites, _fête, kermesse_ et
voyez ce dernier mot.

=Duègne=, s. f., gouvernante; prononcez _duègne_ (_gne_ mouillé) et non
_duène, du-ègne, du-wègne_.

=Dupe=, s. f.—Ce mot est toujours du féminin, quoiqu'on puisse
l'appliquer à des noms du genre masculin: _cet homme a été la dupe de
son bon cœur; cette femme a été la dupe de sa bonne foi_.

=Dur, e=, adj.—_Cela me tombe dur_, pour _cela m'est dur, m'est
pénible, me contrarie_, est un flandricisme.

2. Ne dites pas: _il est si dur avec ses domestiques_; dites, _...
envers ses domestiques_ ou _à l'égard de ses domestiques_.

=Durant.=—Cette préposition se place quelquefois après le mot qu'elle
régit: _il a six mille francs de pension sa vie durant_ (et non
_durante_); _six ans durant_ (et non _durants_).

2. _Durant que_, n'est pas français; dites _pendant que_ ou _tandis
que_, selon le sens.

=Dussai-je=, n'est pas français; écrivez et prononcez _dussé-je_,
puisqu'on dit _que je dusse, que tu dusses_.

=Duumvir=, s. m., magistrat romain; prononcez _duom'vir_; item
_duumvirat_.



  E


=E.=—L'_e_ muet doit conserver son son naturel dans la prononciation;
c'est donc une faute grossière de le prononcer comme un _è_ ouvert;
dites, _petit, peser, peler, lever, le livre, brevet, cerise,
demander_, etc., et non _pètit, pèser, pèler, lèver, lè livre, brèvet,
cèrise, dèmander_, etc.

2. L'_é_ fermé, suivi d'un _e_ muet, se prononce très-long; il faut
donc bien se garder d'intercaler dans la prononciation un _i_ ou un _y_
entre l'_é_ et l'_e_: _fumée, aimée, blâmée, levée_, etc.; prononcez
_fumé, aimé, blâmé, levé_ (_é_ très-long pour le distinguer d'un
_é_ isolé ou du masculin, par exemple, _fumé, aimé_, etc.); mais ne
prononcez pas: _fuméïe, aiméïe, blâméïe, levéïe_.

3. _E_ pour _ai_, dans le verbe faire et ses composés; quoiqu'on écrive
très-bien _je ferai, je ferais_, écrivez cependant, _faisant, nous
faisons, je faisais, bienfaisant, bienfaisance_, et prononcez cet _ai_
comme un _e_ muet.

=Eau=, s. f.—_Avoir l'eau_, est une locution vicieuse; dites, _être
hydropique, avoir une hydropisie_; prononcez _ô_ (_ô_ long en serrant
les lèvres et non _o_, _o_ ouvert, en desserrant les lèvres.)

=Ébène=, s.—Ce mot est féminin: _ébène grise_; prononcez _ébène_ et
non _ébin-ne_.

=Ébouler= (=s'=), =Écrouler= (=s'=).—La terre s'éboule; les murailles et
les bâtiments s'écroulent; ne dites donc pas: _la terre s'écroula sous
nos pieds_; dites, _s'éboula...._

=Écaille.=—Ne dites pas: _les écailles d'un pot, d'un vase_ (brisé);
dites, _les têts_.

2. Ne dites pas: _des écailles de noix_; des _écailles d'œufs, de
pois, de fèves_: dites, _des écales de noix, d'œufs_. Dites au
contraire des _écailles_ et non des _écales_ de poissons.—_Brou_ est
synonyme d'_écale_; _cale_ dans ce sens n'est pas français.

=Écaler, Écosser, Écorcer, Écorcher, Écailler, Peler, Éplucher.=
—_Écaler_, signifie ôter l'_écale_ des noix, des œufs: _il faut
écaler ces noix, ces œufs_.—_Écosser_ se dit particulièrement des
pois, des fèves et de quelques autres graines: _elle écosse des fèves;
vendre des pois écossés_.—_Écorcer_ veut dire ôter l'_écorce_ du
bois: _on écorce le bois au printemps_ (le bois écorcé se nomme _bois
pelard_.)—_Écorcher_, c'est ôter la peau d'un animal, le dépouiller:
_écorcher un cheval; il s'est écorché la main_.—_Écailler_ se dit
des poissons dont on ôte _les écailles_: _on n'a pas bien écaillé ce
brochet_.—_Peler_, c'est ôter la peau d'un fruit: _peler une pomme,
une poire; peler des pommes de terre_; la peau, que l'on a ôtée de
dessus les choses qui se pèlent, se nomme _pelure_.—_Éplucher_, c'est
nettoyer des herbes, des graines, etc., en ôter les ordures et ce qu'il
y a de mauvais, de gâté: _éplucher des herbes, de la salade, éplucher
du riz_. Il se dit aussi en parlant des étoffes, des laines, des soies,
etc. et signifie en enlever ce qu'il peut y avoir de faux, de mauvais,
de reprochable en quelque chose: _éplucher des draps, des laines, des
soies_. (Acad.)—C'est donc une faute de dire, _éplucher des pommes de
terre_, pour, _peler des pommes de terre_.

=Écarter=, signifie rejeter les cartes dont on ne veut pas se servir,
comme au jeu de piquet; _faire les cartes_ ou _donner les cartes_,
exprime la distribution que l'un des joueurs fait des cartes après les
avoir _battues_ (et mieux _mêlées_) et lorsqu'elles ont été _coupées_:
ne confondez pas ces termes.

=Échalasser=, mettre des échalas à une houblonnière, à une vigne; ne
dites pas _échalader_.

=Échange= et =Change=, sont masculins: _vous n'avez pas gagné au
change; vous avez fait un échange avantageux_.—Prononcez _chan-je,
échan-je_ et non _chan-che, échan-che_.

=Échapper à, Échapper de.=—_Échapper à_ signifie se soustraire, se
dérober à, être préservé de: _échapper à la fureur des ennemis, à la
tempête, au danger, à la mort_.—_Échapper de_, signifie cesser d'être
où l'on était, sortir de: _échapper des mains des ennemis, du naufrage,
du feu, du danger_.

2. _Échapper_ se conjugue avec _être_, lorsqu'il se dit d'une chose
dite ou faite par imprudence, par indiscrétion, par mégarde, par
négligence: _à peine cette parole me fut-elle échappée que je sentis
mon imprudence; son secret lui est échappé_.—_Échapper_ se conjugue
avec _avoir_, quand il se dit d'une chose qu'on a oublié de dire
ou de faire ou qu'on n'a pas remarquée: _ce mot, cette date, son
nom m'a échappé; cette observation lui a échappé; j'ai eu beau lire
attentivement, cette faute m'a échappé_.

3. _L'échapper belle_, c'est éviter heureusement un péril dont on était
menacé: _tu l'as échappé belle_.

=Écharde=, petit éclat de bois, une épine, un piquant de chardon qui
entre dans la chair; ne le confondez pas avec _écharpe_, bande d'étoffe.

=Échasse=, n'est guère usité qu'au pluriel; prononcez _échâce_ (_â_
long). (Acad.)

=Échauffourée=, s. f., action téméraire; écrivez et prononcez
_échauffourée_ et non _échaffourée_.

=Èche.= Les mots terminés en _èche_ sont marqués d'un accent
circonflexe ou d'un accent grave: _calèche, flamèche, flèche, mèche,
sèche, bêche, dépêche, pêche, prêche_, etc.

=Échec=, s. m.—Faites sentir le _c_, excepté lorsqu'il s'agit du _jeu
des échecs_: _tant d'échecs_ (_échek_) _ne découragent pas cet auteur_;
_jouer aux échecs_ (_échè_).

=Écheveau=, s. m., assemblage de fils de chanvre, de soie, de laine,
repliés en plusieurs tours, afin qu'ils ne se mêlent point: prononcez
_écheveau_, et non _échefeau_.—_Échet_, pour _écheveau_, n'est pas
français. Voyez _cheval_.

=Échevin.= s. m., magistrat municipal: prononcez _échevin_ et non
_ej'vin_ ni _échefin_; prononcez de même _achever, cheville, cheval_,
etc. Voyez _cheval_.

=Écho=, s. m., son réfléchi: prononcez _ékô_ (_ô_ long) et non _éko_
(_o_ bref).

=Éclabousser=, faire jaillir la boue; ne dites pas _esclabousser_.

=Éclair=, est masculin: _un éclair_ et non _une éclair_.

=Éclairer.=—On dit maintenant: _éclairer une personne qui descend
l'escalier; éclairez monsieur; vous l'éclairez mal_; autrefois dans le
même sens, on disait _éclairer à_. (Acad.)

=Écolier=: voyez _élève_.

=Écorces, Écosses=, de pois, de fèves; ces mots ne sont pas français;
dites _cosses_. Voyez _écaler_.

=Écoute.=—Ne dites pas: _donner écoute aux médisances_; dites,
_prêter l'oreille aux...; écouter les médisances_.

=Écran, Paravent.=—On se sert de _l'écran_ pour garantir de la
chaleur du feu; _le paravent_, garantit contre le vent ou l'air
extéreur. Voyez _brise-feu_.

=Écraser=, v. a., aplatir et briser; prononcez _écrâser_ (_â_ long).

=Écrémer=, v. a.: voyez _crémer_.

=Écreper, Écrepure.=—Ces mots, fort en usage dans le Hainaut, pour
signifier _ratisser, ratissure_, ne sont pas français.

=Écrevisse.=—Écrivez et prononcez _écrevisse_, et non _écrévisse,
écrèvisse, égrevisse_.

=Écritoire, Encrier.=—_L'écritoire_ est un petit meuble qui contient
ou renferme les choses nécessaires pour écrire, encre, papier, plume,
canif, etc.; ce mot est féminin: _écritoire bien garnie; une écritoire
de bureau_.—Il ne faut pas confondre _l'écritoire_ avec _l'encrier_,
qui est un petit vase de verre, de porcelaine, de plomb, etc., dans
lequel on met uniquement l'encre: _encrier de verre, de plomb_.

=Écrivain.=—La signification la plus ordinaire, est celle d'auteur
de quelque ouvrage de littérature, et dans ce sens il est toujours
masculin, même lorsqu'il se dit d'une femme: _cette femme est un
écrivain de mérite_. _Écrivain_ se dit plus rarement dans le sens
_d'employé_, de _commis_, d'_expéditionnaire_, qui tient les écritures.

=Écrou=, s. m., trou dans lequel entre la vis; ne dites pas _égrou_.

=Écrouelles=, s. f., humeurs froides; ne dites pas _égrouelles_.

=Écrouler= (=s'=): voyez _ébouler_.

=Écuelle=, s. f., pièce de vaisselle, d'argent, d'étain, de bois, de
terre, etc., qui sert le plus communément à mettre du bouillon, du
potage; prononcez _ékwelle_ (_uel_ font une seule syllabe) et non
_écu-elle_; prononcez de même _écuellée_, (plein une écuelle).

=Écumoire=, s. f., ustensile qui sert à écumer le bouillon, etc.;
_écumette_ n'est pas français.

=Éden=, s. m., paradis terrestre; prononcez _édène_.

=Éduquer=, est un mot populaire; dites donc: _cet enfant est bien
élevé_ et non _bien éduqué_.

=Effendi=, s. m., titre des fonctionnaires turcs; prononcez _éfindi_.
Quelques-uns écrivent _éfendi_. (Acad.)

=Effets=, s. m. pl.—Ne dites pas: _vous allez à la promenade,
ayez soin de vos effets_; dites, ayez _soin de vos habits, de vos
vêtements_. Les _effets_ sont les objets, les meubles à l'usage d'une
personne: _emporter ses effets_; il ne se dit pas des vêtements en
particulier.

=Effort=, s. m.—Ne dites pas: _il s'est fait un effort dans les
reins_; dites, _il s'est donné un tour de reins_.

=Égal, e=, adj.—Ne dites pas: _cela est égal pour moi; cela m'est
tout égal_; dites, _cela m'est égal, parfaitement égal; cela m'importe
peu_.

2. Ne dites pas: _voulez-vous jouer avec moi?—Cela m'est égal_;
dites, _volontiers, comme vous voudrez_.

=Égaler, Égaliser.=—_Égaler_ se dit des personnes et des choses: _la
mort égale tous les hommes, tous les rangs_.—_Égaliser_ ne se dit que
des choses: _égaliser les lots d'un partage, un terrain_. (Acad.)

2. Lorsqu'on dit: _cinq multiplié par quatre égale vingt_, le mot
_égale_ est la 3e personne du présent de l'indicatif du verbe _égaler_
et non un _adjectif_; en conséquence, il faut écrire _égale_ et non
_égal_.

=Ége.=—Tous les mots terminés en _ége_ portent un accent aigu et
non un accent grave, sur l'_e_ qui précède le _g_: _barége, collége,
cortége, Liége, manége, piége, siége, abrége, assiége, protége_,
etc.—Cependant il est généralement d'usage de prononcer ces sortes
d'_é_ comme s'ils étaient marqués d'un accent grave: _barège, collège,
cortège, Liège, manège_, etc.; et cet usage est fondé sur cette
grande loi de la prononciation qui veut qu'une syllabe muette soit
précédée d'une syllabe grave. Malgré notre respect pour l'autorité de
l'Académie, nous regrettons vivement qu'elle n'ait pas adopté cette
dernière orthographe, comme elle l'a fait pour les finales en _èche_
et en _êche_; nous sommes convaincu qu'elle devra un jour se déjuger,
parce que l'usage est plus fort que les règles faites d'autorité.

=Éger.=—Les verbes en _éger_ conservent l'accent aigu dans tous les
temps et dans toutes les personnes.

=Égnime, Égnimatique=: écrivez et prononcez _énigh-me, énigh-matique_
(_g_ dur).

=Égoïste.=—Prononcez _égoïs-te_, et non _égoïce_; prononcez de même
_catéchis-te, sophis-te, pos-te, Égyp-te, pis-te, cul-te, cuis-tre,
fich-tre, mons-tre, ellip-se, éclip-se_, etc.—Voyez _st_ et _finales_.

=Égratigner.=—Dites, _le chat a égratigné cet enfant_, et non, _a
gratté_; dites également, _égratignure_ et non _gratte_.

=Éhonté=,—On dit aussi _déhonté_. (Acad.) Voyez ce dernier mot.

=Élaguer, Émonder.=—_Élaguer_ un arbre, en retrancher les branches
superflues et nuisibles, soit à son développement, soit à la nourriture
des branches fécondes.—_Émonder_ un arbre, le rendre propre et
agréable à la vue, par la soustraction de tout ce qui le gâte et le
défigure.

=Élancer, Élancement=: voyez _lancer, lancement_.

=Élève, Disciple, Écolier, Étudiant.=—Un _élève_ reçoit les leçons de
la bouche même du maître; il se dit aussi cependant des enfants et des
jeunes gens qui fréquentent une école, un collége ou qui y vivent en
pension.—Le _disciple_ suit les doctrines d'un savant mort ou vivant:
_les disciples de Socrate, les disciples de N. S. J.-C., les disciples
de St.-Simon_.—_L'écolier_ étudie dans une école, un collége ou une
pension: _il y a des écoliers qui sont mauvais élèves, et qui ne sont
jamais disciples des grands écrivains_.—_L'étudiant_ suit les cours
d'une université ou d'une école publique: _un étudiant en droit, en
médecine_.

=Élever, Lever.=—On _lève_, en dressant ce qui est couché, en
haussant; dites donc, _levez les mains, les yeux au ciel_ et non
_élevez..._ On _élève_, en plaçant dans un lieu ou dans un rang plus
éminent: _élever sa pensée vers le ciel_.

=Élixir=, liqueur spiritueuse, est masculin: _excellent élixir_; ne
dites pas _élexir_.

=Elles=, pluriel de _elle_: _elles sont bavardes_; prononcez _elles_ et
non _elses_.

2. Ne dites pas, _elle l'est si bonne_, mais _elle est si bonne_.

=Embarbouiller=, n'est pas français; dites _barbouiller_.

=Embarlificoter, Emberlificoter=, sont des expressions absurdes.

=Embarras.=—Ne dites pas: _cet homme fait bien son embarras_ ou _de
ses embarras_ ou _ses embarras_; pour signifier qu'il se donne de
grands airs, qu'il fait l'important; il faut dire: _cet homme fait de
l'embarras_, ou _fait l'important_.

2. Ne dites pas avec les wallons: _ce n'est pas l'embarras, mais je
voudrais bien le voir_; dites, _malgré cela, quoi qu'il en soit, je
voudrais..._ Prononcez _ambarâ_ (_â_ long).

=Emberlucoquer= (=s'=), v. a. et pron., se coiffer d'une opinion, s'en
préoccuper tellement qu'on en juge aussi mal que si on avait la berlue;
ne dites pas _emberticoquer_.

=Embêter.=—Ce mot est bas et populaire; on peut le rendre par
_ennuyer, fatiguer, tuer, impatienter, scier, scier le dos_: _cela
m'ennuie; vous m'impatientez par vos discours; il me scie; cette
affaire me scie le dos_.

=Emblaver.=—Ne dites pas: _vous emblavez toute la table_; dites,
_vous embarrassez..._

=Emblève=, rivière: voyez _Amblève_.

=Embonpoint=, s. m.—Ce mot est un de ceux où, par exception, _n_ se
trouve devant _p_.

=Embouchoir=, s. m., terme de bottier; c'est un instrument de bois
en forme de jambe dont on se sert pour élargir les bottes, ou pour
empêcher qu'elles ne se retrécissent; on dit plus communément
_embauchoir_. (Acad.)

=Embouler.=—_Un écheveau de fil emboulé_, barbar.; dites, _mêlé_;
_embouler_ n'est pas français.

=Embrasement=, s. m., grand incendie; prononcez _embrazement_; un
_embrassement_ est l'action d'embrasser et se prononce _embracement_.

=Embrouillamini=, s. m., désordre, confusion; ce mot n'est pas
français; dites _brouillamini_.

=Embûches=, s. f. pl.: voyez _tendre_.

=Éminent, Imminent=, _péril éminent, péril imminent_.—_Éminent_ donne
l'idée d'un mal, d'un péril qu'on peut regarder comme très-grand, mais
dont on a le temps d'examiner la grandeur; et _imminent_ donne l'idée
d'un mal, d'un péril qu'on peut regarder comme présent et où le hasard
nous engage; l'un s'envisage avec crainte; l'autre, avec effroi. On
dira d'un malheureux qui doit expier son crime sur l'échafaud, qu'il
est dans un péril _éminent_; mais d'un criminel qu'on mène au supplice
ou d'un homme surpris par les voleurs, on dira qu'il est dans un péril
_imminent_.

=Emmalgame, Emmouracher, Ennuiter=: écrivez et prononcez _amalgame,
amouracher, anuiter_.

=Emmancher=, mettre un manche; ne dites pas _amancher_.

=Emment= (_terminaisons en_); se prononcent _a-ment_ et non _an-ment_:
_prudemment, ardemment_.

=Emmurailler, Murailler=, entourer de murs, ne sont pas français; dites
_murer_ ou _entourer, fermer de murs_.

=Émoluments=, s. m. pl.: voyez _gage_.

=Émoucher= _la chandelle_.—Dites _moucher la chandelle_; _émoucher_
veut dire chasser les mouches.

=Émouchettes, Épinces.=—On ne dit ni l'un ni l'autre dans le sens de
_pinces, mouchettes_ (ce dernier ne s'emploie qu'au pluriel).

=Émoudre=, v. a., aiguiser sur une meule: _émoudre des couteaux,
des ciseaux_; les verbes _émouler, remouler_ ne sont pas
français.—Cependant on dit également bien _émouleur_ et _rémouleur_,
pour désigner celui qui fait profession d'émoudre, de rémoudre,
d'aiguiser les couteaux, les ciseaux. (Acad.)

=Empêche=, n'est pas français; dites _empêchement_.

=Empêché, Occupé.=—Il ne faut point confondre ces deux mots:
_empêché_ se dit d'une personne qui a de l'embarras, un empêchement;
_occupé_ se dit d'une personne qui a de l'occupation, qui travaille à
quelque chose; ne dites donc pas: _j'ai été ce matin voir mon ami, il
était empêché à rendre ses comptes; la servante est empêchée à faire
le dîner_; il faut dire, _il était occupé à rendre ses comptes; la
servante est occupée à faire le dîner_. Mais l'on dira bien: _s'il me
vient une visite, dites que je suis empêché_, c'est-à-dire, _que j'ai
de l'empêchement_.

=Empêcher.=—Ne dites pas: _Victor voulait se battre, je l'ai
empêché_; dites, _je l'en ai empêché_.

2. Ne dites pas non plus: _je lui empêcherai bien de sortir_; dites,
_je l'empêcherai bien de sortir_.

3. _Empêcher quelque chose à quelqu'un_, est une locution vicieuse; il
faut dire, _empêcher quelqu'un de faire quelque chose_.

=Empereur=, s. m.: prononcez _emp'reur_, et non _empèreur_ ni
_empéreur_.

=Emplâtre=, est masculin: _appliquer un emplâtre; quel emplâtre que cet
homme-là!_ prononcez _emplâ-tre_ et non _emplâ-te_, ni _emplâ-tère_.

=Emplette=, est féminin et ne se dit que d'un achat de petits meubles
ou de certaines marchandises vendues en détail: on fait emplette d'une
boîte, d'un couteau et non d'une maison, de cent kilogrammes de café.

=Employé.=—Ne dites pas: _le voilà ruiné, c'est bien employé_; dites,
_il le mérite bien; il a ce qu'il mérite; c'est bien fait; il paie sa
faute_.

=Empocheter=, mettre en poche; dites _empocher_: _à mesure qu'il gagne
de l'argent au jeu, il l'empoche_.

=Empois=, colle d'amidon, est masculin: _de l'empois épais_.

=Emporter=, v. a.—Ne dites pas: _cet élève a emporté tous les prix de
sa classe_; dites, _a remporté..._

=Empresser= (=s'=), prend la prép. _à_ devant un infinitif, lorsqu'il
signifie, agir avec une ardeur inquiète, se donner du mouvement
pour réussir: _celui qui paraît le plus empressé à nous plaire, est
plus occupé de lui que de nous_. Il prend _de_, lorsqu'il veut dire
simplement _se hâter_: _s'empresser de parler; je m'empresserai de
l'avertir_.

=Emprunter.=—Il prend _à_ et _de_ devant le nom de la personne qui
prête, lorsqu'il signifie, demander et recevoir en prêt: _emprunter
de l'argent à quelqu'un_ ou _de quelqu'un; emprunter une pensée à
un auteur ou d'un auteur; emprunter un mot au latin_ ou _du latin_.
Cependant, dans le sens de _tirer, recevoir, devoir à_, il prend
toujours _de_: _ce raisonnement emprunte_ (tire) _de la circonstance
présente une nouvelle force; la lune emprunte_ (reçoit) _sa lumière du
soleil_. Voyez _prêter_.

=En.=—Ne dites pas: _en Féronstrée, en Vinave-d'Ile_, mais, _dans la
rue Féronstrée, dans la rue Vinave-d'Ile_.

2. Ne dites pas: _je n'en ai qu'un de canif_; dites, _je n'ai qu'un
canif_; _en_ est de trop.

3. Ne dites pas: _avoir part en l'amitié de quelqu'un_, mais, _à
l'amitié de quelqu'un_.

4. Ne dites pas: _une robe garnie en argent, en or, en dentelle_, mais,
_une robe garnie d'argent, d'or, de dentelle_. On dit au contraire,
_une montre en or, une chaîne en argent, une fourchette en argent_ et
non _une montre d'or, une chaîne, une fourchette d'argent_.

5. On dit _en l'honneur_ et non _à l'honneur_: _on fait à la paroisse
une neuvaine en l'honneur de St Roch; j'ai donné un dîner en l'honneur
de Pierre_.

6. Ne dites pas: _je n'irai pas à Verviers en semaine_; dites, _dans la
semaine_. (Fland.)

7. Ne dites pas: _les oignons sont bons en salade_; dites, _dans la
salade_, à moins que vous ne vouliez indiquer une salade faite aux
oignons.

8. Ne dites pas: _fait en l'hôtel de ville_; dites, _fait à l'hôtel
de ville_ ou _dans l'hôtel de ville_. On dit cependant bien, _fait en
séance_ ou _en la séance de..._

9. Ne dites pas: _je l'ai rencontré en bourse, en foire_; dites, _à la
bourse, à la foire_. (Fland.)

10. Ne dites pas: _cet enfant est toujours en rue_; dites, _dans la
rue_.

11. Ne dites pas: _il a toujours la pipe en bouche, une canne en main_;
dites, _à la bouche, à la main_.

12. Ne dites pas: _il s'ensuit de là, j'en conclus de là_; dites, _il
s'ensuit, j'en conclus_ ou bien, _il suit de là, je conclus de là_.

13. Ne dites pas: _je m'en vais voir_; dites, _je vais voir_; _en_ est
de trop. Ne dites pas non plus: _je me suis en allé_; dites, _je m'en
suis allé_.

14. Plusieurs grammairiens prétendent qu'il faut remplacer _son, sa,
ses, leur, leurs_ par l'article _le, la, les_ et le pronon _en_ lorsque
l'objet possesseur et l'objet possédé se trouvent dans des propositions
différentes; d'après eux, il faudrait dire: _j'ai parcouru la ville de
Liége, les rues en sont belles_; et ce serait une faute de dire: _j'ai
parcouru..., ses rues sont belles_.—M. l'abbé Péters (_Grammaire_, nº
325) a fait bonne justice de cette prétendue règle, et a démontré, par
des exemples tirés des meilleurs auteurs, que l'on peut, dans ce cas,
faire usage de l'adjectif possessif.

15. _En agir_: voyez _agir_.

=Encatharré=, n'est pas français; dites _enrhumé_.

=Encensoir=, est masculin: _un encensoir d'argent_.

=Enchifrené=, enrhumé du cerveau; _enchifrènement_, rhume de cerveau;
ne dites pas, _enchiferné, enchifernement_.

=Enclos=, s. m., enceinte, espace clos: prononcez _anclô_ (_ô_ long.)

=Encoignure=, s. f., angle de deux murs; on prononce et plusieurs
écrivent _encognure_ (Acad.): _on a placé une armoire dans cette
encoignure_.

=Encombre=, embarras, est masculin; prononcez _encom-bre_ et non
_encom-pe_ ni _encombère_.

=Encore pas=, est un barbarisme; dites _pas encore_: _avez-vous
déjeuné? pas encore_ (et non _encore pas_).

2. Ne dites pas: _cela m'est encore arrivé; je l'ai encore vu_; dites,
_cela m'est déjà arrivé, je l'ai déjà vu_: _encore_ n'a pas le sens de
_déjà_.

3. Ne dites pas: _cette personne est encore aimable_; dites, _cette
personne est assez aimable_.

4. Ne dites pas: _il est encore toujours au lit_; dites, _il est encore
au lit_.

5. Ne dites pas: _j'entendis hier quelqu'un, et encore un homme
d'esprit, qui soutenait cette erreur_; dites, _et même un homme
d'esprit_.

=Encourir.=—Ne dites pas: _je m'encours à l'école; je m'encours pour
ne pas être aperçu_; dites, _je cours à l'école; je m'enfuis pour ne
pas être aperçu_.

=En débit=, n'est pas français; dites _en détail_: _ce marchand vend en
gros et en détail_.

=Endêver=, avoir grand dépit de quelque chose: _il endêve de cela;
faire endêver quelqu'un_: il est familier.

=Endormir=, est français dans le sens d'_engourdir_: _cette attitude
forcée m'a endormi la jambe; avoir un bras endormi_.

=Endroit=, signifie le beau côté d'une étoffe, celui qui est opposé à
_l'envers_: _voilà l'endroit de ce drap; quel est l'endroit?_

2. _A l'endroit de quelqu'un_, ne signifie pas, _vis-à-vis de
quelqu'un_, mais, _à son égard, envers lui_: cette manière de parler à
vieilli. (Acad.)

=En exprès, A l'exprès, Par exprès=: voyez _exprès_.

=Enfant=, est masculin: _cette fille est un enfant gâté; cette mère a
perdu tous ses enfants_ (toutes filles); il est quelquefois féminin au
singulier en parlant d'une très-jeune fille: _c'est une belle enfant;
la pauvre enfant_. (Acad.) Il est encore féminin: 1º lorsque, employé
comme terme d'amitié, il se dit d'une fille ou d'une femme: _ma chère
enfant, ne craignez rien_; 2º dans cette phrase: _c'est une bonne
enfant_, c'est-à-dire, une personne, fille ou femme, d'un caractère
doux et facile. (M. l'abbé PÉTERS).

2. Ne dites pas: _j'ai levé cet enfant_, mais, _je suis parrain,
marraine de cet enfant_, ou, _je l'ai tenu sur les fonts baptismaux_.

=Enfantise=, n'est pas français; dites _enfantillage_.

=Enfiler=, dans le sens de _tromper, enjôler_, est tout-à-fait
populaire.

=Enfin.=—Évitez de multiplier cette expression dans une narration; ne
l'employez pas non plus quand vous êtes gêné pour vous rappeler ou dire
quelque chose: _enfin.... enfin..._: dans ces sortes de cas, _enfin_
n'a pas de sens.

=Enflammation, Enflammable=, ne sont pas français; il faut dire
_inflammation, inflammable_.

=Enforcir=, v. a., rendre plus fort: _la bonne nourriture a enforci ce
cheval; enforcir un mur_. Il ne se dit guère en parlant des personnes.

2. Il s'emploie aussi avec le pronom et signifie, devenir plus fort:
_il s'enforcira; ce vin s'enforcit à la gelée_.—Il s'emploie comme
neutre dans le même sens: _ce cheval enforcit tous les jours_. (Acad.)

=Enfuir= (=s'=): prononcez _enfu-ir_ et non _enfou-ir_; _enfouir_, c'est
cacher sous terre. Voyez _ui_.

=Engager, S'engager=, devant un infinitif, demandent la préposition
_à_: _je l'ai engagé à dîner; il s'est engagé à venir nous voir_.

=Engeler=, n'est pas français; dites _geler_: _je suis gelé de froid;
le vin gèle; la Meuse est gelée_. Prononcez _geler_ et non _gèler_.

=Engelure=, s. f., est français: _avoir des engelures aux pieds, aux
mains; ses engelures lui démangent beaucoup_.

=Engouer=, embarrasser le gosier: prononcez _engou-er_, et non
_engou-wer_.—_Engouement_, état engoué, passion: prononcez,
_engoûment_, (_oû_ long) et non _engou-wement_.

=Engrais=, s. m.—Dites, _mettre des bœufs, des moutons à l'engrais_
et non, _en graisse_ ni _sur graisse_.

=Engraisser, Graisser.=—Ces verbes correspondent respectivement aux
substantifs _engrais_ et _graisse_; on doit donc dire: _engraisser
une terre, un animal; cette personne a beaucoup engraissé depuis un
an_;—et en se servant du verbe _graisser_: _graisser des bottes, des
souliers; graisser les roues d'une voiture; graisser son linge, ses
habits_.

=Engrener=, _engrenage, engrenure_; prononcez _engrener, engrenage,
engrenure_, et non _engrèner, engrènage, engrènure_.

=Engueuler=, n'est pas français; on peut le rendre par _huer, accabler,
poursuivre de huées, d'injures_: _il se fit huer de tout le monde; la
canaille le poursuivit de ses huées_.

=Énigme=, est féminin: prononcez _énigh-me_ (_g_ dur) et non _énime,
enih'me, énihe, énik_.

=En imposer=: voyez _imposer_.

=Enivrer=, _enivrant, enivrement_: prononcez _an-nivrer, an-nivrant,
an-nivrement_, et non _énivrer, énivrant, énivrement_.

=Enjeu=, ce qu'on met au jeu pour commencer à jouer; ne dites pas
_mettre au pot_; dites, _faire l'enjeu_.

=Enjoué=, _enjouement_: prononcez _enjou-é, enjoû-ment_ (_oû_ long) et
non _enjou-wé, enjou-wement_.

=Ennemi=: prononcez _ènemi_, et non _ain-nemi_.

=Ennoblir=, v. a.: voyez _anoblir_.

=Ennui=, _ennuyer, ennuyant, ennuyeux_: prononcez _an-nui_ (_ui_
diphthongue et non _oui_); _an-nuyer, an-nuyant, en-nuyeux_.

=Ennuyant, Ennuyeux.=—_Ennuyant_, qui chagrine, qui importune ou qui
contrarie actuellement, dans le moment même: _quelle soirée ennuyante;
quel temps ennuyant!_

2. _Ennuyeux, euse_, signifie, qui a la qualité d'ennuyer, qui est
propre à ennuyer, qui ennuie habituellement: _temps ennuyeux, livre
ennuyeux; cet homme est bien ennuyeux_.

=Enorgueillir=, rendre, devenir orgueilleux; prononcez
_an-norgheuillir_ et non _énorgheuillir_, ni _énorgheillir_.

=Enregistrer, Enregistrement=: prononcez _enregis'tré, enregis'treman_
et non _enrégis'tré, enrégistrement_.

=Enrouer, Enrouement=: prononcez _enrou-er, enroûment_, (_oû_ long) et
non _enrou-wer, enrou-wement_. Voyez _rauque_.

=Enrouiller=, est français; mais ou dit plus ordinairement _rouiller_
(_ll_ mouillées). (Acad.): _l'humidité enrouille_ et mieux, _rouille le
fer_.

=Enseigne=, est masculin, lorsqu'il désigne un grade: _un enseigne de
vaisseau_; il est féminin, quand il désigne l'emblème d'un commerçant:
_une belle enseigne_.

=Enseigner.=—Ne dites pas: _cet enfant a été bien enseigné_; dites,
_bien instruit_; prononcez _ensei-gner, ensei-gnant, ensei-gnement_, et
non _enseign'ner, enseign'nant, enseign'nement_.—Voyez _gn_.

2. _Enseigner_, dans le sens d'indiquer, faire connaître quelque chose
que ce soit, est français: _enseignez-moi sa maison, enseignez-nous le
chemin_.

=Enserrer=, dans le sens de _enfermer, enclore_, est vieux; ne dites
pas: _j'ai enserré le chien_; dites, _... enfermé_. (Acad.) Mais on dit
bien, _enserrer des fleurs_, c'est-à-dire, les mettre en serre.

=Ensevelir=: prononcez _encev'lir_ et non _encèv'lir_ ni _ensèvélir_.

=En sorte.=—Ne dites pas: _il a fait si bien en sorte qu'on lui a
pardonné_; dites, _il a fait si bien qu'on lui a pardonné_.

=Ensuite=, suivi de la prép. _de_, ne s'emploie guère que dans ces deux
phrases: _ensuite de cela, ensuite de quoi_ (Acad.), et dans ce cas il
est préposition.

=Ensuivre= (=s'=), v. essent. pron.—Il ne se dit qu'à la 3e
pers. tant du sing. que du pluriel, et s'emploie le plus souvent
impersonnellement: _il s'ensuit que vous aviez tort_. L'Académie ne
donne qu'un seul exemple de ce verbe à un temps composé et c'est une
phrase de barreau: _le tribunal cassa la procédure et tout ce qui
s'était ensuivi_. Dans le langage ordinaire, on met généralement le
verbe _être_ entre la préposition _en_ et le participe _suivi_: _il
s'en est suivi de grands maux; et tout ce qui s'en est suivi_.

2. _Il s'ensuit_ veut l'indicatif après lui; _il ne s'ensuit pas_, veut
le subjonctif.

3. _Il s'ensuit de cela_, est un pléonasme vicieux; dites, _il
s'ensuit_ ou bien _il suit de cela_.

=Entendre.=—_Entendre la raillerie_, c'est avoir le talent de railler:
_peu de personnes entendent la fine et innocente raillerie_.—_Entendre
raillerie_, c'est ne point s'offenser d'une raillerie: _vous entendez
très-bien raillerie, quand d'autres que moi vous font la guerre sur vos
petits défauts_.

2. Ne dites pas: _j'ai entendu de mon voisin que Paul vient de mourir_;
dites, _j'ai appris de...; j'ai ouï dire, j'ai entendu dire..._
(Fland.) Prononcez _enten-dre_ et non _enten-te_ ni _enten-tre_ ni
_entendère_.

3. _S'entend_ (et non _c'entend_, ni _sentant_) a à peu près le même
sens que _c'est-à-dire, je veux dire, bien entendu_: _vous aurez tous
une récompense, s'entend, ceux qui l'auront méritée_.

=En-tête=, ce qui s'écrit au-dessus d'une lettre, d'un tableau; ce mot
est français et masculin: _écrire un en-tête à un tableau; écrire des
en-têtes de lettres_. (BESCHERELLE.)

=Entièreté=, n'est pas français; dites, _la totalité, le tout, le
montant_: _il paya le montant, le total de la dépense_ ou _toute la
dépense_.—Prononcez _enti-er_ et non _entchi-er_, Voyez _ti_.

=Entre.=—L'_e_ final de _entre_ ne s'élide que dans la composition
des mots devant une voyelle; on écrit _entre eux, entre elles, entre
autres_ et _entr'actes, s'entr'aider, s'entr'aimer, s'entr'égorger,
entr'ouvrir_, etc. Si le mot suivant commence par une consonne,
on réunit les deux mots par un trait, d'union: _s'entre-déchirer,
s'entre-nuire_, etc. On écrit cependant en un seul mot: _s'entremettre,
s'entretenir, s'entrevoir_.

2. _Entre les deux_, médiocrement; dites, _entre-deux_: _fait-il froid?
entre-deux_.

3. _Entre, Parmi._—Entre signifie _au milieu de_; c'est pour cela
qu'en général il ne se dit que de deux objets ou de deux sortes
d'objets: _entre eux deux; entre la crainte et l'espérance; entre les
hommes et les animaux_.—_Parmi_ signifie _dans le nombre de_, et
c'est pour cette raison qu'il ne s'emploie qu'avec un pluriel indéfini
signifiant plus de deux ou avec un collectif: _parmi eux, parmi les
élèves, parmi le peuple_.—Cependant _entre_ se dit quelquefois pour
_parmi_: _entre les merveilles de la nature; il fut trouvé entre les
morts; la sainte Vierge Marie est bénie entre toutes les femmes_.
(Acad.)

=Entrefaites=, s. f., ne s'emploie guère qu'au pluriel et dans ces
locutions adverbiales; _sur ces entrefaites, dans ces entrefaites_,
pendant ce temps-là. On dit cependant quelquefois au singulier: _dans
l'entrefaite, dans cette entrefaite_. (Acad.)

=Entreprendre= (=s'=).—Ne dites pas: _il vient de s'entreprendre avec
son ami_; dites, _il vient d'avoir querelle_ ou _de se quereller avec son
ami_.

2. On dit très-bien pourtant: _entreprendre quelqu'un_, c'est-à-dire,
se mettre à le poursuivre, à le tourmenter, à le persécuter, à le
railler: _si j'entreprends cet homme-là, je lui ferai voir du pays_.

=Entrer=, prend l'auxiliaire _être_; _je suis entré; nous sommes
entrés_.

2. On peut dire par hypallage: _ce chapeau n'entre pas dans ma tête;
enfoncer son chapeau dans sa tête; ces bas n'entrent pas dans mes
jambes_. (Acad.)

=Entretemps=, est un substantif et non un adverbe: ne dites donc pas:
_écrivez votre lettre, entretemps je lirai_; dites, _dans l'entre-temps
je lirai_.

2. Ce mot est peu usité et ne se dit pas au pluriel. (Acad.);
_entre-temps_ s'écrit avec un trait d'union.

=Envenimer=, infecter de venin, aigrir; prononcez _envenimer_ et non
_envènimer, m'envénimer_.

=Envergure=, s. f., étendue des ailes; ne dites pas _enverjure_.

=Envers=, prép., à l'égard: voyez _vis-à-vis_. Prononcez _envers eux_,
(_envèreux_) et non _envèrz'eu_.

=Envier, Porter envie.=—_Envier_, se dit des choses et quelquefois des
personnes: _je ne lui envie point son bonheur; tout le monde l'envie_
(Acad.); _les gens en place sont ordinairement enviés_ (id.)—_Porter
envie_, ne se dit que des personnes: _Caïn portait envie à Abel_.

=Environ= _six ou huit_, est un pléonasme; car _environ_ et _ou_ ont la
même signification; dites, _six ou huit_, ou bien _environ six à huit_.

=En voie=: voyez _voie_.

=Envoyer.=—Ne dites pas: _j'ai envoyé ce ballot avec la diligence_;
dites, _par la diligence_.

=Épais=, adj., fait au féminin _épaisse_ et non _épaise_.

=Épargner=: voyer _éviter_.

=Épaule=, s. f.: prononcez _épôle_ (_ô_ long).

=Épeautre=, espèce de blé, est masculin.

=Épellation=, s. f., action d'épeler; prononcez _épèl'lation_.

=Éperon=, (et non _épron_), s. f., fer pour piquer le cheval; prononcez
_ép'ron_ et non _épéron_ ni _épèron_.

=Épidémie, Contagion.=—_Épidémie_, désigne une maladie qui se
communique par l'air; _contagion_, une maladie qu'on gagne par le
contact: _jusqu'à présent les médecins sont partagés sur la question de
savoir si le choléra est épidémique ou contagieux_.

=Épiderme=, première peau, est _masculin_.

=Épincette=, n'est pas français; dites _pincettes_.

=Épine, Noble épine=, pour signifier un arbrisseau à fleurs blanches,
n'est pas français; dites _aubépine_.

=Épion, Épionner=, sont des barbarismes; dites _espion, espionner_.

=Épisode=, action incidente liée à l'action principale, est _masculin_:
_un triste épisode_; prononcez _épizo-de_, et non _épizo-te_.

=Épitaphe=, inscription de tombeau, est _féminin_: _une glorieuse
épitaphe_.

=Éplucher=: voyez _écaler_.

=Époux=, s. m.—Dans la conversation, il est contraire au bon usage
de dire: _mon époux, son époux; mon épouse, son épouse; sa dame, sa
demoiselle_; dites, _mon mari, son mari; ma femme, sa femme; ma fille,
sa fille_. Ces mots _époux, épouse, dame, demoiselle_, ne peuvent être
précédés de l'adjectif possessif, sans trahir, chez les personnes qui
les emploient ainsi, une éducation peu relevée.

=Équateur, Équation=: prononcez _écouateur, écouation_.

=Équerre=, est féminin: _une fausse équerre_.

=Équestre=, _équiangle, équidique, équidistant, équilatéral,
équilatère, équimultiple, équipollence, équiries, équitation_:
prononcez _écues-tre, écui-angle, écuidique, écuitation,..._ et non,
_ekestre, ekiangle, ekidique, ekitation,..._ ni _écouestre, écouiangle,
écouidique, écouitation...._

2. On ne saurait trop s'attacher dans la prononciation à bien
distinguer _ui, ues_ de _oui, oues_; beaucoup de personnes, ne
soupçonnant pas même cette différence, prononcent généralement et
impertubablement les _ui_ comme des _oui_, et font, par exemple
_enfouir_ (se cacher sous terre) de s'_enfuir_ (prendre la fuite):
voyez _aiguiser_ et _ui_.

=Équinoxe=, _équinoxial, équerre, équivaloir, équivalent_; prononcez
_ékinoxe, ékère, ékivaloir_, etc.

=Er= _final_.—Dans le discours soutenu, et surtout dans les vers,
l'_r_ finale dans l'infinitif des verbes en _er_ se lie avec la voyelle
du mot suivant; _er_ se prononce alors _ère_ et non _ére_: _aimer à
jouer; folâtrer et rire_. Dans la conversation, ces sortes de liaisons
seraient affectées et ridicules. (HENNEBERT.)

=Érésipèle=, tumeur inflammatoire sur la peau, est masculin, _érésipèle
dartreux_; on disait autrefois _érysipèle_, ce qui est plus conforme à
l'étymologie.

2. Ne dites pas _résipèle_: _mon frère à la résipèle_; ne dites pas non
plus _la rose_ pour _l'érésipèle_.

=Ergot=: voyez _argot_.

=Ériger.=—Ne dites pas: _le canal a été érigé en 1850_; dites, _...
creusé_.—_Ériger_, signifie _élever_: _ériger un monument, une
statue_.

=Ermite=, _ermitage, erminette_ (sorte de hache): on écrit aussi, mais
moins souvent, _hermite, hermitage, herminette_.

=Errer=, _errant, erratum, errata, erratique, errements; erreur,
erroné_: faites sentir les deux _r_, et prononcez _er'rer, er'rant,
er'ratum_, etc.

=Errière=: voyez _arrière_.

=Éruption, Irruption.=—_Éruption_, se dit de l'évacuation subite d'un
liquide et de toute sortie prompte et avec efforts.

2. _Irruption_, au contraire, signifie, entrée soudaine et imprévue des
ennemis dans un pays. Il faut donc dire: _le Vésuve vient de faire une
éruption_; _les ennemis ont fait une irruption dans notre pays_.

=Escadre=, s. f., flotte de guerre; prononcez _escâ-dre_ (_â_ long) et
non _escate_ ni _escadère_.

=Escalier.=—Ne confondez pas ce mot avec _marche, degré_:
_l'escalier_ est l'ensemble des marches qui conduisent d'un étage à un
autre; ne dites donc pas _monter les escaliers_, s'il ne s'agit que
d'un étage; dites _monter les degrés_ ou _l'escalier_; ne prononcez pas
_escayer_.

=Escarole=, s. f., espèce de chicorée à larges feuilles; on écrit
aussi, mais moins souvent, _scariole_.

=Escient= (_à mon, à ton, à son_, etc.), sciemment, avec connaissance;
prononcez _ècian_ et non _èci-in_.

=Esclabousser=, n'est pas français; dites _éclabousser_.

=Esclandre=, malheur avec éclat, est masculin: _il est arrivé un grand
esclandre dans cette famille_. Prononcez _esclan-dre_ et non _esclante_
ni _esclandère_.

=Esclopé=, n'est pas français; dites _éclopé_ (qui marche avec peine).

=Escouer=, n'est pas français; dites _secouer_.

=Escroc=: prononcez _escrô_: _un vil escroc_. V. _c final_.

=Espace=, est masculin, excepté lorsqu'il désigne ces petites pièces
de métal que, dans les imprimeries, on met entre les caractères pour
séparer les mots l'un de l'autre: _un long espace de temps; mettre
une forte espace entre deux mots_.

=Espadon=, s. m., épée grande et large; dites _espadon, espadonner_, et
non _espadron, espadronner_.

=Espèce=: _toute espèce_, voyez _sorte_.

=Espérer, Promettre, Compter=, doivent être suivis d'un futur: voyez
_compter_.

2. _Espérer_, suivi d'un infinitif, ne régit point de préposition,
lorsque l'espérance paraît fondée, et il demande la préposition _de_,
si l'on espère avec quelque doute: _j'espère le revoir aujourd'hui_;
_peut-on espérer de vous revoir aujourd'hui?_ Voilà pourquoi avec un
adverbe qui exprime la certitude, on dit: _j'espère bien partir demain_
et non _j'espère bien de partir_.—_Espérer_, à l'infinitif, suivi
d'un verbe aussi à l'infinitif, régit toujours la préposition _de_,
parce qu'alors l'espérance est vague, incertaine: _on m'a fait espérer
de le revoir_.

=Espiègle=, adj. et subst. des deux genres; prononcez _espiè-gle_ et
non _espiégle_ ni _espièk_, ni _espièguèle_; ne dites pas non plus, _un
spiègle, c'est un spiègle_.

=Esquelette.=—Ne dites pas _un esquelette_, mais _un squelette_;
_squelette_ est masculin.

=Esquinancie=, s. f., inflammation du gosier; on écrit aussi, mais plus
rarement, _squinancie_; ne dites pas _esquilancie_.

=Essart=, s. m., =Essartage=, s. m., =Essarter=, v. a.—Ces mots
figurent dans les dictionnaires de Bescherelle et de Poitevin.

2. _Essart_ se dit d'un terrain inculte, qui peut ou doit être essarté,
défriché; _l'essartage_ (ou _essartement_) est l'action d'essarter,
la manière d'essarter, l'effet de cette action; _essarter_, c'est
défricher en arrachant les bois, les épines, etc.

3. On dit également _écobuer_ qui signifie proprement écroûter la
surface du sol, et brûler sur place les tranches de gazon ainsi
enlevées.—Les mots _sart, sartage, sarter, sartager_, ne sont pas
français.

=Essayer=, dans le sens de _goûter, savourer, déguster_, n'est pas
français: _goûtez ce vin_ (et non _essayez_); _goûtez cette viande_ (et
non _essayez_).

2. _Essayer_, devant un infinitif, prend la préposition _à_, lorsqu'il
signifie _s'exercer à_: _un enfant essaie à marcher_; dans les autres
acceptions, il prend _de_: _j'ai essayé de le persuader_.—_S'essayer_
veut toujours la préposition _à_: _s'essayer à nager_.

3. _Essayer_, signifiant tâcher, faire ses efforts, demande un régime
indirect: _essayez-y_ (et non _essayez-le_); _je ne sais si j'en
viendrai à bout; je n'y ai pas essayé_ (et non _je ne l'ai pas essayé_).

=Est=, s. m., Orient: on prononce le _t_: _es-te_.

=Est-ce.=—Ne dites pas: _plus savant est-on, plus est-ce qu'on aime
l'étude; plus vous en dites, moins est-ce qu'on vous croit_; dites,
_plus on est savant, plus on aime l'étude; plus vous en dites, moins on
vous croit_.

=Estaminet=, _Café chez Hubert_; c'est une mauvaise locution;
dites, _estaminet, café tenu par Hubert_ ou bien simplement,
_estaminet-Hubert, café-Hubert_.

=Estoc=, s. m., longue épée ancienne; ne dites pas: _frapper de stoc et
de taille_, mais, _d'estoc et de taille_; prononcez _estok_.

=Estomac=, s. m.—Prononcez _estoma_ et non _estomak_.

2. Ne confondez pas _estomac_ avec _poitrine_: _il a une large
poitrine; je lui ai frappé sur la poitrine_ (et non _estomac_);
_estomac_ ne se dit que de la poche qui sert à digérer et qui se trouve
au-dessous du thorax ou de la poitrine proprement dite.

=Estomaquer=, ne s'emploie que _pronominalement_, et signifie se
tenir offensé de ce qu'une personne a dit ou fait, _s'en formaliser_;
mais il ne signifie jamais _surprendre, stupéfier, interdire_, comme
dans l'idiome wallon: _il s'est estomaqué (formalisé) de ce que je
ne lui ai pas rendu sa visite assez tôt; il n'a pas sujet de s'en
estomaquer;—je fus bien surpris de sa réponse; cette nouvelle l'a
stupéfié_ (et non _estomaqué_).

=Estompe=, s. f.; _dessin à l'estompe_; ne dites pas _estombe_.

=Étable=, est féminin: prononcez _éta-ble_.

=Étal, Étau.=—Un _étal_, est une sorte de table chez les bouchers;
plur. _étaux_;—un _étau_, est une machine de serrurier, à tenir, à
serrer les objets que l'on travaille; plur. _étaux_.

=Étiquet=, n'est pas français; dites _étiquettes_.

=Étiqueter=: on ne double jamais le _t_: _les apothicaires étiquètent
leurs fioles_. (Acad.)

=Étisie= et =Phthisie=, _étique_ et _phtisique_, se disent
indifféremment; cependant on dit plus ordinairement _phthisie_ que
_étisie_, et _étique_ que _phthisique_.

=Étonner.=—Il faut dire: _je m'étonne, je suis étonné que..._ et non,
_ça m'étonne que..._

2. Ne dites pas: _je m'étonne ce qu'il a pu faire; je m'étonne s'il a
fait sa besogne_; dites, _je suis curieux de savoir, je désire vivement
savoir_, etc.

=Étouffe, Touffe=, pour _étouffant_, sont des barbarismes: _il fait
étouffant, on étouffe de chaleur_, et non, _il fait touffe, étouffe_.

=Être=, v. s.: prononcez _ê-tre_ et non _ê-te_ ni _êtère_.

2. Ne dites pas: _cela est-il à votre goût_; dites, _cela est-il de
votre goût?_

3. _Être chaud, être froid_, au lieu de _avoir chaud, avoir froid_,
sont des flandricismes.

4. _Être en voie, chasser quelqu'un en voie, jeter quelque chose en
voie_, sont des wallonismes: dites _être parti; chasser quelqu'un;
jeter quelque chose_: voyez _voie_.

5. _Être fâché à quelqu'un ou sur quelqu'un_; dites, _être fâché contre
quelqu'un_. (Wall.)

6. _Être gagné_, pour _avoir gagné_: ne dites pas, si vous avez gagné
au jeu, _je suis gagné_; dites, _j'ai gagné_.

7. _Être perdu_: ne dites pas: _vous avez mal joué, vous êtes perdu_;
dites, _vous avez perdu_.

8. _Être quitte d'une chose_, pour _avoir perdu cette chose_.—_Être
quitte de..._, ne se dit que d'une chose que l'on est bien aise de
ne plus avoir: _je suis quitte de la fièvre_. Mais quand on regrette
une chose, on ne peut pas dire qu'on en est quitte. Bien des gens
disent abusivement: _je suis quitte de mon enfant_, pour dire: _il est
mort_;—_je suis quitte de ma montre, de mon parapluie_, pour, _ma
montre m'a été volée, j'ai perdu mon parapluie_.

9. _Être vice d'une personne, d'une chose_, pour, _en être
dégoûté_:—_ne soyez pas dégoûté_ (et non _vice_) _de moi, buvez
hardiment dans mon verre_. (Fland.)

10. Ne dites pas: _est-ce là votre livre? oui, c'est lui_; dites, _oui,
ce l'est_, ou bien _c'est mon livre_.

11. Ne dites pas: _sont-ce là vos parents? oui, ce les sont_; dites,
_oui, ce sont eux_; ne dites pas: _sont-ce là vos nièces? oui ce les
sont_; dites, _oui, ce sont elles_. Quand on parle de choses inanimées,
on doit répondre: _ce l'est, ce les sont_; mais il faut répondre:
_c'est lui, c'est elle, ce sont eux, ce sont elles_, quand on parle de
personnes.

12. Ne dites pas: _vous savez ce qui en est_; dites, _ce qu'il en est_.

13. Ne dites pas: _où est l'affaire; où sont les actions du chemin de
fer?_ dites, _où en est l'affaire, où en sont les actions...?_

14. Ne dites pas: _nous sommes à trois; ils sont leurs deux_; dites,
_nous sommes trois, ils sont deux_.

15. Ne dites pas: _six et six sont douze_, mais, _font douze_.

16. Ne dites pas: _c'est à vous à qui je parle_; dites, _c'est à vous
que je parle_.

17. _Je fus_, se dit très-bien pour _j'allai_: voyez _aller_.

18. _C'est à vous, c'est à vous de_: voyez _à_.

19. _Être à la campagne, en campagne_: voyez _campagne_.

=Étudiant=, s. m., se dit de celui qui suit les cours d'une université
ou d'une école publique: _un étudiant en droit, en médecine; il y a
beaucoup d'étudiants à cette université_. Il ne se dit pas pour les
_élèves_ d'une école, d'un collége. Voyez _élève_.

=Étudier.=—Ne dites pas: _mon fils étudie avocat_ ou _l'avocat_;
dites, _étudie le droit_ ou _pour être avocat_.

=Étuve, Poêle.=—Une _étuve_ est un lieu clos dont on élève assez
la température pour faire transpirer; un _poêle_ (ou _poile_) est un
fourneau de fonte, de tôle, etc., à l'aide duquel on échauffe les
chambres, escaliers, etc.; ne dites donc pas: _j'ai fait mettre une
étuve dans ma chambre_; dites, _... un poêle_.

=Eucharistie=, _eucologe, Eugène, Eulalie, Euphémie, euphémisme,
Euphrate, Europe, Eustache, Euterpe_, etc.: prononcez _eu_ et non _u_
ni _é_; _Europe_ et non _Urope_, ni _Erope_, ni _Eurôpe_.

=Eux=: prononcez _eû_, et non _eûce_.

=Évaluer=,(_u-er_ et non _u-wer_) et _estimer_, devant ou après un nom
de nombre, ou un adverbe de quantité, peuvent être accompagnés de la
préposition _à_ ou employés sans préposition: _à combien_ ou _combien
a-t-on évalué votre maison? sa propriété fut évaluée cent mille francs_
ou _à cent mille francs; cette terre a été évaluée tant_ ou _à tant_.

=Évangile=, est masculin: _le saint Évangile; le premier, le dernier
Évangile..._

=Éventaire=, s. m., plateau d'osier sur lequel sont placés les noix,
les légumes, etc., que vendent certains marchands en parcourant les
rues. Ne confondez pas ce mot avec _inventaire_, état détaillé des
meubles, des marchandises, etc.

=Évêque=: prononcez _évêque_, (_ê_ long).

=Évier=, s. m., pierre d'une cuisine, d'où s'écoulent les eaux; ne
dites pas _levier_ ni _lévier_ ni _pierre à relaver_; on dit pourtant
_pierre à laver_.

=Éviter, Épargner.=—_Éviter_ ne veut pas dire épargner; ne dites
donc pas: _je vous éviterai cette peine; je veux vous éviter ce
désagrément_; dites, _je vous épargnerai cette peine; je veux vous
épargner ce désagrément_, (littéralement, _je vous ferai éviter, je
veux vous faire éviter_;—mais ce n'est pas moi qui éviterai, c'est
vous qui devez éviter).

=Évoquer, Invoquer=: voyez _invoquer_.

=Ex.=—Cette particule, dans la composition de certains mots, se
prononce toujours _eks_: _ex-ministre, ex-législateur_, il faut se
garder de prononcer _èce_ ni _ek_: voyez _x_.

=Exact=, adj.: prononcez _èkzak-te_, et non _èkza_, ni _èkzak_.

=Examen=, s. m.: prononcez _ègzamin_; quelques-uns disent _ègzamène_.

2. Ne dites pas: _j'ai fait mes examens à Liége_; dites, _j'ai subi,
j'ai passé mes examens..._

=Excellent=, n'admet ni comparatif, ni superlatif; ne dites donc pas
_plus excellent, très-excellent_.

=Excepté=, _passé, supposé, y compris, vu, approuvé_ et quelques
autres participes, employés sans auxiliaire, s'accordent avec le
substantif qui les précède _immédiatement_, parce qu'on sous-entend
l'auxiliaire _être_: _mes amis_ (étant) _exceptés; cette époque_
(étant) _passée; ces faits_ (étant) _supposés; cette somme y_ (étant)
_comprise; les pièces_ (ayant été) _vues et approuvées_.—Mais ils
sont invariables, quand le substantif les suit immédiatement, parce
qu'alors on sous-entend l'auxiliaire _avoir_: _excepté mes amis; passé
cette époque; supposé ces faits; y compris cette somme; vu et approuvé
l'écriture ci-dessus; reçu cent francs_; c'est-à-dire, _ayant excepté_
mes amis; _ayant passé_ cette époque; _ayant supposé_ ces faits; _y
ayant compris_ cette somme; _j'ai vu et j'ai approuvé_ l'écriture
ci-dessus; _j'ai reçu_ cent francs.

=Excessivement=, adv.—Ne dites pas, _excessivement beau, joli,
agréable_; dites, _extrêmement_.—_Excessivement_, est l'adverbe
d'_excessif_, et ne peut s'appliquer à une qualité qu'on regarde
actuellement comme bonne.

=Exclu=, part. passé de _exclure_, fait au féminin _exclue_ et non
_excluse_: prononcez _eks'-clu, eks'-clure_, etc. et non _esclu,
esclure_.

=Excusable, Inexcusable=: voyez _impardonnable_.

=Excuse.=—On dit: _je vous fais excuse, je vous fais bien excuse,
je vous en fais mille excuses_, ou _je vous demande pardon_; mais,
_demander excuse_, est une locution vicieuse.—Prononcez _ègs'-cu-ze_
et non _es-cuze_, ni _ègs'cuce_; prononcez de même _excuser,
excusable_, etc.

=Exemple.=—Ce mot est masculin, excepté lorsqu'il désigne un modèle
d'écriture; dans ce dernier cas, il est masculin et féminin, mais
l'Académie semble préférer le masculin: _vous avez un bel exemple
devant les yeux; son maître de calligraphie lui donne tous les jours de
nouveaux exemples_.

2. On dit très-bien: _suivre_ ou _imiter l'exemple de quelqu'un_;
_suivez son exemple; imiter l'exemple, la conduite de quelqu'un_.
(Acad.) Prononcez _egzam-ple_ et non _ekçample_ ni _egzampe_ ni
_egzampelle_: prononcez de même _exemplaire, exempt, exempter,
exemption, exorde_.

=Exempt, Exempter, Exemption=: le _p_ ne se prononce pas dans les deux
premiers, mais il se fait sentir dans le dernier: _exemp'tion_.

=Exigu=, _exil, exhaler, exhalaison, exeat, exequatur, exarchat_:
prononcez _èg'zigu, èg'zile, èg'zaler, èg'zéat_ (_x_ douce) et non
_èg'cigu, èg'cile, èg'çaler, èg'céat_.

=Exorde=, commencement d'un discours, est _masculin_: _cet exorde est
trop long_.

=Expert=, _expertiser, expliquer, explication, explicite, exprès,
expressément, exploiter, expédient, expirer, exposer, exterminer,
extravagant, expérience, explosion, exploit, extérieur, extraire,
extrait_, etc.: prononcez _èkspert, èkspliquer, èksplication_, etc.
en faisant sentir l'_x_ et non simplement une _s, espert, espliquer,
esplication, esprès, esploit, estravagant_, etc.

=Expirer=, v. n., signifiant mourir, et _passer_, dans le sens de _être
admis_, prennent toujours _avoir_: _dès qu'il eut expiré_ (Acad.); _ce
mot a passé dans notre langue_. (Acad.)—Voyez _Auxiliaire_.

=Explicitement, Explicite=: voyez _implicitement_.

=Exporter, Exportation=: voyez _importer_.

=Exprès, Expressément.=—On entend assez souvent confondre ces deux
adverbes, et cependant ils sont loin d'avoir le même sens. _Exprès_
veut dire _à dessein_ et _expressément_ signifie _formellement,
explicitement_, au moyen d'expressions claires, en toutes lettres: _il
le fait exprès_ (et non expressément) _pour me fâcher_; _il a fait
bâtir cet appartement exprès pour ses amis_; _il est venu exprès, tout
exprès_ (et non _expressément_) _pour demander cette place_;—_cela
est énoncé expressément_ (en toutes lettres) _dans le contrat_; _je lui
avais commandé, défendu expressément_ (clairement) _de faire telle
chose_.

2. _A l'exprès, en exprès, par exprès_, sont des barbarismes; dites
simplement _exprès_ et prononcez _ègs'prè_ et non _es'prè_.



  F


=F.=—Quand elle est finale, elle se prononce presque toujours, même
devant une consonne: _vif désir, soif brûlante, un bœuf très-maigre,
une soif ardente_, etc. Il faut en excepter quelques mots, tels que
_clef_ dont l'_f_ ne se prononce ni au singulier ni au pluriel; _œuf
frais_ (_eû_), _œuf dur_ (_eû_), _nerf-de-bœuf_ (_nèr-de-beufe_);
_cerf-volant_ (_cère_), _cerf-dix-cors_ (_cèr_), _chef-d'œuvre_
(_chè_), _bœuf-gras_ (_beû_). Le mot _neuf_ forme aussi une exception:
voyez ce mot.

2. Les flamands doivent se garder de prononcer _f_ finale ou la syllabe
_fe_ comme _v_ ou _ve_: _un parafe_ et non _un parave_; _un bref_ et
non _un brève_; _un if_ (arbre) et non _ive_; _une griffe_ (ongle
crochu) et non _une grive_ (oiseau); _ce cheval piaffe_ et non _piave_;
_piaffement_ et non _piavement_.

=Fabricant=, s. m.—Quelques-uns écrivent _fabriquant_ (Acad.) Il
nous semble que l'on doit réserver cette seconde orthographe pour le
participe présent du verbe _fabriquer_: _un fabricant d'étoffes; un
ouvrier fabriquant des étoffes_.

2. Le subst. _fabricant_ n'a pas de correspondant féminin; ne dites
donc pas: _Madame N., fabricante de corsets_; dites, _faiseuse de
corsets_.

=Fabricien= et =Fabricier=: on dit plus ordinairement _marguillier_
(_marguillier_ et non _margueiller_).

=Face=, se dit du visage entier et ne doit pas s'employer comme
synonyme de _joue_: _une face de carême; avoir une grosse face, une
face rubiconde;—avoir une fluxion à la joue; joue droite, joue
gauche_.

2. Ne dites pas: _en face le palais_, mais _en face du palais_.
—Prononcez _face_ et non _faze_.

=Facétie=, s. f., plaisanterie: prononcez _facécie_;—_ti_ se prononce
également _ci_ dans les dérivés _facétieux, facétieusement_.

=Fâcher.=—On doit dire; _se fâcher, être fâché contre_ quelqu'un et
non _à, sur_, ou _après quelqu'un_: _il est horriblement fâché contre
vous_ et non _à vous, sur vous, après vous_; _je me suis fâché contre
lui_ (et non _sur lui, après lui, à lui_). Prononcez _fâcher_ (_â_
long) et non _facher_ (_a_ bref).

=Facile.=—Ne dites pas: _j'ai facile, j'ai bien facile; vous avez
bien facile; j'ai facile d'apprendre mes leçons; vous avez facile de
faire ce problème_; mais dites: _il m'est facile, c'est bien facile,
cela m'est bien facile, bien aisé; cela vous est bien facile, bien
aisé; vous avez de la facilité pour apprendre vos leçons_ ou _vous
apprenez facilement vos leçons; vous ferez facilement ce problème_,
etc., ou une autre tournure;—mais _avoir facile, avoir difficile_,
sont des locutions véritablement wallonnes et qu'il faut proscrire du
langage correct. Voyez _difficile_.

=Façon=, s. f.: voyez _compliment_.

=Façonneur, Façonneux=, qui fait trop de façons; ces mots ne sont pas
français; dites _façonnier_: _que vous êtes façonnier; cette femme est
trop façonnière_.

=Fac-simile=, s. m., imitation parfaite; prononcez _fac-similé_: au
pluriel, des _fac-simile_ (invar.)

=Facteur.=—Ne dites pas _le porteur de lettres_, mais _le facteur de
la poste_ ou simplement, _le facteur_.

=Factieux=, adj., séditieux; prononcez _fac-cieux_; _ti_ se prononce de
même dans _faction, factionnaire_.

=Factotum=, s. m., qui se mèle de tout; prononcez _factôtome_: on
prononçait autrefois _factoton_.

=Factum=, s. m., mémoire pour un procès; prononcez _factome_.

=Faculté=, s. m.; ne dites pas _fagulté_.

=Faible=, adj.: ce mot et ses dérivés s'écrivaient autrefois _foible_;
l'Académie a adopté exclusivement _faible, faiblesse, faiblir_, etc.
Prononcez _fè-ble_ et non _fèpe_ ni _fèbelle_.

2. _Faible, fort_.—_Cela est faible, cela est fort_, sont des
exclamations dont les flamands abusent et qu'il faut rendre presque
toujours par un équivalent.—_Cela est fort_, est français dans
certains cas et se dit d'une chose qui étonne désagréablement, qui
paraît extraordinaire, ou difficile à croire: _cela est fort, paraît
fort; voilà qui est fort_.—_Cela est faible_ pour exprimer le
contraire de, _cela est fort_, ou pour signifier que tel propos qu'on
vous tient ou telle réponse qu'on vous fait, ou telle action dont
on vous parle, n'a pas grande importance ou est blâmable: dans ces
diverses acceptions cette locution n'est pas française.

3. Ne dites pas non plus: _cette viande est faible_ pour signifier,
qu'elle a peu de goût; dites, _cette viande est fade_.

=Faiblir=, _tomber faible_.—Ne dites pas: _cette femme est tombée
faible, a faibli à l'église_; dites, _s'est trouvée mal, est tombée en
faiblesse, en syncope, en pamoison; s'est évanouie; il lui a pris une
faiblesse; elle est tombée en faiblesse_.

=Faïence, Faïencier, Faïencerie=: on écrivait autrefois _fayence,
fayencier, fayencerie_.

=Faillir.=—Devant un infinitif il demande _à_ ou _de_, mais _de_
est plus en usage: _j'ai failli de tomber, à tomber; j'ai failli de
l'oublier, à l'oublier; cet événement faillit de retarder, à retarder
notre départ_. Néanmoins on supprime souvent toute préposition, surtout
dans le langage familier: _il faillit être assassiné; il a failli nous
arriver un malheur_.

=Faim=, s. f.—_Si_ et _très_ ne peuvent modifier des substantifs, et
par conséquent ne peuvent se placer devant _faim, soif, peur_; ne dites
donc pas: _j'ai si faim, si soif; très-faim, très-soif_, etc.; dites,
_j'ai grand'faim, grand'soif; fort faim, fort soif; mourir de faim,
avoir une faim dévorante_, etc. Voyez _très_ et _si_.

=Faîne=, s. f.: prononcez _fène_ et non _fa-ïne_: _de l'huile de faîne,
ramasser des faînes_.

=Fainéant, e=, subst.—Ne dites pas _fainiant_, ni _féniant_, ni
_fègnant_.

=Faire.=—Ne dites pas à table: _j'ai bien fait_, pour signifier que
vous n'avez plus d'appétit: dites, _j'ai assez mangé, je n'ai plus
besoin de rien_.

2. Ne dites pas: _deux et deux fait quatre_, mais, _font quatre_.

3. Faire _avec_.—Ne dites pas pour inviter quelqu'un à partager votre
repas: _voulez-vous faire avec nous_; dites, _voulez-vous partager
notre repas; voulez-vous dîner, manger avec nous; voulez-vous prendre
un verre de vin?_

4. Ne dites pas non plus pour inviter quelqu'un à se mettre de la
partie: _voulez-vous faire avec?_ dites, _voulez-vous être des nôtres,
venir avec nous, faire la partie avec nous?_

5. _Faire dans_ telle ou telle chose pour, _faire le commerce_ de telle
ou telle chose, est une locution vicieuse; ne dites pas: _il fait dans
le papier, dans les draps_; dites, _il fait le commerce du papier, des
draps; il vend du papier, des draps_, etc. (Wall.)

6. Ne dites pas: _cela ne me fait de rien_; dites, _cela ne me fait
rien, m'importe peu, ne m'importe guère, m'est bien égal_.

7. Ne dites pas: _je ne fais rien qui ne soit de faire_; dites, _qui
soit blâmable, condamnable, répréhensible_.

8. Ne dites pas: _ça je fais, ça je ne fais pas_; dites, _je fais ça et
je ne fais pas ça_. (Fland.)

9. Ne dites pas: _j'ai fait mes trois cafés ce soir_; dites, _j'ai été
dans trois cafés_, ou bien, _dans mes trois cafés_, si c'est affaire
d'habitude.

10. _Faire tourmenter_, est un wallonisme; ne dites pas: _mon camarade
me fait tourmenter_; dites simplement, _me tourmente_:—_faire
tourmenter_ signifierait charger quelqu'un de tourmenter, comme, _faire
battre, faire rendre_. (Wall.)

11. _Faire_ pour _rendre_.—Ne dites pas: _l'oisiveté nous fait
vicieux; la vertu nous fait aimables_; dites, _l'oisiveté nous rend
vicieux; la vertu nous rend aimables_.

12. Ne dites pas: _je ne sais quoi faire, je ne sais quoi dire, quoi
répondre_; dites, _je ne sais que faire, que dire, que répondre_.

13. Ne dites pas: _je ne sais que faire avec cela_; dites, _je ne sais
que faire de cela_.

14. Ne dites pas: _vous êtes dans l'embarras, savez-vous ce que vous
faites_ ou _ce que vous fassiez_; dites, _savez-vous ce qu'il faut
faire_.

15. _Faire la messe, lire la messe_, pour, _dire la messe, célébrer la
messe_ est un flandricisme.—_faire une messe_ se dit d'un musicien
qui compose une messe.

16. _Faire une somme_, pour, _faire une addition_, etc.; ne dites pas:
_faites-moi cette somme_; dites, _faites-moi cette addition, cette
soustraction_, etc.

17. _Se faire._—Ne dites pas: _il s'est fait fatigué; vous vous ferez
malade_; dites, _il s'est fatigué; vous vous rendrez malade_.

18. _Il fait._—Ne dites pas: _il fait beau de se promener_; dites,
_il fait beau pour se promener_.

19. _Faire_, se met souvent pour un autre verbe qu'on ne peut pas
répéter: _cet homme n'aime pas tant le jeu qu'il faisait_ (et non
_qu'il le faisait_); _nous nous entretînmes de cette nouvelle, comme
nous aurions fait de toute autre_ (et non _comme nous l'aurions fait_)
(Acad.)

20. _Ne faire que, ne faire que de_.—_Ne faire que_, marque ou une
action fréquemment répétée: _cet enfant ne fait qu'aller et venir_; ou
une action instantanée: _attendez-moi, je ne fais qu'aller et revenir_,
c'est-à-dire, je vais et reviens en un moment.—_Ne faire que de_,
marque une action qui vient d'avoir lieu: _il ne fait que d'arriver_,
c'est-à-dire, _il vient d'arriver_.

21. _Faire excuse._—Voyez _excuse_.

22. On dit, _avoir affaire_ et non _à faire_ à quelqu'un: _avoir
affaire à plus fort que soi; si vous ne vous corrigez pas, vous aurez
affaire à moi_. Voyez _affaire_.

23. _Faire les cartes._—Voyez _écarter_.

24. _Se faire prêtre, religieux_, pour, embrasser l'état ecelésiastique
ou religieux, sont des expressions françaises.

25. L'Académie écrit, _faisant, nous faisons, je faisais_, ainsi que
les dérivés _faisable, bienfaisant, bienfaisance, contrefaisant_; mais
il faut prononcer _ai_ comme si ces mots étaient écrits avec un _e_:
_fesant, nous fesons, je fesais, fesable, bienfesant, bienfesance,
contrefesant_. Il faut donc condamner l'orthographe que Voltaire avait
mise à la mode et d'après laquelle on écrivait, _fesant, je fesais,
bienfesance_, etc. Voyez _e pour ai_.

26. _Fait-à-fait, à fait, fait et à mesure_.—Ces expressions ne sont
pas françaises; il faut dire, _à mesure, au fur et à mesure, à fur
et mesure, successivement, tour-à-tour_:—_on vous paiera à mesure
que vous travaillerez; vous n'avez qu'à travailler et on vous paiera
à mesure; travaillez, vous serez payé au fur et à mesure, à fur et
mesure; vous serez payé à mesure de votre travail_. Il faut préférer _à
mesure_, à _au fur et à mesure, fur et mesure_.

27. _Être au fait, mettre au fait, se mettre au fait_, c'est-à-dire
être bien instruit de, s'instruire de... sont des expressions
françaises: _quand vous serez au fait de votre métier; cette jeune
fille est bien au fait du ménage; il se fut bientôt mis au fait de son
nouvel emploi_.

28. _Au fait._—Ne dites pas: _au fait de la comète, je vais vous
conter une histoire_; dites, _à propos de la comète...._

29. Ne dites pas non plus: _c'est au fait de rire, de plaisanter_,
etc.; dites, _c'est pour rire, c'est pour plaisanter_.

=Faisan=, (coq sauvage), _faisandeau, faisanderie, faiseur_ (ouvrier):
prononcez _fesan, fesandeau, fesanderie, feseur_.

=Fait=, s. m.—Dans _voies de fait_, (violences) prononcez _fête_.

=Falloir=, v. n.—Ne dites pas: _voilà ce qui nous faut, ce qui nous
fallait_; dites, _ce qu'il nous faut, ce qu'il nous fallait_.

2. Ne dites pas: _il faut mieux étudier que jouer_; dites, _il vaut
mieux..._

=Fameux=, adj., renommé, célèbre, insigne dans son genre: _fameux
orateur, siège fameux, fameux voleur; c'est un fameux imbécile; voilà
une fameuse bêtise_.

2. Les wallons abusent de ce mot en l'appliquant à des choses d'une
importance médiocre; ainsi ils diront: _c'est un fameux, vous êtes un
fameux_, etc., au lieu de: _c'est un espiègle, vous êtes un original_,
etc.;—_on nous a servi un fameux jambon_, (ou _un terrible jambon_);
dites, _un grand, un très-grand, un énorme jambon_.

3. Ne dites pas non plus: _goûtez-moi ce vin.—Fameux!_ dites,
_excellent, délicieux_.—_Vin fameux_, pour _vin renommé_, est trivial.

=Faner=, v. a., signifie étendre l'herbe pour la faire sécher: _faner
le foin_.—_Faner_ ne peut pas s'employer neutralement; ne dites pas:
_ces fleurs commencent à faner_; dites, _... à se faner_.

=Fange=, s. f.—Beaucoup de wallons désignent, fort improprement, par
ce mot une grande étendue de terrain inculte et couvert de bruyère; le
mot _fange_ a une tout autre signification. Traduisez par _bruyère,
lande_, ou même par _fagne_ qui figure dans quelques dictionnaires.

=Faon=, (petit d'une biche), _faonner_: prononcez _fan, faner_.

=Faquin=, est un terme de mépris qui signifie, homme de rien, qui
fait des actions basses: _ce n'est qu'un faquin; on l'a traité comme
un faquin; c'est un métier de faquin_: _fieffé faquin_.—Il ne faut
donc pas employer ce mot dans le sens de, _freluquet, coquet, pimpant,
élégant_: _il était extrêmement pimpant; vous voilà bien pimpant
aujourd'hui; faire le pimpant_; etc.

=Farce=, se dit des actions qui ont quelque chose de plaisant, de
bouffon ou de ridicule: _faire une farce, des farces; faire une farce
à quelqu'un; une bonne farce; quelle farce! il nous a donné la farce;
c'est une farce que cela; c'est une vraie farce_. (Acad.)—_Faire
ses farces_ (expression populaire), c'est se divertir d'une manière
bouffonne: ces _jeunes gens font leurs farces, ont fait leurs farces_.
(Acad.)

2. _Farceur_, se dit d'un homme qui fait des bouffonneries, qui est
dans l'habitude d'en faire: _un farceur insipide_. (Acad.)—Il suit
de là que les mots français _farce_ et _farceur_ ne correspondent pas
exactement aux mots wallons _farce_ et _farceur_; ceux-ci en effet ont
une acception un peu détournée et se disent ordinairement d'un _tour_,
d'une _plaisanterie_, d'une _mystification_, d'une _espièglerie_: _cet
écolier ne pense qu'à jouer des tours; je lui ai joué un bon tour; on
m'a fait une méchante plaisanterie; vous avez fait là une dangereuse
espièglerie_.

3. Rendez le mot _farceur_ par _plaisant, qui aime les tours,
espiègle_, etc., selon le sens.

4. Ne dites pas _farce_ pour _farceur_: _cet homme est farceur; oh! que
c'est farce!_ Cependant ce mot peut se dire des choses: _une action
farce, une parole farce, un maintien farce_. (BESCHERELLE.)

5. Le verbe _farcer_, faire une farce, figure dans les dictionnaires de
Bescherelle et de Poitevin.

=Fashion= (mode), =Fashionable= (à la mode), mots anglais: prononcez
_fachion, fachionable_; néanmoins plusieurs prononcent _fassion,
fassionnable_.

=Fastes=, s. m. pluriel, histoire; ce mot est masculin: _les fastes
glorieux de l'empire_.

=Fat=, adj., impertinent; prononcez _fate_.

=Fatal, ale=, adj.—Le pluriel est _fatals_, mais il est peu usité.

=Faubourg.=—Prononcez _fôbour_.—_Bourg final_, ne fait pas entendre
le _g; Limbourg, Luxembourg, Cobourg_; tandis que _bourg_, gros
village, se prononce _bourke_.

=Faubourien, ienne=, adj. et s., homme du faubourg ou qui appartient au
faubourg; ne dites pas _faubourier_, ni _faubourtier_.

=Faute.=—Ne dites pas: _c'est de ma faute, si tu as perdu ton
procès_; dites, _c'est ma faute_ ou _c'est à moi la faute, si_, etc.

2. Ne dites pas non plus: _une faute d'attention_; il faut dire, _une
faute d'inattention_ ou simplement, _une inattention, une inadvertance_:
_c'est une inadvertance; pardonnez-lui ses inadvertances; c'est une
pure inattention, une faute d'inattention_.—On dira très-bien au
contraire: _cet élève s'est trompé faute d'attention_ (l'attention lui
a fait défaut).

=Faux=, s. f., instrument d'agriculture: _la faux du temps_.—On
écrivait autrefois _faulx_.

=Faux, fausse=, adj.—Une _fausse corde_ est une corde qui n'est pas
au son voulu; une _corde fausse_ est celle qui donne toujours un son
faux.

2. Une _fausse porte_ est une porte ignorée des importuns; une _porte
fausse_ est une porte figurée.

3. Un _faux jour_ est un jour mauvais pour un tableau; un _jour faux_
est un jour mal distribué dans le tableau.

=Féconder, Fécond=, etc.: prononcez _fékonder, fékond_, etc., et non
_fégonder, fégond_.

=Femme.=—_Ma femme, mon mari_; voyez _époux_.

=Fenaison=, s. f., action de couper le foin; temps où on le coupe: on
dit aussi, mais moins souvent, _fanaison_: _pendant la fanaison_; on
dit également _fanage_ et _fauchaison_.

=Fénelon=, n. pr.—On écrit et on prononce communément aujourd'hui en
France, _Fénelon_ et non _Fénélon_.

=Fenêtre, Croisée=: voyez _croisée_.

=Fenil=, s. m., lieu où l'on serre le foin; prononcez _fenile_.

=Fer à cheval, fer de cheval.=—On dit _fer à cheval_, quand il s'agit
d'une table, d'un escalier ou de tout autre objet qui a la forme d'un
fer qu'on met sous le pied d'un cheval: _préparez une table de 30
couverts et disposez-la en fer à cheval_.—On dit _fer de cheval_,
quand il s'agit du fer même qu'on met au pied du cheval.

=Férir=, v. déf., frapper; vieux mot qui n'est plus usité que dans
cette locution: _sans coup férir_.

=Ferlaté=, falsifié; dites _frelaté_: _du vin frelaté_.

=Ferraille, Ferrure, Ferronnerie.=—Le premier se dit collectivement
d'une certaine quantité de vieux morceaux de fer usés ou rouillés: _ce
n'est que de la ferraille; vendeur de vieille ferraille_.—_Ferrure_
signifie garniture de fer: _ferrure d'une porte; ferrure bien faite; la
ferrure de ces roues n'est pas assez forte; la ferrure d'un vaisseau;
les ferrures d'un gouvernail_.—_Ferronnerie_, s'emploie pour
désigner les ouvrages de fer en général;—le marchand qui vend de la
ferronnerie prend le nom de _ferronnier_: _acheter des chenets chez un
ferronnier_.

=Ferré= ou =Ferret=, perche munie d'un crochet de fer, à deux branches,
l'une droite et l'autre courbe, dont on se sert pour pousser une
barque; ces mots ne sont pas français; dites _gaffe_: _pousser la
barque au large avec la gaffe_.

=Fertin=, menu poisson ou choses de peu de valeur; dites _fretin_.

=Fesser=, ne signifie pas _clisser, entrelacer, ficeler_; vous direz
donc: _une bouteille clissée_, et non _... fessée_.

=Festival=, s. m., grande fête musicale: le pluriel est _festivals_.

=Feu.=—Ne dites pas: _le feu est dehors_, ou _est déteint_; dites,
_est éteint_.

2. Ne dites pas: _il y a eu feu_, ou _le feu cette nuit-ci_; dites, _il
y a eu un incendie_.

3. =Feu, Feue.= adj.—_Feu_ s'accorde avec son substantif, lorsqu'il
le précède _immédiatement_: _la feue reine, sa feue tante_; mais il
reste invariable, quand il en est séparé par l'_article_ ou par un
_adjectif possessif_: _feu la reine, feu sa tante_.

=Fève=, s. f., =Féverole=, s. f.: prononcez _fè-ve, fé-v'role_ et non
_fè-fe, fé-f'role_.

=Fiacre=, s. m., voiture de place; prononcez _fia-cre_ (_ia_ diphth.)
et non _fiaque, fiakère_.

=Fibre=, filament délié des chairs, des plantes, est _féminin_: _la
fibre charnue, les fibres ligneuses_. Prononcez _fi-bre_ et non _fi-pe_
ni _fibère_.

=Ficelle=, s. f.—Ne dites pas; _cet homme est un peu ficelle_; dites,
_est sujet à caution, est un fripon, un friponneau_.

=Ficher.=—Ne dites pas, _je m'en fiche_; dites, _je ne m'en soucie
pas, je m'en moque_: _ficher_, dans ce sens, n'est pas français.

2. Ne dites pas non plus: _il lui a fiché_ ou _fichu un soufflet_;
dites, _il lui a donné, appliqué, administré un soufflet_.

=Fichu, ue=, est un terme de mépris, bas et populaire, dont on ne doit
pas se servir: _voilà un fichu compliment_.

=Fief=, s. m., domaine noble: prononcez _fièfe_.

=Fiente=, s. m., excrément de bête: prononcez _fiante_ (_ian_ diphth.)

=Fier, ère.= adj. hautain.—_Fier homme_ (iron.), homme de peu de
mérite;—_homme fier_, qui a de la fierté.—Prononcez le masc. _fier_
comme le fém. _fière_.

=Fier=, v., commettre à la fidélité: prononcez _fié, confié, défié,
méfié_ (_ié_ diphth.)

2. Ne dites pas: _cet homme n'est pas à fier_ (flandr.); dites, _cet
homme n'est pas sûr, ne mérite pas confiance_; ou bien, _on ne peut pas
se fier à cet homme_.

=Fièvre=, s. f.—Ne dites pas: _j'ai eu les fièvres_; dites _j'ai
eu la fièvre_. Prononcez _fiè-vre_ et non _fiévre_ ni _fiè-fe_ ni
_fièvère_.

=Fignoler=, v. n., faire l'élégant; ce mot est populaire.

=Figue= (_faire la_), mépriser quelqu'un, le braver, le défier, se
moquer de lui: _il fait la figue à tous ses ennemis_. (Acad.)

=Fil=, de lin, de soie, etc.; prononcez _file_ (_l_ non mouillée).

2. _Fil d'arka_: écrivez et prononcez _fil d'archal_.

=Filial, ale=, adj.—Il n'y a point d'exemple du pluriel dans
l'Académie: _respect filial, piété filiale_. Des grammairiens lui
donnent le pluriel _filials_; Boinvilliers a dit, _des sentiments
filiaux_.

=Fille=, s. f., _filleul, fillette_: mouillez les _il_, et ne dites pas
_file, fileul, filette_.—Il en est de même de: _anguille, bastille,
camomille, cédille, charmille, chenille, cheville, coquille, esquille,
étrille, famille, faucille, goupille, grille, guenille, lentille,
pacotille, pastille, peccadille, quille, roquille, souquenille,
vanille, vétille, vrille_, etc. Voyez _époux_ et _demoiselle_.

=Filosenne=, est un mot wallon qui se traduit par _cordon, cordon de
coton, cordon de soie_.—_Filoselle_, dont on serait peut-être tenté
de se servir, est un substantif féminin qui sert à désigner une espèce
de grosse soie ou de fleuret, provenant de la bourre de la bonne soie
et des cocons de rebut: _des bas de filoselle_;—comme on le voit,
_filoselle_ n'est pas du tout le _filosenne_ wallon.

=Filou=, n'a pas de féminin; ne dites donc pas _filoute_.

=Fils=, s. m.—Quoique les grammairiens ne soient pas d'accord, nous
pensons qu'il faut prononcer _fice_ même devant une consonne; _le
repentir est fils de la vertu_.

=Fin.=—Ne dites pas: _vous avez pris la bille trop fine_; dites, _...
trop fin_.

=Finales= (_syllabes, lettres_).—Nous ne saurions trop appeler
l'attention des professeurs et des élèves sur la nécessité de bien
prononcer les lettres et syllabes finales des mots. Les flamands aussi
bien que les wallons ont à se mettre en garde contre plusieurs fautes;
les premiers adoucissent généralement les fortes, tandis que les
derniers renforcent les douces: les _f_, les _p_, les _k_, les _ch_,
les _t_ deviendront des _v_, des _b_, des _g_, des _d_ dans la bouche
d'un flamand; tandis que les wallons sont portés à faire des _f_, des
_k_, des _ch_, des _p_, des _t_, là où il n'y a que des _v_, des _g_,
des _b_, des _d_: donnons quelques exemples: un flamand prononcera
_parave_ pour _parafe_; _attague_ pour _attaque_; _vage_ pour _vache_;
_une pombe_ pour _une pompe_; _il écoude_ pour _il écoute_. Le wallon
à son tour dira: _brafe_ pour _brave_; _fromache_ pour _fromage_; _une
blaque_ pour _une blague_; _une bompe_ pour _une bombe_; _la bisse_
pour _la bise_, etc.—Ces défauts de prononciation, outre qu'ils
prêtent au ridicule, donnent toujours une pauvre idée de l'éducation de
celui qui n'a pas su s'en corriger; les professeurs donc ne sauraient
y veiller de trop près, d'abord en prêchant d'exemple, et ensuite en
se montrant d'une sévérité inexorable à l'encontre de ces défauts de
prononciation de terroir.

2. Les wallons ont également beaucoup de peine à bien faire sentir les
deux consonnes de certains mots, comme: _est, ouest, tact, contact,
lest, exact, infect, casque, secte, texte, prétexte, mixte, reste, il
résulte, il inculque, liste, moraliste, burlesque, kiosque_, etc.;
généralement, ils négligent la dernière consonne et prononcent: _esse,
ouesse, take, contake, lesse, exake, infèke, casse, sèke, texe, mixe,
resse_, etc.

3. Il y a d'autres finales que les wallons et les flamands ne
prononcent pas mieux: ce sont les _ble_, les _ple_, les _gle_, les
_dre_, les _tre_, etc.—Supposons les mots: _aimable, exemple, règle,
vendre, ventre_, etc.: un flamand prononcera _aimabèle, exempèle,
règuèle, vendère, ventère_, tandis qu'un wallon dira, _aimape, exempe,
rèke, vente, vente_.—Ces vices de prononciation, pourtant si communs
même chez les personnes les plus instruites, proviennent en très-grande
partie de ce que les instituteurs et les professeurs n'ont pas assez
exercé, n'ont pas brisé leurs élèves à la bonne prononciation. Nous
recommandons beaucoup, comme un moyen de se corriger de ces sortes
de défauts, la lecture ou la déclamation faite en commun et à haute
voix; deux jeunes gens, vraiment désireux de se défaire de cette
rouille de naissance ou de terroir, se réunissent: l'un fait la lecture
et l'autre exerce charitablement l'office de censeur, mais d'un
censeur impitoyable; et nous leur garantissons qu'en peu de temps ils
parviendront à se faire une prononciation correcte.—Il y a encore
d'autres finales que les wallons ou les flamands massacrent sans pitié:
nous avons eu soin de les signaler en leur lieu et place.

4. _Final, ale_, adj., qui finit, qui termine.—L'Académie ne donne
point d'exemple du pluriel masculin; de bons grammairiens disent
_finals_.—Ce mot s'emploie substantivement, au féminin, pour
signifier la dernière syllabe d'un mot: _la finale de ce mot est
longue_.

5. _Finale_, terme de musique, morceau d'ensemble qui termine un opéra,
un chœur, etc.; il est _masculin_: _il y a du brio dans ce finale_.

=Finalement=, signifie la même chose qu'_enfin_; ne dites donc pas,
_enfin finalement_; un seul de ces mots suffit.—Ne dites pas non
plus, _en fin finale_.

=Finard=, adj., fin, rusé dans les petites choses; ce mot n'est pas
français; dites, _finaud, finaude_;—ce dernier mot est familier et ne
se dit qu'en mauvaise part; il se prend aussi substantivement.

=Finaud, e=, qui est fin, rusé dans de petites choses: _c'est un
finaud_.—_Finard_ n'est pas français: voyez ce mot.

=Finir.=—Ne dites pas: _je suis fini_, pour exprimer que vous avez
gagné: dites, _j'ai fini_.

2. _C'est fini avec moi_, disent les flamands, lorsqu'ils se croient
sur le point de mourir; dites, _c'est fini de moi, c'est fait de moi_.

3. Ne dites pas: _Nous avions fini avec lui_; dites, _nous en avions
fini avec lui; je suis pressé d'en finir avec cet homme_.

4. Ne dites pas: _la fête finit avec un feu d'artifice_; dites, _...
par un feu d'artifice_.

5. _Finir_, devant un infinitif, demande la préposition _de_:
_avez-vous fini de parler_ et non _à parler?_

=Fisc=, s. m., trésor de l'État; prononcez _fis'que_.

=Fiscal, ale=, adj.; le pluriel est _fiscaux_: _droits fiscaux_. (Acad.)

=Fixement=, adv., d'une manière fixe: _regarder fixement_:—prononcez
et écrivez _fixement_ et non _fixément_.

=Fixer=, signifie _arrêter, attacher_; jamais il ne veut dire _regarder
quelqu'un_ ou _regarder fixement_; dites, dans ce sens, _fixer les
yeux, la vue, ses regards sur quelqu'un_ ou _quelque chose_; ne dites
pas: _il nous a longtemps fixés_; dites, _il nous a longtemps regardés_
ou _regardés fixement; il a longtemps fixé les yeux sur nous_, et
mieux, _il a eu longtemps les yeux fixés sur nous_.

2. _Fixer les regards de quelqu'un_, c'est devenir l'objet de son
attention.

=Flairer, Fleurer.=—_Flairer_, c'est sentir par l'odorat: _flairez
cette rose_.—_Fleurer_, c'est répandre une odeur: _cela fleure
bon_.—_Flairer_ ne signifie jamais _puer_. (Wall.)

=Flamber=, v. n., jeter de la flamme; ne dites pas _flammer_ ni
_blamer_.

=Flanquer=, dans le sens de _jeter, lancer_, est français, mais
populaire: _flanquer un soufflet, un coup de poing, une assiette à la
tête de quelqu'un_. (Acad.)

=Flegme=, s. m., sang-froid; prononcez _fleghme_ en faisant sentir un
_g_ dur.—Ne dites pas: _il est flegme_, mais, _... flegmatique...._

=Fleuraison=, s. f., le développement et l'épanouissement des
fleurs; l'époque où les plantes fleurissent; l'état des plantes
en fleur. L'Académie donne aussi le mot _floraison_, et renvoie à
_fleuraison_.—Quoi qu'il en soit, le mot _floraison_ nous paraît être
aujourd'hui plus usité que _fleuraison_.

=Fleur de lis=: voyez _lis_.

=Fleur d'orange.=—Quoique, à la rigueur, on peut dire _fleur
d'oranger_, la première expression est pourtant reçue et consacrée
par l'Académie: un médecin, un pharmacien pourront néanmoins dire
_fleur d'oranger_, mais dans le style ordinaire et dans le style de la
conversation, on dit _fleur d'orange_.

2. Le mot _fleur_ seul, ne signifie pas _farine_; dites donc, _allez
m'acheter une livre de fleur de farine_; et non, _... une livre de
fleur_.

=Fleurir.=—Au propre, il signifie, _être en fleur_: _les pêchers
fleurissaient déjà, lorsque la gelée est survenue; les prés
fleurissants, les plaines fleurissantes_.—Employé au figuré,
c'est-à-dire, lorsqu'il signifie, _être dans un état de prospérité,
de splendeur; être en crédit, en honneur, en réputation_, il fait
_florissant, florissante_; _les lettres étaient alors très-florissantes_.
Lorsqu'on parle d'une personne ou d'une collection de personnes, comme
d'une ville, d'un peuple, d'un état, il fait toujours _florissait_ à
l'imparfait de l'indicatif: _Athènes florissait sous Périclès; ces
empires florissaient alors_.—Mais quand on parle de choses, il
fait _fleurissait_ et _florissait_: _les sciences fleurissaient_ ou
_florissaient sous le règne de ce prince_. (Acad.)

=Flic-Flac=, bruit de plusieurs coups de fouet, de plusieurs soufflets
donnés coup sur coup.

=Floche= pour signifier _houppe, gland_, n'est pas français; _il a un
gland à son bonnet_ et non, _... une floche_.

=Floquet=, mot wallon; dites _nœud, boucle_: _nouer à boucles; un beau
nœud_.

=Flouer, Floueur, Flouerie=, sont des termes populaires: dites plutôt
_tromper, trompeur, tromperie; duper, dupeur, duperie_, etc.

=Fluide=, adj., qui coule aisément; prononcez _flui-de_ (_ui_ diphth.)
et non _flu-ide_ ni _flu-wide_, ni _fluite_.

=Flume= ou =Flimme=, humeurs que l'on jette en crachant; ce mot n'est
pas français; dites _flegme, crachat_.

=Flux=, s. m., mouvement de la mer, dévoiement; prononcez _flu_, l'_x_,
dans _flux_ et _reflux_, ne se prononce pas devant une consonne et il
prend le son de _z_ devant une voyelle: _le flux_ (_z_) _et le reflux
de la mer_.

=Foible=: voyez _faible_.

=Foie=, viscère, est masculin: _pâté de foie gras_; prononcez _foî_ et
non _foye_.

=Fois.=—Ne dites pas: _une fois pour tout_, mais, _une fois pour
toutes_.

2. Ne dites pas: _je lui avais dit ça l'autre fois_; dites, _l'autre
jour_.

3. Ne dites pas: _toutes fois qu'il vient, je m'en vais_; dites,
_toutes les fois_ ou _chaque fois qu'il vient_.

4. _De fois à autres_, de temps en temps, est une locution française.

5. Les flamands emploient très-mal l'expression _une fois; dites
une fois, venez une fois, laissez-moi voir une fois_, etc.—Il faut
absolument bannir ce flandricisme du langage correct et le supprimer
entièrement, ou bien, lorsque le sens le permet, le rendre par _ça!
donc, un peu_: _ça! dites-moi, venez-donc, laissez-moi voir un
peu_.—Il en est de même du mot _seulement_ que les flamands emploient
si souvent d'une manière impropre et à peu près dans le même sens
qu'_une fois_: _courez seulement, aidez-moi seulement_; etc. Remplacez
ce ridicule _seulement_ par le mot que le sens vous indiquera, comme
_çà, donc, un peu_, etc.

=Foison=, s. f., ne prend pas l'article et n'a point de pluriel: _il y
aura foison de fruits cette année_;—on l'emploie aussi comme adverbe,
précédé de la préposition _à_: _il y a de tout à foison_. Prononcez
_foizon_ et non _foisson_.

=Folio=, s. m.; mot emprunté du latin et qui signifie feuillet: _folio
4, au folio 20_.—On appelle _folio recto_ ou simplement _recto_, la
première page du feuillet, et _folio verso_ ou simplement _verso_, le
revers ou la seconde page;—au pluriel _folios_.

2. _In-folio_, se dit du format d'un livre où la feuille est pliée en
deux: _saint Thomas a écrit vingt volumes in-folio_; au pluriel _des
in-folio_.

=Foncer=, v. a.—Ne dites pas, _foncer une porte_; dites, _enfoncer
une porte_: _foncer_, c'est mettre un fond: _foncer un tonneau_.

=Fond, Fonds, Fonts.=—_Fond_ s'écrit sans _s_ toutes les fois qu'il
signifie l'endroit le plus bas, le plus intérieur, le plus éloigné de
l'entrée, de l'abord, de l'ouverture d'une chose creuse; _le fond d'un
puits, d'un tonneau, d'un sac, d'un abîme, d'une boutique, d'un cachot,
d'une haie, d'un port; le fond d'un chapeau, d'un coffre_.—_Fond_
(sans _s_) se dit aussi d'un terrain considéré surtout par rapport à
son degré de fermeté, à sa qualité, à sa composition: _bâtir sur un
fond peu solide; vous avez choisi là un bien mauvais fond; un fond
d'argile_.—_Fond_, en parlant d'étoffes, signifie la première ou la
plus basse tissure sur laquelle on a fait quelque dessin ou quelque
ouvrage; il se dit aussi de l'étoffe même sur laquelle on brode, du
champ sur lequel les figures d'un tableau sont peintes, des plans
plus reculés d'un tableau: _velours à fond d'or, broderie sur fond
de satin; un paysage sert de fond au tableau_.—Au figuré, _fond_
signifie ce qu'il y a d'essentiel dans une chose, et il est opposé à
l'accessoire, à l'apparence, à la forme: _le fond d'une doctrine, le
fond d'un ouvrage, le fond d'une histoire, le fond d'un procès, un fond
de raison, la forme l'emporte sur le fond_.

2. _Fonds_ (avec une _s_) signifie le sol d'une terre, d'un champ,
d'un héritage, somme d'argent plus ou moins considérable: _cultiver
un fonds, bâtir sur son fonds, sur le fonds d'autrui; le fonds de la
banque; fonds social; bailleur de fonds; être en fonds; les fonds
publics; le fonds_ (le capital) _et le revenu; fonds de commerce; fonds
de magasin_.—Au figuré, on le dit de la capacité, du savoir, de
l'esprit, de la probité: cet _homme a un fonds de vertu, un grand fonds
d'esprit_.—_Biens-fonds_ se dit des biens immeubles.—_Le fonds et
le très-fonds_, c'est le fonds (le sol, la propriété, etc.) et tout ce
qui en dépend: on écrit aussi _tréfonds_.

3. _Fonts_, s. m. pluriel (on ne prononce ni le _t_ ni l'_s_): c'est
le bassin où l'on conserve l'eau dont le prêtre se sert pour baptiser:
_les fonts baptismaux; tenir un enfant sur les fonts_.

=Fondation=, s. f., =Fondement=, s. m.—_Fondation_ signifie l'ensemble
des ouvrages nécessaires pour asseoir les fondements d'un édifice;
on l'emploie ordinairement au pluriel. Les fondations d'un édifice
comprennent l'excavation du terrain, et, lorsqu'il est nécessaire, le
pilotis à établir pour affermir le sol: _faire les fondations d'un
bâtiment_. L'Académie fait remarquer que ce mot s'emploie quelquefois
_abusivement_ pour les fondements mêmes.—_Fondation_ signifie encore
_le fossé_, la tranchée qu'on fait pour y placer des fondements:
_creuser la fondation, les fondations_.—_Fondement_ se dit quelquefois
au pluriel du fossé que l'on creuse pour commencer à bâtir; cependant,
le mot _fondation_ est préférable dans ce sens.—_Fondement_ signifie
encore, et c'est là son acception ordinaire, la maçonnerie qui sert de
base à un édifice, à une construction, et qui se fait dans la terre
jusqu'au rez-de-chaussée; il s'emploie surtout au pluriel: _poser,
jeter les fondements d'un édifice_. (Acad.)

=Force=, s. f.—Ne dites pas: _il y avait force de monde_; dites,
_beaucoup de monde_.

2. Ne dites pas: _il a force d'argent, force de bijoux, force d'amis_;
retranchez _de_ et dites, _force argent, force bijoux, force amis_.

3. _De force que._—Ne dites pas: _elle est tombée de force qu'elle
riait_; dites, _elle est tombée à force de rire_. On peut aussi
remplacer _de force que_ par _tant_, comme dans ces phrases: _il a
fallu me porter, tant j'étais faible; il tremblait de tous ses membres,
tant il avait peur_ (et non _de force que j'étais faible_ ou _qu'il
avait peur_.)

=Forceps=, s. m., instrument de chirurgie: prononcez _forcep-ce_, en
faisant sentir le _p_ et l'_s_.

=Forcer.=—Ne dites pas: _on lui a forcé de se taire_; dites, _on l'a
forcé de se taire_; _forcer_ est un verbe actif.

2. Ne dites pas: _il fut forcé malgré lui_; dites simplement, _il fut
forcé_, car c'est toujours malgré soi qu'on est forcé.

3. _Forcer_, suivi d'un infinitif, prend la préposition _à_ ou _de_:
_il fut forcé de partir; on le força à signer_. (Acad.)

=Forcettes=, n'est pas français; dites _forceps_.

=Format=, _d'un livre_: voyez _in-douze_.

=Fort.=—_Cela est fort_, Flandr.:—voyez _faible_.

2. _Fort en_ et _fort sur_. On dit: _cet élève est fort sur la
philosophie, sur l'histoire; elle est très-forte sur le piano, sur la
harpe_; mais on dit: _il est fort aux échecs, au piquet_. (Acad.)

3. _Fort_ (_se faire_).—Dans l'expression verbale _se faire fort_,
c'est-à-dire, s'engager à quelque chose, _fort_ est toujours
invariable: _elle se fait fort de l'obtenir; ils se faisaient fort
d'une chose qui ne dépendait pas d'eux_. (Acad.)

4. _Il est fort et hardi_:—ne prononcez pas _for-té hardi_ mais
_for-é hardi_.—Dans _fort_, adj., le _t_ ne se lie pas avec la
voyelle qui suit; il en est de même des mots en _ard, ord, ort_, comme
_hasard, abord, port, sort, mort_, etc.; et des verbes terminés en
_ert, ort_.—Mais le _t_ final de _fort_ adverbe, se lie avec le mot
suivant dont il détermine le sens: _homme fort habile, fort incommode,
fort à l'aise_.

=Fortement=, adv.—Ne dites pas: _il pleut fortement, il gèle
fortement_; dites, _il pleut fort, il gèle fort_.

2. Ne dites pas: _sa perte sera fortement ressentie_; dites, _sera
vivement ressentie_, parce qu'il s'agit ici d'un sentiment; _fortement_
(avec énergie, _au figuré_) ne se dit en effet que de l'_esprit_ et non
_du cœur_: _c'est un ouvrage fortement pensé; il a parlé fortement_.
(Acad.)

=Fortifier=, v. ac.—Ne dites pas: _cet enfant a beaucoup fortifié
depuis un an_; dites, _s'est beaucoup fortifié_.

=Fortuné=, adj., signifie _heureux_; c'est à tort donc que quelques-uns
l'emploient dans le sens de riche, qui a de la fortune: _un homme
fortuné_; dites, _un homme riche_ ou _qui a de la fortune_.

=Forum=, s. m., place où le peuple discutait les affaires publiques à
Rome: prononcez _forome_.

=Fosse=, s. f.—Ne dites pas: _il a la fosse au menton_; dites, _...
la fossette..._

=Fou=, signifie quelquefois, excessif, prodigieux: _il y avait à la
fête un monde fou; un luxe fou; il en demandait un prix fou_ (et non
_de fou_).

=Foudre=, est _masculin_, lorsqu'il désigne, 1º une certaine
représentation de la foudre: _les armes de l'empire français sont un
aigle tenant un foudre dans ses serres_; 2º une grande tonne propre à
contenir les liquides: _le célèbre foudre d'Heidelberg_: et dans les
deux expressions suivantes: _un foudre de guerre_, un grand capitaine,
comme Napoléon 1er; _un foudre d'éloquence_, un grand orateur, comme
Bossuet.—Il est _féminin_, quand il désigne le tonnerre: _être
frappé de la foudre; la foudre sillonne les nues_. Cependant, dans ce
sens, il est quelquefois masculin en poésie et dans le style soutenu:
_être frappé du foudre; expirer sous les foudres vengeurs_. (M. l'abbé
Péters, _Grammaire_.)—Prononcez _fou-dre_ et non _fou-de, fou-te_ ni
_foudère_.

=Fouet, Fouetter=: prononcez _fouè, fouèter_.

=Fouine=, s. f., grosse belette: prononcez _fouine_ (_oui_ diphth.) et
non _fou-ine_ ni _fouwine_.

=Fouir=, signifie creuser la terre avec un instrument: _il faut fouir
bien avant pour trouver de l'eau dans cet endroit_.—Mais si l'on veut
parler du travail du sanglier, du cochon, de la taupe, etc., on se sert
du verbe _fouiller_: _les sangliers, les cochons fouillent; la taupe a
fouillé là_.—Enfin on dira _bècher_, et non _fouir_, un jardin, une
terre.—Prononcez _fou-ir_ et non _fou-wir_.

=Fourche= (_à la_), négligemment, grossièrement; cette locution est
française: _cela est fait à la fourche_.

=Fourchu.=—Ne dites pas: _pied fourchu_, mais _pied fourché_, pied
fendu en deux; on dit aussi _chemin fourché_ quand il se divise en
deux.—_Fourchu_ a le même sens, mais il ne s'emploie que dans
certaines locutions comme _menton fourchu, barbe fourchue, faire
l'arbre fourchu_ (mettre la tête en bas, les pieds en haut, écartés
l'un de l'autre.)

=Fourmille.=—Ne dites pas: _une fourmille d'enfants_, pour indiquer
un grand nombre d'enfants; dites, _une fourmilière d'enfants, une
marmaille d'enfants_.

=Fournil=, s. m., lieu où est le four; prononcez _fourni_.

=Fouter= (=se=), est un terme ignoble et sévèrement proscrit; les
auteurs par pudeur dissimulent ce mot par la lettre initiale suivie de
points suspensifs: _f....._

=Frac=, redingotte, est masculin: _un beau frac_; prononcez _fraque_.

=Fragment=, s. m., morceau: prononcez le _g_ dur.

=Fraîchir=, ne signifie pas _mouiller_: _il craint de se mouiller_ (et
non _de se fraîchir_) _les pieds_.

=Frais=, féminin _fraîche_ (il faut se garder de dire _fraîche_
au masculin).—Ce mot signifie, _un peu froid, récent, non salé,
brillant, vigoureux_: _il fait froid en hiver; il fait frais dans les
belles nuits d'été; un vent frais_ (un peu froid); _une nuit fraîche;
avoir les mains fraîches_ (froides); _du pain frais_ (nouveau); _du
porc frais_ (non salé); _mettre des fleurs dans un vase avec de
l'eau pour les tenir fraîches; ce vieillard est encore très-frais_
(vigoureux).

2. _Frais_, ne peut pas s'employer dans le sens de _mouillé, trempé,
humide_: _je suis mouillé_ (et non _frais_) _comme un canard_; _il est
tout trempé_ (et non _frais_) _de sueur_; _il a pleuré, il a encore les
yeux tout humides_ (et non _tout frais_); _la terre est encore tout
humide_ (et non _toute fraîche_). (Wall.)

3. _Faire frais_, signifie faire un peu froid et non _faire humide,
faire mouillé_.—Ne dites jamais _frisse_ pour _frais_: _frisse_ est
wallon.

=Fraisil=, s. m., cendre du charbon de terre dans une forge: prononcez
_fraisi_ et non _fraisile_.

=Franc=, adj., ne peut pas s'employer dans le sens de hardi, effronté,
qui a de l'assurance; ne dites donc pas: _ce déclamateur est franc
devant le public_; dites, _ce déclamateur a de l'assurance_, etc.

2. Un _franc menteur_ est un menteur avéré; un _homme franc_ est un
homme sincère.

3. _Franc de port._—Dans cette expression, l'adjectif _franc_,
est invariable, quand il précède le substantif qu'il modifie: _vous
recevrez franc de port_ (franco) _la lettre que je vous envoie_. Il
s'accorde, quand il vient après ce substantif: _la lettre que j'ai
reçue était franche de port_.

4. Le _c_ de _franc_ ne se prononce que devant une voyelle: _un franc
animal_ (fran-k'animal).

5. _Franc_, s. m.—Ne dites pas: _un franc et demi, un franc et
quart_; dites, _un franc et cinquante centimes, un franc et vingt-cinq
centimes_.

=Frangipane=, s. f., sorte de pâtisserie; écrivez et prononcez
_frangipane_ et non _franchipane_.

=Frappant neuf.=—Ne dites pas, _un habit tout frappant neuf_, mais,
_tout battant neuf_.

=Frayeux=, pour _coûteux, dispendieux, dépensier_, n'est pas
français: _les voyages sont coûteux_ (et non _frayeux_); _une femme
très-dépensière_ (et non _très-frayeuse_).

=Fredaine=, s. f.—Écrivez et prononcez _fredaine_ et non _frèdaine_,
ni _ferdaine_.

=Freluquet=, s. m., damoiseau;—écrivez et prononcez _freluquet_ et
non _fréluquet_ ni _ferluquet_.

=Frères=, _consanguins, utérins, germains_: voyez _germain_.

=Fret=, s. m., louage d'un vaisseau; prononcez _frète_.

=Friand=, de, adj., qui aime la chère fine et délicate: prononcez
_fri-an_ et non _fri-ian_.

2. _Friand, Gourmand_, adj.—_Friand_ se dit de celui qui aime,
recherche, connaît et savoure les morceaux délicats.—Le _gourmand_
aime à faire bonne chère; le _glouton_ et le _goinfre_ semblent, dans
leur voracité, vouloir tout engloutir dans leur estomac.

=Fricandeau.=—C'est du veau lardé; ne dites pas, un _frécandeau_.

=Fricassée=, ne se dit que des viandes fricassées: _manger d'une
fricassée de poulets; une fricassée de pieds de mouton_.—_Fricassée_,
dans le sens que les wallons lui donnent, c'est-à-dire _du lard ou du
jambon cuit dans la poêle avec des œufs battus_, se rend en français
par le mot _omelette_.

=Fricasser, Frire.=—_Fricasser_, c'est faire cuire dans la poêle,
dans une casserole, etc., quelque chose après l'avoir coupé par
morceaux: _fricasser des poulets, des navets, des carottes, des pommes
de terre_, etc.

2. _Frire_, c'est faire cuire dans une poêle avec du beurre roux ou du
sain-doux ou de l'huile: _frire des œufs, des côtelettes; le beurre
frit dans la poêle; poisson frit, artichauts frits, pommes de terre
frites_.

=Fricot=, signifie ragoût, viande fricassée, toute sorte de mets,
régal, bon repas, etc., mais il est populaire.

=Frileux, euse=, adj.: _les vieillards sont frileux_; ne dites pas
_frilieux_ ni _fruleux_.

=Frimousse=, s. f., mine, visage: _quelle frimousse!_—Ce terme est
méprisant et populaire.

=Fringale=, s. f.—Ce mot n'est pas français; dites _faim canine_.

=Friper=, dans le sens de manger avec avidité, goulûment, est français,
mais il est bas.

=Frisquin= (_saint_), tout ce qu'on possède: on doit dire _frusquin,
saint-frusquin, saint-crepin_: _il a perdu tout son frusquin,
son saint-frusquin; perdre son saint-crepin; porter tout son
saint-crepin_;—_saint-frusquin_ se dit principalement de l'argent et
des nippes et _saint-crepin_, de la fortune en général.—Écrivez et
prononcez _crepin_ et non _crépin_ ni _crespin_.

=Froc=, s. m., habit de moine: prononcez _froke_.

=Froid.=—On ne dit pas _avoir froid_ (ou _avoir chaud_) _des pieds,
des mains_, etc.; on ne dit pas non plus _avoir froid_ (ou _avoir
chaud_) _les pieds, les mains_, etc.;—on doit dire: _avoir froid_ (ou
_avoir chaud_) _aux pieds, aux mains_, etc. Par conséquent on doit dire
en parlant des mains, des pieds, etc.: _j'y ai eu froid_ (ou _chaud_)
et non _j'en ai eu froid_.

2. Ne dites pas: _j'ai gagné un froid qui me fait tousser_; dites,
_j'ai gagné un rhume; je suis pris, j'ai été pris, saisi d'une
fraîcheur, d'un rhume, d'un refroidissement_.

3. _Froid_ (_battre_), v. n., est français et signifie recevoir une
proposition d'une manière à faire voir qu'on n'est pas disposé à
l'accepter.

4. _Faire froid_, et plus souvent, _battre froid à quelqu'un_, c'est le
recevoir avec moins d'empressement, avec un visage moins ouvert qu'à
l'ordinaire. (Acad.)

=Froidir=, v. n. et pronom., devenir froid: _il a laissé froidir son
dîner_: ce mot est vieux, on dit plutôt _refroidir, se refroidir_.

=Froidure, froideur, froid.= _Froidure_ se dit uniquement
du froid répandu dans l'air: _j'ai supporté la froidure des
climats_.—_Froideur_ s'emploie toujours au figuré et signifie
indifférence, insensibilité: _je n'ai pu endurer la froideur des
grands_.—Beaucoup de personnes emploient abusivement ces expressions
pour le mot _froid_.

=Fromage.=—Dites _un fromage d'Edam_ (espèce de fromage de Hollande
fabriqué à Edam) et non _fromage de dames_.—Prononcez _froma-ge_ et
non _froma-che_.

=Frugale, ale=, adj., qui vit de peu; ce mot n'a pas de pluriel
masculin (Acad.)—Quelques grammairiens disent _frugals_, d'autres,
_frugaux_. Cette dernière forme serait préférable, si le plur. masc.
devenait nécessaire.

=Fruit=, s. m.—On ne dit pas: _manger un fruit_, mais, _manger du
fruit_.—Ne dites pas non plus: _il lui a donné un fruit pour son
goûter_; dites, _il lui a donné du fruit_ ou bien, _il lui a donné une
pomme, une poire, un raisin_.

=Fumé.=—Ne dites pas, _de la viande enfumée, un jambon enfumé_, mais,
_de la viande fumée, un jambon fumé_.

=Funéraire=, adj.—Ne dites pas: _un service funéraire, un service
mortuaire_; dites, _un service funèbre_.

2. _Funèbre_, est un adjectif propre à dépeindre tout ce qui accompagne
les funérailles, et par extension tout ce qui a un air de mort: _pompe,
appareil, honneurs, ornements, chant, convoi funèbres; images funèbres;
oiseaux funèbres_...

3. _Funéraire_ est, comme _mortuaire_, un terme abstrait, de légiste,
d'homme d'affaires, d'intendant, qui convient surtout, sinon
uniquement, dans la locution, _frais funéraires_; on dit un _drap
mortuaire, registre mortuaire, extrait mortuaire, droits mortuaires_.

=Fur.=—_Au fur et à mesure, à fur et mesure_: ces deux expressions
signifient _à mesure, à proportion_: _je travaillerai au fur et à
mesure que vous m'apporterez de l'ouvrage_; voyez _fait-à-fait_.

=Furieux=, _furieusement_.—Ces mots s'emploient figurément et
familièrement dans le sens de prodigieux, qui est excessif et
extraordinaire dans son genre, et alors il précède toujours le
substantif: _c'est un furieux mangeur, un furieux menteur; voilà
un furieux travail; il s'est donné un furieux coup, une furieuse
entorse; il fait une furieuse dépense; voilà un furieux poisson;
il est furieusement grand, il est furieusement riche; il ment
furieusement; elle est furieusement laide_. (Ac.)—Voyez _terrible_ et
_terriblement_.

=Fusil=, s. m.—L'_l_ finale ne sonne pas (_fuzi_), non plus que dans
les mots _baril, chenil, coutil, fenil, outil, persil, sourcil_.



  G


=G.=—Devant _a, o, u_, il se prononce dur; devant _e_ et _i_ il
s'amollit et se prononce comme _j_.

2. Dans le premier cas, les flamands doivent se garder de prononcer
le _g_ du gosier; ils ne doivent pas prononcer _ghagner, ghobelet,
ghide_, mais _gagner, gobelet, guide_.—Devant _e_ et _i_ ils doivent
éviter de le prononcer comme _se, sé_ ou _sié_: _sibier, siémir, silet,
sielée, fromase_, etc., pour _gibier, gémir, gilet, gelée, fromage_.

3. Les wallons, de leur côté, sont exposés à prononcer la syllabe _ge_
comme _che_: _ramache, plumache, rouche, horloche, prodiche, granche,
sonche, lochement, juchement, prolonchement_, etc., au lieu de _ramage,
plumage, rouge, horloge, prodige, grange, songe, logement, jugement,
prolongement_.—Nous recommandons beaucoup aux professeurs, d'abord
de se surveiller eux-mêmes et ensuite de donner à leurs élèves force
exercices, afin de les initier bon gré mal gré à la bonne prononciation.

4. Le _g_ final, suivi d'une voyelle se prononce ordinairement comme
_k_: _un long hiver_; à la fin de certains mots il ne se prononce pas,
même devant une voyelle: _étang, seing_, etc.

=Gage.=—En parlant du salaire des domestiques et des gens de service,
ce mot ne s'emploie qu'au pluriel: _gagner de gros gages_ (et non _un
gros gage_); _les gages d'un laquais, d'une servante_.—_Appointements_
se dit des emplois plus relevés;—_honoraires_ et _émoluments_ se
disent des professeurs, des médecins, des avocats, et de ceux dont on
obtient quelque conseil ou quelque service honorable.—Prononcez _gaje_
et non _gache_.

=Gageure=, s. f., pari; prononcez _gajure_ (Acad.); il faut préférer
les mots _pari_ et _parier_ aux mots _gageure_ et _gager_.

2. _Gager, Parier_.—Ne dites pas _gager, parier pour une somme_,
mais, _gager, parier une somme_: _je gage, je parie cent francs, ma
montre, ma tête que...._

=Gagne=, dans le sens de _gain_, et _gagnage_, dans le sens de
_ouvrage, travail, gain_, ne sont pas français.

=Gagner.=—Ne dites pas en parlant du jeu: _je suis gagné, je suis
perdu_; dites, _j'ai gagné, j'ai perdu_.—On dit _gagner_ une bataille
et _remporter_ une victoire.—Prononcez _gagner_ (_a_ bref) et non
_gâgner_ (_â_ long).

=Gaiement=, adv. =Gaieté=, s. f.: on écrit aussi _gaiment, gaîté_.

=Galant, te=, adj.—Un _galant homme_ est un homme poli et serviable;
un _homme galant_ est celui qui cherche à plaire.

=Galette, Gauffre.=—Une _galette_ est une espèce de gâteau cuit au
four, qui a la forme d'un pain aplati.—Les _gauffres_ sont cuites
entre deux fers et présentent à la surface de petits carreaux ou des
dessins en relief.—Il faut donc nommer _gauffre_ ce qu'on appelle
généralement _galette_:—_galet_, dans ce sens, n'est pas français.

=Galop=, s. m., dans le sens de _savon, réprimande, semonce, saccade,
garde_, est un terme populaire: prononcez _galô_ (_ô_ long).

=Gangrène=, s. f.—On prononce _cangrène_ selon l'Académie qui écrit
aussi _cangrène_; nous ferons toutefois remarquer que la prononciation
_gangrène_ commence à être en faveur; il en est de même de _gangrener,
gangreneux_.

2. Ne dites pas _gangrin-ne_ mais _gangrè-ne_; prononcez _gangrener,
gangreneux_ et non _gangrèner, gangrèneux_.

=Garçons=, s. m.—Ne dites pas: _les garçons ne sont pas à la maison_;
dites, _les enfants, mes enfants, mes frères..._

=Garde à= (=prendre=), et =Prendre garde de=.—_Prendre garde à_,
s'emploie surtout avec un substantif pour complément: _prenez garde à
ce cheval, à ce fossé_.—Avec un verbe, on met plutôt _de_: _prenez
garde de tomber, prenez garde de vous brûler_.

2. Quand on met _à_ devant un infinitif, c'est pour indiquer ce qu'il
faut faire et non ce qu'il ne faut pas faire: _prenez garde à ne pas
tomber; prenez garde à bien conserver votre équilibre; prenez garde à
bien sauter_.

3. _Garde_, s., est féminin, quand il désigne tout un corps: _la garde
royale, la garde d'honneur, la garde nationale, la garde civique_. Mais
il est masculin, quand il désigne une ou plusieurs personnes tirées
d'un corps: _un garde royal, un garde civique_, c'est-à-dire, un homme
qui fait partie de la garde royale, de la garde civique.

4. _Garde-enfants_ ou _garde-d'enfants_: dites _une bonne d'enfants_ ou
simplement _une bonne_.

5. _Garde-champêtre_, s. m.: prononcez _gar-de-cham-pê-tre_ et non
_garte-champette_ ni _garde-champêtère_.

6. _Garde-Chasse_, s. m.: prononcez _gar-de chasse_ et non
_garte-chasse_; il en est de même de _garde-corps, garde-fou,
garde-forestier, garde-malade_, etc.

7. _Garde-robe_, s. f.: prononcez _gar-de-ro-be_ et non _gart'rope_.

=Gare, Garde.=—On dit _gare dessous, gare l'eau, gare la bombe,
gare le fouet; frapper sans dire gare; si vous faites cela, gare les
conséquences_. Mais il faut dire _garde_ (et non _gare_) _à vous_
(sous-entendu _prenez_.)

=Garni.=—On dit, _une robe garnie d'or, de dentelle; un chapeau
garni de fleurs_, et non, une _robe garnie en or, en dentelle, ... en
fleurs_. (Acad.)

=Garnisaire.=—Prononcez _garnizaire_ et non _garnissaire_, homme en
garnison chez un débiteur ou chez le débiteur du gouvernement.

=Gasse=, est wallon, dans le sens de _banquet, gala_.

=Gastrique=, est un adj.; il signifie qui tient ou appartient à
l'estomac: _le suc gastrique_.

=Gastrite=, s. f., est une inflammation de l'estomac: _il souffre d'une
gastrite_ et non d'une _gastrique_.

=Gâter, Gâteau=: prononcez _â_ long: _gâter, gâteau_.

=Gaudron, Gaudronner=, pour _goudron, goudronner_, sont des
barbarismes.—_Gaudronner_ et _godronner_ ont une toute autre
signification.

=Gaz=, s. m., fluide aériforme: prononcez _gâze_ et non _gâce_.

=Gaze=, s. f., espèce d'étoffe: prononcez _gâze_ et non _gâce_.

=Geai=, s. m., oiseau.—Ne dites pas, _noir comme du geai_ mais
_noir comme du jais_ ou _comme jais_: le _jais_ est une pierre noire
susceptible d'un beau poli.

=Géant=, fait _géante_ et non _géane_ au féminin.

=Gelée, Gelure=, s. f.—Ne dites pas: _j'ai des gelées_ ou _des
gelures aux pieds_, mais, _j'ai des engelures aux pieds_: prononcez
_geler, gelée_ et non _gèler, gèlée_.

=Geler=: voyez _engeler_.

=Gémeaux=: voyez _jumeau_.

=Général=, s. et adj.: prononcez _général_ et non _gènèral_ ni
_gènèrâl_.

=Génie.=—_Officier de génie_ signifie, officier qui a du génie;
_officier du génie_ se dit d'un officier qui appartient au corps nommé
_le génie_: on peut donc être officier _du génie_ sans être officier
_de génie_ et vice-versâ.—Prononcez _génî_ (_î_ long) et non _géniïe_.

=Genièvre=, s. m., boisson: prononcez _geniè-vre_ et non _genièfe_ ni
_genèvre_.

=Genre des mots.=—Nous donnons la liste des mots dont le genre
peut paraître douteux et de ceux auxquels on donne souvent un genre
contraire à l'usage.

2. Noms _masculins_ auxquels on donne quelquefois, par erreur, le genre
_féminin_:

  abîme                   abreuvoir               acabit
  accessoire              acrostiche              acte
  adage                   affront                 âge
  alambic                 albâtre                 aloi
  alvéole                 amadou                  amalgame
  ambe                    amour (au sing.)        amidon
  anachronisme            anathème                anchois
  âne                     angora                  animalcule
  anniversaire            antidote                antre
  aphte                   apologue                appareil
  appel                   appendice               après-dîner
  après-souper            aqueduc                 arc
  are                     armistice               arrosoir
  article                 artifice                as
  astérisque              asthme                  atome
  âtre                    auditoire               augure
  auspice                 autel                   automate
  automne                 avé                     balustre
  bec-figue               bifteck                 brou
  calque                  calville                capendu
  caprice                 caramel                 catafalque
  centime                 cents                   chambranle
  chanvre                 cigare                  comble
  concombre               crabe                   crêpe
  déciare                 décime                  décombres (plur.)
  décrottoir,             délice                  dialecte
    v. le _Dict._
  échange                 éclair                  élixir
  éloge                   emblème                 embouchoir
  émétique                emplâtre                emploi
  encensoir               encombre                en-tête
  entonnoir               entr'acte               entre-sol
  épeautre                épiderme                épilogue
  épisode                 épithalame              équinoxe
  érésipèle               esclandre               escompte
  espace                  étage                   éteignoir
  eucologe                évangile                éventail
  éventaire               exemple,                exorde
                            v. le _Dict._
  fastes                  finale (d'opéra)        frac
  garde,                  gens,                   gîte
    v. le mot _garde_.      v. le mot _gens_.
  globule                 gramme                  hameçon
  hanneton                harmonica               hectare
  héliotrope              hémisphère              hémistiche
  héritage                hochequeue              horoscope
  hortensia               hospice                 hôtel
  hydrogène               hymne                   hypocondre
                            (chant ou poésie
                            profane)
  if                      incendie                indice
  insecte                 insigne                 interstice
  intervalle              inventaire              iris
  isthme                  ivoire                  légume
  leurre                  libelle                 litige
  litre                   losange,                mânes
                            v. le _Dict._
  manganèse               mastic                  monticule
  myriagramme             naphte                  obélisque
  obstacle                obus                    omnibus
  ongle                   opuscule                orage
  oratoire                orchestre               ordre
  organe                  orgue (au sing.)        ours
  outil                   outrage                 ouvrage
  ovale                   oxigène                 panache
  paradoxe                parafe                  pécule
  pénates                 perce-oreille           pétale
  pétiole                 pique                   planisphère
                            (couleur du jeu
                             de cartes.)
  plantoir                platine (métal.)        plâtre
  pleurs                  pore                    prêche
  quadrille               quelque chose,          remise (une voit.)
                            v. le _Dict._
  rouge-gorge             sabre                   saule
  simple                  squelette               soque
    (plante médicin.)
  stade                   steppe                  store
  tire-ligne              trèfle                  trombone
  tulle                   ulcère                  uniforme
  ustensile               ventricule              vignoble
  viscére                 vivres (pl.)            volatile

3. Noms _féminins_ que, par erreur, on fait quelquefois _masculins_:

  aire                    alcove                  allonge
  amnistie                amorce                  amour (au pl.)
  ampoule                 anagramme               anicroche
  antichambre             antienne                après-dînée
  après-midi              après-soupée            arbalète
  archives                arête                   armoire
  arrhes                  arrière-boutique        arrière-cour
  atmosphère              auberge                 avant-cour
  avant-garde             avant-scène             averse
  balançoire              barres pl. (jeu)        batiste
  boutique                bure (puits)            casaque
  cendrillon              cible                   colophane
  débâcle                 décrottoire             délice (au pl.)
                            (voy. le _Dict._)
  dent                    disparate               ébauche
  ébène                   écaille                 écale
  écharde                 échasse                 écritoire
  écumoire                emplette                énigme
  épigramme               épitaphe                épithète
  équerre                 équivoque               esquisse
  établi                  fibre                   filosèle
  friche                  garde,                  glaire
                            v. le _Dict._
  glissoire               glu                     héliotrope
  herse                   hydre                   hyène
  hymne                   idole                   immondice
    (chant d'église.)
  impériale               insomnie                insulte
  jujube                  laideron                lavasse
  losange,                manche,                 martre ou marte
    v. le _Dict._           v. le _Dict._
  mécanique               mésange                 nacre
  oasis                   obole                   obsèques (pl.)
  office, v. le _Dict._   offre                   oie
  ombrelle                orge, v. le _Dict._     orgue (au pl.)
  ouïe                    paroi                   passoire
  patenôtre               pédale                  perce-neige
  poudre (médica.)        primevère               quelque chose,
                                                    v. le _Dict._
  réglisse                relevailles (pl.)       sauvegarde
  sentinelle              simarre                 soie (crin.)
  stalle                  tirelire                tôle
  vertèbre                vis                     volatille

Pour les substantifs qui, d'après leurs différentes acceptions ou leurs
divers genres, ont des genres doubles, voyez le _Dictionnaire_.

4. =Genre=, s. m.—Ne dites pas: _cette plaisanterie, cette manière de
parler est de bon, de mauvais genre_; dites, _de bon, de mauvais goût;
de bon, de mauvais ton_.

5. Ne dites pas: _homme de bon genre, femme de mauvais genre_; dites,
_homme du bon ton, femme du mauvais ton_.—On dit aussi: _homme qui
sait bien le monde, qui sait bien son monde, homme du grand monde_.

6. Ne dites pas: _être vêtu dans le bon genre_; dites, _avec goût, à la
mode, à la dernière mode_.—Prononcez _jan-re_ et non _jâ-re_.

=Gens.=—_Gens_, veut au féminin les adjectifs qui le précèdent, et au
masculin ceux qui le suivent: _de dangereuses gens, des gens dangereux;
quelles gens! de telles gens sont à plaindre; je m'accommode de
certaines gens, mais non de toutes gens_.—_Exceptions_: Les adjectifs
_tel, quel, certain, maints, tout_, se mettent au masculin:—1º quand
l'adjectif qui les suit n'a qu'une seule terminaison pour les deux
genres: _quels braves gens! certains honnêtes gens; maints jeunes gens;
tous les jeunes gens_.—2º Quand le substantif _gens_ est suivi d'un
ou de plusieurs mots qui restreignent sa signification: _quels gens
adroits! certains gens d'affaires; tous les gens sensés; tous gens bien
connus; tous ces gens-là; tous les gens de loi, d'église_, etc.—3º
Quand ils ne sont pas suivis immédiatement de leur substantif: _quels
sont ces gens-là? tels sont les gens que vous fréquentez_.—_Lequel_
suit la même règle: _lesquels de ces bonnes gens voulez-vous
récompenser?_—Quant aux participes passés, ils se mettent toujours
au masculin: _instruits par l'expérience, les vieilles gens sont
ordinairement prudents; ce sont les meilleures gens que j'aie jamais
vus_. (M. l'abbé PÉTERS, _Grammaire_.)

2. On prononce _gean_, devant une consonne ou une _h_ aspirée ou
lorsque _gens_ est seul ou à la fin d'une phrase: _gens peureux, gens
hardis_. Devant une voyelle ou une _h_ muette, prononcez _geanze_:
_gens instruits, gens habiles_.—Ce mot n'a pas de singulier; en
vers, dans les genres légers, _gent_ s'emploie pour _race_: _la gent
trotte-menu_ (les souris), _la gent marécageuse_ (les grenouilles).
(LAFONTAINE.)

=Gentil=, adj.—L'_l_ ne se prononce que devant une voyelle et dans
les mots composés, et il prend alors le son mouillé _un gentil_
(genti) _garçon_; _un gentil_ (gentille) _enfant_; _la gentillesse_
(gentiliesse); _un gentilhomme_ (gentiliome); _gentilhommerie_
(gentiliomerie).

2. Un _gentilhomme_ est un homme de naissance noble; un homme _gentil_
est un homme d'un commerce agréable, de manières affables.

3. Au pluriel, l'_l_ ne se prononce pas: _de gentils_ (gentis)
_enfants_, _des gentilshommes_ (gentisomes); _les gentils_ (genti),
c'est-à-dire, les payens, les idolâtres.

4. Au féminin, _gentille_, les _ll_ sont également mouillées: _une
gentille fille_.

5. _Gentil_ signifie joli, agréable, gracieux et non _laborieux,
actif_: _ce bijou est gentil; des manières gentilles; une chanson fort
gentille; faire le gentil_ (l'agréable).

=Gentleman=, s. m., titre en Angleterre: prononcez _dgenn'tlemène_.

=Geôlier, Geôle, Geôlage=: l'_o_ est long, et l'_e_ ne se fait pas
sentir: _jôlier, jôle, jôlage_.

=Géranium=, s. m., plante: prononcez _géraniome_.

=Germains, Consanguins, Utérins.=—Des frères _germains_ sont enfants
du même père et de la même mère;—des frères _consanguins_ sont
enfants du même père, mais de différentes mères;—des frères _utérins_
sont enfants de la même mère, mais de pères différents.

=Gérofle=, s. f.; _girofle_ est plus usité: _des clous de
girofle_.—Prononcez le _fle_.

=Gestion=, s. f., action de gérer: prononcez _ges'thion_ en faisant
sentir l'_s_ et le _t_ comme dans gesticuler; ne dites pas _gécion_.

=Gibelotte.=—On dit une _gibelotte de lapin_; le mot _civet_ se dit
proprement du ragoût fait de chair de lièvre.

=Gifle= et =Gifler= sont français, mais populaires; dites, _tape,
claque, soufflet, taloche_. Il faut en dire autant de _calotte_.—Au
lieu de _gifler_ et de _calotter_, dites _taper, claquer, souffleter_:
_je vous taperai; elle soufflette son enfant pour les moindres choses_.

=Gigier=, n'est pas français; dites _gésier_, pour signifier le second
ventre de certains oiseaux qui se nourrissent de graines.

=Gigot=, s. m.: le _t_ ne se prononce pas.—C'est mal s'exprimer que
de dire un _gigot de mouton_, car le mot gigot signifie à lui seul une
cuisse de mouton; dites simplement un _gigot_.

2. On ne dit pas _une gigue de mouton_, mais on dit une _gigue de
chevreuil_.

3. Ce mot n'est pas français dans le sens de mauvaise monnaie.

=Gingembre=, s. m., racine des Indes qui a un goût de poivre; écrivez
et prononcez _gingembre_ et non _gingenvre_.

=Gironnée=, capacité du giron, n'est pas français.

=Gisant=, _gisons, gisez, gisent, gisait, gisement_, etc.—Quelques-uns
doublent l'_s_, et quoiqu'il en soit, on doit prononcer l'_s_ dure
comme si elle était double: _son cadavre gisait_ (gissait) _dans son
sang_.

=Gît.=—_Ci-gît_, formule ordinaire par laquelle on commence les
épitaphes; l'Académie ne dit pas si, lorsqu'il est question de
plusieurs personnes, on doit dire _ci-gisent_; nous pensons que la
grammaire l'exige.

=Gîte.=—Ce mot est masculin: _chercher un gîte_.

=Glaire=, humeur visqueuse, est féminin: _glaires teintes de sang_.

=Glissoire, Glissade, Glissement.=—Beaucoup de personnes, et surtout
les écoliers, confondent ces trois mots.—Une _glissoire_ est un
chemin frayé sur la glace pour glisser en jouant; une _glissade_ se dit
de l'action de glisser involontairement; un _glissement_ se dit de
l'action de glisser: ce dernier mot est peu usité.—_Glisse_, dans le
sens de _glissoire_, n'est pas français.

=Gloire.=—Ne dites pas: _je me fais gloire d'être votre ami; je
m'en fais gloire_; dites, _je fais gloire d'être votre ami; j'en fais
gloire_.—Cependant on dit quelquefois _se faire une gloire de quelque
chose_. (Acad.)

=Gloriette=, dans le sens de berceau, de cabinet de verdure, est
français. (_Bescherelle, Poitevin_).

=Glorieux=, plein de vanité, de bonne opinion de lui-même, est
français: _il a du mérite, mais il est un peu glorieux; il est sot
et glorieux; c'est un esprit glorieux_. Il s'emploie quelquefois
substantivement dans un sens analogue: _les glorieux se font haïr;
c'est un glorieux, c'est une petite glorieuse_. (Acad.)

=Gne, Gn.=—Prononcez _ensei-gner, enseigne-ment, dési-gner,
dési-gnation, dai-gner, i-gnorant, i-gnorer, a-gneau, ma-gnifique_,
etc., et non _enseign'ner, enseign'nement, désign'ner, désign'nation,
daign'ner, ign'norant, ign'norer, agn'neau, magn'nifique_.—Les
flamands, de leur côté, doivent éviter dans la prononciation de ces
mots de séparer le _g_ de l'_n_ et de donner au premier le son d'un _h_
ou bien le son guttural de leur _g_: _i-gnorant, ma-gnifique_, etc., et
non _ih-norant, mah-nifique_ ni _igh'-norant, magh-nifique_.

=Godaille=, s. f., mauvaise boisson, mauvais vin; _godailler_, boire
avec excès;—ces mots sont français mais populaires: _c'est un
ivrogne, il ne fait que godailler_.

=Goëlette=, s. f., bâtiment léger; prononcez _goèlette_ (_oè_ diphth.)

=Golza=, s. m., plante oléagineuse; écrivez et prononcez _colza_ et non
_golza_. Voyez _chausson_.

=Gomme=, s. f.; prononcez l'_o_ bref comme dans _homme_: _gomme_ et non
_gô-me_.

=Goulée=, correspond à _gueule_ et ne se dit guère qu'en parlant des
animaux: _brebis qui bêle perd sa goulée_.—En parlant des personnes,
on doit se servir du mot _bouchée_: _une bouchée de pain_.

=Goulus= (_pois_), pois que l'on mange avec la cosse; ne dites pas
_pois gourmands_.

=Gourmet=, s. m., celui qui sait bien connaître et goûter les vins, les
mets; _gourmeur_ n'est pas français.

=Goût.= s. m.—Ne dites pas: _j'ai du goût de sortir, j'ai du goût de
pleurer_; dites, _j'ai envie de pleurer, de sortir_.

2. Ne dites pas: _cela est-il à votre goût?_ dites, _cela est-il de
votre goût?_

=Goûter.=—On dit _goûter un mets, goûter d'un mets_ et _goûter à un
mets_.—On goûte _un mets_ pour savoir s'il est bon ou mauvais; on
goûte _d'un mets_ quand on en mange comme aliment; on goûte _à un mets_
pour savoir s'il y manque quelque chose et dans le dessein d'ajouter
ce qui y manque. Dites, _j'ai goûté ce vin-là et je l'ai trouvé bon;
j'ai mangé du rôti, mais je n'ai pas goûté du lièvre; le cuisinier a
goûté dix fois à cette sauce avant de la servir_.

2. Ne dites pas comme on entend dire tous les jours: _ce beurre ne me
goûte pas; ce rôti m'a bien goûté; cela me goûte, cela ne me goûte
pas_, pour exprimer que quelque chose est ou n'est pas de votre goût.
Il est clair en effet que les personnes seules, et non les choses
inanimées, peuvent goûter, c'est-à-dire exercer le sens du goût.
Dites donc: _cela est de mon goût_ et non _cela me goûte_;—_j'ai
trouvé ce rôti bon, excellent_ et non _ce rôti m'a bien goûté_;—_ce
beurre est bon, a un bon goût, est de mon goût_ et non _ce beurre me
goûte_;—_cela me semble bon, cela me plaît, cela a un bon goût, cela
est de mon goût_, et non _cela me goûte_.

3. Ne dites pas, comme on dit en flamand: _cela goûte bon_; dites,
_cela est d'un bon goût_.

4. Ne dites pas: _j'avais goût de sortir_; dites _... envie de sortir_.

=Goutte.=—Ne dites pas: _mon frère ressemble à mon père comme deux
gouttes d'eau_; dites, _mon père et mon frère se ressemblent comme deux
gouttes d'eau_ (se ressemblent).

2. _Goutte_, employé adverbialement pour donner plus de force à la
négation, ne se dit que dans, _ne voir goutte, n'entendre goutte_: _il
fait bien obscur ici, je ne vois goutte, je n'y vois goutte; c'est
un homme qui ne voit goutte dans ses affaires; je n'entends goutte_
(_je ne comprends rien_) _à ce qu'il dit; cette affaire est fort
embrouillée, je n'y entends goutte_. (Acad.)—Ne dites, _je n'y vois
goutte_, que lorsque le pronom _y_ se rapporte à un objet dont on
vient de parler, comme dans notre premier exemple où _y_ se rapporte
à _chambre_; c'est donc une faute de dire _je n'y vois goutte_, pour
exprimer simplement que vous avez la vue mauvaise, sans vouloir faire
entendre que vous ne voyez rien dans une chambre, dans un livre, ou
tout autre objet déjà exprimé.

3. Ne dites pas: _la marmite goutte_, pour exprimer que l'eau s'en
échappe par une fente; dites _la marmite fuit_.

4. Ne dites pas: _avoir les gouttes_, mais _avoir la goutte_; voyez
_fièvre_.

5. Prononcez _oû_ long dans _goûter, goûte, dégoûter, dégoûtant_, et
_ou_ bref dans _goutter, goutte, dégoutter, dégouttant_.

=Goutter=, dans le sens de tomber goutte à goutte, n'est pas français;
dites _dégoutter_: _il pleuvait il n'y a qu'un moment, les toits
dégouttent encore_ (et non _gouttent_); _quand il pleut sur le curé, il
dégoutte sur le vicaire_ (et non _il goutte_).

2. Ne dites pas: _il goutte, il commence à goutter_, en parlant de la
pluie: dites, _il tombe des gouttes d'eau, il commence à pleuvoir_.

=Gouttière=, ne signifie pas, _eau de pluie_, mais un _canal_ par où
l'eau s'écoule des toits; ne dites donc pas _un seau de gouttière_,
mais _un seau d'eau de pluie_.

=Gouverne=, dans le sens de direction, est français: _je vous dis cela
pour votre gouverne_.

=Gozette.=—Ne dites pas: _ce boulanger fait de bonnes gozettes_;
dites, _ce boulanger fait de bons chaussons_. (Wall.) Voyez _chausson_.

=Grâce.=—_Avoir bonne grâce, avoir mauvaise grâce_, devant un
infinitif, demandent la préposition _à_: _il a bonne grâce, mauvaise
grâce à faire_ (et non _de faire_) _telle chose_.

=Gracier=, v. act., remettre la peine à un criminel, est français; on
l'emploie souvent au passif: _il a été gracié_. (Acad.)

=Gracieux, euse=, adj.—N'écrivez pas _grâcieux_ mais _gracieux_ et
prononcez _a_ bref;—il en est de même des mots _disgracieux, gracier,
graciable, gracieuseté_, etc. Mais _a_ est long dans: _grâce, disgrâce,
les trois Grâces, le Havre-de-Grâce, Grâce-Montegnée_.

=Gradué=, s. m., celui qui a pris des degrés dans une des facultés
de théologie, de droit, de médecine, des lettres. On dit: _c'est un
gradué; les gradués de l'université_.—Prononcez _gradu-é, gradu-el,
gradu-er_ et non _gradu-wé, gradu-wel, gradu-wer_.

=Grain=, se dit du fruit et de la semence du froment, de l'épeautre,
du seigle, de l'avoine, de l'orge, etc. Mais se serait une faute de
l'employer pour désigner les froments, les seigles, l'épeautre en
herbe et de dire: _les grains sont beaux; scier les grains; du grain
en gerbe_; dites, _les blés, les froments_, etc., _sont beaux; scier
les blés, les froments_, etc.; _du blé en gerbe_.—_Blé_ est un terme
générique qui se dit de toutes les plantes qui produisent le grain dont
on fait le pain.

=Grammaire.=—L'Académie ne dit pas que les deux _m_ se prononcent,
et les personnes qui parlent bien n'en font entendre qu'une seule
dans ce mot et dans _grammairien_ (gra-mairien), _grammatical_
(gra-matical) _grammaticalement_ (gra-maticalement), _grammatiste_
(gra-matiste).—Prononcez donc _gra-maire_ et non _gram'maire_, ni
_gran-maire_ comme dans _grand'mère_, ce qui serait excessivement
ridicule: _une grand'mère qui fait des fautes de grammaire_. Voyez _mm_.

=Grand.=—L'adjectif féminin _grand'_ est toujours invariable.—On
dit _grand'chère_ (il n'a pas de pluriel).—_Grand'chose,
grand'croix_; le pluriel est _grands-croix_ (Acad. au mot
croix).—_Grand'garde_; le pluriel est _grand'gardes_.—_Grand'faim_:
il n'a pas de pluriel.—_Grand'mère_; le pluriel est _grand'mères_.
—_Grand'messe_: on peut dire aussi _grande messe_; le pluriel est
_grand'messes_.—_Grand'oncle_: prononcez _grantoncle_; le pluriel est
_grands-oncles_.—_Grand'peine_ (_à_), difficilement.—_Grand'père_:
le pluriel est _grands-pères_.—_Grand'peur_.—_Grand'pitié_.
—_Grand'soif_.—_Grand'tante_; le pluriel est _grand'tantes_.
—_Grand'route_ ne se trouve pas dans les dictionnaires.

2. _Un grand homme_ est un homme d'un grand génie; _un homme grand_
est un homme de grande taille.—_Une grande dame_ est une dame de
haute condition; _une dame grande_, une dame de haute stature. Mais on
dit: _un grand homme noir, une grande dame blonde_. _Un homme à l'air
grand_, dont la physionomie annonce de la noblesse d'âme; _un homme
du grand air_, qui vit à la manière des grands seigneurs. (SOULICE et
SARDOU.)

3. _Grande armée_: ne prononcez pas _gran-tarmée_, mais _gran-d'armée_,
comme _darme_ dans _gendarme_.—Mais au masculin devant une voyelle ou
une _h_ muette, ce _d_ final a le son de _t_: _grand_ (_t_) _homme,
grand_ (_t_) _arbre_.

4. _Grand'chose_, s. fém.—On dit: _il n'a pas fait grand'chose de
beau, de bon_, c'est-à-dire, _grand'chose de ce qui est beau, de ce qui
est bon_.—Ne dites pas _grande chose_.—Voyez _chose_.

=Grandeur=, s. f.—Il ne faut pas employer ce mot comme synonyme de
_gloire_: _la gloire_ (et non _la grandeur_) _le perdra; faire une
chose par nécessité et non par gloire_.

=Grandir=, v. n., se conjugue avec _avoir_ ou avec _être_, selon que le
sens permet de poser l'une ou l'autre des deux questions: _qu'a-t-il
fait_ ou _que lui est-il arrivé?_—_cet enfant a bien grandi en peu de
temps; vous êtes bien grandi_.—Voyez _vieillir_.

=Granit=, s. m., pierre dure: prononcez _granite_.

=Gras, asse=, adj.—Ne dites pas: _il fait gras_, mais _il fait chaud,
l'air est étouffant_.

=Grasseyer=, v. n., parler gras: écrivez et prononcez =grasseyer=,
_grasseyement_ et non _gracier, graciement_.

=Gratis=, adv., sans frais: prononcez _grâtice_.

=Gratte=, n'est pas français; il faut dire _égratignure, marque_: _se
faire une égratignure_.

=Gratter=, signifie frotter, râcler et ne doit pas s'employer pour
_égratigner_: _le chat l'a égratigné; s'il ne mord, il égratigne_. Mais
on dira: _le chat gratte à la porte; gratter une muraille; se gratter
l'oreille en signe d'embarras_.

=Gratuit, Gratuitement=: prononcez _gratuit, gratuitement_ (_a_ bref)
et non _gratu-wit, gratu-witement_.

=Grave=, adj., pesant, sérieux: prononcez _grâ-ve_ (_â_ long) et non
_grâ-fe_.

2. _Grave_ (_il_), du verbe graver: prononcez _gra-ve_ (_a_ bref).

=Greffe=, s., petite branche pour greffer, est _féminin_: une belle
greffe de pommier.—_Greffe_, lieu d'un tribunal où sont déposées les
minutes des jugements, des arrêts, etc., est _masculin_: _les pièces
sont au greffe_.

2. _Greffe_, petit brin de bois, de baleine, etc., dont les enfants qui
apprennent à lire, touchent les lettres qu'ils veulent épeler; ce mot
est wallon;—en français on dit _touche_.

=Grelot, Grelotter=: prononcez, _grelot, grelotter_ (_e_ muet) et non
_grèlot, grèlotter_.

=Grenade.=—Ne nommez pas ainsi les petites écrevisses de mer qu'on
colporte aux estaminets; dites, _chevrette_ et mieux _crevette_.

=Grenier=: écrivez et prononcez _grenier_ (_e_ muet) et non _grènier_
ni _gregnier_.—Dites _au grenier_ et non _sur le grenier_.

=Grenouille=, s. f.: prononcez _grenouille_ (_e_ muet et _ll_
mouillées) et non _grènouille_.

=Grésil=, s. m., menue gelée: prononcez _grésile_.

=Grève= ou =Gravelle=, gros sable mêlé de fort petits cailloux, de
fort petites pierres, sont des barbarismes qu'il faut rendre par
_gravier_: _il n'y a pas de terre franche en cet endroit-là, ce n'est
que du gravier_.—_Grève_, s. f., signifie proprement un lieu plat et
uni, couvert de gravier, de sable, le long de la mer ou d'une grande
rivière: _les vagues se déploient sur la grève; la grève était couverte
de débris_.—_La Grève_ se dit, à Paris, d'une place publique qui
est située sur le bord de la Seine et où l'on faisait autrefois les
exécutions.

=Gribouillette=, s. f., jeu d'enfants; on dit _jeter une chose à la
gribouillette_, c'est-à-dire la jeter au milieu d'une troupe d'enfants
qui cherchent à s'en saisir.

=Grière.=—Ne dites pas: _du fromage de grière_, mais du fromage de
_Gruyère_ (ville de Suisse).

=Grièveté=, s. f., énormité: prononcez _grièv'té_ et non _grièf'té_.

=Griffer=, v. n.—Ne dites pas: _le chat m'a griffé_; dites, _le chat
m'a égratigné_.—_Griffer_ signifie, prendre avec la griffe: _les
oiseaux qui griffent sont le perroquet_, etc.

=Griffon.=—Ne dites pas un _griffon_, pour indiquer une écriture mal
formée qu'on lit difficilement; dites _un griffonnage_.

=Grignon=, est le côté jaune et doré de la croûte du pain; ne dites pas
_grignot_ ni _grignotte_.

=Gril, Grille.=—Les _ll_ de ces mots sont mouillées, cependant
_gril_, dans le langage familier, se prononce _gri_. (Acad.)—_Le gril_
(masculin) est un ustensile de cuisine sur lequel on fait rôtir de la
viande, du poisson, etc.: _mettre du boudin sur le gril_.—_La grille_
est formée de plusieurs barreaux de bois ou de fer se traversant les
uns les autres pour empêcher qu'on ne passe par une fenêtre, par une
ouverture;—_grille_ signifie aussi des barres de fer sur lesquelles on
place le charbon dans un fourneau, dans un poêle au-dessus du cendrier.

=Grillon=, espèce de cigale à chant monotone; ne dites pas _criquillon_
ni _criquion, crition_.

=Gringalet=, s. m., homme faible, débile, sans force; ce mot est
français: _ce n'est qu'un gringalet_.

=Grippe=, s. f.—_Prendre quelqu'un en grippe_, ou _se prendre de
grippe contre quelqu'un_, se prévenir défavorablement contre lui, sans
pouvoir rendre raison de sa prévention.—Ces deux locutions sont
françaises; la première était seule admise autrefois.

=Gripper=, attraper, saisir subitement; ce mot est français: _ce chat a
grippé un morceau de viande; il a grippé la souris à la sortie du trou;
on lui a grippé sa bourse_; on dit aussi _griffer_.

=Grogner=, v. n., gronder, gourmander, murmurer, réprimander; ce mot
est français: _il ne cesse de grogner après moi_.

=Grognon=, adj., qui grogne actuellement ou qui a l'habitude de
grogner; les vrais mots sont _grogneur_ et _grognard_; mais le mot
_grognon_ est aujourd'hui fort usité et admis par l'Académie comme un
adjectif des deux genres. Voyez _groin_.

=Groin=, museau du cochon, ne dites pas _grognon_.

=Gros.=—_Donner gros, valoir gros_, sont des expressions triviales
et qu'il faut éviter d'employer; dites donc: _cette charge doit
lui valoir, lui rapporter beaucoup_ et non, _cette charge doit lui
valoir gros_. Dites encore: _je donnerais beaucoup pour avoir de
l'instruction_, et non, _je donnerais gros..._

=Grossier=, _impoli, rustique_: voyez _rustique_.

=Groom=, s. m., petit laquais; prononcez _groûme_.

=Grouiller, Grouillement=: _le ventre lui grouille; grouillement des
intestins_: ne dites pas, _grouler, groulement_.

=Gruger=, dans le sens de tromper, n'est pas français.

=Gruyère= (_fromage de_).—_Gruyère_ est une petite ville de Suisse
d'où ce fromage a tiré son nom. Ne dites pas _fromage de Gruère_ ni _de
Grière_.

=Gu= et =Guë= sont sonores à la fin des mots, mais ces deux
terminaisons ne comprennent que les cinq masculins _aigu, ambigu,
contigu, exigu, zagu_, les six féminins _aiguë, ambiguë, ciguë,
contiguë, exiguë, besaiguë_ ou _besaguë_, et le verbe _j'arguë_.
—L'Académie met le tréma sur l'_e_ et non sur l'_u_.

2. _Gu_ est également sonore, et fait diphthongue avec la voyelle
suivante dans _aiguille_ et ses dérivés, _aiguillon_ et ses dérivés,
_aiguillade_ (mais non _aiguillat_, terme d'histoire naturelle),
_aiguiser, aiguisement, ambiguïté, contiguïté, exiguïté, arguez, nous
arguons, vous arguez_, etc.—Ajoutez _consanguinité, sanguinification_
(mais non _sanguin, sanguinaire, sanguinolent, sanguine_ qui ont l'_u_
muet et où l'on ne fait entendre qu'un _g_ dur), _inextinguible,
linguiste, linguistique, onguiculé, Guise_ (nom propre).—Il faut
prendre garde cependant de prononcer dans ces mots _gui_ comme _goui_;
on évitera ce défaut en s'exerçant d'abord à appuyer fortement sur
l'_u_ et à le séparer en quelque sorte de la voyelle suivante; plus
tard on rétablira la diphthongue.

3. Dans tous les autres mots, _gu_ a la valeur d'un _g_ dur et l'_u_ ne
se fait pas sentir: _anguille, guérir, gui, guignon, guichet, guise_,
etc.

=Guenille, Guenipe.=—Une _guenille_ est un haillon, un chiffon;—une
_guenipe_ ou _guinche_ est une femme malpropre: _cet homme ne porte
que des guenilles; cette femme est une franche guenipe_.—Prononcez
_guenille_, (_ll_ mouillées), _guenipe_ (_e_ muet) et non _guènille,
guè-nipe_.

=Guère=, ou =Guères=, adv.—On n'écrit _guères_ (_s_) que dans les vers,
lorsqu'il est nécessaire à la rime ou à la mesure.

2. _Guère_ est toujours accompagné de la négation; dites donc: _il ne
s'en est guère fallu_, et non, _il s'en est guère fallu_.—Quoique
l'on dise: _il s'en faut de beaucoup_, on ne peut pas dire pourtant:
_il ne s'en faut de guère_: dites, _il ne s'en faut guère_.

=Guêtre=, s. f., sorte de chaussure qui couvre la jambe: prononcez
_guê-tre_ et non _guette_; dites _se guêtrer_, mettre des guêtres, et
non _se guetter_.

=Guette.=—Ne dites pas: _ce chien est de bonne guette_, mais _de bon
guet_.

=Gueule=, s. f., la bouche de certains quadrupèdes carnassiers et
de plusieurs poissons. On dit la _gueule_ d'un chien, d'un loup,
d'un lion, d'un crocodile, d'un requin, etc.—La _gueule_ est une
grande bouche d'animal carnassier, armée de fortes dents: voyez
_bouche_.—Prononcez _gueule_ et non _gueuille_.

=Gueuler, Gueulard=, termes bas; dites _criailler, criailleur_.

=Gueusard=, coquin, est populaire. (Acad.)

=Gueux=, adj., nécessiteux, indigent, mendiant; il signifie quelquefois
aussi coquin, fripon: _ne vous fiez pas à cet homme-là, c'est un gueux_.

=Gui=, s. m., plante parasite qui naît sur les branches de certains
arbres, du poirier, du pommier, de l'aubépine, du chêne, du peuplier,
etc.: _le gui donne de la glu_.—Prononcez _ghi_ (_g_ dur) et non
_gu-i_: voyez _gu_.

=Guide=, celui qui guide, qui conduit, est masculin;—_guide_, rêne,
est féminin: _la guide du côté droit_.—Prononcez _ghi-de_ et non
_gu-ide_ ni _ghi-te_; mais dans _le Guide_, nom de peintre, _gui_ fait
dipthongue.

=Guignonnant=, adj.: _perdre cinq parties de suite, c'est guignonnant_
(c'est du guignon, du malheur, c'est contrariant). Ce mot figure dans
les dictionnaires et est d'un fréquent usage au jeu.—Ne dites pas:
_guignon guignolant_, mais _guignon guignonnant_.

=Guinée=, s. f., monnaie d'Angleterre, pièce de 25 francs: prononcez
_ghinée_ et non _gu-inée_.

=Gutta-percha=, gomme résineuse: prononcez _gutta-perka_; ce mot est
féminin: _de la gutta-percha_. (POITEVIN).

=Guttural=, adj., qui appartient au gosier: on prononce les deux _t_.



  H


=H.=—L'_h_ est muette ou aspirée. Elle est _muette_, quand elle ne se
prononce pas, comme dans _l'homme, l'histoire, adhérer, inhumer_, qu'on
prononce comme s'il y avait _l'omme, l'istoire, adérer, inumer_. Elle
est _aspirée_, quand elle se prononce un peu du gosier, comme dans _le
héros, la haine, les hiboux_.—Cependant on peut aussi ne pas faire
sentir l'_h_ aspirée et dire: _le éros, la aine, les iboux_. Cette
prononciation est préférable, mais il faut éviter dans ce cas de faire
l'_élision_ de la voyelle ou la _liaison_ de la consonne qui la précède
avec la voyelle qui la suit: ainsi vous ne direz pas _l'éros, l'aine,
lè-ziboux_, mais _le éros, la aine, lè iboux_.—L'usage seul peut
servir de guide pour distinguer ces deux sortes d'_h_; dans le doute,
il faut avoir soin de recourir au dictionnaire; cette recommandation
est d'autant plus importante, surtout pour les étrangers, que l'erreur
ici prêterait souverainement au ridicule.—Dans notre _Dictionnaire_,
l'astérisque * indique que l'_h_ est _aspirée_.

=Habile=, adj.—Il régit la préposition _à_ devant un infinitif et les
prépositions _en_ ou _dans_ devant un nom: _habile à manier le pinceau;
habile dans les affaires, habile en affaires_.

2. _Habile_, signifie capable, intelligent, adroit, savant: _un
ouvrier habile, un avocat habile, un habile général_; on le dit
quelquefois en mauvaise part: _il est habile à tromper; c'est un habile
fripon_.—_Habile_ signifie aussi, en terme de jurisprudence, qui est
capable ou qui a droit de faire une chose: _être habile à succéder_.

3. _Habile_ se dit aussi populairement pour _diligent, expéditif_: _ce
copiste est habile, il aura bientôt écrit ce mémoire_. (Acad.)

4. Mais _habile_ (ou _habïe, abïe_) ne peut jamais s'employer
adverbialement dans le sens de _vite_: _accourez habile; allez habile;
habile! habile!_ dites, _accourez vite; allez vite; vite! vite!_
(Wall.) Prononcez _abile_ et non _abille_ (_ll_ mouillées).

=Habileté= et =Habilité.=—Il ne faut pas confondre ces deux mots;
l'_habileté_ est la qualité de ce qui est habile, le talent, le savoir,
la capacité, l'intelligence.—_Habilité_ n'est guère en usage que
comme terme de jurisprudence et dans cette locution, _habilité à
succéder_ (aptitude à). (Acad.)

=Habiller= _de neuf_: voyez _neuf_.

=Habit.=—Ce mot indique plus spécialement un vêtement d'homme; en
parlant d'une femme, employez le mot _vêtement, robe, jupe_, etc.:
_maman a mis sa plus belle robe_, et non, _son plus bel habit_.

2. _Un nouvel habit_, est un habit différent de celui que l'on vient de
quitter; _un habit nouveau_ est un habit de nouvelle mode.

*=Hache.=—L'_h_ est aspirée ainsi que dans tous les mots dérivés,
_hacher, hachette, hachis_, etc.—Prononcez _ha-che_ et non _hage_.

*=Haie=, s. f., clôture d'épines, de ronces, etc.; prononcez _haî_
(_aî_ long) et non _hai-ïe_.

*=Haïe=, interj., cri pour animer les chevaux: prononcez _ha-î_ (deux
syll.)

*=Haine=, _haïr, haïssable, haineux_.—Dites, _je hais, tu hais,
il hait, hais_ (impératif) et non, _je haïs, tu haïs, il haït,
haïs_.—Partout ailleurs écrivez et prononcez _ha-ïr, ha-ï, ha-ïssais_,
etc.

*=Haire= et =Hère=.—_Haire_, s. féminin, est une espèce de petite
chemise rude que l'on met sur la peau par esprit de mortification:
_revêtir la haire et le cilice_.

2. _Hère_, s. masculin, se dit par dérision d'un homme sans
considération, sans fortune, sans mérite; on ne l'emploie guère que
dans la locution: _pauvre hère; c'est un pauvre hère_. (Acad.)

=Hakcelle=, n'est pas français; dites _paille hachée_ (à l'aide du
_hache-paille_).

=Haleine, Alène.=—L'_haleine_ est le souffle de la respiration;
l'_alène_ est un instrument de cordonnier.

*=Haleter=, être hors d'haleine.

*=Halo=, s. m., cercle lumineux autour des astres.

*=Halte=, s. f. et interj.—Prononcez _halte_ et non _hale_.

*=Hamac=, s. m., lit suspendu dans les navires: prononcez _hamaque_.

=Hameçon=, s. masculin, crochet pour prendre les poissons; l'_h_ est
muette: _prendre du poisson à l'hameçon_.

*=Han=, s. m., terme populaire pour exprimer le bruit sourd que fait un
homme qui frappe un coup avec effort.

*=Hanche=, s. f., partie du corps où tient la cuisse; prononcez
_han-che_ et non _han-ge_.

*=Hanneton=, s. m.:—l'_h_ est aspirée: _les enfants font la guerre
aux hannetons_.

*=Happelopin=, est un mot français qui signifie valet fripon et
gourmand.

*=Happer=, se dit proprement d'un chien, lorsqu'il prend avidement
avec la gueule ce qu'on lui jette: _on lui jeta un morceau et il le
happa_.—Il signifie figurément et familièrement, attraper, saisir,
surprendre à l'improviste: _il s'est laissé happer par les huissiers;
les gendarmes l'ont happé_.—Mais il ne signifie jamais _voler_ comme
en wallon.

*=Haquet=, s. m., espèce de charrette longue et étroite, sans
ridelles, qui sert surtout à voiturer des tonneaux: _un haquet de
brasseur_;—_haquetier_ est le conducteur du haquet.

*=Hardes=, s. f. pl., tout ce qui est nécessaire pour l'habillement; il
n'a pas de singulier.

*=Hardi=, _hardiesse, hardiment_, etc.: l'_h_ est aspirée.

*=Hareng=, (le _g_ ne se prononce pas), _harengaison, harengère,
harangade, haranguière_; l'_h_ est aspirée dans tous ces mots.

*=Haricot= (le _t_ ne se prononce pas): ne dites pas _des zaricots_,
mais _des haricots_ (_h_ aspirée).

*=Haridelle=, s. f., un mauvais cheval maigre: _une vieille haridelle_.

=Harlequin=, n'est pas français; écrivez _arlequin_: _un habit
d'arlequin_.

=Harmonier, Harmoniser=, v. a. ou pr., mettre en harmonie: le dernier
verbe, quoique mal fait, est le plus en usage.

*=Harnais.=—L'_h_ est aspirée ainsi que dans tous les dérivés:
_harnacher, harnachement_, etc.—On dit aussi _harnois_ pour
_harnais_, mais seulement en poésie et dans le style soutenu.

*=Harpe=, _harpiste, harpeur, harpie, harpon_.

*=Hart=, s. f., espèce de lien d'osier ou de bois très-souple pour lier
les fagots; corde qui servait à étrangler les criminels condamnés à la
peine de mort: _mériter la hart, la hart au cou_.—Prononcez _hare_.

*=Hasard=, _hasarder, hasardeux, hasardeusement_: l'_h_ est aspirée
dans ces mots; ne dites donc pas: _je joue à l'hasard; j'hasarde cette
somme_, etc.; mais, _je joue au hasard, je hasarde_,...

2. _Hasard_, ne s'emploie au pluriel que dans le sens de _péril,
risques_: _les hasards de la guerre_.

3. _Hasarder_, devant un infinitif, demande la préposition _de_;—_se
hasarder_ veut _à_: _hasarder de faire une chose_; _je me hasarderai à
faire cette démarche_.

*=Hâte=, _hâter, hâtif_, etc.: prononcez l'_â_ long.

2. Ne dites pas: _à toute hâte_ (_toute âte_) mais _à toute hâte_ (_h_
aspirée).

*=Hâter= (=se=) régit la prépos. _de_: _se hâter de répondre_.

*=Haut.=—Ne dites pas, _monter en haut, descendre en bas_, mais
simplement, _monter_ et _descendre_, à moins qu'on ne veuille dire
_tout en haut, tout en bas_, par opposition à ce qui est _moins haut,
moins bas_: _montez en haut_ (_de l'échelle_) c'est-à-dire, _allez
jusqu'au dernier échelon_ et ne vous arrêtez pas à mi-chemin.

2. Ne dites pas non plus _monter en haut_ pour, _monter à l'étage_;
dites, _monter au premier, au second_.

3. Ne dites pas: _les élèves appliqués pourront passer dans une classe
plus haute_; dites, _dans une classe supérieure_ et mieux, _pourront
monter d'une classe_: cette dernière locution est généralement employée
en France dans ce cas.—Voyez _descendre_.

4. _Haut ton_ et _ton haut_, ne sont pas synonymes: _prendre le haut
ton_, signifie prendre le ton, les manières de la haute société;
_prendre un ton haut_, veut dire prendre un ton fier, arrogant,
menaçant.

*=Hautain=, adj., fier, orgueilleux, fait au féminin _hautaine_ et non
_hautine_; prononcez _hautène_ (au fém.) et non _hautin-ne_.

*=Hautement=, adv.—Ce mot, dit l'Académie, n'est guère d'usage
au propre; au figuré, il signifie hardiment, librement.—Il ne
faut pas le confondre avec l'adverbe _haut_: on dit _hautement_ sa
pensée, c'est-à-dire, hardiment, résolument; on dit, _il parle haut_,
c'est-à-dire, d'une voix haute.

*=Havet=, s. m., croc, crochet en fer, est français.

*=Havir=, v. a., se dit de la viande qui se dessèche au feu sans cuire
en dedans; ce mot est peu usité, dit l'Académie.

*=Havre-sac=, s. m., sac de soldat, d'ouvrier; ne dites pas
_havère-sac_ ni _havur-sac_ ni _hafe-sac_.

=Hébreu.=—L'_h_ est muette: _ce que vous me dites est de l'hébreu
pour moi_ (je n'y vois goutte), et non, _du hébreu_.

=Hectare, Hectolitre=, sont masculins; l'_h_ est muette ainsi que dans
tous les mots qui appartiennent au système légal des poids et mesures.

*=Hein.=—Interjection familière dont on accompagne quelquefois une
interrogation ou une phrase qui exprime l'étonnement: _voulez-vous,
hein?—Hein, que dites-vous là?_—Prononcez _hin_.

=Hélas=, interj. (et non _hélàs_): prononcez _élâce_ (_â_ long) et non
_éla_ ni _élâ_.

=Héliotrope=, genre de plantes; ce substantif est masculin: _de beaux
héliotropes_.

*=Hem=, interjection dont on se sert pour appeler: _hem, hem, venez çà_.

=Hémi=, mot qui commence plusieurs termes de sciences, d'arts et qui
signifie _demi_; il est invariable et l'_h_ est muette.

=Hémisphère=, s., la moitié d'une sphère, est masculin: _l'un et
l'autre hémisphère_.

=Hémorragie=, s. f.—Puisque ce mot signifie par lui-même _perte de
sang_, vous ne pouvez pas plus dire _une hémorragie de sang_ que du feu
chaud, de l'eau humide; dites simplement _une hémorragie_.

*=Hennir=, _hennissement_ (cri du cheval): prononcez _hanir,
hanissement_.

*=Henri=, n. pr.—Dans la conversation seulement l'_h_ devient
muette.—L'_h_ est également aspirée dans _Henriette_.

=Héritance=, n'est pas français; dites _héritage, succession_; ce mot
s'est dit autrefois pour _hérédité_.

*=Hernie=, _herniaire, hernieux_.

*=Héron=, _héros, herse, herser, héraut, hérisson_.—L'_h_
d'_héroïsme, héroïque, héroïne_ est muette.

=Hésiter=, devant un infinitif, demande la préposition _à_: _il
n'hésita pas à_ (et non _de_) _répondre_: l'_h_ est muette.

*=Hêtre=, s. m., arbre; prononcez _hè-tre_, et non _hè-te_, ni
_hè-tère_.

=Heure, Lieue.=—_Heure_ est une mesure de temps et _lieue_ une mesure
de chemin; dites donc: _il y a six lieues de Liége à Huy_, et non _il
y a six heures_; mais vous pourrez dire: _nous avons fait six lieues_
(de chemin) _en cinq heures_ (de temps).—Nous n'oserions cependant
pas condamner absolument, surtout dans la conversation et dans le
style épistolaire qui n'est qu'une conversation écrite, l'emploi du
mot _heure_ pour _lieue_, quoiqu'il soit préférable, au demeurant, de
conserver à chaque mot sa véritable signification.

2. Si vous ignorez quelle heure il est, dites, _quelle heure
est-il?_—Si vous entendez l'heure sonner et que vous vouliez savoir
l'heure qui sonne, dites: _quelle heure est-ce?_

3. Ne dites pas: _il est arrivé à ces heures-ci, vers ces heures-ci_;
dites, _à cette heure-ci, vers cette heure-ci_.

4. Ne dites pas non plus: _j'irai vous voir vers les une heure_, mais,
_vers une heure_.

5. Ne dites pas: _dix heures est sonné_, mais, _dix heures sont
sonnées_.

6. Ne dites pas: _une heure de temps_; dites, simplement _une heure_.

7. Ne dites pas: _le quart avant quatre_ ou _pour quatre_, mais,
_quatre heures moins un quart_.

8. Ne dites pas: _ce malade doit prendre des pilules tout les
demi-heures, tout les deux heures; il part un courrier tout les
vingt-quatre heures_; dites, _toutes les demi-heures, toutes les deux
heures, toutes les vingt-quatre heures_.—On dira de même: _je vais
voir mes parents toutes les trois semaines_, et non _tout les trois
semaines_, etc. _Tout_ ici est adjectif et non adverbe et doit par
conséquent prendre le genre et le nombre du nom auquel il se rapporte.

9. Ne dites pas: _je suis à bonne heure_, mais _de bonne heure_;—_trop
de bonne heure_, mais _de trop bonne heure_;—_de plus bonne heure_,
mais _de meilleure heure_.

10. _Quatre heures_, ne peut pas se dire pour désigner le léger repas
entre le dîner et le souper; dites _goûter_: _je m'en vais goûter; j'ai
fait un bon goûter_.

*=Heurler=, n'est pas français; dites _hurler_.

*=Heurter=, v. a., toucher, choquer rudement; ne dites pas avec maintes
personnes _hurter_.

*=Heurtoir=, s. m., marteau pour frapper à une porte.

=Hiatus.=—L'Académie écrit _l'hiatus_ (_h_ muette); prononcez
_hiatuce_.

*=Hibou=, s. m., oiseau nocturne.

*=Hie=, s. f., instrument dont on se sert pour enfoncer les pavés;
on l'appelle communément _demoiselle_.—C'est aussi un instrument
qui sert à enfoncer des pieux en terre et que l'on nomme vulgairement
_mouton_. (Acad.)

=Hier=, adv.—Prononcez _avan-t-hier, dès_ (_z_) _hier_, et non
_avan-hier_ ni _avan-z-hier_, ni _dè-hier_; cependant, dans la
conversation, on peut dire _avan'hier_.

=Historien, Historiographe=, s. m.—_Historien_, celui qui écrit
l'histoire;—_historiographe_, celui qui est nommé par un brevet du
prince pour écrire l'histoire du temps: _Racine était historiographe de
Louis XIV sans être historien_.

*=Hoche=, s. f.: voyez _taille_.

*=Hochequeue=, s., sorte de petit oiseau, ainsi appelé parce qu'il
remue continuellement la queue; ce mot est masculin: _un jeune
hochequeue_.—_Hochecul_ n'est pas français.

*=Hocher=, secouer, branler: _hocher la tête; hocher un arbre pour en
faire tomber les fruits_.

*=Hochet= (de houille) n'est pas français; dites _briquette_ (et non
_boulette_).

*=Hollande=, _Hollandais, Hongrie, Hongrois_.—L'_h_ est aspirée dans
tous ces mots. Ne dites donc pas: _en n'Hollande, les z'hollandais_,
mais _en Hollande, les hollandais_.

2. On disait autrefois _de l'eau de la reine d'Hongrie_; quelques
personnes disent encore _de la toile d'Hollande, du fromage
d'Hollande_: cet usage, dit Ch. Nodier, est celui des blanchisseuses
et de l'office; il ne doit pas faire loi au salon.—Aujourd'hui on
dit _de l'eau de la reine de Hongrie, de la toile, du fromage de
Hollande_.—Prononcez _Holan-de_ et non _Hol-lande_ ni _Holan-te_.

*=Hom=, interj., exclamation qui exprime le doute, la défiance: _hom!
il est encore bien jeune_; prononcez _home_.

*=Homard=, s. m., grosse écrevisse de mer: _un homard, des homards_ et
non _un n'homard, des z'homards_.—Prononcez _homare_.

*=Honnête=, adj.—_Un homme honnête_ est un homme poli; _un honnête
homme_ est un homme de probité.

=Honneur=, s., est masculin.

2. Ne dites pas: _on a érigé à Liége une statue à l'honneur de Grétry_,
mais, _en l'honneur_ ou _en honneur de Grétry_.

3. Ne dites pas: _cet élève fera de l'honneur à son professeur_; mais,
_... fera honneur à son professeur_.

4. Ne dites pas: _vous en avez de l'honneur_; mais, _cela vous fait
honneur_.

=Honoraires=, s. m. pl.: voyez _gage_.

=Honoré, ée=, adj.—Ne dites pas: _en réponse à votre honorée du 24
juillet_; dites, _en réponse à votre lettre..._

*=Honte, Honteux.=—L'_h_ est aspirée: ainsi ne dites pas, _cela est
t'honteux_, mais _cela est honteux_ (en aspirant l'_h_).

2. Ne dites pas: _j'étais honteux pour me présenter ainsi_; dites, _...
de me présenter ainsi_.

=Hôpital=, s. m.: prononcez _hopital_ (_o_ bref). Voyez _o_.

*=Hoquet=, mouvement convulsif de l'estomac; prononcez _hoquè_, et non
_hoquette_ ni _hiquette_, qui ne sont pas français.

=Horloge=, est féminin: _une horloge bien réglée_ et non _un horloge
bien réglé_.

2. Ne dites pas: _je l'ai attendu deux heures d'horloge_; dites, _deux
heures durant_, ou _deux heures tout entières_.

=Horr=, _initial_, fait toujours entendre les deux _rr_: _horreur,
horrible, horriblement, horripilation_.

*=Hors=, prép.—Ne dites pas: _j'ai lu hors d'un livre une anecdote
fort amusante_; dites, _j'ai lu dans un livre..._ (Fland.)

2. Ne dites pas: _on a cherché les plus beaux dehors_; dites, _on en a
pris, on en a choisi les plus beaux_.

3. Ne dites pas: _il passe son temps à regarder hors de la fenêtre_;
dites, _à regarder par la fenêtre_.

4. Ne dites pas: _je suis sorti hors de chez moi vers quatre heures_;
mais, _je suis sorti de chez moi..._

5. Ne dites pas: _Monsieur est-il ici? non, il est hors ville_; dites,
_il est absent, en voyage, à la campagne, il est sorti de la ville_.

6. Ne dites pas: _on lui a pris son argent hors de sa poche_; dites,
_... de sa poche_.

7. Ne dites pas: _je vais tirer mon mouchoir hors de ma poche_; dites,
_de ma poche_, comme on dit, _tirer de l'argent de son coffre, de sa
bourse, de sa poche; tirer l'épée du fourreau_.

8. N'employez pas _hors_ qui est préposition pour _dehors_ qui est
adverbe;—_hors_ doit toujours être suivi d'un complément: _hors
d'ici, hors de la maison, hors du pays_. Lors donc que _hors_ n'a
pas de complément et qu'il devrait être placé isolément, il faut le
remplacer par l'adverbe _dehors_ qui correspond à _dedans_; dites donc:
_votre père est-il à la maison? non, il est dehors_, et non, _il est
hors_.—_Dehors_, de son côté, étant adverbe, ne peut pas avoir de
complément; ne dites donc pas: _mon jardin est dehors de la ville_ ou
_dehors ville_, mais _hors de la ville_.—Il en est de même de _dans_
et _dedans_; _avant_ et _auparavant_; _sur_ et _dessus_; _sous_ et
_dessous_, etc.

=Hortensia=, s., arbrisseau du Japon, est _masculin_: _un bel
hortensia_.

=Hostie=, s. f., ne doit pas s'employer dans le sens de _pain à
cacheter_; il ne se dit que du pain que le prêtre consacre à la messe.

=Hôte=, _hôtesse_, s., qui tient un cabaret, une auberge; celui qui
vient manger; celui qui héberge, qui donne l'hospitalité ou qui est
hébergé: prononcez _ôte_ (_ô_ long).

=Hôtel=, _hôtellerie, hôtelier_: prononcez _otel, otell'rie, otelier_
(_o_ bref): on dit _un hôtel_ et non _une hôtel_.—Voyez _o_ et
_maison_.

*=Houe=, s. f., instrument de fer, large et recourbé, qui a un manche
de bois, et avec lequel on remue la terre en la tirant vers soi: _vigne
labourée à la houe_.—Prononcez _hoû_ (_oû_ long) et non _hou-we_.

*=Houer=, v. a., labourer une terre avec la houe: _il faut houer cette
terre_.—Il est aussi neutre: _ce vigneron ne fait que houer toute la
journée_.—Prononcez _hou-er_ et non _hou-wer_.

*=Houille=, s. f.—Ne dites pas: _le marchand d'houille_, mais, _le
marchand de houille_ (_h_ aspirée).

*=Houp=, interjection pour appeler: prononcez _houpe_.

*=Houppe, Huppe.=—Une _houppe_ est un assemblage de laine, de fil
qui se nomme autrement _gland_; (voyez _floche_); une _huppe_ est une
touffe de plumes que certains oiseaux portent sur la tête: _mettre
des houppes à des chevaux de carosse; la houppe d'une ceinture, d'un
bonnet;—la huppe_ (et non _la houppe_) _d'une alouette_.—On dit
aussi _huppé_ dans ce sens: _poule huppée_.

*=Houssard, Husard, Hussard.=—L'_h_ est aspirée dans les trois mots:
voyez _hussard_.

*=Hoyau=, s. m., sorte de houe à deux fourchons, qui sert à fouir la
terre.

=Hubert=, n. pr.—D'après nous, l'_h_ devrait être aspirée,
puisqu'elle l'est en wallon; cependant beaucoup de personnes la font
muette.

*=Huche=, s. f., grand coffre de bois dont on se sert principalement
pour pétrir le pain et pour l'y serrer.

*=Hue=, _huhau, hurhau_, (_h_ aspirée), cri des charretiers pour faire
avancer les chevaux et pour les faire tourner à droite. Voyez _dia_.

*=Huée=, s. f., cri pour effrayer, se moquer.

*=Huer=, faire des huées: prononcez _hu-é, hu-er_ et non _hu-éïe, huwé,
huwer_.

=Huile à brûler=: on dit plus généralement _huile de lampe, huile à
quinquet_.

=Huiles= (_saintes_).—Les huiles dont on se sert pour
l'extrême-onction et l'extrême-onction elle-même; dans ces acceptions,
_huile_ ne se dit qu'au pluriel: _ce malade a reçu les saintes huiles_,
(et non _la sainte huile_).

=Huissier=, s. m., officier de justice: l'_h_ est muette; dites donc
_l'huissier, les (z') huissiers_ et non _le huissier, les
huissiers_.—Beaucoup de personnes, même parmi celles qui ont reçu un
certain degré d'instruction, aspirent imperturbablement l'_h_ de ce
mot et s'exposent ainsi au ridicule.

=Huit.=—On dit _le huit, le huitième_; nous étions _huit_ (sans
lier l'_s_ avec _huit_):—_huit_, quoique écrit avec une _h_ muette,
n'admet pas plus d'élision ni de liaison que si l'_h_ était aspirée.

2. Ne dites pas: _aujourd'hui, hier, demain en huit, en quinze_; mais,
_d'aujourd'hui, de demain en huit, en quinze_. (Acad.)

3. Ne dites pas: _cela est arrivé aujourd'hui, hier en huit, en quinze,
en trois semaines_; dites, _il y a aujourd'hui, il y a eu hier huit
jours, quinze jours, trois semaines que cela est arrivé_. (Fland.)

4. Prononcez _huite_ et non _houite_; le _t_ ne se prononce pas devant
une consonne: _huit personnes_ (_hui personnes_.)

*=Hulan=, s. m.: voyez _uhlan_.

*=Hulotte= ou =Huette=, s. f., espèce de hibou.

=Humeur.=—_Être d'humeur à..._, marque l'inclination naturelle ou
habituelle: _il n'est pas d'humeur à souffrir une insulte_;—_être
en humeur de..._ dénote une disposition actuelle qui n'est pas une
habitude: _je suis en humeur de faire ce qu'on voudra_.

=Humidité.=—Ne dites pas: _les humidités sont plus nuisibles que les
gelées_; dites, _l'humidité est plus nuisible..._

*=Huppe=, s. f., oiseau: voyez _houppe_.

=Hurluberlu=, s. m., terme familier qui signifie inconsidéré, brusque,
étourdi: _c'est un hurluberlu; agir en hurluberlu_.—Ne dites pas
_hurluburlu_ ni _hurtuberlu_.

*=Hurter=, v. a. rencontrer durement, choquer, blesser: écrivez et
prononcez _heurter_.

*=Huy=, ville: prononcez _Huy_ et non _Houy_.

=Hydromel=, boisson faite d'eau et de miel; ce mot est masculin:
_l'hydromel est adoucissant_.

=Hyène=, s. f., loup d'Asie; l'_h_ est muette: _l'hyène_ et non _la
hyène_.

=Hyménée=, mariage, est masculin ainsi qu'_hymen_: ne dites pas
_hymenée_.

=Hymne=, est du masculin: _un hymne guerrier; Seigneur, quels
hymnes sont dignes de vous?_—Il s'emploie ordinairement au féminin,
en parlant des hymnes qu'on chante à l'église: _entonner une hymne;
chanter une belle hymne_.

=Hypocondre=, s. m., homme bizarre, mélancolique: prononcez
_hypocon-dre_ et non _hypocon-de_ ni _hypo-conte_ ni _hypocondère_.



  I


=I= _euphonique_.—Dans certains dialectes wallons on intercale
souvent un _i_ entre deux voyelles qui se suivent dans le même mot
ou entre deux mots placés l'un à la suite de l'autre; cet _i_ que
l'on pourrait appeler _euphonique_, semble avoir pour but de faire
disparaître l'hiatus; mais, quoi qu'il en soit, il est fautif et il
faut soigneusement l'éviter.—Prononcez donc _Caïn, Noé, Noël, Saül,
Canaan, Napoléon, un-à-un, prier, prière, crier, oublier, oublieux,
il cria, ils crièrent, ouvrier, linéaire_; et non, _Caïe-ïn, Noïé,
Noïel, Saïul, Canaïan, Napoléïon, un-à-ïun, pri-ïer, pri-ïère,
cri-ïer, oubli-ïer, oubli-ïeux, il cri-ïa, ils cri-ïèrent, ouvri-ïer,
liné-ïaire_.—Dites encore: _cet homme est né à Ans, à Anvers_; et
non, _à ïAns, à ïAnvers_;—_j'ai été à Ostende, à Arlon_, et non,
_j'ai ïété à ïOstende, à ïArlon_;—_il est allé avec son papa et sa
maman_, et non, _il est allé ïavec son papa ïet sa maman_.

2. Cette sorte d'_i_ est également fautive dans la prononciation du
latin; vous direz donc _De-us, me-us, grati-a, glori-a, benedicti-o,
di-es, terti-us, confite-or_, etc., et non, _De-ïus, me-ïus, grati-ïa,
glori-ïa, benedicti-ïo, di-ïes, terti-ïus, confite-ïor_.—Voyez _u_.

=Ibidem=, signifie dans le même lieu; _idem_, la même chose; _item_, de
plus.—Prononcez _ibidème, idème, itème_.

=Ichneumon=, s. m. (rat, insecte), _ichonographie_, s. f., (plan
d'édifice), _ichnographique_, adj.; _ichoreux, euse_, adj. (séreux
et âcre); _ichthyolithe_, s. m., (poisson pétrifié), _ichthyologie_,
s. f., (histoire naturelle des poissons), _ichthyologique_,
adj., _ichthyologiste_, s. m. (celui qui étudie l'ichthyologie),
_ichthyophage_, s. m. (qui vit de poissons):—dans tous ces mots _ch_
se prononce _k_.

=Ici.=—Ne dites pas: _ces livres ici, ces jours ici, ces enfants
ici_, mais, _ces livres-ci, ces jours-ci, ces enfants-ci_.

2. Ne dites pas: _d'ici à là nous comptons deux lieues_; dites,
_d'ici-là..._; mais il faut dire, _d'ici à demain, d'ici à Tongres_.

3. Ne dites pas non plus: _ici à Liége on dîne vers une heure_; mais,
_à Liége on dîne vers une heure_.

=Idéal, ale=, adj.—L'Académie ne dit pas si cet adjectif a un
pluriel masculin; Buffon a dit, _des êtres idéaux_ et la plupart
des grammairiens approuvent ce pluriel.—Prononcez _idéal_ et non
_idé-ial_.

=Idée.=—On a dans l'_idée_ ce qu'on pense, ce qu'on croit; on a
dans la _tête_ ce qu'on veut, on y travaille: nos imaginations, nos
espérances, nos pensées sont dans l'_idée_; nos desseins, nos projets,
nos résolutions sont dans la _tête_.

2. Ne dites pas: _cela m'est sorti de l'idée_; dites, _de la mémoire_;
ou bien, _était sorti de ma mémoire_; ou bien, _je n'y pense plus_.

3. Ne dites pas: _l'idée lui a pris d'aller à Verviers_, mais, _il lui
a pris l'idée, l'idée lui est venue, il a pris la résolution, il a
formé le projet de..._

4. Ne dites pas: _vous ferez mon habit une idée plus grand, une idée
plus petit_; dites, _... un peu plus grand, un peu plus petit_.

=Idem=, le même: prononcez _idème_ et voyez _ibidem, item_.

=Idiotisme.=—C'est une façon de parler propre au génie particulier
de chaque langue, et qui, traduite mot à mot dans une autre langue,
passerait justement pour une locution barbare.

  2. _Anglicisme_, idiotisme de la langue anglaise;
  _Flandricisme_, idiotisme de la langue flamande;
  _Gallicisme_, idiotisme de la langue française;
  _Germanisme_, idiotisme de la langue allemande;
  _Hébraïsme_, idiotisme de la langue hébraïque;
  _Hellénisme_, idiotisme de la langue grecque;
  _Hispanisme_, idiotisme de la langue espagnole;
  _Latinisme_, idiotisme de la langue latine;
  _Lusitanisme_, idiotisme de la langue portugaise;
  _Wallonnisme_, idiotisme de la langue wallonne.

Prononcez, _idiotis-me, wallonnis-me, flandricis-me, gallicis-me_,
etc.; et non, _idiotisse, wallonnisse, flandricisse, gallicisse_, ni
_idiotim-se, wallonnim-se, flandricim-se, gallicim-se_.

=Idole=, s., est féminin: _une idole de bois_; on le faisait autrefois
du masculin.

=Ie.=—_I_, suivi d'un _e_ muet, se prononce long et l'_e_ ne se fait
pas entendre du tout; il faut se garder aussi de faire sentir un second
_i_ après l'_i_: _Marie_, prononcez _Marî_ (_î_ long); _vie_, _vî_
(_î_ long); _envie_, _envî_ (_î_ long); _Julie_, _Julî_ (_î_ long);
_Italie_, _Italî_ (_î_ long); _il crie_, _il crî_ (_î_ long); _je me
fie_, _je me fî_, (_î_ long); _je publie_, _je publî_ (_î_ long);
_punie_, _punî_ (_î_ long); _crucifiement_, _crucifîment_ (_î_ long);
_maniement_, _manîment_ (_î_ long); _je prierai_, _je prîrai_ (_î_
long), etc.—Mais ne prononcez pas: _Mariïe, viïe, enviïe, Juliïe,
Italiïe, il criïe, je me fiïe, je publiïe, crucifiïement, maniïement,
je priïerai_, etc.—Voyez _ée, oue, ue_.

=Ié, Ier, Iez.=—Prononcez _ami-ti-é, cabare-ti-er, charcu-ti-er, vous
ache-ti-ez, vous je-ti-ez_, etc., et non, _cabaretchier, amitchié,
charcu-tchier, vous ache-tchiez, vous je-tchiez_, etc.—Voyez _ti_ et
_di_.

2. Prononcez de même: _pa-nier, de-nier, cordon-nier, der-nier,
doua-nier; vous don-niez, vous son-niez, nous son-nions_, etc.;
et non, _pa-gnier, de-gnier, cordon-gnier, der-gnier, doua-gnier;
nous don-gnions, nous son-gnions, vous don-gniez, vous son-gniez_,
etc.—Voyez _ni_.

=Igname=, s. m., (plante), _igné, ée_, adj., (de feu), _ignicole_, adj.
(qui adore le feu), _ignition_, s. f. (combustion):—dans tous ces
mots on prononce le _g_ dur: _igh'name, igh'né, igh'nicole, igh'nition_
(à peu près comme _ikname, ikné, iknicole, iknition_).

=Ignorer=, _ignorant, ignominie_: prononcez _i-gnorer, i-gnorant,
i-gnominie_, et non, _igh'norer, igh'norant, igh'nominie_, ni
_ign'norer, ign'norant, ign'nominie_, ni _ih'norer, ih'norant,
ih'nominie_.—Voyez _gn_.

=Il= pour =On=.—Les flamands disent _il sonne_, pour, _on sonne_; _il
frappe_, pour, _on frappe_, etc.

2. _Il_ (impers.) se dit des choses inanimées et _on_, des personnes.

3. =Il y a.=—Ne dites pas: _c'est aujourd'hui un an que mon père est
mort_; mais, _il y a aujourd'hui un an..._ (Fland.)

=Ill=, au commencement des mots, ne se mouille pas; il en est de même
des terminaisons _illaire, illation_;—au contraire, _illard, illet,
illot, illac_, se mouillent toujours.

=Illégal=, _illégitime, illettré, illicite, illinois, illisible,
illumination, illuminer, illustre, illustrer, Illyrie_:—dans tous ces
mots les deux _ll_ se prononcent;—le plur. masc. de _illégal_ est
_illégaux_.

=Illisible.=—Voyez _inlisible_.

=Illustré, ée=, adj.—_Un ouvrage illustré_ est un ouvrage orné de
gravures, lithographies, portraits, etc.

=Imaginer, s'imaginer.=—Imaginer, c'est se représenter quelque chose
dans l'esprit, créer, inventer. Ce verbe ne doit jamais être suivi
de _que_ ni d'un infinitif; on ne doit pas dire: _j'imagine qu'il le
fera; il imagine qu'il est recherché_; on doit dire: _je m'imagine
que... il s'imagine être recherché_.—Mais, on _imagine des tours, des
expédients, de nouveaux procédés_, etc., c'est-à-dire, on les invente.

2. _S'imaginer_, v. a. pr., c'est se figurer une chose, croire, penser,
présumer, se persuader; les pronoms _me, te, se_, etc., sont régimes
indirects, et par conséquent le participe ne s'accorde jamais avec eux:
_ce n'est pas aussi difficile que vous vous l'imaginiez_.

3. _S'imaginer_ ne demande point de préposition devant l'infinitif qui
suit: on dit, _il s'imagine être un grand docteur_ et non, _d'être un
grand docteur_.

=Iman=, s. m., prêtre turc; prononcez _iman_ et non _imane_.

=Imbroglio=, s. m., confusion; prononcez _imbroillo_, ou _imbroille_,
sans faire sentir l'_i_ de _io_ et en mouillant le _gl_.

=Imiter.=—On dit _imiter l'exemple_ ou _suivre l'exemple de
quelqu'un_. (Acad.)

=Immaculé, ée=, adj., sans tache de péché.—Dans ce mot et dans tous
ceux qui commencent par _imm_, on prononce les deux _mm_ et l'_i_
conserve le son qui lui est propre (_ime'maculé, ime'mense_, etc., et
non _ain-maculé, ain-mense_).

=Immanquable=, adj., infaillible; prononcez _ime-manquable_, comme
_immense_ et non _ain-manquable_. Toutefois, Lévy et Bescherelle
donnent cette dernière prononciation.

=Immédiat=, adj.—On ne prononce pas le _t_.

=Imminent, te=, adj.: voyez _éminent_.

=Immoral, ale=, adj.—L'Académie ne donne point d'exemple du pluriel
masculin; cependant rien n'empêche de dire _immoraux_ comme on dit
_moraux_.

=Impardonnable, Pardonnable; Excusable, Inexcusable.=—Une faute
est _pardonnable_ ou _impardonnable_, parce qu'on dit _pardonner une
faute_;—une personne n'est ni l'un ni l'autre, parce qu'on ne dit
pas _pardonner une personne_;—mais une personne est _excusable,
inexcusable_ et _une faute_ l'est également, parce qu'on dit _excuser
quelqu'un, excuser quelque chose_.

=Imparfait de l'indicatif.=—Les flamands sont exposés à employer
_l'imparfait de l'indicatif_ pour le _passé défini_ ou le _passé
indéfini_; ainsi ils diront: _je recevais cette semaine une lettre de
mon frère_; au lieu de, _j'ai reçu cette semaine..._;—_j'écrivais
hier, la semaine dernière une lettre à mon père_; au lieu de,
_j'écrivis hier, la semaine dernière une lettre...._—Pour éviter
ces sortes de fautes, il est important de bien connaître les règles
touchant l'emploi de _l'imparfait_ ainsi que du _passé défini_ et du
_passé indéfini_.

2. Or, l'imparfait de l'indicatif affirme une chose comme ayant eu lieu
en même temps qu'une autre chose: _j'ai appris que vous étiez malade la
semaine dernière; vous écriviez quand je suis entré; je jouais pendant
que vous faisiez vos devoirs_.—_Le passé défini_ affirme une chose
comme ayant eu lieu dans une période de temps _entièrement passée_,
au moment où l'on parle: _je reçus une lettre l'année dernière, le
mois passé, la semaine dernière, hier_. Mais on ne dira pas: _je reçus
une lettre cette semaine_, parce que la semaine où l'on est, n'est
pas entièrement écoulée. On ne dira pas même: _je reçus une lettre ce
matin_, parce que, pour employer le passé défini, il faut au moins une
nuit d'intervalle entre le moment où l'on parle et celui où la chose a
eu lieu.

Le _passé indéfini_ affirme une chose comme ayant eu lieu dans un temps
qui est ou qui n'est pas entièrement écoulé: _j'ai reçu une lettre la
semaine dernière; j'ai reçu une lettre cette semaine_.

3. Les flamands doivent également éviter un autre écueil: c'est de
remplacer régulièrement leur _imparfait_ par le _passé défini_, lequel
a, comme nous venons de le voir, son emploi bien déterminé: _je jouai,
quand vous faisiez vos devoirs; vous écrivîtes, quand je suis entré_,
etc.

=Imparfait du subjonctif.=—C'est une faute d'employer le conditionnel
présent ou passé au lieu de l'imparfait ou du plus-que-parfait du
subjonctif après les verbes qui gouvernent le subjonctif: _je voudrais
que vous iriez porter cette lettre à la poste; j'aurais voulu que vous
seriez rentré à dix heures_; dites, _je voudrais que vous allassiez...;
j'aurais voulu que vous fussiez rentré..._—Cet emploi vicieux du
conditionnel pour le subjonctif a lieu ordinairement après un verbe
employé lui-même au conditionnel.

2. Beaucoup de personnes prononcent la première et la deuxième
personnes de l'imparfait du subjonctif comme la première ou la deuxième
personne du passé défini: _que j'aima, que tu aimas_ pour _que
j'aimasse, que tu aimasses_;—_que je finis, que tu finis_, pour _que
je finisse, que tu finisses_;—_que je reçus, que tu reçus_ pour _que
je reçusse, que tu reçusses_;—_que je rendis, que tu rendis_, pour
_que je rendisse, que tu rendisses_.

=Impartial=, adj., qui est juste, qui n'est ni pour ni contre
quelqu'un; _partial_, qui est injuste, qui est pour ou contre
quelqu'un; _impartialité_, qualité de celui qui est impartial;
_partialité_, qualité de celui qui est partial.—Nous avons souvent
entendu confondre ces mots.

2. L'Académie ne donne point d'exemple du plur. masc.; La Harpe a dit,
_des juges impartiaux_:—en général les grammairiens approuvent ce
pluriel.—Le plur. masc. _partiaux_ (de _partial_) est peu usité.

=Impasse=, s. féminin.—C'est une rue sans issue, ou un _cul-de-sac_
(prononcez _cu-de-sac_).—_Impasse_ ne signifie nullement
_impolitesse, injure, insulte, outrage, passe-droit_.

=Implicitement, Explicitement.=—_Explicitement_ signifie, d'une
manière explicite, développée, en termes clairs, formels, précis,
en toutes lettres: _ce criminel a explicitement demandé sa
grâce_.—_Implicitement_ signifie, d'une manière implicite, enveloppée,
c'est-à-dire, en termes qui ne sont ni exprès, ni formels, ni clairs:
_il m'a fait implicitement entendre que je pouvais compter sur lui_.
—Il faut en dire autant des adjectifs _implicite_ et _explicite_.

=Impoli, Grossier, Rustique=: voyez _rustique_.

=Import=, dans le sens de _montant_, n'est pas français: _je vous
paierai le montant de vos fournitures_ et non _l'import_.

=Importer, Exporter.=—On _importe_ quand on fait arriver dans son
pays les productions, les marchandises étrangères: _on importe en
Belgique le café, le thé_.—On exporte, quand on transporte des
marchandises, des productions hors d'un pays: _la Belgique exporte des
armes à feu en Asie, en Amérique_, etc.—La différence que nous venons
d'établir, s'applique aux substantifs _importation_ et _exportation_.

=Imposer, En imposer.=—_Imposer_, c'est inspirer du respect, de la
crainte (c'est _être imposant_): _la figure de cet homme impose_.—_En
imposer_ a été pris souvent dans le même sens, mais il signifie plus
exactement _tromper, surprendre, abuser, en faire accroire_: _ne le
croyez pas, il en impose; il m'en avait imposé par son air de douceur_.

=Impossible=, adj.—Ne dites pas: _il m'est impossible de pouvoir vous
rendre ce service_ (pléon. vic.); dites: _il m'est impossible de vous
rendre ce service_, ou _je ne peux pas vous rendre ce service_.

=Imprégner=, _imprégnation_: mouillez _gn_, comme dans _ensei-gner_;
cependant, quelques grammairiens prétendent qu'il faut prononcer
_impreghnation_ (_g_ dur).

=Impression.=—Ne dites pas: _ce discours m'a fait impression_, mais,
_a fait impression sur moi, m'a impressionné_.

=Impromptu=, s. m., ce qui se fait sur-le-champ; vers improvisés:
prononcez _impromp'tu_.

L'Académie écrit _impromptu_; d'après elle, il s'écrit sans _s_ au
pluriel; cependant elle fait remarquer que quelques-uns l'écrivent
avec une _s_: _des impromptus_ (en un seul mot). Nous ferons observer
toutefois que _in-promptu_, conservant sa forme latine, ne peut pas
prendre d'_s_ au pluriel.

=In=: voyez _in-douze_.

=Inanimé= (_cadavre_), pléonasme vicieux; dites simplement _cadavre_.

=Inattention.=—Ne dites pas: _c'est faute d'inattention qu'il a
laissé passer cette faute sans la corriger_; c'est en effet à cause
de son inattention (et non _par défaut d'inattention_, ou à cause de
son _attention_), qu'il a laissé passer la faute; dites, _c'est par
inattention_ ou _faute d'attention qu'il a laissé passer..._—Voyez
_faute_, 2.

=Incendie=, est masculin: _il ne faut qu'une étincelle pour allumer un
grand incendie_.

2. Ne dites pas: _compagnie d'assurance contre incendie_; dites,
_contre l'incendie_.

=Incessamment=, signifie _sans cesse_: _il travaille incessamment_.—Il
signifie aussi _sans délai, au plus tôt_: _nous partirons incessamment;
cet ouvrage paraîtra incessamment_.—Ne dites donc point: _nous
partirons très-incessamment, cet ouvrage paraîtra très-incessamment_,
car cela signifierait _très sans délai, très au plus tôt_, ce qui est
absurde.

=Inclus, Incluse=, part. passé du verbe inusité _inclure_.—_Ci-inclus_:
cette locution s'emploie comme _adverbe_ (et reste par conséquent
invariable), lorsqu'elle précède le verbe ou le substantif: _vous
trouverez ci-inclus copie du contrat; ci-inclus, vous trouverez
copie du contrat_.—Néanmoins, si le substantif est précédé d'un
article ou d'un adjectif déterminatif, _ci-inclus_ est _adjectif_ et
s'accorde, pourvu toutefois qu'il ne commence pas la phrase: _vous
trouverez ci-incluse la copie du contrat_ et _ci-inclus la copie du
contrat_.—Après le substantif, _ci-inclus_ est toujours adjectif:
_la lettre ci-incluse_.—Ces observations s'appliquent également à la
locution _ci-joint_.

=Incognito=, s. m., sans être connu: mouillez _gn_ comme dans _agneau_
et ne dites pas _incogh'nito, incoknito_. (Acad.)

=Inconnu=, demande la préposition _à_ devant son régime, tandis que
_connu_ demande la préposition _de_: _il est inconnu à tout le monde_;
_il est connu de tout le monde_.—Cependant, en poésie et dans le
style soutenu, on peut mettre _de_ devant le régime _d'inconnu_:
_l'hymen est inconnu de la pudique abeille_. (DELILLE.)

=Inconsolable=, adj.—L'Académie ne le dit pas seulement des
personnes, elle le dit aussi de la douleur: _homme inconsolable,
douleur inconsolable_.—Prononcez _inconçolable_. (_s_ dure) et non
_inconzolable_ ni _inconsolape_.—Voyez _consolable_.

=Indemne=, adj., dédommagé; prononcez _indèm'ne_.

=Indemniser= (dédommager), _indemnité_ (dédommagement); prononcez
_indam'nizer, indam'nité_.

=Index=, s. m., table d'un livre, deuxième doigt; prononcez _indekce_
et non _indêke_.

=Indice=, signe apparent, est masculin: _j'en ai de grands indices_.

=Indigeste=, adj.: voyez _digestion_.

=Indigestion=, s. f., défaut de digestion; prononcez _ti_ comme dans
_menti_: _indiges'thion_ et non _indigècion_; il en est de même
de _digestion, combustion, mixtion, suggestion, question, bastion,
Ephestion, Péthion_.—Voyez _digestion_ et _digestif_.

=Indigne=: voyez _digne_.

=Indignité=, s. f.—Prononcez _indi-gnité_ (en mouillant _gn_) et non
_indign'nité_ ni _indigh'nité_—Voyez _gn_.

=Indomptable=, _indompté_: voyez _dompter_.

=In-douze=, _in-dix-huit, in-quarto, in-vingt-quatre; in-trente-deux,
in-folio_: prononcez _ain-douze, ain-dix-huit; ain-quarto_, etc., et
non _ine-douze, ine-dix-huit, ine-quarto_.—_In-octavo_: prononcez
_ine-octavo_.

=Induire à erreur, Induire en erreur.=—_Induire à erreur_, c'est être
la cause volontaire ou involontaire de l'erreur où tombe une personne:
_il fut induit à erreur par un faux bruit_.—_Induire en erreur_,
c'est tromper à dessein, avec intention: _il voulait m'induire en
erreur_. (Acad.)

=Indulgent.=—On dit _indulgent pour_ ou _envers_: _il est indulgent
pour ses amis, envers ses enfants_;—_indulgent à_ se dit aussi, mais
il est peu usité.

=Indult=, s. m., privilége ecclésiastique; prononcez _indulte_ et non
_indule_.

=Inénarrable=, adj., qu'on ne peut conter; prononcez _inénar'rable_, en
faisant sentir les deux _rr_.

=Inestimable=, adj.—Ce mot veut dire _qui ne peut pas être estimé_
à cause de son grand prix: _un diamant d'une valeur inestimable, un
service inestimable_.—Ce serait donc un barbarisme de faire de ce mot
le contraire d'estimable, qui n'est pas estimable, qui n'est pas digne
d'estime.

=Inexact=, adjectif, qui n'est pas exact; prononcez _inexac-te_.

=Inexpugnable=, adj., qu'on ne peut prendre d'assaut; prononcez
_inekspugh'nable_ (_g_ dur).

=Inextinguible=, adj., qu'on ne peut éteindre; prononcez
_inekstinguible_ (_ui_ diphth.) et non _inekstinghible_, ni
_inekstinghouible_.

=Infaisable=, adj., non faisable: prononcez _infesable_ et non
_infaisable_ ni _infèsable_.

=Infect=, adj., puant, corrompu: prononcez _infecte_ et non _infèke_.

=Infectation.=—Ne dites pas: _c'est une infectation_ en parlant
de mauvaise odeur; dites, _c'est une infection_ (_infect, infecter,
infection_).

=Infecter, Infester.=—_Infecter_ (_infect_), c'est corrompre ou
incommoder par communication de quelque chose de puant, de contagieux
ou de venimeux: _ces égoûts infectent la ville de leurs émanations
délétères; il nous infecte de son haleine; le choléra a infecté
toute la province; il infecta le pays de sa pernicieuse doctrine_.
(Acad.)—_Infester_, c'est ravager tourmenter par des actes fréquents
de violence et de brigandage: _les pirates infestaient toutes les
côtes; le pays était infesté par des brigands_.

=Infinité=, employé seul ou avec un pluriel veut le verbe au pluriel:
_une infinité sont d'avis; une infinité de personnes ont péri_. Mais
si ce mot est suivi d'un collectif singulier, le verbe se met au
singulier: _une infinité de monde est venue le voir; une infinité de
peuple a pris les armes_. Précédé de _en_, il régit le pluriel: _il
y en a une infinité qui disent_ (sous-entendu _de gens_).—Cette
remarque est applicable aux collectifs partitifs et aux adverbes de
quantité, _un grand nombre, une foule, peu, beaucoup, toute sorte,
toute espèce_; ainsi l'on dira: _toute sorte de monde est venu; toute
sorte de personnes sont venues_.

=Inflammation=: ne dites pas _enflammation_.

=Informer.=—On informe _quelqu'un de quelque chose_; ne dites donc
pas: _j'informe que_, mais, _je vous informe de..., j'informe le public
de..._—_Informer_ ne peut jamais être suivi de _que_, par la raison
que la proposition qui suit ce _que_ tiendrait lieu de régime direct
d'_informer_, ce qui ne serait pas correct (on informe quelqu'un de
_quelque chose_). Dites donc _j'ai l'honneur de vous informer de tel
fait, de telle circonstance_, et non, _j'ai l'honneur de vous informer
que_, phrase vicieuse adoptée à tort par nos administrations.—Si l'on
ne peut pas remplacer le _que_ par _de_ suivi d'un substantif, il faut
remplacer _informer_ par un autre verbe, tels que _annoncer, faire
savoir, donner avis, porter à la connaissance_, etc. Voyez _prévenir_.

=Ingrédient=, s. m., partie d'un mélange; prononcez _ingrédian_ et non
_ingrédiain_.

=Inhérent=, _inhérence_: prononcez _inéran, inérence_.—_Adhérent,
incohérent, incohérence_; prononcez _adéran, incoéran, incoérance_.

=Inhibition=, s. f., défense: prononcez _inibition_.

=Inhumer= (enterrer), _inhumation_ (action d'enterrer), _inhumain,
inhumanité_; prononcez _inumer, inumation, inumain, inumanité_.

=Initial, ale=, adj.—L'Académie ne donne point d'exemple du
plur. masc.—Dumarsais, Beauzée, Boinvilliers et quelques autres
grammairiens, disent _initials_.—Prononcez _inicial, inicier,
iniciation_ (_initier, initiation_).

=Inlisible, Illisible.=—L'Académie admet ces deux mots comme
parfaitement synonymes; mais l'usage a consacré le dernier: _écriture
illisible_.—Quelques grammairiens pourtant s'ingénient à établir une
différence entre ces deux mots: _illisible_, se dirait de l'écriture
qu'on ne peut pas lire; _manuscrit illisible_;—_inlisible_ se dirait
d'un ouvrage ennuyeux à lire, d'un style fatiguant: _ce poème est
inlisible_.—Nous croyons que généralement on ne tient pas compte de
cette nuance et que _illisible_ est à peu près exclusivement usité.

=Inn=, au commencement des mots: les deux _nn_ se font sentir excepté
dans _innocent_ et ses dérivés.

=Innocent=, dans le sens de, qui a l'esprit faible, borné, est
français: _c'est un innocent, un grand innocent; vous faites
l'innocent_. (Acad.)

=Innommé=, adj., sans nom: prononcez _ine'nomé_ et non _ain-nomé_.

=Innover= (introduire des nouveautés), _innovation_: prononcez les deux
_nn_.

=In-octavo=, s. et adj.: prononcez _ine-octavo_. Voyez _in-douze_.

=Inonder, Inondation=: ne prononcez qu'une _n_ et ne dites pas
_in'-nonder, in'-nondation_.

=In-partibus= (on sous-entend _infidelium_), se dit de celui qui a
un titre d'évêché dans un pays occupé par les infidèles: _évêque
in-partibus_:—prononcez _ine-partibuce_.

=In-petto=, adv., dans l'intérieur du cœur, en secret: _cardinal nommé
in-petto_; prononcez les deux _tt_, _ine pet'to_.

=In-plano=, s. m., se dit du format d'un livre où la feuille imprimée
ne contient qu'une page de chaque côté: prononcez _ine-plano_.

=Insatiable=, adj., qu'on ne peut rassasier: prononcez _inçaciable_ et
non _inçathiable_, ni _inçaziable_.—On dit aussi _irrassatiable_,
mais ce mot est peu usité.

=Insçu= (_à l'_): on écrit plus souvent et mieux _insu_.

=Insecte=, petit animal articulé, est masculin: _un chétif
insecte_.—Prononcez _insek-te_ et non _insèke_.

=Insigne=, _insister, insurgé, insurrection, insipide, insulter_:
prononcez l'_s_ dure comme dans _insensé_ et non comme _z_ dans
_désirer_.

=Insipide=, adj., qui n'a nul goût, nulle saveur.—C'est une faute
d'employer _insipide_, dans le sens de _sciant, ennuyeux, importun,
insupportable, impatientant_, et de dire, _voilà des enfants bien
insipides_, au lieu de, _bien ennuyeux, bien insupportables, bien
impatientants_, etc.

=Instinct=, s. m., esprit des animaux; prononcez _instin_, et non
_instinke_.

=Institut=, s. m., établissement où l'on enseigne une ou plusieurs
sciences, un ou plusieurs arts; ce mot n'est pas français dans ce
sens et ne figure dans aucun dictionnaire; dites _école de commerce,
école de médecine, école normale, école militaire_, etc.—Il faut
en dire autant de _institut d'enseignement_; dites, _école, collége,
pensionnat, maison d'éducation_, selon le sens.—Cependant le mot
_institution_, pour signifier un établissement destiné à l'instruction
et à l'éducation de la jeunesse, est aujourd'hui consacré par l'usage
et figure dans de bons dictionnaires: _institution de jeunes gens,
institution de demoiselles, chef d'institution_.

=Instrument=: voyez _jouer_.

=Insulter.=—_Insulter quelqu'un_, c'est l'outrager de faits ou de
paroles: _il l'a insulté publiquement_.—_Insulter à_, c'est manquer à
ce qu'on doit aux personnes ou aux choses: _il ne faut pas insulter aux
malheureux; il ne faut pas insulter à leur misère_.

=Intact=, adj., auquel on n'a pas touché: prononcez _intak-te_ et non
_intake_.

=Intellect=, s. m., intelligence: prononcez _intel-lek-te_;
—_intellect, intellectuel, intelligence, intelligent, intelligible,
intelligiblement_: dans tous ces mots on fait sentir les deux _ll_.

=Intention.=—Ne dites pas, _je suis d'intention_; mais, _j'ai
l'intention de faire telle chose_.

=Interdire=, se conjugue comme _médire_: _vous interdisez_ et non _vous
interdites_.

=Intérêt=, s. m.—Ne dites pas: _ce domestique est sur les intérêts de
son maître_; dites, _ce domestique soigne les intérêts, a à cœur les
intérêts de son maître_.

=Intérim=, s. m., entretemps: prononcez _ain-térime_ et non
_ine-térime_; il ne s'emploie pas au pluriel.

=Interjeter=, v. a.—Il ne double point le _t_ devant un _e_ muet,
comme _jeter_: _ils interjètent appel de ce jugement_.

=Interligne=, est masculin, excepté lorsqu'il se dit des lames de métal
que, dans les imprimeries, on place entre les lignes pour les séparer
et les maintenir: _écrire dans un interligne; la largeur d'une
interligne_.

=Interpeller, Interpellation=, requérir, sommer, action de...:
prononcez les deux _ll_.

=Interrègne=, s. m., intervalle de deux règnes: prononcez les deux _rr_.

=Interroger=, _interrogation, interrompre, interruption,
interrupteur_:—dans ces mots et leurs dérivés, on ne prononce qu'une
_r_.

=Interstice=, intervalle de temps; ce mot est masculin: _les
interstices sont remplis_.

=Intervalle=, est masculin: _ce fou a de bons intervalles_.

=Introït=, s. masculin, prière au commencement de la messe: prononcez
_aintro-ite_ et non _inetroïte_ ni _intro-iït_.

=Intrus=, participe passé du verbe inusité _intrure_, qui est introduit
contre le droit dans quelque dignité ecclésiastique; prononcez _aintru_
et non _intruce_; le féminin est _intruse_.—Il est adjectif et
substantif.

=Invectiver=, dire des choses injurieuses, est un verbe neutre; on ne
doit donc pas dire _invectiver quelqu'un_, mais, _invectiver contre
quelqu'un_ comme on dit _invectiver contre le vice_.

=Inventaire=, pour signifier ce plateau d'osier que portent devant
elles les marchandes de fruits, de légumes, de poissons, etc.; ce mot
n'est pas français; il faut dire _éventaire_ (s. m.): voyez ce mot.

=Inventeur=, fait au féminin _inventrice_.

=Inviter=, suivi d'un infinitif, demande la préposition _à_: _il m'a
invité à dîner_. (Acad.)

=Invoquer, Évoquer.=—On _évoque_ les morts;—on _n'invoque_ que
Dieu, les saints, les vivants, les choses inanimées.

=Ipécacuana=, s. m., racine brune ou grise; ne dites pas _ipicacuana_.

=Irai.=-Ne dites pas: _j'irai z'à Stavelot demain_, mais _j'irai à..._;
la terminaison _ais_ appartient à l'imp. de l'ind. et au condit. prés.
et non au futur simple.

=Iris=, arc-en-ciel, plante, est masculin; on l'a fait autrefois du
féminin.—_Iris_, personnage mythologique (messagère de Junon), est
féminin.—Prononcez _irice_ dans les deux cas.

=Irr=, au commencement des mots:—on fait sentir les deux _rr_:
_ir'riter, ir'résistible, ir'récusable, ir'ruption_, etc.

=Irruption=, s. f.: voyez _éruption_.

=Isle=, s. f., _islot_, s. m.; écrivez et prononcez _île, îlot_.

=Isme, Iste=, à la fin des mots.—Prononcez distinctement l'_s_ et
l'_m_ ainsi que l'_s_ et le _t_: _catéchis-me, schis-me, barbaris-me,
wallonnis-me_ et non _catéchisse, schisse, barbarisse_, etc., ni
_catéchim-se, schim-se, barbarim-se_.—Prononcez de même _catéchis-te,
calvinis-te, résis-te, persis-te, Baptis-te_, et non _catéchisse,
calvinisse_, etc.—Voyez _finales_.

=Israël.=—Prononcez _Is'ra-èle_ et non _Is'raïèle_ ni _I-zraèle,
Isra-éle_ (_é_ fermé).

=Isthme=, s. masculin, langue de terre entre deux mers; prononcez
_is'me_.—_Isthmique_, prononcez _is'mique_.

=Italianisme, Italicisme, Italisme=, idiotisme de la langue
italienne; ces trois mots sont français, mais _italicisme_ est
préférable.—Prononcez _italicis-me_ et non _italcisse_ ni
_italicim-se_: voyez _idiotisme_.

=Item=, adv., de plus: prononcez _itème_. Voyez _ibidem, idem_.

=Ivoire=, est masculin: _cet ivoire est bien blanc_.

=Ivraie=, s. f., mauvaise herbe: prononcez _ivrai_ (_ai_ long) et non
_i'vrai-ïe_.

=Ivre=, adj.—Ne dites pas: _il s'est fait ivre_, pour _il s'est
enivré_; cela signifierait, _il a feint d'être ivre_.

2. _Ivre-mort_ et _mort-ivre_, font au féminin _ivre-morte,
morte-ivre_, et au pluriel _ivres-morts, morts-ivres, ivres-mortes,
mortes-ivres_.

=Ivresse=, s. f., se dit au pluriel dans le sens de _passions_: _le
réveil suit de près vos trompeuses ivresses_. (J.-B. ROUSSEAU.)

2. Il peut également s'employer au pluriel dans le sens propre, d'après
Laveaux, pour signifier des états d'ivresse particuliers et distingués
les uns des autres: _dans ses fréquentes ivresses, il ne connaît plus
personne_.

=Ivrogne=, adj. et s. m.—Le féminin correspondant est _ivrognesse_.



  J

=J.=—_Je_ ne doit pas se prononcer _che_; _où suis-je, que dis-je,
j'ai jeté, se déjeter_, etc., et non, _où vais-che, que dis-che, j'ai
cheté, se décheter_. (Wall.)

=Jaconas=, s. m., espèce de mousseline: _une robe de jaconas_; l'_s_ ne
se prononce pas.—_Jaconade_ n'est pas français.

=Jadis=, adv., autrefois.—Il s'emploie quelquefois adjectivement avec
le mot _temps_: _les bonnes gens du temps jadis; cela était bon au
temps jadis_: cet emploi est familier. (Acad.)—Prononcez _jadice_.

=Jais=, s. m., bitume d'un noir luisant.—Ne dites pas: _cela est noir
comme un geai_, mais, _comme jais_ ou _comme du jais_.—Voyez _geai,
jaune_ et _lait_.—Prononcez _jè_ (long).

=Jalouser.=—Ce verbe est actif et il faut dire: _ce marchand jalouse
ses concurrents_ (et non _contre_, ou _sur ses concurrents_); _les gens
du même métier se jalousent entre eux_ (et non _jalousent l'un contre
l'autre, l'un sur l'autre_).

=Jalousie.=—Gardez-vous bien d'écrire ou de prononcer _jalouserie_.

=Jamais.=—Prononcez _jamais_ et non _jamain_.

=Jambe.=—Ne dites pas: _mettre la jambe à quelqu'un pour le faire
tomber_; dites, _donner le croc-en-jambe à quelqu'un..._—Le _c_ de
_croc_ se prononce fortement; prononcez _jambe_ et non _jampe_.

=Jambonneau=, s. m., petit jambon: _jambonnet_ n'est pas français.

=Jarreté=, qui a les jambes de derrière tournées en dedans et si peu
ouvertes que les jarrets se touchent presque en marchant: _je ne veux
point de ce mulet, il est jarreté_.—Ne dites point _jarreteux_ ni
_jerreteux_.

=Jauger=, mesurer un vase pour voir s'il est de la mesure dont il doit
être; ne dites ni _jaucher_ ni _gauger_.

=Jaune.=—Ne dites pas: _il est jaune comme un safran_, mais, _comme
safran_ ou _comme du safran_.

2. Ne dites pas: _ces poires sont jaunes_, mais, _sont mûres_.

=Je.=—Lorsqu'on élide l'_e_, il faut se garder de prononcer _je_
comme _che_: _il faut que je fasse mes devoirs_ et non, _que ch'fasse
mes devoirs_.

=Jésus.=—Voyez _antechrist_ et _Christ_.

=Jet d'eau=, eau qui jaillit d'un tuyau; ne dites pas _jeu d'eau_, qui
est français, mais qui a un sens plus particulier.

2. _Jet_, dans le sens de _levure_, n'est pas français.

=Jeter.=—Ne prononcez pas le _j_ placé devant un _e_ muet comme un
_che_: _je l'ai jeté_ (_jeté_ et non _ch'té_) _par la fenêtre_; nous
_jetons_ (et non nous _ch'tons_), _vous jetez_ (et non _vous ch'tez_),
_je jetterai_ (et non _je ch'terai_).—Il en est de même du substantif
_jetée_ et des dérivés de _jeter_.—Voyez _je_.

=Jeu=, s. m.—Ne dites pas: _je ne puis plus jouer qu'un jeu_; dites,
_je ne puis plus jouer qu'une partie_.

=Jeune=, peu âgé: prononcez _jeune_ (_eu_ bref);—_jeûne_, abstinence,
prononcez _jeûne_ (_eû_ long);—prononcez de même _jeûner, jeûneur,
déjeuner_ (_déjeuner_ s'écrit sans accent circonflexe.)

2. Quand l'adjectif _jeune_ est précédé de l'article, on ne peut pas le
placer indifféremment devant ou après le substantif: _le jeune Pline_
signifie que Pline n'est pas âgé, tandis que _Pline-le-Jeune_ se dit
pour le distinguer de _Pline-l'Ancien_.

3. On dit _jeune homme_ au singulier et _jeunes gens_ au pluriel; quand
il s'agit de filles, on dit mieux aujourd'hui _jeune personne, jeunes
personnes_ que _jeune fille, jeunes filles_.

4. Ne dites pas, _un vieux jeune homme_, pour désigner un homme d'un
certain âge qui vit dans le célibat; dites, _un vieux garçon, un
vieux célibataire_; dites de même _une vieille fille, une vieille
demoiselle_:—_célibataire_ ne se dit pas des femmes.

5. Ne dites pas: _du fromage jeune, du beurre jeune_; dites, _du
fromage, du beurre frais, nouveau_.

6. _Jeune_, employé comme substantif, ne peut pas se dire d'un animal
nouvellement né; il faut se servir du mot _petit_ dans cette acception:
_les petits_ (et non _les jeunes_) _d'une chatte, d'un pigeon, d'un
corbeau_.—Cependant en parlant de grives, de perdrix, par exemple, on
pourrait dire: _les jeunes sont tendres et délicates, tandis que les
vieilles sont plus coriaces_.—Ici _jeune_ est pris comme adjectif et
est opposé à _vieux_.

=Jeunesse=, s. f.—Ne dites pas: _laissez rire ces jeunesses, c'est
leur âge_; dites, _laissez rire ces jeunes gens_, ou bien, _ces jeunes
personnes_, selon le cas.

=Joailler=, s. m., qui fabrique et vend des joyaux; ne dites pas
_jouailler_:—_jouailler_, c'est jouer petit jeu.

=Jockey=, s. m., mot anglais.—Prononcez _jokè_.

=Joint, te=: _ci-joint_: voyez _ci-inclus_, au mot _inclus_.

=Jointée=, s. f., autant que les deux mains rapprochées peuvent
contenir: _une jointée d'orge, une jointée d'avoine_.

=Joli, Beau.=—_Joli_, offre l'idée de quelque chose de gentil,
qui plaît; _beau_ se dit de ce qui est grand, de ce qui inspire de
l'admiration.—D'où il suit que _joli_ ne peut pas se dire d'une
composition large et sérieuse ou d'une scène grandiose de la nature;
ne dites donc pas: _Athalie est une jolie tragédie; la mer, le lever
du soleil est une jolie chose_, etc.; dites, _Athalie est une belle
tragédie_... Mais vous direz très-bien: _Perrault a écrit de jolis
contes; Lafontaine a fait de jolies fables_, etc.

2. Ne dites pas: _voilà un joli enterrement_;—_joli_ en effet exclut
toute idée de tristesse, de douleur; dites, _un bel enterrement_.

=Joliment=, adv., se dit dans un langage très-familier pour _beaucoup,
extrêmement_: _il l'a joliment puni; vous vous êtes joliment trompé_.
(Acad.)—Beaucoup de personnes font un étrange abus de ce mot et
disent par exemple: _il a joliment neigé, j'ai joliment dormi, j'ai
joliment faim_, etc. Nous pensons qu'il faut rejeter ces sortes de
locutions.

=Jouer.=—Ne dites pas, _jouer avec les cartes_ ni _jouer une carte_,
mais, _jouer aux cartes_. (Flandr.)—Voyez _jeu_.

2. Ne dites pas d'un musicien: _il joue si bien sur le piano, sur le
violon_, etc.; mais, _il joue si bien du piano, du violon_.

3. Ne dites pas: _jouer banqueroute_, mais _faire banqueroute_.
(Flandr.)

4. Ne dites pas: _jouer dans la tête_, en parlant d'idées, de chimères,
de ce qu'on appelle faire des châteaux en Espagne; dites, _passer par
la tête_:—_ce sont de vaines idées qui vous passent par la tête_.

5. _Jouer_, est un mot générique qui se dit _de tous les instruments
de musique_, et dans cette acception il est neutre et doit être
accompagné de la préposition _de_: _jouer de l'orgue, du piano, du
violon_, etc.

6. On _bat_ la caisse, le tambour, les timbales.—On _donne_ du
cor.—On _sonne_ du cor et de la trompette.—On _pince_ la harpe,
la guitare, le luth, le téorbe.—On _touche_ l'orgue, le piano,
l'harmonium.

7. Prononcez _jou-er_ et non _jou-wer_; _je joue_, (_je joû_,
_oû_ long), et non _jou-we_; _je jou-ais_, et non _je jou-wais_;
_je jouerai_ (_je joûrai_, _oû_ long), et non _je jou-we-rai_,
etc.—Prononcez de même _jou-eur_, et non _jou-weur_.

=Jouereau=, s. m., qui joue mal à quelque jeu ou qui hasarde peu au
jeu; prononcez _joûrau_.

=Joueur de tours=, se dit aussi bien que _faiseur de tours_.

=Joug=, s. m.—Prononcez _jougue_, en faisant sentir le _g_ même
devant une consonne: _un joug pesant, un joug honteux, un joug
honorable_.

=Jouir.=—On jouit de quelque chose _d'agréable, d'avantageux_;—ne
dites donc pas: il _jouit d'une mauvaise santé, d'une mauvaise
réputation_; dites, _il a une mauvaise santé, une mauvaise réputation_.

2. Prononcez: _jou-ir, je jou-is, je jou-issais, jou-issance_ et non
_jou-wir, je jou-wis, je jou-wissais, jou-wissance_.

=Jour.=—_Faire son bonjour, faire ses dévotions_, sont des locutions
françaises. (Acad.)

2. On dit, _jour ouvrable, jour ouvrier_, et non _jour d'ouvrier_.

3. Ne dites pas: _c'est mon jour aujourd'hui, demain_; dites, _c'est ma
fête aujourd'hui, demain_. (Flandr.)

4. Ne dites pas: _cela est arrivé un jour au matin, un jour au soir_;
dites, _... un matin, un soir_.

5. On dit indifféremment: _vivre au jour le jour_ et _vivre au jour
la journée_, c'est-à-dire, s'inquiéter peu du lendemain, être sans
prévoyance. (Acad.)

6. Ne dites pas: _au jour d'aujourd'hui l'instruction est bien
répandue_; dites, _aujourd'hui_ ou _à présent_ ou _au siècle où nous
sommes_, ou bien, selon le sens, _à l'heure qu'il est, l'instruction
est bien répandue_.

7. Ne dites pas: _quel jour avons-nous?_ dites, _quel jour est-il, quel
jour sommes-nous, quel jour est-ce aujourd'hui?_

8. Ne dites pas: _jour bien employé, mal employé_; dites, _journée bien
employée..._—_La journée_ est le _jour_ par rapport à la manière dont
il s'est passé.

9. _Jour civil_, espace de vingt-quatre heures qui se prend de minuit
à minuit.—_Jour naturel_, temps qui s'écoule entre le lever et le
coucher du soleil.—_Jour astronomique_, espace de vingt-quatre heures
solaires moyennes, d'un midi à l'autre.—_Jours complémentaires_,
dans le calendrier républicain, se disait des cinq ou six jours que
l'on comptait à la fin de l'année, pour compléter le nombre de trois
cent soixante-cinq ou de trois cent soixante-six jours, les mois de ce
calendrier n'étant chacun que de trente jours.

10. _Jours gras_, les derniers jours du carnaval qui sont le jeudi, le
dimanche, le lundi et le mardi.

11. Les noms des jours de la semaine s'écrivent sans majuscules:
_dimanche, lundi, mardi_, etc.—Voyez _calendrier républicain_.

=Jourd'hui=, le jour actuel, appartient au vieux langage; il ne
s'employait qu'avec _le_ ou _ce_.—_Ce jourd'hui_ est encore usité au
palais.

=Journal.=—Ne dites pas: _j'ai lu cette nouvelle sur le journal, sur
la gazette_, etc., mais, _dans le journal, dans la gazette_, comme on
dit, _j'ai lu dans tel livre_.

=Journellement=, tous les jours, chaque jour: _il étudie journellement
cinq heures consécutives_.—_Journalièrement_ n'est pas français.

=Jubé=, s. m., espèce de tribune élevée dans une église; ne dites pas
_doxal_ ni _toxal_.

=Juge.=—Prononcez _ju-ge, je ju-ge, je ju-gerai, jugement_ et non
_ju-che, je ju-che, je ju-cherai, ju-chement_.

=Juger=, v. a. et n.—Ne dites pas: _il juge tout_ ou _sur tout à tort
et à travers_; dites, _il juge de tout_ ou _il tranche sur tout..._

2. _Juger quelqu'un_ ou _quelque chose_, c'est décider comme _juge_ ou
_arbitre_, ou bien exprimer _d'une manière tranchante_, une opinion, un
avis: _juger un procès_ (comme _juge_); _jugez-nous_ (comme _arbitre_),
_je vous prie_; _vous jugez_ (décidez sur le mérite de) _cet homme trop
sévèrement_.

3. _Juger de_, c'est avoir, énoncer une opinion; cette forme est plus
vague et surtout moins pédantesque: _juger sainement des choses; juger
de la pièce par l'échantillon; il ne faut pas juger des gens sur
l'apparence_. (_Belgicismes_, par M. J. BENOIT.)

=Juif=, fait au féminin _juive_ et non _juifresse_ ni _juivresse_.
—Faites sentir l'_f_ de _juif_ au singulier et au pluriel; prononcez
_ju-if, ju-ive_, et non _jou-if, joui-ve_ (_ui_ diphth. et non _oui_).

=Juillet.=—Prononcez _ju-illet_ (_ui_ diphth.) et non _jou-illet_, ni
_ju-let, julette_: on mouille les _ll_.

=Juin.=—Prononcez _ju-in_ (_ui_ diphth.) et non _jeun, jun_ ni
_jou-in_.

=Jujube=, est féminin: _de la jujube_.—Prononcez _juju-be_ et non
_juju-pe_.

=Jumeau, Jumelle=, se dit de deux ou de plusieurs enfants nés
ensemble.—Ne le confondez pas avec _gémeau_, subst. masculin, qui
n'est usité qu'au pluriel _Gémeaux_, pour signifier l'un des douze
signes du zodiaque.

=Junte=, s. f., nom que l'on donne à différents conseils en Espagne et
en Portugal: _la junte du commerce_. Prononcez _jonte_.

=Jurer=, se dit pour _blasphémer_; _jurement_ se dit également dans le
sens de _blasphème_, imprécation, exécration. (Acad.)

=Jury, Juré, Juriste.=—Le _jury_ est le corps, la réunion des
jurés;—le _juré_ est un membre du jury;—le _juriste_ est celui qui
écrit sur des matières de droit.—Quelques-uns écrivent _juri_, dit
l'Académie, qui cependant a adopté _jury_.—Beaucoup de personnes
confondent les deux mots _jury_ et _juré_.

=Jus=, s. m.—Ne dites pas: _cet enfant tousse, il faut lui donner du
jus_; dites, _... du jus de réglisse_.

=Jusque=, prép., exige toujours à sa suite une préposition avec son
complément: _jusque dans les enfers, jusque par-dessus la tête, jusqu'à
nouvel ordre_.

2. On écrit quelquefois _jusques_ avec une _s_ à la fin, lorsque ce
mot est suivi d'un autre mot commençant par une voyelle; alors on fait
sentir la liaison entre _jusques_ et le mot suivant: _jusques au ciel,
jusques à quand_.

3. _Jusque_, suivi de _là_, adverbe, prend toujours un trait d'union:
_ils en vinrent jusque-là_, et non _jusqu'à-là_ qui n'est pas français.

4. On dit _jusqu'à hier, jusqu'à demain, jusqu'à midi, jusqu'à Paris,
jusqu'à Namur_, et non pas _jusque Paris, jusque Namur_.—On peut
dire _jusqu'aujourd'hui_ et _jusqu'à aujourd'hui_, mais le premier est
préférable.—Prononcez _jusque_ (_e_ muet) et non _jusquè_.

=Juste.=—_Comme de juste_ est une expression aussi vicieuse que le
seraient _comme de vrai, comme de faux_; dites _comme de raison, comme
il est juste_.

2. Ne dites pas: _il est sept heures justes_; dites, _il est sept
heures précises_.—Mais on dira bien: _il est arrivé juste à
l'heure du dîner_; _juste_, est ici adverbe et signifie _justement,
exactement_. Prononcez _jus-te_ et non _jusse_.

=Justement.=—Dites, _ce chasseur tire juste; peser juste; cela entre
juste; chanter juste; il a deviné juste; il raisonne juste_, etc., et
non _justement_.

2. _Justement_ signifie _avec justice_: _il a été condamné justement_.

3. Il signifie aussi la même chose que _précisément_: _je suis arrivé
justement quand on se mettait à table_.

4. Ne dites pas: _vous venez à propos, il est justement arrivé_; dites,
_il vient d'arriver, il ne fait que d'arriver_.—Voyez _faire_.



  K


=Kakatoès=, s. m., sorte de perroquet huppé: prononcez _kakatoua_.
(Acad.)

=Karat=, s. m.: on écrit plus souvent _carat_.

=Keepsake=, s. m., souvenir (mot anglais): prononcez _kip'sèke_.

=Kermesse= ou =Karmesse=, s. f., nom qu'on donne en Belgique et en
Hollande aux fêtes annuelles communales ou paroissiales. (Acad.)

2. _Ducace_ ou _dicace_ se dit également pour _kermesse_ dans ces pays;
mais ce mot n'a pas été adopté par l'Académie, attendu qu'il n'est
qu'une corruption du mot _dédicace_, lequel ne se dit que de cérémonies
ou de fêtes religieuses.

=Kilogramme.=—On dit souvent par abréviation, dans le commerce:
_kilo, cinquante kilos_. (Acad.)

2. Quoi qu'en dise l'Académie, le pluriel _kilos_ est un véritable
barbarisme, car il n'est pas permis de mettre la marque du pluriel à
une abréviation, à la moitié d'un mot: on doit donc écrire _cinquante
kilo_, ou mieux _cinquante kilog._ et mieux encore _cinquante
kilogrammes_.—Ne dites pas _kulo_ ni _tilo_ pour _kilo_.

=Kinine=, s. f.: on écrit plus souvent _quinine_.

=Kiosque=, s. m., pavillon de jardin: prononcez _kios-que_ et non
_kiosse_.

=Kip-kap=, mot flamand: dites _mou de veau_.

=Kirsch-wasser= (ou simplement _kirsch_), eau-de-vie de cerises:
prononcez _kirche-ouaceur_ (_eur_ bref), _kirche_.

=Knout=, s. m., supplice du fouet en Russie: prononcez _knoute_.

=Koekebak=, mot flamand estropié, par lequel on désigne souvent des
_crêpes_ (_bouquettes_ en wallon).

=Kopeck=, s. m., monnaie russe d'environ quatre centimes; on écrit
aussi _copeck_.—Prononcez _kopèke_.

=Koran=, s. m.: on écrit plus souvent _Coran_: voyez _Alcoran_.

=Kreutzer=, s. m., monnaie allemande: prononcez _kreutzère_;
quelques-uns prononcent _krètche_.

=Kyrie-eleison=, s. m., prononcez_ ki-ri-é-éleis-sone_, et non
_ki-ri-é-élei-zone_.



  L


=L.=—Il y a deux sortes d'_l_: l'_l_ simple et l'_l_ mouillée.—L'_l_
simple est celle qui ne fait entendre qu'une seule articulation,
qu'elle soit simple en effet comme dans _bal, bel, fil, col, nul_,
etc., ou double comme dans _balle, bulle, ville, molle, collége_,
etc.—L'_l_ mouillée, dont la prononciation est particulière à la
langue française, est presque toujours indiquée par la présence d'un
_i_ devant cette consonne; elle se prononce alors, non d'après sa
valeur ordinaire, mais avec une sorte de mollesse, en faisant entendre
un _i_ après elle, indépendamment de celui qui la précède réellement;
ainsi _billard, piller, tilleul, bouillon, mouiller, ailleurs,
bouteille, cueille, meilleur_, etc., se prononcent comme s'il y avait
_biliard, pilier, tilieul, boulion, moulier, alieurs, bouteillie,
cueillie, melieur_.—Plusieurs grammairiens prétendent qu'il faut
prononcer à la manière des wallons et du peuple de Paris: _biïard,
piïer, tiïeul, bouiïon, aiïeurs, bouteiïe, cueiïe, meiïeur, mouiïer_,
etc., en supprimant entièrement l'_l_ et en la remplaçant par deux _i_
ou par un _y_.—Nous pensons que la première prononciation est plus
généralement reçue dans notre pays. Au reste, cette question étant
très-controversée, chacun peut adopter telle prononciation qu'il lui
semblera bon.—Nous ajouterons pourtant que bon nombre de grammairiens
recommandent la première prononciation dans le discours soutenu et la
seconde dans la conversation ordinaire.

2. _L_ finale est mouillée dans les mots suivants: _avril, babil,
cil, fenil, grésil, gril, mil_ ou _millet_ et _péril_. (Acad.)—Elle
ne se prononce pas dans: _baril, chenil, fournil, fusil, outil,
persil, sourcil, coutil, courtil, gentil_ (voyez ce mot), _gril_ (dans
le langage familier), _nombril, soûl, cul-de-jatte, cul-de-lampe,
cul-de-sac_. (Acad.)—_Lle_ finales se mouillent dans les mots
suivants: _aiguille, anguille, bille, cocomille, cédille, charmille,
cheville, coquille, esquille, étrille, famille, faucille, fille,
goupille, grille, guenille, lentille, pacotille, pastille, quille,
roquille, vétille, vrille_, etc.

=La.=—Le pronom _le_ est invariable et s'emploie toujours au masculin
quand il tient la place d'un adjectif: _Madame, êtes-vous malade?
je le suis_ (et non _je la suis_); _Mesdames, êtes-vous contentes
de ce discours? nous le sommes_ (et non _nous les sommes_).—Mais
si l'adjectif est précédé d'un article, _le, la, les_ s'accordent
avec lui en genre et en nombre, parce qu'alors l'adjectif devient
substantif: _Madame, êtes-vous la malade dont on m'a parlé? je la
suis_ (et non _je le suis_); _Mesdames, êtes-vous les parentes de
Monsieur? nous les sommes_ (et non _nous le sommes_).—De même, en
s'adressant à des hommes, vous direz: _êtes-vous soldats, médecins,
avocats, Messieurs?—nous le sommes_: (ces subst. sont pris ici
adjectivement).—Mais vous direz: _êtes-vous les soldats de Sébastopol,
Messieurs?—Nous les sommes_: (le subst. ici est un véritable
substantif).

2. =Là= (avec un accent grave pour le distinguer de l'article _la_)
et =Ci=, adv. dém., se mettent souvent à la suite des pronoms
démonstratifs, et dans ce cas, on doit mettre un trait d'union entre
_là_ et _ci_ et les mots qui les précèdent: _celui-ci, celui-là, ce
temps-là, cet homme-là_.

3. Il s'emploie quelquefois par une sorte de redondance, et pour donner
plus de force à la phrase, et dans ce cas, il ne faut pas de trait
d'union: _c'est là du courage; c'est là ce que vous auriez dû faire_.

4. Ne dites pas: _c'est là où je l'ai vu_; dites, _c'est là que je l'ai
vu_.

5. Ne dites pas: _vous êtes venu chez moi, je n'étais pas là_; dites,
_je n'y étais pas, je n'étais pas à la maison, j'étais absent_.

6. _De là_, sans trait d'union, signifie de ce lieu-là, de ce point-là,
de ce sujet-là, de cette chose-là; _de là à la ville il y a cinq cents
pas; tirez-vous de là; de là sont venues les guerres civiles_.

7. _Delà_, prép., s'écrit en un seul mot, c'est-à-dire, sans trait
d'union entre _de_ et _là_: _delà la rivière, delà les monts; il est
de delà les monts, par delà le cap de Bonne-Espérance_.—Dans ces
derniers cas, toutefois, on dit de préférence _au delà des monts, au
delà du cap de Bonne-Espérance_.

8. _Deçà_ et _delà_, de côté et d'autre: _j'ai perdu ma bourse, je l'ai
cherchée deçà et delà; il était à cheval, jambe deçà, jambe delà_,
c'est-à-dire à califourchon.

9. _En delà_, signifie plus loin.

10. _Par-ci, par-là, jusque-là_, s'écrivent avec un trait d'union.

11. =La, la=, sans accent grave, locution familière, espèce
d'interjection: _la, la, ne pleurez plus; la, la, en voilà
assez_.—_La, la_ (sans accent grave); adv.: _a-t-il bien travaillé?
la, la_,—c'est-à-dire, médiocrement.

12. =La=, s. m., note de musique: prononcez _lâ_ (_a_ long).

=Le, La=, art.—1º L'article _la_ ne se met que devant les noms
des femmes célèbres par leurs crimes.—2º Ce tour que les français
emploient rarement parce qu'il n'est pas honnête, est plus ordinaire
dans la langue italienne: _Le Tasse, la Pansarosa, la Ristori_.

2. Ne dites pas: _il a pris son enfant sur le bras et l'a emporté_;
dites, _sur son bras_.

3. Ne dites pas: _l'un jour il travaille et l'autre il ne fait rien_;
dites, _un jour il travaille..._

4. Ne dites pas: _l'un ou l'autre de mes parents vient me chercher_;
dites, _un de mes parents, quelqu'un de mes parents vient..._

5. Ne dites pas: _parler le français, l'allemand_; dites, _parler
français, allemand_.

6. Ne dites pas: _tout alla comme je désirais_; dites, _comme je le
désirais_.

7. Écrivez et prononcez: _je l'ai vu, vous l'avez reçu_, etc., et non
_je l'lai vu, vous l'l'avez reçu_.

8. _Ledit, ladite_, etc.: voyez _dit_.

=Labarum=, s. m., étendard de Constantin; prononcez _labarome_.

=Labour=, s. m.—ne dites pas, _des chevaux de labourage_, mais, _des
chevaux de labour_.

=Laboureur=, s. m., celui qui par état laboure la terre; ce mot n'a pas
de correspondant féminin.

=Lac=, s. m., ne se dit que d'une grande étendue d'eau, et ne peut pas
s'employer comme synonyme de _mare_, de _flaque_: _dans ce village
on abreuve les bestiaux à une mare; il y a des flaques d'eau dans ce
chemin_.—Il est à remarquer qu'une _flaque_ est moins grande qu'une
_mare_; c'est plutôt ce qu'on désigne, en wallon, sous le nom de
_potai_.—Prononcez _lake_ au sing. et au pluriel.

=Lacer=, serrer avec un lacet;—_délacer, enlacer, laceure, lacet_:
tous ces mots s'écrivent avec un _c_.

=Lâche=, _lâcher, lâcheté, lâchement_: prononcez l'_â_ long.

=Lâcher=, v. a.—D'après l'Académie, il faut dire: _lâcher de l'eau_
(uriner) et non _lâcher l'eau_ comme on le dit vulgairement.

=Lacs=, s. m., cordon délié, nœud coulant pour prendre divers oiseaux
ou le gibier; au figuré, piége, embarras;—l'orthographe de ce mot est
la même au singulier qu'au pluriel:—prononcez _lâ_.

=Lacune=, s. f., vide, interruption; ne le confondez pas avec _lagune_,
petit lac, flaque d'eau.

=Ladre=, subst., avare, au féminin _ladresse_. (Acad.)

=Lady=, s. f., titre que l'on donne en Angleterre aux femmes et aux
filles de personnes titrées; au pluriel _ladys_. Prononcez _lédi_.
(Acad.)

=Lai, Laie=, adj., laïque: _frère lai, moine lai_, c'est-à-dire, qui
n'est point destiné à la prêtrise; on se sert aussi de ce mot comme
substantif. Prononcez _lè_, son bref, comme dans _laid_ (désagréable.)

=Laïc=: voyez _laïque_.

=Laideron=, s. f., jeune fille ou jeune femme laide; l'Académie n'admet
point la forme _laideronne_: _c'est une petite laideron_ et non
_laideronne_.

=Laineux, Lanugineux.=—_Laineux_ se dit des moutons et des étoffes
qui ont beaucoup de laine; il se dit aussi des plantes ou parties de
plantes qui sont couvertes de poils imitant la laine;—_lanugineux_ ne
se dit que des parties des plantes, feuilles, fruits, tiges, etc., qui
sont couvertes d'une espèce de duvet semblable à la laine ou au coton.

2. Quoique la laine ne paraisse guère _mangeable_, on trouve cependant
dans l'Académie le dicton: _se laisser manger la laine sur le dos_; ce
qui signifie, souffrir tout, ne pas savoir se défendre.—Prononcez
_laine_ (_lène_), _laineux_ (_lèneux_) et non _lain-ne, lain-neux_.

=Laïque=, adj. des deux genres; quelques-uns écrivent _laïc_ au
masculin (Acad.);—il est aussi substantif masculin;—il se dit d'une
personne qui n'appartient pas au clergé.

=Laisse= (je, tu, il), du verbe _laisser_, a l'_ai_ long;—il est bref
dans _laisse_, s. f., corde pour mener les chiens.

2. Ne dites pas _mener les chiens à la laisse_, mais, _en laisse_.

=Laisser=, pour _faire_, est un flandricisme; ne dites pas: _je me suis
laissé faire un habit; j'ai laissé relier mon manuel; je me suis laissé
saigner_, etc.; dites, _je me suis fait faire un habit; j'ai fait
relier mon manuel; je me suis fait saigner_.

2. Ne dites pas: _laisser la porte sur la serrure_; dites, _laisser la
porte à demi-fermée_ ou _entrou'verte_.

3. Ne dites pas: _laissez-nous aller_ pour _allons, partons_. (Fland.)

4. Ne dites pas: _je me suis laissé à dire_; dites, _j'ai cédé_ ou
_je me suis rendu, j'ai accédé, acquiescé à ses instances, à ses
sollicitations, à sa demande_. (Wall.)

5. Ne dites pas: _je me suis laissé dire_: il ne s'agit pas ici d'une
permission à donner; dites simplement, _on m'a dit_.

6. On dit indifféremment, _ne pas laisser de_ ou _ne pas laisser que
de_: _il ne faut pas laisser d'aller toujours votre chemin; il est
pauvre, mais il ne laisse pas que d'être honnête homme_; la seconde
expression est pourtant moins usitée que la première.

=Lait=, s. m.—Prononcez _lè_ (_è_ bref).—Ne dites pas: _une carpe à
lait_, mais, _une carpe à laite_ ou _à laitance_ (substance blanche et
molle ressemblant à du lait caillé).

2. Ne dites pas: _il est blanc comme un lait_; dites, _il est blanc
comme lait_ ou _comme du lait_. Voyez _jais, geai_ et _jaune_.

3. _Lait de beurre_ ou _babeurre_ (et non _lait battu_), espèce de
petit lait qui reste dans la baratte après qu'on a fait le beurre.

4. _Petit-lait_ ou _lait clair_, sérosité ou liquide qui se sépare du
lait lorsqu'il se caille: _prenez un verre de petit-lait pour vous
rafraîchir_.

5. _Lait coupé_, lait dans lequel on a mis une portion d'un autre
liquide: _lait coupé avec du bouillon_.

6. _Lait de poule_, jaune d'œuf délayé dans de l'eau chaude avec du
sucre.

=Laitière=, s. f., femme qui fait le métier de vendre du lait; ne dites
pas, _femme au lait_.—Prononcez _laiti-ère_ et non _laitchi-ère_.
Voyez _ti_ et _di_.

=Lamperon, Lampion.=—Le _lamperon_ est le petit tuyau ou la languette
qui tient la mèche, (le coton) dans une lampe.—Le _lampion_ est un
vaisseau de verre, de terre ou de fer blanc que l'on place dans une
lanterne ou dont on se sert pour faire des illuminations.

=Lancées, Lançures, Lancements=, ne sont pas français; dites,
_élancements_: _j'ai des élancements dans la tête, au doigt_.—Voyez
le mot suivant.

=Lancer=, faire ressentir dans quelque partie du corps une douleur vive
et aiguë avec agitation; dites _élancer_ et non _lancer_: _la tête
m'élance, le doigt m'élance_.

=Lande, Lente=, s. f.—Une _lande_ est une grande étendue de terre
inculte et stérile: _les Ardennes et la Campine sont pleines de
landes_.—Une _lente_ est l'œuf d'où sortent les poux et qui
s'attachent aux cheveux des enfants et des personnes malpropres (ne
dites pas _lende_).—Voyez _fange_.

=Landier=, s. m., gros chenet de fer qui sert à la cuisine pour élever
le bois autour de l'âtre et le faire brûler plus facilement.—Ne dites
pas _andier_.

=Landwehr=, s. f., garde civique en Allemagne: prononcez _land'vère_.

=Lange, Linge=, s. m.—Le _lange_ est le morceau de linge dont
on enveloppe les enfants au berceau;—le _linge_ se dit de toute
toile mise en œuvre selon les différents usages auxquels on veut
l'employer.—Prononcez _lan-ge, lin-ge_, et non _lan-che, lin-che_.

=Langue fumée.=—Ne dites pas _langue enfumée_.—Prononcez _lan-gue_
et non _lan-ke_; prononcez de même _bague, harangue, figue_, etc.

=Lanterne magique=, s. f., instrument d'optique; ne dites pas _lanterne
magie_.

=Lapis=, s. m., pierre précieuse; on dit aussi _lapis-lazuli_;
prononcez _lapice-ladzuli_.

=Lapisse=, s. m., mot wallon, _eau de son, eau blanche_: _il faut
donner de l'eau de son à ce cheval pour le rafraîchir_.

=Lapoter=, mot wallon, boire en tirant avec la langue comme le chien;
en français, _laper_: _ce chien fait du bruit en lapant_.

=Laps=, s. m., espace de temps; prononcez le _p_ et l'_s_, _lap'se_.

=Laque=, s. f., ne se dit pas dans le sens de cire à cacheter; dites
_un bâton de cire à cacheter_ et non, _un bâton de laque_.—La
_laque_ est une sorte de gomme résine: _la laque sert à composer des
vernis_.—Ce mot est masculin quand on veut parler du vernis de Chine
ou des meubles qui en sont recouverts: _le beau laque de la Chine_.

=Lard= (_bacon de_), mot wallon; dites _une flèche de lard_.

=Large, Long, Haut.=—Ces adjectifs peuvent s'employer substantivement
au lieu de _largeur, longueur, hauteur_: _ce tableau a six pieds de
haut sur quatre de large; ces rideaux ont six aunes de long_.—Mais
vous ne pouvez pas dire: _cette chambre est six pieds longue, large,
haute_; dites, est _longue, large, haute de six pieds_, ou _a six pieds
de long, de large, de haut_.

2. _Au large, au long et au large, du long et du large, en long et en
large_, sont des locutions adverbiales.

3. _Large_ (_à grand_), est une locution wallonne; dites _largement,
grandement, amplement_: _il a été payé largement; il leur donna
amplement à manger_.

4. Ne dites pas non plus: _il regarda tout large_, pour signifier, _il
fut étonné, surpris, stupéfait, stupéfié_.—(Wall.) Prononcez _large_
et non _larche_.

=Larynx=, s. m., partie supérieure de la trachée-artère, principal
instrument de la voix:—prononcez _laraink-ce_.

=Las=, interj., hélas; il est du style naïf et familier. (Acad.)
Prononcez _lâce_.

=Las, lasse=, adj., fatigué, ennuyé, dégoûté; l'_a_ est long au
masculin et au féminin et le masculin se prononce _lâ_ et non _lâce_ au
singulier et au pluriel: _je suis si las_ (lâ), _nous sommes si las_
(lâ et non _lâce_).

=Lasser=, v. a., fatiguer, causer de la fatigue, ennuyer,
dégoûter.—_Se lasser_ régit la prép. _à_ ou la prép. _de_: la prép.
_à_, lorsqu'il est pris dans le sens de _fatiguer_, et la prép. _de_,
lorsqu'il a le sens _d'ennuyer, dégoûter_: _on se lasse plus à rester
debout qu'à marcher; on se lasse d'entendre toujours les mêmes
plaintes_.

=Latrines=, s. f. pluriel sans singulier, lieu où l'on satisfait à ses
besoins naturels.

=Latte=, s. f., morceau de bois refendu selon son fil, long, mince,
étroit, que l'on attache avec des clous sur les _chevrons_ pour porter
la tuile, ou dans l'intérieur des bâtiments, sur la charpente pour
recevoir l'enduit de plâtre des plafonds et des cloisons: _une botte de
lattes; clouer des lattes; un grenier lambrissé sous des lattes_.

=Latter=, v. a., garnir de lattes:—_il faut latter et contrelatter
cette cloison_; il s'emploie aussi absolument: _latter à claire-voie;
latter à lattes jointives_.—_Lattis_, s. m., ouvrage de lattes:
_couvrir un lattis avec des tuiles_.—Prononcez _lati_ et non _latice_.

=Laudanum=, s. m., préparation d'opium; prononcez _lôdanome_.—Ne
dites pas _de l'eau d'ânon_.

=Laudes=, s. f. pl., partie de l'office: prononcez _lô-de_ et non
_lô-te_.

=Lauréole=, s. f., plante dont les feuilles ressemblent à celles du
laurier; ne dites pas _laurelle_ et prononcez _lo-réole_.

=Laurier.=—Prononcez _lo-rier_ et non _lô-rier_.

=Lavanche= et =Lavange=, s. f., se disent quelquefois pour _avalanche_.
(Acad.)

=Lavande=, s. f., plante aromatique, labiée, portant de petites fleurs
bleues qui viennent par épi: _eau de lavande; mettre de la lavande dans
du linge_.—Ne prononcez pas _lavante_.

=Lavandier, Lavandière.=—Un _lavandier_ est un officier, dans
certaines cours, chargé de veiller au blanchissage du linge.—Une
_lavandière_ est une femme qui lave le linge; ce mot est peu usité, on
dit plus souvent dans ce sens _blanchisseur, euse, lessiveur, euse_, et
quelquefois _laveur, laveuse_: _laveuse de linge_.

=Lavasse=, s. f., pluie, subite, abondante et impétueuse: _il vint tout
à-coup une grande lavasse_.—Mais on ne peut pas dire: _il pleut à
lavasse_.

2. _Lavasse_ signifie encore, vin, bière, bouillon, sauce, tisane où
l'on a mis trop d'eau: _ce n'est que de la lavasse_.—On dit aussi
_piquette_ dans le même sens, mais _lapette_ n'est pas français.

=Laver=, ne peut pas s'employer dans le sens _d'arroser, d'irriguer_.

2. _Laver_, s'emploie quelquefois absolument et alors il signifie se
laver les mains avant le repas: _ne voulez-vous pas laver_. (Acad.)
Dans toute autre acception, il faut exprimer la partie du corps qu'on
lave: _se laver les mains, la figure, les pieds_, etc.

3. On ne dit pas: _laver ses mains, sa figure_, etc., mais _se laver
les mains, la figure_.

=Lavette=, s. f., petit morceau de linge dont on se sert pour laver la
vaisselle.

=Lavier, Lévier=, ne sont pas français; dites _évier_, pour signifier
une pierre en forme de table et légèrement creusée sur laquelle on
lave la vaisselle, et qui a un trou pour l'écoulement des eaux: _jeter
les eaux par l'évier; cette cuisine a un évier_.—On dit aussi _pierre
d'évier_ et _pierre à laver_.

=Lavis=, s. m., =Lavure=, s. f.—_Lavis_ est un terme de peinture et
signifie la manière de colorier un dessin avec de l'encre de chine, du
bistre, etc.—Prononcez _lavi_.—_Lavure_ est l'eau qui a servi à
laver la vaisselle, les écuelles et n'est guère usité que dans cette
locution: _lavure de vaisselle, d'écuelles_.—_Lavure de vaisselle_ se
dit aussi, familièrement, d'un bouillon, d'un potage fade et insipide
où il y a trop d'eau.

=Lazzarone.= s. m., nom que l'on donne aux dernières classes du peuple
napolitain; on dit au pluriel _lazzaroni_.—Prononcez, _lad'zaroné,
lad'zaroni_; le _z_ italien équivaut à _ds, dz_.

=Lazzi=, s. m., mot italien qui signifie, action, mouvement,
geste bouffon dans la représentation des comédies: _les lazzi
d'Arlequin_.—Il se dit, par extension, de mauvaises plaisanteries
et de bouffonneries faites ailleurs qu'au théâtre: _il s'en est tiré
par des lazzi_. L'Académie dit que quelques-uns écrivent au pluriel
_lazzis_, mais dans les exemples qu'elle donne du pluriel, elle écrit
_lazzi_ sans _s_.—Prononcez _l'ad'zi_.

=Le=, art. et pron.—Prononcez _le_ et non _lè_.

2. _Le, la, les_, employés comme régimes directs, ne doivent jamais
s'omettre ni en vers ni en prose. Ce serait donc une faute de dire: _je
lui avais bien dit; donnez-lui; je ne suis pas ingrat, je lui rendrai
bien_; au lieu de: _je le lui avais bien dit; donnez-le-lui; je le lui
rendrai bien_.

3. Cette règle est également applicable au pronom _en_. Ne dites donc
pas: _j'aurai plus de complaisance qu'ils n'ont; c'est là, soyez
certain, la cause de son refus_. Dites, _qu'ils n'en ont; soyez-en
certain_.

4. Les phrases suivantes sont également incorrectes: _prêtez-moi-le,
montrez-nous-les, donnez-moi-le_, etc. Ici il faut placer le régime
direct le premier: _prêtez-le-moi; montrez-les-nous; donnez-le-moi_.

5. =Les, Des, Mes, Tes, Ses.=—Prononcez _lè, dè, mè, tè, sè_, et non
_lé, dé, mé, té, sé_.

6. =Lé=, s. m., largeur d'une étoffe entre deux _lisières_: _un lé de
drap_. Écrivez et prononcez _lé_ et non _lè_ ni _lit_.

=Leçon=, s. f.—Ne dites pas: _je prends des leçons à un habile
professeur_; dites, _je prends des leçons d'un habile professeur_.

2. On dit très-bien, _donner, prendre des leçons de musique, de
dessin, d'histoire_, etc. (Acad.);—mais _donner leçon de grec, de
latin_, etc., ne nous paraît pas assez correct; il faut dire, _donner
des leçons de ..._—_Donner, prendre des leçons_, se dit des leçons
particulières; mais quand il s'agit de leçons ou de cours publics, on
dit _faire un cours_ (et non _donner un cours_), _faire une leçon,
faire des leçons_.—Prononcez _leçon_ et non _lèçon_.

=Lecteur=, _lectrice_, =Liseur=, _liseuse_.—La _lecteur_ est en
général celui qui lit, ou dont le métier est de lire à haute voix
devant une ou plusieurs personnes ou une communauté; _c'est un bon
lecteur, c'est une excellente lectrice; lecteur du roi, lectrice de la
reine_.—Le _liseur_ est celui qui aime à lire, qui ne fait que lire,
qui lit beaucoup et longtemps, qui lit avec passion; le _liseur_ est
un lecteur passionné: _c'est un grand liseur, une grande liseuse de
romans_. Il est familier.

=Légataire=, subst. des deux genres, =Testateur=, _testatrice_.
—_Légataire_, est celui, celle à qui on fait un legs;—_testateur,
testatrice_, est celui, celle qui fait un testament.—Voyez
_dépositaire, signataire, locataire_.

=Léger=, _légère_, adj., qui pèse peu, agile, volage; prononcez _légé_
et non _l'gé_ ni _legé, lègé, légère_ (au masc.), quoique Rousseau et
Voltaire l'aient fait rimer avec _air_ et _cher_.

=Législateur=, _législatrice_, =Légiste=.—_Légiste_, qui connaît ou
qui étudie les lois;—_législateur_, celui qui donne des lois à un
peuple: _Moïse fut le législateur des Hébreux_.

=Législation, Législature.=—_Législation_ est le droit de faire
des lois: _en Belgique, la législation appartient au Roi et aux deux
Chambres_;—il se dit aussi du corps même des lois: _réformer la
législation_;—il se dit encore de la science, de la connaissance des
lois: _il est habile en législation_.—La _législature_, ce sont les
trois pouvoirs qui concourent à la confection des lois: _la législature
vient de décider une grande question_.—Il s'emploie souvent dans le
sens d'assemblée législative: _législature nombreuse, complète_.—Il
se dit encore de la période de temps qui s'écoule depuis l'installation
d'une assemblée législative, jusqu'à l'expiration de ses pouvoirs:
_pendant la première, la seconde législature_.

=Legs=, s. m., ce qui est légué; prononcez _lè_ et non _lègue_.

=Légume=, est masculin: _de bons légumes_ et non _de bonnes légumes_.

=Lendemain.=—_Du jour au lendemain_;—quoi qu'en disent certains
grammairiens, cette expression est très-correcte et fort
usitée.—Prononcez _len-de-main_ et non _lan-ne-main_.—Voyez
_commandement_.

=Lent à, Long à=, se disent indifféremment l'un pour l'autre; cependant
_lent à, longtemps à_, nous semblent préférables à _long à_: _ces
messieurs sont bien lents à venir, sont longtemps à venir_.

=Lente=, s. f.: voyez _lande_.

=Lesquels, Desquels=: prononcez _lèquèl, dèquèl_, et non _lès'quel,
dès'quel_ ni _lèquéle, dèquéle_.

=Lest=, s. m., poids au fond du navire; prononcez _less'te_ et non
_lesse_.

=Leste=, adj. des deux genres, léger, inconsidéré: prononcez _less'te_
et non _lesse_.

=Lettre=, s. f.—De quel genre sont les lettres de l'alphabet?—Si l'on
adopte l'appellation moderne, elles sont toutes du masculin; un _be_,
un _de_, un _pe_, un _re_, un _se_;—si l'on adopte, au contraire,
l'appellation ancienne et usuelle (c'est celle que nous avons nous-même
adoptée dans notre _Dictionnaire_), il faut consulter le son final de
la lettre: elle sera féminine si ce son final lui-même est féminin,
c'est-à-dire, s'il est censé se terminer par un _e_ muet: une _f_, une
_h_, une _l_, une _m_, une _r_, une _s_, une _x_, parce qu'on prononce
_effe, hache, elle, emme, enne, erre, esse, ikse_.—Elles sont du
masculin lorsque le son final est grave ou est censé se terminer par
une voyelle autre que l'_e_ muet: un _b_, un _c_, un _d_, un _g_, un
_j_, un _k_, un _p_, un _q_, un _t_, un _v, w_, qui se prononcent _bé,
cé, dé, gé, ji, ka, pé, ku, té, vé_.

2. =Lettre=, s. f.—Ne dites pas, _mettre des mots par lettres
alphabétiques_, mais, _par ordre alphabétique_; en effet, toutes les
lettres sont alphabétiques.

3. Ne dites pas, _le porteur de lettres_, mais, _le facteur_.—Prononcez
_let-tre_ et non _let-te_ ni _lettère_.

=Leur.=—Ne dites pas: _ils étaient leur deux, leur trois_; dites,
_ils étaient deux, trois_ ou _eux deux, eux trois, elles deux, elles
trois_; comme on dit, _nous étions nous deux, vous étiez vous trois_,
et non _nous étions nos deux, vous étiez vos trois_.

2. _Leur_, signifiant _d'eux, d'elles_, veut être devant son
substantif; dites en parlant de deux frères ou deux cousins: _je suis
leur parent_, c'est-à-dire, _le parent d'eux_, et non, _je leur suis
parent_, qui signifierait, _je suis parent à eux_, ce qui n'est pas
français.

3. _Leur_, pronom, s'écrit sans s: ne dites donc pas, _je leurs z'ai
dit_; dites, _je leur ai dit_.

=Levain=, s. m., =Alevin=, s. m.—Le _levain_ est une pâte aigrie
qui, mêlée à la pâte dont on veut faire le pain, la fait lever et
fermenter;—l'_alevin_, c'est du menu poisson pour peupler un étang,
un vivier; dites donc, _j'ai mis de l'alevin dans mon réservoir_, et
non pas _du levain_.

=Levée=, s. f.—Ne dites pas: _il est capot, il n'a pas fait un seul
levé_; dites, _une seule levée_.

=Lever=, v. ac., fait au futur _je lèverai, tu lèveras_, etc., et au
conditionnel, _je lèverais, tu lèverais_, etc., et non _je leverai, tu
leveras; je leverais, tu leverais_.

2. Ne dites pas: _j'ai levé cet enfant_, pour dire, que vous êtes son
parrain; dites, _j'ai tenu cet enfant sur les fonts_, ou _je suis le
parrain de cet enfant_.

3. On dit très-bien, dans le sens de percevoir, recueillir, rassembler,
ramasser, emporter: _lever les fruits d'une terre; lever les impôts,
des impôts; on lève annuellement tant de millions sur ce royaume; on
lève un droit sur cette denrée_;—on a dit de même autrefois, _lever
les rentes seigneuriales, la dîme_.

4. Mais en parlant d'une somme d'argent, il faut dire _toucher_ et non
_lever_: _il a touché ses appointements_ (et non _levé_); _je lui ai
fait toucher telle somme_ (et non _lever_); _toucher de l'argent_ (et
non _lever_). (Acad.)—(Wall.)—Prononcez _lever_ et non _lèver_.

=Lever-Dieu=, s. m., le moment de la messe où le prêtre élève la sainte
hostie; au plur., _lever-Dieu_; ne dites pas _Dieu-levé_.

=Levier=: voyez _évier_.

=Lèvre=, s. f.: prononcez _lèvre_, et non _lè-fe_ ni _lé-vère_.

=Levûre=, s. f.—Ce substantif ne peut se mettre au pluriel que dans
les cas où il s'agirait de différentes espèces de levûres. Il n'est pas
plus correct de dire, _acheter des levûres, mettre des levûres dans la
pâte_, que de dire _acheter des levains, mettre des levains_; il faut
dire, _acheter de la levûre, mettre de la levûre_. Prononcez et écrivez
_levûre_ (accent circonflexe) et non _lèvure_.

=Lexique=, s. m., dictionnaire; il se dit particulièrement des
dictionnaires grecs;—prononcez _lek-cique_, et non _lek-zique_;
prononcez de même ses dérivés, _lexicologie, lexicographie_, etc.

=Lez=, adv., vieux mot signifiant à côté, proche de: _la Tombe
lez-Tournai_.—C'est à tort que l'on remplace _lez_ par _les_ ou _des_:
_Plessis-les-Tours_; il faudrait dire, _Plessis-lez-Tours_.—Prononcez
_lé_ et non _lè_, ni _lèze_.

=Liaisons affectées.=—La conversation demande plus de laisser-aller
et un certain négligé que ne comporte pas le discours soutenu. Il faut
donc éviter, en parlant, de multiplier les liaisons; il faut même
s'attacher à les omettre le plus possible, surtout celles des _s_ et
des _t_ et surtout encore celles qui présenteraient, dans le même mot
ou dans deux mots qui se suivent, la répétition des mêmes consonnes ou
des mêmes sons,—c'est ainsi que les personnes de bon ton ne diront
jamais: _il est onze heures z'et un quart, onze heures z'et demie; deux
heures z'et demie_; elles diront avec beaucoup plus de naturel _il est
onze heures et un quart_, etc., en supprimant la liaison.—«Lier les
mots avec affectation dans les discours fut de tout temps le propre de
la pédanterie; c'est un défaut de maître d'écriture.» (FRANCIS WEY).

=Liard=, s. m.—Ne dites pas: _je n'ai plus de petits liards_; dites,
_je n'ai plus de petite monnaie_.—Prononcez _liar_ (en une seule
syllabe) et non _li-ar_ ni _li-iar_.

=Libelle=, écrit injurieux, diffamatoire, est masculin: _un libelle
violent_.

=Libelliste=, s. m., auteur de libelle; prononcez _libel'liste_; et non
_libèliste_ ni _libel'lisse_.

=Liber=, s. m., troisième partie de l'écorce; prononcez _libère_.

=Libera=, s. m., prière pour les morts; prononcez _libéra_.

=Libéral=, _libéralité, libérer_.—Prononcez _libéral, libéralité,
libérer_, et non, _libèral, libèralité, libèrer_.

=Librairie, Mairie, Seigneurie.=—Dites _librai-rie, mai-rie,
seigneu-rie_, et non _librai-rerie, mai-rerie, seigneu-rerie_.

=Libre=, adj.: prononcez _li-bre_ et non _li-pre, li-pe, libère_.

=Licence=, s. f., grade que l'on prend dans les facultés de _théologie_
(et autrefois dans celles de droit et de médecine); c'est le degré
entre le baccalauréat (le grade de bachelier) et le doctorat: _la
licence en théologie, en droit canon_;—_le licencié_ est celui qui a
pris le grade de la licence: _monsieur N. est licencié en théologie_.

=Licet=, s. m., permission; prononcez _licète_.

=Lichefrite=, s. f., ustensile de cuisine qui reçoit la graisse et le
jus de viandes qu'on fait rôtir; dites, _la lèchefrite_.

=Lichen=, s. m., plante parasite qui croît sur les troncs d'arbres, sur
les rochers, sur les murs; prononcez _likène_. (Acad.)

=Licol= ou =Licou=, s. m., lien de cuir ou de crin qu'on met autour
du cou des chevaux pour les attacher à l'auge, au ratelier.—_Licol_
n'est employé qu'en poésie et devant une voyelle, pour éviter
l'hiatus;—_licou_ fait au pluriel _licous_.

=Lier=, v., =Lien=, s. m.: prononcez _li-é, li-in_, et non _li-ié,
li-iin_.

2. Ne dites pas: _lier les dents_; dites, _agacer les dents_.

=Lierre=, s. m., plante; prononcez _lière_ (_iè_ diphth.)

=Liesse=, s. f., joie; prononcez _li-èce_;—ce mot est vieux, dit
l'Académie.

=Lieu.=—Les locutions, _donner lieu, trouver lieu, avoir lieu, y
avoir lieu_, demandent la préposition _à_ devant un substantif et la
préposition _de_ devant un infinitif: _je n'ai pas donné lieu à votre
colère; j'ai lieu de_ (et non _à_) _me plaindre de vous_.

=Lieu-dit.=—Cette expression prend le trait d'union toutes les fois
qu'elle ne peut pas se remplacer par les mots _lieu nommé_; ainsi il
faut écrire: _cette pièce de terre est située à lieu dit_ (nommé)
_derrière-la-ville_; tandis que vous écrirez: _cette parcelle est
située à tel lieu-dit_.

=Lieue=, s. f.: voyez _heure_.

=Ligature=, s. f.—Ne dites pas: _la ligature d'un livre_, mais, _la
reliure d'un livre_.

=Ligne=, s. f.—Ne dites pas: _une étoffe à ligne_, mais, _une étoffe
rayée_.

2. Ne dites pas: _peignez cet enfant, et faites-lui sa ligne sur le
côté_, dites, _sa raie_.—La _raie_ est un trait tiré de long avec une
plume, un crayon, etc.; il se dit aussi d'une certaine séparation de
cheveux qui se fait naturellement ou avec le peigne sur le haut de la
tête. (Acad.)

=Ligner.=—Ne dites pas: _ligner du papier_ (tirer des lignes); dites,
_règler du papier; cahier règlé_.

=Ligneul=, s. m., =ligneux=, adj. et subst.—Le _ligneul_ est un fil
enduit de poix dont se servent les cordonniers; _ligneux_ signifie
qui a la nature ou la consistance du bois: _la coque de la noix est
ligneuse_: prononcez _li-gneux_ et non _ligh-neux_ (_g_ dur).

=Lilas=, s. m., arbuste, fleur: prononcez _lilà_.

=Limace=, s. f., ou =Limas=, s. m.; mollusque rampant, sans
coquille, de forme allongée, à quatre tentacules, et ordinairement
rougeâtre.—_Limaçon_, s. m., diffère de la limace et du limas en
ce qu'il porte une coquille; ne dites pas: _ce jardin est rempli de
limaçons_; dites, _de limaces_;—les wallons sont exposés à confondre
ces mots.

=Limon, Timon.=—Le _limon_ est une des deux pièces de devant d'une
charrette ou d'un cabriolet entre lesquelles se place le cheval;—le
_timon_ est la pièce de bois de devant d'un carrosse, d'un chariot, des
deux côtés de laquelle on attelle les chevaux.

=Linceul=, s. m.—Prononcez ce mot comme il est écrit, _linceul_ et
non _linceuille_ (_l_ mouillée);—il ne se dit que du drap de toile
dont on se sert pour ensevelir les morts.—Ne dites donc pas: _mettez
des linceuls au lit de monsieur_; dites, _mettez des draps au lit..._
Dans cette acception on dit _drap_ et quelquefois _drap de lit_.

=Linéaire=, adj., qui a rapport aux lignes; prononcez _liné-aire_ et
non _liné-iaire_ ni _lignéaire_.

=Linger, ère=, s., celui, celle qui fait commerce de toile, qui vend,
qui fait du linge, qui travaille en linge.—Ce mot ne s'emploie pas
dans le sens de blanchisseuse, lavandière, laveur, euse, repasseuse.

=Lingerie=, s. f.—On dit _un magasin de lingerie_ et non _de
lingeries_.

=Lingual, ale=, adj., qui a rapport à la langue; prononcez
_lingoual_.—Le masculin _lingual_ n'a pas de pluriel.

=Linguistique=, s. f., science des langues; _linguiste_, qui s'occupe
de la linguistique;—prononcez _lingu-ïs-tique, lingu-ïste_ (_ui_
diphth.) et non _lingouistique, lingouiste_ ni _linghistique,
linghisse_.

=Linteau, Liteau.=—Le _linteau_ est une pièce de bois, de pierre ou
même de fer en travers, au-dessus d'une porte ou d'une fenêtre pour
maintenir la maçonnerie;—le _liteau_ est une petite pièce de bois
couchée sur une autre; en terme de chasse, c'est le lieu où le loup
se repose pendant le jour; c'est aussi une raie rouge ou bleue sur du
linge de table, et dans cette acception on ne l'emploie guère qu'au
pluriel: _serviette à liteaux_ (et non _à linteaux_).

=Lion=, _lionne, lionceau_.—Plusieurs auteurs disent que _ion_ est
diphthongue; nous ne saurions nous ranger à cette opinion; et nous
continuerons a prononcer, comme on le fait généralement: _li-on,
li-onne, li-on-ceau_.

=Lippe=, s. f., la lèvre d'en bas, lorsqu'elle est trop grosse ou
trop avancée: _avoir une grosse lippe, une vilaine lippe_; ce mot est
familier.

=Lippée=, s. f., bouchée et repas;—dans ce dernier cas, il est
toujours accompagné de _franche_: _une franche lippée_.

=Lippu, ue=, adj., qui a une grosse lèvre: _les nègres sont lippus_; ce
mot est familier.—Il s'emploie plus ordinairement comme substantif:
_c'est un gros lippu_. (Acad.)

=Liquéfaction=, s. f., action de liquéfier; prononcez _liku-éfaction_
et non _likouéfaction_ ni _likéfaction_.

=Liquide=, _liqueur, liquoriste, liquéfier, liquider, liquidateur_:
—prononcez _likide, likeur, likoriste, likéfier, likider, likidateur_.

=Lire.=—Ne dites pas: _j'ai lu hors d'un livre, hors du journal_;
dites, _j'ai lu dans un livre, dans un journal_. (Fland.)

2. Ne dites pas non plus: _j'ai lu sur la gazette, j'ai lu sur le
journal, sur la feuille_, etc.; dites, _j'ai lu dans la gazette, dans
le journal, dans la feuille, dans la revue, dans l'almanach, dans les_
ou _aux annonces du journal_, etc. (Wall.)

=Lis= (et non _lys_), s. m., plante bulbeuse qui porte des fleurs à six
pétales; prononcez _lice_ même devant une consonne, _lis_ (_lisse_)
_blanc, lis_ (_lisse_) _bleu_, etc.

2. _Fleur de lis_, terme d'armoiries: _écu semé de fleurs de lis_; dans
ce cas on prononce _li_ sans faire sentir l'_s_.

3. Poétiquement, _les lis_ se disait autrefois de la France: _l'empire
des lis, le trône des lis_; dans ce sens on prononce _lice_.

=Liseré=, s. m., petite bordure faite sur une étoffe ou à un habit, un
gilet, avec un ruban uni ou brodé; ne dites pas _liseret_.

=Liseur.=—Voyez _lecteur_.

=Lisé-je, dormé-je=, grossier barbarisme; dites, _est-ce que je lis,
est-ce que je dors?_

=Lisse=, adj. des deux genres, uni, poli: _une étoffe lisse, du papier
lisse_.

=Lit de camp, Lit de sangles.=—_Le lit de camp_ est un petit lit dont
le bois se démonte de manière qu'on peut le transporter facilement; il
se dit aussi d'une espèce de couchette formée de planches inclinées,
qui sert de lit dans un corps de garde.—_Le lit de sangles_ est un
lit fait de sangles, et quelquefois d'un morceau de coutil attaché à
deux longues pièces de bois soutenues par des pieds ou jambages qui se
croisent.—Comme on le voit, c'est à tort que l'on désigne, par _lit
de camp_, un _lit de sangles_.

=Litanies=, s. f. pl., prière faite en l'honneur de Dieu, de la
Ste-Vierge et des saints, et composée d'une série d'invocations; dans
ce sens il ne s'emploie pas au singulier: _les litanies de tous les
saints, de belles litanies_.—_Litanie_, au singulier, se dit d'une
énumération longue et ennuyeuse: _il nous a fait une longue litanie de
ses peines, de ses plaintes_.

=Liteau=: voyez _linteau_.

=Litre=, s., unité de mesure de capacité, est masculin: _un litre de
bière_; prononcez _li-tre_ et non _lite, litère_.

=Littéral, ale=, adj., qui est selon la lettre, conformé à la lettre:
_traduction littérale_.—L'Académie ne donne point de pluriel
masculin; Trévoux, Laveaux, Fabre, l'abbé d'Olivet et Boinvillers
disent, _des commentaires littéraux_.

=Livrance, Livrement=, action de livrer une chose vendue, ne sont
pas français; il faut dire _livraison_: _j'ai fait une livraison
de six pièces de toile; je dois faire demain une livraison à tel
correspondant_.

=Livre=, ancienne mesure remplacée aujourd'hui par le franc, est
féminin: _une livre tournois_.

2. _Livre._—On dit _un livre de prières_ et non _un livre à prières_.
(Acad.)—Prononcez _livre_ et non _life_ ni _livère_. Voyez _lire_ et
_prière_.

=Ll= _mouillées_: voyez _l_.

=Llama=, et mieux =lama=, s. m., quadrupède ruminant du Pérou;
l'Académie dit qu'on mouille les deux _ll_ dans _llama_.

=Llation, Llaire=, finales où les _ll_ sont rarement mouillées.

=Locataire, Propriétaire.=—Le _locataire_ est celui qui tient à
loyer une maison, un jardin, etc.; le _propriétaire_ est celui à qui
appartient l'objet loué. Prononcez _locatère, propriétère_ et non
_locatére, propriétére_.

=Locatis=, s. m., mauvais cheval de louage; prononcez _locatice_.

=Loch=, s. m., instrument pour mesurer la vitesse du navire; prononcez
_loke_.

=Locomotive=, s. f., remorqueur des chemins de fer; prononcez
_locomoti-ve_ et non _locomoti-fe_.

=Lof=, s. m., t. de marine, le côté que le navire présente au vent: _ce
vaisseau va au lof; venir au lof_.—_Lofer_, signifie venir au lof.

=Loger=, v. neutre dans le sens d'habiter, de demeurer dans une
maison.—Il est _actif_, dans le sens de donner le logement à
quelqu'un.—Avec le pron. personnel, _se loger_ signifie, prendre un
logement, disposer un logement.

=Logeur=, _logeuse_, celui ou celle qui tient des chambres garnies pour
les ouvriers et les gens de la classe pauvre; il ne se dit pas de la
personne qui loge dans ces chambres garnies.

=Logis=, s. m.—Ne dites pas: _j'ai été demander à logis dans cet
hôtel_; dites, _j'ai été demander à loger_ ou _le logement dans cet
hôtel_.

2. Ne dites pas non plus: _je suis au logis dans cette auberge_; dites,
_je loge dans cette auberge_.—Prononcez _logi_ et non _logice_.

3. Ne dites pas: _estaminet et logement_; dites, _logis_: le _logis_
est une maison où on loge; _logement_ se dit du lieu où on loge et
plus particulièrement du domicile habituel, du lieu où l'on habite
ordinairement.—Prononcez _lo-jeman_ et non _lo-cheman_.

=Loin.=—La locution, _bien loin s'en faut_, n'est pas française; il
faut dire, _tant s'en faut, loin de là_: _vous me demandez si j'ai
gagné au jeu, tant s'en faut qu'au contraire_.

2. De _loin à loin_, se dit de la distance: _ces arbres sont plantés
de loin à loin_;—_de loin en loin_, se dit du temps: _il ne nous
vient voir que de loin en loin_. Cependant, dans le langage ordinaire,
on ne tient pas toujours compte de cette différence et l'on emploie
une locution pour l'autre.—Prononcez _loain_ (_oin_ diphth.) et non
_loan_.

=Long=, adj., ne se dit pas de la taille; ne dites pas: _cet homme est
long_; dites, _cet homme est grand_ ou _de grande taille_. (Fland.)

2. _Long_, pour _lent_, tardif, se dit très-bien: _dépêchez, que vous
êtes long; il est long à tout ce qu'il fait; les vieillards sont longs
en tout; ces arbres sont longs à pousser, à croître_.—Mais il ne peut
pas s'employer pour _loin_: _il y a loin d'ici à Rome_, et non, _il y a
long..._

3. Ne dites pas: _les fruits verts rendent_ ou _font les dents longues;
j'ai mangé du fruit vert, j'ai les dents longues_; dites, _les fruits
verts agacent les dents, j'ai les dents agacées_.—_Avoir les dents
longues, bien longues_, signifie être affamé après avoir été longtemps
sans manger. (Wall.)

4. Ne dites pas: _j'ai le temps long; j'ai le temps long de le voir
arriver_; dites, _le temps me paraît long, je m'ennuie, je suis
impatient, il me tarde de le voir arriver; il me dure de..._

5. _Prendre le plus long, son plus long_, c'est aller en quelque lieu
par le plus long chemin: _vous êtes venu ici par telle rue, vous avez
pris le plus long; c'est le plus long de beaucoup; c'est votre plus
long_.—Il signifie aussi, figurément, se servir des moyens les moins
propres à faire réussir promptement ce qu'on a entrepris.

6. _Le long, tout le long, tout du long, au long, tout le long de, tout
du long de_, locutions adverbiales; ne dites pas _tout de long_.

=Longtemps=, adv., s'écrit en un mot et sans trait d'union.

2. Ne dites pas: _il est longtemps_ ou _déjà longtemps arrivé_;
dites, _il est arrivé depuis longtemps_, ou, _il y a longtemps, déjà
longtemps qu'il est arrivé_;—ne dites pas: _il demeure longtemps à
Bruxelles; je suis ici longtemps_; dites, _il demeure depuis longtemps
à Bruxelles; je suis ici depuis longtemps_, ou bien, _il y a longtemps
qu'il demeure..., que je suis ici_. (Fland.)

=Loquace, Loquacité=: prononcez _lokouace, lokouacité_, et non,
_lokace, lokacité_ ni _lokuace, lokuacité_.

=Loque=, s. f., pièce, morceau d'une étoffe, d'une toile usée et
déchirée: _cet habit s'en va en loques, est en loques, tombe en loques_.

2. _Loque_, s. f., chiffon: ce mot est français. (Acad.)

=Loquèle=, s. f., langage trivial; prononcez _lokuèle_ (_uè_ diphth.)
et non _lokouèle_.

=Loquet=, s. m., espèce de serrure mobile qui sert à fermer une porte,
une malle, une valise, etc., au moyen d'un anneau passé soit dans
un autre anneau, soit dans deux pitons;—ce mot n'est pas français
dans ce sens, il faut dire _cadenas_ (ne prononcez pas _cannenas_).
(Wall.)—Voyez _cliche_.

=Loquetière=, s. f., clef qui sert à ouvrir plusieurs serrures; ce mot
n'est pas français; dites _passe-partout_.

=Loquier=, n'est pas français; dites _chiffonnier_.

=Lord=, s. m., titre d'honneur usité en Angleterre; le _d_ ne se
prononce pas.

=Lors=, _dès lors, pour lors, lors de, alors_; prononcez _lore, alore_,
et non _lorce, alorce_.

=Lorsque=, conj.—On prononce l'_s_, _lors'que_;—ne prononcez pas
_lorseque_ ni _lorsèque_.—L'_e_ ne s'élide que devant _il, ils, elle,
elles, on, un, une_: _lorsque Alexandre_ (et non _lorsqu'Alexandre_)
_pénétra dans l'Inde_.

=Los=, s. m., louange (vieux langage): prononcez _loce_.

=Losange.=—L'Académie fait ce mot du genre féminin; cependant dans
tous les traités de géométrie, on dit _un losange_, et tous les
professeurs le font du masculin.—On écrit aussi mais plus rarement
_lozange_.

=Lot=, s. m., objet qui échoit à chacun des numéros gagnants à une
loterie; ne dites donc pas: _j'ai pris dix lots à cette loterie_;
dites, _j'ai pris dix numéros, dix billets_.—Ne dites pas non plus:
_j'ai pris dix actions_. (Fland.)

=Louche=, s. f., se dit dans beaucoup de villes du Nord de la France
et en Belgique, pour désigner une grande cuiller à long manche avec
laquelle on sert le potage, la soupe: _douze couverts et la louche_.
(BESCHERELLE, POITEVIN, COMPLÉMENT du Dict. de l'Acad.)—On peut dire
également _cuiller à soupe_ et _grande cuiller_.

=Louer, Loueur, Louange=, etc.: prononcez comme c'est écrit;
gardez-vous de prononcer _lou-wer, lou-weur, lou-wange_.

=Louette= (_la_), morceau de chair à l'entrée du gosier: dites _la
luette_; prononcez _lu-ette_ et non _lu-wette_: _il a la luette
gonflée_ et non _l'alouette_ ni _la louette_.

=Loueur, euse=, s., celui, celle qui fait métier de donner quelque
chose à louage: _un loueur de chevaux, de voitures, de vigilantes, de
chambres garnies; loueuse de chaises_, dans une église.—_Louageur,
euse_, n'est pas français.

=Lourdise, Lourderie=, faute grossière contre le bon sens ou la
bienséance; ces mots ont la même signification, mais _lourdise_
vieillit (Acad.): _il a fait une étrange lourderie_.

=Loustic=, s. m., bouffon de corps de garde, mauvais plaisant.—Cette
expression est populaire et du même acabit que _blagueur, floueur_, etc.

=Loyal, e, Loyauté=: prononcez _loi-ial, loi-iauté_ et non _lo-ial,
lo-iauté_.

=Lucifer=, s. m.: prononcez _lucifère_.

=Lui=, pronom.—_Lui, leur_, employés comme régimes indirects, _à
lui, à elle, à eux, à elles_, ne se disent que des personnes; quand
il s'agit des choses, il faut se servir du pronom _y_; ne dites pas,
_cette maison est trop petite, je lui ferai ajouter un étage_; dites,
_j'y ferai ajouter un étage_.—Il en est de même pour, _de lui,
d'elle, d'eux, d'elles_, qu'on remplace par _en_: _cet arbre va tomber,
n'en approchez pas_, et non _n'approchez pas de lui_.

2. _Lui, elle, eux, elles_:—ne dites pas en parlant d'un canif, d'une
plume ou d'une chose inanimée: _c'est avec lui que j'ai taillé ma
plume; c'est avec elle que j'écris_; il faut se servir du nom et dire,
_c'est avec ce canif, avec cette plume que..._

3. Ne dites pas non plus, en parlant d'une chose, par exemple, d'un
arbre, d'une table, d'une maison: _j'étais sous lui; il est assis près
d'elle; il demeure dans elle_; dites, _j'étais dessous; il était assis
auprès; il y demeure_.

4. _Lui, elle_, etc., suivis de _qui_, ne peuvent pas non plus se dire
des choses; ne dites donc point en parlant d'un couteau, d'une chaise:
_c'est lui qui est bon, c'est elle qui est large_; dites, _c'est ce
couteau, c'est cette table qui..._

5. _Leur_, placé devant un verbe, est pronom et ne prend pas d'_s_; ne
dites pas, _je leurs ai dit_ (_z'ai dit_), _je leurs ai écrit_ (_z'ai
écrit_), mais, _je leur ai dit, je leur ai écrit_.

6. Ne dites pas: _l'aimant attire le fer à lui_; dites, _l'aimant
attire le fer à soi_.—Prononcez _lui_ (_ui_ diphth.) et non _lu-i_ ni
_lou-i_.

=Luire, Luisant=, etc.: Prononcez _lui-re, lui-sant_ et non _lou-ire,
lou-isant_.

=Lumignon=, s. m., bout de la mèche d'une bougie, d'une chandelle
ou d'une lampe allumée: _quand j'ai voulu moucher la chandelle, le
lumignon est tombé_.—Prononcez _lumignon_, en mouillant le _gn_.

=Lunatique=, adj., qui subit l'influence de la lune; au figuré,
fantasque, capricieux: _il est lunatique_.

=Lune=, s. f.—_Avoir des lunes_, être sujet à des fantaisies, à des
caprices, lubies, quintes, rats.

=Lunette= et =Lunettes=.—_Lunette_, au singulier, se dit d'un
instrument composé d'un ou de plusieurs verres, taillés de manière
à faire voir les objets plus grands à l'œil nu, ou à rendre la
vue plus nette et plus distincte: _regarder avec une lunette;
lunette d'approche, lunette de longue vue ou à longue vue; lunette
d'opéra_.—_Lunettes_, au pluriel, se dit de deux verres de lunette,
assemblés dans une même enchâssure, de manière à pouvoir être placés au
devant des deux yeux: _une paire de lunettes; il y a de bonnes et de
mauvaises lunettes; des lunettes vertes, bleues; lunettes à branches;
porter des lunettes, mettre des lunettes sur son nez; lire sans
lunettes_.—Voyez _ciseaux_.

=Lunettier=, s. m., faiseur, marchand de lunettes; prononcez _lunètier_
et non _lunetier_.

=Lurer=, v. a., attirer quelqu'un par de belles promesses pour le
tromper; ce mot est wallon et se rend en français par le mot _leurrer_:
_il s'est laissé leurrer_.

=Luron, onne=, s.—Le masculin se dit d'un homme joyeux et sans
souci, d'un bon vivant ou même, d'un homme vigoureux et déterminé;
et le féminin, d'une femme réjouie, décidée, qui ne s'effarouche pas
aisément: _c'est un luron, un bon luron; quelle luronne!_—Il est
populaire. (Acad.)

=Lustre=, s. m., éclat, espèce de chandelier à plusieurs branches qu'on
suspend au plafond; espace de cinq ans: _je compte aujourd'hui sept
lustres_ (35 ans).—Prononcez _lus-tre_ et non _lus-tère_ ni _lusse_,
ni _luxe_.

=Lut=, s. m., matière molle que l'on applique sur les bouchons de
certains vases, afin de prévenir l'évaporation du liquide: _lut de
terre glaise, lut de blanc d'œuf et de chaux_:—prononcez _lute_.

=Luth=, s. m., instrument de musique à cordes: prononcez _lute_.

=Luthéranisme=, s. m., secte de Luther;—ne dites pas _luthérianisme_,
et ne prononcez pas _luthéran-isse_ ni _luthéranim-se_.

=Lutter.=—Ce verbe ne s'emploie pas pronominalement: _lutter_ (et non
_se lutter_) _avec quelqu'un, contre quelqu'un; il est adroit, il lutte
bien_.

=Luxe=, s. m., somptuosité: prononcez _luk-ce_ et non _luke_ ni _luce_.

=Luxurieux, Luxueux.=—_Luxurieux_ veut dire impudique;—_luxueux_
signifie qui vit dans le luxe, qui aime et recherche le luxe; ne dites
donc pas: _cet homme est luxurieux_, pour _cet homme aime le luxe_;
dites, _cet homme est luxueux_.—Nous ajouterons pourtant que le mot
_luxueux_ n'a pas fait fortune et n'est guère usité.

=Lynx=, s. m., chat sauvage auquel les anciens attribuaient une vue
très-perçante: prononcez _laink-ce_.



  M


=Mm.=—Les deux _m_ se font sentir dans _imm_ au commencement
des mots: _immense, immortel, immoler_, etc., de même que dans
_commensurable, incommensurable, commutation, commuer, commotion,
commémoration, commémoraison, commensal_, droit de _committimus,
lemming, lipogrammatique, mammaire, mammifère_, et dans les noms
propres _Ammon, Ammonites, Emma, Emmanuel, Emmaüs, Grammont, Jemmapes,
Mummius_.—Les personnes qui parlent bien ne font entendre qu'une _m_
dans _grammaire, grammairien, grammatical, grammaticalement_, etc.;
ainsi que dans _inflammation_, ces mots étant usuels. (HENNEBERT.)

=Macaroni=, s. m., pâte sèche et cylindrique des italiens; le pluriel
est _macaronis_; _manger des macaronis_.

=Mâchefer=, s. m., scorie qui sort du fer à la forge, au fourneau et
lorsqu'on le bat rouge sur l'enclume: _le mâchefer pilé est très-bon à
faire du ciment_.—Ce mot se dit encore des _scories_ à demi vitreuses
qui s'agglomèrent dans les foyers et forment le résidu combustible de
diverses houilles.

=Machiavel=, célèbre écrivain italien: prononcez _Makiavel_;—mais
dans _machiavélique, machiavéliquement, machiavélisme, machiavéliste_,
le _ch_ se prononce doux comme dans _chimère, déchirer_.

=Machin=, s. m.—Ce mot, qui n'est pas français, est quelquefois
employé pour désigner ce dont on ne connaît pas le nom; dites _une
chose, un objet_ et selon le sens, _un outil, un instrument, un meuble,
une machine_, etc., quand il s'agit de ces sortes d'objets.—_Machine_,
dans ce sens, n'est pas français non plus.

=Mâchurer=, barbouiller de noir, est français: _mâchurer du papier, des
habits, le visage_, etc.;—prononcez _mâchurer_ (_â_ long).

=Madame=: voyez _monsieur_ et _époux_.

=Mademoiselle=, s. f., titre qu'on donne ordinairement aux
filles.—C'est aussi le titre qu'on donnait anciennement à toute
femme mariée qui n'était pas noble.—Le mot _mademoiselle_, employé
absolument (seul) désignait autrefois la fille aînée de _Monsieur_,
frère du roi de France, ou bien de la première princesse du sang, tant
qu'elle n'était pas mariée.

2. Quand on parle de plusieurs demoiselles ou qu'on leur adresse
la parole, l'usage veut qu'on les désigne par le mot _dames_;
_j'ai rencontré les dames Lambert en ville; bonjour, au revoir,
Mesdames_.—Prononcez _mademoiselle_ et non _mamzelle_ ni
_mane-moiselle_.—Voyez _monsieur_ et _époux_.

=Magnanime=, _magnétisme, magnétique, magnétiser, magnifique,
magnificence_:—prononcez _gn_ comme dans _agneau, gagner_, etc., et
non _magh-nanime, magh-nétisme_, etc. ni _magne-nanime, magne-nifique_,
ni _mananime, manifique_, ni _mahe-nanime, mahe-nifique_.

=Magnat=, s. m., grand en Hongrie: prononcez _magh-nat_, (_g_ dur).

=Magnificat=, s. m., cantique de la Sainte-Vierge: prononcez
_magh-nificate_ (_g_ dur).

=Mai=, s. m., ou _arbre de mai_, arbre orné de rubans et de guirlandes
qu'on plante devant une porte le premier jour de mai ou le jour de
l'installation d'un fonctionnaire, d'un curé, etc.

2. _Mai_, se dit également en Belgique des branches ou rameaux au moyen
desquels on décore les rues ou les chemins par où passe une procession
ou un cortége triomphal.

=Maigrir, Amaigrir.=—_Maigrir_, v. n., c'est devenir maigre;
_amaigrir_, v. a., c'est rendre maigre: _une personne maigrit_;
_l'usage de certains aliments amaigrit_.

=Maille, Chique, Marbre=, pour signifier de petites boules de pierre
ou de marbre qui servent à des jeux d'enfants, d'écoliers, ne sont pas
français; il faut dire _bille_: _jouer aux billes_ (_ll_ mouillées).

=Mailloter=, v. a., mettre un enfant dans le maillot; ce mot n'est pas
français, il faut dire _emmailloter_.

=Main=, s. f.—Ne dites pas: _il a toujours la canne en main_; dites,
_à la main_.—Voyez _bouche_.

=Main-d'œuvre=, s. f., travail, façon de l'ouvrier; _main-forte_, s.
f., assistance donnée à l'autorité:—ces mots ne s'emploient pas au
pluriel.

=Maint, te=, adj. (au masc. prononcez _min_ devant une consonne).
—Malgré l'idée de pluralité que renferme cet adjectif, il s'écrit
au singulier ainsi que le substantif qu'il qualifie et le verbe dont
celui-ci est sujet, excepté dans quelques locutions où on l'emploie
indifféremment au singulier et au pluriel: _maint homme, mainte femme,
mainte fois_, ou _maintes fois; par maints et mains travaux; il m'a
fait mainte et mainte difficulté_.—Ne prononcez pas _mai, maite_.

=Maintenant=, adv., à présent: prononcez _mintenant_ et non _mè-tenant_.

=Mairie=, _librairie, seigneurie_: ne dites pas, _mairerie,
librairerie, seigneurerie_.

=Mais=, conj.—C'est un flandricisme de l'employer pour _seulement_;
ne dites donc pas: _il a mais peu de revenus; il nous a montré
mais une petite partie de sa bibliothèque_; dites, _il n'a que peu
de revenus; il nous a montré seulement une petite partie de sa
bibliothèque_.—Prononcez _mai_ et non _min_.

=Maïs=, s. m., blé de Turquie: prononcez _ma-ï-ce_.

=Maison=, s. f.—Il serait ridicule d'employer ce mot pour désigner la
première pièce d'une maison, c'est-à-dire, _la cuisine_. (Wall.)

2. =Maison, Famille.=—_Famille_, se dit plus particulièrement de la
bourgeoise et _maison_, de la noblesse: _ce jeune homme est d'honnête
famille; ce gentilhomme est de bonne maison_.

3. =Maison, Hôtel, Palais, Château.=—La classe moyenne habite des
_maisons_;—les grands habitent des _hôtels_;—les princes, des
_palais_;—enfin les habitations des gens riches, situées à la campagne
au milieu de leurs terres, portent le nom de _château_.—Autrefois
l'architecture seule établissait la différence; aujourd'hui, on la base
sur le rang et la fortune.

=Maître=, fait au féminin _maîtresse_: _madame est la maîtresse de la
maison; cette femme est maîtresse_ (et non _maître_) _de ses passions,
de ses sentiments; maîtresse d'école, de piano; la maîtresse branche
d'un arbre_.

2. Lorsque, par le mot _maître_ pris substantivement, on veut exprimer
une idée de suprématie, d'omnipotence, il s'emploie au masculin même
lorsqu'il se rapporte à un substantif féminin: _la Providence est le
maître; la Providence est notre maître_.—C'est donc dans ce sens
qu'une femme pourra dire: _le maître ici, c'est moi_.

3. _Maître_, en termes de Palais, est un titre qu'on donne aux avocats,
aux avoués et aux notaires, lorsqu'il s'agit de l'exercice de leurs
fonctions: _maître N.; par-devant maître N._—On écrit par abréviation
_Me N., par-devant Me N._

4. _Maître d'hôtel, Maître ès arts_: l'Académie écrit ces mots sans
traits d'union.

=Majesté=, s. f., titre particulier qu'on donne aux empereurs, aux
rois et à leurs épouses; on dit en leur parlant: _Votre Majesté, Vos
Majestés_ (deux majuscules), et en parlant d'eux, _Sa Majesté, Leurs
Majestés_ (deux majuscules); _Votre Majesté, Sire, a ordonné..., Sa
Majesté a décrété; Leurs Majestés sont arrivées à Liége_.

2. Par abréviation on écrit: V. M. (_Votre majesté_); VV. MM. (_Vos
Majestés_), S. M. (_Sa Majesté_); LL. MM. (_Leurs Majestés_).

3. Les _adjectifs_ et les _participes_ qui se rapportent à ce mot se
mettent au féminin, même lorsque _Sa Majesté, Votre Majesté_, désigne
un roi, un empereur et non une reine, une impératrice; on dit: _Votre
Majesté est jalouse du bonheur de ses peuples; Sa Majesté est aimée de
ses sujets_. Les _substantifs_ au contraire sont du masculin: _Votre
Majesté est le père et le protecteur de ses sujets_; et non pas, _est
la mère, la protectrice_, etc.—En conséquence les mots qui peuvent
s'employer substantivement et adjectivement, tels que _maître, ami,
ennemi_, etc., devront être du masculin, lorsqu'ils figurent dans la
phrase comme substantifs, c'est-à-dire, lorsqu'ils sont accompagnés de
l'article ou d'un adjectif, et ils prendront la forme du féminin s'ils
font la fonction d'adjectif. On dira donc: _Sa Majesté est le maître
d'y aller ou de ne pas y aller_; et absolument: _Sa Majesté est le
maître, l'ami du peuple; est un ennemi redoutable_.—Mais nous croyons
qu'il faudra dire: _Sa Majesté est maîtresse de telle ville; Sa Majesté
est amie du bien, ennemie du mal_.—On peut dire: _Votre Majesté
est le plus éclairé des rois_, parce qu'il y a ellipse du substantif
(_Votre Majesté est le roi le plus éclairé des rois_). Cependant il
vaut peut-être mieux prendre une autre tournure et dire par exemple:
_Vous êtes, Sire, le plus éclairé des rois_.

4. _Sa Majesté Impériale_ (S. M. I.), se dit d'un empereur quelconque;
autrefois, il se disait en particulier de l'empereur d'Autriche que
l'on qualifiait aussi de _Sacrée Majesté_, mais seulement quand on lui
parlait.

5. _Sa Majesté Très-Chrétienne_ (S. M. T. C.), se disait des rois de
France.

6. _Sa Majesté Catholique_ (S. M. C.), le souverain d'Espagne.

7. _Sa Majesté Très-Fidèle_ (S. M. T. F.), le roi de Portugal.

8. _Sa Majesté Belge, Britannique, Hollandaise_, etc., le roi des
Belges, de la Grande-Bretagne, de Hollande, etc.

=Major=, (_quinte_).—On disait autrefois et l'on dit encore
quelquefois _quinte major_ (Acad.): nous pensons qu'aujourd'hui on
nomme toujours _quinte majeure_, les cinq cartes de suite à commencer
par l'as.

=Majorer, Majoration.=—Ces mots ne sont pas français; dites
_augmenter, payer une surtaxe, enfler_, selon le sens: _les lettres
chargées en sus du port des lettres ordinaires, paient une surtaxe fixe
de vingt centimes_; on ne peut donc pas dire, _les lettres chargées
sont soumises au port des lettres ordinaires, majoré d'une taxe fixe de
vingt centimes_.—Dites de même _mes appointements ont été augmentés_
et non _majorés_; _mon compte a été enflé_ et non, _majoré_; _j'ai
obtenu une augmentation de traitement_ et non, _une majoration_.

=Majuscule=, s. f. ou adj., lettre capitale ou simplement, capitale: ne
dites pas _majescule_.

=Mal=, subst. m. ou adv.: prononcez l'_a_ bref et non _mâl_, ce qui
serait insupportable.

2. Ne dites pas: _ce vin n'est pas mal_; dites, _ce vin n'est pas
mauvais_;—_mal_, ancien adjectif, ne s'emploie plus dans ce sens, que
dans quelques locutions particulières: _à la male heure, mourir de la
male faim_; partout ailleurs on dit _mauvais_.

3. Ne dites pas: _il a des maux à la figure_; dites, _il a du mal à la
figure, il a des boutons, des humeurs..., à la figure_.

4. Ne dites pas non plus: _j'ai un mal à un doigt_; dites selon le
sens, _j'ai du mal à un doigt, j'ai une plaie, une coupure, un petit
abcès à un doigt, j'ai un panaris..._

5. _Avoir mal, faire mal_.—Ces locutions ne doivent jamais être
suivies d'un régime direct, et ce serait une faute grave et même
ridicule de dire: _j'ai mal la tête, les dents, les pieds; faire mal
quelqu'un_, au lieu de dire, _j'ai mal à la tête, aux dents, aux pieds;
faire mal à quelqu'un_.—De même on doit dire: _j'ai de mauvais pieds,
j'y ai souvent mal; on m'a arraché la dent à laquelle j'avais mal;
prenez garde, vous allez faire du mal à cet enfant; je ne lui ai pas
fait mal_, et non pas: _je les ai souvent mal, la dent que j'avais
mal_, etc.

6. Il serait encore plus ridicule de dire: _j'ai mal à ma tête_ ou _ma
tête, à mes dents_ ou _mes dents_, etc.

7. Ne dites pas: _j'ai mal aux dents, c'est un mauvais mal_; dites,
_c'est un vilain mal_, car y a-t-il un mal qui soit bon?

8. Ne dites pas: _je m'ai fait mal_; dites, _je me suis fait mal_.

9. Ne dites pas: _je me suis fait mal de ce pauvre_; dites, _j'ai eu
pitié, compassion de ce pauvre_.

10. Ne dites pas de quelqu'un qui vient d'échapper à un danger: _il ne
peut plus mal_; dites, _il est hors de danger_.

11. _Ne pouvoir mal._ (Wall.)—Cette expression ne devrait jamais
sortir de la bouche d'une personne qui tient tant soit peu à parler
correctement; il faut dire _n'avoir garde, se garder de_:—_il n'a
garde_ (et non _il ne peut mal_) _de tromper, il est trop honnête
homme; irez-vous dans cette maison? je n'ai garde_ (et non _je ne
peux mal_), _on s'y ennuie trop; je me garderai bien_ (et non _je
ne peux mal_) _d'en manger_.—Rendez encore cette locution selon le
sens par: _il n'y a pas de risque, il n'y a pas de danger_:—_prenez
garde de tomber: il n'y a pas de danger_ (et non _je ne peux mal_); _ne
parlez pas de telle chose: il n'y a pas de risque_ (et non _je ne peux
mal_).—Voyez _pouvoir_.

12. _Mal parler_ et _parler mal_: voyez _parler_.

=Malade=, adj.—Faites les deux _a_ brefs.

2. Ne dites pas: _il fait malade aujourd'hui_; dites, _il fait malsain_
ou _... étouffant_, s'il s'agit d'un temps chaud.

3. Ne dites pas non plus: _il se fait malade_; dites, _il se rend
malade_:—_se faire malade_ signifie _feindre une maladie_.

=Maladieux.=—Ce mot n'est pas français; dites, _maladif,
valétudinaire_.

=Malcomplaisant=: ce mot n'est pas français; dites, _peu complaisant_.

=Malcontent, Mécontent.=—Ces deux mots expriment le déplaisir
que nous éprouvons, lorsque quelque chose ne réussit pas au gré
de nos espérances ou de nos désirs; mais _mécontent_ dit plus
que _malcontent_, en ce sens qu'il exprime l'humeur, le dépit,
le ressentiment contre la cause de ce déplaisir.—Un maître est
_malcontent_ (peu content) d'un domestique qui le sert maladroitement;
un maître est _mécontent_ (pas du tout content, fâché contre) d'un
domestique qui le trompe, qui le vole, qui lui manque de respect, qui
fait mal son service, par négligence ou par paresse;—un domestique
est _malcontent_ d'un maître qui ne lui donne pas des gratifications
qu'il avait espérées; il en est _mécontent_, s'il ne lui paie pas
ses gages;—nous sommes _malcontents_, lorsqu'après avoir conçu un
dessein, formé un plan, le succès ne répond pas à nos espérances, sans
qu'il y ait de la faute de personne; nous sommes _mécontents_ des
autres ou de nous-mêmes, si c'est par la faute des autres ou par la
nôtre.

=Malentendu, Quiproquo.=—Un _quiproquo_ consiste à prendre une chose
pour une autre; un _malentendu_ vient de ce qu'on a mal compris.—Un
sourd qui n'entend pas distinctement répond à une question sur son
père, en parlant de son chien: c'est un _quiproquo_. Un ami à qui l'on
donne rendez-vous à une heure, n'arrive qu'à deux heures, parce qu'il a
mal compris: c'est un _malentendu_.

=Malfaire=, v. n., faire de méchantes actions; il n'est usité qu'à
l'infinitif: _il ne se plaît qu'à malfaire_.

=Malgré, Quoique.=—_Malgré_ est une préposition qui demande un régime
direct (un substantif, pronom, etc., mais jamais un verbe ni une
proposition);—_quoique_ est une conjonction qui ne peut pas avoir de
régime direct et qui régit toujours un verbe ou une proposition.—Ne
dites donc pas: _quoique ça_, mais _malgré ça_; ne dites pas, _malgré
qu'il soit pauvre_, mais _quoiqu'il soit pauvre_.

2. _Malgré que_ dit l'Académie, ne s'emploie qu'avec le verbe _avoir_
et dans ces sortes de phrases seulement: _malgré que j'en aie, malgré
qu'il en ait_, etc., c'est-à-dire, malgré moi, malgré lui, en dépit de
moi, en dépit de lui: _malgré qu'il en ait, nous savons son secret_,
c'est-à-dire, en dépit de lui ou _quel que soit le mal_ (mauvais) _gré
qu'il en ait_: le _que_ de _malgré que_ est donc ici pronom relatif et
complément direct de _aie, ait_, etc., et non la conjonction _que_.

=Malhonnête=, adj.—Il a deux sens différents et se dit des personnes
et des choses.—Appliqué aux choses, il se met toujours après
le substantif; avec un nom de personne, il précède ou il suit le
substantif selon le sens: _un malhonnête homme_, est un homme qui
manque d'honneur, de probité; _un homme malhonnête_ est un homme
impoli, incivil, grossier.—Voyez _honnête_.

=Malin=, adj., fait au féminin _maligne_ et non _maline_.—Ce mot
signifie proprement _méchant_, mais il peut aussi s'employer dans
le sens de _rusé, adroit_: _il est trop malin pour se laisser
attraper_.—Mais appliqué aux personnes, dans le sens de, qui a de
l'esprit, des moyens intellectuels, il n'est pas français; ne dites
donc pas: _cet enfant n'est pas malin_; dites, _cet enfant a peu
d'esprit_. (Wall.)

=Malle=, et mieux =Mallette=, s. f., se dit de l'espèce de giberne en
cuir où les écoliers serrent leurs livres, cahiers, etc.:—_couverte,
couverture, portefeuille_, ne sont pas français dans ce sens.

=Malle-poste=, s. f., voiture qui transporte les lettres et les
dépêches; le pluriel est _malles-poste_.

=Maltraiter=, _traiter mal_.—_Maltraiter_, v. a., c'est traiter
durement en paroles et en actions, ou bien faire préjudice à quelqu'un:
_il l'a maltraité de coups, de paroles; cet homme a fort maltraité
son fils dans son testament_.—_Traiter mal_ signifie, mal régaler
quelqu'un ou bien en user mal avec lui. Aux temps composés, le génie
de la langue exige que l'adverbe _mal_ passe avant le participe: _il
m'a mal traité_;—de sorte qu'à la prononciation, cette expression
peut se confondre avec celle-ci, _il m'a maltraité_.—Pour éviter
l'équivoque, il suffira d'ajouter un modificatif, tel que _bien,
fort, assez_, à l'adverbe _mal_, qui alors pourra se placer après le
participe: _il m'a traité fort mal_.

=Maman=, s. f., mère, terme enfantin: prononcez _maman_ et non
_man-man_.

=Mameluk=, s. m., cavalier égyptien: prononcez _mam'louk_.

=Mamezelle.=—Ce mot ne se trouve pas dans les dictionnaires; il faut
dire _mademoiselle_. Voyez ce mot.

=M'amie=, abréviation de _mon amie_; ce mot s'écrit avec une apostrophe.

=Manche.=—On dit _le manche_ pour désigner la poignée de tout
instrument, et _la manche_, quand il s'agit du vêtement du bras; dites
donc, _le manche d'un couteau, la manche d'un habit_.—Mais ne dites
pas, _le manche ou la manche du panier, de la marmite_; dites _l'anse_.

2. Ne dites pas: _je n'étais pas dans sa bonne manche_; dites, _dans
ses bonnes grâces_, ou, _je n'étais pas bien sur ses papiers, dans ses
papiers_.—L'Académie fait remarquer que _être bien, être mal sur les
papiers, dans les papiers de quelqu'un_, est une locution familière.

=Manchette, Garde-manche.=—Une _manchette_ est un ornement de
mousseline, de dentelle qui se met au bras, au poignet.—Un
_garde-manche_ ou _bout de manche_, est une fausse manche que l'on met
par-dessus la manche de l'habit, ou même de la chemise, quand on fait
un travail qui peut les salir.

=Mânes=, s. m. pl., âmes des morts: _les mânes plaintifs_ (et
non _plaintives_) _de nos ayeux_: il est masculin et n'a pas de
singulier.—Prononcez _mânes_ (_â_ long).

=Manger=, v. a.—Ne dites pas, _manger un fruit, un raisin_; dites,
_manger du fruit, du raisin_.

2. Ne dites pas, si l'on vous consulte à table sur votre goût, _je
mange tout_; ce serait annoncer un appétit de Gargantua; dites, _je
mange de tout_.

3. Ne dites pas: _nous avions dix personnes à manger_; dites,
_nous donnions à manger à dix personnes_. L'équivoque ici est
mauvaise.—Cependant on dit très-bien: _nous avions dix personnes à
dîner_.

4. Les locutions, _venez manger ma soupe, j'irai demain manger votre
soupe_, sont familières et la bonne compagnie n'en fait point usage.

=Mange-tout=, s. m., celui qui dissipe follement tout ce qu'il a, tout
ce qu'il gagne.

2. Les wallons désignent par ce mot une espèce de haricot, mais il
n'est pas français dans ce sens.

3. Le pluriel s'écrit comme le singulier: prononcez _man-ge-tout_ et
non _man-che-tout_.

=Mangeure=, s. f., endroit mangé d'une étoffe, d'un pain, etc.:
_mangeure de vers, mangeure de souris_: prononcez _manjûre_.

=Manier=, _manière, maniéré_, etc.—Prononcez ces mots comme ils sont
écrits et non _ma-gnier, ma-gnière, ma-gniéré_.—Voyez _ni_.

=Manique=, s. f., morceau de cuir que les cordonniers mettent à leur
main pour qu'elle résiste au travail; ne dites pas _manicle_.

=Manne=, s. f., nourriture que Dieu fit tomber du ciel pour nourrir
les Israélites dans le désert;—espèce de suc concret qui découle
naturellement ou par incision de certains végétaux et entre autres
du frêne à fleurs et du frêne à feuilles longues; dans ces deux
acceptions, on prononce _mâne_ (_â_ long).—L'_a_, au contraire est
bref, lorsque _manne_ désigne une espèce de panier à deux anses dont on
se sert pour mettre du linge.—Ne dites pas _mande_ (Flandr.)

=Manœuvre, Manouvrier.=—Le premier est l'homme de peine qui sert
un autre ouvrier: _le maçon ne travaille pas sans un manœuvre_;—le
second se dit de tout homme de peine travaillant au compte d'un
entrepreneur.

=Manquer=, v. a. et n.—On peut dire _manquer la messe, l'école, ses
prières_: voyez le Dictionnaire de l'Académie au mot _messe_.

2. _Manquer_, signifie aussi courir quelque risque, être sur le point
d'éprouver quelque accident: _nous avons manqué de verser; il a manqué
d'être tué_.—Il est familier. (Acad.)

=Manuel.=—Prononcez _manu-èle_ et non pas _manu-wèle_ ni _manu-éle_.

=Manufacture=, s. f.: ne dites pas _manifacture_.

=Manus= (=in=), s. m.—_Dire son in-manus_, recommander son âme à Dieu
avant de mourir: prononcez _ine-manuce_.

=Maquée=, s. f., est un mot wallon, qu'il faut rendre par _caillebotte,
fromage blanc, fromage mou_.

=Maraîcher, ère=, jardinier qui cultive un de ces terrains qu'on
appelle _marais_, où l'on fait venir des légumes, des herbages; ne
dites pas _maraîchier_.

=Maraude=, s. f., pillage clandestin des soldats; se dit aussi des
écoliers qui vont à la picorée: on dit: _aller à la maraude_ et mieux,
_en maraude_; mais on ne dit pas: _aller à maraude_, (Acad.)—Prononcez
_marau-de_ et non _marau-te_.

=Maravédis=, s. m., petite monnaie d'Espagne: prononcez _maravédi_ et
non _maravédice_, encore moins _maradévice_.

=Marbre=, s. m., pierre calcaire: prononcez _mar-bre_ et non _mar-pe_
ni _mar-bère_.

=Marc=, s. m., poids;—résidu de fruits d'herbes ou d'autres
substances pressurées;—_du marc d'huile, du marc de café_ (et non _de
la marc de café_): on ne prononce pas le _c_, mais on le fait sentir
dans _Marc_, nom d'homme;—le _c_ est muet dans la _place St-Marc_
(_mar_), _le lion de S.-Marc_ (_mar_), à Venise, _au marc_ (_mar_) _le
franc_.—Voyez _c final_.

2. Une _mare_, est un amas d'eau dormante.

=Marchand=, s. m.—Ne dites pas: _il fait le marchand de toiles; je
fais le marchand, je fais le brasseur_; dites _il est marchand..., je
suis marchand, je suis brasseur_.

2. Ne dites pas non plus: _j'ai marchand_, pour signifier que vous
savez à qui vendre; dites, _j'ai acheteur, chaland, acquéreur_.

=Marché.=—Ne dites pas: _le marché de grains, de légumes_, etc.,
mais, _le marché aux grains, aux légumes_.

2. _A bon marché_, loc. adv.—On dit _acheter, vendre à bon marché,
à trop bon marché, à meilleur marché_, et non, _acheter, vendre
bon marché, trop bon marché, meilleur marché_.—Il n'est pas plus
permis de supprimer la préposition _à_ devant _bon marché_ que devant
_bon compte, bas prix_: _avoir une chose à bon marché_ (et non _bon
marché_); _donner sa marchandise à bon marché, à trop bon marché; je
l'ai eu à meilleur marché_.—Cependant on peut dire: _cela ne vous
coûte que dix francs, c'est bon marché, c'est grand marché; le bon
marché m'a tenté_, tout comme on dirait, _c'est un bas prix, le bas
prix m'a tenté_.

=Maréchal=, s. m.—_Maréchal de France, maréchal-ferrant_; prononcez
_maréchal_ (_é_ fermé) et non _marchal_ ni _marichal, marèchal_.

=Marguerite=, s. commun et nom pr. de femme: écrivez et prononcez
_marguerite_ et non _marguérite_.

=Marguillier=, s. m., celui qui a soin de tout ce qui regarde la
fabrique et l'œuvre d'une paroisse ou les affaires d'une confrérie;
mais il ne se dit pas du clerc, sacristain ou chantre d'une
église.—Prononcez et écrivez _marguillier_ et non _marguèillier_.

=Margotte=, s. f., branche qu'on met en terre pour qu'elle y prenne
racine; ce mot n'est pas français: dites _marcotte_.

=Mari=, s. m., époux.—_Mon époux, mon épouse_, ne sont admis à aucun
titre par les gens de bon ton; on dit simplement _ma femme, mon mari_,
ou bien avec un peu plus de cérémonie, _monsieur_ ou _madame_, suivis
toujours du nom de famille (ce sont les domestiques seuls qui désignent
leurs maîtres par _monsieur_ et _madame_);—mais _mon mari, ma femme_,
sont préférables parce qu'ils sont plus simples.

=Marier=, v. a., ne s'emploie jamais pour, _prendre en mariage_.—Ainsi
au lieu de dire: _il a marié une telle_, dites, _il a épousé une
telle_.—_Marier_, signifie unir un homme et une femme par le lien
conjugal, selon les lois de l'État ou en leur administrant le
sacrement de mariage. Dans cette acception il ne se dit que du prêtre
ou de l'officier de l'état-civil qui remplit l'une ou l'autre de ces
fonctions: _l'échevin N. les a mariés à défaut du bourgmestre; c'est le
vicaire qui les a mariés_. (Acad.)—Il se dit aussi de ceux qui font
ou procurent un mariage, soit par autorité paternelle, soit par office
d'amitié: _son père l'a marié à la fille, avec la fille d'un de ses
amis; cet homme a la manie de marier tout le monde_. (Acad.)

2. _Marier_, joint au pronom personnel, signifie, lorsqu'on parle d'un
homme, prendre une femme, et lorsqu'on parle d'une femme, prendre un
mari: _il est d'âge à se marier; il s'est marié richement; il ne se
mariera pas_.

3. Il s'emploie aussi dans le sens réciproque: _quand se marieront-ils?
ils se sont mariés l'an dernier_. (Acad.)

4. Cependant on peut dire: _cette demoiselle s'est mariée_ (a épousé)
_à un étranger_; mais c'est une faute grossière de dire: _cette
demoiselle s'est mariée avec un étranger_.—_Avec_ s'emploie en prose
pour les choses: _sa voix se marie bien avec ou à son instrument_.

=Marmelade=, s. f., confiture de fruits presque réduits en bouillie:
_marmelade d'abricots_.—_Cela est en marmelade_ (famil.), se dit
d'une chose _trop cuite et presque en bouillie_: et, figurément, de ce
qui _est fracassé, broyé_: _il a reçu un coup qui lui a mis la mâchoire
en marmelade_.—Ne dites pas _marmolade_.

=Marmiton, Mirmidon, Mirliton.=—On appelle _marmiton_, celui qui
est chargé du plus bas emploi d'une cuisine.—_Mirmidon_ se dit, par
mépris, par raillerie, d'un jeune homme de très-petite taille et
figurément, de ceux qui ont des prétentions exagérées et ridicules.—Un
_Mirliton_ est une espèce de flûte formée d'un bout de roseau, de
sureau, de branc-ursine, et bouché par les deux bouts, avec une pelure
d'oignon ou un morceau de baudruche: _il est sale comme un marmiton;
voilà un plaisant mirmidon; ces mirmidons prononcent sur ce qu'ils ne
connaissent pas; les enfants jouent du mirliton_.

=Marmonner=, v. n., signifie murmurer à voix basse; ne dites pas, avec
le peuple, _marronner_ qui signifiait autrefois, friser les cheveux en
grosses boucles.—Quelques dictionnaires emploient aussi _marronner_
pour errer dans les bois en volant comme les nègres marrons:—il est
vieux dans ce sens.

=Marquer.=—Ne dites pas: _il est marqué sur la gazette, sur une
lettre de..._; dites, _on lit dans la gazette, dans une lettre de...,
etc._, ou employez une phrase équivalente.

=Marraine=, s. f., celle qui tient un enfant sur les fonts: prononcez
_mârène_ (_â_ long).

=Marron, Marronnier=; prononcez _mâron, mâro-nier_ (_â_ long) et non
_maro-gnier_.—Voyez _ni_.

=Mars=, dieu de la guerre; 3e mois de l'année;—il signifie également,
au pluriel, les menus grains qu'on sème au mois de mars, tels que
les orges, les avoines, les millets, etc.; _le temps a été bon
pour les mars cette année; s'il ne pleut pas, tous les mars sont
perdus_.—Quelques auteurs disent que _mars_, dans cette dernière
acception, peut aussi se rendre par _marsèche_ (la marsèche) ou par
_marsage_; mais nous pensons que _mars_ est préférable.—Dans toutes
ces acceptions, prononcez _marce_ et non _mâre_.

2. Ne dites pas: _mars en carême_; dites, _marée en carême_.—Cette
expression signifie _à propos_: _arriver comme marée en carême_.

=Marteau=, s. m.—Ne dites pas, _jeter la cognée après le marteau_;
dites, _jeter le manche après la cognée_, ce qui signifie renoncer de
dépit ou de désespoir à une entreprise. (Acad.)

=Martyr, Martyre.=—_Martyr_, s. m., (au féminin _martyre_), est
celui qui a souffert pour la foi chrétienne, pour une doctrine ou
une foi quelconque;—_martyre_, s. m., est la mort ou les tourments
qu'endurent celui qui est martyr: _un évêque martyr, une vierge
martyre; le martyre de saint Laurent_.

=Masque, Mascarade.=—Ne dites pas _un masqué_, pour indiquer une
personne déguisée; dites _un masque_.—Une _mascarade_ se dit d'une
réunion de _masques_, c'est-à-dire, de gens déguisés: _une troupe de
masques, un joli, un vilain masque; il faut laisser entrer les masques;
venez voir une belle mascarade_.

=Massacrante=, adj. fém.—Il n'est usité que dans cette locution
familière: _humeur massacrante_, c'est-à-dire, humeur bourrue,
maussade, grondeuse, menaçante.—Cette expression est approuvée par
l'Académie; cependant elle n'est pas jolie, mais elle est énergique.

=Masse=, s. f.—_Une masse de monde_, est une expression triviale;
dites, _une grande foule, une grande multitude, une grande quantité de
monde_.

=Mastic=, est masculin: _du mastic_; et non _de la mastic_.

=Mastouche.=—On donne abusivement ce nom à la _capucine_; dites donc,
_une belle capucine, couleur capucine_.

=Mat, Mate=, adj., qui n'a point d'éclat: _argent mat, couleur mate_:
le masculin se prononce _mate_.—_Mat_, s. m., terme du jeu d'échecs,
coup où le roi, mis en échec, ne peut bouger sans être pris: _voilà un
beau mat, être échec et mat_.—Prononcez également _mate_.

2. =Mât=, s. m., pièce de bois longue, ronde et droite qui porte la
voilure d'un navire: on ne prononce pas le _t_.

3. =Mate=, adj., humide, un peu mouillé:—ce mot est wallon; dites,
_moite_ pour les deux genres: _il a le front moite; ces draps ne sont
pas bien séchés, ils sont encore moites_.

=Mater=, v. a., rendre mat, mortifier: prononcez _mater_ (_a_
bref);—_mâter_, v. a., garnir de mâts: prononcez _mâter_ (_â_ long).

=Matériaux=, s. m. pl., les différentes matières qui entrent dans la
construction d'un bâtiment; il n'a pas de singulier.—Ne dites pas
_matéréaux_.

=Mâtin=, s. m., gros chien de garde: l'_â_ est long;—_matin_, s. m.,
la première partie du jour; l'_a_ est bref.

2. =Matin.=—On dit très-bien, _hier matin, demain matin, demain
soir_; on peut dire aussi _demain au matin, demain au soir_; cependant
par une singulière bizarrerie, on doit dire _hier au soir_ et non _hier
soir_.

3. Ne dites pas: _au matin, je prends une tasse de café_; dites, _le
matin_ et mieux _chaque matin, tous les matins..._—Voyez _soir_.

=Matinal, Matineux, Matinier=, adj.—_Matinal_, qui s'est levé matin:
_vous êtes bien matinal aujourd'hui_; l'Académie ne donne aucun exemple
du pluriel masculin; nous pensons qu'il est inusité.—_Matineux,
matineuse_, qui est dans l'habitude de se lever matin: _il faut être
plus matineux que vous n'êtes_.—_Matinier, matinière_, qui appartient
au matin; il n'est guère usité que dans cette expression: _l'étoile
matinière_.—Prononcez _mati-nière_ et non _mati-gnière_.—Voyez _ni_.

=Matou=, s. m., chat mâle; ne dites pas _marou_ ni _marcou_.

=Maudire=, v. a., fait à la 2e pers. du près. de l'indic. et de
l'impér., _maudissez_, et non _maudisez, maudites_.

=Mauvais, e=, adj.,—Ce mot peut s'employer dans le sens de _méchant_,
mais jamais comme synonyme de _fâché_: _que cet enfant est mauvais
(méchant)! oh! le mauvais; oh! la mauvaise_;—_il était si fâché, je
suis fâché_ et non _mauvais_. (Wall).

2. _Mauvais mal, mauvaise maladie_, ne peuvent pas se dire pour _cruel
mal, cruelle douleur, cruelle, dangereuse maladie_:—_vous avez mal
aux dents, c'est un cruel mal_, et non _un mauvais mal_; _le typhus est
une dangereuse maladie_ et non _une mauvaise maladie_.

3. Ne dites pas, _un mauvais doigt, une mauvaise jambe_, pour indiquer
que vous y éprouvez un mal quelconque; dites _j'ai mal au doigt, à la
jambe_, et non _j'ai un mauvais doigt, une mauvaise jambe_.

4. _Mauvais air_, air ignoble;—_air mauvais_, air terrible.—Prononcez
_mo-vai_ (_o_ bref) et non _mó-vai_ (_ô_ long).

=Maximum=, s. m., le plus haut degré: prononcez _mak-cimome_ et non
_mak-zimome_;—en terme technique, on dit au pluriel _maxima_ et
_minima_.

=Me, le.=—Les personnes ignorantes seules disent: _donnez-mê-le_ pour
_donnez-le-moi_.

=Méchant= _comme la gale_.—Dites, _mauvais comme la gale_: la raison
de ce choix est évidente; on dit que la gale est mauvaise, mais on ne
dit pas qu'elle est méchante.

2. _Une méchante épigramme_, est une épigramme sans sel, sans mérite,
mal faite;—_une épigramme méchante_, est une épigramme mordante: il
en est de même de _méchants vers_ et de _vers méchants_, etc.

=Mécontent, e=, adj.—On est mécontent _de_ quelqu'un et non _après,
sur_ ou _contre_ quelqu'un: _il est mécontent de vous, de son
fils_.—Voyez _malcontent_.

=Mécredi=, s. m., barbar.:—écrivez et prononcez _mercredi_.

=Médical, Médicinal=, adj.—_Médical_, qui appartient à la
médecine considérée comme science: _l'art médical, instrument
médical_;—_Médicinal_, qui a la vertu d'une médecine, d'un médicament:
_plante médicinale_.

=Médire=, v. n., fait au présent de l'indicatif et à l'impératif,
_médisez_ et non _médites_.

=Méfaire=, v. n., faire le mal, ne s'emploie qu'à l'infinitif et au
participe passé, _méfait_, qui se construit toujours avec l'auxiliaire
_avoir_.

=Mégarde= (_par_), loc. adv., par inadvertance: _je me suis blessé par
mégarde_;—ne dites pas _par mégard_ (_mégar_).

=Meilleur, e=, adj. comp.—Ne dites pas: _vous chantez meilleur que
moi_; dites, _vous chantez mieux que moi_:—_meilleur_ équivaut à
_plus bon_ et _mieux_ à _plus bien_. (Fland.)

2. Ne dites pas, _j'ai meilleur que vous_; dites, _je suis mieux que
vous_ (Wall.)—Voyez _bon_.

3. Dites, _je suis arrivé de meilleure heure que vous_ et non _de plus
bonne heure_.—Voyez _heure_.

=Mélanger=:—voyez _mêler_.

2. _Mêler à, mêler avec_.—Dans l'acception de mettre ensemble
plusieurs choses, les confondre, on dit _mêler avec_: _l'Ourthe mêle
à Liége ses eaux avec celles de la Meuse; mêler de l'eau avec du
vin_.—Mais au figuré on dit _mêler à_: _il sait mêler la douceur à la
sévérité; mêler les affaires aux plaisirs_. (Acad.)—Voltaire a dit
cependant: _les anciens Romains étaient trop austères pour mêler leurs
plaisirs avec leurs affaires_: cet exemple n'est pas à imiter.

3. _Mêler, mélanger_.—_Mêler_ signifie mettre ensemble,
confondre;—_mélanger_, signifie, assembler, assortir; en _mêlant_
les choses, on les dénature, on les brouille;—en les _mélangeant_,
on les combine dans le but d'obtenir de leur composition un résultat
avantageux, un produit nouveau.

=Mélisse=, s. f., plante, boisson: ne dites pas _milisse_.

=Melon=, s. m.—Ne dites pas _mélon_ ni _mèlon_.

=Membour=, ne peut pas se dire pour _tuteur_ ni _membournie_ pour
_tutelle_: _cet enfant a perdu son tuteur_ et non _son membour_; _cet
homme est en tutelle_ et non, _en membournie_. (Wall.)

=Membré, Membru=, adj.—_Membré_ ne s'emploie guère qu'avec l'adverbe
_bien_ et signifie, qui a des membres bien faits, bien proportionnés:
_il est bien membré_.—_Membru_, qui a les membres fort gros: _il est
bien membru_.—Il s'emploie aussi substantivement: _un gros membru_,
mais il est familier dans cette dernière acception.

=Même=, adj. et adv.—Ne dites pas: _j'entreprendrai tout de même ce
long et pénible travail_; dites, _j'entreprendrai néanmoins, toutefois,
malgré ça, ce long et pénible travail_.

2. Ne dites pas: _cette nouvelle paraît certaine, mais elle est tout de
même étrange_; dites, _elle est pourtant, néanmoins étrange_;—_tout
de même_ signifie de la même manière: _mon bureau est fait tout de même
que le vôtre_.

3. Ne dites pas: _est-ce tout de même d'aller jouer_; dites, _est-ce
que je peux, est-il permis d'aller jouer, me donnez-vous la permission
de..._ (Wall.)

4. Ne dites pas: _c'est tout de même pour moi_, ou _c'est pour moi le
même, c'est moi le même_; dites, _ça m'est égal, indifférent, m'importe
peu_ ou _peu m'importe_.

5. Ne dites pas: _il a le même caractère de son frère_; dites, _que son
frère_.

6. Ne dites pas: _voulez-vous venir avec nous?—Tout de même_;—dites,
_volontiers, avec plaisir_.

7. _Tout de même, tout le même_.—Pour savoir laquelle de ces deux
expressions il faut employer, il suffit de voir si, en supprimant
_tout_, ou emploierait _de même_ ou _le même_: _il est tout le même
qu'il y a dix ans;—ces deux robes sont faites tout de même l'une
que l'autre_.—Prononcez _mê-me_ et non _min-me_.

=Mémento=, s. m., marque pour se souvenir.—L'Académie ne donne point
d'exemple de pluriel; quant à nous, nous écririons _des mémentos_,
parce que l'accent sur l'_é_ donnant à ce mot le caractère de mot
français, il doit être soumis aux règles de la langue française et
prendre une _s_ au pluriel.—Prononcez _méminto_.

=Menacer=, v. a.—Ne dites pas: _il menace une maladie, une étisie_,
mais, _il est menacé d'une maladie, d'une étisie_ ou _il couve une
maladie, une étisie_.

2. Prononcez _menacer_ (_e_ muet) et non _mènacer_.

=Mener=, v. a.—Prononcez _mener_ (_e_ muet) ou _m'ner_ et non
_mèner_.—Il en est de même des mots _amener, emmener_; cependant dans
les temps où l'_n_ est suivi d'un _e_ muet, le premier _e_ devient
grave et se prononce comme dans _père_: _je mène, je mènerai_ (ne
prononcez pas _je min-ne, je min-nerai_).

2. Ne dites pas: _mener du bruit, mener du train_; dites _faire du
bruit, faire du train_:—ces _enfants font beaucoup de bruit, font du
train dans la classe_.

=Menotte=, s. f., main d'enfant; liens de fer ou de corde cadenassés
qu'on met aux poignets de certains prisonniers pour leur ôter l'usage
des mains; dites _menotte_ et non _mènotte_ ni _manotte_ ni _minotte_.

=Menteur=, fait au féminin _menteuse_ et non _menteresse_: _elle est
menteuse comme un laquais_.

=Mentor=, s. m., gouverneur, guide: prononcez _mintor_ et non _mantor,
mennetor_.

=Menu=, s. m.—Le _menu_ d'un repas est la note de ce qui doit y
entrer et non les mets comme on le pense assez généralement: _il y aura
demain vingt personnes à la table, il faut dresser le menu_.

=Menuisier=, s. m.—Prononcez _menu-isier_ (_ui_ diphth.) et non
_menouisier_ ni _mènuisier_.

=Méphitique=, adj., qui a une odeur fétide; qui produit des exhalaisons
nuisibles: _air méphitique_:—ne dites pas _méphétique_.

=Mercredi=, s. m.—Ne dites pas _mécredi_ ni _mercrédi,
mercrèdi_.—Voyez _jour_, 11.

=Mérelle=, s. f., jeu d'enfants où l'on pousse un palet (caillou,
pierre) avec le pied dans des cases tracées d'avance sur le sol: on dit
aujourd'hui marelle: _jouer à la marelle_.

=Mérinos=, s. m. (on prononce _mérinoce_); mouton de race espagnole, sa
laine ou étoffe faite avec sa laine.—Il se prend aussi adjectivement
et s'écrit _mérinos_ pour les deux genres: _bélier mérinos, brebis
mérinos_.—Ne prononcez pas _mèrinos_.

=Méritant, te.=—On dit très-bien: _c'est une personne bien méritante_
(qui a du mérite). (Acad.)

=Mérite=, s. m., s'emploie généralement au singulier: _il ne faut pas
être fier de son mérite_ et non _de ses mérites; cet homme a beaucoup
de mérite_ et non _de mérites_; _son mérite est au-dessus de tout
éloge_ et non _ses mérites_.

=Mésange=, s. fém., petit oiseau: _voilà une jolie mésange_: prononcez
_mézange_ et non _messange_ ni _mézanche_.

=Mésentendu=, n'est pas français; dites _malentendu_: voyez ce mot.

=Messe=, s. f.—On dit _messe basse_ (et non _basse messe_) ou
_petite messe_, qui se dit sans chant;—_messe haute_, ou _grande
messe_ ou _grand'messe_, (et non _messe à chanter_), qui est chantée:
_grand'messe_ fait au pluriel _grand'messes_.

2. On dit: _servir la messe_ et non _servir à la messe_. (Acad.)

3. On dit, _aller à la messe_ et non _aller à messe_; mais on dit,
_aller à vêpres_ et non _aller aux vêpres_.

4. On dit, _manquer la messe_ et non _à la messe_; (Acad., au mot
_messe_);—on dit _un livre de messe, un livre de prières_ et non _un
livre à prières_; (Acad., aux mots _messe_ et _prière_).

5. _Faire la messe, lire la messe_, pour _dire la messe, célébrer la
messe_, est un flandricisme;—_faire une messe_, se dit d'un musicien
qui compose une messe.

6. _Messe_, pour signifier le fruit du néflier, n'est pas français;
il faut dire _nèfle_: _une grosse nèfle_:—prononcez _nè-fle_ et non
_nèfe_ ni _nèfèle_.

=Messieurs=, s. m. pl.—Ne dites pas: _les messieurs furent obligés de
rester debout pendant toute la séance_; dites, _les hommes..._—Mais on
peut dire _ces messieurs_, en parlant d'hommes désignés ou présents:
_je vais me promener, quant à ces messieurs_ (présents), _ils resteront
ici si bon leur semble_:—cependant, il est impoli de dire _ce
monsieur_.

=Mesurer=, v. a. et pr.—On dit _se mesurer_ (lutter) _avec quelqu'un_
et non _contre quelqu'un_.

=Métal, Métail=, s. m.—_Métail_ est une composition de métaux;—_métal_
indique un pur minéral: _l'or est un métal, le bronze est un
métail_.—Quoique _métail_ n'ait pas été admis par l'Académie, il
figure pourtant dans plusieurs dictionnaires.

=Métallique=, adj., de métal; on prononce les deux _ll_: _métal'lique_.

=Métier, Profession, Art.=—_Métier_, profession d'un état
manuel;—_profession_, carrière que l'on suit, emploi que l'on
occupe;—_art_, talent qu'on cultive:—_il a embrassé la noble
profession des armes; puisque vous voulez faire apprendre un état
manuel à votre fils, que ne choisissez-vous le métier de tailleur;
l'art fait l'artiste_.

=Métis, Métisse=, adj. et subst., né de deux espèces: on prononce l'_s_
de _métis_.

=Mets=, s. m., aliment préparé pour un repas; on l'écrit avec une _s_,
même au singulier et on prononce _mè_;—l'_s_ se fait sentir devant
une voyelle: _un mets exquis_.

=Mettre=, v. a.—Ne dites pas: _mettre_ ou _jouer dans la loterie_;
dites, _mettre_ ou _jouer à la loterie_. (Fland.)

2. Ne dites pas: _il a mis ces pierres sur un_; dites, _il a mis ces
pierres les unes sur les autres_. (Fland.)

3. Ne dites pas non plus, avec les flamands: _tout est sous un_; dites,
_tout est sens dessus dessous_.

4. Ne dites pas: _mettre quelqu'un en bas de sa charge_; dites,
_déposer quelqu'un de sa charge_ ou _le destituer_. (Fland.)

5. Ne dites pas, comme c'est généralement l'usage à Mons, à une
personne qui vous rend visite et que vous invitez à s'asseoir:
_veuillez vous mettre_; dites, _veuillez vous asseoir_, ou servez-vous
de toute autre phrase équivalente.

6. Ne dites pas au condit.: _nous metterions, vous metteriez_; dites,
_nous mettrions, vous mettriez_.

=Meublé=, garni de meubles, ne peut pas s'employer pour
_tapissé_:—_aussitôt que ma chambre a été tapissée, je l'ai meublée_.

=Meubler=, v. a.—Ne dites pas _papier à meubler_; dites, _papier
peint, papier-tenture, papier de tapisserie_;—_tapis_, dans ce sens,
n'est pas français.—Voyez ce dernier mot.

=Meulière, Molière=, s. f., =Molaire=, adj. et s. f.—La _meulière_
est une pierre fort dure dont on fait les meules de moulin;—une
_molière_ est une carrière d'où l'on tire ces pierres; on appelle aussi
_terre molière_ une terre grasse et marécageuse.—On appelle enfin
_molaires_ ou _dents molaires_, les grosses dents qui servent à broyer
les aliments.

=Meurir= pour =Mûrir=.—Ne dites pas: _les fruits ne meuriront pas
cette année_; dites, _ne mûriront pas..._

=Meurtre, Assassinat.=—Le _meurtre_ est un homicide commis avec
violence;—l'_assassinat_ est le meurtre commis avec préméditation, de
guet-apens.

=Mévendre=, v. a., vendre une chose moins qu'elle ne vaut; _il y a
des temps ou les marchands sont obligés de mévendre_.—Il a vieilli.
(Acad.)

=Mezzo-termine=, s. m., (littér., _moyen-terme_), parti moyen pour
concilier; le pluriel s'écrit comme le singulier:—prononcez
_med'zotèrminé_.

=Mi.=—Abréviation du mot _demi, mi-chemin, mi-corps_, etc.—Quand
on le joint au mot _corps, jambe, chemin, mur, terme, sucre_, et
_côte_, on ne l'emploie qu'adverbialement avec la préposition _à_ et
sans article: _il n'y a de l'eau qu'à mi-jambe; cette poutre ne va
qu'à mi-mur; des confitures à mi-sucre_, etc.—Joint au mot _carême_
et au nom des mois, il fait partie du substantif et doit être précédé
de l'article _la_, quoique les substantifs soient du masculin: _la
mi-carême, la mi-mai_;—excepté toutefois dans cette locution
proverbiale, _mi-mai, queue d'hiver_.

2. _Mi-parti_ est un adjectif dont le féminin est _mi-partie_: _les
opinions ont été mi-parties; cette robe est mi-partie de blanc et de
rouge_.

=Miche=, s. f., pain d'une grosseur médiocre, pesant au moins une livre
et quelquefois deux; il se dit aussi des pains ronds d'un poids plus
considérable: _une miche de douze livres_. (Acad).

=Micheau=, s. m.—Ce mot n'est pas français:—au lieu de dire, _je
vais faire un voyage, je vous rapporterai votre micheau_, il faut dire:
_je vous rapporterai quelque chose, je vous rapporterai un cadeau_.
(Wall.)

2. _Micheau_, n'est pas français non plus pour désigner de petits pains
au beurre; dites simplement _petit pain_ ou bien _miche au beurre_.

=Micmac=, s. m., est un mot français qui signifie intrigue (et non
_pêle-mêle_), manigance, pratique secrète dont le but est blâmable: _il
y a eu bien du micmac dans cette affaire_.

=Midi=, s. m., =Minuit=, s. m.—Ces deux mots sont du singulier et du
masculin; dites donc, _à midi précis, à minuit précis_, et non pas _à
midi précise, à minuit précise_.

2. Dites de même, _sur le midi, sur le minuit, midi a sonné, à minuit
sonnant, vers midi, vers minuit_, etc., et non pas _sur les midis, sur
les minuits, midis ont sonné, à minuits sonnants_ ou _sonnantes, vers
les midis, vers les minuits_.—Cependant, on dit très-bien _vers les
dix heures, vers les onze heures_, etc.

3. Ne dites pas non plus avec les flamands et les wallons: _il est
douze heures_; dites, _il est midi, il est minuit_.—Prononcez
_minu-it_ (_ui_ diphth.) et non _minouit_.

4. Ne dites pas: _c'est midi, il est temps que je sorte_; dites, _il
est midi..._—Mais à la question: _quelle heure sonne?_ il faudra
répondre: _c'est midi_, c'est-à-dire, ce (l'heure) qui sonne est
midi, puisqu'on dit, _voilà midi qui sonne_. (Acad.) Ces observations
s'appliquent également au mot _minuit_.

5. Ne dites pas: _je vous verrai ce midi_; dites, _à midi_.

6. Ne dites pas: _il rentre toujours sur le midi_; dites _à midi, vers
midi_; dites de même, _avant midi, après midi, avant minuit, après
minuit, vers minuit_.

7. Ne dites pas: _midi et quart, minuit et quart_; dites, _midi et un
quart, minuit et un quart_. Voyez _quart_ et _liaisons affectées_.

8. Ne dites pas: _avez-vous fait midi, avez-vous mangé le midi_, dites,
_avez-vous dîné_?

9. _Après-midi_, s. f.: _je vous ai attendu toute l'après-midi_.
—Plusieurs, dit l'Académie, le font du masculin;—le pluriel s'écrit
comme le singulier: _il passe toutes ses après-midi à étudier_,
c'est-à-dire, toutes ses heures de l'après-midi.

=Mier=, v. a., mettre le pain en miettes, n'est pas français; dites
_émier_ ou _émietter_.

=Miette, Mie=, s. f.—_Miette_ signifie petite partie, petit
morceau;—_mie_ ne se dit que de la partie du pain qui se trouve
entre les deux croûtes: _des miettes_ (et non _des mies_) _de sucre;
donnez m'en une miette; vous ne lui en avez donné qu'une miette_;—_il
n'a plus de dents, il ne mange plus que de la mie_ (et non _de la
miette_).—Prononcez _miette_ (_iette_ diphth.) et non _mi-ette_ ni
_mi-iette_.

=Mieux=, adv. comp.—Dites, _c'est ma mère que j'aime le mieux, le
plus_, et non, _la mieux, la plus_: _le mieux_ est ici superlatif et
conséquemment invariable.

2. Lorsque _mieux_ est suivi de deux infinitifs, on met ou l'on
supprime la préposition _de_ devant le second: _j'aime mieux vous
déplaire que vous tromper_, ou _que de vous tromper_.—L'emploi de la
préposition _de_ est néanmoins préférable.

3. _Aimer mieux_ et _il vaut mieux_, suivis d'un infinitif, ne doivent
pas être suivis des prépositions _de_ ni _à_: _j'aime mieux étudier, il
vaut mieux étudier_, et non _d'étudier_ ni _à étudier_.—Voyez _aimer_
et _valoir_.

4. Ne dites pas: _il chante, il joue des mieux_; dites, _très-bien,
parfaitement_:—_des mieux_ n'est pas français dans ces sortes de
phrases.

5. Ne dites pas: _il chante plutôt mieux que mal_; dites, _bien que
mal_, en opposant l'adverbe positif _bien_ à l'adverbe positif _mal_.

6. Ne dites pas: _le temps s'est radouci, il fait mieux qu'hier_;
dites, _il fait meilleur qu'hier_, en sous-entendant le mot _temps_,
comme on dit, _il fait chaud, il fait froid, il fait bon_, etc.

7. Il ne faut pas employer l'un pour l'autre _mieux_ et _plus_: _mieux_
exprime la perfection, l'idée d'une supériorité de manière;—_plus_
exprime l'extension, l'idée d'une quantité supérieure.—On ne doit pas
dire: _j'ai gagné mieux de cent francs, mieux que cent francs_; il faut
dire, _plus de cent francs_.

8. _Mieux_, se met après les verbes dans les temps simples et entre
l'auxiliaire et le participe dans les temps composés: _j'aime mieux,
j'ai mieux aimé_.

=Mille=, adj. num. card.—Ne dites pas: _le premier mille francs
est le plus difficile à gagner_; dites, _les premiers mille francs
sont..._; _francs_ étant substantif, impose le genre et le nombre.

2. Ne dites pas: _il m'a comblé de mille éloges_; dites simplement,
_... d'éloges_.

3. _Mille_ est adjectif numéral et substantif commun.—Comme
_adjectif_, il s'écrit de deux manières (et est naturellement
invariable): 1º _mille_, pour exprimer le nombre _dix fois cent_:
_mille francs, dix mille francs_. 2º _Mil_, dans l'expression des
dates: _Léopold premier, roi des Belges, est monté sur le trône
l'an mil huit cent trente et un_. Cependant on écrit _mille_ dans
l'expression des dates antérieures à la naissance de Jésus-Christ:
_le temple de Salomon fut achevé l'an mille cinq cent avant
Jésus-Christ_.—Comme _substantif commun_, c'est-à-dire, employé
pour représenter une mesure de chemin, _mille_ s'écrit avec une _s_
au pluriel: _trois milles d'Angleterre font près d'une lieue de
France_.—Ne confondez pas dans la prononciation l'adjectif _mil_ (qui
se prononce _mile_) avec le substantif _mil_ (millet) où l'_l_ est
mouillée comme dans _babil, péril_.

=Millésime=, s. m., date de monnaie; _millénaire_, adj., hérétique
ou qui contient mille; _millimètre_, s. m., millième partie d'un
mètre:—dans ces mots on prononce les deux _ll_.

=Milliaire=, _milliard, milliasse, millième, millier, million,
millionnaire, millionnième, billion, trillion_, etc.:—dans tous ces
mots les _ll_ sont suivies d'un _i_ et on ne prononce qu'une _l_.

=Minable=, adj., misérable, qui fait pitié: _air minable_;—qui
indique une grande misère: _vêtements minables_.—Cette expression
populaire est mauvaise sous tous les rapports, puisqu'elle ne tient à
aucune racine française ni étrangère qui puisse en faire comprendre le
sens et la rendre claire. (BESCHERELLE.)

=Minéral, Minerai, Mine, Minière, Carrière.=—On donne le nom de
_minéraux_ (_é_ fermé) aux substances inorganiques qui entrent dans la
constitution de la terre; ils ne vivent pas et ne se reproduisent pas,
ce qui les distingue des végétaux et des animaux.—On donne le nom de
_minerais_ (_e_ muet) aux minéraux que l'on utilise pour en extraire
les métaux, tels que le fer, le zinc, le cuivre, le plomb, l'argent,
l'or, etc.—On appelle _mines_ les exploitations de minéraux: la loi
distingue les _mines_, les _minières_ et les _carrières_. Les _mines_
s'exploitent dans la profondeur pour l'extraction des minerais et
de quelques autres substances, telles que la houille, le soufre, le
sel, etc. Les _minières_ sont des exploitations superficielles ou
très-rapprochées de la surface, et d'où l'on retire des minerais, de
la tourbe, etc. Les _carrières_ s'exploitent à la surface ou dans la
profondeur pour les matériaux de construction, calcaire, grès, ardoise,
argile, sable, pierre à plâtre, etc.

=Miniature=, s. f., peinture délicate: on prononce ordinairement
_mignature_, dit l'Académie; cette prononciation vicieuse n'est donc
pas de rigueur, et l'on doit approuver ceux qui disent _mi-niature_.

=Minimum=, s. m., le moindre degré: prononcez _minimome_.—Voyez
_maximum_.

=Minou=, _minet, minette_, petit chat: _le minet joue avec le chien;
voilà une jolie petite minette_.—_Minou_ n'est pas français.

=Minuit=: voyez _midi_.

=Minute=, s. f.—Ne dites pas: _en une minute de temps; si vous avez
une minute de temps_; dites simplement, _en une minute; si vous avez
une minute_.—Voyez _heure_.

=Minutie=, s. f., bagatelle; _minutieux_, adj.—Prononcez _minucie,
minucieux_.

=Mi-parti=, _mi-partie_: voyez _mi_.

=Miracle, Miraculeux=: l'_a_ est long dans le premier et bref dans le
second.

=Mirmidon=: voyez _marmiton_.

=Misérable=, adj.—Ne dites pas: _faites-lui l'aumône, c'est une
misérable femme, un misérable homme_; dites, _c'est une femme, un homme
misérable_ et mieux, _malheureux_.—On emploie mieux cet adjectif,
en l'appliquant à la condition: _être réduit à un état misérable; son
sort est misérable_; car, en général, appliqué aux personnes et employé
substantivement, il veut dire malhonnête, vicieux, débauché: _c'est un
misérable, un grand misérable_.—Il n'y a que quelques exemples, pris
dans le style élevé, où il emporte l'idée de _misère_: _il ne se faut
jamais moquer des misérables; les misérables et les malheureux méritent
des secours_.

=Miserere=, s. m., psaume, colique: prononcez _mi-zéréré_.

=Mite= ou =Teigne=, s. f., insecte qui ronge les vêtements: ne dites
pas _motte_.

=Mitouche=: voyez _nitouche_.

=Mixte=, adj., mêlé, mélangé: prononcez _miks-te_ et non _mixe_.

=Mixtion=, s. f., mélange de drogues; _mixtionner_, faire ce
mélange.—Dans ces deux mots, _ti_ conserve sa prononciation naturelle,
c'est-à-dire, celle qu'il a dans les mots _menti, parti_: _miks-thion,
miks-thioner_.

=Mode=, s. f.—Prononcez _mo-de_ et non _mo-te_ ni _môde_: _un habit à
la mode_.

=Modeste=, adj.—Quoi qu'en disent certains grammairiens, _modeste_ se
dit bien des choses et signifie _médiocre, simple, sans éclat_: _avoir
un train, un équipage modeste, une table modeste; faire une dépense
modeste; il s'est borné à conserver le modeste héritage de ses pères_.
(Acad.)—Toutefois, nous croyons qu'on ne peut pas dire _un prix, une
somme, une taxe modeste_, mais bien, _un prix, une somme, une taxe
modique_.

=Moelle=, s. f., substance molle dans les os, dans les bois; _moellon_,
pierre de construction: _moelleux_, rempli de moelle, souple,
gracieux:—dans tous ces mots _oe_ est diphthongue; prononcez _moèle,
moèlon, moèleux_; quelques-uns prononcent _moale, moa-lon_, etc.

=Mœurs=, s. f. pl.; il n'a pas de singulier.—Prononcez _meurce_ et
non _meure_, soit seul, soit devant une consonne.

=Moi=, pr. pers.—Ne dites pas: _donnez-moi-le; donnez-moi-la_; dites,
_donnez-le-moi, donnez-la-moi_.

2. Ne dites pas: _mène-moi-z-y, amuse-toi-z-y; donne-moi-z-en,
sers-toi-z-en_, quoiqu'on puisse dire _mène-nous-y, amusez-vous-y,
donnez-nous-en, servez-vous-en_:—la vraie construction est _mène-m'y,
amuse-t-y, donne-m'en, sers-t'en_.—Cependant, comme ces finales sont
trop dures, il vaut mieux employer une autre tournure: _mène-moi dans
cet endroit, amuse-toi dans cette société_, etc.

3. Ne dites pas: _un ami de moi me l'a assuré_; dites, _un de mes
amis...._

4. Dites, _c'est moi qui ai, qui suis; c'est nous qui sommes, qui
avons; c'est vous qui êtes, qui avez_: et non pas, _c'est moi qui
est, qui a; c'est nous qui sont, qui ont; c'est vous qui est, qui
a, qui sont, qui ont_, etc.

5. Ne dites pas: _il a la jambe plus grosse que moi_; dites, _que la
mienne_.

6. Ne dites pas: _le maître ne me refuserait pas cette permission,
moi_:—_moi_, est ici un régime indirect, il faut donc dire _à moi_ ou
prendre une autre tournure, comme: _quant à moi, le maître_, etc.

7. Ne dites pas: _moi, je me vengerais; moi, je vais jouer_; dites
plutôt: _pour moi, je me vengerais, pour moi, je vais jouer_; ou bien,
_je me vengerais, moi; je vais jouer, moi_.

8. Ne dites pas: _c'est moi, c'est vous la cause de son malheur_;
dites, _c'est moi qui suis, c'est vous qui êtes la cause de son
malheur_.

=Moindre=, est le comparatif de _petit_; ne dites donc pas: _sa
position est plus moindre que la mienne_ ou _est la plus moindre de
toutes_; dites, _sa position est moindre que..., est la moindre de
toutes_.

2. _Le moindre_ est le superlatif de _petit_; vous ne direz donc pas:
_il a relevé le moindre petit de mes défauts_; _petit_ est de trop;
dites, _le moindre de mes défauts_.

3. Ne dites pas: _j'en ai moindre, je ne le donnerai pas à moindre_;
dites, _j'en ai moins, je ne le donnerai pas à moins_.—_Moindre_ est
adj. et ne peut pas s'employer pour _moins_ qui est adverbe.—Prononcez
_moin-dre_ et non _mointe_ ni _moandre, moindère_.

=Moins=, adv.—_Au moins_ signifie pour le moins; _du moins_ exprime
une correction, une restriction: _comment, vous n'êtes pas au moins
général? vous êtes du moins colonel?_

2. Ne dites pas: _vous ne l'aurez pas, à moins que le demander_; dites,
_à moins de le demander_, ou _à moins que de le demander_:—_à moins_
devant un infinitif veut la préposition _de_ seule ou précédée de
_que_; la forme _à moins que de_ est plus ancienne.

3. Ne dites pas: _je ne le ferai pas à moins que de mille francs_;
dites, _à moins de mille francs_.

4. Ne dites pas: _il est moins bon qu'il en a l'air_; dites, _qu'il
n'en a l'air_.

5. Ne dites pas: _le moins que possible, le moins tard que possible_;
supprimez le _que_ et dites, _le moins possible, le moins tard
possible_.

6. Ne dites pas: _à moins que vous jugiez à propos_; dites, _à moins
que vous ne jugiez à propos_:—_à moins que_ est toujours suivi de la
négation.—Prononcez _moins_ et non _moans_.

=Mois=, s. m., douzième partie de l'année.—Les noms des mois
s'écrivent avec une petite lettre: _février, mars, avril_, et non
_Février, Mars, Avril_. (Acad.)

=Moitié=, s. f.—Ne dites pas: _la moitié de six est de trois_; dites,
_est trois_.—Voyez _quart, tiers_.

2. On dit _plus d'à moitié_ et non _plus qu'à moitié_: _ce vase est
plus d'à moitié plein_.—Prononcez _moiti-é_ et non _moi-tchié_.—Voyez
_ti_ et _di_.

=Mon, Ton, Son=, etc., adj. pos.—Ne dites pas: _j'ai mal ma tête_ ou
_à ma tête; Pierre s'est cassé sa jambe_; dites, _j'ai mal à la tête;
Pierre s'est cassé la jambe_.

2. Prononcez _mon, ton, son_, devant une voyelle ou une _h_ muette, en
conservant à ces mots leur prononciation propre et en ajoutant une _n_
au mot suivant: _mon âme_ (_mon n'âme_), _ton âge_ (_ton n'âge_), _son
ouvrage_ (_son n'ouvrage_) et non _mo n'âme, to n'âge, so n'ouvrage_.

=Monnaie=, _monnayer, monnayeur_: on a abandonné l'ancienne
orthographe, _monnoie, monnoyer, monnoyeur_.

=Mons=, s. m., abréviation du mot _monsieur_.—Le roi de France
écrivant à un archevêque ou à un évêque disait: _mons l'Archevêque,
mons l'Évêque_; mais entre particuliers, cette expression est
méprisante: _mons un tel, mons Remy_.—Prononcez _monce_.

=Monseigneur=, s. m., titre d'honneur, s'écrit en un mot.—Le
pluriel est _messeigneurs_; on l'emploie en parlant ou en écrivant
collectivement à plusieurs des personnes qui ont droit au titre de
_monseigneur_.—On disait autrefois _nosseigneurs_ dans les requêtes
présentées au conseil du roi, aux cours du parlement et aux autres
cours souveraines. (Acad.)—Cependant on ne tient généralement
pas compte de cette décision de l'Académie et l'on dit aujourd'hui
_nosseigneurs_ aussi bien et même mieux que _messeigneurs_:
_nosseigneurs les évêques de Belgique_;—on écrit aussi _Nos
Seigneurs_ en deux mots et avec des majuscules.

2. _Mon seigneur_, s'emploie dans les prières: _mon seigneur et mon
Dieu_;—le vassal voulant désigner quel était son suzerain, disait
aussi: _un tel est mon seigneur, vous êtes mon seigneur_.

=Monsieur=, s. m.—Prononcez _mocieu_ (en ne faisant sentir ni l'_n_
ni l'_r_; cependant en poésie on fait quelquefois sentir l'_r_) et non
_m'cieu, mon-cieu_ ni _mon-cieure_;—le pluriel est _messieurs_ qu'on
prononce _mècieu_ (en supprimant l'_r_ et l'_s_) et non _mècheu_ ni
_mècieurce_.

2. Si, vous adressant à un homme, vous lui parlez de sa femme, ne
dites pas simplement _madame_, mais ajoutez le nom de famille: _madame
Durand, madame la comtesse de Vergy_, ou bien dites, _madame votre
femme_.—De même si vous parlez à madame Durand de son mari, ne dites
pas, par exemple: _comment se porte monsieur?_ dites, _comment se porte
monsieur Durand?_—Un enfant, une femme, en parlant de son père ou de
son mari, ne dira pas non plus: _monsieur est sorti_, mais _mon père,
mon mari, est sorti_.

3. Si vous parlez à un domestique de ses maîtres, vous direz simplement
_monsieur, madame, mademoiselle_, sans y ajouter le nom: _monsieur
est-il à la maison?_ et non _monsieur Durand est-il à la maison?_

4. Les mots _monsieur, madame, mademoiselle_, sont de rigueur pour
toutes les célébrités vivantes; on dira donc: _monsieur de Lamartine,
monsieur Guizot_, et non _Lamartine, Guizot_ tout uniment.—Les
acteurs seuls peuvent faire exception.

5. _Ce, cette_, devant _monsieur, dame, demoiselle_, _ce monsieur,
cette dame, cette demoiselle_, est impoli; dites simplement _monsieur,
madame_:—_dites bonjour à monsieur, à madame, à mademoiselle_, et non
_à ce monsieur_, etc.

6. Abstenez-vous de même, quand il s'agit de personnes présentes ou
respectables, de ces locutions: _cet homme, cette femme, cet individu,
celui-ci, celle-ci, cet homme-là, cette femme-là, cet individu-là,
lui, elle_, etc.; les gens bien élevés ne suppriment jamais les mots
_monsieur, madame, mademoiselle_, quand ils parlent d'un tiers, absent
ou présent:—cependant il faut éviter, en écrivant aussi bien qu'en
parlant, de répéter trop souvent ces mots: on se rendrait insupportable.

7. Il est contraire au bon usage d'apostropher une personne par son nom
à la suite du mot _monsieur, madame, mademoiselle_; ainsi en parlant
à monsieur Durand, dites simplement, _monsieur_: _oui, monsieur; non,
monsieur_; dites de même, _oui, madame; oui, mademoiselle_—et non
_oui, monsieur Durand; oui, madame Durand; oui, mademoiselle Durand_.

8. On donnait le titre de _monsieur_ (absolument) au frère du roi
de France qui n'était pas destiné à occuper le trône.—Voyez
_mademoiselle_.

=Monter=, v. n.—Les temps composés se conjuguent avec l'auxiliaire
_avoir_, lorsqu'on veut exprimer l'action, et avec _être_, si l'on
veut exprimer _l'état_, ou bien, en d'autres mots, selon que l'on peut
répondre à l'une ou l'autre de ces questions: _qu'a-il-fait?—où
est-il, qu'est-il devenu?_—_il a monté_ (qu'a-t-il fait) _quatre fois
à sa chambre pendant la journée;—il est monté_ (où est-il) _à sa
chambre depuis une heure et il y est resté_.—Lorsque _monter_ est
employé activement, il prend toujours _avoir_: _il a monté l'escalier
en courant_.

2. _Monter en haut, descendre en bas_, sont généralement des pléonasmes
vicieux; dites simplement _monter_ et _descendre_.—Voyez _haut_.

=Monteuse=, une ouvrière en modes, une modiste: _monteuse de bonnets,
monteuse de modes_. (POITEVIN).

=Monticule=, petite montagne, est masculin: _un monticule_.

=Moquer= (=se=), v. essentiellement pronominal;—ne dites donc pas: _il
me moque toujours_; dites, _il se moque toujours de moi_.

2. On dit indifféremment: _tu te ferais moquer de toi_ ou _tu te ferais
moquer_. (Acad.)

3. Le participe passé _moqué_ s'emploie aussi dans un sens passif avec
le verbe être: _il fut moqué de tout le monde_. (Acad.)

=Mordicus=, adv., avec ténacité:—_soutenir son opinion mordicus_:
prononcez _mordicuce_.

=Mordre=, v. a.—_Il mord à belles dents_: prononcez _il mor à_ et non
_il mor t'à belles dents_.—Dans les mots terminés en _ord_ ou _ort_
le _t_ final ne se lie point avec la voyelle ou l'_h_ muette qui suit.

2. Ne dites pas: _les cousins m'ont mordu à la joue_; dites, _m'ont
piqué..._ (Acad.)

=More=, s. m., peuple africain; _moresque_, adj.; _moricaud, aude_,
adj. et s.;—on écrit aussi _maure, mauresque, mauricaud_.—L'Académie
ne donne point le féminin correspondant de _maure_; quelques-uns
disent, _une maure_, d'autres, _une mauresque_.

=Morigéner=, v. a., corriger;—ne dites pas _moriginer_ ni _morigérer_.

=Mors=, s. m., frein:—on ne prononce pas l'_s_ excepté devant une
voyelle: _prendre le mors aux dents_; cependant beaucoup de personnes
ne font pas cette liaison.

=Mort=, s. m.—Ne dites pas _un billet de mort_; dites _une lettre de
faire part, un billet d'enterrement, un billet d'obsèques_.

2. =Mort, morte=, adj.—Dans quelques locutions, il a un sens différent,
selon qu'il précède ou qu'il suit le substantif.—_Mort-bois_, les
espèces de bois de peu de valeur, comme les ronces, les genêts;—_bois
mort_, arbre séché sur pied, branches qui ne reçoivent plus de sève.

3. _Morte-eau_ se dit des marées les plus faibles;—_eau morte_, qui
ne coule point.

4. _Mort-ivre_ se dit d'un homme; mais en parlant d'une femme, il faut
dire _ivre-morte_: voyer _ivre-mort_.

5. _Mort-gage_, s. m.: le pluriel est _morts-gages_.

6. _Mort-né_.—_Mort_ est invariable; il fait au féminin _mort-née_
et au pluriel _mort-nés, mort-nées_: _une fille mort-née, des enfants
mort-nés_.

7. _Morte-paye_, s. f.: le pluriel est _mortes-payes_.

8. _Morte-saison_, s. f.: le pluriel est _mortes-saisons_.

9. Ne dites pas du _mort-papier_, pour désigner du papier non collé
propre à faire sécher l'encre; dites du _papier brouillard_.

=Mortuaire=, adj.—Ne dites pas _un service mortuaire_; dites _un
service funèbre_.

2. Ne dites pas _une carte, un billet mortuaire_; dites, _une lettre de
faire part, un billet de faire part, un billet de part_, s'il s'agit de
la lettre destinée à annoncer le décès;—dites _billet d'enterrement,
billet d'obsèques_, s'il s'agit du billet destiné à être lu au prône à
l'église.

3. _Domicile mortuaire_, terme de jurisprudence, lieu où une personne
avait son domicile légal au moment de son décès; dans le langage
ordinaire, on ne dit pas _domicile mortuaire_ ni _maison mortuaire_:
on dit, _domicile du défunt, de la défunte; maison du défunt, de la
défunte_.

4. _Mortuaire_, adj., veut dire qui appartient au service, à la pompe
funèbre: _un drap mortuaire_. (Acad.)

5. _Registre mortuaire_, registre où l'on inscrit les noms des
personnes décédées.—_Extrait mortuaire_, extrait qu'on tire de ce
registre.

6. _Droits mortuaires_, droits perçus pour les cérémonies funèbres.

7. _Mortuaire_, comme substantif, n'est pas français; ne dites donc pas
_la mortuaire_, pour _la maison, le domicile_ du défunt, de la défunte.

=Mot=, s. m.: prononcez _mô_ et non _mote_.

=Mote=, s. f., petit insecte; ce mot n'est pas français; dites _mite_,
s. f: _ce fromage est plein de mites_.

=Motus=, interj., silence!—prononcez _motuce_.

=Moucher=, v. a. et pr.—Ne dites pas: _je mouche vingt fois en une
heure_, mais, _je me mouche_.

2. Ne dites pas non plus: _mouchez votre nez_, mais simplement,
_mouchez-vous_.

3. Pourtant, on peut dire absolument, dans le même sens que s'il
était accompagné du pronom: _si cet enfant pouvait moucher, il serait
soulagé; il ne mouche presque point_. (Acad).

4. On peut encore dire dans le sens absolu, _moucher, fatiguer_: _cet
enfant mouche beaucoup; ce cheval fatigue beaucoup_.

5. Ne dites pas: _moucher une lumière_, mais _moucher une
chandelle_;—ne dites pas _émoucher_.

=Moucheron=, s. m., bout de la mèche d'une chandelle allumée;
—_mouchures_, s. f. pl., ce qu'on a retranché ordinairement avec les
mouchettes.—_Moucheron_ se dit aussi de toute espèce de petite mouche,
mais _mouchette_, pour moucheron, n'est pas français.

=Mouchettes=, s. f. pl., n'a pas de singulier: dites donc _les
mouchettes_ et non _la mouchette_ ni _l'émouchette_ ni _les
émouchettes_.

=Mouchoir=, s. m., carré de toile qui sert à se moucher.—_Mouchoir
de cou_ se dit du fichu d'une femme; mais quand on parle d'un homme il
faut dire _cravate_ et non _mouchoir_ ni _mouchoir de cou_.

=Moudre=, v. a.—Dites, _nous moulons, vous moulez, ils moulent, je
moudrai, il faut que je moule, il fallait que je moulusse_.

=Moufle=, s. f., gros gant de cuir ou de laine où il n'y a pas de
séparation pour les doigts, excepté pour le pouce; prononcez _mou-fle_
et non _moufe, moufèle_.

=Moule=, s. f., mollusque bon à manger;—_moule_, s., est masculin,
quand il signifie un modèle creux donnant la forme déterminée à la
matière que l'on moule: _retirer un vase du moule_.

=Moulin=, s. m.—Ne dites pas: _moulin à filer_; dites,
_rouet_:—prononcez _rou-et_ et non _rou-wet_.

=Mourir=, v. n.—Ne dites pas: _il a été fait mourir_; dites, _il a
été exécuté, mis à mort; on l'a fait mourir_.

2. Dites, _je meurs d'envie d'aller revoir mon pays_, et non, _je meurs
d'aller revoir mon pays_.

=Mouron=, s. m., plante que l'on donne aux oiseaux; ne dites pas
_moron_.

=Moussu, Mousseux=, adj.—_Moussu_ se dit de ce qui est couvert de
mousse;—_mousseux_, de ce qui mousse: _il a jeté une bouteille de
champagne mousseux sur ce rocher moussu_.

=Moustache=, s. f.—Ce mot s'emploie généralement au singulier; ne
dites donc pas: _cet homme porte de longues moustaches_, mais, _une
longue moustache_; _il relève sa moustache_ et non _ses moustaches_;
_sa moustache grisonne_ et non _ses moustaches..._

=Moyen=, s. m., se dit, au pluriel seulement, des richesses, des
facultés pécuniaires: _je ne connais pas ses moyens; ses moyens ne sont
pas considérables_. (Ac.)

2. Ne dites donc pas avec les wallons: _ce fermier a bien le moyen;
tu as bien le moyen de faire cette dépense_; dites, _ce fermier est
riche, a de la fortune; tes moyens te permettent de faire cette
dépense_.—Prononcez _moi-ien_ et non _moi-en_ ni _mo-ien_.—Voyez
_fortuné_.

3. Ne dites pas: _les étrangers sont admis au moyen d'une légère
rétribution_; dites, _moyennant une légère rétribution_.

=Moyennant que=, est une mauvaise expression qu'il faut remplacer par
_pourvu que, à condition que_;—_on vous donnera ce livre, pourvu que
vous soyez sage_ et non _moyennant que vous soyez sage_.—Prononcez
_moi-iènant_ et non _moi-ènan_, ni _mo-iènan, moi-ien-nan_.

=Moyenné, ée=, adj.—Ne dites pas _un homme moyenné, un homme qui
n'est pas moyenné_; dites, _un homme riche, qui a de la fortune, qui
n'a pas de la fortune_.—Voyez _fortuné_.

=Muffle=, s. m.—Ne dites pas: _c'est un muffle_; dites, _c'est un
orgueilleux, un vaniteux_.—_Muffle_ est une expression de bas étage.

=Mufti=, s. m., le chef de la religion mahométane; on écrit aussi
_muphti_.

=Mur=, s. m., clôture de pierres: prononcez l'_u_ bref;—_mûr_, adj.
(fruit), bon à cueillir; prononcez l'_u_ long; écrivez et prononcez de
même _mûrir, mûrement_.

=Murailler=: voyez _emmurailler_.

=Mûre=, s. f.—Ne dites pas: _feuilles de mûre_; dites, _feuilles
de mûrier_, comme on dit feuilles de chêne, de noyer, de vigne,
etc.—Voyez _orange_.

=Muséum=, s. m., musée; l'Académie ne donne pas d'exemple du pluriel,
mais nous pensons qu'il faut écrire _des muséums_ avec l'_s_ comme on
écrit _des factums_: prononcez _muséome_ et non _musé-i-ome_.

=Mustache=, n'est pas français; dites, _moustache_: _une moustache
noire_.—Voyez ce mot.

=Mutuellement=, adv.—Ne dites pas: _ils se sont entre-nui, entraidés
mutuellement_; dites simplement, _ils se sont entre-nui, ils se sont
entraidés_. (Pléon. vicieux).

=Myope, Presbyte.=—Une personne qui voit de près et non de loin, est
_myope_;—une personne, au contraire, qui voit de loin et non de près,
est _presbyte_.



  N


=N.=—A la fin des mots, on doit faire sentir l'_n_ dans _abdomen,
Éden, hymen, le Tarn_ et dans tous les mots où elle est unie avec le
mot qui le suit, lorsque ce mot commence par une voyelle ou une _h_
muette: ainsi, _ancien ami, vilain homme_ se prononcent _ancien n'ami,
vilain n'homme_.—Mais si l'_n_ se trouvait à la fin d'un _substantif_
suivi immédiatement d'un adjectif commençant par une voyelle ou une _h_
muette, on ne devrait point la prononcer: ainsi l'on dira, _une passion
aveugle_ et non _une passion n'aveugle_ ni _une passio n'aveugle_,
parce que le substantif n'est pas nécessairement lié avec l'adjectif
dans l'ordre grammatical.

2. Il en est de même du mot _en_, soit préposition, soit
adverbe.—L'_n_ finale se fait sentir lorsque ce mot est suivi d'un
autre mot commençant par une voyelle ou une _h_ aspirée avec lequel
il a un rapport nécessaire, comme dans ces phrases: _agir en ami,
voyager en Allemagne_, que l'on prononce comme s'il y avait, _agir
en n'ami, voyager en n'Allemagne_.—Mais on dira: _allez-vous-en au
jardin, donnez-m'en un peu_, sans faire sentir l'_n_, parce que dans
ces phrases, le mot _en_ n'a pas un rapport nécessaire avec le mot qui
le suit.

3. =Nn.=—Les deux _n_ se font sentir dans la prononciation de
_inn_ au commencement des mots, comme dans _inné, innover, innommé,
innombrable_, etc.; excepté _innocent_ et ses dérivés.—Elles se
font également sentir dans tous les mots qui sortent du langage
ordinaire, et dans les noms propres, tels que _annal_, adj., _annales,
annaliste, annate, biennal, bisannuel, conné, décennal, triennal,
vicennal, septennal, surannation; Anna, Annibal, Apennins, Brennus,
Cinna, Enna, Ennius, Porsenna_, etc.; mais _Cincinnatus_ se prononce
plus communément _Cinci-natuce_.—On prononce également les deux _n_
dans _annuaire, annuel, annuité, annexe_, (l'Académie ne dit rien
d'_annexé_), _annihilation, annihiler, annoise, annoter, connexe,
connexion, connexité, annoter, annotation, annotateur, connivence,
ennéagone, henné_; et aussi dans _Jenny, Sennachérib_.—On ne prononce
qu'une _n_ dans les mots suivants: _banne, banneau, banner, banneret,
banneton, bannette, bannière, bannir, bannissable, bannissement_.
(HENNEBERT.)

4. =N=, se redouble: 1º dans les mots commençant par le son _conn_
suivi d'une voyelle, comme _connaître, connétable, connexe,
connivence_: il faut excepter _cône, conoïde_.

2º Dans les terminaisons en _onner_, comme _couronner, tonner,
patronner_, etc.: on écrit cependant _détrôner_.

3º En général _n_ se double devant une voyelle dans les dérivés
des mots terminés en on: _raison, raisonner_; _son, sonner,
résonner_; _pardon, pardonner_; _ton, entonner, détonner_ (sortir
du ton); _bon, bonne, bonnement_; _condition, conditionnel,
conditionnellement_.—Cette règle admet de nombreuses exceptions;
ainsi quoique _don_ fournisse _donner_, on écrit _donataire, donateur,
donation_; on écrit aussi _démoniaque_, qui dérive de _démon_;
_détoner_, (faire explosion) et _détonation_ (explosion); _limonade_
de _limon_; _patronal, patronage_ de _patron_; _colonie, colonisation_
de _colon_; _bonifier, bonification_ de _bon_; _cantonal_ de _canton_;
_national, nationalité_ de _nation_; _septentrional_ de _septentrion_;
_sonore_ de _son_; _bonheur, bonhomme_ de _bon_, etc.

4º _N_ se double presque toujours après les voyelles _a, e, o_, quand
la syllabe est brève: _canne, colonne, méridienne_.

5º Avec le son _en_ prononcé comme dans _moyen_, précédé d'un _i_ ou
d'un _y_, on double l'_n_ lorsqu'elle est suivie du son de l'_e_ muet:
_païen, païenne_; _il tient, ils tiennent_.

5. Quand _n_ est redoublée, elle ne donne jamais à la voyelle
précédente le son nasal, si ce n'est dans _ennobli, ennui_ et leurs
dérivés.—Ainsi deux _nn_ ne servent qu'à rendre brève la syllabe
précédente: _anneau, année, innocent_ se prononcent comme s'il n'y
avait qu'une _n_. (SOULIER et SARDOU.)

=Nacre=, s., matière blanche et brillante qui forme l'intérieur
d'un grand nombre de coquilles; ce mot est féminin: _de la
nacre_.—Prononcez _na-cre_ et non _nake_ ni _nakère_.

=Naguère= ou =Naguères=, adv., il y a peu de temps.

=Nain=, s., qui est d'une taille bien au-dessous de l'ordinaire; le
féminin est _naine_ et non _nine_: prononcez _nène_ et non _nain-ne,
nine_.

=Naphte=, s. masculin, espèce de bitume très-subtil et très-ardent,
qui brûle dans l'eau: _du naphte_.—On le faisait autrefois du
féminin.—Prononcez _naf-te_ et non _nafe_.

=Narrer=, v. a., raconter;—_narration, narratif, narrateur_:—dans
tous ces mots, faites entendre les deux _rr_.

=Nasal, ale=, adj.—Quelques grammairiens disent que le pluriel
masculin est _nasals_; cependant l'Académie dit _os nasaux_.

=Natal, ale=, adj.—Il se dit du lieu et de l'époque de la naissance:
_endroit natal, jour natal_.—Ce mot n'a pas de pluriel masculin
(Acad.); quelques grammairiens ont dit au pluriel _natals_.

=Natif, ive=, adj., se dit des personnes en parlant du lieu où elles
ont pris naissance, et suppose ordinairement l'établissement fixe des
parents, l'éducation, etc.; à la différence de _né_, qui peut supposer
seulement la naissance accidentelle: _Grétry était natif de Liége_;
_Rubens est né_ (accidentellement) _à Cologne_. (Acad.)

2. _Né natif_ est un sot pléonasme qui est assez commun chez les
personnes du peuple, mais qu'il faut éviter: _je suis natif de Namur_
et non, _né natif de Namur_.

=National, ale=, adj.—_Garde nationale_ et _garde national_: voyez
_garde_.—_National_ ne double pas l'_n_.

=Naval, ale=, adj., qui est relatif aux vaisseaux de guerre; il
n'a point de pluriel suivant l'Académie; Laveaux, Levizac, etc.;
MM. Noël et Chapsal disent _navals_; Boinvilliers dit des _combats
navaux_.—Nous sommes de l'avis de l'Académie; on fait disparaître
la difficulté en remplaçant le substantif masculin par un synonyme
féminin: ainsi au lieu de dire _des combats navaux_, dites _des
batailles navales_.

=Navet=, s. m., plante dont la racine sert à la nourriture des hommes
et des bestiaux; écrivez et prononcez _navet_ (_et_ bref) et non
_navai, navau_.

=Navire, Vaisseau=, s. m.—_Vaisseau_ désigne un grand bâtiment de
guerre, un bâtiment de l'État;—_navire_ se dit plutôt des bâtiments
de commerce: on dira donc _un navire de soixante tonneaux, un vaisseau
de quatre-vingt-dix canons_.—Une frégate, un brick de guerre, une
gabarre même, ne sont pas des _vaisseaux_, ce sont des _navires_, ou
mieux des _bâtiments_.

=Nayer= (=se=), =Se Nier=, v. p., ne sont pas français;—ne dites pas _ces
enfants se nayent, cette femme s'est nayée dans l'Ourthe_; dites, _ces
enfants se noient, cette femme s'est noyée..._

=Ne=, adv.—Il faut avoir soin de ne supprimer _ne_ que dans les
locutions reçues et autorisées; partout ailleurs ce sont de grossiers
solécismes.—Ne dites donc pas: _c'est délicat, point tortueux,
point cupide_; dites, _ce n'est point tortueux, ce n'est point
cupide_.—Prononcez _ne_ (_e_ muet) et non _nè_.

2. _Ne... que_: voyez _seulement_.

=Néanmoins=, adv., toutefois: prononcez _néan-moins_ et non _néamoins_.

=Néant=, s. m.: prononcez _né-ant_ et non _né-iant_.

=Nec-plus-ultra=, loc. adv., pour indiquer un terme qu'on ne peut
dépasser; on dit aussi, mais moins souvent, _non-plus-ultra_:
_l'Apollon du Belvédère est le nec-plus-ultra de la statuaire_.
—Prononcez _nèk-pluce-ultra, nonne-pluce-ultra_.

=Nef=, s. f., navire (en style poétique); partie d'une église: _la
grande nef_.—Prononcez _nèfe_ et non _nève_.

=Nèfle=, s. f., fruit du néflier; ne dites pas _messe_ pour
_nèfle_.—Prononcez _nèfle_ et non _nèfe_ ni _nèfèle_.

=Négative=, s. f., proposition qui nie; mot qui sert à nier: _soutenir
la négative_.—Écrivez et prononcez _négati-ve_ et non _négatif_.

=Négligemment=, adv., avec négligence; prononcez _néglijaman_ et non
_néglijan-man_.

=Négoce=, s., trafic, commerce, est masculin: _un bon négoce_.
—Prononcez _négoce_ (_o_ bref).

=Neige=, s. f.: prononcez _nei-ge_ et non _nei-che_.

=Nenni=, mot invariable dont on se sert pour refuser; il n'est usité
que dans la conversation familière:—on prononce _nani_ et non _nèni_.

=Néologie=, s. f., =Néologisme=, s. m.—_Néologie_, invention, emploi
de mots nouveaux;—_néologisme_, abus de la néologie.—Distinguez
et dites donc: _j'aime la néologie pleine de goût, dont Racine nous a
laissé tant d'exemples, mais je désapprouve le néologisme des poètes
romantiques_.

=Nerf=, s. m., tendons des muscles.—L'_f_ ne se prononce pas
au pluriel; souvent même au singulier elle s'annule dans la
conversation.—On ne la prononce pas dans _nerf de bœuf_ où l'on ne
doit faire entendre que l'_f_ du mot _bœuf_.—Voyez ce dernier mot.

=Nescio vos=, formule familière de refus, empruntée du latin; prononcez
_nes'cio voce_.

=Net=, adj., propre, clair: prononcez _nète_ (_è_ bref); quelques-uns
prononcent _nè_ sans faire sentir le _t_.

=Neuf=, nom de nombre.—L'_f_ de _neuf_ ne se prononce pas quand
il est suivi d'un substantif commençant par une consonne: _neuf
plumes, neuf livres_ (_neu plumes, neu livres_).—On la prononce, au
contraire, quand elle n'est suivie d'aucun mot, ou lorsqu'elle n'est
suivie ni d'un adjectif ni d'un substantif: _ils ne sont que neuf;
neuf et demi; ils étaient neuf en tout_.—Quand _neuf_ est suivi d'un
substantif qui commence par une voyelle ou une _h_ muette, on prononce
l'_f_ comme un =v=: _neuf écus, neuf ans, neuf hommes_ (_neuv écus,
neuv ans, neuv hommes_).

2. =Neuf, euve=, adj., nouveau, se place après le substantif: _des
habits neufs, des souliers neufs_, et non _de neufs habits, de neufs
souliers_.

3. Les flamands sont exposés à confondre les adjectifs _neuf, nouveau,
moderne_, attendu qu'ils rendent dans leur idiome ces trois mots par
le même adjectif; l'usage leur apprendra mieux que les règles l'emploi
de ces trois adjectifs; ainsi on doit dire: _un habit neuf, une maison
neuve, une nouvelle mode, un auteur moderne_, etc.

4. Remettre, refaire un tableau, un bâtiment _à neuf_, c'est réparer
le tableau, le bâtiment; mais habiller quelqu'un _de neuf_, c'est lui
donner des habits entièrement neufs.—Faites sentir l'_f_ du masculin
_neuf_, au singulier et au pluriel, _neufe_ et non _neu_.

=Neuvaine=, s. f., prière pendant neuf jours: ne dites pas
_neuvaime_.—Prononcez _neuvène_ et non _neuvain-ne_.

=Neveu=, fait au féminin _nièce_ et non _neveuse_ ni _niége_.

=Ni=, adv.—Ne dites pas: _et moi non plus_; dites, _ni moi non plus_.

2. =Ni.=—Il faut éviter de prononcer _ni_ dans le corps d'un mot
comme _gni_: vous direz donc _ma-nière, la-nière, pa-nier, opi-nion,
cordon-nier, doua-nier, jardi-nier, commu-nier, commu-nion, ma-niaque,
nous don-nions, vous pardon-niez_, etc., et non, _ma-gnière,
la-gnière, pa-gnier, opi-gnion, cordon-gnier, doua-gnier, jardi-gnier,
commu-gnier, commu-gnion, ma-gniaque, nous don-gnions, vous
pardon-gniez_.

=Niais, aise=, adj., sot, simple: prononcez _ni-è_ et non _ni-ïè_.

=Nichet=, s. m., œuf que l'on met dans un nid préparé pour la ponte
des poules; ne dites pas _niau_.

=Nier=, v. a.—Ne dites pas: _je me suis fait nier_, pour signifier
que vous avez recommandé de dire que vous étiez sorti; dites avec
l'Académie, _je me suis fait céler_.—Prononcez _ni-er_ et non
_ni-ier_.

=Nieule, Nule=, sont des barbarismes; dites _pain à cacheter_.

=Nigaude, aude=, adj., sot et niais; ne dites pas _nigot_: prononcez
_nigô_ (_ô_ long).

=Nitouche= (=sainte=), s. f., personne qui affecte des airs d'innocence,
de simplicité, de dévotion: _c'est une sainte-nitouche_;—ne dites pas
_sainte-mitouche_.

=Noble épine=, s. f., arbrisseau épineux; il faut dire _aubépine_.

=Noce=, s. f.—Lorsque ce mot signifie _mariage_, il ne se dit
qu'au pluriel: _il épousa une telle en premières noces, le jour de
ses noces_.—Lorsqu'il désigne le festin, les réjouissances qui
accompagnent le mariage, il se dit aussi bien au singulier qu'au
pluriel: _une noce de village; repas de noce, habits de noces; j'ai été
aujourd'hui à la noce, il n'a pas voulu faire de noces_.—Lorsqu'il
signifie toute l'assemblée, toute la compagnie qui se trouve à la noce,
il ne s'emploie qu'au singulier: _après le dîner, toute la noce s'est
dispersée_.

2. Écrivez noce sans accent circonflexe et prononcez _noce_ (_o_ bref)
et non _nôce_.

=Noël=, s. m., fête de la Nativité de N. S. J.-C.;—quoique ce mot
soit masculin, on peut dire _à la noël_ en sous-entendant le mot fête;
on dit également _à Noël_.

2. _Un Noël_ est un cantique spirituel en l'honneur de la Nativité de
N. S. J.-C.

3. Prononcez _noël_ (_oë_ diphth.) et non _no-èle_ ni _no-iêle, noéle_.

=Nœud=, s. m.—Le _d_ ne se prononce pas, même devant une voyelle:
_un nœud indissoluble_.

=Noir, e=, adj.—Ne dites pas: _il est noir de teint, de peau_; dites,
_il a le teint noir, ... la peau noire_.

2. Ne dites pas _du café noir_; dites _du café à l'eau_, comme on dit
_café au lait, café à la crème_.

=Noix, Noisettes.=—Ne dites pas: _ces noix, ces noisettes ont
d'excellents noyaux_, pour désigner la graine bonne à manger contenue
dans l'écale; dites _amande_:—_ces noisettes ont de petites amandes;
ces noix ont les amandes fort dures_ (et non _les noyaux_).—Voyez
_noyau_.

=Nombre= (=noms de=).—Quand on écrit un nombre en toutes lettres, on met
un ou plusieurs traits d'union entre les adjectifs qui le composent,
depuis _dix-sept_ jusqu'à _quatre-vingt-dix-neuf_, excepté entre les
adjectifs _vingt, trente, quarante, cinquante, soixante_, et l'adjectif
_un_, qui s'unissent au moyen de la conjonction _et_: ainsi on écrit:
_vingt et un ans_, _vingt-deux, vingt-trois_, etc., _trente et un,
trente-deux, quarante et un, quarante-deux_, etc., et ainsi de suite
jusqu'à _quatre-vingts, quatre-vingt-un, quatre-vingt-deux_, etc.—Mais
au-delà de _quatre-vingt-dix-neuf_, on n'emploie ni conjonction ni
trait d'union; on dit et on écrit: _cent un, cent deux, cent dix-sept,
cent vingt et un, trois cent soixante-dix_, etc.—Cependant au lieu de
_soixante-dix, soixante-onze_, etc., on dit aussi, et c'est mieux pour
l'euphonie, _soixante et dix, soixante et onze_, jusqu'à _soixante et
dix-neuf_. (Acad.)

=Nonante, Octante, Septante.=—Ces mots ont vieilli; _octante_ même
n'est plus du tout en usage.—On les remplace par _quatre-vingt-dix,
quatre-vingts, soixante-dix_.—Cependant en arithmétique, on peut
encore faire faire usage de _nonante_ et de _septante_.

=Non fait=, est un barbarisme; cependant on dit très-bien _si fait_
dans la conversation familière: _je crois qu'il n'y a pas été.—Si
fait, il y a été_.

=Non-pair, non-paire=, adj.—On dit plutôt _impair_: _un nombre
impair_.

=Non pas=, est une négation renforcée, équivalant à _non, non_; mais il
ne peut pas s'employer pour _n'est-ce pas_.

2. _J'ai reçu une lettre non affranchie_;—ne prononcez pas _non
n'affranchie_, mais _non affranchie_.

=Nord=, s. m.—Le _d_ ne se prononce pas; il ne sonne pas non plus
dans _nord-ouest, nord-est_ (_nor-oueste, nor-este_).

=Nos, Vos=, adj. poss.: prononcez _nô, vô_ (_ô_ long) et non _no, vo_
(_o_ bref).

=Nota=, s. m., mot latin qui signifie _remarquez, faites attention_; on
dit aussi _nota bene_ (_notabéné_).

=Notariel=, adj.—Ne dites pas _un acte notariel_; dites _un acte
notarié_:—_notariel_ n'est pas français.

=Notion=, s. f., connaissance: prononcez _nôcion_.

=Notre, votre=, adj. poss., =le nôtre, le vôtre=, pron. poss.—On les
distingue dans la prononciation: ainsi _notre papier, votre plume_ se
prononcent _notre, votre_, (_o_ bref), tandis que dans _le nôtre, le
vôtre, les nôtres, les vôtres_, _ô_ est long:—prononcez _no-tre,
vo-tre_, etc., et non _note, vote_ ni _notère, votère_, etc.

=Nourri.=—Ne dites pas: _vous êtes un mal nourri_; dites, _... un mal
élevé_.

=Nous=, pron. pers.—Il est quelquefois employé dans le sens de _je_ ou
_moi_: ainsi dans les ordonnances le roi dit: _nous ordonnons_;—les
évêques, les personnes qui ont quelque autorité et les auteurs,
lorsqu'ils parlent d'eux-mêmes, se servent également de cette forme:
_nous mandons, nous déclarons, nous certifions, nous livrons au public
le fruit de longues veilles_.—Dans tous ces cas, les adjectifs, les
participes dépendant de _nous_, se mettent au singulier et non au
pluriel; _nous avons été critiqué injustement; nous serons juste envers
nos adversaires; nous nous sommes décidé à prendre cette mesure_, etc.

2. Il en est de même du pronom _vous_ employé pour _tu, toi_.

3. Ne dites pas: _c'est nous qui ont, c'est nous qui sont_, etc.;
dites, _c'est nous qui avons, c'est nous qui sommes_.

4. _Nous autres, vous autres_: voyez _autre_.

=Nouveau, Nouvel, elle=, adj.—_Un habit nouveau_, est un habit à la
mode nouvelle; _un nouvel habit_, est un habit nouvellement fait ou
nouvellement porté.—_Un habit neuf_ est un habit qui vient d'être
fait.

2. L'adjectif _nouveau_, placé devant le substantif, éveille l'idée
de certains objets analogues à ceux que va désigner le substantif; il
exprime un rapport d'ordre, de succession, de nombre.—Placé après le
substantif, il équivaut à _récent_, ou spécifie une chose inconnue
jusque-là dans son genre.—On va chercher dans une bibliothèque de
_nouveaux_ livres; on reçoit d'un auteur un livre _nouveau_.—_Une
nouvelle faute_, c'est une dernière faute ajoutée à des fautes
antérieures;—_une faute nouvelle_, c'est une faute dans un genre
nouveau.

3. Un _nouveau vin_ est un vin mis nouvellement en perce; un _vin
nouveau_ est un vin de l'année.

=Noyau=, s. m., partie dure et ligneuse d'un fruit, abricot,
cerise, etc., qui contient une _amande_;—_l'amande_, est la graine
contenue dans _le noyau_; on mange _l'amande_ et non _le noyau_ de
la noisette, de l'aveline, etc.—Les wallons disent souvent _noyau_
pour _amande_.—_Pierre, pierrette, pirette_, dans le sens de
_noyau_, ne sont pas français.—Prononcez _noi-ieau_ et non _no-ieau,
noi-au_.—Voyez _noix_.

=Nu, nue=, adj.—Il est invariable, lorsqu'il précède le substantif:
_nu-tête, nu-jambes, nu-pieds_.—Cependant en terme de jurisprudence,
on dit _la nue propriété_, c'est-à-dire, la propriété du fonds dont un
autre a l'usufruit.—_Nu_, placé après le substantif, prend le genre
et le nombre du nom: _la tête nue, les pieds nus_.

=Nuit=, s. f., _nuitée, nuitamment, nuire, nuisible_;—_ui_ forme
une diphthongue, laquelle ne compte dans les vers que pour une
syllabe;—prononcez donc _nuit, nuire_, etc., et non _nouit, nouire_ ni
_nu-it, nu-ire_.—V. _ui_.

2. Ne dites pas: _il était dix heures à la nuit ou de la nuit_; dites,
_il était dix heures du soir_.

3. Ne dites pas: _j'ai rêvé, je me suis éveillé de la nuit_; dites,
_pendant la nuit_ ou _la nuit_.

4. Dites, _bonne nuit_ et non _bon soir_, lorsque vous prenez congé de
quelqu'un au moment d'aller vous coucher, autrement dites _bonsoir_ et
non _bonne nuit_: _la bonne nuit_, ne se dit pas.

=Nul, nulle=, adj.; voyez _aucun_.

=Nullité=, s. f., défaut qui rend nul: prononcez _nul'lité_ (en faisant
sentir les deux _ll_).

=Numéro=, s. m., plur. _numéros_: prononcez _numéro_ et non _numèro,
numero_.



  O


=O.=—L'_o_ marqué de l'accent circonflexe, est toujours long:
_alcôve, côte, diplôme, hôte_, excepté dans _hôtel, hôtellerie, rôti_
et autres dérivés de _rôt_, lequel a conservé l'_ô_ long, ainsi que
dans _prévôtal, prévôtale, prévôtalement, hôpital_.—Voici la liste
d'un certain nombre de mots qui se prononcent avec l'_o_ long, bien que
la plupart d'entre eux ne portent pas toujours l'accent circonflexe:
_atome, axiome, enjôleur, fosse, fossé, geôle, godron, grosil, idiome,
motus, odeur_ (mais non _odorat_, _odoriférant_), _ôter, prône, prôner,
rapsode, rapsodie, symptôme, tome, zone_.—Les noms propres _Ancône,
Brantôme, Cobourg, Durosoy, Joseph, Rhône, Saône_, et les dérivés,
suivent la même prononciation. (HENNEBERT.)—Ajoutons que plusieurs
grammairiens prononcent _Joseph_, _o_ bref.

=Oasis=, s. f., espace qui dans un désert de sable, offre de la
végétation; ce mot est féminin: _la grande oasis_.—Prononcez _oazice_
et non _owazice, oazi_.

=Obéissance, Soumission.=—La première est une conséquence de la
seconde;—la _soumission_ est dans la volonté et _l'obéissance_,
dans l'action: _celui qui se soumet à Dieu, obéit à sa volonté_:
—_obéissance_ ne s'emploie pas au pluriel.—Prononcez _obé-issance,
obé-ir_ et non _obéi-issance, obéi-ir_.

=Obéré de dettes=, (pléon.)—_Obéré_ est tiré d'un mot latin qui
signifie _endetté_; il faut donc dire _obéré_ tout simplement, ou
_perdu de dettes, chargé de dettes_: _ce négociant est fort obéré_.

=Obit=, s. m., service pour le repos de l'âme d'un mort: prononcez
_obite_.

=Obliger=, devant un infinitif, demande _à_ ou _de_, lorsqu'il signifie
engager, contraindre: _l'envie de parvenir l'a obligé d'étudier;
vous m'obligerez à me fâcher_.—Il prend _de_, lorsqu'il veut dire,
rendre service, et lorsqu'il est employé au passif: _vous m'obligeriez
beaucoup d'aller lui parler; il fut obligé de sortir; je serai obligé
de vous punir_,—_S'obliger_ demande _à_: _prêtez-moi ce livre, je
m'oblige à vous le rendre_ (et non _de vous le rendre_) _dans deux
jours_.

=Obliquité=, s. f., inclinaison; prononcez _oblikité_ et non
_oblikuité_.

=Obsèques=, s. f. pl., funérailles solennelles.—Ce mot est féminin et
n'a pas de singulier; dites donc, _on lui a fait de belles_ (et non _de
beaux_) _obsèques; on a célébré des obsèques solennelles_ (et non _un
obsèque solennel_ ni _des obsèques solennels_.)

2. Prononcez _ob-sèques_ et non _ob-zèques_.

=Observer=, v. a,—Lorsque _observer_ s'emploie dans le sens de
_remarquer_, ce qui arrive souvent, il doit se construire comme ce
verbe: ainsi, puisqu'on ne dit pas, _je vous remarque que..._, mais
_je vous fais remarquer que_, on ne dit pas non plus, _je vous observe
que_, mais _je vous fais observer que_:—_je vous fais observer que
vous êtes dans l'erreur_, et non, _je vous observe que vous êtes dans
l'erreur_.

2. Quelques personnes disent aussi, _faire une observation_, dans le
sens _de faire remarquer, de faire observer_; cette manière de parler
est incorrecte, car on ne peut pas plus dire _faire une observation à
quelqu'un_, qu'_observer à quelqu'un_;—il faut dire, _je vous ferai
faire cette observation; je vous prie de faire cette observation_.

3. Prononcez _ob-cerver_ et non _ob-zerver_. Voyez _remarquer_.

=Obtenir=, v. a., se faire accorder: prononcez _obtenir_ (_e_ muet) et
non _obtènir_.

=Obus=, s. m., petite bombe: prononcez _obuze_. (Acad.)

=Occiput=, s. m., le derrière de la tête: prononcez _ok-'cipute_.

=Occuper=, v. a.—Ne dites pas, _il est occupé à mourir_; dites, _il
est près de mourir, sur le point de mourir_. (Flandr.)

2. Ne dites pas: _il est occupé après ce travail depuis quinze jours_;
dites, _il est occupé à ce travail_. (Flandr.)

3. On dit, _il est occupé à écrire_ et non _d'écrire_.

4. _Occuper à_ (_s'_), _s'occuper de_.—_S'occuper à quelque chose_, c'est
y travailler: _il s'occupe à son jardin; il s'occupe à détruire les
abus_.—_S'occuper de quelque chose_, c'est y penser ou chercher les
moyens d'y réussir: _il s'occupe de son jardin; il s'occupe de détruire
les abus_.(Acad.)

=Occurrence=, s. f., rencontre; prononcez _ocur'rence_.

=Octave=, s., est féminin: _une octave solennelle_;—prononcez
_octa-ve_ et non _octa-fe_.

=Octavo= (=in=): voyez _in-douze_.

=Oculer=, signifie, greffer et ne se dit pas dans le sens de
communiquer une maladie par le virus; dites donc, _il faut faire
inoculer le vaccin à cet enfant_, et non _oculer_.

=Œcuménique=, adj., universel: concile œcuménique;—_œ_ se prononce
_é_, ainsi que dans _œcuménicité, œcuméniquement_.

=Œil=, (et non _œuil_), s. m., organe de la vue.—On prononce
_euille_ (_ll_ mouillées); le pluriel est _yeux_; excepté dans
_œils-de-bœuf_, fenêtres de forme ronde ou ovale (on prononce l'_f_
de _bœuf_); _œils-de-chat, œils-de-serpent_, etc., noms de pierres
précieuses; _œils-de-bouc_, coquillages; _œils-de-chèvre_, plantes;
_œils-d'or_, poissons, etc.

2. Le pluriel _yeux_ se dit de certains trous qui se trouvent dans la
mie de pain et dans plusieurs espèces de fromage: _un pain qui a des
yeux, de grands yeux; un fromage qui n'a pas d'yeux_,—Il se dit aussi
de certaines marques de graisse qu'on aperçoit dans le bouillon: _ce
bouillon est très-gras, il a beaucoup d'yeux_. (Acad.)

3. _Entre quatre yeux_, loc. adv., tête à tête: on prononce
ordinairement (mais on n'écrit jamais) _entre quatre-z-yeux_.
(Acad.)—Malgré l'autorité de l'Académie, nous ne conseillons pas de
prononcer ainsi cette phrase; nous ne voyons pas du reste ce que la
prononciation régulière, _quatre yeux_, peut avoir de désagréable à
l'oreille.

=Œuf=, s. m.—L'_f_ ne se prononce qu'au singulier: _un œuf_
(_œufe_), _des œufs_ (_œu_);—il en est de même du mot _bœuf_:
voyez ce mot.

=Œuvre=, s., est _féminin_, quand il signifie une production de
l'esprit, une action morale, etc.: _les bonnes œuvres sont commandées
par la charité; les œuvres de Corneille sont belles et nobles_.—Il
est _masculin_, quand il signifie le recueil de toutes les estampes
d'un même graveur ou les ouvrages d'un musicien: _avoir tout l'œuvre
de Hollar, de Callot_, etc.; _le premier, le second œuvre de Grétry,
de Gevaert, de Grisard_.—On dit aussi le _grand œuvre_, pour
désigner, en terme d'alchimie, la _pierre philosophale_, c'est-à-dire
la prétendue transmutation des métaux en or: _c'est un fou qui veut
trouver le grand œuvre_.

2. _Mettre en œuvre_, se dit des choses et non des personnes; ne dites
donc pas: _je mets beaucoup d'ouvriers en œuvre_; dites, _j'emploie
beaucoup d'ouvriers_.

3. Prononcez _eu-vre_ (_eu_ bien ouvert) et non _eufe, œuvère_.

=Office=, lieu où l'on fait, où l'on prépare tout ce qui se met sur
la table pour le dessert, et dans lequel on garde le linge et la
vaisselle; il est _féminin_ dans ce sens: _une grande office_.—Dans
les autres acceptions, _office_ est masculin: _de bons offices, un
office solennel_.

=Officine=, s. f., se dit quelquefois, chez les pharmaciens, pour
_laboratoire, boutique_.

=Offre=, s., action d'offrir.—On l'a fait autrefois du masculin,
mais aujourd'hui il est toujours du féminin: _une offre
avantageuse_.—Prononcez _o-fre_ et non _ofe, ofère_.

=Offrir=, v. a., devant un infinitif, demande la préposition
_de_;—_s'offrir_ prend _à_ ou _de_:—_il offre d'acheter_ (et non _à
acheter_) _ma maison à tel prix; il s'est offert de bonne grâce à y
aller_ ou _d'y aller_.

=Ogre=, s. m., monstre qu'on suppose se nourrir de chair humaine:
_manger comme un ogre_;—le féminin est _ogresse_.—Prononcez _o-gre_
et non _oke, oguère_.

=Oie, Oye= (_terminaisons en_).—Les wallons font en général trop
sentir l'_i_ et l'_e_: ils prononcent, par exemple, _voi-ïe, soi-ïe,
j'envoi-ïe, que je croi-ïe, fourvoi-ïement_, etc.—_Oi_ suivi d'un _e_
muet, devient une syllabe longue, mais on ne doit pas faire sentir un
second _i_ ni même l'_e_ muet: prononcez simplement _voî_ (_oî_ long),
_soî, j'envoî, que je croî, fourvoî-ment_.—Il en est de même de _aie,
aye, ée, ie, oue, ue_, etc.

=Oignon=, s. m.—Prononcez _ognon_ en supprimant l'_i_; quelques-uns
même écrivent _ognon_ (Acad.): prononcez de même _ognonet, ognonière_.

=Oiseleur, Oiselier=, s. m.—_L'oiseleur_, est celui qui
fait métier de prendre des oiseaux: il n'a point de féminin
correspondant.—_L'oiselier_, est celui dont le métier est d'élever, de
vendre des oiseaux.

=Oiseux, Oisif=, adj.—_Oiseux_, qui par goût ou par habitude ne fait
rien ou ne fait que des riens: _gens oiseux et fainéants_.—Il se
dit aussi des choses et signifie inutile, vain, qui n'est bon à rien,
ne sert à rien: _des disputes, des questions oiseuses; une épithète
oiseuse_.—_Oisif, ive_, qui ne fait rien, qui n'a point d'occupation:
_un homme oisif_.

2. On dit _vie oisive_, pour signifier la vie d'une personne
oisive.—Le premier se dit plus particulièrement des choses et le
second des personnes.

=Olibrius=, s. m., étourdi qui fait l'entendu, qui se donne des airs:
prononcez _olibriuce_.

=Ombreux, Ombragé, Ombrageux, Ombré=, adj.—_Ombreux_, où il
y a beaucoup d'ombre, qui fait de l'ombre; _forêt, vallée
ombreuse_;—_Ombragé_, qui fait de l'ombrage, _un superbe marronnier
ombrage sa maison; chemin ombragé d'ormes_.—_Ombrageux_ ne se dit au
propre que des chevaux, des mulets, etc., qui sont sujets à avoir peur
et à s'arrêter ou à se jeter subitement de côté quand ils voient leur
ombre ou quelque objet qui les surprend.

2. _Ombrageux._—Il se dit figurément des personnes qui prennent trop
légèrement des soupçons, de l'ombrage sur des choses qui les regardent,
qui les intéressent: _c'est un homme fort ombrageux_. (Acad.)

3. _Ombré_ est un terme d'art; il indique qu'on a représenté
non-seulement les linéaments des corps, mais les accidents d'ombre ou
de lumière: _tête ombrée, dessin ombré_.

=On, L'on.=—_L'on_ ne s'emploie généralement que pour éviter un
concours désagréable de sons ou bien un hiatus; voilà pourquoi on
l'emploie plus particulièrement après _qui, que, quoi, et, si, ou,
où_;—il vaut mieux dire: _de qui l'on parle; si l'on dit; et l'on
croit; on se tait ou l'on parle bien; le pays où l'on va_, que de
dire: _de qui on parle; si on dit; et on croit; on se tait ou on parle
bien; le pays où on va_.—Cependant si le pronom était suivi d'un mot
commençant par la lettre _l_, il faudrait se servir de _on_ pour éviter
la rencontre de deux _l_: _si on lui dit, à qui on lit_, et non, _si
l'on lui dit, à qui l'on lit_.—_On_ doit toujours être préféré à
_l'on_ au commencement d'une phrase: _on rapporte_ (et non _l'on_) _que
l'empereur Nicolas penchait plutôt vers la guerre que vers la paix_.

2. _On_ ne se dit que des hommes et jamais de Dieu; ainsi, au lieu de
dire: _au jour du jugement, on nous demandera compte du bien et du mal
que nous aurons fait_, dites: _Dieu nous demandera compte..._

=Oncle=, s. m.—Dites, _un tel est mon oncle_ et non _mon
mononcle_.—Prononcez _on-cle_ et non _onke, onkèle_.

=Ongle=, quoique anciennement féminin, est aujourd'hui masculin: _avoir
les ongles trop longs et_ non _trop longues_.—Prononcez _on-gle_ et
non _onke, on-cle, onguèle_.

=Onglet=, s. m., morceau d'étoffe ou de peau qui sert à couvrir le
doigt:—le mot _onglet_ n'a pas cette signification, il faut dire
_doigtier_.

=Onze=, adj. num. card., qui se prend aussi substantivement.—Quoique
ce mot commence par une voyelle, il arrive quelquefois, et surtout
quand il est question de dates, qu'on prononce et qu'on écrit sans
élision l'article ou la particule qui le précède: _le onze du mois; de
onze qu'ils étaient, il en est mort dix; de vingt il n'en est resté
que onze_.—On dit aussi dans la conversation familière: _il n'en est
resté qu'onze_.

2. Quand _onze_ est précédé d'un mot qui finit par une consonne, on ne
prononce pas plus la consonne finale que s'il y avait une aspiration:
_vers les onze heures; ils étaient onze_.

3. Prononcez _on-ze_ et non _on-ce_.

=Onzième=, adj. num. ord., se prend aussi substantivement.—La
première syllabe est ordinairement aspirée: _le onzième du mois; dans
sa onzième année; le cinq du onzième mois; il vivait au onzième siècle;
il a deux onzièmes dans cette affaire; il est le onzième sur la liste_;
quelques-uns disent _l'onzième_. (Acad.)

2. Prononcez _onziè-me_ et non _onzièm-me_; prononcez de même
_deuxième, troisième, quatrième, vingtième_, etc.

=Ophicléïde=, s. m., instrument de musique:—prononcez _ophiclé-ide_
et non _ophicleite, ophiclé-ite_.

=Ophtalmie=, s. f., maladie des yeux: prononcez _oftalmî_ et non
_optalmi-ïe_ ni _optalmî_.

=Opuscule=, petit ouvrage, est masculin: _l'auteur de cet opuscule
fameux est un tel_.

=Or=, s. m., ne se dit au pluriel que pour signifier les différentes
couleurs que l'on peut donner à l'or; _une boite de deux ors; des ors
de différentes couleurs_. (Acad.)

=Orage=, est masculin: _les orages ont été fréquents cette année_.

2. Ne dites pas _une tempête orageuse_ (pléon. vic.); dites simplement
_tempête_, parce qu'une tempête est toujours orageuse.

=Oral, ale=, adj., qui est dit de vive voix.—Il n'est guère usité au
féminin qu'avec les substantifs _loi, tradition_ et au masculin avec
les substantifs masculins _enseignement_ et _examen_: il ne s'emploie
donc pas au pluriel.

=Orange=, s. f.,—Quoiqu'on doive dire _des fleurs de fraisier, des
fleurs de pêcher_ et non _des fleurs de fraise, de pêche_, l'Académie
écrit cependant _un bouquet de fleurs d'orange_; et au mot _eau_, on
lit cet exemple: _eau de fleur d'orange_, où le mot _fleur_ est du
singulier.—Prononcez _orange_ et non _oranche_.—Voyez _fleur_.

=Orang-outang=, s. m., grand singe à face humaine; le pluriel est
_orangs-outangs_.—Prononcez _oran-outan_; quelques-uns prononcent
_orangue-outan_.

=Orateur=, n'a point de féminin: _une femme orateur; les passions sont
les seuls orateurs qui persuadent toujours_.

=Oratorio=, s. m., petit drame en musique dont le sujet est tiré de
l'Écriture-Sainte; on peut écrire des _oratorios_ comme on écrit des
_duos_.

=Orchestre.=—Autrefois on faisait ce mot du féminin; aujourd'hui
on ne le fait plus que du masculin:—prononcez _orkes-tre_ et non
_orkesse, orkestère_; prononcez de même _orchestrer, orchestration,
orchestique_.

=Ordonner=, suivi d'un infinitif, demande la préposition _de_: _je lui
ai ordonné de_ et non _à sortir_.

=Oreillette=, n'est pas français; dites _des boucles d'oreilles, des
pendants d'oreilles_.—On dit _les oreillettes du cœur_.

=Orémus=, s. m., prière, oraison; _dire des orémus_.—Prononcez
_orémuce_.

=Organe=, est masculin: _un bel organe_, et non _une belle organe_.

=Orge=, est _féminin_: _voilà de belle orge, de belles orges_.—Il est
_masculin_ dans les deux expressions suivantes: _orge mondé_, orge bien
nettoyée; _orge perlé_, orge réduite en petits grains dépouillés de
leur son.—Prononcez _or-ge_ et non _or-che_.

=Orgeat=, s. m., boisson rafraîchissante: prononcez _orja_.

=Orgelet=, s. m., (ou _grain d'orge_), petite tumeur inflammatoire sur
le bord libre des paupières:—_j'ai un orgelet à l'œil gauche_.

=Orgue=: voyez _délice_.

=Orgueil=, s. m.—L'_l_ finale est mouillée et ce mot se prononce
comme _deuil_; ne dites pas _orgheil, orghueule_: prononcez de même les
dérivés _orgueilleux, orgueilleusement, s'enorgueillir_.

=Ormeau=, s. m., arbre; ne dites pas _un vieil ormeau_; dites, _un
vieil orme_;—les _ormeaux_ sont de jeunes ormes.

=Ornière=, s. f., trace de roue de voiture: prononcez _or-nière_ et non
_or-gnière_.—Voyez _ni_.

=Orteil=, s. m., doigt de pied: _se dresser sur ses orteils_;—il se
dit particulièrement et le plus souvent du gros doigt de pied: _avoir
la goutte à l'orteil, au gros orteil_: prononcez _orteille_ (_l_
mouillée) et non _ortelle_.

=Orthographier=, v. n.: _il sait bien orthographier_;—ce mot ne vient
pas _d'orthographe_ mais _d'orthographie_, qui est le nom ancien de
cette science;—ne dites pas _orthographer_.

=Os=, s. m., partie dure du corps: prononcez _ô_ (long) et non _oce_;
on ne fait sentir l'_s_ que devant une voyelle où il sonne comme _z_:
_un amas d'os et de chair_.—Les _ossements_ sont un amas d'os.

=Osciller=, _oscillation, oscillatoire_: on prononce les deux _ll_ sans
les mouiller.

=Osier, Hart.=—_L'osier_ est un arbrisseau de la famille des
saules:—une _hart_ est un brin d'osier, de saule ou de tout autre bois
pliant: _lier avec de l'osier; délier la hart_ (et non _l'osier_) _d'un
fagot_.—Prononcez _hare_ (_h_ aspirée).

=Où=, adv.—Ce mot ne peut jamais être employé pour _que_: ne dites
pas, _c'est là où je demeure_; dites, _c'est là que je demeure_; ne
dites pas, _c'est là où je vais_; dites, _c'est là que je vais_.

2. Ne dites pas: _c'est le monsieur où je vais_; dites, _chez qui, chez
lequel je vais_. (Flandr.)

3. Ne dites pas: _voici le verre où j'ai bu dedans_; dites, _voici le
verre dans lequel j'ai bu_. (Wall.)

4. Ne dites pas: _la ville où nous y entrâmes deux jours après_; dites,
_la ville où nous entrâmes_ ou bien _et nous y entrâmes_, car _où_
signifie _dans laquelle ville_ et _y_ signifie _dans cette ville_;—les
deux mots ensemble veulent donc dire _nous entrâmes dans laquelle
ville, dans cette ville_.

5. Ne dites pas: _j'irai où que vous voudrez_; dites, _j'irai où vous
voudrez_. (Wall.)

6. Ne dites pas: _il ne se passait pas de semaine où je n'allasse à
Liége_; dites, _que je n'allasse à Liége_.

7. Ne dites pas: _où est-ce que vous êtes? où est-ce que cela est? où
est-ce que c'est que cela est?_—dites, _où êtes-vous, où cela est-il,
où est cela_.

8. _Ou_, conj.:—_sept ou huit personnes_: voyez _à_.

9. _Où_, adv. s'écrit avec un accent grave; et _ou_ conjonct., s'écrit
sans accent.

=Ouate=, s. f., =Ouater=, v. a.—On prononce _ouète, ouèter_
(_wète, wèter_), dit l'Académie;—nous pensons néanmoins que cette
prononciation est moins en usage que _ouate, ouater_ (_wate, water_).

2. Les auteurs étant partagés sur la question de savoir si _ou_ est
aspiré ou non, nous croyons que l'on peut dire indifféremment _de la
ouate_ ou _de l'ouate_; l'Académie du reste donne des exemples de l'une
et de l'autre orthographe.

=Oubli=, s. m., action d'oublier, ne s'emploie pas au pluriel.

2. _Oublie_, s. f., sorte de pâtisserie fort mince et de forme ronde:
prononcez _oublî_ (_î_ long) et non _oubli-ïe_;—prononcez de même
_oublier, j'oublî(e), j'oubli-ais, j'oublî-(e)rai_ et non _oubli-ïer,
j'oubli-ïe, j'oubli-ïais, j'oubli-ïerai_.

=Oublier à=, vieillit (Acad.): ainsi au lieu de dire: _il a oublié à
lire et à écrire_; dites, _il ne sait plus lire ni écrire_.—_Oublier
à_ signifie perdre l'usage, l'habitude; _oublier de_ veut dire perdre
le souvenir de quelque chose: _oublier à chanter, à écrire; j'ai
oublié d'apprendre ma leçon_.

=Oublieux=, adj., =Oublieur=, subs. m.—_Oublieux_, qui est sujet à
oublier: _les vieillards sont oublieux_;—_l'oublieur_ est celui qui
fait ou vend des oublies:—_oublieur_ se prononce _oublieux_. (Acad.)

=Oue.=—La syllabe _oue_, finale ou non, se prononce _oû_ (long) et non
_ou-we_:—_de la boue, une roue, engouement, enrouement_:—prononcez
_boû, roû, engoûment, enroûment_, et non _bou-we, rouwe, engou-wement,
enrou-wement_.—Voyez _ie_ et _ue_.

2. _Ouer, ouir, ouet_, etc.:—prononcez _ou-er, ou-ir_, et non
_ou-wer, ou-wir_:—_jouer, louer, clouer; ouïr, jouir, jouet,
alouette, amadouer_ et non _jou-wer, lou-wer, clou-wer, amadou-wer,
ou-wir, jou-wir, jou-wet, alou-wette_.

=Ouest=, s., m. le couchant du soleil: prononcez _ouèste_ (_ouè_
diphth.)

=Oui=, particule d'affirmation opposée à _non_.—Il s'emploie
quelquefois substantivement et alors, dit l'Académie, il se prononce
comme s'il était aspiré: _le oui et le non; il a dit ce oui à
regret_.—Nous ferons remarquer que l'Académie aspire encore ce mot
lorsqu'il n'est pas pris substantivement: _je crois que oui_.—On dit
aussi avec aspiration, c'est-à-dire, sans faire sentir la consonne
finale du mot qui précède _oui_: _mais oui, vraiment oui; dire le grand
oui_.

=Ouï-dire=, s. m., ce qu'on sait par le seul dire d'autrui; ce mot est
invariable: _il ne faut pas s'arrêter aux ouï-dire_.

=Ouïe=, s. f., sens des sons: _il a l'ouïe fine_ et non
_fin_:—prononcez _ouî_ non _ou-wi-ïe_ ni _ou-iïe_.

2. =Ouïes=, au plur. sans sing., se dit des ouvertures placées aux deux
côtés de la tête des poissons et par lesquelles ils donnent issue à
l'eau qui est entrée dans leur bouche par la respiration.

=Ouïr=, v. a., entendre, recevoir les sons par l'ouïe; on ne se sert
aujourd'hui presque plus de ce verbe qu'à l'infinitif et aux temps
formés du participe _ouï_ et du verbe _avoir_.

=Ourler=, v. a., faire un ourlet (et non _une ourle_);—ne dites pas
_ourlir_.

=Ours=, est masculin: _c'est un ours, un vrai ours; il est vêtu comme
un ours_; prononcez _ource_.—_Ourse_ est la femelle de l'ours.

=Ousque.=—Ne dites pas _ouse qu'il est?_ dites, _où est-ce qu'il
est?_ ou, plus brièvement, _où est-il?_

=Outil=, s. m.: _un bon outil_, et non, _une bonne outil_.—Prononcez
_outi_ et non _outile_.

=Outre=, prép.—Ne dites pas, _en outre de cela_, dites, _outre cela_
ou _en outre_:—_en outre_ s'emploie sans complément.—Prononcez
_ou-tre_ et non _oute, outère_.

=Ouvrable=, adj. m., consacré au travail; il n'est usité que dans
l'expression _jour ouvrable_; mais on dit aussi _jour ouvrier_.
(Acad.)—_Ouvrable_ dans le sens de _qui peut être ouvert_, n'est point
français.

=Ouvrage=, s.—Ce mot, qui était quelquefois du féminin du temps de
Louis XIV, surtout en parlant des ouvrages des femmes, est toujours du
masculin aujourd'hui: _un bel ouvrage_ et non _une belle ouvrage_.

=Ouvrier, ère=, s.:—prononcez _ouvri-é, ouvri-ère_ et non _ouvri-ié,
ouvri-ière_.

=Ovale=, adj., qui a la forme d'un œuf: _visage ovale_:—le masculin
est _ovale_ comme le féminin.—Il est aussi substantif masculin: _un
grand ovale_;—on le faisait autrefois du féminin.



  P


=P.=—Le _p final_, ne se prononce pas dans les mots ordinaire: _drap,
galop, sirop, trop, coup, loup, corps, champ, temps, camp, exempt,
prompt, je romps_, etc., et dans les noms propres français qui dérivent
de noms communs: telle est la règle générale.

2. Le _p_ se fait sentir dans _cap, laps, relaps, rapt, jalap, hanap,
julep, salep, concept_ (faites sentir le _t_), et aussi dans _cep_
pris isolément.—Le _p_ muet, à la fin des mots, ne se lie pas avec
la voyelle suivante; on ne peut donc pas dire, _un loup enragé_
(_lou-penragé_), etc.

3. Il se prononce également dans _psaume, adoption, captieux,
contempteur, contemptible, exemption_ (quoiqu'on ne le prononce pas
dans _exempt, exempte, exempter_), _impromptu, rédempteur, rédemption,
rédemptoriste, reptile, septante, septantième, septembre, septenaire,
septennal, septentrion, septentrional, septuagénaire, septuagésime,
symptôme_; dans _accepter, excepter_ et leurs dérivés.

4. Mais il ne se prononce pas dans presque tous les mots où il se
trouve entre deux consonnes, tels que: _Baptiste, saint Jean-Baptiste,
cheptel, baptême, baptiser, débaptiser, baptismal, baptistaire,
baptistère, comptabilité, comptable, comptant, compte, compter,
comptoir, décompte, décompter, mécompte, escompte, promptitude,
prompt, prompte, promptement, sculpture, sculpteur, sept, septième,
septier_ (ou _setier_), et leurs dérivés.—Ajoutez les noms propres
_Champfort, Champmeslé_.—D'après l'Académie on le supprime dans
_dompter_ (donter), _dompteur_ (donteur), _domptable_ (dontable),
tandis qu'il faut le prononcer dans _indompté, indomptable_. Nous ne
nous chargerons pas d'expliquer cette contradiction.

=Pachus=, est une corruption du mot flamand _pak-huis_ et il faut le
rendre par le mot _magasin_:—quand un homme achète beaucoup de choses
de même nature, on dit, _qu'on croit qu'il veut en faire un magasin_ et
non _un pachus_.

=Page=, s. féminin, dans le sens de page d'un livre, d'un cahier.—On
dit également _page dix_ et _page dixième; page vingt, page cent_
et _page vingtième, page centième_, comme on dit, _chapitre dix_ et
_chapitre dixième, chapitre cent_ et _chapitre centième_.

=Paiement=, _paîment, payement_, s. m., action de payer:—l'Académie
autorise ces trois orthographes, mais, dans tous les exemples qu'elle
donne, elle écrit _payement_:—dans ce dernier cas, prononcez
_pai-ïement_.

=Païen, païenne=, adj. et subst.—On n'écrit plus aujourd'hui _payen,
payenne_:—prononcez _pa-ïien, pa-ïiène_ (et non _pa-ïiain-ne_).

=Paillasse=, s. f.—Dites _une paillasse_ et non _un garde-paille_.

=Paille=, s. f., le tuyau et l'épi du blé, du seigle, de l'orge, etc.,
quand le grain en a été enlevé.—On entend aussi par _paille_ un
certain défaut de fusion dans les métaux.

2. Ce mot ne s'emploie pas au pluriel, à moins qu'il ne s'agisse de
l'ensemble de la récolte: _les pailles sont belles; les pailles servent
à faire de la litière et du fumier_.

=Pain=, s. m.—Ne dites pas _un pain enchanté_ ou _à chanter_; dites
_un pain à cacheter_.

=Pair=, s. m., titre de dignité, on appelle _pairesse_ la femme d'un
_pair_.

2. =Paire=, s. f., couple d'animaux de la même espèce, mâle et femelle:
_une paire de pigeons, de poulets_ (un mâle et une femelle); on dit
familièrement _une paire d'amis_.—On donne aussi ce nom à deux choses
de même espèce qui doivent nécessairement se trouver ensemble: _une
paire de gants, une paire de bas, une paire de souliers_; on dit aussi
_une paire de bœufs_ (deux bœufs propres à être attachés au même
joug.)—On le dit encore d'une chose unique composée de deux pièces:
_une paire de lunettes, une paire de pincettes_.—Voyez _couple_.

=Palais=, _hôtel, maison, château_: voyez _maison_.

=Pâle=, adj., blanchâtre, peu coloré; ne dites pas _voir pâle_, mais
_être pâle_. (Flandr.)—Prononcez _pâle_ (_â_ long).

=Palefrenier=, (et non _palefermier, palefernier_), domestique
qui a soin des chevaux: prononcez _palefrenier_ (_e_ muet) et non
_palefrènier, palefre-gnier_.—Voy. _e_ et _ni_.

=Palette=, est un mot wallon; rendez-le par _truelle_, s'il s'agit d'un
outil de maçon, et par _pelle à feu_ ou _pelle_, s'il est question d'un
instrument de cuisine: _enlevez les cendres dans la pelle_.

=Palladium=, s. m.; statue de Pallas: prononcez _pal'ladiome_.

=Palletée=, autant qu'il en peut tenir sur une pelle; ce mot n'est pas
français; dites _pellée, pellerée, pelletée_: _une pelletée de terre_.

=Pallier=, v. a., déguiser, excuser; _palliatif_, qui pallie,
remède;—prononcez les deux _ll, pal'lier, pal'liatif_.

=Pallium=, s. m., ornement des archevêques: prononcez _palliome_.

=Palot=, s. m., terme de mépris, personne grossière et sans éducation:
prononcez _palo_ (_a_ et _o_ brefs).

2. =Pâlot, otte=, adj., un peu pâle: prononcez _pâlo_ (_â_ long).

=Palpitant d'actualité=: voyez _actualité_.

=Palus=, s. m., marais: _les palus Méotides_; prononcez _paluce_.

=Pampe, Pampre.=—La _pampe_ est la feuille du blé, de l'orge;—le
_pampre_ est une branche de vigne avec ses feuilles.

=Pan, Basque=, partie découpée et tombante de certains vêtements:
—_pan_ se dit d'un manteau, d'une robe, d'une chemise;—_basque_ se
dit d'un habit, d'une veste, d'une casaque: _habit à petites basques, à
grandes basques; les pans d'un manteau, d'une chemise_.

=Panacée=, s. f., remède à tous les maux: _tous les charlatans se
vantent d'avoir trouvé la panacée_.

=Panaris=, s. m., inflammation au bout des doigts, accompagnée
d'élancements douloureux; ne dites pas, _un doigt blanc, un mauvais
doigt_.—Prononcez _panari_.

=Pandectes=, s. f. pl. (ou _digeste_, s. m.), recueil des décisions des
anciens jurisconsultes romains que Justinien fit compiler: prononcez
_pandek-tes_ et non _pandèkes_;—_diges-te_ et non _digesse_.

=Pandémonium=, s. m.—Lieu imaginaire où l'on suppose que Satan
assemble le conseil même des démons: _pandémoniome_.

=Pandour= ou =Pandoure=, s. m., nom de certains soldats hongrois.

=Panégyrique=, s. masculin, discours solennel à la louange de quelqu'un
et notamment d'un saint; ne dites pas _panégérique, panagérique_.

=Panier=, s. m.: prononcez _pa-nier_ et non _pa-gnier_.—Voyez _ni_.

=Panne=, employé pour _tuile_, n'est pas français.

2. _Panne_, s. f. (en wallon _vienne_), pièce de bois placée
horizontalement sur la charpente d'un comble (toit) pour porter les
chevrons: voyez ce mot.—_Verne_ n'est pas français.

3. _Panne_, se dit aussi, chez les ouvriers, de la partie du marteau
opposée au gros bout: _frapper de panne_.

=Pantalon=: voyez _culotte_.

=Pantomime=, s. f., espèce de drame où les acteurs suppléent à
la parole par le geste: écrivez et prononcez _pantomime_ et non
_pantomine_—Il se dit aussi de l'acteur qui s'exprime par gestes sans
proférer une parole: dans ce dernier cas il est masculin: _les anciens
avaient d'excellents pantomimes_.

=Pantoufle=, s. f., chaussure de chambre: écrivez et prononcez
_pantou-fle_ et non _pantoufe, pantoufèle_.

=Paon=, s. m., oiseau, papillon;—prononcez _pan_;—voyez _ao, aon,
aou_.

=Papal, ale=, adj., qui appartient au pape: _pouvoir papal_; ce mot n'a
pas de pluriel masculin.

=Papayer=, s. m., arbre des Indes: prononcez _pa-pa-îé_.

=Pape=, s. m., le chef de l'Église; prononcez _pâpe_ (_â_ long).

=Papeterie=, s. f., fabrique de papiers: prononcez _papet'rie_ et non
_papèt'rie_.

=Papier=, s. m.—Ne dites pas: _papier passé, papier gris, mort
papier, papier de tache_, pour désigner du papier non collé qui prend
les taches et fait sécher l'encre; dites _papier brouillard_.—Voyez
_tapis_.

=Papillon=, _papillonnage, papillonner, papillotage, papillotte,
papillotter_:—les _ll_ sont mouillées dans ces six mots.

=Papin=, n'est pas français dans le sens de _cataplasme_.—D'après
Bescherelle, _papin_ se dit de farine bouillie dans de l'eau ou dans du
lait: _faire manger du papin à un enfant_.

=Papyrus=, s. m., plante d'Égypte qui servait autrefois pour écrire:
prononcez _papiruce_.

=Pâque=, fête des juifs, est _féminin_: _la Pâque des Juifs_.

2. _Pâque_, et plus ordinairement _Pâques_, fête des chrétiens, est
_masculin_ et s'emploie régulièrement au singulier: _quand Pâques sera
venu; quand Pâques sera passé; le jour de Pâques, le temps de Pâques;
je vous paierai à Pâques; à Pâques prochain_.

3. _Pâques fleuries_, le dimanche des Rameaux, qui précède
immédiatement celui de Pâques.

4. _Pâques closes_, le dimanche de Quasimodo qui suit immédiatement
celui de Pâques;—_faire ses pâques_, faire ses dévotions, communier
un des jours de la quinzaine de _Pâques_: _se mettre en état de faire
de bonnes pâques_ (remarquez le petit _p_ de _pâques_): dans ces
trois expressions, _Pâques_ est féminin et ne se dit qu'au pluriel.
(Acad.)—L'_a_ est long dans ces mots, ainsi que dans _pâquerette_,
espèce de marguerite.

5. _Pâque_.—Ne dites pas _une branche de pâque_, mais, _un rameau de
buis_, ou bien, _de buis bénit_, si c'est du buis bénit le jour des
Rameaux.

=Paquebot=, s. m., petit bâtiment de mer qui transporte les lettres et
les passagers: prononcez _pak'bô_ et non _paquébô, paquèbô_.

=Par=, prép.—La locution, _par après_, dans le sens de _après,
ensuite, depuis_, a vieilli, dit l'Académie.

2. Il faut éviter l'emploi de _par_ devant le mot _Dieu_; cependant il
est des cas où _par_ vaut mieux que _de_: _l'univers a été créé par
Dieu_ et non, _de Dieu_.

3. _Par trop_, loc. adv., beaucoup trop: _il est par trop pressant; il
est par trop importun_: cette locution est familière. (Acad.)

4. Mais _par_ ne peut pas s'employer, comme en wallon, dans le sens de
_encore, en même temps_, etc.: _vous avez bien fait vos devoirs, mais
vous devez encore bien apprendre vos leçons; vous avez lu sa lettre;
lisez en même temps ma réponse_ (et non _par ma réponse_).

=Paradoxe=, s. m., proposition contraire à l'opinion commune: _un vrai
paradoxe_.—Ce mot s'employait autrefois comme adjectif: _cette
opinion est trop paradoxe_. (Acad.) On dit aujourd'hui _paradoxal,
ale_.—Prononcez _paradokce_ et non _paradoke_.

=Parapet=, s. m., mur à hauteur d'appui le long d'un pont, d'un quai,
d'un mur de fortification;—ne dites pas _parapel_.

=Paraphe=, et plus souvent =Parafe=, marque qui accompagne
ordinairement la signature et qui en tient lieu quelquefois; ce mot est
_masculin_: _il a mis son parafe pour approuver ce compte_.

2. _Parapher_ et plus souvent _parafer_, v. a., mettre son parafe.—Une
_pataraffe_ est une suite de traits mal formés, de lettres illisibles
et mal écrites: _votre dictée est une véritable pataraffe_.

=Parapluie=, s. m.: prononcez _parapluî_ (_ui_ diphth.) et non
_paraplouî_.

=Parasite=, s. m., qui fait métier d'aller manger à la table d'autrui,
etc.—Prononcez _parazite_ et non _paracite_.

=Parce que=, s'écrit en deux mots, lorsqu'il signifie _à cause que_:
_il est tombé parce que le chemin est glissant_.—Il s'écrit en trois
mots, lorsqu'il signifie _par la chose que, par les choses que_ et que
l'on peut intercaler l'adjectif _tout_ entre _par_ et _ce_: _il m'a
assuré par ce qu'il y a de plus saint; par ce que vous venez de dire,
on doit conclure que..._—Voyez _cause que_ (_à_).

=Pardon=, s. m.:—_demander pardon, faire des excuses_: voyez _excuse_.

=Pardonnable=, adj., ne se dit guère que des choses (Acad.): _faute,
erreur pardonnable_; ne dites donc pas, _votre fils est pardonnable_;
dites _votre fils est excusable_: voyez _impardonnable_.

=Pardonner=, v. a.—On pardonne une faute et on pardonne à
quelqu'un:—ne dites donc pas: _je le pardonne, je pardonne mes
ennemis_, mais, _je lui pardonne, je pardonne à mes ennemis_.

=Pareil, eille=, adj.—Ne dites pas: _ils sont habillés pareil_;
dites, _ils sont habillés de même, tout de même; ils ont, ils portent
les mêmes vêtements_.

=Parent, te=, s. m., se dit non seulement du père et de la mère,
mais de ceux de qui on descend et en général de ceux qui sont de la
même famille, qui sont de même sang, qui touchent par consanguinité
à quelqu'un; il se dit même de ceux qui sont simplement alliés.
(Acad).—_Proche_, subst. masculin, signifie aussi parent; dans ce cas
il n'est d'usage qu'au pluriel: _c'est un de mes proches; ce fut le
sentiment de tous ses proches_. (Acad.)

=Paret= (ou _parait, paris_).—Sorte d'interjection familière que l'on
met à la fin d'une foule de phrases et qui n'ajoute absolument rien
au sens: _je veux sortir, paret; c'est un habit neuf, paret; j'avais
raison, paret_, etc.—Il suffit presque toujours de changer le ton de
la voix, pour éviter de s'en servir; d'autres fois, on la remplace par,
_voyez-vous, eh bien_, etc. (Wall.)

=Parfaitement.=—Ne dites pas: _je suis très-parfaitement_ ou _fort
parfaitement_ ou _bien parfaitement convaincu_; dites simplement, _je
suis parfaitement convaincu_;—on ne peut rien ajouter à ce qui est
parfait.

=Parier, Pari=, s'emploient de préférence _à gager, gageure_.

2. Ne dites pas: _je parie pour cinq francs; pour combien
pariez-vous?_—dites _je parie cinq francs; combien pariez-vous?_

3. _Pariure_ n'est pas français: dites _pari, gageure_.

=Parisis=, adj., ancienne monnaie de Paris: _un sou parisis_:—prononcez
_parizice_.

=Parler mal= et =Mal parler=.—_Parler mal_ signifie employer des
expressions hors d'usage, user de termes équivoques, construire
péniblement ses phrases ou à contre-sens, prononcer d'une manière
incorrecte:—dans ce cas _parler mal_ s'emploie sans régime: _il
parle bien mal pour un académicien_.—_Mal parler_, c'est dire des
choses offensantes, tenir des propos inconsidérés, déplacés, qui
peuvent porter atteinte à la réputation de ceux dont on parle: _il ne
faut parler mal de personne_.—En résumé, _parler mal_, c'est parler
incorrectement et _mal parler_, c'est médire: _il ne faut point parler
mal devant les grammairiens ni mal parler des absents_.

2. _Parler_, est un verbe neutre:—ne dites donc pas, _je l'ai parlé,
je vais la parler, les parler_; dites, _je lui ai parlé, je vais lui
parler, leur parler_.

3. Ne dites pas, _il n'est pas à parler_; dites selon le sens, _on
craint de lui parler, il est inabordable_, ou bien _on ne peut lui
parler en ce moment, il n'est pas visible_. (Fland.)

4. Ne dites pas non plus: _comme il parle, on croirait que son fils est
une merveille_, dites, _à l'entendre, on croirait que..._

5. Ne dites pas: _cela va sans parler_, dites, _cela va sans dire_.

6. Ne dites pas: _parler avec quelqu'un_, mais _parler à quelqu'un_.

7. Ne dites pas d'un vase _fêlé_, qu'il _parle latin_ ou qu'il _est
déchiré_;—ces expressions sont des flandriciens; dites simplement
qu'il _est fêlé_.

8. L'usage permet souvent de supprimer la préposition qui devait suivre
le verbe _parler_, et au lieu de dire, _parler avec raison, parler
de chasse_, on dit simplement, _parler raison, parler chasse_:—_il
faut de bonne heure parler raison aux enfants; parler affaires; parler
musique, peinture, politique, littérature_, etc.

=Parmi=, prép.: voyez _entre_.

2. Ne dites pas: _on ne voit que lui parmi les rues_; dites, _dans les
rues_.

3. Ne dites pas: _tous ses papiers ont volé parmi la chambre_; dites,
_dans la chambre_ ou _au milieu de la chambre_.

4. Ne dites pas: _parmi payant, vous serez admis_ dites _en payant_ ou
_moyennant payement..._

5. Ne dites pas: _laquelle choisissez-vous parmi ces plumes_; dites,
_laquelle choisissez-vous de ces plumes_.

6. Ne dites pas: _l'un parmi l'autre_, mais _l'un portant l'autre, l'un
tenant l'autre, l'un dans l'autre_.

7. _Parmi que_, n'est pas français; il faut le rendre par _pourvu
que_:—_j'irai pourvu que_ (et non _parmi que_) _vous m'accompagniez_.

=Paroi=, s. f., muraille:—il désigne plus particulièrement une
cloison de maçonnerie qui sépare une chambre ou quelque autre pièce
d'un appartement d'avec un autre: _les parois de cette chambre sont
humides_.—Il est vieux en ce sens, et l'on dit ordinairement
_cloison_.

=Parole d'honneur=, _Dieu me pardonne! sur mon honneur, sur ma foi, ma
foi, aussi vrai que j'existe, je vous le jure_, et autres affirmations
du même genre, sont à la fois repoussées par la bonne compagnie et par
l'habitude de la vérité.

=Parquet=, s. m.—Il ne faut pas confondre ce mot avec _pavé_ et
_plancher_:—un _parquet_ est un assemblage à compartiments, faits
de pièces de bois minces clouées sur des lambourdes, et qui forme le
plancher d'en bas d'une salle, d'une chambre, etc.: _un parquet de
bois de chêne, de bois de noyer, de marqueterie_.—Voyez _pavé_ et
_plancher_.

=Parrain=, s. m., celui qui tient un enfant sur les fonts: prononcez
_pârain_ (_â_ long.)

=Partager= _avec_, =Partager= _entre_.—Quand on conserve une portion
de ce que l'on partage, on doit dire _partager avec_: _il a partagé
sa fortune avec ses frères_.—Quand on ne se réserve rien pour soi
dans un partage, on doit dire _partager entre_: _il partagea entre les
pauvres tout ce qui lui restait_.—_Partager le travail aux ouvriers_,
c'est le répartir entre eux; on dit dans le même sens: _il partage
également sa tendresse entre tous ses enfants_.

=Partial, Impartial, ale=, adj.—Plusieurs personnes confondent
ces deux mots:—_un homme partial_ est celui qui favorise avec une
préférence injuste et passionnée un parti, une personne, une opinion:
_un juge partial est un mauvais juge_ (le pluriel masc. _partiaux_
est peu usité).—_Un homme impartial_ est celui qui est exempt de
partialité, qui ne sacrifie point la justice ou la vérité à des
préventions, à des affections, à des considérations particulières:
_juger d'une manière impartiale_.—La _partialité_ est un défaut,
tandis que _l'impartialité_ est une qualité.—Prononcez _parcial,
parcialité, parcialement, imparcial_, etc.—Voyez _impartial_.

=Partibus= (=in=).—Il se dit de celui qui a un titre d'évêché dans un
pays occupé par les infidèles: _Frayssinous, évêque d'Hermopolis, était
un évêque in partibus_.—Prononcez _ine partibuce_.

=Participer à, Participer de.=—_Participer à_ veut dire, _prendre
part à une chose_: _un associé dans une affaire participe aux profits
et aux pertes_. On le prend aussi dans le sens de _s'intéresser_: _je
participe à votre douleur_.—_Participer de_ signifie, _tenir de la
nature de quelque chose_: _le mulet participe de l'âne et le cheval_.

=Particule.=—La particule _de_ qui accompagne les noms patronymiques
des familles nobles, s'écrit avec un petit _d_: _de Montalembert, de
Chateaubriand, d'Aremberg, d'Oultremont_.—Elle s'écrit avec un grand
_D_ lorsque ces noms ne sont pas nobles, alors même qu'on la sépare du
nom.

=Particulièrement=, adv., signifie _singulièrement, spécialement, en
détail_, mais non, _séparément, en particulier_;—ne dites donc pas:
_je désire vous parler particulièrement_; dites, _en particulier,
séparément_.

=Partisan=, s. m., celui qui est attaché à un parti, à une opinion,
à une personne: _les partisans de la république, les partisans du
libre-échange_, etc.—L'Académie ne reconnaît pas à ce mot de
correspondant féminin; le féminin _partisanne_, employé par quelques
auteurs, n'a pas été adopté généralement.

=Partner=, s. m., l'associé avec qui l'on joue: _vous êtes mon
partner_.—L'Académie préfère l'orthographe suivante, _partenaire_.

2. Ne dites pas _compagnon_ pour _partenaire_.

=Pas vrai?=—Cette interrogation est souvent employée dans la
conversation pour dire, _n'est-il pas vrai?_—nous croyons qu'on ne
peut pas la tolérer.—Voyez _point_.

2. Ne dites pas: _il ne peut souffrir personne, pas encore ses amis_;
dites, _pas même ses amis_.

=Pascal, ale= (et non _paschal_), adj.—Le pluriel masculin _pascaux_
n'est pas usité; plusieurs bons lexicographes disent des cierges
_pascals_;—quand à nous, nous pensons que _pascals_ choque l'oreille
et qu'on ne peut pas l'employer.

=Pasquée=, (ou _pasquille_) s. f.—Nom que les liégeois donnent à une
chanson burlesque, comique ou satyrique;—ce mot n'est pas français;
rendez-le par _chanson, chansonnette_ ou _couplets burlesques,
satiriques, comiques_, et non par, _pasquinade_, qui signifie tout
autre chose, etc.—_Faire une pasquée sur_ ou _contre quelqu'un_,
c'est _le chansonner_.

=Passager, ère=, adj.—Ne dites pas _une rue passagère, un chemin
passager_, pour signifier une rue où il passe beaucoup de monde ou un
chemin par lequel on a le droit de passer; dites _rue passante, chemin
passant_:—_la rue Féronstrée est une des rues les plus passantes de
Liége_.

=Passe=, s. m. (mot wall.), aliment formé de son, de pommes de terre,
de farine, etc., que l'on donne au bétail pour l'engraisser; dites
_pâtée, soupe, ratatouille_.

=Passement de temps=, loc. wall.:—dites _perte de temps_ ou _passe
temps_, selon le sens: _la musique est un passe temps_; _toutes ces
pertes de temps sont nuisibles à vos études_.

=Passer=, v. n., demande _avoir_ ou _être_, selon que le sens permet de
répondre à l'une ou à l'autre de ces questions: _qu'a-t-il fait?_—ou
bien _où est-il? qu'est-il devenu_:—_il a passé à Liége l'année
dernière_ (qu'a-t-il fait?);—_il est passé en Amérique depuis tel
temps_ (où est-il, qu'est-il devenu)?

2. Le participe passé s'emploie comme préposition dans le sens
d'_après_ et alors il est invariable: _passé dix heures vous ne me
trouverez plus_.

3. On dit _prêter serment_ et non _passer serment_: _il fut admis à
prêter serment_.

4. Ne dites pas: _la semaine passée, le mois passé, l'an passé_; dites,
_la semaine dernière, le mois dernier, l'an dernier_.

5. On dit _repasser du linge_ et non _passer du linge_.

6. On dit _donner, engager sa parole_, et non _passer sa parole_.

7. Ne dites pas: _y avait-il beaucoup d'invités?—oui, passé les
quarante_;—dites, _plus de quarante_.

=Passoire=, s. f., ustensile percé de petits trous pour passer le jus
des légumes ou des fruits écrasés:—_une passoire_ et non _un passoir_
ni _une passerette_.

=Pasteur=, s. m., titre des ministres protestants;—il ne s'emploie
pas dans le langage ordinaire comme synonyme de _curé catholique_; mais
dans le style relevé (oratoire, poétique), c'est une expression reçue:
_c'est un vieux pasteur qui n'est connu que sous le nom de curé_.
(CHATEAUB.)

=Patarafe=: voyez _parafe_.

=Patard=, s. m., petite monnaie ancienne; il ne s'emploie plus que dans
ces phrases familières: _je n'en donnerais pas un patard; cela ne vaut
pas un patard; il n'a pas un patard_. (Acad.)—Le mot wallon _patard_
se rend par sou: _ce cahier coûte cinq sous_.

=Patatras=, figure pour exprimer le bruit que fait un corps qui tombe
avec fracas: _il pose le pied maladroitement, et, patatras, le voilà
par terre_.

=Pâté=, s. m., =Pâtée=, s. f.—Un _pâté_ est une sorte de
pâtisserie;—une _pâtée_ est une sorte de pâte pour engraisser les
dindons, une sorte de soupe pour nourrir les chiens, les chats,
etc.—Prononcez _pâté_ (_â_ long);—prononcez de même _pâte, pâtée,
pâtisserie, pâture, pâturage, pâturon_.

=Patenôtre=, s. f. (et non _patenote, patenosse_), l'oraison dominicale
ou le _Pater noster_;—on comprend aussi sous ce nom l'_Avé_ et les
autres premières prières qu'on apprend aux enfants: _cet enfant sait
sa patenôtre_ (il est populaire).—Il se dit aussi de toute sorte
d'autres prières chrétiennes: _avez-vous achevé vos patenôtres?_ il est
familier et ne se dit qu'en plaisantant.

2. _Patenôtres_, au pluriel, se dit populairement des grains d'un
chapelet, et d'un chapelet tout entier.—Prononcez _pâtenôtre_ (_ô_
long) et non _pâtenote, patenotère_.

=Pater= (prière chrétienne), est masculin et invariable: _dire cinq
Pater et cinq Avé_.

2. _Pater_ et _Avé_ s'écrivent avec une majuscule. (Acad.) Prononcez
_pâtère_ (_â_ long).

=Patère=, s. f., ornement en cuivre ou en tout autre métal qui supporte
les rideaux d'une croisée; dites _une patère_ et non _un patère_.

=Pathos=, s. m., élévation de style affectée, boursoufflure: _c'est du
pathos_.—Prononcez _patôce_.

=Patience=, s'emploie quelquefois absolument et en manière d'adverbe:
_si on lui laissait quelque chose, patience, mais on lui ôte tout;—eh
bien, patience_.

=Pâtir=, v. n., souffrir;—on pâtit _de_ et non _à_ quelque chose:
_il a fait la faute et j'en pâtis_ (et non _j'y pâtis_).—Prononcez
_pâtir_ (_â_ long).

=Pâtis=, s. m., terrain vague, friche où l'on met paître les
bestiaux;—_pâture, pâturer, pâturage_;—dans ces mots l'_â_ est
long;—l'_s_ de pâtis ne se prononce point.

=Patois=, s. m., langage du peuple et des paysans, particulier à chaque
province; _chaque province a son patois; patois namurois, montois,
liégeois_.

=Patraque=, s. f., machine usée ou mal faite et de peu de valeur;
personne faible et débile: _cette montre n'est qu'une patraque, une
vieille patraque; votre voiture est une patraque_;—_je ne suis plus
qu'une vieille patraque_. Ces expressions, quoique françaises, sont
triviales.—Ne dites pas _patracle_.

=Patres= (=ad=), expression latine qui s'emploie dans ces phrases
familières: _aller ad patres_, mourir;—_envoyer ad patres_, faire
mourir.—Prononcez _ad'patrèsse_.

=Patron, Patronne=, _Patronage_ (une _n_) _patronner_ (deux _n_),
_patronal_ (une _n_), _patronnesse_ (deux _n_):—une _patronnesse_,
dame qui dirige une fête ou une œuvre de charité: _une dame
patronnesse_.—Voyez la lettre _n_ pour les cas où l'_n_ se redouble.

=Pâture=, s. f.—N'employez pas ce mot dans le sens de _fourrage_:
_donner du fourrage au bétail_ (et non _de la pâture_).

=Pause=, s. f., cessation, intervalle: _faire une pause_: prononcez
_pôze_ (_ô_ long) et non _pôce_.

=Pauvre=, adj. et subst.; le substantif _pauvre_ a pour féminin
correspondant _pauvresse_ (femme pauvre qui mendie).—Dans le sens
ordinaire, l'adjectif _pauvre_ se met devant ou après le substantif:
_un pauvre homme, une pauvre femme, un pauvre artisan_ (Acad.); ou
bien, _un homme pauvre, une femme pauvre, un artisan pauvre_.—Dans
le sens de chétif, mauvais dans son genre, il se place ordinairement
devant le substantif: _il a fait un pauvre discours; c'est un pauvre
esprit, un pauvre poète; un pauvre musicien_. (Acad.)—Devant les
substantifs exprimant une idée de profession, d'attribution, il
se prend toujours dans ce dernier sens, c'est-à-dire, en mauvaise
part:—_un pauvre peintre_, c'est un mauvais peintre;—_un peintre
pauvre_, c'est un peintre sans fortune.—Prononcez _pau-vre_ et non
_paufe, pauvère_.

2. Ne dites pas: _cela est pauvre, c'est pauvre_; dites, _cela
est misérable, c'est pitoyable_, ou bien, _disgracieux, triste,
déplorable_, selon le sens. (Fland.)

=Pauvret, ette=, adj., diminutif de pauvre; terme de commisération,
d'affection: _le pauvret, la pauvrette ne sait où aller_; il est
familier. (Acad.)

=Pauvreté=, s. f., ne s'emploie au pluriel que dans le sens de choses
sans valeur, basses, viles: _c'est un diseur de pauvretés; ce livre est
rempli de pauvretés_.

=Pauvreteux=, n'est pas français; dites _chétif, pauvre, souffreteux,
malheureux_.

=Pavage=, s. m., ouvrage fait avec des pavés: _un pavage bien fait;
pavage de grès, de pierre dure, de lave_;—il se dit aussi du travail
du paveur et des matériaux fournis par lui: _j'ai payé tant pour le
pavage de ma cour; un mémoire de pavage_.

=Pavé=, s. m. morceau de grès, de pierre dure, de marbre, etc., dont on
se sert pour paver;—assemblage de pavés qui couvrent une aire, une
surface;—il se dit particulièrement en parlant d'un chemin, d'une
rue, etc.: _ne quittez pas le pavé; entretenir le pavé_.—Le mot
_pavée_ n'est pas français.

=Pavement=, s. m., se dit de l'action de paver et des matériaux qu'on
emploie pour cet effet: _il a coûté tant pour le pavement de cette
cour_.—Il se dit plus particulièrement des ouvrages de luxe et de
goût qui forment les pavages intérieurs: _le pavement en mosaïque d'une
église; le pavement des édifices grecs et romains étaient souvent de
marbre de couleur_. (Acad.) Prononcez _pavement_ et non _pafement_.

=Paver=, v. a., couvrir le terrain, le sol d'un chemin, d'une rue,
d'une cour, d'une écurie, d'une salle, etc., avec du grès, de la pierre
dure, du caillou, du marbre, de la brique, etc.—(Acad.)

2. Il suit de là qu'on ne peut pas dire, _mettre un pavé en planches_;
on doit dire, _mettre un plancher ou planchéier_;—on ne peut pas dire
non plus _un pavé en planches_; dites un _plancher_.—Voyez _parquet_
et _plancher_.

3. Ne dites pas non plus: _paver en carreaux_; dites _carreler_.

=Payant.=—Ne dites pas, _un mauvais payant_, mais, _un mauvais
payeur, une mauvaise paye_.

=Paye=, s. f., solde des gens de guerre, celui qui paie; prononcez
l'_y_: _pai-ïe_;—l'Académie n'admet pas l'orthographe _paie_ qui
pourtant est reçue par plusieurs bons grammairiens.

2. _Paye_, s. f., débiteur; ce mot est français: _c'est une bonne paye,
une mauvaise paye; d'une mauvaise paye on tire ce qu'on peut_. (Acad.)

=Payement=, s. m.: voyez _paiement_.

=Payeur=, s. m., celui qui paie; le féminin correspondant est _payeuse_.

=Pays=, s. m., région, contrée;—il s'emploie aussi populairement dans
le sens de _compatriote_, et dans cette acception, on dit au féminin
_une payse_: _c'est mon pays, c'est un de mes pays; bonjour, pays;
elle est allée avec une de ses payses_.—Ce mot, dit l'Académie, est
populaire.—Prononcez _péi_.

2. Dites, _du vin du pays_ et non _du vin de pays_: voyez _cru_.

=Paysage, Paysan, anne=; prononcez _pé-izaje, péizan, péizane_ (et non
_péizan-ne_).

=Peau=, s. f.—Ne dites pas: _il est noir de peau, de cheveux_, etc.;
dites, _il a la peau noire, les cheveux noirs_.

=Peccable, impeccable=, adj., capable ou incapable de pécher;
—_peccadille_, s. f., faute légère; _peccante_, adj. f., terme de
médecine, qui pèche, _humeur peccante_;—_peccata_, s. m., se dit d'un
âne dans les combats publics d'animaux; _peccavi_, s. m., contrition,
repentir, _un bon peccavi_:—on prononce les deux _c_ dans tous ces
mots.

=Pécher=, v. n., commettre un péché: prononcez _pécher_ (_é_
aigu);—_pêcher_, v. a., prendre du poisson et _pêcher_, s. m., arbre
qui produit la pêche: prononcez _pêcher_ (_ê_ ouvert).—Il en est de
même de _péché, pécheur_ et _pêcheur, pêche_.

=Pécule=, s. m., =Pécune=, s. f.—Le premier se dit du produit des
épargnes d'une personne qui ne travaille pas pour son compte: _il avait
amassé un pécule_.—_Pécune_ est un vieux mot qui signifie argent
comptant: _disette de pécune_.

=Pécunier, ière=, adj., qui regarde l'argent, qui y a rapport; ce mot
n'est pas français;—dites, _pécuniaire_: _peine pécuniaire, intérêt
pécuniaire_.—Prononcez _pécu-niaire_ et non _pécu-gniaire_.—Voyez
_ni_.

=Pédale=, s. f., gros tuyau d'orgue qu'on fait jouer avec le pied: _la
pédale_ et non _le pédale_.

=Peindre=, v. a., =Peinturer= v. a.—Le premier signifie, représenter
les objets par les couleurs;—le second, peindre d'une seule couleur:
_peinturer une maison, un treillis_:—_peinturer_ étant peu usité
(Acad.), on peut le remplacer par _peindre_.

=Peine=, s. f.—On lui a ordonné cela _sur peine, sous peine_ ou _à
peine de la vie_:—de ces trois façons de parler, _sous peine_ est
la plus usitée et la meilleure; (Acad.)—_sur peine_ nous paraît peu
correct.

2. _Avoir de la peine, avoir peine_, devant un infinitif, demandent la
préposition _à_: _il aura beaucoup de peine à_ (et non _de_) _gagner
son procès; avoir de la peine à_ (et non _de_) _marcher; j'ai peine
à_ (et non _de_) _voir clair dans tout ceci_.

3. Ne dites pas: _ce n'est pas les peines_ ou _cela ne vaut pas les
peines de vous déranger pour si peu_; dites, _ce n'est pas la peine,
cela ne vaut pas la peine de..._

4. Ne dites pas: _donnez-vous la peine de vous asseoir_; dites,
_veuillez vous asseoir, je vous prie de vous asseoir_.—Prononcez
_pène_ (_è_ bref) et non _pain-ne_.

=Peineux, euse=, adj., veut dire qui a de la peine, qui est triste;
mais il ne signifie nullement, dans le sens wallon, _capot, confus,
interdit, penaud, interdit, décontenancé_.—_Semaine peineuse_, la
semaine sainte. (BESCHERELLE).

=Pelard= (_bois_), chêne dont on a ôté l'écorce pour faire du tan
(_pelwai_ en wall.)

=Peler=, v. a. et n., ôter le poil, la peau; il ne double point
l'_l_: _ce velours se pèle_.—Prononcez _peler_ (_e_ muet) et non
_pèler_.—Voyez _éplucher_.

=Pèlerin, ine=, s.; _pèlerinage, pèlerine_, s. f. (vêtement de
femme):—écrivez et prononcez ces mots avec un accent _grave_ et non
un accent _aigu_ (Acad.)—Ne dites pas non plus _pèlèrin, pèlèrinage,
pèlèrine_, ni _pélérin, pélérinage, pélérin_, mais _pèlerin,
pèlerinage, pèlerine_ (le second _e_ est muet).

=Pelle=, s. f., ustensile de cuisine pour frire, fricasser; ce mot
n'est pas français; dites _poêle_ et prononcez _poale_.—Une _pelle_
(prononcez _pèle_) est un instrument de fer ou de bois, large et plat à
long manche: _pelle de four, pelle à feu, pelle de jardin_.

=Pellicule=, s. f. peau très-mince, _il se forme une pellicule_ (ou
mieux _peau_) _sur le lait bouilli, sur l'encre_; _il y a dans un œuf
deux pellicules, celle qui tapisse intérieurement la coque, et celle
qui enveloppe le jaune_.—On prononce les deux _ll_.

=Pelure=, s. f., peau, enveloppe de certains fruits, de certaines
légumes: _pelure de pomme, de poire; du vin couleur de pelure
d'oignon_.—Ne dites pas _pelate, pelote_.—Voyez _éplucher, écaler_.

=Pénal, ale=, adj., qui assujettit a des peines; il n'a point de
pluriel masculin; quelques grammairiens pourtant disent _des codes
pénals_.

=Pénates=, adj. et subst.:—_les dieux pénates_ ou les _pénates_,
demeure, habitation;—ce mot est masculin et ne s'emploie qu'au
pluriel: _je reverrai mes pénates chéris_.

=Pendant que, Tandis que.=—_Pendant que_ marque simplement la
simultanéité de deux événements, de deux choses: _pendant que vous
étiez en Espagne, j'étais en Italie_.—_Tandis que_ marque non pas
précisément la simultanéité de deux événements et de deux choses, mais
une opposition, soit entre les temps que cette conjonction indique et
un autre temps exprimé ou sous-entendu, soit entre deux actions qui se
font simultanément: _vous faites fort bien tandis que vous êtes jeune
de travailler à vous instruire, quand vous serez vieux il ne sera
plus temps_; _tandis que vous vous divertissez, je me consume dans le
chagrin_.

=Pendre=, v. a.—Ne dites pas: _il était pendu après son père_;
dites, _il était pendu au cou de son père_, ou, selon le sens, _il
s'accrochait à son père_.

=Pendule=, s., est _masculin_, lorsqu'il signifie le poids suspendu
qui, lorsqu'il est mis en mouvement, fait des oscillations
régulières;—il est _féminin_, lorsqu'il désigne une petite horloge de
salon: _la pendule est arrêtée_.

=Pêne=, s. m.—C'est le morceau de fer qui sort de la serrure et
s'engage dans un crampon, (_gâche_) pour fermer une porte; _le pêne de
cette serrure est usé_.—Voyez _cliche_.

=Pensée=, s. f., opération de l'intelligence: _une pensée généreuse_:
prononcez _pensée_ (_é_ long) et non _pensé-ïe_.—Voyez _ée, ie, ue,
oue_.

=Penser=, v. n.—Ne dites pas: _j'ai d'autres choses à penser_; dites,
_j'ai à penser à bien d'autres choses_.

2. Ne dites pas: _il n'a que lui à penser_; dites, _il n'a à penser
qu'à lui_.

=Pensum=, s. m., au pluriel _pensums_, surcroît de travail qu'on exige
d'un écolier pour le punir: _on lui a donné pour pensum dix verbes à
faire; il a eu trois pensums cette semaine_.—Prononcez _pinsome_.

=Pentacorde=, s. m., lyre à cinq cordes;—_pentagone_, adj. et s.
m., à cinq angles;—_pentamètre_, adj. et s. m., vers latin de cinq
pieds;—_pentandrie_, s. f., classe de plantes;—_pentapole_, s. f.,
contrée qui a cinq villes principales;—_pentateuque_, s. m., nom
collectif des cinq premiers livres de la Bible:—_Pent_ se prononce
_pènt_ dans tous ces mots. (Acad.)

=Pentecôte=, s. f., fête chrétienne; prononcez _pant'côte_ (_ô_ long).

=Pépie=, s. f., petite peau blanche qui vient au bout de la langue des
oiseaux et les empêche de boire; ne dites pas _pépi, pipie_.

=Pepin=, s. m., semence qui se trouve au centre de certains fruits: _un
pepin de pomme, de raisin, de groseille_: écrivez et prononcez _pepin_
(_e_ muet) et non _pépin_ (Acad.);—plusieurs lexicographes écrivent
néanmoins _pépin_.—Le nom propre _Pépin_ s'écrit ordinairement avec
un accent aigu.

=Pépinière= (et non _pepinière_), s. f., plant de petits
arbres: _planter une pépinière_.—Prononcez _pépi-nière_ et non
_pépi-gnière_.—Voyez _ni_.

=Pequet=, s. m. (mot wall.), rameau de verdure qu'on attache à une
maison pour annoncer qu'on y vend des boissons; en français, on dit
_bouchon_: _un bouchon de cabaret_;—ce mot se dit quelquefois pour
le cabaret lui-même: _il n'y a dans ce village qu'un mauvais bouchon_.
(Acad.)

=Percale=, s. f.—Ne prononcez pas _percaille_, mais _percale_ et
écrivez _percale, percaline_;—on écrit aussi, mais moins bien,
_perkale, perkaline_.

=Perce-neige=, petite plante à fleurs blanches qui fleurit
en hiver;—ce mot est féminin: _une perce-neige, des perce-neige_.
—Prononcez _perce-neige_ et non _perce-neiche_.

=Percepteur, Précepteur.=—Un _percepteur_ est celui qui est chargé
de recouvrer (de _percevoir_) les impôts, les deniers, les revenus;
il n'a pas de correspondant féminin.—Un _précepteur_ est celui qui
est chargé de l'instruction et de l'éducation d'un enfant, d'un jeune
homme; ce mot n'a pas de correspondant féminin; il peut cependant
se rapporter à un substantif féminin: _les femmes sont les vrais
précepteurs du bon ton et du bon goût_.

=Percer=, v. a.—Ne dites pas: _voilà une pipe bien percée_; dites,
_bien culottée_.

=Percha= (_gutta_): voyez _gutta-percha_.

=Perclus=, adj., impotent, qui a perdu l'usage d'une partie de ses
membres: _il est perclus de tous ses membres; cette femme est percluse
d'un bras_.—Le féminin est _percluse_ et non _perclue_.

=Perderai=, _perderais_, barb.; écrivez et prononcez _perdrai,
perdrais_.

=Perdreau=, s. m., jeune perdrix de l'année;—_une perdrix_ (féminin)
est une gallinacée qui a plus d'une année.

=Père=, s. m., _frère_, etc.: prononcez _père, frère, prière_, (_è_
ouvert) et non _pére, frére, priére_.

=Perfection=, s. f.—Ne dites pas: _il travaille à la perfection; il
joue du piano à la perfection_; dites, _en perfection_.

=Péril=, s. m., risque, danger: L'_l_ est mouillée ainsi que dans
_périlleux, périlleusement_.

=Période=, est masculin et féminin: il est _féminin_, lorsqu'il
signifie une révolution qui se renouvelle régulièrement;—un circuit
d'un nombre d'années déterminé;—une phrase composée de plusieurs
membres.—Il est _masculin_, lorsqu'il se dit du plus haut point
où une chose, une personne puisse arriver, est arrivé: _Napoléon est
arrivé au plus haut période de la grandeur; cet homme est au dernier
période de la vie_.—Il se dit aussi d'un espace de temps indéterminé:
_un long période de temps; dans un court période_. (Acad.)—Prononcez
_période_ et non _périote_.

=Péripétie=, s. f., dénouement du drame: prononcez _péripécie_.

=Périr=, v. neutre.—Dans les temps composés, il prend l'auxiliaire
_avoir_ (Ac.); cependant quelques écrivains l'ont conjugué avec _être_:
_tous ceux qui étaient sur ce navire sont péris_.—L'Académie ne se
sert que de l'auxiliaire _avoir_.

2. _Périr_ étant un verbe neutre, ne dites pas: _ce sont les mauvaises
fréquentations qui ont péri ce jeune homme_; dites, _ce sont... qui ont
perdu..._ (Wall.)

=Persan, ane, Perse.=—_Perse_ se dit des habitants de l'ancienne
Perse;—les habitants de la Perse moderne s'appellent _Persans_, ce
qui n'empêche pas qu'on ne donne aussi la qualification de _Persan_ aux
anciens Perses.

=Persécuter=, _persécution, persécuteur, persévérer, persévérance,
persistance, persister_:—dans tous ces mots, l'_s_ étant précédée
d'une consonne, se prononce dure, comme dans _si, son, sa, ses_.

=Persil=, s. m., plante potagère: prononcez _perci_ et non _percile_.

=Personne=, s. f.—Ne dites pas: _n'y a-t-il personne d'autre à la
maison? personne d'autre que..._; dites, _n'y a-t-il pas d'autre
personne? personne autre que..._ Voyez _rien d'autre_.

2. Ce mot est féminin, quand il désigne un individu déterminé et peut
être remplacé par _homme, femme_: _deux personnes différentes me l'ont
assuré; une personne, deux personnes; je ne connais aucune personne
aussi heureuse que cette femme_.

3. Il est masculin, quand il est pris d'une manière indéterminée:
_personne oserait-il le nier? je ne connais personne d'aussi heureux
que cette femme_.

=Perspective=, s. f., t. de peint.: écrivez et prononcez _perspective_
et non _perspectife, perpective_.

=Persuader=, _persuasion_: prononcez l'_s_ dure puisqu'elle est
précédée d'une consonne: _perçuader_, (l'_a_ est bref) _perçuasion_ et
non _perzuader, perzuasion_.

=Perte=, s. f.—Ne dites pas: _j'ai fait de grandes dépenses à pure
perte_, mais, _en pure perte_.

=Peser=, _pesant, pesanteur, peseur, peson_:—prononcez _pezer,
pezant, pezanteur_, etc. (_e_ muet), et non _pèzer, pèzant, pèzanteur_.

=Pétale=, s., chacune des pièces qui composent la corolle d'une fleur;
ce mot est masculin: _un pétale blanc_.

=Pétaud= ou =Petaud=, s. m.—Ce mot n'est usité que dans cette
locution: _c'est la cour du roi Pétaud_, c'est-à-dire, un lieu de
confusion, de désordre où personne ne s'entend.

=Pétaudière= ou =Petaudière=, s. f., lieu où chacun veut être maître,
où il n'y a que désordre et confusion: _cette classe est une vraie
pétaudière_.

=Péter=, v. n., se dit figurément de certaines choses qui font un bruit
subit et éclatant: _le bois de chêne pète dans le feu; le laurier et le
sel, jetés dans le feu, pètent; cette boite, cette fusée, ce fusil, ce
pistolet_ etc., _pètent bien; cette bouteille de vin mousseux a bien
pété; une corde de son violon, de sa harpe vient de péter; ce vin fait
péter les bouteilles_. (Acad.)

2. Il signifie aussi _éclater, faire explosion_: _son fusil, son
pistolet lui a pété dans la main_. (Acad.) Mais il ne faut pas
l'employer dans le sens _fêler, s'étoiler_: _il ne faut pas exposer
ce vase à la gelée, il se fêlerait; un verre fêlé; carreau de vitre
étoilé_ (fêlé en forme d'étoile); _prenez garde que vos bouteilles ne
s'étoilent_.

3. Ne dites pas, _des pommes de terre pétées_, dites _des pommes terre
grillées_.

4. On écrit et on prononce _péter_ et non _pèter_; on ne redouble pas
le _t_ devant _e_ muet: _il pète, il pétera_.

=Petiller=, v. n., éclater avec bruit; dans ce mot et dans _petillant,
petillement_, les _ll_ sont mouillées: plusieurs écrivent et prononcent
_pé_ au lieu de _pe_.

=Pétiole=, s. masc., queue de feuilles; _pétiolé_, adj.; porté par un
pétiole:—prononcez _péciole, péciolé_.

=Petit, Long.=—N'employez pas _petit_ pour _court_, ni _long_ pour
_grand_; dites, _cet habit est trop court_, et non _trop petit_; _cette
femme est grande_, et non _cette femme est longue_.—Prononcez _petit_
(_e_ muet) et non _pètit_.

2. Un _petit homme_, est un homme de petite taille;—un _homme petit_,
est un homme sans cœur, sans dignité, sans esprit.

3. _Petit peu_ (_un_), _un tout peu, un tant soit peu_: ces locutions ne
sont pas françaises; dites, _un peu, très-peu, bien peu, tant soit peu,
un tantinet_.—Toutefois, dans la conversation, on admet _petit peu_
comme représentant mieux la petitesse de la quantité.

4. _Petit à petit_.—_Il a fait sa fortune petit à petit_.—Ne dites
pas _de petit à petit_.

=Petto= (=in=), en secret, dans l'intérieur du cœur: prononcez _ine
pet'to_; les deux _tt_ se prononcent.—Voyez _in-petto_.

=Pétulant, te=, adj., signifie remuant, vif, impétueux, brusque, et non
_mutin, têtu_; _il est fort pétulant; il est d'un naturel pétulant,
d'un caractère pétulant_ (remuant);—_voyez le petit mutin_ (et non
_pétulant_).

=Peu=, adv.—Dans le langage familier _un peu_ est quelquefois
explétif et sert à adoucir l'impératif: _dites-moi un peu; venez ici un
peu, que je vous parle; voyons un peu comment vous vous y prendrez_.
(Acad.)—Les flamands doivent se garder de rendre ce _un peu_, par
_seulement, une fois_.

2. Ne dites pas _un peu du pain_, mais _un peu de pain_.

=Peuple=, s. m., nation, populace: prononcez _peuple_ (_eu_ bref) et
non _peupe, peupèle_.

=Peur=, s. f.,—N'employez pas ce mot dans le sens de _soin, avoir
soin_: _cet écolier a soin de ses livres_ et non, _a peur de ses
livres_. (Wall.)

2. Ne dites pas: _vous feriez peur les gens_; dites, _vous feriez peur
aux gens_.

3. Ne dites pas: _vous m'avez fait prendre une peur_; dites, _vous
m'avez fait peur_.

=Peut-être=, adv.—Prononcez _peut-être_ (_eu_ bref) pour le
distinguer de _(cela) peut être_ où l'_eu_ est long; ne dites pas
_peut-ête, peut-êtère_.

=Ph=, se prononce comme _f_: _Philippe_ (_fi-lipe_ et non _flipe_);
_phare_ (_fare_), _philosophie_ (_filosofie_).

=Phébus=, s. m., Apollon, le soleil (en style poét.), style obscur
et empoulé: _vous croyez avoir fait du sublime et ce n'est que du
phébus_.—Prononcez _fébuce_.

=Phénix=, s. m., oiseau fabuleux qui renaissait, dit-on, de ses
cendres; personne unique ou rare dans son espèce: _vous êtes le phénix
des hôtes de ce bois_.—Prononcez _fénikce_ et non _fénik, fénice_.

=Phrase=, s. f., assemblage de mots formant un sens: _une belle
phrase_.—Prononcez _frâze_ (_â_ long) et non _frâce_.

=Piailleur, euse=, s., celui ou celle qui ne fait que piailler, crier
continuellement par dépit ou par méchanceté: _cet enfant est un
piailleur_.—Ne dites pas _piaillard_.

=Piane-piane=, adv., lentement, à pas comptés: _marcher piane-piane_:
on ne prononce point les _e_.

=Piano= ou =Forte-piano= ou =Piano-forte=, s. m., instrument de musique
à clavier: on prononce _forté_ et _piano_ (_ia_ bref et diphth.) et non
_pî-anno, pi-âno_.

2. _Piano_, s. m., adj. et adv., terme de musique, doux, doucement,
avec douceur.—Le pluriel est _pianos_.

=Piauler=, v. n., se dit des enfants qui se plaignent en pleurant: _cet
enfant ne fait que piauler_.

=Pic=, s. m. (prononcez _pique_).—Ce mot a plusieurs significations
bien distinctes.—Le _pic_ est un instrument de fer courbé et pointu
vers le bout, et dont on se sert pour casser des morceaux de rocher et
pour ouvrir la terre: _il faut un pic pour ouvrir cette terre remplie
de cailloux_.

2. _Pic_, en terme de géographie, se dit des montagnes très-hautes: _le
pic de Ténériffe_.

3. _Pic_ est un oiseau grimpeur qui perce l'écorce des arbres avec son
bec, pour chercher des vers et des insectes.

4. Enfin _pic_ est un terme de jeu de piquet.—Il ne faut pas le
confondre avec _pique_ qui signifie une des couleurs du jeu de cartes,
et est également masculin: _il tourne du pique_ ou _de pique_ ou
_pique_.

=Picorée=, (_la_), a le même sens que le mot _maraude_; mais on dit
_aller à la picorée_ et non pas _en picorée_, quoiqu'on dise _aller en
maraude_ plutôt que _aller à la maraude_.—_Picoreur_, s. m., qui va à
la picorée: ce mot n'a pas de correspondant féminin.—V. _maraude_.

=Picot.=—Ne dites pas: _cet enfant est tombé dans les picots_; dites,
_dans les orties_.

=Pie=, s. f., oiseau de la famille des corbeaux; prononcez _pî_ (_î_
long) et non _pi-ïe_.

2. =Pie=, adj., pieux; il n'est usité qu'avec le mot _œuvre, œuvre
pie_, c'est-à-dire, œuvre de charité faite en vue de plaire à Dieu.

=Pièce, Place.=—Dites _un appartement composé de quatre pièces_ et
non _de quatre places_: prononcez _pièce_ (_è_ grave mais bref) et non
_piéce_.

=Pied=, s. m.—Ne dites pas: _j'ai voyagé, j'ai fait le chemin de
pied, je suis venu de pied_; dites _j'ai voyagé,... à pied_.

2. On peut dire par hypallage: _il n'avait point de souliers dans ses
pieds_, au lieu de: _il n'avait point ses pieds dans des souliers_.
(Acad.)

3. _Pied bot_ (_bot_ n'a pas de féminin), pied contrefait: _avoir un
pied bot_:—il se dit également d'un homme qui a le pied contrefait:
_les deux frères sont pieds bots_; ne dites pas _pied à boule_ ni
_pitabole_.

4. _De plain-pied_, locut. adv., sans monter ni descendre: _on va dans
cette chambre de plain-pied_.—N'écrivez pas _de-plein-pied_ et ne
dites pas _de plat pied_.

5. _Pied droit._—Ne dites pas, _j'ai un pied droit pour mesurer_;
dites, _... un pied de roi_.

=Piedsinte= ou =Piedsente=, n'est pas français; dites sentier.

=Piége=, s. m., embûche: prononcez _piège_ (_è_ ouvert) et non
_pièche_.—Voyez _tendre_ et _ége_.

=Pierre, Pierrette.=—Ne dites pas _des pierres d'abricot, des
pierrettes de cerise_, etc.; dites _des noyaux d'abricot, de
cerise_.—On nomme _pierre_ une espèce de gravier qui se trouve dans
certaines poires: _ces poires ont beaucoup de pierres_.—Voyez _noyau_
et _amande_.

2. _Pierre d'achoppement_, danger, obstacle; ne dites pas _pierre
d'achoquement_.

3. On écrit _un tailleur de pierre_ et non _un tailleur de pierres_,
homme qui taille _la pierre_ et non le bois ni le fer; mais on dira _un
casseur de pierres_, homme qui casse _les pierres_.

=Piété=, s. f., dévotion; ce mot n'a pas de pluriel.

=Piètre=, adj., mesquin, chétif et de nulle valeur dans son genre: _un
habit piètre, un piètre ouvrier_; ne dites pas _peutre_.—Prononcez
_piè-tre_ (_piè_ diphth.) et non _piète, piètère_.

=Pieux, se=, adj., qui a de la piété:—prononcez _pi-eu_ (deux syll.)
pour le distinguer de _pieu_ (pièce de bois pointue) qu'on prononce
_pieu_ (en une seule syll.)

=Pile=, s. f., se dit de celui des deux côtés d'une pièce de monnaie où
sont empreintes les armes du souverain; le côté opposé se nomme _croix_
ou _tête_: _n'avoir ni croix ni pile; jouons, jetons à croix-pile qui
l'aura; que retenez-vous, croix ou pile?_

2. _Pile_, s. f., soufflet, taloche: ce mot n'est pas français.

=Piler=, v. a., écraser, broyer; écrivez et prononcez _piler_ et non
_piller_ (_ll_ mouillées).—Le vase de métal, de pierre, de faïence,
etc., dans lequel on pile, se nomme _mortier_: _un mortier de cuivre
sert d'enseigne à ce pharmacien_.—Le _pilon_ est l'instrument dont on
se sert pour piler dans un mortier: _un pilon de fer, de bois_.

=Pilotis=, s. m., grosse pièce de bois pointue qu'on fait entrer en
terre avec force pour asseoir les fondements d'un édifice, etc.; ne
dites pas _pilote_, qui signifie, celui qui gouverne un vaisseau:
_Amsterdam est bâti sur pilotis_ et non, _... sur pilotes_.

=Pince, Pincette=, s. f.—_Pince_ se dit d'une sorte de longues
tenailles dont on se sert pour remuer les grosses bûches dans une
cheminée: _il faut prendre cette bûche avec la pince_.—Il se dit
également dans plusieurs arts ou métiers, de certaines tenailles, les
unes grosses, les autres petites, qui servent à différents usages: _les
taillandiers, les serruriers ont de grosses pinces pour tenir leur
ouvrage, quand ils le mettent au feu; les horlogers, les arquebusiers
ont de petites pinces pour prendre et placer les goupilles et autres
pièces légères_.—_Pince_ signifie aussi un barre de fer aplatie par
un bout, et dont on se sert comme d'un levier: _lever une grosse pierre
avec une pince_.

2. _Pincette_, s. f., et plus ordinairement _pincettes_ (au plur.),
ustensile de fer à deux branches égales, dont on se sert pour
accommoder le feu: _attiser le feu avec des pincettes_. On dit aussi
_tenailles_ dans ce sens.—Il se dit encore d'un instrument de fer,
dont on se sert pour s'arracher le poil: _il se fait la barbe avec la
pincette_.—Il se dit également, dans plusieurs arts ou métiers, de
petits instruments de fer à deux branches, dont on se sert pour prendre
ou pour placer certains objets qu'on ne pourrait ni prendre ni placer
facilement avec les doigts.—Ne dites point _épince, épincette_.—Voyez
_tenaille_.

=Pinçon, Pincée, Pinson.=—_Pinçon_, s. m., se dit de la marque qui
reste sur la peau quand on a été pincé: _je me suis fait un pinçon
en fermant cette porte_. Mais on dit _avoir l'onglée_ et non _des
pinçons_, lorsqu'on veut parler de certaines douleurs qu'on ressent au
bout des doigts quand on y a eu fort froid: _je ne puis pas écrire,
j'ai l'onglée_.—_Pincée_, s. f., se dit de ce qu'on peut prendre de
certaines choses en les pinçant entre deux ou trois doigts: _une pincée
de sel_.—Le _pinson_, s. m., est une sorte de petit oiseau: _gai
comme un pinson_.—Voyez _pensum_.

=Pipe=, s. f.—Dites _pipe bien culottée_, et non _pipe bien percée_
ni _bien passée_.

=Piquanterie=, n'est pas français: il faut dire _picoterie_, pour
signifier des paroles malignes et de nature à blesser; _picoter_ c'est
faire des picoteries; _il m'impatiente par des picoteries continuelles;
il l'a picoté pendant toute la soirée_.

=Pique-assiettes=, n'est pas français; dites _piqueur d'assiettes,
piqueur de table_ ou _écornifleur_, pour désigner celui qui cherche à
manger aux dépens d'autrui.

=Piqûre=, s. f., petite blessure que fait une chose ou un animal qui
pique: écrivez _piqûre_ (avec un accent circonflexe) et non _piqure_.

=Pire, Pis.=—_Pire_, adj. comparatif de _mauvais_, (plus mauvais); au
superlatif on dit _le pire_ (le plus mauvais).—_Pis_, adv. comparatif
de _mal_ (plus mal); le superlatif est _le pis_.—Servez-vous de
_pire_, lorsque, en reversant le sens de la phrase, vous diriez
_meilleur_, et de _pis_, si c'est _mieux_ que vous emploieriez:—_tant
pis_ (tant mieux); _il va de mal en pis_ (en mieux); _le pis_ (le
mieux) _que j'y trouve_; _il est bien pire_ (bien meilleur) _qu'il
n'était_; _de deux maux, il faut éviter le pire_ (le meilleur); _ils
sont pis que_ (mieux) _jamais ensemble_.

2. On ne dit pas: _plus pire, plus pis_, pas plus qu'on ne dit _plus
meilleur, plus mieux_.

3. On ne fait sentir l'_s_ de _pis_ que devant une voyelle: _au pis
aller; qui pis est_.

=Piteux, euse=, adj., qui excite la pitié, _un spectacle piteux, une
mine piteuse_.—Ne dites pas _pitieux_.

=Pitié=, s. f., compassion pour les peines d'autrui; ce mot ne
s'emploie pas au pluriel.—On écrit _grand'-pitié_ ou _grande
pitié_ dans cette locution: _c'est grand'-pitié_ ou _grande pitié_.
(Acad.)—Prononcez _piti-é_ et non _pit-chié_.—Voyez _ti_ et _di_.

=Place=, s. f.—On doit se servir du mot _pièce_, lors qu'on parle des
différentes parties d'une maison: _son appartement est composée de tant
de pièces_ (et non _de places_); _le salon est la plus belle pièce de
la maison; la seconde pièce; la salle_ ou _la pièce à manger_ (et
non _la place_).

2, Ne dites pas, _à la place_ ou _en place d'étudier, il joue_; dites,
_au lieu d'étudier, il joue_.

3. Ne dites pas: _Messieurs, mettez-vous à place_; dites, _en place_.

=Placer= (=se=),—Ne dites pas: _placez-vous, je vous prie_; dites,
_asseyez-vous..._

=Placet=, s. m., demande écrite à l'effet d'obtenir une grâce, une
faveur du Roi; en parlant des ministres, des tribunaux, etc., on se
sert du mot _pétition_;—au pluriel, _placets_.—Prononcez _placè_
(_è_ bref).

=Plafonner=, v. a.—Ne dites pas _plafonner un mur_, mais, _plâtrer un
mur_: on ne plafonne que les plafonds.

=Plaideur=, s. m., celui qui est en procès; au féminin, _plaideuse_.

=Plaidoyer=, v. n., =Plaidoyeur=, s. m., ne sont pas français; il faut
dire _plaider, plaidailler, plaideur, plaidailleur_.

=Plain, aine=, adj., plat, uni sans inégalité: _pays plain; la bataille
s'est donnée en plaine campagne; drap plain_.

2. _Plain-pied._—Voyez _pied_.

3. _Plain-chant_, s. m., le chant d'église: _on a exécuté une messe en
plain-chant_.—Il n'a pas de pluriel.

=Plaindre=, v. a., signifie, entre autres acceptions, employer, donner
avec répugnance, à regret, d'une manière insuffisante: _il ne plaint
ni son temps ni ses soins quand il s'agit de rendre service; il plaint
le pain à ses domestiques; il plaint l'avoine à ses chevaux; il plaint
jusqu'aux habits qu'il donne à ses enfants_.—Il correspond assez bien
au mot wallon _mèskeûre_; le mot _keûre_ se rendrait également assez
bien par, _ne pas plaindre_: _je ne lui plains pas cette réprimande, il
l'a bien méritée_.

=Plaine=, s. f. campagne: prononcez _plène_ (_è_ long) et non
_plain-ne_.

=Plaire=, v. n.—Ne dites pas: _il faut bien plaire ses parents_;
dites, _à ses parents_.

2. _Ce qui plaît_, signifie ce qui est agréable; _ce qu'il plaît_,
signifie ce que l'on veut.—Ne dites donc pas: _je fais ce qui me
plaît_, pour faire entendre que vous n'avez pas d'ordre à recevoir;
dites, _je fais ce qu'il me plaît_.—Au contraire, dites: _les gens
peu raisonnables sacrifient leurs intérêts à ce qui leur plaît_;
c'est-à-dire, _à ce qui leur est agréable_.

3. Ne dites pas: _si vous plaît?_ pour engager quelqu'un à répéter
ce qu'il vient de dire; dites, _s'il vous plaît_ ou _plaît-il_, ou
_pardon, je n'ai pas entendu, je n'ai pas compris_.

4. _Se plaire_, suivi d'un infinitif, demande la préposition _à_: _il
se plaît à étudier, à chasser_.

=Plaisant, ante=, adj., agréable, qui plaît: _je ne trouve pas plaisant
que vous vous occupiez de moi_. Il est peu usité dans ce sens, et il ne
s'emploie que dans des phrases négatives.

2. Il signifie plus ordinairement, qui divertit, qui fait rire: _il
nous a fait un conte plaisant; c'est le plus plaisant homme du monde;
il a des manières tout à fait plaisantes; histoire plaisante et
récréative_.—Ne dites donc pas d'un homme _qu'il est plaisant_, pour
faire entendre _qu'il est aimable_.

3. _Plaisant_ se dit aussi, par une sorte de mépris, et pour signifier,
impertinent; ridicule: en ce sens, il précède toujours le substantif:
_c'est un plaisant homme, un plaisant visage; il a un plaisant habit;
je vous trouve plaisant de vouloir..._

=Plaisir=, s. m.—Ou dit _avoir du plaisir, avoir plaisir, y avoir
du plaisir à_,—et _avoir le plaisir, faire plaisir de_:—_vous
aurez du plaisir à_ (et non _de_) _causer avec lui; j'ai plaisir à
travailler avec lui_;—_vous me ferez plaisir de_ (non _à_) _parler
ainsi_.—Prononcez _plésire_ et non _plèsir_, ni _plési_.

=Plan=, s. m.—Ne dites pas: _jeter son plan sur quelqu'un, sur
quelque chose_; dites, _jeter son plomb, son dévolu_: _il a jeté son
plomb sur cet emploi, jeter un dévolu, son dévolu sur quelqu'un, sur
quelque chose_.

=Planchéier=, v. a., garnir de planches, faire un plancher: _j'ai fait
planchéier mon cabinet de bois_, (et non _de planches_) _de sapin_.—Ne
dites pas _plancheter_ ni _plancher_.

=Plancher=, s. m.—On appelle ainsi les planches et les poutres qui
séparent deux étages ou qui sont placées sur l'aire du rez-de-chaussée:
_il est tombé sur le plancher; peindre les solives d'un plancher;
suspendre quelque chose au plancher_;—mais il ne faut pas dire,
monter _au plancher_, l'escalier _du plancher_, au lieu de monter _à
l'étage_, l'escalier _de l'étage_.—Si la maison a plusieurs étages,
on dit monter _au premier, au second_, etc.—Voyez _pavé_.

=Plane=, s. f., outil tranchant et à deux poignées pour aplanir, rendre
unis des morceaux de bois des planches.

=Planisphère=, carte où les deux moitiés du globe céleste ou du globe
terrestre sont représentées; ce mot est masculin: _la mappemonde est un
planisphère terrestre_.

=Plantoir=, s. m., outil de bois, pointu et quelquefois ferré par
le bout, dont les jardiniers se servent pour faire dans la terre
les trous où ils veulent mettre des plantes ou des graines: _un bon
plantoir_.—_Une plantoire_ n'est pas français.

=Planure=, s. f., bois que l'on retranche des pièces que l'on plane:
_se chauffer avec des planures_.

=Plaquer=, dans le sens d'adhérer fortement, de coller, n'est pas
français: _ce papier est collé_ (et non _plaqué_) _sur du carton_; _ces
deux feuillets sont collés_ (et non _plaqués_).

=Plat, ate=, adj.—_Le plat pays_ est le village par rapport à la
ville;—_un pays plat_ est la plaine par rapport aux montagnes.

=Platine=, s., or blanc, est masculin: _le platine a été découvert en
Amérique_.—Dans toutes les autres acceptions, il est féminin: _la
platine d'un fusil, la platine d'une serrure_.—Plusieurs personnes se
servent à tort de ce mot pour indiquer un petit chandelier de cuisine;
il faut dire _bougeoir_.

=Plâtre=, s. masculin: _du plâtre_.

=Platrier=, s. m., celui qui prépare le plâtre ou qui le vend; ne dites
pas _plâtreur_.

=Plein, eine=, adj.—_Tout plein_, sert quelquefois d'adverbe de
quantité, et alors, il signifie _beaucoup_: _on trouve tout plein de
gens qui pensent...; il y a tout plein de monde dans les rues; j'ai
tout plein de livres d'égarés; vous dites qu'il n'y a pas de boutique
dans cette rue, il y en a tout plein_.—Il est très familier. (Acad.)

2. _Plein_ est invariable, lorsqu'il est séparé de son substantif par
un adjectif possessif: _il a plein ses poches d'argent_.—Il s'accorde
avec son substantif, quand il n'en est pas séparé: _il donne de
l'argent à pleines mains; il en a les poches pleines_.

=Pléis=, poisson.—Ce mot n'est pas français; il vient apparemment du
flamand _pladys_; il faut dire _plie_.

=Pléonasme vicieux=, surabondance de mots qui rendent le discours
diffus ou incorrect; nous en donnerons quelques exemples (prononcez
_plé-onas-me_ et non _pléïonasme, pléoname_).

2. _Arrière._—_Les grecs épouvantés reculent en arrière_: on ne peut
pas reculer _en avant_; _arrière_ est donc de trop.

3. _Allumer la lumière_; dires allumer la bougie, la chandelle, etc.;
on ne peut _allumer la lumière_; cependant, on peut dire _allumer le
feu_ ou _du feu_.

4. _Assez._—_Vos raisons sont assez suffisantes_; l'idée exprimée par
le mot _assez_ est déjà renfermée dans le mot _suffisant_.

5. _Aujourd'hui._—_Le jour d'aujourd'hui les enfants sont peu
soumis._—_Jour et aujourd'hui_ expriment la même idée.

6. _Beaucoup._—_Ce discours est rempli de beaucoup de citations._ Il
ne pourrait pas être rempli de _peu_ de citations; _beaucoup_ est donc
superflu.

7. _Borne._—_Cicéron a étendu les bornes et les limites de la
science._ Ces deux mots exprimant la même idée, l'un des deux suffit.

8. _Brillant._—_Un brillant éclat_: _brillant_ est de trop, car tout
_éclat_ est brillant.

9. _Charlemagne._—_Magne_ (du latin _magnus_) veut dire
_Charles-le-Grand_; ne dites donc pas _Charlemagne-le-Grand_, quoique
pourtant on puisse dire _le grand Charlemagne_, ce mot étant dans ce
cas considéré simplement comme un nom propre.

10. _En._—_Les vainqueurs étaient au nombre de vingt mille, dont il
n'y en eut pas un seul de tué._ Retranchez _en_ ou bien dites: _dont il
n'y eut pas un seul de tué_.

11. _Inanimé._—_Un cadavre inanimé_: y a-t-il des cadavres _animés_
ou _vivants_?

12. _Mon, ma, mes, ton, ta, tes, son, sa, ses_.—_J'ai mal à mon pied,
tu as mal à ta tête; il a mal à son bras_: est-ce qu'on peut avoir mal
au pied, à la tête, au bras d'un autre?

13. _Malgré_.—_Il fut forcé malgré lui de partir_; c'est toujours
_malgré soi_ qu'on est _forcé_.

14. _Mutuellement_.—_Il faut s'entr'aider mutuellement_: ce dernier
mot n'ajoute rien au sens.—Il en est de même de _l'un l'autre, les
uns les autres_ employés dans ce sens.

15. _Orageux_.—_Une tempête orageuse_: il n'y a point de tempête sans
orage.

16. _De part et d'autre_.—_Cet entretien se termina par des plaintes
réciproques de part et d'autres_: ces derniers mots sont superflus, car
_réciproque_ et _de part et d'autre_ signifient la même chose.

17. _Partout_.—_Il y a des sots tout partout_: le dernier mot rend à
lui seul toute la pensée; supprimez _tout_.

18. _Petit_.—_Un petit monticule, une petite maisonnette, une petite
barquette, un petit peu_: l'idée de _petit_ est marquée par _monticule,
maisonnette, barquette_ et _peu_; donc le mot _petit_ est de trop.

19. _Puis_.—_Il va dîner, puis ensuite il ira chez nous; puis_
signifie déjà _ensuite_.

20. _Seulement_.—_Pour faire trembler les révoltés, le roi n'aurait
seulement qu'à se montrer_: _seulement_ est de trop, car l'idée qu'il
exprime est rendue par _ne... que_.

21. _Temps_.—_Une heure de temps, un jour, une semaine, un mois, une
année de temps_:—_les heures, les jours_, etc., ne mesurent pas autre
chose que le _temps_.

22. _Vite_.—_Dépêchez-vous vite_; peut-on se dépêcher _lentement_?

23. _Voyons voir_: répétition barbare.

24. _Nous entrâmes dans la maison où nous y trouvâmes des amis_:
retranchez _y_ ou bien dites: _et nous y trouvâmes des amis_.

=Pleurésie=, s. f., maladie: ne dites pas _plurésie_ ni _purésie_.

=Pleurs=, s. masculin, sans singulier, larmes: _des pleurs
amers_.—Bossuet a dit dans le style élevé, en parlant de l'enfer: _là
règne un pleur éternel_; mais ici le mot _pleur_ paraît être pris dans
un sens figuré, pour _peine, douleur_.

=Pleuviner=, pour désigner une pluie fine qui tombe, n'est pas
français; dites _bruiner_ ou _pluviner_: _il commence à bruiner, à
pluviner_.—_Bruiner_ est préférable.

=Pleuvoir=, fait au participe passé _plu_: _il y a longtemps qu'il
n'ait plu_ (et non _pleu_),—L'Académie ne donne pas de participe
présent.

=Pli=, s. m., terme du jeu de cartes;—ne dites pas, _j'ai fait deux,
trois, six plis_; dites, _j'ai fait deux, trois, six levées_.

=Plier, Ployer=, v. a.—Voici ce que dit le Dictionnaire de
l'Académie:—_plier_, mettre en un ou plusieurs doubles et avec un
certain ordre: _plier du linge, plier des habits, des hardes, des draps
de lit, des serviettes; pliez votre serviette, plier une lettre_,
etc.—_Plier_ signifie aussi courber, fléchir: _plier de l'osier, plier
des branches, des branches d'arbre, des branches de vigne pour en faire
un berceau, plier les genoux_.

2. _Plier_ s'emploie figurément, et signifie, assujétir, soumettre,
faire céder, s'accoutumer: _il faudra plier ce jeune homme à la
bonne règle; plier son esprit, son humeur aux volontés, aux désirs
d'autrui_.—Il est aussi neutre, et signifie devenir courbé: _un
roseau, un bâton, une houssine, une baguette qui plie; la planche
pliait sous lui_.—Figurément, _plier sous le poids des affaires,
sous le poids des années; plier sous l'autorité, sous les ordres de
quelqu'un_.

3. _Ployer_ veut dire, fléchir, courber: _ployer une branche d'arbre;
ployer le genou en marchant_.—Il signifie quelquefois, arranger une
chose en la pliant, en la mettant en rouleau, en paquet, etc. _ployez
votre marchandise; ployez votre serviette; ployez vos habits_.

_Ployer_ s'emploie comme actif, comme neutre et avec le pronom
personnel dans presque toutes les acceptions du verbe _plier_, mais
seulement _en poésie_ et _dans le style élevé_;—dans _le langage
ordinaire_, on se sert de _ployer_. (Acad.)

=Ploter=, v. a., battre, maltraiter; écrivez _peloter_ et prononcez
_ploter_: _on l'a bien peloté; il a été bien peloté dans cette
conversation, dans cette dispute_.

=Pluie=, s. f., eau qui tombe des nuages: prononcez _pluî_ (_ui_
diphth.) et non _pluiïe_, ni _plouî_.

=Plume=, s. f.:—_c'est une belle plume_, pour, _il a une écriture_,
n'est pas français.

=Pluriel, elle=, adj. et subst.—Quelques-uns, dit l'Académie,
écrivent _plurier_, et la plupart prononcent _plurié_;—nous pensons
que cette forme et cette prononciation sont surannées, et qu'il faut
aujourd'hui écrire et prononcer _pluriel_ (_plurièle, è_ bref).

=Plus=, adv. de comp.—Prononcez _plu_ et non _plusse_: l'_s_
cependant se prononce dans: _je dis plus, il a plus_ et dans
_plus-que-parfait_.

2. Il a le même sens que _davantage_, mais on ne peut pas l'employer
pour _davantage_: voyez ce mot.

3. _Plus d'à demi, plus d'à moitié_: ces locutions sont préférables à
celles-ci: _plus qu'à demi, plus qu'à moitié_.

4. Ne dites pas: _il a plus que vingt ans; il a dépensé plus que cent
francs_; dites, _il a plus de vingt ans; il a dépensé plus de cent
francs_.

5. Ne dites pas: _il est plus sage, il est moins sage comme vous_;
dites, _que vous_.

6. Ne dites pas: _plus pauvre est-on, plus est-ce qu'on veut briller;
plus que je le connais, plus que je l'estime_; dites, _plus pauvre
est-on, plus veut-on briller; plus je le connais, plus je l'estime_.

7. Ne dites pas: _je n'ai plus vu ce monsieur_, pour signifier que vous
le voyez pour la première fois; dites, _je ne l'ai pas encore vu, je ne
l'ai jamais vu_.

8. _Plus pire, plus meilleur, plus pis, plus mieux_, sont des locutions
barbares.

9. _Plus_ comparé à _mieux_; voyez ce dernier mot.

10. _Plus tôt_ et _plutôt_.—_Plus tôt_, en deux mots, a rapport
au temps et est opposé à _plus tard_: _il est arrivé plus tôt (plus
tard) que vous_.—_Plutôt_, en un mot, éveille une idée de choix, de
préférence: _plutôt mourir que de me déshonorer_; c'est-à-dire, je
préfère, j'aime mieux mourir que...

=Poche=, s. f.—Ne dites pas: _j'ai ce papier en poche_; dites, _dans
ma poche; mettre, serrer, fourrer quelque chose dans sa poche, dans
ses poches_.—_Mettre en poche_, (figuré et famil.) c'est _mettre en
réserve_ et appliquer à son profit un argent qu'on a reçu pour une
autre destination.

=Poêle=, a plusieurs significations:—_poêle_, s. _masculin_ (et non
_poèle_ ni _poële_), drap mortuaire qui recouvre le cercueil; voile
qui recouvre la tête des mariés; sorte de dais.—_Poêle_ ou _poile_,
s. _masculin_ (et non _poèle_ ni _poële_), sorte de fourneau de terre
ou de fonte ou de tôle, par le moyen duquel on échauffe des chambres,
des serres, etc.—_Poêle_, s. _féminin_ (et non _poèle_ ni _poële_),
ustensile de cuisine à longue queue pour frire, fricasser;—_poêlon_,
petite poêle:—dans toutes ces diverses acceptions, prononcez _poale,
poalon, poalier_ et non _pèle_ ni _poèle_.

=Poêlier=, s. m. (et non _poëlier_), artisan qui fait des poêles:
prononcez _poalier_ et non _poèlier_.

=Poème=, s. m., ouvrage en vers;—_poète_:—l'_e_ est grave dans ces
mots; l'_o_ et l'_è_ forment deux syllabes de même que pour les dérivés
_poésie, poétereau, poétesse, poétique, poétiser_, etc.

2. On doit se garder d'intercaler, dans la prononciation, un _i_
entre l'_o_ et l'_e_; ne dites donc pas, _po-ïème, po-ïète, po-ïésie,
po-ïétique_, etc.

=Poète=, s. m., celui qui cultive la poésie; au féminin, _poétesse_,
mais il est peu usité et l'on dit plus volontiers _une femme poète_.

=Poigner=, n'est pas français; il faut dire _toucher, manier,
prendre dans la main_:—_regardez cela, mais n'y touchez pas; ne
touchez pas cela; manier un drap pour voir s'il est doux, s'il est
fin_.—_Empoigner_ est français.

=Poignet=, _poignant, poignée, poignard_:—prononcez _poagnet,
poagnant, poagnée, poagnard_ et non _pognet, pognant, pognée, pognard_.

=Poil=, s. m.—On ne dit pas un _poil_, mais bien un _grain_ de tabac,
d'avoine, de poudre à canon;—un _brin_ d'herbe, de fil, de soie, de
paille;—un _flocon_ de neige: _la grêle n'a pas laissé dans ce pré un
brin d'herbe; le seigle et le froment ont déjà poussé de beaux brins;
ces pauvres n'ont pas un brin de paille pour se coucher_.

2. _Poil_ (_mort_).—Il faut traduire par _poil follet_, si l'on veut
désigner ces poils rares et légers qui viennent avant la barbe; _duvet_
s'emploie aussi dans cette acception, surtout en poésie;—et par
_duvet_, si l'on veut parler des poils qui poussent aux jeunes oiseaux
avant les plumes: _ce jeune homme n'a encore que le poil follet; le
poil follet commence à lui pousser; ces petits moineaux ont encore leur
duvet_.—Prononcez _poale_ et non _poèle_.

=Poindre=, v. n., n'est usité qu'à l'infinitif et au futur; il se
dit proprement du jour qui commence à paraître, et de plantes qui
commencent à pousser: _à peine le jour commençait à poindre; je
partirai dès que le jour poindra; dès que les herbes commencent à
poindre; le poil commence à lui poindre au menton_.

2. Ne dites pas _pointer_ dans ce sens: _j'ai vu poindre_ (et non
_pointer_) _le jour_.

3. Prononcez _poindre_ et non _poandre_ ni _poin-te, poindère_.

=Point= (=à=).—Cette locution est française et signifie, _à propos_;
_il était ruiné, il a recueilli une grande succession, cela lui est
venu bien à point;—vous arrivez à point, bien à point;—tout vient à
point à qui peut attendre_.

=Point, Pas.=—Ne dites pas: _il y a six mois que je ne l'ai pas vu_;
dites, _il y a six mois que je ne l'ai vu_.

2. Ne dites pas: _ont-ils pas fait telle chose; viendra-t-il pas
aujourd'hui?_ dites, _n'ont-ils pas fait telle chose; ne viendra-t-il
pas aujourd'hui?_—Voyez _pas_.

3. _Peu ou point, ni peu ni point_:—Ces locutions sont françaises: la
première signifie _presque point_ et la seconde, _point du tout_:—_il
a peu ou point de santé; il n'a d'esprit ni peu ni point_.

4. Prononcez _point_ (en faisant sentir l'_in_ comme dans _pin_) et non
_poant_.

=Pointilleux, euse=, celui qui aime à pointiller, à contester: _vous
êtes bien pointilleux_;—ne dites pas _pointilleur_.

=Poireau= et =Porreau=, s. m.—Ces deux mots sont reçus, mais
_porreau_ paraît moins usité (Acad.):—cependant comme _porreau_ est
plus en usage en Belgique que _poireau_, nous pensons qu'il faut lui
donner la préférence, au moins dans la conversation: c'est une plante
potagère du genre des oignons: _une soupe aux porreaux_.

2. _Poireau_ signifie aussi une excroissance qui vient sur la peau,
particulièrement aux mains: _il a les mains pleines de poireaux_;—il
se dit dans le même sens, en parlant des chevaux et des chiens: _un
cheval qui a des poireaux aux jambes; un petit chien qui a des poireaux
aux joues_.—On dit aussi _verrue_ dans ce sens.—_Poireau_: prononcez
_poareau_.

=Pois goulus=, pois que l'on mange avec la cosse; ne dites pas _pois
gourmands_.

=Poivrier, Poivrière.=—Le _poivrier_ est un arbrisseau qui produit
le poivre; il se dit aussi, d'un vase, d'une boîte où l'on conserve le
poivre;—la _poivrière_ est un ustensile de table de la forme d'une
salière dans lequel on met le poivre;—il se dit aussi d'un petit vase
en forme de poire dont l'extrémité est percée d'un petit trou et que
l'on secoue pour saupoudrer de poivre divers aliments.

=Polder=, s. m., au pl., _polders_, vastes plaines de la Belgique qui
sont protégées par les digues: prononcez _pol-dre_.

=Polichinelle=, s. m., sorte de marionnette; ne dites pas
_porichinelle_ ni _pourichinelle_.

=Polir=, v. a.—Ne dites pas _polir_, dans le sens de repasser du
linge: _voilà des chemises bien repassées_, et non _bien polies_;—il
faut dire également _repasseuse_ et non _polisseuse_.

=Pollen=, s. m. poussière fécondante des fleurs: prononcez _pol'lène_,
en faisant sentir les deux _ll_ et l'_n_.

=Pommeau=: voyez _cliche_ et _bouton_.

=Ponctuer=, _ponctuation, ponctuel, ponctualité_ etc.:—prononcez le
_c_ comme un _k_.

=Pontonnier=, s. m., celui qui reçoit le droit exigé pour le passage
d'une rivière, soit sur un pont, soit dans un bac.—Prononcez
_ponto-nier_ et non _ponto-gnier_.

=Poques= et =Poquettes=: ces mots ne sont pas français;—il faut dire
_petite vérole_: _mon frère a eu la petite vérole_ et non, _les poques,
les poquettes_.

=Porc=, s. m., cochon:—le _c_ ne se fait pas sentir devant une
consonne: _du porc frais_ (_por_).

=Porc-épic=, s. m., quadrupède dont le corps est hérissé de piquants;
au pluriel, _porcs-épic_:—prononcez _porképik_ au pluriel comme au
singulier.

=Portant, te=, ne s'emploie qu'avec les adverbes _bien_ et _mal_: _mon
frère est bien portant, ma sœur est mal portante_ (_se porte bien, se
porte mal_).

2. _L'un portant l'autre_, pour _l'un parmi l'autre_: voyez _parmi_.

=Porte= _d'une agraffe_ (_la_), est une espèce de petit anneau où l'on
fait entrer le crochet d'une agraffe et qui sert à la retenir.—Ne
dites pas _œillet_.

=Porteballe=, s. m., s'écrit sans trait d'union et en un seul
mot.—Il se dit d'un marchand ambulant qui porte sur son dos une
balle de marchandises; au pluriel _des porteballes_:—ne dites pas
_porte-panier_.

=Porte-cigare=, s. m., espèce de chalumet au bout duquel on adapte
un cigare;—étui pour renfermer plusieurs cigares;—au pluriel,
des _porte-cigare_ dans la première acception, et _porte-cigares_
au singulier et au pluriel, dans la seconde;—dans ce cas, nous
préférerions le mot _étui à cigares_; on éviterait ainsi l'équivoque.

=Portefaix, Portefeuille, Portemanteau=, s'écrivent sans trait d'union
et en un seul mot.

=Porter=, s. m., espèce de bière anglaise: prononcez _portère_.

=Porteur de lettres=, ne se dit pas; dites _facteur_.

=Portion, Potion.=—_Portion_ signifie _part, partie_: _les
héritiers ont partagé tout le bien du défunt en quatre portions;
garçon, servez-moi une portion de fraises_.—_Potion_ ne désigne
qu'un remède liquide: _une potion calmante_ et non _une portion
calmante_.—Prononcez _porcion, pôcion_ (_ô_ long).

=Possible=, adj.—_Il est possible que, est-il possible que_, veut le
subjonctif: _il est possible que je gagne_ (et non _que je gagnerai_)
_le gros lot_; _est-il possible que vous vous laissiez_ (et non _que
vous vous laisserez_) _toujours entraîner par vos camarades_.

2. _Possible_ est invariable, comme attribut d'une proposition
elliptique, lorsqu'il est précédé des mots _plus, moins, le plus,
le moins_: _ils ne songent qu'à payer le moins d'impôts possible_,
c'est-à-dire, qu'il lui est possible.

3. Ne dites pas: _cela peut être possible_; c'est un pléonasme vicieux;
dites simplement: _cela est possible_.

4. Prononcez _possi-ble_ et non _possipe, possibèle_.

=Poste=, s. f.: prononcez _pos-te_ et non _posse_.

2. Ne dites pas d'un domestique qu'il est dans un bon _poste_; dites
qu'il est dans une bonne _condition_.

3. _Papier de poste_ n'est pas admis par l'Académie, qui dit _papier à
lettres_.

=Post-scriptum=, s. m., ce qui est ajouté à une lettre, ordinairement
après la signature: on l'indique par ces deux lettres: _P. S._—Au
pluriel des _post-scriptum_. (Acad.) Prononcez _poss'-scriptome_.

=Posture=, s. f., signifie la position du corps, mais il n'est pas
synonyme de _statue_: _il y a des statues dans son jardin_ (et non _des
postures_).

=Pot=, s. m., vase de terre ou de métal: prononcez _pô_ (_ô_ long);
l'_o_ devient bref dans _pot-à-l'eau, pot-au-lait, pot-au-feu_.

2. Ce mot, suivi de la préposition _à_, marque la destination du _pot_;
et lorsqu'il est suivi de la préposition _de_, il indique l'usage
actuel du vase: _pot-à-l'eau, pot-au-lait, pot à fleurs_, etc., vases
propres à mettre de l'eau, du lait, des fleurs;—_pot d'eau, pot de
lait, pot de fleurs_, vase qui contient maintenant de l'eau, du lait,
des fleurs.

3. Ne dites pas: _mettez au pot_ ou _à la potte_, pour, _mettez au jeu,
faites l'enjeu_.

4. Ne dites pas, _il est bête comme un pot_; en effet, un pot ne
peut être ni bête ni intelligent; dites, _il est bête comme une
oie_;—cependant on peut dire d'une personne de peu d'intelligence,
_qu'elle est bouchée comme un pot_.

5. On dit également bien, _il est sourd comme un pot_ (et non _comme
une porte_).

=Potable=, adj., qui peut se boire, qu'on peut boire sans répugnance:
_eau potable, ce vin est déjà potable_;—prononcez _potable_, et non
_potape_ ni _potabèle_.—Voyez _buvable_.

=Potassium=, s. m., nouveau métal: prononcez _potaciome_.

=Pot-au-feu=, s. m., s'écrit avec des traits d'union;—au pluriel, des
_pot-au-feu_. (Acad.)—Ce mot signifie la quantité de viande destinée
à être mise dans le pot: _mettre un pot-au-feu, trois pot-au-feu_; un
_pot-au-feu de trois livres de viande, de trois livres_.—_Pot-au-feu_
ne se dit pas du _bouilli_.

=Pot-de-vin=, s. m., sorte de présent qui se fait en sus du prix
convenu pour un marché; au pluriel _des pots-de-vin_: _on lui donne
mille francs pour le pot-de-vin_.—Voyez _dringuelle_.

=Pot pourri=, s. m., s'écrit sans trait d'union.

=Poteau= (_d'eau_), petit amas d'eau formé par la pluie, etc., dans les
parties creuses des chemins;—ce mot n'est pas français; rendez-le par
_flaque_ ou _mare_ (la _flaque_ est plus petite que la _mare_): _il
y a des flaques d'eau dans ce chemin; dans ce village on abreuve les
bestiaux à une mare, à la mare_.

=Potée=, s. f., ce qui est contenu dans un pot, ce que peut contenir un
pot: _une potée d'eau, une potée de bouillon, une potée de lait_.

2. _Une potée d'enfants_, c'est un grand nombre d'enfants;—_éveillé
comme une potée de souris_, se dit d'un enfant fort vif, fort remuant
et fort gai. (Acad.)—Plusieurs lexicographes disent _éveillé comme
une portée de souris_.

3. On ne dit pas, _une potée de fleurs_ ou simplement _une potée_; le
mot français est _pot de fleurs_.

4. _Potée_ ne se dit pas non plus en français pour _quart de pinte_.

=Potiquet=, n'est pas français; dites _petit pot_.

=Potiron=, s. m., espèce de citrouille ronde: _manger du potiron_;—ne
dites pas _poturon_.

=Potte=, n'est pas français; il faut dire _fossette_ pour désigner
un petit creux que les enfants font en terre pour y jeter et y faire
entrer des noix, des billes, des noyaux, etc.: _jouer à la fossette_.

=Pouce=, s. m., le plus gros et le plus court des doigts de la main.

2. On peut dire, manger _un morceau sur le pouce_, c'est-à-dire, _à la
hâte_;—l'Académie donne cet exemple: _manger, déjeuner sur le pouce_,
(à la hâte, sans prendre le temps de s'asseoir).—c'est donc à tort
que certains grammairiens condamnent la première locution.

3. Ne dites pas _le pouce du pied_: dites _le gros orteil_ ou
simplement _l'orteil_.

=Pouding=, s. m., sorte de mets anglais composé de différents
ingrédients: prononcez _poudingue_.

=Poudre=, s. f., se dit de divers médicaments, simples ou composés, qui
sont sous la forme de poudre; ce mot est féminin: _poudre purgative;
une poudre d'une grande vertu_.

=Poulain=, s. m., jeune cheval: le féminin correspondant est
_pouliche_;—on disait autrefois _poulaine_ ou _pouline_.

=Poule=, s. f.; ne dites pas _pouille_.

=Pouls=, s. m., battement des artères: prononcez _pou_ et non _poule_
ni _pouce_.

=Poumonie=, s. f., maladie de poumons; _poumonique_, qui en est
atteint;—ces mots ne sont pas français: dites _pulmonie, pulmonique_.

=Poupard=, s. m., enfant au maillot, gros enfant: ne dites pas
_papard_.—On dit aussi _poupon, pouponne_.

=Poupée=, s. f., jouet de petites filles; ne dites pas _poupe, pope_.

=Pour=, prép.—Ne dites pas: _qui est-ce, qu'est-ce pour un homme,
pour une musique, pour un arbre, pour une fleur?_ dites simplement
_qui est-ce_ ou _quel est cet homme, quelle est cette musique, quel est
cet arbre, quelle est cette fleur?_

2. Ne dites pas: _pour à l'égard de votre frère_; dites, _pour votre
frère_ ou _à l'égard de votre frère_.

3. Ne dites pas: _le vin est fait pour boire_; dites, _pour être
bu_.—Avec _pour_, évitez les verbes actifs pris dans un sens passif.

4. Ne dites pas: _pour quant à moi_; dites, _pour moi_ ou _quant à moi_.

5. Ne dites pas: _s'il est puni, c'est pour lui, car il l'a bien
mérité_; dites, _s'il est puni, tant pis pour lui..._

6. Ne dites pas: _c'est un long travail, j'en ai pour moi trois mois_;
dites, _j'en ai pour trois mois_.

7. Ne dites pas: _tout est trop cher, ce n'est plus pour vivre_; dites,
_il n'y a plus moyen de vivre_. (Fland.)

8. Ne dites pas, _le dites-vous pour de bon_; dites, _tout de bon_.

9. Ne dites pas, _il dort pour quatre_; dites, _il dort comme quatre_.
(Fland.)

10. Ne dites pas, _je n'oserais le faire, c'est bon vous_ ou _pour
vous_; dites, _c'est bon à vous_.

=Pourboire=, s. m.: voyez _dringuelle_.

=Pourpre=, s. m., couleur rouge foncée: prononcez _pour-pre_ et non
_pourpe_ ni _pourpère_.

2. _Pourpre_, maladie dangereuse, est masculin: _il a la maladie du
pourpre_.

=Pourquoi.=—Ne dites pas: _Dieu est juste, c'est pourquoi que nous
devons l'aimer_; dites, _c'est pourquoi nous devons l'aimer_. (Wall.)

2. Ne dites pas: _pourquoi est-ce que vous faites cela; pourquoi est-ce
que c'est que vous faites cela?_—dites, _pourquoi faites-vous cela?_

=Poursuivre=, v. a., fait au part. passé _poursuivi_ et non _poursui_:
_il m'a poursuivi pendant une heure_;—la même observation s'applique
au verbe _suivre_.

=Pourvu que=, loc. conj.: voyez _parmi que_.

=Pousser=, v. a. et n.—On dit très-bien, _les arbres commencent à
pousser; ces fleurs poussent déjà_, pour signifier un accroissement
qui se produit dans les arbres et dans les plantes.—On dit également,
_les arbres commencent à pousser des boutons, des feuilles_;—mais
_pousser_, dans ce dernier sens, ne s'emploie pas comme verbe
neutre;—il faut dire, _les arbres poussent des boutons, des feuilles_,
etc., ou bien, _les arbres verdissent_.

=Poussière=, s. f.—Ne dites pas, _j'ai une poussière dans l'œil_;
dites, _j'ai un grain de poussière_ ou _j'ai de la poussière dans
l'œil_.

2. _Poudreux_, couvert de poussière, dans le langage ordinaire, est
infiniment préférable à _poussiéreux_:—_pousseux_ n'est pas français.

=Poussin, Poulet.=—_Poussin_, petit poulet nouvellement éclos: _une
poule qui appelle_, qui _rassemble ses poussins_.—_Poulet_ se dit du
petit d'une poule, plus âgé et plus fort que le _poussin_: _manger du
poulet; élever, engraisser des poulets_.

=Poutre=, s., grosse pièce de bois équarri qui soutient les solives
d'un plancher; ce mot est féminin: _la poutre est cassée_.—Prononcez
_pou-tre_ et non _poute_ ni _poutère_.

=Poutrelle=, s. f., petite poutre: dans ce bâtiment il ne faut que des
poutrelles.

=Pouvoir=, v. n.—_Il ne peut mal de tomber, de négliger ses devoirs_
(Wall.): voyez _mal_.

2. Ne dites pas: _le verre est cassé, je n'en peux rien_; dites _je n'y
puis rien, ce n'est pas ma faute_;—on dit encore: _on l'accuse fort
injustement de telle chose, il n'en peut mais_.

3. Ne dites pas, _cet homme peut contre la boisson_ (Flandr.); dites,
_cet homme sait supporter la boisson_. (Flandr.)

4. Ne dites pas: _cette dépense n'est pas trop forte pour lui, il peut
là contre_; dites, _il peut la faire sans se gêner_. (Fland.)

5. _Pouvoir, savoir.—On ne saurait, on ne peut._—_On ne
saurait_ paraît plus propre à marquer l'impuissance morale où l'on est
de faire une chose;—_on ne peut_, semble marquer plus précisément et
avec plus d'énergie l'impossibilité de la chose en elle même. Ce qu'_on
ne saurait faire_ est trop difficile; ce qu'_on ne peut faire_ est
impossible: _on ne saurait bien servir deux maîtres; on ne peut pas
obéir en même temps à deux ordres opposés_.

=Précepteur=, s. m.: voyez _Percepteur_.

=Prêcher=, v. a.—Ne dites pas, _prêcher par exemple_; dites, _prêcher
d'exemple_.

=Prédire=, v. a., se conjugue comme _médire_:—indic. prés., _vous
prédisez_; impér., _prédisez_.

2. Ne dites pas: _tableau appartenant à M. X. prédit_; dites, _à M. X.
cité plus haut, déjà nommé_;—_susdit, susdite_ se dit aussi, surtout
dans le style de pratique.

=Préférer=, v. a.—On dit _préférer faire_ et _préférer de faire_.

2. Lorsqu'il est suivi de deux infinitifs mis en opposition, il faut
dire _préférer de... plutôt que de...._:—_il préféra de mourir plutôt
que de se rendre lâchement_.

=Prélire=, v. a., t. d'imprim.: ne dites pas, _la vente se fera aux
conditions à prélire_; dites, aux _conditions indiquées plus haut,
ci-dessus mentionnées_.

=Premier, ière=, adj. num. ord.—Prononcez _premier_ (_e_ muet) et non
_prémier, prèmier, promier_: prononcez de même _premièrement_.

=Premièrement=, adv.—N'employez pas _premièrement_ pour _tout à
l'heure, il n'y a pas longtemps_: dites donc: _il est arrivé tout à
l'heure_ et non _il arrive premièrement_;—_je venais de dîner quand
vous êtes entré_, et non, _je dînais premièrement quand vous êtes
entré_;—_il vient de partir_ et non _il part premièrement_;—_Caïn
a rougi le premier_ ou _est le premier qui ait rougi la terre du sang
humain_, et non _Caïn a premièrement rougi la terre_. (Fland.)

2. Ne dites pas: _dînons premièrement, nous verrons ensuite_; dites,
_dînons d'abord..._

=Prendre=, v. a.—_Prendre sa main, prendre son pied_, sont des
expressions ridicules et qui n'ont pas de sens;—au lieu de dire, _je
prends ma main et je lui donne un soufflet_; dites simplement, _je lui
donne un soufflet_.

2. Ne dites pas, _ne prenez pas mauvais que je vous contredise_; dites,
_ne trouvez pas mauvais..._ (Fland.)

3. Ne dites pas, _prenez attention à ce que vous faites_; dites,
_faites attention..._—Voyez _attention_. (Fland.)

4. Ne dites pas, _prendre confiance en quelque chose_; dites, _mettre
sa confiance en quelque chose_.

5. Ne dites pas, _l'idée lui a pris de sortir_; dites, _l'idée lui est
venue de sortir_.

6. Ne dites pas, _prendre bon_, pour _trouver bon_ ou _prendre en bonne
part_. (Fland.)

7. Ne dites pas au cond.: _nous prenderions, vous prenderiez_; dites,
_nous prendrions, vous prendriez_.

=Preneur, Bailleur=, en style de notaire, font au féminin _preneuse_ et
_bailleresse_; dites _bailleresse de fonds_ et non _bailleuse de fonds_.

=Prenker= ou =Prinquère=, est un mot du flamand vulgaire; rendez-le par
_hanneton_ (_h_ aspirée).

=Près de= et =Prêt à=—_Près de_, loc. prép., signifie _sur le point
de_: _les beaux jours sont près de finir_.—_Prêt à_ est un adjectif
qui veut dire _disposé à_, et qui s'accorde avec le mot qu'il modifie:
_l'ignorant est toujours prêt à s'admirer_.—Ainsi _près de la mort_
et _prêt à la mort_, ne présentent pas le même sens:—le premier
signifie _voisin_ de la mort et le second _préparé_ à mourir.

2. _Près de, auprès de, au prix de_: voyez _prix_.

=Presbyte=, adj. et s.: voyez _myope_.

=Prescience=, s. f., connaissance de l'avenir: prononcez _press'ciance_
et non _pré-ciance_.

=Préséance=, s. f., droit de prendre place avant quelqu'un dans une
solennité:—prononcez l'_s_ dure, _précéance_.

=Président à la cour=, et =Président de la cour=.—Un _président
à la cour_ est un président d'une chambre de la cour; le _premier_
président d'une cour d'appel ou de cassation a seul le droit au titre
de _président de la cour_.

=Présider=, occuper la première place dans une assemblée, s'emploie
avec ou sans la préposition _à_: _présider une compagnie,
présider l'assemblée_, ou _présider à une compagnie, présider à
l'assemblée_.—On dit de même _présider un concours_ et _présider à un
concours_. (Acad.)

=Presque=, adv.:—L'_e_ ne s'élide que dans _presqu'île_: _un ouvrage
presque achevé_ (et non _presqu'achevé_),—cependant l'_e_ devant une
voyelle s'élide dans la prononciation.

=Pressez-vous vite=, _hâtez-vous vite, dépêchez-vous vite_, sont des
pléonasmes vicieux; dites simplement, _pressez-vous, hâtez-vous,
dépêchez-vous_.

=Présupposer=, _présupposition_: l'_s_ est dure dans ces mots.

=Prêt à=: voyez _près de_.

=Pretantaine=, s. f.—_Courir la pretantaine_, courir çà et là sans
sujet:—ne dites pas _prétentaine_ ni _pertaintaine_.

=Prétendûment=, adv.—Ce mot est hors d'usage; il faut le remplacer
par le participe _prétendu, due_ ou _soi-disant_: _on a vérifié
la pièce prétendue fausse_ et non _prétendûment fausse_; _un tel,
soi-disant docteur_.

=Prétendre.=—_Prétendre la première place_, c'est l'exiger comme
un droit; et _prétendre à la première place_, c'est y aspirer, c'est
travailler à l'obtenir.

=Prêter, Emprunter.=—Il ne faut pas confondre ces deux mots:—_prêter_,
c'est _donner_ quelque chose à quelqu'un, lequel s'engage à vous le
rendre: _j'ai prêté de l'argent à mon frère pour le mettre à même de
payer ses dettes_;—_emprunter_, au contraire, c'est _recevoir_ quelque
chose de quelqu'un en s'engageant à le lui rendre: _j'ai emprunté de
l'argent à mon frère pour payer mes dettes_;—en un mot, celui qui
prête, _donne_ et celui qui emprunte, _reçoit_.—Il en est de même
des substantifs _prêt_ et _emprunt_.—Plusieurs wallons emploient
abusivement _prêter_ pour _emprunter_.

=Prétexte=, s. m., raison apparente dont on se sert pour cacher le vrai
motif: prononcez _préteks-te_ (en faisant sentir l'_x_ et le _t_ final)
et non _prétekse_ ni _prétèke_.

=Prêtre=, s. m.;—le féminin correspondant _prêtresse_ n'est usité
qu'en parlant du culte des faux dieux:—prononcez _prê-tre_ et non
_prê-te_ ni _prê-tère_.

=Preuve=, s. f., ce qui établit la vérité: prononcez _preu-ve_ (_eu_
bref) et non _preu-fe_ ni _preû-ve_.

=Prévenir=, v. a., instruire, avertir quelqu'un d'une chose par
avance;—on peut dire, _prévenir quelqu'un d'une chose_ ou bien
_prévenir quelqu'une qu'une chose est, a été_ ou _sera_: _il m'a fait
prévenir de son arrivée; je vous préviens que vous aurez demain une
visite qui vous surprendra_. (Acad.) Voyez _informer_.

2. _Prévenir d'avance_, est un pléonasme vicieux: _il m'a fait prévenir
de son arrivée_ et non _il m'a fait prévenir d'avance_.

=Prévisant=, mot wallon, qui regarde de trop près à quelque chose; qui
est trop exact, trop ménager;—traduisez-le par _regardant_: _il ne
faut pas être si regardant, trop regardant; vous êtes trop regardant_.

=Prévoir=, v. a., se conjugue comme voir, excepté au futur et au
conditionnel, où il fait, _je prévoirai, tu prévoiras_, etc., _je
prévoirais, tu prévoirais_, etc.

2. _Prévoir d'avance_, est un pléonasme vicieux, car _prévoir_ signifie
par lui-même, _voir d'avance_.

=Prévôt=, _prévôtal, prévôtalement_: l'_o_ est bref dans ces trois mots.

=Prie-Dieu=, s. m., sorte de pupitre devant lequel on s'agenouille
pour faire ses prières; au pluriel des _prie-Dieu_.—Ne dites pas
_prié-Dieu_ et prononcez _prî-Dieu_ (_î_ long) et non _pri-ïe-Dieu_.

=Prier=, v. n.: prononcez _pri-er_ et non _pri-ier_.

2. Ne dites pas: _je vous prie le bon jour, le bon soir_; dites, _je
vous souhaite le bon jour, le bon soir_.

3. On dit, _prier quelqu'un d'une chose_ ou _de faire quelque chose_.
(Acad.)

=Prière=, s. f.—On dit _un livre de prières_ et non _un livre à
prières_. (Acad.)—Voyez _livre_.

=Prieur=, s. m., dignité ecclésiastique; l'_i_ est long ainsi que dans
_prieure, prieuré_.

=Primatie=, s. f., dignité du primat: prononcez _primacie_;
—_primatial_, prononcez _primacial_.

=Primeur=, s. f., se dit au _singulier_ de la première saison des
fruits et des légumes: _les fraises, les pois sont chers dans la
primeur, dans leur primeur_.—Il se dit aussi en parlant du vin:
_certains vins sont bons dans la primeur_, c'est-à-dire, sont bons à
boire aussitôt après la vendange.—_Primeurs_, au pluriel, se dit des
fruits et des légumes précoces: _on a servi des primeurs_.

=Priser=, v. n., prendre du tabac,—_priseur_, qui prend du tabac,
sont des mots français.

=Prix=, s. m.—Ne dites pas: _ce marchand vend à des prix civils_;
dites, _à des prix modiques_ ou _à juste prix_.

2. _Au prix de, auprès de, près de._—_Auprès de_ et _au prix de_
s'emploient pour marquer la différence qu'il y a entre deux objets
comparés: _la terre n'est qu'un point auprès du reste de l'univers;
qu'est-ce que cette vie au prix de l'éternité!_—_Au prix de_ doit être
préféré, quand il s'agit de la valeur de deux objets: _qu'est-ce que
la science au prix de la vertu? ce service n'est rien au prix de celui
qu'il m'avait rendu_. (Acad.)—_Près de_ ne s'emploie plus pour _auprès
de, au prix de_: le vers suivant a donc cessé d'être correct: _pour
vous régler sur eux, que sont-ils près de vous?_ (Rac.)—Aujourd'hui on
dirait: _que sont-ils auprès_ ou _au prix de vous_.

=Prochain, aine=, adj.—Ne dites pas: _j'irai vous voir lundi qui
vient, la semaine qui vient_, etc.; dites, _lundi prochain, la semaine
prochaine_. (Wall.)

2. =Prochain=, s. m., chaque homme en particulier et tous les hommes en
général: _il faut aimer son prochain comme soi-même_.—Il ne s'emploie
pas au pluriel.

=Proche=, voisin, est adjectif, adverbe et substantif: _les maisons
proches de la rivière sont sujettes aux inondations_; _les maisons qui
sont proche_ (près) _de la rivière_; _je demeure ici proche_ (près).

2. _Proche_, précédé du verbe _être_ est adjectif ou préposition: _ces
maisons sont proches_ ou _proche de la ville_; mais précédé d'un autre
verbe, il est toujours préposition: _les maisons que l'on construit
proche de la ville_.

3. _Proches_, au pluriel, est substantif et signifie les parents:
_c'est un de mes proches_;—voyez _parent_.

4. _Proche, contigu_.—Deux objets sont _contigus_, lorsqu'ils se
touchent immédiatement, lorsqu'il y a entre eux un contact véritable:
_ces deux maisons sont contiguës_, c'est-à-dire qu'elles se touchent et
ne sont séparées par quoi que ce soit.—Au contraire, ces deux maisons
peuvent être proches l'une de l'autre, quoique étant séparées par une
ou plusieurs maisons, jardin, place, etc.

=Procurer=, v. a.—Ne dites pas, _il s'est procuré d'une chambre, d'un
domestique_; dites, _il s'est procuré une chambre, un domestique_.
(Fland.)

=Professeur=, s. m., n'a pas de correspondant féminin; on dit
_maîtresse_: _maîtresse de musique, de dessin, d'anglais_.

=Profession=: voyez _métier_.

=Proficiat=, n'est guère usité que dans cette locution: _souhaiter à
quelqu'un un bon proficiat_, c'est-à-dire, lui souhaiter une bonne
réussite;—il s'emploie quelquefois seul et signifie alors, _je vous
fais compliment, je vous félicite_:—_votre devoir est très-bien fait,
proficiat!_—Prononcez _proficiate_ et non _proféciate_.

=Profil=, s. m., trait d'un objet vu de côté: prononcez _profile_ (_l_
non mouillée).

=Profit=, s. m., petit instrument de métal qui sert à brûler les
chandelles jusqu'au bout; ce mot n'est pas français; il faut dire
_binet_ ou _brûle-tout_.

=Profiter=, est un verbe neutre; ne dites donc pas, _je n'ai rien
profité_, mais, _je n'ai profité de rien_. (Fland.)

2. Ne dites pas, _j'ai profité cent francs dans cette soirée_; dites,
_j'ai gagné cent francs..._ (Fland.)

3. Ne dites pas, _je profite beaucoup de lui_; dites, _avec lui_ ou
_dans sa fréquentation_. (Fland.)

=Profondis= (=de=):—voyez _de profundis_.

=Prolongation, Prolongement.=—_Prolongation_ signifie _le temps_
qu'on ajoute à la durée fixe de quelque chose: _prolongation de congé,
de terme_.—_Prolongement_ veut dire l'extension, la continuation de
quelque portion _d'étendue, d'espace_: _prolongement d'un mur, d'un
chemin_. Voyez _proroger_.

=Promener=, v. n.—Ne dites pas: _je vais promener, coucher, baigner_,
etc.; dites, _je vais me promener, me coucher, me baigner_.

2. Cependant on peut dire, en sous-entendant _se_, _je l'ai envoyé
promener_. (Acad.)—Prononcez _promener_ (_e_ muet) et non _promèner_.

=Promenoir, Promenade.=—La _promenade_ est l'action de se
promener;—le _promenoir_ est le lieu où l'on se promène.—Prononcez
_promenade, promenoir_ (_e_ muet) et non _promènade, promènoir_.

=Promettre=, v. a.—Ne dites pas, _je vous promets que j'y suis allé_;
dites, _je vous assure_ ou _je vous certifie que..._—Voyez _compter_.

=Prompt=, _prompte, promptement, promptitude_:—on ne prononce pas
le second _p_ dans ces mots: _pront, pronte, prontement, prontitude_.
(Acad.)

=Prône=, s. masculin, instruction pendant la messe paroissiale: faites
l'_ô_ long ainsi que dans _prôner_.

=Prononciation.=—Pour arriver à se former une bonne prononciation,
il importe, entre autres choses, aux wallons comme aux flamands, de
donner à chaque lettre son véritable son ou sa juste valeur. Nous nous
contenterons ici de dire un mot des lettres _douces_ et des lettres
_fortes_: on pourra s'en faire une idée exacte par le tableau suivant.

  =Douces.=               =Fortes.=

  b—bombe                p—pompe
  c—ronce                q, ke—rauque
  d—ronde                t—conte
  g—bague                q—barque
  g—fromage              ch—vache
  j—il a jeté (j'té)     ch—acheter (ache'ter)
  v—grive                f—griffe
  z—douze                c—pouce
  s—blouse               s (dure)—mousse

L'important, avons-nous dit, est de conserver à chaque lettre sa valeur
naturelle, et de ne pas faire des douces des fortes et réciproquement:
que deviendra le mot _grive_, par exemple, si vous prononcez _griffe_?
il deviendra tout à fait méconnaissable. Or, les wallons et les
flamands, en ceci, pèchent précisément par les défauts contraires:
les wallons tendent à faire fortes toutes les douces, tandis que les
flamands sont exposés à adoucir toutes les fortes: ainsi _une grive_
chez un wallon deviendra _une griffe_; et chez un flamand _une griffe_
deviendra _une grive_.—Dans la liaison des mots c'est une faute
commune aux flamands d'adoucir les fortes: _mon père est allé_ (est
d'allé) _à Verviers; donc il n'ira pas chez vous_ (donc gu'il n'ira
pas) etc.

2. _Prononciation d'un jugement_:—Cette expression est vicieuse;—il
faut dire _prononcé_: _le prononcé du jugement aura lieu samedi
prochain_.

=Pronostic=, s. m., conjecture, jugement sur ce qui doit arriver: _ce
médecin fait ordinairement des pronostics fort justes_:—On écrivait
anciennement _prognostic_.—Prononcez _prognostique_.

=Proportionné=, _proportionnément, proportionnel, proportionnellement_.
—Ces deux derniers sont des termes de mathématiques et ne se disent
qu'en parlant des quantités, des grandeurs, des nombres: _quantités
proportionnelles; échelle proportionnelle; réduire proportionnellement
un grand dessin à un petit;—la récompense fut proportionnée
au service_; _il n'a pas été récompensé proportionnément_ (et non
_proportionnellement_) _à son mérite_.—_Ti_ se prononce comme _ci_
dans ces mots et dans _proportionné, proportion, proportionalité_.

=Propre=, adj.—Il a un sens différent selon qu'il est placé
devant ou après le substantif: _mon propre habit_ indique l'habit
qui m'appartient; il n'est pas question ici de propreté mais de
_propriété_.—_Mon habit propre_, indique l'état de _propreté_ de
celui-ci.—_Les propres termes d'une lettre_ sont les mêmes mots, sans
y rien changer, rapportés fidèlement;—_des termes propres_ sont des
termes qui expriment nettement la pensée, et conformément aux règles de
la langue.

2. Lorsque _propre_ signifie, _bien net, bien lavé, bien nettoyé_,
etc., il se met après son substantif: _apportez-moi une assiette
propre; voici un verre propre, vous avez des mains propres_.—Lorsqu'il
signifie, _qui appartient en propre, dont on est possesseur_, il se
place ordinairement devant le substantif: _vous avez mes propres gants;
il a été blessé par son propre cheval_.

3. Ne dites pas, _vous êtes si propre avec cette robe_; dites, _vous
êtes si bien avec cette robe_. (Wall.)

4. Ne dites pas, _c'est du propre que vous avez fait là_; dites, _c'est
une belle affaire, une jolie équipée, un beau tour, une belle besogne_,
selon le sens.

5. Ne dites pas, _c'est du propre_ pour _cela est mal_, ni _je suis
propre_ pour signifier, que vous avez reçu un malencontre.—Prononcez
_pro-pre_ et non _pro-pe_ ni _pro-père_.

=Prorata= (=au=), à proportion, à raison de: _au prorata de sa
fortune_;—ne dites pas _à prorata_.

=Proroger, Prolonger= (_prorogation, prolongation_).—_Proroger_,
v. a., c'est prolonger le temps qui avait été pris, qui avait été
donné pour quelque chose: _on a prorogé le délai qu'on lui avait
accordé_; dans cette acception, il a à peu près le même sens que
_prolonger_.—_Proroger_, en terme de législation politique, signifie
suspendre les séances des Chambres par un acte de l'autorité royale, et
en remettre la continuation à un certain jour: _le roi a prorogé les
Chambres jusqu'au premier mars_.

2. _Prolonger_, v. a., veut dire, faire durer plus longtemps, rendre
de plus longue durée: _prolonger la guerre, prolonger sa vie_.—Voyez
_prolongation, prolongement_.

=Prose=, s. f., discours non assujetti à la mesure, tout ce qui n'est
pas vers: prononcez _prô-ze_ (_ô_ long) et non _pro-ze_ ni _prô-ce_.

=Prospectus=, s. m., programme qui annonce d'avance le sujet, le prix,
le format d'un livre ou le but, les conditions d'un établissement
nouveau: prononcez _pros'pektuce_.

=Proue=, s. f., partie de l'avant du vaisseau, par opposition à la
_poupe_: prononcez _proû_ (_oû_ long) et non _prou-we_.

=Prouesse=, s. f., action de valeur: prononcez _prou-esse_ et non
_prou-wesse_.

=Prune, Pruneau.=—_Prune_ se dit du fruit frais du prunier;—_pruneau_
se dit de la prune séchée au four: _une compote aux pruneaux_.

=Prusse=, _prussien, Russie, russe_:—l'_u_ est bref dans ces mots;
c'est donc une faute de prononcer _Prû-ce, prû-cien, Rû-cie, rû-ce_.

=Psaume=, (et non _pseaume_), _psautier, psalmiste_: prononcez le _p_
et non _saume, sautier, salmiste_.

=Pseudonyme=, s. m., qui a un faux nom: ouvrage _pseudonyme_; _le
pseudonyme de cet ouvrage est M. Pierre_.—Prononcez le _p_.

=Psychologie=, s. f., traité philosophique de l'âme; _psychologique,
psychologiste_:—prononcez le _p_ et le _ch_ a le son de _k_.

=Puer=, s'emploie ordinairement sans régime: _cette viande pue_;—mais
il s'emploie quelquefois avec un régime: _cette chambre pue le musc_,
et non _après le musc_, comme on dit en flamand.—Prononcez _pu-er, il
pû, nous pu-ons_, etc., et non _pu-wer, il pu-we, nous pu-wons_.

=Puîné=, _puînée_, adj., qui est né depuis un de ses frères
ou une de ses sœurs: _c'est mon frère puîné_;—on l'emploie
aussi substantivement comme synonyme de _cadet_: _c'est mon
puîné_.—Cependant, dans la conversation, l'on se sert plus
ordinairement du nom de _cadet_. (Acad.)

=Puis=, adv., signifie ensuite.—Ne dites donc pas: _il va dîner, puis
ensuite il se rendra chez vous_; c'est comme si vous disiez _ensuite
ensuite il se rendra chez vous_.—Prononcez _puis_ (_ui_ diphth.) et
non _pou-is_; prononcez de même _puits, puisard, puissant, puissance,
puîné, puisque_, etc.

=Puissant=, adj.—Ce mot ne signifie ni _gros_ ni _gras_; ainsi ne
dites pas _un homme puissant, une femme puissante_ pour désigner _un
homme gros_ ou _gras, corpulent_, etc.

=Punch= (et non _épunch_), s. m., sorte de liqueur: prononcez _ponche_
et non _punche_.

=Purésie=: voyez _pleurésie_.

=Purgatoire=, s. m.: ne dites pas _purcatoire_.

=Purge=, s. f., est peu usité; employez de préférence _purgatif,
purgation, médecine_: _prendre un purgatif, une purgation, une
médecine_.

=Pusillanime=, adj., lâche; _pusillanimité_, s. f., manque de
courage:—on prononce les deux _ll_ sans les mouiller et l'_s_ a le son
de _z_.



  Q


=Q.=—On prononce _ku_ suivant l'appellation ancienne et usuelle, et
_ke_, suivant l'appellation moderne.—_Q_ ne s'écrit jamais sans être
suivi d'un _u_, si ce n'est dans quelques mots où il est final, _coq,
cinq_. Les deux lettres _qu_ se prononcent comme s'il n'y avait qu'un
simple _k_, excepté dans les mots que nous indiquerons ci-après.

=Qua=, se prononce comme _coua_ dans les mots suivants: _quadragénaire,
quadragésimal, quadragésime, quadrangulaire, quadratrice, quadrifide,
quadriflore, quadrilobé, quadrivalve, quadrige, quadrilatère,
quadrinome, quadrumane, quadrupède, quadruple, quadrupler_, _quaker_
ou _quacre_, _quanquam_ (_m_ finale), _quartidi, quartile, in-quarto,
quaternaire, quatuor, quartz, quartzeux_.

2. _Qua_, se prononce comme _ka_ dans les mots suivants: _quadran_
(ou _cadran_), _quadrat, quadratin, quadrature_, _quadre_ (ou _cadre_),
_quadrille, quai, qualité_, _quanquan_ (ou _cancan_), _quand, quant,
quantité, quart, quarteron, quasi, quaterne, quatrain, quatre,
quatre-vingt, quatrième, quarante_.

=Quadran=, s. m., horloge solaire: prononcez _cadran_; on écrit plus
souvent _cadran_.

=Quadrature=, s. f., en terme de géométrie et d'astronomie, prononcez
_coua_;—en terme d'horlogerie, prononcez _ka_. (Acad.)

=Quadre=, s. m., bordure de bois, etc., autour d'un tableau: prononcez,
_cadre_ et non _cate_ ni _cadère_.—On écrit plus communément _cadre_.

=Quadrille=, s., jeu, danse à quatre; ce mot est ordinairement
_masculin_, dit l'Académie, _danser un quadrille_: prononcez
_kadrille_, en mouillant les _ll_.—Il est _féminin_, lorsqu'il
signifie une troupe de chevaliers du même parti dans un carrousel: _la
première quadrille était magnifiquement vêtue_.

=Quaker= ou =Quacre=, s. m., secte religieuse en Angleterre et aux
États-Unis;—on prononce _coa-cre_;—le féminin est _quakeresse_.

=Quand, Quant.=—_Quand_, adv., signifie lorsque, dans le temps que,
dans quel temps: _quand Dieu créa le monde en six jours; j'irai vous
trouver, mais je ne puis vous dire quand_.—Il est aussi conjonction,
et alors il signifie, encore que, quoique, alors même que: _quand je le
voudrais, je ne le pourrais pas_; en ce sens, il veut le verbe suivant
au conditionnel.—Devant une voyelle le _d_ de _quand_ se prononce
comme _t_: _quand il voudra_.—Prononcez _can_ et non _kan-te_ devant
une consonne: _quand même_.

2. _Quant_, adv., est toujours suivi de la préposition _à_, et
signifie _à l'égard de, pour ce qui est de_: _quant à lui, il fera
ce qu'il voudra; quant à ce qui est de moi_;—_quant à_, suivi
de _moi_ ou de _soi_, se prend aussi substantivement: _tenir son
quant-à-moi, son quant-à-soi; se tenir sur son quant-à-moi, sur son
quant-à-soi_, prendre un air réservé et fier, ne répondre qu'avec
circonspection.—On dit également _se mettre sur son quant-à-moi, sur
son quant-à-soi_, faire le suffisant, le hautain.

3. Ne dites pas, _quant au reste_ pour _au reste_. (Wall.)

4. Ne dites pas, _j'y serai quand vous_; dites, _en même temps que
vous, aussitôt que vous_.

5. Ne dites pas, _quand je suis guéri, j'irai vous voir_; dites, _quand
je serai guéri..._ (Fland.)

6. _Quant_, ne doit pas s'employer pour _quantième_: _quel quantième_
(et non _le quant_ ni _le combien_, ni _le quantième_) _du mois
avons-nous_? _il a reçu des nouvelles toutes fraîches, mais je ne sais
pas de quel quantième elles sont_; _de quel quantième_ (et non _du
quant_ ni _du combien_, ni _du quantième_) _vous a-t-il écrit_? _montre
à quantièmes_.—Voyez _combien_.

=Quanquam=, s. m. (on prononce _couan'couame_), harangue latine que
prononçait un écolier à l'ouverture de certaines thèses de philosophie
ou de théologie.

=Quanquan=, s. m., terme corrompu du latin _quanquam_:—on prononce et
l'on écrit ordinairement _cancan_; il se dit populairement, surtout au
pluriel, des bavardages dans lesquels il entre de la médisance: _ces
bruits ne sont que des cancans_;—il signifie aussi faire beaucoup de
bruit d'une chose qui n'en vaut pas la peine: _faire des cancans, de
grands cancans_.

=Quantes=, adj. f. pl., n'est usité que dans ces locutions familières:
_toutes et quantes fois que_ ou _toutes fois et quantes que_:—_je vous
prêterai des livres toutes et quantes fois que vous voudrez; je vous
accompagnerai chez lui toutes fois et quantes qu'il vous plaira_:—il a
vieilli. (Acad.)

=Quantième=: ne dites pas _quantrième_;—voyez _quant_ et _combien_.

=Quarré=, _quarrément, se quarrer, quarrure_:—on écrit ordinairement
_carré, carrément, se carrer, carrure_.

=Quart.=—Ne dites pas: _il est le quart avant quatre heures, il est
le quart pour quatre heures_; dites, il est _trois heures trois quarts_
ou _il est quatre heures moins un quart_. (Acad.)

2. Ne dites pas non plus: _il est le quart après deux heures_; dites,
_il est deux heures et un quart_ ou _il est deux heures un quart_ (mais
non _deux heures et quart_). (Acad.)

=Quarteron=, s. m., quatre onces, quart d'un cent, prononcez mais
n'écrivez pas _cartron_.

=Quartier=, s. m.—Rien de plus commun que de voir affiché: _quartier
à louer_; il faut dire _appartement à louer_; _chambre_ ou _chambres
à louer_, car une maison ne se divise pas en _quartiers_, mais en
_appartements_.

2. On dit très-bien _les quartiers d'une ville_.

3. _Quartier_ se dit aussi de ce qui se paie de trois mois en trois
mois pour les loyers, pensions, rentes, gages, etc.: _il doit deux
quartiers de son loyer_; _le prix de la pension se paie par quartiers_
(trimestres).

4. Ne dites pas: _les soldats sont rentrés au quartier_; dites, _... à
la caserne_.

=Quarto= (=in=), un ouvrage _in-quarto_, prononcez _ain-couarto_.—Voyez
_in-douze_.

=Quasiment.=—Ce mot n'est plus en usage; dites, _presque, quasi_:—_il
est presque minuit; il n'arrive quasi jamais à temps_.

=Quasimodo=, s. f., le dimanche après Pâques; on prononce _kasimodo_ et
_couasimodo_.

=Quatre=, adj. num.—_Entre quatre yeux_, en tête à tête: _je lui
dirai cela entre quatre yeux_. Selon l'Académie, on prononce,
_ordinairement_, par euphonie, _entre quatre-z-yeux_;—quoi
qu'il en soit, la prononciation _entre quatre yeux_ nous paraît
préférable.—Voyez _œil_.

2. _Se mettre en quatre_, c'est s'employer de tout son pouvoir pour
rendre service: _c'est un homme qui se met en quatre pour ses amis_.
(Acad.)

3. _Comme quatre_, veut dire beaucoup, excessivement: _il crie, il
fait du bruit comme quatre; il mange, il boit comme quatre; un œuf
gros comme quatre; il a de l'esprit comme quatre_. (Acad.)—Prononcez
_qua-tre_ et non _quate_ ni _qua-tere_.

=Quatre-vingts.=—On écrit _quatre-vingts hommes_, et
_quatre-vingt-un, quatre-vingt-deux_, etc., _hommes_;—Voyez _cent_.

=Quatrième=, adj. num.: on prononce _katrième_ (_î_ long) et non
_katri-aim-me_.

=Que=, se prononce comme _ke_ dans _que, quenouille, querelle,
quereller, quel, quelque, quelqu'un, quérir, question, queue_.—Il
se prononce comme _cue_ (et non _coue_) dans _quérimonie, questeur,
questure_.

2. Ne dites pas: _j'ai plus que trente ans_; dites, _j'ai plus de
trente ans_.

3. Ne dites pas, _vous avez mis l'habit que vous êtes si bien avec_;
dites, _avec lequel vous êtes si bien_.

4. Ne dites pas: _c'est la fenêtre qu'il y a des carreaux cassés_;
dites, _où il y a..., dans laquelle il y a..._

5. Ne dites pas: _de la manière qu'il agit, de la manière qu'il parle;
donnez-lui ce qu'il a besoin_;—_que_, pronom relatif est toujours
régime direct, et ne peut par conséquent s'employer qu'avec des verbes
actifs; dites donc: _de la manière dont il agit, de la manière dont il
parle; donnez-lui ce dont il a besoin_.

6. Ne dites pas: _je vais vous dire qu'est-ce que c'est_; dites, _ce
que c'est_.

7. Ne dites pas, _qu'est-ce qui vous a parlé_; dites, _qui est-ce qui
vous a parlé?_

8. Ne dites pas, _qu'est-ce qui vous appelle_, mais _qui est-ce qui
vous appelle_.

9. Ne dites pas: _que veut-on dire, la chose est ainsi_; dites, _qu'y
faire la chose est ainsi_. (Fland.)

10. Ne dites pas: _que vous n'ayez pas été trompé, est étrange_: dites,
_que..., cela est étrange_.

11. Ne dites pas: _la plume que vous écrivez, que vous écrivez si bien
avec_; dites, _la plume avec laquelle vous écrivez..._: on n'écrit pas
une plume, mais, avec une plume. (Wall.)

12. Ne dites pas: _quel beau temps qu'il fait; quel beau discours qu'il
a prononcé_; dites, _quel beau temps il fait, quel beau discours il a
prononcé_. (Wall.)

13. Ne dites pas: _il fait tant de sottises; il arrange si mal ses
affaires que ce n'est pas pour dire_; dites, _qu'on ne saurait
l'exprimer, qu'on ne peut s'en faire une idée_, ou bien prenez une
autre tournure, mais, _ce n'est pas pour dire_, n'est pas supportable.

=Quelque, Quelqu'un, Quelquefois=:—prononcez toujours l'_l_ et
non _quéque, quéqu'un, quéquefois_; prononcez également _quèlque,
quèlqu'un, quèlquefois_ et non _quélque, quélqu'un, quélquefois_.

2. Ne dites pas: _Oh! Monsieur, c'était quelque chose_; dites, _c'était
beau, rare, magnifique_. (Fland.)

=Quelqu'un= (=un=).—Ce pléonasme, admis autrefois, ne l'est plus du
tout aujourd'hui; il faut dire simplement _quelqu'un_:—_quelqu'un_
(et non _un quelqu'un_) _me l'a dit_.

2. _Quelqu'un, une_, substantif., signifiant _un, une entre
plusieurs_: _nous attendons des hommes, il en viendra quelqu'un_
(un); _plusieurs femmes m'ont promis de venir, nous en aurons
quelqu'une_ (une).—_Quelqu'un_ pris absolument s'emploie pour
deux genres, et signifie une personne: _quelqu'un m'a dit; j'attends
ici quelqu'un_.—C'est pourquoi _quelqu'une m'a dit, j'attends ici
quelqu'une_, ne sont point des locutions françaises.—Au pluriel,
on dit absolument; _quelques-uns assurent le contraire_; mais on
ne dirait pas, en employant _quelques-uns_ comme régime du verbe:
_je connais quelques-uns_; il faut dire avec le pronom _en_, _j'en
connais quelques-uns_; et dans le cas, _quelques-uns_ n'est point pris
absolument, il se rapporte avec un substantif énoncé auparavant et dont
le pronom _en_ rappelle l'idée.

=Quelque chose=, est masculin lorsqu'il signifie une chose: _j'ai
appris quelque chose de bon_; il est féminin lorsqu'il signifie, quelle
soit la chose ou quelle que fût la chose: _quelque chose qu'il m'ait
dite, je n'ai pas confiance en lui_.—Voyez _chose_.

=Quelquefois=, ne peut pas s'employer pour _peut-être_ ou _par
hasard_: _Jean n'est pas encore de retour. Il est peut-être_ (et non
_quelquefois_) _malade_; _si par hasard le maître vous voyait, vous
seriez puni_, et non, _si quelquefois le maître_.

=Quenouille=, s. f., canne pour filer: prononcez _kenouille_ (_e_ muet
et _ll_ mouillées) et non _quènouille_ ni _quenoule_.

=Querelle, Quereller=:—prononcez _kerèle, kerèler, krèle, krèler_, et
non _kèrelle, kèrèller_ ni _kérelle_, et encore moins _karèle, karler_.

=Questeur, Questure=:—prononcez _cuesteur, cuesture_ et non _kesteur,
kesture_ ni _couesteur, couesture_.

=Question=, s. f., demande, proposition, torture:—prononcez
_kess'thion_ et non _kécion_; prononcez de même _questionner_.

=Qu'est-ce qui=, se dit des choses et _qui est-ce qui_, des personnes:
ne dites donc pas, _qu'est-ce qui m'a appelé_, mais _qui est-ce qui m'a
appelé_.

=Queue=, s. f.: prononcez _keû_ (_eû_ long) et non _keu-we_.

2. On dit la _queue_ d'une poêle, d'une casserole; le _manche_ d'un
balai, d'une pelle; les _manches_ ou _mancherons_ d'une charrue; des
_tiges_, des _fanes_, et non des _queues_ de pommes de terre, de
navets, de carottes, de panais, de betteraves, etc.

=Qui=, se prononce comme _ki_ dans _qui, quiconque, quidam_ (_kidan_),
_quillage, quille, quiller, quilliette, quillier, quinquina_
(_kinkina_), _quitte, quitter, quiproquo_.

2. Il se prononce comme _cui_ (et non _coui_) dans _quia (à), quibus,
quiescent, quiet, quiétisme, quiétiste, quiétude, quindécagone,
quindécemvir_ (_cuindécem'vir_), _quinquagénaire_ (_cuincouagénère_),
_quinquagésime_ (_cuinquouagésime_), _quinque_ (_cuincué_),
_quinquennal_ (_cuincuenn'nal_), _quinquennium_ (_cuincuèn'niome_),
_quinquenove_ (_cuinkenove_), _quinquerce_ (_cuincuerce_),
_quinquerème_ (_cuincuérème_), _quintetto_ (_cuintèt'to_), _quintetti_
(_cuintèt'ti_), _quintidi, quintil, quintuple, quintupler, quitus_
(_cuituce_).

3. Ne dites pas: _c'est moi qui a, c'est moi qui est_; _c'est vous
qui ont, c'est vous qui sont_; _c'est nous qui ont, c'est nous qui
sont_:—_qui_ doit toujours s'accorder en genre, en nombre et en
personne avec son antécédent; dites donc, _c'est moi qui ai, qui suis_;
_c'est vous qui avez, qui êtes_; _c'est nous qui avons, qui sommes_,
etc.

4. Ne dites pas: _c'est à vous à qui je parle; est-ce à moi à qui vous
en voulez_; dites, _c'est à vous que je parle; est-ce à moi que vous en
voulez?_

5. Ne dites pas: _parlez à tout qui vous voudrez_; dites, _parlez à qui
vous voudrez, à tous ceux que vous voudrez_. (Wall.)

6. _A qui, de qui_.—_Qui_, précédé d'une préposition, ne peut se dire
que des personnes; on le remplace par _lequel, laquelle_, quand il
s'agit des choses: dites donc, _l'étude à laquelle_ (et non _à qui_)
_je consacre mon temps_; _le cheval sur lequel_ (et non _sur qui_) _je
suis monté_.

=Quia= (=à=), terme usité seulement dans ces phrases proverbiales: _être
à quia, mettre à quia_, c'est-à-dire, être réduit ou réduire quelqu'un
à ne pouvoir répondre; prononcez _cuia_ (_a_ bref) et non _couia_ ni
_kiia_.

=Quibus=, s. m., terme populaire qui n'est guère usité que dans cette
phrase: _avoir du quibus_, avoir de l'argent, être riche: prononcez
_cuibuce_ et non _couibuce_ ni _kibuce_.

=Quiconque=, pron. indif., est masculin dans le sens général:
_quiconque est capable de mentir, est indigne d'être compté au nombre
des hommes_.—Employé pour désigner une femme, il est féminin:
_mesdames, quiconque de vous sera assez hardie pour médire de moi, je
l'en ferai repentir_. (Acad.)

=Quidam=, s. m., désigne les personnes dont on ignore ou dont on
n'exprime pas le nom; _je fus accosté par un certain quidam, un quidam
de mauvaise mine_; le féminin _quidane_ n'est usité qu'en terme de
palais.—Prononcez _kidan_.

=Quiet=, _quiétisme, quiétiste_: prononcez _cuiet, cuiétisme,
cuiétiste_, et non _coui_ ni _ki_.

=Quille=, s. f.—Dites _jouer aux quilles_ et non _aux guilles_.

=Quincaille, Quincaillerie, Quincaillier=:—on écrit aussi, mais moins
souvent, _clincaille, clincaillerie, clincaillier_.

2. Le mot _quincaillerie_ ne s'emploie qu'au singulier: _marchand de
quincaillerie_.—Prononcez _kincaille_, etc.

=Quine=, s. m., ne se dit pas pour désigner le jeu du _loto_: dites
donc _jouer au loto_ et non _à la quine_.—_Quine_ se dit au loto de
cinq numéros gagnant ensemble sur la même ligne horizontale ou de même
couleur; _j'ai un quine_ (il est masculin).

=Quinine=, s. féminin (_de la quinine_), _quinquina_, s. m. (on dit
aussi _quina_):—prononcez _kinine, kinkina, kina_.

=Quinquagénaire=, adj. et subst., qui est âgé de cinquante ans:
prononcez _cuincouagénère_.

=Quinquagésime=, s. f., le _dimanche de la Quinquagésime_;—prononcez
_cuincouagézime_ et non _kinkagézime_.

=Quinquennal, ale=, adj., qui dure cinq ans; le pluriel est
_quinquennaux_:—prononcez _cuincuèn'nal_ et non _kinkèn'nal_.

=Quint=, adj., ne s'emploie guère que dans ces dénonciations, et
pour signifier _cinquième_ de nom:—_Charles-Quint_, empereur;
_Sixte-Quint_, pape.

=Quintousse.=—Ce mot n'est pas français; il faut le rendre par
_coqueluche_: _cet enfant souffre beaucoup de la coqueluche_.

=Quintuple=, adj., cinq fois autant; _quintupler_:—prononcez
_cuintuple, cuintupler_, et non _kintuple, kintupler_ ni _couintuple,
couintupe, cointupèle_, etc.

=Quinze=, adj. num.—On dit _d'aujourd'hui, de demain, d'hier en
quinze_ et non, _aujourd'hui, demain, hier en quinze_. (Acad.)

2. Ne dites pas: _cela est arrivé aujourd'hui, demain, hier en quinze_;
dites _cela est arrivé il y a aujourd'hui, il y aura demain, il y a eu
hier quinze jours_. (Fland.)—Voyez _huit_.—Prononcez _kin-ze_ et
non _kince_.

=Quiproquo=, s. m., méprise, malentendu: _il a fait un quiproquo_.
—L'Académie écrit au pluriel _des quiproquo_; nous ne voyons pas
ce qui empêche décrire _des quiproquos_: le mot n'a plus la forme
ni la prononciation latine, il est donc tout-à-fait français: voyez
_malentendu_.—Prononcez _kiprokô_ (_ô_ long.)

=Quitte=, adj.; le pluriel est _quittes_: _nous sommes quittes_.
—_Quitte_ signifie qui est délivré, débarrassé de quelque chose; il
suit de là qu'on est _quitte_ de quelque chose de mauvais, de gênant,
de fâcheux, comme d'une fièvre, d'un procès, etc.; mais on ne peut pas
dire que l'on est quitte de quelque chose auquel on était attaché ou
que l'on regardait comme un bien; ne dites donc pas, _il est quitte de
sa bourse, de son chapeau, de sa place, de ses parents_, etc.; dites,
_il a perdu, on lui a volé sa bourse, son chapeau_, etc.

2. Ne dites pas, _je suis quitte avec vous_, mais, _... envers vous_.

=Quitter=, v. a., dans le sens de _tenir quitte_, a pour régime direct
le nom de la personne et pour régime indirect le nom de la chose:
_donnez-moi la moitié de ce que vous me devez et je vous quitte du
reste_ (et non _le reste_); _je vous quitte de tout ce que vous me
devez_ (et non _tout ce que_); _je vous quitte des intérêts et du
principal; je vous en quitte_. (Acad.)

2. Ne dites pas: _je connais un moyen de quitter les taches de
graisse_; dites, _... d'enlever, d'ôter, d'effacer les taches de
graisse_. (Fland.)

3. Ne dites pas: _c'est là que nous avions quitté, reprenons notre
conversation_; dites, _c'est là que nous en étions restés..._ (Fland.)

4. Ne dites pas: _quittez la table, ôtez la table_, pour _desservir_.

5. On dit très-bien, _quitter son habit, sa robe, ses souliers_, etc.,
dans le sens d'ôter quelque chose de dessus soi, de s'en dépouiller, de
s'en débarrasser. (Acad.)

=Quoi=, pron.—Ne dites pas: _je ne sais quoi faire, quoi dire, quoi
répondre, quoi penser_, etc.; dites, _je ne sais que faire, que dire,
que répondre, que penser_.

2. Ne dites pas _de quoi_ pour _quoi_: on vous fait une question que
vous ne comprenez pas, et pour vous la faire répéter vous dites,
_quoi?_ (et non _de quoi_), c'est-à-dire, que dites-vous, qu'avez-vous
dit?

3. _Il a de quoi, ils ont de quoi_, locution triviale; dites, _il est
riche, il a de l'argent, il est dans l'aisance_, etc.—Voyez _fortuné,
moyen, moyenné_.

4. Ne dites pas, _à quoi monte le budget_; dites, _à combien..._

=Quoique=, conj.—_Quoique_, en un mot, veut dire _encore que_:
_quoique vous ayez raison, je ne puis pourtant pas vous approuver
entièrement_;—_quoi que_, en deux mots, veut dire _quelque chose
que_; _quoi que vous fassiez, vous ne réussirez pas_.

2. Ne dites pas, _quoique ça_, mais _malgré ça_ et mieux _malgré
cela_:—_malgré cela, je lui pardonne_.—Voyez _malgré_.

3. Ne dites pas, _quoiqu'il fait beau, je reste à la maison_, dites,
_quoiqu'il fasse beau_... _Quoique_ gouverne toujours le subjonctif.

=Quote=, adj.:—il n'est usité que dans cette expression _quote-part_,
qui ne s'emploie pas au pluriel: _il doit payer tant pour sa
quote-part_.—Prononcez _kote-part_.



  R


=Rr.=—Les deux _r_ se font entendre dans les mots qui commencent,
1º par _err_, comme _errer, erreur, erroné_ et autres dérivés; 2º par
_irr_, comme _irraisonnable, irrasatiable, irrécusable, irrégulier,
irréligion, irritabilité_, etc.; 3º par _horr_, comme _horreur,
horrible, horripilation_ et aussi _abhorrer_.

2. Les deux _r_ se prononcent également, 1º dans les futurs et les
conditionnels des verbes _mourir, acquérir, requérir, courir_, et
les dérivés; 2º dans _aberration, concurrence, concurrent, corroder,
corrosion, erratique, erre, errhin, errement, interrègne, inénarrable,
myrrhis, narration, narrateur, narratif, narré, narrer, occurrence,
terreur, terrible, torrent_ et le verbe _errer_ à l'infinitif et au
participe.—Les deux _r_ se prononcent dans les noms propres _Burrhus,
Pyrrha, Pyrrhon, Pirrhus, Verrès_, etc., et dans les mots dérivés
_pyrrhique, pyrrhonien_, etc. (HENNEBERT.)

=Rabattu.=—Ne dites pas, _c'est du rabattu_ pour _c'est du rebattu,
c'est du rebâché_.

=Raccroc=, s. m., coup imprévu du jeu: _il s'est sauvé par raccroc_:
prononcez _racrô_ (_ô_ long).

=Raccuser.=—Ce mot n'est pas français pour signifier _redire par
méchanceté, ce qu'on a vu ou entendu_; il faut dire _rapporter,
rapporteur, dénoncer, dénonciateur_:—_c'est lui qui nous a rapportés;
les enfants sont rapporteurs_.

=Rachever=, n'est pas français: dites _achever_.

=Raclée=, s. f., volée de coups: _recevoir une bonne raclée_; ce terme
est populaire.

=Racoudre=, n'est pas français: dites _recoudre_:—_votre manche est
décousue, faites-la recoudre_; s'il s'agit de raccommodage, dites
_raccommoder_.

=Racquitter.=—Ce verbe est français: _il avait beaucoup perdu,
mais j'ai pris son jeu et je l'ai racquitté; il avait perdu tout son
argent, mais il s'est racquitté; essayez de vous racquitter; vous vous
racquitterez une autre fois_.

=Radis=, s. m., légume:—l'_s_ ne se prononce pas.

=Rafistoler=, n'est pas français; dites _réparer, raccommoder,
rarranger, retoucher_.

=Rafle=, s. f., terme de jeu, enlever tout sans rien laisser;—au jeu
des dés, _rafle_ se dit quand les dés amènent chacun le même point:
_j'ai fait rafle de quatre_.—Prononcez _ra-fle_ et non _rafe_ ni
_rafèle_.

=Rafraîchir.=—Dans le sens de faire un repas, de boire un coup, etc.;
il ne s'emploie que pronominalement: _nous sommes allés nous rafraîchir
à tel hôtel_ (et non _rafraîchir_).

=Rahausse=, ce qui sert à hausser; dites _hausse_: _mettre une hausse à
des souliers, à des bottes; mettre des hausses aux pieds d'une table,
d'une armoire_.

=Raide=, _raidir, raideur, raidillon_:—on écrit aussi _roide, roidir,
roideur, roidillon_.—En conversation, dit l'Académie, et quelquefois
dans le discours soutenu, on prononce _rède, rèdir, rèdeur, rèdillon_.
Il résulte de cette observation que l'on peut aussi prononcer _roide_
(_roade_), _roidir_ (_roadir_), _roideur, roidillon_, mais seulement
dans le discours soutenu.

=Raie=, s. f.; voyez _ligne_.

=Raiguiser=, n'est pas français; il faut dire _aiguiser_ ou _aiguiser
de nouveau_, selon le sens: _allez aiguiser votre couteau; faites-le
aiguiser de nouveau_:—voyez _aiguiser_.

=Rail=, s. m. pl., _rails_, barre, barreau: _raille_.

=Raillerie= (_entendre_).—Voyez _entendre_.

=Rail-way=, s. m., chemin de fer: prononcez _rail-wai_.

=Raison=, s. f.—Ce mot ne s'emploie pas dans le sens de _querelle,
différend, démêlé_;—ne dites donc pas: _j'ai eu des raisons avec
lui_; dites, _j'ai eu une querelle, un différend avec lui_.—Mais
on dit fort bien, _conter ses raisons à quelqu'un_, c'est-à-dire,
l'instruire de ses affaires, de ses intérêts, lui explique les motifs
de la conduite qu'on a tenue.

=Raisonnable=, adj.—Quelques personnes emploient à tort le mot
_raisonnable_ pour _moyen_, et le crieur d'une petite ville du Hainaut
terminait de la manière suivante l'annonce d'une vente de porcs: _il y
en a des grands, des petits et des raisonnables_. (OMNIBUS MONTOIS.)

=Raja= ou =Rajah=, s. m., prince indou: prononcez _raja_.

=Rallargir=, mot wallon: dites _rélargir_: _il est obligé de faire
rélargir tous ses habits_.

=Rallonge, Rallonger.=—Ces mots sont français: _mettre une rallonge à
une robe, à une table; rallonger une jupe, une table_.—On dit aussi
dans le même sens _allonge, allonger_.

=Ramonasse=, mot d'origine flamande qu'il faut rendre en français par
les mots _rave, raifort_ ou _radis_, selon le sens.

=Ramponeau=, s. m., terme de cuisine; ce mot n'est pas français; dites
_filtre à café_.

=Rance=, dans le sens de _crêpe_, est un mot wallon: _il a mis un crêpe
à son chapeau_.

=Rancuneux, euse=, adj. qui garde rancune: ce mot n'est pas français:
dites _rancunier, ière_.

=Ranger= (=se=), _de_, signifie se mettre de:—_se ranger à_, veut dire
adopter: _se ranger du parti, du côté de quelqu'un_; _se ranger à
l'avis_ (et non _de l'avis_) _de quelqu'un_.

=Râpe=, s. f., =Râper=, v. a.: l'_â_ est long comme dans _pâté_.

=Rapêcher=, retirer de l'eau: ce mot est wallon; dites _repêcher_: _il
était tombé au fond de la rivière, on l'a repêché à demi-mort_.

=Raphaël=, n. pr.—Prononcez _Raphaèle_ et non _Rapha-yèle_.

=Rapiécer, Rapiéceter, Rapétasser.=—_Rapiécer_, c'est raccommoder
en mettant une pièce ou des pièces;—_rapiéceter_, c'est remettre
sans cesse de nouvelles pièces;—_rapétasser_, c'est raccommoder
grossièrement de vieilles hardes.

=Rappeler= (=se=): on dit, _se rappeler quelque chose_ et non _de quelque
chose_:—_je me le rappelle_ et non _je m'en rappelle_.—Il est
toutefois d'usage de dire: _je me rappelle d'avoir vu, d'avoir fait,
d'avoir écrit_. (Acad.), c'est-à-dire, je me rappelle _le fait_ d'avoir
vu, d'avoir fait, etc.

2. _Rappeler_ (_en_), ne dites pas: _j'ai été condamné, mais je vais
en rappeler_; dites, _je vais en appeler, je vais en appel, je vais
interjeter appel_.

=Rapport=, s. m.—Ne dites pas: _il m'en veut à rapport de vous_, ou
bien, _à rapport que je suis riche_; dites, _il m'en veut à cause de
vous_, ou bien _parce que je suis riche_. (Wall.)

2. Ne dites pas, _il dit cela par rapport à vous_; dites, _il dit cela
à cause de vous_, ou _à votre adresse_, selon le sens.

3. Ne dites pas: _je ne suis pas venu à l'école, à rapport que j'ai été
malade_; dites, _parce que j'ai été malade_.

4. Ne dites pas: _sur le rapport de la conduite, je n'ai que de bons
renseignements à donner de mon domestique_; dites, _sous le rapport..._

=Rapt=, s. m., enlèvement par violence; on prononce le _p_ et le _t_,
(_rapte_).

=Rare=, adj.—Dites, _il est rare que je le fasse, que nous le
fassions_ et non, _que je le fais, que nous le faisons_.

=Ras, ase=, adj., qui a le poil coupé jusqu'à la peau ou qui a le poil
fort court, etc.—On dit _au ras de l'eau, à ras l'eau_, c'est-à-dire,
presque au niveau de l'eau: _cette embarcation est à ras l'eau_:—on
dit aussi _à rase terre_, c'est-à-dire, à fleur de terre, de niveau
avec le sol environnant: _dans la cour est un puits dont la margelle
est à rase terre_.

2. Ne dites pas, _mesurer à rase_; dites, _mesurer à rase
mesure_.—Prononcez _raze_ au masculin comme au féminin.

=Rasibus=, prép., tout près: _la balle lui passa rasibus du
front_.—Prononcez _rasibuce_.

=Rassercir= ou =Rassercer=.—Ce mot n'est pas français; dites
_rentraire_, s'il s'agit de l'action de coudre ensemble deux morceaux
d'étoffe sans que la couture paraisse;—dites _ravauder_, pour
signifier, raccommoder de méchantes hardes à l'aiguille, sans pièces:
_ravauder des bas, une veste; aiguille à ravauder_.

=Ratatouille=, s. f., ragoût grossier, composé ordinairement de viande
et de légumes: _quelle ratatouille nous servez-vous donc là? ce
traiteur ne donne que de la ratatouille_. (BESCHERELLE.)

=Râteau=, _Râteler, Râtelier_, etc.—Prononcez l'_â_ comme dans
_pâté_: _un râteau à dents de fer; râteler des foins, des avoines,
manger à plus d'un râtelier_.

=Rattaquer.=—Ne dites pas: _il a rattaqué à Bruxelles_; dites, _il a
appelé..., il a interjeté appel à Bruxelles_.

=Rattendre=, n'est pas français; dites donc, _attendez-moi, attendez un
peu_ et non _rattendez-moi; rattendez un peu_.

2. Ne dites pas, _on a rattendu un homme dans le bois_; dites, _on a
attaqué..._

=Rature, Effaçure=, s. f.—_Les ratures_ consistent en quelques
traits de plume qu'on passe sur ce qu'on écrit;—les _effaçures_
se font à l'aide d'un grattoir; _un écrit plein de ratures, chargé
de ratures; l'effaçure n'empêche pas qu'on ne lise encore quelque
chose de ce qui était écrit_.—De même le verbe _raturer_ a une toute
autre signification que les verbes _gratter, effacer, ôter_: _il
est difficile d'avoir un style pur sans raturer_ (biffer, bâtonner)
_beaucoup_.

=Rauque, Enroué.=—_Rauque_ ne se dit que de la voix et jamais des
personnes;—_enroué_ se dit également de la voix et des personnes,
mais il n'exprime qu'un effet passager, inaccoutumé: _une voix rauque_;
_cet homme a une voix forte, mais le son en est rauque_; _un homme
enroué_ (et non _rauque_); _avoir la voix enrouée, parler enroué_.

2. Prononcez _roque_ (_o_ bref).

=Ravauderie=, s. f., ne signifie pas _vieillerie, gueuserie,
bagatelle_: _on ne vend là que de la vieillerie; il ne se meuble que
de vieilleries_.—_Ravauderie_ veut dire, bavardage, discours, plein
de niaiseries, de bagatelles: _il ne dit que des ravauderies; quelle
ravauderie venez-vous nous conter_.

=Ravoir.=—Ce verbe ne s'emploie qu'à l'infinitif; dans les autres
temps, il faut se servir de l'un des mots: _payer, se rétablir, avoir
de nouveau, reposséder, regagner, retenir, récupérer, recouvrer,
rattraper_:—_vous le payerez_ (et non _je vous raurai_); _cette
personne commence à se rétablir_ (et non _à se ravoir_); _si je puis
retenir mes papiers, je ne les lui donnerai plus;—je voudrais bien
retenir l'argent que je lui ai prêté;—il voudrait bien retenir ce
qu'il a dit;—je n'ai jamais pu récupérer mes déboursés dans cette
affaire;—il a recouvré sa bourse;—il cherche à recouvrer son
bien;—allez toujours devant, je vous aurai bientôt rattrapé;—il
a si bien fait qu'il a rattrapé la montre qu'on lui avait volée; on ne
m'y rattrapera plus;—bien fin qui m'y rattrapera_.

=Rawette=, s. f., mot wallon qui se rend selon le sens par: _et le
reste, surcroît, cadeau_ ou une autre expression équivalente:—_son
emploi lui vaut par an mille francs et le reste_ (la locution _haïe
au bout_ a vieilli); _après ma journée j'ai dû faire une course d'une
lieue par surcroît; je vais vous acheter cette pièce d'étoffe, mais
vous me donnerez ce foulard en cadeau, vous me ferez cadeau de ce
foulard, vous me donnerez quelque chose en sus du marché_.—Voyez
_dringuelle_.

=Rayé.=—En parlant d'étoffes, on dit un dessin _rayé_ et non un
dessin _à lignes_.

=Re.=—Particule qui entre dans la composition d'un grand nombre
de mots, et qui sert à indiquer un sens _contraire_, comme dans
_repousser, rejeter, renvoyer_, etc.;—ou bien un sens _itératif_ (de
nouveau) comme dans _redire, refaire_;—ou un sens _augmentatif_ comme
dans _relâcher_, rendre plus lâche.

=Rébarbatif, ive=, adj., rude, repoussant: _cet homme a toujours une
humeur rébarbative_.—_Rébarbaratif_ n'est pas français.

=Rebelle=, adj. et s. =Rebeller= (=se=): prononcez _re_ et non _ré_
ni _rè_.—Prononcez et écrivez, au contraire, _rébellion_ et non
_rebellion_.

=Rebiffade=, s. f., mauvais accueil, refus avec mépris et
paroles.—_Rebuffade_ n'est pas français.

=Rebiffer=, v. a. et n., regimber, ne pas vouloir, refuser;—_se
rebiffer_, est très-usité parmi le peuple, mais il ne figure pas dans
les dictionnaires. (BESCHERELLE).

=Rebours=, s. m., sens contraire.—_A rebours, au rebours_, loc. adv.
et prép., en sens contraire: il _prend tout à rebours, au rebours de ce
qu'on lui dit_.—On ne prononce pas l'_s_.—_A la rebours_ n'est pas
français.

=Rébus=, s. m., sorte de jeu d'esprit, allusion, équivoque: prononcez
_rébuce_.

=Rébutoire= (=vice=).—Ce mot n'est pas français; dites _vice, cas
rédhibitoire_: _la pousse, la morve et la courbature sont des cas
rédhibitoires pour la vente d'un cheval_.—Prononcez _rédibitoire_.

=Récépissé=, s. m., (au plur. _récépissés_), écrit par lequel on
reconnaît avoir reçu des papiers, des pièces, etc.: ne dites pas
_récipissé_.

=Recette=, s. f., se dit de la composition de certains remèdes ou
médicaments ou bien d'un écrit enseignant la manière de faire cette
composition; mais quand il s'agit de la prescription d'un médecin
destinée au pharmacien, on se sert du mot ordonnance: _portez cette
ordonnance au pharmacien_.

=Rechanger= (=se=), signifie, _changer de linge_: _vous êtes mouillé,
rechangez-vous_.—Mais il n'est pas français dans le sens de
se remplacer, se relever, faire quelque chose à tour de rôle,
alternativement: _cette besogne est très-fatiguante, mais nous pourrons
la faire à tour de rôle_.

=Rèche=, adj., ce mot est français: rude au toucher:—_cette étoffe
est rèche, il a la peau rèche_;—aigre, rude au goût: _pomme rèche,
poire rèche_.

2. _Rétif_, difficile à vivre: _je lui trouve l'esprit un peu rèche_.

=Réchigner=, est un verbe _neutre_ qui signifie, témoigner par l'air de
son visage la mauvaise humeur où l'on est, le chagrin, la répugnance
qu'on éprouve: _qu'avez-vous à réchigner? il réchigne toujours; il
fait les choses de mauvaise grâce et en réchignant; c'est un homme qui
réchigne à tout_.—Mais il ne faut pas employer ce verbe _activement_
ni _pronominalement_: _il s'est fait réchigner, il s'est réchigné_;
dites, _il s'est fait rabrouer, rembarrer; il réchigne_.

=Réciproquer=, v. a., rendre la pareille, est familier et ne se dit que
par plaisanterie. (BESCHERELLE).

=Récit=, _réciter, récitation_, etc.; écrivez et prononcez _ré_ et non
_re_.

=Réclame=, s. f., annonce pour recommander un ouvrage, tel ou tel genre
d'industrie, de spéculation, etc.—N'employez pas ce mot dans le sens
de réclamation: _j'ai adressé une réclamation_ (et non _une réclame_)
_au bourgmestre_.

=Récolte=, s. f.—Prononcez _récolte_ et non _recolte, récolle,
r'colte_;—prononcez de même les mots commençant par _ré_, comme
_réduire, réforme, réformer, réformation, répéter_, etc.

=Récompenser=, n'est pas synonyme de _dédommager_; dites donc, _si la
nature l'a fait laid, elle l'a dédommagé_ (et non _récompensé_) _en lui
donnant de l'esprit_.

=Reconnaissant, te=, adj.—On dit _reconnaissant envers_ quelqu'un,
_envers_ son bienfaiteur; mais on ne dit pas reconnaissant
_à_ quelqu'un; c'est donc une faute de dire: _je vous suis
très-reconnaissant de ce service_: dites, _je vous suis fort obligé,
bien obligé de ce service_.

=Recouper=, signifie, couper de nouveau: _cet habit avait été mal
coupé, il a fallu le recouper; au jeu de cartes, lorsqu'on n'a pas
coupé net, il faut recouper_.—Mais n'employez pas ce mot dans le sens
de _rogner_: _il faut rogner ce bâton, il est trop long; rogner un
manteau, les bords d'un chapeau; se rogner les ongles_.

=Recouvrer, Recouvrir.=—Il ne faut pas confondre ces deux mots:
_recouvrer_ signifie _rentrer en possession_ et _recouvrir_ veut dire
_couvrir une seconde fois_: dites donc, _j'ai recouvré la santé, les
biens que j'avais perdus_, et _on a recouvert mon toit_.

=Recréer, Récréer.=—Ne confondez pas ces deux mots: _recréer_
signifie _créer de nouveau_, donner une nouvelle existence, remettre
sur pied;—_récréer_ veut dire _divertir, réjouir_.—Prononcez
_recré-er_, et non _recré-i-er_.

=Recrue=, nouvelle levée de gens de guerre;—soldat nouvellement
arrivé au service;—gens qui arrivent inopinément; ce mot est féminin:
_nos recrues se sont comportées dans cette affaire comme de vieux
soldats_.

=Recto=, s. m., la première page d'un feuillet, se trouvant à droite,
lorsqu'on ouvre le livre; il se dit par opposition au _verso_ qui est
la seconde page;—_vous trouverez ce passage folio 24, recto_.

=Recul=, s. m., mouvement d'une chose qui recule: on prononce l'_l_.

=Recureur, euse=, s.—Ce mot n'est pas français; il faut dire
_écureur, euse_.—Cependant le verbe _récurer_ existe, mais _écurer_
est préférable et plus usité.

=Reddition=, s. f.—On dit _la distribution des prix_ et non _la
reddition des prix_;—on dit bien cependant _reddition de compte_,
mais _rendage de compte_ n'est pas français.

2. Ne dites pas: _j'ai payé, j'ai reçu mes rendages_; dites, _... mes
fermages, mes rentes_.

=Rédempteur=, _rédemption, rédemptoriste_:—dans ces mots on fait
sentir le _p_.

=Rédhibition=, s. f., action pour faire cesser une vente; prononcez
_rédibition_.—Voyez _rebutoire_.

=Rédicule=, s. m., petit sac dans lequel les femmes portent leur
mouchoir, leur bourse, etc.; écrivez et prononcez _ridicule_.

=Réel=, _réellement, réalité, réaliste_, etc.—Prononcez _ré-el,
ré-ellement_, etc., et non _ré-i-el, ré-i-ellement_.

=Reformer, Réformer.=—_Reformer_, c'est former de nouveau: _reformer
un régiment qu'on venait de licencier_;—_réformer_, c'est opérer une
réforme: _réformer la société, une loi_.

=Refroidir=, s'emploie neutralement pour, _devenir froid_: _laissez
refroidir le bouillon_.—Ne dites pas _réfroidir_ ni _rafroidir_.

=Refuser=, v. a.—Lorsqu'il est suivi d'un autre verbe à l'infinitif,
il régit la préposition _de_: _il refusa de manger, de se coucher_.—On
peut dire aussi: _il refusa à manger, à coucher_, mais dans le sens
de _il refusa de donner à manger, à coucher_, et alors _manger_
et _coucher_ sont pris substantivement.—_Se refuser_, suivi d'un
infinitif, demande la préposition _à_: _il se refusa à le suivre_.

=Refuge, Réfugier.=—Écrivez et prononcez _re_ dans _refuge_ et _ré_
dans _réfugier_.

=Regarder=, v. a.—Ne dites pas: _regarder hors de la fenêtre_, mais,
_par la fenêtre_.

2. Ne dites pas, _regardez voir_, mais simplement, _regardez_.

3. Ne dites pas: _après quoi regardez-vous? je regarde après mon
canif_; dites, _que cherchez-vous? je cherche mon canif_.

4. _Regarder large_, dans le sens de, _être étonné, être stupéfié,
stupéfait_, est un grossier wallonnisme.

=Regimber=, ruer, en parlant des animaux; au fig., refuser d'obéir:—ce
verbe est neutre et ne s'emploie pas pronominalement: _un inférieur qui
regimbe_ (et non _qui se regimbe_) _contre son supérieur_.

=Registre=, s. m.—Quelques-uns prononcent et écrivent _regître_,
dit l'Académie, qui dans tous les exemples qu'elle donne, écrit
_registre_;—d'où il suit que cette dernière orthographe est
préférable: prononcez _r'gis'-tre_ et non _regisse, registère_ (ni
_régître_).

=Règlement=, s. m., règle, statuts: écrivez et prononcez _règlement_ et
non _réglement_.

=Régler=, v. a.—_Régler un cahier_, c'est tracer des lignes avec une
règle;—ne dites pas _ligner_.

=Réglisse.=—Ce mot est féminin: _la réglisse est adoucissante_.

2. On appelle _racine de réglisse_ ou simplement _réglisse_, la
racine de cette plante, et _jus de réglisse_, le suc de la même
plante préparé: _mettre de la racine de réglisse ou de la réglisse
dans une tisane; du jus de réglisse anisé; un bâton de jus de
réglisse_—Prononcez _réglisse_ et non _régli_.

=Régnicole=, adj. et s. m., habitant naturel d'un pays, ou étranger
naturalisé: prononcez le _g_ dur, _regh'nicole_.

=Regret=, s. m.—_Être aux regrets que_ ou _de_, n'est pas
français;—il faut dire, _avoir regret, avoir du regret, regretter_:
_j'ai regret que vous ne puissiez m'accompagner; j'ai du regret de vous
voir malade; je regrette qu'il soit parti seul_.

2. _A regret_, est une locution adverbiale qui signifie avec
répugnance: _cet enfant obéit à regret_.

=Reguérir= (=se=), n'est pas français; dites _guérir_ ou _se guérir_: _il
est guéri, il se guérira bientôt_.

=Reguiser= ou =Raiguiser=, n'est pas français; dites simplement
_aiguiser_ ou _aiguiser de nouveau_, selon le sens.

=Reine=, s. f., femme du roi: prononcez _rène_ et non _rain-ne_.

2. _Reine-Claude_, s. f., espèce de prune très-estimée: prononcez comme
c'est écrit, _reine-Claude_ et non _reine glaude_.

3. L'Académie écrit _des reines-Claude_:—quelques grammairiens
prétendent que ce mot doit rester invariable et ils écrivent
_des reine-Claude_, en sous-entendant _des prunes_ de la reine
Claude;—d'autres enfin, et nous nous rangeons à leur avis, soutiennent
qu'il faut pluraliser les deux mots et écrire des _reines-claudes_;—il
nous semble en effet que par suite d'un long et fréquent usage le mot
Claude a perdu sa qualité de nom propre et est devenu bel et bien nom
commun; voilà pourquoi nous voudrions également voir, écrire ce dernier
mot avec un _c_ minuscule.

=Relâche=, interruption, discontinuation; ce mot est masculin: _sa
maladie commence à lui donner du relâche_.

=Rélargir=, v. a. _Rendre plus large_ et _se rélargir_, sont français:
_faire rélargir ses habits_.

=Relaver=, v. a.—Dites un _évier_ ou _pierre d'évier, pierre à
laver_, et non _pierre à relaver_: voyez _lavier_.

=Reléguer=, _relation, rejaillir, rehausser_:—écrivez et prononcez
_re_ et non _ré_.

=Rèler=, dans le sens de _se couvrir de givre_ ou de _bruiner_, n'est
pas français;—_rèler_ signifie se fendre de haut en bas sous la forme
d'une vis: _le suif se rèle_.

=Relevailles=, cérémonie qui se fait à l'église, lorsqu'une femme
y va la première fois après ses couches pour se faire bénir par le
prêtre; ce mot est féminin et n'a pas de singulier: _le jour de ses
relevailles; c'est le curé qui a fait les relevailles de ma tante_.

=Relevée=, s. f., le temps de l'après-dînée: _à deux heures de relevée;
l'audience de relevée; vacations de relevée_.

2. Ce mot est un terme de procédure (Académie) qu'il faut bannir du
langage ordinaire en le remplaçant par les expressions _après-dînée_ ou
_après-midi, soir_.

=Relieur=, s. m.—Dites simplement _un relieur_ et non _un relieur de
livres_.

=Religion=, _religieux_, etc.: prononcez _religi-on, religi-eux_ et non
_religeon, religeux_.

=Reliquat=, s. m., ce qui reste: _le reliquat d'un compte de
tutelle_;—prononcez _relika_; prononcez de même _reliquataire_.

=Reluquer=, v. a., lorgner curieusement du coin de l'œil; au fig.,
avoir des vues sur une chose, la désirer;—_reluqueur, euse_, s.,
celui, celle qui reluque:—ces mots sont français, mais très-familiers.

=Remaigrir=, n'est pas français; dites _ramaigrir_, v. a. et n., rendre
maigre de nouveau ou redevenir maigre.

=Remarquer=, v. a.—Ne dites pas: _je vous remarquerai que vous êtes
dans l'erreur_; dites, _je vous ferai remarquer_, comme on dit _je vous
ferai observer_: voyez ce dernier mot.

=Remerciement=, _remercîment_, s. m., discours par lequel on
remercie:—la seconde orthographe est la plus usitée.

=Remercier=, v. a.—On remercie _de_ quelque chose et non _pour_
quelque chose: _je vous remercie de vos bontés_ et non _pour vos
bontés_.

2. _Remercier_ s'emploie pour, _congédier, révoquer_: _remercier un
employé_;—mais _se remercier_, dans le sens de donner sa démission
d'un emploi, d'une charge, etc., n'est pas français.

3. Prononcez _remerci-er_ et non _remerci-ier_.

=Remolade=, _rémoulade_, s. f., espèce de sauce piquante;—le second
vieillit.

=Remords=, s. m.—On ne prononce ni le _d_ ni l'_s_; cette dernière
lettre se fait sentir, lorsqu'elle est suivie d'un mot commençant par
une voyelle. Les poètes retranchent quelquefois l'_s_, mais cette
licence n'est point permise en prose.—_Remords_ ne peut pas se dire
pour exprimer le mauvais goût qui reste de quelque liqueur après qu'on
l'a bue; il faut dire _arrière-goût, déboire_:—_ce vin laisse un
arrière-goût; du vin qui a du déboire, quelque déboire_.—_Déboire_
s'emploie aussi au figuré: _les plaisirs ont leur déboire; il a éprouvé
bien des déboires_.

=Rémouleur= ou _Émouleur_, s. m., celui dont le métier consiste à
émoudre, à aiguiser les couteaux, les ciseaux, etc.; ce mot n'a pas de
correspondant féminin;—écrivez et prononcez _rémouleur, émouleur_ et
non _remouleur, emouleur_.—_Rémouler, émouler_ ne sont pas français;
c'est _émoudre_ ou _rémoudre_ qu'il faut dire.

=Remuement= ou =remûment=, s. m., action de ce qui remue: prononcez
_remû-ment, remuer_ et non _remu-wement, remu-wer_.—Voyez _ue_.

=Remplir=, v. a.—Ne dites pas _remplir un but_, mais _atteindre un
but_: voyez ce mot.

=Rendre=, v. a.—Ne dites pas, _maison à rendre_, c'est-à-dire, _à
prendre sur rente_; dites _maison à arrenter_.

2. Ne dites pas non plus: _on a bien rendu cette comédie_; dites, _on a
bien joué, bien représenté cette comédie_.

3. Ne dites pas: _nous rende-rions, vous ren-de-riez_, mais, _nous
ren-drions, vous ren-driez_.

=Renonce=, s. f., terme dont on se sert, à certains jeux de cartes
pour exprimer qu'on n'a point d'une certaine couleur; _renon_, n'est
pas français;—il faut dire _renonciation_ pour exprimer l'action de
renoncer à quelque chose: _je viens d'envoyer ma renonciation à mon
propriétaire_.

=Renoncer=, v. n. et a.—Ne dites pas d'un malade: _il est renoncé
des médecins_; dites, _il est abandonné des médecins, les médecins ne
répondent plus de lui_.

=Rentraire=, v. a., coudre, joindre bord à bord, etc.;—ne le
confondez pas avec _rentrer_ qui signifie entrer de nouveau. Voyez
_rassercir_.

=Renverser=, v. a.—Ne dites pas: _il a renversé son vin sur la
table_; dites, _versé_, si c'est à dessein et _répandu_, si c'est par
étourderie ou par maladresse;—_renverser_ se dit du contenant: _il a
renversé le verre, la bouteille, l'encrier, la table_, etc.

=Renvoi=, s. m., en terme de médecine se dit, surtout au pluriel, des
gorgées de substances gazeuses ou liquides, qui remontent de l'estomac
ou de l'œsophage dans la bouche, sans être accompagnées des efforts
qui caractérisent les vomissements. (Acad.)—_Aigreur_, s. f., se dit
des rapports que causent quelquefois les aliments mal digérés; et, dans
ce sens, on l'emploie plus ordinairement au pluriel qu'au singulier:
_cela donne des aigreurs, cause des aigreurs_. (Acad.)—Ainsi, quoi
qu'en disent certains auteurs, _renvoi_ est tout aussi français
_qu'aigreur_, avec cette différence toutefois que le premier semble
plutôt être un terme technique.

=Repartie=, s. f., réplique, réponse prompte; prononcez _reparti_ et
non _répartî_ ni _réparti-ïe_.

=Repartir, Ressortir.=—_Repartir_ (_re_), partir de nouveau ou
répliquer, et _ressortir_, sortir de nouveau, se conjuguent comme
_partir_ et _sortir_:—mais _répartir_ (_ré_), partager, distribuer,
et _ressortir_, être du ressort ou de la compétence de quelque
juridiction, se conjuguent comme _finir_:—_je repartis, je ressortis,
nous répartissons, nous ressortissons_, etc.—On dit _ressortir à_ et
non _de_: _cette affaire ressortit au juge de paix; les tribunaux de
première instance ressortissent aux cours d'appel_.

=Repasser=, v. a.—On dit _repasser le linge_ et non _polir le linge_;
l'instrument qui sert à repasser le linge se nomme _fer à repasser_
et non _polissoir_:—ce dernier mot s'emploie pour signifier un
instrument propre à polir, à l'usage des relieurs, des doreurs, des
cordonniers, etc.

=Repasseur=, s. m., ouvrier qui repasse, aiguise les lames, couteaux,
etc.—Ce mot figure dans le dictionnaire de Bescherelle et dans celui
de Poitevin;—on dit très-bien _repasser_ des couteaux, rasoirs, etc.;
mais plusieurs grammairiens, à la suite de l'Académie, disent que
_repasseur_ n'est pas français.

=Repasseuse=, s. f., ouvrière qui repasse le linge; ce mot n'a pas de
correspondant masculin.

=Répété.=—Il ne faut pas dire _répété_ au lieu de _réputé_: _il est
réputé fort riche, il est réputé pour un homme de bien_.

=Répliquer, Répondre.=—Ces verbes ne peuvent pas avoir un nom de
personne pour régime direct, et ce serait une faute très-grave de dire:
_ne_ LE _répondez pas_, _ne_ LE _répliquez pas_; _je ne_ LES _ai pas
répondu_; _il ne répond_ PERSONNE; dites, _ne_ LUI _répondez pas_, _ne_
LUI _répliquez pas_; _je ne_ LEUR _ai pas répondu_; _il ne répond_ A
_personne_.

=Répondre la messe.=—On ne dit pas _répondre à la messe_, mais
_répondre la messe_, c'est-à-dire, prononcer à haute voix les paroles
que doit dire celui qui sert la messe. (Acad.)

2. Prononcez _répondre, répliquer_ et non _repondre, repliquer_.

=Repos=, s. m.—Ne dites pas, _il n'est jamais de repos_; dites, _il
n'est jamais en repos_.

=Reprendre=, v. a.—Ne dites pas, _on l'a repris du collége_; dites,
_on l'a retiré du collége_.

=Représaille=, s. f., vengeance; ce mot s'emploie plutôt au pluriel
qu'au singulier.—Prononcez _reprézailles_ (_ll_ mouillées) et non
_repressaille_.

=Réprimable=, adj., qui doit ou peut être réprimé: _abus réprimable_.

=Réprimandable=, adj. qui peut ou doit être réprimandé.—Ce mot,
quoique figurant dans certains dictionnaires, nous paraît hasardé;
nous préférons, selon le sens, les mots _réprimable, blâmable,
repréhensible_, etc.

=Répugner=, demande la préposition _à_ devant un infinitif: _il répugne
à faire cela_. (Acad.)

=Requiem=, s. m., prière pour les morts: _messe de requiem_;—au
pluriel _requiem_. Prononcez _recui-ème_ et écrivez _requiem_.

=Réquisition=, s. f.—Ne confondez pas ce mot avec _conscription_:
—_une réquisition_ est une levée extraordinaire d'hommes destinés
à l'armée;—_la conscription_ est la levée annuelle qui se fait en
Belgique, en France, etc.—Voyez _conscription_.

=Réséda=, s. m.—Écrivez et prononcez _réséda_;—et non
_résida_;—_résette_ n'est pas français.

=Résilier=, v. a.—Ne dites pas: _il a résilié sa place_; dites, _il a
renoncé à sa place, il a donné sa démission_.

2. _Résilier_ signifie, casser, annuler, invalider et se dit d'un
contrat, d'une vente, d'un bail, d'un marché, etc.: _les juges ont
résilié ce contrat_.

=Résoudre=, v. a., a deux participes, _résolu_ et _résous_.—Celui-ci
n'a pas de féminin et ne se dit que des choses qui se changent, qui
se convertissent en d'autres: _brouillard résous en pluie_.—Mais
on ne pourrait pas dire: _j'ai résous de partir; je me suis résous à
plaider_; il faut dire, _j'ai résolu de partir, je me suis résolu à
plaider_.

2. _Résoudre_, employé activement, prend la préposition _de_ devant
un infinitif: _j'ai résolu de vendre ma maison_; cependant, s'il est
précédé de son régime direct, il prend la préposition _à_: _je me suis
résolu à vendre ma maison_.

=Respect=, s. m.—L'Académie cite les locutions suivantes: _sauf le
respect, sauf respect, sauf votre respect, sauf le respect que je
vous dois, avec le respect que je vous dois_.—Ce sont des termes
d'adoucissement dont on se sert dans le style familier, quand on
veut dire quelque chose qui pourrait choquer ceux devant qui l'on
parle;—populairement on dit: _sauf le respect que je dois à la
compagnie_ et _parlant par respect_; mais il serait incorrect de dire,
_sous votre respect_ ou _sur votre respect_.

2. C'est mal connaître la valeur des mots que de terminer ainsi une
lettre: _j'ai l'honneur d'être avec respect_; dites simplement, _je
suis avec respect_.

3. Prononcez _respèk_; quelques-uns pourtant prononcent _respè_: voyez
_ct_.

=Respectif, ive=, adj.—Ne dites pas avec les billets de part: _époux,
père, frère respectif_, etc.; retranchez le mot _respectif_, car il va
de soi que le défunt n'a pas été de son vivant époux, père, frère des
mêmes personnes.

=Ressembler=, v. neutre, ne peut pas avoir de régime direct; ne
dites donc pas: _la fille ressemble la mère_, mais _ressemble à la
mère_.—Prononcez _reçambler, reçamblance_ et non _res'sembler,
res'semblance_; prononcez de même: _ressort, ressortir, ressaisir,
ressasser, ressentiment, ressentir, resserrer, ressource, ressouvenir,
ressouvenance, ressuer_, etc.

=Ressortir=, v. n.: voyez _repartir_.

=Ressusciter=, v. a. et n., ramener ou revenir à la vie: prononcez
_réçucité_.

=Restaurant=, s. m., se dit de l'établissement d'un restaurateur;
_restauration_ n'est pas français dans ce sens;—le _restaurateur_ est
le traiteur chez qui on peut prendre ses repas à toute heure; ainsi
vous direz: _je dîne au restaurant_ et non _chez le restaurant_;—_chez
le restaurateur_ et non _au restaurateur_.

=Reste= (=au=), =du reste=, loc. adv.—_Au reste_ s'emploie quand, après
avoir exposé un fait ou traité une matière, on ajoute quelque chose qui
a du rapport avec ce que l'on vient de dire: _c'est là ce qu'il y a
de plus sage; au reste, c'est aussi ce qu'il y a de plus juste_.—On
emploie _du reste_, quand ce qui suit ne complète pas le sens de ce qui
précède ou lorsque ce qui suit n'a pas une relation essentielle avec
ce que l'on a déjà dit: _il est capricieux; du reste, honnête homme_.
(Acad.)—Prononcez _res'te_ et non _res'se_.—Voyez _finales_, 2.

=Rester=, v. n., suit la même règle pour l'emploi de l'auxiliaire que
le verbe _demeurer_; c'est-à-dire, qu'il se conjugue avec avoir ou
avec _être_ selon que le sens permet de répondre à l'une ou l'autre
de ces deux questions: _qu'a-t-il fait?_ ou bien, _où est-il?_—_On
l'attendait à Liége, mais il est resté à Mons; quand j'ai voulu prendre
cet outil, le manche m'est resté dans la main; il a resté deux jours
à Tongres_.—Voyez _demeurer_.

2. _Rester dîner, rester loger_, etc., _quelque part_, est un
flandricisme; vous direz donc: _le roi a logé au palais_ ou bien _le
roi a resté au palais et y a logé_, et non _le roi est resté loger au
palais_;—_j'ai dîné chez un tel, un tel m'a retenu à dîner, je suis
resté à dîner chez un tel_, et non _je suis resté dîner chez un tel_.

=Restituer=, v. a., rendre ce qu'on a pris: _restituer le bien
d'autrui_.

2. Ne dites donc pas, _restituer un livre à sa place_; dites, _remettre
un livre à sa place_.

3. Prononcez _restitu-er_ et non _restitu-wer_.—Voyez _ue_.

=Résulter=, v. n. s'ensuivre, ne s'emploie qu'à l'infinitif et à la 3e
personne des autres temps: _il résulte de cette discussion; les maux
qui résultèrent de la guerre_.

2. Il se conjugue avec _avoir_ ou avec _être_: _qu'a-t-il résulté de
là_? ou _qu'en est-il résulté_?

=Résurrectionner=, n'est pas français: dites _ressusciter_.

=Rétamer=, enduire la surface intérieure d'une couche d'étain fondu; ce
mot n'est pas français; dites _étamer_.

=Rétention=, s. f.: dites _une rétention_ d'urine, et non _une
détention..._

=Retirer=, v. a.—Ne dites pas: _cette entreprise était difficile,
mais il s'en est bien retiré_; dites, _il s'en est bien tiré_.

=Retour=, s. m.—_Avoir de retour, donner de retour_, dans le sens de
rendre, remettre, faire remettre, renvoyer, n'est pas français;—dites
donc, _prêtez-moi ce livre, je vous le renverrai ce soir_, etc., et
non, _vous l'aurez de retour..._

2. Ne dites pas: _il y a longtemps qu'il garde mon livre; tâchez de
l'avoir de retour_; dites, _tâchez de le ravoir_.

3. Ne dites pas: _il a quitté le pays et demeure de tour chez ses
parents_; dites, _est retourné chez ses parents_.

4. Ne dites pas non plus: _je lui ai envoyé un chien, et il m'enverra
de retour, un dindon_; dites, _il m'enverra un dindon en échange_.—_De
retour_, dans le cas précédent, signifierait ce qu'on ajoute, ce qu'on
joint à la chose qu'on troque contre une autre pour rendre le troc
égal: _voulez-vous troquer votre dictionnaire contre le mien? je vous
donnerai cinq francs de retour_.

=Retourner=, v. n.—Pour savoir si l'on doit dire _retourner_ ou
_s'en retourner_, il suffit de voir si l'on dirait _aller_ ou _s'en
aller_:—_il est temps que nous nous en retournions_ (et non _que nous
retournions_); _il s'en retourna comme il était venu; elle s'en est
retournée; retourne-t-en; retournez à l'ouvrage_.

2. On ne dit pas se retourner _sur_ quelqu'un, mais _vers_
quelqu'un.—Comme on ne dit pas, _avancez en avant_, on ne doit pas
dire, _retournez en arrière_; il en est de même du verbe _reculer_.

=Retrancher.=—_Retrancher de_, c'est ôter quelque chose d'un tout:
_retrancher un couplet d'une chanson_;—_retrancher à_, c'est priver
quelqu'un de quelque chose: _retrancher le vin à un malade; on lui a
retranché sa pension_.

=Rets=, s. m., filet pour prendre des poissons, des oiseaux; ce mot
s'écrit au singulier comme au pluriel.—Prononcez _rè_.

=Réunir=, v. a., dans le sens de posséder en même temps, n'admet qu'un
complément direct composé, et ne doit jamais être suivi de _à_ ni de
_avec_: _Turenne réunissait la prudence et la hardiesse_.—_Unir_
veut un régime direct et un régime indirect précédé de _à_: _Turenne
unissait la prudence à la hardiesse_. Voyez _unir_.

=Revanche=, s. f.—Écrivez et prononcez _revanche_ et non _revange_
ni _revenge_;—dites de même _revancheur, revancher, se revancher_
et non _revengeur, revenger, revanger, se revenger_ ni _se
revanger_:—_courage, je vais te revancher; pourquoi ne te revanches-tu
pas?_

=Revenir=, v. n., retourner à l'endroit d'où on était sorti: _je
reviens au gîte; je reviens d'un long voyage_.—Mais on ne peut pas
dire: _je reviens de la messe, je reviens de Bruxelles_; dites, _je
viens de la messe, je viens de Bruxelles_.

2. Ne dites pas: _revenir sur l'eau, sur la terre_ pour, _revenir par
eau, par terre_.

3. Ne dites pas non plus: _je ne puis revenir sur son nom_; dites, _je
ne puis me rappeler son nom_.

=Rêver à, Rêver de, Rêver sur.=—_Rêver à_, c'est penser à quelque
chose étant éveillé: _rêver à une affaire_;—_rêver de_, c'est penser
à quelque chose étant endormi: _rêver de combats, de naufrages, de
quelqu'un_;—_rêver quelqu'un_ n'est pas français;—on dit _j'ai
rêvé de vous_ et non _je vous ai rêvé_; cependant on peut dire: _vous
avez rêvé cela, rêver combats, rêver naufrages_.—_Réver sur_, c'est
méditer profondément sur quelque chose: _rêver longtemps sur une
affaire_.—On ne dit pas _rêver après les honneurs_, pour, désirer
vivement, avec passion; on dit _rêver les honneurs, la fortune_.

=Réverbère=, s. m., lanterne; prononcez _réverbère_, et non _reverbère_.

=Revêtir=, se conjugue comme _vêtir_; il faut donc dire: _les formes
dont la pensée se revêt_ et non, _se revêtit_.

=Reviser=, v. a., examiner de nouveau.—On écrit _reviser_, mais
_révision, réviseur_ ont un accent aigu.

=Revoici, Revoilà=, prép.—Ces mots sont français: _le revoici, le
revoilà_.

=Revoir=, v. a.—_A revoir_ est une locution dont on se sert pour dire
qu'il faut faire un nouvel examen d'un compte, d'un écrit, etc.: _à
côté de chaque article douteux de ce compte, j'ai mis: à revoir; revoir
un manuscrit, revoir des épreuves_.—_Au revoir_ (adieu), est une
expression de civilité dont on se sert en prenant congé de quelqu'un et
alors le mot _revoir_ est pris substantivement: _au revoir, jusqu'au
revoir_; _il ne lui a pas seulement dit au revoir_:—_à revoir_ dans
ce cas n'est pas français.

=Rez=, prép. qui signifie, tout contre, joignant; il ne se dit plus que
dans ces locutions, _rez pied, rez terre_, à fleur de terre, au niveau
du sol: _couper des arbres rez terre_.—_Au rez_:—cette expression
n'est pas française, et se traduit par _contre, jusque contre, jusque,
joignant, rasibus_: _le coup lui passa rasibus du nez_.

=Rh.=—Ces deux lettres se prononcent comme s'il n'y avait qu'une _r_:
le _h_ qui suit l'_r_ est purement étymologique.

=Rhum=, s. m., eau-de-vie de sucre; quelques-uns écrivent _rum_, dit
l'Académie, qui cependant dans tous les exemples qu'elle donne, écrit
_rhum_.—Prononcez _rome_.

=Rhumatique=, n'est français qu'en style de médecine et est synonyme
de _rhumatismal_: _goute rhumatique_;—dites donc, _cette maison est
insalubre, malsaine, humide_ et non _rhumatique_.

=Rhume=, s. m.—Dites, _j'ai un rhume_, ou _je suis enrhumé_ et non
_j'ai le rhume_;—dites de même _j'ai un rhume_ et non _j'ai un froid_.

=Ric-à-ric=, signifie tout juste, rigoureusement: _je le ferai payer
ric-à-ric; on lui a payé ric-à-ric tout ce qu'on lui devait; compter
ric-à-ric_.

=Richard=, s. m., celui qui, dans une condition médiocre, a fait
fortune; ce mot n'a pas de correspondant féminin.

=Ride=, pli qui se fait sur le front, sur le visage; ce mot est
féminin: _il a soixante ans et il n'a pas encore une seule ride_.

=Ridicule=, adj., ne peut pas s'employer pour, _entêté, d'un avis
différent, difficile à contenter_:—_allons, ne soyez pas entêté_ (et
non _ridicule_) _et entendez raison_. (Fland.)—Prononcez et écrivez
_ridicule_ et non _rédicule_.—Voyez _rédicule_.

=Rien=, s. m.—Ne dites pas: _cela n'est de rien, ne me fait de rien_;
dites, _cela n'est rien, ne me fait rien_. (Fland.)

2. Ne dites pas: _je n'ai rien d'autre à lui dire_; dites, _je n'ai
rien autre chose à lui dire_. (Wall.)

3. Ne dites pas, _il passe le jour à rien faire_, mais, _à ne rien
faire_.

4. _Rien moins_, précédé du verbe _être_ et suivi d'un adjectif, a
le sens de la négation: _il n'est rien moins que sage_ (il n'est pas
sage).—Suivi d'un substantif ou accompagné d'un verbe, il peut avoir
le sens positif ou négatif, selon la circonstance: _vous lui devez de
la reconnaissance, car il n'est rien moins que votre bienfaiteur_ (il
est votre bienfaiteur); _il n'aspire à rien moins qu'à prendre votre
place_ (il aspire à prendre votre place ou bien il n'aspire pas le
moins du monde à prendre votre place). (Acad.)

5. _Servir à rien, servir de rien_: voyez _servir_.

6. La prononciation du mot _rien_ est soumise à quelques règles qui
sont également applicables au mot _bien_.—On doit faire sentir l'_n_
et faire la liaison dans ces mots, lorsqu'ils sont suivis immédiatement
de l'adjectif ou de l'adverbe ou du verbe qu'ils modifient, si cet
adjectif, cet adverbe ou ce verbe commencent par une voyelle ou une _h_
muette: _un homme bien honorable, bien aimable; rien à dire; rien à
vous écrire_.—Mais si les mots _bien_ et _rien_ sont suivis de tout
autre mot que de l'adjectif, de l'adverbe ou du verbe qu'ils modifient,
la consonne _n_, quoique placée devant une voyelle, aura un son nasal
et on ne fera pas la liaison, comme dans: _il parlait bien et à propos;
il ne voyait rien et n'entendait rien_.

=Rifflard=, s. m., vieux parapluie qu'on ne peut pas porter comme une
canne: ce mot est familier.

=Rincée=, s. f., volée de coups de bâton, correction manuelle:
_recevoir une fameuse rincée_:—ce mot est populaire.

=Riole=, pour _rigole_, est un mot flamand (riool).

=Ripopée=, s. f., signifie, mélange que les cabaretiers font
de différents restes de vin; il se dit également du mélange de
différentes sauces: _ce vin n'est que de la ripopée; quelle ripopée
faites-vous là?_—Mais il ne doit jamais s'employer comme synonyme
de _ribambelle_: _il m'a dit une ribambelle d'injures; il amena une
ribambelle d'enfants_.

=Rire=, v. n.—Ne dites pas: _nous avons ri avec cela, avec cet
homme_; dites, _nous avons ri de cela, de cet homme_.

2. On ne dit pas, _rire à larmes_, mais, _rire aux larmes_.

3. Ne dites pas, _il en rit dessous son nez_; dites, _il en rit sous
cape_.

4. Écrivez et prononcez: _je ris, tu ris, il rit_, et non _je rie, tu
rie, il rie_. (Wall.)

=Risibel=, pour _érésipèle_, est un grossier flandricisme.

=Risquant, Risqueux.=—Ces mots ne figurent pas dans les dictionnaires
et doivent se traduire par _risquable, dangereux, hasardeux_:—_une
affaire, un projet risquable; cela est bien hasardeux, bien risquable;
une entreprise hasardeuse_.—_Risquable_ signifie aussi, qu'on peut
risquer avec quelque chance de succès: _cette entreprise n'est pas
sûre, mais elle est risquable_.

=Robe=, s. f.—On dit, _une robe de dentelle, de velours, de taffetas,
de satin_, etc., et non _une robe en dentelle, en velours_, etc.; dites
de même _un chapeau garni de, une robe garnie de..._

=Rochet=, s. m.: voyez _surplis_.

=Roide=, _roideur, roidir_.—On prononce et on écrit généralement
aujourd'hui _raide, raideur, raidir_.—Voyez _raide_.

=Ronde=, s. f., chanson qu'une personne chante seule, et dont le
refrain est répété par tous en dansant en rond: _danser une ronde;
ronde villageoise_. (Acad.)—On dit aussi _branle_ (s. f.) dans le
même sens.—C'est le _cramignon liégeois_.

=Rosbif= ou =Roastbeef=, s. m., bœuf rôti; prononcez _ross'bif_.

=Rose=, affection aiguë, inflammatoire, caractérisée par rougeur; ce
mot est _wallon_ et se rend en français par _érésipèle_, s. masculin:
_érésipèle dartreux_.—Voyez ce mot.

=Rossignol=, s. m., oiseau; prononcez _ros'signol_ et non _rozignol_.

=Rôti, Rôtir=, etc.; prononcez _roti, rotir_ (_o_ bref): voyez _o_.

=Roué, ée=, adj., dans le sens de _finaud, retors_, n'est pas français.

=Rougeaud, eaude=, adj., qui a naturellement le visage rouge: _un gros
rougeaud, une grosse rougeaude_;—ne dites pas _rougeot_ ni _rouget_.

=Rouille, ée=, adj.—Dites _un fusil rouillé, un pistolet rouillé_ et
non, _enrouillé_;—mais on dit également bien: _l'humidité enrouille_
et _rouille le fer_; _le fer s'enrouille_ et _se rouille_.

=Roulette=, s. f., machine roulante où un enfant se tient debout sans
pouvoir tomber, et qui l'aide à marcher.

=Royal, ale=, adj.—Prononcez _roi-ial_ et non _ro-ial_ ni
_roi-al_;—prononcez de même _royaume, royauté, royalement_.

=Rude=, adj.—Ne dites pas, _ce maître est trop rude avec ses
ouvriers_; dites, _à ses ouvriers ou envers ses ouvriers_.

=Rue=, s. f.—Ne dites pas: _votre fils est toujours sur la rue; je
vous ai rencontré en rue_; dites, _votre fils est toujours dans la rue;
je vous ai rencontré dans la rue_.

2. _Rue sans fin, rue sans bout_: ces mots ne sont pas français; dites
_cul-de-sac_ et mieux _impasse_.

3. Prononcez _rù_ et non _ru-we_: voyez _ue_.

=Rumb=, s. m., nom que l'on donne à chacune des trente-deux parties
de la boussole de l'horizon desquelles part un des trente-deux vents:
prononcez le _b_, _rombe_.

=Ruse=, s. f., dans le sens de _querelle, dispute, réprimande_, n'est
pas français.

2. Il n'est pas français non plus dans le sens de _peine, mal,
embarras_: _il s'est donné beaucoup de mal_ (et non _de ruses_) _pour
conclure cette affaire_; _vous vous donnez beaucoup d'embarras_ (et non
_de ruses_).

=Russie, russe=: l'_u_ est bref; ne dites donc pas _Rûcie, Rûce_: voyez
_Prusse_.

=Rustaud, Rustre=, adj.—On est _rustaud_, faute d'éducation, faute
d'usage;—on est _rustre_ par humeur, par rudesse de caractère: les
manières du _rustaud_ sont ses formes; elles déplaisent, mais elles
n'offensent pas; les manières du _rustre_ sont ses mœurs, elles
choquent et elles offensent.

=Rustique, Grossier, Impoli.=—C'est un plus grand défaut d'être
_rustique_ que d'être simplement _impoli_; et c'en est encore un plus
grand d'être _rustique_.—_L'impoli_ manque de belles manières, il
ne plaît pas; le _grossier_ en a de désagréables, il déplaît; le
_rustique_ en a de _choquantes_, il rebute.—L'impolitesse est le
défaut des gens d'une médiocre éducation; la grossièreté l'est de ceux
qui en ont une mauvaise; la rusticité, de ceux qui n'en ont point
eu.—On souffre l'_impoli_ dans le commerce du monde; on évite le
_grossier_; on se lie point du tout avec le _rustique_. (GIRARD)



  S


=S.=—_S_, entre deux voyelles a le son de _z_: _rose, ruse,
agonisant, je refuse, j'arrose, je pèse_, etc.—Après une consonne,
elle a un son dur: _consister, persister, assister_; etc. (_concister,
percister, ascister_.)

2. On sait que les mots terminés en _ase, ise, ose, use_, etc.,
doivent se prononcer comme si l'_s_ était remplacée par un _z_:
_base_ (_baze_), _église_ (_églize_), _rose_ (_roze_), _arrosement_
(_arrozement_), _déguisement_ (_déguizement_), _museler_ (_muzeler_),
_la Meuse_ (_Meuze_), _j'use_ (_j'uze_), _je méprise_ (_méprize_),
etc., et non _bace, églice, roce, la Meuce, j'uce, je méprice_;—les
wallons ne sauraient trop s'exercer sur ce point.

3. L'_s_ finale sonne dans les mots suivants: _as, ambesas, atlas,
lampas_, les interjections _las_ et _hélas_, _stras, vasistas_;—_bis,
cassis_ ou _câcis, gratis, jadis, maïs, fils, lis_, (mais dans
_fleur-de-lis_, terme de blason, l'_s_ ne sonne pas)—_albatros,
mérinos, rhinocéros_;—_blocus, calus_, _choléra-morbus_ ou
_coléra-morbus_, _motus, omnibus, prospectus, rébus, ours, mœurs, mars_,
(nom du 3e mois, d'une planète, et d'une divinité mythologique);—l'_s_
sonne également dans les mots tout latins: _ad patres, aloès, kermès,
de profundis, lapis, agnus, angelus, argus, blocus, chorus, fœtus,
hiatus, motus, orémus, papyrus_, etc.

4. L'_s_ finale sonne aussi dans les noms propres suivants: _Adonis,
Atlas, Argos, Bacchus, Brutus_, etc.—Il y a des noms propres français
où elle sonne également; ce sont: _Arras, Blacas, Calas, Carpentras,
Coutras, Cujas, du Bartas, Duras, Pézenas, Privas, Stanislas, Tartas,
Toyras, Varillas, Vaugelas, Agnès, Bruéys, Clovis, Genlis, la Lys_
(rivière), _Médicis, Senlis_ et tous ceux en _us_: _Caylus, Fréjus,
Jansénius, Grotius, Nostradamus_, etc.

5. Cependant elle ne sonne pas dans _Villers_, nom propre de lieu:—en
France on prononce _Vilère_ et en Belgique _Vilé_: _Villers-l'Evêque_.

=Sabbat=, s. m., dernier jour de la semaine juive;—_sabbatine_, s.
f., autrefois thèse de controverse qui avait lieu ordinairement le
samedi (sabbat);—_sabbatique_, adj.;—_année sabbatique_, septième
année chez les juifs:—dans tous ces mots on ne fait sentir qu'un _b_.

=Sable=, s. m., terre légère, gravier; prononcez _sâble_ (_â_ long).

=Sableux, Sablonneux=, adj.—_Sableux_, n'est guère usité que dans
cette locution, _farine sableuse_, farine dans laquelle se trouve mêlé
du sable.—_Sablonneux_, lieu où il y a beaucoup de sable: _pays
sablonneux_.

=Sablier=, s. m., petit vase contenant du sable propre à être répandu
sur l'écriture pour la sécher:—ne dites pas _sablière_ (lieu d'où on
extrait le sable).

=Sabord, Babord, Tribord= et =Vibord=, ss. mm.—_Sabord_, embrasure
pour le service du canon dans un vaisseau;—_babord_, côté gauche
d'un vaisseau en partant de la _poupe_ (la partie de l'arrière
d'un vaisseau);—_tribord_, côté droit d'un navire, à partir de la
poupe;—_vibord_, grosse planche qui porte le pont supérieur d'un
vaisseau.

=Sabre=, arme tranchante; ce mot est masculin, _un beau sabre_;—l'_â_
est long ainsi que dans _sabrer_.

=Sachet=, s. m., petit sac: _porter du camphre dans un sachet_;
—prononcez _sachet_ (_et_ bref) et non _sachai_ (_ai_ long).

=Sacrement=, s. m.—On dit _sacrement_ et non _sacrament_, quoique
l'on dise bien _sacramental, ale, sacramentel, elle, sacramentalement,
sacramentellement_.

=Sacristain=, s. m., et non _sacristiain_;—le féminin correspondant
est _sacristine_ et non _sacristaine_, qui désigne dans un couvent de
religieuses celle qui a soin de la sacristie.

=Sage=, _sagement_: prononcez _sa-je, sa-jement_ et non _sache,
sachement_.

2. Une _sage-femme_ est une accoucheuse; une _femme sage_ est une femme
qui a de la sagesse.

=Saigner du nez=, veut dire, perdre du sang par le nez ou manquer de
courage: _il s'était chargé de faire cette proposition, mais il a
saigné du nez_ (Acad.);—_saigner au nez_ ou _par le nez_, dans le
sens de _saigner du nez_, n'es pas français;—mais _saigner au nez_,
dans le sens de pratiquer une saignée au nez, est français.

=Saint, te=, adj.—Il s'écrit par une petite lettre devant le nom du
saint et sans trait d'union: _les apôtres saint Pierre et saint Paul_.
(Acad.)—L'Académie écrit avec une petite _s_ et sans trait d'union:
_la sainte Vierge_ (nous préférons _Sainte-Vierge_), _les saints Pères,
la sainte Trinité, la sainte Bible, la sainte Famille, la sainte
Église, l'Écriture sainte_;—et sans majuscule: _les saints anges,
les saints docteurs, les saints apôtres, le saint sacrement, la sainte
table, le saint père_.—Elle fait observer qu'en écrivant au pape, on
écrit: _Très-Saint Père_.

2. Lorsqu'on veut désigner la fête, l'église mise sous l'invocation
d'un saint, une ville, un village, une rue qui porte le nom du saint,
ce mot s'écrit par une majuscule et se joint au mot suivant par un
trait d'union: _la Saint-Jean, l'église Saint-Antoine, la ville de
Saint-Hubert, le village de Saint-Hadelin, la rue Saint-Georges_, etc.

3. Quand _saint_ est écrit par abréviation, l'_s_ est toujours
majuscule: _les apôtres S. Pierre et St. Paul, Ste Gudule, les SS.
Pères_; on voit que l'abréviation peut s'écrire de deux manières.—On
écrit _le Saint-Esprit_ et _l'Esprit saint_.

4. _Sainte nitouche_ et non _sainte mitouche_:—voyez _nitouche_.

=Salade=, s. f.—Prononcez _sa-lade_ (les deux _a_ brefs) et non
_salâde_ ni _salâte, slade_.

=Saligaud, saligaude=, adj., personne malpropre;—prononcez ces mots
comme ils son écrits et non _saligot, saligotte_.

=Salissant, te.=—Ne dites pas, _cette couleur est contre l'ordure_,
mais, _cette couleur n'est pas salissante_.

=Saluer=, v. a.—Ne dites pas: _je l'ai salué d'un verre de bière_,
pour, _je lui ai présenté un verre de bière_;—ne dites pas non plus,
_on vous salue_ pour _je vous salue_.

=Samson=, n. pr.: prononcez _San-son_ et non _Sameson_.

=Sanctifier=, _sanctification, sanctuaire, sanction, sanctionner_:
—dans ces mots faites sentir légèrement le _c_ comme un _k_: _que
votre nom soit sanctifié; la sanctification du dimanche; sanctionner
une loi_.

=Sanglier=, s. m., porc sauvage: prononcez _sanglîé_ (_i_ long).

=Sanguin=, _sanguine, sanguinaire, sanguinolent_:—le _g_ est dur et
l'_u_ ne se prononce pas: _sanguin, sanguinaire, sanguinolent_;—mais
l'_u_ se fait sentir dans _sanguinification_, s. f. (transformation du
chyle en sang).

=Sans que=, loc. conj., ne doit pas être suivi de _ne_: _il l'a fait
sans qu'on le lui ait dit_; _je ne puis parler sans qu'il m'interrompe_
(et non _sans qu'il ne m'interrompe_).

2. _Sans_, étant préposition, ne peut pas s'employer adverbialement;
ainsi ne dites pas: _je suis tellement habitué à me promener avec cet
ami que je ne puis m'en aller sans_; dites, _sans lui_.

3. _Sans dessus dessous_; écrivez et voyez _sens dessus dessous_.

4. _Sans devant derrière_; écrivez et voyez _sens devant derrière_.

=Santé=, s. f., état de celui qui se porte bien.—Il ne se dit au
pluriel que lorsqu'il est en quelque sorte personnifié, comme dans
cette phrase: _il y a des santés faibles que peu de chose dérange_,
c'est-à-dire, il y a des personnes ayant une santé faible.—Mais on
ne dirait pas bien: _messieurs, ayez soin de vos santés, ménagez vos
santés; vos santés sont-elles bonnes?_ Dans tous ces exemples, _santé_
doit être au singulier.—_Santé_ peut aussi se mettre au pluriel dans
le sens de _toast_: _porter des santés_.

=Saoul, e=, adj., repu, rassasié; _saouler_, rassasier avec excès,
enivrer: prononcez _sou, souler_.—On écrit plus souvent _soûl,
soûler_:—ces termes sont bas et de mauvais ton.

2. Ne dites pas d'une personne qu'elle est _une soûlée_; ce mot n'est
pas français;—employez le mot _ivrogne_ ou bien _soûlard, arde,
soûlaud, aude_;—ces deux derniers termes sont populaires et _soûlaud_
ne figure que dans quelques dictionnaires.

=Sarbacane=, s. f. (en flamand _blaespyp_), long tuyau de verre, de
bois, de fer-blanc, par lequel on peut, en soufflant, jeter des pois ou
autre chose; on peut même se parler au moyen d'une sarbacane, afin de
n'être entendu que d'une seule personne: _se jeter des pois avec une
sarbacane_.

2. Ne dites pas _sarabacane_ ni _serbacane_.

=Sarrau=, s. m., espèce de blouse grossière en toile, en coton que
portent les paysans, les rouliers, etc.; on écrit aussi, mais moins
souvent, _sarrot_.—Prononcez _sârô_ (_â_ et _ô_ longs).

=Sart=, s. m., _sarter, sartage, sartager_:—ces mots ne sont pas
français: voyez _essart_.

=Sas=, s. m., tissu de crin, de soie, etc., qui est entouré d'un cercle
de bois et qui sert à passer de la farine, du plâtre, des liquides,
etc.—On ne prononce l'_s_ finale que devant une voyelle ou une _h_
muette.

=Sasse= ou =Escope=, s. f., sorte de pelle de bois étroite et creuse
qui sert à prendre et à jeter l'eau hors des navires, chaloupes,
nacelles, etc.

=Sauf votre respect=: voyez _respect_.

=Saule=, arbre; ce mot est masculin: _un saule pleureur_.

=Saume= ou =Same= (mot wallon), filet de pêche; en français, _trouble_
ou _truble_, s. féminin.

=Saumer=, v. n. (mot wallon), jeter ou tirer vers un but pour savoir
qui jouera le premier;—_abuter_ est le mot français: _abutons d'abord
et puis nous jouerons_.

=Saunière= (et non _saunier_), s. f., vaisseau, espèce de coffre où
l'on conserve le sel;—_saunier_, s. m., ouvrier qui travaille à faire
le sel, celui qui débite, qui vend le sel.

=Saur=, adj. m., ou =Saure=, adj. des deux genres, qui est de
couleur jaune, tirant sur le brun.—_Saure_ ne se dit guère que des
chevaux.—On écrit _hareng saur_, par abréviation de _saure_, et l'on
dit aussi, mais moins souvent, _hareng-sauret_. (Acad.)—L'Académie
écrit aussi _sor_, en renvoyant au mot _saure_.

2. Ne dites pas _angletin_ ni _ingletin_, pour _hareng saur_.

=Sauvage=, adj.—Ne dites pas d'un animal domestique _qu'il est
sauvage_; dites, _qu'il est farouche_.

=Sauvagin, ine=, adj.—Il n'est guère usité que dans cette locution,
_goût sauvagin_, certain goût, certaine odeur qu'ont quelques animaux
de mer, d'étang, de marais;—il s'emploie plus ordinairement comme
substantif: _le canard sent le sauvagin_ et non _le sauvage_.

=Sauver.=—Ne dites pas, _le prisonnier est sauvé hier_, pour indiquer
qu'il a pris la fuite; dites, _le prisonnier s'est sauvé_:—_est
sauvé_ signifierait _qu'il est hors de danger_.

=Savoir, Pouvoir.=—_Savoir_ s'emploie dans le sens d'avoir le
pouvoir, la force, le moyen, l'adresse, l'habileté de faire quelque
chose: _je saurai bien le réduire; je saurai bien me défendre; je n'y
saurais que faire; je le voudrais bien, mais je ne saurais; je ne
saurais faire ce que vous me dites; ne sauriez-vous aller jusque-là?
il n'a su en venir à bout; il ne sait pas ouvrir cette porte, ayant la
clef dans sa main_.(Acad.)—Voyez _pouvoir_.

2. _Faire à savoir_, c'est-à-dire, faire savoir:—il ne s'emploie
guère que dans les proclamations, les publications, les affiches, etc.:
_on fait à savoir que tels et tels héritages sont à vendre_. (Acad.)

3. _Savoir à parler_, locution barbare; ne dites pas, _je ne sais pas à
parler de cette affaire; en savez-vous à parler?_ dites, _je n'ai pas
entendu parler de cette affaire, je n'ai pas connaissance, je ne suis
pas instruit, informé de cette affaire; en avez-vous entendu parler, en
avez-vous connaissance, en êtes vous informé, instruit_.

4. _Sais-tu, savez, savez-vous_, sont autant de locutions vicieuses et
barbares que l'on n'entend que trop souvent en Belgique: _oui, non,
sais-tu; tu ne m'oublieras pas, sais-tu; sois bien sage, sais-tu; oui,
non, savez-vous; je ne suis pas méchant, savez-vous; il est riche,
savez-vous_.—Il faut s'attacher à faire disparaître de la conversation
cette phrase aussi ridicule que parasite et monotone;—il suffira la
plupart du temps de donner une autre inflexion à la voix; d'autres fois
on pourra la remplacer par _certes, certainement, assurément, sans
doute_, etc.

5. Il faut en dire autant de _vois-tu, voyez-vous_, employés à peu près
dans le même sens et que certaines personnes répètent à satiété: ce
sont là des tics contre lesquels on ne saurait trop se mettre en garde.

6. _Savez-vous quoi_, est encore une locution mauvaise; ne dites
donc pas: _savez-vous quoi? eh bien, vous ferez vos excuses et tout
s'arrangera pour le mieux_; dites, _savez-vous ce qu'il faut faire, ce
qu'il faut dire_, etc.

7. Ne dites pas non plus: _savez-vous ce que vous fassiez? faites vos
excuses_, etc.; dites, _savez-vous ce qu'il faut faire, ce que vous
avez à faire, ce que vous devez_ ou _devriez faire_. (Wall.)

=Sayer=, pour _essayer_, est un barbarisme; ne dites pas, _venez sayer
votre robe_, mais, _venez essayer votre robe_.

=Scandale=, s. m., mauvais exemple: prononcez _scandale_ et non
_scane-dale_ ni _escandale_.

=Scariole=, s. f.—On écrit plus souvent _escarole_, espèce de
chicorée qu'on mange en guise de salade. Ne dites pas _scarole_.

=Sch=, d'origine allemande, et _sh_ anglais, se prononcent comme le
_ch_ français: _kirsh, schlague, shérif, schlich_, les noms propres
_Schaffhouse, Schelestadt, Ashanti, Cavandisch, Shéridan, Shore_,
etc.—_Goldsmith_ (écrivain anglais) se prononce _Gold'chmite_.

=Scarlatine=, s. f., et adj.: _la scarlatine n'attaquait guère que les
enfants; la fièvre scarlatine_.—Écrivez et prononcez _scarlatine_ et
non _escarlatine_.

=Sceau=, s. m., grand cachet: prononcez _sô_.

=Sceller=, v. a., appliquer le sceau; ce verbe garde les deux _ll_ dans
toute sa conjugaison, ainsi que _seller_ (mettre la selle).

=Scène=, s. f., spectacle, querelle; prononcez _cène_ (_è_ long):—ne
le confondez pas avec _cène_ (_la dernière cène_ de J.-C.)

=Schah=, titre du souverain de la Perse; le pluriel est comme le
singulier: prononcez _châ_.

=Schako=, s. m.—On écrit aussi _shako_ et l'on prononce _chacô_.

=Schall=, s. m., vêtement de femme; on écrit aussi _shall_ et le plus
souvent _châle_; prononcez _châle_.

=Scheik=, s. m., chef de tribu chez les arabes; on écrit ordinairement
_cheik_ et on prononce _chèk_.

=Schelling= ou =Shelling=, s. m., monnaie anglaise d'un franc et vingt
centimes: prononcez _chelin_.

=Schérif=, s. m.; on écrit ordinairement _shérif_, officier municipal
en Angleterre: prononcez _chérif_.—Ne le confondez pas avec _chérif_
qui se dit d'un prince chez les Arabes et chez les Maures.

=Scholaire=, _scholastique, scholiaste, scholie_, s'emploient moins
souvent que _scolaire, scolastique, scoliaste, scolie_.

=Schooner=, goëlette;—prononcez _chounère_.

=Schyte=, s. m., nom d'un ancien peuple; prononcez _cite_.

=Scie=, _sciant, scier_, ennuyeux, ennuyer, etc.;—ces expressions
sont populaires: _quelle scie que cet homme-là; comme il est sciant,
comme il scie!_

=Sciemment=, adv., le sachant bien;—prononcez _ciaman_ et non
_cian-man_.

=Science=, s. f.; prononcez _ci-ance_ (trois syllabes).

=Scintiller=, _scintillant, scintillation_;—on prononce les deux _ll_
sans les mouiller.

=Sciure=, s. f.—Pour savoir si l'on doit mettre ce mot au singulier
ou au pluriel, il suffit de le remplacer par _farine_. De même que l'on
dirait _de la farine_ de froment, de même aussi l'on doit dire _de la
sciure_ et non _des sciures_ de bois; _sécher le pavé d'une cuisine
avec de la sciure_ (et non _des sciures_) _de bois_.

=Scorbut=, s. m.:—on ne prononce pas le _t_.

=Scorie=, s. f., substance terreuse ou pierreuse vitrifiée qui nage
sur la surface des métaux fondus.—On appelle _scories volcaniques_
certains produits des volcans.—Voyez _mâchefer_.

=Scorsonère=, s. f., légume, espèce de salsifis; ne dites pas
_scorsionère_ ni _corsionelle_;—remarquez que ce mot est féminin.

=Sculpter=, _sculpteur, sculpture_:—prononcez _sculter, sculteur,
sculture_.—_Sculpterie_ n'est pas français.

=Se=, pr. pers.—Ne dites pas: _quand se vient le soir, quand se vient
le jour_; dites, _quand le soir vient, quand le jour vient_.

=Seau=, s. m., vaisseau propre à puiser, à porter de l'eau: prononcez
_sô_ et non _séau_ ni _siau, séïau, séhau_.

=Sec=, fait au féminin _sèche_, et il n'y a que les gens qui n'ont reçu
aucune instruction qui puissent dire: _avoir la bouche sec, les mains
secs_.

=Second=, adj. ord., deuxième.—Prononcez _cegon_ et non _sekon_;—le
_c_ se prononce également _g_, surtout dans la conversation, dans
_seconde, seconder, secondement, secondaire, secondairement_. (Acad.)

2. On dit _Henri second, François second_ et mieux _Henri deux,
François deux_.

3. _Second, deuxième_.—On ne peut se servir indifféremment des mots
_second_ et _deuxième_.—_Deuxième_ semble annoncer un _troisième_;
il éveille l'idée d'une série, tandis que _second_ éveille l'idée d'un
ordre seulement. On dira d'un ouvrage en deux volumes: _voici le
second volume_, et d'un ouvrage qui aura plus de deux volumes, _voici
le deuxième volume_.—On dit, par la même raison, je demeure _au
second_ et non _au deuxième_, même en parlant d'une maison qui a plus
de deux étages, parce qu'on ne veut pas faire l'énumération des étages
de la maison; on veut seulement indiquer que l'on demeure au-dessus du
premier.

4. Prononcez l'_x_ de _deuxième_ et de _deuxièmement_ comme un _z_;
prononcez en outre _deuziè-me, deuziè-mement_ et non _deuzièm-me,
deuxièm-mement_.

=Secousse=, s. f.: n'écrivez pas _sécousse_.

=Secret=, s. m., _secrétaire, secrétariat_, etc.;—prononcez _secrè_
(et non _sècrè_), _secrétaire_, etc., et non _segrè, segrétaire_.

=Secrétaire, Secrétariat, Secrétairerie.=—C'est le second _e_ qui est
marqué de l'accent aigu et non le premier; n'écrivez et ne prononcez
donc pas: _sécretaire, sécretariat, sécretairerie_; écrivez de même
_secrètement_ et non _sécrètement_.

=Sécrétion=, s. f., toute matière qui sort du corps;—ne prononcez pas
_secrétion_.

=Sehu= ou _seyu_ ou _saou_:—ce mot n'est pas français; dites
_sureau_: _du thé de fleurs de sureau_.

=Seigle= ou =Sègle=, s. m., sorte de blé; prononcez _sei-gle_ et non
_sei-ke, seiguèle_.

=Seigneur=, s. m.—Prononcez _sè-gneur_ et non _sé-gnieur_ ni
_sègn'nieur_.

=Seigneurie=, s. f., droit, terre de seigneur, titre d'honneur: ne
dites pas _séigneurerie_.—Voyez _mairie_.

=Seize=, adj. num.—Prononcez _sei-ze_ et non _sei-ce_; prononcez de
même _onze, douze, treize, quatorze, quinze_.

=Sellette.=—Mettre _quelqu'un sur la sellette, être sur la sellette_;
ne dites pas _selette_.

=Semaille=, s. f., ensemencement des céréales et des autres plantes
objet de la grande culture, ne s'emploie guère qu'au pluriel: _les
semailles sont une opération importante pour un cultivateur_.—Il
se dit aussi des grains semés ou à semer: _semailles de froment; les
semailles commencent à lever_; _les semailles_ (et non _les semés_)
_sont de belle venue_.—Il se dit encore de la saison pendant laquelle
on ensemence les terres: _au temps des semailles, à la fin des
semailles_.—_Semaison_ est un vieux mot qui signifiait le temps où
l'on fait les semailles:—Bescherelle est d'avis qu'il faut rétablir
ce mot dans les dictionnaires.

=Semaine=, s. f.—Ne dites pas: _j'irai vous voir à la semaine_;
dites, _la semaine prochaine_.

2. Ne dites pas non plus, _la semaine qui vient, le mois qui vient,
l'année qui vient_; dites, _la semaine prochaine, le mois prochain,
l'année prochaine_.

3. Les noms des jours de la semaine s'écrivent avec une petite lettre:
_dimanche, lundi_, etc. et non _Dimanche, Lundi_. (Acad.)

4. Prononcez _semène_ et non _sèmène_ ni _semain-ne_.

=Sembler=, v. n.—Ne dites pas: _vous semblez un gouverneur_; dites,
_vous avez l'air d'un gouverneur_.

=Semer=, _semeur, semence, semis, semoir_:—prononcez _se_ et non _sè_.

2. =Semer, Ensemencer.=—_Semer_ a rapport au grain:—_ensemencer_ a
rapport à la terre; _on sème le blé, on ensemence le champ_.

=Semestre=, s. m., espace de six mois consécutifs; prononcez _semestre_
et non _sémestre_ ni _semesse_ ni _semestère_.

=Semi=, mot tiré du latin et qui signifie _demi_; il ne s'emploie
que devant un autre mot auquel on le joint par un trait d'union et
il ne prend jamais la marque du pluriel: _des semi-tons, des fleurs
semi-doubles_.—Écrivez et prononcez _semi_ et non _sémi_ ni _sèmi_.

=Séminariste=, s. m., élève d'un séminaire;—le _séminaire_ est
l'établissement ecclésiastique lui-même; ne dites donc pas:
_j'ai rencontré deux séminaires sur le marché_; dites, _deux
séminaristes_.—Prononcez _séminaris-te_ et non _séminarisse_.

=Semoule=, s. f., pâte de farine très-fine; d'après l'Académie, on doit
prononcer _semouille_.—N'écrivez pas _semouille_.

=Sempiternel, nelle=, adj., perpétuel; prononcez _sainpiternel_. (Acad.)

=Sénatus-consulte=, s. masculin, décision du sénat: _un
sénatus-consulte_; le pluriel est _sénatus-consultes_.—Prononcez
_sénatuce-consul-te_ (et non _sénatuce-consule_.)

=Senor=, s. m., seigneur, monsieur;—_senora_, madame;—prononcez
_sègnore, sègnora_ comme dans _seigneur, enseigner_.

=Sens=, s. m.—On fait sentir l'_s_ finale, lorsque après ce mot on
peut faire une pause, et elle devient nulle si la pause est impossible:
_mettez cette table de ce sens-là_ (_san-là_); _c'est un sot qui n'a
pas le sens_ (_san_) _commun_; _à mon sens_ (_sance_).

2. _Sens dessus dessous_, loc. adv., qui se dit en parlant de la
situation d'un objet tourné de manière que ce qui devrait être dessus
ou en haut se trouve dessous ou en bas: _renverser un objet sens
dessus dessous_.—Il se dit aussi familièrement de ce qui est dans un
grand désordre et tout bouleversé: _tous mes papiers sont sens dessus
dessous; ma bibliothèque est sens dessus dessous_.—N'écrivez pas
_sans dessus dessous_.

3. _Sens devant derrière_, loc. adv., dont on se sert en parlant de
la situation d'un objet tourné de telle façon que ce qui devrait être
devant se trouve derrière: _elle a mis son bonnet sens devant derrière;
sa perruque est sens devant derrière_.—N'écrivez pas _sans devant
derrière_.

=Sensible=, adj., signifie qui est aisément ou vivement touché, mais
non, qui émeut.—Ne dites donc pas: _c'est un livre, c'est une pièce
très-sensible_; dites, _c'est un livre très-touchant, une pièce
très-touchante_.

=Sente=, s. f., sentier.—L'Académie donne ce mot et renvoye
au mot _sentier_; il ne paraît être d'usage que dans les
campements.—_Pied-sente_ n'est pas français; dites _sentier_.

=Senté-je=, expression barbare; dites _sens-je_ et mieux _est-ce que
je sens_, parce que _sens-je_ paraît dur.—Ne dites pas non plus
_dormé-je_, mais _est-ce que je dors_.

=Sentinelle=, est féminin: _la sentinelle, une sentinelle_;—quelques
poètes ont fait ce mot du masculin: _ces nombreux sentinelles_
(Delille): c'est une licence qu'il ne faut pas imiter.

=Sentir.=—Dites, _cette fleur sent bon_ et non, _sent bonne_:—ici
_bon_ est adverbe.

2. Ne dites pas: _ce couteau sent après l'oignon_; dites, _ce couteau
sent l'oignon_ (Fland.)—Voyez _puer_.

=Seoir=, v. n., être assis.—Il n'est plus guère en usage qu'au
participe présent _séant_ et au participe passé _sis, sise_ qui
signifie _situé, située_: _tribunal séant à Liége; maison sise dans la
rue Hors-Château_.—Cependant, on dit encore, en poésie et dans le
langage familier, _sieds-toi_ pour _assieds-toi_.

2. _Seoir_, v. n. être convenable à la personne, à la condition,
au lieu, au temps, etc.—Il n'est plus d'usage à l'infinitif et
n'a d'usitées que les formes suivantes: indic. prés., _il sied, ils
siéent_,—imp., _il seyait, ils seyaient_;—futur, _il siéra, ils
siéront_;—condit. prés., _il siérait, ils siéraient_;—part, prés.,
_seyant_: il n'a point de temps composés.—On l'emploie souvent comme
impersonnel: _il vous sied bien_ (il vous appartient bien) _de vouloir
réformer les autres_.

=Sept=, adj. num.—On ne prononce pas le _p_ dans _sept_ ni dans ses
composés _septième_ et _septièmement_; mais on le prononce dans tous
les autres: _septante, septembre, septenaire, septennal, septennalité,
septentrion, septentrional, septidi, septuagénaire, septuagésime,
septuple, septupler_, etc.—Quant au _t_ de _sept_, il ne se prononce
que lorsque ce mot est pris à part: _le nombre sept, ils étaient sept_,
ou lorsqu'il est suivi d'une voyelle on d'une _h_ muette: _sept amis,
sept hommes_.—Il faut ajouter à cette observation de l'Académie, que
le _t_ se prononce dans tous les cas lorsque le mot _sept_ est employé
substantivement: _le sept d'avril, le sept de trèfle; sept multiplié
par trois; un sept de chiffre_ ou simplement _un sept, le sept du mois_.

=Septante=, adj. num., _soixante-dix_.—Il n'est plus guère usité
qu'en Belgique et dans le midi de la France ainsi que dans le
style de mathématiques; on le remplace partout ailleurs par le mot
_soixante-dix_. Il en est de même de _nonante_; quant à _octante_ il
n'est plus du tout en usage.—Prononcez le _p_, _sep'tante_.

=Septennal, ale=, adj., qui arrive ou qui est renouvelé tous les
sept ans: _fête septennale_. On prononce le _p_ et les deux _nn_:
_sep'ten'nale_.

=Septier=, s. m., mesure de grains, de liquides; on écrit plus souvent
_setier_.—Prononcer _cetié_ et non _cètié_ ni _cetchié_.—Voyez _ti_
et _di_.

=Séquestrer, Séquestration=: prononcez _sékestrer, sékestration_.

=Sera.=—Ne dites pas: _sera lui qui aura la place, sera vous qui
partirez_; dites, _ce sera lui, ce sera vous qui..._ ou bien, s'il
s'agit d'une interrogation: _sera-ce lui..., sera-ce vous...?_

=Sérail=, s. m.; le pluriel est _sérails_.

=Serein, eine=, adj., qui est clair, doux, calme;—_serin_ (et non
_serein_), s. m., sorte d'oiseau chanteur.—Prononcez _se_ et non
_sè_.

=Sérénade, Aubade=, s. f.—Ils désignent l'un et l'autre un concert
de voix ou d'instruments donné dans la rue ou sous les fenêtres
de quelqu'un; la _sérénade_ se donne le soir et l'_aubade_ le
matin.—Prononcez _sérénade, aubade_ et non _sérénate, aubate_ ni
_sèrènade_; ne dites pas non plus _ombade_.

=Serf=, adj. s., espèce d'esclave: prononcez _serfe_;—le féminin est
_serve_ (ne prononcez pas _serfe_).—V. _cerf_.

=Sérincheur.=—Ne dites pas d'un mauvais musicien, _c'est un
sérincheur_; dites, _c'est un râcleur, un croque-note_.—(Les ouvriers
qu'on désigne sous le nom de _sérincheurs_, s'appellent _cardeurs_ en
français).

=Serre.=—N'employez pas ce mot dans le sens de _serrure_ ou de
_batterie_ de fusil, de pistolet.

=Serrer, Enserrer.=—_Serrer_ signifie étreindre, presser ou bien
mettre quelque chose dans un lieu où il ne soit exposé ni à être volé
ni à s'égarer ni à être gâté.—_Enserrer_ signifie mettre dans une
serre: _enserrer des orangers_.

2. _Serrer_, ne peut pas s'employer pour _fermer_; ne dites donc pas,
_serrez la porte, la fenêtre, le livre_, etc.; dites, _fermez la
porte_, etc.

3. _Serre-papier_, s. m., arrière-cabinet;—tablettes à compartiment
où l'on serre des papiers;—petit meuble pesant de marbre, de granit,
etc., qu'on met sur des papiers pour les tenir:—_presse-papiers_
n'est pas français.—Le pluriel s'écrit comme le singulier.

=Serrure=, s. f.—Ne dites pas, _laissez la porte sur la serrure_,
pour signifier ne pas la fermer entièrement; dites, _laissez la porte
entr'ouverte_, ou _laissez la porte tout contre_.—Prononcez _cèrure_.

=Serveur de messe=, _servant de messe_: ces mots ne sont pas français;
dites _enfant de chœur_.—V. _acolyte_.

=Service.=—Ne dites pas, _qu'y a-t-il de votre service?_ dites, _qu'y
a-t-il pour votre service_ ou _à votre service?_

2. Ne dites pas, _ce domestique n'est pas au service pour le moment_;
dites, _n'est pas en service_.—Mais lorsque _service_ est suivi d'un
complément, l'article est de rigueur: _être au service de quelqu'un; il
a été longtemps au service d'un tel_.

3. _Service_, employé d'une manière absolue, signifie _le service
militaire_: _il a vieilli au service_.

=Servir.=—_Servir à rien, servir de rien_.—Ce qui ne _sert à rien_
aujourd'hui, peut servir demain à quelque chose: _il a des talents qui
ne lui servent à rien_.—Ce qui ne _sert de rien_ ne peut jamais être
d'aucune utilité: _les murmures contre les décrets de la Providence ne
servent de rien; vous êtes aveugle, des lunettes ne vous servent de
rien_.

2. On dit _servir la messe, répondre la messe_ et non _à la messe_.

=Serviteur=, s. m.—Le féminin correspondant est _servante_.

=Seul, eule=, adj.—Un _seul homme_ est un homme unique; un _homme
seul_ est un homme isolé, retiré.

=Seulement=, adv.—Ne dites pas: _dites-le seulement, faites-le
seulement, venez seulement, courez seulement, parlez seulement_,
etc.—Ce _seulement_ est un flandricisme qui, ordinairement, n'ajoute
rien au sens et qu'il faut faire disparaître entièrement en français,
ou bien remplacer, selon le sens, par _çà, donc, un peu, je vous
prie_, etc.:—_dites-le, faites-le, venez_, etc.,—_dites-le donc,
faites-le donc, venez-donc_;—_çà! dites-le, çà! faites-le, çà!
venez_;—_dites-le, je vous prie, faites-le, je vous prie, venez, je
vous prie_.—Voyez _fois_.

2. Ne dites pas, _je n'ai seulement qu'à paraître, et il se taira_
(pléon. vic.); dites, _je n'ai qu'à paraître..._

=Sexe=, s. m.: _le sexe masculin, féminin_:—prononcez _cekce_ et non
_cèke_.

=Sexte=, s. f., une des petites heures de l'office;—s. m., le sixième
livre des Décrétales.—Prononcez _ceks'te_ et non _cêke_ ni _cekce_.

=Si=, conj., ne s'élide que devant _il, ils_:—_s'il, s'ils_.

2. _Si_ ne doit jamais être suivi du conditionnel; ne dites donc pas:
_si j'aurais le temps, j'irais le voir; si je l'aurais su, je n'y
serais pas allé_; dites, _si j'avais le temps, si je l'avais su..._

3. C'est également une faute d'employer le conditionnel au lieu du
subjonctif; ainsi vous ne direz pas: _je voudrais que cela serait; j'ai
craint qu'il ne viendrait pas_; dites, _je voudrais que cela fût, j'ai
craint qu'il ne vint pas_.

4. Ne dites pas: _si j'étais vous_ ou _si j'étais comme vous, je ferais
telle chose_; dites, _si j'étais à votre place_ ou _si j'étais que de
vous, si j'étais de vous, je ferais telle chose_.

5. _Si_ peut s'employer familièrement comme particule affirmative:
_vous dites que non et je dis que si; vous n'avez pas été là? si_.—On
dit également _si fait_: _je crois qu'il n'a pas été là; si fait, il y
a été_.

6. Ne dites pas, _si longtemps que j'aurai une goutte de sang dans les
veines, je me défendrai_; dites, _tant que j'aurai..._ (Wall.)

7. Ne dites pas, _si vite qu'il est levé, il étudie_; dites, _dès que,
aussitôt qu'il est levé..._ (Wall.)

8. _Si_ peut s'employer au lieu de _tant_ devant un participe passé, et
au lieu de _tellement_ devant une locution adverbiale; on peut dire:
_si aimé, si à l'aise, si à propos, si en colère_, etc.—Il serait
trop rigoureux de condamner ces sortes d'expressions, dit Boniface.

=Sibylle=, s. f., prophétesse dans l'antiquité; les _ll_ ne se
mouillent pas, _cibile_.—_Sibyllin_, adj., de sibylle, _vers
sibyllins_: prononcez les deux _ll_, _cibil'lin_.—Une _sébille_, s. f.,
est un vase de bois, rond et creux: _jetons un sou dans la sébille de
ce pauvre aveugle_.

=Sieste=, s. f., =Méridienne=, s. f.—_Sieste_, temps qu'on donne au
sommeil pendant la chaleur du jour;—_méridienne_, temps que l'on
donne au sommeil après le dîner.

=Sieur=, s. m., abréviation de monsieur: prononcez _cieure_ en une
syllabe.

=Signal=, _signifier, signification_: prononcez _si-gnal,
si-gnifier, si-gnification_ et non _sign'-nal, sign'-nification,
sign'-nifier_.—Voyez _gne_.

=Signet=, s. m., ruban pour marquer dans un livre: autrefois on
supprimait le _g_ dans l'écriture et dans la prononciation; mais
aujourd'hui on écrit et on prononce _signet_.

=Simple=, nom générique et vulgaire des herbes et des plantes
médicinales; ce substantif est masculin: _la mélisse est un simple
d'une grande vertu_.

=Sinapisme=, s. m., cataplasme à la moutarde; prononcez _sinapis-me_ et
non _sinapisse_ ni _sinapim-se_.

=Singulier=, s. m.:—prononcez _singulié_; mais faites sonner l'_r_
finale de _singulier_, adjectif, lorsqu'il fait corps avec le mot qui
le suit: _quel singulier_ (_lière_) _homme_! _le singulier_ (_lière_)
_animal!_

=Sinon=, conj., autrement, sans quoi, ne doit jamais être précédé de
_ou_: _obéissez, sinon vous serez puni_, et non, _ou sinon..._

=Sirop=, s. masculin: _du sirop de pomme_;—prononcez _cirô_ (_ô_
long) et non _cirot_ (_o_ bref) ni _sirope_.—On écrit plus rarement
_syrop_.

=Sis, sise=, part. passé du verbe _seoir_; il ne s'emploie plus que
comme adjectif et en style de pratique (avoués, notaires, huissiers),
dans le sens de _situé, située_: _une maison sise rue des Mineurs_.
Voyez _seoir_.

=Sitôt=, adv.—Ne dites pas, _sitôt l'arrivée de la diligence, je
partirai_; dites, _aussitôt après l'arrivée, aussitôt la diligence
arrivée; dès que la diligence sera arrivée_, etc.

=Six=, adj. num.—Devant une consonne, l'_x_ ne se prononce pas:
_six personnes_;—elle sonne comme _z_ devant une voyelle ou une _h_
muette: _six amis, six hommes_;—à la fin d'une phrase, après son
substantif, ou bien lorsqu'on l'emploie substantivement, on prononce
_six_ en faisant sonner l'_x_ comme une _s_: _de douze qu'ils étaient
il n'en est resté que six; le chapitre six traite de...; le six du
mois_.—Elle se prononce aussi, dans le corps de la phrase, lorsqu'il
est suivi d'un repos: _ils étaient six, tous de bonne humeur_. (Acad.)

=Sixain=, s. m., petite pièce de poésie composée de six vers; prononcez
_cizin_.

=Sixième, sixièmement.=—L'_x_ se prononce comme _z_; prononcez
_sizième, sizièm'ment_ et non _siziain-me, siziain-m'ment_.

=Skaufelin=, est un mot flamand; dites des _copeaux_.

=Sloop=, s. m., petit navire à un seul mât; on prononce et quelques-uns
écrivent _sloupe_. (Acad.)

=Soc, Socle, Socque=, s. m.—Le _soc_ est un couteau de fer attaché
à la charrue, qui fend la terre et forme le sillon;—un _socle_ est
la base carrée d'une colonne, etc., le piédestal d'une statue, d'un
vase;—un _socque_ est une chaussure grossière qui en enveloppe une
autre et la préserve de la boue, de l'humidité.

=Société=, s. f.—_Aller en société_, est une mauvaise locution;
il est mieux de dire, _aller dans le monde, dans le grand monde,
fréquenter le monde_.

2. Ne dites pas, _je n'ai pu lui parler, il était en société_; dites,
_il était en compagnie_.—Prononcez _société_ et non _socièté_.

=Sœurs=, _consanguines, germaines, utérines_: voyez _germain_.

=Sofa=, s. m.: on écrit aussi _sopha_.

=Soi-disant.=—Terme de pratique; il se dit aussi par raillerie ou
par mépris, dans le langage ordinaire et s'écrit au pluriel comme au
singulier: _un tel soi-disant docteur; de soi-disant docteurs_.

=Soie=, s. f., étoffe; prononcez _soi_ et non _soi-ïe_.

2. _Soie_, s. f., se dit, surtout au pluriel, du poil long et rude de
certains animaux: _des soies de cochon_. Il se dit aussi du poil long
et doux d'un barbet, d'un épagneul, d'un bichon: _cet épagneul a de
belles soies_.—Ce mot est féminin.

=Soierie=, s. f., toute marchandise de soie: prononcez _soirie_ et non
_soi-ïeri-ïe_.

=Soif=, s. f.—Voyez _faim_ et _si_.

=Soigner=, v. a.—Ne dites pas: _je soignerai pour votre affaire_;
dites, _je soignerai votre affaire, j'aurai soin de votre affaire, je
m'occuperai de votre affaire_.

2. Ne dites pas, _vous soignerez que tout soit prêt_; dites, _vous
aurez soin que tout soit prêt_.

=Soin=, s. m.: prononcez _soin_ et non _soan_.

=Soir=, s. m.—Dites _un matin, un soir_ au lieu de dire _un jour au
matin, un jour au soir_.

2. Ne dites pas, _un jour sur le soir, un jour au soir_, dites _un
soir_:—_un soir il aperçut la lune au fond d'un puits_.

3. On dit: _demain au soir_ (Acad. au mot _demain_) et _demain soir_
(Acad. au mot _soir_);—on dit _hier au soir_, mais on ne dit pas bien
_hier soir_.—Voyez _matin_.

=Soit=, adv., à la bonne heure: _soit, j'y consens_;—prononcez
_soite_.

=Soixantaine=, _soixante, soixanter, soixantième_: dans ces quatre
mots, _x_ se prononce comme deux _ss_.

=Solde=, est féminin, lorsqu'il signifie la paye des militaires: _faire
une retenue sur la solde des troupes_.—Il est masculin, lorsqu'il
signifie la différence entre _le doit_ et _l'avoir_ d'un compte ou
le payement qui se fait pour demeurer quitte de compte: _le solde
est de 300 francs au doit; le solde de votre compte se monte à 500
francs_.—Prononcez _sol-de_ et non _sol-te_ ni _solle_.

=Solécisme=, s. m., faute contre la syntaxe: _c'est moi qui a fait
cela_, est un solécisme;—prononcez _solécis-me_ et non _solécisse_,
ni _solécim'se_. Voyez _barbarisme_.

=Soleil=, s. m.—Ne dites pas, _il fait soleil_, mais _il fait du
soleil_ comme on dit _il fait du vent_.

2. Dites, _se reposer au soleil_ et non, _dans le soleil_.—Prononcez
_soleille_ (_ll_ mouill.) et non _solèle_.

=Solennel, elle=, adj.—On prononce _solanel_ et non _solan-nel_ et
on fait l'_a_ bref; il en est de même de ses dérivés _solennellement,
solennisation, solenniser, solennité_.—Plusieurs, dit l'Académie,
écrivent _solemnel, solemnellement, solemnité_, etc., cette dernière
orthographe n'est plus guère usitée de nos jours.

=Solive=, s. f., en wallon, _terrâsse_, pièce de charpente qui sert à
former et à soutenir le plancher d'une chambre, d'une salle, etc., et
qui porte sur les murs ou sur les poutres: _solive de brin, solive de
sciage_.

=Solliciter=, _sollicitation, solliciteur, sollicitude_: dans tous ces
mots, on prononce les deux _ll_.

2. Devant un infinitif, on dit _solliciter à_, quand l'action exprimée
par le second verbe n'a point pour but le sujet: _je l'ai sollicité
à faire cette démarche_.—On dit _solliciter de_ quand l'action
se termine au sujet: _je l'ai sollicité de venir me voir_: cette
distinction nous paraît un peu subtile.—Devant les substantifs et les
pronoms, on dit toujours _solliciter à_: _solliciter à la révolte; qui
est-ce qui vous a sollicité à cela?_

=Solo=, s. m.—L'Académie écrit _des solo_ sans _s_: mais puisqu'elle
met une _s_ au pluriel de _duo_ (_de beaux duos_), il est évident qu'il
faut écrire _des solos_ avec une _s_.

=Somme, Sommeil=:—ils ne se disent que de l'homme;—on dit, _faire
un somme_, mais on ne dit pas, _faire un sommeil_.

=Sommité=, s. f., sommet; on prononce les deux _mm_.

=Somnambule=, adj., _somnambulisme_, s. m.;—_somnifère_,
adj.;—_somnolence_, subst.;—_somnolent, ente_, adj.:—dans tous ces
mots, on prononce l'_m_.

=Somptuaire=, adj.;—_somptueusement_, adv.;—_somptueux, euse_,
adj.;—_somptuosité_, subst.:—dans la prononciation de ces mots, on
fait sentir le _p_.

=Son, Sa, Ses=, adj. poss.—_Mon, ton, son_, suivis d'un mot
commençant par une voyelle ou une _h_ muette, ont un son nasal
très-prononcé: _mon ami, ton habit, son argent_, prononcez _mon-n'ami,
ton-n'habit, son-n'argent_ et non _mo-n'ami, to-n'habit, so-n'argent_.

2. Ne dites pas: _mon frère parle si bien son français, son allemand_;
dites, _parle si bien le français, l'allemand_.

3. Ne dites pas: _celui qui a recueilli ces omnibus, voudrait qu'on
touchât son français_; dites, _... voudrait qu'on parlât bien le
français_.

4. _Son, sa, ses_, remplacés par le pronom _en_: voyez _en_.

=Sonate=, s. f., pièce de musique instrumentale; ne dites pas _sonade_.

=Songer=, v. n.—Ne dites pas: _j'ai songé de lui mille choses
désagréables_; dites, _j'ai pensé de lui mille choses désagréables_.

2. Ne dites pas: _j'ai songé de vos commissions_ ou _songé de faire
la commission_; dites, _j'ai songé à vos commissions, à faire votre
commission_:—_songer quelque chose_ ou _de quelque chose_, c'est
_rêver quelque chose_ ou _de quelque chose_.

=Sonnant=, part. prés., du verbe _sonner_.—Il est adjectif verbal,
lorsqu'il se dit d'un objet qui rend un son clair et distinct: _de
l'étain sonnant, airain sonnant_.—Il est aussi adjectif dans les
locutions _horloge, montre sonnante, espèces sonnantes_ (monnaies d'or
ou d'argent); _à l'heure sonnante; arriver à sept heures sonnantes; à
midi sonnant_, etc.:—et dans cette phrase du langage théologique,
_propositions mal sonnantes_, qu'on écrit aussi, _propositions
malsonnantes_, en un seul mot.

=Sonner=, v. n. et v. a.—Quand il a pour sujet un mot qui désigne
l'heure, il prend l'auxiliaire _être_: on dit _minuit est sonné, midi
est sonné, huit heures sont sonnées_, et non _minuit a sonné, midi a
sonné, huit heures ont sonné_.—On dit aussi, _la messe est sonnée,
les vêpres sont sonnées_.

2. Ne dites pas, _on sonne à messe, à vêpres_; dites, _on sonne la
messe, les vêpres_.

3. Ne dites pas, _sonner à mort_, mais _sonner pour un mort_;—ni
_sonner une transe, une agonie_, mais _sonner le glas, un glas_.—Voyez
_transe_.

4. On dit _sonner du cor, de la trompette_ et _jouer du cor, de la
trompette_.—Voyez _jouer_.

=Sont.=—Ne dites pas, _cinq et cinq sont dix_; dites, _... font dix_.

=Sor, Soret=, adj. m.: voyez _saure_.

=Sôrot= ou =Saurot=: cette orthographe est vicieuse; dites, _sarrot_ et
mieux _sarreau_.

=Sorte=, s. f.—Il est tout aussi incorrect de dire: _j'ai fait toute
sorte_ que de dire _j'ai fait toute espèce_; le sens n'est complet
qu'en ajoutant un des substantifs, _chose, marchandise, étoffe_, etc.;
il faut donc dire: _j'ai fait toutes sortes de choses_.

2. Ne dites pas: _il a fait si bien en sorte qu'il a réussi_; dites,
_il a si bien fait qu'il a réussi_.

3. _Toute sorte_ et _toute espèce_, se mettent indifféremment au
singulier et au pluriel, excepté lorsque le substantif qui suit ne
s'emploie pas au singulier: _nourrir toutes sortes de bêtes; souhaiter
toutes sortes de prospérités, toute sorte de bonheur à quelqu'un;
toute sorte de livres ne sont pas également bons; lire toute sorte
d'écriture; il ne faut pas se fier à toutes sortes de gens, à toutes
sortes de personnes; des marchandises de toute espèce_.—L'accord du
verbe ou de l'adjectif se fait, non pas avec _sorte, espèce_, mais avec
le substantif qui suit: _toute sorte de personnes sont_ (et non pas
_est_) _venues_; _une sorte de fruit qui est mûr_ (et non _mûre_) _en
hiver_.

=Sortir=, v. n., demande _avoir_ ou _être_, selon que le sens permet de
répondre à l'une ou à l'autre de ces questions: _qu'a-t-il fait_, ou
bien, _où est-il, qu'est-il devenu?_—_il a sorti_ (qu'a-t-il fait?)
_mais il vient de rentrer_; _il est sorti_ (où est-il? qu'est-il
devenu?) _mais il va rentrer_.

2. Ne dites pas, _il est sorti hors de la chambre, hors de la ville_;
dites, _il est sorti de la chambre, de la ville_.

3. Ne dites pas, _sortez dehors_ ou _hors d'ici_; dites simplement
_sortez d'ici_.

4. On dit très-bien, _sortir d'entendre la messe, sortir de dîner_,
etc., dans le sens de sortir du lieu où l'on a entendu la messe, où
l'on a fait le dîner. (Acad.) Mais on ne peut pas dire: _je sors de
faire telle chose, je sors d'être malade_; il faut dire, _je viens de
faire telle chose, je viens d'être malade_.

5. Ne prononcez pas, _je sors z'avec vous_; prononcez, _je sor avec
vous_.

6. Ne dites pas, _sortez votre casquette et dites bonsoir_; dites,
_ôtez votre casquette..._

7. Ne dites pas, _connaissez-vous le nouveau règlement qui vient de
sortir?_ dites, _qui vient de paraître_.

8. _Sortir_ s'emploie aussi comme verbe actif dans quelques phrases du
style familier où il signifie, _faire sortir, tirer_:—_il est temps
de sortir les orangers de la serre; sortez ce cheval de l'écurie;
sortez la voiture de la remise; on l'a sorti d'une affaire fâcheuse_.
(Acad.)

9. _Sortir_, v. a. et déf., usité en terme de jurisprudence; il
signifie, _obtenir, avoir_:—_cette sentence sortira son plein et
entier effet dans quinze jours_.—Dans ce sens, _sortir_ se conjugue
comme _finir_, mais il n'est usité qu'à la 3e personne: _il sortit,
ils sortissent; il sortissait, ils sortissaient_; subj. prés., _qu'il
sortisse, qu'ils sortissent_; part. prés., _sortissant_.

=Sot, Sotte=, adj.—On ne prononce le _t_ de _sot_ que lorsqu'il est
suivi d'un mot commençant par une voyelle ou une _h_ muette: _un sot
enfant_ (_so-t'enfant_), _un sot_ (_so_) _personnage_; _c'est un sot_
(_so_).

2. Dites d'un homme qui est tombé en démence, _qu'il est devenu fou_ et
non, _qu'il est devenu sot_.

=Sottise=, s. f., signifie aussi _injure_: _il m'a dit des_ ou _cent
sottises_ (_injures_). Cette expression pourtant paraît être de mauvais
ton.

=Soucier= (=se=), signifie s'inquiéter, s'intéresser, faire cas, etc.:
_de quoi vous souciez-vous?_—Ainsi lorsqu'on veut exprimer une idée
d'indifférence, d'insouciance, de mépris, il faut accompagner le
verbe _se soucier_ de la négation: _je ne me soucie pas_ (et non _je
me soucie_) _de cet homme-là_; _je ne me soucie pas_ (et non _je me
soucie_) _qu'il vienne_; _je ne me soucie pas_ (et non _je me soucie_)
_de ce que l'on dit de moi_; _faites tout ce qu'il vous plaira, je ne
m'en soucie guère_ (et non _je m'en soucie_).—On peut cependant dire
ironiquement: _je me soucie bien de cet homme-là; qu'ai-je besoin de
lui?_

=Soucoupe=, s. f., espèce de petite assiette de porcelaine, de
faïence, etc., qui se place sous une tasse ou sous un gobelet de
même matière, propre à prendre du café, du chocolat, etc.: _verser
son café dans la soucoupe; la tasse et la soucoupe sont d'ancienne
porcelaine_.—_Soutasse_ n'est pas français.

=Souffler, Siffler.=—Il existe entre ces deux verbes la même
différence qu'entre les substantifs _souffle_ et _sifflet_: _le vent
lui soufflait au nez; ce soufflet est troué, il ne souffle plus;
siffler pour faire boire un cheval; le vent siffle dans la serrure; il
entendait les balles qui lui sifflaient à l'oreille; cet acteur à été
sifflé_.

=Souguenille=, s. f., long surtout de grosse toile: écrivez et
prononcez _souquenille_.

=Souhaiter=, v. a.—Devant un infinitif, il est suivi ou non de la
préposition _de_: _souhaiter d'avoir un emploi; je souhaiterais
pouvoir vous obliger_.

=Soûl=, adj., au fém. _soûle_.—On écrit plus rarement _saoul,
saoule_; on prononce _soû, soûle_, en ne faisant sentir l'_l_ qu'au
féminin.

2. Dans le sens de _ivre_, il est bas et de mauvais goût. Voyez
_saoul_.

=Soûlée=, employé substantivement dans le sens _d'ivrogne_, n'est pas
français; _mon voisin est un ivrogne_ et non _une soûlée_.—On dit
cependant, mais populairement, _soûlard, arde_, et _soûlaud, aude_.
Voyez _saoul_.

=Soûler=, rassasier avec excès, enivrer; on écrit plus rarement
_saouler_.—Ce terme est bas.

=Soulier=, s. m., chaussure; l'_l_ ne se mouille pas: _sou-lié_ et non
_souil-lié_ ni _souyié_.

=Soupe=, s. f.—Ne dites pas: _je vous invite à la soupe, à manger la
soupe_; dites _je vous invite à dîner_. (Popul.)

=Souper=, s. m.: on écrit aussi _soupé_.

2. _Après-soupé_, s. féminin; on dit mieux _après-soupée_.

=Soupied=, s. m.—On écrit plus ordinairement _sous-pied_: au pluriel,
_des soupieds_ et _des sous-pieds_. (Acad.)

=Soupoudrer=, v. a.—Écrivez et prononcez _saupoudrer_, poudrer de
sel, de poivre, de farine, de sucre, etc.

=Sourcil=, s. m., ligne de poils au-dessus de l'œil; prononcez
_sourci_.

=Sourciller=, v. n., =Sourcilleux=, adj.: mouillez les _ll_.

=Sourd-muet, sourd et muet.=—Le _sourd et muet_ a deux infirmités
distinctes et indépendantes l'une de l'autre;—le _sourd-muet_ n'est
muet que parce qu'il n'entend pas, et il recouvrerait la parole, si
l'on pouvait lui rendre l'ouïe.—Cette distinction est fondée; mais,
dans la pratique, on n'en tient presque pas compte, attendu que le
résultat est le même.—Prononcez _mu-et_ et non _mu-wet_.

=Sourdité=, n'est pas français; dites _surdité_.

=Sous= _votre respect_, locution vicieuse: dites _sauf votre
respect_.—Voyez _respect_.

=Souscription, Suscription.=—La _souscription_, c'est la signature
que l'on met au-dessous d'un acte pour l'approuver; c'est un engagement
de fournir une certaine somme pour une entreprise; c'est aussi une
reconnaissance donnée à un souscripteur.—La _suscription_ n'est autre
chose que l'adresse qui est écrite au dos d'une lettre.

=Sous-curé=, s. m:—C'est l'_onder-pastoor_ des flamands; mais en
français on doit dire _vicaire_: _j'ai rencontré le curé et le vicaire
de la paroisse_.

=Sous-diviser, sous-division=: on dit plus ordinairement _subdiviser,
subdivision_.

=Sous-louer=, v. a., donner ou prendre à loyer une partie d'une maison,
d'une terre, etc., déjà louée par un locataire principal: _j'ai
sous-loué ma maison_.—Ne dites pas _sur-louer_.

=Sous-main.=—Ne dites pas, _on a intrigué en sous main_, ni _en
dessous main_; dites, _on a intrigué sous main_.

=Sous-pied=: voyez _soupied_.

=Soutasse=, n'est pas français; dites _soucoupe_.

=Soutenement=, s. m., t. de maçonnerie, appui, soutien.—Quelques-uns,
dit l'Académie, écrivent _soutènement_; nous pensons que cette dernière
orthographe est préférable, puisque l'Académie écrit _entretènement_
avec un _è_, et _ténement_ avec un _é_. V. _ège_.

=Souvenir=, v. et s. m.: prononcez _souvenir_ et non _soufenir_ ni
_soumenir_.

=Souvent=, adv.—Ne dites pas: _je l'ai fait, je l'ai dit plus
souvent_, pour dire simplement que vous l'avez fait _souvent, assez
souvent_: dans ce cas il n'y a pas de comparaison; dites donc _je l'ai
fait, je l'ai dit assez souvent_. (Fland.)

=Soye.=—Ne dites pas, _il faut que cela soye_; dites, _il faut que
cela soit_.

=Spécimen=, s. m., modèle, échantillon: prononcez _spécimène_ au
singulier et au pluriel.

=Spégulaire=, pour signifier la résine dont les musiciens se servent
pour frotter l'archet; ce mot n'est pas français; il faut dire
_colophane_, et ce mot est féminin: _de la colophane_.

=Sphynx=, s. m., monstre fabuleux, insecte: prononcez _sfainkce_.

=Spiral=, adj. ou s.—On dit _le ressort spiral_ ou simplement, _le
spiral d'une montre_; mais on ne peut pas dire _l'aspiral_ ni _la
spirale d'une montre_.

=Spiritueux=, adj.—Ne dites pas, _une liqueur spirituelle_; mais _une
liqueur spiritueuse_.

=Spleen=, s. m.; dégoût de la vie: _avoir le spleen; être dévoré du
spleen_; il n'a pas de pluriel;—prononcez _spline_ et non _spléne_ ni
_splène_.

=Squelette=: s.—Ce mot est masculin: _un squelette d'homme_;—écrivez
et prononcez _squelette_ et non _squèlette, squélette_ ni _esquelette_.

=Ss.=—Les deux _ss_ se font entendre dans _assentiment, dissension,
disséminer, essence, essentiel, transsuder, transsudation_.—Il
en est de même de _sc_ dans _adolescence, ascension, condescendre,
effervescence, efflorescence, résipiscence_.

=St, St=, terme invariable, signe qu'on emploie dans l'écriture, pour
exprimer un son que forme quelquefois la voix, lorsqu'on appelle
quelqu'un: _st, st, venez ici tout de suite_.—Il se prononce _sit,
sit_, et on ne fait sentir l'_i_ que très-faiblement (Acad.)

2. _St_ (_terminaisons en_): voyez _t_.

=Stagnant, ante=, qui ne coule point: eau stagnante.—Stagnation,
s. f., état de ce qui ne coule point et au figuré, _stagnation
des affaires_, affaires de commerce qui languissent, qui sont
suspendues.—Dans ces deux mots, _gn_ se prononce dur.

=Staminet=, s. m., cabaret; écrivez et prononcez _estaminet_: _les
estaminets de Bruxelles sont élégants_.

=Stathouder=, s. m., chef de l'ancienne république de Hollande;
prononcez _stade-houdère_ ou _stade-oudère_.

=Statue=, s. f.: écrivez et prononcez _statu_ et non _estatue_. Voyez
_ée, ie, oue, ue_.

=Steam-boat=, s. m., bateau à vapeur: prononcez _stime-bote_.

=Steamer=, s. m., bateau à vapeur: prononcez _stimère_ ou _stémère_.

=Steeple-chase=, s. f., mot anglais, course à cheval faite à travers
des obstacles: prononcez _stipel-tchèsse_.

=Stentor=, s. m., nom d'un guerrier grec au siége de Troie, et dont la
voix, dit-on, faisait seule plus d'effet que celle de cinquante hommes:
_il a une voix de stentor_; ne dites pas _une voix de centaure_.
L'Académie écrit _stentor_ avec une petite _s_.

=Sterling=, s. m., monnaie d'Angleterre; il ne se dit point seul et il
est invariable: _cinquante livres sterling_;—la _livre sterling_ vaut
vingt-cinq francs;—prononcez _sterlain_.

=Stigmate=, s. masculin, marque que laisse une plaie, cicatrice: _il
porte les stigmates de la petite vérole_.—_Stigmatiser_, v. a.,
marquer avec un fer rouge, etc.: le _g_ se prononce dur dans ces
mots.—On écrit aussi, mais rarement, _stygmate, stygmatiser_.

=Stockfisch=, s. masculin, sorte de morue salée et séchée à l'air; on
prononce et l'on écrit aussi _stokfiche_.

=Store=, s. m., sorte de rideau qui se lève et se baisse; ce mot est
masculin: _des stores élégants_.

=Stras=, s. m., composition qui imite le diamant; prononcez _strâce_:
on n'écrit pas _strasse_.

=Strict, icte=, adj., étroit, resserré, sévère: on prononce le _c_ et
le _t_ final: _strik'te_. Voyez _finales_, _q_ et _t_.

=Subitement=, adv.—Dites, _cet homme est mort subitement_ et non,
_est mort subite_.

=Subjonctif=, s. m., mode verbal.—C'est une faute d'employer le
_présent_ pour l'_imparfait_ du subjonctif: _il faudrait que je
retourne à pied_; dites, _il faudrait que je retournasse à pied_.—Sans
doute, beaucoup de personnes se servent de cette tournure pour éviter
les formes disgracieuses de certains imparfaits du subjonctifs,
terminés en _asse, insse_, etc.—Quoi qu'il en soit de cette raison
d'euphonie, elle ne nous paraît pas suffisante pour se dispenser des
règles touchant la concordance des temps du subjonctif avec ceux de
l'indicatif; au surplus, dans les cas où l'oreille serait affectée
d'une manière désagréable, nous conseillons de faire disparaître le
subjonctif en recourant à un autre tour de phrase; ainsi au lieu de
dire, _il faudrait que je retournasse à pied_, dites simplement, _il me
faudrait retourner à pied_.—Voyez _conditionnel_ et _imparfait_.

=Subsister=, _subsistance, subside, subséquent_: prononcez _subcister,
subcistance, subcide, subcéquent_ et non _subzister, subzistance,
subzide, subzéquent_.

=Substance=, _substantiel, substituer_, etc.; faites sentir l'_s_ qui
suit le _b_: _subs'tance_ et non _subtance_.

=Substanter=, v. a., entretenir la vie au moyen des aliments: ce
mot n'est pas français; dites _sustenter_: _il n'a pas de quoi se
sustenter_.

=Subtiliser=, v. a., tromper, attraper: ce mot est français: _c'est un
voleur qui en subtilise un autre_.

=Subvenir=, v. n., secourir, soulager: dans ses temps composés il prend
toujours l'auxiliaire avoir: _on a subvenu à ses besoins_.

=Sucandi=, n'est pas français; dites, _sucre candi_.

=Succade=, n'est pas français; dites, _sucrerie_: _cet enfant est
malade parce qu'il mange trop de sucrerie_, et non, _trop de succades_.

=Succession=, s. f.—Prononcez _suk-cession_ et non _su-cession_.

=Succès=, s. m., réussite, avantage, prononcez _sukcè_ (_è_ long).

=Succinct, incte=, adj., =succinctement=, adv.—On fait sentir les
deux premiers _c_, en séparant les syllabes _suc-cinct_, mais le
dernier _c_ est nul;—le _t_ de _succinct_ se prononce.

=Succomber=, v. n.—Il prend toujours _avoir_ dans ses temps composés:
_il a succombé glorieusement_.

2. On dit _succomber sous_, lorsque le complément est représenté comme
un poids qui nous accable, qui nous fait ployer: _succomber sous le
poids, sous le faix, sous le travail_. (Acad.)

3. On dit _succomber à_, pour signifier, céder à, se laisser aller à:
_succomber à la douleur, à la tentation_. (Idem.)

=Sucre=, s. m., suc très-doux qu'on tire de la canne à sucre, de la
betterave: prononcez _sucre_ et non _suc_ ni _sukère_.

2. Ne dites pas _du sucre andi_ pour signifier du sucre dépuré,
cristallisé; dites, _du sucre candi_.

=Sucrer=, v. a.—On sucre l'eau, le lait, le café, les fraises, mais
on ne se sucre pas soi-même; vous ne direz donc pas à vos convives:
_sucrez-vous, êtes-vous sucré_, mais, _sucrez votre café, votre thé_,
etc.; _votre café, votre thé est-il sucré, avez-vous pris du sucre_,
etc.

=Suer=, v. n.—Ne dites pas, _faites suer le linge au soleil_; dites
_faites sécher..._—Prononcez _suer_ et non _su-wer_.

=Sueur=, s. f., liquide qui sort des pores: prononcez _sueur_ (_ueu_
diphth.) et non, _su-eur_ ni _su-weur_.

=Suffisant, ante=, part. et adj. verb.—_Assez suffisant_ est un
pléonasme vicieux; dites donc, _vos raisons sont suffisantes_, et non
_assez suffisantes_.—Prononcez _suffizant_ et non _suffissant_.

=Suggérer=, v. a., insinuer, inspirer: prononcez _sugh'gérer_ (le
premier _g_ est dur).

=Suggestion=, s. f., instigation: prononcez _sugh'jesthion_ (le premier
_g_ est dur et _ti_ se prononce comme dans _question_); ne prononcez
pas _suggécion_.

=Suicider= (=se=), v. pr., se tuer, se donner la mort.—L'Académie
n'a pas admis ce mot, attendu qu'il présente étymologiquement, un
pléonasme ridicule; mais l'usage n'a pas tenu compte de l'arrêt de la
cour suprême ni des prescriptions du bon sens; et cette expression est
aujourd'hui généralement reçue malgré les lamentations de quelques
grammairiens boudeurs.

=Suicidé=, qui s'est donné la mort.—Ce mot n'est pas français; il
faut dire _suicide_: _autrefois le corps des suicides était traîné
sur la claie_.—Prononcez _suicide, suicider_ (_ui_ diphth.) et non
_su-wicide, su-wicider_.—Voyez _ue_.

=Suie=, s. f., =Suif=, s. m.—La _suie_ est une matière noire qui
s'attache à l'intérieur de la cheminée.—Le _suif_ est la graisse de
mouton ou de bœuf dont on se sert pour faire la chandelle: _chandelle
de suif_; _de la suie de cheminée_ et non _du suif_ ni _du soufre de
cheminée_.—Prononcez _sui, suif_ (_ui_ diphth.) et non _soui, souif_.

=Suite=, s. f.—_De suite, tout de suite_.—_De suite_, loc. adv.,
l'un après l'autre, sans interruption: _faites-les marcher de suite;
j'ai reçu vingt visites de suite; il ne saurait dire deux mots de
suite_. Il se dit encore de l'ordre dans lequel les choses doivent
être rangées: _ces livres, ces médailles ne sont pas de suite;
mettez-les, rangez-les bien de suite_.—_Tout de suite_, autre loc.
adv., signifiant sur-le-champ, aussitôt, sans délai: _il faut que les
enfants obéissent tout de suite; il faut aller chercher tout de suite
le médecin_.—La différence entre le sens de ces deux locutions n'est
pas tellement marquée qu'on ne puisse, dans beaucoup de circonstances,
les prendre l'une pour l'autre. En effet, combien de phrases où _sans
délai_ et _sans interruption_ présentent absolument le même résultat!
C'est ce que reconnaît très-bien l'Académie:—_tout de suite_,
dit-elle, signifie aussi _sans interruption_: _il but trois rasades
tout de suite; il a couru vingt postes tout de suite_. Dans ce sens,
ajoute-t-elle, souvent on dit simplement de suite.—Quoi qu'il
en soit, il vaut mieux ne pas confondre ces deux locutions et leur
conserver leur signification propre; la clarté du langage n'a qu'à y
gagner.

2. Ne dites pas, _toute de suite_ pour _tout de suite_.

3. _De suite que_.—Ne dites pas, _je vous préviendrai de suite qu'il
sera venu_; dites, _dès qu'il sera venu, aussitôt qu'il sera venu_.

=Suivre=, v. a., fait au part. passé, _suivi_ et non _suit_: _il m'a
suivi_ (et non _suit_) _toute la journée_.

=Sujet=, s. m.—Ce mot ne peut pas s'employer dans le sens de
domestique: _il change tous les jours de domestiques_, et non, _de
sujets_.

=Sujétion=, s. f., dépendance, assiduité: prononcez _sujécion_.

=Superstition, Superstitieux.=—Prononcez _supers'ticion,
supers'ticieux_ (en faisant sentir la seconde _s_), et non,
_superticion, superticieux_.

=Suppléer=, v. a.—_Suppléer quelque chose_, c'est l'ajouter, le
fournir, lorsqu'il manque; fournir ce qu'il faut de surplus, et dans
ce cas on ajoute une chose de même nature: _il lui manquait six mille
francs, son père les a suppléés_; _suppléer ce qui manque dans un
auteur_, c'est-à-dire, remplir les lacunes qui se trouvent dans ses
ouvrages.—_Suppléer à quelque chose_, c'est le remplacer, en réparer
l'absence, le défaut, c'est-à-dire, remplacer cette chose par un
équivalent; _dans les temps de disette, on supplée au pain par le riz
et par les pommes de terre; la valeur supplée au génie_. Ici la chose
qui remplace n'est pas de la même nature que la chose remplacée.

2. Quand il se dit des personnes, _suppléer_ est toujours
actif;—_suppléer quelqu'un_, c'est tenir sa place, faire ses
fonctions: _si vous ne pouvez venir, je vous suppléerai_.—Prononcez
_suplé-er_ et non _suplé-ïer_.

=Suprématie=, s. f., supériorité: prononcez _suprémacie_.

=Sûr= et =sur=.—_Sûr_, signifiant certain, s'écrit avec l'accent
circonflexe;—_sur_, qui a un goût acide et aigret et _sur_
préposition, s'écrivent sans accent circonflexe.

2. _Sûr_, adj., ne peut pas s'employer pour _sûrement, certainement_:
_j'irai vous voir certainement demain_, et non _sûr demain_.

3. _Sur_, prép.—Ce mot donne lieu à beaucoup _d'omnibus_.—Ne dites
pas: _sur la rue, sur la foire, sur une chambre, sur le grenier, sur
le monde, sur un jour, sur un dimanche, sur une fois, jouer sur le
piano, sur le violon_, etc.; dites, _il est dans la rue_, ou _en rue_,
_à la foire, il a acheté ce cheval à la foire, dans une chambre,
(il demeure dans une chambre garnie), au grenier, (il est monté
au grenier), dans le monde, (il y a beaucoup de dangers dans le
monde), un jour, un dimanche, une fois (j'irai vous voir une fois,
un jour, un dimanche); il joue bien du piano, du violon_.

4. Ne dites pas, _j'ai lu cette nouvelle sur le journal, sur la
gazette, sur un cahier_; dites _dans le journal, dans la gazette, dans
un cahier_. (Wall.)

5. Ne dites pas, _mon père écrit sur un bureau_, mais, _dans un
bureau_. (Wall.)

6. Ne dites pas, _j'ai fait la route sur trois heures_; mais, _en trois
heures_. (Wall.)

7. Ne dites pas: _Ce monsieur vit sur ses rentes_, mais, _de ses
rentes_. (Wall.)

8. Ne dites pas: _il est fâché sur vous_, _il est mécontent sur vous_ ou
_après vous_; dites, _il est fâché contre vous, il est mécontent de
vous_. (Wall.)

9. Ne dites pas: _faites bouillir cela sur un litre d'eau_; dites,
_dans un litre d'eau_. (Fland.)

10. Ne dites pas: _il a changé ses tableaux sur des meubles_, mais,
_contre des meubles_.

11. Cependant l'usage permet de dire: _tirer sur quelqu'un; sur la fin
de l'hiver; il y a deux fenêtres sur la rue_; _je m'y rendrai sur les
neuf heures_ (vers les neuf heures).

12. Ne dites pas: _sur le temps que vous irez en ville, j'écrirai ma
lettre_; dites, _pendant que vous irez..._ (Wall.)

13. Ne dites pas: _le professeur en a toujours sur moi, tandis qu'il
laisse faire les autres_; dites, _le professeur m'avertit, me gronde,
me punit toujours, tandis que..._ (Wall.)

14. Ne dites pas: _il a beaucoup appris sur le peu de temps qu'il a
étudié_, dites, _il a beaucoup appris pour le peu de temps qu'il a
étudié_. (Wall.)

15. Ne dites pas: _sur cela, il est aisé de conclure que..._ dites,
_d'après cela, il est aisé de conclure_.

=Surdité=, s. f., état sourd; ne dites pas _sourdité_.

=Surfaire=, v. a., demander un prix trop élevé; il se conjugue comme
_faire_: _vous surfaites_.

=Surjet.=—Ce mot, fort en usage pour désigner _la bonne mesure, le
bon pieds_, n'est pas français.

=Surlouer=, n'est pas français; dites _sous-louer_: _j'ai sous-loué la
maison_ et non, _... surloué_.

=Surplis=, s. m., =Rochet=, s. m., vêtement d'église, ordinairement en
toile et qui couvre le corps jusqu'au jambes; les manches du surplis
sont très larges, tandis que celles du _rochet_ sont des manches
ordinaires: ne dites pas _suplis_ ni _supplice_.

=Surpris, e, Surprenant, te.=—Ne dites pas: _vous êtes surpris, il
est surprenant qu'il n'a pas fait votre commission_; dites, _qu'il
n'ait pas fait..._ (_subj._)

=Sus=, prép., sur; il n'est guère usité que dans cette phrase: _courir
sus à quelqu'un_.

2. _En sus_, adv. au delà, en outre: _il a touché des gratifications en
sus de ses appointements_.

3. _Sus_, interj. famil. dont on se sert pour exhorter, pour exciter:
_sus, mes amis, sus donc, levez-vous; or sus, dites-nous..._
Prononcez _suce_ et non _su_.

=Susceptible=, adj., =Capable=, adj.—_Susceptible_, capable de
recevoir certaine qualité, certaine modification; il se dit également
des personnes et des choses: _la matière est susceptible de toute sorte
de formes; l'esprit de l'homme est susceptible de bonnes, de mauvaises
impressions; susceptible d'amour, de haine, susceptible du bien et du
mal_.—Il diffère de _capable_; en ce qu'il s'emploie toujours dans le
sens passif, tandis que _capable_ a un sens actif.—_Capable_, dans
le sens de, _qui est en état de faire une chose, qui a les qualités
requises pour_, se dit des choses aussi bien que des personnes,
contrairement à l'opinion de certains grammairiens: _seriez-vous
capable de porter ce fardeau? votre cheval n'est pas capable de traîner
cette voiture; cette digue n'est pas capable de résister à la violence
des flots_. (Acad.)—Mais _susceptible_ ne peut pas s'employer dans
ce sens; ne dites donc pas: _il est susceptible de se tromper comme un
autre_; dites, _il est capable de, il peut se tromper..._

2. _Susceptible_ se dit absolument des personnes, et signifie, qui est
facile à blesser, qui s'offense aisément: _un esprit, un caractère, un
homme susceptible_.

=Susmentionné=: ce mot n'est pas français; dites, _mentionné ci-dessus_.

=Suspect, ecte=, adj., qui est soupçonné ou qui mérite de l'être; on
prononce le _c_ et le _t_: _suspek-te_.

=Syllabe=, _syllabique, syllabaire, monosyllabe_, etc., _syllepse,
syllogisme_: dans tous ces mots, prononcez les deux _ll_.

=Symptôme=, s. m., signe, accident dont on tire quelque présage: _des
symptômes de fièvre_; prononcez le _p_: _cimp'tôme_ (_ô_ long).

=Synode=, s., conseil épiscopal, ce mot est masculin: _le synode doit
statuer prochainement sur cette affaire_.

=Synonymes, Homonymes, Paronymes=, s. m.—On donne le nom de
_synonymes_ aux mots qui ont une signification à peu près semblable,
comme _épée, glaive_;—les _homonymes_ sont les mots qui se prononcent
de la même manière, mais qui ont une signification différente: _saint,
sain, sein, seing_;—les _paronymes_ ont une prononciation _à peu
près_ semblable: _bayer, payer_; _boule, poule_.

=Syrop=, s. m.—On écrit ordinairement _sirop_: voyez ce mot.



  T


=T= ou =Te=, placés à la fin des mots et précédés d'une _s_ doivent
se faire sentir dans: _Ernest, lest, les-te, res-te, pos-te, pis-te,
cas-te, Augus-te, subsis-te, résis-te, Baptis-te, évangélis-te,
catéchis-te, calvinis-te, modis-te_, etc.—Ce serait une faute
grossière que de supprimer le _t_ et de prononcer: _Ernesse, lesse,
resse, posse, pisse, casse, Augusse, subsisse, résisse, Baptisse,
évangélisse, catéchisse, calvinisse, modisse_.

2. _T final._—Il ne se fait sentir que dans un très-petit nombre de
mots ordinaires: _bat_, queue de poisson (et non _bât_, selle pour
les bêtes de somme), _fat, mat_, adjectif, _cobalt, opiat, et cætera,
fret, accessit, déficit, transit, granit_, l'adverbe _soit_ (à la bonne
heure), _dot, but, brut, lut, ut_, note de musique (il est muet dans
_bahut_), _caput, sept, huit, indult, fait_ dans l'expression _voies de
fait_; quelques grammairiens ajoutent _immédiat_ et _net_.

3. Par décision du 11 mars 1819, l'Académie a décidé que le _t_ serait
maintenu dans le pluriel des mots terminés en _ant, ent_, soit afin de
distinguer le pluriel de _serments, parents_, etc., de ceux d'_examens,
païens_, etc., soit afin de faire connaître le singulier des mots
auxquels ils appartiennent.

=Tabac=, s. m.: prononcez _taba_ et non _tabak_.

=Tabatière=, s. f., boîte à tabac: voyez _boîte_.—Prononcez
_taba-tière_ et non _tabatchi-ère_: voyez _ti_.

=Table=, s. f.: prononcez _ta-ble_ (_a_ bref). et non _tâble_, ni
_tape_ ni _tabèle_.

2. Ne dites pas, _le dîner est à table_; dites, _le dîner est servi_.

=Tablée=, s. f., réunion de personnes autour d'une table: _une tablée
d'amis_;—ce mot se trouve dans les dictionnaires, mais il n'est pas
admis par l'Académie.

=Tablier=, s. m., pièce de toile, etc., qu'on met devant soi: prononcez
_tablier_ et non _tabilier_ ni _tabellier_.

=Tacet=, s. m., terme de musique, silence: prononcez le _t_ final:
_tacette_.

=Tache=, s. f., souillure: _il a des taches sur son habit_ (et non
_dans son habit_);—_tacher_, v. a., faire des taches: _tacher du
linge avec de l'encre_.—L'_a_ est bref dans ces deux mots, ainsi que
dans _tacheter_, qui signifie, barioler, marquer de diverses taches:
_le soleil lui a tacheté_ (et non _taché_) _le visage_.

2. _Taché_, part. pas.—Ne dites pas, _Jean est taché de la petite
vérole_; dites, _... est marqué_.

3. Ne dites pas, _du papier de tache_ ni _du papier buvard_; dites, _du
papier brouillard_.

4. =Tâche=, s. f., ouvrage, occupation: _remplir sa tâche_;—_tâcher_,
v. n., s'efforcer, viser à:—l'_â_ est long et est marqué d'un accent
circonflexe dans ces deux mots.

5. _Tâcher_, v. n., prend _à_ quand il signifie _viser à_: _il tâche à
m'embarrasser_.—Mais lorsque _tâcher_ exprime les efforts que l'on
fait pour venir à bout de quelque chose, il prend _de_: _je tâcherai de
vous satisfaire_.—Il est mieux de dire _tâcher de_ que _tâcher que_:
_je tâcherai de vous contenter_, et non, _je tâcherai que vous soyez
content_.

=Tact=, s. m., toucher, l'un des cinq sens; prononcez le _c_ et le _t_
final: _tak-te_. Voyez _finales_, 2. et _t_.

=Taie=, s. f., sorte de sac qui enveloppe un oreiller; ne dites pas
_une tête d'oreiller_, mais _une taie d'oreiller_.

2. _Taie_, s. f., certaine tache blanche et opaque qui se forme
quelquefois sur l'œil: _il a une taie sur l'œil, sur la cornée_:
prononcez _taî_, et non _tai-ïe_.—_Fleurette_ ou _florette_ n'est pas
français.—Voyez _dragon_.

=Taillant=, s. m., le tranchant d'un couteau, d'une hache, d'un sabre,
etc.; ce mot est français: _prendre un couteau du côté du taillant_.

=Taille=, s. f., se dit chez les boulangers, les bouchers, etc., d'un
petit bâton fendu en deux parties égales, sur lesquelles le vendeur
et l'acheteur font des coches ou petites entailles, pour marquer la
quantité de viande, de pain que l'un fournit à l'autre: _prendre à la
taille le pain chez le boulanger_. (Acad.)—On peut dire également
_coche_ (s. f.); mais _hoche_ n'est pas français.

2. Ne dites pas: _salon pour la taille des cheveux_; dites, _salon pour
la coupe des cheveux_:—on _taille_ les pierres, les arbres, etc., et
on _coupe_ les cheveux.

3. Ne dites pas: _voilà une belle taille de robe_; dites, _voilà un
beau corsage_.

=Tailleuse=, s. f., se dit quelquefois pour _couturière_, celle
qui taille et coupe les vêtements de femme. (BESCHERELLE,
POITEVIN.)—Employez de préférence le mot _couturière_.

=Tain=, s. m., mélange d'étain et de vif-argent que l'on applique
derrière les glaces pour en faire des miroirs: _le tain de ce miroir
est enlevé_; dites _le tain_ et non _l'étain_.

=Tais-toi, Taisez-vous.=—Termes ridicules que certaines personnes
intercalent à chaque instant dans la conversation; ces mots n'ajoutent
rien au sens de la phrase; il suffit presque toujours de les supprimer,
en changeant le ton de la voix; on peut aussi les remplacer par un des
mots suivants: _certainement, n'est-ce pas, mais, comptez, voyez_,
etc.: _il fait bien chaud aujourd'hui!—oh! oui, certainement_ (et non
_taisez-vous_). (Wall.)

=Talent=, s. m.—On dit _un homme de talent_ et non _un homme à
talent_.

=Talus=, s. m., pente, inclinaison de haut en bas que l'on donne à un
terrain, etc.; prononcez _talu_ et non _taluce_.

=Tambour de basque=, s. m., petit tambour à un seul fond, entouré de
grelots; ne dites pas _tambour de basse_.

2. _Tambour_, s. m.—On bat _du tambour_ et non _le tambour_.

=Tandis que=, conj.:—on fait sentir légèrement l'_s_, _tandisse que_ et
non _tandi que_.—Voyez _pendant que_.

=Tant=, adv.—Ne dites pas _tant qu'à moi_ ni _pour tant qu'à moi_ au
lieu de _quant à moi, pour moi_:—_quant à moi, je ne l'ai point vu_.

2. Ne dites pas _tant pire_, mais _tant pis_, comme on ne dit pas,
_tant meilleur_, mais _tant mieux_.—Voyez _pire_.

3. Ne dites pas, _un tant soit peu_, mais _tant soit peu_: _attendez
tant soit peu; donnez-en, mettez-en tant soit peu_.

=Tantième=, s. m.—Ne dites pas: _je ne sais pas au juste le tantième
de son traitement_; dites, _le chiffre de son traitement_.

=Taon=, s. m., sorte de grosse mouche qui s'attache surtout aux
animaux: prononcez _ton_ et non _ta-on_. (Acad.)

=Taper=, v. a., donner des tapes: _il l'a tapé, je vous taperai_.—On
dit aussi _taper du pied_; _voilà une réponse bien tapée, un mot bien
tapé_.—Mais il ne faut pas employer ce verbe comme synonyme de _jeter_.

=Tapis, Tapisserie, Papier de couleur.=—Un _tapis_ est une pièce
d'étoffe, de toile cirée, etc., dont on couvre une table, le parquet
d'une chambre.—La _tapisserie_ est un ouvrage ordinairement fait à
l'aiguille ou au métier, et qui sert à revêtir et à parer les murs.
Lorsque la tapisserie est de papier, on l'appelle plus ordinairement
_papier peint_ ou _papier-tenture_ ou _papier de tapisserie_ (mais
jamais _tapis_).—On nomme _papier de couleur_ le papier coupé en
feuilles, de couleur rouge, jaune, marbrée, jaspée, etc., dont se
servent principalement les relieurs.

=Tapissier, sière=, s. qui travaille en toutes sortes de meubles,
d'étoffes, etc.; ne dites pas _tapisseur_.

=Taque= _de cheminée_, grande plaque de fer ou de fonte qu'on applique
au fond d'une cheminée; ce mot n'est pas français, dites, _plaque de
feu_ ou _plaque de cheminée_. (Wall.)

=Taquiner=, v. a.—Ne dites pas, _cette affaire le taquine_; dites,
_l'inquiète, le tourmente_:—taquiner, tourmenter, impatienter pour de
minces sujets, ne peut avoir pour sujet qu'un nom de personne: _il m'a
taquiné tout un jour_.

=Tarder=, v. n.—On peut dire _tarder de_, mais l'usage préfère
_tarder à_: _il tarde à venir_. (Acad).—Employé impersonnellement,
ce verbe régit _de_, quand c'est un infinitif qui suit: _il me tarde
d'achever mon ouvrage_. (Acad.)

=Targette=, s. f.:—Voyez _cliche_.

=Tarlarigot= ou =Tallarigot=, (_boire à_): il faut dire _boire à
tire-larigot_—Ce terme n'est employé que dans la phrase proverbiale
et populaire: _boire à tire-larigot_, boire excessivement; quelques-uns
prétendent qu'il faudrait écrire _tire la rigaud_. (Acad.)

=Tarte=, s. f., pièce de pâtisserie: _tarte à la crème, aux
cerises_.—_Tartre_, s. masculin, dépôt terreux et salin produit
dans les tonneaux par la fermentation du vin;—sédiment crayeux et
salin qui s'attache aux dents: _il y a beaucoup de tartre sur vos
dents_.—Prononcez _tar-tre_ et non _tarte_ ni _tartère_.

=Tartine=, s. f., tranche de pain recouverte de beurre, de confitures,
etc.: _tartine de beurre, de confitures_;—ce mot est français.

=Tasson.=—Ce mot n'est pas français; dites _têt_ et mieux _tesson_,
débris de bouteille cassée, de pot cassé: _il s'est blessé en marchant
sur un tesson de bouteille_.

2. Ne dites pas _tesson_, pour désigner un _blaireau_. (Wall.)

=Tatouage=, s. m., action de tatouer, c'est-à-dire de barioler, peindre
le corps de diverses couleurs, etc.: (_oua, oue_ sont diphth.)—Ne
prononcez pas _tatou-wage, tatou-wer_.—Voyez _oue_ et _ue_.

=Taupe=, s. f.: prononcez _tôpe_ (_ô_ long).—_Au_ se prononce
toujours _ô_ long, excepté: 1º devant un _g_ dur (_gue_) ou _to_:
_augure_ (_ogur_), _auguste_ (_oguste_), _automne_ (_otone_);—2º
devant _st_: _caustique_ (_costique_), _austère_ (_ostère_);—3º
devant _r_: _Laure_ (_Lore_), _taure_ (_tore_);—mais _vaurien_ (vaut
rien) se prononce _vôriain_ (_ô_ long).

=Te Deum=, s. m., cantique de l'Église qui commence par ces mots;
au pluriel, des _Te Deum_.—L'Académie écrit _Te Deum_, sans trait
d'union et avec deux majuscules.—Prononcez _té déome_ et non _té
dé-ïome_.—V. _i_.

=Tel et tel.=—Ces adjectifs ainsi que le substantif qui les suit,
s'emploient au singulier ou au pluriel, selon qu'on peut les faire
précéder de _un_ ou de _de_: _par telle et telle_ (par une telle et une
telle) _raison_; _il m'a dit telle et telle chose; avoir telle et telle
qualité; à telles et telles_ (à de telles et de telles) _conditions_.

2. Ne dites pas: _combien coûte un tel livre?_—dites, _combien coûte
tel livre_ ou _ce livre?_

3. Ne dites pas: _un homme tel qu'il soit, ne me fait pas peur_; dites,
_un homme, quel qu'il soit, ne me fait pas peur_.—_Tel_ a un sens
positif et précis et gouverne l'indicatif: _tel qu'il est, ce livre est
à peine lisible_.

=Tèle=, n'est pas français; dites, _une écuelle, une terrine_, et non
_une tèle_.

=Tellement que.=—Ne dites pas: _il n'a point d'habits pour se
couvrir, tellement qu'il est malheureux; il a fait des progrès
étonnants, tellement qu'il est appliqué à l'étude_;—dites, _tellement
il est malheureux, tant il est malheureux_;—_tellement il s'est
appliqué à l'étude, tant il s'est appliqué à l'étude_ (en supprimant le
_que_).

=Témoin, à témoin.=—_Témoin_ est invariable au commencement d'une
proposition: _votre frère est un bon élève, témoin les prix qu'il
remporte chaque année_.—_A témoin_ est invariable dans tous les
cas, parce que, dans chaque expression, _témoin_ est une abréviation
de témoignage: _je vous prends tous à témoin_.—Partout ailleurs,
_témoin_ est substantif et par conséquent variable: _les témoins ont
comparu; je vous prends pour témoins, Messieurs_.—Ce mot s'emploie
aussi, sans changer de genre, en parlant d'une femme: _cette femme est
un bon témoin_.

=Tempe=, s. f., la partie de la tête qui est depuis l'oreille jusqu'au
front: _la tempe droite_; ne dites pas _le temple_ ni _la temple_.

2. Ne dites pas non plus: _les tempes de la tête_; le mot _tempe_
indique assez qu'il s'agit de la tête; dites simplement _les tempes_.

=Tempester=, n'est pas français; il faut dire _tempêter, pester_:
_tempêter contre quelqu'un; tempêter pour rien, à propos de rien; c'est
un homme qui peste toujours contre l'autorité; il ne fait que pester_.

=Temporaire, Temporel, elle=, adj.—_Temporaire_ signifie
momentané;—_temporel_, périssable: _les biens de ce monde sont
temporels; cette défense est sévère, mais elle n'est que temporaire_.

=Temps=, s. m.—Le _p_ ne se prononce pas, mais c'est une faute que de
le supprimer dans l'écriture, comme le font quelques personnes.

2. Ne dites pas d'une personne, _qu'elle a bien le temps_, pour
signifier qu'elle est assez riche; dites, _qu'elle est dans l'aisance,
qu'elle a de la fortune_.

3. Ne dites pas: _en deux heures de temps, en trois mois de temps, en
quatre années de temps_; dites simplement, _en deux heures, en trois
mois, en quatre années_.

4. Ne dites pas: _j'ai tout le temps de faire mes devoirs, je ne suis
pas si pressé_; dites, _j'ai le temps, j'ai encore le temps de..., j'ai
assez de temps, il me reste assez de temps pour faire mes devoirs..._
(Wall.)

5. Ne dites pas: _j'ai le temps long de voir arriver cette belle fête;
j'ai le temps long, je m'ennuie_;—dites, _il me tarde, je me réjouis
de voir arriver cette belle fête; le temps me paraît long, le temps
m'est long, je m'ennuie_. (Wall.)

6. Ne dites pas: _j'ai vu le temps que les enfants avaient un grand
respect pour leur parents_; dites, _j'ai vu le temps où les enfants..._
(Wall.)

7. Ne dites pas: _dans le temps ce n'était pas comme ça_; dites,
_autrefois, anciennement, jadis_, selon que l'époque est plus ou moins
éloignée. (Wall.)

8. Ne dites pas: _je n'ai pas le temps pour étudier_; dites, _je n'ai
pas le temps d'étudier_. (Fland.)

9. On dit _de temps en temps_ et _de temps à autre_ (quelquefois).
(Acad.)

=Ténacité=, s. f., qualité de ce qui est tenace, opiniâtreté; ne dites
pas _tenacité_, quoiqu'on dise _tenace_.

=Tendant=, est adjectif verbal, lorsqu'il signifie _qui tend à_; il est
participe présent, lorsqu'on peut le remplacer par, _étant fait pour_:
_des discours tendants à prouver; une requête tendante à ce qu'il
plaise à la cour; semer des libelles tendants à la sédition_;—_ces
discours ne tendant point à éclaircir la matière, il convient..._

=Tendre=, v. a.—On dit, _tendre des filets_, _tendre_ ou _dresser un
piège_, _tendre_ ou _dresser des embûches_.

=Tendreté=, s. f., qualité de ce qui est tendre; il se dit seulement
des viandes, des fruits, des légumes: _la tendreté d'un gigot, d'un
lièvre; la tendreté de ces légumes, de ces fruits_.

=Tendron=, s. m., cartilages à l'extrémité de la poitrine de quelques
animaux; on dit _des tendrons de veau_ et non _des tendons de veau_.

=Tendue=, s. f., action de tendre des piéges, des filets: _aller à la
tendue_; il se dit aussi de la place, de l'endroit où l'on a tendu
des piéges, des toiles, des filets: _ma tendue se trouve sur telle
campagne_.—On dit plus généralement _tenderie_, que quelques-uns
écrivent abusivement _tendrie_.

=Ténèbres=, s. féminin pluriel: _les ténèbres sont épaisses_.

=Tenir=, v. a.—Ne dites pas, _il faut tenir de soi_; dites, _il faut
se respecter, avoir de la dignité; il faut garder son quant-à-soi_.
(Wall.)

2. Ne dites pas: _cet homme ne se tient pas de soi_; dites, _... ne se
respecte pas, ne conserve, ne garde pas sa dignité_.

3. Ne dites pas, _tenir sa tête droite_, pour, _se porter bien,
conserver sa santé_:—_portez-vous bien, conservez votre santé_, et
non, _tenez_ ou _tâchez de tenir votre tête droite_. (Fland.)

4. Ne dites pas d'une personne riche, _qu'elle tient voiture_; dites,
_qu'elle a équipage_ ou _qu'elle a un équipage_.

5. Ne dites pas: _cet homme a tenu des emplois considérables_; dites,
_a occupé, a rempli..._

6. Ne dites pas: _cet acteur ne pourra tenir son rôle_; dites, _ne
pourra remplir_ ou _conserver, garder_, selon le sens.

7. Ne dites pas, _il ne tient pas d'aller à la promenade_; dites, _il
ne tient pas à aller à la promenade_. (Wall.)

8. Ne dites pas: _je n'ai pas besoin de mon chien, tenez-le avec_;
dites simplement, _gardez-le_.

9. Ne dites pas: _on ne peut tenir les rossignols en hiver, le froid
les fait périr_; dites, _on ne peut conserver les rossignols..._

10. Ne dites pas: _j'aime à tenir des lapins à la campagne_; dites,
_j'aime à avoir, à soigner, à élever, à nourrir des lapins..._ (Wall.)

11. Ne dites pas: _je ne me tiens pas à ce que tu dis, car tu mens_;
dites, _je ne m'en tiens pas_ ou _je ne m'arrête pas à ce que tu dis..._

=Ténor=, s. m., (et non _ténore_, mot italien): voix de taille,
chanteur; au pluriel _des ténors_.—_Taille_, signifiant _ténor_,
n'est presque plus usité. (Acad.)

=Tentatif, ive=, adj.—Ne dites pas: _ce fruit est tentatif_; dites,
_ce fruit est appétissant_.

=Terme=, s. m.—Ne dites pas: _je ne sais pas s'il le disait à terme
de plaisanterie_; dites, _en plaisantant, par plaisanterie_.

2. Ne dites pas: _à terme de plaisanter, il parle très-sérieusement_;
dites, _au lieu de_ ou bien _loin de plaisanter..._

=Terre= (_à_ ou _par_).—Ne dites pas: _Jean est tombé à terre de tout
son long_; dites, _est tombé par terre..._—Voyez _tomber_.

=Terriblement=, adv., signifie, dans le langage familier, _extrêmement,
excessivement_:—_il pleut, il neige extrêmement; gagner terriblement
au jeu; perdre terriblement; manger terriblement; il étudie
terriblement; il parle terriblement; il est terriblement ennuyeux_.
(Acad.)

=Tertre=, s. masculin, éminence de terre dans une plaine, colline,
monticule: _tertre couvert de gazon_; prononcez _ter-tre_ et non
_terte_ ni _tertere_.

=Testament=, s. m.—_Ancien Testament_ (avec deux majuscules et
sans trait d'union), les livres saints qui ont précédé la naissance
de J.-C.—_Nouveau Testament_ (avec deux majuscules et sans trait
d'union), les livres saints postérieurs à la naissance de J.-C.

=Tétanos=, s. m., convulsion permanente des muscles: prononcez
_tétanôce_.

=Tétard=, s. m., petit de la grenouille; prononcez _tétare_.

=Tête=, s. f.; voyez _taie_.

2. On ne dit pas, _la tête d'un sanglier, d'un saumon, d'un brochet_:
on dit _la hure_.

3. Ne dites pas: _je ne sais où donner la tête_; dites, _je ne sais où
donner de la tête_.

4. _En faire à sa tête, n'en faire qu'à sa tête_, c'est se conduire
à sa guise, sans consulter personne, sans tenir compte de l'avis des
autres. (Acad.)

5. _Tête à tête_, loc. adv., seul à seul: _parler tête à tête_: on
l'écrit sans traits d'union.—_Tête-à-tête_, s. m., s'écrit avec des
traits d'union, et alors il se dit d'une conversation, d'une entrevue
seul à seul: _un long tête-à-tête; de fréquents tête-à-tête_.

6. _En tête_, s. masculin (style admin.), ce qui s'écrit en tête d'une
lettre, d'un tableau: _faire imprimer des en tête de lettres; écrire
l'en tête d'un tableau_: ce mot est invariable.

=Tétière= _de lit_, partie du lit sur laquelle repose la tête: ce mot
n'est pas français; il faut dire _chevet_.

=Texte=, s. m., les propres paroles d'un auteur, etc. _l'avocat a
rapporté le texte de la loi_.—Prononcez l'_x_ et le _t_: _teks-te_
et non _texe_. Prononcez également l'_x_ dans ses dérivés, _textuel,
textuellement_, etc.

=Taler=, s. m.:—voyez _daler_.

=Thé=, s. m.—C'est à tort qu'on appelle ainsi toute herbe propre à
faire de la tisane; il faut dire _herbe médicinale, herbe à tisane_.

2. _Thé_, s. m., se dit de l'arbrisseau qui produit le thé et de
l'infusion de thé; il se dit également d'une collation dans laquelle on
sert du thé. (Acad.)—Mais ce mot n'est pas français, quand il s'agit
de l'eau dans laquelle on a fait bouillir ou infuser de l'orge, de la
réglisse, du chiendent ou autre substance, soit grain, soit racine,
fleurs, feuilles, ou bois, pour en composer un breuvage, une boisson
médicamenteuse:—dans cette acception, il faut dire tisane: _tisane
rafraîchissante; un verre de tisane; il ne boit que de la tisane_.
(Acad.)

=Théâtre=, s. m.: prononcez _thé-â-tre_ et non _thé-iâtre_ ni _théâte,
théâtère_.

=Théière=, s. f.; _thétière_ n'est pas français.

=Théologie=, _théologien, théologal, théorie, théorème_,
etc.:—prononcez _thé-o_ et non _thé-io_.

=Thésauriser=, v. n., amasser de l'argent; ne dites pas _trésoriser_.

=Thuia= ou =Thuya=, s. m., sorte d'arbrisseau toujours vert.

=Ti=, dans les syllabes en _tié, tier, tiers, tiez, tieu, tien, tion_,
etc., doit conserver sa prononciation propre: ainsi prononcez _amiti-é,
moiti-é, méti-er, cabareti-er, enti-er, volonti-ers, un ti-ers, vous
acheti-ez, vous éti-ez, Mathi-eu, ti-en, ti-ens, questi-on_, etc.,
et non _ami-tchi-é, moitchi-é, métchi-er, cabarétchi-er, entchi-er,
volontchi-ers, un tchi-ers, vouz achetchi-ez, vous étchi-ez, Matchi-eu,
tchi-en, tchi-ens, questchi-on_.—Les wallons sont exposés à remplacer
_ti_ par un son qui équivaut plus au moins à leur _ch, tch_ (_planchî,
pochî, Macheu_):—voyez _di_.

=Tic-tac=, s. m. et =Tactique=, s. f.—Ne confondez pas ces deux mots:
le premier ne se dit que du bruit d'un balancier, d'un moulin: _le
tic-tac d'une montre_.—Le second signifie la marche qu'on suit, les
moyens qu'on emploie pour réussir dans quelque affaire: _je vois votre
tactique, c'est une vieille tactique_.

=Tiens=, est quelquefois interjection: _tiens!_ ou _tiens, tiens, c'est
étonnant_.—Dans ce cas il serait ridicule de remplacer _tiens_ par
_tenez_, pour parler plus poliment, attendu qu'il ne s'agit nullement
de l'impératif du verbe _tenir_.

=Tiers, erce.=—Ne dites pas: _le tiers de douze est de quatre_;
dites, _est quatre_.—Voyez _ti_.

=Tiliasse= ou =Tignasse=.—Ne dites pas: _la chair de ce dindon est
tiliasse_; dites, _est coriace_ (c'est-à-dire, résistante, difficile à
broyer).

=Timon=, s. m.; voyez _limon_.

=Timoré, ée=, adj., qui craint d'offenser Dieu ou qui porte très-loin
le scrupule: _conscience timorée_.—Il ne se dit pas dans le sens de
_timide_.

=Tire-larigot=: voyez _tarlarigot_.

=Tirelire=, petit vase, avec une fente en haut, par laquelle on fait
entrer des pièces de monnaie qu'on veut amasser; ce mot est féminin:
_ma tirelire n'est pas remplie de napoléons_.

=Tirer=, v. a.—Ne dites pas: _le thé, le café a-t-il tiré?_ pour
demander s'il est infusé; dites, _le thé, le café est-il tiré?_

2. Ne dites pas: _mon voisin m'a tiré en justice_; dites, _m'a attrait
en justice, m'a fait assigner en justice, m'a fait citer_. (Fland.)

3. Ne dites pas: _je vais tirer mon paletot, il fait très-chaud ici_;
dites, _je vais ôter mon paletot..._ (Fland.)

4. Ne dites pas: _tirez votre casquette, votre chapeau_; dites, _ôtez
votre casquette, votre chapeau_ ou simplement, _découvrez-vous_.
(Fland.)

5. Ne dites pas: _on lui a tiré une dent hier_; dites, _on lui a
arraché une dent hier_. (Fland.)

6. Ne dites pas: _ce babillard m'a tiré en ridicule_; dites, _m'a
tourné en ridicule_. (Fland.)

7. Ne dites pas, _il tire_, pour faire entendre que le vent se glisse
à travers quelque fente; dites, _le vent souffle_ ou bien, _il y a un
vent coulis; il vient un vent coulis par cette porte; je sens un vent
coulis qui me donne sur l'épaule; les vents coulis sont dangereux_.

8. Ne dites pas: _cet enfant tire après son père_; dites, _ressemble à
son père, a des traits de son père_. (Wall.)

9. Ne dites pas: _j'ai tiré_ ou _j'ai tiré bas deux lièvres_; dites,
_j'ai abattu_ ou _j'ai tué deux lièvres_. (Wall.)—_Tirer un lièvre_,
c'est simplement tirer dessus, mais non le _tuer_.

10. On dit très-bien, _tirer sa révérence_, dans le sens de _faire sa
révérence_.

11. On dit de deux ennemis déclarés, qu'_ils en sont aux couteaux
tirés, à couteaux tirés_ et non _à couteaux tirer_.

=Tisonnier= ou =Tire-braise=, s. m., ustensile de fer recourbé vers le
bout, et qui sert à attiser le feu, à tirer les braises, etc.—Le mot
_fer_, dans ce sens, est wallon.

=Toast=, s. m., proposition de boire à la santé de quelqu'un; au
pluriel _toasts_. On prononce et quelques-uns écrivent _toste_. (Acad.)

2. _Toaster_, v. n., boire à la santé de quelqu'un: on prononce et on
écrit ordinairement _toster_.

=Tohu-bohu=, s. m., confusion, mélange ou conflit d'opinions, de
système: _c'est un véritable tohu-bohu_.

=Tôle=, s. f., fer battu et réduit en feuilles ou plaques minces, dont
on fait des poêles et d'autres ouvrages: _tuyaux de grosse tôle_.—Ce
mot est féminin; prononcez _tôle_ (_ô_ long).

=Tollé.=—Mot emprunté du latin et qui n'est usité que dans des
locutions comme celle-ci: _crier tollé sur quelqu'un_, c'est-à-dire,
crier pour exciter l'indignation contre lui.—On prononce les deux
_ll_.

=Tombée=, s. f.—Il ne s'emploie guère que dans cette locution: _à la
tombée de la nuit_, au moment où le jour tombe, où la nuit approche.
(Acad.)

=Tomber=, v. n.—La plupart des grammairiens disent que le participe
de ce verbe ne se construit jamais avec l'auxiliaire _avoir_; cependant
plusieurs bons auteurs présentent plusieurs exemples de _tombé_
combiné avec _avoir_; et l'Académie, de son côté, donne l'exemple
suivant: _les poètes disent que Vulcain a tombé du ciel pendant un jour
entier_.—Quoi qu'il en soit, nous pensons qu'il faut régulièrement le
construire avec _être_; dites donc, _je suis tombé, il est tombé_ et
non _j'ai tombé, il a tombé_.

2. Ne dites pas: _ce malade est tombé hors de connaissance_ ou _sans
connaissance_; dites, _ce malade a perdu connaissance_.

3. Ne dites pas: _prenez garde de ne pas tomber_, pour recommander de
ne pas tomber; dites, _prenez garde de tomber_.

4. Ne dites pas d'un jeune milicien, _qu'il est tombé dedans_; dites
_qu'il a tiré un mauvais numéro; qu'il est désigné pour le service_.
(Wall.)

5. _Tomber à terre, tomber par terre_.—Ce qui touche à la terre,
_tombe par terre_;—ce qui n'y touche pas, _tombe à terre_. Ainsi, un
arbre _tombe par terre_, et les fruits _tombent à terre_.

=Tome, Volume.=—Noms qu'on donne aux livres matériellement pris
comme objets qui ont place dans les bibliothèques.—Le _tome_ est une
division ou une partie d'un ouvrage; un _tome_ en suppose d'autres,
c'est un commencement ou une suite.—Le _volume_, c'est tout ce qui
est réuni dans une même brochure ou dans une même reliure; c'est un
tout distinct. Quelquefois on fait mettre deux ou plusieurs _tomes_
en un _volume_; c'est, par exemple, quand il n'y a qu'une table pour
tout l'ouvrage; on peut même réunir ainsi des ouvrages différents, des
opuscules qui aient peu ou point de rapports. Un _tome_ peut à son
tour être publié en deux ou plusieurs _volumes_.—En général, les
_tomes_ ont quelque rapport au contenu, au lieu que les _volumes_ ne se
considèrent qu'extrinsèquement, par rapport à la grosseur, au format,
au nombre. (LAFAYE)—Prononcez _tôme_ (_ô_ long).

=Ton=, adj. poss.—_Mon, ton, son_, suivis d'un mot commençant par une
voyelle ou une _h_ muette, conservent leur prononciation naturelle et
l'on ajoute une seconde _n_ pour faire la liaison: _mon âme, ton ami,
son oncle_ se prononcent _mon n'âme, ton n'ami, son n'oncle_ et non
_mo-n'âme, to-n'ami, so-n'oncle_.

2. _Ton_. s. m.—Ne dites pas: _ce jeune homme se donne des tons_,
dites, _fait l'important_.

=Torcher=, v. a.—Ne dites pas: _je me suis torché le pied_; dites,
_je me suis foulé le pied_.

=Torrent=, s. m., courant d'eau rapide: prononcez les deux _rr_, ainsi
que dans _torrentiel, torrentueux, torréfier, torréfaction_.

=Tors, torse=, adj., qui est tordu ou qui en a la figure: _un cou tors,
un fil tors, une jambe torse_.

2. On dit populairement _torte_ au féminin, en parlant de ce qui est
contourné, difforme: _jambes tortes, bouche torte_. (Acad.)

=Tortoir=, s. m., et mieux =Garrot=, s. m., petite perche, bâton qu'on
passe dans une corde, dans un lien quelconque, pour serrer quelque
chose en tordant: _serrez davantage le garrot de cette malle, de cette
scie_.

=Tory=, s. m., mot emprunté de l'anglais et qui désigne les partisans
des prérogations royales ou les conservateurs; au pluriel _torys_.
(Acad.)—Prononcez _tori_, ou _tôri_ à l'anglaise.

=Toton=, s. m., espèce de dé qui est traversé d'une petite cheville
sur laquelle on le fait tourner, et qui est marqué de différentes
lettres sur ses faces latérales: _les totons sont ordinairement d'os ou
d'ivoire_.—Ne dites pas _tonton_.

=Touche=, s. f.—Ne dites pas: _écrivez sur votre ardoise avec votre
touche_; dites, _avec votre crayon_.—On dit _crayon_ et _crayon
d'ardoise_;—_la touche_ est un petit brin de bois, de baleine, etc.,
dont les enfants, qui apprennent à lire, se servent pour _toucher_ les
lettres.

=Toucher=, v. a., en parlant de certains instruments de musique,
signifie _jouer_: _toucher la lyre, l'orgue, le piano; il touche le
piano agréablement, délicatement_.—C'est une faute de dire _toucher
du piano, toucher de l'orgue_, etc.—Voyez _jouer_.

=Touiller=, v. a., mêler, brouiller: _touiller des œufs_.—_Touiller_
figure dans les dictionnaires comme terme populaire.

=Toujours=, adv.—Les Wallons emploient abusivement _toujours_ dans le
sens de _cependant, pourtant, néanmoins, malgré cela_:—_quoique le
temps soit à la pluie, nous irons toujours (néanmoins) nous promener_;
_mon professeur m'a fort bien expliqué ce problème, mais je sens que
j'aurai toujours (pourtant) de la peine à en trouver la solution_.

=Tour=, s. m.—On dit également, _c'est à mon tour de_ ou _à_, ou bien
_c'est mon tour de_ ou _à_: _c'est mon tour à vous aller voir; c'est
mon tour, c'est à mon tour de monter la garde_.—Voyez _a_, 6.

=Tourelle=, s. f., petite tour; ne dites pas _tourette_.

=Tourmenter=, v. a.—Ne dites pas: _Pierre me fait tourmenter, Paul
m'a fait tourmenter_, etc.; dites simplement _Pierre me tourmente, Paul
m'a tourmenté_, en supprimant le verbe _faire_, qui est ici de trop.
(Wall.)—Voyez _faire_, 10.

=Tournement.=—Ne dites pas, _avoir des tournements de tête_; dites
avoir _des tournoiements de tête_ et mieux, _avoir des vertiges_.

=Tournevis=, s. m., instrument de fer ou d'acier pour serrer ou
desserrer les vis: prononcez l'_s_ ainsi que dans _vis_.

=Toursiveux=, adj. (mot wallon), malicieux, astucieux: _il est
malicieux comme un vieux singe; homme astucieux_.

=Tous=, plur. de _tout_.—On fait sentir l'_s_ lorsque _tous_ est pris
substantivement ou qu'il est placé à la fin d'une phrase: _il faut se
faire tout à tous; tous l'ont vu; ils y étaient tous_.

=Tout=, adj.—Ne dites pas, _une fois pour tout_; dites _une fois pour
toutes_ (sous-entendu _les fois_).

2. _Tout_, reste au masculin devant un nom de ville féminin: _tout
Liége en parle; tout Bruxelles l'admira; tout Rome fut consterné; tout
Vienne apprit cette nouvelle fâcheuse_; c'est-à-dire, _tout le peuple_
de Liége, de Bruxelles, de Rome, de Vienne...

3. Ne dites pas, en terme de jeu, _pour de bon, pour le bon, pour
tout de bon, pour de rire_; dites, _pour rire_ et _tout de bon_
(c'est-à-dire sérieusement, entièrement, de bon jeu, pour quelque
chose).

4. Ne dites pas, _tout de long de la rivière_, mais _tout du long..._

5. Ne dites pas, _tous les deux heures, tous les vingt-quatre heures,
tous les trois semaines_; dites, _toutes les deux heures, toutes les
vingt-quatre heures, toutes les trois semaines_.

6. On dit également bien: _ce n'est pas le tout_ ou _ce n'est pas tout
de bien réciter sa leçon, il faut encore la comprendre_. (Acad.)

7. Ne dites pas, _il m'a fait tout peur_; dites, _il m'a fait peur_.
(Wall.)

8. Ne dites pas: _il est malade tout comme tout, il est sage tout comme
tout_; dites, _il est fort malade, fort sage_.

9. Ne dites pas: _il est heureux comme tout, il est pauvre comme tout_;
dites, _il est fort heureux, il est fort pauvre_.

10. Ne dites pas: _vous m'éclaboussez et vous me salissez tout_; dites,
_... vous me salissez entièrement, tout à fait_.

11. _Tout à fait_, est adverbe et ne peut par conséquent s'employer
comme substantif;—ne dites donc pas: _le nouveau propriétaire a changé
tout à fait dans cette maison_; dites, _a changé tout_.—Écrivez ce mot
sans traits d'union. (Acad.)

12. _Tout plein_, beaucoup; cette expression est française: _il y
a tout plein de monde dans les rues;—j'ai tout plein de livres
d'égarés; vous dites qu'il n'y a pas de boutiques dans cette rue, il y
en a tout plein_.

13. _Tout de suite_ et _de suite_: voyez _suite_.

14. _Toute sorte, toute espèce_: voyez _sorte_.

15. _Tous deux, tous les deux_: voyez _deux_.—On dit de même _tous
trois, tous quatre_ et _tous les trois, tous les quatre_;—au-delà de
ce dernier nombre jusqu'à _dix_, on supprime rarement l'article: _tous
les cinq, tous les six, tous les sept_, etc.;—au-delà de _dix_, on
l'emploie toujours: _tous les seize, tous les vingt_.

16. _Tout à coup, tout d'un coup_.—_Tout à coup_ (sans traits
d'union) signifie _soudainement, subitement_: _ce mal l'a pris tout à
coup, comme il y pensait le moins_. (Acad.)—_Tout d'un coup_ signifie
_tout d'une fois, tout en même temps_: _il gagna mille écus tout d'un
coup_. (Acad.)

=Toux=, est un substantif féminin: _j'ai la toux_;—ne dites pas
_tousse_. (Wall.)

=Tracassement=, n'est pas français; dites _tracas, tracasserie_: _il
est dans le tracas du déménagement; il y a bien du tracas dans cette
maison; il passe sa vie à faire des tracasseries_.

=Tracassier, ière=, subst.—Celui, celle qui aime à tracasser. On
l'emploie aussi adjectivement: _une administration tracassière_.

=Traducteur=, s., celui qui traduit d'une langue en une autre. Ce mot
n'a pas, quoi qu'en disent certains grammairiens, de correspondant
féminin: _madame Dacier, traducteur d'Homère_ (et non _traductrice_).

=Trafic=, s. m., négoce, commerce de marchandises: on prononce le _c_:
_trafike_.

=Trahir, trahison.=—L'_h_ est muette dans ces mots; prononcez
_tra-ir, tra-ison_ et non _tra-hir, tra-hison_.

=Train=, s. m.—_Faire du train_, pour, _faire du tapage_, est
français, mais populaire; cependant on ne dit pas _mener du
train_:—voyez _mener_.

=Traîner=, être en langueur sans pouvoir se rétablir; ce mot est
français: _il y a longtemps qu'il traîne; il traînera encore quelque
temps_.—Prononcez _trèner_ et non _train-ner_.

=Traîtrise.=—Ce mot n'est pas français: dites _trahison_.

=Tramontane=, s. f.—_Perdre la tramontane_, c'est perdre la tête
comme les matelots qui, perdant l'étoile polaire (_tramontane_), ne
savent plus se diriger sur mer; ne dites pas _trémontade_.

=Tranquille=, adj., calme, paisible.—Prononcez _trankile_ et non
_tranquille_ (_ll_ mouillées).—Prononcez de même une seule _l_
non mouillée dans _tranquillement, tranquillité, tranquilliser,
tranquillisant_.

2. _Laissez-moi donc tranquille?_ est impoli, pour dire: _n'en parlons
plus, je vous prie; brisons là-dessus, s'il vous plaît; assez sur ce
sujet, parlons d'autre chose, si vous le voulez bien_, etc.

=Trans=, prép., dans la composition des mots, signifie au-delà, à
travers;—l'_s_ se fait sentir.

=Transaction=, _transiger, transalpin, transitif, transition,
transitoire_:—prononcez l'_s_ douce: _tranzaction, tranziger,
tranzalpin_, etc.

=Transe.=—Ne dites pas, _sonner une transe, une agonie_; dites
_sonner le glas, un glas funèbre_. Remarquez qu'on ne pourrait pas
dire: un tel est mort, on vient de sonner _son glas_; dites, on vient
de sonner _le glas_ (cloche funèbre), ou bien de sonner _son trépas,
son décès_.

=Transir=, v. a. et n., pénétrer, engourdir de froid: _je suis transi
de froid_;—prononcez _trancir, tranci, trancissement_ et non
_tranzir, tranzi, tranzissement_.

=Transit=, s. m., faculté de faire passer des marchandises sans
payer de droits d'entrée: prononcez _tranzite_, et non _trancite_ ni
_tranzi_.

=Translater=, v. a., traduire d'une langue en une autre: ce mot est
vieux (Acad.); on dit plus communément aujourd'hui _traduire_.

=Transvider=, verser une liqueur d'un vase dans un autre: ce mot n'est
pas français; il faut dire _transvaser_.

=Trappe.=—Ce mot n'est pas français, dans le sens de _souricière,
ratière, taupière_, etc., instrument dont on se sert pour prendre les
souris, les rats, les taupes. (Wall.)

=Travailler=, v. a. et n.—Ne dites pas, _il a travaillé longtemps
après cet ouvrage_; dites, _... à cet ouvrage_. (Fland.)

=Travers.=—_A travers, au travers_, loc. prép.—La première est
toujours suivie d'un régime simple, et l'autre, de la préposition
_de_: _à travers les champs, au travers des champs_.—_A travers_
désigne un passage libre, tandis que _au travers_ indique qu'il y a des
obstacles à surmonter pour se frayer un passage: _à travers la route,
au travers des ennemis_.—Mais l'Académie fait remarquer que cette
distinction n'est pas toujours observée: _on ne voyait le soleil qu'à
travers les nuages, qu'au travers du brouillard_.

=Traverse=, s. f.—Ne dites pas _un chemin de travers_, mais, _un
chemin de traverse_, pour signifier un chemin particulier qui conduit
à un lieu où ne mène pas le grand chemin ou qui est plus court que ce
grand chemin.

=Traverser=, v. a.—On ne dit pas _traverser un pont_, mais _passer un
pont_ ou _traverser la rivière_:—_traverser un pont_, en effet, c'est
passer du côté d'amont à celui d'aval, ou réciproquement, et non suivre
le pont dans sa longueur.—Cette observation s'applique également
aux rues, aux chemins, tandis qu'au contraire, une place peut être
traversée dans tous les sens.

=Trayer=, _triller, trayage, trillage_, choisir ou l'action de choisir,
entre plusieurs choses, les meilleures seulement: ces mots ne sont pas
français; dites _trier, triage_.—_Chercher dehors_, pour _trier_, est
un flandricisme.

=Trébucher=, est un verbe neutre qui ne peut pas s'employer
pronominalement; _se trébucher_ n'est pas plus français que _se tomber_
ou _se marcher_:—_il ne peut pas faire un pas sans trébucher_ (et non
_sans se trébucher_.)

=Trèfle=, s. m., plante ou l'une des quatre couleurs du jeu de
cartes; ce mot est masculin: _voilà de beau trèfle; je joue du
trèfle_.—Prononcez _trè-fle_ et non _trè-fe_ ni _trè-fèle_.

=Trémontade=, n'est pas français: voyez _tramontane_.

=Trente et un=: prononcez _trenté un_ et non _trenté iun_;—prononcez
de même _vingt et un, quarante et un_, etc.—Voyez _nombre_.

=Très=, ne se joint qu'à un adjectif, à un participe ou à un adverbe,
et non à un substantif; on ne doit pas dire: _j'ai très-faim,
très-soif, très-raison, très-peur; il est très-matin_, etc.; il faut
dire, _j'ai bien faim, fort soif, extrêmement, terriblement faim,
soif_, etc.

2. Remarquez que _très_ doit toujours être joint, par un trait d'union,
à l'adjectif, au participe ou à l'adverbe: _très-riche, très-aimé,
très-bien_. (Acad.)

=Trésoriser=: voyez _thésauriser_.

=Tressauter=, n'est pas français; dites donc, _ce coup de fusil ma fait
tressaillir_ et non, _tressauter_.

=Tricheur=, _tricheuse_, celui, celle qui triche, qui trompe au jeu:
_trichard_ n'est pas français.

=Tricoises=, s. f. pl., tenailles dont se servent les maréchaux pour
ferrer et déferrer les chevaux. (Acad.) Dans les autres acceptions,
dites _tenailles_. (Wall.)

=Triennal, ale=, adj., qui dure trois ans: _période triennale_;
—prononcez les deux _nn_, _trien'nal_.

=Trimbaler=, v. n., mener, conduire, faire courir, etc.; ce mot est
trivial.

=Trimer=, v. n., marcher vite et avec fatigue; ce mot est
très-populaire; dites, _se tuer à marcher, à courir, à faire des
courses_.

=Tringle=, s. f., verge de fer: prononcez _trin-gle_ et non _tringue_
ni _trin-guèle_.

=Trio=, s. m., musique à trois parties; au pluriel, _trios_.

=Tripotier, ière=, s., celui, celle qui tripote, intrigant,
intrigante:—_tripoteur_ n'est pas français.

=Triste=, adj.—_Un triste caractère_, est un caractère avec lequel on
ne peut pas vivre; _un caractère triste_, est celui qui est porté à la
tristesse.

=Triumvir=, s. m., un des trois magistrats chargés de l'administration
dans l'ancienne Rome:—prononcez _triomevir_; prononcez de même
_triumviral, triumvirat_. (Acad.)

=Troc=, s. m., échange de meubles, de nippes, de chevaux et autres
choses semblables: _faire un troc avec quelqu'un_.—Prononcez _troque_
et non _tro_.

=Trognon=, s. m., le cœur, le milieu d'un fruit dont on a ôté tout ce
qu'il y avait de meilleur à manger; il se dit principalement des poires
et des pommes.—_Le trognon d'un chou, un trognon de chou_, est la
tige d'un chou dont on a ôté les feuilles.—Ne dites pas _rognon_ dans
ce sens.

=Trois-pieds=, n'est pas français; dites _trépied_.

=Trombone=, s. m., espèce de grande trompette; on donne aussi ce nom
à celui qui joue cet instrument: ce mot est masculin dans ces deux
acceptions: _le son du trombone est grave; le premier trombone de
l'harmonie_.

=Trompette=, est masculin, quand il désigne celui qui sonne de la
trompette: _le trompette de telle compagnie_.—Il est féminin dans les
autres acceptions.

=Tronc=, s. m.; boîte placée dans les églises pour recevoir les
offrandes des personnes charitables: prononcez _tron_ et non
_tronke_.—Le mot _bloc_, employé pour _tronc_, n'est pas français.

=Trône=, s. m., siége royal: prononcez _trône_ (_ô_ long) et non
_trone_ (_o_ bref).

=Trop=, adv.—Ne dites pas, _il est trop courageux que pour se
rendre_; dites, _il est trop courageux pour se rendre_.—On ne
prononce le _p_ de _trop_ que pour faire la liaison devant une voyelle
ou une _h_ muette: _trop avare_ (ne dites pas _tro-z'avare_).

=Trotte=, s. f., espace de chemin; ce mot figure dans le dictionnaire
de l'Académie comme terme populaire: _il y a une bonne trotte d'ici
là_.—Il est mieux de dire _traite, course_: _il y a une bonne traite,
une longue course d'ici là_.

=Trouée=, s. f., ouverture, espace vide dans un bois, dans une haie,
etc.; ce mot est français: _il est facile de faire une trouée dans
ce bois; dans cette haie il y a une trouée par où nous pourrons
aisément passer_.—Prononcez _trou-é_ (_é_ long) et non _trou-wé_ ni
_trou-wéïe_.—Voyez _ue, oue, ie, é_, 2.

=Troupe=, s. f.—En parlant de quelqu'un qui est au service, dites:
_il est dans les troupes_ et non, _dans la troupe_ ni _à la troupe_.

=Trouver bon=, _trouver mauvais_, approuver, désapprouver, etc., sont
des expressions correctes. (Acad.)

=Truand, ante=, s., vaurien, vagabond, qui mendie par fainéantise:
_cet homme est un vrai truand_.—Ce mot est substantif, et ne peut
s'employer comme synonyme de _paresseux, indolent_; du reste, il est
populaire et peu usité, dit l'Académie.—Prononcez _tru-and_ et non
_tru-want_.—Voyez _oue, ue_.

=Truc=, s. m. _Avoir le truc_, avoir l'art, le secret, le talent,
être habile, rusé: _il a le truc, il s'en tirera bien_.—Ce mot est
populaire et sent un peu l'argot.

=Truelle=, s. f.—Une _truelle_ est un instrument de maçon; il
ne faut pas employer ce mot comme synonyme de _pelle_.—Prononcez
_tru-elle_ et non _tru-welle_.

=Truffe=, s. f., légume très-savoureux et très-odoriférant; écrivez et
prononcez _truffe_ et non _truffle_.

=Trumeau, Glace.=—La partie du mur comprise entre deux fenêtres se
nomme _trumeau_; il se dit aussi des glaces, ordinairement hautes
et étroites, qui se mettent entre deux fenêtres ou qui sont placées
au-dessus d'une cheminée.

=Tsar.= Voyez _czar_.

=Tu-autem=, s. m., expression latine dont on se sert pour dire, le
point essentiel, le nœud, la difficulté d'une affaire: _c'est là le
tu-autem_.—On ne l'emploie pas au pluriel: prononcez _tu-autème_.

=Tuer=, _tueur_ etc.—Prononcez _tu-er, tu-eur, je tû_, et non
_tu-wer, tu-weur, je tu-we_.—Voyez _oue, ue_.

=Tuile=, s. f.—Dites _un toit couvert en tuiles_ ou _de tuiles_ et
non _un toit couvert en pannes_ ou _de pannes_: ce dernier mot est
flamand.—Prononcez _tu-ile_, et non _tou-ile_.—Voyez _ui_.

=Tulle=, s. m., sorte de tissu en réseau, très-fin; ce mot est
masculin: _du tulle brodé_.

2. _Tulle_, pierre tendre, rouge, propre à marquer: ce mot est wallon
et se rend en français par, _craie rouge_.

=Tumulte=, s. m., grand mouvement accompagné de bruit et de désordre;
prononcez le _t_ final: _tumulte_ et non _tu-mule_.—Voyez _finales_,
2. et _t_.

=Tuser=, mot wallon qui signifie, penser, réfléchir, être absorbé par
une idée;—il va sans dire qu'on ne peut pas l'employer en parlant
français.

=Tutti=, terme de musique; prononcez les deux _tt_, _tut'ti_.

=Tuyau=, s. m.: prononcez _tui-iau_ et non _tu-iau_.

=Typhus=, s. m., maladie contagieuse: prononcez _typhuce_.

=Tyran=, s. m.—On dit aussi _une femme tyran domestique_.

=Tzar=, s. m.: voyez _czar_.



  U


=Ubiquiste=, s. m., docteur en Sorbonne non résident;—homme à qui
les lieux sont indifférents, qui se trouve bien partout: prononcez
_ubikuiste_ (la diphth. _ui_ se fait sentir) et non _ubikiste_ ni
_ubikouiste_ ni _ubikuisse_;—prononcez de même _ubiquitaire,
ubiquité_.

=Ue, uer.=—En général les wallons prononcent mal ces sortes de
syllabes, en intercalant abusivement un _w_ entre l'_u_ et l'_e,
er_; ainsi _avenue, cohue, vendue, contribue_ deviennent _avenu-we,
cohu-we, vendu-we, contribu-we_; de même _attribuer, puer, continuer_,
se prononcent _attribu-wer, pu-wer, continu-wer_.—C'est là une faute
grossière de prononciation: _ue_ doit se prononcer simplement _u_ long:
_avenû, cohû, vendû, contribû_: en appuyant sur l'_u_ suivi d'un _e_
muet, on le distingue suffisamment d'un _u_ non suivi d'un _e_ et que
l'on fait bref.

2. De même les syllabes _uer, uet, ué, uez, ua, uan, uo_, etc., doivent
conserver leur prononciation naturelle et ne pas se transformer en
_u-wer, u-wé, u-wez, u-wet, u-wa_, etc.: prononcez donc _attribu-er,
évalu-é, vous contribu-ez, mu-et, continu-ation, évalu-ation, du-o_ et
non _attribu-wer, évalu-wé, vous contribu-wez, mu-wet, continu-wation,
évalu-wation, du-wo_.—Le défaut de prononciation que nous signalons,
est extrêmement grossier, quoique pourtant il soit très-commun dans les
provinces wallonnes; nous devons en dire autant du défaut suivant.

3. Les mêmes observations s'appliquent à la prononciation du latin:
vous direz donc _tu-us, su-us, sensu-um, defectu-i, cu-i, tribu-o,
tribu-i_, etc., et non _tu-wus, su-wus, sensu-wum, defectu-wi, cu-wi,
tribu-wo, tribu-wi_.

=Uhlan=, s. m.—L'_u_ est aspiré; on écrit aussi _hulan_ et _houlan_
(Acad.): espèce de lancier dans l'armée autrichienne.

=Ui.=—Généralement les wallons ne font aucune différence en
_ui_ et _oui_ et prononcent de la même manière _Louis_ et _lui_,
_Huy_ et _oui_, _fouir_ et _fuir_; c'est un défaut dont il importe
souverainement de se corriger.—Conservez donc à la diphthongue _ui_
son véritable son _ui_ (_u-i_) et ne la métamorphosez pas gauchement en
_oui_ (_ou-i_), ce qui est tout différent.

=Ultimatum=, s. m., dernière condition d'un traité;, il n'a point de
plur.—Prononcez _ultimatome_.

=Umble=, s. m., poisson qui ressemble beaucoup à la truite: on prononce
_omble_, mais on dit et l'on écrit communément _ombre, ombre-chevalier_.

=Un, une=, adj. num. card.—Il s'emploie souvent comme substantif,
et alors il ne prend point d'_s_ au pluriel: _trois un de suite font
cent onze_.—Le masculin _un_ se prononce à peu près comme s'il y
avait _eun_ et le féminin _une_ se prononce _u-ne_: _un jardin, un
héros, une table_, etc.—Devant une voyelle ou une _h_ muette, _un_
se prononce aussi _eun_, mais on le joint par une autre _n_ au mot
suivant: _un oiseau, un homme_ (eun-noi-seau, eun-nhomme et non pas,
_u-noiseau, u-nhomme_).—Dans les locutions _sur les une heure, vers
les une heure_, l'_s_ de l'article pluriel _les_ ne doit point se
joindre à l'adjectif _une_; on prononce _sur lè une heure, vers lè une
heure_: la raison en est que cet article pluriel n'appartenant point au
substantif _une heure_, mais à un substantif pluriel sous-entendu, tel
que _environs, moments_, etc., il repousse le singulier _une_.

2. _L'un et l'autre, l'un ou l'autre_, etc., se prononcent _l'eun-net
l'autre, l'eun-nou l'autre_, ou bien sans joindre l'_n_ aux mots _et,
ou_. Mais lorsque _l'un_ est séparé de _l'autre_ par d'autres mots que
les conjonctions _et, ou_ et que la préposition _à_, l'_n_ de _l'un_ ne
se fait point sentir devant la voyelle du mot qui suit: ainsi _l'un est
riche, l'autre est pauvre; l'un aime à lire, l'autre à jouer_, ne se
prononcent point _l'eu-nest riche, l'eu-naime à lire_, etc.

3. _Un chacun_: voyez _chacun_.

4. _Un._ Ne dites pas: _c'est un de Verviers_; dites, _c'est un
Verviétois, c'est quelqu'un de Verviers_.

5. Ne dites pas: _monsieur Pierre est de ceux qui fut décoré_; dites,
_un de ceux qui furent..._

6. _Un, premier_.—On dit _le premier janvier, le deux, le trois, le
dix janvier_; on dit de même _Léopold premier, Philippe deux, Philippe
trois, Philippe cinq_:—en vers cependant on peut dire _second_ dans
ce dernier cas: _François second_.

7. Ne dites pas: _l'un jour ou l'autre, j'irai vous voir_, dites, _un
de ces jours-ci..._

8. Ne dites pas: _l'un jour il est gai, l'autre jour il est triste_;
dites, _un jour il est gai, l'autre jour il est triste_.

9. Ne dites pas: _j'ai vu un qui était original_; dites, _j'en ai vu
un_ (s'il y a un substantif exprimé précédemment), ou _j'ai vu un
homme, j'ai vu quelqu'un..._

10. Ne dites pas: _je lui ai expédié un cinquante kilogrammes_; ôtez
_un_ et dites, _je lui ai expédié cinquante kilogrammes_.

11. Ne dites pas: _c'est un des plus éloquents prédicateurs que nous
avons_; dites, _... que nous ayons_.

12. Ne dites pas: _il n'y en avait pas un qui comprenait_; dites, _...
qui comprît_.

13. Ne dites pas: _l'un ou l'autre de mes amis vient me prendre_;
dites, _un de mes amis vient me prendre_.

=Uniforme=, s. masculin: _un uniforme neuf_ et non _une uniforme neuve_.

=Union=, s. f.: prononcez _u-nion_ et non _u-gnion_: _l'union fait la
force_.—Voyez _ni_.

=Unir=, v. a.—_Unir_, dans le sens propre, veut la préposition _à_
ou la préposition _avec_: _unir un mot à un autre_ ou _avec un autre_.
(Acad.)—Au figuré, il ne prend que la préposition _à_: _Turenne
unissait la prudence à la hardiesse; ce jeune homme unit la modestie
au mérite_.—Son composé _réunir_ veut la préposition _à_, lorsqu'il
est employé au propre: _le cou réunit la tête au corps_. Mais au
figuré, dans le sens de posséder en même temps, _réunir_ veut que les
différents compléments directs soient joints par la conjonction _et_:
_Turenne réunissait la prudence et la hardiesse; ce jeune homme réunit
la modestie et le mérite_.

=Université=, s. f.—Il n'y a en France qu'une université proprement
dite, et sous ce nom l'on comprend les académies, les facultés (de
droit, de médecine, de belles-lettres, etc., établies dans les
chefs-lieux des cours impériales ou cours d'appel), les colléges
impériaux, les colléges communaux, les pensions et les écoles
primaires;—ne dites donc pas: _ouvrage adopté par les universités de
France_, mais, _par l'Université de France_.

=Us=, s. m. pl., les règles, la pratique qu'on a coutume de suivre en
quelques pays touchant certaines matières; il est presque toujours
joint au mot _coutumes_: _les us et coutumes_.—Prononcez _uce_.

=Usage=, s. m.—En parlant des choses qui durent longtemps, employez
le mot _user_: _cette étoffe de drap est d'un bon user; il y a des
étoffes qui deviennent plus belles à l'user_.—_Usage_, dans ce sens,
n'est pas français.

=User=, v. n.—Ne dites pas: _en usez-vous, je n'en use pas_: dites,
_en prenez-vous, prenez-vous du tabac, je n'en prends pas, je ne
prends pas de tabac_. On peut également se servir du mot _priser_, qui
ne figure pas dans le dictionnaire de l'Académie, mais qu'un usage
universel a consacré depuis longtemps: _prisez-vous? je ne prise pas_.

=Ustensile=, s. masculin: _un ustensile de cuisine_.

=Usufruit=, _usufruitier_.—Gardez-vous bien d'écrire ou de prononcer
_usurfruit, usurfruitier_: _il n'a pas cette terre en propre, il n'en a
que l'usufruit, il n'en est que l'usufruitier_.

=Usurpateur=, s. m.—Le féminin correspondant est _usurpatrice_.

=Utérin, ine=, s. m.: _frères, sœurs utérins, consanguins, germains_:
voyez _germain_.



  V


=V.=—Il faut conserver à cette lettre sa prononciation naturelle dans
les mots terminés en _ve_, comme _vive, neuve, brève, brave, cave,
achève, achèvement, prévenir, il est venu, nous venons, manœuvre,
livre, mouvement, bravement_, etc., et ne pas dire _vife, neufe, brèfe,
brafe, cafe, achèfe, achèfement, préfenir, il est fenu, nous fenons,
manœufre, lifre, moufement, brafement_.

2. Il en est de même de _cheville, écheveau, échevin, achever_,
etc., qu'il ne faut pas prononcer _ch'fille, éch'feau, éch'fin,
ach'fer_;—nous conseillons, pour la facilité de la prononciation, de
ne pas élider l'_e_ de _che_, mais d'y appuyer fortement, jusqu'à ce
qu'on soit en état de prononcer _éch'vin, ach'ver_, etc.

3. Un autre défaut propre à certains dialectes wallons, c'est de
prononcer comme _me_ la syllabe muette _ve_ précédée d'une syllabe
sonore: _soumenir, nous menons, prémenir, circonmenir_, etc., au lieu
de _souvenir, nous venons, prévenir, circonvenir_.

=Va.=—_Comme va, comment va-t-il?_—Voyez _aller_.

=Vacances=, s. f. pluriel, temps pendant lequel les études cessent;
dans ce sens il ne s'emploie qu'au pluriel: _les petites, les grandes
vacances; de courtes, de longues vacances_.

=Vacature.=—Ce mot n'est pas français, rendez-le par _vacance_,
temps pendant lequel une place, une dignité, un emploi n'est pas
rempli: _durant la vacance du Saint-Siège; la vacance d'une abbaye,
d'un bénéfice; il y a vacance de la chaire de littérature française
à l'université_;—on peut également faire usage du mot _vacation_,
qui signifie _quelquefois vacance_, dit l'Académie, en parlant de
choses non occupées, des places, des emplois non remplis, vacants: _la
vacation d'un emploi; un bénéfice en vacation; à la première vacation,
ces fonctions seront supprimées_.

2. _Vacation_, se dit ordinairement de chacun des espaces de temps
que des personnes publiques (_notaires, experts_, etc.) emploient à
travailler à quelque affaire: _on paie tant aux experts par chaque
vacation_.

=Vaciller=, v. n., _vacillation_, s. f.—Prononcez les deux _ll_ sans
les mouiller.

=Vade-mecum=, s. m., se dit d'une chose que l'on porte commodément et
ordinairement avec soi; on dit aussi mais plus rarement, _veni-mecum_:
prononcez _vadé-mécome, véni-mécome_.

=Vagabonder=, v. n., errer çà et là; on dit aussi _vagabonner_ (Acad.);
prononcez _vagabond, vagabonder_, etc., et non _vakabond, vakabonder_.

=Vais=, 1re p. s. du prés. de l'ind. du v. _aller_; ne dites pas _je
m'y vais; je m'en y vais_; dites, _j'y vais_.

=Vaisseau=, s. m.: voyez _navire_.

=Val=, s. m., vallée; il n'est plus en usage que dans les noms propres:
_Val-St-Lambert, Val-Benoît, Val-Dieu, le château du Val, l'abbaye du
Val, l'église du Val-de-Grâce_.—Il a un pluriel qui n'est en usage
que dans cette phrase, _par monts et par vaux_, et dans quelques noms
de lieux, comme _les vaux de Cernai_. (Acad.)

=Valet, Laquais=, s. m.—Le premier désigne un homme de service; le
second, un homme de suite; le _valet_ est pour l'utile, le _laquais_,
pour le luxe.

=Valoir=, v. n., fait _valent_ et non _vaillent_ à la 3e pers. du plur.
du prés de l'indic.; de même il fait _vaille_ et non _vale_ au prés. du
subj.: _ils ne valent pas mieux_ (et non _vaillent_) _les uns que les
autres_; _il faut que je vaille_ (et non _vale_) _bien peu de chose à
leurs yeux_.—On dit aussi _vaille que vaille_ et non _vale qui vale_.

2. _Valoir mieux_, suivi d'un infinitif, rejette toute préposition
comme _aimer mieux_: _il vaut mieux attendre_ (et non _d'attendre_)
_un peu_.—L'Académie donne l'exemple suivant: _il y a beaucoup
d'occasions où il vaut mieux se taire que de parler_: d'où nous
concluons que le second infinitif doit être précédé de la préposition
_de_.

3. Dans ce sens ne dites pas: _il faut mieux, il faudrait mieux, il eût
mieux fallu_, etc.; dites, _il vaut mieux, il vaudrait mieux, il eût
mieux valu_.

4. Ne dites pas non plus, _valoir plus_ pour _valoir mieux_: _il vaut
mieux_ (et non _il vaut plus_) _se taire que de parler trop_.

=Vanille=, s. f., _vanillier_, s. m., plante d'Amérique: on mouille les
deux _ll_.

=Vapeur=, s. f., _vapeur_, s. m.—Tout le monde sait ce que c'est _la
vapeur_;—_un vapeur_, c'est un bateau à vapeur: ce masculin n'est pas
encore admis par l'Académie, mais il est employé partout, et ne peut
manquer d'être admis un jour.

=Vaquer=, v. n., =Vaguer=, v. n.—_Vaquer_ se dit proprement
des emplois, des charges, des dignités, et signifie _être
vacant_;—_vaguer_, c'est errer çà et là, aller de côté et d'autre à
l'aventure.

=Variation=, s. f., signifie changement;—ne dites donc pas: _ce
marchand d'estampes a une belle et riche variation de gravures_; dites,
_une belle et riche variété_.

=Vasistas=, s. m., petite partie d'une porte ou d'une fenêtre, laquelle
peut s'ouvrir et se fermer à volonté; prononcez _vazis'tâsse_. (Acad.)

=Vaste=, adj., qui est d'une _fort grande_ étendue: _vastes campagnes,
vaste mer, vastes déserts_, etc.

2. Ne dites donc pas: _vaste jardin, vaste maison à vendre_; dites,
_grand jardin, grande maison..._

=Vaudeville=, s. m., chanson populaire et pièce de théâtre: prononcez
_vôd'ville_ et non _vodéville_.

=Vaux=, s. m., pluriel de _val_: voyez ce mot.

=Vauxhall=, s. m., jardin public: prononcez _vokçal_ (_o_ bref). On
écrit aussi _wauxhall_.

=Veille=, s. f., ne doit pas s'employer comme synonyme de _veillée,
soirée_: _aller tous les jours à la veillée_ (et non _à la veille_);
_les veillées, les soirées sont longues en hiver_.

=Veine=, s. f., canal du sang; prononcez _vène_ et non _vain-ne_.

=Vélin=, s. m., peau de veau préparée: _reliure en vélin, papier
vélin_:—écrivez et prononcez _vélin_ et non _velin_.

=Vendange= et =Vidange=: voyez _vidange_.

=Vendition=, _vendue_: ces mots ne sont pas français; c'est _vente_
qu'il faut dire: _vente de bois, vente de meubles_.

=Vendre=, v. a.—On dit _vendre, acheter à bon marché_ et non, _bon
marché_; on dit également _acheter, vendre telle chose dix francs,
cent francs_ et non, _pour dix francs, pour cent francs_.—Prononcez
_ven-dre_ et non _ven-te_ ni _ven-dère_.—Voyez _acheter_.

=Venimeux=, _vénéneux_, adj.—_Vénéneux_ ne se dit que des plantes, des
végétaux: _la ciguë est une plante vénéneuse_;—_venimeux_ ne se dit
que des animaux: _la dent de la vipère est fort venimeuse_.—Écrivez
et prononcez _venimeux, venin, envenimer_ et non _vénimeux, vénin,
envénimer_.

=Venir=, v. n.—Ne dites pas: _je ne puis pas venir à son nom_;
dites, _son nom ne me vient pas, je ne puis pas trouver son nom, me
rappeler son nom_.

2. _Venir à rien_, ne peut pas s'employer dans le sens de _se
réduire à rien_; ne dites donc pas: _cette eau est venue à rien par
l'évaporation_; mais, _cette eau s'est réduite à rien..._

3. Ne dites pas: _je viens, je sors de monsieur le curé; je vais au
juge de paix_; dites, _je viens, je sors de chez M. le curé; je vais
chez le juge de paix_. (Fland. et Wall.)

4. Ne dites pas non plus: _je vous paierai bientôt.—Bien, cela ne
vient pas à huit jours_;—dites, _ce ne sont pas huit jours qui font
l'affaire_; ou bien, _huit jours de plus ou de moins n'y font rien_.
(Fland.)

5. Ne dites pas: _on vous attend, Monsieur.—Dites que je viens tout
de suite_; il faut dire: _dites que j'y vais tout de suite_. (Fland.)

6. Ne dites pas: _je l'ai attendu inutilement, il avait pourtant dit
de venir_; il faut dire _... il avait pourtant dit qu'il viendrait_.
(Fland.)

7. Ne dites pas: _cela ne vient pas encore au marché_; dites, _cela ne
se vend pas encore au marché_. (Fland.)

8. Ne dites pas: _cela vient dans la grammaire à telle page; cette
scène vient dans tel acte_; dites, _cela se trouve dans..._ (Fland.)

9. Ne dites pas: _ce chapeau vient roux; cet homme vient maigre_;
dites, _... devient roux, devient maigre_.

10. Ne dites pas: _il n'y a pas d'apparence que cette ferme vienne à
louer_; dites, _il n'y a pas d'apparence que cette ferme se loue_.

11. Ne dites pas: _la semaine qui vient, le mois qui vient, l'année
qui vient_; dites, _la semaine prochaine, le mois prochain, l'année
prochaine_.—Voyez _passé_.

12. Ne dites pas: _nous vien-de-rions, vous vien-de-riez_, mais _nous
vien-drions, vous vien-driez_.

13. N'employez pas _venir_ pour _provenir_: _le papier de Chine vient
du mûrier_; dites, _... provient du mûrier_.

=Ventre=, s. m.—Dites, _avoir mal au ventre, avoir des maux de
ventre_ ou mieux, _des coliques_, et non _avoir mal de ventre_.
Prononcez _ven-tre_ et non _ven-te_ ni _ven-tère_.

=Ventriloque=, adj. des deux genres et s. m.; il se dit d'une personne
ayant la voix sourde et caverneuse: _ventroloque_ n'est pas français.

=Vêpres=, s. f. plur., office divin qu'on chante après midi;—on dit
_aller à vêpres_ et non _aller aux vêpres_; ont peut dire également
sans article: _chanter vêpres en musique; il est à vêpres_. Prononcez
_vê-pres_ et non _vé-pes_ ni _vêpères_.—Voyez _messe_.

=Véreux, euse=, adj.—Ce mot est français, et se dit au propre des
fruits dans lesquels se trouvent des vers, et au figuré d'une personne
ou d'une chose suspecte: _pomme véreuse, prune véreuse; il y a quelque
chose de véreux dans cette affaire; créance véreuse_.

=Vergettes=, s. f. pl., brosse pour les habits; on dit aussi _une
vergette_. (Acad.)

=Verglas=, s. m., pluie qui se glace sur le sol: on ne prononce pas
l'_s_: _verglâ_.

=Vermicelle=, ou _vermicel_, s. m., _violoncelle_, s. m.—On prononce
aujourd'hui ces mots à la française: _vermicelle, violoncelle_ et non
_vermichelle, violonchelle_.

=Verre=, s. m.—Dites _un verre de montre_ et non _une glace de
montre_.

=Vers=, s. m., terme de poésie: prononcez _vère_ et non _verse_.

2. =Vers=, prép.—Ne dites pas: _j'irai vers quatre heures_, mais,
_vers les quatre heures_. (Acad.)—Ne dites pas non plus, _se
retourner sur quelqu'un_, mais, _vers quelqu'un_.—Prononcez _vèr_ et
non _verse_.

3. Prononcez _vers Audenaerde_ (vèr Audenaerde); _il est allé je ne
sais vers où_ (ver où). Il en est de même du substantif _vers_: _vers
alexandrin_ (vèr alexandrin).

4. L'_s_ finale sonne dans _Anvers_. En France on prononce quelquefois
_Anvère_; il est muet dans _envers_ (anvèr), _tiers, thiers, travers,
univers_ et dans les verbes _je sers, je perds_, etc.

5. La finale _ers_ se prononce _é_ dans _Angers, Villiers, Louviers,
Noirmoutiers, Tiviers, Tilliers_, noms de villes.—Dans tous ces mots
l'_s_ ne sonne jamais, même devant une voyelle: _ver à soie_ et _vers à
soie_ se prononcent également _vèr à soie_.

=Verse= (_à_), loc. adv.; on ne l'emploie que dans cette phrase: _il
pleut à verse_.

=Verso=, s. m., la seconde page, le revers d'un feuillet; on le dit par
opposition à _recto_, la première page du feuillet: _vous trouverez ce
passage folio 42 verso_.

=Vésicatoire=, s. m., médicament externe: prononcez _vézicatoire_ et
non _vécicatoire, visicatoire, virsicatoire_.

=Vétille=, s. f., bagatelle: les _ll_ sont mouillées ainsi que dans
_vétiller, vétilleux_.—_Vétille de rien_ est un pléonasme vicieux.

=Vêtir=, _revêtir_, font au prés. de l'ind.: _nous vêtons, vous vêtez,
ils se vêtent; nous revêtons, vous revêtez, ils revêtent_;—_vêtissent,
revêtissent_ sont la 3e pers. plur. du prés. du subj.

=Veto=, mot emprunté du latin et qui signifie _je m'oppose_: _le roi
a mis le veto, son veto à cette loi_;—ce mot ne s'emploie pas au
pluriel et se prononce _vèto_. (Acad.)

=Vêtu, Habillé.=—_Vêtu_ signifie simplement couvert de
vêtements;—_habillé_ ajoute à l'idée de vêtu celle d'une certaine
recherche, d'un certain goût, d'un certain ordre dans la mise.

=Veuille, Veuillez=, _veux, voulez_: voyez _vouloir_.

=Viande=, s. f., chair dont on se nourrit: _ian_ est diphthongue.

=Vicaire=, s. m.: voyez _sous-curé_.

=Vice=, dans la composition des mots, reste invariable au pluriel: _des
vice-amiraux, des vice-présidents_.

=Vice-versâ=, mots latins dont on se sert adverbialement pour signifier
_réciproquement_: _il y a des personnes dont la figure attire et le
caractère repousse, et vice-versâ_.—On prononce _vicé_. (Acad.)

=Vicoter=, vivre petitement, subsister avec peine; ce mot n'est pas
français; dites _vivoter_: _il ne fait que vivoter_. (Wall.)

=Vidange, Vendange=, s. f.—La _vidange_ est l'action de vider;—la
_vendange_ est la récolte du raisin pour faire le vin.

=Vider=, v. a.—_Vider_, c'est faire le vide, c'est rendre vide; ainsi,
_vider son verre_, c'est le boire; c'est donc à tort que quelques
personnes emploient ce mot dans le sens de _verser_; ainsi vous ne
direz pas, _quand j'aurai débouché la bouteille, je vous en viderai un
verre_; dites, _je vous en verserai un verre_. (Wall.)—_Vide, vider_
s'écrivent et se prononcent _vide, vider_ et non _vuide, vuider_.

=Vieil= ou =Vieux=, adj. m., =Vieille=, adj. f.—Lorsque cet adjectif
est employé au masculin après son substantif, on doit toujours se
servir de _vieux_. On dit plus ordinairement _vieil_ devant un
substantif commençant par une voyelle ou une _h_ muette; l'Académie
pourtant donne les exemples: _un vieil homme_ et _un vieux homme_.

2. L'_l_ est mouillée dans _vieil, vieillir_ et dans leurs composés;
mais elle ne l'est pas dans _vielle_, instrument de musique, que l'on
prononce _vièle_.

3. _Vieux_, signifiant avancé en âge; ne dites pas à un enfant: _vous
paraissez plus vieux que votre frère_, puisque ni l'un ni l'autre ne
sont vieux; dites, _vous paraissez plus âgé que votre frère_.

4. Ne dites pas d'un homme âgé, _c'est un vieux_; dites, _c'est un
homme âgé, sur l'âge, un vieillard_ ou _un vieil homme_.

=Vieillard=, s. m., =Vieillesse=, s. f. (_ll_ mouill.)—Ne dites pas
_vieulard, vieulesse_, ni _vièlard, vièlesse_.

=Vieillir=, v. n.—Il suit les mêmes règles pour le choix des
auxiliaires que le verbe _grandir_: voyez ce mot.

=Vif, vive=, adj.—_Je le lui dirai de vive voix_ (_vive_ et non
_vif_), veut dire, _je le lui dirai en parlant, en employant la
parole_, c'est-à-dire, je ne le dirai pas par intermédiaire ou personne
tierce ou par lettre.—Mais si vous vouliez signifier que vous le
diriez _franchement, catégoriquement, formellement_, il faut vous
servir d'une des expressions suivantes: _je le lui dirai nettement,
carrément, franchement, sans détours, en face_.

=Vigne=, _vigneron_: _gn_ est mouillé; ne prononcez donc pas _vine,
vineron_.

=Vignoble=, s. m., territoire planté de vignes; ce mot est masculin:
_un riche vignoble_.

=Vilain, aine=, adj., laid, sale, tout ce qui déplaît à la vue.—_Un
vilain homme_ est un homme dont les mœurs, la conduite sont honteuses;
_un homme vilain_ est un homme laid, ladre, avare.

=Vilenie=, s. f., action basse et vile; prononcez _vilenî_ et non
_vilénie_ ni _vilènie_.

=Ville= (=à la=), =en Ville=.—_A la ville_ signifie _dans la ville_,
par opposition à la campagne; _il a passé l'été dans son château, il
va revenir à la ville_.—_En ville_ se prend par opposition à la
maison qu'on habite: _vous êtes venu pour me voir, j'étais en ville_,
c'est-à-dire, je n'étais pas chez moi.

2. Ne dites donc pas: _il est venu en ville, il a son bureau en ville_;
dites, _à la ville_.

=Villers=, nom propre.—En France, on prononce _Vilère_ et en Belgique
_Vilé_.—_Villerse_ est donc une prononciation qui ne se justifie
aucunement et qui ressemble plutôt à du flamand qu'à du français ou à
du wallon.

=Vin=, s. m.—On dit mieux, _du vin de Bordeaux, de Bourgogne, du
Rhin_, etc., que _du Bordeaux, du Bourgogne, du Rhin_.—On ne dit pas
_du vin de pays_, mais _du vin du pays_.—Voyez _cru_.

=Vingt=, adj. num.—Prononcez _vin_ devant une consonne, excepté si
le mot qui suit _vingt_ est lui-même un nom de nombre: _vingt-deux,
vingt-trois_ (_vinte-deux, vinte-trois_).

2. _Vingt et un_: prononcez _vinté-un_ et non _vinté-iun_.—Voyez
_cent_.

=Violoncelle=, s. m.: voyez _vermicelle_.

=Virus=, s. m., t. de médecine, venin, agent de contagion; prononcez
_viruce_.

=Vis=, s., pièce de bois ou de métal, cannelée en spirale; ce mot est
féminin et se prononce _vice_: _une forte vis_.—Prononcez de même
_tournevis_.

=Vis-à-vis=, loc. prép.—Quoique la plupart des grammairiens
condamnent cette expression employée dans le sens de _envers, à
l'égard_, nous ne pouvons pas nous ranger à leur avis, attendu
qu'un usage, à peu près universel aujourd'hui, nous paraît l'avoir
suffisamment consacrée. Nous dirons donc indifféremment et sans
scrupule: _il est fier vis-à-vis de ses inférieurs ou envers ses
inférieurs_; _il a été ingrat vis-à-vis de moi_ ou _envers moi_.

=Visite=, s. f.—_Rendre visite à quelqu'un_, c'est l'aller visiter,
et _rendre à quelqu'un sa visite_, c'est faire à quelqu'un une visite
après en avoir reçu une de lui. (Acad.)

=Vite=, adj., des deux genres, qui se meut, qui court avec célérité,
avec grande promptitude; il ne se dit que des animaux et de certaines
choses dont le mouvement est rapide: _cheval vite, fort vite, comme le
vent; mouvement très-vite; il a le pouls fort vite; un copiste qui a la
main fort vite_. (Acad.)

2. Les flamands font en général un usage trop fréquent de l'adjectif
_vite_: _vous êtes trop vite_;—il faut dans ce cas employer l'adverbe
et le joindre à un autre verbe que le verbe _être_: par exemple, _vous
allez trop vite, vous me pressez trop_, etc.

3. Ainsi ne dites pas: _vous avez été trop vite à parler_; dites, _vous
avez parlé trop vite_ ou _vous avez été trop prompt à parler, trop
empressé à parler_.

4. _Vite_, adv., avec vitesse.—_Dépêchez-vous vite_ est un
pléonasme vicieux.—_Vitement_, adv., vite: _aller vitement, courez
vitement_:—il est familier. (Acad.)

=Vitre=, s., pièce de verre qui se met à une fenêtre: _carreau de
vitre; il manque là une vitre_; ce mot est féminin.—Prononcez _vitre_
et non _vite_ ni _vitère_.

=Vitrine=, s. f., ne figure pas dans le dictionnaire de l'Académie;
selon Bescherelle, il se dit, dans quelques provinces, du vitrage d'une
boutique.

=Vitriol=, s.—Ce mot est masculin: _du vitriol blanc_.

=Vivat=, s. m., acclamation, applaudissement; il est invariable au
pluriel: _des vivat_.—Prononcez _vivate_. (Acad.)

=Vivre=, v. n.—Ne dites pas: _cette propriété me rapporte assez pour
vivre_; dites, _pour me faire vivre_. (Wall.)

2. Ne dites pas: _vivre sur ses rentes, il vit avec des pommes de
terre_, mais _vivre de ses rentes, il vit de pommes de terre_. (Wall.)

3. _Vivre_, s. m., nourriture: _le vivre et le vêtement_. (Acad.) On
l'emploie surtout au pluriel, et alors il signifie toutes les choses
dont une personne peut se nourrir: _les vivres sont fort chers dans
cette ville; de bons vivres, des vivres frais_.

4. L'_i_ est long dans le substantif _vivre_, tandis qu'il est bref
dans le verbe _vivre_.

=Vlà= ou =V'là=, mauvaise construction de _voilà_.

=Voie= (=en=).—Cette expression qui est toute wallonne et quelquefois
aussi flamande, se traduit de différentes manières suivant le verbe
auquel elle est jointe.

2. _Aller en voie_, s'en aller, se retirer, s'ôter, s'éloigner:
_ôtez-vous de mon soleil; allons-nous-en d'ici_.

3. _Balayer en voie_, balayer: _balayez ces ordures_.

4. _Chasser en voie_, chasser: _la nuit nous chassa_.

5. _Couper en voie_, couper, retrancher, élaguer: _il faut couper
plusieurs branches à cet arbre_.

6. _Courir en voie_, s'enfuir, s'échapper, se sauver.

7. _Envoyer en voie_, envoyer, renvoyer, envoyer promener: _il
m'impatientait à tel point, que j'ai fini par l'envoyer promener_.

8. _Être en voie_, être parti, être sorti, être en voyage, être absent,
n'être plus.

9. _Gratter en voie_, gratter, enlever, ôter, emporter, effacer.

10. _Jeter en voie_, jeter: _c'est un homme d'ordre qui ne jette rien_.

11. _Mener en voie_, emmener: _emmener cet homme, je vous prie_.

12. _Mettre en voie_, ôter, ranger, mettre ailleurs, mettre dehors,
renvoyer.

13. _Porter en voie_, emporter.

14. _Pousser en voie_, pousser de côté, dehors.

15. _Tirer en voie_, ôter: _il y a trop de bois dans le feu, ôtez-en la
moitié_.

16. _Voler en voie_, s'envoler: _il n'y a plus que le nid, les oiseaux
s'en sont envolés_.

=Voilà=, prép.—Ne dites pas: _voilà où que nous en étions; voilà
oùsque, où est-ce que nous en étions_; dites, _voilà où nous en étions_.

=Voile=, s., est féminin, quand il signifie une pièce de toile
très-forte que l'on attache aux mâts des navires, bateaux, etc., pour
recevoir le vent: _il avait tendu ses voiles_.—Dans les autres
acceptions, _voile_ est masculin.

=Voir=, v. a., =Regarder=, v. a.—_Voir_, c'est recevoir les images
des objets; _regarder_, c'est voir avec attention, c'est fixer ses
regards sur un objet;—les yeux s'ouvrent pour _voir_; ils se tournent
pour _regarder_.—Faute de faire cette distinction, les personnes qui
traduisent du flamand, disent, _je vois sur vous_, au lieu de, _je vous
regarde_.

2. _Voir après._—Ne dites pas: _on est allé voir après le médecin_;
dites, _on est allé chercher le médecin_. (Wall.)

3. _Se voir avec._—Ne dites pas: _il ne se voit plus avec ses
parents_; dites, _il ne voit plus ses parents_. (Wall.)

4. _Voir pâle_, pour, _être pâle_, est un flandricisme: _il a donc été
malade, car il est bien pâle_, et non _il voit bien pâle_.

5. Ne dites pas: _je l'ai vu et parlé_; dites, _je l'ai vu et lui ai
parlé_:—_parler_ est un verbe neutre.

6. Ne dites pas avec les petits marchands: _voyez voir, regarder
voir_:—dites simplement, _voyez, regarder_.

7. _En voir_, pour, souffrir, avoir de l'embarras, avoir se donner du
mal, est un vrai wallonnisme; ne dites donc pas: _il en a vu beaucoup
dans sa maladie; il en a bien vu pour gagner son procès_; dites, _il
a souffert beaucoup dans sa maladie; il s'est donné bien du mal pour
gagner son procès_.

8. _En voir de grises_, pour, _souffrir_, est également un expression
wallonne.

9. Il en faut dire autant de _voir quelqu'un volontiers_ pour, _aimer,
estimer quelqu'un_.

10. _Voir goutte, n'y voir goutte_: voyez _goutte_.

=Voire=, adv., signifie, _même_: _tout le monde était de cet avis,
voire monsieur un tel qui n'est jamais de l'avis de personne_.—On
le joint souvent au mot _même_: _ce remède est inutile, voire même
pernicieux_.—_Voire_, dans ce sens, s'écrit avec un _e_ final.
(Acad.)

=Voisin=, _voisinage_: ne prononcez pas _woisin, woisinage_.

=Voix=, s. f.—_Je le lui dirai de vive voix_: voyez _vif_.

=Volage=; adj., qui est changeant et léger: _cœur volage; la jeunesse
est volage_. (Acad.)—Mais il ne s'emploie pas dans le sens de:
_étourdi, dissipé, inattentif_; ne dites donc point: _ce petit garçon
ne peut rien apprendre, il est trop volage_; dites, _il est trop
étourdi_, ou _trop dissipé_, ou _trop inattentif_, selon le sens.

=Vole=, s. f., terme du jeu de cartes pour indiquer que l'un des deux
joueurs fait toutes les mains: _il a fait la vole_.—Ne dites pas
_volte_.

=Volée=, s. f.—Ne dites pas: _on lui a administré une volée_; dites,
_une volée de coups, une volée de coups de bâton_ (c'est-à-dire, _un
grand nombre de coups_).

=Volontaire=, adj., indocile, rétif, entêté, qui prétend faire ce qu'il
veut; c'est donc à tort que certaines personnes emploient ce mot comme
synonyme de _soumis, docile, de bonne volonté_.

=Volume, Tome=: voyez _tome_.

=Vos=, adj. poss. pl.—C'est un grossier wallonnisme de dire: _ah!
vos bavards! ah! vos menteurs!_ Il faut prendre une autre tournure
et dire, par exemple: _ah! bavards que vous êtes, menteurs que vous
êtes!_—Prononcez _vô, nô_ (_ô_ long) et non _vo, no_ (_o_ bref).

=Votre=, adj. poss.; voyez _notre_ et _nos_.

2. Ne commencez pas une lettre par ces mots: _j'ai reçu la vôtre_;
dites, _j'ai reçu votre lettre_, parce que _le mien, le nôtre_, etc.,
supposent un substantif exprimé précédemment.

=Voui=, particule d'affirm.; dites _oui_.

=Vouloir=, v. a., fait _veulent_ à la 3e pers. plur. du prés. de
l'indic., et il faut bien se garder de prononcer _veuillent_ comme au
subjonctif: _il y a des enfants qui veulent être menés par la crainte_.

2. _Veuille, veuillez, veux, voulez_, sont les deux impératifs de
vouloir:—_veuille_ et _veuillez_ sont moins énergiques, moins absolus
que _veux, voulez_;—_veuille_, (et _veuillez_) signifie, aie la
bonté, la complaisance;—_veux_ (et _voulez_) signifie, aie la force,
le courage, le caractère: _veux bien et tu arriveras; voulez une bonne
fois et vous remporterez la victoire; veuillez m'écrire et je vous
répondrai_.

3. Lorsqu'on consulte quelqu'un sur ce que l'on doit faire, il est
ridicule de dire: _veux-je faire telle chose?_ il faut dire, _dois-je
faire, faut-il faire telle chose, voulez-vous que je fasse telle
chose:—faut-il vous aider?_

4. Après le conditionnel, _je voudrais, nous voudrions, j'aurais
voulu_, etc., employez l'imparfait et le plus-que-parfait du subjonctif
et non le conditionnel: _je voudrais que vous vinssiez tel jour;
j'aurais voulu que vous eussiez fait telle chose_, et non, _que vous
viendriez, que vous auriez fait..._

5. Ne dites pas: _faites comme vous voulez, ce sera toujours bien_;
dites, _faites comme vous voudrez..._: le futur est plus poli en ce
qu'il laisse une plus grande latitude.

6. Ne dites pas: _voulons-nous faire une promenade?_ dites,
_voulez-vous faire une promenade?_—Il va sans dire que celui qui
propose est toujours censé _vouloir_.—Voyez _plaire_.

7. Ne dites pas: _retirez-vous, je ne vous veux pas_: dites, _je ne
veux pas de vous_.

=Vous.=—Ne dites pas: _partez sur-le-champ pour vous revenir de bonne
heure_; dites, _... pour revenir de bonne heure_.

=Voyage=, _voyelle_: prononcez _voi-iage, voi-ielle_ et non _voi-age,
voi-elle_ ni _vo-iage, vo-ielle_.

=Vrai, pas vrai?= pour dire, _n'ai-je pas raison?_—cette phrase est
vicieuse; dites, _n'est-il pas vrai?_

=Vuit=, mauvaise prononciation du mot _huit_.



  W


=Wagon= ou =Waggon=, s. m., sorte de voiture employée au chemin de fer:
prononcez _ouagon_; plusieurs prononcent et écrivent _vagon_.

=Wallon, onne=, s. et adj.—Prononcez _oualon_.

=Wallonnisme=, s. m.: voyez _idiotisme_.

=Whig=, s. m., nom d'un parti politique en Angleterre: _les whigs sont
opposés aux torys_.—Prononcez _ouigue_.

=Wiskey=, s. m., sorte d'eau-de-vie de grain: on prononce _ouiski_.

=Wiski=, s. m., sorte de cabriolet léger et très-élevé: prononcez
_ouiski_.

=Whist=, s. m., sorte de jeu de carte: on prononce _ouiste_ et non
_ouisse_.—Quelques-uns disent _wisk_, qu'on prononce _ouiske_. (Acad.)



  X


=X.=—On doit beaucoup exercer les enfants wallons à bien prononcer
cette lettre; nous avons toujours remarqué en effet qu'ils en viennent
difficilement à bout; et cela se conçoit très-bien quand on pense que
cette lettre ne figure généralement dans le wallon que sous la forme
d'une _s_ ou d'un _k_.

=Xh.=—Dans certains noms propres d'hommes ou de lieux de notre
pays l'_h_ est précédée d'une _x_, laquelle rend l'aspiration plus
forte: _Xhovémont, Xhavée, Xhoris, Xhendremael, Fexhe, Xhardé,
Xheneumont_, etc.—Il faut conserver à ces mots la prononciation
reçue dans le pays, en aspirant fortement l'_h_ et en ne tenant aucun
compte de l'_x_.—Les étrangers et certains gallomanes s'obstinent
maladroitement à vouloir prononcer ces mots à la française et disent
imperturbablement _Xovément, Xavée, Xoris, Xendremael, Fexe_, etc. ou
_Covèmont, Cavée, Coris, Quendremael, Fèke_... C'est manquer à la
grande règle de prononciation, qui veut que l'on conserve aux noms
étrangers leur prononciation locale.



  Y


=Y.=—Nous pensons que d'ici à peu de temps l'_y_ doit disparaître de
tous les mots _français_ où il peut être remplacé par _i_ sans nuire
à la prononciation. Ainsi on écrit aujourd'hui _Tournai, Courtrai,
Remi, faïence, païen_, etc., de préférence à _Tournay, Courtray, Remy,
fayence, payen_.—Nous conviendrons pourtant que pour _Barthélemi_,
les auteurs abandonnent plus difficilement la vieille orthographe, et
que plusieurs continuent à écrire _Barthélemy_.—Quant à nous, il nous
paraît que, pour rester logique, il faut également faire disparaître
cet _y_ et écrire _Barthélemi_.

2. Ne dites pas: _mène-moi-z-y; promène-toi-z-y en attendant_;
dites, _mène-moi dans ce lieu, dans cet endroit_ ou _veuille m'y
mener_;—_promène-toi là_ ou _dans ce lieu_.

3. Aujourd'hui on ne met plus de tréma sur l'_y_.

=Yacht=, s. m., petit bâtiment à voiles et à rames, qui sert pour la
promenade. Prononcez _iake_, et l'_y_ est aspiré: _les yachts sont
forts communs en Hollande et en Angleterre_ (_lè-yaques_ et non _lè
z'iaques_.) (Acad.)

=Yankee=, s. et adj., sobriquet des Américains: prononcez _ian'ki_.

=Yatagan=, s. m., sorte de poignard turc: l'_y_ est aspiré.

=Yeux=, s. m. pl.: _entre quatre-z-yeux_: voyez _quatre_.

2. _Œil bleu, yeux bleus_, pour, _œil poché, yeux pochés_, est une
expression flamande.

3. _Yeux_: prononcez _ieu_ et non _jeu_.

=Yole=, s. f., sorte de petit canot léger: prononcez _iole_ (_i_
aspiré).



  Z


=Z.=—Évitez de prononcer la finale _z_ ou _ze_ comme _ce_: prononcez
_gaz, on-ze, dou-ze, trei-ze_, etc., et non _gace, once, douce, treice_.

=Zéro=, s. m.—On dit souvent _zéro en chiffre_, pour dire un homme,
une chose sans valeur; c'est une faute et il faut dire: _zéro sans
chiffres_.

=Zest=, interj., pour se moquer: _il se vante de faire telle chose,
zest!_—Prononcez le _t_, _zeste_ et non _zesse_.

2. _Zest_, s. m.—Il n'est usité que dans cette locution proverbiale
et familière; _être entre le zist et le zest_, qui se dit d'une
personne fort incertaine sur le parti qu'elle doit prendre ou d'une
chose qui n'est ni bonne ni mauvaise.—Prononcez le _t_ dans _zist_ et
dans _zest_. (Acad.)

3. _Zeste_, s. m.—Espèce de cloison, de séparation membraneuse qui
divise en quatre l'intérieur d'une noix: _le zeste d'une noix_.

=Zigzag=, s. m., ligne formant des angles aigus; le pluriel est
_zigzags_.—Prononcez les _g_ durs.

=Zinc=, s. m., métal d'un blanc bleuâtre;—_zinguer_, couvrir
de _zinc_;—_zingueur_, ouvrier qui travaille le zinc:—on dit
également, mais moins souvent quoique plus régulièrement, _zinquer,
zinqueur_.

=Zizanie=, s. f., ivraie, mauvaise graine qui vient parmi le bon grain;
il n'est plus en usage au propre. Au figuré, il signifie désunion,
mésintelligence: _ils étaient bien unis, quelqu'un a semé la zizanie
parmi eux, entre eux_.—Écrivez et prononcez _zizanie_ et non
_sizanie_.

=Zollverein=, association douanière en Allemagne: prononcez,
_tsol-fe-reine_ (à l'allemande) et mieux _zol-verène_.

=Zone=, s. f., (_o_ sans accent circonflexe), chacune des cinq
divisions de la terre, entres les pôles. Prononcez _zône_ (_ô_ long).

=Zoologie=, s. f., science qui a pour objet les animaux.—Ne
dites pas: _avez-vous été voir la zoologie d'Anvers?_ dites, _le
jardin zoologique_.—Quant à cette dernière expression, _jardin
zoologique_, nous ne voyons pas, malgré l'opinion de certains
grammairiens, ce qu'elle peut avoir de répréhensible; ne dit-on pas
_jardin botanique_?—Au reste, par quel autre mot voudrait-on la
remplacer: _jardin botanique, jardin des plantes, jardin-ménagerie,
jardin-muséum_? Mais un _jardin botanique_ a pour objet la culture
des plantes, exclusivement, comme son nom l'indique;—un _jardin des
plantes_ n'est qu'un jardin botanique, si l'on s'en tient à la valeur
des termes; et si le _jardin des plantes de Paris_ est en même temps un
_jardin zoologique_, ce n'est pas à coup sûr sa dénomination qui nous
l'apprend;—_un jardin-muséum_? mais quel _muséum_ renferme-t-il? on
ferait bien de le dire;—quant à _jardin-ménagerie_, nous n'avons rien
à en dire, quoique pourtant, de tous les mots précédents, c'est celui
qui nous paraît rendre le mieux la chose; mais après tout, ce terme
nous semble peu convenable et d'une composition peu heureuse, outre
qu'il n'est nullement prouvé qu'il ait été mieux accueilli et qu'il
soit d'un plus fréquent usage que _jardin zoologique_.


  FIN.


   *       *       *       *       *


    Modifications:

    En plus des erreurs signalées par l'auteur (voir Errata)
    et des erreurs typographiques évidentes, les corrections
    suivantes ont été apportées.

    Page   2 =Abasourdi= remplacé par =Abasourdir=.
    Page  59 =Carte=: «s. m.» remplacé par «s. f.»
    Page  68 =Cher, Chère=: «ai» inséré (_je les ai payées cher_).
    Page  83 =Consanguin, ine=: «s. f.» remplacé par «s.»
    Page  96 =Cric=: «s. f.» remplacé par «s. m.»
    Page 101 =Daim=: «s. f.» par «s. m.»
    Page 170 =Fièvre=: «s. m.» par «s. f.»
    Page 174 =Fleur d'orange=: «dût» par «peut» (on peut dire _fleur
               d'oranger_).
    Page 209 =Hardi=: astérisque ajoutée.
    Page 210 =Hasard=, 3. _Hasarder_: numéro inséré.
    Page 222 =Igname=: «_ignée-ée_» remplacé par «_igné, ée_».
    Page 262 =Limace=: «rempant» par «rampant» (mollusque rampant,
               sans coquille)
    Page 271 =Lune=: «s. m.» remplacé par «s. f.»
    Page 301 =Miniature=: «s. m.» par «s. f.»
    Page 310 =Moucher=: après item nº 3, inséré item nº 4 qui
               se trouvait à la page 390 (sous =Promener=)
               dans l'original.
    Page 310 =Mouron=: «s. f.» remplacé par «s. m.»
    Page 333 =Oue=, 2. _Ouer, ouir, ouet_: «ouir» remplacé par
               «jouir» (_jouir_, _jouet_, _alouette_).
    Page 352 =Peine=, 2. _Avoir de la peine_: «de peine» inséré
               (_il aura beaucoup de peine à gagner son procès_).
    Page 353 =Pelure=: «s. m.» remplacé par «s. f.»
    Page 356 =Perfection=: «s. m.» par «s. f.»
    Page 358 =Perte=: «s. m.» par «s. f.»
    Page 385 =Près de=, 2.: paragraphe situé sous =Prescience=
               dans l'original.
    Page 438 = Savoir, Pouvoir=, 7. Ne dites pas non plus: «vous»
               inséré (_ce que vous devez_ ou _devriez faire_).
    Page 439 =Sceau=: «s. f.» remplacé par «s. m.»
    Page 492 =Tulle =: «s. f.»  par «s. m.»
    Page 496 =Us=: «est» inséré (il est presque toujours joint).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Dictionnaire du bon langage" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home