Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Fierabras
Author: Bagnyon, Jehan
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Fierabras" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



Fierabras

[Illustration]

Saint pol docteur de verité nous dit que toutes choses reduites par
escript sont a nostre doctrine escriptes. Et boece fait mencion que
diversement le salut d'ung chascun procede. Puis que ainsi est que la
foy crestienne est assez par les docteurs de sainte eglise corroboree
neantmoins les choses passees diversement a memoire reduites nous
engendrent correction de vie illicite. car les ouvrages des anciens sont
pour nous rendre a vivre en operacion digne de salut en ensuyvant les
bons et en evitant les mauvais/ et aussi en racontant hystoires
haultaines l'entendement commun est mieulx content a retenir pour
l'ymaginacion localle a laquelle il est soubmis. Je dy cecy voulentiers/
car souventesfoys j'ay esté exité de la part de venerable homme messire
henry bolomier chanoine de lausanne pour reduire a son plaisir aucunes
hystoires tant en latin comme en rommant et en autre façon escriptes/
c'estassavoir de celluy trespuissant vertueulx et noble charles le grant
roy de france et empereur de romme filz du grant roy pepin/ et de ses
princes et barons. comme rolant. olivier et autres tant touchant aucunes
oeuvres haultaines par leur grant force et tresardant couraige a
l'exaltacion de la foy chrestiene faites et a la confusion des sarrazins
et mescreans qui est oeuvre bien contemplative a bien vivre. Et pource
que ledit henry bolomier a veu ceste matiere desjoincte sans grant
ordonnance a sa requeste et selon la capacité de mon petit engin et
entendement et selon la matiere que j'en ay peu trouvé j'ay ordonné
celluy livre et peult estre que je eusse esté bien informé a plain que
j'eusse bien mieulx fait. car je n'ay eu intencion de deduire la matiere
que je n'en aie esté informé premierement/ tant par ung livre autentique
qui se dit mirouer historial. comme par les cronicques et aucuns aultres
livres qui font mencion de l'oeuvre suyvant. Et a cause que je puisse
avoir ung petit de fondement honnorable je toucheray du premier roy de
france crestien. Car communement cestuy livre est tout comprins a
l'onneur des françoys et au prouffit d'ung chascun. Et selon le desir du
liseur et de l'escouteur on trouvera assez a plain la matiere de
laquelle on aura desir d'escouter et de oyr sans grant attediacion au
plasir de dieu/ auquel je submetz toute mon intencion de non escripre
chose qui se doie blasmer et qui ne soit a chascun adjutoyre de
saulvement.



Cy commencent les tiltres des chapitres de l'oeuvre suyvamment nombrés
pour trouver plus legierement la matiere dedans comprinse.


Premierement le premier livre contient troys parties par les chapitres
après declairez

La premiere partie du premier livre contient cinq chapitres et parle du
commencement de france et du roy clovys.


Des roys de france payens jusques au roy Clovys premier roy de france
crestien. Le premier chapitre.

Comment le roy clovys payen eut a femme la noble clotildis fille du roy
de bourgoigne et assez merveilleusement. Le .ii. chapitre.

Comment le roy fut admonnesté de la royne clotildis affectueusement
qu'il deust croire en la foy crestienne et autres matieres. Le .iii.
chapitre.

Comment le roy clovys fut victorieux de ses ennemis pource qu'il creut
en jesucrist. Le .iiii. chapitre.

Comment le roy fut baptisé par saint remy/ et en son baptesme fut
apportee miraculeusement la sainte ampoule par l'ange de paradis dont
après tous les roys de france sont oingtz en leur consecracion a reins.
Le .v. chapitre.


La seconde du premier livre contient cincq chapitres et parle du
commencement du roy Pepin et de charlemaigne son filz.


Comment Pepin par sa prudence fut esleu roy de france quant la lignee de
clovys faillit en succession. Le premier chapitre.

Du roy charles après qu'il eut fait beaucoup de constitucions avec le
pape Adrien et comment il fut fait empereur de romme. Le .ii. chapitre.

De la corpulance du roy charles et de la maniere de son vivre. Le .iii.
chapitre.

A quoy le roy charles et ses enfans filz et filles estoient dediqués. Le
.iiii. chapitre.

De l'estude du roy charles et de son vivre et oeuvres caritatives et
autres matieres. Le .v. chapitre.


La tierce partie du premier livre contient trois chapitres et parle
comment par revelacion divine charles delivra la terre hors de la main
des mescreans.


Comment le patriarche iherosolimitan manda a charles qu'il luy donnast
secours après qu'il fut degetté par les turcz. Le premier chapitre.

Comment charles avec grant compaignie s'en alla conquester la terre
sainte et plusieurs matieres. Le .ii. chapitre.

Des reliques que l'empereur charles apporta de constantinoble et de la
terre sainte et des miracles qui y furent faitz. Le .iii. chapitre.

Cy après commencent les tiltres du second livre qui contient troys
parties suyvamment desclarees.


La premiere partie du second livre contient .xvi. chapitres et parle de
la bataille qui fut faite entre olivier et fierabras ung merveilleux
geant.


Comment en ung lieu qui se disoit mormionde charles se tenoit suyvant
guerre contre les paiens après ung petit de prologue. Le premier
chapitre.

De fierabras comment il vint exiter l'excercite de charles. Le .ii.
chapitre.

Comment Richard duc de normandie dist a l'empereur quel homme estoyt
fierabras. Le .iii. chapitre.

La responce que fist Rolant a l'empereur charles son oncle trop subite
et qu'il en fut. Le .iiii. chapitre.

Comment le roy charles et rolant sont par l'acteur reprins et excusez
aulcunement sur le debat devant dit. Le .v. chapitre.

Comment Olivier fut disposé de combattre fierabras nonobstant qu'il
estoit navré après plusieurs parolles Le .vi. chapitre.

Comment Olivier fut detenu par son pere Regnier qu'il n'alast combatre
contre le geant requerant charles dont force fust qu'il y alast. Le
.vii. chapitre.

Comment Olivier parla premierement a Fierabras qui ne tenoit compte de
luy avecques aultres disputations. Le .viii. chapitre.

Comment après plusieurs disputacions olivier aida a armez fierabras et
des neuf espees merveilleuses et comment olivier se nomma par son nom.
Le .ix. chapitre.

Comment olivier et fierabras commencerent a batailler et de la priere de
charles pour olivier et aultres matieres. Le .x. chapitre.

Comment olivier fist priere a dieu quant il se sentit navré. Le .xi.
chapitre.

Comment après grande bataille Olivier print le baulme et en beut a son
aise et puis après qu'il en fist et aussi comment il se trouva a terre
quant son cheval fut occis. Le .xii. chapitre.

Comment olivier et fierabras bataillerent ensemble a pié moult
merveilleusement et la priere que charles fist pour olivier. Le .xiii.
chapitre.

Comment en ceste bataille fierabras fut vaincu par olivier après qu'il
eut recouvré une des espees de fierabras. Le .xiiii. chapitre.

Comment fierabras vaincu creut en dieu et comment fut porté par olivier
et comment olivier fut assailli des sarrazins et tormenté. Le .xv.
chapitre.

Comment olivier fut prins et bendé les yeulx affin qu'il ne peust estre
secouru par les françoys. Le .xvi. chapitre.


La seconde partie du second livre contient .xvii. chapitres. et parle du
torment des pers et barons de france. et comment ceulx qui ne furent
point prins allerent parler a balam l'admiral.


Comment fierabras fut trouvé par l'empereur charles. et puis après
baptisé et guery de ses playes. Le premier chapitre.

Comment olivier et ses compaignons furent presentez a Balam l'admiral et
cruellement passionnez de prison. Le .ii. chapitre.

De la prison ou les françoys furent logez. et comment ilz furent visitez
par la belle floripes fille de l'admiral et de la beaulté d'elle. Le
.iii. chapitre.

Comment les françoys furent mys hors de la prison et visitez par la
noble floripes et de la beaulté de sa chambre. Le .iiii. chapitre.

Comment le roy charles manda a Balam l'admiral sept pers de france qui
n'y vouloyent pas aller. Le .v. chapitre.

Comment aussi l'admiral Balam transmettoyt quinze roys sarrazins a
charles pour ravoir fierabras. lesquelz furent rencontrés par les pers
de france et mys a mort. Le .vi. chapitre.

Du pont merveilleux de mantrible. et du tribut qu'il y falloit paier
pour le passage. et comment a belles parolles les françoys passerent
oultre. Le .vii. chapitre.

Comment les barons de france vindrent parler a l'admiral et quelz
messaiges ilz firent. Le .viii. chapitre.

Comment par le moyen de floripes tous les françoys furent saulvez et
logés ensemble congneuz de par elle et araisonnez et les reliques
monstrees devant eulx et aultres matieres. Le .ix. chapitre.

Comment lucafer nepveu de l'admiral violentement entra en la chambre et
après fut confus et occis par le duc naymes en souflant le charbon. Le
.x. chapitre.

Comment par le conseil de floripes les françoys deslogerent l'admiral de
son palays moult fort a grant bataille. et comment par enchantement une
seinture fut prinse a la fille et qu'il en fut. Le .xi. chapitre.

Comment les barons furent assiegez en celle tour avec floripes et ses
pucelles qui souffrirent grant fain. et comment les dieux par eulx
furent confondus. Le .xii. chapitre.

Comment les pers de france vindrent hors de la tour et grant bataille
firent en laquelle ilz rencontrerent vingt sommiers chargés de viandes.
Le .xiii. chapitre.

Comment Guy de bourgoigne fut prins des sarrazins. batu villainement et
interrogué de l'admiral. et les plaintes que Floripes fist pour luy et
aultres matieres. Le .xiiii. chapitre.

Comment les payens proposerent de pendre Guy de bourgoigne voyans les
françoys qui le secoururent puissamment. Le .xv. chapitre.

Comment les pers de france devantditz furent despourveuz de vivres. et
restaurez et puis assiegez et combatus par les payens. Le .xvi.
chapitre.

Comment la tour fut escartellee par enchantement. et les françoys furent
en grant peril de mort et restaurez par ung assault qu'ilz firent sur
les payens. Le .xvii. chapitre.


Cy après sont les tiltres des chapitres de la tierce partie du second
livre et est divisee en .xvi. chapitres. et parle comme les barons de
france furens secourus et les payens confondus et dechassez.


Du movement des pers de france pour aller denoncer leurs affaires au roy
charles et comment richard de normandie si ordonna pour y aller. Le
premier chapitre.

Comment après que richard fut party le roy clarion trespuissant courut
après luy lequel fut occis par ledit richard valeureusement et autres
matieres. Le .ii. chapitre.

Comment le cheval de richard vint passer par l'excercite de l'admiral et
fut veu et congneu des pers de france tant qu'ilz se pensoyent qu'il fut
mort. et comment le pont de mantrible fut gardé. Le .iii. chapitre.

Comment richard de normandie passa la riviere de flagot miraculeusement
moyennant ung cerf blanc qui se trouva devant luy. Le .iiii. chapitre.

Comment charles fut en propos de s'en retourner sans aller plus avant
par le conseil de ganellon traistre et aultres ses compaignons. Le .v.
chapitre.

Comment après la complainte de charles richard de normandie vint a luy
qui luy raconta les affaires des pers de france et qu'il en fut. Le .vi.
chapitre.

Comment par le moyen et conseil de richard de normandie avecques troys
aultres barons le fort pont de mantrible fut gaigné non pas sans peine
et quel homme estoit Gallafre. Le .vii. chapitre.

Comment par force de mortalité et de bataille charles entra a mantrible
après que gallafre fut mort nonobstant que ganellon traistre luy vouloit
estre contraire et plusieurs aultres matieres. Le .viii. chapitre.

Comment Amiote geante a tout une faulx fit grant devoyr contre les
crestiens et ses deux filz furent baptisez et de l'admiral Ballant quant
il ouyt les nouvelles. Le .ix. chapitre.

Comment les pers de france furent asaillis plus fort que jamais et la
tour quasi mise par terre et reconfortés par les saintes reliques par
eulx adorees et aultres matieres. Le .x. chapitre.

Comment les françoys prindrent nouvelles de l'ost de charles et
l'admiral aussi comment ganellon se porta merveilleusement quant seul
fut envoyé et qu'il fit. Le .xi. chapitre.

Comment charles ordonna .x. batailles et comment ilz firent et comment
ilz furent rencontrés de la puissance de l'admiral ou l'empereur fit
merveilles et aultres matieres. Le .xii. chapitre.

Comment en ceste bataille suyvant sortibrant fut occis par regnier pere
d'olivier et après l'admiral fist merveilles et grant ennuy aux
françoys. Le .xiii. chapitre.

Comment les pers de france qui estoyent en la tour vindrent hors quant
ilz veyrent l'ost et adonc fut prins l'admiral et detenu prisonnier. Le
.xiiii. chapitre.

Comment ballant pour admonicion que on luy fist ne se voulut baptiser
mais fut occis et floripes baptisee. et puis espousee par guy de
bourgoigne et couronee royne et Guy couronné roy d'icelle contree. Le
.xv. chapitre.

Comment floripes donna les reliques a l'empereur. et comment elles
furent esprouvees muraculeusement. et du retour de charles et fin de ce
livre. Le .xvi. chapitre.


En après commence le tiers livre qui contient deux parties divisees par
chapitres suyvamment declairez.

La premiere partie du tiers livre contient .xiiii. chapitres. et parle
des guerres faittes en espaigne et des deux geans merveilleux.


Comment saint jaques apparut a charles et comment moyennent la conduite
des estoilles il alla en galice et quelles cités il subjuga. Le premier
chapitre.

Des cités acquises en espaigne par charles et comment aulcunes parties
luy furent mauldites. Le .ii. chapitre.

De la grande ydole qui estoit en une cité qu'on ne povoit abatre et des
signes et condicions d'elle Le .iii. chapitre.

De l'eglise monseigneur saint jaques de galice et des aultres. Le .iiii.
chapitre.

Comment après que Aigolant le geant eut prins espaigne et mys a mort les
crestiens charles le recouvra et aultres matieres. Le .v. chapitre.

Comment aigolant manda a charles qu'il venist a luy a peu de gens
feablement pour faire juste guerre. et comment charles en abit dissimulé
parla a luy et autres matieres. Le .vi. chapitre.

Comment charles accompaigné de plusieurs gens retourna au lieu devant
dit. et print la cité de agennes et aultres matieres. Le .vii. chapitre.

Des operacions vertueuses que charles fit quant il fut retourné en
france. et quelz barons il avoit en sa compaignie et de leur grant
puissance. Le .viii. chapitre.

Des tresves de charles et D'aigolant et de la mort de ses gens et
pourquoy Aigolant ne se baptisa. Le .ix. chapitre.

De la mort d'aigolant et de ses gens et comment plusieurs crestiens
furent mors par concupiscence d'argent. et des crestiens mors
miraculeusement. Le .x. chapitre.

De ferragus geant merveilleux comment il emportoit les barons de france
sans dangier. et comment après rolant batailla contre luy. Le .xi.
chapitre.

Comment le lendemain rolant et ferragus bataillerent et disputerent de
la foy et par quel moyen ferragus fut occis par rolant. Le .xii.
chapitre.

Comment le roy charles alla a corduble ou le roy du lieu et le roy de
cibille l'attendoyent et de leur destruction. Le .xiii. chapitre.

Comment l'eglise de saint jaques fut sacree par l'arcevesque turpin et
les eglises d'espaigne subjectes a elle et des eglises principales. Le
.xiiii. chapitre.


La seconde partie du tiers livre contient dix chapitres. et parle de la
traison faicte par ganellon et de la mort des pers de france.


Comment la trahison fut composee par ganellon de la mort des crestiens
et comment ganellon est reprins par l'acteur Le premier chapitre.

De la mort du roy marfurius et comment rolant fut navré de quatre lances
mortellement après que toutes ses gens furent mortz. Le .ii. chapitre.

Comment rolant mourut saintement après plusieurs matieres et oraisons
faites a dieu moult devotes et la complainte faite sur son espee
durandal. Le .iii. chapitre.

De la vision de la mort de rolant et de la douleur de charles. et
comment il fut de luy complaint piteusement et aultres matieres. Le
.iiii. chapitre.

Comment on trouva olivier escorché et de la mort des sarrazins et de la
mort de ganellon hideuse. Le .v. chapitre.

Comment après les choses dessusdictes charles rendit graces et louenge a
dieu et a saint denis et des constitucions qu'il fit en france. Le .vi.
chapitre.

Comment charles alla en alemaigne ou il mourut saintement. et de sa mort
denoncee a turpin arcevesque et ensevely imperialement Le .vii.
chapitre.

La capitulacion de l'oeuvre aulcunement faicte. Le .viii. chapitre.

L'excusation du facteur Le dernier chapitre.



Des roys de france payens jusques au roy Clovys premier roy de france
crestien.

Le premier chapitre.


Comme on list es histoires des troyens après la destruction de troye il
eut ung roy moult noble qui se disoit Francus. lequel estoit compaignon
de Eneas. lequel quant il se partit de troye il s'en vint en la region
de france et commença a regner en grant prosperité et pour la grant
felicité de son nom il fist composer une cité a laquelle il mist nom
france. et puis ensuivant toute la region fut appellee france. et puis
quant france fut exaulcee et reduite a majesté royalle priamus fut le
premier qui regna sur les françoys .v. ans. Le .ii. marcurius .xxxiii.
ans Le .iii. pharamondus .xi. ans. Le .iiii. clodius .xviii. ans Le .v.
Meroneus .x. ans L'autre hildericus .xvii. ans. Et le .vii. fut
clodoneus le premier roy crestien. lequel regna sur les françoys après
l'incarnacion de nostreseigneur .cccc.lxxxiiii. ans duquel j'entens a
faire ung petit de mencion sur la conversacion miraculeuse



Comment le roy clovys eut a femme la belle et noble clotildis fille du
roy de bourgoigne

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


En celluy temps estoit roy des bourguignons guidengus. lequel avoit
quatre filz de grant eage. dont le premier avoit nom agabondus qui
succeda au royulme: et occist de glayve ung sien frere ja marié nommé
Hispericus qui avoit deux belles filles. et fist noyer sa femme. Et
l'ancienne fille qui avoit nom Trosne bannit de son pays. et l'envoya en
habit dissimulé l'autre avoit nom Clotildis et ceste retint pour sa
beaulté avecques luy en sa maison. Durant cecy le roy clovys payen et
qui ne croit avecques ses subjectz sinon es ydoles. souventesfoys pour
ses affaires envoioit ses messagiers en bourgoigne. Clotildis ceste
belle et noble pucelle souventesfoys veue des messagiers du roy clovys
et regardee moult affectuesement. et pour sa beaulté discrecion les
messagiers du roy clovys la luy notifierent et quant cestuy roy fut
assez informé de la beauté et sagesse de ceste belle pucelle crestienne
il fut moult curieulx de transmettre ses heraultz a agabondus l'oncle de
ceste fille pour l'avoir en mariage. Durant ces jours le roy clovys
avoit avecques luy ung subtil homme qui se disoit aurelianus. lequel du
commandement du roy s'en vint la ou estoit ceste fille et se mist en
habit moult povre et dissimulé. et ses bons habitz il laissa a ses
compaignons au boys et vint moult saintement devant la mere eglise de
celluy lieu le jour d'une bonne feste et se mist ou millieu des povres
pour recepvoir l'aumosne. Quant l'office fut acomply ceste fille
clotildis selon qu'elle avoit de costume au partir de l'eglise commença
a donner l'aumosne aux povres. Quant elle vint a aurelianus elle luy
donna en la main une piece d'or. et celluy comme bien content baisa la
main de la dame. Quant ceste dame fust en sa chambre elle commença a
penser a celluy povre qui luy avoit baisé la main et le transmist querre
par sa servante. Quant il le sceut il vint a elle joyeusement et portoit
en sa main l'aneau du roy clovys. et humblement se tint devant elle La
fille luy commença a dire. Dy moy pourquoy tu dissimules les pouvres
aurelianus respondit. madame saichez pour verité que je suis messagier
du noble roy clovys roy de france qui m'a envoyé a vous. lequel informé
de vostre beaulté et sagesse vous veult avoir a femme pour estre royne.
et luy presenta l'aneau du roy clovys. Laquelle le print et le mist au
tresor de Agabondus son oncle. et dist au messagier qu'elle rendoit
salut au roy: en luy exposant qu'il n'estoit pas chose licite a ung
payen d'avoir a femme une crestienne toutesfois celluy la pria que de
tout cecy ne dist mot et qu'elle ne voulsist faire sinon comme le roy
vouloit. et sur ce point aurelianus le vint denoncer au roy. Purquoy le
roy clovys l'an ensuivant envoya son messagier aurelianus a Agabondus
oncle de clotildis pour l'avoir a femme. quant agabondus sceut
l'intencion du roy clovys. il respondit au messagier. Dy hardiment a ton
sire qu'il pert bien sa peine de vouloir avoir ma niepce a femme. mais
les bourgoignons saiges conseilliers redoubtans la puissance du roy
clovys par bon conseil deliberé ilz cercherent bien les tresors de
agabondus leur roy et ilz vont trouver l'aneau du roy clovys que
clotildis y avoit mis qui estoit escript et pourtrait de son ymage. si
alerent conclure a parfaire la voulenté du roy clovys. et sur ce point
agabondus furieux et plain de ire delivra la belle clotildis a
aurelianus et la mena avec ses gens et grant joye au roy clovys son
seigneur. lequel eut plaisir de veoir celle belle fille et a grant
solemnité par maniere royalle l'espousa selon la coustume de la loy.



Comment le roy clovys fut admonnesté de la royne clotildis
affectueusement qu'il deust croire en la foy crestienne et autres
matieres

Le .iii. chapitre.


La nuyt des nopces a l'eure que le roy et la royne devoyent dormir
ensemble clotildis embrasee de l'amour de dieu par grant congnoissance
de jhesus nostre seigneur alla dire au roy. Mon treschier seigneur je te
requiers qu'il te plaise moy ottroyer une petite demande devant que
j'entre au lit avec toy. le roy dist demande ce que tu vouldras. car
j'en suis bien content. Clotildis luy dist. Premierement je te demande
et requiers et si te admoneste que tu vueilles croire au dieu des cieulx
pere tout puissant celluy qui fist le ciel et la terre et qui t'a creé.
et en jhesucrist son filz le roy des roys qui par sa passion t'a
racheté. et au saint esperit confirmateur et illuminateur de toutes
bonnes operacions procedant du pere et du filz devantditz et sainte
trinité en une seule essence a qui on doit tout honneur et toute creance
Croy en celle sainte eglise et laisse tes ydoles. faites des hommes. et
qui riens ne valent et pense de restaurer les saintes eglises que tu as
fait brusler. Secondement je te requiers que tu vueilles demander ma
part et porcion des biens de mon pere et de ma mere a Agabondus mon
oncle lesquelz il fist mourir faulcement et sans occasion. mais la
vengence je laisse a dieu. Quant elle eut ce dit le roy respondit. Tu
m'as demandé ung point et passaige qui m'est trop difficile a toy
ottroyer que je renonce a mes dieux par lesquelz je me gouverne pour
adorer ton seul dieu duquel tu m'as parlé. Demande moy autre chose. et
de tresbon cueur je le feray. Clotildis respondit. tant qu'il m'est
possible de requerir je te supplie que tu vueilles adorer le dieu du
ciel le formateur de tout a qui seul on doit adoracion. Le roy pour lors
n'en fist autre responce. mais transmist tantost Aurelien son facteur a
Agabondus pour avoir les biens de la royne Clotildis. Et quant Aurelien
eut fait son messaige Agabondus remply de grant ire respondit au
messagier qu'il auroit aussitost tout son royaulme que riens de luy.
Pour celle cause Aurelien luy dist. Le roy clovys mon maistre te mande
par moy que tu luy faces responce sur ma demande. autrement il sera mal
content. Adonc les bourguignons tindrent conseil et dirent a Agabondus
leur roy. Sire roy donnez a vostre niepce de voz biens selon ce que
raison veult. car il est droit. et si congnoissons que ainsi le debvez
faire. et prenez plaisir d'avoir bonnes aliances avec le roy Clovys et
avec toutes ses gens a celle fin qu'ilz ne nous courent dessus. car
celluy peuple est austere et furieux. et que pis est sans avoir memoire
de dieu. Et sur ce point Agabondus contraint au conseil des bourguignons
ses gens donnerent ung grant partie de son tresor a Aurelien messagier
du roy Clovys. Et peu de temps après le noble roy clovys en visitant son
royaulme la royne Clotildis fut enseinte d'enfant. et fit ung filz
lequel elle vouloit baptiser tous les jours requerant le roy qu'il
voulsist croire ainsi comme dessus est dit. mais il n'en vouloit riens
ouyr parler ne faire Quant cestuy filz fut baptisé tantost après il
expira et fut mort dont le roy fut mal content et dist a la royne. Se tu
l'eussez donné et dedicqué a mes dieux il fut vif. La royne respondit
pour ceste cause je ne suis rien perturbee en mon couraige/ mais rens
graces et louenge a dieu mon createur quant il m'a fait si digne qu'il
luy a pleu de prendre en son royaulme le premier fruyt de mon ventre.
après l'an ensuyvant elle eut de rechief ung aultre filz nommé
Lodomitus. lequel quant il fut baptisé il fut malade si fort que on
cuidoit qu'il deust mourir. Et quant le roy le vit ainsi languir tresmal
content dist a la royne. Et comment il n'en sera point aultrement de
cestuy cy fors ainsi comme de l'autre son frere qu'il n'en meure quant
oultre mon vouloir tu en faiz en les baptisant/ donc la royne pour la
crainte du roy pria a dieu devotement pour la santé de son enfant et
tantost il fut guery.



Comment le roy clovys fut victorieux de ses ennemys pource qu'il creust
en jhesucrist.

Le quatriesme chapitre.


Le roy clovys après aulcun temps commença a faire guerre mortelle
encontre les alemans. Et quant ainsi perseveroit les alemans avoient
grant victoire sur les françoys tellement que de malle mort ilz estoyent
gettez par terre. Quant aurelien va veoir le definement des gens du roy
il commença a regarder son seigneur et luy dire. Sire roy vous veez
devant voz yeulx le diffinement mortel de vostre peuple. Je vous
requiers croyez en dieu tout puissant qui a fait le ciel et la terre.
celluy que madame adore et presche a croyre. Quant le roy eut ouy
aurelien ainsi parlé en grant affection il commença a lever les yeulx
encontre le ciel et a plourer moult largement et en grant pitié va dire.
O jhesucrist filz du vray dieu tout puissant. auquel ma femme croit et
lequel de tout son cueur elle presche et notifie estre celluy qui
soubzvient es tribulations et donnez remede a celluy qui a esperance en
toy par tresdevot cueur je te requiers ton aide tellement que je soie
victorieux de mes ennemys par experience presente. je croy en toy et en
ton nom. je me baptiseray. j'ay demandé mes dieux pour moy soubzvenir.
Ilz ne m'ont riens aidé et dy ainsi qu'ilz ne sont de nul confort
remplis quant a ceulx qu'il les requierent il ne savent soubzvenir.
Pourquoy comme vray dieu et seigneur je te requiers comme je ne desire
croire que en toy fermement par ta haulte puissance je demande estre
delivré tant seulement de mes adversaires. Cecy disant a haulte voix les
alemans ses ennemys vaincus et murtris commencerent a fuyr tellement que
leur roy fut mort pourquoy ceulx qui demeurerent se donnerent au roy
clovys et furent ses subjectz. Puis après ceste victoire par la
puissance de dieu obtenue il s'en vint en france et raconta tout a la
royne sa femme comme par invocacion divine et de dieu tout puissant il
avoit obtenu victoire de ses ennemys.



Comment le roy fut baptisé par saint remy et en son baptesme
miraculeusement fut aportee la sainte ampoule par l'ange de paradis dont
après tous les roys de france sont oingtz en leur consecration a reins.

Le .v. chapitre.

[Illustration]


Après que la royne eut ouy le roy qui estoit converti a la foy
crestienne pour la victoire qu'il avoit obtenue elle eut tresgrant joye/
pourquoy tantost manda a saint remy arcevesque de reins moult saint
homme qu'il s'en vint a elle pour prescher au roy son sauvement et la
maniere de la foy crestienne Et quant il fut venu après qu'il fut
informé le roy commença fort a exiter le peuple de france de croire en
jhesucrist. dont le peuple ne fut pas contredisant. car en congnoissant
l'erreur des ydoles ilz commencerent tous a croire en luy et dire. Sire
roy glorieulx meilleur est de relenquir les ydoles pour adorer le dieu
immortel. lequel la royne adore et presche et de cecy faire nous sommes
tous contens. Incontinent tout cecy fut denoncé a saint remy dont il fut
moult joyeulx et vint a eulx diligemment comme le bon pasteur qui prent
grant peine de garder les brebis de son adversaire. et grant desir
devoit avoir de y venir. car son advenement et son preschement fut
commencement de si grant prouffit a devoir faire renaistre le peuple
selon l'ordonnance du saint baptesme. sans lequel nul ne peut entrer en
paradis. pourquoy la necessité du sauvement du roy illuminé de grace.
disposé en creance. conjoint a bonne intencion fit affectueument venir
saint remy. car il pensoit bien que quant le roy seroit baptisé qu'il
croiroit en jesucrist et a ses commandemens que tout le peuple subject a
luy feroyt pareillement. Et quant saint remy fut venu et qu'il eut
communicqué avec le roy en parolles de sauvement commença a faire
ordonner le lieu pour le baptiser. puis a paindre hystoires selon aucuns
poins de nostre foy crestienne moult richement et les places reparer
tres delicieusement. et d'autre part fit ordonner et fonder eglises
autenticquement et composer baptisoires convenablement. Tout cecy
conditionné le roy fut tout prest de recevoir le saint sacrement de
baptesme/ auquel le bon amy de dieu saint remy commença a dire par façon
de maniere. Sire roy il est heure que vous devez de pure intencion
relenquir les dieux auquelz autreffois vous avez donnez creance qui sont
plains de toute vanité et ne sont sinon excercite de damnacion et de
cueur tres humblement devez croire en ung seul dieu tout puissant le
pere le filz et le benoist saint esperit une seule et pure essence/
lequel a creé le ciel et la terre/ et a qui seul on doit foy et creance
et en jhesucrist son filz qui pour la salvacion de humaine creature
voulut prendre humanité convenable pour reparer l'inobedience de nostre
premier pere adam qui fut conceu au ventre de la vierge marie par
l'oeuvre du saint esperit/ qui fut après mys en croix et souffrit mort
doloreuse pour nous racheter/ ensevely ressucité/ et puis il monta en
paradis a la dextre de dieu le pere et qui une fois viendra juger les
vifz et les mors. Aussi creés en sainte eglise catholique nostre mere et
a son ordonnance Et quant saint remy eut assez informé le roy et le
peuple de nostre creance il les baptisa ou nom du pere et du filz et du
saint esperit. Après quant il vint a les oingdre selon la coustume de la
sainte cresme sans ce que nul l'aportast incontinent par le plaisir de
dieu et demonstrance miraculeuse tous estans en ce passaige d'ung moment
et subitement du ciel va descendre une coulombe resplendissant et estoit
toute envolee en l'air. laquelle portoit en son bec la sainte ampoule et
la laissa presentement. en laquelle estoit la sainte cresme dont le roy
clovys fut premierement oingt en grant devocion par saint remy laquelle
ampoule est de present a reins/ dont de la sainte cresme qui est dedans
les roys de france seulement sont oingz une fois en consecracion. En
celluy temps que le roy jadis fut baptisé les seurs du roy et trois
mille hommes de son exercite furent baptisez et puis ensuyvant plus le
peuple de france en grant joye et exaltacion de gloire.



La seconde partie du premier livre contient cincq chapitres. et parle au
commencement du roy pepin et de charlemaigne son filz.



Comment pepin par sa prudence fut esleu roy de france quant la lignee du
roy clovys deffaillit en succession.

Le premier chapitre.

[Illustration]


Le livre precedent fait mencion du roy clovys le premier crestien des
seigneurs de france dont la lignee succeda de hoir en hoir jusques au
vingt et quatriesme roy qui fut le roy pepin d'une autre lignee. et le
roy qui fut le vingt et troisiesme partit du roy clovys et se disoit
Hildericus/ lequel estant devocieux et comtemplatif sans cure de
exerciter oeuvre roialle se mist en religion pour mener vie solitaire.
En celluy temps pepin moult vaillant de sa personne tresnoble tant
seulement prince. Et a cause que tous les roys de france de lignee en
lignee ont succedé de cestuy pepin/ et specialement charlemaigne son
filz/ sur lequel ceste oeuvre est comprinse.

Je veulx icy commencer a dire la matiere de la quelle j'entens
superficialement parler. Et ainsi est que le livre qui se dit mirouer
hystorial comprens que pepin prince une fois envoya ses messagiers a
romme au pape zacharie pour avoir responce sur une demande/
c'estassavoir lequel est mieulx digne d'estre roy ou d'estre dit roy ou
celluy qui pour la paix et union prent grant peine et travail ou celluy
qui est abandonné a nonchalance et a paresse/ et qui est seulement
content du nom d'estre dit roy Quant le pape ouyt la demande il remanda
a pepin que celluy par raison et droite equité se doit appeller roy qui
gouverne et deduit son fait a l'oeuvre publicque et qui la fait
continuelle. Pour laquelle responce et demande les françoys par conseil
approuvé alerent considerer hildericus leur roy devant dit estre
dedicqué en monastere en vie solitaire et contemplative/ et que
nonobstant qu'on ne doit riens inferer contre ceulx qui vivent
solitairement/ et selon dieu si ne appartient il pas a ung roy d'estre
solitaire/ car tel comme est le roy/ tel est le royaulme. Selon comme
salomon dit que la ou le prince est negligent le peuple ne sçait que
faire. et benoiste est la terre qui a le prince noble. Tous ces françoys
eulx estans bien informez des condicions appartenantes a ung roy selon
ung acteur qui dit ainsi. Le prince quant il est ordonné ne doit point
avoir de chevaulx superfluz ne faire son peuple plus subject qu'il ne
doit et ne doit prendre que serviteurs propices sans superfluité/ sans
grant nourricion de chiens ne d'autres bestes inutiles/ mais prendre en
tout mesure Multiplicacion de menestriers/ tabourins/ femmes illicites/
hommes luxurieux evitera et repellera/ et ses subjectz il ne corrompra
point par exemple/ il n'aura point plusieurs femmes/ voulentiers lira
livres/ et aura gens pleins de lettre/ et jugera sans faire a nul
aliance/ et devant toutes choses il adorera dieu et servira/ et ne
prendra voulentiers dons/ et ne doit pas voulentiers changer ses
officiers. Tout cecy bien veu entre eulx pour la conservacion du peuple
entre les mescreans qui estoient pour lors alerent eslire roy de france
ce noble roy pepin et de ce temps le lignage de clovys ne regna plus sur
les françoys/ fut consacré par boniface et par l'auctorité apostolique
par saint estienne avecques ses deux filz Charlemanus. et charles le
grant fut confermé et approuvé. Et ordonna tous les roys de france en
grant benediction a devoir succeder de lignee en lignee plus prochaine
Et donna aussi ledit pape grant malediction a tous les opposans aux
choses dessusdittes/ dont après cestuy roy Pepin fist aussi grant guerre
aux anglois. et la coustume de l'eglise rommaine il ordonna le service
es eglises galiennes et françoises avecques plusieurs autres matieres
merveilleuses/ dont l'onneur a luy et a tresbon droit fut attribué par
victoire obtenue. Et fut ensevely en l'eglise de monseigneur saint Denis
en france. Et laissa ses deux filz dessusditz/ lesquelz il avoit eu de
la royne Berthe fille du grant. Herclin cesar/ dont le lignaige des
rommains/ des germains et des grecz a concurrence/ pourquoy a bon droit
au temps suyvant le roy. Charles fut esleu et fait empereur de romme. Et
regna le dit roy Pepin .xviii. ans en prosperité digne de salvacion. Et
après que le frere dudit Charles eut regné en sa partie du royaulme deux
ans il mourut. et fut tout le gouvernement entierement du royaulme de
france a charles le grant moult puissant et vertueulx en ses faitz comme
après plus a plain se demonstrera



Du roy charles après qu'il eut fait beaucoup de constitucions avecques
le pape Adrien/ et comment il fut fait empereur de romme.

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


Cestuy noble charlemaigne aultrement dit charles le grant. lequel pour
la grandeur de son corps puissance et operacions vertueuses par merite
est appellé grant. comme j'ay dit que après la mort de son frere il fut
seul roy de france. Bien peu de temps après que le pape Adrien regnoit
et qu'il faisoit grant diligence de corroborer la foy crestienne en
anichilant les heresies et en constituant ymaiges pour representacion
des sainctz es eglises et plusieurs aultres labeurs meritoires adjointz
es services de dieu et de sainte eglise. Le roy charles contre les
mescreans ne sejournoit point a les confondre ou il eut victoire en
diverses manieres. toutesfois Adrien pape qui estoit bien informé que
cestuy charles estoit une ferme coulonne de la foy et protecteur de
saincte eglise il luy manda qu'il venist a romme et quant il fut a pavye
il y mist le siege ou il sejourna ung peu de temps et puis a peu de gens
s'en partit et vint a romme et la fut receu affectueusement et
devotement visita plusieurs lieux et puis quant il retourna il print
pavye. Et quant il eut fait a son plaisir il retourna a romme et avec le
pape Adrian ilz convoquerent plusieurs evesques abbez en nombre de cent
cincquantetrois ou ilz firent plusieurs constitucions sur le fait de
l'eglise. Et en elle synode pour la grande sanctité de charles le pape
et tous les assistans donnerent droit et pouvoir pour ordonner evesques
et archevesques en tous pays et provinces et tout cela seroit loué et
fait par ledit charles et celluy qui contrediroit et les rebelles il les
anathematisoit et leurs biens estoient confisquez. Cestuy noble roy
charles avec ces deux filz l'ung avoit nom pepin. et l'autre Loys. et
les douze pers de france qui avoient tous promis fidelité l'ung a
l'autre a devoir mourir pour la foy crestienne. en celluy temps firent
plusieurs guerres mortelles tant durant la vie du roy pepin pere du roy
charles comme après que le royaulme de lombardie fut destruit et delivré
des mescreans qui ne se fist pas sans grant travail de venir de france
en lombardie a cause des pays dangereux. Quant tout ce fut bien terminé
a son plaisir il reduist toute ytalie dessoubz le tribut du royaulme de
france tellement que quant ytalie fut destruite il s'en alla a romme
pour rendre louange a dieu plus devotement pour la prosperité de son
intencion mise sur les ennemys de la foy a execucion Et la avec le pape
Adrian il fist beaulcoup de constitutions qui par droicte equité se
devoient observer et après qu'il se trouva a romme ainsi victorieux son
filz Pepin fut ordonné et consacré roy des ytalies et son filz loys fut
ordonné et consacré aussy roy sur acquitaine. Cela fait les romains qui
de grant ancienneté furent de grant portement après que l'empereur fut
par eulx mys a mort. Puis constantin son filz vouloit regner pour
empereur qui ne fut pas au gré des senateurs et aultres rommains
lesquelz estant en celluy point après ce qu'ilz eurent deliberacion de
grant conseil utile allerent comprendre par effect la valeur et noblesse
du roy. Charles qui estoit si parfait en toute noblesse hardiesse
prudence et aultres vertus: comme j'en toucheray après tout a plain par
tel endroit que du consentement de chescun il fut esleu empereur de
romme a grant louenge et exaltation de joye innumerable. et par la main
du pape Leo il fut couronné empereur a tous honneurs qui se peuvent
comprendre et tous par une voix luy donnoient louenge. Et l'appelloient
cesar august. pour une similitude de valeur en contemplant le grant
plaisir qu'ilz avoient fait roy des ytalies.



De la corpulance du roy charles et de sa maniere de vivre.

Le .iii. chapitre.


Charlemaigne après qu'il fut empereur il fit plusieurs oeuvres
merveilleuses et regna empereur treze ans et avoit ja regné sur les
françois trantetrois ans. et au pays de rommenye il edifia plusieurs
citez et restaura bonnes villes et plusieurs aultres choses qu'on ne
pourroit pas bien racompter a cause de la prolixité de ses causes
merveilleuses. toutesfois pour sçavoir quel homme il estoit ses oeuvres
le demonstrent tant qu'il touche l'exercite de sa personne. Turpin saint
homme arcevesque de reins qui regnoit pour lors qui fut souventesfois en
la compagnie de charles dist qu'il estoit homme bien prins de corps et
grant de personne et avoit le regart fier et malicieux. La longueur de
sa personne contenoit. huyt piedz a la mesure de ses piedz qui estoient
longz a merveilles gros et massif estoit des espaules et des reins sans
avoir le ventre que bien a point. les bras et les cuisses il avoit bien
amples. chevalier estoit subtil et tressaige actif et moult fier. et de
tous ses membres estoit resolu en tresgrant force la face avoit desduite
en longueur. et si portoit barbe d'ung pié de long. le nez avoit au bout
sur rotondité. beau rencontre portoit cestuy homme: car il avoit la face
d'ung pié de large. les yeulx avoit comme ung lyon par furieux regart
scintillans comme escharboucle. les sourcilz comme demy pasles. si tost
qu'il regardoit quelcun par ire chescun de luy avoit paour en oeuvrant
les yeulx. la seinture dont il estoit sein estoit de longueur de huyt
piedz sans ce que pendoit en bas. Quant il prenoit son repas de peu de
pain il estoit content. mais quant a la pitance il mangeoit en ung repas
la quarte partie d'ung mouton ou deux gelines ou une grosse oye ou une
bonne jambe de porc. ou ung paon ou une grue ou ung lievre entier
sobrement bevoyt le vin avec ung petit d'eaue dedans. De sa force ce
n'est pas peu de fait. car ung chevalier armé sur son cheval a ung coup
d'espee il fendoit des le hault de la teste jusques au bas. et s'il
tenoit quatre fers de chevaulx venans de la forge sans esprouver guieres
sa force il les estandoit et mettoit en pieces et a une seulle main il
prenoit ung chevalier tout armé luy estant hault jusques a l'endroit de
sa teste le levoit tres ligierement. Et avoit en luy trois choses bien
honnorables. Premierement en dons il estoit tressaige. et a l'exemple de
l'empereur titus de vaspasien. lequel estoit si prodigue qu'il n'estoit
pas tousjours a luy possible de donner ce qu'il promettoit. Et quant on
luy disoit pour quoy il promettoit chose qu'il ne povoit incontinent
donner. celluy respondoit que nul ne doit point partir de devant la face
du prince desolé et marry et sans quelque chose obtenir. Secondement
charles estoit si seur en jugement que personne ne le pouvoit reprendre.
Et aussi piteux et misericors il estoit aux crestiens selon la qualité
de la personne et l'occasion du delict. Et tiercement en parolles il
estoit moult advisé. quant il parloit il pensoit fort a ce qu'il disoit.
et quant on parloit a luy moult fort pensoit la maniere pour comprendre
l'intencion du parlant.



A quoy le roy charles et ses enfans filz et filles estoient dedicqués.

Le .iiii. chapitre.


Dame bertrode mere de charles pleine de grant science en grant
prosperité de vie et en honneur enveillit et finit ses jours et ordonna
ses livres pour exercer les ars liberaulx. dont premierement charles
prenoit peine d'estudier au temps d'enfance. a ses filz et filles
faisoit aprendre science après qu'ilz savoyent leur creance il les
faisoit estudier es sept ars liberaulx. Et quant les filz estoient en
aage pour monter a cheval a la maniere françoise il leur faisoit porter
armes. jouster pour excercer guerre quant besoing seroit. Et quant ilz
ne faisoient cela. il les faisoit chasser a toutes bestes sauvaiges et
aultres esbatemens de chevalier continuellement. Après ses filles
faisoit dedicquer continuellement a filler leurs coguoilles et aultres
oeuvres honnorables. et a celle fin que par paresse et faulte
d'occupacion elles n'eussent occasion de cheoyr en pensement desordonné
pour avoir inclinacion a vice. et quant il n'estoit occupé en matiere
pondereuse il mettoit son temps a escripre quelque chose nouvelle affin
qu'il ne fust point oyseux selon l'espitre de saint pol qui nous
admonneste de faire tousjours quelque bien. pource que nostre ennemy ne
nous tienne en oyseuseté pour faire excercer ses intencions damnables.
En son palais de ais en allemaigne il fist faire une eglise de nostre
dame de merveilleuse beaulté comprinse et moult richement ordonnee.
ouvré et en grand honneur exaulsee en signe de parfait crestien car
selon qu'on ayme le seigneur et qu'on est donné a luy on fait les
oeuvres desideratives a esmouvoir les aultres pour faire au seigneur
comme luy et tellement perseveroit en l'amplificacion de son pays que
des la mort de son pere Pepin il doubla par puissance le royaulme de
france.



De l'estude du roy charles et de son vivre. et de ses oeuvres
caritatives et aultres matieres.

Le .v. chapitre.


Après que charles fut instruit en grammaire et aultres sciences morales
et speculatives tousjours continuoit en icelles. et par ardant desir
frequentoit les livres composez sur la loy crestienne pour estre
protecteur des crestiens et defenseur de l'eglise. laquelle il visitoit
au matin et au vespre et la nuyt souventesfois. et selon les bonnes
festes il ne failloit point a faire grandement son devoir es sacrifices
et oblacions introduittes sur le fait de donner pour l'amour de dieu et
subvenir aux povres c'estoit moult ample chose. car tant seulement il ne
subvenoit pas a son pays de son avoir. mais en plusieurs autres lieux
oultre mer il transmettoit or et argent et vivres selon la necessité du
lieu. comme en surie en egypte. en jherusalem et aultres pays comme
celuy qui disoit. L'or et l'argent n'est point mien. A chascun il
vouloit amytié. de corps il estoit ample et robuste. D'une estature bien
apparoisante. le bout de la teste avoit en rotundité. les cheveux avoit
en reverence et la face joyeuse. la voix clere et de grant force et ne
mengoit pour le plus a son soupper que de quatre metz. sinon de la
venoison rostie/ laquelle sur toutes autres chairs il aimoit et
frequentoit a l'eure de son soupper. Tousjours il avoit liseurs pour
lyre cronicques ou aultres choses contemplatives comme celuy qui veult
aussy bien repaistre l'ame qui est perpetuelle de viandes spirituelles
pour la maintenir en union de grace envers son createur comme de
refectioner le corps pour conserver la vie. et entre les aultres livres
il se delectoit fort es livres de saint Augustin. et specialement en
celluy qui se dit _de civitate dei_. Et ne bevoit point trop souvent.
car a soupper il ne bevoit point plus de trois fois. Au temps d'esté
volentairement après my jour il mengeoit ung peu de fruitz et bevoit une
fois seulement. et puis tout nud se reposoit dormant au lit deux ou
troys heures. et la nuyt il rompoit quatre ou cinq fois le dormir et
aloit parmy sa chambre. Ainsi charles perseverant en felicité royalle et
imperialle envoyoit par tout son empire ses messagiers et grans
conseilliers pour visiter les provinces et bonnes villes pour estre
informé des gouverneurs d'icelles pour faire par tout justice et raison
a chascun. et fist plusieurs constitucions et loix selon les lieux. et
fist commandement de les observer et garder sur peine establie.
Semblablement envoya ledit charles par tout le monde pour sçavoir de
tout le gouvernement. C'est assavoir pour congnoistre les faitz
merveilleux qui se fasoient par le monde et aussi pour aprendre la vie
des sainctz saintes desquelz on fait feste et en fist faire livres pour
estre memoire eternelle et chascun jour mettoit en escript selon ce qui
se faisoit. En telle maniere que selon l'escript pour lors se
trouveroyent plus de troys cens festes de saintz une foys l'an. Pourquoy
luy exercitant ses oeuvres spirituelles il estoit aymé et chier tenu de
chascun En celluy temps Aaron le roy de perse pour la manificence de
charles luy envoya ung elephant bien merveilleux pour ung don bien
singulier et plusieurs aultres choses bien precieuses. Cestuy charles
pour sa grande sainteté et noblesse estoit en telle renommee de honneur
et des vertus que pour lors quant ses messagiers venoient du royaulme de
perse une foys Aaron entre les aultres dons qu'il transmist au noble
empereur Charles il envoya le corps de saint cyprian et de saint
speratus et le chief de saint panthaleon martir en france.



La tierce partie du premier livre contient trois chapitres. et parle
comment par revelacion divine le noble charles delivra la terre saincte
hors de la main des mescreans.



Comment le patriarche Iherosolimitan manda a charles qu'il luy donnast
secours après qu'il eust esté degetté par les turcz.

Le premier chapitre.

[Illustration]


On lit que pour le temps que charles fut empereur de romme le patriarche
de jherusalem fut si fort pressé des payens par mortelle guerre que a
grant peine se pouvoit il saulver. et ainsi il ne sçavoit plus que
faire. il eut en memoire le noble charles et luy informé de sa saincteté
pour benediction luy envoya les clez du sainct sepulchre de
nostreseigneur jhesucrist du lieu de calvaire et de la cité. et avec
cela luy envoya l'estandart de la foy comme a la coulonne de crestienté
et defenseur de saincte eglise. Après cecy le patriarche vint a
constantinoble vers l'empereur constantin et son filz leo. et amena
avecques luy jehan de naples prestre et ung aultre qui se disoit david
archeprestre. lesquelz l'empereur constantin envoya incontinent au noble
charles. et avecques ces deux il ordonna pour y aller deux aultres qui
estoient ebreux. l'ung avoit nom ysaac et l'aultre samuel. et leur donna
une lettre escripte de sa propre main pour porter au roy charles et
avoit ledit constantin en une partie de ladicte lettre ainsi. Une nuyt
me fut advis que je veoye devant mon lit une jeune femme moult belle et
plaisante qui se tenoit droicte et tout bellement me coucha et a doulces
parolles me va dire Constantin quant tu as sceu l'affaire des payens qui
tiennent la terre saincte par grant affection tu as prié dieu pour avoir
aide. Vecy que tu feras/ pourchasse que tu puisse avoir avecques toy
charles le grant roy des galliens qui est protecteur de crestienté et
defenseur de saincte eglise. Et puis me monstra celle dame ung chevalier
armé de tout son corps et de esperons et avoit son escu rouge. et son
espee seinte qui avoit le manche comme de pourpre et tenoit une lance
moult grande et le fer qui estoit en hault souventesfois gettoit en
l'air grans flambes de feu et si tenoit en sa main ung bacinet tout d'or
reluysant moult bien formé de tous ses membres luy commençoient a
blanchir la barbe. puis après avoit escript. O tu august qui jamais ne
refusas de obeir aux commandemens de dieu esjouys toy en jhesucrist et
en ta memoire tousjours rens luy graces: soyes enclos en justice comme
en honneur tu as esté reclamé: ainsi jhesus te doint perseverer et tiens
tousjours les commandemens de dieu dont on doit fondamentalement. Et
selon l'escripture l'empereur constantin en son temps avoit ja degetté
les payens de jherusalem sept fois pourquoy quant il ne peut plus il
envoya ses messagiers au roy charles qui estoit pour lors a paris. Et
quant les messagiers eurent presentees les lettres et il les eut veues
moult griefvement commença a plourer en contemplant la pitié du saint
sepulchre de nostreseigneur ainsi detenu des mescreans. Après cecy il
manda l'arcevesque turpin et luy fit publicquement prescher les
nouvelles piteuses qui estoient presentement venues: lesquelles estre
escoutees tout le peuple y voulut aller



Comment charles a grant compagnie s'en alla conquester la terre saincte
et plusieurs aultres matieres.

Le .ii. chapitre.


Après ce que j'ay dit devant fut publié le roy fit faire ung edict et
cryer par tout son pay que tout homme qui pourroit porter armes fust
prest d'aller avec luy contre les payens et celluy qui n'y viendroit
seroit obligé a une bonne somme d'argent pour souldoyer ceulx qui
yroient. Estre fait cecy jamais homme pour peu de temps ne veit tant de
gens ensemble comme pour lors furent trouvez. Et quant ils furent tous
partis au nom de dieu plains d'une grant foy en grant esperance de
victoire obtenir dessoubz la conduyte de celluy capitaine de la foy
charlemaigne. Et quant ilz eurent beaucoup chevaché ilz se vont trouver
en ung grant boys qu'on ne pouvoit passer a moins de deux jours encores
a grant peine et charles le pensoit passer en ung jour pourquoy luy et
son excercite entrerent dedens celluy boys qui estoit plain de diverses
bestes sauvaiges comme de grifons ours lyons tigres et aultres bestes.
Quant ilz furent ainsi en ce grant boys et la nuyt survint tous se
trouverent esbahys et perturbez sans scevoir le chemin qu'ilz devoient
tenir. Et commenda ledit charles qu'on regardast on pourroit veoir ne
congnoistre habitacion mais ilz en estoient bien loingz et hors de la
droicte voye et chemin et fut force de leur disposer de dormir en tel
estat. Et quant ilz furent tous appaisez. le roy charles estant en son
dormitoire se confiant de l'aide de nostreseigneur en grant devotion
commença a dire le psaultier. Et quant il vint au point qu'il deust dire
le verset suyvant. _Deduc me domine in semita mandatorum tuorum quia
ipsam volui._ Cecy disant en son oreille vint ung oyseau qui en la
presence de chascun va dire a haulte voix. Ton oraison est escoutee.
dont tous ceulz qui estoient presens furent moult perturbez. et
nonobstant tout cecy le roy continua de dire le psaultier jusques _Educ
de custodia animam meam_. Et tout ainsi qui le disoit l'oyseau commença
plus fort a crier et dire. O françoys que dis tu. o françoys que dis tu.
Et après cecy le roy et sa compagnie vont suyvre celluy oyseau et les
conduisit jusques au sentier qu'ilz avoyent pardu le jour de devant. et
dient aulcuns pelerins que depuis en celle terre sont venuz ses oyseaulx
ainsi faisans. mais quant le noble roy Charles et sa tresgrant puissance
fut près de ses ennemys ilz furent moult perturbez et les seigneurs
crestiens resjoys de sa venue. car sans cesser aulcunement il n'arresta
jusques a tant que il eust recouvré le pays des crestiens expulsé tous
les payens que tant luy redonda a honneur victorieux. Et en retournant
il demanda a l'empereur de constantinoble licence et aux aultres
patriarches et archeprestres devant qu'il en partist l'empereur
constantin le receut par ung jour naturel. Et pour terminacion ledit
empereur pour l'onneur du roy charles le lendemain devant les portes de
la cite fist ordonner plusieurs bestes de diverses manieres et couleurs
grant quantité d'or et d'argent. pierres precieuses tout a bandon affin
qu'il en voulsist prendre pour aulcune remuneracion du grant bien qu'il
avoit fait en leur pays. mais aussi tost que charles sceut le fait il
print conseil a ses gens qu'il devoit faire de prendre de ses dons
precieux et riches ou s'en tourner en france sans prendre riens. Et sur
ce il eut conseil de ses barons qu'il ne print riens pour son labeur.
car il n'avoit riens fait sinon pour l'amour de dieu seulement. Et luy
bien content de ceste responce il commanda que personne sur peine moult
grande ne print riens de joyaulx dessus aprestez.



Des relicques que l'empereur Charles apporta de constantinoble. Et de la
terre sainte et des miracles qui furent faitz.

Le .iii. chapitre.


Quant l'empereur de constantinoble et le patriarche de jerusalem
sceurent que le noble roy Charles ne prendroit riens des biens
dessusditz. il fut admonnesté qu'il print quelque chose d'eulx. Et quant
il fut ainsi contraint il supplya que pour l'amour de dieu on luy
donnast quelque chose des reliques de nostreseigneur et de sa sainte
passion. Cecy estre demandé il fut commandé a jeusner par trois jours a
chascun pour estre plus incliné a devocion et pour visiter les saintes
relicques Et specialement estoient ordonnez douze personnes de grace qui
devoient traictié lesdictes relicques. Quant ce vint au tiers jour le
noble charles par grant contricion se confessa a l'archevesque Ebron
après cecy moult reveramment commencerent a chanter la letanie avecques
aucunes pseaulmes du psaultier. Et la fut le prelat de naples nomme
Daniel qui en grant reverance va ouvrir le coffret ou estoit la
precieuse couronne de nostre seigneur jhesucrist. et va saillir d'icelle
si grant odeur que tous les presens pensoyent estre en paradis.
Adoncques le roy charles plain d'une foy entiere et de creance parfaicte
par contemplatcion se va getter a terre tout estendu et moult fortement
priant nostre seigneur que pour la gloire de son nom nouvellement
renouvelast les miracles de sa sainte passion et glorieuse resurrection.
et aussy tost qu'il eust prié d'ung moment va venir que la couronne
commença a florir et yssoit de celles fleurs ung odeur si tres delicieux
que chascun pensoit que ses vestemens fussent partis de paradis. Puis
après cestuy daniel print ung cousteau bien trenchant bien purifié pour
trencher de la dicte couronne. et en trenchant tousjours de plus en plus
ladicte couronne flourissoit et l'odeur plus abondamment gettoit. et des
fleurs le noble roy charles en mist a part en repositoire. et ung aultre
coffret avoit pour mettre les espines de ladicte couronne et plouroit si
abondamment que quant il cuida donner des fleurs a l'arcevesque Ebron il
retira sa main et pensoit que ledit Ebron les eust en sa main. et elles
estoient en sa main miraculeusement et se tenoient par elles l'espace de
une grant heure. Et puis quant il voulut donner en garde les espines
audit Ebron il veit le coffret en l'air qui estoit plain de odeurs qui
se tenoit de par luy. Puis après en visitant ces fleurs furent tantost
converties en menne. en celle maniere elles sont a saint denys en
france. Et a esté l'oppinion de plusieurs que ce fust de celle manne que
dieu envoya au desert a son peuple. Pour lors furent faittes oeuvres
miraculeuses. car tous malades qui estoient la presens furent gueris de
toutes leurs maladies pour l'odeur des fleurs dessusdictes et le peuple
qui entroit en l'eglise par grant violance des gens crioit.
Veritablement aujourd'uy est jour de salut et resurrection. car pour
l'odeur de ces melodieuses fleurs toute la cité est purifié et remplie
de grace. car trois cens et ung malade par compte fait furent saintz et
gueris. Entre les aultres y avoit ung malade de vingt et quatre ans et
trois nuytz qui estoit aveugle sour et muet. mais au mouvement qu'on
tira l'espine de la couronne de nostre seigneur il print le veoir. quant
la posa il recouvrit l'ouyr. et en flourissant il recouvrit la parolle.
Après cecy ledit daniel print ung clou desquelz le precieulx corps de
nostre seigneur jhesucrist avoit esté percé en sa passion. et en grant
reverence le mist en reliquaire d'allebastre. et en le prenant fut guery
ung jeune enfant qui de sa partie senestre estoit sec et impotent des sa
nativité. et courut hastivement en l'eglise et cria a l'eure de nonne.
et dist que luy estant en estasie fut guery et compta la maniere
comment. Oultre les choses dessusdictes on donna audit charles empereur
ung morseau de ladicte croix. et le saint suaire. et avecques ce la
chemise de nostre dame et le drap ou nostreseigneur jhesucrist fut
envelopé. et aussy les bras de saint Simeon. et tout reveramment en
reliquaires precieux les pendit a son col. et en passant par devant ung
chasteau il y avoit ung enfant mort de nouveau. le roy Charles le toucha
des reliques qu'il portoit. mais tantost il fut ressucité. Et quant il
vint a ais en alemaigne qui estoit une moult belle cité ou ledit Charles
avoit fait son palais moult beau et riche. et une tresdevocieuse
chapelle en l'onneur de nostre dame. la ou il fut ensepvely.
Dernierement furent gueris aveugles. fievreux et sans nombre. et douze
demoniacles. aussy huyt ladres. des paraliticques quinze. des boiteux
quatorze. des noyés trente ressuscistez. de bossus cinquantedeux. des
caducz soixante et cincq. des gouteux plusieurs de ceulx du lieu et des
voisins. Et fut ordonné que au moys de juing a ais la cité tous les ans
on deust venir veoir les devant dictes reliques que le noble roy Charles
avoit apportees de jherusalem et de constantinoble. Et oultre plus fut
estably que ung jour de la sepmaine des jeunes des quatre temps et au
moys de juing se fist celle demonstrance et notification. et en ceste
constitution fut le pape leo. l'arcevesque Turpin. Achiles d'alixandrie
evesque. et Theophile d'anthioche. et plusieurs aultres evesques et
abbez quant la chose fut faicte qui fut oeuvre bien vertueuse et plaine
de salut.



Cy commence le second livre de l'oeuvre presente qui contient trois
parties par chapitres suyvamment declairez.

La premiere partie du second livre contient .xvi. chapitres. et parle de
la bataille faicte par Olivier et Fierabras ung merveilleux geant.



Comment en ung lieu qui se disoit normionde Charles se tenoit suyvant
guerre contre les payens après ung petit de prologue.

Le premier chapitre.


J'ay parlé devant au premier livre superficiallement du premier roy de
france baptisé en descendant selon mon propos jusques au roi Charles du
quel on ne sçauroit pas bonnement raconter la vaillance de luy et de ses
barons qui se dient pers de france. desquelz a leur endroit je feray
mention selon que j'en pourray recevoir en verité. mais ce que j'ay
dessus escript je l'ay prins en ung moult autenticque livre lequel se
nomme mirouel historial. et aussy es cronicques anciennes. et l'ay
tantseulement transporté de latin en françoys. Et la matiere suyvante
que fera le second livre est d'ung rommant fait en l'ancienne façon sans
grant ordonnance. dont j'ay esté insité a le reduire en prose par
chapitres ordonnez. Et ce dit celuy livre selon nes aulcuns fierabras. a
cause que celuy fierabras estoit si merveillex comme j'en feray mention
qui fut vincu par Olivier et en la fin se fist crestien et fut baptisé
et est saint en paradis. Et parle en effaict de celle bataille et des
relicques qui furent conquestees qui avoyent esté prinses a romme. et
estoient en la puissance de l'admiral pere dudit. Fierabras. Parquoy en
cestuy livre ensuyvant je n'entens si non seulement reduire la ryme
ancienne en prose et diviser la matiere par chapitres en la meilleure
ordonnance qu'il me sera possible de faire sans y adjoindre chose que je
ne treuve audit livre Et tout ainsi que je trouveray pareillement le
reduiray. Et cestuy livre est applicqué a l'onneur de Olivier en partie.
nonobstant qu'il ya plusieurs aultres matieres. car j'entens que de
chascun des barons principaulx de l'empereur Charles qui se dient
communement en nombre douze ou treze. et pers de france qui estoient
capitaines de l'excercite et moult fors et vaillans de leurs personnes.
et estoient grans seigneurs et nobles. mais des seigneurs capitaines
vaillans il y en avoit plus de treze selon que je treuve.

Premierement y estoit Rolant conte de cenonia filz de Millon et de dame
Berthe propre seur du roy charlemaigne. Après y estoit Olivier comte
filz de Regnier de gennes. lequel Regnier estoit aussi a l'excercite du
roy Charlemaigne. Après Richart duc de normandie Garin duc de lorraine.
geoffroy seigneur de bourdeloys. Hoel comte de nantes. Ogier le danoys
roy dairie Lambert prince de brucelles Tierry duc d'ardanne Basin de
beauvoys. Guy de bourgoigne. Godefroy roy de frise. Et pareillement y
estoit Ganellon qui fist la trahyson en roncevaulx comme il apert en la
fin du tiers livre Sanson duc de bourgoigne. Aussy y estoit Riol du
mans. Alorry et Guillermet l'escot. Naymes duc de bavieres et plusieurs
aultres qui estoient subjetz a charles. Et nonobstant qu'ilz ne fussent
pas tousjours avecques luy ceulx que j'ay nommez si estoyent ilz
tousjours prestz pour faire son commandement. Et aussy la plus grant
partie des dessus nommez estoyent avecques luy continuellement.



De fierabras et comment il vint exciter l'excercite charlemaigne.

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


L'admiral d'espaigne nommé Ballant payen moult grant et puissant de
corps et de gens. avoit ung filz nommé Fierabras le plus merveilleux
geant qui jamais fut de mere né. car de la grosseur et grandeur de son
corps et aussy de sa force il estoit le non pareil lequel estoit roy
d'alixandrie et tenoit dessoubz luy le pays de babylonne jusques a la
mer rouge. et estoit seigneur de rossie et de colloigne. et plus oultre
estoit dessoubz luy jherusalem et detenoit le saint sepulchre de
nostreseigneur jhesucrist et par sa grant puissance entra une foys a
romme ou il fit beaucoup de mal. et emporta la sainte couronne de
nostreseigneur et les saintz cloux et d'aultres relicques assez. dont
cestuy livre fait la fin comment elles furent recouvrees. et se fasoit
appeller fierabras d'alixandrie. lequel après que plusieurs guerres et
batailles furent faictes en normionde entre les payens et l'exercite de
charles. cestuy fierabras moult dissolu vint chevauchant par grant
erreur pour trouver quelque crestin et pour batailler contre luy et s'en
vint es lices du roy charles moult effrayé et eschaufé a devoir
batailler tout armé et bien fourny de glaive et estoit tresmal content
de ce qu'il ne trouvoit personne a qui combatre. et près des lices il va
veoir les armes de l'empereur charles esquelles estoit l'aigle d'or
reluysant. et jura par mahommet son dieu et sa puissance que jamais ne
s'en partyroit qu'il n'eust fait guerre a quelque crestien. Et luy
regardant que nul ne venoit a haulte voix commença a crier. O roy de
paris couart sans hardiesse envoye jouster contre moy aulcuns de tes
barons de france les plus fors et les plus hardis comme rolant olivier
thierry richart de normandie ou ogier le dannois et je te jure mon dieu
mahom que je n'en feray reffus jusques a six ou a sept qu'ilz ne soyent
par moy soubstenus. et se tu me fais refus de ce je te prometz que
devant qu'il soit nuyt tu seras par moy assailly et desconfit et si te
couperay la teste comme meschant sans prouesse quelconques. et puys je
emmeneray avecques moy rolant et olivier malheureux et chetifz. car
oultraigeusement et follement comme maulvais viellard t'es abandonner de
venir en ce pays. dont tu auras cause de t'en briefvement partir. Cecy
dit fierabras s'en alla a l'ombre d'ung arbre et des armes dont il
estoit vestu se desarma et estacha son cheval a ung arbre. Et quant il
fut ainsi a son aise icelluy commença a crier a haulte voix. O
charlemaigne roy de paris ou es tu maintenant que t'ay aujourd'uy tant
appellé. sans plus grande dilation envoye maintenant jouster contre moy.
Olivier duquel tu fais si grant compte. ou rolant ton nepveux valereux.
ou ogier le dannois que j'ay ouy louer. et se d'aventure l'ung de ceulx
n'ose venir seul viennent hardiement les deux ou les trois. ou les
quatre des plus heureux: et qu'ilz soient couraigeux et hardis et bien
armez. et se les quatre ne sont bien hardis viennent cinq. Car jusques a
six des plus valereux de ton exercite je ne refuseray point et ne m'en
pense retourner qu'ils ne soyent confuz et destruitz par moy. Car soyes
seur que il ne me sera ja reprouché que je soye fugitif pour françoys
vivans. J'ay desja mys a mort par la valeur de ma personne dix roys de
grant puissance lesquelz n'ont sceu resister contre ma force nullement.



Comment richard duc de normandie dist a charles quel homme estoit
fierabras.

Le .iii. chapitre.

[Illustration]


Aussi tost que fierabras eust finee sa parolle l'empereur charles qui
bien l'avoit escouté tout esmerveillé de son languaige va demander
Richard de normandie auquel il demanda qui estoit ce turc qui avoit
ainsi a haulte voix crié la valeur de sa personne car ce dist charles je
l'ay bien escouté quant il a dit qu'il ne fauldroit point jusques a six
des plus chevalereux de mon exercite auquel richart duc de normandie va
respondre. Sire roy c'est ung homme riche a merveilles et ung des fors
qui oncques fut né de mere. et si est sarrazin de si grant fierté qu'il
ne prise ne roy ne conte ne aultre personne du monde. Quant charles
l'entendit il commença a haulser la teste et jura saint denys de france
qu'il ne mangeroit jamais ne bevroit que premier n'alast jouster l'ung
des pers de france contre luy et aussi demanda richard comme ce payen ce
nommoit Richard respondit. Sire empereur cestuy payen se nomme fierabras
qui se fait moult redoubter et aussy qui a fait beaucoup de maulx aux
crestiens. qui occist l'apostre. qui pendit les abbez. moynes nonnains.
et a violé eglises. qui desroba la sainte couronne de nostreseigneur. et
plusieurs aultres relicques dont vous prenez grant peine lequel tint
jherusalem en grant subjection. et le saint sepulchre ou dieu fut mis.
Sur ce respondit charles. de ce que tu me dis je suis plus couroucé.
Mais saches de certain que jamais je n'auray joye ne ne sera mon desir
acomply jusques a tant qu'il soit vaincu. Et de fait de luy tous les
françoys furent commeuz et perturbez. et n'y eut celluy qui se
presentast pour y aller. Et quant charles veit que personne ne se
courageoit d'aller combatre celluy geant Fierabras il va dire a Rolant.
Mon cher nepveu je te prie que tu te disposes pour assaillir celluy turc
et que tu y faces ton devoir



La responce faicte per Rolant a l'empereur son oncle trop subite et
qu'il en fut.

Le .iiii. chapitre.


Quant l'empereur charles eut parlé ainsi gracieusement a son neupveu
rolant. follement et sans raison ledit rolant va respondre. Bel oncle ne
m'en parlez jamais. car j'aymeroye trop mieulx que vous fussiez confus
et desmembré que je prinse armes ne cheval pour jouster comme vous
dittes. car le jour dernierement passez que nous fusmes ainsi prez tenuz
des payens cestassavoir plus de cincquante mille. nous aultres jeunes
chevaliers y fismes grant portement et y soustenismes maintz coups
mortelz. dont Olivier mon compaignon en est quasi a mort navré. car se
nous n'eussions secours de nous estoyt fin et destruction entiere. Et
quant nous fusmes au repaire et en nostre logis pour prendre repos le
soyr quant tu fus bien yvre tu te vantas publicquement que les anciens
chevaliers et vieulx que tu avoyes amené avecques toy pour nous faire
aide s'estoient beaucoup mieulx portez en fait d'armes et plus fort
batailé que les jeunes. Et chascun sçait bien comme le soir je fus
affoibly et lassé du travail que je prins celluy jour. mais par l'ame de
mon pere ce fut mal dit a vous et de present on congnoistra comment les
anciens et viellars se porteront. car par celluy dieu a qui tout doit
subjection il n'ya homme jeune en ma compaignie que jamais de moy soit
aimé s'il prent party d'aler jouster contre celuy payen. Aussy tost que
le duc rolant eut finé sa parolle son oncle l'empereur moult indigné
contre luy a grant melancolie de son gantelet dextre qui estoit riche et
bordé d'or va donner au travers du visaige de rolant et l'ataindit
tellement sur le nez que le sang en vint abondamment du coup dont Rolant
par grant fureur mist la main a son espee quant veit son sang. et eust
frappé de Charles s'il ne se fust osté de devant luy. Et quant charles
veit l'intencion de Rolant il fut esbahy a merveilles. et dist O dieu de
paradis qui eust pensé que de rolant mon nepveu je fusse vergoigné qui
nous sommes mis ensemble d'une foy contre noz adversaires. et il me
vient courre dessus d'affection mortelle qui est le plus prochain en
lignaige envers moy qui soit present et qui plus tost me deust secourir
que nul qui soit. Or pleust a celuy dieu qui croix souffrit passion que
en cestuy jour prengne la fin dont il peut estre digne. Cecy dit par
grant fureur demanda les françoys et leur dist. despeschez vous sil le
prenez. car je ne mengeray huy qu'il ne soit livré a mort. Quant les
françois entendirent la parolle de charles pour devoir accomplir son
commandement tous se regarderent l'ung l'autre pour sçavoir qui mettroit
la main a luy le premier. Et quant Rolant veit le fait il se mist ung
petit apart et a tout l'espee en sa main va crier a haulte voix aux
aultres. Si vous estes saiges si vous tenez quoy. car je faiz veu a dieu
que s'il ya homme qui se bouge pour venir a moy que je ne face de sa
teste deux parties. pourquoy il ny eut si hardy qui a malice se bougeast
contre luy et estoient tresmal contens de leur debat. et sur ce le noble
ogier doulcement vint a rolant et luy dist. Sire rolant il me semble que
vous avez le plus grant tort quant vous avez ainsi courroucé l'empereur
vostre oncle. lequel par raison vous devez entre les aultres aimer et
deffendre et aussi supporter. Rolant respondit qui fut ja refroidi de
son ire. Sire ogier je vous prometz qu'a bien peu de fait j'eusse esté
determiné a oultraige sans advis encliné dont je suis mal content.



Comment charles et rolant sont reprins par l'acteur et excusés
aulcunement sur le debat devant dit.

Le .v. chapitre.


Sur le debat de l'empereur et de rolant son nepveu je me veulx ung peu
arrester. Et parle premierement a toy roy charles qui as esté instruit
des ton enfance a toutes sciences plaines de meurs dignes de
commemoration qui sçavois la constance des anciens et la mutabilité des
jeunes gens Pourquoy disoies tu le vespre que les anciens s'estoient
mieulx portez en la guerre de celluy jour que les jeunes chevaliers et
tu sçavois bien que olivier estoit navré pour sa vaillance grandement et
tellement qu'il estoit au lit et puis rolant ton nepveu avoit fait moult
grant portement et se aucunement il a parlé follement tu pouvois bien
supporter son premier mouvement qui n'est pas a la puissance de l'omme.
Se tu eusses bien prins ton advis au dit qui dit. _Vindictam differt
donec pertranseat furor._ Qu'on doit differer la vengeance jusques a
tant que la fureur de l'ire soit passee. Se tu n'eusses point frappé
rolant puis qu'il avoit mal dit: et aussi comme sans avis de discretion
tu le frappas. Semblablement sans advis il tyra son espee contre toy et
se tu n'eusses fait ce tu avois assés temps pour le reprendre de son
offence. Tu as l'ecclesiastique qui dit au dixiesme chapitre. _Nihil
agas in operibus injurie_ Quant on reçoit injure il n'est pas bon de
faire ce qu'on pourroit bien faire Et ainsi est que quant une personne a
bien fait son devoir et que celluy du quel il doit estre aucunement
honnoré est blasme de tant plusfort est indigné et malcontent car son
fait est reputé pour neant ainsi fut fait de rolant qui pensoit plustost
estre loué pour le grant devoir qu'il fit. que ce que l'empereur dist
que les anciens avoient mieulx fait que les jeunes. Mais je vueil
tourner a toy. O roland qui as esté si noble dont vient en toy celle
audacité de parler contre ton oncle qui a tousjours si bien fait que ses
oeuvres sont dignes d'estre remembrees a celluy qui estoit empereur roy
de france et seigneur de si grant craincte et a ton oncle as prins debat
et respondu oultraigeusement: n'estoit il pas raison que tu deusses
souffrir de luy et nompas luy de toy s'il t'a frappé de son gant par
maniere de correction devois tu tirer ton espee sur luy tu n'avois pas
en memoire l'obeissance de ysaac qu'il eut a son pere. Tu n'avois pas
advisé ce que dit l'apostre. _Juvenes servant amicos ad nidumque
timorem._ Vous aultres jeunes gardez vostre couraige et la faveur
d'icelluy sans mettre a excercite. Se l'empereur pour esbatement avoit
loué les anciens il ne disoit pas pourtant que tu ne eusses fait bon
portement. Et saint Pol dist en l'epistre qu'on ne doit point regarder
celluy qui est plus ancien que luy: mais le doit on entretenir et
comporter comme son pere mais le fait est tel que personne ne repute
injure a soy dire estre petit: et nul ne le blesse qu'il ne soit pacient
pourquoy il est bon a chascun de penser et cogiter la chose avant
qu'elle se die et voulentiers il n'en prendra que bien.



Comment olivier fut disposé de combatre Fierabras nonobstant qu'il
estoit navré après plusieurs parolles.

Le .vi. chapitre.

[Illustration]


Moult courroucé estoit charles de roland son nepveu et va dire a ses
pers de france. Seigneurs iré suis en divers pensemens de mon nepveu
roland qui a voulu faire injure a ma personne auquel j'avoye plus de
fiance que en homme vivant Je ne sçay lequel plus parfaitement je doys
aimer ne lequel je dois hair et plus oultre je n'ay personne qui se soit
presenté a jouster contre ce payen qui m'a demandé. Devant luy se leva.
Naimes duc de bavieres qui dist au roy. Sire empereur je vous prie qu'il
vous plaise de vous deporter de ces parolles tout viendra a bon droit:
et ung aultre yra jouster au sarrazin. Mais toutesfois le roy charles
estoit en grant pensement. car personne n'y vouloit aller. Incontinent
les nouvelles de charles et de rolant portees a olivier qui estoit en
ung aultre lieu malade: et sceut comment estoit venu fierabras et que
personne ne s'estoit presenté au roy pour aller jouster contre luy. Et
sur ce le noble olivier remply d'un noble couraige et d'un vouloir
ardant a complaire ouyez les nouvelles de son lict se leva et commença a
estandre ses bras et a sentir s'il seroit possible a luy de porter
armes. Et en cecy faisant ses playes se commencerent a ouvrir et en
saillit le sang de destresse. Et nonobstant tout cecy comme celluy a qui
il n'en chault gueires pour l'amour du roy fit lyer toutes ses playes le
mieulx qu'il peust. et dist a guarin son escuyer qu'il fist apporter ses
armes/ car il se vouloit armer pour aller jouster contre celluy
sarrazin. Auquel garin va dire. Sire olivier en l'onneur de dieu prenés
pitié de vostre personne. car il me semble que voulentairement vous
voulés occir. Olivier luy respondit faictes mon commandement. nul ne
doit tarder cercher son honneur et avancement au nom du seigneur: et a
bon droit je me puis employer a servir mon prince et singulier seigneur:
et puis que je voy que nul françoys ne s'avance je n'y failliray point:
car on dit communement que au besoing lon congnoist son amy. Or tost
apportés moy mes armes sans sejourner. Celluy les apporta et tantost
olivier se fit armer par ledit guerin son escuyer qui luy chauhast ses
chausses son haubergon son heaulme et ses harnoys necessaires il fut
fourny et print olivier son espee qui se disoit haulteclere et la
seindit laquelle espee il amoit moult. Après guerin luy amena son cheval
entre les aultres special qui se nommoit ferrand d'espaigne. Et ainsi
qu'il fut devant luy tout sellé et bridé le joly et gentil olivier va
saillir en la selle sans mettre le pié en l'estrier et mist a son escu
et print en sa main ung espieu bien emolu et agu que guerin luy bailla
qui estoit estaché a dix cloux de fin or et puis frappa son cheval des
esperons si rudement que du sault qu'il fit le cheval ploya tout dessobz
luy. Beau veoir fasoit olivier a cheval a moult fiere contenance. Et
ceulx qui estoient presens fasoient requeste a jhesus nostre redempteur
qu'il l'eust en sa garde car en teluy jour il devoit batailler contre le
plus fort et fier homme payen qui jamais naquist de mere ne qui fust au
monde: cestoit fierabaras d'alixandrie filz de l'amiral ballant
d'espaigne dont après nous verrons au plaisir de dieu la termination.
Après qu'il fut ainsi a cheval en grant point sur son visaige et sur son
corps fist la croix au nom de jhesus et se commenda au vouloir de dieu
que en celuy jour luy fust en confort et en aide selon sa bonne
intencion. Et de tous fut regardé et congneu qu'il avoit le cueur bien
entier au ventre pour faire ung grant portement et chevaucha au lices du
roy charles avec lequel estoit le duc Naymes Guillaume d'estoc Girard de
mondidier Ogier le danoys et des barons de france. et entre les aultres
aussi estoit rolant moult dolent des parolles qu'il avoit heues a son
oncle le roy: car voulentiers eust faicte la bataille se ne fust la
contredicte qu'il avoit devant faicte au roy quant il fut requis. Ainsi
olivier estre venu devant charles moult fut honnoré et prisé et des ungz
et des aultres bien affectueusement regarda et mist ledit olivier bas
son heaulme et regarda au logis du roy et reveramment le va saluer et
dist. Noble empereur puissant et redoubté et mon singulier seigneur
vueillés moy bien escouter. Vous sçavés qu'il ya trois ans passez que je
suys a vostre service et n'ay eu de vos quelconque remuneration ne
gaige. Je vous vous supplie de mon pouvoir que maintenant en ung don
tout me soit reguerdonné. auquel le roy respondit. Olivier noble conte
je jure ma foy que je le feray de bon vouloir et aussitost que nous
serons en france ou en bourgoigne ne chasteau ne cité que vous vouldrés
avoir ne autre chose a moy possible et faisable par moy ne vous sera
contredit Sire roy dist olivier je ne suis a vous demander cela: mais
vous demande et supplie bataille contre celluy payen ainsi desmesuré. et
de ceste heure je vous ottroye tous mes biens et services. et pour
cestuy don soyent quittes. Quant les françoys vont ouyr olivier moult
furent esbahys de sa prouesse et se regardent l'ung l'autre et vont dire
entre eulx. Saincte marie que a trouvé olivier qui est navré a mort et
veult batailler. Charles respondit. Olivier as tu perdu le sens: car tu
congnois bien que d'un fer agu et quarré tu as esté feru et navré
mortellement et tu te veulx abandonner a plus grant dangier mortel
pourquoy pense de t'en retourner et te repose a ton gré: car ne te fie
pas que pour riens que je te laisse aller. Veu que tu n'es pas pour le
present en santé de corps Sur ce point se leverent Ganes et Andrieu les
traistres qui firent la trahyson comme le dernier livre en fera mencion.
Et dist ganelon. Sire roy vous avés ordonné en france que ce que par
deux de nous est jugé se doit tenir: et ainsi est que nous deux jugeons
et ordonnons que Olivier aille faire la bataille pourquoy le roy plein
de maltalent la couleur muee respondit. Ganellon tu es de mauvaise
contree sans parler qui soit honnorable. puis que ainsi est il fera la
bataille et ne peut estre qu'il n'en soit mort: mais je te jure ma
loyaulté que s'il est prins ou mis a mort tout l'or du monde ne te
rachetera point que de malle mort ne te face mourir villainement et ton
lignaige destruiray. Sire empereur dist ganellon dieu et nostre dame
m'en veullent garder. Et puis le traistre va dire comme entre ses dens.
Et a dieu ne plaise que jamais olivier ne puisse retourner qu'il n'ayt
la teste couppee. Et quant l'empereur veit qu'il ne sceut contredire que
olivier ne s'en allast pour batailler a fierabras va dire. Je prie le
dieu du firmament qu'il te doint bien besoigner: et tellement que tu
puisses retourner a joye et puis print son gant dextre et le getta a
olivier. Lequel il receut par grant vouloir en le remerciant
treshumblement et prenant congié de tous moult doulcement



comment olivier fut entretenu de son pere regnier qu'il n'allast
combattre le geant requerant charles que ainsi ne fust dont force lui
fut qu'il y allast.

Le .vii. chapitre.


Quant olivier fut licencié du tout pour aler son chemin regnier de
gennes son pere quant il veit le fait par grant compassion s'en va
mettre aux piedz du roy et dist. Sire roy je vous crye mercy prenés
pitié de mon filz et de moy. je vous dy de moy: car je me voy du tout
desconforté quant je voy que mon enfant va tout a perdicion veu le
dangier ou il est de sa personne. Je vous dis aussi que vous ayés pitié
de son jouvent presumptueulx et de son desir trop couvoiteux et de son
corps navré moult dangereusement. Vous savez bien que ung homme qui est
navré ainsi dangereusement. et aussi qui a perdu son sang ne peut pas
bonnement encores endurer bataille. Mais regnier perdoit bien sa peine
car le roy luy avoit desja donné son gant en signe de licence. Et
nonobstant ces parolles olivier ne doubtoit riens qu'il ne fist son
devoir bien grandement Et de rechief Regnier requist au roy et dist.
Sire roy en l'onneur de celluy qui pour nous voulut pendre en croix ne
permettés point pour le present que mon filz aille jouster. Helas quant
j'auray perdu mon filz en quel lieu pourray je aller vous pourrez bien
aultre trouver pour faire ceste guerre presente. L'empereur Charles
respondit. Regnier vous sçavez bien que je ne puys contredire: car en
signe de licence je luy ay getté mon gant devant mes piedz. dont Olivier
fut content: et va dire a haulte voix devant chascun. Sire roy tous voz
aultres barons ung don par vous me soit donné que je vous requiers:
c'est que se j'ay a nul mesprins ne en fait ne en parolle au nom de dieu
qu'il me soit pardonné. quant les françoys le vont ouyr n'y eut celluy
qui ne plorast tendrement. Et ainsi en prenant chemin a tout son
estandart levé le roy le beneist en faisant le signe de la croix et le
commenda en la grace du pere du filz et du saint esperit.



Comment olivier parla premierement a fierabras qui ne tenoit compte de
luy avecques aultres disputacions.

Le .viii. chapitre.


Olivier se mist en chemin et n'arresta jusques a tant qu'il fut devant
Fierabras. Lequel tout desarmé se gisoit a l'ombre. Et quant olivier
l'eut araisonné le payen tourna sa teste contre luy et ne le daigna a
peine regarder tant peu tenoit compte de luy car il tenoit beaucoup plus
moindre que luy et dist Olivier au sarrazin. Reveille toy. aujourd'uy
m'as tant appellez que je suys venu icy. si te prie que tu me diez ton
nom. Fierabras luy respondit par mahommet mon dieu a qui je doy tout
honneur. je suys le plus riche qui soit au monde né. Fierabras
d'alixandrie me faitz nommer. Je suys celluy pource que tu le saiches
qui fis destruire romme vostre cité: et occis l'apostolle et des aultres
plusieurs. et emportay les relicques que je y peuz trouver. dont vous
prenés grant peine a les recouvrer. Et plus aultre je tiens Jherusalem
celle belle cité. et le sepulchre avec ou vostre dieu fut mis reposer.
Olivier luy respondit. Par ma foy je t'ay bien voulu ouyr dire ce que tu
as dit. Et s'il est verité comme tu l'exposez. saches pour certain que
de present tu te peulx bien dire dolent et malheureux reputer. Or ça
sans plus oultre parler despeche toy soyes armé. vois tu la les françois
qui ne nous font que regarder. ou par le dieu en qui je croy je te
frapperay durement. Quant Fierabras l'ouyt qu'il parloit si hardiement
commença a rire et dist. Je suys bien esbahy donc vient en toy la
presumpcion de parler ainsi hastivement. mais pour verité je ne bougeray
d'icy si sçauray je qui tu es. et quant tu me auras dit ton nom tu me
verras armé. et aussy de quel lignaige tu es party. Olivier luy
respondit. O payen saiches pour verité que avant qu'i soit nuyt tu
sçauras quel je suys. Par moy te mande Charles l'empereur mon redoubté
seigneur qui pour la consecracion de ton corps et a la salvacion de ton
ame tu laisses la creance de ton dieu mahon et aultres ydoles qui ne
sont que abusions et decepcions qui n'ont sens ne raison. ne n'ya
sentement ne bon entendement par quoy on soit encliné de y consentir
aulcunement. et pense d'icy en avant de croire en dieu le tout puissant.
La saincte trinité. le pere. le filz. et le saint esperit. trois
persones en une pure essence. d'une voulenté qui a fait le ciel et la
terre et tout ce qui y habite. qui pour nostre salvacion voulut naistre
de la vierge marie. et quant tu auras celle creance moyen le saint
sacrement de baptesme qui a esté sur ce estably. tu pourras parvenir a
la gloire eternelle. et se tu ne le fais ainsi comme je le te intime. je
suis icy pour te faire batailler. et de deux choses il te fault faire
l'une. Premierement que tu t'en allies hors de ceste terre comme ung
souffreteux sans aultre chose emporter et sans jamais toy y trouver. ou
il te fault venir combattre contre moy pour exaulser ton corps et
soustenir ta loy faulse. Fierabras va respondre. qui que tu soyes tu es
bien oultrecuidé d'avoir intencion de me vouloir batailler. car
seurement tu me vois debout sans armes tu seras bien hardy se de paour
tu ne trembles. mais par le dieu en qui tu crois dy moy quel homme est
charlemaigne car long temps a que je l'ay ouy priser et redoubter en
maintz pays. et plus oultre que je saiche novelles de Rolant et de
olivier: et de Ogier le dannois de Gerard de mondidier. car par verité
je me vouldroye de ceulx acointer. Olivier respondit. payen sur ce que
tu me demandes je te dis que charles l'empereur est si grant maistre
qu'il n'ya homme au monde qui se puisse comparer a luy tant pour la
valeur de sa personne et de ses meurs comme de sa puissance et richesse
innumerable. Au regart de son nepveu Rolant Olivier n'est riens moindre
que luy: des aultres françois soies content. car entre tous les humains
ilz sont vaillans gens. mais ces parolles n'ont point icy lieu. Depesche
toy soies armé. car par le dieu en qui je croy se tu ne t'avance je te
frapperay de ceste espee d'acier. fierabras commença a lever la teste et
dist. par mon dieu mahommet se je ne pensoye avoir deshonneur de me
prendre a toy de ceste heure te copperoye la teste. Olivier respondit je
te prie laisse a plaidier. car avant qu'il soit nuyt tu sauras que je
suis. car de certain j'ay intencion de plonger en ton ventre mon espee
durement. Sur ce fierabras ne sejourna riens tant fut noble et reposa sa
teste sur son escu et dist a olivier duquel il ne tenoit compte. Je te
prie que tu me dies ton nom et ton lignaige. Olivier luy dist Je me
nomme garin. et suis de pierregort filz d'ung homme qui se disoit josué
qui m'en vins l'autre jour en france. ou je fus ainsi adoubé par le
noble roy charles et suis ordonné pour defendre son droit. mesmement
contre toy pourquoy concluons sans plus demourer soies armé et monte a
cheval. car je suis prest de faire la bataille se tu es sy hardy de
m'atendre fierabras estoit la qui ne vouloit consentir a la batalle car
il luy sembloit que c'estoit peu de chose d'olivier pour jouster contre
luy et luy dit Garin je te demande pourquoy n'est venu par deça rolant
ou olivier. ou gerart: ou ogier qui sont de si grant renommee comme j'en
ay ouy parler. car ilz ne tiennent compte de toy. et ne le font sinon
pour mesprisance: mais je suis venu a toy comme celluy qui n'a point
prins regart a leur intencion et feray la bataille se tu me veulx
attendre: mais je te jure saint pierre l'apostre de jhesus que se tu ne
te armes je te frapperay mortellement de ce dart que je tiens en ma
main. Garin respondit fierabras je te veulx bien dire que de ma vie je
ne joustay sinon a roys. a contes ou barons de bien haulte valeur: et tu
es de bien basse main party pour dire que je me prengne a toy trop grant
deshonneur me seroit que tu fusse mis a mort par moy: mais pour le
vouloir que je congnois en toy moult noble. je suis content que tu me
frappes et je me laisseray cheoir a terre et prendras mon cheval et mon
escu. et t'en yras au roy charles et luy diras que tu m'as vaincu. Et se
je fais cecy pour toy ce sera grant amitié. et devras pour le present
estre content Sur ce olivier ne peust avoir pacience qu'il ne luy dist.
Ton fait ne gist sinon en parolles pleines de presumpcion: car je suis
de ceste intencion que devant qu'il soit vespre je te feray vouler la
teste de dessus les espaules. Je ne suis pas lievre ne beste sauvaige
pour me devoir espuenter. Et tu sces le proverbe commun qui dit qu'il
est temps de parler et temps de taire et de l'un et de l'autre on peut
estre fol reputé. Or te despeche de ce que je t'ay dit. ou autrement je
te feray marry. Fierabras respondit. Je ne te prie ne te demande fors
que tu me transmettes rolant ou olivier. ou l'un des autres. et se les
deux ne sont hardys viennent les troys ou les quatre. car par ma foy ilz
ne seront point refusez. Disans ces parolles olivier qui estoit navré
des le jour devant ses playes se commencerent a ouvrir par la force de
chevaucher. et seigna tellement que fierabras veit saillir le sang par
dessus le genol de olivier. et luy demanda dont luy sailloit le sang qui
luy venoit par dessus et couroit par terre. Olivier luy respondit qu'il
n'estoit point navré. mais que son cheval estoit dur a l'esperon.
pourquoy il estoit ainsi ensanglanté. Fierabras se print garde que ce
n'estoit point du cheval et respondit Certes garin vous avez menty: car
vous estes au corps blessé. et je le congnois au sang qui vous a desja
surmonté le genoil: mais vecy que je te feray il y a deux barilz penduz
a la selle de mon cheval qui sont pleins de baulme que j'ay conquis en
jherusalem et est celluy dont vostre dieu fut enbaulmé le jour qu'il fut
descendu de la croix et mis au sepulchre. despeche toy et en va boire et
je te prometz que incontinent seras guery. et te pourras deffendre trop
mieulx et sans dangier. Olivier luy respondit qu'il n'en feroit riens.
et qu'il parloit d'une grant folie. Dont fierabras respondit qu'il
estoit bien fol et sans raison et que a bon droit s'en pourroit
repentir.



Comment après pluseurs disputacions olivier aida a armer fierabras et
des neuf espees merveilleuses. Et comment olivier se nomma a fierabras
par son droit nom.

Le .ix. chapitre.


Quant fierabras eut beaucoup demouré sans se lever pour olivier il se
assist et puis dist. Garin je te demande que tu me dies sans celer de
qu'elle force est rolant et olivier qui tant sont redoubtez des payens
et de quelle grandeur. Olivier luy respondit. Regarde ma grandeur et ma
semblance et tu pourras legierement apparcepvoir quel homme est Olivier.
car il n'est point plus grant que je suis. Rolant tant qu'il touche au
corps est ung petit moindre: mais de couraige il est si treshardy de
corps combatant qu'il n'ya son pareil vivant au monde: car il ne se
combat a homme du monde qu'il ne soit par luy vaincu. Par la foy que je
doy a appollin et a tarvagant va respondre fierabras tu me dis chose
dont je suis esbahy: car s'ilz estoient telz quattre comme tu me compte
je ne les vouldroie point refuser. ne les lasseroye qu'ilz ne fussent
tous occis et mis a mort a mon espee trenchant. Olivier ne pouvoit
prendre pacience aux dilations de fierabras mais le vouloit frapper
pourquoy fierabras luy dist Tu ne veulx point prendre pitié de ta
personne mais par mon dieu mahon se je me lieve et que je monte a cheval
charles ton roy ne tous tes dieux ne te deffendroient que tu ne soyes
incontinent occis: car seullement se tu me voys devant toy de pié tu
seras bien couraigeux se de grant peur tu ne trembles. Olivier respondit
Trop longuement tu te vantes de faire chose que tu ne verras jour de ta
vie et myeulx te vault a mesure parler: car trop aultrement a bon droit
te pourroit venir le meschief. De cecy fierabras fut fort despiteux et
se leva debout grant fierté lequel payen avoit par commune estimation
quinze piedz de long et s'il se voulut baptiser et croire en jhesucrist.
jamais ne fut veu homme de sa valeur et despuis qu'il fut a pié moult
luy faisoit mal qu'il n'avoit quelque vaillant homme pour jouster contre
luy et dist a olivier. Par ma verité il me prent grant pitié de ton
affaire pour la noblesse du couraige que je te congnois. Je suis content
pour le present que tu t'en tournes et m'envoyes rolant ou ogier ou
gerard de mondidier. Et expressement di a olivier que je ne partiray de
ceste place que je ne l'aye conquis Olivier ne peut plus attendre: car
ce ne fust pour son honneur il eust frappé plusieursfois tout desarmé.
Et quant il vit l'effort ledit fierabras appella olivier et luy pria
qu'il luy aidast a armer. Olivier dist s'il s'oseroit fier en luy
Fierabras respondit aide moy hardiement: car je te jure que jour de ma
vie ne seray traistre a personne vivant. Et sur ces parolles olivier
mist diligence de l'armer. Et print premierement ung cuyr de capadoce et
le vestit puis sa cotte et son hauberion d'acier bien bouclé et poly et
son heaume affiché et garny de pierres precieuses richement et l'estacha
seurement: mais bien considere la façon de ce payen et de ce crestien
fut si grant courtoisie et loyaulté entre ceulx qui estoient assemblez
pour faire guerre mortelle ensemble et ilz se fasoient service bien
singulier. Premierement le payen avoit grant pitié de destruire olivier:
car il n'estoit point son per au regard de sa personne et d'aultre part
quant il le veit ainsy playé et descendre de son sang a terre il luy
volut donner du baulme precieux Semblablement quant olivier le trouva
desarmé il l'eust occis sans grans peine s'il eust voulu. Et puis a la
fin il fut si loyal qu'il le arma pour batailler contre luy. Grant
loyaulté de noblesse povoit avoir entre eulx deux qui estoient de foy et
de creance contraires. et je croy que dieu seroit bien content s'il
avoit telle confiance entre les crestiens et si pleine de toute noblesse
naturelle. mais pour desduire la matiere presente quant fierabras fut
bien armé. il mercya fort olivier et puis seint son espee nommee
plorance. et en l'arçon de sa selle en avoit aultres deux dont l'une se
nommoit baptisme. et l'autre graban. lesquelles estoyent faictes
tellement qu'il n'estoit harnoys qui les peust desrompre ne gaster. Et
qui demanderoit la maniere comment elles furent faictes ne par qui selon
que j'ay trouvé par escript Une foys furent troys freres d'un pere
engendrez. desquelz l'un avoit nom galant. munificans fut le second et
le tiers se disoit anisiax. Ces trois freres firent .ix. espees chascun
trois. anisiax tiers nommé fit l'espee nommee baptisme qui avoit le
pommeau d'or bien point. et aussi fist plorance et graban lesquelles
avoit fierabras comme j'ay dit. Munificans l'autre frere fit l'autre
espee qui se disoit durandal. laquelle rolant eut l'autre se disoit
sauvaigine. et la tierce cortan que ogier le dannoys eut. Et gallant
l'autre frere fit celle qui nommoit flamberge l'autre haulte clere et
l'autre joyeuse que charlemagne avoit pour grant especialité. et ces
trois freres nommez furent les favres et ouvriers desdictes espees. Et
en ce point fierabras monta a cheval et mist près de luy ses deux barilz
plains de baulme et puis pendit a son col son escu pesant et bandé de
fer et d'acier par merveilleuse force et avoit en painture au milieu
dudit escu le dieu appolin. Et après qu'il se fut recommandé a luy il
print son espieu agu et mortellement enferré. Grant merveilles fut de la
corpulance de ce sarrazin qui estoit sur son cheval nommé ferrant
d'espaigne bien dru et pommelé qui avoit une condition specialle. Car
quant son maistre en bataillant mettoit a terre son adversaire: celluy
cheval faisoit plus grant guerre sans comparaison que son maistre. Et
ainsi eulx estant a cheval fierabras va dire a olivier. O garin gracieux
je te admonneste que pour la courtoisie que tu m'as faicte tu t'en
veulle retourner sans point faire bataille. car il me prent pitié de ton
valeureux couraige. Olivier respondit tousjours de grande follie t'es
entreprins: car je n'en feray riens au dangier d'estre desmembré. Et ne
suis point celluy a qui tu faces paour. car a l'aide de jhesus
aujourd'huy par moy tu seras rendu ou vif ou mort a charles l'empereur.
Quant olivier eut parlé fierabras fut fort merveilleux de cestuy homme
qui ne se vouloit desvier pour menasses qu'il luy fist qu'il ne
bataillast: si luy va dire. Tu es crestien et as grant foy aux misteres
par vous ordonnez: mais je te conjure que par les fons ou tu a esté lavé
et par la foy que tu as donnee a la croix ou ton dieu fut pendu et
clavellé. Et aussi par la loyaulté que tu dois a charles et a rolant et
aux aultres pers de france dys moy la verité de ton droit nom et de ton
lignaige. Olivier va respondre Certes payen celluy qui t'a induit a moy
parler tellement t'a bien aprins: car plus haultement ne puis estre
adjuré. pourquoy saiches que je suis Olivier filz de regnier conte de
gennes le plus especial compaignon de rolant et suis l'ung des douze
pers. Par verité dist fierabras je me suis bien pensé que tu estois
aultre que tu ne m'avois dit veu ton ardant couraige et que je ne t'ay
peu faire paour sur le fait de bataille. Et comment sire olivier vous
estes au corps navré et grant deshonneur me seroit se je vous avoye
bataillé et deffait quant a ung homme mort je me seroye prins pourquoy
tournez arriere nous avons fait pour le present. car pour tout l'or du
monde je ne me feroye telle vergongne que a vous deusse jouster. Sire
respondist olivier certainement si ferés. car par ma teste quant nous
serons ensemble vous n'aurez ja cause de vous truffer de moy si vous
pensez que je ne suis homme mort et puis l'admonnesta en ceste maniere
doulcement. O payen devant que nous procedons plus oultre tout
premierement je te admonneste que tu veuilles croire en dieu de paradis
le tout puissant qui t'a fait et formé a qui toutes choses doivent
honneur et creance singuliere: car celluy qui n'y prent advis est né en
la malleure et laisse mahon et tes dieux plains d'abus et de deceptions
et te dispose pour baptiser et tu auras pour grant amy charles et pour
compaignon especial rolant le veleureux. Et plus oultre jour de ma vie
je ne cesseray de t'acompaigner. Ferabras luy respondit de grant folie
t'avises: car pour riens en vostre dieu je ne croiroie ne mahon
n'abandonneroye. mais aujourd'uy se tu es amy de Rolant comme tu es:
jamais si desplaisant ne fut homme comme pour toy je le feray.



Comment olivier et fierabras commencerent a batailler: et de la priere
de charles pour olivier et aultres matieres.

Le .x. chapitre.

[Illustration]


Fierabras et olivier en grant point l'ung contre l'autre a cheval devant
que Fierabras voulsist laisser courre son cheval il dist a olivier. Mon
amy je te prie que tu boyves de mes barrilz. et par la vertu du baulme
que est dedens incontinent seras guery. et aussi tu te pourras trop
mieulx defendre contre moy. a dieu ne plaise dist olivier que par
beuvraige soyez conquis de moy Mais a bataille franche et harnoys
fourby. et cecy estre dit laisserent courre leurs chevaulx d'ung grant
couraige pour jouster a oultrance comme vous l'orrez cy après: car pour
deux champions jamais ne fut cogneue bataille si aspre ne si
oultrageuse. Et ainsi comme ilz voyent l'ung contre l'autre les françois
qui estoyent en leur logis avoient grant paour qu'il ne mesprint a
olivier. et entre les aultres l'empereur Charles en plorant va dire. O
benoist jhesus je te requier que a cestuy coup tu ayez pitié de olivier
mon baron par maniere que je le revoye vif et en santé et puis vint en
sa chapelle son visaige couvert de son manteau et s'enclina contre la
croix et embrasse le crucefix en disant. mon dieu duquel je voy la
remembrance vueillez faire aide a olivier qui pour l'exaltation de la
foy crestienne est en dangier. Ainsi en contemplant fierabras et olivier
se donnent si grans coups sur leurs escus que les fers de leur lances
sont par force ployez et entrez dedans. dont le feu partit de toutes
pars et les boys des lances tronsonnez et fenduz s'en va en l'air. les
resnes des brides des chevaulx leur vont hors des mains. Tous deux
furent si estourdiz et les yeulx eurent si troublez que d'une grant
piece ne sceurent de quel cousté ilz estoyent tournez. et après que tous
deux furent rassis fierabras trait florence qui luy pendoit au cousté.
Olivier print haulteclere reluisant a merveilles et vint sur fierabras
et au hault de son heaulme luy donna si grant coup que les fleurs et
pierres precieuses dont il estoit moult anobly fist voler a terre. et de
ce coup en descendant bas luy entama l'espaule. mais le cuir de capadoce
le saulva et le payen fut frappé si durement qu'il eut les deux piedz
hors des etriez et son cheval luy eschappa. et a bien peu qu'il ne
versa. dont les françois vont dire tous a une voix. sainte marie quel
coup a donné olivier a ce payen voire respond Rolant merveilleusement
l'a assené. Or plust a dieu de paradis dist Rolant gentil compaignon
olivier que je ne suis ores dessoubz ton escu. car de moy ou du payen
brefment se verroit la fin. Auquel l'empereur respond. Ha maulvais glout
je t'ay bien ouy parler felon couart. il n'est pas temps que tu le dies.
car du commencement tu n'y voulsis aller: dont maintesfois par moy te
sera reproché. Sur ce rolant ne respond aultre chose si non qu'il en
fist sa voulenté. Fierabras tout estourdy et remply d'une grant ire pour
le coup qu'il avoit receu a son espee nommee florance vint de course sur
olivier et luy donna sur son heaulme si asprement qu'il luy fist tourner
la teste et son haulbert luy desmailla tellement que plus de .v. cens
mailles du coup luy trencha et son cheval mallement navra et l'esperon
du pié luy coupa et une partie de la cuisse dont le sang courut a terre
treshabondamment. et l'espee de fierabras fut toute ensanglantee.
pourquoy de ce coup fut le conte olivier si ployé et si commeu que a
bien peu de fait ne fut rué par terre se ne eust esté la selle de son
cheval. car il fut fort ployé par derriere. et son cheval de ce qu'il
fut trenché commença fort a clacher et quant il fut retourné a haulte
voix commença a crier. O sire dieu mon createur le mal coup que j'ay
receu vierge marie mere de jhesus prenés pitié de moy. car trop
fierement trenche l'espee de ce payen. donnés moy grace que je le puisse
avoir et leva son espee et en fist sur luy le signe de la croix. Puis
fierabras luy dist. Olivier par mahon mon dieu a cestuy coup je t'ay
fait paour et tu peulx bien sentir de quoy je sçay jouer. et n'ay point
de merveilles se tu te commandes a ton dieu. mais je suis mal content de
ce que je t'ay ployé trop a coup. toutesfois soies sur que jamais soleil
tu ne verras mucer. car tu commences ja a changer couleur et maniere.
Toutesfois je suis content que tu t'en ailles. et sera bien pour toy le
meilleur avant que tu congnoisses ma force plus planiere. Car je te
admonneste d'une chose que quant je voy mon sang yssir hors de mon
corps. adonc double ma vertu et ma force. et je congnois que charles ne
t'aime gueres quant il t'envoye a moy. s'il t'eust logé en ung blanc lit
tu y fusses beaucoup mieulx que d'estre venu batailler a moy. Quant
olivier le va ouyr remply d'un fervent couraige commença a lever la
teste et dist ainsi O payen desmesuré tout le jour tu te vantes de me
mettre a fin de mes jours je prie a dieu tout puissant qu'il en vueille
bien resjouyr mon couraige garde toy bien je te deffie nous avons trop
plaidoyé. Sur ces parolles ce sont courus dessus si merveilleusement se
frapperent sur leurs heaulmes. tellement que boucles: croches: pierres
precieuses: orfaveries: fleurs. sont couppees et volees par terre. Le
feu en yssoit largement. grant bruyt faisoient ces espees sur leurs
harnois. Cecy faisant charles estoit la en grant meditation et cogitoit
que la querelle de olivier estoit juste et que dieu le devoit preserver.
Et quant il pensoet que olivier pourroit mourir comme impacient. d'une
parfaitte foy va dire. O glorieux dieu pour lequel nous prenons tant de
peine vueillés conserver olivier qu'il ne soit mort ne qu'il ne soit
prins. car je jure l'ame de mon pere que s'il est pour le present de ce
payen occis que jamais au pais de france en eglise qui soit ne sera
clerc ne prestre habitué ne revestu. mais feray ardoir monasteres.
eglises. autelz et crucefix. Helas ce dist le duc naymes. sire roy
laissez ces parolles oyseuses et priés dieu pour olivier qu'il luy soit
en aide par sa sainte merce. Cecy disant tousjours perseveroient les
champions a frapper l'un sur l'autre par tel endroit que fierabras a son
espee luy rompit le cercle de son heaulme. et le fit cheoir sur son
visaige. son cheval fust mort s'il n'est saulté oultre. Et fut navré
Olivier au corps et speciallement en la poitrine. Et avoit desja tant
perdu de son sang que moult en estoit affoibly. donc ce ne fut pas
merveilles veu qu'il avoit resisté au plus terrible homme qui de mere
nasquit oncques.



Comment olivier fit priere a dieu quant il se sentit navré.

Le .xi. chapitre.


Olivier le noble conte estant en ceste melencolie des grandes playes
qu'il avoit au corps pour son reconfort en disant en ceste maniere. O
dieu glorieux cause et commencement de tout ce qui est dessus et
dessoubz le firmament. par vostre seul plaisir formastes nostre premier
pere adam. et pour sa compaignie luy donnastes eve. moyen lesquelz
humaine generation se contient. Tous fruitz leur abandonnastes fors
seulement d'ung. duquel eve moyen le serpent en fit mengier a adam. dont
ilz en perdirent paradis. Et par la sedution des ennemis d'enfer
plusieurs ont estez deceuz et damnez. dont vous eustes pitié de la
perdition du monde. et venistes prendre chair humaine au ventre de la
benoiste vierge marie par la nonciation du saint ange gabriel. et
nasquistes comment il vous pleut. Et bien petit après. les trois roys
vous vindrent adorer et faire obeissance. D'or d'ensens. et de mirre
vous firent les presens. Puis après le roy herodes vous cuidant faire
mourir. fist mourir maintz enfans qui sont ores en joye permanable. Et
quant vous fustes en aage pour vous determiner vous allastes par le
monde en preschant voz amis. dont après par envie les juifz desloyaulx
vous pendirent en la croix. en laquelle existant longis le chevalier
vous perça vostre costé par l'induction des juifz. Et quant il creut en
vous qu'il eut lavé ses yeulx de vostre precieux sang il veit beau et
cler. et vous cria mercy dont il eut salvement. Puis par voz amys vous
fustes mys au saint sepulchre et le tiers jour après vous
ressuscitastes. et reprinstes la vie et descendistes en enfer. et mistes
hors adam et Eve et tous ceulx qui estoyent dignes d'avoir paradis. Et
au jour de vostre merveilleuse ascention vous montastes es cieulx devant
tous voz apostres. Ainsi mon dieu mon createur comme tout cecy est
verité et je le croy fermement soyez a mon confort contre ce mescreant
que je le puisse vaincre par maniere qu'il soit saulvé. Et cecy estre
dit se seigna de son espee en faisant le signe de la croix au nom de
dieu et de la sainte trinité. et frappa le cheval sur l'esperance de
l'aide de dieu. et fierabras luy va dire en riant. Olivier bel amy je te
prie que tu ne me vueilles celer qu'elle est l'oraison que tu as dicte
maintenant voulentiers l'ay escoutee par mon dieu talvagant. Or pleust a
dieu de paradis dist olivier que vous fussiez en celle grace que vous y
creussez ainsi fermement que je fais. car je vous jure que je vous
aymeroie autant que je fais rolant. Et fierabras luy respondit. Par mon
dieu mahon et talvagant presentement parles d'une folie moult grande.



Comment après grant bataille Olivier conquist le baulme et en beut a son
aise. et qu'il en fist. après comment il se trouva a terre quant
Fierabras eut occis son cheval.

Le .xii. chapitre.


Fierabras courroucé des parolles de olivier par grant ire luy dist.
garde toy de moy. car je te deffie A moy l'auras dist olivier et a dieu
me commande. Et se vont rencontrer par si dure maniere qu'on veoit le
feu habondamment par leurs harnoys. leurs chevaulx plaioyent dessoubz
eulx et la terre trembloit de ce bruit en la prarie de mormionde.
Fierabras print l'espee en la main et frappa olivier dont fut mallement
navré en la poictrine soubz la mammelle et de ce coup luy tournerent les
ieulx en le teste et eut la face moult muee Et haultement s'escria dieu
et la vierge marie qu'ilz luy voulsissent garantir l'ame. Fierabras par
grant couvoitise luy va dire. Olivier entens a moy descens bas seurement
et va prendre du baulme et en boy a ton aise: et tantost tu seras guery.
et te pourras mieulx defendre encontre moy. et recouvreras force
nouvelle. mais olivier pour riens ne l'eust fait s'il eust deu mourir.
car d'armes loyalles il le vouloit avoir. Et prestement vindrent l'ung
contre l'autre. et adonc se frapperent tellement que fierabras fut navré
dangereusement. car l'espee de olivier luy entra dedens la cuysse bien
demy pié de parfont. et du sang qui en yssoit l'erbe en estoit toute
arrousee. et quant il se veit ainsi navré il beut de son baulme par
lequel il fut tantost guery dont olivier fut moult doulant de ce qu'il
ne pouvoit mettre fin en ce payen. Et les françoys qui les veoyent
feirent a dieu grande priere qu'il voulsist conserver en ce jour olivier
et especiallement charlemaigne qui entre les aultres pluschier le
tenoit. mais quant olivier veit le payen guery et pour le baulme ainsi
consolé. se confiant de l'aide de dieu vint a luy et le frappa sur le
heaulme si durement que le coup descendit sur la selle. et trencha la
cordelle a laquelle les barilz estoient estachez. et le cheval de
fierabras eut paour de celluy coup et fist une petite course par le
plaisir de dieu dont olivier avant que le payen s'en print garde
s'enclina contre terre et leva les barilz et en beut a son aise et
largement. et tantost il fut guery et reconfermé en force nouvelle. et
se pensa que se d'aventure fierabras estoit plus navré par luy et ne
pouvoit jamais ravoir ses barilz que en la fin il luy en pourroit mal
venir. pour quoy luy estant près d'une grande riviere print les barilz
et les getta dedens. lesquelz furent tantost enfondrez. Et comme on lit
a toutes les festes de saint jehan ces deux barilz se demonstrent dessus
l'eaue evidamment. Quant fierabras veit que ces deux barilz estoient
perduz a peu de fait qu'il ne perdit le sens. et par grant reprouche
dist a olivier O mauvais homme que tu es m'as tu perdu mes barilz qui
valoient mieulx que tout l'or de crestienté. mais je te prometz que
avant qu'il soit vespre. ilz te seront bien chiers venduz/ car je ne
cesseray jusques a ce que tu ayes le chief couppé. Et ce disant vint
contre luy: mais olivier qui ne le doubta plus tant comme par avant le
vint attendre puis qu'il le pouvoit a son aise eviter. et quant il le
veit venir il mist a la deffense de son chief son escu pour eviter le
coup. toutesfois fierabras conceut olivier si asprement que son heaulme
en fut demaillé. et ne fut point navré et descendit bas le coup si
impetueusement qu'il trencha le col du cheval d'olivier et cheut bas a
terre et se trouva. olivier tout de pié. mais grant miracle fut du
cheval de fierabras qui ne fist semblant de courre sur luy comme il
avoit aprins selon que devant j'en ay parlé mais se tint quoy oultre sa
propre acoustumance.



Comment fierabras et olivier bataillerent ensemble a piedz
merveilleusement. et la pierre que charles fist pour olivier.

Le .xiii. chapitre.

[Illustration]


Moult furent dolens les françoys quant ilz veirent olivier a pié et se
vouloyent armer pour le secourir. mais charles n'y voulut pas consentir
pour maintenir son honneur et sa loyaulté. et mist ledit charles les
deux genoulx a terre. et fist priere a dieu qu'il fust en confort a
olivier qui estoit ainsi de cheval despourveu. Quant olivier se veit
ainsi de pié moult fut dolent. et vint a quatre pas de fierabras et luy
dist. O roy d'alixandrie envers moy t'es vaillamment porté. aujourd'uy
au matin tu t'es tant prisé et as dit que se cincq chevaliers venoyent a
toy que tu le vouloyes attendre et conquester. et tu sçays que le roy
qui occist cheval doit partie avoir en l'eritage Fierabras respondit. je
sçay que tu as dit verité. mais je ne l'ay pas fait de mon gré.
toutesfois affin que tu ne soyes mal content de moy je descendray a
terre/ et te donneray mon cheval pommelé et tu seras bien monté/ et
sachez que jamais jour de ma vie je ne fus si esbahy comme quant il t'a
veu a terre qu'il ne t'a estranglé: car jamais je ne mys homme a terre
et il fust present qu'il ne fust tantost par luy occis et mis a mort.
Olivier respondit. je te prometz que je ne prendray ja ton cheval que
premierement ne soit par moy conquesté et gaigné justement. Sur cecy
fierabras fut tant noble que pour la vaillance de olivier va dire certes
pour la noblesse que je congnois en toy. je vueil faire ce que jamais ne
fis pour homme et mist piedz a terre. et fut content de batailler a luy
a piedz pource qu'il avoit point de cheval qui fust sien. et estoit
ledit fierabras plus hault que olivier d'ung grant pié. et joustoyent de
pié l'ung contre l'autre d'un accort si merveilleusement que ce fut
grant chose que tous deux ne demourerent au champ tous pasmez du travail
qu'il vont la prendre. Ainsi continua celle bataille qui ne povoit
prendre fin entre eulx. Pluseurs parolles et reprouches se disoyent l'un
a l'autre. mais le noble empereur charles tout cecy voyant grant pitié
luy print d'olivier. dont le conte Regnier qui estoit pere de olivier
moult doulant de son filz vint aux piez de charles et dit. O noble
empereur en l'onneur de dieu prens remors de mon filz que je voy en
moment de mourir. aumoins fay priere a Jhesus le createur qu'il luy soit
en aide par maniere que je le puisse revoir près de moy en santé.
Incontinent charles va dire. Sire dieu se vous permettez que olivier
soit vaincu. et que mon droit pour le present soit ainsi avillé je fais
promesses que tout crestienté sera destruite. je ne laisseray en france
eglise ne monastere. ymage ne aultel. Et puis se mist a deux genoulx a
terre et pria en ceste maniere. Mon createur qui pour nostre salvacion
naquistes de la vierge marie comme bien je le croy et de vostre
glorieuse naissance tout le monde fut enluminé. qui alastes par le monde
et y fustes plus de trentedeux ans passez. et fistes au commencement
Adam et Eve desquelz nous sommes venuz. et fut en paradis terrestre lieu
moult delectable: et leurs furent par vous tous fruitz abandonnez
excepté seulement le fruit de vie comme vous pleust l'ordonner. duquel
Adam mangea et fut desobeissant. Pourquoy a la reparacion de son meffait
et pour le racheter de captivité eternelle et nous aussi vous fustes
content de prendre mort en l'abre de la croix après que par judas le
traistre vous fustes vendu .xxx. deniers sans plus. Et ung jour de
vendredi ainsi fustes pené. et les mains et les piedz mortellement
clouez et couronné d'une moult aspre couronne d'espines. Et puis longis
vous frappa au cousté qui jamais n'avoit veu. et après qu'il mist sur
ses yeulx de vostre sang precieulx il veit clerement. et puis
descendites es enfers et en mittes hors voz amys. Et en la fin devant
tous voz apostres. montastes es cieulx. Et laissates vostre lieutenant
saint pierre. et ordonnastes baptesme pour nous regenerer et faire
crestiens pour avoir sauvement. Sire comme tout cecy est vray et je le
croy fermement. aujourd'uy soyés en aide a olivier pour le present qu'il
ne soit mort ne vaincu: Cecy disant devotement en son secret tantost si
luy apparust ung ange que dieu de paradis luy envoya. et dist l'ange a
charles O empereur de noblesse saches de vray que je suis icy envoyé de
par dieu te dire que tu ne te doubtes riens de olivier. car sans faulte
il gaignera la bataille quoy qu'il tarde et sera par luy le sarrazin
vaincu Cecy dit l'ange s'en alla et charles par glorieuse meditacion
remercia dieu devotement. Toutesfois après plusieurs batailles entre
fierabras et olivier faictes et grans menasses. Fierabras par grant
fureur voulut frapper olivier oultre mesure. mais olivier qui veit le
coup venir se desavança par telle maniere qu'il donna deux mauvais coupz
a fierabras. Pourquoy le payen fut si induré de maltalent sur olivier et
olivier sur luy que tous deux furent tresactifz de non jamais se
departir jusques a tant que l'ung fust vaincu et destruit. Et pour celle
fois olivier fut si fort affoibly que la main ou il tenoit son espee luy
vint toute endormie et enflee pour la peine qu'il avoit de frapper. et
lui desirant frapper son ennemy a oultrance son espee voula loing de luy
plus d'une toise. dont il fut moult esmeu et determiné. et ce n'estoit
point merveille. et moult courageusement courut prendre son espee. et
mist sur sa teste son escu pour le preserver. mais nonobstant le payen
le frappa deux fois si puissamment qu'il luy mist son escu en pluseurs
parties. et son haulbert fut moult fort cassé et se trouva tout estourdy
pour celle fois. et doubta si fort le payen qu'il n'osa prendre son
espee. Et moult subitement les françois qui veirent ainsi olivier
despourveu furent armez. et en propos de courre sur le sarrazin pour
secourir olivier mais Charles ne voulut point que homme y alast leur
disant que dieu estoit assez puissant pour le maintenir en son bon
droit. car s'il n'eust contredit plus de .xiiii. mille hommes estoyent
desja tous prestz pour y aler. et nonobstant de tout cecy le payen n'en
fist que rire et dist a olivier. Pour verité j'ay obtenu sur toy ung
petit de mon intencion. mais pourquoy n'oses tu prendre ton espee. et je
congnois de present que tu es assez vaincu puis que tu te acouardis. tu
ne te sçauroye baisser pour demy le tresor du monde. et je suis bien
content de te faire une pache. Regnie la foy que tu tiens. le baptesme
ou tu as esté lavé. et le dieu ou tu croys pour lequel tu as prins tant
de peine. croy en mon dieu mahon plein de bonté et je te lairray vivre.
Et plus oultre je seray bien content de te donner ma seur a femme en
laquelle tu seras richement marié c'est floripes l'une des plus belle de
mere nee. puis tantost conquerrons france avant que l'an soit passé. et
de l'ung des royaulmes je te feray roy couronné. Olivier luy respondit.
Payen tu me parle d'une grande folie: car a dieu ne plaise que jamais
soye de telle intencion de laisser mon dieu qui m'a fait creé et formé
et les saintz sacremens qui ont esté establis pour mon saulvement pour
croire en mahom et en tes dieux pleins d'abusion qui n'ont force ne
vertu sinon cause de damnacion. Fierabras luy dist. Par mon dieu mahon
tu es tousjours bien obstiné pour peine ne pour tourment on ne te peut
desvier. et d'une chose plus grande tu te peulx bien vanter que jamais
de personne ne fus si travaillé ne si agravé comme je suis de toy et tu
t'en dois bien louer. je suis content prens ton espee hardiment et
seurement: car sans glave competent tu ne peulx valoir plus que une
femme. Olivier respondit. Payen je ne sçauroy dire que tu ne me
presentes service et bonté: mais pour la valeur de dix mille mars d'or
je ne le feroye nompas pour mourir: car se j'avoye moyen toy mon espee
par ta courtoisie: et il advenoit que tu fusses dessoubz ma puissance et
tu me demandoies amitié et je te mettoye a mort ce seroit vileté a moy
et reprouche. Et de present ma mort et ma vie soyent en la volenté de
dieu mon createur auquel je me suis donné: mais je gaigneray mon espee
ou tu le comparras et deusse cy mourir autre chose n'en auras Par ma foy
dist fierabras tu es bien oultrecuidé et glorieux pourquoy soyes seur
que briefvement seras confus desconfis et matté.



Comment en ceste bataille fierabras fut vaincu par olivier après que il
eut recouvree l'une des espees de fierabras

Le .xiiii. chapitre.


Quant fierabras va ouyr que olivier estoit si fier de fait et de
couraige grant merveille s'en donna: car il n'avoit voulu son espee:
mais la vouloit a juste guerre conquester pourquoy le payen vint
desmesurement contre luy et tenoit en sa main plorance son espee: alors
ce ne fut pas merveille se olivier eust paour de attendre son contraire:
luy estant despourveu de glave et de son escu qui estoit cassé rompu et
en deux parties divisé: mais comme il pleut a dieu il regarda au cousté
de luy et veit le cheval de fierabras dont a l'arçon de sa selle
estoyent les deux autres espees dont j'ay dessus parlé et tantost s'en y
courut olivier moult abillement et print une des espees dessusdittes qui
se disoit baptisme qui avoit le talliant moult large et reluysant a
merveilles et puis s'en vint contre le payen et mist devant luy de son
escu ce qu'il en povoit avoir. Et quant il fut près du payen il commença
a dire. O roy d'alixandrie il est maintenant temps de compter: car je
suis de present pourveu de vostre espee de laquelle je vous feray mal
content et gardez vous bien de moy: car je vous deffie. Adonc quant
fierabras le veit et l'eut ainsi ouy parler tantost il commença a muer
la couleur et dit. o baptisme bonne espee maintz jours je t'ay gardee
pour l'une des bonnes espees que jamais pendit au cousté de moy ne de
homme qui oncques fut vivant. et puis regarda olivier en disant. Par mon
dieu mahon je te cognois de grant fierté se tu veulx: pren ton espee et
me laisse la mienne: et puis ferons comme nous avons commencé. Par mon
chief dist olivier ce ne sera ja fait a mon gré: car avant que je face
pache a toy je esproveray ceste espee sur ta personne: garde toy bien de
moy car trop avons sermonné. Cecy disant et aultre chose comme ung lyon
qui est affamé vint olivier contre fierabras le payen et frappa
premierement son adversaire. mais ne le peust point attindre sur la
teste qu'il ne rencontrast premierement l'escu du payen lequel il cassa
et rompit mallement par telle façon que la moytié volla a ses piedz dont
Fierabras redoubta moult celluy cop: car oultre tout l'espee de ce coup
entra près d'ung piez dedens la terre. Adonc benist olivier celluy qui
l'espee avoit forgee et trempee. Et après plusieurs menasses rigoreuse
ilz furent en partie descouvers de leurs heaulmes. Et quant olivier veit
le payen fierabras au visaige fier et courageux il va dire. O sire dieu
de paradis createur du ciel et de la terre que celluy payen est preux et
plain de cruaulté. Or fut il vray que maintenant le tenist charles a son
povoir et qu'il se voulsit baptiser rolant et moy serions ses
compaignons privez. Glorieuse vierge marie mere de dieu priés nostre
seigneur jhesucrist vostre enfant qu'il doint grace a cestuy payen qu'il
croye en la foy chrestienne car par luy moult pourroit estre exaulcee.
Fierabras respondit en ceste maniere. Olivier laisse ces parolles. dy
moy se tu veulx plus batailler ou que tu as entreprins. Ouy dist olivier
garde toi de moy: car je te deffie. Et se coururent sus et fut
premierement frappé olivier sus son escu par telle fierté et rudesse que
au près du poing luy fut mis en pieces son escu et fut grant merveille
qu'il ne fut coppé. Pourquoy ledit Fierabras luy dist ainsi qu'il
l'avoit mys en terme par telle maniere qu'il n'avoit plus guaires a
vivre en ce monde. Olivier ne dist mot: mais s'en vint a son espee
contre le payen fierabras moult furieusement Adonc le payen qui veit le
cop venir getta son escu contre olivier pourquoy il fut tantost
esquartellé et furent tous deux si estourdis que les yeulx en la teste
si leur furent tous de douleur troublez et firent faillir le feu des
espees et escutz moult abondamment. Et ainsi en frappant fierabras dist
au noble olivier en ceste maniere. Ores est il l'eure que jamais n'auras
aide de ton dieu jhesus en qui tu croys que tantost ne soyes mort puis
que tu te sens vaincu. Et olivier respondit Jhesus est bien puissant
pour monstrer sa puissance: mais tantost tu congnoistras que mahon et
tavergant ne te pourront aider: ne estre si grant que tu ne soyes mort
je t'en feray tantost congnoissance. Et sur ce vindrent l'ung sur
l'autre et olivier fut frappé sur son heaulme tout auprès de la chair
par tel endroit que tout ce qu'il conceut trencha et passa oultre et dit
a olivier: Je te jure mon dieu mahon que je t'ay bien conceu et feru: ne
jamais ne verras charles ne rolant de ce tu es bien seur. Olivier
respondit. O fierabras de alexandrie ne soyes si esperdu: car avant que
je parte de toy je te tiendray mort ou vaincu: et dieu m'en ottroye ce
que j'ay si souventesfois desiré. Et sur ce frapperent si
merveilleusement l'un sur l'autre que les corps de tous deux tressuerent
d'angoisse et peine. Fierabras frappa olivier sur son heaulme si
durement que jusques a la chair il mist tout bas et se dieu n'y eust
ouvré il estoit mort a celle foys. pourquoy olivier comme homme enraigé
vint contre le payen et le payen leva hault son escu tant qu'il fut tout
descouvert dessoubz les bras et eut desarmez les flans. Olivier fut
saige et print garde au fait et bien tost. et frappa fierabras aux flans
puissamment et tellement qu'il luy mist l'espee dedans l'un des flans
bien perfont et fut son espee fort ensanglantee. Ainsi fut navré que a
peu que les boyaulx de son ventre ne tombirent par terre. Car en celluy
cop olivier employa toute sa puissance pour le mettre a fin: car
longuement l'avoit combatu et luy fit prendre fin.



Comment fierabras vaincu creut en dieu. et comment il fut porté par
olivier et comment il fut assailly des sarrazins et tormenté.

Le .xv. chapitre.

[Illustration]


Après que le payen fut frappé et navré mortellement comme j'ay dit et
luy voyant qu'il ne povoit plus resister contre olivier par la vertu de
dieu il fut illuminé tellement qu'il eut congnoissance de l'erreur des
payens et leva les yeulx contre le ciel et commença a escrier la grace
de la saincte trinité: et puis regarda olivier et dist. O noble olivier
et vaillant chevalier en l'onneur de dieu que tu croys auquel je consens
je te crye mercy et te requiers que je ne meure pas jusques je soye
baptisé et rendu vaincu a charles qui tant est redoubté car je croiray
en la foy crestienne et rendray les relicques dont vous estes assemblez
et pour lesquelles vous prenés tant de peine et je te jure que se par
ton deffault je meurs sarrazin: de mon damnement je te feray culpable.
et se tu ne me prens en ta garde je pers mon sang tu me verras mourir
devant tes yeulx: pourquoy en l'onneur de dieu aye pitié de moy. Olivier
eut telle compassion de luy pour son mal moult fermement ploura et puis
le coucha a l'ombre dessoubz ung arbre et puis luy benda ses playes
mortelles et les luy benda par telle maniere qu'il ne perdoit plus son
sang si habondamment et puis luy pria le payen qu'il luy pleust de le
porter. car luymesmes ne s'en pourroit aller: mais quant olivier veit
qu'il estoit moult pesant luy dist qu'il estoit a luy impossible.
Fierabras moult s'esforça et vint près de luy et dist. O noble olivier
en l'onneur de dieu meines moy a charles avant que je meure. car je suis
près de ma fin tout mon corps saigne prens celluy cheval et monte dessus
et viens près de moy se je puis traverser devant toy sur l'arçon de la
selle tu me pourras mener et tiens mon espee et la metz a ton cousté si
en auras quatre que lon ne sauroit payer et te despaische: car
aujourd'uy au matin j'ay laissé en ce boys que tu voys la près de nous
cincquante mille hommes qui sont tous mes subjetz et leur ay dit que nul
ne bougast jusques je fusses retourné de la bataille. Quant olivier
l'eut entendu il en fut tout effroié. mais nonobstant dist il. Sire roy
puis qu'il vous plaist j'en suis content et monta au travers sur le
cheval comme il estoit dit et se mist a chemin en grant douleur. et
subitement va partir de celuy boys ou estoient les subjectz de Fierabras
ung moult fier payen nomme Brullant de mommiere. Sortibrant de
conimbres. Le roy de mantrible. Le roy maradas / et bien cincquante
mille après. Quant olivier le veit venir il commença a frapper de
l'esperon son cheval. mais sa charge estoit si pesante qu'il ne pouvoit
aller selon que les ennemys venoient a luy. quant les françoys veirent
venir payens en si grant nombre moult habilement furent armez et entre
les aultres Rolant Gerard de mondidier Guillaume l'estoc. Naymes de
bavyeres. Ogier. Richard de normandie. Guy de bourgoigne. Geoffroy
l'angevin et semblablement Regnier de gennes pere de olivier ne faillit
point. Olivier regarda aval le pré et veit venir les aultres. Brullant
de mommiere qui estoit monté sur ung cheval qui couroit comme ung lievre
et fasoit moult grant bruyt entre les aultres. car il sembloit que ce
fust fouldre et tempeste. et en sa main portoit ung dart a grant fer
d'acier quarré et agu qui estoit tout envenymé du sang d'ung crapault et
estoit fort dangereux: Quant olivier le veit il fut tout esbahy et dist
a Fierabras. Sire roy il fault que vous descendiés plus ne vous puis
conduyre dont je suys desplaisant. et je congnois qu'il me convient
estre oppressé vous le veez. et s'ilz me peuvent attaindre je seray mis
a mort. ne jamais charles ne me verra qui luy sera grant desconfort.
tantost Fierabras crya a haulte voix O noble olivier me voulés vous
laisser. vous m'avés conquis a vous me suis donné et rendu. ce ne seroit
pas noblement fait a vous de me regnyer. Helas povre dolent et chetif
que je suis se je meurs payen que deviendray je vierge marie mere de
dieu prenés pitié de moy indigne que je suis de me trouver a vous puis
dist a olivier. O noble conte je suis conquis par toy et ay promis que
je me feray baptiser. se tu me laisse tu te peulx bien peu priser
encores vois je que ne suis ne frappé ne vaincu. Olivier respondit.
Fierabras tu parles en chevalier. mais je voue dieu et la court
celestielle que je ne te laisseray si auray je bataille pour toy et
deffendray tant que je seray en vie tu t'y peulx bien fier et sur ce il
print le haubert du sarrazin et de ce qu'il se peust mieulx armer
prestement s'abilla et mist a sa teste ung chappeau de fin acier. et
tint son espee traicte nommee haulteclere de laquelle il se sçavoit bien
aider. et sur cecy tantost vint Brullant a tout son faulx dart et si
attaint olivier en la poictrine et luy donna ung mauvais coup tellement
que celluy faulx dart se rompit. adonc dist Fierabras. Sire olivier vous
avés assés fait pour moy. car vous en estes navré. descendés moy et me
mettés a part hors du chemin affin que je ne soye foulé des sarrazins
prins ne gasté. De cecy eut grant compassion olivier. et mist le payen a
l'ombre d'ung pin loing de la voye. Et quant il s'en voulut fouyr il
veit entour luy bien dix mille sarrazins et va dire. Helas bon jhesus
mon createur tu scés mon intencion. je te requiers que tu me donne grace
que je ne meure point pour le present jusques a ce que pour l'exaltation
de la sainte foy me trouve avec rolant mon compaignon. et au nom de
jhesus trait haulteclere et se mist en chemin et le premier qu'il
rencontra ce fut le filz du plus grant que y fust. et luy donna tel coup
qu'il le fendit jusques a la poictrine bien avant et cheut mort. et
olivier fut abille et print son escu tout neuf. car en la bataille
devant faicte il avoit perdu le sien. et aussi il eut sa lance et laissa
courre son cheval et se mesla parmy ces mescreans. et va ataindre du
premier coup clorgis et le frape jusques au cueur dont fut la mort et en
se retournant trois sarrazins a occis et couroyent devant luy comme les
brebis devant le loup qui est affamé. Sur ce vindrent sur luy maradas.
turgis. fortibrant de conimbres et le roy margaris et le crierent a
haute voix tous ensemble. par mahon nostre dieu françois de nous
n'eschapperas garde toy bien. car par nous tu mourras. et sur ce olivier
vint aux ennemis et frappa et les mist a mort. Et ces sarrazins
fraperent dessus luy dont ce fut merveilles qu'il ne fut deschappelé et
vaincu. mais a force de coupz et de trait son cheval luy fut occis
dessoubz luy. et luy estant a terre a force le plus tost qu'il peust se
leva sus et tout dempié mist devant luy l'escu qu'il avoit conquesté et
tint haulteclere qui estoit tout son confort pour le devoir secourir.
Tousjours celluy qu'il en attaignoit tresbuschoit bas et estoit mis a
mort. On ne list point en livre que oncques homme desja navré comme il
estoit fist si grant portement.



Comment olivier fut prins et bendé les yeulx piteusement qu'il ne peust
estre secouru par les françois.

Le .xvi. chapitre.

[Illustration]


Olivier retourna tout seul et de pié entre ces sarrazins esquelz il fit
grant resistance et merveilleuse: mais ne luy fut pas chose possible que
il peut eschapper de leurs mains. car a glayves a espees et a faulx
dartz de fer le vont tant presser que son escu fut percé en plus de
trente lieux et quant son haubert fut aussi percé. cassé et rompu. de
quatre faulx dartz agus le vont percer au corps mortellement parquoy
force luy fut qu'il cheust a terre et le prindrent moult
oultrageusement. et puis luy ont bendé les yeulx et conceuz
estroictement qu'il ne veoit riens. ne ne sçavoit ou il estoit. et le
monterent sur ung bon cheval et l'estacherent bien seurement. Et quant
cestuy vaillant olivier fut ainsi despourveu de toute adjutoire. de
toute clarté. de toute esperance. de tout confort. que sans le dire se
peut entendre. luy estant en celle desplaisance. car il ne sçavoit qu'on
alloit faire de luy a haulte voix par une compassion de cueur va dire. O
charlemaigne roy de noblesse. empereur de valeur ou es tu maintenant. et
sçay tu point ou je suis voy tu riens que je fais. te souvient il de
moy. noble compaignon rolant es tu bien endormy. suis je sourt ou
comment je ne puis ouyr. Est il homme crestien qui s'en peust souvenir.
Cecy et aultres plaintes faisant le roy maradas luy dist. Françoys
quelque tu soyes tu parles de folie. car je ne mengeray que tu ne soyes
pendu Ces sarrazins s'en coururent a tout olivier les yeulx bendez. les
mains liees bien estroictement en la garde de quatre faulx tyrans. Et
specialement sur ce vindrent rolant. tierry. et tous les pers et charles
aussy. mais ce fut bien tart pour saulver olivier a grans crys
requierent dieu et tous les saintz de paradis. et avec parolles
malicieuses rolant frappa corsuble en la poictrine. Gerard de mondidier
vint contre turgis. ogier fier athennas et richard de normandie. guy de
bourgoigne brullant. Il n'y eut celluy des pers de france n'ait mis bas
son homme. et firent si grant desconfite de ses sarrazins qu'ilz
estoient tous empechez d'eulx tenir a aller oultre. mais les aultres
payens qui conduisoient olivier alloyent tousjours oultre. Et a celle
bataille fut occis guillaume gautier et assez des françoys moult
valeureuses gens et plusieurs menues gens des françoys. Et misdrent par
terre gerad de mondidier le filz au duc tyerry. Guillaume l'estoc. et
geoffroy l'engevin. et puis diligenment les lierent a cheval. et
chevaucherent moult hastivement. mais quant charles les veit ainsi
emmener. a bien peu qu'il ne perdit le sens et a haulte voix crya
sauvegarde secours a ses barons. o chevaliers desloyaulx que vous estes
tardifz. s'ilz emmaine les contes ja bien ne vous en viendra. Quant les
françoys ouyrent charles ainsi esmeu comme enragés frapperent des
esperons et les vindrent attendre au bas d'une montee. et se trouva
rolant des premiers qui tint son espee durandal traicte pour se venger
fierement et celluy qu'il attaignoit estoit bien seur de passer par la
mort. car il estoit tout enragé de ce qu'on emmenoit son compaignon
olivier. et va attaindre lampatris et le fendit jusques au millieu du
corps. Et en celle heure fit grant portement rolant. mais a cause de la
multitude des payens ilz ne peurent passer oultre pour secourir les
barons prisonniers. et les dechasserent plus de cinq lieues de long et
si ne les sceurent approcher. Et furent pour lors plusieurs bons
chevaulx mors morfonduz et lassez. Et nonobstant rolant jura que jamais
ne tourneroit jusques a tant que les barons de france fussent ostez de
la main de leurs ennemis. mais il ne se peust faire. car la nuyt survint
et ne sçavoient ou aller. Les sarrazins qui estoient devant vont
tousjours fuyant a leur plaisir. Cecy voiant charles ne sceut plus qu'il
deust dire ne faire. car il doubtoit que les payens n'eussent fait agait
et arriere garde pour les laisser enclorre. Et par ainsi leur fut force
laisser les champs et en grant desplaisance d'angoisse se vont tous
mettre a eulx en retourner.



La seconde partie du second livre contient .xvii. chapitres et parle du
torment des barons de france. et comment ceulx qui ne furent point prins
allerent parler a Ballant l'admiral d'espaigne.



Comment fierabras fut trouvé par charles l'empereur. et puis baptisé et
guery de ses playes.

Le premier chapitre.


Après que charles congneut qu'il ne povoit ravoir olivier ne les aultres
prisonniers. force luy fut de retourner avec ses gens. car la nuyt leur
fut pour lors nuysable. et ainsi en retournant vont trouver Fierabras
dessoubz ung arbre languissant. auquel le roy va dire. O payen
malheureux je te doy bien hayr. car par toy sont mes hommes prisonniers
et perdus. Tu m'as osté olivier l'un des bien aymez que j'eusse entre
tous les humains celluy qui a esté singulier a maintenir mon honneur. et
par toy en la fin en lieu de joye me rens douleur quant fierabras
l'entendit ung grant soupir va getter et dire. O riche empereur et noble
le plus puissant des humains. en l'onneur de dieu je te crye mercy
pardonne moy. Il est vray que olivier m'a conquis ja ne le celeray et
luy ay promis que je me feray crestien j'ay laissé tous mes dieux et
n'en fais plus compte et me rens a jhesus le createur du monde. et te
requier de rechief que je soye baptisé. et se je estoie de mes playes
guery. je exaulceroie de mon povoir la foy crestiene et seryont fais
plusieurs crestiens moyen moy. Je rendray le saint sepulchre et les
reliques saintes dont vous prenez tant de peine. Et si vous fais serment
par le dieu que je croy que je suis plus dolent du noble olivier qui est
prins pour prisonnier que je ne suis de mon corps qui est navré
mortellement. et se dieu plaist nous l'aurons une foys. Pourquoy
concluons que je soye crestien se je meurs sarrazin il vous sera
reprouche. et charles qui en eut compassion le fit porter en son logis
par ses barons. Quant ilz le veirent ainsi membré il furent tous esbahis
de la grandeur et grosseur de luy: car quant il fut desarmé c'estoit ung
des beaulx hommes qui fust jamais veu et tous les françoys donnerent
grant honneur a olivier qui avoit combatu ung tel homme. Et ainsi qu'il
fut devestu ses playes se vont ouvrir et commencerent a seigner dont le
cueur luy faillit et cheut tout paulmé Mais rolant le retint Et tantost
furent les fons aprestés. et incontinent on manda l'arcevesque Turpin et
naymon qui estoient moult joyeulx de ce que celluy payen devoit estre
crestien. Et après que le baptesme fut apresté les sarrazins luy misrent
aultre nom. et fut nommé florent. mais tant comme il vesquit fierabras
s'appella. Et la fut mis en ung lit moult honnorable. et en la fin de
ses jours fut saint et fist plusieurs miracles. Et se dit ores saint
Florent de roye. Et puis tantost l'empereur le fist visiter par les
medecins bien expers. et cercherent en toutes ses playes les plus
mortelles. et comment il pleust a dieu ilz ne trouverent point les
boyaulx entamés Pourquoy les medecins furent seurs de le rendre bien
guary devant deux moys advenir. En faisant celle visitacion l'empereur
estoit present et dist a fierabras. Si devant toy tu veois Olivier et
les aultres prisonniers nous serions bien contens. Et se tenoit charles
assis couroucé et marri moult fort pensant sur les barons plus qu'il
n'en faisoit semblant.



Comment olivier et ses compaignons furent presentés a Balam l'admiral et
cruellement passionnez de prison.

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


Les sarrazins après qu'ilz eurent les barons de france dessus nommés
pour prisonniers ilz n'arresterent de courre jusques qu'ilz fussent en
une riche cité qui se disoit aigremoire. et a l'entree de la cité ilz
vont sonner trompettes faisant grant bruit. Quant Balam l'admiral pere
de Fierabras les veit venir il s'en vint au devant d'eulx et se mist
près de brullant de mommiere. auquel l'admiral va dire. O brullant mon
amy comptez nous des nouvelles comment se portent mes affaires. avez
vous prins l'empereur charles que tant se fait redoubter. et ces pers de
france sont ilz point desconfitz. Brullant luy va dire. O sire admiral
les nouvelles que je vous apporte sont beaucoup moindres que vous ne
dittes. De par le roy charles nous avons a peu esté deffaitz et
desconfitz. car sa puissance est chose merveilleuse. Fierabras vostre
filz est avec luy vaincu par l'ung de ses barons et c'est fait crestien.
et a esté prins vaincu. Et en loyalle bataille sans faire traison. Et
quant l'admiral l'eut entendu tout transy va cheoir a terre. et avant
qu'il peust retourner en sa memoire il demoura une grant piece de la
douleur qu'il eut de son filz. Et quant il fut relevé il va crier a
haulte voix O dolent malheureux que je suis povre chetif que doys je
devenir. O fierabras mon fils treschier ou estes vous allé dont vient
cestuy meffaict de quoy vous fustes prins qui jamais en bataille ne
fustes lassé ne reprins. O la maulvaise nouvelle qu'on m'a comptee de
vous. s'il s'est fait crestien dolant suis de sa vie j'aymaisse mieulx
qu'il eust esté desmembré et mys a mort. et sur ce comme tout scandalizé
cheut a terre et va crier. O brullant de mommiere qu'est devenu le roy
si noble de cordube et mon nepveu bruchard et nugis de pramelle. puis
mon filz fierabras le conduiseur de tout s'il est vray qu'il soit perdu
je fendray la cervelle a mahommet le dieu qui m'a promis tant de biens a
qui je me suis donné et rendu: Ce disant comme tout enraigé se tormenta
briefvement sur la terre. et quant l'admiral fut ung peu refroidi de son
mal. il demanda a brullant lequel estoit le chevalier qui avoit vaincu
fierabras son filz brullant respondit. Sire admiral vostre filz a esté
conquis par cestuy damoyseau en luy demonstrant olivier qui estoit beau
et bien formé et membré: lequel eut entre les aultres les ieulx bendez.
Or tost ce dist l'admiral d'espaigne despeschez vous amenez le moy.
jamais ne boyray ne mangeray qu'il ne soit desmembré. Quant les françoys
vont entendre qu'on vouloit faire mourir olivier qui estoit tout leur
confort se vont prendre a plourer griefvement et olivier qui les
entendit les reconforta en leur disant par maniere que les sarrazins ne
sçavoient qu'ilz disoient. Messeigneurs et mes freres vous sçavez nostre
necessité se l'admiral ballant peult sçavoir que nous soions des pers de
france nostre vie est terminee. car pour nul riens ne prendroit pitié de
nous que ne mourions pourquoy je vous prie que nous nous disions aultre
comme je commenceray auquel olivier tous les aultres françoys qui
estoient prisonniers vont consentir et dirent qu'il ne feroient si non
ce qu'il leur conseilleroit. après que l'admiral l'eut commandé venir
devant luy les payens le vont desarmer et luy destacherent les mains et
desbenderent les yeulx dont il estoit moult grevé et dangereusement
navré. Et tantost L'admiral furieusement luy demanda Françoys garde toy
bien que tu me dies verité: comment te nommes tu ne me cele pas. Olivier
va respondre et dire Sire je me nomme enginees filz a ung vassal de
povre lignaige et m'en partis une foys et fus né en lorraine: si vins
une foys a la court de charles l'empereur qui me donna armes après que
je fus adoubé et aussi mes compaignons que vous veez devant vous sont
povres chevaliers adventuriers et avons prins peine de servir nostre roy
affin que par nostre service nous puissions estre avancez et avoir
quelque bon guerdon. O mahon va dire l'admiral or suis je bien trompé:
je cuydoie par mon dieu avoir cincq vaillans contes des plus grans de
france et avoir le royaulme de france par le moyen de ses barons. Et
tantost appella barcabas son chamberlant et luy dist. Despeschés vous
prenez moy ces françois: faictes les despoiller et a ce pillier estacher
durement et puis me faictes apporter mes dars de fer bien eschauffez et
enrougis et a ces françois les feray frapper et tirer a mon plaisir. Sur
ce se leva brullant et dist. Sire admiral je vous prie que pour le
present vous ne fasiés ceste entreprinse car ce ne seroit pas bien fait.
vous voyés qu'il est vespre et trop tard pour faire justice et en
pourriez bien estre blasmé: veu que vostre seigneurie et voz barons ne
sont point cy presens pourquoy je vous supplye que pour meshuy vous ne
leur facés riens jusques demain que chascun le sçaura et vostre jugement
sera mieulx approuvé: car je sçay bien qu'ilz ont ja deservy la mort
evidente. Et d'autre part se charles vous vouloit rendre monseigneur
Fierabras vostre filz de bon gré vous luy pourriez semblablement
remettre les françoys que vous avez. Pour l'amour de vous dist l'admiral
j'en suis content et demande brutamont qui estoit garde de la prison et
luy recommanda les françoys moult grandement et qu'il fust bien seur
d'eulx et qui les mist en lieu pour apprendre comment ilz avoient ouvré
follement d'eulx mettre en sa main.



De la prison ou les françoys furent visitez par la belle floripes fille
de l'admiral et de la beaulté d'elle.

Le .iii. chapitre.

[Illustration]


Après que ballant l'admiral eut dist que les françoys fussent mis en
griefve prison brutamont le chartrier vint descendre olivier et les
aultres ses compaignons en une prison moult dangereuse qui estoit tant
estroicte en terre qu'on ne veoit clarté quelconcques: en laquelle
estoient mis et nourriz serpens crapaulx et aultres bestes venimeuses et
detestables. auquel lieu estoient toutes punaisies et y passoit ung
ruisseau de la mer sallee qui avoit son entree sans conduit par lequel
l'eaue peust partir qu'elle ne fust bien hault selon l'eure que la
marine croist. Et avant que le maistre de la prison s'en allast il leur
desbenda les yeulx et ferma les partuis dessus eulx et eulx estans en ce
travail et punaisie tantost l'eau y vint si treshabondamment que les
povres françoys furent en l'eau jusques aux espaules dont les playes
d'olivier se commencerent a ouvrir et la douleur a cause de l'eaue
sallee luy tresperçoit le cueur vous pouvés penser l'angoisse
especiallement d'olivier qui estoit navré mortellement en plusieurs
lieux qui avoit grant necessité de remede et il fut mis an lieu auquel
toutes ses douleurs furent renouvellees et ses plaies ouvertes car
tantost se sentit baigné tantost va cheoir tout pasmé et fut mort a
l'eure se ne fust Guerard de mondidier lequel le soubstint et vous me
pourriez demander comment ilz ne furent noyez voyant que l'eaue
croissoit tousjours vous devez sçavoir que en celle prison d'aventure
avoit deux gros pilliers bien de quinze piez de hault sur lesquelz ilz
vont monter a grant force Olivier qui ne se pouvoit gueres aider. Et
quant olivier fut la assis par grant angoisse de ce se va complaindre et
dire O pouvre homme malheureux soubmis a faulce fortune. O reignier mon
chier pere pour dieu que faictes vous sçavez vous ou je suis: pensez
vous que je fais congnoissez vous mon dueil jamais ne me verrez. Cecy
disant et aultres parolles de desolacion. Guerard de mondidier
respondit. Sire olivier ne vous deconfortez plus car a tel chevalier que
vous estes n'appartient de ce plaindre: resjouissons nous en dieu duquel
fust maintenant le plaisir que nous qui sommes ceans fussions lassus
tous armez avec chascun son espee car je prometz a dieu que tout avant
que nul de nous fust avallé seans vaincu des sarrazins j'en y mettroye
troys cens ou plus Les françoys dessusditz estans sur les pilliers de
marbres devant ditz. Cecy disant et aultres choses Floripes fille. de
l'admiral et seur de Fierabras les escoutoit et eut grant compassion des
complaintes que Olivier faisoit Ceste fille qui estoit jeune non mariee
estoit moult bien comprinse de corps par longueur moderee. blanche comme
la rose du moy de may les cheveulx avoit reluysans comme le fin or. et
dessoubz avoit sa face terminee en ung petit de longueur des yeulx qui
estoyent rians et clers comme de faulcon mué. estincellans comme deux
estoilles. Le visaige avoit devisé moult esgallement pour son nez qui
estoit moult seant. les deux sourcilz qui estoyent dessus apparans
faisoyent obumbracion sur les yeulx. joues rondes blanches comme la
fleur du lys. ung petit tissues de rougeur. et dessoubz le nez estoit la
bouche rondete eslevee en competant espace jusques au menton
proporcionnee au demourant. la teste et petites espaules droictes et
bien esgalles. et devant dessus la seinture estoit eslevee de la façon
de deux pommes rondes droictes comme le bout d'une montaignette. Et elle
estoit habillé d'une robe de pouppre merveilleusement riche trespainte
d'estoilles de fin or. laquelle fut faicte d'une fee et estoit de telle
vertu que personne qui l'auroit ne pourroit estre empoisonné de herbe ou
venin. Et estoit floripes si belle a tous et ses habillemens que se une
personne eust jeuné troys ou quatre jours sans menger et il la veoit il
estoit remply et saoulé. Et plus oultre elle portoit ung manteau qui
avoit esté fait en l'isle de corlcos la ou jason print la toison d'or
comme on list en la destruction de troyes. lequel manteau estoit
semblablement fait d'une fee et avoit si grant odeur que c'estoit
merveilles pourquoy de la beaulté de celle damoiselle chascun
s'esmerveilloit. et avoit comme j'ay dit devant bien ouy parler les
françois en prison. et specialement de Olivier duquel elle eut grant
pitié et va partir de sa chambre avec douze pucelles ses subjectes et
entra premierement en la salle commune ou estoyent les payens moult
desolez de Fierbras qui estoit prins et de pluseurs aultres grans
seigneurs qui estoyent mors. Et quant la fille eut demandé des
nouvelles. ilz luy vont dire que Fierbras son frere estoit prins et
vaincu pourquoy tantost elle fist ung grant cry et souspira d'angoisse
dont pour elle tout le dueil fut entre eulx renouvellé. Et quant elle
eut cessé ung petit de plourer elle demanda tantost a Brutamont qui sont
ceulx que j'ay ouy parler en la prison qui si fort se deulent. Ma dame
respondit le portier ilz sont françoys hommes de Charles le roy de
france. lesquelz ne cesserent jamais de destruire nostre loy et mettre a
mort noz gens. vituperer nostre creance et anichiller noz dieux. et sont
ceulx qui ont aidé a occir Fierabras vostre frere entre lesquelz il y en
a ung de grant valeur qui est l'ung des bien faitz homme qui jamais fut
congneu. et a esté si trespuissant qu'il a conquis en bataille loyalle
Fierabras Tantost floripes eut envie de les ouyr parler. et dist a
Brutamont je vueil parler a eulx vien moy ouvrir la prison: car je vueil
sçavoir de leur fait. Brutamont va respondre et dist. Ma dame vous me
pardonnerez. il ne se peut faire que vous y allez pour l'inhonnesteté du
lieu. et il ne vous appartient pas: et d'aultre part vostre pere m'a
deffendu que personne n'aproche de la prison. je me remembre que souvent
par femmes plusieurs preudommes j'ay veu vergoignez et deceuz. Quant
Floripes l'entendit elle cuida perdre le sens et luy dist. O maulvais
glout despiteux me dois tu mettre ce langaige devant. je te prometz que
je t'en feray payer briesment. et demanda son chamberlam lequel luy
bailla ung baston. et fist semblant la fille de ouvrir la prison. et
Brutamont la voulut contredire et subitement elle cecy voyant luy donna
si grant coup au visaige que les deux yeulx luy fist voler hors de la
teste: et puis après qu'il fut a terre elle le fist mourir et puis le
getta sans ce qu'il fust sceu de nul des payens dedens la prison. dont
les françoys qui estoyent dedens furent tous esperdus quant il vont ouyr
cheoir et pensoient que ce fust le dyable qui les voulsist tempter et
decepvoir. Puis tantost floripes fist alumer ung grande torche de cire
et se fist ouvrir la prison. et mist devant elle la lumiere pour veoir
les prisonniers. et près d'ung pillier leur va dire. O seigneurs
respondés moy. qui estez vous et comment vous nommez vous. ne le me
celés pas. Olivier respond et dist. Ma belle dame nous sommes de france
et hommes de charlemaigne. et avons esté amenez a l'admiral qui nous a
en ceste creuse prison ordonnez. et mieulx nous vauldroit qu'il nous
fist desmembrer et mourir que de demourer en cestuy lieu. Floripes la
courtoise nonobstant qu'elle ne fust pas crestienne si avoit elle grant
noblesse. et leur va dire. Je vous prometz que je vous mettray dehors
seulement que vous me promettez et jurez que vous m'ayderés a ce que
vous diray Olivier respondit cecy. Ma dame je vous asseure que vous nous
trouverés trestous telz par effaictz comme a la bouche. ne jamais ne
fusmez aultres ne aussi ne serons encores. Et soyés seure que ne vous
fauldrons tant que nous ayons vie au corps seulement que nous soyons
fournis d'armes et puis estre lassus pour nous mesler avec les sarrazins
j'en feray une grant desconfite. Vassal dist la fille vous vous pourriés
bien trop vanter encores estes vous leans et bien loing d'estre dehors
et vous menassez les aultres qui sont a leur liberté. Mieulx vault soy
bien taire que follement parler. Richard de normandie dist a la dame.
Madamoiselle je vous diray ung mot. celluy qui est detenu et empesché
chante moult voulentiers pour oblier son mal et sa melancolie. Et
floripes regarda Richard le gracieux qui excusa olivier de ce que il
parloit trop hardiement. mais ce ne fut pas grant merveille. car de joye
que olivier eut quant la fille luy dist qu'ilz seroient mys hors. il
pensoit ja estre hors et armé en sa franche voulenté. mais ceste fille
va dire a Richard. pour verité sire vous vous sçavez bien louer et
vostre compaignon excuser prestement. et je croy fermement que vous
sçauriés bien jouer avec pucelles en quelque chambre dessoubz courtines
seulet a seullette. pour vous bien deporter en amours vous sçavez la
maniere Guillaume l'estoc respondit et dist par mon ame ma dame vous
dictes verité de luy et avez bien deviné. et d'icy a troys cens lieues
on ne trouveroit le pareil.



Comment les françoys furent mis hors de prison et visitez par la noble
pucelle Floripes et la beaulté de sa chambre.

Le .iiii. chapitre.


Quant floripes la belle eut parlé a son plaisir aux barons prisonniers
elle demanda son chamberlam et luy fist aporter une corde et ung baston
lié au travers. puis la descendit dedens. et quant les françoys veirent
le fait vont monter dessus. premierement Olivier. et puis la fille et
son chamberlan le vont tirer a grant force et puis legierement monterent
les aultres et puis les mena par une vielle porte et secrete. et sans ce
que nul le sceust des payens ils vont entrer en la chambre de floripes
dont l'entree estoit faicte merveilleusement selon l'oeuvre sarrazine.
dessus la maistresse porte par beaulz ars estoyent faitz les cieulx. les
estoilles. le soleil. la lune. le temps d'esté et d'yver. boys.
montaignes. oyseaulx. bestes. poissons. y estoyent paintz de toutes
especes et figures par merveilleuse façon. et selon les escriptures le
filz matusale la fist faire et estoit celle chambre sur une roche noire
toute environnee de la mer. et en ung des quarrés de la maison avoit ung
pretoire merveilleusement bel ou jamais fleurs ne fruitz ne failloyent.
et de la toutes maladies fors de celle de la mort on trouvoit confort et
bon adjutoire. La dedens vient et croist la mandegloire. et avec la
belle floripes en la salle estoyent ses dames. Claremondine. florette
florimonde. et plusieurs aultres belles pucelles et sa maistresse qui se
disoit maragonde laquelle dist a floripes. Je vueil mourir se je ne
congnois ces françoys Celluy bel escuyer que vous veez c'est Olivier qui
est filz a Regnier de gennes et frere a Adam l'une des belles qui soit
nee. et est celluy qui a vincu Fierabras ton frere. Et celluy est
Guerard de mondidier. et l'autre est Guillaume l'estoc. et le camus qui
est par dela est geoffroy l'angevin. mais je prie a mahon mon dieu qu'il
me mauldie se jamais menge ne boy que premier ne l'aye compté a vostre
pere monseigneur l'admiral. Floripes mua tout le sens quant elle ouyt
ces parolles et moult secretement elle retint son ire contre elle. et va
demander celle femme au près d'une fenestre. et puis luy donna si grant
coup qu'elle la mist a terre. et elle demanda son varlet lequel vint a
elle presentement et vont bouter celle femme en la mer. car floripes
redoubtoit fort son pere. Et quant la ville tomboyt floripes luy dist.
Or alez vielle despiteuse vous avez vostre guerdon je suis bien seure
maintenant que les françoys qui sont icy ne seront jamais par vous
encombrez ne en dangier. Et de cecy les barons vont faire grant joye. et
tantost floripes vint aux françoys et les baisa moult doulcement. et
veit olivier qui estoit tout ensanglanté. et congneut qu'il estoit navré
et dist. Sire olivier ne vous doubtez. car je vous rendray tantost en
bonne santé. et s'en vint a la mandegloire et en print ung petit. Et
tantost que Olivier en eut usé il fut reduyt en bonne santé. Les barons
estans en celle noble chambre tantost furent assis a table et bien
pourveux de tous vivres et de viandes delicieuses desquelles ilz avoyent
bien mestier a cause de la fain que desja avoyent enduré. Au departir du
mengier ilz eurent les baingz eschauffez esquelz ils se vont tous
refaire. et au partir chascun fut affeublé d'ung manteau de paille et
bordé d'or. Et dist la belle floripes Seigneurs barons vous sçavez
comment me suis mise en dangier pour vous mettre hors de la prison
mortelle et estes ceans a seurté: mais se d'avanture quelc'un nous avoit
ouy nous serions trestous mal venuz et ne suis en aultre doubte Olivier
qui est icy present a vaincu mon frere. auquel naturellement je devoye
faire opprobre et reprehension je vous congnois bien tous n'en soyés de
riens esbahys et vous sçavez que vous m'avez promis que mon secret
seroit celé entre vous et tous luy vont promettre de faire sa voulenté
de leur pouvoir Et puis dist floripes Seigneurs je vous diray. Il ya ung
chevalier en france que j'ay long temps aymé qui se nomme Guy de
bourgoigne qui est plus beau que ne sçauroie dire. et est du parentaige
a charlemaigne et de rolant le trespuissant. une fois que j'estoye a
romme je le veis de celle heure je luy donnay mon cueur quant mon pere
l'admiral destruist la cité de romme lucafart de bendas qui estoit moult
redoubté entre les payens et ledit guy de bourgoigne jousterent
ensemble. mais ledit guy le mist a terre dessoubz son cheval. ainsi que
moult me pleut. et prins si en gré la vaillance de luy que despuis que
le veis si vaillant je l'ay eu en mon cueur tellement que se je ne l'ay
a mary jamais ne seray mariee. Et pour l'amour de luy je me vouldroye
baptiser et croyre au dieu des crestiens. A celle parolle les françoys
furent moult joyeux et vont rendre graces a dieu de la voulenté de ceste
belle pucelle et dist girard. Ma dame je vous jure que se nous estions
armez maintenant et nous fussions en la salle des payens nous en ferions
grande desconfite. mais floripes fut saige et dist. Seigneurs pensons
saigement a noz affaires. et puis que vous estes a seurté prenez ung
petit de repos. Veez cy six pucelles de grande noblesse. chascun de vous
prengne la sienne pour mieulx desduyre le temps et se reposer et preigne
desbatement: et je vous regarderay s'il vous vient a plaisir. car quant
est de moy je n'ay que faire de homme qui vive que de guy de bourgoigne
a qui j'ay donné mon cueur. toutesfois a bien considerer en cestuy
chapitre grant oeuvre. fut comprinse. Quant premierement floripes la
courtoise. qui estoit payenne eut desir de parler aux françoys et cecy
touche bien la voulenté des femmes pour sçavoir des nouvelles. mais en
tant qui touche l'oeuvre qu'elle fit contre le maistre et garde de la
prison. et comment ilz furent mis dehors ce fut oeuvre divine bien
approuvee et grant dommaige eust esté se ces barons fussent demourez
dedens. mais la foy des personnes fait grant allegement de tourment car
les saintz de paradis par sainte foy ont obtenu paradis et plusieurs
terriennes victoires de leurs ennemis. Et a bon droit celluy qui
bataille pour la foy. et il advient qu'il soit detenu. la misericorde de
dieu luy est prouchaine pour le delivrer. La cause pourquoy ilz furent
delivrez de prison elle estoit de loing venue: c'est de rome pour guy de
bourgoigne que avoit en amour. et estoit contente de se baptiser et
croire en dieu pour avoir a mary Guy de bourgoigne pourquoy on peult
comprendre comme amour en ceste damoiselle estoit enserree et comprinse
de longue amour et affection: laquelle fut cause de saulver les
prisonniers qui estoyent comme j'ay dit en grant dangier.



Comment le roy charles manda a Ballant l'admiral sept pers de france qui
n'y vouloyent pas aller.

Le .v. chapitre.

[Illustration]


Le duc de gennes pere d'olivier qui ne povoit dormir ne boire ne menger
pour la douleur qu'il avoit de son filz. quant il ne peust plus endurer
il s'en vint au roy charles et luy dist. Sire empereur pour la sainte
amour de dieu que il vous plaise prendre pitié de moy. vous sçavés ma
douleur. doy je perdre mon filz olivier. et pour lequel je suis en
angoisse continuellement se je n'en ay aultres nouvelles je mourray
devant deux jours de melencolie. ou il m'est force de me mettre a chemin
pour y aller. Quant charles l'entendit moult fut esmeu et plain de
compassion pour la melancolie de regnier et demanda Rolant et luy dist
Beau nepveu Rolant entendés a moy demain bien matin il vous fault aller
a aigremoire et dictes a ballant l'admiral sans riens celer qu'il vous
rende la couronne de jhesucrist et les aultres reliques. pour lesquelles
j'ay prins grant peine. et puis luy demandés mes barons qu'il tient
prisonniers. et s'il vous contredit dictes luy que je feray trainer
villainement et puis après pendre par le col les yeulx bendés comme
larron prouvé. Quant il eut dit Rolant respondit. Sire roy et bel oncle
prenez mercy de moy. Je suis bien seur que se je y voys veritablement
que jamais ne me verrés. Le duc naymes fut la qui dist. Sire empereur
regardez que vous voulez faire. Rolant est vostre nepveu vous sçavez de
quelle valeur il est. s'il va la ou vous dictes jamais n'en reviendra.
Et charles respondit. Et je vous jure sire naymes que vous irés avecques
luy et porterés mes lettres que je mande a l'admiral. Cecy estre dit
basin de genevoys vint devant et dist. Et comment voulez vous ainsi
perdre voz chevaliers je suis certain que s'ilz y vont comme vous l'avés
dit ung seul jamais n'en retournera. Charles jura les deux yeulx de sa
teste que basin iroit avec les deux aultres et par ainsi seront trois.
Tierry le duc d'ardaigne dit comme les aultres pourquoy il fut ordonné
pour y aller. Ogier le dannoys semblablement parla qu'on n'y deust point
aller mais avec les aultres il fut ordonné pour y aller Richart de
normandie s'en vint a l'empereur et dist. Sire roy je suis esbahy
comment il ne vous prent pitié de voz chevaliers que sachamment vous
voulés faire mourir je sçay bien que se celle part vont vous les avez
perduz. Par le dieu en qui je croy dist charles vous irés entre les
aultres et serez six pour pourter mes lettres a ballam que j'ay tant en
hayne et puis regarde guy de bourgoigne et luy dist venez a moy. vous
estes mon cousin et mon parent de moy prisé et aymé: vous serez le
septiesme pour faire mon messaige a l'admiral d'espaigne. Et luy dirés
qu'il propose de soy baptiser et qu'il tiengne de de moy son royaulme
ses villes et citez et aussi qu'il me rende les reliques dont je prens
tant grant peine et travail. Et s'il vous contredit dittes luy que je le
fray pendre et estrangler et mourir villainement. Helas dist guy de
bourgoigne empereur treschier je congnois a ceste fois que vous me
voulés perdre. Se je y vois jamais je n'en reviendray j'en suis bien
seur. Et sur ce le souleil coucha et fut encliné vers la nuyt et vont
soupper. Et le matin aussi tost que le soleil fut levé les sept barons
dessus nommés vindrent devant charles. Et va dire naymes de bavieres.
Empereur de noblesse redoubté en tous lieux nous sommes icy pour obeyr a
ton commandement. Nous te prions que nous donnes licence et congié pour
partir. et s'il ya personne en ceste presence ne en tout l'exercite qui
nous ait mesfait: nous luy pardonnons et semblablement se nous avons
offencé a nulluy en l'onneur de dieu qu'il nous soit pardonné. A ces
parolles les françoys qui estoyent presens de pitié commencerent a
plourer et dist charles aux barons. Mes princes et barons treschiers et
tresbiens amez a dieu de paradis je vous commande: et du merite de la
saincte passion et au glorieux vaisseau de la croix qu'il vous soit en
aide. Et a chemin se mirent hastivement eulx transportans en estrange
pays.



Comment l'admiral transmettoit quinze roys sarrazins a l'empereur pour
ravoir fierabras lesquelz furent rencontrez par les pers de france et
mis a mort.

Le .vi. chapitre.

[Illustration]


En aigremoire pour lors estoit Balam l'admiral doulent et courroucé et
avoit mandé venir vers luy .xv. roys sarrazins pour avoir conseil.
lesquelz il attendoit. Et quant il furent venus Maradas le plus fier des
xv. parla premierement et dist a Balam. Sire admiral pourquoy sommes
nous mandez a toy Balam respondit et dist. Seigneurs je vous diray la
verité. charlemaigne de france me requiert grand folie car il veult que
je soye subject a luy et que je tiengne mes pays de luy: mais cecy ne se
fera point et il est bien fol a mon semblant de pancer en ces folyes
pour son meilleur preigne plaisir a dormir et en chambres reposer son
corps et prier dieu en ses eglises et qu'il mange ce qu'il a: toutesfois
je conseille que vous aillés a luy a mormionde ou il a son logis et que
je luy mande le viellart rassoté que il croye en mahon nostre dieu sans
prendre dilation et il fera que saige: et oultre plus qu'il me rende mon
filz fierabras pour lequel je suis detenu en douleur et d'aultre part
veulx qu'il tiengne de moy france et toute sa region: et que s'il ne le
fait comme vous deviserez je le iray querir atout cent mille hommes
armez. et se d'aventure en vostre chemin vous trouvés homme crestien
couppez luy la teste sans avoir mercy. Quant l'admiral eut ce dit
Maradas respondit. Sire admiral je congnois que vous nous voulés
affoller: car les françois sont moult felons et se nous disons ce que
vous avés proposé de nous sera fin: car tantost serons desmembrez: mais
ne croyés point que je die cecy pour obvier a vostre commandement ne que
je soye celluy qui n'y veulle aller: car j'ay ce couraige que se
d'aventure je me mesle parmy ces crestiens j'en mettray a mort dix avant
que je soye lassé. Et se je ne faiz comme je l'ay dit je vueil que me
facez copper la teste. ses compaignons dirent que chascun d'eulx feroit
bien autant que Maradas: pourquoy sans aultre chose deliberer ilz
monterent sur gros chevaulx sejournez a grosses lances pennons levez
puissantement se sont mys a chemin et n'arresterent jusques au pont de
mantrible et le plustost qu'ilz peurent sont passez oultre. et les
françoys devant nommez vont rencontrer les sarrazins. et premierement
les veit venir le duc naymes qui va dire. O sire dieu de paradis quelle
entreprise ont fait les sarrazins les veez vous venir contre nous a
grant puissance avisons que nous pourrons faire rolant va dire.
seigneurs ne vous doubtez riens regardez ilz ne sont ne vingt ne trente
allons tout droit a eulx: les aulcuns furent de son oppinion et vont
oultre roydement de la partie des payens fut maradas puissant et bien
armé qui va dire aux françoys et comment que vous soiés maulditz estes
vous crestiens. Le duc naymes respondit quelque tu soyes tu parlles
villainement vasal et ung petit trop follement. nous sommes hommes de
charles l'empereur redoubté et allons de par luy faire ung message a
ballant l'admiral. Maradas luy dist vous estes en dengier vous voulez
vous deffendre ou faire aultrement. Naymes respondit. nous nous voulons
deffendre a l'aide de jhesus nostre createur. Maradas va dire. lequel de
vous oseroit a moy jouster. Je suis tout prest dist naymes. Maradas
respondit tu es bien presumptueulx. car se j'en avoye telz dix comme tu
es a mon espee je les vouldroie confondre et leurs testes porter a
l'admiral sans gueires me lasser. envoye moy pour jouster quelque abile
chevalier. car tu es trop vieillart et chenu pour te prendre a moy et
puis dist a ses compaignons attendez moy. personne de vous ne se bouge
car seulet je les vueil conquerre. et puis les presenteray a ballant
l'admiral. Quant rolant l'eut escouté il cuida perdre le sens et puis
dist a maradas. tu as follement parlé et pensé chose ou ja ne te verras
avant qu'il soit vespre tu sçauras que nous sçavons faire garde toy de
moy. car tu es deffié. Cecy disant frappa son cheval de l'esperon
asprement et se rencontrerent si durement a tout les espieux quarrez et
agus que ce fut grant merveilles que tous deux ne sont mors De ce coup
leurs haubertz furent cassez si asprement et feruz durement sur leurs
heaulmes richement oeuvrés Rolant tout furieux tint durandal et attaint
maradas fort sur son heaulme et le descercla et divisa. et puis par
grant force recouvra son coup sur la teste nue et luy fendit jusques au
dessoubz de la cervella et tout mort le renversa a terre. Quant les
aultres veirent le roy maradas mort que le roy vouloit emporter sa
teste. ilz regarderent l'ung l'autre comme tous esperdus et prindrent
conclusion de vouloir prendre vengence des françoys et coururent sur
rolant pour le mettre a mort. mais trop merveilleusement se deffendit Et
sur ce l'une des parties vint sur l'autre. Et se tindrent en bataille si
rudement et especiallement les françoys contre les payens que tous
furent mors et occis. Et ne fut saulvé des quinze sinon ung qui s'en
fouit quant il veit les aultres mourir et s'en vint denoncer comment ils
estoient destruitz par les françoys. et ne cessa celluy qui se saulva de
fuyr jusques il fut en la maison de l'admiral. auquel ledit admiral va
dire. Sire roy vous estes bien hatif au retourner. dictes moy maintenant
comment vous avez fait. L'autre luy dist. Sire admiral par mahon il va
tresmal oultre le pont de mantrible nous avons rencontré sept gloutons
qui sont tous enragez. et sont des hommes du roy charles. et dirent
qu'ilz vous venoyent faire ung messaige par luy. et puis sont courus
dessus nous et ont fait si grand devoir contre nous que tous sont mors
sinon moy qui suis eschappé a grant peine pour le vous venir denoncer.
Quant l'admiral l'entendit bien peu qu'il ne mourut tant fut doulent de
la mort de ses roys dessusditz.



Du pont merveilleux de mantrible du tribut qui y failloyt payer pour y
passer et comment par belles parolles les françoys passerent oultre.

Le .vii. chapitre.

[Illustration]


Quant les françoys dessusditz eurent mis a mort les sarrazins ilz en
furent tous travaillés et lassés. et s'en vont reposer en ung pré
verdoient et puis dist le duc naymes. Mes seigneurs je conseille que
nous nous en retournons a charles et luy dirons comment nous avons fait.
et je sçay bien qu'il sera bien content quant il verra nostre
governement. Adonc rolant va respondre. et comment sire duc naymes
parlés vous du retourner. n'en parlés plus. car entre tant qu'il plaira
a dieu que je pourray tenir durandal en ma main je ne me pense retourner
si aurons nous parlé a ballant l'admiral comment qu'il soit et feront
une chose dont chascun parlera nous prendrons de ces testes chascun la
sienne et la presenterons a l'admiral. Naymes luy dist. Sire rolant il
me semble que vous soyés hors du sens: car se cecy se fasoit nous
serions tantost occis. Tierry et les aultres furent de l'oppinion de
rolant et prindrent chascun une teste et se mirent au chemin. Le duc
naymes fut le premier qui va regarder le pont de mantrible merveilleux
comme vous orrez et dist a ses compaignons. Seigneurs entendés dela le
pont est aigremoire ou nous devons trouver l'admiral. Ogier le dannois
dist. Il nous convient premier passer le pont moult dangereux il ya
trente arches de marbres bien spacieuses qui sont fondees a plomb et
cyment et a grandes barres de fer: sur lequel pont sont grosses tours et
beaulx pilliers richement ordonnez et les meurs sont de grant force: car
au plus bas on peult bien dix toises mesurer. de la largeur du pont vous
la pouvez bien comprendre. car vingt chevaliers y pouvoient bien aller
bras a bras a leur aise et y est le pont pour lever qui descend a dix
grosses chaynes de fer et en hault ung aigle d'or moult reluysant et
apparent comme le soleil tellement qu'il semble que ce soit feu alumé et
la veoit on d'une grande lieue reluyre et la riviere qui passe par
dessoubz se nomme flagot et a plus de quinze piedz mesurez jusques aux
arcz du pont et court si impetueusement qui sembloit ung quarreau
d'arbaleste tellement qui n'est navyre ne engin moyennant lesquelz on
peust passer celle riviere pour son impetueuseté. et si vous dis plus
oultre Le pont est gardé d'ung geant de par l'admiral qui se nomme
galaffre l'ung des terribles des humains et tient une grosse hache
d'acier pour consumer celluy qui fera oultre sa voulenté: et plus oultre
il est de necessité qui vouldra parler a l'admiral il convient passer
par luy. Seigneurs va respondre rolant. Ne vous doubtez de riens je vous
en prie ne vous chaille de passer par le pont car je vous jure que tant
comme il plaira a dieu de me garder mon corps et que je pourray tenir
durandal en ma main je ne doubteray payen la valeur d'ung denier quel
qu'il soit. Et par le dieu qui pendit en croix je frapperay le portier
s'il se met devant moy quoy qu'il en doyve advenir. Le duc naymes de
bavieres le print et dist. Sire rolant vous ne parlés pas saigement: il
n'est pas bon de donner ung coup pour en retourner quinze: laisse moy
faire. car au plaisir de dieu et de ses sainctz je leur diray tant de
menssonges et d'aultres choses que nous passerons oultre sans dangier.
Quant les françoys furent devant le pont le portier print cent
chevaliers et le vint avaller avec gisarmes. et aultres glayves de
deffence. Le premier qui se mist devant ce fut le duc naymes a tout ses
cheveulx meslez car il estoit eagé plus que nulz des aultres. Tantost le
portier passa oultre et print naymes par la main et puis luy dist.
Respondés moy ou voulés vous aller. Naymes respondit. je vous diray la
verité. Nous sommes hommes de charles le noble empereur et allons a
aigremoire faire messaige a ballant l'admiral: mais certainement il a
bien acquité son pays de faulces gens: car n'a pas long temps que sur
les champs nous trouvasmes quinze gloutons lesquelz sans raison nous
vouloient oster noz chevaulz et nostre vie toutesfois nous les avons
gouvernez par maniere que veez cy les testes: regardez bien quelz ilz
sont se vous ne m'en croyez. Quant le portier l'eut ouy a bien peu de
fait qu'il ne perdit le sens et dist a naymes. Vassal entendez moy. car
il vous fault paier le passaige du pont devant toutes choses. Le duc
naymes luy dist. demandés moy ce qu'il vous fault et nous vous
contenterons. Par mahon dist le portier ce n'est pas peu de fait. car je
vous demande premierement trente couples de chiens: puis cent pucelles
chastes et de bonnes meurs et cent faulcons muez: après il vous fault
cent palefrois en bon point et pour chascun pié de cheval ung marc d'or
affiné: et finablement il nous convient avoir quatre sommiers chargez
d'or et d'argent: pour ainsi vous sçavez ce qu'il vous fault ou vous ne
debvez point icy estre venuz. Et celluy qui ne peult donner le tribut
luy convient laisser sa teste sans aultre excusation. Le duc naymes ne
fut point esbahy nonobstant qu'il congneust l'occasion que le portier
queroit qu'il deusse mourir a cause qu'il n'estoit pas possible de payer
ce qu'il avoit devisé. et respondit au portier en ceste maniere. Sire
portier se je ne vous doys plus que vous avez devisé je vous feray
content avant que midy soit sonné. Après nous vient nostre bagage et
harnoys a plus de nombre de cent mille ou il ya pucelles belles et
gentes faucons et chiens a grant planté de haubertz heaulmes et bons
escutz il ya sans nombre et plusieurs aultres bagues nobles et riches
prenez ce qu'il vous plaira a vostre volenté. Le portier se pensa qu'il
dist verité et fut bien content et lacha ce pont et puis passerent
oultre legierement. Rolant qui ce ouyoit ne se pouvoit tenir de rire et
dist. En verité sire duc naymes vous avez bien parlé. car par voz
mensonges nous passerons le pont: et alloit rolant tout derriere les
aultres. Et quant ilz furent ung petit avant sur le pont rolant va
rencontrer ung turc et puis dist a son couraige. Ha sire dieu de paradis
laisse moy faire chose dont tu soyes honnoré et tout bien en puisse
advenir et sans dire mot a ses compaignons il descendit de dessus le
cheval puis print celluy turc par le millieu du corps et le getta
hastivement en la riviere Le duc naymes regarda derriere luy et veit
cheoir le turc que rolant mist dedens et fut moult courroucé et dist.
Sire dieu de paradis je croy que le dyable est au corps de rolant car il
n'a point de pacience en luy et se dieu ne nous aide il nous fera occir
et villainement mourir. car rolant estoit si fier de couraige que il ne
regardoit ne le temps ne le lieu pour soy gouverner mais vouloit ouvrer
de fait a son ennemy quelque par que il le peust trouver: car il estoit
couraigeux a merveilles.



Comment les barons de france vindrent parler a ballam et quel messaige
ilz luy firent.

Le .viii. chapitre.

[Illustration]


Les barons dessus nommez quant ilz eurent passé le pont et ilz furent
près de aigremoire ou Ballam se tenoit vont entrer aval la ville en
grant ordonnance et a contenance de toute fierté et noblesse Et veoyent
par les rues les faulcons et autres oyseaux de proye sur les perches
grans beufz escorchez. gros porcz estranglez. et rencontrerent ung
sarrazin et luy ont demandé ou se tenoit l'admiral Ballam. Et il leur
monstra qu'il estoit dessoubz ung arbre a l'ombre. Et quant ilz furent a
terre le duc Naymes dist Mes beaulx seigneurs je porteray la lettre et
parleray premierement et vous après Rolant fut la qui se presenta et
vouloit a force qu'il deust parler premierement. et le duc Naymes dist.
Ne dittes mot. car vous estes demy forcenné sans avoir attrempance. Se
dieu ne nous fait grant grace vous nous ferez trestous mourir avant que
le jour soit passé. Et sur ce ilz vont entrer. et devant l'admiral se
vont tous presenter sans reverence quelconque. et parla premierement le
duc Naymes de baviere et dist en ceste maniere. Le createur de tout le
monde a qui tant seulement on doit creance entiere et honneur sault et
garde le noble roy Charlemaigne puissant fort et saige empereur. Rolant.
Olivier et tous les autres pers de france. et confonde des la croix du
chief jusques au plantes des piedz l'admiral present tant a esté mal
pourveu de subjectz. Devant hyer dela le pont de mantrible nous
trouvasmes .xv. gloutons sarrazins sur les champs qui nous vouloyent
tollir noz chevaulx et faire villannye. mais la mercy dieu de paradis
ilz ont comparé grandement. Nous en portons cy les testes. Jamais ne les
doubterons. Quant ballam l'admiral entendit ce langaige a bien peu de
fait qu'il ne enraiga. Et la devant vint le roy qui eschappa. duquel
j'ay parlé dessus. et dist a l'admiral Ballam en ceste maniere.
Treschier sire pensés de vous venger. Ce sont les sept gloutons desquelz
je vous ay parlé qui ont occis et fait mourir voz roys et fait telle
vilité. L'admiral respondit. Laisse les ester pour le present. et puis
après dist au duc Naymes qu'il finist son message. et le duc naymes
respondit qu'il le feroit voulentiers. et dist en ceste maniere. Le
grant noble roy de france redoubté te mande de par nous que tu luy
rendes la couronne dont le benoist saulveur jhesucrist fut couronné. et
les aultres reliques pour les quelles il a prins tant de peine. et puis
ses chevaliers que tu tiens pour prisonniers follement. et se tu ne fais
comme je t'ay devisé Charles te fera pendre par le col en ung gibet et
estrangler moult villainement. et te emmenera premierement en dextre
comme on fait ung viel matin enchainé. et ne trouvera ne bouillon ne
fange qu'il ne te face passer. Ballam l'admiral remply d'une intencion
moult oultrageuse dist au duc Naymes vous m'avez laidoyé et grandement
oultragé et vous ay voulentiers ouy parler. Alez vous en seoir près de
ce pillier si parleront les aultres que je n'ay pas escoutez. Mahommet
me mauldie mon dieu a qui je suis totalement donné se jamais jour de ma
vie je menge ne boy que premier ne vous face de dessus les espaulles la
teste voller. Le duc naymes dist. S'il plaist a dieu le createur et a sa
mere vous aurés dit mensonge. Après parla le duc Richard de normandie et
dist. Entens a moy Admiral. Charles le roy a la barbe flourie te mande
par moy que tu te faces baptiser pour amender ta vie tresmaulvaise. et
luy transmetz les reliques que tu as en ta puissance. et puis luy rens
ses nobles chevaliers que tu sans cause ne raison pour prisonniers
detiens Et se tu ne le fais comme tu as ouy Charles te fera pendre par
le col en ung gibet et estrangler moult villainement je le te dy sans
celer. et n'aura jamais mercy de toy. L'admiral le cuida congnoistre et
luy va dire en ceste maniere Mahommet en qui je croy te mauldie si bien
resemble tu Richard de normandie qui m'a occis mon treschier oncle
Corsuble. Or pleust il a mahom qu'il fust icy a ceste heure devant moy.
jamais ne mengeroit tant qu'il seroit en vie. vat'en seoir avec ton
compaignon jusques a tant j'aie esté a ces aultres qui n'ont point
encores parlé a moy Cecy estre dit Basin de gennevoys se leva de piez et
dist. Ballant admiral Charles le noble roy sur tous les humains redoubté
te mande que tu luy rendes les reliques desquelles on t'a parlé par
devant ou aultrement il te fera pendre et estrangler comme larron
prouvé. Quant il eut ce dit il s'en alla seoir avecques les aultres et
puis se leva tierry le duc d'ardaine qui fit faulx semblant de chere et
de maniere. Quant l'admiral ballant veit qu'il avoit le regart si hideux
il fut moult esbahy. et cuida que ce fust ung dyable. Puis luy dist
ledit tierry. Entens a moy admiral et retiens bien mes parolles. Charles
le noble empereur redoubté te mande que tu luy envoyes les reliques que
tu emportas de romme Et aussi luy envoye prestement et quittez ses
barons. lesquelz tu as a ton pouvoir. aultrement soyes seur qu'il te
fera desmembrer et pendre moult villainement par le col L'admiral
respondit et dist vassal je te prie ne me cele pas de dire verité. Quel
homme est charlemaigne et de quelle force. lequel j'ay tant ouy louer et
vanter. Adoncques le noble duc tierry respondit. Je te dis admiral et
faitz assavoir pour verité que charles est preux et saige. courtoys et
debonnayre et soyes seur que s'il estoit icy a son excercite moult tost
et moult asprement il te donneroit sur le visaige. Et d'aultre part de
tes dieux il ne tient compte aussi peu que d'ung vieil chien mort ou
d'une pomme pourrie. Incontinent l'admiral ballant se print a rire de
felonnie. Et puis dist a tierry Mon amy par la foy que tu dois a ta vie
dy moy la verité. Se a ceste heure presente j'estoye en ta bonne
voulenté et subjection comme tu es en la mienne. par ta foy que feroies
tu de moy ne le me cele pas. Par ma foy ce dist adoncques. Tierre je
n'en mentiray point. Cestes je te feroye pendre par ton col et
estrangler villainement en ung gibet avant qu'il fust nuyt Vassal dist
l'admiral tu as dit grant folie. Car par mahommet mon dieu ainsi feray
je de toy comme tu as dit de moy. Vat'en seoir avec tes compaignons.
Puis après le bon ogier le dannoys vint de piez devant l'admiral ballant
et luy dist O admiral d'espaigne entens que te mande Charles le plus
noble de tous les humains et riche sans comparaison. Rens luy les
reliques que tu as emportees ou aultrement il te fera desmembrer et
mourir honteusement. L'admiral le fit seoir avecques les aultres. Cecy
estre dit rolant couraigeux vint devant Ballam l'admiral sans luy faire
honneur ne reverence et luy dist. Sarrazin malheureux entens a mes
parolles. Charles le noble roy et empereur redoubté te mande par moy que
tu croyes en dieu jhesucrist le createur de tout le monde et en la
glorieuse vierge marie sa mere. et te fais baptiser. et pense de rendre
les reliques que tu occupes et retiens oultre son vouloir et faiz que
ses barons luy soyent renduz saintz et en bon point. se tu oeuvres
aultrement. Charles le valeureux te fera pendre comme ung larron. Lors
l'admiral ballant luy dist vous m'avez laidoyé et blasmé
orguilleusement. mais je jure par mahom mon dieu et talvagant que je ne
mengeray jamais jusques vous soiés tous penduz et estranglez. Adonc
rolant respondit pour verité sarrazin se tu attendoyes jusques a celle
heure que tu le deusses faire ce seroit trop jeusne a toy tu ne le feras
pas ainsi. je ne te doubte pas la valeur de ung viel chien mort et noyé
guy de bourgoigne vint après devant l'admiral et luy dist en ceste
maniere. Charles l'empereur te mande que tu luy faces grant obeissance
et restitues les reliques et aussi ses barons et tu feras que saige. Et
se tu me veulx croire je te vueil bien conseiller. Croy en dieu
jhesucrist tout puissant sans fin et sans commencement. et se tu croys
mon conseil tu pourras estre en sa grace. et voicy que tu feras oste ta
robe. tes chausses. tes souliers de dessus ton corps et te metz en
chemise et porte sur ton corps une selle de cheval et n'arrestes jusques
a tant que tu soyes devant la face de charles et humblement presente toy
a luy et crye mercy a dieu le createur tout puissant de tes erreurs et
oultrages et luy crye mercy en l'onneur de dieu tout puissant. et se tu
ne fais comme je t'ay dit. il te fera pendre ou noyer et honteusement
mourir. L'admiral fut plus determiné et forcenné qu'il n'avoit esté
paravant. Et demanda Brullant de mommiere. Sortibrant de conimbres et
des aultres de son conseil et leur demanda conseil sur les choses
dessusdictes et tantost Sortibrant luy dist. Sire admiral je vous
conseille que tantost ilz soyent desmembrés et occis. et puis par vostre
force pourrés aller et chevaucher par tout et viendrez a mormionde ou
charles est pensif. et se vous le pouvez prendre vous le ferés mourir.
puis descrendrés en france et vous serez couronné roy par mahon dist
Ballant vous avez bien dist. or soit fait a vostre devis. allés en la
prison et amenés les aultres leurs compaignons pour faire selon
l'entreprise et ainsy comme j'ay dit l'admiral fut intencionné de faire
des françoys dessus nommez selon que devant est devisé.



Comment par le moyen de floripes les françoys furent logez et saulvez et
congneuz par elle et arraisonnez et les reliques monstrees devant eulx
et aultres matieres.

Le .ix. chapitre.

[Illustration]


Floripes la courtoise après qu'elle eut bien escouté secretement tout le
debat devant dit. elle vint hors de sa chambre et salua son pere et
demanda qui sont ces chevaliers assiz cy apart. L'admiral respondit et
dist Ma fille ilz sont natifz de france. lesquelz m'ont dit parolles de
grant importance plaines de reproches. et m'ont vituperé et offendu
grandement plus que je ne vous sçauroye dire. quel conseil me donnez
vous que je doy faire d'eulx. La fille dist. Je vous diray mon pere que
vous ferez d'eulx: c'est que sans gueire tarder vous leur facés les
testes copper et oster les mains et ardoir en ung feu dehors vostre
cité. car ilz ont deservy. Ma fille dist l'admiral vous avez bien dit et
ainsy sera il fait. alez en la chartre et me amenez les aultres. Mon
pere dist la fille il est temps de disner. et se vous voulés commencer a
faire justice vous ne pourrés menger qu'il ne soit midy passé. car ceste
fille ne queroit aultre chose sinon occasion par belles parolles
consonantes a la voulenté de son pere pour mettre les françoys ensemble
avec ceulx qui desja estoient prisonniers. et puis dist a son pere:
Donnez moy ces françoys je les feray garder et après vostre disner vous
en ferés justice et seront voz gens ensemble. A laquelle l'admiral va
consentir. et fut content que sa fille les eust en garde. toutesfois.
Sortibrant qui sçavoit bien la mutabilité des femmes et l'inconstance va
dire a ballam. Sire admiral ce n'est chose convenable que sur ce fait
vous doiez fier en femme a cause de leur mutabilité. et vous en avez
beaucoup ouy dire de exemples et congneu la verité comment plusieurs ont
esté deceuz par femmes. Moult fort fut mal content Floripes des parolles
de Sortibrant et dist. Filz de putain et traistre desloyal parjure se je
ne pensoye estre plus oultre blasmee de me prendre a toy je te donneroye
tel sur le visaige que le sang aval en viendroit habondamment. Et après
ces parolles l'admiral fut content de ce debat. et sur ce elle print les
françoys et les mena en sa chambre sans arrester. En alant par la voye
le duc Naymes va dire. Helas dieu de paradis roy de gloire eternelle
quel est celuy qui jamais veit plus belle dame en sa vie. Moult bien
seroit inspiré de la grace de dieu celluy qu'elle auroit en son couraige
en amour. Rolant en fut mal content et dist a Naymes quelz cent mille
diables vous font parler d'amours. il est bien temps de dire telle
chose. Le duc Naymes dist ainsi. Sire Rolant ne vous desplaise point.
Car une fois je fus amoureux. La fille leur dist qu'ilz n'estoient point
assemblez pour pladoyer l'ung contre l'autre. Et aussi tost qu'ilz
furent dedens la chambre la fille fist tresbien serrer les portes. et
tantost Rolant et Olivier se vont congnoistre. et se vont baiser et
acoller de franc cueur en plorant moult tendrement. et les aultres
semblablement. et dist Rolant. Helas Olivier mon feal compaignon comment
vous va despuis que je ne vous veis. Tresbien dist Olivier. Et
demanderent l'ung a l'autre de leurs faitz des pays des seigneurs et des
nouvelles presentes. Vous pouvez penser jasoit ce qu'ilz se trouvassent
entre ces pers de france s'ilz ne sçavoient ilz riens l'ung de l'autre
tant qu'ilz se soient trouvez ensemble en bon point moyennant floripes
qui fit grant secours a crestienté quant par elle et moyennant sa
discrecion les capitaines de la foy crestienne tant qu'il touche
l'excercite de bataille a destruire les mescreans se sont trouvez
ensemble a seureté qui estoient en la main premierement venuz de leurs
ennemys mortelz. Mais c'est grant science de obvier a la volenté de
femme quant par effect elle mist son entente a une chose qui son cueur
directement tyra et ne regarda point la fin de son intencion sinon
seulement qu'elle la puisse terminer. Il ne chailloit a floripes sinon
qu'elle peust avoir aulcunement nouvelles certaines de guy de bourgoigne
auquel elle avoit donné son cueur. et estoit bien contente de soy faire
crestienne pour l'amour de luy. Ceste fille quant elle veit ces barons
ensemble elle leur dist. Seigneurs je vueil que tous vous me promettés
la foy de loyaulté que vous m'ayderés de ce que je vous demanderay et
loyallement envers moy vous porterés. Tresvolentiers respondit le duc
naymes et aussi vous nous asseurés que nous serons ceans a seureté sans
nous doubter de homme vivant. Elle en fut contente et eulx contens et
promettirent fidelité l'ung a l'autre. Cecy estre fait la fille vint au
duc naymes pour sçavoir quel il estoit et luy demanda son nom. Le duc
luy dist. Ma dame je suis appellé naymes de bavieres homme et
conseillier prochain de l'empereur redoubté. Helas ce dist la fille. par
vous est vostre roy dolent. Après vint a richard et luy demanda comment
on l'appelloit. Il luy respondit. Ma dame je suis richard de normandie.
La fille luy respondit. Mahommet te mauldie: tu mys a mort une foys
corsuble mon oncle. mais pour l'amour des aultres compaignons tu n'auras
aultre dangier. Floripes après vint a rolant et luy demanda quel est ton
nom. Je suis nomme roland dist il filz au duc millon et suis nepveu a
charles filz de sa propre seur. tantost la fille luy cria mercy et se
getta a ses piedz et roland doulcement la leva. Après la fille leur
dist. Vous sçavez que m'avés promis. Je vous diray mon intencion. Il est
vray que j'ayme ung chevalier de france sur tous ceulx du monde qui se
nomme guy de bourgoigne duquel j'aurois volentiers nouvelles. Roland
dist. Je vous jure mon chief qu'il est devant voz yeulx que entre vous
et luy n'a pas quatre piez mesurez. Seigneurs dist floripes je vous prie
que je le congnoisse et qu'on le me donne car de luy est mon plaisir.
roland va dire. Sire gui de bourgoigne venés a la pucelle recepvez la
joyeusement. Guy de bourgoigne va dire. A dieu ne plaise que je preigne
femme que ne me soit donnee de par charles l'empereur. Quant floripes
l'entendit le sens eut tout mué et jura mahon son dieu que s'il
contredisoit a la prendre qu'elle les feroit trestous mourir. Roland
enhorta guy qu'il deust faire sa volenté. Et sur ce il s'avança et
firent convenance. Et dist la fille. Le dieu des crestiens en puisse
avoir louenge. Car j'ay devant mes yeulx le plusgrant desir que jamais
fut desiré de mon cueur. pour luy je croiray en jhesucrist et me feray
baptiser et puis s'approcha de luy pour luy traicter ung petit le desir
de son cueur et ne l'osa baiser en la bouche sinon es joues et au menton
pour cause qu'elle estoit payenne Adonc floripes joyeusement et par
grant amour s'en vin avec ung escrin et si l'ovrit devant les barons et
estendit ung beau drap de soye et desploya les reliques dont j'ay parlé
dessus et y avoit de la glorieuse couronne de quoy jhesucrist fut
couronné a sa passion. les saintz cloux dont il fut percé piez et mains
Et dit a rolant veez icy le tresor que vous avez tant desiré. Quant les
françoys furent ainsi devant les reliques de joye ilz vont tous plourer.
l'ung après l'autre les vont baiser a genoulz moult humblement et puis
furent retournez comme par avant estoyent poseez.



Comment lucafar nepveu de l'admiral violantement entra en la chambre et
après fut mys a mort par le duc naymes

Le .x. chapitre.


Ballant l'admiral estant courroucé luy estant a table ung payen moult
fier et orgueilleux especial amy de l'admiral qui se disoit Lucafar de
bendas dist a l'admiral affectueusement. Sire admiral est ce vray ce que
j'ay ouy dire que fierabras vostre filz soit prins le meilleur chevalier
qui jamais fut au monde. L'admiral dist. Par ma loy je ne le vous
celleray my ung françois l'a conquist lequel mahon mauldie Brullant de
mommiere y fit grant deffence et le roy de sulye: et firent bon
portement tant qu'ilz nous amenerent cincq des gloutons de france hommes
de charles qui sont en chartre et puis de present nous en avons sept
autres qui sont venuz pour messagiers de la partie dudit charles
lesquelz m'ont moult fort blasmé et vituperé grandement vituperans la
loy et mesprisans mes dieux. Floripes ma fille les conduit en prison.
Sire dist lucafar vous faictes grant follie les femmes pour peu de fait
sont changeez de fait et de pensement: toutesfois pour conduyre le fait
plus seurement s'il vous plaist je m'en iray a eulx et sçauray qu'ilz
sont et qu'ilz veullent dire. Allez dist l'admiral vous dittes tresbien
et faictes retourner ma fille avec vous. Sur ce Lucafar moult orguilleux
remply d'une grant fierté vint a la chambre ou estoit la fille et les
françoys et sans demander a ouvrir la porte il leva le pié destre et
tellement frappa la porte que les gons et serrueres allerent par terre.
Quant floripes le vit elle fut toute esperdue. Et tantost demanda rolant
et dist. Noble chevalier je suis mal contente de la violance et
semblablement de la grande injure qu'on m'a faicte. c'est celluy qu'on
me garde pour mary oultre ma volenté je vous requiers en tant que vous
me vouldriez faire plaisir que vous pensez de venger cestuy deshoneur:
car je me plains sans trop faire mal semblant Rolant dist ne vous
doubtez de riens: car avant qu'il parte de ceans il congnoistra qu'il a
mal fait. et vous prometz que jamais n'acheta serrure du pris de celle
qu'il a rompue devant vous Sur cecy lucafar entra leans et regarda les
françoys tous armez sans ce qu'il se doubtast riens d'eulx et vint
premierement au duc naymes qui estoit desarmé et nue la teste. et sans
aultre deliberacion print par la barbe ledit Naymes et le tyra a soy si
rebellement que a peu qu'il ne le versa a plat a terre. et puis luy dist
dont es tu viellart ne le me cele mye. Le duc naymes respondit. Pepin je
suis de baviere et est mien le pays et suis homme de charlemaigne
conseillier especial. et tous ces barons qui sont cy en presence sont
tous contes et grans seigneurs et sommes venus denoncer ung messaige a
l'admiral de la part dudit charles l'empereur redoubté. et pour la cause
que nous n'avons party a son intencion il nous a fait prisonniers ceans.
toutesfois ostez la main de dessus moy. car vous m'avés assez tenu. et
soies seur que je ne te diray pas encores du tout mon intencion Le payen
respondit j'en suis bien content. ta folie te soit pardonnee. mais je te
demande par ta loyaulté quelz gens sont ilz en france et de quelle
entreprinse. et de quelz jeux sçavent ilz user. que font ilz en vostre
royaulme. En verité dist le duc naymes quant le roy a disné celluy qui
veult s'en va esbatre la ou luy plaist. les aultres vont a cheval jouer.
les aultres es prés chanter et faire bonne chiere aux tables aux eschas.
et aux aultres jeux plaisans. Et au matin chascun va ouyr messe
voulentiers a l'heure qu'elle se dit. et sont bien charitables pour
donner aux povres de Jhesuchrist largement et coustumierement. Puis
après quant ilz viennent en la bataille ilz sont fiers et hardis. et ne
sont pas tantost vaincus. Veez la qu'on fait en france et au pays des
crestiens. Lucafar commença a rire. et dist par mon dieu mahon viellart
et assoty que vous estes. vous parlés bien follement il n'est riens de
vostre fait. ne ne sont françoys de nulle valleur s'ilz ne sçaivent les
gros charbons souffler en verité ce dist le bon duc Naymes jamais je
n'en ouy parler. Le payen respondit. Je vous en apprendray tantost la
maniere et approcha le duc au près d'ung gros feu. en allant oultre
Rolant luy fist signe qu'il fist bon portement. Tantost lucafar print le
plus gros tison qui fust au feu et le souffla si asprement que le feu en
volla abondamment et puis dist a Naymes qu'il luy failloit souffler. Le
duc print le tison et congneut bien la maniere que le payen se vouloit
farcer de luy. et s'aprocha de luy et soufla le tison si fort et si
trespuissamment que après que il fut bien esprins la flamme vint au
visaige du payen par telle maniere qu'il eust toute la barbe bruslee.
Quant le payen veit le le fait a peu qu'il ne perdit le sens. Le duc
Naymes a tout le tison le frappa tellement par le col qu'il luy rompit
les os le attaignant si tresfort et si virilement que les yeulx de la
teste luy fist voller a terre et luy dist. Faulce creature que tu es
dieu te mauldie. tu me cuidas n'ya pas gueires bien faire muser a tes
folies. Rolant luy dist. Par ma foy sire vous sçavez bien jouer benoist
soit le bras qui a donné ce coup. Seigneurs dist Naymes je luy ay fait
entendre sa folie. vous ne m'en devez pas blasmer. vous avez bien veu
qu'il se truffoit de moy. Floripes la courtoise moult joyeuse vint au
près du duc Naymes. et luy dist. Certes vous estes digne d'estre
honnoré. je regarde que Lucafar n'a plus cure de jouer a vous au près du
feu il a son aise: je le vois qu'il ne se remue et congnois que jamais
il n'aura fain de moy espouser: car a force me vouloit avoir et mon pere
m'eust donnee a luy mais je l'eusse fait a peine d'estre chappellee et a
ville mort devant tous estre livree.



Comment par le conseil de floripes les françoys deslogerent l'admiral de
son palaix moult fort a grant bataille. et comment par enchantement une
seinture fut prinse a la fille et qu'il en fut

Le .xi. chapitre.

[Illustration]


Or fut floripes saige et eut consideracion que lucafar qui estoit mort
estoit bien aimé de l'admiral et va dire aux françois. Seigneurs sachez
de verité que mon pere aime plus cestuy homme que personne vivant Il
l'attend pour venir en son manger et ne sera aise jusques a ce qu'il
soit retourné et se d'aventure il congnoist le fait et vous estes ceans
encombrez et assailliz tout l'or du monde ne vous racheteroit pas que
vous ne soyez mortz: pourquoy je vous conseille que vous soyez armez et
mys en point. prenez voz abillemens voz heaulmes et voz escuz car gens
qui sont armez sont fort redoubtez des autres je ne veulx pas que vous
demourez ceans enserrez. Quant vous serez au palaix ou l'admiral se
tient faictes tellement que soyez maistres et seigneurs du lieu et vous
serez bien logez La fille avoir ce dit furent tous contens et moult
prestement eurent mys leurs armes et leurs espees seinctes et deux a
deux issirent de leans et vont hardiment comme lyons robustement comme
loupz affamez et en tel point que qui les doit attendre il doit avoir
grant paour. et vont saillir dehors a l'eure que le soleil estoit ja
mucé comme entre nuyt et jour. et fut tout premier en la voye rolant et
les autres après moult bien refroichis pour batailler. Tous ces payens
et sarrazins ilz trouverent au palais et a haulte voix rolant crya a ses
compaignons que chascun se monstrast tel qu'il estoit lesquelz n'ont
point failly Rolant frappa corsuble mortellement Olivier mist a mort le
roy coldroyé. il n'y eut celluy qui ne fist grant diligence Le soupper
qui estoit tresbien appareillé tantost fut par terre versé et perdu.
couppes d'or et d'argent volerent et sonnerent par leans. et sarrazins
vont par terre occiz et desmembrés les autres sont saillis par les
fenestres qui furent trouvez les ung mors. les autres espaullez et
jambes rompues. L'admiral tout enragé se mist en fuite contre une
fenestre et a deux piedz et saulta a parfont des fossez. Rolant alloit
après qui l'avoit bien au cueur et le cuida frapper et attaignit le
mabre de la fenestre par telle maniere que son espee entra dedans ung
pié. Compains dist olivier L'admiral vous est il eschappé Ouy certes
dist rolant dont je suis mal content. Toutesfois ilz firent tel
portement qu'ilz furent seigneurs de la maistresse tour du chasteau et
palais. et puis fermerent les portes et furent tous seurement. et n'y
eut dangier fors qu'ilz ne povoyent avoir a manger. Estre passé ung bien
peu de temps L'admiral estoit aux fossez moult esperdu et qui ne l'eust
tiré de leans jamais n'en fust party. et commença a crier a ses gens
qu'ilz venissent a luy pour le tirer de leans. Brullant de mommiere et
Sortibrant de connimbres le misrent hors. et puis dist Sortibrant. Sire
admiral croyés moy une autre foys. tousjours en la queue d'ung viel
chien vous tenez. L'admiral respondit. Je vous prie ne me decriez plus.
car je le suis assés. je me vengeray bien de tout avant que deux moys
soyent passez. faictes sonner l'assault pour assaillyr la tour.
Sortibrant dit il est raison que vostre voulenté soit faicte mais la
nuyt s'approuche. a mon advis le meilleur sera d'attrendre a demain que
vostre exercite sera assemblé pour besoigner plus seurement L'admiral en
fut content et va dire a grant desplaisance. Ha beau Lucafar jamais ne
me verras. j'ay perdu ma joye. O françoys maulditz soyez vous. vous le
m'avez osté. mais par mahon mon dieu a qui j'ay donné ma vie demain sera
mis le siege devant la tour et ne me osteray jamais pour mal temps qu'il
face ne pour chose qui soit que la tour ne soit prinse et les murs mis
par terre. et feray les françois traisner a mes chevaulx. puis feray
ardoir Floripes la putain en ung feu publicquement. et je suis bien seur
qu'ilz se rendront. car ilz n'ont pas a vivre pour quatre jours. et
d'aultre part bien sçay qu'ilz ne pourront avoir secours de nully qui
soit. car nous tenons le fort passaige de mantrible. et ilz ne pourront
avoir secours de nully se ce n'est par dessus le pont et d'aultre part
Charles ne sçaura nulles nouvelles de ses barons et ne sçaura s'ilz sont
mors ou vifz. ou en liberté ou en subjection. et sur ce ilz firent
conclusion et s'en vont jusques a lendemain. Le lendemain au matin
l'admiral manda tous ses subjectz et delibera tenir le siege et le jura
tenir jusques a sept ans a venir. Pour lors vindrent tant de payens en
celle contree que leurs logis tenoyent quatre lieues d'espace. vous
povez penser le dangier ou estoient les françoys qui n'estoient que
.xii. et n'avoyent aultre conduite sinon estre leans assiegés en grant
peril et famine. toutesfois ces sarrazins firent grant devoir pour
entrer leans mais ilz ne les sceurent rien grever. L'admiral appella
Marpin l'enchanteur et luy dist. Marpin par la barbe que je porte au
menton se tu pouvoyes faire qu'on peust embler le seincture que Floripes
porte je te donneray de mon or et de mon argent grandement et seroyes
mon tresgrant amy. car se je la povoye avoir je suis seur que les
françoys seroyent tantost mors et ne me pourroyent grever. Celle
ceinture est de telle vertu que tant qu'elle durera dedans la tour ne y
aura famine. Sire dist le larron laissés venir le vespre et je vous jure
que demain avant que le soleil soit levé je vous delivreray la
servitute. et sur ce quant il fut bien vespre secretement s'en entra es
fosses qui estoient plains de eaue et passa oultre. et puis quant il fut
au pié de la tour a ses engins subtilz legierement monta aux fenestres.
et entra en la tour et aluma de la chandelle. Et puis vint en la chambre
de floripes et la trouva fermee. mais a faulces parolles dyaboliques il
l'ouvrit. Et quant il fut dedans il va veoir les barons tous endormis.
Et fist ses enchantemens que pour riens ne se peussent esveiller. et
puis vint a floripes et cercha tant secretement qu'il peult la seinture.
et fist tant qu'il la trouva puis la seignyt entour de luy. Cecy estre
fait regarda la fille toute nue qui estoit moult belle et moult blanche.
et fut incliné a dormir avec elle. et tellement qu'il l'accola toute nue
par les flans. laquelle subitement s'esveilla et commença moult fort a
crier ses puceiles et les barons. pourquoy ses filles y vindrent tantost
toutes espoventez. et quant elles veirent Marpin le larron ainsy noir
comme meure la plus hardie de toutes se mist a fuyr. Sur ce Guy de
bourgoigne qui ouit la voix de floripes hastivement l'espee en la main
s'en vint a elle et l'escria qu'elle ne se doubtast de riens. toutesfois
il vint bien a point. car le larron eust vergnoignee la fille s'il ne
fust. mais aussi tost que le larron l'ouyt il saillit hors du lict a
grant haste. et Guy de bourgoigne le rencontra et luy donna si grant
coup qu'il le fendit par le millieu et fut couppee la seinture et la
chandelle estaincte. Les aultres barons vindrent la. puis quant il
veirent la besoigne ilz misrent celluy larron tout mort en la mer. et le
dommaige qui y fut c'estoit de la sainture tant noble qu'il portoit qui
fut perdue dont floripes ploura tresaprement en disant. Mes seigneurs la
perte de la sainture jamais ne sera retrouvee. toutesfois les barons a
belles parolles l'ont reconfortee par maniere que tous furent contens.



Comment les barons furent affligez en celle tour avec floripes et ses
pucelles qui souffroyent grant fain. et comment les dieux par eulx
furent confondus.

Le .xii. chapitre.


Quant le jour apparut et l'admiral ne veit point retourner Marpin
l'enchanteur il fut fort esbahy et manda Brullant. Sortibrant et ses
plus feaulx. et leur demanda conseil qu'il devoit faire veu que Marpin
n'estoit point retourné. Sortibrant va dire sire admiral sachez que le
larron est mort puis qu'il n'est venu. mais je conseille que vous facez
sonner vos trompettez et assembler vos gens pour assaillir la tour a
tous engins mortelz. et ainsi que Sortibrant dist il fut fait. et
vindrent tous ces sarrazins a grande puissance pour destruire la tour et
confondre les crestiens. et a frondes et aultres engins ilz leurs
gectoyent cailloux et dartz envenimez. mais la mercy dieu les françoys
n'en doubtoyent riens. Après qu'il eurent continué assez. le pain le vin
et tous vivres vont faillir aux barons et pucelles par telle maniere
qu'ilz n'avoient que menger. dont de dueil les pucelles qui estoient
moult belles et plaines de compassion furent toutes desolees et entre
les aultres la noble floripes. laquelle estoit moult desplaisante de la
necessité des françoys d'elle et de ses damoiselles plusieursfois se
pasma et cheut a terre comme morte. Guy de bourgoigne son espoux qui va
venir moult doulcement la leva et reconforta de son povoir et dist a ses
compaignons. Mes freres et seigneurs vous voyez la necessité que nous
soustenons. car il ya desja troys jours passez que nous n'avons mengé de
pain. et plus mal content je suis pour ces damoiselles que pour moy et
je vous dy bien que je ne pourroye plus endurer que ne facions
aultrement. car soyez seur que j'aymeroye mieulx mettre mon corps a
estre blessé et navré mortellement que je ne feroye estre ceans enclos
en ceste melancolie. pourquoy je dy que nous allons dehors pour avoir
des vivres. et mieulx nous vault mourir a honneur que vivre a honte.
Tous les françoys furent de l'oppinion de guy. Sur ce floripes va dire
Mes seigneurs je congnois que vostre dieu est de petite puissance quant
il ne vous donne aide ne confort. et je vous dy bien que se vous eussiez
autant adoré les nostres ilz vous eussent pourveuz de menger et de
boire. Avant qu'elle eust finee sa parolle rolant respondit et dist. Ma
damoiselle je vous prie que vous monstrez les dieux dont vous nous
parlez. et s'ilz ont la puissance que vous nous dictes qu'ilz nous
puissent donner a boire et a menger et qu'ilz facent tant que la
puissance de france vienne icy pour nous secourir nous y croirons tous
sans varier. La pucelle leur dist. Tantost vous les verrez et moult
prestement après qu'elle eut les clefz les barons va conduire par
dessoubz terre. et leur monstra les dieux des sarrazins qui estoient en
lieu noble precieux et riche. et la estoient en grande majesté. Apolin
et Talvagant le dieu margot et Jupin et plusieurs aultres qui estoient
tous massifz de fin or d'arabie. aournez de plusieurs joyaulx avec baume
et encens odorant et plusieurs aultres tresors estoyent la assemblez.
Guy de bourgoigne va dire quant il veit tant grant tresor oultre son
gré. Sire dieu qui eut peu croyre que en cestuy lieu eust eu tant grant
richesse assemblee. Or pleust a dieu que Richard de normandie tint
maintenant Jupin en sa cité de rouan. car il en acompliroit l'eglise de
la sainte trinité et le roy charles tint les aultres dieux il en feroit
l'eglise de romme qui est gastee et des aultres il feroit les hommes
resjouyr. multiplier et mettre en point. Floripes respondit. Sire Guy
vous parlez villainement des dieux criez leur mercy et les adorez affin
que ilz soient enclinez a vous faire confort Guy luy dist. je ne le
sçauroye prier ma damoiselle. car je regarde que ilz ont les yeulx tous
endormis. et vous verrez qu'ilz ne pourront ouyr ne veoir. Et ce disant
a tout son espee frappa Jupin et ogier le dannoys ferit sur margot. et
les firent cheoir a terre et desrompirent moult fierement. Pourquoy
rolant dist a la fille. En verité je regarde que vous avez des dieux qui
ne valent riens. de tous ceulx qui sont a terre je n'en voy pas ung
remuer ne faire semblant de eulx relever. A celle heure floripes les eut
en despit et creut en dieu jhesucrist en disant ainsy. Je voy sire
rolant que vous dictes la pure verité. mais se jamais g'y croy je vueil
que mon corps vienne a malle fin et de bon cueur je requier a celluy
dieu qui fut né de mere vierge. duquel vous m'avez informé qu'il vous
envoye secours de france. et que nous trouvons maniere d'avoir a menger
pour nostre necessité rapaiser.



Comment les pers de france saillirent hors de la tour et grant bataille
firent en la quelle ilz rencontrerent vingt sommiers chargés de viandes.

Le .xiii. chapitre.


Quant floripes eut finee sa parolle elle cheut tout pasmee de dueil et
d'angoisse. dont guy de bourgoigne ploura moult asprement pour l'amour
d'elle. Sur ce olivier le couraigeux vint devant eulx et dist. Mes
seigneurs je vous dy et vous jure par le dieu qui souffrit mort pour les
humains j'aymeroye mieulx que mon corps fust esquartelé et bouté en
pieces que je deusse plus souffrir ceste prison que je ne me combate aux
payens vivement. et semblablement dist rolant Pourquoy sans autre
deliberacion ilz vont seindre leurs escuz et se misrent en grant point
et avalerent les pontz et monterent a cheval d'ung tresferme couraige.
et après que tous furent devant celle tour de mabre rolant dist aux
aultres. Sire naymes et vous ogier il fault que l'ung de vous demeure
pour garder la place que au retour nous puissions entrer seurement. Le
duc naymes ne peust prendre pacience qu'il ne respondist ainsy. Sire
rolant ne pensez pas que je soye si malheureux de personne et de
lignaige que ja on me reproche que je soye vostre portier. je n'en feray
rien. et je se suis vieil si fais je bien tourner mon cheval. je suis
endurcy de nerfz. et si ay le cueur asseuré. et vueil estre assez hardy
pour frapper sur mes ennemis quant temps en sera n'en doubtez riens.
Rolant respondit. Sire vous dictes bien vous viendrez avec nous Tierry
ou geoffroy l'ung des deux demoura. mais il n'estoit point de leur
plaisir de demourer leans enclos toutesfois a la requeste de rolant
tierry demoura avec geoffroy qui fermerent les portes seurement après
que les aultres barons furent dehors. lesquelz a tout chascun son espee
seinte et espieu en sa main se vont monstrer hors du chasteau esbatans.
L'admiral par une fenestre congneut bien les françoys pourquoy
hastivement fist venir brulant a luy. sortibrant et aultres. ausquelz il
dist Mes barons et subjectz les françoys sont saillis dehors. et me
semble qu'ilz veullent batailler. s'ilz ne sont tous occis j'en seray
mal content. pourquoy faictes sonner voz corps pour assembler voz gens
c'est trop tardé. et aussi tost qu'il l'eut fait grant multitude de
sarrazins furent assemblez et vindrent assallir les françoys. mais
Rolant qui tint durandal en sa main avec ses compaignons vint sur ces
sarrazins par telle fureur que en petit d'espase plus de cent furent
occis. Car dolent estoit celluy qui se mettoit devant eulx pour secourir
aux payens. Lors vint clarion qui estoit nepveu de l'admiral a .xv.
mille combatans et sachez qu'il n'y avoit en espaigne sarrazin plus
redoubté que luy Quant les barons le veirent venir. rolant va escrier
gerard ogier et guy. O nobles chavaliers en l'onneur de dieu chascun
face son devoir par telle maniere que a ceste foys moyen victoire
obtenue nous puissions aux pucelles pourveoir a menger Cecy estre dit
rolant piqua son cheval et s'en vint a tout durandal et frappa ung payen
qui se disoit Rampin si trespuissamment qu'il luy fendit la teste dont
ceulx qui estoient presens furent esbahis. et de celle heure les
sarrazins doubterent si fort rolant que personne ne se osoit mettre
devant luy s'il ne pensoit mourir. Gerard de mondidier valerreux va
dire. Mes freres et seigneurs qui vouldra avoir après plaisir et estre
honnoré. il est temps qu'il se monstre et n'est pas mestier que entre
nous en soit congneu ung seul desloyal. car souvent pour ung meschant
quelque valeureux est en dangier. pourquoy a ceste parolle tous ces
barons furent plus fervens qu'ilz n'avoient esté. affin que chascun se
monstrast comme il devoit estre. Et après que la bataille fust finee
pour celluy jour par le plaisir de dieu les barons vont trouver près de
la tour dessusdicte ung grant adventure. c'est qu'ilz vont passer par
devant ung chasteau et veirent .xx. muletz sommiers chargez de vivres ou
il y avoit pain. vin. venoison et des aultres biens assez. et les
conduisoit ung payen de margote aux dessusditz sarrazins. mais
incontinent les conduiseurs des sarrazins et de leurs vivres furent
tantost avec eulx occis par les barons. et le duc naymes et guillaume
l'estoc les conduirent. et Rolant et les aultres vindrent devant pour
faire place sur esperance de les faire mener en la tour. en laquelle
chose ne se fist pas sans dangier et grant peine.



Comment guy fut prins des sarrazins et interrogué de l'admiral et les
plaintes de la belle floripes fist pour luy et aultres matieres.

Le .xiiii. chapitre.

[Illustration]


Comme j'ay dit devant les barons de france ainsi qu'ilz s'en aloient a
leur repaire et qu'ilz emmenoient les sommiers dessus nommez tant grant
abondance de gensdarmes vindrent de la part du roy clarion que ce fust
merveilles qui se vont rencontrer moult asprement et par tel endroit que
le duc basin y fut mort et aulbery son filz. car tantost qu'il veit son
pere mourir. incontinent il se getta dessus et y demoura. Et encores ce
ne fut pas le plus fort. car le noble guy de bourgoigne après qu'il fut
menassé du roy clarion il s'avança pour le frapper. et luy vint si mal a
droit que des payens son cheval fut occis dessoubz luy. et subitement
fut environné de plus de cent chevaliers sarrazins qui le prindrent et
luy osterent son heaulme de la teste et puis luy benderent les yeulx
tellement qu'il n'y veoit riens. et a tout ses mains liees derriere son
dos le vont pourmenant et quant guy se veit ainsi estre detenu a haulte
voix commença a crier. o vray dieu jesus qui m'as fait et formé ou vois
je maintenant mal fortuné jesus conforte moy. O noble charlemaigne
monseigneur et mon oncle jamais ne me verrez. Le roy clarion luy dist.
Bel amy riens ne te vault le crier ne le braire. a l'admiral d'espaigne
tout vif je te rendray aujourd'uy qui te gardera demain tu seras pendu.
mais vous povez penser comment les autres pers de france ses compaignons
furent mal contens et fort dolens quant ilz veirent le conte guy ainsy
estre prisonnier. toutesfois ilz firent grande bataille avant qu'ilz
fussent contrains d'entrer en la tour. et si tost qu'ilz furent
descenduz et les portes barrees chascun se ferma a menger. Et sur ce
floripes tantost s'en vint a Rolant et luy dist. Sire rolant je vous
requiers que vous me dictes ou est guy de bourgoigne mon mari a venir.
Je sçay bien que quant vous alastes dehors qu'il ala avec vous pourquoy
entre les autres vous le me devez rendre. jamais n'auray le cueur
joyeulx que je ne saiche ou il est. Rolant dist. Ha floripes dame
courtoise ne vous fiez en luy. car certes vous l'avez perdu. jamais ne
le verrez les payens l'ont emmené malgré nous et ne sçavons qu'on en
fera floripes oyant ces parolles de dueil et d'angoisse cheut a terre
toute pasmee plus de quatre fois comme morte. mais rolant qui pour elle
ploura assez souventesfois la releva Et quant elle fut levee elle
commença a crier a haulte voix. O barons de france par celluy dieu qui
fist le ciel et la terre se je n'ay guy de bourgoigne a qui je doy estre
espousee je rendray ceste tour avant qu'il soit passé demain. O sainte
vierge marie je devoye a luy estre mariee et pour l'amour de luy estre
crestienne. Helas noz amours nous ont bien tost failly. Helas
malheureuse suis quant ceste douleur m'a fait oblier l'amour de quoy
j'estoye pleine Rolant ne peut veoir la douleur de ceste fille mais luy
promist pour la resjouyr que dedans deux jours elle verroit guy a son
plaisir: et sachés dist il que j'ameroye mieulx estre desmembré qu'il ne
se fist aultrement de guy de bourgoigne qu'il ne soit rendu ou sa mort
soit vengee. et toutesfois ma dame le dueil et les pleurs que vous menez
ne le vous peuvent rendre. il ya troys jours que nous n'avons mangé:
j'ay pourchassé des vivres pour nous et pour ces pucelles lesquelles
vous veez et aussi la pitié: prenons pacience de ce petit et soyons
contens d'entretenir la vie car vous sçavez qu'on ne peult conquester
les sommiers dessusditz a cause de la tribulacion de guy de bourgoigne.
Après que rolant eut ce dit les barons et les damoiselles rendirent
graces a dieu de tout et furent repeuz souffisamment en louant dieu
devotement. Or parlons de guy de bourgoigne qui fut mené devant
l'admiral moult fut perturbé descouloré et changé de face tant pour la
cause qu'il y avoit ja troys jours passez qu'il n'avoit mangé de pain:
et d'aultre part du dangier ou il se sentoit d'estre en la main de ses
ennemys et la devant l'admiral fut despoillé de ses armes. Lors apparut
son beau corps et bien membré et luy demanda l'admiral son nom et qu'il
estoit. Le baron respondit. Admiral ne te doubte point que je ne te die
verité. Je suis appellé Guy de bourgoigne subject a la couronne de
france et cousin a rolant le valeureux qui est homme qu'on doit bien
doubter Ballam dist je te congnoys assez il ya plus de sept moys que ma
fille t'a en amours moult grande dont il me desplaist fort. et sçay bien
qu'elle t'ayme plus que homme vivant. et moyennant ses amours j'ay perdu
de mes hommes plusieurs et de grant façon et suis mys hors de ma tour le
chief de force de tout mon pays. Mais se tout ne m'est rendu tu seras
esquartelé en bref temps et desmembré. Et plus oultre je te commande que
tu me dies la verité: qui sont ceulx qui sont en la tour enfermez
desquelz avon esté assaillis avec toy si dangereusement. Guy dist
voulentiers le te diray. soye seur que rolant le valeureux y est.
olivier son compaignon. le courageux tierry duc d'ardaine Richard de
normandie. gerat de mondidier. naymes de baviere et basin de gennevoys
que vous avez occis et je suis l'autre que vous tenez en prison. mais au
plaisir de dieu et a l'aide de charles il vous sera chier vendu
L'admiral fut tresmal content des menasses de guy. pourquoy ung sarrazin
moult fier haulça le poing et donna sur le visaige a guy par maniere que
le sang en vint abondamment. et a ce coup fut guy alumé d'ire. et pour
estre esquartelé en l'eure il ne se peut tenir qu'il ne print celluy
sarrazin par les cheveulx a l'une des mains et de l'autre luy donna si
bon sur le gros os du col par derriere qu'il le luy rompit. et sans
tirer jamais ne pié ne main il cheut mort devant l'admiral. L'admiral
fut si tresmal content de ce coup qu'il cuida yssir hors du sens non
tant pour la mort du payen comme pour sa mesprisance faicte devant luy.
et cria a haulte voix qu'on le print. et aussi tost les sarrazins le
vindrent tant batre qu'il ne sçavoit ou il estoit et l'eussent occis se
l'admiral n'eust dit qu'on ne le mist point a mort.



Comment les payens eurent proposé de pendre guy. et puis les crestiens
le secoururent puissamment.

Le .xv. chapitre.

[Illustration]


Après que guy de bourgoigne fut bien lié estroictement l'admiral fist
venir brullant de mommiere. Et sortibrant et leur dist. je vous prie que
me donnez conseil que je doy faire de cestuy prisonnier qui m'a fait
telle vergoigne et mesprisance comme vous veez et savez. Sire dist
sortibrant je vous conseilleray tresbien se vous me voulez croire. Vous
ferez lever unes fourches près des fossez de la tour en laquelle sont
les prisonniers de france et y ferez demain pendre par le col cestuy
prisonnier. et faictes que vous ayez en lieu secret près des dictes
fourches dix mille turcz bien armez et grant point. et je suis seur que
ces françoys sont si hardis et desmesurez que quant ilz verront pendre
leur compaignon qu'ilz viendront dehors pour le secourir. et voz gens
qui seront mucez la au près viendront sur eulx pourquoy vous les aurez
tous et bien seurement pour en faire du tout a vostre plaisir. Cestuy
conseil fut approuvé par l'admiral estre bon et en fut bien content.
pourquoy sans aultre deliberacion avoir les fourches furent faictes
comme devant avoit esté dit. et bien près de celluy lieu avoit ung petit
boys et fit secretement mettre en grant point vingt mille combatans et
les commanda estre gouvernez par le roy clarion et les aultres
capitaines et puis l'admiral fist mener guy a trente sarrazins contre
les fourches. lesquelz ne cesserent point de fraper sur son corps de
gros bastons qui du tout luy perçoient la chair et desrompoient les os
bien amerement. vous povez pencer en quel estat estoit son corps quant
on le desrompoit ainsi villainement quant il avoit les mains lyees
derriere son dos moult estroictement quant il sentoit une grosse corde
parmy son col quant il avoit les yeulx bendez et ne veoit riens ne ne
sçavoit ou il alloit. Cecy pensant crya a haulte voix. O redempteur et
mon dieu du quel je suis en peine et vois mourir maulvaisement pour le
merite de ta sainte passion prens mon ame en ta garde car le corps prent
sa fin. et ainsi que j'ay mestier de ton aide vueille moy conseiller et
aider. O nobles barons de france me verrez vous jamais. ne me viendrez
vous point secourir. se vous me laissez pendre ce vous sera grant
vergoigne. O rolant beau cousin souviengne vous de moy ou jamais ne me
verrez vif. Cecy disant piteusement Rolant estoit en une fenestre et
regarda oultre une petite roche et veit les fourches levees pourquoy
tout commeu il vint a ses compaignons et leur dist. Messeigneurs je me
esmerveille bien que veulent dire les fourches que j'ay veues sur les
fossez je ne sçay pas a quel propos ce a esté fait. Quant les aultres
veirent le fait naymes leur dist que sans faultes elles estoient faictes
pour pendre guy. Cecy disant ilz le vont veoir tout despoillé allant
contre les fourches. et congneut bien que s'il n'avoit secours qu'il
seroit pendu. Quant floripes ouyt pladoier ces barons: elle s'en vint a
eulx pour sçavoir que c'estoit. et puis quant elle veit les fourches
dressees et guy son amy et espoux advenir ainsi pour mener
vitupereusement vous povez penser en quel estat elle estoit reduyte et
commença a cryer. O nobles chevaliers laisserez vous pendre guy vostre
compaignon devant vous et devant voz ieulx. ne vous fiez point que s'il
meurt par celluy dieu qui m'a faicte et formee je me laisseray cheoir
aval ces fenestres et mourray en desperation. et puis s'en vint devant
rolant enclinee des deux genoulz. et luy va baiser les piedz bien
humblement en disant. Sire rolant en l'onneur de dieu je te veulx prier
qu'il te plaise de prendre peine pour devoir mon amy secourir aultrement
je suys femme perdue. pensés de vous armer: et je vois faire aprester
voz chevaulx. car le temps est tant brief que au plaisir de dieu soyez
vous a temps et heure. Avant que floripes parlast guieres Rolant a ses
compaignons se vont armer hastivement et seindre leurs espees et leurs
escus et vont hors de la tour et monterent tous a cheval. puis
saillirent dehors et devant qu'ilz se missent a chevaucher Rolant va
dire. Seigneurs a ceste heure gist nostre mort ou nostre vie tellement
que se nous n'avons bonne conduyte et loyalle. jamais nous ne
retournerons. Nous ne sommes que dix et les payens sont de multitude
innumerable et de grant force a merveilles. en l'onneur de dieu je vous
prie et requiers que tousjours nous nous tenons ensemble et que l'ung
soit garde de l'aultre et le plus que faire se pourra: car se nous
sommes divisez nous serons prins et penduz et d'autre part que se l'ung
de nous tombe a terre que des autres soit levé ne pour mort ne pour vie
qu'il ne soit abandonné. ne ne faille l'ung a l'autre et je seray celluy
qui vous meneray ensemble au plaisir de dieu. car je vous jure ma vie
que tant que je pourray tenir en ma main durandal ne que j'auray sang en
mon corps ne vie vous aurés en moy ung bon garent. et pareillement ont
dit les autres Floripes dist mes seigneurs vous pourrez trop demourer et
s'en va en sa chambre et ouvrit son coffret ou estoit la couronne de
jhesucrist et moult reveramment la baiserent et la poserent sur leurs
testes pourquoy de couraige ilz ne doubterent riens la puissance des
payens et vont dehors. puis floripes et ses damoiselles vont relever le
pont et fermer la tour. Les nobles pers de france s'en vont bellement en
bonne ordonnance contre les fourches aval les prés. et les payens
estoient dessoubz les fourches et montoyent guy de bourgoigne qui avoit
les yeulx bendez et les poingz liez. et si avoit une grosse corde autour
du col. Cecy voyant rolant hasta son cheval et les autres après. et
commença a crier aux payens. Ha traistres mastins il ne sera pas comme
vous pensez. vous avez commencé telle chose. dont vous vous verrez mal
contens. De cestuy bruit qui fut fait impetueusement les plus hardis des
trente qui tenoyent guy se mirent a fouyr. et furent si hastivement
poursuyvis que les vingt furent occis. Sur cecy ceulx qui estoient aux
boys vindrent dehors faisant grant bruit. et tout premier cornifer
merveilleux payen sur ung moreau de grant façon et commença a crier. Ha
françoys desmesurez venés vous secourir le pendu de l'admiral. vous avez
fait folle entreprinse. car avec luy tous penduz vous serez. Quant
rolant ouyt le payen il fut moult courroucé et tint durandal. et vint
contre luy comme ung loup enragé. toutesfois le payen frappa sur son
escu moult dangereusement. mais après qu'il se fut recouvré il attaignit
le payen si puissamment qu'il luy fendit la teste jusques au corps bien
avant. Après qu'il fut mort rolant s'en vint courir jusques aux fourches
et puis desbenda et deslya guy de bourgoigne et luy dist qu'il se tint
près de luy jusques il fust armé. et après que rolant eut occis ung
autre payen. Guy estant en l'asseurance dudit rolant et des autres pers
de france il s'arma incontinent des armes de celluy payen moyennant ses
compaignons et monta sur son cheval. mais ce ne fut pas sans grant peine
et merveilleuse deffence qu'ilz firent. car tous ses sarrazins qui
estoient au boys vindrent sur les barons de france. avecques ce ilz leur
firent beaucoup d'inconveniens Toutesfois a l'aide de dieu ilz furent de
si trebon gouvernement. et si entier couraige. de si merveilleuse
deffence et si grant puissance que pour celle heure ilz misdrent tant de
ces sarrazins a mort que la place en estoit toute encombree et estoyent
tous empeschez d'aler oultre. entre lesquelz fist merveilles Guy de
bourgoigne: car après qu'il fut armé par la conversacion de ses
compaignons il fit grant portement en disant aux payens. O traistres
mastins je vous monstreray ceste journee que je suis eschappé de voz
mains. Et par ainsi combatans firent retourner les sarrazins ung grant
trait d'arc. Cecy faisant d'aultre part plus de dix mille sarrazins
estoient appareillés pour leur empescher le passage qu'ilz ne se
peussent retraire. Pourquoy roland tenant durandal en sa main voyant
cecy appella tous ses compaignons et leur dist. Seigneurs il ne nous est
pas besoing de reculer. mais nous est necessité d'avancer pour nostre
conservacion. se nous povons gaigner le pont nous ne doubtons riens. et
bonnement nous pourrons saulver. Sire roland dist guy de bourgoigne vous
sçavez que en la tour n'a riens a menger. et se nous estions dedens nous
ne sçaurions que faire sinon bailler. et je vous jure sur ma vie que
j'aymeroye mieulx que mon corps fust playé dangereusement en combatant
sur ces payens que de mourir de fain leans et sans dangier. et s'il est
le vouloir de dieu que nous devons mourir en cestuy jour tout soit fait
a son plaisir et nous prendrons en gré comme bons et loyaulx chevaliers
de dieu. Tous les aultres barons furent de son oppinion et vont avoir
grant propos d'eulx porter vaillamment Eulx estans en ce propos de ce
porter vaillamment comme dit est. Floripes fut la en une fenestre de la
tour et veit Guy de bourgoigne son amy dont elle estoit moult joyeuse et
luy cria a haulte voix qu'il luy pleust de la venir baiser en disant que
se elle vivoit pour la promesse des barons que son pere l'admiral seroit
une fois en son dangier. Pourquoy ogier le dannoys va dire. Seigneurs
chevaliers avez vous ouy la pucelle comme elle parle noblement dont elle
est bien digne que on face beaucoup pour elle. et sachez que se nous n'y
retournons je ne seray pas a mon aise. Sans plus aultre langaige faire
les françoys s'en vont contre les sarrazins hastivement desquelz rolant
estoit tousjours le premier et faisoit grant bruyt et desconfite des
payens qui le evitoyent et s'enfuyoyent devant luy comme l'oyseau devant
l'esprevier. Guy de bourgoigne vint de course courir contre ung payen
moult fier et orgueilleux qui se nommoit Rampier et l'attaignit si
durement au hault de la teste qu'il fendit jusques au millieu du corps.
pourquoy quant roland veit son grant portement il luy dist guy beau
cousin j'ay bien veu comment vous avez menassé le payen. et avez fait
par maniere que floripes vous doit bien aymer et tenir chier.



Comment les pers de france devanditz furent despourveuz de vivres. et
puis restaurez. et puis assiegez et combatus par les payens.

Le .xvi. chapitre.


Quant floripes la courtoise estant avec ses damoiselles en la tour veit
les barons de france estre asseurez devant le chasteau elle leur cria
haultement. Seigneurs je vous prie que vous aiez souvenance de recouvrer
des vivres devant que vous entrez ceans affin que n'en ayons necessité
mortelle Olivier et Roland entendirent bien la pucelle qui dirent
qu'elle avoit bien parlé et assez a temps. Car se nous entrons au
chasteau nous n'en pourrons pas partir a nostre aise. et sur ce tous ces
barons d'ung couraige vont contre ces sarrazins et les desrompirent
tellement qu'ilz vuiderent la place et les firent reculer moult loing Et
ainsi qu'ilz retournoyent contre la tour une bonne adventure leur
advint. car vingt sommiers vont passer par la lesquelz estoyent chargez
de vin. de blé. de pain. de chair abondamment et tantost tous ceulz qui
les menoyent furent occis et mis a mort. Puis s'efforcerent de les mener
prestement et conduire tant qu'ilz furent en la tour. et en passant ilz
vont trouver basin qui estoit mort comme j'ay dit dessus. et
l'emporterent en la tour avec eux et furent leans a seureté. car
incontinent leverent les pontz et fermerent les portes bien seurement.
et eurent assés a manger pour deux moys ou plus. Vous povez penser se
l'admiral estoit joyeulx quant il vit guy qui avoit esté en sa
subjection. et estoit adonc avec ses compaignons. et aussi quant il
sceut qu'ilz estoyent fournis de vivres tant abondamment Pourquoy
tresmal content il va convoquer tout son conseil. et demanda brullant de
mommiere Sortibrant de connimbres et de ses familiers et leur dist. Mes
barons vous sçavez que ces françoys nous ont tresmal gouvernez. Ilz ont
la tour garnie de blé. de vin et d'aultres viandes. et se d'aventure il
vient a sçavoir a roy Charles nous serons empeschez. car il les viendra
secourir. et ne luy pourrons faire resistance continuelle pour sa
puissance qui est tant grande vous le sçavez. dont je suis en grant
pensement et melancolie que nous pourrons faire A cecy Sortibrant
respond et dist. Sire admiral je conseille que chascun soit armé et en
grant point pour asseoir engins pour assaillir et rompre la tour. et
puis qu'on face sonner et tromper mille corcz impetueusement. et quant
les françois les ourront de paour ilz seront espoventez. pourquoy a noz
volentez nous pourrons entrer dedans. Brullant de mommiere luy dist.
Sortibrant mon amy vous parlés d'une grant folie. ne croyez point que
les françoys qui sont leans soyent de si foible condicion que vous les
espoventés a sonner cors. certes vous ne les aurez point pour menasser
et vous diray la raison. La fleur des barons de france est leans les
plus puissans et les plus nobles. Rolant y est qui est si puissant et si
courageux que personne ne se ferme a luy qu'il ne mette a mort. Le conte
Olivier sçavez riens de sa grant fierté qui conquist le roy fierabras le
plus puissant de tous les payens. et je vous jure mahom qu'il est en
leur compaignie. car je l'ay bien ouy dire. Après y est le conte de
mondidier Gerard qui nous a fait grant dommaige. Aussi y est Tierry duc
d'ardaine et ung viellart qui nous a occis et estranglé de noz gens plus
de mille qui se nomme Naymes duc de baviere. Semblablement guy de
bourgoigne qu'ilz nous ont osté quant on le menoit pendre. et d'aultres
y sont que je n'ay pas nommez. Il n'en ya. que .xi. car l'ung a esté
occis. et vous sçavez qu'ilz sont tous de grande resistance. Rolant le
nepveu de charles a le corps si fier qu'il ne doubte homme vivant ne
coup ne trait qu'on luy donne. et ne doubtés point que s'ilz estoient
tous telz comme luy en ce chasteau. ilz nous mettroient hors de ce
royaulme ou nous y feroient mourir. et je croy que leur dieu veille pour
eulx. car moult il les a gardez. les nostres dieux sont malheureux. car
long temps a qu'ilz ne nous ont riens aidé. De la parolle de brullant
fut moult courroucé l'admiral et luy dist. Vous avez tresmal et
follement parlé et cecy disant il frappa de son baston. mais le roy
sortibrant le luy osta en disant. Sire admiral laissez vostre courroux
et pensons d'assaillir ceste tour et faisons que ces françoys desloyaulx
soyent vaincuz et decoupez. Et ainsi comme il fut dit l'admiral fit
venir trompettes et clerons et autres engins a tromper et faire bruit
tellement que tant de sarrazins furent la assemblez qu'ilz tenoient une
lieue a la ronde. Après l'admiral fist venir ung ingenieux enchanteur
qui s'appelloit Marbou qui fit deux engins a couvertes seures et
gardoient que ceulx qui estoient dessoubz ne pouvoient estre gastez des
françoys. Et moyennant ces engins ilz conqueterent les premieres gardes
du chasteau. pourquoy les françoys furieux comme lions vindrent aux
portes de la tour et les pucelles aussy toutes armees lesquelles avec
les barons firent grant devoir car celluy qui estoit frappé par elles
estoit bien terrible s'il ne cheoit mort par terre. car elles estoient
en hault et gettoient grosses pierres dars de fer et autres engins
mortelz desquelz ilz firent resistance continuelle



Comment la tour fut esquartellee et brullee par enchantement et les
françoys furent en grant peril de mort et restaurez par ung assault
qu'ilz feirent sur les payens.

Le .xvii. chapitre.

[Illustration]


Les payens perseverans en l'assault devantdit l'enchanteur vint devant
l'admiral et luy dist trescher sire j'ay faitz mes engins tous
apprestez. moyennant lesquelz sur ma vie je vous rendray les françoys
faictes oster voz gensdarmes du lieu et que j'en aye cincquante mille
bien destres de la personne et bien armez. Et quant ilz furent bien
apprestez ainsi comme il estoit devisé l'enchanteur les fit mettre a
l'entour de la tour et par son art il va faire enflambez fusilz
merveilleux que les pilliers de marbres et autres pierres vont commencer
a bruller et a faire feu a oultrance dequoy par les françois furent tous
perturbez et vont dire qu'il leur seroit force de rendre la tour sans
sçavoir moyen de saulver leurs personnes. A cecy floripes leur dist.
Seigneurs ne vous esmayez encores si fort jusques a tant que voyez plus
oultre: et incontinent elle va prendre aulcunes herbes et autres
medicines et les fist destremper en vin car elle congnoissoit et sçavoit
la maniere comment celluy feu artificiellement brulloit les pierres:
aussi fist elle brevaige que quant il fut getté sur celluy feu il ne
brulloit plus riens l'admiral cuida enrager: mais sortibrant luy dist
que tout cecy se faisoit moyen floripes sa fille: pourquoy l'admiral
estoit d'une intencion de faire mourir cruellement le roy sortibrant et
luy dist qu'il fist sonner ses cors et trompettes et recommencer
l'assault de nouveau et que a celle fois il seroit force que les
françoys fussent vaincuz. car je suis seur que ilz n'ont riens a getter
sur nous car tous les traitz et pierres leur sont faillies Et fut fait
l'assault comme il fut dit si tres impetueusement que il sembloit qu'ilz
fussent tenebres en ce lieu des fleches dars espieux pierres et autres
traitz et engins par telle maniere que les gros quartiers des murailles
tomboyent a terre. Les barons de france moult esbahyz de l'assillie
disoient l'ung a l'autre que a celle heure il fauldroit qu'il fussent
vaincuz: car ilz veoient a terre ruer les murailles principales du
chasteau: en grant pensement floripes leur dist. Seigneurs ne vous
esmayés point. la tour est assés forte pour nous garder bien plus avant:
et d'aultre part le tresor de mon pere est ceans qui est en billons et
platines d'or allons les querre aussi bien en pourrons nous occir les
payens comme d'aultres pierres et mieulx. Cecy estre dit guy de
bourgoigne son amy vint a elle de grant joye et la baisa moult
amoureusement et puis elle va ouvrir la tour ou estoit celluy tresor
innumerable et a grande quantité le porterent sur les creneaulx de la
tour et gettoyent a ces payens tellement que ilz en fasoient moult
grande desconfiture. oultre plus les payens voyans l'or en celle grande
habondance cheoir sur eulx vont cesser de l'assault: mais pour leur
avarice de celluy or se vont combatre et occir l'ung l'autre: pourquoy
l'admiral fut desplaisant tellement qu'il cuida mourir et commença a
crier a haulte voix. O barons sarrazins laissez cestuy assault qui me
vient a dommaige irreccuperable: car je voy bien que mon tresor se pert
que j'ay tant mys a assembler et je l'avoye recommandé au dieu mahom et
l'en avoye fait garde dont il a failly maintenant: mais sur mon ame se
je le puis tenir je l'en feray plourer. Le roy sortibrant respondit.
sire admiral ne prenez point merveilles de vostre tresor: et n'en sachés
maulgré a mahom car il n'en peult mais se de present on le luy a emblé
et desrobé il a esté endormy aultrement j'en suis esbahy: car tousjours
la ville jusques maintenant et ces françoys sont cautz larrons qui l'ont
emblé bien subitement. L'admiral bien courroucé a cause du soir vint en
son repaire avec ses gens pour souper. cecy estre fait quant l'admiral
fut assis a table roland qui estoit en la haulte tour avec ses
compagnons bien seurement pour soy aiser se va mettre sur une fenestre
et en pensant il veit l'admiral assis a table par une fenestre et puis
s'en vint aux autres barons et leur dist. Messeigneurs et mes freres je
regarde que l'admiral est avec ses principaulx a soupper et pense de soy
tenir bien aise et il me semble que grande prouesse nous seroit et grant
bien que nous trouvassons maniere de luy faire laisser son repas. Les
autres compagnons vont estre de son accord et prestement ilz furent
armez et mys en point et bellement vont yssir de la tour venans contre
la maison de l'admiral. mais l'admiral qui estoit son nepveu luy dist.
Chier nepveu espoulard par adventure les françoys nous veullent faire
refroidir nostre souper despeche toy soyes appresté et fais qu'ilz
soient decoupez et confonduz et tantost fut en point espoulard et bien
monté et vint devant les barons et tenoit en sa main ung dart d'acier
mortel. et tout premier rencontra roland et l'attaint sur son escu
tellement qu'il fut tout estourdy: mais bien luy en print: car en la
chair il n'eut point de playes Roland vit après luy le payen et luy
donna si bon coup qu'il le fit tresbucher de son cheval: mais le turc
fut valeureux et homme de grant force/ car moult legierement remonta a
cheval et roland le frappa de son espee tellement que le payen ne
sçavoit ou il estoit. et ainsi que le payen cheoit bas roland
puissamment le charga devant luy au travers du col de son cheval et
l'emporta. L'admiral voyant cecy tout enraigé escria ses gens qu'ilz
secourussent a son nepveu: mais ilz n'y sceurent que faire. car en le
deffendant plusieurs furent tuez et sans nombre en y eut de navrez:
pourquoy fut force aux payens d'eulx enfouyr et roland ne cessa de
courre jusques a tant qu'il fut en la tour. Et quant les barons furent
en la tour n'avoient doubte de nul.



Cy commence la tierce partie du second livre qui contient .xvi.
chapitres. et parle comment les barons de france furent secouruz et les
payens confonduz



Comment les pers de france allerent denoncer leurs affaires au roy
charles et comment richard de normandie se ordonna pour y aller.

Le premier chapitre.

[Illustration]


Les pers estans assailliz et detenuz comme j'ay dit devant ilz avoient
prins ung turc moult fier et grant amy de l'admiral et le vont donner a
floripes pour en faire a sa volenté et vont dire a la fille quel homme
il estoit. floripes leur respondit et dist. Il est filz a ma tante et
est nepveu de l'admiral et est riche a merveilles et se vous voulés
faire grant desplaisir a mon pere faictes le morir Le duc naymes va
dire. Je vous jure mon ame qu'il ne sera pas ainsi ma damoyselle que
nous le facions mourir: mais puis qu'il est homme d'audience nous en
sommes plus joyeux Et je vous diray pourquoy. se l'ung de nous estoit
prins de noz ennemys moyen cestuy il seroit rendu et rachaté: et de
ceste conclusion furent contens tous les pers de france. Cecy estre dit
richard de normandie appella les autres et leur dist. Vous sçavez
comment nous sommes enclos ceans en ceste tour. et suis bien seur que a
la fin il nous fauldra finer par ces sarrazins nous n'avons moyen
pourquoy puissions eschapper: et conseille qu'on mande a l'empereur
qu'il nous viengne secourir ou autrement nostre vie est finee. Le duc
naymes respondit. Sire richard a mon advis vous parlés d'une grande
folie car il n'ya homme ceans qui voulsist faire ce messaige que vous
dittes et la chose est assés apparente: car vous voyez que la terre est
couverte de sarrazins et aussitost qu'il seroit hors de ceans il seroit
chose impossible qu'il ne fust mort soyez seur que se dieu ne nous fait
grace nous ne partirons jamais de ceans. Sur ce dist floripes autre
chose pour le present ne sçauroye que dire sinon que nous menons la plus
joyeuse vie que mener pourrons. Vous avez icy belles pucelles chascun
preigne la sienne et en face a son plaisir pourquoy a cecy rolant et
aulcuns des autres se vont resjouyr des parolles de floripes et la vont
louer affectueusement. Tierry duc d'ardaine qui estoit moult courroucé
dist. Messeigneurs je suis en grant pensement. car nous sommes ceans
enserrez et congnois bien que en brief temps nous serons desconfitz:
nous en voyons assés l'experience devant nos yeulx Faisons que nostre
fait soit notifié a charles que luy ou sa puissance nous viengne
secourir. Ogier respondit et dist. Pour envoyer a charles ne fault point
estre presumptueux: car il n'ya ceans si hardy qui se mist en chemin Si
feray dist rolant j'ay entreprins a moymesme d'y aller demain et feray
mon devoir. Le duc naymes devant qu'il eust finee sa parolle respondit.
Sire rolant ne vous desplaise: car d'entre nous vous estes le plus mal
convenable pour y aller car quant les payens le sçauront d'eulx ne
serons plus redoubtez comme nous sommes. et quant nous vous avons avec
nous. nous sommes en seureté et en cremeur de noz ennemys. Guillaume se
presenta pour y aller voulentiers. aussi Gerard. Semblablement se
abandonna pour y aller et guy de bonne affection. Mais floripes jamais
ne l'eust consenty. toutesfois après plusieurs disputacions richart
dist. Messeigneurs vous sçavez que je suis de grant parentaige et si ay
ung filz suffisant a porter armes et croy qu'il sera valeurex et s'il
avenoit que je fusse prins et occis des payens après ma mort il me
pourra representer et tenir mon heritage en mon nom et faire service a
Charles et je le doy bien faire pour faire plaisir audit Charles. car
quant il m'eust donné ma terre et revestu de mon pays je ne le voulsi
point accepter sinon par ung moyen qui est tel. que s'il venoit ung
homme estrange non pas subject a mon pays et qu'il fust serf de serve
condicion et il demouroit ung an en ma terre qu'il fust après franc
toute sa vie et plusieurs autres choses. Et par ainsi il fut conclu que
richart y allast. mais rolant luy fist promettre qu'il ne tarderoit en
lieu despuis qu'il seroit party ne sejourneroit nullement jusques a tant
qu'il seroit a charles sinon qu'il fust grevé de sa personne ou
prisonnier detenu. Richart le promist et jura comme il a esté dit. et
ledit richart après son serment va dire. pour le present nous n'avons a
penser sinon la maniere comment je pourray passer oultre que ses
gensdarmes ne me voyent. car se je suis congneu par eulx aulcunement a
moy ne seroit pas possible de resister. Rolant dist par ma foy je vous
diray voulentiers mon oppinion sur cestuy fait. Je conseille que demain
bien matin nous soyons armés et yrons faire une cource sur ces sarrazins
par grant devoir et quant ilz seront sur nous a frapper et que leur
affection sera du tout pour nous occir richar passera oultre et nous
laissera. et puis nous nous remettrons ensemble pour retourne a seureté
entretant richart qui sçait bien la region pourra estre bien loing avant
qu'ilz en sachent riens et s'il plaist a dieu et a sa sainte mere il le
saulvera par ceste maniere que en brief temps nous aurons joye
consolatoire que nous yrons dehors par asseurance. Cecy disant les pers
de france voyant que la chose n'estoit pas asseuree commencerent tous a
plourer tendrement pour la pitié de leur affaire. Le noble richart ses
compaignons qui pour luy plouroyent va dire Mes seigneurs ne vous
doubtés de riens se dieu me fait la grace auquel je suis abandonné que
je puisse passer cest ost et ce pays. et specialement que je me puisse
trover vif oultre le pont de mantrible je vous puis bien jurer que je
vous ameneray secours tellement que vous serez delivrez. Les barons luy
respondirent Jhesus par sa puissance te doint bien aller et mieulx
retourner. Après ceste conclusion ilz n'en dirent plus mot. La nuyt vint
et chascun s'en alla a son repaire jusques a lendemain pour commencer
d'acomplir leur entreprinse.



Comment après que richard fut party le roy clarion trespuissant courut
après luy lequel fut occis par ledit richart vaillamment.

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


Grant ennuy vint aux pers de france quant richart de normandie devoit
partir pour aller au roy charles. le matin quant ilz vindrent aux portes
de la tour en laquelle ilz estoyent ilz trouverent grant multitude de
gens sarrazins qui si tenoyent affin que nul des françoys ne peust yssir
dehors pourquoy par l'espace de deux moys ilz ne sceurent trouver moyen
de saillir hors: mais ung jour que l'admiral estoit allé a la chasse ung
petit loing et qu'il fasoit feste pleniere et que une nuyt la garde du
pont fut oublye adonc les barons s'armerent et monterent a cheval et
allerent courir jusques aux hostellieres: mais aussitost qu'ilz furent
veuz des payens trompettes commencerent a sonner si fort que incontinent
gens innumerables furent assemblez pour courir aux pers de france et
quant lesditz pers furent encloz chascun fasoit devoir de les batailler.
Le duc richart en plourant va commander a dieu ses compaignons et
secretement se despartit et se mist hors du chemin pour tyrer a son
adventure. et avant que les barons fussent en leur logis pluseurs des
payens furent occis. et en ceste maniere vont entrer en leur tour.
hardiement et seurement et vont veoir richart bien loing qui ja avoit
passé l'ost tout oultre et en plourant doulcement le recommanderent
pluseursfois a dieu Richard de normandie chevauchant durement qui avoit
peur d'estre assailly quant il fut loing au hault d'une montaigne son
cheval seigna d'eschaufoison dont il se doubta forment qu'il ne fust
empesché et va dire O sire dieu mon createur a qui toute ma volenté est
ordonnee au jourd'uy preserves mon corps de mes ennemys tellement que je
ne perde point la vie et fist le signe de la croix plusieurs foys sur
luy. Luy estant en ce lieu que le jour apparut bien cler les payens qui
estoyent en leurs logis le povoient bien veoir clerement et premier s'en
apperceut brulant de mommiere et puis sortibrant de conimbres qui
estoient ensemble lesquelz s'en vont hastivement au roy clarion payen
moult puissant nepveu de l'admiral ballant. et luy dist premierement
brulant. Sire clarion veez la ung messagier des prisonniers de france
qui s'en va et qui est party d'avec ses compaignons et se vous n'y
pensez de mettre secours il nous en pourra mal venir. car il va a
charles compter leurs affaires. Il nous pourra tourner a ung grant
dommaige. Aussi tost que le roy Clarion ouyt les nouvelles moult
prestement fut armé et monta sur ung cheval le plus merveilleux que
jamais fut veu. car pour courre trente lieues il n'estoit point lassé et
print son escu et ung espieu d'acier quarré et agu. et courut celle part
comme s'il fust enragé et d'aultres sarrazins vont après luy. Richard
monta a cheval sans sçavoir qu'il fust poursuivi aultrement et disoit. O
mon createur donne moy consolacion et grace que je puisse veoir charles
le puissant empereur auquel je suis envoyé par maniere que mes
compaignons qui sont en la tour doulans et courroucez je puisse faire
joieux Et puis se seigna devotement faisant le signe de la croix. Et
ainsi qu'il estoit en ce pensement il regarda derriere et veit les
sarrazins venir hastivement après luy qui estoient par commune
estimacion plus de .xiiii. mille desquelz le roy clarion nepveu de
l'admiral sur ung courcier devant nommé venoit devant les aultres et les
precedoit de beaucoup. Toutesfois richard se trouva sur une petite
montaigne et regarda contre l'ost des payens et les veit venir contre
luy moult affectionnez. Vous povez ymaginer en quel estat estoit son
cueur quelle chose se povoit penser qu'on feroit de luy. quelles
nouvelles pourroient attendre les pers de france ses compaignons quant
il estoit tout seul pour attendre et soustenir la fureur et malice de
tant de gens. Cecy ymaginant et qu'il ne pourroit pas fuyr tantost a luy
fut Clarion sur celluy courcier qui couroit plus fort que ung levrier ne
sçauroit lequel courcier estoit tout blanc de l'un des costé comme la
fleur de lys. et de l'autre costé estoit aussi rouge comme feu embrasé.
la queue avoit de la façon d'ung paon. le bout derriere en hault levé.
et goutte aussi menu comme une perdris pourroit estre. a grosses cuisses
et courtes. Les piez avoit platz et copez a petites oreilles. la crigne
du coul blanche. les narines larges et amples. devant estoit moult
large. et les yeulx vers et clers. Et après estoit d'une selle d'ivoire
ensellé. et les frains de la bride a fin or entrelassés. et beaulx
estriers de fin or Et poytral moult bien aorné et richement. et estoit
senglé a quatre fortes sangles bien seurement sur luy avoit plus de cent
clochettes de fin or sonnantes moult melodieusement. Et le payen le
frappa des esperons moult asprement tellement que le cheval fist ung
sault bien de .xx. piez de long et puis escria Richard le noble duc en
disant a haulte voix. Par mahom mon dieu souverain messagier vous ne le
ferés point selon vostre entreprinse: car sans aller plus avant vous
finerés vostre vie. Quant richart l'entendit tout le sang au corps luy
fut mué et va respondre Sarrazin pourquoy es ne de telle intencion
contre moy que t'ay je mesfait ne je t'ay riens offencé ne robé ton
tresor. je te requier par amour que tu ne me vueilles destourber. et se
tu le fais je le te tiendray a ung grant service je te jure que une fois
te sera reguerdonné par moy. Le payen respondit certes françoys tu
parles de grant folie. et de mahom soye mauldit se j'en feroye riens je
ne te laisseroie pas aller pour la moitié du tresor du monde. Aussi tost
que richart sceut son intencion il s'avença contre luy. et le payen vint
a richart et de son espieu le frappa moult rudement sur son escu. mais
il estoit si dur qu'il ne le faulça pas tout oultre Sur ce noble richart
qui estoit plain d'une grant yre contre le payen de mort affectionnee
vint a luy a son espee trenchante et ainsi que son cheval sailloit
oultre le payen leva la teste et Richart l'attaignit au travers du col
si bien a droit qu'il luy couppa la teste par le nou du col tout oultre
tellement qu'elle vola loing du corps la longueur d'une lance et bouta
le corps a terre tout mort et puis descendit de dessus son cheval et
monta sur celluy du payen qui estoit merveilleux contre tous dont
richart povoit bien dire que jamais il ne fut si bien pourveu de cheval.
car si trespuissant estoit qu'il eust porté .vii. chevaliers armez avant
que d'une goutte de eaue on le fist suer. et pour naiger et passer une
riviere moult parfonde c'estoit chose non pareille que de luy. Et après
qu'il fut ainsi monté a son aise il dist a son premier cheval par bonne
affection O gentil cheval doustin par toy je suis bien courroucé quant
je ne te puis conduire en quelque lieu a mon plaisir. je prie a dieu de
paradis qu'il te doint tirer telle part et prendre tel chemin que tu
puisses servir en la main des crestiens. en plusieurs grans batailles et
maulvais passages tu m'as bien servy et de ton grant service tant comme
a moy appartient je te rens grace et te mercye grandement. Et sur cecy
il se mist a chemin. et tantost les sarrazins qui venoient après vont
trouver leur roy mort. duquel ilz furent si surprins de melancolie et de
dueil qu'il ne sceurent faire aultre chose. sinon de courre premierement
au cheval de richart pour le prendre. mais il n'y eust si hardy qui
l'approchast tant faisoit celluy cheval grande deffence. et se mist a
chemin courant pour retourner la dont il estoit party



Comment le cheval de richart vint passer parmy l'excercite de l'admiral
et fut veu et congneu des pers de france qu'ilz se pensoient qu'il fust
mort et comment le pont de mantrible fut gardé.

Le .iii. chapitre.

[Illustration]


Richart de normandie l'espee au poing chevaucha hastivement sur les
sarrazins qui couroyent après luy vont trouver le roy mort. dont la
teste estoit d'une part de la voye. et le corps de l'autre. Il ne fault
point raconter la melancolie en la quelle ilz estoient soubzmis quant le
chief des payens de force et de parentaige fut desconfit. et pour chose
qu'il fissent ilz ne peurent retenir le cheval de richart. et le premier
qui le veit venir ce fut l'admiral qui va appeller gorrant le filz du
roy grehier. sortibrant de conimbres aussi et leur dist par mon dieu
appolin quant je advise maintenant je doy bien aymer mon nepveu clarion
et tenir chier entre les aultres. je regarde qu'il a mys a mort le
messagier des françoys. qu'il soit ainsi veez la son cheval qui s'en
vient. et commanda l'admiral qu'on le print prestement mais quant le
cheval veit qu'on le vouloit prendre il courut et s'espoura et ne cessa
de courir jusques il fut en la porte du palays ou estoient les aultres
barons enclos. Et quant les françoys veirent ainsi venir le cheval de
richart ilz furent tous effroyez: et vindrent ouvrir la porte et tantost
il entra dedens. et après que la porte fut close ilz se vont arrenger
autour dudit cheval pour une compassion de dueil en plourant
piteusement. Et pour le premier le duc naymes et dist. Ha richart de
normandie je prie a dieu qu'il te soit en bon confort et qu'il ait pitié
de ton ame. Je congnois bien que pour ta mort jamais nous ne serons
secourus. ne ta part nous n'aurons adjutoire: Escoutans ces parolles
rolant olivier et les aultres plourerent amerement. Sur ce vint floripes
la courtoise qui en faisoit grant dueil leur dist Seigneurs en l'onneur
de dieu laissez vostre dueil. nous ne sçavons encores comment la verité
se porte. Ainsi qu'il estoient en ces pensemens les sarrazins vont venir
qui avoient laissé aller ledit richar et qui en grant torment
apportoient mort le roy clarion. Et quant l'admiral le veit venir tout
ethroclite en son entendement crya. Mon nepveu est il sain et en bon
point les sarrazins dirent. Sire admiral nous ne sçaurions mentir.
clarion est mort plus n'en convient parler. L'admiral ouyant les
parolles dessusdites il cheut a terre quasi tout transi et plus de
quatre fois il pasma comme mort. pourquoy entre luy et ses subjectz fut
fait grant dueil et melancolie. Les sarrazins faisans cestuy torment les
barons de france les vont oyr et entendre et speciallement floripes
laquelle sçavoit mieulx le langaige affin qu'elle sceut la cause de leur
dueil elle vint aux barons de france et leur dist en parlant a rolant.
Sire sçavez vous pourquoy les sarrazins meinent si grant douleur. Il est
chose vraye que richart vostre messagier a occiz le roy clarion a gaigné
son cheval qu'il n'en ya point le pareil au monde de bonté. Et tant de
la mort de clarion comme de la perdicion de ce cheval ilz meinent ce
torment que vous voiez. pourquoy je vous prie que chascun face son
devoir a mener bonne chiere. Olivier dist a rolant. Mon compaignon
d'armes vous ne sçavez comment je suis joyeulx des nouvelles que vous
ouyez: et vous jure que je suis aussi seur de passer dangier de vie que
ce je estoie au plus fort chasteau de france. Benoist soit richart quant
il a fait si noble portement et semblablement ses compaignons dirent.
Après que richart chevaucha l'admiral fit venir ung homme qui
chevauchoit bien et s'appeloit orages et le fist monter sur ung
dromadaire hastivement pour porter ses lettres a galaffre qui gardoit le
pont de mantrible: et luy dist garde bien que tu ne cesses de courir
jusques a ce que tu soyes a mantrible et dy a galaffre pourquoy il a
laissé passer les messagiers de charles oultre le pont: lesquelz nous
ont tant fait d'ennuy ainsi que tu le sçauras bien dire et je jure mahon
mon dieu qu'il fist une tresgrande folie et puis d'aultre part le
messagier des françoys y va et si convient que charles le saiche il
viendra a nous et me vouldra mettre en subjection. pourquoy dy a
galaffre qu'il garde si bien le pont que personne n'y passe: et luy dy
plus oultre que s'il fait aultrement je luy feray crever les yeulx et
mourir honteusement. Sire dist orages je feray vostre commendement
sachez que je feray autant de chemin en ung jour comme l'autre en
quatre. car pour chevaucher cent lieues continuellement jamais ne suis
lassé. Et ainsi se despartit de l'admiral sur ung dromadare et n'arresta
jusques il fut a mantrible et parla a galaffre. Sire galaffre je ne te
celleray point que l'admiral est mal content de ce que tu as laissé
passer les françoys oultre le pont qui luy ont porté grant dommaige. car
ilz sont logez en la maistresse tour et tiennent en subjection les dieux
avec floripes sa fille et plusieurs ont occiz des plus valeureux de la
court de l'admiral: et la cause pourquoy je suis si hastivement venu est
telle car après moy vient ung messagier qui est des barons de france qui
va querir aide vers charles leur roy lequel a fait mourir le roy clarion
pourquoy garde bien qu'il ne passe: car se tu fais aultrement tu ne
sçauras trouver maniere de saulver ta vie que tu ne meures villainement.
De ces parolles fut tout perturbé galaffre et remply d'une grant ire
pour son courroux faisant laide chiere et commença a escumer comme s'il
fust ung sanglier eschauffé et print ung baston et en eust frappé le
messagier ce ceulx qui estoient presens ne fussent. Toutesfois il monta
sur une tornelle et au son d'une trompette convoca plusieurs gensdarmes
qui estoyent en nombre de .xv. mille lesquelz furent tantost a cheval et
passerent le pont. Et quant ilz furent oultre il fut tantost levé et
vont courant ça et la pour rencontrer le messagier des barons de france
se ilz le trouveroyent



Comment richard de normandie passa la riviere de flagot moyennant ung
cerf blanc qui se trouva devant luy miraculeusement.

Le .iiii. chapitre.

[Illustration]


Richard de normandie messagier des françoys prisonniers chevauchoit en
grant doubte vous le pouvez bien penser et ymaginer comment luy seullet
devoit passer si fort pont dangereux. et en chevauchant il regarda
oultre devant luy et vit toute la terre couverte de gensdarmes. cecy
voyant tout perturbé en son entendement commença a crier et a dire en
ceste maniere O jhesus roy de gloire a ceste heure soyes garde de mon
corps et conservateur de mon ame car je voy bien le declin de ma vie: se
je me metz a batailler j'auroye la teste coppé. et se je entre en ceste
riviere hydeuse je ne pourray pas passer oultre Ainsi a ceste foys il me
convient mourir et si m'est force de retourner a mes compaignons Je
feroye une grande faulte au comte roland auquel j'ay promys leaulté de
faire mon devoir pour faire mon messaige. pourquoy mon Dieu je ne sçay
dire autre chose sinon que ta volenté soit faicte de moy. tu sces mon
intencion selon s'elle me gouverne. Luy estant près de la riviere les
sarrazins firent grant bruit en venant a luy. entre lesquelz le nepveu
de l'admiral s'avança de courre contre luy et crya a haulte voix. O
messagier quelque tu soye pense de mourir tu as desja trop chevauché
ores est il heure que la mort du roy clarion soit vengee Ces parolles
estre escouteez ne furent pas trop plaisantes a richard: mais en fut si
mal content que subitement esprouva son cheval contre luy tenant ung
espieu quarré et agu en sa main. lequel il avoit conquis de clarion et
vint a luy et le frappa si dangereusement contre la poitrine qu'il luy
faulça et rompit son escu tellement qu'il cheut a terre tout mort. et
puis print son cheval par la bride qui estoit riche et doree et va a la
rive de l'eaue et regarda qu'elle couroit comme quarreau d'arbelestre et
bruoit comme fouldre tellement que gallee ne autre engin ne pouvoit aler
seurement par dessus. Par grant contricion de cueur il se recommanda a
nostre seigneur qu'il le preservast de mourir jusques a tant que
l'empereur charles eust bonnes nouvelles de luy. Pour lors dieu de
paradis que jamais ne laisse les siens au besoing va monstrer ung grant
signe d'amour qu'il avoit a charles. car richart de normandie estant en
ceste meditacion de passer oultre. dieu va envoyer ung cerf blanc qui
passa par devant richart. et en venant vous devez sçavoir que la rive de
l'eau estoit moult haulte et tant comme on pourroit getter une pierre en
la main jusques en hault mais par le vouloir de dieu la riviere commença
a confler contre mont tellement que l'eaue passoit par dessus la rive si
haultement qu'on pouvoit naiger sans trouver contraire et puis cestuy
cerf se mist devant en l'eaue. Et richart regarda derriere luy et vit
venir sarrazins a grant multitude derriere pour le mettre a mort Et
adonc se va recommander a dieu de tresbon cueur et fit le signe de la
croix sur son corps tousjours ayant en son cueur le saint nom de jhesus
qu'il le preservast de paour et de mal tellement qu'il se trouva oultre
la riviere. Adonc les payens voyans cecy furent esbahys et perturbez et
n'y eut personne qui se mist a faire comme luy car incontinent l'eaue
s'en retourna en son premier estat. grant dueil et grant torment vont
faire les payens qui ne peurent avoir le messagier. galafre qui estoit
le plus mal content vint au pont et avala les chaines et commanda aux
payens que sur peine de mourir ilz ne cessassent jusques a tant que
richart fut prins aultrement il seroient tous en l'indignacion de
l'admiral et en dangier d'estre penduz. Richart de normandie se trouva
oultre en bon point et devotement remercia Dieu de la grace qu'il luy
avoit faite et descendit de son cheval pour le resengler et puis a son
aise chevaucha grant espace davant les sarrazins qui couroient après luy
et menoit a destre l'autre cheval avec le sien et ne se doubta plus
gueres: car en brief temps il pensoit trouver l'exercite du roy charles.
Les payens cecy voyans s'en retounerent douloreusement et se vont
desarmer car autre chose ne sçavoient que faire.



Comment charles fut en propos de n'aller plus avant par le conseil de
ganellon traistre et ses compaignons et autres matieres.

Le .v. chapitre.


En tant que richart chevauchoit qui moult estoit lassé et hors de grant
pensement. l'empereur charles estoit tout pensif et courroucé de ses
barons qui estoient detenuz par l'admiral. Et luy voyant qu'il n'en
n'avoit nouvelles il demanda a luy de venir Ganellon geoffroy de haulte
feulle Aubert macaire et plusieurs aultres. Et entre les aultres fist
venir Regnier de gennes pere d'olivier ausquelz il dist. Seigneurs et
amis je suis en tribulacion moult grande la cause est bien apparente.
c'est de mes barons et plus speciaulx qui furent envoyés pour messagiers
a Ballam l'admiral. je voy que personne ne nous en rapporte nouvelles.
pourquoy saichez que de mon fait je me desprise moymesmes. dont par plus
forte raison les aultres me doivent despriser. et je vous jure que
jamais ne regneray. mais veulx tout laisser. tenés veez cy la couronne
de majesté prenez la. car je m'en despose d'icy en avant. Ganellon
estoit la qui en fut bien joyeulx quelque semblant qu'il en fist et
dist. Sire empereur se vous me croyez je vous donneray bon conseil.
faites tantost oster ces logis et habitacions qu'on trousse tout le
bernaige sur ces sommiers et pensez de vous en retourner. car se vous
alés plus avant jamais vous ne retournerez. le pays d'aigremoire est
moult fort. et puis Ballam est de grande fierté. avec cela il a tous les
payens et sarrazins en son aide. et pource que fierabras son filz est
detenu par vous et fait crestien de tant est plus affectionné contre
vous. Et d'aultre par voz barons ne sont point vifz je vous asseure.
retournons en france. nous y avons laissé plusieurs de noz enfans et
parens qui viendront grans. et avant qu'il soit .xx. ans ilz porteront
armes. et lors eulx avec nous viendront en espaigne pour conquester les
terres et seigneuries que nous avons entreprinses. et recovrerons les
saintes reliques dont il me prent pitié. et plus oultre vous vengerez la
mort de rolant le noble pourquoy vous avez telle melancolie. car jamais
vous ne le verrez. Quant charles ouyt les parolles de ganellon il eut si
grant dueil que après il cheut pasmé et ne parla d'une grande heure. et
en plourant amerement il dist a luy mesmes. Povre chetif et malheureux
que feras tu se tu te metz a retourner tu seras deshonnoré. mieulx te
vault perdre la vie que d'estre ainsi vitupere. Après qu'il fut revenu a
soy il dist aux barons qui la estoient. Vous voyez le conseil que
ganellon me donne lequel ne me peut plaire. se je m'en retourne sans
prendre vengence de mes nobles barons qui ainsi sont detenuz on ne
tiendra jamais de moy compte. mais seray vituperé a bon droit Macaire.
Aulberry. Geoffroy et des aultres plus de cent qui estoient tous parens
et traistres avec Ganellon et qui estoient moult puissans ensemble vont
dire d'ung consentement. Sire empereur ne proposez de faire aultrement
que Ganellon a dit. car il a parlé saigement. pensez de retourner en
france sans aler plus avant. Nous sommes .xx. mille hommes qui avons
fait serment ensemble que pour chose que vous dyés ne facez nous n'yrons
plus oultre. car puis que rolant est mort ilz ont perdu leur confort et
celluy qui estoit le chief de la conservacion de leurs personnes.
Charles tout triste respondit. O dieu de paradis comment suis je
determiné se je m'en retourne sans venger mes barons je feray pouvrement
quant ilz soustenoient la couronne imperiale et mon vouloir. et je m'en
retourne sans les venger. celluy qui me donne tel conseil ne m'ayme
gueres je le voy bien. regnier frere de olivier se leva et dist. O
empereur se tu croys es parolles qu'on t'a dictes ton gouvernement se
portera si mal que par eulx toute france sera destruicte et mise a
neant. et a qui que soit le dommaige il s'en passe de legier. Alors
alorry qui estoit des traistres vint avant et dist Regnier vous avez
menty de ce que vous avez dit. et se ne fust pource que le roy est
present vous eussiez le chief coppé. nous sçavons bien qui vous estes.
Vostre pere Guerin ne fut jamais que povre homme et de basse condition.
et tout vostre lignaige ne sont que gens de neant. Le duc regnier ne
peut pourter celle injure: mais s'en vint a luy et le frappa du point
tellement qu'il le mist a terre. et la firent plusieurs reprouches. et y
eut tel debat que se le roy n'y eust esté et n'y eust mys transquillité
ilz se fussent tué l'ung l'aultre: car plus de mille se trouverent du
lignaige de Ganelon. mais fierabras qui la estoit present les blasma
moult fort. Et d'aultre part le roy jura sa couronne que s'il y avoit
homme qui commençast bataille qu'il le feroit pendre comme larron prové
de quelque estat qu'il fust. Et par ainsi ilz eurent paour d'offencer.
et n'en fut plus parlé aultrement. Non obstant que le conseil fut prins
entre eulx qu'ilz mettroient a mort regnyer aussi tost qu'ilz seroient
en france. Charles les fit venir a luy et leur dist. Seigneurs vous
m'avez fait une grande vergoigne. mais s'elle n'est amendee devant moy
je en feray justice publicque. toutesfois il fut force pour obeyr au roy
que alorry a genoulx criast mercy a regnier et jamais ne l'eust fait si
ne fust pour appaiser la fureur du roy. et ainsi ilz firent paix. Et
après cecy l'empereur dist son oppinion que se il s'en tourne arriere
que ce sera grant deshonneur. La fut Geoffroy de hauteville pere de
ganelon qui dist. Sire empereur je suis ancien et ay veu beaucoup:
pourquoy il me semble que vous me deussiez aussi tost croire que homme
de vostre compagnie. vous sçavez comment moy et ganelon mon filz vous
avons tousjours aymé. et comment qu'il soit celuy qui vous conseille de
retourner il a bon droit. j'ay desja le corps tout lassé de porter les
armes. et soyez seur que avant qu'il soient vingt ans passez les enfans
qui sont en france seront grans a porter armes. et se trouveront si
grande compaignie que legierement pourrez conquester espaigne et venger
la mort de rolant et des aultres ses compaignons. Quant charles entendit
les parolles il ploura amerement. et luy fut force oultre son vouloir
qu'il deust retourner en france et laisser ester ses ennemys. pourquoy a
son de trompettes lon cry le retrait. et tantost les artilleries furent
assemblees et les harnois troussez dont la compagnie des traistres fut
joyeuse et plusieurs des aultres malcontens Et specialement regnier qui
s'en tournoit sans son filz Olivier dont vous pouvez penser en quel
estat estoit son cueur. car il avoit tout son confort perdu



Comment après la complainte de charles Richart vint a luy qui luy
raconta les affaires des pers de france et qu'il en fut

Le .vi. chapitre.

[Illustration]


Quant charles fut monté a cheval en chemin pour retourner il va prendre
remors de rolant et des aultres comment il les laissoit sans faire
aultre devoir. il s'arresta en disant. O malheureux que je suis je puis
bien mener dueil quant de present je laisse les hommes que j'amoye au
monde plus et m'en vois quant je les deusse venger a bon droit. j'en
seray tenu pour fol et vituperé. O rolant comme je vous ay aymé. pourra
jamais tant vivre vostre oncle qu'il voye vostre mort vengee. ne plaise
pas a dieu que jamais je porte couronne sur mon chief veu la povreté de
mon fait. Cecy disant a peu qu'il ne cheut a terre de la desplaisance
qu'il eut. Grant dueuil fut fait a celle heure. Helas dist charles bien
mal advisé je fus Rolant quant jamais je vous envoyé a l'admiral bien
suis cause de vostre perdicion En faisant se dueil sa compaignie faisoye
si grant bruit de retourner leur bernage que c'estoit merveilles. Et
ainsi qu'ilz commencerent a chevaucher l'empereur regarda contre orient
et de loing vit venir richart sur ung cheval moult courant. et tenoit en
sa main son espee toute nue pourquoy l'empereur demanda a luy venir des
plus grans de sa compaignie. et fist arrester l'ost qu'il n'alast plus
oultre Je voy la venir ce dist il ung chevaucheur qui fait grant bruit.
et meine a dextre ung beau courcier. et si me semble au chevaucher que
ce soit richart de normandie. dont je prie a dieu le tout puissant que
en cestuy jour me doint nouvelles de rolant et des aultres barons qu'ilz
soyent en vie. Adonc voicy richart qui fist saillir son cheval moult
dextrement devant le roy lequel le salua moult humblement. et dist a
richart de normandie. Filz de noble baron comment vous portés vous
qu'est devenu mon nepveu rolant et les aultres barons estes vous tout
seul: sont ilz vifz ou mortz: dictes le moy je vous en prie richart
respondit. Sire empereur rolant et les aultres quant je party d'eulx ilz
estoient tous sains et en bon point et sont en aigremoire en une forte
tour assiegez par l'admiral et sont envyronnez de cent mille sarrazins
et saichez que l'admiral est ung homme moult fier et terrible qui a juré
son dieu mahom que jamais ne partyront dehors qu'ilz ne soient tous
penduz par le col et estrangler car voz barons ont avec eulx floripes la
courtoise fille dudit admiral la plus belle que jamais fut veue laquelle
a en sa garde les reliques que tant desirés: et vous mandent par moy que
vous leur aidés a saulver leur vie et se vous leur subvenez vous pourrés
conquester le pays d'espaigne et d'aultres biens assés. Grant
consolation eut le roy charles et assez elle se peult entendre sans
dire: et va jurer saint denis que ganellon estoit traistre plain de
toute mauvaistie. et que jamais sa parolle ne son conseil ne seroient
escoutez en sa court: car je voy que par luy ne demeure point que rolant
ne soit mort. Or ça gentil richart dist le roy charles: est la tour en
laquelle ilz sont bien garniz de vivres pour deffendre ung petit de
temps s'ilz se peuvent tenir six jours je feray mourir l'admiral et tous
ses complices. Sire respondit richart: je vous diray la verité.
L'admiral est fier a merveilles et plain de cruaulté: et a grande
multitude de gens innumerable lesquelz tiennent l'espace de deux lieux:
la ville est forte ou il habite et remplye de tous biens et puis est
deça la ville le pont de mantrible ou le passaige est si dangereux que
merveilles les murailles de ceste cyté sont faictes de marbre
encymentees et fortifiees de grosses tours: et y court une riviere
treshydeuse qui se nomme flagot de parfont a deux lances et bruit si
impetueusement qu'il n'est navire qui la peust passer et y est le pont
qui dure une demye lieue et au milieu a une tour de marbre si forte que
on ne la pourroit abbatre. La porte est garnie par dedens de barrieres
de fer bien seures le pont et la garde de ce lieu est ung payen grant
gros et hideux tellement qu'il ressemble mieulx ung dyable q'une
personne: il est noir comme pege boullie. et a dix mille chevaliers en
sa compaignie. pourquoy je sçay que nous n'y passerons point par force:
car pour assault qu'on leur pouroit faire ilz ne doubtent riens. Et
pource il nous fault passer par engins et subtilitez. aultrement ne
pourrons passer nous conviendra par engins ou subtilitez: et aulcuns de
nous serons dessoubz leurs vestemens bien armez: et par dessus porteront
une grant chappe de drap et leurs espees dessoubz et viendront après noz
gros sommiers de marchandises et vous a tout la chevalerie serez en ce
petit boys et que chascun soit en grant point Et puis quant nous aurons
gaignee la premiere porte je sonneray mon cors et a ce moment vous
viendrez: par ainsi nous aurons passaige au plesir de dieu et viendrons
a nostre intencion. Cestuy conseil fut bien approuvé par le roy charles
qui donna plusieurs benedicions a richart pource qu'il avoit si bien
dit: et par ainsi il fit mettre ensemble tous ses gens et en grant point
lesquelz furent armez subitement. les estandartz furent levés et
l'oriflant descouvert. Richart print son cheval et le donna au duc
regnier. et vont lier herbes et foin et trousser sur plusieurs sommiers
a guise de marchans chascun bien armé dessoubz la chappe. et l'espee
seinte. et vont monter tous a cheval couvers. affin qu'on ne s'en print
garde. et estoient en nombre de cinq cens chevaliers de grant façon et
vont acueillir devant eulx ces sommiers par bonne entreprinse. Richart
alloit devant de grande representacion. le duc hoel de nantes après. et
guy de la valee. aussi Riol du mans qui frappoyent moult bien de l'espee
le duc regnier pere d'olivier semblablement. et ainsi se misrent en
chemin sans arrester. et Charles a toute sa baronie demoura en ung boys
comme devant j'en ay fait mencion.



Comment par le moyen et conseil de richart de normandie a tout troys
aultres barons le fort du pont de mantrible fut gaigné non pas sans
grant peine et quel homme estoit galafre.

Le .vii. chapitre.

[Illustration]


L'empereur de romme a tout cent mille hommes demoura au boys devant dit.
et richart de normandie. hoel de nantes. riol et regnier gens qui
estoyent tous vaillans de personne furent a chemin pour aller a
mantrible et menoyent une quantité de sommiers chargez. quant les
compaignons de richart virent flagot la riviere ainsi bruiant et
l'entree de mantrible si forte le pont si dangereux a passer les portes
de fer enchainees moult furent esbahys. car pour y venir par assault
toute la puissance des crestiens n'y eust peu entrer par ce lieu qui
n'avaleroit les pons et chaines de fer. Riol demanda a richart que ce
peut estre de ce lieu et il respondit. Sachez que c'est la plus forte
cité qui soit d'icy a acres et si a plus de mille hommes armez dedans.
Hoel de nantes en fut tout effroyé et se recommanda a dieu qu'il fust
garde de leurs personnes Richart dist. seigneurs je vueil aller devant
et parleray premier. et quant nous aurons passee la premiere porte
gardez que vous ostiez voz chappes pour frapper dessus ces payens et
pour chose qui vous viengne que l'ung ne faille point a l'autre. Riol du
mans respondit Ne doubtez point que quant je seray avec ces sarrazins
que je ne face si grant devoir qu'il appareistra et se je ne fais comme
je dis je veulx estre reputé mescreant et debouté. Après ces parolles
ilz vont haster leurs sommiers contre le pont. et galafre les va veoir
de loing et se va arrester près de la premiere porte: et tenoit en sa
main une grande hache d'acier et n'estoit riens qu'elle ne tranchast.
Celluy payen estoit grant et de forme si hydeuse et de telle
representacion qu'il ressembloit mieulx ung dyable que une personne
raisonnable les yeulx avoit si enflammez et estoit noir comme pege
boullie: la gorge avoit grande d'une paulme: et de nés avoit plus de
demy pié: les oreilles avoit si grandes qu'elles pouvoient bien tenir
demy septier de blé les bras avoit longz et corbes. et les piez tortuz
et le demorant du corps estoit assez contrefait: l'admiral ballant
l'amoit moult et estoit son nepveu auquel pour la confiance qu'il avoit
en luy il luy donna le pont de mantrible a garder a cause du passaige
qui estoit plus le fort de toutes les marches de celluy pays. Lequel
payen estoit connestable de toute la terre de l'admiral pourquoy il
n'estoit pas besoing que personne des françoys fusse congneu de luy:
mais ung seul n'en fust eschappé qui n'en fust mort. Ainsi qu'ilz furent
a mantrible richart passa devant Et quant il fut a l'entree du pont
galafre vint a luy et luy demanda vassal qui estes vous: pourquoy venés
vous icy richart comme saige changa son langaige. et parla arragonnoys
et dist. Sire je suis marchant qui viens de tarrascon avec aultres
marchans et mene de drapperie grande quantité et voulons aller aux
marchez moyen le dieu mahon auquel nous alons presenter noz marchandises
et se nous estions a aigremoire nous nous sejournerions et donnerions a
l'admiral aulcuns dons precieux que nous portons. ces aultres marchans
qui sont icy sont tous esclaves et ne sçavent point de langaige:
pourquoy beau sire montrez nous s'il vous plaist comment nous devons
faire et par quel lieu nous nous en debvons aller Galafre va respondre.
Sachez que je suis garde du pont et des aultres passaiges qui sont cy
entour: mais devant hyer passa par cy sept gloutons françoys qui
estoient messagiers a l'empereur charles qui ne m'ont pas encores payé
le tribu toutesfois mon sire l'admiral les tient en prison desquelz en
est eschappé ung coyment comme larron qui estoit monté sur ung cheval le
meilleur que jamais je veis qui passa oultre ceste eaue courante qui m'a
occis mon cousin le roy clarion dont j'ay melancolie bien grande Or
pleust au dieu mahom qu'il fust icy sur ce pont je le fendroye jusques
au millieu du ventre sans avoir de luy ne pitié ne mercy. L'admiral
despuis s'est doubté de trahison pour son filz fierabras qui a regnié
mahom et la loy payenne pour devenir crestien. et m'a mandé troys fois
que je ne laisse passer personne ne seigneur ne chevalier ne serviteur.
et que j'avisasse bien la façon de tous pour sçavoir la condition des
passans. ainsi je veulx sçavoir la vostre: Monstrés moy quelz vous
estes. Richard voyant cecy baissa le menton. Riol du mans Hoel de nantes
et Renier de gennes vont avant sur le pont. Quant galafre les veit il se
commença a doubter et leur dist qu'ilz n'entrassent plus avant et
s'avança et tyra le pont amont. et ne furent leans sur le pont que
quatre desquelz il ne se doubtoit point et leur dist par grant fierté.
Vous avez estez bien hardys quant vous estes entrez ceans sans mon
commandement. et pourtant tous quatre serez emprisonnez et les aultres
qui viennent après vous: et demain vous transmettray prisonniers a mon
syre l'admiral pour faire de vous a son plaisir. deffeublés toutes ces
chappes pour veoir que vous portés dessoubz: car vous semblez tous gens
de mal affaire Cecy disant il print Hoel par le chapperon et luy fit
faire par devant luy quatre tours Par dieu ce dist Riol je ne pourroye
plus endurer qu'on fist plus injure a mon cousin. et se plus je le
soeuffre que je soye confus. Adonc si deffubla sa chappe et frappa sur
le payen: mais il estoit si fort armé qu'il ne luy sceut faire dommaige
si non qu'il luy coppa ung petit de l'oreille. Richard et regnier
semblablement furent desaffeublez chescun l'espee en la main frapperent
tous ensemble sur galaffre et maintz coupz luy ont donné: mais le corps
ne la teste ne luy povoient entamer car il estoit armé de la peau d'ung
viel serpent croté et moult endurcy. Cestuy payen fut courroucé et cuyda
ferir riol et hauça sa hache moult trenchante: mais Riol veit venir le
coup et habile pour tyrer arriere et le coup frappa a terre tellement
qu'il fendit la pierre de marbre sur laquelle le coup se trouva. He dieu
de paradis ce dist regnier comment il a frappé oultrageusement. je suis
tout esbahy de la puissance de ce dyable que nous ne povons conquerir ne
grever. Cecy disant il print une grosse branche de boys qui estoit
longue et forte et avisa le payen et vint contre luy si impetueusement
et l'ataignit tellement par dessoubz qu'il le fit tresbucher a terre. et
ainsi qu'il se veit cheoir il fit ung cry si hault que la riviere et les
roches en firent grant bruyt. a celle voix les payens de mantrible
furent commeuz et assemblez si que en peu d'eure ilz se trouverent plus
de dix mille armez grant commocion se fit en celle heure. Richard de
normandie courut au pont et l'avalla et entrerent leans les cincq centz
chevaliers que les quatre barons avoient amenez avec eulx: mais a
l'entree de la porte les payens les ont rencontrez. adonc grant meslee
se fit. maintz coupz mortelz se sont donnez. plusieurs se trouverent
mortz et navrez. Richard print son cor et alla sonner haultement trois
fois Charles l'entendit bien qui estoit au bois devant dit avec toute sa
puissance. et chescun fut a cheval prestement. et n'y eut personne qui
cessast de courir jusques au pont. Ganelon qui se trouva après traitre
se porta adonc vaillamment: car il fut le premier qui se trouva sur le
pont a tout estandart levé: mais loiaulté de luy et de ses parens ne
dura gueres comme après verrons au dernier livre.



Comment par force de mortalité et de bataille charles entra en mantrible
après que galafre fut mort: nonobstant que alorry traitre luy vouloit
estre contraire et d'autres matieres.

Le .viii. chapitre.


A l'entree de mantrible furent plusieurs mortz et confonduz tant des
françoys comme des sarrazins et a celle heure l'empereur y fit ung grant
portement: car celluy qu'il attaignoit de son espee il failloit qu'il
morust tant frappoit roidement: et près de luy celluy jour ganellon qui
faisoit grant debvoir. Les fossez estoient parfondz et plains d'eaue
dont plusieurs furent plongez dedens. ainsi comme charles passa devant
et ses gens après il veit galafre que n'estoit point mort et qui
sembloit mieulx dyable que personne raisonnable et tenoit la hache en sa
main: dont il avoit mis a mort trente françoys dont l'empereur estoit
moult courroucé et par adventure il eust porté grant dommaige aux
françoys le voyant ainsi a paulx et perches ilz l'ont tellement frappé
qu'ilz ont occiz. Le bruyt fut si grant que a cincq lieux a la ronde les
payens ouyrent le cry comment le pont de mantrible estoit conquis:
pourquoy a ces nouvelles vindrent plus de cincquante mille sarrazins
armez pour faire aide aux citoyens de mantrible a destruire tous les
françoys. Les murailles de la ville estoyent de marbre et si fortes que
bien estoit chose impossible les conquester. A celle meslee vint ung
geant moult fier qui se disoit Aupheon. et avoit sa femme nommee Amyote
partie des geans qui avoit faicte sa gesine de deux filz qui avoient
quatre moys et chascun de poictrine deux piedz et de long dix piez comme
l'ystoire le dit. Cestuy geant ouvrit la porte et tenoit en sa main ung
pal de fer gros et massif. Et quant il fut oultre la porte a sa voix
tenebreuse et dyabolicque il va crier. Ou est charles le roy de france
veult il maintenant porter les reliques a saint denis. par mahom auquel
je me conforte: il vaulsist mieulx au viellard rassoté qu'il fust
maintenant a paris. Et sachés de certain que se l'admiral le tient
jamais de luy n'aura mercy: mais le fera pendre ou escorcher tout vif ou
ardoir en ung feu. après qu'il eut parlé il mist a mort plusieurs
françoys de ce pal de fer. En celle rencontre furent trouvez une si
grant multitude d'ommes qu'ilz fasoient empeschement aux autres Charles
qui veit la façon descendit a terre moult courroucé en son couraige et
mist son escu devant luy l'espee au poing et ses barons après luy
vindrent a ce geant. et après que le roy et luy furent assemblez charles
a tout joyeuse le frappa si roidement qu'il le fendit jusques aux piedz.
et puissamment il recouvra son coup et le fit cheoir a terre dont
tantost après il fut mort: pourquoy les sarrazins furent tous commeuz et
espouvantez et comme gens enragez frapperent sur les françoys de dartz
et de plombees et d'autres engins mortez charles crya secours pour
mettre ses gens ensemble. A celle voix furent près de luy Richart de
normandie Regnier de gennes Hoel de nantes et le sire Riol du mans. qui
tous avoient couraige de lyons. Ces quatre barons avec charles firent
remuer les payens et entrerent a force dedans la ville de mantrible. Et
tantost ces turcz qui estoient plus de .x. mille vindrent a la porte
pour la fermer. Et faisans grant deffence a tous ars et aultres traitz
sans les autres qui venoient après et qui gardoient les passages qui
estoient bien selon l'istoire cinq mille mais ilz ne sceurent trouver
maniere de lever le pont: car il fut conservé par les françois qui
vindrent contre les sarrazins. Grant bruit se fit en celle rencontre et
se charles le doubta ce ne fut pas merveilles. car il sçavoit bien que
ce les sarrazins eussent levé le pont contre la porte de la ville il
n'estoit pas a luy possible de passer oultre Et luy voyant lever contre
les portes les grosses barres de fer il se pensa tantost qu'il ne
passeroit plus oultre. et de cueur doulent il commença a regreter.
rolant son nepveu et les aultres comme se jamais il ne les pensast
veoir. Richart cecy considerant dist. Sire empereur en l'onneur de dieu
ne vous esmaiez point mais pensons de chappler ces turcz et frapper sur
eulx dieu nous aidera. vous sçavez qu'il n'est si franc ne si valeureux
que s'il se veult acouardir qu'il ne soit mesprisé et a bon droit et je
te prie qu'il soit confondu celluy qui se laissera prendre vif pour
mourir après et qui ne ayme mieulx estre chapplé et mis en pieces que de
retourner. et sans plus sermonner avançons nous. car a ceste fois il
fait besoing que chascun esprouve sa force et valeur de sa personne. A
celle parolle d'ung grant couraige vont entrer en la ville et charles
regnier. hoel. riol. et richart ces cinq tant seulement l'espee en leur
main et devez sçavoir qu'ilz ne sont point entrez sans grant meurtre de
ces turcz et payens. Charles voyant venir grant multitude de sarrazins
va crier a l'arme et secours moult haultement et furieusement. Ganellon
l'entendit. et luy en print pitié moult grande et nonobstant que a la
fin il ne se trouva pas bon il s'en vint a geoffroy et escryia
haulteville son pere et ses aultres parens qui estoient armez en nombre
de .vii. mille. et tous a pié vindrent assaillir la porte. les turcz
firent grande deffence a tisons de boys. barres de fer. et aultres
traitz mortelz. Et pour lors furent plusieurs mortz et navrez des gens
dudit ganellon. Allorry le traistre va venir Par ma foy nous sommes bien
folz de nous faire mourir et submettre a tel torment puis dist a
ganellon de rechief. Bel amys alons nous en charles est leans bien
empesché ne plaise pas a dieu que jamais il en saille et tu peulx veoir
que de luy et de regnier maintenant nous avons vengence des
contraditions qu'il nous ont faites et des aultres leurs subjectz
semblablement de malle mort puisse il mourir qui plus avant les suivra.
car nous pouvons gaigner france a nostre aise et a nostre vouloir. et la
tenir sans contradicion veu qu'il n'est baron qui se mist a nous vouloir
estre contraire. Ganellon respondit. Ne plaise pas a dieu de gloire que
je face telle traison a mon seigneur droiturier. nous tenons de luy noz
terres et seigneuries je seroie trop desloyal esprouvé se je consentoye
a sa mort nous n'avons pas cause que nous ne facions nostre devoir pour
luy. Quant alorry l'entendit a peu qu'il n'enragea. et puys dist a
ganelon vous estes fol tout esprouvé que allés attendent quant
maintenant venger vous povez. se l'empereur est occis les aultres barons
auront tous la teste copee et par insi de tous noz ennemys nous avons
vengeance bien propice laissez tout et vous en venez. ganelon respondit:
ja a dieu ne plaise que je soye trouvé traistre a mon seigneur ne que je
le laisse ainsi empesché que je ne face mon devoir. j'ameroye mieulx
estre desmembré que de personne en cestuy fait estre blasmé. De ces
parolles fut mal content alourry et aussi geoffroy de haulteville
tellement qu'il en fut grant debat entre eulx Sur ce vint fierabras en
grant point et commença a crier ou estoit charles. Le traistre
respondit. Sire jamais vous ne le verrez il est leans enclos et cuide
qu'il soit ja mort. Fierabras respondit et vous aultres que faictes vous
icy que attendez vous que ne le secourez vous. de cestuy fait vous
pourrez estre de traison reprins et a bon droit et puis commença a cryer
secours haultement pourquoy a sa voix les françoys vindrent sans
arrester jusques au beffroy. et trouva fierabras ganelon qui avoit ja
laissé les traistres a l'entree du pont navrez fierabras fut bien joieux
quant il veit que le pont n'estoit point levé. pourquoy luy et ganelon
feirent grant devoir d'entrer en la cité. Et quant ilz furent leans et
les traistres virent la ville ainsi gaignee par maniere de faire grant
devoir vont entrer après et fraperent avec les aultres communement et
grant abondance de sang couroit parmy la ville des corps tant qu'on
s'esmerveilloit. Ces sarrazins cryoent et braioyent comme loupz affamez:
quant ilz veirent qu'ilz ne sceurent resister ilz demanderent a
l'admiral qu'il les secourust et prierent a mahom et talvagant qu'ilz
leurs voulsissent aider et se desconforterent doulentement. Ilz sont
deboutez dehors de leurs maisons. ilz sont robez et pillez de leurs
richesses. Cecy faisant ung messagier departit secretement pour aller
contre aigremoire dire nouvelle de leur destruction.



Comment amyote geante a tout une faulx fit grant devoir contre les
crestiens et comment ses deux filz furent baptisez: et de l'admiral
ballant quant il sceut les nouvelles.

Le .ix. chapitre.


Quant mantrible fut prins maintz coupz y furent donnez: mais quant
amiote la geante ouyt le cry des citoyens moult fut perturbee elle
estoit noyre comme pege bouillie. les ieulx avoit rouges comment feu
ardant. grosses levres. visaige tortu et grande de l'aulteur d'une
lance. et toute effroyee tant de la mort de son mary comme de la paour
de ses deux filz. desquelz elle estoit nouvellement relevee. voyant cecy
comme esgaree saillit hors de sa maison et trouva une faulx trenchant a
merveilles et vint sur les françois si impetueusement que grande
desconfite en fit tellement qu'ilz n'osoyent soy mettre devant elle. Le
roy charles cecy voyant fut malcontent de la mort de ses gens et demanda
une arbalestre. Et quant elle fut tendue il tyra a elle si droit qu'il
l'attaignit entre les deux sourcilz. et tantost cheut a terre comme
morte. Elle commença a getter par la gorge une flambe de feu moult
hideuse. toutesfois tant fut frappé de pierres et autres choses que
jamais ne se bougea. pourquoy après cecy les portes de la ville et
aultres deffences ne furent gardees que charles ne fist a sa voulenté de
tout Grande richesse vont trouver en ceste belle ville et moult bien
refaitz en furent les subjetz de charles de l'or et de l'argent qui y
estoit moult abondant. car l'admiral ballant a cause du lieu qui estoit
fort et seur y avoit mis grans tresors. Le roy fit par maniere que les
grans et les menuz furent tous contens de lui tant fit valeureusement.
Et demoura troys jours en celluy lieu en distribuant les biens selon les
degrés et qualités des subjectz Et après que charles s'en alloit
esbatant près de flagot en une cave furent trouvés les deux enfans
dessus nommez filz d'amyote la geante. desquelz il fut bien joyeulx et
les fit baptiser a l'ung il mist nom rolant et a l'autre Olivier. et les
fit nourrir tendrement. mais avant deux moys ils furent trouvez mortz en
leurs litz. dont l'empereur fit male chiere. Toutesfois en celluy temps
qui estoit le moys de may que la forte cité de mantrible fut prinse et
mise en subjection charles fit venir a luy richart de normandie. regnier
de gennes. hoel de nantes. riol du mans et prindrent conseil lequel
garderoit le passage de mantrible tandis qu'ilz devoient destruire
ballant l'admiral et mettre hors de prison les autres pers de france.
Richart respondit. Sire ampereur a mon semblant bon sera que hoel et
sire Riol demourent pour le garder acompaignez de cincq milles hommes.
Et ainsi que richart le dist il fut fait et demourerent leans. et les
navrez qui se firent guerir a leur loisir. Et puis a son de trompettes
l'ost de l'empereur fut en point et en chemin pour aller a aigremoire.
et estoient tant de gens et en si grant estat que c'estoit merveilles.
Ainsi qu'ilz furent ung petit loing l'empereur monta sur une petite
montaigne pour regarder ses gens et subjectz. voyant la multitude il
leva les yeulx au ciel et dist Sire dieu mon createur qui par vostre
plaisir et grace m'avez fait seigneur et conduiseur de celluy peuple de
tresbon cueur je vous en rends louenge. Grande puissance m'avez donnee
quant j'en puis faire a ma voulenté. Après qu'il eut ce dit il se seigna
et au nom de jhesus se mist en chemin. Et avoit en sa compaignie cent
mille chevaliers et bien faisoient besoing. car l'admiral avoit les
batailleurs. de .xiii. contrees Les françoys chevaucherent. richart de
normandie fist l'avangarde et le duc regnier fit l'autre et vont sans
arrester oultre la terre de surie. et tantost les nouvelles furent a
l'admiral que galaffre estoit mort et que mantrible estoit prinse et
desconfite dont il pasma de dueil. et cria comme tout hors du sens en
disant. Ha dieu mahom que ta force est bien faillie maulvais dieu
recreant tu ne me vaulx riens bien est fol celuy qui en toy se fie quant
m'as laissé mourir mes hommes et as consentu a mon deshonneur. Cecy
disant l'admiral print une massue a deux mains et courut a mahom et aux
autres dieux et donna si grant coupt a mahom sur la teste qu'il fut tout
cassé et desrompu. Se l'admiral et les autres payens n'estoient bien
abusez ilz pouvoyent bien congnoistre clerement leur infidelité et
faulte de creance de invoquer les ymages qui ne sçavent parler ne donner
confort. et n'ont consolacion quelconque. petit entendement est de cecy
faire et contrarieté de nature donne foy de adjutoire a la chose faicte
de la main de l'omme. toutesfois sortibrant de conimbres voyant la
desolacion de l'admiral le consola tant qu'il peut en le chastiant de
l'injure faicte a mahom. L'admiral luy dist je ne me pourroye incliner a
luy faire obeissance voyant que charles a gaigné par sa puissance ma
cité et forte tour de mantrible ou j'avoye mon dernier confort a moy
tenir pour le plus sur. sortibrant respondit. Sire admiral envoyez une
espie pour sçavoir se l'ost de charles vient contre vous. et s'il est
vray chevauchons contre luy a bataille unie. et s'il peut estre prins et
ses gens. faictes le pendre sans en avoir misericorde. et puis vous
pourrez getter de vostre tour ces gloutons qui la gardent. et que vostre
filz fierabras que leur fait aide ait la teste couppee et criez mercy a
mahom que avez offencé et luy priez qu'il vous soit en aide. Quant
l'admiral eut ouy sortibrant considerant son affection il se trouva
contre mahom et intencionné de faire ce que devant a esté dit.



Comment les pers de france furent assaillis plus fort que jamais. et la
tour quasi mise par terre. et reconfortees par les sainctes relicques
par eulx adorees et aultres matieres.

Le .x. chapitre.


Sortibrant pria tant l'admiral avec luy le viel roy Coldroe tempeste et
Brullant de mommiere que pour l'injure qu'il avoit faicte a mahom devant
tous ils luy firent amander. L'admiral content pour leur affection jura
qu'il croistroit mahom et augmenteroit d'ung mille pesant selon leur
coustume de fin or et aultres preciositez. Et tantost fist sonner
trompettes et aultres engins au son desquelles furent assemblez
sarrazins innumerables tous armez. et fist l'admiral apporter tous ses
engins pour getter grosses pierres affin qu'il peust mettre bas la tour.
et aussi qu'il destruist les françoys et sa fille. et ainsi furent
qu'ilz n'avoyent jamais esté. et vint assaillir celle tour et tirer ses
engins contre dont ces mescreans desloyaulx firent cinq pertuis a cinq
coups que par le moindre fust passé ung char oultre a son aise
charroyant. Quant cecy se faisoit aux fenestres estoyent olivier et
rolant leurs escuz en leurs colz et l'espee en la main et n'y eut si
hardy d'entre eulx qui lors ne fust esbahy nonobstant que tous avoyent
bon vouloir d'eulx deffendre. Celluy tousjours qu'ilz pouvoyent
attaindre de pierres et aultres traitz jamais ne leur faisoit dommaige.
Cecy faisant l'admiral va crier. O mes amys et subjectz faictes bon
devoir de mettre par terre celle tour. car se vous le faictes vous aurez
mon amour entiere. et puis feray. Floripes la putain mourir honteusement
en ung ardant feu. car bien la deservy en me faisant deshonneur que
chascun scet Après ces parolles les payens furent plus fermés qu'ilz
n'avoyent esté devant. et a force vont echeler la tour et monter aux
pertuis tellement que les .x. barons ne tenoyent sinon le meilleur
estage qui y fust Rolant voyant cecy leur dist. Seigneurs en l'onneur de
dieu le createur d'un couraige faisons tous bon portement ou aultrement
nous ne passerons point cestuy jour que nous ne soyons surprins et
deffaictz. Compaing respondit olivier nous sommes ceans .x. tant comme
il plaira a mon createur et tous bons batailleurs au nom de dieu je
conseille que nous yssions hors pour assallir noz ennemys j'ayme myeulx
mourir la hors et me faire chappler que mourir ceans a deshonneur. Ogier
le dannoys et les aultres dirent semblablement Floripes voyant cecy fut
bien marrye et demanda les barons qui se mettoient a chemin pour
assallir les payens et leur dist Francz chevaliers d'onneur je prie a
dieu que a ceste foys vous doint victoire et faire bon portement et je
vous prometz que se vous yssiez hors de cestuy assault present je vous
monstreroye chose dont vous seriés joyeux. A ces parolles les barons
vont frapper et chappler les turcz si vigoureusement que plusieurs
furent mortz et navrez qui estoient aux pertuys faitz en la tour
tellement que plus de cent furent getez aux fossez. et tantost que les
barons eurent gaignez les partuitz et degetez leurs ennemys tantost ilz
furent cloz et estoupez. Et puis floripes demanda tout premierement
Naymes le duc de bavieres et Thierry le duc d'ardaine et dist. Seigneurs
desja une foys m'avez promis et juré que vous ne ferez chose oultre ma
volenté. Je vous vueil monstrer la couronne de jesucrist et deux des
cloux dont fut cloué que j'ay gardé longuement. Les barons voyans cecy
vont plourer de joye et luy jurerent qu'ilz ne feroient a elle sinon
toute loyaulté. Floripes ala querir le coffret moult riche et bel. et
puis devant eulx le va ouvrir. et tantost que les reliques furent
desaffublees grande clarté y fut veue et merveilleuse resplendisseur.
Adonc les barons s'enclinerent devotement eulx frappans a la poictrine
par grant contriction de cueur. Le duc naymes de baviere fut le premier
qui les baisa en grant reverence et les autres après et puis vint aux
fenestres car les payens estoient montez en hault et aussi tost qu'ilz
les veirent tous en ung bruyt tomberent a terre mortz et desromputz.
Quant naymes vit ce dist. O sire dieu de gloire qui peulx tout faire je
te rens graces et louenges: car je congnois bien que ce sont les
reliques dont avons parlé souventesfois. Et incontinent print hardiesse
et couraige et dist a ses compaignons. Freres maintenant sommes
reconfortez que jamais ne doubterons ne payens ne sarrazins. Puis
floripes print les reliques et les mist au coffret honnestement.
L'admiral vit les princes aux fenestres et sa fille avec eulx. et plain
d'une fauce intention l'escrya a haute voix affin qu'il fust entendu. O
floripes belle fille je voy bien ou vous estes. moult fut fol vostre
pere quant en vous se fia et plain de fol conseil fut celuy qui mist en
vostre main moyen vostre langaige les premiers prisonniers. J'ay
tousjours ouy dire que l'omme est fol qui se fie en femme en chose
d'importance. mais toutesfois vostre puterie ne durera guieres ainsi que
m'y fie. car je vous jure que je despartiray les amours que vous avez
avec ces gloutons françois et chascun de vous feray ardoir sans pitié
nulle avoir. Floripes ouyt les parolles et puis print ung baston et fist
signe de menasses a son pere pourquoy l'admiral cecy voyant commença a
sonner et fit convoquer ses gens et traire pierres et beffroys contre
celle tour tellement que bien tost une grande partie tomba a terre adonc
les françois se doubterent fort de ceulx qui montoyent a mont et
vindrent en une chambre rolant olivier et ogier ou estoyent mahom.
appolin. talvagant. et margot les dieux moult riches. Rolant print
appolin qui estoit moult pesant et le getta sur les payens. Olivier
talvagant et ogier tint margot et en frapperent les sarrazins tellement
que ceulx qui en furent attains ne leur firent jamais dommaige ne
contraire. Quant l'admiral vit ainsi vituperer et getter ses dieux il
print telle ire et si grant courroux en son courage que de dueil il
tomba comme mort a terre. sortibrant a grans pleurs le leva sus et avec
luy plusieurs aultres plourerent et firent desolacion bien grande. et
puis dist l'admiral. Seigneurs et amys a tousjours sera mon amy special
celluy qui vengera la honte que ces gloutons ont fait a mes dieux.
sortibrant mist grant peine a le conforter et le voulut conforter en
disant que en brief temps se vengeroit de tous veu que la tour estoit
faulcee en plus de .xv. parties. o mahom dist l'admiral bien m'avez
oublié au plus fort vous faictes faulte. vous estes ja tant vieil que
vous estez assoté. j'ay bien veu le jour que vous aviés grant puissance.
sortibrant respondit. sire vous avez maulvaise coustume quant sur mahom
parlés ainsi mallement vous sçavez que oncques ne fut ne ja ne sera si
bon dieu. Il nous donne planté de blé. de vin et d'aultres biens assez.
il fera assez bien pour nous quant il aura pensé. mais maintenant il est
tresmal content encontre vous pour le cop que vous luy avez donné sur le
nez. attendés ung petit qu'il soit desenflé les françoys vous rendra
bien tost que vous tiendrés a vostre plasir. Sur ces parolles mahom fut
apporté devant luy. et ung diable entra dedens qui parla en ceste
maniere après que de tous fut adoré. Amiral riche sire ne vous
desconfortés point. faictes sonner voz trompettes et cors et assemblez
vous gens puis assallés ceste tour. car je vous dy pour vray que a ceste
fois vous prendrés les françois A ces parolles l'admiral fut tout esjouy
et fit crier l'assault de rechief. et tous les beffroys et gresles et
aultres engins a getter pierre furent en grant point et vont traire
contre la tour qui estoit ja bien corrumpue et firent tel portement que
a peu de fait tout venoit par terre. Les pers de france voyans cecy
eurent meditacion de gangner et non pas sans cause: toutesfois ogier le
dannois dist a ses compaignons loyaulx remplis de fidelité sur peine de
mourir gardons que entre nul de nous ne soit trouvee traison et mettre
hors de son pensement infidelité et couardise vous voyez maintenant que
la tour va par terre et a peu de fait ces mastins sarrazins seront
meslez avec nous. mais quant est de moy je jure dieu mon createur que
devant que l'ame me parte du corps que tant que je auray puissance et
tant que je pourray tenir courtain mon espee je feray si grande
desconfite de ces payens que chascun en prendra merveilles. A ces
parolles rolant regarda durandal et chascun des aultres regarderent
leurs espees et furent tous renouvellez de force et de couraige. Et tous
d'une voulenté vont sur les payens et firent telle diligence que
tousjours furent seigneurs de la tour et recullerent arrieres leurs
ennemys. Floripes considerant leur affaire estoit fort doulente voyant
qu'il ne leur venoit point de secours et aussi considerant les menasses
de l'admiral son pere: mais Guy la reconfortoit tant qu'elle estoit
contente.



Comment les françoys ouyrent nouvelles de l'ost de charles et l'admiral
aussi: et comment Ganellon se porta merveilleusement quant tout seul fut
envoyé a l'admiral et qu'il fist.

Le .xi. chapitre.


Les françoys estans en ceste peine continuelle de batailler pour
deffendre la tour. Le duc naymes de bavieres monta hault sur une
fenestre et veit aval la valee une enseigne de saint denis qu'on portoit
bien haultement: et puis grand compagnie d'ommes armez après luy et
pensa a luy mesmes qu'ilz leur venoyent au secours: et appella les
autres barons pour veoir celle banniere. Aussi tost que floripes
entendit les parolles elle vint a Guy en disant Glorieuse vierge marie
mere de dieu vous soyez honnoree de parolles que j'ay ouyes. Noble
chevalier Guy de bourgoigne mon amy chier. Approuchez vous de moy s'il
vous plaist et me baisez. De la joye de floripes furent joyeux les
contes et pouvez penser s'ilz furent consolez quant ilz veirent
l'estandart de france ou estoit le dragon bien figuré: grant joye estoit
entre eulx et a bonne cause veu le dangier ou ilz estoient. Tantost ung
payen vint a l'admiral et luy dist comme charles l'empereur a tout cent
mille hommes armez venoit faisant grant bruyt. Le roy coldroé conseilla
que chascun fust armé et qu'on allast audevant de luy pour le confondre
de la premiere face son conseil fut approuvé par l'admiral et par les
aultres pourquoy cinquante mille turcz furent assemblez en grant point
pour garder le grant val de josué affin qu'on ne peust venir a
agremoire. Rollant vit richart de normandie et l'estandart levé qui
venoit tout devant et se arresterent pour repaistre leurs chevaulx et
pour passer la nuyt s'aprochoit fort et pour faire logis sans aultre
chose ilz se vont reposer celle nuyt. car leurs tentes estoyent
demourees a mantrible. Le matin l'empereur fit armer ses gens et mettre
en point et demanda fierabras d'alixandrie et luy dist. Amys treschier
tu sçays que je t'ay fait baptiser dont je t'en ayme plus amplement: se
tu veulx point pourchasser que Ballam ton pere se veulle baptiser et
renoncer mahom et tous ses dieux diabolicques j'en seray bien joyeux: et
te prometz que du sien je ne prendray pas ung denier: et s'il ne le
veult faire force me sera de batailler contre luy: et se le mal luy en
vient tu ne m'en sçauras point de malgré car je n'en pourray mais. Sire
empereur dist fierabras Prenez ung messagier et luy mandez s'il veult
faire ce que vous dictes et j'en seray content: car s'il contredit
jamais pour luy ne prieray ne partie de luy n'auray se je le veoye
mourir. Sur ce charles demanda regnier et richart qui estoient ses
conseilliers prouchains et leur dist Seigneurs lequel vous semble estre
propice pour faire ce messaige a l'admiral: a mon advis que ganellon
sera bon. quant il veult pour raconter et parler entierement je le
congnois bien suffisant et vous sçavez qu'il fist grant portement a
l'entree de mantrible se vous voulez consentir a moy il fera le
messaige. Richart respondit et regnier aussi qu'il feroit bien le
messagier. Le roy demanda ganellon et luy dist mon amy nous vous avons
esleu pour aler dire a l'admiral Ballam qu'il se baptise. qu'il regnie
mahom et qu'il preigne jhesucrist pour son dieu. et qu'il croye en luy
et en sa passion. et puis qu'il me rende mes barons qu'il me tient en
prison. et aussi les relicques que de long temps je luy demande. et s'il
fait cecy nous luy laisserons son pais. et sa terre. se aultrement il
veult faire nous luy ferons guerre mortelle et ne le prendrons point a
mercy. Ganellon fut content d'y aler seulet. et se fist relier son
heaulme et monta sur ung cheval nommé gascon en son col pendu son escu
ou estoit le lyon paincturé. et puis s'en va en la valee de josué
hastivement. et tantost il fut prins des turcz qui gardoyent le
passaige. et quant ilz sceurent qu'il estoit messagier pour parler a
l'admiral ilz ne le turberent point aultrement. et ne arresta point tant
qu'il fust devant l'abitacion de l'admiral. et puis se appuya a sa lance
a belle contenance. et moult resembloit baron de grant valeur pour bien
dire son messaige comment qu'il en aille. Quant l'admiral sceut les
nouvelles il vint a luy et puis ganellon a belles parolles luy dist
hardiement en ceste maniere. Sarrazin entens a moy. je suis messagier du
noble charles du roy de france et trespuissant empereur. et te mande par
moy que tu veuilles regnier mahom et tous autres dieux diaboliques. et
croy en jhesucrist le redempteur qui print chair humaine et souffrit
mort amere en l'arbre de la croix pour racheter le monde. et se tu le
fais tu es asseuré de non pas mourir. et ne perdras pas de ta terre
riens qui soit. et si seras tousjours de luy aymé et de ton filz
fierabras. et se tu contredis sachez de certain que de charles tu es
deffié et de tous ces gens et se tu te veulx sauver pense d'aler hors de
ceste terre. car se tu peulx estre tenu tu seras livré a mort et tous
tes subjectz seront desmembrez et occis. et puis donnera ton royaulme a
ses serviteurs. pourtant advise bien le passage. Quant l'admiral l'ouyt
a peu de fait qu'il ne enraga de ces parolles. et par detresse de deuil
il print ung baston pour frapper ledit messagier. et luy dist glouton
paillart tu es bien desmesuré en ton langaige. par mahom a qui je me
suis donné a ceste fois tu as bien esté trop hardy et bien peu t'ayme
charles quant il t'envoye a moy. et tu es bien seur que jamais ne luy
raconteras ton message. et seur ce il commanda a ses gens qu'il fust
prins. Ganellon voyant qu'il n'estoit pas bien seur avec eulx il print
son espieu qui avoit le fer quarré et agu et donna si grant cop a
brullant de mommiere en la poictrine qu'il le traversa tout oultre et
cheut aux piedz de l'admiral. lequel cecy voyant cria moult fort dont a
sa voix furent tantost a cheval plus de .l. mille turcz pour prendre
ganellon lesquelz ne font que courre après luy par le val de josué. mais
il ne fut point attaint. Le duc naymes estoit aux fenestres et le vit
chasser et demanda rolant et olivier et vont congnoistre de certain
qu'il estoit crestien et par presumption faicte entre eulx ilz vont
juger que c'estoit ganellon qui parle a l'admiral Helas dist rolant je
prie au redempteur qu'il te doint passer oultre sans dangier: bien seray
malcontent se tu ne viens a ton desir. Les aultres barons disoient
semblablement et prioient dieu pour luy. Ganellon courut tousjours
oultre tant qu'il fut au hault de la montee et puis se tourna contre les
payens et veit venir contre luy ung gros payen de la cité d'aigremoire/
et il tira son espee nommee murgalle fort trenchante et attaignit le
payen sur son heaulme et le fendit jusques a la poictrine/ et puis occit
tenebre qui estoit frere du roy sortibrant. Olivier veit tout son
portement et dist a rolant. Frere regardez la vaillance que ce baron
fait: je prie a dieu qu'il conserve: et sachez que en mon cueur je
l'ayme tant excepté vous et charles je n'en ayme point plus chierement.
Pleust a dieu que je fusse maintenant en sa compaignie. grant martire
feroye a ces mauditz payens. Tousjours plus fort il fut chassé des
mescreans mais quant ilz veirent l'ost de charles ilz retournerent
arriere et vont compter toute l'affaire a l'admiral et comment ilz
estoient plus de cent mille combatans pourquoy ilz conseillerent que
chascun fust armé et celluy conseil fut approuvé: mais quant sortibrant
sceut que son frere estoit mort fit venir innumerable compagnye de
sarrazins pour venger sa mort en menassant charles grandement. De son
intencion fut bien joeux l'admiral affin qu'il peust mieulx venir a son
vouloir.



Comment charles l'empereur ordonna .x. battailles et comment ilz firent
et comment ilz furent rencontrez de la puissance de l'admiral ou
l'empereur fit merveilles et aultres matieres.

Le .xii. chapitre.

[Illustration]


Quant ganellon fut au roy charles il ordonna dix batailles après que le
dit ganellon luy eut racompté son son message qui fut tel. Sire empereur
je vous dy de par l'admiral qu'il ne vous prise ne doubte vous ne voz
faitz ne voz ditz: ne dieu ne ses sains ne sainctes si suis esté
adventureux quant ne m'ont occiz: car j'ay esté chassé par .xx. mille
sarrazins après que l'admiral m'a voulu detenir. Et après ces parolles
je leur ay mis ung de leurs roys a mort pour quoy il fut loué du roy et
d'aultres. Et tantost fit sonner les cors et trompetes et fut ouverte la
guerre de toutes pars. Rolant ouyt bien le son des françoys pour quoy
tous se vont resjouyr et faire bonne chiere. Quant les deux ostz se vont
rencontrer tout le pays reluysoit de leurs armes tant y en avoit. puis
comme j'ay devant dit le roy Charles fit .x. batailles. La premiere il
ordonna a richart de normandie. Le duc regnier de gennes eut la .ii.
Ganellon la .iii. La .iiii. alorry. La quinte geoffroy. La .vi. Macaire.
La .vii. Hardre. Amanguis. La .viii. Sanson la .ix. De la .x. fut
conduiseur charles: et en chascune avoit .x. mille hommes pour le moins.
Quant l'admiral veit venir le roy dist a brullant qu'il seroit le
premier a entrer en bataille a tout cent mille payens et luy dist que
s'il prenoit charles qu'il ne fust point occiz ne fierabras: car il leur
vouloit faire copper les testes Et sur ce point commença a aller.
Brullant ung grant traict d'arc devant les aultres et commença a crier
Haro haro ou est charles a sa maulvaise chiere: je viens a luy grande
folie tu entreprins quant tu passas la mer et trop tard tu t'en
repentyras aujourd'uy sera le diffinement de la vie de tes gens et sans
faulte tu seras rendu a l'admiral et tout ton pays sera gasté.
L'empereur ouyt bien ces parolles pourquoy tout furieux laissa courre
son cheval et vint contre le payen et l'attaignit tellement que ses
harnois furent faulcez et puis tyra son espee et ne l'abandonna point
tant qu'il fust mort: de la s'en vint a ung turc roy de pietrelee et le
frappa tellement qu'il cheut mort a terre. Et quant sa lance fut brisee
fit grant devoir avec joyeuse son espee: car celluy qu'il attaignoit
jamais ne luy faisoit paour A telle heure il fit merveilleux portement.
L'ung des ostz parmy l'autre se va mesler par telle maniere que jamais
ne fut veue guerre si mortelle: car ceulx qui estoient vifz furent
empeschez pour les mortz. Adonc entre les payens avoit ung turc qui
avoit nom tenebre qui vint faisant grant bruyt sur les françoys et
attaignyt premierement le noble jehan de ponthoise sur son escu et le
mist en pieces et le faulsa par le corps tellement qu'il cheut mort par
terre. Puis tyra son espee et mist a mort huon de guernier l'ancien puys
dist aux françoys que en celluy jour charles et ses subjectz auroient
perdue force. richard de normandie eut despit de ces parolles et vint
contre luy et l'attaingnit si dangereusement qu'il luy faulsa son
haubert et mist par quartiers son escu et cheut par terre mort sans
jamais parler en luy reprouchant ses parolles devant dictes/ puis par
force surmontez surmonterent le val de josué et vindrent trouver
l'admiral a toute sa puissance. Lequel estoit acompaigné de quatre roys
couronnez et de cent mille combatans tant a pié comme a cheval. tantost
ung messagier vint a l'admiral luy racontant comment brullant son frere
estoit mort. et plusieurs de sa compaignie Adonc il demanda tempeste son
nepveu et sortibrant de conimbres ses plus speciaulx amis et leur dist.
Mes barons et feaulx amys se jamais vous m'avez aymé et se vous avez
intencion de moy faire plaisir faictes tant que vous trouvez Charles le
roy. car je vueil aller a luy et suis intencionné de combatre ma
personne contre la sienne. et puis que je devray mourir. mais seulement
que le puisse occir il me souffit bien et seray content. et se je meurs
après il ne m'en chault point aultrement seulement que j'en soye vengé.
Sortibrant et plusieurs aultres considerans l'estat de l'admiral
commencerent a plourer de pitié en le confortant.



Comment en ceste bataille suyvant sortibrant fut occis par regnier pere
d'olivier et après l'admiral fit merveilles et grant ennuy au françoys.

Le .xiii. chapitre.

[Illustration]


Ballant l'admiral fut monté sur ung cheval le mieulx courant de tout son
pays tresbien armé. et estoit aussi noir comme une meure et si estoit
gros de corps et bien membré grande barbe avoit jusques a l'arçon de la
selle et blanche comme nege. et puis fit sonner ses cors grandement et
fit aller devant ses archiers qui savoient bien tirer aux arcz turquoys.
et tous furieux l'ung sur l'autre vont a faire guerre tresmortelle plus
espesse que gresle voloient les sayettes par l'air. Tant de gens vont la
mourir que les chemins estoient tous empeschez de corps mortz. Le duc
Regnier passa oultre et le premier qu'il rencontra ce fut le roy
sortibrant. et luy donna si grant coup sans fiction que son escu ne luy
valut riens car son haubert fut cassé et rompu tant qu'il luy fist
baigner sa lance en son corps et plonger bien avant et demoura la mort
comme une beste et puis a son espee fist si grant murtre de ces turcz
desloyaulx que c'estoit grant merveilles. Tantost l'admiral sceut la
mort de sortibrant dont a peu qu'il ne forcenna de raige et puis dist O
sortibrant mon amy special je voy bien maintenant que j'enrageray se je
ne venge vostre mort. A ces parolles fit bruyre son cheval et courre sur
les françois si despiteusement que celluy qu'il attaingnit il mist a
mort. et vint a huon de millan et l'ocist dont ce fut grant dommaige et
batailla a celle heure si fort qu'il mist a mort sept françois et bien
.xiiii. allemans moult valeureux en disant. O françoys mal heureux
maintenant vous feray congnoistre que l'admiral d'espaigne est venu.
aujourd'uy sera destruit l'ost des françois. et n'y aura celluy qui
jamais repaire en son pays. Je emmeneray avec moy le roy Charles a la
barbe florie et le pendray nu et le feray ardre. et avec luy rolant.
olivier et leurs compaignons. Et a ces parolles les payens se vont
enhardir tellement qu'ilz firent grant devoir contre les françoys A
ceste meslee le conte Ganellon. Haldre. Alorry et Geoffroy de
haulteville et celluy lignaige orgueilleux firent grant portement. car
en peu de temps par eulx furent occis plus de mille payens. L'admiral le
plus valeureux des sarrazins attaingnit le conte Millon par son heaulme
tant que a peu de fait qu'il ne demoura en la place et du cop que
l'admiral luy donna il coppa son cheval par le col et cheut a terre et
puis le print et mist devant luy pour emporter mais le lignaige de
ganellon le saulva nompas que plusieurs n'y fussent mortz et gastez.
Toutesfois les françoys estoient surmontez des payens se ne fust
fierabras qui pour l'amour de charles se mist a batailler et fist
tantost grande desconfite de ces payens. la il mist a mort tempeste et
se le viel Rubion et plus de .lx. aultres de ces mastins mescreans. et
tellement il se portoit que personne ne se vouloit mettre devant luy
pour y devoir resister.



Comment les pers de france qui estoient en la tour vindrent hors quant
ilz virent l'ost et adonc fut prins l'admiral et detenu prisonnier

Le .xiiii. chapitre.


Les payens et françois tousjours perseverans en bataille mortelle ne
sceurent mettre fin l'ung sur l'autre. car la multitude des payens
estoit si grande qu'on ne les pouvoit desconfire. Quant les contes qui
estoyent en la tour virent le fait et que les gardes de la tour estoient
allez au secours et cry de l'admiral ilz vont saillir dehors et
prindrent chascun ung cheval de ceulx qui estoient mortz et qui aloyent
a l'aventure. et puis chascun en la main l'espee subitement vindrent aux
sarrazins pour passer oultre jusques aux françoys. et firent si grant
bruit que les plus hardis leur firent passaige. et specialement rolant.
car celuy qui sentoit durandal jamais ne se mist devant luy. A celle
despartie fut chierement recommandé Guy de bourgoigne par floripes. car
elle avoit moult grant paour de luy toutesfois quant ilz furent
assemblez avecques les aultres sans se faire congnoistre vont aux payens
et les tindrent de si près qu'ilz ne sceurent que faire sinon d'eulx
laisser occir et mettre en fuyte. car oncques allouete ne fouyt devant
espervier comme ces sarrazins fuioyent devant rolant. L'admiral congneut
bien sa destruction pour l'advenement des pers qui estoyent en la tour.
et cria a haulte voix mahom mon dieu a qui je suis donné et a qui j'ay
fait tant d'onneur que veulx dire que tu m'as oblié souviengne toy de
moy maintenant. et je te jure que se tu ne m'aides et que jamais te puis
tenir je te battray tant les flans que jamais ne feras bien et te
creveray les yaulx maulvais dieu recreant. Cecy disant il fut tellement
poursuivy et frappé qu'il cheut dessoubz son cheval puis il fut prins et
non point occis a la requeste de son filz fierabras affin qu'il fust
avisé de croire en jhesucrist et en la saincte trinité et qu'il se
baptisast et tout son pais. Adonc la bataille print fin et celluy qui ne
se vouloit convertir estoit mort incontinent. les ungz fuyrent. les
aultres furent detenuz. Après cecy se vont desarmer les françoys la ou
charles veit ses barons qu'il aymoit tant. et specialement son nepveu
Rolant et olivier qu'il aymoit tant et qui estoient valeureux. Il n'est
pas a dire ne rescripre la joye qui fust entre eulx et la consolacion de
charles inestimable. Adonc ilz denoncerent tout comme il leur estoit
advenu et de leur portement. et les dangiers ou ilz avoient esté dont
charles et plusieurs plouroyent de pitié. et dura cecy par plusieurs
jours la ou les malades se firent guerir. et les sains dedusoyent leur
temps en joye.



Comment ballam pour admonicion qu'on luy fist ne se voulut baptiser.
mais fut occis. et floripes baptisee et puis espousee a guy de
bourgoigne et coronnee royne et guy couronné roy de celle contree

Le .xv. chapitre.

[Illustration]


Quant charles eut tout appaisé il print Ballam l'admiral devant sa
noblesse et luy dist en ceste maniere. Ballam admiral toutes creatures
raisonnables doivent honneur singulier et amour particulier a celuy qui
leur a donné estre congnoissance et vie. Et est bien necessité que celuy
aye honneur et reverence qui a fait le ciel et la terre et tout ce qui y
habite pourquoy a bon droit il est superieur de tout. et grant abusion
est comprinse en celuy qui donne esperance en ce qu'il a fait de sa main
et de matiere morte insensible et qui n'a raison ne ame comme tes dieux
diaboliques qui ne sçavent donner consolation a leurs subjectz. Pourquoy
je te admonneste pour le salut de ton ame et pour la preservation de ton
corps et de tes biens que tu oste tes iniquitez et affections perverses.
et croy la saincte trinité. le pere le filz et le sainct esperit ung
seul dieu tout puissant et croy que le filz de dieu pour reparer
l'offence du premier pere adam descendit a terre et print chair humaine
au ventre de la vierge marie qui estoit toute pure et sans macule. et
croy les commandemens qu'il nous a donnez pour nostre salut. et comment
il fut prins des juifz et pendu par envie en l'arbre de la croix pour
nous racheter des peines d'enfer. Croy sa resurrection et ascension en
corps glorifié. et les aultres choses comme le sainct baptesme qu'il a
establiz avecques les autres sacremens. et se tu me croys tu feras ton
sauvement. et ne perdras point ton corps ne tes biens. L'admiral
respondit qu'il n'en feroit riens et jura que pour mort ne pour vie ne
laisseroit mahom. L'empereur tenant l'espee nue luy dist que s'il ne le
fasoit qui le feroit mourir. Fierabras cecy voyant mist les deux genoulx
a terre et pria a son pere qu'il fist comme l'empereur avoit dit.
l'admiral doubta la mort et dist qu'il en estoit content seulement que
les fons fussent benoitz et qu'ilz luy pleussent. Charles fut joyeux et
fit apprester les fons d'une belle eaue et ung beau vaisseau. l'evesque
et aultres gens de l'eglise vont sacrer les fons et mettre bien adroit.
et puis quant l'admiral fut devestu l'evesque luy demanda. Sire Ballant
renoncés vous mahom: et pareillement cryés vous mercy a dieu de paradis
de voz mesfaictz et croyés jhesucrist le filz de la glorieuse vierge
marie Quant l'admiral entendit ces parolles tout le corps luy commença a
fremir. et en despit de jhesus il craha aux fons et puis print l'evesque
et le voulut noyer et de fait il l'eust plongé dedans si ne fust ogier
qui l'en garda et nonobstant il donna si grant coup a l'admiral sur le
visaige du poing que le sang par la gorge luy sortit en tresgrant
abondance. De cecy furent tous esbahys ceulx qui estoient presens. Et
puis dist le roy a fierabras. Vous estes mon grant amys special et privé
Vous voyés que vostre pere ne sera jamais crestiens et puis de
l'outraige qu'il a fait aux fons il ne peult estre excusé qu'il ne luy
faille mourir et estre desmembré. Fierabras luy requist de rechief qu'il
eust ung peu de pacience et que s'il ne se vouloit amender qu'il face a
sa voulenté. Floripes voyant cecy dist. Sire empereur pour quoy mettés
vous tant a faire mourir celuy dyable tant desloyal il ne m'en chault
s'il meurt que guy de bourgoigne soit mon espoux que tant j'ay desiré
fierabras respondit. Belle seur vous avés grant tort. Je vous jure par
le dieu qui nous a fait et formez que je vouldroye avoir coppez et
perdutz deux de mes membres et il fust bon crestien et qu'il creust en
jesucrist et qu'il fust baptiser. Vous sçavez qu'il est nostre pere et
qu'il nos a engendrez. nous devons priser et aymer son salut. Vous estes
bien obstinee quant vous n'en prenés pitié. Et puis en plourant dist a
son pere. Je vous prie chier pere que vous prenez advis et croyez en
celuy qui nous a formez a son ymaige Jhesus dieu souverain comme
l'empereur la dit. et laissez mahon qui n'a sens ne raison. auquel il
n'a sinon l'or et pierre dont il est composé vous nous ferez grant joye.
et de voz ennemys ferés voz amys. Ballant respondit. fol et glot n'en
parle plus es tu bien desraisonné. ja ne croiray en luy qu'il ait force
ne vertu. Il y a bien cincq centz ans qu'il est mort et lapidé. Mauldit
soit celuy qui mettra foy ne creance qu'il soit ressucité. Par mahom mon
dieu se j'estoye sur mon cheval monté devant que je fusse prins je
feroye malcontant charles celuy fol assoté. Quant fierabras l'entendit
il dist a l'empereur qu'il fit de luy a sa voulenté. car a bon droit il
devoit morir. Tantost l'empereur charles demanda qui vouldroit occir
ballant celuy felon payen desmesuré. Ogier fut present qui ja l'avoit au
cueur et dist qu'il estoit tout prest et tantost il luy coppa la teste
fierabras luy pardonna lyement. Après cecy floripes dist a rolant qu'il
acomplist ses promesses entre elle et guy de bourgoigne. Rolant
respondit. Vous dictes verité. et puis dist a guy. Sire vous sçavez les
parolles et amour de vous et de floripes la courtoise Tenez vostre
loyaulté. Guy respondit qu'il ne tiendroit point a luy et qu'il feroit
ce que l'empereur vouldroit. Charles content pourquoy devant chascun
floripes se despoilla toute nue pour soy baptiser. Elle estant
despoillee se demonstra tresbelle blanche et bien formee et si plaisante
et amoureuse pour la formosité de sa personne que c'estoit merveilles:
car elle avoit les deux yeulx clers comme belles estoilles beau front et
large. le nez tresbien seant posé au milieu du visaige. les joues avoit
vermeilles colorees d'une blancheur parfaicte. les sourcilz compassez
qui fasoient ung petit d'ombre a la couleur de son visaige. les cheveulx
reluysans en si tresbon ordre assemblez jusques passé le milieu du
corps. la bouche avoit tresbien composee d'une rondeur attrempee. le col
ung petit long et ung petit plus bas avoit les espaules et bien croisees
et d'aultre part les mammelles petites et rondeletes eslevees sur le
corps comme deux petites montaignetes et si bien fut faicte et amoureuse
qu'elle frappa les cueurs de plusieurs et agita leur intencion de
concupiscence et specialement de charles combien qu'il fust ancien aux
fons qui estoient apprestez pour l'admiral son pere elle fut baptisee et
la tindrent charles et le duc thierry d'ardaine sans luy muer son nom ne
changer. et tantost aussi tost qu'elle fut vestue honnorablement
l'evesque les espousa et puis charles fit apporter la couronne de
ballant et couronna guy de bourgoigne et floripes. et l'evesque les
sacra et benoist et fut roy de celle contree ledit guy. et donna une
partie a fierabras dessoubz condicion que ce que fierabras auroit le
tiendroit de guy et tout ce que guy auroit il le tiendroit de charles
Après cecy furent faictes nopces planieres et moult honnorables qui
durerent huyt jours et demoura la charles deux moys et deux jours tant
que le pais fut asseuré



Comment floripes donna les reliques a l'empereur. et comment elles
furent esprouvees miraculeusement et du retour de charles et fin de ce
livre.

Le .xvi. chapitre.

[Illustration]


Charles fit telle deligence en aigremoire et aux pays prochains que
celuy qui ne se vouloit baptiser il le faisoit mourir et cercha partout.
puis ung dimenche après il demanda floripes et luy dist. belle fille
vous sçavés comment je vous ay couronnee et faite royne de ceste
contree. j'ay acomply vostre desir vers guy de bourgoigne vostre espoux.
et plus oultre vous estes baptisee et en voye de salut et avez ung des
vaillans corps qui soit d'icy a affricque: et luy et fierabras vostre
frere tiendront ceste region: et leur laisseray dix mille hommes de mes
subjectz affin que tousjours soyent en tremeur les payens: mais vous ne
m'avez encores riens monstré des reliques que vous gardés. La fille
respondit. Sire empereur a vostre plaisir soit fait et luy apporta
l'escrin ou elles estoyent posees honnorablement L'empereur se mist a
genoulz et s'enclina de cueur et de corps et puis dist a l'evesque qu'il
les descouvrist et ainsi le fist il. Et premierement monstra la
precieuse couronne de jhesucrist qui estoit d'espines poignantes et de
jons marins En grande devocion elle fut monstree et adoree et plouroyent
plusieurs la mort de nostre seigneur jhesucrist et furent en grande
devocion et contemplacion. L'evesque qui estoit devot et saige homme la
voulut esprouver et la leva hault en l'air et retira sa main et la
couronne se tint tout a par soy en l'air. Et adonc l'evesque certifia au
peuple qui estoit present que c'estoit la couronne de jhesucrist
laquelle fut mise sur la teste a sa benoiste passion: ainsi chascun
l'adora benignement et devotement et estoit terriblement odoriferante.
Puis l'evesque print les cloux dont il fut clavellé en l'arbre de la
croix et les esprouva comme la couronne semblablement ilz se tenoyent en
l'air miraculeusement. Cecy faisant et voyant charles remercya dieu
disant. Sire dieu eternel qui m'avés donné grace que je soye surmonteur
de mes ennemys infeaulx et m'avez mis en chemin et donné conduyte de
trouver voz reliques que j'ay tant long temps desirees humblement je
vous rens graces: car maintenant mon pays pourra bien dire qu'il sera
honnoré perpetuellement de ce tresor quant il aura en sa continue.
L'evesque les benist tous en faisant le signe de la croix desdictes
reliques et puis les retourna en leur place. Et quant ce fut fait
l'empereur les fist mettre soubz ung paille d'or moult devocieux et
riche. Et quant elles furent dessoubz ce qui demoura sur le premier
drapeau en quoy elles estoient comme aulcunes scintilles il les print
devotement et les mist en son gant. puis luy estant en propos de
retourner en son pays le getta a ung chevalier mais ce chevalier n'en
sceut nouvelles et ne le print point. Et quant charles fut ung petit
loing il se donna garde de son gant et retourna et vit son gant en quoy
estoient lesdictes scintilles des reliques qui estoient en l'air sans
avoir qui les soubstenist de riens: adonc fut veu miracle bien evident.
et tout cecy fit demonstrer et denoncer a son peuple il demoura bien en
ceste maniere qu'on pourroit faire demy lieue. et pour cecy furent tous
reconfermez de dyre qu'il n'y avoit point d'abusion en croire et adorer
lesdictes reliques. Et ces choses devant escriptes en cestuy second
livre soyent entendues en la meilleure signification que j'ay voulu dyre
et n'ay point dit chose dont je ne soye informé par escripture:
toutesfois le livre suyvant fera mencion d'aulcunes batailles et de la
fin des barons de france desquelz j'ay assez parlé au long.



Cy commence le .iii. livre contenant deux parties par les chapitres
suyvans desclarez.

La premiere partie du .iii. livre contient .xiiii. chapitres parlans des
guerres d'espaigne.



Comment saint jaques s'apparut a charles: et comment moyennant la
conduite des estoilles il alla en galice.

Le .i. chapitre.


Charles le noble empereur après qu'il eut prins beaulcoup de peine pour
maintenir le nom de dieu pour exaulcer la foy crestienne et pour mettre
tout le monde en une foy et creance et qu'il avoit acquis plusieurs pays
proposa de non jamais batailler: mais se vouloit reposer et mener vie
contemplative en remercyant son createur de la grace qu'il luy avoit
faicte en surmontant ses ennemys: toutesfois il luy advint que le vespre
il regardoit contre le ciel et vit une quantité d'estoilles en ordre
tendentes toutes les nuitz ung chemin et sentier et commençoient despuis
la mer de frises en passant entre allemaigne et ytalie: entre france et
acquitaine droictement passoient ces estoilles par gascoigne et basque
navarre et espaigne lesquelz pays ils avoit ja conquis par sa puissance
et faitz crestiens et puis la fin desdites estoilles ainsi allant en
ordre venoit jusques a saint jaques en gallice ou le corps de
monseigneur saint jaques estoit sans sçavoir le lieu propre. toutes les
nuitz charles regardoit le chemin desdictes estoilles et pensoit moult
continuellement que ce pouvoit estre et que cecy n'estoit pas sans
cause. une nuyt que charles pensoit en ce chemin ung homme luy apparut
en vision qui estoit si reluisant que c'estoit merveilles et luy dist.
Que fais tu mon beau filz. Charles tout ravy respondit. qui es tu. Il
luy dist je suis jaques appostre de jhesucrist filz de zebedee et frere
de saint jehan evangliste et suis celluy que dieu a voulu estre et
prescher la foy crestienne sa doctrine en la mer de galice et de galilee
par sa saincte grace et celluy que le roy herodes fit mourir et occir de
glave: et mon corps demoura entre les sarrazins qui villainement l'ont
traicté et gist en ung lieu qui n'est point sceu: mais je suis esbahy
quant tu n'as point conquis ma terre veu et consideré que tu as conquis
tant de pays et de religions: villes citez parmy le monde pourquoy je te
fais sçavoir de certain que ainsi que dieu le redempteur t'a esleu et
fait superieur en puissance mondaine sur tous les aultres seigneurs
temporelz. ainsi entre tous les vivans tu as esté esleu pour aller a la
conduicte desdictes estoilles delivrer ma terre de la main des mescreans
sarrazins et ennemys de crestienté. Et affin que tu ne ignores en quel
lieu tu dois aller tu as veu le chemin au ciel par magnificence divine
que ainsi pour obtenir plus grant gloire en paradis a la fin a grande
puissance et haultaine tu surmonteras tes ennemys. et en celluy lieu tu
fonderas une eglise en mon nom: car de toutes regions les crestiens
meriter y viendront pour acquerir pardonnance de leurs pechez. Après que
tu auras visitee ma sepulture et fait le chemin seur et ordonné
crestiens pour garder le lieu il en sera memoire perpetuelle et en ceste
maniere apparut trois fois saint jaques a l'empereur charles. Après ces
visions en petit de temps il convocqua ses subjectz et en fit mettre en
point une grande multitude et puis se mist en chemin et tyra la contree
des estoilles devandictes: et vint premierement contre espaigne: et la
premiere cité qui luy fist rebellion ce fut pampelune qui estoit moult
forte de murailles et de tours garnie de sarrazins et demoura trois moys
devant qu'il sceust trouver maniere de la confondre. Adonc charles ne
sceut que faire sinon de prier dieu et sainct jaques pour lequel il
alloit que en la vertu de son nom il peust prendre celle cité: et dist.
Beau sire dieu mon createur moy qui suis venu en ceste contree pour
accroistre la foy crestienne et establir vostre saint nom: et aussi vous
sire saint jaques par la revelacion de qui je me suis mis a chemin je
vous requiers que je puisse subjuguer ceste cité et entrer dedans pour
monstrer au peuple la cause de son erreur affin que cestuy commencement
puisse mieulx terminer la fin de mon intention. Aussi tost que charles
eut finee son oraison les murs de la cité qui estoient de marbre
merveilleusement fors vont tomber par terre et puis charles et son ost
vont entrer dedans. et qui se vouloient baptiser et croyre en dieu sans
fiction il estoit sauvé et mis apart. et qui disoit le contraire il
estoit mis a mort. Tout le peuple de celle contree quant il sceut les
nouvelles et operations merveilleuses de la cité tournee en ruine a la
simple postulation de charles sans faire contredicte se vont tous rendre
et mettre a la mercy du roy et aussi plusieurs furent baptisez. et
furent ordonnés eglises et reduit tout le pays a certain tribut dessoubz
la fidelité de l'empereur. Charles sans contredire aultrement mais
apporterent les tributz des citez sans contredire.



Des citez acquises en espaigne pour Charles. et comment aulcunes par luy
furent mauldites et aultres matieres

Le .ii. chapitre.


Après que charles eut la domination quasi en toute espaigne il vint au
sepulcre de monseigneur saint jaques la ou il fit sa devotion. et puis
s'en vint contre ung lieu en la mer qui estoit si avant qu'on n'y
pouvoit passer plus oultre. Et la ficha sa lance. et celuy lieu se
disoit petronium et remercia dieu premierement et sainct jaques quant
par leur voulenté il estoit venu si avant seurement sans aultre
contradiction comme seigneur empereur jusques en lieu qu'il ne pouvoit
passer plus oultre. et en celle terre qui vouloit croyre en dieu
l'arcevesque turpin les baptisoit et qui ne vouloit estoit occis et mys
en prison Et puis se mist charles a aler des l'une des mers jusques a
l'aultre. Et adonc il acquist en gallice .xiii. citez: entre lesquelles
compostelle lors estoit petite. En espaigne il avoit .xv. grosses villes
et fortes. entre lesquelles estoit Oncea en laquelle souloit avoir .x.
tours fortes a merveilles. En une ville qui se disoit Petrosse en
laquelle on fasoit le fin argent et le meilleur qui courust. En une
ville qui se disoit attentiva estoit le corps de sainct torquestre qui
fut disciple de sainct jaques et la dessus sa sepulture lon veoit
l'olyvier florir et porter fruit meur ung certain jour de may tous les
ans sans faillir. Toute la terre des espaignolz en celuy temps fut
subjecte a Charles. c'estassavoir la terre alandaluf. la terre de
pardonrez la terre des castellans. le terre des maures. la terre de
portingal. la terre des sarrazins. la terre de navarre. la terre des
allemans. la terre des biscayns. la terre des basques. la terre des
palagiens. les aulcunes de leurs citez prinses par charles sans guerre.
les aultres a grant peine et guerre subtille et mortelle. La grande
ville de lucerne il ne peut avoir jusques a la fin de tout. puis mist le
siege devant et le tint par quatre moys durans tant estoit forte. et
estoit assise en la valee verte et puis quant il vit qu'ilz ne se
vouloient rendre et qu'il ne la pouvoit avoir il fit sa priere
humblement a dieu qu'il en fust victorieux veu qu'il n'avoit plus a
terminer en celle contree que celle cité seulement. Son oraison fut
exaulcee tant que les murs vindrent par terre et la mist a destruction
tellement que jamais on n'y habita puis après se leva en celle cité
abysmee une eaue la ou on trouva après les poissons tous noirs. Entre
les aultres cités qu'il print il en y eut quatre qui firent beaulcoup de
peine et de melancolie devant qu'il les peust avoir. et pource il leur
donna la malediction de dieu. et furent mauldictes tellement que jusques
aujourd'uy il n'ya habitacion quelconque. et sont nommeez lesdictes
cités. lucerne ventose. caparee. et adame.



De la grande ydole qui estoit en une cité qu'on ne pouvoit abatre et des
signes et des condicions d'elles.

Le .iii. chapitre.

[Illustration]


Quant charles eut fait en espaigne et aultres lieux des habitans a sa
voulenté toutes les ydoles et aultres simulacres qu'il trouva il fit
tout destruire et mettre a confusion. mais en la terre d'alandaluf en
une cité nommee salancadis en arabique et interpretee. c'estoit le lieu
du grant dieu si comme disent les sarrazins. Celle ydole fut faicte de
la main de mahommet au temps qu'il vivoit et eut nom mahommet en
l'onneur de luy. et par art magique et diabolique il enclouoit pour lors
une legion de diables pour la garder et faire signes pour abuser le
peuple. Et tellement celle ydole fut gardee de diables que personne
vivant par puissance ne pour sçavoir ne l'eust sceu destruire ne mettre
au bas. En telle maniere que se aulcuns crestiens venoyent au près
d'elle pour la veoir ou pour la destruire ou conjurer aussi tost qu'il
la conjuroit ou preschoit. il estoit perillé et abismé. et les sarrazins
y venoyent pour l'adorer et faire sacrifice ou rendre obeissance ou pour
prescher d'icelle sans peril quelconques ilz alloient a elle. et se par
advanture ung oyseau en volant se posoit sur elle incontinent il estoit
mort. La pierre sur laquelle l'ydole estoit mise fut faicte
merveilleusement. C'estoit une pierre de mer ouvree de sarrazins et
sculptee de façon subtile grandement et richement. laquelle fut eslevee
toute droitte et non pas sans grant art et sçavoir. Contre la terre elle
estoit grosse a merveilles et toute quarree et tousjours contre le hault
elle aloit en estroissant. et estoit tant haulte celle pierre comme ung
corbeau pouvoit voler en hault. sur laquelle pierre estoit mise l'ydole
faicte d'ung fin yvoire a la semblance d'ung homme tout droit sur ces
piez et avoit sa face tournee contre le midy et tenoit en sa main droite
une clef. Et estoient les sarrazins certifiez de long temps pour verité
que quant ung roy de france seroit né et en puissance a devoir subjuguer
le pays d'espaigne et mettre en la foy des crestiens. et se l'ymage
laissoit cheoir la clef que ce seroit signe dudit roy de france qu'ils
auroyent de l'affaire sans faillir. Pourquoy au temps que le noble roy
charles regnast en espaigne pour la mettre en la foy crestienne L'ydole
laissa cheoir a terre la clef. et quant les sarrazins virent ilz
misdrent tous leurs tresors en terre. et s'en vont en aultre region sans
attendre la venue du roy



De l'eglise de saint Jaques de galice et d'aultres qu'il fist fonder.

Le .iiii. chapitre.

[Illustration]


Charles estant en galice innumerable quantité d'or d'argent et de
pierres precieuses il eut tant de roys. princes et barons et aultres
seigneurs comme des tributz des citez qu'on donna pour seigneurie comme
aussi du tresor qu'il conquist quant il prenoit les villes et les pays
d'espaigne dessus nommez luy voyant son tresor en galice la ou avoit
trouvé le corps de saint jaques. tantost fist composer l'eglise
monseigneur saint jaques et y demoura troys ans. En celluy lieu il
ordonna evesques et y fonda belle chanoinye riche dessoubz la regle de
sainct ysidore le confesseur. et y ordonna rentes censes tributz et y
donna seigneurie singuliere. Il fournit l'eglise de clochis. vaisselle
d'or et d'argent. draps precieux et de toutes choses necessaires et
appartenantes a une eglise pontificalle comme aussi de tous livres et
plusieurs aultres escriptures sainctes et puys du demourant de l'or et
de l'argent dessus designez qu'il apporta d'espaigne fit edifier les
eglises ensuyvantes. Premierement a aix en allemaigne ou il fut enterré
il fist faire l'eglise de nostre dame que combien qu'elle soit petite
elle est moult richement faicte. l'eglise de sainct jaques en la ville
de viterbe. et puis l'eglise de saint jaques en la ville de thoulouze.
Aussi l'eglise de saint jaques en gascoigne. Item l'eglise de saint
jaques de paris entre la saine et le mont de martyrs Et oultre les
eglises dessus nommeez il fonda renta et releva plusieurs et diverses
eglises et monasteres et aultres abahies par le monde eut plusieurs et
divers lieux.



Comment après que Aigolant le geant eut prinse espaigne et mis a mort
les crestiens charles le recouvra et aultres matieres

Le .v. chapitre.

[Illustration]


Après que charles fut retourné en france ung roy sarrazin de affricque
nomme aigolant avec grant puissance vint en espaigne et la remist en sa
subjection: et les crestiens que charles y avoit laissez ceulx qu'il
peut tenir il mist a mort et les autres se misrent en fouyte et en brief
temps les nouvelles en vindrent au roy charles dont il fut moult esbahy
et courroucé quant on luy denonça l'affaire qui estoit piteux. pourquoy
tantost il commença son ost. et a grant multitude de combatans il vint
celle part sans sejourner. Et fit le conduisseur de tout Millon de
anglieres le pere de Rolant et ne cesserent tant qu'ilz sceurent
nouvelles ou estoit Aigolant le geant qui avoit cela fait. Quant charles
sceut ou il estoit logé. et semblablement Aigolant ou charles se tenoit.
tantost le geant manda a charles qu'il vouloit faire bataille ainsi
comme il vouloit c'estassavoir que charles luy transmist. vingt de ses
hommes contre ving des sarrazins. ou quarante contre quarante ou cent
crestiens contre cent payens ou mille contre mille ou deux contre deux.
ou ung contre ung. Charles voyant l'intencion de Aigolant pour l'onneur
de noblesse il ne voulut point faillir. mais luy envoya cent chevaliers
en grant point et le geant en mist aultre cent contre les crestiens mais
tantost les payens furent vaincuz et mis a mort. et puis de par aygolant
furent envoyez cent sarrazins contre cent crestiens. et en brief temps
par le vouloir de dieu les sarrazins furent occis et mis a mort. De
rechief aigolant mal content envoya deux cens contre deux cens
crestiens. lesquels sans faire grande resistance furent mortz Aigolant
ne se voulut tenir a cecy mais envoya deux mille sarrazins contre deux
mille crestiens et quant ilz furent en bataille plusieurs sarrazins
furent mortz et les aultres se misrent a fouyr pour soy sauver. Le tiers
jour après Aigolant fit aulcunes experimentacions et congneut que se
charles fasoit guerre perdroit grandement. et va mander a charles s'il
vouloit faire guerre planiere. Charles en fut content. Et sur ce ilz
firent apprester leurs gens et speciallement charles: car ses subjectz
estoient moult affectionnez de batailler et aussi aucuns des crestiens
le jour devant que la batalle se fist prindrent grant peine pour abiller
leurs armes et par grant affection devant leurs tentes près d'une
riviere qui se dit ceye ilz vont planter et ficher leurs lances toute
droictes. auquel lieu le corps de saint faconde et de saint primitif
martyrs furent posez au près de l'eglise devotement fondee et une cité
moult forte moyen ledit charles. En celuy lieu auquel les lances furent
posees grant miracle monstra nostre seigneur. car de ceulx qui devoient
morir martyrs de dieu et estre couronnez en paradis les lances furent
lendemain toutes verdes a l'escorce verde feullees et fleuries qui fut
signe evident que ceulx qui devroient prendre mort auroient gloire au
royaulme de paradis. Chascun print la sienne et la tranchea près de la
terre et osta la racine et les fueilles. desquelles lances les plantes
dessoubz enracinees. après peu de temps vont garder le boys et creut et
vint grant comme les aultres bois font lequel boys encores se peult
demonstrer en celluy lieu. Lesdictes lances estoient de fresne. Grande
merveille fut de la joye des chevaulx qui fasoient selon eulx leurs
devoirs comme les hommes et fut grant chose du monde qui y print mort.
Adonc .lx. vaillans chevaliers crestiens furent mortz et entre les
aultres le duc millon qui estoit pere de rolant. et le cheval de charles
fut occis dessoubz luy et quant il fut a terre il fist grant meurtre a
tout joyeuse son espee et tellement se porta que les sarrazins doubtans
le vespre s'en vont fouyr et reculer en lieu d'asseurance et comme il
fut de la voulenté de dieu le jour après vindrent a charles en adjutoire
quatre marquis des ytalies acompaignez de .iiii. mille combatans et gens
d'eslite pourquoy aigolant aussi tost qu'il sceut leur venue il se mist
a fouyr et se recula en sa terre bien avant oultre mer. mais toutesfois
ilz ne peurent pas emporter avec eulx tous les tresors qu'ilz portoyent.
mais en fut france enrichie a grant merveilles et constituee en l'onneur
d'avoir entre tous aultres pays. et quand charles vit le fait a tout
celle richesse il s'en vint en france. Et adonc .vii. ans durant il fist
faire les offices par les gens d'eglise des festivitez des saintz de
tout l'an. et grande vertu et merveilleux effect estoit comprins en
cestuy homme. car quant il n'estoit en guerre sur les champs pour
amoindrir les infeaulx et pour augmenter la foy crestienne et exaulcer
le nom de dieu il augmentoit la foy en faisant oeuvres divines et
faisant faire les offices des saintz martirs en establissant les festes
et faisant reduire en memoire les oeuvres des saintes gens pour les
ensuyvir. et aussy des maulvais pour les devoir eviter. et la magnitude
de cestuy roy s'esprouva bien aux signes qui furent veuz au ciel. car en
cestuy an la lune obscura troys foys et le soleil une. et compaignies de
gens furent veuez merveilleuses qui monstroyent que cestuy charles
estoit bien grant et de toute grandeur. c'estassavoir en terre et aux
cieulx.



Comment aigolant manda a charles qu'il venist a luy a peu de gens
feablement pour faire juste guerre. et comment charles en habit
dissimulé parla a luy et aultres matieres.

Le .vi. chapitre.


Comme j'ay dit devant que le roy Aigolant geant s'en fouist en son pays
quant secours fut venu a charles de quatre marquis il ne dormit point
sur son affaire. mais print une grande diligence de mettre de gens
ensemble dont innumerables sarrazins convoca. car il assembla sarrazins.
mores moabites. ethiopiens. affriquans et persens. Il amena aussi
avecques luy le roy d'arabie. le roy d'alixandrie. le roy de bugie. le
roy d'agabie. le roy de barbarie. le roy de maltost. le roy de majorice.
le roy de cibille. et le roy de corduble lesquels s'en vindrent avecques
gens ou il n'avoit point de nombre certain en gascoigne en une forte
cité qui se disoit agennes. Et la print et puis manda a charles qu'il
venist a luy paisiblement et feablement et a peu de gens luy promettant
qu'il luy donneroit .ix. chevaulx chargez d'or d'argent et d'autres
preciositez s'il vouloit aler a son commandement. Cestuy payen luy
monstra cecy pour cause qu'il vouloit congnoitre sa personne. car sa
force et puissance congnoissoit il bien par experience. affin que quant
il le congnoistroit qu'il se peust occir en la guerre comment qu'il en
fust. Quant le roy charles sceut cestuy mandement il ne fit pas grant
amas de gens. mais y vint seulement a deux mille chevaliers d'onneur et
de grant force. Quant il fut a quatre mille près de la cité ou estoit
aigolant et tous les roys dessus nommez il laissa la ses gens
secretement et puis s'en vint jusques sur une montaigne bien près
acompaigné de .xl. chevaliers tant seulement. et de celluy lieu ilz
veoyent la cité a cause que se multitude de gens fussent partis de leans
qu'il ne fust point deceu. Toutesfois sur celle montaigne il laissa tous
ses gens secretement et se desvetist de ses habitz puis se revestit en
guise de messagier et print ung chevalier seulement avecques luy sans
porter glayve aulcun quel qu'il fust que son espee seulement et son
boucler dessubz son dos et s'en vint en la cité et tantost il fut mené
devant aigolant le geant. Et quant ilz furent devant luy il dist en
ceste maniere. Charles le roy nous envoye devers toy et te mande par
nous qu'il est venu comment tu l'as commandé acompaigné de .xl.
chevaliers sans plus et vient en celluy lieu faire ce qu'il devroit. Or
viens donc a luy a tout .xl. chevaliers sans plus acompaigné se tu luy
veulx tenir ce que tu luy as promis. Aigolant leur dist qu'ilz
tournassent a charles et qu'ilz luy dissent qu'ilz ne s'en tournast pas.
mais qu'il l'attendist et qu'il viendroit visiter. Après que charles eut
congneu le geant. il visita bien la ville pour congnoistre la partie
plus foible pour la prendre et conquester quant ilz viendroient et vit
tous les roys dessus nommez et leurs puissances et puis s'en retourna a
ses gens qu'il avoit laissez sur la montaigne. puis s'en vint avec ses
deux mille chevaliers. tantost aigolant acompaigne de .vii. mille
chevaliers vint après eulx sans arrester. mais charles s'en print garde
quant ilz venoient contre luy qu'ilz estoyent beaucoup plus de payens
qu'ilz n'estoyent de crestiens. et sans demourer charles et ses gens
retournerent en france sans aultre deliberacion avoir



Comment charles acompaigné de plusieurs gens s'en retourna au lieu
devant dit et print la cité de agennes et aultres matieres.

Le .vii. chapitre.


Après que charles fut retourné en france il convoca plusieurs gens et
puis s'en vint en la cité de agenne et l'assiega par grant façon
l'espace de .vii. mois aigolant estoit dedans et plusieurs aultres
sarrazins. et avoyent fait les crestiens des chasteaulx et des
forteresses de bois devant celle cité par maniere qu'on ne les pouvoit
grever. quant aigolant et les roys seigneurs. et le plus grans de sa
compaignie virent qu'ilz ne pouvoyent pas durer leans longuement ilz
firent faire des pertuis et cavernes dessoubz terre pour saillir hors
secretement. en celle maniere ilz vindrent hors de la cité et passerent
oultre ung fleuve qui couroit près de celle cité qui se disoit goronna
et ainsi se saluerent. Le jour après qu'on ne fist pas grande deffence
aux crestiens charles a grant triumphe et puissance entra en la cité et
mist a mort .x. sarrazins qu'il y trouva. Les aultres voyans le fait par
la riviere se misrent en fuite. Aigolant estoit en une aultre forte
ville. et quant charles le sceut il le vint assaillir et luy manda qu'il
luy remist la cité. aigolant respondit qu'il n'en feroit riens sinon par
ung moyen qu'ilz deussent venir en bataille. et celluy qui aura victoire
de l'autre il sera seigneur de la cité et vont assigner bataille. et la
près de ce lieu entre le chasteau talebor et ung fleuve nommé quarante.
les aulcuns crestiens vont planter leurs lances en terre et specialement
ceulx qui lendemain devoyent mourir et obtenir couronne de gloire comme
martyrs de dieu. le matin vont trouver leurs lances toutes verdes et
miraculeusement fueillees et ramees de bois neuf dont les crestiens de
ce miracle furent joyeulx et ne leur chailloit de mourir pour la foy en
maintenant le nom de dieu. Après que leurs lances furent coppees ilz
vont entrer en bataille et mirent plusieurs sarrazins a mort: mais en la
fin furent occis et martyrizez des crestiens plus de .iiii. mille qui
furent sauvez en paradis. Et adonc le cheval de charles fut occis
dessoubz luy. Et puis tantost par ledit charles furent mis a mort le roy
de bugie et d'aultres puissans sarrazins a grant merveille



Des operations vertueuses que charles fit quant il fut retourné en
france et des barons qu'il avoit en sa compagnie et de leur puissance

Le .viii. chapitre.


La bataille devant dite faite aigolant s'enfouit et vint jusques en
pampelune et manda au roy charles qu'il l'attendist la pour batailler
plus amplement Quant charles sceut le fait il s'en retourna en france
pour avoir adjutoire de gens il fist ung mandement publicque en toute
france que toute maniere de gens qui estoient en maulvaise coustume et
dessoubz condicion de servitude que eulx qui estoient presens et les
successeurs fussent francz et liberez les taillables fussent a leurs
drois comment qu'ilz fussent condictionnez Aussi tous les prisonniers
qui estoient en france il les delivra de prison tous ceulx qui estoient
detenuz par malfaitz a devoir prendre mort il leur donnoit la vie tous
les povres gens qui n'avoient de quoy vivre il leur donna des biens
largement. tous ceulx qu'il trouva mal vestuz il les fit vestir selon
leur estat Tous ceulx qui avoyent debat l'ung avec l'autre il les
accorda. tous ceulx qui estoient desheritez de bien et d'onneur il leur
restituoit tout. tous ces gens qui pouvoient porter armes il les armoit.
Les escuyers villains de la personne il les fit chevaliers et tous ceulx
qui estoient en son indignacion et privez de son amour et bannis par le
vouloir de dieu il fut contraint de leur pardonner et fit paix avec
chascun et adonc il fut forny de plus de cent mille sans ceulx qui
aloient de piez. ausquelz il n'avoit point de nombre et sur les noms des
princes de charles Turpin l'arcevesque de raims dist en ceste maniere Je
turpin arcevesque de raims dys que par la voulenté de dieu par
ensegnemens mettroye bon couraige aux crestiens et mettroye a mort les
infeaulx sarrazins de mes propres mains. Avec charles estoit rolant de
cenoine nepveu de charles filz de sa seur dame Berthe femme du duc
Millon a tout .iiii. mille combatans. Olivier de gennes filz du duc
Regnier a tout .iii. mille combatans. Arastagius roy de bretaigne a tout
.vii. mille combatans. nonobstant que en bretaigne avoit ung aultre roy.
Eugelius qui estoit duc d'aquitaine. auquel august Cesar ordonna les
bituriciens. les moniques. les poetevins. santonas et elogismes citez
avec leurs provinces dessoubz acquitaine et après tout vint a neant. car
a roncivaulx tous les citoyens furent occis et destruitz et y vint a
tout .iii. mille chevaulx Garferus roy de bourdeloys a .iiii. mille
hommes. Gaudeffroy roy de frise a tout .vii. mille hommes. Salomon
compaignon d'estoc Baudoin le frere de rolant aussy naymes le duc de
bavieres a .x. mille combatans Ogier le dannois a .x. mille combatans.
hoel de nantes et lambert prince de bourges a deux mille combatans.
Sansom duc de bourgoigne a .x. mille combatans. Garin duc de lorraine et
plusieurs aultres Et de la terre de charles y avoit plus de .l. mille
hommes. Si grande et si ample fut l'excercite de charles le noble
empereur et trespuissant roy de france que il tenoit de longueur deux
journees et de largeur la moitié tellement que du bruit qu'ilz fasoient
pour la multitude on les ouyoit de .xii. lieues et plus.



Des treves de charles et de aigolant et de la mort de ces gens et
purquoy aigolant ne se baptisa.

Le .ix. chapitre.


Du temps que charles fut june enfant il apprint a tholette le langage
des sarrazins et le parloit quant il vouloit. Aigolant le geant et grant
seigneur ne se peut tenir qu'il ne venist près de crestienté et manda a
charles venir a luy de pampelune et firent treves ensemble: car aigolant
considera la multitude de ces gens et la puissance de leurs personnes:
car par cours de nature ilz devoient surmonter les crestiens: il print
en luy pensement que par adventure le dieu des crestiens estoit plus
certain que celluy des payens: mais devant qu'il declinast de ses dieux
il eut desir d'essayer encores une foys le nombre des payens contre le
nombre des crestiens: et fut content aigolant de faire paches avec
charles que celuy qui obtiendroit victoire sur les gens de l'aultre que
son dieu fust adoré: et que celluy qui perdroit que son dieu fust de
nulle valeur et reputé a neant. Et ainsi sur ceste pache furent envoyez
.xx. chevaliers crestiens contre .xx. payens et tantost qu'ilz furent
meslez emsembles les sarrazins furent mortz et puis après furent envoyez
.xl. contre .xl. et tantost les sarrazins furent vaincuz et occiz et
puis furent envoyez cent sarrazins contre cent crestiens: et a celle
fois les sarrazins ne furent pas mortz: mais se misrent a fouyr.
Aigolant pensa mieulx faire et envoya .ii. cent contre .ii. cens et
tantost furent mortz et occiz les sarrazins. Cestuy geant fut mal
content de la destruction de ses gens et pour faire une grande
desconfite ou de l'une des parties ou de l'autre il tranmist mille
sarrazins contre mille crestiens: et sans faire grande rebellion les
sarrazins tantost furent mys a mort. Adonc le roy aigolant par
experience devant luy faicte afferma veritable la foy des crestiens
estre meilleure et plus seure que celle des payens et sarrazins: et par
ainsi il fut incliné a la foy crestienne et se disposa de recepvoir le
baptesme lendemain sans faintise. Il demanda treves et seurté pour aller
et venir a charles. on luy ottroya de bon cueur. Et a l'eure de tierce
que charles estoit au disner. Aigolant eut intention de veoir charles au
manger pour congnoistre son estat s'il estoit si valeureux et si grant
comme il estoit en armes et en batailles. Et aussi s'il vint
principalement pour soy baptiser et vit charles que estoit a table bien
magnifiquement: et puis regarda l'ordre de ses gens: et veit que les
aulcuns estoient a table en habit de chevalier et grans princes. les
aultres en habit de chanoines. les aultres en abit de moynes et puis
demanda qu'il fust instruict d'une chascune ordre et de la cause de leur
estat. Et après il veit emprès terre .xiii. povres qui se disnoyent
comme les aultres. et charles de sa coustume ne prenoient point de repas
qu'il n'eust lesditz .xiii. povres en l'honneur des .xiii. apostres de
nostre seigneur et veit que ces povres estoient près de terre sans nappe
et en pouvre abit et demanda quelz gens c'estoient Charles respondit ilz
sont gens de dieu messagiers de nostre seigneur jhesucrist lesquelz je
soubstiens en l'onneur des .xiii. apostres qu'il menoit avec luy en leur
donnant refection corporelle. Et aigolant dist Et comment il est vray
que celuy sert mal a son seigneur qui reçoit ses messagiers si povrement
je regarde que ceulx qui sont assis près de toy sont bien vestutz et
bien pensez: et les serviteurs de ton dieu vivent povrement et mal
vestutz et sont fort loingz de toy. grande vergoigne fait a son seigneur
celuy qui reçoit ses messagiers en telle maniere. Je voy la loy que tu
m'as dicte bonne et par tes oeuvres tu la monstre de nulle valeur. Et de
cecy fut aigolant tout perturbé en son entendement et propos et print
licence du roy et s'en retourna a ses gens et renonça a se baptiser:
mais manda a charles bataille plus forte que jamais a commencer le
lendemain



De la mort de aigolant et de ses gens comme plusieurs crestiens furent
mortz par concupiscence d'argent et des crestiens trouvez mortz
miraculeusement.

Le .x. chapitre.

[Illustration]


Quant charles veit Aigolant pour se debvoir baptiser il fut joyeulx:
mais quant il s'en retourna scandalizé il fut mal content et print advis
a ses parolles sur les povres qu'il disoit qu'ilz sont messagiers de
dieu: car selon la povreté de ceulx et selon qu'ilz estoyent tenuz ce
n'estoit pas honneur a leur maistre et pensa bien l'empereur que les
gens de dieu devoient bien estre receuz et honnorablement tenuz pourquoy
les povres qu'il trouvoit en l'exercite il les fit bien vestir et
honnestement et largement leur fit donner a manger. Et print celle
coustume en soy qu'il ne faillist point que les povres de nostre
seigneur fussent receuz a honneur en sa compagnie. Sur ce propos ung
jour ensuyvant ilz se misrent a batailler par grant fierté les payens
contre les crestiens: et fut faicte si grande destruction celuy jour des
sarrazins que les crestiens estoient empeschez transversez du sang qui
couroit si abondamment comme s'il eust plu par plusieurs jours eau et
sang: pourquoy aigolant voyant la destruction de son peuple comme celuy
qui ne doubtoit riens a mourir et a qui ne chailloit de sa vie s'avança
tellement sur les crestiens qu'il fut occis et mys a mort. Et puis
entrerent en la cité de pampelune et tous les sarrazins qui y estoient
ilz mirent a mort. Adonc se saluerent le roy de cibille et le roy de
corduble avec aulcuns de leurs subjectz. Après cecy les crestiens plains
de concupiscence pour avoir l'or et l'argent des sarrazins qui la
estoient mortz se misrent a retourner. Et quant ilz furent bien chargez
d'or et d'argent et d'aultres richesses le roy de cibille et le roy de
corduble s'en prindrent garde et avec tous leurs hommes ilz vindrent
couvertement sur les cretiens et les misrent a mort en nombre de ames
sans victoire et a dieu desplaisante. Le lendemain les nouvelles comme
tant de sarrazins estoient mortz et specialement de aigolant vindrent au
prince de navarre moult puissant homme qui s'appelloit furre. pourquoy
il manda a charles batalle ordinaire. Charles estoit si noble si
puissant et tant vaillant se confiant de l'aide que quant il batailloit
pour la foy crestienne a vouloir maintenir estre telle tant seulement
par laquelle on doit avoir paradis a la fin qu'il ne refusast point a
batailler contre cestuy prince furre. Et après que le jour de la
bataille fut assigné de l'une des parties et de l'aultre. ledit charles
se mist en oroison et pria dieu devotement qu'il luy pleust de monstrer
les crestiens qui devoient morir en celle bataille. Le jour ensuyvant
que chascun fut armé pour batailler par la voulenté de dieu charles vit
sur tous ceulx qui devoient mourir celuy jour le signe de la croix toute
rouge sur leurs espaules derriere sur leurs harnois. Quant charles le
vit il remercya nostreseigneur et luy print compassion de leur mort a
cause de la valeur de leurs personnes Adonc il va demander tous ceulx
qui portoient l'enseigne et les fit venir en son oratoire. puis les
enferma leans affin qu'ilz ne prinssent mort celuy jour. Et atout sans
aultre ost il se mist a bataller contre l'ost du prince furre: mais ne
tarda pas guyeres que ses gens et luy furent mortz et destruictz Et
quant tout cela fut fait l'empereur vint en son oratoire victorieux de
ses ennemys et trouva tous ceulx qu'il avoit enfermé leans mortz et
expirez. Et adonc congneut bien la voulenté de dieu estre telle que
ceulx a qui il donna le signe de la croix estoient assignez celuy jour
en son paradis recepvoir gloire et couronne de martire qu'il
n'appartenoit point a charles de prolonguer leur salut pourquoy celluy
est bien simple qui veult mettre peine a obvier le passaige dont il
n'est point le maistre.



De ferragus le geant merveilleux comment il emportoit les barons de
france sans dangier et comment après rolant batailla contre luy.

Le .xi. chapitre.

[Illustration]


Après que aigolant fut occiz et furre et plusieurs roys sarrazins comme
devant il est escript les nouvelles vindrent a l'admiral de babilonne
lequel avoit ung geant moult terrible lequel estoit de la generacion de
golias le fit acompaigner de .xx. mille turcz moult fors et puissans et
puis le transmirent pour batailler contre charles. car sa puissance
estoit redoubtee par tout le monde et s'en vint ledit geant qui se
nommoit ferragus jusques en la cité de vagiere près de saint jaques
entre crestienté et sarrasinaisme et manda au roy charles qu'il venist a
luy pour batailler. Moult estoit merveilleux celluy geant car il ne
doubtoit ne lance ne sayete ne aultre traict et avoit la force de .xl.
hommes fors et puissans: tantost que charles sceut les nouvelles de sa
venue il alla a luy et fut en sa garde près de vagere. Quant cecy fut
fait le geant yssit hors de la ville et demanda a charles bataille
singuliere de personne a personne. Charles qui jamais ne l'avoit refusee
a personne luy transmist ogier le dannois mais quant le geant le vit
tout seul aux champs sans faire nul semblant de guerre il vint tout seul
a luy et le print a une main et le mist dessoubz son bras sans luy faire
aultre mal et l'emporta en son logis et le fit mettre en prison. Et ne
faisoit nen plus de compte de l'emporter que fait ung loup d'emporter
une brebis ou ung chat. La haulteur de cestuy geant estoit de .xii.
couldees. la face avoit large d'une coudee. le nez avoit long d'une
paulme. les bras et les cuisses il avoit de .xiiii. coudees. les dois de
la main il avoit de .iii. paulmes de long après que ogier fut emporté
charles. y transmist regnault d'aubepin. Quant ferragus le vit il le
charga et l'emporta avec l'autre legierement. Charles fut esbahy et
envoya deux aultres. c'estassavoir constantin de romme et le conte hoel.
Cestuy geant print l'ung a la main dextre et l'autre a la main senestre
et les emporta tous deux en prison en son logis devant chascun. De
rechief deux aultres y furent transmis. et semblablement ilz furent
emportez sans contredite faire. quant charles vit le fait de cestuy
homme il fut tout esbahy et n'y osa plus transmettre personne. car nul
ne pouvoit faire contre luy resistence. rolant qui estoit prince de tout
l'exercite de charles estoit mal content de ce que le geant estoit
victorieux et se vint presenter a charles son oncle pour y aller. mais
charles ne luy voulut ottroyer toutesfois force luy fut qu'il luy
donnast licence et se mist rolant devant cestuy ferragus. mais tantost
il fut prins et retenu a la main dextre comme les aultres et le mist
devant luy sur son cheval. Quant rolant vit qu'on l'emportoit il print
ung grant couraige en luy et invoca le nom de jhesus en son aide. puis
se retourna contre ferragus et le print par le menton et le fit verser
de son cheval et cheut a terre aussi. et puis tantost ilz furent levez
et monterent chascun sur son cheval. Rolant qui estoit abile et
couraigeux a merveilles tira son espee durandal et vint contre le geant
et donna si grant cop au cheval du payen qu'il le trencha par le millieu
et cheut le payen a terre. ferragus estant mal content de son cheval qui
estoit mort tint son espee pour frapper rolant et l'eust occis d'ung
coup s'il eust esté attaint. mais ainsi qu'il leva le bras pour le
frapper rolant fut abille et s'avança et donna au geant sur le bras
dequoy il tenoit son espee ung tel coup qu'elle luy cheut a terre dont
ferragus eut despit et le cuida frapper du poing et attaint le cheval de
rolant tellement qu'il le tua. par ainsi tous deux furent de piez
lesquelz sans glaive commencerent a batailler a tout les poingz et a
pierres continuellement jusques a l'eure de nonne. pourquoy tous deux
furent laissez et prindrent treves d'ung accord jusques a lendemain et
qu'ilz deussent batailler sans cheval et sans lance et sur ces
convenances chascun s'en ala.



Comment lendemain Rolant et ferragus bataillerent et disputerent de la
foy et par quel moyen ferragus fut occis par rolant.

Le .xii. chapitre.

[Illustration]


Le jour ensuyvant au matin rolant et ferragus vindrent au champ de
bataille le geant apporta son espee moult grosse. mail elle ne luy valut
riens car rolant fit provision d'ung gros baston tortu et maille bien
long duquel il ne fit que frapper sur le geant. mais il ne le peut
onques navrer. et le frappoit aussi de gros cailloz et pierres rondes et
ne le peut entamer en la chair et en celle maniere ilz ne cesserent de
batailler jusques a l'eure de myjour. Le geant fut lassé et demanda
treve a rolant pour ung petit dormir rolant en fut content. et fut si
noble et si valeureux que quant le geant fut couché il alla querre une
grosse pierre et la luy mist dessoubz la teste a celle fin qu'il peult
mieulx dormir a son aise. Et après qu'il eut ung petit dormy et qu'il
fut esveillé il se dressa et le noble rolant se vint seoir au près de
luy et luy dist. Je suis tout esbahy de ton fait comment tu es tant fort
qu'on ne te peult navrer ne faire dangier au corps ne pour espee ne pour
baston ne pour pierres ne aultrement. le geant qui parloit espaignoil
dist. Je ne puis estre occis sinon par le lombril. Quant rolant l'ouyt
il fit semblant qu'il ne l'avoit point entendu puis luy demanda ferragus
comment il avoit nom et de quel lignaige il estoit. rolant luy dist j'ay
nom rolant et suis nepveu de charles le trespuissant empereur. Et
ferragus luy demanda quelle foy il tenoit. Rolant respondit. Je tiens la
foy crestienne et suis crestien par le vouloir de dieu. Ferragus dist
quelle est celle foy et qui l'a donnee. Pour quoy rolant respondit. Il
est vray que après que le dieu tout puissant eut fait le ciel et la
terre et qu'il fist nostre premier pere adam qui fut desobeissant a ses
commandemens le monde estoit jugé en terre sans avoir beatitude ne
felicité. et après ung long temps le filz de dieu la seconde personne de
la trinité se recorda de la valeur de l'ame qu'elle estoit donnee a
toute personne et descendit du ciel et print humanité et souffrit
griefve passion des peines infernalles. et luy regnant en cestuy monde a
donné enseignemens et estably constitucions pour nous saulver. et
principalement qui croira en luy parfaitement et qu'il soit baptisé
après ceste mortelle vie il sera saulvé en paradis. et voycy la foy que
je tiens en la quelle je vueil mourir. et après que ferragus luy eut
fait plusieurs questions et que rolant eut respondu honnorablement par
tout. ferragus dist en ceste maniere. Tu es crestien et veulx maintenir
la foy de laquelle tu m'as parlé et suis payen et tiens mon dieu mahon.
celluy qui sera vaincu sa loy soit tenue pour nulle et la foy du
victorieux soit bonne et qu'elle soit tenue entierement et observee.
rolant le valeureux accepta son langaige. adonc chascun fut apresté pour
batailler tantost rolant vint a luy et ferragus haulça le bras pour
frapper rolant moult malicieusement rolant vit venir le cop sur luy et
pour l'eviter il lança son baston contre l'espee du payen pour obvier a
son intencion. et du cop le baston fut trenché et vint le geant a rolant
et le mist dessoubz luy. Rolant considerant qu'il ne pouvoit fuyr ne
eschaper devotement en son cueur il invoca le nom de jhesus et se rendit
a dieu et a la vierge marie. et se resolut en force tellement qu'il se
leva ung petit et vertueusement il repugna le geant en telle maniere
qu'il mist le geant dessoubz luy et puis habillement et subtilement il
mist la main a son espee et le poignit ung petit ou nombril et puis se
leva et se mist a fouyr contre l'ost de charles. Tantost que ferragus se
sentit blessé en celluy lieu il cria si haultement que tous ceulx qui
estoient en celluy lieu furent esbahys de son cry et dist. O mahommet
mon dieu a qui je me suis donné viens moy secourir. car tu vois bien que
je meurs et ne tarde plus. A celle voix hideuse les sarrazins vindrent
et l'emporterent en leurs bras le mieulx qu'ilz sceurent en son logis.
et desja Rolant tout sain estoit venu a charles. et puis les crestiens
vindrent si impetueusement sur les sarrazins que portoient ferragus
qu'ilz entrerent en la cité et firent que le geant fut du tout mort. et
vindrent en la prison valeureusement et misrent hors Ogier. Regnault.
Constantin. Hoel et les aultres prisonniers.



Comment charles alla a corduble ou le roy du lieu et le roy de cibille
attendoyent et de leur destruction.

Le .xiii. chapitre.


Après cecy devant dit le roy de cibille et le roy de corduble vont
mander a charles s'il vouloit venir a corduble pour batailler Tantost
que charles le sceut a toute sa puissance il vint celle part. Et quant
ilz furent près pour batailler les sarrazins firent une chose moult
sauvaige. car devant les hommes sarrazins qui estoient a cheval ilz vont
ordonner des gens de pié qui pourtoient des visaigieres contrefaictes
toutes noires et rouges cornues et barbues comme diables. car ilz ne
pouvoient aultrement en bonne maniere faire contrarieté aux crestiens.
mais s'aviserent de faire dissimulacions. et chascun des pietons
sarrazins deguisez portoit en sa main une clochette ou une campane. Et a
l'entree de ceste bataille ilz commencerent a sonner et faire bruit
tellement que tantost que les chevaulx des crestiens les virent ainsi
contrefaitz et ainsi sonner impetueusement ilz commencerent a fouyr et
desrenger et esprouver en telle maniere que personne ne les pouvoit
tenir. mais force fut d'eulx en fouyr et retraire. Charles se avisa de
remede il fit lendemain mettre des drappeaulx devant les yeulx des
chevaulx qu'ilz ne virent riens. et fit boucher et aussi estouper leurs
oreilles. affin qu'ilz ne peussent veoir ne escouter ces sarrazins
deguisez et contrefaitz. Et quant en celle maniere ilz vindrent en la
bataille ilz ne firent sinon les mettre a mort jusques a midy. mais non
pas qu'ilz fussent du tout vaincus. car ilz avoyent ung char gros et
fait pour faire grant empesche a resister a leurs ennemys. et si fort
conduisoyent celluy engin a .viii. beufz qui l'emenoyent en guerre et
estoit dessus en hault l'estandart de leur enseigne. et avoyent de
coustume que sur peine de mourir personne ne retournast arriere ne
reculast pour riens entretant que l'estandart seroit droit. De cecy fut
informé charles pourquoy moult puissamment il se mist parmy les
sarrazins tellement qu'il vint a l'estandart et a tout joyeuse son espee
il couppa: cecy voyant les sarrazins de fouyr. et furent des payens
plusieurs mortz et occis. Et puis le lendemain la ville fut remise a
charles par le seigneur du lieu qui ne luy pouvoit resister. Et après
charles fut content de luy laisser la vie s'il se vouloit baptiser et la
ville aussi mais qu'il la tenist de luy. Et adonc charles ordonna en
espaigne de ces barons par maniere que nul ne l'osast plus assaillir a
faire guerre. car tousjours se trouvoit victorieux de ses ennemys par la
puissance qu'il menoit et par la discrecion de sa personne et par la
grace de dieu qui ne fault pas a subvenir a ses amys.



Comment l'eglise de saint Jaques fut sacree par l'arcevesque Turpin et
les eglises d'espaigne subjectes a elle et des eglises principales

Le .xiiii. chapitre.

[Illustration]


Charles le noble empereur après que en espaigne il eut mis bon estat et
bonnes gardes il s'en ala a saint jaques et a peu de gens. et quant il
fut la les crestiens qu'il trouva il les remunera et leur fit beaucoup
de biens et mist en audience. les apostatz et aultre maniere de gens
qu'il trouva infeaulx et desobeissans a sainte eglise ou il les fit
mourir ou les transmist en france en penitence et bannist. Et adonc par
les citez d'espaigne il ordonna evesques et religieux et aultres gens
d'eglise et fit plusieurs constitucions sinodales et autres ordonnances
sur l'eglise et sur aultres gens. Et en l'onneur de saint jaques il fit
constitucions et institua que tous evesques princes et roys habitans en
espaigne fussent tous subjectz a l'evesque de saint jaques et tous luy
deussent fidelité avec toutes gens de la terre de galice. Et je turpin
arcevesque de rains fut en celluy lieu ou les ordonnances dessudictes
furent faictes et moy acompaigne de .ix. evesques honnorables et de
sainte vie a la requeste et postulacion de charles au moys de jullet
l'eglise de saint jaques et l'autel d'icelle dediay benis et consacray.
Et adonc le roy charles donna toute la terre d'espaigne et de galice a
celle eglise et puis ordonna que chascun hostel d'espaigne et de galice
donnast a l'eglise de saint jaques .iiii. deniers monnoye courance de
annuel tribut et moyen celle cense ilz estoient frans et liberez de
servitude. Et pour l'onneur de saint jaques il fut estably que l'eglise
dudit lieu fut dite apostolique pour l'exalctacion dudit lieu et plus
oultre que les eveschez et dignitez speciales de toute espaigne et de
galice et semblablement les couronnes des roys de toute celle contree
fussent donnees et livrees pour honneur a l'evesque de saint jaques Tout
ainsi comme devant avoit esté fait en asie au lieu de epheson pour
l'onneur de monseigneur saint jehan evangeliste frere de saint jaques et
filz de zebedee. Et aussi sainct jehan fut logé en la partie dextre et
saint jaques a la senestre qui estoit son frere. Et adonc fut acomplie
la peticion de la mere des deux enfans glorieux et amys de dieu quant
elle disoit a nostre seigneur jhesucrist quant il preschoit de son
royaulme que l'ung fust assis a sa dextre et l'autre a senestre par ces
choses devant dictes fut acomplie. Et pource sont au monde sieges et
eglises principales que les crestiens par droit doyvent exaulcer
deffendre et maintenir de toute leur puissance. c'estassavoir l'eglise
rommaine. l'eglise de epheson l'eglise de saint jehan evangeliste et
l'eglise de saint jaques en galice. Et se on demandoit de la cause de
ces troys lieux et sieges principaulx de toute crestienté. la cause est
assez apparente. Ces troys lieux sont exaulcez et honnorez de dieu et
des crestiens ausquelz pecheurs principalement doyvent avoir secours
pour effacer leurs pechez et obtenir pardonnance. Premierement ces troys
apostres comme saint pierre. saint jehan et saint jaques ont precedé
tous les aultres en la compaignie de jhesucrist quant il estoit au monde
et si ont esté appellez a sez secretz et qui ont mieulx continué avec
luy. Ainsi a bon droit les lieux ausquelz il ont conversé et continué
leurs vies et leurs corps reposent doyvent estre honnorez.
Principalement monseigneur saint pierre fut le premier et prescha a
romme et y fut martyrisé et ensepvely. Aussi l'eglise rommaine est
sublimee et exaulcee sur toutes aultres eglises. En après saint jehan
qui vit le secret de dieu en la cene et epheson ou il fist son evangile.
_In principio erat verbum._ Et par son saint prechement a converty les
infeaulx a la foy crestienne. Et puis saint jaques qui print grant peine
en espaigne et en galice pour l'onneur de dieu. pourquoy tant pour sa
sainte vie pour ses miracles que pour les martirs et sepulture de luy a
bon droit en est memoire par tout le monde universellement



La seconde partie du tiers livre contient dix chapitres/ et parle de la
traison faicte par ganellon et de la mort des pers de france.



Comment la traison fut comprise par ganellon/ et de la mort des
christiens/ et comment ganellon est repris par l'acteur.

Le premier chapitre.


En celluy temps estoient en cesarye dux roix sarrazins moult puissans/
l'ung se disoit marfurius et l'aultre bellegandus son frere qui furent
envoiez de par l'admiral de babilonne en espaigne lesquelz estoient
dessoubz le roy charles. Et luy faisoient signe d'amour et de subjection
et alloient a son commandement aulcunement saintement et soubz umbre de
deception/ l'empereur charles voyant qu'ilz n'estoient point cristiens
pour obtenir seignourie sur eulx il leur manda par ganellon au quel il
avoit fiance ou que ilz se fissent baptizer ou qu'ilz luy envoiassent
tribu en signe de fidelité de leurs pays/ Ganellon le traictre y alla et
leur fit le message. Et après qu'il eut beaucop de parolles avec eulx
deceptoires ilz transmirent a charles .xxx. chevaux chargez d'or et
d'argent de draps de soye et aultres richesses/ et quatre cens chevaulx
chargez de vin doulx et melodieux pour donner aux gens de guerre a
boire. et aussi ilz transmirent par ceulx dessusdis mille femmes belles
sarrazines en grand point et de eage/ Et tout cecy en signe d'amours et
d'obeissance. Et puys donnerent a ganellon .xx. chevaulx chargez d'or
d'argent et de soye et d'aultres preciositez moyennant qu'il debvoit
mettre en leurs mains la compaignie de charles et luy s'il povoit faire/
Adonc ganellon fut surpris de celle faulce avarice qui consume toute la
doulceur de charité qui est es personnes pour avoir or argent et aultres
richesses il filt pache avec ces sarrazins de trayr son seigneur et ses
voisins et freres christiens et jura de non point faillir a
l'entreprise/ mais je suys bien esbahy de ganellon qui fist la traison
sans avoir cause coulouree ne juste/ O mauvais ganellon tu fus party de
noblesse et tu as fait oeuvre villaine tu estoies riche et grant
seigneur et pour argent tu as tray ton maistre/ Entre tous les aultres
tu fus esleu pour aller aux sarrazins pour estre certain entre les
aultres et pour la fidelité qu'on avoit en toy et tu as consentu a
trayson et seullet commis infidelité/ dont vient ton iniquité sinon
d'une faulce voulenté plongee en abisme d'avarice/ Ton seigneur
droiturier rollant olivier et les aultres que t'avoient ilz fait/ Se tu
avois iniquité contre une personne pourquoy consentois tu aux innocens/
n'y avoit il personne que tu eusses en amours quant a tous les cristiens
tu as esté traictre raison estoit elle en toy quant capitaine as esté
contre la foy/ que vault la prouesse que tu as faicte au temps passé
quant ta fin ne moustre qu'il mal amasse/ O faulce avarice et ardeur de
concupiscence Celluy n'est pas le premier qui par toy est venu a
meschief/ par toy adam fut a dieu desobeissant/ et la noble cité de
troyes la grande en fut mise a destruction/ O le bon regard que la
personne fait et prend de laisser la chose qui est sans raison pour
complaire a raison qui ne veult point chose contraire a nature/
Toutesfoys en ceste maniere ganellon en mena l'or et l'argent le vin les
femmes et autres richesse comme devant il fut entrepris. Quant charles
le vit il pensoit que tout fut fait a bonne equité et sans barat/ les
grans seigneurs batailleurs chevaliers prirent le vin pour eulx tant
seullement charles eut l'or et l'argent et les menus gens prirent les
femmes sarrazines/ L'empereur donna consentement aux parolles de
ganellon car il parloit moult sagement/ et en telle maniere besongna que
charles et tout son ost passerent les pors de cesarie/ Car ganellon luy
fist entendre que les roix dessusdis se vouloient faire christiens et
jurer fidelité a l'empereur. Et tantost transmist ses gens devant et il
fist la derriere compaignie/ Et avoit mis rollant et olivier et les plus
especiaulx de ses subjects avec vingt mille combatans et furent en
roncivaulx/ Lors les roix marfurius et bellegandus selon le conseil de
ganellon atout cinquante mille sarrazins furent chacez en ung boys
attendant les françoys/ et demourerent la deux jours et deux nuys/ et
diviserent leurs gens en deux pars En la premiere ilz mirent vingt mille
sarrazins/ et en l'aultre ilz mirent .xxx. mille sarrazins. En
l'avantgarde de charles ilz estoient vingt mille christiens qui tant
furent assaillis de .xx. mille sarrazins et firent guerre tellement
qu'ils furent contrains de reculer/ car des le matin jusques a tierce
ilz ne cesserent de fraper dessus/ Pourquoy les christiens furent tous
lassez et eurent bon besoing de reposer. Toutesfois il beurent de ce bon
vin doulx des sarrazins largement. Et après que pluseurs furent yvrez
ilz vont habiter avec ses femmes sarrazines et plusieurs aultres qu'ilz
avoyent amenez de france. pourquoy la voulenté de dieu fut qu'ilz
deussent tout mourir affin que leur martire et passion leur fust cause
de salut et effacement de celluy peché. car tantost après les .xxx.
mille sarrazins vindrent qui faysoyent la seconde bataille sur les
françois si impetueusement qu'ilz furent tous mortz et occis Excepté
Rolant Baudoin et Thierry. Les aulcuns furent occis et mortz de lances.
les autres escorchez. les aultres bruslez. les autres esquartelez et en
plusieurs aultres tormens soubmis. Et quant ceste desconfite fut faicte
Ganellon estoit avec charles et l'arcevesque Turpin qui ne savoient
riens de l'afaire tant douloureux. sinon le traistre qui l'entretenoit
tant que tout fut destruit et mis amort. De l'angoisse que charles
attendit ne fault pas parler. car de soy mesmes elle se peut bien
entendre.



De la mort du roy Marfurius et comment rolant fut navré de quatre lances
mortellement après que tous ses gens furent mortz.

Le .ii. chapitre.

[Illustration]


La bataille comme j'ay dit devant estre faicte moult aspre. Quant Rolant
qui estoit moult lassé retournoit il rencontra en son chemin ung
sarrazin moult fier. et le print tantost a l'entree d'ung boys et
l'estacha a quatre portes bien estroit sans luy faire aultre mal. et
puis monta en ung hault arbre pour veoir l'ost des sarrazins et les
crestiens qui s'en estoyent fuys et veit moult grande quantité de
payens. pourquoy tantost il sonna son cor d'ivoire moult haultement. et
a celle voix vindrent a luy cent crestiens bien habillez sans plus. Et
quant ilz furent venus a luy il retourna au sarrazin qu'il avoit lyé a
ung arbre. et tenoit Rolant son espee traite devant luy en disant qu'il
le feroit mourir s'il ne luy monstroit clerement le roy Marfurius. et
s'il luy monstroit qu'il ne mourroit point. Le sarrazin en fut content
et jura qu'il le feroit voulentiers pour saulver sa vie. Et ainsi il le
mena avec luy jusques a tant qu'ilz veirent les payens et luy monstra le
roy qui estoit sur ung cheval roulx et aultres enseignes certaines. Et
en ce point rolant reconfermé en force soy confiant de la vertu de dieu
et au nom de Jhesus comme ung lyon entra en la bataille et entre les
aultres rencontra ung sarrazin qui estoit plus grant que nul des aultres
et luy donna si grant cop de durandal sur la teste qu'il le fendit et
luy et son cheval tellement que l'une des parties alla a dextre et
l'autre a senestre. pourquoy les sarrazins furent perturbez et esbahys
de la puissance de rolant et tous se misrent a fouyr. Et lors demeura le
roy Marfurius avec peu de gens. Adonc Rolant vit celluy roy et sans
doubter il vint a luy et le mist a mort incontinent. Et tous les cent
chevaliers crestiens qui estoyent avec rolant en celle rencontre
douloureusement furent occis et mis a mort. Excepté tant seulement
baudouyn Tyierry qui de paour s'en fouyrent au boys. mais après que
Rolant eut occis le roy Marfurius il fut moult oppressé et tellement
detenu que de quatre lances il fut navré mortellement et frappé de
pierres. cassé et blessé de faulx dartz et de traitz mortelz. et
nonobstant ces tourmens oultre la voulenté des sarrazins il saillit hors
de la bataille et le saulva le mieux qu'il peut. Belgandus frere de
Marfurius redoubtant que adjutoire ne venist de par les crestiens s'en
retourna en aultre pays avec ses gens moult hastivement. et l'empereur
charles avoit ja passé la montaigne de roncivaulx et ignoroit la maniere
devant dicte et qu'on avoit fait.



Comment rolant mourut saintement après plusieurs martires et oraisons
faictes a dieu moult devotes. et de la complainte faicte sur son espee
durandal.

Le .iii. chapitre.

[Illustration]


Rolant le valeureux et champion de la foy crestienne fut moult doulent
de la mort des crestiens de ce qu'il n'avoit nul secours. moult fut
lassé moult doulent. moult fut esbahy. et moult fut affoibly de sa
personne que avoit perdu son sang qui estoit blessé de quatre playes
mortelles desquelles la moindre estoit assez souffisante pource qu'il
mourust qui print grant peine de se mettre hors des sarrazins pour avoir
ung petit de commemoracion de dieu devant qu'il rendist l'ame tant
s'esforça qu'il vint au bout d'une montaigne près du port de cesare et
se va mettre près d'une roche droicte en roncivaulx dessoubz ung arbre
en ung beau pré. Quant il fut a terre il regarda son espee la meilleure
que jamais fut nommee durandal qu'il vault autant a dire comme dur coup
donnant laquelle estoit moult belle et richement faicte. le manche avoit
de bericle fin reluysant a merveilles en hault avoit une croix d'or en
laquelle le nom de Jhesus estoit escript. Si bonne et si fine elle
estoit que plustost fauldroit le bras qui la tient aulcunement que
l'espee Il la mist hors du forreau et la vit moult reluisante. et
pourtant qui convenoit qu'elle changast maistre grant douleur luy en fit
au cueur. et en plourant en ceste maniere il dist bien piteusement. O
espee de valeur la plus belle que jamais fut oncques ne me fus que belle
jamais ne te trouvay que bonne tu estoies longue a mesure or estoyes
tant honnouree que tousjours portoye avec toy le nom du benoist jhesus
saulveur de tout le monde qui es environnee de la grande vertu de dieu.
qui pourroit comprendre ta valeur. helas qui te doit avoir après moy et
te tiendra jamais ne sera vaincu tousjours il aura bonne fortune helas
que pourray je dire plus oultre. par toy belle espee sont plusieurs
sarrazins destruitz. par toy sont occis infeaulx et mescreans. par toy
est haulcé le nom de dieu. par toy est fait le sentier du saulvement. O
quantesfois j'ay par toy vengee l'injure faicte a dieu. O quante gens
j'ay faulcez et trenchez et mis par le millieu. O mon espee qui as esté
mon confort et ma joye que jamais ne navras personne qui peust eschapper
de mourir. o mon espee se quelque personne de neant te tenoit et je le
sçauroye quant je n'auray aultre mal si mourray je de douleur. Après que
rolant eut assez plouré il eut paour que aulcuns payens ne la
trouvassent après sa mort et la voulut rompre et la print et en donna
sur la roche de toute sa puissance troys fois sans le grever de riens.
mais de ces copz il fendit la roche jusques a terre et ne la peut
despecer aulcunement. quant il vit la façon et qu'il ne pouvoit faire
aultre chose il print son cor qui estoit d'ivoyre moult richement fait
et en sonna moult fort affin que s'il y avoit aulcuns crestiens mucez au
bois ou en chemin de s'en retourner qu'ilz venissent a luy devant qu'ilz
deussent aller plus oultre. et aussi devant qu'il rendist l'ame. Voyant
que nul ne venoit il sonna de rechief par si grant force et vertu et si
trespuissamment que le cor rompit par le millieu tout oultre et les
veines de son col rompirent et les nerfs de son corps furent estandutz
Et celle vois vint par la grace de dieu jusques aux oreilles de charles
qui estoit loing de luy .viii. mille. L'empereur oyant celle voix il
sceut que c'estoit rolant et voulut retourner arriere. mais ganellon le
traistre qui sçavoit bien le fait le destourba en disant que rolant
avoit corné pour quelque beste sauvaige en soy esbatant: car il prenoit
plaisir a corner souventesfois pour peu de fait et qu'il ne se doubtast
de riens. et tellement il subourna le roy qu'il le creut et n'en fit
aultre semblant. Toutesfois rolant estant en ceste douleur il pacifia
ses playes le mieulx qu'il peut et s'estendit sur l'arbre a la frescheur
pour oblier la soif qu'il avoit si grande. Sur se passaige Baudoin son
frere vint a luy qui fut moult marry et doulant de le veoir en celle
grande necessité. tantost rolant luy dist. mon amy et mon frere j'ay si
grant soif que je meurs icy se je n'ay a boyre. Baudoin print grant
peine alant ça et la et ne peut trouver goute d'eaue et revint a luy en
plorant et disant qu'il n'en trouvoit point. Et en grant angoisse il
monta sur le cheval de rolant et courut après charles: car il congneut
bien que rolant estoit près de la mort. Tantost après luy vint Thierry
duc d'ardaine qui ploura sur rolant si continuellement qu'il ne luy peut
dire mot si non a grant peine qu'il se confessast et disposast de sa
concience: toutesfois celluy jour rolant avoit receu le corps de nostre
seigneur car la coustume estoit que les subjectz de charles le jour
qu'ilz se devoient combatre ilz se confessoient aux gens d'eglise qu'ilz
menoient avec eulx Rolant qui congneut sa fin par contemplation entiere
les yeulx au ciel eslevez et les mains joinctes tout estandu va dire.
Beau sire dieu mon createur et redempteur filz de la glorieuse mere de
tout confort tu sçais mon intencion. tu sçais que j'ay fait pour la
bonté qui en toy abonde. par le merite de ta passion saincte et amere de
bon cueur je te requiers que devant toy au jourd'uy mes faultes et
ignorances me soyent pardonnez. ne prens pas advis se je t'ay meffait.
mais regarde que je meurs pour toy et en la foy que tu as ordonnee.
regarde que tu pendis en la croys pour les pecheurs. et aussi comme tu
m'as racheté que je ne soye pas perdu. Helas mon createur dieu
omnipotent de bon vouloir je suys party pour deffendre ton nom et pour
maintenir crestienté. tu sçays que j'ay suffert plusieurs angoisses.
comme de fain. de soif. de froit de chault de playes mortelles de jour
de nuyt. a toy mon dieu je me rens coulpable. Je ne me deffie mye de ta
misericorde. tu es piteux. tu es venu pour les pecheurs tu as pardonné a
marie magdalene. au bon larron en l'arbre de la croix pource qu'ilz se
retournerent a toy. ilz estoyent pecheurs comme je suis. je te crie
mercy comme eulx et mieulx se je le savoye dire. Tu regarderas comment
Abraham te fut obeissant de son filz ysaac. pourquoy il en vault bien
mieulx. regarde comment je suis obeissant aux commandemens de l'eglise.
je croy en toy. je t'ayme sur tous j'ayme mon prouchain. Mon createur
pardonne a tous ceulx qui sont aujourd'uy mors en ma compaignie et
qu'ilz soyent saulvez. Je te requiers en après mon createur comme tu
regardas la pacience de Job laquelle il eut et pour laquelle il vault
mieulx mon createur je meurs de soif et suis seulet: je suis playé
mortellement. je ne me puis aider et prens tout en pacience. de la
douleur que je souffre je suis content quant il te plaist. Ainsi comme
tout cecy est vray pardonne moy. conforte mon esperit. reçoy mon ame et
la metz en repos pardurable. Quant rolant eut prié dieu il mist la main
sur sa fourcelle tenant sa chair et puis dist troys foys. _Et in carne
mea videbo deum salvatorem meum_ Et puis mist les mains sur ses yeulx et
dist _Et oculi isti specturi sunt._ En ceste chair que je tiens vray
dieu qui m'as saulvé lequel ces yeulx doyvent regarder. Et puis dist
qu'il veoit ja choses celestielles que les yeulx humains ne pouvoyent
regarder ne les oreilles escouter ne le cueur penser. la gloire que dieu
a aprestee a ceulx qui l'ayment. et en disant _In manus tuas domine
commendo spiritum meum_. Il mist ses bras sur sa forcelle en maniere de
croix et rendit l'esperit a dieu le .xvi. kalende de jullet.



De la vision de la mort de Rolant et de la douleur de charles et comment
il fut de luy piteusement complaint et aultres matieres

Le .iiii. chapitre.


Le jour que Rolant le martir rendit l'ame a dieu. Je Turpin arcevesque
de rains estoye en la valee de roncivaulx devant Charles l'empereur et
disoye messe pour les trespassez. et ainsi que j'estoye au secret de la
messe je fus ravy et ouy les anges de paradis chanter et faire grant
melodie et ne sçavoye pourquoy ce se faisoit. ainsi que les anges
montoyent en hault je vis venir une grande legion de chevaliers tous
noirs contre moy. lesquels portoyent proye dont ilz faisoyent grant
noyse et desroy. Quant ilz furent devant moy en passant je leur demanday
qui ilz estoient et qu'ilz portoyent. L'ung des diables respondit et
dit. Nous portons ce roy Marfurius en enfer. car long temps a qu'il l'a
deservy. et Rolant vostre trompette par michiel l'ange et plusieurs
aultres est acompaigné et mené en joye pardurable aux cieulx. Tantost
que la messe fut dicte je racontay a Charles la vision que j'avoye veue
comme les anges de paradis emportoyent l'ame de rolant en paradis. et
les diables emportoyent l'ame d'ung sarrazin en enfer. Ainsi que je
disoye ces parolles Baudoin qui estoit sur le cheval de rolant vint
erramment et dist a charles comment les crestiens estoient mortz et
trahiz. et en quel estat il avoit laissé rolant Aussi tost qu'il eut ce
dit le cry se leva par l'ost. chascun se mist en chemin pour retourner
arriere mais charles auquel il toucha mieulx au cueur que a nul des
aultres s'avança d'y aler et trouva Rolant expiré les mains en croix sur
son visaige tout estandu tantost il se laissa cheoir sur luy et commença
a plourer moult tendrement: a frapper son visaige desrompre ses habitz
et a tormenter son corps puis ne sceut parler d'une grant piece. Quant
il fut tourné a luy par ardeur de dilection et exercite de douleur il va
dire ainsi. O confort de mon corps honneur de françoys espee de justice
lance qui ne povoit ployer haubert qu'on ne sçavoit faucer heaulme de
salut ressemblant a judas machabeus de prouesse semblant a sanson de
force semblant a absalon de beaulté. O nepveu treschier bel et saige en
batailles royal. O destruiseur de sarrazins deffendeur des crestiens mur
de clergé baston de femmes vesves et de povres orphelins sublevateur des
eglises langue droituriere bouche sans mentir prince de bataille
conduiseur des amys de dieu augmenteur de la foy crestienne aymé de
chascun. Helas pourquoy t'ay je amené en estrange contree pourquoy ne
suis je mort comme toy. O rolant pourquoy me laisse tu triste doulant.
Helas chetif que feray je: helas doulent ou iray je Je prie a dieu qu'il
te conserve. Je requiers les martirs desquelz tu es du nombre qu'ilz te
veullent recepvoir sans faillyr/ en joye pardurable soyes tu logé.
tousjours en moy tu es en pleur: tousjours je sentiray ta departye comme
david fit de natam et de absalon. Helas rolant tu t'en vais en vie et en
joye pardurable et tu me laisses en ce monde doulant. Tu es aux cieulx
en consolacion et je suis en pleurs et tribulations. tout le monde est
mal content de ta mort et les anges en menent confort. En ceste maniere
et aultres charles ploura son nepveu. Et tantost fist estandre ses
pavillons et logis et la demoura celle nuyt et fit faire grans feux et
lumieres pour veiller le corps de rolant et le fit arrouser de mirre
d'uylle et de baulme et d'autres choses aromaticques pour consoler le
corps sans en issir malle odeur. Et furent faictes ses obseques aussy
ses offrendes et aulmones en grant contemplacion.



Comment on trouva olivier tout escorché et de la main des sarrazins et
de la mort de ganellon hydeuse.

Le .v. chapitre.


L'endemain bien matin charles et les aultres vindrent la ou avoit esté
la bataille et trouverent le noble olivier mort estandu en façon de
croix qui estoit faulcé de quatre paulx en terre estaché de quatre
riortes asprement lyé et despuis le col jusques aux ongles des piez et
des mains il estoit estaché durement de grosses lances il estoit faucé
tout oultre: de faulx dartz quarrez et aguts de sayettes decouppé: de
bastons il estoit navré cassé et tout rompu dont les crys de plusieurs
commencerent a renouveller pour la mort hydeuse d'olivier et de
plusieurs aultres pourquoy charles jura le dieu tout puissant que jamais
ne cesseroit tant qu'ilz eust trouvé les sarrazins. lors luy et sa
noblesse se misrent en chemin: et pource que les payens estoyent bien
loing d'eulx dieu monstra ung beau miracle car celluy jour fut prolongué
de troys heures sans ce que le soleil se remuast: et les trouverent près
d'ung feu qui se disoit ebra qu'ilz prenoyent leur refection a leur aise
sans se defier de riens: et vint sur eulx charles et toute sa noblesse
si impetueusement qu'en peu d'eure il furent mortz .iiii. mille et les
aultres firent leur sauvement puis l'empereur voyant qu'il ne povoit
aller plus oultre s'en retourna a roncivaulx et enquist qui avoit faicte
la traison: desja il estoit informé que ganellon l'avoit faicte et
estoit la commune opinion de tous. Et entre les aultres. Thierry
l'accusa de la traison et qu'il le vouloit combatre: car thyerry l'avoit
sceu par le sarrazin que rolant avoit estaché aux riortes en ung boys.
Le roy charles ordonna ung chevalier pour ganellon qui s'appelloit
prinalle en contre thyerry. Et quant deux chevaliers furent au lices
tantost prinalle fut occis par thyerry et tantost moyen cecy comme
aultrement il apparut clerement que ganellon les avoit trahis pourquoy
charles sans aller plus oultre fit prendre quatre chevaulx gros et fors
et dessus chascun ung homme fort et robuste et fit estacher ganellon aux
deux chevaulx par les deux mains et aux deux aultres les deux piez fit
tirer l'ung contre orient et l'autre contre occident l'autre contre
septentrion et l'autre contre mydy. Et ainsi chascun des chevaulx
emporta son quartier du corps de la partie ou ilz estoyent tournez.



Comment ce fait charles rendit graces a dieu et a saint denys et des
constitutions qu'il fist en france.

Le .vi. chapitre.


Quant l'execution de ganellon fut faicte charles et ses gens vindrent la
ou estoient mortz les françoys: et vont recongnoistre leurs parens et
amys et seigneurs pour les porter en terre benoiste: aulcuns les
emportoyent sur leurs chevaulx et les autres les salloient de sel pour
les maintenir et emporter en son pays. l'autre les enterroit en celuy
lieu l'autre les emportoit sur son col. l'autre les oignoit d'uyle et de
mirre. l'autre de baulme le mieulx qu'ilz povoyent. toutesfois il y
avoit deux cimitieres bien devotz et sanctifiez principaulx entre les
aultres qui estoyent sacrez. de .vii. sainctz evesques. L'ung des
cimitieres estoit en arles et l'autre en bourdegal: et les avoyent
consacrez. Saint maximien d'ays Saint turpin d'arles Paule de narbonne
Saint saturnin de tholouze Saint fautin de poictiers Saint marcel de
lymoges Et sainct eutrope de xainctes. Ausquelz lieux furent enterrez la
plus part de françoys destruictz en roncivaulx. L'empereur fit porter
rolant le glorieux martyr sur deux muletz couvers de drapt de soye
honnorablement jusques a blaive et en l'eglise saint rommain laquelle il
avoit desja edifiee et fondee de chanoynes reguliers richement il le fit
ensepvelyr et au hault de sa sepulture fit mettre son espee et près de
ses piedz il fit mettre son cornet d'yvoire. nonobstant que incontinent
après celluy cornet fut emporté honnorablement en l'eglise de saint
severin a bourdegal. de bourdegaulx a blaives furent ensepveliz Olivier
et gaudefroy roy de frize ogier roy de dacie et crestien roy de
bretaigne et garin duc de lorraine et plusieurs aultres comme caferus
roy de bourdeaulx eugelerius roy d'aquitaine lambert roy de bourges et
galerus regnault avec .v. mille aultres pour lesquelz charles donna pour
la salvacion de leurs ames .xii. onces d'argent selon celuy temps
courant et autant de talens d'or et plusieurs robes et viandes pour les
povres de dieu et toute la terre a l'entour de l'eglise de saint rommain
jusques a .vii. milliers il fit subjecte a celle religion et tout
blaives et ses appartenances et la mer a celluy en droit et le
territoire semblablement pour celle eglise pour charité et amour de
rolant il ordonna et constitua. Et au jour de sa passion il ordonna que
en celluy lieu fussent tous les ans perpetuellement trante povres
repaissuz et vestuz competamment et que les chanoynes deussent dire
trante psaultiers et trante messes pour ceulx qui la estoient enterrez
et ensepveliz: et pour tous ceulx qui estoyent mortz en espaigne pour la
foy crestienne. Et en arles fut ensepvely le conte de langres: sanson
duc de bourgoigne: et naymes duc de bavieres: arnault de bellendes et
aubert bourgoignon et autre cinq chevaliers avec dix mille aultres
menues gens. Constantin prevost de romme par dessus la mer fut emporté a
romme avec plusieurs aultres rommains: et pour le remede de leurs ames
l'empereur donna en arles pour aulmosne .xii. onces d'argent et douze
talentz d'or qui valoyent grande somme d'or et d'argent courant pour le
temps present.



Comment charles alla en allemaigne ou il mourut sainctement et de sa
mort denoncee a turpin et fut ensepvely imperialement.

Le .vii. chapitre.

[Illustration]


Après les choses dessusdictes l'empereur charles et turpin et tous les
aultres s'en vindrent et passerent par vienne et la turpin arcevesque
moult saint homme demoura pour cause qu'il estoit lassé et affoibli de
la peine qu'il avoit eue pour la foy qu'il avoit mise en espaigne: et
charles s'en ala a paris et tantost il assembla toute la noblesse et
tous les plusgrans de son pays pour faire aulcunes ordonnances et rendre
graces a dieu et a saint denis de la victoire qu'il avoit obtenue en son
temps sur les payens sarrazins et mescreans: et après qu'il eut loué
dieu et saint denis a son eglise de paris ainsi comme saint pol
l'apostre et saint clement pape avoyent fait le temps passé. Et fit
constitucion entiere que tous les roys de france presens et advenir
obeyroient au pasteur qui pour lors estoit ou seroit de celle eglise et
que jamais le roy ne fust couronné sans le pasteur de celle eglise ou
son conseil donné ne l'evesque de paris ne fust receu a romme sans son
consentement. Et donna plusieurs richesses a celle eglise et en signe
que france estoit donnee a celle eglise de saint denis il ordonna que
chascun possesseur de toute la nacion donnast et fust tenue de donner a
l'eglise de saint denis pour l'augmenter et edifier .iiii. deniers de
monoye courante annuellement et perpetuellement. Et tous ceulx qui les
donneroyent voulentiers s'il estoyent de serve condicion il fit francz.
Et après toutes les choses il ala devant le corps de monseigneur saint
denis et devotement pria qu'il voulsist interceder a nostre seigneur
jhesucrist que tous ceulx qui estoient mortz pour la foy crestienne au
temps qu'il avoit regné qu'ilz fussent sauvez. et que la peine qu'ilz
avoient prinse leur fust couronne de martire en la gloire perdurable.
Semblablement pria pour tous ceulx qui payeroyent voulentiers les
deniers dessusditz a son eglise. par la voulenté de dieu celle nuyt
monseigneur saint denis s'apparut a luy et luy dist. Roy entens a moy.
Sachez que mon createur a ottroyé par mes prieres que tous ceulx qui ont
estez contre les sarrazins avec toy ilz ont pardon de leurs mesfais et
ceulx qui voulentiers payeront les deniers pour l'edification de mon
eglise et augmenteront le service de dieu ilz auront amendement de vie
et pardon de leurs pechez. Ceste vision le matin l'empereur charles
raconta a ses gens comme il avoit ouy affin que ilz payassent
voulentiers ces deniers ordonnez et celluy qui les donna estoit nommé
franc de saint denis pource qu'il estoit franc et quitte de tout
servaige par le vouloir du roy. Et tantost ce que s'appelloit gallia
s'appella france comme veez au jourd'uy. Et france vault autant a dire
comme franche de tout servaige envers toutes gens et pource les
seigneurs de france doivent estre honnorez et prisez sur tous autres.



La recapitulacion de l'oeuvre.

Le .viii. chapitre.


Glorieusement continua le roy charles sa vie en operacions vertueuses et
quant il sentit le declin de sa vie il s'en alla a aix ou il avoit desja
beaulcoup fait de biens et anoblyt une eglise de nostre dame la ronde
laquelle il fit faire et y mist grant tresor des reliques des sainctz et
d'or et d'argent de draps de soye de d'aultres preciositez et merveilles
Et y mourut en l'eage de .lxxii. ans et pour la magnificence de ses
oeuvres il fut dit charles le grant et eut troys filz pour lors vivant
dont l'ung avoit nom charles. le .ii. pepin et le tiers loys et aussi
troys filles. l'une se disoit Rotrudis. l'autre Berga. et l'autre Gilla
Et quant il congneut qu'il ne pouvoit plus vivre son filz Loys lequel il
avoit ordonné roy d'aquitaine pour amour specialle il luy laissa la
magesté imperialle. pour sçavoir la saincte et glorieuse fin de charles
et comment il fut sauvé en paradis et saint homme renommé et devot
arcevesque Turpin de rains dit ainsi. Je turpin arcevesque de rains
estoie a vienne en l'eglise devant l'autel et y fus ravy en disant _Deus
in adjutorium meum intende_. Je vis une compagnie de gens noirs comme
pege qui estoient en quantité innumerable lesquelz aloient contre
lorraine et en vis ung qui aloit devant les aultres et luy demanday ou
ilz aloient Lequel respondit. Nous alons a ais a la mort de charles qui
veult expirer et nous voulons veoir se nous pourrons avoir son ame pour
la porter en enfer a dampnation. Adonc je luy dis. Je te adjure par la
vertu de jesucrist que sans faire faulte après que vous aurez fait que
tu retournes par devers moy. tantost après quasi que n'avoye pas finy
mon pseaulme ces dyables après bien tost vont retourner en celluy ordre
qu'ilz estoient allez et puys demanday au dernier qui estoit celluy
auquel j'avoye parle premierement. que avez vous fait la ou vous avez
esté. Celluy dyable respondit que jaques de gallice amys de Charles nous
a esté fort contraire: car nous avons esté presens pour recevoir son ame
et on a egallement divisé ses biens et ses maulx il a tant apporté de
pierres et de boys des eglises qu'il a fait faire au non de luy que les
biens ont surmonté les maulx: pourquoy nous n'y avons peu avoir part. et
cecy disant le diable fut evanouy et perdu par vision. Ainsi charles au
moys de fevrier rendit l'esperit a dieu sainctement. Et despuis qu'il
estoit retourné d'espaigne il n'avoit fait que languyr. Et en son
definement il ordonna plusieurs aulmosnes et dire plusieurs messes et
psaultiers. Et la vision que l'arcevesque turpin amy de dieu vit est
signification que celluy qui maintient et edifie eglises en ce monde
qu'il fait preparation de sieges en paradis. Sa sepulture fut honnorable
entre toutes les sepultures du monde noble et riche excellentement si
belle qu'on ne pourroit dire plus. et dessus sa tombe fut fait ung arc
d'or et d'argent et de pierres precieuses comprins de grande science Et
y fut pape leon acompaigné des princes rommains. des arcevesques
evesques abbez ducz comtes et plusieurs autres seigneurs. Et firent une
belle representation du corps de charles vestu richement et
imperialement a une belle couronne d'or sur la teste posee et fut assis
sur une chaiere d'or moult reluysante. et ressembloit bien ung juge
notable tout vif. Et puis poserent sur ses genoulx notablement le texte
de .iiii. evangiles en lettre d'or. et a la main dextre il tenoit la
lettre et a la senestre tenoit le ceptre royal et imperial fort riche.
et d'aultre part affin que la teste ne s'enclinast de l'une partie ne de
l'autre a une chaine d'or elle fut soustenue despuis la couronne jusques
a l'arc qui estoit posé par dessus moult bien fait et les conduitz de la
sepulture furent rempliz de toute odeurs aromatiques precieuses: et
après clotz moult subtillement et honnorablement gardé comme bien luy
devoit estre fait comme sçavez.



L'excusacion du facteur.

Le dernier chappitre.


L'oeuvre accomplie au plaisir de dieu devant escripte contient troys
livres par les chapitres divisez comme aux liseurs il appert: et en ay
voluntairement fait .iii. selon que j'ay peu comprendre en la separacion
de la matiere. Desquelz le premier parle. Qui fut le commencement de
france et du premier roy crestien qu'on disoit clovys moyennant sa femme
clotildis jusques au roy pepin pere de l'empereur charles en l'onneur
duquel cestuy livre a esté composé pour la plusgrant partie auquel Pepin
la lignee de clovys print fin et succession du royaulme de france. Et
parle plus oultre ledit premier livre de charles comment il fut nourry
de sa corpulance de son manger de sa force science et aultres oeuvres
magnificques. Le second livre parle de bataille que olivier fit contre
le geant qui s'appelloit fierabras d'alixandrie filz de ballant
l'admiral d'espaigne roy moult puissant. Et toute la premiere partie est
attribué en honneur au noble olivier. Après vous trouverez comment les
pers de france furent detenuz en aigremoire et mys en seurté. Puis
comment lesditz pers furent saulvez finablement par la belle floripes la
courtoise fille dudit ballant et les sainctes reliques recovrerent et
aultres grandes et merveilleuses matieres de guerres. Le troisiesme
livre parle comment par revelacion de monseigneur saint jaques de galice
l'empereur charles alla conquester espaigne et galice ou il fit
operacions vertueuses et miraculeuses et constitucions de sauvement avec
pluseurs batailles par luy et ses subjectz faites et finablement de la
traison de ganellon en laquelle de la mort de rolant bien piteuse et
celle d'olivier doloreuse et de ses autres pers et barons crestiens
furent encloses. Et finablement celle de charles l'empereur comme ja
devant est dit. Et selon que la personne vouldra ouyr ou lira de ceste
presente matiere la table faicte au commencement luy monstrera
legierement se son plaisir est de lire ou d'escouter de l'oevre en
cestuy livre comprinse.

Comme j'ay dit au commencement de l'oeuvre presente les escriptures et
faitz aulcuns ont esté reduitz en escript pour en estre memoire affin
que ceulx qui ont bien fait nous soyent exemple en les ensuyvant et
ceulx qui ont mal fait qu'ilz soyent cause de rigler nostre vie pour
venir au port de salut: car le commun entendement est plus content a
retenir paraboles et exemples pour l'ymaginacion localle que a simple
auctorité laquelle se retint par entendement. Et aussi semblablement
hystoires parlantes de nostreseigneur jhesucrist de ses miracles et de
ses subjectz vertueux chascun le doit voulentiers escouter et retenir
car il est nostre createur. Et ainsi est que a la postulation et
requeste du devant nommé venerable homme Messire henry bolonnier
chanoine de lausaine. Je jehan baignon petit citoyen de lausanne ay esté
incité de le luy translater et reduyre en prose françoyse la matiere
devantdicte tant comme il toche le premier et le tiers livre je les ay
prins et extraictz d'ung livre qui se dit mirouel hystorial pour la
plusgrande partie et le second livre j'ay tant seulement reduyt d'ung
romant ancien en françoyes et sans aultre informacion que de celluy
livre je l'ay reduit en prose substanciallement sans faillir par
ordonnance des chapitres et parties du livre selon la matiere en celluy
contenue. Et se aucunement en ce livre j'ay mesprins ou parlé aultrement
que bon langaige substancieux plain de bon entendement A tous facteurs
et clercz j'en demande correction et emandement et des faultes pardon.
car se la pleume a mal escript le cueur ne pensoit que bien dire et
aussi mon entendement qui est bien petit ne porte pas de desduire si
grande matiere sans errer: toutesfois qui entendra bien la lettre et
comprendra mon intencion ne trouvera que bien et moyen pour venir a
sauvement. Auquel puissons tous parvenir. Amen.



Cy finist Fierabras imprimé a lyon par Pierre mareschal et barnabas
chaussard. L'an de grace .M.cccc.xcvii. le .iiii. de avril.

[Marque d'imprimeur: pierre mareschal bernabé chaussard P B]



Note concernant la transcription


On a conservé l'orthographe, la ponctuation et l'emploi des majuscules
de l'original. Pour la commodité de lecture on a cependant résolu les
abréviations par signes conventionnels, introduit cédilles et accents,
et distingué les lettres i/j et u/v conformément à l'usage.

La lacune de l'exemplaire d'origine (un feuillet manquant entre "par
tout le monde universellement" et "tous lassez") a été comblée à l'aide
de l'édition de Genève du 28 novembre 1478.

La table des matières et le corps du texte indiquent que la seconde
partie du troisième livre contient 10 chapitres, mais seuls 9 titres de
chapitre sont présents. En effet à partir du chapitre VI de cette partie
chaque titre de chapitre figure un alinéa trop tôt (il manque donc le
titre de ce chapitre VI décrivant les obsèques des français). On a
conservé ce décalage, présent dans les trois autres éditions consultées
(1478, 1484 et 1536).

On a effectué les corrections suivantes:

  ajouté "dieu" (Or pleust a dieu de paradis dist olivier)
  "pié" > "pitié" (duquel elle eust grant pitié)
  ajouté "de" (Ma dame je suis Richard de normandie)
  "dou|ment" > "doulcement" (roland doulcement la leva)
  "quoy" > "moy" (mal content je suis pour ces damoiselles que pour moy)
  "messier" > "messagier" (le messagier des barons de france)
  ajouté "mais fut" (ne se voulut baptiser. mais fut occis)
  ajouté "couronné roy" (royne et guy couronné roy de celle contree)
  "devoit" > "devot" (L'evesque qui estoit devot et saige homme)
  "laine" > "la saine" (saint jaques de paris entre la saine et le mont)
  "martirs" > "matieres" (parla a luy et aultres matieres)
  ajouté "de" (le roy de barbarie)
  "manie" > "maniere" (en celle maniere ilz vindrent hors de la cité)
  ajouté "obtenir" (et obtenir couronne de gloire)
  "apolique" > "apostolique" (l'eglise dudit lieu fut dite apostolique)
  "abonderoit" > "a bon droit" (de luy a bon droit en est memoire)

On a également harmonisé la numérotation des chapitres entre la table
des matières et le texte, et corrigé plus de 200 coquilles manifestement
introduites par le typographe: caractères retournés de 180°, confusion
entre lettres de formes similaires, doublons, permutations de lettres,
etc.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Fierabras" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home