Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 1606, 6 décembre 1873
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1606, 6 décembre 1873" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION
JOURNAL UNIVERSEL

REDACTION, ADMINISTRATION, BUREAUX D'ABONNEMENTS, 23, rue de Verneuil,
Paris

31° Année.--VOL. LXII.--Nº 1606,
SAMEDI 6 DÉCEMBRE 1873

SUCCURSALE POUR LA VENTE AU DÉTAIL
60, rue de Richelieu, Paris

Prix du numéro: 75 centimes La collection mensuelle, 3 fr.; le vol.
semestriel, broché, 18 fr.; relié et doré sur tranches, 28 fr.

Abonnements Paris et départements: 3 mois, 9 fr.;--6 mois, 18 fr.;--un
an, 36 fr.; Étranger, le port en sus.

Les demandes d'abonnements doivent être accompagnées d'un mandat-poste
ou d'une valeur à vue sur Paris à l'ordre de M. Auguste Marc,
directeur-gérant.



[Illustration: M. LE DUC DE BROGLIE.]

[Illustration: M. DE LARCY]

[Illustration: M. DEPEYRE.]

[Illustration: M. LE DUC DECAZES.]

LES NOUVEAUX MINISTRES.--D'après les photographies de M. Franck.



SOMMAIRE

_Texte_: Histoire de la semaine.--Courrier de Paris, par M. Philibert
Audebrand.--La Soeur perdue, une histoire du Gran Chaco (suite), par M.
Mayne Reid.--La bataille de Saint-Privat livrée le 18 août 1870--Les
Théâtres.--Nos gravures.--_Comment j'ai retrouvé Livingstone_.--Revue
littéraire: les livres d'étrennes.--Le monument de Vernon.--Bulletin
bibliographique.

_Gravures_: Les nouveaux ministres.--Procès du maréchal Bazaine: les
témoins (9 gravures);--Le maréchal se rendant à l'audience.--Plan de la
bataille de Saint-Privat.--Théâtre de la Porte-Saint-Martin: _Libres!_
drame à grand spectacle de M. E. Goudinet.--Le paquebot transatlantique,
_Ville-du-Havre_, coulé en pleine mer le 22 novembre.--La Terre de
désolation, par le docteur J. J. Hayes (2 gravures).--_La Soeur perdue_,
par Mayne Reid (4 gravures).--_Comment j'ai retrouvé Livingstone_. (4
gravures).--Monument élevé à la mémoire des mobiles de l'Ardèche, morts
pendant la guerre à Vernon.--Rébus.



HISTOIRE DE LA SEMAINE

FRANCE

La nouvelle combinaison ministérielle que nous avons enregistrée dans
notre précédent bulletin a provoqué un vif mécontentement dans les rangs
de la droite légitimiste et aura probablement pour résultat de détacher
de la majorité gouvernementale une partie de ce groupe parlementaire; le
gouvernement trouvera, il est vrai, d'un autre côté, d'amples
compensations, mais ce revirement n'en est pas moins le point de départ
d'une situation nouvelle et dont il est difficile de prévoir l'issue.

Le caractère du changement introduit dans notre système politique par la
prorogation septennale des pouvoirs du maréchal-président était loin, en
effet, d'être interprété de la même manière par tous ceux qui avaient
appuyé cette prorogation de leur vote; selon les uns, on avait surtout
eu pour objet de créer un pouvoir anonyme, à l'abri duquel il serait
toujours loisible de travailler à une restauration monarchique; selon
les autres, le vote du 19 novembre avait créé un gouvernement réel, dont
l'existence ne saurait plus être mise en péril par les attaques et les
compétitions des partis et que personne n'aurait plus le droit de
chercher à détruire. Or, c'est précisément dans ce dernier sens que
s'est modifié le cabinet du 24 mai en se séparant de MM. Ernoul et de la
Bouillerie, et en faisant appel au concours de MM. Depeyre et de Larcy.
Bien qu'appartenant, comme leurs prédécesseurs, à la droite, MM. Depeyre
et de Larcy étaient placés, comme on l'a dit, à la gauche de ce groupe;
leur situation parlementaire leur permettait de se rallier à un
programme inacceptable pour MM. Ernoul et de la Bouillerie, qui avaient
notoirement joué un rôle actif dans la campagne monarchique; d'ailleurs,
MM. Depeyre et de Larcy n'avaient pas accepté sans difficultés les
portefeuilles qui leur étaient offerts, et il n'aurait pas fallu moins,
assure-t-on, pour les y décider, une l'intervention personnelle du
maréchal-président. On conçoit qu'en présence de complications aussi
épineuses, l'enfantement du nouveau ministère ait été des plus
laborieux; il ne faut donc plus s'étonner des lenteurs qui ont présidé à
sa formation.

Les effets de la scission que nous signalions en commençant n'ont pas
tardé à se manifester; le spectacle que nous donne l'Assemblée depuis
huit jours montre clairement que l'ancienne majorité du 24 mai est en
pleine dissolution. La loi de prorogation portait, on s'en souvient,
que, dans les trois jours de sa promulgation, aurait lieu la nomination
de la commission chargée de l'examen des lois constitutionnelles; or, le
scrutin ayant pour objet la nomination de cette commission a commencé le
20 novembre, et au moment où nous écrivons il n'est pas encore terminé;
depuis huit jours, les urnes circulent dans l'Assemblée à chaque séance
sans qu'il en ait encore pu sortir trente noms réunissant la majorité
nécessaire; et cependant, le chiffre de cette majorité nécessaire
diminue chaque jour en raison du nombre toujours croissant des
abstentions; sur les vingt-huit commissaires nommés jusqu'à présent,
deux seulement l'ont été à une majorité dépassant quatre cents voix, et
cette majorité ne s'élevait plus qu'à trois cents voix pour les deux
derniers.

Dans la séance de l'Assemblée nationale du 28 novembre, M. le
vice-président du conseil a donné lecture du projet de loi sur les
maires et les attributions de la police municipale. Ce projet se compose
de quatre articles. Le premier attribue au président de la République la
nomination des maires et des adjoints dans les chefs-lieux de
département, d'arrondissement et de canton; aux préfets, dans les autres
communes; et, en vertu de l'article 2, ces nominations doivent avoir
lieu dès la promulgation de la loi. L'article 3 accorde aux préfets et
aux sous-préfets les attributions du préfet de police, et l'article 4
rend les dépenses de police obligatoires pour les communes. Ce projet de
loi, qui va enlever aux radicaux le dernier élément de force qu'ils
possédaient dans le pays, a naturellement excité toutes les colères de
l'opposition, qui a fait ressortir sur tous les tons et dans tous les
journaux dont elle dispose le démenti que se donnera en le votant la
majorité naguère si résolument décentralisatrice. Mais si l'opposition a
ses raisons pour crier, la majorité a les siennes aussi sans doute pour
agir comme elle le fait. Ajoutons que le projet de loi sur les maires
n'est qu'une garantie provisoire que se donne le gouvernement, en
attendant le vote dés lois organiques municipales.

ESPAGNE.

Les dépêches d'Espagne persistent à assurer que l'affaire du _Virginius_
est arrangée, et l'une d'elles annonçait dernièrement que M. Castelar
avait reçu la ratification des bases sur lesquelles l'arrangement avait
été conclu. Mais cet accord entre les deux gouvernements ne donne pas
une solution définitive. Il ne suffit pas que la convention existe, il
faut encore qu'elle s'exécute et que les réparations promises soient
effectuées. C'est ici que commence vraiment la difficulté. Du moment que
les circonstances dans lesquelles s'est opérée la capture du bâtiment
ont été clairement connues et qu'on a pu être édifié sur l'illégalité de
cet acte, ainsi que de tous ceux qui l'ont suivi, le doute n'était pas
possible. Le cabinet de Madrid n'avait qu'à se soumettre aux obligations
que lui imposait le droit des gens. Il a franchement, loyalement
accompli son devoir, mais il reste à donner une sanction à l'arrangement
convenu. M. Castelar pourra-t-il se faire obéir des autorités cubaines,
qui jusqu'à présent ne se sont pas signalées par une déférence
exemplaire pour les instructions qu'on leur envoie de Madrid? Les
planteurs de Cuba sont toujours d'accord avec la métropole tant qu'il ne
s'agit que de recevoir d'elle des renforts, des munitions et des navires
cuirassés; mais quand il est question de recevoir des ordres, ils n'en
prennent qu'à leur guise. Croit-on que les volontaires de Santiago
consentiront à livrer aux autorités américaines les auteurs et les
instigateurs des meurtres juridiques dont a été victime l'équipage du
_Virginius_? Sans doute le gouvernement espagnol payera les indemnités
stipulées; mais aura-t-il la force et les moyens de contraindre les
détenteurs actuels du bâtiment illégalement saisi à en faire la
restitution? Il est vrai que M. Soler, ministre des colonies, se trouve
actuellement à la Havane et qu'il doit y être venu avec de pleins
pouvoirs de la part de ses collègues. Toutefois, on peut craindre une
vive résistance. Ainsi, d'après un télégramme de New-York, les autorités
cubaines auraient demandé au gouvernement de ne rien conclure avant le
protocole qui démontre la légalité de la capture. Les nouvelles venues
de Madrid font croire que cette prétention a été écartée, puisque
l'arrangement a été ratifié. Il n'en reste pas moins avéré que la
population et la presse de la Havane s'opposent énergiquement à la
remise du navire, et que les préparatifs de défense sont poussés avec la
plus grande activité, en vue d'une intervention des États-Unis. La
question, comme on le voit, n'est donc tranchée que diplomatiquement.
Elle va entrer dans une phase nouvelle plus périlleuse, celle de
l'exécution. Si le gouvernement espagnol n'est pas capable de forcer la
main à ses agents, il est à craindre que les États-Unis ne se chargent
de la besogne, et le sort de Cuba pourrait bien être profondément
changé.

ITALIE.

Sa Sainteté Pie IX vient de publier une nouvelle encyclique datée du
Vatican, 21 novembre. L'espace nous manque pour analyser ce document,
qui touche à toutes les questions dans lesquelles la papauté se trouve
actuellement engagée. Après un exorde consacré à des plaintes générales
sur la situation de l'Église, Pie IX s'étend longuement sur les
querelles religieuses soulevées dans plusieurs États de l'Europe. Il
flétrit d'abord les usurpateurs de Rome, les spoliateurs du Saint-Siège
et des Ordres religieux. Passant d'Italie en Suisse, il glorifie la
résistance des évêques de Genève et de Bâle, Mgrs Mermillod et Lachat,
aux autorités civiles de leur pays, et prononce l'anathème contre les
prêtres intrus, imposés par ces autorités aux paroisses catholiques de
la Suisse. Il rappelle ensuite la protestation qu'il a adressée à
l'empereur Guillaume; et tandis qu'il assimile les ultramontains de
l'Allemagne aux martyrs des premiers âges du christianisme, il lance les
foudres de l'Église sur les vieux-catholiques, sur l'évêque Reinkens,
leur chef, et sur tous ceux qui l'ont élu et le soutiennent.

En terminant, Pie IX recommande à ses fidèles de ne point perdre
courage, d'opposer le calme le plus parfait aux hostilités dont l'Église
est l'objet et de persévérer dans la prière pour apaiser la colère
céleste provoquée par les crimes des hommes, afin que si le
Tout-Puissant «se lève enfin dans sa miséricorde, il commande aux vents
et fasse la tranquillité».



COURRIER DE PARIS

«--Venez donc avec moi.--Où ça?--Chez Reaujon.--Pour-quoi faire?--Pour y
voir ce que vous n'avez jamais vu.--laissez donc! J'ai vu chez le baron
d'Holbach dix philosophes calmes et un chien à deux têtes.--Pour
entendre ce que vous n'avez jamais entendu.--J'ai entendu jouer de la
flûte par l'automate de Vaucanson.--Ce que j'ai à vous montrer vaut
quinze fois mieux.--Eh bien, qu'est-ce donc?--L'orchestre de Beaujon,
pardieu!--Quel orchestre?--Quinze jeunes filles belles comme le jour,
surtout la nuit.--Elles sont musiciennes?--Elle ne sont même que
cela.--A d'autres!--Venez, vous verrez et vous entendrez. L'une joue du
violon, l'autre de la cithare, une autre du clavecin, une autre du luth.
Toutes quinze vêtues en nymphes des bois. Venez donc; c'est
incomparable.»

Voilà, en termes précis, ce qu'on lisait dans l'un des trente-sept
volumes des _Mémoires secrets de la république des lettres_ (Bachaumont
et Cie). La chose a été imprimée sous le ministère de M. de Maurepas, il
y a une centaine d'années. Ce n'est pas d'aujourd'hui, comme vous voyez.
Un orchestre composé de quinze jeunes filles, costumées en déesses des
prés et des bois, c'était une fantaisie de fermier général. La chronique
raconte que Beaujon s'en permettait bien d'autres; par exemple, cette
pêche que Louis XV alla manger chez le traitant et qui lui coûta cent
cinquante mille livres. Cent cinquante mille francs une pêche! Nos
millionnaires y regarderaient à deux fois. Mais ce n'est pas de cela
qu'il est question pour le moment; parlons de l'orchestre de dames.

A cent ans de distance, ce qui se passait chez un manieur d'argent se
passe, pour le premier venu, au Casino de la rue Cadet. Du neuf, ce n'en
est pas. Pour le moins, c'est du progrès. Une Autrichienne, Mme Almann
Weinlich, a eu cette idée ingénieuse de former un orchestre avec des
jeunes filles. A-t-elle tout simplement copié Beaujon ou bien,
considérant qu'un homme soufflant dans du cuivre est horrible à voir,
a-t-elle voulu faire exécuter les oeuvres des maîtres par des
instrumentistes d'un spectacle plus gracieux? Quoiqu'il en soit, la
substitution est de celles qui plaisent. L'orchestre des Viennoises
enchantera Paris.

En tout, on compte une trentaine de musiciennes. L'uniforme est de
rigueur. On y a arboré les couleurs nationales de l'Autriche. Ainsi ces
dames sont vêtues d'une robe jaune d'or, avec un justaucorps de velours.
Bordures et agréments noirs. Naturellement les lorgnettes ont été
braquées sur ces têtes. Quatre ou cinq sont fort jolies; presque toutes
sont fort ébouriffées. Il paraît que c'est conforme au style du
germanisme actuel. On aperçoit dans les cheveux, pour les blondes une
rose simple, pour les brunes une rose thé.

Cet orchestre a de sérieuses qualités; il joue juste, avec ensemble,
beaucoup de goût, mais un peu mollement. A mesure qu'on regarde et qu'on
écoute, on se dit: «Tiens, nous sommes _volés_; il n'y a pas que des
femmes.» Vous avez compris, j'imagine, que dans la circonstance, le mot
_volé_ ne doit pas être pris dans son sens propre; c'est un verbe de la
grammaire parisienne, grammaire hérissée de tant de bizarreries. Avant
que le premier air soit fini, on a aisément découvert que les seuls
instruments à cordes sont tenus par des mains féminines. Quant aux
ophicléides, aux trombones et aux trompes de chasse, ils gonflent la
joue de jeunes garçons d'un aspect assez comique. En effet, ces jeunes
gens sont vêtus comme dans une féerie du Châtelet; ils ont des crevés de
satin jaune, agrémentés de broderies. Vous pourriez les prendre au choix
pour dessus de pendule ou pour des valets de trèfle.

Pour ce qui est de Mme Weinlich, la _cheffe_ d'orchestre,
aristocratiquement gantée de blanc, elle conduit son petit bataillon
comme menait le sien, il y a un quart de siècle, ce célèbre Musard, qui
a été le Napoléon de la colophane. Chacun des instruments obéit au doigt
et à l'oeil, militairement. On a beau lorgner, applaudir, hisser, jeter
des bouquets, ces jeunes musiciennes des bords du Danube ne bronchent
pas. Ce sont des prêtresses de l'art pour l'art. On voit qu'elles
appartiennent, corps et âme, à la musique, de même que les bayadères de
l'Inde appartiennent à la danse.

Au premier concert, spécialement offert à la presse, plus d'un morceau a
été remarqué à bon droit, un solo de violoncelle exécute par Mlle Louise
Dellmayer a été dit par cette artiste avec beaucoup de goût. Le
_Pizzicato_, polka de Strauss, de Vienne, exécuté brillamment par les
instruments à cordes, a été _bissé_. Enfin Mlle Pauline Zèwe s'est
beaucoup fait applaudir dans un solo de violon.

Passons vite à une autre actualité.

Un homme du jour, un savant, a éprouvé le désir de renouer la chaîne des
temps, comme on dit; il vient de ressusciter une chose ou bien un mot
d'autrefois, comme on voudra. Le docteur L*** s'occupe donc d'organiser
le _Club de la Fourchette_. Ici chacun se cogne le front pour retrouver
un souvenir. Il y a eu, au commencement de ce siècle, une conjuration
fameuse, la _Société de la Fourchette_. Vous n'êtes pas sans avoir
entendu parler, ne fût-ce que sourdement, de cette _Marianne_ de la
littérature, se ravivant dans un dîner mensuel, au Rocher de Cancale.
Dans l'origine, c'était une _bosserie_ tout comme une autre. Une
mauvaise queue de rimeurs galants, échappée de l'_Almanach des Muses_,
se réunissait pour boire et pour chanter. (Ils chantaient à tout propos,
ceux-là!) Un jour, au dessert, le boute-en-train de la bande se leva
d'un air à peu près solennel. Le verre à patte qu'il tenait à la main
s'allongeait en écume d'argent. On prétend que c'était M. Étienne,
l'auteur de _Joconde_, futur pair de France. «--Messieurs,
dit-il.»--Mais je vous fais grâce du discours. Il y était exprimé qu'il
fallait s'entraider pour forcer les portes de l'Académie française.
«Toute la _Société de la Fourchette_ y passera si nous savons nous faire
la courte échelle.» Il y eut un serment redoutable, taillé sur le patron
de celui du Grütli: «Nous le jurons!» L'expérience fut naturellement
essayée par le préopinant, qu'on présenta à la première vacance: M.
Étienne fut élu, tant les fourchettes manoeuvrèrent bien. Une fois
entré, l'auteur de Joconde tendit la main à M. Antoine Say; cet autre à
un troisième; le troisième à un quatrième, et ainsi de suite jusqu'au
dernier, jusqu'au vénérable M. de Pongerville, traducteur d'Ovide et
président du comité de censure après le 2 décembre. Ainsi, pas une
fourchette n'est demeurée à la porte.

Si je suis bien renseigné, la tentative d'aujourd'hui n'a pas tout à
fait en vue l'escalade de l'Académie française, à moins que ce ne soit
l'objet de quelque secrète stipulation. Le docteur L*** a pour objectif
quelque chose de plus général. Il se propose, dit-on, de rendre
comestibles les divers animaux qu'on ne regarde guère chez nous que
comme des sujets de curiosité. Pour être juste, il faut noter que le
siège de Paris nous avait déjà inculqué cette idée en nous poussant à
manger les bêtes du Jardin d'Acclimatation et quelques-unes du Jardin
des Plantes. Mais ce qui n'était que l'accident ou l'exception
deviendrait la règle. Peut-être savez-vous ce mot, entendu jadis, dans
un cabaret élégant du Palais-Royal. Un viveur qui voulait rire
interpellait les servants: «Garçon, un pied d'éléphant à la
poulette.--Monsieur, désolé, nous venons de servir le dernier.» Eh bien,
grâce au _Club de la Fourchette_, on trouvera toujours des pieds
d'éléphant. Une côtelette de chameau est peut-être exquise avec de
petits oignons anglais. «--Garçon, une langue de jaguar pour madame. Il
la faut un peu rissolée.»

On peut ne pas s'occuper de politique courante; il n'est pas possible de
ne pas s'intéresser à ce qui se fait à Versailles touchant l'édifice de
nos finances. Hélas! ce n'est plus qu'un château de cartes. Vu les
charges énormes que nous a imposées la guerre, le budget n'est plus en
équilibre. On cherche à créer de nouveaux impôts. Comment s'y prendre?
Tout a été frappé. L'air, le feu, l'eau, ce que nous mangeons, ce que
nous buvons, la maison, l'habit, l'outil, le travail, le plaisir, la
maladie elle-même, on ne sait rien qui ne soit soumis à une taxe. Le
chien est devenu contribuable; le chien produit 5 millions 650,000
francs par an. Où chercher? Sully, Colbert, Turgot, Gambon, Mollien,
l'abbé Louis, tous nos grands économes, y perdraient leur arithmétique.
Et pourtant, et en dépit de tout, malgré vent et marée, il nous faut de
nouvelles ressources.

Un très-bon citoyen, un ancien notaire de la ville d'Avesnes (Nord),
vient d'avoir une idée qui va faire jubiler les uns et hurler les
autres. En s'adressant à l'Assemblée nationale par voie de pétition, il
demande qu'on mette un impôt sur les célibataires. J'ai tenu le placet
entre mes mains, durant cinq minutes, ce qui m'a suffi pour en
comprendre tout à la fois le sens moral et la portée financière. Après
avoir spécifié plusieurs genres d'exemption, le pétitionnaire construit
une échelle; il veut que lorsqu'on n'est pas marié à tel âge on paye
tant au fisc, et à tel autre âge, le double, et à tel autre âge, le
triple; c'est un peu salé, dira-t-on. D'accord, et c'est parce que c'est
salé que c'est piquant:

        De vingt-cinq ans à vingt-six ans.    100 fr.
        De vingt-six ans à vingt-sept ans.    200 fr.
        De vingt-sept à vingt-huit.           300 fr.
        De vingt-huit à vingt-neuf.           400 fr.
        De vingt-neuf à trente.               500 fr.

Passé trente ans le célibataire opiniâtre serait soumis, chaque année, à
une capitation de 1,000 francs.

Il va sans dire que le sexe masculin seul tomberait sous le coup de la
loi.

Montesquieu demande que les lois soient d'accord avec les moeurs et les
moeurs en harmonie avec les lois. Je ne saurais dire si le projet de
l'ancien notaire d'Avesnes serait agréé, philosophiquement parlant, par
l'auteur de l'_Esprit des lois_; mais, pour sûr, il ne déplairait pas à
tout le monde. De tous les contre-forts de la société moderne, le
mariage est peut-être celui qui est en ce moment le plus battu en
brèche. Cent fois par jour vous entendez les jeunes gens s'écrier que
c'est une duperie que de se marier. Sous ce rapport, l'échelle de
proportion pourrait produire quelque bien et forcer les réfractaires à
s'amender.--Il y a, par malheur, une objection à fournir contre la
pétition. Cette affaire, non plus, n'est pas absolument nouvelle,
puisqu'il n'y a rien de neuf sous le soleil. Un jour, dans la
Grande-Bretagne, on a cherché à mettre une réforme de ce genre à l'ordre
du jour. Lisez le _Spectateur_ d'Addison, tome III, page 57; vous y
verrez, non le projet de l'ancien notaire d'Avesnes, mais une fantaisie
qui y ressemble un peu. L'humoriste anglais demandait bien un impôt sur
le célibat, mais en se moquant, en se jouant, uniquement pour faire une
épigramme.

La pétition dont je viens de parler a été remise, il y a quelques jours,
à la questure. On peut prévoir qu'elle fera beaucoup de bruit en France,
si elle est convenablement rapportée.--Mais les hommes graves la
rapporteront-ils?

Il n'y aura jamais eu de succès plus complet que celui de la nouvelle
oeuvre d'Alexandre Dumas fils; Monsieur Alphonse sera, à bon droit, la
coqueluche de cet hiver. Dans un autre compartiment de l'_Illustration_,
un de nos collaborateurs vous dira en quoi consiste le mérite de ce
drame si rapide, si touchant et si moral. Pour nous, nous n'avons qu'à
noter quelques-uns des faits épisodiques qui se sont produits autour de
ce remarquable ouvrage. L'auteur a, dit-on, mis six mois à concevoir et
à écrire cette pièce, qui est, comme facture, absolument l'opposé de la
_Femme de Claude_, sa dernière étude. S'il vous en souvient, à propos de
cette oeuvre dramatique, la critique tournant à l'aigre, disait que le
fécond artisan était décidément en baisse. Ç'a été comme un coup
d'éperon. Alexandre Dumas fils a voulu voir le feuilleton avouer au
grand jour combien il s'était trompé, et il y a pleinement réussi. En
effet, sur toute la ligne, les critiques ont dit cette invariable
formule:

--C'est la jeunesse de la _Dame aux camélias_;--c'est la touche nette et
vigoureuse du _Demi-monde_.

Dans la nuit qui a suivi la première représentation, M. Alexandre Dumas
était à peine rentré chez lui qu'on lui apportait un petit papier plié
en losange.

Voici ce que contenait ce message:

«Très-vrai;--très-beau.

Emile de Girardin.»

Autre missive, celle-là venant, paraît-il, d'un spéculateur:

«Monsieur.

«Voulez-vous cent mille francs en échange de votre succès d'hier?»

L'auteur a répondu en jetant le billet au feu.

Dans un certain monde, où l'on a pour habitude de prendre ses aises, il
a été fait grand bruit de la figure un peu trop accusée de «M.
Alphonse». Ce personnage reproduit un type uniquement parisien, une
figure qui a pour étiquette un mot qui ne se prononce pas parmi les gens
de bon ton. De là mille tours de phrase, mille sous-entendus qui ne
contribuent pas peu au succès de la pièce et du rôle. Pour ajouter
encore à tout cela, un jeune acteur, Frédéric Achard, a mis dans cette
individualité le cachet d'une exactitude incroyable. Costume, gestes,
langage, tout concourt à faire voir en lui le type en question lui-même.
Tous les camarades du jeune comédien, frappés de tant de vérité, l'ont
enveloppé de compliments.

--Ah ça, s'est écrié le jeune artiste dans les coulisses, si j'ai tant
réussi que ça, c'est fait de moi; le nom de _Monsieur Alphonse_ me
restera toute ma vie!

Et, malheureux de trop de bonheur, il parlait de rendre le rôle à
l'auteur.

--Comment! lui dit alors Alexandre Dumas, y songez-vous? Vous êtes
jeune; vous venez de créer, du premier coup, le personnage le plus
difficile à montrer au théâtre, un fourbe cynique, un homme de la
famille de ce bon monsieur Tartuffe, et vous voulez vous retirer. C'est
pour le coup que vous prêteriez à rire.

Mieux avisé, le jeune comédien a renoncé à rentrer dans la coulisse, et
il a bien fait.

Voici un bien joli mot; on l'a mis dans la bouche de M. Joseph Prudhomme
au sujet de la _femme à deux têtes_, qu'il est allé voir.

--Mesdemoiselles, tout vous fait une loi de vivre en bonne intelligence.
Voyez-vous, si vous cessiez de vous entendre, si vous vous battiez, la
garde elle-même ne pourrait pas vous séparer.

Philibert Audebrand.



PROCÈS DU MARÉCHAL BAZAINE

LES TÉMOINS.

[Illustration: Général Coffinières.--Phot. Reutlinger.]

[Illustration: Général Boyer.--Phot. Appert.]

[Illustration: Colonel D'Andlau.--Phot. Pénabert.]

[Illustration: Migeon.--Phot. Appert.]

[Illustration: Maréchal Canrobert.--Phot. Richebourg.]

[Illustration: Streiff.--Phot. Appert.]

[Illustration: Colonel Magnan.]

[Illustration: Clark.--Phot. Appert.]

[Illustration: Garrigue.--Phot. Appert.]

[Illustration: PROCÈS DU MARÉCHAL BAZAINE.--Le maréchal se rendant à
l'audience.]



LA SOEUR PERDUE(1)

Une histoire du Gran Chaco

(Suite)


CHAPITRE VIII

ENTRE UN TIGRE ET UN TORRENT

Gaspardo avait commencé à frapper la pierre, et quelques étincelles
scintillaient déjà du milieu de la profonde obscurité, quand un bruit
inattendu, au milieu de tous les bruits de la tempête, vint tout à coup
frapper son oreille et arrêter sa main.

Ses deux compagnons l'avaient entendu comme lui; les trois chevaux qu'il
avait inquiétés aussi bien que leurs trois cavaliers donnèrent soudain
des signes évidents de terreur. Ils se mirent à hennir et à piétiner le
sol. Une seconde fois ce bruit frappa leurs oreilles, c'était un
effrayant rugissement, et il n'y avait pas à s'y tromper, hommes et
chevaux l'avaient reconnu en même temps. C'était le rugissement d'un
tigre (1).

[Note 1: Les Hispano-Américains, aussi bien au nord qu'au sud du
continent, donnent au jaguar le nom de «tigre». Le nom de jaguar est un
mot guarani, le seul correct pour cet animal dans l'Amérique du Sud.]

Tout d'abord, ils avaient cru que le terrible animal devait se trouver
au fond même de la grotte. Mais quand le cri retentit de nouveau ils
comprirent que le tigre ne devait être qu'à l'entrée et de l'autre côté
des ponchos.

L'avantage n'était pourtant pas considérable, la frêle barrière des
manteaux ne les protégerait guère plus qu'une toile d'araignée contre
les griffes du féroce animal, s'il était venu, comme c'était probable,
chercher un refuge dans la caverne qui leur servait d'asile.

Il ne serait certainement pas arrêté par un simple rempart de
couvertures. Étonné d'abord de l'obstacle qui lui barrait l'entrée et
dont il ne soupçonnait pas la fragilité, le tigre semblait avoir, pour
un instant, reculé.

«Taisons-nous, dit un des deux jeunes gens, la caverne paraît profonde,
elle a peut-être quelque issue extérieure. Qui sait si le tigre ne se
contentera pas de la traverser? l'obscurité est telle qu'il peut ne pas
nous apercevoir.

--Le _jaguareté_ est un chat. Il voit aussi bien de nuit que de jour,
répliqua tout bas Gaspardo; s'il pénètre ici, nous n'avons qu'une
ressource, c'est de le combattre et de le tuer.»

Tous les trois, d'un mouvement commun, s'armèrent de leurs fusils et
s'assurèrent en outre que leurs pistolets étaient dans leur ceinture.

Le jaguar était encore au dehors, poussant un rugissement sourd comme
s'il eut demandé à entrer, et stupéfait évidemment d'être arrêté devant
sa demeure habituelle par cet étrange obstacle.

Les tigres, malgré leur férocité, ne manquent pas de prudence. Il était
clair que l'ennemi tenait en lui-même une sorte de conseil. Mais la
puissance croissante de son cri témoignait que son hésitation ne serait
pas de longue durée et qu'il se déciderait bientôt à franchir le rideau.
Hommes et chevaux se trouveraient à sa merci si tout d'abord ils ne
réussissaient pas à s'en défaire.

Les trois voyageurs s'étaient réunis derrière les ponchos, et côte à
côte, les armes à la main, ils firent face à l'endroit d'où l'attaque
devait arriver, après avoir fait rapidement passer leurs chevaux
derrière eux.

Fallait-il sans plus attendre envoyer une décharge à travers le rideau
en visant au juger dans la direction que leur indiquaient les mouvements
de leur adversaire?

Cette suggestion venait de Cypriano; elle avait été à peine formulée
qu'un cri rauque avait retenti comme une sorte de réponse, et une
seconde après, les deux cousins roulaient sur le dos jusqu'au fond de la
grotte, culbutés l'un sur l'autre par l'élan du formidable animal, qui
d'un bond s'était jeté sur l'obstacle et avait du même coup renversé
deux de ses adversaires. Gaspardo seul était resté debout.

«Par saint Antoine, s'écria-t-il, l'imbécile s'est pris dans nos
couvertures. Ne bougez pas vous deux, restez à terre, je vais faire
feu!»

Un éclair brilla, la détonation d'un pistolet se fit entendre. Le tigre
foudroyé roulait à son tour sur le sol.

«Coup superbe! s'écria Gaspardo en reconnaissant au bruit sourd qu'avait
fait la chute de l'animal qu'il avait dû frapper juste. Relevez-vous,
mes enfants. Un agneau ne tombe pas plus vite sous la main d'un boucher.
Venez m'aider à chercher notre gibier au milieu de nos couvertures, et
n'ayez crainte de les toucher, elles ne renferment qu'une carcasse de
jaguareté.»

Les deux jeunes gens furent bientôt debout. Le gaucho battit le briquet,
et tous les trois s'approchant de leur victime, ils purent constater que
le pistolet du gaucho avait admirablement fait sa besogne; la balle, par
un hasard providentiel, avait touché droit au coeur.

«Nos pauvres ponchos, dit Gaspardo.--Ils ne nous ont pas été inutiles.
Qui sait si je serais venu à bout d'abattre ce maudit animal s'ils
n'avaient pas paralysé ses mouvements! C'est la Vierge qui a guidé ma
main, bien sûr, mes enfants. Nous lui devons un fameux cierge.»

Cependant, par l'ouverture, le vent, la poussière et le froid
pénétraient à l'envi dans la grotte et y tourbillonnaient tout à leur
aise. Nos trois voyageurs s'empressèrent de débarrasser leurs ponchos du
corps du tigre, et ayant retrouvé leurs couteaux, ils parvinrent à
s'abriter une fois encore contre la tormenta.

Ce travail accompli, Gaspardo allait se préparer à faire un bon feu dans
le dessin de savourer plus gaiement son repas. Mais il fut arrêté par
une pensée qui se présenta soudain à son esprit.

«Quand il y a un jaguareté quelque part, dit-il, on a observé que ces
aimables personnages ne manquent jamais de chasser deux par deux. Nous
avons tué la femelle, nous aurions eu plus de mal si nous avions eu
affaire au mâle. Or, à moins d'incident extraordinaire, le mâle doit
rôder dans les environs et nous courons le risque de le voir arriver à
tout moment pour nous réclamer son gîte. J'en conclus que pour nous
assurer contre sa visite, il nous faut boucher notre porte d'une façon
un peu plus solide.

--Mais comment? Avec nos selles, cela ne suffirait pas?

--Certainement non, senores, je le sais à merveille. Je n'ai pas voulu
parler de nos selles, mais il y a ici des quartiers de roc, peu faciles
à remuer sans doute, avec lesquels nous ferions une magnifique
muraille.»

En effet, quand les jeunes gens avaient reçu le choc du jaguar, il leur
avait été facile de se rendre compte qu'ils n'avaient pas été jetés par
lui sur des lits de plume, leurs côtes étaient là pour témoigner du
contraire. Tombés au milieu des débris, roulés sur leurs angles, chacun
de leurs membres meurtri ou écorché leur attestait que des matériaux
solides de construction devaient abonder autour d'eux. D'ailleurs à
l'éclair du coup de pistolet et aussi, quoique moins distinctement, à la
faible lueur qui provenait du dehors, leurs yeux avaient pu ajouter à
leur certitude en ce sens.

«Bâtissons-nous une barricade et vivement»! dit Gaspardo, nous pouvons
élever intérieurement sans déranger le rideau jusqu'au moment où elle
sera assez haute. Ne perdons pas un instant. Vous deux, apportez-moi des
pierres, je les mettrai à leur place.»

Ludwig et Cypriano ne se firent pas prier. Ils se mirent à l'oeuvre avec
ardeur, et ce fut à qui soulèverait les plus gros débris pour les mettre
à la disposition du gaucho.

Mayne Reid.

(_La suite prochainement._)



LA BATAILLE DE SAINT-PRIVAT
LIVRÉE LE 18 AOUT 1870

Le panorama du terrain sur lequel a été livrée la bataille, dite de
Saint-Privat-la-Montagne par les Français et de Gravelotte par les
Allemands, se trouve compris dans le dessin de M. Deroy, qui a paru dans
le numéro du 22 octobre. Cependant, pour plus de clarté, nous avons
joint à ce récit un croquis indiquant très-exactement les positions
occupées par l'armée du Rhin, ainsi que les lignes de marche suivies par
les corps de l'armée allemande qui ont pris part à cette bataille.

M. de Moltke ayant rapidement donné l'ordre aux troupes les plus
rapprochées de marcher dans la direction de Rezonville, avait mis en
ligne huit corps d'armée, les 2e, 3e, 7e, 8e, 9e, 10e, 12e et la garde
royale, sans compter trois divisions de cavalerie, soit près de 250,000
hommes. Son adversaire, Bazaine, avait sous la main tout ce qui restait
de l'armée du Rhin, peut-être 120,000 hommes, non-valeurs déduites.

On sait comment le commandant en chef français replia son armée le 17
août, au point du jour, quand toute son armée s'attendait à poursuivre
le succès de la veille.

Le roi de Prusse, informé à son quartier général de Pont-à-Mousson de la
sanglante lutte de Rezonville et de ses résultats fâcheux pour une
fraction de son armée, était parti le 17 avant le jour pour juger la
situation. A son grand étonnement, il trouva les Français en retraite
sur Metz et résolut aussitôt de les attaquer et de les refouler, s'il
était possible, dans le camp retranché. Il réunit en conférence MM. de
Moltke, le prince Frédéric-Charles, son chef d'état-major le général de
Sthiele, et tout fut réglé pour l'attaque du lendemain.

Dans la nuit du 16 au 17 août, vers une heure du matin, le maréchal
Bazaine avait adressé aux commandants de corps d'armée l'ordre d'occuper
les positions suivantes: le 2e corps, Frossard, entre Rozérieulles et le
Point-du-Jour; le 3e, Leboeuf, à sa droite, se prolongeant vers la ferme
de la Folie; le 4e, Ladmirault, vers Montigny-la-Grange et la levée du
chemin de fer de Verdun, alors en voie de construction; enfin le 6e
corps, Canrobert, formait l'extrême droite, du chemin de fer vers
Saint-Privat et Roncourt.

Cette ligne de bataille était naturellement très-forte. En outre, les
commandants de corps avaient reçu l'ordre de fortifier leur front par
des tranchées-abris et des épaulements de batterie. Mais Bazaine commit
la faute de ne pas prescrire à la réserve générale du génie d'expédier
des outils au maréchal Canrobert, dont les parcs et les réserves du
génie et de l'artillerie avaient été coupés de Metz. Cette négligence
était d'autant plus regrettable que, ainsi qu'on le verra plus loin,
Canrobert occupait la partie la plus faible de la ligne de bataille.

Nous n'aurons plus à nous occuper des mouvements de l'armée française,
qui a reçu passivement le choc de l'ennemi, et dont les réserves formées
par la garde et la réserve générale de l'artillerie n'ont même pas été
engagées. Mais il nous faut suivre avec soin les différents corps de
l'armée allemande, qui ont cherché d'abord, puis attaqué leur adversaire
avec une audace téméraire qui aurait pu leur coûter cher si le maréchal
Bazaine avait été à la hauteur de son commandement.

Après la bataille de Rezonville, les troupes engagées avaient bivouaqué
très-près du champ de bataille sans être inquiétées par les Français;
cependant l'état-major prussien était dans l'inquiétude, car il
s'attendait à voir recommencer au point du jour la lutte acharnée de la
veille. Pour la soutenir, le roi fit passer tous les corps d'armée sur
les dix ponts fixes ou de campagne que nous avons énumérés dans notre
précédent article. La retraite de Bazaine laissant M. de Moltke libre de
combiner son attaque à son gré, l'habile chef d'état-major en profita
pour laisser reposer l'armée allemande pendant la soirée du 17. A deux
heures de l'après-midi il soumit à la signature du roi l'ordre général
qui prescrivait à l'armée d'exécuter un grand mouvement de conversion,
l'aile gauche en avant, avec le 7e corps comme pivot. Les colonnes
devaient se mettre en marche à cinq heures du matin; les avant-gardes
s'appuyaient à la route impériale de Verdun qui forme défilé au passage
de la Mance, près de l'auberge de Saint-Hubert et qui gagne ensuite les
hauteurs du Point-du-Jour et de Rozérieulles en formant de nombreux
lacets.

La première ligne des Prussiens était composée, en commençant par la
droite, des 7e et 8e corps de l'armée de Steinmetz, campés à droite et à
gauche du bois des Ognons; du 9e corps entre Rezonville et Vionville; du
12e corps saxon et de la garde royale campés près de Mars-la-Tour. Ces
trois derniers corps de l'armée du prince Frédéric-Charles étaient
soutenus en seconde ligne par les 3e, 10e corps, les 5e et 6e divisions
de cavalerie, et par la brigade des dragons de la garde, tous
très-éprouvés dans la journée du 16; Steinmetz avait pour soutien le 2e
corps arrivé à Pont-à-Mousson le 17 au soir et la 1re division de
cavalerie. Le 1er corps, Manteuffel, et la 3e division de cavalerie
étaient laissés sur la rive droite de la Moselle pour s'opposer au
besoin à une tentative de sortie de la garnison de Metz par les roules
de Sarrebruck ou de Strasbourg.

[Illustration: Plan de la bataille de Saint-Privat.]

A quatre heures du matin, chacun des corps d'armée prit la direction qui
lui était indiquée. Le corps saxon, à l'extrême gauche, marcha
rapidement sur Jarny, et dès que ses colonnes eurent dépassé la route de
Verdun, la garde royale, qui avait campé à la gauche du 12e corps,
marcha sur Doncourt et la ferme de Cautre; le 9e corps se dirigea un peu
à droite de la même ferme de Cautre; l'armée de Steinmetz resta
immobile. Vers 9 heures, la première ligne de l'armée du prince
Frédéric-Charles occupait la deuxième route de Verdun, par Jarny,
Conflans, Etain, et ce mouvement ayant pu s'exécuter sans brûler une
amorce, l'état-major prussien acquérait la conviction que l'armée de
Bazaine, loin d'être en marche sur Briey, devait être concentrée sur les
hauteurs en avant de Châtel-Saint-Germain, mais il était loin de se
douter que l'on eût commis la faute d'étendre démesurément notre ligne
de bataille et croyait fermement la droite française appuyée au village
d'Amanvillers. Le roi Guillaume donna un ordre en conséquence; l'armée
de Steinmetz devait contenir les corps Leboeuf et Frossard, tandis que
le 9e corps, soutenu par la garde, ferait effort sur Montigny-la-Grange
et Amanvillers, et que le corps saxon tournerait Canrobert par
Sainte-Marie-aux-Chênes et Saint-Privat; une portion de la garde devait
aussi concourir à ce mouvement enveloppant. Le roi, le général de
Moltke, le prince Frédéric-Charles et le vieux Steinmetz, à cheval au
milieu des troupes, dirigeaient eux-mêmes les opérations. Le 8e corps,
placé en arrière de Gravelotte, n'avait qu'à attendre l'attaque du 9e
pour entrer sur-le-champ en ligne; le 7e corps, dissimulé dans le ravin
d'Ars, était si rapproché du corps Frossard qu'il ne lui restait qu'à
engager le feu.

Conformément aux ordres donnés, le 9e corps se dirigea de la ferme de
Cautre sur Verneville, et la 18e division put s'emparer du bois de la
Cusse, que le général Ladmirault n'avait pas fait occuper par suite d'un
changement apporté la veille au soir dans l'ordre de bataille, et
d'après lequel Canrobert, posté d'abord à Verneville, dut camper autour
de Saint-Privat. A midi précis, les cinquante-quatre pièces de la 18e
division et de la réserve du 9e corps ouvraient le feu contre le corps
Ladmirault; la grande bataille du siècle était commencée.

Au signal donné par le canon de Manstein, le chef du 9e corps,
Steinmetz, fait avancer rapidement son aile gauche qu'il lance contre le
bois des Génivaux, pendant que le 3e corps déploie son artillerie sur la
hauteur à droite du village de Gravelotte. Avant une heure, la bataille
était engagée avec acharnement de Rozérieulles à Amanvillers. Le prince
Frédéric-Charles s'aperçut alors que la ligne française était plus
étendue qu'on ne l'avait supposé; il modifia ses premiers ordres en
conséquence. La garde, chargée d'abord de déborder la droite de
Canrobert, dut l'attaquer de front, la 1re division partant
d'Habonville, la seconde de Sainte-Marie-aux-Chênes. Les Saxons, qui
devaient se rabattre à droite à hauteur de Batilly, s'élevèrent à cinq
kilomètres plus au nord jusqu'à Auboué. Le prince Auguste de Wurtemberg,
commandant la garde, fit placer toute son artillerie en avant de
Saint-Ail pour protéger ce mouvement. Le 10e corps, Voigts-Rhetz, avait
suivi les Saxons à Batilly, le 3e arrivait à deux heures à Verneville
pour soutenir le 9e corps, Manstein, qui avait de la peine à se
maintenir devant Ladmirault. Suivant leur habitude si funeste pour nous,
à mesure qu'un corps arrivait près du lieu de l'engagement, il envoyait
son artillerie se placer dans les intervalles des batteries déjà
engagées.

Chaque corps prussien ayant de quatre-vingt-quatre à quatre-vingt-dix
pièces de canon, il est facile de se rendre compte de la canonnade qui
résonnait de Gravelotte à Saint-Ail vers trois heures de l'après-midi.

Les trois corps prussiens engagés sur la droite ne firent aucun progrès
devant Frossard et Leboeuf qui avaient eu soin de se ménager des feux
étagés au moyen de tranchées-abris et d'épaulements bien disposés.
Autour de la ferme de Saint-Hubert, le combat était extrêmement acharné.
Le 60e de ligne défendait ce poste avancé avec une ténacité et un
courage vraiment extraordinaires. Les attaques de l'ennemi furent toutes
repoussées; mais, protégées par le feu des deux cent quarante-six pièces
des 7e, 8e et 9e corps, il put toujours reformer ses colonnes dans les
bois de Vaux, des Génivaux et de la Cusse.

Un peu avant quatre heures, Steinmetz, trompé par le silence momentané
de son adversaire qui se dissimulait avec soin, et persuadé qu'il
s'était dégarni pour secourir Canrobert menacé par trois corps d'armée,
crut le moment propice pour tenter d'enlever la formidable position du
Point-du-Jour, malgré les instructions formelles du roi. Mais son
artillerie n'était pas encore mise en batterie que déjà la moitié des
pièces avaient leurs chevaux par terre; un instant après, cette masse
d'hommes et de chevaux tourbillonnait sous un feu vraiment infernal et
se repliait en pleine déroute sur Gravelotte. C'est dans cette débâcle
qu'un certain nombre de fantassins et de cavaliers tombèrent dans les
carrières du Caveau, situées entre la Mance et l'auberge Saint-Hubert.

Vers les mêmes heures, la brigade de Goltz, partie d'Ars-sur-Moselle,
s'avance sur Lessy, enlève ce village, et tente ensuite d'enlever
Sainte-Ruffine; arrêtée par la brigade Lapasset, par les canons du
Saint-Quentin et ceux d'une batterie de la garde, elle bat en retraite.
La situation de la gauche de Bazaine était donc excellente et devait se
maintenir jusqu'à la fin de cette lutte gigantesque.

Malheureusement les événements nous étaient moins favorables à notre
droite à cause de l'incroyable inertie du maréchal Bazaine, qui
regardait la bataille du haut du mont Saint-Quentin, et s'acharnait à ne
pas voir les Prussiens défilant en colonnes profondes, en arrière de
Verneville, dans la direction du nord. A trois heures et demie, la 24e
division saxonne partant de Batilly et la 1re division de la garde
venant de Saint-Ail enlevèrent, après une lutte sanglante, le village de
Sainte-Marie-aux-Chênes, énergiquement défendu par le 94e de ligne, sous
les ordres du colonel de Geslin, le commandant actuel de la place de
Paris. Sous la protection de ce village, dont les vastes vergers clos de
murs se prêtent à la défensive, le prince de Saxe put continuer
tranquillement son mouvement tournant par Auboué et Montois.

À cinq heures, les lignes françaises étaient encore intactes; le brave
Canrobert se multipliait à la tête de son 6e corps, réduit à moins de
trente mille hommes par les pertes colossales qu'il avait éprouvées
l'avant-veille près de Rezonville.

Si seulement Bazaine s'était transporté en arrière d'Amanvillers, près
du coude du chemin de fer, il eut compris que c'était là que devaient
être les grenadiers de la garde et les cent pièces disponibles de la
réserve générale de l'artillerie, y compris celles de la garde. Hélas!
il était écrit que les destinées de la France s'accompliraient, et que
les cinquante-quatre pièces du 6e corps brûleraient leur dernière
gargousse pour soutenir une lutte tout à fait désespérée contre les deux
cent cinquante pièces des 10e, 12e corps et de la garde royale. Le canon
de Canrobert réduit au silence, le prince de Wurtemberg juge le moment
favorable pour en finir avec la résistance de son opiniâtre adversaire;
il forme trois brigades de la garde en colonnes d'attaque et les lance à
droite et à gauche de la route de Sainte-Marie à Saint-Privat. Le 6e
corps n'avait plus que ses chassepots, mais la pente du terrain est
favorable au tir de ces excellents fusils; la garde royale est arrêtée
par un feu roulant et se retire après avoir subi des pertes colossales.
Si la garde avait paru à ce moment, c'en était fait des Prussiens, mais
la garde ne devait pas arriver!

À six heures du soir, Montigny-la-Grange, Amanvillers, Jérusalem,
Saint-Privat et Roncourt étaient en feu; les 90,000 hommes et les deux
cent cinquante pièces de la gauche allemande s'acharnaient après le
malheureux corps Canrobert laissé sans soutien. Les cartouches
commencent à manquer, la position devient intenable et le 6e corps
s'écoule par la route de Saulny, entraînant dans son mouvement de recul
la droite du corps Ladmirault jusqu'à Amanvillers; à partir de ce
village jusqu'à Rozérieulles, nos positions restèrent intactes.
L'attitude de Canrobert en avait tellement imposé à l'ennemi que
celui-ci, malgré son écrasante supériorité numérique, m'osa pas occuper
les villages abandonnés.

Vers huit heures du soir, le 2e corps arriva enfin au secours de l'armée
de Steinmetz, complètement battue, et reçut ordre d'attaquer le
Point-du-Jour. Mais il fut repoussé avec des pertes énormes. Ce ne fut
qu'à la nuit close que la lutte cessa sur toute la ligne de bataille, et
le maréchal en profita pour abandonner les positions qu'il avait
conservées et se retirer sur Metz.

A. WACHTER.



[Illustration: THÉÂTRE DE LA PORTE-SAINT-MARTIN.--_Libres!_ drame à
grand spectacle de M. E. Gondinet.]



LE PAQUEBOT
LA "VILLE-DU-HAVRE"

Dans la nuit du 22 au 23 novembre, vers deux heures, un terrible
abordage a eu lieu en mer entre le paquebot-poste français la
_Ville-du-Havre_, venant de New-York, et le Lock-Earn, navire anglais en
fer, s'y rendant. Le choc, qui fut terrible, eut les plus funestes
conséquences. Abordée par le travers de sa machine, la Ville-du-Havre
eut ses tôles de bordage défoncées, et, l'eau envahissant le paquebot,
il coula en moins de douze minutes, entraînant avec lui dans l'abîme de
nombreuses victimes. En effet, sur 305 personnes qui se trouvaient à
bord, 136 passagers et 169 hommes d'équipage, 217 ont péri. Les 88
autres, y compris le capitaine Surmont, ont été recueillies par le
_Lock-Earn_ d'abord, puis par le _Fly-Mountain_ qui les débarqua à
Cardiff.

La _Ville-du-Havre_, que représente notre dessin (l'ex-Napoléon III
transformé), était l'un des plus grands paquebots transatlantiques
français. D'une capacité approximative de 5,871 mètres cubes, il avait
été, au commencement même de cette année, l'objet d'importantes
améliorations, qui en avaient fait, en même temps que le plus
considérable, le plus beau de nos vapeurs. La _Ville-du-Havre_ était en
fer et pourvue d'une hélice. Sa valeur est estimée à cinq millions de
francs.



[Illustration: Le glacier de Sermitualek dans la mer polaire.]

[Illustration: Le paquebot transatlantique, _Ville-du-Havre_, coulé en
pleine mer le 22 novembre.]

[Illustration: Un parlement Groenlandais.]

Gravure extraite de la Terre de désolation, par le docteur J. J. Hayes.
(Librairie Hachette et Cie.)


TERRE DE DÉSOLATION

C'est du Groenland qu'il s'agit. Certes il est bien surnommé. Sans
parler de ses côtes obstruées de glace et du plus difficile abord, il ne
forme encore à l'intérieur qu'un amas confus de neiges, de glace et de
montagnes, dont les fines aiguilles percent le ciel, surplombant des
vallées à peine couvertes d'un tapis de mousse et sur lesquelles
empiètent constamment les glaciers. Ces glaciers sont la grande
curiosité du Groenland, ceux de la côte occidentale surtout. A leur
hase, les blocs de glace ont la forme d'arcades magnifiques entre
lesquelles sont d'énormes quartiers de glace précipités des hauteurs
voisines, et que la marée, dans le reflux, entraîne à la mer. Quant aux
habitants, ils ont la taille petite, les cheveux longs et noirs, le
visage aplati, et le teint d'un jaune brun. L'hiver, qui est très-long
et très-froid, ils habitent des huttes faites en pierre, et l'été, qui
est aussi court que chaud, des tentes de forme conique. Les vues que
nous publions du glacier de Sermitualek et d'une séance du parlement
groenlandais donneront au lecteur une idée et de la nature du pays et de
celle de ses habitants. Ces gravures sont extraites d'un nouvel ouvrage
on ne peut plus attrayant que vient de publier la maison Hachette; _La
terre de désolation_, traduit de l'anglais par M. E. Reclus.



NOS GRAVURES

Les nouveaux ministres

Dans l'histoire de la semaine de notre précédent numéro, nous avons
donné la composition du ministère du 27 novembre. Quatre nouveaux
membres y figurent: MM. Decazes, de Larcy, Depeyre et de Fourtou.

M. Decazes est âgé de cinquante-quatre ans. Il est entré dans la
diplomatie sous les auspices de son père, le duc Decazes, et a
représenté la France en Espagne et en Portugal. Rentré dans la vie
privée sous l'Empire, il ne tenta d'en sortir, en 1869, que pour se
faire battre aux élections pour le Corps législatif, par M.
Chaix-d'Est-Ange fils, candidat officiel. Il fut envoyé à l'Assemblée
nationale par le département de la Gironde, le 8 février 1871. Il y
siège au centre droit, mais près des confins de la droite, et l'on sait
que dans la commission des Trente, il a voté avec les commissaires de
cette partie de l'Assemblée contre toute transaction entre MM. Thiers et
Dufaure. Il a été l'un des ouvriers les plus actifs de la fusion pendant
les vacances parlementaires. Il était, on le sait, ambassadeur de France
en Angleterre depuis quelques semaines seulement lorsqu'il a été appelé
au ministère des affaires étrangères.

M. de Larcy fut député de l'opposition sous Louis-Philippe, vota avec la
majorité, après la révolution de Février, aux Assemblées constituante et
législative, et protesta à la mairie du Xe arrondissement contre le coup
d'État du 2 décembre. Envoyé en 1871 par le département du Gard à
l'Assemblée nationale, il fut appelé aussitôt par M. Thiers au ministère
des travaux publics, d'où il sortit, en 1872, à la suite de la
manifestation des «bonnets à poils». Il fait partie de la réunion
Colbert, ou droite modérée, qu'il n'a cessé de présider que pour prendre
possession, pour la seconde fois, du ministère des travaux publics. M.
de Larcy est né en 1805.

M. Depeyre, avocat, cinquante et un ans, député de la Haute-Garonne,
appartient au parti légitimiste, mais sans passé politique bien
marquant. Le rôle qu'il a joué dans la commission de prorogation des
pouvoirs du maréchal de Mac-Mahon lui a valu le portefeuille de la
justice. Comme M. de Larcy, il appartient à la réunion Colbert.

M. de Fourtou, enfin, député de la Dordogne, a d'abord fait partie de la
droite, puis du centre droit, puis presque du centre gauche. Son vote en
faveur de M. Thiers, le 13 novembre 1872, contre la proposition Kerdrel,
le fit appeler au ministère. Il faisait partie du cabinet du 23 mai, qui
avait fait de l'organisation de la République par le vote des lois
constitutionnelles le point important de son programme, lorsqu'il fut
renversé le lendemain avec MM. Thiers, Casimir Périer, Waddington,
Bérenger, et les autres ministres. Depuis, M. de Fourtou n'avait cessé
de voter avec les divers groupes de la droite. On n'en regarde pas moins
sa nomination au ministère de l'instruction publique comme une invite au
centre gauche et un indice des tendances libérales du nouveau cabinet.



Procès du maréchal Bazaine

LE MARÉCHAL SE RENDANT A L'AUDIENCE.

Le procès du maréchal Bazaine touche à sa fin. L'audition des témoins
est terminée, et M. le général Pourcet a commencé son réquisitoire. Dans
une semaine ou deux, le verdict sera rendu: la justice aura prononcé sur
le principal acteur du drame lamentable qui s'est déroule à Metz du 19
septembre au 29 octobre 1870. Le maréchal Bazaine paraît attendre
d'ailleurs avec fermeté l'arrêt du conseil. Son attitude a peu varié
depuis le 6 octobre; il semble un peu plus fatigué, et voilà tout.

Le dessin que nous donnons, page 365, le représente au moment où il se
rend à l'audience du conseil. Ses défenseurs et son aide de camp, le
colonel Villette, l'entourent. Il suit la longue galerie à arcades qui
relie le Grand-Trianon à Trianon-sous-Bois, galerie décorée de tableaux
parmi lesquels on admire les Deveria, les Léopold Leprince, les Gudin et
autres artistes de la belle école de 1830.

LES TEMOINS.

Nous n'avons pas à raconter la vie du maréchal Canrobert. Toute la
France la connaît. On sait comme il se conduisit toujours devant
l'ennemi dans le cours de sa carrière militaire, depuis l'assaut de
Constantine, où il fut blessé, jusqu'à la bataille de Solferino, au
succès de laquelle il prit une part si glorieuse. Il ne devait pas se
conduire avec moins de bravoure à l'armée du Rhin, où il commandait le
6e corps. Le 16 août, il concourait puissamment à la victoire de
Rezonville, malgré laquelle notre armée, par ordre du commandant en
chef, était reportée, sous divers prétextes qui ne supportent pas la
discussion, en arrière de ses positions, et s'établissait sur une ligne
allant de Rozérieulles à Saint-Privat.

Le 18, nouvelle bataille, dont le maréchal Canrobert fut le héros, bien
qu'il ait été, faute de secours envoyés à temps par le maréchal Bazaine,
qui ne parut pas un instant sur le champ de bataille, obligé
d'abandonner le terrain à la fin de la journée. Son corps d'armée
comptait en effet vingt-six mille hommes seulement et soixante-dix-huit
canons insuffisamment approvisionnés, et il eut à lutter contre trois
corps d'armée formant un effectif de quatre-vingt-dix mille hommes,
armés de deux cent quatre-vingts bouches à feu! Il fut forcé de se
replier, nous l'avons dit: il était tourné. L'armée allait
définitivement se renfermer dans le camp retranché de Metz, suivant les
secrets desseins de son commandant en chef; elle était perdue pour la
France!

A la conférence de Grimont, le 26 août, jour de la démonstration sur la
rive droite de la Moselle, le maréchal Canrobert, comme les généraux
Soleille et Frossard, émit l'avis que l'armée ne devait pas quitter
Metz, à la condition toutefois qu'on l'employât à fatiguer l'ennemi et à
lui porter des coups incessants. Il est juste d'ajouter que le maréchal
Bazaine n'avait pas parlé à ses lieutenants, avant de leur demander leur
avis sur la situation, de la marche du maréchal de Mac-Mahon vers l'est,
marche qu'il avait connue trois jours auparavant par une dépêche du 23,
dont il sera question plus loin. Ajoutons que le général Soleille avait
dit, ce qui n'était pas, loin de là, qu'il ne restait plus à l'armée de
munitions que pour une seule bataille.

Le 23 septembre, le maréchal Canrobert était mis par le maréchal Bazaine
en présence de Régnier, dont nous avons parlé dans notre dernier numéro,
et déclinait la proposition qui lui était faite de se rendre à Hastings,
auprès de l'impératrice, en vue d'arriver à un traité de paix, que
l'armée de Metz aurait pour mission de faire exécuter. Sur le refus du
maréchal Canrobert, c'est le général Bourbaki qui est parti. Régnier
n'avait d'ailleurs pas d'autre but, on le sait, que de tirer du maréchal
Bazaine le secret de ses ressources, afin de renseigner l'ennemi sur la
durée de la résistance qu'il pouvait opposer. Au conseil du 10 octobre,
le maréchal Canrobert, avec tous les autres chefs de corps auxquels le
maréchal Bazaine dissimula l'échec des précédentes négociations entamées
avec les Prussiens, fut d'avis d'engager, dans les quarante-huit heures,
des pourparlers avec l'ennemi, en vue de conclure une convention
militaire honorable, sinon à se frayer un passage les armes à la main,
condition qu'il n'a pas maintenue dans les conseils subséquents. Quant à
la question des drapeaux, il a été, comme la plupart des autres
généraux, trompé par le maréchal Bazaine, qui avait déclaré qu'ils
seraient brûlés à l'arsenal.

Le commandant Magnan est l'officier supérieur envoyé, le 17 août, la
veille de la bataille de St-Privat, avec l'intendant de Préval, par le
maréchal Bazaine à l'empereur, pour donner à ce dernier tous les détails
qu'il demandait sur l'armée de Metz. Il semble résulter des pièces du
procès que le commandant Magnan, qui était aide de camp du maréchal,
avait annoncé à l'empereur et au maréchal de Mac-Mahon le projet de
marche du maréchal Bazaine sur Montmédy, ville sur la route de laquelle
l'intendant de Préval devait former un centre d'approvisionnements. Au
moment où le commandant Magnan quitta l'empereur, il venait d'être
décidé que l'armée de Châlons allait se porter au devant du maréchal
Bazaine, qui, manquant de vivres, avait dit le commandant, serait obligé
de capituler, et dont la tâche se trouverait fort allégée par cette
marche. M. Magnan, repartant pour Metz, devait donc avoir pour
instruction de prévenir le maréchal Bazaine de cette décision. Il arrive
à Hayange, près de Thionville, au matin, et, sur l'avis qu'on lui nonne
que la voie n'est pas sûre, il rebrousse chemin pour revenir le
lendemain, 19 août, à Thionville. Là, il a un entretien avec le colonel
Turnier, commandant de cette place, et, ayant appris que le chemin de
fer de Thionville à Metz venait d'être coupé, il repart pour Montmédy.
A-t-il au moins chargé le colonel Turnier de faire parvenir au maréchal
Bazaine les instructions qu'il avait emportées du camp de Châlons? Il
serait difficile d'en douter, bien que le colonel Turnier ait déclaré ne
se pas souvenir si le commandant lui avait remis ou non des dépêches. Et
comment croire que ces dépêches ne soient pas parvenues, lorsqu'on voit
des émissaires pénétrer à Metz le jour même de l'entrevue du commandant
et du colonel et les jours suivants? Conclusion: si le commandant Magnan
n'a pas rejoint Bazaine, c'est qu'il ne l'a pas voulu, et cela sur
l'injonction du maréchal même.

Au moins, c'est le rapport du général Rivière qui le dit, et il ajoute,
supposition que l'événement paraît confirmer, «qu'une détermination de
ce genre donnait au maréchal la faculté de se retrancher, s'il en avait
besoin plus tard, derrière l'ignorance des instructions qui lui étaient
envoyées, et de demeurer ainsi le maître de ses résolutions.»

Il semble d'ailleurs prouvé par plusieurs dépositions, notamment celles
des colonels Lewal et d'Andlau, que le maréchal Bazaine a eu
connaissance du mouvement vers l'est du maréchal de Mac-Mahon, par une
dépêche reçue à Metz le 23 août. Le colonel Lewal en a déposé. La
dépêche était roulée en cigarette. Le maréchal en donna lecture à voix
haute. Elle indiquait un mouvement de Mac-Mahon sur la Meuse. A cette
lecture, le colonel Lewal s'écria qu'il fallait «partir tout de
suite.--Tout de suite, c'est bientôt», répondit le maréchal, qui le
congédia en lui disant qu'il le ferait appeler quand il y aurait lieu
d'étudier le mouvement de sortie. Le colonel Lewal a parlé de cette
dépêche au colonel d'Andlau, qui était le chef de la section des
mouvements, et qui a confirmé son dire. Le 26, autre confirmation,
l'armée était en effet mise en mouvement, mais reprenait bientôt ses
campements, fort désappointée, à la suite de la conférence de Grimont
dont il a été parlé. Le colonel d'Andlau est l'auteur de l'ouvrage qui a
fait tant de bruit: _Metz, campagne et négociations_, par un officier
supérieur de l'armée du Rhin. Interpellé à ce sujet par la défense le
jour de sa déposition devant le conseil de guerre, il a avoué la
paternité de ce livre. Il a avoué également être l'auteur d'une lettre
écrite à un ami, dans le premier mouvement de la douleur, après la
capitulation, alors qu'il était prisonnier en Allemagne. Cette lettre,
où éclate l'indignation la plus vive, est un véritable acte d'accusation
dressé contre le maréchal. Elle n'était pas faite pour être publiée, et
ne l'a été qu'à l'insu de l'auteur, et à son grand regret.

Le général Coffinières était gouverneur de Metz. Il avait été nommé en
cette qualité le 7 août. Il semble avoir subi, pendant toute la durée du
siège, la fatale influence du maréchal Bazaine. Il a déclaré à la
conférence de Grimont que l'armée devait rester sous Metz, attendu que
la ville et ses forts n'étaient pas en état de défense suffisant,
opinion qu'il a désavouée devant le conseil de guerre. Il s'est tu, à la
même conférence sur la marche de Mac-Mahon vers Metz, marche qu'il
connaissait. Cependant, retenir l'armée, c'était compromettre l'armée de
Châlons, et réduire les approvisionnements de la place, c'est-à-dire la
durée de sa résistance. De plus, il n'a provoqué aucune des mesures
propres à assurer la défense de la place. Il n'en a fait sortir ni les
bouches inutiles, ni les étrangers, et il y a reçu les populations
rurales. Il n'a pas procédé à la constitution d'un approvisionnement de
siège, et a négligé de former un comité de surveillance, conformément
aux prescriptions de l'article 260 du décret de 1863. Après avoir
approuvé et signé le procès-verbal du conseil de guerre du 10 octobre,
il s'est prononcé cependant au conseil du 18 contre la possibilité de
continuer les négociations entamées avec la Prusse par le général Boyer,
et pour une tentative désespérée de sortie, les armes à la main. En
revanche il n'a pas été d'avis de détruire le matériel de guerre, à la
veille de la capitulation, et il a rappelé pour sa justification, que
jusqu'au dernier moment il avait été spécifié que si les conditions
imposées par l'ennemi n'étaient pas honorables, on lui livrerait un
combat suprême. Il a ajouté que d'ailleurs, au dernier moment, le
maréchal Bazaine dirigeant lui-même les détails de la capitulation, il
ne lui appartenait pas de s'immiscer «dans ces affaires».

Le général Boyer est le négociateur envoyé à Versailles par le maréchal
Bazaine, à la suite du conseil de guerre du 10 octobre. Il partit le 12,
sous la surveillance de deux officiers de l'état-major du prince
Frédéric-Charles.

Arrivé à Versailles, il eut une première entrevue avec M. de Bismarck,
qui, après lui avoir fait le tableau le plus faux de la situation de la
France, lui déclara que le roi de Prusse n'était pas disposé à accorder
à l'armée de Metz d'autres conditions que celles qui avaient été faites
à l'armée de Sedan; que cependant il se réservait de faire valoir auprès
de lui certaines considérations politiques qui pourraient changer la
face des choses. En traitant avec l'impératrice, tout s'arrangerait sans
doute. Il s'agissait donc pour l'armée de Metz d'affirmer sa fidélité au
gouvernement de la régente et d'obtenir de cette dernière la signature
des préliminaires de paix. Ces préliminaires obtenus, l'armée de Metz se
retirerait sur un territoire neutralisé où les pouvoirs publics, tels
qu'ils étaient constitués avant le 4 septembre, détermineraient sous sa
protection la forme du gouvernement qu'ils croiraient devoir adopter.

Maintenant le roi accepterait-il ces conditions? C'est ce que M. de
Bismarck, qui par cette comédie ne voulait que gagner du temps afin
d'épuiser les dernières ressources de l'armée de Metz, promettait de
faire savoir le lendemain au général Boyer. Le lendemain, le roi
acceptait naturellement, et le général quittait Versailles pour Metz, où
il rentrait le 17. Le 18, il rendait compte de sa mission dans une
nouvelle conférence, où il chargeait encore de teintes plus sombres le
tableau que lui avait fait M. de Bismarck de la situation du pays.
Quelle décision allait prendre le conseil? Essaierait-on de traiter sur
les bases indiquées par la Prusse? La majorité se prononça pour
l'affirmative. En conséquence, le général Boyer se mit en route pour
Hastings. On sait que sa démarche n'a pas abouti, et qu'il négociait
encore auprès de l'impératrice lorsque la nouvelle de la capitulation de
Metz arriva en Angleterre.

Les derniers témoins, dont nous donnons aujourd'hui les portraits, ne
présentent qu'un médiocre intérêt. Il y en a deux, toutefois, dont les
témoignages méritent d'être signalés: Les sieurs Garrigue et Steiff. Le
premier, voiturier à Metz, avait traité avec l'autorité militaire pour
le transport des parlementaires des avant-postes à l'état-major général.
Il a déclaré avoir transporté douze parlementaires environ, du 25
septembre à la fin du blocus. L'autre, Steiff, domestique au château de
Corny, a vu deux fois un parlementaire venir auprès du prince
Frédéric-Charles. La première fois, il n'a pas su le reconnaître, le
parlementaire étant couvert d'un manteau et ayant les yeux bandés; mais
la fois suivante, il a affirmé l'avoir parfaitement reconnu.

--C'est bien, a-t-il dit, le maréchal Bazaine.

L. C.



Libres!

Notre collaborateur, M. Savigny, vous a raconté dans le précédent numéro
le drame de la Porte-Saint-Martin, _Libres!_ Il ne nous reste plus qu'à
expliquer aujourd'hui la gravure qui reproduit les divers épisodes de
cette pièce si dramatique. C'est le combat, c'est la bataille, c'est la
mêlée entre les Albanais du pacha et les Souliotes de Lambros, appelés à
l'insurrection par le polémarque, les bras étendus, le fusil levé au
milieu de ces vaillants soldats. Ce héros au sabre recourbé, à la
_chahia_ dont les glands d'or flottent au vent, c'est Lambros, libre, et
montrant à Aly la défaite de ses troupes; un homme est couché à gauche,
étendu à terre par la balle d'Andronicus. Au centre, Mikalis, le
comique, et sa fiancée Smaragda se reposent des agitations du drame en
pêchant à la ligne. Il joue un grand rôle, le pêcheur qui surprend plus
de secrets qu'il ne prend de poissons.

Notre dessinateur a reproduit, dans les médaillons latéraux, au
principal sujet, les principales décorations du drame: la Grèce, avec
ses ruines, ses temples, ce Parthénon qui élève son fronton mutilé au
milieu de fûts de colonnes renversées. Au-dessous, se dessine le petit
village de Variadès, aux maisons blanches, aux toits supportés par des
étais de bois, et aux vignes courant sur les tuiles rouges; à droite, la
falaise, couronnée d'arbres et dominant les vastes horizons de la mer.



LES THÉÂTRES

Gymnase, Monsieur Alphonse, pièce en trois actes de M. Alexandre Dumas.

Je n'ai pas à apprendre au lecteur le prodigieux succès de Monsieur
Alphonse. Depuis tantôt dix jours que la pièce a été jouée pour la
première fois, elle sert de texte à toutes les conversations entre gens
qui s'occupent de théâtre. La critique qui, disons-le, ne marchande pas
cette fois ses admirations, fait bon marché de la _Dame aux camélias_,
du _Demi-monde_, du _Supplice d'une femme_, sacrifie le passé au
bénéfice du présent et oublie l'oeuvre de vingt années de M. Dumas, pour
la comédie née d'hier.

La voici cherchant la raison de ce triomphe dans le mérite littéraire,
dans l'incomparable talent de l'auteur, dans le procédé de ce maître en
l'art dramatique. Elle a raison, jamais M. Dumas n'a conduit une comédie
à travers des péripéties dramatiques avec une plus grande sûreté de
main, avec une plus exquise délicatesse de touche. Cela est parfait, et
si ce grand art de la comédie se résume dans des procédés, s'il devient
un métier, certes M. Dumas est le chef d'atelier de cette industrie, et
_Monsieur Alphonse_ est une machine modèle. C'est beaucoup assurément
pour les raffinés de l'art; c'est bien peu pour le public, qui ne
s'inquiète guère de cette perfection, secondaire pour lui. Il lui faut
autre chose. S'il proclame, comme il l'a fait, la pièce du Gymnase comme
une comédie hors ligne, s'il s'enthousiasme à ce point de crier au
chef-d'oeuvre, c'est qu'il a été sérieusement attendri, profondément
ému, et qu'à distance même de la première impression, il sent dans
l'esprit et dans le coeur le retentissement de cette soirée. La comédie
s'est emparée de lui par l'honnêteté dans la pensée, la hauteur dans les
idées, parce qu'elle vit dans les régions supérieures, pleine d'honneur,
de passion, de chaleureuse tendresse, de sincérité, parce qu'elle a une
âme enfin.

Je ne sais rien de plus noble et de plus attachant que ce caractère du
commandant de Montaiglin. Il connaît la vie, cet homme de coeur; elle
lui a appris le mépris pour les lâches, la pitié pour les malheureux et
le pardon pour les égarés. C'est dans le devoir qu'il est devenu sévère
à lui-même, miséricordieux pour les autres. Il est prêt à tous les
dévouements.

Au début de la pièce, un fils d'un de ses anciens amis, M. Octave, vient
lui demander un service. Octave va se marier, il a trente-trois ans; sa
jeunesse s'est passée oisive et malsaine, et tout gentilhomme qu'il est
il épouse maintenant une ancienne fille d'auberge, Mme Guichard, qui
possède cinquante mille livres de rente. C'est un joli monsieur, vous le
voyez, que M. Octave. Ce garçon a une fille de douze ans qu'il a fait
élever à la campagne et qu'il est allé voir cinq ou six fois pendant ces
douze années, en prenant prudemment le nom de Monsieur Alphonse, de peur
de se compromettre.

Or, Mme Guichard, la fiancée de M. Octave, est d'une jalousie féroce,
d'une jalousie rétrospective, la plus dangereuse. Si elle apprend
l'existence de cette enfant, la tranquillité d'Octave sera
singulièrement compromise. Octave propose donc au commandant de confier
Adrienne à Mme de Montaiglin, qui l'élèvera comme sa fille pendant
l'absence du commandant; les bons coeurs sont prompts et le commandant
accepte.

Voilà donc Adrienne dans la maison. Restée seule avec Mme de Montaiglin,
un baiser de l'enfant, un baiser jusqu'au sang, un cri d'Adrienne nous
apprend que Mme de Montaiglin est sa mère. Ce secret qu'Octave sait
seul, puisqu'il est le complice de cette faute de Mme de Montaiglin qui
prend date avant le mariage, ce secret, Mme de Montaiglin l'a caché au
commandant. La coupable n'a pas eu le courage de cet aveu terrible, et
depuis dix ans la mère suit de toute sa tendresse cette enfant éloignée
d'elle. Une habileté, une lâcheté même dont elle n'est pas responsable a
donc conduit Adrienne dans sa maison. Le bonheur dure peu; il n'est
commencé que depuis quelques heures à peine, quand Mme Guichard, qui
apprend l'existence d'Adrienne et le nom de son père, M. Octave, est
prise d'un bon mouvement et vient demander la jeune fille, qu'elle veut
élever auprès d'elle. Rien de mieux, et Mme Guiehard, qui est violente,
emportée, est après tout une brave femme, puisqu'elle se charge de
réparer le passé de M. Octave. Il faut donc rendre Adrienne. C'est
l'avis de M. de Montaiglin, qui n'a plus le droit de la conserver chez
lui. Du moment où Octave est prêt à faire son devoir, il ne faut pas s'y
opposer, pour une fois que cela lui arrive.

En face de cet avenir d'abandon qui menace Adrienne, entre un homme
indigne et une femme grossière, à la pensée de cette enfant retrouvée un
instant et perdue à jamais dans des mains étrangères, de Montaiglin
implore la pitié du commandant; le sentiment maternel s'exalte, elle
s'oublie; ce n'est plus la femme qui parle, c'est la mère qui s'est
déclarée malgré elle, avec toute l'énergie, toute l'exaltation de la
passion maternelle.

On ne se trompe pas à de pareils cris.--Raymonde! c'est la fille! dit le
commandant; et Raymonde, qui n'a pu résister à ce supplice, à ces
tortures d'une mère, tombe aux pieds de M. de Montaiglin. Le malheureux
essuie une larme, et après avoir demandé le courage du sacrifice à son
âme d'honnête homme: «C'est bien, dit-il, nous garderons cette enfant.»

A ce moment la salle a éclaté en applaudissements. Je ne sache pas avoir
été témoin au théâtre d'une émotion pareille. Si grand et si soudain que
fût le pardon de cet homme devant un tel aveu et pour une telle faute,
le public le comprenait, tant le repentir de la femme avait été sincère,
tant il l'avait sentie jusque-là dans la souffrance, à ce point de lui
pardonner lui-même en raison de sa tendresse maternelle et de
l'indignité même du père, tant l'habileté de l'auteur avait été grande à
nous rendre dans les premiers actes M. de Montaiglin dans toute son
élévation, dans toute sa générosité. C'est peu que ce mouvement
dramatique; la scène est superbe dans son développement. Elle a fait
couler bien des larmes au moment où le commandant relève Raymonde
prosternée et l'assure de son pardon, mieux encore, de son appui.

Un homme heureux à ce moment, c'est à coup sûr M. Dumas, non pas
seulement parce que les bravos de la salle lui apportaient dans la
coulisse l'enthousiasme du public, mais M. Dumas, si discuté, si
combattu, triomphait dans les idées les plus chères à son esprit. Le
commandant Montaiglin, le dernier de ce groupe de braves gens qui
croient que la colère et la vengeance ont fait leur temps, que le pardon
et la pitié doivent se mettre à l'oeuvre, donnait raison aux folies de
bien de Mme Aubray et aux folies de Claude. M. Dumas se disait sans
doute en lui-même, en songeant au public: «Nous voilà d'accord à cette
heure: vous me faites crédit de ce héros du bien; mais ne vous y trompez
pas, il est de la même famille que ses prédécesseurs. Peut-être n'est-il
le plus heureux que parce qu'il est venu le dernier et que les autres
vous ont insensiblement préparé à lui. Le talent ménage ses pentes pour
atteindre à de tels sommets, et maintenant voilà la difficulté passée.
Nous pourrons désormais être en confiance mutuelle et nous y gagnerons
l'un et l'autre.»

Je reviens à la pièce: le commandant a pardonné à une pécheresse qui se
repent; il a mieux à faire encore: il lui faut sauver son nom. Il envoie
chercher un notaire; l'acte de reconnaissance d'Adrienne est dressé; il
y a deux témoins, un serviteur du commandant et M. Octave lui-même, le
père d'Adrienne. En leur présence et en présence de Mme de Montaiglin,
le commandant reconnaît Adrienne pour sa fille, et, à la surprise
d'Octave devant un tel acte, M. de Montaiglin lui saisit le bras en lui
disant: «Cela signifie qu'Adrienne étant la fille de ma femme, elle ne
doit pas avoir d'autre père que moi.--Allons, signe.»

Toute la pièce est là: l'honneur de la maison. Le public l'a bien
compris; car il a renouvelé ses applaudissements qui, cette fois,
allaient plus droit encore au talent de l'auteur. Cette scène du
troisième acte, si neuve, si audacieuse, si émouvante, est à coup sûr
une des maîtresses scènes du théâtre de M. Dumas; il semblait que la
pièce devait finir à cette phrase de M. de Montaiglin à Raymonde après
l'acte de reconnaissance:

«Ma chère femme, je te remercie publiquement de m'avoir aidé à faire mon
devoir; que désormais ma fille soit la tienne.» Mais M. Dumas voulait
mettre plus encore en mouvement le personnage de Mme Guichard. Pendant
qu'Adrienne trouvait un père dans M. de Montaiglin, Mme Guichard,
attendrie sur le sort de cette enfant, s'en allait bravement à la mairie
et reconnaissait Adrienne pour son propre compte. Le Code est un bon
garçon: s'il permet d'abandonner ses enfants, il autorise les autres à
les recueillir. Et voici Adrienne avec un père et une mère qui lui sont
parfaitement étrangers. Que la loi s'arrange avec cette comédie qui
souligne en riant ses bévues. Toujours est-il qu'en face de l'acte du
commandant, Mme Guichard s'aperçoit qu'elle n'est pas dans son droit;
cependant elle devine un mensonge dans tout cela; enfin elle arrive à la
vérité, et la voilà pénétrant de vive force dans ce secret, se
retournant bravement, en femme de coeur, vers les honnêtes gens et
chassant vertement, dans son langage à elle, M. Octave qui ne reparaîtra
plus, je vous en réponds.

Succès de drame, succès de comédie; des larmes et des rires. Ce
personnage de Mme Guichard, avec son amour violent de femme du peuple,
sa tendresse, sa délicatesse même, ce mélange de mauvaise éducation et
de bonté native, est une création au théâtre. Balzac l'eût enviée. Cette
figure qui arrive sur les premiers plans de la comédie est faite de main
de maître. La façon dont Mlle Alphonsine la rend est un chef-d'oeuvre:
on n'a pas plus de vérité, plus de finesse, plus de gaieté; on ne
détaille pas un rôle avec plus de naturel et plus d'esprit. Mlle
Alphonsine éclaire la scène, et le public ne lui laisse plus dire un mot
sans l'applaudir. Il a fait aussi grande fête, ce public, à Mlle
Pierson, bien émouvante, bien dramatique dans le rôle de Raymonde, et
qui s'affirme en vraie comédienne. Je ne saurais assez faire de
compliments à M. Achard, qui a joué avec un tact exquis ce rôle
difficile de M. Alphonse, dont il a fait un vicieux inconscient, et qui
pouvait prendre facilement une tout autre physionomie. Quant à Pujol,
c'est M. de Montaiglin, convaincu, viril, énergique, passant dans le
drame avec toute l'autorité sympathique d'un honnête homme. Cette
création comptera dans la carrière dramatique de M. Pujol. Une enfant de
quinze ans, chargée du rôle d'Adrienne, a été vivement applaudie, et
c'était justice qu'on lui fit aussi sa part dans ce triomphe.

M. Savigny.



LA SOEUR PERDUE

PAR MAYNE REID

[Illustration: L'énorme animal effaré bondit d'épouvante.]

[Illustration: Les garzones étaient activement occupés à pêcher.]

[Illustration: Il y eut une lutte violente au milieu du Riacho.]

[Illustration: Cypriano et Ludwig avaient déjà fait choix d'un
emplacement.]



COMMENT J'AI RETROUVÉ LIVINGSTONE

PAR STANLEY

On se souvient de la douleur et des regrets causés par la disparition de
Livingstone et par la cessation absolue de ses correspondances.

Ce missionnaire de la science et du progrès avait dû tomber victime de
son dévouement, et sa mort était devenue le sujet de conversation de
tout le inonde!

Cependant quelques esprits, encore animés d'espérance, doutaient de
cette mort. Plusieurs même étaient convaincus que Livingstone survivait
à ses oraisons funèbres et continuait ses travaux dans un pays du sein
duquel il lui était impossible de rien envoyer en Europe.

[Illustration: POSTE D'UN VILLAGE DE L'OUSÉ GOCHA.]

De ce nombre était le propriétaire du journal le _New-York-Herald_, M.
Bennett, lequel, se trouvant à Paris au mois d'octobre 1869, envoie
subitement à son _reporter_, M. Stanley (alors à Madrid pour les
affaires d'Espagne), cette simple dépêche:

«Rendez-vous à Paris; affaire importante.»

M. Stanley arrive au Grand-Hôtel.

«--Où pensez-vous que soit Livingstone»? lui demande son rédacteur en
chef.

«--Je n'en sais vraiment rien, monsieur.

--Croyez-vous qu'il soit mort?

--Possible que oui, possible que non.

--Moi je pense qu'il est vivant, et je vous envoie à sa recherche.»

[Illustration: Attaqués par les abeilles.]

[Illustration: Habitation de Livingstone à Oujiji.

Gravures extraites de l'ouvrage de M. Stanley: Comment j'ai retrouvé M.
Livingstone. (Hachette et Cie, éditeurs.)]

Et voilà M. Stanley qui se met courageusement en route.

Un crédit illimité lui est ouvert.

A Zanzibar il organise sa caravane pour visiter l'intérieur de l'Afrique
et commence l'un des plus curieux voyages d'exploration qu'on ait jamais
faits.

Après mille obstacles, mille émotions, mille détours, il a le bonheur
d'arriver dans la région étudiée par Livingstone, d'être conduit au
village qu'il habite, le village d'Oujiji, de le voir, d'entendre le
récit de ses voyages, de faire des excursions avec lui, enfin de
rapporter en Europe les preuves manifestes de la sincérité de son récit.

Nos gravures reproduisent l'habitation de Livingstone à Oujiji.

C'est là que le célèbre voyageur a écrit le journal que M. Stanley a
rapporté à sa famille.

[Illustration: LIVINGSTONE ÉCRIVANT SON JOURNAL.]

Dans les croquis si variés dont l'auteur a illustré sa relation, nous
remarquons aussi les singulières fortifications de villages, construites
en épines, que le voleur ni l'ennemi n'osent affronter, et parmi les
péripéties inévitables, rencontres, nous reproduisons, entre autres, une
attaque d'abeilles contre laquelle Livingstone et Stanley eurent à se
défendre dans une de leurs excursions. En donnant à la littérature
française cette curieuse relation, la librairie Hachette a enrichi sa
belle collection de voyages d'un des livres qui lui font le plus
d'honneur.



REVUE LITTÉRAIRE

LES LIVRES D'ÉTRENNES

I

L'approche du premier jour de l'an nouveau nous a amené, selon la
coutume, un contingent de livres d'étrennes qu'il est intéressant
d'examiner. Nous ne parlerons aujourd'hui que d'un premier envoi, car
décembre n'est point fini et la librairie n'a point terminé encore en ce
genre ses publications nouvelles. Les librairies Hachette, Furne,
Ducrocq semblent avoir pris les devants et j'ai là plusieurs ouvrages
attirants, auxquels je ne saurais trop comment donner la préférence. Le
_Journal de la Jeunesse_, l'_Espagne_ de M. le baron Davillier, le
_Voyage de M. Stanley à la recherche de Livingstone_, la _Terre de
désolation_ de Hayes, les _Merveilles de la photographie_ de M. G.
Tissandier, l'_Envers du théâtre_ de M. Moquet, etc., etc., composent le
premier fonds des publications de la maison Hachette. Les _Merveilles de
l'industrie_ de M. Louis Figuier sont mises en vente par la librairie
Furne, et M. Ducrocq, qui publiait l'an passé, une _Marie Stuart_, met
en vente cette année un _Henri IV_, par M. de Lescure, avec des
eaux-fortes de Léopold Klameng, ainsi qu'une légende de la Vierge, par
M. Aimé Giron, livre étrange et curieux, illustré dans un sentiment fort
original.

L'_Espagne_ de M. Ch. Davillier est peut-être le plus beau de tous les
livres où les récits de voyages occupent une si large place. Jamais
peut-être Gustave Doré, qui l'a illustré, n'a fait mieux que dans ces
dessins colorés, poétiques et vrais à la fois. Telles de ses vues des
courses de taureaux ressemblent à des épisodes de la Tauromachie de
Goya, mais plus mouvementés et plus brillants. M. Doré a rendu avec une
vérité à la Collot ces types bizarres de mendiants, plus dénudés que Job
et plus fiers que Bragance, qu'on rencontre accroupis sous les porches
des églises. L'artiste a même trouvé le moyen de dessiner ces ciels
d'Andalousie, transparents et profonds, qui rendent les nuits de Cadix
et de Séville plus charmantes que les jours. Ces _bois_ de M. Doré sont
le commentaire pittoresque et séduisant du récit de M. Davillier, un
récit sans façon, très-véridique et très-attachant. Après Théophile
Gauthier, M. Davillier ne pouvait tenter de faire du pittoresque et de
décrire les montagnes aux teintes d'ocre, les vêtements couleur d'amadou
et les monuments mauresques ou churrigueresques. Il s'est surtout
attaché à étudier et à faire connaître les moeurs de chaque province où
il passe et où il entraîne son lecteur. «Il n'y avait donc pas
d'Espagnols en Espagne, Théo, lorsque vous y êtes allé? demandait un
jour Mme de Girardin à Gauthier.» Ces Espagnols, M. Ch. Davillier les a
vus et bien vus. Il nous apprend comment ils vivent, comment ils
dansent, il note leurs chants, leurs romances,--ces soupirs de l'âme des
peuples,--et, après avoir refermé ce beau volume, on peut, en toute
sécurité, se vanter de connaître l'Espagne.

L'_Espagne_ de MM. Ch. Davillier et Gustave Doré nous a particulièrement
intéressé par tout ce qu'elle évoquait en nous de souvenirs, de choses
déjà vues, de villes qui nous ont arrêté et charmé, l'Alcazar de
Séville, la Mosquée de Cordoue, les promenades de Cadix, et cette mer
bleue, ces murs blancs, cette Andalousie parfumée comme une fleur! On
retrouve toutes ces féeries dans ce volume, et le texte et les dessins
vous les font, à l'envi, réapparaître telles qu'elles nous frappèrent
jadis. Je ne sais rien de comparable à un tel livre parcouru le soir au
coin du feu, tandis qu'il fait froid au dehors. C'est du soleil, de la
gaieté, de la couleur et de la vie qui viennent à la fois vous visiter
au logis et vous emporter, comme dit Mignon, vers les pays bénis où
fleurit l'oranger.

Quelle différence entre l'_Espagne_ et cette _Terre de désolation_ dont
nous parle M. Hayes! Ici, les neiges, les glaciers, les longs mois de
nuit, l'existence la plus dure et la plus sombre. La vie dans ces
contrées boréales, près du pôle, aux confins du monde, est farouche et
condamnée aux plus durs labeurs. Un prolétaire français est riche et
heureux à côté d'un haut personnage de Laponie et du plus puissant des
Esquimaux. _Terre de désolation_, le mot est bien trouvé par M. Hayes,
qui, après nous avoir parlé de la _Mer libre_, vient nous raconter son
voyage, poétique et attachant aussi, dans ces contrées. L'ouvrage de M.
Hayes a été écrit en anglais, et cette _Terre de désolation_ n'est
qu'une traduction, mais qui me paraît très-fidèle. Elle est excellente,
dans tous les cas, et en fort bon style. C'est là un ouvrage vrai, aussi
intéressant qu'un roman et qui meublera les jeunes têtes d'une infinité
de connaissances, tout en inspirant le respect pour tous ceux qui se
lancent bravement vers les pôles et risquent leur vie dans de telles
entreprises.

En fait de vérités romanesques, en est-il une plus frappante, plus
étonnante que le voyage de M. Stanley à la recherche du docteur
Livingstone? Lorsqu'on apprit, en 1872, qu'un journaliste américain,
envoyé par son journal en plein coeur de l'Afrique en qualité de
reporter, avait fini par découvrir ce fameux docteur Livingstone que
l'on croyait tout aussi perdu au fond de ces déserts que l'infortuné sir
John Franklin dans les mers de glace, il y eut à la fois, de par le
monde, un vif sentiment d'admiration et un murmure d'incrédulité! On se
dit que le monde savant pouvait bien être, de la part de M. Stanley,
victime d'un _humbug_ gigantesque. Barnum n'a pas pour rien publié un
volume qu'il appelle les _Blagues de l'Univers_. Il fallait pourtant
bien se rendre à l'évidence et accepter comme choses absolues,
indiscutables, les renseignements qu'offrait Stanley. Il avait bien
véritablement découvert, on pourrait presque dire, déterré Livingstone.
Il l'avait vu, il lui avait parlé, il rapportait de son écriture.
L'incrédulité première se changea, avec justice, en une admiration
parfaite et unanime. Le journaliste devint un personnage; le reporter
fut salué et fêté comme un héros. Aujourd'hui, M. Stanley nous est tout
à fait connu par le livre remarquable qu'il a publié en anglais sous ce
titre: _Comment j'ai retrouvé Livingstone_, et dont on nous donne la
traduction.

Qu'on ne nous parle plus des fictions les plus remarquables! _Robinson
Crusoé_ et le _Robinson_ suisse sont également distancés par la réalité!
Le livre de M. Stanley, où l'on voit à chaque page la volonté humaine
aux prises avec les plus incroyables difficultés, les obstacles les plus
élevés, les lassitudes les plus énervantes, employant tour à tour la
ruse et la force, jouant de la langue comme un diplomate et du _rifle_
comme un héros; ce livre laisse bien loin, à mon avis, toutes les
inventions du monde. On ne doit plus faire désormais que du roman
d'analyse. Le roman d'aventures est dépassé par ces choses vraies et
vécues.

Il nous faut donc placer, au premier rang des livres d'étrennes, à côté
de l'_Espagne_ de M. Davillier, le livre de M. Stanley et celui de M.
Hayes. Mais il en est d'autres, et de fort intéressants, qui
appartiennent au domaine de l'imagination. Tels sont les jolis récits de
Mme de Witt, de Colomb et de M. Jules Girardin. Les _Braves gens_ de M.
Girardin, _Une sour_ de Mme Witt, née Guizot, et le _Violoneux de la
Sapinière_ de Mme Colomb, sont en leur genre, et à un degré presque
égal, de petits chefs-d'oeuvre de morale agréable et de récits bien
agencés. De spirituels dessins les accompagnent, et Emile Bayard et
Adrien Marie se sont mis en frais, sans beaucoup chercher, de
compositions simples et amusantes à l'oeil. Tels de ces _bois_ sont de
petits tableaux tout faits. Le roman intime de M. J. Girardin avait déjà
paru, ainsi que d'autres récits intéressants, dans ce _Journal de la
Jeunesse_ que la maison Hachette a eu, l'an passé, la bonne idée de
créer. Les enfants et les adolescents ont besoin, eux aussi, de leur
journal. Nous avons eu le nôtre, jadis, où Louis Desnoyers nous comptait
les voyages de Robert-Robert et les aventures de Jean-Paul Choppard. Le
_Journal de la Jeunesse_ d'à présent est plus instructif, plus sérieux
peut-être, mais amusant. On le voit bien en parcourant ses tables des
matières où les voyages coudoient l'histoire, et les contes font pendant
à la science familière.

Les livres de Mme Colomb et de Witt ne sont pas les seuls récits pour
être donnés en étrennes. La Bibliothèque rose s'est enrichie, cette
année, de quatre volumes excellents: _Par-dessus la haie_, un joli roman
de Mme de Stoly où je vous recommande le type charmant de la muette; les
_Quatre pièces d'or de Goubaud_; le _Chef de famille_ de Mme Fleuriot,
et l'_Extrême far West_, aventures d'un émigrant dans la Colombie
anglaise, par R. B. Johnson, traduites de l'anglais par A. Talandier. Je
serais bien embarrassé, je l'avoue, s'il me fallait choisir, pour rendre
heureux un lecteur de douze ans, un de ces quatre petits livres, et je
prendrais,--ce qui serait très-sage,--le parti de les offrir tous les
quatre. Ce sont des oeuvres d'un ton excellent et qui toutes apportent
leur contingent de morale ou d'enseignement.

Il faut ajouter que la _Bibliothèque des Merveilles_--qui est bleue
comme cette bibliothèque enfantine est rose--nous offre, outre les
_Merveilles de la photographie_ de M. G. Tissandier, un volume de
Moquet, l'_Envers du théâtre_, où nous apprenons comment manoeuvrent les
trucs, comment se gonfle la mer, comment s'opèrent les travestissements
et les changements à vue, comment vit, en un mot, le théâtre, ce monde
inconnu, attirant, bizarre. Je reprocherai seulement à M. Moquet d'avoir
fait un livre trop technique, on ne comprend pas toujours tous les
termes dont il se sert; mais en dépit de tout, son livre est curieux et
restera.

M. de Lescure publiait, l'an passé, une _Jeanne d'Arc_ que nous avons
signalée et recommandée à nos lecteurs. Cette année, le même écrivain
publie, avec des eaux-fortes remarquables, un fort beau livre intitulé
_Henri IV_. Ce n'est pas seulement un livre d'étrennes et un très-beau
livre, c'est une excellente étude historique. Je n'y veux chercher
aucune allusion au présent; la renommée d'Henri IV est indépendante de
l'éclat que ses successeurs en voudraient peut-être tirer. Le Béarnais
est un type bien français et bien sympathique. Il est patriote, dans un
temps où l'idée de patrie commence seulement à naître. Il a bien ses
défauts, que ne lui cachait pas le rude Agrippa d'Aubigné; mais
l'ensemble de ses vertus fait oublier ses faiblesses et ses
ingratitudes. Tel qu'il est, il ressemble au livre écrit à sa louange
par M. de Lescure. Le nouveau biographe du roi de Navarre devenu roi de
France a été ému, et il a surtout vu une occasion de peindre une grande
figure française dans le récit de l'existence de l'homme qui disait aux
Espagnols quittant Paris: «_Bon voyage, messieurs, mais n'y revenez pas!
_» Le Béarnais a porté bonheur à M. de Lescure, et cette vie de _Henri
IV_ est certainement un de ses meilleurs ouvrages. Les eaux-fortes qui
l'ornent y ajoutent un grand prix artistique, mais le livre valait assez
par sa propre valeur littéraire.

Puisé aux meilleures sources et aux plus récentes, il est peut-être
supérieur à cette _Jeanne d'Arc_, du même auteur, si savamment et si
curieusement étudiée pourtant. Ce sont là de bons livres et qui nous
font un peu oublier le présent en nous entretenant avec émotion des
grandeurs du passé.

Jules Claretie.



LE MONUMENT COMMÉMORATIF
DE VERNON

La ville de Vernon (Eure), longtemps préservée de l'invasion prussienne,
grâce au courage des mobiles de l'Ardèche qui l'occupaient, a tenu à
s'acquitter de la dette de reconnaissance contractée en ces jours
douloureux de 1870. Elle a inauguré, le mercredi 20 novembre, le
monument funèbre dont nous donnons le dessin et qui est consacré à la
mémoire de ses vaillants défenseurs tombés dans les petits combats
livrés aux portes de la ville les 22 et 26 novembre 1870.

Ce monument, élevé par souscription publique, et dont le projet avait
été mis au concours, est l'oeuvre de M. Anatole Jal, architecte de la
ville. Il est situé à l'extrémité d'une des avenues qui entourent
Vernon, l'avenue de l'Ardèche; sa masse blanche se détache sur le fond
sombre des arbres du parc de Bizy, et la simplicité sévère de ses lignes
s'harmonise à merveille avec le paysage qui lui sert de cadre.

Le cartouche de la face principale de la pierre funéraire porte cette
simple inscription; _Aux gardes mobiles de l'Ardèche_. On lit sur la
face opposée: _Vernon, 22-26 novembre 1870_. Sur les faces latérales
sont gravés les noms des glorieuses victimes auxquelles le monument est
consacré. C'est d'abord, à droite: _Rouveure_, capitaine; _Réal, Cordai,
Forestier, Pourrai_; et à gauche: _Leydier_, lieutenant; _Brios, Crouzé,
Morel, Tracot_.

Les armes de la ville de Vernon et celles de Privas, le chef-lieu du
département de l'Ardèche, sont sculptées sur le socle de la pyramide,
qui est également orné de croix et de palmes enlacées.

[Illustration: Monument élevé à la mémoire des mobiles de l'Ardèche,
morts pendant la guerre, à Vernon.]

L'inauguration, favorisée par un temps superbe, a eu lieu en présence
d'une délégation des mobiles de l'Ardèche, à la tête de laquelle
marchait M. de Guibert, le brave commandant du 1er bataillon. A l'issue
d'un service religieux célébré à Notre-Dame de Vernon, le cortège,
escorté par les troupes de la garnison, s'est dirigé vers l'avenue de
l'Ardèche, au milieu d'un concours immense de population. Après la
bénédiction du monument, M. Lemarchand, maire de Ver non, a prononcé un
discours au nom de la ville. Le commandant de Guibert lui a répondu au
nom de ses intrépides compagnons d'armes; puis M. le baron Sers, préfet
de l'Eure, a prononcé une courte allocution.

L'amiral la Roncière le Noury et M. Besnard, député de l'Eure, le duc
d'Albuféra, conseiller général du département, etc., assistaient à cette
pieuse et patriotique cérémonie, qui est venue confirmer ces paroles que
prononçait naguère l'honorable comte Rampon, député de l'Ardèche: «_En
Normandie, on se souviendra toujours des mobiles de l'Ardèche_».

Jacques Grancey.



BULLETIN BIBLIOGRAPHIQUE

Le _Roman de la Marseillaise_, par M. Alexandre Fourgeaud.--Sous ce
titre, l'auteur a raconté une sorte d'idylle amoureuse qui se déroule en
pleine Révolution française, et, entre temps, il a présenté au public la
figure de ce Rouget de Lisle qui composa la Marseillaise, qui
l'improvisa, poussé par le souffle patriotique, et qui, plus
tard,--dit-on,--trouva des rimes encore pour saluer (le croirait-on?)
l'entrée du czar à Paris, il y a loin de 1792 à 1815. M. Fourgeaud a
écrit là un roman intéressant et vigoureux. C'est un livre dramatique et
(ce qui est un titre par le temps qui court) c'est aussi un livre
honnête.

_Ce qu'on dit pendant une contre-danse_, par M. Ch. Narrey. (1 vol.
Dentu.)--M. Ch. Narrey, l'auteur de cette jolie comédie du Gymnase,
_Comme elles sont toutes_, a entrepris d'écrire ce qu'on dit pendant une
contre-danse. On dit bien des choses. On soupire bien des banalités, on
murmure bien des paroles insinuantes, on aiguise bien des méchancetés.
M. Narrey a saisi au passage toutes ces paroles, noté tous les types qui
s'agitent dans un salon et toutes les petites intrigues qui tournoient
ou gambadent dans un quadrille. C'est sous forme de dialogue qu'il nous
présente ces observations ironiques et fines. De spirituels dessins
accompagnent le texte, qui n'avait pas besoin d'un tel secours pour être
curieux et pittoresque. Il y a chez M. Narrey un observateur piquant et
même mordant, un satirique sans aigreur qui se moque gaiement des
ridicules et nous fait rire des sottises des autres. C'est la meilleure
façon pour chacun d'éviter ses propres sottises.



[Illustration: nouveau rébus.]

Explication du dernier rébus:

Les brillants portés par le shah de Perse ont déterminé, pour une bonne
partie, ses succès à Paris.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 1606, 6 décembre 1873" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home